Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: Une Intrigante sous le règne de Frontenac
Author: Caouette, J.-B.
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Une Intrigante sous le règne de Frontenac" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



                            J.-B. Caouette



                            Une Intrigante
                      Sous le règne de Frontenac

                              (Nouvelle)


[Illustration: Armes de Frontenac]

                               Québec

                                1921



                                ****
====================================================================
                      _Respectueusement dédié
                     à M. l'abbé Lionel Groulx,
               Membre de la Société Royale du Canada._

====================================================================
                               ****



_Monsieur J.-B. CAOUETTE,
Conservateur des archives judiciaires,
Québec,


Cher monsieur,

Je vous renvoie votre manuscrit. Peut-être l'ai-je gardé un peu
longtemps. Il m'est arrivé au moment de mon départ pour l'Europe. Je
l'ai lu avec beaucoup d'intérêt.

Vous avez trouvé là un thème où la_ Nouvelle _s'est muée en véritable
roman. C'est assurément une noble entreprise que de remettre ainsi
devant le public quelques figures de notre histoire malheureusement trop
effacées.

J'accepte volontiers la dédicace de votre livre, si vous croyez que cela
puisse vous être utile.

Veuillez agréer, avec mes félicitations, l'expression de mes meilleurs
sentiments._

LIONEL GROULX, Ptre.



[Illustration: Monument de Frontenac]

[Illustration: Front.]



                        UNE INTRIGANTE SOUS LE
                          RÈGNE DE FRONTENAC

                                  ----

Nous sommes à la fin d'août 1690. C'est le matin. Une brise légère
caresse le feuillage où la rosée brille encore sous les rayons du
soleil. Toutes les voix de la nature semblent s'unir pour célébrer à
l'unisson la puissance et la bonté du Créateur.

Le Château Saint-Louis, posté comme une sentinelle sur le rocher de
Québec, offre au regards de ceux qui l'habitent le plus gracieux
panorama que l'on puisse voir.

Debout, près d'une fenêtre ouverte de son palais, le gouverneur
Frontenac, le front soucieux, voit à cette heure d'un oeil indifférent
le spectacle grandiose que chaque matin il se plaît à contempler. Puis,
comme attiré par une force occulte, il s'approche d'une nouvelle et
magnifique gerbe de roses qu'une main inconnue place sur son pupitre,
depuis quelques jours.

Après avoir un instant rêvé devant ces fleurs, il se met à arpenter son
cabinet de travail en relisant une lettre, très injurieuse pour lui,
qu'une âme vile avait adressée de Québec à la comtesse de Frontenac, à
Paris, et que celle-ci à fait parvenir au comte avec cette note brève:

«Connaissant la noblesse de votre caractère et votre loyauté à mon
égard, je tiens à vous dire que j'ai pour l'auteur de la lettre
ci-jointe le plus profond mépris.

«Croyez à l'affection inaltérable de votre toute dévouée.»

ANNE DE LA GRANGE.

Coïncidence étrange, Frontenac avait reçu, la semaine précédente, une
autre lettre, non signée, dans laquelle son épouse était représentée
comme une mondaine vulgaire et indigne de porter le nom du gouverneur de
la Nouvelle-France.

Dans un mouvement de promptitude, Frontenac avait jeté cette lettre au
feu. Il se reproche maintenant de ne l'avoir pas envoyée à la comtesse.

Cette gerbe mystérieuse, qui se rattache dans son esprit aux deux
lettres infamantes, lui apparaît comme le corollaire d'une intrigue dont
il veut pénétrer les secrets. Il appelle son fidèle valet, Duchouquet,
et lui demande:

--Est-ce vous qui avez déposé ces fleurs sur mon pupitre?

--Non, Excellence.

--Savez-vous d'où et de qui elles viennent?

--Non plus, Excellence.

--Eh bien, tâchez de le savoir, mais apportez beaucoup de discrétion
dans vos recherches.

--Je vous le promets, Excellence! Et Duchouquet se retira en saluant
profondément.

Frontenac dissipe bientôt ce nuage en se remettant au travail.

Deux certitudes le réconfortent: celle que sa femme lui garde toute son
affection, et celle de posséder la confiance de Son Souverain. Il peut
ainsi se rendre le témoignage d'avoir rempli consciencieusement les
devoirs de sa haute charge; il en trouve la preuve dans l'empressement
que le peuple et les militaires mettent à soutenir ses mesures et à
obéir à ses ordres.

Deux jours plus tard, Duchouquet vint rendre compte à son maître du
résultat de ses démarches.

--Eh bien! fit Frontenac, quelle Nouvelle?

--Ces fleurs, répondit Duchouquet, sont envoyées à votre Excellence par
madame DeBoismorel.

Je m'en doutais, pensa le gouverneur. Néanmoins il demanda:

--En êtes-vous bien certain?

--Absolument certain, Excellence.

--C'est bien; merci!

Cette dame DeBoismorel, âgée à peine de 26 ans, veuve d'un officier
français, mort, l'année précédente, en Acadie, au service du roi, était
une des plus jolies femmes de la Nouvelle-France. Mais ses grands yeux
noirs, ou brillait souvent une lueur étrange, exprimaient la méchanceté
et l'ambition effrénée de son coeur.

Du fait que la comtesse de Frontenac n'avait pas suivi son mari au
Canada, elle déduisait que les deux époux se détestaient mutuellement.
Elle espérait, par ses dénonciations calomnieuses, provoquer entre eux
rien de moins que le divorce et ensuite devenir l'épouse de l'illustre
gouverneur.[1]

[Note 1: Elle se trompait en croyant que Frontenac pourrait obtenir
légalement le divorce, car cette loi maudite ne fut adoptée en France
qu'en 1792, après la révolution.]

Elle avait, à Paris, un frère qui lui servait de complice. C'était un
misérable qui dénonçait à Frontenac, sous le voile de l'anonymat, la
prétendue inconduite de sa femme, que toute la Cour de France avait
surnommée la «Divine», à cause de sa beauté, de son esprit, de son tact
et du prestige qu'elle exerçait sur tous ceux qui l'approchaient.

Madame DeBoismorel avait une confiance aveugle dans le succès de sa
double diplomatie: l'envoi de ses lettres perfides et l'offrande de ses
fleurs. Avec l'arme de la première, elle briserait les faibles liens qui
pourraient peut-être encore exister entre le gouverneur et sa femme;
avec le parfum subtil de ces fleurs, elle captiverait le coeur du mari
outragé!

La jolie veuve se voyait déjà par la pensée la gouvernante de la
Nouvelle-France et l'idole de la société canadienne-française... Mais
elle comptait sans le hasard, la perspicacité de ceux qu'elle voulait
perdre!

Frontenac avait résolu d'infliger à l'intrigant et à ses complices une
punition exemplaire. Cependant, en homme avisé qu'il était, il n'agirait
qu'après avoir pensé à tout. Il tenait à l'amour de sa femme non moins
qu'à l'honneur. Certes! il s'avouait volontiers les torts qu'il avait
eus jadis envers la comtesse par ses liaisons scandaleuse avec madame de
Montespan, la favorite de Louis XIV. Mais ces torts, ces péchés de
jeunesse, il les avait généreusement réparés et longtemps expiés. Aussi
Dieu, la comtesse et le monde les avaient sans doute pardonné et
oubliés.

                                   *
                                  * *


Nous croyons juste et nécessaire d'ouvrir ici une courte parenthèse.

Pour détruire les sottes légendes que certains historiens ont brodés
avec un art diabolique sur le compte du gouverneur Frontenac et de son
épouse, il me suffira, je crois, de résumer l'opinion--appuyée sur la
raison et l'autorité de l'histoire--, d'un de nos écrivains les plus
consciencieux, feu Ernest Myrand:

«Madame de Frontenac fut un pouvoir caché dans le rayonnement du trône
de Louis XIV.

«Arbitre reconnu de l'élégance, du bon goût et du bel esprit, madame de
Frontenac possédait le don de se créer autant d'amis que de
connaissances qui, tous, avaient pour elle une admiration pleine de
respect.

«Cette fascination irrésistible, la comtesse--diplomate l'employa à
notre profit en deux circonstances mémorables: la première, lors de la
nomination de son mari (6 avril 1672) au poste de gouverneur de la
Nouvelle-France, et la seconde quand elle fit renter Frontenac (7 juin
1689) dans son gouvernement de Québec.

«Ne lui gardons pas une amère rancune d'être demeurée là-bas, en France,
tout le temps que durèrent les deux administrations de son mari.
Demeurant à Paris en permanence, madame de Frontenac était bien placée
pour conjurer les intrigues, répondre aux plaintes et combattre les
ennemis du gouverneur cherchant à le perdre, à le ruiner dans l'estime
de Louis XIV par tous les moyens secrets ou déclarés.»[2]

[Note 2: «Frontenac et ses amis», Ernest Myrand, Québec, 1902.]

[Illustration: Déco.]



[Illustration: Front.]



                      FRONTENAC SAUVE LA COLONIE

                                 ---

Deux mois se sont écoulés depuis l'incident de madame DeBoismorel. Des
événements de la plus haute importance nous imposent le devoir de
reléguer quelques instants cette intrigante dans l'ombre. D'ailleurs
nous la retrouverons plus loin.

L'Angleterre rêvait depuis longtemps de s'emparer du Canada, cette perle
du Nouveau-Monde, et de hisser son fier drapeau au mât de la citadelle
de Québec.

Aussi, le 16 octobre 1690, sa flotte, composée de trente-quatre
vaisseau, jeta l'ancre près de l'Ile d'Orléans.

Frontenac était prêt à la recevoir. Car il connaissait, par ses
éclaireurs, les desseins et les mouvements des ennemis de la colonie, et
il savait même que ceux-ci étaient sous le haut commandement du général
sir William Phips.

Le gouverneur ne redoutait pas les combats qu'on allait lui livrer. Et
sa confiance dans la victoire reposait non seulement sur la bravoure
éprouvée de ses soldats, mais aussi sur le courage manifesté par tous
les citoyens de Québec et par ceux des paroisses environnantes, en âge
de porter les armes. Il comptait également sur le précieux concours que
les Canadiens-français des Trois-Rivières et de Montréal lui avaient
spontanément offert.

Or, sur les dix heures, Frontenac vit une chaloupe partir du vaisseau
amiral anglais et se diriger vers Québec.

Elle portait un drapeau blanc et avait à son bord un parlementaire.

Lorsque celui-ci toucha le rivage, il fut conduit, les yeux bandés, au
Château Saint-Louis où se tenait Frontenac entouré d'un brillant
état-major.

Le parlementaire donna lecture d'un document ayant tout le caractère
d'une insolente sommation et que terminaient ces mots: «Votre réponse
positive dans une heure, par votre trompette avec le retour du mien, est
ce que je vous demande au péril de ce qui pourrait s'ensuivre.»

--Je ne vous ferai pas attendre si longtemps, riposta Frontenac! Et il
ajouta: «Dites à votre général que c'est par la bouche de mes canons et
à coups de fusil que je lui répondrai...»

Quand le parlementaire fut rendu à bord de son vaisseau, les soldats de
Québec saluèrent leurs ennemis par une salve d'artillerie. Un boulet
lancé par le brave Lemoyne de Ste Hélène fit tomber à l'eau le pavillon
amiral, que deux Canadiens, l'un de Québec et l'autre de Beauport,
allèrent chercher en canot d'écorce, sous une pluie de balles.

Ce glorieux trophée fut porté en triomphe à la cathédrale, où il resta
jusque en 1759.

Les premiers coups de canon tirés par les soldats de Frontenac furent le
signal d'une lutte qui dura six jours.

Bref, les Anglais essuyèrent une défaite humiliante, et ils disparurent
dans la nuit du 22 octobre...

Le général Phips perdit six cents hommes, et neuf de ses vaisseaux
sombrèrent dans le bas du fleuve avec une grande partie de leurs
équipages.

Frontenac, tout en immortalisant son nom, venait de sauver la colonie!

[Illustration: Déco]



[Illustration: Front.]



                       OÙ DUCHOUQUET SE RÉVÈLE UN
                              ADROIT LIMIER

                                   ---

La veuve DeBoismorel avait recommencé ses gracieux envois de fleurs. Son
messager était un petit garçon d'une quinzaine d'années, à l'oeil vif et
intelligent. Il paraissait très discret. Aux questions qu'on lui posait
sur la provenance des fleurs, il répondait invariablement par un muet
sourire.

Un jour que Duchouquet passait en voiture près du marché de la
haute-ville, il aperçut le petit messager qui trottinait sur le
trottoir.

--Où vas-tu donc de ce pas? lui cria-t-il.

--A la basse-ville et à Charlesbourg, monsieur.

--Alors, monte ici, nous ferons route ensemble, car je me rends
précisément au Bourg-Royal.

Le petit gâs, sans se faire prier, grimpa dans la voiture, heureux de
s'exempter une marche de sept milles.

--Aimes-tu les chevaux? lui demanda Duchouquet.

--Oh! oui, monsieur, je les aime beaucoup, beaucoup!

--Eh bien! prends les guides et conduis à ma place.

Puis, d'un air indifférent, il ajouta:

--Je te connais de vue depuis longtemps, mais j'ignore ton nom.

--Je m'appelle Louis Renaud, monsieur.

--Et tu demeures?

--Au pied du Coteau Sainte-Geneviève.

Duchouquet, craignant de paraître trop curieux, ne voulut pas lui en
demander davantage. Il lui offrit des bonbons qui furent agréés avec
joie.

Le gamin descendit chez un nommé Bédard, près de l'église de
Charlesbourg, et Duchouquet fit mine de continuer sa course dans la
direction de Bourg-Royal.

--Je viendrai te prendre dans une heure, dit-il à Louis Renaud.

--Merci, monsieur; je vous attendrai.

Le lecteur a sans doute deviné que Duchouquet n'avait nullement
l'intention de se rendre au Bourg-Royal. C'était un prétexte qu'il
s'était donné pour accompagner l'enfant, dans l'espoir d'en obtenir des
renseignements utiles.

Au bout d'une dizaine d'arpents, il attache son cheval à un arbre,
alluma sa pipe et s'assit sur le gazon.

Une heure plus tard, Duchouquet reprenait l'enfant qui portait un vase
rempli de framboises.

--Tiens! tiens! est-ce toi qui as cueilli ces jolis fruits?

--Oui, monsieur.

--C'est pour ton maître ou ta maîtresse sans doute?

--Non, monsieur, c'est pour moi-même.

--Veux-tu me les vendre?

--Oh! je n'oserais pas vous les vendre, mais vous me feriez un gros
plaisir si vous vouliez bien les accepter.

--Volontiers, fit Duchouquet; et il glissa dans la poche de l'enfant une
pièce de cinquante sols. Mais en retirant sa main, il sortit de la poche
(accidentellement en apparence) deux grandes enveloppes, soigneusement
scellées, qui tombèrent dans la voiture.

Il est bon de dire que, du coin de l'oeil, il avait déjà remarqué ces
enveloppes.

--Ah! ah! fit-il en riant, te voilà devenu facteur de Sa Majesté!

--Ce sont deux lettres pour la France qu'on m'a chargé de remettre au
capitaine du brigantin qui fera voile demain matin.

--Je puis d'éviter cette course, car je dois porter des colis, ce soir,
à bord du vaisseau, et je pourrai donner ces lettres au capitaine
Blondin que est mon meilleur am.

--Vous êtes vraiment trop bon; je vous remercie d'avance pour ce nouveau
service.

Duchouquet plaça les deux plis dans son gousset, et, ayant derechef
confié les guides à l'enfant il se croisa les bras et se prit à rêver à
la veuve DeBoismorel ou plutôt à la déception qu'il réservait à cette
intrigante.

Pas n'est besoin d'ajouter que le rusé renard, dès son retour au Château
Saint-Louis, remit les lettres au gouverneur.

Frontenac, après s'être fait raconter les détails de l'aventure, dit à
son serviteur:

--Je vous félicite. Vous avez déployé beaucoup de tact et d'adresse dans
cette affaire.

Resté seul, le gouverneur examina ces lettres dont l'une était adressée
à la comtesse de Frontenac, et l'autre au lieutenant de marine Paul
Aubry, 36, rue Cluny, Paris.

La tentation lui vint d'ouvrir la lettre destinée au lieutenant Aubry;
il en avait d'ailleurs le droit en sa qualité d'administrateur de la
Nouvelle-France. Mais il eut un scrupule. Il appela auprès de lui
René-Louis Chartier de Lotbinière, conseiller du roi et
lieutenant-général civil et criminel, à qui il fit part de ses soupçons
contre la veuve DeBoismorel.

Chartier de Lotbinière, sans hésiter, rompit le cachet de la lettre
qu'il lut à haute voix. En voici la teneur:

«Mon cher frère,

«Ta dernière lettre, que j'attendais avec une vive anxiété, et que j'ai
reçue hier, a rempli mon âme de joie. Merci, mon chéri!

«Les nouveaux renseignements que tu me donnes sur Louis XIV ne m'ont
causé aucune surprise, car rien ne peut me surprendre de la art de ce
triste sire que nous avons le malheur d'avoir pour souverain.

«Espérons qu'une nouvelle Lucrèce Borgia en débarrassera bientôt notre
belle France...

«Un mot maintenant de mes projets. Je regrette de te dire que les choses
ne vont pas au gré de mes désirs.

«Il est vrai que depuis plus de deux mois notre gouverneur a été très
occupé et que les réceptions à son palais ont été rares. Cependant, le
lendemain du siège de notre ville par les Anglais, j'ai eu l'avantage de
rencontrer le comte au Château Saint-Louis. Il a été pour moi d'une
courtoisie parfaite, pour ne pas dire plus. A deux reprises, comme à la
dérobée, il attacha sur moi un regard que je ne puis définir, mais dans
lequel mon coeur--qui s'y connaît--a deviné un nouveau sentiment fait de
tendresse et d'admiration. C'est sans doute le coup de foudre qu'il
ressentait. Mais attendons les développements, mon chéri!

«Quoi qu'il en soit, je suis persuadée que les lettres que tu as écrites
sur les frasques réelles ou fausses de la «Divine» ont produit beaucoup
d'effet sur l'esprit altier du comte.

«Je veux lui faire détester cette femme autant que je la déteste
moi-même!

«Par le même courrier qui t'apportera la présente, j'envoie une nouvelle
épître à la comtesse de Frontenac. Je lui représente le comte comme un
être dégradé et je luis dis des choses qui devront la dégoûter pour
toujours de son mari.

«Toutes ces choses, ben entendu, son de mon invention. Car le gouverneur
est aujourd'hui un homme rangé. Comme le diable, en veillant il se fait
moine... Il va à la messe presque tous les matins chez les Pères
Récollets, et il s'est réconcilié avec Monseigneur de Saint-Vallier. Ils
paraissent les meilleurs amis du monde.

«Le gouverneur n'est plus jeune, mais il est encore frais et vigoureux
comme un homme de quarante ans. D'ailleurs, peu importe son âge! Si j'ai
la chance de le décider à demander le divorce et à m'épouser, son titre
et son palais suffiront à mon bonheur... et au tien, mon chéri!

«Je sais que le gouverneur doit donner prochainement une grande fête
pour célébrer sa victoire sur l'amiral Phips. Mon nom sera certainement
un des premiers sur la liste des invités.

«On vante ici ma beauté, ma grâce, etc. Mon miroir me dit que ces
louanges sont mérités. Eh bien! ce jour-là, je serai plus belle et plus
gracieuse que jamais. Je veux être la reine de la fête et la «Divine» de
la Nouvelle-France! Je ferai ensuite, et rondement, l'assaut du noble
coeur du comte de Frontenac!...»

«A bientôt mon chéri!

«JACQUELINE DEBOISMOREL.»

[Illustration: Déco.]



[Illustration: Front.]



                             RAYON ET OMBRE

                                  ---

La Providence avait visiblement veillé sur la petite colonie. Car
celle-ci bien que préparée à soutenir une longue lutte, pouvait
difficilement croire qu'elle triompherait de ses puissants ennemis.
Aussi, pour commémorer cette victoire et remercier Dieu de sa
protection, le gouverneur et l'évêque proclamèrent le 5 novembre «Fête
religieuse et civique», et invitèrent tous les habitants à la célébrer
dignement.

Un comité fut chargé d'organiser les manifestations, et il s'acquitta de
sa tâche avec le plus grand succès.

«Dieu et Patrie!» Cette belle devise, que l'on voyait partout, enflamma
les coeurs d'où monta vers le ciel un hymne d'amour et de
reconnaissance.

Puis, voulant couronner brillamment cette fête, le gouverneur donna, le
soir, au Château Saint-Louis, un dîner et un bal auxquels l'élite de la
société avait était conviée.

Madame DeBoismorel, qui avait pris part à toutes les réjouissances
profanes de la journée, se proposait bien de participer à celles de la
soirée.

Il est 7 heures. La jolie veuve est occupée à sa toilette. Elle possède
mieux que toutes les élégantes de Québec et de Montréal le grand art de
s'habiller.

Parmi plusieurs robes importées récemment de Paris, elle en choisit une
qu'elle veut essayer sous l'oeil connaisseur de sa couturière. Celle-ci,
après avoir fait à la robe de légères retouches, déclare à Madame
DeBoismorel qu'elle lui sied à merveille. Alors mettant à son cou un
collier de diamants et dans ses cheveux une parure de grande valeur, la
jeune femme se regarde dans un haute glace, et se trouve fort belle.
Elle l'est réellement. Aussi, au moment de prendre congé, la couturière
lui dit avec sincérité:

--Madame, vous êtes d'une beauté ravissante! Je suis certaine que vous
ferez bien des jalouses au Château Saint-Louis.

--Merci et bonsoir! répond la coquette.

Puis elle se replace devant le miroir, se regarde longtemps, sourit à
son image, et, prenant un air de triomphe, elle dit presque à haute
voix: «Ce soir, comte Louis de Frontenac, vous serez à mes pieds!»

Soudain, le timbre de la porte résonne bruyamment.

Peste soit de l'importun! grogne la veuve. Puis, s'adoucissant, elle
dit:

--Henriette, va ouvrir. Je ne reçois personne, tu comprends, hein?
personne... excepté le lieutenant DeBeauregard.

--C'est bon, môdame, répond la servante.

Après un court moment, Henriette revient, la mine embarrassée, et
jargonne à sa maîtresse _que deux gros hommes vouliont la voêr._

--Comment, imbécile! tu n'as donc pas compris ce que je t'ai dit?...

--Oui, môdame, j'avions compris; l'leu-z-avons dit comme ça: _môdame
reçoê parsonne, parsonne, excepté le Beauregard..._ Et pis y m'aviont
répond qu'y vouliont pareil voêr môdame...

Exaspérée, la veuve entre dans la salle et aux visiteurs qu'elle ne
connaît pas, elle dit à brûle-pourpoint: Que voulez-vous?

L'un d'eux demande poliment si c'est bien à Madame DeBoismorel, née
Jacqueline Aubry, qu'il a l'honneur de parler.

--Oui, répondit-elle avec hauteur, et que voulez-vous?

--Madame, fait le même, au nom du roi, nous venons vous arrêter!...

--Impudents! clame la veuve.--Sortez!

--Pardon, madame, nous avons instruction de vous arrêter et de vous
conduire à bord du vaisseau _Neptune_ qui quitte la rade, cette nuit
même, pour la France. Veuillez lire ce mandat portant les armes de Sa
Majesté, le sceau de la haute Cour et la signature de monsieur
René-Louis Chartier de Lotbinière, lieutenant-général civil et criminel.

D'un geste brusque, elle prend le document, le parcourt fiévreusement,
puis, l'ayant froissé, elle le jette à ses pieds!

--François! crie-t-elle, appelant son serviteur.

Celui-ci paraît.

--Imaginez-vous, lui dit-elle, que les deux individus que vous voyez ici
ont l'audace de me faire prisonnière, au nom du roi, s'il vous plaît! et
sur l'ordre de M. Chartier de Lotbinière! C'est un guet-apens dont je ne
veux être ni la dupe ni la victime. Eh bien! allez chez le gouverneur et
dites-lui de ma part d'envoyer des gardes pour me débarrasser de ces
deux malotrus!

--C'est bien, madame, j'y cours!

En attendant le retour du serviteur, la maîtresse arpente la chambre,
muette, les mains crispées, l'écume à la bouche et les yeux remplis de
flammes. Sa beauté disparu: elle est maintenant hideuse et effrayante!

Enfin, François arrive, tout essoufflé et l'air penaud.

--Quoi! rugit-elle, vous êtes seul?...

--Oui, madame, le gouverneur a refusé de me recevoir. J'ai insisté
auprès de son secrétaire, Monsieur de Monseignat, et celui-ci m'a tout
simplement éconduit en me disant qu'il ne voulait avoir rien de commun
avec madame DeBoismorel!

--L'insolent! le rustre! hurle-t-elle...--Eh bien! François, vous qui
êtes fort comme un Hercule, protégez-moi et chassez ces deux
misérables-ci de ma demeure.

--Je suis peiné, madame, de ne pouvoir vous obéir, car ces messieurs ont
pour eux la _force de la loi,_ et cette force est bien supérieure à la
mienne.

--Comment, lâche! vous aussi vous m'abandonnez... Allez-vous-en,
poltron, je vous chasse!

--Vraiment, madame? N'ai-je pas toujours, dans la mesure du possible,
rempli mon devoir à votre égard?

Sans lui répondre, et au paroxysme de la rage, elle saisit une potiche
qu'elle veut lancer à la tête de son serviteur, mais celui-ci s'étant
baissé, la potiche heurte une glace de Venise, qui vole en mille
éclats... Alors, ne pouvant contrôler ses nerfs et sa fureur, elle
arrache son croissant, son collier et tous ses bijoux qu'elle brise sur
le parquet, met sa toilette en lambeaux et se déchire la poitrine de ses
ongles nacrés, qui sont à présent plus redoutables que des griffes.

A l'instant, les agents de police l'empoignent et la menacent de lui
mettre les menottes si elle ne veut pas se tranquilliser.

Surprise de l'attitude énergique de ces hommes, et à la vue des menottes
qu'on lui montre, elle se ressaisit tout à coup.

--Laissez moi! Ne me touchez pas! leur dit-elle, avec plus de calme.

--C'est bien, madame, mais préparez-vous immédiatement à nous suivre.

Elle appelle sa servante, qui accourt aussitôt.

Henriette, sais-tu ce que ces deux individus vienne faire ici?

--Oui môdame, j'avons tout entendu par le trou de la sarrure...

--Voyons, ma chère Henriette, mon seul et fidèle appui en ce moment, que
me conseilles-tu, toi?

--Ben môdame, si j'étions à votte place j'suivrions ces deux beaux
hommes qu'ont pas l'air mâlin pen toute, pen toute!

--Enfin! puisqu'il le faut... Dans ce cas, aide-moi à préparer mes
malles.

Et la veuve se met à jeter, pêle-mêle, dans deux valises, tous les
effets qui lui tombent sous la main.

--Pas si dru, môdame, pas si dru: vous allez _enchiffronner_ votte
linge. Laissez-moê faire.

Puis remarquant les débris des bijoux épars sur le plancher, la servante
s'écrie:

--Bonne Sante Viarge, môdame, vos _afficaux_ sont tout cassés!...

Une heure après, ayant terminé ses préparatifs, madame DeBoismorel dit à
sa servante:--Remets cette lettre à mon notaire, M. Claude Aubert. Il te
paiera tes gages pendant mon absence. Prends bien soin de la maison; et
je te récompenserai. Car je reviendrai bientôt avec mon frère, le
lieutenant Aubry. C'est un brave, lui, et il saura me protéger contre
tous mes persécuteurs...

Elle monta dans la voiture qui l'attendait.

Henriette, debout sur le seuil de la porte, cria à sa maîtresse:

--Ben le bonsoêr, môdame, et à la revoyure!...

Le rayon a fait place à l'ombre... et la joie à la tristesse!

En route, la prisonnière, dont l'esprit est en ce moment plus ou moins
lucide, marmotte souvent ces étranges paroles:

    Rayon céleste
    Je te bénis!
    Ombre funeste,
    Je te maudis!

[Illustration: Déco.]



[Illustration: Front.]



                         GÉNÉREUX DÉVOUEMENT

                                ---

Le lendemain, dès l'aube, le _Neptune_--pavillon royal arboré à la
corne--quitta la rade de Québec et fila, vent arrière à une allure
rapide.

Une semaine après, grâce à une température idéale, le vaisseau voguait
gracieusement au large des côtes de Terre-Neuve.

Rien de remarquable n'était survenu pendant le cours de ces quelques
jours.

Madame DeBoismorel souffrait de prostration et gardait constamment sa
cabine, où elle prenait ses repas.

A deux reprises, elle avait refusé les soins du médecin du bord.

La malheureuse semblait avoir perdu le sommeil et la raison, car les
officiers de quart l'entendaient souvent, la nuit, pousser des cris de
rage ou d'effroi.

--Si ces sortes de crises persistent, avait dit le capitaine, il faudra
la surveiller la nuit comme le jour.

                                   *
                                  * *

Un soir que la prisonnière berçait au doux bruit de l'onde ses tristes
rêveries, elle crut percevoir les sons d'une voix bien connue qui
l'appelait.

D'abord surprise et l'esprit perplexe, elle ne répondit pas.

La voix ayant répété son nom, elle demanda:

--Qui est là?

--C'est François, madame, qui vient vous sauver...

Elle ouvrit aussitôt la porte, et en voyant son serviteur, elle
s'excusa, les yeux baignés de larmes, d'avoir douté un instant de son
dévouement.

--N'y pensez plus, je vous en prie, madame, et venez vite...

Sa maîtresse lui ayant désigné deux valises, il s'en saisit comme d'une
plume et court les déposer dans une chaloupe attachée à l'arrière du
vaisseau, puis, au moyen d'une échelle de chanvre, il fait descendre
madame DeBoismorel dans l'embarcation, où il a eu le soin de placer des
vivres.

Il saute à son tour dans la chaloupe, en démarre le lien, et se met à
ramer de toutes ses forces dans la direction d'une île entrevue à
l'heure du souper, et qu'il espère atteindre avant le lever du soleil.

                                   *
                                  * *

Le lecteur est sans doute surpris de voir ici l'ancien serviteur de
madame DeBoismorel rentrer en scène.

Une explication s'impose. La voici.

Madame DeBoismorel était aimée de tous ceux qu'elle avait à son service;
elle les traitait toujours avec douceur et libéralité. C'est dans un
état d'excitation incontrôlable qu'elle avait chassé son fidèle et
dévoué serviteur. Celui-ci en fut plus attristé que vexé. Il croyait
d'ailleurs que sa maîtresse était victime d'une lourde méprise ou d'une
odieuse persécution. Aussi, dans l'espérance de pouvoir lui rendre
quelques bons offices--si humbles fussent-ils--il résolut promptement de
la suivre en France.

En quittant la demeure de sa maîtresse, après avoir eu la précaution de
se couper les cheveux et la barbe--ce qui le rendait méconnaissable, car
il portait une longue barbe--il courut à la basse-ville et prit place
sur le _Neptune_, quelques minutes avant l'arrivée de madame
DeBoismorel.

Nul ne le connaissait à bord, du moins il le croyait.

Cependant, par prudence, il sortait rarement de sa cabine, prétextant
avoir le mal de mer.

Il dormait peu, et les cris de madame DeBoismorel parvenaient jusqu'à
lui.

Jugeant sa maîtresse bien malade, et redoutant pour elle les dangers
d'une longue traversée, il décida de l'arracher par la fuite à sa
captivité. Il n'attendait qu'une occasion favorable pour mettre son
projet à exécution, car il ne voulait courir aucun risque.

Or, un soir que la mer était calme et le ciel étoilée, il observa que
l'officier à la vigie était un vieux marin à l'oeil encore assez vif,
mais à l'oreille très dure. Il avait peu à craindre de celui-là. Mais Il
n'était pas aussi rassuré sur le compte du timonier, jeune et solide
gaillard.

Vers les neufs heures, François sort de son gîte et se met à faire les
cents pas sur le pont, de tribord à bâbord.

--Vous n'avez pas sommeil, monsieur? lui demande le timonier.

--Non, je ne puis dormir, malgré les quelques verres de cognac que j'ai
pris.

--Ah! vous avez du cognac?... reprend le matelot, l'oeil pétillant de
convoitise.

--Oui, j'en ai une caisse; c'est un bon remède dit-on, contre le mal de
mer et l'insomnie. Aimez-vous cette liqueur? ajoute François.

--Si je l'aime... Ma Doué, oui!

François va chercher une bouteille de cognac contenant une substance
narcotique, et, s'asseyant à côté du marin, il lui en sert une forte
rasade.

--A votre santé! fait le matelot en levant son gobelet qu'il vide d'un
Trait.

--Merci!

François, tout en parlant de choses indifférentes, verse à son compagnon
plusieurs coups, si bien qu'au bout d'une demi-heure, le buveur roule,
inconscient, sur les cordages.

C'est le temps d'agir, pense François.

Et il exécuta prestement le plan hardi qu'il avait conçu.

                                   *
                                  * *

Le lendemain matin en faisant la visite du bord, le capitaine remarqua
d'abord la disparition d'une chaloupe, puis il aperçut le timonier
gisant sur le pont.

Il le secoua rudement, mais n'e put obtenir aucune parole sensée.
C'était le narcotique plutôt que l'eau-de-vie que le tenait dans cet
engourdissement.

Le capitaine alla interroger l'autre officier qui était encore à son
poste, mais celui-ci n'avait eu connaissance de rien.

Ayant continué les perquisitions, il constata avec stupeur la double
évasion de sa prisonnière et du passager bizarre qu'il avait eu la
maladresse d'accueillir si facilement.

Il donna l'alarme. Tout l'équipage fut sur pied en un instant.

Mais que faire? De quel côté diriger les recherches?...

Après avoir mûrement délibéré, on se rangea de l'avis d'un vieux loup de
mer qui proposait de retourner en arrière et d'aller visiter l'île qu'on
avait dépassée La veille. Cinq heures plus tard, le _Neptune_ mouillait
à quelques arpents d'un joli bouquet de verdure émergeant des eaux.

Plusieurs hommes sautèrent dans une embarcation et atterrirent bientôt
sur une grève de gravier.

L'île était petite, mais l'épaisse forêt qui la couvrait en fermait
presque l'accès et rendait les recherches difficiles.

Toute la journée on fouilla l'île sans découvrir aucune trace des
fugitifs.

Les marins, découragés allaient abandonner leur poursuite, quand l'un
d'eux retira d'un buisson un tout petit mouchoir blanc portant les
lettres J.D.

--Ce sont les initiales de la prisonnière, dit-il. Puis agitant le
mouchoir comme il eut fait d'un drapeau, il s'écria:

--En avant, mes amis!

Tous pénétrèrent dans le buisson, en écartèrent soigneusement les
branches, et--agréable surprise--trouvèrent le couple blotti au fond de
ce réseau inextricable!

--Suivez nous! commanda aux fugitifs le chef de la bande.

Toute résistance étant impossible en un tel endroit, François, qui
possédait pourtant une force extraordinaire, parut se soumettre de bonne
grâce à l'ordre du commandant.

Mais lorsque le groupe fut sorti de la forêt, le prisonnier se lança
comme un lion au milieu des matelots, en assomma ou bouscula sept ou
huit, et, profitant de la confusion générale, il allait s'échapper avec
sa compagne, quand un marin lui asséna sur la tête un coup de bâton. Il
tomba; et les matelots que son poing formidable n'avait pas atteints, se
ruèrent sur lui, le ligotèrent et le portèrent dans l'embarcation, ainsi
que madame DeBoismorel qui venait de s'évanouir.

                                 ---


[Illustration: Front.]



                       UN DÉFENSEUR VOLONTAIRE

                                 ---

Nous avons dit plus haut que madame DeBoismorel avait pris part aux
réjouissances profanes du 5 novembre et qu'elle attendait le lieutenant
DeBeauregard, qui devait l'accompagner au dîner et au bal que
donnait le gouverneur ce soir-là.

La jolie veuve était, à n'en pas douter, l'idole de la société
aristocratique de Québec.

Au premier rang de ses admirateurs, figurait le lieutenant DeBeauregard,
qui faisait partie de l'état-major du gouverneur. Cet officier était un
jeune homme de haute taille à la physionomie ouverte, spirituelle et
énergique.

Avant d'endosser l'uniforme, DeBeauregard avait porté la toge au barreau
de Paris, où il s'était distingué par son amour du travail, son
éloquence et sa grande probité.

Il promettait d'être un jour une des lumières de son ordre. Mais
plusieurs officiers de ses amis qui l'avaient connu, dix ans avant,
lorsqu'il faisait son service militaire, et qui avaient admiré son
caractère lui proposèrent un bon matin de se joindre à eux pour aller
servir la patrie, par delà les mers, sous les ordres du gouverneur
Frontenac.

Très-bien avait-il répondu sans hésiter.

Quelques semaines plus tard, il reprenait l'uniforme et s'embarqua pour
la Nouvelle-France.

Le gouverneur l'accueillit avec empressement, car il lui était
chaleureusement recommandé par la comtesse de Frontenac qui l'avait
rencontré souvent à la Cour.

Frontenac se félicita par la suite d'avoir accordé sa confiance à ce
jeune homme. En effet, durant les sombres jours du siège, le lieutenant
DeBeauregard se signala par une bravoure poussée parfois jusqu'à
l'héroïsme.

Or, le 5 novembre au soir, vers les huit heures, tel que convenu, le
lieutenant arrivait chez madame DeBoismorel. Il sonna à la porte de
cette demeure qui lui était toujours si hospitalière.

La servante vint ouvrir.

Il allait entrer, quant celle-ci lui dit:

--_Môdame étiont_ partie.

--Partie... dites-vous?

--Oui, _môsieu_.

C'est étrange! pensa-t-il. Et il s'éloigna en se dirigeant vers le
Château Saint-Louis, situé tout près de là, où presque tous les invités
étaient déjà réunis dans le salon bleu.

A huit heures et demie, un domestique en livrée annonça que le dîner
était servi.

Les convives entrèrent dans une vaste pièce décorée avec un goût
irréprochable.

Le repas fut très joyeux, comme tous ceux que présidait le gouverneur.
Un des convives cependant ne partageait pas la gaieté générale. C'était,
on le devine, le lieutenant DeBeauregard.

Bien qu'il s'efforçât d'oublier momentanément madame DeBoismorel,
l'image de cette femme qu'il aimait repassait sans cesse devant son
esprit.

Il croyait à l'amour réciproque de la jeune veuve, car celle-ci, tout en
cherchant à capter les bonnes grâces du gouverneur Frontenac, avait
agréé depuis un mois les avances du valeureux et bel officier... Elle
était aussi prudente que perfide.--Si le premier m'échappe, je prendrai
le second, se disait-elle!

La plupart des invités avaient remarqué l'absence au dîner de madame
DeBoismorel, mais tous étaient persuadés que tantôt elle ferait sa
brillante apparition au bal.

DeBeauregard caressait aussi cette chère illusion...

A dix heures, la danse était déjà animée par une musique très
entraînante, et la «déesse» qu'on attendait n'avait pas encore paru dans
cette salle où tant de fois sa beauté et son élégance avaient jeté un
vif éclat.

Cet absence commençait à provoquer de nombreux commentaires chez les
dames comme chez les messieurs.

Le lieutenant DeBeauregard, qui se tenait dans l'ombre, fut bientôt
entouré par un groupe d'amis qui lui demandèrent si madame DeBoismorel
était malade.

--Je l'ignore, répondit-il

--Mais pourtant, fit sur un ton ironique le capitaine Bonin, vous
pourriez nous renseigner à son sujet; car ne deviez-vous pas accompagner
cette _grande dame_ ici ce soir?

--Allez donc vous promener, vil mouchard! lui dit DeBeauregard, le
toisant de la tête aux pieds.

Bonin apparemment satisfait de sa sottise, s'éloigna en ricanant
bêtement.

Les autres officiers levèrent les épaules de dégoût devant la lâcheté du
rustre.

--Oui, accentua le capitaine DeMaricour, oui, oui, va te promener,
vilain traîneur de sabre en temps de paix...

Ce capitaine Bonin aimait éperdument madame DeBoismorel; il avait même
demandé sa main, mais la jeune veuve s'était cruellement moquée de lui.
Il saisissait donc cette occasion pour humilier son heureux rival.

Peu d'instants après cet échange de paroles piquantes, le lieutenant
DeBeauregard quitta discrètement le Château Saint-Louis.

Rendu dans sa chambre, il se prit à réfléchir sur ce qui avait pu
motiver l'absence de madame DeBoismorel de son domicile et de chez le
gouverneur.

«Elle est partie», m'a dit la servante.

Mais pourquoi ne m'avait-elle pas attendue? Où donc était-elle allée?

Il se posa longtemps ces deux questions sans pouvoir y répondre d'une
manière satisfaisante.

Finalement, l'esprit harassé, il se jeta sur son lit en se disant:

Je trouverai demain le mot de cette énigme.

Le lendemain matin, le lieutenant se présenta chez madame DeBoismorel.

--Madame peut-elle me recevoir? demanda-t-il à la servante.

--Non, môsieur!

--Puis-je savoir pourquoi?

--J'vous avions dit hiar que môdame étiont partie.

--Pouvez-vous me dire où elle est maintenant?

--Allez demander ça _au chartier_ de Lotbinière...

--A monsieur Chartier de Lotbinière, voulez-vous dire?

--P't-être ben, môsieur; j'le connaissions point!

Puis craignant d'avoir trop parlé, elle referma la porte.

--Allons voir M. Chartier de Lotbinière, se dit le lieutenant.

En route, il rencontra un ami intime qui lui dit:

--Quelque triste nouvelle hein? Toutes mes sympathies, mon cher
lieutenant.

--Quelle est donc cette triste nouvelle? Et pourquoi m'offres-tu des
sympathies! fit DeBeauregard, de plus en plus étonné.

--Quoi! ignores-tu que madame DeBoismorel a été arrêtée, hier soir, sur
l'ordre de M. Chartier de Lotbinière, et qu'elle partie pour la France à
bord du _Neptune_?

La foudre tombant à ses pieds ne lui eut pas causé plus de surprise que
l'annonce de cette nouvelle...

Enfin, se ressaisissant, il remercia son ami et se rendit au bureau de M.
le lieutenant-général civil et criminel, qui l'accueillit avec la plus
grande bienveillance.

Après les compliments d'usage, DeBeauregard dit:

--C'est ne ma qualité d'avocat que je suis ici ce matin. Je viens
d'apprendre que madame DeBoismorel à été arrêtée, hier soir, en vertu
d'un mandat portant votre signature.

--C'est la vérité.

--Voulez-vous avoir la complaisance de me dire de quoi cette dame est
accusée?

M. Chartier de Lotbinière hésitant à répondre, DeBeauregard ajouta:

--J'ai l'intention, si Son Excellence le gouverneur me le permet,
d'aller en France pour défendre madame DeBoismorel devant les tribunaux.

--Ah!... Dans ce cas, répondit M. Chartier de Lotbinière, je puis vous
informer que cette dame est accusée de conspiration contre Son
Excellence le gouverneur et Madame la comtesse de Frontenac.

A ces mots, DeBeauregard s'écria avec conviction:

--C'est une infâme machination tramée contre cette noble femme!

Puis il reprit d'une voix plus calme:

--Puis-je connaître le nom de l'accusateur et obtenir une copie de
l'acte d'accusation?

--Je regrette vivement, croyez-le, de ne pouvoir acquiescer à votre
demande. Du reste, toutes les pièces relatives à cette malheureuse
affaire ont été confiées hier au capitaine du _Neptune_ qui doit les
remettre à qui de droit. Si vous allez en France, vous pourrez les
consulter en vous adressant aux autorités judiciaires.

Le lieutenant n'insista pas.

M. Chartier de Lotbinière le reconduisit jusqu'à la porte et lui dit, en
lui serrant la main: Bon courage! mon cher ami.

--Merci! j'en aurai, et, avec la grâce de Dieu, je saurai à la fois
venger l'honneur d'une Canadienne loyale et confondre son lâche
accusateur!

En prononçant ces dernier mots, DeBeauregard pensait au capitaine Bonin.

                                   *
                                  * *

La semaine suivante, un petit bâtiment, l'_Hirondelle_, se préparait à
prendre la mer à destination de Bordeaux.

DeBeauregard, ayant obtenu du gouverneur un congé illimité, se rendait à
bord de ce vaisseau, en passant par la côte de la montagne, lorsque,
soudain, il vit au-dessus de sa tête un corbeau que tournoyait en
lançant des croassement sinistres.

Peu superstitieux, il ne fit aucun cas de cet oiseau qu'un poète a
surnommé _le chantre des funérailles_!

Après s'être débarrassé de son bagage, le lieutenant voulut se promener
sur le pont de l'_Hirondelle_, mais à peine y avait-il posé le pied, que
le corbeau s'élança derechef vers lui en recommençant son chant
lugubre...

Plus ahuri qu'effrayé, le voyageur s'enferma dans sa cabine, sortit de
sa poche un carnet, qui lui servait de journal, et y consigna les faits
les plus importants de la journée.

La même nuit, quand l'_Hirondelle_ déploya ses voiles et prit sa course
sur la mer houleuse, le lieutenant dormait d'un sommeil aussi agité que
les flots.

Six jours passèrent durant lesquels le voilier lutta sans cesse contre
les orages ou les vents.

L'_Hirondelle_ étain un vieux vaisseau qui avait résisté aux chocs de
nombreuses tempêtes, mais les blessures qu'il cachait dans ses flancs
s'élargissaient de plus en plus sous les coups des vagues en fureur.

Le septième jour, après une accalmie de deux heures, un tourbillon de
vent impétueux s'éleva tout d'un coup et désempara l'_Hirondelle_ que
renversé et vaincu, sombra corps et biens, à l'exception de trois hommes
qui réussirent à se cramponner à une chaloupe.

La frêle embarcation s'en alla au gré des flots, car ceux qui
l'occupaient n'avaient pas de rames pour la diriger. Les malheureux
manquaient aussi de nourriture...

    Notre existence infortunée
    Est le jouet des éléments.
    Une ironique destinée
    Semble insulter à nos tourments.
    Qui peut conjurer les tempêtes
    Et fixer les flots inconstants?
    La foudre éclate sur nos têtes
    Quand nous attendions un beau temps.

Un matin, par un temps clair, le capitaine d'un brigantin allant vers
Québec, aperçut au loin une chaloupe que les vagues ballottaient comme
une coquille de noix. Il s'en approcha à la hâte, et, à sa grande
surprise, y trouva trois hommes inanimés, qu'il crut malades ou
endormis. Mais quand les naufragés furent placés avec précaution sur le
pont du navire, le capitaine constata qu'il était en présence de trois
cadavres, dont deux marins et un militaire.

N'ayant rien trouvé sur les matelots qui pût servir à leur
identification, on jeta leur cadavre à la mer, après avoir observé le
cérémonial connu de tous les marins.

Mais sur le corps du militaire on trouva un carnet assez volumineux que
le capitaine sembla parcourir avec un vif intérêt. Et puis, rassemblant
tout l'équipage autour du mort, il lut à haute voix ces lignes que
portait le dernier feuillet:

«Il y a dix jours aujourd'hui que notre vaisseau _l'Hirondelle_ a péri.
Nous sommes probablement les seuls qui avons échappé au naufrage. Nous
étions alors si heureux et si excités, que nous chantions et pleurions à
la fois! Mais à cette joie délirante succédèrent bientôt l'angoisse et
la douleur. Car, n'ayant pas d'aviron pour conduire notre barque, ni de
nourriture pour nous soutenir en attendant des secours peut-être trop
tardifs, qu'allions-nous devenir? Nous regrettions presque de n'avoir
pas été engloutis avec tout l'équipage de _l'Hirondelle_...

«Oh! que de souffrances morales et physiques nous avons endurées depuis
le naufrage! Il est plus facile de les imaginer que de les décrire.

«L'autre jour, dans un moment de désespoir et de folie, l'un des
matelots voulut se suicider! Nous eûmes toute la peine du monde de
l'empêcher de commettre cet acte indigne d'un brave et d'un chrétien.

«Enfin, hier, mes deux compagnons d'infortune que je vois étendus à mes
pieds, les yeux grands ouverts et tournés vers le ciel, sont morts de
froid et de faim!

«C'est le sort que m'attend dans quelques minutes. Car la mort--comme le
noir corbeau que croassa à mes oreilles, à mon départ de Québec--plane
au-dessus de moi et effleure déjà ma tête de son aile sombre!

«J'aurais pourtant voulu vivre encore quelques semaines afin de pouvoir
remplir une tâche sacrée! Mais, puisqu'il me faut mourir à présent, je
fais au divin Maître le sacrifice de ma vie, et, en retour, je
Lui demande de sauver l'honneur d'une honnête femme que j'aime et que
j'avais juré de protéger contre d'ignobles persécuteurs!

«Vous qui trouverez mon cadavre et ceux de mes compagnons, priez pour le
repos de notre âme!...

«Hélas! la mort s'en vient: mes yeux ne voient presque plus la lumière,
et ma main tremble en traçant ces derniers mots que he ne pourrai même
plus relire:

    Adieu, belle France!
    Adieu, cher Canada!»

Au bas de la page le capitaine put déchiffrer la signature et la date
suivantes:

Lieutenant Jules DeBeauregard.

Ce 29 novembre 1690.

Tout l'équipage, ému jusqu'aux larmes, s'inclina pieusement devant la
dépouille de ce compatriote inconnu dont les accents exprimaient le plus
pur patriotisme.

Sur l'ordre du capitaine, le corps du lieutenant fut enseveli dans le
drapeau fleurdelisé et déposé dans un long coffre de pois que l'on remit
la semaine suivante aux autorités militaires de Québec.

                                   *
                                  * *

La nouvelle du naufrage de _l'Hirondelle_ et de la mort tragique du
lieutenant DeBeauregard se répandit en ville comme une traînée de poudre
enflammée et fit naître la tristesse dans tous les coeurs.

Le gouverneur, qui avait pour le défunt une profonde affection, ne
pouvait se consoler en songeant à la perte que faisait la
Nouvelle-France dans la personne de ce soldat sans peur et sans
reproche.

De toutes parts s'élevait un concert d'éloges à l'adresse du cher
disparu. On rendait hommage à ses qualités du coeur, de l'âme et de
l'esprit.

Les funérailles du lieutenant eurent lieu au milieu d'un immense
concours de citoyens accourus des coins les plus reculés de la colonie.

Il fut inhumé dans le cimetière catholique de la Haute-ville à côté d'un
jeune officier mort récemment au champ d'honneur.

Le capitaine Lemoyne DeMaricour, après avoir jeté une poignée de terre
sur le cercueil du lieutenant--et d'une voix que l'émotion faisait
trembler--prononça ces mots:

--Repose en paix! noble et vaillant défenseur de la patrie!


[Illustration: Front.]



                            LE JUGEMENT

                                ---

Trois mois ont fui depuis l'arrestation de madame DeBoismorel.

Le gouverneur vient de recevoir son courrier de France.

Après avoir pris connaissance de ses lettres, il s'empresse de lire les
journaux, afin de se renseigner sur les événements les plus récents.

Le siège de Québec et la défaite de Sir William Phips faisaient le sujet
de maints articles où l'on exaltait l'habileté de Frontenac et la
bravoure des habitants de la Nouvelle-France.

Le gouverneur, très flatté des éloges que lui décernaient tous les
journaux, allait replier la «Gazette des Tribunaux» qu'il venait de
parcourir, quand, soudain, il tressaillit en voyant ce titre imprimé en
gros caractères:

AFFAIRE DEBOISMOREL-AUBRY

Il dévora cet entrefilet, que nous mettons sous les yeux du lecteur:

«Une intrigue, ou plutôt une machination que le diable seul pouvait
inspirer, et qui avait pris naissance au Canada, contre l'éminent
gouverneur de ce pays et sa distinguée épouse, madame la comtesse de
Frontenac, vient d'avoir son dénouement à Paris.

«Les auteurs de cette infamie sont le frère et la soeur, le lieutenant
Paul Aubry, officier de notre marine, et la jeune veuve du vaillant
DeBoismorel, mort au champ d'honneur, en Acadie, et dont notre armée
pleure encore la perte.

«La malheureuse veuve, pour satisfaire une ambition aussi sotte que
coupable, a eu recours aux moyens les plus vils.

«Le nom glorieux qu'elle portait ne l'a pas retenue au moment de franchir
le gouffre qui sépare l'honneur du déshonneur. Plus que cela, il a été
établi que c'est cette femme qui a entraîné son trop faible frère dans
la vie d'un crime qui ne devait profiter qu'à elle seule. Aubry hésité
longtemps, paraît-il, à suivre sa soeur, à devenir complice, mais il a
finalement succombé!

«Les accusés furent très bien défendus par leur avocat, mais celui-ci ne
put convaincre le tribunal de leur innocence, car plusieurs documents,
surtout ceux qui furent trouvés au domicile d'Aubry, constituèrent une
preuve formidable contre eux.

«Le juge, dans ses remarques, se montra très sévère pour la veuve
DeBoismorel, et, quoiqu'il semblât avoir des sympathies pour le jeune
lieutenant qui jouissait dans la marine d'excellente réputation, il
déclara vouloir faire un exemple, et condamna les deux accusés à la même
peine, c'est-à-dire à un exil de douze ans, en dehors de la France et du
Canada.

«Le jour même de leur condamnation, le frère et la soeur furent conduits
par un agent de police jusqu'au Rhin, car ils avaient décidé d'aller
vivre en Allemagne.»

La lecture de cet article parut causer une grande satisfaction au comte
de Frontenac, car, le front rayonnant de joie, il appela Duchouquet et
lui dit:

--Lisez cette bonne nouvelle!

Duchouquet, après avoir lu attentivement, remit le journal au
gouverneur, en lui disant avec un large sourire:

--Notre ville, Excellence, est débarrassée d'une fameuse fripouille!

--Vous avez le mot juste, souligna Frontenac. Maintenant, ajouta-t-il,
pour récompenser le dévouement que vous avez montré en cette affaire,
comme en toute choses d'ailleurs, je vais donner instruction à mon
Intendant de tripler vos gages. Et, si vous continuez à me bien servir,
je vous promets que je penserai à vous quand je ferai mon testament.

--Merci! mille fois merci, Excellence! Moi, je promets de vous servir
fidèlement jusqu'à la mort!

Le maître et le serviteur ont tenu leurs promesses. Dans le testament
qu'il a dicté lui-même, le 22 novembre 1698, au notaire royal Genaple de
Belfond, l'illustre gouverneur a fait insérer la clause suivante:

«Donnant et léguant icelui Seigr. Testateur à Duchouquet, son vallet de
chambre, toute la garderobe consistant en ses habits, linge et autres
hardes d'icelle avec la petite vaisselle d'argent dépendant de la dite
garderobe; et ce en considération des services que le dit Duchouquet lui
a rendus jusqu'à présent.»

Pour compléter l'entretien que nous avons cité plus haut, nous devons
ajouter que, au moment où Duchouquet allait se retirer, Frontenac lui
dit:

--Et Louis Renaud, l'ex-messager de madame DeBoismorel, que fait-il
maintenant?

Il ne fait rien, Excellence, depuis l'arrestation de sa maîtresse.

--Pauvre petit! Je vais donner ordre à mon Intendant de l'indemniser de
la perte qu'il a faite. De plus, je veux qu'il soit employé au Château
Saint-Louis avec des gages qui lui permettent de vivre et d'aider sa
bonne famille.

--Oh! merci, Excellence! fit Duchouquet, en essuyant une larme de joie
perlant à ses paupières.

    Ce geste qui couronne
    L'acte d'un gouverneur
    Au front du ciel rayonne,
    Comme au Temple d'honneur!

                                ----

[Illustration: Front.]



                           LE MAL DU PAYS

                                ----

Transportons-nous en esprit à Munich, ville d'Allemagne, et capitale de
la Bavière.

Dans une jolie villa située sur les bords de la rivière Isar, vivait,
depuis cinq ans, un couple encore jeune dans lequel il était facile de
reconnaître le frère et la soeur, tant leur ressemblance était
frappante. Mais un observateur eut sans doute remarqué que certains
traits étaient plus adoucis chez l'homme que chez la femme, bien que
celle-ci fût d'une beauté peu ordinaire.

Ce couple gardait à son service deux domestiques, lesquels ne semblaient
avoir qu'une seule ambition: plaire à leurs bons maîtres et leur donner
sans cesse des marques de respect et de dévouement.

L'harmonie et le bonheur devaient régner sus les lambris de ce petit
palais entouré d'un vaste jardin d'où montait, avec le chant des
oiseaux, l'haleine parfumée des fleurs les plus rares.

C'était du moins l'opinion de tous ceux qui visitaient ce coin enchanté
de l'Isar et qui voyaient le frère et la soeur se promenant, bras
dessus, bras dessous--tel deux amants--à l'ombre des grands arbres.

Les gens du quartier les connaissaient sous le nom de Micali et ils les
croyaient italiens, car c'est la langue harmonieuse de Dante que
parlaient le frère et la soeur lorsqu'ils passaient dans les rues de
Munich. Cependant, au besoin, ils s'exprimaient assez bien en allemand.

Voilà tout ce que le Munichois savaient au sujet de ces deux étrangers
qui vivaient aussi retirés du monde que des ermites.

Un seul visiteur, deux ou trois fois la semaine, franchissait le seuil
de cette demeure. C'était le révérend Père Schultz, curé de l'église
Saint-Michel, un septuagénaire robuste et encore très alerte. Ce bon
vieillard était l'ami et le confident de ces étrangers.

Bien que les occupations et les distractions de nos solitaires fussent
toujours à peu près les mêmes, ils les reprenaient chaque jour avec une
égale ardeur.

La matinée était consacrée à la lecture ou à des travaux intellectuels.
Le frère se livrait à l'étude de la marine qu'il aimait passionnément,
et la soeur se familiarisait avec la musique, la langue et la
littérature allemandes.

Après le dîner, entre une heure et trois heures, tandis que la soeur
allait visiter les pauvres auxquels elle s'intéressait grandement, le
frère, vêtu de la salopette, travaillait dans le jardin avec son
serviteur. Puis entre trois et six heures, il faisaient une promenade
sur l'eau.

Micali s'était construit une légère et élégante embarcation à voiles et
à aviron, qu'il conduisait lui-même avec une habileté parfaite. Aussi
était-il admiré de tous les marins qui le rencontraient sur l'isar et
avaient surnommé sa barque la _Mouette_.

Le soir, quant le Père Schultz ne venait pas, Micali et sa soeur jouaient
aux échecs ou faisaient de la musique.

Alors, doit se dire le lecteur, ces deux personnes étaient les êtres les
plus heureux du monde. Oui, apparemment, mais les apparences sont
souvent trompeuses, et nous verrons bientôt ce qui manquait au bonheur
de ce joli couple que tant de gens regardaient avec envie.

Un matin, Micali et sa soeur étaient occupés à leurs études respectives,
quand la servante vint leur annoncer qu'un étranger les demandait.

--Vous a-t-il dit son nom? s'informa Micali.

--Non, môsieu, y m'aviont point dit son nom, mais c'est un Français qui
aviont de grandes moustaches.

--Un Français! dirent ensemble le frère et la soeur, en échangeant un
regard où se lisait l'inquiétude.

--Allons le voir! fit Micali.

En entrant dans le salon, la jeune femme ne put retenir ce cri:
Capitaine Bonin!

--Oui, chère madame DeBoismorel! dit le visiteur en s'avançant vers la
veuve, le sourire sur les lèvres et les mains tendues.

Mais madame DeBoismorel (car c'est bien elle que nous retrouvons ici) se
recula comme à l'approche d'un serpent et demanda au capitaine:

--Que venez-vous faire ici?

--Comment, chère madame, pouvez-vous me poser cette question? Je suis
venu vous présenter mes plus respectueux hommages et vous assurer que,
malgré la condamnation qui a été prononcée contre vous, j'ai encore pour
votre gracieuse personne la même affection que je vous ai déclarée il y
a cinq ans... Ah! si vous saviez tout ce que j'ai souffert depuis votre
départ de Québec! Pour vous revoir, j'ai abandonné une carrière que
j'avais honorée, il me semble, en me battant comme un lion durant le
siège de Québec. Oui, pour vous revoir, j'ai déserté l'armée, qui
n'avait pas su d'ailleurs reconnaître les sacrifices que j'avais faits
pour elle, et, aujourd'hui, de plus en plus indigné, je maudis la
France...

--Taisez-vous, misérable! s'écria Paul Aubry, en se montrant à Bonin.
Vous avez eu la lâcheté de déserter l'armée et vous osez maudire notre
bien-aimée patrie, la France!

--Oh! pardon... excusez! bégaya Bonin--Vous êtes sans doute le
lieutenant Paul Aubry, le distingué frère de madame DeBoismorel? Que je
suis donc heureux de vous rencontrer! Mais, entendons-nous, lieutenant;
je croyais être agréable à votre chère soeur en maudissant la France qui
l'a condamnée à l'exil. Car, à vrai dire, je l'aime bien la France,
malgré ses erreurs... Oui, je l'aime, cette chère France pour laquelle
j'ai versé quelques gouttes de mon sang... Vous ignorez sans doute,
monsieur et madame, que dans les derniers jours de la bataille contre
l'amiral Phips, une balle anglaise m'effleura l'épaule droite. Je dus me
rendre à l'hôpital où les bons soins que je reçus firent heureusement
disparaître les traces de ma blessure.

Le lieutenant Aubry répondit à cette tirade échevelée par un éclat de
rire méprisant.

--Quoi! vous riez, lieutenant? C'est pourtant la vérité que je vous dis
là. Ah! vous n'auriez pas la cruauté de rire si vous saviez toute la
peine que je me suis donnée, depuis cinq ans, pour retrouver votre
charmante soeur! N'ayant pu obtenir son adresse, j'ai parcouru
l'Allemagne en tous sens, et ce n'est que par un heureux hasard que j'ai
découvert votre retraite...

Puis, s'adressant à madame DeBoismorel, il dit avec des trémolos dans la
voix:

--Oh madame, vous que je retrouve enfin plus belle que jamais,
permettez-moi de déposer à vous pieds le sincère tribut de mon
admiration, de mon respect et d'un amour qui ne s'éteindra qu'avec ma
vie.

Bien chère madame, voulez-vous être ma femme?...

Après avoir exprimé cette demande aussi inattendue que ridicule, Bonin
s'agenouilla et comme il eût fait devant une madone.

--Allons, capitaine, relevez-vous! lui dit madame DeBoismorel. Un homme
ne doit s'agenouiller que devant Dieu! D'ailleurs, cessons, voulez-vous?
cette scène qui a déjà duré trop longtemps, et raisonnons un peu.

Nous n'avons jamais maudit la France, mon frère et moi. Nous avons, il
est vrai, dans les premiers jours qui ont suivi notre condamnation,
prononcé contre la France et même contre Dieu des paroles amères--moi
plus que mon frère--, car je n'étais pas une dévote, vous le savez, et
je remplissais très mal mes devoirs de catholique.

L'ambition et la soif des honneurs seules réglaient toutes mes actions.
Je croyais aussi à l'empire de cette beauté du visage que vous et tant
d'autres ne cessiez de vanter chez moi, et cette stupide croyance été la
cause de ma perte.

Ayant rêvé de devenir, grâce au divorce, l'épouse du noble comte de
Frontenac, j'eus recours au mensonge et à la plus noire calomnie pour
briser les liens sacrés qui l'unissaient à la comtesse.

Il me fallait un complice, et j'osai demander à mon frère de me prêter
son concours pour atteindre la fin que je me proposais. Mon frère me
conseilla de renoncer à ce projet qui lui paraissait aussi insensé que
déloyal. Mais, au lieu de suivre les conseils que la raison, la foi, le
patriotisme et même la prudence lui avaient inspiré de me donner, je me
moquai de ce que j'appelais de sots scrupules, et je m'élançai dans une
voie où les obstacles me semblaient faciles à renverser.

Mais je m'aperçus bientôt que, seule, je ne pourrais jamais arriver à
mon but, et je priai et suppliai mon frère de m'aider. Il me refusa
encore son aide. Alors, dans un moment de colère et d'aberration, je lui
écrivis pour le traiter de lâche, de frère sans coeur, et que sais-je.

Blessé sans doute dans son honneur, il ne daigna pas répondre à ma
lettre.

J'aurais dû comprendre mes torts et me rendre enfin aux sages conseils
qu'il m'avait donnés.

La voix de la conscience me disait parfois que je suivais une route
dangereuse, mais l'ambition étouffa dans mon âme cette voix salutaire.

J'écrivis encore à mon frère pour faire appel à son amour en faveur
d'une soeur qui le considérait comme son unique protecteur en ce monde;
je terminais en lui demandant d'écrire une lettre, une toute petite
lettre au gouverneur pour lui dire--ce qui était vrai--que la comtesse
de Frontenac était choyée à la cour de Louis XIV et qu'elle paraissait
se soucier fort peu de son mari.

Mon frère, par faiblesse, et par un reste d'affection pour moi, écrivit
cette lettre.

C'était le premier pas dans la voie où je voulais l'entraîner et qui,
dans mon fol orgueil devait nous conduire aux suprêmes honneurs!

Un peu plus tard sollicité encore avec toutes les instances possibles,
mon frère consentit à écrire de nouveau au gouverneur, pendant que moi
j'adressais à la comtesse, à paris, les lettres les plus infamantes
contre son époux...

Vous savez le reste. Nous fûmes condamnés par un tribunal honorable, et
nous expions tous les deux en exil une peine que je devrais seule
expier.

Ceux qui nous connaissent ici sous le nom de Micali, comme tus ceux qui
nous voient passer dans les rues de Munich, nous prennent sans doute
pour des être parfaitement heureux et dont le passé est aussi clair que
le cristal de l'eau, mais s'ils pouvaient entendre nos conversations
intimes te les mots de douleur et de regrets que le cauchemar nous
arrache la nuit, ils n'auraient pour nous que du mépris ou de la pitié.

C'est Dieu, capitaine, qui nous a donné ce calme et cette force de
paraître heureux aux yeux du monde. Il nous les a donnés parce que nous
sommes revenus sincèrement à lui et que nous voulons désormais le
servir. Il nous les a donnés aussi, sans doute, parce que nous nous
proposons, quand aura sonné le dernier jour de notre exil, de retourner
en France pour consacrer à cette chère patrie notre coeur et notre vie.

On entend souvent dire ici que l'Allemagne est le pays par excellence de
la liberté. C'est peut-être le cas. Mais nous croyons, nous, qu'un vrai
Français ne pourra jamais s'attacher à l'Allemagne, parce que les goûts,
la mentalité et l'esprit d'un Français sont bien supérieurs aux goûts, à
la mentalité et à l'esprit d'un Allemand. Et quant on a eu, comme vous
et nous, le bonheur d'être né et d'avoir grandi en France, il nous
semble qu'il est impossible de se séparer pour toujours de ce foyer où
fleurissent les arts les sciences, les vertus, le désintéressement et
l'héroïsme!

Oh! ne m'en voulez pas, capitaine si je ne puis accepter et partager
l'amour que vous éprouvez pour moi. Je n'en ai qu'un seul maintenant,
c'est l'amour de la patrie!

Rappelez-vous la belle devise «Dieu et Patrie» qui brillait à tous les
regards à Québec, le 5 novembre 1690 au lendemain de la victoire de
Frontenac sur l'amiral Phips.

Eh! allez rejoindre notre invincible armée afin d'acquérir une nouvelle
part de la gloire que la France réserve à ceux qui combattent
vaillamment sous son drapeau!

--Madame, dit Bonin rageur, votre confession et votre langage de
religieuse mal froquée ne font pas plus d'effet sur moi qu'une goutte de
pluie sur l'aile d'un canard!

Puisque vous repoussez ma demande, je ne retournerai jamais dans mon
pays. De plus, et c'est mon dernier mot, écoutez-le bien: Je me moque de
votre Dieu, je déteste l'armée et, encore une fois, je maudis la
France...

--Sortez, canaille! s'écria Paul Aubry en saisissant Bonin par le bras.

Bonin, s'étant défait de l'étreinte de Paul Aubry, osa lui dire:

--Vous n'êtes qu'un lieutenant _dégradé_ tandis que moi je garde encore
mon titre de capitaine!

Paul Aubry ouvrit la porte, empoigna l'insolent par les épaules et lui
administra un maître coup de pied qui envoya le drôle rouler dans la
poussière...

A travers les rideaux, Aubry et sa soeur virent Bonin se relever
péniblement et s'éloigner en se frottant les reins...

Les deux exilés, que les blasphèmes du misérable avaient vivement
impressionnés, ne purent reprendre ce matin-là leurs études si
brusquement interrompues.

--François! appela Aubry.

Et la bonne figure de ce fidèle serviteur, que le lecteur connaît,
apparut aussitôt.

--Monsieur m'a appelé?

--Oui, mon cher François; nous allons arracher les arbrisseaux qui nous
cachent un peu la vue de l'Isar.

--Très bien! monsieur.

Et le maître et le serviteur se mirent à l'ouvrage.

                                   *
                                  * *

Le lecteur, nous en sommes sûr, n'est nullement surpris de retrouver
François et Henriette, en Allemagne, au service de madame DeBoismorel.
Ces serviteurs, dont on connaît le dévouement, eussent suivi leur bonne
maîtresse jusqu'au bout du monde, sans s'occuper de ses démêlés avec le
gouverneur de la Nouvelle-France et la comtesse de Frontenac!

Après sa condamnation, madame DeBoismorel, qui était très riche (ayant
hérité à la mort de son mari une fortune de 400,000 francs) avait
transmis à son notaire, Claude Aubert, l'autorisation de vendre la belle
propriété qu'elle possédait à Québec, de retirer les valeurs qu'elle
avait placées en sûreté et de lui envoyer le tout à Munich. Le notaire
s'était conformé scrupuleusement à ses instructions.

Elle avait en même temps écrit à sa servante--qui était une paysanne
bretonne--de venir la rejoindre en Allemagne.

Henriette s'était embarquée sur le premier navire en partance pour
accourir vers sa maîtresse.

Madame DeBoismorel et son frère étaient allés demeurer à Munich sur
l'avis d'un ami de leur famille. Cet ami, qui avait séjourné quelque
temps en cette ville, informa la veuve qu'elle pourrait y acheter la
villa «Vilhelm», située sur les rives de l'Isar.

Elle en fit l'acquisition en arrivant à Munich.

Une semaine après la visite de Bonin, Paul Aubry allait sortir de sa
demeure, lorsqu'il se trouva face à face avec un monsieur galonné qui lui
demanda s'il était M. Micali.

--Oui, monsieur.

--Puis-je avoir le plaisir de causer quelques instants avec vous?

--Sans doute, monsieur; veuillez entrer.

Après s'être assis confortablement dans le fauteuil que Paul Aubry lui
avait désigné, le visiteur dit:

--Je suis monsieur Von Dosher, le bourgmestre de Munich.

--J'ai le grand honneur de vous connaître de réputation depuis
longtemps, dit Paul Aubry, en saluant respectueusement le personnage.

--Ah! vraiment?

--Oui, monsieur s'entends souvent vos administrés faire votre éloge.

Le bourgmestre parut flatté des paroles de Paul Aubry, car il reprit
avec un bon sourire:

--Je pourrais me servir des mêmes termes à votre adresse.

Etant obligé de connaître, autant que possible, les étranger qui
résident en notre ville, et ayant le bonheur d'appartenir comme vous à
la religion catholique, j'ai demandé des renseignements sur votre compte
à votre curé, le révérend Père Schultz, et voici ce qu'il m'a dit en
parlant de vous et de votre soeur:

«Plût à Dieu que tous les étrangers qui habitent l'Allemagne leur
ressemblassent!»

--Je suis vraiment charmé et confus de la bonne opinion que le révérend
Père Schultz a de nous, fit Paul Aubry.

--Maintenant, cher monsieur, voici le sujet qui m'amène ici. Je serai
franc avec vous. J'ai eu l'autre jour la visite d'un officier français
qui m'a informé que vous et votre soeur portiez le nom de _Micali_ qui
n'est pas le vôtre, et que votre nom véritable est _Aubry_. Il m'a dit
aussi que vous êtes Français et non Italien, bien qu'on ne vous entende
causer qu'en italien.

--Tout cela est vrai, monsieur le bourgmestre; mais je dois ajouter que
le nom de Micali est un peu et même beaucoup le nôtre, puisqu'il est le
nom de notre regrettée mère, laquelle est née à Naples et a habité
l'Italie jusqu'à son mariage.

C'est aussi en mémoire de notre bonne mère que nous parlons souvent la
langue italienne.

--Ce sentiment vous honore grandement, reprit le bourgmestre, mais la
loi de notre pays, comme celle des autres pays, je suppose, veut que les
enfants portent le nom de leur père, et j'ai le devoir de vous dire que
vous devrez, à l'avenir, rendre le nom de Aubry, et votre soeur celui de
DeBoismorel, qui était m'a-t-on affirmé, le nom de son défunt mare.

--Très bien, monsieur le bourgmestre.

--Il vous faudra, le plus tôt possible, faire rectifier ces erreurs par
le greffier de notre cité, M. Von Zurich. Et pour vous éviter des
ennuis, je vais vous donner quelques mots que vous présenterez à M. le
greffier.

Puis le bourgmestre écrivit trois ou quatre lignes qu'il remit à Paul
Aubry.

--Nous irons voir M. Von Zurich aujourd'hui même, dit le pseudo-Micali,
en remerciant avec effusion l'aimable et obligeant bourgmestre.

En effet, dans le cours de la journée, les deux exilés firent
régulariser leur état civil.

Bonin n'était vengé qu'à demi, car il avait espéré que sa dénonciation
amènerait l'arrestation de ceux qu'il considérait maintenant comme ses
pires ennemis.

                                   *
                                  * *

Depuis la visite du bourgmestre à la villa «Vilhelm», plusieurs mois
s'étaient écoulés sans apporter aucun changement dans la vie paisible
mais très monotone que menaient Paul Aubry et sa soeur.

Le poids de l'exil pesait sur eux comme un manteau de plomb.

Paul Aubry, qui aimait de tout son coeur la marine et la France,
souffrait un véritable martyre en se voyant, dans la force de l'âge,
voué à l'inaction. Mais il lui répugnait d'aborder ce sujet douloureux
devant sa soeur que, elle, se reprochait amèrement d'avoir brisé la
carrière de son frère.

Il préférait confier ses chagrins au bon père Schultz ou, mieux encore,
les supporter en silence.

Sans être un favori de Muses, Paul Aubry aimait parfois à exprimer en
vers ses tristes pensés. Mais c'est à l'insu de sa soeur qu'il cultivait
la poésie.

Un jour, en ouvrant un volume qu'elle voulait lire, madame DeBoismorel y
trouva un feuillet sur lequel son frère avait écrit trois strophes sous
ce titre: France!

Comme elle était une excellente musicienne, elle composa un air sur les
paroles qu'elle venait de trouver.

Le même soir, ayant été invitée par son frère à faire de la musique,
elle lui dit:

--Écoute ce chant nouveau:

FRANCE!

    France! il n'est pas de pays en ce monde
    Qu'on puisse aimer autant que nous t'aimons!
    Un seul jour loin de ta terre féconde
    Parait un siècle à nous qui te pleurons!

    Oh! que l'exil dont nous portons la chaîne
    Depuis six ans, est un supplice affreux...
    Mon Dieu! mettez un terme à notre peine
    En nous ouvrant le pays des aïeux!

    «Courage, enfants, vous reverrez la France.»
    Nous dit un soir notre bon vieux pasteur.
    Ce mot d'espoir calme notre souffrance
    Et verse en nous un rayon de bonheur!

Madame DeBoismorel dit à son frère, en l'embrassant:

--Me pardonnes-tu, chéri, d'avoir mis ta poésie en musique sans ta
permission?

--Oui, je te pardonne, parce que la richesse de la musique fait oublier
la pauvreté des vers.

--Flatteur et modeste, va!

--Dis donc, reprit-elle as-tu remarqué que «notre bon vieux pasteur»
n'est pas venu ici depuis deux semaines; serait-il malade?

--Non, il est absent de Munich pour quelque temps, m'a dit l'autre jour
son vicaire.

[Illustration: Déco.]



[Illustration: Front.]



                             UNE SURPRISE

                                  ---

--Bonjour, mes amis! dit le Père Schultz, en rejoignant Paul Aubry et sa
soeur que se promenaient dans le jardin.

--Oh! bonjour, révérend Père! s'exclamèrent ensemble les promeneurs.
Comment vous portez-vous?

--Mais à merveille, mes amis! comme à l'âge de cinquante ans!

--Tant mieux! fit madame DeBoismorel; nous vous avions cru malade, mais
on nous a appris que vous étiez absent de Munich.

--Oui, j'ai fait un petit voyage dont je suis très satisfait.

Et la bonne figure du Père exprimait en effet le plus vif contentement.

Pendant qu'il s'entretenaient familièrement, le facteur vint remettre à
Paul Aubry deux larges plis, l'un à son adresse, et l'autre à l'adresse
de sa soeur.

Deux lettres à la fois constituaient un événement pour eux qui
n'entretenaient plus de correspondance. Aussi est-ce en tremblant qu'ils
reçurent les lettres.

Le père Schultz, voyant leur émotion, s'excusa de ne pouvoir rester plus
longtemps en leur aimable compagnie, et il s'éloigna en souriant d'une
façon mystérieuse.

Les lettres étaient de la même écriture et portaient le timbre de Paris.

--De qui donc peut-elle venir! se demandant tout haut madame DeBoismorel
en examinant curieusement l'enveloppe qu'elle hésitait à ouvrir.

--De Madame la comtesse de Frontenac! s'écrie son frère qui avait déjà
ouvert et lu sa lettre.

--La comtesse de Frontenac! répondit comme un écho madame DeBoismorel...

Oui, ces lettres venaient bien de la comtesse de Frontenac et elles
étaient rédigées à peu près dans les mêmes termes.

Voyons ce que la «Divine» écrivait à Paul Aubry:

Paris, 27 avril 1696.

«Mon cher lieutenant,

«Je suis heureuse de vous informer qu'à la sollicitation pressante du
Révérend Père Schultz, curé de l'église Saint-Michel, à Munich, où vous
et votre soeur résidez depuis six ans, j'ai demandé votre grâce à notre
illustre roi, et que Sa Majesté me l'a accordée sans aucune réserve.

«Munie de cette haute autorisation, j'ai fait les démarches requises
auprès du tribunal qui avait prononcé l'arrêt contre vous et madame
DeBoismorel, et j'ai eu le bonheur de faire rescinder la sentence qui
vous condamnait tous les deux à douze ans d'exil, en dehors de la France
et du Canada.

«Donc, à dater de ce jour, vous êtes libre, et vous pourrez, si vous le
désirez, reprendre votre service dans la marine.

«Je vous communiquerai toutes les pièces officielles qu'on a bien voulu
me remettre relativement à votre mise ne liberté.

«Avant de venir me voir, le Révérend Père Schultz avait écrit à Monsieur
le comte de Frontenac pour implorer son pardon en votre faveur.

«La réponse du Gouverneur du Canada ne se fit pas attendre.

La voici: Je pardonne de grand coeur à ces malheureux compatriotes,
parce que je crois comme vous à leurs regrets sincères. Ils ont déjà
réparé leurs fautes par une conduite que je ne puis m'empêcher
d'admirer.

«Puissent-ils désormais faire honneur aux beaux noms qu'ils portent et
servir fidèlement le roi et la France!»

«Inutile d'ajouter que moi aussi, je vous pardonne volontiers tout le
tort que vous avez voulu me causer.

«Agréez, avec mes meilleurs souhaits, l'assurance de mon humble
protection quand vous serez de retour dans notre cher pays.»

ANNE DE LA GRANGE,

Comtesse de Frontenac.

Je renonce à décrire ce que ressentaient en ce moment Aubry et sa soeur.
Ils riaient, pleuraient, se félicitaient, s'embrassaient ou faisaient
des pas mesurés dans les allées en s'accompagnant de la voix. Cette
nouvelle inattendue les avait jetés dans un vrai délire!

--François! cria Henriette, je croyons que môsieu et môdame étiont
mâlades... Allons voêr dans le jardin.

François comprit du premier coup d'oeil la cause de cette exaltation, et
il se mit à applaudir de ses larges mains.

Henriette, elle, que finit par comprendre à son tour, dit, en pleurant
de joie:

--C'étiont le plus biau jour de mâ vie!

.............................................


Deux semaines plus tard, après avoir vendu la villa «Vilhelm», accompli
plusieurs actes de charité, et remercié chaleureusement le Révérend Père
Schultz, leur véritable sauveur, le lieutenant Aubry et sa soeur
reprenaient, l'âme en fête, le chemin du pays natal.

Leur première visite, en arrivant à Paris, fut pour Madame la comtesse
de Frontenac, qui résidait à _l'Arsenal_, où le duc Du Lude, grand
maître de l'artillerie, lui avait donné une hospitalité viagère.

La comtesse les accueillit de la manière la plus cordiale et leur remit
les précieux documents qui les réhabilitaient dans tous leurs droits.

Aubry et sa soeur surent trouver les mots justes en exprimant leur
gratitude à cette noble femme qu'il se reprochaient encore d'avoir si
sottement calomniée.

--N'en parlons plus, voulez-vous? fit la comtesse avec son fin sourire.

Comme les visiteurs allaient se retirer, la comtesse demanda à Paul
Aubry s'il avait l'intention de rentrer dans la marine.

--Oh! oui, madame la comtesse! répondit-il. Mon plus grand désir est de
servir la France, et, s'il le faut, de mourir our elle!

--Très bien, très bien! mon cher lieutenant.

Puis, se tournant vers madame DeBoismorel, elle, interrogea:

--Et vous, madame?

--Moi, madame la comtesse, je veux continuer toute ma vie à réparer mes
torts en employant ma fortune au soulagement des pauvres...

La comtesse, très émue, baisa au front la jolie repentante, et elle
serra la main de Paul Aubry, qui était fier et heureux de s'entendre
appeler, pour la première fois depuis six ans _mon cher lieutenant_.

[Illustration: Front.]



                              ÉPILOGUE

                                ---

Bien des événements se sont passés dans le cours rapide des trois
dernières années.

Le gouverneur Frontenac est mort (28 novembre 1698) dans les sentiments
d'un bon chrétien, et après avoir reçu tous les secours de la religion.
Sa mort causa des regrets profonds et universels.

Madame DeBoismorel et son frère ressentirent de la tristesse en
apprenant cette nouvelle. Et convaincus que la prière est la plus haute
expression des regrets, ils prièrent et firent célébrer plusieurs messes
à l'intention du défunt, qui avait été un gouverneur aussi respecté que
redouté, un grand guerrier, un administrateur habile, un bienfaiteur
public.

Mais, comme dit le proverbe, les jours se suivent et ne se ressemblent
pas. Et de même u'après la pluie vient le beau temps, de même après la
tristesse vient la joie.

Le lieutenant Paul Aubry est au comble des ses voeux; il a obtenu dans
la marine une très belle promotion. Il l'a bien méritée, car c'est un
officier valeureux et qui a le coeur plein de ses devoirs. Le lieutenant
aime ses hommes et il est chéri d'eux.

Madame DeBoismorel est contente de son sort. Elle a réalisé un désir
qu'elle caressait depuis longtemps, celui de fonder un hospice dans un
des quartiers les plus pauvres de Paris.

Le roi, à la demande de la comtesse de Frontenac, a contribué très
libéralement à l'établissement de cette maison qui abrite déjà plusieurs
vieillards.

Notre héroïne, sans avoir l'habit religieux, assiste les bonnes soeurs
dans tous leurs travaux.

Sous le modeste vêtement qu'elle porte, on reconnaîtrait difficilement
la coquette qui fut naguère l'idole de la société aristocratique de la
Nouvelle-France.

Cependant elle est toujours belle, mais d'une beauté qui la rend plus
aimable aux yeux de tous, parce que cette beauté est le reflet d'une âme
épurée au creuset des épreuves.

                                   *
                                  * *

François et Henriette--demandera peut-être le lecteur--que sont-ils
devenus?

Ils ont voulu suivre à l'Hospice Saint-Michel leur bonne maîtresse, mais
celle-ci leur a dit:

--Non, non! mes amis! Votre place n'est pas là; elle est dans votre
petite patrie, la Bretagne.

--Mais, madame, qu'irons-nous faire en Bretagne? osa interroger
François.

--Tenez, mes amis, allons droit au but. Je vous cannais assez pour
savoir que vous éprouvez l'un pour l'autre ce noble sentiment que Dieu a
mis dans nos coeurs et qui s'appelle l'amour. Or quand on s'aime, on se
marie!

--J'y ai déjà pensé, dit François en rougissant.

--Et moé itou, roucoula Henriette...

--Alors, c'est une chose convenue, n'est-ce pas? Je mettrai vingt mille
francs dans la corbeille de mariage.

Avec cette somme et les économies que vous avez faites, vous pourrez
acheter une jolie ferme dans les environs de Saint-Brieuc. Et voilà!...

Un mois plus tard, l'aumônier de l'Hospice Saint-Michel bénit l'union de
François Hoël, âgé de 36 ans, et de Henriette Guerech, âgée à peine de
28 ans.

Nous ajouterons que les nouveaux époux filent maintenant le parfait
amour _à la mode de Bretagne_.

Puissent-ils vivre heureux et... avoir plusieurs enfants qui leur
ressemblent!

[Illustration: Déco.]


[Illustration: Front.]



APPENDICE



[Illustration: Armes de Frontenac.]

ARMES DES FRONTENACS

_D'azur, à trois pattes de grifon d'or._


                               ---

                        PORTRAIT DE FRONTENAC

La photographie du portrait de Frontenac que nous publions dans cette
nouvelle a été prise par la Cie J.-E. Livernois. Elle est une
reproduction fidèle de la statue de l'illustre gouverneur qui figure dans
une des niches de notre Palais législatif.

Cette photographie nous a été gracieusement prêtée par l'éminent
archiviste provincial, M. Pierre-Georges Roy, et elle fait partie de sa
riche collection des portraits de nos homme célèbres.

[Illustration: Déco.]


[Illustration: Front.]



                      GÉNÉALOGIE DES BUADES[3]

                                 ---

Les Buades sortaient d'une maison illustre en Guïenne. Lorsque le roi de
Navarre, père du Béarnais, devint gouverneur de cette province, les
Buades s'attachèrent à son service. Le célèbre protestant, Agrippa
d'Aubigné, mentionne souvent dans ses _Mémorise_ un Frontenac, _Écuyer_
(aide-de-camp), comme lui, auprès des Béarnais dans les années qui
suivirent 1573. Ce Frontenac était Antoine de Buade.

[Note 3: Cf: Michel de Marolles: Mémoires, tome II, édition d'Amsterdam,
1755.]

Antoine de Buade, seigneur de Frontenac, baron du Palluau, était
conseiller d'État, capitaine des châteaux de St-Germain-en-Laye, et
premier maître d'hôtel du Roi.

Il était fils de Geoffroy de Buade, seigneur de Frontenac en Agenois, et
d'Anne Carbonnier ou de Carbonière. Il épousa Anne de Roque-Secondat, de
laquelle il eut, entre autres enfants: Roger de Buade, abbé d'Obazine;
Henri de Buade, comte de Palluau et de Frontenac qui, d'Anne
Phélippeaux, fille de _Raymond_ Phélippeaux, seigneur d'Herbaud,
trésorier de l'Épargne, puis secrétaire d'État et de Claude Gobelin,
laissa _Louis de Buade_, comte de Frontenac qui suit: Anne de Buade,
femme de François d'Espinay, marquis de Saint-Luc, chevalier de l'Ordre
du Saint-Esprit, lieutenant-général au gouvernement de Guïenne, et
Henrye de Buade[4] femme de Henri-Louis Habert, seigneur de Montmort,
doyen des maîtres des requêtes de l'hôtel du Roi, l'un des Quarante de
l'Académie française, morte le 26 octobre 1676.

[Note 4: Henrye, vieille orthographe féminine du mot Henry: nous
écrivons aujourd'hui: Henriette.]

Louis de Buade, comte de Frontenac et de Palluau, fut nommé gouverneur
de la Nouvelle-France, ou du Canada, en 1672, et une seconde fois en
1689 et mourut à Québec le 28 novembre 1698, en sa 78ième année. Il
avait épousé Anne de la Grange-Trianon, fille de Charles de la Grange,
seigneur de Trianon, maître des comptes à Paris, et de Françoise
Chouque, sa troisième femme, morte (Madame de Frontenac) à paris, le 30
janvier 1707[5]. Il en eut François de Buade de Frontenac, tué à
l'Estrunvic, en Allemagne, servant le Roi dans ses armées.[6]

[Note 5: Cf: Dictionnaire de Biographie et d'Histoire, pp. 622 et
623. (Note de l'auteur: Madame de Frontenac, à sa mort, était âgée de 75
ans environ).]

[Note 6: Cf: Histoire Générale et Chronologique de la Maison Royale de
France, etc. par le P. Anselme.]

----


[Illustration: Front.]



                        LE COEUR DE FRONTENAC

                                 ---

                  (LA LÉGENDE DU COFFRET D'ARGENT)

«La mort du comte de Frontenac fut, pour ses ennemis, l'occasion et le
sujet d'une anecdote scandaleuse dont les auteurs masqués, ils le sont
encore dans notre histoire, se promettaient grand succès. Ce potin-là,
un chef-d'oeuvre de haine et de perfidie, devait sûrement tuer, et à
brève échéance, la bonne renommée de madame de Frontenac, la perdre sans
retour dans l'estime de ses contemporains en attendant que l'histoire
confirmât, sans recours d'appel, le verdict infamant prononcé en
première instance par le Jury, toujours incompétent, de l'opinion
publique.

«Par bonheur pour la mémoire de la _Divine_, l'Histoire, siégeant en
permanence, n'a point adopté la procédure des Cours de Justice. Les
enquêtes ouvertes devant son tribunal n'y sont jamais closes; les
témoins nouveaux toujours entendus, les nouvelles preuves toujours
admises, si tard qu'on les présente et à quelqu'étape que l'on en soit
rendu dans l'instruction de la cause. Ce qui me permet de plaider ice en
cassation du jugement rendu.

«_On avait donc entendu dire_ qu'a la mort de Monsieur de Frontenac, son
coeur, enfermé dans une boîte de plomb--d'autre prétendent coffret
d'argent--avait été envoyé à la comtesse sa femme qui l'avait
orgueilleusement refusé, disant: «_qu'elle ne voulait point d'un coeur
mort qui, vivant, ne lui avait point appartenu!_»

«Et cette calomnie, faisant boule de neige, se grossissait, comme à
plaisir, de détails inédits autant que persuasifs. Ainsi, le racontar
nommait avec un bel aplomb le révérend Père récollet dont la mission
charitable avait si piteusement échoué auprès de l'inexorable _Divine_
et qui, plus honteux qu'un renard qu'une poule aurait pris, _s'en était
revenu placer le coeur répudié de Frontenac sur son cercueil_ où tous
deux dormirent ensemble près de cent ans (1699-1796), comme la _Belle au
Bois_ des contes de Perrault. Puis était advenu l'incendie du couvent de
Récollets: alors cercueil et coffret s'en étaient allés, toujours de
compagnie, continuer leur somme à la cathédrale de Québec, _primo loco_
sous la chapelle de Notre-Dame-de-Pitié, et, _secondo loco_, sous le
parvis du sanctuaire de la chapelle Sainte-Anne, dans la même église,
etc., etc. Toutes et chacune des dites pérégrinations constatées par
moult bons témoins.

«Or, cette malice posthume n'a pas été _conservée_ mais _inventée_ par
la tradition. Cette tradition, rien moins qu'historique, n'est pas
d'origine française, mais canadienne, québécoise seulement. Imaginée de
ce côté-ci de l'Atlantique, cette anecdote malveillante n'est rapportée
par aucun des chroniqueurs et des historiographes français du 17ième ou
18ième siècle. Rendons hommage, je ne dirai pas à la sagacité, mais au
simple bon sens de ces écrivains: aucun d'eux ne fit à cet odieux potin
l'honneur de le prendre au sérieux, de le considérer comme un commérage
vraisemblable.

«Seuls, quelques auteurs canadiens-français osèrent lui donner asile
dans leurs ouvrages au risque d'en compromettre l'autorité auprès des
gens sérieux[7]. Sans constater, au préalable, si cette anecdote était
fille légitime de l'Histoire, ou enfant naturelle de la Fable, ils la
publièrent dans leurs livres. Puis les journaux, les revues, s'en
emparèrent et la vulgarisèrent à leur tour dans l'esprit des foules.
Mais un roman qui, plus que toutes les oeuvres littéraires et
historiques de ces auteurs réunies, répandit cette anecdote au quatre
coins de la province de Québec, est indéniablement le _François de
Bienville_ de M. Joseph Marmette, publié en 1870.

[Note 7: Il convient de remarque aussi que nos grands auteurs, les trois
historiens canadiens-français Garneau, Ferland, Laverdière, l'ignorent
absolument.]

«Voici, en effet, ce que nous lisons, en note, au pied de la page 270 de
la première édition:

«Frontenac, comme chacun sait, mourut en 1698 et fut enterré dans
l'église des Récollets[8]. Lors de l'incendie de cette église, le six
septembre 1796, on releva les corps qui y avaient été inhumés. Ceux des
personnages importants, entre autres celui de M. de Frontenac, furent
inhumé dans la cathédrale, et, dit-on sous la chapelle de
Notre-Dame-de-Pitié. Les cercueils en plomb qui, paraît-il, étaient
placés sur des barres de fer dans l'église des Récollets, avaient été en
partie fondus par le feu. On retrouva dans celui de M. de. Frontenac une
petite boîte en plomb qui contenait le coeur de l'ancien gouverneur.
D'après une tradition, conservée par le Frère Louis, récollet, le coeur
du comte de Frontenac fut envoyé, après sa mort, à sa veuve. Mais
l'altière comtesse ne voulut pas le recevoir, disant: qu'elle ne voulait
pas d'un coeur mort qui, vivant, ne lui avait pas appartenu. La boîte
qui le renfermait fut renvoyée au Canada et replacée dans le cercueil du
comte où on la retrouva après l'incendie.»

[Note 8: Une clause du testament de Frontenac ordonnait expressément
qu'il fut enterré dans l'église des Récollets. Le gouverneur avait
toujours été leur syndic apostolique au Canada. Les Récollets ont joui
de la faveur constante des Frontenacs, etc., etc.]

«M. Marmette ajoutait: «Ces précieux détails me sont fournis par mon
ami, aussi bienveillant qu'éclairé, M. l'abbé H.-R. Casgrain.»

«L'année suivante, 1871, Mgr Tan publiait le premier tome de son fameux
_Dictionnaire Généalogique_. La légende racontée à M. Joseph Marmette
par son ami l'abbé Raymond Casgrain s'y trouvait reproduite. En
l'acceptant dans son livre, l'auteur lui donnait, _ipso facto_, non
seulement une présomption, mais un caractère d'authenticité aussi
sérieux qu'indéniable.

«Il paraît, d'après le Major Lafleur et M. de Gaspé (auteur des _Anciens
Canadiens_), lequel fut témoin oculaire de l'incendie de l'église des
Récollets, que les cercueils de plomb qui se trouvaient sous les voûtes
de l'église, placés sur des tablettes en fer, étaient en partie fondus.
La petite boîte de plomb contenant le coeur de M. de Frontenac, se
trouvait dit-on, sur son cercueil.»

M. Thompson (James Thompson), ami de M. de Gaspé, avait vu, _paraît-il_,
inhumer les ossements des anciens gouverneurs dans la chapelle de
Notre-Dame-de-Pitié, près de la muraille, côté de l'Évangile.

«Ce qui frappe, à première lecture, dans cette page, ce n'est pas le
caractère vague, flottant du récit, mais l'hésitation du narrateur. Il
manque évidemment de conviction, et je l'en félicite. _A ce sujet la
tradition rapportait, d'après le Frère Luis, etc.; il paraît, d'après M.
le major Lafleur, et de M. de Gaspé_; la petite boîte de plomb se
trouvait, _dit-on_, sur son cercueil, etc.;--M. Thompson avait vu,
_paraît-il_, etc., etc. Comme il hésite, comme il craint, et certes
avec raison, d'être trop affirmatif! Comme il lui répugne de laisser
imprimer dans son _Dictionnaire Généalogique_ ce racontar, diffamatoire
au premier cher; son flair d'historien ne le trompe pas: cette anecdote
sent mauvais, elle fleure la calomnie à cent pas; de suite, sa
conscience d'honnête homme en éprouve le pressentiment et la répugnance.

«Par bonheur, ce potin empoisonné renferme son propre antidote. Pour peu
que l'on observe et lise attentivement, on le trouve à la page même de
l'ouvrage cité. Il suffit, en effet, de comparer les témoignages de Mgr
Plessis et de M. de Gaspé: tout cet échafaudage d'inexactitude, si
laborieusement édifié, s'écroule à plat comme un château de cartes.

«Mais entrons plus avant dans la minutie des détails. La calomnie est un
bacille qui requiert, plus que tout autre microbe dangereux, un examen
microscopique.

                                   *
                                  * *

«Disons d'abord un mot de la personnalité des témoins, avant de peser la
valeur de leurs dépositions.

«Barthélemy Simon dit Lafleur--le futur major Lafleur--naquit à Québec le
23 août 1794. Conséquemment il avait deux ans à peine le 6 septembre
1796, date de l'incendie du couvent des Récollets. Impossible donc de le
considérer comme un _témoin oculaire_ que se rappelle avoir vu la
fameuse boîte de plomb déposée sur le cercueil de Frontenac.[9]

[Note 9: Barthélemy Simon dit Lafleur mourut officier du Bureau de la
trinité, à Québec, le 10 août 1974, à l'âge de 80 ans.]

«M. de Gaspé, l'aimable auteur des _Anciens Canadiens_, Philippe-Aubert
de Gaspé, avait dix ans en 1796. Lui-même nous l'apprend dans ses
_Mémoires_ (p. 56): «J'ai toujours aimé les Récollets: _J'avais dix
ans_, le six septembre de l'année 1796, lorsque leur communauté fut
dissoute après l'incendie de leur couvent et de leur église.»

«Doit-on récuser son témoignage à cause de son âge Mais des enfants,
plus jeunes que lui encore, ont été entendus devant nos tribunaux
criminels. Que dit-il donc, et qu'a-t-il vu?

«Les cercueils de plomb (_des anciens religieux et des quatre
gouverneurs_) qui se trouvaient dans les voûtes de l'église, placés sur
des tablettes en fer, étaient en partie fondus. La petite boîte de plomb
contenant le coeur de M. de Frontenac se trouvait, _dit-on_, sur son
cercueil.»

«Écoutez maintenant l'abbé Joseph-Octave Plessis, curé de Québec, lisant
au prône du 17ième dimanche après la Pentecôte (11 septembre 1796),
l'annonce suivante:

«Dans la masure des RR. PP. Récollets, on a trouvé les ossements réunis
d'un certain nombre d'anciens religieux, et même quelques cendres des
anciens gouverneurs du pays qui y avaient été enterrés. On amis tous ces
précieux restes dans un cercueil pour être transportés et inhumés dans
la cathédrale. Cette translation se fera immédiatement après la
grand'messe de ce jour et vous êtes priés d'y assister.»

                                   *
                                  * *

«Non seulement les cercueils de plomb étaient en partie fondus, mais ils
l'étaient si complètement que l'on ne retrouva plus, dans les ruines de
l'église des récollets que _les ossements réunis_, c'est-à-dire
confondus, mêlés ensemble, d'un certain nombre de religieux et _quelques
cendres_ des anciens gouverneurs du pays. Les quelques centres des
cadavres des quatre gouverneurs se réduisent à si peu de chose qu'elles
tiennent à l'aise dans un seul cercueil avec les ossements retrouvés de
tous les récollets rensevelis sous les voûtes de l'église! Que devient
alors la petite boîte de plomb placée sur le cercueil de M. de Frontenac
et si bien remarquée, _après l'incendie_, par Messieurs Lafleur et de
Gaspé? Tout commentaire est inutile, n'est-ce pas? et le ridicule de
cette fable s'impose.

«Le témoignage de Mgr Plessis--un témoin oculaire d'une irrécusable
autorité--dispose du même coup et de la version Casgrain et de la version
Tanguay. On a remarqué, sans doute, dans la première une légère variante
avec la seconde. Tanguay rapporte que la petite boîte était _sur_ le
cercueil et Casgrain _dans_ le cercueil de M. de Frontenac. Il importe
peu que le coffret de plomb ou d'argent fut _dessus_ ou _dessous_ le
couvercle du cercueil, quant le cercueil lui-même--il était en
plomb--est fondu, non pas en partie, mais entièrement, dans le brasier
qu'avait allumé l'incendie. Rappelons-nous qu'un seul cercueil suffit à
la translation «des _ossements réunis_ d'un certain nombre d'anciens
religieux et des _quelques cendres_ des anciens gouverneurs du pays», à
la cathédrale de Notre-Dame de Québec. Ce cercueil à plusieurs
locataires, fut déposé sous la chapelle de Notre-Dame-de-Pitié, près de
la muraille, côté de l'Évangile, où il demeura jusqu'en 1828. Cette
année-la, tous les cadavres inhumés dans cette chapelle furent relevés,
les ossements placés dans une boîte et transportés sous le sanctuaire de
la chapelle Saint-Anne, près de la muraille, côté de l'Évangile, où ils
reposèrent jusqu'en 1877, année où des travaux d'excavation
considérables nécessitèrent un troisième déménagement de ces malheureux
crânes et tibias qui commencèrent à penser que le repos éternel n'était
qu'une farce. Or, le mystérieux coffret d'argent, ou de plomb, ne fut
pas plus retrouvé, en 1877, par M. l'abbé Georges Côté, qul ne fut
promené, en 1828, par le bedeau-fossoyeur Raphaël Martin, ou vu, en 1796
par le petit Philippe Aubert de Gaspé pour cette unique raison qu'il
était en France, à Paris, à Saint-Nicolas-des-Champs, dans la chapelle
des Messieurs de Montmort, depuis 1698.

                                   *
                                  * *

«Ici devrait s'arrêter ma démonstration, comme on dit en géométrie car
elle est concluante _prima facie_. Par malheur, le _Dictionnaire
Généalogique_ n'est pas le seul ouvrage qui ait ébruité ce commérage.
Deux autres livres du même auteur, _A travers les registres_ et le
_Répertoire général du Clergé canadien_, le reproduisent, avec de
nouvelles... affirmations à l'appui. Que valent-elles comme preuves?
Nous allons précisément le constater.

«En 1886, Mgr Tanguay publiait un recueil de notes historiques
intitulé; _A travers les registres_. Or, nous lisons aux pages 226 et
227 de cet ouvrage: «Les ossements des anciens gouverneurs, d'abord
transférés des ruines de l'église des Récollets à la chapelle de
Notre-Dame-de-Pitié dans la cathédrale de Québec, furent, quelques
années plus tard, déposés dans les voûtes de la chapelle Sainte-Anne,
dans le bas-Choeur, du côté de l'Évangile, _où ils sont encore, ainsi
que le coeur de M. de Frontenac._

«Voilà qui est bien clair et absolument certain, n'est-ce pas?
Rappelons-nous que ceci a été publié en 1886. Or, en 1877, neuf années
conséquemment avant cette date, avaient lieu, sous la surveillance
intelligente et éclairée de M. l'abbé Georges Côté, curé actuel de la
paroisse Ste-Croix, dans le diocèse de Québec, des travaux d'excavations
des plus considérables à la basilique de Notre-Dame de Québec. Or, c'est
précisément ce coin de terre mentionné qui a été fouillé de font en
comble, et l'un des premiers. Rien n'y a été découvert en 1877, comment
voudriez-vous que le coeur de Frontenac y fût encore ne 1886? [10]

[Note 10: La belle étude archéologique de M. l'abbé Georges Côté sur les
travaux d'excavation exécutés en 1877 à la basilique de Québec fut
publiée dans l'_Abeille_ du 5 décembre, année 1878.]

«Qu'un faux portrait coure la rue, l'événement en est fâcheux pour les
bibliophiles et les antiquaires, mais qu'une calomnie, savamment
élaborée, coure l'histoire et s'y accrédite, le malheur en est
irréparable pour le personnage auquel elle s'attaque. Calculez le temps
et l'effort, souvent inutile, apportés à l'atteindre d'abord, puis à la
détruire. Un vieux proverbe anglais un des plus typiques que je
connaisse, ne dit-il pas: _A lie will travel seven leagues while truth
is getting on its boots_? Si la justice légale a ses boiteries--_festinat
claudo pede_--la vérité historique a ses rhumatismes. La pauvre
souffreteuse marche à cloche-pied et sa béquille est d'une lenteur
désespérante.

«Peu importe cependant que la réhabilitation historique de Madame de
Frontenac soit prompte ou tardive: elle est assurée et cela doit
suffire.

                                   *
                                  * *

«Résumons en quelques lignes tout ce fastidieux débat, nécessaire
cependant à rétablir la vérité historique sur un petit fait,
affreusement défiguré par la «maligne envie», dirait Bossuet.

«Frontenac demanda, par son testament, que son coeur fût placé dans
une boite d'argent et déposé dans la chapelle que Messieurs de
Montmort possédaient dans l'église de Saint-Nicolas-des-Champs, à
Paris. [11] Déjà, Madame Henri-Louis Habert de Montfort,
Henriette-Marie de Buade, troisième soeur de Frontenac, et Roger de
Buade, abbé d'Obazine, son oncle, y étaient inhumés. Frontenac croyait
donc--et ce fut avec raison--rencontrer les désirs de sa femme en
exprimant ce voeu suprême que le supérieur des Récollets à Québec, le
Père Joseph Denis de la Ronde, se chargea d'exécuter. Il passa en
France l'année même (1698) du décès du gouverneur et déposa le coffret
d'argent à Saint-Nicolas-des-Champs, à Paris, suivant l'ordre formel
du grand homme qui continuait d'être dans la mort ce qu'il avait été
dans la vie: le bienfaiteur insigne des Récollets au Canada.» [12]

[Note 11: _Un de ses prédécesseurs, le Chevalier Augustin de Saffray,
seigneur de Mézy, septième gouverneur de la Nouvelle-France, avait aussi
ordonné que son coeur reposât en France._]

[Note 12: Voir l'étude de feu Ernest Myrand, dans «Frontenac et ses
amis», page 143.]

[Illustration: Déco.]



[Illustration: Comtesse de Frontenac.]

[Illustration: Front.]



                      PORTRAIT DE MADAME DE
                            FRONTENAC

                               ---

La photogravure du portrait de Madame de Frontenac, publiée ici, a été
exécutée sur une photographie du tableau de Versailles préparée aux
ateliers de M.P. Sauvanaud, photographe d'art, 45, rue Jacob, Paris.

Terminons par cette note de M. Charles de Courcy:

«Ne posons pas en juges trop sévères de la comtesse de Frontenac. Sans
doute son devoir aurait été d'accompagner le comte au Canada et de
donner l'exemple aux nobles dames qui y fondaient la colonie sur les
bases si solides de la vertu et de la charité. Mais, douée de tant
d'attraits et de séductions, dans un siècle où les faiblesses trouvaient
tant d'excuses aux yeux du monde, il lui faut savoir gré d'avoir
conservé une réputation intacte et une considération générale dans tout
le cours d'une existence longue et honorée.»

[Illustration: Déco.]


[Illustration: Front.]



                     TESTAMENT DE FRONTENAC [13]

                                ---

[Note 13: Cf. Greffe de Frs. Genaple de Belfond, Archives
Judiciaires de Québec.]


Pardevant les not. gardenotes du Roy, en sa ville et Prévôté de Québec,
soussigné fut présent haut et puissant Seigneur Messire Louis de Buade,
comte de Palluau et de Frontenac, Conseiller du Roy en ses Conseils,
Chevalier de l'ordre de St-Louis, Gouverneur, Lieutenant Général pour Sa
majesté en tout ce pays de la France septentrionale, Syndic Apostolique,
Père et protecteur spirituel de l'ordre des très Rds. P. Récollets en
cedit pays, gisant grièvement malade en son fauteuil dans sa chambre au
Château de cette ville, mais cependant sain d'esprit, mémoire et
entendement ainsy qu'est apparu aux dits notaires; lequel Seigneur a dit
que le grief mal quy le travaille ne luy permettant pas de songer à
l'état de ses affaires et biens temporels, pour en disposer présentement
comme il voudrait le pouvoir faire: qu'au moins, ayant toujours eû
singulière intention et dévotion d'être inhumé et enterré en l'Église
des Pères Récollets de cette ville, il veut en ce chef faire, par ces
présentes, son testament et ordonnance de dernière volonté, pour éviter
les obstacles et contradictions quy pourroient y être apportés, sans
cela, s'yl arrive qu'yl plaise à Dieu le retirer de cette vye mortelle
par cette maladye, sans avoir le temps de faire plus ample Testament.
Pourquoy déclare le dit Seigneur qu'yl ordonne, veut et entend, en ce
cas même prye et requiert que son corps soit, après son décès, porté,
inhumé et enterré dans la dite Église des Rvds. Pères Récollets de
cette ville en la manière et avec les simples cérémonyes que les d.
Pères jugeront à propos luy être convenables en sa dite qualité de
Syndic apostolique, Père et protecteur spirituel de leur ordre en ce dit
pays. Souhaitant et désirant que sa dévotion et piété soit satisfaits à
cet égard, sans empêchement ny obstacle de quelque part que ce soit,
telle étant sa dernière volonté.

Et comme Madame Anne de la Grange, son épouse, peut souhaiter comme luy
que le coeur de luy Seigneur testateur soit transporté en la chapelle de
Messrs. de Montmort, dans l'Église St. Nicolas des Champs, en laquelle
sont inhumés Madame de Montmort, sa soeur, et Monsieur l'abbé d'Obazine,
son oncle, il veut qu'à cet effet son coeur soit séparé de son corps et
mis en garde dans une boête de plomb ou d'argent. Et au surplus donne en
aumône en faveur des dits Rvds. Pères Récollets de ce pays entre les
mains su Sr. Boutteville, le syndic ordinaire et receveur des aumônes,
la somme de quinze cents livres, monnaye de France, pour être employée à
l'achèvement de la bâtisse ou autres nécessités de leur couvent de cette
ville, à prendre sur les biens et effets qui se trouveront appartenans
au luy Seigneur testateur en ce d. pays, au jours de son décès; Et ce à
la charge de dire et célébrer par les d. Rvds. P. Récollets en la dite
Église de cette ville tous les jours une messe basse pendant l'an du
décès du d. Seigr. testateur pour le repos de son âme; En outre un
service annuel tous les ans à perpétuité à pareil jour de son décès,
auquel service annuel il désire et veut être appliqué conjointement pour
la dite Dame Son Épouse lorsqu'elle sera décédée. Et pour faire exécuter
et accomplir son d. présent testament a nommé et éleu Monsieur François
Hazeur, marchand-bourg. de cette ville conjointement avec le sieur
Charles de Monseignat, son premier secrétaire; comme aussi pour prendre
soin de l'état du reste de ses affaires et biens quy peuvent être
aprésent ou luy venir cy après en ce dit pays par les vaisseaux de l'an
prochain.

Pourquoy luy Seigneur testateur prye Monsieur de Champigny, intendant,
de les appuyer de sa protection et autorité pour l'accomplissement de ce
que dessus, le priant aussy de régler ce qu'yl jugera apropos à l'égard
de tous ses domestiques pour qu'yls soient satisfaits.

Donnant et léguant iceluy Seigneur testateur à Duchouquet, son valett de
chambre, toute la garderobe consistant en ses habits, linge et autres
hardes d'ycelle avec la petite vaisselle d'argent dépendant de la d.
garderobe; et ce en considération des services que le d. Duchouquet luy
a rendus jusqu'à présent.

Et pour marque de confiance qu'a luy Seigneur testateur et protestations
d'amitié que le dit Seigneur Intend. luy a esté, il le prye d'accepter
un crucifix de bois de Calambourg que Made. de Montmort sa soeur luy a
laissé en mourant et il l'a touj. gardé depuis comme une véritable
relique, et prye aussi Madame l'Intendante de vouloir recevoir le
Reliquaire qu'il avait accoutumé de porter et qui dit remply des plus
rares et précieuses reliques qui se peuvent rencontrer.

Et ledit présent testament accomply, ses domestiques et dettes
contractées en ce pays étant payés, auront soin les d. exécuteurs de
remettre ez mains de Madame la Comtesse Épouse de luy Seigneur Testateur
ce qui se trouvera du reste de ces dits biens en ce pays.

Ce fut ainsy fait, dicté et nommé de mot à mot par le dit Seigneur
Testateur et à luy leu et relu par Genaple un des d. notaires, l'autre
présent, que le dit Seigneur a dit avoir bien entendu et être sa vraye
intention et ordonnance de dernière volonté à laquelle il s'arrête seule
déclarant qu'y révoque tous autres testaments qu'yl pourroit avoir cy
devant faits, se tenant uniquement au présent.

Fait et passé en la dite Chambre du dit Seigneur testateur après midy
sur les quatres heures, le vingt deuxième jour de novembre mil six cents
quatre vingts dix huit. Et a le dit Seigneur Testateur avec nous
notaires signé.

Louis de Buade Frontenac

[Illustrations: Signature de Frontenac]

Rageot

Genaple


Fin



                  TABLE DES MATIÈRES

                          --

    Lettre de M. l'abbé Lionel Groulx à l'auteur
    Une Intrigante
    Frontenac sauve la colonie
    Où Duchouquet se révèle un adroit limier
    Rayon et ombre
    Généreux dénouement
    Un défenseur volontaire
    Le jugement
    Le mal du pays
    Une surprise
    Épilogue.

    APPENDICE

    Armes de Frontenac
    Portrait de Frontenac
    Généalogie des Buades
    Le coeur de Frontenac
    Portrait de Madame de Frontenac
    Texte du testament de Frontenac.





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Une Intrigante sous le règne de Frontenac" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home