Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: Histoire de St. Louis, Roi de France
Author: Bury, Richard Girard de, 1730?-1794?
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Histoire de St. Louis, Roi de France" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



was produced from images generously made available by the Bibliothèque
nationale de France (BnF/Gallica) at http://gallica.bnf.fr.



Histoire de St. Louis

Roi de France

Par De Bury

Nouvelle édition revue avec soin

  _Je suis cet heureux Roi que la France révère,
  Le Père des Bourbons...._
          Henri. Volt.

[Illustration: Couronne de Saint-Louis]

Lyon Rolland, Imprimeur Libraire Rue du Pérat, n°4

1828


       *       *       *       *       *

Louis VIII, roi de France, père de saint Louis, était dans la
quarantième année de son âge, et la troisième de son règne, lorsque,
revenant à Paris, après le siége de la ville d'Avignon, il se sentit
vivement pressé d'un mal qu'il avait tenu caché jusqu'alors, et fut
forcé de s'arrêter au château de Montpensier, en Auvergne. Ce fut
dans cette occasion que ce prince fit voir qu'il était véritablement
chrétien. Quel que fût ce mal, dont l'histoire ne nous a pas appris la
véritable cause, les médecins lui proposèrent un remède que la loi de
Dieu lui défendait. Malgré le refus qu'il fit d'en user, on introduisit
auprès de lui, pendant qu'il dormait, une jeune fille. S'étant éveillé,
il appela l'officier qui le servait, lui ordonna de la faire retirer,
en lui disant ces belles paroles: _Qu'il aimait mieux mourir, que de
conserver sa vie en commettant un péché mortel_.

Cependant le mal ayant augmenté, et ce prince sentant les approches de
la mort, il ne s'occupa plus que du soin de mettre ordre à ses affaires.
Ayant fait venir autour de son lit les évêques et les grands seigneurs
qui l'avaient accompagné, il leur déclara qu'il nommait la reine Blanche
de Castille, son épouse, régente de l'état pendant la minorité de son
fils Louis[1]. Cette nomination fut faite en présence de l'archevêque de
Sens, des évêques de Beauvais, de Noyon et de Chartres, et du chancelier
Garin, qui la déclarèrent authentiquement, après sa mort, par des
lettres scellées de leurs sceaux. Il recommanda son fils aux seigneurs
français qui était présens, et principalement à Matthieu II de
Montmorency, connétable de France, à Philippe, comte de Boulogne, au
comte de Montfort, aux sires de Coucy et de Bourbon, princes de son
sang, et à plusieurs autres seigneurs qui lui promirent que ses
intentions seraient exactement exécutées; qu'ils feraient serment de
fidélité au prince son fils, et qu'ils soutiendraient l'autorité de la
reine durant sa régence.

[Note 1: Il n'avait que douze ans commencés; et, dans ce temps, les rois
n'étaient déclarés majeurs qu'à 21 ans.]

Pendant que cela se passait à Montpensier, Blanche était restée à Paris,
où elle attendait avec impatience l'arrivée du roi, pour le féliciter
sur ses conquêtes: elle n'était pas instruite de sa maladie. Pressée du
désir de le revoir, elle s'était mise en chemin pour aller le joindre,
lorsqu'elle rencontra le jeune Louis, qui revenait précipitamment,
accompagné du chancelier et de plusieurs autres seigneurs. Elle
reconnut, à la tristesse répandue sur leurs visages, la perte que
la France venait de faire. Elle retourna aussitôt à Paris, afin de
concerter avec les fidèles serviteurs du roi, les mesures les plus
promptes qu'il convenait de prendre pour le faire couronner.

La régente ne fut pas long-temps sans apercevoir des semences de
division dans les discours de plusieurs grands vassaux de la couronne,
par les demandes qu'ils lui firent, et surtout par le refus de plusieurs
d'entre eux de se trouver à la cérémonie du couronnement du roi, qui
fut faite le premier dimanche de l'Avent de l'année 1226. Le nombre des
seigneurs qui y assistèrent ne fut pas, à beaucoup près, aussi grand
qu'il devait être, suivant l'usage ordinaire, et en conséquence des
lettres que la régente leur avait fait écrire pour les y inviter; mais
elle ne laissa pas de faire faire la cérémonie, par les conseils du
chancelier et du légat, le retardement paraissant dangereux, surtout
dans ces temps-là, où on la regardait comme essentielle à la royauté.

La cour, et tous ceux qui devaient assister à cette cérémonie, s'étaient
rendus à Reims. Thibaud, comte de Champagne, était en chemin pour s'y
trouver; mais, comme il approchait de la ville, on l'envoya prier de n'y
pas entrer, à cause du bruit faux, mais fâcheux, qui courait de lui,
qu'il avait fait empoisonner le feu roi. La comtesse sa femme fut
néanmoins de la fête, ainsi que la comtesse de Flandre, qui se
disputèrent entre elles le droit de porter l'épée devant le roi, comme
représentant leurs maris absens. Mais, sur le refus qu'on leur en fit,
elles consentirent que Philippe, comte de Boulogne, oncle du roi, eût
cet honneur, sans préjudice de leurs droits, ou plutôt de ceux de leurs
maris.

L'affront qu'on venait de faire au comte de Champagne ne pouvait
manquer, vu son caractère brouillon, de le jeter dans le parti des
factieux, et il semble qu'il eût été de la prudence de ne lui en pas
donner l'occasion. Mais ou l'on savait qu'il y était déjà, ou la
reine régente ne se crut pas assez d'autorité pour obtenir des grands
seigneurs assemblés qu'il n'en fût pas exclu: peut-être aussi ne
fut-elle pas fâchée de voir mortifier un seigneur qui avait eu la
hardiesse de lui témoigner de l'amour.

Quoi qu'il en soit, il fut un des premiers qui fit ouvertement des
préparatifs pour la révolte, de concert avec deux autres seigneurs
mécontens: c'étaient Pierre de Dreux, comte de Bretagne, surnommé
_Mauclerc_[1], auquel Philippe-Auguste avait fait épouser l'héritière de
ce comté; et Hugues de Lusignan, comte de la Marche, qui avait épousé
Isabelle, fille d'Aymard, comte d'Angoulême, veuve de Jean-Sans-Terre,
roi d'Angleterre, mère de Henri III, qui y régnait alors.

[Note 1: C'est-à-dire, suivant le langage du temps, _homme malin et
méchant_.]

Comme l'archevêché de Reims était alors vacant, ce fut de Jacques de
Bazoche, son suffragant, évêque de Soissons, que Louis reçut cette
onction qui rend les rois sacrés pour les peuples. Quoiqu'il fût encore
bien jeune, il était déjà assez instruit pour ne pas regarder cette
action comme une simple cérémonie[2]. Il ne put faire, sans trembler, le
serment de n'employer sa puissance que pour la gloire de Dieu, pour la
défense de l'Eglise et pour le bien de ses peuples. Il s'appliqua ces
paroles qui commencent la messe ce jour-là, et dont David se servait
pour dire: _Qu'il mettait en Dieu toute sa confiance, et qu'il
s'assurait d'être exaucé_.

[Note 2: Joinville, p. 15.]

Comme cette cérémonie est trop connue pour nous arrêter à la décrire, je
dirai seulement que, lorsqu'elle fut finie, on fit asseoir le roi sur un
trône richement paré, que l'on mit entre ses mains le sceptre et la main
de justice, et qu'ensuite tous les grands seigneurs et prélats, qui
étaient présens, lui prêtèrent serment de fidélité, ainsi qu'à la reine
sa mère, pour le temps que sa régence durerait.

Dès le lendemain, la reine partit pour ramener le roi à Paris; elle
souhaita qu'il n'y eût aucunes marques de réjouissances, comme il n'y en
avait point eu à Reims: car, quelque satisfaction qu'elle eût de voir
régner son fils, rien n'effaçait de son coeur le regret dont elle était
pénétrée de la perte qu'elle venait de faire. D'ailleurs l'affliction
était si générale, que les grands et le peuple n'eurent pas de peine à
suspendre les mouvemens de leur joie, et la sagesse de la régente ne lui
permettait pas de perdre en vains amusemens un temps dont elle avait
besoin pour arrêter et éteindre les factions qui se formaient dans
l'état.

_Caractère de la régente_.

Blanche de Castille était une princesse dont la prudence, la présence
d'esprit, l'activité, la fermeté, le courage et la sage politique,
rendront à jamais la mémoire chère et respectable aux Français. Elle
s'appliqua uniquement à dissiper les orages qui se formaient contre
l'état: elle n'eut d'autres vues que de conserver à son fils les
serviteurs qui lui étaient restés fidèles, de lui en acquérir de
nouveaux, et de prévenir les dangereux desseins de ses ennemis. Les
seigneurs de la cour se ressentirent de ses bienfaits, et tout le monde
de ses manières obligeantes et naturelles qu'elle employait pour gagner
les coeurs qui y étaient d'autant plus sensibles, qu'elle accompagnait
ses grâces du plus parfait discernement.

Comme le comte de Boulogne était un des plus puissans seigneurs de
l'état, et celui dont le roi pouvait attendre plus de secours ou
de traverses, elle n'oublia rien pour le mettre dans ses intérêts.
Philippe-Auguste lui avait donné le comté de Mortain; mais Louis VIII
s'en était réservé le château, en confirmant ce don. Blanche commença
par le lui remettre, et lui rendit en même temps le château de
l'Isle-Bonne, que le feu roi s'était pareillement réservé; et, dans la
suite, elle lui céda encore l'hommage du comté de Saint-Pol, comme une
dépendance de celui de Boulogne.

La reine Blanche traita avec la même générosité Ferrand, comte de
Flandre. Philippe-Auguste l'avait fait prisonnier à la bataille de
Bouvines, et n'avait pas voulu lui rendre sa liberté, à moins qu'il
ne payât une rançon de cinquante mille livres, somme alors
très-considérable, et qu'il ne donnât pour sûreté Lille, Douai et
l'Ecluse. La régente, de l'avis des grands du royaume, rendit au comte
sa liberté, et lui fit remise de la moitié de sa rançon, à condition
de laisser seulement pendant dix ans, entre les mains du jeune roi, la
citadelle de Douai. Ce bienfait l'attacha si fortement aux intérêts de
la reine et de son fils, que rien ne put l'en écarter, et qu'il résista
constamment à toutes les sollicitations des seigneurs mécontens.

Cependant le comte de Champagne avait levé le premier l'étendard de la
révolte: il avait fait une ligue avec les comtes de Bretagne et de la
Marche. Ils avaient commencé par faire fortifier et fournir de munitions
de guerre et de bouche les châteaux de Beuvron en Normandie, et de
Bellesme dans le Perche, dont le feu roi avait confié la garde au comte
de Bretagne.

La régente, usant de la plus grande diligence, avant que les mécontens
fussent en état de se mettre en campagne, assembla promptement une
armée assez nombreuse pour accabler le comte de Champagne. Elle fut
parfaitement secondée par Philippe, comte de Boulogne, oncle du roi; par
Robert, comte de Dreux, frère du comte de Bretagne; et par Hugues IV,
duc de Bourgogne. Elle marcha avec eux, accompagnée du roi son fils,
en Champagne, contre le comte Thibaud. Ce seigneur, surpris de cette
diligence, mit les armes bas, et eut recours à la clémence du roi qui
lui pardonna, et le reçut en ses bonnes graces.

C'est sur cette réconciliation si prompte, et principalement sur les
discours perfides d'un auteur anglais[1], qu'il a plu à quelques-uns de
nos écrivains d'orner, ou plutôt de salir leur histoire de l'épisode
imaginaire des amours du comte de Champagne et de la reine régente. Le
plaisir de mal parler des grands, et de se faire applaudir par des gens
corrompus, dont notre siècle n'est pas plus exempt que les autres, donne
la vogue à ces sortes de fables; mais celles-là ne furent point capables
de flétrir la réputation d'une reine à laquelle notre histoire a, dans
tous les temps, rendu la justice qu'elle méritait. D'ailleurs les
historiens anglais, et surtout Matthieu Paris, moine bénédictin,
croyaient, par ces traits de malignité, venger leur roi Henri III des
avantages que les Français, sous la conduite de la reine Blanche,
avaient remportés sur lui, lorsqu'ayant pris, comme je le dirai dans la
suite, le parti des mécontens, il fut renvoyé dans son île, après avoir
vu détruire son armée, et dépensé beaucoup d'argent. A la vérité,
suivant les mémoires de ce temps-là, il y a lieu de penser que le comte
de Champagne avait conçu de l'inclination pour cette princesse; mais on
n'y voit rien qui puisse persuader qu'elle y ait jamais répondu, et l'on
y trouve même le contraire. Elle méprisa le comte, le plus volage et le
plus frivole seigneur de son temps, et le laissa se consoler par les
vers et les chansons dont il ornait les murs de son château de Provins.

[Note 1: Matthieu Paris.]

Le parti révolté, étant fort affaibli par le retour du comte de
Champagne sous l'obéissance du roi, la régente fit marcher aussitôt
l'armée au-delà de la Loire, contre les deux autres chefs. Le roi les
fit citer deux fois devant le parlement. N'ayant pas obéi, et étant
cités une troisième fois, ils se rendirent à Vendôme, où était le roi.
Comme ils n'avaient point d'autre ressource que la miséricorde de ce
prince pour éviter le châtiment qu'ils méritaient, ils y eurent recours.
La bonté du roi, la nécessité de ménager les autres seigneurs, parens ou
amis des deux comtes, l'espérance de rétablir plus promptement, par les
voies de la douceur, la tranquillité de l'état, engagèrent la régente à
faire obtenir du roi, non seulement leur pardon, mais encore des grâces
et des conditions très-avantageuses par un traité que le roi fit avec
eux.

D'abord, pour ce qui regardait le comte de la Marche, il fut conclu
qu'Alfonse de France, frère du roi, épouserait Elisabeth, fille de ce
comte, dont le fils aîné, Hugues de la Marche, épouserait Elisabeth de
France, soeur du roi. Il fut encore convenu que le roi ne pourrait faire
la paix avec le roi d'Angleterre, sans y comprendre le comte. Celui-ci,
de sa part, céda ses prétentions sur le Bordelais et sur la ville de
Langès, moyennant une somme d'argent payable en plusieurs années, en
dédommagement du douaire de la reine d'Angleterre, femme du comte, saisi
par les Anglais.

A l'égard du comte de Bretagne, il fut convenu qu'Iolande, sa fille,
épouserait Jean de France, frère du roi; que, jusqu'à ce que Jean
eût atteint vingt-un ans (il n'en avait alors que huit), le comte de
Bretagne aurait la possession d'Angers, de Beaugé, de Beaufort et de la
ville du Mans; qu'il donnerait en dot à sa fille, Bray, Châteauceau,
avec les châteaux de Beuvron, de la Perrière et de Bellesme, à condition
qu'il jouirait de ces trois dernières places le reste de sa vie, et quil
ne ferait aucune alliance avec Henri, roi d'Angleterre, ni avec Richard,
son frère. Aussitôt après ce traité, le comte de Bretagne, pour prouver
son attachement aux intérêts du roi, marcha avec Imbert de Beaujeu,
connétable de France, contre Richard, frère du roi d'Angleterre,
l'empêcha de rien entreprendre sur les terres de France, et l'obligea
de se retirer. Le roi d'Angleterre sollicita en vain les seigneurs de
Normandie, d'Anjou et du Poitou, de prendre les armes en sa faveur;
mais, comme aucun d'eux n'osa se déclarer, il fut obligé de faire une
trève pour un an, qu'il obtint par la médiation du pape Grégoire IX, qui
venait de succéder à Honoré III.

Les choses étant ainsi pacifiées, la régente renouvela les traités faits
sous les précédens règnes, avec l'empereur Frédéric II, et avec Henri
son fils, roi des Romains, par lesquels ils s'engageaient à ne prendre
aucune liaison avec l'Angleterre contre la France. Elle employa tous ses
soins pour se maintenir en bonne intelligence avec les princes alliés de
la France, pour s'attacher le plus qu'elle pourrait de seigneurs vassaux
de la couronne, et elle fut toujours attentive à prévenir et arrêter,
dans leur naissance, les entreprises des esprits brouillons; car elle ne
devait pas compter qu'ils en demeurassent à une première tentative; ils
en avaient tiré trop d'avantages, et l'esprit de faction s'apaise bien
moins par les bienfaits, qu'il ne s'anime par l'espérance d'en extorquer
de nouveaux.

_Education de Louis._

Quoique la conduite des affaires de l'état donnât beaucoup d'occupation
à la reine régente, cependant elle savait encore trouver assez de temps
pour donner ses soins à l'éducation du prince son fils, à laquelle elle
présidait elle-même. Les historiens contemporains ont négligé de nous
apprendre quel était le gouverneur de Louis: nous devons croire que la
reine en faisait les principales fonctions. Nous ignorons aussi le nom
et les qualités de son précepteur, qu'on ne lui donna que fort tard,
suivant l'usage de ce temps-là; mais, quel qu'il fût, il est certain que
les voies lui étaient bien préparées par les soins que la reine régente
en avait déjà pris. Nous voyons dans les Mémoires du sire de Joinville,
auteur contemporain et confident de Louis, qu'elle n'épargna rien pour
mettre auprès de son fils les personnes les plus capables pour la vertu
et pour la science. De la part du jeune prince, la docilité, la douceur,
le désir de profiter, la droiture de l'esprit, et surtout celle du
coeur, rendaient aisée une fonction si épineuse et si difficile.
La reine s'attacha surtout à l'instruire, dès son bas âge, de la
connaissance de Dieu, et des véritables vertus dont il est le modèle.
Aussi n'oublia-t-il jamais ce que sa mère lui avait dit un jour,
lorsqu'il était encore jeune: _Mon fils, vous êtes né roi; je vous aime
avec toute la tendresse dont une mère est capable; mais j'aimerais mieux
vous voir mort, que de vous voir commettre un péché mortel._ Il grava
ces instructions si profondément dans son coeur, qu'il donna toujours à
l'exercice de la religion et à la retraite, les momens qu'il dérobait
aux fonctions de la royauté.

On n'oublia pas en même temps de lui procurer les instructions qui
peuvent contribuer à former l'esprit, mais, selon qu'on le pouvait faire
dans ce siècle-là, où l'ignorance était prodigieuse, même parmi les
ecclésiastiques. On rapporte comme un éloge de ce prince, qu'il savait
écrire (car les plus grands seigneurs ne savaient pas même signer leur
nom), qu'il entendait très-bien le latin de l'Ecriture-Sainte, et les
ouvrages des Pères de l'Eglise, qui ont écrit dans cette langue.

Pour ce qui est de l'histoire, il savait celle des rois ses
prédécesseurs, rapportée dans les chroniques particulières de leurs
règnes, qui, quoique très-imparfaites, nous ont néanmoins conservé les
actions les plus mémorables des princes des deux premières races de
la monarchie. On y trouve la connaissance de leurs vertus et de leurs
défauts, qui fournissait des exemples pour apprendre à pratiquer les
unes et éviter les autres.

On lui proposa surtout pour modèle le roi Philippe-Auguste, son aïeul,
un des plus grands rois de la monarchie. Ce prince était monté sur le
trône, dans un âge à peu près pareil à celui de Louis, et dans les mêmes
circonstances. La reine Blanche, sa mère, lui fit prévoir le mauvais
effet que pouvait produire l'idée de sa jeunesse sur les esprits mutins
et brouillons de son royaume. Elle s'appliqua à lui faire éviter les
défauts des jeunes gens de son âge, et surtout l'inapplication, l'amour
de l'oisiveté et du plaisir. Elle lui donna connaissance de toutes
les affaires; elle ne décida jamais rien d'important sans le lui
communiquer; et, dans les guerres qu'elle eut à soutenir, elle le fit
toujours paraître à la tête de ses troupes, accompagné des seigneurs les
plus braves et les plus expérimentés.

La reine se donnait en même temps de pareils soins pour l'éducation de
ses autres enfans. Ils étaient quatre; savoir: Robert, qui fut depuis
comte d'Artois; Jean, comte d'Anjou; Alfonse, comte de Poitiers, et
Charles, comte de Provence. Chacun recevait les instructions dont son
âge pouvait être capable. L'exemple de leur frère aîné leur donnait une
émulation qui les excitait à lui ressembler, en acquérant les mêmes
connaissances, et pratiquant les mêmes vertus.

La reine Blanche réussit encore à persuader à ses enfans, que leur plus
grand bonheur dépendait de la parfaite union qui devait régner entre
eux: ils profitèrent si bien des avis de cette sage mère, que ces
princes furent pénétrés toute leur vie, pour le roi, leur frère aîné, de
cette amitié tendre et respectueuse qui fait ordinairement la félicité
des supérieurs et des inférieurs; comme, de sa part, Louis les traita
toujours avec la plus grande bonté, moins en roi qu'en ami. Lorsque ses
frères commencèrent à être capables d'occupations sérieuses, il les
admit dans ses conseils; il les consultait dans les affaires qui se
présentaient, et prenait leur avis. Ils commandaient dans ses armées des
corps particuliers de troupes, à la tête desquels ils ont très-souvent
fait des actions dignes de la noblesse de leur naissance. Ils étaient,
pour ainsi dire, les premiers ministres du roi. Ils partageaient avec
lui les fonctions pénibles de la royauté, et contribuaient unanimement à
la gloire de l'Etat et au bonheur des peuples.

Pendant que la reine Blanche donnait tous ses soins à l'éducation de
ses enfans, elle était encore occupée à rendre inutiles les nouvelles
entreprises des esprits brouillons, et surtout de ceux dont je viens
de parler. Ils n'étaient pas rentrés sincèrement dans leur devoir; ils
avaient été forcés par la prudence et l'activité de la régente de se
soumettre, et les grâces qu'elle leur avait fait accorder par le roi,
au lieu de les satisfaire, n'avaient fait qu'augmenter le désir d'en
obtenir de nouvelles.

L'union de Philippe, comte de Boulogne, oncle du roi, avec la reine
régente, était pour eux un frein qui les arrêtait: ils entreprirent
de le rompre, et ils s'y prirent de la manière qu'il fallait pour y
réussir. Ils lui firent représenter qu'étant celui de tous les princes
qui, après les frères du roi, était son plus proche parent, étant fils
de Philippe-Auguste, c'était un affront pour lui que la régence du
royaume fût en d'autres mains que les siennes, et surtout en celles
d'une femme, et d'une femme étrangère qui, par ces deux raisons, devait
être exclue du gouvernement du royaume de France: ils l'assurèrent de
leurs services pour soutenir son droit, s'il voulait le faire valoir.

Le comte Philippe avait épousé Mathilde, fille du vieux comte de
Boulogne, qui avait été fait et resté prisonnier de Philippe-Auguste,
depuis la bataille de Bouvines; et le gendre, pendant la prison de son
beau-père, avait été investi de tous les biens du comte. C'était sans
doute ce qui avait tenu jusqu'alors le gendre attaché aux intérêts du
roi et de la régente: car, si le vieux comte de Boulogne était sorti
de prison en même temps que le comte de Flandre, il aurait pu causer
beaucoup d'embarras à Philippe son gendre, et il est vraisemblable que
c'était cette raison qui avait empêché la régente, après la mort du roi
son époux, de donner la liberté au vieux comte de Boulogne. Celui-ci en
mourut de chagrin, ou de désespoir, car le bruit courut qu'il s'était
donné la mort. Philippe, après cet événement, n'ayant plus le motif
qui lui avait jusqu'alors fait ménager la régente, se trouva disposé
à écouter les mauvais conseils qu'on lui donnait pour s'emparer de la
régence.

Il concerta avec plusieurs seigneurs le projet de se saisir de la
personne du roi, qui se trouvait dans l'Orléanais. Ils avaient résolu
d'exécuter ce complot sur le chemin d'Orléans à Paris, lorsque le roi
retournerait dans sa capitale. Ce prince, en ayant été averti par le
comte de Champagne, se réfugia à Montlhéry, d'où il fit sur-le-champ
avertir la reine sa mère, et les habitans de Paris. Blanche en fit
partir promptement tous ceux qui étaient capables de porter les armes,
et tout le chemin, depuis Paris jusqu'à Montlhéry, fut aussitôt occupé
par une nombreuse armée et une foule incroyable de peuple, au milieu de
laquelle le roi passa comme entre deux haies de ses gardes. Ce n'était
qu'acclamations redoublées, et que bénédictions, qui ne cessèrent point
jusqu'à Paris. Le sire de Joinville rapporte que le roi se faisait
toujours un plaisir de se souvenir et de parler de cette journée, qui
lui avait fait connaître l'amour que ses peuples lui portaient. Les
seigneurs conjurés qui s'étaient rendus à Corbeil pour l'exécution de
leur dessein, voyant leur coup manqué, firent bonne contenance, et,
traitant de terreur panique la précaution que le roi avait prise, ils
se retirèrent pour former un nouveau projet de révolte, qui n'éclata
cependant que l'année suivante.

Ce fut pendant la tranquillité que procura dans le royaume
l'accommodement avec les seigneurs mécontens, dont je viens de
parler, que la régente termina une autre affaire importante, dont la
consommation fut très-glorieuse et fort utile pour le royaume, ayant
procuré la réunion à la couronne du comté de Toulouse et de ses
dépendances.

Le pape sollicitait vivement la régente de ne point abandonner la cause
de la religion, et de continuer à réduire les Albigeois, dont la mort du
roi son mari avait arrêté la ruine totale. Le légat, pour ce sujet,
fit payer par le clergé une grosse contribution que la reine employa
utilement. Elle procura des secours à Imbert de Beaujeu, dont la
prudence et l'activité avaient conservé les conquêtes qu'on avait faites
sur ces hérétiques. Ayant reçu un nouveau renfort, il fatigua tellement
les Toulousains par ses courses continuelles aux environs de leur ville,
par les alarmes qu'il leur donnait sans cesse, qu'il les mit enfin à
la raison, et obligea le comte de Toulouse à rentrer dans le sein de
l'Eglise, et à abandonner les Albigeois.

Le cardinal de Saint-Ange, qui était revenu en France depuis quelque
temps, profita de la consternation des Toulousains: il leur envoya
l'abbé Guérin de Grand-Selve, pour leur offrir la paix. Ils répondirent
qu'ils étaient prêts à la recevoir; et, sur cette réponse, la régente
leur ayant fait accorder une trève, on commença à traiter à Baziège,
auprès de Toulouse, et, peu de temps après, la ville de Meaux fut
choisie pour les conférences. Le comte Raymond s'y rendit avec plusieurs
des principaux habitans de Toulouse. Le cardinal-légat et plusieurs
prélats s'y trouvèrent aussi. La négociation ayant été fort avancée dans
diverses conférences, l'assemblée fut transférée à Paris, pour terminer
entièrement l'affaire en présence du roi.

La régente et le légat conclurent enfin un traité par lequel il fut
stipulé, 1.° que le comte de Toulouse donnerait Jeanne sa fille, qui
n'avait alors que neuf ans, en mariage à Alfonse de France, un des
frères du roi; 2.° que le comte de Toulouse jouirait des seuls biens
qui lui appartenaient dans les bornes de l'évêché de Toulouse, et de
quelques autres dans les évêchés de Cahors et d'Agen; qu'il n'en aurait
que l'usufruit, et que toute sa succession reviendrait, après sa mort, à
sa fille, à Alfonse son mari, et à leur postérité; et qu'au cas qu'il ne
restât point d'enfans de ce mariage, le comté de Toulouse serait réuni
à la couronne (comme il arriva en effet, après la mort de Jeanne et
d'Alfonse); 3.° que le comte remettrait au roi toutes les places et
toutes les terres qu'il possédait au-delà du Rhône et en-deçà, hors
l'évêché de Toulouse; qu'il lui livrerait la citadelle de cette ville,
et quelques autres places des environs, où le roi tiendrait garnison
pendant dix ans; 4.° que le comte irait dans dix ans au plus tard dans
la Palestine, combattre à ses propres frais contre les Sarrasins pendant
cinq ans. Enfin, le comte de Toulouse, pour assurer l'accomplissement
de tous les articles du traité, se constitua prisonnier dans la tour du
Louvre, jusqu'à ce que les murailles de Toulouse, et de quelques autres
villes et forteresses, eussent été détruites, comme on en était convenu,
et que Jeanne sa fille eût été remise entre les mains des envoyés de la
régente, etc.

Ensuite de ce traité, le comte fit amende honorable dans l'église de
Paris, pieds nus, et en chemise, en présence du cardinal-légat et de
tout le peuple de Paris.

Après cette paix conclue, on tint un célèbre concile à Toulouse pour
réconcilier cette ville à l'Eglise. Il fallut toutefois encore quelques
années pour rétablir une parfaite tranquillité dans le pays, où il se
fit de temps en temps quelques soulèvemens par les intrigues du comte de
la Marche et de quelques autres seigneurs; mais elles n'eurent pas de
grandes suites.

Ce que je viens de rapporter s'exécuta pendant la troisième année de la
minorité du jeune roi, avec beaucoup de gloire pour la reine régente,
et beaucoup de chagrin pour les factieux, qui n'osant plus s'attaquer
directement au roi, résolurent de tourner leurs armes contre Thibaud,
comte de Champagne, pour se venger de ce qu'il les avait empêchés de se
rendre maîtres de la personne de Louis.

_Les factieux attaquent le comte de Champagne_.

Le comte de Bretagne, auquel il ne coûtait pas plus de demander des
grâces, que de s'en rendre indigne, et le comte de la Marche, étaient
toujours les chefs de cette faction, aussi bien que le comte de
Boulogne, qui, sans vouloir paraître d'abord et se mettre en campagne,
se contenta de faire fortifier Calais et quelques autres places de sa
dépendance.

Entre les seigneurs ennemis du comte de Champagne, il y en eut
quelques-uns qui, faisant céder la colère où ils étaient contre lui, à
leur haine et à leur jalousie contre la régente, proposèrent, pour la
perdre, un projet qu'ils crurent infaillible: ce fut de détacher de ses
intérêts ce seigneur, qui, par sa puissance, était le principal appui
de la régente, et aurait été le plus redoutable ennemi qu'on pût lui
susciter à cause de la situation de ses états au milieu du royaume. Il
fallait, pour cet effet, lui faire reprendre ses anciennes liaisons. La
comtesse de Champagne, Agnès de Beaujeu, était morte. Thibaud, jeune
encore et n'ayant qu'une fille, cherchait à se remarier: on lui offrit
la princesse Iolande, fille du comte de Bretagne, quoique, par le traité
de Vendôme, elle eût été promise à Jean de France, frère du roi. Thibaud
écouta volontiers cette proposition. Après quelques négociations,
l'affaire fut conclue, et le jour pris pour amener la jeune princesse à
l'abbaye du Val-Secret, près Château-Thierry, où la cérémonie du mariage
devait se faire. Le comte de Bretagne était en chemin pour venir
l'accomplir, accompagné de tous les parens de l'une et de l'autre
maison.

Quoique cette affaire eût été tenue fort secrète, la régente toujours
attentive aux moindres démarches des seigneurs mécontens, fut instruite,
par ses espions et par les préparatifs que l'on faisait pour cette fête,
de ce qui se passait. Elle en prévit les suites, en instruisit le
roi son fils, et l'engagea d'écrire au comte de Champagne la lettre
suivante, qu'elle lui fit remettre par Godefroi de la Chapelle, grand
pannetier de France[1]: «Sire Thibaud, j'ai entendu que vous avés
convenance, et promis prendre à femme la fille du comte de Bretagne:
pourtant vous mande que si cher que avez, tout quant que amés au royaume
de France, ne le facez pas: la raison pour quoi, vous savés bien. Je
jamais n'ai trouvé pis qui mal m'ait voulu faire que lui.» Cette lettre,
et d'autres choses importantes que Godefroi de la Chapelle était chargé
de dire au comte, de la part du roi, eurent leur effet. Thibaud changea
de résolution, quelque avancée que fût l'affaire; car il ne reçut cette
lettre que lorsqu'il était déjà en chemin pour l'abbaye du Val-Secret,
où ceux qui étaient invités aux noces se rendaient de tous côtés.
Il envoya sur-le-champ au comte de Bretagne et aux seigneurs qui
l'accompagnaient, pour les prier de l'excuser, s'il ne se rendait pas
au Val-Secret, qu'il avait des raisons de la dernière importance qui
l'obligeaient de retirer la parole qu'il avait donnée au comte de
Bretagne, dont il ne pouvait épouser la fille. Aussitôt il retourna
à Château-Thierry, où, peu de temps après, il épousa Marguerite de
Bourbon, fille d'Archambaud, huitième du nom.

[Note 1: Joinville, 2e partie.]

Ce changement et cette déclaration du comte de Champagne mirent les
seigneurs invités dans une plus grande fureur que jamais contre lui. La
plupart de ceux qui devaient se trouver au mariage étaient ennemis du
roi et de la régente, et cette assemblée était moins pour la célébration
des noces, que pour concerter entre eux une révolte générale, dans
laquelle ils s'attendaient bien à engager le comte de Champagne. Ils
prirent donc la résolution de lui faire la guerre à toute outrance;
mais, pour y donner au moins quelque apparence de justice, ils
affectèrent de se déclarer protecteurs des droits qu'Alix, reine de
Chypre, cousine de Thibaud, prétendait avoir sur le comté de Champagne.

Ce fut donc sous le prétexte de protéger cette princesse dont les droits
étaient fort incertains, qu'ils attaquèrent tous ensemble le comte de
Champagne, dans le dessein de l'accabler.

Ce fut alors que le comte de Boulogne, oncle du roi, se déclara
ouvertement avec le comte Robert de Dreux, le comte de Brienne,
Enguerrand de Coucy, Thomas, son frère, Hugues, comte de Saint-Pol,
et plusieurs autres. Ayant assemblé toutes leurs troupes auprès de
Tonnerre, ils entrèrent en Champagne quinze jours après la saint Jean,
mirent tout à feu et à sang, et vinrent se réunir auprès de Troyes, à
dessein d'en faire le siége, disant partout qu'ils voulaient exterminer
celui qui avait empoisonné le feu roi: car c'était encore un prétexte
dont ils coloraient leur révolte.

Le comte de Champagne, n'étant pas assez fort pour résister à tant
d'ennemis, parce que ses vassaux étaient entrés dans la confédération,
eut recours au roi, comme à son seigneur, et le conjura de ne le pas
abandonner à la haine de ses ennemis, qu'il ne s'était attirée que
pour lui avoir été fidèle; et cependant il fit lui-même détruire
quelques-unes de ses places les moins fortes, pour empêcher les ennemis
de s'y loger. Le seigneur Simon de Joinville, père de l'auteur de
l'_Histoire de saint Louis_, se jeta pendant la nuit, avec beaucoup de
noblesse, dans la ville de Troyes pour la défendre; et ce secours fit
reprendre coeur aux habitans qui parlaient déjà de se rendre.

Le roi, sur cet avis, envoya aussitôt commander, de sa part, aux
confédérés de mettre bas les armes, et de sortir incessamment des terres
de Champagne. Ils étaient trop forts et trop animés pour obéir à un
simple commandement. Ils continuèrent leurs ravages; mais se voyant
prévenus par le seigneur de Joinville, ils s'éloignèrent un peu des
murailles de Troyes, et allèrent se camper dans une prairie voisine,
ayant le jeune duc de Bourgogne à leur tête. Louis, qui avait bien prévu
qu'il ne serait pas obéi, avait promptement assemblé son armée; et,
s'étant fait joindre par Matthieu II du nom, duc de Lorraine, il vint en
personne au secours du comte de Champagne.

Les approches du souverain, dont on commençait à ne plus si fort
mépriser la jeunesse, étonnèrent les rebelles. Ils envoyèrent au-devant
de lui le supplier de leur laisser vider leur querelle avec le comte
de Champagne, le conjurant de se retirer, et de ne point exposer sa
personne dans une affaire qui ne le regardait point. Le roi leur
répondit qu'en attaquant son vassal, ils l'attaquaient lui-même, et
qu'il le défendrait au péril de sa propre vie. Quand ce jeune prince
parlait de la sorte, il était dans sa quinzième année, et commençait
déjà à développer ce courage et cette fermeté qui lui étaient naturels,
et dont la reine, sa mère, lui avait donné l'exemple, et lui avait
enseigné l'usage qu'on devait en faire. Sur cette réponse, les rebelles
lui députèrent de nouveau pour lui dire qu'ils ne voulaient point tirer
l'épée contre leur souverain, et qu'ils allaient faire leur possible
pour engager la reine de Chypre à entrer en négociation avec le comte
Thibaud, sus la discussion de leurs droits. Le roi répliqua qu'il
n'était point question de négociation, qu'il voulait, avant toutes
choses, qu'ils sortissent des terres de Champagne; que, jusqu'à ce
qu'ils en fussent dehors, il n'écouterait ni ne permettrait au comte
d'écouter aucune proposition. On vit, en cette occasion, l'impression
que fait la fermeté d'un souverain armé qui parle en maître à des sujets
rebelles. Ils s'éloignèrent dès le même jour d'auprès de Troyes, et
allèrent se camper à Jully. Le roi les suivit, se posta dans le lieu
même qu'ils venaient d'abandonner, et les obligea de se retirer sous les
murs de la ville de Langres, qui n'était plus des terres du comté de
Champagne.

Ce qui contribua beaucoup encore à ce respect forcé qu'ils firent
paraître pour leur souverain, fut la diversion que le comte de Flandre,
à la prière de la régente, fit dans le comté de Boulogne, dont le comte,
qui était le chef le plus qualifié des ligués, fut obligé de quitter
le camp pour aller défendre son pays. On le sollicita en même temps de
rentrer dans son devoir, en lui représentant qu'il était indigne d'un
oncle du roi de paraître à la tête d'un parti de séditieux, et combien
étaient vaines les espérances dont on le flattait pour l'engager à se
rendre le ministre de la passion et des vengeances d'autrui. La crainte
de voir toutes ses terres désolées, comme on l'en menaçait, eut tout
l'effet qu'on désirait. Il écrivit au roi avec beaucoup de soumission,
et se rendit auprès de sa personne, sur l'assurance du pardon qu'on lui
promit.

Pour ce qui est du différend de la reine de Chypre avec le comte de
Champagne, le roi le termina de cette manière: la princesse fit sa
renonciation aux droits qu'elle prétendait avoir sur le comté de
Champagne, à condition seulement que Thibaud lui donnerait des terres du
revenu de deux mille livres par an, et quarante mille livres une fois
payées. Le comte n'étant pas en état de fournir cette somme, le roi la
paya pour lui, et le comte lui céda les comtés de Blois, de Chartres et
de Sancerre, avec la vicomté de Châteaudun[1]. Le roi, par ce traité,
tira un grand avantage d'une guerre dont il avait beaucoup à craindre;
mais elle ne fut pas entièrement terminée.

[Note 1: L'acte de cette vente est rapporté par Ducange, dans ses
_Observations sur l'Histoire de saint Louis_, par Joinville.]

Le comte de Bretagne, principal auteur de cette révolte, et dont
l'esprit était très-remuant, n'oublia rien pour engager le roi
d'Angleterre à seconder ses pernicieux desseins. Il lui envoya
l'archevêque de Bordeaux, et plusieurs seigneurs de Guyenne, de
Gascogne, de Poitou et de Normandie, qui passèrent exprès en Angleterre
pour presser Henri de profiter des conjonctures favorables qui se
présentaient de reconquérir les provinces que son père avait perdues
sous les règnes précédens. Ils l'assurèrent qu'il lui suffisait de
passer en France avec une armée, pour y causer une révolution générale.
L'irrésolution de ce prince fut le salut de la France. Hubert du Bourg,
à qui il avait les plus grandes obligations pour lui avoir conservé sa
couronne, était tout son conseil. Ce ministre, gagné peut-être par la
régente de France, comme on l'en soupçonnait en Angleterre, s'opposa,
presque seul, à la proposition qu'on fit au roi de passer en France, et
son avis fut suivi. Il se fit même, cette année, une trève d'un an entre
les deux couronnes: ce qui n'empêcha pas le roi d'Angleterre d'envoyer
un corps de troupes anglaises au comte de Bretagne. Ayant fait avec ces
troupes, jointes aux siennes, quelques courses sur les terres de France,
il fut cité à Melun, pour comparaître à la cour des pairs; et, sur le
refus qu'il fit de s'y rendre, on le déclara déchu des avantages que le
roi lui avait faits par le traité de Vendôme. Ensuite ce prince partit
de Paris avec la reine régente, et marcha avec son armée pour aller
punir le comte de Bretagne. Louis vint mettre le siége devant le château
de Bellesme, place très-forte, qui avait été laissée en la garde du
comte, par le traité de Vendôme. La place fut prise en peu de temps
par capitulation. Aussitôt après, les Anglais, mécontens du comte de
Bretagne dont les grands projets n'avaient abouti à rien, moins par sa
faute que par celle de leur roi, retournèrent en Angleterre.

Quelque ascendant que le roi, conduit par les conseils de la reine sa
mère, eût pris sur ses vassaux par la promptitude avec laquelle il avait
réprimé leur audace, cependant la France n'en était pas plus tranquille;
et l'on voyait sous ce nouveau règne, comme sous les derniers rois de la
seconde race, et sous les premiers de la troisième, tout le royaume en
combustion par les guerres particulières que les seigneurs se faisaient
les uns aux autres pour le moindre sujet; mais elles faisaient un bon
effet, en suspendant les suites de la jalousie et de la haine que la
plupart avaient contre la régente. Comme l'état se trouvait assez
tranquille cette année, elle négocia heureusement avec plusieurs
seigneurs qu'elle mit dans les intérêts du roi son fils, en les
déterminant par ses grâces, par ses bienfaits, et par ses manières
agréables et engageantes à lui rendre hommage de leurs fiefs;
affermissant par ce moyen, autant qu'il lui était possible, l'autorité
de ce jeune prince; mais elle ne put rien gagner sur le comte de
Bretagne.

C'était un esprit indomptable, qui, voyant la plupart des vassaux du
roi divisés entre eux, ne cessait de cabaler, et fit si bien, par ses
intrigues auprès du roi d'Angleterre, que ce prince se détermina enfin à
prendre la résolution de faire la guerre à la France, et d'y passer en
personne.

L'année précédente, il avait assemblé à Portsmouth une armée nombreuse.
Il s'était rendu en ce port avec tous les seigneurs qui devaient
l'accompagner; mais, lorsqu'il fut question de s'embarquer, il se trouva
si peu de vaisseaux, qu'à peine eussent-ils suffit pour contenir la
moitié des troupes. Henri en fut si fort irrité contre Hubert du Bourg,
son ministre et son favori, qu'il fut sur le point de le percer de
son épée, en lui reprochant qu'il était un traître qui s'était laissé
corrompre par l'argent de la régente de France. Le ministre se retira
pour laisser refroidir la colère de son maître. Quelques jours après,
le comte de Bretagne étant arrivé pour conduire, dans quelqu'un de ses
ports, l'armée d'Angleterre, selon qu'on en était convenu, il se trouva
frustré de ses espérances: néanmoins, comme il s'aperçut que le roi,
après avoir jeté son premier feu, avait toujours le même attachement
pour son ministre, il prit lui-même le parti de l'excuser, et il réussit
si bien qu'il le remit en grâce, s'assurant, qu'après un pareil service,
du Bourg ne s'opposait plus à ses desseins.

Avant de partir pour retourner en Bretagne, le comte voulut donner une
assurance parfaite de son dévouement au roi d'Angleterre: il lui fit
hommage de son comté de Bretagne, dont il était redevable au seul
Philippe-Auguste, roi de France; et, comme il savait que plusieurs
seigneurs de Bretagne étaient fort contraires au roi d'Angleterre, il
ajouta, dans son serment de fidélité, qu'il le faisait contre tous
les vassaux de Bretagne, qui ne seraient pas dans les intérêts de
l'Angleterre. Henri, en récompense, le remit en possession du comté
de Richemont et de quelques autres terres situées en Angleterre, sur
lesquelles le comte avait des prétentions. Il lui donna de plus cinq
mille marcs d'argent pour l'aider à se soutenir contre le roi de France,
et lui promit qu'au printemps prochain il l'irait joindre avec une belle
armée.

Le comte étant de retour et assuré d'un tel appui, ne ménagea plus rien:
il eut la hardiesse de publier une déclaration, dans laquelle il se
plaignait de n'avoir jamais pu obtenir justice ni du roi ni de la
régente, sur les justes requêtes qu'il avait présentées plusieurs fois.
Après avoir exagéré l'injustice qu'on lui avait faite par l'arrêt donné
à Melun contre lui, la violence avec laquelle on lui avait enlevé
le château de Bellesme et les domaines qu'il possédait en Anjou, il
protestait qu'il ne reconnaissait plus le roi pour son seigneur, et
qu'il prétendait n'être plus désormais son vassal. Cette déclaration fut
présentée au roi, à Saumur, de la part du comte, par un chevalier du
temple. C'était porter l'audace et la félonie aussi loin qu'elles
pouvaient aller.

Sa témérité ne demeura pas impunie. Dès le mois de février le roi vint
assiéger Angers, et le prit, après quarante jours de siége. Il aurait pu
pousser plus loin ses conquêtes, et même accabler le comte de Bretagne;
mais les seigneurs dont les troupes composaient une partie de son armée,
qui n'aimaient pas que le roi fît de si grands progrès, lui demandèrent
après ce siége leur congé, qu'il ne put se dispenser de leur accorder.
Il retira le reste de ses troupes, et fut obligé de demeurer dans
l'inaction jusqu'à l'année suivante.

Mais, pendant cet intervalle, la régente ne fut pas oisive: elle regagna
le comte de la Marche, et conclut avec lui un nouveau traité à Clisson,
par lequel le roi s'obligea de donner en mariage sa soeur Elisabeth
au fils aîné de ce comte. Elle traita avec Raimond, nouveau comte de
Thouars. Ce seigneur fit hommage au roi des terres qu'il tenait en
Poitou et en Anjou, et s'engagea de soutenir la régence de la reine
contre ceux qui voudraient la lui disputer; et enfin, elle remit dans
les intérêts du roi plusieurs seigneurs qui promirent de le servir
envers et contre tous. Elle leva des troupes, et mit le roi en état
de s'opposer vigoureusement au roi d'Angleterre, qui faisait des
préparatifs pour passer en France.

Effectivement, ce prince étant parti de Portsmouth le dernier avril
de l'an 1230, vint débarquer à St-Malo, où il fut reçu avec de grands
honneurs par le comte de Bretagne, qui, soutenant parfaitement sa
nouvelle qualité de vassal de la couronne d'Angleterre, lui ouvrit les
portes de toutes ses places.

Louis n'eut pas plutôt appris ce débarquement, qu'ayant assemblé
son armée, il se mit à la tête, vint se poster à la vue de la ville
d'Angers, où il demeura quelque temps, pour voir de quel côté le roi
d'Angleterre tournerait ses armes. Louis était alors dans la seizième
année de son âge. La régente lui avait donné, pour l'accompagner
et l'instruire du métier de la guerre, le connétable Mathieu
de Montmorency, et plusieurs autres seigneurs qui lui étaient
inviolablement attachés. Louis, voyant que les ennemis ne faisaient
aucun mouvement, s'avança jusqu'à quatre lieues de Nantes, et fit
le siége d'Ancenis. Plusieurs seigneurs de Bretagne, qui s'étaient
fortifiés dans leurs châteaux à l'arrivée des Anglais, dont ils
haïssaient la domination, vinrent trouver le roi pour lui offrir leurs
services et lui rendre hommage de leurs terres[1].

[Note 1: Les actes en subsistent encore au trésor des chartres.]

Le roi, avant de recevoir ces hommages, avait tenu, comme on le voit par
ces actes, une assemblée des seigneurs et des prélats, où le comte de
Bretagne, pour peine de sa félonie, avait été déclaré déchu de la garde
du comté de Bretagne, qu'il ne possédait qu'en qualité de tuteur de son
fils et de sa fille Iolande, auxquels le comté de Bretagne appartenait,
du chef de leur mère.

Cependant Ancenis fut pris, et les Anglais ne firent aucun mouvement
pour le secourir. Le roi s'avança encore plus près de Nantes, et fit
insulter les châteaux d'Oudun et de Chanteauceau, qu'il emporta aussi
sans que l'armée ennemie s'y opposât. On eût dit que le roi d'Angleterre
n'était venu en Bretagne que pour s'y divertir; car ce n'était que
festins, que réjouissances, que fêtes dans la ville de Nantes, tandis
que les ennemis étaient aux portes. Rien n'était plus propre que cette
inaction pour confirmer le soupçon qu'on avait depuis long-temps, que le
favori du roi d'Angleterre était pensionnaire de la régente de France.

Comme la saison s'avançait, et que l'on voyait bien que les Anglais,
parmi lesquels les maladies et la disette commençaient à se faire
sentir, ne pouvaient désormais exécuter rien d'important, la régente
pensa à mettre la dernière main à un ouvrage qu'elle avait déjà fort
avancé, et qui était de la dernière importance pour le bien de l'état.
C'était la réconciliation des grands du royaume entre eux, et leur
réunion entière avec le roi. On laissa sur la frontière autant de
troupes qu'il en fallait pour arrêter l'invasion de l'ennemi, et la cour
se rendit à Compiègne au mois de septembre 1230. Ce fut là qu'après
beaucoup de difficultés, tant les intérêts étaient compliqués, la
régente, bien convaincue que de là dépendaient le repos du roi son fils,
et la tranquillité de l'état, eut le bonheur de réussir. Les comtes de
Flandre et de Champagne se réconcilièrent avec le comte de Boulogne,
à qui l'on donna une somme d'argent pour le dédommager des dégâts qui
avaient été faits sur ses terres par ordre de la cour. Jean, comte de
Châlons, reconnut le duc de Bourgogne pour son seigneur, et promit
de lui faire hommage. Le duc de Lorraine et le comte de Bar furent
réconciliés par le comte de Champagne et par la régente. Tous les
seigneurs promirent au roi de lui être fidèles, après que ce prince et
la régente leur eurent assuré la confirmation de leurs droits et de
leurs priviléges, suivant les règles de la justice, les lois et les
coutumes de l'état.

Le roi d'Angleterre ne voulant pas qu'il fût dit qu'il n'était passé en
France que pour y donner des fêtes, se livrer au plaisir et y ruiner ses
affaires, prit l'occasion de l'éloignement du roi, pour conduire ce
qui lui restait de troupes en Poitou et en Gascogne, où il reçut les
hommages de ceux de ses sujets qui relevaient de lui à cause de son
duché de Guyenne. Etant ensuite revenu en Bretagne, et voyant que son
séjour en France lui serait désormais inutile, après ce qui venait de
se passer à Compiègne, il repassa la mer et arriva à Portsmouth au mois
d'octobre, fort chagrin d'avoir fait une excessive dépense, et perdu par
les maladies beaucoup de ses officiers.

Le départ du roi d'Angleterre laissait le comte de Bretagne exposé à
toute la vengeance du roi; mais le comte de Dreux, fort empressé à tirer
son frère du danger où il était, obtint sa grâce du roi, qui voulut
bien, par bonté, accorder au comte de Bretagne une trève de trois
années, qui fut conclue au mois de juillet 1231.

Le roi et l'état firent, cette année, deux grandes pertes par la mort
des deux seigneurs les plus illustres et les plus distingués pour leur
valeur dans les armées, et dans les conseils par leur prudence. Je veux
parler de Mathieu II de Montmorency, qui exerça la charge de connétable
sous trois rois avec la plus grande fidélité, et du célèbre Garin,
chancelier de France.

Montmorency avait accompagné Philippe-Auguste dans l'expédition qu'il
fit en Palestine avec Richard, roi d'Angleterre, contre les infidèles.
Il contribua beaucoup à la fameuse victoire que Philippe remporta à
Bouvines, dans laquelle Montmorency prit seize bannières, en mémoire
de quoi, au lieu de quatre alérions qu'il portait dans ses armoiries,
Philippe voulut qu'il en mît seize.

Montmorency commanda depuis aux siéges de Niort, de Saint-Jean-d'Angely,
de La Rochelle, et de plusieurs autres places qu'il prit sur les
Anglais. Quoique l'histoire ne nous apprenne pas le nom du gouverneur de
saint Louis, pendant sa minorité, il ne faut pas douter, que Montmorency
n'en fît les fonctions. Louis VIII, étant au lit de la mort, pria ce
seigneur d'assister de ses forces et de ses conseils le jeune Louis:
Mathieu le lui promit; et, fidèle à sa parole, il réduisit les
mécontens, soit par la force, soit par sa prudence, à se soumettre au
roi et à la régente sa mère. Quoique Louis n'eût encore que quinze ans,
il accompagnait, dans toutes les expéditions militaires, Montmorency,
qui lui apprenait le métier de la guerre, dans laquelle ce jeune prince
devint un des plus expérimentés capitaines de l'Europe. L'histoire nous
apprend que Montmorency est le premier connétable de France qui ait été
général d'armée: car, auparavant la charge de connétable répondait à peu
près à celle de grand-écuyer. Son courage, son crédit, son habileté,
illustrèrent beaucoup sa famille, et commencèrent à donner à la charge
de connétable l'éclat qu'elle a eu depuis.

Le chancelier Garin avait été d'abord chevalier de
Saint-Jean-de-Jérusalem, ensuite garde-des-sceaux, puis évêque de
Senlis, et enfin chancelier. Génie universel, d'une prudence et d'une
fermeté sans exemple; grand homme de guerre avant qu'il fût pourvu de
l'épiscopat, il se trouva avec Philippe-Auguste à Bouvines, où il fit
les fonctions de maréchal de bataille, contribua beaucoup à la victoire
par ses conseils et par son courage, et dans laquelle il fit prisonnier
le comte de Flandre; évêque digne des premiers siècles, quand il cessa
d'être homme de guerre. Ce fut lui qui éleva la dignité de chancelier au
plus haut degré d'honneur, et lui assura le rang au-dessus des pairs de
France. Il commença le _Trésor des chartres_, et fit ordonner que les
titres de la couronne ne seraient plus transportés à la suite des rois,
mais déposés en un lieu sûr. Il continua jusqu'à sa mort à aider de ses
conseils la reine Blanche, et conserva, sous sa régence, le crédit qu'il
avait depuis quarante ans dans les principales affaires de l'état.

La France commença donc à respirer, après tant de desordres causés par
les guerres civiles. La régente n'oublia rien pour rétablir l'ordre
et la tranquillité dans tout le royaume; elle continua ses soins pour
accommoder encore les différends de quelques seigneurs, qu'on n'avait pu
terminer dans le parlement de Compiègne.

Elle fit revenir à Paris les professeurs de l'université, qui s'étaient
tous retirés de concert, à l'occasion d'une querelle que quelques
écoliers[1], à la suite d'une partie de débauche, avaient eue avec des
habitans du faubourg Saint-Marceau, et sur laquelle le roi n'avait pas
donné à l'université la satisfaction qu'elle avait demandée avec trop de
hauteur et peu de raison.

[Note 1: Les écoliers n'étaient pas alors, comme aujourd'hui, des enfans
à peine sortis de l'adolescence: c'étaient tous des hommes faits, qui
causaient souvent des désordres, et que l'université soutenait trop.]

On tint la main à l'exécution d'une ordonnance publiée quelque temps
auparavant contre les Juifs, dont les usures excessives ruinaient toute
la France. On fit fortifier plusieurs places sur les frontières; et
enfin on renouvela les traités d'alliance avec l'empereur et le roi des
Romains, pour maintenir la concorde entre les vassaux des deux états,
et empêcher qu'aucuns ne prissent des liaisons trop étroites avec
l'Angleterre.

Les interdits étaient depuis long-temps fort en usage. Les papes les
jetaient sur les royaumes entiers, et les évêques, à leur exemple, dès
qu'ils croyaient avoir reçu quelque tort ou du roi, ou de ses officiers,
ou de leurs diocésains, faisaient cesser partout le service divin, et
fermer les églises, si on leur refusait satisfaction. Cela fut regardé
par la régente, et avec raison, comme un grand désordre. Milon, évêque
de Beauvais, et Maurice, archevêque de Rouen, en ayant usé ainsi,
leur temporel fut saisi au nom du roi, et ils furent obligés de lever
l'interdit. Ce prince, tout saint qu'il était, tint toujours depuis pour
maxime de ne pas se livrer à un aveugle respect pour les ordres des
ministres de l'église, qu'il savait être sujets aux emportemens de la
passion comme les autres hommes[1]. Il balançait toujours, dans les
affaires de cette nature, ce que la piété et la religion d'un côté, et
ce que la justice de l'autre, demandaient de lui. Le sire de Joinville,
dans l'Histoire de ce saint roi, en rapporte un exemple, sans marquer
précisément le temps où le fait arriva, et qui mérite d'avoir ici sa
place.

[Note 1: Daniel, tom. III, édition de 1722, p. 198.]

«Je vy une journée, dit-il, que plusieurs prélats de France se
trouvèrent à Paris, pour parler au bon saint Louis, et lui faire une
requête, et quand il le sçut il se rendit au palais, pour les ouïr de ce
qu'ils vouloient dire, et quand tous furent assemblés, ce fut l'évêque
Gui d'Auseure[1], qui fut fils de monseigneur Guillaume de Melot, qui
commença à dire au roi, par le congié et commun assentement de tous les
autres prélats: Sire, sachez que tous ces prélats qui sont en votre
présence me font dire que vous lessés perdre toute la chrétienté, et
qu'elle se perd entre vos mains. Alors le bon roi se signe de la croix,
et dit: Evêque, or me dites comment il se fait, et par quelle raison?
Sire, fit l'evêque, c'est pour ce qu'on ne tient plus compte des
excommuniés; car aujourd'hui un homme aimeroit mieux morir tout
excommunié que de se faire absoudre, et ne veut nully faire satisfaction
à l'Eglise. Pourtant, Sire, ils vous requièrent tous à un vois, pour
Dieu, et pour ce que ainsi le devés faire, qu'il vous plaise commander à
tous vos baillifs, prévôts, et autres administrateurs de justice, que
où il sera trouvé aucun en votre royaume, qui aura été an et jour
continuellement excommunié, qu'ils le contraignent à se faire
absoudre, par la prinse de ses biens. Et le saint homme répondit que
très-volontiers le commanderoit faire de ceux qu'on trouveroit être
torçonniers à l'église et à son prème[2]. Et l'évêque dit qu'il ne leur
appartenoit à connoître de leurs causes. Et à ce répondit le roi, il ne
le feroit autrement, et disoit que ce seroit contre Dieu et raison qu'il
fît contraindre à soi faire absoudre ceux à qui les clercs feroient
tort, et qu'ils ne fussent oiz en leur bon droit. Et de ce leur donna
exemple du comte de Bretaigne, qui par sept ans a plaidoyé contre les
prélats de Bretaigne tout excommunié; et finablement a si bien conduit
et mené sa cause, que notre saint père le pape les a condamnés envers
icelui comte de Bretaigne. Parquoi disoit que si, dès la première année,
il eût voulu contraindre icelui comte de Bretaigne à soi faire absoudre,
il lui eût convenu laisser à iceulx prélats, contre raison, ce qu'ils
lui demandoient contre son vouloir, et que, en ce faisant, il eût
grandement mal fait envers Dieu et envers ledit comte de Bretaigne.
Après lesquelles choses ouyes, pour tous iceulx prélats, il leur suffit
de la bonne réponse du roi, et oncques puis ne oï parler qu'il fût fait
demande de telles choses.»

[Note 1: D'Auxerre.]

[Note 2: Prochain.]

_Mariage du roi_.

Le roi étant entré dans sa dix-neuvième année, la régente pensa
sérieusement à le marier. Il est étonnant que la piété solide de ce
prince, et la vie exemplaire qu'il menait dès lors, ne l'aient point mis
à couvert des traits de la plus noire calomnie. Les libertins, dont les
cours ne manquent jamais, et dont le plaisir est de pouvoir flétrir la
vertu la plus pure, à quoi ils joignirent encore la jalousie qu'ils
avaient de la prospérité dont la France jouissait sous la conduite de
la régente, osèrent faire courir le bruit que ce jeune prince avait des
maîtresses, que sa mère ne l'ignorait pas, mais qu'elle n'osait pas trop
l'en blâmer, afin de n'être point obligée de le marier sitôt pour se
conserver plus longtemps l'autorité entière du gouvernement.

Ces traits injurieux firent une telle impression dans le public, qu'un
bon religieux, poussé d'un zèle indiscret, en fit une vive réprimande à
la reine. L'innocence est toujours humble, toujours modeste. _J'aime le
roi mon fils_, répondit Blanche avec douceur, _mais, si je le voyais
prêt à mourir, et que, pour lui sauver la vie, je n'eusse qu'à lui
permettre d'offenser son Dieu, le ciel m'est témoin que, sans hésiter,
je choisirais de le voir périr, plutôt que de le voir encourir la
disgrace de son Créateur par un péché mortel_.

La régente, avec sa grandeur d'ame ordinaire, méprisa ces calomnies,
et ceux qui les répandaient n'eurent pas la satisfaction de l'en voir
touchée; mais elle confondit leur malignité sur ce qui la regardait, en
mariant le roi son fils, et en lui faisant épouser la fille aînée du
comte de Provence.

Il s'appelait Raymond Bérenger. Il était de l'illustre et ancienne
maison des comtes de Barcelone, dont on voyait les commencemens sous
les premiers rois de la seconde race. Le royaume d'Aragon y était entré
depuis près de cent ans par une héritière de cet état. Le comté
de Provence, démembré de la couronne de France, du temps de
Charles-le-Simple, était aussi venu par alliance dans la maison de
Barcelone, au moins pour la plus grande partie; car les comtes de
Toulouse y avaient des terres et des places, et se disaient marquis de
Provence. Ce comté fut le partage de la branche cadette dont Raymond
Bérenger était le chef, et cousin-germain de Jacques régnant
actuellement en Aragon.

Raymond Bérenger eut de Béatrix, sa femme, quatre filles, qui, toutes
quatre, furent reines. Eléonore, la seconde, fut mariée à Henri II,
roi d'Angleterre. Ce prince fit épouser la troisième, nommée Sancie,
à Richard, son frère, qui fut roi des Romains. Béatrix, la cadette de
toutes, épousa Charles, comte d'Anjou, depuis roi de Sicile, frère de
Louis. Enfin, Marguerite, l'aînée, épousa le roi de France. Ce prince la
fit demander par Gaulthier, archevêque de Sens, et par le sire Jean de
Nesle. Le comte de Provence, très-sensible à cet honneur, en accepta
la proposition avec la plus grande joie. Il confia sa fille aux
ambassadeurs avec un cortége convenable pour la conduire à la cour de
France.

La naissance et la beauté de Marguerite la rendaient également digne
de cet honneur. Ses parens lui avaient fait donner une éducation assez
semblable à celle que Louis avait reçue de la reine sa mère. Ce prince
l'épousa à Sens, où elle fut en même temps couronnée par l'archevêque.

Cependant la trève de trois années, que Louis avait accordée au comte de
Bretagne, était sur le point de finir: le comte y avait même fait des
infractions par plusieurs violences exercées sur les terres de Henri
d'Avaugour, à cause de l'attachement que ce seigneur avait fait paraître
pour la France. Le comte, toujours en liaison avec le roi d'Angleterre,
avait obtenu de lui deux mille hommes qu'il avait mis dans les places
les plus exposées de sa frontière. Le roi, instruit de ses intrigues,
résolut de le pousser plus vivement qu'il n'avait encore fait. Le comte
de Dreux et le comte de Boulogne étaient morts pendant la trève. Le
comte de Bretagne avait perdu, dans le premier, qui était son frère, un
médiateur dont le crédit eût été pour lui une ressource en cas que ses
affaires tournassent mal; et dans le second, un homme toujours assez
disposé à seconder ses mauvais desseins. Le roi, ayant assemblé ses
troupes, s'avança sur les frontières de Bretagne avec une nombreuse
armée. On y porta le ravage partout; de sorte que le comte, se voyant
sur le point d'être accablé, envoya au roi pour le prier d'épargner ses
sujets, et d'écouter quelques propositions qu'il espérait lui faire
agréer. Le comte lui représenta que les engagemens qu'il avait avec
le roi d'Angleterre, tout criminels qu'ils étaient, ne pouvaient être
rompus tout d'un coup: il le supplia de vouloir bien lui donner le temps
de se dégager avec honneur, et de lui accorder une trève jusqu'à la
Toussaint, pendant laquelle il demanderait au roi d'Angleterre une chose
qu'assurément ce prince n'était pas en état de lui accorder; savoir:
qu'avant le mois de novembre il vînt à son secours en personne, avec une
armée capable de résister à celle des Français, et promit que, sur son
refus, il renoncerait à sa protection et à l'hommage qu'il lui avait
fait, et remettrait entre les mains du roi toute la Bretagne. Le roi,
qui savait qu'en effet le roi d'Angleterre ne pourrait jamais en si peu
de temps faire un armement de terre et de mer suffisant pour une telle
expédition, accorda au comte ce qu'il lui demandait; mais à condition
qu'il lui livrerait trois de ses meilleures places, et qu'il rétablirait
dans leurs biens les seigneurs bretons, partisans de la France. Le comte
de Bretagne accepta ces conditions. Peu de temps après il passa en
Angleterre, où il exposa à Henri l'état où il était réduit, le pria de
venir en Bretagne avec une armée, lui demanda l'argent nécessaire pour
soutenir la guerre contre un ennemi aussi puissant que celui qu'il avait
sur les bras, et lui dit que, faute de cela, il serait obligé de faire
sa paix à quelque prix que ce fût.

Le roi d'Angleterre lui répondit qu'il lui demandait une chose
impossible, lui reprocha son inconstance, et lui fit avec chagrin le
détail des grosses dépenses que l'Angleterre avait faites pour le
soutenir, sans qu'il en eût su profiter. Il lui offrit néanmoins encore
quelque secours de troupes s'il voulait s'en contenter. Le comte, de son
côté, se plaignit qu'on l'abandonnait après qu'il s'était sacrifié pour
le service de la couronne d'Angleterre, qu'il était entièrement ruiné,
et que le petit secours qu'on lui offrait était moins pour le défendre,
que pour l'engager à se perdre sans ressources; et l'on se sépara fort
mécontent de part et d'autre. Après ce que nous avons rapporté de la
dernière expédition du roi d'Angleterre en Bretagne, il serait bien
difficile de décider lequel de lui ou du comte s'était conduit avec le
plus d'imprudence.

Le comte de Bretagne n'eut pas plutôt repassé la mer, qu'il vint se
jeter aux pieds du roi pour lui demander miséricorde, en confessant
qu'il était un rebelle, un traître, qu'il lui abandonnait tous ses états
et sa propre personne pour le punir comme il le jugerait à propos.

Le roi, touché de la posture humiliante où il voyait le comte, fit
céder ses justes ressentimens à sa compassion; et, après lui avoir fait
quelques reproches sur sa conduite passée, il lui dit que, quoiqu'il
méritât la mort pour sa félonie, et pour les maux infinis qu'il avait
causés à l'état, il lui donnait la vie; qu'il accordait ce pardon à
sa naissance, qu'il lui rendait ses états, et qu'il consentait qu'ils
passassent à son fils, qui n'était pas coupable des crimes de son père.
Le comte, pénétré de la bonté du roi, lui promit de le servir envers
tous, et contre tous. Il lui remit ses forteresses de Saint-Aubin, de
Chanteauceaux et de Mareuil pour trois ans, et s'obligea de plus à
servir à ses frais pendant cinq ans en Palestine, et à rétablir la
noblesse de Bretagne dans tous ses priviléges.

Le comte, très-content d'en être quitte à si bon marché, retourna en
Bretagne, d'où il envoya déclarer au roi d'Angleterre qu'il ne se
reconnaissait plus pour son vassal. Henri ne fut point surpris de cette
déclaration; mais sur-le-champ il confisqua le comté de Richemont et les
autres terres que le comte possédait en Angleterre. Le comte, pour s'en
venger, fit équiper dans ses ports quelques vaisseaux avec lesquels il
fit courir sur les Anglais, troubla partout leur commerce, et remplit
par là, dit Matthieu Paris, historien anglais, son surnom de _Mauclerc_,
c'est-à-dire d'homme malin et méchant.

La soumission du comte de Bretagne fut de la plus grande importance pour
affermir l'autorité du jeune roi. La vigueur avec laquelle il l'avait
poussé, retint dans le respect les autres grands vassaux de la couronne;
mais il ne fut pas moins attentif à prévenir les occasions de ces sortes
de révoltes, que vif à les réprimer.

_Politique de nos rois sur les mariages des grands_.

Les alliances que les vassaux contractaient par des mariages avec
les ennemis de l'état, et surtout avec les Anglais, y contribuaient
beaucoup: aussi une des précautions que prenaient les rois, à cet égard,
était d'empêcher ces sortes d'alliances autant qu'il était possible, et
dans les traités qu'ils faisaient avec leurs vassaux, cette clause était
ordinairement exprimée, que ni le vassal, ni aucun de sa famille ne
pourrait contracter mariage avec étrangers, sans l'agrément du prince.
Louis était très-exact à faire observer cet article important. Le roi
d'Angleterre, dans le dessein d'acquérir de nouvelles terres et de
nouvelles places en France, demanda en mariage à Simon, comte de
Ponthieu, Jeanne, l'aînée de ses quatre filles, et sa principale
héritière. Le traité du mariage fut fait; elle fut épousée au nom du roi
d'Angleterre par l'évêque de Carlile, et le pape même y avait contribué.
Malgré ces circonstances, Louis s'opposa à ce mariage, dont il prévoyait
les suites dangereuses pour l'intérêt de l'état. Il menaça le comte de
Ponthieu de confisquer toutes ses terres, s'il l'accomplissait, et
tint si ferme, que le comte, sur le point de se voir beau-père du roi
d'Angleterre, fut obligé de renoncer à cet honneur. Mais un autre
mariage, qui fut conclu cette même année, récompensa la comtesse Jeanne
de la couronne que Louis lui avait fait perdre, en l'obligeant de
refuser la main du roi d'Angleterre. Ferdinand, roi de Castille, écrivit
au monarque français pour le prier d'agréer la demande qu'il voulait
faire de cette vertueuse princesse: ce qu'il obtint d'autant plus
aisément, qu'il en avait plus coûté au coeur de Louis pour arracher un
sceptre des mains d'une personne du plus grand mérite, et sa proche
parente; car elle descendait d'Alix, fille de Louis-le-Jeune. On le vit
encore, quelque temps après, consoler la comtesse Mathilde d'avoir été
contrainte de préférer le bien de l'état à son inclination pour un
gentilhomme. Il lui fit épouser le prince Alphonse, frère de Sanche,
roi de Portugal, neveu de la reine Blanche, qui avait fait élever cette
jeune demoiselle à la cour de France.

Le roi tint la même conduite à l'égard de Jeanne, comtesse de Flandre,
veuve du comte Ferrand. Simon de Montfort, comte de Leicester, et frère
cadet d'Amauri de Montfort, connétable de France, s'était établi en
Angleterre pour y posséder le comté de Leicester, dont il était héritier
du chef de sa grand'mère, et dont le roi d Angleterre n'aurait pas voulu
lui accorder la jouissance s'il était demeuré en France. Ce seigneur,
homme de beaucoup de mérite, était en état, par ses grands biens et par
le crédit où il était parvenu en Angleterre, d'épouser la comtesse de
Flandre. Le roi, dans un traité fait à Péronne avec elle, quelques
années auparavant, n'avait pas manqué d'y faire insérer un article par
lequel elle s'engageait de ne point s'allier avec les ennemis de
l'état. Ce fut en vertu de ce traité, qu'il l'obligea de rompre toute
négociation sur ce mariage. Il empêcha aussi Mathilde, veuve du comte de
Boulogne, oncle du roi, dont nous avons déjà parlé, d'épouser le même
Simon de Montfort.

_Majorité de saint Louis_.

Cette conduite de Louis faisait connaître à toute la France combien il
avait profité, dans l'art de régner, des instructions que lui avait
données la reine sa mère. Cette princesse cessa de prendre la qualité de
régente du royaume, sitôt que le roi eut vingt et un ans accomplis, et
ce fut le cinq d'avril 1236. Ce terme de la minorité fut avancé depuis
par une ordonnance de Charles V, suivant laquelle les rois de France
sont déclarés majeurs dès qu'ils commencent leur quatorzième année.

La première affaire importante que Louis eut en prenant le gouvernement
de son état, lui fut suscitée par le comte de Champagne, que sa légéreté
naturelle ne laissait guère en repos. Il se brouillait tantôt avec son
souverain, tantôt avec ses vassaux, tantôt avec ses voisins, et une
couronne dont il avait hérité depuis deux ans ne contribuait pas à le
rendre plus traitable. Il était fils de Blanche, soeur de Sanche, roi de
Navarre.

Sanche étant mort en 1234, sans laisser d'héritiers, Thibaud, son
neveu, lui succéda au trône de Navarre. Il trouva dans le trésor de son
prédécesseur 1,700,000 livres, somme qui, réduite au poids de notre
monnaie d'aujourd'hui, ferait environ 15,000,000. Avec ces richesses et
cet accroissement de puissance, il se crut moins obligé que jamais de
ménager le roi.

Il prétendit que la cession qu'il avait faite des comtés de Blois, de
Chartres, de Sancerre et des autres fiefs dont il avait traité avec le
roi pour les droits de la reine de Chypre, n'était point une vente, mais
seulement un engagement de ces fiefs avec pouvoir de les retirer en
rendant la somme d'argent que le roi avait payée pour lui: il entreprit
donc de l'obliger à les lui rendre. Outre son humeur inquiète, il fut
encore animé par le comte de la Marche, et encore plus par la comtesse
sa femme, qui, après avoir rabaissé sa qualité de reine d'Angleterre
en épousant un simple vassal du roi de France, conservait néanmoins
toujours sa fierté à ne pouvoir plier sous le joug de la dépendance.

Il y avait un an que ces intrigues se tramaient. Dès que le roi en fut
averti, il en prévint l'effet. Il fit assembler promptement les milices
des communes, et celles de ses vassaux. Ses ordres ayant été exécutés,
son armée se trouva prête à marcher avant que le roi de Navarre eût pu
mettre en défense ses places les plus voisines de Paris. Mais Thibaud,
qui savait bien qu'avec ses seules forces il ne pourrait résister à
la puissance du roi, avait pris l'année précédente des mesures pour
suspendre l'orage. Comme il s'était croisé pour faire le voyage de la
Terre-Sainte, il crut pouvoir se prévaloir des priviléges accordés aux
croisés par les papes, dont l'un était de ne pouvoir être attaqués par
leurs ennemis. Il fit entendre au pape Grégoire IX que le roi voulait
lui faire la guerre, et le mettrait dans l'impuissance d'accomplir
son voeu. Le pape, qui avait cette expédition fort à coeur, écrivit
sur-le-champ au roi, moins pour le prier, que pour lui défendre, sous
peine des censures ecclésiastiques, de ne rien entreprendre contre un
prince croisé pour le soutien de la religion.

Le roi, plus éclairé sur cet article que plusieurs de ses prédécesseurs,
et qui connaissait parfaitement ce qu'il pouvait et ce qu'il devait
faire en conscience en cette matière, n'eut pas beaucoup d'égard aux
lettres du pape, mal informé des intrigues et des mauvais desseins du
roi de Navarre: il assembla son armée au bois de Vincennes, dans la
ferme résolution de fondre incessamment sur la Brie et sur la Champagne.

Le roi de Navarre, fort embarrassé, car le roi avait résolu de le punir,
prit le parti de la soumission, qui lui avait déjà réussi. Il envoya
promptement un homme de confiance, qui vint témoigner au roi le regret
que le roi de Navarre avait de lui avoir donné lieu de soupçonner sa
fidélité, et le supplier de lui pardonner sa faute.

Le roi, toujours porté à la douceur, pourvu que son autorité n'en
souffrît pas, répondit qu'il était prêt de recevoir les soumissions
du roi de Navarre à ces conditions: la première, qu'il renonçât à ses
injustes prétentions sur les fiefs qu'il lui avait cédés par un traité
solennel; la seconde, que, pour assurance de sa fidélité, il lui remît
incessamment entre les mains quelques places de ses frontières de Brie
et de Champagne; la troisième, qu'il accomplît au plutôt son voeu
d'aller à la Terre-Sainte; et la quatrième, que, de sept ans, il ne
remît le pied en France.

L'envoyé consentit à tout, et le roi de Navarre vint, peu de jours
après, trouver le roi, auquel il livra Bray-sur-Seine et Montereau
Faut-Yonne: c'est là ce que son infidélité et son imprudence lui
valurent. Peu de temps après, la reine régente lui envoya ordre de
sortir de la cour, choquée sans doute de la liberté qu'il prenait de
lui témoigner toujours de la tendresse, lui faisant connaître par cette
conduite le mépris qu'elle faisait d'un homme aussi frivole que lui.

L'accommodement fait avec le roi de Navarre établit la tranquillité dans
le royaume, et le fit jouir, pendant cette année, d'une heureuse paix,
durant laquelle le roi fut garanti d'un grand péril qu'il n'était pas
possible de prévoir. On avait appris en Orient que le pape ne cessait
d'exciter les princes chrétiens à s'unir ensemble pour le secours de la
Palestine; que le roi de France, qui joignait à une grande puissance
beaucoup de courage et de zèle pour sa religion, était de tous les
princes celui sur lequel le pape pouvait le plus compter pour le faire
chef d'une de ces expéditions générales qui avaient déjà mis plusieurs
fois le mahométisme sur le penchant de sa ruine, et qui avaient causé de
si grandes pertes aux Musulmans. Un roi de ces contrées, qu'on nommait
le _Vieux de la Montagne_, et prince des assassins, crut qu'il rendrait
un grand service à son pays, s'il pouvait faire périr Louis. Pour cet
effet, il commanda à deux de ses sujets, toujours disposés à exécuter
aveuglément ses ordres, de prendre leur temps pour aller assassiner ce
prince. Ils partirent dans cette résolution, mais la providence de Dieu
qui veillait à la conservation d'une tête si précieuse, toucha le coeur
du prince assassin par le moyen de quelques chevaliers du Temple[1], qui
lui firent des représentations a ce sujet. Il envoya un contre-ordre;
ceux qui le portaient arrivèrent heureusement en France avant ceux qui
étaient chargés du premier ordre, et avertirent eux-mêmes le roi. Ce
prince profita de cet avis, et se fit une nouvelle compagnie de gardes,
armés de massues d'airain, qui l'accompagnaient partout, persuadé que la
prudence humaine, renfermée dans ses justes bornes, n'est point opposée
à la soumission aux décrets de la Providence. On fit la recherche des
deux assassins, et on les découvrit. On les renvoya sans leur faire
aucun mal: on leur donna même des présens pour leur maître, que
l'aveugle obéissance de ses sujets rendait redoutable. Mais le roi le
traita depuis honorablement dans son voyage de la Terre-Sainte, comme je
le dirai dans la suite.

[Note 1: Nangius in _Historiá Ludovici_.]

Cette visible protection du Ciel fut un nouveau motif au roi pour
redoubler sa ferveur et sa piété. Il les fit paraître quelque temps
après, en dégageant à ses frais la couronne d'épines de Notre-Seigneur,
un morceau considérable de la vraie croix, et d'autres précieuses
reliques qui avaient été engagées par Baudouin, empereur de
Constantinople, pour une très-grosse somme d'argent. Ces précieuses
reliques furent apportées en France et reçues au bois de Vincennes par
le roi, qui les conduisit de là à Paris, marchant nu-pieds, aussi bien
que les princes ses frères, tout le clergé et un nombre infini de
peuple. Ces reliques furent ensuite placées dans la Sainte-Chapelle, où
on les conserva comme un des plus précieux trésors qu'il y eût dans le
monde.

Ce qui contribua beaucoup à entretenir la paix dans le royaume, fut
la résolution que prirent quelques-uns des vassaux du roi, les plus
difficiles à gouverner, d'accomplir le voeu qu'ils avaient fait d'aller
à la Terre-Sainte. Le roi de Navarre, le comte de Bretagne, Henri, comte
de Bar, le duc de Bourgogne, Amauri de Montfort, connétable de France,
et quantité d'autres seigneurs, passèrent en Palestine, où plusieurs
d'entre eux périrent sans avoir rien fait de mémorable, ni de fort
avantageux pour la religion.

Pendant que ces seigneurs étaient occupés dans la Palestine à faire la
guerre aux infidèles, les états de Louis étaient dans la plus grande
tranquillité. Ce prince, occupé tout entier de la religion et du bonheur
de ses peuples, partageait également ses soins entre l'une et les
autres. Les mariages des grands étaient alors l'objet le plus important
de la politique de nos souverains. Mathilde, veuve de Philippe, comte
de Boulogne, oncle du roi, avait promis par écrit de ne marier sa fille
unique, que de l'agrément de Louis. Elle fut fidèle à sa promesse. Le
monarque qui, peu de temps auparavant, s'était opposé à l'union de
la mère avec le comte de Leicester, seigneur anglais d'une ambition
démesurée, consentit que la fille épousât Gaucher IV, chef de la maison
de Châtillon, seigneur français, aussi distingué par sa fidélité que par
sa haute naissance. Ce fut aussi par le même principe qu'après avoir
forcé la comtesse de Flandre à renoncer à l'alliance du même Leicester,
il lui permit de s'unir au comte Thomas, cadet de la maison de Savoie,
oncle de la reine Marguerite, le cavalier le mieux fait de son temps,
plus estimable encore par les qualités de l'esprit et du coeur, mais peu
avantagé des biens de la fortune.

_Mariages des princes Robert et Alphonse, frères du roi_.

Mais de tous ces mariages, les plus célèbres furent ceux des princes
Robert et Alphonse, frères du roi. Le premier avait été accordé avec la
fille unique du feu comte de Flandre. La mort prématurée de cette riche
héritière inspira d'autres vues. Louis choisit, pour la remplacer,
Mathilde ou Mahaut, soeur aînée du duc de Brabant, princesse en grande
réputation de sagesse. Alphonse, par le traité qui mit fin aux croisades
contre les Albigeois, avait été promis à la princesse Jeanne, fille
unique du comte de Toulouse; mais, comme ils n'étaient alors l'un et
l'autre que dans la neuvième année de leur âge, la célébration de leurs
noces avait été différée jusqu'à ce moment.

Quelques jours après, le monarque, qui eut toujours pour ses frères
la plus tendre affection, arma ces deux princes chevaliers, l'un à
Compiègne, l'autre à Saumur. Alors il donna à Robert pour son apanage
le comté d'Artois, et à Alphonse le Poitou et l'Auvergne; et, pour me
servir du terme qui était alors en usage, il les _investit_ de ces
provinces, c'est-à-dire, qu'il les en mit en possession. On observe que
la cérémonie de leur chevalerie se fit avec une magnificence qui avait
peu d'exemples. Ce fut, dit Joinville, _la nonpareille chose qu'on
eût oncques vue_. Il y eut toutes sortes de courses et de combats de
barrière. C'est ce qu'on appelait tournois.

_Démêlés de l'empereur Frédéric avec les papes_.

Pendant que la paix dont la France jouissait, donnait à Louis le temps
de s'occuper de ces fêtes utiles et agréables; pendant qu'il vivait en
bonne intelligence avec les princes ses voisins, il s'était élevé dans
l'Europe une guerre entre le pape Grégoire IX et l'empereur Frédéric
II, qui causa beaucoup de scandale dans la chrétienté. Les deux princes
firent tous leurs efforts, chacun de leur côté, pour engager Louis dans
leurs intérêts. Ils voulurent même le prendre pour médiateur. Ce prince
essaya tous les moyens pour les concilier; n'ayant pu y réussir, il
se conduisit dans cette affaire avec tant de prudence et de
désintéressement; il fit paraître tant de zèle pour la religion et le
bien de l'Eglise, tant de générosité et de modération, qu'il fut regardé
comme le prince le plus sage de l'Europe. On en verra la preuve dans
l'extrait que je vais donner de cette grande affaire.

Frédéric II, profitant du malheur d'Othon, son concurrent à l'empire,
qui mourut après la célèbre victoire remportée sur lui à Bouvines, en
l'année 1214 par Philippe-Auguste, roi de France, aïeul de Louis, fut
couronné empereur à Aix-la-Chapelle, et ensuite à Rome par le pape
Honoré III.

Frédéric était un prince d'un génie et d'un courage au-dessus du commun.
Son ambition lui fit d'abord tout promettre au pape Honoré III, pour
parvenir à l'empire. Mais ensuite jaloux à l'excès de son autorité, et
toujours attentif à n'y laisser donner aucune atteinte par les papes, il
eut de grands démêlés avec eux, parce que leurs intérêts se trouvaient
presque toujours opposés aux siens.

Mais ce fut sous le pontificat de Grégoire IX, que se firent les grands
éclats. L'occasion et le fondement de ces divisions fut l'engagement que
Frédéric avait pris avec les papes Innocent III et Honoré III, de passer
la mer avec une armée, pour aller combattre les infidèles dans la
Palestine. C'était par cette promesse qu'il avait gagné ces deux
pontifes, et ce fut en manquant à sa parole qu'il excita contre lui
Grégoire IX, leur successeur. Ce pape excommunia Frédéric, conformément
au traité fait entre lui et le pape Honoré III, par lequel il
se soumettait à l'excommunication, si, dans le temps marqué, il
n'accomplissait pas son voeu.

Frédéric, outré de la rigueur dont Grégoire usait à son égard, ne pensa
plus qu'à satisfaire son ressentiment. Outre les manifestes qu'il
répandit dans toute l'Europe pour justifier sa conduite, par les
nécessités pressantes de son état, qui l'obligeaient à différer son
voyage, il mit plusieurs seigneurs romains dans son parti, en achetant
toutes leurs terres argent comptant, et les leur rendant ensuite. Il les
fit par ce moyen ses feudataires et princes de l'empire, avec obligation
de le servir envers tous et contre tous. Le premier service qu'ils lui
rendirent, fut d'exciter dans Rome une sédition contre le pape, qui,
ayant été contraint d'en sortir, fut obligé de se retirer à Pérouse.

Cependant Frédéric, pour convaincre toute l'Europe de la sincérité de
ses intentions, se prépara pour le voyage de la Terre-Sainte, et partit
en effet en l'année 1228, avec vingt galères seulement et peu de
troupes, mais suffisantes pour sa sûreté, ayant confié au duc de
Spolette la plus grande partie de celles qu'il laissait en Europe, avec
ordre de continuer en son absence la guerre contre le pape.

Je n'entrerai pas dans le détail de l'expédition de Frédéric dans la
Palestine; elle est étrangère à l'histoire du règne de saint Louis.
Je dirai seulement que Frédéric, ayant fait une trève avec le soudan
d'Egypte, alla à Jérusalem avec son armée, qu'il fit ses dévotions dans
l'église du Saint Sépulcre, et que, prétendant avoir accompli son voeu,
il revint en Europe. Etant arrivé en Italie, il continua à faire la
guerre au pape. Après différens événemens, toutes ces dissensions furent
terminées par une paix que ces deux princes firent entre eux, suivie de
l'absolution que le pape donna à Frédéric de l'excommunication qu'il
avait fulminée contre lui.

Plusieurs années se passèrent sans aucune rupture éclatante jusque vers
l'année 1239. Frédéric, après avoir soumis plusieurs villes confédérées
de la Lombardie, s'empara de l'île de Sardaigne, que les papes depuis
long-temps regardaient comme un fief relevant de l'église de Rome. Il
en investit Henri son fils naturel, et érigea en royaume feudataire de
l'empire cette île, qu'il prétendait en avoir été injustement démembrée.
A cette occasion, le pape fulmina une nouvelle excommunication contre
Frédéric, et envoya la formule à tous les princes et tous les évêques
de la chrétienté, avec ordre de la faire publier les dimanches et fêtes
pendant l'office divin; et il déclara tous les sujets de Frédéric
relevés du serment de fidélité qu'ils lui avaient fait.

Ce prince _accoutumé depuis long-temps au bruit de tous ces foudres_[1],
s'en mettait fort peu en peine, et s'en vengeait en toute occasion
sur les partisans du pape. Mais Grégoire prévoyant que les armes
spirituelles produiraient peu d'effet contre un pareil ennemi, écrivit
à plusieurs souverains, et leur envoya des légats pour demander des
secours temporels. Le pape ne trouva pas beaucoup de princes disposés
à lui en procurer, car dans ce temps-là il y avait des personnes
instruites et sensées, qui ne pensaient pas que les papes pussent
excommunier les princes, ou les particuliers, pour des intérêts civils,
parce que Jésus-Christ avait dit, que _son royaume n'était pas de ce
monde_.

[Note 1: Ce sont les termes dont se sert le P. Daniel, pag. 209 du 3e
vol. de son Histoire de France, édition de 1722.]

Le pape écrivit d'Anagnie une lettre au roi de France dans laquelle,
après de grands éloges des rois ses prédécesseurs dont il relevait
surtout la piété et le zèle à défendre la sainte église contre ses
persécuteurs, il priait le roi de ne le pas abandonner, et de l'assister
de ses troupes dans la nécessité fâcheuse où il était de prendre les
armes contre l'empereur.

Afin de l'y engager plus fortement, il lui fit présenter une autre
lettre[1] pour être lue dans l'assemblée des seigneurs de France, parce
qu'elle leur était adressée aussi bien qu'au roi: elle était conçue en
ces termes:

[Note 1: Matthieu Paris, _Henric. III, ad ann. 1239_.]

«L'illustre roi de France, fils spirituel, bien-aimé de l'église, et
tout le corps de la noblesse française, apprendront par cette lettre que
du conseil de nos frères, et après une mûre délibération, nous avons
condamné Frédéric, soi disant empereur, et lui avons ôté l'empire, et
que nous avons élu en sa place le comte Robert, frère du roi de France,
que nous le soutiendrons de toutes nos forces, et le maintiendrons par
toutes sortes de moyens, dans la dignité que nous lui avons conférée.
Faites-nous donc connaître promptement que vous acceptez l'offre
avantageuse que nous vous faisons, par laquelle nous punissons les
crimes innombrables de Frédéric, que toute la terre condamne avec nous,
sans lui laisser aucune espérance de pardon.»

Le pape se flattait que sa lettre serait reçue favorablement en France,
à cause de l'offre de l'empire qu'il faisait au frère du roi: néanmoins
la proposition du pape fut rejetée d'une manière très-dure, si la
réponse, rapportée par l'historien d'Angleterre fut telle qu'il le dit:
car cet auteur, indisposé contre les papes, ne doit pas toujours être
cru sur ce qui les regarde.

Les termes de cette réponse sont très-offensans, et nullement du style
du roi, qui, plein de respect pour le chef de l'Eglise, n'aurait jamais
usé de ces expressions outrageantes dont elle est remplie. Il est vrai
qu'il supportait, beaucoup plus impatiemment que ses prédécesseurs,
l'extension de la puissance spirituelle sur la juridiction temporelle;
mais on voit par tous les actes de lui sur ce sujet qu'il ne s'emportait
jamais contre les papes, ni contre les évêques.

Ainsi cette lettre pourrait bien, au lieu d'être la réponse du roi,
avoir été celle des seigneurs de l'assemblée, irrités la plupart contre
les évêques pour leurs entreprises continuelles, et que la déposition
d'un empereur aurait indisposés contre le pape. Telles sont les
expressions de cette lettre[1]: «Qu'on était surpris de la téméraire
entreprise du pape, de déposer un empereur qui s'était exposé à tant de
périls dans la guerre et sur la mer pour le service de Jésus-Christ;
qu'il s'en fallait bien qu'ils eussent reconnu tant de religion dans la
conduite du pape même, qui, au lieu de seconder les bons desseins de ce
prince, s'était servi de son absence pour lui enlever ses états; que
les seigneurs français n'avaient garde de s'engager dans une guerre
dangereuse contre un si puissant prince, soutenu des forces de tant
d'états, auxquels il commandait, et surtout de la justice de sa cause;
que les Romains ne se mettaient guère en peine de l'effusion du sang
français, pourvu qu'ils satisfissent leur vengeance, et que la ruine de
l'empereur entraînerait celle des autres souverains, qu'on foulerait aux
pieds.

[Note 1: Daniel, tom. III, édition de 1722, p. 210.]

«Ils ajoutaient néanmoins que, pour montrer qu'ils avaient quelque égard
aux demandes du pape, quoiqu'ils vissent bien que l'offre qu'il faisait,
était plus l'effet de sa haine contre l'empereur, que d'une singulière
affection pour la France, on enverrait vers Frédéric pour s'informer
de lui s'il était sincèrement catholique. Que s'il l'est en effet,
continuent-ils, pourquoi lui ferions-nous la guerre? Que s'il ne l'est
pas, nous la lui ferons à outrance, comme nous la ferions au pape même,
et à tout autre mortel, s'ils avaient des sentimens contraires à Dieu et
à la véritable religion.»

En effet ils envoyèrent des ambassadeurs à l'empereur, qui, levant les
mains au ciel avec des pleurs et des sanglots, protesta qu'il n'avait
que des sentimens chrétiens et catholiques. Il fit ses remerciemens aux
envoyés, de la conduite qu'on avait tenue en France à son égard. Ce qui
est très-certain, c'est que le roi refusa de prendre les armes contre
l'empereur, ainsi qu'on le voit par une lettre qu'il écrivit à ce prince
quelque temps après.

Le roi néanmoins, pour contenter le pape, laissa publier en France
l'excommunication de l'empereur, selon que les évêques en avaient reçu
l'ordre de Rome. Le roi d'Angleterre en fit autant; et, dans l'un et
l'autre royaume, on permit des levées d'argent pour le pape sur les
bénéfices: mais si nous en croyons l'historien anglais, ces levées
furent beaucoup moins fortes en France qu'en Angleterre. Louis refusa
même de laisser sortir de son royaume l'argent qu'on y avait levé,
pour empêcher qu'il ne servît à continuer une guerre si funeste au
christianisme. Le pape en fut très-mécontent, et parut vouloir s'en
venger, quelque temps après, par l'opposition qu'il fit à l'élection de
Pierre-Charlot, fils naturel de Philippe-Auguste, à l'évêché de Noyon,
sous prétexte qu'il n'était pas légitime, et que les canons excluaient
les bâtards de l'épiscopat. Le roi sentit l'injustice de ce procédé; il
déclara que nul autre que son oncle ne posséderait cet évêché: Pierre en
fut effectivement mis en possession sous le pontificat d'Innocent IV.

Tant de maux qui affligeaient l'Eglise, auraient dû toucher le pape et
l'empereur; mais ni l'un ni l'autre ne voulaient se relâcher. Leurs
prétentions étaient si contraires, qu'il n'y avait pas d'apparence
de les rapprocher par la négociation, et il n'était guère possible
d'imaginer une voie dont ils pussent convenir. Les lettres de l'empereur
aux rois de France et d'Angleterre prouvent manifestement que ces deux
princes s'intéressaient vivement à la réunion du pape et de l'empereur,
et que ce furent les deux rois qui, pour y parvenir, proposèrent la
convocation d'un concile général, au jugement duquel les deux parties
se rapporteraient. Le pape y consentit, et l'empereur fit de vives
instances pour qu'il s'assemblât au plus tôt.

Le pape fit donc expédier des lettres circulaires pour la convocation du
concile. Il en envoya à l'empereur de Constantinople, aux rois de France
et d'Angleterre, et généralement à tous les princes chrétiens, aux
patriarches, aux évêques et aux abbés, et il leur marqua le temps auquel
ils devaient se rendre à Rome pour l'ouverture du concile, qui fut fixée
au jour de Pâque 1241. On proposa même une trève jusqu'à ce temps-là:
mais, ou elle ne se fit pas, ou elle dura peu. Les uns en attribuent la
faute au pape, les autres à l'empereur. Nonobstant la guerre, le pape ne
laissa pas de presser l'assemblée du concile. L'empereur écrivit au
roi pour le prier de défendre aux évêques de France d'aller à Rome,
déclarant qu'il ne leur donnerait point de sauf-conduit, ni par mer,
ni par terre, et qu'il ne serait point responsable des malheurs qui
pourraient leur arriver sur le chemin.

Cependant le cardinal de Palestine assembla à Meaux un grand nombre
d'évêques et d'abbés et leur commanda, en vertu de l'obéissance qu'ils
devaient au pape, de quitter toutes autres affaires et de le suivre à
Rome, afin d'y arriver au temps marqué pour le concile. Il les assura
qu'ils trouveraient à l'embouchure du Rhône des vaisseaux tout équipés
pour les transporter par mer, le chemin par terre étant impraticable,
parce que l'empereur était maître de tous les passages.

Le roi, après avoir mûrement délibéré s'il déférerait aux prières de
l'empereur, ou aux instances du légat, résolut de demeurer neutre. Il se
détermina à laisser aux évêques la liberté de prendre le parti qu'ils
voudraient. La plupart de ceux qui s'étaient trouvés à Meaux, prirent
la résolution d'obéir au pape. Ils se rendirent à Vienne avec le légat;
mais, lorsqu'ils y furent arrivés, ils ne trouvèrent pas ce qu'on leur
avait promis. Il y avait bien à la vérité quelques vaisseaux préparés,
mais en si petit nombre et si mal armés, que de s'y embarquer, c'était
s'exposer au danger d'être pris par les armateurs de l'empereur, qui
couraient toute la Méditerranée.

Sur cela les archevêques de Tours et de Bourges, l'évêque de Chartres,
et les députés de plusieurs autres évêques, qui ne voulaient assister au
concile que par procureur, quittèrent le légat et s'en retournèrent chez
eux; d'autres hasardèrent le passage, mais pour leur malheur: car Henri,
fils naturel de l'empereur, les ayant rencontrés, les attaqua à la
hauteur de la ville de Pise. Après quelque résistance, il les obligea de
se rendre, et les envoya dans différentes forteresses de la Pouille pour
y être étroitement gardés. Quelques prélats d'Angleterre et d'Italie,
qui s'étaient joints aux Français à Gênes, ne furent pas mieux traités.
Cet accident et la mort de Grégoire IX, arrivée sur ces entrefaites,
rompirent toutes les mesures prises pour le concile.

La nouvelle qu'on reçut alors de l'emprisonnement des prélats français
par les armateurs de l'empereur, pensa le brouiller avec la France.
Le roi, ayant appris le traitement qu'on leur avait fait, écrivit à
Frédéric pour se plaindre et demander leur délivrance. «Il lui disait
dans sa lettre que, s'il voulait que la bonne intelligence subsistât
entre les deux états, il fallait qu'il mît au plus tôt les évêques
français en liberté; qu'ils n'avaient eu aucun mauvais dessein contre
lui, mais que l'obéissance qu'ils devaient au Saint-Siége ne leur avait
pas permis de manquer d'aller au concile; qu'il devait se souvenir de la
conduite qu'on avait tenue en France à son égard, du refus qu'on avait
fait au légat du pape du secours qu'il demandait, et des propositions
avantageuses qu'on n'avait pas voulu écouter, pour ne rien faire à
son préjudice. Qu'au reste, il lui déclarait qu'il regardait
l'emprisonnement des évêques comme une injure faite à sa propre
personne, et que si on ne les relâchait incessamment, il lui ferait
connaître qu'on n'était point d'humeur en France à se voir impunément
insulté.» C'étaient là les dernières paroles de sa lettre.

L'empereur répondit assez fièrement à cette lettre, et sans rien
promettre au roi de ce qu'il lui demandait; il terminait sa réponse en
disant que ces prélats avaient conspiré contre lui avec le pape; qu'il
était en droit de les regarder comme ses ennemis, de les faire mettre
en prison et de les y retenir. Les choses s'adoucirent néanmoins, et
l'histoire, sans nous faire le détail des négociations qu'il y eut sur
ce sujet, nous apprend que les évêques furent délivrés, l'empereur,
après de plus sérieuses réflexions, ayant appréhendé que le roi ne se
liguât avec le pape. Les choses étaient en cet état, lorsque Grégoire IX
mourut. Célestin IV lui succéda, et ne vécut que dix-huit jours après
son exaltation sur le siége pontifical, qui ne fut rempli que vingt mois
après par l'élection d'Innocent IV.

Le roi, âgé de vingt-six ans, avait, par les conseils et la prudente
conduite de la reine, sa mère, rétabli l'autorité royale à peu près
au même état où la sagesse et la fermeté de son père et de son aïeul
l'avaient portée. Les grands vassaux paraissaient soumis, et il avait
pris la résolution de maintenir la tranquillité dans ses états, au point
qu'il pût lui-même conduire dans quelque temps du secours aux chrétiens
de l'Orient. Mais l'esprit d'indépendance, suite dangereuse du
gouvernement féodal, n'était pas encore éteint. Il était difficile que
le roi d'Angleterre, le comte de Toulouse et le comte de la Marche,
regardassent tranquillement la prospérité de Louis. Le premier, par la
félonie de ses ancêtres, avait trop perdu sous les règnes précédens, et
le second, sous le règne présent. Le troisième était un esprit inquiet;
il avait une femme trop impérieuse, et fière de sa qualité de reine, qui
le gouvernait, et souffrait très-impatiemment de voir son mari vassal
du roi de France. Nul d'eux, séparément des autres, eût été fort
à craindre; mais, unis ensemble, ils pouvaient causer beaucoup de
désordre. Jacques, roi d'Aragon, qui possédait Montpellier et d'autres
fiefs, était aussi assez disposé à entrer dans leurs intrigues.

Il s'était tenu, l'année précédente, une conférence à Montpellier, entre
lui, le comte de Toulouse et le comte de Provence, dans laquelle, entre
autres résolutions qu'ils y avaient prises, ils avaient fait avec le roi
d'Angleterre une ligue pour attaquer la France. La conduite du comte de
Provence paraissait, en cette occasion, pleine d'ingratitude, vu qu'il
était beau-père du roi, qu'il lui avait de grandes obligations, et même
de toutes récentes pour avoir garanti la Provence, que l'empereur avait
voulu faire envahir par le comte de Toulouse. Le roi d'Angleterre avait
signé vers l'an 1238, une prolongation de trève, pour quelques années
avec la France: mais cherchant un prétexte plausible pour la rompre,
il le trouva dans le dessein que le roi avait d'investir incessamment
Alphonse, son frère, du comté de Poitou, parce qu'Henri lui-même,
plusieurs années auparavant, avait donné l'investiture de ce comté qu'il
prétendait lui appartenir, à Richard son frère. Ce traité demeura secret
jusqu'à ce qu'on se crût en état de l'exécuter: ce fut le comte de la
Marche qui, le premier, leva le masque à l'occasion suivante.

Le roi, en exécution du testament du roi son père, donnait à ses frères,
dès qu'ils avaient atteint l'âge de vingt et un ans, les apanages
qui leur étaient destinés. En 1238 il avait fait Robert, son frère,
chevalier à Compiègne; il l'avait en même temps investi du comté
d'Artois, et lui avait fait épouser Mathilde, fille du duc de Brabant.
Il voulut alors faire aussi chevalier Alphonse, son troisième frère. La
cérémonie s'en fit le jour de Saint-Jean, à Saumur, où il avait convoqué
toute la noblesse de France avec un grand nombre d'évêques et d'abbés;
et, quelques jours après, il le mit en possession des comtés de Poitou
et d'Auvergne. Entre ceux qui s'y trouvèrent, les plus considérables
furent: Pierre, comte de Bretagne; Thibault, roi de Navarre, l'un et
l'autre revenus depuis quelque temps de la Palestine; Robert, comte
d'Artois; le jeune comte de Bretagne; le comte de la Marche; le comte de
Soissons; Imbert de Beaujeu, connétable de France; Enguerrand de Coucy,
et Archambaud de Bourbon. Chacun affecta de s'y distinguer par la
magnificence des habits et des équipages, et par une nombreuse suite de
gentilshommes.

Tout se passa, au moins en apparence, avec une satisfaction universelle,
et le roi, au sortir de Saumur, mena le nouveau comte de Poitou dans
la capitale de son comté. Le jeune prince y reçut les hommages de ses
vassaux, et le roi commanda au comte de la Marche de faire le sien comme
les autres. Il obéit avec beaucoup de répugnance. Il fit hommage pour
son comté de la Marche, et pour les autres domaines qu'il possédait en
Poitou, en Saintonge et en Gâtinais.

A cette occasion, la reine Isabelle, sa femme, qui lui inspirait sans
cesse des sentimens de révolte, le fit ressouvenir des engagemens qu'il
avait pris avec le roi d'Angleterre et avec le comte de Toulouse. «Ce
serait une lâcheté honteuse, disait-elle sans cesse à son mari, que de
se reconnaître vassal du comte de Poitiers. Le trône n'est pas tellement
affermi dans la maison de Louis, qu'il ne puisse être ébranlé.
L'Angleterre n'attend que le moment favorable pour se faire justice
des usurpations de Philippe-Auguste. L'empereur lui-même, malgré les
obligations qu'il a aux Français, les comtes d'Armagnac, de Foix, les
vicomtes de Lomagne et de Narbonne, tout est prêt à se déclarer contre
_le fils de Blanche_.» C'est le nom qu'elle affectait de donner au
monarque. Elle lui persuada enfin de réparer, au moins par quelque
marque de mécontentement, la honteuse démarche qu'il venait de faire.

Après toutes ces cérémonies, le roi était parti pour se rendre à Paris,
et avait laissé à Poitiers le comte son frère, qui, n'ignorant pas
les menées du comte de la Marche, dont toute l'application tendait à
soulever la noblesse d'au-delà de la Loire, voulut qu'il lui renouvelât
son hommage. Il l'envoya prier de venir à Poitiers aux fêtes de Noël. Le
comte s'y étant rendu, Alphonse lui déclara ses intentions. Il répondit
qu'il était prêt à lui donner cette satisfaction, et que dès le
lendemain il lui ferait son hommage. Mais ayant rendu compte à sa femme
de ce qu'on lui avait proposé, et de ce qu'il avait promis, elle se
moqua de lui, lui disant qu'ayant donné dans un piége qu'il devait avoir
prévu, il n'eût pas dû avoir la faiblesse d'engager ainsi sa parole, et
lui ajouta qu'il était temps de se déclarer, et de rompre ouvertement
avec le comte de Poitiers. Ils concertèrent ensemble la manière de le
faire, et voici comme ils s'y prirent.

_Le comte de la Marche se révolte contre le comte de Poitiers_.

Le comte de la Marche, s'étant fait escorter par un grand nombre de gens
armés, vint trouver le prince qui l'attendait à dîner, et lui parla
de la manière la plus audacieuse. «Vous m'avez surpris et trompé, lui
dit-il, pour m'engager malgré moi à vous faire hommage; mais je vous
déclare et je jure que jamais je ne le ferai. Vous êtes un injuste qui
avez envahi le comté et le titre de comte sur le comte Richard, fils
de la reine mon épouse, tandis qu'il était occupé à combattre dans la
Palestine pour la foi, et à tirer de la captivité et de la tyrannie des
infidèles la noblesse française qui, sans lui, y serait encore.» Il
ajouta plusieurs menaces en se retirant, monta aussitôt sur un cheval
qu'on lui tenait tout prêt, et sortit de Poitiers, après avoir mis le
feu à la maison où il avait logé. Il traversa avec grand bruit toute
la ville, qu'il laissa dans un grand étonnement d'une si prodigieuse
audace. Le prince, surpris de cette incartade, n'aurait pas manqué de le
faire arrêter, s'il avait eu le temps de se reconnaître; mais le comte
avait pris toutes ses sûretés, et fut en un moment hors de la ville,
avec sa femme et toute sa famille.

Alphonse ne tarda pas à informer la cour de ce qui s'était passé, et le
roi comprit qu'il en fallait venir à la guerre. Le comte de la Marche
s'y était bien attendu; il ne pensa plus qu'à mettre ses forteresses
en état de défense, et à lever des troupes. Il envoya en Angleterre
demander au roi l'exécution de la parole qu'il lui avait donnée de
passer incessamment en France. Il lui manda qu'il devait moins se mettre
en peine d'amener des troupes, que d'apporter beaucoup d'argent; qu'en
arrivant il trouverait une armée prête à lui obéir; qu'il était assuré
du comte de Toulouse, du roi d'Aragon, du roi de Navarre, de toute la
noblesse de Poitou et de Gascogne, qui n'attendait que son arrivée pour
se déclarer contre la France, et pour le remettre en possession des
provinces que les rois ses prédécesseurs avaient perdues sous les
derniers règnes.

Le roi d'Angleterre, qui attendait avec impatience quelque coup d'éclat
de la part du comte, apprit cette nouvelle avec joie. Il promit à
l'envoyé tout ce que son maître demandait, et lui dit qu'il assemblerait
incessamment son parlement pour se mettre en état de passer la mer aux
fêtes de Pâques. En effet, il fit expédier des lettres circulaires
à tous ceux qui avaient droit d'y assister, par lesquelles il leur
ordonnait de se rendre à Londres, afin de lui donner leurs avis sur des
affaires de la dernière importance pour le bien de l'état.

Tandis que les membres du parlement se disposaient à s'assembler à
Londres, le comte Richard, frère du roi, arriva de son voyage de la
Palestine, où il avait acquis beaucoup plus de gloire que le roi de
Navarre et les autres seigneurs français qui s'y étaient trouvés en même
temps que lui, et dont plusieurs lui étaient redevables de leur salut et
de leur liberté.

Lorsque le roi d'Angleterre eut communiqué son dessein au prince son
frère, voyant qu'il avait son approbation, il résolut de surmonter tous
les obstacles qu'on pourrait y apporter. Il avait bien prévu que le
parlement n'approuverait pas cette guerre: il en fut encore plus
convaincu lorsqu'il apprit que la plupart des membres, étant arrivés
à Londres, s'étaient mutuellement donné parole, avec serment, de ne
consentir à aucune levée d'argent, quelques instances que le roi pût
faire. Ils tinrent leur parole; car, sur l'exposition que le roi leur
fit de son dessein dans la première assemblée, en leur représentant
fortement la gloire et l'avantage que la nation retirerait de cette
guerre, où elle réparerait les pertes que la couronne avait faites
depuis plusieurs années, ils répondirent tous d'une voix que cette
entreprise n'était point de saison, qu'elle ne pouvait réussir sans
d'excessives dépenses, que le royaume était épuisé par les levées que le
roi avait faites depuis long-temps sur le peuple, et qu'on était dans
l'impuissance d'en supporter de nouvelles.

Le roi, voyant cette opposition universelle, n'insista pas davantage
pour le moment; il les pria seulement de faire attention à ce qu'il leur
avait proposé, de ne pas oublier le zèle qu'ils devaient avoir pour la
gloire de la nation, qu'il les rassemblerait le lendemain, et qu'il
espérait de les revoir dans de meilleures dispositions. Cependant il vit
en particulier chacun des plus accrédités du parlement; il les conjura
de ne point s'opposer à un si glorieux dessein, les assurant que
plusieurs d'entre eux, quoi qu'ils eussent dit dans l'assemblée, lui
avaient promis secrètement de l'aider. Il leur montrait même une liste
de leurs noms, et des sommes qu'ils s'étaient engagés de lui fournir.
Quoique ce fût un pur artifice de la part du roi, quelques-uns s'y
laissèrent surprendre, mais le plus grand nombre s'en tint à la
résolution prise le jour précédent. Le parlement s'étant rassemblé, et
le roi ayant réitéré ses représentations, plusieurs lui répétèrent
ce qu'ils lui avaient déjà dit touchant l'épuisement du royaume, en
ajoutant qu'il s'était engagé dans la ligue contre la France sans les
consulter, et qu'il pouvait, s'il voulait soutenir cet engagement, le
faire à ses frais; qu'il n'était ni de son honneur, ni de sa conscience,
de faire la guerre à la France avant la fin de la trève, qui subsistait
encore, et que les Français avaient religieusement observée; qu'il avait
traité avec des rebelles et des perfides qui le trahiraient lui-même
après avoir violé, comme ils avaient déjà fait, les droits les plus
sacrés de l'obéissance et de la soumission envers leur souverain; qu'ils
n'en voulaient qu'à l'argent de l'Angleterre, comme ils le faisaient
assez connaître, en ne demandant rien autre chose, et qu'il n'était
nullement à propos de l'employer à un pareil usage; enfin que les rois
ses prédécesseurs étaient un exemple pour lui, qu'il ne devait point
oublier; que la plupart de leurs expéditions en France avaient échoué;
que la noblesse française était invincible dans son pays; que ce que les
rois d'Angleterre y avaient acquis par des alliances et des mariages,
ils n'avaient non-seulement pu l'augmenter par la guerre, mais qu'ils
n'avaient pu le conserver que par la paix.

Ces remontrances mirent Henri dans une colère qu'il ne put contenir. Il
répliqua dans des termes pleins d'aigreur et d'amertume, et conclut,
en jurant par tous les Saints, qu'il exécuterait son projet, malgré la
lâcheté de ceux qui l'abandonnaient, et qu'il passerait la mer avec une
flotte aux fêtes de Pâques. Il congédia le parlement, qui néanmoins,
avant de se séparer, fit mettre par écrit ce qu'il avait représenté au
roi, à quoi on ajouta le dénombrement des sommes qu'il avait levées
depuis plusieurs années, dont on n'avait vu aucun emploi.

Sitôt qu'on eut appris à la cour de France la résolution du roi
d'Angleterre, Louis convoqua un parlement à Paris, pour demander conseil
sur le châtiment que méritait un vassal qui ne voulait point reconnaître
son seigneur. Toute l'assemblée répondit d'une voix, que le vassal était
déchu de ses fiefs, et que le seigneur devait les confisquer, comme un
bien qui lui appartenait. En conséquence le roi fit, de son côté, tous
les préparatifs nécessaires: il assembla les troupes des communes et
de ses vassaux, et fit faire un très-grand nombre de machines alors en
usage pour les siéges. Tout fut prêt pour la fin d'avril, temps marqué
pour se réunir en Poitou, où le roi fit la revue de son armée près de
Chinon.

Elle se trouva composée de quatre mille chevaliers avec leur suite, ce
qui faisait un très-grand nombre d'hommes, et de vingt mille autres
soldats très-bien armés. Le roi, profitant du temps et du retardement
du roi d'Angleterre, que les vents contraires retenaient à Portsmouth,
entra sur les terres du comte de la Marche, où il se vengea des courses
que ce comte avait commencé de faire sur les terres de France: il
s'empara de plusieurs places ou forteresses, telles que Montreuil en
Gastine, la Tour-de-Bergue, Montcontour, Fontenay-le-Comte et Vouvant.

Hugues, trop faible contre un tel ennemi, n'osait tenir la campagne;
mais, pour arrêter l'impétuosité française, en attendant le secours
d'Angleterre, il jeta ses troupes dans ses places, fit le dégât partout,
brûla les fourrages et les vivres, arracha les vignes, boucha les puits,
et empoisonna ceux qu'il laissa ouverts. La comtesse Reine, sa femme,
cette furie que l'historien de son fils[1] traite d'empoisonneuse et de
sorcière, et dont on avait changé le nom d'Isabelle en celui de Jézabel,
porta la fureur encore plus loin. Désespérée du malheureux succès d'une
guerre dont elle était l'unique cause, elle résolut d'employer plutôt
les voies les plus lâches et les plus honteuses, que de voir retomber
sur son mari le juste châtiment de l'insolence qu'elle lui avait fait
faire. Pour cet effet, elle prépara de ses propres mains un poison dont
elle avait le secret, et envova quelques-uns de ses gens aussi scélérats
qu'elle pour le répandre sur les viandes du roi. Déjà ces malheureux
s'étaient glissés dans les cuisines; mais leurs visages inconnus les
firent remarquer: certain air inquiet, embarrassé, acheva de les rendre
suspects. On les arrêta; ils avouèrent leur crime: la corde fut la
seule punition d'un attentat qui méritait qu'on inventât de nouveaux
supplices[2]. On redoubla depuis la garde du roi, et personne d'inconnu
ne l'approcha plus sans être auparavant visité.

[Note 1: Matthieu Paris.]

[Note 2: Annales de France.]

Sur ces entrefaites le roi d'Angleterre arriva au port de Royan, avec
beaucoup d'argent: ce qui fâchait beaucoup les Anglais, et ce que les
Poitevins, gens dont la foi était fort décriée, souhaitaient avec le
plus de passion. Henri était accompagné de Richard, son frère, de Simon
de Montfort, comte de Leicester, à la tête de trois cents chevaliers,
et de plusieurs autres seigneurs anglais, que Henri avait engagés à le
suivre par ses caresses et par ses présens. La comtesse de la Marche, sa
mère, _l'attendait au port_, et, selon la chronique de France, _lui alla
à l'encontre, le baisa moult doucement, et lui dit: Biau cher fils, vous
êtes de bonne nature, qui venés secourir votre mère et vos frères, que
les fils de Blanche d'Espagne veulent trop malement défouler et tenir
sous pieds_. Il fut accueilli en Saintonge avec beaucoup de joie,
par les seigneurs ligués; et, dès qu'il fut débarqué, il envoya des
ambassadeurs au roi, qui faisait le siége de Fontenoi, place alors
très-forte. La garnison, commandée par un fils naturel du comte de la
Marche, se défendait avec beaucoup de valeur, et le comte de Poitiers
venait d'y être blessé. Le roi reçut les ambassadeurs avec bonté,
les fit manger à sa table, et ensuite leur donna audience. Ils lui
exposèrent le sujet de leur mission, qui se réduisit à dire que le roi
leur maître était fort surpris qu'on rompît si hautement la trève faite
entre les deux états, et qui ne devait finir que dans deux ans.

Le roi les écouta avec modération, et répondit qu'il n'avait rien plus à
coeur que de garder la trève, et même de la prolonger, ou faire la paix
à des conditions raisonnables, sans demander aucun dédommagement; que
c'était le roi leur maître qui la rompait manifestement, en venant avec
une flotte soutenir la rébellion des vassaux de la couronne de France;
qu'il n'appartenait pas au roi d'Angleterre de se mêler des différends
qu'ils avaient avec leur souverain; que le comte de Toulouse et le comte
de la Marche n'étaient en aucune manière compris dans le traité
de trève; que c'était leur félonie qui leur avait attiré sa juste
indignation et le châtiment qu'il allait leur faire subir, comme à des
traîtres et à des parjures. Les ambassadeurs étant retournés vers leur
prince, il rejeta toute proposition de paix, animé par les agens du
comte et de la comtesse de la Marche, qui l'assurèrent que la guerre lui
procurerait bientôt de plus grands avantages que ceux qu'on lui offrait,
et que la conduite du roi de France, en cette occasion, n'était qu'un
effet de la crainte que la présence de Henri et la puissance de la ligue
lui inspiraient. Dans cette persuasion, il envoya sur-le-champ deux
chevaliers de l'Hôpital-de-Jérusalem déclarer la guerre au roi.

_Le roi d'Angleterre déclare la guerre au roi de France_.

Louis, sur cette dernière dénonciation, protesta, en présence de toute
sa cour, que c'était avec beaucoup de regret qu'il entrait en guerre
avec le roi d'Angleterre, dont il aurait voulu acheter l'amitié aux
dépens de ses propres intérêts. On pressa donc plus vivement qu'on
n'avait fait jusqu'alors le siége de Fontenoi, et la ville fut prise au
bout de quinze jours, au grand étonnement des ennemis, qui regardaient
cette place comme imprenable. Le fils du comte de la Marche et toute la
garnison furent obligés de se rendre à discrétion. On conseilla au roi
de les faire pendre pour donner de la terreur aux rebelles; mais il n'y
voulut pas consentir, disant que le fils du comte de la Marche était
excusable, n'agissant que par les ordres de son père. Il se contenta de
les envoyer dans les prisons de Paris.

La bonté du roi, jointe à la valeur avec laquelle il poussait son
entreprise, fit plus d'effet que n'en auraient eu les conseils violens
qu'on lui donnait: car, après cette conquête, plusieurs autres
forteresses se rendirent à lui sans attendre qu'elles fussent attaquées.
Il garda les plus fortes, et fit détruire les autres. Il y en eut
quelques-unes qui résistèrent et qui furent forcées; par ce moyen
le roi s'ouvrit le chemin jusqu'à la Charente, et s'avança vers
Taillebourg, place située sur cette rivière.

Le roi d'Angleterre s'étant mis en marche avec ses troupes, s'était
rendu à Saintes, où il avait passé quelques jours pour y grossir son
armée des troupes du comte de Toulouse, et des autres seigneurs ligués
que le comte de la Marche lui avait fait espérer, et qui ne venaient
qu'en petit nombre.

Cependant il sortit de cette ville, et marcha en descendant la Charente,
pour en défendre le passage contre l'armée française. Il se campa
sous Tonnay-Charente, et ayant appris que le roi prenait la route de
Taillebourg, il vint se poster vis-à-vis cette place, qu'il trouva déjà
rendue au roi: ce prince s'y était logé avec les principaux seigneurs,
et avait fait camper son armée dans la prairie aux environs de la ville.

_Bataille de Taillebourg, où le roi est victorieux_.

Les deux armées n'étaient séparées que par la rivière, qui en cet
endroit est fort profonde, mais peu large. Le roi d'Angleterre avait
vingt mille hommes de pied, six cents arbalétriers, et seize
cents chevaliers, qui, en comptant leur suite, faisaient un corps
très-considérable de cavalerie. Le roi, en commençant la campagne, avait
autant d'infanterie, et presque le double de cavalerie, mais il en avait
perdu une partie par les siéges et par les maladies que les grandes
chaleurs avaient causées.

Son dessein était de passer la Charente, et celui du roi d'Angleterre de
l'en empêcher. La profondeur de la rivière était un grand obstacle pour
les Français.

Il y avait devant Taillebourg un pont de pierre, mais si étroit qu'il y
pouvait à peine passer quatre hommes de front. Henri s'en était emparé,
aussi bien que d'un fort qui était de son côté à la tête du pont. Louis
cependant pensait à forcer ce passage. Il avait fait préparer sur la
rivière quantité de bateaux, pour s'en servir à faire passer le plus
qu'il pourrait de ses troupes, dans le même temps qu'il ferait attaquer
le pont.

L'ardeur du soldat ne lui permit pas de délibérer plus long-temps, et un
mouvement que le roi d'Angleterre fit faire à son armée pour l'éloigner
du bord de la rivière, de deux portées d'arc, engagea l'affaire lorsque
le roi y pensait le moins.

Quelques officiers de l'armée française prirent ce mouvement pour une
retraite. Dans cette pensée, cinq cents hommes, sans en avoir reçu
l'ordre, se détachent, et attaquent le pont. L'exemple de ceux-ci en
entraîna d'autres, plusieurs se jetèrent dans les bateaux et gagnèrent
l'autre bord.

Les Anglais soutinrent vaillamment l'attaque du pont, et on se battit
dans ce défilé avec beaucoup de valeur de part et d'autre. Les
assaillans n'ayant pu d'abord emporter ce poste, leur ardeur, comme il
arrive dans ces attaques brusques, se ralentit par la résistance des
ennemis. Le roi, qui était accouru au bruit, les ranima par sa présence,
et encore plus par son exemple. Il s'avança le sabre à la main, et, se
jetant au plus fort de la mêlée, suivi de plusieurs seigneurs, il poussa
les Anglais hors du pont et s'en rendit maître.

Le péril ne fit qu'augmenter par cet avantage: car le roi ayant très-peu
de terrein, et ses soldats n'arrivant qu'à la file par le pont, et peu
pouvant passer en même temps dans les bateaux, il se trouva exposé
à toute l'armée ennemie, avec une fort petite troupe; mais l'ardeur
qu'inspire un premier succès suppléant au nombre, on fit reculer les
Anglais, on gagna du terrein; la plupart des troupes passèrent, et se
rangèrent en bataille à mesure qu'elles arrivaient. Les Anglais auxquels
on ne donna pas le temps de revenir de leur première frayeur, reculèrent
et ensuite tournèrent le dos: on les poursuivit l'épée dans les reins
jusqu'à Saintes où plusieurs Français, emportés par leur ardeur et par
la foule, entrèrent mêlés avec eux, et furent faits prisonniers. Cette
action se passa la veille de la Magdelaine de l'année 1242.

Après cette déroute, le roi d'Angleterre, qui n'avait que très-peu de
troupes réunies, les autres étant dispersées par leur fuite, était au
moment d'être enveloppé dans la campagne, et d'être fait prisonnier.
Le comte Richard voyant le péril auquel le roi son frère était exposé,
trouva le moyen de l'en garantir. Il savait que le roi de France
l'estimait, qu'il avait de l'amitié pour lui, et que les grands services
qu'il avait rendus dans la Palestine à plusieurs seigneurs français,
en les tirant des mains des Infidèles, lui avaient acquis une grande
considération à la cour de France. Il quitta son casque et sa cuirasse;
il s'avança vers l'armée française, n'ayant qu'une canne à la main,
et demanda à parler au comte d'Artois, frère du roi. Le comte s'étant
avancé, et l'ayant reçu avec beaucoup de civilité, Richard le pria de le
conduire au roi. Ce prince, que la modération n'abandonna jamais, même
au sein de la victoire, fit beaucoup de caresses à Richard, et l'assura
de la disposition où il était de lui donner toute satisfaction. Richard
le supplia de lui accorder une suspension d'armes pour le reste de la
journée et jusqu'au lendemain. Le roi, toujours porté à la paix, lui
accorda sa demande, et lui dit ces paroles en le congédiant:
«Monsieur le comte, la nuit porte avis, donnez-en un salutaire au roi
d'Angleterre, et faites en sorte qu'il le suive.» Le roi voulait lui
faire entendre qu'il devait conseiller à Henri de faire une bonne paix
avec la France, et de se départir de la protection qu'il donnait à des
rebelles contre leur souverain. Mais Richard pensa d'abord à mettre la
personne du roi son frère en sûreté. Il piqua vers le lieu où il était,
et lui ayant appris qu'il avait obtenu une suspension d'armes pour le
reste du jour et pour la nuit, il le pressa de partir, et de se retirer
dans la ville de Saintes: ce qu'il fit sans tarder, avec ce qu'il avait
pu recueillir de ses troupes. Il y trouva le comte de la Marche, qui
était aussi affligé que lui de cette malheureuse journée. Il lui parla
avec beaucoup d'aigreur, lui fit de grands reproches de l'avoir engagé
mal à propos dans cette guerre, sans lui tenir les paroles qu'il
lui avait données. Où sont, lui demanda-t-il en colère, le comte de
Toulouse, le roi d'Aragon, les rois de Castille et de Navarre, et toutes
ces nombreuses troupes qui devaient accabler le roi de France?

Le comte en rejeta toute la faute sur la comtesse reine, sa femme. C'est
votre mère, lui répondit-il, dont la rage contre la France, l'ambition
insatiable, et le zèle aveugle qu'elle a pour votre agrandissement, ont
lié toute cette partie, et lui ont fait regarder comme immanquables des
desseins chimériques. J'y perds, et elle aussi, plus que vous.

Cependant le roi, pendant la nuit, fît passer le pont de Taillebourg à
toute son armée, et établit son camp au même lieu où le roi d'Angleterre
avait eu le sien le jour précédent. Dès le matin il envoya faire un
grand fourrage jusque sous les murailles de Saintes, et l'on en ravagea
tous les environs.

Le comte de la Marche espérant avoir sa revanche, fit, sans consulter le
roi d'Angleterre, une grande sortie sur les fourrageurs qui s'étaient
débandés, et les chargea vigoureusement, suivi de ses trois fils et d'un
corps considérable de Gascons et d'Anglais, outrés de leurs défaite du
jour précédent, et de cette nouvelle hardiesse des Français. Ceux-ci se
défendirent avec la même vigueur qu'ils étaient attaqués, et quoiqu'en
nombre beaucoup inférieur, ils firent ferme et se battirent en retraite,
mais avec grande perte.

Trois cents hommes de la commune de Tournai furent taillés en pièces,
et le reste était dans un danger évident d'être enveloppé; car le roi
d'Angleterre, dissimulant sagement son ressentiment, envoyait sans cesse
de nouvelles troupes au comte de la Marche, et sortit même pour le
soutenir. L'officier qui commandait le fourrage des Français, se voyant
en cette extrémité, envoya promptement demander du secours au camp. Le
comte de Boulogne, dont le quartier était le plus avancé, ayant reçu cet
avis, courut aussitôt le porter au roi, et fit en même temps prendre les
armes à toutes les troupes. Chacun se rangea sous ses drapeaux, et le
roi fit avancer à grands pas les escadrons et les bataillons qui se
trouvèrent le plus tôt en état de marcher. Ces premières troupes
arrêtèrent la furie de l'ennemi. Le comte de Boulogne tua de sa main le
châtelain de Saintes, qui portait la bannière du comte de la Marche,
et insensiblement les deux armées s'étant rassemblées, l'action
devint générale. Sitôt que les deux rois parurent, on entendit crier:
_Montjoye! Saint-Denis!_ de la part des Français; et _Réalistes!_ de
celle des Anglais. On combattit de part et d'autre avec un acharnement
extraordinaire, et tel qu'on devait l'attendre de deux partis animés,
l'un par la victoire du jour précédent, et l'autre par le désir de
réparer sa perte. On se battait dans un pays fort peu propre à une
bataille, embarrassé de vignobles et plein de défilés, où il était
impossible de s'étendre; de sorte que c'était plutôt une infinité de
petits combats qui se donnaient, qu'une bataille régulière. La victoire
fut long-temps douteuse, par l'opiniâtre résistance des Anglais, parmi
lesquels Simon de Montfort, comte de Leicester, se distingua beaucoup.
Mais Louis qui se trouvait partout, secondé par la noblesse de France,
presque toujours invincible lorsqu'elle est d'intelligence avec son
souverain, combattit avec tant de valeur et de conduite, que l'ennemi
plia de tous côtés, et fut repoussé jusque sous les murailles de
Saintes, où le roi d'Angleterre se sauva, laissant la victoire et le
champ de bataille aux Français.

Le nombre des morts n'est pas connu; mais il dut être grand, à en
juger par la manière dont les historiens parlent de l'ardeur et de
l'opiniâtreté des combattans. Le seigneur Henri de Hastinges, vingt
autres seigneurs anglais et une grande partie de l'infanterie ennemie,
furent fait prisonniers par les Français. Le seigneur Jean Desbarres
avec six chevaliers, et quelques autres, furent pris par les Anglais.

Cette seconde victoire, remportée par le roi en personne, réduisit les
ennemis à la dernière extrémité, et força le comte de la Marche à songer
à la paix. Il envoya secrètement un de ses confidens à Pierre, comte de
Bretagne, l'ancien complice de ses premières révoltes, qui était dans le
camp du roi. Il le pria de ménager son accommodement tel qu'il plairait
à sa majesté de lui accorder, et lui donna ses pleins pouvoirs à cet
effet. Le comte de Bretagne, sans rien demander en particulier, obtint
le pardon du comte de la Marche, aux conditions qu'il plut au roi de
prescrire. Elles furent fâcheuses; mais en même temps l'effet d'une
grande clémence du roi, qui était en pouvoir et en droit de dépouiller
ce seigneur rebelle de tous ses états. Ces conditions étaient que toutes
les places que le roi avait prises sur le comte et la comtesse de la
Marche lui demeureraient et au comte de Poitou à perpétuité; que le roi
serait quitte de la somme de cinquante mille livres tournois qu'il leur
payait tous les ans; qu'il pourrait faire paix ou trève avec le roi
d'Angleterre, comme bon lui semblerait, sans leur consentement, et
sans qu'ils y fussent compris; que le comte de la Marche ferait au roi
hommage pour le comté d'Angoulême, pour Castres, pour la châtellenie de
Jarnac, pour tout ce que le roi lui laissait, et pour tout ce qui en
dépendait; qu'il ferait pareillement hommage-lige au comte de Poitiers
pour Lusignan, pour le comté de la Marche et toutes leurs dépendances,
et cela, contre tous hommes et femmes qui pourraient vivre et mourir[1].

[Note 1: M. Ducange a rapporté cet acte tout au long dans ses
Observations sur l'Histoire de saint Louis, pag. 42.]

Cependant le roi d'Angleterre était demeuré à Saintes, afin d'y
délibérer sur le parti qu'il avait à prendre pour le reste de la
campagne, lorsqu'il fut instruit par le comte Richard son frère, du
traité que le comte de la Marche avait fait. Ce prince en avait appris
le détail par un de ces seigneurs français qu'il avait tirés de la
captivité des Turcs; lequel, par reconnaissance pour son bienfaiteur,
et par une générosité très-mal entendue, crut pouvoir en cette occasion
trahir le secret de son souverain. Il fit savoir de plus au comte
Richard que le roi, dont l'armée augmentait tous les jours par l'arrivée
de quantité de nouvelles troupes de tous les coins du royaume, avait
résolu d'investir Saintes incessamment, de la prendre par force ou
par famine, et d'obliger le roi d'Angleterre, et tous ceux qui se
trouveraient dans la place de se rendre à discrétion. Ce fut le 28
juillet que cet avis fut donné.

Henri eut peine à croire cette nouvelle; mais il reçut un pareil avis
presqu'en même temps de la part de Guy et de Geoffroi de Lusignan,
deux des fils du comte de la Marche. Ils l'assuraient que, dès la
nuit suivante, Saintes serait investie; que même les habitans étaient
d'intelligence avec le roi de France, et qu'il n'y avait pas un moment à
perdre pour sortir de cette ville. Henri était sur le point de se mettre
à table, mais l'affaire était si pressante qu'il monta sur-le-champ à
cheval. Il fut suivi de ceux qui étaient les plus prêts à partir. Le
reste des seigneurs prit après lui le chemin de Blaye, où il leur fit
savoir qu'il se rendrait. Cette route, qui était de treize à quatorze
lieues, se fit presque toute d'une traite. L'armée se mit à la débandade
sans vivres et sans provisions. Les bagages furent abandonnés et pillés;
le roi d'Angleterre y perdit sa chapelle, qui était fort riche, et
plusieurs autres meubles précieux, dont les Français profitèrent.

Le roi, averti de la fuite du roi d'Angleterre, se consola de l'avoir
manqué, par la reddition de Saintes, où il fut reçu avec une extrême
joie du peuple et du clergé. Il en sortit aussitôt pour suivre l'armée
anglaise dont plusieurs soldats furent faits prisonniers. Il cessa de la
poursuivre, s'étant trouvé incommodé après quelques lieues de chemin; et
le roi d'Angleterre, ne se croyant pas encore assez en sûreté à Blaye,
gagna Bordeaux, et mit la Garonne entre les Français et lui.

Pour revenir au comte de la Marche, lorsque Pierre de Bretagne alla lui
annoncer les conditions auxquelles le roi lui pardonnait, elles lui
parurent si dures qu'il en demeura tout consterné, et fut quelque temps
sans parler, tant il était pénétré de douleur.

Mais le comte de Bretagne lui fit comprendre qu'il valait mieux
conserver une partie de ses états, que de perdre le tout. Il faut
observer que, lorsqu'un seigneur vassal faisait la guerre à son
souverain, ce qui s'appelait tomber en félonie, le seigneur avait droit
de confisquer tous les biens de son vassal; et c'était pour punir le
roi d'Angleterre de cette félonie, que Philippe-Auguste s'était mis en
possession de la plus grande partie des fiefs que les prédécesseurs de
Henri possédaient en France.

Le comte de la Marche prit enfin son parti, et apporta lui-même au roi
le traité signé. Il se jeta à ses pieds pour lui demander pardon. La
reine, sa femme, dont l'orgueil ne fut jamais plus humilié qu'en cette
occasion, parut aussi en posture de suppliante. Le roi fit promettre
au comte sur-le-champ, qu'en vertu de son hommage et de sa qualité de
vassal, il accompagnerait au plus tôt avec ses troupes, le comte de
Bretagne contre le comte de Toulouse qu'on avait pareillement résolu de
châtier.

La fuite du roi d'Angleterre causa la ruine de tout son parti en Poitou
et en Saintonge. Renaud de Pons employa le crédit de tous les amis qu'il
avait à la cour pour faire sa paix: il l'obtint avec beaucoup de peine,
en se livrant lui-même et sa ville de Pons à la miséricorde du roi.
Guillaume, l'archevêque, seigneur de Partenay, en fit autant. Le vicomte
de Thouars, et tous les autres, rachetèrent de même leur ruine prochaine
par une entière soumission. Les autres places qui appartenaient au
roi d'Angleterre en ces quartiers-là, ouvrirent leurs portes, et se
rendirent au roi sans résistance, excepté Montauban et quelques châteaux
des environs qui furent assiégés et pris.

On n'était encore qu'au mois d'août, et la consternation était si grande
parmi les Anglais, que Henri appréhenda pour la Gascogne. Il fut informé
que Louis était sur le point de marcher vers cette province; et de plus,
quoiqu'on ne fît pas alors sur mer des armemens pareils à ceux qu'on a
vus depuis, cependant les armateurs des deux nations se faisaient une
cruelle guerre, où les Anglais avaient du dessous pour l'ordinaire. Tant
de mauvais succès obligèrent le roi d'Angleterre à demander la paix. Le
roi, tout porté qu'il était à la douceur, ne voulut rien décider sans
l'avis de son conseil. Les conjonctures étaient des plus favorables pour
chasser de France les Anglais; mais on était à la fin de la campagne.
Les chaleurs excessives avaient causé tant de maladies et de morts dans
l'armée, qu'elle en était fort affaiblie: le roi lui-même ne se portait
pas bien; et ce fut principalement cette dernière raison qui obligea le
conseil de ce prince à écouter les propositions du roi d'Angleterre,
auquel on accorda, non pas la paix, mais une trève de cinq ans.

Rien ne pouvait arriver de plus heureux pour les seigneurs de la suite
de Henri: tous étaient réduits à la dernière misère. Ils quittèrent
l'armée sans congé pour regagner leur pays; mais n'osant s'embarquer en
Gascogne, parce que l'ancien comte de Bretagne, feignant d'ignorer la
trève, infestait la Manche, ils demandèrent la permission de passer par
la France. Le roi leur fit donner tous les passeports nécessaires. C'est
une sorte de grâce, disait-il, que je ne refuserai jamais à mes ennemis.
Ils traversèrent donc tout le royaume pour se rendre à Calais, et en
furent quittes pour des railleries qu'il leur fallut essuyer.

Quelques courtisans voulurent aussi mêler Henri dans leurs
plaisanteries; mais Louis leur imposa silence d'un ton très-sérieux.
_Quand ce ne serait pas_, leur dit-il, _fournir au roi mon frère un
prétexte de me haïr, sa dignité mérite bien qu'on en parle avec respect;
il faut espérer que les aumônes et les bonnes oeuvres qu'on lui voit
faire, le tireront du mauvais pas où les méchans l'ont jeté par leurs
conseils imprudens_. Sentimens vraiment dignes d'un héros qui trouve
toujours des motifs de faire grâce à un ennemi malheureux; sentimens
aussi dans un coeur tel que celui de saint Louis, conformes aux
préceptes de l'Evangile qui nous ordonne de pardonner à nos ennemis.
Le saint monarque fit plus encore, il usa des plus rudes menaces pour
obliger le comte de Bretagne à laisser la mer libre. Le roi d'Angleterre
en profita pour se retirer dans son royaume, où les réflexions qu'il fit
sur sa malheureuse expédition lui ôtèrent le désir de revenir désormais
soutenir en France les rebelles à leur souverain.

Ainsi finit l'année 1242 qui termina, à la gloire de saint Louis, une
guerre dangereuse qui paraissait devoir ruiner la France: guerre civile
allumée par des vassaux également redoutables par leurs qualités
personnelles, par leurs alliances, par l'étendue, les richesses et la
puissance de leurs domaines; guerre étrangère projetée par les rois de
Navarre, de Castille et d'Aragon; conseillée par un grand empereur,
entreprise et soutenue par un monarque puissant en hommes et en
richesses. Louis, presque seul, trouva dans sa prudence et son courage
les moyens de résister à tant d'ennemis réunis; et, seul contre tous,
les réduisit à recourir à sa clémence et à ses bontés. Les rois
de Navarre, de Castille et d'Aragon, n'osèrent se joindre au roi
d'Angleterre qui, vaincu deux fois, fut forcé de rentrer dans son île,
et d'y paraître dans l'état le plus déplorable; enfin les vassaux
rebelles à la France, humiliés et domptés, contraints de rentrer dans
leur devoir, sans pouvoir en sortir.

Quand on réfléchit que Louis n'avait que vingt huit ans lorsqu'il
exécuta de si grandes choses, et que son caractère était encore fort
au-dessus de sa fortune, on ne peut s'empêcher de reconnaître qu'un tel
prince, par ses grandes qualités et ses vertus, était né pour commander
à l'univers, et pour en faire le bonheur.

Louis, après avoir pourvu à la tranquillité des pays qu'il venait de
soumettre, revint à Paris, et fut reçu des habitans avec ces transports
de joie qu'ils ont coutume de faire éclater lorsqu'ils revoient leur
prince couvert de gloire, surtout lorsqu'il les a eux-mêmes préservés
des malheurs de la guerre.

Leur joie augmenta encore par la naissance d'un prince auquel la reine
Marguerite donna naissance dans le même temps. Il fut tenu sur les fonts
par l'abbé de Saint-Denis, baptisé par l'évêque de Paris, et nommé Louis
comme son père et son aïeul.

Après avoir dompté les Anglais et les rebelles, le roi avait encore à
soumettre le comte de Toulouse. Il avait été un des principaux et des
plus ardens chefs de la ligue. Il y avait fait entrer Roger, comte
de Foix; Amauri, vicomte de Narbonne; Pons de Olargues, et quantité
d'autres des plus puissans seigneurs du pays; mais en trahissant son
souverain, il était lui-même trahi par ses vassaux qui le haïssaient, et
qui avaient moins dessein de le soutenir, que de l'engager à se perdre
lui-même, en prenant le parti du roi d'Angleterre. En effet, Guillaume
Arnaud, de l'ordre de Saint-Dominique, inquisiteur de la foi, et
Etienne, de l'ordre de Saint-François, son collègue, ayant été
assassinés par les Albigeois, dans le palais même du comte de Toulouse,
à Avignon, et sans qu'il en eût fait faire les moindres perquisitions,
le comte de Foix et les autres vassaux du comte prirent cette occasion
pour dégager leur parole, protestant qu'ils ne reprendraient jamais les
armes en faveur d'un fauteur d'hérétiques, et d'un persécuteur déclaré
des catholiques. C'était cette conduite qui avait empêché le comte de
Toulouse, abandonné par ses vassaux, de venir joindre, avec ses troupes,
le comte de la Marche et le roi d'Angleterre; de sorte que jamais
diversion ne fut plus favorable au roi, et c'est ce qui lui facilita
beaucoup ses victoires. Le comte de Foix en profita pour secouer la
domination du comte de Toulouse, et pour rendre son comté un fief
relevant immédiatement de la couronne de France. Le comte de Toulouse,
dans cet embarras, ne pensa plus qu'à faire sa paix avec le roi. Tandis
que l'évêque de Toulouse agissait pour lui à la cour de France, il
écrivait au roi pour lui demander pardon de sa révolte, et le laissa
maître des conditions qu'il voudrait lui imposer. Louis lui pardonna, et
lui accorda la paix, conformément à ce qui avait été convenu à l'ancien
traité de Paris. Le comte, pour sûreté de sa parole, livra encore
quelques forteresses au roi; il renonça à tout commerce avec les
hérétiques, et fit punir de mort ceux qui avaient assassiné les
inquisiteurs; et, pour marquer au roi la sincérité de son retour à
l'obéissance qu'il devait à son souverain, il lui remit entre les
mains les lettres de l'empereur Frédéric II, par lesquelles ce prince
l'exhortait à continuer dans sa révolte.

Il serait difficile de pénétrer les motifs de cette conduite étrange du
monarque allemand. Louis, malgré les grands avantages qu'on lui offre,
refuse constamment de prendre les armes contre Frédéric. Frédéric, sans
autre espérance que d'exciter des troubles, soulève contre lui une
partie de son royaume. Que de générosité d'un côté, que de duplicité de
l'autre! Telle est la supériorité de la véritable vertu!

Au mois d'avril 1243, la trève faite entre la France et l'Angleterre
l'année précédente, après les batailles de Taillebourg et de Saintes,
fut confirmée à Bordeaux et entièrement exécutée. Jusque-là, en
considérant la manière dont on s'était comporté de part et d'autre,
depuis que les armées eurent quitté la campagne, il semble qu'on n'avait
fait qu'un simple projet de traité: par celui de Bordeaux le roi demeura
en possession de toutes ses conquêtes. Henri lui rendit les places qu'il
avait prises depuis la dernière campagne, et s'obligea de lui payer cinq
mille livres sterlings en cinq années.

Le fruit des victoires de Louis et de cette trève, en même temps si
glorieuse et si avantageuse, fut la tranquillité de la France, qui ne
s'était depuis long-temps trouvée jouir d'une si profonde paix. C'est ce
qui donna lieu à ce prince de penser plus que jamais à procurer celle de
l'Eglise.

Il y avait dix-huit mois que le Saint-Siége était vacant par le décès
de Célestin IV: les cardinaux en rejetaient la faute sur Frédéric,
et Frédéric sur les cardinaux. Ceux-ci ce plaignaient surtout que
l'empereur retenait encore dans ses prisons ceux de leurs collègues
qu'il avait pris sur la mer, lorsqu'ils allaient au concile convoqué par
Grégoire IX, et protestaient qu'ils n'éliraient point de pape que les
cardinaux prisonniers ne fussent remis en liberté, afin de procéder
ensemble à la nouvelle élection. L'empereur se relâcha sur ce point et
délivra les cardinaux; mais voyant qu'il ne pouvaient encore s'accorder,
que leurs divers intérêts les tenaient partagés, et qu'une affaire de
cette importance n'était pas plus avancée qu'auparavant, il eut recours
aux moyens les plus violens pour les contraindre à la finir: car il fit
investir Rome par son armée, et ravager toutes les terres des cardinaux.

Le roi, animé d'un zèle sans doute beaucoup plus pur et moins violent,
écrivit en même temps aux cardinaux une lettre fort vive sur le même
sujet, dans laquelle il leur reprochait leur partialité, et leur
insensibilité pour le bien général de l'Eglise, leur promettant
néanmoins sa protection contre Frédéric, _dont nous ne craignons_,
disait-il, _ni la haine, ni les artifices, et dont nous blâmons la
conduite, parce qu'il semble qu'il voudrait être en même temps empereur
et pape_.

Les cardinaux, pressés et sollicités ainsi de toutes parts, s'assemblèrent
à Anagnie, et élurent enfin, le jour de Saint-Jean-Baptiste, le cardinal
Sinibalde, Génois de la maison de Fiesque, qui prit le nom d'Innocent
IV. C'était un homme de mérite, d'un grand sens, fort habile, et aimé
de l'empereur, qui, connaissant la fermeté de Sinibalde, dit à un de
ses confidens lorsqu'il apprit la nouvelle de cette élection: _Le cardinal
était mon bon ami, mais le pape sera pour moi un dangereux ennemi_.
L'empereur avait raison; car les intérêts d'un cardinal sont bien
differens de ceux d'un pape, qui se regarde comme le premier monarque
de la chrétienté.

Cependant Frédéric témoigna beaucoup de joie en public, de l'élection de
Sinibalde: il lui envoya une solennelle ambassade, dont était chef
le fameux Pierre Desvignes, chancelier de l'empire, celui qui nous a
conservé quantité de lettres sur les différends de l'empereur avec les
papes.

Les ambassadeurs présentèrent à Innocent une lettre de ce prince, par
laquelle il lui faisait offre de ses services et de toute sa puissance
pour le bien de l'Eglise, en ajoutant toutefois à la fin du compliment,
_sauf les droits et l'honneur de l'empire et des royaumes que nous
possédons_: paroles dont la signification était bien différente à la
cour de l'empereur et à celle des papes, et qui faisaient entre eux
toute la difficulté des accommodemens.

Le pape répondit à l'empereur qu'il le verrait avec joie rentrer dans
la communion des fidèles, et qu'il le recevrait à bras ouverts, pourvu
qu'il satisfît l'Eglise sur les points pour lesquels Grégoire, son
prédécesseur, l'avait excommunié; que lui, de son côté, était prêt à
le satisfaire sur ses plaintes; qu'en cas qu'il pût prouver que le
Saint-Siége lui eût fait quelque tort, il était dans la résolution de
les réparer; qu'il s'en rapporterait volontiers au jugement des rois et
des évêques, dans un concile qu'il offrait de convoquer à ce sujet.
Il lui fit demander aussi, avant toutes choses, par ses envoyés, la
délivrance des autres personnes qui avaient été prises sur la mer avec
les cardinaux qu'on avait déjà relâchés.

La négociation n'eut aucun succès, non plus que les sollicitations du
roi qui avait cette paix fort à coeur. Frédéric recommença à mettre en
usage les voies de fait. Il fit garder tous les passages des Alpes. Il
mit en mer quantité d'armateurs pour empêcher que le pape pût avoir
communication avec les autres princes; et quelques pères cordeliers
ayant été pris et trouvés saisis de lettres du pape pour diverses cours
de l'Europe, Frédéric les fit pendre.

Pendant que cette rupture jetait de nouveau l'Italie dans la
consternation, la France était dans la joie par la naissance d'un
successeur à la couronne. C'était le troisième enfant que la reine avait
mis au monde: les deux autres étaient deux filles qui furent nommées,
l'une Blanche, et l'autre Isabelle. On donna au prince nouveau-né le nom
de Louis.

Le roi, qui désirait, autant qu'il lui était possible, de maintenir
la tranquillité dans son royaume, et s'assurer de la fidélité de ses
sujets, fit cette année une chose qu'aucun de ses prédécesseurs
n'avait osé entreprendre; elle était contre un usage pratiqué de temps
immémorial, dont la suppression devait faire de la peine à beaucoup de
seigneurs; mais, d'ailleurs, elle était d'une très-grande importance
pour empêcher toutes les intrigues secrètes que les esprits factieux
tâchaient toujours d'entretenir avec les ennemis de l'état.

Plusieurs seigneurs et gentilshommes français, et principalement les
Normands, avaient des fiefs en Angleterre. La coutume était que, quand
il y avait guerre entre les deux nations, ceux qui, en vertu de ces
fiefs qu'ils possédaient dans l'un et dans l'autre royaume, étaient
vassaux des deux rois, se déclarassent pour le parti de celui dont ils
tenaient le plus considérable de leurs fiefs, étant par là censés être
ses sujets naturels, tant que la guerre durait. Alors le prince contre
lequel ils servaient, saisissait les autres fiefs du seigneur, qui se
trouvaient dans son royaume, sous la condition de les restituer après la
guerre finie. Cette coutume ne s'observait pas seulement entre les rois
de France et d'Angleterre, on en usait de même toutes les fois que
l'empire était en guerre avec la France.

Le roi prit donc la résolution d'abolir cet usage à l'égard de
l'Angleterre; et, dans une assemblée qu'il fit de ces seigneurs qui
avaient des fiefs dans les deux royaumes, il leur déclara qu'il leur
laissait la liberté entière de le choisir lui, ou le roi d'Angleterre,
pour leur seul et unique seigneur; mais qu'il voulait qu'ils se
déterminassent pour l'un ou pour l'autre, alléguant à propos ce passage
de l'Evangile, _que personne ne peut servir deux maîtres en même temps_.
Quelque intérêt qu'eussent ces seigneurs à ne pas subir cette nouvelle
loi qui les privait, ou des biens qu'ils possédaient en Angleterre, ou
de ceux qu'ils possédaient en France, ils s'y soumirent néanmoins, les
uns par complaisance pour le roi, les autres parce qu'ils voyaient
que leur résistance serait inutile. Quelques-uns passèrent au service
d'Angleterre; la plupart s'attachèrent à celui de France; et le roi
dédommagea ceux-ci de ce qu'ils perdaient, en leur donnant les terres de
ceux qui le quittaient, ou d'autres récompenses. A cette nouvelle, le
roi d'Angleterre, qui avait le talent de faire toujours mal ce qu'il
aurait pu bien faire, se livra à toute l'impétuosité de son génie; et,
sans garder aucune mesure, ni proposer aucune option, comme avait fait
le roi de France, il confisqua les terres que les seigneurs français,
et principalement les Normands, possédaient dans ses états. Ceux-ci en
furent tellement irrités, qu'ils firent tous leurs efforts pour engager
le roi à déclarer la guerre à Henri; mais il les adoucit par ses
promesses et ses libéralités.

Tandis que Louis prenait les mesures les plus efficaces pour maintenir
la tranquillité dans le royaume, l'Italie se trouvait livrée plus que
jamais aux horreurs de la guerre civile, dont le pape rejetait toujours
la faute sur l'empereur, et l'empereur sur le pape.

L'empereur écrivait aux princes de l'Europe qu'il était disposé à s'en
rapporter aux rois de France et d'Angleterre pour ses intérêts les plus
essentiels; et le pape protestait au contraire qu'il ne demandait que
l'exécution des paroles que l'empereur lui avait fait porter pour la
paix, et que ce prince ne cherchait par ses feintes et ses artifices
qu'à en imposer à toute l'Europe, et à réduire l'Eglise et le
Saint-Siége en servitude. Il fulmina de nouveau l'excommunication contre
lui. Il la fit publier partout, et même à Paris, dans les églises.

Ce fut à cette occasion qu'un curé de cette capitale fit une action
aussi hardie qu'elle était peu convenable. Il monta en chaire et parla
de cette sorte à ses auditeurs: «Vous saurez, mes frères, que j'ai reçu
ordre de publier l'excommunication fulminée par le pape contre Frédéric,
empereur, et de le faire au son des cloches, tous les cierges de mon
église étant allumés. J'en ignore la cause, et je sais seulement qu'il
y a entre ces deux puissances de grands différends, et une haine
irréconciliable. Je sais aussi qu'un des deux a tort, mais j'ignore qui
l'a des deux. C'est pourquoi, de toute ma puissance j'excommunie et je
déclare excommunié celui qui fait injure à l'autre, et j'absous celui
qui souffre l'injustice d'où naissent tant de maux dans la chrétienté.»
Ce discours fit rire non-seulement dans l'auditoire et dans Paris,
mais encore dans tous les pays étrangers. L'empereur, qui l'apprit
des premiers, en fit faire au curé des complimens qu'il accompagna de
présens considérables. Le pape ne goûta point la plaisanterie, et le
curé, quelque temps après, fut mis en pénitence.

Cependant, l'empereur poussa si vivement le pape, qu'il fut obligé de
s'enfuir d'Italie, et de venir chercher un asile en-deçà des Alpes. Il
se sauva d'abord au travers de bien des dangers à Gênes, sa patrie; mais
ne se croyant pas encore en sûreté, il en partit sans trop savoir quel
lieu il choisirait pour sa retraite. Son dessein était de venir en
France; mais il n'était pas sûr qu'on voulût l'y recevoir, et son
incertitude n'était point sans fondement.

Soit qu'il eût déjà fait sonder le roi sur ce sujet, soit que les
seigneurs de France ne fussent pas dans une disposition favorable pour
lui, il ne s'adressa pas directement à ce prince, mais il prit une autre
voie. Il savait que le roi avait une extrême considération pour l'ordre
de Cîteaux, et qu'il devait honorer de sa présence le chapitre général
qui devait s'y tenir au mois de septembre. Il engagea l'abbé et tout
l'Ordre, à demander au roi son agrément pour sa retraite dans le
royaume.

Le roi se rendit effectivement à Cîteaux avec la reine sa mère, les
comtes d'Artois et de Poitiers, et quelques autres des principaux
seigneurs de France. Comme c'était la première fois qu'il venait à cette
célèbre abbaye, on l'y reçut avec les honneurs et les cérémonies dues à
la majesté et à la vertu d'un si grand prince. L'abbé de Cîteaux, les
abbés de l'Ordre et les religieux, au nombre de cinq cents, vinrent
au-devant de lui. Le roi descendit de cheval, et reçut leurs complimens
avec la plus grande bonté.

Ce prince entra dans le chapitre; et s'y étant assis accompagné des
seigneurs et de la reine sa mère, à qui, par respect pour elle, il fit
prendre la première place, l'abbé de Cîteaux, à la tête de ce grand
cortége d'abbés et de religieux, vint se jeter à ses pieds. Le roi, les
voyant tous à genoux, se mit à genoux lui-même, les fit relever, et
leur demanda ce qu'ils souhaitaient de lui. L'abbé fit un discours fort
pathétique pour supplier Sa Majesté de prendre en main la cause du chef
de l'Eglise, persécuté par l'empereur, et finit en le conjurant, les
larmes aux yeux, de vouloir bien lui donner un asile dans son royaume.
Les autres abbés et les religieux accompagnèrent le discours de l'abbé
de leurs gémissemens et de leurs larmes, et firent connaître au roi que
c'était une grâce que l'Ordre en général, pour lequel il avait tant de
bontés, lui demandait.

Le roi leur répondit qu'il était très-édifié de l'attachement qu'ils
faisaient paraître pour le père commun des Fidèles, qu'ils ne pouvaient
pas douter que lui-même n'en eût aussi beaucoup, et qu'il ne fût
très-sensible aux maux que souffrait le pape; qu'il aurait égard à leur
demande; qu'il était disposé à soutenir les intérêts de l'Eglise et à
la mettre à couvert de toutes sortes d'injures; qu'il prendrait la
protection du pape autant que son devoir et son honneur l'exigeaient de
lui; mais qu'il ne pouvait point recevoir le pape en France, qu'il n'eût
consulté auparavant les seigneurs qui l'accompagnaient, et il ajouta
qu'il ne tiendrait pas à lui que tout l'Ordre ne fût satisfait.

Mais les principaux seigneurs, consultés quelque temps après, ne furent
pas d'avis que le pape vînt faire sa demeure en France. La jalousie
qu'ils avaient conçue contre la puissance des ecclésiastiques dans le
royaume, avec lesquels ils contestaient sans cesse sur les bornes de
leur juridiction, leur fit appréhender la présence du pape, en qui cette
puissance réside avec plus de plénitude. On le fit prier, comme il
s'avançait vers Lyon, de ne pas passer outre. Le roi d'Angleterre et le
roi d'Aragon lui refusèrent pareillement l'entrée de leurs états: de
sorte qu'il fut obligé de demeurer à Lyon, qui n'était pas encore alors
réuni au royaume de France. Cette ville relevait de l'empire, de manière
néanmoins que l'archevêque en était le seigneur, et que les empereurs,
depuis long-temps, n'y avaient aucune autorité.

Le souverain pontife ressentit vivement ce refus; et lorsque le docteur
Martin, envoyé du roi d'Angleterre, lui rapporta sa réponse, on dit
que, dans sa colère, il laissa échapper ces paroles inconsidérées qui
choquèrent extrêmement les souverains: _Il faut_, dit-il, _venir à bout
de l'empereur, ou nous accommoder avec lui, et quand nous aurons écrasé
ou adouci ce grand dragon, nous foulerons aux pieds sans crainte tous
ces petits serpens_. Dès lors il résolut de faire son séjour à Lyon, et
d'y assembler un concile pour y citer Frédéric, et l'y déposer, s'il
refusait de s'accommoder avec le Saint-Siége.

Mais, sur ces entrefaites, il survint un accident qui jeta toute la
France dans la plus extrême consternation. Le roi fut attaqué à Pontoise
(Joinville dit à Paris) d'une dyssenterie cruelle, jointe à une fièvre
ardente, qui fit en peu de jours désespérer de sa vie. Il se condamna
lui-même; et, après avoir donné quelques ordres sur des affaires
importantes, il ne pensa plus qu'à paraître au jugement de Dieu, et sans
attendre qu'on l'avertît de son devoir, il demanda et reçut avec les
plus grands sentimens de piété les sacremens de l'Eglise.

C'est en ces tristes occasions que paraissent l'estime et l'amour que
les peuples ont pour leur souverain, et jamais on n'en vit de plus
sensibles et de plus sincères marques qu'en celle-ci. L'affliction était
générale par toute la France. La noblesse, les ecclésiastiques, le
peuple, prenaient également part à ce malheur public. Les églises
ne désemplissaient point; on faisait partout des prières et des
processions; on venait en foule de toutes les provinces, chacun voulant
s'instruire par soi-même de l'état où ce prince se trouvait. Il tomba
dans une si profonde léthargie, qu'on fut en doute s'il était mort: de
sorte qu'une dame de la cour, qui l'avait toujours soigné pendant sa
maladie, voulut lui couvrir le visage; mais une autre s'y opposa,
soutenant qu'il n'était pas encore mort: il fut un jour dans cet état,
et le bruit de sa mort se répandit par toute l'Europe. La reine-mère
ordonna qu'on exposât la châsse de Saint-Denis; elle fit apporter le
morceau de la vraie croix et les autres reliques qu'on avait eues de
l'empereur Baudouin, et les fit mettre sur le lit du malade, en faisant
hautement à Dieu cette fervente prière: _Seigneur, glorifiez, non pas
nous, mais votre saint nom; sauvez aujourd'hui le royaume de France
que vous avez toujours protégé_. Le roi revint à l'instant de son
assoupissement, ce qui fut regardé de tout le monde comme un effet
miraculeux opéré par ces sacrés monumens de la passion du Sauveur du
monde. Les premières paroles que ce prince proféra dans ce moment,
furent pour demander à Guillaume d'Auvergne, évêque de Paris, homme
célèbre par ses écrits et par la sainteté de sa vie, la croix, pour
faire voeu, en la prenant, d'aller au secours des Chrétiens de la
Terre-Sainte, avec résolution d'employer ses armes et la vie qui lui
avait été rendue, à les délivrer de la tyrannie des infidèles. Ce fut
en vain que le sage prélat lui représenta les suites d'un si grand
engagement: il insista d'un air si touchant et si impérieux tout
ensemble, que Guillaume lui donna cette croix si désirée. Il la reçut
avec un profond respect, la baisa, et assura qu'il était guéri. En
effet, son mal diminua considérablement. Dès que sa santé fut affermie,
il vint à Paris goûter le plus grand plaisir qui puisse toucher un bon
roi: il connut qu'il était tendrement aimé. L'empressement tumultueux du
peuple, les transports inouïs d'allégresse, et la joie répandue sur tous
les visages lui firent mieux sentir la place qu'il occupait dans tous
les coeurs, que n'eussent pu faire des arcs de triomphe, des fêtes ou
des harangues étudiées. Aussi s'appliqua-t-il plus que jamais au bonheur
de ce même peuple, aux prières duquel il ne doutait pas qu'il eût été
rendu.

Le voeu que le roi venait de faire diminua de beaucoup la joie que
le retour de sa santé avait donné à toute la cour. La reine-mère qui
prévoyait qu'il accomplirait infailliblement cette promesse, en parut
presque aussi consternée qu'elle l'avait été du danger extrême où
elle l'avait vu quelques momens auparant. Le roi, après deux mois
de convalescence, se trouva parfaitement rétabli: il n'exécuta pas
néanmoins sitôt son dessein. Les préparatifs pour une expédition si
importante, et d'autres affaires, lui firent différer le voyage pendant
deux ans et demi; et, en attendant, il demanda au pape des missionnaires
pour prêcher la croisade dans le royaume, et s'appliqua, durant cet
intervalle, à mettre la France en état de se passer de sa présence.

Cependant toute l'Europe était attentive à ce qui se passait au concile
convoqué à Lyon par le pape Innocent IV. Il avait commencé à la fin du
mois de juin de l'année 1245[1].

[Note 1: Ce fut à ce concile que le pape donna le chapeau rouge aux
cardinaux.]

Le but de ce concile n'était pas seulement de terminer les différends
de l'empereur Frédéric avec le Saint-Siége, et de rendre la paix à
l'Eglise, mais encore d'unir tous les princes chrétiens entre eux pour
la défense de la religion contre les Infidèles. L'engagement que le roi
avait déjà pris par son voeu était un grand exemple, et l'on peut même
assurer que, sans lui, tous les efforts et toutes les bonnes intentions
du pape auraient eu peu d'effet.

La première de ces deux importantes affaires fut celle qui occupa
d'abord le concile; il ne s'agissait pas moins que de la déposition de
l'empereur. Je n'entrerai point dans le détail de tout ce qui s'y passa:
cela m'éloignerait trop de mon sujet. Je dirai seulement qu'après
plusieurs sessions on alla aux suffrages, et la condamnation ainsi que
la déposition de l'empereur furent résolues. Ensuite le pape prononça
le jugement par lequel il déclara Frédéric déchu de l'empire et de ses
états, défendant à tous les fidèles de le reconnaître désormais pour
empereur ni pour roi; il dispensait tous ses sujets du serment de
fidelité qu'ils lui avaient fait, et ordonnait aux électeurs de l'empire
de procéder à l'élection d'un nouvel empereur.

Frédéric était à Turin lorsqu'il apprit cette nouvelle. On peut
s'imaginer les mouvemens qu'elle produisit dans le coeur d'un prince
aussi violent que lui. S'étant un peu calmé, il se fit apporter la
couronne impériale; et, la mettant sur sa tête, il dit: _La voilà cette
couronne qu'on veut m'enlever, et il y aura bien du sang répandu avant
quelle m'échappe_.

Cette menace n'eut que trop d'effet; mais, pour prévenir l'impression
que pourrait faire dans l'Europe la publication de ce jugement du pape,
Frédéric écrivit une lettre circulaire à tous les princes, pour leur
faire comprendre les conséquences de cette entreprise; qu'il s'agissait
dans cette affaire, non pas de son intérêt particulier, mais de celui
des rois, qui devaient tout appréhender d'un homme qui traitait si
outrageusement le premier des souverains.

Outre cette lettre circulaire, Frédéric en écrivit une particulière
au roi de France, où, répétant les principales choses qui regardaient
l'intérêt commun que tous les souverains avaient de ne pas souffrir que
les papes osassent attaquer ainsi les têtes couronnées; il lui faisait
remarquer que, quoique par l'usage le couronnement des empereurs
appartînt au pape, il ne leur donnait nul droit sur leurs couronnes et
sur leur puissance temporelle, et qu'en vertu de cette cérémonie il ne
pouvait pas plus les en dépouiller qu'un évêque particulier du royaume
ne pouvait détrôner le roi qu'il aurait couronné. Ensuite il lui
représentait la nullité des procédures qu'on avait faites contre lui,
le priant de se souvenir de l'étroite alliance qu'il y avait depuis si
long-temps entre les empereurs de sa maison et les rois de France. On
voit encore une lettre de Frédéric sur le même sujet, qui fut apportée
par Pierre Desvignes, son chancelier, à saint Louis, où l'empereur le
faisait juge, avec les pairs laïques et la noblesse de France, de la
justice de sa cause.

On ne sait point en détail ce que le roi répondit à ces lettres; mais
on sait seulement, par le témoignage d'un auteur contemporain[1], qu'il
était fort mécontent de la conduite du pape en cette occasion; et, comme
il désapprouvait aussi beaucoup certains emportemens de Frédéric, il
ne prit alors aucun parti dans cette affaire, et résolut de garder la
neutralité. Il eut cependant au mois de novembre de cette année une
conférence avec le pape, dans l'abbaye de Cluny, sur les moyens de
rétablir la paix dans l'Eglise. La reine-mère fut seule admise à cette
conférence, et le secret qu'on affecta de garder sur ce qui y avait été
traité donna lieu à bien des conjectures. Ce qu'on sait seulement par
une lettre de Frédéric au roi d'Angleterre, c'est que le pape ne put
être fléchi par les prières du roi, et qu'il ne voulut entendre parler
d'aucun accommodement, à moins que Frédéric ne se soumît absolument, et
sans restriction, à ce qu'il plairait au pape de déterminer touchant
les villes de Lombardie qui s'étaient depuis longtemps révoltées contre
l'empereur.

[Note 1: Chronicon Abbatiae Senonensis in Vosago, lib. 4.]

Louis, de retour à Paris, et toujours occupé de la pensée de la
croisade, fit, à cette occasion, un trait de plaisanterie à ses
courtisans qui en engagea quelques-uns à se croiser, autant par respect
humain, que par dévotion.

C'était la coutume que le roi, aux fêtes de Noël, fît présent aux
seigneurs qui étaient à sa cour, de certaines capes, ou casaques, dont
ils se revêtaient sur-le-champ: c'est ce qui, dans les anciens comtes de
la maison du roi, est appelé du nom de livrée, parce que le roi donnait
ou livrait lui-même ces habits aux seigneurs. Il en avait fait faire un
plus grand nombre, et d'étoffes plus précieuses qu'à l'ordinaire. La
veille de Noël, qu'il avait destinée à cette distribution, il fit savoir
qu'il irait à la messe de grand matin.

Les seigneurs se rendirent de bonne heure dans sa chambre, où l'on avait
affecté d'avoir peu de lumière. Le roi leur distribua ces capes; et,
après qu'ils les eurent prises, ils le suivirent à la messe. Quand il
fut jour, ou bien à la clarté des cierges de l'Eglise, chacun remarqua à
l'endroit de la cape qui répondait à l'épaule de ceux qui étaient devant
lui, des croix en belle broderie d'or, et s'aperçurent qu'ils en avaient
autant sur la leur. Ils comprirent la pensée du roi, et en rirent avec
lui au sortir de la messe; mais il n'y eut pas moyen de s'en défendre.

Au commencement de cette année, le roi fit épouser à Charles de France,
son frère, Béatrix, quatrième fille du comte de Provence, soeur de la
reine de France, de la reine d'Angleterre et de l'épouse de Richard,
frère du roi d'Angleterre. Le comte de Provence étant mort dans les
derniers jours de l'année précédente, le roi fit marcher des troupes du
côté de la Provence pour s'en saisir comme d'un bien appartenant à la
reine sa femme, fille aînée du comte, et par conséquent son héritière.
Charles fut reconnu comte de Provence, et mis en possession de toutes
les places. Par ce mariage, la Provence qui avait été usurpée sur la
France, après la mort de Louis-le-Bègue, et en avait toujours été
séparée depuis, rentra dans la maison royale de France, plus de trois
cents ans après cette séparation.

Le roi, dans la même année y fit chevalier, à Melun, le nouveau comte de
Provence, et l'investit des comtés d'Anjou et du Maine, lui assigna
sur son épargne une pension considérable, et le rendit un prince
très-puissant.

Ces differens soins, et le gouvernement de l'état, n'empêchèrent pas
Louis de se préparer au voyage d'outre-mer, quelques efforts que la
reine sa mère pût faire pour l'en détourner. Elle ne cessait de lui
répéter qu'un voeu, fait dans l'extrémité où sa maladie l'avait réduit,
c'est-à-dire dans un moment où la tête n'est pas bien libre, n'était en
aucune façon capable de le lier; que le seul intérêt du royaume, sans
autre dispense, suffisait pour l'en dégager; que tout demandait sa
présence, tant au dedans qu'au dehors; l'infidélité des Poitevins qui
n'obéissaient qu'avec regret; les mouvemens du Languedoc qui n'étaient
qu'assoupis; l'animosité de l'Angleterre; l'irréconciliable inimitié
du pape et de l'empereur, qui mettait l'Allemagne et l'Italie en
combustion; l'intérêt de ses peuples qui ne devaient pas lui être moins
chers que les chrétiens de l'Orient; sa tendresse pour sa famille,
que son absence exposait peut être, par la suite, à toutes sortes de
malheurs; enfin les larmes d'une mère qui n'avait plus guère à vivre,
et qui regardait cette séparation comme devant être à son égard sans
retour. Blanche n'était pas seule de son opinion: la plupart des
seigneurs pensaient comme elle. Ils vinrent avec elle trouver le roi, et
lui firent les remontrances les plus vives sur le danger d'une pareille
émigration. Ils lui représentèrent les difficultés extrêmes que l'on
trouverait à y réussir; l'éloignement des lieux où l'on allait porter la
guerre; le péril du transport des troupes au-delà des mers, ou de leur
marche au travers des pays habités par des peuples barbares, ennemis ou
suspects; le mauvais succès de tant de semblables entreprises, où les
plus belles et les plus nombreuses armées avaient péri, partie par le
fer, partie par la famine ou par les maladies.

La reine avait attiré l'évêque de Paris dans son sentiment; et, comme
c'était lui qui avait donné la croix au roi dans sa maladie, il vint le
trouver avec la reine. Ce sage prélat employa en vain tout ce que la
raison a de plus convaincant, et l'éloquence de plus séduisant. Louis
parut touché, mais il ne fut point ébranlé. «Eh bien! dit-il, la voilà,
cette croix que j'ai prise dans une circonstance où, selon vous, je
n'avais pas une entière liberté d'esprit. Je vous la remets; mais en
même temps, si vous êtes mes amis, et si j'ai quelque pouvoir sur vous,
ne me refusez pas la grâce que je vous demande: c'est de recevoir le
voeu que je fais de nouveau d'aller combattre les infidèles. Pouvez-vous
douter que je n'aie actuellement toute la connaissance requise pour
contracter un engagement? Rendez-moi donc cette sainte croix; il y va de
ma vie. Je vous déclare que je ne prendrai aucune nourriture que je
ne me revoie possesseur de cette précieuse marque de la milice du
Seigneur.» Personne n'osa répliquer. Chacun se retira en versant des
larmes, et l'on ne pensa plus qu'à seconder les soins que le monarque
prenait de hâter l'exécution d'un dessein qui paraissait venir de Dieu.

Pour augmenter le trésor que le roi avait amassé dans cette vue, on
imposa une taxe sur tout le clergé, tant séculier que régulier: elle
était de la dîme de leur revenu, ce qui causa de grands murmures dans
ce corps, qui avait jusque-là fort applaudi à la croisade, mais dont le
zèle n'allait pas toujours jusqu'au parfait désintéressement[1]. Ils
étaient encore fort choqués de ce que cette levée se faisait par les
commissaires du pape, qui imposaient en même temps une autre taxe pour
avoir de quoi se maintenir contre l'empereur. Mais le roi, sur les
remontrances qu'on lui fit, empêcha cette seconde levée, ne voulant pas,
disait-il, qu'on appauvrît les églises de son royaume, pour faire la
guerre à des chrétiens: c'est-à-dire à l'empereur. En vain Innocent lui
envoya plusieurs légats pour le supplier de lui permettre au moins de
faire un emprunt sur les évêques; il fut inflexible, et le bien de ses
sujets l'emporta dans son coeur sur le respect qu'il eut toute sa vie
pour le premier pontife de la religion.

[Note 1: Daniel, tom. III, édition de 1722, p. 145.]

Cependant Louis ayant formé le dessein de débarquer au royaume de
Chypre, où Henri, de la maison de Lusignan, régnait alors, fit faire,
avec l'agrément de ce prince, de prodigieux magasins dans cette île, et
fréter partout des vaisseaux qui devaient se rendre à Aiguemortes, sur
la Méditerranée, où l'embarquement de l'armée française devait avoir
lieu. L'empereur Frédéric le seconda généreusement, ayant donné ordre
dans tous ses ports de fournir aux munitionnaires de France des blés,
des vivres, des vaisseaux, et toutes les choses dont ils auraient
besoin.

Comme le roi d'Angleterre était l'unique voisin que le roi eût à
craindre pour son royaume, durant son absence, et que la trève faite
avec lui, après la journée de Taillebourg, était sur le point de finir,
un de ses principaux soins fut d'en assurer la prolongation. Après
plusieurs négociations la trève fut faite, et le pape s'en rendit le
garant.

Le roi menait avec lui le comte de la Marche et le comte Pierre de
Bretagne, les deux plus grands brouillons de son état; mais le comte de
Toulouse, auquel il ne se fiait guère davantage, n'avait point encore
pris, du moins de concert avec lui, la même résolution. Il fallut
l'engager à accomplir son voeu dans une occasion si favorable, qu'il ne
pouvait pas refuser avec honneur sans indisposer son souverain contre
lui. Il promit au roi de le suivre, et ce prince lui prêta de l'argent
pour faire ses préparatifs: néanmoins, n'ayant pu les achever lorsque le
roi partit, le comte retarda son voyage jusqu'à l'année suivante.

En tout cela le roi agissait en prince sage, mais il paraissait encore
dans toute sa conduite autant de piété que de prudence. Lorsqu'il fut
proche de son départ, il se fit une loi qu'il garda toute sa vie, de
ne plus se vêtir d'écarlate ni d'aucune autre étoffe précieuse. Il ne
portait plus d'éperons dorés; il affectait une extrême simplicité jusque
dans ses armes, dans les harnais des chevaux qu'il montait, faisant
donner exactement aux pauvres ce qu'il épargnait par cette pieuse
modestie. On remarquait dans tout son extérieur un air de pénitence et
d'humilité qui marquait parfaitement que le désir de la gloire n'avait
aucune part dans l'expédition qu'il méditait.

_Il juge un grand différend entre les comtés de Flandre et de Hainaut_.

Cependant, avant de partir, il termina un différend qui faisait alors
beaucoup de bruit en Flandre, et qui aurait pu causer une guerre entre
ses vassaux.

Jeanne, comtesse de Flandre, était morte sans laisser d'enfans, ni de
Ferrand de Portugal, son premier mari, ni de Thomas de Savoie, son
second; celui-ci n'avait remporté de cette alliance d'autre avantage que
le titre de comte et une pension de 6,000 livres.

Marguerite, soeur de la comtesse, lui succéda, paya le rachat de la
pension, fit son hommage au roi de France, et se soumit au traité fait
au commencement du règne de Louis, pour la liberté de Ferrand. Elle eut
des enfans de deux maris, dont le premier vécut même long-temps après le
second: c'est ce qui donna naissance à cette fameuse querelle dont il
est ici question. Voici comme elle est rapportée dans les chroniques de
Flandre[1]:

[Note 1: _Chron. Flam._, p. 26.]

«Baudouin 1er, empereur de Constantinople, père des deux princesses,
Jeanne et Marguerite de Flandre, les avait mises sous la tutelle de
Philippe, comte de Namur, son frère; celui-ci les remit entre les
mains de Philippe-Auguste, roi de France, qui lui-même les rendit
aux Flamands. Jeanne, avec l'agrément du monarque, épousa Ferrand de
Portugal. Marguerite, trop jeune encore, fut confiée à la garde de
Bouchard d'Avesnes. C'était un seigneur bien fait, de beaucoup de
mérite, à qui l'on ne pouvait reprocher autre chose que de s'être chargé
d'un grand nombre de bénéfices qui l'obligèrent même d'entrer dans les
ordres sacrés.

«Embarrassé de la multitude de ceux qui prétendaient à l'alliance de sa
pupille, il consulta Mathilde, veuve de Philippe d'Alsace, oncle de la
jeune princesse; il en était fort estimé: elle lur fit entendre qu'il
pouvait les accorder en se mettant lui-même sur les rangs. Il n'en
fallut pas davantage pour lui faire oublier ce qu'il était. Il demande
Marguerite; il l'obtient sans aucune contradiction, et l'épouse
clandestinement selon quelques auteurs, et publiquement selon quelques
autres.

«La réflexion suit de près la faute: elle lui rappelle son
sous-diaconat. Il part pour Rome, et court aux pieds du pape demander
dispense et pardon. On veut bien lui faire grâce, à condition qu'il ira
passer un an dans la Terre-Sainte; qu'il remettra la princesse entre les
mains de ses parens, et qu'il leur fera satisfaction d'un tel outrage.
Il promit tout, et peut être de bonne foi; mais un regard de Marguerite,
et le tendre accueil qu'elle lui fit à son retour, firent évanouir ses
belles résolutions: il proteste qu'il préférerait la mort au malheur
d'être séparé d'elle. Aussitôt il se vit frappé de tous les foudres
ecclésiastiques, qui n'empêchèrent pas néanmoins qu'il ne naquit trois
enfans de ce mariage, illégitime. Cependant cette passion si tendre,
qui avait résisté à toute la sévérité des lois, ne put tenir contre
le temps, et s'éteignit tout-à-coup. Les deux époux se séparèrent, et
Marguerite, devenue libre, accepta la main de Guillaume de Dampierre,
fils de Guy, sire de Bourbon, dont elle eut cinq enfans. Alors la
tendresse de Bouchard se ralluma plus vive que jamais. Il écrivit à la
princesse, lui fit mille reproches; mais il n'en tira d'autre réponse,
sinon qu'il pouvait aller gagner les distributions de ses chanoines; que
pour elle il ne lui paraissait pas qu'il manquât rien à son bonheur.

«La mort de ce second mari mit toute la Flandre en combustion. Les
d'Avesnes, enfans de Bouchard, et les Dampierre, nés de Guillaume,
prétendirent, au préjudice les uns des autres, posséder les comtés de
Flandre et de Hainaut, qui regardaient l'aîné des fils de Marguerite,
après la mort de cette princesse. On courut aux armes: on ne voyait
partout que ravages et désolation. On convint enfin de part et d'autre
de s'en rapporter au jugement du roi de France et du légat Odon; les
princes intéressés, la comtesse leur mère, les seigneurs de toutes
les villes des deux comtés, s'obligèrent par serment d'acquiescer
entièrement à la décision du monarque.»

Louis, tout mûrement considéré, et la bonne foi de la mère, et le bien
de la paix préférable à tout intérêt particulier, adjugea la Flandre à
l'aîné des Dampierre, et le Hainaut au premier des d'Avesnes. Tout le
monde applaudit à la sagesse du juge, et la tranquillité fut rétablie en
Flandre, du moins pour quelques années.

Cependant le roi continuait ses préparatifs pour l'accomplissement de
la croisade. Dès le mois d'août de l'année précédente, le pape, à sa
prière, avait envoyé en France, en qualité de légat, le cardinal Eudes
de Château-Roux, évêque de Toulouse, pour prêcher la croisade. Il était
Français de nation, et avait été chancelier de l'Eglise de Paris. Peu de
temps après son arrivée, au commencement d'octobre, le roi tint à Paris
un parlement, c'est-à-dire, une grande assemblée d'évêques, d'abbés, de
seigneurs et de la principale noblesse de France, où le légat commença à
faire les fonctions de sa mission.

Comme il fut parfaitement secondé de l'autorité, de l'exemple et des
discours du roi, son zèle eut tout le succès qu'il pouvait désirer;
chacun s'enrôla à l'envi pour le secours de la Terre-Sainte, et l'on vit
renaître dans le coeur des Français l'ancienne ardeur de ces expéditions
d'outre-mer, si coûteuses dans leurs préparatifs, toujours si
malheureuses dans l'exécution. Les plus illustres d'entre ceux qui
prirent la croix, à l'exemple du monarque, furent les trois princes ses
frères, Robert, Alphonse et Charles; Pierre, comte de Bretagne, et Jean
son fils; Hugues, duc de Bourgogne; Guillaume de Dampierre, comte de
Flandre; le vaillant comte de Saint-Pol, et Gaucher de Châtillon, son
neveu; Hugues de Lusignan, comte de la Marche, et Hugues le Brun, son
fils aîné; les comtes de Dreux, de Bar, de Soissons, de Réthel, de
Montfort et de Vendôme; le sire Imbert de Beaujeu, connétable; Jean
de Beaumont, grand chambellan; Philippe de Courtenay, Archambaud de
Bourbon, Raoul de Courcy, Jean Desbarres, Gaubert d'Apremont et ses
frères, Gilles de Mailly, Robert de Béthune, Hugues de Noailles, et
Jean, sire de Joinville, dont l'histoire qu'il nous a donnée de cette
croisade est d'un style si naïf qu'elle porte le sceau de la sincérité
et de la vérité. On nomme, parmi les prélats qui se croisèrent, Juhel de
Mayenne, archevêque de Reims; Guillaume Berruyer, archevêque de Bourges;
Robert de Cressonsac, évêque de Beauvais; Garnier, évêque de Laon;
Guillaume de Bussy, évêque d'Orléans; Hugues de la Tour, évêque de
Clermont, et Guy du Châtel ou de Châtillon, évêque de Soissons. Car
on était persuadé, par l'usage de deux siècles, que, quoique l'Eglise
défendît aux prêtres d'aller à la guerre, il en fallait excepter les
expéditions contre les infidèles, parce que c'était courir au martyre.

On peut juger de l'effet que produisit sur la simple noblesse et sur le
peuple l'exemple des princes, des premiers seigneurs de l'état, et des
évêques. Partout où la croisade fut prêchée, on vint en foule prendre
la croix, et le roi eut de quoi choisir parmi tous ceux qui se
présentèrent, pour former une nombreuse et florissante armée.

Cette croisade produisait réellement de très-bons effets: ceux qui
s'y enrôlaient satisfaisaient aux devoirs de chrétien, dont les moins
scrupuleux et les moins exacts s'acquittaient d'ordinaire fidèlement.
Les périls extrêmes qu'ils allaient courir, la résolution ou ils étaient
de prodiguer leur vie et d'acquérir la couronne du martyre en combattant
contre les infidèles, faisaient qu'ils se préparaient à ce voyage
comme à la mort, ils mettaient ordre à leurs affaires domestiques, et
plusieurs faisaient leur testament; ils se réconciliaient avec leurs
ennemis, mais surtout ils avaient grand soin de restituer le bien mal
acquis, et d'examiner s'ils n'avaient rien à se reprocher en cette
matière. Le sire de Joinville raconte de lui-même ce qu'il fit avant de
partir, en ces termes:

«Je fus toute la semaine à faire fêtes et banquets avec mon frère de
Vauquelour et tous les riches hommes du pays qui là étoient, et disoient
après que avions bu et mangé chansons les uns après les autres, et
demenoient grande joie chacun de sa part, et quand ce vint le vendredi,
je leur dis: Seigneurs, saichés que je m'en vais outre-mer, je ne sçai
si je reviendrai jamais ou non; pourtant, s'il y a nul à qui j'aye
jamais fait aucun tort, et qu'il veuille se plaindre de moi, se tire
avant, car je le veux amander, ainsi que j'ai coutume de faire à ceux
qui se plaignent de moi ne de mes gens, et ainsi le feys par commun
dit des gens du pays et de ma terre. Et afin que je n'eusse point de
support, leur conseil tenant, je me tirai à quartier, et en voulus
croire tout ce qu'ils en rapporteroient sans contredict; et le faisoye,
parce que je ne vouloye emporter un seul denier à tort. Et pour faire
mon cas, je engaigé à mes amis grande quantité de ma terre, tant qu'il
ne me demoura point plus haut de douze cents livres de terre de rente:
car madame ma mère vivoit encore qui tenoit la plupart de mes choses en
douaire.»

Le religieux monarque donnait lui-même l'exemple de ces oeuvres de
piété, moins pour se conformer à la coutume usitée dans ces sortes
d'occasions, que par la disposition de son coeur à la plus exacte
justice. Son principal soin fut de découvrir et de réparer les désordres
commis par ses officiers. Il envoya des commissaires dans toutes les
provinces pour s'informer s'il n'y avait rien de mal acquis dans ses
domaines. On ne voit pas même qu'il s'en soit fié à ces premiers
envoyés: il fit partir secrètement de saints ecclésiastiques et de bons
religieux, pour aller faire les mêmes informations, afin de voir par
leur rapport si ceux qu'il croyait gens de bien n'étaient pas eux-mêmes
corrompus. Il y eut très-peu de plaintes, et, dans ce petit nombre,
celles qui se trouvèrent fondées, obtinrent les satisfactions
convenables.

Le roi, tout occupé qu'il était des préparatifs de son voyage, ne voyait
qu'avec une extrême douleur les maux de l'Eglise se perpétuer par la
guerre cruelle que le pape et l'empereur se faisaient l'un à l'autre,
et qui produisirent même des deux côtés, des conjurations contre leurs
propres personnes.

Henri, landgrave de Thuringe, après la déposition de Frédéric, avait été
élu empereur en sa place par les archevêques de Cologne et de Mayence,
et par quelques autres princes de l'empire. Depuis son élection, Henri
avait remporté une victoire sur Conrad, fils de Frédéric, auquel, par
cette circonstance, le pape était devenu plus redoutable qu'auparavant.
Frédéric espéra que Louis, dans la conjoncture du grand service qu'il
allait rendre à la religion, pourrait, par de nouvelles instances,
gagner quelque chose sur l'esprit du souverain pontife. Il écrivit
au roi pour lui demander de nouveau sa médiation. Il lui donna plein
pouvoir d'offrir en son nom au pape toutes sortes de soumissions, et
d'aller consacrer le reste de ses jours au service de Dieu dans la
Palestine, à condition seulement que le pape lui donnât l'absolution, et
qu'il fît empereur, à sa place, son fils Conrad.

Ces offres avaient de quoi toucher, ou du moins éblouir le pape, mais
il ne craignait guère moins le fils que le père; et, dans une entrevue
qu'il eut avec le roi, à Cluny, il lui répondit que c'était là un des
artifices ordinaires de Frédéric, auquel il était bien résolu de ne pas
se laisser surprendre; que les parjures de ce prince devaient lui avoir
ôté toute créance, qu'au reste il s'agissait de la cause de l'Eglise,
dans laquelle rien n'ébranlerait jamais sa fermeté.

Le roi lui répliqua que, quelque grandes que fussent les fautes que
Frédéric avait commises contre l'Eglise, on ne devait point lui ôter
toute espérance de pardon; que Jésus-Christ, dont les papes étaient les
vicaires sur la terre, avait ordonné de pardonner autant de fois que le
pécheur se reconnaîtrait; que la réconciliation de ce prince était de la
dernière importance pour le bien de l'Eglise, et en particulier pour la
guerre sainte; que Frédéric était le maître de la Méditerranée, et qu'il
était en état de beaucoup contribuer au succès de cette entreprise, ou
de beaucoup y nuire. Ecoutez mes prières, lui dit le saint roi, celles
de tant de milliers de pélerins qui attendent un passage favorable,
celles enfin de toute l'Eglise qui vous demande par ma voix de ne pas
rejeter des soumissions que Dieu ne rejette peut-être pas. Tout ce qu'il
put dire fut inutile. Le pape fut inflexible; il ne voulut rien écouter,
et le roi sortit de cette conférence avec quelque indignation.

On ne saurait trop admirer, dans ces occurrences, la sagesse du roi. Il
était assez puissant pour faire pencher la balance en faveur de celui
dont il voudrait prendre le parti; mais il voulut la laisser dans
l'équilibre, par la crainte qu'il eut que la justice ne fût pas du côté
de celui qu'il soutiendrait. Il ne faut pas douter que ses lumières
et sa prudence ne lui eussent fait connaître que le pape et Frédéric
avaient tort chacun de leur part, et qu'ils poussaient leurs prétentions
au-delà des véritables bornes de la justice. C'est pourquoi il attendit
avec résignation ce que la Providence en devait ordonner.

Après trois années de préparatifs, tous les vaisseaux destinés pour le
voyage de la Terre-Sainte étant assemblés à Aiguemortes, où les
croisés se rendaient de toutes parts, le roi, qui était alors âgé de
trente-trois ans, se mit en état de partir. Il manda à Paris ses barons,
leur fit faire hommage et serment de fidélité, et obligea ceux qui
demeuraient en France de jurer qu'ils ne feraient rien contre son
service, pendant son voyage, et garderaient fidélité et loyauté aux deux
princes ses enfans, Louis et Philippe, qu'il laissait en France.

Il se rendit ensuite à Saint-Denis pour y prendre, selon la coutume,
l'oriflamme, qui était l'étendard royal, le bourdon, et les autres
marques de pélerin de la Terre-Sainte. Il les reçut par les mains
d'Odon, cardinal-légat, qui devait l'accompagner pendant tout le voyage,
et se mit en marche au mois de juin, le vendredi d'après la Pentecôte de
l'année 1248. De là, conduit par le clergé, la cour et la ville, il
alla monter à cheval à l'abbaye de Saint-Antoine, et prit le chemin de
Corbeil, où les deux reines devaient se rendre le lendemain.

Etant arrivé à Corbeil, il y déclara régente la reine sa mère. La
sagesse de cette princesse, ses lumières, sa prudence, une expérience de
vingt-deux années dans le gouvernement, tout contribuait à persuader au
roi qu'il ne pouvait mettre l'état en de meilleures mains. Il lui fit
expédier des lettres-patentes par lesquelles il lui donnait le pouvoir
de se former un conseil, d'y admettre ou d'en exclure ceux qu'elle
jugerait à propos, d'établir et de révoquer les baillis, les châtelains,
les forestiers par tout le royaume, de conférer les charges et les
bénéfices vacans, de recevoir, en vertu de la régale, les sermens
de fidélité des évêques et des abbés, en un mot tout l'exercice de
l'autorité royale.

Quoique Alphonse, comte de Poitiers, frère du roi, eût pris la croix
avec les autres princes et seigneurs, il jugea à propos qu'il différât
d'un an son voyage, pour aider la reine-mère de ses conseils et de son
autorité dans les commencemens de sa régence. La jeune reine Marguerite,
oubliant la délicatesse de son sexe, voulut absolument suivre le roi son
mari. La comtesse d'Anjou imita son exemple. La comtesse d'Artois prit
la même résolution; mais, étant enceinte, et se trouvant trop proche de
son terme, on ne voulut pas lui permettre de s'embarquer en cet état.
Elle retourna à Paris, et ne fit son voyage que l'année suivante, avec
le comte de Poitiers.

Le roi continua sa route, par la Bourgogne, jusqu'à Cluny, où il
eut encore diverses conférences avec le pape, principalement sur
l'accommodement de Frédéric avec le Saint-Siége; mais elles furent aussi
inutiles que les précédentes, nonobstant la mort de Henri, landgrave de
Hesse, qui fut une fâcheuse circonstance pour le pape. Il fit élire à
sa place roi des Romains, Guillaume, comte de Hollande, qu'il opposa
de nouveau à Frédéric. Il donna sa parole au roi d'employer toute son
autorité pontificale pour empêcher que personne, et en particulier le
roi d'Angleterre, ne fît aucune entreprise contre la France.

Le roi ayant reçu la bénédiction du pape, continua son voyage. Il fit
forcer en chemin faisant la Roche-de-Gluy, qui était un château dont le
seigneur, nommé Roger de Clorége[1], faisait de grandes vexations aux
passagers et aux pélerins de la Terre-Sainte, volait et pillait tous
les marchands qui passaient sur ses terres. Le roi en fit une sévère
justice: une partie du château fut rasée, et le tyran forcé de restituer
ce qu'il avait pris.

[Note 1: Guillaume de Nangis, p. 246.]

_Le roi part pour la Terre-Sainte_.

Le roi étant arrivé à Aiguemortes, où tout était prêt, il s'embarqua le
vingt-cinq d'août, et après avoir attendu deux jours à l'ancre un
vent favorable, il fit voile avec une très-belle armée et une flotte
parfaitement bien équipée.

Le trajet fut de trois semaines, et le roi arriva heureusement en Chypre
vers le vingt de septembre, au port de Limesson, sur la côte orientale
de l'île, où Henri de Lusignan, roi de Chypre, le reçut à la tête de
la noblesse de son royaume. Ce prince avait aussi pris la croix, et il
avait promis au roi de le suivre dans son expédition, dès qu'on aurait
résolu de quel côté on porterait la guerre. Il conduisit le roi à
Nicosie, capitale de son royaume, et le logea dans son palais. Toute
l'armée mit pied à terre les jours suivans, et se reposa des fatigues de
la mer. Les provisions de bouche s'y trouvèrent en abondance: on ne se
lassait point, dit Joinville[1], de voir et d'admirer les magasins
que les pourvoyeurs français avaient faits: c'étaient, d'un côté, des
milliers de tonneaux de vin posés les uns sur les autres avec tant
d'ordre, qu'on eût pu les prendre pour de grandes maisons artistement
étagées; de l'autre, des amas prodigieux de blés qui formaient, au
milieu des champs, comme autant de grosses montagnes couvertes d'une
herbe verte, parce que les pluies en avaient fait germer la superficie,
ce qui les conserva toujours beaux et frais jusqu'à ce qu'on voulût
les transporter à la suite des troupes. Mais, quoiqu'on n'eût rien à
souffrir de la disette, le changement d'air, les mauvaises eaux, la
bonne chère peut-être, et la débauche, causèrent une espèce de peste
qui emporta beaucoup de monde. Les comtes de Dreux, de Montfort et de
Vendôme, Archambaud de Bourbon, Robert, évêque de Beauvais, Guillaume
Desbarres, et près de deux cent cinquante chevaliers, en moururent. Le
saint roi ne s'épargnait pas dans cette désolation publique: il allait
lui-même visiter les malades, les consoler sans craindre de gagner leur
mal; il donnait de l'argent aux uns, des médicamens aux autres; il les
exhortait tous à profiter de leur état en l'offrant à Dieu, qui, content
de leur bonne volonté, les voulait couronner avant même qu'ils eussent
combattu.

[Note 1: Guillaume de Nangis, page 25.]

C'était contre son inclination que le roi avait pris le parti de passer
l'hiver en Chypre. Quoique la moitié des croisés ne fût pas encore
arrivée, _si n'eussent été ses parens et ses proches_, dit Joinville,
_il fût hardiment parti seul et avec peu de compagnie_. Mais il sut
utilement employer ce délai qui coûtait tant à son coeur. Les fonds de
la plupart des croisés se trouvaient considérablement diminués par
ce long séjour que personne n'avait pu prévoir; il profita de la
circonstance pour se les attacher. Joinville n'avait plus que douze
vingts livres tournois d'or: cependant il fallait faire subsister ses
dix chevaliers; plusieurs menaçaient de le quitter. _Lors_, dit-il, _je
fus un peu ébahi en mon courage, mais toujours avois fiance en Dieu.
Quand le bon roi sçut ma destinée, il m'envoya quérir, me retint à lui,
et me donna huit cents tournois_[1]. Guillaume de Dampierre, Gaucher de
Châtillon, Raoul de Coucy, et beaucoup d'autres seigneurs, se voyaient
dans le même embarras que le sire de Joinville: le généreux monarque
s'obligea pour eux à des marchands italiens, parmi lesquels on compte
des Spinola et des Doria, noms qui sont devenus depuis si célèbres.

[Note 1: Il faut observer que tous les seigneurs qui s'étaient croisés,
et qui avaient suivi le roi, ne recevaient aucune paye: ils vivaient à
leurs dépens, et entretenaient leurs chevaliers.]

Le mélange des Latins avec les Grecs avait fait naître de grands
différends entre les insulaires. Les Grecs, par les soins du roi,
revinrent de leur schisme, abjurèrent les erreurs qu'ils y avaient
ajoutées, et leur archevêque y fut rétabli.

La division régnait entre la noblesse et leur archevêque; il eut aussi
le bonheur de les réconcilier: mais, ce qui était encore plus important,
il fit la paix entre les Templiers et les Hospitaliers, en leur faisant
comprendre qu'en vain ils s'étaient dévoués au service de Dieu, si par
leurs inimitiés, conduites par leur intérêt particulier, ils effaçaient
les belles actions qu'ils avaient faites contre les ennemis de la foi.

Aithon, roi d'Arménie, Bohémond V, prince d'Antioche et de Tripoli, se
faisaient une guerre cruelle pour des intérêts fort embrouillés; Louis
leur représenta si vivement les suites funestes de leurs divisions,
qu'il les engagea enfin à conclure une trève. _Ce Aithon_, dit
Joinville, _étoit homme de grande renommée, et y eut beaucoup de gens
qui passèrent en Arménie pour aller en sa bataille gagner et profiter,
desquels puis n'en ouït-on nouvelles_.

La piété du roi, et la sagesse qui paraissait dans toutes les actions de
sa vie, le rendaient puissant sur les esprits et sur les coeurs. On
ne pouvait le voir prier Dieu d'une manière si persuadée, qu'on ne se
sentît touché, et plusieurs Sarrasins, esclaves dans l'île de Chypre,
après l'avoir vu, demandèrent le baptême, et voulurent être de la
religion d'un prince qui était l'exemple de toutes les vertus.

On ne voyait parmi les croisés que d'éternelles querelles qu'il n'était
pas aisé d'accommoder; le monarque, obligé à beaucoup d'égards, agissait
en ces occasions, moins par autorité que par douceur et par insinuation.
Tous les grands seigneurs, fiers de leur naissance, et qui la plupart
faisaient le voyage à leurs dépens, n'obéissaient qu'à demi: les traiter
avec hauteur c'eût été les rebuter; il fallait de grands ménagemens, et
Louis possédait admirablement cet art précieux. Sans oublier qu'il était
leur maître, il leur faisait sentir qu'il était leur ami: chacun croyait
suivre son inclination, et ne suivait réellement que son devoir. Jamais
il n'employa l'autorité, et toujours il trouva le moyen d'obtenir ce
qu'il voulait.

Ce fut encore à sa sollicitation que les Génois et les Pisans, acharnés
depuis long-temps les uns contre les autres, sacrifièrent enfin leurs
intérêts à celui de la religion, et signèrent une suspension d'armes.

Telles étaient les occupations du saint monarque lorsqu'il reçut une
ambassade de la part d'un prince tartare, nommé Ercalthai, qui se disait
converti à la foi chrétienne, et faisait paraître le zèle le plus
sincère pour son avancement. Le chef de cette députation était un
certain David que des religieux de la suite de saint Louis reconnurent
pour l'avoir vu en Tartarie, où le pape les avait envoyés quelques
années auparavant. Il remit au roi une lettre pleine de traits de
dévotion, où cependant l'affectation se remarquait encore plus que le
style du pays, et l'assura que le grand kan s'était fait baptiser depuis
trois ans; que les chrétiens n'avaient pas un plus zélé protecteur;
et qu'il était prêt à favoriser de tout son pouvoir l'expédition des
Français.

On croit aisément ce qu'on souhaite; Louis, charmé de ces prétendues
conversions, qui pouvaient être si utiles à la religion, fit tout
l'accueil possible aux ambassadeurs, les traita magnifiquement, les mena
au service de l'église pendant les fêtes de Noël, les renvoya comblés de
ses bienfaits, et les fit accompagner de quelques religieux chargés de
présens pour leur maître. C'était entre autres choses, dit Joinville,
_une tente faite à la guise d'une chapelle, qui étoit moult riche et
bien faite, car elle étoit de bonne écarlate fine, sur laquelle il fit
entailler, et par image, l'Annonciation de la Vierge et tous les autres
points de la foi_. Mais en vain nos ambassadeurs, Jacobins et Mineurs,
cherchèrent le prétendu Ercalthai; ils ne purent en avoir aucune
nouvelle. La conversion du grand kan se trouva de même être imaginaire:
loin de protéger les chrétiens, il se préparait à leur faire une guerre
cruelle. Ce qu'on peut conjecturer de tout ceci, c'est que le prince
Ercalthai pouvait être quelque petit seigneur tartare peu connu, et
chrétien, tel qu'il y en avait dans ce pays-là. De là cette maxime
énoncée dans sa lettre, «que Dieu veut que tous ceux qui adorent la
croix, Latins, Grecs, Arméniens, Nestoriens, vivent en paix ensemble,
sans aucun égard à la diversité des sentimens.» Peut-être aussi cette
fourberie était-elle l'ouvrage des moines de ces contrées, gens
corrompus pour la plupart, et qui ne cherchaient qu'à tirer quelque
chose de la libéralité du roi, que son zèle pour la religion exposait
plus qu'un autre à ces sortes de surprises.

Tel était l'état de la Palestine lorsque le roi prit les armes pour la
secourir. Les chrétiens originaires de l'Europe y possédaient quatre
principautés, savoir: celle d'Acre, ou Ptolémaïs, dans laquelle les
Vénitiens, les Génois et les Pisans, avaient chacun un quartier qui leur
appartenait; celle de Tripoli; celle de Tyr et celle d'Antioche; sans
parler de quelques autres seigneuries, mouvantes pour la plupart de ces
quatre principales: mais elles se trouvaient investies et resserrées de
tous côtés par les Mahométans, dont le plus puissant était Malech-Sala,
soudan d'Egypte.

Le roi, pour commencer la guerre, avait deux partis à prendre: c'était
de la porter en Palestine ou dans l'Egypte. Les efforts de la plupart
des croisades avaient été en Palestine; mais le succès que Jean de
Brienne, roi de Jérusalem, avait eu quelques années auparavant en
Egypte, où la prise de Damiette avait jeté les Sarrasins dans la
dernière consternation, détermina le roi à tourner ses armes de ce
côté-là. Les suites funestes de l'expédition de Jean de Brienne ne
l'étonnèrent point: comme Louis en connaissait les causes, il espérait
éviter les embarras où Jean de Brienne était tombé malgré lui, et qui
l'avaient obligé de rendre Damiette aux infidèles. Ce fut donc dans
les états de Malech-Sala, appelé dans nos histoires, tantôt soudan de
Babylone, tantôt soudan d'Egypte, que le roi se décida à porter la
guerre.

Quoique le bruit fût assez constant que le dessein du roi était d'aller
en Egypte, néanmoins son séjour en Chypre tenait en échec les princes
d'Orient, jusque-là que le soudan de Babylone se flatta pendant quelque
temps que l'armement était en effet destiné contre la Palestine, et même
que le roi, dans l'impatience de se mettre au plus tôt en possession de
Jérusalem, se joindrait à lui contre les soudans avec lesquels il était
en guerre, et surtout contre celui d'Alep.

Le soudan de Babylone assiégeait alors Ernesse, ville du domaine de
celui d'Alep, qui, ayant trouvé le moyen de le faire empoisonner, le
força de retourner en Egypte, où il ne fit plus que languir. Cependant
le calife de Bagdad agit si prudemment auprès d'eux par ses envoyés,
qu'il leur fit conclure une suspension d'armes, afin d'être en état de
repousser l'armée chrétienne, qui était sur le point de les attaquer.

Cependant le roi se disposait sérieusement à partir: la perte qu'il
avait faite de beaucoup de gens de sa brave noblesse et de soldats, par
les maladies, était en plus grande partie réparée par l'arrivée d'un
grand nombre de croisés qui n'avaient pu partir de France avec la grande
flotte. Un renfort considérable fut amené par Guillaume de Salisbery,
surnommé _Longue-Epée_, qui arriva en Chypre avec deux cents chevaliers
anglais. Le roi leur fit le plus gracieux accueil; il recommanda surtout
aux Français d'user à l'égard du comte et de ses chevaliers de beaucoup
de politesse et de complaisance, et il conjura les uns et les autres
de suspendre, du moins pendant la guerre sainte, l'antipathie des
deux nations, et de penser qu'ils combattaient sous les enseignes de
Jésus-Christ, leur unique chef.

La saison s'avançait, et tout se préparait au départ. Dès l'arrivée du
monarque en Chypre, il s'était tenu un conseil de guerre, dans lequel
les avis avaient été fort partagés sur les projets de la campagne. Les
uns voulaient qu'on allât droit à Ptolémaïs, ou Saint-Jean-d'Acre,
persuadés qu'on reprendrait aisément le royaume de Jérusalem, dont
toutes les places étaient démantelées. Le principal but des croisés,
disaient-ils, était de recouvrer la sainte cité, et Louis acquérait une
gloire immortelle s'il pouvait rétablir le culte du vrai Dieu dans ces
mêmes lieux où le salut du monde avait été opéré.

Ainsi pensaient les Templiers et les Hospitaliers, soit que ce parti
leur parût véritablement le meilleur, soit qu'il fût plus conforme à
leurs intérêts particuliers.

Les autres, au contraire, ayant le roi de Chypre à leur tête,
prétendaient que la conquête du royaume de Jérusalem, à la vérité
facile, ne pouvait pas se soutenir contre la puissance du soudan
d'Egypte; qu'avant que toutes les places en fussent rétablies, la
plupart des croisés seraient retournés en France; qu'il fallait aller
à la racine du mal, en attaquant Damiette; qu'après que les soudans
auraient été domptés, on irait prendre possession de la Palestine. Louis
fut touché de ces raisons, et encore plus lorsqu'il vit le roi Henri, et
tous les grands seigneurs de l'île, prendre la croix.

Il fut donc résolu de porter la guerre en Egypte; mais parce que les
lois de la religion, de l'honneur et de la chevalerie ne permettaient
pas d'attaquer un ennemi sans aucune déclaration préliminaire, le
monarque envoya défier le soudan qui régnait alors sur cette belle
partie de l'Afrique. Le cartel annonçait en même temps un roi d'un
courage intrépide, et un missionnaire plein de zèle pour la foi.
Malech-Sala, c'est le nom du soudan, était sommé de rendre à la croix
l'hommage que tous les hommes lui doivent, s'il ne voulait pas voir son
pays ravagé par des gens qui ne craignaient rien lorsqu'il s'agissait
d'étendre l'empire de Jésus-Christ. On dit que ce malheureux prince,
soit qu'il sentît sa fin approcher (il était gangrené de la moitié du
corps), soit qu'il craignît pour ses états, ne put lire cette lettre
sans répandre beaucoup de larmes. Il répondit cependant avec fierté,
«que les Français auraient moins de confiance en leur nombre et en
leur valeur, s'ils avaient vu le tranchant de ses épées qui venaient
d'enlever aux chrétiens leurs anciennes et leurs nouvelles conquêtes;
que jamais nation n'avait insulté l'Egypte, sans porter la juste peine
de sa témérité; que ceux qui venaient l'attaquer de gaieté de coeur
reconnaîtraient bientôt ce que savaient faire des troupes jusque-là
toujours victorieuses, dont la première journée serait la dernière
des chrétiens; que les enfans, comme dit le saint Alcoran,
s'entretiendraient quelque jour de ce qui serait arrivé; enfin que Dieu
permet souvent que le petit nombre remporte l'avantage sur le plus
grand, parce qu'il est toujours pour ceux qui sont humbles et patiens.»
Ainsi, de part et d'autre, on ne pensa plus qu'à se préparer à l'attaque
et à la défense.

Sur cette réponse, le roi se mit en état de partir. Grand nombre
de vaisseaux plats propres à faire des descentes, qu'il avait fait
construire en divers endroits de l'île, se rendirent au lieu marqué pour
l'embarquement, aussi bien qu'un grand nombre de navires qu'il avait
achetés des Génois et des Vénitiens.

Enfin le samedi d'après l'Ascension, l'armée monta sur la flotte, au
port de Limesson, où elle attendit, pour faire voile, que le vent fût
favorable.

Cette flotte était composée de dix-huit cents vaisseaux, tant grands
que petits. Il y avait dans l'armée deux mille huit cents chevaliers
français, anglais, cypriots. A en juger par cette multitude de
chevaliers, il fallait que l'armée fût très-nombreuse; car chaque
chevalier avait d'ordinaire une assez grande suite, et les historiens de
ce temps-là ne marquent guère la grandeur des armées que par le nombre
des chevaliers qui s'y trouvaient, et dont les plus considérables
avaient chacun leur _ost_, c'est-à-dire leur camp, leurs troupes, et
leurs bannières séparés des autres corps.

Le roi, avant de quitter le port de Limesson, assembla les principaux
seigneurs de l'armée, et après le conseil de guerre, déclara à tous les
capitaines des vaisseaux qu'on allait à Damiette, et, qu'en cas que,
dans la route, quelques-uns fussent séparés de la flotte, ils eussent
à se rendre de ce côté-là. Le vent contraire les empêcha de sortir
jusqu'au mercredi suivant. Ils en partirent ce jour-là; mais ils
n'étaient pas encore fort loin en mer, lorsqu'une furieuse tempête
survint, et dissipa la flotte. Le roi fut obligé de relâcher à la
pointe de Limesson, le jour de la Pentecôte 1249, avec une partie des
vaisseaux. Le reste fut poussé du côté d'Acre, et en divers autres
endroits; de sorte qu'il ne se trouva avec le roi que sept cents
chevaliers, de deux mille huit cents qui s'étaient embarqués avec lui,
sans qu'il sût ce que le reste était devenu.

Il se remit en mer le jour de la Trinité. Il rencontra Guillaume de
Ville-Hardouin, prince de Morée, avec le duc de Bourgogne qui,
ayant passé l'hiver en Morée, avait joint son escadre à celle de
Ville-Hardouin. Cette rencontre consola un peu le roi; mais ne le tira
pas de l'inquiétude où il était pour le reste de sa flotte. Il arriva,
en quatre jours, à la vue de Damiette, et jeta l'ancre assez près du
rivage, où les Sarrasins l'attendaient bien préparés.

Cette ville passait pour la plus belle, la plus riche, et la plus forte
place de l'Egypte, dont elle était regardée comme la clef principale.
Elle était à une demi-lieue de la mer, entre deux bras du Nil, dont le
plus considérable formait un port capable de contenir les plus grands
vaisseaux. C'est là qu'on voyait cette grosse tour que les chrétiens
avaient prise, avec tant de fatigues, sous le roi Jean de Brienne. Elle
servait de défense contre l'ennemi, et de barrière pour les vaisseaux
qui arrivaient d'Ethiopie et des Indes. Une grande chaîne, qui
aboutissait de cette forteresse à une des tours de la ville, fermait
tellement l'issue, que rien ne pouvait entrer ni sortir sans la
permission du sultan: ce qui lui procurait un tribut immense, parce que
c'était alors le seul passage pour les marchandises qui devaient être
distribuées sur toutes les côtes de la Méditerranée. Le corps de la
place était fortifié d'une enceinte de murailles, doubles le long
du Nil, triples du côté de la terre, avec des fossés très-larges et
très-profonds. C'était dans la conservation de cette ville que le sultan
avait mis toute son espérance, et c'était à la prise de cette place
que tendaient tous les voeux de Louis, persuadé que cette conquête le
rendrait maître de toute l'Egypte.

On ne fut pas plutôt à la vue de l'ennemi, que toute la flotte se
rassembla autour du roi. Les principaux seigneurs montèrent sur son
bord, et lui-même se présenta sur le tillac, avec un air qui inspirait
de la confiance aux plus timides. Sa taille était avantageuse et bien
proportionnée: _Et vous promets_, dit Joinville, _que oncques si bel
homme armé ne vit; car il paroissoit par-dessus tous, depuis les épaules
en amont_. Et, quoiqu'il fût d'une complexion très-délicate, son courage
le faisait paraître capable des plus grands travaux. Il avait les
cheveux blonds, comme ceux de la maison de Hainaut, dont il était par
sa grand'mère, et réunissait tous les autres agrémens qui accompagnent
ordinairement cette couleur. Sa chevelure extrêmement courte, suivant
la coutume de ce temps-là, n'en laissait que mieux voir les grâces
naturelles répandues sur son visage. On y remarquait je ne sais quoi
de si doux, et en même temps de si majestueux, qu'en le voyant on se
sentait pénétré tout à la fois, et de l'amour le plus tendre, et du
respect le plus profond. La simplicité même de ses habits et de ses
armes, simplicité néanmoins qui admettait toute la propreté sans
affectation, lui donnait un air guerrier encore plus que n'aurait pu
faire la richesse qu'il négligeait.

[Illustration: _St. Louis à la bataille de la Massoure_]

«Mes amis, dit-il aux chefs de son armée, ce n'est pas sans dessein
que Dieu nous a conduits à la vue de nos ennemis, lorsque nous nous
en croyions encore fort éloignés. C'est sa puissance qu'il faut ici
envisager, et non pas cette multitude de barbares qui défendent le
royaume où nous portons la guerre. Ne me regardez point comme un prince
en qui réside le salut de l'état et de l'Eglise; vous êtes vous-mêmes
l'état et l'Eglise, et vous n'avez en moi qu'un homme dont la vie, comme
celle de tout autre, n'est qu'un souffle que l'Eternel peut dissiper
quand il lui plaira. Marchons donc avec assurance dans une occasion
où tout événement ne peut que nous être favorable. Si nous en sortons
victorieux, nous acquérons au nom chrétien une gloire qui ne finira
qu'avec l'univers; si nous succombons, nous obtenons la couronne
immortelle du martyre. Mais pourquoi douter du succès? N'est-ce pas la
cause de Dieu que nous soutenons? Oui, sans doute, c'est par nous et
pour nous que le Sauveur veut triompher de ces barbares. Commençons par
en rendre gloire à son saint nom, et préparons-nous à celle d'en avoir
été les instrumens.» On ne peut exprimer l'ardeur que ce discours
inspira, et bientôt les Sarrasins en ressentirent l'effet.

Le sultan, averti par ses sentinelles qu'on découvrait sur la mer une
forêt de mâts et de voiles, envoya quatre galères bien armées pour
reconnaître ce que c'était. Elles parurent au moment même que Louis
achevait de parler; et, s'étant trop avancées, elles furent tout à coup
investies par quelques bâtimens qu'on avait détachés contre elles.

Trois, accablées de pierres lancées par les machines que portaient les
vaisseaux français, furent coulées à fond avec tous les équipages; la
quatrième eut le bonheur d'échapper, et alla porter la nouvelle que le
roi de France arrivait, suivi de toute son armée. Aussitôt le monarque
égyptien donna ses ordres pour se préparer à la défense: _Et dans
peu_, dit Joinville, _il y eut grande compagnie à nous attendre_. Le
spectacle, de part et d'autre, avait quelque chose d'agréable et de
terrible tout ensemble. La côte se trouva, en un instant, bordée de
toute la puissance du soudan. La plage était couverte de navires dont
les pavillons de différentes couleurs faisaient une agréable peinture
de la puissance des chrétiens. La flotte ennemie, composée d'un nombre
infini de vaisseaux, était rangée dans une des embouchures du Nil par
où l'on montait vers Damiette. Le sultan en personne, d'autres disent
Facardin, son lieutenant, commandait l'armée de terre. Le rivage et
la mer retentissaient du bruit de leurs cors recourbés et de leurs
nacaires, espèce de timbales dont deux faisaient la charge d'un
éléphant. C'était en affrontant ces deux armées ennemies, qu'il fallait
hasarder la descente; c'était aussi ce qu'on avait résolu de faire; et
il n'était question que de délibérer si on la tenterait avant l'arrivée
du reste des troupes et de la flotte.

A peine le roi avait-il fait jeter l'ancre, qu'il manda les principaux
chefs de l'armée pour tenir conseil de guerre. La plupart furent d'avis
de différer la descente, et d'attendre que le reste des vaisseaux
écartés par la tempête fût rassemblé, le roi n'ayant pas avec lui le
tiers de ses troupes. Mais ce prince, guidé par son zèle, ne fut pas
de ce sentiment: il représenta avec vivacité que le retardement ferait
croire aux ennemis qu'on les craignait; qu'il n'y avait point de sûreté
de demeurer à l'ancre sur une côte fort sujette aux tempêtes; qu'on
n'avait aucun port pour se mettre à couvert de l'orage et des
entreprises des Sarrasins; qu'une seconde tourmente pourrait disperser
le reste des vaisseaux, aussi bien que ceux que l'on voulait attendre;
que ce retard enfin pourrait ralentir cette première chaleur, qui pour
l'ordinaire fait réussir les entreprises, et répandrait dans toute
l'armée une impression de crainte dont on aurait peut-être de la peine
à revenir. Tout le monde se rendit à des raisons si plausibles, et la
descente fut résolue pour le lendemain à la pointe du jour.

On fit une garde exacte toute la nuit, et, dès le lever de l'aurore, on
fit descendre les troupes dans les chaloupes et dans les bateaux plats
que le roi avait fait construire en Chypre. Jean Dybelin, comte de
Jaffe, eut son poste à la gauche, en tirant sur le bras du Nil, sur
lequel était la ville de Damiette. Le roi, pour donner l'exemple,
descendit le premier dans sa barque, et choisit la droite, accompagné
des princes ses frères et du cardinal-légat, qui portait lui-même une
croix fort haute pour animer les soldats par cette vue. Le comte Erard
de Brienne, le sire de Joinville, et le seigneur Baudouin de Reims,
furent placés au centre. On avait aussi disposé sur les ailes des
barques chargées d'arbalétriers, pour écarter les ennemis qui bordaient
la rive. Ensuite venait le reste des gens de guerre, qui faisait comme
le corps de réserve.

Une multitude prodigieuse de Sarrasins, tant infanterie que cavalerie,
était rangée en bataille le long des bords de la mer. Le soudan n'y
était pas, parce que sa maladie ayant beaucoup augmenté, il s'était fait
transporter en une maison de plaisance distante d'une lieue de Damiette.

Le signal ayant été donné, les vaisseaux chargés de troupes s'avancèrent
au-devant des ennemis, qui, d'abord qu'on fut à portée, tirèrent un
nombre prodigieux de flèches, à quoi l'on répondit de même pour tâcher
de les écarter. Les bateaux du milieu, où était le sire de Joinville,
voguèrent plus diligemment que les autres. Lui et ses gens débarquèrent
vis-à-vis d'un corps d'environ six mille Sarrasins à cheval, vers lequel
ils marchèrent. Cette cavalerie vint au galop pour les attaquer; mais
eux, sans s'étonner, se couvrant de leurs boucliers, s'arrêtèrent, et
présentant les pointes de leurs lances qui étaient alors beaucoup plus
longues qu'elles ne furent par la suite, firent une espèce de bataillon
carré, derrière lequel les troupes qui arrivaient se rangeaient en ordre
de bataille. Les Sarrasins, effrayés d'une telle contenance, n'osèrent
entreprendre de les forcer, se contentant de caracoler sans en venir aux
mains; mais ils furent bien plus surpris, lorsque la plupart des troupes
de ce corps étant descendues à terre, ils virent toute cette infanterie
s'ébranler et marcher droit à eux. Alors ils tournèrent bride, et
prirent la fuite. La chose se passa à peu près de même à la gauche, où
le comte de Jaffe fit sa descente. Il marcha en avant pour gagner du
terrain, et vint former une même ligne avec le sire de Joinville. Alors
la cavalerie sarrasine vint encore vers eux pour les attaquer; mais
voyant qu'on ne s'épouvantait point, et qu'on les attendait de pied
ferme, ils retournèrent joindre le gros de leur armée.

Les bateaux de la droite, où était le roi, abordèrent les derniers à
une portée d'arbalète du corps de Joinville. Les soldats du bateau qui
portait la bannière de Saint-Denis, autrement appelée l'oriflamme,
sautèrent à terre. Un cavalier sarrasin, ou emporté par son cheval, ou
se croyant suivi de ses gens, vint se jeter au milieu d'eux, le sabre à
la main; mais il fut au même instant percé de plusieurs coups, et resta
sur la place.

Le roi, voyant la bannière de Saint-Denis arrivée, ne put se contenir,
ni attendre que son bateau gagnât le bord; il se jeta dans la mer, où
il avait de l'eau jusqu'aux épaules, et, malgré les efforts que fit le
légat pour l'arrêter, il marcha droit aux ennemis, _l'écu au cou, son
héaume sur la tête, et son glaive au poing_. L'exemple du monarque
fut un ordre bien pressant pour les Français. Les chevaliers qui
l'accompagnaient en firent de même. Dès qu'il eut gagné la terre, il
voulut aller attaquer les Sarrasins, quoiqu'il n'eût encore que très-peu
de monde avec lui; mais on l'engagea d'attendre que son bataillon fût
formé. Ayant eu le temps de mettre ses troupes en ordre de bataille à
mesure qu'elles abordaient, il se mit à leur tête, et marcha droit aux
ennemis qui s'étaient renfermés dans leurs retranchemens; mais en étant
sortis, ils se présentèrent en ordre de bataille. L'action devint
générale; on se battit de part et d'autre avec beaucoup de courage: ces
braves croisés se surpassèrent en quelque sorte eux-mêmes, à l'exemple
de leur saint roi, qu'on voyait toujours le premier partout. Les
Egyptiens, après une opiniâtre résistance, se virent enfin forcés de
se retirer en désordre. Ceux qui échappèrent au glaive des vainqueurs
prirent la fuite. Le carnage fut grand de leur côté: ils perdirent,
entr'autres généraux, le commandant de Damiette et deux émirs
très-distingués parmi eux. Ils ne furent pas plus heureux sur la mer.
Leurs navires résistèrent quelque temps, et leurs machines firent
beaucoup de fracas; mais celles des Français lancèrent de grosses
pierres et des feux d'artifice avec tant de promptitude, d'adresse et de
bonheur, que les infidèles, maltraités partout, furent obligés de plier,
après un combat de plusieurs heures. L'abordage acheva leur déroute; une
partie de leurs vaisseaux fut prise ou coulée à fond; l'autre remonta le
Nil, et les croisés demeurèrent maîtres de l'embouchure.

Pendant que les croisés étaient occupés à faire leur descente, les
généraux sarrasins avaient envoyé trois fois au soudan pour lui rendre
compte de ce qui se passait, et pour recevoir ses ordres: le troisième
message était pour l'avertir que le roi de France était lui-même à
terre; mais ils n'en reçurent aucune réponse. La raison était que, dans
cet intervalle, le bruit se répandit qu'il était mort; cependant cette
nouvelle était fausse.

_Prise de la ville de Damiette_.

Après cette victoire, le roi établit son camp sur le bord de la mer. Le
lendemain il fit débarquer tous les chevaux et toutes les machines, sans
que les Sarrasins parussent davantage. Pendant que l'on était occupé de
ce travail, l'on vit Damiette tout en feu. Un moment après, quelques
esclaves chrétiens en sortirent, et vinrent avertir le monarque que les
ennemis, sur le bruit de la mort de leur soudan, avaient abandonné la
ville, et l'avaient livrée aux flammes. Le roi, ayant reçu cet avis,
et s'en étant fait assurer par ceux qu'il y envoya, fit avancer ses
troupes. On trouva le pont sur lequel il fallait passer pour entrer dans
la place, rompu en partie. Il fut bientôt réparé; on éteignit le feu, et
le roi se vit maître sans coup férir, et contre toute espérance, d'une
des plus fortes villes de l'Orient, le premier dimanche d'après la
Trinité.

La prise de cette place fut sans doute un de ces coups extraordinaires
de la providence de Dieu, qui répandit la terreur dans le coeur de ses
ennemis pour produire un effet si surprenant et aussi peu espéré que
celui-là. On ne perdit presque personne à la descente, et nul seigneur
de marque, excepté le comte de la Marche, qui mourut quelque temps
après, de ses blessures.

Le saint roi ne manqua pas de reconnaître en cette occasion la visible
protection de Dieu: il en donna de sensibles marques en entrant dans
Damiette, non pas avec la pompe et le faste d'un conquérant, mais avec
l'humilité d'un prince véritablement chrétien, qui fait un hommage
humble et sincère de la victoire au Dieu qui la lui a procurée.

Il entra dans la ville en procession, pieds nus, avec la reine, les
princes ses frères, le roi de Chypre et tous les seigneurs de l'armée,
précédés par le légat, le patriarche de Jérusalem, les évêques, et
tout le clergé du camp. On alla de cette manière jusqu'à la principale
mosquée, que le légat purifia et réconcilia avec les cérémonies
ordinaires de l'Eglise, à la mère de Dieu, à laquelle elle avait été
dédiée par le roi Jean de Brienne, lorsqu'il avait pris Damiette,
quelques années auparavant.

Il eût été à souhaiter que les sentimens de piété que tous les croisés
témoignèrent en cette occasion, eussent été aussi constans qu'ils le
furent toujours dans le coeur du roi même: la prospérité en eût sans
doute été par la suite la récompense, au lieu des malheurs dont Dieu
châtia leurs débauches et les autres excès auxquels ils s'abandonnèrent,
malgré les ordres, les exhortations et l'exemple d'un prince qui n'était
pas toujours aussi exactement obéi qu'il l'eût souhaité et qu'il le
méritait.

On fut obligé de s'arrêter à Damiette, non-seulement pour attendre les
vaisseaux dispersés par la tempête, et qui arrivèrent heureusement les
uns après les autres, mais encore à cause de l'accroissement du Nil, qui
se fait au mois de juin, où l'on se trouvait alors. L'exemple du roi
Jean de Brienne, qui s'était malheureusement engagé au milieu de
l'inondation, après la première prise de Damiette, fit prendre cette
sage précaution.

Ce fut dans ce séjour et le repos si fatal à l'armée chrétienne, que la
plupart des croisés ne pensèrent qu'à se divertir, ou plutôt à se livrer
aux plus horribles désordres. Ces jeunes chevaliers, ne se voyant point
d'ennemis en tête, s'abîmèrent dans les plaisirs: la passion du jeu leur
fit perdre la raison avec leurs biens. Ils se consolèrent avec le vin de
la perte de leur argent, de leurs chevaux et même de leurs armes: leur
fureur alla jusqu'à violer les filles et les femmes, au mépris de toutes
les lois divines et humaines. Les grands seigneurs consumaient tous
leurs fonds en festins, dont la somptuosité était le moindre excès; les
simples soldats passaient les jours et les nuits à boire et à
jouer. Tout était plein de lieux de débauche: _Il y en avoit_, dit
Joinville[1], _jusques à l'entour du pavillon royal, qui étoient tenus
par les gens du roi_. On peut dire, avec un célèbre moderne[2], _que
toutes sortes de vices y régnoient, ceux que les pélerins avoient
apportés de leur pays, et ceux qu'ils avoient pris dans les pays
étrangers_. Il se commettait mille violences contre les gens du pays,
et surtout envers les marchands; de sorte que la plupart de ceux qui
d'abord apportaient des vivres en abondance cessèrent d'y venir, et l'on
vit bientôt la cherté causer la disette.

[Note 1: Joinville, pag. 32.]

[Note 2: L'abbé Fleury, _Moeurs des chrétiens_, pag. 399.]

Le monarque faisait ce qu'il pouvait pour remédier à tant de désordres,
mais le peu d'obéissance qu'il trouva rendit presque tous ses efforts
inutiles. On doit dire néanmoins à la gloire de ce grand prince, que
tous les étrangers se louaient hautement de sa justice, et publiaient
partout qu'il leur donnait les mêmes marques de bonté qu'à ses propres
sujets. Quant à ceux qui dépendaient plus particulièrement de lui, et à
ses domestiques, ils furent châtiés très-sévèrement, chassés et renvoyés
en France.

Cependant on apprit que le bruit qui avait couru de la mort du soudan,
n'était pas véritable. Ce prince, quoiqu'il fût dangereusement malade,
avait eu soin de cacher aux chrétiens l'état où il était. Il envoya
défier le roi, pour décider, dans un seul combat, de la fortune de
l'Egypte: il lui marqua le jour, et lui laissa le choix du lieu. La
réponse du monarque fut «qu'il n'acceptait aucun jour fixe, parce
que c'était excepter les autres; qu'il défiait Malech-Sala pour le
lendemain, comme pour tous les autres jours; qu'en quelque endroit, et
à quelque heure qu'ils se rencontrassent, il le traiterait en ennemi
jusqu'à ce qu'il pût le regarder comme son frère.» Ce sage monarque,
instruit que le soudan était attaqué d'un mal incurable, espérait
profiter du trouble et des guerres civiles que sa mort causerait parmi
les Sarrasins. Il se contenta donc de fortifier son camp, et de faire
faire la garde la plus exacte. Cette bravade du sultan n'aboutit à rien:
car il n'avait pas assez de force pour se tenir à cheval. Il envoya
seulement un grand corps de troupes qui fit quelques mouvemens pour
attaquer le camp du roi; mais ce prince, sans vouloir accorder à
plusieurs seigneurs qui l'en prièrent, la permission de faire une sortie
sur les Sarrasins, se contenta de se mettre en état de pouvoir les
repousser, s'ils osaient tenter l'attaque. Il n'y eut que le seigneur
Gauthier d'Autrèche, châtelain de Bar, de la maison de Châtillon, qui,
malgré les défenses du roi, sortit avec son écuyer pour voir s'il ne
pourrait point enlever ou tuer quelques Mahométans. Il était monté sur
un cheval entier fort en bouche, qui, l'emportant vers l'armée des
ennemis, le jeta par terre. Aussitôt quatre Sarrasins vinrent fondre sur
lui, et l'assommèrent à coups de massues. Il fut toutefois secouru par
le connétable de Beaujeu, avant qu'ils eussent pu l'achever; mais il
mourut de ses blessures. Tout brave qu'il était, le roi ne le plaignit
point, et dit sagement qu'il serait bien fâché d'avoir, dans son armée,
beaucoup de ces faux braves sans obéissance ni subordination, capables
d'y faire beaucoup plus de mal par leur sotte vanité et leur mauvais
exemple, que de rendre aucun service.

Mais les Sarrasins, n'osant attaquer l'armée chrétienne à force ouverte,
ne laissaient pas que de l'incommoder par des partis de cavalerie qui,
rôdant tout autour du camp, tuaient tous ceux qui s'en écartaient. Comme
le soudan avait promis un besant d'or à quiconque lui apporterait la
tête d'un chrétien, des Arabes, appelés Bedouins, se coulaient toutes
les nuits dans le camp, malgré la garde à cheval qui faisait la ronde,
et entraient jusque dans les tentes, où ils coupaient la tête aux
soldats qu'ils trouvaient seuls; de sorte que le roi fut obligé de
mettre des corps-de-garde au dehors du camp, si près les uns des autres,
qu'il était impossible que quelqu'un y entrât sans être découvert.

Les eaux du Nil étant rentrées dans leur lit, à la fin de septembre,
les seigneurs pressaient le roi de se mettre en campagne; mais il avait
résolu de n'en rien faire avant l'arrivée de son frère Alphonse, comte
de Poitiers, qui était parti d'Aiguemortes, au mois d'août, avec la
comtesse sa femme, la comtesse d'Artois, et l'arrière-ban de France.
Leur retardement tenait le roi fort en peine; mais enfin le comte
débarqua heureusement à Damiette, sur la fin d'octobre.

Il apportait au roi une somme d'argent considérable. Le pape lui avait
accordé un bref apostolique, par lequel tout ce qu'on pourrait recevoir
des croisés qui voudraient racheter leur voeu, et toutes les sommes
données par testament, dont l'objet ne serait pas déterminé, serait
remis au roi. L'empereur lui-même lui envoya des vivres d'Italie, et lui
fit présent de cinquante beaux chevaux: «Charmé, disait-il, de trouver
l'occasion de s'acquitter d'une partie des obligations qu'il avait à ce
prince pour les bons services qu'il en avait reçus dans ses malheurs.»

L'arrivée du comte de Poitiers répandit une grande joie dans toute
l'armée. On délibéra sans tarder de quel côté on porterait la guerre.
Il y eut sur cela deux sentimens. Les uns proposèrent d'aller assiéger
Alexandrie, appelée Babylone dans les histoires de ce temps-là, quoique
bien différente de l'ancienne Babylone qui était bâtie sur l'Euphrate,
et de Bagdad, aussi appelée Babylone, qui est sur le Tigre, au lieu
qu'Alexandrie est sur le Nil. Les autres proposèrent d'aller attaquer le
Grand-Caire. C'était le sentiment du comte Pierre de Bretagne, fondé sur
ce que cette ville avait un bon port où l'on pourrait mettre la flotte
en sûreté, et tirer aisément des vivres par mer, soit de la Palestine,
soit des autres endroits de la Méditerranée. Cet avis, qui était aussi
celui du comte d'Artois, prévalut, parce que le Caire étant la ville
capitale de l'Egypte, sa prise devait entraîner infailliblement celle de
toutes les autres villes. Il y eut ordre de se tenir prêt à marcher au
Caire. On laissa la reine et les autres princesses et dames à Damiette
avec une forte garnison, et l'armée se mit ensuite en marche. L'armée du
roi, augmentée des troupes que le comte de Poitiers avait amenées, et
des autres renforts qu'il avait reçus de la Palestine, était de soixante
mille hommes, parmi lesquels étaient vingt mille cavaliers.

De si nombreuses troupes, si la discipline et l'obéissance y avaient
égalé la bravoure, étaient plus que suffisantes pour la conquête entière
de l'Egypte. On fit remonter le Nil à la flotte que côtoyaient les
troupes de terre, jusqu'à l'endroit où le bras le plus oriental du Nil
se sépare de celui sur lequel était située Damiette.

Pendant qu'on était en marche, cinq cents cavaliers sarrasins des mieux
montés, faisant semblant de déserter de l'armée du soudan, vinrent se
rendre au roi, qui les crut trop légèrement, défendit de leur faire
aucun mal, et leur permit de marcher en corps avec l'armée. Un jour
qu'ils crurent avoir trouvé l'occasion favorable, ils attaquèrent
les Templiers, dont la brigade marchait à la tête de l'armée; ils
renversèrent un de leurs chevaliers aux pieds du maréchal Renaut
de Bichers: mais ceux-ci s'étant mis en défense, les chargèrent si
vigoureusement que pas un seul de ces traîtres n'échappa. Ils furent
tous pris, tués ou noyés en voulant traverser le fleuve. Les Sarrasins
firent encore quelques tentatives, et il est parlé dans leurs histoires
d'un combat où l'un de leurs émirs, appelé Magelas, fut tué, avec
beaucoup de perte de leur part, et très-peu du côté des chrétiens.

Le roi étant arrivé à la pointe qui sépare les deux bras du Nil, s'y
arrêta et y établit son camp, tant pour y faire reposer l'armée, que
pour délibérer sur la manière dont on pourrait passer le bras oriental
de la rivière, qu'on appelait alors le Thanis, parce que l'armée du
soudan était campée fort proche de l'autre côté, à peu de distance d'une
ville appelée Massoure.

L'armée du soudan était très-nombreuse, toutes les forces de l'Egypte
s'y étant rassemblées, sur les nouvelles de l'approche de l'armée des
croisés, qui avait répandu la terreur dans tout le pays; de sorte que,
dans la grande mosquée du Caire, on exhorta tous les Musulmans à prendre
les armes pour la défense de la religion mahométane, qui n'avait jamais
été dans un plus grand péril.

Les premiers exploits qu'on avait vu faire aux Français à leur
débarquement, la perte de Damiette, la maladie du soudan qui augmentait
tous les jours, étaient pour les Mahométans de terribles présages de ce
qu'ils avaient a craindre d'une armée victorieuse, à laquelle rien ne
paraissait impossible; et ils voyaient bien que si elle passait une fois
le Thanis, tout était perdu. Ces motifs obligèrent le soudan de faire
des propositions de paix qui paraissaient si avantageuses, qu'il
semblait qu'on ne pouvait les rejeter. Il envoya proposer au roi de le
mettre en paisible possession de tout ce qu'avaient possédé autrefois
les rois de Jérusalem, de donner la liberté à tous les chrétiens captifs
dans son empire, et même de lui laisser Damiette avec ses environs.

Ces offres étaient en effet telles qu'on n'eût pas balancé pour
les accepter, si l'on eût pu s'assurer de l'exécution; mais cette
incertitude, et les difficultés qu'on y prévoyait, les firent refuser;
et quand on les aurait acceptées, la mort du soudan, qui arriva dans ce
temps-là, y aurait fait naître de nouveaux obstacles.

Cette mort, comme il l'avait fort recommandé, fut tenue secrète, pour
donner le temps à son fils Almoadan, qui était en Mésopotamie, de venir
prendre possession de ses états. Il mit même entre les mains de deux
de ses ministres, auxquels il se fiait le plus, un grand nombre de
blancs-signes, afin d'envoyer partout des ordres sous son nom jusqu'à
l'arrivée de son fils. Il chargea du gouvernement Secedum Facardin,
général de son armée. Cet homme passait pour le plus vaillant et le plus
sage de l'Egypte, et l'empereur Frédéric, dans son voyage de Palestine,
et après la trève qu'il conclut avec les Mahométans, l'avait fait
chevalier; honneur dont ce général faisait tant de cas, que dans ses
bannières il portait les armoiries de Frédéric avec celles du soudan
d'Alep et celles du soudan d'Egypte.

Facardin justifia, par sa conduite, le choix que son maître avait fait
de lui dans des conjonctures si délicates. Il tenait sans cesse l'armée
des chrétiens en haleine; et tandis qu'avec le gros de ses troupes il
demeurait toujours en état de s'opposer à leur passage, il envoyait
continuellement des détachemens auxquels il faisait passer la rivière
par de petites places dont il était le maître, pour insulter leur camp
sur les derrières, et enlever les convois qui venaient de Damiette.

Un de ces détachemens s'étant avancé, le jour de Noël, jusque près du
camp, enleva tout ce qui se trouva dehors, et força ensuite un quartier.
Le sire de Joinville, qui en fut averti, monta promptement à cheval avec
le seigueur Pierre d'Avalon, et, soutenu par des chevaliers du Temple,
il repoussa les Sarrasins, et délivra les seigneurs Perron et Duval,
deux frères, qu'ils emmenaient prisonniers.

Le roi, pour plus grande sûreté, fit rapprocher les quartiers les uns
des autres, et donna moins d'étendue à son camp. Il se chargea lui-même,
avec son frère le comte d'Anjou, de la garde des retranchemens opposés
au camp des ennemis; confia au comte de Poitiers et au sire de
Joinville, celle des lignes du côté de Damiette: le comte d'Artois eut
celle du parc des machines de guerre. Facardin, quelques jours après,
s'étant mis à la tête d'un gros détachement, parut en bataille, entre
Damiette et le camp des croisés, à dessein de l'insulter. Le comte
d'Anjou, s'étant trouvé à cet endroit, sortit au-devant des ennemis,
dont il fit un assez grand carnage dans la première ligne, et força les
fuyards de se jeter dans le Nil, où la plupart se noyèrent; mais il
ne voulut pas attaquer la seconde ligne, à cause de la multitude des
pierriers qui tiraient sans cesse au travers de ses bataillons, et
blessaient beaucoup de monde. Ce prince fit paraître beaucoup de valeur
en cette occasion, où il se mêla plusieurs fois avec les ennemis, et
s'acquit une grande réputation parmi les troupes.

Lorsque le roi eut assuré l'assiette de son camp, il fit prendre
les mesures nécessaires pour passer le Thanis. L'entreprise était
très-difficile à exécuter: il était large et profond: tout ce que
l'Egypte avait de plus brave était sur le rivage opposé, dans la
résolution de défendre courageusement un passage de cette conséquence.
Le saint roi vit bien que tant d'obstacles ne seraient point aisés à
surmonter. Pour en venir à bout, on résolut de construire une digue,
ou chaussée, dans la rivière, et de la pousser le plus près que l'on
pourrait de l'autre bord; ensuite, pour couvrir les travailleurs, on fit
élever sur le bord de la rivière deux beffrois: c'étaient des espèces de
tours à plusieurs étages, faites de charpentes semblables à celles
dont on se servait dans les attaques des villes; on y logeait des
arbalétriers, ou des archers, pour écarter les ennemis à coups de
flèches, et on les couvrait de cuir de boeuf ou de cheval, pour les
garantir des feux d'artifice des ennemis. Derrière ces tours on avait
fait deux chatz-chateils: c'est le nom que l'on donnait à des galeries
pour aller à couvert dans les beffrois. Le comte d'Anjou commandait dans
cet endroit pendant le jour, et le sire de Joinville pendant la nuit.
Sitôt que les ennemis eurent deviné le projet des Français, ils firent
transporter de ce côté-là seize grosses machines qui lançaient sans
cesse des pierres contre les travailleurs et contre les tours. Le roi,
pour démonter ces machines, et pour empêcher les ennemis d'approcher de
si près, en fit faire dix-huit à peu près pareilles, de l'invention d'un
ingénieur nommé Josselin de Courvant, homme très-habile, qu'il avait
amené d'Europe. Les grands efforts, de part et d'autre, se firent en
cet endroit: c'était une grêle continuelle de pierres et de flèches qui
tuaient beaucoup de soldats. Malgré cet obstacle, la chaussée s'avançait
toujours. Mais ce fut quelque chose de bien plus épouvantable, lorsque
les ennemis eurent préparé leur feu grégeois, artifice tout particulier,
inconnu aux Européens, et dont le secret s'est perdu. Ils le jetaient
avec une espèce de mortier ou de pierrier, ou bien avec des arbalètes à
tour, desquelles on le décochait, après les avoir fortement bandées par
le moyen d'une manivelle qui avait beaucoup plus de force que les
bras. Celui principalement qu'on lançait avec le mortier paraissait
quelquefois en l'air de la grosseur d'un tonneau: on le soufflait aussi
dans les combats avec de longs tuyaux de cuivre. «_Celui surtout qu'on
lançoit avec le mortier_, dit Joinville[1], sembloit à qui guettoit un
dragon volant par l'air, et répandoit si grande clarté, qu'il faisoit
aussi clair dedans notre _ost_, camp, comme le jour, tant y avoit grand
flâme de feu. Un soir avint que les Turcs amenèrent cet engin terrible,
engin à mal faire, par lequel ils nous jetèrent le feu grégeois a
planté, qui étoit la plus terrible chose que oncques jamais je visse.
A donc, s'écria messire Gauthier, mon compagnon, seigneur, nous sommes
perdus à jamais sans nul remède; car s'ils brûlent nos chatz-chateils,
nous sommes ars et brûlés; si nous laissons nos gardes, nous sommes
ahontés. Parquoi, que chacun se jette à genoux, et crions mercy à notre
Seigneur, _en qui est toute puissance_.» Ils le firent, et le redoutable
feu ne leur causa aucun dommage. Le saint roi, de son côté, était
toujours prosterné en terre, et criait à haute voix: _Beau sire_, Dieu
Jésus-Christ, garde-moi et toute ma gent, _et crois moi_, continue le
sénéchal de Champagne, _que ses bonnes prières et oraisons nous eurent
bon métier_. Nos Français savaient le secret d'éteindre ce feu, et ils y
réussirent quelquefois. Les infidèles le jetaient plus souvent la nuit
que le jour; mais une fois, en plein jour, après avoir fait pendant
quelque temps des décharges continuelles de leurs pierriers contre les
beffrois et aux environs, pour écarter tous ceux qui étaient sur le bord
de la rivière, ils jetèrent leur feu si juste et si heureusement, qu'il
ne put être éteint, et qu'il consuma les beffrois et les galeries. Le
comte d'Anjou était présent, et se désespérait de voir que ce malheur
arrivait dans le temps de sa garde. On eut toutes les peines du monde
à l'arrêter et à l'empêcher de se jeter lui-même au milieu du feu pour
tâcher de l'éteindre.

[Note 1: Joinville, p. 39.]

Cet accident chagrina fort le roi, d'autant plus qu'en ce pays-là on ne
trouvait point de bois propres à réparer ce dommage.

Il y avait près de trois mois qu'on était dans ce poste, et le travail
n'était guère plus avancé qu'aux premiers jours, parce que les ennemis,
avec leurs machines, ruinaient souvent en un jour ce qu'on avait fait en
plusieurs. On commençait à manquer de vivres, et déjà l'on délibérait
de reprendre le chemin de Damiette, lorsqu'un Bédouin, ou Arabe,
abandonnant et sa religion et les Sarrasins, vint trouver le connétable
de Beaujeu, et lui offrit, pour cinq cents besans d'or, de lui indiquer
un gué où toute la cavalerie pouvait passer. La proposition fut acceptée
avec joie; on ne pensa plus qu'au choix des mesures les plus convenables
à la circonstance. Le duc de Bourgogne fut chargé de la garde du camp
avec les seigneurs et les troupes de la Palestine; tout le reste eut
ordre de se tenir prêt à franchir le fleuve. Le comte d'Artois, prince
avide de gloire, demanda l'honneur de passer le premier à la tête de
l'armée: le roi, qui connaissait son courage bouillant et emporté, lui
représenta avec douceur que son extrême vivacité ne lui permettrait
pas d'attendre les autres; qu'infailliblement il s'attirerait quelque
malheur, et que peut-être même sa trop grande précipitation exposerait
l'armée à se perdre. «Monsieur, répondit le comte avec feu, je vous jure
sur les saints Evangiles que je n'entreprendrai rien que vous ne soyez
passé.» Le monarque se rendit à cette condition, et crut avoir pourvu à
tout, soit en ordonnant que les Templiers feraient l'avant-garde quand
on serait de l'autre côté, soit en prenant le serment de son frère,
qu'il saurait se modérer; serment qu'il ne devait pas tenir, et dont le
violement fut la perte de toute la chrétienté d'Orient.

Le jour commençait à peine à paraître, lorsque le comte d'Artois entra
dans le fleuve à la tête de l'avant-garde, et s'avança fièrement vers
un corps de trois cents chevaux sarrasins qui semblèrent vouloir lui
disputer le passage. Tout prit la fuite à son approche, et l'armée
continua de passer sans aucun obstacle. On perdit néanmoins quelques
hommes qui se noyèrent, le gué manquant en certains endroits. De ce
nombre fut Jean d'Orgemont, chevalier très-estimé pour son mérite et sa
valeur.

Rien n'égala la consternation des infidèles à la vue de l'intrépidité
française. Le comte d'Artois, témoin de cette frayeur, oublie bientôt
les sages remontrances du roi son frère. L'aspect d'un ennemi tremblant
et fuyant de tous côtés, irrite son courage; il aspirait à l'honneur
de cette journée. Il part dès le matin, et se met à la poursuite des
fuyards. En vain les Templiers lui crient qu'il trouble l'ordre, et que
cette retraite des Egyptiens n'est peut-être qu'une ruse concertée: il
n'écoute rien que son ardeur et la crainte que quelqu'un ne le devance.
Malheureusement il avait auprès de lui un seigneur d'une grande
considération, que les années avaient rendu si sourd, qu'il n'entendait
point ce que disaient les Templiers: c'était Foucault de Melle, qui
avait été son guverneur, et qui, par honneur, tenait la bride du cheval
de son élève. Ce brave vieillard n'ayant rien tant à coeur que de voir
le comte remporter le prix de cette journée, loin de l'arrêter, suivant
l'ordre du roi qu'il ignorait, criait à pleine voix: _Or à eux! or à
eux!_ Quand les Templiers virent l'inutilité de leurs repésentations,
_ils se pensèrent être ahontés_, dit Joinville, _s'ils laissoient aller
le prince devant eux: lors tout d'un accord, vont serir des éperons tant
qu'ils purent_. Cette troupe de _preux_, au nombre de quatorze cents
chevaliers, d'autres disent deux mille, arrive dans cet état au camp des
infidèles, passe les premières gardes au fil de l'épée, et porte partout
la terreur et la mort. Ils ne s'attendaient pas à une attaque de cette
espèce. Facardin était alors dans le bain: il monte à cheval, presque
nu, court aussitôt vers le lieu de l'alarme, rallie quelques-uns de ses
gardes, et soutient quelques momens l'impétuosité française. Enveloppé
de toutes parts, il reçoit au travers du corps un coup de lance qui lui
ôte la vie. Le bruit de sa mort assure la victoire aux Français. La
déroute devint générale, et tous les Sarrasins prirent la fuite. Sitôt
que l'avant-garde fut passée, elle entra dans le camp ennemi, fit
main-basse sur tout ce qui s'y rencontra, le mit au pillage, et s'empara
de toutes les machines de guerre.

Le comte d'Artois voyant les ennemis fuir de tous côtés, eut bientôt
oublié son serment: accompagné de quelques-uns de ses chevaliers, il
quitta la tête de l'avant-garde, et se mit à poursuivre les ennemis. Ce
fut inutilement que Guillaume de Sonnac, grand-maître du Temple, essaya
de lui représenter que leur petit nombre, déjà épuisé de fatigue,
ne leur permettait pas de s'engager plus avant; que, se montrer à
découvert, c'était vouloir détromper les infidèles qui les avaient pris
pour toute l'armée; que, revenus de leur erreur, ils se rallieraient,
suivant leur coutume, avec la même facilité qu'ils s'étaient dissipés;
qu'alors on courait risque d'être enveloppé, et de ne pouvoir être
secouru qu'en affaiblissant l'armée, ou peut-être même en y mettant
le désordre. _Voilà_, dit le comte, en regardant le grand-maître de
travers, _voilà les actions ordinaires des Templiers; ils ne veulent
point que la guerre finisse, et leur intérêt marche toujours devant
celui de la religion_. Les remontrances du comte de Salisbery ne furent
pas reçues plus agréablement. L'intrépide comte court à bride abattue
vers la ville de Massoure; les Templiers le suivent: les Anglais, soit
émulation, soit jalousie, veulent participer à la victoire. Tout cède à
leur impétuosité. Les barbares, fuyant de tous côtés, se sauvent dans
la ville avec tant de précipitation, qu'ils oublient d'en fermer les
portes: les vainqueurs y entrent après eux, trouvent les rues désertes,
pénètrent jusqu'au palais du sultan, et poursuivent les fuyards jusque
dans la campagne qui conduit au Grand-Caire.

Si le comte d'Artois et les Templiers s'étaient contentés de la prise de
cette ville, et si, agissant de concert et avec ordre, ils s'en fussent
assurés, eussent fait reprendre haleine à leurs soldats, et attendu le
roi avec le reste de l'armée, leur désobéissance aux ordres du prince
eût été au moins réparée par un heureux succès.

Mais ce que le grand-maître du Temple avait prédit au comte d'Artois ne
manqua pas d'arriver. Les infidèles s'étant ralliés en divers endroits,
vinrent fondre sur lui. Il était peu accompagné; une partie de ses gens
s'était arrêtée dans la ville pour piller. Bondocdar, un des chefs des
Mamelucks, ayant chargé avec beaucoup de vigueur le comte d'Artois, le
força de rentrer dans Massoure, et l'y poursuivit. Le comte se jeta dans
une maison, où il fut investi. Les habitans, et les soldats ennemis
qui s'étaient cachés dans la première déroute, se voyant secourus,
reprennent courage, et des fenêtres des maisons où ils s'étaient
barricadés, ils lançaient des javelots, des flèches, des pierres, du
feu grégeois, de l'eau bouillante, et tout ce qui leur venait sous les
mains. L'infortuné comte d'Artois, désespéré de voir tant de braves
gens périr par sa faute, fit des actions de valeur qui auraient mérité
d'avoir toute la terre pour témoin. Mais que pouvait-il seul contre
cette multitude d'ennemis? Le comte de Salisbery, Raoul de Coucy, Robert
de Verd, et un grand nombre d'autres braves, venaient d'expirer sur des
monceaux de morts et de mourans. Le prince lui-même, accablé par le
nombre, tombe percé de mille coups. _Guerrier aussi courtois que
vaillant_, dit un auteur du temps[1], digne frère de Louis, par toutes
les vertus dont il était orné, mais d'une hauteur de courage qui,
dégénérant en témérité, causa bien des malheurs. La gloire et les
circonstances de ses derniers momens effacent en quelque sorte cette
tache. Il fut regretté de tout le monde, et il méritait de l'être. C'est
la seule faute que l'histoire lui reproche. Le grand-maître du Temple,
après avoir perdu un oeil dans ce combat, se fit jour au travers des
ennemis, et se sauva de Massoure avec quelques-uns de ses gens, ayant
laissé morts dans cette place deux cent quarante de ses chevaliers. Le
comte Pierre de Bretagne, aussi dangereusement blessé, se sauva, quoique
poursuivi par plusieurs infidèles qui n'osèrent jamais l'approcher,
étonnés de l'intrépidité avec laquelle il s'arrêtait pour les attendre,
et leur insultait même par des paroles de raillerie.

[Note 1: Mouskes, évêque de Tournay, p. 93.]

Tandis que cette sanglante scène se passait à Massoure, on vint avertir
le roi du péril où était le comte d'Artois. Ce fut le connétable de
Beaujeu qui lui porta cette triste nouvelle. «Connétable, s'écria le
monarque, courez-y avec tout ce que vous pourrez rassembler de braves,
et soyez sur que je vous suivrai de près.»

Mais le corps d'armée que Bondocdar avait posté entre celle du roi et
la ville, et qui s'augmentait de moment en moment par le retour et
le ralliement des fuyards, s'opposait à ce secours. Les ennemis même
faisaient paraître une contenance plus assurée qu'à l'ordinaire, et
semblaient vouloir réparer la honte de leur première fuite. Outre le
corps dont j'ai parlé, on voyait encore de tous côtés, sur les hauteurs
et dans la campagne, diverses troupes qu'il était dangereux de laisser
grossir davantage. C'est pourquoi le roi et le connétable firent avancer
promptement les bataillons et les escadrons, pour se saisir de quelques
postes avantageux, et charger les ennemis dans les endroits où ils ne
paraissaient pas en ordre de bataille. Le sire de Joinville fut un des
premiers qui donna sur une de ces troupes; ayant devancé ceux qui le
suivaient, il aperçut un Sarrasin d'une taille gigantesque qui mettait
le pied à l'étrier pour monter à cheval: _Je lui donnai_, dit Joinville,
_de mon épée sous l'aisselle, tant comme je pus la mettre en avant,
et le tuai tout d'un coup_. Mais s'étant un peu trop abandonné à la
poursuite des ennemis, il fut coupé par près de six mille Sarrasins
qu'il aperçut trop tard, qui vinrent fondre sur son escadron. Le
seigneur de Trichâteau, qui portait la bannière, fut tué. Raoul
de Vainon fut pris, mais délivré aussitôt par Joinville. Ceux qui
l'accompagnaient ayant serré leur escadron, se firent jour l'épée à la
main pour gagner une maison voisine, et s'y défendre. Ils étaient la
plupart démontés, et furent chargés dans leur retraite: un escadron
entier passa sur le corps de Joinville, qui ne fut point pris,
parce qu'on le crut mort; il se releva, et gagna la maison avec ses
chevaliers. Les infidèles revinrent pour les y forcer, et le combat
recommença. Les seigneurs d'Escossé, Raoul de Vainon, l'Oppey et Sugerai
y furent blessés: celui-ci fut envoyé par Joinville au comte d'Anjou,
qui était le plus à portée de les secourir. Ce prince s'avança aussitôt
vers eux et les délivra, après avoir dissipé les ennemis.

Cependant le roi parut en bataille sur le haut d'une colline, d'où
il vint fondre, avec un grand bruit de trompettes, de tambours et de
timbales, sur l'armée sarrasine, qu'il fit attaquer l'épée et la lance à
la main: la charge fut terrible, mais elle fut courageusement soutenue.
Ce vaillant prince, monté sur un grand cheval de bataille, était dans
l'impatience de charger lui-même; mais, par le conseil du seigneur Jean
de Vallery, grand capitaine, et très-expérimenté, il s'avança vers
la droite, pour s'approcher du Nil. Les Sarrasins dont les troupes
grossissaient toujours, firent aussi approcher leur aile gauche de la
rivière. Le choc fut rude en cet endroit; quelques escadrons français
plièrent. Ils abandonnèrent le roi, et s'enfuirent vers le camp du duc
de Bourgogne; mais, comme leurs chevaux étaient extrêmement fatigués, la
plupart portèrent la peine de leur lâcheté, en se noyant dans la rivière
qu'il fallait passer pour gagner le camp.

Bientôt tout retentit de la nouvelle du danger où était le roi. Le
connétable de Beaujeu, qui était à la tête de six cents cavaliers,
délibéra avec Joinville sur ce qu'il y avait à faire pour lui donner
du secours; mais s'apercevant que, pour aller droit à lui, il fallait
percer un corps d'environ deux mille Sarrasins, qui était entre eux
et le roi, et qu'il aurait été difficile de rompre, ils résolurent de
prendre un détour pour les éviter. Ils trouvèrent sur leur route un
ruisseau sur lequel il y avait un petit pont. Quand ils y furent
arrivés, Joinville fit remarquer au connétable l'importance de garder
ce passage, parce que si les ennemis s'en rendaient maîtres, ils
pourraient, vu le grand nombre de leurs troupes, venir prendre l'armée
en flanc, et envelopper le roi. Le connétable approuva la sagesse de ce
conseil; il laissa Joinville dans ce poste, avec le comte de Soissons,
le seigneur Pierre de Noville, et environ cinquante gentilshommes, et
alla joindre le roi.

Il le trouva faisant des choses si prodigieuses, qu'il aurait fallu en
être témoin pour les croire. On le voyait partout, soit pour soutenir
ses gens lorsqu'ils chancelaient, soit pour achever de rompre les
ennemis lorsqu'ils commençaient à plier. Une fois son ardeur l'emporta
si loin des siens, qu'il se vit tout à coup seul au milieu de six
Sarrasins qui tenaient les rênes de son cheval, et s'efforçaient de
l'emmener prisonnier; mais il fit de si grands efforts de la masse et
de l'épée, que les ayant tous tués ou mis hors de combat, il était déjà
libre lorsqu'on arriva pour le dégager. _C'est à cette valeur plus
qu'humaine_, dit Joinville, _que l'armée fut redevable de son salut, et
je crois que la vertu et la puissance qu'il avoit lui doubla lors de
moitié par le pouvoir de Dieu_.

Ce brave sénéchal, de son côté, campé sur son pont avec sa petite
troupe, faisait si bonne contenance que les infidèles n'osèrent
l'attaquer que de loin, et à coups de traits: il y reçut cinq blessures,
et son cheval quinze. Telle était l'intrépidité de ces anciens preux,
qu'au milieu de tant de périls, la bravoure de ces seigneurs leur
permettait encore de se réjouir et de plaisanter. _Un jour, quand nous
fûmes retournés_, dit Joinville[1], _de courir après ces vilains, le bon
comte de Soissons se railloit avec moi, et me disoit: Sénéchal, laissons
crier et braire cette quenaille, et par la creffe Dieu, ainsi qu'il
juroit, encore parlerons-nous, vous et moi, de cette journée, en
chambre, devant les dames_. Quelque temps après, le connétable revint
avec les arbalétriers, qu'il rangea le long du ruisseau, ce qui fit
perdre aux ennemis toute espérance de forcer le passage: aussitôt ils
s'enfuirent, et laissèrent les croisés en paix.

[Note 1: Joinville, p. 17.]

Alors Joinville, par ordre du connétable, alla joindre le roi, qui,
vainqueur partout, se retirait dans son pavillon. Le fidèle sénéchal
_lui ôta son casque, qui l'incommodait par sa pesanteur, et lui donna
son chapel de fer, qui étoit beaucoup plus léger, afin qu'il eût vent_.
Ils marchèrent ensemble, s'entretenant de cette malheureuse journée,
lorsque le prieur de l'hôpital de Ronnay vint lui baiser la main toute
armée, et lui demanda s'il savait des nouvelles du comte d'Artois, son
frère. Tout ce que je sais, répondit le saint roi, c'est qu'il est
maintenant au ciel. On regardait alors comme autant de martyrs ceux qui
perdaient la vie dans ces guerres de religion. Le bon chevalier, pour
lui ôter une si triste idée, voulut lui parler des avantages qu'on
venait de remporter. «Il faut louer Dieu de tout, dit Louis, en
l'interrompant, et adorer ses profonds jugemens.» Aussitôt les larmes
commencèrent à couler de ses yeux: spectacle qui attendrit tous les
seigneurs de sa suite, _qui furent moult oppressés d'angoisse, de
compassion et de pitié, de le voir ainsi_[1].

[Note 1: Joinville, _loc. cit._]

La douleur, cependant, ne lui fit pas oublier les choses nécessaires: la
prudence exigeait qu'on se mît en état de n'être point surpris par un
ennemi repoussé à la vérité, mais qui regardait comme un grand avantage
de n'avoir pas été entièrement battu par des hommes que, jusque-là, il
croyait invincibles. Ainsi, au lieu de prendre un repos dont on avait
grand besoin, on travailla toute la nuit à la construction d'un pont de
communication avec le duc de Bourgogne. Telle fut l'ardeur du soldat,
qu'en très-peu de temps l'ouvrage fut achevé; dès le lendemain au matin,
on fit passer une partie des troupes dans le camp du roi. On examina
ensuite la perte qui se trouva très-considérable, tant pour le nombre
que pour la qualité des personnes qui avaient été tuées en se défendant
glorieusement. Celle des infidèles excédait de beaucoup; mais ils
étaient dans leur pays, et par conséquent plus à portée de la réparer:
avantage qui manquait aux Français, auxquels il ne restait que très-peu
de chevaux.

Les ennemis n'attendirent pas jusqu'au jour à inquiéter l'armée; car,
sur la fin de la nuit, le mercredi des Cendres, ils vinrent avec de
la cavalerie et de l'infanterie insulter le camp. On sonna aussitôt
l'alarme, et un homme de confiance, que Joinville avait envoyé pour
savoir ce qui se passait, revint en grande hâte lui dire que les
infidèles, après avoir taillé en pièces les gardes avancées, attaquaient
le quartier du roi, pour se saisir des machines qu'on leur avait prises
le jour précédent, et qu'on y avait placées. Joinville monta aussitôt à
cheval avec sa brigade, armé à la légère, comme la plupart de ses autres
chevaliers, leurs blessures ne leur permettant pas de se charger de
toutes leurs armes ordinaires. Il repoussa les ennemis, et cependant
le roi envoya Gaucher de Châtillon, avec ordre de se poster devant les
machines, entre Joinville et les Sarrasins, car il avait appris que ce
seigneur et ses chevaliers n'étaient pas assez armés.

Châtillon poussa de nouveau les ennemis jusqu'à leur principal corps de
bataille, qui avait passé la nuit sous les armes hors de son camp,
de peur qu'on ne vint l'y forcer. Alors les infidèles commencèrent à
travailler à un épaulement pour se couvrir contre les arbalétriers
français, et tirèrent eux-mêmes sans cesse des flèches dans le camp du
roi, où, quoique tirées au hasard, elles blessèrent et tuèrent beaucoup
de monde.

Joinville ayant été reconnaître le retranchement des ennemis, et l'ayant
trouvé assez faible, proposa à ses gendarmes d'aller, la nuit suivante,
le ruiner. Ils promirent de le suivre; mais la hardiesse d'un prêtre
leur fournit l'occasion de le renverser plus tôt.

Ce prêtre, qui s'appelait messire Jean de Vaisy[1], après qu'on se
fut retiré de part et d'autre, vit six capitaines mahométans qui
s'entretenaient devant leur retranchement; il prend une cuirasse, met
sur sa tête un casque et une épée à son côté, s'avance par un chemin
détourné, vient le long du retranchement vers ces six capitaines, qui,
le voyant seul, le prirent pour un homme de leur camp. Etant tout
proche d'eux, il tire son épée, et les attaque au moment où ils ne s'y
attendaient pas. Ils se sauvèrent presque tous blessés dans leur camp.
L'alarme s'y met aussitôt, et en même temps plusieurs cavaliers en
sortent: ne voyant que le prêtre qui avait fait cette esclandre, ils
piquèrent vers lui. On les aperçut du camp du roi, d'où cinquante
gendarmes de Joinville sortirent, obligèrent les Sarrasins de s'arrêter,
et donnèrent le temps au prêtre de se retirer. Les ennemis furent
poursuivis par les cinquante gendarmes, et par d'autres qui se
joignirent à eux, et qui, pour ne pas perdre leur peine, allèrent du
même pas à l'épaulement. Comme il n'était fait que de pierres mises
les unes sur les autres, il fut bientôt renversé, et l'on en fit même
emporter les pierres. Tel fut l'unique exploit de cette journée, qui se
fit le premier jour de carême.

[Note 1: Il était aumônier du sire de Joinville.]

Dès le lendemain, le roi fit travailler à une palissade, ou barrière,
autour de son camp, contre les insultes de la cavalerie ennemie; mais
Bondocdar, chef des Mamelucks, auquel le commandement de l'armée avait
été déféré pour les belles actions qu'il avait faites le jour précédent,
ne demeurait pas oisif. Pour animer ses gens, il fit courir le bruit que
le comte d'Artois, dont on avait démêlé le corps parmi ceux qui avaient
été tués à Massoure, était le roi même. La cotte d'armes de ce prince,
toute dorée et fleurdelisée, qu'il fit élever dans le camp pour être
vue de tout le monde, lui servit à ce stratagème, et toute l'armée
fut persuadée que c'était celle du roi. Bondocdar assembla tous ses
officiers, leur exagéra la perte que les chrétiens avaient faite dans
la dernière bataille, leur dit que, n'ayant plus de chef, c'étaient des
gens perdus, qu'on n'aurait plus que la peine de les prendre, et fit
résoudre, pour le vendredi suivant, l'attaque du camp.

Le roi fut averti de cette résolution par les espions qu'il avait dans
l'armée ennemie. Il ne négligea aucune des précautions que la prudence
peut suggérer; et, dès le milieu de la nuit, toutes ses troupes se
trouvèrent sous les armes, entre les tentes et la barrière. Elles
étaient partagées en différens corps, la plupart d'infanterie: presque
tous les chevaux ayant été tués dans le dernier combat, il n'en restait
guère que pour les chefs.

Le comte d'Anjou avait la droite au bord du Nil; à côté de lui étaient
Guy et Baudouin d'Ybelin, deux frères, avec les troupes de la Palestine
et de la Syrie, et Gaucher de Châtillon avec les siennes. Ces deux corps
étaient les plus complets, les mieux montés et les mieux armés, parce
que celui de Gaucher de Châtillon avait moins souffert à la bataille,
et que les troupes de la Palestine étaient demeurées, durant le combat,
dans l'ancien camp, au-delà du Nil. A côté de Châtillon était Guillaume
de Sonnac, grand-maître des Templiers, avec le peu qui lui était resté
de chevaliers de la défaite de Massoure; et, comme ce corps était
très-faible, il avait devant lui les machines qu'on avait prises sur les
Sarrasins, pour s'en servir dans le combat.

A la gauche des Templiers, était Guy de Mauvoisin, seigneur de Rosny,
avec le comte de Flandre, jusqu'au bras occidental du Nil. Cette brigade
était au dedans de la barrière du camp, et couvrait celle de Joinville,
parce que la plupart de ceux qui la composaient ne pouvaient, à cause
des blessures qu'ils avaient reçues à la dernière bataille, se charger
de leurs armures.

Plus avant, en tirant toujours vers la gauche, était le comte de
Poitiers qui n'avait que de l'infanterie, lui seul étant à cheval. Enfin
le seigneur Jocerant de Brancion, oncle du sire de Joinville, fermait
la ligne de ce côté-là. Lui et Henri, son fils, étaient seuls à cheval,
tous les chevaliers qui avaient perdu leurs chevaux étant à pied. Le duc
de Bourgogne était encore dans l'ancien camp, tant pour le défendre,
en cas qu'on l'attaquât, que pour faire un corps de réserve, et pour
envoyer, par le pont de communication, du secours où il en serait
besoin.

Il s'en fallait bien que ces troupes fussent aussi nombreuses et aussi
lestes que lorsqu'elles passèrent la rivière: la perte d'hommes et de
chevaux qu'on avait faite à Massoure, et dans la dernière bataille, les
avait extrêmement diminuées. Plusieurs étaient hors de combat; et même,
parmi ceux qui devaient combattre, il y en avait quantité de blessés,
à qui le seul courage, et la nécessité de vaincre ou de périr,
donnait assez de forces pour se tenir à cheval ou à pied. Telle était
l'ordonnance de cette armée.

Celle des ennemis parut en bataille dès la pointe du jour. Bondocdar,
qui fut étonné de se voir prévenu par des gens qu'il espérait lui-même
surprendre, était à la tête de quatre mille hommes de cavalerie
très-bien montés et très-bien armés. Il en fit une ligne parallèle au
front de l'armée chrétienne, laissant, entre les escadrons d'assez
grands espaces pour y faire passer des fantassins, selon qu'il le
jugerait à propos durant la bataille. Il fit une seconde ligne d'une
multitude infinie d'infanterie, à laquelle il donna plus de longueur, et
qui, en se courbant sur la droite, pourrait investir tout le camp du roi
jusqu'au bras occidental du Nil. Outre cela, il avait derrière ces deux
lignes une autre armée, dont il faisait son corps de réserve, qui était
encore aussi forte que celle des chrétiens.

Les troupes étant rangées dans cet ordre, Bondocdar, monté sur un
petit cheval, s'approcha de l'armée chrétienne pour en voir mieux la
disposition; et, selon qu'il reconnut que les escadrons ou bataillons
étaient plus ou moins forts, il renforça à proportion ceux de son armée
qui leur étaient opposés. Il fit ensuite passer le bras occidental de la
rivière à trois mille Bédouins, pour tenir en échec le duc de Bourgogne,
et l'empêcher d'envoyer du renfort au roi pendant la bataille.

Sur le midi, il fit sonner la charge par les tambours, les trompettes et
les timbales, avec un bruit effroyable, dans toute l'étendue de cette
armée qui s'ébranla toute en même temps. Les barbares, embouchant de
longs tuyaux de cuivre, répandaient partout le redoutable feu grégeois
qui, s'attachant aux habits des soldats et aux caparaçons des chevaux,
les embrasait depuis les pieds jusqu'à la tête. Quand par ce déluge de
feu, que les Français n'avaient pas encore vu mettre en usage dans les
combats, les ennemis avaient fait quelque ouverture dans les bataillons,
leur cavalerie y donnait à toute bride, et tâchait de les enfoncer.
C'est ainsi que l'ordre de bataille du comte d'Anjou fut rompu. Ce
prince, désarçonné de son cheval, et à pied, allait être pris ou tué,
lorsque le roi, averti du danger où il était, part comme un éclair,
_l'épée au poing_, se précipite au travers des dards et des flammes,
renverse tout ce qui s'oppose à son passage, perce jusqu'à l'endroit où
son frère défendait courageusement sa vie, le fait remonter à cheval, le
dégage, et rétablit les choses de ce côté-là.

On combattait partout avec une égale vigueur, mais avec des succès
différens. Le preux et vaillant Châtillon, le brave Meauvoisin, et les
seigneurs de la Palestine, firent des actions incroyables de valeur, et
ne purent être entamés ni par le nombre, ni par l'ardeur des infidèles.
_Il en alloit pauvrement_, dit Joinville, _à l'autre bataille_
qui suivait, où le courage, quantité de machines, et d'assez bons
retranchemens de bois, ne servirent de rien aux Templiers. Accablés par
la multitude, ils furent presque tous taillés en pièces. _On trouva_,
dit Joinville[1], _au-delà de l'espace qu'ils avaient occupés, une
superficie d'environ cent perches, si couvertes de piles de dards et
d'autres traits, qu'on n'y voyoit point de terre. Leur grand-maître
avoit perdu un oeil au combat de Massoure; il y perdit l'autre à
celui-ci: car il y fut tué et occis_.

[Note 1: Joinville, p. 53.]

Le comte de Flandre combattit plus heureusement, _et fit les plus
grands faits d'armes_. Peu content d'avoir repoussé les ennemis, il les
poursuivit l'épée dans les reins, en tua un grand nombre, et revint
chargé de leurs dépouilles. Il n'en était pas de même à l'extrémité de
l'aile gauche, où le comte de Poitiers fut enfoncé et pris. C'était un
prince humain, débonnaire, bienfaisant. Il éprouva, dans cette occasion,
combien il importe aux maîtres du monde de posséder les coeurs de leurs
sujets. Déjà les Sarrasins l'emmenaient, lorsque les vivandiers, les
valets qui gardaient le bagage, les femmes même, transportés d'un
courage extraordinaire, coururent à son secours. Avec les instrumens de
leurs métiers, et les armes qu'ils ramassèrent sur le champ de bataille,
ils firent de si grands efforts, qu'ils l'arrachèrent des mains des
barbares, et le mirent en état de rallier ses gens qui repoussèrent les
infidèles loin du camp. L'intrépide Brancion, secondé de son fils, eut
aussi la gloire, quoique sans cavalerie, de forcer les Egyptiens à se
retirer en désordre; mais le jour même il expira des blessures qu'il
avait reçues, _s'estimant trop heureux_, dit Joinville, son neveu, _de
mourir pour Jésus-Christ, faveur qui étoit depuis long-temps l'objet
de ses voeux_. Partout enfin les Sarrasins attaquèrent avec furie, et
partout ils furent repoussés avec grande perte. Les Français, dans cette
occasion, se surpassèrent, pour ainsi dire eux-mêmes, et remportèrent
tout l'honneur de la journée, sans cavalerie, presque sans armes, et
contre une armée quatre fois plus forte que la leur.

C'est cet avantage si glorieux que le saint roi, qui joignait toujours
la modestie au plus parfait héroïsme, exprime dans sa lettre sur
sa prison et sur sa délivrance, par ces termes si simples, mais si
énergiques: «Les infidèles, avec toutes leurs troupes, vinrent fondre
sur notre camp; Dieu se déclara pour nous: le carnage fut très-grand de
leur côté.»

Pénétré des mêmes sentimens, aussitôt que les ennemis eurent fait sonner
la retraite, il assembla les seigneurs de son armée pour les exhorter à
rendre grace au Dieu tout-puissant qui les avait soutenus, et dont
le secours leur était si nécessaire dans la conjoncture où ils se
trouvaient.

Elle était des plus glorieuses; mais il en aurait fallu profiter, ont
dit ceux qui se mêlent de juger des événemens lorsqu'ils sont arrivés,
et qui ont blâmé la conduite de saint Louis. L'armée chrétienne était
diminuée de moitié: il semble qu'il n'y avait qu'à retourner à Damiette
pour y attendre les secours de l'Europe. Cette ville était la plus forte
de l'Egypte, et les troupes du roi étaient plus que suffisantes pour la
défendre, si les Sarrasins osaient l'attaquer. On y aurait mis en sûreté
les malades et les blessés, et l'on aurait tiré, par la Méditerranée,
les vivres et les munitions nécessaires. Louis, ayant assemblé les
seigneurs de l'armée, ils ne furent pas d'avis de décamper. Ils
s'imaginèrent que les ennemis n'étaient pas en état de tenter une
troisième attaque, et on ne voulut pas qu'une retraite leur donnât lieu
de s'attribuer l'avantage du combat. Vanité ridicule; l'honneur des
Français étant assez à couvert par les actions courageuses qu'ils
avaient faites. Ils déterminèrent donc le roi à consentir de rester dans
le camp, après lui avoir encore représenté que, dans leur retraite, ils
pourraient être attaqués par les Sarrasins. Cette résolution fut blâmée
par beaucoup de personnes; mais ce ne fut que dans la suite, lorsqu'on
en jugea par l'événement, sans approfondir les raisons qui avaient
obligé de la prendre. Elle aurait sans doute réussi, sans la funeste
révolution qui arriva dans l'Egypte, quelques jours après, et causa les
plus grands malheurs.

Pendant que le roi faisait reposer son armée, dont il adoucissait les
peines par ses libéralités et par les exemples de patience qu'il
lui donnait, on apprit l'arrivée d'Almoadan, fils du dernier soudan
Melech-Sala. C'était un jeune prince de vingt-cinq ans, fort sage,
instruit par l'adversité, qui avait déjà de l'expérience, et dont le
mérite ayant donné de la jalousie à son père, le lui avait fait
tenir toujours éloigné, et comme prisonnier au château de Caïfa, en
Mésopotamie. Sa présence, les bonnes qualités qu'on remarquait en
sa personne, l'armée qu'il conduisait, firent reprendre courage aux
Egyptiens, et il paraissait, dans les soldats musulmans, un grand
empressement pour aller, sous sa conduite, achever d'exterminer ce reste
de chrétiens dont on n'ignorait pas la mauvaise situation.

Néanmoins ce jeune prince, ayant pris l'avis de son conseil, jugea que
la voie d'un traité était plus sûre, et en fit faire la proposition au
roi qui l'accepta. On convint d'un lieu où les députés s'assembleraient,
et le roi y envoya, entr'autres, Geoffroi de Sargines.

On convint que le roi rendrait la ville de Damiette, et que le soudan
le mettrait en possession de tout le royaume de Jérusalem; que tous les
malades et blessés de l'armée seraient transportés à Damiette; qu'on y
pourvoirait à leur sûreté jusqu'à ce qu'ils fussent rétablis, et en état
de partir; que le roi en retirerait toutes les machines de guerre qui
lui appartenaient; que les Sarrasins laisseraient emporter aux Français
tous les magasins de chair salée qu'ils y avaient faits, et qu'ils
pourraient, après avoir évacué la place, en tirer des provisions à un
prix raisonnable.

Quand ce traité eut été conclu, le soudan demanda des otages pour
assurance de l'exécution. On offrit de lui donner un des deux frères du
roi, le comte d'Anjou ou le comte de Poitiers.

Les Mahométans le refusèrent: soit que le soudan n'eût commencé à
traiter avec les chrétiens que pour les amuser, soit qu'il crût que
l'extrémité où ils étaient réduits les amenerait aux plus dures
conditions, il protesta qu'il n'accepterait d'autre otage que la
personne du roi même. A ces mots, le bon chevalier Geoffroi de Sargines
fut saisi d'une noble colère. «On doit assez connaître les Français,
dit-il avec indignation, pour les croire prêts à souffrir mille morts,
plutôt que de livrer leur prince entre les mains de ses ennemis. _Ils
aimeroient beaucoup mieux que les Turcs les eussent tous tués, qu'il
leur fût reproché qu'ils eussent baillé leur roi en otage_.» Peu s'en
fallut que tout le conseil ne fît paraître autant de chaleur contre le
monarque lui-même. Il voulait qu'on lui permît de se sacrifier pour le
salut de son peuple. Tous, au contraire, demandaient à mourir pour lui:
rare espèce de combat, aussi glorieux pour le souverain qui, cette fois,
ne fut pas le maître, que pour les sujets qui, dans cette occasion, se
firent un devoir de désobéir. Ainsi, toute négociation fut rompue.

Cependant on ne vit jamais d'armée accablée en même temps de plus de
maux et de misères que l'était celle des chrétiens. Les maladies se
mirent dans tous les quartiers, et principalement le scorbut et les
fièvres malignes, causées par les extrêmes chaleurs. Mais ce qui
augmenta la corruption de l'air, fut l'infection des corps qui avaient
été jetés dans la rivière, après les deux batailles, et qui, au bout
de neuf ou dix jours, revenant sur l'eau, s'arrêtèrent au pont de
communication du camp du roi avec celui du duc de Bourgogne, répandant
fort loin une odeur insupportable.

On eût remédié à ce mal, si on avait rompu le pont; mais on n'avait
garde de prendre cet expédient qui aurait séparé les deux camps. Le roi
paya cent hommes pour faire passer les cadavres par-dessous le pont, et
ce travail dura huit jours, parce que ce prince, par piété, voulut qu'on
démêlât, pour les faire inhumer, les corps des chrétiens d'avec ceux
des Mahométans. Cette peine qu'on se donna à remuer tous ces corps
déjà pourris, et qui dura si long-temps, ne servit qu'à empester l'air
davantage. Nul de ceux qui y furent occupés ou présens, ne manqua d'être
frappé de maladie; un très-grand nombre en mourut, et le camp ne fut
plus qu'un hôpital ou un cimetière. Pour comble de malheur, la famine
suivit de près toutes ces misères. Les Sarrasins enlevaient tous les
convois que la reine faisait embarquer à Damiette. Rien ne venait par
terre. Les vivres, en peu de jours, furent à un prix excessif. Cette
épreuve ne put vaincre la constance et la charité du saint roi; il ne
parut jamais plus grand que dans cette cruelle extrémité.

La bonne fortune n'avait point élevé son coeur, la mauvaise ne fut
point capable de l'abattre. Il donnait ordre à tout; il voyait tout par
lui-même. En vain les seigneurs de sa suite lui représentèrent qu'il
exposait sa vie, en visitant chaque jour des malheureux attaqués d'un
mal pestilentiel; ils n'en reçurent d'autre réponse, sinon qu'il n'en
devait pas moins à ceux qui s'exposaient tous les jours pour lui. Il
leur portait des médicamens, les soulageait de son argent, les consolait
par ses exhortations. Guillaume de Chartres, l'un de ses chapelains,
rapporte qu'étant allé exhorter à la mort un ancien valet-de-chambre du
roi, nommé Gaugelme, fort homme de bien, serviteur fidèle et très-chéri:
«J'attends mon saint maître, dit le moribond. Non, je ne mourrai point
que je n'aie eu le bonheur de le voir.» Il arriva en effet dans le
moment; et, à peine fut-il sorti, que le malade expira dans les
sentimens de la plus parfaite résignation.

Mais l'événement ne justifia que trop ce que tout le monde avait prévu.
Le saint roi fut attaqué du même mal, avec une violente dyssenterie, et
son courage, qui l'avait soutenu jusque-là contre tant de fatigues, céda
enfin à la contagion de l'air et à la délicatesse de sa complexion; il
se vit réduit tout à coup à une extrême faiblesse.

Dans cette extrémité, on prit la résolution de quitter ce camp et de
faire retraite vers Damiette. C'était une chose très-difficile. Les
Sarrasins qui voyaient bien que l'armée chrétienne serait forcée
de prendre ce parti, avaient une armée toute prête à charger
l'arrière-garde durant la marche, et ce n'était pas là le plus grand
danger.

Il y avait du camp à Damiette près de vingt lieues, et il fallait les
faire à travers une multitude innombrable d'ennemis qui gardaient tous
les passages; mais c'était une nécessité, il fallut tout hasarder.

Avant que le roi se mît en marche, il fit passer tous les malades
et tous les bagages; il les suivit étant malade lui-même, et confia
l'arrière-garde à Gaucher de Châtillon. Au premier mouvement que fit
l'armée, les ennemis chargèrent l'arrière-garde, et prirent le seigneur
Errart de Valery; mais il fut repris par Jean son frère, et ils
n'osèrent plus revenir. Dès que l'armée eut passé la rivière du Thanis,
et que le roi se fut joint au camp du duc de Bourgogne, il fit embarquer
sur ce qui lui restait de vaisseaux les malades et les blessés, avec
ordre de descendre la rivière, et de regagner Damiette. Plusieurs
compagnies d'archers furent commandées pour les escorter: il y avait un
grand navire sur lequel se mit le légat avec quelques évêques. Tous
les seigneurs conjurèrent le roi d'y monter aussi; mais, quoique
très-faible, et pouvant à peine se soutenir, «il protesta qu'il ne
pouvait se résoudre à abandonner tant de braves gens qui avaient exposé
si généreusement leur vie pour le service de Dieu et pour le sien; qu'il
voulait les ramener avec lui, ou mourir prisonnier avec eux.»

Il marcha donc à l'arrière-garde que commandait toujours l'intrépide
Châtillon; et, de tous ses gendarmes, Louis ne retint avec lui que le
seul Geoffroi de Sargines. L'état où sa maladie l'avait réduit ne lui
permit pas de se charger de tout l'attirail de la guerre, qui était
alors en usage. Il était monté sur un cheval de petite taille, dont
l'allure douce s'accommodait davantage à sa faiblesse, sans casque, sans
cuirasse, sans autres armes que son épée. L'armée avait fait peu de
chemin, lorsqu'elle se vit harcelée par les troupes sarrasines, qui
tombaient de toutes parts sur elle, sans néanmoins s'engager au combat.
Guy Duchâtel, évêque de Soissons, de la maison de Châtillon, ne pensant
qu'à périr glorieusement, s'abandonna dans une de ces escarmouches au
milieu des ennemis: et, après en avoir tué un grand nombre de sa main,
il trouva enfin cette glorieuse mort qu'il cherchait en combattant
pour Jésus-Christ. On croyait alors que les canons qui défendent aux
ecclésiastiques de manier les armes, ne s'étendaient pas jusqu'aux
guerres saintes, et que les pasteurs qui quittaient leur troupeau pour
courir après les loups, étaient en droit de les tuer.

Châtillon et Sargines montrèrent plus de conduite sans faire paraître
moins de valeur; ils soutinrent, presque seuls, tout l'effort des
barbares. Le saint roi ne cessait, depuis, de faire en toutes rencontres
l'éloge de ces deux guerriers, et disait que jamais il n'avait vu de
chevaliers faire tant et de si vaillans exploits pour le défendre
dans cette fâcheuse extrémité. Ce fut ainsi que les deux intrépides
chevaliers conduisirent le monarque jusqu'à une petite ville nommée par
Joinville Casel[1], et par d'autres Sarmosac, ou Charmasac. _Là_, dit
Joinville, _il fut descendu au giron d'une bourgeoise de Paris_[2].
_Telle étoit sa foiblesse, que tous les cuidèrent voir passer, et
n'espéroient point que jamais il pût passer celui jour sans mourir_.

[Note 1: Joinville, page 77.]

[Note 2: Il faut croire que c'était apparemment une femme de Paris, qui,
par quelque aventure extraordinaire, était établie dans cette ville si
éloignée de sa patrie.]

Châtillon cependant qui veillait à la gloire et à la sûreté de ce
prince, défendit long-temps seul l'entrée d'une rue étroite qui
conduisait à la maison où était le roi. On voyait Châtillon tantôt
fondre sur les infidèles, abattant et tuant tous ceux dont il avait pu
prévenir la fuite par sa vitesse; tantôt faisant retraite pour arracher
de son écu, de sa cuirasse, et même de son corps, les flèches et les
dards dont ils étaient hérisses. Il retournait ensuite avec plus de
furie, et se dressant sur les étriers, il criait de toute sa force: _A
Châtillon! chevaliers, à Châtillon! et où sont mes prud'hommes?_ Mais,
en vain; personne ne paraissait. Accablé enfin par la foule, épuisé de
fatigue, tout couvert de traits, et percé de coups, il tomba mort en
défendant la religion et son roi. Ainsi périt Gaucher de Châtillon,
jeune seigneur de vingt-huit ans. Heureux si, en s'immolant pour le
bien public, il eût pu garantir des malheurs auxquels il fut exposé, un
prince qui méritait de pareils sacrifices! Mais Dieu en avait autrement
ordonné: il voulut que Louis donnât au monde le spectacle d'une autre
sorte de gloire que les chrétiens seuls savent trouver dans les
souffrances, l'opprobre et l'ignominie.

Cependant les restes de l'arrière-garde arrivèrent, toujours poursuivis,
toujours faisant une vigoureuse résistance. Philippe de Montfort vint
trouver le roi pour lui dire _qu'il venoit de voir l'émir avec lequel on
avoit traité d'une trève quelques jours auparavant, et que si c'étoit
son bon plaisir, que encore derechef il lui en iroit parler_. Le
monarque y consentit, promettant de se soumettre aux conditions que le
soudan avait d'abord demandées. Le Sarrasin ignorait l'état pitoyable où
les croisés étaient réduits. Montfort connaissait l'impatience qu'avait
le soudan de se voir en possession de Damiette. Tout ce qu'il avait vu
faire aux Français lui donnait lieu de craindre que le courage, joint au
désespoir, ne les portât à des choses plus grandes encore: il accepta
donc la proposition, et voulut bien traiter de nouveau. La trève fut
conclue à la satisfaction des deux parties. Montfort, pour assurance
de la parole qu'il donnait, tira l'anneau qu'il avait au doigt, et le
présenta à l'émir, qui le reçut. Déjà ils se touchaient dans la main,
_lorsqu'un traître_[1], _mauvais huissier_, dit Joinville, _nommé
Marcel, commença à crier à haute voix: Seigneurs, chevaliers françois,
rendez-vous tous, le roi vous le mande par moi, et ne le faites point
tuer_. A ces mots, la consternation fut générale: on crut que le
monarque était en effet dans un grand danger; _chacun rendit ses bâtons
et harnois_. L'émir ne fut pas long-temps à s'apercevoir d'un changement
si soudain; et voyant que de tous côtés on emmenait prisonniers les gens
du roi, il dit au malheureux Montfort qu'on ne faisait point de trève
avec un ennemi vaincu, et le força lui-même de rendre les armes.

[Note 1: Joinville, p. 62.]

En même temps l'un des principaux émirs, nommé Gemaledin, entra dans
Charmasac avec un corps considérable de troupes; et trouvant le
roi environné de gens qui songeaient bien moins à le défendre qu'à
l'empêcher d'expirer, il se saisit de sa personne et de tous ceux qui
s'empressaient à la soulager: les deux princes ses frères, Alphonse et
Charles, tombèrent aussi entre les mains des infidèles. Ce qu'il y a de
certain, c'est que tous ceux qui se retiraient par terre, seigneurs ou
simples soldats, subirent le même sort; les uns plus tôt, les autres
plus tard, tous furent tués ou pris. L'oriflamme, tous les autres
drapeaux, tous les bagages, furent conduits en triomphe à Massoure avec
les captifs, dont le nombre était si grand, qu'ils y furent entassés les
uns sur les autres. Le destin de ceux qui étaient sur le Thanis ne fut
pas plus heureux. Il n'y eut que le légat, le duc de Bourgogne, et
quelques autres, montés sur de grands vaisseaux, qui eurent le bonheur
d'échapper. Les autres bâtimens moins forts, investis de tous côtés, ou
périrent par le feu grégeois, ou demeurèrent a la merci des barbares.
Tout ce qu'il y avait de malades fut impitoyablement massacré: on ne fit
grâce qu'aux gens de marque dont on espérait tirer une grosse rançon.
Joinville, que son extrême faiblesse avait obligé de s'embarquer, eut
aussi le malheur d'être enveloppé. Il fit jeter l'ancre au milieu du
fleuve; mais ayant vu dans le moment quatre grands vaisseaux ennemis qui
venaient l'aborder, il délibéra avec ses chevaliers sur ce qu'il y avait
à faire: tous convinrent qu'il fallait se rendre, excepté un sien clerc,
qui disait que tous devaient se laisser tuer afin d'aller en paradis:
_Ce que ne voulûmes croire_, dit-il avec sa naïveté ordinaire, _car la
peur de la mort nous pressoit trop fort_. Il se rendit, de l'avis de
ceux qui étaient en sa compagnie, après avoir jeté dans la rivière un
petit coffre où il y avait toutes ses pierreries et ses reliques. Comme
il était presque mourant, il courait risque d'être tué; mais un de ses
mariniers, pour lui sauver la vie, dit aux infidèles que ce chevalier
était cousin du roi. Sur cela, un sarrasin qui voulait le faire son
prisonnier, vint à lui, et lui dit qu'il était perdu s'il ne le suivait
et n'entrait dans son vaisseau. Il y consentit, et s'étant fait attacher
à une corde, il se jeta dans l'eau avec le Sarrasin même, qui se fit
tirer avec lui dans le vaisseau. Il fut conduit à terre, où d'autres
Sarrasins voulaient le tuer; mais celui qui l'avait pris, le tenant
embrassé, criait de toute sa force: _C'est le cousin du roi, ne le
tuez pas!_ Cela lui sauva la vie, et même le fit traiter avec assez
d'humanité, jusque-là qu'un seigneur sarrasin lui fit prendre un
breuvage qui le guérit en peu de jours de la maladie dont il était
attaqué, et qui l'avait mis presqu'à l'extrémité.

Il fut conduit au commandant de la flotte, qui lui demanda s'il était
cousin du roi: il répondit que non, et que c'était un de ses mariniers
qui avait dit cela de lui-même. Il lui demanda s'il n'était pas allié de
l'empereur Frédéric; il répondit qu'il l'était par sa mère. Le général
lui répartit qu'à la considération de ce prince qu'il estimait, il
aurait des égards pour lui.

Il eut la douleur de voir égorger en sa présence un grand nombre de
malades, et entr'autres ce brave prêtre messire Jean de Vaisy, son
aumônier, dont j'ai parlé, qui avait attaqué et mis en fuite six
Sarrasins. Ayant fait dire par le Sarrasin dont il était prisonnier, aux
officiers qui présidaient à ce cruel massacre: _Qu'ils faisoient grand
mal, et contre le commandement de leur grand Saladin, qui disoit qu'on
ne devoit tuer ni faire mourir homme depuis qu'on lui avoit fait manger
de son pain et de son sel_, ils répondirent qu'ils le faisaient ainsi
par compassion pour leur misère, et pour leur épargner les douleurs que
la maladie leur causait.

Louis, dans sa prison, parut aussi grand que sur le trône, sur le pont
de Taillebourg et à la descente à Damiette. On ne lui avait laissé que
son bréviaire; il le prit de la main de son chapelain, et le récita avec
autant de tranquillité que s'il eût été dans l'oratoire de son palais.
Les barbares eux-mêmes admirèrent sa constance plus qu'héroïque. Il
était si faible qu'il fallait le porter lorsqu'il voulait faire un pas:
il manquait des choses les plus nécessaires; au commencement il n'eut
pour se couvrir la nuit, qu'une vieille casaque qu'un prisonnier lui
donna; il était dénué de presque tout secours; jamais rien ne put
l'ébranler. Un seul homme nommé Isambert, composait tout son domestique;
il lui préparait à manger, faisait son pain, et lui tenait lieu de toute
cette foule d'officiers, si empressés pour le service des rois. Tout
faible et tout malade qu'il était, il ne lui échappa jamais ni signe
de chagrin, ni mouvement d'impatience. Il récitait tous les jours son
bréviaire avec son chapelain, et se faisait lire toutes les paroles de
la messe, excepté celles de la consécration.

La santé de Louis étant si affaiblie qu'il pouvait à peine se soutenir,
le sultan Almoadan appréhenda enfin de le voir mourir, de perdre la
grosse rançon qu'il en espérait, et de ne pouvoir rentrer en possession
de la ville de Damiette. Cette crainte le fit changer tout-à-coup de
conduite à l'égard de son prisonnier. Il lui permit de faire venir des
étoffes, lui fit présent de deux vestes de taffetas noir, fourrées de
vair, avec une garniture de boutons d'or; lui donna ses gens pour le
servir, avec ordre de lui fournir tout ce qu'il demanderait. Enfin il
lui envoya ses médecins, qui lui firent prendre un breuvage qui
le guérit en quatre jours. Le temps dont je parle était, chez les
mahométans, un siècle de lumière; ils cultivaient les sciences, et entre
autres la médecine, avec succès.

Quelque temps après le lieutenant du sultan fit monter à cheval le sire
de Joinville, et le faisant marcher à côté de lui, il le conduisit au
lieu où était le roi avec les deux princes ses frères. Là étaient aussi
plusieurs seigneurs, et plus de dix mille autres captifs de toute
condition; mais les prisonniers de marque séparés des autres, et ceux-ci
renfermés dans une espèce de parc, clos de murailles.

Au bout de quelques jours, un des principaux officiers sarrasins y
arriva avec des soldats, et, faisant sortir du parc les prisonniers
les uns après les autres, on leur demandait s'ils voulaient renoncer
Jésus-Christ: ceux qui répondaient que non avaient la tête tranchée dans
le moment; ceux qui renonçaient étaient mis à part.

Joinville et les autres seigneurs furent mis dans un quartier de réserve
que les infidèles faisaient exactement garder, et le roi dans une tente,
entourée pareillement d'une forte garde. Le dessein du soudan, en les
faisant ainsi séparer, était de traiter en même temps avec le roi, d'une
part, et de l'autre avec les seigneurs.

Almoadan leur envoya un de ses émirs, avec un truchement qui leur
demanda s'ils voulaient traiter de leur délivrance, et leur dit de
choisir quelqu'un d'entre eux pour convenir de leur rançon. Ils
choisirent le comte Pierre de Bretagne, auquel on proposa d'abord de
remettre entre les mains du soudan quelques-unes des forteresses que les
chrétiens tenaient encore dans la Palestine. Le comte répondit que la
chose n'était pas en leur disposition, mais en celle de l'empereur
Frédéric, comme roi de Jérusalem, et que ce prince n'y consentirait pas.
On lui proposa en second lieu de rendre au soudan quelques places qui
dépendaient des chevaliers du Temple, ou de ceux de l'Hôpital. Le
comte répondit que cela était impossible, parce que ceux à qui l'on en
confiait la garde faisaient un serment particulier, en y entrant, de ne
rendre aucunes places pour sauver la vie à qui que ce fût. L'officier
mahométan répondit en colère, qu'il voyait bien qu'ils ne voulaient pas
être délivrés, et que bientôt ils seraient traités comme ils venaient
d'en voir traiter tant d'autres; et ensuite il congédia le comte de
Bretagne et les envoyés qui l'avaient accompagné.

On leur en donna la peur toute entière: un moment après ils virent
venir vers eux un grand nombre de jeunes soldats, ayant à leur tête un
vieillard musulman qui paraissait un homme de distinction; il leur fit
demander par un truchement s'il était vrai qu'ils crussent en un seul
Dieu, qui fût né, crucifié et mort pour eux, et ensuite ressuscité. Ils
répondirent tous avec fermeté qu'ils le croyaient; mais la repartie
qu'il leur fit les surprit beaucoup. «Si cela est, leur répondit-il, ne
vous découragez point dans l'état malheureux où vous vous trouvez: vous
souffrez, mais vous n'êtes pas encore morts pour lui comme il est mort
pour vous; et, s'il est ressuscité lui-même, il aura le pouvoir de vous
délivrer bientôt de votre captivité.» Après avoir parlé de la sorte, il
se retira. Comme on ne devait guère attendre une pareille morale de la
part d'un mahométan, les prisonniers tirèrent de là un bon augure pour
leur délivrance.

_Traité du roi pour sa liberté avec Almoadan, soudan d'Egypte_.

Almoadan, n'espérant plus rien obtenir des seigneurs français, se tourna
du côté du roi, lui fit faire les mêmes demandes, et en reçut les
mêmes réponses. Alors, transporté de colère, il le fit menacer, s'il
persistait dans son obstination, de le faire mettre en bernicles,
espèce de torture très-cruelle, dont Joinville a voulu nous faire la
description; mais il s'est si mal expliqué, qu'il est difficile d'y
comprendre quelque chose.

Louis, toujours égal à lui-même, répondit avec modestie: _Je suis
prisonnier du sultan; il peut faire de moi à son vouloir_. Le soudan,
convaincu qu'il ne gagnerait rien par cette voie, fit proposer au roi de
donner pour sa rançon et pour celle des autres prisonniers, un million
de besans d'or, et la ville de Damiette. Louis répondit avec une noble
fierté, _qu'un roi de France n'étoit point tel, qu'il se voulût rédimer
pour aucune finance de deniers; mais qu'il donneroit la ville pour sa
personne, et payerait le million de besans pour la délivrance de sa
gent_. Le sultan, étonné de la générosité de son prisonnier, s'écria:
_Par ma loi! franc et libéral est le français, qui n'a voulu barguigner,
mais a octroyé de faire et payer ce qu'on lui a demandé. Or, lui allez
dire que je lui remets le cinquième de la somme, et qu'il n'en
payera que huit cent mille besans_, lesquels, selon quelques auteurs
contemporains, réduits à la monnaie de France de ce temps-là, faisaient
environ cent mille marcs d'argent.

Le traité fut conclu à ces conditions: «Qu'il y auroit trève pour dix
ans entre les deux nations; que tous les prisonniers qu'on avoit faits
de part et d'autre, non-seulement depuis l'arrivée des Français, mais
encore depuis la suspension d'armes avec l'empereur Frédéric, seroient
remis en liberté; que les chrétiens posséderoient paisiblement toutes
les places qu'ils tenoient dans la Palestine et dans la Syrie; que le
roi payeroit huit cent mille besans d'or pour la rançon de ses sujets
captifs, et donneroit Damiette pour sa personne, que tous les meubles
que le monarque, les princes, les seigneurs, et généralement tous les
chrétiens, laisseroient dans cette ville, y seroient conservés sous la
garde d'Almoadan, jusqu'à ce que l'on envoyât des vaisseaux pour les
transporter où l'on jugeroit à propos; que les malades et ceux dont la
présence étoit encore nécessaire à Damiette, y seroient en sûreté tout
le temps qu'ils seroient forcés d'y demeurer; qu'ils pourroient se
retirer par mer ou par terre, selon leur volonté, et que le soudan
seroit obligé de donner des sauf-conduits à ceux qui prendroient cette
dernière voie pour se rendre en quelque place de la domination des
chrétiens.»

Les choses étant ainsi réglées, il n'était plus question que de se
disposer à l'accomplissement du traité. Le soudan fit amener le roi dans
un lieu de plaisance, nommé Pharescour, situé sur le bord du Nil, où
il avait fait bâtir un palais assez vaste, mais construit de bois
seulement, couvert de toiles peintes de diverses couleurs. Ce fut là que
les deux princes se virent et conférèrent ensemble dans une tente qu'on
avait préparée exprès. On ignore les particularités de leur entrevue;
tout ce qu'on sait, c'est que le traité y fut ratifié, et qu'on fit de
part et d'autre les sermens convenus. Il n'était plus question que de se
disposer au départ et à l'évacuation de Damiette. On fit monter le roi
avec les principaux seigneurs de son armée sur quatre vaisseaux, pour
descendre la rivière vers cette ville; mais un événement imprévu jeta le
roi en de plus grands embarras et de plus grands dangers que jamais: ce
fut la mort d'Almoadan, contre lequel les Mamelucks avaient fait une
conspiration qui éclata sur ces entrefaites, et dont voici les causes et
les suites.

_Almoadan est assassiné par les Mamelucks_.

Ces Mamelucks étaient une espèce de milice à peu près semblable à celle
des janissaires d'aujourd'hui, excepté qu'elle combattait d'ordinaire à
cheval. Malech-Sala, père du nouveau soudan, l'avait formée. Elle était
composée de soldats qui, dès leur enfance, avaient été achetés, soit en
Europe, soit en Asie, par les ordres du soudan: ainsi, ne connaissant ni
leurs pères, ni leurs mères, ni souvent même leur pays, ils ne pouvaient
avoir d'attachement que pour le prince et pour son service. Il les
faisait élever dans tous les exercices militaires, et les traitait comme
un régiment de ses gardes, qu'il distinguait beaucoup de ses autres
troupes: c'était parmi eux qu'il choisissait ceux qui avaient le plus de
mérite et de talent, pour en faire ses émirs, et les autres officiers de
ses armées.

Ce corps était fort nombreux et fort brave. Il devint redoutable au
soudan même qui, sur le moindre soupçon, faisait couper la tête aux
commandans, et confisquait leurs biens à son profit.

Almoadan, fils de Malech-Sala, suivit à contre-temps, et sans doute avec
trop d'imprudence, ce rude despotisme. Lorsqu'il fut arrivé en Egypte,
et eut été reconnu souverain, il déposa la plupart de ceux qui
possédaient les charges de la cour et de l'armée, pour les donner à ceux
qu'il avait amenés d'Orient. C'était des jeunes gens qui avaient toute
sa confiance, et qui engloutissaient toutes les grâces.

_Le sultan est assassiné par les Mamelucks_.

Ce fut pendant le temps qu'on négociait la trève avec le roi de France,
que les émirs, qui étaient tous du corps des Mamelucks formèrent une
conjuration contre Almoadan, dans laquelle entra la sultane Sajareldor,
veuve du défunt soudan, qui avait été disgraciée. Ils s'imaginèrent
que, lorsque Almoadan serait maître de Damiette, et que l'Egypte serait
entièrement pacifiée, son caractère absolu disposerait de leurs biens et
de leurs vies, suivant ses soupçons et ses caprices. C'est pourquoi ils
résolurent d'exécuter leur dessein à Pharescour. Ils gagnèrent plusieurs
officiers subalternes, et un grand nombre de soldats; et, comme le
soudan était sur le point de partir pour aller prendre possession de
Damiette, suivant le traité fait avec le roi de France, il fit mettre
son armée sous les armes, et marcher vers la ville. Pour la faire
avancer plus promptement, les chefs des conjurés firent répandre le
bruit que Damiette avait été prise sur les chrétiens, et qu'il fallait
se hâter pour avoir part au butin. Le départ de l'armée n'avait laissé
auprès du soudan, pour sa garde à Pharescour, qu'une partie des
Mamelucks qui étaient de la conjuration, et ce prince infortuné, qui ne
se défiait de rien, se trouva livré à leur discrétion. Il avait dîné
à Pharescour, dans le palais de bois dont j'ai parlé, qui était d'une
grandeur prodigieuse, et contenait différens appartemens. Après son
repas, s'étant levé de table, comme il congédiait plusieurs émirs pour
se retirer dans une chambre voisine, celui qui portait l'épée nue devant
lui, selon la coutume, se tourna brusquement, et lui en déchargea un
grand coup qui ne fit cependant que lui fendre la main depuis le doigt
du milieu, jusque bien avant dans le bras. Le soudan, se voyant sans
armes, prit la fuite, et se sauva vers le haut du bâtiment, où il se
renfermât, sans qu'on se mît en peine de le poursuivre; mais aussitôt
le redoutable feu grégeois ayant été jeté en différens endroits de
l'édifice, il fut en un moment tout en flammes. Le soudan, voyant qu'il
fallait périr, aima mieux s'exposer à la fureur des conjurés, que de se
voir brûler tout vif. Il descendit, et se jeta au milieu des soldats
pour gagner la rivière. Il fut blessé dans le flanc, d'un poignard qui y
resta, et avec lequel il se jeta dans le Nil pour le passer à la nage.
Il y fut poursuivi par neuf assassins qui lui ôtèrent la vie. Un d'eux,
nommé Octaï, l'ayant tiré à terre, lui ouvrit la poitrine, en arracha le
coeur, et aussitôt, tenant ce coeur dans sa main toute ensanglantée, il
monta sur le vaisseau où était le roi, et lui dit: «Que me donneras-tu
pour t'avoir délivré d'un ennemi qui t'en eût fait autant s'il eût
vécu?»

Louis ne répondit à cette brutale question que par un regard de mépris
qui fit assez voir qu'il avait horreur d'une action si détestable. On
ajoute qu'Octaï le pria de le faire chevalier de sa main; que le roi lui
répondit qu'il le ferait volontiers, s'il voulait se faire chrétien, et
que l'infidèle se retira plein de respect pour ce prince, dont il ne
pouvait assez admirer la fermeté et le courage.

Un moment après, trente de ces assassins entrèrent dans le vaisseau,
et criant, _tue! tue!_ Chacun en ce moment se crut mort. Plusieurs
se jetèrent aux pieds d'un religieux de la Trinité, de la suite de
Guillaume, comte de Flandre, pour lui demander l'absolution. Le seigneur
Guy d'Ybelin, connétable de Chypre, se jeta à genoux devant Joinville,
et se confessa à lui: _Et je lui donnai_, ajoute ce seigneur, _telle
absolution comme Dieu m'en avoit donné le pouvoir; mais de chose qu'il
m'eût dite, quand je fus levé, oncque ne m'en recordai de mot; mais en
droit moi, ne me souvenois alors de mal ne péché que oncque j'eusse
fait, et je m'agenouillai aux pieds de l'un d'eux, tendant le cou, et
disant ces mots en faisant le signe de la croix: Ainsi mourut sainte
Agnès_. Telle était la simplicité de ces bons chevaliers, qui avaient au
moins beaucoup de foi. Ils en furent quittes pour la peur. Les trente
assassins sortirent du vaisseau sans faire mal à personne. Une pareille
scène se passait dans la tente du roi, où une troupe de ces scélérats
entra avec confusion, l'épée nue, et teinte encore du sang de leur
prince. Leur démarche, leurs cris, leur fureur enfin, qui paraissait
peinte sur leurs visages, n'annonçaient rien que de funeste. Louis, sans
rien diminuer de cet air majestueux qui inspirait le respect, même
aux plus barbares, laissa tranquillement rugir ces bêtes féroces, ne
montrant ni moins de sérénité, ni moins de dignité que s'il eût été
à quelque cérémonie d'éclat au milieu de ses barons. Cette constance
héroïque lui attira l'admiration de ces infâmes parricides; ils
s'adoucirent tout d'un coup, et se prosternant jusqu'à terre: _Ne
craignez, rien, Seigneur_, lui dirent-ils, _vous êtes en sûreté; il
fallait que les choses se passassent comme elles viennent d'arriver:
nous ne vous demandons que l'exécution du traité, et vous êtes libre_.

On dit même qu'ils furent si touchés de son intrépidité, qu'ils mirent
en délibération de le choisir pour leur soudan; mais le voyant si ferme
dans ce qui regardait sa religion, ils appréhendèrent qu'il ne renversât
bientôt toutes leurs mosquées. Un jour le saint monarque s'entretenant
de cette aventure avec Joinville, lui demanda s'il croyait qu'il eût
accepté la couronne d'Egypte. Le naïf sénéchal répondit[1], _qu'il
eût fait en vrai fol, vu qu'ils avoient ainsi occis leur seigneur. Or
sçachez_, reprit Louis, _que je ne l'eusse mie refusée_. Tel était
le zèle de ce prince véritablement chrétien, que dans l'espérance de
convertir ces infidèles, il se fût exposé à une mort certaine.

[Note 1: Joinville, page 73.]

Le lendemain, les émirs envoyèrent demander communication du traité fait
avec le soudan. Le comte de Flandre, le comte de Soissons, et plusieurs
seigneurs, allèrent leur parler à ce sujet. Les émirs leur répétèrent ce
qu'ils avaient déjà dit au roi, que le dessein du soudan, sitôt qu'il
eût été en possession de Damiette, était de lui faire couper la tête, et
à tous les seigneurs français, et que, pour marque de sa perfidie, il
en avait déjà envoyé quelques-uns au Grand-Caire, où il les avait fait
massacrer.

Cependant le traité fut confirmé; mais les émirs voulurent que la moitié
de la rançon fût payée avant le départ du roi, et il y consentit. Il fut
question de faire un nouveau serment de part et d'autre: les émirs
le firent à leur manière, et le roi le reçut; mais il voulurent lui
prescrire la forme du sien. Ils en avaient fait composer la formule par
quelques renégats, en cette manière: «Qu'au cas que le roi manquât à sa
promesse, il consentait d'être à jamais séparé de la compagnie de Dieu
et de la Vierge Marie, des douze apôtres, des saints et saintes du
Paradis.» Le roi n'eut aucune peine sur ce point-là; mais la seconde
partie lui fit horreur. On voulait qu'il s'exprimât en ces termes: «Que,
s'il violait son serment, il serait réputé parjure, comme un chrétien
qui a renié Dieu, son baptême et sa loi, et qui, en dépit de Dieu,
crache sur la croix et la foule aux pieds.» Il protesta que ces
horribles paroles ne sortiraient jamais de sa bouche. Les émirs ayant
appris la réponse du roi, en furent très-irrités, et assurèrent celui
qui la leur porta, que, s'il ne faisait ce serment (comme eux avaient
fait le leur de la manière qu'il avait voulu), ils lui couperaient la
tête, et à tous les seigneurs de sa suite. Cette menace, rapportée au
roi, ne l'ébranla pas plus que les instances que lui firent les
deux princes ses frères, qui lui représentaient qu'il devait passer
par-dessus ce scrupule, puisqu'il était en résolution d'exécuter sa
promesse avec toute l'exactitude possible.

Les émirs pleins de rage vinrent à sa tente, comme pour lui ôter la vie;
mais l'avarice était un frein qui arrêtait leur fureur: ils craignaient
de perdre la grosse rançon que le roi avait promise, et ils voulaient
avoir Damiette. S'imaginant que le patriarche de Jérusalem était celui
qui empêchait le roi de les satisfaire, un émir fut sur le point de lui
couper la tête; mais ils se contentèrent de le faire lier à un poteau,
où ils lui firent serrer les mains avec tant de violence, qu'elles
furent en un moment horriblement enflées, et que le sang en ruisselait.
Ce pauvre vieillard qui avait quatre-vingts ans, pressé par la douleur,
criait au roi de toute sa force: «Ah! sire, jurez hardiment: j'en
prends le péché sur moi et sur mon âme, puisque vous avez la volonté
d'accomplir votre promesse.» Le roi tint ferme, et les émirs, voyant
qu'il se mettait peu en peine de toutes leurs menaces furent contraints
de se contenter de la première partie du serment qu'ils lui avaient
prescrit, et que les seigneurs français firent aussi.

Les Sarrasins donnèrent la couronne à la sultane Sajareldor, lui firent
serment de fidélité, et choisirent entre eux des généraux pour commander
les armées sous son autorité. Ce fut avec eux que le roi arrêta
définitivement les articles du traité.

Les vaisseaux qui portaient le roi et les prisonniers voguèrent vers
Damiette, où l'on était dans la dernière consternation sur les différens
bruits qui avaient couru touchant la personne du roi et celles des deux
princes ses frères. La comtesse d'Artois y était dans la plus grande
affliction de la mort de son mari. L'incertitude du sort du roi et des
princes, et l'approche de l'armée ennemie, tenaient la reine et les
comtesses d'Anjou et de Poitiers dans de mortelles alarmes. Le duc de
Bourgogne et Olivier de Termes, qui commandaient la garnison, avaient
toutes les peines du monde à les rassurer. Les Génois et les Pisans
furent sur le point d'abandonner la ville et de s'enfuir sur leurs
vaisseaux. Il fallut que la reine s'obligeât de leur fournir des vivres
à ses dépens pour obtenir qu'ils demeurassent. Elle était accouchée
avant terme d'un fils, qui fut nommé Jean, et surnommé Tristan, pour
marquer la triste et fâcheuse conjoncture de sa naissance. Cette couche
prématurée avait été l'effet de sa douleur et de son chagrin; elle était
dans de si terribles appréhensions, qu'il ne se passait pas de nuit que,
troublée par des songes effrayans, elle ne crût voir les Sarrasins en
furie attenter à la vie du roi son mari, ou entrer en foule dans sa
chambre pour l'enlever elle-même; elle se tourmentait, s'agitait, et
sans fin s'écriait: _A l'aide! à l'aide!_ On fut obligé de faire veiller
dans sa chambre un _chevalier vieil et ancien_, dit Joinville[1], _âgé
de quatre-vingts ans et plus, armé de toutes pièces_, qui, toutes les
fois que ces tristes imaginations la réveillaient, lui prenait la main
_et lui disait: Madame, je suis avec vous; n'ayez peour_. Un jour, ayant
fait retirer tout le monde, excepté ce brave vieillard, elle se jeta à
genoux: _Jurez-moi_, lui dit-elle, _que vous m'accorderez ce que je
vas vous demander_. Il le lui promit avec serment. _Eh bien, sire
chevalier_, reprit-elle, _je vous requiers, sur la foi que vous m'avez
donnée, que, si les Sarrasins prennent cette ville, vous me coupiez la
tête avant qu'ils me puissent prendre_. Ce bon gentilhomme répondit _que
très-volontiers il le feroit, et que jà l'avoit-il eu en pensée d'ainsi
le faire si le cas y échéoit_.

[Note 1: Joinville, pages 78 et 79.]

_Le roi est mis en liberté et Damiette est rendue_.

L'arrivée du roi remit un peu les esprits: il n'entra pas dans la place,
mais le seigneur Geoffroy de Sargines fut chargé de donner les ordres
pour la reddition. La reine, les princesses et les autres dames furent
transportées sur les vaisseaux. On laissa dans la ville les malades, les
machines et les magasins, jusqu'à ce qu'on pût les retirer, suivant un
des articles du traité.

On ne fut pas long-temps à connaître qu'on avait affaire à des gens sans
foi et sans honneur, car ils firent main-basse sur tous les malades;
et ayant brisé les machines qu'ils s'étaient engagés de rendre, ils y
mirent le feu, et les brûlèrent toutes. Ils n'en demeurèrent pas-là. Les
généraux sarrasins mirent en délibération s'ils ne traiteraient pas le
roi et les autres prisonniers comme ils avaient traité les malades.
Un des émirs soutint qu'il ne fallait pas balancer, et que c'était
l'Alcoran même qui ordonnait de ne point faire de quartier aux ennemis
de leur loi. Il ajouta que, quand on se serait défait du roi de France,
et de la fleur de la noblesse française, on n'aurait point de vengeance
à craindre, parce que ce prince n'avait que des enfans en bas âge. Peu
s'en fallut que cet émir n'entraînât tout le conseil dans son sentiment;
mais comme il se rencontre toujours quelque homme d'honneur dans les
assemblées les plus dévouées au crime, un autre émir s'opposa à cette
résolution. Il représenta l'infamie qui en retomberait sur toute la
nation, ce qu'on dirait des Mamelucks dans toute la terre, quand on
apprendrait qu'après avoir massacré leur soudan, et après un traité
confirmé par les sermens les plus solennels, ils avaient encore trempé
leurs mains dans le sang d'un prince et de tant de braves hommes alliés
à toutes les puissances de l'Europe.

Un avis si raisonnable ne fit pas toutefois conclure en faveur des
prisonniers, mais il suspendit au moins la fureur qui s'était emparée
des esprits.

En attendant qu'on eût pris une dernière résolution, un des émirs,
autorisé par le plus grand nombre, donna ordre aux mariniers sarrasins
de remonter les vaisseaux vers le Grand-Caire: ce qui fut exécuté
sur-le-champ, _dont fut mené entre nous un très-grand deuil_, ainsi que
s'exprime le bon sénéchal[1], _et maintes larmes en issirent des yeux;
car nous espérions tous qu'on dût nous faire mourir_.

[Note 1: Joinville, p. 74.]

Mais enfin la réflexion que firent les Mamelucks, qu'ils se rendraient
par cette perfidie l'exécration de l'univers, la crainte d'attirer sur
eux la vengeance de toute l'Europe, et, plus que tout cela, la crainte
de perdre les huit cent mille besans d'or qu'on leur avait promis, les
ramenèrent à un avis plus sage, et soutinrent en eux un reste de bonne
foi prêt à s'échapper. _Ainsi, comme voulut Dieu qui n'oublie jamais ses
serviteurs, il fut accordé que tous seroient délivrés, et les fit-on
revenir vers Damiette_. On voulut même les régaler avant de les quitter:
on leur apporta _des beignets de fromage rôtis au soleil, et des oeufs
durs, que, pour l'honneur de leurs personnes, on avoit fait peindre par
dehors de diverses couleurs_.

_Le roi est mis en liberté_.

On leur permit ensuite de sortir des vaisseaux qui leur tenaient encore
lieu de prison, et d'aller trouver le roi qu'on avait laissé dans une
tente sur le rivage. Il marchait alors vers le Nil, accompagné de vingt
mille Sarrasins armés, qui le considéraient avec une grande curiosité,
et lui rendaient le même honneur que s'il eût été leur prince.

Une galère l'attendait, sans autre équipage, en apparence, qu'un homme
qui faisait le fou. Dès qu'il vit le monarque à portée d'être secouru,
il donna un coup de sifflet, et à l'instant parurent quatre-vingts
arbalétriers français bien équipés, leurs arbalètes tendues, et le trait
dessus. _Les infidèles, à cette subite apparition, commencèrent à fuir
comme des brebis, ne oncque avec le roi n'en demeura que deux ou trois_.

Aussitôt le maître du vaisseau lui fit jeter une planche pour l'aider
à passer sur son bord: il y entra suivi du comte d'Anjou son frère,
de Geoffroi de Sargines, de Philippe de Nemours, d'Albéric Clément,
maréchal de France, du sire de Joinville, et de Nicolas, général de la
Trinité.

Le roi, suivant le traité fait avec les émirs, devait, avant de partir
d'Egypte, payer le quart de la rançon dont on était convenu. Il leur
avait déjà fait payer la moitié de cette somme, et en attendant qu'on
pût trouver le reste, le comte de Poitiers, son frère, était retenu en
otage par les ennemis. Après qu'on eut ramassé tout ce qu'on put trouver
d'argent, il se trouva qu'il manquait soixante mille livres pour
compléter la somme. Joinville conseilla au roi de les emprunter
des Templiers, ou de les prendre par force s'ils faisaient quelque
difficulté. Leur grand-maréchal se piquant d'une fausse exactitude,
refusa de les prêter dans l'occasion du monde la plus privilégiée. Il
représenta qu'en recevant leurs commanderies, ils faisaient serment de
ne point disposer des revenus de l'ordre sans la permission de leurs
supérieurs. On fut outré d'un scrupule si mal fondé de la part de gens
qui ne se dispensaient que trop souvent de leur règle en d'autres points
bien plus essentiels, et de voir qu'ils avaient moins de confiance en la
parole du roi que les infidèles.

Le sire de Joinville s'offrit, et partit avec la permission du monarque
pour aller forcer leurs coffres prétendus sacrés. Il avait déjà la
cognée levée pour les briser, lorsque le maréchal, qui l'avait suivi,
jugea plus à propos, pour éviter l'indignation publique, de lui en
remettre les clefs. Joinville y puisa sans façon tout l'argent dont on
avait besoin, et l'apporta aux pieds de Louis, _qui fut_, dit
Joinville, _moult joyeux de sa venue_. Ainsi le payement fut achevé, au
contentement du religieux prince, et le comte de Poitiers fut remis en
liberté.

Tout était prêt pour le départ, lorsque le comte de Montfort, qui avait
été chargé de payer, croyant avoir fait un trait d'habile homme, vint
dire au roi, en riant, que les Sarrasins s'étaient trompés de 20,000
besans d'or, et qu'il était bien aise d'avoir été plus fin que des
traîtres qui n'avaient ni foi ni loi. _Mais le roi_, dit Joinville, _se
courrouça très-âprement, et renvoya Montfort, au grand danger de sa vie,
restituer cette somme à des barbares, dont l'infidélité ne devait point
servir d'exemple pour un prince chrétien_.

Avant que cette affaire fût entièrement terminée, le comte Pierre de
Bretagne, le comte de Flandre, le comte de Soissons et plusieurs autres
seigneurs étaient venus prendre congé du roi, qui ne put obtenir d'eux
d'attendre la délivrance du comte de Poitiers pour les accompagner. Ils
mirent à la voile pour retourner en France; mais le comte de Bretagne
n'eut pas la satisfaction de revoir sa patrie: il mourut pendant le
voyage.

Enfin, le roi ayant satisfait à tous les articles du traité avec une
exactitude qui allait jusqu'au scrupule, le comte de Poitiers vint le
joindre, et aussitôt on fit voile pour la Palestine.

L'embarquement s'était fait avec tant de précipitation, que _les gens
du roi ne lui avoient rien appareillé, comme de robes, lit, couche, ne
autre bien_; à peine se trouva-t-il quelques matelas sur lesquels il pût
reposer. _Il faisoit venir Joinville, lui permettait de se seoir emprès
sa personne, pour ce qu'il étoit malade_. Après lui avoir détaillé
tout ce qui s'était passé à sa prise, il lui ordonnait de raconter ses
aventures particulières, trouvant toujours le moyen de rapporter tout à
Dieu. Tant de malheurs qui lui étaient arrivés coup sur coup, n'avaient
pu, dit l'ingénu sénéchal, lui faire oublier le comte d'Artois, son
frère: _Il plaignoit à merveille sa mort_. Un jour il demanda où était
le comte d'Anjou, qui, quoique sur le même vaisseau, _ne lui tenoit
aucune compagnie_. On lui répondit qu'il jouait avec Gautier de
Nemours[1]. Aussitôt il se leva, un peu échauffé, se fit conduire à la
chambre où étaient les joueurs, _et, quand il fut sur eux, print les
dez_ «et les tables, les jeta en la mer, et se courrouça très-fort à
son frère, de ce qu'il ne lui souvenoit plus de la mort d'un prince qui
devoit lui être si cher, ni des périls desquels Notre-Seigneur les avoit
délivrés. Mais le sire de Nemours en fut mieux payé, car le bon saint
roi jeta tous ses deniers après les dez et les tables, en mer.»

[Note 1: Joinville, pag. 79 et 80.]

_Le roi arrive en Palestine_.

La navigation fut des plus heureuses; les vaisseaux, au bout de six
jours, entrèrent dans le port de Saint-Jean-d'Acre. Toute la ville
vint au-devant du roi en procession, et chacun mit pied à terre, dans
l'espérance de trouver quelque repos après tant de fatigues.

Telle fut la fin d'une expédition dont les préparatifs alarmèrent tout
l'Orient, dont les premiers succès firent trembler tous les Musulmans,
dont les derniers malheurs remplirent toute l'Europe de deuil et de
tristesse. Louis se montra véritablement grand dans les triomphes, plus
grand encore dans les fers, très-grand par la tendre reconnaissance
qu'il conserva toute sa vie pour les bontés d'un Dieu qui l'avait jugé
digne de souffrir pour la gloire de son saint nom.

_Désolation de la France et de l'Europe, à la nouvelle de la prison du
roi_.

Tandis que ces choses se passaient en Orient, on se repaissait en France
de diverses nouvelles qui étaient de jour en jour plus avantageuses.
Celles de l'heureuse descente qu'on avait faite en Egypte, de la
prise de Damiette, dont on eut des avis certains, furent, comme c'est
l'ordinaire, le fond sur lequel on en fabriqua plusieurs autres qui en
tiraient toute leur vraisemblance, et que l'on croyait avec le plus
grand plaisir. Selon ces bruits, la prise de Damiette avait été suivie
de celle du Grand-Caire, et de la défaite entière de l'armée du soudan.
La nouvelle en avait été confirmée par une lettre écrite à un commandeur
de l'ordre des Hospitaliers; la reine Blanche et tout le royaume le
crut avec la même facilité. Ce n'était partout que réjouissances, et
principalement en France, d'autant plus que, selon la même lettre, le
roi et les princes ses frères étaient en parfaite santé; mais lorsque
l'illusion eut fait place à la vérité, la douleur fut universelle. Plus
la joie avait été grande, plus on fut consterné par les assurances que
l'on reçut quelque temps après de la captivité du roi, de tous les
princes et seigneurs, des maladies contagieuses qui l'avaient précédée,
et qui avaient fait périr la plus grande partie de l'armée. Tous les
princes chrétiens firent paraître leur douleur d'un si funeste désastre:
toute l'Europe prit part à cette perte, qui était commune à toute la
chrétienté.

La reine Blanche y fut plus sensible que tous les autres; cependant,
loin de se laisser accabler par la douleur, elle s'occupa des moyens de
remédier à un mal si pressant: elle n'omit ni exhortations, ni caresses,
ni prières, pour engager les sujets du roi à faire les derniers efforts,
afin de payer sa rançon, celle de tant de braves seigneurs, et pour
envoyer du secours à Damiette, dont la conservation répondait en quelque
sorte de la vie du roi son fils.

Mais tous les mouvemens que la captivité du roi causa dans l'Europe
eurent peu d'effet, et en produisirent au contraire un très-fâcheux; qui
fut un exemple des illusions dont le peuple est susceptible, et qui le
conduisent ordinairement aux plus grands excès de fanatisme.

_Mouvemens des Pastoureaux_.

Un Hongrois, nommé Jacob, âgé de soixante ans, apostat de l'ordre de
Cîteaux et même de la religion chrétienne, car il avait secrètement
embrassé celle de Mahomet, était en Europe l'espion du soudan d'Egypte.
Une très-longue barbe qui lui descendait presque jusqu'à la ceinture, un
visage pâle et décharné, des yeux enfoncés, mais étincelans, une grande
abondance de larmes qu'il avait à commandement, un extérieur enfin
pénitent et tout en Dieu, parlant d'ailleurs avec une espèce d'éloquence
simple plusieurs langues de l'Europe, lui donnèrent un si grand crédit
sur l'esprit de la populace, qu'elle crut qu'il était véritablement
envoyé de Dieu. Ce scélérat, que l'usage des fourberies avait rendu
habile à contrefaire le prophète, s'adressa aux gens de la campagne et
surtout aux bergers, et entreprit de leur persuader que Dieu voulait se
servir d'eux pour délivrer la Terre-Sainte et le roi de la tyrannie des
Sarrasins; que la divine Providence avait fait avorter tous les desseins
de ces grands du monde qui se confiaient dans leur force, afin de
se réserver la gloire d'exterminer les Mahométans par les mains des
faibles; que Jésus-Christ qui, étant sur la terre, s'était donné le
nom de Pasteur et d'Agneau de Dieu, avait jeté les yeux, pour ce grand
oeuvre, sur ceux qui menaient une vie simple dans la conduite des
troupeaux. Il sut si bien faire valoir cette extravagance, à la faveur
de quelques tours de charlatan, qui passaient pour des miracles aux yeux
de ces bonnes gens, qu'il en assembla un grand nombre et les engagea à
le suivre. Ce fut de ces gens-là qu'il commença à former sa milice à qui
on donna pour cette raison le nom de _pastoureaux_. Elle fut bientôt
grossie par une multitude infinie d'autres gens de la campagne, de la
lie du peuple, de tous les vagabonds et de tous les voleurs du royaume.

La régente, qui avait besoin de soldats pour envoyer en Palestine au
secours du roi, ne s'opposa pas d'abord à cette manie dont elle espérait
tirer avantage; mais ces pastoureaux commirent tant de désordres, ils
s'abandonnèrent à tant d'excès, et portèrent leur insolence si loin
contre les évêques, les ecclésiastiques, les religieux; et leur chef,
dans ses prédications, parla contre l'Eglise et le pape avec tant
d'audace et d'impudence, que la régente, informée de ces désordres
ouvrit enfin les yeux, et reconnut modestement sa faute et avoua qu'elle
avait été trompé par la simplicité apparente de ces imposteurs; aveu qui
pourrait paraître humiliant de la part d'une reine consommée dans les
affaires par une longue expérience, mais qui fait connaître réellement
une grande ame, que l'amour-propre, si naturel aux grands, ne sait point
aveugler.

Elle envoya partout des ordres aux magistrats et aux peuples de
prendre les armes pour les dissiper. Bourges cependant ignorait cette
proscription: on y reçut le prétendu prophète avec honneur. Jacob y
fit entrer une partie de ses gens; les autres se répandirent dans les
environs. Le clergé, objet éternel de leur haine, s'était caché ou
retiré. Il n'y eut personne de tué; mais la synagogue des Juifs fut
forcée, leurs livres brûlés, leurs maisons pillées. Le maître prêcha
avec son impudence ordinaire; il avait promis des miracles, mais il
n'eut pas l'adresse d'en faire: le peuple se retira fort désabusé. Ce
fut apparemment sur ces entrefaites qu'arrivèrent les ordres de la
régente; mais déjà les pastoureaux étaient sortis de la ville. Les
habitans, honteux de leurs ménagemens pour cette bande de scélérats,
courent aux armes, sortent en foule après eux, et les joignent entre
Mortemer et Villeneuve sur le Cher. Le Hongrois Jacob, leur maître,
atteint des premiers par un boucher, est assommé à coups de hache; une
grande partie de ses gens demeure sur la place. Plusieurs tombent entre
les mains des magistrats et périssent par la corde: le reste se dissipe
comme de la fumée.

Une autre troupe de ces fanatiques, sous la conduite d'un des lieutenans
de Jacob, se présente aux portes de Bordeaux. Interrogés quelle était
leur mission, ils répondent qu'ils agissaient par l'autorité de Dieu
tout-puissant et de la Vierge sa mère. Le voile de la séduction était
tombé, on leur signifia que, s'ils ne se retiraient promptement, on les
poursuivrait avec toutes les troupes du pays: cette simple menace suffit
pour les disperser. Leur chef se déroba secrètement, monta sur un
vaisseau pour retourner chez les Sarrasins, d'où il était venu; mais,
reconnu par les mariniers pour l'un des compagnons du Hongrois, il fut
jeté dans la Garonne, pieds et mains liés. On trouva dans son bagage
beaucoup d'argent, des poudres empoisonnées, des lettres écrites en
arabe, qui marquaient un engagement de livrer dans peu un grand nombre
de chrétiens aux infidèles.

Un second lieutenant de l'imposteur était passé en Angleterre, où il
avait rassemblé cinq ou six cents villageois; mais lorsqu'on y fut
instruit de la manière dont les disciples du Hongrois avaient été
traités en France, ce lieutenant fut arrêté et mis en pièces par ceux
mêmes qu'il avait séduits.

Telle fut la fin malheureuse des pastoureaux. La plus grande partie
périt, ou par l'épée, ou par la main des bourreaux: on n'en excepta que
ces trop simples paysans dont on avait surpris la bonne foi. Les uns,
touchés d'un véritable repentir, allèrent expier leur égarement au
service du roi dans la Terre-Sainte; les autres, se voyant sans chef,
regagnèrent comme ils purent leurs troupeaux et leurs charrues. Ainsi
fut dissipée une illusion, dont on comprend aussi peu l'accroissement
prodigieux que la fin si subite.

_Occupations du roi dans la Palestine_.

Cependant, dès que le roi fut arrivé à Saint-Jean-d'Acre dans la
Palestine, il s'empressa d'envoyer les quatre cent mille besans d'or qui
restaient à payer, tant pour retirer les malades et les effets qu'on
avait dû garder à Damiette, que pour racheter les captifs qu'on avait
transférés au Caire, contre la foi des traités. Mais ce voyage fut
inutile: les ambassadeurs, après avoir essuyé toutes sortes de délais,
rapportèrent une partie de l'argent, et ne ramenèrent avec eux que
quatre cents prisonniers, de plus de douze mille qu'ils étaient. Les
Sarrasins ne tardèrent pas à se repentir d'avoir délivré le roi à si bon
marché. Ils avaient, comme on l'a dit, brûlé toutes ses machines, pillé
ses meubles, égorgé les malades. Il ne fut pas plus tôt mis en liberté,
qu'ils partagèrent entre eux les captifs qui furent traités avec la
dernière barbarie. Cette conduite des Egyptiens fit changer de face aux
affaires.

_Louis demande l'avis des seigneurs sur son retour en France_.

Louis, vivement sollicité par les prières de la reine sa mère, avait
résolu de retourner en France, où l'on n'avait ni paix, ni trève avec le
roi d'Angleterre. On commençait à craindre qu'il ne voulût profiter de
l'éloignement du monarque; car on connaissait la jalousie, l'ambition,
la cupidité et l'humeur inquiète de Henri; mais, d'un autre côté, la
retraite du saint roi entraînait celle de tous les croisés qui ne
pouvaient manquer de le suivre, et désiraient, après tant de malheurs et
de fatigues, de revoir encore leur patrie. Les Templiers même, et les
Hospitaliers, menaçaient de s'embarquer avec lui, s'il prenait le parti
de les abandonner. Ainsi la Palestine demeurait sans défense, ses
habitans sans ressource, plus de dix mille prisonniers sans espérance
d'être rachetés.

Dans cette position difficile, il assembla les comtes de Poitiers et
d'Anjou, le comte de Flandre, et tous les seigneurs de l'armée.

«Madame la reine, ma mère, leur dit-il, me mande que mon royaume est
dans un grand péril, et mon retour très-nécessaire. Les peuples de
l'Orient, au contraire, me représentent que la Palestine est perdue si
je la quitte, me conjurent de ne les point abandonner à la merci des
infidèles, protestent enfin qu'ils me suivront tous, si je veux les
laisser à eux-mêmes. Ainsi je vous prie de me donner votre avis sur ce
qu'il convient de faire: je vous donne huit jours pour y penser.» Il ne
lui échappa dans son discours aucune parole qui pût faire connaître son
dessein; mais la gloire de Dieu, l'intérêt de la religion, sa tendresse
pour des sujets malheureux qui gémissaient dans un dur esclavage, ne
lui permettaient pas de balancer sur le choix du parti qu'il avait à
prendre.

Quand les huit jours furent expirés, l'assemblée se trouva encore plus
nombreuse que la première fois. Alors le seigneur Guy de Mauvoisin lui
dit, au nom de tous les seigneurs français: «Sire, messeigneurs vos
frères et tous les chefs de votre armée sont d'avis que vous vous
embarquiez au plus tôt. Votre royaume a un besoin pressant de votre
présence. Vous ne pouvez demeurer ici avec honneur. Le séjour que vous y
ferez ne sera d'aucune utilité. De deux mille huit cents chevaliers qui
vous accompagnaient en partant de Chypre, il ne vous en reste pas cent,
la plupart malades, n'ayant ni équipages, ni argent pour en avoir. Vous
n'avez pas une seule place dont vous puissiez disposer. Enfin, supposé
que vous pensiez à continuer la guerre contre les infidèles, il faut
pour cela même passer la mer, afin de faire un nouvel armement, et
revenir avec de plus grandes forces; au lieu que dans l'extrémité où
vous vous trouvez, vous n'êtes point en état de rien entreprendre, mais
dans un danger évident de périr sans honneur et sans tirer l'épée.»

Ce discours fit beaucoup d'impression sur l'esprit du roi; et, quoique
Mauvoisin, en commençant, eût dit qu'il parlait au nom de presque toute
l'assemblée qui, par son silence, semblait approuver ses remontrances,
cependant le roi voulut avoir les avis de tous en particulier. Il
commença par les comtes de Poitiers et d'Anjou, ses frères; après eux
il fit parler le comte de Flandre et plusieurs autres seigneurs:
tous répondirent qu'ils étaient entièrement du sentiment du seigneur
Mauvoisin. Quand le roi demanda celui de Jean d'Ybelin, comte de Jaffe,
il se défendit d'abord de le dire, parce que, possédant plusieurs places
dans la Palestine, il paraîtrait parler pour ses propres intérêts, s'il
était d'un sentiment contraire à celui de tant de braves chevaliers. Le
roi l'obligea toutefois de parler, et il dit que, supposé que le roi ne
fût pas dans une entière impuissance d'avoir des troupes capables de
tenir la campagne, il était de la gloire d'un aussi grand prince que lui
de demeurer en Palestine, avec l'espérance d'avoir quelques avantages
sur les Sarrasins; qu'il lui serait honteux de se retirer sur sa perte,
et de paraître en Europe avec les débris de son armée et tout le mauvais
équipage d'un prince vaincu, sans avoir fait quelques efforts pour
réparer une disgrace, plus glorieuse peut être que bien des victoires,
mais qu'une retraite précipitée pouvait néanmoins rendre honteuse.

Joinville, qui ne put parler que le quatorzième, embrassa ce dernier
avis. «Le roi, ajouta-t-il, en employant une partie de son trésor,
qui se trouve encore tout entier, lèvera aisément de bonnes troupes.
Lorsqu'on saura qu'il paie largement, on viendra en foule se ranger
sous ses étendards: la Morée et les pays voisins lui fourniront des
chevaliers et des soldats en abondance. Ainsi l'exigent et la gloire
de notre souverain, et le salut de nos compagnons captifs, qu'on met
peut-être par milliers à la torture, au moment que nous délibérons, et
qui se trouvent dans la nécessité, ou de souffrir mille morts, ou
de renoncer à leur foi, ou au moins à leur liberté; qu'il n'y avait
personne dans l'assemblée qui n'eût parmi ces prisonniers des parens ou
des amis, et qu'il était de leur générosité de ne les pas laisser périr
malheureusement.» Il prononça ces dernières paroles d'une manière si
touchante qu'il tira des larmes des yeux; mais personne ne changea de
sentiment; et de tous ceux qui restaient à parler, le seul Guillaume de
Beaumont, maréchal de France, appuya celui du sénéchal de Champagne. Le
roi, touché de tant d'oppositions à ce qu'il avait résolu, ne voulut pas
se déclarer et remit encore l'affaire à huitaine.

Les seigneurs sortirent de l'assemblée très-irrités contre Joinville,
qui, jeune encore, avait osé combattre l'avis de tant de personnages
vieillis dans les armes et dans le conseil. «Chacun commença aussitôt
à l'assaillir, et lui disait par dépit ou par envie: Il est inutile de
délibérer davantage, Joinville a opiné de demeurer, Joinville qui en
sait plus que tout le royaume de France.» Le plus sage lui parut de se
taire; mais il eut peur d'avoir déplu au souverain. Deux ou trois jours
après la tenue de ce conseil, le roi qui le faisait manger avec lui
quand les princes ses frères n'y étaient pas, ne le regarda point
pendant tout le dîner. Le sénéchal, effrayé d'un silence qui, trop
souvent à la cour, annonce une disgrace prochaine, se retira dans
l'embrasure d'une fenêtre qui donnait sur la mer. Là, tenant ses bras
passés au travers des grilles, il se mit à rêver à sa mauvaise fortune.
Déjà il _disait en son courage_[1], qu'il laisserait partir le monarque,
_et s'en irait vers le prince d'Antioche, son parent_, lorsque
tout-à-coup il sentit quelqu'un _s'appuyer sur ses épaules par derrière,
et lui serrer la tête entre les deux mains_. Il crut que c'était le
seigneur de Nemours qui l'avait tourmenté _cette journée_. De grace,
lui dit-il avec chagrin, _laissés m'en paix, messire Philippe, en male
aventure_. Aussitôt il tourne le visage; mais l'inconnu _lui passe la
main par-dessus. Alors il sçut que c'étoit le roi, à une émeraude qu'il
avoit au doigt_, et voulut se retirer comme quelqu'un qui avait mal
parlé. «Venez çà, sire de Joinville, dit le monarque en l'arrêtant: je
vous trouve bien hardi, jeune comme vous êtes, de me conseiller sur tout
le conseil des grands personnages de France, que je dois demeurer en
cette terre. Si le conseil est bon, répondit le sénéchal, avec un petit
reste d'humeur, votre majesté peut le suivre; s'il est mauvais, elle est
maîtresse de n'y pas croire. Mais si je demeure en Palestine, ajouta le
prince, le sire de Joinville voudra-t-il rester avec moi? Oui, sire,
reprit celui-ci avec vivacité, fût-ce à mes propres dépens.» Le roi,
charmé de sa naïveté, lui découvrit enfin que son dessein n'était pas de
retourner sitôt en France: néanmoins il lui recommanda le secret. Cette
confidence rendit au sénéchal toute sa gaieté: _Nul mal_, dit-il, _ne le
gravoit plus_.

[Note 1: Joinville, p. 81.]

_Le roi se détermine à rester en Syrie._

Le dimanche suivant, le roi assembla de nouveau les seigneurs de son
conseil et leur parla en ces termes: «Seigneurs, je suis également
obligé, et à ceux qui me conseillent de repasser en France, et à ceux
qui me conseillent de rester en Palestine, persuadé que je suis que tous
n'ont en vue que mes intérêts et ceux de mon royaume. J'ai balancé les
raisons des uns et des autres, et je me suis déterminé à ne pas quitter
la Palestine. Je sais que ma présence serait utile en France, mais elle
n'y est pas nécessaire. La reine ma mère l'a gouvernée jusqu'à présent
avec tant de sagesse que je puis m'en rapporter à ses soins: elle ne
manque ni d'hommes, ni d'argent; et, en cas que les Anglais fassent
quelque entreprise, elle est en état de s'y opposer. Au contraire, si
je pars, le royaume de Jérusalem est perdu. Quelle honte si, étant venu
pour le délivrer de la tyrannie des infidèles, je le laissais dans une
position pire que celle où je l'ai trouvé! Je crois donc que le service
de Dieu, et l'honneur de la nation française exigent que je demeure
encore quelque temps à Ptolémaïs. Ainsi, seigneurs, je vous laisse
le choix. Si vous voulez retourner dans votre patrie, _de par Dieu
soit_[1]; je ne prétends contraindre personne. Si vous voulez rester
avec moi, dites-le hardiment. Je vous promets que je vous donnerai tant,
que la coupe ne sera pas mienne, mais vôtre.» Il voulait dire que ses
finances seraient plus pour eux que pour lui.

[Note 1: Ducange, _Observations sur Joinville_, p. 88.]

On ne saurait exprimer l'étonnement des princes et des barons, après
cette déclaration du monarque. Quelques-uns, honteux d'abandonner leur
souverain, se laissèrent vaincre par les sentimens d'honneur et de
générosité. La plupart n'en disposèrent pas moins toutes choses pour
leur retour. Les princes même, ses frères, se préparèrent à partir, et
s'embarquèrent en effet vers la saint Jean: _Mais ne sçais pas bien_,
dit Joinville, _si ce fut à leur requête ou par la volonté du roi_, qui,
soigneux de leur gloire, voulut bien dire qu'il les renvoyait pour la
consolation de sa très-chère dame et honorée mère, et de tout le royaume
de France. Ce fut à cette occasion qu'il écrivit la lettre qui nous
reste[1] sur sa prison et sa délivrance: elle est adressée à ses chers
et fidèles les prélats, barons, chevaliers, soldats, citoyens et
bourgeois. Il leur détaille du même style, et les succès et les
disgraces de son expédition d'Egypte, et finit par leur rendre compte
des raisons qui l'ont déterminé, contre l'avis de plusieurs, à demeurer
encore quelque temps en Syrie; monument précieux, où l'on remarque des
sentimens si nobles, si chrétiens, une simplicité si sublime, qu'on ne
peut s'empêcher de reconnaître qu'il n'est donné de parler ainsi qu'à un
roi animé de l'esprit de Dieu.

[Note 1: _Epist. S. Lud. de capt. et liber. suâ; apud Duch._ Tome 5, p.
428.]

_Il donne ses ordres pour lever des troupes_.

Le saint monarque, sans être effrayé de la désertion presque générale de
son armée, donna aussitôt ses ordres pour lever de nouvelles troupes;
mais au bout d'un mois, _on ne lui avoit encore fait recrue de
chevaliers ne d'autres gens_[1]. Surpris de cette négligence, il manda
ce qui lui restait d'officiers principaux, surtout Pierre de Nemours
ou de Villebeon, chambellan de France. «Pourquoi, leur dit-il d'un air
courroucé, n'a-t-on pas exécuté la commission que j'avais donnée? Sire,
répondit le chambellan, c'est que chacun se met à si haut prix, et
particulièrement Joinville que nous n'osons pas promettre ce qu'on
nous demande.» Le roi sur-le-champ fait appeler Joinville, qui se jeta
aussitôt à ses genoux, fort alarmé, car il avait tout entendu. Louis,
après l'avoir fait lever, lui commanda de s'asseoir: «Sénéchal, lui
dit-il avec autant de majesté que de bonté, vous n'avez pas oublié sans
doute la confiance et l'amitié dont je vous ai toujours honoré. D'où
vient donc que vous êtes si difficile sur la paie quand il s'agit de
vous engager à mon service? Sire, répliqua Joinville, j'ignore ce que
vos gens ont pu vous dire; mais si je demande beaucoup, c'est que je
manque de tout. Vous sçavez que lorsque je fus pris, il ne me demeura
que le corps: ainsi ce m'est une chose impossible d'entretenir ma
compagnie, si l'on ne me donne de bons appointemens. J'ai trois
chevaliers portant bannières, qui me coûtent chacun quatre cents livres;
il me faudra bien huit cents livres pour me monter, tant de harnois que
de chevaux, et pour donner à manger à ces chevaliers, jusqu'au temps de
Pâques. Or, regardez donc, sire, si je me fais trop dur. Alors compta le
roi par ses doigts. Sont, fit-il, deux mille livres. Eh bien, soit, je
vous retiens à moi: je ne vois point en vous d'outrage.»

[Note 1: Joinville, _ibid._]

Joinville avait grand besoin de ce secours d'argent, car il n'avait plus
que quatre cents livres, qui même avaient couru grand risque. Il les
avait données en garde au commandeur du Temple, qui dès la seconde fois
qu'il envoya prendre quelque chose sur cette somme, _lui manda qu'il
n'avoit aucuns deniers qui fussent à lui, et qui, pis est, qu'il ne le
connoissoit point_. Le sénéchal fit grand bruit, et publia partout que
les Templiers _étoient larrons_. Le grand-maître, effrayé des suites de
cette affaire, eut d'abord recours aux menaces; ensuite il jugea plus à
propos de rapporter le petit trésor, et de fait le rendit: _Dont je fus
très-joyeux_, ajoute Joinville, _car je n'avois pas un pauvre denier;
mais bien protestai de ne plus donner la peine à ces bons religieux de
garder mon argent_.

Le roi, après le départ des deux princes ses frères, ayant fait faire
des levées de soldats, ne fut pas long-temps sans avoir un corps de
troupes assez considérable pour se faire craindre par les différens
partis qui s'étaient formés entre les Sarrasins, après la mort
d'Almoadan, dernier soudan d'Egypte. La division qui s'était mise entre
les différens émirs qui avaient partagé ses états, était encore une
des raisons qui avaient déterminé le roi à différer son départ de la
Palestine.

_Ambassade du soudan de Damas au roi_.

En effet, le soudan de Damas, cousin d'Almoadan, envoya une ambassade
au roi, pour lui offrir de le laisser maître de tout le royaume de
Jérusalem, s'il voulait se joindre à lui contre les Mamelucks. Le roi
ayant entendu les ambassadeurs, leur donna de bonnes espérances, et
fit porter sa réponse au soudan de Damas par un religieux de
Saint-Dominique, nommé Yves-le-Breton. Cette réponse fut que le roi
enverrait incessamment aux émirs d'Egypte pour savoir d'eux s'ils
étaient déterminés à ne pas mieux observer qu'ils n'avaient fait
jusqu'alors, le traité de Damiette, et que, s'ils continuaient à le
violer, le soudan pouvait être assuré qu'on se joindrait volontiers
à lui pour venger la mort d'Almoadan. Ce fut en partant pour cette
ambassade, que ce bon religieux eut cette rencontre si merveilleuse,
suivant Joinville, d'une petite vieille femme, tenant d'une main un
vase plein de charbons allumés, et de l'autre une cruche remplie d'eau.
Interrogée sur l'usage qu'elle en prétendait faire, elle répondit: «Que
du feu elle voulait brûler le Paradis, et avec l'eau éteindre l'enfer;
afin, ajouta-t-elle, qu'on ne fasse jamais de bien en ce monde par le
motif de la crainte ou de l'espérance.» Nouvel exemple de l'enthousiasme
de ces siècles ignorans! Le Paradis n'est autre chose que Dieu lui-même
et sa possession; ôtez cet Etre, vous ôtez toutes les vertus.

Dans le même temps le roi envoya en Egypte, en qualité d'ambassadeur,
Jean de Valence, gentilhomme français, aussi distingué à l'armée par son
courage, que dans le conseil par sa capacité. Cet envoyé, après avoir
représenté avec fermeté aux émirs les énormes infractions qu'ils avaient
faites au traité de Damiette, leur déclara que le roi, son maître,
serait bientôt en état de les en punir si on ne lui en faisait pas
raison, et si l'on différait l'exécution des articles de ce traité. Les
émirs, qui comprirent bien la pensée de l'envoyé, lui répondirent qu'ils
étaient résolus de donner au roi toute satisfaction, et le conjurèrent
de l'empêcher de se liguer avec le soudan de Damas; ajoutant que, s'il
voulait au contraire traiter avec eux et faire diversion sur les terres
de ce soudan, ils lui feraient des conditions aussi avantageuses qu'il
le souhaiterait. Pour mieux marquer la résolution où ils étaient de
le satisfaire, ils firent tirer sur-le-champ des prisons, deux cents
chevaliers, et un grand nombre de prisonniers, que Jean de Valence
conduisit au roi. Ils firent aussi embarquer avec l'envoyé, des
ambassadeurs pour négocier avec le roi une ligue contre le soudan de
Damas. Louis, satisfait de voir déjà de si heureux fruits de son séjour
en Palestine, dit aux ambassadeurs qu'il ne pouvait point traiter avec
les émirs, qu'avant toutes choses ils ne lui eussent renvoyé les têtes
des chrétiens qu'ils avaient exposées sur les murailles du Caire; qu'ils
ne lui eussent aussi remis entre les mains tous les enfans chrétiens
qu'ils avaient pris, et auxquels ils avaient fait renoncer Jésus-Christ;
et enfin qu'ils ne le tinssent quitte des deux cent mille besans d'or
qu'il ne leur avait point encore payés. Le même seigneur de Valence
fut encore chargé de cette négociation, et retourna en Egypte avec les
ambassadeurs.

Durant ces négociations, le roi alla à Césarée, à douze lieues d'Acre,
sur le chemin de Jérusalem, en fit relever les murailles que les
Sarrasins avaient détruites, et la fit fortifier sans qu'ils s'y
opposassent, parce qu'ils savaient que les émirs d'Egypte le
sollicitaient de se joindre à eux; et tandis que l'affaire était
encore en suspens, ils n'osaient rien faire qui pût lui déplaire et le
déterminer à prendre le parti de leurs ennemis. Il fit aussi ajouter de
nouvelles fortifications à la ville d'Acre, élever des forteresses aux
environs: par ce moyen, il se mettait en état de soutenir vigoureusement
la guerre contre le soudan de Damas, au cas qu'il fût obligé de
l'entreprendre.

_Ambassade du prince des assassins à saint Louis_.

Telles étaient les occupations du monarque lorsqu'il reçut une
ambassade, qui fut pour lui une nouvelle occasion de faire paraître
cette grandeur d'ame qui le rendait si digne du trône qu'il occupait.

«Sire, lui dit le chef de cette députation, connaissez-vous monseigneur
et maître le Vieux de la Montagne? Non, répondit froidement Louis, mais
j'en ai entendu parler. Si cela est, reprit l'ambassadeur, je m'étonne
que vous ne lui ayez pas encore envoyé des présens pour vous en faire
un ami. C'est un devoir dont s'acquittent régulièrement tous les ans
l'empereur d'Allemagne, le roi de Hongrie, le soudan de Babylone, et
plusieurs autres grands princes, parce qu'ils n'ignorent pas que leur
vie est entre ses mains. Je viens donc vous sommer de sa part de ne pas
manquer de le satisfaire sur ce point, ou du moins de le faire décharger
du tribut qu'il est obligé de payer tous les ans aux grands-maîtres du
Temple et de l'Hôpital. Il pourrait se défaire de l'un et de l'autre,
mais bientôt ils auraient des successeurs: sa maxime n'est pas de
hasarder ses sujets pour avoir toujours à recommencer.»

Le roi écouta paisiblement l'insultante harangue de l'envoyé, et
lui ordonna de revenir le soir pour avoir sa réponse. Il revint: le
grand-maître du Temple et celui de l'Hôpital se trouvèrent à l'audience,
l'obligèrent par ordre du monarque, de répéter ce qu'il avait dit le
matin, et le remirent encore au lendemain. Le fier assassin n'était
point accoutumé à ces manières hautaines; mais il fut encore bien plus
surpris lorsque les grands-maîtres lui dirent: «Qu'on ne parloit pas de
la sorte à un roi de France; que, sans le respect de son caractère, on
l'auroit fait jeter à la mer; qu'il eût enfin à revenir dans quinze
jours faire satisfaction pour l'insulte qu'il avoit faite à la majesté
royale.»

Une si noble fierté étonna toute la Palestine, et fit trembler pour les
jours du monarque. On connaissait les attentats du barbare, et la fureur
de ceux à qui il en confiait l'exécution. Mais celui qui tient en sa
main toutes les destinées en disposa autrement. Le Vieux de la Montagne
craignit lui-même un prince qui le craignait si peu, et lui renvoya
sur-le-champ le même ambassadeur, avec des présens également singuliers,
bizarres, curieux et magnifiques. C'était d'un côté, sa propre chemise,
«pour marquer, par celui de tous les vêtemens qui touche de plus près,
que le roi de France étoit de tous les rois, celui avec lequel il
vouloit avoir la plus étroite union; et de l'autre, un anneau _de fin or
pur_, où son nom était gravé, _en signifiance qu'il l'épousait pour être
tout à un comme les doigts de la main_.»

Ces symboles étrangers furent accompagnés d'une cassette remplie de
plusieurs ouvrages de cristal de roche. On y trouva un éléphant,
diverses figures d'homme, un échiquier et des échecs de même matière,
dont toutes les pièces étaient ornées d'ambre et d'or. Ces objets, d'un
travail très-délicat, étaient mêlés avec les parfums les plus exquis de
l'Orient; de sorte que, lorsqu'on ouvrit la caisse, il se répandit dans
la salle une des plus agréables odeurs.

Alors le roi fit connaître aux envoyés que c'était par ces manières
honnêtes que leur prince pouvait mériter son amitié et ses libéralités.
Il les traita avec beaucoup d'honnêteté: il leur fit des présens, et
en envoya par le Père Yves, dominicain, au Vieux de la Montagne. Ils
consistaient en plusieurs robes d'écarlate et d'étoffes de soie, avec
des coupes d'or et des vases d'argent.

Pour revenir à la négociation avec les émirs d'Egypte, non-seulement ils
acceptèrent toutes les conditions que le roi leur avait offertes, mais
ils les exécutèrent en lui renvoyant deux cents chevaliers, tous les
jeunes enfans qui avaient renoncé à leur religion, et toutes les têtes
des chrétiens qui étaient exposées sur les murailles du Caire; ils lui
remirent la somme de deux cent mille besans qu'il leur devait encore
pour la rançon des prisonniers faits en Egypte, lui promirent de lui
céder le royaume de Jérusalem, et convinrent avec Jean de Valence, d'un
jour où ils iraient joindre le roi auprès de Jaffe.

Le soudan de Damas, informé de la conclusion de ce traité, prit des
mesures pour en empêcher les suites. Il posta vingt mille hommes sur les
passages qui conduisaient de l'Egypte à Jaffe, afin de les disputer aux
émirs. Ceux-ci n'osèrent pas entreprendre de les forcer, et le roi les
attendit en vain devant cette ville. Le comte de Jaffe l'y reçut avec
une magnificence à laquelle on ne devait pas s'attendre dans un pays
ruiné par les guerres, et par les ravages que les Mahométans y faisaient
depuis tant d'années. Le roi, pour ne donner aucune défiance au comte,
n'entra point dans la place, campa sous les murailles, et fit faire, de
concert avec lui, de nouvelles fortifications devant le château.

Ce fut là que le soudan de Damas fit recommencer les hostilités contre
les chrétiens de Palestine; il envoya faire le dégât par quelques
troupes, jusqu'à trois lieues près du camp du roi. Ce prince l'ayant
appris, détacha Joinville avec quelques compagnies pour les aller
chasser. Sitôt que les chrétiens parurent, les mahométans prirent la
fuite; ils furent poursuivis; et en cette occasion, un jeune gentilhomme
qui n'est pas nommé se conduisit bien courageusement. Après avoir abattu
deux infidèles avec sa lance, voyant le commandant du parti ennemi
venir fondre sur lui, il l'attendit; et, l'ayant blessé d'un grand coup
d'épée, il l'obligea de tourner bride et de prendre la fuite.

Les émirs n'ayant pu passer jusqu'à Jaffe, envoyèrent faire leurs
excuses au roi, et le prièrent de leur assigner un autre jour pour
l'entrevue.

Le roi le leur marqua; mais les émirs ayant perdu une bataille contre le
soudan de Damas, qui les alla chercher jusqu'en Egypte, ils firent la
paix, et s'unirent avec lui contre le roi.

Parmi les deux cents chevaliers que le sire Jean de Vienne avait ramenés
d'Egypte, il y en avait bien quarante de la cour de Champagne, _tous
deserpillés_ (sans habits) _et mal atournés_, c'est l'expression de
Joinville[1], _qui les fit vêtir à ses deniers, de cottes et de surcots
de vair_, et les présenta au roi pour l'engager à les prendre à son
service. Quelqu'un du conseil entreprit de s'y opposer, sous prétexte
_qu'en l'état du prince, il y avoit excès de plus de sept mille
livres_. Joinville, emporté par sa vivacité, dit hautement «que _la
malle-aventure l'en faisoit parler_; que le monarque manqueroit à ce
qu'il se devoit s'il ne s'attachoit de si braves gens, qu'il y alloit de
son intérêt, puisqu'il avoit besoin de troupes; et de sa gloire, puisque
la Champagne avoit perdu trente-cinq chevaliers tous portant bannière,
qui avoient été tués en combattant sous ses étendards.» Aussitôt il
commença à pleurer. «Alors, dit-il, le roi me appaisa, retint tous ces
seigneurs champenois et me les mit en ma bataille.»

[Note 1: Joinville, p. 89.]

Cependant on ne fut pas long-temps sans ressentir les suites de la
réunion des émirs d'Egypte avec le soudan de Damas: car, sitôt que
celui-ci fut guéri des blessures qu'il avait reçues à la bataille contre
les émirs, il s'approcha de Jaffe à la tête de trente mille hommes,
sans pourtant oser attaquer le camp du roi, dont les troupes étaient
infiniment inférieures en nombre.

Le jour de saint Jean, pendant que le roi était au sermon, on vint
l'avertir que les ennemis avaient investi le maître des arbalétriers[1],
et qu'il était en danger d'être défait. Joinville demanda la permission
d'aller le secourir, ce qui lui fut accordé avec cinq cents hommes
d'armes. Dès que Joinville parut, quoique sa troupe ne fût pas
comparable à celle des Sarrasins, ceux-ci lâchèrent le pied, prirent
la fuite, et le maître des arbalétriers se retira sans perte avec
Joinville.

[Note 1: Cet officier, qui dès lors jouissait d'une grande considération
dans nos armées, avait le commandement de toute l'infanterie, dont
les arbalétriers étaient les plus estimés, le surplus étant dans une
médiocre considération, et fort au-dessous de la cavalerie, qui n'était
composée que de noblesse.]

Il se donnait de temps en temps de petits combats, où les infidèles
avaient ordinairement le désavantage mais le roi ne pouvait pas tenir la
campagne avec le peu de troupes qu'il avait; tout ce qu'il pouvait faire
était de se retrancher sous les places dont il faisait relever les
murailles. Outre Jaffe, Césarée, et quelques autres moins considérables,
il entreprit de rétablir Sidon, nommée alors Sajette. Les travaux
étaient déjà fort avancés, lorsqu'un jour les Sarrasins la surprirent, y
tuèrent environ deux mille chrétiens, ouvriers, domestiques ou paysans,
et la rasèrent. Mais le roi ne se rebuta point; et, ayant fait
recommencer ce travail, il en vint à bout avec une extrême dépense.

Un jour que le roi était présent à ces sortes de travaux, le sire de
Joinville vint le trouver. Les huit mois de son engagement étaient près
d'expirer: «Sire de Joinville, lui dit le monarque du plus loin
qu'il l'apperçut, je ne vous ai retenu que jusques à Pâques: que me
demandez-vous pour me continuer le service encore un an? Je ne suis
point venu, sire, répondit le seigneur champenois, pour telle chose
marchander: je demande seulement que vous ne vous courrouciez de chose
que je vous demanderai, ce qui vous arrive souvent: je vous promets, de
mon côté, que de ce que vous me refuserez je ne me courroucerai mie.
Cette naïveté divertit beaucoup le roi, qui dit qu'il le retenait à tel
convenant. Aussitôt il le prend par la main, le mène à son conseil et
lui rend compte de la condition du traité. Chacun se mit à rire, et la
joie fut grande de quoi il demeurait[1].»

[Note 1: Joinville, page 95.]

Cependant, quoique le roi eût peu de troupes, c'était pour lui un état
bien pénible de demeurer toujours sur la défensive et de ne s'occuper
qu'à rebâtir des forteresses. Il avait néanmoins reçu de France quelques
renforts; mais ils n'étaient pas encore assez nombreux, joints avec les
troupes qu'il avait, pour tenir la campagne. Il résolut de faire une
tentative sur Naplouse, qui était l'ancienne Samarie. Il proposa son
dessein aux seigneurs du pays, et aux chevaliers du Temple et de
l'Hôpital, qui l'approuvèrent, lui dirent qu'ils répondaient de la
réussite; mais que, comme cette entreprise était périlleuse, ils le
suppliaient de les en charger sans exposer sa propre personne. Le roi
dit qu'il en voulait être. On s'opiniâtra de part et d'autre; et, comme
d'un côté le roi était déterminé à prendre part au danger, et que de
l'autre côté les seigneurs croyaient que c'était trop risquer, on
abandonna ce dessein.

_Entreprise sur Belinas, ou Césarée de Philippe._

Peu de jours après, il leur proposa l'attaque de Belinas, autrefois
Césarée de Philippe: la proposition fut encore accordée, mais à la même
condition que le roi n'y paraîtrait pas. Il se laissa vaincre cette
seconde fois, et confia à ses généraux la conduite de l'entreprise. Elle
était hardie. La ville était bâtie à mi-côte sur le mont Liban: elle
avait trois enceintes de murailles, et plus haut, à la distance de près
d'une demi-lieue, était le château nommé Subberbe.

Les troupes partirent la nuit; et, le lendemain au point du jour, elles
arrivèrent dans la plaine, au pied de l'enceinte de Belinas. On partagea
les attaques, et il fut résolu que ce qu'on appelait la bataille du roi,
ou les gendarmes du roi, c'est-à-dire ceux qui étaient à sa solde, se
posteraient entre le château et la place; qu'ils insulteraient de ce
côté-là; que les chevaliers de l'Hôpital feraient l'attaque par la
droite, et qu'un autre corps, à qui l'histoire donne le nom de Terriers,
donnerait l'assaut par la gauche, et les chevaliers du Temple du côté de
la plaine.

Chacun s'avança vers son poste. Le chemin par où il fallait que les
gendarmes du roi marchassent était si difficile que les chevaliers
furent obligés de quitter leurs chevaux. En montant, ils découvrirent un
corps de cavaliers ennemis sur le haut de la colline, qui parut d'abord
les attendre de pied ferme; mais, étonnés de la résolution avec laquelle
on venait à eux, ils s'enfuirent et se retirèrent vers le château. Cette
fuite fit perdre coeur aux habitans de la place; et, quoiqu'il fallût
forcer trois murailles de ce côté-là pour y entrer, ils l'abandonnèrent
et se sauvèrent dans la montagne. On obtenait par cette fuite, sans coup
férir, tout ce que l'on prétendait: car on n'avait point ordre d'aller
attaquer le château. Les chevaliers teutoniques, qui étaient avec les
gendarmes du roi, voyant que tout fuyait devant eux, se détachèrent
malgré Joinville, pour aller aux ennemis qui s'étaient ralliés devant le
château. On n'y pouvait arriver que par des sentiers fort longs et fort
étroits, pratiqués alentour du rocher. Ils ne s'aperçurent de
leur témérité que quand ils furent engagés dans ces défilés. Ils
s'arrêtèrent, prirent le parti de retourner sur leurs pas et de
hâter leur retraite. Alors les ennemis les voyant se retirer avec
précipitation et en désordre, descendirent de cheval; et, les coupant
par des routes qui leur étaient connues, vinrent les charger, et en
assommèrent plusieurs à coups de massue, les serrant de fort près
jusqu'au lieu où était Joinville.

Peu s'en fallut que cette déroute des chevaliers teutoniques ne causât
celle des gendarmes du roi, qui déjà pensaient à fuir. Mais Joinville
les arrêta, en les menaçant de les faire tous casser par le roi.
Quelques-uns lui dirent qu'il en parlait bien à son aise; qu'il était à
cheval, et qu'eux étant à pied, ils demeureraient exposés à la fureur
des ennemis, tandis qu'il lui serait aisé de se sauver. Joinville,
pour leur ôter ce prétexte de fuite, quitta son cheval, et l'envoya au
quartier des chevaliers du Temple. Il soutint bravement l'effort des
infidèles pendant assez de temps; mais il aurait été accablé par le
nombre, si l'on n'eût pas été annoncer au brave Ollivier de Termes que
Joinville avait été tué. Mort ou vif, dit l'intrépide chevalier, j'en
porterai des nouvelles au roi, ou j'y demeurerai. Il arrive avec un
corps de troupes, attaque les barbares, les enfonce, dégage le digne
favori du monarque, et le ramène avec tous ses gens. La ville, pendant
ce temps-là, avait été pillée, saccagée et brûlée, et les vainqueurs
vinrent rejoindre le roi à Sidon.

Ce fut pour eux un spectacle bien triste, mais en même temps d'une
grande édification, que celui qu'il leur donna à leur arrivée.
Nous avons dit que le soudan de Damas, peu content de raser les
fortifications naissantes de la ville de Sidon, avait fait égorger
plus de deux mille chrétiens qui étaient sans défense. Leurs corps
demeuraient exposés dans la campagne, sans sépulture, corrompus et
déjà d'une puanteur insupportable. Louis, à cette vue, sent son coeur
s'attendrir, appelle le légat, lui fait bénir un cimetière; puis,
relevant de ses propres mains un de ces cadavres: «Allons, dit-il à ses
courtisans, allons enterrer des martyrs de Jésus-Christ.» Il obligea les
plus délicats d'en faire autant. Cinq jours y furent employés; ensuite
il donna ses ordres pour le rétablissement de Sidon. Tous les jours, dès
le matin, il était le premier au travail, et l'ouvrage fut achevé avec
une extrême dépense, malgré le naufrage d'un vaisseau qui lui apportait
des sommes considérables. Lorsqu'il en reçut la nouvelle, il dit ces
paroles mémorables: _Ni cette perte, ni autre quelconque, ne sauroit me
séparer de la fidélité que je dois à mon Dieu_.

Les diverses négociations avec les émirs d'Egypte et avec le soudan
de Damas, qui avaient été si favorables au roi, le rétablissement de
plusieurs places importantes et ces divers combats dont j'ai parlé,
furent ce qui se passa de plus mémorable dans l'espace de près de quatre
années que le roi séjourna en Palestine, depuis sa délivrance. Durant ce
séjour, il satisfit de temps en temps sa dévotion par la visite d'une
partie des saints lieux où il pouvait aller, sans s'exposer à un péril
évident. Il partit d'Acre et fit le voyage avec une piété que tous ceux
qui en furent témoins ne pouvaient cesser d'admirer. Il arriva, la
veille de l'Annonciation, à Cana en Galilée, portant sur son corps
un rude cilice: de là il alla au Mont-Thabor, et vint le même jour à
Nazareth. Sitôt qu'il aperçut de loin cette bourgade, il descendit de
cheval, se mit à genoux pour adorer de loin ce saint lieu où s'était
opéré le mystère de notre rédemption. Il s'y rendit à pied, quoiqu'il
fût extrêmement fatigué; il y fit célébrer l'office divin, c'est-à-dire,
matines, la messe et les vêpres. Il y communia de la main du légat, qui
y fit à cette occasion un sermon fort touchant: de sorte que, suivant la
réflexion que fait le confesseur de ce saint prince, dans un écrit qui
nous apprend ce détail, on pouvait dire que, depuis que le mystère de
l'Incarnation s'était accompli à Nazareth, jamais Dieu n'y avait été
honoré avec plus d'édification et de dévotion qu'il le fut ce jour-là.

_Conduite de la reine Blanche pendant l'absence du roi._

Ce fut vers le même temps que Louis reçut des nouvelles de l'Europe. Les
princes Alphonse et Charles, ses frères, étaient arrivés en France, où
ils firent cesser le deuil général par les nouvelles certaines qu'ils
apportèrent de la délivrance et de la santé du roi. Il apprit avec la
plus grande satisfaction que la reine Blanche, sa mère, s'était conduite
avec autant de prudence et de sagesse, dans sa seconde régence, que
dans sa première. Elle avait maintenu le royaume de France dans la plus
grande tranquillité, tant au dedans qu'au dehors. Elle s'opposa avec
beaucoup de fermeté à la croisade que le pape osa faire publier pour
soutenir ses intérêts particuliers contre Conrad, fils de l'empereur
Frédéric II, décédé l'année précédente. Blanche assembla la noblesse du
royaume; et, d'une voix unanime, elle fit ordonner que les terres de
ceux qui s'engageraient dans cette milice seraient saisies. «Qu'ils
partent, disait-on, pour ne plus revenir, ces traîtres à l'état. Il
est bien juste que le pape entretienne ceux qui servent son ambition,
lorsqu'ils devraient secourir Jésus-Christ sous les étendards de notre
roi.» Blanche fit faire aussi de vifs reproches au pape sur sa conduite
intéressée, qui allait mettre toute l'Europe en combustion, et l'on fit
de sévères réprimandes aux Cordeliers et aux Dominicains, qui avaient
osé prêcher cette singulière croisade. «Nous vous bâtissons des églises
et des maisons, disaient les seigneurs, nous vous recevons, nous vous
nourrissons. Quel bien vous fait le pape? Il vous fatigue et vous
tourmente; il vous fait les receveurs de ses impôts, et vous rend odieux
à vos bienfaiteurs.»

En vain le roi d'Angleterre, croyant répandre l'alarme en France pendant
l'absence du roi, parlait à tout le monde du dessein qu'il avait d'armer
puissamment pour reprendre les provinces que ses prédécesseurs avaient
perdues par leurs félonies. Blanche, après avoir pris les précautions
les plus sages et les plus propres à faire échouer les projets vrais ou
simulés de Henri, trouva encore le moyen de lui attirer la plus sensible
des mortifications, en mettant Rome dans les intérêts de la France.
Innocent défendit au roi anglais, sous peine d'un interdit général dans
tout son royaume, de faire aucun acte d'hostilité sur les terres de
France. Toute la grace qu'on voulut bien lui accorder fut de ne pas
rendre cet ordre public. Mais la régente, qui en était assurée en
particulier, laissa l'orgueilleux prince amuser ses peuples de l'idée de
ses conquêtes futures, et ne se mit pas même dans la suite beaucoup en
peine de le ménager. Henri, croyant sa présence nécessaire en Gascogne
pour y châtier ses vassaux rebelles, et ne voyant point de sûreté pour
débarquer dans ses ports, fit demander un passage par la France: la
régente ne balança pas à lui refuser cette permission, et le monarque
qui connaissait le courage et la sagesse de cette princesse, n'osa pas
même tenter d'en marquer le moindre ressentiment.

Ce ne fut pas là le seul exemple de justice et de fermeté qui distingua
la seconde régence de la reine Blanche. Le chapitre de Paris avait
fait emprisonner, comme seigneur, tous les habitans de Chatenay et de
quelques autres lieux, pour certaines choses qu'on leur imputait, et
que la loi interdisait aux serfs: c'était son droit sans doute; mais ce
droit ne détruisait pas ceux de l'humanité. Ces malheureux, enfermés
dans de noirs cachots, manquaient des choses les plus nécessaires à la
vie, et se voyaient en danger de mourir de faim. La régente, instruite
de leur état, ne put leur refuser les justes sentimens de la compassion:
elle envoya prier les chanoines de vouloir bien, en sa faveur, sous
caution néanmoins, relâcher ces infortunés colons, promettant de se
faire informer de tout et de faire toute sorte de justice aux chanoines.
Ceux-ci, piqués peut-être qu'une femme leur fît des leçons d'une vertu
qu'eux-mêmes auraient dû prêcher aux autres, ou, ce qui est plus
vraisemblable, trop prévenus de l'obligation de soutenir les prétendus
priviléges de leur Eglise, répondirent qu'ils ne devaient compte à
personne de leur conduite vis-à-vis de leurs sujets, sur lesquels ils
avaient droit de vie et de mort. En même temps, comme pour insulter à
l'illustre protectrice de ces pauvres esclaves, ils ordonnent d'aller
prendre leurs femmes et leurs enfans qu'ils avaient d'abord épargnés,
les font traîner impitoyablement dans les mêmes prisons, et les traitent
de façon qu'il en mourut plusieurs, soit de misère, soit de l'infection
d'un lieu capable à peine de les contenir. La reine, indignée de cette
insolence et de cette barbarie, ne crut pas devoir respecter des
prérogatives qui dégénéraient en abus, et favorisaient la plus horrible
tyrannie. Elle se transporte à la prison, commande d'enfoncer les
portes, donne elle-même le premier coup, et dans l'instant les portes
sont brisées. On en voit sortir un grand nombre d'hommes, de femmes,
et d'enfans pâles et défaits. Tous se jettent aux pieds de leur
bienfaitrice et réclament sa protection. Elle la leur promit et tint
parole. Les biens du chapitre furent saisis, moyen toujours efficace
de réduire les plus mutins sous le joug de l'autorité légitime. Les
chanoines, plus dociles, consentirent enfin d'affranchir ces malheureux,
moyennant une somme payable tous les ans.

Comme le but principal de la régente était d'entretenir la tranquillité
dans l'état, elle était surtout attentive à la maintenir dans la
capitale. La licence des pastoureaux, dont j'ai parlé à l'occasion de la
prison du roi, avait laissé parmi le peuple de certaines dispositions à
s'émanciper. Ce fut sans doute par ce motif qu'elle exigea de nouveaux
sermens de fidélité des bourgeois de Paris, et qu'elle obligea
l'université de faire un statut par lequel tout écolier qui serait pris
armé pendant la nuit, serait jugé par le juge ordinaire, nonobstant les
priviléges de ce corps. La reine avait encore, quelque temps auparavant,
fait déclarer par le pape que tous les écoliers de l'université, qui
seraient trouvés portant des armes, seraient exclus de tous priviléges.
C'était un point de police très-important, parce qu'alors les écoliers
n'étaient pas des enfans comme aujourd'hui, mais des hommes faits, pour
la plus grande partie, qui, par leur nombre et par la diversité et la
jalousie des nations, pouvaient causer de grands désordres, dont on
avait vu de fâcheux exemples sous les règnes précédens. Telle était la
situation des affaires dans le royaume de France.

Saint Louis était occupé dans la Palestine à y faire construire des
forteresses pour mettre les chrétiens en état de se soutenir contre les
infidèles, lorsqu'il reçut la triste nouvelle de la mort de la reine
Blanche sa mère.

_Mort de la reine Blanche_.

Cette princesse fut attaquée à Melun, dans le mois de novembre, de la
maladie qui la mit an tombeau. Elle se fit transporter à Paris, où
elle reçut les derniers sacremens de l'Eglise par le ministère de son
confesseur Renaud de Corbeil, évêque de cette capitale, et l'un des
chefs du conseil d'état; ensuite, elle manda l'abbesse de Maubuisson,
monastère de l'ordre de Cîteaux, qu'elle avait fondé près de Pontoise,
la conjura, au nom de leur ancienne amitié, de lui donner l'habit de son
ordre, et fit profession entre ses mains, avec de grands sentimens de
dévotion et d'humilité. On la transporta ensuite sur un lit de paille,
couvert d'une simple serge, où elle expira le 1er décembre 1252.

On lui mit aussitôt le manteau royal sur son habit de religieuse, et la
couronne d'or sur la tête. En cet état, elle fut portée par les plus
grands seigneurs du royaume sur une espèce de trône richement orné,
depuis le palais jusqu'à la porte Saint-Denis; de là, elle fut conduite
au monastère de Maubuisson, où elle avait choisi sa sépulture.

Tout le royaume ressentit vivement cette perte. C'était la plus grande
reine qui eut encore paru sur le trône français. Femme d'un courage,
d'une prudence et d'une élévation de génie au-dessus de son sexe;
princesse née pour faire en même temps l'ornement et la félicité du
monde. C'est le langage de tous les auteurs de son siècle; sans aucun
autre reproche enfin, qu'un peu trop de hauteur dans sa première
régence, si toutefois on doit appeler hauteur, la fermeté avec laquelle
elle se conduisit envers des vassaux indociles, qui ne cherchaient,
comme je l'ai rapporté dans le commencement de cet ouvrage, qu'à
profiter des brouilleries qu'ils voulaient exciter dans l'état; jaloux
d'ailleurs de son mérite et de son autorité.

J'ajouterai encore à l'éloge de cette princesse, ce qu'en dit le père
Daniel[1]. L'histoire nous fournit peu de personnes de son sexe qui
l'aient égalée dans la piété, la vertu, la prudence, et l'habileté pour
le gouvernement. Un esprit droit et ferme, un courage mâle à l'épreuve
des événemens les plus fâcheux et les plus imprévus, faisaient son
principal caractère. C'est surtout cette fermeté, soutenue de beaucoup
d'application, qui démontre la sagesse de son administration. Ces
qualités, jointes à beaucoup d'adresse, à un air insinuant, aux charmes
et aux graces dont la nature l'avait abondamment pourvue, lui donnèrent
une grande autorité, et elle en fit toujours un très-bon usage pour le
bonheur des peuples qui la comblèrent de bénédictions.

[Note 1: _Histoire de France_, in-4.°, édition de 1722, p. 302.]

Je crois pouvoir encore avancer que la reine Blanche a été plus
recommandable par ses vertus civiles, morales et politiques, que toutes
les princesses qui, après elle, ont été associées à la couronne de
France. Ce n'est pas que je veuille dépriser celles-ci, parce que la
Providence ne leur avait pas donné les talens supérieurs dont elle avait
pourvu la reine Blanche. Il leur suffisait d'avoir les vertus qui les
rendaient chères à leurs époux et à la nation française, telle que la
reine Marguerite, femme de saint Louis; Jeanne de Bourbon, femme de
Charles V, dit le Sage; Marie d'Anjou, femme de Charles VII; Agnès de
Bourgogne, femme de Charles, duc de Bourbon; Anne de Bretagne, femme de
Louis XII; Louise de Savoie, mère de François 1er; Marguerite de Valois,
soeur de ce prince, reine de Navarre, et plusieurs autres que je
pourrais nommer, qui ont aidé leurs époux dans les fonctions de la
royauté.

Si je parcours l'histoire des autres états de l'Europe, j'y trouve
plusieurs femmes célèbres[1] qui y tiennent un rang distingué. C'est
Philippe de Hainaut, épouse d'Edouard III, roi d'Angleterre; Marguerite
d'Anjou, femme de Henri VI, roi de la même nation; Marguerite de
Valdemard, reine de Danemarck; Marguerite d'Autriche, fille de
l'empereur Maximilien 1er, gouvernante des Pays-Bas; Catherine
Alexiowna, impératrice des Russies. Mais, sur toutes ces illustres
femmes, je crois pouvoir donner la préférence à Marie-Thérèse
d'Autriche, impératrice-reine de Hongrie et de Bohême, pour en faire un
juste parallèle avec la reine Blanche. Cette princesse joint à un génie
supérieur une prudence dirigée par le plus solide jugement et par une
expérience consommée. Nous l'avons vue triompher, par son courage, de
tous ses ennemis, et affermir sur la tête de l'empereur son époux la
couronne impériale, qu'une fausse politique, dirigée par l'intérêt et
par la jalousie, voulait lui ravir. Enfin, par l'alliance qu'elle a
faite de l'archiduchesse Marie-Antoinette, sa fille, avec notre auguste
monarque, elle a comblé les voeux de toute la nation française, qui se
promet une longue suite de prospérités de l'union de ces deux illustres
époux, et des vertus qu'on voit déjà briller dans toutes leurs
actions[2].

[Note 1: J'ai fait l'éloge de ces princesses dans l'_Histoire abrégée
des philosophes et des femmes célèbres_, que j'ai donnée au public. On
peut la consulter.]

[Note 2: L'_Histoire de saint Louis_, dont nous donnons une nouvelle
édition, a été impr. pour la première fois en 1775.]

_Saint Louis apprend la mort de la reine sa mère. Sa résignation aux
ordres de la Providence_.

On dépêcha au roi pour lui porter la triste nouvelle de cette mort. Il
l'apprit à Sajette, et selon d'autres, à Jaffe, par le légat à qui
les lettres avaient été adressées. Pour la lui annoncer, il se fit
accompagner par l'archevêque de Tyr, et par Geoffroy de Beaulieu,
dominicain, confesseur de ce prince. Leur contenance triste lui faisant
conjecturer qu'ils avaient quelque chose de fâcheux à lui apprendre,
il les fit entrer seuls avec lui dans sa chapelle. Alors le légat lui
exposa les grandes obligations qu'il avait à Dieu depuis son enfance,
surtout de lui avoir donné une mère si sage, qui l'avait élevé si
pieusement, et qui avait gouverné son royaume avec tant de zèle et de
prudence. Hélas! sire, ajouta-t-il, avec des sanglots et des pleurs,
elle n'est plus, cette illustre reine, la mort vient de nous l'enlever!

On ne peut exprimer les sentimens de tristesse dont le coeur de ce
tendre fils fut pénétré. Le premier mouvement de sa douleur lui fit
jeter un grand cri et verser un torrent de larmes; mais, revenu à lui
dans le même instant, il se jeta à genoux devant l'autel, et dit en
joignant les mains: «Je vous rends graces, ô mon Dieu, de m'avoir
conservé jusqu'ici une mère si digne de mon affection. C'était un
présent de votre miséricorde; vous le reprenez comme votre bien: je n'ai
point à m'en plaindre. Il est vrai que je l'aimais tendrement; mais
puisqu'il vous plaît de me l'ôter, que votre nom soit béni dans tous
les siècles.» Ayant fait devant le crucifix cet acte de soumission aux
ordres de Dieu, il congédia le légat et l'archevêque de Tyr; et, après
avoir encore eu à ce sujet quelque entretien avec son confesseur, ils
commencèrent ensemble l'office des morts pour le repos de l'ame de la
reine. Il le récita avec beaucoup d'attention; et le même confesseur
remarque comme une chose admirable, que, malgré la situation où le
trouble et la douleur avaient mis son coeur et son esprit, il ne se
méprit jamais dans un seul verset ni en aucun endroit de tout l'office.
Il continua non-seulement toute l'année de donner ces marques
chrétiennes de tendresse pour sa mère, mais encore toute sa vie; il ne
manqua jamais de faire dire tous les jours, en sa présence, une messe
des morts pour elle, excepté les dimanches et les fêtes. Deux jours
se passèrent sans qu'il voulût voir personne. Ce terme expiré, il fit
appeler Joinville, et lui dit en le voyant: Ah! sénéchal, j'ai perdu ma
mère. Sire, répondit le bon chevalier, je n'en suis point surpris: vous
savez qu'elle était mortelle; mais ce qui m'étonne, c'est la tristesse
excessive d'un prince qui est en si grande réputation de sagesse.

La reine Marguerite son épouse fut plus aisée à consoler. Elle n'aimait
pas la reine-mère, parce qu'elle en était beaucoup gênée. On n'en sait
pas les raisons, mais il fallait que le roi se cachât pour la venir
voir. Elle ne laissa pas de verser beaucoup de larmes; et comme un jour
Joinville l'eût trouvée tout en pleurs, il lui dit avec sa franchise
ordinaire: «Madame, est bien vrai le proverbe qui dit qu'on ne doit mie
croire femme à son pleurer; car le deuil que vous menez est pour la
femme que vous haïssiez le plus en ce monde.» La reine lui répondit avec
la même sincérité: «Sire de Joinville, si ce n'est pas pour elle aussi
que je pleure, c'est pour le grand mes-aise en quoi le roi est, et pour
ma fille Isabelle qui est demeurée en la garde des hommes[1].» Ce qui
faisait que la reine n'aimait point sa belle-mère, continue l'ingénu
sénéchal, c'est que l'impérieuse Blanche ne voulait point souffrir
que le roi fût trop souvent en la compagnie de son épouse. Si la cour
voyageait, elle les faisait presque toujours loger séparément. Il arriva
qu'étant à Pontoise, le monarque eut un appartement au-dessus de celui
de la princesse; il n'osait aller chez elle sans prendre de grandes
précautions contre la surprise. Il avait ordonné à ses huissiers de
salle, que lorsqu'ils verraient venir la reine-mère, pendant qu'il
serait chez la reine son épouse, ils battissent les chiens, afin de les
faire crier, et alors il se cachait dans quelque coin. Un jour qu'il
tenait compagnie à sa femme, parce qu'elle était dangereusement malade,
on vint lui dire que sa mère arrivait. Son premier mouvement fut de se
cacher dans la ruelle du lit: elle l'aperçut néanmoins. _Venez-vous-en_,
lui dit-elle, en le prenant par la main, _vous ne faites rien ici.
Hélas!_ s'écria Marguerite désolée, _ne me laisserez-vous voir
monseigneur ni en la vie, ni en la mort?_ Elle s'évanouit à ces mots.
Tout le monde la crut morte; le roi le crut lui-même et retourna
sur-le-champ auprès d'elle: sa présence la fit revenir de son
évanouissement.

[Note 1: Observ. de Du Cange, p. 98 et 99.]

_Il se prépare à son retour en France_.

Le saint roi commença à s'occuper de son retour en France; tout l'y
rappelait. La guerre s'était rallumée dans la Flandre entre les
Dampierre et les Davesne, et tous leurs voisins y prenaient parti. Il
n'y avait plus de trève avec l'Angleterre. Henri, fortifié de l'alliance
de la Castille, venait de passer en Guyenne, à la tête d'une puissante
armée. La Normandie se préparait ouvertement à le recevoir; tout, en un
mot, semblait menacer le royaume d'une révolution générale. Le monarque
voyait d'ailleurs qu'il ne pouvait rien entreprendre dans la Palestine.
Il ne lui arrivait de ses états que très-peu de troupes, et encore moins
d'argent, comme si ses sujets eussent voulu le contraindre à revenir.
Malgré tant de raisons il ne voulut rien décider sans avoir auparavant
consulté le Seigneur. Il fit ordonner des prières et des processions
publiques, pour demander à Dieu de lui faire connaître sa volonté. Tous
les seigneurs français lui conseillèrent de partir. Les chrétiens même
du pays, étaient de cet avis. Ils se voyaient en possession d'un nombre
de places bien fortifiées, Acre, le château de Caïfa, Césarée, Jaffe,
Tyr et Sidon: c'était assez pour se défendre contre les Sarrasins, en
attendant que de plus grands secours les missent en état de reprendre
Jérusalem. Il fut donc résolu qu'il s'embarquerait au commencement de
l'année suivante, c'est-à-dire, immédiatement après Pâques.

Ensuite il recommanda au légat, qui avait ordre du pape de demeurer dans
la Palestine, d'avoir grand soin de cette chrétienté, si fort exposée à
la cruauté des mahométans. Il lui laissa beaucoup d'argent et un assez
bon nombre de troupes.

_Son départ de Saint-Jean-d'Acre_.

Joinville eut ordre de conduire la reine et les petits princes à Tyr: le
saint monarque ne tarda pas de les aller joindre; et, dans les premiers
jours de carême, il se rendit avec eux à Saint-Jean-d'Acre, où se devait
faire l'embarquement.

Cette ville était alors la capitale et la plus forte place du royaume de
Jérusalem. Il y laissa cent chevaliers sous le commandement de Geoffroy
de Sargines qui, en qualité de lieutenant d'un si grand prince, eut tout
pouvoir dans les affaires publiques, et que son rare mérite fit depuis
sénéchal et vice-roi de Jérusalem. Ce brave seigneur, soutenu de
temps en temps par quelques secours qui lui venaient d'Europe, sut se
maintenir trente ans durant contre la puissance des mahométans.

Tout étant prêt pour le départ, Louis à pied, accompagné du légat,
du patriarche de Jérusalem, de Geoffroy de Sargines, et de toute la
noblesse de la Palestine, prit le chemin du port. Il passait entre deux
haies d'un peuple nombreux, accouru de tous côtés pour voir encore une
fois ce généreux bienfaiteur, qu'ils appelaient _le père des chrétiens_.
L'air retentissait de ses louanges, et chacun s'efforçait de lui
témoigner sa reconnaissance, les uns par la vivacité de leurs
acclamations, les autres par la sincérité de leurs larmes, tous par
les bénédictions sans nombre dont ils le comblaient. On voyait sur son
visage un fond de tristesse qui témoignait assez son regret de n'avoir
pas fait pour eux tout ce qu'il aurait désiré; mais, d'un autre côté,
on lisait dans ses regards, plus expressifs que ses paroles, qu'on le
verrait bientôt à la tête d'une nouvelle croisade.

Toutes les personnes qui devaient passer en Europe s'embarquèrent sur
une flotte de quatorze vaisseaux; et, le lendemain, fête de saint Marc
1254, on mit à la voile. Le roi fit remarquer à Joinville que c'était le
jour de sa naissance. «La rencontre est heureuse, répondit le sénéchal
en riant: c'est effectivement renaître une seconde fois que d'échapper
d'une terre si périlleuse.»

Le légat avait donné au roi un ciboire rempli d'hosties consacrées, soit
pour l'usage de sa propre dévotion, soit pour la consolation de ceux
qui pourraient mourir dans le passage. Il fit placer ce sacré trésor à
l'endroit le plus décent de son navire, dans un tabernacle précieux,
couvert d'un riche pavillon. Tous les jours on y récitait solennellement
l'office divin; les prêtres, revêtus de leurs habits sacerdotaux y
faisaient les cérémonies et récitaient les prières de la messe, à la
réserve de la consécration. Le monarque assistait à tout. Rien n'égalait
ses soins pour les malades: il les visitait souvent, leur procurait tous
les soulagemens qui dépendaient de lui, et prenait soin de leur salut
encore plus que de leur guérison. Il y avait sermon trois fois la
semaine, sans parler des instructions particulières et des catéchismes
qu'il faisait faire aux matelots quand le calme régnait. Quelquefois il
les interrogeait lui-même sur les articles de foi, et ne cessait de leur
rappeler qu'étant toujours entre la vie et la mort, entre le paradis
et l'enfer, ils ne pouvaient trop se hâter de recourir au sacrement de
pénitence. Tel fut l'effet des soins et de l'exemple du pieux monarque,
qu'en peu de temps on vit un changement notable parmi les matelots. La
honte de ne pas faire quelquefois ce qu'un grand roi faisait tous les
jours, leur donna le courage de vouloir être chrétiens, et leur inspira
des sentimens au-dessus de leur condition.

On voguait heureusement du côté de l'île de Chypre, et chacun
s'entretenait agréablement de la pensée de retourner dans sa patrie,
lorsque tout d'un coup le vaisseau du roi donna si rudement sur un banc
de sable, que tout ce qui était sur le pont fut renversé. Un moment
après il toucha une seconde fois, mais avec tant de violence, qu'on
s'attendait à le voir s'entr'ouvrir. Chacun se crut perdu et cria
miséricorde. La reine était consternée; ses enfans, qui la voyaient
en larmes sans voir le péril, se mirent à pleurer. Tout le navire
retentissait de gémissemens, que l'obscurité de la nuit rendait encore
plus effroyables. Louis, oubliant en quelque sorte des objets si chers,
va se prosterner aux pieds de celui qui commande à la mer, et dans
l'instant le vaisseau se remet à flot. Cet événement inespéré fut
regardé comme un miracle. Dès que le jour parut, on visita le bâtiment
par dedans et par dehors. Les plongeurs rapportèrent qu'il y avait trois
toises de la quille emportées, et conseillèrent au monarque de passer
sur un autre navire. «Dites-moi, leur répondit-il, sur la foi et loyauté
que vous me devez, si le vaisseau était à vous et chargé de riches
marchandises, l'abandonneriez-vous en pareil état? Non sans doute, lui
répliquèrent-ils d'une voix unanime; nous aimerions mieux hasarder tout
que de faire une perte si considérable. Pourquoi donc me conseillez-vous
d'en descendre? C'est, reprirent-ils, que la conservation de quelques
malheureux matelots importe peu à l'univers; mais rien ne peut égaler le
prix d'une vie comme celle de votre majesté. Or, sachez, dit le généreux
prince, qu'il n'y a personne ici qui aime son existence autant que je
puis aimer la mienne; si je descends, ils descendront aussi; et ne
trouvant aucun bâtiment, ils se verront forcés de demeurer dans une
terre étrangère, sans espérance de retourner dans leur pays. C'est
pourquoi j'aime mieux mettre en la main de Dieu, ma vie, celle de la
reine et de nos trois enfans, que de causer un tel dommage à tant de
personnes.»

Il n'appartient qu'aux héros véritablement chrétiens, de donner ces
grands exemples de générosité. C'est par de semblables vertus que Louis
s'acquit sur tous les coeurs un empire plus puissant et plus glorieux
que celui qui était dû à sa naissance.

La navigation fut longue et fatigante. Le roi, qui trouvait le moyen de
rapporter tout à Dieu, ne se lassait point de faire admirer à Joinville
la grandeur de l'Etre-Suprême, et le néant de ce qui paraît le plus
grand parmi les hommes. «Regardez, sénéchal, lui disait-il, si Dieu ne
nous a pas bien montré son grand pouvoir, quand, par un seul des quatre
vents de mer, le roi, la reine, ses enfans, et tant d'autres
personnes ont pensé périr. Ces dangers que nous avons courus sont des
avertissemens et des menaces de celui qui peut dire: Or, voyez-vous bien
que je vous eusse laissé noyer, si j'eusse voulu?»

_Il arrive aux îles d'Hières_.

Enfin le dixième de juillet, la flotte arriva aux îles d'Hières, en
Provence. Le monarque d'abord n'y voulait pas descendre, parce que ce
n'était pas terre de son obéissance; mais, au bout de deux jours, touché
des prières de la reine, des remontrances de Joinville et des larmes de
tout l'équipage qui était fatigué de la mer, il se fit mettre à terre.
Le mauvais état de sa santé acheva peut-être de l'y déterminer: il était
si faible et si abattu, que le sénéchal fut obligé de le prendre entre
ses bras pour le tirer du vaisseau. Après quelques jours de repos, dès
que les équipages furent arrivés, il partit du château d'Hières pour se
rendre à Paris.

_Retour du roi en France_.

La nouvelle du départ de saint Louis de la Palestine pour revenir en
France, y avait répandu une allégresse universelle. Tous les peuples
étaient dans la plus grande impatience de le revoir. Cependant
l'espérance qu'ils en avaient étaient fort modérée par la crainte des
dangers qu'il pouvait courir sur un élément aussi sujet aux tempêtes et
aux naufrages. Il y avait près de trois mois que ce prince était parti
da port de St-Jean-d'Acre, lorsqu'il débarqua, comme je l'ai dit, le
10 juillet, aux îles d'Hières. S'étant mis en chemin pour se rendre à
Paris, il trouva sur sa route une affluence prodigieuse de peuple, qui
venait lui témoigner par les plus vives acclamations la satisfaction
qu'il avait de revoir son prince. Il arriva enfin à Vincennes dans les
premiers jours d'août. Paris se préparait à recevoir avec toute la
solennité possible, un monarque si digne de son respect et de son amour:
Louis cependant, avant d'en être le témoin, alla, pour satisfaire aux
mouvemens de sa piété, rendre graces à Dieu en l'église de Saint-Denis,
où il laissa de magnifiques présens.

Quelques jours après il fit son entrée dans Paris, qui le reçut aux
acclamations redoublées de ses habitans: leur joie ne fut tempérée que
par la vue de la croix qu'il portait toujours sur ses habits: preuve
non équivoque qu'il avait plutôt suspendu qu'abandonné le dessein de
la croisade. Ce ne furent néanmoins, pendant plusieurs jours, que
réjouissances, feux, danses et festins. Louis, après avoir donné
quelques semaines aux empressemens de ses fidèles Parisiens, qui tous
voulaient voir de leurs yeux ce prince qui avait fait de si grandes
choses, si chéri et si digne de leurs respects, crut devoir se dérober à
leurs empressemens, pour s'appliquer tout entier à corriger les abus qui
s'étaient glissés pendant son absence, et, s'il se pouvait, à bannir de
son royaume jusqu'à l'ombre du mal.

Dès les premiers jours après son retour, il assembla un parlement, où
il fit publier une ordonnance qui contient plusieurs articles
très-importans pour l'exacte administration de la justice.

Elle porte entre autres choses: «Que les baillifs, prévôts, vicomtes et
autres juges supérieurs ou subalternes, jureront de rendre la justice
sans acception de personne; de conserver de bonne foi les droits du roi,
sans préjudicier à ceux des particuliers; de ne recevoir, ni eux, ni
leurs femmes, ni leurs parens, aucuns dons ou présens des plaideurs
quand la valeur n'excéderait pas dix sols; de ne rien emprunter des
personnes qui peuvent avoir des procès à leurs tribunaux; de ne point
envoyer de présens, ni aux gens du conseil du roi, ni à ceux qui sont
préposés pour examiner leurs comptes, ou pour informer de leur conduite;
de n'acheter ni directement, ni indirectement, aucun immeuble dans
l'étendue de leur juridiction; de ne point exiger d'amende, qu'elle
n'eût été publiquement prononcée; de tenir leurs audiences dans les
lieux où ils ont coutume de les donner, pour ne point consumer les
parties en frais. Enfin, lorsqu'il seront hors d'exercice, de demeurer
pendant quarante jours dans leurs bailliages, ou du moins d'y laisser
un procureur suffisant pour répondre aux plaintes qu'on pourrait faire
contre eux devant les commissaires du seigneur-roi.»

Ce serment devait être fait aux assises devant le peuple, afin que les
juges fussent retenus en même temps, et par la crainte de l'indignation
divine et royale, et par la honte toujours inséparable du parjure.

Louis ordonne de plus que l'édit contre les usures et les Juifs soit
fidèlement exécuté; que les femmes publiques soient chassées tant des
villes que de la campagne. Il défend, sous peine _d'être réputé infâme
et débouté de tout témoignage de vérité_, non-seulement de jouer aux
dés, mais même d'en fabriquer dans toute l'étendue de ses domaines; il
enjoint de punir sévèrement ceux qui tiennent des académies de jeu. Il
proscrit même jusqu'aux échecs, qui ne passent aujourd'hui que pour un
simple jeu d'esprit, mais qui pouvait peut-être alors entraîner des
inconvéniens que nous ignorons.

Pour ce qui est de l'article des présens qu'on défend aux juges de
recevoir, ce projet d'ordonnance, si nous en croyons le sire de
Joinville, fut conçu à l'occasion qu'il rapporte, dès le temps que le
roi débarqua en Provence.

L'abbé de Cluny était venu saluer ce prince pour lui faire son
compliment sur son retour; il lui fit présent de deux très-beaux
chevaux. Le lendemain il demanda audience au roi, qui la lui donna
longue et favorable. Après cette audience, Joinville, avec cette
familiarité que le roi lui permettait, lui demanda s'il répondrait
franchement à une question qu'il voulait lui faire; le roi le lui
promit.

«N'est-il pas vrai, sire, reprit Joinville, que les deux beaux chevaux
que vous a donnés l'abbé de Cluny, lui ont mérité la longue audience
dont vous l'avez honoré? Cela pourrait bien être vrai, lui répondit le
roi. Hé bien, sire, continua Joinville, défendez donc aux gens de votre
conseil de rien prendre de ceux qui ont affaire à eux; car soyez
certain que s'ils prennent, ils en écouteront plus diligemment et plus
longuement, ainsi qu'avez fait de l'abbé de Cluny.» Le roi se mit à rire
de la réflexion de Joinville, et en fit rire son conseil, qui lui dit
que l'avis était sage, et qu'il fallait le mettre à exécution. C'est ce
qu'il fit par l'ordonnance dont je viens de parler. Heureux les princes
qui écoutent la vérité en faveur de leurs peuples, et plus heureux les
peuples qui sont gouvernés par de tels princes!

Le roi, non content de publier des ordonnances et de recommander à ses
officiers de faire justice, tenait sévèrement la main à l'exécution. Un
bourgeois de Paris, ayant été convaincu d'avoir proféré un blasphème,
il n'y eut ni prières, ni égards qui pussent fléchir le roi. Il fit
exécuter, sans rémission, l'édit publié contre les blasphémateurs, par
lequel ils étaient condamnés à souffrir l'application d'un fer chaud sur
la bouche. Comme plusieurs personnes de la cour murmuraient de cette
sévérité, il dit qu'il aimerait mieux souffrir ce même supplice, que de
rien omettre pour arrêter un tel scandale.

Mais, ce qui était de la dernière importance, il s'appliqua surtout à
remplir son conseil de gens habiles, désintéressés, vertueux, dignes
enfin de la confiance d'un roi qui ne cherché que le bonheur de ses
sujets; car il n'était pas de ces princes, ou trop faciles, qui
n'écoutent qu'un favori toujours intéressé qui les trompe, ou trop
présomptueux, qui ne s'en rapportent qu'à leurs propres lumières. Sa
maxime était de prendre du temps pour accorder ce qu'on lui demandait,
afin de pouvoir consulter. Aussi, ne lui vit-on jamais compromettre son
autorité. Ce qu'il avait résolu était toujours le meilleur et demeurait
fixe et invariable; mais cela ne l'empêchait pas, dit Joinville, de se
décider sur-le-champ.

Les rois, ses prédécesseurs, envoyaient des commissaires dans les
provinces, pour examiner et réparer les injustices qui s'y pouvaient
faire; avant son voyage d'outre-mer, il avait constamment suivi cette
louable coutume; mais, craignant que cela ne fût pas suffisant, il
résolut d'y aller lui-même, et commença cette année la visite de son
royaume.

_Le roi fait la visite de son royaume_.

Il se rendit d'abord en Flandre, puis en Picardie, ensuite à Soissons,
où il vit le sire de Joinville qu'il combla de caresses. _Quand je fus
devers lui_, dit le bon sénéchal, _il me fit si grande joie, que tous
s'en émerveillaient_. Comme on connaissait le crédit de ce seigneur, il
fut chargé de demander la princesse Isabelle, fille du roi, pour Thibaut
V, comte de Champagne et roi de Navarre, prince de la plus grande
espérance.

Mais Louis ne voulut point entendre parler de cette alliance, que le
jeune prince n'eût fait justice à la comtesse de Bretagne, sa soeur, qui
avait des prétentions assez considérables sur les comtés de Champagne et
de Brie. En vain le sénéchal insista; le monarque fut inébranlable.

Ces prétentions consistaient en ce que le comte de Bretagne avait épousé
Blanche de Champagne, fille aînée du comte Thibaut, dernier mort, qui
l'avait eue d'Agnès de Beaujeu, sa première femme, dont il était veuf
quand il épousa Marguerite de Bourbon, mère du jeune roi de Navarre; de
sorte que Blanche demandait à rentrer en partage de la succession de son
père, et avait des droits au moins sur une partie de la Champagne.
Le roi voulait que cette affaire fût terminée, avant qu'on parlât du
mariage de sa fille Isabelle avec le roi de Navarre.

Comme il s'agissait de la Champagne, qui était un fief de la couronne,
cette affaire devait se décider en présence du roi par la cour des
pairs. Le roi fit donc examiner le procès du roi de Navarre avec la
comtesse de Bretagne en présence des parties. Il fut accommodé par
l'achat que fit le roi de Navarre des droits de la comtesse de Bretagne,
en s'obligeant de lui payer trois mille livres de rente, qui, selon le
poids de la monnaie de ce temps-là, monteraient aujourd'hui à un peu
moins de trente mille livres de rente.

_Mariage du roi de Navarre avec Isabelle de France_.

Au moyen de cet arrangement, le mariage de Thibaut, roi de Navarre, avec
Isabelle de France, fut conclu. La dot de la princesse fut de dix mille
livres, comme celles des autres filles de saint Louis, qui furent
mariées depuis. Les noces se firent à Melun avec beaucoup de solennité.
Le roi n'épargnait rien dans ces circonstances d'éclat, où les princes
doivent attirer les regards et l'admiration des peuples par quelque
grand spectacle. Il était aussi réservé quand il s'agissait de son
plaisir, que libéral lorsque les raisons d'état, ou les motifs de
religion l'exigeaient; sachant bien que c'est le retranchement des
choses superflues qui conserve et multiplie les fonds pour les dépenses
nécessaires.

_Le roi permet au roi d'Angleterre de venir à Paris, et lui fait une
fête magnifique_.

Avant que ces noces fussent célébrées, il y eut en France une fête
magnifique à l'occasion suivante: Henri III, roi d'Angleterre, était
depuis assez long-temps en Gascogne. Il en avait enfin apaisé les
troubles et les révoltes qui s'y étaient élevés par la dureté du
gouvernement de ceux qu'il y avait envoyé commander: de sorte que sa
présence n'y étant plus nécessaire, il avait pris la résolution de
retourner dans son royaume. Le désir de voir la France, peut-être
aussi la crainte d'un trajet par mer, beaucoup plus long en partant
de Bordeaux que celui de Calais à Douvres, lui fit demander au roi la
permission de passer par ses états. Ce prince la lui accorda avec joie,
et lui fit savoir qu'il le verrait avec un très-grand plaisir.

Louis envoya des ordres dans toutes les villes de son royaume, par
lesquelles Henri devait passer, pour lui faire rendre tous les honneurs
dus à son rang. Il vint par Fontevraud, où il vit les tombeaux de
quelques-uns de ses ancêtres qui y étaient inhumés, et y fit élever un
mausolée à la reine sa mère, dont on transporta le corps du cimetière
dans l'église. Il se rendit aussi à l'abbaye de Pontigny, pour y prier
auprès du tombeau de saint Edmond, archevêque de Cantorbéry, qu'il avait
beaucoup persécuté. Il traversa ainsi la France sans suivre les routes
ordinaires, et s'arrêtant partout où sa curiosité le conduisait. Il
arriva à Chartres, où le roi alla le recevoir, et où ils se donnèrent
mutuellement beaucoup de marques de tendresse et d'amitié. Le roi
d'Angleterre était accompagné d'environ mille personnes, tant seigneurs
que gentilhommes, fort bien montés, et en très-bel équipage. A mesure
qu'il avançait, sa cour augmentait.

La reine de France et la comtesse d'Anjou, sa soeur, avaient accompagné
le roi à Chartres, où elles trouvèrent, avec le roi d'Angleterre,
leurs deux soeurs; savoir: la reine d'Angleterre et la comtesse de
Cornouaille, femme du comte Richard, frère de Henri. Béatrix, comtesse
douairière de Provence, mère des quatre princesses, était du voyage.
L'entrevue fut des plus tendres, et elle eut la joie d'embrasser en même
temps toutes ses filles. De Chartres, on marcha droit à Paris, dont tout
le peuple sortit pour aller au-devant d'eux, les uns sous les armes, les
autres couronnés de fleurs, ou tenant en leurs mains des rameaux; le
pavé était jonché de feuilles et de fleurs. L'université en corps et
tous les écoliers, dont le nombre était très-grand, parurent en habits
de cérémonie. Ce n'était que cris de joie, que concerts de musique
et d'instrumens dans tous les lieux où les rois et les princesses
passaient. Le soir, et toute la nuit, il y eut des illuminations et des
réjouissances par toute la ville.

Le roi offrit au roi d'Angleterre de le loger, soit au Palais, soit au
Temple, ou en quelque autre hôtel de la ville où il jugerait à propos.
Henri choisit le Temple pour lui et pour sa cour, et tout le quartier
des environs jusqu'à la Grève.

Dès le lendemain matin, il fit dresser des tables en divers endroits de
son quartier, où l'on servit toute la journée du pain, du vin, de la
viande et du poisson pour tous les pauvres qui voulurent y venir manger.

Pendant cette matinée, le roi mena Henri à la Sainte-Chapelle, où il lui
fit voir les précieuses reliques qu'on y honorait: de là il le conduisit
dans la ville pour lui montrer ce qu'il y avait de curieux. Le prince
laissa dans la Sainte-Chapelle, ainsi que dans les autres lieux où il
fut conduit, des marques de sa libéralité.

Le roi d'Angleterre, après avoir été traité magnifiquement au Temple,
le soir de son arrivée, pria le roi de trouver bon qu'il lui donnât le
lendemain à dîner au même lieu. On s'y rendit au retour de la cavalcade
du matin. Tout était préparé dans la grande salle. Louis, pour faire les
honneurs, voulait placer le roi d'Angleterre entre lui et le jeune roi
de Navarre; mais Henri s'excusa de prendre une place qui ne pouvait être
mieux et plus convenablement occupée que par le roi de France: _Car_,
ajouta-t-il, _vous êtes mon seigneur et le serez toujours_. Le roi fut
contraint de céder et s'assit, ayant à sa droite le roi d'Angleterre,
et à sa gauche le roi de Navarre. Toutes les portes étaient ouvertes et
sans gardes; mais le respect qu'inspirait la présence des princes suffit
seul pour empêcher le désordre et la confusion. Il y avait encore
d'autres tables dans les appartemens, où les seigneurs des deux cours,
chacun selon sa qualité et son rang, étaient placés. Il était jour
maigre; on ne vit jamais tant de somptuosité et d'abondance.

Le lendemain, le roi donna à souper au roi d'Angleterre dans le Palais,
où il lui avait fait préparer un bel appartement; et comme Henri voulut,
après le repas, se retirer au Temple: «Non pas, lui dit le roi en riant;
je suis maître chez moi, je veux au moins cette nuit vous avoir en ma
puissance.»

Le roi d'Angleterre demeura à Paris huit jours, qui se passèrent en
fêtes et en réjouissances; mais elles n'empêchèrent pas les deux rois
d'avoir durant ce temps plusieurs entretiens secrets. Si l'on en veut
croire l'historien d'Angleterre, Mathieu Paris, à qui son maître peut
en avoir parlé, Louis témoigna à Henri le désir qu'il avait de lui
restituer la Normandie: _Mais_, ajoutait-il, _mes douze pairs et mon
baronage n'y consentiraient jamais_. La délicatesse de la conscience de
Louis, et la conduite qu'il tint dans la suite, dans quelques traités
avec le roi d'Angleterre, rendent ce fait assez vraisemblable. Le
témoignage de cet auteur contemporain nous apprend au moins deux choses
importantes: la première, que dès lors le nombre des pairs de France
était fixé à douze; la seconde, que le roi ne disposait d'aucune partie
considérable de ses états sans le consentement, non-seulement des pairs
du royaume, mais encore de ses barons, qui étaient les plus grands
seigneurs de l'état, quoique d'un rang inférieur à celui des pairs.

Le roi d'Angleterre quitta Paris, comblé d'honneurs, et s'y acquit une
grande réputation de libéralité. Le roi l'accompagna pendant la première
journée de chemin; et, après avoir renouvelé les témoignages d'amitié
qu'ils s'étaient donnés tant de fois l'un à l'autre, Henri continua
sa route vers Boulogne. Après y avoir attendu quelques jours le temps
favorable, il s'embarqua, arriva heureusement en Angleterre; et,
quelque temps après, il se fit une prolongation de trève entre les deux
couronnes.

Ce fut dans le même esprit de paix que l'année suivante le roi
réconcilia le comte d'Anjou avec sa belle-mère, Béatrix, comtesse de
Provence. Ils s'étaient brouillés au sujet de quelques forteresses
de Provence que la comtesse retenait, et que le comte prétendait lui
appartenir: on en était déjà venu aux hostilités. La comtesse avait
eu recours au pape, qui avait nommé l'évêque du Belley pour juge du
différent. Mais les deux parties s'en rapportèrent au roi; et ce prince,
pour finir ce procès, ordonna au comte d'Anjou, son frère, d'acheter ces
places, et lui fournit l'argent pour en faire le payement.

_Les troubles continuent en Italie et en Allemagne_.

Pendant ce même temps, l'Italie et l'Allemagne étaient dans la plus
grande agitation par les guerres qui régnaient entre le pape et les
successeurs de l'empereur Frédéric II, dans le détail desquelles je
n'entrerai pas. Je dirai seulement que Louis, toujours le même, au
milieu de tant de scandales causés par l'ambition de ceux qui y étaient
intéressés, ne voulut point prendre de parti. Si son respect pour le
Saint-Siége l'empêchait d'éclater contre tant d'excès, son amour pour la
justice ne lui permettait pas de les favoriser, ni même de paraître
les approuver. Il détournait les yeux de ces tristes objets pour ne
s'occuper qu'à maintenir son royaume en paix, et à le purger des
brigands qui l'infestaient.

Un gentilhomme, nommé Anseric, seigneur de Montréal, exerçait toutes
sortes de violences en Bourgogne. Le roi, suivant les maximes du
gouvernement féodal, ne pouvait en faire justice par lui-même. Il en
écrivit fortement au duc de Bourgogne, dont le coupable relevait. Mais
ce prince, trop indulgent pour un scélérat qui lui appartenait, se
contenta de quelques remontrances qui ne remédièrent à rien. Le
monarque, indigné d'une si lâche condescendance, dépêcha au duc deux de
ses officiers, Dreux de Montigny et Jean de Cambray, pour lui porter les
ordres les plus sévères d'assiéger Anseric jusque dans sa retraite: le
duc n'osa plus résister. Montréal fut rasé, le tyran chassé; et comme il
n'avait point d'enfans, le mal fut extirpé.

Quéribus, château situé en Languedoc, était le réceptacle d'une infinité
de scélérats qui ravageaient la province, et semblaient braver toute
justice et toute autorité. Louis, sur les plaintes qu'il en reçut,
envoya des ordres pressans au sénéchal de Carcassonne, de monter
promptement à cheval pour exterminer la place et les malfaiteurs
auxquels elle servait de retraite. Pierre d'Auteuil, c'était le nom du
sénéchal, fit sommer les prélats de la province de venir le joindre,
ou du moins de lui donner du secours pour cette expédition. Ceux-ci
prétendirent qu'ils n'étaient pas obligés de suivre le roi ni son
ministre; mais que, par considération plutôt que par devoir, ils
voulaient bien lui envoyer quelques troupes. Cette réserve déplut à la
cour, qui fit examiner ces immunités prétendues. Il y a toute apparence
que ces prélats fournirent les troupes qu'on leur demandait: car la
forteresse fut emportée et détruite; ceux qui la défendaient furent
punis comme ils le méritaient, et la tranquillité fut rétablie dans le
Languedoc.

Le comte d'Anjou, frère du roi, avait un procès contre un simple
gentilhomme de ses vassaux, pour la possession d'un certain château. Les
officiers le jugèrent en faveur du prince. Le chevalier en appela à la
cour du roi. Le comte, piqué de la hardiesse du gentilhomme, le fit
mettre en prison. Le roi en fut averti, et manda sur-le-champ à son
frère de venir le trouver. _Croyez-vous_, lui dit-il avec un visage
sévère, _qu'il doive y avoir plus d'un souverain en France, ou que vous
soyez au-dessus des lois, parce que vous êtes mon frère?_ En même temps
il lui ordonne de rendre la liberté à ce malheureux vassal, pour pouvoir
défendre son droit devant la cour du roi. Le comte obéit. Il ne restait
plus qu'à instruire l'affaire; mais le gentilhomme ne trouvait ni
procureurs, ni avocats, tant on redoutait le caractère violent du comte
d'Anjou. Louis eut encore la bonté de lui en nommer d'office, et les fit
jurer qu'ils conseilleraient le gentilhomme fidèlement. La question fut
scrupuleusement examinée, le chevalier fut réintégré dans ses biens, et
le frère du roi perdit son procès.

_Jugement d'Enguerrand de Coucy_.

Mais de tous ces exemples d'une justice inflexible et sévère, le plus
frappant est celui qui fut fait sur Enguerrand de Coucy, fils de ce
fameux Enguerrand qui s'était flatté de la couronne dans les premières
années du règne de saint Louis, et qui était proche parent du roi. Ce
jeune seigneur, héritier de tous les biens de son père, par le décès
de son frère aîné, tué à Massoure, était d'un caractère violent et
très-emporté. Il arriva que trois jeunes gentilshommes flamands, envoyés
par leurs parens à l'abbaye de Saint-Nicolas-des-Bois, pour apprendre
la langue française, allèrent un jour se promener hors du monastère, et
s'amusèrent à tirer des lapins à coups de flèches. L'ardeur de la chasse
les emporta jusque dans les bois de Coucy, où ils furent arrêtés par les
gardes du comte, qui les fit pendre sur-le-champ, sans leur donner le
temps de se préparer à une mort qu'ils ne croyaient guère avoir méritée.
Louis en fut averti par l'abbé de Saint-Nicolas, et par le connétable
Gilles-le-Brun, proche parent de ces malheureux étrangers. Touché d'une
action si barbare, ce prince donna promptement ses ordres pour en faire
informer. Le crime fut avéré, et Coucy assigné à comparaître devant les
juges de la cour du roi. Il se présenta, mais sans vouloir répondre,
sous prétexte qu'étant baron, il ne pouvait être jugé que par les pairs.
On lui prouva, par d'anciens arrêts, que ses ancêtres n'avaient joui du
droit de pairie qu'à titre de seigneurs de Boves et de Gournay: titres
qui avaient passé aux cadets de sa maison; que l'hommage qu'ils lui en
rendaient comme à leur aîné, ne changeait pas la nature des choses;
que Coucy demeurait toujours un simple fief qui devait même un cens à
l'abbaye de Saint-Rémy de Reims. Il fut donc arrêté et très-étroitement
gardé dans la tour de Louvre, non par les pairs ou chevaliers, mais par
les huissiers ou sergens du roi. Cette action de vigueur étonna tous
les barons de France, la plupart parens ou alliés du coupable. Ils
commencèrent à craindre pour sa vie. Louis voulait qu'il souffrît
la peine du talion; il s'en expliquait ouvertement. Aussitôt ils
s'assemblèrent, vinrent trouver le monarque, et lui demandèrent avec
tant d'instance d'être du nombre des juges, qu'il ne put leur refuser
cette grace, bien résolu de faire justice par lui-même, s'ils ne la
faisaient pas.

L'assemblée fut nombreuse. On y vit le jeune Thibaut, roi de Navarre
et comte de Champagne, le duc de Bourgogne, l'archevêque de Reims,
la comtesse de Flandre, le comte de Bretagne, les comtes de Bar, de
Soissons, de Blois, et quantité de seigneurs qui voulurent s'y trouver,
moins cependant comme juges que comme intercesseurs. Le coupable,
interrogé par le roi même, et presque convaincu, ne vit d'autre moyen
d'éviter sa condamnation, que de demander de pouvoir prendre conseil
de ses parens: ce qui lui fut accordé. Alors, ce qui prouve bien et la
noblesse de sa maison, et la grandeur de ses alliances, tous les barons
se levèrent et sortirent avec lui. Le monarque demeura seul avec son
conseil.

Quelque temps après ils rentrèrent, ayant Coucy à leur tête. Ce seigneur
nia le fait, offrit de s'en justifier par le duel, et protesta contre la
voie d'information, qui, suivant les lois du royaume, ne pouvait avoir
lieu à l'égard des barons, quand il s'agissait de leurs personnes ou de
leur honneur. L'information était en effet une procédure peu commune
alors, surtout vis-à-vis de la noblesse; mais Louis cherchait à
l'établir, pour pouvoir abolir insensiblement celle du combat, qui lui
semblait, à juste titre, un monstrueux brigandage.

Il répondit que «la preuve du duel n'étoit point recevable à l'égard
des églises et des personnes sans appui qui seroient toujours dans
l'oppression et sans espérance d'obtenir justice, faute de trouver des
champions pour combattre les grands seigneurs.» Le comte de Bretagne
voulut insister. «Vous n'avez pas toujours pensé de même, lui dit Louis,
avec cet air de majesté qui lui était si naturel; vous devriez vous
souvenir qu'étant accusé devant moi par vos barons, vous me demandâtes
que la preuve se fît par enquête, le combat n'étant pas une voie de
droit.»

Cette fermeté fit trembler pour le malheureux Enguerrand; personne n'osa
répliquer: on ne s'occupa plus que du soin de fléchir son juge par
toutes sortes de soumissions.

Louis cependant paraissait inexorable. Convaincu que la justice doit
être la première vertu des rois, il semblait oublier la qualité du
criminel, pour ne penser qu'à l'énormité de son crime. Plein de cette
idée, il ordonne aux barons de reprendre leurs places, et de donner leur
avis. Alors il se fait un profond silence: aucun ne veut opiner; mais
tous se jettent aux pieds du monarque pour lui demander grace. Coucy
lui-même, prosterné à ses genoux, et fondant en larmes, implore sa
miséricorde.

On peut juger de l'effet que fit une scène si touchante sur un coeur
comme le sien, et sur une aussi noble assemblée: il insistait néanmoins
encore sur la nécessité de punir sévèrement une action si barbare. Mais
enfin, n'espérant plus obtenir le consentement de ses barons, ne croyant
pas devoir mépriser les sollicitations des grands de son état, content
d'ailleurs de leur soumission, touché de celle d'un homme de la première
qualité, qui, après tout, n'était convaincu que par une procédure
extraordinaire dans le royaume, il laisse tomber un regard sur lui.
_Enguerrand_, lui dit-il d'un ton de maître, _si je savois certainement
que Dieu m'ordonnât de vous faire mourir, toute la France et votre
parenté ne vous sauveraient pas_. Ces paroles, mêlées tout à la fois
de clémence et de sévérité, remirent le calme dans l'assemblée, qui ne
demandait que la vie du coupable. On alla ensuite aux opinions, qui
furent toutes pour un châtiment exemplaire. Coucy fut condamné à fonder
trois chapelles, où l'on dirait des messes à perpétuité pour les trois
gentilshommes flamands; à donner à l'abbaye de Saint-Nicolas le bois
fatal où le crime avait été commis; à perdre dans toutes ses terres le
droit de haute justice et de garenne; à servir pendant trois ans à la
Terre-Sainte avec un certain nombre de chevaliers; et enfin à payer
douze mille cinq cents livres d'amende, que le monarque se fit délivrer
avant de faire mettre le coupable en liberté.

C'était le zèle de la justice et non l'envie d'enrichir son fisc, qui
lui avait dicté cet arrêt: aussi cet argent fut-il employé à différentes
oeuvres de piété; une partie fut destinée à bâtir l'église des
Cordeliers de Paris, les écoles et le dortoir des Jacobins. Le reste
servit à fonder l'Hôtel-Dieu de Pontoise.

On sentira encore mieux tout l'héroïsme de cette action de justice, si
l'on fait attention qu'alors la puissance des rois de France se trouvait
renfermée dans des bornes très-étroites; mais la vertu a des droits
toujours respectables. Celle de Louis eut plus de pouvoir en cette
rencontre, que l'autorité armée de toute sa puissance. Aussi
l'historien de son règne[1] observe-t-il que toute la France fut saisie
d'étonnement, qu'un homme de si grande naissance, soutenu par tous les
barons du royaume, ses parens ou ses alliés, eût à peine obtenu grace
de la vie, au tribunal de ce rigide observateur de l'ordre et des lois.
Tous les grands, ajoute-t-il, ne purent s'empêcher de reconnaître que
la sagesse et l'esprit de Dieu guidaient ce prince dans toutes ses
démarches: la crainte succéda à l'admiration, et augmenta encore le
respect qu'inspirait la sainteté de ses moeurs.

[Note 1: Nangis, p. 365.]

Quelques-uns néanmoins éclatèrent en murmures. Un chevalier, nommé Jean
de Thorotte, châtelain de Noyon, effrayé de ce coup d'autorité, s'écria
assez haut pour être entendu: _Après cela, il ne reste plus qu'à nous
faire tous pendre_. Louis, qui en fut averti, l'envoya chercher par ses
officiers de justice. _Vous voyez, lui dit-il, que je ne fais point
pendre mes barons, mais que je fais punir ceux qui violent les lois
de l'état et de l'humanité_. Le malheureux gentilhomme vit bien qu'on
l'avait desservi; il se jette aux genoux du prince, proteste qu'il n'a
point tenu un pareil discours; et si son serment ne suffit pas, il offre
d'en donner trente chevaliers pour garans. Le monarque avait résolu
de le faire mettre en prison: content de lui avoir fait peur, il lui
ordonna d'être plus circonspect à l'avenir.

_Louis forme une bibliothèque dans son palais._

Les sciences accompagnent ordinairement les héros. Louis, qui était
fort instruit, aurait désiré faire sortir les Français de l'ignorance
prodigieuse où ils étaient plongés; mais il n'y avait dans le royaume
aucun homme assez savant pour l'aider dans un si noble projet. Les
ecclésiastiques étaient les seuls qui sussent lire et écrire. L'étude
de la philosophie était très-imparfaite: ceux qui s'y appliquaient
n'avaient pour guide de leurs raisonnemens qu'Aristote, qu'ils
n'étudiaient encore que sur des traductions très-imparfaites: elles nous
étaient venues par les Arabes, qui avaient eu un siècle de lumières,
mais très-bornées. L'ignorance où l'on était des langues hébraïque et
grecque, empêchait d'étudier l'Ecriture-Sainte dans ses sources. Louis
était peut-être l'homme de son royaume le plus savant, et le mieux
instruit de ce que c'était que la véritable science. Pour faciliter à
ceux dont l'état était de s'en occuper, les moyens d'étudier, il conçut
le dessein de former dans son palais une bibliothèque, où tout le monde
eût la liberté d'entrer. Il y venait quelquefois seul, sans toute la
suite de la royauté, aux heures que les affaires lui laissaient libres,
et se faisait un plaisir d'expliquer les endroits difficiles à ceux qui
voulaient en profiter, et qui souvent prenaient ses leçons sans savoir
que ce maître si complaisant était le roi. Dans le choix des livres
dont il composa cette bibliothèque, outre plusieurs originaux de saint
Augustin, de saint Ambroise, de saint Jérôme, de saint Grégoire, et
d'autres Pères de l'Eglise latine, c'était un grand nombre d'exemplaires
de l'Ecriture-Sainte, qu'il avait fait copier sur des manuscrits
authentiques, conservés dans différentes bibliothèques de son royaume.

Le pieux monarque, occupé de deux soins également importans, et de la
conduite de son royaume, et de l'ouvrage de son salut, ne négligeait
aucun des secours qui pouvaient le conduire à cette double fin. De
là cette scrupuleuse attention sur le choix de ses ministres. Il
n'accordait sa confiance qu'à la probité, et sa faveur qu'à la vérité.
Sa coutume était de choisir, parmi ses courtisans, quelque homme
d'honneur et d'esprit, qu'il priait affectueusement, et à qui il
ordonnait en maître de l'avertir fidèlement de tout ce qu'on disait de
lui et des fautes qu'il faisait. Quels que fussent ses avis, il les
recevait avec douceur et tâchait d'en profiter.

Il avait un catalogue des ecclésiastiques auxquels il voulait faire du
bien: ce n'était ni la qualité, ni les services des pères, qui faisaient
mettre sur la liste. La science et les bonnes moeurs sollicitaient
seules auprès de lui. Il consultait là-dessus son confesseur, le
chancelier de l'Eglise de Paris, et quelques religieux. On ne le vit
jamais donner à un bénéficier un autre bénéfice, sans exiger de lui une
résignation pure et simple de celui qu'il possédait.

Les traits que je viens de rapporter n'étaient pas les seules affaires
qui occupaient le roi pendant la paix qu'il avait procurée à ses sujets:
il s'appliqua plus que jamais à régler le dedans de son royaume; il alla
en Artois, en Champagne, et laissa partout des marques de sa justice et
de sa libéralité. Plusieurs commissaires dans le même temps parcouraient
en son nom ses provinces les plus éloignées, pour réparer les torts que
les particuliers avaient soufferts depuis son avènement à la couronne.
Ils avaient même ordre de remonter jusqu'au règne de Philippe-Auguste.
On voyait par toute la France des bureaux établis pour l'examen de ces
restitutions, et les sénéchaux ou baillis étaient chargés d'exécuter
avec célérité ce qu'on y avait décidé; mais, comme souvent on ne
trouvait ni les enfans, ni les héritiers de ceux qui avaient été
injustement dépouillés, les commissaires étaient embarrassés sur ce
qu'ils devaient faire. Louis, dans cette incertitude, se crut obligé
d'avoir recours au pape, pour obtenir la permission de distribuer aux
pauvres la valeur du bien mal acquis; ce qui lui fut accordé par un bref
du pape Alexandre IV, qui, rempli des éloges du saint monarque, fait
assez voir combien sa vertu était universellement reconnue[1].

[Note 1: Ducange, _Observations sur Joinville_, p. 117 et 118.]

Ce que ses lieutenans exécutaient au loin par ses ordres, il le faisait
exécuter lui-même dans les lieux où il se trouvait. La facilité de
l'aborder, jointe à la certitude d'obtenir une prompte justice, lui
donna plusieurs fois occasion d'exercer cette première et la plus noble
des fonctions de la royauté. Il avait toujours auprès de lui un certain
nombre de personnes en qui il avait confiance, entr'autres le sire de
Nesle, le comte de Soissons, le sire de Joinville, Pierre de Fontaine et
Geoffroy de Villette, bailli de Tours[1]. Ces bons seigneurs, dès qu'ils
avaient ouï la messe, allaient chaque jour entendre le plaids de la
porte, ce qu'on a depuis appelé les requêtes du palais, et jugeaient
sur-le-champ toutes les petites affaires. Quand les parties n'étaient
pas contentes, le monarque en prenait connaissance lui-même et décidait.
«Souvent j'ai vu, dit Joinville, que le bon saint, après la messe,
alloit se promener au bois de Vincennes, s'asseyoit au pied d'un chêne;
nous faisoit prendre place auprès de lui, et donnoit audience à tous
ceux qui avaient à lui parler, sans qu'aucun huissier ou garde empêchât
de l'approcher[2].» On le vit aussi plusieurs fois venir au jardin de
Paris, vêtu d'une cotte de camelot, avec un surcot de tiretaine sans
manches, et par-dessus un manteau de taffetas noir: là il faisait
étendre des tapis pour s'asseoir avec ses conseillers, et _dépêchait son
peuple diligemment_. Deux fois par semaine il donnait audience dans
sa chambre; et, peu content d'expédier les parties, il les renvoyait
souvent avec des instructions importantes. Une femme de qualité, vieille
et fort parée, lui demanda un entretien secret; il la fit entrer dans
son cabinet, où il n'y avait que son confesseur, et l'écouta aussi
long-temps qu'elle voulut. «Madame, lui dit-il, j'aurai soin de votre
affaire, si de vôtre côté vous voulez avoir soin de votre salut. On dit
que vous avez été belle: ce temps n'est plus, vous le savez. La beauté
du corps passe comme la fleur des champs; on a beau faire, on ne la
rappelle point: il faut songer à la beauté de l'ame, qui ne finira
point.» Ce discours fit impression. La dame s'habilla plus modestement
dans la suite, et fit pénitence du temps qu'elle avait perdu en de vains
ajustemens.

[Note 1: Joinville, p. 12.]

[Note 2: _Ibid_., p. 13.]

On était toujours sûr du succès, même dans les affaires où le roi avait
intérêt, lorsque la demande était juste et fondée. Si l'équité ne
parlait point en sa faveur, il était le premier à se condamner. Quand
son droit paraissait certain, il savait le maintenir; mais dans le doute
il aimait mieux tout sacrifier, que de courir risque de blesser la
justice. Louis VII, en fondant les religieux de Grammont, leur avait
donné un bois dans le voisinage de leur monastère. Philippe-Auguste le
trouva à sa bienséance, et ne fit point difficulté de se l'approprier.
Le saint roi, instruit de l'usurpation, ordonna de le restituer: ce qui
fut exécuté promptement. Un chevalier, nommé Raoul de Meulan, réclamait
quelques droits sur des terres situées aux environs d'Evreux: cette
prétention était même tout son bien; mais elle ne se trouvait appuyée
d'aucune preuve suffisante. La noblesse et la pauvreté du gentilhomme
y suppléèrent: Louis lui assigna une rente de six cents livres sur
d'autres biens en Normandie.

Arnaud de Trie redemandait le comté de Dammartin, que le roi retenait
depuis la mort de la comtesse Mathilde, quoiqu'il eût promis
solennellement de ne point s'opposer à ce qu'il retournât aux héritiers
légitimes de la comtesse. On lui produisait des lettres-patentes à ce
sujet; précaution qu'on avait cru devoir prendre, parce que cette terre
ayant été confisquée pour félonie sur Renaud, comte de Boulogne, ensuite
rendue à sa fille, en considération de son mariage avec Philippe de
France, Renaud craignit que cette grace ne s'étendît pas jusque sur les
enfans d'Alix, soeur du rebelle. Mais le roi ni personne de sa cour ne
se souvenait de ces lettres: les sceaux en étaient brisés et rompus;
il ne restait de la figure du monarque que le bas des jambes; tout son
conseil fut d'avis qu'on ne devait y avoir aucun égard. La délicatesse
de sa conscience ne lui permit pas de s'en tenir là. Il appelle Jean
Sarrasin, son chambellan, et lui ordonne de lui apporter des vieux
sceaux, pour les confronter avec les restes de celui qu'on lui
représentait. On en trouva de parfaitement semblables. «Voilà, dit-il à
ses ministres, le sceau dont je me servois avant mon voyage d'outre-mer;
ainsi, je n'oserois, selon Dieu et raison, retenir la terre de
Dammartin.» En même temps il fait venir Renaud: «Beau sire, lui dit-il,
je vous rends le comté que vous demandez.»

Rien n'était plus admirable que l'ordre qu'il avait mis dans sa maison.
On y comptait, comme aujourd'hui, un nombre considérable d'officiers,
chambellans, pannetiers, échansons et autres dont on peut voir les noms
et les gages, dans une ordonnance rapportée par Ducange; mais, quoique
fort grande, elle était mieux réglée que celle d'un particulier. On
n'aurait osé s'y attribuer ces profits criminels qui blessent l'honneur
et souillent la conscience. Chacun, content de ce qui lui revenait
légitimement, ne s'occupait qu'à remplir fidèlement ses devoirs: la
crainte de déplaire à un maître, qui de temps en temps descendait dans
les plus petits détails, les obligeait d'être attentifs à leurs actions.
Non qu'on pût l'accuser d'une sordide épargne: «Il faisait, dit
Joinville[1], une grande et large dépense, telle en un mot qu'il
appartient à un si grand roi. Lorsqu'il tenoit les parlemens ou états,
tous les seigneurs, chevaliers et autres, étoient servis à la cour plus
splendidement que jamais n'avoient fait ses prédécesseurs; car il étoit
fort libéral.» Mais, dans la nécessité où il se trouvait par état
de représenter, il ne s'en croyait pas moins obligé à une prudente
économie, pour ne point fouler ses sujets, qui veulent bien se gêner
pour contribuer à la magnificence du prince, mais qui souffrent toujours
très-impatiemment que le tribut de leur amour devienne la proie d'une
foule de domestiques avides.

[Note 1: Joinville, p. 224.]

_Mariage de Louis, fils aîné du roi._

Ces divers soins ne l'occupaient pas tellement, qu'il ne réservât la
plus grande partie de son attention pour les intérêts légitimes de son
état et de sa famille. C'est ce qui lui fit rechercher pour Louis, son
fils aîné, Bérengère, fille d'Alphonse X, et présomptive héritière du
royaume de Castille. On sait les justes prétentions de Louis VIII sur
cette couronne, dont il avait épousé l'héritière Blanche de Castille,
mère de saint Louis. Des circonstances particulières avaient empêché
cette princesse de profiter de l'heureuse disposition des Castillans à
son égard. On prétend que le saint roi, son fils, ne prit le même parti
que par déférence pour la reine Blanche, sa mère.

Quoi qu'il en soit, cette nouvelle alliance, en réunissant tous ses
droits, faisait cesser tous les sujets de guerre. Louis envoya donc des
ambassadeurs pour en faire la proposition: elle fut acceptée avec la
plus sensible joie. Aussitôt le prince Sanche, oncle de la princesse, le
grand chambellan de Castille, et plusieurs des principaux seigneurs
de l'état partirent pour la France, munis de tous les pouvoirs pour
conclure une si belle union. On assura la couronne de Castille à
Bérengère et à ses enfans, s'il arrivait que le roi son père mourût
sans enfans mâles. On prit même des précautions pour l'empêcher de rien
aliéner au préjudice de sa fille.

Louis, de son côté, promit à l'infante cinq mille livres pour son
douaire, qui fut assigné sur le Valois, Senlis et Beaumont; mais le
temps n'était pas encore arrivé où le sceptre castillan devait passer
dans la maison de France. Il était réservé à un des plus illustres
descendans du saint roi, de l'affermir dans la main d'un de ses
petits-fils. On avait remis la célébration de ce mariage jusqu'à la
seizième année du jeune prince; il n'eut pas le bonheur d'atteindre cet
âge.

_Pieuses fondations de Louis_.

Cependant on vit alors redoubler la ferveur du roi, sa piété et son
exactitude dans les pratiques de dévotion et de mortification. On le vit
pourvoir avec la plus grande attention au soulagement des peuples, en
révoquant ou diminuant les impôts, que la nécessité des temps avait
introduits; à l'honneur des demoiselles, en mariant de ses propres
deniers celles dont la pauvreté pouvait exposer la vertu; enfin, à
l'entretien des pauvres communautés religieuses, en leur faisant
distribuer des aumônes dont le détail serait infini.

Les Mathurins de Fontainebleau, les Jacobins, les Cordeliers et les
Carmes de Paris, le reconnaissent pour leur fondateur; honneur qu'ils
partagent avec les abbayes de Royaumont, de Long-Champ, de Lis et de
Maubuisson, qu'il bâtit et dota avec une magnificence vraiment royale.
Le château de Vauvert, habitation des Chartreux de Paris, est encore
l'ouvrage de sa libéralité, ainsi qu'une grande partie des biens de
cette maison.

C'est à cette pieuse profusion, que tant d'abbayes, de monastères et de
maisons de piété, doivent leurs établissemens et leurs revenus. Mais sa
générosité s'étendait surtout aux hôpitaux; fondations d'autant plus
dignes d'un grand roi, que, malgré tous ses soins pour occuper ses
sujets et leur procurer l'abondance, les différens accidens de la vie
ne font toujours que trop de malheureux. L'Hôtel-Dieu de Paris existait
depuis long-temps; cependant, comme la ville était fort augmentée depuis
les conquêtes de Philippe-Auguste, les anciennes salles ne suffisaient
pas pour loger commodément les malades; Louis en fit bâtir de nouvelles,
et augmenta considérablement les revenus de la maison. Pontoise,
Compiègne et Vernon, lui doivent aussi ces hospices, où les pauvres et
les malades trouvent un asile dans leur misère et des remèdes à leurs
maux. Ce fut encore dans ce même esprit, qu'il fonda ce fameux hôpital
pour les aveugles, dit depuis les Quinze-Vingts, parce qu'on les a
réduits à ce nombre de trois cents, au lieu de trois cent cinquante
qu'ils étaient alors. On a voulu faire croire que cette fondation était
pour des gentilshommes auxquels les Sarrasins avaient crevé les yeux, et
que saint Louis avait ramenés de la Terre-Sainte; mais c'est une fausse
tradition dont il n'est fait aucune mention dans les histoires de son
temps. Il suffisait d'être malheureux pour exciter la compassion et
mériter les bienfaits de ce généreux prince. Les commissaires qu'il
avait envoyés dans les provinces, avaient aussi ordre de dresser un
rôle des pauvres laboureurs de chaque paroisse, qui ne pouvaient plus
travailler à cause de leur vieillesse, et le saint monarque se chargeait
de veiller à leur subsistance. Ses ministres se plaignaient souvent
qu'il faisait de trop grandes charités; il les laissa murmurer
sans vouloir rien changer à sa manière d'agir. «Il est quelquefois
nécessaire, disait-il, que les rois excèdent un peu dans la dépense; et
s'il y a de l'excès, j'aime mieux que ce soit en aumônes, qu'en choses
superflues et mondaines.»

Ce fut dans le même temps que le saint roi, par son autorité et par
celle du pape Alexandre IV, travailla à terminer un différend qui
s'était élevé durant son séjour en Palestine, dans l'université de
Paris, et qui avait causé de grands scandales.

Il avait pris naissance de la jalousie qui se mit entre les docteurs
séculiers et les docteurs de l'ordre de Saint-Dominique, contre lesquels
Guillaume de Saint-Amour, théologien fameux en l'université, publia un
ouvrage intitulé: _Des Périls des derniers temps_. Les religieux de
saint François se joignirent aux Dominicains. Saint Thomas d'Aquin et
saint Bonaventure, général des Cordeliers, qui florissaient dans la même
université, entreprirent la défense des religieux par des écrits que
l'un et l'autre publièrent. Ce procès fut porté à Rome, et les deux
parties furent entendues. Le livre du docteur Saint-Amour fut condamné,
et les docteurs des deux ordres furent rétablis en l'université dont ils
avaient été exclus. Saint Louis, par ses insinuations et son autorité,
apaisa toutes les dissensions, et rendit la paix à l'université.

Ce pieux roi avait beaucoup de considération pour ces deux ordres, qui
étaient les plus savans d'entre le clergé, si cependant on peut appeler
savans des hommes, dont toute la science consistait dans une scolastique
très-imparfaite. Les Jacobins surtout étaient dans sa plus grande
familiarité; mais ce qui fait voir combien ils manquaient de jugement,
et combien peu ils étaient instruits de cette prudence sage et éclairée,
si nécessaire à ceux qui veulent conduire les autres (car ils étaient
les seuls qui fussent appelés aux conseils des princes, et choisis pour
leurs confesseurs), c'est qu'ils avaient persuadé au roi de quitter sa
couronne pour prendre l'état monastique. Ils ne faisaient pas attention
qu'ils auraient privé le royaume d'un prince qui était le plus sage de
tous les rois, et faisait le bonheur de ses peuples, et qu'ils auraient
livré l'état à la discrétion d'une reine sans expérience, et d'un roi
qui n'avait pas encore douze ans.

Un jour qu'il s'entretenait avec eux du bonheur qu'avait eu Marie de
porter le fils de Dieu dans ses chastes flancs: «Sire, lui dit un de
ces religieux, plus hardi que les autres, ne voudriez-vous pas en tenir
autant que la sainte Vierge en a renfermé dans son sein? Oui, sans
doute, répondit le monarque. Vous savez, seigneur, reprit le bon
religieux, ce qui est dit dans l'Evangile: Si quelqu'un quitte son père
ou sa mère, ou sa femme, ou ses enfans ou ses biens, pour l'amour de
moi, il recevra le centuple et possédera la vie éternelle. Osez, sire,
osez aspirer à ce dernier période de la perfection. Vous avez des
héritiers capables de bien gouverner votre royaume; votre bonheur
jusqu'ici est d'avoir beaucoup souffert pour Dieu; on vous a vu vingt
fois exposer votre vie pour la gloire de son nom; il ne vous reste plus
qu'à tout quitter pour prendre la croix, c'est-à-dire, notre habit.
Ainsi, de grade en grade, vous parviendrez au sacerdoce, et vous
mériterez de recevoir Jésus-Christ dans vos mains.»

Le roi, frappé de ce discours, demeura quelque temps comme enseveli dans
une profonde rêverie; il réfléchissait sur les dangers du monde et la
grandeur des devoirs de la royauté, sur les douceurs inestimables qu'on
goûte dans la retraite. «Si ce que j'entends est vrai, dit-il, comme je
le crois d'esprit et de coeur, je suivrai votre conseil; mais je ne
puis rien que du consentement de la reine: sa vertu et mes engagemens
vis-à-vis d'elle, ne me permettent pas de rien décider sans sa
participation.»

Aussitôt il retourne au palais, se rend à l'appartement de la reine, lui
ouvre son coeur sur la résolution où il est de lui remettre et à ses
enfans la couronne de France, lui représente qu'étant religieux
et prêtre, il ne cessera de prier le Seigneur pour eux et pour la
prospérité de l'état, la conjure enfin, par tout ce qu'il y a de plus
sacré, de ne point s'opposer à l'accomplissement d'un dessein inspiré du
Ciel.

Marguerite, frappée comme d'un coup de tonnerre, ne répondit rien; mais
ayant fait venir ses enfans, elle leur demanda, en présence du comte
d'Anjou, leur oncle, qu'elle avait aussi mandé, s'ils aimaient mieux
être appelés fils de prêtre que fils de roi. Les princes, ne concevant
rien à ce discours, elle ne les laissa pas longtemps dans cet embarras.
Apprenez, leur dit-elle, que les Jacobins ont tellement fasciné l'esprit
du roi votre père, qu'il veut abdiquer la royauté pour se faire prêcheur
et prêtre. Le comte d'Anjou, à cette nouvelle, entra en fureur,
s'emporta jusqu'à l'insolence contre son frère, menaça les séducteurs
des plus terribles châtimens, et envoya de suite dans sa province
d'Anjou faire défense de les laisser prêcher, et même de leur distribuer
aucune aumône.

Louis, fils aîné du monarque, ne fut pas plus maître de son
ressentiment; il se répandit en discours si outrageans contre les frères
prêcheurs, que le roi, pour le faire taire, lui donna un soufflet.
«Seigneur, s'écria le jeune prince avec feu, je n'oublierai jamais le
respect que je vous dois; il n'y a en effet que mon père et mon roi qui
puisse me frapper impunément; mais si le Ciel m'élève un jour sur le
trône, j'en jure par monseigneur saint Denis, notre patron, je ferai
chasser tous ces prêcheurs du royaume.»

Le bon roi, étonné de tant de contradictions, craignit que son
inclination pour la retraite ne fût moins une inspiration du Ciel, qu'un
goût trop décidé pour le repos; il connaissait la tendresse de la reine,
la fierté du prince son successeur, les violences du comte d'Anjou,
l'attachement de ses sujets. Il ne jugea pas que Dieu voulût un
sacrifice auquel tout semblait s'opposer, l'honneur de sa maison et le
bonheur de ses peuples.

_Traité de Louis avec le roi d'Aragon_.

Le roi, qui suivait toujours son dessein d'établir une solide paix dans
son royaume, conclut dans cette vue, l'année suivante, deux importans
traités avec Jacques 1er, roi d'Aragon, et Henri III, roi d'Angleterre.

Quoique les rois d'Aragon eussent presque toujours vécu en paix avec les
rois de France, il y avait toutefois entre eux de grands sujets, ou des
prétextes plausibles de guerre, s'ils avaient voulu s'en servir. Il est
certain que tous les peuples d'en de-çà les Pyrénées avaient été du
domaine de la couronne; et que le comté de Barcelone, le comté de
Roussillon, et plusieurs autres villes et terres au-delà de ces
montagnes en étaient des fiefs mouvans; que, dans ces pays, on datait
les actes publics des années du règne des rois de France,
jusqu'au concile de Tarragone, qui changea cet usage du temps de
Philippe-Auguste; mais d'autres affaires empêchèrent ce prince d'en
tirer raison.

Les rois d'Aragon descendaient des comtes de Barcelone, et étaient
entrés dans tous leurs droits et dans toutes leurs obligations, et par
conséquent, dans celle de rendre à la couronne de France les hommages
que ces comtés lui devaient, et Louis aurait eu droit de les exiger du
roi d'Aragon.

D'autre part, les rois d'Aragon avaient des prétentions sur le comté
de Toulouse, sur l'Albigeois, sur le Rouergue, sur Carcassonne, sur
Narbonne, sur Nîmes et sur quantité de domaines voisins de ces villes,
ou enclavés dans ces territoires. L'on voit effectivement dans
l'histoire des guerres des Albigeois, que la plupart de ces domaines
étaient regardés comme des arrière-fiefs de la couronne de France, et
que Pierre d'Aragon, père de Jacques, s'en faisait rendre les hommages,
comme fiefs immédiatement mouvans de la couronne. Tout cela était fondé
sur la possession, ou sur des alliances par des mariages. Ces droits
respectifs étaient autant de semences de guerre entre les deux rois et
leurs successeurs. Ces deux princes s'aimaient et s'estimaient beaucoup.
Tous deux, quoique guerriers, cherchaient tous les moyens d'entretenir
la paix entre les deux états. Dès l'an 1255, ils avaient signé, au mois
de mai, un compromis sur cette grande affaire, qui devait être terminée
par leurs députés.

Celui du côté du roi était Hébert, doyen de Bayeux; et celui du roi
d'Aragon, était Guillaume de Montgrin, trésorier de la cathédrale de
Gironne. On devait s'en rapporter à ce qu'ils décideraient; il y avait
un dédit de trente mille marcs d'argent, et l'affaire devait être
terminée dans l'espace d'un an. Toutefois elle ne put être réglée alors,
et ne le fut qu'en l'année 1258, par le traité de Corbeil. Elle le fut
de la manière qu'on le voit dans l'acte publié à Barcelone par le roi
d'Aragon, au mois de juillet.

On expose d'abord dans cet acte les prétentions du roi de France sur les
comtés de Barcelone, d'Urgel, de Roussillon, de Cerdagne, de Gironne,
d'Ausone, et sur toutes leurs dépendances. En second lieu, les
prétentions du roi d'Aragon sur Carcassonne, Albi, Toulouse et autres
places ci-dessus nommées, et sur toutes leurs dépendances. Ensuite il
est déclaré que le roi de France, par accord fait avec le roi d'Aragon,
renonce, pour lui et pour tous ses successeurs, à tous les droits qu'il
a pu et qu'il pourrait désormais prétendre sur tous les pays nommés dans
le premier article.

D'autre part, le roi d'Aragon renonce, en faveur de Louis et de ses
successeurs, à tous les droits qu'il pourrait avoir sur les pays
désignés dans le second article, et à tous ceux généralement qui avaient
été possédés, soit en seigneuries, soit en domaines, par Raimond,
dernier comte de Toulouse. Ce traité ayant été ratifié à Barcelone, le
roi d'Aragon renonça encore, en faveur de la reine de France, et de
celui de ses enfans qu'elle jugerait à propos, à tous les droits qu'il
pouvait avoir sur les comtés de Provence et de Forcalquier, aussi bien
que sur les villes d'Arles, d'Avignon et de Marseille.

En cette même année, et au même lieu, fut arrêté le mariage de Philippe,
second fils de France, avec Isabelle, fille du roi d'Aragon. Mais ce
mariage, à cause de l'âge du prince et de la princesse, ne s'accomplit
que quelques années après, c'est-à-dire l'an 1262.

Ce traité fut avantageux à la France, qui ne céda que des droits qu'il
lui était impossible de faire valoir, sur des pays situés au-delà des
Pyrénées, pour demeurer en possession d'un grand nombre de villes et
de domaines très-considérables, sans craindre désormais aucune
contestation. Les rois d'Aragon firent néanmoins dans la suite des
tentatives pour se relever de cet accord, mais ce fut toujours en vain.

_Traité de paix avec le roi d'Angleterre_.

Une autre négociation, commencée dans le même temps avec l'Angleterre,
mais qui ne fut terminée que l'année suivante, excita de grandes
rumeurs. On peut dire que ce fut proprement l'ouvrage du roi. Les gens
de son conseil n'oublièrent rien pour l'en détourner. Ce que la noblesse
avait de mieux intentionné pour la gloire de la nation, s'y opposa; tout
fut inutile. _C'est la seule fois_, dit Mézerai, _qu'il lui arriva de
choquer la volonté de ses parens_.

Depuis plus de cinquante ans qu'on était en guerre avec les Anglais, on
n'avait pu faire de paix, les uns demandant trop, les autres n'offrant
pas assez. Henri cependant ne désespérait pas de recouvrer, par la
négociation, ce que son père avait perdu par sa félonie. C'était ce qui
l'avait amené à Paris, et l'y avait fait prodiguer caresses et présens
pour gagner les confidens de Louis; mais, s'il avait remarqué beaucoup
de bonne volonté, il s'aperçut en même temps, dit son historien, qu'elle
était moins forte que la crainte du baronage. Peu rebuté de cette
tentative, il essaya de se faire mettre sur la liste de ceux à qui le
roi faisait faire des restitutions: la réponse ne fut pas favorable.[1]
Tout récemment encore, il venait d'envoyer le comte de Leicester, son
beau-frère, avec plusieurs autres grands seigneurs d'Angleterre, pour
réclamer les provinces tant de fois demandées. Ils osèrent représenter
que, la trève étant sur le point de finir, la restitution des domaines
confisqués était le seul moyen d'éviter une guerre funeste aux deux
nations; qu'il était contre la justice de punir le fils des fautes du
père; que cette faute, en un mot, quelque grande qu'elle pût être, était
assez expiée par une si longue privation de tant de riches possessions.
Les ambassadeurs étaient accompagnés de ceux de Richard, frère de Henri,
nouveau roi des Romains, qui, de son côté, redemandait le Poitou, qui lui
avait été donné en apanage, trente ans auparavant. Louis les reçut tous
avec bonté; mais les princes, ses frères, les seigneurs de la cour, le
peuple même, ne leur témoignaient qu'indignation, et mépris. Désespérés
des sarcasmes dont on ne cessait de les accabler en toutes rencontres, peu
satisfaits d'ailleurs de la réponse du monarque, qui, sans leur dire
rien de positif, remit l'affaire au parlement, qu'il devait convoquer au
carême prochain, ils ne virent d'autre parti à prendre que de retourner
porter à leur maître de si tristes nouvelles; mais, en partant, ils
laissèrent à Paris l'abbé de Westminster pour continuer la négociation.
Pendant que l'abbé de Westminster en était occupé, les grands seigneurs
d'Angleterre, bien plus jaloux encore de leurs priviléges et de leurs
prérogatives, qu'ils n'étaient chagrins de la puissance du roi de
France, étaient fort brouillés avec leur roi. Comme ils appréhendaient
que saint Louis, en cas de division, ne prît contre eux le parti de
Henri, ils disputèrent au monarque français quelques-uns de leur corps,
avant l'assemblée du parlement qu'ils devaient tenir à Oxfort, pour le
prier de ne se point mêler des affaires d'Angleterre, l'assurant que
tout leur but, en ce parlement, était de réformer les abus qui s'étaient
glissés dans le gouvernement, et qu'il ne s'y ferait rien que pour le
bien commun du royaume, et pour la tranquillité de l'Europe. On ne sait
point la réponse que fit le roi; mais il paraît qu'alors il ne voulut
point entrer dans ces démêlés.

[Note 1: Matthieu Paris, p. 955 et 958.]

Il s'agissait, dans ce parlement, surtout de deux choses. La première,
de remettre en vigueur toutes les lois contenues dans la fameuse grande
chartre; et la seconde, d'obliger Henri à faire sortir d'Angleterre
les Poitevins. On désignait par ce nom les quatre fils du comte de la
Marche[1], qui étaient frères du roi d'Angleterre. Isabelle d'Angoulême,
sa mère, après la mort de Jean-Sans-Terre, son mari, père de Henri,
s'étant remariée à ce comte, ces quatre seigneurs avaient passé en
Angleterre, où le roi les avait comblés de bienfaits: leur grand crédit
avait donné de l'ombrage aux Anglais. Ils furent forcés de remettre
leurs châteaux entre les mains du parlement, et de repasser dans leur
pays, avec tous les Français et les autres étrangers qu'ils avaient
attirés en grand nombre. Pour les empêcher d'amener des troupes de
France, où ils possédaient beaucoup de terres, la noblesse anglaise se
saisit de tous les ports; et, après s'être confédérée, elle marcha en
armes à Oxfort, pour y tenir le parlement.

[Note 1: On a parlé ci-devant de lui.]

Comme ce parti était le plus fort, et que le roi n'avait dans ses
intérêts que ces quatre seigneurs, Richard, son frère, et peu d'autres,
ils le contraignirent, et le prince Richard, son fils, à jurer de
nouveau l'observation de la grande chartre, et à consentir au départ
des seigneurs de la Marche. Ceux-ci furent contraints d'obéir. Ils
s'embarquèrent pour repasser en France, et ils eurent le chagrin de se
voir enlever une très-grosse somme d'argent, qu'ils espéraient emporter
d'Angleterre, et qui fut confisquée, afin de l'employer pour le bien du
royaume, selon que le parlement le jugerait à propos. Ils abordèrent à
Boulogne: d'où ils envoyèrent demander au roi la permission de passer
par la France, pour se retirer sur leurs terres. Elle leur fut d'abord
refusée, à l'instance de la reine Marguerite, qui les haïssait, parce
qu'ils avaient très-mal agi envers la reine d'Angleterre, sa soeur, dans
le temps qu'ils avaient été à la cour de Henri. Le roi, touché de leur
malheur, leur accorda, quelque temps après, des passe-ports. Henri,
ayant satisfait son parlement, en consentant au départ des seigneurs de
la Marche, reprit la négociation avec le roi de France, dont l'abbé de
Westminster était chargé.

On ignore quels ressorts le prélat anglais put faire jouer pour
y réussir; tout ce qu'on sait, c'est que son séjour à Paris fut
très-avantageux au monarque anglais. Bientôt le comte de Leycester
revint en France, accompagné de Pierre de Savoie, du grand justicier
d'Irlande, Hugues Bigol; et tout fut réglé en peu de temps, sans qu'il
parût autre chose d'une négociation si épineuse, que beaucoup de courses
et de voyages de part et d'autre.

_Traité de Louis avec le roi d'Angleterre_.

Louis, par ce traité, déclare, 1.° qu'il cède au roi d'Angleterre ses
droits sur le Limousin, le Périgord, le Quercy, l'Agénois, et la partie
de la Saintonge qui est entre la Charente et la Garonne, mais avec la
réserve de l'hommage des princes, ses frères, si toutefois Henri peut
prouver, devant des arbitres dont on conviendra, qu'il a de justes
prétentions sur la terre que le comte de Poitiers tient dans le Quercy,
du chef de sa femme; 2.° qu'il s'oblige, en cas que l'Agénois ne
revienne pas à la couronne, d'en donner la valeur en argent, et
cependant d'en payer le revenu, qui fut estimé dans la suite à trois
mille sept cent vingt livres; 3.° qu'il n'inquiétera point le monarque
anglais sur tout le passé, comme d'avoir manqué à rendre les hommages,
à faire les services, à payer certains droits et autres charges
semblables; 4.° qu'il donnera et livrera au roi Henri la somme
nécessaire pour entretenir, pendant deux ans, cinq cents chevaliers, que
le prince anglais devait mener à la suite de Louis, contre _les
mécréans et ennemis de la foi_: Ce qu'il n'accomplit pas, dit un
auteur contemporain[1], quoiqu'il eût reçu ce payement évalué à cent
trente-quatre mille livres.

[Note 1: Joinville, p. 371 et 372.]

Henri, de son côté, pour reconnaître tous ces avantages, 1.° renonce,
tant pour lui que pour ses successeurs, à tous les droits qu'il
prétendait sur le duché de Normandie, sur les comtés d'Anjou, du Maine,
de Touraine, de Poitou, et sur tout ce que ses pères pouvaient avoir
possédé, terre ou île en-deçà de la mer, excepté les choses spécifiées
dans les précédens articles; 2.° s'oblige de faire hommage de tout
ce qu'on lui rend, comme aussi de Baïonne, de Bordeaux, de toute la
Guienne, et à tenir ces grands fiefs du roi et de ses successeurs,
comme pair de France et duc d'Aquitaine; 3.° déclare qu'il se soumet au
jugement de la cour de France, non-seulement pour les différends qui
s'élèveront sur l'exécution du traité, mais pour ceux même qui naîtront
entre lui et ses sujets de France. On a vu en effet cette même cour
décider, trois ans après, que les Gascons n'étaient point obligés de
rendre leurs hommages en Angleterre, mais seulement dans l'étendue de
leur province. On avait même réglé la manière dont on citerait les rois
d'Angleterre, lorsqu'on serait obligé de le faire.

Le traité fut juré de bonne foi: d'abord au nom de Henri par ses
ambassadeurs, ensuite au nom de Louis par le comte d'Eu et le sire de
Nesle. Le roi voulut qu'il fût souscrit par les deux princes Louis
et Philippe, ses fils aînés; mais en même temps il déclara que son
intention n'était point de se dessaisir, qu'il n'eût reçu l'hommage
et la ratification du monarque anglais. La trève fut donc continuée
jusqu'au 28 avril de l'année suivante; et cependant l'acte fut mis
en dépôt au Temple, sous les sceaux des archevêques de Rouen et de
Tarentaise.

Telles sont les conditions de cette fameuse paix, si long-temps désirée,
si peu espérée de part et d'autre. On a remarqué (chose assez ordinaire)
qu'agréable aux deux rois, elle déplut également aux deux nations.

Il serait inutile de rapporter ici les réflexions politiques que nous
ont débitées leurs historiens sur ce fameux traité. Guidés par la
prévention, dont ils sont naturellement affectés chacun pour leur pays,
ils ont peut-être aussi mal raisonné les uns que les autres.

Les Français ont blâmé leur prince d'avoir, au préjudice des véritables
intérêts de son état, traité si favorablement le roi d'Angleterre.
On lui rendrait sans doute plus de justice, si on réfléchissait
sérieusement sur la droiture de ses intentions. «Je sais bien, disoit-il
aux gens de son conseil, suivant le rapport de Joinville[1], que le roi
d'Angleterre n'a point de droit à la terre que je lui laisse: son père
l'a perdue par jugement; mais nous sommes beaux-frères; nos enfans sont
cousins germains: je veux établir la paix et l'union entre les deux
royaumes: j'y trouve d'ailleurs un avantage qui est d'avoir un roi pour
vassal. Henri est à présent mon homme, ce qu'il n'étoit pas auparavant.»
Voilà sans doute ce qui le détermina; peut-être aussi les événemens
toujours incertains de la guerre, l'horreur de voir répandre le sang
chrétien, le désir de procurer à ses peuples une paix durable, enfin
la délicatesse de sa conscience, qui lui laissait toujours quelques
scrupules sur la justice de la confiscation faite par son aïeul des
domaines du père de Henri, qui avait peut-être été trop rigoureuse, y
eurent beaucoup de part.

[Note 1: Joinville, p. 14.]

Les Anglais se plaignaient que leur roi, pour si peu de chose, eût
renoncé à des prétentions qui leur paraissaient légitimes. On semblait,
à la vérité, lui rendre cinq provinces; mais, après un sérieux examen,
on ne trouvait que quelques domaines honorifiques peu utiles. Déjà même
il en possédait une partie, comme Royan en Saintonge, et Bergerac dans
le haut Périgord: le reste ne regardait proprement que le ressort. Le
Périgord avait son comte, et le Limousin son vicomte. L'Agénois ne
pouvait manquer de revenir à sa maison, si la comtesse de Poitiers
mourait sans enfans; elle le tenait de son aïeul, à qui le roi Richard
l'avait donné en dot; enfin, le peu qu'on lui abandonnait dans le Quercy
ne lui était accordé qu'à condition qu'il prouverait qu'il faisait
partie de cette même dot. Louis d'ailleurs se réservait sur les
provinces cédées la régale pour les évêchés, la garde des abbayes, et
l'hommage, tant de ses frères, s'ils y possédaient quelques fiefs, que
de ceux que ses prédécesseurs et lui s'étaient obligés de ne point
laisser tomber sous la puissance de l'Angleterre. Quelle proportion
entre une cession si limitée, et le sacrifice pur et simple de cinq
belles provinces qui, réunies, pouvaient former un puissant royaume!
Henri devait-il acheter si cher l'honneur d'être vassal de la France?
Il paraît que les Anglais connaissaient mieux que les Français les
avantages qui revenaient à Louis par ce traité; et je crois que ceux-ci
avaient tort de blâmer leur prince de l'avoir fait.

Cependant le roi d'Angleterre vint à Paris pour consommer entièrement ce
fameux traité: il y fut reçu avec les plus grands honneurs. D'abord il
logea au Palais, où il fut traité pendant quelques jours avec toute la
magnificence possible. Il se retira ensuite à l'abbaye de Saint-Denis,
où il demeura un mois entier. Louis l'allait voir souvent, et lui
faisait fournir avec abondance tout ce qui lui était nécessaire. Henri,
pour ne lui pas céder en générosité, comblait de présens l'abbaye, où
l'on voyait un vase d'or de sa libéralité. Enfin, toutes les difficultés
étant levées, le traité fut ratifié par les deux rois. Alors, pour en
commencer l'exécution, le monarque anglais, en présence de l'une et
de l'autre cour, fit hommage-lige au roi pour toutes les terres qu'il
possédait en France; hommage qui emportait serment de fidélité: ce qui
le distinguait du simple, toujours conçu en termes généraux. Les rois
anglais ont fait de vains efforts dans la suite pour réduire leur
dépendance à ce dernier; il fut réglé, sous Philippe-le-Bel, que le roi
d'Angleterre à genoux, ayant ses mains en celles du roi de France, on
lui dirait: _Vous devenez homme-lige du roi, monsieur, qui cy-est,
et lui promettez foi et loyauté porter_; à quoi il devait répondre:
_Voire_, c'est-à-dire, _oui_.

_Mort de Louis, fils aîné du roi_.

Tout était fini, et rien n'exigeait de Henri un plus long séjour en
France. Il se préparait à se rembarquer, lorsque son départ fut retardé
par un malheur qui affligea tout le royaume. Le fils aîné du roi, nommé
Louis comme lui, tomba malade, et mourut âgé de seize ans, regretté de
tous ceux qui le connaissaient. C'était un prince aimable, qui joignait
aux agrémens de la figure toutes les beautés de l'ame, doux, affable,
libéral, et dont toutes les inclinations se portaient au bien. Plus
occupé du bonheur des peuples, que de sa propre élévation, l'éclat du
trône auquel il était destiné ne fut point capable de l'éblouir. Il
s'opposa avec ardeur à la retraite d'un roi qui faisait la félicité
publique: c'est la seule occasion où il fit paraître quelque vivacité.
_Agréable à Dieu et aux hommes_[1], la France avait mis en lui toutes
ses espérances, et la religion le regardait comme son plus ferme appui.
Elevé sous les yeux d'un père ennemi de toute dissimulation, il avait
reçu dès sa plus tendre enfance des idées claires et distinctes sur les
obligations de l'état auquel sa naissance le destinait. «_Beau
fils_, lui disait le saint roi dans une grande maladie qu'il eut à
Fontainebleau[2], je te prie que tu te fasses aimer du peuple de ton
royaume; car vraiment j'aimerois mieux qu'un Ecossois vînt d'Ecosse, ou
quelque autre lointain étranger, qui gouvernât bien et loyaument, que tu
te gouvernasses mal à point et en reproche.» Le jeune prince mourut
avec tous les sentimens de piété que le religieux monarque lui avait
inspirés. On conduisit son corps à Saint-Denis, et de là à Royaumont, où
il fut inhumé. Le convoi se fit avec une magnificence extraordinaire: le
roi d'Angleterre lui-même voulut porter quelque temps le cercueil. Tous
les barons français et anglais le portèrent à son exemple, les uns après
les autres. Louis, touché de cette marque de tendresse et de respect,
retint à Paris Henri pendant tout le carême, et le reconduisit jusqu'à
Saint-Omer, où ils passèrent les fêtes de Pâques, et se séparèrent
très-satisfaits l'un de l'autre.

[Note 1: Duch., t. 5, pag. 442.]

[Note 2: Joinville, page 4.]

_Mariage de Philippe, fils aîné du roi_.

Après deux ans et demi que le roi employa à faire divers voyages dans
son royaume, à des fondations de maisons religieuses et hôpitaux, et
à faire plusieurs ordonnances utiles à l'état, il voulut accomplir le
mariage de Philippe son fils aîné, héritier présomptif de la couronne,
avec Isabelle, infante d'Aragon. Le roi s'était rendu à Clermont en
Auvergne, accompagné de presque toute la noblesse de France, qui,
par attachement autant que par devoir, avait voulu se trouver à la
célébration de ce mariage. Mais la nouvelle du traité que le roi
d'Aragon avait fait avec Mainfroi, fils naturel de l'empereur Frédéric
II, pensa rompre une alliance si avantageuse pour l'infante. Louis
venait d'en être informé; il protesta qu'il ne souffrirait jamais que
son fils épousât une princesse dont le père avait des liaisons si
étroites avec le plus-mortel ennemi de l'Eglise et des papes. On ne peut
exprimer l'étonnement et l'embarras des deux cours: on connaissait
le caractère du monarque, on craignait que rien ne pût l'ébranler.
L'Aragonais surtout, désespéré d'un si fâcheux contre-temps, cherchait
tous les tempéramens imaginables; il eut enfin le bonheur d'en trouver
un qui satisfit pleinement. Il déclara par un acte authentique, qu'en
mariant son fils avec la fille de Mainfroi, il ne prétendait prendre
aucun engagement contraire aux intérêts de l'Eglise romaine, ni déroger
ou préjudicier en rien à l'alliance qu'il venait de contracter avec
la France. Ainsi les noces se firent avec l'applaudissement des
deux nations, qui s'efforcèrent à l'envi de se distinguer par leur
magnificence. On fixa d'abord le douaire d'Isabelle à quinze cents
livres de rente: on l'augmenta dans la suite, lorsque Philippe parvint
à la couronne; il fut de six mille livres. Jacques, fidèle à sa parole,
n'entreprit rien par la suite en faveur de Mainfroi.

Les fêtes que Louis fut obligé de donner en cette occasion, ne
diminuèrent rien de son application aux affairés de l'état. Il savait
trouver le moyenne de satisfaire à tout, ménageait ses momens avec une
prudente économie, et souvent reprenait sur son sommeil ceux qu'un
devoir indispensable lui avait fait perdre en divertissemens. On lui
disait un jour[1] qu'il donnait trop de temps à ses oeuvres de piété.
«Les hommes sont étranges, répondit-il avec douceur: on me fait un crime
de mon assiduité à la prière; on ne diroit mot si j'employois les heures
que j'y passe, à jouer aux jeux de hasard, à courir la bête fauve, ou à
chasser aux oiseaux.»

[Note 1: Duch., t. 3, p. 554.]

La police surtout et le commerce semblaient l'occuper tout entier. Il
s'attacha d'abord à punir les crimes nuisibles à la société, tels que
l'usure, l'altération des monnaies, les ventes à faux poids, et toute
espèce de monopole. Comme il avait besoin d'être soulagé dans ces
pénibles fonctions, il chercha long-temps, disent les historiens du
temps, _un grand sage homme_ pour le mettre à la tête de la justice
et police, qu'il voulait établir principalement à Paris. C'étaient
anciennement les comtes de chaque province qui avaient l'administration
de la justice, de la police, des finances; les vicomtes, en leur
absence, exerçaient les mêmes fonctions. Hugues Capet, parvenu à la
couronne, supprima ces deux titres pour le comté de Paris, et leur
substitua celui de prévôt, avec les mêmes prérogatives. Ce nouvel
officier, outre le commandement sur la milice, administrait encore la
justice: c'était lui seul qui la rendait à Paris, dans ces anciens
temps où le parlement n'était pas encore rendu sédentaire. Mais cette
importante place étant devenue vénale, plus elle donnait de pouvoir,
plus elle occasionait d'injustices. Louis, pour remédier à ces abus,
défendit la vénalité d'un emploi qui demandait le plus parfait
désintéressement, et il eut la satisfaction de trouver un homme qui
avait autant de lumières que d'intégrité. Ce fut Etienne Boilève,
originaire d'Anjou, chevalier, noble de _parage_, c'est-à-dire de race.
Louis lui donna la place de prévôt de Paris. C'était un homme de
grande considération, tant à la cour qu'à l'armée; car ayant été fait
prisonnier à Damiette, sa rançon fut mise à deux cents livres d'or,
somme alors considérable. Comme Boilève était seul juge civil, criminel
et de police, il fit rigoureusement punir les malfaiteurs, brigands,
filoux, et autres fainéans de la société, qui vivent à ses dépens.
Ensuite il rangea tous les marchands et artisans en différens corps de
communautés, dressa leurs premiers statuts, et leur donna des réglemens
si sages, qu'on n'a eu qu'à les copier où à les imiter dans tous ceux
qu'on a faits depuis pour la discipline des diverses et nouvelles
communautés de commerce.

Les moeurs, objet si digne de l'attention des rois, quelquefois trop
négligé, eurent toujours la première part aux soins de saint Louis. Tout
ce qui ressentait la licence était proscrit sous diverses peines; les
spectacles étaient permis, mais ce qui pouvait causer quelque scandale
en était sévèrement banni.

On vit sous son règne des écrits sur la religion, des ouvrages
philosophiques, des poèmes, des romans; mais on n'y voyait rien qui
respirât la sédition, l'impiété, le matérialisme, le fanatisme, le
libertinage. D'abord il avait chassé les femmes de mauvaise vie, tant
des villes que des villages; convaincu ensuite de la maxime de saint
Thomas, que ceux qui gouvernent sont quelquefois obligés de souffrir
un moindre mal pour en éviter un plus grand, il prit le parti de les
tolérer; mais, pour les faire connaître et les couvrir d'ignominie, il
détermina jusqu'aux habits qu'elles devaient porter, fixa l'heure de
leur retraite; et désigna certaines rues et certains quartiers pour leur
demeure. La pudeur, si naturelle au sexe, vint au secours des lois;
plusieurs eurent honte d'un genre de vie qui les notait de tant
d'infamie. Un grand nombre se convertirent, et se retirèrent dans une
maison de filles pénitentes, qui était où l'on a vu depuis l'hôtel de
Soissons.

On a parlé de son attention pour la sûreté des grands chemins; il voulut
encore y joindre la commodité. S'il n'eut pas le bonheur de les porter à
ce point de perfection où nous les voyons aujourd'hui, il eut du moins
la gloire de les avoir rendus plus praticables qu'ils n'avaient été sous
ses prédécesseurs. Souvent il envoyait des commissaires pour veiller à
ce que les rivières fussent navigables. Enfin, rien n'était oublié,
ni pour les réglemens, ni pour l'exécution, qui est encore plus
essentielle.

Tant de soins, en établissant l'ordre dans l'état, en assuraient la
tranquillité; ils répandirent l'abondance dans le royaume. C'est peu
dire; ils augmentèrent les revenus de la couronne: ce qu'on peut
regarder comme un chef-d'oeuvre de politique. Ce ne fut pas, en effet,
par les impositions extraordinaires que le monarque s'enrichit; on ne
les connaissait presque pas dans ces anciens temps. Alors, la richesse
de nos rois, comme celle des seigneurs, ne consistait qu'en terres, en
redevances, en confiscations, en péages, tant pour la sortie que pour
l'entrée des marchandises. On les voyait, à la vérité, quelquefois
exiger des décimes sur le clergé; d'autres fois, lever une espèce de
taille sur les peuples de leurs domaines; mais Louis, persuadé que ce
qui est à charge aux sujets, ne peut être avantageux au prince, loin de
passer les bornes, fut toujours en garde contre les vexations nuisibles
à l'état.

Cette sage conduite repeupla la France, que les désordres des règnes
précédens avaient rendue presque déserte. On venait de tous côtés
chercher ce qu'on ne trouvait pas ailleurs, l'aisance, la justice et la
paix. Le commerce reprit une nouvelle vie; rien ne demeurait inutile:
chacun faisait valoir ce qu'il possédait. «Finalement, dit Joinville[1],
le royaume se multiplia tellement pour la bonne droiture qu'on y voyoit
régner, que le domaine, censive, rentes et revenus du roi, croissoient
tous les ans de moitié.»

[Note 1: Joinville, p. 124.]

Ce prince, ennemi de toute violence, était prêt à sacrifier ses droits,
lorsqu'il y avait l'ombre de doute. C'est ainsi que, dans un parlement,
on le vit ordonner qu'un banni de Soissons, à qui il avait fait grace,
ne laisserait pas de garder son ban, parce que les habitans de cette
ville lui remontrèrent que c'était donner atteinte à leurs priviléges.
On admira la même modération lorsque, dans un autre parlement, il fut
décidé qu'il ne lui appartenait pas, pendant la vacance du siége de
Bayeux, de conférer les bénéfices de l'église du Saint-Sépulcre de Caen:
aussitôt il révoqua la nomination qu'il avait déjà faite à une de ces
prébendes. Rare exemple, qui apprend aux rois que l'autorité doit
toujours céder quand la justice paraît!

Mais l'héroïsme de cette inflexible droiture éclata surtout dans une
affaire qu'il eut avec l'évêque d'Auxerre. On avait mis, par ses ordres,
sur le pont de cette ville, quelques poteaux où l'on avait arboré les
fleurs de lis; le prélat les fit arracher de son autorité privée:
c'était un attentat contre les lois qui défendent de se faire justice
soi-même. Cependant Louis avait entrepris sur ses droits; cette raison
fut suffisante pour lui faire pardonner ce qu'il y avait d'irrégulier
dans le procédé de l'évêque. C'est cet amour inviolable de l'ordre,
qui lui mérita l'estime, la confiance et le respect de toute l'Europe.
L'Angleterre lui en donna une preuve bien glorieuse, en le choisissant
pour arbitre de ses différens: heureuse si elle s'en fût rapportée à son
jugement! Ce trait d'histoire exige quelque détail.

Il y avait plusieurs années que les barons d'Angleterre, irrités
des prodigalités de leur roi, l'avaient obligé de jurer à Oxfort
l'observation de la grande chartre, que les uns regardent comme le
frein, les autres comme l'anéantissement de l'autorité royale.
Henri, menacé secrètement d'une prison perpétuelle, fit plus encore;
non-seulement il souscrivit à l'éloignement de ses quatre frères, les
seigneurs de la Marche, en qui il avait mis toute sa confiance[1], mais
même il avait consenti que l'on choisît vingt-quatre seigneurs pour
travailler à la réforme du gouvernement; que ce qui serait déterminé
dans ce conseil, à la pluralité des voix, fût inviolablement exécuté;
qu'on remît entre leurs mains tous les châteaux et toutes les places
fortes du royaume, pour en confier la garde à qui ils jugeraient à
propos; enfin, qu'ils nommassent chaque année les justiciers, les
chanceliers et les autres principaux officiers de l'état.

[Note 1: Matthieu Paris, _Mat. Vestm. Kuiglon._]

C'était proprement le mettre en tutelle, et ne lui laisser que le nom
de roi: terribles pronostics[1] de ce que ses successeurs auraient à
craindre des communes, s'il est vrai, comme on l'assure, que c'est
ici la première fois qu'elles ont été admises dans le parlement
d'Angleterre. Du moins, est-il certain que le monarque demeura alors à
la discrétion de ses barons, dont le plus accrédité était le comte de
Leycester, Français de naissance, beau-frère de Henri par son mariage
avec la comtesse du Perche, digne fils du fameux Simon de Montfort, par
cette inflexibilité de caractère que rien ne peut détourner d'un premier
dessein. Bientôt les ligués se virent maîtres de toutes les villes du
royaume, et de la capitale même, dont les principaux bourgeois signèrent
l'acte d'adjonction. Le roi des Romains, Richard, frère du monarque,
fut aussi contraint de jurer, tant pour lui que pour ses descendans,
d'observer les arrêtés _que le nouveau conseil du roi avait faits pour
la gloire de Dieu et le bien de l'état_.

[Note 1: _Rap. Thoyr._, liv. 2, p. 473.]

L'infortuné Henri, dépouillé de son autorité, se voyait forcé
d'approuver tout ce qui plaisait aux vingt-quatre. Dans cette extrémité,
il se jeta dans la tour de Londres, s'y fortifia, et se servit de
l'argent qu'il avait amassé depuis long-temps, pour regagner les
bourgeois et pour y lever des soldats. Un jour qu'il était sorti pour
aller se promener sur la Tamise, une tempête qui s'éleva tout-à-coup,
l'obligea de se faire mettre à terre au lieu le plus prochain. Il
se trouva par hasard que c'était précisément à l'hôtel du comte de
Leycester, qui le reçut à la descente du bateau, et lui dit, pour le
rassurer, qu'il n'y avait rien à craindre, puisque l'orage était déjà
passé. _Non, non_, lui répondit le monarque en jurant, _la tempête n'est
point passée; et je n'en vois point que je doive craindre plus que
vous_. Il avait écrit au pape, pour le prier de l'absoudre du serment
fait à Oxfort; il l'obtint d'autant plus aisément, que, depuis la
réforme, les Italiens ne touchaient plus rien des bénéfices qu'ils
avaient en Angleterre. Aussitôt il assemble un parlement, qu'il ouvre et
ferme tout à la fois par cette déclaration: «Qu'il ne se croyoit plus
obligé de tenir sa parole, puisqu'on n'exécutoit point ce qu'on lui
avoit promis; qu'au lieu des trésors qui devoient remplir son épargne,
il se trouvoit seul dans l'indigence, tandis que les vingt-quatre
épuisoient l'état pour s'enrichir; qu'il étoit temps qu'il reprît le
personnage de roi, et que ses sujets rentrassent dans le devoir; qu'il
ne les avoit mandés que pour leur donner le choix de l'obéissance ou
de la guerre.» C'était parler véritablement en roi; mais pour soutenir
cette démarche, il fallait de la fermeté. Henri était le plus faible de
tous les hommes. Ce discours néanmoins parut, pour le moment, produire
un bon effet; toute l'assemblée donna les mains à la révocation du
_convenant_: c'est ainsi qu'on appelait l'arrêté d'Oxfort. Le seul comte
de Leycester osa tenir ferme, et bientôt sut regagner la plus grande
partie des barons. Si l'on en croit ses panégyristes, _ce fut la dignité
inviolable du serment qui le rendit inflexible_: ce qui leur fournit la
matière d'un grand éloge. Mais un serment contraire à la loi peut-il
jamais obliger? Celui que Leycester avait fait autrefois, en prêtant foi
et hommage à son roi, était-il moins sacré que celui qu'il avait fait en
se soustrayant à l'obéissance?

Tout semblait disposé à la guerre. Ce n'était partout qu'assemblées
tumultueuses, la plupart contraires aux intérêts du prince. On courut
enfin aux armes de tous côtés, et de part et d'autre on ne s'occupa que
des moyens de se surprendre. Henri manqua d'être pris dans Winchester.
Edouard son fils, qui, d'abord, sans qu'on sache pourquoi, prit le parti
des ligués, qu'ensuite il abandonna de même, fut arrêté à Kingston, et
forcé de livrer Windsor, d'où il était sorti imprudemment. Le comte de
Leycester se trouva lui-même dans un grand embarras en un faubourg de
Londres, et serait infailliblement tombé au pouvoir du roi, si les
bourgeois, après avoir forcé les portes du pont, ne lui eussent facilité
sa retraite dans la ville, où l'on tendit aussitôt les chaînes. Alors
les barons ne ménagèrent plus rien, renouvelèrent leurs sermens avec
les plus horribles exécrations, et se firent couper les cheveux pour se
reconnaître. On n'entendait parmi le peuple que ces discours séditieux:
«Qu'ils ne vouloient point d'un roi esclave du pape et vassal de la
France, qu'ils sauraient bien se conduire sans lui; qu'il pouvoit aller
gouverner sa Guyenne, et rendre fidèlement au monarque François le
service qu'il lui avoit juré.» Insolences trop ordinaires à la populace,
surtout en Angleterre.

_Louis est choisi pour arbitre entre le roi et les barons d'Angleterre_.

Quelques gens sages des deux partis cherchèrent différentes voies de
conciliation, mais toujours inutilement. On était convenu que toute
la cour, et les principaux ligués se trouveraient à Boulogne, pour y
discuter leurs prétentions réciproques devant le roi de France. On
s'y rendit en effet de part et d'autre; on disputa beaucoup, et on
ne conclut rien. On proposa enfin de s'en remettre à l'arbitrage du
monarque français, et de se soumettre, sans restriction, à ce qu'il
ordonnerait. Henri l'accepta sans peine, les barons avec répugnance, ne
voulant point d'un roi pour juge dans une cause qui semblait être celle
de tous les rois. Tout le monde cependant y consentit, et, des deux
côtés, on s'engagea par de grands sermens et par des actes solennels. Le
prince anglais, dans son compromis, daté de Windsor, où l'on voit les
sceaux d'Edouard, son fils aîné, de Henri d'Allemagne, son neveu, et de
trente autres seigneurs, tant étrangers que regnicoles, jure sur son
ame, en touchant les saints évangiles[1], qu'il observera fidèlement
ce que le roi de France décidera sur les statuts d'Oxfort. Les barons
(c'étaient les évêques de Londres et de Worchester, Simon de Montfort,
comte de Leycester, trois de ses fils, et dix-huit autres seigneurs)
promettent la même chose et de la même manière, s'obligeant, sous les
sermens les plus sacrés, à exécuter de bonne foi ce qui sera ordonné.
On n'y met qu'une condition, c'est que le différend sera jugé avant la
Pentecôte.

[Note 1: Matthieu Paris, p. 992.]

Louis voulut bien se charger de l'arbitrage, et convoqua l'assemblée
dans la ville d'Amiens. Le roi et la reine d'Angleterre s'y rendirent
au jour marqué, et les barons y envoyèrent leurs députés. L'affaire fut
agitée de part et d'autre avec beaucoup de force, le droit primitif
des peuples mûrement pesé, le pouvoir transféré aux souverains par la
société, scrupuleusement examiné. On exposa, en faveur des sujets, qu'en
se donnant aux rois, ils n'avaient cherché qu'à posséder leurs biens et
leur vie dans une parfaite sécurité, non à les exposer en proie à la
cupidité ou à l'ambition; qu'un état policé n'était point un composé
d'esclaves qu'on ne dût consulter sur rien, dont on pût prodiguer
arbitrairement le sang et les trésors; enfin, que les articles d'Oxford
n'étaient qu'une interprétation, ou plutôt une suite naturelle des lois
du royaume.

On démontra, d'un autre côté, que la dignité des rois n'est, ni un vain
titre, ni un nom de théâtre et sans effet; que, chargés de veiller
au bonheur, à la défense et à la gloire de la société, il est de la
dernière conséquence que leurs ordres soient inviolablement exécutés en
tout ce qui a rapport à ces objets si importans; que leurs droits ne
sont pas moins sacrés que ceux de l'état qu'ils gouvernent; que la
qualité de législateur, toujours inséparable de la souveraineté, ne
leur laisse d'autre juge de leurs actions que celui d'où émane toute
puissance, en un mot, que le _convenant_ d'Oxford était une infraction
formelle aux lois, un traité monstrueux, incapable de lier, quand même
il aurait été libre.

Louis, pleinement instruit de la nature des articles contestés,
sensiblement touché des maux qui en résultaient, tels que l'avilissement
de la majesté royale, la guerre allumée dans toute l'Angleterre, la
profanation des églises, l'oppression, tant des étrangers que des
naturels du pays, prononça, en ces termes, qui marquent un juge
souverain et absolu, le célèbre arrêt qui tenait l'Angleterre, la France
et toute l'Europe en suspens.

«Au nom du Père, et du Fils, et du Saint-Esprit: Nous annullons et
cassons tous les statuts arrêtés dans le parlement d'Oxford, comme
des innovations préjudiciables et injurieuses à la dignité du trône:
déchargeons le roi et les barons de l'obligation de les observer:
déclarons nul et de nulle valeur tout ce qui a été ordonné en
conséquence: révoquons et supprimons toutes les lettres que le roi peut
avoir données à ce sujet: ordonnons que toutes les forteresses qui sont
entre les mains des vingt-quatre seront remises en sa puissance et en sa
disposition: voulons qu'il puisse pourvoir à toutes les grandes charges
de l'état; accorder retraite aux étrangers dans son royaume, appeler
indifféremment à son conseil tous ceux dont il connaîtra le mérite et
la fidélité: décernons et statuons qu'il rentrera dans tous les droits
légitimement possédés par ses prédéceseurs; que, de part et d'autre,
on oubliera le passé; que personne ne sera inquiété ni recherché:
n'entendons pas néanmoins qu'il soit dérogé, par ces présentes, aux
priviléges, charges, libertés et coutumes qui avoient lieu avant que la
dispute se fût élevée.»

On sent la sagesse d'un arrêt qui, en proscrivant toute innovation,
mettait à couvert les droits du prince et les priviléges de la nation.
Plusieurs, en effet, frappés de l'équité d'un jugement qui
condamnait l'usurpation, sans rien faire perdre de ce qui était dû
incontestablement, renoncèrent à la ligue, et rentrèrent dans leur
devoir. Mais rarement, en matière de faction, l'intérêt des chefs est
que les différends s'accommodent avec tant de promptitude:: les barons
voyaient tous leurs projets renversés; la plupart se plaignirent que
Louis avait agi, dans cette occasion, moins en philosophe éclairé qu'en
roi prévenu des prérogatives de la couronne, et déclarèrent hautement
qu'ils en appelaient à leur épée. Le comte de Leycester, plus méchant,
mais plus politique, prétendit que les statuts d'Oxford n'étant fondés
que sur la grande chartre, les confédérés avaient gagné leur cause,
puisque, par ce prononcé, ce précieux monument de leur liberté
subsistait en son entier. Ainsi, la guerre recommença plus furieusement
que jamais. Henri, d'abord vainqueur en quelques rencontres, ensuite
vaincu et fait prisonnier au combat de Lewes, avec le prince Edouard
son fils, et le roi des Romains, son frère, fut contraint de jurer de
nouveau l'observation du funeste convenant. Alors l'ambitieux Montfort
se montra à découvert; maître de toute la famille royale, il sut en
tirer tout l'avantage que sa politique put lui suggérer. Ce même homme,
qui, peu auparavant, ne se faisait aucun scrupule de désobéir au roi,
sous prétexte qu'il était gouverné par de mauvais ministres, ne se
servait plus du nom de ce monarque, que pour faire respecter les ordres
qu'il en extorquait lui-même. Cet ennemi prétendu du despotisme, qui
n'avait suscité tant d'affaires au malheureux Henri, que pour réprimer,
disait-il, la puissance arbitraire, trouvait fort mauvais qu'on n'obéît
pas à ce même prince, depuis qu'il n'était guidé que par ses conseils.
C'est ainsi que les hommes changent de principes et de maximes, selon
leurs intérêts et selon les événemens divers qui arrivent dans leurs
affaires.

Edouard cependant, échappé de sa prison, eut bientôt rassemblé une armée
supérieure à celle des confédérés. Aussitôt il marche contre le comte
de Leycester qui avait toujours Henri en sa puissance, le joint près
d'Evesham, lui présente la bataille, le défait, et délivre le roi son
père: victoire d'autant plus complète, que le comte de Leycester, le
chef et l'ame de la rébellion, fut tué sur la place. On fit mille
outrages à son corps; il fut mutilé, coupé en morceaux, et la tête
envoyée à la femme de Roger Mortimer, comme un témoignage certain que
son mari était vengé de cet ennemi.

Telle fut la fin malheureuse de Simon de Montfort, comte de Leycester,
qu'une fâcheuse affaire avec la reine Blanche, à laquelle il avait voulu
ôter la régence, obligea de quitter la France, sa patrie, et qui trouva
le moyen, quoique étranger, de se rendre le plus puissant et le plus
redoutable seigneur d'Angleterre. Après sa mort, tout se soumit, et ce
royaume commença enfin à jouir de quelque tranquillité. Il ne l'avait
acquise que par le sang; dans la suite, il lui en coûta beaucoup encore
pour l'affermir; juste punition de l'opiniâtre résistance des barons,
qui se repentirent, mais trop tard, de ne s'en être pas rapporté au
jugement de Louis.

Tous les regards de l'Europe étaient fixés sur la France, ou il se
négociait une affaire beaucoup plus importante: c'était l'investiture du
royaume de Sicile, en faveur du comte d'Anjou, frère du roi. Ce royaume
avait été envahi par Mainfroi, fils naturel de l'empereur Frédéric II.
Il appartenait, par droit de succession, à Conradin, petit-fils de cet
empereur. Mais les papes, qui soutenaient que ce royaume était un fief
du Saint-Siége, ne voulaient ni de Mainfroi, ni de Conradin, ni d'aucun
de la famille de Frédéric, qu'ils regardaient comme l'implacable ennemi
des papes.

Le pape Innocent IV l'avait offert au comte d'Anjou, dès l'année 1252;
mais l'absence du roi son frère, et l'impuissance où il était dans cette
conjoncture, de soutenir une telle entréprise, la lui fit refuser. Cette
couronne fut ensuite offerte à Richard, frère du roi d'Angleterre, et
enfin à Edmond, second fils du même roi, qui l'accepta. Toutefois
Urbain IV, qui avait succédé à Innocent, suivant le dessein de ses
prédécesseurs, ne se rebuta point, et voyant que l'embarras où se
trouvait le roi d'Angleterre dans son royaume, l'empêchait de penser à
rien faire pour la conquête de la Sicile, en faveur du prince Edmond,
il résolut d'offrir au roi de France cette couronne pour celui de ses
enfans auquel il lui plairait de la destiner; mais Louis refusa son
offre, pour ne pas préjudicier aux droits de Conradin, ou à ceux
d'Edmond d'Angleterre, qui en avait déjà reçu l'investiture. Malgré tous
ces refus, Urbain fit encore proposer cette couronne par Barthélemi
Pignatelli, archevêque de Cosence, au comte d'Anjou.

Quoique le roi n'eût accepté pour aucun de ses enfans l'investiture de
la Sicile, il ne s'opposa point aux droits que le comte d'Anjou, son
frère, acquérait sur ce royaume par la donation du pape, qui prétendait,
à cause de la félonie des princes de la famille de Frédéric, être en
droit de disposer de cet état, comme d'un fief relevant du Saint-Siége.
Le roi, qui crut avec raison qu'il ne lui appartenait pas d'entrer dans
la discussion de droits, peut-être aussi injustes d'une part que de
l'autre, laissa l'archevêque de Cosence négocier cette affaire avec le
comte d'Anjou.

Je n'entrerai point dans le détail des difficultés que ce prince put
avoir sur diverses circonstances de cette affaire, ni des conditions
auxquelles le pape lui donna l'investiture du royaume de Sicile. Je
dirai seulement que l'espérance d'une couronne, et les instances de la
comtesse Béatrix, femme du comte d'Anjou, qui voulait à quelque prix
que ce fût, être reine comme ses trois autres soeurs, le firent passer
par-dessus toutes les difficultés.

Le comte d'Anjou partit de Marseille, le 15 mai 1265, sur une flotte
de trente galères, avec plusieurs vaisseaux de transport. Après avoir
essuyé une violente tempête, il arriva heureusement, la veille de la
Pentecôte, à Rome, où il reçut l'investiture du royaume de Sicile: elle
lui fut conférée par quatre cardinaux que le pape avait envoyés pour cet
effet. Il prit dès ce moment le titre de roi de Sicile; mais il ne
fut couronné, avec Béatrix sa femme, que le jour des Rois de l'année
suivante.

Charles ayant reçu un renfort considérable de troupes, tant de ses
comtés de Provence et d'Anjou, que de plusieurs seigneurs français
volontaires, qu'il avait engagés par ses promesses à l'accompagner, et
qui se rendirent en Italie par les Alpes, se mit en campagne.

Mainfroi, de son côté, avec une armée plus forte que celle de Charles,
se mit en état de lui résister. Mais, ayant réfléchi sur le péril qui le
menaçait, et redoutant la valeur de la noblesse française, il envoya des
ambassadeurs au pape pour lui faire des propositions de paix. Urbain
refusa de les entendre. Mainfroi en fit faire aussi à Charles: il
répondit à ceux qu'il lui envoya, _dites de ma part au soudan de
Lucerie_ (c'était une ville tenue par les Sarrasins, qui étaient au
service de Mainfroi) _que devant qu'il soit peu de jours, il m'aura mis
en paradis, ou que je l'aurai envoyé en enfer_.

Enfin après plusieurs combats dans lesquels Charles eut toujours de
l'avantage, et après s'être rendu maître de plusieurs villes, les deux
armées se joignirent dans la plaine de Bénévent, où après un combat
très-opiniâtre celle de Mainfroi fut mise en déroute, et lui-même y
perdit la vie. Les historiens du temps nous apprennent que Richard,
comte de Caserte, fut cause du malheur de Mainfroi, ayant quitté son
parti et livré aux Français un passage important, pour se venger de
Mainfroi, qui était son beau-frère, et dont il était l'ennemi caché,
parce que ce prince avait abusé de la femme du comte. C'est ainsi que
souvent la justice divine dispose les choses de telle manière, qu'un
crime est puni par un autre crime.

Pendant que Charles, comte d'Anjou, frère du roi, était occupé, comme je
viens de le rapporter, à la conquête du royaume de Sicile, Louis, qui
n'y avait pris aucune part, toujours égal à lui-même, continuait
de donner à la France le spectacle de ses vertus pacifiques et
bienfaisantes, qui sont en même temps la gloire du prince et le bonheur
des peuples. Mais quelque ardent que fût son zèle pour la justice,
jamais il ne l'emporta au-delà des bornes. La modération la plus sage
fut toujours l'ame de ses actions: c'est ce qu'on remarque surtout au
sujet du droit d'asile. Un voleur avait été pris par les officiers du
monarque dans l'église des Cordeliers de Tours; l'archevêque se récria
contre la prétendue profanation, et redemanda le coupable avec grand
bruit. Le roi voulut bien avoir égard à ses plaintes; il assembla un
parlement, où, l'affaire scrupuleusement examinée, il fut ordonné que
le criminel serait reconduit à l'église; mais que les religieux, ou les
gens du prélat, l'en chasseraient aussitôt, de manière qu'il pût être
repris, sinon qu'on irait le saisir jusqu'aux pieds de l'autel. Par cet
expédient, Louis sut accorder ce qu'il devait à sa dignité, avec les
ménagemens que les circonstances exigeaient pour des vassaux aussi
puissans, que jaloux de certains priviléges contraires à la bonne police
et à la tranquillité des peuples, qu'il n'avait pas encore été permis de
détruire.

_Mariage de Jean, fils du roi_.

Vers ce même temps, Louis maria le prince Jean, dit Tristan, son
quatrième fils, avec Jolande, fille aînée de Eudes IV, duc de Bourgogne,
comte de Nevers, du chef de sa femme. Il y eut quelques difficultés sur
la tutelle de la jeune épouse; les uns prétendaient qu'elle appartenait
incontestablement au prince son mari; les autres soutenaient que jusqu'à
ce qu'il eut vingt-un ans accomplis (il n'en avait alors que seize), il
devait demeurer avec sa femme et ses belles-soeurs sous la puissance
de son beau-père, qui cependant jouirait de tout le bien. On trouva
le moyen de partager le différend; il fut arrêté que Eudes aurait la
tutelle des trois cadettes, mais qu'il laisserait à son gendre, sous la
conduite du roi, l'administration des biens qui leur revenaient du chef
de leur mère. On n'y mit qu'une condition: c'est que le roi, après avoir
prélevé les frais nécessaires pour cette gestion, remettrait fidèlement
l'excédant pour l'entretien des princesses qui étaient sous la garde de
leur père. Le duc de Bourgogne, qui avait amené sa fille à Paris pour
la célébration des noces, accepta cet accord au nom de son fils, qui,
depuis un an, était parti pour la Palestine, d'où il ne revint pas.
Lorsque le roi eut appris sa mort, il fit un voyage à Nevers, pour
mettre le jeune prince Tristan en possession du comté de Nevers, qu'il
venait d'acquérir par son mariage.

Celui de Blanche, troisième fille de Louis, avec Ferdinand de Castille,
fut aussi conclu dans la même année, mais il ne s'accomplit que trois
ans après. L'infant était plus jeune que la princesse, qui elle-même
n'avait pas atteint l'âge nubile. On convint que si elle survivait à son
époux, elle aurait la liberté de revenir en France avec sa dot et son
douaire; l'une devait être de dix mille livres, et l'autre de sept.

Rien n'échappait à l'attention et aux recherches du sage monarque. Telle
était alors la tyrannie des péages, qu'en plusieurs lieux les seigneurs
se prétendaient en droit d'obliger les marchands à se détourner du
chemin le plus court pour se présenter devant leurs bureaux, qu'ils
avaient soin de multiplier le plus qu'ils pouvaient. Il arriva que
quelques commerçans, pour épargner les frais, évitèrent de passer par un
endroit où il y avait douane: toutes leurs marchandises furent saisies.
Les malheureux prétendirent en-vain qu'ils étaient exempts de cette
servitude; les commis ne voulurent rien écouter. L'affaire fut portée
devant le roi, qui, pour n'être pas trompé, ni à son profit, ni à
sa perte, tenait un registre exact de toutes ces choses. Il vit
qu'effectivement son droit ne s'étendait pas jusque-là; il condamna les
commis, non-seulement à rendre tous les effets, mais même à indemniser
les marchands.

La jurisprudence des anciens temps semblait moins punir qu'autoriser le
meurtre, l'assassinat et les autres crimes. On en était quitte pour
nier le fait, offrir le duel, et jeter son gage de bataille. La voie
d'information, comme on l'a dit ci-devant, en parlant de l'affaire de
Coucy, malgré tous les efforts de Louis, n'était reçue que dans ses
domaines: il n'oubliait rien, du moins, pour arrêter le mal par tous les
châtimens que la prudence et le droit permettaient à son zèle: c'est
ce qui paraît singulièrement dans une affaire entre deux gentilshommes
artésiens, qui passèrent un compromis pour s'en rapporter à son
jugement.

L'un, c'était Alenard de Selingam, sollicitait une vengeance éclatante
de la mort de son fils, que l'autre avait cruellement assassiné.
Celui-ci, nommé André de Renti, se défendait vivement d'une action
si barbare. Déjà la plainte avait été portée à la cour d'Artois, où
l'accusé prétendait s'êtré justifié; mais cette justification souffrait
apparemment quelque difficulté, puisque la querelle durait encore. Le
roi ordonna des informations. Il fut prouvé que Renti, ayant rencontré
le fils de Selingam, l'avait renversé d'un coup de lance, en l'appelant
_méchant bâtard_; qu'aussitôt un chevalier de la compagnie de Renti,
avait enfoncé un poignard dans le sein du jeune Selingam, au moment même
qu'il rendait son épée et demandait la vie. Louis, instruit de la vérité
du crime, put à peine retenir sa juste indignation; mais enfin ce
crime n'était notoire que par une procédure d'information, jusqu'alors
inusitée en France lorsqu'il s'agissait de la noblesse: le coupable
persistait à le nier. Le roi, n'osant pas le faire punir comme il
aurait souhaité, ne songea qu'à en tirer au moins tout l'avantage
qu'il pouvait. Ne voulant point porter atteinte à la justice du comte
d'Artois, il crut qu'il devait prononcer, non-seulement en nom commun,
mais encore conformément aux usages reçus dans les états du jeune
prince. Ce qui avait été décidé à Saint-Omer, touchant la pièce de
terre, fatale cause de la querelle, fut confirmé en son entier. On
l'adjugea aux Selingams à perpétuité. Renti fut en outre condamné à
demander pardon à genoux au père du défunt, à faire quarante livres de
rente à ses enfans; enfin, à vider le royaume, pour aller passer cinq
années au service de la Terre-Sainte.

On le vit, peu de temps après, décerner la même peine de l'exil contre
Boson de Bourdeille, qui, pour s'emparer du château de Chalus, en
Limousin, avait tué un chevalier nommé Maumont. En vain Marguerite de
Bourgogne, vicomtesse de Limoges, intercéda pour le meurtrier, qui
offrait de se justifier par le duel: il fut obligé de rendre la
forteresse, et d'aller servir treize ans dans la Palestine.

Un chevalier se plaignait d'avoir été insulté par trois gentilshommes:
le châtiment suivit de près la poursuite de l'outrage. Louis, outre
une grosse amende qu'il exigea au profit de l'offensé, ordonna qu'ils
iraient ensuite combattre sous les étendards du roi son frère. C'est
ainsi qu'il savait tirer le bien du mal, toujours occupé de l'un pour
extirper l'autre.

Ce fut par le même principe de justice et d'humanité, qu'il s'éleva
fortement contre un usage observé de tout temps à Tournay, où ceux qu'on
avait bannis pour meurtre, pouvaient se racheter de leur ban en payant
cent sous. C'était mettre la vie des hommes à bien vil prix. Il en fut
indigné, et rendit une ordonnance qui abolissait cette étrange coutume;
ce qui le mit en si grande vénération parmi les peuples du Tournaisis,
que pour éterniser la mémoire de ce sage règlement, ils arrêtèrent que,
tous les ans, au jour de l'Ascension, le greffier du siége marcherait
dans les places publiques, cette ordonnance à la main, disant à haute
voix, que Louis, roi de France, était véritablement le père du peuple;
que, par ses soins, la vie du citoyen serait désormais en sûreté; et que
les meurtriers ne devaient plus espérer de jouir de leur patrie.

Ce fut cette année que Louis arma chevalier le prince Philippe, son fils
aîné, qui entrait alors dans sa vingt-troisième année. Jamais cérémonie,
dit un auteur du temps[1], ne rassembla plus de noblesse et de prélats:
Paris surtout fit éclater, en cette occasion, le tendre amour qu'on lui
connaît pour ses princes, amour qui se reproduit d'une façon toujours
nouvelle. Tout travail cessa pendant plus de huit jours; les rues
étaient parées de ce que chaque citoyen avait de plus beau en
tapisseries; un nombre infini de fanaux de différentes couleurs, placés
sur le soir, à chaque fenêtre, ne laissait point apercevoir l'absence
du soleil. L'air retentissait nuit et jour de mille cris de joie et
d'alégresse. On compte plus de soixante seigneurs qui reçurent, avec
le jeune prince, l'épée de la main du monarque. Les plus considérables
étaient Robert, comte d'Artois, neveu du roi; Jean de Bourgogne, devenu
l'aîné de sa maison, par le décès du comte Eudes; Robert IV, comte de
Dreux; Guillaume, fils du comte de Flandre; Renaud de Pons; Guillaume et
Robert de Fiennes; Jacques de Faucigny, neveu de Joinville, et plusieurs
autres. Le roi fit toute la dépense, qu'on fait monter à treize mille
livres, somme considérable pour ce temps-là. L'honneur d'être introduit
par un prince tel que Louis, _au temple de la gloire_, c'est ainsi que
nos anciens nommaient la chevalerie, avait attiré en France Edmond
d'Angleterre et un fils du roi d'Aragon. Tous deux y voulurent paraître
avec un éclat qui répondît à leur haute naissance, et tous deux s'y
distinguèrent par leur magnificence. Il y eut des courses de chevaux, et
des combats de barrière, où les nouveaux chevaliers firent admirer leur
adresse, et se montrèrent dignes du grade auquel ils venaient d'être
élevés.

[Note 1: Guillaume Nangis, p. 378.]

_Le roi contribue à l'augmentation de la Sorbonne_.

On rapporte encore à cette même année, non l'établissement (il est de
l'année 1253), mais la confirmation du fameux collége de Sorbonne, le
plus ancien, pour la théologie, de tous ceux que l'Europe a vu naître
dans son sein. La réputation de cette école a fait prodiguer au célèbre
Robert, dont elle porte le nom, des titres qu'il n'eut pas réellement,
ou du moins qu'il ne mérita qu'en partie: tel est celui de prince
du sang royal, quoiqu'il fût fils _de vilain et de vilaine_[1],
c'est-à-dire roturiers, établis à Sorbonne, village du Rhételois; tel
celui de confesseur du roi, qu'aucun auteur contemporain ne lui donne,
sur lequel Joinville garde un profond silence, qu'il semble même lui
refuser, en n'attribuant qu'à la vertu de cet ecclésiastique l'honneur
que le monarque lui faisait de l'admettre à sa table, de laquelle place
enfin le seul Geoffroy de Beaulieu paraît avoir été en possession depuis
le départ du prince pour la Terre-Sainte jusqu'au moment de sa mort: tel
encore celui de fondateur unique de la Sorbonne, dont les plus anciens
monumens ne le nomment que proviseur. Il est vrai qu'il contribua de ses
deniers à ce superbe monument, mais Louis y eut beaucoup plus de part
que lui. C'est à la générosité du saint roi que les Sorbonnistes doivent
la maison qui fut comme leur berceau. Elle était située vis-à-vis du
palais des Thermes, dans une rue nommée anciennement _Coupe-Gueule_,
ou _Coupe-Gorge_, parce qu'il s'y commettait beaucoup de meurtres. On
l'appelle aujourd'hui la rue de Sorbonne. Il y joignit par la suite
plusieurs autres bâtimens qu'il acheta sur le même terrain pour y
établir _les pauvres maîtres_. C'est le nom qu'on donnait aux premiers
docteurs qui composèrent ce collége.

[Note 1: Joinville, p. 8.]

Quoi qu'il en soit, le nouvel établissement devint en très-peu de temps
une école célèbre, où fleurirent les sciences et la piété. Bientôt on en
vit sortir de grands docteurs, qui répandirent sa réputation dans toute
l'Europe. On compte parmi ses premiers professeurs un Guillaume de
Saint-Amour, un Odon ou Eudes de Douai, un Gérard de Reims, un Geraud
d'Abbeville; noms fameux dans ces temps-là, ensevelis aujourd'hui avec
leurs ouvrages dans la poussière des bibliothèques. On ne tarda pas à
voir s'élever, toujours sous la direction de Robert, un nouveau collége
pour les humanités et la philosophie: on lui donna le nom de _Calvi_,
ou de la petite Sorbonne. Il subsista jusqu'au temps où le cardinal de
Richelieu entreprit ce superbe édifice, qui à fait l'admiration de tous
les connaisseurs. Ce ministre, en faisant démolir le collége de Calvi,
pour y construire sa chapelle, s'était obligé de le rebâtir sur un
terrain également contigu; mais la mort le prévint. Ce fut pour suppléer
à cet engagement qu'en 1648, la famille de Richelieu fit réunir le
collége du Plessis à la Sorbonne.

Louis cependant, peu rebuté de tout ce qu'il avait souffert dans sa
première croisade, toujours dévoré de zèle pour l'intérêt de la religion
et de l'Eglise, méditait secrètement une seconde expédition pour le
secours des Chrétiens de la Palestine. Il se voyait en paix, aimé de ses
peuples, redouté de ses voisins: ses finances étaient en bon état; la
France nourrissait dans son sein une nombreuse et brillante jeunesse,
qui ne respirait que la guerre. S'il ne se sentait pas assez de forces
pour combattre lui-même comme autrefois, il croyait du moins qu'un
général infirme peut, de sa tente, donner les ordres nécessaires,
et faire combattre les autres. Plein de ces idées, que sa piété lui
représentait conformes à sa raison, il en fit part au pape, qui écrivit
au saint roi une lettre extrêmement tendre, pour l'exhorter à presser
l'exécution d'une entreprise qui ne pouvait, disait-il, être inspirée
que du Ciel.

_Etat des affaires de la Palestine_.

La Palestine se trouvait alors dans un état déplorable. Louis, pendant
le séjour qu'il y fit, y avait rétabli, comme je l'ai dit ci-devant, et
fortifié plusieurs places. Lors de son départ, il y avait laissé pour
commander, le brave Geoffroy de Sargines. Ce grand homme avait répondu
parfaitement aux intentions du monarque, et soutenu par sa valeur et par
sa conduite ce royaume désolé et réduit à quatre ou cinq forteresses.
Tout y fut long-temps paisible sous le gouvernement de Plaisance
d'Antioche, veuve de Henri de Lusignan, roi de Jérusalem; titre vain, à
la vérité, car Jérusalem était au pouvoir des infidèles, mais toujours
ambitionné, parce qu'il donnait un rang considérable parmi les princes
chrétiens. Hugues II le portait alors avec celui de roi de Chypre: comme
il n'était pas en âge de gouverner, la régence fut confiée, suivant
l'usage, à la reine, sa mère, fille de Bohémont, prince d'Antioche.

Mais cette tranquillité dont jouissaient les chrétiens d'Orient, était
moins due à la sagesse de leur conduite, qu'à la méchanceté de leurs
ennemis. L'ambitieux Moas, soudan d'Egypte, impatient de voir son
autorité partagée, déposa le jeune Achraf-Mudfaredin, qu'on lui avait
donné pour collègue, et fit assassiner le brave Octaï, dont il avait
reçu les plus grands services. Il fut lui-même poignardé dans le bain,
par ordre de sa femme, dont le crime ne tarda pas à être expié par une
mort semblable. Almansor-Nuradin-Ali, son fils, hérita de sa couronne,
et non de ses grandes qualités. Le peu de courage qu'il montra lors
de l'invasion des Tartares, le fit déposer comme indigne du trône.
Colus-Sephedin-Modfar fut mis en sa place d'une voix unanime. C'était
un Mameluck distingué par sa valeur, soldat intrépide, le plus grand
capitaine de l'empire égyptien. Aussitôt il donne ses ordres pour la
sûreté des frontières, renouvelle la trève avec les Chrétiens de la
Palestine, marche contre cent mille chevaux que Holagou, prince tartare,
avait laissés en Syrie, les forces dans leur camp, tue leur général, et
les oblige de repasser l'Euphrate. Il revenait triomphant, lorsqu'il
fut assassiné par l'émir Bondocdar, autre Mameluck dont il a été parlé
plusieurs fois dans cette histoire[1]. Le meurtrier se présente aux
troupes, l'épée teinte encore du sang d'un maître qui n'avait fait
d'autre crime que de n'avoir pas voulu violer la trève qu'il venait de
conclure avec les Chrétiens. Toute l'armée le proclame soudan. Il se
rendit ensuite au Caire, où il fut couronné solennellement.

[Note 1: _Assises de Jérusalem_, chap. 284 et suiv.]

Ce fut ainsi que Bondocdar, deux fois meurtrier de ses maîtres, passa
de l'esclavage à la souveraineté, et sut réunir sur sa tête cinq belles
couronnes; celle d'Egypte, celle de Jérusalem, celle de Damas, celle
d'Alep et celle de l'Arabie. Les historiens arabes le peignent comme un
héros sublime dans ses vues, fécond dans ses projets, d'une activité,
enfin, qui le multipliait, pour ainsi dire, et le reproduisait partout.
Ce fut lui, disent-ils, qui établit le premier les postes réglées, qui
fit refleurir les sciences en Egypte, qui rendit en quelque sorte
à cette fameuse région la célébrité dont elle jouissait sous les
Ptolémées.

Mais les Chrétiens, dont il fut le plus terrible fléau, nous le
présentent sous d'autres couleurs. S'ils le comparent à César pour les
talens guerriers, ils le placent en même temps à côté des Néron pour la
cruauté. Nouvel Hérode, ajoutent-ils, pour n'avoir point de compétiteur
au trône, il extermina toute la famille royale du grand Saladin, qui,
en mourant, avait laissé quatorze fils. On compte jusqu'à deux cent
quatre-vingts émirs ou Mamelucks, autrefois ses compagnons, qu'il fit
massacrer sur le simple soupçon qu'ils en voulaient à sa vie. Telle
était la tyrannie de son gouvernement, qu'on n'osait ni se rendre
visite, ni se parler familièrement, ni se donner les plus légères
marques d'amitié. On le voyait souvent courir seul toute l'Asie sous un
habit étranger, tandis que les courtisans le croyaient en Egypte, et se
tenaient dans une humble posture à la porte de son palais, pour avoir
des nouvelles de sa santé. S'il arrivait qu'il fût découvert, c'était
un crime que de témoigner le reconnaître. Un malheureux l'ayant un jour
rencontré, descendit de cheval, et se prosterna, suivant la coutume,
pour lui rendre son hommage, il le fit pendre comme criminel de
lèse-majesté. Un de ses premiers émirs sachant qu'il méditait un
pélerinage au tombeau de Mahomet, vint lui demander la permission de
l'accompagner dans ce saint voyage. Il fut arrêté, conduit sur la place,
où il eut la langue coupée. _Tel est_, criait un héraut, _le supplice
que mérite un téméraire qui ose sonder les secrets du soudan_.

Sévère censeur des perfidies d'autrui, il reprochait amèrement aux
Chrétiens d'avoir dégénéré des vertus de leurs ancêtres, ces hommes si
fameux et si puissans, parce que l'honneur et la vérité étaient leurs
plus chères idoles. C'était précisément, remarque l'auteur que nous
suivons, découvrir un fétu dans l'oeil de son voisin, pendant qu'il
portait une poutre dans le sien. Lui-même s'engageait, jurait,
promettait avec beaucoup de fermeté, bien résolu de ne tenir sa parole
qu'autant qu'il y trouverait son intérêt. Mahomet, quoique son prophète,
lui paraissait moins grand que lui: il croyait avoir fait de plus
grandes choses; il méprisait surtout la puissance des Chrétiens, et leur
milice était l'objet continuel de ses railleries. Ils sont venus fondre
sur nos états, disait-il, ces rois si fiers de France, d'Angleterre et
d'Allemagne. Quel a été le succès de leurs entreprises? Ils ont éprouvé
le sort de ces gros nuages que le moindre vent fait disparaître. On le
loue cependant de sa continence; il n'avait que quatre femmes, dont la
plus chérie était une jeune chrétienne d'Antioche qu'il menait toujours
avec lui. Il détestait le vin et les femmes publiques, qui avilissent
l'homme en énervant son esprit et son courage. En vain on lui objecta
que ses prédécesseurs tiraient de ce double commerce de quoi entretenir
au moins cinq à six mille soldats; il répondit constamment qu'il aimait
mieux un petit nombre de gens sobres, qu'une multitude efféminée de vils
esclaves, abrutis par la débauche et le vin.

Tel était l'ennemi que Dieu avait suscité dans sa colère, pour punir les
abominations des chrétiens de Syrie; ennemi d'autant plus redoutable que
la gloire et la superstition enflammaient également sa haine. Ce fut
pour se venger des chrétiens qui violèrent indignement la foi des
traités, qu'il leur jura une guerre éternelle. On ne voit pas néanmoins
qu'il ait rien entrepris contre eux les deux premières années de son
règne: il les employa sans doute à affermir sa domination.

Ceux-ci, au lieu de profiter de ce temps de repos, ne songèrent
eux-mêmes qu'à se ruiner par leurs fatales divisions. Venise et Gênes se
disputaient alors la possession d'un lieu nommé Saint-Sabas, que le pape
Alexandre IV leur avait accordé en commun: querelle qui ne finit que par
une sanglante bataille que les Génois perdirent.

D'un autre côté, les chevaliers du Temple et de l'Hôpital, par une
malédiction de Dieu, que leur vie débordée avait attirée sur eux, se
faisaient une guerre ouverte, et provoquaient le courroux du ciel par la
plus honteuse infidélité aux traités. Le principal article de la trève
conclue avec les Egyptiens par saint Louis, portait que, de part et
d'autre, on rendrait les esclaves et les prisonniers. Geoffroy de
Sargines l'exécuta de bonne foi: mais une insatiable avarice empêcha
les chevaliers d'imiter son exemple; ils persistèrent, malgré les
exhortations du sage commandant, à refuser ceux des Sarrasins qu'ils
tenaient dans les fers.

Bondocdar indigné de la perfidie, rassemble deux cents mille chevaux,
entre dans la Palestine, désole tout le plat pays, prend Nazareth qu'il
détruit de fond en comble. Césarée est emportée d'assaut, la citadelle
se rend par capitulation: tous les habitans sont chassés, et les
fortifications, ouvrage de saint Louis, sont rasées jusqu'aux fondemens.
Caïfas éprouve le même sort, ainsi qu'Arsaph, place importante, où
l'ordre des Templiers vit périr deux cents de ses chevaliers: juste
châtiment de leurs crimes. Il attaque ensuite Saphet avec la plus grande
opiniâtreté. Les chrétiens, après une résistance incroyable, sont enfin
obligés de se rendre, la vie sauve; condition presque aussitôt
violée qu'accordée: on égorge tous ceux qui refusent d'embrasser
le mahométisme. Aussitôt le vainqueur marche à Ptolémaïs, ou
Saint-Jean-d'Acre, et ruine tous les environs. La bonne contenance
du brave Geoffroy de Sargines l'oblige de se retirer, mais c'est en
menaçant d'en former le siége, lorsque ses machines de guerre seront
arrivées du Caire.

Ces tristes nouvelles avaient réveillé le zèle des chrétiens d'Europe.
Dès le temps du pontificat d'Alexandre IV, on avait parlé d'une nouvelle
croisade: elle avait même été prêchée en divers endroits. Mais dans
cette occasion le pape Urbain IV écrivit à tous les princes chrétiens,
les exhortant à se mettre eux-mêmes à la tête de leurs armées, pour
délivrer cette chrétienté opprimée, ou du moins à lui envoyer de
puissans secours d'hommes et d'argent. Tout l'Occident fut en trouble,
et donna des marques de la plus grande tristesse: on tint des conciles,
on leva des décimes sur le clergé. On ordonna des prières publiques: les
soins, en un mot, redoublèrent à mesure que le mal augmentait.

Mais rien n'égale en particulier la douleur dont fut pénétré le coeur de
Louis. Il n'avait point quitté la croix, indice certain qu'il ne perdait
point la Palestine de vue. Lorsque la résolution d'une nouvelle croisade
eut été prise entre le roi et le pape, le cardinal de Sainte-Cécile
revint en France pour la publier. Aussitôt qu'il fut arrivé, le roi
assembla, le jour de l'Annonciation, un parlement, c'est-à-dire les
pairs du royaume, les barons, les principaux de la noblesse, et
plusieurs prélats. Le sire de Joinville essaya vainement de s'en
dispenser, sur le prétexte d'une fièvre quarte qui le tourmentait depuis
long-temps: le saint roi lui manda _qu'il avait assez de gens qui
savoient donner guérison à des fièvres quartes, et que sur toute son
amour il vînt. Ce que je fis_, ajoute le bon sénéchal.

L'assemblée fut fort nombreuse, personne ne sachant ce qu'on y devait
traiter. Mais bientôt on ne douta plus de l'intention du monarque,
lorsqu'on le vit entrer dans l'assemblée, tenant à la main la couronne
d'épines qu'il avait été prendre à la Sainte-Chapelle. Il s'assit sur le
trône qu'on lui avait préparé; puis, avec cette éloquence douce, vive
et touchante, qui lui était naturelle, il peignit avec les plus vives
couleurs les maux qui affligeaient la Terre-Sainte, protesta qu'il
était résolu d'aller au secours de ses frères menacés du plus terrible
esclavage, exhorta enfin tous les vrais serviteurs de Dieu à se croiser
à son exemple pour venger tant d'outrages faits au Sauveur du monde,
et tirer l'héritage des chrétiens de la servitude où leurs péchés les
tenaient depuis si long-temps.

Le légat, Simon de Brie, cardinal du titre de Sainte-Cécile, parla
ensuite avec tout le zèle et l'éloquence que demandait une si grande
entreprise, et sur-le-champ, le roi, ses trois fils aînés, Philippe,
Jean, comte de Nevers, et Jean, comte d'Alençon, prirent la croix des
mains du légat, ainsi que le comte de Flandre, le comte de Bretagne,
Beaujeu, sire de Montpensier, le comte d'Eu, Alphonse de Brienne, Guy de
Laval, et plusieurs autres seigneurs.

Dès qu'on sut dans les provinces que Louis marchait contre les
infidèles, chacun s'empressa de s'enrôler sous ses étendards. Le roi de
Navarre, son gendre, s'engagea d'abord, et fit prendre la croix au jeune
prince Henri, son frère, et à tous les jeunes chevaliers de ses états
d'Espagne et de Champagne. Le jeune comte d'Artois, neveu du roi, fils
de Robert, tué à Massoure, résolu d'aller venger la mort de son père,
prit aussi la croix; le duc de Bourgogne, son parent, soit zèle pour la
religion, soit amour pour la gloire, témoigna la même ardeur pour cette
expédition. Toute la noblesse du royaume imita leur exemple. On compte
parmi les plus considérables, les comtes de Saint-Paul, de Vendôme, de
la Marche et de Soissons; Gilles et Hardouin de Mailly, Raoul et Jean de
Nesle, les seigneurs de Fiennes, de Nemours, de Montmorency, de Melun,
le comte de Guines, le sire de Harcourt, Matthieu de Roye, Florent de
Varennes, Raoul d'Etrées, Gilles de la Tournelle, Maurice de Craon, Jean
de Rochefort, le maréchal de Mirepoix, Enguerrand de Bailleul, Pierre
de Saux, Jean de Beaumont, et grand nombre d'autres, dont les noms ne
subsistent plus aujourd'hui.

Cependant plusieurs personnes blâmèrent cette expédition; on alla même
jusqu'à la traiter de pieuse extravagance, qu'un roi sage ne devait ni
projeter, ni autoriser. C'est, encore de nos jours, la plus commune
opinion sur ces entreprises de nos ancêtres. Je n'entreprendrai point de
le justifier sur ce point, quant à présent, ni de prouver que s'il y a
de la faute, ce fut moins celle de Louis que celle de son siècle: dans
un temps plus éclairé, il eût sans doute épargné cette tache à sa
gloire, si c'en est une. Il y a beaucoup de témérité à condamner
certaines actions des grands rois. Il faut, pour les juger
équitablement, se transporter dans les siècles où ils ont vécu; il faut
examiner les usages de leur temps, et quelles en étaient les moeurs.
D'ailleurs le roi ne forçait personne à se croiser; c'était l'effet des
exhortations des légats du pape et des ecclésiastiques du temps. Tous
ces seigneurs qui accompagnaient le roi, avec leurs chevaliers, y
allaient volontairement et à leurs dépens. Ils croyaient faire une
action méritoire en allant combattre contre les infidèles; et, s'ils y
mouraient, gagner la couronne du martyre: c'était une opinion fortement
gravée dans le coeur de toutes les nations de l'Europe, comme on le voit
par le grand nombre de croisades qu'elles ont entreprises. Si l'on était
bien persuadé de la droiture des sentimens de saint Louis, on serait
plus circonspect à blâmer sa conduite: il consultait principalement son
zèle, et abandonnait le surplus à la Providence de Dieu. Il faut encore
convenir que ces expéditions n'ont fait aucun tort à son royaume pendant
son absence; qu'il n'a jamais été plus puissant, et ses peuples plus
heureux. Il les a fait jouir d'une paix continuelle que ses voisins ont
toujours respectée.

Le pape ne manqua pas de se servir de cet exemple du roi de France, pour
animer tous les princes chrétiens à secourir la Palestine. Il envoya
des légats ou des lettres en Angleterre, en Espagne, en Pologne, en
Allemagne, à Constantinople, en Arménie; il écrivit même au grand kan
des Tartares, qu'il savait être très-jaloux des progrès de Bondocdar, et
assez disposé à faire diversion en faveur des chrétiens.

Le roi cependant continuait ses préparatifs avec un zèle que la religion
peut seule inspirer; mais ne prévoyant pas pouvoir s'embarquer sitôt
pour la Palestine, il y envoya du secours avec une procuration au brave
Geoffroy de Sargines, pour emprunter de l'argent en son nom: ce qui
servit à retenir une multitude de gens que la disette allait forcer de
déserter.

Une des causes de la désolation de cette malheureuse chrétienté, étaient
les funestes divisions qui régnaient entre les Vénitiens et les Génois.
Le roi n'oublia rien pour les engager à faire la paix. Les deux
républiques, sur ses instances, nommèrent des plénipotentiaires; leurs
differens intérêts furent soigneusement discutés; rien néanmoins ne fut
conclu: tant la haine est opiniâtre, lorsqu'elle est née de la jalousie
et de la cupidité! Louis gémit en secret d'une obstination que ni la
gloire, ni la religion ne pouvaient vaincre; il n'en fut pas moins
ardent à la poursuite de ses pieux desseins.

Il était question surtout de se procurer de l'argent pour les dépenses
nécessaires. C'était un usage très-ancien dans ces guerres saintes de
faire contribuer les ecclésiastiques; usage établi dès la naissance des
croisades, non toutefois sans beaucoup de contradiction de la part du
clergé. Ou voit plusieurs lettres des papes, qui lui reprochent avec
amertume de refuser à Jésus-Christ ce qui n'est proprement que son
patrimoine, tandis que les laïcs lui sacrifient avec joie et leurs biens
et leur vie. Le pape Clément accorda pour quatre ans au monarque la
dixième partie du revenu des ecclésiastiques, qui murmurèrent beaucoup,
firent des assemblées, écrivirent au pontife, pour lui exposer la misère
où le clergé était réduit par les sommes précédemment payées. On leur
reprocha l'indécence de leurs plaintes, sous un roi qui prodiguait son
sang et ses biens dans une guerre tant prêchée par les ministres de la
religion.

Alors le sacerdoce et l'empire agissaient de concert; il n'y avait
personne à qui recourir. Il fallut obéir, et donner à l'autorité ce
qu'on refusait à la piété.

On imposa en même temps une taxe tant sur les bourgeois des villes, que
sur les gens de la campagne; imposition qui n'excita ni plaintes, ni
murmures. Elle fut faite avec un tel ordre, que personne ne se trouva
surchargé: ceux à qui le travail et l'industrie fournissaient à peine la
nourriture, n'y furent point compris, et l'on prit les mesures les plus
sages pour éviter les injustices trop ordinaires dans les répartitions.

Le prince Philippe, l'aîné de la maison royale, eut cette année un fils
à qui l'on donna le nom de son aïeul. Louis en conçut une grande joie,
et n'eut plus de peine à mener avec lui ses autres enfans, puisqu'il se
voyait un nouvel héritier à couvert des périls de la guerre.

Comme les malheurs de la Terre-Sainte allaient toujours en augmentant,
il déclara qu'il partirait sans remise dans deux ans, afin que chacun
pût donner ordre à ses affaires. Aussitôt il envoya le prieur des
Chartreux au pape, pour lui donner avis de cette résolution, et lui
demander le cardinal d'Albe pour légat de la croisade: ce qu'il obtint
d'autant plus aisément, qu'il paraissait régner alors une grande
intelligence entre les deux cours.

Cependant on ne fut pas long-temps sans s'apercevoir que la tendresse du
pape n'existait que dans ses écrits.

Clément fit publier une loi qui attribuait aux seuls pontifes romains
la nomination des bénéfices qui vaquaient en cour de Rome: loi qu'il
étendit jusqu'aux bénéfices vacans par l'élection des prélats qui
étaient sacrés ou même confirmés par les papes. C'était anéantir le
droit de régale, privilége unique de nos rois. Louis, qui en prévit
toutes les suites, forma le dessein d'y remédier efficacement: il ne
tarda pas d'en trouver l'occasion.

Guillaume de Brosse, archevêque de Sens, étant dans un âge très-avancé,
qui l'empêchait de remplir comme il l'aurait désiré les fonctions de
son ministère, s'était démis de son archevêché. Pierre de Charny, grand
archidiacre de cette église, fut élu en sa place. Celui-ci qui était
camérier du pape, ne manqua pas d'aller se faire sacrer à Rome. Clément,
de son côté, profita de la circonstance pour, conformément à la loi
qu'il venait d'établir, disposer de l'archidiaconé dont Pierre de Charny
était pourvu: mais le roi, toujours en garde contre l'usurpation,
l'avait prévenu en y nommant Girard de Rampillon, ecclésiastique
distingué par sa piété et sa science. Le pontife désapprouva hautement
cette nomination. Il écrivit au monarque une lettre pleine d'aigreur.
Girard fut interdit de toutes ses fonctions, et menacé d'excommunication
s'il ne renonçait à son droit, ou si, pour le prouver, il ne se
présentait en personne au tribunal du pape. Girard ne fit ni l'un ni
l'autre, sans doute par ordre du roi, qui avait pris la ferme résolution
d'empêcher de pareilles usurpations. La mort de Clément, arrivée sur ces
entrefaites, laissa l'affaire indécise: elle ne fut terminée que sous le
pontificat de Grégoire X, son successeur, qui leva les défenses, et fit
jouir Girard de Rampillon de tous les fruits de sa nomination.

_Pragmatique-Sanction_.

C'est le sentiment de tous les historiens, que ce fut pendant
l'intervalle de la mort de Clément IV, à l'exaltation de Grégoire X, que
saint Louis rendit cette fameuse ordonnance, si connue sous le nom de
_Pragmatique-Sanction_.

Le célèbre père Daniel dit en parlant de saint Louis:[1] «Que jamais
prince n'eut un plus sincère respect pour les papes, pour les évêques,
pour les religieux et généralement pour tous les gens d'église: mais
nul roi de France n'entreprit avec tant de fermeté que lui de borner
la puissance ecclésiastique, qui était depuis plusieurs siècles en
possession d'empiéter sur la puissance royale, et sur les tribunaux de
la justique laïque. On a plusieurs de ses ordonnances sur ce sujet, et
entre autres sa Pragmatique-Sanction.» Nous devons dire à l'honneur de
Rome moderne, qu'elle a reconnu l'énormité de la plupart de ces abus, et
qu'elle a consenti enfin à ce qu'ils fussent supprimés.

[Note 1: Daniel, _Histoire de France_, t. III, p. 359, édition de 1722.]

«C'est dans cette vue, dit Pasquier[1], que saint Louis, pour la
tranquillité de l'église gallicane, pour l'augmentation du culte divin,
pour le salut des ames fidelles, pour mériter les graces et les secours
du Dieu tout-puissant, fit au mois de mars de l'année 1282, cette
célèbre ordonnance qu'on a appelée Pragmatique-Sanction, conçue en ces
termes:

[Note 1: Laurière, _Ordonnances de nos rois_, t. I, p. 97 et 98.]

«Nous voulons, dit-il, et nous ordonnons que les prélats, les patrons et
les collateurs ordinaires des bénéfices, jouissent pleinement de leurs
droits, sans que Rome y puisse donner aucune atteinte par ses réserves,
par ses graces expectatives, ou par ses mandats; que les églises
cathédrales ou abbatiales aient toute liberté de faire leurs élections,
qui sortiront leur plein et entier effet; que le crime de simonie soit
banni de toute la France, comme une peste très-préjudiciable à la
religion; que les promotions, collations, provisions et dispositions des
prélatures, dignités, bénéfices et offices ecclésiastiques, se fassent
suivant les règles établies par le droit commun, par les sacrés
conciles, par les anciens pères; enfin que les exactions de la cour
romaine ne puissent plus se lever à l'avenir, si ce n'est pour des
nécessités urgentes, par notre permission expresse et du consentement de
l'Eglise gallicane[1].»

[Note 1: Il y a dans le Trésor des Chartres une lettre de Pierre
Collémédio, nonce du pape, où il dit qu'ayant voulu connaître, par le
commandement du pape, d'un différend qui était survenu entre l'évêque de
Beauvais, d'une part, la commune de Beauvais et le roi, de l'autre, ce
prince lui en avait fait défense, et l'acte qui fut signifié au nonce
contient, entr'autres, ces paroles: _Qu'il se donne bien de garde de
connoitre directement ou indirectement de ses régales, ou de faire
enquête en quelque manière que ce soit, de quelque autre chose qui
concerne la juridiction temporelle_; de sorte qu'il est vrai de dire
que c'est lui qui a commencé à donner en France de justes bornes à
l'autorité ecclésiastique, laquelle n'y en avait point depuis deux ou
trois siècles. (Inventaire des Chartres, tome I, Beauvais, u.° 3.) _Ne
de regalibus suis seu rebus aliquibus ad jurisdictionem suam secularem
pertinentibus, agnocere directè vel indirectè, seu inquisitionem facere
aliquatenùs praesumeret_.]

C'est ainsi que Louis savait concilier les devoirs de chrétien et de
souverain, donnant en même temps l'exemple aux simples fidèles de la foi
la plus soumise, et aux rois de la fermeté la plus héroïque.

_Le roi chasse les usuriers de son royaume_.

Ce fut à peu près dans le même temps, qu'une compagnie d'usuriers,
venue d'Italie, désolait le monde chrétien, sous le nom de _Catureins_,
_Coarcins_, ou de _Corsins_. C'était une société de marchands lombards
et florentins, qui, enchérissant encore sur les Juifs, n'avaient pas
honte d'exiger tous les deux mois dix pour cent d'intérêts de ce qu'elle
prêtait sur gages: usure qui, au rapport de Matthieu Paris, avait
presque ruiné l'Angleterre. Les ordonnances les plus sévères, les
censures même des évêques ne purent arrêter le mal. C'étaient d'ailleurs
des gens très-versés dans la connaissance des lois, qui savaient si bien
colorer leurs contrats, que la chicane y trouvait toujours quelque moyen
de défense. Ce portrait, emprunté de l'historien anglais, peut paraître
trop chargé: il est du moins certain que ces infâmes usuriers causaient
des maux infinis partout où il leur était permis de s'établir. Les
soins de Louis n'avaient pu les empêcher de s'introduire en France.
Les ressources qu'on trouvait en eux, soit pour les dépenses ou le
libertinage, soit pour les besoins pressans, fascinaient les yeux: ceux
même qu'ils ruinaient impitoyablement étaient d'intelligence avec eux.
Mais enfin, le monarque, instruit de cette horrible prévarication, sent
redoubler tout son zèle. Aussitôt il rend une ordonnance qui oblige tous
les baillis royaux de chasser de leur territoire tous les Corsins dans
l'espace de trois mois, accordant ce terme aux débiteurs pour retirer
les meubles qu'ils ont mis en gage, en payant le principal sans aucun
intérêt: on y somme les seigneurs de faire la même chose dans leurs
terres, sous peine d'y être contraints par les voies qu'on avisera. Tous
obéirent; et si les Italiens reparurent encore dans le royaume, ce
ne fut, suivant l'esprit de la loi, que pour y exercer un commerce
légitime.

La santé du monarque s'affaiblissait tous les jours. Incertain de son
retour, il songea à faire la maison de ses enfans pour leur ôter tout
sujet de division. Philippe l'aîné, sans parler de la succession au
trône qui le regardait, avait déjà eu son apanage dès l'année 1265. Il
voulut, en cette année 1269, assigner aussi celui des autres. Jean,
surnommé Tristan, son second fils, outre le comté de Nevers qu'il
possédait du chef de sa femme Jolande de Bourgogne, eut pour apanage
Crépy, la Ferté-Milon, Villers-Cotterets, Pierre-Fond et tout ce qu'on
appela depuis le comté de Valois. Pierre fut pourvu du comté d'Alençon
et du Perche. Robert, le plus jeune, il n'avait que douze ans, eut le
comté de Clermont en Beauvoisis, avec les seigneuries de Creil et de
Gournay, et quelques autres terres. Il eut depuis le Bourbonnais du chef
de sa femme Béatrix, héritière par sa mère de la maison de Bourbon.
C'est ce prince qui est la souche de la maison royale de Bourbon, assise
aujourd'hui sur le trône de France. Isabelle, l'aînée des princesses,
était reine de Navarre. Blanche, la seconde, fut marié cette année
avec Ferdinand, fils d'Alphonse, roi de Castille [1]. Marguerite, la
troisième, épousa, vers le même temps, non Henri de Brabant, avec
lequel elle était accordée (il quitta le monde pour se faire moine à
Saint-Etienne de Dijon), mais Jean, frère cadet et héritier de Henri.
Agnès, la dernière et la plus jeune, eut dix mille livres, en attendant
qu'elle eût l'âge d'être mariée: elle fut depuis femme de Robert II, duc
de Bourgogne. Ainsi ce prince eut le plaisir, si satisfaisant pour un
père, de voir tous ses enfans établis suivant leur condition. Le saint
roi confirme toutes ces dispositions par son testament daté du mois de
février de la même année, et dont il nomme exécuteurs Etienne, évêque de
Paris, Philippe, élu à l'évêché d'Evreux, les abbés de Saint-Denis et
de Royaumont, avec deux de ses clercs[2], Jean de Troyes et Henri de
Versel.

[Note 1: Leurs enfans furent privés de la couronne par don Sanche, leur
oncle.]

[Note 2: C'est ainsi qu'on nommait alors ceux qui écrivaient les
dépêches et les lettres des rois. C'étaient ordinairement des
ecclésiastiques, car ils étaient presque les seuls qui sussent lire et
écrire.]

Le surplus de son testament contient un nombre prodigieux de donations
aux monastères, aux Hôtels-Dieu, aux maladreries, aux filles qui sont
dans l'indigence, pour leur constituer une dot, aux écoliers qui ne
peuvent fournir aux frais de leurs études, aux orphelins, aux veuves,
aux églises pour des calices et des ornemens, à ses officiers pour
récompense de leurs services, enfin à ses clercs, jusqu'à ce qu'ils
eussent obtenu quelque bénéfice. Tous ces legs devaient être acquittés,
tant sur les meubles qui se trouveraient au jour de son décès, que sur
les revenus de son domaine. Le prince, successeur ne pouvait y rien
prétendre que tout ne fût payé.

Quelque temps auparavant, pour affermir la paix, non-seulement dans
son royaume, mais encore dans les pays voisins, ce prince avait fait
prolonger pour cinq ans la trève dont il avait été médiateur entre le
roi d'Angleterre et le roi de Navarre; et il avait terminé, entre le
comte de Luxembourg et le comte de Bar, des différends pour lesquels on
en était déjà venu à de grandes violences.

Trois ans ayant été employés à faire tous les préparatifs nécessaires
pour cette seconde croisade, le roi se trouva au commencement de l'année
1270, en état de prendre les dernières mesures pour son départ. Le point
le plus important qui restait à terminer, était la régence du royaume
pendant son absence. La reine n'était pas du voyage, et il semblait que
cette dignité la regardait plus qu'aucun autre; mais, soit que le roi ne
la crût pas en état de prendre assez d'autorité, soit qu'elle n'eût pas
assez d'expérience dans les affaires, auxquelles il lui avait toujours
donné peu de part, il ne jugea pas à propos de lui confier le
gouvernement de l'état. Il choisit pour cet emploi Matthieu, abbé de
Saint-Denis, et Simon de Clermont, sire de Nesle, l'un et l'autre d'une
naissance distinguée, tous deux d'une probité reconnue et d'une sagesse
consommée. Le premier était de l'ancienne famille des comtes de Vendôme;
le second de l'illustre maison de Clermont en Beauvoisis, chevalier sans
reproche, grand homme de guerre, d'une supériorité de génie et d'une
droiture à toute épreuve. Louis leurs substitua, en cas de mort, deux
hommes célèbres par leur mérite, Philippe, évêque d'Evreux, et Jean
de Nesle, comte de Ponthieu, du chef de sa femme. Les nouveaux régens
furent revêtus de toute la puissance du roi, dont ils sont qualifiés les
lieutenans. Il n'en excepta que la nomination aux bénéfices dépendans
de lui. Le religieux prince crut qu'un objet si important méritait une
attention particulière: il établit pour les conférer un conseil de
conscience, composé de l'évêque de Paris, du chancelier de Notre-Dame,
et des supérieurs des Jacobins et des Cordeliers. Ce qu'il leur
recommanda surtout, fut de mettre toute leur application à donner à Dieu
les ministres les plus dignes de le servir, et à ne déposer les biens de
l'Eglise qu'entre des mains qui en sussent faire un usage légitime.

Le roi ayant ainsi réglé les affaires les plus importantes de son
royaume, alla, suivant la coutume, prendre l'oriflamme à Saint-Denis,
fit sa prière devant le tombeau des bienheureux martyrs, et reçut des
mains du légat le bourdon de pélerin. On le vit le lendemain, suivi
des princes ses enfans, du comte d'Artois, et d'un grand nombre de
seigneurs, marchant nu-pieds, se rendre du Palais à Notre-Dame, où il
implora le secours du Ciel sur son entreprise. Il partit le même jour
pour Vincennes, d'où, prenant congé de la reine, non sans répandre
beaucoup de larmes de part et d'autre, il se rendit d'abord à Melun, à
Sens, à Auxerre, à Veselay, ensuite à Cluny, où il passa les fêtes de
Pâques, puis à Mâcon, à Lyon, à Beaucaire, enfin à Aiguemortes, où était
le rendez-vous général des croisés. Il n'y trouva point les vaisseaux
que les Génois s'étaient obligés de lui fournir pour le transport des
troupes. On ignore si ce fut négligence ou perfidie de leur part. Il est
du moins certain que ce retardement fut cause de la perte de l'armée,
qui par là se vit exposée aux plus grandes chaleurs de la canicule. Ce
fut sans doute un cruel exercice pour la patience du saint roi: il le
soutint avec un courage que la religion seule peut inspirer. Contraint
de quitter Aiguemortes, à cause du mauvais air, il alla s'établir à
Saint-Gilles, où il tint une cour plénière avec cette magnificence qui
lui était ordinaire dans les occasions d'éclat.

Les croisés cependant arrivaient en foule de tous côtés: bientôt
Aiguemortes se trouva trop petite pour contenir une si grande multitude;
les chefs se dispersèrent dans les villes et dans les bourgades des
environs: il ne resta auprès des drapeaux que des soldats, et ceux qui
n'avaient pas le moyen d'aller ailleurs. C'était un mélange singulier
de toutes sortes de nations, Français, Provençaux, Catalans, populace
effrénée qui était dans de continuelles disputes. On ne tarda pas à voir
naître des querelles; on en vint aux mains: plus de cent hommes avaient
été tués avant qu'on y pût mettre ordre. Tel fut l'acharnement des
Français en une de ces mêlées, qu'après avoir mis en déroute, et
Provençaux et Catalans, ils les poursuivirent jusque dans la mer, où ces
malheureux s'étaient précipités pour gagner leurs vaisseaux à la nage.
L'éloignement des commandans favorisait le tumulte. Louis, pour en
arrêter les suites, se transporta lui-même sur les lieux, fit punir de
mort les plus mutins, et le calme fut entièrement rétabli.

La haute idée qu'on avait de la sagesse, des lumières et de la probité
du monarque, la grande considération que la cour de Rome avait pour lui,
et plus encore la crainte de ses armes, lui procurèrent dans ce même
temps une célèbre ambassade, qui le vint trouver à Saint-Gilles de la
part de Michel Paléologue, empereur de Constantinople. Ce prince, depuis
neuf ou dix ans, avait surpris cette capitale de l'empire de l'Orient,
que les empereurs latins avaient possédée près de soixante et dix ans;
et, en conséquence de cette conquête, l'empire qui avait été enlevé aux
Grecs par Baudouin 1er, était retourné à ses anciens maîtres, du temps
de Baudouin II. Le prince grec n'ignorait ni les grands préparatifs du
roi de Sicile, ni ses liaisons étroites avec l'empereur détrôné. Pour
conjurer l'orage, il imagina de proposer la réunion des deux Eglises
grecque et latine. Il ne doutait point que la piété de Louis ne lui fît
embrasser avec joie une si belle occasion de rendre un grand service à
la religion. Il lui envoya, avec de magnifiques présens, des personnes
distinguées, que les Grecs nomment _apocrisiaires_, ecclésiastiques
attachés à la cour, pour rendre compte au souverain de tout ce qui
regarde le clergé. Le roi les reçut à Saint-Gilles, où il faisait son
séjour, et les traita splendidement. Ils étaient chargés d'une lettre,
par laquelle Paléologue protestait: «Que l'Eglise grecque ne souhaitait
rien avec plus d'ardeur, que de rentrer sous l'obéissance de Rome; qu'il
en avait écrit au pape Clément IV, et, depuis sa mort, au collége des
cardinaux; mais que, malgré tous ses soins, il n'avait pu obtenir aucune
satisfaction; qu'il le priait de vouloir bien se rendre l'arbitre de
ce grand différend; que tout ce qu'il ordonnerait serait fidèlement
exécuté; qu'il réclamait sa protection au nom de Jésus-Christ, souverain
juge des hommes, qui, au dernier jour, lui demanderait un compte
rigoureux, s'il refusait de se prêter à une oeuvre si méritoire.»

Louis désirait ardemment l'extinction du schisme; mais il savait qu'il
ne lui appartenait point de prononcer sur cette matière. Il répondit
qu'il ne pouvait point accepter l'arbitrage qu'on lui déférait; que
cependant il offrait tous ses bons offices auprès du Saint-Siége. Il
écrivit en effet aux cardinaux qui gouvernaient pendant la vacance, et
sollicita vivement la conclusion d'une affaire si importante. La
réponse fut que le sacré collége était extrêmement édifié du zèle et de
l'empressement du monarque, que cependant il le conjurait de ne point
se laisser surprendre aux artifices des Grecs, moins disposés qu'il ne
pensait à une réunion sincère; qu'il remettait toute cette négociation
entre les mains du cardinal d'Albe, Raoul de Chevrières, légat de la
croisade; qu'il ne prescrivait d'autres bornes à sa commission, que
de se conformer au plan proposé par le feu pape. C'était un ordre à
l'empereur, aux évêques, à tous les principaux membres de l'Eglise
grecque, de reconnaître la primatie de Rome, et de signer tous les
articles de foi contenus dans le mémoire que le pape Clément avait
dressé. Les ambassadeurs promirent tout ce qu'on voulut, ce qui fit
concevoir de grandes espérances; mais elles furent vaines. L'empereur
n'avait cherché qu'à calmer ses inquiétudes sur les armemens prodigieux
de la France et de la Sicile. Certain qu'ils n'étaient point destinés
contre ses états, il cessa de s'occuper d'un projet que la politique
seule lui avait inspiré.

Quelque temps après, les vaisseaux génois étant arrivés, trouvèrent ceux
de France tout équipés et prêts à mettre à la voile.

_Le roi s'embarque pour la Palestine_.

Le roi, avant de s'embarquer, écrivit une lettre aux deux régens du
royaume, pour les faire ressouvenir des ordres qu'il leur avait donnés
touchant l'observation de la justice. Il suffit de lire cette lettre,
pour connaître de quel esprit ce saint prince était animé, et qu'il
n'avait rien de plus à coeur que l'honneur de Dieu et le bonheur de ses
sujets[1].

[Note 1: In Spicileg., t. 2, epist. Lud. ad Math. abbatem, ann. 1270.]

Enfin, tout étant prêt pour le départ, le roi s'embarqua le 1er
septembre, et le lendemain, le vent s'étant trouvé favorable, on mit à
la voile. Le temps, qui d'abord fut beau, changea bientôt, et on
essuya deux rudes tempêtes avant d'arriver à Cagliari, capitale de la
Sardaigne, où était le rendez-vous de toute l'armée chrétienne; enfin,
le vent s'étant un peu apaisé, on jeta l'ancre à deux milles du port.

Les chaleurs excessives et les tempêtes avaient corrompu toute l'eau de
la flotte, et il y avait déjà beaucoup de malades. On envoya une barque
à terre, parce que le vent contraire empêchait que la flotte ne pût
entrer dans le port: cette barque rapporta de l'eau et quelques légumes;
mais, sur la demande que le roi fit faire au commandant d'y recevoir
les malades, il lui fit de grandes difficultés, parce que le château
appartenait à la république de Pise, qui était en guerre avec celle de
Gênes, et que la plupart des capitaines de la flotte étaient génois. Le
roi en ayant envoyé faire ses plaintes au commandant, tout ce qu'il put
obtenir fut qu'on débarquât les malades, et qu'on les fît camper au pied
du château et loger dans quelques cabanes des environs. Enfin, sur de
nouvelles instances, le commandant, craignant qu'on ne le forçât, comme
on le pouvait faire, d'être plus traitable, offrit au roi de le loger
au château, pourvu qu'il n'y entrât qu'avec peu de monde, que les
capitaines génois ne descendissent point à terre, et qu'il promît de
faire fournir des vivres à un prix raisonnable.

Cette conduite choqua extrêmement les princes et seigneurs qui
accompagnaient le roi. On lui conseillait de faire attaquer le château,
et de s'en rendre maître; mais Louis, toujours guidé par la justice et
par la raison, répondit qu'il n'avait pas pris la croix pour faire la
guerre aux Chrétiens, mais aux infidèles.

Sur ces entrefaites le roi de Navarre, le comte de Poitiers, le comte de
Flandre, et un grand nombre d'autres croisés entrèrent dans le port. Dès
le lendemain de leur arrivée, le roi tint conseil pour délibérer sur le
lieu où l'on porterait la guerre, ou plutôt pour leur faire agréer le
dessein qu'il avait conçu.

Quand on partit d'Aiguemortes, on ne doutait point que ce ne fût pour
aller en Egypte ou en Palestine; mais l'intention du roi n'était pas
d'y porter premièrement la guerre. On fut fort surpris dans le conseil,
lorsque le roi déclara que son dessein était d'aller à Tunis, sur les
côtes d'Afrique.

«Quel rapport y avait-il entre la situation de quelques métifs sur les
côtes de Syrie, et le voyage du monarque à Tunis? C'est, observe un de
nos écrivains[1], que Charles d'Anjou, roi ambitieux, cruel, intéressé,
faisait servir la simplicité du roi son frère à ses desseins. Il
prétendait que cette couronne lui devait quelques années de tribut; il
voulait conquérir tout ce pays, et saint Louis, disait-on, espérait d'en
convertir le roi.»

[Note 1: Voltaire, dans son _Essai sur l'Histoire générale_.]

On a de la peine à concevoir comment cet auteur, avec autant d'esprit
qu'il en a, marque si peu de jugement. Est-il possible qu'il ait la
hardiesse de traiter saint Louis d'homme borné, dont le frère employait
la simplicité à la réussite de ses ambitieux desseins? S'il avait
consulté tous les historiens qui ont parlé de Louis, ils lui auraient
dit qu'il était le plus grand prince qui eût porté la couronne de la
monarchie française; ils lui auraient dit que c'était l'homme le plus
religieux, le plus sage, le plus juste et le plus prudent de son
royaume; ils lui auraient appris qu'il était l'homme de son temps le
plus brave et le plus courageux sans témérité; ils lui auraient dit
qu'il était craint, aimé et respecté par tous les potentats de l'Europe,
qui le choisissaient pour arbitre dans leurs différends; ils lui
auraient dit qu'excepté quelques guerres qu'il avait eu à soutenir dans
le commencement de son règne, pour faire rentrer dans le devoir quelques
vassaux indociles, il fit régner dans la France une solide paix, qui
ne souffrit depuis aucune altération, et que les peuples, sous son
gouvernement, ont joui de la plus grande félicité. Est-ce là le
caractère d'un prince simple, qui se laisse gouverner par son frère?

Quand cet auteur demandera d'un ton ironique sur quel fondement nos
historiens disent que saint Louis espérait convertir le roi de Tunis, on
le renverra aux auteurs contemporains, guides toujours nécessaires
aux modernes qui ne veulent point substituer à la vérité des traits
brillans, frivoles et satiriques. Qu'il lise Guillaume de Nangis,
historien dont on n'a point encore soupçonné la fidélité. Qu'il consulte
Geoffroy de Beaulieu, confesseur de saint Louis, qui l'a accompagné dans
sa dernière croisade, et qui l'a assisté à l'article de la mort. Il
apprendra de ces écrivains, quelles étaient les vertus et les sentimens
de ce grand roi.

Mais, pour parler dignement d'un si saint homme, il faut porter dans
le coeur des sentimens nobles et relevés, conduits par la véritable
religion, et ne pas être de la secte des matérialistes de notre siècle,
qui, n'espérant aucune récompense des bonnes actions y et ne craignant
aucune punition de leurs crimes, ne cherchent qu'à inspirer du mépris
pour la religion, afin de se livrer à toutes leurs passions.

Pour revenir au conseil que notre saint roi tenait pour délibérer sur la
résolution que l'on prendrait, les avis se trouvèrent partagés. Les uns
voulaient qu'on allât a Ptolémaïs, ou Saint-Jean-d'Acre: c'était la
seule place forte qui restait aux chrétiens dans la Palestine, et
le soudan d'Egypte menaçait de venir l'assiéger. L'armée française,
disait-on, y trouverait, avec toutes sortes de rafraîchissemens, les
vieilles troupes des croisés orientaux, aguerris depuis long-temps, et
d'autant plus braves qu'ils se voyaient réduits à la dernière extrémité.
Les autres soutenaient qu'il fallait aller à la source du mal, aller
droit en Egypte, tâcher de se rendre maîtres de Damiette. Le troisième
avis était de marcher droit à Tunis, royaume mahométan, établi sur les
côtes d'Afrique. Comme c'était l'avis du roi, il prévalut. Guillaume de
Nangis et Geoffroy de Beaulieu nous apprennent les raisons qui avaient
déterminé le saint roi à prendre ce parti.

Un roi de Tunis, nommé, selon quelques-uns, Muley-Mostança, selon
quelques autres, Omar, entretenait un commerce d'amitié assez régulier
avec le monarque français; il lui envoyait souvent des présens: il lui
laissait enfin espérer qu'il embrasserait la religion chrétienne, s'il
le pouvait, avec honneur et sans trop s'exposer. On ne peut assez
exprimer la joie que ressentait Louis, au récit de ces pieuses
dispositions. «Oh! si j'avais la consolation, s'écriait-il quelquefois,
de me voir le parrain d'un roi mahométan!» Ce n'était point un de ces
souhaits oisifs d'une spéculation stérile; il était sans cesse occupé
des moyens de faciliter au Sarrasin l'exécution d'un dessein si louable.
On le vit une fois, sous prétexte de visiter ses frontières, faire un
voyage jusqu'à Narbonne, pour traiter de cette affaire avec des envoyés
secrets du roi de Tunis. Il crut donc qu'en faisant une descente dans
les états du prétendu prosélyte, il lui fournirait l'occasion la plus
favorable pour se déclarer. S'il se convertissait au christianisme, on
acquérait un beau royaume à l'Eglise; s'il persistait dans l'erreur
qu'il feignait d'abjurer, on attaquait sa capitale, ville peu fortifiée,
où l'on établirait une colonie de chrétiens. On lui représentait
d'ailleurs que cette conquête priverait d'une grande ressource le soudan
d'Egypte, qui tirait de ce pays ce qu'il y avait de mieux en chevaux, en
armes, même en soldats; que ce serait lui couper la communication avec
les Sarrasins de Maroc et d'Espagne, dont il tirait de grands secours;
que c'était en un mot le seul moyen de rendre la mer libre aux croisés,
tant pour leurs recrues que pour leurs vivres, les plus grands obstacles
qu'ils eussent essuyés jusqu'alors.

Tels furent, au rapport de deux historiens qui racontent ce qu'ils ont
vu, non ce qu'ils ont imaginé, les véritables motifs qui déterminèrent
l'expédition d'Afrique. Il n'est question dans ce récit, ni des
intrigues de Charles d'Anjou qui abusa de la crédulité du roi pour
conquérir une couronne, ni de la simplicité de Louis qui fit servir
ses troupes à l'ambition de son frère, comme le rapporte faussement
l'écrivain que nous avons cité, qui aurait dû parler plus
respectueusement du plus grand roi de la monarchie française.

La résolution ayant été prise de porter la guerre en Afrique, on se
préparait à se rembarquer, lorsque le roi de Navarre, le comte de
Poitiers, le comte de Flandre, et un grand nombre de croisés, entrèrent
dans le port. On tint le lendemain un conseil de guerre, où le roi
déclara sa résolution d'aller à Tunis. On remit aussitôt à la voile, et
le troisième jour on reconnut la terre d'Afrique.

Tunis, située sur la côte de Barbarie, entre Alger et Tripoli, autrefois
capitale d'un royaume, sous le nom de Tynis ou Tynissa, aujourd'hui
chef-lieu d'une république de corsaires, sous la protection plutôt que
sous la domination du grand-seigneur, était alors une ville puissante,
assez bien fortifiée, pleine de riches marchands, où se faisait tout
le commerce de la mer Méditerranée. A quelque distance de là, vers
l'occident, on voyait la fameuse Carthage, qui, ruinée d'abord par les
Romains, ensuite par les Vandales et par les Arabes, subsistait encore,
mais sans aucune marque de son ancienne grandeur. Ce n'était du temps de
Louis qu'une très-petite ville, sans autre défense qu'un château assez
fort; ce n'est de nos jours qu'un amas de ruines, connu parmi les
Africains sous le nom de Bersak, avec une tour dite Almenare, ou la
Rocca de Mastinacés.

La flotte arriva à quelques milles de cet endroit célèbre, vis-à-vis
d'un golfe qu'on appelait alors le port de Tunis. On y vit de loin deux
vaisseaux, quelques barques, et beaucoup de peuple fuyant vers les
montagnes. Aussitôt, Florent de Varennes, qui faisait les fonctions
d'amiral, fut détaché avec quelques galères, pour aller reconnaître les
lieux: c'était un guerrier ardent, intrépide; il fit plus qu'on ne lui
avait commandé. Voyant que personne ne paraissait, il s'empara du port,
se rendit maître de tous les bâtimens qui s'y étaient retirés, prit
terre sans la moindre difficulté, et manda au roi qu'il n'y avait point
de temps à perdre, qu'il fallait faire la descente, que les ennemis
consternés ne songeaient pas même à s'y opposer.

Le sage monarque, qui appréhendait une surprise, craignit que l'amiral
ne se fût trop engagé, le blâma d'avoir passé ses ordres, et ne voulut
pas aller si vite; il fit assembler le conseil de guerre, où les
opinions furent partagées. Toute la jeunesse était d'avis qu'il fallait
donner, et profiter de cet avantage; mais les plus sages représentèrent
qu'il n'y avait rien de prêt pour le débarquement, qu'on ne pouvait le
faire qu'en désordre et avec confusion; que la retraite des Sarrasins
était sans doute un stratagème pour surprendre, pendant la nuit, les
troupes qu'on aurait mises à terre; qu'il valait mieux le remettre au
jour suivant, et marcher en ordre comme on avait fait à Damiette.

Ce dernier sentiment l'emporta; Varennes fut rappelé. On employa le
reste de la journée à disposer la descente pour le lendemain. Le jour
paraissait à peine, qu'on vit le port et tous les environs couverts de
Sarrasins, cavalerie et infanterie. Les Français n'en parurent que plus
animés; tous se jetèrent dans les barques avec de grands cris de joie;
tous abordèrent les armes à la main, mais personne n'eut occasion de
s'en servir; toute cette multitude de Barbares se mit à fuir sans faire
la moindre résistance. Bientôt on fut maître de l'isthme, qui avait une
lieue de long et un quart de lieue de large. Les Français dressèrent
ensuite leurs tentes sur le terrain dont ils venaient de s'emparer. Ils
espéraient y trouver des rafraîchissemens; mais il n'y avait point d'eau
douce: incommodité bien grande en tout climat, plus terrible encore
dans une région brûlante telle que l'Afrique. Il fallut cependant la
supporter le reste de la journée et la nuit suivante. Le lendemain, des
fourrageurs découvrirent à l'extrémité de l'isthme, du côté de Carthage,
quelques citernes qui étaient défendues par une tour assez forte, où il
y avait une nombreuse garnison de Sarrasins. L'ardeur de la soif fit
oublier aux Français le danger; ils coururent à ces eaux en désordre et
sans armes, mais ils y furent enveloppés et presque tous assommés. On y
envoya un détachement de quelques bataillons, qui repoussèrent l'ennemi
et s'emparèrent de la forteresse; mais peu de temps après; les Barbares
reparurent en plus grand nombre. Ils allaient brûler les croisés dans
leur nouvelle citadelle, si le roi n'y eût envoyé dés troupes d'élite,
sous la conduite des maréchaux Raoul d'Estrées et Lancelot de
Saint-Maard. Alors tout changea: les infidèles, épouvantés,
abandonnèrent le fort, qui demeura en la possession des Français. On
jugea néanmoins à propos d'en retirer la garnison: c'était un poste peu
sûr, qui pouvait être aisément enlevé; d'ailleurs, les citernes furent
bientôt épuisées.

Deux jours après, l'armée se mit en marche, et s'approcha de Carthage,
dont il était important de s'emparer avant que d'assiéger Tunis. On
trouva les environs de cette place fort agréables; des vallées, des
bois, des fontaines, et tout ce que l'on pouvait souhaiter pour le
besoin et pour le plaisir. La ville n'était point fortifiée, mais il y
avait un bon château, que les infidèles paraissaient vouloir défendre.
On préparait déjà les machines de guerre pour l'attaquer dans les
formes, lorsque les mariniers vinrent offrir au roi de l'emporter
d'assaut, s'il voulait leur donner quelques arbalétriers pour les
soutenir. L'offre fut acceptée; les braves aventuriers, secondés des
brigades de Carcassonne, de Châlons-sur-Marne, de Périgord et de
Beaucaire, s'avancent fièrement vers la citadelle, plantent leurs
échelles contre les murailles, montent sur les remparts, et y placent
l'étendard royal. Les soldats les suivent avec cette impétuosité
qu'un premier succès inspire aux Français: tout ce qu'ils trouvent de
Sarrasins est passé au fil de l'épée.

Louis cependant, à la tête d'une partie de l'armée, observait les
mouvemens des ennemis, qui paraissaient en armes sur toutes les
montagnes voisines, et qui n'osèrent toutefois rien tenter pour défendre
une place, dont la conquête, selon l'opinion des Africains, entraînait
celle de tout le pays; opinion mal fondée, ainsi que l'expérience l'a
démontré. Carthage fut prise en même temps que le château, et ses
vainqueurs ne purent entamer le reste du royaume. On la nettoya: le roi
y établit des hôpitaux pour les malades, et les princesses brus[1],
(_a_) fille, (_b_) belle-soeur, (_c_) et nièce (_d_) du monarque, y
allèrent demeurer pour être plus commodément.

[Note 1: (_a_) Isabelle d'Aragon, épouse de Philippe-le-Hardi; Jolande
de Bourgogne, comtesse de Nevers, femme de Jean de France, surnommé
Tristan; Jeanne de Châtillon, comtesse de Blois, qui accompagnait son
mari Pierre de France, comte d'Alençon; (_b_) Isabelle de France,
reine de Navarre; (_c_) Jeanne de Toulouse, femme d'Alphonse, comte
de Poitiers; (_d_) Amicie de Courtenay, femme de Robert II, comte
d'Artois.]

Le roi de Tunis, outré de cette perte, ne garda plus de mesures. Il
avait envoyé déclarer à l'armée française que si elle venait assiéger
sa ville, il ferait massacrer tous les chrétiens qui étaient dans ses
états. On lui avait répondu que, s'il faisait la guerre en barbare, on
le traiterait de même. Cette fierté l'épouvanta, mais ne lui abattit
point le courage. Il manda au monarque français, que dans peu il le
viendrait chercher à la tête de cent mille hommes: étrange manière,
sans doute, de se préparer à demander le baptême! Mais déjà les croisés
étaient détrompés sur l'espérance qu'on avait conçue de la conversion
de ce prince. On avait appris par deux esclaves qui étaient venus se
rendre, qu'il avait fait arrêter tous les marchands qui faisaient
profession du christianisme, résolu de leur faire couper la tête si
les Français paraissaient à la vue de Tunis. On voyait d'ailleurs, par
expérience, qu'il n'y avait point de ruse dont il ne s'avisât pour
fatiguer l'armée; il ne cessait de faire donner l'alarme au camp; ses
troupes rôdaient continuellement dans les environs: oser en sortir,
c'était s'exposer à une mort certaine.

Un jour que Jean d'Acre, grand bouteiller de France, commandait la garde
la plus avancée, trois Sarrasins de bonne mine l'abordèrent la lance
basse, lui baisèrent respectueusement les mains, et lui donnèrent à
entendre par leurs signes qu'ils voulaient être chrétiens, et recevoir
le baptême. On en porta aussitôt la nouvelle au roi, qui ordonna de les
traiter avec bonté, mais en même temps de les garder à vue. Une heure
après, cent autres Sarrasins, bien armés, vinrent aussi se rendre avec
les mêmes démonstrations. Les croisés les reçurent comme leurs frères;
mais ces traîtres, voyant qu'on ne se défiait point d'eux, mirent le
sabre à la main, et chargèrent les premiers venus. Ils étaient soutenus
par une autre troupe qui parut tout-à-coup, et fondirent avec fureur sur
le tranquille bouteiller. On cria aux armes; tout le camp s'émut: il
n'était plus temps; déjà les perfides avaient tué plus de soixante
hommes, et s'étaient retirés. Le malheureux Jean d'Acre, piqué d'une
pareille trahison, méditait de s'en venger sur les trois Sarrasins qu'il
avait en sa garde: il courut à sa tente, résolu d'en faire justice. Ils
se jetèrent à ses pieds en pleurant: «Seigneur, lui dit le plus apparent
des trois, je commande deux mille cinq cents hommes, au service du roi
de Tunis; un autre capitaine comme moi, homme jaloux de mon élévation,
a cru me perdre en vous faisant une trahison: je n'y ai aucune part. Si
vous voulez relâcher l'un de nous pour aller avertir mes soldats, je
vous promets sur ma tête, qu'il en amenera plus de deux mille, qui
se feront chrétiens, et qui vous apporteront toutes sortes de
rafraîchissemens.» Le roi, informé de la chose, réfléchit quelques
momens, et dit ensuite «Qu'on les laisse aller sans leur faire de mal.
Je crois que ce sont des perfides qui nous trompent: mais il vaut mieux
s'exposer au risque de sauver des coupables, que de faire périr des
innocens.» Le connétable fut chargé de les conduire hors du camp. Ils
avaient promis de revenir; on n'en entendit point parler depuis.

Quelque importante que fût la prise de Carthage, elle n'assurait
point celle de Tunis, ville très-fortifiée pour ce temps-là, défendue
d'ailleurs par une armée considérable. Ce n'était pas ce qu'on avait
promis au roi lorsqu'il était encore en France; il vit bien qu'il
fallait se tenir sur la défensive, en attendant le roi de Sicile, qui,
au rapport d'Olivier de Termes, devait arriver incessamment. Ainsi, son
premier soin fut de mettre son camp à l'abri des fréquentes alarmes
que lui donnaient les Africains: il le fit environner de fossés et de
palissades. Les travaux étaient à peine commencés, que toute la campagne
parut couverte de soldats. Ils semblaient vouloir engager une action
générale; le roi mit ses troupes en bataille, prêtes à les bien
recevoir. Mais tout se passa en escarmouches, où plusieurs infidèles
furent tués. On ne perdit du côté des Français qu'un chevalier, nommé
Jean de Roselières, et le châtelain de Beaucaire. Les barbares,
épouvantés de la fière contenance des croisés, se retirèrent en
désordre. Louis, qui avait promis à son frère de ne rien entreprendre
sans lui, ne les poursuivit pas.

Bientôt cependant les chaleurs excessives, l'air même que l'on
respirait, imprégné d'un sable brûlant, que les Sarrasins élevaient avec
des machines, et que les vents poussaient sur les chrétiens; sable si
fort pulvérisé, qu'il entrait dans le corps avec la respiration, et
desséchait les poumons; les mauvaises eaux, les vivres plus mauvais
encore, peut-être aussi le chagrin de se voir comme enfermés,
infectèrent le camp de fièvres malignes et de dyssenteries: maladies si
violentes, qu'en peu de jours l'armée fut prodigieusement diminuée.

Déjà plusieurs grands seigneurs étaient morts. On comptait parmi les
principaux les comtes de Vendôme, de la Marche, de Viane, Gauthier de
Nemours, Montmorency, Fiennes, Brissac, Saint-Briçon, Guy d'Apremont, et
Raoul, frère du comte de Soissons. Le prince Philippe, fils du roi, et
le roi de Navarre, frappés du même mal, eurent le bonheur d'échapper à
la contagion. Mais le comte de Nevers, Jean, dit Tristan, ce fils si
chéri de Louis, et si digne de l'être par la bonté de son caractère,
par l'innocence de ses moeurs, et par un discernement qui surpassait de
beaucoup son âge, fut une des premières victimes de cette cruelle peste:
le cardinal-légat le suivit de près. Le saint monarque en fut lui-même
attaqué, et sentit dès les premiers jours que l'atteinte était mortelle.
Jamais il ne parut plus grand que dans ces derniers momens: il n'en
interrompit aucune des fonctions de la royauté. Il donna toujours ses
ordres pour la sûreté et le soulagement de son armée, avec autant de
présence d'esprit, que s'il eût été en parfaite santé. Plus attentif
aux maux des autres qu'aux siens propres, il n'épargna rien pour leur
soulagement; mais il succomba, et fut obligé de garder le lit.

Philippe son fils aîné, quoique fort abattu par une fièvre quarte dont
il était attaqué, était toujours auprès du roi son père. Louis l'aimait;
il le regardait comme son successeur: il ramassa toutes ses forces pour
lui donner cette belle instruction que tous les auteurs anciens et
modernes ont jugée digne de passer à la postérité la plus reculée. Elle
ne contient que ce qu'il avait toujours pratiqué lui-même. On assure,
dit le sire de Joinville, qu'il avait écrit ces enseignemens de sa
propre main avant qu'il tombât malade: il les avait composés afin de
donner à son successeur un modèle de la conduite qu'il devait tenir,
lorsqu'il serait monté sur le trône. Louis fit faire la lecture de ces
instructions en présence du prince son fils et de tous les assistans.
C'est un extrait de ses propres sentimens, et des maximes qu'il avait
suivies toute sa vie, dont voici les principaux articles[1].

[Note 1: Joinville, p. 126. Mesn. p. 308. Nangis, p. 391. Gaufrid. de
Ball. Loc. p. 449.]

«Beau fils, la première chose que je te commande à garder, est d'aimer
Dieu de tout ton coeur, et de désirer plutôt souffrir toutes manières
de tourmens, que de pécher mortellement. Si Dieu t'envoye adversité,
souffre-le en bonne grace, et penses que tu l'as bien desservi (mérité).
S'il te donne prospérité, n'en sois pas pire par orgueil; car on ne doit
pas guerroyer Dieu de ses dons. Vas souvent à confesse; surtout élis
un confesseur idoine et prud'homme (habile), qui puisse t'enseigner
sûrement ce que tu dois faire ou éviter; ferme, qui ose te reprendre
de ton mal, et te montrer tes défauts. Ecoutes le service de l'Eglise,
dévotement, de coeur et de bouche, sans bourder ni truffer avec autrui
(sans causer ni regarder çà et là). Ecoutes volontiers les sermons en
appert et en privé (en public et en particulier). Aimes tout bien, hais
toute prévarication en quoi que ce soit.»

Louis était lui-même le modèle de ce qu'il prescrivait. Tout dévoué à
Dieu dès sa plus tendre enfance, il n'oublia jamais l'enseignement de la
reine sa mère: _Qu'il valait mieux mourir mille fois, que d'encourir
la disgrace de l'Etre-Suprême par un péché mortel_. Il regardait
l'adversité comme un châtiment, ou comme une épreuve qui pouvait
apporter un grand profit. Il envisageait la prospérité comme un nouveau
motif de redoubler de ferveur envers l'Auteur de tout bien. Aussi
constant dans les fers en Egypte, que modeste après la bataille de
Taillebourg, on le voyait, à la tête des armées, avec la contenance d'un
héros, affronter les plus grands périls, et on l'admirait aux pieds des
autels dans la plus grande humilité et le plus grand recueillement.

Le choix des amis, objet important pour un prince, occupe aussi une
grande partie de l'attention du saint roi. Il exhorte ce cher fils à
ne donner sa confiance qu'à ceux dont la vertu et le désintéressement
forment le caractère, et à exclure de sa familiarité tout homme capable
ou de médire d'autrui, «derrière ou devant par détraction, ou de
proférer aucune parole qui soit commencement d'émouvoir à péché, ou de
dire aucune vilenie de Dieu, de sa digne mère, de saints ou de saintes;
enfin a bannir de sa présence ces courtisans _pleins de convoitise_,
vils flatteurs, toujours occupés à déguiser la vérité, qui doit être la
principale règle des rois.

«Enquiers-toi d'elle, beau cher fils, sans tourner ni à dextre ni à
senestre: sois toujours pour elle en contre-toi. Ainsi jugeront tes
conseillers plus hardiment selon droiture et selon justice. Veille sur
tes baillifs, prévôts et autres juges, et t'informe souvent d'eux, afin
que s'il y a chose à reprendre en eux, tu le fasses. Que ton coeur soit
doux et piteux aux pauvres: fais leur droit comme aux riches. A tes
serviteurs soit loyal, libéral et roide en parole, à ce qu'ils te
craignent et aiment comme leur maître. Protége, aime, honore toutes gens
d'église, et garde bien qu'on ne leur _tollisse_ (enlève) leurs revenus,
dons et aumônes, que les anciens et devanciers leur ont laissés.
N'oublie jamais le mot du roi Philippe, mon ayeul, qui, pressé de
réprimer les torts et les forfaits, répondit:» _Quand je regarde les
honneurs et les courtoisies que Dieu m'a faites, je pense qu'il vaut
mieux laisser mon droit aller, qu'à sainte Eglise susciter contens_
(procès).

Louis pouvait se donner lui-même pour exemple; mais le propre de la
modestie est de s'ignorer soi-même. Toujours en garde contre le vice,
il ne donna sa confiance qu'à la probité, son estime qu'à la vertu, son
coeur qu'à la vérité. Les pauvres le regardaient comme leur père; ses
domestiques le servaient comme un généreux bienfaiteur qui méritait tout
leur attachement.

Philippe était destiné à régner sur les Français: Louis songeait surtout
à le rendre digne de cette couronne. Il lui recommande d'aimer ses
sujets comme ses enfans, de les protéger comme ses amis, de leur faire
justice comme à ses _fidèles_. «Garde-toi, beau cher fils, de trop
grandes convoitises; ne boute pas sur tes peuples trop grandes tailles
ni subsides, si ce n'est par nécessité pour ton royaume défendre:
alors même travaille tôt à procurer que la dépense de ta maison soit
raisonnable et selon mesure. Observe les bonnes anciennes coutumes,
corrige les mauvaises. Regarde avec diligence comment tes gens vivent en
paix dessous toi, par espécial ès bonnes villes et cités. Maintiens les
franchises et libertés, esquelles tes anciens les ont gardées: plus
elles seront riches et puissantes, plus tes ennemis et adversaires
douteront de t'assaillir. Que ton premier soin soit d'éviter d'émouvoir
guerre contre homme chrétien, sans grand conseil (qu'après une mûre
délibération), et qu'autrement tu n'y puisses obvier. Si nécessité y a,
garde les gens d'église, et ceux qui en rien ne t'auront méfait, qui
n'auront de part à la guerre que par leur malheur.»

Toute la conduite de Louis était une preuve de sa morale. Il regardait
son royaume comme une grande et nombreusé famille, dont il était le
chef, moins pour la gouverner en maître, que pour en être le père et
le bienfaiteur. Quelques guerres qu'il eût à soutenir, on ne le voyait
point charger son peuple d'impôts. Il n'avait recours aux subsides
qu'après avoir commencé par retrancher la dépense de sa maison. Il
savait si bien ménager les revenus publics, dit un auteur qui écrivait
au commencement du dix-septième siècle[1], qu'il y en avait assez pour
son train et ses grandes affaires, pour donner aux pauvres veuves; pour
nourrir les orphelins, pour marier les filles indigentes, pour procurer
aux malades les secours nécessaires, pour élever des temples au
Seigneur.

[Note 1: Aubert, _Histoire de France_.]

Son premier soin était que Dieu fût craint et honoré, son peuple
maintenu en paix, sans être foulé ni opprimé; la justice administrée
sans faveur ni corruption, les emplois et les honneurs dispensés au
mérite, non à la brigue. Peu content d'avoir travaillé toute sa vie à la
félicité de la France, il ne souhaitait rien avec plus d'ardeur que de
laisser un fils qui en fût, comme lui, l'amour et les délices.

Louis finit l'instruction qu'il adresse à son fils, par ces tendres
paroles: «Je te supplie, mon cher enfant, qu'en ma fin tu ayes de moi
souvenance, et de ma pauvre ame, et me secours par messes, oraisons,
prières, aumônes et bienfaits par-tout ton royaume. Je te donne toutes
les bénédictions qu'un bon père et preux peut donner à son cher fils.»

J'ajouterai à cet éloge, dont j'ai pris la plus grande partie dans la
belle Histoire de France de M. l'abbé Velly, une esquisse du portrait
que le célèbre père Daniel a fait de ce saint roi.

Le respect, dit cet auteur, la vénération et l'admiration que les sujets
de Louis avaient pour ce prince étaient l'effet d'une vertu et d'une
sainteté qui ne se démentirent jamais: plus modeste et plus recueilli
aux pieds des autels que le plus fervent solitaire, on le voyait, un
moment après, à la tête d'une armée, avec la contenance d'un héros,
donner des batailles, essuyer les plus grandes fatigues, affronter les
plus grands périls. La prière, à laquelle il consacrait plusieurs heures
du jour, ne diminuait en rien le soin qu'il devait à son état. Il
tenait exactement ses conseils, donnait des audiences publiques et
particulières, qu'il accordait aux plus petites gens, jusqu'à vider
quelquefois des proces de particuliers, assis sous un arbre, au bois de
Vincennes, prenant, en ces occasions, pour assesseurs les plus grands
seigneurs de sa cour, qui se trouvaient alors auprès de lui. Plusieurs
ordonnances qui nous restent de ce prince sur diverses matières
importantes, et pour le règlement de la justice, une espèce de code,
publié par le savant M. du Cange[1], intitulé: _Les établissemens de
saint Louis, roi de France, selon l'usage de Paris et d'Orléans et la
cour de Baronie_, sont des monumens qui nous marquent l'application
qu'il avait au réglement de son royaume; et c'est un grand éloge pour
ce prince, que, sous les règnes de plusieurs de ses successeurs, la
noblesse et les peuples, quelquefois mécontens du gouvernement, ne
demandaient rien autre chose, sinon, _qu'on en réformât les abus,
suivant les usages observés sous le règne de ce saint roi_.

[Note: Trésor des Chartres, registre côté 55.]

Quelque austère qu'il fût pour lui-même, jusqu'a s'interdire presque
tous les divertissemens, sa vertu ne fut jamais une vertu chagrine.
Il était extrêmement humain et fort agréable dans la conversation. Sa
taille médiocre ne lui donnait pas un air fort majestueux, mais ses
seules manières le faisaient aimer de ceux qui l'approchaient. Il était
naturellement bienfaisant, et sa libéralité parut surtout dans les
guerres d'outre-mer, envers plusieurs seigneurs et gentilshommes qui
avaient perdu tous leurs équipages, et à qui il donna de quoi les
rétablir.

Sa douceur naturelle, sa modestie dans ses habits et dans ses équipages,
surtout depuis qu'il eut pris la croix, l'humilité chrétienne en
laquelle il s'exerçait plus qu'en aucune autre vertu, et qu'il
pratiquait surtout envers les pauvres, en les servant souvent à table,
en leur lavant les pieds, en les visitant dans les hôpitaux; toutes ces
vertus qui, lorsqu'elles sont accompagnées de certains défauts, attirent
quelquefois du mépris aux grands qui les pratiquent, ne firent jamais de
tort à son autorité, et il est marqué expressément dans son histoire,
que, depuis son retour de la Terre-Sainte, on ne vit jamais en France
plus de soumission pour le souverain, et qu'elle continua durant tout le
reste de son règne.

Selon le témoignage du sire de Joinville[1], ce prince était le plus
sage et la meilleure tête de son conseil. Dans les affaires subites,
il prenait aisément et prudemment son parti. Il s'était acquis une si
grande réputation de droiture, que les autres princes lui mettaient
souvent leurs intérêts entre les mains dans les différends qu'ils
avaient ensemble, et souscrivaient à ses decisions. Jamais on ne le
vit s'emporter, ni dire une parole capable de choquer personne. Tout
guerrier qu'il était, il ne fit jamais la guerre quand il put faire ou
entretenir la paix sans porter un préjudice notable à son royaume. Il ne
tint qu'à lui de profiter des brouilleries de l'Angleterre, pour
enlever à cette couronne tout ce qu'elle possédait en France. Ceux
qui envisageaient les choses dans des vues purement politiques, l'en
blâmèrent; mais son unique règle était sa conscience. Il contribua au
contraire de tout son pouvoir à réunir Henri III, roi d'Angleterre, avec
ses sujets; et ce prince avait coutume, pour cette raison, de l'appeler
son père. Il n'y a qu'à se rappeler toute la suite de son histoire pour
être persuadé qu'il était non-seulement le prince le plus vaillant de
son temps, mais encore qui entendait le mieux la guerre: car, quoique
ses deux croisades lui aient mal réussi, il est certain que, dans toutes
les actions particulières qui s'y passèrent, il battit toujours ses
ennemis, quoique supérieurs en troupes; et il combattit avec le même
succès, malgré un pareil désavantage, à la bataille de Taillebourg.
Mais, après tout, entre tant de belles qualités qui rendent ce prince
recommandable, la piété fut dominante. Il en était redevable, après
Dieu, à l'éducation sage et chrétienne que lui donna la reine Blanche,
sa mère. Toute la conduite de sa vie fut animée par cet esprit de piété:
une infinité d'hôpitaux, d'églises, de monastères, furent fondés ou
rétablis par ses libéralités. Le détail que Geoffroy de Beaulieu,
religieux dominicain, son confesseur, fait des pénitences, des sentimens
et des bonnes oeuvres de ce saint prince, l'idée qu'on avait de lui,
comme d'un saint pendant sa vie, sa canonisation, fondée sur la voix du
peuple et sur plusieurs miracles bien attestés, faits après sa mort,
montrent en effet qu'il était encore plus distingué par sa sainteté que
par ses autres grandes qualités.

[Note 1: Mémoires de Joinville, p. 119.]

Cependant la violence de la maladie augmentait. Louis, après avoir donné
au princé son fils les belles instructions que nous avons rapportées,
sentant que les forces commençaient à lui manquer, demanda
l'extrême-onction; et, pendant toute la cérémonie, il répondit à toutes
les prières de l'Eglise, avec une ferveur qui faisait verser des larmes
à tous les assistans. Ensuite il demanda le saint viatique, que, malgré
sa faiblesse, il réçut à genoux aux pieds de son lit, avec les sentimens
de la plus vive foi.

Depuis ce moment, il ne fut plus occupé que des choses de Dieu.
On l'entendait tantôt former les souhaits les plus ardens pour la
conversion des infidèles, tantôt réclamer la protection des Saints
auxquels il avait plus de dévotion. Quand il se sentit près de sa fin,
il se fit étendre sur un lit de cendres, où, les bras croisés sur la
poitrine, les yeux au ciel, il expira sur les trois heures après midi,
le vingt-cinquième jour d'août, en prononçant distinctement ces belles
paroles du Psalmiste: _Seigneur, j'entrerai dans votre maison, je vous
adorerai dans votre saint temple, et je glorifierai votre nom_.

Ainsi mourut, dans la cinquante-sixième année de son âge, et la
quarante-quatrième de son règne, Louis neuvième du nom. «Le meilleur
des rois, dit Joinville, qui si saintement a vécu et fait tant de beaux
faits envers Dieu, le prince le plus saint et le plus juste qui ait
porté la couronne, dont la foi étoit si grande qu'on auroit pensé qu'il
voyoit plutôt les mystères divins qu'il ne les croyoit, le modèle enfin
le plus accompli que l'histoire fournisse aux souverains qui veulent
régner selon Dieu et pour le bieu de leurs sujets.» On a dit de lui, et
c'est le comble de son éloge, qu'il eut tout ensemble les sentimens d'un
vrai gentilhomme, la piété du plus humble des chrétiens, les qualités
d'un grand roi, les vertus d'un grand saint; j'ajouterai, et toutes les
lumières du plus sage législateur.

La mort de Louis répandit la consternation dans l'armée chrétienne. Les
soldats le pieuraient comme un tendre père; la noblesse, comme un digne
chef; les gens de bien, comme le gardien et le soutien des lois; les
évêques, comme le protecteur et le défenseur de la religion; tous les
Français en général, comme le plus grand roi qui eût régné sur la
nation. On admirait les secrets de cette Providence impénetrable, qui
avait voulu le sanctifier dans ses souffrances: tous s'entretenaient des
grandes qualités et des vertus du saint monarque. On le voyait, dans sa
tente, étendu sur la cendre: sa bouche était encore vermeille, son teint
frais; on eût dit qu'il ne faisait que sommeiller.

Il venait d'expirer, lorsqu'on entendit les trompettes des croisés
siciliens. Charles arrivait avec de belles troupes et toutes sortes de
rafraîchissemens. Surpris que personne ne vienne au-devant de lui, il
soupçonne quelque malheur. Il descend à terre, laissant son armée sous
la conduite de ses lieutenans; il monte à cheval, pousse à toute bride
vers le camp, et ayant mis pied a terre à la vue du pavillon royal, il y
entre avec une inquiétude que tout ce qu'il voit ne fait que redoubler.
Quel spectacle que celui qui s'offre à ses yeux! Il en est saisi; ce
coeur si fier, si hautain, se livre à tous les transports de la plus
vive douleur. Il se prosterne aux pieds de son saint frère, et les baise
en versant un torrent de larmes.

Après lui avoir donné ces dernières marques de son amitié, il s'occupe
à lui faire rendre les derniers devoirs. On ignorait alors l'art
d'embaumer les corps. On fit bouillir celui du saint roi dans du vin
et de l'eau, avec des herbes aromatiques. Charles, par ses instantes
prières, obtint du roi, son neveu, la chair et les entrailles de Louis,
qu'il envoya à l'abbaye de Montréal près de Palerme, lieu que ces
précieuses reliques ont rendu si fameux dans la suite, par les mircles
sans nombre qu'elles ont opérés. Le coeur et les os furent mis dans un
cercueil, pour être transportés à l'abbaye de St-Denis, où le pieux
monarque avait choisi sa sépulture. Déjà Geoffroy de Beaulieu, son
confesseur, chargé de les conduire en France avec quelques seigneurs de
la première qualité, se préparait à mettre à la voile, lorsque toute
l'armée s'y opposa, protestant qu'elle ne consentirait jamais à se voir
privée d'un trésor, dont la possession était le salut commun. Philippe,
encore plus rempli de confiance aux mérités du feu roi son père, se
rendit avec plaisir aux voeux de ses sujets. Beaulieu partit avec
Guillaume de Chartres, dominicain, et Jean de Mons, cordelier d'une
grande piété, tous trois fort chers au feu roi; mais sans autres ordres
de la part du nouveau souverain, que de rendre diverses lettres aux
régens, pour les confirmer dans leur autorité, et les exhorter à
maintenir la paix et la justice dans le royaume; aux évêques, pour leur
recommander de faire prier Dieu pour son illustre père; aux commissaires
préposés à la collation des bénéfices en régale, pour leur enjoindre de
se conformer aux instructions de son prédécesseur; à tous ses sujets en
général, pour leur ordonner d'obéir à ses lieutenans, et de leur prêter
serment de fidélité pour lui et pour ses successeurs.

Après qu'on eut rendu les honneurs funèbres au corps du saint prince, on
rendit les honneurs de roi à Philippe son successeur, qui était alors
dans sa vingt-sixième année. Il reçut, avec la plus grande solennité les
hommages de ses vassaux. Le comte Alphonse, comme l'aîné de ses oncles,
les rendit le premier, tant pour les comtés de Poitiers et d'Auvergne,
que pour celui de Toulouse, qu'il possédait du chef de sa femme. Le roi
de Sicile le rendit ensuite pour le Maine et l'Anjou; le roi de Navarre
pour la Champagne. Les comtes d'Artois, de Dreux, de Bretagne, de
Saint-Paul, les évêques et tous les barons français qui se trouvaient à
l'armée, en firent autant pour ceux qu'ils tenaient du monarque.

On délibéra cependant sur la conduite à tenir pour poursuivre
l'entreprise projetée par le feu roi. Les Sarrasins, encouragés par la
nouvelle de sa mort, fortifiés d'ailleurs par les troupes de plusieurs
souverains, se flattaient de détruire les Français. C'étaient tous les
jours de nouvelles escarmouches, où les barbares, quoique supérieurs en
nombre, étaient ordinairement battus. Ils venaient au combat avec assez
de fierté, et obscurcissaient l'air d'une nuée de flèches; mais dès
qu'ils trouvaient quelque résistance, ils prenaient la fuite et se
sauvaient aisément par la vitesse de leurs chevaux. L'abondance était
dans leur camp, où sans cesse on voyait arriver toutes sortes de
munitions, par une espèce de lac qui facilitait la communication de
leur armée avec la ville de Tunis. Le roi de Sicile, qui commandait en
l'absence de son neveu, qu'une fièvre violente avait repris, forma le
dessein de se rendre maître de cet étang. Il commanda aux mariniers d'y
transporter tout ce qu'on pourrait rassembler de barques, et les troupes
eurent ordre d'être sous les armes avant le lever du soleil. Les
infidèles en eurent avis, sortirent de leurs retranchemens, et vinrent
présenter la bataille avec des cris épouvantables. On fut obligé d'en
venir aux mains avant que tout fut disposé pour le combat. Quelques
aventuriers ayant à leur tête Hugues et Guy de Beaucey, deux braves
chevaliers, partirent sans attendre l'ordre du comte de Soissons, qui
commandait le corps de troupes dont ils faisaient partie, et allèrent
attaquer les escadrons ennemis. Tout plia sous leurs efforts et prit la
fuite. L'ardeur qui les emportait ne leur permit pas de penser à leur
retour: ils s'abandonnèrent à la poursuite des fuyards, et lorsqu'ils
furent assez éloignés pour ne pouvoir être secourus, les Sarrasins se
rallièrent, les enveloppèrent et les taillèrent en pièces, après qu'ils
eurent vendu chèrement leurs vies.

Le roi de Sicile arrive sur ces entrefaites, suivi du comte d'Artois,
avec un corps de troupes. Ils attaquent les Sarrasins avec cette
impétuosité si naturelle aux Français, les renversent et les poussent
avec tant d'ardeur, qu'ils les mettent en fuite. Les uns se retirent
en désordre vers les montagnes, où les vainqueurs, aveuglés par la
poussière qu'on élevait avec des machines, ne peuvent les poursuivre.
Les autres fuient avec précipitation vers le lac, espérant se sauver
sur un grand nombre de bâtimens qu'ils y avaient laissés; mais leurs
mariniers, que la peur avait saisis, s'étaient eux-mêmes sauvés à
l'autre bord. Les fuyards furent tous tués ou noyés: on fait monter la
perte des barbares à cinq mille hommes, non compris les prisonniers.

Quelques jours se passèrent sans aucune action considérable. Il paraît
même que le roi de Sicile, quoique vainqueur, n'avait pu se rendre
maître du lac, le seul poste qui pût faciliter les approches de Tunis.

Bientôt les Sarrasins reparurent en si grand nombre, qu'ils crurent
inspirer de la terreur aux croisés; ils se trompèrent: le roi, qui se
trouvait en état de combattre, fit sortir ses troupes du camp, résolu
de livrer bataille. C'était ce que les Français souhaitaient le plus
ardemment: pleins de mépris pour des ennemis qui n'avaient jamais osé
tenir devant eux, ils s'avancèrent avec cet air fier qu'inspire le
sentiment de la supériorité du courage; mais le dessein des barbares
n'était que de harceler leurs ennemis, et, s'il se pouvait, de les
épouvanter par leur multitude et par d'horribles hurlemens: ils se
retirèrent en bon ordre, et presque sans combat. Comme on ne voulait
rien hasarder, on ne les poursuivit pas. Le roi de Sicile, désespéré de
ne pouvoir réussir, imagine un stratagème qu'il communique au jeune roi
de France.

Il part à la tête de sa cavalerie et de ses meilleures troupes, charge
le corps des infidèles le plus proche, et prend aussitôt la fuite avec
une vitesse qui marque la plus vive frayeur. Les Maures donnèrent
imprudemment dans le piége, et tombèrent sur le prince sicilien, qui se
battit quelque temps en retraité, jusqu'à ce qu'il les eût amenés dans
un lieu d'où le reste de l'armée française pût leur couper leur retour.
Alors Charles tourne bride, et fond sur eux avec beaucoup de courage.
Philippe, en même temps, attaque vigoureusement ce corps séparé, et
l'enferme de toutes parts. Le massacre fut grand; il en demeura trois
mille sur la place; le reste fut pris ou périt malheureusement, les uns
noyés dans les eaux de la mer, où ils se précipitèrent pour échapper à
l'épée des vainqueurs; les autres, dans des fosses profondes, qu'ils
avaient creusées, soit pour trouver des puits, soit pour y faire tomber
les chrétiens, dans l'ardeur de la poursuite.

Tous ces combats, quoique favorables aux chrétiens, ne décidaient rien.
Il fallait être maître du lac pour marcher à Tunis: le dessein fut donc
formé de s'en emparer. On fit faire des galères plus fortes et plus
légères que celles que l'on avait: on les remplit d'arbalétriers.
Bientôt on remporta de grands avantages sur les infidèles, dont
plusieurs vaisseaux furent pris ou coulés à fond. Un ingénieur du roi
travaillait en même temps à la construction d'un château de bois qu'on
devait placer sur le bord du golfe, pour écarter avec des pierres les
barques ennemies. Déjà l'ouvrage avançait, lorsque les Sarrasins,
ayant reçu de nouveaux secours, quittèrent encore une fois leurs
retranchemens, et s'avancèrent en ordre de bataille, faisant retentir
l'air de cris affreux, et d'un bruit effroyable de mille instrumens
militaires. L'armée chrétienne crut qu'ils voulaient enfin en venir à
une bataille décisive. On laissa le comte d'Alençon, avec les Templiers,
à la garde du camp et des malades: l'oriflamme fut déployée, et les rois
de France, de Sicile et de Navarre, sortirent en armes, chacun à la tête
de ses troupes: ils marchaient avec moins de bruit, mais aussi avec plus
de hardiesse que les Sarrasins. Jamais on n'avait vu de plus belles
dispositions pour le combat; cependant, ce fut plutôt une déroute qu'une
bataille. Les barbares, repousses dès le premier choc, se renversent les
uns sur les autres, jettent tous leurs armes, et cherchent leur salut
dans une fuite précipitée. On les poursuivit jusqu'à leur camp, qu'ils
abandonnèrent. Comme on craignait quelque embuscade, et qu'on voulait
les empêcher de se rallier, Philippe fit défense aux soldats, sous les
peines les plus sévères, de s'arrêter au pillage: il fut obéi. On
poussa les fuyards jusqu'aux défilés des montagnes, où la prudence ne
permettait pas de s'engager. Les vainqueurs revinrent ensuite sur leurs
pas, pillèrent le camp, où ils trouvèrent des provisions immenses,
égorgèrent, dans la première chaleur, et malades et blessés, emportèrent
tout ce qui pouvait être à leur usage, et brûlèrent le reste.

Mais si les armes des croisés prospéraient, leur nombre diminuait chaque
jour par les maladies qui continuaient de les désoler. Déjà elles
commençaient à attaquer les troupes du roi de Sicile; elles
n'épargnaient pas même les naturels du pays: toute la contrée était
infectée de la contagion.

On dit que le roi de Tunis, pour se soustraire à ce poison, se tenait
ordinairement dans des cavernes souterraines, où il croyait que le
mauvais air ne pouvait pénétrer. L'horreur de sa situation, la nouvelle
défaite de ses troupes, la crainte de se voir assiégé dans sa capitale,
tout contribuait à ses alarmes: il envoya donc proposer la paix ou une
trève.

Les conditions qu'il offrait étaient des plus avantageuses pour les deux
nations. Le conseil des croisés fut néanmoins partagé sur le parti qu'on
devait prendre. Les uns étaient d'avis qu'il fallait pousser vivement
les Sarrasins, qui, dans les combats, ne pouvaient pas tenir contre les
chrétiens, leur tuer le plus de monde que l'on pourrait, s'emparer de
Tunis, leur plus fort rempart, le détruire si l'on ne pouvait le garder,
et par là s'ouvrir un chemin sûr pour transporter les armées chrétiennes
en Palestine.

Les autres remontraient qu'il n'était pas si facile d'exterminer une
nation si nombreuse; que les combats qu'il faudrait livrer, le siége,
la disette, les maladies emporteraient sans doute beaucoup de monde;
qu'avant qu'on fut maître de la place, on se trouverait au plus fort de
l'hiver, temps où la mer, devenue orageuse, empêcherait ou retarderait
du moins l'arrivée des convois; enfin, que l'objet principal de cette
croisade étant de secourir les chrétiens de Syrie, on ne devait pas
négliger l'occasion de se procurer, par une bonne paix, l'avantage qu'on
était venu chercher jusque sur les côtes d'Afrique. Le roi de Sicile
appuyait fortement cet avis, qui était aussi celui des plus grands
seigneurs de l'armée. Il prévalut; la trève fut conclue pour dix ans.

Les conditions étaient «que le port de Tunis serait franc à l'avenir, et
que les marchands ne seraient plus obligés à ces impôts immenses, dont
ils avaient été surchargés par le passé. (On prenait la dixième partie
des marchandises qu'ils apportaient.) Que tous les chrétiens qu'on avait
arrêtés à l'approche de l'armée française, seraient remis en liberté;
qu'ils auraient le libre exercice de leur religion; qu'ils pourraient
faire bâtir des églises; qu'on ne mettrait aucun obstacle à la
conversion des mahométans; que le roi de Tunis jurerait de payer tous
les ans le tribut ordinaire au roi de Sicile; qu'il rembourserait au
monarque et aux barons français les dépenses qu'ils avaient faites
depuis le commencement de la guerre (ce qui montait à deux cent mille
onces d'or), dont la moitié serait payée comptant, et l'autre dans deux
ans.»

On ne pouvait rien espérer de plus favorable dans les circonstances
où l'on se trouvait. La multitude en murmura; elle s'était flattée de
s'enrichir par le pillage de Tunis: elle accusa hautement le prince
sicilien d'avoir sacrifié l'honneur de la religion à son intérêt
particulier. Charles méprisa ces clameurs. On reçut, le 1er novembre,
les sermens du roi mahométan. Aussitôt toutes les hostilités cessèrent.
Les Français allèrent à la ville; les Sarrasins vinrent au camp, où l'on
vit bientôt régner l'abondance; et les maladies diminuèrent.

Le prince Edouard d'Angleterre arriva sur ces entrefaites, avec la
princesse sa femme, Richard son frère, Henri d'Allemagne, son cousin, et
un grand nombre de seigneurs. On prétend qu'il désapprouva hautement
la convention qu'on venait de faire, et que, pour en témoigner son
mécontentement, il s'enferma dans sa tente, sans vouloir participer aux
délibérations, ni au partage que l'on fit de l'argent des infidèles, sur
lequel on fit une libéralité aux soldats. C'est peut-être ce qui a donné
lieu à la manière emportée dont les historiens anglais parlent de ce
traité.

Le roi de Tunis en ayant fidèlement exécuté les conditions, les croisés
se disposèrent à se rembarquer. Lorsque tout fut prêt, le roi de Sicile,
le connétable, Pierre le chambellan, et quelques autres seigneurs, se
rendirent sur le rivage pour empêcher la confusion à l'embarquement,
veiller à ce que chacun trouvât place, et que personne ne fût insulté
par les infidèles. Deux jours entiers furent employés à cette
occupation.

La flotte fut partagée en deux parties. La première, où étaient le roi
et la reine de France, le roi de Navarre et son épouse, et le roi de
Sicile, mit à la voile le jeudi dans l'octave de saint Martin, et les
pilotes eurent ordre de faire route vers le royaume de Sicile. Le vent
fut si favorable, qu'après deux jours de navigation, cette partie de
la flotte entra dans le port de Trapani. L'autre partie, obligée de
demeurer à la rade, faute d'avoir pris, avant son départ, toutes les
provisions nécessaires, n'arriva en Sicile qu'après avoir essuyé une
horrible tempête, qui fit périr plusieurs bâtimens et beaucoup de monde.
Le prince Edouard d'Angleterre laissa partir les croisés avec assez
d'indifférence; et, persistant dans son premier dessein d'aller en
Palestine, il se rendit à Saint-Jean-d'Acre, suivi de ses Anglais, du
comte de Bretagne son beaù-frère, et de quelques seigneurs français. Le
succès ne répondit point à son attente; il ne fit que de très-médiocres
exploits.

Rien n'arrêtait Philippe, roi de France, à Trapani, que sa tendresse
pour Thibaut V, roi de Navarre, son beau-frère, qui s'était embarqué
avec une fièvre violente, dont il mourut quinze jours après son arrivée
en Sicile. Ce prince, aussi bien fait d'esprit que de corps, avait gagné
par ses grandes qualités le coeur de tous les croisés. Le roi, son
beau-père, l'avait toujours tendrement chéri, et, ce qui achève son
éloge, il l'avait plutôt regardé comme son fils que comme son gendre: il
fut généralement regretté. La reine Isabelle, sa femme, fille de saint
Louis, qui l'aimait autant qu'elle en était aimée, ne lui survécut pas
long-temps. Elle avait fait voeu de passer le reste de ses jours dans
la viduité; quatre mois après, elle mourut aux îles d'Hières, dans les
larmes et la prière. Trapani n'étant plus pour Philippe qu'un séjour de
deuil, il se rendit à Palerme, où le roi de Sicile lui fit une réception
magnifique: de là il prit le chemin de Messine, et passa par la Calabre,
où il eut une nouvelle affliction plus sensible que toutes les autres.
La reine, sa femme, qui était enceinte, tomba de cheval en passant à gué
le Savuto, rivière qui coule un peu au-dessus de Martorano. La douleur
de la chute, la fatigue du voyage, peut-être aussi la frayeur, plus
dangereuse encore dans les circonstances où elle se trouvait, lui firent
faire une fausse couche, dont elle mourut à Cozenza, laissant par le
souvenir de ses vertus une tristesse incroyable dans tous les coeurs.
Celle du roi, son époux, fut si vive, qu'on craignit pour sa vie. Il
continua cependant sa route, faisant conduire avec lui les corps du
roi son père, d'Isabelle d'Aragon, son épouse, du comte de Nevers, son
beau-frère. Il se rendit à Rome, où il séjourna quelques jours, pour
satisfaire sa dévotion envers les saints apôtres. De Rome il passa
à Viterbe, où les cardinaux étaient assemblés depuis deux ans pour
l'élection d'un pape. Philippe les exhorta vivement à mettre fin au
scandale qui faisait gémir toute l'Eglise. Ensuite, pressé par les
instantes prières des régens de son royaume, il traversa toute l'Italie
pour se rendre en France; et ayant franchi le Mont-Cénis avec beaucoup
de fatigues, il se rendit à Lyon, ensuite à Mâcon, à Châlons-sur-Saône,
à Cluny, à Troyes, et enfin à Paris, où il arriva le vingt et unième
jour de mai de l'année 1271.

Tous les peuples, tant en Italie qu'en France, s'empressaient pour
honorer les reliques du feu roi, que la voix publique avait déjà
canonisé. Le clergé et les religieux le recevaient en procession; les
malades se croyaient guéris, s'ils pouvaient toucher le cercueil où ses
os étaient renfermés; la plupart en recevaient du soulagement.

Le roi fut reçu à Paris avec les plus grandes démonstrations de joie de
la part des habitans; mais la désolation de sa famille ne lui permettait
pas de goûter un plaisir bien pur. Il avait toujours le coeur percé de
douleur par la mort de tant de personnes qui lui étaient infiniment
chères; car, outre celles dont je viens de parler, il apprit, en
arrivant à Paris, le décès d'Alphonse son oncle, comte de Poitiers, et
de la comtesse sa femme, qu'il avait laissés malades, en Italie.

Un des premiers soins de Philippe fut de faire rendre les derniers
devoirs à tant d'illustres personnes. Il leur fit faire de magnifiques
obsèques. De l'église de Notre Dame, où leurs corps avaient d'abord été
mis en dépôt, on les transporta en procession à Saint-Denis. Philippe,
marchant à pied, aida à porter le cercueil du roi son père, depuis Paris
jusqu'à cette abbaye. On y conduisit en même temps les corps de la
reine Isabelle et du comte de Nevers, et celui de Pierre de Nemours,
chambellan, chevalier d'un mérite distingué, que saint Louis avait
toujours tendrement aimé, et à qui, par cette raison, on fit l'honneur
de l'inhumer aux pieds de son maître.

Philippe fit élever sur le chemin de Saint-Denis sept pyramides de
pierre, aux endroits où il s'était arrêté pour se reposer en portant le
corps du roi son père; et c'est une tradition que les statues des trois
rois, qu'on avait placées sous la croix qui terminait ces pyramides,
étaient celle de ce prince, celle de saint Louis son père, et celle de
Louis VIII, son aïeul.

On fut fort étonné, en arrivant à l'abbaye, de trouver les portes de
l'église fermées: étonnement qui redoubla, quand on en sut le motif.
C'était l'effet de l'opiniâtreté de l'abbé Matthieu de Vendôme, l'un des
régens de l'état pendant l'absence du monarque. Fier du crédit que
lui donnaient ses services et sa naissance, il ne voulait point que
l'archevêque de Sens et l'évêque de Paris entrassent revêtus de leurs
habits pontificaux, dans un temple que Rome, au mépris des anciens
canons, avait soustrait à la juridiction de l'ordinaire. Il fallut que
les deux prélats allassent quitter les marques de leur dignité au-delà
des limites de l'abbaye. Pendant ce temps, il fallut que Philippe et
tous les barons de France attendissent patiemment à la porte, _qu'on
pouvoit_, dit un judicieux écrivain[1], _qu'on devoit peut-être même
enfoncer. Ce sont là des choses,_ ajoute le père Daniel, _qui se
souffrent en de certaines conjonctures, et dont on est surpris, je
dirois scandalisé en d'autres temps._ Lorsque l'abbé vit ses priviléges
assurés, il ordonna d'ouvrir l'église. On fit la cérémonie des obsèques
avec une piété d'autant plus grande, qu'elle était inspirée par la
présence des reliques d'un si grand saint, et d'un roi si digne de la
vénération de ses peuples.

[Note 1: La Chaise, t. 2, p. 80.]

FIN.



TABLE DES MATIÈRES.


_Caractère de la régente.

Education de Louis.

Les factieux attaquent le comte de Champagne.

Mariage du roi.

Politique de nos rois sur les mariages des grands.

Majorité de saint Louis.

Mariages des princes Robert et Alfonse, frères du roi.

Démêlés de l'empereur Frédéric avec les papes.

Le comte de la Marche se révolte contre le comte de Poitiers.

Le roi d'Angleterre déclare la guerre au roi de France.

Bataille de Taillebourg, où le roi est victorieux.

Il juge un grand différend entre les comtés de Flandre et de Hainaut.

Le roi part pour la Terre-Sainte.

Prise de la ville de Damiette.

Traité du roi pour sa liberté avec Almoadan, soudan d'Egypte.

Almoadan est assassiné par les Mamelucks.

Le sultan est assassiné par les Mamelucks.

Le roi est mis en liberté, et Damiette est rendue.

Le roi arrive en Palestine.

Désolation de la France et de l'Europe à la nouvelle de la prison du
roi.

Mouvement des pastoureaux.

Occupation du roi dans la Palestine.

Louis demande l'avis des seigneurs sur son retour en France.

Le roi se détermine à rester en Syrie.

Il donne ses ordres pour lever des troupes.

Ambassade du soudan du Damas au roi.

Ambassade du prince des assassins à S. Louis.

Entreprise sur Belinas ou Césarée de Philippe.

Conduite de la reine Blanche pendant l'absence du roi.

Mort de la reine Blanche.

Saint Louis apprend la mort de la reine, sa mère.

Sa résignation aux ordres de la Providence.

Il se prépare à son retour en France.

Son départ de Saint-Jean-d'Acre.

Il arrive aux îles d'Hières.

Retour du roi en France.

Le roi fait la visite de son royaume.

Mariage du roi de Navarre avec Isabelle de France.

Le roi permet au roi d'Angleterre de venir à Paris, et lui fait une fête
magnifique.

Les troubles continuent en Italie et en Allemagne.

Jugement d'Enguerrand de Coucy.

Louis forme une bibliothèque dans son palais.

Mariage de Louis, fils aîné du roi

Pieuses fondations de Louis.

Traité de Louis avec le roi d'Aragon.

Traité de paix avec le roi d'Angleterre.

Traité de Louis avec le roi d'Angleterre.

Mort de Louis, fils aîné du roi.

Mariage de Philippe, fils aîné du roi.

Louis est choisi pour arbitre entre le roi et les barons d'Angleterre.

Mariage de Jean, fils du roi.

Le roi contribue à l'augmentation de la Sorbonne.

Etat des affaires de la Palestine.

Pragmatique-Sanction.

Le roi chasse les usuriers de son royaume.

Le roi s'embarque pour la Palestine._

FIN DE LA TABLE.





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Histoire de St. Louis, Roi de France" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home