Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: Le vieux muet
Author: Caouette, J. B. (Jean Baptiste), 1854-1922
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Le vieux muet" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



(Bibliothèque Nationale du Québec).



[Illustration: Couverture]

PRÉFACE


Un roman n'a guère besoin de préface; et, quand il en a une, ce n'est
pas d'ordinaire un prêtre qui la signe. On sait pourquoi. Depuis
soixante ans le roman est un des plus exécrables dissolvants de la
morale publique. Son nom même est devenu presque synonyme de mauvais
livre. Quiconque s'intéresse aux bonnes moeurs est obligé de dénoncer ce
séduisant corrupteur. On lui ferme l'entrée des maisons honnêtes, et les
jeunes filles qui se commettent en sa compagnie risquent d'y perdre et
la pudeur et le sens chrétien.

Il faut donc au roman, pour se faire agréer de tous et n'éveiller aucun
soupçon, un passe-port sérieux, qui établisse ses titres à la confiance
publique, et lui ouvre les portes, généralement closes à tout visiteur
suspect. Voilà pourquoi l'auteur du «Vieux Muet» s'est adressé à un
prêtre, et l'a prié de présenter son livre au public.

Pareille précaution était-elle nécessaire, dans le cas présent? Je ne le
crois pas. Mr J. B. Caouette est suffisamment connu du public pour que
ses livres, fussent-ils des romans, aient leur libre entrée partout.
Mais l'auteur a sans doute pensé que l'excès de prudence ne saurait
nuire en la matière; et je n'ai pas cru devoir refuser le service que sa
modestie réclamait.

Ma tâche, au reste, est bien simple. Je n'ai pas à faire l'éloge du
livre, ni à dicter au lecteur le jugement qu'il devra porter. Une
préface n'est pas une critique. Je veux seulement me porter garant de
la moralité impeccable du «Vieux Muet». On peut le mettre en toutes les
mains sans aucun danger.

La lecture de ce roman ne produira que de bonnes impressions sur
l'esprit et le coeur. Il se dégage de l'ensemble du récit une morale
douce, pure et fortifiante. La vertu y tient le premier et le beau rôle.
On y a fait une place à l'amour, mais à un amour purifié par le devoir,
la religion et le sacrifice. Les personnages que l'auteur met en
scène ne sont pas simplement des sujets à dissection métaphysique ou
anatomique, mais des êtres bien vivants, et surtout des chrétiens de
bonne race, des catholiques qui agissent et parlent en catholiques. La
religion entre dans ce livre, comme elle doit entrer dans notre vie;
elle y est la source des nobles actions, et la règle de bonne conduite.

Les héros de Mr Caouette ne sont pas seulement de bons chrétiens, ce
sont aussi de vrais canadiens-français. Il me fait plaisir de signaler
ici le beau souffle patriotique qui circule à travers toutes les pages
de cet ouvrage, et qui en constitue, à mes yeux, le premier mérite et le
plus grand attrait. On ne pourra se défendre d'un légitime orgueil en
lisant tels passages où éclatent, à la lumière des faits, la loyauté et
la bravoure de nos ancêtres. Certains points de nos glorieuses annales y
sont mis dans leur vrai jour. Plus d'un lecteur apprendra peut-être, en
parcourant ce roman, à juger plus sainement les hommes et les choses du
passé. L'auteur a trouvé moyen de donner, sous une forme agréable, une
bonne et solide leçon d'histoire.

Mr Caouette en est à son coup d'essai. «Le Vieux Muet» est,
croyons-nous, le premier livre en prose qu'il présente au public. Nous
lui souhaitons tout le succès que méritent ses généreux efforts. Il lui
a fallu bien du courage et un travail héroïque pour se mettre en mesure
d'écrire cet ouvrage. L'exemple est bon à suivre, et nous le signalons à
tous les jeunes compatriotes qui ont de la culture et des loisirs.

La génération nouvelle n'est peut-être pas assez inclinée aux travaux
intellectuels. Les nations pas plus que les individus ne vivent
seulement de pain. Il faut que les esprits se tiennent haut pour que les
coeurs ne défaillent point; et l'on aurait bien tort de penser que
la prospérité matérielle est le dernier mot du progrès et de la
civilisation.

Puisse le livre, que nous présentons au public, réussir à allumer chez
quelques-uns la flamme d'une noble émulation, et les porter vers les
travaux de l'esprit! L'auteur pourra alors se féliciter d'avoir atteint
son but, qui est d'être utile à ses jeunes compatriotes. En écrivant «Le
Vieux Muet», il n'aura pas fait seulement un bon livre, il aura en même
temps accompli une bonne action.

P. E. ROY, Ptre.



AVANT-PROPOS

Glorifier la religion, la patrie, la vertu, et être utile et agréable à
la jeunesse canadienne-française: tel a été mon unique but en écrivant
ce modeste ouvrage, que je dédie à mes jeunes compatriotes.

J.-B. C.



LE

VIEUX MUET

OU

UN HÉROS DE CHÂTEAUGAY



PROLOGUE

Il y a trente-cinq ans, vivait, à Saint-Sauveur de Québec, dans une
pauvre hutte située sur la rive sud de la rivière Saint-Charles, un
vieillard légèrement voûté, mais qui avait encore l'aspect d'un géant
par la hauteur de sa taille et la largeur de ses épaules.

Une longue chevelure blanche et une barbe vénérable encadraient sa
figure au teint d'ébène.

On l'eût pris, de prime abord, pour un descendant de la fière tribu
huronne.

Il habitait, avec un chien terre-neuve, son seul et inséparable
compagnon, cette masure qui n'était éclairée que par deux petits
carreaux. Elle avait servi autrefois de forge aux ouvriers travaillant à
la construction des navires dans le chantier de feu Jean-Elie Gingras:
c'était l'un des derniers vestiges de ce temps qu'on appelle encore, à
Québec, l'âge d'or.

D'où venait ce vieillard? quel était son nom? à quelle nationalité
appartenait-il?

Nul ne paraissait le savoir.

Un jour de printemps, en revenant de la pêche, deux jeunes gens
l'avaient rencontré sur la grève, portant un fusil sur l'épaule, et
suivi d'un chien à la mine peu rassurante.

Les jeunes pêcheurs, sans doute effrayés par les grognements du chien,
et aussi par la taille imposante de l'inconnu, s'étaient hâtés de
reprendre le chemin de leur demeure. Ils répandirent partout la nouvelle
de la rencontre qu'ils avaient faite.

Saint-Sauveur, il y a un demi-siècle, n'était pas cette belle et
populeuse paroisse que nous admirons aujourd'hui; tous ses habitants se
connaissaient aussi intimement que s'ils eussent été les membres d'une
même famille.

L'apparition soudaine d'un tel colosse arpentant la grève, l'arme à
l'épaule, ne pouvait manquer d'y créer une véritable sensation. Mais,
disons-le à la louange des pionniers de cette paroisse, l'idée ne vint
à personne que cet hôte de la grève pouvait être un loup-garou ou un
croque-mitaine! Car il y avait longtemps, alors, que la sorcellerie
ne faisait plus de dupes dans la bonne ville de Québec. Néanmoins, la
curiosité publique était piquée; et, dès le même soir, quelques-uns des
principaux paroissiens résolurent de se rendre à la grève, le lendemain,
pour rencontrer cet étranger.

Les jeunes pêcheurs avaient ajouté que le colosse devait habiter
l'ancienne forge, d'où ils avaient vu une épaisse fumée s'élever en
spirale.

Le lendemain donc, sans autre arme qu'un sac rempli de provisions,
quatre citoyens partirent en éclaireur pour aller sonder le mystère.

Rendus au pied de la route qui conduisait au chantier-Gingras, et qu'on
nomme aujourd'hui la rue Saint-Ambroise, ils aperçurent le vieillard
assis sur le seuil de la cabane, les coudes appuyés sur les genoux et le
front plongé dans ses larges mains.

Au bruit de leurs pas, le cerbère, qui était couché devant son maître,
se leva en aboyant; mais le colosse saisit l'animal qu'il musela
solidement, puis, redressant sa haute taille, il attendit les visiteurs.

Ceux-ci, après avoir salué l'inconnu, qui leur rendit la politesse, lui
adressèrent tour à tour la parole; mais, à la surprise générale, le
vieillard, pour toute réponse, mit un doigt sur sa bouche et secoua
tristement la tête.

A toutes les questions qui lui furent posées, il répondit par les
mêmes gestes; ce qui fit croire à ses interlocuteurs qu'ils étaient en
présence d'un muet.

Cette infirmité apparente lui gagna d'emblée la sympathie des nouveaux
venus, qui le considéraient maintenant avec le plus grand respect.

Sa figure exprimait la douceur et la franchise, et ses manières polies
annonçaient une bonne éducation.

Il n'en fallut pas davantage pour rassurer et charmer nos curieux.

D'un geste affable, l'étranger indiqua la porte C'était une invitation à
entrer. Les visiteurs se rendirent à cette muette prière et franchirent
le seuil.

En entrant dans la forge, ils furent frappés de la propreté qui y
régnait.

Il était évident que le vieillard résidait là depuis plusieurs jours,
car le plancher avait été réparé, et l'on y voyait quelques meubles
grossiers, mais solides, rangés dans un ordre parfait.

Au centre, une table; dans l'angle gauche de l'unique pièce, un lit fait
avec des branches de sapin; en face de la porte, le long du pan, un banc
et deux chaises; au-dessus, accrochés à de longues fiches, un fusil; une
gibecière, une perche de ligne enfermée dans un étui, un filet, etc.
Plus loin, une armoire sans porte contenant quelques assiettes et autres
vaisseaux de grès. Le large fourneau de la forge faisait, pour le
moment, l'office de poêle de cuisine.

Bref, la propreté et l'ordre rendaient presque agréable le séjour de ce
logis pauvre et isolé.

Cette cabane ne portait qu'à l'extérieur les marques de son usage
primitif; à l'intérieur, les traces de fumée avaient disparu sous une
couche de chaux.

On l'eût dite l'image de ce vieillard inconnu et mystérieux, dont la
figure était noire, mais dont l'âme semblait aussi blanche que la neige.

Le colosse tira de dessous la table un panier plein de poissons et de
gibiers, pris ou abattus par lui la veille, et en distribua la plus
grande partie à ses hôtes. Ces derniers furent heureux d'avoir
l'occasion de lui offrir, en retour, leurs provisions, que l'étranger
accepta gracieusement.

Mais les quatre visiteurs crurent devoir abréger leur visite qui
commençait à devenir embarrassante pour tout le monde. Car bien que le
vieillard semblât comprendre leur conversation, il n'y répondait que par
signes!

Après avoir serré la main du malheureux, ils se retirèrent le coeur ému.

Le dimanche suivant, les fidèles de Saint-Sauveur, qui allaient à la
messe de cinq heures, ne furent pas peu surpris de voir arriver à
l'église notre géant, toujours suivi de son compagnon.

Ayant attaché le chien au tronc d'un arbre, il entra dans le temple, se
prosterna pieusement devant l'autel de la Vierge-Immaculée, et y demeura
à genoux tout le temps que dura le saint sacrifice de la messe. Son
humble attitude et son recueillement firent l'édification de tous.

Et chaque dimanche, dans la suite, beau temps mauvais temps, les
paroissiens le virent entendre la première messe avec la même dévotion.
Sa place de prédilection, dans l'église, était l'autel de Marie. C'est
vers cette bonne mère qu'il levait ses regards suppliants, et c'est par
elle que ses soupirs et ses prières ardentes montaient, comme un pur
encens, jusqu'au trône de Dieu!

Aussi bien, sa conduite irréprochable et exemplaire lui mérita bientôt
l'estime et la considération de la brave population de Saint-Sauveur.

Le géant aimait la solitude. Il ne visitait personne, et ne sortait que
pour vendre du poisson et du gibier.

La pêche et la chasse étaient ses seuls moyens de subsistance, et ils
paraissaient suffire à ses goûts fort modestes.

Mais si le vieillard ne visitait personne, il avait l'honneur de
recevoir souvent la visite du révérend Père Durocher, de pieuse mémoire,
supérieur de la communauté des Oblats de Marie.

Que se passait-il entre le bon Père et le vieux muet, dans le cours de
leurs longues et fréquentes entrevues? Nul n'osait le leur demander; et
ceux qui interrogeaient le saint missionnaire au sujet de l'étranger,
n'en recevaient pour toute réponse que ces mots: «Aimez-le, il est digne
de votre affection....»

Quoi qu'il en fût, après chacune de ses entrevues avec le révérend Père
Durocher, le solitaire semblait moins malheureux, et parfois même son
visage, d'ordinaire triste, s'éclairait d'un doux sourire.

Le vieux muet avait acquis son droit de cité. A la curiosité qu'avait
fait naître la venue de cet étrange colosse, succéda une bienveillante
sympathie. Sa figure devint familière à tous. C'était un membre de la
grande famille.



UN SAUVETAGE ÉMOUVANT

C'était en 18..., par un de ces chauds dimanches de juillet où les
citadins, après les offices religieux aiment à s'éloigner un peu de
la ville, afin de respirer un air plus pur, tout en se reposant des
fatigues de la semaine.

Les privilégiés de la fortune se payent le luxe d'une promenade en
voiture à travers les jolies paroisses qui environnent Québec. Ils n'ont
que l'embarras du choix, car Beauport, Charlesbourg, Lorette, Cap-Rouge,
Sainte-Foye, Sillery, sont des lieux charmants qui invitent au repos et
à la rêverie.

Mais les pauvres, dont les jambes sont aussi solides que le coeur est
joyeux, se rendent à pied en dehors des barrières, et vont passer le
reste de l'après-midi à l'ombre des grands arbres.

Des familles entières descendent à la rivière Saint-Charles. Là, sous
les regards des parents, les enfant prennent leurs joyeux ébats.

Plusieurs bambins, jambes nues, courent au bord de l'onde, en dirigeant
des bateaux minuscules qui dansent sur l'eau, au bout de leur ficelle,
et dont les oscillations causent des émotions à ces marins en herbe.

Ailleurs, de gentils mioches, légers comme des papillons, se
poursuivent, s'empoignent, se bousculent et roulent, pèle-mêle, sur le
sable fin de la grève.

Leurs rires argentins résonnent et leurs petits cris éclatent parfois
comme une décharge de pétards.

Les parents, témoins de ce gracieux spectacle, partagent les joies
des enfants. Et ces joies si pures leur font oublier les soucis de la
veille, et retrempent leur courage et leurs vertus.

D'autres enfin--les amateurs de l'art nautique--prennent place dans une
barque légère et battent les flots en cadence en faisant retentir l'air
de mille refrains.

Bref, tous les goûts peuvent se satisfaire, et l'homme est libre de
choisir les amusements qui lui plaisent le mieux, pourvu qu'il sache
respecter toujours les règles de la morale et de la prudence.

Or, ce dimanche-là, pour échapper à l'intensité d'une chaleur torride,
un grand nombre de personnes étaient venues se reposer sur la rive sud
de la rivière Saint-Charles, à l'endroit connu sous le nom de _l'ancien
chantier-Gingras_.

                               *
                              * *


La marée est haute, et l'onde perfide que dore la lumière éclatante du
soleil, déroule mollement ses plis en modulant sa chanson monotone et
reposante.

Quelques jeunes gens bien délurés s'agitent sur le rivage. Ils
gesticulent et parlent tous à la fois. On les dirait sur des charbons
ardents.

--Tiens! voilà Joachim Bédard! s'écrie l'un d'eux, en jetant son chapeau
en l'air.

--Hourra! hourra! font les autres, en entourant le nouveau venu.

--Que me voulez-vous donc? demande Joachim Bédard, étonné et ahuri.

--Ce que nous te voulons, cher petit Joachim, reprend Pitre Verret, le
plus bavard de la bande, c'est que tu nous prêtes ta chaloupe pour aller
faire un tour sur cette charmante nappe d'eau, et, va sans dire, que tu
viennes avec nous, mon petit coeur! Puis, sans lui donner le temps de
répondre, il continue: «Vois ta barque onduler et parfois bondir, comme
si elle voulait briser sa chaîne. Vite! sors ta clef, et rends la
liberté à cette gentille prisonnière!»

--Oui, oui! approuvent las autres lurons, désireux de se signaler aux
regards, autant que de naviguer.

--C'est bien! fait Joachim Bédard; allons-y!

--Moi, je vous conseille de ne pas y aller! dit, sur un ton autoritaire
et prétentieux, un petit vieillard nerveux qui interrogeait le
firmament.

--Pourquoi cela, père Latourelle? demande Joachim Bédard.

--Parce que nous allons avoir un grain accompagné d'éclairs et de
tonnerre, et je vous assure qu'il est dangereux de s'aventurer sur
l'eau.

--N'ayez pas peur, père Latourelle, répond Joachim Bédard, nous ne nous
exposerons point. Du reste, nous avons bon bras et bon oeil, que diable!

--Jeunes gens! réplique le vieillard, en élevant la voix, je vous répète
que vous feriez mieux de rester ici. Je suis un vieux marin, moi, et je
vous dis que nous allons avoir une bourrasque terrible.

--Nous serons prudents, père Latourelle, reprennent les jeunes étourdis
en sautant dans l'embarcation.

Un! deux! trois! commande celui qui parait le chef de la bande. Et les
rames, maniées par douze bras vigoureux, impriment à la chaloupe un élan
qui l'éloigné rapidement da rivage.

Lorsqu'ils ont atteint le milieu de la rivière, Joachim Bédard, le
commandant, invite Pitre Verret, le premier ténor du choeur de l'orgue,
à chanter une chanson.

Pitre Verret, sans se faire prier, entonne de sa plus belle voix le
chant du _Napolitain_:

  Le doux printemps se lève,
  Riche comme un beau rêve:
  Partons, amis, partons, (Bis)
  L'hirondelle légère
  Ne rase pas la terre:
  Les vents nous seront bons. (Bis)

           Refrain

  Vogue, (Bis) vogue, ma balancelle;
  Chantez, gais matelots;
  Que votre voix se mêle
  Aux murmures des flots (Bis).

             II

  A l'horizon de brume.
  Le Vésuve qui fume
  Promet Naple aujourd'hui (Bis).
  Dans cette ville heureuse,
  La vie est gracieuse
  Comme un jardin fleuri (Bis)

           Refrain

  Vogue (Bis) vogue ma balancelle;
  Chantez, gais matelots;
  Que votre voix se mêle
  Aux murmures des flots (Bis).

            III

  Quand la nuit tend ses voiles
  Sous ce beau ciel d'étoiles,
  Le gai Napolitain (Bis).
  Chante la sérénade,
  Puis sous la colonnade
  S'endort priant un saint (Bis).

           Refrain

  Vogue (Bis) vogue, ma balancelle;
  Chantez, gais matelots;
  Que votre voix se mêle
  Aux murmures des flots (Bis).

Des applaudissements frénétiques, s'élevant du rivage, saluent les
dernières notes égrenées dans l'air par la voix superbe et sonore de
Pitre Verret.

Le père Latourelle, en secouant la cendre de sa pipe, dit à ses voisins:
«Il chante comme un rossignol, ce gaillard-là, mais c'est dommage que
lui et ses amis n'aient pas suivi mon conseil, car le grain approche, et
je redoute pour eux un malheur».

En parlant, le père Latourelle, montrait du doigt un gros nuage noir,
qui, pareil à un drap mortuaire, déroulait à l'horizon ses plis frangés.

Le vent, un vent brûlant, commençait à agiter faiblement la surface de
l'eau; et l'oreille percevait déjà un bruit vague qui ressemblait à un
roulement de tambour: c'était le tonnerre qui mettait d'accord les sons
de sa sinistre et mâle voix.

Mais notre artiste, grisé par les applaudissements, chante, chante
toujours. Et ses compagnons, ivres de joie et de liberté, continuent à
jouer de la pagaie et de la rame, sans même soupçonner l'approche de la
tempête. Pourtant, s'ils dirigeaient leurs regards vers le nord, ils
verraient maintenant plusieurs nuages se rapprocher pour ne former
bientôt qu'un seul et immense rideau dont l'un des coins menace
d'obscurcir le soleil!

Verret en est à sa dixième chanson, et il chante avec une verve
endiablée:

  C'est l'aviron
  Qui nous mène,
  Qui nous monte!
  C'est l'aviron
  Qui nous monte
  En haut!

quand, soudain, le vent s'élève avec une rage épouvantable; un long
serpent de feu déchire la nue et la foudre éclate!

--Au rivage! s'écrient tous les rameurs.

Un nouvel éclair sillonne le firmament et la pluie, une pluie
torrentielle, se met à tomber!

Les rameurs essayent, mais vainement, de diriger leur embarcation vers
la ville.

La frayeur s'ajoutant à l'inexpérience, paralyse leurs membres, et la
chaloupe, mal gouvernée, danse comme une coquille au gré du vent et des
flots!

De la rive, les gens suivent cette scène avec effroi; les parents des
jeunes rameurs crient à fendre l'âme, et, cependant, personne n'ose
aller au secours des malheureux!...

Le père Latourelle, plus énervé que jamais, casse sa pipe en maugréant:

--Ah! les imprudents! les étourdis! je leur ai bien dit qu'il leur
arriverait malheur...

Au même moment, et comme si le ciel voulait réaliser ce sombre présage,
un coup de vent terrible fait chavirer la chaloupe, et les six jeunes
gens sont lancés dans les flots!

Quatre des malheureux réussissent à se cramponner à l'embarcation, mais
Bédard et Verret en sont trop éloignés pour pouvoir la saisir.

Bédard, qui est un habile nageur, se maintient à la surface de l'eau,
tandis que Verret, ignorant la natation, disparait pour ne plus
reparaître....

Tout à coup, du rivage, retentit cette clameur presque joyeuse:

Le vieux muet! le vieux muet!

En effet, notre héros, sortant on ne sait d'où, accoure, suivi de son
chien.

Avec la souplesse d'un jeune homme, il saute dans un canot, et, après
s'être signé, rame dans la direction des naufragés.

Il est vraiment beau de voir s'élancer, tête nue, sous le feu des
éclairs, ce brave colosse qui risque sa vie pour sauver celle de ses
semblables!

Mais c'est une tâche d'une exécution quasi impossible que cet homme
vient de s'imposer! Car le vent, soufflant dans la direction du sud,
repousse le canot à mesure qu'il avance!

Les vagues s'élèvent à une hauteur effrayante, et quand le canot arrive
à leur crête, on dirait qu'il va sombrer dans le gouffre!

La distance à franchir est d'environ quatre Arpents.

A la puissance et à la fureur des éléments, le rameur oppose la force
et l'adresse. Tenant son canot nez au vent, il lui fait couper la vague
écumante, et le force à courir vers le lieu du danger.

Malgré le bruit des flots et les éclats de la foudre, il entend à
présent les cris et les appels désespérés des naufragés.

Alors, redoublant de courage et rassemblant toutes ses forces, il
imprime à l'embarcation des élans qui la font bondir de vague en vague
avec l'agilité d'un coursier. Quelques pieds seulement le séparent des
malheureux. Encore un effort, et il est auprès d'eux!

Il jette l'ancre, et tend d'abord une rame à Joachim Bédard, qui lutte
toujours contre les flots. Mais ce dernier, en voulant saisir la rame,
disparaît dans l'abîme!

Sans hésiter, le vieillard plonge dans l'onde amère; le chien suit son
exemple, et tous les deux reparaissent presque aussitôt, l'homme tenant
Bédard, et le chien soutenant l'infortuné Verret!

S'approcher du canot et y monter avec son fardeau, est pour le sauveteur
l'affaire d'un instant.

Le ciel, évidemment, lui prête force et courage.

Il arrache Perret de la gueule du chien et le dépose au fond du canot.
Puis, tendant tour à tour la rame à ceux qui se tiennent cramponnés
à leur chaloupe renversée, il a le bonheur de les recueillir dans sa
barque.

Cependant, il ne peut compter sur l'aide de ceux qu'il vient d'arracher
à la mort, car tous sont exténués par les efforts qu'ils ont faits pour
sauver leur vie.

Aussi, comprenant toute la difficulté de la situation, le vieillard se
recommande à la sainte Vierge et se met à ramer vaillamment.

Les spectateurs, agenouillés sur le rivage, adressent au ciel les
prières les plus ferventes.

Peu à peu, le vent s'apaise, les nuages se dispersent et la mer devient
plus calme.

Maintenant que la bourrasque a rentré ses fureurs, le canotier sent ses
forces revenir, et le canot obéit aux vigoureuses poussées qu'il lui
donne en frappant l'onde de ses rames.

Enfin, il touche au rivage, et la foule se lève en poussant des
acclamations délirantes!

Mais à ces acclamations se mêlent tout à coup des cris déchirants. Une
femme fend la foule et se jette sur le corps inanimé de Verret, que le
vieux muet a étendu sur le sable de la grève.

Mon enfant! mon enfant! s'écrie-t-elle, en baignant de larmes la figure
du jeune homme....

Notre héros fait signe à la mère de se calmer, puis, se penchant sur
le corps du malheureux, il se met à pratiquer sur lui la respiration
artificielle.

Pendant qu'il opère ainsi, la mère ne cesse de crier: «Sauvez mon
enfant, mon Dieu! sauvez mon enfant!»

Et le vieillard, impassible, continue sa nouvelle tache avec un
dévouement admirable.

Soudain, il tressaille de joie en voyant la poitrine du jeune homme se
soulever, et en entendant un faible soupir s'exhaler de ses lèvres.

--Il vit! il est sauvé! s'écrie la mère avec transport.

Le colosse reprend son travail avec plus d'ardeur, et, au bout de cinq
minutes, Verret restitue à la mer le breuvage mortel.

Il est sauvé.

A la demande de la mère, le géant prend le jeune homme dans ses bras,
comme il eût fait d'un petit enfant, et le place sur un matelas qu'on a
mis dans une voiture pour transporter Verret à sa demeure.

Le vieux muet veut rentrer dans sa cabane; mais il est entouré, retenu,
pressé par la foule enthousiaste et reconnaissante.

Joachim Bédard et ses compagnons se démènent comme des gens qui ont
perdu la raison. Ils sautent, chantent, rient et pleurent tour à tour!

Prenant les mains du colosse, ils les couvrent de baisers, et lui
expriment leur profonde gratitude. Ils s'en éloignent, puis s'en
rapprochent pour lui témoigner maintenant leur admiration, et l'assurer
de leur dévouement.

--Monsieur! s'écrie Joachim Bédard: vous vous êtes jeté dans l'eau pour
nous sauver la vie; eh bien, nous, tonnerre! si jamais ça se présente,
nous nous jetterons dans le feu par dessus la tête pour vous sauver ou
pour vous défendre!

--Oui! oui!... hourra! hurlent les autres naufragés; nous donnerons
volontiers notre vie pour sauver la vôtre!

Et tout le rivage retentit des acclamations joyeuses de la multitude!

Le vieillard, un peu confus, mais tout rayonnant, montre à la foule le
ciel, voulant exprimer par ce geste que les actions de grâces doivent
s'adresser à Dieu!

Oui, un sourire rayonne sur le bon visage de notre héros; ce sourire est
le reflet du vrai bonheur que procure toujours à l'âme la satisfaction
du devoir accompli. Et il se félicite, non pas de ses exploits, mais
d'avoir eu le grand privilège d'être choisi par Dieu pour faire des
heureux...

Ce soir-là, il eut pour son chien des caresses plus tendres, et il lui
fit partager en commun son modeste repas, comme le chien avait partagé
avec lui les dangers et les honneurs de la journée!

Puis, malgré la fatigue qui paralysait ses membres, il s'agenouilla
devant l'image de la sainte Vierge et y resta longtemps, le front
courbé, l'âme débordante, remerciant Marie de lui avoir procuré ce
bonheur. Un moment, des larmes jaillirent de ses paupières:

         Ici, c'est le passé qui parle au souvenir!

Enfin, ne pouvant plus se tenir à genoux, il se jeta sur son lit de
sapin et dormit comme un bienheureux.



LA TIREUSE DE CARTES

Le lendemain soir, en face de la maison servant de poste aux
sapeurs-pompiers, un groupe nombreux et animé parlait de l'événement
de la veille, qui avait créé tant d'émoi au sein de la paroisse. Tous
faisaient l'éloge du vieux muet, à l'exception du père Latourelle, qui
fumait nerveusement sa pipe, en réprimant, tantôt un geste et tantôt une
parole menaçant de lui échapper.

--L'as-tu remarqué, Etienne, demande Jonas Grosselin, quand il a traîné
son canot à l'eau? On eût dit qu'il traînait une latte!

--Oui, répond Etienne Corriveau: c'était un tour de force, mais c'est
surtout sur l'eau que j'ai admiré sa force et son adresse.

--Moi aussi, approuve Frédéric Patry: je croyais, à chaque instant,
qu'il allait être englouti; mais j'ai remarqué qu'il présentait toujours
aux vagues la pince et jamais le flanc du canot.

--C'est justement cela qui prouve sa force et son adresse, reprend
Etienne Corriveau. Car un homme faible et inhabile aurait coulé au fond
tout de suite.

--Moi, dit Félix Bigaouette, ce que j'admire encore plus que sa force et
son adresse, c'est son courage et son dévouement.

--Vous avez la note juste! fait Jean-Baptiste Dufresne. Cet homme a
bravé la mort pour sauver la vie à des gens qu'il ne connaissait pas.
C'est du dévouement poussé jusqu'à l'héroïsme!

Bref, chacun avait une bonne parole à dire à l'adresse de notre héros.

--C'est malheureux qu'il soit muet! oui, immanquablement, c'est
malheureux! dit Félix Fortin, politicien incurable.

--Et, s'il parlait, Félix? interroge en riant Léon Saucier, tu en ferais
sans doute un candidat?

--Immanquablement! je le prierais de poser sa candidature, aux
prochaines élections, pour l'Assemblée législative; et il serait élu
immanquablement...

--Bah! reprend un farceur, François Kirouac, parmi nos députés, j'en
connais plusieurs qui sont, à la Chambre, plus muets que lui...

--Vous avez raison! glapit le père Latourelle,--sans saisir le trait
d'esprit de François Kirouac,--car ce sauvage-là n'est pas plus muet que
vous et moi!

--Hein! que dites-vous? interrogent toutes les voix.

--Je dis, bougonne, cette fois, le père Latourelle, qu'il fait le muet
pour se moquer de nous. Tenez, hier, j'étais à ses côtés quand il
donnait des soins à Pitre Verret, et lorsque le pauvre diable, qui avait
bu plus d'eau que de raison, s'est mis à dégobiller, j'ai entendu le
sauvage dire: «Sauvé!»

--Ta! ta! ta! vous radotez, vieil oiseau de mauvais augure! interrompt
Joachim Bédard. J'y étais moi aussi, je suppose! et ce n'est pas le
vieux muet qui a prononcé ces paroles, c'est la mère de mon ami Verret!

Tout le monde applaudit à la riposte.

Ce fut le signal de dispersion. Chacun reprit le chemin du logis.

Le père Latourelle, tout confus, se retira en marmottant entre ses
dents:

«La tireuse de cartes me le dira bien, elle, si le sauvage parle!»

Cependant, l'affirmation catégorique de Joachim Bédard, avait
impressionné le père Latourelle et jeté le doute dans son esprit. Après
tout, se disait-il, je peux bien m'être trompé; à vrai dire, l'accident
m'avait mis un peu à l'envers! En tout cas, je vas aller consulter la
_Châtigny_, qui passe pour avoir le don de faire parler les cartes.

Attends un peu, mon p'tit Joachim Bédard: tu auras bientôt de mes
nouvelles...

                                  *
                                 * *


Il y avait à la Canardière, petit village situé sur la rive nord de la
rivière Saint-Charles, et qu'on nomme aujourd'hui Limoilou, une
vieille femme qui pratiquait, l'art de la cartomancie. On l'appelait
familièrement la _Châtigny_.

Sa clientèle se composait principalement de jeunes filles et de jeunes
gens, dont elle savait exploiter la naïveté, car c'était une madrée
commère que la _Châtigny_! Mais les revenus de cet art ne suffisant pas
à sa subsistance, la cartomancienne blanchissait le linge, tricotait des
bas, des mitaines, des cache-nez, etc., et avec ces divers métiers, elle
trouvait le moyen de vivre assez bien.

Un soir de juillet, elle tricotait, en attendant la clientèle, quand
elle entendit gratter à la porte. Croyant que c'était son chat, elle
cria, sans se déranger: «Va te coucher, animal!»

Au bout de quelques secondes, le même bruit ayant recommencé, la
_Châtigny_, impatientée, s'arme d'un torchon avec lequel elle veut
corriger son chat importun. Elle entre-baille la porte et donne un
grand coup de torchon sur la tête de... d'un vieillard, qui recule,
épouvanté!

--Oh pardon! mille excuses! monsieur, s'écrie-t-elle; je croyais que
c'était mon chat qui grattait à la porte!

--Moi, dit le père Latourelle--car c'était bien lui--je cherchais la
sonnette!

--Vous l'auriez cherchée longtemps, car il n'y en a pas! Je vous prie,
encore une fois, de m'excuser, monsieur, et veuillez entrer.

--Vous êtes madame Châtigny, n'est-ce pas?

--Oui monsieur, pour vous servir. Prenez une chaise.

--On me dit que vous tirez aux cartes?

--Oh! oui, monsieur; la cartomancie est un art que je pratique depuis
quarante ans, à la satisfaction de tous ceux qui me font l'honneur de
me consulter. Je possède aussi, sur le bout du doigt, la géomancie, la
chiromancie, la physiognomonie...

--Pas possible! s'écrie le père Latourelle, tout ébahi d'entendre
prononcer ces grands mots, dont il ne comprend pas la signification.
Alors, madame, vous êtes une savante?

--Sans me vanter, monsieur, je crois pouvoir dire, sur le passé, le
présent et l'avenir, tout ce qui peut intéresser mes honorables clients.

--Eh bien! parlez sur ce qui m'intéresse dans le moment.

--Avec plaisir, monsieur, mais ma règle est d'exiger d'avance la minime
rétribution de cinquante cents.

--Cinquante cents! gémit le père Latourelle, en faisant une grimace;
vous n'y pensez pas! Je vas vous donner vingt-cinq cents.

--Je n'ai qu'un seul prix, monsieur!

Il fallait donc s'exécuter. Le père Latourelle présenta deux pièces de
vingt-cinq cents, que la Châtigny fit glisser prestement dans sa bourse.
Puis, prenant un paquet de cartes, la sorcière se met à les aligner
lentement sur la table.

Après les avoir examinées attentivement, elle risque ces mots: «Une
femme brune vous aime tendrement.»

--Oui, je le crois, soupire le bonhomme, en pensant à sa vieille épouse!

--J'y suis, se dit en elle-même la tireuse de cartes; c'est un veuf qui
songe à convoler en secondes noces. Et tout haut, elle ajoute; «Vous
allez l'épouser prochainement.»

--Mais! vous êtes une sorcière! s'écrie le père Latourelle, pensant
toujours à sa femme, car je dois fêter mes noces d'or dans deux
semaines!

--Ha! se dit la Châtigny, il n'est pas veuf... Il faut chercher autre
chose.

--Monsieur, vous avez un ennemi!

--Ça, c'est encore vrai! cet ennemi n'est autre que Joachim Bédard, qui
m'en veut parce que je lui ai conseillé de ne pas se risquer sur l'eau,
dimanche dernier, à l'approche de la tempête.

Ces dernières paroles jettent la tireuse de cartes dans le ravissement.
Car elle avait entendu raconter, par le menu, le sauvetage émouvant que
le vieux muet avait opéré sur la rivière Saint-Charles, et elle supposa
que la visite du bonhomme n'était pas étrangère à cet événement.

Touchant plusieurs cartes avec le bout d'une plume d'oie, elle se met
a compter à haute voix: un, deux, trois, quatre, cinq, six. Puis, d'un
accent tragique: «Ciel! que vois-je? six jeunes gens qui vont se noyer
sous les yeux de leurs parents et amis et nul ne cherche à les secourir!
Que vois-je encore? un homme, un sauvage saute dans un canot et vole au
secours des malheureux...»

Ici, la Châtigny fait une pause et regarde, à la dérobée, le père
Latourelle, qui parait en proie à la plus vive agitation. Et elle
continue: Ce sauvage est accompagné d'un chien; je les vois plonger
et retirer deux hommes du fond de l'eau! Ce sauvage sauve ensuite les
quatre autres jeunes gens qui s'étaient accrochés à leur chaloupe
renversée!

La cartomancienne fait une nouvelle pause, et le père Latourelle en
profite pour lui adresser, d'une voix tremblante, cette question:

--Ce sauvage, madame, parle-t-il?

La tireuse, après avoir regardé à plusieurs reprises trois différentes
cartes, en les frappant chaque fois de sa plume magique, répond:

--Non, il ne parle point, puisqu'il est muet!

--Quoi! madame, vous affirmez qu'il est muet?

--Je l'affirme! répond la cartomancienne, d'une voix solennelle.

--Hélas! je vois bien que je ne suis pas chanceux! fait mélancoliquement
le bonhomme...

--Est-ce que vous n'êtes pas satisfait de la consultation, monsieur?

--Oh! oui, madame! très satisfait! Tenez, par chez-nous, à
Saint-Sauveur, personne ne veut croire à la sorcellerie, et je
commençais moi aussi à en douter; mais, maintenant, j'y crois plus que
jamais, et je proclamerai partout que vous êtes une sorcière, une vraie!

--Je ne suis pas une sorcière, monsieur; je connais mon art, voilà tout!

Et le père Latourelle reprit, tout penaud, le chemin de sa paroisse, se
promettant d'être, à son tour, aussi muet qu'une carpe!



LA MAISON BLEUE

Tous les Québécois ont connu la _Maison bleue_, ou en ont entendu
parler.

Elle n'avait rien de remarquable, cependant si ce n'est sa couleur
d'azur qu'elle a conservée jusqu'au jour de sa démolition, c'est-à-dire
durant un siècle environ.

C'était une modeste construction en bois, à un étage, située sur la
rue Saint-Vallier, au sud-ouest de l'hôpital du Sacré-Coeur, à
Saint-Sauveur.

Il y a un demi-siècle, la solitude la plus complète régnait aux
alentours de cette demeure.

Elle paraissait alors très éloignée de la ville, probablement parce
qu'elle était isolée dans un champ et qu'on y parvenait par un chemin
impraticable. Aussi, quand les gens de Québec parlaient d'aller à la
_Maison bleue_, ils avaient le soin de choisir un bon cheval et une
voiture solide...

Mais que de changements depuis!

La rue Saint-Vallier, qui était autrefois un véritable bourbier, est
maintenant pavée en asphalte! Toutes les autres rues de Saint-Sauveur
sont macadamisées et entretenues avec la plus grande vigilance.

Cette paroisse est aujourd'hui annexée à la, cité de Québec, et la
superbe résidence du maire actuel de cette ville--l'honorable S. N.
Parent--s'élève à quelques pas du terrain occupé naguère par la _Maison
bleue_.

Cette maison était alors le rendez-vous des honnêtes gens qui aimaient
à se livrer au plaisir de la table, de la conversation et de la danse.
Elle était, en particulier, le rendez-vous des gens des noces.

La mode ne condamnait pas, comme à présent, les nouveaux mariés à un
voyage, et la lune de miel n'était pas forcée de courir en chemin de
fer...

Non! et les noces, qui duraient deux ou trois jours, étaient couronnées
par de joyeuses agapes sous le toit de cette maison si populaire.

Elle était tenue par un Français--type courtois et jovial--que tout le
monde appelait _Paschal_.

Le 8 septembre au soir de l'année, 18..., il y avait fête de gala chez
_Paschal_, en l'honneur d'un jeune couple de Saint-Roch, appartenant à
des familles à l'aise.

Rien n'avait été épargné pour donner de l'éclat à la fête et du plaisir
aux invités.

L'hôtellerie était resplendissante de lumières. De jolis bouquets de
fleurs en ornaient toutes les chambres. La salle à dîner, surtout,
offrait un coup d'oeil charmant; le propriétaire l'avait décorée avec
beaucoup de goût.

Une société en verve et en appétit avait pris place autour d'une table
garnie des mets les plus délicats.

On mangea fermement, on but modérément, et, au dessert, on chanta
joyeusement!

La mode des discours indigestes et souvent ridicules, au dessert,
n'était pas encore inventée... et les estomacs n'en digéraient que
mieux!

Chaque convive y alla de sa chanson, et tout le répertoire national y
passa!

--Mes amis, dit le père de la mariée, la danse étant un fameux digestif,
je prie toute la compagnie de passer dans l'autre salle, où les
musiciens sont à leur poste.

L'invitation fut chaleureusement acceptée, et, cinq minutes plus tard,
les mariés et leurs amis mêlaient le bruit cadencé de leurs semelles aux
accords du violon et de la clarinette...

Vers onze heures, la danse battait son plein. Un fiacre, portant six
matelots en goguette, s'arrêta en face de la _Maison bleue_.

Les sons de la musique et les bruyants éclats de rire avaient attiré
l'attention des marins, et la table toute servie, qu'ils voyaient du
dehors, excitait maintenant chez-eux le désir de manger et de s'amuser
aux dépends des _French Canadians!_

Le cocher leur fait observer que cette maison est l'hôtellerie la mieux
tenue de Québec et que les gens avinés n'y sont pas admis. Ça m'a
l'air de gens des noces, ajoute-t-il, et je vous assure qu'ils ne vous
laisseront pas entrer.

--Avec cette clef-là, nous entrerons bien! dit l'un des matelots, en
faisant briller à la lueur de la lune la lame d'un poignard!

--Si vous descendez de ma voiture, je vous quitte! menace le cocher, en
s'apprêtant à fouetter son cheval!

--Nous t'avons payé, n'est-ce pas? eh bien, attends-nous!

Mais les matelots ont à peine mis pied à terre, que le cocher, sans
songer qu'il risque d'embourber sa voiture, lance son cheval au galop!

--Bah! fait l'un des marins, en ricanant, nous nous rendrons au
bâtiment, demain matin, dans la voiture des mariés...

Ils s'approchent de la maison, dont la porte et les fenêtres sont
ouvertes comme en été, car la température est splendide.

Sans se donner la peine de frapper, ils entrent dans la salle à dîner et
se placent à table.

--Mangeons et buvons! commande le plus audacieux de la clique...

La gaieté était si générale et si bruyante en ce moment dans la salle de
danse, que l'entrée des matelots ne fut pas tout d'abord remarquée.
Et quant Paschal aperçut les intrus, ceux-ci avaient déjà dévoré deux
poulets et vidé trois bouteilles de vin!

--Que faites-vous ici? leur demande-t-il à brûle-pourpoint.

--Tu le vois, camarade, nous mangeons et buvons à ta santé!

--Sortez d'ici au plus vite!

--Pour toute réponse, l'un des bandits se lève et frappe le propriétaire
en pleine figure!

Une servante fait irruption dans la salle de danse en criant: «Venez
vite! venez vite! le bourgeois a été assommé par des bandits...»

Tous les hommes s'élancent au secours de Paschal, mais ils sont mal
reçus par les matelots qui les attendent de pied ferme.

Une bagarre terrible s'ensuit, au milieu des cris d'effroi que poussent
les femmes, en courant d'une chambre à l'autre!

Tout à coup, des hurlements de chien retentissent au dehors, et l'on
voit apparaître dans la porte la haute stature du vieux muet.

D'un coup d'oeil, le colosse comprend tout. Il empoigne un des matelots
et le jette comme une mitaine par la fenêtre! Un autre matelot va
frapper le vieux muet dans le dos avec son poignard, quand l'énorme
chien saute à la gorge du brigand et le renverse par terre.

Notre héros lui arrache le poignard, et le saisissant par une jambe, lui
fait prendre le même chemin qu'à son compagnon! Un troisième s'avance,
le poignard à la main, mais le colosse lui applique sur la main un coup
de pied formidable qui le désarme et lance le poignard au plafond...

Alors, se voyant vaincus, les quatre marins se jettent aux genoux du
terrible lutteur et lui demandent grâce!

Se plaçant près de la porte, le géant leur fait signe de sortir, et, à
tour de rôle, il leur administre, à l'endroit où le dos perd son nom, un
maître coup de pied qui les envoie rouler au milieu de la rue...

Le chien ne parait pas satisfait de la part qu'il a prise à la lutte,
car il poursuit les matelots en leur mordant les jarrets!

Le vieux muet est obligé de siffler l'animal pour lui faire abandonner
ses victimes!

Personne, heureusement, n'avait été blessé sérieusement. Paschal était
le plus maltraité: il avait les lèvres fendues et l'oeil droit au beurre
noir; mais il se félicitait d'avoir échappé, lui et ses hôtes, aux
poignards des matelots.

--Ce n'est rien, dit-il, buvons maintenant à la santé de notre sauveur!

Tous les convives emplissent leur verre et boivent avec enthousiasme à
la santé du vieux muet.

Après avoir vidé une larme de vin, notre héros veut se retirer, mais les
convives, et surtout les dames, le supplient avec tant d'insistance de
rester, qu'il se rend à leurs prières.

Il décline l'offre de danser, mais accepte celle de faire la partie de
whist avec les doyens de la société.

La présence du colosse et du chien, qui, semblable à une sentinelle, se
tenait sur le seuil de la porte, rassura tout à fait les gens des noces,
qui se remirent à danser avec plus d'entrain que jamais!

                                *
                               * *

Le lecteur est certainement curieux de savoir quel heureux hasard avait
conduit le vieux muet, ce soir-là, chez Paschal. Nous allons satisfaire
sa légitime curiosité.

Ainsi que nous l'avons dit plus haut, le temps était serein et la lune
brillait au ciel comme un vaste ostensoir.

La marée était basse, et le vieillard venait de tendre ses filets.

En revenant à sa cabane, il crut entendre, dans le lointain, des flots
d'harmonie que la brise lui apportait. Il prêta l'oreille, et perçut
distinctement les sons de la clarinette et du violon.

Charmé par cette musique, qu'il n'avait pas l'avantage d'entendre
souvent, il s'approcha de l'hôtellerie.

Blotti sous un arbre, il écoutait depuis quelques instants, quand,
subitement, la musique cessa et des cris lamentables arrivèrent jusqu'à
lui.

Il se redressa, comme mû par un ressort, et, pressentant quelque
malheur, il courut vers la _Maison bleue_, où se déroulait la scène que
nous venons de raconter.

                                *
                               * *

A cinq heures du matin, les gens des noces se séparèrent, bien à regret,
de ce nouvel ami, qu'ils appelaient leur sauveur, et lui témoignèrent la
plus vive reconnaissance.

Bien des années ont passé depuis cette joyeuse époque, et bien des
habitués de l'hôtellerie légendaire sont disparus pour toujours...

Disparue, elle aussi, cette chère _Maison bleue_, dont la vue seule
faisait naître dans l'esprit des passants tout un monde de bien doux
souvenirs!



PREMIÈRE PARTIE.



LA FAMILLE LORMIER

Avec la bienveillante permission du lecteur, nous remonterons à la
source de cette histoire et ferons connaître l'origine, la jeunesse
et les antécédents de ce personnage mystérieux que la population de
Saint-Sauveur avait surnommé le _Vieux muet_ ou le _Bon sauvage de la
grève_.

Dans une de nos belles paroisses du district de Montréal qui bordent le
majestueux Saint-Laurent, vivait, en 1812, une famille de cultivateurs
composée du père, de la mère, de deux garçons et de deux filles.

Pour ne pas blesser les susceptibilités des alliés de cette famille,
dont plusieurs demeurent encore au Canada, nous la désignerons sous le
nom fictif de Lormier.

Habitant la paroisse Sainte-R..., depuis son enfance, le père de notre
héros y avait acquis à cinq arpents de l'église, un lopin de terre sur
lequel il élevait modestement sa famille.

L'aîné de ses garçons, Victor, avait atteint sa dix-neuvième année. Il
venait de terminer, dans un collège de Montréal, un cours classique très
médiocre.

Disons que le père Lormier et son épouse avaient accordé la plus grande
part de leur affection à ce fils, dont ils voulaient faire un homme de
profession, un _mesieu_.

La meilleure place au foyer et le meilleur morceau à table avaient
toujours été donnés à cet enfant privilégié. Celui-ci ne manquait pas de
talents; mais, gâté par la tendresse aveugle de ses parents, il était
devenu orgueilleux, exigeant et paresseux.

Au physique, il ressemblait beaucoup à sa mère, qui était maigre et
délicate, niais au moral, on ne lui voyait pas de ressemblance dans sa
famille.

Le cadet Jean-Charles, âgé de seize ans, était l'antipode de son
frère; et, au moral comme au physique, il était le portrait de son
père--véritable colosse--qui passait pour être un des hommes les plus
forts delà province de Québec.

Jean-Charles sortit de l'école le lendemain de sa première communion.

Il aimait l'étude passionnément; mais, en fils soumis et obéissant, il
s'inclina devant la volonté de ses parents, qui voulaient faire de lui
un _habitant_.

D'ailleurs, un généreux désir lui était venu de se sacrifier pour son
frère.

Certes, l'aîné ne faisait rien pour s'attirer les bonnes grâces
du cadet. Au contraire, il l'abreuvait sans cesse d'injures. Mais
Jean-Charles acceptait tout pour l'amour de Dieu et par respect pour ses
parents.

Cependant, il n'avait pas renoncé à l'étude complètement. Il étudiait
sous la direction du curé de la paroisse, M. l'abbé Faguy, qui avait
pour lui l'affection d'un véritable père.

L'enfant travaillait le jour aux travaux de la ferme, et, le soir,
pendant que les camarades se livraient aux jeux, lui, s'enfermait dans
sa chambre où il peinait jusqu'à minuit et une heure du matin. Il
faisait de rapides et réels progrès.

Durant les vacances, Victor, qui voyait dans cet excès de travail un
reproche à son adresse, cherchait à humilier Jean-Charles et à le
tourner en ridicule aux yeux de la famille. Mais ces humiliations
ne semblaient pas produire d'effet sur l'esprit de Jean-Charles. Il
laissait dire son frère, et continuait son travail. Cependant, trois ou
quatre fois par mois, il fermait ses livres pour aller faire une partie
de chasse en compagnie de son vénérable précepteur.

Jean-Charles maniait le fusil avec une grande dextérité, et il revenait
presque toujours de la chasse la gibecière bien garnie.

A seize ans, il était déjà un homme, car sa taille mesurait cinq pieds
et onze pouces! Il promettait de devenir un colosse comme son père.

Chevelure d'ébène, peau basanée, front large, oeil brillant
d'intelligence et d'énergie: tel était le portrait de Jean-Charles
Lormier.

Tout le monde, excepté son malheureux frère, l'aimait et le respectait.

On l'aimait, parce qu'il était affable et laborieux; on le respectait,
parce qu'il remplissait tous ses devoirs envers Dieu et envers ses
parents.

Le curé de Sainte-R... avait observé depuis longtemps chez cet
adolescent les plus rares qualités du coeur et de l'esprit. Mais celles
qu'il admirait le plus, étaient la piété, la modestie et la charité.

Sa piété, vive et constante, édifiait les grands comme les petits; sa
modestie l'empêchait de voir ses propres mérites; sa charité s'exerçait
envers tous les enfants de son âge, mais elle semblait être plus
vigilante envers ceux d'entre eux qui avaient le malheur de s'éloigner
des sacrements.

Dans cette poitrine d'enfant battait déjà un coeur d'apôtre!

Le curé Faguy cultivait soigneusement ces belles qualités natives. Et
l'élève subissait avec bonheur la douce influence du maître qui se
dévouait sans cesse pour lui.

«En voilà un qui fera son chemin!» disaient de Jean-Charles les braves
habitants de Sainte-E....



LA LOYAUTÉ DES CANADIENS-FRANÇAIS.

Nous sommes toujours surpris, et avec raison, de voir certains
fanatiques mettre en doute la loyauté des Canadiens-français.

Pour faire disparaître ce doute de leur esprit malade, il nous faudrait,
ni plus ni moins, renoncer à notre belle langue et à notre sublime
religion. Car, à maintes reprises, sur le champ de bataille, nos
compatriotes ont prouvé que l'Angleterre n'avait pas, au Canada, de
sujets plus braves et plus loyaux qu'eux.

Quinze ans à peine après la cession de notre pays à l'Angleterre,
c'est-à-dire en 1775, lors du siège de Québec par les Américains, qui
donc repoussa l'envahisseur? L'histoire nous dit que ce fut une poignée
de Canadiens-français, ayant à leur tête le capitaine Dumas.

Et, c'est en cette mémorable journée (31 décembre 1775), que les chefs
de l'armée américaine, Montgomery et Arnold, trouvèrent la, mort en
voulant prendre d'assaut la vieille cité de Champlain.

Pourtant, avant de parvenir jusqu'à Québec, l'armée américaine s'était
mesurée avec la milice anglaise, et elle s'était emparée de Carillon,
de Saint-Frédéric, de l'Ile-aux-noix, de Chambly, de Montréal et de
Trois-Rivières... Mais il appartenait à des Canadiens-français de
réparer, ici, les échecs successifs des Anglais et de sauver l'honneur
de l'Angleterre!

Cependant, dès l'année suivante, les Anglais se voyant débarrassés des
Américains, recommencèrent à persécuter nos compatriotes.

Ce qui humiliait probablement ces grandes âmes, c'était de penser que le
salut du Canada était dû à la vaillance canadienne-française!

En 1778, le gouverneur Carleton, que les ultra-loyaux avaient accusé
d'avoir eu trop d'égards pour nos compatriotes, fut rappelé en
Angleterre et remplacé par le général Haldimand, qui se fit cordialement
détester.

Haldimand ne semblait avoir qu'un seul désir: angliciser et
protestantiser, par la violence, les Canadiens-français.

L'Angleterre en débarrassa le Canada en 1785.

Et que dire du règne de ces autres gouverneurs: sir Robert Prescott
et sir James Henry Craig? Ce dernier, surtout, fut le plus grand
persécuteur de notre race. Malheur aux Canadiens-français qui osaient
revendiquer leurs droits! Pour ce crime, il fit jeter dans les cachots:
Papineau, Bédard, Taschereau, Blanchet, Laforce et plusieurs autres.

L'histoire a donné à l'administration despotique de Craig le nom de
_Règne de la terreur_.

Ce stupide tyran quitta le Canada en juin 1811.

Saluez avec respect, lecteur, le nom de son successeur: sir George
Prévost!

Au début de son administration, il se montra courtois, libéral et
généreux envers nos compatriotes, et s'efforça de réparer les injustices
commises sous le règne de Craig.

De tels procédés lui attirèrent bientôt l'estime et le respect des
Canadiens-français, qui ne demandaient qu'à être traités comme des
hommes libres et non comme des esclaves!

L'Angleterre, d'ailleurs, avait plus besoin que jamais de compter sur
l'appui des Canadiens-français. Car, étant en guerre avec la France et
les États-Unis, elle redoutait une nouvelle invasion américaine.

Les Américains, eux, se dirent qu'ils pouvaient maintenant compter sur
le concours des Canadiens-français, d'abord parce que ceux-ci avaient
souffert de la tyrannie de Craig, et ensuite parce que leur mère-patrie,
la France, faisait cause commune avec les États-Unis. Et, convaincus
que les circonstances se prêtaient bien à une nouvelle tentative de
conquête, ils lancèrent sur notre pays, en juin 1812, sous les ordres du
général Dearborn, trois armées différentes.

Leur dessein était d'arriver du premier coup au coeur du pays, à
Montréal. Mais ce joli plan fut déjoué par la milice canadienne; et
les soldats de _l'Oncle Sam_, après avoir essuyé de grands revers, se
retirèrent, l'humiliation et la rage dans l'âme!

Cependant, ils n'avaient pas abandonné l'idée de s'annexer le Canada,
mais ils en remettaient l'exécution à plus tard.

Sir George Prévost, de son côté, ne négligea rien pour organiser la
défense de la colonie. Il invita tous les hommes de bonne volonté à
prendre les armes afin de repousser pour toujours les envahisseurs.

L'appel du gouverneur général fut entendu. Dans plusieurs paroisses,
exclusivement canadiennes-françaises, on fit de nombreuses recrues.

Le capitaine M. L. Juchereau-Duchesnay, un des amis les plus dévoués du
lieutenant-colonel de Salaberry, avait accepté la tâche de faire une
levée de soldats.

Un dimanche du mois de mai 1813, il arrive à Sainte-R...

Après la messe, le maire le présente aux paroissiens, et leur dit que le
brave capitaine va leur expliquer le but de sa visite.

La haute stature de l'étranger, sa figure sympathique, et le bel
uniforme qu'il porte, lui attirent la bienveillance des auditeurs. D'une
voix forte et vibrante, il dit:

Messieurs,

«Je viens remplir auprès de vous une mission qui m'a été confiée par son
excellence le gouverneur-général.

«Permettez-moi de vous dire, d'abord, que notre pays est menacé d'une
nouvelle invasion. En effet, nos voisins se préparent à franchir la
frontière pour venir planter le drapeau étoilé sur le sol canadien.

«Ils savent que ce sont les Canadiens-français qui les ont repoussés
en 1775. Et parce que la France est aujourd'hui en guerre avec
l'Angleterre, les Américains croient que nos compatriotes les aideront
à conquérir le Canada. Mais ils se font illusion; la voix de la loyauté
doit parler plus haut dans nos coeurs que la voix du sang qui coule dans
nos veines.

«Notre devoir est de prouvera ces ambitieux que leur espérance constitue
une insulte pour nous, puisque c'est à la faveur de notre trahison
qu'ils veulent réaliser leur rêve... Nous sommes Français, c'est vrai,
mais nous ne sommes pas des traîtres!

«Faisons donc comprendre à ces gens que nous sommes avant tout
Canadiens, c'est-à-dire loyaux à l'autorité établie ici, et loyaux au
drapeau qui abrite et protège nos destinées!

«En 1775, la paroisse de Sainte-R... a fourni à la milice canadienne un
bon nombre de vaillants soldats. Eh bien! messieurs, je suis convaincu
que, cette fois-ci encore, votre paroisse ambitionne l'honneur d'être
au premier rang pour combattre les ennemis de notre pays, quels qu'ils
soient!

«Oui, le chaleureux accueil que vous me faites, le patriotisme qui
rayonne sur les traits de l'ardente jeunesse que je vois devant moi, et
l'enthousiasme qui fait battre vos coeurs, me prouvent que ce n'est pas
en vain que je viens faire appel à votre dévouement pour la patrie!

«J'aurai le plaisir de passer quelques jours au milieu de vous; et, dès
maintenant, je crois pouvoir dire avec assurance que je quitterai votre
paroisse à la tête de plusieurs soldats, qui sauront faire refleurir sur
le champ de bataille les traditions de vaillance que nous ont léguées
nos glorieux ancêtres!»

Ces dernières paroles surtout sont saluées par de longs
applaudissements.

De vigoureux jeunes gens entourent le capitaine, l'acclament bruyamment
et lui offrent leurs services.

Le capitaine les remercie cordialement, mais leur conseille de consulter
leurs parents avant de prendre une décision.

Le même jour, au souper, Jean-Charles amena la conversation sur la
visite du capitaine Juchereau-Duchesnay, et il exprima à ses parents le
désir d'offrir ses services au brave militaire.

--Tu n'es pas sérieux! lui dit sa mère.

--Oui, je suis très sérieux, ma mère! répondit respectueusement mais
fermement Jean-Charles.

Le père ne parla pas tout d'abord, mais il était visiblement ému, car
une larme perla au coin de ses paupières.

Le père Lormier était un patriote dans le vrai sens du mot, et, en 1775,
il avait combattu contre les Américains.

Jean-Charles reprit:

--Notre pays a besoin de soldats pour le défendre contre les attaques
d'un ennemi nombreux et puissant, et il me semble que c'est le devoir de
tous les jeunes gens de coeur de voler à sa défense!

--Mais tu n'es encore qu'un enfant! interrompit la mère; que feras-tu
sur un champ de bataille?

--Je ne suis qu'un enfant, peut-être, ma mère; mais je suis capable de
porter un fusil, et je saurai m'en servir, Dieu merci!

La mère n'ajouta plus rien. Elle lisait dans les yeux de Jean-Charles
une résolution inébranlable; et d'ailleurs elle avait sur cette question
de la guerre les mêmes principes que son mari et son enfant.

--Voyons, fit Jean-Charles, en s'adressant à Victor, j'espère que tu
ambitionnes comme moi l'honneur de servir le pays?

--Moi? moi? riposta Victor, sur un ton ironique; allons donc! Je suis
trop patriote pour prêter le concours de mes bras aux Anglais... Va te
faire casser la tête pour eux, si cela te plaît, mais n'insulte pas à
mon patriotisme!

Le père Lormier, indigné d'entendre cet insolent langage, dit à
Jean-Charles: «Va, mon enfant! et que Dieu te protège!»

Victor comprit la bévue qu'il venait de commettre, et voulut la réparer
par ces paroles: «J'ai mes opinions là-dessus, mon cher Jean-Charles,
mais je respecte les tiennes, et j'admire le zèle qui t'anime!»

Un triste silence fut la seule réponse que Victor reçut... Voyant que
personne ne daignait relever ses remarques, il se remit à manger avec un
appétit vorace, tout en lançant, à la dérobée, à son vaillant frère, un
regard chargé de haine.

Quel débarras pour moi, pensait-il, si cet imbécile-là pouvait se faire
casser la caboche par les Américains...

                                *
                               * *

Ah! depuis quelques mois, Victor avait, baissé l'esprit de son père et
de sa mère! Ils se reprochaient d'avoir eu pour lui trop d'indulgence et
pour Jean-Charles trop de sévérité.

Quand Jean-Charles et. Victor furent sortis, le père et la mère Lormier
échangèrent un triste et long regard.

Le père prit le premier la parole:

--Quelle leçon le bon Dieu nous donne tous les jours dans la conduite
si différente de nos deux garçons! Jean-Charles--toujours méconnu et
sacrifié,--n'a eu pour nous que de la tendresse et du respect, tandis
que Victor,--sans cesse choyé et préféré,--ne nous a témoigné que de
l'ingratitude!

--Hélas! soupira la mère Lormier, nous avons peut-être gâté Victor en le
choyant trop...

--C'est justement ce que me disait l'autre jour le curé de Saint-Denis,
reprit le père Lormier.

Comment! tu as osé te plaindre de Victor au curé de Saint-Denis?...

--Non. Sans mentionner le nom de notre fils, je plaignais les familles
qui ont dans leur sein des enfants gâtés, et ma remarque a inspiré au
prêtre les réflexions suivantes:

--L'enfant gâté devient souvent un être paresseux, ingrat, orgueilleux
et méchant. Il ne peut en être autrement, puisque ses parents, sans
le vouloir, flattent ses passions et ses vices... Ils prennent ses
mauvaises actions pour des espiègleries et, ses vices pour des caprices
passagers... Ce cher enfant! disent-ils, parfois, il est trop jeune pour
comprendre qu'il fait mal; l'âge et la raison lui feront, bien discerner
plus tard le bien du mal! Et, l'enfant marche, s'avance, s'enfonce
dans cette voie tortueuse qui le mène, où? à l'inévitable perdition...
Habitué, dès l'enfance, à agir selon ses caprices et sa volonté, il se
moque bientôt des conseils de ses parents et, n'écoute que la voix de
ses passions!

--Mais, interrompit la mère Lormier, Victor, heureusement, ne ressemble
pas à l'enfant que tu viens de peindre!

--Au contraire, je trouve entre les deux bien des traits de
ressemblance! Et c'est notre oeuvre... Nous sommes d'autant plus à
blâmer, ajouta le père Lormier, que nous connaissions, par les sermons
de M. l'abbé Faguy, les devoirs des parents envers les enfants; et
d'autant plus à plaindre que nous avions la légitime ambition de donner
à la société des enfants modèles...

-La mère Lormier ne répondit pas.

--Mieux vaut tard que jamais, s'écria énergiquement le père Lormier. en
se levant de table; je vais, dès ce jour, recommencer l'éducation de
Victor; je serai aussi sévère pour lui, dans l'avenir, que j'ai été
tendre dans le passé!

--Cependant, dit la mère Lormier, il ne faut pas trop le brusquer, ce
pauvre enfant! Il vaut mieux agir avec douceur et prudence!

La faiblesse naturelle de la naïve mère reprenait le dessus...

Quatre jours plus tard, Jean-Charles, après avoir reçu le Dieu des
forts, quittait Sainte-R... pour une destination inconnue. Car lui et
ses compagnons avaient renoncé à leur propre volonté pour se conformer à
celle du brave capitaine Duchesnay, qui leur dit en partant: «Soldats!
suivez-moi, et je vous conduirai à la victoire!»

                                *
                               * *

Dans le cours de l'hiver de 1813, le cabinet de Washington se prépara
soigneusement à la guerre. Il était déterminé, cette fois-ci, à
remporter la victoire, à n'importe quel prix! Aussi, pour atteindre
son but, choisit-il des officiers triés sur le volet, et des soldats
éprouvés.

Dès les premiers jours du printemps, les Américains firent leur
apparition sur le sol canadien. Ils étaient dirigés par les généraux
Hampton et Wilkinson.

Durant cinq mois consécutifs, ils eurent à lutter contre les
Hauts-Canadiens, qui voulaient non seulement entraver la marche de nos
ennemis, mais les écraser et les mettre en fuite.

Malheureusement, c'est le contraire qui arriva, et les soldats du
Haut-Canada essuyèrent défaites sur défaites!

Allons planter notre drapeau sur Montréal et Québec! s'écrièrent les
Américains avec transport; dans quelques jours, nous serons les maîtres
du pays...

Ils avalent la mémoire courte, puisqu'ils paraissaient avoir oublié les
souvenirs de 1775. Mais les soldats canadiens-français devaient les leur
rappeler d'une manière sanglante.



UN HÉROS DE SEIZE ANS

Nous sommes au matin du 26 octobre 1813. Le général Hampton a déployé sa
nombreuse armée sur la rive gauche de la rivière Châteauguay, à quelques
cents pieds de l'endroit choisi par le lieutenant-colonel de Salaberry.

Les deux armées ne sont séparées que par le ravin Bryson.

A dix heures, un officier s'avance à cheval vers l'armée du colonel de
Salaberry et crie d'une voix de stentor: «Braves Canadiens, rendez-vous,
nous ne voulons pas vous faire de mal!»

Pour toute réponse, il reçoit une balle qui le jette en bas de sa
monture!

C'est de Salaberry lui-même qui vient de donner, par ce premier coup, le
signal de la bataille!

De la position qu'il occupe, de Salaberry peut parfaitement voir les
Américains, qui sont au nombre de plusieurs mille, tandis que le général
Hampton ne peut, aucunement se rendre compte du nombre de ses ennemis;
car de Salaberry a eu le soin de dissimuler ses soldats derrière
d'énormes abattis.

Les Canadiens ne sont qu'une poignée, mais ils font un tel vacarme,
qu'on les croirait deux fois plus nombreux que leurs ennemis!

Durant une heure, la fusillade est terrible de part et d'autre. Puis,
elle cesse soudain du côté des Canadiens.

L'ennemi croyant à une retraite, se met à avancer en poussant des cris
joyeux!

Court espoir qui détermine une fausse manoeuvre...

C'est ce que voulait le colonel de Salaberry. Sur son ordre, une
décharge formidable a lieu presque à bout portant et jette la
consternation parmi les Américains. Ils tombent sous les coups de nos
soldats comme les épis de blé sous la faulx du moissonneur!

Les Canadiens font des prodiges de valeur: Jean-Charles Lormier se
distingue entre tous les autres par une bravoure poussée jusqu'à la
témérité, car il combat presque toujours à découvert.

Tout à coup, son fusil éclate entre ses mains et lui enlève un doigt!
Il ramasse son arme, la prend par le canon et s'élance sous le feu de
l'ennemi!

«Ce gaillard-là est devenu fou!» pensent les combattants...

Une balle lui transperce l'oreille droite et une autre l'atteint à la
joue! Le sang ruisselle sur sa figure, mais il continue sa course à
travers le ravin!

Où va-t-il? que va-t-il faire?

Rendu à deux pas des ennemis, il lève son bras armé des débris de sa
carabine et en assène un coup sur la tête d'un officier, qui s'affaisse
sur le sol comme une masse inerte!

Jean-Charles le désarme, et, avec l'agilité du lévrier, il court
reprendre sa place d'honneur aux côtés de son capitaine!

Puis, sans perdre une seconde, il loge dans la tête d'un soldat
américain la balle qui était destinée à un soldat canadien...

Ce coup d'audace si imprévu semble paralyser un instant les ennemis. Les
Canadiens, au contraire, plus confiants que jamais, lancent aux soldats
de Hampton une véritable pluie de balles, pendant qu'une vingtaine de
sauvages, dirigés par le capitaine La Mothe, font, sous les arbres, un
tapage d'enfer pour effrayer les Américains. Ce stratagème réussit à
merveille. De plus en plus convaincus qu'ils ont affaire à des milliers
de combattants, les envahisseurs commencent à reculer.

Aussitôt de Salaberry ordonne à ses braves de tirer tous ensemble, et
cette décharge générale sème la mort et la terreur parmi les ennemis,
qui se mettent à fuir dans toutes les directions!

Le colonel de Salaberry venait de remporter l'une des plus brillantes
victoires que mentionnent nos annales.

La bataille avait duré quatre heures et demie.

Les Américains étaient au nombre de sept mille, et les Canadiens environ
trois cent-cinquante...

La perte du côté des Américains fut de cinq cents, tant tués que
blessés.

Les Canadiens perdirent trois prisonniers et eurent quatre blessés!

Ces chiffres sont plus éloquents que les discours et les écrits, et nous
prions le lecteur de les graver dans sa mémoire afin de ne jamais les
oublier.

Après la bataille, le lieutenant-colonel de Salaberry rassembla sa
petite armée sur la crête du ravin Bryson; puis ayant complimenté ses
soldats en général, il s'adressa en ces termes à Jean-Charles Lormier:

«Jeune homme, je suis heureux de vous féliciter et de vous dire, en
présence de vos camarades, que vous avez bien mérité du pays! Je
me ferai un devoir de signaler votre bravoure à son excellence le
gouverneur-général.»

Ces nobles paroles furent saluées par des vivats chaleureux; car tous
les soldats admiraient le courage que, depuis la reprise des hostilités,
notre jeune héros avait montré en maintes circonstances, et tous
l'aimaient et le respectaient.

                                *
                               * *

D'après les ordres de sir George Prévost, les soldats devaient encore
rester sous les armes, en prévision de nouvelles attaques. Mais
Jean-Charles, vu les blessures qu'il avait reçues, était contraint de
retourner dans sa famille.

Il avait, hâte sans doute de revoir ses parents, son vénéré pasteur, le
clocher de son village; mais il lui répugnait, d'abandonner son poste
avant que la guerre fut complètement terminée..

Il était allé, les larmes aux yeux, supplier le lieutenant-colonel de
Salaberry de bien vouloir le garder dans ses rangs.

Le lieutenant-colonel, tout ému, lui avait répondu:

--Impossible, mon brave! le médecin s'y oppose formellement, et mon
autorité doit s'effacer ici devant la sienne!

Habitué à respecter l'autorité. Jean-Charles reprit, sans murmurer, le
chemin de sa paroisse.

La nouvelle de la glorieuse bataille de Châteauguay s'était répandue
comme une traînée de poudre dans toutes les parties du Canada. Les
noms des héros de cette bataille; de Salaberry, Jean-Charles Lormier,
Juchereau-Duchesnay, Ferguson, La Mothe, Daly, Bruyère, l'Écuyer,
Debartzeh. Longtin, Lévesque, O'Sullivaa, Johnson, Pinguet, Hebden.
Schiller et Guy. volaient de bouche fin bouche et soulevaient des
acclamations patriotiques.

A Sainte-R..., on connaissait les exploits de Jean-Charles Lormier. On
savait déjà que, sur l'ordre du médecin, le jeune héros revenait dans
sa famille, et l'on se préparait à le recevoir avec de grandes
démonstrations de joie.

Le bon curé avait appris par une lettre du lieutenant-colonel de
Salaberry que Jean-Charles arriverait à Sainte-R..., le 30 octobre au
matin. Or, pour ce matin-la, il avait convié à son presbytère le père et
le frère de Jean-Charles et tous les notables de la paroisse.

La maison de la famille Lormier était bâtie sur le chemin du roi, et,
pour s'y rendre, notre héros devait passer devant le presbytère, où, sur
la vaste véranda, le curé et ses convives l'attendaient.

Vers onze heures et demie, un cabriolet, traîné par un petit cheval
vigoureux, allait passer comme une flèche devant le presbytère, quand le
curé fit signe au conducteur d'arrêter.

Jean-Charles était dans cette voiture.

Il est agréablement surpris de rencontrer ceux qui lui sont chers et qui
l'acclament avec enthousiasme. Il se jette dans les bras de son père,
de son frère, du curé Faguy, et distribue à tous de chaudes poignées de
main.

Tout le monde est heureux de le revoir et de fêter son retour.

Victor semble rayonnant, mais son coeur ne bat pas à l'unisson des
autres. Cependant en hypocrite qu'il est, il prend une part bruyante à
ce concert de louanges et d'allégresse.

Tout à coup, dominant les joyeux éclats de voix, la petite cloche de
l'église sonne l'angélus.

Les convives se lèvent, chapeau bas, et le pasteur récite _l'angelus_
auquel toutes les voix répondent.

L'angelus, dit le curé, c'est une invitation à la prière, mais c'est
aussi une invitation à la table; et comme ma vieille ménagère m'annonce
que le dîner est servi, je vous prie de venir manger le veau gras en
l'honneur de notre ami Jean-Charles!

Après le repas, le curé conduit ses convives sur la véranda, et leur
distribue des cigares. Quelques-uns--les grands fumeurs--déclinent la
politesse et demandent la permission de fumer la pipe.

Lorsque cigares et pipes sont allumés, le curé prie Jean-Charles de
raconter les événements auxquels il a été mêlé depuis six mois.

Jean-Charles n'avait pas l'habitude de parler devant un cercle aussi
nombreux, et il se sent quelque peu intimidé; mais comme il est
très. intelligent et qu'il a une excellente mémoire, il raconte avec
simplicité les différentes escarmouches que la milice canadienne a eu à
soutenir avant la bataille de Châteauguay. Il parle, avec la plus
grande admiration de la science, de l'habileté et de la bravoure
du lieutenant-colonel de Salaberry, et il rend justice à tous les
officiers, anglais ou canadiens-français, qui ont partagé, avec
l'intrépide de Salaberry, les dangers et la gloire des combats. Mais de
lui-même, pas un mot. Il ne fait seulement pas allusion à ses blessures.

L'imbécile! se dit Victor: il ne parle pas de lui! Moi, si j'étais à
sa place, je ferais sonner haut mes exploits, et j'en inventerais pour
épater les badauds...

Mais les autres auditeurs ne pensent pas comme Victor. Ils connaissent,
par des courriers, la part glorieuse que Jean-Charles a prise dans tous
les engagements, et ils admirent la grande modestie du jeune héros.

Enfin, l'heure de la séparation sonne.

M. Robidoux, maire de Sainte-R..., se fait l'interprète des invités en
remerciant le curé de sa charmante hospitalité.

Je veux, à mon tour, dimanche prochain, fêter notre ami Jean-Charles, et
je vous invite tous ensemble pour le souper et la soirée.

--Je m'y oppose de toutes mes forces, M. le maire! dit fermement un
jeune homme qui vient d'arriver.

Tous les regards se dirigent sur le nouveau venu.

--Tiens! bonjour, docteur! fait le curé, en s'adressant à celui qui
vient de parler. Vous arrivez bien en retard, mon ami!

--Je vous en demande pardon, M. le curé, mais j'ai été appelé auprès de
Louis Fournel, qui est dangereusement malade, et il m'a été impossible
de venir plus tôt.

Le Dr Chapais s'avance vers Jean-Charles à qui il donne l'accolade la
plus amicale.

--Oui, M. le maire, reprend-il, en ma qualité de médecin, je m'oppose à
votre aimable proposition. D'ici à quelques temps, Jean-Charles a besoin
d'un repos absolu. D'ailleurs, chose différée n'est pas abandonnée. Vous
vous reprendrez plus tard, n'est-ce pas?

Le maire s'inclina devant la décision du Dr. Chapais, dont il savait
apprécier le talent et le tact. Du reste, il n'aurait pas voulu retarder
le rétablissement de notre héros ni même lui causer la moindre fatigue.

                                *
                               * *

Le Dr Chapais accompagna Jean-Charles à la maison paternelle.

Nous renonçons à décrire la scène qui eut lieu quand le jeune héros
arriva chez lui. Sa mère lui sauta au cou et le couvrit de baisers et de
caresses. Elle riait et pleurait à la fois! Oui, elle pleurait, cette
pauvre mère! car, bien des fois, depuis le départ de son enfant, elle
s'était adressé d'amères reproches au sujet des injustices qu'elle
comprenait avoir commises envers ce fils si bon, si tendre et si
généreux! En même temps elle se reprochait d'avoir trop choyé Victor,
qui la payait d'ingratitude. Je suis peut-être la cause du départ de
Jean-Charles pour la guerre, se disait-elle encore: il a fui ce toit où
la tendresse lui manquait!

Parfois, elle s'écriait: «Mon Dieu, faites que mon enfant revienne; s'il
lui arrivait quelque malheur, j'en mourrais! S'il revient, ô mon Dieu,
je vous fais la promesse de l'aimer comme il mérite de l'être, et de lui
donner tous les soins qu'une bonne mère doit donner, sans préférence, à
tous ses enfants!»

Maintenant, elle le voyait, cet enfant trop longtemps méconnu; elle
l'étreignait sur son coeur et aurait voulu, en une minute, réparer les
fautes de plusieurs années!

Le Dr. Chapais mit fin à ces transports en faisant observer délicatement
à Mme Lormier que son fils était bien fatigué et qu'il avait besoin d'un
repos du corps et de l'esprit.

--Sous nos bons soins, chère madame, ajouta-t-il, notre blessé se
rétablira promptement.

Puis le médecin fit un examen minutieux des blessures de Jean-Charles,
et lui déclara que sa blessure à la joue était assez sérieuse, surtout à
cause du froid qui s'y était introduit durant les deux nuits qu'il avait
passées sur la terre humide, sans couverture, après la bataille de
Châteauguay.

Il pansa soigneusement le blessé et le força à prendre le lit.

--Je reviendrai te voir demain matin, lui dit-il en prenant congé.



CONVALESCENCE ET ÉTUDE

L'histoire devra flétrir comme elle le mérite la conduite inhumaine
tenue par le général de Watteville (bras droit du gouverneur Prévost),
à l'égard de la milice canadienne, durant l'automne 1813. Il avait
en réserve mille soldats sur les bords de la rivière Châteauguay, et,
cependant, il laissa le colonel de Salaberry combattre avec une petite
armée de trois cent-cinquante hommes contre sept mille Américains!

Plus que cela, pendant que ce _vaillant_ général se reposait sur un lit
moelleux, dans une maison très confortable, il oubliait que les soldats
canadiens n'avaient pas de couvertures de laine par cette froide et
humide température d'automne!

Jean-Charles, comme nous l'avons dit, était resté deux nuits exposé à
l'inclémence de la température, et le froid avait nécessairement aggravé
son état.

Mais depuis qu'il goûtait les douceurs du foyer domestique, et qu'il
suivait le traitement du Dr Chapais, il éprouvait un mieux sensible. Ses
blessures se cicatrisaient à vue d'oeil, et il sentait que ses forces
lui revenaient de jour en jour.

Cependant, au bout d'un mois, il était encore condamné au repos, et
c'est le repos qui le faisait souffrir le plus.

Quand il voyait son vieux père travailler seul comme un mercenaire pour
gagner le pain de toute la famille, tandis que lui était confiné dans sa
chambre, il en ressentait un chagrin insupportable.

Un matin, il dit au médecin: «Est-ce que j'en ai pour longtemps à rester
ainsi les bras croisés? Ne puis-je pas travailler une couple d'heures
par jour aux travaux de la ferme? Il me semble qu'un peu d'exercice me
ferait du bien?»

--Non, mon ami, répondit le médecin; ce n'est pas avant deux semaines
que tu pourras reprendre les travaux manuels. Tout ce que je puis te
permettre, pour le moment, c'est une petite promenade au grand air, par
une journée ensoleillée.

--Quoi! je dois mener cette vie de fainéant durant deux semaines encore!
mais vous n'êtes pas sérieux, sûrement! J'aimerais cent fois mieux
être exposé aux balles des Américains que de rester, ici, inactif;
l'inactivité me tue!

--Que veux-tu, mon cher? Il faut laisser à

Dieu et... un peu au médecin aussi le soin de ces choses...

Enfin, l'heure de la délivrance arriva pour Jean-Charles.

Le matin du seizième jour. à 4 heures, il se rendit à la grange. Ayant
allumé une lanterne, il s'arma d'un fléau et se mit à battre le grain.
Sous ses coups mesurés, les épis gémissaient et rendaient leurs grains
qui volaient comme une poussière d'or.

A midi, aux sons de la cloche, il s'arrêta pour réciter la sublime
prière de l'angélus, puis se remit à l'ouvrage jusqu'à ce que sa soeur
vînt lui dire qu'on l'attendait depuis longtemps pour dîner.

Il était près d'une heure. Son père venait d'arriver avec une charge de
bois.

Le père et la mère Lormier grondèrent leur fils d'avoir travaillé toute
la matinée sans venir se reposer.

--Bah! répondit le jeune hercule, je n'ai pris qu'un petit exercice pour
me mettre en appétit. D'ailleurs, je ne me suis jamais senti aussi bien
que depuis que j'ai repris le travail.

--Tu te fais peut-être illusion, dit la mère; en tout cas, il ne faut
pas abuser de ses forces; tu n'iras pas travailler cette après-midi.

--Voyons, ma mère! je vous prie de me laisser travailler; si vous saviez
comme le travail me fait du bien!

Et voulant convaincre sa mère qu'il avait raison: «Voyez-vous ce baril
de lard qui pèse trois cents livres; eh bien! il y a deux jours, je n'ai
pas été capable de le remuer, et, maintenant, il me semble que je puis
le soulever de terre.

Il prit le baril, le leva au bout de ses bras et le plaça sur un coin de
la table!

La mère était convaincue...

--C'est bien! c'est bien! dit-elle. Mais d'abord mangeons!

Si j'avais la force de cet éléphant-là. pensa Victor, je lui en
flanquerais une tripotée.... mais je suis la faiblesse même!

Victor n'avait pas attendu Jean-Charles pour dîner. Oh non!

Je ne me fais jamais attendre, moi, avait-il dit naïvement à sa mère, et
je n'aime pas attendre les autres...

L'exactitude aux repas, selon Victor, était le _nec plus ultra_ de
la bienséance! Et, rendons-lui cette justice, il pratiquait cette
bienséance mieux que personne, car il était toujours le premier à se
mettre à table et le dernier à en sortir...

Après le dîner, Jean-Charles et son père se rendirent à la grange pour
continuer à battre le grain.

Dans les mains du jeune homme le fléau faisait merveille.

--Pas si vite! lui fit observer son père; à te voir travailler, on
dirait que tu veux rattraper le temps perdu par la maladie! Prends donc
ton temps, rien ne presse!

--Pourtant, mon père, il me semble que je travaille plus lentement que
vous!

Le fait est que le père Lormier n'était pas non plus un manchot à
l'ouvrage!

Pas un ne pouvait dépiquer plus promptement que lui un minot de grains.
Mais n'écoutant que sa bonne nature, il ménageait plus les autres que
lui-même.

Le lendemain soir, Jean-Charles alla faire visite au bon curé, qui fut
heureux de le revoir.

--Comment va la santé, mon brave?

--Bonne, M. le curé. Dieu merci! Je suis tellement bien que j'oublie
parfois que j'ai été malade.

--A la bonne heure! mais prenez garde de commettre des imprudences...
Êtes-vous encore disposé à reprendre l'étude?

--Certainement, M. le curé, et je vous avouerai que c'est le but
principal de ma visite ce soir. Je viens vous prier de bien vouloir me
donner trois leçons par semaine.

--Mais, oui; avec le plus grand plaisir! Vous avez sans doute oublié
un peu, dans le cours des derniers mois, les leçons que je vous avais
données?

--Je ne crois pas, M. le curé, car le soldat a souvent des loisirs, et
j'ai employé tous les miens à l'étude.

--Alors, tant mieux! et je vous en félicite cordialement. Les loisirs
consacrés à l'étude, mon enfant, sont des loisirs que Dieu bénit. Car la
vraie science éclaire l'esprit, élève l'âme et met au coeur de celui qui
la possède le désir et le courage de combattre les ennemis de Dieu et
de la religion. Mais de nos jours, hélas! peu de nos compatriotes, en
dehors des villes, ont l'avantage d'acquérir cette science. Il y a bien,
il est vrai, depuis 1801, une loi pourvoyant à l'établissement d'une
corporation connue sous le nom de l'Institution Royale qui a pour
mission de créer des écoles publiques. Mais comme ces écoles sont
administrées par des protestants, vous comprenez que les enfants
catholiques ne peuvent pas les fréquenter sans danger pour leur foi.

--Est-ce qu'il n'y aurait pas moyen, M. le curé, de faire modifier cette
loi de façon à obtenir pour les catholiques un enseignement conforme à
leur foi?

--Ah! mon ami, voilà ce que le clergé demande depuis longtemps, mais,
jusqu'à présent, il a été obligé de se contenter des belles promesses
qui lui ont été faites. En attendant qu'une loi plus équitable soit
adoptée, le clergé s'impose mille sacrifices pour répandre un peu
partout les bienfaits de l'instruction et de l'éducation. Cependant il
lui est impossible de tout faire, et, malgré son dévouement, la plupart
des enfants catholiques grandissent dans l'ignorance. C'est un état de
choses déplorable et désastreux pour notre religion, notre langue et nos
libertés!

--Le clergé ne doit pas être seul à lutter je suppose que les députés
qui nous représentent réclament aussi justice pour les catholiques?

--D'abord je vous dirai que les représentants de notre race, au
Parlement, sont encore peu nombreux, et ils forment deux catégories bien
distinctes: les vaillants et les pusillanimes. Les premiers, possédant
la vraie science, luttent courageusement pour des principes et
sacrifient leurs intérêts au bien public. Les derniers, manquant de
lumière et de patriotisme, abandonnent souvent les principes afin de
pouvoir obtenir,--prix de leur trahison,--quelques miettes du gâteau
ministériel!

C'est ignoble, c'est honteux, mais c'est cela!

Tenez, il n'y a pas très longtemps, nous avons eu dans la personne du
député X... un triste exemple de ces hommes sans valeur. Il avait fait
un joli discours à la Chambre sur la question de l'instruction publique,
et réclamé, avec vigueur, les réformes que les catholiques demandent
depuis des années. En un mot, il avait fait son devoir.

Quelques jours plus tard, à la surprise de toute la députation, M. X...
déclara de son siège que les catholiques devaient, en attendant mieux,
envoyer leurs enfants aux écoles publiques dirigées par la corporation
appelée l'Institution Royale... Le jour du vote, M. X... était absent de
la Chambre... et, le surlendemain, il acceptait une haute position dans
le service civil...

Quels secours pouvons-nous attendre de pareils représentants! Ils sont
plus à craindre que des ennemis déclarés...

Ce qu'il nous faut aujourd'hui, à la Chambre, ce sont des hommes de foi,
de science et de caractère; des hommes capables d'aider notre race à
remplir sur ce coin de terre de l'Amérique sa mission providentielle,
qui peut se résumer ainsi:

_Gesta Dei per Canadae Francos!_

--Ce député, M. le curé, n'est-il pas un catholique et un homme de
science?

--Du catholique, il a le nom sans les vertus. De la science, il a les
ombres sans les beautés.

Ah! mon ami, plaignons le sort de ce malheureux, et de ses pareils, qui
se croient pourtant des esprits forts, et travaillons à acquérir la
véritable science qui rend l'homme vertueux et vaillant. L'homme
vertueux, c'est l'aigle qui regarde en face le soleil; l'homme vicieux,
c'est le hibou qui recherche l'ombre et la nuit...

--Si je recherche la science, M. le curé, c'est parce que j'y vois le
moyen d'apprendre à mieux connaître mes devoirs de fils, de chrétien et
de citoyen. Si la science ne pouvait me procurer ces connaissances, je
n'en voudrais pas!

--C'est bien, c'est très bien, cela! La vraie science, en effet, apprend
à l'homme à connaître ses devoirs, et elle offre de plus à son esprit
des jouissances inexprimables qu'il ne peut trouver dans les plaisirs
désenchanteurs et déshonnêtes que tant de gens achètent au prix de leur
fortune et de leur salut.

Quelques esprits bornés prétendent que la religion catholique est
l'ennemi de la science et du progrès matériel. Rien de plus faux. La
religion et la science, il est vrai, sont deux choses bien distinctes,
mais qui savent s'unir pour le bien commun, le progrès et la grandeur de
l'humanité.

Les études que vous poursuivez avec tant d'ardeur vous convaincront de
ces vérités; et, j'en ai la certitude, vous serez plus tard un défenseur
éclairé des solides principes qui sauvent les sociétés.

--C'est mon plus grand désir, M. le curé.

--Très bien! demain soir, mon cher, nous nous mettrons sérieusement à
l'oeuvre.



UN CLERC NOTAIRE QUI S'AMUSE

Il y avait déjà plusieurs mois que Victor avait terminé ce qu'il
appelait emphatiquement ses études, et il ne paraissait pas songer à son
avenir.

Il savait friser ses moustaches, s'habiller et porter la badine comme un
gommeux... et c'était tout! Mais le père Lormier, qui n'était pas riche,
commençait à murmurer contre les dépenses de son fils aîné.

Le jour des Rois au soir, profitant d'un moment qu'il était seul avec
Victor, il lui demanda ce qu'il se proposait de faire, plus tard, dans
le monde.

Cette question parut surprendre le jeune homme, qui baissa la tête sans
répondre.

--Voyons, insista son père, réponds-moi: as-tu déjà pensé à ton avenir?

--Oui... non... oui, j'y pense quelquefois.

--Eh bien?

--Je voudrais prendre... je voudrais... je voudrais étudier le... la...
le notariat.

--Le notariat? à la bonne heure! c'est une profession que j'aimerais te
voir embrasser. Dès ce soir, je vais écrire à mon vieil ami, le notaire
Archambault, de Montréal, et à ma cousine Françoise, de la même ville,
qui te traitera, j'en suis certain, comme son propre enfant.

--Je vous remercie infiniment, mon père, dit Victor.

Le père fut surpris et charmé d'entendre cette parole courtoise sortir
des lèvres de son fils; car c'était la première fois, peut-être, que
Victor lui adressait des remerciements...

Pauvre père! s'il avait pu lire en ce moment dans la pensée de son fils,
il aurait reculé d'horreur!

                                *
                               * *

Depuis le commencement du carnaval, la jeunesse de Sainte-R... s'amusait
très bien, mais d'une façon toujours conforme aux règles de la morale,
que le vigilant curé savait faire respecter dans toutes les familles. Et
la conscience des jeunes gens ne s'en trouvait que mieux, parce qu'elle
n'avait que des peccadilles à se reprocher quand venait le saint temps
du carême. Mais ces plaisirs innocents n'allaient pas du tout au goût
dépravé et à la conscience élastique de Victor Lormier. Il lui fallait
des amusements plus en harmonie avec les désirs malsains qui trônaient
dans son coeur; et il savait que la paroisse de Sainte-R... ne pouvait
pas lui fournir les plaisirs qu'il rêvait.

Il était à se demander comment il pourrait; faire, sans argent, pour
atteindre son but ignoble, quand son père vint lui dire qu'il devait
choisir une carrière.

Le père Lormier, en proposant à son fils, d'aller à Montréal, donnait
donc à celui-ci le moyen et l'occasion de réaliser le rêve infâme: qu'il
caressait depuis quelques jours! Le misérable jubilait intérieurement.

Il prit sa canne ut sortit en sifflant un motif d'opéra.

Il rentra au logis vers onze heures, et vit de la lumière dans la
chambre de son frère.

Tiens! se dit-il, mon fou de Jean-Charles qui jongle encore avec ses
livres? Je vais entrer le taquiner un tantinet avant de me coucher...

--Bonsoir, Jean-Charles! lui dit-il joyeusement, en lui tapant sur
l'épaule.

--Bonsoir, Victor!

--Qu'est-ce que tu lis là: l'A. B. C., sans doute?

Et en disant cette sottise, il jette un coup d'oeil sur le livre ouvert
et les feuillets écrits que Jean-Charles a devant lui.

--Quoi! s'écrie-t-il, tu traduis le latin maintenant?... Parbleu! elle
est bonne celle-là!

Et il éclate de rire.

Jean-Charles ne répondant pas, Victor continue sur le même ton:

--Ah! c'est pour apprendre le latin que, depuis plusieurs semaines,
tu suis régulièrement, tous les deux soirs, les leçons du curé! C'est
encore dans les jardins de Virgile et d'Horace que tu pioches jusqu'à
minuit et une heure du matin!

Franchement, je ne te comprends pas! Laisse-moi donc voir un peu ce que
tu as barbouillé sur ces feuillets...

Après avoir lu, il dit:

Vraiment, tu m'épates! Je ne te croyais pas aussi savant que cela! Quoi!
tu ne te contentes pas de faire une traduction libre de l'Énéïde et
des Géorgiques de Virgile, mais tu ambitionnes de rendre fidèlement
la pensée du prince des poètes latins! Pourquoi ne mets-tu pas ton
chef-d'oeuvre en vers... Plaisanterie à part, ce n'est pas mal,
assurément, ajoute-t-il, en remettant les feuillets sur la table.
J'avoue même que je ne suis pas capable d'en faire autant. Mais à quoi
va te servir toute cette science? Tu devrais comprendre que ça n'a pas
plus de bon sens pour un habitant d'apprendre le latin, que pour un
éléphant d'apprendre la valse!

Le latin pour un habitant: ha! ha! hi! hi!

Puis il reprend: Ce n'est pas nécessaire de connaître la langue de
Virgile pour tenir le manchon de la charrue ou traire les vaches... Il
ne te manquait que cela pour ressembler à Cincinnatus!... Ecoute! je te
conseille de travailler plutôt à réformer ton écriture afin de pouvoir
copier convenablement mes actes quand je pratiquerai le notariat à
Sainte-R...

--Hein! es-tu enfin sérieux? lui demande Jean-Charles avec un réel
intérêt.

--Certainement! je suis sérieux comme il convient à un futur notaire de
l'être! C'est la profession que j'ai choisie, au grand plaisir de notre
père. Dans quelques jours, je partirai pour Montréal, et j'entrerai, je
crois, à l'étude de maître Archambault.

--Si tu dis vrai, je t'approuve moi aussi, mon cher Victor, et, tu peux
compter sur mes humbles ressources pour t'aider à payer les frais de ta
cléricature.

--Merci, Jean-Charles, et bonne nuit!

Le futur notaire alla se mettre au lit en disant: en voilà encore un
naïf que je vais plumer à mon aise... Puis, sans réciter aucune prière,
il s'endormit.

Jean-Charles, ainsi que le lecteur l'a remarqué, subissait toujours avec
patience les balivernes et les injures de Victor.

C'est par le silence de la pitié, du reste, qu'un homme sage doit
répondre aux injures d'un manant, surtout quand ce manant est un frère.

                                *
                               * *

Le soir des Rois, le père Lormier avait écrit au notaire Archambault et
à sa cousine Françoise, et le surlendemain, il recevait des réponses
favorables à ses deux lettres.

Le notaire Archambault lui disait: «C'est avec le plus grand plaisir que
j'accepte pour clerc le fils de mon bon et vieil ami Lormier. Je n'ai
pas l'avantage de le connaître, mais s'il possède les qualités de son
père, il fera, grandement honneur à la profession du notariat.

«Tu m'as demandé une réponse par le premier courrier: tu l'as! A mon
tour, je te demande de m'envoyer ton fils par la première diligence!»

La cousine Françoise terminait ainsi sa lettre:

«La mort m'a enlevé, il y a deux ans, mon fils unique. Eh bien! le tien
prendra la place du défunt dans ma maison et dans mon coeur... Qu'il
vienne, je l'attends.»

Le père Lormier était si content du changement apparent qu'il remarquait
depuis quelques jours chez son fils, qu'il oublia tout ce qu'il avait
souffert de sa part dans le passé.

La mère, avec ce sentiment de bonté qui se retrouve dans le coeur de
toutes les mères, disait à son mari: «Après tout, nous ne devons pas
regretter les sacrifices que nous avons faits pour ce cher enfant! Il
s'est oublié c'est vrai, mais il était si jeune! Maintenant qu'il est
disposé à mieux faire, aidons-le de toutes nos forces.»

Toute la famille allait s'ennuyer de l'absent; mais celui-ci promettait
d'écrire, d'écrire souvent, et de tenir sa famille au courant de ses
affaires... de ses succès! Enfin, on se saigna a blanc pour acheter de
beaux habits à Victor.

Jean-Charles, au départ, lui glissa dans la main le fruit de ses
épargnes; et le clerc notaire quitta Sainte-R... en versant une larme
hypocrite sur les mains de sa mère défaillante...

J'ai de l'argent... et je suis libre! pensa Victor, en s'étendant sur
le siège moelleux de la diligence.... Et il se prit à savourer par
anticipation tous les plaisirs que l'argent et la liberté peuvent
procurer à un coeur corrompu!

Il arriva à Montréal le même jour, vers 5 heures de l'après-midi, il
appela un cocher et se fit conduire chez la cousine Françoise, Mme
veuve de Courcy, qui habitait une assez jolie maison située sur la rue
Saint-Denis.

Mme de Courcy était une femme de soixante ans, aux manières affables et
au coeur très charitable. Elle vivait seule avec une vieille fille, qui
était à son service depuis trente ans.

Dans l'espace de dix-huit mois, un double deuil était venu la frapper
dans ses plus chères affections.

Son mari, homme probe, intelligent et laborieux, avait réalisé, dans le
commerce de grains, une fortune de trente mille dollars, qu'il avait
léguée à sa femme.

La veuve reçut Victor le coeur et les bras ouverts.

Elle s'informa de son père, de sa mère, de ses soeurs et en particulier
de son frère, dont elle avait souvent entendu parler.

--Vous devez être fier de lui, n'est-ce pas? demanda-t-elle à Victor.

--Oh oui! répondit laconiquement celui-ci.

--Certes, vous avez bien raison, car il t'ait non seulement honneur à
notre famille, mais à tous les Canadiens-français. J'ai bien hâte de
faire la connaissance de ce jeune héros, J'espère que vous me ferez le
plaisir de me l'amener bientôt?

--Oh oui!

--On le dit bon, généreux et fort comme six hommes?

--Oh oui!

Victor, évidemment, ne partageait pas à l'égard de son frère
l'enthousiasme de la cousine Françoise; mais celle-ci ne parut pas s'en
apercevoir, tant elle était heureuse de donner l'hospitalité à un membre
de la famille Lormier, qu'elle affectionnait vivement.

--Justine! portez, s'il vous plaît, le bagage de monsieur dans la
chambre que mon pauvre fils occupait.

Et elle ajouta: «M. Victor Lormier doit demeurer ici, et je désire qu'il
soit traité comme l'enfant de la maison.»

Puis, s'adressant au jeune homme: «J'apprends que vous entrez à l'étude
de M. le notaire Archambault?

--Oui, madame; je me sentais attiré depuis longtemps vers le notariat,
et je crois qu'il était difficile de me choisir un meilleur patron que
M. Archambault.

--En effet, mon cher, M. Archambault est un savant et un saint homme.

--Ah! un saint homme! fît Victor, d'un ton plutôt moqueur que
sympathique. J'en suis fort aise!

Après une pause, il reprit: savez-vous à quelle heure cet excellent M.
Archambault se rend à son bureau, le matin?

--On me dit qu'il y est toujours rendu avant sept heures.

--Sapristi! il parait qu'il est matinal, le saint homme! Et à quelle
heure, s'il vous plait, va-t-il prendre son dîner?

--Il ne va pas dîner, il prend le lunch au bureau.

--Sapristi! Et il sort du bureau à quatre heures, je suppose?

--Pardon! jamais avant six heures.

--Sapristi! Ça lui fait des journées de onze heures! C'est donc un
bourreau de travail que ce M. Archambault?

Il a une forte clientèle, voyez-vous, et puis c'est un homme très
minutieux; mais il n'est pas exigeant du tout, et il n'impose à ses
clercs qu'un travail raisonnable. S'il se tient aussi longtemps à son
étude, c'est probablement aussi parce que sa demeure ne lui offre plus
les attraits qu'elle avait autrefois. Il est veuf, et ses deux fils, qui
sont mariés, résident à Ottawa.

Ces dernières paroles rassurèrent un peu Victor. Décidément, il y aurait
moyen de s'amuser avec un si brave homme pour patron.

--Je vous remercie, madame, de vos bons renseignements, et vous demande
pardon si je me suis permis de vous poser des questions, peut-être
indiscrètes, au sujet de M. Archambault.

--Mais pas du tout, mon cher Victor! c'est tout naturel que vous
désiriez connaître, avant de le voir, celui qui est chargé de vous
diriger dans votre nouvelle carrière.

Justine vint dire à sa maîtresse que le souper était servi.

La salle à dîner était, comme les autres pièces de cette maison, d'une
propreté remarquable. Peu de luxe, mais du goût et de l'ordre partout.

La vue de la table éveilla les convoitises gastronomiques du clerc
notaire. Il fit royalement honneur aux mets délicieux qu'on lui servit,
et complimenta délicatement et Mme de Courcy et Mlle Justine.

Bref, il se montra poli, aimable et reconnaissant. Cette reconnaissance
partait plutôt du ventre que du coeur!

Vers sept heures et demie, il manifesta poliment à la maîtresse de céans
l'intention d'aller voir un ancien confrère de classe.

--Allez, mon cher Victor; vous êtes libre! Ce confrère de classe, qui se
nommait Urbain Chevanel, avait fait, de tout temps, le désespoir de ses
maîtres et la désolation de ses parents. Il était clerc notaire. «Qui
se ressemble, se rassemble», dit le proverbe. Or, Urbain et Victor
justifiaient pleinement cette sentence morale. Ils s'étaient connus
et liés d'amitié au collège, et saisirent la première occasion de se
rassembler dans le monde interlope.

Nous ferons grâce au lecteur de l'entrevue qui eut lieu entre ces deux
jeunes misérables et des projets qu'ils formèrent pour l'avenir...

Victor rentra chez Mm. de Courcy à dix heures. Celle-ci lui indiqua la
chambre qui lui était destinée, et lui souhaita une bonne nuit.

Resté seul, le jeune homme fit une rapide inspection de son nouveau
logis. C'était une chambre vaste et bien meublée. Plusieurs tableaux et
images en ornaient les murs. Les tableaux représentaient les principales
scènes, de la vie de Nôtre-Seigneur; et les images, l'auguste
Vierge-Marie, puis la mort du juste et celle du pécheur.

A la tête du lit, pendait un joli bénitier supporté par deux anges,
et au pied du lit, adossé au mur, était placé un prie-dieu, au-dessus
duquel brillait un grand crucifix doré.

Victor se déshabilla à la hâte, et allait se mettre au lit, quand ses
yeux rencontrèrent le prie-dieu et le crucifix doré qui semblait lui
dire: «Mon enfant, viens prier!»

Il eut peur... Et s'approchant d'un large fauteuil, il s'y laissa choir.

Minuit sonna, et il était encore assis dans le fauteuil!

Allons! se dit-il, je ne suis plus un enfant!

Il se leva, éteignit la lumière et se jeta dans le lit en se cachant la
tête sous les couvertures... Le sommeil vint bientôt le soustraire à la
frayeur passagère que la vue de ces pieux objets lui avait inspirée...

A six heures et demie, le lendemain matin, il se leva, fit sa toilette
et sortit pour échapper aux obsessions qui l'avaient énervé et effrayé
la veille. Il rentra au bout de trois quarts d'heure.

Ce cher enfant! pensa la bonne Mme de Courcy, en le voyant revenir, il a
sans doute été entendre la messe!

--Eh bien! mon cher étudiant, comment avez-vous passé la nuit?

--J'ai dormi comme un enfant, madame!

--Tant mieux! tant mieux! Allons déjeuner maintenant.

                                *
                               * *

En sortant de table, Victor prit congé de Mme de Courcy, en lui disant
qu'il se rendait à l'étude de maître Archambault.

Il était neuf heures précises, lorsqu'il se présenta chez son futur
patron, qui lui fit l'accueil le plus sympathique.

Après avoir causé quelques instants avec Victor, le notaire lui dit: «Je
vous donnerai dix dollars par mois pour la première année, et dans la
suite je vous rétribuerai selon vos mérites. Ce que j'attends de vous,
c'est une bonne conduite et beaucoup de ponctualité, Vos heures de
bureau seront de neuf heures du matin à quatre heures de l'après-midi.
Vous prendrez une heure pour le lunch. Acceptez-vous ces conditions!»

--Certainement, monsieur, et avec reconnaissance!

--Très bien! Faites-moi le plaisir de copier cette longue obligation,
que je veux présenter au bureau d'enregistrement ce matin.

Victor se débarrassa de sa badine et de son chapeau haute forme, et se
mit à l'ouvrage.

Il avait une très belle écriture. A onze heures et quart, l'obligation
était copiée et collationnée.

Le notaire lui tailla de la besogne, et sortit pour aller faire
enregistrer l'obligation.

--Ouf! fit Victor, en s'épongeant le front, il faut que ça marche
rondement avec lui!

Le notaire revint à midi et dix minutes, et son clerc écrivait encore.

--Comment! vous n'êtes pas allé dîner?

--Je n'ai plus qu'une douzaine de lignes à écrire pour terminer cet acte
de vente.

--Vous le terminerez à votre retour; allez?

Victor n'était pas fâché d'interrompre l'ouvrage, car, n'ayant pas
l'habitude du travail, il avait la main et le bras engourdis.

Il arriva chez Mme de Courcy, le sourire sur les lèvres. Je suis en
retard, chère madame, dit-il.

--Mais non, mon enfant! J'espère que vous êtes content et de votre
patron et de votre matinée?

--Oui, madame, je suis enchanté du patron, et j'ai fait de mon mieux
pour lui donner satisfaction.

Il parla de ses heures de travail, mais ne souffla pas un mot des
appointements que le notaire lui avait promis.

Comme toujours, il mangea consciencieusement et retourna au bureau pour
une heure.

Le notaire tint Victor en baleine jusqu'à quatre heures, puis il le
congédia en lui disant, pour l'encourager, qu'il était très satisfait de
lui.

En sortant de l'étude de maître Archambault, notre étudiant lit la
rencontre de son ami Urbain Chevanel, qui lui proposa de l'amener au
restaurant du _Saumon d'or_.

--Ecoute, mon ami, lui dit Victor, je vais te suivre avec plaisir, mais
je ne veux faire usage d'aucune liqueur enivrante, car il ne faut pas
que ma maîtresse de pension s'aperçoive que je prends de la boisson.

--Viens toujours, et tu verras que dans cette maison, on peut s'amuser
sans boire.

Ces paroles décidèrent le faible Victor.

Chevanel conduisit son ami au restaurant du _Saumon d'or_, tenu par une
jeune femme de réputation douteuse. Cette maison était le rendez-vous de
plusieurs jeunes libertins qui avaient adopté cette maxime: «Il faut que
jeunesse se passe!»

C'était le milieu souhaité par Victor. Dès la première visite, il fit
quelques liaisons, se mit au courant, se montra généreux, dépensa cinq
dollars, et prit pied. Il se crut conquérant, mais il était surtout
conquis. Tous ses instincts mauvais s'unirent pour le lier, l'enchaîner!
Il eut bien quelques vagues remords, puis il s'abandonna lâchement,
bêtement à l'éternel ennemi de notre salut...

Oh! qu'elle est profonde cette chute du jeune homme dans le premier
enivrement de la passion, où sa tête tourne avec son coeur, où son
jugement et sa conscience battent en retraite; et où se forme la chaîne
qui le tient esclave, peut-être pour toujours!

--Vers cinq heures et demie, Victor prit congé, en promettant d'être de
retour à huit heures.

--Au souper, il tint à Mme de Courcy ce langage: «J'ai renouvelé
connaissance, hier, avec un ancien confrère de classe qui étudie le
notariat depuis un an et qui possède une bibliothèque renfermant les
meilleurs ouvrages sur le droit. Cet ami, garçon charmant et très
laborieux, m'a fait l'offre d'aller étudier avec lui tous les soirs. Or,
comme je désire acquérir le plus de science légale possible, je serais
heureux d'accepter l'offre qu'il me fait; mais j'hésite, parce que nous
pourrions étudier très tard parfois, et ce serait ennuyeux pour vous ou
pour Mlle Justine de m'ouvrir la porte à onze heures ou minuit.»

--N'allez-pas, pour cette raison, mon enfant, refuser une offre aussi
avantageuse. D'ailleurs, j'ai deux clefs, et, si vous le désirez,
je vous en donnerai une, et vous pourrez revenir à l'heure que vous
voudrez.

Inutile de dire que Victor accepta la clef. C'était son intention d'en
demander une, et, pour atteindre son but, il avait inventé une histoire,
que Mme de Courcy avait gobée comme un verre de lait.

Le misérable ayant gagné son point, se leva de table, salua
respectueusement la brave femme, et... se rendit tout droit au _Saumon
d'or_...

C'est dans ce lieu et dans d'autres semblables que, désormais, au sortir
de son bureau, le clerc notaire dépensera sa jeunesse, ses facultés, son
honneur, et l'argent qu'il obtiendra sous de faux prétextes...

Ce jour-là, il se vautra dans la fange et l'orgie jusqu'à deux heures le
lendemain matin.

Sûr qu'il était de pouvoir rentrer au logis sans être remarqué, il ne
s'était pas gêné de vider plusieurs verres de liqueur forte, afin, le
misérable! de ne plus être effrayé, comme la veille, par la présence des
pieux objets qui décoraient sa chambre!

Il dormit d'un sommeil de plomb, comme dort le pourceau après s'être
roulé dans la boue...

                                *
                               * *

Trois mois s'écoulèrent sans amener de changement dans la vie honteuse
de Victor. Il avait dépensé les cinquante dollars que Jean-Charles lui
avait donnés et tout l'argent qu'il avait gagné chez son patron. Puis
se trouvant pris au dépourvu, il n'avait pas reculé devant un infâme
mensonge pour arracher trente dollars à Mme de Courcy.

Voici le subterfuge qu'il avait employé.

Un jour, il dit à la bonne veuve: Depuis longtemps, nous consacrons, mon
ami et moi, la plus grande partie de nos loisirs à la préparation d'un
ouvrage sur le droit canadien, que nous voudrions publier en brochure.
Le coût de l'impression s'élèverait à cent-cinquante dollars, mais si
nous pouvions donnera présent le tiers de cette somme à l'éditeur,
celui-ci se mettrait immédiatement à l'oeuvre, et dans un mois nous
pourrions mettre notre ouvrage en vente chez tous les libraires de la
province. De plus, nous avons l'assurance de sir George Prévost que
l'état en achètera cent exemplaires. De sorte que nous sommes sûrs de
réaliser un joli bénéfice. Mon ami possède vingt-cinq dollars, mais,
malheureusement, je ne suis pas en mesure de fournir la même somme, et,
si je l'osais, je vous prierais de me la prêter.

--C'est vingt-cinq dollars qu'il vous faut?

--Oui, chère madame.

--Mais avec plaisir, mon enfant! Je vous en
prêterai bien trente, si vous aimez.

--C'est bien, chère madame; j'emploierai le surplus à des bonnes
oeuvres...

Et la naïve et trop confiante dame versa les trente dollars dans la main
de l'hypocrite!

                                *
                               * *

Chose étonnante, malgré l'existence orageuse qu'il menait, Victor
était toujours à son poste, aux heures réglementaires, chez maître
Archambault; car il avait l'ambition maintenant de se faire admettre
à la pratique du notariat. Il travaillait bien et avait même acquis
l'esprit d'ordre que possédait à un rare degré son patron.

Aussi le notaire en était satisfait, et il s'était fait un devoir de le
déclarer dans une lettre au père Lormier.

Grâce à l'hypocrisie, dont il était l'incarnation même, Victor avait
réussi à capter entièrement la confiance de Mme de Courcy.

La brave femme écrivait à Mme Lormier que son fils était le modèle des
étudiants de Montréal!

Et de son côté, Victor, comme il l'avait promis, adressait souvent à
ses parents des épîtres qui les attendrissaient jusqu'aux larmes... Mme
Lormier lisait et relisait si souvent ces épîtres, qu'elle les savait
par coeur!

--Ce tendre enfant! ce cher ange! disait-elle parfois à son mari; quand
on pense qu'on se permettait de lui faire des reproches...

Jean-Charles se réjouissait sincèrement des bonnes nouvelles que sa
famille apprenait sur le compte de Victor.

Je l'ai condamné sans le bien connaître, pensait-il. Et il demandait
pardon à Dieu du jugement téméraire dont il croyait s'être rendu
coupable à l'égard de son frère...



UNE PARTIE DE CHASSE

Le printemps de 1814 brillait dans toute sa splendeur. L'homme, les
oiseaux, les insectes, la brise et les ruisseaux semblaient unir leurs
voix pour célébrer la résurrection de la nature.

La paix qui régnait enfin dans notre pays et le retour des beaux jours
faisaient renaître l'espérance dans tous les coeurs.

Les habitants des villes et ceux des campagnes avaient repris leurs
travaux respectifs avec une ardeur fébrile, voulant réparer les dommages
considérables causés à l'industrie, au commerce et à l'agriculture par
les soldats américains. Mais, hélas! cette paix n'était que le calme qui
précède la tempête. Les Américains se préparaient à frapper un nouveau
coup pour s'emparer du Canada.

Aussi, vers la fin de mai, ils traversèrent la frontière et
recommencèrent leurs attaques contre la milice canadienne.

Le lieutenant-colonel de Salaberry, resté sur la brèche, voyait sa
petite armée s'accroître de jour en jour de recrues, qui lui arrivaient
de toutes parts.

Jean-Charles Lormier, après avoir obtenu le consentement de ses parents,
offrit ses services, qui furent agréés avec bonheur. Mais ce n'est
pas avec le même bonheur que ses bons parents lui accordèrent leur
consentement. Au contraire, ils ne voulurent pas d'abord entendre parler
de son départ pour la guerre.

--Non, non, tu n'iras pas! lui dit son père.

--Mais pourquoi donc, mon père, ne voulez vous pas que j'y aille?

--A cause des dangers auxquels tu seras sans cesse exposé. Tu risques de
perdre la vie ou au moins la santé dans cette guerre.

--C'est vrai, mon père. Mais n'est-il pas du devoir des citoyens de
risquer leur santé et même leur vie pour combattre les ennemis de leur
pays?

--Nous avons assez de patriotisme au coeur pour le comprendre ainsi,
reprit la mère; mais tu as déjà fait ta part à la bataille de
Châteauguay, puisque tu y a perdu un doigt. Il me semble que, sur le
seuil de notre vieillesse, la patrie ne doit pas exiger, de nous, deux
fois le même sacrifice dans l'espace de quelques mois...

--Hélas! il m'est bien pénible, chers parents, de me séparer de vous,
et de penser que mon départ va vous causer de la peine et de cruelles
angoisses; mais ne croyez-vous pas comme moi qu'il nous faille toujours
sacrifier l'amour de la famille à l'amour de la patrie? D'ailleurs,
cher père, je veux marcher sur vos traces. En 1775, vous avez combattu
vaillamment les ennemis de notre pays, et vous êtes sorti sain et
sauf de tous les combats. Eh bien! j'espère que Dieu me donnera votre
vaillance et m'accordera le bonheur de vous embrasser après la victoire!

Un long silence suivit ces dernières paroles. Puis le père et la mère
Lormier, après avoir pressé Jean-Charles sur leur coeur, lui dirent:

--Pars, enfant! nous prierons Dieu pour toi!

                                *
                               * *

Jean-Charles devait partir dans deux jours. Il mettait la dernière
main à ses préparatifs, lorsqu'il entendit frapper à la porte. Il alla
ouvrir, et se trouva en présence de l'abbé Faguy. Le curé portait un
fusil sous le bras.

--Bonjour, M. le curé! Est-ce que vous venez à la guerre, vous aussi?
lui demanda le jeune homme en riant.

--Oui, mon brave, je vais faire la guerre aux gibiers, et je viens vous
prier de me servir de capitaine.

--Je vous servirai plutôt de lieutenant; et je vous remercie de me
fournir l'occasion de m'exercer la main avant de me trouver en face des
Américains!

Il décrocha son fusil, et partit avec son aimable précepteur et ami.

Neuf heures venaient de sonner.

Jean-Charles dit à sa mère qu'il serait de retour pour le dîner.

Les chasseurs suivirent d'abord le rivage en tuant, par ci par là,
quelques bécassines, puis, après avoir marché l'espace d'une vingtaine
d'arpents, ils entrèrent dans le bois.

Le but du curé, en entrant dans la forêt, était de faire la chasse aux
insectes plutôt qu'aux gibiers, car l'abbé Faguy était un entomologiste
distingué.

--Pendant que je poursuivrai les infiniment petits, dit-il à
Jean-Charles, tâchez d'attraper les infiniment gros...

Il accrocha son fusil à la branche d'un arbre et se mit à examiner
soigneusement l'épais tapis de mousse qu'il avait sous les pieds, et qui
lui promettait une ample moisson d'insectes!

Jean-Charles s'enfonça dans la forêt et chassa jusqu'à onze heures avec
beaucoup de succès, puis il revint à l'endroit où il avait laissé le
prêtre. Mais l'entomologiste n'était pas revenu, car son fusil pendait
encore à la branche de l'arbre.

Jean-Charles se disposait à s'asseoir sur la mousse, quand, tout à coup,
il entend un rugissement suivi d'un cri de détresse. S'emparant de son
fusil, il s'élance dans la direction d'où vient le bruit Mais à peine
a-t-il fait quelques pas, qu'il s'arrête, glacé de terreur, devant le
spectacle qui s'offre à ses regards.. Il aperçoit d'abord deux oursons
qui gambadent follement autour d'un arbre, et, plus loin, une ourse
d'une taille énorme tenant l'abbé Faguy entre ses pattes, et s'apprêtant
à le dévorer...

Notre héros épaule son fusil, et lance une balle à l'ourse qui roule sur
le corps du curé. Il jette son arme à terre et bondit sur l'animal, Mais
celui-ci, qui n'est qu'étourdi, se dresse soudain de toute sa hauteur
devant le jeune homme et lui pose ses terribles griffes sur les épaules.

Jean-Charles est un instant ébranlé parle choc. Cependant, il garde son
sang froid et se remet solidement sur pied. Puis de la main gauche
il étreint l'ourse à la gorge, et de la droite il le frappe à coups
redoublés sur l'a tête!

Une lutte épouvantable s'engage entre l'homme et l'animal. Mais l'ourse,
déjà affaiblie par la blessure de la balle, ne peut résister longtemps
aux coups que le poing formidable de notre héros lui applique toujours
au même endroit, et elle tombe lourdement sur le sol.

Le lutteur prend son fusil et se débarrasse complètement de la bête en
lui logeant une balle dans l'oreille.

Il se penche sur le corps inanimé du prêtre et constate, avec épouvante,
que celui-ci ne donne aucun signe de vie, bien qu'il ne paraisse pas
avoir été blessé.

Le prêtre est-il mort on simplement évanoui?

Jean-Charles tente de le ranimer en lui mouillant les tempes, mais ses
soins et ses efforts sont inutiles. Alors, sans songer à son épuisement
et à ses blessures, d'où le sang s'échappe abondamment, il prend l'abbé
Faguy dans ses bras et se dirige vers le village.

La distance à franchir n'est que de vingt-cinq arpents, mais le chemin
est très étroit et rocailleux, et notre, héros marche avec beaucoup
de lenteur pour ne pas perdre l'équilibre et tomber avec son précieux
fardeau.

Il arrive au presbytère à midi et demi.

En l'apercevant, tout couvert de sang, et portant le curé dans ses bras,
la vieille ménagère pousse des cris de paon!

--Allons, calmez-vous, mademoiselle, et envoyez chercher immédiatement
le Dr Chapais.

Il entre en titubant, comme un homme ivre, et dépose son vénérable ami
sur un canapé.

Cinq minutes plus tard, le serviteur du curé arrivait avec le Dr
Chapais.

Ayant fait un examen rapide, le médecin constata qu'il n'y avait rien de
grave. Un simple évanouissement, dit-il.

En effet, sous ses soins le prêtre reprit bientôt connaissance.

En ouvrant les yeux, il aperçut Jean-Charles tout couvert de sang et
les vêtements en lambeaux. Il se souvint de la scène du bois Panet, et
frémit en se rappelant l'attaque de l'ourse. Il ignorait le reste, mais
il devinait tout maintenant et comprenait que le jeune homme lui avait
sauvé la vie, au péril de la sienne! Et, dans un élan de reconnaissance,
il lui saisit les mains ensanglantées et les couvrit de baisers et de
larmes.

Jean-Charles était dans un état qui faisait pitié à voir.

Le Dr Chapais lui dit: «Vite! mon ami, monte dans la voiture avec moi et
je vais t'accompagner chez ton père!»

--Non! protesta le curé; je ne veux pas que ses parents le voient dans
cet état. Placez-le dans ma meilleure chambre, et je veux qu'il y reste
jusqu'à ce qu'il soit complètement rétabli. Nous avertirons sa famille
ce soir.

--Dans ce cas, dit le médecin, en prenant le bras da blessé, obéissons à
M, le curé, et suis-moi!

Il le conduisit dans la chambre même du curé.

Après avoir étanché le sang qui coulait encore à flots des blessures du
jeune homme, le médecin alla chercher à sa pharmacie ce dont il avait
besoin pour faire les premiers pansements.

Avant de sortir du presbytère, il dit à l'abbé Faguy: «Notre ami porte
sur les épaules et sur la poitrine des blessures très sérieuses, et il
faut vraiment qu'il soit doué d'une force merveilleuse pour n'y avoir
pas déjà succombé.

J'espère pouvoir le sauver, car les blessures à la tête qui
m'inspiraient de vives inquiétudes, ne sont pas graves du tout. Mais je
vous recommande de bien veiller sur lui pour l'empêcher de commettre des
imprudences.

--Oh! docteur, vous pouvez être sûr que je ne le quitterai presque pas.
Je me rends à l'instant auprès de lui.

--Pardon, M. le curé, je vous défends bien de vous lever avant ce soir.
Je vais vous préparer un médicament qui vous remettra parfaitement. A
bientôt.

                                *
                               * *

A une heure et demie, voyant que Jean-Charles n'était pas revenu, le
père et, la mère Lormier commencèrent à avoir des inquiétudes à son
sujet.

--C'est étrange, dit la mère Lormier, qu'il ne soit pas déjà arrivé.
Il m'a promis qu'il serait ici pour midi. J'ai le pressentiment d'un
malheur, ajouta-t-elle, en se portant une main au front.

--Allons! chasse cette sombre pensée. M. le curé l'a probablement retenu
chez-lui pour dîner.

Mme Lormier branla la tête en signe de doute, et dit: «Va toujours t'en
assurer.»

Le père Lormier partit aussitôt pour aller au presbytère. C'est le
serviteur François qui lui ouvrit la porte.

Le père Lormier lui demanda si M. le curé était de retour.

François allait répondre, quand l'abbé Faguy, qui avait reconnu la voix
du visiteur, dit: «Oui, M. Lormier, entrez!»

Le père Lormier entra, et en voyant le prêtre couché sur le canapé, la
figure triste et pâle, il lui demanda, d'une voix tremblante:

--Et mon fils?

--Il est ici, répondit le curé; venez vous asseoir près de moi.

--Mais, M. le curé, dites-moi tout: il est arrivé malheur à mon fils,
n'est-ce pas?

--Oui, mon ami, mais il est mieux maintenant.

--Où est-il? je veux le voir!

--Il est dans ma chambre, et le médecin est justement à panser ses
blessures.

--Ses blessures, dites-vous? Grand Dieu! que lui est-il donc arrivé?

--N'eus étions depuis environ une heure dans le bois Panet. Votre
fils s'était éloigné pour chasser, et moi je m'amusais à chercher des
insectes pour ma collection. Devant mes yeux passa un lépidoptère d'une
rare espèce; je voulus le saisir au vol, mais il disparut dans un
buisson. Je m'élançai à sa poursuite et j'allais l'attraper, quand, du
milieu du buisson, surgit une ourse qui se jeta sur moi et me renversa à
terre. Je m'évanouis.

Que se passa-t-il ensuite? Dieu et votre brave, fils seuls le savent!
lorsque je repris mes sens, j'étais étendu sur mon canapé, et j'avais à
mes côtés Jean-Charles. Le cher enfant vous contera, le reste.

Tout ce que je sais, c'est que je dois la vie à l'héroïsme de votre
fils... Son dévouement lui a valu plusieurs blessures, mais aucune n'est
grave; et la meilleure preuve, c'est que mon sauveur, après avoir tué
l'ourse, m'a porté dans ses bras depuis le bois-Panet jusqu'ici... Mais,
comme ses vêtements étaient en désordre, et que le sang s'échappait de
ses blessures, je n'ai pas voulu le laisser partir sans lui faire donner
les soins que son état requérait.

A ce moment, le Dr Chapais entra, et le père Lormier le supplia de lui
laisser voir Jean-Charles.

--Oui, je vous permets de le voir, mais ne lui parlez pas, car il repose
sous l'influence d'un narcotique.

Le médecin conduisit le père Lormier dans la chambre où son fils
reposait, la tête presque entièrement enveloppée de bandages.

Debout comme une statue, et la tristesse peinte sur la figure, le
vieillard, muet, regardait ce spectacle navrant. Tout à coup, il
s'approcha du lit et mit son oreille près de la bouche du malade, afin
de s'assurer s'il vivait encore; puis ayant entendu sa respiration, il
se releva un peu tranquillisé. Revenu auprès du docteur, il le pria de
lui dire franchement toute la vérité.

--Votre fils n'est pas en danger, répondit le Dr Chapais, et je vous
assure qu'il guérira complètement; mais je ne crois pas qu'il puisse
quitter la chambre avant cinq ou six semaines. Et, d'ailleurs, c'est le
désir de M. le curé que Jean-Charles se rétablisse ici.

--Eh! soupira le père Lormier, comment vais-je m'y prendre pour annoncer
cette triste nouvelle à ma femme et à mes pauvres filles...

--Tenez, mon ami, dit l'abbé Faguy, voici ce que vous devez faire
D'abord, vous êtes trop bon chrétien pour ignorer que rien ne peut
arriver sans la permission de Dieu. Eh bien! allez dire franchement
à votre famille: «Notre pauvre Jean-Charles a reçu des blessures en
luttant contre une ourse pour sauver la vie du curé, mais ses blessures
ne sont point graves. Cependant, il n'est pas revenu avec moi, parce que
le curé, qui l'aime autant qu'un père aime son enfant, et qui est la
cause de l'accident, a voulu absolument garder notre fils chez-lui, afin
de le soigner lui-même. C'est un malheur, c'est vrai, qui nous arrive,
mais à quelque chose malheur est bon. Grâce à cet accident, Jean-Charles
ne pourra pas partir pour le champ de bataille, où sa bravoure l'aurait
peut-être conduit à la mort.»

Ces dernières paroles parurent frapper l'esprit du père Lormier. Il
répondit avec calme: «Vous avez raison, M. le curé, et je comprends
qu'au lieu de murmurer, nous devons plutôt remercier le bon Dieu d'avoir
permis ce malheur pour nous laisser notre fils!»



UN TRAIT D'HONNÊTETÉ ET DE DÉVOUEMENT

Le serviteur du curé, François Latour, en vaquant dans le presbytère aux
occupations de sa charge, avait saisi assez de bribes des conversations
pour comprendre tout ce qui s'était passé, ce jour-là, dans le
bois-Panet.

Le même soir, vers six heures, et sans dire où il allait, il prit un
long couteau bien aiguisé et se rendit à l'endroit où son maître et
Jean-Charles avaient failli perdre la vie.

Il trouva les deux fusils, l'un accroché à la branche d'un arbre et
l'autre à demi enterré dans la mousse.

A quelques pas plus loin, il aperçut le cadavre de l'ourse sur lequel
dormaient les deux oursons.

Ah! mes gueux! se dit-il, vous êtes la cause que votre mère a voulu
dévorer mon maître et son ami Jean-Charles...Attendez un peu, mes petits
gueux!

Il prit son couteau et le plongea jusqu'au manche dans la gorge de
chaque ourson. Les pauvres petits ne semblèrent seulement pas se
réveiller; ils firent entendre un léger râle, et ce fut tout... C'est
bon pour vous, mes gueux! grommela le père François, en leur donnant à
chacun un coup de pied.

Et toi, ma vieille gueuse! dit-il, en apostrophant l'ourse: c'est
dommage que tu ne vives plus! Je te ferais promptement ton biscuit, à
toi aussi!

Tiens, vieille gueuse! attrape ça toujours... Et il lui appliqua un coup
de talon de botte sur le museau...

Bon! maintenant, à l'ouvrage!

Il se mit en devoir d'enlever la peau à l'ourse et aux oursons. Ce fut
le travail d'une heure.

Il fit des trois peaux un paquet qu'il s'attacha en bretelle sur les
épaules, prit les deux fusils et retourna au presbytère.

Le lendemain matin, ayant obtenu un congé de quelques jours, il partit,
à pied et sac au dos, pour Montréal.

Il fit le trajet en deux jours.

                                *
                               * *

François Latour avait été en service, autrefois à Montréal, chez un
homme très riche, qui s'appliquait à l'étude de l'histoire naturelle, et
qui possédait un vaste musée d'oiseaux et d'animaux.

Je sais, se disait François, que mon ancien maître a déjà des ours dans
son musée; mais quand je lui aurai montré la peau de l'ourse qui a
failli dévorer son ami, M. l'abbé Faguy, je suis sûr qu'il voudra se la
procurer, et... il ne l'aura pas pour des prunes... Et je suis sûr aussi
qu'il achètera les peaux des petits gueux pour les faire empailler et
les mettre aux côtés de leur mère.

François arriva chez son ancien maître, M. Normandeau dit Deslauriers,
qu'il trouva dans son musée, où il passait la plus grande partie de son
temps.

Comme il connaissait bien les êtres, il entra sans se faire annoncer, et
dit: «Salut, M. Normandeau! comment vous portez-vous?»

--Salut! salut! mon bon François! Je suis très bien, Dieu merci! et toi,
comment va la santé?

--Très bonne, M. Normandeau. J'ai toujours bon pied et bon oeil! et la
preuve, c'est que je suis venu de Sainte-R... à pied et sans lunettes...

--Pas possible! Et avec ce paquet-là sur le dos?

--Oui, M. Normandeau.

--Tu viens sans doute résider à Montréal, pour enseigner, comme
autrefois, le catéchisme et la grammaire aux enfants pauvres de la
ville. Et c'est ton bagage que tu as là?

--Non, M. Normandeau, j'ai renoncé pour toujours à l'enseignement. Du
reste, je suis très bien chez M. l'abbé Faguy, et je ne voudrais pas
quitter ce bon maître pour tout l'or du monde!

--Oh! c'est beau cela! J'aime à t'entendre parler ainsi. A propos,
comment est-il, ce cher M. Faguy?

--Pas trop bien, allez! M, Normandeau!

Mardi dernier, il a été sur le point d'être écharpé par une ourse.

--Hein! qu'est-ce que tu baragouines là, François?

Le vieux serviteur raconta tout ce qu'il avait appris au sujet de cette
tragique affaire.

--Mais! c'est effrayant ce que tu viens de me raconter! s'exclama M.
Normandeau. Quel est donc le nom de ce valeureux jeune homme qui a ainsi
risqué sa vie pour sauver celle de ton maître?

--Jean-Charles Lormier, monsieur.

--Jean-Charles Lormier, dis-tu? N'est-ce pas ce même jeune homme qui
s'est tant distingué à la bataille de Châteauguay?

--Oui, monsieur.

--Oh! alors, je ne suis pas surpris d'une telle bravoure et d'un pareil
tour de force de sa part, car on le dit aussi fort que brave.

--Oui, monsieur, et, de plus, il est sobre, honnête, pieux, instruit,
laborieux et pas fier. Enfin, je ne lui connais que des qualités.

--Je te crois, mon cher François. Est-ce que le médecin espère le
réchapper?

--Oui, monsieur. Le Dr Chapais a déclaré au père Lormier que son fils
n'est pas gravement blessé et qu'il sera complètement rétabli dans.
quelques semaines.

--Tant mieux! Et ton paquet? Je parie que c'est la peau de l'ourse?

--Tout juste, monsieur, et celle des oursons. Comme Jean-Charles n'est
pas riche et que sa maladie va être pour lui et sa famille une occasion
de dépenses, j'ai pris sur moi de vendre les trois peaux et d'en
remettre le produit à ce jeune homme que j'aime et que j'admire. J'ai
cru bien faire en venant vous prier d'acheter ces peaux.

--Certes! oui, tu as bien fait, et laisse-moi te dire que je trouve
vraiment noble le motif qui t'anime! Je ne t'offrirai pas le prix que
l'on offre ordinairement pour des peaux d'ours, parce que les peaux que
tu me présentes ont une histoire intéressante pour moi et une valeur
inestimable.

Viens avec moi, dit-il, en passant dans la pièce voisine, qui lui
servait d'office et de cabinet d'étude.

Il ouvrit un coffre de sûreté et en retira quatre cents dollars qu'il
remit à François, en lui disant: «Tu donneras cette somme à notre jeune
héros.» Puis, lui remettant un billet de cent dollars, il ajouta: «Tu
garderas cet argent pour toi.»

Maintenant, je te défends de retourner à Sainte-R... à pied! Mais comme
je sais que tu es entêté, vieux Breton que tu es! et que tu pourrais
bien enfreindre la défense, je vais te faire mener à Sainte-R... en
voiture, par mon cocher Philippe...

François accepta avec plaisir le prix libéral que M. Normandeau lui
offrit pour les trois peaux, mais il voulut refuser le cadeau personnel
que son ancien maître lui faisait en même temps.

M. Normandeau lui dit sévèrement: «Si tu n'acceptes pas cette
gratification, je serai bien fâché contre toi.»

François accepta. Il remercia le généreux donateur, le salua et se
dirigea vers la porte.

-Arrête! mon vieux! lui cria M, Normandeau. T'imagines-tu que je vais te
laisser partir sans dîner... Nenni, suis-moi!

Il appela Jacqueline, sa cuisinière, et lui recommanda de bien servir
le vieux François, et donna ordre à son cocher d'aller, après le repas,
mener son ancien serviteur à Sainte-R...

M. Normandeau parut sur le seuil de sa porte au moment où François
allait partir, et il lui dit:

--Présente à M. le curé mes respects et à Jean-Charles Lormier le
témoignage de ma sincère admiration! Bon voyage, mon cher François!

--Merci! M. Normandeau.

                                *
                               * *

François était tout rayonnant de bonheur en songeant à l'agréable
surprise qu'il allait causer à M. le curé et à Jean-Charles, et il
fredonnait sans cesse.

--Vous êtes bien joyeux, père François, aujourd'hui! fit remarquer le
cocher.

--Oui, mon fiston; tu ne sais pas le bonheur qui m'arrive, toi?

--Non, je ne le sais pas, bien sûr!

--D'abord, je dois te dire que mon bon maître, M. le curé Faguy, a
manqué de laisser sa vie dans la gueule d'une ourse...

--Ah! et c'est pour cela que vous êtes si joyeux!

--Mais non, gros bêta! si tu m'avais donné le temps de finir, tu aurais
compris la raison de ma joie.

--Excusez-moi de vous avoir coupé la parole, père François. Parlez,
bourgeois, votre serviteur vous écoute!

Et le vieillard, qui connaissait l'honnêteté du cocher Philippe Trudel,
mit celui-ci au courant de la tragédie qui s'était déroulée dans le
bois-Panet. Il lui expliqua le but de son voyage, à Montréal, et lui en
fit connaître l'heureux résultat. Puis il conclut: voilà pourquoi...

«Votre fille est muette!» lui crièrent en riant deux jeunes gens ivres
qui passaient, bras dessus, bras dessous.

Le père François dévisagea les deux compères et tressaillit en
reconnaissant, dans l'un des deux, Victor, le clerc notaire... Le vieux
serviteur courba la tête et resta rêveur.

--Qu'est-ce que vous alliez dire, père François, lui demanda Philippe,
quand ces deux polissons vous ont coupé le sifflet?

--Ah! j'allais dire... j'allais dire: voilà pourquoi je suis si...
joyeux aujourd'hui!

--Oui, vous étiez joyeux tantôt, mais pas à présent, père François...
«Votre fille est muette», ont-ils dit... Allez-vous vous offenser de
cette folle remarque? Je ne connais pas ces jeunes gens par leurs noms,
mais je les connais bien de vue, et je sais que le plus petit des deux
est apprenti notaire chez M. Archambault. C'est un dépensier et une fine
canaille que ce gaillard-là!

Le père François avait perdu sa belle humeur et ne répondait que par un
triste sourire aux plaisanteries intarissables de Philippe.

A la fin, le cocher cessa de lui parler et se dit en lui-même: «C'est
peut-être vrai que sa fille est muette... J'avais toujours cru pourtant
que le bonhomme n'était pas marié... Enfin ça ne me regarde pas!»

--Hue! marche donc, paresseux! cria-t-il, en lançant un vigoureux coup
de fouet au cheval, qui prit un train rapide.

«Victor est un dépensier et une fine canaille», se répétait le vieux
serviteur... mais où prend-il l'argent? Est-ce que son père et
Jean-Charles seraient assez naïfs pour se laisser exploiter par lui?»

Et le bonhomme reprenait son monologue: «C'est bon à savoir que Victor
est un dépensier; mais je te promets, mon petit clerc notaire, que tu ne
dépenseras pas à boire l'argent que j'ai dans ma poche! J'aurai l'oeil
sur toi...»

                                *
                               * *

Il est environ une heure.

Dans la nuit devenue sombre, le cheval va son train régulier, monotone.
L'air plus vif, le cabotage du cabriolet, le bruit des sabots; tout
cela engourdit l'esprit et le corps, paralyse la langue et favorise les
réflexions ou le sommeil.

Tout à coup, comme on vient de s'engager dans un petit bois, le père
François aperçoit deux hommes masqués qui s'approchent de la voiture, le
pistolet à la main. L'un décharge son arme sur Philippe, qui culbute
et va rouler, tête la première, dans la boue! L'autre forban dit à
François: «Donne-moi ta bourse ou je te tue!»

Le vieillard se met à crier: «Au voleur! à mon secours! Jean-Charles, à
mon secours!»

--Quoi! qu'est-ce qui vous prend, père François? demande Philippe, en se
réveillant.

Et François se débat dans la voiture en continuant à crier: «A mon
secours, Jean-Charles!»

--Aie! aie! réveillez-vous donc, père François! dit Philippe, en
secouant le vieux serviteur; pourquoi criez-vous donc au secours?

--Ouf! fait le bonhomme, en se frottant les yeux; je te dis que je l'ai
échappé belle...

--Échappé à quoi?

--Je rêvais que deux voleurs masqués nous avaient attaqués; l'un t'avait
déjà tué, mon pauvre Philippe... et l'autre se préparait à m'en faire
autant... mais il voulait d'abord avoir ma bourse, le brigand! Ah! quand
j'y pense! brrr...

--Mais remettez-vous, père François; je ne suis pas mort, Dieu merci! et
votre bourse est encore à la même place, je suppose!

--Oui, mon ami, répond François, après avoir palpé la bourse qui repose
sur son coeur. Mais tout de même, ce n'est pas prudent de dormir, la
nuit, en traversant des bois qui peuvent être infestés d'Américains...

--Mais, babiche! à qui la faute, père François?

Il y a quatre heures que vous êtes muet comme une cruche de sirop, et
trois heures que vous dormez comme une marmotte!

A la fin des fins, ça m'embêtait de veiller et de parler tout seul, et
je me suis endormi à mon tour... Vous étiez pourtant bien joyeux et bien
jaseur en partant de Montréal; puis, crac! vous avez fermé votre boîte
parce que deux p'tits polissons vous ont dit que votre fille était
muette... Mais dites donc, père François, est-ce vrai, ça, que votre
fille est muette? Je vous croyais encore garçon comme moi, par
exemple...

--Mais je n'ai ni fille ni garçon, mon cher Philippe, puisque je suis
célibataire.

--Ha bien! c'est ce que je pensais. Mais, alors, pourquoi avez-vous paru
mécontent en entendant dire à ces muscadins: votre fille est muette?
S'ils avaient dit ça à mon adresse, je leur aurais répondu qu'ils
mentaient comme des arracheurs de dents, car je sais bien que ma
fille--je veux dire celle que je vas voir--n'a pas la langue dans sa
poche...

En effet, vous ne savez pas ça, vous, père François, que je fréquente
Melle Jacqueline, la cuisinière de M. Normandeau?

Oui-da! tu n'as pas mauvais goût!

Non, n'est-ce pas? Eh bien, puisque ça parait vous intéresser, je vas
vous faire connaître comment je m'y suis pris pour la demander en
mariage.

D'abord, je dois vous dire que ce que je recherche, moi, c'est une fille
sage, réservée, pieuse et, qui sait, faire usage de ses dix doigts! Eh
bien! Melle Jacqueline possède toutes ces qualités-là. Elle est belle
comme un coeur, bonne comme un ange, douce comme un agneau et vive
comme un taon, à l'ouvrage! Elle va à confesse tous les mois, et elle
n'hésiterait pas à y aller plus souvent, la chère créature, si elle
commettait le mal! Mais je suis sûr qu'elle déteste trop les péchés pour
en commettre!

Tenez! elle me fait si bien penser à moi: chaque fois que je vas à
confesse, je ne trouve rien de sérieux à dire, mais j'y vas quand même
et souvent parce que je sais que le démon nous guette partout, le
venimeux qu'il est! Mais je sers le bon Dieu du mieux que je peux, je
remplis fidèlement les devoirs de mon état, et j'espère que le ciel ne
m'abandonnera pas...

Pardon, excusez-moi, père François, si je me suis éloigné un brin de mon
sujet. J'y reviens. Donc, un jour, je dis à Melle Jacqueline: «Je gage
que vous n'aimez pas les garçon, vous?»

Elle baissa la tête et devint aussi ronge qu'une cerise mûre!

J'ajoutai: «Si un honnête garçon, que vous connaissez bien, vous
demandait en mariage, que lui répondriez-vous?»

Cette fois, par exemple, elle releva la tête, et, devenant rosé, elle
répondit: «Je lui dirais que je vas penser sérieusement à sa demande.»

--C'est bien! Melle Jacqueline, lui dis-je; j'aime votre réponse autant
que votre personne, et c'est moi qui vous demande en mariage! Je vous
donne le temps d'y penser, car je ne suis pas pressé, moi! Je vous en
reparlerai dans quinze jours, si ça vous plait.

--C'est bien! _mesieu_, me dit elle. Et elle se retira, la figure encore
couleur de rosé!

Durant les quinze jours, je ne la reluquai seulement pas une seule fois
du coin de l'oeil; mais le seizième jour, l'ayant rencontrée dans la
cuisine, à six heures du matin, je lui dis carrément; «Eh bien, Melle
Jacqueline, qu'est-ce que vous faites de ma demande en mariage?»

--Je la garde! dit-elle, en souriant.

Ce fut tout, mais ce fut assez pour ce jour-là...

Le lendemain matin, l'ayant encore rencontrée, je lui demandai:
«Consentez-vous à devenir ma femme?»

--Oui, M. Philippe, avec plaisir, répondit-elle de sa voix si douce, si
douce!

--Merci! lui dis-je; j'en parlerai à M. Normandeau.

Je ne sais pas si vous êtes comme moi, père François, j'ai pour habitude
de remettre rarement à demain ce que je peux faire aujourd'hui. Or, ce
même jour, j'allai trouver M. Normandeau dans son cabinet d'étude. Il se
promenait les mains derrière le dos, et semblait penser à ses bêtes...

--Que veux-tu, Philippe? me demanda-t-il, en s'arrêtant.

--Ça vous déplairait-il, M. Normandeau, si je courtisais Melle
Jacqueline, votre cuisinière, pour la marier à Pâques?

Oh! père François, le bourgeois était de bonne humeur ce jour-là, car je
ne l'avais jamais encore entendu rire de si bon coeur... Il se jeta dans
son fauteuil, et se tint les côtes cinq minutes de temps... Et moi je
riais rien que de le voir rire! La bonne humeur de mon bourgeois me
donna de la hardiesse, et je repris: «J'ai parlé de l'affaire à Melle
Jacqueline, et elle a accepté ma demande en mariage; mais comme je ne
voudrais pas la fréquenter sans votre permission, c'est pour ça que je
vous en parle.»

M. Normandeau devint sérieux et me dit:

--C'est bien! Philippe, je t'accorde cette permission; mais si je
m'aperçois que tu abuses de ma tolérance, je te flanquerai à la porte!

--N'ayez pas peur, M. Normandeau, je suis un honnête garçon, et Melle
Jacqueline est une fille qui sait tenir sa place...

--Va! Philippe, ajouta M. Normandeau; je paierai le violon le jour de
tes noces!

--Avez-vous compris ces paroles, père François: «Je paierai le violon le
jour de tes noces!» Dans la bouche de M. Normandeau, ces paroles veulent
dire: «C'est moi qui paierai toutes les dépenses...»

--Sais-tu bien que tu as de l'esprit, Philippe? dit en riant le père
François.

--En voilà une demande! beau dommage que je le sais! C'est vrai que
l'autre jour, s'étant fâché contre moi, M. Normandeau m'a dit: «Mon
pauvre Philippe! je vois bien que tu n'as pas inventé les manches de
pelle ni les poignées de portes!»

Mais je lui ai répondu:»Ce n'est pas de ma faute, M. Normandeau, car
quand je suis venu au monde, les manches de pelle et les poignées de
ports étaient déjà inventés!»

--C'est pas bête, cela, m'a dit M. Normandeau, en me tapant sur
l'épaule. Si tu n'as pas inventé les manches de pelle ni les poignées de
porte, je crois, par exemple, que tu as in venté la belle humeur!

--Pour ça, M. Normandeau, c'est possible! mais c'est une invention qui
ne m'a pas encore enrichi!

--Console-toi, mon cher Philippe, car les qualités et les vertus clé ta
Jacqueline valent cent fois mieux que la richesse...

--Je crois que M. Normandeau disait vrai. Qu'en pensez-vous, père
François?

--Il a raison. L'homme perd tout s'il perd son âme; et la richesse,
c'est souvent du bois qui sert à attiser le feu de l'enfer...

--Tiens! qu'est-ce qu'on voit là-bas, dans _l'opuscule_? s'écria
Philippe...

--Dans _l'opuscule_, dis-tu? tu veux dire sans doute dans le
_crépuscule_?

--Crépuscule ou opuscule, reprit Philippe, ça m'est bien égal; mais
qu'est-ce qu'on voit la-bas? On dirait que c'est un clocher?

--Mais, oui! répondit François: c'est le clocher de l'église de
Sainte-R...

--Quoi! déjà? Eh babiche! que le temps a passé vite depuis trois heures!
s'exclama Philippe...

--C'est parce que tu as sans cesse parlé de Jacqueline, mon fiston!

--Bien, oui! père François; ça me ragaillardit quand j'en parle...

--Tu as bien de la chance, toi, d'être toujours joyeux! soupira
François.

--De la chance, dites-vous? mais il me semble que tout le monde peut
avoir cette chance-là. On n'a qu'à la prendre, et, quand on l'a prise,
la tenir! Vous l'aviez comme moi cette chance-là, père François, quand
nous avons quitté Montréal, hier l'après-midi, puis tout d'un coup,
patata! vous l'avez lâchée en entendant les deux malotrus dire: votre
fille est muette. Tenez, père François, j'ai dans la caboche, l'idée que
vous pensez toujours à ces deux muscadins, et que c'est à eux que vous
rêviez quand vous criiez: «Au voleur! Jean-Charles à mon secours!» Pas
vrai, ça, père François?

--Oui, c'est vrai, Philippe!

--Alors, babiche! vous me cachez quelque chose! Vous n'avez donc pas
confiance en moi? Je vous ai bien fait mes confidences, moi, au sujet de
Jacqueline; pourquoi ne me feriez-vous pas les vôtres an sujet de ces
deux gaillards?

--Es-tu capable de garder un secret, Philippe?

--Eh babiche! Je crois bien! Je me crois capable de garder un secret
comme la statue _Nallason_...

--Tu veux dire la statue Nelson?

--Oui. C'est ça qu'est pas bavarde, la statue _Melson_! Elle n'a jamais
dit à personne pour quoi ils l'ont perchée si haut...

--Eh bien, écoute! Philippe. Tu m'as dit que le clerc du notaire
Archambault est un dépensier et une fine canaille; comment sais-tu cela?

--Vous savez que je passe presque tout mon temps dans les écuries de M.
Normandeau. Je soigne les chevaux et je veille à l'entretien des harnais
et des voitures. C'est pas pour me vanter, mais, babiche! je vous
certifie que tout ça est à l'ordre. Or, en face de l'écurie qui touche à
la rue, il y a, depuis deux ans, un restaurant appelé le _Saumon d'or_,
qui sert de rendez-vous à la jeunesse crapuleuse de la ville. Ce
restaurant est tenu par une femme à l'âme malpropre, à ce qu'on dit,
mais, moi, je ne la connais que de figure, et ça m'en dit assez!

Souvent, le soir, le clerc notaire arrive au restaurant dans un carrosse
traîné par deux chevaux. Souvent aussi je l'entends dire, à la porte du
_Saumon d'or_, à ses amis: «C'est moi qui paye toutes les dépenses ça
soir!» Une fois même, il y a deux ou trois mois de ça, je lui ai entendu
dire: «Il me reste encore dix dollars sur les cinquante que mon imbécile
de frère m'a donnés! nous allons les boire à sa santé ce soir!»

Le père François, dans la voiture, trépignait de colère et
d'indignation...

--Le gueux! ah! le gueux! répétait-il... Et dire que sa famille
s'imagine que ce gueux-là est le modèle des étudiants!

--Vous connaissez donc sa famille? interrogea Philippe.

--Oui, mon cher; ce gueux, ce misérable est le frère de Jean-Charles qui
a arraché l'autre jour, M. le curé Faguy des griffes de l'ourse...

--Vous ne me dites pas ça?...

--Oui, c'est incroyable, mais c'est pourtant vrai! Tu comprends
maintenant pourquoi je suis devenu si triste et si sombre en voyant ce
sans-coeur sous l'influence de la maudite boisson... Ce misérable a jeté
dans l'orgie et la débauche l'argent que Jean-Charles a gagné sur le
champ de bataille, à Châteauguay... Et dépenser ainsi le prix du sang
d'un héros, c'est un crime qui crie vengeance au ciel! Eh bien! notre
devoir à nous, Philippe, c'est de démasquer ce misérable, afin de
l'empêcher au moins d'extorquer d'autre argent à sa pauvre famille.
Tu peux m'aider à atteindre le but que je me propose, en me tenant au
courant des allées et venues de Victor Lormier, car tel est le nom de ce
chenapan! Écris-moi, et garde le secret de la confidence que je viens de
te faire!

--Ne craignez pas de coups de langue de ma part, père François; sur ce
chapitre-là, je serai aussi muet que la tombe!

--Merci! mon cher Philippe. Dans tous les cas, je t'assure que ce
vaurien de Victor ne mettra pas la patte sur l'argent que m'a donné M.
Normandeau...

--Puis moi, dit Philippe, en faisant claquer son fouet, je vous assure
qu'avec cet archet-ci, je vas faire danser à Victor un rigodon à
la porte du _Saumon d'or_... Et en travaillant d'accord, vous à
Sainte-R..., moi à Montréal, nous allons peut-être réussir à arracher
aux griffes du diable ce gredin-là!

--Je le souhaite de tout mon coeur, dit le père François. Prions Dieu de
nous aider et de nous éclairer.

--Nous y voici! nous y voila! fit Philippe. en arrêtant la voiture à la
porte du presbytère.

--Fais le tour, dit François, et entre le cheval dans la cour.

--Non, merci! je prends un verre d'eau, et je tourne bride tout de
suite, car il est trois heures, et je veux coucher à Montréal ce soir.

--Si tu crois, mon fiston, que je vas te laisser partir comme ça, tu te
trompes grandement reprit le père François, en prenant le cheval par la
bride et le faisant entrer dans la cour. Aide-moi à dételer, et vite!
Bon! tu ne repartiras que lorsque tu auras mangé et que tu te seras
reposé comme il faut, et ton cheval aussi.

D'ailleurs, tu n'as pas besoin de te gêner, car le presbytère, ici,
n'est pas seulement la maison du bon Dieu et du prêtre, c'est la maison
de tout le monde! La maison est petite, mais le coeur du curé qui
l'habite est grand!

--Si j'accepte, père François, ce n'est pas pour moi, mais plutôt pour
le pauvre cheval qui à le ventre vide et les _béquilles_ fatiguées...

François mit le cheval dans l'étable, changea la litière et donna à
l'animal une bonne portion d'avoine, de l'eau et une botte du foin.

Maintenant, pensons à nous, dit-il à Philippe.

Le vieux serviteur, qui paraissait avoir ses coudées franches au
presbytère, dit à la ménagère: «Préparez-nous un bon déjeuner, et, après
le repas, vous donnerez une chambre à mon ami, M. Philippe Trudel, qui a
bien besoin de repos, car nous avons passé la nuit sur la route.»

A quatre heures, bien repu, mais insuffisamment reposé, Philippe reprit
le chemin de Montréal, malgré les instances que François avait faites
pour le retenir plus longtemps.

--Merci! père François, avait répondu Philippe, je tiens à être chez le
bourgeois ce soir.

--Oui, je comprends, mon drôle! tu as hâte de revoir Jacqueline, hein?

--Eh babiche! vous avez deviné juste, père François!

--N'oublie pas de m'écrire au sujet de l'affaire, tu sais!

--N'ayez pas peur! mais ne faites pas encadrer mes lettres, par exemple!
je ne suis pas comme vous un ancien maître d'école, moi! et je mets plus
souvent la main au fouet qu'à la plume!

--Bonne santé! Philippe.

--Vous pareillement, père François... Hue! marche donc, blond...

«Quel honnête et joyeux garçon! pensait le vieillard, en regardant s'en
aller son jeune ami. Jacqueline sera sûrement heureuse avec lui!»

                                *
                               * *

Pendant que Philippe se reposait, François avait demandé des nouvelles
du curé et de Jean-Charles à la vieille ménagère. Sachant celle-ci très
curieuse, il supposait qu'elle devait être bien renseignée. Il ne se
trompait pas, car la vieille s'était tenue au courant.

--M. le curé, répondit-elle, est parfaitement remis de son choc nerveux;
mais il en est bien autrement de ce pauvre M. Jean-Charles, qui n'est
pas près de guérir de ses blessures. Il a eu, avant-hier, des faiblesses
telles que M. le curé a cru prudent de lui administrer les derniers
sacrements.

Ces faiblesses, parait-il, étaient dues à la quantité de sang qu'il a
perdu et aux efforts surhumains que, dans son état, il a dû faire pour
transporter M. le curé jusqu'ici.

Mais hier, il a passé une assez bonne journée, et dans la soirée le Dr
Chapais paraissait très confiant. Je vous ai dit, François, que M. le
curé était parfaitement remis, mais je suis sûre que, au moral, il
souffre le martyre. Hier soir je l'ai entendu dire au médecin: «Je
vous recommande de ne rien épargner, et je vous supplie même de faire
l'impossible pour sauver Jean-Charles. Puis, les yeux pleins de larmes,
il ajouta: Si ce jeune homme venait à mourir, je ne pourrais jamais me
consoler d'avoir été la cause de sa mort.»

--La mère et les soeurs de Jean-Charles interrogea François, comment
ont-elles pris ce malheur?

--Oh! en courageuses et saintes femmes qu'elles sont! C'est M. Lormier,
père, qui leur a annoncé la triste nouvelle. Il leur a répété, mot pour
mot, les consolations que M. le curé lui avait dictées. D'abord, il
leur a certifié que Jean-Charles n'était pas en danger et leur a fait
comprendre que Dieu avait permis ce malheur pour empêcher leur fils
de retourner sur le champ de bataille, où il aurait été probablement
victime de son héroïsme. En un mot, il leur a fait accepter ce malheur
comme une chose inévitable et qui devait tourner à l'avantage de la
famille et à la gloire de Dieu.

--Ont-elles vu Jean-Charles?

--Oui, deux fois. Hier encore, elles ont eu avec lui une longue et bien
touchante entrevue.

--Espérons, dit François, que le ciel, sensible à nos prières, rendra
bientôt la santé à notre cher malade et le bonheur à sa famille.



IL FAUT SAUVEGARDER L'HONNEUR DE SA FAMILLE!

François Latour--le lecteur s'en est déjà convaincu--était le prototype
du serviteur fidèle et dévoué. Il appartenait à cette race de serviteurs
d'élite qui menace de s'éteindre dans notre pays. Sa fidélité et son
dévouement ne se restreignaient pas à celui qu'il était, par devoir,
obligé de servir, mais ils s'étendaient à tous les parents et amis de
son bon maître; et parmi les amis, Jean-Charles avait une place de choix
dans le coeur du brave serviteur.

Il se trompe singulièrement le lecteur qui pense que le vieux François
s'était mis au lit le matin de son retour de Montréal. Non, certes!
Aussitôt après le départ de Philippe, il était accouru auprès de notre
héros, qu'il avait trouvé en la compagnie du prêtre.

Le bon curé n'avait pas voulu, même pour une seule nuit, confier à
d'autre la garde du malade. Le jour, il prenait deux ou trois heures de
repos, mais, le soir, il s'installait au chevet du jeune homme, qu'il
soignait avec la tendresse et le dévouement d'un père.

L'abbé Faguy et Jean-Charles firent au vieux

François l'accueil le plus cordial. On eût dit qu'ils recevaient un ami
plutôt qu'un serviteur!

François remarqua, avec surprise, que Jean-Charles parut très ému
lorsqu'il lui serra la main. Mais il attribua cette émotion à la
faiblesse du malade.

--Je suis bien content de vous revoir, dit le curé, mais je ne vous
attendais pas si tôt. Vous m'aviez laissé sons l'impression que vous
seriez absent une huitaine de jours.

--J'ai eu la chance, répondit le vieillard, de rencontrer tout mon monde
le même jour, ce qui m'a permis d'abréger de moitié la durée de mon
voyage.

--J'ai, cependant, un reproche à vous faire, mon bon François; ma
ménagère m'a dit qu'elle vous avait vu partir à pied avec un paquet sur
le dos. Pourquoi n'avez-vous pas pris le cheval?

--Oh! je n'aurais pas voulu, pour beaucoup, surtout de ce temps-ci, vous
priver des services de votre cheval D'ailleurs, bredouilla-t-il, en
rougissant, je n'avais qu'un petit trajet à faire, et le paquet que je
portais était léger.

--Vous considérez comme un petit trajet vous la distance qui sépare
Sainte-R... de Montréal! et vous appelez cela léger, un paquet formé de
trois peau d'ours...

Le bonhomme resta tout interloqué en entendant les remarques du curé.

Je suis trahi! se dit-il, en pensant à Philippe... Ce bavard-là a tout
dit à la ménagère, pendant que je soignais le cheval; et la ménagère,
cette pie! a tout rapporté à mon maître!

L'abbé Faguy, voyant l'embarras du vieux serviteur, lui dit en souriant:
«M. Normandeau, dans une lettre qu'il m'a fait remettre par son cocher,
me raconte le but de votre voyage à Montréal et la longue entrevue qu'il
a eue avec vous. Il exalte votre honnêteté et votre dévouement, puis il
termine ainsi sa lettre»: «Je suis heureux d'avoir pu me procurer les
peaux de ces trois bêtes qui occuperont la meilleure place dans mon
musée. Je placerai la mère entre les oursons, et au-dessus d'elle je
mettrai l'inscription suivante: _Tuée dans le bois-Panet, le 30 mai
1814, par le poing formidable de Jean-Charles Lormier, l'un des héros de
Châteauguay, au moment ou elle allait dévorer M. l'abbé Frs. X. Faguy,
curé de Sainte-R..., qui était alors sans arme_.»

Le curé et Jean-Charles remercièrent tour à tour François pour le
témoignage de dévouement qu'il leur avait donné en cette pénible
circonstance.

Le vieux serviteur répondit qu'il ne croyait pas mériter autant de
bienveillance de leur part, et qu'il n'avait fait que son devoir. Mais,
ajouta-t-il, il y a un détail--et c'est le plus important--que M.
Normandeau ne mentionne pas dans sa lettre, c'est le prix qu'il m'a payé
pour avoir les trois peaux.

--Comment! dit le curé, est-ce que M. Normandeau vous a payé ces peaux?

--Certainement, M. le curé! et je vous prie de croire que je n'avais pas
l'intention non plus de les lui donner. Je savais que M. Lormier était
trop sérieusement blessé pour pouvoir aller à la guerre, et que, par ce
fait, il perdait l'occasion de réaliser une centaine de piastres. Je
pensais aussi que sa maladie allait être pour vous, pour lui et pour sa
famille une cause de grandes dépenses; et, alors, pardonnez-moi-le, j'ai
voulu en quelque sorte arracher à ces trois animaux la réparation des
torts qu'ils vous avaient causés, et j'ai vendu leurs peaux!

--Non seulement je vous pardonne, dit le curé, en plaisantant, mais
j'admire votre talent pour le commerce... Vous avez, je suppose, obtenu
une trentaine de dollars pour ces peaux?

François tira de la poche de son veston les quatre cents dollars qu'il
déposa sur la table en disant: «Voici le produit des trois peaux!»

--Quatre cents dollars! s'écrièrent à la fois le curé et Jean-Charles!

--Oui! M. Normandeau m'a dit que ces peaux avaient à ses yeux une valeur
inestimable.

Mais ce n'est pas tout. M. Normandeau m'a donné cent dollars, et comme
je ne voulais pas les accepter, il m'a menacé de se fâcher montre moi.
J'avais bien raison, n'est-ce pas? de vous dire tantôt, que je ne
méritais pas vos remerciements, puisque j'ai été récompensé au centuple
pour des démarches que le devoir m'obligeait de faire.

--Vous êtes le plus généreux des hommes! dit Jean-Charles.

--Certes, oui! confirma le curé; et le serviteur le plus dévoué et le
plus honnête que je connaisse!

En voyant l'argent sur la table, François pensa tout à coup au clerc
notaire, et un frisson agita tout son être. Alors il prit les billets et
les remit au curé en disant: «Cet argent, il est vrai, appartient à M.
Lormier, mais comme sa maladie le rend incapable d'en disposer lui-même,
pour le moment, je vous prierais, M. le curé, de bien vouloir placer les
quatre cents dollars à la banque au nom de notre malade.»

--Bien volontiers, dit l'abbé Faguy, en serrant les billets dans son
portefeuille.

Et le vieux serviteur respira librement...

--Il est cinq heures, maintenant, dit François, en s'adressant au curé:
allez donc vous reposer pendant que je resterai auprès de M. Lormier.

--J'accepte votre offre non pas pour me reposer, car je ne suis pas
fatigué, mais d'abord pour dire ma messe, et ensuite pour aller porter
les secours de la religion à Gabriel Landry, qui demeure à l'extrémité
de la paroisse.

--Dans ce cas, M. le curé, je dirai à Félix d'atteler le cheval pour six
heures.

--Non, mon ami, merci! Par le temps ravissant que nous avons ce matin,
je préfère marcher.

--Mais, M. le curé, y songez-vous? c'est une marche de six milles que
vous ferez?

--Pourtant, mon cher François, cette marche n'est qu'une bagatelle
comparée à celle que vous avez faite, l'autre jour, avec un lourd paquet
sur le dos! Puis je n'ai pas encore trente ans, et vous en comptez
soixante! Au revoir, mes amis!

                                *
                               * *

--Savez-vous bien, M. Latour. dit Jean-Charles au vieux serviteur, que
c'est une fortune que vous mettez à ma disposition!

--En tout cas, M. Lormier, personne ne contestera les droits que vous
y avez. En tuant à coups de poing, comme vous l'avez, fait, le plus
puissant ennemi de l'homme, vous avez mérité l'admiration de tout le
monde; et puis avec votre vie, vous avez sauvé celle de notre vénérable
curé.

--Mon mérite, dans cette affaire, n'est pas aussi grand, allez! que vous
paraissez le croire; j'ai été plus gauche que brave. Après avoir logé
une balle dans la tête de l'ourse, j'ai commis l'imprudence de jeter mon
arme. La bête que je croyais morte, et qui n'était qu'étourdie, s'est
précipitée sur moi...et je me suis défendu, voila tout!

--Mais ne comptez-vous pour rien la force extraordinaire et l'endurance
merveilleuse que vous avez déployées dans le combat?

--Durant tout le combat, j'ai prié la Sainte-Vierge, et je crois
fermement que c'est cette puissante protectrice qui m'a donné et la
force et l'endurance dont vous parlez.

Le vieux François, tout en admirant ce bel esprit d'humilité et de foi,
et en admettant l'intervention divine dans ce combat, n'en restait pas
moins convaincu que Jean-Charles, en cette occurrence, s'était conduit
comme un héros.

C'est aussi notre conviction.

--Quoi que vous en pensiez, M. Lormier, reprit le vieillard, vous
pouvez, sans scrupule, accepter cette somme que M. Normandeau m'a chargé
de vous transmettre, avec l'expression de sa plus grande admiration.

--Je l'accepte avec reconnaissance, d'abord parce qu'elle me vient d'un
coeur noble et, généreux, et ensuite parce que j'en aurai bientôt besoin
pour aider mon frère qui étudie avec succès le notariat à Montréal...

Comme s'il venait d'être piqué par un serpent, François fit un bond
prodigieux, et retomba lourdement sur le plancher...

Juste à ce moment, le Dr Chapais, qui venait d'assister à la messe,
entra et aperçut le vieillard gisant, inanimé, sur le plancher. Aidé
de la ménagère, il transporta le serviteur dans la chambre voisine, et
retendit sur un lit.

Ce n'est qu'au bout d'une demi-heure que le bonhomme recouvra sa
connaissance.

La ménagère était allée chercher le curé, qui taisait alors son action
de grâces dans la sacristie.

Quand François reprit ses sens, le prêtre et le médecin étaient auprès
de lui.

--Ou suis-je? demanda-t-il, en promenant des regards effarés autour de
lui; puis, tout à coup, il se mit à crier: «Au voleur! A mon secours,
Jean-Charles! à mon secours!»

--Voyons, mon ami, dit le curé, en prenant la main du vieillard,
tranquillisez-vous, car il n'y a pas de voleur ici!

François regarda le prêtre et sourit tristement.

--Qu'avez-vous? reprit l'abbé Faguy.

--Rien, monsieur! un peu de fatigue seulement...

«Non! pensait le médecin, en consultant le pouls du vieux serviteur: la
fatigue ne produit jamais de commotion aussi violente!»

--Qu'en pensez-vous, docteur? interrogea le curé.

Le médecin éluda la question en demandant à la ménagère, qui venait de
rentrer, d'ouvrir le carreau d'un châssis, afin de renouveler l'air de
la chambre. Et il ajouta: «Je vais aller voir Jean-Charles un instant et
ensuite je courrai chercher des remèdes pour François.»

Lorsqu'il fut seul avec notre héros, il lui demanda, en le regardant
fixement: «Que s'est-il donc passé entre toi et le vieux serviteur?»

--Nous parlions de choses et d'autres, quand, soudain, il s'est levé et
est retombé comme une masse sur le plancher...

--Tu sais que le vieux est sensible et nerveux; ne lui as-tu pas adressé
des paroles qui auraient pu lui causer de la peine ou de la frayeur?
En reprenant ses sens, il s'est écrié: «Au voleur! A mon secours,
Jean-Charles! A mon secours!»

--Mais, mon Dieu, non! Au contraire, je lui exprimais ma reconnaissance
pour un grand service qu'il venait de me rendre, et c'est précisément à
ce moment-là que l'attaque a eu lieu.

--Je n'y comprends plus rien! murmura le médecin.

Il examina les blessures de Jean-Charles, s'informa comment il avait
passé la nuit, et, lui ayant recommandé de ne manger encore que des
choses très légères, il sortit.

Pendant ce temps, le curé, resté seul avec François, l'interrogeait pour
tâcher de savoir réellement ce qui avait pu provoquer chez lui ce choc
terrible.

--Mon Dieu! mon Dieu! fit le vieillard en sanglotant, ayez pitié de
nous!

Habitué à consoler les affligés, le prêtre dit: «Oui, mon cher François,
Dieu vient toujours en aide à ceux qui l'implorent dans les heures
douloureuses; adressez-vous à lui en toute confiance. Mais comme je
suis, par état, le représentant de Dieu auprès de mes ouailles, j'ai le
droit de connaître tous leurs chagrins. Parlez sans crainte, mon vieil
et bon ami!»

--Eh bien! M. le curé, je vais vous dire, en peu de mots, ce qui
m'afflige aujourd'hui.

Et le vieux serviteur raconta la rencontre qu'il avait faite à Montréal,
et tout ce que Philippe lui avait appris sur le compte du clerc notaire.
Puis il répéta ces paroles de Jean-Charles qui l'avaient foudroyé:

«_Je l'accepte (cette somme) avec reconnaissance, d'abord parce qu'elle
me vient d'un coeur noble et généreux, et ensuite parce que j'en aurai
bientôt besoin pour aider mon frère qui étudie avec succès le notariat à
Montréal._»

Le saint prêtre, comme si le déshonneur l'eût atteint personnellement,
courba la tête sous le poids de ces révélations, et resta longtemps
pensif. Puis, paraissant avoir pris une résolution, il se leva et dit:
«C'est grave, mon ami, ce que vous venez de m'apprendre; mais, avec
la grâce de Dieu, nous triompherons de l'esprit du mal qui inspire le
malheureux Victor.»

--Vous allez, M. le curé, avertir vous-même M. Jean-Charles, n'est-ce
pas? afin qu'il soit sur ses gardes?

--Non, mon bon François; notre ami apprendra toujours assez tôt ce
nouveau malheur, que, d'ailleurs, je vais m'efforcer de détourner.
J'écris immédiatement à Victor.

--Et l'argent? demanda François.

--L'argent est en lieu sûr, répondit le curé, et j'en disposerai pour le
plus grand bien de Jean-Charles. N'ayez pas d'inquiétude là-dessus. Pour
le moment, mon ami, il faut sauvegarder l'honneur de sa famille.



LE COCHER PHILIPPE DANS SON NOUVEAU RÔLE

Le soir même de son retour à Montréal. Philippe avait commencé à remplir
le rôle que le père François lui avait assigné. Mais il s'était réservé
la première partie de la soirée, de huit à neuf heures, pour aller faire
la cour à sa dulcinée. Puis, après avoir soigné ses chevaux et tout mis
en ordre dans l'écurie, il s'était placé, en observation, derrière les
persiennes de la fenêtre qui faisait face au _Saumon d'or_.

Avant tout, s'était-il dit, il faut que je sache où demeure le muscadin;
et lorsqu'il sortira, du restaurant, je le suivrai de loin.

Vers minuit, il vit sortir Victor avec quelques amis, et il se mit à le
filer.

La bande était joyeuse. Évidemment on s'était amusé, ce soir-là! Le
clerc notaire avait dû payer royalement; son nom était souvent répété
et acclamé. Il était le héros de la soirée. En le quittant, pour se
disperser, ses amis lui réitérèrent leurs flatteries intéressées, et
Victor, tout gonflé de son importance, continua seul par les rues
sombres et désertes.

Il paraît, pensa Philippe, que notre muscadin loge loin du _Saumon
d'or_... Et dire que, tous les soirs, ce fou-là s'impose une aussi
longue marche pour se damner... quand ce serait si facile pour lui de
se sauver en restant tranquillement chez lui à servir le bon Dieu et à
étudier...

Mon Dieu, que les méchants sont bêtes!

Moi si j'étais étudiant en loi, je sais bien ce que je ferais:
j'étudierais la loi, babiche!

Mais!--et il s'arrêta comme saisi de frayeur--j'y pense tout d'un coup,
si j'étais étudiant en loi, je ne fréquenterais que le grand monde, et
je n'aurais peut-être jamais connu Jacqueline, qui ne va pas, elle, dans
le grand monde... Eh bien, bonsoir, l'étude de la loi! bonsoir, le grand
monde! J'aime mieux garder et mon état et ma Jacqueline....

Mais, voyons! qu'est-ce que je fais, ici, planté comme un champignon?...
Il ne faut pas que je perde le muscadin de vue, car il ne m'attendra
pas, bien sûr, ce polisson-là!

Il pressa le pas pour reprendre le terrain perdu et se mettre en bonne
posture d'observation. Puis continuant son monologue: Nous sommes sur la
rue Saint-Denis, je crois.

Tiens! voilà Victor qui s'arrête! Alors, il faut que je m'arrête moi
aussi, je suppose! Il monte l'escalier de cette grande maison!

Eh. babiche! il ne couche pas à la belle étoile, le muscadin! Quoi! il a
une clef!

C'est commode d'avoir une clef: on peut rentrer à l'heure qu'on veut!
J'en ai une clef, moi aussi, mais c'est celle de l'écurie...

J'ai hâte de connaîtra le particulier qui loge cette canaille de Victor.
Ça doit être du propre, car qui se ressemble s'assemble... Maintenant
que l'oiseau est entré, approchons-nous et allumons une allumette pour
voir le numéro de son nid. Bon, ça y est! ce numéro-là est gravé dans
ma caboche pour longtemps! Il ne me reste plus qu'à savoir le nom du
personnage qui donne asile au muscadin. Je prendrai mes renseignements
de mon confrère Étienne qui connaît par coeur toute la rue Saint-Denis.

Philippe retourna sur ses pas en faisant les réflexions suivantes: J'ai
accepté là une tâche qui ne me déplairait pas trop si je pouvais la
remplir le jour... mais ça me chiffonne de veiller aussi tard que le
muscadin! Je n'aime pas à me coucher après dix heures, moi! et même
après neuf heures, les soirs que je ne vas pas voir ma blonde...

Ah! me disait dernièrement mon grand père, les parents élèvent mal les
enfants aujourd'hui! Dans le bon vieux temps, les jeunes gens partaient
à sept heures pour aller veiller et ils revenaient à neuf heures et
demie. De nos jours, tout cela est changé: les jeunes gens soupent à la
vapeur, partent de la maison à six heures et demie, se promènent avec
les filles dans les rues jusqu'à neuf heures, puis, alors, ils vont
veiller et ne rentrent au logis qu'à minuit! Ils font de même,
paraît-il, parce que c'est la mode... A-t-on jamais entendu parler d'une
mode plus stupide! C'est la faute des parents, bien sûr!

Moi, quand je serai père de famille, (et ça viendra avant longtemps,
puisque je me marie à Pâques), oui, quand je serai père de famille, je
dirai aux miens sur un ton terrible: Aie! là, vous autres, écoutez!
allez veiller, si vous voulez, chez des gens respectables; mais, ici, il
faut rentrer à neuf heures et demie, et la porte se barre à neuf heures
et trois quarts juste,--c'est un quart d'heure de grâce que vous accorde
ma bonté paternelle--, mais si, à cette heure-là, vous n'êtes pas
arrivés: bonsoir, mes fistons! couchez dehors... Puis quand ils
rentreront, le lendemain matin, je leur donnerai une raclée qui leur
fera passer le goût de veiller tard...

Oui, babiche! c'est comme ça que je ferai quand je serai père de
famille... Et si ceux qui aiment à suivre la mode viennent me corner
dans les oreilles que tout cela est changé de nos jours, je leur
répondrai que ce qui avait du bon sens autrefois doit en avoir encore
aujourd'hui...

Je sais bien que les gens instruits ont coutume de dire que «plus ça
change, plus c'est la même chose»; mais moi je trouve que quand ça
change, ça n'est pas la même chose...

Sont-ils drôles un peu, parfois, ces gens instruits! Ainsi, par exemple,
les deux muscadins qui ont coupé la parole au père François, l'autre
jour, par ces mots: «Votre fille est muette», savaient-ils ce qu'ils
voulaient dire? Mais, babiche! quel rapport ces mots-là «votre fille est
muette» pouvaient-ils avoir avec les paroles du père François: «Voilà
pourquoi?»... Aucun rapport, ce me semble! On ne dira pourtant pas que
ces deux muscadins ne sont pas instruits, puisqu'ils ont peut-être usé
chacun cinquante fonds de culotte sur les bancs du collège...

Je donnerais bien deux sous, par exemple, à celui qui pourrait
m'expliquer comment il se fait que l'ignorant, lui, quand il parle, est
compris de tout le monde, tandis que l'homme instruit, avec sa fricassée
de grands mot? et de proverbes, n'est compris que de ses pareils...

A quoi sert donc l'instruction, babiche! si c'est l'ignorance qui rend
le langage compréhensible!

L'année dernière, encore par exemple, je souffrais d'un mal d'yeux
épouvantable. Je m'en vas chez le vieux Dr Buller, qui fait le métier
spécial de soigner les maladies des yeux.

Il me regarde longtemps--je veux dire mes yeux.

--Bon! Je lui demande s'il connaît ma maladie..

--Oui, répond-il, en me jetant par la tête sept ou huit mots longs comme
le bras...

--Pardon, docteur, lui dis-je: voulez-vous avoir la bonté de me mettre
ça par écrit, et je l'étudierai quand je serai rendu chez-moi.

Il me donna par écrit les noms de mes maladies--car il parait que j'en
avais plusieurs--...Une fois rendu chez-moi, je me mis. à épeler les
mots suivants: _Conjacquetuvite_ chronique; Hyp... hyp...--Ma
foi! j'aime mieux dire: hip! hip! hourra!--Hypéros...resthésie...
ratatine...--non, c'est pas ça--rétinienne,--oui c'est ça!--_Obstruc...
obstrucstation_ du conduit lacry...--non, pas encore ça--_sacremal;
Ratracissement_ des canaux ex... excré...--non--_excrotteurs_.

Bon! je les ai!

J'ai toujours de la misère à enfiler ces babiches de mots-là...

Je ne les comprenais pas, comme de raison! Alors, j'ai pris le plus gros
dictionnaire de M. Normandeau, et j'ai tâché de faire avec ces grands
mots une phrase qui pouvait avoir du bon sens, et je n'en suis pas venu
à bout! A la fin des fins, j'y ai renoncé, car, ma foi d'honneur! je
crois que je serais devenu fou!

Eh, babiche! on ne dira toujours pas que le vieux Dr Buller n'est pas un
homme instruit, puisqu'il a étudié à Paris et à Londres...

Bon, me voila, rendu. Où est ma clef, à cette heure? Ah! la voilà...

Il ouvrit la porte de l'écurie en disant: «Comme Victor, j'ai l'avantage
de rentrer à l'heure que ça me plait; mais, par exemple, j'ai assez
d'esprit dans la caboche pour ne pas abuser de cet avantage! D'ailleurs,
ça ne ferait pas longtemps avec M, Normandeau! babiche, non!

M. Normandeau! Ça, c'est un p'tit homme qui sait se tenir! On ne peut
pas lui ôter un cheveu de la tète! Mais, j'y pense; ça ne serait pas
facile non plus de lui en ôter des cheveux, à ce bon M. Normandeau, car
il est chauve comme une citrouille!

N'importe! ce que je veux dire, c'est qu'il peut marcher la tête haute,
même avec une perruque...»

                                *
                               * *

En partant de Sainte-R..., Philippe avait conçu l'idée de faire danser à
Victor un rigodon d'un nouveau genre. Mais le deuxième soir, il n'avait
pas osé mettre son idée à exécution, parce que Victor se trouvait eu
compagnie de plusieurs amis.

Le troisième soir, le clerc notaire était entré seul au _Saumon d'or_,
et ses amis ne semblaient pas être venus l'y rejoindre.

Philippe était à son poste.

Il est minuit, pensa-t-il; c'est l'heure de sortie de notre muscadin.

Moi, je me contente de fréquenter Jacqueline trois soirs par semaine, et
je ne fais qu'une heure de jasette avec elle. Le muscadin, lui, va
voir les filles tous les soirs, et encore il ne déménage jamais avant
minuit...

Arrête un peu, mon fiston! comme dit le père François, je vas stopper
tes fréquentations!

Mais! il ne sort toujours pas, l'animal...

Oui, le voilà!

Victor avait dû prendre un verre de trop, car il marchait en titubant.

Philippe, qui avait l'agilité du singe, s'était costumé en fantôme, et,
monté sur des échasses qui lui donnaient une taille de dix pieds, il
attendait Victor, dans l'obscurité, un fouet à la main.

Quand Victor voulut tourner l'angle de la rue Sainte-C..., le fantôme se
plaça devant lui, en disant d'une voix sépulcrale: «Misérable qu'as-tu
fait de l'argent que ton frère a gagné, au prix de son sang, à la
bataille de Châteauguay?»

Et, vlan! vlan! il lui cingla les jambes avec la corde à noeuds de son
fouet!

--Pardon! pitié! miséricorde! supplia Victor, en retrouvant subitement
toutes ses facultés.

--Marche! commanda le fantôme, en se rangeant pour laisser passer
Victor.

Celui-ci profita de ce mouvement pour se sauver à toute vitesse; mais en
quatre enjambées, le fantôme fut sur ses talons et lui administra des
coups de fouet épouvantables, en criant:

--Danse le rigodon du diable! danse plus fort que ça, misérable!
canaille! voleur! toi qui as dépensé dans la débauche le pur argent de
ta famille!

Vlan! vlan! vlan!

Et, à chaque coup de fouet, Victor criait et sautait comme un chat
enragé.

Pardon! miséricorde! hurlait-il!

--Danse maintenant le rigodon, du _Saumon d'or_! commanda l'impitoyable
fantôme.

--Et les coups redoublèrent sur les maigres jambes du clerc notaire, qui
perdit l'équilibre et roula sur la chaussée...

Puis le fantôme disparut en apercevant, dans le lointain, la binette
d'un constable, que les cris du danseur avaient attiré.

Débrouille-toi comme tu pourras! pensa

Philippe, en regagnant l'écurie. Je ne veux pas avoir de démêlés avec la
police, moi! Bonsoir, Victor! Bonsoir, la compagnie!

Victor, soutenu par le constable qui l'avait ramassé dans la rue, se
rendit à son logis en boitant et en gémissant. Aux questions que lui
posa le policier, il répondit d'une manière évasive. Il n'aimait pas
du tout à mettre la police au courant de ses petites affaires; et s'il
avait accepté l'aide du constable, c'est parce qu'il s'était senti
incapable de se rendre seul chez-lui. D'ailleurs, il redoutait encore
l'apparition du terrible fantôme...

C'est avec la plus grande difficulté qu'il réussit à gravir l'escalier
qui conduisait à sa chambre.

La douleur était affreuse: il aurait crié, hurlé! mais il fallait que
personne, dans la maison, n'eût connaissance de son odyssée!

Si, demain, pensa-t-il, il m'est impossible de sortir, je dirai à Mme
de Courcy que l'excès de travail me force à prendre quelques jours de
repos...

Ses jambes étaient enflées comme des traversins et bariolées comme
des arcs-en-ciel! Il les lava, les frotta avec de la glycérine et les
enveloppa du mieux qu'il pût avec des bandelettes de toile.

Malgré le besoin qu'il ressentait de se mettre au lit, il resta assis
dans son fauteuil, les yeux grands et fixes comme ceux d'un halluciné...

Il lui semblait voir encore le fantôme s'approcher, le fouet à la main!
Il lui semblait aussi entendre ces paroles: «Danse le rigodon du diable!
Misérable! qu'as-tu fait de l'argent que ton frère a gagné, au prix de
son sang, à la bataille de Châteauguay!

Parfois, il lui prenait des envies d'appeler à son secours, mais la
crainte de laisser deviner la cause de ses souffrances, lui fermait la
bouche...

Pauvre malheureux! il ne dépendait que de lui pourtant d'adoucir ses
souffrances!

La prière lui aurait fait du bien; le crucifix doré l'y invitait, mais
il en détournait les yeux! Ce jeune libertin n'avait qu'un regret: celui
de ne pouvoir retourner le lendemain à ses plaisirs immondes...

«Alors, sembla lui dire le divin crucifié, puisqu'il en est ainsi,
souffre donc, misérable!»

La frayeur de Victor se dissipa un peu quand l'aurore vint éclairer sa
chambre.

Il souffla sa bougie et se mit au lit avec l'espoir de trouver bientôt
dans le sommeil l'oubli de ses tortures. Mais le sommeil s'obstina
longtemps à fuir ses paupières, et ce n'est que vers les six heures
qu'il pût s'endormir.

Notre étudiant avait l'habitude de se lever

à sept heures, et de déjeuner à sept heures et demie. Mais, ce matin-là,
à huit heures, Mme de Courcy constatant que le jeune homme n'était pas
encore descendu, alla frapper à la porte de sa chambre. Ne recevant de
lui, pour toute réponse, que des ronflements capables de réveiller les
sourds, elle se retira discrètement, et recommanda à la servante de ne
faire aucun bruit, afin de ne pas déranger ce cher enfant, qui méritait
bien de prendre un petit congé...

Victor dormit jusqu'à onze heures.

Alors, il voulut se lever, mais le mouvement qu'il fit, eut l'effet de
raviver toutes les douleurs de la veille, et il retomba sur son lit en
poussant un gémissement!

En entendant ce bruit plaintif, Mme de Courcy accourut, ouvrit la porte
et recula de surprise en voyant la figure pâle et souffrante du jeune
homme.

--Mon Dieu! qu'avez-vous? s'écria-t-elle.

--Je suis un peu souffrant, madame, mais ce ne sera rien...

Je cours chercher un médecin!

--Merci! madame. Donnez-moi un crayon et une feuille de papier, s'il
vous plait; je vais écrire à un médecin de mes amis.

Le jeune homme traça quelques lignes qu'il mit sous enveloppe, à
l'adresse d'un jeune médecin qui recrutait sa clientèle parmi les
habitués du _Saumon d'or_, et il remit ce pli à la brave femme, en la
priant de le faire parvenir à son adresse.

A midi, le Dr Lamouche était auprès de Victor, qu'il trouva dans un
piteux état. Le médecin resta longtemps en tête à tête avec son malade.

Leur entretien roula sur des choses qu'une plume honnête ne doit pas
répéter.

--Tu es condamné, lui dit le Dr Lamouche, en se levant pour partir, à
garder la chambre durant deux semaines. Je viendrai te voir souvent avec
les amis pour te désennuyer.

--Merci. Répète bien à Mme de Gourcy et au notaire Archambault ce que
je viens de te dire: ces bonnes âmes vont mordre tout de suite à cette
blague-là!

Mme de Courcy, qui était très inquiète, guettait la sortie du jeune
disciple d'Esculape.

--Eh bien! docteur, est-ce que notre cher Victor est sérieusement
malade?

--Non, madame; il souffre de cette maladie qu'on appelle vulgairement le
surmenage intellectuel, et qu'on rencontre fréquemment chez les jeunes
gens qui sont, comme Victor, passionnés pour l'étude. Il en sera quitte
pour un repos de quinze jours.

--N'épargnez rien, docteur, et c'est moi qui paierai la note.

--Oh, madame! Victor est mon ami, et je lui suis entièrement dévoué; je
le visiterai souvent et lui prodiguerai tous mes soins.

En se rendant chez le notaire Archambault, le Dr Lamouche se disait, en
pensant à Mme de Courcy: «Oui, ma vieille, tu peux être certaine de la
payer, la note, et dans les grands prix, s'il vous plait...»

Le Dr Lamouche trouva le notaire à son étude. Il déclina ses titres et
expliqua l'objet de sa visite.

--Ce cher jeune homme! dit le lion notaire; il y a longtemps que je
remarque sur sa figure une pâleur étrange, que j'attribuais à l'ennui:
il aime tant sa famille!

Mais si, comme vous le dites, il consacre toutes ses soirées à l'étude,
je ne suis pas surpris de l'altération de sa santé. Je lui impose
peut-être aussi trop d'ouvrage: je le ménagerai plus à l'avenir.

Soignez-le bien, docteur, et, comme ce garçon n'est pas riche, vous
pourrez m'envoyer votre compte.

--Mais, vous n'y pensez pas, notaire! Victor est un de mes amis, et je
n'entends pas me faire payer pour les soins que je lui donnerai!

--Écoutez, docteur, reprit le notaire; j'insiste pour que vous me
présentiez votre compte.

--Enfin, puisque vous le voulez! Je me rendrai à votre désir! dit le Dr
Lamouche, en prenant congé du généreux notaire.

En voilà encore un qui s'obstine à vouloir payer la note! Tant mieux!
pas de refus, mon bonhomme! J'accepte avec d'autant plus de plaisir
que je n'espérais rien de mon client Victor, excepté la politesse de
quelques petits verres qu'il m'aurait payés par ci par la. Mais je
compte toujours sur la politesse des petits verres... car je ne ferai
jamais connaître à mon ami la générosité de Mme de Courcy et du notaire
à mon égard. Je parle déjà de leur générosité, et je maintiens le
mot. Il faudra bien qu'ils se montrent généreux, ou sinon.... je leur
servirai du papier timbré!

Ces réflexions caractérisent suffisamment le Dr Lamouche et montrent
qu'il était le digne émule de Victor Lormier!

                                *
                               * *

Le cocher Philippe se trompait grandement s'il s'imaginait que le
clerc notaire l'avait pris pour un fantôme. Car Victor n'était pas un
superstitieux, mais un être excessivement nerveux et craintif.

Et si ou l'a vu trembler et se jeter aux pieds du fantôme, en implorant
sa pitié, ce n'était pas parce qu'il croyait avoir affaire à un
revenant, mais plutôt parce qu'il espérait, par ses lamentations, se
soustraire aux coups du fouet qui sifflait à ses oreilles, après lui
avoir déjà pincé les jambes! Mais comme toutes les personnes nerveuses,
il avait l'esprit très impressionnable, et l'impression durait chez lui
aussi longtemps que l'agitation des nerfs. Voila pourquoi il avait passé
toute la nuit du rigodon à trembler. Mais, le lendemain, ses nerfs
s'étant apaisés, il avait repris sa lucidité et son aplomb habituel. Il
ne lui restait plus qu'à faire disparaître les ecchymoses qu'il portait
sur les jambes.

Le clerc notaire, qui n'avait pas de secret pour le Dr Lamouche, avait
conté à celui-ci la raclée que le pseudo-fantôme lui avait administrée,
la veille, et tous les deux cherchèrent à découvrir quel pouvait être
l'auteur de cette brusque et brutale attaque.

--Ne te connais-tu pas d'ennemis, à Montréal? lui avait demandé le Dr
Lamouche.

--Ma foi, non! je n'ai que des relations amicales avec tous ceux que
j'ai rencontrés au _Saumon d'or_ ou ailleurs...

--Pourrais-tu reconnaître ton agresseur?

--Non. Sa figure était cachée sous un masque effrayant.

--Sa voix ne t'a-t-elle pas frappé?

--Non; c'est son fouet seulement qui m'a frappé...Sa, voix m'est
complètement inconnue.

--Eh bien! mon cher, j'y perds mon latin.

Et tu ne veux pas confier cette affaire-là à la police?

--Non, certes! Je suis trop modeste, vois-tu, pour me mettre ainsi en
évidence! Et d'ailleurs, je t'avouerai que je crains et les constables
et leurs services: _Timeo danaos et dona ferentes_... Je préfère diriger
moi-même mon enquête, et je compte sur ton précieux concours pour la
mener à bonne fin.

--Tu peux y compter, mon cher ami; nous aviserons.

Quelques instants après le départ du Dr Lamouche, Victor reçut une
lettre du curé de Sainte-R...

La lecture de cette épître agaça ses nerfs et lui mit la rage au coeur.
Dans son mouvement de colère, il froissa le papier, et il allait le
déchirer, lorsqu'il parut se raviser. Il ferma les yeux et réfléchit
longtemps. Puis, devenu plus calme, il relut la lettre une seconde fois,
et murmura: «Ce calotin! qui se permet de me donner des conseils! J'ai
bonne envie de lui répondre de se mêler de ses affaires! Mais, pourtant,
si je veux atteindre le but que j'ai en vue, j'ai besoin de ne pas
perdre la confiance de mon curé. Je dois, au contraire, convaincre ce
petit saint que je mérite son estime. Et quand j'aurai réalisé le rêve
qui m'apportera la fortune, je me moquerai pas mal de l'estime du curé
Faguy et de l'argent de Jean-Charles... Il me faut donc bien réfléchir
avant de lui répondre.»

Le lecteur saura, plus tard, pourquoi le clerc notaire tenait tant à
mériter la confiance de son curé, et pourquoi aussi il désirait obtenir
le titre de notaire.

Le curé, pensa Victor, doit tenir ses renseignements du pseudo-fantôme,
puisqu'il parle de mes fréquente? visites au _Saumon d'or_ et de
l'argent de Jean-Charles que j'y ai dépensé.

Je vois que j'ai une forte partie à jouer, si je veux ménager le diable
et le curé... La partie est d'autant plus forte et difficile que j'ai
à combattre, ici, des ennemis invisibles. Si encore je connaissais ce
vengeur de la morale qui simule le fantôme, je pourrais peut-être lui
tailler des croupières; mais... je ne le connais pas, l'animal!

N'importe! chaque chose viendra en son temps; et l'essentiel, pour le
présent, c'est d'amadouer l'abbé Faguy. Je m'occuperai du fantôme une
autre fois!

Il s'assit confortablement dans son lit, plaça un carton sur ses genoux,
prit une plume et écrivit ce qui suit:

    Vénérable et cher monsieur,

    J'ai l'honneur d'accuser la réception de votre lettre du 7 du
    courant; et, en réponse, de vous dire que sa lecture m'a causé
    autant de surprise que de chagrin. Oui, je suis surpris qu'on
    m'accuse de mener, à Montréal, une vie de Sardanapale, quand, en
    réalité, je mène plutôt une existence d'anachorète, m'efforçant de
    remplir à la lettre mes devoirs de chrétien et d'étudiant.

    J'ai bien quelques légères peccadilles à me reprocher, comme, par
    exemple, de m'être laissé entraîner deux fois, par de prétendus
    amis, au restaurant du _Saumon d'or_, que je ne connaissais pas, et
    d'y avoir vidé quelques verres de vin.

    Mais, Dieu merci! J'ai eu la force de briser promptement les liens
    qui m'unissaient à ces amis d'un jour, et je ne suis plus retourné
    dans ce lieu infâme.

    J'ai traité rudement ces misérables, et je crois que ce sont eux,
    qui, par vengeance, vous ont fait de faux rapports sur mon compte.
    Je leur pardonne ces calomnies, et je prie le bon Dieu de les leur
    pardonner aussi. Mais, comme je tiens à mériter la confiance que
    vous m'avez toujours témoignée, je vous supplie, avant d'ajouter
    créance à des accusations aussi graves, de bien vouloir vous
    adresser à des personnes dignes de foi pour obtenir des
    renseignements complets relativement à ma conduite. Et, à cette fin,
    je prends la liberté de vous mentionner Mme de Courcy, chez qui je
    demeure, et mon patron, M. le notaire Archambault. Je ne crains pas
    le verdict que rendront ces personnes si éminemment respectables,
    et qui sont, depuis plusieurs mois, les témoins quotidiens de ma
    conduite.

    Quant à l'argent que j'ai reçu de mon bien-aimé frère et de ma
    famille, je vous certifie que j'en ai fait un usage honorable.

    Je sais que j'ai des défauts (eh, mon Dieu! qui peut se vanter de
    n'en pas avoir!) mais je vous donne ma parole de gentilhomme que je
    mets en pratique, ici, les principes d'honneur et d'équité que vous
    proclamez avec tant d'éloquence du haut de la chaire de vérité, et
    de plus que je suis les bons exemples que n'ont cessé de me donner
    mes parents chéris.

    Je souffre d'être obligé de vivre éloigné de ma famille et de ma
    paroisse natale; mais je m'impose ce cruel sacrifice pour étudier
    une profession que j'aime et que j'ai le désir d'exercer dans ma
    belle paroisse. Car, aussitôt que je serai admis à la pratique du
    notariat, je m'empresserai de fuir Montréal pour aller goûter, dans
    le travail, les ineffables joies de cette vie si paisible et si
    heureuse que l'on coule à l'ombre du clocher de Sainte-R...

    Je vous remercie de l'intérêt que vous me portez, et je me
    recommande à vos bonnes prières et à celles de mes pieux parents.

    Veuillez croire, vénérable et cher monsieur, à l'affection bien
    sincère et à la vive gratitude de votre paroissien toujours dévoué.

    VICTOR LORMIER.

Hum! fit-il, après avoir relu sa lettre; je crois que le saint homme va
mordre à l'hameçon...

                                *
                               * *

La veille au soir, avant de se mettre au lit, Philippe voulut écrire au
vieux serviteur François, et il le fit dans les termes suivants:

    Cher père François,

    Je mets la main à la plume pour vous dire que je viens de laisser
    le muscadin dans la rue, les quatre fers en l'air! Je lui ai fait
    danser, avec mon meilleur fouet, un rigodon qui a duré un quart
    d'heure. Je lui ai étrillé les jambes comme je fais à un poulain
    malpropre et fringuant!

    J'aurais donné deux sous pour vous avoir comme témoin!

    Le rigodon a eu lieu, à minuit, à quelques pas du _Saumon d'or_,
    d'où Victor venait de sortir seul et un peu gris.

    Le muscadin était venu au restaurant la veille et l'avant-veille,
    mais je n'ai pas osé lui présenter mes saluts ces soirs-là, parce
    qu'il était avec d'autres gars qui devaient sentir le musc et le
    whiskey...

    Pendant que je graissais mon archet--je veux dire mon fouet--pour
    faire danser encore le muscadin, j'ai vu venir un homme avec des
    boutons jaunes sur le ventre, et je me suis caché pour voir ce qui
    allait se passer. Le nouveau venu était un constable que je connais
    bien. Il a été obligé de relever notre danseur, qui était hors
    d'haleine, et d'aller le reconduire chez lui, car il ne pouvait plus
    se porter sur les béquilles, et il geignait à faire pleurer les
    cailloux!

    A propos, je sais où niche l'oiseau et j'irai rôder autour de son
    nid, de temps à autre.

    Mais je pense qu'il ne sortira pas d'ici à quelques jours...

    C'est toujours autant de pris contre le diable et peut-être pour le
    bon Dieu... car qui sait si les noeuds de mon fouet n'auraient pas,
    par hasard, touché en passant le coeur du muscadin...

    Je vous écrirai encore quand j'aurai des nouvelles fraîches.

    J'ai retrouvé Jacqueline plus joyeuse et plus aimable que jamais.
    J'ai bien hâte que Pâques arrive! Je m'aperçois, à cette heure,
    que j'ai fait une sottise en fixant mon mariage à une date aussi
    éloignée...

    Si c'était à recomm... mais c'est fait, n'en parlons plus!

    Je suis pour la vie votre ami fidèle,

    PHILIPPE.



UN TRIO DE NOBLES COEURS

Jean-Charles était toujours l'objet des soins empressés du Dr Chapais,
de l'abbé Faguy et du vieux François. Tous rivalisaient de zèle et de
délicatesse pour hâter son rétablissement, et tromper les ennuis de sa
réclusion.

Tout danger avait disparu, et même le médecin assurait que, dans
quelques jours, le blessé serait en pleine convalescence.

Les longues veilles au chevet du malade, les inquiétudes que lui avait
inspirées son état, avaient lourdement pesé sur l'âme et le corps de
l'excellent prêtre. Il s'était produit chez-lui une dépression grave, et
un moment, on avait craint pour sa santé. Mais le repos du corps et la
tranquillité de l'esprit eurent raison de ces défaillances, et bientôt,
aux devoirs de son ministère, il put ajouter l'étude, qu'il avait
négligée depuis quelque temps.

Le vieux serviteur, lui, bien que souvent préoccupé de l'inconduite de
Victor, se montrait joyeux et assidu auprès de Jean-Charles.

Un matin, notre héros lui dit: «Je vous ai causé involontairement de
la peine, l'autre jour, mon bon M. Latour, et je vous en demande bien
pardon.»

--Mais non, M. Lormier, pas que je sache!

--Écoutez, mon bon ami; je sais tout. Ce sont les dernières paroles que
je vous ai adressées, au sujet de mon malheureux frère, qui ont provoqué
votre syncope. Du reste, je connais mon pauvre frère, et je vous avoue
que je tremble pour son salut, si Dieu ne fait un miracle en sa faveur!
Voyons, M. Latour, dites-moi franchement ce que vous avez appris, à
Montréal, sur le compte de Victor.

Le vieillard baissa la tête, et une grosse larme, semblable à une perle,
tomba de ses paupières.

--Ne craignez pas de m'offenser, reprit Jean-Charles, car je suis prêt à
tout. Parlez!

Le vieux serviteur, d'une voix émue, mit le malade au courant de la vie
désordonnée du clerc notaire.

--Est-ce que M. le curé sait comment mon frère se conduit à Montréal?

--Oui. Après mon indisposition, M. le curé m'a tellement pressé de
questions, que j'ai été obligé de tout lui avouer. M. l'abbé Faguy a
écrit à votre frère une lettre qui devra lui toucher le coeur.

--Vous avez bien fait d'en parler à M. le curé. Je crois que son
concours nous permettra d'arrêter mon frère sur la pente de l'abîme. Je
me reproche amèrement d'avoir donné de l'argent à Victor, et, par là, de
lui avoir fourni l'occasion d'offenser le bon Dieu. Mais je me propose,
à l'avenir, avant de débourser un sou pour lui, d'exiger la production
des comptes, et je ne payer que les dettes d'une provenance honorable.

--Bonjour, bonjour, mes bons amis! dit le curé, en entrant dans la
chambre du malade.

Mais remarquant la tristesse qui était peinte sur les figures de
Jean-Charles et de François, il ajouta: «Ne dirait-on pas que vous vous
amusez à broyer du noir!»...

En effet, M. le curé, reprit notre héros, nous nous livrions à des
pensées bien sombres, puisqu'il était question de Victor! J'ai supplié
mon vieil ami de me dire la vérité, toute la vérité, et maintenant je
sais tout. Il m'est impossible d'abandonner mon frère, même au milieu
de ses égarements; mais, voulant mettre un frein à ses passions, j'ai
décidé de ne payer que les dettes qu'il aura contractées pour des
fins utiles et honorables, et encore sur la production de comptes
authentiques. D'ailleurs. je sens que j'ai besoin d'économiser si je
veux aider mon père à payer la pension de mes deux soeurs qui entreront,
après les vacances, au couvent des religieuses de la Congrégation de
Notre Dame, à Montréal, Si Victor aime nos soeurs, comme je le crois,
il les visitera souvent, et ses entrevues devront lui faire beaucoup de
bien. C'est dans l'espoir d'obtenir cet heureux résultat que j'ai fait
consentir mon père à envoyer mes soeurs à Montréal.

--Mon cher Jean-Charles, dit l'abbé Faguy, vous agissez avec sagesse, et
je ne saurais trop approuver la décision que vous avez prise à l'égard
de Victor. Mais savez-vous que je commence à croire qu'on a exagéré les
torts de votre frère? A une lettre sévère que je lui ai adressée, ces
jours-ci, je viens de recevoir une réponse aussi digne que rassurante.
Écoutez en la lecture, ajouta le curé, d'un air triomphant.

Et il lut la lettre que nous avons citée plus haut.

--Quel tissu de mensonges et d'hypocrisies! ne put s'empêcher de
s'écrier François, dans un moment de noble indignation.

--Que dites-vous? interrogea le curé, surpris de la hardiesse
inaccoutumée de son serviteur.

--Pardon, M. le curé! ces mots m'ont échappé, et je les retire en vous
offrant toutes mes excuses ainsi qu'à M. Lormier.

--Sur quoi vous basez-vous, insista le curé, pour dire que cette lettre
est un tissu de mensonges et d'hypocrisie; voyons, parlez!

--Sur de nouveaux renseignements que je viens de recevoir de mon ami
Philippe.

--Et ces renseignements?

--Les voici! fit simplement François, en tendant la lettre de Philippe.

La lecture de cette épître aussi franche que originale, parut convaincre
l'abbé Faguy, et il la communiqua à Jean-Charles sans faire une seule
remarque.

Le bon curé avait évidemment pris ses désirs généreux pour la réalité;
et d'ailleurs il était si indulgent et si droit, qu'il croyait
difficilement à l'hypocrisie et à la méchanceté chez les autres. C'était
un optimiste dans le sens chrétien du mot.

--Peut-on ajouter foi aux paroles de ce Philippe? demanda Jean-Charles,
en s'adressant au curé.

--Oui, répondit le curé; je connais le cocher de M. Normandeau depuis
plusieurs années, et je le tiens pour un garçon de la plus grande
respectabilité; et, du reste, je ne vois pas quel intérêt il aurait à
nous tromper.

--Alors, que dois-je faire, M. le curé?

--Mettre en pratique la décision que vous avez prise, et prier beaucoup.
Quelque chose me dit que Victor se convertira. Sera-ce tôt? sera-ce
tard? c'est le secret de Dieu; mais nous pouvons, par nos prières, hâter
sa conversion.

--Je vous demande mille pardons, M. Lormier, dit François, d'avoir
augmenté votre chagrin, mais vous m'avez exprimé le désir de connaître
toute la vérité, et je me suis conformé, avec regret, à votre désir.

--Merci, mon bon M. Latour; j'aime les positions nettes. Pour combattre
un mal, il est essentiel de le bien connaître.

--Maintenant, Jean-Charles, interrompit le curé, j'ai une offre à vous
faire, mais je veux que vous me promettiez tout de suite de l'accepter
sans discussion.

--J'hésite grandement à vous faire cette promesse. Je redoute de votre
part un nouveau sacrifice, et je sais que j'ai déjà trop abusé de votre
générosité...

--Que dites-vous là, Jean-Charles! Oubliez-vous que vous m'avez sauvé la
vie au péril de la vôtre, et que je ne pourrai jamais acquitter ma dette
de reconnaissance?

D'ailleurs, soyez tranquille; il ne s'agit pas de sacrifice, mais d'un
simple devoir. Écoutez-moi. Vous voulez aider votre frère, autant que
l'honneur vous permettra de le faire: très bien! Vous voulez aussi
contribuer aux frais de l'instruction et de la pension de vos soeurs:
très bien encore! Mais avez-vous calculé la somme d'argent que toutes
ces dépenses représenteront, d'ici à quelques années? Avez-vous songé
que votre bon père se fait vieux,--très vieux même depuis sa dernière
maladie--, et que tôt ou tard, vous serez le seul soutien de la famille?
A toutes ces questions, je réponds: non! Je sais que vous ne tenez pas
registre de vos bonnes actions, et que votre main gauche ignore ce que
donne votre droite... Mais permettez-moi de compter pour vous et de
m'associer à vos oeuvres. Dites-moi, n'est-ce pas? que vous acceptez,
d'avance mon offre.

--Eh bien! M. le curé, je l'accepte, en priant Dieu de vous rendre au
centuple le bien que vous me faites!

--Voila ce qui s'appelle parler en chrétien! Vous connaissez
l'entraînement irrésistible qui m'attirait vers l'entomologie. Vous
savez aussi que je possédais la collection d'insectes la plus complète
peut-être qu'il y eût dans le pays. Eh bien! la tragédie du bois-Panet
m'a guéri de cette passion, et je me suis débarrassé de ma collection en
la vendant au Dr Provencher, de Québec, pour la somme de quinze cents
dollars. Et c'est cette contribution que je vous offre de grand coeur.

--Mais! vous n'y pensez pas, M. le curé! se récria Jean-Charles.

--Oui. j'y pense, et l'affaire est bâclée, puisque vous m'avez promis
d'accepter sans discussion...

Le produit des insectes et celui des peaux d'ours forment un capital
de dix-neuf-cents dollars, que j'ai déposés à votre crédit à la caisse
d'économie de N... Voici votre livret de banque.

--Mais, fit observer le vieux François, dix-neuf cents dollars ne
forment pas une somme ronde, et je vous demande la permission de
compléter les deux mille dollars en y ajoutant l'argent que M.
Normandeau m'a donné, et dont je n'ai pas besoin à mon âge...

--Amen! dit le curé.

--Ha bien! je proteste de toutes mes forces! s'écria Jean-Charles. Non,
mille fois non! mon bon M. Latour! Je ne peux pas et je ne dois pas
accepter un pareil sacrifice de votre part...

--Pourquoi donc, M. Lormier? Je ne suis qu'un serviteur, c'est vrai,
mais je n'ai pas besoin de cet argent, moi! J'ai, ici, le gîte, le
vêtement, la nourriture et mes gages par dessus le marché. Puis je suis
à la veille de mourir, et je n'ai pas d'héritiers naturels. Pourquoi
refuseriez-vous à un vieillard, qui a déjà un pied dans la tombe, la
satisfaction et l'honneur de contribuer à une bonne oeuvre?...

--Acceptez! acceptez! insista le curé. Je suis sûr que cette
contribution portera bonheur et au donateur et au donataire!

Jean-Charles voulut parler, mais l'émotion qu'il ressentait le rendait
incapable d'exprimer une seule parole.

Prenant les mains bienfaitrices du prêtre et du vieillard, il y déposa
un baiser respectueux et une larme de reconnaissance.

Maintenant, dit le curé, mettons notre entreprise sous la protection de
la Sainte-Vierge, et tout ira bien!



UN DOUBLE COMPTE DE MÉDECIN

Depuis trois semaines, Victor gardait sa chambre.

Une désolante solitude s'était faite autour de lui. Seul le Dr Lamouche
était venu chaque jour lui apporter des soins et des distractions. Notre
étudiant s'indignait de cet abandon des amis.

Les lâches! se disait-il; moi qui ai jeté l'argent à pleines mains pour
leur procurer toutes sortes de plaisirs! Moi qui me suis sacrifié pour
eux en mille circonstances! Ah! les lâches! les ingrats!

Pauvre malheureux! C'était plutôt un service que ses amis lui rendaient
en ne le compromettant pas par leurs visites suspectes! Et puis cette
abstention intelligente prouvait qu'il restait un fond de pudeur au
coeur de ces jeunes compagnons de débauche.

Du reste, l'ami vrai, le seul qui n'abandonne personne, qui console et
soutient toujours, était là, cloué au crucifix, les bras et le coeur
ouverts!

Si Victor s'y était jeté, il aurait trouvé, avec la consolation,
la force de dompter ses passions et de régner sur lui-même. Mais,
l'insensé! au lieu de lever ses regards vers Dieu, il les abaissait
sur les pages des romans les plus immoraux, dont il nourrissait son
esprit...

Ce jeune homme, bien qu'il ne priât plus, n'était pourtant pas un
incroyant. Il y avait encore dans un pli de son âme une parcelle de foi;
mais les mauvaises lectures avaient paralysé sa conscience, faussé son
jugement et contaminé son coeur...

                                *
                               * *

Le premier matin que Victor alla à l'étude de maître Archambault,
celui-ci le reçut avec la plus grande bonté.

--Êtes-vous réellement assez fort pour reprendre l'ouvrage? lui
demanda-t-il.

--Je suis encore faible, répondit le jeune homme, mais je m'ennuyais
trop pour rester plus longtemps à la maison!

--Je comprends cela parfaitement, mais je vous conseille de ne pas
étudier autant que vous l'avez fait dans le cours des derniers mois.
Pour ma part, je me reproche de vous avoir parfois accablé de travail,
et je me propose de vous ménager plus à l'avenir.

--Vous êtes vraiment bien bon, mais je vous prie de ne pas vous gêner,
car je m'aperçois que le travail me va à merveille.

                                *
                               * *

Victor ne sortait pas du tout le soir, car il avait une peur terrible du
fouet du pseudo-fantôme, et, au reste, il boudait encore ses amis qui
l'avaient délaissé durant sa maladie.

Il n'avait pas revu non plus le Dr Lamouche à qui il avait témoigné sa
reconnaissance et promis, pour plus tard, une généreuse rémunération.

--Allons donc! avait répondu le docteur, crois-tu, mon cher Victor, que
je voudrais accepter une rémunération pour des soins donnés à un ami tel
que toi? tu badines!

--Non. je ne badine pas, et c'est mon intention de te payer aussitôt que
je toucherai de l'argent.

--Tiens, mon cher ami, si tu veux m'être agréable, ne me parle pins
jamais de cela...

Un matin, pendant l'absence du notaire, Victor cherchait, parmi les
papiers privés de M. Archambault, des notes dont il avait besoin pour
dresser un contrat de mariage, lorsque, tout à coup, au bas d'un
feuillet, il aperçut la signature du Dr Lamouche. Il jeta un coup d'oeil
rapide sur le chiffon, et cette lecture le mit dans une colère folle.
Voici quel était la teneur de cet écrit:

    Reçu de M. le notaire Archambault la somme de cent dollars pour
    soins professionnels donnés à son clerc, M. Victor Lormier.

    J. A. LAMOUCHE, M. D.

--Le misérable! l'hypocrite! le voleur! vociféra Victor, en lançant un
affreux juron. Tu vas avoir de mes nouvelles, mon brigand de docteur!...

Puis, ayant trouvé les notes qu'il cherchait, il se mit à rédiger le
contrat, et, tout en travaillant, il pensait au Dr Lamouche: «Puisque
ce misérable-là a eu l'effronterie de se faire payer par le notaire
Archambault, je ne serais pas surpris qu'il eût poussé l'impudence
jusqu'à réclamer de l'argent de Mme de Courcy! Je m'en assurerai
aujourd'hui même.»

En effet, au dîner, il amena la conversation sur le Dr Lamouche.

--Comment trouvez-vous ce jeune médecin? demanda-t-il à Mme de Courcy.

--Il me parait bien habile.

--Oui, mais il a la réputation de se faire payer promptement et
grassement. Vous en savez peut-être quelque chose, chère madame?

Mme de Courcy se contenta de sourire.

--Pardon, madame, reprit Victor; voulez-vous avoir la bouté de me dire
si vous avez reçu un compte du Dr Lamouche pour les soins qu'il m'a
donnés, et si vous avez acquitté ce compte?

--Oui. mon cher Victor, il m'a réclamé cent. dollars, que je lui ai
payés avant-hier.

Victor jeta sa serviette sur la table, s'excusa, prit son chapeau et
se rendit tout droit chez le Dr Lamouche, qu'il trouva seul devant une
table somptueusement garnie.

--Comme tu arrives bien! dit le docteur en approchant de la table un
siège pour Victor.

--Oui, j'arrive pour te prendre à festoyer aux dépens du notaire
Archambault, misérable que tu es!

--Mais, mon cher ami, si tu es sérieux, je ne comprends pas ce que tu
veux dire!

--Je veux dire que tu as eu l'effronterie, pour ne pas dire plus, de te
faire payer cent dollars par le notaire Archambault pour les soins que
tu m'as donnés...

--C'est faux! dit le docteur, en jouant l'indignation.

--Quoi! tu as l'audace de nier! Eh bien, vas-tu me dire que ce reçu n'a
pas été écrit et signé par toi?

La production du reçu désarma le docteur, qui se mit à ricaner
cyniquement. Puis il dit: «Oui, c'est vrai; mais il a le moyen de payer,
ce bonhomme-là!»

--Ne t'avais-je pas promis que je te paierais? alors, pourquoi ne
m'as-tu pas attendu quelque temps?

--C'est que j'avais besoin d'argent, et je supposais, sans doute avec
raison, que tu me ferais attendre trop longtemps... et tu sais que la
patience n'est pas au nombre de mes vertus!

--D'ailleurs, est-ce que cent dollars n'est pas une somme exorbitante
pour le gallon d'eau boriquée et l'onguent fait avec la graisse du
diable que tu m'as donnés?

--Et mes soins, et les trente-cinq visites que je t'ai faites, ne
comptent donc pas avec toi?

--Dans tous les cas, tu admettras que cette somme était plus que
suffisante.

--Je conviens qu'elle est suffisante.

--Alors, comment se fait-il, lâche! voleur! que tu as réclamé la même
somme de Mme de Courcy?...

Le docteur ne s'attendait pas à celle-là, évidemment, car il devint
rouge comme un homard cuit, et resta coi!

--Ah! tu ne parles pas, brigand! mais écoute bien ce que je vais te
dire. Si tu ne me remets pas l'argent que tu as filouté au notaire
Archambault, je te dénoncerai partout comme un voleur! Quant à l'argent
que tu as eu l'impudence de demander à Mme de Courcy, je m'engage à le
lui remettre d'ici à quelque temps.

--A tes injures et à tes menaces aussi imprudentes que ridicules, je
réponds ceci: tu n'auras pas un sou! entends-tu? pas un sou! Fais ce que
tu voudras; je me moque de toi comme de ma première culotte... Comment!
me crois-tu assez naïf pour te jeter cet argent avec lequel tu irais
boire et rigoler au _Saumon d'or_?... alors, tu te trompes d'enseigne,
mon vieux... Et, maintenant, houp! sors d'ici, et vite, ou je te lance
par la fenêtre, écrevisse que tu es!

Victor, qui avait peur de son ombre, sortit en maugréant: «Ah! si
j'avais la force de mon frère, tu ne me ferais pas sortir ainsi,
misérable canaille!»

--Va danser le rigodon du diable! lui cria le docteur, en lui faisant
claquer la porte sur les talons!

--Eh! babiche! il parait qu'il se fait sortir rondement, notre clerc
notaire! pensa Philippe, qui passait en voiture juste au moment où
Victor, frappé par la porte, descendait précipitamment l'escalier de la
résidence du Dr Lamouche. Pourtant, quand j'ai rencontré Victor tantôt,
il avait l'air d'un lion furieux! C'est bien le cas de lui appliquer le
dicton de mon grand père:

  Qui part comme un lion,
  Revient comme un mouton!

Pas chanceux, le muscadin! non, pas chanceux! Il n'aura pas voulu payer
le docteur je suppose, et, de plus, il l'aura insulté; puis le Dr
Lamouche. qui est prompt comme un taon, l'aura flanqué à la porte!

Mais qu'il s'arrange! le père François ne m'a pas chargé de m'occuper
de ces détails-là... Il me suffit de savoir que, depuis la scène du
rigodon, le muscadin est sage comme un ermite; les noeuds de mon fouet
ont sans doute rencontré en chemin son tout petit coeur...

Bonjour, le muscadin!

Blond! marche donc, blond!

                                *
                               * *

Victor s'en revenait la tête basse, en effet, et il croyait avoir l'air
si piteux, qu'il n'osa pas rentrer chez Mme de Courcy pour terminer son
repas. D'ailleurs, la rage qui l'animait lui ôtait le goût du dessert!

Il se rendit à l'étude de son patron tout en faisant ces réflexions; «Et
dire que je ne pourrai rien faire pour forcer le voleur à me rembourser
cet argent... car si je dis un mot contre lui, il est capable de se
venger, soit en me donnant la volée ou en dénonçant ma conduite à Mme de
Courcy, à M. Archambault et même à mes parents... et je crains ses coups
de langue autant que ses coups de poing... Ah! si j'avais le courage
et la force de Jean-Charles, je lui en ferais danser un cotillon à ce
bandit de docteur! Mais, hélas, je suis peureux comme une poule et
faible comme un poulet!

Dans les conditions où la nature et le sort m'ont placé, ce que j'ai de
mieux à faire, je crois, c'est de _sortir le moins possible eh d'étudier
le plus possible!_

J'aime beaucoup la vie qu'on coule au _Saumon d'or_, mais elle peut
nuire à mes affaires temporelles... Je pourrai la reprendre à grandes
guides, plus tard, quand j'aurai réalisé mon rêve d'or!



UNE FÊTE PATRIOTIQUE

C'était le 23 juin au matin. L'animation la plus grande régnait dans la
paroisse de Sainte-R..., d'ordinaire très paisible.

Le curé Faguy avait invité les jeunes gens à une corvée patriotique.

L'église et le presbytère étaient bâtis à quelques cents pas du rivage
que baignaient mollement les flots du Saint-Laurent.

Sur le sable de la grève, s'élevait déjà un immense bûcher en forme
de pyramide; le temple et le presbytère étaient pavoisés de drapeaux
français et anglais, et les jeunes gens semblaient mettre la dernière
main aux préparatifs, en plantant de beaux érables de chaque côté d'un
large chemin qu'ils avaient tracé, depuis l'église jusqu'au bûcher.

Jean-Charles Lormier paraissait être l'âme dirigeante de l'organisation;
il voyait à tout et corrigeait, dans les décorations, ce qui choquait le
regard.

Notre héros, bien que très faible encore et incapable de travailler,
avait obtenu du Dr Chapais la permission de prendre un peu d'exercice et
de se créer des distractions.

Depuis environ deux semaines, un vieux prêtre français, l'abbé Failloux,
qui voyageait pour sa santé, était venu se reposer au presbytère de
Sainte-R...

C'était un patriote dont le coeur était rempli du noble désir
d'implanter sur cette terre canadienne les vieilles coutumes de la
patrie française.

Un soir, il dit à l'abbé Faguy: «Dans ma paroisse, M. le curé, et dans
plusieurs paroisses de la France, nous fêtons, le 23 juin au soir, les
feux de la Saint-Jean. Mes paroissiens préparent un bûcher auprès duquel
nous nous rendons en procession; je bénis le bûcher et j'y mets le feu.
C'est le signal de la fête qui dure deux heures. D'abord les assistants
viennent tour à tour se plonger la tête dans la fumée pour recevoir le
baptême du feu. Ensuite, les jeunes gens dansent autour du bûcher
tandis que les hommes d'âge mûr et les vieillards entonnent des chants
patriotiques.

C'est tout à fait charmant.

Puis, quand le feu est éteint, chacun prend un tison qu'il conserve
précieusement au foyer domestique jusqu'à la fête suivante. Mais les
feux de la Saint-Jean ne sont que le prélude de la fête religieuse et
nationale qui a lieu le lendemain, et dont le programme se compose d'une
messe solennelle avec sermon et musique, et d'une procession en plein
air, quand la température le permet.

Ces manifestations ravivent dans les coeurs l'amour de la religion et de
la patrie.

Pourquoi, M. le curé, n'implanteriez-vous pas ici ces belles coutumes de
la France?

--Je le voudrais bien, répondit l'abbé Faguy, mais il ne faut pas
oublier que la situation est encore tendue entre la France et
l'Angleterre; et, en faisant ces manifestations, je craindrais de
blesser certains Anglais qui y verraient peut-être une provocation.

--Allons donc! les Anglais d'aujourd'hui sont trop intelligents et
trop généreux pour défendre aux Canadiens-français de manifester leur
patriotisme... Du reste, rien ne vous empêche de donner à ces fêtes
un caractère de loyauté, en déployant les drapeaux anglais à côté des
drapeaux français, et, dans votre sermon, en exhortant vos paroissiens à
respecter l'autorité britannique.

--J'y penserai, j'y penserai, dit le curé. Et, après y avoir
sérieusement pensé, il décida de célébrer les fêtes dont l'abbé Failloux
lui avait fait la description.

Donc, le 23 juin au soir, aux sons joyeux de la cloche de l'église, tous
les habitants de Sainte-R..., précédés de leur vénérable curé, de l'abbé
Failloux et des enfants de choeur, suivaient avec recueillement le
chemin qui conduisait au bûcher.

La bénédiction fut faite par le prêtre français, et le bûcher fut allumé
par l'abbé Faguy.

La température se prêtait admirablement à une fête de nuit. Le firmament
était parsemé d'étoiles, et une brise légère et fraîche animait le
bûcher d'où s'élevaient des gerbes d'étincelles qui scintillaient comme
des diamants.

Alors, les jeunes gens se mirent à danser autour du feu, et bientôt ils
dansèrent avec une telle frénésie, que les vieillards, stimulés par
l'exemple, se prirent à danser comme à l'âge de vingt ans!

Ce fut une farandole, une furie, quoi!

Les hommes seuls dansaient.

Et pendant que la danse battait son plein, les cornets, les flûtes,
les violons et les clarinettes jouaient nos airs nationaux. Puis des
centaines de voix chantèrent en choeur, avec beaucoup d'ensemble, les
refrains chéris de la vieille France!

Enfin, quand le feu fut éteint, chaque assistant ramassa un tison, qui
avait à ses yeux la valeur d'une pierre précieuse, et l'on reprit
le chemin du logis, emportant le plus doux souvenir de cette fête
inoubliable.

Le lendemain matin, à huit heures, toute la population était réunie dans
la jolie petite église qui avait été décorée avec autant de tact que de
goût.

Des drapeaux français et anglais, disposés en un superbe faisceau,
étaient liés à la croix du maître autel. Les colonnes du temple
disparaissaient sous des guirlandes de fleurs et de verdure; et de la
voûte s'échappaient des banderoles aux couleurs de la France et de
l'Angleterre.

Le saint sacrifice de la messe fut célébré par l'abbé Failloux, et c'est
le curé Faguy qui prononça le sermon, que nous regrettons de ne pouvoir
reproduire in extenso. En voici un bien faible résumé.

Le prédicateur fit d'abord l'historique des feux de la Saint-Jean, dont
il expliqua le sens mystique, et dit que ces feux n'étaient qu'une
préparation à la fête du saint qui eut le privilège de baptiser Notre
Seigneur. Il esquissa la vie si édifiante de Saint-Jean-Baptiste et dit
que les Canadiens-français devraient choisir ce grand saint pour
leur patron. Il exhorta ses paroissiens à prier Saint-Jean-Baptiste
d'accorder au peuple du Canada des jours de prospérité, de paix et de
bonheur. Et, remontant à la source de notre histoire, il retraça les
luttes héroïques que les prêtres, les soldats et les laboureurs eurent à
soutenir pour conserver leur religion, leur langue et leurs traditions.
Il parla de la cession du Canada à l'Angleterre et dit que les
Canadiens-français avaient aujourd'hui, comme avant la cession, le
devoir de rester catholiques et français, mais qu'ils devaient aussi
rester loyaux à l'Angleterre et la défendre contre tous ceux qui
voudraient porter atteinte à son prestige sur le sol du Canada. Voyez
au-dessus de l'autel de ce temple, ajouta-t-il, ce faisceau de drapeaux
français et anglais liés à la croix du Christ: eh bien, ce faisceau est
le symbole des devoirs que vous avez à remplir envers Dieu, envers la
France et envers l'Angleterre!

A l'offertoire, Jean-Charles, qui possédait une belle voix de baryton,
chanta, avec accompagnement d'orgue et de violon, un cantique approprié
à la fête du jour.

Après la messe, toute la foule, bannière en tête, se forma en
procession. Elle alla d'abord présenter ses hommages à son pasteur, et
ensuite se rendit sur la place publique où une estrade avait été érigée
pour les orateurs du jour.

Le maire parla le premier, et dans un discours familier et concis, il
engagea ses compatriotes à resserrer de plus en plus les liens qui les
unissaient déjà et à célébrer, chaque année, avec un éclat grandissant,
la fête nationale.

Le maire invita le Dr Chapais à lui succéder, et aussitôt le nom
populaire du docteur fut salué par les applaudissements de la foule.

Le Dr Chapais, qui maniait aussi bien la parole que le scalpel et le
bistouri, fit un discours tout vibrant de foi, de patriotisme et de
loyauté. Durant trois quarts d'heure, il tint l'assistance sous le
charme d'une éloquence électrisante.

Le docteur possédait à un rare degré _l'art de bien dire ce qu'il faut,
tout ce qu'il faut, et rien que ce qu'il faut_.

Il avait cessé de parler depuis deux ou trois minutes, et les vivats
retentissaient encore en son honneur.

L'assistance commençait à se disperser, lorsqu'un homme, jeune encore,
et portant l'uniforme militaire, gravit les degrés de la tribune.
Les spectateurs se rapprochèrent de l'estrade, et le silence se fit
aussitôt.

L'orateur inconnu prit la parole en ces termes:

«Mesdames et messieurs,

«Vous êtes sans doute surpris de me voir à cette tribune, et je vous
avoue que je suis surpris moi-même de l'audace dont je fais preuve
en osant prendre la parole après l'orateur éminent que nous venons
d'entendre et qui nous a tant charmés.

«Mais je n'ai pas l'intention de vous entretenir longtemps, je ne dirai
que quelques mots, et je réclame une part de votre bienveillante'
indulgence.

«Laissez-moi vous dire, en toute franchise, ce que je suis venu faire à
ces fêtes qui ont obtenu un si beau succès.

«Quand le chef parle, le soldat doit obéir. Or, mon uniforme vous dit
que je suis soldat, et mon accent que je suis Anglais; eh bien, c'est
pour obéir aux ordres de mon chef que je suis venu au milieu de vous.

«Le bruit des préparatifs de vos fêtes est parvenu aux oreilles de son
excellence le gouverneur-général. Or, comme sir George Prévost sait que
les Canadiens-français ont été traités injustement, et même tyrannisés,
par plusieurs des gouverneurs qui l'ont précédé, et que son plus grand
désir est de réparer les injustices qui ont été commises, il m'a chargé
de m'enquérir du caractère des démonstrations que vous organisiez et
de lui en faire un rapport. Car sachant que les Américains, depuis
le commencement de la guerre, cherchent sans cesse à soulever les
Canadiens-français contre les Anglais, son excellence a pu penser
que l'idée de vos fêtes avait été inspirée par nos ennemis comme une
manifestation anti-anglaise.

«Eh bien, mesdames et messieurs, j'ai été le témoin oculaire et
auriculaire de votre fête d'hier et de celle d'aujourd'hui, et j'en
suis tellement enthousiasmé que je n'ai pu résister au désir de vous en
adresser publiquement mes compliments, et de vous faire connaître
la conclusion du rapport que j'aurai l'honneur de soumettre à son
excellence le gouverneur général.

«Je dirai à son excellence que l'Angleterre ne compte certainement pas
dans tout l'empire britannique de sujets plus fidèles et plus loyaux que
les Canadiens-français de Sainte-R...

«Oui, tout ce que j'ai vu et entendu ici fait l'éloge de votre loyauté.
Les décorations, le sermon pathétique de votre digne curé, le discours
de M. le maire et la pièce de haute éloquence que vient de prononcer
M. le Dr Chapais; toutes ces choses, dis-je, proclament hautement la
noblesse de votre patriotisme et de votre loyauté.

«Du reste, mesdames et messieurs, pour convaincre son excellence que vos
fêtes ont été inspirées par un patriotisme de bon aloi, il me suffirait,
je crois, de lui dire que celui qui les a organisées, est un des
principaux héros de Châteauguay. Car j'ai pris part à la mémorable
bataille de Châteauguay, et je puis vous assurer que les honneurs
de cette glorieuse journée reviennent au colonel de Salaberry et au
valeureux soldat, Jean-Charles Lormier...

«Je termine, mesdames et messieurs, en proposant trois hourras pour
l'Angleterre, pour la brave population de Sainte-R... et pour le héros
de Châteauguay!

La foule, après avoir crié trois hourra?, appela, à grands cris,
Jean-Charles Lormier. Celui-ci, qui n'avait jamais fait de discours,
chercha à se dérober, mais plusieurs vigoureux jeunes gens le hissèrent
sur leurs épaules et le portèrent en triomphe sur l'estrade.

Jean-Charles paraissait plus ému à la tribune qu'il l'avait été sur le
champ de bataille. Mais, réprimant son émotion, il dit:

«Mesdames et messieurs,

«J'avais préparé avec soin le programme do nos fêtes, et je le croyais
complet, mais j'étais dans l'erreur; car mon distingué ami, le brave
capitaine Johnson, est venu le compléter en nous gratinant d'un discours
qui a remué les fibres les plus intimes de nos coeurs! Et je le remercie
au nom de toute la population de Sainte-R...., dont je croîs être en ce
moment le fidèle interprète.

«Je ne vous ferai pas un discours, d'abord parce que je n'ai pas reçu
de Dieu le don de l'éloquence, et ensuite parce que je me sens trop ému
pour pouvoir exprimer, comme je le désirerais, les nombreux sentiments
qui se pressent dans mon âme. Cependant je ne veux pas descendre de
cette tribune sans vous remercier pour le bienveillant concours que vous
m'avez accordé dans l'organisation de nos fêtes et pour les sacrifices
que vous vous êtes imposés, afin d'en assurer le succès.

«Le capitaine Johnson ne m'en voudra pas, je l'espère, si je me permets
de protester contre les paroles trop flatteuses qu'il a prononcées à mon
adresse, en parlant de la bataille de Châteauguay. S'il est un homme qui
s'est conduit en héros, à cette bataille, ce n'est pas moi, mais c'est
plutôt ce noble et modeste capitaine, qui, par un heureux hasard, est
venu couronner, par sa mâle éloquence, la première fête nationale que
les Canadiens-français célèbrent en ce pays!

«Oui, capitaine, vous aurez raison de parler à son excellence le
gouverneur-général de la loyauté des Canadiens-français de notre
paroisse; et vous pourrez lui dire que cette loyauté nous a été
inculquée par notre vénérable et dévoué curé!

«Vous pourrez dire aussi à sir George Prévost que si, par impossible,
la loyauté venait à disparaître un jour des autres paroisses du Canada,
l'Angleterre la retrouverait toujours vivace dans le coeur de la
population catholique et française de Sainte-R...»



UNE BOMBE QUI ÉCLATE

Depuis un mois Victor ne sortait plus le soir. Il avait peur du fouet du
pseudo-fantôme; et la peur était sans doute pour lui le commencement de
la sagesse.

Il se montrait pour Mme de Courcy de plus en plus aimable, et chaque
soir, de huit à neuf heures, il descendait causer ou faire la partie
d'échecs avec elle.

La brave femme était tout simplement enchantée de ce jeune homme.

Dans une lettre qu'elle avait récemment, écrite au père Lormier, après
avoir fait de Victor; l'éloge le plus pompeux, elle terminait par ces
mots: «Vous pouvez remercier le bon Dieu, mon cher cousin, de vous
avoir donné un fils qui vous fait déjà tant d'honneur et qui fera avant
longtemps honneur à la profession du notariat.»

La lecture de cette lettre avait mis la famille Lormier dans la
jubilation; et Jean-Charles se surprenait encore à douter de
l'exactitude des renseignements fournis sur le compte de son frère par
Philippe et même par le vieux François. Après tout, se disait-il, Mme
de Courcy et le notaire Archambault ne sont pas des imbéciles ni des
aveugles, et ils s'accordent à dire constamment du bien de Victor...

Le lendemain de l'affront qu'il avait essuyé chez le Dr Lamouche, le
clerc notaire, qui était sans le sou, avait écrit à son père pour
lui demander de bien vouloir lui envoyer cent dollars. «Je voudrais,
disait-il, acheter des livres pour me former une petite bibliothèque.»

Il avait toujours recours au mensonge.

En recevant la lettre, le père Lormier consulta sa femme, et tous les
deux, sans en parler à Jean-Charles, décidèrent d'envoyer à leur cher
enfant la somme qu'il demandait.

Dès qu'il eut cet argent, Victor s'empressa de l'offrir à Mme de Courcy
en remboursement de la somme qu'elle avait payée au Dr Lamouche.

Mme de Courcy ne voulut pas l'accepter.

--Au moins, madame, faites-moi le plaisir de prendre les trente dollars
que vous avez eu l'obligeance de me prêter, il y a déjà quelques mois.

Il espérait que cette offre ne serait pas plus agréée que la première,
mais, à son grand désappointement, Mme de Courcy, sans doute pour lui
faire plaisir, accepta les trente dollars...

--N'importe! je suis encore riche de soixante-dix dollars! Si je ne sors
pas le soir, rien ne peut m'empêcher de m'amuser un peu le jour, entre
quatre et six heures...

Mais où irai-je maintenant? Je ne veux plus retourner au _Saumon d'or_,
car cette canaille de Lamouche y est toujours, et je n'aime pas a le
rencontrer... puis je pourrais être vu par le pseudo-fantôme, qui
écrirait encore à mon curé...

Bah! je n'ai que l'embarras du choix! Dans une grande ville comme
Montréal, les amusements foisonnent...

                                *
                               * *

Rien ne semblait manquer au bonheur des Lormier; leurs jeunes filles
étaient des anges de piété, de douceur et de dévouement, Victor les
édifiait toujours, et Jean-Charles se portait maintenant comme un
charme.

Notre héros, une fois rétabli, avait voulu retourner sur le champ de
bataille, mais le curé et le Dr Chapais avaient, de concert, conspiré
contre lui auprès du lieutenant-colonel de Salaberry.

Cette conspiration portait l'empreinte de la véritable amitié.

A la lettre qu'il avait adressée au colonel de Salaberry. Jean-Charles
reçut la réponse suivante:

    Mon cher ami,

    C'est avec le plus vif regret que je me vois dans l'obligation de
    décliner vos précieux services.

    Avant de vous répondre, j'ai cru devoir consulter votre médecin sur
    l'état actuel de votre santé, et l'homme de l'art m'a déclaré qu'il
    vous jugeait incapable, d'ici à quelques mois, de reprendre le
    service militaire.

    Le Dr Chapais m'a raconté la lutte que vous avez soutenue contre un
    ours dans le bois-Panet.

    Je vous félicite d'avoir échappé vivant aux griffes de cet animal
    féroce, et, par la même occasion, d'avoir sauvé la vie à votre bon
    curé.

    Vous avez, dans cette circonstance, déployé autant de force et
    d'héroïsme que sur le champ de bataille, à Châteauguay. J'espère que
    vous recouvrerez, bientôt la santé. Je serai heureux, plus tard, si
    nous sommes encore taquinés par les Américains, d'accepter votre
    valeureux concours.

    Je vous prie de croire que je garde de vous le meilleur souvenir.

    Cordialement à vous,

    CHARLES-MICHEL DE SALABERRY.

Jean-Charles fut très attristé de cette décision; mais il se résigna à
son sort, et prit, dès ce jour, la résolution de se livrer avec courage
à la culture de la terre.

Il choisissait toujours le labeur le plus pénible, afin de ménager son
vieux père, dont la santé était chancelante. Puis, le soir, pendant que
les jeunes gens de son age s'adonnaient aux plaisirs, lui, penché sur
ses livres, cherchait dans l'étude le développement de l'intelligence et
le perfectionnement de la raison.

                                *
                               * *

C'était par une belle journée du mois d'août.

Jean-Charles et son père travaillaient aux foins, Marie-Louise et
Antoinette (les deux soeurs de notre héros) étaient allées prier a
l'église, et Mme Lormier, restée seule à la maison, filait en fredonnant
un joyeux refrain.

Elle pensait au cher absent, qui, suivant les paroles de Mme de Courcy,
ferait avant longtemps honneur à la profession du notariat...

Elle avait rêvé que Victor serait, un jour, un _mesieu_, et elle
entrevoyait déjà, avec orgueil, la réalisation de ce doux rêve... Donc,
elle était heureuse, la mère Lormier, et elle chantait!

Oui, elle chantait à la brise qui lui versait, en passant, les suaves
senteurs du bon foin vert; elle chantait aux oiseaux qui la saluaient
de leurs mélodieux trémolos! elle chantait à l'astre du jour qui
remplissait la maison de ses rayons dorés: enfin, elle chantait à tout,
et, à tous le bonheur dont, son âme débordait...

Mais, son chant, fut interrompu par la voix d'une fillette qui lui dit:
«Le maître de poste m'a remis cette lettre pour vous, madame Lormier.»

--Merci, ma belle, fit, l'heureuse femme: viens t'asseoir.

Elle brisa le cachet de la lettre, et en lut tout d'un trait, le
contenu, que nous mettons sous les yeux du lecteur:


    Montréal, 20 août, 1814.

    A Madame Louis-Victor Lormier, Sainte-R...

    Madame,

    Pardonnez-moi si je me permets de vous écrire. Je viens, par la
    présente, vous prier de me faire parvenir le plus tôt possible la
    somme de $ 150.00 que votre fils, M. Victor, me doit, pour des
    dîners, bas, etc., qu'il a donnés ici à ses amis. Si je m'adresse à
    vous, c'est parce que je n'ai pas revu votre fils depuis plus d'un
    mois, et qu'il n'a pas même daigné répondre à deux lettres que je
    lui ai écrites!

    Avouez que c'est choquant...

    J'avais le droit de m'attendre à plus de gentillesse de sa part, car
    à dater du jour de son arrivée à Montréal jusqu'au mois dernier, il
    a passé presque toutes ses soirées ici, et il a été traité avec les
    plus grands égards par moi, par ma fille et par le personnel de mon
    hôtel.

    J'espère que vous prendrez toutes ces choses en considération, et
    que vous me ferez parvenir la somme qui m'est due.

    Veuillez agréer, madame, mes excuses et me croire votre dévouée
    servante,

    LOUISE-ANGELE DODRIDGE, Propriétaire du «Saumon d'or», 128 rue B...,
    Montréal.

Mme Lormier devint pale comme une morte.

Une douleur infinie lui traversa le coeur: sa tête s'inclina sur sa
poitrine, et des larmes silencieuses et brûlantes roulèrent sur le
plancher.

Elle était effrayante à voir dans cette douleur muette! Aussi, la
fillette qui lui avait remis le pli fatal, fut saisie d'épouvante,
et elle courut donner l'alarme à M. Lormier qui travaillait avec
Jean-Charles à trois arpents de la maison.

Quand ceux-ci arrivèrent, Mme Lormier, était toujours assise, la tête
inclinée, et le visage baigné de larmes.

--Voyons, femme! qu'as-tu donc? lui demanda le père Lormier, en lui
relevant doucement la tète.

Mme Lormier fit un haut-le-corps, comme une personne qui s'éveille en
sursaut, et dit: «Où est-elle, cette femme?... où est sa lettre?...»

--Quelle femme, et quelle lettre? interrogea le père Lormier. Mais, en
disant cela, il aperçut une feuille de papier dans un pli du tablier de
sa femme. Il la parcourut rapidement, puis la jeta sur le plancher en
s'écriant: «Mon Dieu, est-il possible!...»

Jean-Charles, à son tour, lut la lettre et ne put retenir ce cri
d'indignation et de colère: «Le misérable! encore lui...» Mais il se
calma aussitôt, et glissa le papier dans sa poche.

--Allons, femme! reprit le père Lormier: du courage, et remettons tout
entre les mains de Dieu...

--Oui, ma mère, ajouta Jean-Charles, soyez courageuse, et je vous
certifie, qu'avec l'aide de Dieu, tout va s'arranger pour le mieux.

D'abord, il ne faut pas ajouter entièrement foi aux paroles de cette
femme; et qui nous assure que cette lettre n'a pas été forgée par un
ennemi de Victor? Je sais que Victor s'est oublié parfois, mais je sais
aussi que, depuis quelques semaines, il ne sort plus le soir et consacre
tous ses loisirs à l'étude. Un ami m'a fourni ces renseignements qui, au
reste, sont confirmés par la femme Dodridge. Elle nous dit, en effet,
qu'elle n'a pas vu Victor depuis plus d'un mois.

Ainsi, la situation est loin d'être désespérée. D'ailleurs Marie-Louise
et Antoinette doivent entrer au couvent dans quelques jours, n'est-ce
pas? et bien! je les accompagnerai à Montréal, et je saurai bien
faire la lumière sur toute cette affaire. Je paierai cette femme, si
réellement Victor lui doit.

Il ne faut pas perdre de vue non plus que Victor se trouve au milieu
d'étrangers et qu'il a dû rudement s'ennuyer parfois. Mais quand
Marie-Louise et Antoinette seront près de lui, il ira les voir souvent,
et les entrevues qu'il aura avec elles le rappelleront à ses devoirs et
le ramèneront dans le droit sentier.

Allons, bonne mère! séchez vos larmes. Tachons de faire en sorte que
Marie-Louise et Antoinette ne s'aperçoivent de rien. Tenez, appuyez-vous
sur mon bras, et venez vous reposer un peu... Bon, comme cela, mère
chérie!

--Tendre et généreux enfant! dit la pauvre mère, tes paroles m'ont
sauvée... oui, je serai forte; viens!

Elle s'endormit en priant, et retrouva, dans la prière et le sommeil, ce
calme et cette sérénité d'âme que la religion seule peut donner dans les
jours malheureux...

                                *
                               * *

Le premier septembre, Jean-Charles arriva avec ses deux soeurs à
Montréal. Il les mena d'abord chez Mme de Courcy. qui leur fit la
réception la plus cordiale.

Victor parut, fort content de voir son frère et ses soeurs, et il les
accueillit avec la plus grande tendresse.

Ils prirent une partie de la journée pour visiter la métropole, et, à
cinq heures, Marie-Louise et Antoinette entrèrent au couvent.

En se séparant d'elles, Victor leur promit d'aller les voir souvent.

Lorsque les deux frères furent seuls, Jean-Charles montra à Victor la
lettre de la femme Dodridge.

Victor refusa d'abord de reconnaître qu'il devait à cette femme. C'est
du chantage, dit-il. voilà tout!

A la bonne heure! reprit Jean-Charles; viens avec moi chez cette
malheureuse, et nous allons la confondre et la faire châtier sévèrement!

Mais ainsi poussé au pied du mur, Victor s'excusa de ne pas accompagner
son frère, en disant qu'il avait juré de ne plus remettre les pieds dans
cette maison... puis, finalement, il avoua qu'il devait à cette femme la
somme qu'elle réclamait...

--Je suis content de la résolution que tu as prise de ne plus retourner
chez cette malheureuse. J'irai seul.

--Pourquoi donc veux-tu absolument te rendre chez la Dodridge?

--Mais pour régler ton compte, parbleu! Tu dois savoir que lorsqu'on a
contracté des dettes, il faut les payer ou aller en prison!

--Ha! fit naïvement Victor: j'avais oublié cela,...

Jean-Charles se rendit au _Saumon d'or_.

--Est ce que je pourrais voir madame Dodridge? demanda-t-il à la jeune
fille qui lui ouvrit la porte.

--Entrez! monsieur.

La jeune fille alla prévenir Mme Dodridge qu'un monsieur la demandait.

--Comment s'appelle-t-il?

--Il ne m'a pas dit son nom.

--Comment est-il?

--C'est un jeune homme très robuste et fort bien mis.

--Est-il joli?

--Il est assez joli, mais sa figure est très brune.

--C'est bien! fais-le entrer au salon.

La jeune fille introduisit Jean-Charles dans une pièce longue et étroite
qui faisait songer au vestibule de l'enfer. Elle lui présenta un siège,
mais Jean-Charles refusa de s'asseoir. Il avait hâte de sortir de ce
mauvais lieu.

--La maîtresse du _Saumon d'or_ parut presque aussitôt.

--Vous désirez me voir? dit-elle, en saluant familièrement, trop
familièrement.

--Êtes-vous madame Dodridge?

--Eh, oui, mon cher monsieur, eh, oui! Et vous, qui êtes-vous?

--Je suis le frère de Victor Lormier, et je viens vous voir au sujet de
la réclamation que vous avez osé adresser à ma mère...

--Quoi! vous êtes M. Jean-Charles? Que je suis donc contente de faire
votre connaissance! J'ai entendu souvent, parler de vos exploits...
et...

--Trêve de compliments, madame! Je suis venu ici pour régler le compte
de mon frère, et voici le règlement que je vous propose. Vous demandez
cent-cinquante dollars; je vous en offre soixante-quinze.

--Soixante-quinze dollars! Y pensez-vous? Cela ne paie seulement pas la
musique...

--C'est à prendre ou à laisser, madame! Si vous refusez, vous n'aurez
pas un sou, car mon frère n'a rien et ma famille est très pauvre!

--Voyons, mon cher M. Jean-Charles, mettez au moins jusqu'à cent
dollars.

--Pas un sou de plus! dit Jean-Charles, en se dirigeant vers la porte.

--Arrêtez donc, M. Jean-Charles! vous êtes bien farouche... C'est bon,
j'accepte!

--Alors, signez-moi cette quittance.

Elle alla chercher une plume, et signa la quittance que Jean-Charles
avait préparée.

--Maintenant, madame, je vous prie de me remettre le portrait de mon
frère que je vois ici, en compagnie d'une jeune tille.

--Ha! vous n'y pensez pas, mon cher ami C'est ma fille qui a posé avec
Victor et elle tient à conserver un souvenir de son...

--Combien le vendez-vous?

--Vingt-cinq dollars, au moins!

--Je vous en donne cinq.

--C'est bon, prenez-le!

Elle décrocha le portrait qu'elle remit à Jean-Charles.

Au moment de partir, Jean-Charles dit à la femme Dodridge: «Vous avez
commis une lâche action en écrivant à ma mère; votre lettre insolente
a failli la tuer; mais elle se vengera de vous en priant le bon Dieu
d'avoir pitié de votre pauvre âme...»

--Vraiment, vous me surprenez, monsieur! car c'est la première fois que
j'entends dire qu'on peut tuer une femme en lui demandant poliment de
payer ce qui est dû...

Jean-Charles sortit en levant les épaules de dégoût.

Il alla rejoindre Victor qui l'attendait chez, Mme de Courcy.

--Regarde! dit-il, en lui mettant sous les yeux la quittance signée
par la propriétaire du _Saumon d'or_. J'ai payé cette dette pour deux
raisons, d'abord pour sauver ton honneur et celui de la famille, et
ensuite pour tranquilliser la conscience si délicate de notre mère;
mais je te préviens que c'est la première et la dernière dette de cette
nature que je paye! Si tu as le malheur d'en contracter d'autres, tu les
paieras ou tu iras les acquitter en prison!

C'est la détermination formelle que mon père et moi avons prise. Nous
sommes prêts à t'aider, mais nous ne voulons pas que l'argent que nous
gagnons péniblement, à la sueur de notre front, contribue au maintien
des auberges et des sentines de vices...

A l'avenir, nous ne te donnerons de l'argent que pour payer les choses
de première nécessité, et encore il faudra que tu nous produises des
comptes authentiques, authentiques, comprends-tu?

Regarde encore ceci! ajouta-t-il en lui montrant le portrait qu'il avait
obtenu de la femme Dodridge. Quand j'ai vu ton portrait dans le salon de
cette femme, j'ai senti la honte me monter au front, et j'ai acheté ce
portrait pour avoir la satisfaction de le détruire moi-même...

Allons, Victor! j'espère que tu regrettes la vie honteuse et insensée
que tu as menée ici, depuis quelques mois, et qui a déjà causé à nos
parents tant de chagrins et à toi tant de désagréments! Tu as pu tromper
Mme de Courcy, le notaire Archambault et nos bons parents avec tes
mensonges et ton hypocrisie, mais j'aime à te dire qu'il y a longtemps
que je suis an courant de tes faits et gestes: et je t'avertis qu'il n'y
a pas que le fantôme qui a l'oeil sur toi; non! car la police aussi te
surveille et se prépare à te loger au violon, à la première fredaine que
tu feras...

Victor trembla comme une feuille en entendant parler du fantôme et de
la police, car il éprouvait une grande répugnance pour le cachot et une
frayeur non moins grande pour le fouet du fantôme...

Jean-Charles reprit:

--Allons, mon cher Victor, redeviens un homme! Songe à nos bons parents
qui t'aiment tant, tu le sais, et à qui tu as eu la faiblesse de causer
de la peine...

Promets-moi que, désormais, tu ne fréquenteras plus ces lieux ignobles,
dégoûtants, infâmes, qui sont le tombeau de la foi, de la vertu, de la
santé et de l'honneur!

Victor releva la tête, qu'il tenait baissée depuis quelques instants, et
dit d'une voix ferme; «Oui, frère, je te le promets!»

--C'est bien! fit Jean-Charles en serrant à la broyer la main de Victor;
oublions le passé et regardons l'avenir avec confiance!



UNE DERNIÈRE ÉPÎTRE DE PHILIPPE

    Montréal, 1er octobre 1814.

    Cher père François,

    Je dépose le fouet pour prendre encore une fois la plume. Mais je
    sais que je réussis mieux avec mon arme qu'avec celle des écrivains.
    Que voulez-vous! chacun son métier, et les...

    Ce n'est pas pour me vanter que je dis ça, mais je crois du fond du
    coeur que la conversion du muscadin est due à la raclée que je lui
    ai donnée, il y a deux mois! car, depuis ce temps-là, il n'a pas
    mis le pied au _Saumon d'or_, et j'ai appris qu'il passe toutes ses
    soirées le nez dans les livres... Voici comment j'ai appris la
    chose.

    J'étais tanné de faire le guet à la fenêtre de mon office (je veux
    dire à la fenêtre de mon écurie), et, pour me dégourdir, j'ai été,
    cinq ou six soirs de suite, faire les cent pas comme disent les
    gens instruits, en face de la demeure du muscadin, pour épier ses
    simagrées. Mais chaque soir je revenais bredouille, n'ayant
    seulement pas aperçu le museau du clerc notaire! Le dernier
    soir, vers neuf heures, je vis quelqu'un sortir de la maison;
    j'écarquillai les yeux et allongeai les oreilles, et voici ce que je
    vis et entendis.

    C'est la maîtresse de la maison qui parlait.

    --Eh bien, notaire, êtes-vous toujours satisfait de votre clerc?

    --Certainement, madame! Depuis deux mois, surtout, il semble
    s'appliquer à faire à la perfection tous les ouvrages du bureau.
    Je serai heureux de me l'associer aussitôt qu'il sera admis à la
    pratique du notariat.

    --Je m'en réjouis pour lui-même et pour sa famille, dit la maîtresse
    de la maison. Je puis vous assurer qu'il parle avec respect de vous
    et avec enthousiasme de votre belle profession. Il ne sort plus le
    soir et il étudie constamment. Je suis convaincue que ce jeune homme
    fera son chemin.

    --C'est aussi mon opinion. Bonsoir, madame!

    --Bonsoir, notaire!

    Je crois quasiment, père François, que le veuf Archambault se pousse
    pour la veuve de Courcy! Mais c'est entre-nous, ça! Je peux bien me
    tromper aussi. D'ailleurs, ce n'est pas de mon affaire!

    Après avoir entendu ce bout de conversation entre les deux amou...
    pardon, entre les deux veufs, je dis à mon tour: bonsoir, la coin
    pallie! et j'allai me coucher...

    J'ai compris que mon rôle était fini... ni... ni! je remercie mon
    fouet, pardon! je vous remercie, pardon encore! je remercie la
    Providence (oui, c'est, ça!) je remercie la Providence, dis-je,
    d'avoir fait, germer dans ma caboche l'idée de me costumer en
    fantôme et de m'armer d'un fouet pour faire danser le muscadin! Je
    ne sais pas si c'est mon apparence de fantôme ou les coups de fouet
    qui l'ont effrayé, mais dans tous les cas, je suis certain que c'est
    l'un on l'autre, et peut-être les deux!

    A dire la vérité, ça me faisait de la peine de le fouetter comme je
    l'ai fait--moi qui ne voudrais pas faire de mal à une mouche!--mais
    j'avais souvent entendu dire qu'aux grands maux il fallait employer
    les grands remèdes; et, comme je ne tiens pas dans mon écurie une
    boutique de remèdes, j'ai pris celui que j'avais sous la main,
    c'est-à-dire mon plus grand fouet, et j'ai tapé, babiche! oui, j'ai
    tapé!

    Mais remarquez bien que je n'ai frappé le muscadin que sur les
    jambes, car si je l'avais frappé sur le cou, je lui aurais tranché
    la tête comme à un pissenlit... et si je lui avais cinglé le corps,
    je l'aurais coupé en plusieurs bouts comme une anguille...

    Avant de me mettre à la besogne, je m'étais dit: Ce gaillard-là
    a péché par les pieds et par les jambes surtout en courant la
    prétantaine, eh bien, tonnerre! c'est par les jambes qu'il faut le
    punir! Et, encore une fois, j'ai tapé au meilleur de ma connaissance
    et de ma conscience...

    N'allez pas vous imaginer que je me servirai encore de ce fouet-là
    pour mes chevaux. Non, non! c'est un fouet _historiche_ (je ne sais
    pas au juste comment les gens instruits écrivent ce mot) mais ce
    que je veux dire, c'est que ce fouet a une histoire, et je ne le
    donnerais pas pour tout l'or du monde... Il m'appartient ce
    fouet-là, savez-vous? Non, peut-être? Eh bien, voici comment j'en
    suis devenu le maître, l'ai été voir M. Normandeau, l'autre jour, et
    je lui ai dit: Je viens vous demander une faveur, M. Normandeau.

    --Tiens! tu vas sans doute me parler de Jacqueline?

    --Non, monsieur, pas de Jacqueline, à cette heure, mais de votre
    grand fouet à manche rouge.

    --Quoi! déjà? s'est écrié M. Normandeau; pauvre Jacqueline, je la
    plains...

    --Mais, monsieur, ce n'est pas pour fouetter ma petite Jacqueline
    que je veux avoir ce fouet, c'est pour le garder comme un souvenir
    de... de vous.

    --Oh! je comprends, comme un cadeau de noce?

    --Non, monsieur, pas à présent, puisque les noces n'auront lieu qu'à
    Pâques... malheureusement!

    --C'est bon, mon drôle, garde-le! a dit M. Normandeau en riant.

    Il rit toujours. M. Normandeau, quand je lui parle; quelle belle
    humeur il a, cet homme-là!

    Puis, je le garde, ce fouet, avec autant de soin qu'un avare garde
    un trésor. Sa vue me fait du bien au coeur...

    Je l'ai accroché dans une armoire-vitrée qui ferme avec une clef.
    Souvent je me place devant cette armoire, et, en fumant la pipe, je
    regarde longtemps le fouet qui me dit toutes sortes de choses. Je
    n'aurais jamais cru qu'un fouet pouvait tant jaser...

    Il me disait que celui qui l'a fabriqué serait bien surpris
    d'apprendre que le bon Dieu m'a inspiré l'idée de m'en servir (pas
    du fabricant, du fouet) pour chasser le démon que le muscadin avait
    dans les jambes, et ailleurs itou, j'imagine... car cet animal-là,
    quand on le laisse faire, il se fourre partout!...

    Le fouet me disait que le muscadin en avait une telle peur, qu'il
    n'osait plus sortir, le soir, pour aller voir les filles! (c'est pas
    dommage!)

    Le fouet me représentait le muscadin, assis devant des gros livres,
    et étudiant tout ce qu'il faut savoir (généralement quelconque) pour
    être n'en notaire...

    Le fouet me montrait le muscadin, dans deux ans, tout à fait
    corrigé, et se promenant sans crainte, le soir comme le jour, avec
    une jolie Jacqueline devenue sa femme. (Oh! la! la!)

    Eh! que d'autres choses intéressantes me disait encore mon grand
    fouet à manche rouge! ce fouet que je ne donnerais pas pour une
    terre _déchiffrée_, pardon! défrichée...

    Pourtant, père François, c'est mon rêve à moi de posséder un jour,
    dans un coin de notre belle province, une terre défrichée! mais je
    crains bien d'être obligé de la défricher moi-même.

    N'importe! babiche! J'aime la vie du colon, pourvu que j'aie une
    _colonne_ avec moi! car n'avoir que des épinettes pour compagnes,
    bonsoir! c'est trop embêtant! J'aimerais encore mieux rester au
    derrière... pardon... excusez! par derrière mes chevaux... et sur le
    devant de ma voiture!

    Pour revenir à mon rôle, père François, j'aime à vous déclarer que
    c'est en tremblant que je l'ai accepté, parce que (ceci est entre
    nous) je ne me croyais pas assez futé pour le remplir comme il faut.

    Mais maintenant qu'il est fini, je suis content de l'avoir accepté,
    puisque j'ai été un instrument dont le bon Dieu a bien voulu se
    servir pour punir le muscadin et, peut-être, le ramener dans le bon
    chemin...

    Je vous remercie de m'avoir confié ce rôle, car je crois que le peu
    de bien qu'il m'a donné l'occasion de faire me portera toujours
    bonheur...

    Je suis pour la vie votre dévoué ami.

    PHILIPPE.



DEUXIÈME PARTIE.



LES FIANÇAILLES DE JEAN-CHARLES

Trois ans ont, fui depuis les événements que nous venons de raconter.

De terribles épreuves sont venues visiter le foyer des Lormier.

Le chef est disparu, emporté par une syncope du coeur, au moment où il
faisait la conversation avec des amis.

Cette mort foudroyante a affecté Mme Lormier au point d'inspirer des
craintes sérieuses pour sa vie. Elle a gardé longtemps le lit.

L'incorrigible Victor, de son côté, tenait les siens dans l'angoisse par
ses nombreuses incartades. Il n'avait pas terminé sa cléricature.

Un échec, à l'examen décisif, le forçait à continuer son stage.

Pendant plusieurs mois, le clerc notaire s'était bien conduit; mais,
s'obstinant à vivre éloigné des sacrements, il avait repris peu à peu
ses anciennes habitudes. Cependant, il fut assez diplomate, nous voulons
dire assez hypocrite, pour conserver les apparences du gentilhomme.

Bref, il avait trompe tout If inonde, excepté Jean-Charles et le curé
Faguy qui le surveillaient, afin de réparer ses folies et d'éviter le
scandale.

Victor tenait énormément à conquérir le titre de notaire, et il se
préparait, avec ardeur cette fois, à subir l'examen qui devait avoir
lieu dans quatre mois.

Jean-Charles venait d'avoir vingt ans, et, à cet âge encore si tendre,
il était déjà le seul soutien de sa mère, de ses soeurs et de son frère.

                                *
                               * *

Il y avait à cette époque, dans la paroisse de Sainte-R..., une famille
du nom de LaRue qui se composait du père, de la mère et d'une jeune
fille de dix-neuf ans.

Ce M. LaRue. qui avait fait fortune, à Montréal, dans la quincaillerie,
était venu vivre de ses rentes à Sainte-R..., sa paroisse natale.
C'était un homme dépourvu d'instruction, mais orgueilleux à l'excès,
comme le sont ordinairement les parvenus.

Il avait ajouté à son nom la particule _de_, et lorsque quelqu'un
l'appelait M. LaRue, tout court, il s'empressait de le reprendre en
disant: «mon véritable nom est M. _de_ LaRue, ainsi que je puis le
prouver par l'arbre généalogique de ma famille que j'ai obtenu du maire
de Marseille, d'où mes ancêtres étaient originaires...» Mais il ne
montra jamais son fameux arbre généalogique... et ses co-paroissiens, un
peu pour flatter sa vanité et beaucoup pour rire de lui, décidèrent,
à l'unanimité, de l'appeler M. de LaRue, gros comme le bras! Ce brave
rentier aspirait aux charges honorifiques, et, à force d'intrigues et
d'argent, il était parvenu aux postes de préfet de son comté et de
président de la commission scolaire de sa paroisse.

Mais il est nécessaire d'avoir de l'instruction pour remplir
convenablement les devoirs de ces deux charges, et, M. de LaRue savait
à peine lire et écrire. Le rentier se trouvait quelquefois dans
l'embarras. Alors, il avait recours à la science de Jean-Charles.

C'est celui-ci qui rédigeait les lettres officielles, les annonces, les
adresses, et les _improvisations_ de M. de LaRue, car ce personnage
aimait, à prendre la parole dans les occasions solennelles...

Jean-Charles, en un mot, était son inspirateur, son souffleur et son
scribe: il faisait cuire les marrons et le rentier les mangeait! Au
reste, M. de LaRue était le plus intègre des citoyens, et le plus dévoué
des préfets.

Pénétrons dans le cabinet de ce personnage la veille au soir des
vacances de 1817.

Jean Charles s'est éclipsé dans un coin et joue le rôle de souffleur.

Il s'agit d'un discoure que le président doit prononcer le lendemain
dans les deux écoles de la paroisse.

L'orateur se promène majestueusement, fait des efforts de mémoire, se
donne de l'importance. Mais, tout à coup, au beau milieu d'une période,
il se perd, attend le mot, se retourne et... au lieu du mot qui reste
dans la gorge de Jean-Charles, il entend une joyeuse voix qui lui jette
ce cri: «Bonjour, cher papa!»

--Bonjour, ma petite Corinne! dit le bourgeois, en rendant à la jeune
fille baisers et caresses; ta sauté est bonne, j'espère?

--Oui, cher papa, excellente!

--Tu dois être bien fatiguée, et de l'étude et du voyage, ma petite
Corinne?

--Non, cher papa, pas trop! Le voyage a été charmant; je suis revenue de
Montréal avec mes deux aimables compagnes, Antoinette et Marie-Louise
Lormier.

--Ah! avec les soeurs de M. Lormier que ta vois ici, et que tu connais
sans doute?

La jeune fille resta un peu confuse en présence de Jean-Charles qu'elle
n'avait pas remarqué.

--Oui, dit-elle, j'ai eu l'honneur de connaître M. Lormier autrefois.

Jean-Charles s'était levé, et, ayant salué la jeune fille, il lui dit:

--Je suis heureux, mademoiselle, de renouveler votre connaissance. Je me
rappelle fort bien avoir fréquenté la même école que vous il y a douze
ans, et je n'ai pas oublié non plus que vous étiez toujours la première
de la classe!

--C'est par un heureux hasard, reprit Melle de LaRue, que j'occupais ce
rang.

--Mais, répliqua Jean-Charles en souriant, je vois que ce hasard vous a
suivi à Montréal, puisque vous avez obtenu cette année la médaille d'or
qui brille à votre cou et les jolis prix que vous venez de déposer sur
la table! Je vous prie d'accepter mes respectueuses félicitations.

--Merci, monsieur! Ces prix m'ont été accordés sans doute en
reconnaissance des bienfaits dont les religieuses sont redevables à mes
bons parents.

Cette persistance que la jeune fille mettait à faire oublier ses
mérites, charma vivement Jean-Charles. Cependant, voulant laisser la
famille de LaRue à cette joie du retour, il manifesta le désir de se
retirer.

Mais le vaniteux président, qui pensait à son boniment, ne voulait pas
sacrifier la gloire aux joies de la famille: sa renommée avant tout, et
son discours avant sa fille!

--Pardon, M. Lormier, dit-il, ne partez pas maintenant. Je veux terminer
ce soir mon... notre affaire... vous savez?

La jeune fille comprit que sa présence gênait son père et Jean-Charles.
Elle s'excusa de les avoir si brusquement dérangés, et sortit en saluant
notre héros avec une grâce parfaite.

Le jeune homme reprit son rôle de souffleur au milieu des plus grandes
distractions.

                                *
                               * *

Quelle gracieuse et aimable jeune fille! pensait Jean-Charles, en
regagnant, tout rêveur, son humble logis...

Corinne, nous l'avons dit, avait dix-neuf ans. Elle était, en effet,
gracieuse et aimable, et, de plus, très jolie.

Il y avait beaucoup de modestie dans son langage et de distinction dans
ses manières. Elle était aussi humble que son père était orgueilleux.

Douée d'heureux talents et d'un noble caractère, elle avait conquis tous
les honneurs du couvent et mérité l'affection de ses maîtresses et de
ses compagnes.

En se séparant d'elle, la supérieure du couvent lui avait dit: «Vous
êtes libre maintenant de choisir entre la vie du monde et la vie
religieuse. Mais que vous restiez dans le monde ou que vous reveniez
vivre parmi nous, vous serez toujours utile et heureuse, parce que vous
possédez l'esprit de piété et l'amour du devoir... Allez, ma chère
enfant! et que Dieu vous ait sous sa sainte garde...»

Le dimanche suivant, Jean-Charles alla, avec ses deux soeurs, passer la
soirée chez M. de LaRue.

Ils furent accueillis tous les trois avec la même affabilité.

Mme de LaRue était une femme sans instruction, mais sans prétention, et
qui ne paraissait pas être offensée quand on oubliait la particule _de_
en prononçant son nom.

Pour fuir la chaleur accablante, Mme de LaRue invita ses hôtes à passer
une partie de la soirée sur le balcon.

Notre héros fut d'abord un peu intimidé en se trouvant assis en face de
cette jeune fille, qui lui apparaissait couronnée de la triple auréole
de la science, de la grâce et de la beauté!

Mais cette timidité, qui n'était pas d'ailleurs sans charme, ne
l'empêcha pas, comme à l'entrevue qu'il avait eue, quelques jours avant,
avec Corinne, de paraître très aimable. Il sut intéresser tout le monde
par sa conversation agréable et instructive.

A neuf heures, ils rentrèrent au salon, et Jean-Charles invita Melle de
LaRue à faire de la musique.

Corinne ne chantait pas du tout, mais, en revanche, elle jouait du piano
d'une façon ravissante. Elle exécuta d'abord, seule, un morceau de
maître, puis joua un duo avec Marie-Louise Lormier, duo que toutes deux
avaient pratiqué au couvent.

Corinne, qui avait déjà entendu Jean-Charles, à l'église, et admiré sa
belle vois de baryton, le pria de chanter.

Jean-Charles ne se fit pas répéter l'invitation et il rendit, avec
beaucoup d'âme, un chant patriotique que le célèbre juge Bédard venait
de composer.

Bref, notre héros créa une bonne impression sur l'esprit de la jeune
fille et gagna aussi l'estime de Mme de LaRue.

                                *
                               * *

La rencontre de cette jeune fille fut un rayon de soleil dans la vie
depuis longtemps si triste de Jean-Charles.

Aussi une métamorphose complète s'opéra en lui.

Les relations entre les deux jeunes gens avaient pris un caractère
intime qui n'échappait pas à la curiosité si vigilante de nos braves
paysans. Ils avaient remarqué les visites régulières que Jean-Charles
faisait à la famille de LaRue; et, le dimanche, après chaque office,
ils voyaient Jean-Charles et Corinne revenir ensemble de l'église. Il
y avait de quoi mettre les langues en mouvement; mais si on parlait
beaucoup de Corinne et de Jean-Charles, ce n'était que pour en dire du
bien.

La race des commères n'avait probablement pas encore fait son apparition
sous le ciel du Canada...

Mais continuons.

Jean-Charles était ce que les gens appellent familièrement un parti
avantageux.

La maison qu'il habitait et la terre qu'il cultivait appartenaient, il
est vrai, à sa mère, mais il en était virtuellement le maître, et
Mme Lormier ne cessait de le répéter chaque fois que l'occasion s'en
présentait. D'ailleurs, il avait su faire fructifier les deux mille
dollars qu'il avait, reçus du curé Fagny et du vieux François, comme un
témoignage de reconnaissance ou d'admiration. De plus, ayant la légitime
ambition de réussir dans la carrière que ses parents lui avaient
ouverte, il travaillait sans relâche pour atteindre son but.

Il étudiait l'agriculture et savait tirer tous les avantages possibles
des expériences faites par des agronomes intelligents.

Depuis quelques semaines, Jean-Charles était encore plus ardent à
l'ouvrage.

Du matin au soir, sons la pluie comme sous les rayons brûlants du
soleil, il travaillait sans s'accorder aucun repos et sans ressentir la
moindre fatigue; car la belle figure de Corinne souriait toujours à
son imagination, et lui faisait paraître les heures bien rapides et le
travail ben doux!

Il l'aimait, cette jeune fille, et il savait qu'il en était aimé.

Il l'aimait, non pas parce qu'elle était jolie car il savait que la
beauté extérieure ne dure que l'espace de quelques années, mais il
l'aimait, parce qu'elle était bonne, tendre et pieuse.

Certes! il n'était paa insensible à l'éclat de ses grands yeux d'azur,
ni aux charmes de son esprit, mais ce qu'il admirait le plus chez elle,
c'était la candeur qui rayonnait aur son front et qui était le sublime
reflet de la pureté de son âme.

                                *
                               * *

Les vacances étaient terminées, et les soeurs de Jean-Charles se
préparaient à partir pour le couvent, où elles devaient passer encore
deux ans. Le jour du départ, elles allèrent faire leurs adieux à leur
bonne amie, Comme de LaRue, qui remit à l'une d'elles une lettre à
l'adresse de la supérieure du couvent. Cette lettre était ainsi conçue:

    Chère madame la supérieure,

    Je profite du départ des demoiselles Lormier, et de leur obligeance,
    pour vous faire parvenir encore de mes nouvelles. Vous me demandiez,
    dans votre honorée du 25 ultime, de vous dire comment j'avais passé
    les vacances, et si je me proposais d'entrer, cet automne, à votre
    noviciat.

    Eh bien! je vous dirai que j'ai passé les plus heureuses vacances de
    ma vie, et que je n'ai nullement l'intention d'entrer au noviciat,
    malgré le respect et l'admiration que je porte à cette vénérable
    institution.

    La vie de communauté est belle, sans doute, mais je suis persuadée
    que la vie de famille l'est bien davantage.

    Du reste, j'ai prié longtemps la Sainte-Vierge avant de prendre
    une décision, et je crois sincèrement que celle que je viens vous
    annoncer aujourd'hui m'a été inspirée par cette divine mère à qui je
    suis déjà redevable de tant de faveurs!

    Je m'efforcerai de mettre toujours en pratique les bons
    enseignements que j'ai reçus de vous et de vos dignes auxiliaires.

    Je me recommande à vos prières, et vous prie de croire que le pieux
    souvenir de mes années du couvent restera à jamais gravé dans ma
    mémoire!

    Veuillez agréer,

    chère madame la supérieure,

    l'hommage des sentiments les plus respectueux de votre affectionnée
    et dévouée servante..

    CORINNE DE LARUE.

Le lecteur devine aisément que notre ami Jean-Charles n'était pas
étranger à la décision que Corinne avait prise et qu'elle annonçait à la
supérieure.

La haute perspicacité de Corinne lui avait permis de reconnaître
promptement les qualités de coeur et d'esprit dont notre héros était
doué.

Elle ne s'attachait pas, elle non plus, à la beauté du visage, mais elle
ajoutait un grand prix à cette beauté de l'âme qui inspire à tous un
respect irrésistible.

Jean-Charles, d'ailleurs, avait une physionomie imposante. C'était un
colosse de six pieds et quatre pouces, à la figure douce, expressive et
affable.

Corinne et, Jean-Charles étaient dignes l'un de l'autre, et leur pur
amour s'était exhalé naturellement de leurs coeurs, comme le parfum
s'exhale du calice des fleurs.

Et, ils formaient des rêves d'or en songeant à l'avenir.

--Eh! bonjour, Jean-Charles! Où allez-vous donc de ce pas? Vous êtes
bien joyeux ce matin: vous sifflez connue un merle!...

--Bonjour! M. le curé. Je m'en allais justement au presbytère.

--Alors, nous ferons route ensemble, car je m'y rends.

--En effet, M. le curé, reprit Jean-Charles, je suis joyeux, et je crois
que j'ai raison de l'être.

--Vraiment? interrogea le curé, en souriant avec malice.

--Oui, M. le curé, et j'espère que vous penserez comme moi.

--Peut-être... entrons! dit le curé en ouvrant la porte du presbytère.

--Permettez-moi, M. le curé, d'aller droit au but.

--C'est, du reste, votre louable habitude, mon cher. Parlez, je ne vous
interromprai plus.

--J'ai vingt ans: j'aime Melle de LaRue; j'en suis aimé, et j'ai
l'intention de la demander en mariage. Que me conseillez-vous. M. le
curé?

--Sans hésiter, je vous conseille de l'épouser; c'est une jeune fille
qui possède de rares qualités, et je suis certain qu'elle saura vous
rendre heureux.

--Merci, M. le curé.

--A quand les noces, mon ami?

--Dans deux mois; est-ce trop tôt, M. le curé?

--Je ne crois pas; mais c'est un détail secondaire que vous réglerez
facilement avec vôtre future épouse et ses parents.

Avant de faire la demande en mariage, je voulais vous consulter
pour savoir si vous approuviez mon choix. Maintenant que j'ai votre
approbation et celle de ma mère, je me sens plus à l'aise; et, dès ce
soir, je parlerai à Corinne et à ses bons parents.

Encore une fois, M. le curé, merci! et au revoir!

--Au revoir, mon ami, et bonne chance!



UNE PÉNIBLE ÉPREUVE

Enfin, je le tiens! s'exclama Victor Lormier, en examinant un diplôme
imprimé sur peau de vélin et muni du sceau de la chambre des notaires.
Oui, je le tiens, ce diplôme tant désiré!

Je suis notaire! c'est-à-dire que j'ai le pouvoir de passer des
contrats, des obligations, des transactions, etc.

Je le tiens, ce titre qui va me permettre d'épouser la...dot... je veux;
dire la fille de cet imbécile et vaniteux de... Quand j'aurai mis la
main sur le magot, je lui en ferai des niches au bonhomme... C'est moi
qui rédigerai le contrat de mariage, et je te promets, mon bonhomme
de futur beau-père, que j'y mettrai toute la science d'un notaire
intéressé!

Je veux m'affranchir de l'humiliante tutelle de cet éléphant de
Jean-Charles et devenir libre comme l'oiseau de l'air!

Vive l'or! vive la liberté! Mais! je ne sais seulement pas ai elle est
jolie, la fille de mon futur beau-père... Bah! que m'importent sa figure
et sa tournure: c'est sa dot qu'il me faut!

Vive donc mon futur beau-père! et vive la dot de sa fille!

La chambre des notaires, involontairement, venait de diplômer un fripon
fieffé.

  Il n'est rien de plus beau qu'un notaire honnête homme,
  Mais dans tous les grands corps on a vu, de tout temps,
  Se glisser des fripons parmi d'honnêtes gens;
  Quand même on trouverait dans le corps un faussaire,
  Cela ne blesserait aucun autre notaire...

Maintenant, s'écria Victor, en proie à une véritable démence, en route
pour Sainte-R...

Le lendemain, vers midi, il arrivait à Sainte-R..., armes et bagages, et
se rendait dans sa famille.

--C'est le _notaire Victor Lormier_ qui vous fait sa première visite!
dit-il, en embrassant sa mère et en serrant la main de son frère. Voyez
mon diplôme! ajouta-t-il, avec orgueil... Sa mère et Jean-Charles le
félicitèrent et lui firent leurs souhaits de bonheur et de prospérité.

Jean-Charles alla aussitôt lui acheter un joli pupitre, surmonté d'un
casier, qu'il fit placer dans la meilleure pièce de la maison et qui
devait, désormais, servir d'étude au jeune notaire. Puis sur une feuille
de métal, fixée au centre de la porte, il fit peindre en lettres d'or;
_Victor Lormier, notaire_.

Enfin, Jean-Charles fit l'impossible pour rendre la maison paternelle
agréable au jeune notaire et lui offrit toutes les facilités de gagner
sa vie avec sa profession.

Après avoir pris un copieux dîner, (car il avait toujours bon appétit)
le jeune notaire fit sa plus belle toilette, puis, le diplôme d'une main
et la badine de l'autre, il alla faire ce qu'il appelait les visites
officielles de la paroisse.

Le curé Faguy fut le premier qui eut l'honneur de recevoir M. le notaire
Lormier; le maire vint en deuxième lieu, et, _the last, but not the
least_, M. de LaRue ferma, pour ce jour, la liste des heureux mortels de
Sainte-R....

--J'ai bien l'honneur de vous saluer et de vous présenter mes plus
respectueux hommages, M. le préfet, dit Victor, en présentant sa main
gantée à M. de LaRue, qui se prélassait dans son fauteuil en lisant un
journal.

--Vous êtes bien aimable, M. Lormier.. répondit le préfet en pressant la
main à Victor, Comment va la santé?

--Très bonne, je vous remercie, et la vôtre, M. le préfet?

--Excellente, mon jeune ami, excellente! Vous ne venez pas souvent vous
promener à, Sainte-R...?

--Non, mais je viens aujourd'hui y fixer mes pénates pour exercer ma
profession de notaire.

--Comment! vous êtes notaire! glapit le vaniteux préfet, en se levant de
son fauteuil pour l'offrir à Victor.

--Oui, M. le préfet, j'ai l'honneur d'appartenir à ce corps éminent qui
compte dans son sein tant d'hommes de génie... Et il déroula sous les
veux ébahis du préfet le parchemin portant le grand sceau de la chambre
des notaires!

--Oh! Oh! je vous félicite! et je vous prie de croire. M. le notaire,
que je suis très honoré de recevoir votre visite.

--Merci, M. le préfet; je vous offre mes humbles services. Les
pouvoirs du notaire, vous le savez, sont très étendus. Je puis servir
d'intermédiaire entre les parties pour prêter et emprunter des capitaux,
pour accorder les intérêts respectifs et amener des conciliations entre
les personnes divisées par des prétentions ou des droits mal entendus,
pour procurer la vente ou l'acquisition des immeubles, pour recevoir les
inventaires après décès ou faillite, etc. Et, le fait d'avoir étudié
chez maître Archambault, le plus savant notaire du pays, me vaudra, je
crois, la confiance du public.

--Certainement, M. le notaire! Vous pouvez me compter pour un de vos
clients.

--Merci, M. le préfet. Maintenant, comme un service en attire un autre,
voici le service que je me propose de vous rendre.

Tout en étudiant le notariat, je me suis occupé un peu de politique.
J'ai eu l'occasion d'écrire des articles pour le _Canadien_ et de
prononcer plusieurs discours. Je me suis fait de la popularité parmi les
politiciens les plus influents. Quelques-uns de ces messieurs sont venus
oe'offrir la candidature pour notre comté, qui, vous le savez, est
actuellement sans représentant depuis la mort de ce pauvre X... J'ai été
très flatté et très touché de cette marque d'estime et de confiance,
mais, dans l'intérêt de ma profession, j'ai cru devoir refuser. Mais
comme je sais que votre haute position de préfet vous met déjà en
évidence et que votre connaissance des affaires et votre fortune vous
donnent des droits à la représentation nationale, j'ai pris la liberté
de proposer votre nom aux principaux hommes de notre parti qui doivent
choisir le candidat.

--Comment! vous avez fait cela, M. le notaire? mais vous êtes d'une
amabilité incomparable!...

--Pas du tout, M. le préfet; je n'ai en vue que les intérêts de notre
cher pays. Votre grande expérience dans les affaires vous mettra plus en
position que tout autre de nous représenter pratiquement. Voyez-voua,
il y a en chambre trop d'hommes de profession et pas assez d'hommes
d'affaires. Ce sont des hommes pratiques qu'il nous faut à l'heure
actuelle. Et si vous acceptez, la candidature, votre élection est
assurée.

--Si je l'accepte! Avec le plus grand plaisir. M. le notaire!...
Mais connue je n'ai pas encore le don de la parole, je vous prierai
peut-être, parfois, de me préparer des discours, des petits, vous savez!
car il y a longtemps que je ne cultive pas ma mémoire, et elle est,
devenue rebelle... Votre frère... Jean-Charles, m'en compose de bien
beaux, mais il est si occupé, de ce temps-ci, le cher homme! ça me gêne
de m'adresser toujours à lui...

--Certainement, M. le préfet: ne vous gênez pas avec moi. Vous pouvez
compter sur mon concours et sur mon entier dévouement.

Victor se leva, prit son chapeau, sa canne et son diplôme, et s'inclina
en disant: «M. le préfet, j'ai l'honneur de vous saluer.»

--Déjà, M. le notaire? Promettez-moi de revenir et de revenir souvent.

--Certes, oui, M. le préfet! En attendant, je vais m'occuper de votre
candidature, et, demain on après demain, je viendrai vous en donner des
nouvelles...

Ça prend, se disait, le notaire, en retournant à son bureau. La
prochaine fois, je tâcherai de faire la connaissance de l'héritière...
et le reste marchera comme sur des roulettes... Je l'éblouirai avec mon
titre de notaire; car doit doit être aussi vaniteuse et stupide que son
Père, cette petite drôlesse-là...

Victor ignorait la nature des relations que Jean-Charles entretenait
avec la famille de LaRue, et il était à cent lieues de se douter que
la jeune fille, dont il convoitait la fortune, était fiancée à
Jean-Charles! Mais trois ou quatre jours après son arrivée à
Sainte-R...., en furetant parmi les papiers de son frère, il mit la main
sur un document qui fut pour lui toute une révélation. Comment! quoi!
est-ce possible! ne cessait-il de s'exclamer, en regardant fixement le
papier révélateur! Quoi! Jean-Charles va épouser dans quelques semaines
Corinne de LaRue!...

Ho! ho! il était temps que j'arrive!... Arrête un peu, mon éléphant, tu
ne la tiens pas encore... Si tu t'imagines, m... habitant, que je vais
me laisser souffler par toi cette fortune qui fait depuis trois ans
l'objet de mes plus chers désirs, tu vas te tromper! A nous deux
maintenant!... Il se leva en faisant un geste menaçant pendant que ses
yeux lançaient des éclairs sinistres! Il était hideux à voir...

La mère Lormier, ayant entendu les éclats de voix de son fils, crut
qu'il l'appelait, et elle entra en ce moment dans le bureau, mais elle
recula, épouvantée, en voyant, cette figure de réprouvé...

Victor, avec cette souplesse de caractère que possèdent les hypocrites,
se radoucit aussitôt et dit à sa mère, en souriant: «Qu'avez-vous donc,
bonne maman?»

--Je croyais, dit la vieille en tremblant, que tu m'avais appelée.

--Mais, non, bonne maman! Je déclamais un discours politique une je dois
prononcer prochainement et j'apostrophais, avec colère et indignation,
les ennemis de nos droits...

--Mon Dieu! que tu m'as fait peur! fit la vieille, en se retirant.

Bête que je suis! murmura sourdement Victor. Il faudra que je réprime
ma colère si je veux réussir. Ah! c'est une rude partie que
j'entreprends... N'importe! je risquerai tout, tout, tout, pour la
gagner! Allons voir le futur beau-père...

                                *
                               * *

--J'ai bien l'honneur de vous saluer, M. le candidat! dit Victor, en
s'inclinant respectueusement devant M. de LaRue.

--Moi pareillement, M. le notaire, répondit le vaniteux rentier en
s'enflant comme la grenouille de la fable... Avez-vous du nouveau?

--Mais, oui, mais, oui! M. le candidat. J'ai si bien joué mes cartes,
que tous les aspirants à la candidature ont consenti à s'effacer devant
vous...

--Alors, je serai élu par acclamation?

--Je le crois sincèrement. M. le candidat.

--Comment pourrais-je jamais récompenser votre dévouement, mon cher M.
le notaire!

--Simplement, en m'accordant votre bienveillant patronage et en
conseillant, à vos amis de s'adresser ù moi lorsqu'ils auront, besoin
des services d'un notaire.

--Rien que cela! certes, je n'y manquerai pas, soyez-en sûr!--Savez-vous
si l'élection aura lien bientôt?

--Dans cinq on six semaines, je crois.

--Vraiment? Cette élection arrive dans un bien mauvais temps pour moi,
car c'est dans cinq ou six semaines que doit être célébré le mariage
de ma fille, et je désire m'occuper un peu de son trousseau, des
préparatifs de la noce, du contrat de mariage, etc.

--Quoi! mademoiselle de LaRue se marie?

--Mais, oui! Est-ce que vous ne savez pas qu'elle se marie avec votre
frère?

--Grand Dieu! que dites-vous là! avec mon frère?

--Eh bien, oui, M le notaire!

--Que c'est donc malheureux! M. le candidat...

--Comment cela? demanda M. de LaRue avec la plus grande surprise.

--Pardon! j'aurais dû retenir cette parole, car toute vérité n'est pas
bonne à dire.

--Voyons. M. le notaire, expliquez-vous, je vous en prie...

--Je veux dire que mon frère sera plus chanceux que vous et mademoiselle
de LaRue.

--Je comprends de moins en moins, M. le notaire!

--Écoutez M. le préfet. En laissant échapper ces mots: «Que c'est
donc malheureux!» J'ai voulu exprimer qu'en permettant à votre fille
d'épouser un _habitant_, vous portiez atteinte à votre dignité de
candidat et que cette mésalliance pourrait vous susciter de l'opposition
et vous conduire à une défaite... En supposant même que, malgré cela,
vous remportiez la victoire, croyez-vous que les ministres et vos
collègues, qui viendront vous visiter dans votre splendide villa, seront
bien flattés de presser la main calleuse de votre unique gendre... Que
dis-je? ces grands personnages briseront votre coeur en ridiculisant
votre chère enfant... Vous perdrez, d'emblée: bonheur, prestige,
influence!

--Vous avez mille fois raison, M. le notaire! et dire que j'ai été trop
sot pour penser à cela!...

--Quant à moi, reprit Victor, je suis très heureux de ce mariage; mais
c'est dans l'intérêt de votre candidature que je fais ces remarques.
Si vous tenez à ce mariage, je vous conseille de renoncer à la
candidature...

--Hélas! il est trop tard, trop tard, M. le notaire, pour empêcher ce
mariage, dit le bonhomme en larmoyant...

--Comment, trop tard? Y avez-vous donné votre consentement?

--Pas tout à fait, mais quasiment. Quand Jean-Charles m'a fait la
demande en mariage, je lui ai répondu en riant: «Obtenez d'abord le
consentement de ma fille et celui de ma femme, et, après cela je
verrai...»

Alors, il n'y a rien de fait!

--Mais, M. le notaire, ce n'est pas facile pour moi de déranger un
mariage qui est du goût de ma fille, du goût de ma femme et qui était
bien aussi du mien jusqu'à ce que... Ah! si je vous avais connu plus
tôt, ce n'est pas à un _habitant_ que j'aurais donné la main de
ma fille, mais c'est à un homme de profession, à... à un notaire
intelligent comme vous, par exemple! Et dire que j'ai été assez stupide
pour ne pas penser à cela...

--J'aurais été très fier, probablement, d'accepter la main de
Mademoiselle de LaRue; mais il n'est pas question de moi... D'ailleurs,
il ne manque pas de jeunes gens haut placés qui se disputeraient
l'honneur de devenir le gendre d'un préfet et d'un futur député...
Néanmoins, si je connaissais Melle de LaRue, je me flatte de croire que
j'aurais la bonne fortune de lui plaire, et que je serais assez habile
pour faire renoncer mon frère à sa sotte ambition...

--Dans ce cas, M. le notaire, je vais vous présenter nia fille, et
ensuite je vous laisserai seul avec elle.

--Très bien! M. le candidat, dit Victor, en ajustant le noeud de sa
cravate blanche et en se tirant la moustache.

Après les présentations d'usage, qu'il fit de la manière la plus
solennelle, M. de LaRue s'éclipsa, en priant M. le notaire de bien
vouloir l'excuser.

Victor. qui s'était fait de mademoiselle de LaRue un portrait vulgaire,
fut surpris de se trouver en présence d'une personne qui réunissait en
elle la beauté, la grâce et la distinction.

Il perdit un instant, son audace ordinaire et ne sut que bredouiller des
mots incohérents aux paroles que lui adressa Corinne. Cependant, grâce
à la bienveillante courtoisie de Melle de LaRue, et à la bonne opinion
qu'il avait de lui-même, il reprit un peu d'aplomb et risqua les
réflexions suivantes:

--Oui, mademoiselle, j'ai été admis à la pratique du notariat avec la
plus grande distinction, et c'est un honneur dont j'ai bien le droit de
me glorifier; mais à quoi sert la gloire sans le bonheur...

--Mais le bonheur est partout, monsieur! il est surtout dans
l'accomplissement des devoirs envers Dieu, envers la famille et envers
la société.

--Peut-être... mais, mademoiselle, pour le. moment, je voudrais le
trouver dans le coeur d'une jeune personne que j'aime,... et si j'étais
assez heureux pour me faire aimer d'elle, je lui donnerais volontiers,
en échange de son amour, mon beau titre de notaire avec les espérances
d'un brillant avenir.

Ce garçon-la est fou! pensa Corinne, sans répondre.

Victor prenant ce silence pour une émotion que ses paroles avaient
fait naître dans le coeur de la jeune fille, reprit sur un ton qu'il
cherchait à rendre persuasif: «Vous ne me répondez pas, mademoiselle
Corinne,... pourtant, un seul mot de votre bouche me donnerait ce
bonheur après lequel je soupire depuis trois ans...»

--Eh! que voulez-vous que je vous dise monsieur?...

Victor, perdant la tête, se jeta à genoux en s'écriant: «Je vous aime,
Corinne! Dites que vous m'aimez, et je dépose à vos pieds mon beau titre
de notaire avec les espérances d'un radieux avenir!...»

--Monsieur! veuillez reprendre votre siège, s'il vous plait, et causons
sérieusement.

Victor, semblable à un enfant qu'on relève de pénitence, reprit aussitôt
son siège, en s'essuyant le front et en redressant le noeud de sa
cravate blanche...

Il était d'une stupidité à faire lever le coeur!

Corinne parut le prendre en pitié.

--Votre déclaration, M. Lormier, dit-elle, me prouve que vous ignorez
que je dois épouser prochainement monsieur votre frère.

--Non, mademoiselle, je sais tout...

--Ah!

--Mais j'ai pensé que... qui... qu'on... j'ai pensé que vous préféreriez
un homme de profession à un simple habitant...

--C'est ce qui vous trompe, monsieur! je préfère un simple habitant à un
notaire simple!

Victor, dans son excitation, ne parut pas saisir le sens de la
transposition du mot «simple», car il continua:

--Ne savez-vous pas, mademoiselle, que votre père doit poser sa
candidature pour la prochaine élection du parlement, et que votre
mariage avec un simple habitant pourrait faire perdre à M. de LaRue son
prestige et son influence auprès des ministres? Eh bien! si vous désirez
que votre père réussisse dans la carrière politique, aidez-le en
épousant un homme de profession qui pourra figurer dignement avec vous
dans les grandes occasions...

--Monsieur, je ne m'amuserai pas à discuter ces questions avec vous;
mais permettez-moi de vous dire seulement que les honneurs que vous avez
fait miroiter aux yeux de mon père, me laissent bien indifférente, et
que, si mon père était élu, personne n'aurait à rougir de votre frère;
car, tout simple habitant qu'il est, il jouit de l'estime, de
la confiance, du respect et de l'admiration de tous ceux qui le
connaissent.

--C'est bien le cas de dire, mademoiselle, que l'amour aveugle... Libre
à vous d'exagérer les mérites et les qualités d'un homme qui ressemble à
un éléphant et que votre père n'acceptera point pour gendre. Car c'est
sur moi qu'il a jeté les yeux, c'est à moi qu'il vient de donner son
consentement, et aujourd'hui même il fera connaître sa décision à
Jean-Charles. J'espère que la nuit vous portera conseil et que demain
vous serez mieux disposée à écouter ma voix, qui est celle de la raison
et de _l'amour pratique_... Mademoiselle, j'ai bien l'honneur de vous
saluer!

Victor ne voulait pas quitter la villa de LaRue sans faire connaître
au vaniteux préfet le résultat de l'entrevue qu'il venait d'avoir avec
Corinne.

--Eh bien? demanda M. de LaRue au notaire, en voyant celui-ci revenir,
la mine un peu renfrognée.

--J'ai obtenu un demi-succès, M. le candidat.

--Ma fille consent-elle à vous éponger, M. le notaire?

--Pas tout à fait... D'ailleurs, je n'espérais pas non plus triompher à
la première attaque. Mais je crois que mes dernières paroles ont produit
beaucoup d'effet sur l'esprit de mademoiselle de LaRue, car elle n'y
a pas répliqué du tout. Je suis persuadé que la réflexion et vos bons
conseils lui ouvriront complètement les yeux et lui feront regretter ses
erreurs... Mais le moyen le plus sûr pour atteindre notre but, c'est,
d'abord, de refuser à mon frère votre consentement, et, ensuite, s'il
regimbe, de lui dire carrément qu'il vous insulte en osant,--simple
habitant qu'il est,--aspirer à la main d'une personne aussi
aristocratique et aussi distinguée que votre fille... Cette rebuffade va
l'assommer net!

--Je serai clair et impitoyable, M. le notaire!

--De mon coté, M. le candidat, je vais tâcher de convaincre mon frère
qu'il doit renoncer au fol et audacieux amour qu'il a laissé germer et
grandir clans son coeur...

--A bientôt, M. le candidat!

--Au revoir, mon futur gendre!

Tout en marchant, Victor se promettait bien de se montrer énergique
et courageux en présence de Jean-Charles; mais lorsqu'il fut rendu
chez-lui, il vit le naturel, c'est-à-dire la peur, revenir an galop...
Alors, pour se donner du courage, ou plutôt de l'audace, il lampa une
roquille d'une liqueur forte qu'il cachait dans un placard de son étude.

Je suis bon maintenant! se dit-il, en lançant un épouvantable juron à
l'adresse de son frère! Je vais aller rencontrer l'éléphant au champ,
afin que notre mère ne s'aperçoive de rien, car elle a encore l'oreille
fine et l'oeil clair, la vieille sorcière!

La liqueur commençait déjà à lui monter au cerveau!

Il aborda Jean-Charles par ces mots:

--Je viens t'annoncer une nouvelle qui va te surprendre, peut-être,
mais dans le monde il faut s'attendre à tout... Je vais me marier
prochainement, et devine avec qui...

--Déjà? Il faut que tu aies bien confiance en ton étoile pour oser te
marier si tôt...

--Je n'ai guère besoin, pour le moment, de m'occuper de la question
du pain quotidien, car ma future est une riche héritière et son père
l'homme le plus généreux de la création...

--Tontes mes félicitations, mon cher! Quel est donc le nom de ma future
belle-soeur?

--Mademoiselle Corinne de LaRue, prononça, emphatiquement le notaire.

--Farceur, va! fit Jean-Charles on riant. On a commis l'indiscrétion
de te dire que je devais épouser Corinne prochainement. Eh bien, c'est
vrai, Victor; si je ne te l'ai pas dit, c'est parce que je voulais te
surprendre.

--Tu as en tort de ne pas me le dire; car, moi, ignorant tes prétentions
et tes démarches, j'ai voulu connaître cette jeune fille, qui, entre
parenthèse, est charmante, et je l'ai demandée en mariage. De plus, j'ai
obtenu le consentement de son père... je ne fais pas les choses à demi,
moi!

--Ce que tu me dis là, mon cher Victor, me prouve que tu es content du
choix que j'ai fait, et je te remercie de la bonne opinion que tu as de
mademoiselle de LaRue; c'est en effet, une personne très charmante.

--Laisse-moi te dire, mon cher Jean-Charles, que je te trouve bien
prétentieux de croire que tu pouvais faire le choix d'une personne aussi
distinguée que Melle de LaRue! N'as-tu jamais mesuré la distance qu'il
y a entre elle et toi? c'est-à-dire entre la fille unique d'un riche
préfet et un pauvre et simple habitant tel que toi?...

--Allons, mon cher Victor, je vois que tu as pris un verre de trop, car
tu commences à perdre la carte! Je me moque bien de tes injures, mon
petit...

--Je n'ai pas l'intention de te dire des injures, et d'ailleurs ce n'est
pas de ma faute si la vérité ressemble parfois à des injures... mais
c'est la vérité que je te dis; et je viens charitablement t'avertir que
tu ferais mieux de ne plus remettre les pieds chez M. de LaRue, car ce
monsieur veut donner la main de sa fille à un professionnel, entends-tu?
et non à un habitant, et c'est le notaire Lormier qui est aujourd'hui le
fiancé de Corinne!

--Victor, j'espère que tu n'es pas sérieux! mais, dans tous les cas, je
te défends de profaner ainsi le nom de Melle de LaRue!

--Je suis très sérieux, an contraire! J'aime cette jeune fille; et le
rang élevé qne j'occupe dans la société, en ma qualité seule de notaire
public, me donne le droit d'aspirer à l'honneur de devenir son époux,
tandis que ta condition inférieure d'habitant te défend même d'oser
parler à cette jeune fille, dont le père, grâce à mon travail, occupera
bientôt un siège au parlement... Vas-tu comprendre enfin la distance
qu'il y a entre elle et toi?...

Je comprends que tu délires, et je te conseille d'aller te coucher...
demain, tu penseras à autre chose... oui, va te coucher, mon petit!

--Demain comme aujourd'hui, vociféra Victor, je penserai à Corinne de
LaRue, ma future épouse; et je te conseille, espèce d'éléphant, de
penser à Josephte Bouliane: c'est une grosse habitante comme ça qu'il te
faut pour épouse...

Jean-Charles leva les épaules de pitié et se remit à l'ouvrage en
soupirant: «Pauvre frère! le voila encore sous l'influence de la
boisson...»

Victor était joliment gris, en effet, car il chancelait en s'éloignant.

                                *
                               * *

Le soir, après souper, Jean-Charles sortit et se dirigea vers la demeure
de M. de LaRue.

La concierge entrebâillant seulement la porte, lui dit que Melle de
LaRue était malade.

--Alors, je veux voir madame de LaRue.

--Elle est malade aussi! répondit la concierge, en fermant rudement la
porte...

Surpris et indigné de la conduite grossière et inexplicable de la
concierge, Jean-Charles alla frapper à la porte du cabinet de M. de
LaRue. C'est le préfet lui même qui vint ouvrir.

--Que me voulez-vous? demanda-t-il à Jean-Charles, sans lui offrir à
entrer.

Notre héros, de plus en plus étonné, garda cependant son calme ordinaire
et dit sur un ton respectueux: «Je sollicite l'honneur d'avoir avec vous
un moment d'entretien.»

--Entrez! mais soyez bref, car j'attends de la visite...

--Votre concierge vient de me fermer la porte au nez; dois-je comprendre
qu'elle a été autorisée à agir ainsi à mon égard?

--Oui, c'est moi qui lui avais donné l'ordre de ne pas vous recevoir!

--Me permettez-vous de vous en demander la raison?

La raison? elle est bien simple: je ne veux pas que vous veniez ici avec
l'intention de faire la cour à ma fille.

--Mais, pourtant, vous avez consenti tacitement à mon mariage avec
mademoiselle de LaRue, puisque la date en a été fixée, en votre
présence, par madame de LaRue.

--Oui... peut-être... mais je n'ai jamais donné mon consentement à ce
mariage.

--Vous me considérez donc indigne de l'honneur d'épouser mademoiselle de
LaRue?

--J'admets que vous êtes un brave et honnête garçon, mais je vous
avouerai qu'il me répugne d'avoir pour gendre un simple habitant comme
vous...

Trois petits coups secs, à ce moment, furent frappés à la porte.

M. de LaRue, visiblement embarrassé, se leva, se rassit, se leva de
nouveau et cria: «entrez!»

Et Victor entra en disant: «J'ai l'honneur de vous saluer, M. le futur
député!» Mais en apercevant Jean-Charles, qu'il ne s'attendait pas de
rencontrer, il devint blanc comme un suaire... Car il était dégrisé
maintenant, et la peur, dans son tout petit coeur, revenait encore au
galop...

--Veuillez vous asseoir, mon cher M. le notaire, dit M. de LaRue.

--Me permettez-vous, M. de LaRue, dit Jean-Charles, de reprendre la
conversation au point où elle était tantôt?

--Oui, sans doute, mais soyez bref, car... c'est bon... parlez!

--Il vous répugne, disiez-vous, d'avoir pour gendre un simple habitant
comme moi. Mais ne sommes-nous pas tous des fils d'habitants?

--Vous savez que je n'ai pas assez d'instruction pour pouvoir discuter
avec vous ces histoires-là; mais je vous dirai que la fille d'un
futur député ne doit pas et ne peut pas épouser un homme qui est sans
profession... et de plus, pour en finir, j'ajouterai que j'ai donné mon
consentement à votre frère, M. le notaire Victor, qui m'a fait l'honneur
de me demander ma fille en mariage...

--Et moi je refuse formellement de donner mon consentement au mariage
de ma fille avec ce chercheur d'aventures! dit Mme de LaRue, en entrant
avec Corinne dans le cabinet du futur député...

--Et moi, ajouta Corinne, permettez-moi de dire, mon cher papa, que
j'éprouve pour ce petit notaire le plus souverain mépris!

--Venez avec nous, dit de Mme LaRue, en prenant le bras de
Jean-Charles.............. .............................................

--Il ne me reste plus qu'à me retirer, je suppose? fit le notaire, en
prenant sa canne, ses gants et son chapeau de soie...

--Pardon, M. le notaire, pardon! Il ne faut pas abandonner la partie
si vite que cela! Je vous ai dit que je serais impitoyable, et je vous
répète que je le serai jusqu'à la fin... Je ne donnerai jamais mon
consentement à ce mariage, et je sais que ma fille respecte trop ma
volonté pour se marier contre mon gré. Veuillez vous rappeler que «tout
vient à point à qui sait attendre»; avec le temps et la patience, nous
viendrons à bout de tout...

--Oh! si j'étais sûr de réussir, je me résignerais facilement à
attendre; mais quelque chose me dit que, sans une action prompte et
violente de votre part, je perdrai complètement la partie...

--Et que me conseillez-vous donc de faire, M. le notaire?

-A votre place, je dirais à mademoiselle

Corinne: «Je suis absolument opposé à ton mariage avec Jean-Charles,
et je te défends de revoir ce garçon! Mon désir est que tu épouses le
notaire, et je veux que, d'ici à deux semaines, tu prennes une décision.
Telle est ma volonté de père!»

D'ailleurs, quand Jean-Charles ne sera plus admis ici, j'aurai mes
coudées franches auprès de Melle de LaRue, et je saurai bien triompher
de ses scrupules et de son prétendu mépris.

--C'est bien, M. le notaire! Dès demain, je parlerai énergiquement à ma
fille...

--Je reviendrai après-demain, M. le candidat, et, en attendant, je
m'occuperai activement de votre élection...

Le lendemain, en effet, le vaniteux rentier dit à sa fille: «Je suis
absolument opposé à ton mariage avec Jean-Charles, et je te défends de
recevoir ce garçon! Mon désir est que tu épouses le notaire, et je veux
que d'ici à deux semaines, tu prennes une décision! Telle est ma volonté
de père!»

--Mais, mon père, observa respectueusement Corinne, n'avez-vous pas
approuvé mon mariage avec Jean-Charles?

--C'est-à-dire que j'ai eu un instant la faiblesse de le tolérer, mais
aujourd'hui, je le répète, j'y suis absolument opposé, et je ne veux
plus on entendre parler!

Cette mésalliance me couvrirait de ridicule aux yeux des chefs de mon
parti et pourrait me faire perdre mon élection... que je veux gagner à
tout prix, entends-tu? à tout prix!

--C'est bien! mon père, fit simplement Corinne. D'ici à, deux semaines,
j'aurai pria une décision!

Et elle se retira, la mort dans l'âme...

Mme de LaRue, en femme sage et modeste qu'elle était, tenta l'impossible
pour soustraire son mari à l'influence pernicieuse du jeune notaire.

En empêchant le mariage de Corinne et de Jean-Charles lui dit-elle, tu
empoisonnes l'existence de ces deux coeurs si bien faits pour être unis;
en recherchant l'amitié de ce misérable notaire, tu t'exposes à perdre
ta réputation; puis en entrant dans la politique, tu risques de dépenser
dans les luttes une partie de ta fortune, et, par ton ignorance, d'être
la risée de la députation et du peuple...

Mais elle eut beau tourmenter et supplier son mari, celui-ci resta
impitoyable, tel qu'il l'avait promis à Victor...

                                *
                               * *

Le même jour, l'abbé Faguy reçut la visite de mademoiselle de LaRue.

--Asseyez-vous, mademoiselle, dit le bon prêtre, en désignant son
meilleur fauteuil à la visiteuse. Vous venez, sans doute, me donner des
nouvelles de nos chers pauvres, que vous visitez avec une régularité qui
vous fait grandement honneur.

--Non, M. le curé, car la pénible épreuve que je subis depuis quelques
jours m'a fait négliger ces chers clients.

--Quelle est donc cette épreuve, mademoiselle?

--Oh! la plus douloureuse que le coeur d'une fiancée puisse recevoir de
la part d'un père bien-aimé...

--Expliquez-vous, je vous prie, mademoiselle!

--Vous aviez sans doute entendu parler de mon prochain mariage avec M.
Jean-Charles Lormier?

--Oui, c'est mon ami Jean-Charles lui-même qui me l'a annoncé.

--Eh bien! mon père s'oppose formellement à ce mariage.

--Que me dites-vous là, mademoiselle?...

--Oui, M. le curé, mon père s'oppose à ce mariage parce que, dit-il, M.
Jean-Charles Lormier n'est qu'un habitant; et il veut que j'épouse M.
Victor Lormier, parce que ce dernier est un professionnel...

Ces mots blessèrent profondément le coeur si délicat du prêtre; mais,
voulant cacher l'émotion qu'il éprouvait et se donner un peu de
contenance, il se leva et fit semblant d'éternuer. Ce petit exercice
lui permit de dissimuler le dégoût que le nom de Victor lui avait
probablement inspiré.

--Je viens vous prier de me dire, M. le curé, reprit Corinne, si je puis
épouser M. Jean-Charles contre la volonté de mon père?

--Non! mademoiselle; un enfant doit respecter l'autorité paternelle!

--Mais suis-je obligée de faire la volonté de mon père quand il me dit
d'épouser Victor?

Le prêtre resta silencieux.

--Je comprends, M. le curé, votre hésitation à me répondre, car vous ne
connaissez peut-être pas ce Victor; mais je le connais, moi! J'ai pris,
ce matin, des renseignements à son sujet auprès de deux personnes dignes
de foi, et j'ai la preuve que ce garçon est un libertin de la pire
espèce... Si Victor était un jeune homme respectable, je n'hésiterais
pas à accepter le sacrifice que mon père veut m'imposer. Mais, M. le
curé, sachant que le notaire Lormier est un misérable, suis-je obligée
de l'épouser?

--Non, mademoiselle. Mais, je vous le répète, vous ne pouvez pas non
plus en épouser un autre sans le consentement de votre père.

--Alors, M. le curé, ma décision est prise: je resterai dans le célibat,
et je prierai Dieu de me faire oublier Jean-Charles!

--Tenez, mademoiselle, vous allez avoir l'occasion de vous expliquer
avec Jean-Charles, car le voilà!

--Oh! M. le curé, je me sauve... Mon père m'a même défendu de revoir
Jean-Charles...

--Dans ce cas, mademoiselle, obéissez à votre père, et que Dieu et la
Sainte-vierge vous protègent!

--Merci! M. le curé.

Les deux fiancés ne se rencontrèrent pas. Corinne sortit par une porte
et Jean-Charles entra par une autre.

La figure de notre héros portait l'expression de la douleur la plus
intense.

Il avait bu, pendant quelques jours, à la coupe d'un bonheur
parfait,--trop parfait pour être durable,--et la coupe enchanteresse
venait de se briser...

Il serra silencieusement la main tremblante du prêtre, et se laissa
choir sur un siège en exhalant cette plainte: «Mon Dieu, que je
souffre!»

--Oui, mon ami, je le sais, et je vous prie de croire que je ressens
autant que vous le malheur qui vous frappe. Mais attendons tout de la
bonté infinie de Dieu!

--Il n'y a donc pas de bonheur, ici-bas, M. le curé?...

--Oui, mon ami! Mais il ne faut pas croire que le bonheur réside
toujours dans la réalisation de nos désirs les plus chers; Dieu le fait
naître parfois du sein de nos malheurs! Le bonheur? il est partout,
quand on le cherche avec les yeux de la foi; il est même dans la
souffrance, si seulement on offre cette souffrance à Dieu en lui disant,
comme autrefois Jésus avant de monter sur le calvaire: «Mon Père, s'il
est possible, faites que ce calice s'éloigne de moi; néanmoins que ma
volonté ne s'accomplisse pas, mais la vôtre!» Ah! si nous avions, la
foi véritable, mon ami, que de maux, de peines et de misères nous nous
épargnerions! Car la foi nous ferait accepter avec résignation toutes
les épreuves, en nous faisant entrevoir, après cette vie, un bonheur
parfait et éternel!

--J'admets volontiers, dit Jean-Charles, que ce n'est pas ainsi que nous
agissons dans le monde pour mériter d'obtenir ce trésor qu'on nomme
le bonheur, et après lequel tant de gens soupirent sans pouvoir
l'atteindre...

--Pourtant, mon ami, je vous assure que c'est l'unique moyen de
l'obtenir. Et quoi qu'il arrive, ne laissez jamais le découragement
entrer dans votre coeur!

Priez! et si c'est la volonté de Dieu que vous épousiez mademoiselle de
LaRue, il saura bien faire disparaître les obstacles qui s'élèvent en ce
moment entre vous et elle.

Ah! mon cher enfant, secouez cette faiblesse qui s'est emparée de vous
un instant; reprenez avec courage vos travaux manuels et intellectuels;
et, encore une fois, attendez tout de la bonté infinie de Dieu, qui
connaît mieux que nous ce dont nous avons besoin!

--Je comprends maintenant, M. le curé, que si nous sommes si souvent
malheureux, c'est parce que nous ne prions pas assez. Et, advienne que
pourra, je suivrai désormais la ligne de conduite que vous venez de me
tracer!

                                *
                               * *

  Notre âme est une lyre
  Aux sons mélodieux,
  Mais qui ne doit redire
  Que des accorda pieux!
  Laissons chanter notre âme:
  La prière est un chant
  Que le Seigneur réclame
  Du juste et du méchant!



L'OR VAINCU PAR L'ÉLOQUENCE

Victor avait cru prudent de déménager le soir même du jour, où, excité
par la boisson, il était allé provoquer Jean-Charles aux champs.

Il avait loué deux chambres dans une maison, occupée par un vieux
couple, et qui était située presque en face de la villa de LaRue. C'est
une idée géniale que j'ai eue, pensait-il, de transporter mes pénates
ici. De ma chambre, et sans me déranger, je pourrai voir aller et venir
ma fiancée.

Elle est encore un peu farouche, ma fiancée! mais avec le temps je
finirai bien par l'apprivoiser...

Pour faire l'assaut de son coeur, je commencerai par lui sourire, sans
lui parler; puis, dans deux ou trois jours, je lui décocherai, en
passant, des compliments sur sa beauté, sa grâce, sa taille, etc. Ces
sortes de compliments chatouillent toujours agréablement l'oreille des
jeunes filles...

Enfin, je me ferai si gentil, si insinuant, si spirituel, que, bientôt,
elle raffolera de moi! Ce n'est plus moi qui courrai après elle, c'est
elle qui courra après moi... Il en est de même de toutes les jeunes
filles.... du moins de celles que j'ai connues à Montréal... Ici, je
suis à l'abri des indiscrétions de ma bonne femme de mère et... des
taloches de Jean-Charles!

Maintenant, si je veux conserver les bonnes grâces de mon futur
beau-père et voir la couleur de son argent, il faut que je m'occupe
sérieusement de sa candidature, car l'élection aura lieu avant les
fêtes du nouvel an.

Victor rédigea un manifeste destiné à voir le jour dans les colonnes du
_Canadien_, sous la signature de M. de LaRue, et il écrivit un petit
discours mielleux que le candidat apprendrait par coeur et irait débiter
dans toutes les paroisses du comté.

Après avoir élaboré soigneusement ces deux formidables pièces, il alla
les soumettre à M, de LaRue, qui s'en déclara enchanté. L'appel nominal
fut fixé au 15 décembre et le scrutin au 22 du même mois.

M. de LaRue lança son manifeste. Il le publia d'abord dans le _Canadien_
et en fit tirer une impression sur des milliers de feuilles volantes que
Victor se chargea de faire parvenir, le dimanche suivant, à tous les
électeurs.

Puis le candidat, en compagnie de Victor, se mit à parcourir toutes les
paroisses du comté, lisant partout son manifeste et récitant son petit
boniment.

Victor, qui excellait dans le genre populacier, terminait chaque
assemblée par une philippique échevelée, qui, dans l'esprit de son
auteur, devait produire autant d'effet que les harangues de Démosthène
contre Philippe de Macédoine... Le Macédoine, ici, était un avocat
pauvre, mais doué de grands talents, qui venait d'entrer dans l'arène
contre M. de LaRue.

M. de LaRue et Victor évitaient, naturellement, de se mesurer à la
tribune avec leur éloquent adversaire...

Celui-ci jouissait d'une grande popularité, et il était évident pour
tout le monde qu'il allait faire mordre la poussière au vaniteux
rentier.

M. de LaRue, qui commençait à avoir des craintes sérieuses, dit un jour
à Victor qu'il regrettait de s'être embarqué dans cette galère, car il
avait compté sur une élection par acclamation...

--Je comprends, dit Victor, que cette opposition imprévue est bien
désagréable pour vous, et j'admets que votre adversaire est un lutteur
bien difficile à terrasser, mais, _A vaincre sans péril, on triomphe
sans gloire!_ Et si vous triomphez contre lui, vous aurez certainement
la chance de devenir ministre!

--Vous croyez, M. le notaire?

--Oui, franchement, je le crois! Cependant je regrette de constater que
vous perdez du terrain tous les jour, mais par votre faute, et votre
très grande faute! car jusqu'à présent vous n'avez presque pas dépensé
d'argent.

--Mais, fit observer M. de LaRue, mon adversaire n'a pas dépensé
d'argent, lui non plus, et il est incapable d'en dépenser, puisqu'il est
pauvre comme un moine!

--Oui, c'est vrai, mais il possède cette puissance de la parole qui
fascine le peuple...

--Vous le fascinez bien, le peuple, vous aussi, M. le notaire, par vos
discours!

--Peut-être... mais ce n'est pas moi qui suis le candidat!

--Alors, que faut-il que je fasse, M. le notaire?

--Pour gagner une élection, sans le secours d'une forte éloquence
personnelle, comme dans votre cas, par exemple, un candidat doit
dépenser de l'argent, encore de l'argent et beaucoup d'argent! L'argent,
voyez-vous, c'est le nerf de la guerre... En d'autres termes, pour tout
dire, si vous mettez peu d'argent dans la lutte, vous serez battu; et si
vous en mettez beaucoup, vous battrez votre adversaire! Choisissez entre
la défaite, c'est-à-dire l'humiliation; et la victoire, c'est-à-dire la
gloire et la renommée...

--Je veux écraser mon adversaire! s'écria le belliqueux rentier, avide
de gloire et de renommée! M. le notaire, ajouta-t-il, je vous choisis
pour mon agent et, mon trésorier; allez-y largement!

--Je vous remercie, M. le futur ministre, de ce témoignage de confiance.
Je prendrai vos intérêts avec le même soin que je les prendrais si
j'étais déjà votre gendre...

--A propos, M. le notaire, vous savez sans doute que ma fille est partie
hier soir, avec son oncle Ulric, pour Montréal.

--Comment voulez-vous que je le sache, si vous ne me l'avez pas dit? Ce
n'est pas Melle Corinne, bien sûr, qui m'aurait annoncé la nouvelle de
son départ: car, depuis quelques jours, je me suis souvent placé sur
son chemin, tantôt pour lui sourire, tantôt pour lui adresser des
compliments délicats, et elle n'a pas fait plus de cas de moi que si
j'eusse été un mannequin... A la fin, j'ai pensé qu'elle était myope et
un peu sourde...

--Ma tille est très gênée, voyez-vous!

Oui, elle est partie pour Montréal, et voici dans quel but.
Dernièrement, je lui ai défendu de revoir Jean-Charles, et je lui ai dit
en même temps que je désirais vous avoir pour gendre. De plus, je lui
ai déclaré que, d'ici à deux semaines, je voulais avoir une décision
définitive au sujet de son avenir.

Or, hier matin, elle m'a tenu ce langage:

--Mon père, ma décision est prise pour ce qui concerne Jean-Charles: je
ne l'épouserai pas! mais pour ce qui concerne son frère, j'ai besoin de
réfléchir et de prier avant de me prononcer. Cette semaine, les élèves
du couvent de la congrégation Notre Dame, à Montréal, font leur retraite
annuelle, et je vous demande la permission de la suivre avec elles.
J'espère que, après la retraite, je pourrai vous faire connaître la
décision que vous attendez de moi.

Donc, M. le notaire, nous avons gagné le prin cipal point: ma fille
renonce à Jean-Charles. J'ai confiance qu'elle va prendre maintenant une
décision favorable à nos projets.

--Oui, M. le futur ministre, je partage entièrem... un peu... votre
confiance. Mais dans le cas où cette décision me serait défavorable,
vous pourriez forcer la main à Melle Corinne, en lui faisant un devoir
de conscience de m'épouser; car elle me parait très scrupuleuse, votre
charmante fille!

--Nous aviserons dans le temps, M. le notaire. En attendant, n'est-ce
pas? ne négligeons rien pour assurer le succès de mon élection. Il faut
que j'écrase mon adversaire...

--Tous mes instants vous appartiennent, M. le futur ministre; je sais
qu'en m'absentant de mon bureau, comme je le fais depuis quelque temps,
je perdrai un bon nombre de clients, mais n'importe! Je n'ai pour le
moment qu'une seule ambition, celle de battre votre adversaire à plate
couture...

--Merci, M. le notaire; je saurai reconnaître généreusement vos précieux
services. Ha! tenez, pendant que j'y pense, je veux vous demander encore
une faveur.

--Ne vous gênez pas, M. le futur ministre!

--Voulez-vous avoir la bonté de me préparer un autre petit discours que
je pourrai prononcer dans les paroisses où j'ai déjà porté la parole?
car je n'aime pas répéter toujours la même chose, vous savez!

Comme je veux capter le vote anglais je vous prie d'introduire dans ce
discours quelques compliments bien tournés à l'adresse des Anglais,...
sans sacrifier les principes, par exemple!... je tiens aux principes,
vous savez!

--Je comprends; un discours assaisonné de bon sens, de patriotisme et de
loyauté. Vous serez servi à souhait, M. le futur ministre!

                                *
                               * *

Victor, qui ne se croyait heureux que lorsqu'il avait bien mangé et bien
bu, se dit: «Je vais organiser dans toutes les paroisses de notre comté,
au nom et avec l'or de M. de LaRue, des festins publics qui auront le
double effet de rendre les gens heureux et d'assurer l'élection de mon
candidat...»

Et il se mit à l'oeuvre avec une ardeur digne d'une meilleure cause.

Ce cabaleur sans vergogne inonda les paroisses de boisson, et y ouvrit
un véritable marché de votes.

En un mot, il inaugura ouvertement, avec l'orgie et la débauche, ce mode
d'intimidation et d'achat des consciences qui s'est répandu depuis,
d'une manière alarmante, d'un bout à l'autre du pays!

Les fêtes--véritables bacchanales--duraient depuis environ un mois,
quand, effrayé des désordres affreux qui régnaient par tout le comté, le
dimanche comme la semaine, le clergé éleva la voix, pour rappeler les
fidèles à leurs devoirs de chrétiens et de citoyens.

Les électeurs finirent par se ressaisir, puis la débandade se déclara
parmi les partisans du candidat trop prodigue.

Le jour du scrutin--si ardemment attendu par M. de LaRue--arriva enfin,
et le vaniteux rentier fut battu par une grande majorité!

L'or avait été vaincu par l'éloquence!

Les malins disaient: «Le bon Dieu s'est fâché et il a donné une bonne
raclée au diable!»

Cette élection avait coûté à M. de LaRue la somme fabuleuse de dix mille
dollars... Le rusé notaire--va sans dire--avait eu le soin d'empocher
une partie de cette somme: la bagatelle de deux mille cinq cents
dollars...

                                *
                               * *

Oh! les ingrats! les ingrats! me trahir de la pareille façon! s'écriait
M. de LaRue, le lendemain de sa défaite, en pleurant comme un enfant!
Oh! les ingrats! moi qui les ai empiffrés de victuailles, moi qui...
moi... Oh!

--Pour l'amour de Dieu! lui dit Mme de LaRue, tâche de te calmer et de
cesser tes ridicules lamentations! Je comprends que c'est humiliant pour
un homme de ton âge d'avoir été la dupe et la victime d'un blanc-bec tel
que Victor Lormier... mais, enfin, c'est fait! et cela te prouve qu'il
n'est pas toujours bon de mépriser les conseils de sa femme pour suivre
aveuglement ceux du premier godelureau venu! Ton échauffourée te coûte
dix mille dollars! C'est une grosse somme, j'en conviens; mais, pour ma
part, je ne regretterais pas la perte de cette somme si elle pouvait
avoir l'effet de corriger ta sotte vanité et ton ambition... Que dis-je?
pour atteindre ce but, je sacrifierais volontiers toute notre fortune!

--Tu as une singulière manière de me consoler, toi! reprit M. de LaRue,
en cessant de pleurer...

--Si mes consolations ne te plaisent pas, va en demander d'autres à ton
charmant conseiller et ami, Victor Lormier!

M. de LaRue, que le lecteur a vu naguère si impérieux, si _impitoyable_,
ne put répondre un seul mot aux reproches sanglants de sa femme. Il
se retira dans son cabinet pour y faire d'amères, mais sérieuses
réflexions.

Ma femme a raison, cent fois, mille fois raison! Si j'avais suivi
ses conseils, je n'aurais pas aujourd'hui la conscience bourrelée de
remords! Que d'erreurs regrettables, et peut-être irréparables, la
vanité et l'ambition m'ont fait commettre depuis quelques semaines...
J'ai scandalisé mes concitoyens, triplé le nombre de mes ennemis, perdu
une partie de ma fortune, préféré le misérable notaire Lormier à son
frère si doux et si honnête! J'ai obligé ma fille à aller s'enfermer
dans un couvent; j'ai banni pour toujours de ma demeure la paix et le
bonheur...

Oui, ma femme a raison, cent fois et mille fois raison!... A quoi, en
effet, peuvent servir mes lamentations, sinon à me rendre plus ridicule
encore! J'ai eu la faiblesse de commettre le mal,--et j'en demande bien
pardon au bon Dieu,--mais il me reste le devoir de le réparer, dans la
mesure du possible.

D'abord, je vais écrire à ma fille pour la prier la supplier même, de
renoncer à la vie religieuse, qu'elle me dit vouloir embrasser, et de
venir reprendre sa place à mon foyer. Et ensuite, je tâcherai de me
réconcilier avec Jean-Charles en lui offrant,--gage de réparation et
d'amitié,--la main de ma fille bien-aimée!

Ce qui fut pensé, fut fait. M. de LaRue n'était pas instruit, mais il
savait lire et écrire passablement.

Il écrivit donc à sa fille une longue lettre dans laquelle il s'accusait
de l'avoir contrainte, par ses duretés, à briser les doux liens qui
l'unissaient à Jean-Charles, puis à fuir le foyer domestique pour
aller ensevelir sa jeunesse et son bonheur entre les murs sombres du
couvent... Il la priait de lui pardonner la peine qu'il lui avait causée
et tous les torts qu'il avait eus envers elle. Il lui assurait que,
si elle voulait revenir sous le toit paternel, elle aurait la liberté
d'épouser Jean-Charles, qu'il regrettait d'avoir traité si durement.

Il lui annonçait sa défaite, et, au lieu de la déplorer, il remerciait
Dieu de la lui avoir infligée, comme moyen de le guérir de sa vanité et
de son ambition...

Par le retour du courrier, M. de LaRue reçut de sa fille une lettre dont
voici la teneur:


    Très cher et bien-aimé père,

    Quoi! vous daignez vous accuser devant moi des torts et de la peine
    que vous croyez m'avoir causés! Quoi! vous me faites des excuses et
    vous me demandez de vous pardonner! Oh! père chéri, au lieu de vous
    accuser et de vous excuser, vous devriez plutôt remercier Dieu,
    comme je le remercie moi-même, d'avoir fait jaillir la lumière des
    ombres passagères qui ont enveloppé et attristé un instant notre
    chère famille.

    Oui, père chéri, vous avez été pour moi le génie bienfaisant,
    l'heureux intermédiaire dont le ciel s'est servi pour me remettre
    dans la voie sûre où je suis maintenant et où je désire rester
    jusqu'au terme de ma vie!

    Ne pleurez pas sur mon sort, père bien-aimé, car je suis heureuse
    autant, ce me semble, qu'il est possible de l'être ici-bas.

    Et c'est aujourd'hui que je comprends tout ce qu'il y a de vrai dans
    ces paroles d'une sainte âme: «Mon coeur surabonde de joie et de
    consolation! Le couvent est pour moi la porte du paradis, le palais
    où le Roi des rois veut bien recevoir son indigne épouse.»

    Que les desseins de Dieu sont grands et impénétrables!

    Il y a quelques semaines à peine, je me croyais appelée à rester
    dans le monde, et j'écrivais à la révérende mère supérieure de notre
    couvent: «La vie de communauté est belle, sans doute, mais je suis
    persuadée que la vie de famille l'est bien davantage!»

    C'était alors ma conviction. Je me préparais même à recevoir le
    sacrement de mariage! Mais tout cela n'était qu'un rêve que le bon
    Dieu s'est chargé de dissiper.

    Je renonce sans regret, croyez-le, à l'union que vous me proposez
    avec M. Jean-Charles Lormier. Je ne veux pour époux que l'immortel
    et divin crucifié...

    Oh! ne me plaignez pas, cher père et bien tendre mère, mais unissez
    vos prières aux miennes afin que Jésus affermisse de plus en plus le
    désir que j'ai de me sacrifier à lui pour toujours.

    Ce saint désir, bien chers parents, est le fruit de vos bons
    exemples et de l'instruction religieuse que vous m'avez fait donner.

    Pour vous récompenser de l'indicible bonheur que je ressens
    maintenant, et dont je vous suis redevable, je prierai Dieu de voua
    combler de ses faveurs et d'adoucir dans votre âme et dans la mienne
    l'amertume de notre séparation terrestre!

    Veuillez agréer, cher père et bien tendre mère, l'assurance de mon
    profond respect et de ma vive affection, et me croire,

    Votre fille tout aimante,

    CORINNE DE LARUE.


La lecture de cette lettre plongea M. et Mme de LaRue dans une profonde
tristesse. Ils aimaient tendrement leur fille, leur unique enfant, et il
leur en coûtait de s'en séparer pour toujours...

Cependant, ils étaient trop bons chrétiens pour vouloir s'opposer aux
desseins de la Providence.

M. de LaRue était un brave homme; il n'avait qu'un seul défaut--défaut
bien détestable, il est vrai--la vanité. Mais il ne parlait plus
maintenant de la noblesse de son origine; et s'il n'eût craint d'attiser
contre lui les épigrammes de ses ennemis, il aurait biffé la particule
_de_ qu'il avait si amoureusement accolée à son nom...

Mais, hélas! il était condamné à la garder jusqu'à la mort, cette
cruelle particule!

--Qu'allons-nous faire? demanda M. de LaRue, en s'adressant à sa femme.

A présent, il aimait à prendre conseil de sa femme.

--Ce que nous allons faire? Nous allons retourner à Montréal le plus tôt
possible, afin d'être plus près de notre fille et d'avoir l'avantage de
la visiter souvent. Puis, lorsqu'elle aura prononcé ses derniers voeux,
si ses supérieures l'envoient à l'étranger, eh bien! nous reviendrons à
Sainte-R... pour y finir nos jours.

--Très bien! ma femme; je vais mettre mes affaires en ordre, et nous
partirons la semaine prochaine.

M. de LaRue voulait, avant son départ, revoir Jean-Charles, lui faire
ses excuses, implorer son pardon et se réconcilier avec lui.

Il fallait aussi lui apprendre la décision de Corinne. Le malheureux
père avait peine à s'y résoudre. Quel coup terrible cette nouvelle
allait porter au coeur du brave garçon!

Un moment, il eut la pensée d'écrire pour éviter un entretien qui
l'effrayait.

Mais comprenant que ce serait manquer de courage et de courtoisie, il
se décida à aller trouver Jean-Charles, pour lui tout avouer, avec
franchise et simplicité.

Dans l'entrevue qu'il eut avec notre héros, celui-ci se montra courtois,
généreux, clément et courageux. Il considérait la décision de Corinne
comme une inspiration du ciel, et, en bon chrétien qu'il était, il
l'accepta avec une entière soumission à la volonté de Dieu.

                                *
                               * *

Victor Lormier, qui avait entendu parler du prochain départ de M.
de LaRue pour Montréal, résolut d'aller lui faire ses adieux et lui
demander en même temps des nouvelles de Corinne, car il n'avait pas osé
revoir M. de LaRue depuis l'élection.

Mme de LaRue ayant vu venir le notaire, voulut le recevoir elle-même.

--Bonjour, chère madame! dit Victor, en se mettant la bouche en coeur;
comment est votre précieuse santé?

--Que vouiez-vous, monsieur?

--Est-ce que vous avez reçu, chère madame, des nouvelle de mademoiselle
Corinne?

--Retirez-vous, monsieur!

--M. de LaRue est-il ici, madame?

--Oui, monsieur!

--Est-ce que je pourrais le voir, madame?

--Non, monsieur!

--Est-il malade, madame, ce cher M. de LaRue?

--Mon, monsieur!

--Alors, madame, je désirerais le voir pour une affaire très importante
concernant son élection.

--Retirez-vous, monsieur, vous dis-je!

--Pardon, chère madame, si j'insiste pour voir M. de LaRue, mais je suis
certain qu'il sera... content de me recevoir...

--Vous vous trompez! dit M. de LaRue, en se montrant; je ne tiens pas du
tout à vous recevoir et vous prie de déguerpir, oiseau de malheur que
vous êtes!

--Mais, M. le candidat... pardon! M. le préfet; vous savez...

Pan!

La porte fermée avec violence par M. de LaRue coupa la parole à
l'obséquieux notaire, qui se retira, la rage au coeur...

Mais, avec cette faiblesse de caractère et ce cynisme que le lecteur lui
connaît, Victor se consola presque aussitôt en faisant les réflexions
qui suivent:

«Si je perds le gâteau (il voulait dire la dot de Corinne) j'en ai
toujours bien pris une tranche de deux mille cinq cents dollars! Avec
cette somme je pourrai m'amuser un brin, en attendant les clients... qui
ne viennent pas vite, les imbéciles!

Mais, j'y pense, il n'y a aucun amusement pour moi, ici... Si j'allais
vivre à Montréal? oh! oui, par exemple, c'est là qu'on s'amuse... Mais
je n'attendrai pas mes ex-futurs beau-père et belle-mère, car je présume
qu'ils aimeront autant ne pas m'avoir pour compagnon de voyage!»

Il fit ses préparatifs promptement et partit, le lendemain, sans daigner
seulement aller voir sa vieille mère, que le chagrin conduisait au
tombeau!

Jean-Charles n'avait pas revu son malheureux frère depuis qu'il l'avait
rencontré chez M. de LaRue; mais il lui pardonnait du fond du coeur tout
ce qu'il avait souffert à cause de lui..



VINGT ANS APRÈS

Nous sommes en 1837.

Jean-Charles vient d'atteindre sa quarantième année, et il est encore
célibataire. Il a connu pourtant, dans le cours des vingt dernières
années, de bonnes et charmantes filles qui auraient été heureuses d'unir
leur destinée à la sienne. Pour toutes, indistinctement, il a été
courtois, aimable, et très réservé.

Aux amis qui lui ont conseillé de se marier, Jean-Charles a répondu
qu'il se croyait voué au célibat.

Corinne est maintenant soeur Sainte-Agnès de Jésus.

Jean-Charles, tout en bénissant les desseins de la Providence, garde au
coeur, avec le souvenir de cette pieuse jeune fille, la blessure qu'y
a faite un amour profond. Et sur cette plaie toujours saignante, il
ne veut mettre le baume d'aucun autre amour terrestre. Ce serait,
pense-t-il, une sorte de profanation. Son sacrifice est donc bien fait,
et sa détermination inébranlable.

A ce premier sacrifice. Dieu en a ajouté d'autres. Les liens qui
rattachaient notre héros à la terre se sont presque tous rompus. Depuis
longtemps, sa mère est allée recevoir au ciel la récompense de ses
vertus. Les deux soeurs qui lui restaient, ont toutes deux embrassé la
vie religieuse...

Il parait donc bien seul sur la terre, cet homme, si jeune encore, si
plein de vie, si digne d'être aimé, et si capable de rendre les autres
heureux!

Cependant, au lieu de se renfermer dans une solitude égoïste et stérile,
il emploie au bien de ses concitoyens et au soulagement des pauvres,
l'activité débordante de sa grande âme.

Malgré sa modestie, il a dû accepter par dévouement et patriotisme des
charges civiles qu'il remplit avec autant de zèle que de prudence.

Pour combler le vide fait à son foyer, il a donné l'hospitalité à une
nombreuse famille, tombée dans le malheur.

Prosper Larose avait été l'ami d'enfance de Jean-Charles. Devenu
infirme, et incapable de supporter les siens, il fut recueilli dans
la demeure des Lormier, et y fut traité comme un frère par son ami
d'autrefois.

Victor, lui, avait dissipé en peu de temps les deux milles cinq cents
dollars que, à titre de rémunération, il s'était cru justifiable de
soutirer à M. de LaRue, pendant la lutte électorale.

Il avait d'abord exercé sa profession sur une des principales rues
commerciales de Montréal, mais sa conduite désordonnée lui ayant fait
perdre la confiance du public, il dut fermer son étude, et fut bientôt
réduit à travailler en qualité de copiste chez le notaire Archambault.
Puis, quand il était à bout de ressources, il venait passer quelque
temps chez Jean-Charles, dont la maison et le coeur lui étaient toujours
ouverts. Mais Victor se lassait vite de la vie honnête et paisible qu'on
menait à Sainte-R..., et, malgré la franche hospitalité de son frère, il
reprenait le chemin de la métropole pour retourner à ses plaisirs...

                                *
                               * *

Depuis environ deux ans, les Canadiens-français les plus en vue, et
en particulier ceux... qui occupaient des sièges dans la Chambre
d'assemblée du Bas-Canada, s'agitaient contre le gouverneur-général et
ses ministres, qu'ils accusaient de bien des méfaits politiques.

Tous les historiens admettent que les griefs de nos compatriotes étaient
fondés, mais plusieurs condamnent les chefs qui eurent recours, à la
violence pour obtenir la réparation des injustices et des torts dont ils
souffraient.

Des assemblées tumultueuses, et souvent provocatrices, avaient eu lieu
dans les grandes paroisses des districts de Montréal et de Québec.

Les choses allaient de mal en pis. Et les hommes, bien intentionnés
sans doute, qui s'étaient mis à la tête du mouvement, et qui voyaient
maintenant la foule se livrer à des écarts regrettables, se crurent
obligés, sous peine de trahison, de suivre ceux qu'ils avaient
involontairement lancés dans une voie malheureuse.

La paroisse de Sainte-R... avait, jusque-là, échappé à cette agitation.

--Comment se fait-il, dit à ses amis le Dr Chénier, un des principaux
agitateurs, que la paroisse de Sainte-R... n'ait pas encore suivi
l'exemple des paroisses de Saint-Ours, de Saint-Denis, de Saint-Charles,
etc., qui ont tenu des assemblées pour protester contre la tyrannie
de ceux qui nous gouvernent? Le maire de cette paroisse, Jean-Charles
Lormier, est pourtant un patriote ardent et le plus brave parmi les
braves...

--C'est étonnant, en effet, remarqua le chevalier de Lorimier. Vous le
connaissez bien, docteur; pourquoi n'allez-vous pas le voir pour vous
entendre et organiser avec lui une assemblée monstre dans sa paroisse?

--J'irai bien, répondit le Dr Chénier

--Oui, allez-y! allez-y! approuvèrent plusieurs patriotes, qui
connaissaient la réputation de bravoure que Jean-Charles Lormier s'était
acquise.

                                *
                               * *

C'était le 30 octobre au matin.

Le Dr Chénier n'était pas homme à remettre au lendemain ce qu'il pouvait
faire plus tôt...

Il se mit en route et, le soir du même jour, vers huit heures, il
arrivait chez le maire de Sainte-R... Il le trouva entouré de ses chers
livres.

L'étude était devenue la passion dominante de notre héros.

--Je suis bien fâché de vous déranger, dit le Dr Chénier, en donnant à
Jean-Charles une chaude poignée de main.

--Vous êtes le bien venu, mon cher docteur; asseyez-vous, et lisez ce
journal pendant que j'irai dire à la servante de préparer le souper.

--Pas pour moi, dans tous les cas, M. le maire, car j'ai soupé au
village voisin. D'ailleurs il faut que je reparte dans quelques minutes.

--Ah! vraiment! Vous êtes donc bien pressé, docteur?

--En effet, je suis venu vous voir pour une affaire de la plus haute
importance.

--De quoi s'agit-il donc, docteur?

--Vous connaissez la campagne que nous avons entreprise d'un bout
à l'autre de la province, pour obtenir du gouvernement impérial le
redressement de nos griefs. Tous les patriotes des paroisses les plus
importantes de la province ont adopté des résolutions dénonçant l'état
de choses actuel et revendiquant les droits, les privilèges et
les libertés qui nous sont dus. Or, à ce concert enthousiaste de
revendications nationales, il manque une voix puissante: celle de votre
patriotique paroisse! Et je suis en ce moment l'interprète d'un grand
nombre de patriotes en vous priant de convoquer une assemblée dans
le genre de celles qui ont eu lieu dans les autres paroisses. Vous
pourriez, par exemple, soumettre à cette assemblée les résolutions
que les patriotes de Saint-Ours ont adoptées, à l'unanimité, le 7 mai
dernier. Voici le texte exact de ces résolutions:

    1° Proposé par le Dr W. Nelson, secondé par M. J. Auger, et résolu:

    --Que nous avons vu avec les sentiments de la plus vive indignation
    les résolutions proposées à l'adoption de la Chambre des Communes,
    le 6 mars dernier, résolutions dont l'effet nécessaire est de nous
    enlever toute garantie de liberté et de bon gouvernement pour
    l'avenir de cette province.

    2° Proposé par L. F. Deschambault, écuyer secondé par le capitaine
    Jalbert, et résolu:

    --Que l'adoption de ces résolutions sera une violation flagrante de
    la part des Communes et du gouvernement qui les a proposées, de la
    capitulation des traités, des actes constitutionnels qui ont
    été octroyés au pays. Que ces actes, ces traités, portant des
    obligations réciproques, savoir: de notre part, amour et
    obéissance; de la part de l'Angleterre, protection et garantie de
    liberté,--seraient virtuellement annulés par la violation des
    promesses d'une des parties contractantes.

    3° Proposé par M. O. Chamard, secondé par M. O. Mignault, et résolu:

    --Que, dans ces circonstances, nous ne pouvons regarder le
    gouvernement qui avait recours à l'injustice, à la force et à une
    violation du contrat social que comme un pouvoir oppresseur, un
    gouvernement de force pour lequel la mesure de notre soumission
    ne devrait être désormais que la mesure de notre force numérique,
    jointe aux sympathies que nous trouverions ailleurs.

    4° Proposé par M. Moyen, secondé par M. Marchesseau, et résolu:

    --Que le machiavélisme qui, depuis la session, a accompagné tous
    les actes du gouvernement, la mauvaise foi qui les a caractérisés
    jusqu'ici, la faiblesse qui perce à chaque page du rapport des
    commissaires et dans les discours des ministres où on ne rougit pas
    d'alléguer notre division et notre petit nombre, comme motif de nous
    refuser justice, ne nous inspirent que le plus profond dégoût, et
    le mépris le plus prononcé pour les hommes qui commandent à un des
    peuples les plus grands, les plus nobles de la terre ou qui sont
    attachés à un tel gouvernement.

    5° Proposé par M. E. Durocher. Secondé par le capitaine Côté et
    résolu:

    --Que le peuple de ce pays a longtemps attendu justice de
    l'administration coloniale d'abord, du gouvernement métropolitain
    ensuite, et toujours inutilement. Que pendant trente ans la crainte
    a brisé quelques-unes de nos chaînes, pendant que l'amour désordonné
    du pouvoir nous en imposait de plus pesantes. La haute idée que nous
    avons de la justice et du l'honneur du peuple anglais nous a fait
    espérer que le parlement qui le représente apporterait un remède à
    nos griefs. Ce dernier espoir déçu, nous a fait renoncer à jamais
    à l'idée de chercher justice de l'autre côté de la mer, et de
    reconnaître enfin combien le pays a été abusé par les promesses
    mensongères qui l'ont porté à combattre contre un peuple qui
    lui offrit la liberté, des droits égaux, pour un peuple qui lui
    préparait l'esclavage. Une triste expérience nous oblige de
    reconnaître que de l'autre côté de la ligne 45 étaient nos amis et
    nos alliés naturels.

    6° Proposé par le capitaine Beaulac, secondé par le capitaine
    Chappedelaine, et résolu:

    --Que nous nions au parlement anglais le droit de législater sur les
    affaires intérieures de cette colonie contre notre consentement, et
    sans notre participation et nos demandes, comme le non-exercice de
    ce droit par l'Angleterre nous a été garanti par la constitution
    et reconnu par la métropole, lorsqu'elle a craint que nous
    n'acceptassions les offres de liberté et d'indépendance que nous
    faisait la république voisine. Qu'en conséquence, nous regardons nul
    et non avenu l'acte de tenure, l'acte de commerce du Canada, l'acte
    qui incorpore la société dite «Compagnie des terres», et enfin
    l'acte qui sera sans doute basé sur les résolutions qui viennent
    d'être adoptées par les Communes.

    7° Proposé par M. Ducharme, secondé par M. Tétreau, et résolu:

    --Que nous ne nous regardant plus liés que par la force au
    gouvernement anglais, attendant de Dieu, de notre bon droit et des
    circonstances, un sort meilleur, les bienfaits de la liberté et un
    gouvernement plus juste. Que, cependant, comme notre argent public
    dont ose disposer sans aucun contrôle le gouvernement métropolitain
    va devenir entre ses mains un nouveau moyen de pression contre nous,
    et que nous regardons comme notre devoir comme de notre honneur de
    résister par tous les moyens actuellement en notre possession à
    un pouvoir tyrannique, pour diminuer autant qu'il est en nous ces
    moyens d'oppression, nous résolvons:

    8° Sur la proposition du capitaine Doyen, secondé par M. L.
    Métivier, il est résolu:

    --Que nous nous abstiendrons autant qu'il sera en notre pouvoir de
    consommer les articles importés, particulièrement ceux qui paient
    des droits plus élevés, tels que le thé, le tabac, les vins, le
    rhum, etc. Que nous consommerons, de préférence, les produits
    manufacturés dans notre pays; que nous regarderons comme bien
    méritant de la patrie quiconque établira des manufactures de soie,
    de drap, de sucre, de spiritueux, etc. Que, considérant l'acte de
    commerce comme non avenu, nous regarderons comme très licite le
    commerce désigné sous le nom de contrebande, jugerons ce trafic
    très honorable, tâcherons de le favoriser de tout notre pouvoir,
    regardant ceux qui s'y livreront comme méritant bien du pays; et
    comme infâme quiconque se porterait dénonciateur contre eux.

    9° Sur motion de M. Olivier, secondé par M. Charles Lebeau, il est
    résolu:

    --Que pour rendre ces résolutions plus efficaces, cette assemblée
    est d'avis qu'on devrait faire dans le paya une association dont le
    centre serait à Québec où à Montréal, dans le but de s'engager à ne
    consommer que des produits manufacturés en ce pays, ou importés,
    sans avoir payé de droits.

    10° Sur motion de M. Labarre, secondé par M. Joseph Dudevoir, il est
    résolu:

    --Que pour opérer plus suffisamment la régénération de ce pays, il
    convient, à l'exemple de l'Irlande, de se rallier tous autour d'un
    seul homme. Que cet homme, Dieu l'a marqué comme O'Connell, pour
    être le chef politique, le régénérateur d'un peuple; qu'il lui a
    donné pour cela une force de pensées et de paroles qui n'est pas
    surpassée, une haine d'oppression, un amour du pays, qu'aucune
    promesse, aucune menace du pouvoir ne peut fausser. Que cet homme,
    déjà désigné par le pays, est L. J. Papineau. Que cette assemblée
    considérant les heureux résultats obtenus en Irlande du tribut
    appelé «Tribut O'Connell», est d'avis qu'un semblable tribut, appelé
    «Tribut Papineau», devrait exister en ce pays; les comités de
    l'association contre l'importation seraient chargés de le prélever.

    11° Sur proposition de M. Marchesseau, secondé par M. A. Lorendeau,
    il est résolu:

    --Que cette assemblée ne saurait se séparer sans offrir ses plus
    sincères remerciements aux orateurs peu nombreux, mais zélés et
    habiles, qui ont fait valoir la justice de notre cause dans la
    Chambre des Communes, ainsi qu'aux hommes honnêtes et vertueux qui
    ont voté avec eux; que pareillement les industriels de Londres, qui
    ont présenté une requête à la Chambre des Communes, en faveur de ce
    malheureux pays, ont droit à notre plus profonde reconnaissance.

    12° Sur proposition de S. Cherrier, écuyer, secondé par M. Godfroi
    Cormier, il est résolu:

    --Que cotte assemblée entretient la conviction que dans une élection
    générale dont le pays est menacé, à l'instigation d'hommes faibles
    et pervers, aussi ignorants de l'opinion publique dans la crise
    actuelle qu'ils sont dépourvus d'influence, les électeurs
    témoigneront leur reconnaissance à leurs fidèles mandataires en les
    réélisant et en repoussant ceux qui ont forfait à leurs promesses, à
    leurs devoirs, et qui ont trahi le pays, soit en se rangeant du côté
    de nos adversaires, soit en s'abstenant lâchement, lorsque le pays
    attendait d'eux l'expression honnête de leurs sentiments.

--Comment trouvez-vous ces résolutions, M. Lormier? demanda le Dr
Chénier.

--J'aurai la franchise de vous dire, mon cher docteur, que je les trouve
diffuses, mal rédigées, illogiques, violentes et immorales; je les crois
de nature à faire un tort immense à notre belle cause, et, de plus, à
nous couvrir de ridicule aux yeux de tous les hommes sérieux.

--Mais, M. Lormier, il me semble que vous les jugez avec trop de
sévérité!

--Non! mon cher docteur. Examinons-en quelques-unes ensemble.

Elles nous blâment d'avoir été soumis à l'autorité établie en 1775 et en
1812, et, par conséquent, nous reprochent d'avoir repoussé l'invasion
américaine; c'est-à-dire qu'elles déchirent deux pages de notre histoire
où l'héroïsme et la loyauté de notre race brillent, d'un pur éclat.

Elles menacent l'Angleterre de demander aujourd'hui contre elle la
protection des Américains!... Vous savez bien que cette menace est
puérile, puisque les États-Unis et l'Angleterre ont fait la paix depuis
longtemps, et qu'ils sont liés maintenant par des intérêts commerciaux,
et ne peuvent rompre leurs liens, sans se causer mutuellement des torts
désastreux.

Vous savez, de plus, que les États-Unis traversent actuellement une
crise commerciale terrible qui requiert leur attention, leur énergie et
leur travail. Il est donc impossible pour les Américains de s'occuper de
nous dans ce moment-ci.

Ces résolutions _regardent comme très licite et très honorable le
commerce désigné sous le nom ile contrebande, et comme infâme quiconque
se porterait dénonciateur contre les contrebandiers..._

En d'autres termes, elles érigent le vol en principe et déclarent dignes
de mépris les citoyens qui voudraient dénoncer les voleurs!...

Jolie morale, n'est-ce pas?

Tenez, docteur! nul ne désire plus que moi voir notre peuple libre,
heureux et prospère; mais je crois que nous travaillons à reculer
cette ère de liberté, de bonheur et de prospérité après laquelle nous
soupirons si ardemment!

--Que convient-il donc de faire, M. Lormier, suivant vous?

--Recommencer sur d'autres bases le travail qui a été fait. Organiser
des assemblées publiques et y faire adopter des résolutions à la fois
courtoises et fermes; car en employant les menaces et la violence, nous
perdons notre droit et notre force. En un mot, je suis prêt à vous
suivre partout, si vous voulez combattre avec des armes légales et
constitutionnelles!

Permettez-moi de vous citer, à mon tour, quelques extraits du mandement
que Mgr Lartigue, évêque-coadjuteur de Mgr Signaï, à Montréal, a adressé
à ses diocésains, le 24 octobre courant, et dans lequel il prêchait
l'obéissance au pouvoir établi:

    Depuis longtemps, N. T. C. F. nous n'entendons parler que
    d'agitation, de révolte même, dans un pays toujours renommé jusqu'à
    présent pour sa loyauté, son esprit de paix, et son amour pour la
    religion de ses pères.

    On voit partout les frères s'élever contre leurs frères, les amis
    contre leurs amis, les citoyens contre leurs concitoyens, et la
    discorde d'un bout à l'autre de la province, semble avoir brisé les
    liens de la charité qui unissait entre eux les membres d'un même
    corps, les enfants d'une même église, du catholicisme qui est une
    religion d'unité.

    Encore une fois, nous ne vous donnerons pas notre sentiment
    politique, qui a droit ou tort entre les diverses branches du
    pouvoir souverain. Ce sont de ces choses que Dieu a laissées aux
    disputes des hommes; mais la question morale, savoir, quels sont les
    devoirs d'un catholique à l'égard de la puissance civile établie et
    constituée dans chaque état; cette question religieuse, dis-je, est
    de notre ressort et de notre compétence...

    Ne vous laissez donc pas séduire, si quelqu'un voulait vous engager
    à la rébellion contre le gouvernement établi, sous prétexte que
    vous faites partie du peuple souverain; la trop fameuse convention
    nationale de France, quoique forcée d'admettre la souveraineté du
    peuple, puisqu'elle lui devait son existence, eut soin de condamner
    elle-même les insurrections populaires, en insérant dans la
    déclaration des droits, en tête de la constitution de 1795, que la
    souveraineté réside non dans une partie, ni même dans la majorité du
    peuple, mais dans l'universalité des citoyens.

    Or, qui oserait dire que, dans ce pays, la totalité des citoyens
    veut la destruction de son gouvernement?...

Ce mandement, vous le voyez, mon cher docteur, est une condamnation
formelle des résolutions que vous venez de me soumettre..

--Hélas! gémit le Dr Chénier, nous sommes donc condamnés à subir
toujours la partialité injuste de ceux qui nous gouvernent, à sacrifier
nos droits, nos libertés, et à baiser la main qui nous soufflette?...

--Non, mon cher docteur, tout n'est pas désespéré! J'ai foi dans
l'avenir de notre cher pays et je suis persuadé qu'il n'est pas éloigné
le jour où justice nous sera complètement rendue; mais, je le répète,
ce n'est que par les moyens légaux et constitutionnels que nous
l'obtiendrons, et de Dieu et des hommes!

--Nos intentions sont pures! s'écria avec exaltation le Dr Chénier, et
Dieu ne nous abandonnera pas! D'ailleurs, eussiez-vous cent fois raison,
il m'est impossible maintenant de reculer, car je passerais pour un
lâche et un traître! Quoi qu'il advienne, j'irai jusqu'au bout!

--Mais, mon cher docteur, c'est la guerre civile que vous préparez!

--Peut-être!

--Vous allez au combat, et vous êtes sans armes!... c'est donc
l'écrasement de notre peuple que vous voulez?

--Nous voulons la liberté! s'écria le Dr Chénier; et, pour l'obtenir,
nous verserons, s'il le faut, jusqu'à la dernière goutte de notre
sang...

Et le Dr Chénier enfourcha son cheval qu'il lança, ventre à terre, dans
la direction de Saint-Charles...

                                *
                               * *

Quelques jours plus tard, la guerre civile éclata dans toute son
horreur, et l'infortuné Chénier fut tué à la bataille de Saint-Eustache,
après avoir combattu vaillamment!

Jetons un voile sur les sombres événements de 1837-38, et admirons
en silence l'héroïsme de ces Canadiens qui furent les victimes d'un
patriotisme sincère, mais mal éclairé...

«On ne peut, dit notre grand historien, F. X. Garneau, lire sans être
ému les dernières lettres du chevalier de Lorimier (une des victimes de
l'insurrection de 1837-38) à sa famille et à ses amis, dans lesquelles
il proteste de la sincérité de ses convictions. Il signa, avant de
marcher au supplice, une déclaration de ses principes qui témoignent
de sa bonne foi, et qui prouvent le danger qu'il y a de répandre des
doctrines qui peuvent entraîner des conséquences aussi désastreuses.»

                                *
                               * *

Jean-Charles Lormier agrandissait graduellement, en travaillant le soir,
le cercle des connaissances qu'il avait acquises sous l'habile direction
de l'abbé Faguy.

Déjà, en 1826, à la demande de son digne précepteur, Jean-Charles avait
subi un examen particulier en présence du juge P. S. Bédard et du
Dr Chapais. Les questions--soigneusement préparées par le juge
Bédard--comprenaient les matières suivantes: la géographie, l'histoire,
les préceptes de littérature et de rhétorique, un thème latin, une
version latine, une version grecque, une composition, un thème
anglais et une version anglaise; la chimie, l'histoire naturelle et
l'astronomie, la philosophie, les mathématiques et la physique.

Jean-Charles était sorti triomphant de cette rude épreuve.

Un soir du mois de mai 1838, l'abbé Faguy entra, sans se faire annoncer,
dans la chambre de Jean-Charles, qu'il surprit à lire un ouvrage du
prince des théologiens, St-Thomas d'Aquin, traitant de la sainteté du
prêtre.

--Ah! ah! dit l'abbé Faguy, je vous surprends encore en tête à tête avec
l'ange de l'école! Si je n'ai pu jusqu'à présent vous convertir aux
idées sacerdotales, j'espère que Saint-Thomas opérera en vous cette
conversion...

--Non, M. le curé! car plus je réfléchis, plus je me reconnais indigne
d'embrasser le sacerdoce! Écoutez, ajouta-t-il, en prenant un autre
livre qui se trouvait sur sa table, en quels termes un pieux religieux
parle du sacerdoce:

«Saint-Ambroise l'appelle une profession déifique, et il ajoute qu'elle
surpasse infiniment toutes les grandeurs de ce monde. Il la met
au-dessus non seulement de celle des rois et des empereurs, mais même
au-dessus de celle des anges.

«Le pape Innocent III, considérant les immenses pouvoirs du prêtre, ne
balance pas à le placer, en ce point, au-dessus de la très-Sainte-Vierge
elle-même; et Saint-Bernardin de Sienne, si renommé pour sa tendre
piété envers la divine mère, ose s'adresser à elle et lui dire: _Virgo,
benedicta, excusa me, quia non loquor contra te, sacerdotiun proetulit
super te_.»

--Quand, M. le curé, les plus grands saints ont exalté ainsi la grandeur
de votre auguste profession, comment puis-je croire, faible et misérable
créature qne je suis, que Dieu daigne m'appeler au sacerdoce!...

--Permettez-moi, mon cher ami, de vous répondre par ces rassurantes
paroles que je trouve dans l'ouvrage même que vous venez de citer:

«Une bonne et légitime vocation à quelque profession que ce soit,
obtient toujours de la bonté divine les grâces nécessaires pour la bien
remplir, si le sujet est d'ailleurs bien disposé; et ces grâces sont
plus ou moins considérables selon que l'état auquel on est appelé exige
des secours plus ou moins abondants pour être dignement rempli.

«Or, d'après ce principe, avoué de tout le monde, de quelles grâces n'a
pas besoin ce jeune ordinand qui, faible et sans expérience, va gravir
la montagne de Dieu, devenir son confident particulier, l'exécuteur
de ses grands desseins, le sacrificateur de son fils, le médiateur
perpétuel entre la terre coupable et le ciel irrité? Obligé, par état,
de travailler avec ardeur non seulement à son propre salut, mais encore
au salut des milliers d'âmes qui lui seront confiées, n'est-il pas
certain qu'il recevra, s'il n'y met obstacle, la plénitude de grâces
dont il aura besoin pour lui et pour ses frères?

Aussi, qui pourrait savoir l'infusion de dons spirituels qui s'opère
dans l'âme de ce jeune homme au moment on on peut lui dire avec vérité:
_Tu es sacerdos in aeternum_? Il se passe en ce moment des mystères
ineffables dont Dieu seul a le secret, mais qui, du reste, se traduisent
souvent chez le nouveau prêtre en un saint frémissement d'abord, puis en
soupirs et en larmes, puis enfin en des actes éminents de vertu et de
sainteté.

«Oui, quand il est bien appelé, quand il répond fidèlement à sa
vocation, quand il prend réellement Dieu pour son partage et qu'il
renonce à tout jamais et de grand coeur aux frivolités de la terre et
aux vains plaisirs du monde, le sang de Jésus-Christ dont il s'abreuve
chaque jour, retombe en pluie de grâces sur son âme et lui communique
cette foi qui fait des prodiges, ces vertus qui édifient, cette charité
qui embrase, et ces transports de zèle qui touchent les pécheurs les
plus endurcis.»

Ne dirait-on pas, mon cher Jean-Charles, que ces paroles ont été écrites
expressément pour réfuter vos objections? Du reste, je vous connais
assez pour pouvoir vous dire en toute certitude que le bon Dieu vous
appelle à la vie religieuse. Vous faites du bien dans le monde, c'est
vrai, mais vous auriez l'occasion d'en faire mille fois plus si
vous étiez prêtre, car le prêtre est le continuateur des oeuvres
bienfaisantes que Jésus-Christ est venu accomplir sur la terre.

Ecoutez bien ces autres paroles: «Partout où il y a une misère
spirituelle ou corporelle, le prêtre doit se trouver là pour la
soulager.

«Le pauvre endure les rigueurs de la pauvreté: quel est, dans une
paroisse, le vrai père des pauvres, si ce n'est le prêtre?

«La souffrance diversifiée de mille manières, torture sans relâche une
multitude d'infortunés: quel est le consolateur des affligés? si ce
n'est le prêtre?

«Les passions tyrannisent le coeur des hommes et les exposent à
d'effroyables dangers: qui s'oppose à leurs ravages? qui fait voir la
fausseté de leurs promesses? qui met à nue l'illusion et le vide de
leurs grossières jouissances, si ce n'est le prêtre?

«Le péché entraîne tous les jours des milliers d'âmes au fond des
enfers: quel est l'ennemi déclaré du péché? quel est l'homme obligé
pendant toute sa vie de combattre le péché par tons les actes de son
ministère, si ce n'est le prêtre?»

Et ailleurs le même auteur dit:

«Le prêtre est, par la nature de ses fonctions, l'homme de la charité.
Quand il assiste les pauvres par ses propres aumônes et par celles que
les riches lui confient; quand il récite son office au nom de l'église,
quand il instruit les enfants, quand il menace les pécheurs, quand il
perfectionne les justes, quand il visite les affligés, quand il se
penche sur la couche des mourants; partout et toujours il est l'ange de
la charité, il s'efface, il s'oublie en quelque sorte pour épancher sur
les autres les trésors de la charité; tout ce qu'il pense, tout ce
qu'il dit, tout ce qu'il fait n'a qu'un principe et qu'un but: la
charité, la charité, toujours et en tout la charité!»

Tout, dans votre vie, mon cher Jean-Charles, me prouve que Dieu vous
appelle aux fonctions du sacerdoce. Car, dans des conditions tout à fait
anormales, vous avez acquis la science qui éclaire l'intelligence, le
zèle et, la charité qui font le véritable apôtre. Vous avez voulu vous
marier, et Dieu, par une complication soudaine qui surpasse toutes les
conceptions de l'esprit humain, vous a séparé pour toujours de celle que
vous aimiez et qui vous avait promis son coeur et sa main.... Vous
avez perdu votre père et votre mère. Vous aviez deux soeurs que vous
chérissiez tendrement, et le ciel les a ravies à votre affection en les
ensevelissant dans le même cloître. Il ne vous reste qu'un frère, et il
vit loin de vous...

--Hélas! oui, M. le curé, il ne me reste qu'un frère... et ce malheureux
semble m'avoir voué une haine implacable: car la dernière fois qu'il
est venu me voir, il m'a abreuvé d'injures et m'a dit, en me quittant:
«Quand je reviendrai, ce sera pour te brûler la cervelle!»

--Ne vous occupez, mon cher ami, ni de ses injures ni de ses menaces, et
continuez à prier pour lui. Je suis persuadé qu'il ne mourra pas dans
l'impénitence!

Vous désirez la conversion de votre frère; eh bien, ce seul motif doit
être suffisant pour vous engager à devenir prêtre; car lorsque vous
monterez à l'autel pour immoler le Fils de Dieu sur la pierre du
sacrifice, c'est alors que vous aurez le pouvoir d'obtenir la conversion
de votre pauvre frère!



TROISIÈME PARTIE.



LA FUITE

Je serai prêtre! Je convertirai mon frère! Voilà ce que Jean-Charles se
répétait à tous les instants du jour, depuis sa touchante entrevue avec
l'abbé Faguy.

Il avait même écrit à Mgr Signaï pour lui demander l'autorisation
d'entrer au grand séminaire de Saint-Sulpice, à Montréal, et il avait
accompagné sa lettre des documents suivants: un certificat de baptême et
de confirmation, un certificat de bonne santé, et une lettre de l'abbé
Faguy énumérant les qualités et les marques de vocation qu'il avait
observées chez son élève.

Mgr Signaï, qui connaissait de réputation le héros de Châteauguay,
s'était empressé de lui accorder l'autorisation demandée; et il
lui disait que, vu son âge (41 ans) et les études particulièrement
remarquables qu'il avait faites sous la direction de l'abbé Faguy, il
pourrait, probablement avant deux ans, recevoir le sacrement de l'ordre.

Cette nouvelle avait fait renaître la joie et le bonheur dans le coeur
de Jean-Charles.

Maintenant il se croyait réellement appelé à la vie religieuse, et il
s'y préparait par la prière et l'aumône.

Il donna aux pauvres une partie de ses biens et laissa à son frère une
rente viagère de trois cents dollars par année.

                                *
                               * *

Prosper Larose, le vieil ami d'enfance que Jean-Charles héberge et
soutient, est allé avec sa famille passer quelques jours de récréation à
Saint-Denis.

C'est le soir. Notre héros est occupé à étudier, mais parfois il
s'arrête pour livrer son âme aux espérances de la vie nouvelle.

A le voir, le front rayonnant de bonheur, on dirait qu'il ne souffre
plus, et même qu'il a perdu la souvenir du passé... Que de choses
consolantes lui montre l'avenir!

Son coeur est déjà enflammé d'amour et de zèle pour les pauvres, les
riches, les vieux, les jeunes, pour tous ceux enfin qui souffrent ou
jouissent sans songer à l'unique chose nécessaire: le salut de leur âme!

Et parmi ces malheureux qui ont été ou consolés par ses paroles ou
convertis par son dévouement, il voit son frère, marchant dans le
sentier du devoir et de la vertu... Puis Jean-Charles se remet au
travail avec plus d'ardeur.

Cependant, vers minuit, l'esprit fatigué, il se jette sur un sofa pour
se reposer une heure ou deux, car, depuis quelque temps, il travaille du
soir au matin.

Il s'endort... et rêve qu'il est prêtre!

Il a revêtu les saints habits et va monter à l'autel. Il tremble et
pleure de joie en pensant que tantôt ses mains toucheront au corps et au
sang de Jésus-Christ... Soudain, une flamme monte, enveloppe l'autel et
le consume....

Jean-Charles fait un effort, se réveille... et voit que la maison est en
feu!

L'incendie, allumé au dehors, envahit tout, et déjà les appartements
sont pleins de fumée.

Jean-Charles ne voit rien, il étouffe!

Impossible d'approcher des fenêtres, le feu y fait rage! Reste la
porte, mais elle est solidement barricadée... Sa maison est devenue une
prison...

Alors, dans un élan désespéré, le prisonnier donne un coup de pied dans
la porte, et tout vole en éclats!

La flamme entre, et notre héros traverse un mur feu.

--Ah! ah! mon éléphant! hurle Victor, en braquant, sur Jean-Charles le
canon d'un pistolet: tu as échappé au bûcher que je t'avais préparé,
mais tu n'échapperas pas à mes balles!

En prononçant ces mots, le misérable presse la détente de son arme, et
une balle siffle aux oreilles de Jean-Charles!

Prompt comme l'éclair, celui-ci arrache le pistolet de la main du
meurtrier; dans ce mouvement rapide, son doigt rencontre la gâchette de
l'arme, une détonation terrible éclate, et Victor roule sur le sol, la
poitrine percée par une balle...

Fou de douleur, Jean-Charles se penche sur son frère, l'appelle, le
couvre de baisers et de larmes, mais Victor ne donne aucun signe de
vie...

An feu! au feu! crient plusieurs personnes qui viennent en courant vers
le lieu du sinistre.

--Mon Dieu! j'ai tué mon frère! s'écrie Jean-Charles... Je suis perdu...
Ils vont m'arrêter, me conduire en prison, et me condamner à mort...

Cette dernière pensée: «Je suis le meurtrier de mon frère», se fixe
dans son cerveau! Il ne peut plus raisonner; il voit déjà l'échafaud si
dresser devant ses yeux! Un seul instinct lui reste: fuir bien loin pour
se soustraire à la poursuite des hommes...

Au feu! au feu! répètent les mêmes personnes en se rapprochant.

Jean-Charles se sauve et renverse, en chemin, un de ses amis, qui lui
demande, en se relevant: «Où vas-tu donc ainsi, Jean-Charles?»

«Je suis reconnu!» pense le malheureux...

Un peu plus loin, il s'arrête, prête l'oreille un instant, et reprend sa
course rapide dans une autre direction...

Au cri de _au feu! au feu!_ se mêlent bientôt les sons lugubres du
tocsin.

Les gens accourent de toutes parts pour travailler à éteindre les
flammes, mais il est trop tard, car l'élément destructeur achève son
oeuvre; la maison n'est plus bientôt qu'un amas de cendres...

--Où est donc M. Lormier! demande à la foule, d'une voix tremblante, le
curé Fagny.

--Il se sauve par là-bas! répond Paul Normand, en montrant le bois.

--En êtes-vous sûr? interroge le prêtre.

--Certainement, M. le curé; et il courait avec tant de vitesse qu'il a
failli m'écraser en passant! Je lui ai demandé où il allait, mais il ne
m'a pas répondu!

--C'est étrange! pense le curé, le coeur rempli d'inquiétude.

--Mais, bonne Sainte-Anne! qu'est-ce que c'est que ça?... s'écrie une
vieille femme, en reculant, épouvantée: on dirait que c'est un homme qui
est étendu dans l'herbe!

Plusieurs spectateurs s'avancent, et un même cri de surprise s'échappe
de leur bouche; «Le notaire Lormier!»

Ils relèvent le malheureux, et, à la lueur du brasier, on voit qu'il est
couvert de sang...

--Tiens! un pistolet! fait Jos. Bélanger, en montrant à la foule
terrifiée l'arme qu'il vient de ramasser...

--Un meurtre a été commis, disent quelques-uns!

--Et le meurtrier se sauve! ajoute, d'une voix méchante, la vieille
femme...

--Silence! commande le curé: attendez avant de vous prononcer!

--Il n'est pas mort, dit Paul Normand; il a remué le bras droit...

--Non, il n'est pas mort! répète le Dr Chapais, après avoir consulté le
pouls du blessé; transportez-le avec précaution chez Paul Normand.

Quatre solides gaillards placent le blessé sur une civière improvisée et
le portent chez Paul Normand, dont la maison n'est qu'à deux arpents de
distance.

Le Dr Chapais sonde la plaie, et dit au curé, qui l'interroge du regard,
que la blessure est mortelle.

La balle avait traversé la poitrine de part en part.

Au moment où le médecin allait achever les pansements, le blessé parut
faire un effort pour articuler quelques mots.

--Victor! prononce le Dr Chapais d'une voix forte, me reconnais-tu?

Le blessé tressaille en entendant ces mots, puis il ouvre les yeux et
murmure: «Allez chercher le prêtre, pour l'amour de Dieu! allez chercher
le prêtre!»

--Me voici, mon cher enfant! dit l'abbé Faguy.

--Mille pardons! M. le curé, interrompt le Dr Chapais; permettez-moi de
faire avaler ceci au blessé.

Aidé du prêtre, le Dr Chapais soulève la tête du malheureux et lui
verse dans le gosier quelques gouttes d'un cordial qui produit un effet
merveilleux.

--Merci, docteur! fait Victor, avec la plus grande lucidité. Veuillez me
laisser seul avec M. le curé.

--M. le curé, dit le blessé en fondant en larmes, je sens que je vais
mourir et je veux me confesser avant de paraître devant Dieu, que j'ai
si souvent offensé! Croyez-vous que puisse encore être pardonné?

--Oui. mon cher enfant, je vous l'assure!

Alors Victor fit sa confession qui dura près d'une heure.

--Courage, mon enfant, dit le prêtre; je vais aller chercher la
sainte hostie; préparez-vous par la prière à recevoir le corps de
Notre-Seigneur Jésus-Christ.

--Hélas! M. le curé; je ne sais plus une seule prière! murmure
tristement le moribond...

--Prenez ce crucifix, mon enfant, et, en le regardant, dites, du fond de
votre coeur: «Doux coeur de Jésus, miséricorde!»

Le curé, en sortant, souffle quelques mots à l'oreille du Dr Chapais, et
prend sa course vers l'église.

Le docteur vient s'asseoir auprès du blessé, et, tout en lui prodiguant
des soins, il écrit à la hâte quelques lignes sur une feuille de papier.

Au bout d'un quart d'heure, les sons argentins, d'une clochette
annoncèrent que le prêtre entrait dans cette demeure. Tous les
assistants se jetèrent à genoux en s'inclinant respectueusement sur le
passage du prêtre qui portait le corps sacré du divin consolateur.

A ce moment, le blessé fut saisi d'un tremblement convulsif, puis il eut
un évanouissement qui inspira au prêtre et au médecin les plus grandes
craintes; mais il reprit presque aussitôt ses sens et on l'entendit
réciter d'une voix sifflante cette belle invocation: «Doux coeur de
Jésus, miséricorde!»

Il reçut le saint viatique avec une piété touchante.

Après avoir administré au moribond tous les secours de notre sublime
religion, le curé lui dit: «Mon enfant, avant de quitter ce monde,
il vous reste un devoir à remplir envers votre frère. Certaines gens
supposent qu'un meurtre a été commis sur votre personne, et que le
meurtrier est votre frère, Jean-Charles.

Vous m'avez dit, avant de faire votre confession, que vous avez été
victime d'un simple accident, et que votre frère vous a blessé en
vous arrachant l'arme avec laquelle vous vouliez le tuer. Eh bien!
voulez-vous signer cette déclaration que j'ai fait préparer par le Dr
Chapais, et qui me parait être l'expression de votre pensée? Je vais
vous la lire:

    Sainte-R..., 26 juin 1838.

    Je, soussigné, déclare que la blessure dont je souffre en ce moment
    m'a été faite accidentellement par mon frère, Jean-Charles, alors
    qu'il venait de m'enlever un pistolet que, sous l'influence de la
    boisson, j'avais dirigé contre lui, avec l'intention de le tuer.

    Je déclare de plus que mon frère m'a toujours témoigné la plus
    vive affection et que j'ai été sans cesse l'objet de sa plus grande
    sollicitude.

    En foi de quoi j'ai signé.

--Oui, M. le curé, je vais signer cette déclaration avec bonheur, et je
vous prie de demander à mon frère de bien vouloir me pardonner tout le
mal que je lui ai fait, et de m'accorder l'aumône de ses bonnes prières.

Victor prit la plume que le curé lui présenta, mais elle lui échappa des
mains; il était trop faible pour la tenir. Cependant, soutenu d'un côté
par le curé et de l'autre par le Dr Chapais, il réussit enfin à
écrire très lisiblement son nom au bas de ce précieux document, qui
réhabilitait Jean-Charles dans l'opinion publique et lui ouvrait en même
temps les portes du sacerdoce...

Épuisé par les efforts qu'il avait faits, le blessé ne pouvait plus
prononcer une seule parole; mais au mouvement de ses lèvres et à la
fixité de ses regards sur le petit crucifix, on devinait qu'il priait.

Le curé récita les prières des agonisants, auxquelles tous les
assistants, émus, répondirent avec ferveur.

Puis avec les dernières paroles du prêtre, le mourant exhala le dernier
soupir en disant, cette fois, d'une voix entre-coupée: «Doux... coeur...
de Jésus..., mi... sé... ricorde!»

                                *
                               * *

L'incendie, la fuite de Jean-Charles et la mort si tragique de Victor,
avaient jeté l'émoi, la douleur et la tristesse parmi l'honnête et
paisible population de Sainte-R...

Aussi, le lendemain matin, des centaines de personnes assistèrent à la
messe qui fut dite à cinq heures par le curé Faguy. Il y avait presque
autant de monde que le dimanche.

Après la messe, plusieurs groupes se formèrent à la porte de l'église,
et chacun commenta à sa manière les tristes événements de la nuit.

Tous savaient que le notaire Lormier avait été blessé par une balle et
qu'il était mort de sa blessure; mais la plupart, ignorant encore les
détails de la tragédie, croyaient tout bonnement que Jean-Charles, dans
un moment de colère et de découragement, avait tué son misérable frère
afin de s'en débarrasser...

Avouons que la fuite précipitée de Jean-Charles était bien propre à
accréditer cette croyance.

Cependant, les sympathies de la foule penchaient plutôt du côté du
meurtrier que du côté de la victime...

Les propos et les suppositions allaient grand train, quand le curé parut
sur le perron de l'église, tenant un papier à la main.

--Mes amis, dit-il, je crois de mon devoir de vous rappeler qu'il ne
faut jamais juger les choses simplement sur les apparences.

Du fait que le notaire Lormier a été mortellement blessé, et que son
frère a disparu, plusieurs personnes ont conclu qu'il y avait eu
assassinat et que l'assassin était M. Jean-Charles Lormier.

C'était une conclusion aussi fausse que prématurée.

Dieu, heureusement, a permis que la lumière fût faite sur le sombre
drame de la nuit dernière, et nous devons l'en remercier de tout notre
coeur!

M. Jean-Charles Lormier est aussi innocent que vous et moi de la mort de
son frère, et en voici la preuve.

Puis le curé donna communication à la foule de la déclaration que le
lecteur connaît, et qui avait été signée par le mourant et contresignée
par le curé, le Dr Chapais et Paul Normand.

L'assistance ne pouvant retenir la joie, fit entendre de frénétiques
applaudissements.

--Ce n'est pas l'occasion d'applaudir, mes amis, reprit le curé d'une
voix grave. Tout nous invite au calme, à la prière et à la tristesse.
Oui, chacun de nous doit prier pour le repos de l'âme du compatriote
que Dieu vient d'appeler à lui, et chacun de nous aussi doit déplorer
amèrement le départ subit de notre bon ami, M. Jean-Charles Lormier.

Mes devoirs de pasteur m'ont empoché de vous faire connaître plus tôt
les faits que je viens de vous exposer. Mais je comprends, et vous
devez comprendre comme moi, que nous avons une autre tâche importante à
remplir: celle de rechercher l'innocent, de le rassurer, de le consoler
et de le ramener au milieu de nous.

Pour ma part, je n'aurai de tranquillité et de repos, que lorsque nous
aurons retrouvé cet honorable citoyen.

Donc, mes amis, à l'oeuvre immédiatement!

Divisons-nous par groupes, et faisons toutes les recherches qu'il sera
en notre pouvoir de faire...

                                *
                               * *

Pour dérouter les recherches, Jean-Charles avait traversé le
Saint-Laurent en se servant d'un radeau qu'il prenait autrefois pour
faire la pêche. Puis arrivé de l'autre côté, il avait défait son radeau
et en avait jeté à la mer les différentes pièces, pour ne pas éveiller
de soupçons. Rassuré, il avait pris sa course en suivant le bord de
l'eau.

Au point, du jour, il s'enfonça dans la forêt, dont il connaissait
tous les coins et recoins, et continua à marcher jusqu'à ce qu'il fût
complètement exténué.

Il était trois heures de l'après-midi.

Dans la forêt, il y avait une petite caverne que Jean-Charles avait
découverte, un jour, en chassant le gibier. Un buisson touffu en
dérobait l'ouverture. Cette caverne lui avait déjà servi d'abri pendant
l'orage. Il y entra et se coucha sur des branches de sapin qu'il avait
étendues sur le roc vif qui formait le plancher de ce logis d'un nouveau
genre.

Il n'espérait pas pouvoir dormir de sitôt, mais il voulait reposer
ses membres endoloris, secouer le trouble qui agitait son esprit, et
envisager la situation sous toutes ses faces.

Sa foi et son expérience lui avaient appris que la prière est un moyen
puissant d'élever l'âme, et de la consoler dans les épreuves; or, ayant
une dévotion toute particulière à la Sainte-Vierge, il se mit à réciter
pieusement son chapelet.

Comme il disait le dernier Ave Maria, il éprouva cet engourdissement qui
est le signe précurseur du sommeil; ses paupières s'appesantirent et
bientôt il goûta les douceurs d'un long et paisible repos.

Quand il s'éveilla, le jour commençait à paraître. Il avait dormi douze
heures... Le fugitif ne se sentait plus fatigué du tout, mais la faim et
la soif lui causaient maintenant des douleurs insupportables.

Il sortit de sa cachette, et, après de longues recherches, ne put
trouver rien autre chose à se mettre sous la dent que des fraises.

L'eau pure, dans ces parages, était presque aussi rare que les
substances nutritives.

Enfin, il trouva un large et clair ruisseau on il étancha sa soif
dévorante. Tout à coup, il aperçut son image dans le cristal de l'onde,
et recula en poussant un cri de surprise et de douleur: il venait de
constater que ses cheveux étaient devenus aussi blancs que la neige!

Dans deux jours, le malheur l'avait vieilli de vingt-cinq ans...

Il s'assit sur le bord du ruisseau en faisant cette amère réflexion; «Je
n'ai que quarante-un ans et j'ai déjà l'apparence d'un vieillard!»

L'infortuné était là depuis longtemps, l'oeil perdu dans l'espace,
lorsqu'il fut tiré de sa rêverie par un bruit vague, lointain, qui
ressemblait à l'aboiement du chien.

«Voilà mes ennemis qui me poursuivent!»

A cette pensée, il se leva, comme mû pur un ressort, et se mit à courir
de toutes ses forces vers sa caverne.

Son oreille ne l'avait pas trompé; l'écho lui apportait maintenant des
aboiements distincts et fréquents.

Il se blottit, tout tremblant, dans l'étroite tanière qui lui avait
servi de logis, et attendit, l'angoisse dans l'âme.

Le chien, surtout, l'effrayait. Connaissant l'intelligence et le flair
exercé de cet animal. Jean-Charles était convaincu qu'il viendrait tout
droit à la caverne et y attirerait ses maîtres.

Soudain, les branches du buisson s'écartèrent sous les griffes d'un
énorme chien noir à l'oeil enflammé qui s'avança, en flairant le sol,
jusqu'à l'ouverture de la caverne! Puis, apercevant Jean-Charles, le
matin poussa un hurlement terrible et s'élança la gueule ouverte. Mais
notre héros, qui guettait l'animal, le saisit à la gorge et l'étrangla
avec ses doigts qui avaient la puissance d'une tenaille!

Il prit ensuite le chien par une patte et le lança au fond de la
caverne.

Aussitôt, il entendit au dehors un bruit confus de pas, de sabres et
de voix, et, à travers le feuillage, il vit six soldats anglais qui
s'arrêtèrent en disant que le fuyard ne devait pas être loin, puisqu'ils
venaient d'entendre aboyer le chien. Ils se mirent à siffler et à
appeler: «Jack! Jack! come here!»

--C'est singulier! dirent-ils, le chien n'aboie plus et ne revient pas!

Et ils se mirent à fouiller partout; ils écartèrent même les premières
branches de l'épais buisson qui masquait la caverne...

--C'est tout à fait singulier! où l'animal peut-il donc être allé?...

--Qu'il aille chez le diable! dit l'un des soldats, en s'asseyant au
pied d'un arbre. Pour moi, je suis peu disposé à le suivre; mangeons
et prenons un coup, en attendant que Jack revienne, car il va revenir,
c'est sûr!

Les autres soldats suivirent son exemple, en prenant place au pied de
l'arbre.

--Allons, William, sors les vivres et les bouteilles, surtout les
bouteilles...

Et William se mit en frais de déboucler un gros sac qu'il portait en
bandoulière.

--Servez-vous, mes petits coeurs, dit-il, en déposant le sac sur le sol.
John! ajouta-t-il, je te confie les bouteilles.

John sortit du sac deux bouteilles de genièvre, et dit:

--Un coup d'appétit, pour ouvrir le chemin; quand nous aurons bien
mangé, nous en prendrons un autre pour le refermer!

--Bravo, John! s'écria un grand gaillard, que ses camarades appelaient
Ned Smith; verse-nous une bonne rasade!

--Voilà, mes boys! à votre santé, et à la, santé de Sir John Colborne!

--A la mort de Papineau! vociféra Ned Smith!

--Papineau! interrompit Herbert Thompson. nous ne le tenons pas
encore... je crois qu'il est rendu aux États-Unis, et je ne serais pas
surpris que Pierre-Rémi Narbonne, que nous poursuivons ce matin, serait
allé rejoindre son chef.

--C'est impossible, reprit William, puisqu'il a été vu avant-hier, à
Saint-Charles, avec Cardinal et Davignon.

--Ta! ta! ta! c'est le sergent Darlington qui t'a dit cela, mais il ne
faut pas croire tout ce que Darlington dit, car depuis six jours il est
plein comme un oeuf...

--C'est vrai que ce gueux-là n'a pas dérougi depuis longtemps!

--Dis donc, John! fit Ned Smith, d'un air railleur, si le chien ne
revient pas, que vas-tu dire à son maître, sir John Colborne?

--Je lui dirai: «Excellence! ton chien est mort!»

--Mais il pourrait bien te faire pendre avec les Canadiens-français
qu'il a enfermés dans les cachots, pour avoir soulevé le peuple ou pris
part à la rébellion...

--Si je meurs avec eux, répondit John, je ne mourrai pas avec des
lâches; car j'ai combattu contre eux à Saint-Denis, et je vous jure que,
dans toute ma carrière de soldat, je n'ai jamais vu d'hommes plus braves
et plus adroits que ces Canadiens-français! Ils n'étaient qu'une poignée
et n'avaient pour armes que des vieux fusils à pierre, des faulx, des
fourches, des bâtons, et cependant ils nous ont battus, archibattus...

--Est-ce pour te vanter que tu dis cela! demanda Ned Smith.

--Non, mais c'est pour rendre justice à qui justice est due!

--Badinage à part, fit observer William, nous allons être envoyés tous
les six au _black-hole_, par sir John Colborne...

--Pourquoi cela? interrogea Ned.

--Primo, parce que nous avons laissé échapper Narbonne; seconde, parce
que nous avons perdu le chien qui nous a été confié et qui était le
toutou de sir John Colborne.

--Eh bien! riposta John, nous dirons à sir John Colborne, primo, que
Narbonne s'est sauvé aux États-Unis par la voie de Mégantic, que
personne n'a encore été chargé de surveiller; secondo, que le chien
s'est tué sur les rochers en dégringolant de la cime d'une montagne, et
voilà!

--Tu es bien sot, mon cher, si tu t'imagines que sir John va avaler ça
comme il avale un verre de brandy...

--Eh bien! il le prendra comme il voudra, je me fiche pas mal de ce
brûlot-là, moi!

--Chut! dit William en riant; la discipline nous oblige à respecter nos
chefs! Puis il ajouta, en levant son verre: «A la santé de Lord Gosford,
notre estimable gouverneur-général!»

--Oui! avec plaisir, dit John. J'aime et respecte Lord Gosford: c'est un
gentilhomme; et si les Canadiens-français et les Irlandais n'obtiennent
pas justice, nous ne pouvons pas en imputer la faute à Lord Gosford.

--Est-ce que nous retournons au camp, maintenant? demanda William.

--Oui, allons-y! répondirent les autres.

Ils étaient tous à moitié ivres!

Cinq minutes plus tard, ils s'en allaient en chantant: «For he's a jolly
good fellow».

Les soldats étaient plutôt altérés qu'affamés, car ils avaient vidé
leurs deux bouteilles de liqueur, et avaient laissé intactes au pied de
l'arbre trois boites de conserves.

Chaque boîte contenait quatre livres de langues salées.

Cet oubli, dans les circonstances, était pour Jean-Charles le salut; il
souffrait horriblement de la faim. Aussi, lorsque les soldats furent
partis, s'empressa-t-il d'aller chercher le trésor.

Les langues salées étaient délicieuses, et notre héros aurait pu
facilement en manger trois ou quatre, mais il n'en mangea que juste
assez pour apaiser les douleurs de la faim. Car le voyage qu'il avait
entrepris, et qu'il voulait faire seulement de nuit, afin de ne pas être
reconnu, serait peut-être long; et dans les autres forêts où il avait
l'intention de se cacher, le jour, il ne trouverait guère de nourriture.
Il lui fallait donc veiller sur ses vivres aussi soigneusement que
l'avare sur son argent.

C'est vers les États-Unis que le fugitif dirigeait sa course
aventureuse.

Il avait eu d'abord l'intention d'aller à Plattsburg, dans l'état de
New York, mais la conversation qu'il venait d'entendre, l'engageait à
modifier son plan; il irait maintenant dans l'état du New Hampshire, en
suivant la voie de Mégantic qui n'était pas encore surveillée, avaient
dit les soldats.

La journée lui parut affreusement longue. Enfin les dernières lueurs du
crépuscule s'éteignirent et la nuit vint. La lune brillait au ciel d'un
vif éclat. Le fugitif reprit sa marche, ou plutôt sa course, car il
courait presque continuellement, dans le but de rattraper le temps;
perdu.

Le lendemain, à cinq heures, il rentra sous bois et choisit son gîte
au milieu d'un bouquet d'arbres entrelacés et inextricables. Il cassa.
quelques branches autour de lui et se coucha sur la mousse. Comme il.
était fatigué, il s'endormit bientôt.

Sa nouvelle cachette lui avait semblé aussi sûre que la caverne qu'il
avait habitée le jour précédent.

En effet, nul n'aurait pu supposer qu'un être humain se fût introduit
dans ce labyrinthe apparemment sans issue.

Vers deux heures de l'après-midi, Jean-Charles fut réveillé par un
vacarme épouvantable. Sans remuer, il prêta l'oreille, et il entendit
siffler une balle au-dessus de lui!

«J'étais plus en sûreté dans ma caverne!» pensa le fugitif.

Pif! paf!

Et deux autres halles lui brûlèrent les cheveux!

Croyant sa dernière heure venue, Jean-Charles fit le signe de la croix
et éleva son âme à Dieu.

--Nous le tenons, cette fois, crièrent trois hommes qui se
rapprochaient, le fusil à la main!

--Tiens, le voilà! dit l'un d'eux; laisse-moi tirer.

Psitt!...

--Je l'ai! il est mort!...

«Hourra!» crièrent ensemble les trois disciples de Nemrod, en ramassant
un lièvre qui gisait dans l'herbe, les quatre pattes en l'air!

Je l'ai échappé belle! pensa notre héros, en se frottant le cuir chevelu
que les balles avaient effleuré... Aussi, quelle sottise de ma part
d'être venu me gîter au beau milieu d'un bois pour servir de cible aux
chasseurs maladroits! Décidément, je crois que j'ai perdu la tête.... Si
encore ces chasseurs ne peuvent pas voir un autre lièvre rôder autour de
moi...

Mais non, ils s'éloignaient, portant sur leurs épaules une longue perche
à laquelle était suspendu leur unique trophée, nous voulons dire leur
lièvre...

--Tas d'imbéciles! murmura Jean-Charles, en les regardant marcher: ne
dirait-on pas, à les voir, qu'ils ont tué un lion!

Notre héros avait eu la précaution, avant de s'enfermer dans le bosquet,
de puiser de l'eau pure dans une sorte de récipient qu'il avait fabriqué
avec de l'écorce de bouleau. Il but pour se désaltérer et se rafraîchir,
car il faisait une chaleur atroce, même à l'ombre, et il mangea à son
appétit, afin de pouvoir supporter les fatigues de la longue course
qu'il se proposait de faire dans la nuit.

Il avait hâte d'arriver aux États-Unis.

Ce pays lui offrait un abri certain contre toutes les perquisitions.
Perdu dans cette agglomération humaine, où viennent se fondre tant de
races diverses, il pourrait vivre, ignoré, et s'arranger une existence
tranquille et sûre.

Le soir, à, huit heures, il se mit en route et marcha toute la nuit.

Il en fut de même la, nuit suivante.

Enfin, la cinquième nuit, il s'en allait à grands pas par un chemin que
les arbres rendaient très obscur, quand, soudain, deux hommes d'une
haute taille se placèrent devant lui, le pistolet au poing, eu lui
disant en anglais: «Vous êtes, notre prisonnier!»

--Pourquoi cela? leur demanda Jean-Charles.

--Parce que vous désertez le pays, après avoir pris une part active à
l'insurrection.

--Vous vous trompez!

--Non! nous vous reconnaissons, d'ailleurs: vous êtes Pierre-Rémi
Narbonne!

--Vous vous trompez! vous dia-je.

--Suivez-nous toujours; vous vous expliquerez avec la justice.

--Très bien! dit Jean-Charles.

Les soldats étaient placés côte à côte devant lui.

Tout à coup, Jean-Charles fit un bond de travers et donna un coup de
poing au premier soldat qui assomma l'autre avec sa tête, et tous les
deux roulèrent dans la poussière!

Jean-Charles les désarma et les lia ensemble avec la corde qui devait
sans doute servir à l'attacher lui-même; puis il prit ses jambes à son
cou, sans leur laisser son adresse...

Le lendemain matin, il arrivait à Berlin, New Hampshire.

Il avait franchi, en cinq nuit, une distance de cent soixante-quatre
milles!

                                *
                               * *

Les beaux jours de l'été avaient fui, et les habitants de Sainte-R...
pleuraient encore la disparition de Jean-Charles.

Pendant plusieurs semaines, le curé et ses paroissiens avaient fait les
plus actives recherches sans avoir pu découvrir les traces du malheureux
fugitif.

Quelques-uns croyaient que notre héros s'était noyé en voulant traverser
le fleuve; car la marée montante avait ramené, le lendemain, au rivage,
les pièces éparses du radeau dont le malheureux s'était servi.

Quoi qu'il en soit, des prières publiques furent dites à l'intention du
cher disparu, et tous les habitants de Sainte-R... prirent le deuil en
son honneur.

L'abbé Faguy, ce coeur pourtant si fort et qui savait si bien consoler
les autres dans leurs afflictions, se montrait inconsolable de la
disparition de son ami.

L'hypothèse de la noyade lui paraissait absurde: Jean-Charles était trop
habile nageur; et d'ailleurs on aurait retrouvé son corps.

Il se représentait nettement la situation: Jean-Charles a dû croire que
la balle avait tué son frère instantanément, et, craignant d'être arrêté
et condamné comme assassin, il aura fui à l'étranger pour se soustraire
à la justice.

Que d'innocents, hélas! ont été condamnés simplement sur des preuves de
circonstances...

L'abbé Faguy espérait, cependant, que Dieu lui permettrait de retrouver
bientôt le fugitif, afin de le rassurer et de le consoler.

Mais Dieu, dont les desseins sont aussi justes qu'impénétrables, en
avait décidé autrement.

Jean-Charles devait boire jusqu'à la lie le calice de douleur...



L'EXIL

  Que de fois appuyé sur sa bêche immobile,
  Fixant sur l'horizon son oeil doux et tranquille,
  Il semblait contempler tout un monda idéal.
  Oh! sa jeunesse alors, avec sa sève ardente,
  Déroulant les anneaux de cette vie errante,
  Lui montrait le pays natal.

                                   OCTAVE CRÉMAZIE.

On dirait que le barde canadien pensait à Jean-Charles Lormier--qu'il
connaissait, sans doute--quand il a écrit ces beaux vers; car il est
difficile de mieux peindre l'attitude que prenait parfois notre héros,
quand, appuyé sur sa bêche, il revoyait, comme dans un rêve: sa paroisse
natale où il comptait tant d'amis sincères, le Saint-Laurent dont il
avait si souvent admiré le majestueux cours, son père, sa mère, ses
soeurs, son curé si bon et si dévoué, l'angélique figure de Corinne,
le vieux François, les heures consacrées à l'étude et au service des.
pauvres, les félicités et les consolations que lui laissaient entrevoir
les fonctions sacerdotales. .........................................

Puis la scène changeait.

Il se voyait emprisonné dans sa maison que le feu dévorait, et, par
la fenêtre, à travers la flamme, lui apparaissait la figure de Victor
exprimant une joie infernale! Il voyait son frère, la poitrine percée
d'une balle, gisant inanimé à ses pieds!

Il lui semblait entendre la foule, indignée, lui jeter à la face cette
terrible accusation: «Tu n'es qu'un fratricide!»

Il était condamné à vivre loin du sol aimé de la patrie, et à porter
toute sa vie une honte et un déshonneur immérités... Et des larmes
coulaient lentement à travers sa barbe devenue aussi blanche que ses
cheveux.

Mais, se rappelant les conseils et les consolations que lui avait
prodigués l'abbé Faguy, il disait, en levant les yeux au ciel: «O mon
Dieu! faites-moi souffrir davantage, si vous le désirez, mais, je vous
en supplie, soulagez l'âme de mon pauvre frère!»

Jean-Charles croyait, avec un pieux auteur, que _entre la mort apparente
et réelle, du corps, il y a place à la miséricorde divine._ Et il
espérait que son frère, à ce moment suprême, avait reconnu ses fautes
et avait eu le bonheur d'en obtenir le pardon. Alors, réconforté par
l'espérance que Victor avait trouvé grâce devant Dieu, l'exilé reprenait
sa bêche et se remettait au travail avec un courage nouveau.

                                *
                               * *

Dans le chapitre précédent, nous avons laissé Jean-Charles au moment où
il arrivait à Berlin, petite ville située dans l'état du New-Hampshire.

Berlin, qui est aujourd'hui un centre industriel important, avec une
population assez considérable, n'était pour ainsi dire à cette époque
qu'un village peu remarquable et peu remarqué. Ses habitants étaient
presque tous des catholiques qui avaient quitté l'Irlande pour échapper
à la persécution.

Notre héros connaissait cela par les différents ouvrages américains
qu'il avait lus. Berlin convenait bien à la vie ignorée qu'il se
proposait de mener désormais; là il pourrait librement remplir ses
devoirs religieux. C'était l'essentiel pour lui.

Mais le malheureux craignait de se compromettre en répondant franchement
aux questions qui lui seraient posées. Il ne voulait avoir jamais
recours au mensonge. Comment s'y prendre pour sortir d'embarras? Il
résolut, en mettant le pied sur le sol américain, de faire le muet.

Il s'assignait là un rôle excessivement difficile à jouer. La moindre
distraction pouvait le trahir. Pour ne pas être exposé à oublier son
rôle, il prit l'habitude de garder toujours dans sa bouche un petit
caillou, qui devait lui servir de moniteur au besoin.

C'est donc avec un petit caillou dans la bouche, que Jean-Charles, le
2 juillet au midi, se présenta, à Berlin, chez un nommé Patrick Kelly,
fermier assez à l'aise, qui habitait, avec sa femme et deux grands
garçons, une jolie maison blanchie à la chaux.

En voyant arriver cet homme, ce géant, sale, couvert de poussière et les
habits en lambeaux, les membres de la famille Kelly éprouvèrent de la
surprise et de la frayeur.

L'étranger les salua, et, par des signes qu'il avait longtemps
pratiqués, leur fit comprendre qu'il ne parlait pas et qu'il désirait,
en payant, avoir quelque chose à manger.

Douze dollars, qu'il avait pu soustraire aux flammes, composaient toute
sa fortune.

Le vieux fermier lui répondit qu'il ne voulait pas accepter d'argent,
et lui offrit de bon coeur de partager le modeste repas de famille. Il
approcha de la table une chaise et invita l'étranger à s'y asseoir.

Mais celui-ci déclina la politesse et exprima, toujours par signes,
qu'il mangerait quelques bouchées sur le perron de la maison.

La vieille fermière joignit ses instances à celles de son mari, mais
sans plus de succès.

Le visiteur paraissait tenir à manger seul et à l'écart.

On lui servit de la bonne soupe, du lard, des pommes de terre, du pain
de ménage très bien cuit, des crêpes, du lait et des brioches.

Le muet fit un excellent repas.

C'était le temps de la fenaison, et le vieux fermier avait une abondante
récolte à faire.

Le matin même de ce jour, on avait commencé à faucher dans un vaste
champ qui se trouvait à deux arpents de la maison.

Les faucheurs y avaient laissé les instruments de travail.

Jean-Charles se leva, se rendit au champ, prit une des faulx et se mit à
abattre le foin.

La faulx, dans ses mains habiles, allait de droite à gauche avec un
bruit clair et cadencé, et le foin tombait aussi dru que s'il eût été
rasé par une faucheuse!

Le père Kelly, sa femme et les deux garçons s'étaient avancés sur
le seuil de la porte et regardaient le faucheur avec une sincère
admiration.

--Je n'ai jamais vu, dit le vieillard, un homme manier la faulx avec
autant d'adresse et d'aisance; malgré la chaleur, il ne parait pas
sentir la fatigue! Voyez donc, ajouta-t-il, en s'adressant à ses
garçons, la large trouée qu'il a déjà faite dans le champ... de ce
train-là, il ne mettrait pas de temps à faire nos foins!

--Vous avez raison, père, répondit l'aîné des garçons, cet homme est
aussi adroit que fort, et ce serait un plaisir pour nous de travailler
sous sa direction. Pourquoi ne l'engagez-vous pas?

--Oui, oui... dit le bonhomme, en se grattant l'oreille, mais on ne
connaît pas ce géant-là, et je vous avoue qu'il me fait peur...

--Allons, allons! interrompit la mère Kelly, pourquoi aurais-tu peur de
cet homme? Il a une figure très respectable, et il a l'air si bon et si
malheureux!

C'est sans doute un chef de la rébellion canadienne qui a fui son pays
pour ne pas tomber au pouvoir des tyrans...

Puis il est catholique, car il a fait dévotement le signe de la croix
avant et après le repas; et je le crois Irlandais, vu qu'il comprend
parfaite ment notre langue.

A ta place, bonhomme, je lui proposerais de l'engager.

--C'est bien, ma vieille, je verrai ça ce soir, répondit le fermier; et
il sortit avec ses garçons pour aller rejoindre le faucheur.

Le vieillard félicita Jean-Charles sur son habileté à manier la faulx et
lui dit: «Je n'ai pas voulu accepter d'argent pour le dîner, mais vous
avez déjà trouvé moyen de le payer trois fois par votre travail... Allez
maintenant vous reposer à la maison pendant que nous travaillerons.»

Le pseudo-muet se contenta de sourire à ces aimables paroles et
continua, à faucher avec la même ardeur jusqu'au soir, ne s'arrêtant que
pour boire ou aiguiser sa faulx.

Sans exagération, il avait, fait à lui seul une fois plus d'ouvrage que
le vieillard et ses garçons ensemble!

C'était vraiment un homme extraordinaire que Jean-Charles Lormier!

Il avait marché toute la nuit et toute la matinée, ne s'était arrêté
qu'une demi-heure pour dîner, et cependant il paraissait encore plus
alerte que les garçons du père Kelly.

A sept heures, le vieux fermier invita l'étranger à venir prendre le
souper.

Il accepta l'invitation, mais s'obstina encore à vouloir manger sur le
perron.

Après le souper, Mme Kelley désigna à Jean-Charles la chambre qu'elle
lui avait, préparée; mais celui-ci fit comprendre à la brave femme, par
des gestes, qu'il ne devait pas occuper cette chambre, à cause de la
malpropreté de ses vêtements, et qu'il irait passer la nuit dans la
grange.

Toute la famille voulut le retenir à la maison, mais leur insistance fut
inutile.

Le colosse se dirigea vers la grange et monta au fenil, où l'on avait
déjà serré quelques bottes de foin.

Il fit sa prière, et, selon la pieuse habitude de toute sa vie, récita
le chapelet; puis, s'étendant sur le foin parfumé, il s'endormit
profondément.

Le lendemain matin, à trois heures, l'intrépide faucheur était debout,
frais et dispos. Il alla d'abord faire une marche sur la grève d'une
jolie petite rivière qui traversait les terres du père Kelly. Puis, à
quatre heures, armé de la faulx, il reprenait sa besogne aux champs.

C'est le travail qu'il fallait à cette nature pleine de sève; et depuis
qu'il avait repris l'ouvrage, il sentait ses forces se décupler et le
calme revenir dans son esprit.

Le vieux fermier était matinal, mais il ne se rendait jamais aux champs
avec ses garçons avant cinq heures; aussi fut-il surpris d'entendre,
vers quatre heures, le rythme cadencé de la faulx, il courut à la
croisée et vit le géant à l'ouvrage.

Déjà à l'oeuvre! pensa-t-il. Oh! oui, ma bonne femme--qui est une
physionomiste--avait bien raison de dire que ce colosse serait pour moi
un homme précieux. Mais j'hésite à le prendre à mon service, car il me
semble qu'il va me demander des gages trop élevés pour mes moyens...

Quel homme!

--Bonne femme! cria, le vieillard, viens donc voir, par curiosité,
travailler le muet; regarde ce long rang de foin qu'il a déjà aligné sur
le champ!

--Mais, mais, mais! fit la vieille, en s'extasiant à son tour; cet
homme-là va plus vite qu'une machine! Engage-le, bonhomme, engage-le, au
plus tôt: c'est le conseil que je te donne!

--Je le veux bien! mais je suis sûr qu'il va me demander un prix fou!

--C'est encore drôle! parle-lui en au déjeuner.

--Oui, je lui en parlerai.

Quelques instants après, le fermier et ses garçons jouaient de la faulx
avec le géant: et c'était beau d'entendre le bruit sonore et rythmé de
l'acier que répétaient les échos d'alentour!

A huit heures, la vieille fermière alla avertir les travailleurs que le
déjeuner était prêt, et tous revinrent à la maison avec elle.

Cette fois-ci, bon gré mal gré, Jean-Charles fut obligé de s'asseoir à
la table de famille.

Il dut, naturellement, ôter le caillou qu'il avait dans sa bouche, ce
qu'il fit avant d'entrer dans la maison; mais il se promit bien d'être
sur ses gardes et d'ouvrir la bouche seulement pour manger.

Vers la fin du repas, le père Kelly dit à Jean-Charles: «Aimeriez-vous à
rester ici pour nous aider aux travaux de la ferme?»

Notre héros fit un signe affirmatif.

--Combien me demandez-vous par mois?

Jean-Charles fit comprendre par des signes que la nourriture et le
vêtement lui suffiraient.

--Oh! alors, repartit le vieillard en riant, vous pouvez, désormais,
considérer ma maison comme la vôtre, et je saurai me montrer aussi
généreux que vous êtes peu exigeant...

                                *
                               * *

La mère Kelly était une femme de talent, d'ordre et de conduite; une de
ces épouses et de ces mères qui sont l'honneur et assurent la prospérité
d'une nation.

Elle était l'âme dirigeante de sa maison en même temps que l'idole de
son mari et de ses enfants. Non contente de faire à la perfection tous
les travaux du ménage, elle se livrait encore aux utiles industries qui
savent tirer parti de tout et sont une source d'épargne au foyer du
paysan.

Elle tissait la toile, la laine, taillait et confectionnait tous les
vêtements et la lingerie de la famille.

Gardienne vigilante de la maison, toujours occupée à un travail
intelligent et profitable, elle ne trouvait de temps ni pour les
promenades futiles et dissipantes, ni pour les commérages fielleux et
malsains.

Et le soir, en fermant ses paupières, elle pouvait dire, avec la
satisfaction du devoir accompli: «Ma journée a été bien remplie, et je
la présente devant vous, ô mon Dieu!»

Grâce à ses talents et à son travail, Mme Kelly donnait aux siens tout
ce dont ils avaient besoin, et augmentait chaque année le joli pécule
que son mari possédait déjà et qu'il avait placé à la banque.

                                *
                               * *

Jean-Charles, le lecteur s'en souvient, était, arrivé à Berlin, les
habits en lambeaux; il avait déchiré ses vêtements dans ses longues
courses, la nuit, à travers les bois.

La mère Kelly lui confectionna deux habillements.

Notre héros était fier d'être convenablement vêtu, non pas parce qu'il
avait le désir de plaire, mais parce qu'il comprenait qu'un bon chrétien
doit observer rigoureusement dans sa tenue les lois de la propreté et de
la décence.

La propreté sur soi, a dit une belle âme, est comme une seconde pudeur.

Et comme Jean-Charles avait la noble habitude de s'approcher, chaque
dimanche, de la sainte table pour y recevoir le corps adorable de
Jésus-Christ, il lui semblait que, pour se présenter devant le Roi des
rois, il devait se vêtir aussi proprement, sinon plus, qu'il convient de
le faire, quand on se présente devant un roi ou un grand du monde.

Il n'est pas nécessaire d'apporter de la toilette au banquet de
l'eucharistie, non! mais de la propreté et de la décence, oui!

Ce serait outrager Dieu que d'agir autrement.

Jean-Charles demeurait à plus d'un mille du village, et il n'y allait
que le dimanche.

S'il fuyait la société, c'est parce qu'il craignait d'y rencontrer des
compatriotes qui l'auraient reconnu et peut-être dénoncé à la justice
comme assassin!

Pourtant, bien habile eût été celui qui aurait reconnu le jeune héros de
Châteauguay dans cet homme, à la barbe et à la chevelure blanches, qu'on
voyait passer, appuyé sur une canne comme un vieillard, portant le
costume du paysan et coiffé d'un chapeau de paille à larges bord»!

Même une fois, en sortant de l'église, il s'était trouvé face à face
avec un de ses plus intimes amis de Saint-Denis, qui l'avait regardé
sans le reconnaître.

Ce fait avait quelque peu calmé ses appréhensions, mais il ne voulait
pas s'exposer.

                                *
                               * *

Jean-Charles était à Berlin depuis un an.

Il ignorait absolument ce qui s'était passé au Canada dans le cours de
ces douze longs mois.

L'exilé recherchait la solitude; cependant--curiosité bien légitime--il
désirait ardemment être renseigné sur les dispositions de ses amis à son
égard, sur le sort des malheureuses victimes de l'insurrection et sur
les affaires générales de son cher pays.

S'il avait pu seulement lire les journaux!

Mais il était privé de cette précieuse source de renseignements, caria
famille Kelly ne recevait aucun journal...

L'exil lui aurait peut-être paru supportable s'il eût pu, au moins,
satisfaire son goût pour l'étude; mais il n'avait pas de livres, et
n'osait pas aller en acheter au village!

Un dimanche l'après-midi, Jean-Charles était monté au grenier de
son logis pour chercher une médaille--souvenir de la bataille de
Châteauguay--qu'il portait toujours dans une de ses poches, et qu'il
avait perdue depuis quelque temps.

Il la trouva dans un coin, en arrière d'un vieux coffre poussiéreux.

En voulant remettre ce coffre à sa place, le chercheur en détacha le
couvercle qui glissa sur le plancher.

Un cri mêlé de surprise et de joie, s'échappa, de la bouche de notre
héros.

Que contenait donc ce coffre mystérieux?

Des livres... oui, un grand nombre de livres!

Jean-Charles, assis sur ses talons, restait ébahi en face de cette
bibliothèque d'un nouveau genre!

Enfin, il se décida à faire l'examen de son trésor.

Le premier volume--grand format qu'il sortit, était un recueil des
principales productions de Shakspeare: _Othello, Hamlet, Macbeth,
Henri VI, et la Mort de Richard III_; puis un dictionnaire anglais
et français; un volume renfermant le _Paradis perdu_ et les poésies
choisies de Milton; une grammaire anglaise; une histoire universelle;
les principaux poèmes et drames de Byron.

Bref, il y avait dans ce coffre, entassés pêle-mêle, une centaine de
volumes classiques et religieux, et plusieurs cahiers remplis de notes
relatives à l'enseignement de la langue anglaise.

L'heure du souper était passée depuis longtemps et la famille Kelly
attendait encore Jean-Charles pour se mettre à table.

--Que fait donc le géant? dit le vieux fermier.

--Il me semble que j'entends des pas, en haut, répondit sa femme. Va
donc voir s'il est là.

Le vieillard se rendit au grenier et trouva notre héros, tout couvert de
poussière, occupé à placer soigneusement les livres sur des tablettes.

En voyant le vieux fermier, Jean-Charles lui montra les livres avec une
joie enfantine!

--Ces livres, fit le bonhomme, sont un héritage de mon frère aîné,
ancien professeur, décédé à Cork, en Irlande, il y a quarante ans.

Venez-vous souper? ajouta-t-il.

Jean-Charles regarda à sa montre et constata, avec étonnement, qu'il
était sept heures et quart!

Il descendit avec le père Kelly.

Les quelques heures qu'il venait de passer en tête à tête avec les
livres, lui avaient paru bien courtes. Et cette trouvaille lui procurait
autant de bonheur que la découverte d'un trésor en procure au mineur.

Il sentit se réveiller sa passion pour l'étude.

Sa connaissance de l'anglais était assez grande: il lisait et écrivait
avec facilité en cette langue; mais il voulut en pénétrer les secrets et
le génie, et se mit à l'oeuvre avec courage.

De temps à autre, quand les travaux de la ferme ne pressaient pas, et
qu'il avait besoin de distraction, notre héros allait à la chasse ou
à la pêche. Il pouvait aisément contenter ces goûts, car la rivière
Wilson, qui traversait les terres du père Kelly, était très
poissonneuse, et le gibier foisonnait dans les bois d'alentour.

En somme, pour un homme comme lui qui se croyait déchu de ses droits, de
sa dignité, et exclu pour toujours de la société des honnêtes gens, une
telle vie ne manquait pas d'agrément et d'utilité, et il en remerciait
tous les jours le bon Dieu.

La maison du vieux fermier était fort habitable, et l'exil maintenant
n'y pesait pas trop. Elle était petite, mais le coeur de son
propriétaire était grand. On eût pu écrire sur le seuil de ce logis les
mots du philosophe latin: _Parva domus, magna quies!_

Dans l'esprit des membres de la famille Kelly, le géant--comme ils
appelaient notre héros--était un grand persécuté, un saint, et tous lui
témoignaient la plus sincère vénération.

Ils le croyaient réellement muet.

Jean-Charles pouvait, depuis longtemps, se dispenser du caillou: à force
de rester silencieux, il avait pour ainsi dire perdu l'usage de la
parole.

Au milieu de ses épreuves, Jean-Charles avait reçu du ciel une
consolation, la plus grande qu'il pût désirer: celle de croire que son
frère était sauvé!

Une nuit, il vit, en songe, son frère s'approcher de lui, la figure
toute rayonnante d'espérance, et lui dire: «Frère, console-toi, car j'ai
reconnu mes fautes quelques instants avant de mourir, et Dieu a eu pitié
de moi! Prie pour le soulagement de mes peines...»

C'était dans la première nuit de mai.

Chaque nuit de ce mois consacré à la Sainte-Vierge, le même songe revint
flotter dans son imagination et la même figure lui apparut.

La dernière unit, l'ombre mystérieuse laissa tomber, en disparaissant,
ces paroles qui allèrent droit au coeur du pauvre exilé: «Au revoir dans
le ciel!»

Le matin, en s'agenouillant pour sa prière, Jean-Charles fît monter vers
Dieu de vives actions de grâces!

Que m'importent, se dit-il, les jugements des hommes, le mépris de mes
concitoyens et l'exil, si mon frère est sauvé!

Il ne me reste plus qu'à attendre, ici, l'heure où Dieu daignera
m'appeler à lui.



L'ORPHELIN O'NEIL

Vers la fin de la quatrième année de son exil, Jean-Charles, en revenant
un soir à la maison, après sa journée de travail, aperçut le corps d'un
petit garçon qui gisait inanimé sur le bord d'un ruisseau. L'enfant
portait à la tête une blessure d'où le sang coulait encore faiblement.
Notre héros trempa son mouchoir dans l'eau glacée et, à plusieurs
reprises, l'appliqua sur la figure du petit blessé, qui revint
promptement à la vie.

En recouvrant ses sens, le bambin tressaillit de frayeur en sentant
sur son visage le contact des larges mains du géant. Mais celui-ci lui
adressa les paroles les plus tendres et réussit à le rassurer tout à
fait.

L'enfant paraissait avoir une dizaine d'années. Ses grands yeux bleus
exprimaient à la fois l'intelligence et la bonté.

--Veux-tu venir te reposer chez-moi; j'irai te reconduire chez tes
parents, après le souper?

L'entant, pour toute réponse, se contenta de sourire.

Jean-Charles prit ce sourire pour un consentement, et il se dirigea avec
son protégé vers la maison du vieux fermier.

--Tiens! vous nous amené le petit muet de Frank U'Neil! s'écria la mère
Kelly.

Le géant expliqua par des signes qu'il l'avait trouvé évanoui sue le
bord d'un ruisseau, le visage ensanglanté.

--Pauvre misérable! soupira la vieille fermière, c'est sans doute
son père qui l'aura, encore battu. Et elle ajouta que l'enfant était
orphelin de mère, et que son père--un ivrogne et un paresseux--lui
faisait, subir les plus mauvais traitements.

En entendant ces paroles, notre héros prit l'orphelin dans ses bras et
lui fit comprendre qu'il voulait être pour lui désormais un ami, un
second père, un défenseur!

C'est Dieu, pensa-t-il, qui a mis cet infortuné sur mon chemin. Je
m'efforcerai d'en faire un bon chrétien et un citoyen utile.

Toute la famille Kelly s'associa de grand coeur à un tel acte de charité
et de dévouement.

La vieille fermière s'empressa de donner à l'enfant les soins que
requérait son état. Elle lava la blessure qu'il portait à la tempe
gauche et y appliqua une compresse: puis, après lui avoir fait prendre
un bon souper, elle le fit coucher sur un lit bien moelleux. Le
lendemain, qui était un dimanche, Jean-Charles, impatient de savoir si
l'enfant avait fait sa première communion, se rendit au presbytère de
Berlin.

Le curé lui apprit que le petit muet ne fréquentait aucune école depuis
trois ans, c'est-à-dire depuis la mort de sa mère, et qu'il ignorait les
vérités les plus élémentaires de la religion.

Alors notre héros résolut d'instruire l'orphelin et de le préparer du
mieux qu'il le pourrait au sacrement de l'eucharistie.

Il se procura quelques livres pédagogiques à l'usage des muets.

Jean-Charles comptait un peu sur sa longue pratique du mutisme, pour se
débrouiller dans les méthodes assez compliquées qu'il allait être obligé
d'enseigner. Son illusion fut de courte durée. Des difficultés presque
insurmontables se dressèrent devant lui dès les premiers pas.

L'intelligence de l'élève restait fermée, malgré les efforts du maître
pour y introduire un peu de lumière.

Évidemment le maître s'y prenait mal; car l'élève paraissait apporter
toute la bonne volonté désirable.

Il fallait donc étudier la méthode, en approfondir tous les secrets;
il fallait aussi se bien mettre au niveau du pauvre enfant, savoir par
quelles lentes et pénibles opérations il était possible d'éclairer cette
raison, qui ne s'ouvrait sur le monde extérieur que par le sens de la
vue!

Le professeur improvisé n'avait pas prévu tous ces obstacles. Mais
avec son énergie et sa patience habituelles, il se mit sérieusement a
l'oeuvre pour les surmonter.

Tous les soirs, on pouvait le voir, pendant deux ou trois heures, penché
sur ses livres, apprenant tous les signes de l'alphabet, s'exerçant à
les bien reproduire, et cherchant les moyens de les rendre intelligibles
à son élève. Une pensée le soutenait dans ce travail ingrat et fatigant:
sauver le corps et l'âme du cher orphelin!

Il y avait deux semaines que l'enfant vivait sous le toit de la famille
Kelly, et son père ne semblait pas s'en occuper.

Un jour, Jean-Charles travaillait dans la grange, pendant que son
protégé s'amusait au bord du chemin. Soudain des cris déchirants
retentirent.

Prompt comme l'éclair, notre héros s'élance dehors et aperçoit un homme,
ou plutôt une brute, qui tient le petit muet par les cheveux et le
frappe à coup de pied dans le ventre!

Il bondit sur l'inconnu, le saisit par les flancs et le serre avec tant
de force, que le misérable lâche prise et se met à crier à son tour
comme un possédé!

Jean-Charles desserre ses tenailles, puis mettant son terrible poing
sous le nez du père dénaturé, il lui fait comprendre qu'il l'assommera
s'il maltraite encore son enfant.

Sur la promesse qu'il ne recommencera plus, l'ivrogne est remis en
liberté, et s'éloigne en se tenant les côtes...

Le surlendemain au midi, Frank O'Neil se présentait chez le père Kelly
pendant que toute la maisonnée était à table.

En l'apercevant, le petit muet se pressa contre le géant comme pour se
mettre sous sa protection.

Le misérable était sobre. Il entra, le chapeau sous le bras, et demanda
au vieux fermier s'il voulait bien lui donner de l'ouvrage.

--Non! répondit sèchement celui-ci.

--Pourquoi donc, monsieur, refusez-vous de m'employer?

--Parce que tu es un ivrogne, un paresseux et un père dénaturé!

--J'admets, monsieur, que j'ai été tout cela; mais j'ai bien réfléchi
depuis deux jours, et j'ai pris la résolution de ne plus boire, de
travailler comme un homme de coeur, et de bien traiter mon enfant.

--Bah! ce sont des promesses d'ivrogne que tu fais là...

--Je vous assure, monsieur, que je tiendrai mes promesses. Veuillez me
mettre à l'épreuve.

La père Kelly interrogea Jean-Charles du regard, et celui-ci lui fit un
signe qui voulait dire: donnez-lui une chance.

C'est bien, c'est bien! dit le fermier. Viens dîner. Mais je t'avertis
que si tu recommences à boire ou si tu maltraites ton enfant, je te
mettrai à la porte pour toujours!

--Ne craignez rien, M. Kelly, je n'ai qu'une parole, et je vous l'ai
donnée...

                                *
                               * *

L'ivrogne demeurait chez le vieux fermier depuis cinq semaines, et il
avait tenu parole.

Mais il n'avait pas assisté une seule fois à la messe, ce qui chagrinait
beaucoup Jean-Charles.

Le sixième dimanche, en entrant dans l'église avec l'orphelin, notre
héros vit Frank O'Neil qui se tenait à genoux, à l'ombre d'un pilier, le
front dans les deux mains.

Sa présence dans le temple causa à Jean-Charles et au petit muet
une joie indicible. Ils avaient prié pour obtenir la conversion du
malheureux, et ils voyaient que le ciel n'était pas resté insensible à
leurs prières. Ce matin-la ils prièrent avec plus de ferveur que jamais.

Le dimanche suivant, l'ivrogne, après avoir fait une confession
générale, eut le bonheur de s'approcher de la sainte table. Dieu venait
de faire un miracle en faveur de cette victime de l'ivrognerie; car,
à dater de ce jour, Frank O'Neil devint un fervent chrétien, un homme
laborieux et un père au coeur tendre et aimant.

                                *
                               * *

Jean-Charles était parvenu à se familiariser avec la méthode si
ingénieuse de l'abbé de l'Epée, qui permet aux muets de se faire
comprendre par des signes aussi bien que s'ils s'exprimaient par la
langue. Et son élève, James O'Neil, après deux ans d'étude, lisait,
écrivait et savait son catéchisme à la perfection. C'était un enfant
excessivement intelligent.

Un jour, notre héros proposa au curé de Berlin d'interroger le petit
muet par écrit.

L'épreuve eut lien en présence d'une centaine d'élèves de la paroisse.

Le curé écrivait des questions sur un tableau, et l'orphelin y répondait
aussi par écrit.

L'épreuve dura une heure.

Elle fut un triomphe pour le petit muet et une belle leçon pour tous les
élèves!

Puis le curé traça sur le tableau les mots suivants:

«James O'Neil, vous avez très bien répondu à toutes mes questions, et je
vous en félicite. Vous ferez votre première communion dans un mois.»

L'enfant, ne pouvant contenir sa joie, sauta au cou du prêtre et
l'embrassa avec effusion!

Un mois plus tard l'âme encore vierge de toute souillure, il eut
l'ineffable bonheur de recevoir l'auguste sacrement de l'eucharistie.

Faire sa première communion!

Que de foi, d'amour et de grandeur dans ce premier acte de l'enfant! et
que d'influence il exerce sur la vie entière de celui qui l'accomplit
selon les vues de l'Eglise!

James se rendait parfaitement compte de l'importance de cet acte, et,
sous le regard de Dieu, il formait la résolution d'en garder jusqu'à la
mort le salutaire souvenir.

                                *
                               * *

Le jeune muet venait d'atteindre sa vingt-unième année.

La moitié de sa courte existence s'était écoulée sous la sage direction
de notre héros.

L'élève avait reçu une instruction saine et forte qui le rendait capable
d'occuper une bonne situation dans le monde des affaires.

Il écrivait correctement les langues anglaise et française, et
connaissait suffisamment les sciences exactes.

Le commerce avait pour son jeune esprit des attrait séduisants. Mais
n'ayant pu se caser à Berlin, il résolut, après avoir consulté son
protecteur, d'aller tenter fortune ailleurs.

Le maire de Berlin réussit à lui obtenir une position de sous-comptable
dans le célèbre magasin des MM. Stewart, à New-York. Ses nouveaux
maîtres lui demandaient de venir incessamment.

Ce fut bien pénible pour notre héros de consentir à cette séparation;
mais il offrit à Dieu ce nouveau sacrifice.

Au moment de se séparer, peut-être pour toujours, de l'homme qui lui
avait donné les bienfaits de l'instruction, le jeune muet se sentit
accablé de douleur.

Il voulut exprimer, clans son langage mystérieux, toute la
reconnaissance dont son coeur débordait, mais ses larmes seules
parlèrent...

Il partit avec son père pour la métropole commerciale des États-Unis.

Jean-Charles s'était montré fort devant la faiblesse et la douleur de
son protégé; mais, resté seul, il sentit un vide immense se faire autour
de lui!

Depuis longtemps, il s'était résigné à son sort. La bonheur du jeune
homme faisait son bonheur. Car James O'Neil n'était pas seulement son
élève, il était son ami, son compagnon de tous les instants.

Ensemble--le matin au réveil et le soir au coucher--ils adressaient à
Dieu leurs prières d'amour et de reconnaissance; ensemble ils avaient
travaillé pour soustraire Frank O'Neil à l'ivrognerie et en faire
un catholique fervent, et un bon père; ensemble, parfois, pour se
distraire, ils couraient les bois et les grèves pour chasser ou pêcher;
ensemble, enfin, chaque dimanche, ils allaient s'agenouiller à la table.
sainte pour recevoir le divin consolateur!



LE RETOUR AU PAYS

Jean-Charles habitait Berlin depuis quinze ans.

Sa vie était maintenant monotone et, languissante.

Un matin, il éprouva les atteintes d'un mal qui l'avait fait souffrir
pendant plusieurs années, mais dont il s'était cru guéri pour toujours.

C'était le mal du pays. Il sentait de nouveau s'allumer en son coeur
le désir intense de revoir le pays natal. Désir mystérieux, dévorant,
incontrôlable, qui s'enfonce dans le coeur comme la lame d'une épée, y
pratique une blessure profonde, lancinante, insondable!

Pour combattre ce mal cruel, Jean-Charles eut recours à la prière, au
travail, à l'étude, à la pêche, à la chasse, à tous les moyens enfin que
la foi et la raison purent lui suggérer. Ce fut inutile. La blessure
était là, se creusant tous les jours, et; tous les jours causant des
douleurs plus intolérables.

L'image de la patrie lointaine se fixait dans son imagination et devant
ses yeux; il la portait en tous lieux et à tous les instants.

Le jour, elle se mêlait à tous ses travaux et à toutes ses pensées; la
nuit, elle lui souriait, en des rêves gracieux, ou l'épouvantait en
d'affreux cauchemars..

Plus de repos pour le pauvre exilé!

Peu à peu, l'appétit et le sommeil l'abandonnèrent; il éprouva du dégoût
pour le travail et l'étude, les deux choses qu'il aimait le plus an
monde; son énergie de fer s'éteignit et un dépérissement lent, mais
visible de sa santé lui fit comprendre que la mort serait le résultat
inévitable du mal qui le minait.

Il se résolut à mourir.. Mais au-dessus, bien au-dessus de cette
résolution flottait toujours cette pensée: revoir la patrie!

  Que de fois appuyé sur sa bêche immobile,
  Fixant sur l'horizon son oeil doux et tranquille,
  Il semblait contempler tout un monde idéal.
  Oh! sa jeunesse alors, avec sa sève ardente,
  Déroulant les anneaux de cette vie errante,
  Lui montrait le pays natal!

Mon Dieu! qu'il souffrait le pauvre exilé!

Il faut que je parte! se dit-il; car je sens que je mourrai bientôt si
je reste sur cette terre d'exil, et je n'ai pas le droit d'abréger ainsi
mes jours.

J'irai me livrer à la justice de mon pays, laissant à mes amis le soin
de faire reconnaître mon innocence... et, avant de partir, j'écrirai à
l'abbé Faguy pour lui annoncer mon prochain retour.. Écrire à M. l'abbé
Faguy?... Pauvre insensé que je suis! se reprocha-t-il. Que de lettres,
depuis quinze ana, n'ai-je pas écrites à ce vénérable ami, sans
jamais oser les confier à la poste, de crainte qu'elles ne fussent
interceptées! M. l'abbé Faguy doit être mort aujourd'hui, car le cher
homme avait une santé si délicate...

Puis, s'exaltant, il s'écria: non, je n'écrirai pas! non, je n'irai pas
me livrer à la justice aveugle des hommes! J'irai dans mon pays, soit!
mais pour y continuer, dans l'obscurité, la vie que je mène ici...

J'irai finir mes jours sur les bords de la rivière Saint-Charles, à
Québec; sur ce coin de terre qui rappelle à tout Canadien-français de
si touchants souvenirs! C'est là, au fond de la riante vallée, dit
l'historien, qu'est le berceau de la colonie; c'est là que se trouve
l'empreinte des pas du découvreur, du premier colon, du premier
missionnaire; c'est là qu'est le site de la première croix, du premier
fort, du premier couvent; en un mot, c'est l'unique centre d'où
rayonnèrent longtemps sur le reste du pays, les lumières de l'Evangile
et de la civilisation!

Oui, j'irai à Québec; car Québec, c'est plus que Sainte-R..., plus
que Montréal: c'est à la fois la tête et le coeur de la patrie
canadienne-française!

Il planta sa bêche dans la terre et se rendit à la maison pour y faire
ses préparatifs de départ.

Le soir, au souper, le père Kelly ayant remarqué que Jean-Charles
paraissait plus triste que d'habitude, lui demanda s'il était malade.

--Non, mon bon ami, répondit Jean-Charles, d'une voix émue, mais je dois
vous quitter ce soir, et j'en suis grandement peiné...

La foudre tombant sur la maison n'aurait pas causé plus de surprise et
d'émoi que ces premières paroles sorties des lèvres de Jean-Charles.

--Comment! vous parlez! Quoi! vous nous quittez! s'écrièrent à la fois
tous les membres de cette brave famille...

--Oui, je parle, mes bons amis! je parle! car il m'est impossible
de vous exprimer par des gestes tout le chagrin que me cause cette
séparation, et toute la gratitude que je vous dois! Sans savoir si je
n'étais pas un malfaiteur, un criminel, vous avez eu la charité de
m'accueillir sous votre toit si hospitalier, et vous m'avez témoigné
sans cesse des égards et une tendresse qui m'ont fait oublier parfois
les malheurs de mon existence... J'avais retrouvé ici les douceurs et
les joies familiales, et j'espérais pouvoir finir mes jours au milieu
de vous; Mais, hélas! le mal du pays s'est emparé de moi depuis quelque
temps et ne me laisse pas un instant de répit, ni le jour ni la nuit...
J'ai lutté sans succès, et je sens que je mourrai si je résiste à la
voix puissante qui m'appelle, et cette voix, mes bons amis, c'est celle
de la patrie!

Le père et la mère Kelly pleuraient.

Ah! c'est qu'il connaissaient, eux aussi, pour l'avoir ressenti
autrefois, l'acuité de ce mal épouvantable... Ils s'étaient exilés de
leur pays pour fuir la persécution, mais l'Irlande, la verte Erin, était
toujours la patrie de leur coeur! Et bien des fois, par la pensée, ils
s'étaient transportés au village natal pour revivre les jours heureux de
leur jeunesse!

Mais Dieu, sur le sol américain, avait adouci l'amertume de leur exil en
leur envoyant des enfants--ces doux anges du foyer--dont la vue seule
suffit à faire oublier la patrie absente! Et ils s'étaient attachés à
leur patrie d'adoption, puisqu'elle était le berceau et par conséquent
la patrie réelle de leurs chers enfants...

Mais Jean-Charles, lui, était seul, seul avec ses douleurs, sur la terre
étrangère! Et jamais cette terre, si hospitalière, ne pouvait remplacer
le sol natal...

La séparation fut cruelle.

--Aurons-nous le bonheur de vous revoir ou au moins de recevoir de vos
nouvelles? demanda, le vieux fermier.

--J'espère que nous nous reverrons; mais, dans tous les cas, je me ferai
un devoir et un plaisir de vous écrire. Seulement, je vous prie de
garder le secret sur tout ce qui me concerne.

--Vous pouvez compter sur notre discrétion qui sera éternelle comme
l'affection que nous avons pour vous!

                                *
                               * *

Quels grands coeurs! pensait Jean-Charles, en revenant, en voiture cette
fois, par la longue route qu'il avait franchie à pied quinze années
auparavant.

Il ne craignait plus d'être reconnu, car le malheur l'avait changé et
vieilli au point de le rendre tout à fait méconnaissable!

Il n'avait que cinquante-six ans, mais paraissait en avoir
soixante-dix...

Le voyage fut heureux et rapide.

Le 27 mai au soir, l'exilé arrivait à Lévis.

Il avait fait le trajet en vingt-deux heures.

Son plan était de se rendre immédiatement à Saint-Sauveur en côtoyant le
fleuve et la rivière Saint-Charles, afin de ne pas être remarqué.

Il connaissait bien la ville et ses alentours pour les avoir, autrefois,
parcourus en tous sens dans ses expéditions de chasse et de pèche, et
il se rappelait avoir campé, une nuit, dans une petite cabane qui avait
l'apparence d'une forge abandonnée.

C'est cette cabane qu'il avait l'intention d'adopter pour demeure, si
elle existait encore; et si elle avait disparu, il se proposait d'en
bâtir une autre au même endroit.

En passant près des bureaux de la douane, il vit un individu, suintant
la misère, qui traînait vers le fleuve un gros chien noir attaché par
le cou. Le chien, comme s'il eût deviné les desseins de son bourreau,
faisait des résistances inouïes pour échapper à son sort.

--Où allez-vous avec ce chien? demanda Jean-Charles.

--Vous le voyez! Je m'en vas le jeter à l'eau.

--Pourquoi cela?

--Dame! parce que je n'ai pas le moyen de le nourrir. D'ailleurs, je
pars demain matin pour les États-Unis, et je veux me débarrasser de cet
animal.

--Quel âge a-t-il?

--Huit mois.

--Voulez-vous me le donner?

--Sans doute, avec plaisir!

Jean-Charles ouvrit son sac de voyage et en sortit une tranche de jambon
qu'il présenta au chien, en le flattant. L'animal happa le morceau de
jambon dont il ne fit qu'une seule bouchée, puis vint se coucher an pied
de l'étranger, comme pour implorer sa protection.

Notre héros, pris de pitié pour le pauvre homme, lui donna deux dollars,
et, après lui avoir souhaité bonne chance, s'éloigna avec le chien, qui
parut fier de s'attacher à ses pas.

Il traversa la paroisse de Saint-Roch en suivant la rue du
Prince-Edouard dans toute sa longueur, contourna l'hôpital général et se
rendit à la grève en passant par les rues Bédard et Saint-Ambroise.

La forge était encore là, à peu près dans le même état qu'il l'avait vue
autrefois.

Il y fit d'abord entrer son chien et alla couper des branches de sapin
qu'il jeta sur le plancher en guise de matelas.

Puis, voulant s'assurer des sympathies de la pauvre bête, il lui donna
une autre bonne tranche de viande.

Le terre-neuve, n'avait probablement pas fait pareil régal depuis
longtemps, car il se mit à gambader autour de son nouveau maître avec
une gaieté folle.

Dès ce moment, le colosse pouvait compter sur la fidélité et le
dévouement du noble animal. Il avait en lui un ami et un compagnon de sa
solitude.

Après avoir tout mis en ordre, et s'être fait un lit aussi confortable
que possible, notre héros s'endormit d'un profond sommeil.

Il avait besoin de repos.

Le lendemain matin, vers quatre heures, il fut éveillé par les
grognements de son chien, et aussitôt il entendit la détonation d'un
fusil...

Il regarda par le carreau et vit un homme, grand et sec, qui venait
d'abattre un canard.

Il s'habilla à la hâte et alla rejoindre le chasseur, qui n'était autre
que feu Pierre Portugais, de joyeuse mémoire, dont les exploits de
chasse ont si longtemps amusé les lecteurs des différents journaux de
Québec.

Chaque printemps, on s'en souvient, un journal annonçait que Portugais
avait tué la première bécassine. Le lendemain, un autre chasseur de
l'Ile d'Orléans--un sorcier, sans doute--réclamait cet honneur!

Portugais se fâchait et affirmait que c'était lui-même il offrait
d'exhiber l'innocente victime de son coup de fusil, et défiait son
antagoniste d'en faire autant!

Celui-ci se contentait de répliquer que c'était la même bécassine que
Portugais conservait dans l'alcool depuis vingt ans...

Mais Portugais avait toujours le dernier mot, et, du reste, il était
d'une telle habileté à la chasse, que tout le monde disait avec
conviction: «C'est bien lui qui a tué la première bécassine!»

Jean-Charles s'approcha du chasseur, et, ayant repris son rôle de muet,
lui fit comprendre, par des signes, qu'il désirait acheter un fusil.

Portugais, qui était un brocanteur de profession, passa son fusil au
colosse en lui disant qu'il était à vendre.

Notre héros examina l'arme minutieusement et même l'essaya sur un gibier
qu'il tua au vol.

Il acheta le fusil et le paya rubis sur ongle vingt dollars.

Il chargea Portugais de lui acheter les articles suivants qu'il avait
inscrits sur une feuille de papier: de la poudre, des balles, une
gibecière, une perche de ligne, des hameçons, un filet, des ustensiles
de cuisine, un chandelier, des bougies et quelques outils.

Nous avons connu intimement ce pauvre Portugais,--ancien chantre au
choeur de la Congrégation, à Saint-Roch,--et nous nous plaisons à
rendre hommage à son honnêteté. C'était aussi un coeur d'or, un homme
extrêmement serviable.

Il remplit avec une fidélité scrupuleuse la commission qu'on lui avait
confiée, et dans l'après-midi du même jour, il arriva chez Jean-Charles
en criant de sa voix flûtée: «Hé! bonjour, mon oncle! bonjour! (Car
lorsque Portugais ne connaissait pas le nom d'un homme, il l'appelait
toujours _mon oncle_.) Hé! bonjour, mon oncle! bonjour! cria-t-il à
Jean-Charles, en déposant sur le plancher tout le bataclan qu'il portait
dans ses bras et sur son dos.

Il était chargé comme un mulet...

Jean-Charles paya le prix que Portugais lui demanda, et, de plus, le
récompensa généreusement.

Le printemps suivant, ce fut Jean-Charles qui tua la première
bécassine... mais les journaux--fidèles à la vieille coutume,
annoncèrent que c'était Portugais qui l'avait tuée... et Jean-Charles ne
réclama point!

Voilà pourquoi... Portugais aima toujours _mon oncle le muet_, comme il
appelait notre héros.



ÉPILOGUE

Dans le prologue de ce livre, nous avons dit qu'il y avait déjà
plusieurs années que le vieux muet (Jean-Charles Lormier) habitait la
grève sud de la rivière Saint-Charles, lorsque nous l'avons présenté au
lecteur.

Tout le monde l'aimait et l'admirait à cause de sa bonté, de sa force et
de sa bravoure.

Il était le bon génie du rivage.

La grève sud de la rivière Saint-Charles était, parfois, à cette époque,
surtout le dimanche l'après-midi, le théâtre de bien des désordres.

Les jeunes gens de toutes les parties de la ville s'y rendaient en
grand nombre. Après s'être baignés, dans un costume très primitif, ils
s'amusaient à boire, et leurs libations se terminaient, assez souvent,
par des rixes sanglantes.

Le vieux muet crut de son devoir de faire cesser ces scènes honteuses
qui le scandalisaient et empêchaient les honnêtes gens d'aller se
reposer en cet endroit charmant.

Il inaugura une vraie campagne contre la licence de ces moeurs
grossières, et la mena avec une vigueur et une sévérité impitoyables.

Les coupables, une fois pincés par lui, n'avaient nullement l'envie de
renouveler l'expérience. Quand la persuasion des conseils ne suffisait
pas, le colosse trouvait dans sa force musculaire des arguments
irrésistibles!

Un dimanche, le pire de la bande, qui était connu sous le singulier
surnom de _Caillou Simard_, voulut se mesurer avec le vieux muet. Mais
le géant prit _Caillou_ par un bras et le jeta dans la rivière... Le
sale individu, qui ne savait pas nager, cala au fond de l'eau comme
un caillou... Mais le vieux muet, heureusement, plongea et retira le
misérable à moitié asphyxié!

Ce fut fini..

Les baigneurs indécents et les soûlards disparurent, et les gens
respectables purent, après les offices du dimanche, fréquenter ces
parages, et y chercher le bon air et un repos vraiment honnête.

                                *
                               * *

Jean-Charles venait d'atteindre sa soixante-huitième année.

Depuis qu'il était revenu au Canada, il avait recouvré la santé et
conservé sa merveilleuse force. La vie régulière, frugale et hygiénique
qu'il, faisait était le secret de sa vieillesse robuste et exempte
d'infirmités.

Sans être heureux, il supportait avec une grande et aimable résignation
la singulière situation que le malheur lui avait créée dans le monde; et
quand les douloureux souvenirs du passé lui revenaient à l'esprit, il
les chassait comme des mauvaises pensées.

                                *
                               * *

Un dimanche matin du mois d'août, le vieux muet était allé entendre la
première messe selon son habitude. Il communiait tous les dimanches avec
une piété et une ferveur qui édifiaient tout le monde.

Ce dimanche-là, il remarqua que le célébrant était un prêtre étranger
qui paraissait courbé sous le poids des ans.

La vue de ce prêtre produisit sur lui une impression, étrange,
indéfinissable; le son de sa voix lui alla au coeur, et y jeta un
trouble indicible. Cette figure, il l'avait vue déjà... cette voix, il
l'avait entendue... Mais où, quand?...

A la communion, lorsque le célébrant déposa l'hostie sur la langue
du vieux muet, sa main tremblait comme une feuille, et les paroles
liturgiques semblaient s'attacher à son gosier.

Jean-Charles revint à sa place avec une lenteur inaccoutumée et qui
surprit les fidèles.

Sa figure était devenue d'une pâleur effrayante. Il fut obligé de
s'asseoir dans le banc pour ne pas s'affaisser, et resta longtemps
immobile comme une statue.

Enfin, le malheureux sortit de l'église sans même songer à prendre de
l'eau bénite, traversa un groupe de ses connaissances sans saluer, et
reprit, la tête basse, le chemin de sa cabane.

Le solitaire avait l'habitude, après la messe, de préparer son déjeuner,
mais ce matin-la, il oublia de manger. En arrivant à la cabane, il
se laissa choir sur une chaise et y resta environ trois heures comme
immobilisé! Que se passait-il en lui? Il ne pouvait s'en rendre compte,
car il éprouvait une pesanteur qui le rendait incapable de penser et de
se mouvoir. Cependant, le chien, que la faim aiguillonnait vint lécher
les mains de son maître en faisant entendre quelques plaintes. Ces
plaintes tirèrent Jean-Charles de sa torpeur. Il se leva en disant:
«Quoi! il est déjà neuf heures, et je n'ai encore rien donné à manger à
ce pauvre animal!»

Il s'empressa de rassasier le molosse, mais se contenta, lui, d'un bol
de lait et d'une croûte de pain. Puis il sortit et se mit à arpenter la
grève.

Cette promenade au grand air lui fit un bien considérable. Au bout d'une
heure, il put, suivant sa louable coutume, employer le temps de la
grand'messe à lire l'Évangile du jour et l'office de la Sainte-Vierge.

A une heure, le Père Durocher foulait le sable de la grève, en compagnie
du vieux prêtre dont la figure et la voix avaient si vivement ému notre
héros.

Jean-Charles était debout sur le seuil de sa cabane, et en voyant venir
les deux vénérables vieillards, il les salua respectueusement sans
prononcer un seul mot, car il jouait toujours le rôle de muet.

Le Père Durocher lui dit en souriant: «M. Jean-Charles Lormier, j'ai
l'honneur de vous amener une vieille connaissance qui aura, je crois, le
pouvoir de vous délier la langue...»

--Une vieille connaissance?... fit Jean-Charles, en tremblant.

--Est-ce que vous ne me reconnaissez pas, mon cher Jean-Charles? lui
demanda le visiteur.

--Oh! M. le curé Faguy! s'exclama Jean-Charles, en ouvrant ses deux
bras...

Le vieux prêtre s'y précipita comme un enfant et longtemps les deux amis
restèrent enlacés, coeur à coeur, incapables de proférer une parole...

Le bon Père Durocher se détourna pour essuyer les larmes
d'attendrissement qui mouillaient son visage tout ridé...

--Oui. mon cher ami, dit enfin l'abbé Faguy. vous pouvez parler
librement et vous réjouir, car votre frère, avant de rendre le dernier
soupir, a proclamé votre innocence et il est mort comme un saint! Lisez
ce document écrit par le Dr Chapais et signé par Victor.

Jean-Charles, après avoir lu le document, leva les yeux vers le ciel et
s'écria: «Merci, mon Dieu! mille fois merci!»

--Hélas! reprit le vieux prêtre, vous avez payé par vingt-sept années de
cruelles souffrances la liberté que vous recouvrez aujourd'hui, et que
vous n'aviez pas mérité de perdre: c'est à ce prix, mon ami, que Dieu
vous a accordé la conversion de votre frère...

--La joie que je ressens en ce moment, M. le curé, vaut bien vingt-sept
années de souffrances! Je remercie le ciel d'avoir sauvé mon cher frère
et je le remercie aussi de m'avoir donné, avant de mourir, l'ineffable
bonheur de vous revoir!

Faites-moi le plaisir, ajouta-t-il, en s'adressant aux deux visiteurs,
d'entrer dans mon humble demeure où nous pourrons causer plus à l'aise.



UNE NOBLE INDISCRÉTION

Le Père Durocher était le directeur spirituel et le consolateur de
Jean-Charles, mais il lui eût été difficile de dire qu'il en était le
confident.

Notre héros lui avait raconté son histoire, mais en omettant les dates
ainsi que les noms de personnes et de lieux. Il avait été impossible
d'obtenir le moindre renseignement qui eût pu mettre sur la voie des
découvertes. Le bon Père ignorait encore le vrai nom du vieux-muet.
Pourtant, il croyait à l'innocence de cet homme dont la conduite avait
toujours été irréprochable depuis qu'il le connaissait. Bien des fois
il avait demandé au malheureux des renseignements plus précis, lui
promettant de travailler discrètement à faire reconnaître son innocence;
mais Jean-Charlea était resté inébranlable.

--Pardonnez-moi, mon révérend Père, avait répondu notre héros, mais j'ai
fait le voeu d'emporter mon secret dans la tombe...

Cependant, il ne devait pas en être ainsi, car Dieu avait choisi son
heure pour révéler ce secret et faire éclater en même temps l'innocence
de son fidèle serviteur.

Un dimanche, Jean-Charles donna, par méprise, au sacristain qui faisait
la quête, une médaille d'argent en guise d'une pièce de monnaie.

Le sacristain s'aperçut de l'erreur, mais n'osa, pas, en présence des
assistants à la messe, en faire la remarque au donateur. Je la
donnerai, pensa-t-il, au révérend Père Durocher qui la remettra à son
propriétaire.

En effet, le sacristain alla trouver le Père Durocher et lui dit: «Voici
ce que le _Vieux muet_ a déposé dans la _tasse_ par erreur.»

Le Père Durocher prit la médaille sur laquelle il lut ces mots:

      A Jean-Charles Lormier
              de
       Sainte-R..., P. Q.
  l'un des héros de Châteauguay.
    Témoignage d'admiration.
             1813.

Le bon missionnaire, le coeur rempli de joie, remercia Dieu d'avoir
permis cette méprise, et il écrivit confidentiellement au curé de
Sainte-R... pour le prier de lui dire s'il avait déjà entendu parler
d'un nommé Jean-Charles Lormier, l'un des héros de Châteauguay.

La cure de Sainte-R..., heureusement, était encore occupée par l'abbé
Faguy, qui allait avoir bientôt soixante dix-neuf ans.

Nous renonçons à décrire la joie que ressentit ce vieux prêtre en
recevant cette lettre.

Il télégraphia immédiatement au Père Durocher:

«Jean-Charles Lormier était mon meilleur ami. S'il vit encore, prière
de me dire où il est. Répondez, s'il vous plaît, par dépêche
télégraphique.»

Le P. Durocher s'empressa de répondre par la dépêche suivante:

«Votre ami Jean-Charles Lormier vit encore. Il est ici et en parfaite
santé.»

Le surlendemain au soir--un samedi--l'abbé Faguy arrivait au presbytère
de Saint-Sauveur.

Le P. Durocher raconta à son vieil hôte ce qu'il connaissait de
Jean-Charles Lormier depuis que ce dernier habitait les bords de la
rivière Saint-Charles, c'est-à-dire depuis douze ans, mais il avoua
qu'il ignorait où notre héros avait vécu pendant les quinze années qui
avaient précédé son arrivée à Québec.

L'abbé Faguy, impatient qu'il était de voir son ami, manifesta le désir
de se rendre sur-le-champ auprès de lui.

--Permettez-moi, M. le curé, dit le Père Durocher, de ne pas acquiescer
maintenant à votre légitime désir. D'abord, vous êtes trop fatigué, et
ensuite, il fait trop noir pour aller à la grève ce soir.

Nous irons demain. Jean-Charles Lormier assiste à la première messe et
il y communie toujours. Eh bien! vous direz cette messe et nous irons
voir votre ami après le dîner.

--C'est bien! fit l'abbé Faguy, en exhalant un long soupir... Pauvre
martyr! pauvre martyr! répéta-t-il plusieurs fois. Que j'ai donc hâte
de le voir! qu'il me tarde de lui apprendre qu'il n'a jamais perdu
l'affection et le respect de ses concitoyens...

                                *
                               * *

Retournons à la cabane de la grève où nous avons laissé notre héros en
la douce compagnie de l'abbé Faguy et du père Durocher.

--Maintenant, dit le père Durocher, en s'adressant à Jean-Charles, j'ai
à vous faire une restitution et à vous présenter des excuses.

--Que dites-vous là, mon révérend père?....

--Oui, je vous restitue la médaille que voici, et que vous avez donnée
à la quête dimanche dernier; et je vous prie de me pardonner
l'indiscrétion que j'ai commise en me servant de l'inscription gravée
sur cette médaille pour vous dénoncer à... l'amitié de votre bon curé!

--Comment! j'ai donné cette médaille à la quête?... Il faut que j'aie
bien peu de piété, pour être capable de faire une aussi sotte méprise
dans le lieu saint! Ce n'est que le lendemain que je me suis aperçu de
la disparition de ma médaille; je l'ai cherchée longtemps, et à la fin
je me suis persuadé que je l'avais perdue en revenant de l'église, et
je tremblais à l'idée que cet objet,--bien insignifiant en
lui-même,--pouvait servir à me dénoncer à la justice... J'étais loin de
penser que la perte de cet objet serait la cause de mon bonheur. Oh! non
seulement je vous pardonne votre indiscrétion, mon révérend Père, mais
je bénis le ciel de vous avoir inspiré la pensée de la commettre...

--Tout est bien qui finit bien! ajouta le curé Faguy; il n'y a pas eu
d'indiscrétion de commise, car c'est le doigt de Dieu que je vois dans
toute cette affaire, dont le dénouement remplit nos coeurs d'une vive
allégresse.

--M. Lormier, dit le Père Durocher, veuillez me faire le plaisir
de venir demeurer au presbytère jusqu'au jour de votre départ pour
Sainte-R..

--Je vous remercie infiniment, mon révérend père, mais je tiens à
habiter ma cabane jusqu'au dernier moment.

--Pourquoi cela? Depuis une heure, vous avez abandonné le rôle de muet
et vous devez renoncer aussi à celui de prisonnier; car, sans vouloir
vous offenser, permettez-moi de vous dire que votre cabane ressemble
à une prison; et tant que vous l'occuperez, il me semble que vous
raviverez sans cesse les souffrances que vous y avez endurées. Allons,
mon ami, suivez-nous!

--Mais mon pauvre vieux chien ne consentira pas à se séparer de moi,
croyez-le!

--Amenez-le! vous le mettrez dans la cave du presbytère, au-dessous de
la chambre qne vous occuperez.

--Que vont dire vos paroissiens, mon révérend père, en voyant le _Vieux
muet_, comme ils m'appellent, habiter votre presbytère et surtout en
l'entendant parler? Ils auront de moi une mauvaise opinion, et ne
manqueront pas de dire que j'ai voulu les mystifier...

--Tout le monde, à Saint-Sauveur, connaît les relations amicales qui
existent entre nous deux et nul ne sera surpris de vous voir passer
quelques jours au presbytère. Puis, si le coeur vous en dit, vous
continuerez à rester muet pour tous, excepté pour M. l'abbé Faguy et
pour moi!

Jean-Charles ne trouva plus rien à répondre, et, suivi de son fidèle
terre-neuve, il partit avec ses nobles visiteurs.

Trois jours plus tard, après avoir distribué aux pauvres le peu
qu'il possédait, il quitta, le coeur ému, cette brave population de
Saint-Sauveur, qu'il avait appris à aimer et dont il n'avait reçu que
des marques de bienveillance et de bonté.

En se séparant du Père Durocher, il lui dit:

--Je garderai de vous et de vos paroissiens un souvenir impérissable!

Comme il allait mettre le pied sur le bateau traversier, Jean-Charles
entendit une voix flûtée lui crier:

--Hé! bonjour, mon oncle! bonjour donc!

C'était l'ami Portugais qui venait lui faire ses adieux.

Nous avons oublié de dire que Jean-Charles avait donné à notre chasseur
Québécois, son fusil, sa gibecière, etc.

--Bonjour! mon cher M. Portugais! répondit Jean-Charles.

--Quoi! mon oncle, vous parlez à c'tte heure eh bien! tonnerre! vous
allez toujours bien me dire votre nom avant de partir?...

Jean-Charles lui apprit son nom et lui dit:

--Je vous invite à venir me voir à Sainte-R... pour faire la chasse.

--Tonnerre! oui, mon oncle... pardon, je voulais dire: M. Lormier;
j'irai, je vous le promets!

--Au revoir! fit Jean-Charles, en serrant la main du brave Portugais.

                                *
                               * *

Le lendemain soir, plusieurs citoyens étaient réunis sur la grève de la
rivière Saint-Charles, devant la cabane déserte du _vieux muet_. Ils
parlaient naturellement de notre héros. C'est le père Latourelle qui
avait la parole, et il paraissait se donner beaucoup d'importance, le
bonhomme!

--Ah! criait-il, je vous l'avais bien dit que ce sauvage-là parlait et
qu'il se moquait de nous autres... Où est donc le p'tit Joachim Bédard?
Ah! il n'a pas le caquet bien haut aujourd'hui! Oui ce sauvage-là parle,
je l'ai entendu de mes deux oreilles, et je n'étais pas. seul: Louison
Lasonde était avec moi. Pas vrai, Louison, que le _vieux muet_ parle?

--Oui, oui, oui! fit Louison Lasonde, en grognant à la façon d'un goret.
Il parle, c'est sûr, sûr, sûr!

--C'est toi, Louison, qui es _sur_! riposta Joachim Bédard. Et si vous
n'avez pas d'autre témoignage que celui de Louison, vous feriez mieux,
père Latourelle, d'aller faire une nouvelle visite à la tireuse de
cartes; elle pourra vous laver encore une fois avec son torchon!

--Qui est-ce qui t'a dit cela? p'tit polisson?

--C'est mon petit doigt, père Latourelle! mais quand je le consulte, il
ne me fait pas payer cinquante cents comme la _Châtigny_ vous a fait
payer pour vous laver la tête et rire de vous...

--Ce n'est pas de ton affaire, ça! Dans tous les cas, je soutiens qu'il
parle, le vieux farceur!

--Tenez, père Latourelle, si c'est vrai que le _vieux muet_ parle, je
vous conseille de faire le muet à votre tour; et alors on pourra dire
qu'il n'y a plus de mauvaise langue dans Saint-Sauveur...

Le père Latourelle, rouge de colère, montra le poing à Joachim Bédard,
puis s'éloigna en disant: «Tu me paieras ça tout ensemble, mon petit
malappris!»



UNE RÉCEPTION ENTHOUSIASTE

Avant de partir pour Québec, l'abbé Faguy avait convoqué tous les
notables de sa paroisse pour leur apprendre l'heureuse nouvelle du
retour prochain de Jean-Charles Lormier et les inviter à préparer une
belle réception à leur distingué et si infortuné compatriote. Nous
arriverons probablement jeudi matin, leur dit-il; d'ailleurs, je
télégraphierai lundi à M. le maire.

Le jeudi suivant, en effet, vers neuf heures du matin, le curé Faguy et
Jean-Charles arrivèrent à Sainte-R...

Tout le monde était en liesse.

La population de Sainte-R... avait considérablement augmenté depuis
vingt-sept ans, et la paroisse avait marché à grands pas dans la voie
des embellissements et du progrès.

A la place de la vieille église, détruite par la foudre, s'élevait un
temple d'une belle architecture.

L'église, le presbytère, la plupart des demeures et les rues avaient
été pavoisés, aux couleurs française et anglaise, en l'honneur de notre
héros.

On avait érigé deux arcs de triomphe, un à l'entrée du village, l'autre
en face du presbytère; et sur chacun de ces arcs brillaient, en lettres
d'or, des inscriptions comme celles-ci:

             _Bienvenue au Héros de Châteauguay
     -- Sainte-R... acclame son plus illustre enfant!--
          Il moissonne dans l'allégresse ce qu'il a
    semé dans les pleurs!--Reconnaissance, hommage et gloire
               à M. Jean-Charles Lormier!_

La gaieté--une gaieté bruyante--éclatait partout avec les détonations
d'armes à feu et les fusillades de pétards.

La nature prêtait son concours à la fête, et les rayons dorés du soleil
se jouaient gracieusement dans le feuillage et dans les plis des
drapeaux.

A l'entrée de la paroisse, un superbe carrosse attelé de deux chevaux
attendait notre distingué compatriote.

Il y prit place avec l'abbé Faguy, le maire de Sainte-R... et le député
du comté. Et quand le carrosse, qui était précédé d'une fanfare, arriva
sur la place de l'église, où la foule joyeuse était réunie, le canon
fit entendre sa voix retentissante, puis les assistants agitèrent leur
chapeaux ou leurs mouchoirs en criant:

«Vive Jean-Charles Lormier! Vive le héros de Châteauguay!»

Des centaines de personnes étaient accourues des paroisses environnantes
pour assister à cette fête populaire et surtout pour acclamer
Jean-Charles Lormier.

Il avait été décidé, par le comité d'organisation, que le maire, en
arrivant sur la place publique, où une estrade avait été érigée,
inviterait Jean-Charles à y monter et lui donnerait alors lecture
d'une adresse. Mais la foule, impatiente et enthousiaste, interrompit
longtemps l'ordre du programme; car dès que notre héros eût mis le pied
à terre, il fut entouré, embrassé, félicité et questionné de mille
manières.

Chacun voulait le voir de près, lui serrer la main, lui parler et
l'assurer qu'il avait toujours joui de l'amitié et du respect de tous.

On entendait autour de lui ces exclamations: «Mon Dieu! qu'il est
changé! Sainte-Vierge! qu'il a dû souffrir!» etc.

Enfin, au bout d'une heure, on permit à M. le maire d'accompagner
Jean-Charles à l'estrade.

Nous citons quelques extraits de l'adresse que le maire lut à notre
héros:

    Monsieur et cher compatriote,

    Depuis vingt-sept ans, la paroisse de Sainte-R... a consigné dans
    ses annales deux événements bien mémorables: votre départ et votre
    retour. Autant le premier avait mis de tristesse dans nos coeurs,
    autant le second les remplit de joie et de bonheur.

    Il serait puéril de dire que nous vous avons cherché longtemps et
    regretté toujours.

    Vous le devinez, surtout depuis que vous connaissez le résultat de
    l'accident qui a causé le malheur de votre vie.

    Pardonnez-nous si nous osons faire allusion au drame douloureux,
    mais historique, dans lequel vous avez tenu le second rôle; car nous
    croyons que c'est Dieu qui en a été le principal acteur, et que
    c'est sa main qui a dirigé l'arme que vous portiez...

    De ce sacrifice dépendait le salut d'une âme qui vous était chère.

    Mais il fallait, de plus, satisfaire à la justice divine... et
    Dieu, qui n'éprouve que les nobles âmes, vous a présenté le calice
    d'amertume. Vous l'avez accepté, volontairement, et en avez bu
    jusqu'à la lie...

    L'héroïsme que vous aviez déployé sur le champ de bataille, à
    Châteauguay, vous avait déjà valu notre admiration; mais le martyre
    que vous avez enduré depuis vingt-sept ans, vous a mérité notre
    vénération.

    C'est, en effet, ce tribut que vous offre en ce moment la population
    de Sainte-R..., en vous souhaitant la plus cordiale bienvenue!

    Cette vénération, elle est dans les milliers de voix qui vous
    acclament, dans les arcs de triomphe, dans les inscriptions, dans
    les drapeaux qui flottent au-dessus de cette paroisse dont vous avez
    été le maire le plus dévoué et qui se rappelle vos bienfaits et vos
    vertus.

Jean-Charles fut quelques secondes sans pouvoir parler; mais grâce à la
fermeté de son caractère, il surmonta la vive émotion qu'il ressentait.
Il prit la parole en ces termes:

    M. le maire, mesdames et messieurs,

    Pardon! merci! voilà les deux mots qui montent à cet instant de mon
    coeur à mes lèvres!

    Avant de vous témoigner ma reconnaissance, je dois vous demander
    pardon d'avoir douté, à l'heure de l'épreuve, de votre loyale
    amitié. Oui, au lieu de quitter ma paroisse natale en déserteur,
    comme je l'ai fait, je comprends maintenant que j'aurais dû rester à
    mon poste, et vous laisser le soin de faire éclater mon innocence!
    Mais... mais, hélas! le malheur qui venait de m'atteindre était si
    grand et si inattendu, que mon esprit, en fut affecté autant, que
    mon coeur...

    Je n'essaierai pas de vous peindre mes souffrances; vous les
    comprenez et vous les exprimez dans votre adresse par ce mot: le
    martyre!

    Ah! oui, l'exil est vraiment un martyre! J'en ai senti toutes les
    tristesses et tous les ennuis pendant mon séjour de quinze ans aux
    États-Unis. C'est pour m'y soustraire, que je revins, il y a douze
    ans, à Québec, afin d'y continuer, sur les bords de la rivière
    Saint-Charles, ma vie obscure et ignorée.

    Me croyant toujours l'objet des recherches de la justice, je n'osais
    revenir dans ma paroisse pour revoir ceux que j'aimais, et dont
    l'image était sans cesse présente à mon esprit.

    Je retrouvai à Québec ce que le mal du pays m'avait fait perdre: le
    calme, la santé, l'amour du travail et la résignation à la volonté
    de Dieu.

    L'air que je respirais, dans ce boulevard de la religion et du
    patriotisme, était bien, je le sentais, le même que j'avais respiré
    à l'ombre du clocher natal! Cependant, pas plus à Québec qu'aux
    États-Unis, je n'ai pu retrouver ce que retrouve aujourd'hui: le
    bonheur!

    Mais si j'ai été privé du bonheur durant vingt-sept ans, je ne dois
    m'en prendre qu'à moi-même, puisque je me suis sans cesse dérobé à
    votre amitié qui pouvait me le donner...

    Aussi que de regrets me cause la conduite ingrate que j'ai tenue
    à votre égard, et combien j'éprouve le besoin de vous en demander
    pardon...

    Pardon, à vous, mesdames et messieurs!

    Pardon, à vous, vénérable pasteur! d'avoir agi comme si j'eusse
    douté de votre tendresse et de votre dévouement!

    J'espère que Dieu me permettra de réparer par mes actes bien plus
    que par mes paroles l'injure que j'ai faite à la noblesse de vos
    sentiments.

    Maintenant, merci! pour la réception si chaleureuse que vous me
    faites, et qui me touche profondément!

    Merci! d'avoir bien voulu rappeler les humbles services que j'ai pu
    rendre à ma paroisse lorsque j'avais l'honneur d'en être le maire.

    Oh! que de changements ici depuis cette époque lointaine!

    Sous la sage et progressive administration de mes successeurs,
    notre paroisse s'est transformée complètement. Mais, mesdames et
    messieurs, le spectacle grandiose et touchant qui s'offre en ce
    moment à mes regards, démontre que la population de Sainte-R...,
    tout en s'affranchissant de la vieille routine, est restée fidèle
    aux saines et pures traditions du passé. Oui, dans tout ce que
    j'ai vu et entendu depuis une heure, j'ai reconnu les traits
    caractéristiques des braves et anciens habitants de ma paroisse
    natale... Daigne le ciel vous les conserver, ces traits si beaux, et
    vous permettre de les transmettre comme un héritage à vos enfants!

    Encore une fois, et du fond du coeur, mesdames et messieurs: pardon!
    merci!

Après ce discours, qui produisit une douce émotion dans l'âme des
auditeurs, la procession se mit en marche, aux sons mélodieux de la
fanfare, et parcourut toute la paroisse.

Puis la fête, comme toutes les bonnes fêtes canadiennes, fut couronnée
dans le temple par un salut solennel.

C'est là, au pied de l'autel, que notre héros, si vivement ému en cette
belle journée, épancha son coeur débordant d'amour et de reconnaissance.



LE VICAIRE DE SAINT-PATRICE

--Eh bien! mon cher Jean-Charles, lui dit un soir l'abbé Faguy,
êtes-vous content de l'accueil que vous font vos compatriotes?

--Certes, oui, M. le curé, j'en suis très content et très reconnaissant.

--Et vous vous amusez bien, n'est-ce pas?

--A cette question, j'hésite à répondre affirmativement.

--Comment donc?

--Oui, M. le curé, je suis aussi flatté que touché de toutes ces
démonstrations sympathiques, et je m'efforce d'y paraître heureux;
mais mon coeur soupire sans cesse après un bonheur qui, je le vois
maintenant, se trouve ailleurs que dans les fêtes bruyantes du monde. Le
bonheur! je croyais pourtant l'avoir retrouvé, l'autre jour, en revoyant
mon village natal...

--Que voulez-vous dire, mon cher ami?

--Je veux dire que, depuis mon retour, j'ai senti renaître le désir de
me consacrer entièrement à Dieu; mais, ce qui me chagrine, c'est de
penser que je suis trop vieux à présent pour être admis dans la sainte
milice du sacerdoce...

--Trop vieux, dites-vous? je ne suis pas de votre opinion: et si vous
voulez bien me le permettre, je vais soumettre votre cas exceptionnel à
notre évêque, Mgr Bourget. Il me sera bien pénible, sur mes vieux jours,
de me séparer de vous, mais ce que je désire avant tout, c'est votre
bonheur et non le mien!

--Merci, M. le curé, mais notre séparation ne sera pas de longue durée,
car aussitôt que j'aurai reçu les ordres sacrés, je demanderai la faveur
et j'espère que je l'obtiendrai--de venir exercer le ministère à vos
côtés. L'avenir nous réserve encore des jours heureux.

--Hélas! à mon âge, on ne doit plus compter sur l'avenir, car l'avenir,
pour le vieillard, c'est la mort!

--Peut-être, M. le curé; mais après la mort, c'est le ciel, c'est-à-dire
un avenir d'une éternelle félicité..

--Vous avez raison, mon cher ami, et j'espère en cet avenir glorieux et
consolant..

                                *
                               * *

Le lecteur se rappelle que Jean-Charles, en 1838, après avoir pris la
résolution d'abandonner le monde, avait donné aux pauvres une partie de
ses biens et laissé à son frère une rente viagère de trois cents dollars
par année. Or, son frère étant mort, cette rente annuelle contribua
à augmenter le capital que le notaire avait prêté à la fabrique de
Saint-X... Et, maintenant, Jean-Charles possédait une fortune de
vingt-cinq mille dollars.

Il pouvait vivre en bourgeois, aspirer à tous les honneurs, avoir villa,
voitures et serviteurs; en un mot, couler une vieillesse douce et
heureuse au milieu de ses concitoyens dont il était l'idole.

Mais de telles pensées n'effleurèrent seulement pas son esprit. Ses vues
et ses aspirations portaient plus haut: il voulait être prêtre, monter à
l'autel, sauver des âmes!

Il y avait en cette nature d'élite une sève forte et abondante, que
le malheur avait longtemps comprimée, et qui, aujourd'hui, voulait
déborder. Pour lui donner son cours, il ne fallait rien moins que les
sublimes labeurs de l'apostolat.

Ce coeur, sanctifié par la souffrance, ne pouvait plus prendre contact
avec les choses du monde: il ne s'ouvrait plus que du côté du ciel!

                                *
                               * *

Jean-C'harles obtint facilement son entrée au grand séminaire de
Saiut-Sulpice, à Montréal.

Il fit à l'hospice des soeurs de la charité de Sainte-R... un don de dix
mille dollars; en laissa quatorze mille à l'abbé Faguy pour les pauvres
de sa paroisse et ne garda pour lui-même que la minime somme de mille
dollars.

Le cinq septembre, ayant fait ses adieux a son bon curé et à ses
nombreux amis, il partit pour Montréal, le coeur plein d'une sainte
allégresse.

Le lecteur connaît assez les talents et la piété de notre héros, pour
deviner qu'il remporta au grand séminaire les succès les plus éclatants
et que sa conduite y fut toujours exemplaire.

Après un séjour de vingt-deux mois dans cet asile de la science et de
la vertu, Jean-Charles Lormier fut ordonné prêtre par sa grandeur Mgr
Bourget.

Le curé Faguy manifesta à monseigneur le désir d'avoir le nouveau prêtre
près de lui, en qualité de vicaire.

--Je regrette vivement de ne pouvoir acquiescer à votre désir, répondit
le prélat. Vous savez que l'abbé O'Brien, ex-vicaire à l'église
Saint-Patrice, de cette ville, est mort depuis deux mois, et qu'il est
impossible au curé de desservir seul une paroisse aussi importante. Or
je n'ai, dans le moment, aucun prêtre de langue anglaise dont je puisse
disposer. Sachant que M. Lormier possède parfaitement cette langue, j'ai
promis à M, le curé de Saint-Patrice de lui adjoindre votre protégé
aussitôt qu'il serait reçu prêtre. Et je dois maintenant m'acquitter de
ma promesse. Cependant, si vous le désirez, je pourrai mettre un autre
prêtre à votre disposition.

L'abbé Faguy fit généreusement le sacrifice qu'on lui demandait et
accepta volontiers de recevoir l'aide d'un vicaire.

Sa santé s'altérait de jour en jour, et il se sentait incapable de
pourvoir seul aux besoins spirituels de ses paroissiens.

Le jour même de son ordination, l'abbé Jean-Charles Lormier fut informé
qu'il avait été nommé vicaire à l'église Saint-Patrice. Cette nouvelle
lui causa autant de peine que de surprise, car il connaissait les
démarches que son protecteur devait faire auprès de Mgr Bourget, et il
avait espéré qu'elles seraient couronnées de succès.

Il eût été heureux de soulager le curé Faguy, de veiller sur sa
vieillesse... mais il se soumit sans hésiter à la volonté de son
supérieur, et alla offrir ses services au curé de Saint-Patrice, l'abbé
Foley, avec lequel il avait déjà eu quelques relations.

Notre héros était beaucoup plus âgé que l'abbé Foley, mais jouissait
d'une santé plus robuste que celui-ci. Malgré ses soixante-dix ans, il
se sentait aussi vigoureux qu'à l'âge de quarante ans.

L'étude et le travail ne paraissaient pas le fatiguer.

Pourtant, autrefois, le Dr Chapais lui avait dit qu'il le croyait
atteint d'une maladie de coeur, comme son père, et lui avait recommandé
d'éviter l'excès de travail et les émotions violentes.

Jean-Charles croyait à la science du Dr Chapais, mais les nombreux
malheurs qu'il avait supportés depuis cette époque si éloignée, l'avait
convaincu que le médecin, cette fois-la, s'était bien trompé...

Le nouveau vicaire apporta dans l'exercice de son ministère une piété,
un zèle, un dévouement et une charité qui firent l'admiration des
fidèles et la consolation de son curé.

La taille de ce prêtre géant eût seule suffi à en imposer à tous;
mais sa sainteté à l'autel, son éloquence en chaire, sa douceur au
confessionnal et sa patience au chevet des malades, lui gagnèrent toutes
les sympathies et lui donnèrent bientôt une influence prodigieuse, dont
il sut se servir pour la cause du bien.

L'ivrognerie faisait alors d'affreux ravages; elle avait déjà jeté la
misère dans un grand nombre de familles et y soufflait maintenant la
discorde et l'oubli de Dieu.

L'abbé Lormier résolut de la combattre avec les armes de la charité et
de la parole.

Il fonda d'abord deux conférences de la société Saint-Vincent de Paul,
et s'imposa la tâche de visiter personnellement les familles que le vice
avait contaminées. Il soulagea leurs misères, leur parla de Dieu, puis
les décida à venir à l'église pour prier et entendre ses sermons contre
l'ivrognerie.

De plus, il établit une société de tempérance, et eut le bonheur, après
six mois d'un travail opiniâtre, d'y recevoir huit cents membres, parmi
lesquels figuraient les ivrognes les plus dégradés. C'était un succès.
Mais l'apôtre constatait avec peine que les jeunes gens n'avaient
pas répondu en assez grand nombre à son appel, et il n'épargna aucun
sacrifice pour les gagner à la belle cause de la tempérance.

Le jour de la fête nationale des Irlandais approchait.

L'abbé Lormier voulut profiter de cette fête pour l'enrôlement solennel
de nouveaux membres dans la société. Il acheta, avec ses deniers, un
joli drapeau du Sacré-Coeur, et pria Mgr Bourget de venir en faire la
bénédiction le jour de la Saint-Patrice.

Le 17 mars, une foule immense envahissait l'église Saint-Patrice, que
des mains très habiles avaient décorée de banderoles et de verdure.

Quinze cents hommes et jeunes gens étaient groupés près d'un magnifique
drapeau du Sacré-Coeur qui semblait fasciner leurs regards.

Avant la bénédiction, l'abbé Lormier monta en chaire. Les fidèles
étaient toujours avides d'entendre la parole de cet apôtre, dont la
voix sonore et le geste expressif impressionnaient fortement. Ce jour,
laissant parler son coeur, le saint vieillard fit un sermon à l'emporte
pièce. Dans la péroraison, s'adressant aux hommes, il prononça ces mots:
«Soldats du Sacré-Coeur, debout! et, la main levée vers le drapeau que
notre vénérable évêque va bénir, promettez de ne plus fréquenter
les cabarets et d'observer partout et toujours la sainte vertu de
tempérance!»

Tous les hommes se levèrent, et ce cri puissant fit retentir la voûte du
temple: «Nous promettons!»

Cette fête mit le comble à l'enthousiasme des Irlandais. Quand ils
parlaient de leur vicaire, ils l'appelaient: _Holy father Lormier._

Et, dans leur pieuse naïveté, ils avaient trouvé le mot juste: l'abbé
Lormier était un saint dans toute la force du terme.

                                *
                               * *

Une nuit, notre héros fut réveillé par ce cri: au feu! au feu!

Il se leva, s'habilla à la hâte et sortit du presbytère. En
l'apercevant, les Irlandais lui dirent que le feu était à l'église.

Le vicaire s'y rendit en courant et vit que l'élément destructeur
exerçait ses ravages à L'interieur de l'église...

Les membres de la société de tempérance devaient faire la communion
réparatrice le lendemain matin, et il y avait dans le tabernacle deux
ciboires remplis d'hosties consacrées!

Que faire? L'abbé Lormier allait-il permettre aux flammes de dévorer les
saintes espèces sans tenter de les sauver?... Mais! il risquait d'être
rôti en pénétrant dans le temple, qui ressemblait à une fournaise
ardente...

N'importe! il n'hésite pas un instant!

Plongeant son manteau dans l'eau, et s'en couvrant la tête, il s'élance
au milieu des flammes, court à l'autel, ouvre le tabernacle, saisit les
deux ciboires et revient sur ses pas.

La flamme faisait rage, surtout à l'entrée de l'église. Un véritable
mur de feu se dressait sur le passage du prêtre, et semblait vouloir
le retenir captif. Sans perdre courage, l'abbé Lormier élevé son âme à
Dieu, se débarrasse du manteau qni gênait sa marche, et se précipite à
travers le rempart brûlant...

La foule attendait, haletante, muette d'angoisse.

Soudain un cri de joie s'échappe de toutes les lèvres: le prêtre vient
de paraître, enveloppé de flammes, mais portant fermement les deux
ciboires!

L'abbé Foley s'empresse au devant de son vicaire, reçoit le précieux
fardeau, qu'il transporte au presbytère, pendant que les pompiers.
dirigent sur le héros un puissant jet d'eau qui éteint les flammes
attachées à tous ses habits...

Après un travail et des efforts héroïques, on réussit à contrôler
l'incendie.

L'église avait subi des dommages considérables, mais les pertes était
couvertes par les assurances.

L'abbé Lormier ne s'était pas rendu compte tout d'abord de la gravité de
son état. L'excitation avait paralysé la douleur, mais elle se réveilla
d'une manière intense quand il enleva, ses vêtements.

Son corps était couvert de plaies... Il ne lui restait plus un seul
cheveu, et sa figure était affreusement brûlée et tuméfiée...

Les brûlures le faisaient terriblement souffrir, mais le coeur
paraissait être le siège principal de ses souffrances.

Il en parla aux médecins, qui lui dirent, après l'avoir examiné, qu'il
était atteint d'une hypertrophie du coeur; puis ils ajoutèrent:

--Vous pouvez remercier Dieu, si vous n'avez pas été foudroyé!

L'abbé Lormier se rappela alors ce que lui avait dit le Dr Chapais,
autrefois, et il se reprocha, d'avoir douté de la science de son vieil
ami.

Notre héros inspira longtemps à ses médecins et à l'abbé Foley les
plus vives inquiétudes; mais grâce à leurs bons soins et aux prières
ferventes des fidèles, il put, au bout de trois mois, quitter la chambre
et reprendre quelques unes de ses divines fonctions.

Mais il était excessivement faible, et sentait que ses forces l'avaient
abandonné pour toujours!

De plus son oeil gauche avait tellement souffert à l'incendie, qu'il ne
pouvait plus s'en servir.

«Bah! se dit-il, j'ai bien sacrifié un doigt à la patrie, au feu de
Châteauguay; je devais, au moins, sacrifier un oeil à Dieu, au feu de
notre église...»



LES NOCES D'OR

Un soir d'août, l'abbé Lormier reçut de sa grandeur Mgr Bourget cette
courte missive:

    Mon cher M. Lormier,

    Je désirerais causer quelques instants avec vous. Veuillez donc me
    faire le plaisir de venir prendre le dîner avec moi, demain, sans
    cérémonie.

L'abbé Lormier se rendit à l'invitation de l'éminent prélat, qui
l'accueillit avec cette courtoisie et cette bonté qu'il témoignait à
tous, et qui sont l'apanage des âmes bien nées.

Le dîner fut très joyeux. Au dessert, Mgr Bourget dit à son hôte: «C'est
pour vous demander un service que je vous ai prié de venir me voir.»

--Je suis entièrement à votre disposition, monseigneur, répondit l'abbé.

--Merci! Voici ce dont il s'agit. La supérieure du couvent de
_Villa-Maria_ m'a confié, il y a huit jours, l'agréable tâche de
présider à une touchante cérémonie: celle de la célébration des noces
d'or d'une vieille religieuse, arrivée récemment des États-Unis. J'avais
accepté la tâche, mais je me vois maintenant dans l'impossibilité de la
remplir. Cette cérémonie a lieu demain matin, à six heures, et je dois
partir ce soir pour Québec, où m'appelle une affaire importante et
urgente. Vous me rendriez un grand service en voulant bien me remplacer
à cette fête.

--Quoi! monseigneur, vous remplacer à cette fête?... Mais il me semble
que je ne puis y songer! Les bonnes religieuses attendent votre
grandeur, et c'est le plus indigne de vos prêtres qu'elles seront
obligées de recevoir... Je vous en prie, monseigneur, ne leur causez pas
un tel désappointement!

--Elles n'éprouveront aucun désappointement, car je les préviendrai
avant mon départ..

--Je n'ai jamais assisté à pareille fête, monseigneur, et j'ignore
absolument le cérémonial qui doit être observé en cette occurrence.

--Rassurez-vous, mon ami, il est des plus simples: le _Veni Creator_
avant la messe, le renouvellement des voeux par la vieille religieuse
après la messe, puis le _Te Deum_. Lorsque vous aurez terminé votre
action de grâces, vous irez à la communauté, où les soeurs seront
réunies, et vous leur adresserez la parole.

--Le programme serait simple en effet, monseigneur, si le discours en
était supprimé, mais, c'est justement le point qui m'embarrasse le
plus.

--L'année dernière, cependant, vous avez, sans préparation, prêché tous
les soirs aux exercices de la neuvaine de Saint-François-Xavier, et
tout le monde a été enchanté de vos sermons. Ah! ah! vous rougissez
en entendant ce compliment... je vous assure pourtant qu'il est bien
mérité.

--Ne pourriez-vous pas, monseigneur, demander à la supérieure d'ajourner
cette fête à plus tard, c'est-à-dire jusqu'à votre retour de Québec?

--Non, mon ami, car la vieille religieuse... dont on doit célébrer les
noces d'or, est d'une faiblesse excessive, et même elle a failli mourir,
la semaine dernière. Elle est relativement bien depuis deux jours et
le médecin est d'opinion qu'elle peut vivre encore quelque temps, mais
aussi elle peut mourir d'un jour à l'autre. Cette bonne soeur, qui est
la modestie même, s'est opposée fortement à la démonstration qu'on
organise en son honneur, mais la supérieure et toutes les religieuses
de la communauté veulent lui donner, en ce grand jour, un témoignage
d'affection, de respect et de reconnaissance. Cette bonne vieille digne
émule de Marguerite Bourgeois a rendu de précieux services à son ordre,
et elle a établie sur des bases solides, plusieurs couvents au Canada et
aux États-Unis.

--Enfin, monseigneur, je n'ai qu'à m'incliner devant votre volonté qui
est et sera toujours la mienne. Et si j'ai mis peu d'empressement à
obéir à votre grandeur, c'est parce que je me sens tout à fait indigne
de la remplacer à cette fête.

--Laissez-moi vous dire, mon ami, que je diffère d'opinion avec vous sur
ce point, et je suis persuadé que les religieuses me sauront gré de vous
avoir choisi pour présider à cette fête des noces d'or.

                                *
                               * *

Ainsi que l'abbé Lormier l'avait prévu, les religieuses furent bien
désappointées en recevant de Mgr Bourget une lettre par laquelle il leur
apprenait qu'une affaire urgente l'appelait le même jour à Québec, et
que M. l'abbé Jean-Charles Lormier le remplacerait avantageusement à
leur fête.

Si les bonnes soeurs étaient déçues, c'est parce qu'elles avaient fait
de grands préparatifs pour recevoir le distingué prélat qui était un
insigne bienfaiteur de leur communauté. Mais avec l'esprit de soumission
qui caractérise ces saintes femmes, elles acceptèrent de bonne grâce
cette contrariété et se disposèrent à recevoir avec magnificence le
représentant de sa grandeur Mgr Bourget, et à célébrer leur fête avec
beaucoup d'éclat.

La supérieure ne fît d'abord connaître à personne le nom du prêtre
qui devait remplacer l'évoque, car le nom de l'abbé Lormier lui
était complètement inconnu. Elle pensa même que ce prêtre était un
missionnaire en visite à Montréal.

D'ailleurs, elle se proposait de le présenter à la communauté après la
cérémonie religieuse.

C'est la supérieure qui avait écrit la formule du renouvellement des
voeux qui devait être lue par l'héroïne de la fête; mais l'absence de
Mgr Bourget, l'obligea à en modifier comme suit la dernière partie:
«Sous l'autorité de monseigneur l'illustrissime et révérendissime Ignace
Bourget, évêque de Montréal, et en présence de son officiant-député, M.
l'abbé Jean-Charles Lormier.»

Le lendemain matin, à six heures précises, l'abbé Lormier, revêtu
des habits sacerdotaux, fit son entrée dans la petite chapelle de
Villa-Maria.

Les décorations de la chapelle et de l'autel offraient un coup d'oeil
ravissant.

Un goût véritablement artistique avait présidé à la disposition des
drapeaux, des fleura et des lumières. Rien de confus ni d'exagéré nulle
part, mais partout la simplicité unie à la distinction.

Trois fauteuils avaient été placés à quelques pas du balustre; celui du
centre était occupé par la religieuse dont on célébrait les noces d'or,
celui de droite par la supérieure, et celui de gauche par une religieuse
étrangère à la communauté.

Le recueillement de l'abbé Lormier à l'autel, l'air de sainteté répandu
sur sa figure, sa haute stature et sa voix grave et sonore produisirent
sur les assistantes la plus salutaire impression.

Il était vraiment le digne représentant de Jésus-Christ, le héros de
Châteauguay!

Lorsqu'il eût terminé la messe, le prêtre s'approcha du balustre pour
entendre la lecture des voeux et bénir la religieuse qui devait les
renouveler.

Il se tint debout, les mains jointes sur la poitrine.

La supérieure présenta à la vieille épouse du Christ la formule qu'elle
devait lire, mais qu'elle n'avait pas encore vue.

La pieuse jubilaire prit le document, mais en voulant se mettre à genoux
pour en faire la lecture, on crut qu'elle allait s'évanouir. Elle
n'avait pas dormi de la nuit, et elle était si faible, que les
religieuses avaient été obligées de la transporter à la chapelle dans
une chaise roulante... Il lui fut permis de rester assise.

Alors, d'une voix faible, mais assez intelligible, elle lut:

«Je, soeur Sainte-Agnès de Jésus, née Corinne de
LaRue....................................

En entendant prononcer ce nom, pour la première fois depuis un
demi-siècle, et par celle qui le portait, l'abbé Lormier tressaillit
et son coeur battit à se rompre; mais il ferma les yeux et éleva ses
pensées vers l'Éternel.

La religieuse continuait sa lecture:

«................désire ardemment renouveler mes voeux.

Seigneur-Jésus, que j'ai choisi, il y a cinquante ans, pour mon céleste
époux, sous la protection de votre glorieuse et immaculée mère, je
renouvelle les voeux que j'ai faits à votre divine majesté, de garder
_pauvreté, chasteté et obéissance_.

Ce joug de la vie religieuse que je porte depuis cinquante ans, est pour
moi plus doux, plus léger que jamais, et je n'ai, ô Seigneur, qu'un
seul regret, c'est de ne pas avoir assez fait pour répondre à la grande
faveur de ma sainte vocation.

Daignez me pardonner et me faire la grâce de vous être fidèle jusqu'à
la mort. Oui, je renouvelle mes voeux suivant les règles de cette
congrégation et sous l'autorité de monseigneur l'illustrissime et
révérendissime Ignace Bourget, évêque de Montréal, et en présence de son
officiant-député, M. l'abbé Jean-Charles Lorm......

Elle ne put prononcer la dernière syllabe de ce nom, et la formule lui
échappa des mains, Elle jeta un cri de surprise, saisit son crucifix
qu'elle porta à ses lèvres, et expira entre les bras de la supérieure...

L'abbé Lormier, resté jusque-là impassible, leva la main et donna une
suprême bénédiction à soeur Sainte-Agnès de Jésus.

Puis, avec ce calme que l'homme de Dieu sait conserver dans les moments
les plus douloureux, il alla s'agenouiller devant le tabernacle et pria
longtemps pour l'âme de celle dont les anges célébraient sans doute,
là-haut, les noces éternelles...



MORT AU CHAMP D'HONNEUR

Six mois s'étaient écoulés depuis le sombre événement que nous venons de
relater.

L'abbé Lormier avait tout à fait recouvré la santé. Du moins il semblait
le croire. Car il avait repris les devoirs de son ministère avec une
ardeur qui ne se ralentissait pas.

Ayant vaincu l'hydre de l'intempérance et fait renaître l'accord,
le bonheur et la prospérité dans les familles, il voulut maintenir
celles-ci dans le droit chemin et éloigner d'elles les dangers.

Pour arriver à son but, il transforma le rez-de-chaussée de l'église
en une vaste salle pourvue d'une bibliothèque, de journaux et de jeux,
qu'il mit à la disposition des hommes mariés et des jeunes gens de la
paroisse.

Tous les soirs, des hommes de tout âge et de toute condition se
réunissaient dans cette salle, où ils passaient des heures charmantes.

L'abbé Lormier assistait aussi régulièrement que possible à ces
réunions, que sa science et sa franche gaieté rendaient instructives et
agréables.

Il apprenait à ces hommes à se mieux connaître, à s'aimer et à s'aider
les uns les autres dans le commerce de la vie.

L'abbé Lormier, nous l'avons déjà dit, soit qu'il fût à l'autel, au
confessionnal ou en chaire, édifiait toujours. Mais c'est surtout par la
prédication qu'il touchait et convertissait les âmes.

Dans l'automne de 18... il prêchait, depuis huit jours, une neuvaine à
Saint-Patrice. On était venu de partout pour l'entendre.

Dans la péroraison de ses trois derniers sermons, le prédicateur avait
éprouvé de violentes palpitations du coeur. Mais ces accents plaintifs
de l'organe souffrant n'était pas de nature à modérer le zèle brûlant
qui animait ce saint prêtre. Et pour s'exciter à combattre avec plus
d'ardeur encore le vice, l'impiété et les ennemis de la religion, il se
répétait souvent ce vers de Racine:

«Le Dieu que nous servons est le Dieu des combats.»

Le neuvième jour, il prêcha sur la destinée de l'homme dans l'ordre
surnaturel. Durant une heure il tint l'auditoire captif sous le charme
de sa parole.

Puis, s'inspirant d'un grand prédicateur italien, le Père Ventura, il
conclut ainsi son admirable sermon:

«La terre, songeons-y bien, est le lieu du combat; c'est au ciel qu'est
le lieu du triomphe.

«La terre est le lieu du travail; c'est au ciel le lien du repos.

«La terre est le lieu du mérite; c'est au ciel le lieu de la récompense.

«La terre est le lieu de l'exil; c'est le ciel qui est notre véritable
et éternelle patrie.

«Habitons donc dans le ciel par la foi, l'espérance, le désir, afin que
nous ayons le bonheur d'y habiter un jour par nos personnes.»

--Ainsi soit-il! répondit une voix mélodieuse qui parut sortir du
tabernacle...

L'abbé Lormier, étonné et ravi, se tourna vers l'autel; mais soudain il
chancela et s'affaissa dans la chaire!

Il venait d'être foudroyé par une syncope du
coeur..................................

Le héros de Châteauguay, devenu un soldat du Christ, était mort au champ
d'honneur!



FIN

  TABLE

  Préface.
  Avant-Propos.

      PROLOGUE
  Un sauvetage émouvant.
  La tireuse de cartes.
  La _Maison bleue_.

      PREMIÈRE PARTIE
  La famille Lormier.
  La loyauté des Canadiens-français.
  Un héros de seize ans.
  Convalescence et étude.
  Un clerc notaire qui s'amuse.
  Une partie de chasse.
  Un trait d'honnêteté et de dévouement.
  Il faut sauvegarder l'honneur de sa famille.
  Le cocher Philippe dans son nouveau rôle.
  Un trio de nobles coeurs.
  Un double compte de médecin.
  Une fête patriotique.
  Une bombe qui éclate.
  Une dernière épître de Philippe.

      DEUXIÈME PARTIE
  Les fiançailles de Jean-Charles.
  L'or vaincu par l'éloquence.
  Vingt ans après.

      TROISIÈME PARTIE
  La fuite.
  L'exil.
  L'orphelin O'Neil.
  Le retour au pays.

      ÉPILOGUE
  Une noble indiscrétion.
  Une réception enthousiaste.
  Le vicaire de Saint-Patrice.
  Les noces d'or.
  Mort au champ d'honneur.





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Le vieux muet" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home