Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: La fille des indiens rouges
Author: Chevalier, H. Émile (Henri Émile), 1828-1879
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "La fille des indiens rouges" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



                              LA FILLE
                                 DES
                           INDIENS ROUGES


                         H. EMILE CHEVALIER



                                PARIS
                       CALMANN-LÉVI, ÉDITEURS
                           3, RUE AUBER, 3



A MON AMI

CH. DUBOIS DE GENNES

Te souviens-tu, Charles, de nos débuts littéraires? t'en souviens-tu,
dis-moi? C'est à Maubeuge. Nous étions simples dragons, après avoir
aspiré, à Saint-Cyr, à l'épaulette d'or. Grand désenchantement! Mais à
cette époque d'espérances, d'illusions, que nous importait une corvée
de litière! N'avions-nous pas dans notre giberne plusieurs bâtons de
maréchal? Ah! mon ami, le bon, le beau temps! Cependant, toi tu t'en
allais cultivant la Muse, entre une garde de police et une garde
d'écurie, et moi j'osais,--ô Mars, l'eussiez-vous cru?--ruminer un
roman à l'école de peloton ou à l'exercice à cheval! T'en souviens-tu,
Charles? dis-moi, t'en souviens-tu? Oui, c'était à Maubeuge. Certain
matin, après la soupe, supérieurement brossés, astiqués, cirés à l'ail,
en veste et pantalon de petite tenue, nous montâmes les marches de
l'escalier d'un journaliste. Comme nous tremblions! T'en souviens-tu,
Charles? Ne s'appelait-il pas Meurs, ce brave homme? Il nous reçut
gracieusement, et cependant nous avions la chair de poule. Timidement
tu lui tendis tes vers, moi ma prose. T'en souviens-tu, ami? t'en
souviens-tu? Puis avec quelle anxiété nous attendîmes l'apparition de
la petite feuille de Maubeuge! N'est-ce pas que la perspective de nos
premiers galons ne nous causa point fièvre plus brûlante!

Où sont-ils ces jours, cher ami? Notre coeur s'est ridé depuis. Nous
avons blanchi, laissé bien des joies, bien des amours, bien des caresses
aux épines de la vie! Et pourtant aujourd'hui, après vingt ans de
séparation, nous nous retrouvons au même point; une plume à la main.
Laisse-moi donc me rappeler avec bonheur la matinée de Maubeuge, en te
dédiant ce livre, qui le prouvera une fois de plus que l'homme n'échappe
guère à sa vocation.

H.-E. CHEVALIER.

_Paris, 7 février 1865._



                              LA FILLE
                                 DES
                           INDIENS ROUGES



                                  I

                           L'INSURRECTION


--Je vous répète, maître, que les hommes sont mécontents. Ils menacent
de se révolter.

--Est-ce pour cela que tu es venu me troubler?

--Mais...

--Mais... qu'on donne la cale sèche aux plus mutins et qu'on fasse
courir la bouline aux autres! Par Notre-Dame de Bon-Secours, c'est moi
qui commande à bord, et je veux être obéi, entends-tu, Louison?

--Sans doute, sans doute, maître. Cependant, si j'osais...

--Quoi?

--Vous êtes plus savant que moi, maître, plus savant que nous tous, oh!
nous le savons bien!...

--Au but!

--C'est, répondit timidement Louison, que les vivres commencent à
manquer sur le _Saint-Rémi_. L'eau est à moitié gâtée, et encore ai-je
été obligé de diminuer les rations ce matin.

Puis, s'enhardissant, il ajouta d'un ton plus décidé:

--Nos gens crient, voyez-vous, maître Guillaume. Ils disent, comme ça,
que depuis trop longtemps nous tenons la mer; que ce n'était point pour
un voyage de découvertes, mais bien pour faire la pêche des _molues_
qu'ils se sont embarqués; qu'il n'existe aucune terre dans ces parages;
que, s'ils cèdent davantage à votre obstination, une mort affreuse les
attend au milieu des glaces qui nous environnent, et...

--Et tu partages leurs appréhensions! interrompit maître Guillaume en
haussant les épaules.

--Oh! essaya Louison avec un air de dignité blessée.

--Ne nie point, par Notre-Dame de Bon-Secours, ne nie point; je te
connais, mon gars, tu es aussi couard que le dernier de nos novices.
Mais, sois tranquille, je ferai, à mon retour à Dieppe, un bon rapport
de ta conduite!

--Je ne croyais pas, maître, avoir manqué à mes devoirs, repartit
Louison avec une humilité feinte, car il accompagna ces paroles d'un
regard haineux, quoique habilement dissimulé sous la paupière.

--Assez sur ce sujet! s'écria Guillaume en frappant du pied. Comment
nommes-tu les rebelles?

--Il y a d'abord: Cabochard, Brûlé-Tout, Gignoux Loup-de-Mer, puis...

--Ce sont les meneurs, ceux-là, n'est-ce point?

--Je le présume, maître.

--Alors, qu'on leur inflige la grand'cale!

--J'avais pensé que la cale sèche...

--J'ai dit la grand'cale, et sur-le-champ. Cet exemple assouplira
les autres. Sinon, je brûle la cervelle au premier qui grogne! Par
Notre-Dame de Bon-Secours, un pareil ramas de coquins me dicter des
lois! Ignorent-ils qui je suis, après trois mois de navigation ensemble!
Ignorent-ils que le capitaine Guillaume Dubreuil a servi sur les
vaisseaux du roi, avant de commander cette coquille de noix, et qu'il
n'est pas homme à se laisser imposer par des pleutres de leur espèce!

--Et s'ils se révoltaient? hasarda Louison.

--S'ils se révoltaient! répéta, avec un accent plein de mépris, le
patron du Saint-Rémi, en mettant la main sur la crosse d'un pistolet
pendu à sa ceinture.

--Ils en parlent! insista l'autre.

--Allons, va! et la route toujours au nord-ouest, dit Guillaume d'une
voix souriante, comme si la frayeur n'avait aucune prise sur son âme.

C'est qu'il n'avait pas une nature vulgaire, Guillaume Dubreuil, patron
du bateau pêcheur le Saint-Remi. Né, en 1465, d'une famille bourgeoise,
habitant la petite ville de Dieppe, il avait été voué à la cléricature.
Ses progrès dans les sciences et l'étude des langues anciennes et
modernes furent rapides. Et, quoiqu'il témoignât plus de goût pour
l'histoire et la géographie que pour la scholastique religieuse, on
espérait que le jeune élève deviendrait une des gloires de l'ordre de
saint Benoît, auquel ses parents l'avaient destiné. Mais s'il était
intelligent, studieux, âpre au travail, Guillaume n'avait pas l'humeur
facile. De brûlantes passions fermentaient dans son coeur: passions
en opposition complète avec les réserves, les austérités et les
mortifications du cloître.

Un jour, le frère gardien du monastère où il aurait dû s'apprêter à
recevoir les ordres vint, tout benoît, tout contrit, annoncer au
père Dubreuil que son fils avait pris la clef des champs, après avoir
escaladé les murs de la sainte retraite.

Je vous laisse à penser le courroux et le chagrin qu'éprouva le
bon bourgeois. Vainement fit-il courir après son fugitif, vainement
promit-il une forte récompense à quiconque lui en donnerait des
nouvelles. Durant plusieurs années, on n'en entendit plus parler.

Cependant, après avoir jeté le froc aux orties, le jeune Guillaume
s'était engagé dans un régiment au service d'Anne de France, dame de
Beaujeu, alors en hostilités avec les ducs d'Orléans, de Bourbon et
divers grands seigneurs qui lui disputaient la régence de Charles VIII.

Notre échappé du couvent se signala dans plusieurs occasions, notamment
à la bataille de Saint-Aubin-du-Cormier, en 1488, où il contribua à la
capture du duc d'Orléans, depuis Louis XII.

A cette époque, Guillaume Dubreuil avait vingt-trois ans. Du rang de
piquier à pique simple, par lequel il avait débuté dans l'armée, il
était parvenu au grade d'enseigne, après avoir passé tour à tour
par ceux de piquier à pique sèche, piquier à corselet, arquebusier,
mousquetaire, lampassade, caporal et sergent. Mais pour le récompenser
de sa valeur dans l'affaire de Saint-Aubin-du-Cormier, Anne lui fit
donner le commandement d'une bande.

Décidément, la fortune présentait elle-même au jeune officier sa main
si recherchée. Il n'avait qu'à se laisser conduire, et bientôt on le
verrait mestre-de-camp d'un régiment, puis colonel-général, et pourquoi
pas maréchal plus tard? En ces temps de troubles, de ligues, de
révolutions, un homme de coeur ne pouvait-il viser aux plus hautes
dignités? Il ne s'était guère écoulé plus d'un siècle depuis la mort
de Bertrand Du Guesclin. La mémoire de ses brillants succès enflammait
encore l'esprit chevaleresque du siècle.

Mais déjà Guillaume était fatigué de l'état militaire, qui n'offrait
plus d'émotions à son âme ardente, avide de nouveauté. La paix, qui
suivit le traité de Sablé, acheva de le dégoûter d'une carrière où
l'avait jeté le hasard, bien plutôt qu'une vocation sérieuse.

La profession de marin, les combats en mer, les tempêtes, les
expéditions lointaines, avaient été, dans le jeune âge, l'objet de
ses rêves. Il résolut de réaliser enfin des aspirations si souvent, si
chaudement caressées. Grâce à la protection du sire de La Trémoille,
qui s'était intéressé à lui depuis la glorieuse journée de Saint-Aubin,
Dubreuil obtint de passer comme officier sur un des navires du roi. Il
y apprit rapidement l'art nautique, et, dès 1494 il pouvait espérer
d'arriver promptement au commandement d'une galéasse, quand le bruit des
merveilleuses découvertes de Christophe Colomb vint allumer de nouveaux
désirs dans sa fougueuse imagination.

Dubreuil demanda à la cour l'autorisation d'aller tenter les mers. Il
prétendait trouver, par le nord-ouest, un passage au Cathay (la Chine),
assurant que cette voie, infiniment plus courte que celle de la mer
Rouge ou du cap de Bonne-Espérance,--tout dernièrement reconnu par les
Portugais,--serait pour la France une source de richesses incalculables.
Sa requête fut appuyée par La Trémoille. Mais Charles VIII, qui venait
de s'affranchir de la tutelle de sa soeur, et qui, stimulé par Louis
d'Orléans, briguait le royaume de Naples, Charles VIII se souciait plus
du tournois militaires que de commerce, de victoires éclatantes sous le
doux ciel de l'Italie que de problématiques conquêtes maritimes.

«Patientez, écrivit La Trémoille à son protégé, jusqu'à ce que le roy,
nostre sire, ait terminé la guerre, et il vous octroyera cette faveur
que sollicitez.»

Patienter! Est-ce que la poudre attend pour faire explosion, après que
l'étincelle a été mise en contact avec elle?

Guillaume Dubreuil n'était pas homme à ajourner l'exécution d'une
idée, quand une fois elle avait jailli dans son cerveau. Rétif à la
contradiction, son caractère ne savait supporter les retards. Ce qu'il
voulait, il le voulait tout de suite, et il se serait fait briser plutôt
que de ployer, lorsqu'il s'était mis en tête d'accomplir une chose,
bonne ou mauvaise.

Aussi donna-t-il immédiatement sa démission; puis il revint à Dieppe, où
ses parents l'accueillirent comme l'Enfant Prodigue; et, sans perdre un
instant, se fit nommer capitaine ou patron d'un des bateaux qui, depuis
de nombreuses années, allaient faire la pêche de la morue et du hareng
sur les bancs que nous nommons aujourd'hui bancs de Terre-Neuve.

D'où lui était venue cette résolution? Pourquoi, à la fleur de l'âge,
avait-il échangé un poste magnifique contre l'emploi assez peu considéré
de pêcheur? Le père Dubreuil, ses amis, ses compères n'y comprenaient
rien. Pour eux, il était fou, possédé du diable, il finirait
certainement mal. Le vulgaire est ainsi fait: ce qu'il ne conçoit pas,
il l'interprète toujours de méchante façon. Mais que ces braves gens
eussent encore jugé bien plus sévèrement le pauvre Guillaume, s'ils
eussent connu ses desseins!

Inutile de rapporter toutes les tentatives mises en oeuvre pour
l'empêcher de partir. Par bonheur, il avait affaire à des armateurs
intelligents et discrets, à qui il avait communiqué son plan et qui
l'approuvaient.

Pour lui, ils affrétèrent le Saint-Remi, joli brick de cent vingt
tonneaux, monté par trente hommes d'équipage et pourvu de provisions
pour un an.

Guillaume leva l'ancre au commencement de mars de l'année 1494, et,
après une pénible traversée de plus de trois mois, atteignit le 55° de
latitude nord et le 40° de longitude ouest, sans avoir aperçu aucune
terre.

Malheureusement, les vivres étant de mauvaise qualité, on avait dû en
jeter la plus grande partie par-dessus bord, et une voie d'eau s'étant
déclarée dans la cale, plusieurs barriques avaient été avariées. De là,
murmures parmi l'équipage, ignorant que bientôt les montagnes de glace
lui fourniraient de l'eau douce à discrétion, et qui eût préféré
la pêche à un voyage dont il ne voyait pas la fin et dont le but
l'intéressait médiocrement. Si la diminution forcée des rations avait
donné lieu à ces murmures, les rigueurs de la température, au point où
était parvenu le navire, ne tendaient pas à les faire cesser.

La mer était continuellement houleuse, couverte de montagnes de glace
énormes, entre lesquelles le vaisseau avait souvent peine à se frayer
passage; le vent soufflait avec une âpreté qui gelait les doigts des
matelots employés à la manoeuvre, et le ciel, toujours voilé, toujours
sombre, ou bien roulait d'épais nuages noirs, précurseurs de tempêtes
effroyables, menaçant à chaque minute d'engloutir le misérable brick,
ou bien il s'ouvrait pour laisser échapper des tourbillons de neige,
si pressés que l'air en devenait compact, si aveuglants que les plus
intrépides gabiers hésitaient à monter alors dans les hunes.

Encore, si le commandant du Saint-Remi eût été un de ces patrons doux et
familiers, comme le sont habituellement ceux des bateaux-pêcheurs! Lui
doux! Jour de Dieu! jamais une punition n'était assez dure, jamais la
moindre infraction à la discipline n'était pardonnée! Lui familier! Il
ne parlait qu'a son second, Louison, surnommé le Borgne, parce qu'il
avait perdu l'oeil droit dans une rixe, et il ne lui parlait que pour
les affaires du service. Aussi, Louison détestait-il Guillaume.

Accoutumé à traiter en égaux les patrons des navires où il était
employé, le second n'avait pu se faire à la fierté du capitaine. Sans
instruction, il jalousait celle de son supérieur; sans tenue vis-à-vis
de ses subalternes, il ne s'expliquait pas la hauteur de Dubreuil, bien
qu'elle l'irritât et le portât à des hostilités contre lui.

Sourdes d'abord, ces hostilités prirent un caractère moins secret
quelques jours avant l'époque de notre récit. Dubreuil était trop occupé
ou trop altier pour y prêter attention. Sa négligence ou son orgueil
lui fut funeste, car Louison, exaspéré contre ce despotisme tout à fait
inusité sur les bateaux-pêcheurs, attisa, au lieu de les réprimer, les
dispositions des matelots à la révolte.

Les plaintes dont il se faisait l'écho officieux étaient autant
les siennes que celles de l'équipage; et en sortant de la cabine de
Dubreuil, après la conversation rapportée plus haut, furieux du mépris
qui avait accueilli ses déclarations, il jura de tirer, sans plus
tarder, de son capitaine une vengeance terrible.

Les têtes étaient montées, le complot prêt, rien de plus facile que de
le faire éclater.

Louison le Borgne ordonna au clairon du bord de sonner l'appel.

Bientôt, les matelots furent alignés sur le pont. Ce matin-là, le
temps était assez clair; mais le froid avait doublé d'intensité, et les
pauvres marins, exposés à cette atmosphère glaciale, sentirent le
sang se figer dans leurs veines. Ils grelottaient et avaient peine à
conserver l'immobilité réglementaire. Quelques récriminations furent
chuchotées.

Louison feignit de ne pas entendre.

Après avoir lentement fait l'appel, il cria:

--Le Cabochard, quittez les rangs!

Un gros gaillard, au visage renfrogné, sournois, s'avança vers le
second.

--Par ordre du patron, continua celui-ci, vous êtes condamné à la
grand'cale.

--A la grand'cale! fit le matelot frissonnant de terreur.

--Oui, poursuivit impitoyablement Louison, vous êtes condamné à la
grand'cale _par ordre, du patron_.

Et il appuya avec force sur ces derniers mots.

--Mais il veut donc me faire mourir, le capitaine! A la grand'cale par
une froidure pareille! Et qu'est-ce que j'ai fait, dites-moi?

--Ah! répondit Louison, avec une apparente commisération, tu as désobéi,
tu as clabaudé, dit le capitaine. Allons, déshabille-toi.

Cabochard tourna les yeux sur ses camarades comme pour leur demander
conseil.

--Non non! crièrent à la fois plusieurs d'entre eux; non, non! ne te
déshabille pas. C'est une monstruosité de vouloir plonger maintenant un
homme dans l'eau. Nous ne le souffrirons pas. A bas le patron! à bas!

Un imperceptible sourire de satisfaction plissa les lèvres de Louison.

--Le fait est, insinua-t-il à mi-voix, que c'est un rude châtiment. Le
capitaine n'aura pas réfléchi. Je vais, si vous le voulez, intercéder
auprès de lui pour que la cale sèche soit substituée...

--Point de cale, point de punition! hurlèrent les matelots.

--Silence dans les rangs! enjoignit Louison.

Puis il ajouta:

--Brûlé-Tout, Gignoux, Loup-de-Mer, recevront la même peine, par ordre
spécial du capitaine.

Mais un concert d'imprécations formidables couvrit aussitôt ces paroles.

On eût dit que l'équipage n'attendait que cet instant pour exprimer
ouvertement, violemment, sa haine contre Guillaume Dubreuil. Les rangs
furent rompus, et les matelots furieux, vociférant, rugissant comme
des bêtes féroces qui viennent de briser les barreaux de leur cage, se
précipitèrent en tumulte vers la poupe du navire.

C'est que, s'il est cruel dans toutes les saisons et sous tous les
climats, le supplice de la grand'cale est particulièrement affreux dans
les mers boréales, car on sait qu'il consiste à hisser le patient, par
une corde, à l'extrémité de la grand'vergue, puis à le laisser tomber
dans l'eau, du côté droit du navire, par exemple, et à le ramener à
gauche du bâtiment, en le passant par-dessous la quille.

Sans doute, en prononçant cette terrible sentence contre les mutins,
Dubreuil avait oublié la latitude sous laquelle il naviguait. Sa
sévérité n'allait pas jusqu'à l'inhumanité, son amour-propre jusqu'à la
tyrannie. Mais, lassés de ses procédés, s'exagérant à l'envi la rigueur
de ses intentions, les hommes du Saint-Remi profitèrent avidement d'une
circonstance qui semblait justifier, en quelque sorte, la conjuration
qu'ils avaient ourdie contre lui.

L'hypocrite Louison fit mine de vouloir les arrêter. Dans le fond, il
était enchanté de la réussite de ses intrigues.

--Qu'allez-vous faire, camarades! qu'allez-vous faire? disait-il de sa
voix mielleuse, en se plantant devant le capot d'échelle.

--A mort! à mort! à mort le patron! beuglaient les forcenés.

Et, écartant Louison, qui n'opposa aucune résistance, ils se
précipitèrent dans la cabine du capitaine.

Assis devant une table chargée de manuscrits, de cartes et d'instruments
de mathématiques, Dubreuil était si absorbé par son travail que les
clameurs de la révolte n'étaient point arrivées à ses oreilles. Il avait
les yeux fixés sur une mappemonde de parchemin, écrite en lettres rouges
et enluminée de riches couleurs, suivant la mode du temps. Conformément
à l'opinion reçue, dans cette carte, Jérusalem se trouvait placée au
centre de la terre. En haut de la feuille on lisait le mot; Orient, au
bas, celui d'Occident; à droite, Midi, à Gauche, Septentrion. Entre deux
lignes, se coupant à angles droits au point désigné pour représenter
Jérusalem, les profils des trois parties du monde connu, Europe, Asie,
Afrique, étaient dessinés assez exactement. Mais les limites des régions
n'offraient que des lignes droites ou légèrement courbées, sans angles
saillants et rentrants. De petites enceintes figuraient les montagnes.
Les îles se montraient sous la forme d'un o, et deux lignes parallèles,
d'une inexorable rigidité, annonçaient les fleuves. Sur la gauche,
un pointillage, fraîchement exécuté, indiquait les terres découvertes
depuis peu par Christophe Colomb.

--Sans nul doute, pensait Dubreuil, le passage que je cherche existe;
sans nul doute, il se doit trouver, là-haut, vers le 70° de latitude,
aux confins de quelque vaste continent. Si la raison, si les
connaissances modernes ne nous en donnaient la certitude, les
historiens, les géographes, et jusqu'aux poètes de l'antiquité,
surgiraient de leurs tombes pour nous l'apprendre. Hérodote parle d'une
mer qui se glace par la rigueur du froid, Onomacrite n'affirme-t-il pas
que, pour revenir dans leur patrie, les Argonautes ont franchi l'Océan
de Saturne? Qu'est-ce que l'Océan de Saturne? Qu'est-ce, sinon la mer
du Septentrion? Plus tard, trois siècles après, Antoine Diogène ne
compose-t-il pas un roman dont les héros voyagent aussi sous le cercle
arctique? Pline le Naturaliste raconte que le célèbre Pythoeas de
Marseille, qui vivait en 338 avant Notre-Seigneur Jésus-Christ, a abordé
à Thulé, c'est-à-dire en Islande, puisque pendant vingt-quatre heures il
a vu le soleil sur l'horizon. Et, ajouta-t-il à voix haute, en plaçant
la main sur un manuscrit ouvert devant lui, voici Sénèque qui, dans sa
_Médée_ lance une prédiction dont un insensé seul oserait contester la
valeur:

..... Venient annis Sæcula seris, quibus Oceanus Vincula rerum laxet,
et ingens Pateat tellus, Tiphysque novos Detegat orbes, née sit terris
Ultima Thule.[1]

[Note 1: Luc, ANN. SENEC. Trag., p. 159.]

Cette Thulé signifie-t-elle autre chose que les régions polaires? On
rapporte que, dès le IXe siècle, les Norwégiens se sont élevés jusqu'au
68° de latitude, qu'ils y ont colonisé une île placée sous le 65°, et
qu'un de leurs navigateurs, Oshu, envoyé par Alfred le Grand, tenta, en
873, de traverser le pôle. Ne peut-on, par cette voie, se rendre dans le
puissant et luxueux empire du Cathay, dont le livre de Marco Polo,
que voilà là sur ma table, fait de si féeriques récits? Oh! trouver ce
passage! le trouver! Quelle gloire! Mais je le trouverai, je le veux, et
rien ne saurait ébranler ma volonté. Plutôt périr que d'abandonner mon
entreprise!...

En achevant ces mots, Guillaume s'était levé le visage rayonnant des
feux du génie. Il allait monter sur le pont pour prendre le méridien,
quand, soudain, une douzaine de matelots frénétiques envahirent sa
cabine, fondirent sur lui et le désarmèrent avant qu'il eût pu faire un
mouvement pour se défendre.

Des accusations sauvages, des menaces plus sauvages encore lui étaient
jetées à la face. Mais Dubreuil avait trop de superbe pour essayer de
se justifier, ou implorer la compassion des rebelles. L'expression de
«misérables!» fut la seule qui lui échappa. Aussitôt qu'il eut compris
l'impossibilité de faire rentrer les mutins dans le devoir, il se
retrancha dans une hautaine impassibilité.

On le garrotta, puis on le transporta sur le tillac, on il fut attaché
solidement au pied du grand mât.

Les insurgés délibérèrent ensuite sur son sort. Les uns demandaient sa
mort immédiate, d'autres se bornaient à désirer son emprisonnement dans
la fosse aux lions. Pour concilier les deux partis, Louison le Borgne,
qui s'était alors tout à fait rangé du côté des perturbateurs, proposa
de descendre le patron avec une chaloupe à la mer, et de l'y abandonner.
Cet avis réunit à l'instant tous les suffrages.

Bientôt un canot flotte à l'arrière du _Saint-Remi_. On y dépose
quelques morceaux de biscuit, quelques livres de lard, et on y jette le
malheureux Dubreuil, après avoir tranché ses entraves.

Alors, pour la première fois, il daigne ouvrir la bouche.

--Donnez-moi au moins une carte marine, un compas, une boussole, dit-il.

--Non, brigand, tu n'auras rien, répond Cabochard, en lui montrant le
poing du haut de la dunette.

Et d'un coup de hache, il largue la corde qui amarrait la chaloupe au
vaisseau.

Au même moment, Guillaume vit son second, qui, monté sur le gaillard
d'arrière, avait déjà pris le commandement et ordonnait d'une voix
retentissante!

--Pare à virer!



                                  II

                             LES SAUVAGES


Qui,--au sein d'un rêve charmant, où la gloire et la fortune
s'unissaient pour lui faire cortège,--n'a été réveillé en sursaut par le
ricanement amer de la fatalité. Combien plus lourdement alors pèsent sur
les épaules les afflictions qui suivent, qui assaillent le pauvre mortel
dans sa pénible marche à travers la vie! combien plus vivement les
pointes acérées de l'incertitude pénètrent ses chairs! combien alors
aussi, quand son âme n'est pas bardée du triple airain dont parle le
poète, le désespoir y a facile accès!

En moins d'une heure, Guillaume Dubreuil avait dû tomber du pinacle
des plus brillantes espérances dans un état voisin de la misère la plus
complète, la plus irrémédiable. Quel homme n'aurait perdu la tête, ne se
serait abandonné à l'abattement!

Voyez-vous ce mince canot, ce fragile esquif délaissé au milieu d'un
océan courroucé, dont les vagues vert-sombre ne montrent à l'oeil qu'un
gouffre sans fond, et rugissent, comme des tigresses déchaînées, contre
les montagnes de glaces, aux tranchantes arêtes, qu'elles bercent avec
une amoureuse fureur, en les couvrant de baisers dévorants!

La voyez-vous danser à la pointe des lames, la frêle embarcation! Ne
tremblez-vous pas qu'elle soit, tout à l'heure, brisée comme verre ou
engloutie dans les flots inexorables!

Et cet homme, ce malheureux, il va périr aussi! Qui le pourrait sauver?
Qui pourrait l'arracher aux fatals embrassements de l'abîme jaloux de sa
proie? Car loin, loin s'en est allé le navire où naguère commandait en
souverain maître cette victime des passions humaines. De son canot il ne
distingue plus, hélas! que les perroquets du vaillant _Saint-Remi_,
si ferme à la mer, si docile à la brise, si propre à captiver les
tendresses d'un vrai marin.

Encore quelques moments, elle hardi vaisseau disparaîtra tout à
fait, Guillaume Dubreuil restera seul, seul avec sa pensée en face de
l'immensité, de l'éternité.

Rassurez-vous pourtant. Notre capitaine n'a pas été pétri de la même
argile que le commun des hommes. Ainsi que sa charpente physique, son
moral est un composé de bronze et d'acier, et le sang qui coule dans ses
artères a les propriétés du vif-argent.

Dès que l'amarre qui retenait le canot au _Saint-Remi_ eut été coupée,
Guillaume arrima rapidement ses provisions, puis il fixa dans la
carlingue un petit mât oublié au fond de l'esquif, avec une voile, et
envergua cette voile, qu'il déploya, après avoir reconnu l'aire de vent.

Il soufflait grand frais du nord-est.

Guillaume savait qu'il ne devait pas être éloigné de plus île deux
degrés de la côte du Groënland, où les Danois avaient autrefois formé un
établissement. Ce fut vers ce point qu'il essaya de diriger sa course.

Heureusement, il était chaudement couvert; car il faisait un froid des
plus vifs. Mais, sans boussole, sans instruments propres à déterminer
exactement sa position, l'infortuné ne pouvait compter que sur un hasard
bien douteux pour arriver à un port de salut.

La journée fut triste, la nuit plus triste encore. Cependant le courage
du capitaine demeurait indomptable, quoique dans la soirée précédente,
il eût remarqué qu'il n'avait pas une goutte d'eau abord. Pour remédier
autant que possible à ce mal, il s'était approché d'une banquise, y
avait assujetti son canot, et, grimpant sur le banc de glace, avait
détaché les congélations supérieures, qui, formées par les pluies et les
neiges fondues, produisent, on le sait, une eau assez potable.[2]

[Note 2: Les expériences chimiques ont démontré aujourd'hui que
la congélation de l'eau a des effets assez analogues à ceux de son
ébullition. Le résultat est presque le même. Par exemple, l'eau de mer
bouillie se dépouille presque entièrement, par évaporation, des sels
qu'elle tient en combinaison. Si l'on condense la vapeur ainsi élevée,
la quantité d'eau dégagée de sel égalera environ les deux tiers du
tout. Or, ceux qui ont eu l'occasion de s'assurer du fait savent
qu'indépendamment des parties qui reçoivent les neiges et la pluie du
ciel, la substance des icebergs se composa de deux tiers d'eau pure.
Cela est si vrai que les baleiniers, destinés à la pêche dans le détroit
de Davis ou sur les côtes du Groënland, n'emportent qu'une faible
provision d'eau, certains qu'ils sont d'en trouver en abondance dans
les icebergs, ou les îles de glace, comme ils les appellent. Beaucoup de
glaçons, de dimensions relativement médiocres, sont même traversés par
des veines bleues, remplies d'eau de neige congelée, très-potable.]

Ayant étanché sa soif et recueilli une certaine quantité de ces glaçons
pour les besoins à venir, il reprit sa périlleuse navigation.

Le lendemain et jours suivants n'apportèrent aucun changement à la
terrible situation du capitaine, sinon que le temps s'adoucit et devint
peu à peu supportable. Rappelons-nous, au surplus, qu'on touchait à la
fin de juin. Alors, même à une grande élévation dans la mer polaire,
l'atmosphère arrive souvent à un degré de chaleur extrême, sans que
les glaces qui obstruent l'Océan septentrional subissent d'altérations
sensibles.

Quoique Guillaume ménageât ses minces provisions, autant qu'il pouvait
sans épuiser ses forces, elles diminuèrent trop vite. Bientôt, il
entrevit l'heure où elles lui feraient entièrement défaut. Parfois, ses
yeux avides interrogeaient l'espace, cherchant à discerner un cap, une
voile à l'horizon. Et rien! rien que des icebergs ou montagnes de
glaces bleuâtres, une mer également bleue, un ciel gris d'une désolante
monotonie. Parfois aussi un mirage décevant lui faisait prendre pour
la terre une de ces masses cristallisées; mais, peu après, la réalité
cruelle lui montrait son erreur.

La faim commençait à le tourmenter. Sans succès il avait essayé de
pêcher avec une ligne faite des fils de sa chemise et d'un morceau
de fer pour hameçon; sans succès il avait essayé d'attraper un de ces
goélands qui voletaient fréquemment autour de son esquif et par leurs
cris perçants semblaient insulter à sa détresse.

Pour comble de misère, l'eau douce allait lui manquer aussi, car l'Océan
se dégageait, et les collines flottantes où Dubreuil allait la chercher
se faisaient plus rares.

Un matin, après un jeûne de vingt-quatre heures, il s'éveilla aux
torturantes injonctions de son estomac, qui réclamait impérieusement de
la nourriture. Sa langue était sèche, ses lèvres eu feu. Pour apaiser la
soif ardente dont il était consumé, Dubreuil se mit à laper le givre que
la fraîcheur de la nuit, jointe à la chaleur de son corps, avait fait
éclore, en blanches étoiles, sur ses vêtements.

Pauvre et insuffisante ressource!

A midi, il se sentait épuisé, lorsqu'une forte brise chassa son canot
vers un immense champ de glace qui s'étendait à perte de vue à tribord.
On eût dit la côte d'une vaste terre. A mesure qu'il en approcha,
Guillaume éprouva une indicible sensation de plaisir. Était-ce une île?
était-ce le rivage qu'il demandait à Dieu avec tant d'instance?

Pour la première fois, depuis une semaine, le soleil s'était levé. En
éclatant sur la ligne de glace, ses rayons lui imprimaient les couleurs
les plus chatoyantes, les formes les plus fantastiques, les plus
variées. C'étaient des pics sveltes comme des campaniles, des tours
aussi majestueuses que celles de nos basiliques, les unes rondes,
d'autres carrées, celles-ci coiffées d'un chapiteau gothique, celles-là
munies de créneaux et mâchicoulis. Ailleurs, on remarquait une voûte,
une arche de pont; ailleurs une ville avec ses remparts, ses églises,
ses monuments publics. Dominant le tout, sur une hauteur, se dressait le
royal palais, avec «ses murailles de granit, sa colonnade, sa terrasse
italienne, et le soleil qui la colorait la rendait éblouissante, comme
un de ces temples d'or où demeuraient les dieux Scandinaves.»

Spectacle enchanteur, unique, que l'on admire dans cette partie du
monde seulement, comme si la nature eût voulu la consoler, par des
magnificences sans rivales, des duretés si grandes qu'elle a eues,
d'ailleurs, pour elle, à tous autres égards!

Malgré sa faiblesse, malgré les besoins pressants qui le tenaillaient,
Dubreuil contemplait, ébloui, ravi, du fond de son esquif, le magique
panorama déroulé sous ses regards.

Mais il fallait songer à aborder; car, en supposant que ce ne fût pas la
rive d'une terre, cette barrière de glace devait procurer au capitaine
l'eau qui lui était si nécessaire et peut-être quelque chose à manger!

L'opération présentait de grandes difficultés, notre marin étant fort
débile; il n'avait à sa disposition d'autre outil qu'un croc à lance,
trouvé dans le canot, et la muraille se dressait perpendiculairement à
des hauteurs extraordinaires.

Mais elles étaient déchiquetées en anses, baies, fiords; et Guillaume
espéra trouver une entrée où son canot serait à l'abri des coups de mer
et où lui-même pourrait débarquer.

Cette fois, son attente ne fut pas trompée.

Dans un goulet profond, creusé entre deux promontoires de glace, dont le
sommet surplombait à plus de trois cents pieds d'élévation, il découvrit
une sorte d'escalier naturel, conduisant, par une pente douce, à la
crête de ces falaises.

La brise le poussait droit dans le goulet. Il n'eut donc besoin de se
servir du croc que pour empêcher le canot de heurter trop violemment,
quand il loucha au rivage.

Après l'avoir amarré à une saillie de glace, Dubreuil, s'appuyant au fût
de son croc, descendit sur la plage et se mit à genoux, pour remercier
Dieu de l'assistance inespérée qu'il venait de lui accorder.

Il n'y a point d'athées dans les grandes infortunes. Jamais l'Être
Suprême ne manque de se révéler à elles avec sa sublime éloquence.

Pour courte qu'elle eut été, la prière de Guillaume n'en fut pas moins
fervente.

Montant ensuite quelques marches de l'escalier, il but à longs traits,
avec cette volupté inexprimable que seuls connaissent ceux qui ont
souffert les atroces brûlements de la soif, il but l'eau fraîche
qui, sous l'ardeur du soleil, coulait par des rigoles du faite de la
banquise.

L'apaisement de ce premier besoin lui rendit une partie de ses forces.
Pour surcroît de bonheur, au bout de cinq minutes, et en arrivant à
la cime de l'iceberg, il aperçut, dans une crevasse, un nid d'oiseau
aquatique, contenant cinq oeufs gros comme ceux du canard. Je laisse à
penser si cet aliment sain et nourrissant fut vite avalé!

Un peu restauré, le capitaine examina alors le lieu où il était parvenu.

C'était une plaine de glace sans bornes,--glace à droite, glace à
gauche, glace en avant,--qui allait se fondre dans un incalculable
lointain, avec la dégradation progressive de l'azur céleste. Pourtant,
ça et là, des monticules étincelant au soleil, et, à une longue
distance, quelques vapeurs légères, se tordant en spirales dans
l'espace, rompaient l'uniformité de ce champ d'albâtre.

Les vapeurs étaient-elles produites par la fumée d'un feu ou par l'un
de ces vastes lacs qui, en été, se forment fréquemment au-dessus des
banquises? Question bien intéressante pour notre marin! Il tâchait de
la résoudre, quand un grondement sourd et caverneux attira son attention
d'un autre côté.

Guillaume se tourne avec vivacité et voit, à cinquante pas de lui, un
monstre qui s'ébat amoureusement sur la glace.

De couleur grisâtre moucheté de brun, monté sur deux pattes fort
courtes, qu'on jugerait incapables de porter le poids de son corps,
l'animal avait vingt pieds de longueur, autant de grosseur et la figure
générale d'un poisson, sauf la tête, ovale; garnie aux coins de la
gueule de soies piquantes et armée de deux défenses, comme celles d'un
éléphant».

Son mufle hideux était éclairé par des yeux rouge-vif, qui lui donnaient
un air de cruauté sanglante.

C'était une vache marine, morse, walrus ou hippopotame septentrional.

Dubreuil n'en avait pas encore vu; mais il avait lu assez de
descriptions de ce gigantesque amphibie pour le reconnaître, il savait
aussi que, inoffensif si on le laisse en repos, le morse devient
terrible lorsqu'il est attaqué, surtout en mer, où, plus d'une fois, il
a renversé et fait chavirer, avec ses redoutables dents crochues, des
embarcations chargées d'hommes.

Sans être un mets délicat, sa chair est mangeable. Plusieurs tribus
sauvages en font leurs délices, et les pêcheurs européens ne la
dédaignent pas.

Guillaume savait encore cela, et il avait faim!

C'est la pire des conseillères que la faim! Mais aussi elle donne de la
vigueur à l'impotent, du courage au poltron, de l'habileté au niais.
Que ne fait-elle-pas pour celui qui possède naturellement ces qualités!
Dubreuil les possédait, les deux dernières du moins, à un degré
supérieur:--avec celles-là, on supplée aisément à la première, quand
elle ne fait pas absolument défaut.

Mais, pour se risquer à demander sa nourriture à une pareille bête,
pesant deux à trois mille livres, il faut avoir des armes, être-en
nombre; Dubreuil était seul, il n'avait pas d'armes. Devait-il imposer
silence à son appétit? devait-il fermer impitoyablement l'oreille aux
gémissements de son estomac? devait-il détourner les yeux de cette
masse, de graisse luisante; fascinatrice, j'allais dire parfumée, qui
l'entretiendrait dans l'abondance durant des mois entiers! car près
du pôle les ménagères ont un avantage très-appréciable: les vivres ne
craignent guère la corruption; ils s'y conservent indéfiniment. J'en
appelle au mammouth trouvé, vers 1806, à l'embouchure de la Lena,
dans une masse de glace où il gisait depuis... le déluge... et avant
peut-être!--sans que ses chairs se fussent gâtées, puisque les chiens du
XIXe siècle en dévorèrent une bonne partie!

Oui, en y réfléchissant bien, il eût été dur, trop dur d'abandonner
semblable magasin de comestibles sans tenter de s'en emparer. Le moyen?
Dubreuil fît sonner sur la glace la hampe de son croc à lance, et,
vaillamment, prudemment, il marcha droit au morse.

L'animal le vit venir sans trop s'émouvoir, il paraissait plus surpris
qu'intimidé.

Dubreuil s'en put approcher assez près pour tenter de lui porter un
coup. Tenant ferme la lance par le milieu, il l'éleva à la hauteur de
sa tête et la darda de toute sa force contre l'énorme amphibie. Il
s'imaginait que le fer allait disparaître tout entier dans son flanc.
Point. L'arme rebondit, sans avoir entamé l'épaisse carapace.

Cependant l'hippopotame pousse un grognement de colère. Ses prunelles
enflammées flamboient; il dresse son mufle affreux, et, s'affermissant
sur la queue, il s'élance, fond contre l'ennemi avec un effroyable
fracas. Guillaume a prévu ce mouvement; il est sur ses gardes. Comme le
colosse ne se peut mouvoir que tout d'une pièce, Guillaume s'est jeté de
côté, et le walrus retombe lourdement, en soufflant comme un boeuf.

De nouveau, le harpon de l'homme est prêt; de nouveau il siffle dans
l'air et frappe l'animal. Cette fois il l'atteint à la poitrine, au
moment où le morse tournait la tête pour se rejeter sur son agresseur,
en conséquence la peau, tendue comme celle d'un tambour, est facile à
percer. La lance y plonge jusqu'au crochet. Mais là elle s'arrête; les
efforts de Dubreuil ne réussissent pas à la faire pénétrer plus avant.

Le morse se débat; il halète; il rugit. Sous ses griffes la glace vole
en mille éclats, et sa queue la fait sonner comme le marteau sur
une enclume. Bientôt, néanmoins, par un brusque soubresaut, il s'est
débarrassé du fer, et Dubreuil, pris à l'improviste, s'en va rouler à
quelques pas, son croc dans la main.

Avant qu'il ait eu le temps de se relever, l'animal a couru sur lui. De
ses pieds pesants il lui écrase les jambes. Guillaume sent la bouillante
baleine du monstre passer sur-son visage, et ses tranchantes canines lui
labourer la cuisse. La mort est là, livide, décharnée, affreuse. Elle
réclame une victime. Quelques secondes encore, et c'en sera fait.
Du malheureux aventurier il ne restera rien, plus rien que quelques
lambeaux de chairs informes. Pas une voix n'ira conter à ses amis son
épouvantable destin!

Mais, à cet instant critique, Dubreuil n'a perdu ni son sang-froid, ni
la sûreté de son regard.

Étendu sur la glace, le buste à demi redressé, la lance en arrêt, il
recueille et thésaurise, pour ainsi dire, dans son oeil et son bras
droit, tout ce qui lui reste de vitalité; il vise à la tête et enfonce
profondément son arme dans la gueule béante du morse.

Des flots de sang s'échappent, avec un rauque mugissement, de la
blessure. Le mammifère recule, par bonds et par sauts, en battant, comme
avec un fléau, la glace, du manche du croc demeuré dans la plaie.

Aveuglé, étourdi, mais fou de douleur, fou de rage, il cherche son
adversaire, il respire la vengeance.

Dubreuil s'est remis sur pied, réfugié derrière un glaçon, et il essaie
de le soulever pour en broyer le corps de l'animal, qui, dans ses
convulsions, vient de casser en deux la hampe de la lance.

Malgré sa bravoure, malgré son flegme, le jeune homme frémit en songeant
au danger qu'il a couru. Ses mains tremblantes se refusent à le servir,
et tout péril n'a point cessé pour lui, lorsque des cris étranges
partent derrière, à sa droite.

Guillaume tourna la tête et aperçut une douzaine de bipèdes, si
grotesques d'apparence, qu'il se demanda aussitôt si c'étaient des
singes ou des êtres humains. Ils n'étaient que poil des talons à la
tête, et, de leur visage, on distinguait seulement les yeux, les
traits étant masqués par une pelleterie ou par un cuir naturellement et
très-épaissement velu.

Hommes ou animaux, ces créatures criaient et gesticulaient à l'envi.

Guillaume aurait été fort embarrassé de se prononcer sur leur espèce,
quand l'un de ces individus banda tout à coup un arc qu'il tenait à
la main, comme un bâton, y plaça une flèche et la décocha à la vache
marine.

Touchée au coeur, elle expira presque immédiatement.

Sa mort fut signalée par un redoublement de clameurs.

Cependant, les sauvages avaient découvert l'homme blanc, et ils
s'étaient arrêtés, ne sachant s'ils devaient avancer ou reculer.

La délibération fut courte.

Ils étaient en nombre: plus que suffisant pour avoir peu du chose à
craindre de cet étranger.

Celui d'entre eux, qui avait achevé le morse, fit quatre ou cinq pas
vers Dubreuil, et, par des signes, l'invita à les joindre.

Il n'y avait pas à hésiter. Le capitaine se rendit à l'invitation.

S'étant approché, il remarqua, tout d'abord, que c'étaient des hommes
comme lui, mais un peu moins grands, un peu plus trapus et couverts,
de peaux de bête. Ils portaient des arcs, des flèches, des lances,
des harpons, le tout paraissant fait avec de la corne ou des fanons de
baleine.

L'un de ces indigènes,--une femme probablement,--avait, derrière le cou,
un capuchon dans lequel s'agitait un enfant en bas âge.

Ils répétaient fréquemment le mot:

--Uskimé! Uskimé!

Leur langue était d'une douceur particulière, quoique gutturale.

Si Dubreuil était étonné, de la rencontre, ils ne l'étaient pas moins.
Timides au début, ils s'enhardirent promptement et se mirent à palper le
capitaine, comme s'il eût été un objet curieux dont ils ignoraient le
mécanisme ou la structure. Cependant leurs intentions ne semblaient pas
mal veillantes.

Observant que les boutons de cuivre de son habit faisaient
principalement leur admiration, Guillaume arracha six de ces boutons
et les distribua à la bande, dont la joie se manifesta par des
vociférations, des transports inimaginables.

--Angekkok! Angekkok (sorcier! sorcier!) criaient-ils sur tous les tons,
en dansant autour du marin, qui, s'il ne comprenait pas la signification
de ce terme, devinait néanmoins qu'il s'appliquait à un être ou une
chose tenue en profond respect par ces gens.

Mais ces témoignages d'amitié et de vénération ne rassasiaient pas
Dubreuil. Portant les doigts à sa bouche, il leur fit entendre qu'il
avait faim. Toute la troupe se précipita sur le cadavre du morse et le
dépeça avec rapidité.

Le sang, l'huile et la graisse coulèrent à torrents. La langue de
l'animal fut solennellement offerte au capitaine. Comme elle était crue,
il exprima par gestes le désir d'avoir du feu.

Ce désir excita la surprise et les rires des sauvages. Et, pour montrer
qu'ils n'en avaient pas ou s'en passaient volontiers, ils s'accroupirent
devant les débris de la vache marine et commencèrent à les dévorer, tout
pantelants, avec une prodigieuse gloutonnerie, après avoir enlevé le
masque de fourrure qui leur cachait le visage.

Ils ne mâchaient pas, ils engloutissaient les morceaux. Que dis-je?
empoignant à deux mains un quartier de viande pesant cinq ou six livres,
ils le portaient à leur bouche et semblaient l'avaler par aspiration.
L'opération ne leur demandait pas plus de quelques minutes, et, dès
qu'un quartier avait ainsi disparu, un autre reprenait sa place.

Quel que fût son appétit, Dubreuil ne pouvait se résigner à manger
la langue qu'on lui avait donnée. Son coeur se soulevait dès qu'il
l'approchait de ses lèvres.

La femme qui accompagnait les Indiens et qui se repaissait à l'écart,
s'en aperçut. Lâchant d'une main un cuissot auquel elle était
énergiquement attelée, mais le retenant avec les dents, elle tira de
dessous son vêtement un poisson fumé, et le présenta à l'étranger.

Le poisson n'était guère plus ragoûtant que la langue; mais, ventre
affamé...

Dubreuil ferma les yeux, pour ne point voir la trace sanglante dont les
doigts de la charitable dame avaient marqué le cadeau, et il accorda
enfin satisfaction à son estomac, en dépit des éloquentes protestations
de son palais.

Leur repas fini, les sauvages se partagèrent la carcasse du morse;
chacun chargea sur son dos la portion qui lui revenait et ils engagèrent
le capitaine à les suivre. Guillaume y consentit volontiers. Mais, avant
de s'éloigner, il voulut s'assurer que son canot était solidement amarré
au rivage.

C'est pourquoi, en indiquant qu'il allait les rejoindre, il se prit à
descendre rapidement les degrés qui menaient au bas de la falaise.

Arrivé au pied, Dubreuil entra dans l'embarcation pour ferler la voile
et abattre le mât.

Il y était à peine, qu'un bruit assourdissant, comme la décharge de cent
pièces d'artillerie, ébranle l'air, le sol et les ondes. De toutes
parts des échos répercutent longuement ce son formidable, et l'un des
promontoires de glace qui dominaient le canot de Dubreuil, s'effondre
dans l'Océan, au milieu d'un déluge d'eau et d'un tourbillon de neige et
de glace pulvérisée.



                                 III

                            LE GROËNLAND


Comment, enveloppé et entraîné par le cataclysme, Guillaume Dubreuil ne
fut pas haché en morceaux, comment il ne, périt pas au fond des ondes,
et comment il se trouva subitement transporté de son canot sur un glaçon
à l'entrée du goulet, telles sont les questions que, souvent depuis, le
capitaine se posa sans les pouvoir résoudre d'une façon satisfaisante.
N'étant pas mieux renseigné que lui, nous nous bornons à constater qu'il
était alors mouillé jusqu'aux os et épuisé de fatigue.

Probablement, dans la catastrophe, il avait été renversé à l'eau; puis,
étourdi, il avait, poussé par l'instinct de la conservation, nagé,
s'était accroché à ce glaçon flottant sur lequel il se tenait tout
transi, et était parvenu à s'établir au sommet.

Qu'il en soit ou non ainsi, le remous des vagues, après l'accident,
charriait le fragment de glace vers la haute mer. La chaloupe avait été
submergée: on n'en voyait plus aucun vestige.

S'il n'eût été épuisé, Dubreuil se serait remis à la nage pour gagner la
rive. Mais ses forces l'avaient abandonné.

Le glaçon fuyait toujours.

Guillaume éleva les bras vers les sauvages, groupés à la pointe du
promontoire faisant face à celui qui venait de s'ébouler. Mais, de la
hauteur où ils se trouvaient, à peine pouvait-on distinguer ses signes.
L'un des Indiens, cependant, saisit une lance et mira le glaçon.
Dubreuil, qui guettait tous leurs mouvements, crut d'abord qu'ils en
voulaient à sa vie. Il se roula dans une crevasse, pour se dérober à la
visée du sauvage, et l'arme tomba à quelques pieds de lui.

Il s'attendait à recevoir une grêle de traits. Mais remarquant que les
Indiens restaient maintenant immobiles, il comprit leur intention. La
lance lui avait été envoyée comme un instrument capable de l'aider dans
sa périlleuse situation.

En effet, quand il se releva pour la ramasser, les indigènes
manifestèrent, par une pantomime expressive leur joie d'avoir été
devinés. Longue de douze pieds, cette lance se composait d'une dent de
narval fixée à un manche de frêne.

Le capitaine s'en servit tantôt comme d'une gaffe, tantôt comme d'une
rame, pour empêcher son radeau de dériver davantage, puis pour le
ramener dans la petite anse. Sa lassitude et le retrait de la marée
rendaient la besogne ardue. Heureusement, deux sauvages descendirent la
côte et vinrent lui prêter leur assistance, en se jetant à la mer et en
remorquant le glaçon jusqu'au rivage.

Dubreuil grelottait; quant à ses libérateurs, ils paraissaient aussi
à l'aise, dans leurs vêtements ruisselants d'eau, que si de chaudes et
sèches fourrures les eussent enveloppés.

Tous trois remontèrent la côte, et la petite troupe se mit en marche,
après avoir témoigné le plaisir qu'elle avait de revoir l'homme blanc.

Ces gens étaient d'une taille au-dessous de la moyenne; ils avaient
les yeux noirs, petits, perçants, inclinés comme ceux des Tartares; les
pommettes des joues saillantes, le teint cuivré; point de barbe. Les
traits de la femme différaient peu de ceux des hommes, mais ils étaient
moins rudes; elle portait les cheveux relevés et retombant en arrière.

Son costume et celui de ses compagnons avaient une grande ressemblance,
à l'exception d'un pan descendant de sa pelisse sur les talons, comme
les basques d'un habit, et du capuchon, qui était beaucoup plus ample,
car, ainsi que nous l'avons dit, il servait de berceau à un nourrisson.

Ce costume était une jaquette en double peau de renne ou de phoque, poil
en dedans, poil en dehors, garni, comme le froc d'un moine, d'un capuce,
pour couvrir la tête et les épaules. Le vêtement descend jusqu'aux
genoux. Les culottes, de même matière, sont très-courtes. Elles ne
montent pas au-dessus des reins, afin de ne point gêner la liberté des
mouvements.

Sur leur jaquette, ils portaient une chemise fabriquée avec des
intestins de phoque, et, sur le tout, quelques-uns avaient une camisole
de peau tannée. De grandes bottes fourrées sans talons, avec plis devant
et derrière, également en peau de renne ou de veau marin, complétaient
l'habillement, cousu avec des boyaux de poisson, artistement taillé et
orné de bandelettes de pelleteries de couleurs variées.

Les couteaux, arcs, flèches, lances dont ils étaient armés, avaient été
tirés des ossements de la baleine, des dents du morse ou du narval et
des branches du pin ou du frêne.

Tout en marchant péniblement, Dubreuil faisait ces observations, au bout
d'une heure, ses yeux, irrités par la constante réflexion des glaces,
purent enfin se reposer sur un paysage moins monotone et plus animé,
bien propre à réjouir le coeur du capitaine, après les épreuves qu'il
venait de subir.

C'était une plaine ou plutôt un vallon verdoyant, enfermé dans de
hautes montagnes, plaquées de neiges éternelles. Dépeindre les richesses
relatives de ce vallon serait impossible. Je ne saurais le comparer qu'à
une oasis dans le désert africain: au fait, n'était-ce pas une des oasis
du désert hyperboréen? On n'y voyait pas de majestueux palmiers, sans
doute, pas de cocotiers gigantesques, aucun des monarques du règne
végétal; mais les bouquets de saules nains aux feuilles d'émeraude,
les quinconces de pins, les massifs de petits frênes tremblotant et
murmurant à la brise, charmaient le regard déjà séduit par les fleurs
chatoyantes qui émaillaient le sol:--l'angélique avec ses ombelles
chargées d'or, le romarin, étalant des gueules d'un pâle azur, la
cochléaria, penchée sous ses grappes d'albâtre, le thym aux appétissants
parfums, et la tormentille, et l'herbe jaune dont la racine a l'odeur
des roses, et cent autres plantes communes avec les contrées plus
méridionales ou particulières à ce climat.

La scène enchantait Dubreuil, quoique ce fût une faible miniature des
riches paysages européens, et comme le dernier effort de la féconde
nature expirante. Mais ce qui flattait surtout notre homme, c'était la
vue d'une dizaine de cabanes, dans l'une desquelles il espérait pouvoir
bientôt reposer ses membres harassés par les labeurs de la journée.

Ces huttes étaient de deux sortes: celles-ci avaient la forme d'un four,
celles-là d'un pain de sucre. Les premières paraissaient des demeures
stables. Un mur de trois pieds d'élévation, recouvert avec des peaux et
des mottes de terre, en composait l'enceinte. On y pénétrait par un trou
étroit semi-circulaire. Les secondes ressemblaient à des tentes: pour
charpente, elles avaient de longues perches, réunies au sommet comme les
branches d'un compas, pour revêtement, des peaux de phoque ou de renne,
huilées afin de les rendre imperméables à la pluie.

Le capitaine fut introduit, dans une des loges en pierre.

Comme elle était assez bien éclairée par des fenêtres garnies de boyaux
de veau marin en guise de vitres, d'un seul coup d'oeil il embrassa
l'intérieur.

La demeure était à moitié creusée dans le sol. Elle pouvait avoir vingt
pieds de long, quinze de large. Deux rangées de poteaux, plantés à
distance égale les uns des autres, en soutenaient la toiture. Plusieurs
familles occupaient cette habitation. Les poteaux indiquaient leur place
respective. Au bas de chacun brûlait, sur un trépied, une grande lampe
de pierre ollaire ovale, avec une mèche en mousse. Chaque lampe était
disposée de façon à s'alimenter elle-même. A cet effet, une branche
mince et longue de graisse de baleine ou de phoque était placée près de
la flamme, dont la chaleur faisait tomber l'huile goutte à goutte dans
le vase. Au-dessus de la lampe pendait encore une espèce de chaudière,
aussi en pierre, destinée à cuire les vivres; au-dessus enfin s'étendait
un échafaud avec un filet nommé _muctat_, où séchaient des vêtements.
Des bancs ou des claies tapissés de peaux, et posés entre les poteaux, à
deux pieds du sol, tenaient à la fois lieu de lits et de sièges.

Au moment où Dubreuil entra dans la loge, quelques femmes causaient et
caquetaient à une extrémité de ces lits; des hommes, tournant le dos aux
femmes, fabriquaient des armes, à l'autre extrémité.

Dans la hutte, la chaleur était extrême, mais, malgré la grande quantité
de lampes, il n'y avait pas le plus léger nuage de fumée. En revanche,
une puanteur écoeurante de graisse, d'huile, d'immondices de toute
nature provoquait, chez l'étranger, d'insurmontables nausées, et lui
faisait maudire la délicatesse de ses nerfs olfactifs.

Quoique le capitaine fût plus habitué aux fétides exhalaisons d'un
bateau-pêcheur qu'aux parfums d'un boudoir, il ne put s'empêcher de
reculer.

On lui fit signe de se déshabiller. Il pensait que c'était pour sécher
ses vêtements; mais c'était pour lui faire honneur, car telle est la
coutume de ces peuples. Ancien mousquetaire, marin d'aventure, Dubreuil
ne comptait pas la chasteté parmi ses qualités cardinales; cependant
il éprouvait une certaine répugnance à se montrer dans l'état adamique
devant ces femmes, dont quelques-unes n'étaient vraiment pas laides du
tout.

Ses hôtes, qui ne comprenaient rien à son hésitation, crurent lui rendre
service en se constituant ses valets de chambre. Eux-mêmes s'étaient
déjà mis dans le plus primitif appareil. Il n'eut bientôt rien à leur
envier à cet égard.

On lui offrit à manger; mais Dubreuil avait plus sommeil que faim; et il
se jeta sur un lit, où sa pudeur offensée put enfin calmer ses alarmes
sous une soyeuse peau de renne.

Le lendemain, Guillaume, convenablement reposé et remis de ses fatigues,
commença à étudier la langue et les moeurs des gens au milieu desquels
la destinée l'avait envoyé.

Dès qu'il connut le mot _kina_, signifiant qu'est-ce que cela? il apprit
le nom de tous les objets qui se présentaient à ses sens, et l'écrivit,
avec un os pointu pour plume et du sang de phoque pour encre, sur une
peau de cet animal passée à la pierre ponce.

Tout d'abord, il remarqua que beaucoup de termes ont une analogie
frappante avec le latin, comme _kunà_, femme, _kutte_, goutte, _igneh_,
feu, _asqua_ (prononcez _esqué_), eau, et, en peu de temps, il entendit
les indigènes et sut s'en faire entendre.

Alors, Dubreuil apprit qu'il se trouvait à la pointe orientale du
Groënland, pays plus proprement nommé par les naturels Succanunga
ou Terre du Soleil, et plus tard par les Celtes _Grianland_, Terre
d'Apollon ou du Soleil, ce qui était conforme au nom indigène et au
bon sens, car appeler, comme le firent ensuite les navigateurs danois,
Groënland ou Terre Verte, une région relativement aussi dépourvue
de produits végétaux, est une dérision, une absurdité qu'explique
toutefois, jusqu'à un certain point, la similitude qu'il y a entre
l'expression celtique Grianland et l'expression danoise Groënland.
Terre du Soleil est bien plus admissible, puisque, pendant les deux
mois d'été, la réflexion de cet astre sur les glaciers rend, à certaines
heures, la chaleur insupportable et donne à la contrée l'aspect d'une
vaste fournaise chauffée à blanc.

Dubreuil apprit aussi que les aborigènes étaient des Uskimé: par
abréviation, Uski, baptisés par nous Esquimaux, Mangeurs-de-viande-crue,
suivant le père Charlevoix. Cette traduction, adoptée avec trop de
facilité, est erronée: Uskimé, corruption d'_esqué_, plus l'adjonctif
_mé_, se doit rendre par Gens-des-Eaux.

Quoi qu'il en soit, les Groënlandais traitaient parfaitement notre
ami, qui s'accoutumait peu à peu à leur genre de vie, sauf pourtant à
l'abominable malpropreté dont ils se font une gloire; car, pour exprimer
leur odeur de prédilection, ils disent,--le vocable n'est pas plus
barbare que l'idée qu'il comporte,--_«niviarsiarsuanerks»_, «cela
sent un parfum de vierge». Or, qu'est-ce, pour eux, qu'un parfum du
vierge?--Chaste muse, viens à mon secours, inspire-moi une périphrase
assez voilée pour ne point blesser les oreilles trop pudiques.--Le
parfum des vierges esquimaues, c'est le parfum de l'eau que toutes les
femmes,--voire les hommes,--sauvages ou civilisées, blanches ou rouges,
noires ou jaunes, distillent naturellement, quand un prosaïque besoin se
fait sentir, et dont les élégantes du Groënland se lavent le visage et
s'oignent les cheveux, comme nous ferions avec de l'huile antique ou de
l'eau de Cologne[3]. Mais ne nous moquons pas trop de ces simplesses. Le
temps n'est pas loin où nos grands-pères faisaient à peu près de même,
et, à la campagne comme à la ville, plus d'un contemporain formaliste
pratique encore sans s'en flatter des usages d'un goût aussi équivoque.

[Note 3: Le missionnaire danois Hans Egède, qui est resté vingt-cinq
années au Groënland, et qui confirme ce curieux détail de moeurs,
ajoute:

«Ainsi lavées, elles s'exposent à l'air froid, et laissent geler leur
chevelure mouillée, pour en montrer la longueur.»]

Guillaume Dubreuil essaya, par des remontrances, de corriger les
Uskimé de leur saleté sordide; tous rirent au nez de l'_Innuit-Ili_,
l'Homme-Blanc, comme ils l'appelaient, tous, excepté sa charmante
institutrice, la douce _Toutou-Mak_, la Biche-Agile, fille de son hôte,
_Tri-u-ni-ak_, le Renard.

C'était elle qui lui donnait obligeamment des leçons dans l'idiome
succanunga; c'était pour elle qu'il avait le plus de penchant; et,
certes, son affection était largement payée de retour.

Afin de lui plaire, Toutou-Mak avait renoncé à beaucoup des modes de
son pays. L'eau de neige fondue servait maintenant à ses ablutions
journalières; elle rinçait les vases où elle mangeait, et
s'abstenait--devant le capitaine au moins--de cette friandise animale
qu'on trouve d'ordinaire près du cuir chevelu, et dont tous les Indiens
sont si gourmands! Elle avait encore apporté d'autres modifications
notables dans ses manières et sa toilette. Aussi, par moquerie, ses
compagnes l'avaient-elles sobriquetisée _Innuit-iliounà_, la femme de
l'Homme-Blanc.

Sa femme! oh! elle eût bien voulu l'être! Mais Dubreuil était loin alors
de songer au mariage. Sa tendresse pour la jeune fille n'allait point
jusque-là. Il ne soupçonnait même pas l'amour qu'il avait allumé dans le
coeur de Toutou-Mak.

Un jour, il la surprit pleurant derrière un épais buisson de genièvre.

--Qu'a donc ma petite soeur? dit-il en s'asseyant près d'elle.

La Biche-Agile rougit, cacha sa tête dans ses mains, et répondit par une
explosion de sanglots.

Guillaume reprit doucement avec intérêt:

--Toutou-Mak ne veut-elle se confier à son ami? Peut-être trouvera-t-il
en son coeur des consolations pour elle. Toutou-Mak sait que
l'Homme-Blanc connaît beaucoup de secrets ignorés des Uski.

--Ah! murmura-t-elle, je suis bien malheureuse!

--Pourquoi, malheureuse! A-t-on fait de la peine à ma soeur? S'il est
en mon pouvoir de la soulager, je la soulagerai, dit-il en écartant les
mains que l'Indienne tenait encore sur ses yeux.

Elle était vraiment gracieuse, la jeune Toutou-Mak, malgré les
larmes qui coulaient en ruisseaux le long de ses joues, et malgré un
matachiage[4] figurant deux menues lignes noires au-dessus des sourcils,
et trois ou quatre semblables à chaque coin de la bouche, comme les
barbes d'un chat.

[Note 4: Sorte de peinture usitée parmi les Américains du Nord.]

Elle avait l'oeil bleu, brillant, bien fendu, le nez légèrement aquilin,
les lèvres petites, d'un aimable contour, le teint clair, presque rose,
et une merveilleuse chevelure aussi noire que des fanons de baleine,
qui, déployée, tombait sur ses talons.

Le tatouage lui donnait une physionomie féline, nullement messeyante.

Cette jolie tête était encadrée par de magnifiques _rogigla_, tresses de
cheveux flottant de chaque côté et attachées par des lanières de peau de
daim roulées en spirale; elle reposait sur de larges épaules nouées à
un buste svelte, dont une casaque de peau de renne, bordée de duvet
de cygne et étroitement serrée à la naissance de la taille, faisait
admirablement ressortir la cambrure. Le pantalon était en cuir d'élan,
couleur chamois, brodé aux coutures et agrémenté avec des bandes de
vison. Des bottes, doublées en peau de lièvre aussi blanche que la
neige, emprisonnaient son pied mignon.

A ses oreilles pendaient deux de ces grosses perles qu'on trouve en
abondance dans les criques de la côte groënlandaise.

--Ah! jamais mon frère n'y pourra rien, dit-elle en détournant le visage
pour essuyer ses pleurs.

--Toutou-Mak doute-t-elle de mon pouvoir?

--_Nème! nème_ (non, non)! Je sais qu'Innuit-Ili est puissant, bien
puissant, que sa force et son adresse dépassent celles des Uski; mais il
ne peut rien pour la pauvre Toutou-Mak.

Après ces mots, les gémissements recommencèrent.

--Toutou-Mak ne connaît pas encore son frère, dit avec fierté
le capitaine qui, par diverses preuves de sa science, surtout en
astronomie, avait déjà conquis un grand ascendant sur les Groënlandais.

--_Ep! ep_ (oui, oui)! je les connais, répondit avec vivacité la jeune
fille; mais rien ne résiste à Pumè.

--A Pumè! répéta Dubreuil, haussant les épaules.

--Oh! Pumè jette la maladie et la mort où il lui plaît, continua la
Biche-Agile d'un ton terrifié.

--Ma soeur le croit-elle?

Et Dubreuil se mit à rire de bon coeur.

--J'en suis sûre, dit gravement Toutou-Mak.

--Ma soeur l'a vu?

--Oui, je l'ai vu.

Le capitaine fit un geste d'incrédulité.

--La langue de Toutou-Mak ne ment pas, dit-elle. Pumè a voulu que ma
mère mourût, parce qu'elle refusait de lui laisser épouser sa fille, ma
soeur, et elle est morte.

--Et la soeur de Toutou-Mak a épousé alors le meurtrier de sa mère?

--Oui.

--Elle l'aimait donc bien!

--Non, elle ne l'aimait point.

--Je ne comprends pas, dit Guillaume tout surpris.

--Ma soeur était forcée de devenir la femme de Pumè; sans cela, il
l'aurait fait périr avec mon père et moi.

--Mais comment?

--Par ses charmes.

--Ses charmes! On ne punit donc pas les assassins, au Succanunga?

--Punir un angekkok (sorcier)! mon frère y songe-t-il? Mais si c'était
sa volonté, Pumè engloutirait notre tribu entière sous les glaces de ces
montagnes! s'écria-t-elle avec une profonde épouvante, en désignant du
doigt la chaîne de glaciers qui les entourait.

--Alors, reprit Dubreuil, après un instant de silence, c'est ce mariage
qui afflige Toutou-Mak.

--Ce mariage? oh! non! fut-il répondu avec ingénuité. Ce qui m'afflige,
ajouta-t-elle d'une voix altérée, c'est que...

--Eh bien?

--Ma soeur n'a pas d'enfants.

--Toutou-Mak désirerait avoir des neveux ou des nièces? dit Dubreuil en
souriant.

--Oh! oui.

--Si elle aime tant les enfants, que ne se marie-t-elle à son tour?
Toutou-Mak a la beauté de l'aurore naissante, l'agilité du renne,
l'industrie du castor, il ne lui serait pas difficile de trouver un
époux.

Pendant qu'il prononçait ces paroles, l'indienne rougissait et
pâlissait.

Tout à coup, elle se leva, comme pour s'enfuir.

Le capitaine l'arrêta par la manche de son vêtement.

--D'où vient, dit-il, que ma soeur me quitte?

--Ah! mon coeur est gros. Innuit-Ili, laisse-moi.

--Quand Toutou-Mak m'aura appris le motif de sa douleur, dit-il en la
faisant rasseoir.

--Le motif de ma douleur...

--Oui, parle... Aimerais-tu quelqu'un?

La Biche-Agile tressaillit, lança à son interlocuteur un regard de
reproche, puis tristement baissa les yeux.

Ce regard, il avait passé inaperçu. Dubreuil avait l'esprit ailleurs. Il
lui avait semblé ouïr un léger bruit près d'eux.

--Je me suis trompé, ce n'est rien, murmura-t-il, tandis que la
Groënlandaise disait:

--Oui, j'aime quelqu'un, mais ce n'est pas Pumè...

--Assurément s'il a provoqué la mort de ta mère...

Toutou-Mak l'interrompit avec violence:

--Oh! non, je ne l'aime pas, je le déteste!... il me fait horreur!

--Mais, tu disais, ma soeur, que tu aimais quelqu'un? fit Guillaume en
caressant la main de la jeune fille dans la sienne.

La Biche-Agile devint pourpre à cette question, et Dubreuil sentit ses
doigts frémir.

--C'est donc un secret? insinua-t-il tendrement.

--C'est le secret de mon coeur.

--Oh! s'écria Guillaume, le sourire aux lèvres, je n'exige pas une
confession de ma soeur. Ce que je désire savoir, c'est la cause de son
chagrin, afin de l'adoucir s'il est possible.

--La cause de mon chagrin, je te l'ai dite, mon frère, repartit la
sauvagesse avec un profond soupir.

--Tu me l'as dite? je ne me rappelle pas...

--Ma soeur n'a pas d'enfants.

--N'est-ce que cela?

--Tu es cruel, Innuit-Ili!

--Cruel! moi! s'écria-t-il, en se penchant pour lui donner un chaste
baiser, qui répandit de voluptueux, frissons dans les veines de la jeune
fille.

Un froissement de branchages se fit entendre.

Dubreuil se leva et regarda autour de lui.

Mais il ne vit d'autres personnes que cinq ou six indigènes, causant
devant les cabanes, à une centaine de pas de distance.

--Enfin, dit-il, après s'être replacé à côté de Toutou-Mak, explique-moi
pourquoi je te parais cruel.

--Parce que tu te railles de moi. Je t'ai dit que je haïssais Pumè
et que sa femme, ma soeur n'avait pas d'enfants, et tu as répondu:
Qu'est-ce que cela fait?

--Je le répondrais encore, répliqua Dubreuil fort étonné.

--Ignores-tu donc, mon frère, que les hommes ont coutume chez nous de
répudier une femme stérile?

--Je l'ignorais en effet. Je conçois ta tristesse...

--Ce n'est pas tout, hélas! proféra-t-elle avec l'accent du désespoir.

--Pas tout?

--Quand la femme répudiée a une soeur, poursuivit la Groënlandaise d'une
voix tremblante, le mari a droit de prendre cette soeur pour épouse.

En achevant, elle se remit à sangloter amèrement.

--Alors, Pumè...

--Pumè veut que je l'épouse!

--Quoi! ce misérable jongleur! ce vieux barbon à cheveux blancs! cet
invalide décrépit, épouser une créature aussi fraîche, aussi ravissante!
Les glaces de l'hiver prétendre étouffer les fleurs du printemps! oh!
cela ne sera pas, pensa le capitaine.

Et, tout haut, il dit:

--Rassure-toi, ma soeur. Pumè, l'odieux Pumè, ne flétrira point tes
charmes. Je parlerai à ton père. Il m'écoutera...


La Biche-Agile secoua mélancoliquement la tête, d'un air négatif, en
disant:

--Il n'écoutera pas Innuit-Ili. Pumè peut ce qu'il veut. Toutou-Mak
mourra ou sera sa femme.

--Jamais! s'écria Dubreuil, saisissant la jeune fille entre ses bras et
la serrant contre sa poitrine.

--Ce soir, elle sera l'épouse aimée de Pumè, dit à ce moment derrière
eux une voix chevrotante et moqueuse.



                                 IV

                         L'ANGEKKOK-POGLIT


Disséminés sur le littoral des mers polaires, les Esquimaux ont été
divisés en cinq groupes: les Aléoutes, dans les îles de ce nom, entre
l'Amérique septentrionale et l'Asie, les Tchoutches, aux limites des
deux continents; les Grands-Esquimaux, depuis la rivière Mac-Kenzie
jusque et y compris l'archipel Baffin; les Petits-Esquimaux ou
Labradoriens; les Groënlandais, qui s'étendent du 59° de latitude nord
au 70°.

Vers le quinzième siècle, ils comptaient plus de cent mille individus.
Aujourd'hui, on aurait de la peine à en trouver dix mille.

Toutes ces tribus ont assurément une origine tartare. Les traits de leur
visage, leurs habitudes méfiantes, réservées, et surtout leur invincible
disposition à la vie nomade, prouvent la véracité de cette assertion. Il
est présumable que les uns se sont avancés à l'ouest, et se sont
jetés sur la Laponie, où l'on trouve des canots semblables, par leur
construction, à ceux des Groënlandais et des Esquimaux de la baie
d'Hudson. Les autres, se portant au nord et à l'est, peuplèrent le pays
des Samoièdes, puis, par accident ou intentionnellement, se risquèrent
à travers le détroit de Behring, atterrirent en Amérique, d'où ils
se répandirent jusqu'à l'embouchure du golfe Saint-Laurent. Ils
tentèrent même d'envahir l'île de Terre-Neuve; mais ils furent
constamment repoussés par les Mic-Macs et les Indiens Rouges, comme nous
le verrons dans le cours de ce récit.

Les belliqueux indigènes méridionaux n'aimaient pas ces gens du nord,
timides, tristes, à qui ils attribuaient leurs insuccès à la chasse. De
là des rivalités terribles qui n'ont pas encore cessé. Il en devait
être ainsi: l'extérieur de l'Uski, vêtu de ses peaux adipeuses, la
tête encapuchonnée, le corps déprimé, contrastait d'une façon trop
remarquable avec la taille élevée, gracieuse, et l'air martial de
l'homme rouge, rompu à la guerre et furieux des tendances usurpatrices
des nouveaux venus.

Les Esquimaux, d'humeur douce, craintive, superstitieuse, se reléguèrent
sur les parties les moins favorisées du continent. Le nord, ses glaces
et ses froids noirs furent pour eux,--l'ouest avec ses splendides
prairies, ses forêts giboyeuses, pour leurs adversaires.

Les Uski n'ont point de gouvernement, point de chefs politiques; mais il
s subissent le joug du despotisme religieux, représenté par le corps des
_angekkut_ ou jongleurs.

Ces Angekkut ont pour auxiliaires subalternes de vieilles femmes,
appelées _illirsut_, et sont commandés, dans chaque tribu, par un
_Angekkok-poglit_, jongleur en chef, premier vicaire, de _Torngarsuk_,
l'Être-Suprême.

Or Torngarsuk a naturellement sa cour. Parmi les divinités de second
ordre qui lui font cortège, je citerai _Innerterrirsok_, le Modérateur,
parce qu'il ordonne, par la voix des Angekkut, de s'abstenir de certains
actes ou de les commettre; _Erloersortuk_, littéralement le Videur parce
qu'il vide les cadavres et se nourrit des intestins, les _Innuoe_, ou
habitants des mers; les _Ingnersoits_ qui cabanent sur les rochers, les
_Tunnersoits_, esprits du feu: les _Innuarolits_, pygmées vivant sur la
côte orientale du Groënland, les _Erkiglits_, géants, par opposition,
qui résident aux mêmes lieux, _Sillagiksortok_, génie du temps, il
demeure au faîte des montagnes; _Nerrim Innua_, préposé aux règles du
jeûne; enfin les _Tornguk_, sortes d'anges gardiens chargés d'inspirer
les Angekkut et de les protéger.

Chaque Angekkok a le sien qui accourt à son appel, après des invocations
dans les ténèbres, lui enseigne l'art de guérir les affligés, de rendre
fécondes les femmes stériles, de faire des conjurations; des excursions
au Ciel, etc.

N'entre pas qui veut dans la corporation redoutable des Angekkut. Le
clergé de tous les pays a établi autour de lui un inviolable rempart. Si
quelque Uski aspire à la dignité d'Angekkok, s'il veut être initié aux
saints mystères, il lui faut d'abord faire une retraite, s'éloigner de
ses compagnons. (Toujours et partout la même pratique.)

Une fois en solitude, il cherche une grosse pierre, et, quand il l'a
trouvée, s'assied auprès, et prie Torngarsuk de lui être propice. Le
dieu apparaît aussitôt. Effrayé à sa vue, le néophyte s'évanouit et
meurt. Mort il demeure trois jours entiers; après quoi il ressuscite, et
revient, animé d'une ardeur nouvelle, à sa cabane.

Le voilà reçu Angekkok. Les pouvoirs ne lui manquent pas. Cure des
maladies, communications avec Torngarsuk; prévision de l'avenir; soin
des affaires de la tribu; connaissance des époques favorables pour
chasser ou pêcher; ascension au Ciel: il est apte à tout, même à
descendre, comme feu Orphée: aux Enfers, c'est-à-dire aux plus profondes
régions de la Terre, où le farouche Torngarsuk tient sa cour. Un jeune
Angekkok ne doit cependant entreprendre le voyage qu'en automne, par
la raison qu'alors le Ciel le plus bas,--l'arc-en-ciel, d'après les
Esquimaux,--est plus près de la Terre.

Le voyage n'est pas aussi périlleux qu'il paraît tout d'abord.

Par une nuit bien sombre, on s'assemble dans une hutte; on s'assied;
l'Angekkok arrive; il se fait attacher la tête entre les jambes, les
mains derrière le dos. A côté de lui, un tambourin est placé. Les
fenêtres, les portes sont hermétiquement fermées, toutes les lumières
éteintes. L'assemblée entonne un chant traditionnel. Ensuite, le
jongleur se met à faire des incantations: il prie, crie, se démène. Une
voix formidable ne tarde pas à lui répondre. C'est celle de Torngarsuk,
ou plutôt celle de notre sorcier, ventriloque de première force. Les
assistants n'en sont pas moins frappés de stupeur. Nul n'oserait douter
que Torngarsuk ne converse avec l'angekkok. Mettant les moments à
profit, ce dernier se débarrasse des liens, monte à travers le toit
de la cabane, et franchit les airs, jusqu'à ce qu'il parvienne au plus
élevé des Cieux, où résident les âmes des bienheureux angekkut-poglit,
qui s'empressent de lui donner les avis dont il a besoin. Une minute
suffit à toutes ces opérations. N'êtes-vous pas convaincu, allez vous en
assurer!

C'est là le premier degré de l'angekkokisme; mais, pour atteindre au
rang d'angekkok-poglit, il est nécessaire de traverser plus d'un grade
inférieur, de subir de nombreuses et dures épreuves.

Le candidat à ce haut office est garrotté, comme nous venons de dire,
dans une loge ténébreuse. Le silence se fait. Soudain part un cri
déchirant, puis des gémissements mêlés à des grondements féroces, un
râle d'agonie, enfin, une exclamation de triomphe.

Bravo, ami angekkok!

On rallume les lampes, et le sorcier, libre de ses entraves, raconte à
l'auditoire émerveillé qu'un ours blanc est entré dans la pièce, qu'il
l'a saisi par le grand orteil avec ses dents, traîné au bord de la mer,
où il s'est précipité avec lui. Là, un morse les a reçus, attrapés par
une partie dont on tait le nom chez les civilisés, et dévorés en deux
bouchées, ni plus, ni moins. Un à un, ses ossements sont revenus dans la
hutte, son âme s'est alors levée du sol, et a de nouveau insufflé le feu
de vie dans son corps.

Dès que le brave jongleur a fini son discours, les assistants battent
des mains, frappent des pieds, poussent des ouah! assourdissants, et
notre homme est passé Angekkok-poglit de la tribu, ou Grand-Maître de
l'ordre sacro-saint des Angekkut, tyran en chef de cette fortunée tribu,
par la grâce indéniable de Torngarsuk.

Le principe du droit divin reconnu au Groënland!

Or, c'était un honorable angekkok-poglit que Pumè, la Baleine, qui avait
daigné abaisser ses regards sur la charmante Toutou-Mak.

Jugez si les répugnances de la jeune fille étaient supportables! Et
c'était ce même angekkok-poglit, Pumè, la Baleine, qui, tapi dans le
buisson de genévrier,--l'espionnage n'est pas du tout de mauvais ton,
là-bas, au Succanunga--avait écouté l'édifiante conversation de sa
future femme avec Innuit-Ili, l'Homme-Blanc! Jugez de son courroux!

Cet Homme-Blanc, Pumè ne l'aimait guère; disons mieux, il l'abhorrait.
En pouvait-il être autrement? Dubreuil ne partageait pas le respect
général pour sa révérende personne, il tournait ses mômeries en
ridicule; il affichait des connaissances que Pumè n'avait pas, lui
le docte des doctes, il poussait l'audace jusqu'à nier positivement
l'omnipotence de Torngarsuk! O malheur! ô calamité! l'inquisition était
chose encore ignorée au Groënland! Cependant, avec quelle suave volupté
l'angekkok-poglit eût assouvi sa soif de vengeance! Pourquoi les
Esquimaux sont-ils des sauvages bénins et hospitaliers? Que ne sont-ils
plutôt initiés aux raffinements de la civilisation! Leurs prêtres
sauraient comment on traite les irréligieux, les mécréants! Et la gloire
du vrai Dieu y trouverait à s'exalter!

Au défaut de torture physique, Pumè essaya bien la torture morale contre
le misérable étranger. Il fit circuler parmi les Illirsut le bruit que
l'Homme-Blanc avait été envoyé au Succanunga par l'Esprit du mal, en
ajoutant qu'il fallait le chasser pour préserver la contrée d'une ruine
totale. Fidèles au mot d'ordre, les sorcières se firent les échos de
l'angekkok.

Mais leurs clabauderies, leurs intrigues n'eurent aucun effet.

Dubreuil s'était conquis la sympathie générale. Il rendait aux Esquimaux
une foule de petits services. Il leur enseignait à fabriquer des
instruments nouveaux, à simplifier, à perfectionner les anciens, il
était adroit, gai, fort comme dix Uski. On l'admirait autant qu'on le
chérissait.

Ne réussissant pas à le renvoyer, Pumè se vit obligé de le tolérer,
jusqu'à ce que se présentât une occasion de le faire disparaître.

--Ce soir, répéta-t-il, en sortant brusquement de sa cachette, ce soir
Toutou-Mak sera l'épouse de l'angekkok-poglit.

--Et moi, je dis que non! s'écria Dubreuil furieux en faisant un
mouvement pour se jeter sur le vieillard.

--Tais-toi! tais-toi, mon frère! il te tuerait par ses enchantements!
intervint la Biche-Agile, remplie d'effroi, et qui s'était cramponnée au
jeune homme afin de l'arrêter.

--Oui, nasilla pour la troisième fois, de sa voix éraillée, Pumè, en
s'éloignant, oui, ce soir, Toutou-Mak partagera ma couche.

--Oh! mais, je jure bien que tu ne l'auras pas, vilain imposteur!
repartit Dubreuil en français, oubliant dans son indignation que
l'angekkok ne pouvait l'entendre.

--Laisse-le aller, mon frère, dit Toutou-Mak.

--Oui, qu'il aille au diable! s'écria le capitaine, toujours dans sa
langue maternelle.

--Que dis-tu donc, Innuit-Ili?

--Je dis, répliqua le capitaine en groënlandais, que tu n'épouseras
point ce vieux scélérat.

L'Indienne secoua désespérément la tête.

--Il le faut, murmura-t-elle.

--Il le faut? Qui peut t'y forcer?

--Lui!

--Pumè?

--Oui, Pumè.

--Allons donc!

--Mon frère, ses charmes sont infaillibles.

--Ses charmes! une duperie!

Et Dubreuil haussa les épaules.

--Je t'ai dit, reprit sérieusement la Biche-Agile, que sa puissance
était surhumaine.

--Je n'y crois pas.

--Il a déjà tué ma pauvre mère.

--Alors, ma soeur, tu es disposée à te soumettre au caprice de cet
insigne mystificateur!

--Puis-je faire autrement? soupira la jeune fille.

--Cela ne me paraît pas difficile.

--Mon frère se trompe. Il n'est point du la moine race que les Uski,
il ne comprend pas que leurs angekkut-poglit ont reçu de Torngarsuk un
pouvoir illimité sur eux.

--Peuh! proféra le capitaine du bout des lèvres.

Puis, après un moment de réflexion, il ajouta:

--Mais ne m'as-tu pas confié que tu aimes quelqu'un?

L'Indienne tressaillit, pencha la tête, et de l'extrémité de sa botte
tracassa le gazon.

--Ne dois-je plus rappeler ce souvenir? demanda Guillaume en la
regardant avec une curiosité malicieuse.

Toutou-Mak releva son visage. Il était baigné de larmes.

--Ah! ma soeur, ma bonne soeur, je t'ai fait de la peine, pardonne-moi!
s'exclama le jeune homme d'un ton attendri.

--Non, mon frère, dit-elle, tes paroles n'ont pas fait de peine à la
fille de Triuniak. Elle aime quelqu'un.

--Qui l'aime bien aussi, assurément, se hâta d'avancer Dubreuil.

Il y eut une pause, pendant laquelle l'Indienne, à son tour, fixa les
yeux sur son interlocuteur.

Sans savoir pourquoi, celui-ci se sentit troublé.

--Eh bien, reprit-il avec vivacité, s'il t'aime, pourquoi ne pas fuir
avec lui?

--Fuir! la vengeance de Pumè retomberait sur mon père et ma famille.
Toutou-Mak, n'est point lâche.

Le capitaine admirait ce singulier mélange de superstition aveugle et de
noblesse de caractère.

--Si, dit-il, je connaissais celui que tu aimes, je saurais bien
l'engager à te déterminer.

--Tu le connais! tu le connais, Innuit-Ili! mais jamais ni lui
ni d'autres ne me décideront à sacrifier mes parents à mon amour,
s'écria-t-elle, en se précipitant vers Dubreuil avec une expression et
un geste qui éclairèrent enfin celui-ci sur la nature des sentiments
qu'il avait inspirés à la Groënlandaise.

Son coeur battit violemment, il l'attira contre son sein, et lui dit
d'une voix vibrante d'émotion:

--Si c'est moi que tu aimes, Toutou-Mak, ah! si c'est moi que tu aimes,
je te sauverai, ou je périrai avec toi!

Et en prononçant ces mots, il déposa un baiser passionné, sur les lèvres
de la jeune fille.

L'aimait-il d'amour? Oui, il l'aimait ainsi, dans ce moment. Quel homme,
jeune, impressionnable et vigoureux, peut résister au doux aveu de
tendresse d'une jeune, fraîche et belle jeune fille?

Dubreuil était sincère ou croyait l'être. Certainement rien alors,
pas même sa vie, ne lui eût coûté pour arracher Toutou-Mak au sort que
semblaient lui réserver ses terreurs religieuses.

--Fuyons! s'écria-t-il, fuyons!... il y a, dans un lieu que je
sais... près de la côte, un canot... viens! nous gagnerons quelque île
voisine...

--Jamais, mon frère, je te le répète...

--Folle!

--Non, poursuivit-elle résolument, je n'abandonnerai pas mon père au
courroux de l'angekkok.

Dubreuil voulut l'enlever, l'entraîner. Mais elle glissa entre ses bras
et courut de toute sa vitesse vers les cabanes.

Notre aventurier la suivit à petits pas, en réfléchissant à cette scène
bizarre.

Le soleil s'était couché derrière les glaciers, et le crépuscule jetait
sur le vallon son voile de gaze légère.

Guillaume rentra dans la cabane de Triuniak. Mais il n'y trouva ni celle
qu'il cherchait, ni son père. Il sortit de nouveau. On roulement de
tambourin l'attira près de la loge habitée par l'angekkok-poglit.
Les Esquimaux s'y introduisaient en foule. Il les imita, pensant que
Toutou-Mak pouvait être à l'intérieur.

Mais là tout était ténèbres.

La voix de Pumè se faisait, entendre. Il annonçait avec emphase qu'il
venait de soustraire à Leorugolu son _aglerutit_, lequel lui avait
ordonné de prendre pour femme Toutou-Mak, seconde fille de Triuniak.

Vous plaît-il de savoir ce que c'est que Leorugolu, cette nouvelle,
divinité de la mythologie, esquimaue?

Oyez:

Le haut et puissant seigneur Torngarsuk est marié comme un simple
mortel. Il a épousé Leorugolu, dame fameuse, du cap Farewell au détroit
de Behring, par sa prodigieuse hideur. Les dieux n'ont, paraît-il, pas
le même goût que nous. L'empire du couple divin est fixé au centre de la
Terre. Leorugolu règne sur tous les animaux marins, comme les narvals,
les morses, phoques, baleines, etc. Un chien monstrueux garde l'entrée
de sa demeure. Souvenez-vous du Cerbère antique! Un angekkok se
présente-t-il à la porte, le molosse annonce le visiteur par des
aboiements qui mettent les mers en furie. Voilà tout le secret des
tempêtes. Si l'on veut pénétrer dans le palais, il faut attendre le
moment où le mâtin s'endort. Son sommeil ne dure qu'un instant, seul un
angekkok-poglit connaît cet instant. A force de patience et de ruse, il
réussit à tromper la vigilance du terrible portier, et voici notre
angekkok parvenu en une salle immense, où l'on remarque, avec Leorugolu,
et placé sous une lampe, dont l'huile dégoutte par-dessus les bords, un
vaste bassin, dans lequel nagent et s'ébattent toutes sortes d'oiseaux
aquatiques.

Vraiment l'optimiste le plus enragé fermerait les yeux devant la
maîtresse de céans. Elle a, déclarent ceux qui l'ont vue, la main grosse
comme la queue d'une baleine, et les Esquimaux affirment qu'elle assomme
un homme d'une chiquenaude. Je m'en rapporte volontiers à eux. Mais le
lecteur me saura gré de ne pas pousser-plus loin la description.

A toute grandeur, tout honneur. Aussi comprendra-t-on aisément que
l'abord de cette _forte_ femme soit difficile. Nul angekkok n'obtient
cette rarissime faveur sans l'intercession de son Tornguk.

Le voyage aussi est long et pénible.

D'abord, on passe par le pays des âmes des défunts, qui ont, dit la
chronique, bien meilleure mine que dans ce bas-monde et ne manquent
de rien. Heureuse contrée! De là,--je suppose que vous ayez l'avantage
d'être angekkok-poglit,--vous arrivez à un affreux tourbillon d'eau
qu'il faut franchir, sur une grande roue de glace tournant avec une
vélocité vertigineuse. Cette roue et ce tourbillon n'ont rien de
très-rassurant. Mais n'ayez peur; avec l'aide de votre inséparable
Tornguk, vous passerez, sans vous mouiller même la cheville du pied.
Après cet exploit, on aperçoit une grande chaudière où mijotent des
phoques,--destinés sans doute à la bouche auguste de Torngarsuk et de
damoiselle son épouse. Après, c'est la niche du cerbère, dont nous
avons parlé plus haut; après, la chambre de Leorugolu. Elle vous fait un
accueil détestable, s'arrache les cheveux, saisit une aile d'oiseau tout
humide, la fait flamber et vous la promène sous le nez.

Il est dans le cérémonial alors d'avoir une syncope, provoquée
peut-être, mais bien justifiée, du reste, par la puanteur de l'épreuve.
Leorugolu profite de la pâmoison de son visiteur pour le faire
prisonnier. Décidément, elle a une étrange façon d'interpréter les lois
de l'hospitalité.

Par bonheur le Tornguk est là, à son poste, toujours fidèle, toujours
prêt à tirer son protégé d'un mauvais pas. Empoignant, sans le moindre
respect, la femme de Torngarsuk par les cheveux, il la roue de coups, la
bat comme plâtre, jusqu'à ce qu'elle tombe épuisée. Ce n'est peut-être
pas d'une délicatesse achevée, mais entre divinités! Enfin, Leorugolu
a cédé à corps défendant. Les deux compères lui dérobent son
_aglerutit_,--objet féminin que l'on ne nomme pas dans notre langue, en
pudique compagnie,--avec lequel elle attire dans son domaine tous les
poissons et habitants des eaux, et qui, de plus, jouit de l'inestimable
propriété de donner à son possesseur les meilleurs conseils pour
se diriger dans la vie et le moyen d'imposer ses volontés. Précieux
talisman! que vous en semble? Une fois privée dudit aglerutit, tous
les animaux marins abandonnent en bande Leorugolu, qui les avait
transportés, les ingrats! de la froide mer en son beau paradis, et
retournent à leurs baies accoutumées, où les groënlandais les prennent
et les croquent à bouche que veux-tu.

Leur glorieuse prouesse accomplie, l'angekkok-poglit et son Tornguk
rentrent joyeux et fiers chez eux, par la route la plus douce et la plus
agréable qui se puisse imaginer.[5]

[Note 5: Pour qu'on ne nous accuse pas d'avoir forgé cette fable à
plaisir, nous renvoyons aux nombreuses descriptions du Groënland, et
entre autres à celle de Hans Egède.]

Il y a des esprits sceptiques qui douteront que l'angekkok-poglit
Pumè eût pu exécuter cette brillante expédition et en revenir en trois
minutes; mais les Esquimaux sont des simples de coeur. Ils ajoutèrent
une foi absolue aux paroles de Pumè, qui avait ramené à foison la gent
poissonnière dans les pêcheries, sans même demander à voir le magique
aglerutit; bonnes gens! aussi ne connaissent-ils ni enfer, ni purgatoire
après cette vie!

--L'angekkok-poglit épousera Toutou-Mak, se mirent-ils à crier sur tous
les tons de la gamme.

Ensuite, chacun courut chez soi pour y quérir son meilleur morceau de
phoque, baleine ou caribou, afin de contribuer au festin nuptial.

La viande, la graisse, le poisson, l'huile arrivèrent profusément chez
Pumè.

Les lampes furent rallumées, non pour éclairer la loge, car, dans ces
contrées, la nuit est presque aussi claire que le jour, mais pour cuire
les aliments.

Le repas fut bientôt servi. Il était splendide et se composait,
indépendamment des mets habituels, de racines, appelées _tugloronit_,
bouillies dans le spermaceti de baleine, salades faites avec de la
bouse de renne tirée des intestins; entrailles de perdrix, gâteaux,
confectionnés avec des raclures de peaux de veau marin; estomacs de
caribous, tués avant qu'ils aient digéré leur pâture[6]; le plat par
excellence: un couple de foetus de daim, rôtis, aussitôt après avoir été
arrachés du ventre de la mère, et enfin un dessert de mûres de ronces
nageant dans l'huile de baleine, comme dernier service[7]; le tout
arrosé d'eau à la glace, car les Esquimaux-Groënlandais ne boivent pas
l'huile, comme on le croit trop généralement.

[Note 6: Les sauvages du Mississipi, et en général, la plupart des
Indiens de l'Amérique Septentrionale ont un goût très-vif pour ce genre
de mets.--Voir, entre autres, le voyage du prince Maximilien de
Wied Neuwied dans l'Amérique du Nord,--Je renverrai également aux
Chippiouais, sixième volume des BRAMES DE L'AMÉRIQUE DU NORD.]

[Note 7: «Ce ventre de renne et la fiente de perdrix, préparés dans
l'huile fraîche de baleine, sont pour ce peuple ce que sont parmi nous
la bécasse et le coq de bruyère,» dit avec raison M. L.-E. Haton, dans
son _Histoire pittoresque des voyages_.]

Il y avait de quoi faire fête complète.

Quand le banquet fut près de sa fin, deux illirsut, dépêchées par Pumè,
se rendirent à la loge de Triuniak et enjoignirent à Toutou-Mak de les
suivre.

Elle refusa, moins pour se conformer à la coutume du pays que poussée
par son insurmontable aversion pour l'angekkok-poglit. Sans faire
attention à ses refus, les deux sorcières se jetèrent sur elle, afin de
la soumettre à leur désir.

Témoin de cette violence, Guillaume Dubreuil voulut la faire cesser,
quoiqu'il connût bien l'usage groënlandais de procéder ainsi au mariage.

--Que mon frère demeure tranquille, dit Triuniak en le retenant.

--Mais ta fille déteste ce vieillard!

--La volonté de l'angekkok-poglit est la volonté de Torngarsuk, répondit
tristement Triuniak, qui n'approuvait pas cette union, mais l'acceptait
avec le stoïcisme indien, parce qu'il n'estimait pas qu'il y eût au
monde une puissance capable de l'empêcher.

Les illirsut emportèrent la Biche-Agile, hurlant de douleur, se tordant
en convulsions et faisant des efforts inouïs pour leur échapper.

Malgré sa résistance, ses cris, ses morsures, elles la déposèrent dans
la cabane de Pumè, alors débarrassée de ses convives.

L'horrible petit vieux sourit d'un sourire diabolique à l'arrivée de la
victime.

--Qu'on la mette là, dit-il en indiquant un lit aux sorcières, qui se
retirèrent aussitôt.

Puis, bouillant de satisfaction et de luxure, il se précipita sur la
jeune fille.

Chez les Esquimaux la décence exige qu'une nouvelle mariée ne se rende à
son époux que contrainte par la force physique. Toutou-Mak usa largement
du privilège pour repousser et frapper l'odieux angekkok. Il en résulta
une lutte furieuse des deux côtés,--ignoble de l'un, pitoyable de
l'autre,--sur laquelle je demande la permission de tirer le rideau.

Tout à coup, Pumè, qui était debout sur le lit, où il s'épuisait à
étreindre la jeune fille, tomba lourdement à la renverse, en lâchant une
exclamation de douleur.

Sa tête avait porté contre un des poteaux de la hutte, et il s'était
fracassé le crâne.



                                   V

                                KOUGIB


La nouvelle de la mort de Pumè se répandit de proche en proche jusqu'à
la cabane de Triuniak. Elle y arriva grossie de force commentaires. Les
mauvaises langues,--où n'y en a-t-il pas?--insinuaient que Toutou-Mak
avait fait périr son mari, au moyen de sortilèges dont Innuit-Ili
lui avait communiqué le secret. Le cas était grave. Les parents de
l'angekkok pouvaient exiger une réparation sanglante. Triuniak, père
de la Biche-Agile, courut à la loge du jongleur pour prendre des
informations sur ce grave événement.

Dubreuil avait voulu l'accompagner, dans l'espérance de voir Toutou-Mak,
mais il s'y était opposé, craignant avec raison que les Uski,
irrités par les bruits qui circulaient sur la mort subite de leur
angekkok-poglit, ne se livrassent à des violences contre l'étranger.

L'accident avait heureusement eu des témoins, deux premières femmes de
Pumè, qui s'empressèrent de proclamer l'innocence de Toutou-Mak.

Triuniak revint à sa cabane doublement satisfait, car sa fille était
dégagée d'une alliance à laquelle il s'était soumis contre son gré et
il caressait, dans son esprit, l'idée de la marier, après son deuil, à
Innuit-Ili, que depuis longtemps il souhaitait d'avoir pour gendre.

Celui-ci ne se possédait pas de joie. Sa nature mobile, ardente, s'était
enflammée comme la poudre à l'étincelle jetée sur ses sentiments par la
déclaration de Toutou-Mak. Et, plus d'une fois, tandis que les illirsut
enlevaient la jeune fille, il tenta de s'échapper de la hutte de son
hôte, sans but bien défini peut-être, mais en proie à une fièvre de
colore qui aurait pu le pousser au crime.

Sa nuit, cependant, fut bercée par des rêves charmants.

Le lendemain, il suivit Triuniak aux funérailles de Pumè.

Tous les membres de la tribu, réunis autour de la cabane de
l'angekkok-poglit, dans leurs vêtements les plus sales, faisaient
entendre des cris lugubres, s'arrachaient; les cheveux et déchiraient
leurs habits, en signe de douleur. Cette scène, moins attendrissante que
grotesque, dura environ une heure.

Alors, par une fenêtre de la hutte, sortit un parent de Pumè, portant
sur son dos le cadavre du jongleur, enveloppé et cousu dans sa plus
belle pelisse.

Il fut suivi de l'une des veuves du défunt, si hermétiquement
encapuchonnée qu'on ne pouvait distinguer ses traits. Mais par sa
taille et sa démarche, Dubreuil jugea que ce n'était point la fille de
Triuniak.

Cette femme tenait à la main un morceau de bois allumé. Elle fit le tour
de la loge, en disant:

--Piklesrukpok (il n'y a plus rien à faire ici pour toi)!

Ensuite, les assistants recommencèrent leurs gémissements et se mirent
en marche derrière le corps.

Au bout d'un quart d'heure, le cortège arriva dans un petit vallon
jonché de tertres et d'amas de pierres. C'était le cimetière des
Groënlandais. Une fosse de deux pieds de profondeur et de vingt
de longueur était creusée dans le sol à peine dégelé à la surface,
éternellement glacé au-dessous. Le cadavre y fut descendu et posé sur
une couche de mousse, les jambes ployées sous le dos. A ses côtés on
plaça, son canot, ses flèches, ses ustensiles et ses instruments de
pêche et de chasse: non parce que les Uskimé croient que le trépassé
aura besoin de tout cela dans le pays des âmes, mais afin que la vue
des objets dont il se servait ne renouvelle plus leur chagrin, car ils
disent que, s'ils pleuraient trop un mort, celui-ci pâtirait cruellement
du froid dans le Ciel.

Cette cérémonie terminée, l'angekkok qui se proposait de succéder à Pumè
dans son office, prit la parole, en dansant autour de la tombe et en
frappant, avec un bâton, sur un tambourin fait; d'une côte de baleine
tournée en cerceau, et recouverte d'une peau amincie.

--L'ami chéri de Torngarsuk s'en est allé, dit-il, sur le territoire
des âmes, où il jouit d'un grand bonheur, j'en ai eu la révélation. Le
soleil brille sans cesse d'un pur éclat dans le pays qu'il habite.
Les rennes, les poissons de toutes sortes, les phoques et les morses
abondent. La chasse et la pêche y sont faciles et agréables. Jamais les
aliments ne manquent. Des chaudières, toujours bouillantes et toutes
remplies de chair et de viande, sont constamment à la disposition de
ceux qui ont faim, et les femmes les plus belles y préparent la couche
de ceux qui veulent dormir.

»C'est dans cette délicieuse contrée qu'a été transporté Pumè; c'est là
qu'iront aussi les Uski qui se montreront laborieux, adroits, dociles et
surtout obéissants aux ordres des angekkut, ministres de Torngarsuk!»

Ayant dit, le jongleur donna, par un hurlement, le signal d'une nouvelle
explosion de sanglots.

Le corps fut ensuite couvert d'une peau, avec un peu de gazon, sur
lequel on entassa de grosses pierres, pour le préserver des oiseaux de
proie et de bêtes fauves.

L'inhumation étant finie, les Uskimé reprirent le chemin de la loge du
défunt, où les attendait le banquet des funérailles.

En entrant, les veuves de l'angekkok-poglit, voilées de leur capuce, les
accueillirent par ces mots:

--Pumè que vous cherchez n'y est plus, hélas! il est allé trop loin!

Dans celle qui prononça à son oreille la formule de rigueur, Dubreuil
crut reconnaître Toutou-Mak.

Il étendit le bras pour lui prendre la main; mais soit qu'il se fût
trompé, soit que la jeune femme craignît de manquer à son devoir, les
avances du capitaine restèrent sans réponse.

Tous les effets ayant appartenu à Pumè avaient été enlevés de la hutte
comme impurs et déposés sur une pelouse voisine. Pour le repas, les
convives se servirent de plats de bois et de chaudières de pierre ou
d'argile empruntés ça et là. Cependant, comme on allait se mettre à
table, c'est-à-dire s'accroupir à terre, Dubreuil remarqua, pendu au
mur, un couteau de fabrique européenne, et qui était apparemment resté
inaperçu dans le déménagement.

Après l'avoir examiné de près, il ne douta pas que ce ne fût son couteau
perdu ou dérobé depuis quelque temps.

Sans plus de réflexion, il le décrocha, déclara que c'était sa propriété
et le mit dans sa poche.

Cet acte souleva un moment d'horreur. Tous les assistants s'éloignèrent
aussitôt de lui, comme d'un pestiféré.

Et l'angekkok, qui avait présidé aux obsèques, se levant, dit d'un ton
prophétique:

--Innuit-Ili, tu as touché à un instrument souillé; va te purifier, ou
tu mourras avant que douze lunes soient écoulées.

Pour ne pas froisser les sauvages par une violation publique de leurs
coutumes, Dubreuil sortit de la cabane, mais non, on le pense bien,
avec l'intention d'aller se déshabiller et se rouler nu sur les glaçons,
considérés par les Groënlandais comme eau lustrale.

Il se posta derrière la hutte, et tâcha de voir, par quelque crevasse du
mur, ce que faisait Toutou-Mak à l'intérieur.

Les désirs du jeune homme furent exaucés, car il découvrit la
Biche-Agile près du lit d'une des veuves de feu Pumè. Cette femme venait
d'accoucher. Près d'elle on découvrait encore certain vase qu'on a
coutume de poser sur la tête des Esquimaues en mal d'enfant, pour
faciliter leur délivrance.

La jeune mère saisit et coupa avec ses dents l'ombilic; puis elle
plongea ses doigts dans un pot d'eau, que lui présenta Toutou-Mak, et
les frotta sur les lèvres du marmot, en disant:

--_Imekautet_ (tu as bu beaucoup).

Après cela, on lui offrit du poisson à manger. Elle le prit, y goûta,
en barbouilla la bouche de son nourrisson, et lui secouant légèrement la
main:

--_Aiparpotet_ (tu as mangé en ma compagnie), prononça-t-elle.

Au bout de peu d'instants, elle se leva, s'habilla et vaqua à ses
travaux, comme si rien d'insolite ne lui fût arrivé.

Dubreuil ne s'occupait plus d'elle, car Toutou-Mak avait passé dans
une autre partie de la pièce. Bientôt, elle s'avança, capuchonnée de
nouveau, vers la porte de la loge qu'elle quitta seule.

Guillaume sentit son coeur bondir de joie. Le soleil était couché depuis
quelques instants. Il n'y avait personne aux environs. Le capitaine
courut à la rencontre de Toutou-Mak.

D'un mot, elle l'arrêta et glaça son enthousiasme.

--As-tu fait la purification, mon frère?

Dubreuil ne voulut pas mentir.

--Pas encore; mais à quoi bon ces cérémonies vaines autant que
ridicules? répondit-il en faisant un pas vers elle.

--Non, non, dit la jeune fille épouvantée, retire-toi, mon frère, si tu
m'aimes, retire-toi, et garde-toi d'approcher créature humaine vivante
avant d'avoir accompli le rite obligé!

--Où va ma soeur? dit-il pour changer la conversation.

--Toutou-Mak, repartit l'Indienne, va chercher ses ustensiles.

Et elle indiqua le mobilier du défunt.

--Qu'en veut-elle faire?

--Le rapporter dans la loge de l'angekkok-poglit, où il ne saurait nuire
maintenant que l'odeur du mort est dissipée.

--Ma soeur souhaite-t-elle que je l'aide?

--Oh! non; Innuit-Ili, va te purifier, je t'en conjure.

--Je voudrais causer avec toi, Toutou-Mak, ma bien-aimée, dit Guillaume
avec une chaleur communicative.

--Eh! s'écria-t-elle, la fille de Triuniak a le coeur gros aussi de ce
désir...

--Eh bien! ce soir...

Elle secoua la tête avec mélancolie.

--Pourquoi pas ce soir?

--Innuit-Ili, cela est défendu.

--Défendu!

--Oui. Toutou-Mak ne doit point quitter avant trois lunes la loge de
celui qui l'avait épousée. En parlant à un homme autre que son père,
pendant son deuil, elle s'expose...

--Elle ne s'expose à rien. Tes jongleurs sont des misérables!

Et, du pied, le capitaine frappa le sol avec impatience.

--Elle s'expose au courroux de Torngarsuk, continua gravement la
Groënlandaise.

--Ah! je me moque de ce...

--Mon frère! mon frère, va te purifier!

--Plus tard. Un mot encore.

--Je n'écoute plus.

--Un seul mot, un seul, ma belle, ma bonne Toutou-Mak? supplia Dubreuil.

--On vient, voici quelqu'un. Va te purifier, Innuit-Ili!

Et la Biche-Agile, qui avait ramassé à la hâte quelques pelleteries et
ustensiles étendus sur le gazon, rentra brusquement dans la loge.

Le capitaine était dépité,--dépité contre le fanatisme de la jeune
femme, dépité contre l'inconcevable timidité dont il avait fait preuve
en cette circonstance.

--Lui avoir obéi comme un enfant! murmurait-il. Être resté là, immobile,
à cinq pas d'elle, parce qu'elle me l'avait ordonné, au lieu de
l'enlacer dans mes bras... Par Notre-Dame de Bon-Secours, suis-je un
fou, un imbécile, un idiot, ou le capitaine Guillaume Dubreuil?...
Est-ce que par hasard...

Une flèche sifflant à son oreille interrompit ce monologue.

Guillaume, qui, à ce moment, avait, par bonheur, fait un mouvement, se
retourna et vit un homme fondant sur lui.

Cet individu brandissait une massue. Le capitaine n'avait pas d'arme.
Pour lutter contre l'agresseur, il fallait recourir à toute son adresse.
Avec la rapidité de l'éclair, le Français se fit cette réflexion, et, au
lieu d'attendre son adversaire, se jeta, tête basse, dans ses jambes.

L'Uskimé ne prévoyait pas cette attaque, aussi soudainement exécutée que
conçue. Il chancela et tomba tout de son long, en laissant échapper son
casse-tête.

Guillaume le ramassa en un clin d'oeil, se précipita sur l'assaillant,
et le menaçant du tomahawk:

--Pourquoi voulais-tu m'assassiner?

Le sauvage ne répondit point.

--Si tu ne parles, je t'assomme, reprit Dubreuil.

Même silence.

--Pour la dernière fois, je te préviens!

L'Uskimé poussa un sifflement aigu.

Aussitôt les gens rassemblés dans la loge de Pumè sortirent en désordre.

Dubreuil lâcha alors le sauvage, en disant:

--Ce misérable a voulu m'égorger!...

Les Esquimaux se mirent à ricaner, et l'antagoniste du capitaine
s'esquiva.

--T'es-tu purifié, mon fils? lui demanda Triuniak.

--Oui, répondit-il, aussi irrité par cette question importune que par
l'attentat dont il venait d'être l'objet.

--C'est bon; alors suis-moi.

--On allons-nous?

--Au logis. Mais laisse cette massue.

--C'est celle du vil meurtrier...

--Justement, mon fils; elle est impure.

--Encore!

Et le capitaine, malgré son exaspération, ne put s'empêcher de rire.

--Oui, elle est impure, repartit tranquillement Triuniak, car c'est la
hache de Kougib.

--Kougib, le parent de Pumè?

--Lui. Et sa hache est impure comme toute sa personne, parce qu'il a ce
matin porté un cadavre humain sur ses épaules.

--Je croyais cependant être son ami? fit Dubreuil en manière de
réflexion.

--Si tu étais le sien, il n'est plus le tien, mon fils.

--Quel mal lui ai-je fait?

--Ah! il t'accuse d'avoir comploté avec Toutou-Mak la mort de Pumè.

--La mort de Pumè! nous! Tu m'avais pourtant dit que cette absurde
calomnie était retombée sur ceux qui s'en étaient faits les fauteurs.

--Tu as des ennemis, mon fils, qui n'en a pas? dit sentencieusement
Triuniak.

Puis il ajouta d'un ton méditatif:

--Ceux-là t'accusent encore. La preuve, Kougib te l'a donnée. Il veut
sans doute venger l'angekkok-poglit, comme son plus proche parent. Il
faut, mon fils, te mettre à l'abri de ses coups. Demain, nous partirons
pour la chasse.

--Penses-tu, Triuniak, que je fuirai devant une inculpation aussi lâche
que celui qui l'a faite? répondit fièrement le capitaine.

--Quand s'abat l'orage, il vaut mieux l'éviter, si on le peut, que de
l'affronter. Innuit-Ili, demain, nous irons chasser le phoque.

--Mais Toutou-Mak? interrogea Dubreuil.

--Toutou-Mak n'a rien à craindre tant que durera son deuil, car elle est
sous la protection de Leorugolu.

Tout en causant, ils étaient revenus à leur hutte.

Guillaume se coucha, assez mal impressionné par les événements de la
journée.

Depuis quatre mois qu'il vivait au milieu des Esquimaux, l'idée de
retourner dans son paya natal lui avait souvent fatigué l'esprit. Mais
le moyen? Suivant toute probabilité, le malheureux jeune homme était
condamné à végéter désormais et à rendre le dernier soupir dans ces
glaciales contrées, véritable tombeau pour un Européen, parmi des
sauvages d'une bienveillance équivoque, d'une brutalité très-franche,
menant à l'excès, et toujours prêts à rendre l'étranger responsable de
leurs mécomptes.

Dubreuil dormit peu. L'avenir lui apparut sous de noires couleurs. La
pensée de Toutou-Mak, la certitude d'être aimé de cet être charmant,
de la posséder bientôt tout entière, ne put même lui procurer un songe
agréable.

A la pointe du jour, il se leva pour aider Triuniak à préparer ses
kaiaks.

Le _kaiak_ est le canot ordinaire des Esquimaux mâles; les femmes ont
aussi le leur, appelé _ommiah_. L'un et l'autre sont faits de peaux
d'animaux marins tendues sur des côtes de bois ou de baleine, comme les
anciens _vitilia navigia_ des Bretons. Je ne saurais mieux, comparer le
kaiak qu'à une navette de tisserand, mais à une navette longue de dix à
douze pieds, large de deux et demi à trois. Légère comme une écorce
de liège, et glissant sur l'eau comme un patin sur la glace, cette
embarcation est toute couverte, à l'exception d'un trou rond au milieu.
L'Uskimé s'assied dedans par cette ouverture, les pieds tendus vers l'un
ou l'autre bout. Avec le bas de sa camisole, sanglée au rebord du trou,
de manière que l'eau n'y peut pénétrer, avec ses manches étroitement
serrées au poignet, sa jaquette autour du col, embéguiné dans sa coiffe,
il s'identifie tout entier avec la machine. «Ce n'est plus un batelier
ordinaire, ce n'est plus le pêcheur dans sa barque, c'est l'homme avec
des nageoires, l'homme devenu poisson.»

La casaque de mer du Groënlandais,--celle dont il se sert pour la pêche
à la baleine,--complète d'ailleurs la transformation. C'est une espèce
de chemise où l'habit, les culottes, les chaussures, ne constituent
qu'une seule pièce. Elle est en peau de phoque cousue à points si serrés
que l'eau n'y peut pénétrer. Sur la poitrine on remarque un petit tube
en os, par lequel on fait pénétrer, en soufflant, autant d'air qu'il est
jugé à propos pour que l'homme se soutienne sans aller au fond. Ce trou
est ensuite bouché avec une cheville. A mesure que la quantité d'air est
augmentée ou diminuée à l'intérieur du vêtement, l'on peut descendre ou
remonter à volonté. Vêtu de ce scaphandre, l'Esquimau devient ainsi un
vrai ballon qui court impunément sur l'eau sans y enfoncer.

Que la tempête gronde, il la brave! Que la mer furieuse renverse le
frêle canot, il reviendra à la surface d'un seul coup de son aviron,
plat aux deux bouts comme une spatule, qu'il tient par le milieu, et
avec lequel il exécute dextrement les évolutions les plus rapides, les
mouvements les plus étranges.

Dubreuil avait déjà appris à manoeuvrer un kaiak. Grâce à son adresse
naturelle, il était devenu à cet exercice aussi habile qu'un Esquimau.

Triuniak et lui, munis de javelots et de harpons, mirent chacun un canot
sur leurs têtes et s'acheminèrent vers l'Océan.

Le temps était lourd, brumeux. On touchait au mois d'octobre, le froid
se faisait déjà sentir avec vivacité, et, pour une journée sereine,
on en avait trois ou quatre que les brouillards, la gelée et la neige
rendaient insupportables.

En arrivant à la côte, ils se débarrassèrent de leur kaiaks et
cherchèrent une baie abordable pour les lancer à l'eau.

Tandis qu'ils rôdaient sur les hautes banquises, Triuniak aperçut, au
fond d'un fiord, un pin de forte dimension que les vagues roulaient sur
la grève.

Grande fut la joie de l'Esquimau, car il n'y avait pas d'arbres de cette
taille au Groënland, lequel ne produit, on le sait, que des arbustes
rabougris.

Tout le bois de consommation est ainsi apporté de lointaines contrées
aux habitants par les tempêtes.

--Mon fils, dit Triuniak à Dubreuil, attends-moi ici. A nous deux, nous
ne serions pas assez robustes pour traîner cet arbre au village, je vais
y courir et je ramènerai nos chiens. Pendant mon absence, tu iras à
la crique de l'ours, nous en sommes tout près. Je suis sûr que tu y
trouveras les _pusi_[8].

[Note 8: Phoque, veau marin.]

--Ne t'inquiète pas, mon père, j'en aurai une provision à ton retour,
cria le capitaine à l'Uskimé, qui rebroussait chemin à grands pas.

Après avoir lutté longtemps avec des chances diverses de victoire ou de
défaite, le soleil perçait enfin le voile de brume qui le cachait dans
la matinée.

L'éblouissement causé par sa réfraction sur l'immense plaine de glace
qui entourait Dubreuil, le fit songer à ajuster ses yeux à neige, sortes
de besicles faites avec un morceau d'ivoire, dont les Esquimaux se
servent pour tempérer la lumière intense réfléchie par leurs blanches
campagnes, et se préserver ainsi de cette horrible affection que les
Canadiens Français appellent _aveuglement de neige_.

L'ivoire ou le bois employé à leur confection est évidé intérieurement,
pour recevoir le revers du nez et la partie saillante du globe des yeux.
Vis-à-vis de chaque oeil s'étend une fente transversale, très-étroite,
longue d'environ un pouce et demi. En dehors, l'instrument est évasé
sur les deux côtés, à angle oblique, en haut se trouve un petit rebord
horizontal, qui se projette d'environ un pouce.

On assujettit ces lunettes par derrière, avec une lanière de peau de
veau marin: les Uskimé en font encore usage, comme nous du télescope,
pour voir à de grandes distances.

Aide de cet appareil, Dubreuil distingua, à un mille de lui, une troupe
de phoques qui s'ébattaient gaiement à la tiède chaleur de l'astre
diurne.

Le capitaine replaça son canot sur sa tête et se glissa, avec
précaution, vers la crique à l'Ours, lieu où étaient rassemblés les
veaux marins.

Quand il n'en fut plus éloigné que d'une centaine de pas, il descendit
la côte, mit son kaiak à flot et nagea avec une vitesse incroyable, mais
sans faire le plus léger bruit.

Il allait dans un tel silence qu'il passa inobservé par une troupe de
lourds cormorans, occupés à pêcher dans une anse.

Arrivé à la hauteur de la crique, Dubreuil donna deux vigoureux coups de
pagaie pour en doubler la pointe, saisit un _reineinek_ ou grand harpon
auquel était fixée une longue ligne, et darda la pointe de l'arme dans
le flanc d'un gros phoque qui venait de s'éveiller, au bruyant désordre
de ses compagnons, frappés de panique par l'apparition du kaiak bien
connu.[9]

[Note 9: Les pêcheurs, eu plutôt chasseurs de phoques, savent que cet
amphibie est doué d'une certaine intelligence, et que, quand un troupeau
a été chassé quelquefois par le même homme, il reconnaît cet homme et
s'en défie plus que des autres chasseurs.]

Percé d'outre en outre, l'animal ne s'en roula pas moins dans l'eau et
plongea.

Dubreuil laissa filer la ligne, attachée par l'autre extrémité à une
peau de veau marin remplie d'air, destinée à servir de bouée pour suivre
les traces du blessé.

Le phoque fuyant vers la haute mer, Guillaume lança son kaiak hors de
la crique, pour lui donner la chasse, mais, en débouquant, une pierre
décochée avec force l'atteignit au visage, il perdit l'équilibre et
capota.



                                  VI

                              DISPARITION


Dans la matinée de ce jour-là, en allant puiser de l'eau à la source
commune, Toutou-Mak remarqua que Kougib et le futur angekkok-poglit
passaient et repassaient fréquemment devant la cabane de son père. Ils
la regardaient avec un air et des gestes qui inspirèrent des soupçons à
la jeune fille. Évidemment, ils tramaient quelque perfidie. Toutou-Mak
les suivit en cachette.

Les deux hommes prirent la route d'un petit bois de cormiers, distant
de cinq ou six portées de flèche du village uskimè. Le chemin qui y
conduisait était encaissé entre des rochers et tortueux. Bien de plus
facile que de s'y glisser sans être aperçu. La jeune fille marcha sur
leurs pas.

Arrivés dans le bois, ils s'arrêtèrent.

Toutou-Mak se coula derrière un buisson et écouta.

--Oui, disait Kougib, ils ont assassiné Pumè. J'en suis sûr. Comment
expliquer autrement sa mort?

--Tu as bien raison, mon frère, répondit l'angekkok.

--Aussi, je vengerai la mort de Pumè.

--Torngarsuk l'ordonne. Ton empressement à devancer ses désirs lui sera
agréable.

--Ah! si je n'avais pas manqué mon coup, hier! Il faut que ce blanc ait
un charme pour détourner les traits.

--Sans doute, il connaît des choses que tu ne connais pas. Mais celui
que dirige la main toute-puissante de Torngarsuk saura bien triompher de
son ennemi. J'approuve ton dessein.

--Depuis longtemps on aurait dû en purger le pays.

--C'était aussi l'avis de Pumè.

--Ah! je le sais bien, répliqua Kougib. Sans Triuniak qui le protège,
pour Le malheur de la tribu, il n'aurait pas fait long séjour parmi
nous.

--On dit qu'il aime sa fille, fit l'angekkok insidieusement.

--Crois-tu, mon frère? demanda l'autre avec une expression haineuse.

--Et qu'elle l'aime aussi, ajouta le jongleur d'un ton négligent, mais
qui cachait l'intention d'irriter son compagnon.

En effet, celui-ci avait été un des prétendants à la main de Toutou-Mak,
et l'angekkok le savait fort bien.

--Tu dis qu'elle l'aime! s'écria. Kougib en fronçant les sourcils.

--Cela doit être. Pumè me l'a dit. Et, d'ailleurs, ne les a-t-on pas vus
souvent ensemble? Qu'est-ce qu'ils allaient faire seuls, tantôt d'un
côté, tantôt de l'autre, dis? On en a assez causé, dans la tribu.

Chaque parole du sorcier tombait comme une goutte d'huile bouillante sur
le coeur de Kougib.

Il poussa un rugissement sourd et brisa dans ses mains un os de baleine
qui lui servait de bâton.

--Et puis, ajouta l'angekkok, n'est-ce pas à ce misérable amour qu'il
faut attribuer le meurtre de Pumè?

--Tu dis juste, trop juste, mon frère!

--Oh! continua le premier, enfonçant à plaisir le poignard dans la
blessure, Toutou-Mak n'attendra pas la fin de son deuil pour épouser
Innuit-Ili.

--Ne prononce plus son nom! il m'exaspère!

--Triuniak est décidé à la lui donner en mariage.

--Jamais! exclama Kougib.

--Si tu veux, certainement.

--Je le tuerai! fut-il répondu d'une voix rauque.

--Tous les angekkut te loueront de cet acte nécessaire, car Innuit-Ili
est leur ennemi juré. Seulement, frappe bien et fort. Voici un
_oriosi_[10] qui doublera la précision de ton oeil, la vigueur de ton
bras.

[Note 10: Sorte de talisman.]

--Je remercie mon frère de sa bonté pour moi, dit Kougib en recevant du
jongleur un sachet en peau, qu'il fourra dans sa botte.

--Tu dois te presser, dit le sorcier.

--Si je savais où il est, j'irais immédiatement.

--Torngarsuk m'a révélé qu'il était parti, ce matin, avec Triuniak, pour
chasser.

--Où? dis-le moi.

--A la crique à l'Ours.

--Il y est avec Triuniak, fit Kougib en réfléchissant

--Est-ce que déjà mon frère aurait peur?

--Non, non, je n'ai pas peur. Mais ce Triuniak le défendra.

--Tant mieux!

Kougib fixa sur l'angekkok un regard inquisiteur.

--Mon frère a dit tant mieux; je ne comprends pas. Mon frère
prétendrait-il me tromper?

--Les ministres de Torngarsuk ne trompent point, répondit sévèrement
l'angekkok. Triuniak chasse avec Innuit-Ili. J'ai dit: tant mieux! parce
que je pensais que Kougib avait la vue longue.

--Kougib n'a pas la vue longue, dit l'Esquimau en branlant la tête. Que
mon frère ouvre donc encore son coeur.

L'angekkok jeta autour d'eux un regard rapide, et, croyant qu'ils
étaient seuls, il reprit à voix basse, tandis que Toutou-Mak redoublait
d'attention:

--Si Kougib attaque Innuit-Ili, Triuniak courra au secours de son ami,
et Kougib les tuera tous les deux.

La Biche-Agile arrêta sur ses lèvres un cri d'horreur.

--Kougib comprend-il? poursuivit le jongleur.

--Pourquoi tuer aussi Triuniak?

--O l'aveugle! le sourd! proféra l'angekkok en levant les épaules. Mais
tu ne vois donc pas que Triuniak mort, sa fille est à toi?

Kougib bondit d'admiration.

--Mon frère est grand, dit-il. Son oeil distingue dans le ciel, son
oreille entend du fond de la terre.

--Va donc! et fie-toi toujours au serviteur de Torngarsuk! fit
superbement le sorcier, dont la vanité avait été flattée par cet éloge
naïf.

--Je pars tout de suite, mon frère.

--As-tu des armes?

--J'ai ma fronde et mon couteau. Mon arc a déçu mon attente. Je l'ai
brisé.

--Songe que Torngarsuk veille sur toi!

L'angekkok, après ces mots, quitta son complice, qui prit aussitôt la
direction de la crique à l'Ours.

Toutou-Mak sortit de son nid, dès qu'ils eurent disparu. Que
d'agitation, que de trouble dans sa jeune âme! Son père et celui qu'elle
aimait exposés à une mort qu'elle ne pouvait prévenir que par un acte
condamné d'une manière absolue par les règles religieuses de son pays.
Car les Esquimaux s'imaginent qu'une veuve qui, à partir du lendemain du
décès de son mari, entre, durant les trois premiers mois de son deuil,
en communication quelconque avec un homme, est destinée à périr dans le
courant de l'année, ainsi que celui ou ceux à qui elle a parlé.

Si courte que fût la lutte des terreurs superstitieuses de la jeune
femme avec ses tendresses, elle fut affreuse, de celles qui laissent sur
le coeur des cicatrices indélébiles.

L'amour l'emporta.

Toutou-Mak s'élança sur la trace de Kougib. Puis craignant d'être
surprise, elle prit une autre piste, qui devait la mener également à la
crique à l'Ours.

Elle volait plutôt qu'elle ne courait sur la glace et sur la neige. Il
fallait devancer l'assassin. Par malheur, dans son trouble, l'Indienne
s'égara un peu. Elle perdit un temps précieux, et, quand elle atteignit
le sommet d'un cap qui d'un côté dominait la crique, elle découvrit
Kougib faisant déjà tourner une fronde autour de sa tête.

A cette vue, Toutou-Mak voulut crier, avertir son amant, dont elle
n'était plus éloignée que de quelques pas. Ses organes refusèrent de la
servir.

Elle s'affaissa, hors d'haleine, derrière un amas de congélations.

Ni Kougib, ni Dubreuil ne l'avait aperçue.

Après avoir lance sa pierre, constaté qu'elle avait frappé le but, et
que le kaiak chaviré ne se redressait pas, le meurtrier détala au plus
vite. Quoique blessé légèrement, Guillaume risquait de se noyer, car,
étourdi par le coup, il ne faisait aucun effort pour remonter à la
surface de l'eau.

Mais la faiblesse de Toutou-Mak ne fut que passagère.

Elle se relève, franchit la courte distance qui la sépare de la crique,
se jette à la nage, et remorque le kaiak à la rive.

Peindre ses émotions dans ce moment serait impossible. Innuit-Ili
vivait-il encore? avait-il succombé?

Aussitôt qu'elle a pu prendre pied, la Groënlandaise plonge sous le
canot; elle le retient d'une main, et de l'autre défait le noeud qui
lie la jaquette du batelier à la couverture de l'embarcation. Saisissant
alors l'homme par les cheveux, elle l'arrache du kaiak et le traîne sur
la grève.

Dubreuil n'était qu'évanoui. Il revint bien vite à lui, et grande fut
sa surprise en voyant Toutou-Mak agenouillée, penchée sur son visage,
qu'elle séchait sous ses baisers.

--Est-ce un rêve? Ah! puisse-t-il se prolonger! durer toujours!
murmura-t-il.

Mais elle:

--Il est sauvé! il est sauvé!

Puis, elle s'éloigne vivement, et reparaît au bout de quelques minutes
avec un habillement sec complet.

--Change tes vêtements mouillés contre ceux-ci, mon frère, dit-elle.

--Et toi, ma soeur?'

--Il y a dans la cache de notre père un autre accoutrement. Je vais
aller le mettre. Dois-je t'aider?

--Non, je mie sens assez fort. Retire-toi, ma bonne soeur, car tu
frissonnes.

Toutou-Mak retourna à une petite grotte naturelle, formée par les
glaçons, dans laquelle Triuniak avait l'habitude de serrer des
provisions et de chaudes fourrures pour parer aux accidents, assez
nombreux, qui arrivent à la chasse des amphibies.

Sa toilette était terminée lorsque Dubreuil la rejoignit dans la grotte.
Il avait à la tête une blessure large, mais nullement dangereuse.

Toutou-Mak y appliqua une espèce de charpie, faite avec l'amiante[11],
afin que l'impression de l'eau froide ne l'envenimât point, et,
s'asseyant près du jeune homme qui l'interroge avec les yeux plus encore
qu'avec les lèvres, elle lui conte l'incident du matin.

[Note 11: «Plusieurs montagnes (du Groënland) sont remplies d'amiante,
ou pierre de lin incombustible, semblable à des éclats de bois. Lorsque
l'amiante est battue, amollie dans l'eau chaude, on la peigne comme de
la laine. Sa qualité singulière est que le feu, lui tenant lieu de savon
et de lessive, blanchit ce linge, loin de le consumer. Les Groënlandais
en font des allumettes pour leurs lampes. Tant qu'elles sont imbibées
d'huile, elles brûlent sans se consumer comme le coton.»--_Collection
abrégée des Voyages_, par Bancarel.]

En entendant le récit de cet infâme complot, Dubreuil avait peine à
modérer sa colère.

--Oh! dit-il, en la pressant avec transport dans ses bras, que ne
puis-je fuir avec toi, ma bien-aimée, joie de mon âme, soleil de ma vie!
Que ne puis-je t'emporter dans ma belle patrie!

--Oui, soupira la Groënlandaise, tu songes à partir, à me quitter!

--Te quitter! oh! non, je le jure! Non, jamais je ne t'abandonnerai!
j'en prends à témoin tes dieux et le mien!

--Vrai, tu m'aimes ainsi? fit-elle avec une candeur charmante, en
cachant sa tête dans le sein de Guillaume.

Ils étaient profondément émus l'un et l'autre. Dubreuil sentait son
cerveau s'enflammer, son coeur battre à rompre sa poitrine, ses doigts
frémissants se nouèrent à la taille souple de la jeune femme, dont les
douces caresses l'avaient embrasé d'un feu irrésistible.

Mais elle comprit le péril de la situation, se rejeta soudain en
arrière, et s'écria d'une voix vibrante, qui calma l'impétuosité du
capitaine:

--Mon père! malheureux, nous oublions Triuniak!

--Triuniak! je t'ai dit, ma soeur, qu'il était allé au village chercher
des chiens.

--Kougib le rencontrera!

--Je te devine, Toutou-Mak!

--Oh! cours à sa défense.

--Tu m'accompagneras.

--Non, non, cela ne se peut. J'ai enfreint la loi du Succanunga, pour
toi...

--Quelle loi? que veux-tu dire?

--Rien, mon frère, rien, répliqua-t-elle en pâlissant, vole au secours
de Triuniak! mais promets-moi de lui cacher l'entrevue que tu as eue
avec sa fille.

--Comment?

--Je t'expliquerai cela... plus tard... Sois prompt, ô mon bien-aimé!

En renouvelant cette recommandation, Toutou-Mak chargeait sur sa tête le
costume déjà glacé dont elle s'était dépouillée, et quittait la grotte
par le sentier qui l'avait amenée.

Dubreuil prit l'autre piste.

A moitié route du village esquimau, il rencontra Triuniak arrivant avec
un attelage de chiens aux oreilles courtes et droites, au poil rude
comme celui des loups.

--Quel motif t'a donc fait abandonner la chasse, mon frère? Tu es tout
essoufflé! Du sang sur ton visage!

--Ce n'est rien, une égratignure. Mon père ne s'est-il pas croisé avec
Kougib?

--Non. C'est lui qui t'a mis dans cet état?

--Je le crains.

--Tu ne l'as donc pas vu Innuit-Ili? fit Triuniak avec quelque surprise.

--Je ne l'ai pas vu, mais j'ai lieu de supposer que c'est lui qui m'a
lancé une pierre, tandis que je harponnais un phoque.

--Nul autre ne l'aurait osé, dit l'Uskimé d'un air rêveur.

--Enfin, je suis heureux que le scélérat n'ait pas attaqué aussi mon
père.

--Pourquoi m'aurait-il attaqué?

--Je ne sais, je ne sais, balbutia le capitaine... Un pressentiment...
Mais allons chercher l'arbre!

--La blessure n'est pas profonde? demanda Triuniak avec intérêt.

--Oh! non, une simple écorchure.

--Mon fils, reprit l'Esquimau avec gravité, il est nécessaire que
tu t'éloignes de la tribu, pendant quelques lunes. Sans cela, ta vie
courrait les plus grands risques.

--Mais où veux-tu que j'aille, père?

--Je réfléchirai. En attendant, comme voici notre arbre, aide-moi à le
tirer de l'eau.

Aussitôt, ils attachèrent le pin avec des cordes de peau, et, s'attelant
à ces cordes en même temps que les chiens, ils le halèrent sur la berge.

Là, Triuniak en abattit les branches avec une hache de silex, aussi
tranchante que l'acier, et, après l'avoir élagué du faîte à la racine,
il enfouit précieusement les rameaux sous des glaçons.

De nouveau, les mâtins furent attelés à l'arbre. Le Groënlandais les
siffla d'une façon particulière, et ils partirent au galop, en traînant
derrière eux l'énorme pièce de bois.

Le convoi rentra au village sur le tard. Les deux hommes n'avaient
échangé que de rares paroles; l'un et l'autre étaient préoccupés par
d'absorbantes réflexions.

Le jour suivant, Dubreuil, en se levant, trouva Triuniak en train de
mettre en ordre son traîneau d'expédition, charpente en os de baleine,
que recouvrait un léger, mais solide plancher de frêne.

--Nous allons chasser le caribou, lui dit son hôte. Fais un paquet de
tes vêtements et prends toute les armes, car nous demeurerons plusieurs
jours dehors.

Sur le traîneau, on chargea une tente, du poisson fumé, un pot d'huile,
des effets de campement, et Triuniak donna le signal du départ.

Ce voyage précipité contrariait fort Dubreuil. Malgré l'assurance
que lui avait réitérée l'Uski que Toutou-Mak n'aurait rien à redouter
pendant leur absence, il se sentait le coeur lourd, oppressé, comme à la
veille de quelque événement sinistre. Que deviendrait-elle? qui serait
là pour la protéger, si, méprisant la loi du deuil, Kougib tentait de
lui faire violence? Qui la soignerait si une maladie imprévue fondait
sur elle? La quitter! la quitter sans la voir, sans lui presser la main!
Cette idée seule ne suffisait-elle pas à bouleverser l'esprit du
capitaine? Prier Triuniak de retarder, d'ajourner son entreprise, eût
été inutile. Jamais le sauvage ne revenait sur un plan arrêté. Long à se
déterminer, prudent dans ses actes, il était inébranlable quand il avait
une fois pris une résolution.

Dubreuil avait bien la ressource d'une indisposition feinte. Mais outre
que le mensonge prémédité lui répugnait, il tenait à prouver à son
misérable agresseur qu'il avait encore manqué son coup.

C'était peut-être le meilleur moyen de l'empêcher de recommencer ses
entreprises homicides, car notre Français savait parfaitement que la
superstition agissait plus sur les Uskimé que la morale ou la raison. En
le voyant sain et dispos, Kougib se figurerait qu'il était invulnérable.

Sous l'empire de ces considérations, le capitaine s'abstint donc de
toute observation et suivit Triuniak qui se dirigeait vers l'ouest.

Le pays qu'ils parcoururent ce jour-là était montueux, semé à de longs
intervalles de petits bouquets de peupliers et de saules nains, jonché
de cailloux de jaspe et de marcassites jaunes comme l'or. La solitude
était grande: elle effrayait par son silence mortel. A peine, parfois,
un lièvre blanc déboulant d'un genévrier, ou un faucon gris traversant
les airs à tire d'ailes, donnait-il une courte animation au paysage.
Au reste, partout une affreuse désolation, des rocs noirs et nus, des
abîmes insondables, des ravins lacérant le sol, des glaciers déchirant
la nue.

Au soleil couché, les voyageurs campèrent sur le bord d'une source et
allumèrent du feu avec deux morceaux de bois sec vigoureusement frottés
l'un contre l'autre.

Après leur repas, Triuniak, qui s'était montré taciturne dans la
journée, dit brusquement à Dubreuil:

--Innuit-Ili, ton coeur ne s'est-il pas attendri pour celui de
Toutou-Mak? Réponds-moi ouvertement.

Étonné de cette question soudaine, Guillaume eut un moment d'hésitation.

--Si je me suis trompé, reprit l'Esquimau, réponds toujours, ce qui a
été dit n'aura pas été dit.

--Tu me parles comme un père, Triuniak, je te parlerai comme un fils,
dit le capitaine en regardant franchement son hôte à la lueur de leur
lampe.

--Mes oreilles sont prêtes à t'entendre, Innuit-Ili.

--Eh bien, oui, j'aime ta fille, je la désire pour épouse.

L'Esquimau s'inclina vers lui et lui lécha le visage, marque de la plus
vive affection ou considération chez les Uski.

--Ton désir sera satisfait, car, moi aussi, je t'aime, dit Triuniak;
mais avant de t'engager, écoute mon discours.

--Laisse couler les paroles de ta bouche, mon père; ce sont celles d'un
sage, leur son est doux comme le murmure du ruisseau, leur sens est fort
et pénétrant comme la lance du narval.

--Apprends, dit gravement Triuniak, que Toutou-Mak n'est pas la fille de
mon sang. C'est l'enfant d'une race dégénérée, ennemie de la nôtre, qui
habite, dans une île, là-bas vers le soleil levant. Toute jeune, elle
fut prise dans une guerre et je l'adoptai pour lui sauver la vie mais
Toutou-Mak a été engendrée par une nation maudite, les Indiens-Rouges.
J'ai dit.

--Mon père, s'écria Dubreuil, j'aime Toutou-Mak telle qu'elle est.
L'épouser sera pour moi un bonheur, car elle est bonne autant que belle,
et je lui dois...

Il allait ajouter «la vie.» Mais le souvenir de la défense qui lui avait
était faite fit expirer le mot au bord de ses lèvres.

Heureusement Triuniak n'insiste point. Ils causèrent encore un instant,
et, roulés dans des peaux de morse, ils s'endormirent d'un profond
sommeil.

Le lendemain, ils continuèrent leur route sans apercevoir de gibier.
Mais le troisième jour, les chiens lancèrent tout à coup un renne d'une
taille superbe. Il avait au moins cinq pieds de la sole au garrot, et
ses magnifiques andouillers, à large empaumure, dépassaient le sommet
des plus grands arbres.

Aussitôt, les deux chasseurs se mirent à sa poursuite: à la furie muette
des chiens, car dans l'Amérique du Nord ces animaux n'aboient pas,
le renne répondit d'abord par un cri de défi. Leste sur ses jarrets
d'aciers, il bondissait avec une merveilleuse agilité, faisait deux ou
trois cents pas, puis s'arrêtait, se retournait fièrement et avait l'air
de provoquer la meute. Mais, au bout d'une heure de ce manège, comme les
molosses ne quittaient pas ses brisées, il se décida à prendre un grand
parti.

En ce moment, la chasse parcourait les rampes d'une montagne escarpée
qui s'élevait par gradins à pic.

Triuniak, monté sur un des degrés supérieurs, tâchait de devancer le
renne pour le tirer du haut d'une pointe de rocher, tandis que Guillaume
Dubreuil suivait et appuyait les chiens.

Ce qu'avait prévu l'Uski arriva. La bête vint se heurter contre un mur
de granit. Il fallait ou sauter plus bas, ou faire tête à la meute.
Le renne se retourna pour juger de la force de ses ennemis, et pendant
qu'il calculait ses chances d'évasion, en fouillant avec fureur la terre
de son sabot, Triuniak lui décocha un flèche qui le perça au défaut de
l'épaule.

Le noble quadrupède tomba, et les chiens se ruèrent sur lui comme des
loups affamés.

--Prends garde à toi, mon frère, il n'est pas encore mort, cria le
Groënlandais à Dubreuil, accourant à toutes jambes.

Mais, déjà, il était trop tard; le renne s'était relevé, comme mu par
un ressort, et s'était jeté, en poussant une plainte déchirante, sur le
capitaine, qu'il renversa d'un coup de sa terrible ramure.

Triuniak s'élança vers le jeune homme qui gisait horriblement mutilé
près du corps expirant du monarque des montagnes groënlandaises.

Tant bien que mal il pansa ses blessures, l'installa sur son traîneau et
revint à marches forcées au village.

En y arrivant, le pauvre père apprit que Toutou-Mak, sa fille chérie,
avait disparu depuis la nuit de son départ.



                                 VII

                              LA FUITE


L'hiver était venu, le long, le terrible, hiver des régions boréales,
avec ses froids épouvantables qui font fendre les arbres, éclater les
rochers, avec ses épais brouillards, ses vapeurs de glace fumantes[12],
qui brûlent, enlèvent la peau de quiconque s'expose à leur contact, avec
ses tourmentes de neige, qui répandent la désolation et la mort partout
où elles traînent leur livide linceul.

[Note 12: Les Canadiens-Français leur ont donné le nom de fumée de
glace. Ce sont des vapeurs qui jaillissent des crevasses de la glace
marine ou de la surface des lacs, et qui, formant dans l'air un réseau
transparent et solide, sont souvent poussées par le vent, rasent le sol,
dévastent tout devant elles, et tuent parfois les hommes et les animaux
qu'elles atteignent.]

Alors se lamentent les êtres vivants: l'homme murmure dans sa hutte
souterraine, le renard glapit aigrement à la recherche d'une maigre
proie, l'ours grogne en sa tanière, les lourds cétacés mugissent dans
les antres marins, et les corbeaux croassent d'un ton lugubre sous un
ciel de plomb.

Le capitaine Guillaume Dubreuil n'avait pas quitté son lit de
souffrances depuis trois mois. Cependant l'état du malade s'améliorait,
au grand contentement du pauvre Triuniak, car son protégé avait bien
failli succomber aux affreuses blessures que lui avait faites le renne.
Et, plus d'une fois, le patient s'était rappelé le proverbe français:
_Au cerf la bière, au sanglier le mière_. Accablé par les douleurs
physiques et morales, il souhaitait presque de mourir.

Que lui importait la vie! quel charme offrait-elle maintenant à son
esprit abattu, à son coeur flétri! Toutou-Mak n'avait pas été retrouvée,
malgré les minutieuses recherches de Triuniak. Il n'était pas probable
qu'elle reparût au village. N'était-il même pas préférable qu'elle n'y
revint jamais, si elle existait encore? Kougib, l'infâme Kougib l'avait
enlevée. On n'en pouvait plus douter, puisque sa loge était vide depuis
la nuit où l'on avait cessé de voir Toutou-Mak!

Cependant, à mesure qu'il renaissait à la santé, Dubreuil reprenait
quelque goût aux choses de ce monde. Il achevait de se perfectionner
dans la langue esquimaue, et recueillait soigneusement toutes les
informations qu'il pouvait obtenir sur la topographie du pays et des
contrées avoisinantes.

C'est ainsi qu'il apprit que la partie du Succanunga où il se trouvait
était séparée au nord-ouest d'une terre moins aride et plus chaude, par
un bras de mer que les Uskimé avaient traversé jadis en une demi-lune
pour aller s'établir au sud, sur une île très-rapprochée de cette terre,
et où la nuit était égale au jour.

--C'est là, lui dit un vieillard qui lui donnait ces indications, c'est
là qu'Ajut a reconnu son frère Anningait dans son amant.

Guillaume savait que les Groënlandais appellent de ces noms le soleil
et la lune. Mais, pour eux, la lune est un jeune homme (Anningait), le
soleil est une jolie femme (Ajut).

--Comment cela? demanda-t-il.

--Je vais te le dire, mon frère.

Un soir, Ajut et Anningait étaient réunis avec plusieurs amis, dans une
loge de cette île où ils se régalaient de chair d'ours et de graisse de
phoque. On avait allumé des lampes, quoique ce fût en été, car, là-bas,
ce n'est pas comme chez nous, il fait sombre la nuit. Anningait avait
une passion pour sa soeur à l'insu de celle-ci. Après le banquet,
il voulut lui faire des caresses sans être vu, et par conséquent il
éteignit les lumières. Mais elle, très-curieuse comme la plupart des
femmes, n'aimait pas ces caresses dérobées. Alors, elle noircit ses
mains avec de la suie, afin d'en marquer les mains, la face et les
vêtements de l'amant inconnu qui s'adressait à elle. Telle est la
raison des taches qu'on distingue sur Anningait; car, portant, en cette
circonstance, un costume de peau de daim blanche, il fut tout maculé de
suie. Ajut sortit ensuite pour allumer une mèche de mousse. Anningait
en fit autant. Mais la flamme de sa mousse fut éteinte. C'est pourquoi
Anningait (la lune) ressemble à un charbon ardent et ne brille pas comme
Ajut (le soleil). Tous deux rentrèrent dans la maison, Anningait se mit
à poursuivre Ajut, qui s'enfuit dans les airs, l'autre courant sur ses
pas. C'est ainsi qu'ils continuent de se donner la chasse, quoique la
carrière d'Ajut soit bien plus élevée que celle d'Anningait.

--Revenons à ce que tu me disais, mon père, reprit Dubreuil, après cette
explication. Cette île est située au sud?

--Oui, mon fils, au sud de la terre ferme.

--Son climat est moins rigoureux que celui-ci?

--Beaucoup moins. On y voit de grandes forêts d'arbres comme celui que
tu as ramené de la côte avec Triuniak. Le gibier abonde. Les lacs et
les rivières ne restent gelés que pendant cinq lunes, et la mer, tout
autour, est poissonneuse.

--L'île est-elle habitée?

--Elle est peuplée par des hommes rouges, appelés Boethics.

--Ah! ce sont les Indiens-Rouges! s'écria Dubreuil, se rappelant que
Triuniak lui avait dit que Toutou-Mak était originaire de cette tribu.

Les paroles du vieillard l'intéressaient vivement, car, si elles étaient
exactes, cette île devait émerger de l'Océan atlantique, sur la route de
France, vers la mer polaire, par les 47° de latitude nord environ. Mais,
en apprenant qu'elle avait été la patrie de l'infortunée Toutou-Mak,
l'intérêt du capitaine augmenta encore, sans qu'il sût vraiment
pourquoi.

--Ce sont des hommes rouges, ennemis des hommes cuivrés, répondit son
interlocuteur.

--Tu les as vus, mon père?

--Je les ai vus, il y a bien, bien des lunes, quand les Uski sont allés
vers l'Orient, pour y établir leur résidence. Nous comptions alors une
foule d'hommes braves et déterminés. Mais la maladie, le scorbut, les
a fait tomber comme tombe la neige dans un tourbillon, et les gens de
l'île nous ont repoussés.

--Je croyais que vous aviez été les plus forts!

--Les plus forts! Si nous l'eussions été, mon fils, est-ce que nous
habiterions le Succanunga? est-ce que nous aurions quitté cette île
après l'avoir conquise? Penses-tu que les Uski n'aimeraient pas mieux
résider sous un ciel doux où l'hiver ne dure que sept mois, où l'été
fait mûrir toute sorte de fruits savoureux, où les cours d'eau
sont obstrués par le saumon, les bois encombrés par les rennes, que
d'arracher une maigre subsistance à cette ingrate et détestable contrée!
De mon temps les jeunes gens étaient plus courageux! Ah! ils ne se
seraient pas laissé ainsi endormir dans la misère et le dénuement,
tandis qu'à quelques journées d'eux règnent l'abondance et la fertilité!

Et le vieil Esquimau secoua douloureusement sa tête blanchie par les
ans.

--Cette île, mon père en connaît-il le nom?

--Les Boethics l'appellent Baccaléos.[13]

[Note 13: C'est à cette île qu'on donne à présent le nom de
Terre-Neuve.]

--Baccaléos! fit Dubreuil tressaillant et passant les mains sur son
front, comme pour évoquer des souvenirs; j'ai déjà entendu prononcer ce
nom... oui... par des pêcheurs normands, ajouta-t-il en aparté.

--Les hommes rouges, dit le vieillard, m'ont rapporté avoir vu des
hommes blancs comme toi, avec qui ils avaient échangé du poisson contre
des ustensiles de même matière que les boutons de l'habit que tu avais
en arrivant chez nous. Des hommes blancs étaient, disaient-ils, montés
sur des _konè_[14] aussi hauts qu'une montagne de glace et aussi grands
qu'une baleine.

[Note 14: Le plus grand canot des Esquimaux. Ils s'en servent pour la
pêche de la baleine.]

--Mais baccaléos n'est-il pas le nom d'un poisson? s'enquit le
capitaine Guillaume, prêtant une attention de plus en plus vive à ces
renseignements.

--Oui, c'est le nom d'un poisson long comme une flèche, à grosse tête,
couvert d'écailles grises sur le dos, blanches sous le ventre, avec des
taches jaunes. Il fraie quelquefois dans nos baies, mais rarement.

--La molue[15] pensa Dubreuil, la description est parfaite.

[Note 15: Nom donné autrefois à la morue.]

--On le prend sur le bord de la mer, en quantités si considérables
qu'une seule pêche suffirait pour nourrir tout notre village pendant une
saison.

--Mais l'île est-elle vaste?

--Ah! mon fils, je ne sais pas quelle est son étendue. Je me rappelle,
cependant, avoir entendu dire qu'il fallait une lune à un kaiak pour en
faire le tour.

--Mon père y est demeuré longtemps?

--Deux ans, mon fils. Fait prisonnier par les hommes rouges, je suis
resté en captivité jusqu'à ce que j'aie pu m'échapper.

--As-tu connu les parents de Toutou-Mak? interrogea Dubreuil d'un ton
mélancolique.

--Non, je n'ai pas connu les parents de la fille adoptée par Triuniak.
Je sais seulement que son père commandait les hommes rouges. Elle tomba
entre les mains des Uski le jour de notre débarquement dans l'île. Mais
comme je fus pris moi-même ce jour-là, je ne savais pas ce qu'elle était
devenue, quand, à mon retour, je la retrouvai ici.

--Mon frère pourrait-il me dire quel est le caractère de ces Indiens?

--Je les déteste et je les méprise. Ce sont les enfants d'une chienne et
d'un loup, s'écria le vieillard avec autant de dédain que de dégoût.

Vainement Dubreuil essaya-t-il de le questionner davantage sur ce sujet,
il n'en put tirer une réponse satisfaisante.

Avec les données et les notions qu'il avait acquises, le capitaine
dressa, sur une peau de renne bien passée, une carte des côtes du pays
où il supposait être, avec le bras de mer désigné par le vieillard, et
l'île de Baccaléos, par rapport à leur position présumée sur le globe.

Tout grossièrement esquissée qu'elle fût, cette carte ne manquait pas
d'exactitude.

Sa confection, loin de décourager Guillaume par la vue de la grande
distance où il était de sa patrie, lui releva le moral. Il se dit
qu'avec un bateau de quelques tonneaux on pourrait franchir l'Océan,
ou tout au moins le détroit dont lui avait parié le Groënlandais, de là
gagner Baccaléos, et pourquoi pas ensuite les rives de France? Peut-être
que, tandis qu'on serait sur l'île, un vaisseau européen y viendrait
faire la traite!

Au pis aller, mieux valait cent fois mourir d'une prompte mort au fond
de la mer que de périr lentement sur les glaces du Succanunga.

Mais le bateau, où le trouver? Partir en kaiak eût été un suicide?
L'ommiah ou le konè n'offrent guère plus de chance! quoique l'un et
l'autre soient une embarcation assez spacieuse, où les Esquimaux logent
leurs femmes, leurs enfants et leurs effets, quand ils entreprennent
quelque lointaine expédition, et quoique ce fût assurément sur ces
bateaux qu'ils avaient dû passer à Baccaléos. Mais ils connaissaient la
route, étaient en nombre, et rompus à ce genre de navigation.

Dubreuil, pourtant, avait fini par se décider à fuir, à tout hasard, sur
un konè, dès que l'hiver serait fini, quand il lui vint une idée.

Il appela Triuniak;

--Mon père, lui dit-il, voudrait-il me faire un présent?

--Tout ce que j'ai est à toi, Innuit-Ili, répondit cordialement
l'Esquimau.

--Je désire avoir l'arbre que nous avons trouvé près de la crique à
l'Ours.

--Le pin? dit Triuniak:, presque fâché d'avoir engagé sa parole.

--Ce pin?

--Que veut en faire mon fils?

--Je veux faire un grand canot.

--Le Groënlandais se mit à rire.

--Innuit-Ili se moque de Triuniak, dit-il gaiement.

--Tu verras que non, mon père.

La torche de l'espérance était rallumée dans son cerveau. Le capitaine
recouvra promptement ses forces, son activité, son intelligence. Donnez
un but noble aux passions de l'homme, elles le conduiront bien, elles
feront son bonheur, mais, pour Dieu, gardez-vous de les supprimer, car
vous ne feriez plus de lui qu'un être faible, mou, sans utilité pour les
autres, à charge à lui-même. La passion, c'est le mobile et l'expression
de la vitalité.

Que vos efforts tendent donc toujours à lui imprimer une direction
utile, jamais à l'étouffer.

Dès qu'il se put lever, Guillaume Dubreuil alla visiter son arbre,
enseveli sous six pieds de neige, devant la cabane de Triuniak. Il le
fit exhumer. C'était un pin de la grande espèce, dont le tronc mesurait
dix toises en longueur et quatre de circonférence.

Sur son emplacement même, le capitaine bâtit une cabane voûtée, avec des
moellons taillés dans un banc de neige durcie, sur lesquels on répandit
de l'eau chaude pour cimenter la maçonnerie par la gelée. Des disques
de glace, placés de distance en distance, éclairaient l'intérieur de la
hutte.

Enfermé chaudement dans son chantier, avec une hache de pierre et une
bisaiguë en dent de narval, il équarrit le gigantesque pin, lui donna
la forme d'un vaisseau; avec le feu et une herminette dont il avait
emprunté le tranchant à une défense de morse, il le creusa, l'évida
et obtint ainsi une embarcation longue de cinquante pieds, profonde de
cinq.

Les Uskimé étaient dans l'admiration. Jamais ils n'avaient vu pareil
navire.

Leur surprise ne devait pas en rester là.

Guillaume fit abattre tous les plus gros arbres qu'on put trouver
aux environs. Malgré l'imperfection de ses instruments et la mauvaise
qualité du bois, il réussit à fabriquer des planches, dont il fit une
quille, des bordages et des préceintes pour son vaisseau. Le tout
fut recouvert de peaux, afin de le rendre étanche autant que pour le
consolider.

Avec ses oeuvres mortes, le bâtiment eut alors sept pieds d'élévation,
et une largeur de cinq.

Enchanté d'une construction dont il espérait tant, Guillaume songea à
la ponter sur toute son étendue. Mais le bois lui manquait. Il fallut
se contenter d'élever deux demi-ponts à la proue et à la poupe, avec une
passerelle au-dessus du maître-bau, passerelle destinée à soutenir le
mât principal du bâtiment.

On pense bien que, dans ces travaux, Dubreuil fut aidé par Triuniak et
plusieurs Uskimé, tous ignorant le but du capitaine, beaucoup comptant
toutefois que le navire leur servirait un jour pour opérer une descente
sur l'île des Indiens-Rouges.

Seul, Triuniak soupçonnait peut-être les intentions de son hôte. Mais il
était trop prudent pour laisser percer ses conjectures.

La coque du bateau terminée, Guillaume s'occupa du gréement. Il eut
grand'peine à se procurer l'arbre nécessaire pour son mât principal.
Quant aux voiles, aux cordages, les phoques, morses et rennes en firent
les frais. Il manquait encore une ancre. L'ingéniosité du capitaine
y suppléa. Dans une lourde pierre, façonnée en croissant, il ficha
solidement des défenses de walrus: ce furent les pattes, une corne de
narval, plantée au milieu du caillou, fut la verge; un fanon et un os de
baleine, les jas et l'arganeau.

A la fin de mai, l'oeuvre était terminée: mais Dubreuil avait plus d'une
fois besogné sans relâche pendant quinze heures.

Restait une opération d'exécution difficile: le lancement, car on était
à plus d'une lieue de la côte.

Tous les traîneaux du village sont rassemblés. Le bâtiment est assujetti
sur les uns. Sur les autres, on place ses mâts, ses agrès.

Cinquante chiens sont attelés à la pesante machine, qui s'ébranle et
suit bientôt un chenan de glace uni, disposé à cet effet.

On arrive à la côte.

Là, Dubreuil, qui songe à tout, qui veille à tout, a préparé un plan
incliné, et un bâti latéral de glaçons, avec un bassin d'eau entièrement
libre au-dessous.

Par le moyen de leviers et de rouleaux, le navire est poussé dans le
coulisseau, des Uskimé placés derrière, avec des câbles fixés à la
poupe, l'empêchent de plonger trop précipitamment dans les flots.

Le capitaine donne un signal convenu, ses hommes filent leurs lignes,
et la _Toutou-Mak_ (ainsi Guillaume avait-il baptisé le bateau) glisse
doucement et arrive sans accident à la mer, où elle se balance avec
grâce, aux acclamations de tous les spectateurs.

Le coeur de Dubreuil était trop plein. Oubliant la compagnie qui
l'entourait, il tomba à genoux, éleva ses mains vers le ciel, et
remercia celui qui avait inspiré son entreprise et lui avait prêté le
courage et l'adresse pour la mener à bien.

Ensuite, il établit le gouvernail, le mat de beaupré et le grand mât au
sommet duquel furent arborées les couleurs de France, sous forme d'un
pavillon blanc, en duvet de cygne, tissé, hélas! pour un autre usage,
par la pauvre Toutou-Mak.

La journée ne pouvait se terminer sans une fête.

Elle eut lieu dans le chantier, Triuniak présida aux préparatifs;
tous ceux qui avaient concouru à la construction de la _Toutou-Mak_ y
assistèrent avec leurs femmes.

Ce fut, comme toujours, une colossale goinfrerie, aux dépens des
troupeaux amphibies de la côte.

Des chants, des danses au son du tambourin, vinrent ensuite seconder le
travail de la digestion, et, pour bouquet, les Uskimé se livrèrent fort
amicalement à l'échange de leurs huileuses cunè. Un simple rideau de
pelleterie tendu dans le fond de la loge voilait seul les doux mystères
des Groënlandais, qui, à tour de rôle, allaient s'ébattre dans la
voluptueuse retraite.

De bonne heure, Dubreuil avait quitté ses convives et il s'était retiré
à bord de son navire; car, craignant que la malveillance de quelque
ennemi ne détruisît, par l'eau ou par le feu, l'ouvrage qui lui avait
coûté tant de patience, il avait résolu d'en faire sa demeure, jusqu'au
jour de son départ.

Le brave capitaine, réfléchissant à ce départ, le désirait et
l'appréhendait en même temps. Il lui semblait dur de se sauver comme un
criminel, de délaisser Triuniak qui le traitait en fils, et auquel il
s'était sincèrement attaché. Si l'Esquimau eût voulu l'accompagner,
avec quelle satisfaction il l'aurait associé à sa fortune! Mais Triuniak
aimait trop, sans doute, la terre qui l'avait vu naître pour se risquer
dans un voyage d'aventure. Le prévenir de ce voyage? Non. Il chercherait
à arrêter Dubreuil par telle ou telle considération. Peut-être son dépit
de n'être pas écouté le pousserait-il à anéantir le vaisseau!

--Non, non, s'écria Guillaume, je dois mettre à la voile brusquement,
sans souffler mot de mon projet, et à la grâce de Dieu!

Cette exclamation venait de lui échapper, le lendemain matin, alors
qu'il arrimait différents objets dans sa cabine, quand un kaiak se
présenta à la poupe de la _Toutou-Mak_.

Ce canot amenait Triuniak.

Le Groënlandais monta lestement à bord. Son visage était soucieux.
Dubreuil le remarqua, mais il attendit que l'Uski lui fit volontairement
part du motif de sa gravité inaccoutumée.

--Mon fils, dit-il, après s'être accroupi sur le plancher, tu ne m'as
jamais dit dans quelles intentions tu bâtissais ce grand kuné. J'ai
respecté ton secret, je le respecterai encore. Mais, promets-moi, au nom
de ce Dieu des blancs, dont tu m'as si souvent entretenu, que tu ne te
proposes pas de me quitter.

La question était faite carrément. Impossible de s'y soustraire. Le
capitaine prit un parti décisif. Le mensonge lui était odieux. Il
répondit donc nettement:

--Je ne te cacherai pas davantage, mon père, que le souvenir de
ma patrie me tourmente cruellement. Ni ta bonté, ni ta sollicitude
incessante pour moi n'ont pu triompher du sentiment qui m'agite, en
songeant à mes chers parents. Ah! ajouta-t-il d'une voix altérée, si ta
fille, si Toutou-Mak fût devenue mon épouse, je me serais fixé à jamais
dans le pays qu'elle habitait. Mais, depuis qu'elle a disparu, la vue
des lieux où elle passa sa jeunesse afflige mon âme. J'ai résolu; de
m'en éloigner, de regagner la France, ou de périr dans l'abîme.

--Triuniak le savait, dit l'Uskimé; il comprend, tes chagrins,
Innuit-Ili; il n'est point irrité contre toi. Mais pourquoi as-tu douté
de sa tendresse?

--O mon père, je n'en ai jamais douté, le ciel m'est témoin! s'écria
Dubreuil.

--Tu t'abuses toi-même, car ce dessein grossissait ton coeur, et tes
lèvres étaient muettes.

Le capitaine baissa la tête, et l'Uski continua;

--Si tu réussis, reviendras-tu nous voir?

--Oh! oui, je reviendrai avec des bateaux deux fois plus grands que
celui-ci, et des instruments, des provisions pour récompenser les
Groënlandais de leur généreuse hospitalité.

--Tu reviendras! répéta Triuniak, d'un air songeur.

--Je te le jure, mon père.

--Si je t'accompagnais, tu me ramènerais avec toi?

Et l'Indien plongea ses yeux perçants dans ceux du jeune homme.

--Quoi! s'exclama-t-il, tu m'accorderais ce bonheur!

--Innuit-Ili, j'ai perdu l'enfant que je chérissais. J'éprouve
peu d'affection pour sa soeur. Toutou-Mak n'étant plus, toutes mes
tendresses se sont portées sur toi. Je ne puis te laisser partir seul.
Dans un rêve, Torngarsuk m'a conseillé d'unir ma destinée à la tienne,
si tu t'obstinais à quitter le Succanunga, mais à une condition, c'est
de ne point laisser mes ossements sur une terre étrangère!

Le capitaine leva la main en disant:

--Au nom du Dieu des chrétiens, moi Guillaume Dubreuil, naufragé sur
cette côte, je prend» l'engageaient solennel, si tu me suis dans ma
patrie, Triuniak, de t'y faire respecter et soigner, comme tu m'as fait
respecter et soigner ici, et de te reconduire ou faire reconduire au
Succanunga dès que tu en manifesteras la volonté.

--Bien, mon fils, j'ai foi en ta parole, dit l'Esquimau en l'embrassant.
A présent, nous devons nous hâter de faire nos apprêts, car je crains
que l'angekkok-poglit ne fasse incendier ton bâtiment, qu'il prétend
être une invention du diable.

--Si nous avions des provisions en abondance, dans deux jours nous
voguerions vers la France. Ah! je te remercie de te joindre à moi. Si tu
savais, Triuniak, comme mon coeur saignait à la pensée de me séparer de
toi.

--Des provisions, dit l'Uskimé! j'ai tout le train de derrière d'un
renne, plus de cinquante poissons secs, dix pots d'huile, trois
carcasses de morse, et les cinq phoques tués avant hier; n'est-ce pas
suffisant?

--Oui, ce serait suffisant, dit Dubreuil, mais l'eau douce! tu n'as pas
de vases assez grands pour en mettre la quantité indispensable! voilà ce
qui m'inquiète.

--Pas de vases, mon fils! tu oublies les outres dont nous nous servons
comme de...

--Ah? tu as raison! tu as raison! je n'y pensais plus! s'écria le
capitaine en frappant joyeusement ses mains l'une contre l'autre.

Le soir même, les vivres et l'eau étaient à bord de la _Toutou-Mak_.
Durant la journée suivante Dubreuil et Triuniak y embarquaient leurs
armes, leur mobilier, tout ce qu'ils possédaient, ainsi que deux kaiaks
et un ommiah, pour servir de chaloupe.

Et le lendemain, après avoir remorqué le navire hors de l'anse où il
était mouillé, les deux hardis aventuriers déployaient leurs voiles à
une bonne brise nord-est, et quittaient les rives du Groënland, escortés
par les sinistres prédictions des habitants du village, que la nouvelle
de leur départ avait attirés sur la côte.



                                 VIII

                             LA TRAVERSÉE


La Toutou-Mak présentait certainement un aspect des plus pittoresques,
avec ses varangues garnies de peaux, et ses voiles de basane huilées à
fond, pour les préserver de l'action de l'eau et du soleil.

Dans son ensemble, elle avait, il est vrai, à peu près la physionomie
d'un vaisseau ordinaire; en y mettant beaucoup de bonne volonté, on
l'aurait prise de loin pour une goélette. Mais, de près, c'était autre
chose. Elle n'appartenait à aucun ordre de l'architecture navale; et,
sans doute, si elle eût touché à quelque port civilisé, les habitants
l'auraient considérée avec la même surprise qui frappa les Indiens
quand, pour la première fois, ils aperçurent des vaisseaux européens.
J'ai même lieu de croire que la figure placée au-dessus de l'éperon
n'aurait pas du tout rassuré nos braves riverains. Dieu sait, cependant,
quel soin le capitaine Dubreuil avait apporté à la sculpture de cette
figure, le portrait intentionné de la fille de Triuniak, on l'a deviné.
Il avait pourtant soulevé l'enthousiasme des Groënlandais, ce portrait,
voyez un peu! Aucun qui n'eût reconnu la jeune et charmante Toutou-Mak.
Et c'est ainsi que varient les goûts, la manière d'apprécier, déjuger
les objets!

Quant aux marins qui montaient l'étrange bateau, à cette époque, vous
et moi nous eussions crié qu'ils descendaient de la lune; peut-être même
nous serions-nous signés! Le diable prenait tant et de si grotesques
masques au XVe siècle. Vite! un prêtre, un moine, de l'eau bénite!
Prions, mes frères, la fin du monde approche! Souvenez-vous que ce n'est
que par notre intercession que la réalisation des funestes prédictions
de l'an Mil a été retardée. Un exorcisme! un exorcisme!

Le fait est que les deux bateliers le disputaient par leur extérieur
et par leur contraste personnel, en singularité avec le bâtiment. Tout
velus de la tête aux pieds, l'un porteur d'une longue barbe noire,
encadrant des joues d'une blancheur de marbre, l'autre la face glabre,
d'un rouge de batterie de cuisine, ils avaient un faux air de l'Esprit
malin, sous deux de ses métamorphoses favorites: le beau séducteur qui
enlevé les jeunes filles, abuse des jeunes femmes, et le vilain démon
qui s'introduit le soir, par la cheminée, au foyer du prolétaire pour
lui acheter son âme.

Sans grand effort d'imagination, leurs bottes fourrées auraient recelé
le pied fourchu, sous leur capuchon, plus d'un oeil perçant aurait
distingué les indispensables cornes.

Assis à la poupe de son bâtiment, Guillaume Dubreuil tenait la barre du
gouvernail; Triuniak, posté tantôt sur la passerelle, tantôt sur le pont
de l'avant, manoeuvrait les voiles sous ces ordres.

Et la _Toutou-Mak_ marchait à merveille, la coquette! elle eût lutté
avec le plus fort voilier qui fût encore sorti du havre de Dieppe.
Suivant le calcul de Dubreuil, elle filait sept à huit noeuds. Depuis
leur départ du Succanunga, c'est-à-dire depuis trois jours, ils avaient
bien fait soixante lieues.

Triuniak ne se possédait pas de ravissement.

--Mon fils est le premier des angekkok-poglit, dit-il en s'approchant,
une après-midi, du capitaine.

--Ah! si j'avais seulement une boussole! fit Dubreuil.

L'Esquimau ne savait, comme de raison, ce que c'était que la boussole.
Dubreuil essaya, en vain, de lui expliquer le mécanisme de cet
instrument.

--Si je le possédais, fit-il, et si le vent ne nous était pas trop
contraire, avant deux lunes nous serions en France!

--Mais, repartit le sauvage, puisque ton pays est au soleil levant, nous
irons bien sans le secours de ce que tu appelles une boussole.

--Oui, si les nuits sont claires et le temps toujours serein. Alors je
pourrai m'orienter.

--Je croyais t'avoir entendu dire qu'à l'est, il faisait, dans cette
saison, une chaleur qui ne cessait qu'à la lune des neiges.

--Oui, je t'ai dit cela, et c'est vrai.

--S'il fait chaud, le soleil brille alors, s'écria l'Uskimé, enchanté de
sa logique, car, suivant ses idées groënlandaises, il n'y avait guère de
chaleur possible sans soleil.

--Non, lui répondit Guillaume. Dans ma patrie, la chaleur est souvent
excessive, et le ciel couvert. Mais c'est moins cela que je redoute que
les brouillards.

--S'il fait du brouillard, on aborde, et on attend dans les îles qu'il
soit passé, repartit Triuniak, qui ne concevait pas qu'on pût être
éloigné de plus d'une journée de la terre.

Sans répondre à cette naïveté, Guillaume lui demanda:

--Es-tu certain, mon père, qu'il existe devant nous, à peu de journées,
un pays habité?

--J'en suis sûr, car je l'ai traversé.

--Combien de temps es-tu resté en chemin?

--L'Uskimé compta sur ses doigts.

--Un quart de lune, dit-il ensuite.

--Tu as donc trouvé des îles sur la route?

--Sans doute, mon fils. Ou eussions-nous campé? Mais aurais-tu le désir
de t'arrêter chez les Indiens-Rouges? ajouta-t-il d'un ton méfiant.

--Je ne sais, dit le capitaine. Où le vent me poussera, j'irai, j'avoue
néanmoins que, si je le puis, je jetterai l'ancre à Baccaléos.

--Pour t'y faire égorger! les Boethics mangent les autres hommes.

--On m'a appris que ces gens trafiquent avec les blancs. Je le crois,
car j'ai déjà entendu parler de leur île par nos pêcheurs. Aussi, ai-je
confiance que, reconnaissant en moi un Blanc, ils ne me feront aucun
mal. Quant à toi, mon bon père, je saurai bien te défendre... Ah!
qu'est-ce que cela?

Un choc violent avait ébranlé le navire dans toute sa charpente.

--Aurions-nous touché? pensa Dubreuil. Mais quoi? en pleine mer. C'est
impossible... à moins d'un écueil sous-marin, ou un glaçon!...

Et il cria à Triuniak;

--Mon frère, abats les voiles.

Cependant le bateau recevait des secousses alarmantes; il roulait de
bâbord à tribord d'une façon inconcevable, car l'Océan était calme et la
brise régulière, quoique forte.

Laissant le gouvernail, Guillaume s'élança à l'avant du navire, qui
formait leur soute aux provisions.

Quelle fut la stupéfaction du capitaine, en apercevant une longue corne
de narval passée à travers la joue de tribord. Elle ressortait de plus
de deux pieds sous le pont. Un de ces dangereux cétacés avait rencontré
le vaisseau, et s'était pris par son arme dans la carène: il n'y avait
pas à en douter. Le cas était d'une gravité extrême; car, en doublant
d'efforts pour se dégager, l'énorme poisson menaçait de faire chavirer
l'embarcation De plus, le bois se fendait là où il l'avait troué, et
l'eau commençait à ruisseler dans la cale.

Dubreuil appela:

--Triuniak! Triuniak!

L'Esquimau accourut.

--Que me veux-tu, mon fils?

--Tiens! lui dit Guillaume.

--Le poisson à la longue corne!

--Oui, c'est un narval; mais n'y a-t-il aucun remède?

Attends, Innuit-Ili.

En disant cela, Triuniak se dépouillait de sa casaque et de ses bottes.
Aussitôt déshabillé, il saisit un harpon, et sauta à la mer. Le vaisseau
était en panne. Triuniak plongea sous la quille.

Peu à peu, Dubreuil, qui se tenait sur le beaupré, vit la mer se teindre
en rouge, son bâtiment oscilla avec violence pendant une minute, puis
les mouvements diminuèrent et cessèrent tout à fait.

Triuniak reparut à la surface des vagues.

Il tendit son harpon au capitaine, en prononçant ces mots:

--Il est mort. Innuit-Ili, donne moi une corde avec un crochet.

Quant il eut ce qu'il avait demandé, l'Esquimau replongea, demeura
quelques secondes sous l'eau, remonta au-dessous et dit:

--Mets un kaiak à la mer.

Dubreuil lui obéit à l'instant.

Triuniak s'aidant des liures de beaupré, grimpa dans le canot, fixa à sa
ceinture la corda que lui avait remise Guillaume, et lança, de toute
sa vigueur, l'esquif en avant de la _Toutou-Mak_, après avoir dit, au
capitaine:

--Mon frère va presser sur la corne.

Ses instructions furent exécutées, et, au bout d'un quart d'heure à
peine, le poisson, auquel Triuniak avait lié son crochet, cédant à la
traction du canot d'un côté, à la poussée du capitaine de l'autre,
quitta le bois dans lequel il s'était enchevillé, et flotta à la
remorque du kaiak.

Quand Dubreuil eut fermé la voie d'eau, on hissa le narval à bord de la
Toutou-Mak.

Il avait vingt pieds de long.

Les aventuriers, ayant autant de provisions qu'il leur en fallait,
se contentèrent de déchausser sa magnifique lance d'ivoire, et
abandonnèrent la carcasse aux goélands, après avoir levé quelques filets
pour leur repas du jour.

On avait retendu les voiles, et le navire cinglait admirablement, en
faisant route vers l'est-nord-ouest.

Dans la soirée, Dubreuil, qui avait établi son domicile près du
gouvernail, ne remarqua pas sans appréhension un point noir courant au
ciel, du septentrion en orient.

C'était le précurseur trop fidèle d'une tempête.

Elle éclata au milieu de la nuit. D'abord, le vent s'éleva par degrés:
l'Océan grossit, écuma. Ensuite retentirent de longs mugissements.
Quelques paquets de mer balayèrent le gaillard d'avant. Pour empêcher
que l'eau n'emplît l'espace libre compris entre les deux ponts, ce qui
aurait déterminé la submersion du navire, Guillaume fit couvrir cet
intervalle de peaux huilées.

Le vent augmentait.

Aux flancs de la _Toutou-Mak_, il fouettait furieusement les vagues,
tordait son grand mat comme un roseau, jouait avec le frêle, bâtiment,
qu'il lançait de la cime d'une montagne liquide dans le fond d'un
gouffre, le rattrapait au moment où il semblait devoir être englouti,
le renvoyait au sommet d'une lame géante, et le traitait enfin comme le
volant d'une raquette.

Jusque-là, pour un marin expérimenté, le danger n'était pas extrême.

Mais les rafales sèches, stridentes, ne tardèrent pas à fondre sur le
malheureux navire. Elles le martelaient à droite, à gauche, en avant, en
arrière, partout. On eût dit qu'elles voulaient le fracasser, le réduire
en pièces. Avec elles, l'Océan se prit à pousser des rugissements
atroces, et à déferler sur la poupe et la proue de la _Toutou-Mak_ avec
une rage telle que Dubreuil fut obligé de quitter sa place, de peur
d'être emporté par l'ouragan.

Du reste, le gouvernail ne fonctionnait plus. La nuit était si noire
qu'on ne voyait pas d'un bout du vaisseau à l'autre; le naufrage, la
mort paraissaient inévitables.

Dans la cabine régnait une obscurité profonde, et il y avait déjà un
demi-pied d'eau.

Triuniak chantait au milieu des ténèbres, mais son chant était lugubre.
C'était comme la prière des agonisants.

--Torngarsuk n'a pas voulu protéger le voyage d'Innuit-Ili, dit-il au
capitaine.

--Implore plutôt le Dieu des blancs et laisse là ton idole! répondit
sèchement Dubreuil.

Alors, il s'aperçut que l'eau haussait dans la cabine.

--Vais-je me laisser abattre? s'écria-t-il, vais-je périr faute
d'essayer de me sauver? Non. Je ne serais plus moi. Aide-toi, te ciel
t'aidera!

L'Esquimau continuait son antienne.

--Triuniak, lui dit-il, cherche un vase et imite-moi.

--Pourquoi faire? dit insoucieusement le Groënlandais.

--Vider l'eau qui envahit notre bateau.

--Ce sera un travail sans fruit, mon fils.

--Non, non, s'écria Guillaume, frappant du pied avec impatience; fais
comme moi, il y a encore de l'espoir!

Le capitaine s'empara d'un vaisseau de bois, et courageusement se mit à
rejeter dans la mer l'eau qui, à tout instant, envahissait son navire.
Ce travail était pire que celui de Pénélope, car Dubreuil ne parvenait
pas à arrêter le flot qui montait de plus en plus.

Triuniak s'était difficilement décidé à le seconder. Il l'assistait de
mauvaise grâce, avec la tiédeur d'un homme convaincu que sa mort est
proche et que nul effort ne le pourrait sauver.

D'ailleurs, il ne se plaignait ni ne murmurait; il attendait froidement
l'accomplissement de sa destinée. Bien qu'il paralysât l'activité
habituelle de son compagnon, ce stoïcisme obligeait Dubreuil à une
secrète admiration.

La Toutou-Mak commençait à enfoncer; le capitaine jeta la meilleure
partie des provisions par-dessous bord. Ce moyen suprême lui réussit.
Le bateau se maintint à fleur d'eau, jusqu'à ce que, vers le matin, la
tourmente s'apaisa tout à coup.

Un beau et joyeux rayon de soleil jaillit à l'horizon comme pour saluer
la trêve que venaient de signer les éléments.

Sa brillante clarté réconforta le capitaine.

Cependant ils n'étaient point encore sauvés.. L'Océan moutonnait autour
d'eux. Leur bateau, fatigué, défoncé, ouvert en vingt places, menaçait
de sombrer. Nulle part on ne distinguait une côte, et les deux
navigateurs avaient de l'eau jusqu'à la ceinture.

--Allons, hardi, mon père! criait Dubreuil, vidons notre koné.

L'Esquimau, lui aussi, s'était senti ranimé par l'apparition de
l'aurore.

Il lutta d'ardeur avec le capitaine, et, après un travail opiniâtre qui
dura jusqu'à midi, ils eurent la satisfaction de voir leur embarcation
à peu près asséchée, et leurs voies d'eau aveuglées avec des morceaux de
peau de phoque.

Le grand mât avait été cassé. On le raccommoda du mieux possible, ainsi
que le gouvernail, et le navire reprit assez légèrement sa route.

--Innuit-Ili, dit Triuniak au Français, tandis qu'ils mangeaient une
tranche de morse à demi avarié par l'eau de la mer, je veux apprendre à
connaître le Dieu de ta race, car il est plus fort que celui des Uski.
Il a battu Torngarsuk: tu m'enseigneras à le remercier.

--Mets-toi à genoux, joins tes mains, et répète avec moi les paroles que
je vais prononcer, répondit aussitôt Dubreuil.

Ils se prosternèrent tous deux sur le pont, et, d'une voix profondément
émue, Guillaume récita le Credo, cette éloquente reconnaissance de la
divinité par les chrétiens.

--Tu m'instruiras dans ta religion, mon fils, dit l'Uski, quand ils
eurent élevé à l'Éternel l'hymne de leur gratitude.

--Oui, mon père, dès que nous serons en France.

Et, à part lui, il ajouta:

--Seigneur, faites que nous y arrivions un jour! Si ce n'est pour
moi, que ce soit pour la conversion de ce bon sauvage, et pour la
glorification de votre saint nom!

--Un oiseau! cria tout à coup le Groënlandais, en montrant un guillemet
noir qui venait de se percher au haut du mât.

--Mon père, nous approchons de la terre. Ce volatile en est le messager.
Tu vois que le Dieu que j'adore a exaucé nos prières, dit Dubreuil plein
de joie.

Bientôt, des pétrels se mirent à croiser dans le sillage de la
_Toutou-Mak_. Ces jolis habitants de l'air, planant gracieusement sur
leurs ailes déployées, se balançaient, une minute, puis rasaient
le navire avec la rapidité de la flèche. Ils allaient, partaient,
revenaient, décrivaient cent évolutions, et finissaient par s'abattre
pour faire une course pédestre à la cime des flots.

--Voici la côte! dit Dubreuil.

Et son doigt indiqua une ligne blanche, vivement incidentée, qui
découpait le ciel droit devant eux.

Elle avait avec celle du Groënland une frappante ressemblance.

Triuniak mit ses yeux à neige pour l'examiner.

Au bout d'un moment, il dit à Dubreuil:

--Innuit-Ili, je reconnais ce rivage. C'est celui où nous avons abordé,
il y a quinze hivers, quand nous sommes allés faire la guerre aux
Irkili[16].

[Note 16: C'est ainsi que les Esquimaux nomment quelquefois les
Indiens-Rouges.]

--Quoi! ce n'est pas Baccaléos! fit le capitaine d'un ton désappointé.

--Heureusement, mon fils, car ici nous trouverons des amis et tout ce
dont nous aurons besoin, tandis qu'à Baccaléos, nous serions accueillis
par les flèches et la fureur de l'ennemi, plus cruel que la tempête à
laquelle nous venons d'échapper.

--Est-ce une île?

--Non, c'est une terre ferme, comme le Succanunga. Elle est peuplée par
des gens de notre race. Ils furent nos alliés autrefois. J'espère qu'ils
feront bonne réception à Triuniak et à son ami.

--Mais l'île de Baccaléos, où est-elle?

--A l'orient de cette terre, dont elle n'est séparée que par un étroit
canal.

Sur cette indication, le capitaine eut, une seconde, l'idée de mettre le
cap plus à l'est, quoique le vent le portât directement à la côte. Mais
le délabrement de son embarcation l'en empêcha.

A la nuit tombante, ils entrèrent dans une baie, où Dubreuil jeta
l'ancre.

Le lendemain, dès l'aube, ils lancèrent leurs kaiaks à la mer et
gagnèrent le rivage. Il était encore jonché de glaçons, mais les
approches de l'été se manifestaient de toutes parts. L'air avait plus de
chaleur qu'au Groënland, la brise moins de vivacité.

Au sommet de la côte, l'oeil se reposait, à un mille de distance au
plus, sur de vertes pelouses, ornées de jolis arbres, dont les boutons
d'émeraude commençaient à s'ouvrir aux haleines bienfaisantes de la
saison nouvelle.

Ce réjouissant spectacle rappelait trop au capitaine une scène de la fin
de février, dans sa patrie, pour ne pas l'émouvoir doucement. Mais la
comparaison ne se pouvait longtemps soutenir. Ces montagnes de
glace, ces amas de neige fondante, cette absence d'êtres humains,
la _sauvagerie_ de ces lieux vous ramenaient bien vite et bien
douloureusement au milieu de la mer septentrionale. Eût-il voulu
caresser davantage ses illusions, Dubreuil y aurait été enlevé, tout
d'un coup, par un grondement que les chasseurs les plus intrépides
n'entendent jamais sans émoi.

--Les ours! les ours blancs! s'écria Triuniak.

Le capitaine, levant la tête, aperçut une douzaine de ces féroces
animaux à la crête d'un cap glacé.

Ils étaient grands, maigres, décharnés. Leurs prunelles étincelaient
de cruauté, et leur langue rouge, pendant d'une gueule armée de crocs
aigus, semblait avoir soif de sang.

Ils coururent hardiment, deux par deux, sur nos voyageurs. Leurs
intentions étaient très-claires. Il n'y avait pas à s'y tromper.

Dubreuil et Triuniak avaient des armes, plus une bravoure à toute
épreuve. Mais quelle bravoure, quelles armes opposer à une bande de
cette espèce! Le meilleur parti à prendre, le plus sage, c'était de
battre en retraite. Où aller? la question se dressait redoutable,
pressante! Les ours ne quitteraient cas aisément leur proie.

--Retournons à nos Canots, fit le capitaine à Triuniak.

Aussitôt ils se laissèrent glisser en bas de la côte. La troupe ennemie
y arriva au moment où ils venaient de se jeter dans leurs embarcations.

--Au navire! c'est au navire qu'il faut nous rendre! dit Dubreuil.

--Les ours nous y suivront!

--N'importe! Nous nous défendrons. Partout ailleurs ils nous
atteindraient, ou le reflux nous emporterait vers la haute mer, ce qui
serait tomber d'un péril dans un autre.

La _Toutou-Mak_ était mouillée à un demi mille de la plage. On n'avait
pu l'approcher plus près, à cause des glaçons dont le fond de la baie
était encombré.

Le chemin était difficultueux pour un canot entre ces glaçons. Les
ours, qui s'étaient précipités à la mer sans hésiter, gagnèrent sur les
kaiaks. Peu s'en fallut même que celui de Dubreuil ne fût rejoint et
coulé par un des carnassiers.

Il levait déjà sa lourde patte, aux griffes acérées, sur le mince
esquif, quand Triuniak le frappa à la tête d'un coup de pagaie, qui
tourna contre l'Esquimau la fureur de l'animal.

Pour s'y soustraire, le Groënlandais quitta son canot et sauta sur un
glaçon. Stupidement, comme l'avait deviné Triuniak, l'ours passa sa rage
sur le kaiak qu'il déchira en morceaux.

Pendant ce temps, l'indien, se faisant un radeau du glaçon, arrive au
navire où Dubreuil l'a précédé, monte sur le pont, et prend position
près de son ami.

--Voilà, dit gaiement le capitaine, une compagnie dont nous nous serions
volontiers privés.

--Si tu n'as pas peur, mon fils, nous nous en tirerons, dit l'Indien.

--Peur! dit Dubreuil en riant. Ah! père, tu ne me connais donc pas
encore! Tiens, juge si j'ai peur!

Et, brandissant une angovikak ou lance non barbelée, il la planta dans
l'oeil d'un ours qui cherchait à escalader le vaisseau.

La douleur fit malheureusement lâcher soudain prise à l'animal; il
retomba dans l'eau, et Guillaume, qui tenait la lance à deux mains,
perdant son point d'appui, fut entraîné dans cette chute.



                                 IX

                               LA RIXE


Le reste de la troupe arrivait avec une effrayante célérité.

Pour secourir son ami, s'il échappait aux griffes de l'animal blessé,
Triuniak n'avait qu'un moyen. Il l'employa.

Sautant à la soute aux provisions, l'Esquimau saisit dans ses bras cinq
ou six gros quartiers de phoque, et remonta, d'un bond, sur le gaillard
d'avant.

Les ours arrivaient en groupe sous la poulaine du navire.

Triuniak leur lança la pâture, morceau par morceau. Les bêtes affamées
se précipitèrent, en grognant, en se disputant, sur cette proie, et,
pour un moment au moins s'écartèrent de la _Toutou-Mak_.

Pendant ce temps, sans perdre son sang-froid, Dubreuil avait plongé sous
le vaisseau et reparaissait à la poupe.

--Mon frère, lui dit Triuniak, change de pelisse et de bottes, tu en as
le loisir. J'amuse nos ennemis.

Une minute après, la toilette du capitaine était faite.

Muni d'une nouvelle lance, il se remettait à son poste à côté de
Triuniak.

A cet instant, une pique sortit obliquement de l'eau, puis une tête
longue, blanche, pantelante, puis le corps du monstre que Guillaume
avait blessé. Péniblement, et en soufflant comme un soufflet de forge,
il gravit sur un glaçon. On le vit ensuite arracher, avec ses énormes
griffes, l'arme fichée dans son oeil, la briser de fureur, ramasser de
la neige dans sa patte et l'appliquer sur sa plaie, comme s'il eût eu
connaissance des effets styptiques du froid.

Cela fait, il leva son mufle sanglant vers ses ennemis, articula un
grognement et revint à la charge.

Triuniak l'attendait de pied ferme; il lui décocha une agliguk, flèche
volante, qui le renversa cette fois pour ne se relever jamais. Ses
compagnons alors se ruèrent sur son cadavre, le tirèrent sur la plage et
le déchiquetèrent à belles dents.

Repus par ce banquet _fratriphage_, ils s'éloignèrent enfin, délivrant
nos voyageurs des transes assez vives qu'ils leur avaient causées.

Cependant le retour de ces redoutables carnassiers était à craindre;
c'est pourquoi Triuniak proposa de les poursuivre tandis que
l'apaisement de leur faim les rendait lourds et plus faciles à tuer.
Dubreuil approuva son conseil. Comme nos hommes avaient perdu un kaiak,
ils retournèrent à la côte sur leur ommiah.

En arrivant au sommet, ils découvrirent les ours fuyant vers le nord,
ardemment pressés par une bande d'Esquimaux.

--Voilà nos alliés, dit Triuniak, en montrant les Indiens.

--Penses-tu, mon père, que nous devions nous montrer à eux? demanda
Dubreuil.

--Je t'ai dit qu'ils nous recevront comme des frères.

--Mais il y a longtemps que tu ne les as vus. Peut-être leurs
dispositions ont-elles changé depuis lors.

--Le coeur des enfants de Torngarsuk ne change jamais, répondit Triuniak
l'un ton convaincu.

--Je te crois. Pourtant, j'aimerais mieux les éviter. Nous n'avons
pas besoin d'eux. Il y a ici des pins, de la résine, le gibier paraît
abondant. Si tu étais de mon avis, nous ferions à notre navire les
réparations qu'il exige, et nous repartirions immédiatement.

Cette proposition ne paraissait pas sourire au Groënlandais. Peut-être
les dangers qu'il avait courus le dégoûtaient-ils déjà de son projet,
peut-être le désir de revoir d'anciens amis l'emportait-il dans son
esprit sur toute autre considération. Quoi qu'il en soit, il répondit à
Dubreuil:

--Mon fils, nous ne poumons éviter tes Uski de ce pays.

--Oh! dans-quatre ou cinq jours nous remettrons à la voile!

--Mais les Uski chassent constamment dans ces parages. Si nous avions
l'air de les fuir, ils nous traiteraient en ennemis. Je te le dis,
portons-leur des présents.

--Des présente! nous n'en avons pas.

--Mon fils a oublié qu'il nous reste un morse tout entier. Nous les
inviterons à le partager avec nous.

--Soit! que Triuniak fasse comme il l'entend! dit le capitaine en
refoulant le dépit que lui causait l'obstination du Groënlandais.

Ils marchèrent donc à la rencontre des Esquimaux. Au surplus,
eussent-ils voulu se cacher alors, qu'il était trop tard. On les avait
aperçus, et les chasseurs avaient détaché deux de leurs hommes pour
reconnaître les étrangers.

Parvenus à quelques pas d'eux, les émissaires firent une halte et
préparèrent leurs armes avec des intentions hostiles.

Ils étaient vêtus à peu près comme les Esquimaux du Groënland, mais ils
en différaient beaucoup par leur physionomie dure et repoussante. En
leur présence, on se sentait devant une tribu belliqueuse et d'humeur
jalouse.

--Dépose tes armes, mon fils, dit Triuniak au capitaine, en jetant sur
la neige son arc, ses flèches et sa lance.

Dubreuil lui obéit à contre-coeur.

Triuniak s'avança paisiblement alors vers les arrivants. Mais ceux-ci
restèrent armés.

--Mon frère, dit le Groënlandais, je suis Triuniak du Succanunga. J'ai
fait avec vous la guerre aux Boethics. Voulez-vous allumer une lampe
avec nous?

--Pourquoi mon frère a-t-il quitté le Succanunga? s'écria l'un des
Indiens, dans la même langue que Triuniak, mais avec un accent que
Dubreuil eut quelque peine à saisir.

--Moi et mon fils Innuit-Ili, nous avons quitté le pays pour visiter les
braves guerriers d'Itteblinik,[17] répondit-il.

[Note 17: Mot à mot: _contrée des marais glacés_ (Labrador).]

--Est-ce bien là la raison? fit le sauvage d'un ton soupçonneux.

--La langue de Triuniak n'est pas fourchue et son coeur est droit,
répliqua fièrement le Groënlandais. Que mes frères demandent à mon fils!

Dubreuil s'approcha alors.

A sa vue, les nouveaux venus poussèrent un cri de surprise.

--Heigh-yaou!

--C'est, reprit Triuniak, un homme blanc que j'ai adopté.

--Heigh-yaou! heigh-yaou! répétaient les autres.

--Nos frères feront-ils amitié avec nous?

Mais les Uskimé, après avoir échangé un regard d'intelligence,
tournèrent les talons et coururent à toutes jambes rejoindre leurs
compagnons qui disparaissaient dans le lointain.

Cette brusque rupture sembla contrarier Triuniak. Un nuage passa sur son
front, il mâchonna quelques paroles inintelligibles et alla reprendre
ses armes, qu'il examina avec soin.

--Mon père n'est pas satisfait, dit Dubreuil en l'imitant.

--Non; mais attendons.

--Ne vaudrait-il pas mieux rentrer sur le vaisseau? Là, nous pourrions
nous défendre, en cas d'attaque.

--Ton conseil est prudent, Innuit-Ili; mais si nous témoignions de la
crainte, nous en inspirerions aussi, et comme nous ne sommes pas les
plus forts, cette crainte nous serait funeste. On ne redoute pas un
homme qui vous tend la main, on se met en garde contre celui qui se
cache.

--Je veux bien admettre la justesse de ton raisonnement, père.
Néanmoins, qu'allons-nous faire? Nous ne pouvons demeurer ici jusqu'au
retour des Uski. Qui sait même s'ils reviendront?

--Ils reviendront, sois-en sûr, mon fils.

--Pas avant qu'ils aient terminé leur chasse! fit Guillaume avec une
teinte d'impatience.

--Peut-être, répondit le Groënlandais d'un air rêveur.

--Dressons alors notre tente.

--Oui. J'irai au koné pendant que tu prépareras un emplacement. Je
rapporterai les peaux, les piquets et des provisions, afin que nous
fassions chaudière lorsque les Uski arriveront.

Ils se trouvaient à un demi-mille environ de la baie où était mouillée
la _Toutou-Mak_. Mais, de ce lieu, on ne la pouvait apercevoir, à cause
de la grande élévation des falaises de glace qui bastionnaient la rade.

Triuniak s'étant éloigné, Dubreuil se mit à creuser des trous pour y
ficher les pieux de leur tente.

Tout occupé à sa besogne, il ne vit pas venir un individu qui se
glissait, en rampant, derrière les glaçons épars sur la côte, et
avançait doucement, en prenant toutes les précautions possibles pour
n'être pas découvert.

Parvenu, de la sorte, à une vingtaine de pas de Dubreuil, il allongea
sa tête au-dessus d'un banc de neige, regarda le Français, comme pour
s'assurer de l'identité de son homme, puis il s'agenouilla, essaya avec
le doigt la corde de son arc, y mit une flèche et ajusta.

Une seconde de plus, c'en était fait de Guillaume.

Mais à ce moment il leva les yeux, et ses regards tombèrent droit sur
l'ennemi.

Celui-ci en fut tellement surpris que sa main trembla, et le trait
mortel, déviant du but, passa à quelques lignes du capitaine.

--Kougib! s'écria Dubreuil, se précipitant en trois bonds sur
l'assassin.

L'Esquimau se sauva. Mais le Français avait le jarret solide, il attrapa
son meurtrier, le saisit par le capuchon de sa jaquette. Un seul effort
de Kougib mit en deux le vêtement, dont une partie resta entre les mains
du capitaine, qui tomba à la renverse.

--Ah! scélérat, tu ne m'échapperas pas! proférait-il en se relevant
lestement.

Mais le Groënlandais avait gagné du terrain.

Dubreuil n'aurait pas réussi à l'atteindre de nouveau; il eut recours
à son arc, qu'il portait sur le dos au moment de l'attaque. Il avait
l'oeil aussi sûr que le poignet. Sa flèche frappa Kougib entre les
épaules.

La douleur arracha un cri au sauvage.

Cependant, il continua sa course. Mais le sang coulait abondamment de
sa blessure. Ses forces diminuaient. Bientôt le frisson circula dans ses
veines; ses jambes chancelaient. Il s'arrêta, tourna la tête. Innuit-Ili
fondait sur lui.

Kougib pensa que sa dernière heure était proche; mais il avait encore
assez de vigueur pour vendre chèrement son existence, sinon pour
perpétrer enfin l'horrible vengeance qu'il méditait depuis la mort de
Pumè.

Se laissant choir sur le dos, comme s'il était épuisé, sous lui il
cacha une flèche, et repoussa son carquois et son arc, afin d'ôter toute
méfiance à son adversaire.

Cette perfidie fut déjouée.

Dubreuil avait trop appris à le connaître pour ne pas rester sur ses
gardes.

Certain de tenir l'Indien en son pouvoir, il recula à deux pas, et le
menaçant de sa lance:

--Misérable! lui cria-t-il, voilà trois fois que tu attentes à mes
jours! La première, je t'avais pardonné, mais aujourd'hui tu expieras
tes forfaits.

Une grimace railleuse contracta les traits du sauvage.

--Ris encore, car c'est ton dernier rire.... Cependant, ajouta-t-il en
se reprenant, je me laisserai aller à la pitié, car je te méprise plus
que je ne te crains, mais à une condition: tu me diras ce que tu as fait
de la fille de Triuniak.

Kougib ne répondit pas. Le corps immobile comme une statue, mais le
visage étincelant d'animation, il narguait le capitaine.

--Veux-tu parler? commanda Dubreuil, en brandissant sa lance.

--L'Uski, dit-il froidement, se moque d'Innuit-Ili. C'est un fils de
louve blanche.

--Où est Toutou-Mak? reprit Dubreuil, peu sensible à cette injure.

--Kougib le sait.

--Et Kougib me le dira!

--Kougib est libre d'ouvrir ses lèvres ou de les fermer, répliqua
l'Indien avec hauteur.

--Si tu refuses, je te tuerai comme un chien.

--Je suis entre tes mains; tue-moi, si tu le veux.

Cette audace, ce dédain de la mort émerveillèrent le capitaine Dubreuil.
L'intimidation n'ayant pas de prise sur l'Esquimau, il recourut à
la douceur, car il lui importait bien plus de connaître le sort
de Toutou-Mak que de se constituer le bourreau de cette brute
superstitieuse. C'était là où l'attendait Kougib.

--Non, dit le capitaine, non je ne te ferai point de mal; je panserai
même ta blessure, si tu consens à répondre un mot, un seul! La fille de
Triuniak vit-elle?

--Ah! fit le Groënlandais du fond de sa gorge, comme s'il allait
expirer, ah! je meurs... soulève-moi, mon frère... soulève...

Ses paupières se fermaient, sa bouche frissonnait, ses membres
grelottaient.

Dubreuil tomba dans le piège. Croyant que Kougib était sous l'empire du
froid qui précède le trépas, il oublia ses ressentiments, sa prudence
habituelle, et se pencha vers lui pour le mettre sur son séant.

L'Indien guettait ce moment, comme le carcajou guette sa proie.

D'un élan il fut sur pied, sa flèche serrée dans la main droite; d'un
autre, l'arme fut plantée sur la poitrine du Français. Mais celui-ci
avait amorti le coup en le parant avec son bras. Le dard glissa sur les
côtes, et Dubreuil, étreignant le sauvage par la taille, le renversa à
terre.

Un moment ils roulèrent comme deux serpents entrelacés.

Baignés de sang, la respiration haletante, se martelant des mains, des
pieds, de la tête, ils luttèrent pendant plus de cinq minutes, sans
que la victoire parût tourner d'un côté plutôt que d'un autre. Si le
capitaine était plus robuste le Groënlandais était plus agile; si le
premier était moins grièvement blessé, l'autre avait l'habitude de ces
combat corps à corps, et peut-être aurait-il fini par triompher de son
antagoniste; mais une idée le préoccupait: c'était de retirer de sa
botte un couteau placé dans une gaine cousue à la tige, suivant la
coutume esquimaue.

Cette pensée le perdit: car, ayant dégagé une de ses mains, il n'eut
plus la force de contenir avec l'autre Dubreuil, qui le coucha sous
lui, et, d'un foudroyant coup de poing en plein visage, lui fit perdre
connaissance.

Aussitôt, le capitaine lia les pieds de l'Indien avec la corde de l'un
des arcs, puis il retourna son corps inerte, et avec la corde de l'autre
arc lui attacha solidement les poignets derrière le dos.

Après cette double opération, Dubreuil ouvrit sa pelisse examina sa
blessure.

Elle était sans gravité.

Laissant Kougib, toujours insensible, derrière le monticule de glace et
de neige fondante où cette scène s'était passée, il reprit le chemin du
campement, dont il était à une distance assez grande.

A son arrivée, il trouva Triuniak inquiet de son absence et qui le
cherchait aux environs.

--Kougib! lui cria-t-il de loin.

--Kougib!! Que veux-tu dire, Innuit-Ili?

--Kougib est ici... Je l'ai vu!

--Ah! mon fils, dis-tu vrai? Où est-il? répliqua Triuniak, avec une
agitation qui devait être intérieurement bien puissante, puisqu'elle
s'exprimait dans tout son maintien.

--Il est là, à demi-mort, fit Dubreuil en indiquant la direction du
théâtre du drame.

--Mais, Toutou-Mak? fut-il demandé d'une voix altérée.

--Nous saurons ce qu'elle est devenue.

--Il ne l'a point tuée!

--J'espère que non.

--Oh! s'écria le Groënlandais, pleurant de joie, remercie ton Dieu pour
moi, Innuit-Ili, remercie-le bien et dis-lui que Triuniak a le coeur
bon, qu'il lui fera tous les présents...

--Viens vite! viens vite, mon père! Allons chercher Kougib. Nous le
traînerons ici. C'est lui qui nous apprendra où est Toutou-Mak, et,
ajouta-t-il d'un ton sombre, s'il refuse de parler, je me charge de l'y
contraindre.

--Courons, courons! mais qu'auparavant je t'embrasse! dit Triuniak, en
proie à une émotion inexprimable.

Et il se jeta dans les bras du jeune homme.

De pareilles effusions sont si contraires à la réserve habituelle
des Esquimaux, que, peu après, Triuniak en rougit comme d'une action
mauvaise.

--Il faut me pardonner, mon fils, dit-il à Dubreuil, qui ne songeait,
certes, guère à lui en vouloir, il faut me pardonner, car j'aime tant ma
fille... ma belle Toutou-Mak:

--Je te pardonne de si grand coeur que, si nous avions le temps, je te
prierais de recommencer, père, répondit le capitaine en souriant.

Accélérant le pas, ils furent bientôt transportés sur la lieu du combat.

Mais, à leur profond mécompte, ils ne trouvèrent que des traces de sang
et des débris de cordes, le corps de Kougib n'y était plus.



                                  X

                               CAPTIF


L'évanouissement de l'Esquimau n'avait été que momentané.

Bien vite il reprit ses sens. Ne voyant plus son adversaire, Kougib
essaya de se lever. Ses liens l'en empêchèrent. Il se mit sur son séant,
il regarda autour de lui. Il était seul. Le Groënlandais porta les
yeux sur ses bottes; un sourire de satisfaction éclaira son visage tout
meurtri. Il avait aperçu son couteau. Dès lors, sa délivrance n'était
plus une question.

Kougib se plie en deux, saisit le couteau avec ses dents et tranche
aisément les légères cordes qui lui attachent les pieds. Restaient les
mains, mais l'Esquimau était libre de marcher, de courir; c'était le
principal.

Le voici debout, conservant toujours son couteau entre les dents. Grande
est sa faiblesse. Cependant, il fait un pas, deux, il peut se soutenir,
se traîner: une poignée de neige rafraîchit sa bouche brûlante. Il
s'éloigne tout à fait du lieu où il a failli perdre la vie, et chemine
péniblement jusqu'à un village, à cinq ou six milles dans l'intérieur
des terres.

Là, Kougib s'arrêta, s'assit sur un tronc d'arbre, le visage penché sur
la poitrine, et se mit à pousser des hurlements. Une troupe d'hommes, de
femmes et d'enfants ne tarda pas à se former autour de lui. Tous
étaient extraordinairement étonnés de l'état dans lequel ils le
voyaient,--couvert de sang, et les mains attachées derrière le dos.

Longtemps il conserva la position qu'il avait choisie en arrivant, sans
faire autre chose que de jeter, à des intervalles réguliers, un cri
lamentable. La consternation se peignait sur toutes les physionomies.

Enfin, dans l'après-midi, rentra au village une troupe de gens armés,
qui portaient sur leurs épaules les dépouilles de deux ours blancs.
C'étaient les chasseurs que nos aventuriers avaient aperçus le matin sur
la côte. Ils firent halte devant le blessé, s'informant avec intérêt de
ce qui était advenu.

Kougib semblait n'avoir attendu que ce moment pour éclater, car il
se releva lentement, se tourna vers le couchant et dit d'une voix
courroucée:

--Les Uski du soleil levant ne sentent-ils plus le sang couler dans
leurs veines? Est-ce que leur coeur s'est glacé, cet hiver, comme l'onde
de nos lacs? Eux qui se montraient si fiers d'une victoire remportée sur
les Indiens-Rouges, eux qui avaient si justement des mots de mépris pour
les Yak [18], restés comme des lâches dans les régions maudites du nord,
tandis que les contrées méridionales sont si belles et si giboyeuses;
eux qui se vantaient de l'excellence de leurs armes, veulent-ils
passer maintenant pour des lièvres timides? se laisseront-ils insulter,
dépouiller? verront ils froidement violer leurs filles, souiller leurs
femmes et disparaître l'abondance de leurs forêts et de leurs rivières?
Ne se souviennent-ils donc plus des paroles de Kougib, quand le puissant
Torngarsuk leur a accordé la faveur de le transporter du ciel sur cette
côte! Faut-il les leur rappeler ces paroles? Quoi! ils me verront lié,
et ils ne briseront pas mes liens! Quoi! je suis blessé, et ils ne
panseront pas mes blessures! Quoi! je souffre pour eux, et ils ne me
demandent pas d'où vient ma souffrance! Quoi! c'est un sorcier blanc qui
voulait les accabler de ses maléfices, et ils sont là, muets, inertes,
ils ne songent pas à me venger, moi leur angekkok-poglit, le pontife de
Torngarsuk! Ne suis-je pas venu chez eux pour les sauver de la famine,
pour leur donner le triomphe sur leurs ennemis? Eh! ne savent-ils pas
que, si je le voulais, ces liens je les romprais; que ces blessures
je les guérirais, par ma seule volonté. Mais il m'a plu d'éprouver les
Uski, il m'a plu de leur laisser l'honneur d'immoler l'enchanteur blanc.
Leur courage sera-t-il au-dessous de l'idée que je m'en suis faite! Non,
non, les Uski méridionaux sont braves et puissants; ils se chargeront
d'exécuter les desseins de Torngarsuk; ils amèneront ici celui que
j'ai désigné à leurs coups pour le faire périr dans le feu. Armez-vous
frères, courez à la mer, et emparez-vous du magicien blanc. Nous
l'immolerons le jour de la grande fête du Soleil.

[Note 18: Les Esquimaux du nord-est sont ainsi nommés par mépris.]

En achevant ce discours, Kougib, afin de montrer son pouvoir, fit sauter
la corde qui lui serrait les poignets opération assez facile pour un
homme d'une certaine vigueur.

La foule n'en témoigna pas moins son admiration par un cri équivalent à
«miracle! miracle!» La foi au surnaturel existe, chaude, fanatique, en
tous lieux, et l'on sait que la foi est aveugle.

Leurs esprits étant bien disposés, il ne s'agissait plus que de diriger
les Esquimaux sur ce magicien blanc.

--Ou est-il? où est-il? nous le ramènerons, sois-en sûr Kougib,
disait-on de toutes parts. Oui, nous le lapiderons, nous le brûlerons à
petit feu...

A ces protestations de dévouement, l'angekkok ne répondit pas. Son but
était atteint; il se retira dans une cabane, qu'il occupait à l'autre
extrémité du village. Mais les deux chasseurs, qui avaient causé avec
Triuniak, donnèrent les indications nécessaires.

Aussitôt on s'arma, et une cinquantaine d'hommes furieux partirent pour
attaquer les infortunés navigateurs.

Ceux-ci étaient retournés à leur navire et y délibéraient sur le parti à
prendre. Le bouillant capitaine voulait qu'on marchât sur-le-champ à
la recherche de Kougib. Mais Triuniak, plus circonspect, pensait qu'il
fallait attendre le retour des chasseurs. D'après son opinion, ils ne
manqueraient pas de venir les visiter dans la journée. On leur ferait
des présents, et, en les sondant adroitement, on apprendrait sans doute
tout ce qu'il importait de savoir.

--Vois-tu, mon fils, dit le Groënlandais en terminant, si nous
poursuivons ce scélérat, il est capable de tuer la pauvre Toutou-Mak ou
de la faire disparaître encore une fois; tandis que, ne nous apercevant
plus, sa méfiance aura moins sujet de s'alarmer. Nous nous concilierons
les Uski, et ils nous aideront dans notre entreprise.

Ce raisonnement avait sa valeur. Dubreuil s'y rendit, malgré
l'impatience qui le dévorait.

Pour tromper le temps, il arrima de nouveau la cargaison de leur
vaisseau et répara ses armes.

Au moment où le soleil allait se coucher, nos hommes n'avaient rien vu
paraître. Le capitaine, en proie à une vive irritation, se promenait
fiévreusement dans son navire, et Triuniak, accroupi sur le pont,
contemplait le déclin de l'astre du jour, avec cet air mélancolique et
rêveur particulier aux peuplades qui passent dans la solitude une partie
de leur existence.

Tout à coup, ce dernier se dressa à demi et tendit l'oreille.

--Qu'y a-t-il, mon père? demanda Dubreuil.

--Écoute!

--Je n'entends que le grondement des flots, qui se brisent contre le
rivage.

Et moi, j'entends des voix d'hommes, dit le Groënlandais, en se levant
tout à fait.

--Seraient-ce enfin les chasseurs?

--Mon fils, ce ne sont point lus chasseurs. Les voix que j'entends sont
plus nombreuses.

--Je t'avoue que je ne perçois rien que les bruits de la mer.

--Regarde maintenant au sommet de la côte.

Les yeux du capitaine se portèrent vers le faîte de la falaise qui
bordait la baie, et il découvrit une troupe d'hommes considérable.

--Pourvu, murmura-t-il, qu'ils ne soient pas animés d'intentions
hostiles. Nous serions perdus, car les glaces se sont accumulées autour
de notre bâtiment, et toute retraite nous est coupée.

--Innuit-Ili, dit Triuniak d'un ton grave, il faut apprêter tes armes,
mon fils.

--Pourquoi ce conseil? As-tu quelques craintes, père?

--Oui, car les Uski sont en expédition guerrière. Je me rappelle bien
leurs usages dans ces occasions. Vois, comme ils brandissent leurs
lances, comme ils agitent ces larges boucliers qu'ils ont inventés pour
s'abriter contre les flèches empoisonnées des Indiens-Rouges. Pourquoi
viennent-ils en si grande foule? Il sont deux hommes et demi.[19]

[Note 19: L'arithmétique des Groënlandais est très-bornée. S'il est vrai
qu'ils peuvent compter jusqu'à vingt par le nombre des doigts de leurs
mains et de leurs pieds, leur langue n'a point de terme pour exprimer
les nombres au-delà de cinq. Quand donc ils veulent calculer jusqu'à
vingt, ils répètent quatre fois cette nomenclature. Comme chaque homme a
vingt doigts, ils disent cinq hommes pour exprimer le nombre cent, deux
hommes pour quarante, deux hommes et demi pour cinquante, etc.]

--Oui, une cinquantaine environ, fit Dubreuil en lui-même.

--Entends-tu maintenant leur cri de guerre, emprunté aux Indiens-Rouges?
continua Triuniak.

En effet, des clameurs déchiraient l'air, et l'écho des glaciers les
répercutait avec des vibrations assourdissantes.

--Hou-hou-hou-houp! vociféraient les Esquimaux, de toute la force de
leurs poumons en se précipitant confusément sur la grève.

Là, ils remarquèrent qu'ils n'avaient point, de canots et qu'une
distance de plusieurs portées du flèches les séparait du navire.
Ils tinrent conseil. Pendant la consultation, Dubreuil et Triuniak
apportèrent sur les deux ponts toutes les flèches, toutes les lances et
tous les harpons dont ils pouvaient disposer.

Le Groënlandais avait eu, un instant, le dessein de se rendre sans coup
férir, mais Guillaume s'y refusa net.

--Plutôt mourir cent fois, dit-il hardiment, que de se livrer à la merci
de cette horde de coquins, commandés probablement par Kougib, qui les
aura ameutés contre nous. Ah! j'ai été un sot de ne pas l'achever, quand
je le tenais entre mes mains. Triuniak, si tu désires me quitter, il en
est temps encore. Mais moi je me défendrai jusqu'à mon dernier soupir.

--Te quitter, mon fils! répondit l'Uski indigné; imagines-tu que
j'abandonnerai jamais un ami dans le danger? Mais pourrons-nous résister
à cette bande? Elle nous écrasera!

--Nous ne succomberons pas sans lui avoir laissé des gages mortels de
notre valeur! répondit le capitaine d'un ton fier. Ah! ajouta-t-il
à mi-voix, si j'avais seulement une arquebuse, je me moquerais d'une
centaine de ces gredins...

--Si nous leur faisions des signes de paix? objecta encore le
Groënlandais.

--Cela ne servirait de rien. N'est-il pas évident, Triuniak, qu'ils en
veulent à notre vie? Tiens, ils se sont jetés à l'eau et nagent vers
nous. Tout à l'heure, ils se hisseront sur ce glaçon qui touche notre
bâtiment et tenteront d'en escalader les bords.

--Ce u'est pas encore fait, mon fils! s'écria l'Indien.

--Comment s'y opposer?

--Suis mon exemple.

Il prit, en même temps, une forte lance, en appuya un bout sur le
glaçon, et, pressant sur l'autre extrémité, parvint à repousser le
vaisseau à cinq ou six pieds, dans l'eau libre.

La _Toutou-Mak_ se trouvait ainsi entourée d'une sorte de fossé naturel
qui augmentait les difficultés de l'approche.

--Je veux, reprit Triuniak, ne rien tenter contre ces gens, avant d'être
bien certain qu'ils sont nos ennemis.

Dubreuil haussa les épaules.

Fichant alors un morceau de phoque à la pointe de sa lance, le
Groënlandais l'éleva devant les Esquimaux, qui n'étaient plus guère qu'à
une encablure du bâtiment.

Le plus avancé mettait le pied sur le glaçon. A cette proposition de
faire chaudière, c'est-à-dire de venir banqueter en bons amis, il
répondit en lançant une flèche à Triuniak.

L'arme retomba à cinquante pas du but. Mais ce fut le signal du
combat. Tour à tour les Esquimaux abordèrent le glaçon, en lâchant des
hurlements affreux, et, pêle-mêle, ils coururent à la goélette.

--Mon fils, dit froidement alors le Groënlandais, nous pouvons
commencer. Tuons! tuons! car, quand nous serons pris, il n'y aura pas de
pitié pour nous. Mais, avant tout, cache un couteau dans ton capuchon.

--Qu'en ferai-je?

--J'ai été à la guerre, mon fils, à la guerre contre les Indiens-Rouges,
répliqua Triuniak avec orgueil; je connais les ruses du métier. Un
couteau trouve toujours son emploi. Si nous sommes faits prisonniers, tu
t'applaudiras peut-être d'avoir obéi à ma recommandation.

--J'admire déjà ta prudence, père, répondit Dubreuil en souriant, et il
jeta dans le capuce de sa casaque un petit couteau d'ivoire enfermé dans
une gaine.

--Attrape, chien! cria Triuniak.

Et une flèche, décochée par son arc, coucha sur la glace l'Esquimau qui
précédait la bande.

Une grêle de dards s'abattit à l'instant autour du navire. Par bonheur,
aucun n'atteignit les aventuriers. Ils ripostèrent, et deux des
assaillants furent renversés.

--Gare à toi, mon fils! fit Triuniak, en repoussant vivement Dubreuil,
menacé par un trait qui siffla à ses oreilles.

--A mort, le magicien blanc! à mort! beuglaient les sauvages, dont les
coups semblaient être dirigés particulièrement contre lui.

Debout sur la proue, son arc à la main, il les bravait sans sourciller,
et chacune de ses flèches portait le désordre dans leur bande.

--Ne reste pas là, Innuit-Ili, lui dit Triuniak; tu offres trop de visée
à ces louveteaux; descends plutôt entre les ponts.

--Non! non! je suis bien ici. Mais attention, père! en voici un qui
arrive sur toi.

--Je le guette, sois tranquille, répondit le Groënlandais.

Puis, il se baissa, ramassa une hache de silex, et trancha en deux la
main d'un Esquimau qui cherchait à se cramponner au bordage.

Le malheureux lâcha prise en hurlant et tâcha de remonter sur le glaçon.
Mais, personne ne lui venant en aide, chacun étant occupé ailleurs, il
finit par s'épuiser et se noyer.

La lutte continuait avec acharnement, au milieu des cris et de
l'obscurité naissante.

--Ah! sans la nuit, nous aurions beau jeu de ces bandits, disait le
capitaine, en perçant de sa lance le corps d'un autre Esquimau qui
tentait l'abordage.

--Au contraire, répondit Triuniak; au contraire, car la nuit leur fait
peur. Ils ne combattent jamais dans les ténèbres. Que nous puissions
tenir jusqu'à ce que l'obscurité soit complète...

--Ah!... je suis mort, père! exclama douloureusement Dubreuil, en
roulant aux pieds de son brave compagnon.

Il avait été frappé à la tête par la massue d'un Uskimé qui avait réussi
à nager inaperçu jusque sous l'éperon du vaisseau, d'où il s'était
élancé soudainement sur le pont.

--Oh! mon fils! je te vengerai! proféra Triuniak avec un accent
terrible.

Puis, il bondit sur l'agresseur, et lui fendit le crâne d'un coup de sa
hache.

--A mort! à mort! acclamaient les Esquimaux, se pressant en foule à
l'abordage.

--Oui, à mort! à mort! je vengerai mon fils, Innuit-Ili! leur cria
le Groënlandais, en sautant dans la mer où il disparut, sans que les
efforts que firent ensuite les vainqueurs pour le retrouver aboutissent
à un succès.

Ils saluèrent leur triomphe par la plus exécrable débauche de gosier qui
se puisse imaginer. Ensuite, les uns se répandirent sur le vaisseau
pour le piller, d'autres entourèrent le corps de Dubreuil, sans oser le
toucher, dans la crainte qu'il ne leur jetât un sort.

Le capitaine n'avait été qu'étourdi, malgré une large blessure à la
tête. Il reprit connaissance. Ses ennemis l'avaient cru mort. Ils se
réjouirent grandement de sa résurrection, que quelques-uns attribuèrent
à un miracle. Pour qu'il ne leur échappât point, ils le garrottèrent
solidement, et l'expédièrent aussitôt à leur angekkok-poglit, sous la
garde d'une demi-douzaine d'entre eux.

Les autres achevèrent de saccager le vaisseau, auquel ils mirent le feu,
quand ils l'eurent complètement dépouillé.

Dubreuil, qui avait été mené au rivage sur l'ommiah, était à peine
au-dessus de la côte, lorsque l'incendie éclata, embrasant de lueurs
rouges les ombres du crépuscule, à travers des tourbillons de fumée
blanchâtre.

Pénétré d'une amère tristesse, le capitaine se retourna, et de grosses
larmes s'amassèrent sous ses paupières, à la vue de l'inflexible fléau,
qui consumait ce navire auquel il avait travaillé avec tant d'ardeur, et
auquel il avait confié ses plus vives, ses dernières espérances. Il lui
sembla que c'était une partie de lui-même, un ami qu'on lui enlevait,
qu'on torturait par la flamme. C'est ainsi qu'en raison de ce qu'elles
nous ont coûté, de ce que nous attendons d'elles, nous attachons souvent
aux choses le même prix qu'aux êtres animés.

Une brutale gourmade d'un de ses conducteurs le força à reprendre sa
marche.

--Ha! ha! ricana le sauvage, si tu aimes le feu, fils de Hafgufé[20],
nous te régalerons bientôt.

[Note 20: Sorte de démon très-redouté des Esquimaux.]

--_Ap, ap_ (oui, oui), on te fera rôtir, grand magicien, appuyèrent les
autres, en battant cruellement le pauvre captif.

Dubreuil dédaigna de répondre à ces violences; bien plutôt il songeait à
s'évader. Ses mains étaient liées l'une contre l'autre, mais à ses
pieds pas d'entraves. La nuit tombait. On approchait d'un bois de pins
paraissant assez fourré. Que risquait-il de faire une tentative? Elle
pouvait réussir, et, s'il échouait, son sort n'empirerait pas.

Le projet arrêté, Guillaume attendit un moment favorable. Quatre
Esquimaux allaient devant lui, les deux autres derrière. En entrant dans
le bois, comme la piste se rétrécissait, ils se mirent en file.

Sous prétexte qu'il souffrait, le capitaine ralentit le pas, mais
d'une façon assez insensible pour ne point soulever les soupçons de ses
gardiens. Peu à peu, les premiers prirent quelque avance, pendant que
les derniers ralentissaient aussi leur allure, tout en excitant, par des
invectives et des bourrades, leur prisonnier à marcher plus vite. Une
certaine distance s'était progressivement ainsi établie entre les deux
groupes.

Tout à coup, Dubreuil simule une chute, se retourne, et, en se relevant,
donne tête basse dans les jambes de l'Esquimau le plus rapproché.
Celui-ci tombe; l'autre, à qui l'obscurité ne permet pas de voir, le
heurte, tombe à son tour, et Dubreuil file, comme une flèche, dans la
forêt. Il ne sait où il va, mais il fuit, il vole avec toute la rapidité
possible, sans se préoccuper des branchages qui labourent son front,
des épines qui déchirent son corps. Ah! qu'il se sent de vigueur eu ce
moment! Qu'il déjouerait aisément tous les efforts de ses ennemis
pour le rattraper, s'il avait l'usage de ses mains! Sa course est
embarrassée, il trébuche à chaque minute; cent obstacles insignifiants
pour un homme qui jouit de la faculté de tous ses membres, mais
considérables dans sa position, cent obstacles retardent sa course.

On le poursuit chaudement, on crie, on s'appelle, on entasse les
imprécations sur les imprécations, on le presse comme une bête fauve.
Le bois retentit, de sons humains, auxquels se mêle le glapissement des
animaux sauvages troublés dans leur retraite.

Afin de donner le change aux sauvages, Dubreuil va d'un côté, d'un
autre, rebrousse un instant, pour reprendre une direction nouvelle,
il descend un vallon, franchit une colline, contourne une éclaircie,
escalade une pointe de rocher, plonge dans une gorge et s'arrête à la
fin, meurtri, lacéré, essoufflé, pour respirer, pour écouter.

D'abord, il n'entend que les battements précipités de son coeur: puis,
son oreille attentive saisit des bruits, mais ils s'affaiblissent,
ils s'éloignent. Guillaume pourra donc se reposer, son oeil sonde les
ténèbres. Il cherche un endroit convenable et dérobé pour s'asseoir,
lorsque les feuilles sèches crient sous un pied léger, mais rapide.
Le capitaine veut partir, recommencer la fuite. Impossible, ses jambes
flageolent sous lui. Il est tout entier baigné d'une sueur froide.
Un nuage passe sur ses yeux. Il s'affaisse, incapable de faire un
mouvement.

--Est-ce toi, mon fils? demande bas une voix près de lui.

--Triuniak! balbutie le jeune homme surpris et d'un ton altéré.

--Chut! ne parle pas si haut.

--Comment es-tu venu ici?

--Nous causerons de cela plus tard. A présent, il faut se donner des
ailes.

--Ah! je n'en ai plus la force.

--Si tu n'en as plus la force, je te porterai. Mais ne restons pas
davantage ici.

--Où aller?

--Tu as les mains attachées, mon fils. Attends que je te délivre, reprit
Triuniak en coupant les lanières de peau de phoque avec lesquelles les
Esquimaux avaient garrotte Dubreuil.

--Merci! fit celui-ci.

--Allons, essaie de te soulever, appuie-toi sur moi; et, s'il est
nécessaire, monte sur mon dos.

--Ah! malédiction! répliqua le capitaine, j'ai les bras et les jambes
paralysés. Pars, Triuniak, laisse-moi! Si ma destinée est de mourir,
je mourrai. Mais toi, pense à Toutou-Mak, ta fille bien-aimée. Vis pour
elle, c'est ton devoir.

--Je t'ai dit que je ne te délaisserais jamais!

--Tiens! entends-tu? ils se rapprochent. Sauve-toi, mon père; je t'en
conjure...

--Non, dit vivement le Groënlandais, en chargeant Dubreuil sur son
épaule.



                                  XI

                          LA FÊTE DU SOLEIL


Dubreuil et Triuniak se trouvaient alors dans une sorte de clairière,
au fond d'un étroit vallon, faiblement éclairée par la lumière sidérale.
Des pins, des genévriers, mêlés de bouleaux et de quelques chênes
rabougris, enseignaient cette éclaircie, que traversait un ruisseau,
produit sans doute par la fonte des neiges. On l'entendait sourdre sur
les rochers, dans les hauteurs voisines.

--Père, dit le capitaine à son ami, quand ils furent arrivés au bord,
laisse-moi boire. Peut-être l'apaisement de ma soif me rendra-t-il
quelque force.

--Bois, mon fils, mais hâte-toi, car l'ennemi est sur nos talons.

Disant ces mots, Triuniak déposait le jeune homme sur la rive du petit
cours d'eau.

Telle était, cependant, la prostration physique de

Guillaume, que Triuniak dut l'aider à rafraîchir ses lèvres brûlantes.

--Ah! je me sens mieux! fit Dubreuil.

--Peux-tu marcher?

--Non, père, mais restons ici. Il me semble que le bruit des Uskimé a
cessé.

--C'est-à-dire qu'il est dominé par celui du ruisseau. Non, il ne faut
pas demeurer ici. L'endroit est fréquenté. Je distingue sur la neige des
traces de pas. Nos poursuivants ne manqueront pas de venir se désaltérer
à cette onde. Allons, en route!

Il le remit sur son dos, franchit le ruisseau et s'enfonça de nouveau
dans le bois. Le sol montait. Des fragments de rochers et des glaçons
épars sur la pente rendaient l'ascension difficile. Au bout d'un quart
d'heure, le Groënlandais fat obligé de faire une halte.

--Je te fatigue trop, père, dit Dubreuil. Laisse-moi maintenant. Et,
s'il y a encore du danger, va-t'en. Tu as fait pour ton fils tout et
plus que tu ne devais faire.

--Innuit-Ili, je ne te quitterai point. Nous camperons ici jusqu'au
jour, et Triuniak veillera sur loi.

--Tu ne veux donc pas m'écouter? tu ne penses donc plus à ta fille qui
aura besoin de tes services?

--Je pense à mon fils que je tiens, que je possède, avant de penser à ma
fille dont j'ignore la destinée, répondit l'Indien.

--Ah! tu es pour moi le meilleur des pères! Comment pourrai-je jamais
m'acquitter de toutes les obligations...

--Je te l'ai dit, tu m'apprendras à connaître et à honorer le Dieu de ta
race, Innuit-Ili, répliqua Triuniak en l'étendant doucement sur un tapis
de gazon.

Accablé par la fatigue et la perte de son sang, le capitaine Dubreuil
s'endormit aussitôt, sous la garde vigilante de son libérateur, qui,
assis près de lui, les coudes appuyés sur tes genoux, la tête dans les
mains, passa la plus grande partie de la nuit l'oreille aux aguets.

Un peu avant le point du jour, le Groënlandais éveilla Dubreuil.

--Mon fis se sent-il moins affaibli?

--Oui, dit Guillaume, en se levant et en essayant de faire jouer ses
membres engourdis.

--Eh bien, attends-moi en ce lieu.

--Où vas-tu, père?

--Je serai de retour avant que le soleil soit sur l'horizon, répliqua
Triuniak, en descendant vers le vallon.

Parvenu à l'orée de la clairière, il s'arrêta, écouta et examina les
environs à la faveur de l'aube naissante. Ne découvrant personne, il
tailla dans les pans de sa casaque quelques fines lanières, en fit de
menues cordes, et les disposa en collets, qu'il alla tendre le long du
ruisseau. Puis il rentra sous bois et se tint à l'affût.

La nature s'animait. La brise frémissait harmonieusement à la cime des
arbres, les oiseaux printaniers commençaient leur chant matinal, et
de fréquents frôlements dans le feuillage annonçaient que le gibier
revenait de son viandis. Des lièvres, des lapins, des marmottes et
jusqu'à de beaux caribous passaient et repassaient, à chaque instant,
sous les yeux de Triuniak, jouaient insolemment sur l'herbe, sautaient
et ressautaient le ruisseau et paraissaient se moquer, à qui mieux
mieux, de ses piéges. Impatienté par leur nargue, il allaita la fin se
précipiter, le couteau à la main, sur deux magnifiques élans eu train
de s'ébattre sur la pelouse, quand un chevrillard, dont ils étaient
accompagnés, dévala en gambadant la rive du ruisseau et se prit par le
cou dans un des engins. La pauvre bête poussa un cri plaintif et chercha
à se débarrasser du fatal collet.

Mais déjà Triuniak s'était jeté sur elle, au grand émoi de toute la
bande des fauves, et l'avait étranglée.

Il releva ses collets, mil sa proie sous le bras et retourna vivement
vers le capitaine, en effaçant soigneusement sur son chemin les
empreintes de ses pieds.

Là, il trancha la veine jugulaire du chevrillard et dit à son ami, en
approchant l'animal de sa bouche:

--Bois, mon fils, ce sang chaud te rendra tes forces.

Guillaume connaissait par expérience l'efficacité de ce traitement,
fort usité chez toutes les peuplades incivilisées de l'Amérique
septentrionale et que, depuis, les trappeurs blancs ont si bien adopté.
Il s'abreuva largement à cette source restauratrice. Quand il eut fini,
Triuniak appliqua, à son tour, les lèvres à la blessure de l'animal et
se gorgea de sang avec la plus grande satisfaction.

Le soleil levant éclairait maintenant le paysage. C'était une succession
de montagnes arides, parsemées d'arbres brouis, de petite taille, sur
leurs rampes inférieures, et couronnées par des roches gigantesques.

Il n'y avait rien là pour égayer l'esprit. Tout, au contraire,
contribuait à l'attrister.

--Qu'allons-nous faire? murmura Dubreuil, promenant un regard
mélancolique sur ces crêtes pelées, qui ne pouvaient servir que de
repaires aux ours et aux animaux féroces. Qu'allons-nous faire? Sans
armes, sans provisions, saurons-nous longtemps échapper à nos ennemis?

--Mon fils, dit froidement Triuniak, le désespoir est d'un coeur mou.
Je croyais le tien ferme comme le marbre. Me serais-je trompé? Allons,
debout! et gagnons le faîte de ce pic. Là-haut, nous trouverons quelque
caverne et nous tiendrons conseil.

--Tu as raison, père, s'écria Dubreuil, je ne suis pas une femme pour
pleurer. Marche, je te suivrai.

--Donne-moi la main, car le terrain est glissant... Ah! j'aperçois, il
me semble, ce que nous cherchons.

--Où ça?

--Tes yeux ne sont pas assez perçants, mon fils, tu ne verrais pas. Mais
nous y serons bientôt.

Après ces mots, ils gravirent pendant près d'une demi-heure en silence
et atteignirent un étroit plateau, au pied d'une masse de granit
énorme. De ce point, on devait découvrir la campagne à une distance
considérable. Mais un épais brouillard, qui s'était élevé, empêchait
alors de distinguer au-delà des bords de la plate-forme.

--Voilà une brume fort utile, mon fils, dit Triuniak, en pénétrant dans
une caverne creusée dans les entrailles du rocher. Assieds-toi. Je vais
ramasser du bois, j'allumerai un feu, qui ne sera pas découvert, grâce
au brouillard, nous cuirons notre chevreuil et causerons en sécurité de
nos affaires.

Et l'Esquimau sortit pour faire une provision de rameaux secs.

Durant son absence, Dubreuil examina la caverne. C'était une voûte assez
élevée, mais sans profondeur. Elle ne pouvait leur offrir qu'un
asile temporaire. Cependant, la densité des vapeurs qui flottaient à
l'extérieur permettait d'espérer qu'ils y seraient pour le moment, à
l'abri des investigations de leurs ennemis.

Guillaume dépeça la pièce de gibier, prépara un foyer, et Triuniak
étant de retour, une flamme pétillante jaillit bientôt dans la grotte,
réfléchissant des lueurs de rubis sur ses parois tapissées de cristaux
et de stalactites aux formes bizarres.

Tandis que, passé à une brochette de bois, le train de derrière du
chevreuil rôtissait, en grésillant et répandant d'appétissants parfums,
le capitaine interrogeait son ami.

--Quelle a été l'issue du combat? Comment as-tu pu échapper? Je ne me
rappelle rien, à partir de ce coup qui m'a renversé sur le pont. Voyons,
parle, mon père.

--J'ai cru que mon fils était mort, répondit le Groënlandais.

--Oh! je croyais bien aussi ne jamais revoir la lumière du jour.

--Alors, poursuivit Triuniak, voyant qu'une plus longue résistance
serait infructueuse, j'ai pris le parti de me sauver, non par amour de
la vie, mais pour te venger... et aussi me venger de Kougib.

--Oh! exclama Dubreuil, puisse-t-il tomber entre mes mains!

--Je sautai à l'eau, reprit l'Indien, et plongeai sous un glaçon qui
s'étendait, tu dois t'en souvenir, entre notre konè et le rivage, du
côté opposé à celui par où les Yaks nous assaillaient.

--Oui, je comprends.

--Arrivé à l'autre bout de ce glaçon, je sortis ma tête de l'eau. Il
était temps, car la respiration me manquait. Justement, la mer était là
peu profonde. Je pris pied et me dirigeai à la côte, en me dissimulant
autant que possible. La tombée de la nuit me protégeait. Sur le rivage,
je me blottis derrière un banc de neige, prés de l'endroit où nous
avions débarqué, le matin. La joie, mon fils, gonfla le coeur de ton
père, quand il te reconnut vivant sur l'ommiah. Il suivit la bande
qui te conduisait, en attendant une occasion favorable pour te faire
connaître sa présence, et il allait attaquer tes gardiens quand tu t'es
échappé.

--Je n'espérais guère réussir, et sans toi...

--Moi! je n'ai eu que la peine de te suivre, dit le bon Groënlandais en
souriant. Mais ce n'était pas si facile, après tout, car tu courais
plus vite qu'un renne, et je craignais de t'effrayer en marchant sur tes
traces. Ah! sans la faiblesse qui t'a pris, peut-être ne t'aurais-je pas
rejoint.

--A présent, dit Dubreuil en réfléchissant, songeons un peu à notre
position future.

--Songeons plutôt à manger, répondit Triuniak, qui retirait la broche du
feu.

Le morceau était à moitié cuit. Ils ne le dévorèrent pas moins avec
avidité.

Lorsque leur modeste repas fut achevé, le Groënlandais reprit, en
s'essuyant les doigts avec sa langue, en guise de serviette:

--Le brouillard se dissipe, je vais explorer le pays. Toi, mon fils, ne
bouge pas de celle caverne et éteins le feu, dès que tu remarqueras que
le temps s'éclaircit, car la fumée pourrait te trahir.

--Sois tranquille, répondit Dubreuil en s'allongeant sur le roc pour
achever de reposer ses membres courbatus.

--Si tu avais besoin de moi, tu ferais entendre ce cri du faucon que je
t'ai appris à imiter. En tout cas, que ton couteau soit à ta portée.

--Mais quel est ton dessein? fit Guillaume.

--Je ne puis rien dire encore. Les circonstances me décideront. Quand je
vins ici, il y a quinze hivers, je me liai d'amitié avec un grand
chef. J'essaierai de le retrouver. S'il existe, son affection pour moi
prévaudra contre toutes les intrigues du misérable Kougib.

--Et s'il n'existait plus?

--Ne te tourmente pas, mon fils, tu me reverras avant le coucher du
soleil, fit Triuniak sans répondre à la question du capitaine.

Réjoui à l'aspect de la flamme, qui tordait à la voûte de la grotte ses
spirales capricieuses, et réconforté par le repas qu'il venait de faire,
celui-ci céda peu à peu au doux empire de la digestion, et, sans plus
penser à étouffer le brasier, se laissa bercer par une caressante
somnolence dès que son compagnon eut quitté la caverne. Des songes
charmants vinrent l'effleurer de leur aile diaphane: il avait retrouvé
sa Toutou-Mak, non la sauvagesse du Groënland, mais une délicieuse
Française, tendre, spirituelle, l'admiration de ses compatriotes, la
joie et l'orgueil de son coeur. Pour eux le présent était ravissant: la
Fortune, la Gloire se disputaient l'honneur de leur prodiguer leurs dons
les plus précieux; la Félicité s'était assise à leur foyer, sous forme
de deux petits anges roses et joufflus; l'avenir se déroulait en un
sentier jonché de fleurs, ombragé d'arbres odoriférants; tout enfin
souriait aux yeux enchantés des jeunes époux.

Ah! qu'il fait bon rêver, qu'il fait bon dormir! mais pourquoi si
souvent au bord d'un abîme!

Ce feu qui avait réjoui Dubreuil, ce feu qui, par sa tiède chaleur, lui
avait procuré des visions ravissantes, ce fut lui qui le perdit.

Pour avoir suspendu leur poursuite, les Esquimaux ne l'avaient pas
abandonnée. L'eussent-ils osé? Kougib, furieux, quand ils revinrent
conter leur mésaventure, Kougib déclara solennellement que, si le
magicien blanc échappait, c'en était fait de la tribu entière: le gibier
disparaissait des bois, le poisson des eaux; l'écorce même sécherait aux
arbres; on serait réduit à mourir de faim.

Torngarsuk le lui avait annoncé. Torngarsuk ne mentait pas.

Effroyable prophétie, qui, le lendemain, matin, mettait sur pied et
lançait dans les bois toute la population du village.

Les traces de l'homme blanc se retrouvèrent aisément jusqu'au lieu où
il s'était affaissé la veille; mais là elles cessaient. Vainement les
buissons, les broussailles furent-ils battus, les bords du ruisseau
explorés, on ne découvrit aucun vestige, sinon les morceaux des cordes
qui avaient servi à attacher Dubreuil.

Las de fureter en tous sens, les Esquimaux concluaient déjà, à leur
inexprimable regret, que l'enchanteur avait disparu au moyen de quelque
sortilège, quand, le voile humide qui couvrait la forêt s'étant déchiré,
on distingua un filet de fumée au sommet des rochers.

Celui qui, le premier, l'avait aperçu, poussa une exclamation, aussitôt
réprimée par un chef.

--Mon frère est-il fou? dit-il en lui posant la main sur la bouche.
Croit-il que nous n'ayons point d'yeux et le sorcier point d'oreilles?

Puis il ordonna à la troupe de rester en place, prit deux hommes bien
armés avec lui, et grimpa silencieusement vers la caverne.

Ils firent si peu de bruit et Dubreuil dormait si profondément, que
notre aventurier fut entouré, saisi et lié avant d'avoir pu faire un
mouvement pour se défendre.

Porté en triomphe au village, à travers les huées d'une foule barbare,
il eut à subir les outrages les plus cruels.

Toujours et en tous lieux, plus excitables que les hommes, les femmes
déployaient principalement leurs violentes passions contre le malheureux
captif. Il n'échappa que difficilement aux griffes de ces mégères, qui
le voulaient mettre en pièces.

On le déposa, tout sanglant, les vêtements en lambeaux, le corps
meurtri, couvert d'immondices, dans la loge de l'angekkok-poglit Kougib.
La vue de ce scélérat fit oublier à Dubreuil les souffrances qu'il
endurait.

--Meurtrier, lui cria-t-il, je mourrai sans doute par tes mains, mais
Triuniak me vengera!

--Kougib, répondit froidement le jongleur, couché sur son lit, Kougib
ne craint pas plus Triuniak qu'Innuit-Ili. Tu es cause de la mort de
Pumè...

--C'est un odieux mensonge!

L'angekkok-poglit se prit à rire.

--Toutou-Mak me l'a avoué! dit-il.

--Toutou-Mak! s'écria vivement Dubreuil.

--Oui, la fille de Triuniak, celle que tu aimais, n'est-ce pas? celle
que tu as rendue criminelle, afin de l'épouser...

--Imposteur!

--L'imposteur et le meurtrier, c'est toi! répliqua Kougib d'un ton
aigre.

--Oh! fit le capitaine en haussant les épaules, je sais bien que je
n'aurai pas le dernier mot avec un monstre de ton espèce, mais, dis-moi,
qu'en as-tu fait de Toutou-Mak?

--Elle a expié son forfait, dit Kougib en regardant son prisonnier d'un
air railleur.

--C'est-à-dire que tu l'as tuée, n'est-ce pas? Oh! je devais m'y
attendre!

--Et t'attendais-tu aussi à ce qui t'arrive?

--Que t'importe?

--T'attends-tu à ce qui t'arrivera? continua l'angekkok avec un horrible
ricanement.

--De toi, oui. Tu m'égorgeras, répondit Dubreuil sans sourciller.

--Tu n'y es pas, Innuit-Ili. Nous ne sommes plus au Succanunga. Là-bas,
on se débarrasse d'un homme en l'abattant d'un seul coup. Ici, c'est
différent: on savoure la vengeance, lentement, comme un mets agréable
au palais. Mais je ne veux pas le priver du plaisir de la surprise. Tu
verras demain, Innuit-Ili.

--Tes menaces ne m'effraient point, Kougib.

--Si elles ne t'effraient point, leurs effets te feront pleurer des
larmes de sang. Ah! tu as pensé qu'on me pouvait braver!...

--Toutou-Mak est donc morte? interrompit Dubreuil.

--Toutou-Mak est morte!

--Massacrée par toi! s'écria le capitaine, échappant aux mains qui le
retenaient et bondissant vers le lit de l'angekkok-poglit.

Mais, ayant les pieds et les poignets attachés, il tomba lourdement sur
le sol.

Pour le punir, un Esquimau lui piqua le dos de sa lance. Il l'aurait tué
sans l'intervention de Kougib.

--Laisse-le, Kamuk[21], dit-il. Je le réserve pour la fête de demain.
Mettez-le dans la loge aux prisonniers, et souvenez-vous que s'il
s'évade, la colère de Torngarsuk s'appesantira tout entière sur vous.

[Note 21: La Bouche.]

--Redoutez plutôt celle de Triuniak! s'écria Dubreuil exaspéré par la
douleur.

--A demain, Innuit-Ili, tu assisteras et joueras le principal rôle à
un spectacle nouveau, lui dit d'un ton sardonique Kougib, alors qu'on
l'emportait hors de la hutte de l'angekkok-poglit.

Il fut traîné dans une cabane voisine et confié à la garde de deux
Esquimaux.

Nous n'entreprendrons pas dépeindre les sombres images qui assiégèrent
son esprit, pendant le reste de la journée et de la nuit suivante. S'il
avait pu se méprendre sur le sens des paroles sinistres de Kougib, les
hurlements des femmes et des enfants, rôdant autour de sa loge, durent
lui apprendre, avec des détails atroces, le supplice auquel il était
destiné.

On le devait immoler en l'honneur du Soleil, dont les Esquimaux du nord
célèbrent la fête au solstice d'hiver, tandis que les méridionaux
la font au milieu de juin, lorsque la nature est sortie de sa longue
léthargie annuelle.

«On observe, dit un philosophe, que tous les peuples ont eu et ont
encore des fêtes à la fin, ou plutôt au renouvellement de l'année, et
que ces fêtes désignent communément une naissance. Chez les Orientaux,
c'était la naissance du soleil qui remonte sur l'hémisphère. En Perse,
à Rome, le solstice d'hiver était principalement célébré. Il faudrait
savoir si les Hottentots, les peuples du Chili, si tous les habitants
de la zone tempérée australe ont de semblables fêtes au temps de notre
solstice d'été. On verrait alors que le soleil a fait partout les mêmes
impressions sur l'esprit des hommes. Mais si les fêtes des Groënlandais
au retour de cet astre ne sont pas un reste d'antiques superstitions
qui auront voyagé vers les pôles ne doivent-elles pas être un effet de
l'inaction où se trouvent les humains durant le repos de l'année? Quand
le froid et la nuit les rassemblent autour de leurs foyers, au défaut
des travaux que doivent entretenir la chaleur et le mouvement, ne
sont-ils pas obligés d'imaginer des jeux et des exercices, des festins
et des danses, des moyens, en un mot, de faire circuler le sang dans
leurs veines jusqu'aux extrémités du corps?»

Quoi qu'il en soit, c'est le printemps que les Esquimaux du Labrador
ont choisi pour fêter l'astre bienfaisant qui nous éclaire; et, dès que
l'aurore eut teinté de roses les confins de l'orient, on se prépara à
cette importante solennité dans le village on Dubreuil était prisonnier.

Parés de leurs plus beaux habits, les Uski parcoururent les cabanes en
dansant au son du tambourin et en chantant de belliqueuses chansons.

Ensuite, ils s'assemblèrent sur une grande place, au milieu de laquelle
on avait dressé deux poteaux et allumé des feux.

Devant l'un étaient placés, debout sur leurs pattes de derrière, les
deux ours tués l'avant-veille; et devant l'autre s'élevait un bûcher,
entouré de femmes, véritables furies, les cheveux épars, les vêtements
en désordre, l'air farouche, armées de haches, de couteaux, de lances
et de javelots. C'étaient les mères, les soeurs ou les femmes des
Uskimé qui avaient péri à l'attaque du navire. Elles poussaient des cris
insensés en agitant leurs armes meurtrières.

On amena le prisonnier.

Il était pâle, mais pâle des suites de ses blessures. La sûreté de son
regard, la fermeté de son maintien ne permettait pas de soupçonner que
la mort lui fit peur.

Aussitôt qu'il parut, les Esquimaues cherchèrent à se ruer sur lui.
Kougib les en empêcha. Incapable de marcher, il s'était fait porter sur
la place.

Dubreuil fut attaché sur le bûcher.

Puis autour de lui et des ours commencèrent des danses de caractère.
L'une exprimait admirablement le combat d'un homme avec un de ces
terribles animaux. L'autre représentait, avec non moins d'éloquence et
de vérité, la prise du captif. Ces pantomimes, vivement imagées, étaient
encore relevées par la musique et les chants, auxquels, par intervalle,
l'assemblée répondait en choeur.

--Amna-aiah' aiah-ah! ah! ah!

Bien que ces divertissements fissent grand plaisir aux assistants, il
était facile de remarquer qu'ils attendaient avec impatience quelque
chose de mieux, l'autorité de Kougib n'arrivait pas toujours à les
contenir. Déjà, plusieurs avaient lancé des pierres au pauvre Dubreuil,
une femme lui avait jeté à la face un tison embrasé. On en voyait une
autre qui faisait rougir une hache, tandis qu'une troisième essayait de
se glisser derrière le poteau pour planter ses dents dans les chairs de
la victime, et que des hommes se fabriquaient des pinces, afin de lui
arracher les ongles: tout cela au milieu d'un charivari infernal.

Enfin Kougib, le visage rayonnant d'une joie sanguinaire, cria:

--Qu'elle commence, celle de mes soeurs dont le fils a été tué par
l'homme blanc!

--Me voici, dit une des Esquimaues, brandissant une torche enflammée
autour de l'infortuné capitaine.

Et invoquant l'ombre de son enfant:

--Approche, lui dit-elle. Ta mère va t'apaiser. Elle te prépare un
festin.

Puis elle saisit un vase de pierre et continua:

--Bois à longs traits ce bouillon que je vais verser pour toi. Reçois
le sacrifice que je fais par la mort de ton ennemi. Il sera brûlé et mis
dans la chaudière. Je te donnerai son coeur et son foie. On lui enlèvera
la chevelure, on boira dans son crâne. Tu ne feras donc plus entendre
de gémissements; tu seras pour jamais satisfait. Va, mon fils, va, noble
fruit de mes entrailles, ta mère te venge!

Sa main droite avançait en même temps la torche vers les yeux de
Dubreuil, qui jeta une plainte douloureuse.

Mais cette plainte fut étouffée sous une explosion de cris soulevés par
la terreur:

--Les Indiens Bouges! voici les Indiens Rouges!



                                 XII

                          LE CHANT DE MORT


Une invincible panique s'empara des Esquimaux. Ils se mirent à fuir dans
toutes les directions. Néanmoins, avant de se sauver, l'Indienne à
la torche jeta son flambeau sous les pieds de Dubreuil et le bûcher
commença à s'enflammer.

--Ah! tu mourras, et les mânes de Pumè seront vengés! marmottait Kougib
en couvant sa victime de regards implacables.

La blessure que le capitaine lui avait faite l'empêchait d'imiter
l'exemple des Uskimé, mais telle était sa haine contre Dubreuil qu'il
semblait moins soucieux de son salut que de l'assouvissement de cette
haine. Craignant sans doute que le captif ne lui échappât encore
une fois, il se traînait sur les mains et les pieds, s'approchait du
patient, cherchant à ramasser une hache pour l'en frapper.

La fumée et le feu se tordirent autour de Dubreuil, qui, tout entier
à la pensée de l'éternité, avait à peine remarqué ces incidents. Mais
alors des cris, des cris de guerre, comme il n'en avait entendu jamais,
retentirent autour de lui. En même temps, la place était envahie par une
troupe d'individus qu'on eût dits sortis des régions de l'enfer.

Ils avaient la face, le corps, les membres rouges comme du sang, et ils
étaient complètement nus, à l'exception de mocassins à leurs pieds et
d'un court jupon en peau ou en écorce, attaché au dessus des hanches.

Un carquois, un arc sur le dos, à la main un casse-tête ou une hache,
entre les dents un couteau, voilà leurs armes.

Mais quelles tailles de géants! quelles charpentes solides! quelles
vigoureuses musculatures! quelles physionomies martiales! Sans peine on
comprenait la terreur que devaient inspirer ces redoutables sauvages.
Comment les Esquimaux, des diminutifs d'hommes, auraient-ils pu leur
résister? Entre les deux races, frappant contrastes: l'une, la plus
haute, la plus vaillante expression de la nature humaine physique;
l'autre, la plus basse, la plus chétive. Évidemment, si les Uskimé
avaient un jour ou un autre remporté quelque avantage guerrier sur les
Indiens Rouges, ils en étaient redevables au nombre ou à la surprise,
mais, à armes égales, dix de ceux-ci auraient dérouté vingt-cinq de
ceux-là.

A leur tête marchait un chef de la plus belle prestance. Sa dignité,
on la reconnaissait aux dix plumes d'aigle dont il avait la chevelure
ornée, et plus encore à l'air de commandement empreint sur son visage.

Il aperçut, en même temps, Dubreuil que les flammes circonvenaient déjà,
et Kougib, qui rampait vers lui en le menaçant d'une hache.

--Ouah! fit-il en se jetant vers le bûcher, dont il éparpilla les
arbres embrasés d'un coup de pied, tandis que de l'autre il repoussait
l'angekkok-poglit.

Kougib mâchonna une imprécation entre ses dents et lança violemment sa
hache contre Dubreuil. Heureusement elle ne l'atteignit pas.

--Innuit-Ili! c'est Innuit-Ili! disait l'Indien Rouge en coupant les
liens de Guillaume.

--Ah! je l'ai manqué! je suis perdu! grommelait l'angekkok-poglit,
tâchant de retrouver une autre arme.

--Mon frère, rassure-toi; je te connais; tu es avec un ami continua le
libérateur en langue esquimaue.

Et il reçut dans ses robustes bras Dubreuil, qui ne pouvais se soutenir
à cause du gonflement de ses pieds.

--Tu me connais, mon frère? balbutia-t-il avec autant de surprise que de
joie.

--Oui, Kouckedaoui connaît l'ami de Toutou-Mak.

--Toutou-Mak!... mon frère l'a vue?... il sait où elle est?

--Kouckedaoui est son père! répondit l'Indien avec un mélange d'amour et
d'orgueil.

Fatigué par tant d'émotions diverses, stupéfait d'une révulsion si
subite, si inattendue, le capitaine Dubreuil se demandait s'il n'était
pas le jouet d'un rêve, et il portait des yeux hagards tantôt sur
l'Indien Rouge, tantôt sur les débris fumants du bûcher, tantôt sur
Kougib.

--Attends, mon frère, dit Kouckedaoui en le posant doucement à terre.

Puis il saisit au cou l'angekkok-poglit d'une main, lui planta son genou
sur la poitrine et tira un couteau.

--Non! non! mon frère, épargne-le! pour l'amour de Toutou-Mak,
épargne-le; je t'en supplie, épargne ce misérable! implora Dubreuil,
incapable de voir froidement commettre un homicide.

--L'épargner! est-ce ainsi que tu procèdes à l'égard de tes ennemis?
N'a-t-il pas voulu t'assassiner tout à l'heure?

--Tu es un lâche, plus lâche qu'une femme! Je te méprise! râlait Kougib
sous la pression du genou qui lui écrasait le thorax.

--Je t'en conjure, Kouckedaoui, laisse-le vivre, insista Dubreuil.

--Qu'il me laisse vivre, pour que j'achève de te tuer! reprit l'Esquimau
d'une voix-railleuse. Oui, de te tuer, comme j'ai tué ta Toutou-Mak!

--Que dit ce chien? s'écria l'Indien Bouge.

--Il prétend, le scélérat, qu'il a fait périr ta fille, répondit
Dubreuil.

--Toutou-Mak est la fille.....

--C'est ma fille, interrompit Kouckedaoui.

--Alors, Kougib mourra content, dit l'angekkok d'un ton joyeux, il
mourra content, car si l'enchanteur blanc lui échappe, il peut donner au
père de Toutou-Mak de» nouvelles de son enfant.

--Et quelles nouvelles lui peux-tu donner? s'enquit le Boethic étonné.

--Des nouvelles bien intéressantes, fut-il répliqué avec un accent
sarcastique.

--Parle.

--Kougib a été la cause de la mort de Toutou-Mak.

--Oh! l'infâme! murmura Dubreuil, essayant de se soulever.

--Tu mens! tu mens! repartit véhémentement l'Indien Rouge.

--Kougib n'est pas un Boethic pour mentir.

--Kougib! c'est toi qu'on nomme Kougib? Tu viens du Succanunga? proféra
Kouckedaoui avec une surprise mêlée de colère.

--Oui, repartit l'Esquimau, appuyant son affirmation d'un regard de
dédaigneuse fierté, je suis Kougib, angekkok-poglit des Uski de l'Est,
je viens du Succanunga. Si tu es le père de Toutou-Mak, sache que je
l'ai enlevée, et que, comme elle refusait de se donner à moi, Torngarsuk
l'a engloutie dans les flots, à ma requête.

--Ah! tu es Kougib, gronda l'Indien Rouge. Je suis aise de te trouver
enfin!... Je te cherchais, Kougib...je te cherchais... Pour te trouver,
pour te punir, pour te punir comme tu le mérites, je serais allé
jusqu'au Succanunga... Tu vois que j'avais envie de te connaître, de te
posséder!

--Ta fureur ne m'effraie guère! Tue-moi donc, si tu l'oses! Mais tu es
trop poltron. Les Indiens Rouges ont du lait au lieu de sang dans les
veines. Ils s'imaginent qu'ils font peur à leurs ennemis parce qu'ils
se peignent le corps en rouge; mais leur coeur est mou, leur bras est
débile comme celui des vieillards. Moi, si je n'étais pas blessé, je les
chasserais tous comme une troupe de lapins.

Pendant que l'angekkok-poglit parlait, Kouckedaoui s'était occupé à lui
lier les poignets.

--Nous verrons bientôt, dit-il en finissant, si le feu te trouve aussi
brave. Ta langue est fourchue et elle siffle comme celle d'une vipère.
Appelle ton Torngarsuk, dis-lui de te délivrer. Je l'en défie!

--Torngarsuk me vengera! Sa vengeance a déjà commencé. Tu la porteras
avec toi au milieu des tiens, en y introduisant ce magicien blanc!
Kougib affrontera la torture sans se plaindre, car sa mission est
remplie. Il a jeté la peste au milieu de ses ennemis les Indiens Rouges!

En prononçant ces paroles d'un ton prophétique, l'angekkok-poglit avait
les yeux tournés vers le capitaine Guillaume Dubreuil.

Kouckedaoui se rapprocha de celui-ci et dit:

--Comment, mon fils, es-tu tombé au pouvoir de ce carcajou? Toutou-Mak
m'avait appris que tu étais resté...

--Toutou-Mak! s'écria Dubreuil n'en pouvant croire ses oreilles; mais
elle vit donc encore?

--Elle vit! répondit simplement l'Indien.

--C'est faux! hurla Kougib.

--O mon Dieu! je vous remercie! s'écria dans sa langue maternelle
Guillaume en levant les yeux au ciel.

--C'est faux! faux! répétait l'angekkok avec rage.

--Mais, où est-elle? demanda vivement le Français.

--Elle est à Baccaléos.

--Quoi! vrai, mon frère? tu ne te trompes pas? tu ne me trompes pas?
faisait Dubreuil avec une agitation indicible.

--La langue de Kouckedaoui a toujours été droite. Il te dit que
Toutou-Mak est à Baccaléos, qu'elle vit: cela est. Elle t'attend,
Innuit-Ili. J'étais parti avec mes guerriers pour aller te chercher au
Succanunga. Te voici, je te ramènerai, je ferai le bonheur de celle que
tu aimes. Dis-moi maintenant, mon fils, qui t'a conduit ici.

--Le hasard, répondit Dubreuil. Croyant que ta fille était morte,
Kouckedaoui, j'avais construit un grand canot, pour retourner dans mon
pays. Triuniak, le père adoptif de Toutou-Mak, m'accompagnait...

--Triuniak, je sais, dit l'Indien Rouge, il t'accompagnait! Où est-il?
Mon coeur se gonfle à l'idée de le voir. Il fut bon pour Toutou-Mak, bon
pour toi, je l'aime. Montre-le-moi.

--Triuniak, reprit Dubreuil, m'avait quitté, quand j'ai été saisi et
conduit ici par les Esquimaux. Il doit rôder autour de ce village, sans
doute les guerriers de mon frère' l'auront épouvanté.

--Pourquoi n'êtes-vous pas débarqué à Baccaléos?

--Une tempête nous a forcés d'aborder sur cette côte; mais mon intention
était de me rendre à l'île que tu habites, mon frère.

--Tu espérais donc y retrouver Toutou-Mak?

--Hélas! non, mais on m'avait dit que les hommes de ma race! y
atterrissaient quelquefois.

--On t'avait dit juste, mon frère.

Un rayon de joie colora le visage pâli de Dubreuil. Il allait adresser
une foule de questions à Kouckedaoui, quand arrivèrent quelques
Indiens Rouges traînant à leur suite une dizaine de femmes et d'enfants
esquimaux.

A peine cette troupe fut-elle sur la place qu'une des femmes poussa un
cri.

--Kouckedaoui! mon époux! mon époux bien-aimé!

Et elle vola vers le chef, qui tressaillit après avoir levé les yeux.

--Est-ce Shanandithit? fit-il d'un ton plutôt froid qu'animé, en étrange
opposition avec cette explosion d'amour que sa vue avait arrachée à la
femme.

Cependant, Kouckedaoui était profondément ému, aussi ému que peut l'être
l'homme le plus sensible qui retrouve, après l'avoir perdue depuis
quinze ans, et perdue pour la seconde fois, une femme chérie, la mère
d'un enfant adoré. Mais la dignité indienne lui commandait de refouler
ces impressions, alors que les plus tendres passions l'agitaient
intérieurement.

--Ah! dit l'Indienne avec tristesse, ne me reconnaîtrais-tu plus?

--Mon coeur se serait desséché plutôt que d'oublier Shanandithit,
répondit Kouckedaoui. Il est heureux et satisfait, car Shanandithit a
toujours été celle qu'il a le plus aimée.

--Moi aussi, dit-elle, je n'ai cessé: de t'aimer. Le jour et la nuit
je pensais à toi; je soupirais pour le moment où tu me tirerais de
l'esclavage, et quoique le guerrier uskimè qui m'avait choisi comme
épouse fût bon pour moi, je ne pouvais arracher de mon coeur le souvenir
du vaillant Kouckedaoui.

--Il fut bon pour toi, Shanandithit! Je veux qu'on lui rende la liberté
s'il est fait prisonnier, repartit le chef, loin de paraître fâché que
sa femme eût accepté un autre mari durant sa captivité.

A cette époque, la jalousie était un sentiment presque ignoré des
Indiens de l'Amérique septentrionale; ils se prêtaient volontiers leurs
femmes, les offraient aux étrangers, et refuser leur présent eût été
le comble de l'impolitesse. Ce sont les Européens, c'est nous qui avons
importé ce vice chez eux, avec bien d'autres fléaux, malheureusement.

--Kouckedaoui est aussi généreux que brave! répondit la sauvagesse, que
ne puis-je, en récompense, lui rendre sa fille!

Et elle baissa douloureusement la tête.

--Notre fille nous est revenue, dit le chef.

--Toutou-Mak! s'écria Shanandithit, en relevant ses yeux mouillés sur
ceux de son mari.

--Toutou-Mak, affirma-t-il de nouveau.

--Où est-elle? dis-moi, Kouckedaoui, où elle est. Je n'ose croire à tant
de bonheur.

--Toutou-Mak est au fond du grand lac salé, dit alors Kougib d'un ton
moqueur.

Cette imprudente interruption ramena sur l'angekkok-poglit l'attention
de l'Indien Rouge.

--Je vais, dit il avec emportement, mettre fia à tes criailleries de
hibou.

Et appelant quelques-uns de ses compagnons:

--Reconstruisez le bûcher, leur ordonna-t-il, quand il sera prêt,
rôtissez ce chien hargneux.

Dubreuil essaya encore d'intervenir en faveur de Kougib. Ce fut en vain.
Kouckedaoui ne voulut pas céder. L'eût-il voulu, que sa bande ne l'eût
pas écouté. Il lui fallait une victime humaine pour immoler à Agreskoui,
sa divinité de la guerre; cette victime était là. Le sacrifice devait
être consommé. Du reste, l'angekkok-poglit ne faisait aucune tentative
pour apaiser les vainqueurs. Loin de là, il provoquait à plaisir leur
ressentiment par ses fanfaronnades et les injures dont il les accablait.

Pendant qu'on redressait le bûcher et que Kouckedaoui causait un peu à
l'écart avec Shanandithit, un _bouhinne_, magicien, qui accompagnait les
Indiens Rouges, posa brutalement la main sur Dubreuil, toujours assis à
l'endroit où le chef l'avait placé.

Il le secoua, en lui adressant des paroles que Guillaume ne comprit pas,
mais dont il devina à moitié le sens;--le bouhinne lui déclarait qu'il
était sa propriété.

Comme marque de son sacerdoce, ce sorcier portait sur le crâne un casque
fait avec la tête d'un ours, et à son cou pendait un sac, en peau de
caribou, orné de verroteries et de poils de porc-épic. Ce sac renfermait
les amulettes du jongleur, qui, d'ailleurs, était nu et vermillonné, de
l'occiput à la plante des pieds, comme la plupart des Indiens Rouges.

Pour imprimer plus de force à son discours, il fit un signe à deux
Boethics, ceux-ci accoururent, empoignèrent Dubreuil par les bras et
les jambes, et se disposèrent à l'aller porter sur le bûcher où l'on
attachait Kougib. Ne soupçonnant pas d'abord leurs intentions, Guillaume
n'opposa aucune résistance; mais en découvrant le but que se proposaient
les sauvages, il se débattit si vigoureusement que, malgré son état de
faiblesse, les Boethics avaient dû le lâcher et demander du secours,
quand Kouckedaoui arriva, attiré par le bruit de la lutte.

Une violente discussion s'engagea aussitôt entre lui et le bouhinne.
Cette discussion eut lieu dans un idiome que Dubreuil n'entendait pas.
Les gestes des deux Indiens lui apprirent pourtant que le jongleur
prétendait le brûler, et que Kouckedaoui repoussait cette prétention,
en attestant que l'homme blanc lui appartenait, car il l'avait pris
lui-même, et qu'il était maître d'en faire ce qu'il voulait.

Le sorcier insistait: l'immolation d'un blanc serait agréable à
Agreskoui. En pouvait-on douter? Quel intérêt Kouckedaoui avait-il à la
conservation de cet homme blanc?

Les Indiens Rouges, rassemblés autour d'eux, penchaient manifestement
pour leur bouhinne. Le chef résolut de couper court au différend.

--Si, s'écria-t-il en langue boethique, puis en langue esquimaue, si
quelqu'un de vous fait la plus légère égratignure à ce guerrier blanc,
je lui casserai la tête avec mon tomahawk.

Cette déclaration, accentuée par un mouvement significatif, imposa
aussitôt silence aux murmures qui commençaient à s'élever. Et le
bouhinne se retira en lançant à Dubreuil un regard courroucé.

Kouckedaoui baisa ensuite le Français sur le front et le menton, pour
indiquer qu'il l'adoptait, et que désormais sa personne était sacrée.

En même temps il lui dit:

--Ne réclame plus la grâce de Kougib; il ne l'aurait pas, et je ne
pourrais te soustraire à la fureur de mes guerriers; car, comme dans
chacune de nos expéditions heureuses nous avons l'habitude de sacrifier
un prisonnier mâle, et qu'il n'en a pas été fait d'autre que toi et
le Groënlandais dans celle-ci, s'il échappait à la mort, ma protection
serait peut-être insuffisante pour t'en préserver.

--Au moins, mon frère, rends-moi un service: éloigne-moi de ce
spectacle, qui m'afflige trop cruellement.

--Toutou-Mak m'avait bien dit que, quoique brave comme un ours blanc
et fort comme un morse, tu ne savais pas profiter de la défaite de ton
ennemi, fit le chef en souriant.

--Les gens de ma race pardonnent, et mon Dieu le commande! répondit
Dubreuil, tandis que Kouckedaoui le transportait dans une butte voisine,
et que, debout sur le bûcher, harcelé par ses tourmenteurs, qui lui
appliquaient un collier de haches rougies au feu, ou lui tenaillaient
les membres, ou lui tordaient les nerfs au moyen de morceaux d'ivoire
passés sous la peau, ou lui taillaient dans les jambes et les cuisses
des lambeaux de chair qu'ils dévoraient crus, Kougib bravait, du regard
et de la voix, les Boethics, en chantant fièrement son chant de mort:

--Qui êtes-vous, vous qui m'injuriez? Rien que des femmelettes. Vous
ne savez pas vous battre, vous ne savez même pas tirer une larme d'un
ennemi terrassé!

--Le grand exploit que de m'avoir pris! Vantez-vous-en! oui, allez vous
vanter, près de vos filles et de vos épouses, d'avoir pris un homme
blessé, impuissant à se défendre!

»O la noble prouesse! Quelle gloire pour vous, Indiens Rouges! On en
parlera chez vos arrière-neveux. Ils répéteront vos louanges et sur
vos tombeaux déposeront, au lieu d'armes, du fil, des aiguilles et des
ciseaux!

»Allons! frappez, frappez-moi. Je ne vous crains point, je ne soupirerai
ni ne me plaindrai. Mais vous ne savez même pas comment on torture un
ennemi. Faut-il vous l'apprendre?

»Montez ici, déracinez-moi les dents, arrachez mes ongles, incisez mes
membres, dans les plaies versez de l'huile bouillante. Et voulez-vous
mieux encore? écorchez-moi vivant. Puis vous roulerez mon corps sur du
sable fin, vous l'enduirez de miel et l'exposerez au soleil.

»Voilà comment on fait souffrir un guerrier, mais pas cependant un
Uski du Sud. Je défie à votre lâcheté d'imaginer un supplice capable
d'arracher un gémissement à un Uski du Sud.

»Parce que je venais du Nord, vous m'avez jugé timide comme vous,
amolli comme vous, sensible aux plus petites piqûres comme vous.
Détrompez-vous. Kougib est un homme; il mourra comme un homme.

»Mais auparavant apprenez encore de lui quelque chose. Recevez sa
prédiction dernière. Si ses compatriotes du Succanunga avaient son
courage, Indiens Rouges, ils posséderaient maintenant votre île.

»Allumez le feu de votre bûcher! il est temps. Je vous le répète, ô vil
troupeau de loups poltrons, vous ignorez l'art du bourreau, tout aussi
bien que celui du guerrier.

»Elle grimpe, la flamme; je la sens; elle me lèche, une caresse,
m'étreint tendrement. Voyez comme elle m'aime, comme je l'embrasse avec
amour, tandis que vous fuiriez honteusement ses baisers ardents!

»Indiens Bouges, souvenez-vous que l'homme blanc sera le vengeur de
Kougib. Vous avez repoussé les invasions des Uski septentrionaux, mais
vous tomberez sous les coups de la race blanche!

»Indiens Bouges, peureux, vantards, assassins, meurtriers, tribu
maudite, vous vous souviendrez de Kougib!...»

L'angekkok-poglit jeta cette imprécation avec la sombre énergie d'un
prophète inspiré, en agitant, à travers les flammes qui l'enveloppaient
de toutes parts, un bras déjà carbonisé, mais dont la terrible menace
fit reculer les Boethics d'épouvante.



                                XIII

                            KOUCKEDAOUI


Les Indiens Rouges demeurèrent huit jours au village esquimau:--huit
jours de festins continuels, où furent dévorées toutes les provisions
abandonnées par les vaincus.

Cependant Kouckedaoui fit battre tout le pays, mais inutilement, pour
retrouver Triuniak. Fort affligé de la nouvelle disparition de son
ami, Dubreuil prétextait de ses souffrances pour retarder le départ des
Boethics, qui désiraient retourner dans leur île. Mais ses forces étant
revenues, et voyant l'insuccès des recherches, il cessa de retenir
le chef, qui, pour l'obliger, avait prolongé son séjour, au risque de
soulever le mécontentement de ses guerriers.

La veille du départ, Kouckedaoui et Dubreuil eurent ensemble un
entretien confidentiel. Le chef promit au Français de lui donner sa
fille en mariage, mais à condition qu'il s'établirait définitivement
au milieu des Indiens Rouges et lui succéderait dans son commandement.
Puis, suivant la coutume des Boethics, il lui conta l'histoire de sa
vie.

«Kouckedaoui, ou le Faucon, était né à Baccaléos, il y avait
cinquante hivers. De bonne heure, il se distingua dans les guerres que
soutenaient, à cette époque, les Indiens Rouges contre les Mic-Macs.
Quand il revenait de ces longues et dangereuses expéditions, tout
couvert de gloire, c'est-à-dire de chevelures pendues à sa ceinture, les
anciens de la tribu le montraient avec orgueil et exhortaient leurs
fils à manier la lance, à tirer de l'arc et à frapper l'ennemi, comme le
Faucon.

»Il épousa Shanandithit, la plus belle, la plus aimable des vierges
boethiques. Qui mieux qu'elle pouvait écorcher un caribou, passer,
blanchir le cuir, fabriquer des mocassins et préparer la moelle des
os d'élan? Shanandithit n'avait pas apporté dans sa loge un coeur
indifférent. Non; comme témoignage irrécusable de son amour, elle avait
éteint le tison ardent que Kouckedaoui avait allumé dans la tente de
son père; et, après leur mariage, l'affection de la jeune femme s'était
accrue encore.

»Jamais elle ne murmurait quand, au retour de la chasse, il fallait lui
ôter ses mocassins et ses mitasses; jamais elle ne murmurait quand il
fallait les sécher et les frotter, pour les rendre souples et doux. Bien
plus cependant que toute autre chose, la docilité de Shanandithit aux
ordres de sa belle-mère prouvait l'amour que lui inspirait Kouckedaoui.
Aussi, quoique réservées pour les heures secrètes, les tendresses de son
mari ne lui manquaient-elles pas. Aucune femme de la tribu ne pouvait
montrer plus de ouampums et d'ornements que l'épouse du jeune guerrier.
Plus d'une fois, il l'avait, en cachette, aidée à rapporter au logis le
gibier abattu par ses flèches, fait inouï dans les annales conjugales
des Indiens Rouges.

»Elle lui donna une fille, puis un fils, et put dès lors être assurée
que, quel que fût le nombre des femmes qu'il prit dans la suite, il
ne la répudierait jamais. Ces deux enfants furent la joie de leurs
parents, surtout de la grand'mère, qui prédit que le fils deviendrait le
plus brave guerrier de sa race.

»Les enfants commençaient à marcher, quand le Faucon résolut d'aller
chasser à l'extrémité septentrionale de l'île. Il partit avec sa femme,
laissant son fils et sa fille à la garde de la grand'mère, qui s'était
blessée au pied. Dans les cantons où ils arrivèrent, le gibier abondait.
Kouckedaoui pensa qu'il en fallait faire profiter sa tribu, et, en
conséquence, il retourna la chercher. Les Indiens rouges aussitôt
levèrent leurs tentes et suivirent le chef. Mais, jugez du désespoir de
celui-ci! en arrivant au lieu où il avait laissé son épouse, il ne la
trouva plus!

»Son wigwam avait été pillé, détruit. Tout autour se faisaient remarquer
les traces des Mic-Macs.

»Kouckedaoui ne pouvait pleurer. Si profonde qu'elle soit, un Indien
doit cacher sa douleur. Le chef était bon, brave, habile. Il eût trouvé,
s'il eût voulu, cent épouses pour succéder à celle qu'il avait perdue.
Mais laquelle aurait pu remplacer la douce et laborieuse Shanandithit?

»Le Faucon fit voeu qu'il ne mènerait pas une autre femme à sa couche et
ne couperait pas sa chevelure avant d'avoir tué et scalpé cinq Mic-Macs.
Il remplit son carquois, mit à son arc une corde nouvelle, aiguisa son
couteau, monta dans son agile canot d'écorce, et entonna son chant de
guerre.

» Son absence dura une saison entière. Au retour, il possédait les cinq
scalpes. Elles furent pendues près du foyer de sa loge. On crut qu'il
allait faire choix d'une femme. Mais Kouckedaoui était plus triste
encore qu'avant son départ; il fermait les oreilles à toutes les
paroles de mariage. Ses amis pensèrent qu'il ne reviendrait point de sa
détermination. Sa mère fut d'un avis différent. Elle l'importuna tant,
avec sa ténacité féminine qui sape les obstacles quand elle ne peut les
surmonter, qu'à la fin le Faucon céda à ses désirs.

»La vieille avait porté son choix sur une charmante jeune fille nommée
Avolalia; elle la demanda aux parents, qui furent enchantés d'un tel
honneur. La fiancée ne montrait pas un grand empressement; mais c'était
chose trop commune pour exciter la moindre surprise. Le mariage se fit,
et Avolalia fut installée dans la loge de Kouckedaoui.

»La nature ne l'avait pas formé pour vivre seul. Malgré le mépris qu'une
éducation indienne soulève contre le beau sexe, Kouckedaoui avait
un faible pour les séductions des femmes. Si Avolalia n'était pas,
à beaucoup près, aussi aimante que la regrettée Shanandithit, elle
semblait s'acquitter de ses devoirs d'une façon si convenable, que le
jeune homme commença à s'attacher à elle. Sa santé débilitée s'améliora.
De nouveau, on le vit sourire et chasser le caribou avec son ancienne
vigueur.

»Cependant, lorsque Avolalia haussait, comme il lui arrivait
quelquefois, la voix plus que ne le permettait l'affection conjugale,
Kouckedaoui songeait à Shanandithit et refoulait dans son coeur un
soupir.

»En leur loge venait souvent un jeune Indien qui avait jadis recherché
Avolalia en mariage. Il arrivait de bonne heure, se retirait tard. Comme
Avolalia semblait ne pas s'occuper de lui, le Faucon ne trouvait pas ses
visites mauvaises. Mais eût-il pu voir dans l'esprit de sa femme, il eût
dédaigné de montrer de la jalousie. Sa conduite aurait prouvé que son
coeur était fort. Elle ne tarda pas à le prouver.

»Un matin, sa mère étant allée avec les enfants voir des amis à quelque
distance, on lui apprit qu'une harde de daims avait été découverte à une
demi-journée de marche du village.

»--Vas-y, mon mari, lui dit Avolalia, car nos provisions s'épuisent. Si
le troupeau est nombreux, je courrai te joindre. Mais, en tous cas, ne
reviens pas ce soir. Si tu tues quelque gibier, suspends-le aux branches
d'un arbre, pour que les loups ne le puissent atteindre, et repose à
côté.

»Après ces mots, elle l'embrassa avec une tendresse inaccoutumée, et il
partit. Les caribous abondaient; avant midi il en avait fait tomber deux
sous ses flèches. Il les chargea sur son canot et reprit gaiement le
chemin de sa loge.

»Il fallait remonter le courant de la rivière. Kouckedaoui n'arriva
qu'au milieu de la nuit. Tout était silencieux autour de la cabane. Les
chiens, flairant leur maître, ne donnèrent point l'alarme. Le Faucon
ramassa une poignée de roseaux, pénétra sans bruit chez lui, et alluma
ses roseaux sur des charbons agonisant au milieu de la hutte.

»La flamme aussitôt éclaira un spectacle qui fit jaillir le sang
au visage du chef. Côte à côte avec Avolalia dormait son prétendant
d'autrefois! Le Faucon dégaina son couteau. Un moment son esprit
flotta dans l'indécision. Le fier et noble orgueil dont il était animé
l'emporta. Le couteau rentra dans le fourreau, et Kouckedaoui quitta la
loge sans éveiller les imprudents.

»Mais quand une zone grisâtre apparut à l'orient, il se rapprocha de son
wigwam. Le favori d'Avolalia en écartait le rideau de cuir: il s'arrêta,
cloué au sol.

»--Rentre, lui dit Kouckedaoui d'une voix courroucée.

»Le traître obéit. Il fut suivi du mari outragé. Avolalia, épouvantée,
se voilà la face avec les mains.

»--Allume du feu et prépare à manger, lui dit le Faucon.

»Quand, le repas fut servi, il s'adressa au jeune homme, tremblant
d'effroi:

»--Mange mon bien, toi qui as dévoré mon honneur.

»L'amant crut que ses derniers moments approchaient. Il se disposa à les
affronter avec le courage d'un guerrier indien. C'est pourquoi il mangea
en silence, et sans manifester d'inquiétude.

»Le repas terminé, Kouckedaoui ordonna à sa femme de faire un paquet de
ses effets; puis il se leva et dit au jeune homme:

»--Si un autre, à ma place, t'avait découvert comme je l'ai fait, la
nuit dernière, il l'aurait percé d'une flèche avant que tu ne
fusses éveillé. Mais si mon coeur est fort, il ne tient pas le coeur
d'Avolalia. Avant moi tu l'as désirée, et Je vois qu'elle te préfère,
elle est ta compagne plutôt que la mienne. Elle est à toi; et, pour que
tu puisses fournir à sa subsistance, je te donne mon arc, mes flèches et
mon canot. Partez, et vivez en paix!

»La femme, qui craignait pour son nez[22], et l'amant, pour ses jours,
s'éloignèrent immédiatement. Dans la tribu, on admira la conduite du
Faucon, mais il avait l'âme noyée de chagrin.

[Note 22: C'est une coutume généralement répandue parmi les Indiens de
l'Amérique septentrionale de couper le nez aux femmes adultères. Voir
_les Chippiouais_.]

»Malgré la fermeté de sa résolution, le coup avait ébranlé son esprit.
Son coeur, il l'avait d'abord donné entièrement à Shanandithit, et quand
la blessure causée par sa perte fut cicatrisée, il avait aimé Avolalia
de toutes ses forces. Il pouvait se vanter d'être indifférent aux
trahisons des femmes; on pouvait le croire; mais son stoïcisme n'était
qu'apparent. Sous cette surface de marbre, la douleur avait planté ses
racines indestructibles.

»Un des plus vaillants guerriers de sa tribu, il était accessible aux
émotions comme une femme, malgré le précepte, malgré l'exemple. Il tomba
dans une noire mélancolie. Une ou deux chasses malheureuses achevèrent
de le persuader qu'il était devenu un objet de déplaisir pour ses
Manitous, et que la fortune ne lui sourirait plus jamais.

»Plein de cette idée, il prit l'étrange détermination d'aller se livrer
à ses ennemis les Mic-Macs pour apaiser la colère du Grand-Esprit.

»Parvenu à leur village, il ne vit personne. Il entra dans une loge,
où deux femmes causaient. Elles lui demandèrent ce qu'il voulait. Sans
répondre, il s'assit en un coin, la tête dans les mains, attendant
l'arrivée de quelque guerrier, par les armes duquel il pût mourir
honorablement.

»Les femmes lui réitérèrent leurs questions, mais sans pouvoir arracher
une parole de ses lèvres. Voyant qu'il était impénétrable, elles
l'abandonnèrent à lui-même et poursuivirent leur conversation. Ah! avec
quelle terreur elles se seraient enfuies, si elles avaient su à quelle
tribu il appartenait! Mais, supposant qu'il était Mic-Mac, elles n'en
eurent aucune crainte. Par leur entretien, il apprit que les hommes du
village étaient allés à la chasse, avec la plupart des femmes, et qu'ils
ne reviendraient que le lendemain.

»Kouckedaoui avait là une occasion unique de se venger de ces Mic-Macs
qui lui avaient ravi son épouse aimée, sa chère Shanandithit. Cependant,
il dompta les impulsions de son tempérament indien. Il n'était pas venu
pour tuer, mais pour donner sa vie: il resta fidèle à sa résolution.

»Dès le matin, le jour suivant, un guerrier mic-mac parut dans la loge.
Les femmes lui montrèrent leur hôte silencieux et l'informèrent de sa
conduite étrange.

»--Qui es-tu? demanda le nouveau venu.

»--Je suis un homme; sache-le, Mic-Mac, répondit le Faucon. Je suis
Boethic. Mon nom est Kouckedaoui. Tu as entendu parler de moi. Les
flèches des tiens ont percé plusieurs de mes amis. Mais je les ai bien
vengés. Vois, je porte sur ma tête dix plumes d'aigle. Maintenant, le
Maître de la vie veut que je meure. C'est pourquoi je suis venu ici.
Frappe donc, et délivre ta tribu, de son plus grand ennemi.

»Le courage parmi les sauvages, comme la charité par les civilisés, fait
pardonner une multitude de fautes. Le guerrier mic-mac regarda l'Indien
Rouge avec une admiration mêlée de respect. Il leva sa massue comme
pour frapper. Mais Kouckedaoui ne broncha point. Aucun de ses nerfs ne
trembla, ses paupières ne vacillèrent pas. L'arme tomba de la main qui
la tenait, et le Mic-Mac s'écria, en déchirant son vêtement:

»--Non, je ne tuerai pas un homme brave, mais je montrerai que mes
gens sont des hommes aussi. Je ne serai pas surpassé en générosité.
Frappe-moi toi-même, et sauve-toi.

»Le Faucon déclina l'offre et insista pour être la victime. Ils firent
ainsi, pendant quelque temps, assaut de magnanimité, puis échangèrent
une poignée de main en signe d'alliance.

»--Tu es surpris que je parle ta langue, dit le Mic-Mac; mais apprends
que ma mère était de ta race et que moi-même j'ai épousé ta propre
femme!

»--C'est toi qui m'as enlevé Shanandithit!

»--Oui, et je te la rendrai.

»--Mon frère, je n'aurai pas de présent assez grand pour te récompenser!
s'écria le Faucon vaincu par cet excès de libéralité.

»--Tiens! la voici qui arrive. Reprends-la. Je te la donne, quoique je
l'aime. Mais je veux que nous demeurions frères.

»A ce moment, Shanandithit, qui revenait avec la bande des Mic-Macs, se
jeta dans les bras de Kouckedaoui.

»D'abord les Mic-Macs le voulurent arrêter, retenir en captivité. Mais
son nouvel ami raconta comment il était venu au village, avait épargné
les femmes et les enfants, quand il pouvait les massacrer impunément, et
ajouta qu'il offrait de négocier la paix entre les deux tribus.

Cette déclaration fut favorable au Faucon. On loua sa vaillance et on le
convia à un grand banquet.

»Les épreuves de Kouckedaoui n'étaient malheureusement pas terminées.
De nouvelles calamités l'attendaient à son retour chez les Boethics. Une
maladie contagieuse avait emporté son fils, âgé alors de trois ans, et
les Esquimaux du Nord, unis à ceux du Sud, avaient débarqué à Baccaléos
et cherchaient à s'emparer de l'île.

»--O Manitou, ne cesseras-tu de me poursuivre! s'écria l'infortuné.

»Néanmoins, il fait bonne contenance, rassemble ses guerriers et marche
contre les Uskimé. Cette fois, Shanandithit a refusé de le quitter. Elle
le suit, portant sa fille sur son dos.

»Les Indiens Rouges sont vainqueurs. Refoulés avec perte, leurs ennemis
repassent le détroit, et Kouckedaoui cherche des yeux les êtres chers à
son coeur, qu'il a laissés non loin du théâtre du combat.

»Hélas! ils n'y sont plus. En fuyant, les Esquimaux les lui ont ravis!

»Le Faucon s'enfonça dans les bois. Pendant deux ans, il y vécut seul.

»Une nuit, Ouaïche, le Dieu des songes, lui enjoignit de se remarier,
de renoncer des rapports avec les hommes de sa tribu. Il obéit aux
injonctions d'Ouaïche.

»La rentrée de Kouckedaoui dans la vie commune fut saluée comme une
fête. Il reprit son rang, ses dignités aux acclamations générales,
et épousa une jeune et jolie femme qu'il aimait sincèrement, tout en
regrettant Shanandithit et leur enfant. Mais le temps, qui porte remède
à tout, guérissait peu à peu les blessures de son coeur, il ne songeait
plus guère qu'à donner une compagne à sa troisième femme, parce qu'elle
était bréhaigne, lorsque le hasard lui ramena sa fille Toutou-Mak, et
quelques lunes après Shanandithit, un peu vieillie, sans doute, un peu
défraîchie par son odyssée extra-conjugale, mais toujours tellement
aimante! toujours tellement dévouée!...

»--Enfin je vais donc jouir dû bonheur que j'ai entrevu si souvent et
qui si souvent m'a échappé au moment où je croyais le tenir! dit le
brave Faucon en terminant le récit de son aventureuse carrière.



                                  XIV

                      L'ILE DES GRANDES CASCADES


Cependant, après être sorti de la caverne, Triuniak avait grimpé
jusqu'aux crêtes les plus élevées de la montagne. Son but était de
découvrir, si faire se pouvait, le village des Esquimaux et le chemin
le moins fréquenté qui y conduisait, afin d'approcher à la dérobée de ce
village, et d'avoir, comme il l'avait dit à Dubreuil, un entretien avec
le chef, qu'il avait connu quinze ans auparavant.

Quand il fut parvenu au terme de son ascension, le soleil avait chassé
à l'est les vapeurs épanchées sur la campagne, et, de ce côté, la vue
embrassait un vaste paysage. L'ouest était encore à demi voilé par le
brouillard.

En plongeant ses regards devant lui, Triuniak aperçut, dans une profonde
vallée, des animaux qui paissaient le gazon. Du point culminant où se
trouvait l'Indien, ils paraissaient à peine gros comme des chiens. Mais,
à leurs larges andouillers, on les reconnaissait pour des cerfs de la
plus forte espèce.

Tandis qu'ils broutaient paisiblement l'herbe naissante, un aigle se
montra à l'horizon. Sa taille était prodigieuse. Du bout d'une aile à
l'autre, il mesurait au moins deux longueurs de flèche. Triuniak le vit
s'avancer, planer majestueusement, traverser l'espace, revenir, décrire
d'immenses spirales, s'abaisser quelque peu, recommencer son cercle en
faisant briller au soleil ses plumes luisantes, remonter ensuite,
pour s'arrêter immobile, fixe au milieu de l'éther, et fondre, avec la
rapidité de la foudre, sur la harde qui pâturait dans le vallon.

Un instant il disparut. Mais la dispersion du troupeau, fuyant épouvanté
dans toutes les directions, annonça à Triuniak que le royal oiseau avait
attaqué un des élans.

Bientôt notre sauvage vit une tache noire qui s'élevait... en
grossissant, en prenant des formes, à mille pieds au-dessous de lui.
C'était le monarque des airs chargé d'une proie. A mesure qu'il se
haussait, Triuniak distingua cette proie, un faon qu'il emportait,
accroché à ses griffes puissantes. L'animal semblait paralysé par la
terreur. L'aigle dirigea son vol vers un des rochers de la montagne,
non loin de l'Esquimau, et y déposa sa victime, que d'un coup de bec,
il saigna avec une merveilleuse dextérité. L'élan pouvait être une bonne
aubaine pour des gens qui manquaient à peu prés de provisions. Cette
idée vint à l'esprit de Triuniak. Il résolut d'en disputer la possession
au terrible chasseur. Il n'avait ni arc ni flèches; mais avec son
couteau il coupa une grosse branche, y attacha une corde munie d'un
noeud coulant à un bout, d'une lourde pierre à l'autre, et s'avança
résolument à la conquête du butin. Tout occupé de sa capture, l'aigle
n'avait pas encore remarqué l'homme. Quand son oeil perçant tomba sur
lui, il poussa un cri aigu et se disposa fièrement au combat.

Perché sur le cadavre du faon, se battant bruyamment les flancs avec ses
ailes à demi déployées, le cou tendu, les prunelles ardentes, les plumes
hérissées, il attendit l'attaque de cet air imposant et redoutable qui
est la plus éloquente expression de la force et de la vaillance.

A armes égales, le succès de la lutte n'eût guère été douteux pour
l'auguste despote. Mais il comptait sans les ruses de son ennemi. Elles
devaient triompher.

Triuniak, arrivé à portée de l'aigle, allongea sa perche et fit mine de
l'en frapper. Celui-ci ouvrit le bec pour saisir la branche, qu'il eût
mise en morceaux. Son adversaire la retira vivement à lui. L'oiseau,
alors, se dressa de toute sa hauteur sur ses ergots, étala tout à
fait ses ailes comme s'il allait se jeter sur le téméraire. Triuniak
attendait ce moment. Par une manoeuvre habile, il rechassa la perche en
avant, coula le noeud au col de l'aigle et tira brusquement.

L'oiseau, qui s'était juché sur une roche à dix pieds au-dessus de
l'homme, avait, pour prendre son élan, dégagé ses griffes du corps du
faon. Cédant à cette violente et soudaine traction, il perdit pied,
tomba à moitié étranglé dans le vide et fut aussitôt lancé du pic vers
la vallée. Il n'était pas mort, mais aveuglé et presque étouffé par la
strangulation, et agitait, ses pennes avec un fracas formidable, dont
retentissaient les échos de la montagne. C'était un spectacle singulier
que celui du colossal oiseau se débattant au-dessus du gouffre, en
faisant siffler, comme un fléau, la longue perche et la pierre pendues
à son cou. A la fin, épuisé par la corde, que ses efforts même serraient
de plus en plus, il s'abaissa lourdement et se perdit sur les rampes
boisées de la montagne.

Mais il pouvait arriver qu'il coupât le lien et se débarrassât, dès
qu'il aurait rencontré un point d'appui. Aussi Triuniak se hâta-t-il
d'escalader les masses rocheuses où était le faon pour s'en emparer et
se mettre en sûreté. Par malheur, dans sa vivacité, il fit une chute et
se foula le pied.

A grand'peine le Groënlandais put regagner la grotte, en traînant
son gibier derrière lui. On comprend sa douleur de n'y plus trouver
Innuit-Ili, d'Être incapable de le secourir! car son sort n'était pas
douteux: les Esquimaux avaient laissé assez de traces de leur passage
pour l'apprendre à Triuniak.

La caverne elle-même ne lui offrait plus de sécurité. Il chercha une
autre retraite dans le voisinage et demeura une huitaine de jours caché,
dévoré de douleur et d'inquiétude. L'entorse ayant alors à peu près cédé
à des frictions de graisse et à l'application de plantes médicinales,
abondantes dans ces régions, Triuniak se mit, une nuit, en marche vers
l'endroit où il supposait que devait être situé le village esquimau.

Son plan était arrêté: sauver Innuit-Ili s'il vivait encore, ou mourir.
Parvenu à sa destination avant le jour, il se tapit sur la lisière du
bois, pour reconnaître le terrain quand l'aube serait levée. Il
avait été étonné que les chiens, qui rôdent ordinairement autour des
campements indiens, n'eussent pas dénoncé son approche, mais il le fut
bien plus de voir que rien ne bougeait dans le village après que le
soleil eut fait son apparition. Les Esquimaux avaient-ils changé de
territoire ou étaient-ils partis à la chasse?

Triuniak s'approcha de la cabane la plus proche: elle était dévastée, la
suivante, de même; ainsi des autres. Au milieu de la place gisaient les
débris d'un bûcher et des fragments d'os humains. Le Groënlandais sent
son coeur saigner.

Mais, en recueillant avec un pieux respect ces ossements, qu'il croyait
être ceux de son ami, il discerna sur le sol de nombreuses empreintes de
pas. Elles ne ressemblaient pas aux larges et molles impressions faites
par les bottes des Esquimaux. Leur forme mieux définie, leur profondeur
plus grande vers les doigts que vers le talon, trahissaient une jambe
habituée à la course,--le mocassin des Indiens Rouges. La désertion
du village, fut aussitôt expliquée à Triuniak. Puis, tout à coup, il
tressaillit, laissa échapper le crâne noirci qu'il tenait à la main, et
se pencha pour examiner plus attentivement les empreintes.

--Mon ami n'est pas mort, pensa-t-il avec joie. Son Dieu l'a protégé
encore, car voici assurément la marque de ses pieds, je les reconnais
à leur pointe tournée en dehors, tandis que nous les portons en
dedans.[23] Les Indiens Rouges l'ont emmené captif. Il n'y a pas plus
d'un flux[24], car les traces sont toutes fraîches.

[Note 23: Tous les sauvages de l'Amérique septentrionale ont la pointe
du pied tournée en dedans. L'habitude de se tenir ainsi, en canot a dû
donner à leurs pieds cette inflexion.]

[Note 24: Les Groënlandais divisent les jours par le flux et le reflux
de la mer.]

Cette découverte rendit à Triuniak son activité. Il fouilla les cabanes
pour y chercher des armes, se munit d'un arc, d'un carquois bien garni;
oublié par les vaincus ou négligé par les vainqueurs, et entra vivement
sur la piste des Indiens Rouges.

Mais, après avoir fait quelques pas, une réflexion le ramena au village.
Cette piste devait aboutir à un cours d'eau, les Boethics n'étant
probablement pas venus à pied depuis la côte du détroit[25] qui sépare
leur île de la terre ferme.

[Note 25: i.e. détroit de Belle-Isle, situé entre le Labrador et l'île
de Terre-Neuve.]

Triuniak se chargea d'un kaiak esquimau et reprit son chemin. Il
avait eu raison. Sur le soir, il arriva près d'une rivière, au bord
de laquelle cessait la piste. Il lança son esquif, s'embarqua et nagea
vigoureusement toute la nuit.

Le lendemain et le jour suivant, l'Uski poursuivit sa route avec la même
ardeur.

Déjà l'évasement de la rivière indiquait qu'il approchait de son
embouchure, quand, au détour d'un promontoire escarpé, il se trouva
subitement à une portée de trait d'un camp considérable. Surpris et
craignant de tomber entre les mains d'un ennemi, Triuniak essaya de se
cacher avec son canot dans une anfractuosité du rivage. Mais on l'avait
aperçu. Dix embarcations lui donnèrent aussitôt la chasse. Résister, se
défendre, c'eût été se jeter au devant de la mort. Triuniak préféra se
rendre, dans l'espoir qu'on se contenterait de le faire prisonnier,
et qu'il aurait occasion de voir Dubreuil, de préparer avec lui leur
évasion.

En conséquence, il laissa couler sa pagaie, et, la tête baissée, les
bras croisés sur la poitrine, s'abandonna au fil de l'eau.

Les Indiens Rouges fondirent sur lui comme des vautours, en proférant
leur cri de guerre:

--Hou! hou! hou! houp.

Et l'un d'eux leva sa massue pour l'assommer, mais un autre détourna le
coup et dit à ses compagnons:

--C'est l'homme que nous avons cherché: Voyez, il a le costume des
Uskimé du nord.

Triuniak ne savait pas la langue des Boethics. C'est pourquoi il
fut très-étonné qu'au lieu de le maltraiter, les Indiens Rouges lui
témoignèrent une sorte de déférence et le conduisirent au camp avec
allégresse.

Leurs clameurs avaient attiré tout le parti sur la grève. En débarquant,
Triuniak tomba dans les bras de Dubreuil, qui manifesta par cent
caresses le plaisir qu'il avait de le retrouver, et, avec une volubilité
toute française, lui conta, en quelques mots, son heureuse aventure.

--Et toi, mon père? s'écria l'impétueux jeune homme.

--Moi, dit le Groënlandais, qui se serait cru déshonoré s'il eût montré
quelque émotion, moi je te pensais en danger...

--Nullement! nullement! au contraire! les Indiens Rouges, que tu m'avais
peints si farouches, sont excellents... Mais tu ne demandes pas des
nouvelles de Toutou-Mak? Elle vit, je te l'ai dit. Demain, nous l'aurons
rejointe... Ah! il me tarde... Tiens, voici mon père, Kouckedaoui, dont
je te parlais...

--Triuniak, tu es le bienvenu! dit Kouckedaoui en approchant. Celui qui
a nourri ma fille est mon frère. Veux-tu bien que nous fassions alliance
ensemble?

--Oui, car j'aime ceux qui aiment mes enfants, répondit le Groënlandais.
Toutou-Mak est ta fille par le corps, mais elle est la mienne par le
coeur. Triuniak te remercie d'avoir été bon pour Innuit-Ili.

En disant ces mots, il appuya ses mains sur les épaules du chef boethic
et lui lécha les joues.

En retour de politesse, Kouckedaoui bourra une pipe en cuivre[26], à
long tuyau orné de plumes et de coquilles, l'alluma et la présenta au
Groënlandais.

[Note 26: On trouve à Terre-Neuve des gisements d'un cuivre
très-malléable, dont les Indiens se fabriquent des instruments, depuis
un temps immémorial.]

Celui-ci n'avais jamais fumé, cette coutume ne s'étant pas encore
introduite dans son pays, qui ne produit ni tabac, ni _sakkakomi_,
plante avec laquelle les Indiens remplacent cette substance. Cependant
la bienséance exigeait qu'il prit la pipe et en tirât quelques bouffées.

Il s'exécuta de bonne grâce, mais avec une gaucherie et une grimace dont
rirent très-fort les Indiens Rouges présents à cette scène.

Ensuite, Kouckedaoui conduisit ses hôtes à sa tente, où on leur servit
un festin d'esturgeon et de queues de castor grillées sur des charbons
ardents.

Après le repas, Shanandithit, la mère de Toutou-Mak, fut présentée à
Triuniak. Pour exprimer au Groënlandais sa reconnaissance des soins
qu'il avait si tendrement donnés à sa fille, Shanandithit, avec
l'agrément de son époux, lui fit le présent le plus précieux que puisse
offrir une femme boethique: elle coupa sa longue chevelure et la noua à
celle de Triuniak, qui, en l'acceptant, la devait porter ainsi, traînant
sur ses talons, dans toutes les circonstances solennelles.

--Si mon fils et mon frère désirent rejoindre immédiatement Toutou-Mak,
ils sont libres, dit alors Kouckedaoui. Mais moi et mes hommes nous
demeurerons quelques jours ici, parce que la chasse et la pêche y sont
abondantes.

Triuniak aurait craint de paraître impatient, en répondant
affirmativement, ce qui, dans ses idées, eût blessé toute convenance.
Mais Dubreuil n'avait pas les mêmes scrupules. Les eût-il eus que son
amour l'aurait emporté.

--Que mon père me prête un canot, et j'y volerai! s'écria-t-il.

--Triuniak ne veut-il t'accompagner? demanda le chef rouge.

--Triuniak accompagnera son frère à la chasse, répondit froidement
celui-ci. Et quand il plaira à Kouckedaoui qu'il revoie sa fille, il
la reverra, Triuniak sait qu'elle vit, qu'elle est en sûreté; cela lui
suffit.

--Soit! j'irai bien seul! dit Dubreuil, d'un ton un peu piqué.

--Non, mon fils. Quoiqu'il n'y ait pas loin d'ici au lieu où nous avons
laissé nos femmes et nos enfants, tu n'iras pas seul. La rivière est
dangereuse, le courant rapide; deux de nos hommes t'escorteront.

--Ce n'est qu'à une journée de distance? demanda Guillaume.

--A une journée et demie.

--Qu'ai-je besoin d'escorte?

--J'aime la vivacité et la hardiesse, jeune homme, dit l'indien Rouge,
mais souviens-toi que la prudence est préférable. Près du campement
des femmes, la rivière se partage ça deux canaux, dont l'un est semé de
chutes et de cascades où tu trouverais certainement la mort si tu les
confondais.

--J'obéirai à tes volontés, dit Dubreuil.

Kouckedaoui donna quelques instructions à deux de ses guerriers, et
Guillaume s'embarqua avec eux dans un grand canot, dont la proue et la
poupe étaient couvertes de peintures hiéroglyphiques à l'ocre rouge,
représentant des batailles.

Ce canot, appelé chiman, différait entièrement du kaiak ou de l'ommiah
des Uskimé; il avait dix pieds de long sur trois de large et deux de
profondeur. Mais les Indiens Bouges en possédaient de beaucoup plus
grands, de même forme et de même matière. Cette matière, c'était
l'écorce de bouleau levée en hiver, au moyen d'eau chaude, et cousue
très-proprement sur des éclisses ou varangues de bois de cèdre,
enchâssées dans une double préceinte.

Les _chimans_ sont si légers que deux hommes suffisent à porter les plus
spacieux; mais leur fragilité est extrême aussi. Le moindre frottement
contre un caillou ou le sable en déchire le fond. A tout instant on est
obligé de débarquer pour réparer les avaries avec de la gomme. Il va
sans dire qu'on ne peut s'en servir que dans les eaux calmes, par des
brises régulières, car ils ne sauraient braver la tempête.

Les Indiens les manoeuvrent avec une seule pagaie à pelle unique, ou
avec une perche quand il s'agit de piquer le fond, c'est-à-dire de
refouler un courant. D'ordinaire, ils se tiennent accroupis ou à genoux
à l'avant ou à l'arrière du canot, dont le milieu est occupé par des
approvisionnements, les armes et les engins de pêche.

Monté, sur son chiman, le sauvage, méridional est loin d'égaler en
célérité l'Esquimau du nord incorporé à son kaiak. Mais il a l'avantage
d'y pouvoir embarquer sa famille ou ses amis, de voiturer ce dont il a
besoin, tandis que l'autre doit aller seul, avec un très-petit nombre
d'instruments de pêche ou de chasse, et exposé, même s'il voyage en
compagnie d'autres kaiaks, à périr misérablement, dans le cas où il
chavirerait, car personne ne lui porterait secours, chacun n'ayant place
que pour soi en son embarcation.

Quoiqu'il ne fût que depuis quelques jours avec les

Boethics, Dubreuil était déjà au fait de leur manière de naviguer.

Assis sur un paquet de fourrures, au fond du canot, il continua le
relèvement de la côte septentrionale de la rivière, nommée par
les Indiens Rouges Kitchi-Nebi-Ponsekin, c'est-à-dire rivière
des Grandes-Cascades, nom qui lui a été conservé, sur les cartes
labradoriennes modernes [27].

[Note 27: Située par 42° de lat. et 55° de long.]

Depuis son arrivée sur ces terres inconnues, le capitaine Dubreuil
n'avait cessé de prendre des notes et de dresser les plans
topographiques, aussi fidèles que possible, des lieux qu'il parcourait.
Tracés d'abord avec un morceau de bois ou d'os pointu, puis avec des
plumes d'oiseaux aquatiques, ses manuscrits ne le quittaient jamais.
Il les avait roulés dans une poche imperméable faite avec une vessie de
phoque. Des peaux de renne ou d'élan composaient, nous l'avons dit, son
parchemin.

En travaillant, le temps passa vite. Le soir, ses canotiers voulurent
atterrir pour camper. Mais ce n'était pas l'affaire de Dubreuil. Il
brûlait d'être arrivé, de savourer la surprise et la joie de Toutou-Mak
en le reconnaissant, il brûlait de la presser sur son coeur, de
l'inonder de baisers!

Les Boethics, que n'animait pas sa fièvre d'amour, se sentaient peu
disposés à l'écouter, mais il les menaça de la colère de Kouckedaoui, et
ils consentirent à poursuivre leur route, après une heure de repos.

Dubreuil s'étendit, enveloppé de chaudes pelleteries, à l'arrière
du chiman, et, mollement bercé par le beau fleuve, il eut une nuit
délicieuse que se plurent à embellir les rêves les plus enchanteurs. De
grand matin, le jeune homme fut éveillé par des sourds mugissements.

Il se leva, l'aurore empourprant le ciel semblait sortir des ondes de la
Kitchi-Nebi-Ponsekin, dont elle rougissait encore le diaphane et liquide
miroir.

--Nous approchons des Grandes-Cascades, fit un des Indiens, qui parlait
quelque peu l'esquimau.

--C'est là que les femmes des Boethics ont planté leurs tentes, n'est-ce
pas? interrogea Dubreuil, en dirigeant avidement ses regards à l'est.

--Oui, mon frère, c'est là que nous les avons laissées, en partant
pour combattre les Yak, répondit-il d'un ton méprisant, car il croyait
Dubreuil Uskimé d'origine.

--Pourquoi les avez-vous laissées là?

--Imagines-tu que nous menions les femmes à la guerre? répartit-il avec
dédain. Le saumon fraie maintenant aux pieds des Cascades. Nous y avons
conduit nos squaws pour le prendre, tandis que nous les protégions en
nous jetant en avant. Regarde! on aperçoit leurs wigwams à la pointe de
l'île.

Dubreuil leva la tête et découvrit effectivement, à un mille du canot,
une île verdoyante, émergeant du sein du fleuve, et dont les bords
étaient pittoresquement dentelés de tentes coniques, sur lesquelles
s'ébattaient les premiers rayons du soleil naissant.

Le tableau, à cette heure matinale, thésaurisait des charmes tels que
peu d'âmes tendres y eussent pu résister. La nature l'avait diapré de
ses plus riches couleurs. L'émeraude, l'or, l'azur, le rubis, l'argent
rivalisaient de lustre et d'éclat pour en orner tous les plans.
Cependant, le capitaine Dubreuil était insensible à ces poétiques
séductions, lui si amoureux des belles choses! Mais alors son amour pour
Toutou-Mak l'emportait sur tous les autres. En son esprit, en son coeur,
en ses sens, il n'y avait, à ce moment, place que pour elle. Toutes les
forces, toute la vie, pourrais-je dire, du jeune homme s'étaient
accumulées dans ses yeux: ils franchissaient l'espace, perçaient,
déchiraient les rideaux de verdure, cherchaient avidement la jeune
Indienne ou, à son défaut, la tente qu'elle devait habiter. Ah! que le
canot marchait donc avec lenteur! Que ces bateliers étaient mous et
maladroits! Que Dubreuil eût volontiers donné tant de jours de son
existence afin de rapprocher d'autant de minutes le terme de son voyage!
Mais il fallait faire un long circuit, pour éviter un courant d'une
violence inouïe battant la pointe de l'île et se précipitant
furieusement ensuite sur des cataractes qui, du canal méridional,
lançaient au ciel des tourbillons de poussière diamantée.

A la fin, l'embarcation aborda sur une batture, dans le chenal du nord.
Une centaine des femmes étaient accourues à son arrivée; mais Toutou-Mak
n'était point parmi elles. Mille craintes assaillirent le cerveau du
capitaine. L'aspect de ces femmes, demi-nues, qui poussèrent des cris
d'horreur à son aspect, n'était pas propre à le rassurer. Il débarqua,
et les femmes s'enfuirent. Ses compagnons le plaisantaient à l'envoi
de l'effroi qu'il inspirait. Toutefois, ils, rappelèrent les squaws,
causèrent avec elles, et, une à une, en tremblant, elles osèrent revenir
près de l'étranger.

Leur panique dissipée, ces Indiennes importunèrent Dubreuil par
une foule de questions auxquelles il n'entendait rien, et par des
attouchements pour savoir si la blancheur de sa peau n'était, pas le
produit d'une peinture particulière.

Il demanda Toutou-Mak. On lui rit au nez: la fille de Kouckedaoui
n'étant plus connue sous ce nom chez les Boethics. Mais sa belle-mère,
la troisième femme du chef, arriva. C'était une superbe créature à
l'oeil noir expressif, à la physionomie passionnée; elle-avait le teint
d'un beau brun olivâtre, et portait un chapeau en fibres d'écorce. Sa
taille fine, admirablement proportionnée, s'accusait avec élégance, dans
une robe de peau de daim, dont la jupe était enjolivée de dessins faits
de poils de porc-épic. Des mocassins, également ornés, chaussaient ses
pieds.

La vue du capitaine fit sur elle une impression semblable à celle qu'il
avait causée à ses compagnes. Les conducteurs de Dubreuil lui fournirent
quelques explications, elle parut se rassurer et dit au jeune homme, en
idiome esquimau:

--C'est Kouckedaoui qui t'envoie?

--Oui, il m'a envoyé vers sa fille Toutou-Mak; mais je ne la vois pas.

--Ah! tu es l'homme blanc que Toutou-Mak a connu au Succanunga? Elle
n'est plus ici.

--Plus ici? répéta Dubreuil inquiet.

--Non, mon frère, la fille de Kouckedaoui est partie depuis deux nuits.

--Partie! où?... où?

--A Baccaléos, avec un de nos canots chargé de poisson.

--Reviendra-t-elle bientôt, dis, ma soeur? s'écria Guillaume, du ton de
la plus vive contrariété.

--Non, mon frère; elle ne reviendra pas ici maintenant; mais quand
l'expédition de Kouckedaoui sera terminée, nous la rejoindrons tous à
notre village au lac de l'Indien Rouge, dit la jeune femme avec une
voix mélodieuse et sympathique, comme si elle devinait et partageait le
chagrin que ses paroles infligeaient à l'amant de Toutou-Mak.

--Alors, fit l'impatient Dubreuil, je vais partir tout de suite, me
rendre au lac de l'Indien-Rouge.

L'épouse de Kouckedaoui sourit et secoua négativement la tête.



                                 XV

                          LE TERRE-NEUVE


Malachiteche--la Malicieuse, tel était le nom de la troisième épouse de
Kouckedaoui--apprit alors à Dubreuil qu'elle ne pouvait condescendre
à son désir sans l'autorisation du chef, et elle l'engagea à patienter
jusqu'au retour de celui-ci, de qui elle lui demanda des nouvelles
avec une expression d'intérêt assez rare chez les Indiens et dont le
capitaine n'avait pas vu d'exemple chez les flegmatiques Esquimaux.

--Je l'ai laissé, dit-il, en force de corps et d'esprit.

--Ramène-t-il beaucoup de captifs?

--Non, ma soeur; Kouckedaoui ne ramène que quelques femmes. Plus occupé
de me sauver la vie que de poursuivre ses ennemis, il n'a pas fait de
prisonniers.

--Il ramène des femmes, dis-tu?... sont-elles jeunes? fit Malachiteche
en jetant sur Dubreuil un regard scrutateur.


--La plupart portent la neige sur leur tête.

La physionomie de la Malicieuse s'était un peu assombrie, elle se
rasséréna, mais pour se couvrir aussitôt d'un nuage, alors que Guillaume
ajoutait:

--Le chef est bien heureux, car, parmi les captives, il a retrouvé sa
femme.

--Quelle femme? s'écria l'Indienne.

--Celle qu'il avait perdue depuis quinze ans, la mère de Toutou-Mak.

--Shanandithit! Mon frère ne dit-il pas qu'il a retrouvé Shanandithit?
proféra-t-elle avec des efforts impuissants pour réprimer un tremblement
nerveux.

L'altération subite des traits et de la voix de Malachiteche surprit
étrangement Dubreuil.

--Ma soeur ne s'en réjouit-elle point? hasarda-t-il, en attachant ses
regards sur elle.

Mais la Malicieuse poussa un cri aigu, paraissant en proie à un accès de
démence et répétant:

--Kouckedaoui a retrouvé Shanandithit. Malachiteche le savait. Ouaïche
le lui avait appris dans un songe. Malachiteche mourra. Ah! malheureuse!
malheureuse! malheureuse!

Au contraire, les autres squaws, averties de la nouvelle, faisaient
entendre des chants de joie.

Guillaume fut conduit à une tente, ainsi que ses bateliers.

Elle était formée avec de longues perches, écartées d'une vingtaine
de pieds par le bas et réunies par le faite autour d'un cercle étroit.
Cette charpente avait pour couverture des peaux d'orignaux, ornées de
dessins à l'ocre rouge. Un rideau de parchemin tenait lieu de porte.

L'intérieur du wigwam était tapissé de pelleteries. Au centre, trois
grosses pierres composaient le foyer.

Après s'être restauré et reposé, Dubreuil sortit pour examiner le
campement. Mais il ne remarqua d'abord que des enfants, qui prirent la
fuite à son approche, et des chiens d'une espèce magnifique. Ils avaient
au moins quatre pieds de long, non compris la queue soyeuse en panache,
trois de haut, le pelage onduleux noir ou blanc, ou moucheté de ces deux
couleurs. Leur noble tête respirait l'intelligence, quoique le museau,
d'un rouge sanglant, annonçât des instincts cruels. Une poitrine large,
des membres vigoureux donnaient une haute idée de leur force, et leurs
doigts palmés indiquaient qu'ils étaient aussi propres à nager, à
pêcher, qu'à courir et à chasser.

C'était cette belle espèce de chiens qui, sous le nom de Terre-Neuve, a
été introduite en Europe depuis un siècle et y a rendu tant de services.
Il serait même à souhaiter qu'elle y fût multipliée. «Nous n'en voyons
aucun individu sur les bords de la mer, de nos grandes rivières, de
nos lacs et de nos étangs, où cependant, chaque année, il périt tant
d'enfants et de bateaux, les secours ordinaires y étant toujours
tardifs et souvent impossibles», dit judicieusement l'auteur du _Nouveau
Dictionnaire classique d'histoire naturelle_[28].

[Note 28: Ce même auteur pense que le chien de Terre-Neuve est le
«produit d'un dogue anglais» (à poil ras!) «et d'une louve indigène» (à
poil court et rude!). Quelle erreur! «L'on assure, ajoute-t-il, qu'il
n'existait point lors des premiers établissements de l'Europe moderne!»
Autre erreur, non moins grossière. L'espèce canine a, de toute mémoire,
été nombreuse en Amérique, où elle pullule depuis l'Océan glacial
jusqu'au Pacifique, et depuis l'Atlantique jusqu'au cercle polaire. Les
premiers explorateurs européens l'y ont trouvée, et le terre-neuve n'est
et ne peut être considéré que comme une variété du chien esquimau.

«Le terre-neuve, écrit John Mac-Gregor, dans sa _British America_, est
un animal célèbre et utile bien connu. Ces chiens sont remarquablement
dociles et obéissants à leurs maîtres; ils rendent de grands services
dans tous les établissements de pêcherie; on les attelé par paire et on
les emploie à charrier les provisions de combustible pour l'hiver. Ils
se montrent doux, fidèles, caressants, amis sincères de l'homme; au
commandement ils sauteront du plus haut précipice dans l'eau et par le
temps le plus froid. Leur voracité est remarquable, mais ils peuvent
endurer (comme les aborigènes du pays) la faim pendant un espace de
temps considérable. On les nourrit ordinairement avec les rebuts du
poisson salé. _La race véritable est devenue rare; on la rencontre
difficilement_. Ils atteignent à une taille supérieure à celle d'un
mâtin anglais, ont une fourrure épaisse, fine, et de couleur variée;
mais la noire, qui est la plus recherchée, domine. Le chien, à poil
soyeux et court, si admiré en Angleterre comme chien de Terre-Neuve,
quoiqu'il soit un animal utile et sagace, hardi et fort amoureux de
l'eau, est un croisé. Il semble cependant avoir hérité de toute les
qualités de l'espèce véritable. Convenablement domestiqué et éduqué,
un chien de Terre-Neuve défendra son maître, grognera quand une autre
personne parlera durement à celui-ci, et ne l'abandonnera jamais dans
le danger. A l'état sauvage, cet animal chasse en meute. Alors, il est
féroce et semblable au loup par ses habitudes. Il aime beaucoup les
enfants et s'attache aux membres de la maison à laquelle il appartient.
Mais il nourrit souvent une forte antipathie pour un étranger ou ceux
qui, en badinant, lui lancent des bâtons ou des pierres. Il n'attaquera
pas un chien de taille inférieure, ne se battra pas avec lui; mais
il gronde après les roquets hargneux et les jette de côté. Les chats
peuvent jouer avec lui, et même se coucher et dormir sur son dos. Mais
il est l'ennemi des moutons et n'hésite jamais à les tuer, pour en
boira le sang, non pour les manger. Quand il a faim, il ne se fera
aucun scrupule de dérober une volaille, un saumon, un morceau de viande.
Cependant, il gardera une carcasse de boeuf ou de mouton appartenant à
son maître, en éloignera les autres chiens et n'y touchera jamais.

»Les terre-neuve se battent courageusement avec les chiens de leur
taille et de leur force. Ils s'élanceront aussitôt dans un combat
d'autres chiens pour rétablir la paix. Ces animaux sont vraiment si
sagaces qu'il ne leur manque que la parole pour se faire tout à fait
comprendre, et ils sont susceptibles d'être dressés aux exercices
auxquels sont employées presque toutes les autres variété» de l'espèce
canine.»]

Ces superbes animaux commencèrent à gronder à la vue de l'étranger.

Sans s'effrayer de leur démonstration hostile, Dubreuil s'avança vers
eux et caressa les moins farouches.

L'un avait au cou un collier en peau de renne, agrémenté de broderies,
dans lequel le capitaine reconnut, avec une joie d'enfant ou d'amoureux,
une ceinture qu'il avait jadis aperçue à la taille de Toutou-Mak.

Ce devait être le favori de la jeune fille; aussi fut-il choyé à rendre
jaloux tout le reste de la meute. Le chien paraissait heureux et fier
de ces marques de prédilection. Il regardait affectueusement le jeune
homme, se courbait avec volupté sous la main qui lissait ses longs poils
frisés, gambadait, jappait, agitait doucement sa queue, appuyait
son ventre sur le sol, et se traînait à petits pas vers Dubreuil, en
sollicitant, des yeux et de la tête, de nouvelles flatteries, qui lui
étaient aussitôt prodiguées sans marchander.

Tout de suite, Guillaume le baptisa Dieppe, du nom de sa ville natale.

Au bout d'un quart d'heure de ces jeux, Dieppe répondait à son appel.

Dubreuil, suivi de l'animal, continua sa promenade vers la branche
méridionale de la rivière.

Il faisait un temps délicieux. Au ciel, d'un bleu azuré, folâtraient
quelques petits nuages cotonneux, et le soleil, resplendissant dans
la céleste coupole, plaquait d'or les larges battures arénacées de
la Kitchi-Nebi-Ponsekin, dont les vagues écumeuses, bouillonnantes,
étincelaient de feux éblouissants sur les rochers auxquels se brisait
leur aveugle colère.

Là commencent les cascades. Sorte de herses en granit, elles s'étendent
dans toute la largeur du fleuve et descendent, à travers mille écueils,
mille pointes acérées, à plus d'une lieue vers son embouchure. Tantôt
elles se présentent sous forme de récif nu, tantôt sous forme d'îlot où
verdoient des plantes aquatiques, un pin isolé, à moitié déraciné, en
haut duquel le martin-pêcheur lance sa note stridente qui, comme un coup
de sifflet dans un concert, perce le grondement harmonieux des eaux;
et tantôt elles offrent l'aspect de dalles de marbre poli, du sommet
desquelles la nappe liquide se précipite à cinquante ou soixante pieds
de profondeur, en soulevant des nuages irisés, semblables à des trombes
de poussière de rubis. A quelques pouces du gouffre, ainsi que par
magie, cesse l'impétuosité des eaux. Elles s'écoulent limpides, sur
un plateau grisâtre. On croirait les voir s'échapper de la source
originelle. N'était le fracas assourdissant de la cataracte voisine,
vous entendriez leur chant cristallin. Mais avancez un peu: le
courant se resserre; de nouveau il se hérisse; il se débat, se tord en
convulsions, se lamente aux angles des rochers. Quelquefois, vous le
verrez jaillir avec rage contre une arête, s'élever en colonnes de
vapeur qui, telle qu'une pluie continue, arrose incessamment les rives
abruptes du fleuve, et quelquefois il s'évase, allonge ses plis et ses
replis, les courbe par un immense et vertigineux mouvement rotatoire,
s'enroule sur lui-même, tourne en rétrécissant progressivement et
méthodiquement les spirales, et tout d'un coup plonge, disparaît, se
perd dans un trou béant, au centre de ses girations. C'est un pas de
vis, un cylindre fluide, mais plus terrible cent fois qu'un cylindre
d'acier, car s'il broie impitoyablement ce qu'il saisit, celui-ci en
rend les débris, l'autre, rien! il étouffe, il absorbe sa proie tout
entière! Et pourtant, au-delà, baisant le cercle le plus excentrique
de l'effroyable siphon, l'onde se remet à glisser avec une placidité
charmante, qui invite à se bercer, à s'endormir dans son sein! Gaiement
elle s'enfuit ainsi, jusqu'à ce qu'elle se heurte, se plaigne encore à
d'autres brisants, roule en d'autres abîmes et finisse par reprendre
son cours régulier, au pied d'une chute considérable derrière l'île des
Grandes-Cascades.

Au point où confluent les deux branches de la Kitchi-Nebi-Ponsekin, les
Esquimaux possédaient un établissement de pêche pour le saumon, lequel
quitte la mer et remonte les grands fleuves pour frayer vers le milieu
de juin.

Cette pêcherie leur était vivement disputée par les Indiens Rouges, qui
les en chassaient souvent par la force des armes et s'approvisionnaient
de poisson à leurs dépens.

En longeant le bord du fleuve, le capitaine Dubreuil arriva à
l'établissement. Les femmes du camp s'y trouvaient toutes réunies. Les
unes appendaient, pour les faire sécher, des saumons à de vastes hangars
en branches de cèdre; d'autres en boucanaient à la fumée, sur des claies
supportées par des pieux, au-dessous desquelles se consumaient lentement
des rameaux de pins aromatiques. Un plus grand nombre attrapait le
poisson, à l'aide de vastes mannes en osier tendues au milieu même de la
cataracte. Ces mannes ressemblaient, proportions gardées, à nos nasses.
On les assujettissait à des pointes de rocher, pour les lever quand on
les jugeait pleines de saumons. Chacune pouvait contenir une centaine
de ces poissons, dont les essaims compactes donnaient à la rivière
l'apparence d'un champ de nacre de perle.

Ils affluaient vers la chute, les gros, les femelles en avant, les mâles
à la suite, les jeunes à l'arrière-garde, tous cherchant à surmonter
l'obstacle, quoiqu'il eût bien cinquante pieds d'élévation. On
les voyait bondir, s'appuyer aux pierres, ramasser sous leur corps
l'extrémité de leur queue, en faire une espèce de ressort, débander tout
d'un coup l'arc ainsi formé, frapper l'eau vigoureusement et franchir la
cataracte par une série de sauts successifs.

Entraînés par le flot ou repoussés par les pêcheuses munies de
longues perches, ceux qui manquaient leur coup,--et c'était la
majorité,--retombaient dans les filets disposés à cet effet.[29]

[Note 29: Les sauvages de la Colombie usent d'un même procédé pour
pêcher le saumon.--Voir les Nez-Percés et la Tête-Plate, première partie
des DRAMES DE L'AMÉRIQUE du NORD.]

Dubreuil s'amusa longtemps à suivre des yeux le travail des
Indiennes, qui déployaient dans leur tâche une activité et une adresse
surprenantes.

Vers midi, il déjeuna avec elles. Le menu se composait exclusivement
de saumon rôti au feu et d'oeufs de ce poisson confectionnés en gâteau.
Pour faire ce gâteau, les oeufs sont broyés entre deux pierres plates et
trempés à l'eau. On les recueille ensuite, on les presse avec les doigts
dans une poignée d'herbes et on les jette dans un vase rempli d'eau, où
on les cuit avec des cailloux chauds plongés dans ce vase, en ayant
soin de remuer la pâte pour qu'elle ne s'attache pas au fond. Cette pâte
parvenue à l'état de consistance désiré, on en fait une galette, qui
se mange sèche ou trempée dans l'huile de phoque. Les Indiens la
considèrent comme un grand régal.

Pendant le repas, une des Boethiques demanda en mauvais esquimau à
Dubreuil s'il était vrai que Kouckedaoui eût retrouvé Shanandithit.

--Oui, dit-il.

--La ramène-t-il avec lui? continua la questionneuse.

--Sans doute.

--Ah! la pauvre Malachiteche! s'écria-t-elle avec un geste de
compassion.

Et les autres squaws, à qui elle avait traduit les réponses de l'homme
blanc, répétèrent après elle:

--Ah! la pauvre Malachiteche!

Curieux de connaître la cause de leurs gémissements, Dubreuil dit a son
interlocutrice:

--Pourquoi plaignez-vous Malachiteche? Est-ce que les Indiens-Rouges
n'ont pas pour habitude de prendre plusieurs femmes?

--Assurément. Mais elle est perdue...

--Ma soeur veut-elle s'expliquer?

--Malachiteche n'a point d'enfants, et Kouckedaoui la répudiera.

--Je ne pense pas. Cette femme est jeune, belle. Elle exercera, ce me
semble, plus d'empire sur le chef que Shanandithit.

--Mon frère se trompe. Il ne connaît pas le coeur de Kouckedaoui,
repartit l'Indienne, en secouant la tête d'un air convaincu de
l'exactitude de ce qu'elle avançait.

--Dans quel but la répudierait-il? fit Dubreuil: Shanandithit
serait-elle jalouse?--Certes, elle n'en aurait pas tout à fait le droit,
ajouta-t-il intérieurement.

Et, songeant aux nombreux accrocs que la première épouse du chef avait
dû faire à la fidélité conjugale, durant sa vie passablement risquée, le
capitaine se mit à sourire.

--Shanandithit n'est pas jalouse, mais Kouckedaoui a déclaré que s'il
avait le bonheur de la posséder encore, il ne voudrait plus qu'elle
pour épouse, à moins qu'une autre femme ne lui eût donné un fils, et
Kouckedaoui tiendra sa parole.

La cause du désespoir de Malachiteche, en apprenant le retour de
Shanandithit, était maintenant assez évidente et assez plausible.

Dubreuil retourna rêveur à sa tente. Il ne pouvait s'empêcher de
déplorer le sort de la belle sauvagesse, que les préjugés de sa race
condamnaient désormais au déshonneur.

Huit jours s'écoulèrent, sans ramener les Indiens-Rouges, et sans que le
capitaine revît Malachiteche.

Elle restait enfermée dans sa tente, n'y voulant admettre personne,
et l'on disait, au camp, que la pauvre femme ne prenait plus aucune
nourriture.

Enfin, un messager annonça l'approche des Boethics, qui débarquèrent
effectivement, le lendemain, sur l'île des Grandes-Cascades.

Toutes les femmes, parées de leurs plus beaux atours, allèrent, sur la
grève les recevoir:--toutes, à l'exception de Malachiteche. Vêtue
aussi de ses plus riches pelleteries, de ses magnifiques bracelets de
coquillages, et d'un collier de rassade (verroterie), présent de noces
de son mari, à qui des blancs t'avaient échangé contre des fourrures, la
jeune femme attendit devant sa tente la venue de Kouckedaoui.

En ce peu de temps, ses traits avaient subi une altération profonde.
Ses joues, si fraîches naguère, étaient pâles, creuses, ses yeux caves,
cernés d'un cercle noir, sa figure émaciée, allongée; sa taille s'était
inclinée comme s'incline la fleur sous la tempête; tout en la pauvre
affligée exprimait la souffrance morale et physique portée à son point
extrême.

Ses yeux ne quittaient pas le rivage opposé à celui où les guerriers
avaient atterri. Ils contemplaient avec une passion fiévreuse les
cataractes mugissantes, et un léger canot, qui se balançait à une portée
de flèche en amont.

Cependant, les acclamations, les cris d'allégresse retentissaient au
lieu du débarquement.

Kouckedaoui se dirigea immédiatement vers sa tente, suivi de Triuniak,
de Shanandithit, et de Dubreuil accouru à sa rencontre. Une nombreuse
troupe d'hommes et de femmes les accompagnait, en remplissant l'air de
leurs chants de triomphe.

Seul le chef était triste. Un nuage couvrait son front.

Toutefois, il marcha d'un pas ferme à Malachiteche, et lui toucha
l'épaule.

La jeune squaw se retourna. Elle avait les paupières humides de larmes.

--Ah! je sais, dit-elle d'une voix entrecoupée et en baissant la tête.

--Malachiteche, tu fus ma femme, tu ne l'es plus, prononça Kouckedaoui
d'un ton brusque.

--Pourquoi mon mari la renvoie-t-il? intervint Shanandithit. Je le prie
de la garder. L'en aimerons-nous moins parce que nous serons deux? Non,
au contraire. Il sera mieux soigné, son festin sera plus tôt prêt, et
jamais sa couche ne sera solitaire.

--Malachiteche n'est plus ma femme! dit froidement le chef.

--Mon maître, je t'en supplie, ne me chasse pas! implora-t-elle.

--Non, ma soeur, non, il ne te renverra point, s'écria la généreuse
Shanandithit en se jetant dans les bras de Malachiteche.

Kouckedaoui fronça le sourcil.

--Que cette femme parte! qu'elle quitte la tribu! J'ai promis au
Grand-Esprit de n'avoir d'autre épouse que Shanandithit, s'il me la
rendait et que je n'eusse point d'enfant mâle de ma troisième femme. Le
Grand-Esprit a entendu ma voix. Je n'offrirai pas un honteux spectacle
en montrant que Kouckedaoui a une double langue. Que Malachiteche
s'éloigne! Ma volonté le commande.

Shanandithit voulut encore intercéder, mais il lui ferma durement la
bouche par ces mots:

--Femme, es-tu revenue ici pour discuter les ordres de ton époux?

--Ah! s'écria Malachiteche d'une voix vibrante, Manitou me l'a vit
prédit. Que ma destinée s'accomplisse!

Et, d'un bond, avant qu'on eût pu deviner ce qu'elle allait faire, la
jeune femme s'élança dans le canot, qu'elle poussa du rivage vers les
terribles chutes.

Impossible de s'opposer à son funeste dessein. Il n'y avait pas d'autre
embarcation sur ce bord du fleuve, le courant était irrésistible, et les
cataractes à deux cents pas à peine.

Debout dans le canot, le dos tourné au gouffre, la Malicieuse se mit
à chanter d'un ton mélancolique, en fixant ses yeux sombres sur
Kouckedaoui:

«Une nuée a couvert mes jours. Mes joies se sont changées en chagrins.

»La vie m'est devenue un fardeau trop lourd à porter, il ne me reste
plus qu'a mourir.

»Le Grand-Esprit m'appelle; j'entends sa voix dans les eaux rugissantes.
Bientôt, bientôt, elles se refermeront sur ma tête, et mon chant n'aura
plus d'écho.

»Tourne ici tes regards, chef orgueilleux. Tu es intrépide au combat, et
tous font silence quand tu parles dans les conseils. De près tu as vu la
mort, et tu n'as pas eu peur.

»Tu as bravé le couteau et la hache, et le trait de ton ennemi a passé
près de toi sans te faire trembler.

»Tu as vu tomber le guerrier. Tu l'as entendu prononcer des paroles
amères en exhalant son dernier soupir.

»Tu l'as vu scalper, encore vivant, par son ennemi, brûler à petit feu
sans proférer une plainte.

»Mais l'as-tu jamais vu oser plus que ce que va faire une femme?

»On vante beaucoup tes exploits. Vieux et jeunes répètent tes louanges.
Tu es l'étoile qu'admirent les jeunes gens, et ton nom résonnera
longtemps sur la terre.

»Mais, en racontant tes prouesses, les hommes diront: «Il a aussi tué sa
femme!» La honte jaillira sur ta mémoire.

»Un jour, pendant ton sommeil, une bête féroce allait t'égorger, je
l'ai mise à mort. J'ai récolté pour toi les fruits des forêts, je t'ai
fabriqué des vêtements et des mocassins.

»Quand tu as eu faim, je t'ai donné à manger, et quand tu as eu soif, je
t'ai apporté de l'eau fraîche.

»Si tu m'as commandé quelque chose, ne t'ai-je pas obéi sans murmurer?
Kouckedaoui, qu'as-tu à me reprocher?

»Je n'ai point d'enfant. Ah! est-ce là la raison? Kouckedaoui, tu es
ingrat. Mais, va, j'aime mieux mourir... même que de vivre sous ta
tente, avec une femme que tu me préférerais...»

La voix, qui avait été en s'affaiblissant par degrés, s'éteignit
entièrement dans le fracas des eaux.

Les Boethics, hommes et femmes, demeuraient impassibles sur la rive.

Mais le bouillant, l'imprudent Dubreuil n'avait pu assister avec
indifférence à ce suicide affreux. Sans réfléchir, sans calculer
le danger, il s'était jeté dans le fleuve et nageait vers le canot,
c'est-à-dire vers l'abîme!



                                 XVI

                         MORT DE KOUCKEDAOUI


Essayer de sauver Malachiteche, c'était folie! Les Indiens-Rouges
le savaient bien. Tous jugeaient Dubreuil un homme perdu. Cependant
Kouckedaoui, qui l'avait pris en une sincère affection, voulut voler à
son secours. Shanandithit se cramponna à lui et l'en empêcha, malgré les
efforts du chef pour se débarrasser de son étreinte, mais il y avait
là un homme que rien, rien que la paralysie complète de ses membres,
n'aurait pu arrêter en cette circonstance. Triuniak se précipita dans le
fleuve.

Dubreuil approchait déjà du canot, et en même temps, il approchait du
gouffre. Le Groënlandais nagea à lui de toutes ses forces. Par malheur,
il avait manqué le fil de l'eau qui l'emportait, par un remous, à
droite, tandis que le capitaine et l'embarcation étaient entraînés à
gauche.

Toute l'habileté de l'Indien tendait à couper obliquement l'intervalle
qui le séparait de son ami, mais il était à craindre que, dans le
trajet--si court qu'il fût--Triuniak ne fût pousse au-delà de son but,
et n'arrivât le premier dans l'abîme.

Spectacle pantelant d'émotion!

Les Boethics, cloués au rivage, le contemplaient toujours avec un flegme
profond, quand un quatrième acteur se jeta, à son tour, sur le théâtre
du drame:--Dieppe, le chien de Terre-Neuve, devenu le compagnon dévoué
du Français.

Ces péripéties diverses s'étaient jouées en une minute à peine, tandis
que Malachiteche chantait son chant de mort.

Guillaume atteint le canot, il allonge le bras pour le saisir; les
rapides sont tout près, à quelques brasses au plus! Mais la Malicieuse,
dont la voix est couverte par le mugissement de la cataracte, la
Malicieuse se baisse, ramasse une pagaie et repousse le libérateur, en
lui imprimant le bout de cette pagaie sur l'épaule, et en doublant, par
cet acte même, la célérité de l'esquif qui disparut presque aussitôt à
travers un tourbillon d'écume.

C'en est fait. Plus de remède. Perdue, l'infortunée!

Dubreuil s'est retourné, pour remonter, gagner la rive. Plus puissante
que lui, la vague qui bat sa poitrine, fouette son visage. Va-t-il
succomber aussi? Sa bravoure, sa généreuse ardeur, les paiera-t-il de la
vie? Guillaume sent que sa vigueur l'abandonne. Le désespoir entre en
son âme. Du rivage, on le hèle, on l'encourage. Que sont ces faibles
voix! elles se noient dans les formidables grondements de la chute. Mais
voici une aide, un ami! en voici deux! Au moment de fermer les yeux pour
s'abandonner au flot, Dubreuil les a remarqués. Il se ranime, s'accroche
d'une main aux longues soies du chien qui lui lance un regard
d'intelligence, pivote sur lui-même et refoule le courant en se
dirigeant par une ligne diagonale vers le rivage.

Triuniak avait aussi fait une évolution pour prêter son assistance au
capitaine, mais ses forces le trahirent; repoussé par le remous dans
lequel il s'était engagé, il fut en un clin d'oeil charrié sur les
récifs, au moment même où Dubreuil venait de l'apercevoir.

Le Groënlandais est enveloppé dans le linceul liquide, tandis que, plus
heureux, Guillaume arrive à la grève, remorqué par son chien fidèle.

Il était épuisé, Kouckedaoui le porta dans sa tente, où il le changea de
vêtements et lui fit avaler quelques cuillerées de bouillon de saumon.

--Où est Triuniak s'écria Guillaume, dès qu'il fut un peu remis de ses
fatigues.

--Mon coeur est lourd, Innuit-Ili, répondit le chef en inclinant la tête
sur sa poitrine.

--Que vas-tu m'apprendre? dit Dubreuil inquiet.

--Triuniak était un brave. Je l'aurais aimé comme mon frère, répondit
Kouckedaoui.

--Il est donc...

La voix expira sur les lèvres du capitaine; mais son regard compléta
douloureusement sa question.

--Quoi! reprit soudain Guillaume avec amertume, pas Un de vous ne s'est
risqué pour aller à son secours!

--Les Boethics sont vaillants au combat, adroits à la chasse, habiles
à la pêche, mais ils ne sont pas téméraires, répliqua Kouckedaoui, d'un
ton piqué.

--Ah! s'écria Dubreuil, en caressant le terre-neuve qui lui léchait les
mains, ah! je ne puis cependant croire que Triuniak ait péri. Il nage
mieux qu'un phoque. Je veux examiner le lieu de l'accident. Peut-être
retrouverai-je son corps.

--Non, dit l'Indien: ce que prend la chute, elle ne le rend jamais.

--M'accompagnes-tu? demanda le Français.

--Je t'accompagnerai, Innuit-Ili; mais nous ferons une course inutile.

Dubreuil siffla son chien, et ils sortirent.

Comme ils laissaient retomber le rideau de la tente, une femme se
présenta à eux tout essoufflée.

--Le Yak a échappé!... il a échappé! criait-elle d'une voix haletante.

--Que veut cette pie babillarde? fit Kouckedaoui, en écartant la squaw.

Mais d'autres Indiennes arrivaient sur ses pas. Elles racontèrent que,
s'étant rendues à la tête de la cataracte pour contempler plus à leur
aise l'engloutissement de la malheureuse Malachiteche, elles avaient
vu Triuniak se débattre dans les rapides et s'accrocher à un rocher sur
lequel il se tenait sans pouvoir bouger.

A l'audition de cette nouvelle, Dubreuil et Kouckedaoui s'élancèrent
vers la côte. Parvenus au sommet, devant la première rangée d'écueils,
ils distinguèrent effectivement le Groënlandais sur un récif que des
vagues battaient de partout, à coups redoublés.

Avec ses bras, avec ses jambes, il enlaçait fiévreusement la roche,
recevant à chaque seconde d'énormes paquets d'eau qui le submergeaient
des pieds à la tête et menaçaient de l'étouffer ou de l'emporter. Sa
position ne laissait guère d'espoir, car il était aussi impossible
d'envoyer un canot qu'un homme pour le délivrer. Devant lui, une chute
de trente pieds, tout autour des vagues courroucées qui se disputaient
avec acharnement son corps.

--Ah! il est perdu! murmura Dubreuil.

--Non, s'il peut nous apercevoir, dit Kouckedaoui.

Et se tournant vers une troupe d'individus qui les avait suivis:

--Criez haut, leur ordonna-t-il.

Les Boethics tirèrent de leur gosier une série de notes suraiguës, qui,
en toute autre place, eussent déchiré les oreilles des auditeurs, mais
ne dominèrent pas sensiblement alors le fracas des eaux.

Par bonheur, toutefois, l'attention de Triuniak en fut éveillée.

Il leva les yeux vers le rivage, distant de lui de quinze à vingt
brasses.

Va me chercher mon grand arc et la corde de mon harpon à baleine, dit
Kouckedaoui à son plus proche voisin.

Un des Boethics se détacha de la foule des spectateurs et revint, au
bout de quelques moments, avec les objets demandés.

L'arc était une arme de siège, aux proportions colossales.

Un frêne, garni de nerfs d'animaux sauvages pour augmenter sa force et
son élasticité, en formait le bois, et la corde avait été tressée avec
des barbes de baleine. Il fallut six hommes pour bander ce gigantesque
instrument.[30]

[Note 30: Recherches sur les antiquités de l'Amérique, par D.-B.
WARDEN.]

Quand il fut prêt, Kouckedaoui prit une flèche, y attacha la corde
qu'on lui avait apportée, et fit à Triuniak un signe que le Groënlandais
comprit sans doute, car il lâcha un moment le rocher du bras droit, et
agita ce bras en l'air, pour montrer qu'il en pouvait disposer.

La longue et forte ligne, en filaments d'écorce et tendons de bêtes
fauves, fut convenablement levée sur le sol, Kouckedaoui ajusta sa
flèche et la décocha.

Dirigé par une main sûre, le trait alla tomber à quelques pieds derrière
Triuniak, en entraînant la corde, que les flots chassèrent aussitôt
contre le Groënlandais.

--Il est sauvé! s'écria Dubreuil, enchanté de la réussite de cet
expédient, auquel il n'aurait probablement pas songé.

--Mon frère a trop de feu dans le sang, fit le chef indien de son ton
froidement railleur.

--Eh! repartit Guillaume avec vivacité, ce que je ressens, joie ou
douleur, je le montre!

--Mauvais! mauvais! marmotta le sauvage, en roulant à son poignet
l'extrémité de la ligne.

Triuniak s'était attaché l'autre extrémité autour de la ceinture, et de
la flèche s'était fait une pique.

Kouckedaoui lui adressa un nouveau signal, puis il commença à remonter
lentement le fleuve, suivi de Dubreuil et de quelques hommes pour le
seconder, s'il était besoin. Le câble se tendit. Triuniak planta sa
pique au fond de l'eau qui n'avait, sur les rapides, qu'une demi-toise
environ de hauteur. Ensuite, il quitta la dangereuse attitude qu'il
occupait contre le rocher; et, se soutenant à la pique, s'avança de
profil, contre le courant, en lui offrant le moins de prise possible. A
cet endroit, la surface réelle de la rivière atteignait tout au plus
à sa poitrine. Mais telle était la violence des vagues, qu'elles
bondissaient, à chaque instant, par-dessus sa tête, sans lui laisser le
temps de respirer. Si le passage eût été long, il ne s'en serait jamais
tiré vivant. Mais il n'avait qu'une vingtaine de pieds, après quoi l'eau
redevenait profonde, on laissait les brisants derrière soi, et il n'y
avait plus qu'à lutter contre un courant puissant, mais calme, pour
gagner la plage.

Sorti de ce mortel défilé, Triuniak était hors de péril. Il se mit à
nager, et, avec la corde, il fut halé sur la grève. Quelques minutes de
plus, et l'on n'aurait ramené qu'un cadavre, car le pauvre homme, à bout
de forces, avait le corps labouré des blessures qu'il s'était faites en
se cramponnant aux angles du rocher.

On le transporta dans une tente, où Dubreuil pansa ses plaies et lui
donna tous les soins que réclamait sa pitoyable condition, pendant
que les Indiens-Rouges se reposaient, par un brillant assaut de
gloutonnerie, des fatigues ou des émotions que leur avait produites
cette mémorable matinée.

Sur le soir, le bouhinne des Boethics vint avec Kouckedaoui visiter le
malade.

--Mon frère, dit le chef, servant d'introducteur et d'interprète au
premier, voici notre médecin qui te guérira.

--Je n'ai aucun présent à lui faire, répondit Triuniak.

--Moi, je lui donnerai pour toi ce qu'il demandera.

--Mon frère, tu es bon.

--Où sens-tu le mal? continua Kouckedaoui.

Triuniak montra son côté. Le bouhinne alors s'approcha du malade en
psalmodiant et en faisant des grimaces et des contorsions. Il souffla à
plusieurs reprises sur la partie affectée, recula, et ficha en terre un
bâton auquel pendait une cordelette, avec un noeud coulant dans lequel
il passa sa tête, comme s'il se voulait étrangler.

Les grimaces, les contorsions, les incantations recommencèrent de plus
belle, le jongleur, écumant et tout en eau, s'écria:

--L'Esprit malin est descendu! je le tiens!

Kouckedaoui s'empressa de traduire ces paroles à Triuniak.

--Oui, j'ai surpris Tchougis! il est là, enchaîné, poursuivit le
magicien en montrant sa corde.

Et il donna l'ordre de faire entrer les Boethics qui entouraient la
tente et attendaient avec anxiété le résultat de l'opération.

Ils accoururent en foule. Le sorcier coupa un bout de sa corde,
déclarant que c'était le diable en personne. On se serait bien gardé de
le contredire. Il jeta dans le feu le morceau de corde et annonça que
Triuniak guérirait. Chacun des assistants fit alors des offrandes au
bouhinne pour lui témoigner sa reconnaissance. Cependant, avant de se
retirer, il étala les amulettes qui emplissaient son sac à médecine,
parut les consulter très-sérieusement et ordonna au patient un bain de
vapeur.

Le contenu de ce sac à médecine excita la curiosité de Dubreuil, qui
avait remarqué que ceux des angekkok groënlandais ne renfermaient
généralement que des griffes d'oiseaux et des dents de requin.

En voici l'inventaire:

1º Une pierre noire de la grosseur d'une noix, placée dans une boîte que
le bouhinne appelait la maison de son Tchougis.

2º Une feuille d'écorce roulée, représentant une figure hideuse,
dessinée au moyen de petits coquillages,--le portrait du Maître Diable.

3º Un arc d'un pied de longueur, avec une corde en poil de porc-épic.

(Dubreuil apprit plus tard que c'est de cet arc fatal que les jongleurs
boethics se servent pour faire mourir les enfants dans le sein de leur
mère!)

4º Une deuxième bande d'écorce, enveloppée d'une peau délicate et fort
mince, sur laquelle étaient peints divers animaux.

5º Un bâton, long d'un pied, garni de porc-épic blanc et rouge, au bout
duquel étaient attachées plusieurs courroies.

6º Deux douzaines d'ergots d'orignal, en guise de sonnettes.

7º Un oiseau de bois, destiné à favoriser la chasse.

8º Deux têtes de saumon desséchées, jouissant de la précieuse propriété
de faire abonder le poisson sur les cours d'eau où elles sont exposées.

Jamais fétiches n'inspirèrent plus de vénération à des brahmines que ces
amulettes aux Indiens-Rouges. Quand le bouhinne les eut rentrées dans
leur châsse de peau de caribou, les Boethics prirent Triuniak et le
portèrent à la _cabane aux sueries_.

C'était une tente hermétiquement fermée, dans laquelle on plaça
plusieurs cailloux rougis au feu et de grands vases remplis d'eau. Le
malade devait verser l'eau sur ces pierres et obtenir ainsi la vapeur
nécessaire à la balnéation. On connaît les excellents effets de cette
médication, usitée depuis un temps immémorial dans le nord de l'Asie et
de l'Amérique.

En sortant de la cabane aux sueries, Triuniak courut se plonger dans le
fleuve, et, dès le lendemain, il put accompagner les Indiens-Rouges,
qui avaient levé les tentes, embarqué le poisson, et retournaient à leur
oudenanc (village) de Baccaléos.

La troupe était montée sur une vingtaine de grands canots, dont une
partie, avec les effets de campement et les provisions, conduite par les
femmes.

Kouckedaoui avait installé Dubreuil et Triuniak dans sa propre
embarcation, que décoraient de nombreux et horribles trophées de
guerre:--des chevelures enlevées soit aux Mic-Macs, soit aux Esquimaux.

Le troisième jour après leur départ de l'île des Grandes-Cascades, les
Indiens-Rouges établirent des mâts dans leurs chimans, et y fixèrent
de petites voiles triangulaires en parchemin. Une pagaie, godillée à
l'arrière, tenait lieu de gouvernail.

La flottille allait doubler le cap qui commande l'embouchure du fleuve,
dans le bras de mer que nous nommons aujourd'hui détroit de Belle-Isle.
Ces parages, constellés d'îlots, de rochers à fleur d'eau et de bancs de
sable, offrent beaucoup de dangers à la navigation.

On y arriva dans la soirée, et Kouckedaoui se proposait de camper sur
quelque îlot, dès que le soleil serait couché, pour traverser le détroit
de bonne heure le lendemain. Son canot marchait en tête. Il le pilotait
lui-même, et ses yeux parcouraient rapidement, avidement l'archipel,
aux pittoresques découpures, aux opulentes frondaisons, qui se
déroulait devant eux. Rien cependant ne paraissait propre à inspirer de
l'inquiétude. Le firmament avait cette sérénité, cette profondeur qui,
sous le rigoureux climat de l'Amérique septentrionale, rappellent le
beau ciel d'Italie, la brise, toute parfumée, de senteurs marines,
ronflait gaiement dans les voiles, et l'on n'entendait d'autre bruit
que le frou-frou du canard noir labradorien s'élevant de son nid à
l'approche des canots, ou le gazouillement de la grive, perchée à la
cime d'un arbre, au bord de la mer, et lançant avec extase quelques
sons rares, mais si précis, si harmonieux, dont la symphonie a tant de
rapports avec les sons d'une flûte ou avec le tintement d'une clochette
d'argent![31]

[Note 31: Voyez l'_Ornithologie d'Amérique_, par A. WILSON.]

Dans ce gracieux tableau que nous esquissons faiblement, y avait-il
sujet de répandre sur l'esprit l'ombre d'une crainte? Et pourtant
Kouckedaoui était soucieux. Il ordonna aux autres canots de se grouper
autour du sien et à ses gens d'apprêter leurs armes. C'est qu'en
côtoyant le rivage d'une île, son oeil avait vu ce que l'oeil de
Guillaume n'aurait certainement pas découvert,--la trace du glissement
d'un kaiak sur un banc de sable que la marée avait maintenant recouvert
de dix pieds d'eau; c'est que, dans l'atmosphère qui semblait si pure,
cet oeil de lynx avait encore vu une imperceptible spirale de fumée.

--Mon frère redoute-t-il donc un ennemi? fit Dubreuil en cherchant
vainement ce qui excitait la défiance du chef boethic.

--L'homme doit être comme le renard, toujours veiller, dit
sentencieusement Kouckedaoui.

--Mais quel danger courons-nous ici?

--Le danger, mon frère, est ton plus fidèle compagnon. Ne le quitte
jamais du regard, car lui ne cesse jamais de te guetter.

Et s'adressant à Triuniak, qui respirait l'air comme un chien flairant
une pièce de gibier, il ajouta:

--Mon frère ne fume pas d'habitude?

--Non, dit le Groënlandais.

--Alors mon frère doit plus qu'un autre être sensible à l'odeur du
sema[32].

[Note 32: Tabac.]

--Je sens une odeur acre, mais je ne sais pas ce que c'est que le sema,
repartit Triuniak.

Kouckedaoui prit son calumet, puis la bourse où il serrait son tabac, et
les montra à l'Esquimau.

--Oui, dit celui-ci, l'odeur que je respire est celle de la plante que
tu m'as fait fumer à notre première entrevue.

--Du diable! si je sens d'autre parfum que celui des algues et des
varechs qui tapissent ces bords, pensait Dubreuil.

--Eh bien, reprit Kouckedaoui, cette odeur c'est celle du sema. J'en
ai distingué la fumée, il n'y a qu'un moment. Quoiqu'un fume dans cette
île, à notre-droite. Ce ne peut être un ami, car il se cache, c'est donc
un ennemi.

Comme il achevait cette réflexion avec l'inflexible logique particulière
aux races nomades, une grêle de flèches assaillit la flotte à bâbord.
En même temps, une escadrille de kaiaks et de konés débouquait des îles
situées à tribord.

Aussitôt, par une manoeuvre adroite et très-prompte, les canots des
femmes boethiques vinrent s'embosser au milieu de ceux des hommes, qui
abattirent leurs voiles et présentèrent un double front de bataille.
Ces mouvements furent exécutés au milieu de cris affreux, mais sans
confusion et avec un ordre qui prouvait que les Indiens-Rouges en
avaient la grande habitude. On eût dit que l'archipel avait été
soudainement envahi par une légion échappée de l'enfer.

--Les flèches enflammées! aux flèches enflammées! ordonna Kouckedaoui à
ses gens, qui avaient déjà vaillamment riposté.

Et, pour payer d'exemple, le chef choisit dans le faisceau de ses armes
un trait garni près de la pointe d'une touffe de mousse imbibée d'huile,
puis il battit du briquet avec deux pyrites de fer, alluma cette mèche
et décocha le trait contre un koné à dix pas de lui. Couverte de peaux
grasses, l'embarcation prit feu avant même que ceux qui la montaient
eussent eu le temps d'éteindre la flèche. Les vociférations
redoublèrent. Aux naissantes ombres du crépuscule, la mer ressembla
bientôt à une vaste fournaise, les Indiens-Rouges ayant porté l'incendie
dans l'armée navale de leurs ennemis, et jusque dans l'île d'où était
partie l'attaque.

Le grésillement des matières oléagineuses, le craquement des pins
auxquels la flamme s'élançait en girandoles immenses; les torrents
de fumée montant par épais tourbillons vers le ciel, ces étranges
silhouettes, si fortement accusées, d'un côté d'hommes nus, de l'autre
d'hommes emprisonnés dans des peaux velues qui leur donnaient l'aspect
d'animaux d'une espèce singulière; ces bateaux plus étranges encore,
cette animation, ces clameurs, les gémissements des blessés, le râle des
mourants, et, comme encadrement, cette nature sauvage, illuminée par les
fulgurantes clartés de la conflagration, ressemblaient bien plutôt à une
scène surnaturelle qu'humaine, bien plutôt au cauchemar d'un halluciné
du moyen-âge qu'à une terrestre réalité.

Le canot de Kouckedaoui était au premier rang; le chef, Triuniak
et Dubreuil ne cessaient de lancer des dards et des javelines aux
Esquimaux. Telle était leur ardeur, qu'ils ne firent pas attention à un
petit kaiak qui paraissait chaviré et naturellement poussé vers eux
par le reflux. Il vint ainsi tourner leur proue et, tout d'un coup, se
redressa, comme mu par un ressort.

Surgissant des flots, ainsi qu'un monstre marin, un hideux Uskimé,
faisant corps avec l'esquif, parut armé d'un trait dont il frappa
Kouckedaoui.

--Ah! le traître m'a tué! dit le chef en s'affaissant.

--Nous te vengerons, mon frère! s'écria Triuniak, assénant à l'Esquimau
un coup de hache qui lui fendit le crâne.

--Je meurs, dit Kouckedaoui! mais la victoire est à nous!... Cependant,
faites que ma mort soit ignorée jusqu'à ce que nos ennemis aient pris
la fuite... Innuit-Ili, ne laisse pas enlever ma chevelure par ces
vautours... tu m'entends...

Sa voix s'affaissait de plus en plus.

--Ta main, Innuit-Ili... ajouta-t-il, donne-moi ta main...

--La voici! s'écria Dubreuil, agenouillé près de lui dans le canot.

--Je ne la sens pas... La mort arrive.... mes yeux se brouillent...
Innuit-Ili!...

--Je suis là, mon père, fit le jeune homme d'un ton ému.

--Innuit-Ili, tu ramèneras mon cadavre à l'oudenanc...

--Je te le jure!

--Et... tu épouseras...

Un accès de suffocation lui coupa la parole.

--Tu peux en emporter la conviction! répondit Guillaume, comprenant la
pensée du moribond.

Celui-ci s'agita deux ou trois fois dans un tremblement convulsif, puis,
se levant soudain sur son séant, il s'écria après avoir jeté un regard
sur les Esquimaux en déroute et vivement pressés par les Indiens-Rouges:

--Nous sommes vainqueurs! On dira que Kouckedaoui était un brave
guerrier!

Et son corps retomba comme une masse de plomb dans le canot.



                                 XVII

                              RETROUVÉE


La chute de la nuit ramena les Indiens-Rouges de leur poursuite. Ils
revinrent chargés de prisonniers et de dépouilles hideuses. La mort
de Kouckedaoui changea en lamentations les éclats de leurs voix
triomphantes. Dans l'excès de sa douleur, Shanandithit voulait se
suicider. Ou arrêta sur son sein la javeline meurtrière.

Les Boethics débarquèrent sur une île où ils allumèrent de grands feux,
autant pour sécher et faire boucaner leurs horribles trophées humains,
que pour se chauffer, car le froid était assez vif. Des sentinelles
furent postées tout autour du camp; on attacha les captifs à des
poteaux, sous une bonne garde, et le premier accès de chagrin causé par
la mort du chef s'étant calmé, chacun conta ses récents exploits.
Les sensations des Indiens ont une mobilité égale à leur vivacité. Un
philosophe célèbre l'a justement dit: «ils vivent tout en sensations,
peu en souvenir, point en espérance.» Ils pleurent et rient avec une
égale facilité, sautant de la joie la plus bruyante, à la tristesse la
plus silencieuse, et quoi qu'en aient certains candides partisans de
l'homme à l'état de nature, ils sont, en général, de fieffés hypocrites.

Dubreuil avait déjà eu occasion de faire plus d'une fois cette
observation chez les Groënlandais; mais les Boethics l'emportent de
beaucoup sur ceux-ci en fausseté. Vantards, menteurs, féroces,
ils mettent toutes leurs facultés au service de ces trois vices.
L'ostentation, le désir de briller aux dépens des autres composent le
fond de leur caractère. Aussi fallait-il les entendre renchérir sur
leurs prouesses personnelles durant la lutte et se flatter d'écraser
bientôt, d'annihiler ces «perfides et pusillanimes Esquimaux dont tout
le courage consistait à dresser des embuscades, et qu'ils auraient
scalpés jusqu'au dernier, sans la trop prompte arrivée des ténèbres.»

Leurs discours, leurs chants se prolongèrent fort avant dans la nuit.
Insensiblement toutefois ils cédèrent au sommeil.

Seul, le capitaine Dubreuil ne dormait pas. Les émotions, une affliction
profonde le tenaient éveillé près du cadavre de Kouckedaoui. Comme il
contemplait avec une mélancolie rêveuse le sombre azur du firmament, les
signes précurseurs d'une aurore boréale y firent leur apparition.

Au sud se déploya une immense arcade, blanche comme l'argent poli,
tandis qu'au nord se superposaient plusieurs courbes concentriques,
toutes coupées en deux parties exactement semblables par le plan du
méridien magnétique, et inondant la voûte céleste de torrents de clarté.
A chaque moment, des lueurs brillamment colorées traversaient l'espace
sombre entouré par ces arceaux sur lesquels voltigeait, de côté et
d'autre, une fulguration éblouissante, vacillant dans sa course et
multipliant à l'infini ses zones capricieuses. Peu à peu les rayons
augmentèrent, s'approchèrent du zénith avec un redoublement de
vitesse, et se réunirent en un faisceau de pierreries. Tout d'un coup
l'hémisphère entier on fut sillonné, et, comme le bouquet dans un feu
d'artifice, apparut la _couronne de l'aurore boréale_, spectacle qui
défie toute description. L'intensité de la lumière, le sombre prodigieux
et la volatilité de ces traits de feu, le mélange grandiose de toutes
les couleurs du prisme à leur plus haute magnificence, diapraient le
dais éclatant des cieux et offraient une scène à la fois effrayante,
enchanteresse et sublime. Mais la merveilleuse beauté de cette scène ne
dura qu'une minute. L'émail des tons se dégrada, les rayons cessèrent
leur mouvement latéral et se transformèrent en scintillante irradiation,
avec un pétillement pareil à celui d'une fusée. Malgré la soudaineté de
l'effulgescence, elle fut d'une incomparable splendeur à la dissolution
de l'aurore, qui s'accomplit avec une régularité extraordinaire.

Dubreuil était dans l'extase; il avait remarqué une boule ignée qui
courut apparemment de l'est à l'ouest et réciproquement, avec une telle
rapidité, que ce double trajet n'en sembla faire qu'un, l'un après
l'autre, elle alluma sans doute les divers rayons: ils étaient rangés
dans l'ordre le plus régulier, en sorte que la base des chacun d'eux
composait un cercle croisant le méridien magnétique à angles droits.
Les différents cercles s'élevèrent successivement, de façon que les plus
voisins du zénith paraissaient séparés par un intervalle plus grand que
ceux proches de l'horizon, indice à peu près certain que leur distance
réelle était tout à fait la même.

Ravi par le météore, le plus beau en ce genre qu'il eût jamais
admiré, même au Succanunga, le capitaine Dubreuil avait presque oublié
l'étrangeté de sa situation. Shanandithit, qui veillait à côté de lui
près du corps de son mari, la lui rappela.

--Je suis contente, dit-elle. Le Grand Esprit a éclairé son _spimia
kakoum_ [33] pour recevoir Kouckedaoui. Maintenant j'ai séché mes
larmes. Je puis reposer. Que mon frère fasse comme moi!

[Note 33: Ciel, terre d'en haut.]

Et l'Indienne s'endormit, le coeur allégé par la satisfaction de ses
sentiments superstitieux.

Le lendemain cependant, au point du jour, les cris du désespoir
s'élevèrent de nouveau dans le camp. L'usage le commandait: chacun
hurlait ou gémissait. Le bouhinne trouva même mauvais que Dubreuil ne
suivît pas l'exemple général, il lui reprocha vertement sa froideur.

Mais l'intention d'indisposer les Boethics contre l'étranger était la
cause unique de ce reproche, car, au fond, il n'avait jamais eu grande
affection pour le défunt, à qui il ne pardonnait pas de lui avoir enlevé
l'homme blanc.

Guillaume se moqua des récriminations du sorcier; mais Triuniak
l'engagea à plus de modération, de crainte qu'il ne leur advint malheur.

--Tu as, mon fils, lui dit-il, la promptitude de la flèche qui part
d'un arc. Cela nuit à ton courage. Ici, nous devons nous comporter
avec prudence, parce que nous sommes au milieu de gens cruels qui nous
égorgeraient sur le moindre soupçon. Notre ami et notre défenseur mort,
il faut ruser avec eux si nous voulons arriver sains et saufs à leur
village.

--Ah! s'écria Dubreuil, la ruse, la fausseté ne me conviennent pas.

--Quand on est le moins fort, on tâche d'être le plus habile.

--Où veux-tu en venir? repartit le jeune homme impatienté.

--Fais comme moi. Je ne connais pas et je n'aime pas le Manitou des
Indiens-Rouges, mais, étant avec eux, j'ai l'air de le connaître et de
l'aimer.

Dans mon pays, on dit que quand on est avec les loups il faut hurler
avec eux, reprit Dubreuil en souriant.

--C'est cela, mon fils, et c'est ce que je voudrais te voir pratiquer.

A ce moment, leur entretien fut interrompu par les femmes boethiques,
qui venaient chercher le cadavre de Kouckedaoui pour l'ensevelir. Il fut
lavé dans la mer, peint de couleurs fraîches et placé nu dans une sorte
de cercueil en écorce, fabriqué expressément pour cet usage.

Pendant que leurs squaws vaquaient à ces occupations, les hommes
recueillaient et faisaient fondre de grandes quantités de résine. La
bière et son contenu furent posés gros du feu, et on la remplit de
résine liquide afin de pouvoir conserver le corps jusqu'au jour des
obsèques, qui devaient avoir lieu au village, éloigné de plus de dix
journées.

Inutile de répéter que ces cérémonies s'accomplirent, au milieu des
chants et des gémissements.

Le liquide refroidi, figé, on porta le cercueil dans le canot du chef,
et le bouhinne en voulut chasser Dubreuil.

--Dis-lui que je ne m'en irai pas, ordonna celui-ci à l'homme qui leur
servait d'interprète.

--Non, cède, mon fils, intervint Triuniak.

--Moi, céder à ce charlatan! jamais!

--Je veux que tu sortes, enjoignit le bouhinne.

--Non, je ne sortirai pas.

--Tu nous exposes, dit Triuniak...

--Kouckedaoui m'a commandé avant de mourir de le ramener à l'oudenanc;
je le lui ai promis, je tiendrai ma parole, interrompit Dubreuil d'un
ton ferme.

Ces paroles ayant été traduites au magicien, il se mit en fureur:

--L'homme blanc a la langue crochue; il ment! s'exclama-t-il.

--Ah! je mens! qu'il ose dire encore que je mens! riposta le capitaine
bouillant de colère.

--Du calme, mon fils! disait Triuniak en le retenant; du calme! Ne
vois-tu pas qu'il cherche une excuse, un prétexte pour te frapper?

Dubreuil était trop irrité pour écouter la voix de la raison. La
discussion allait dégénérer en une rixe, qui aurait pu être fatale aux
deux adversaires, quand le chef appelé à succéder au défunt s'interposa.

Il s'avança entre eux et dit:

Kouckedaoui a-t-il confié à Innuit-Ili le soin de son corps?

--Oui, dit Triuniak, j'étais présent, j'ai entendu.

--Quelle valeur a l'affirmation d'un étranger, d'un Yak! fit le bouhinne
d'un air méprisant.

Triuniak reçut l'insulte avec un flegme imperturbable.

--Cette affirmation peut être vraie, et je la crois telle: je sais
combien Kouckedaoui aimait son ami blanc, reprit le jeune chef.

--Oui, elle est vraie, s'écria Shanandithit; j'ai entendu Kouckedaoui
faire la recommandation à Innuit-Ili, car mon canot était proche du
sien.

--La parole de ma soeur est décisive! dit le chef.

--Bien, marmotta le bouhinne entre ses dents, j'abandonne le canot.
Que ce blanc, l'ennemi de notre race, y monte! On ne me verra pas aux
funérailles de Kouckedaoui. Et le courroux du Tchougis s'appesantira sur
les Boethics.

Cela dit, il se retira fièrement et s'embarqua dans son propre chiman.

La flotte remit à la voile. Favorisée par une belle brise nord-est,
elle traversa le détroit en quelques heures, et mouilla dans l'anse aux
Sauvages, sur la côte occidentale de Baccaléos ou Terre-Neuve[34].

[Note 34: Pour la clarté de mon récit, on me permettra de donner
désormais aux localités les noms sous lesquels les désignèrent, un peu
plus tard, les navigateurs européens.--Voyez les cartes de l'île de
Terre-Neuve par Champlain (édition Tross), Charlevoix, J. Mac-Gregor,
Montgomery Martin, Brué, etc.]

Possédant un établissement de pêche au fond de cette anse, les Boethics
y firent escale, pour en charger les produits sur leurs canots.

Comme on ne devait repartir que le jour suivant, Dubreuil résolut
d'explorer le littoral. Il s'éloigna, muni de ses armes et accompagné de
son chien. Le temps était sombre, brumeux. Tout en levant des plans et
en prenant des notes, notre Français s'amusait à tuer des outardes,
si nombreuses en ces parages. Il en avait fait bonne provision et
retournait au camp, lorsque son chien donna tout à coup de la voix et
mit sur pied un renard bleu. Les Indiens rouges, comme les Esquimaux
du sud, faisaient grand cas de la robe de cet animal. Ils la mettaient
au-dessus de toute autre pelleterie.

Quoique la nuit approchât, Dubreuil ne put résister au désir de
poursuivre le renard. Il se jeta donc dans une épaisse futaie
d'épinettes, de platanes et de bouleaux, et s'y enfonça, pour chercher
une éclaircie et y attendre la bête que Dieppe ne manquerait pas de lui
ramener. Il n'en trouva point, et quand il voulut revenir, la chasse
étant partie au loin, il s'aperçut, non sans émoi, qu'il s'était égaré.
Guillaume essaya de s'orienter, par l'examen de la mousse au tronc des
arbres, car la mousse envahit, comme on le sait, les parties exposées
au nord, tandis que celle du sud restent sèches et lisses. Mais ce moyen
même lui fit bientôt défaut; les ténèbres tombèrent avec rapidité et le
forcèrent de suspendre sa marche.

Las, physiquement et moralement, Dubreuil s'assit au pied d'un pin,
résolu d'y demeurer jusqu'à ce que l'apparition des étoiles ou le retour
de Dieppe lui permît de reprendre sa course:--l'un ou l'autre pouvant
lui servir de guide. Mais les étoiles ne se montrèrent pas et Dieppe ne
revint que le lendemain matin, au moment où le capitaine se remettait en
route, harassé par une nuit que le hurlement des loups et le grognement
des ours avaient tout autant troublée que l'inquiétude.

Grâce au chien, il retrouva aisément sa piste. Il accéléra le pas
pour arriver à la pêcherie avant le départ des Boethics; des craintes
sérieuses assiégeaient l'esprit du pauvre jeune homme. Elles ne se
réalisèrent que trop, l'établissement était libre lorsqu'il l'atteignit.

Guillaume Dubreuil fut, un instant, saisi de stupeur: seul, ou plutôt
entouré d'ennemis, sur une terre inconnue, froide, d'une fertilité
médiocre, et sans autres ressources pour se protéger, pour le nourrir,
qu'un arc, quelques flèches et une hache de pierre!

Mais le capitaine avait la trempe de l'acier: son esprit était souple
comme un ressort. Il rebondit bien vite, et Dubreuil examina sa position
avec son sang-froid ordinaire. D'après les informations qu'il avait
recueillies, et d'après ses calculs, l'île pouvait avoir cent cinquante
lieues de long, sur soixante-dix de large, et le lac de l'Indien-Rouge
était, en ligne directe, situé environ au tiers de sa longueur, ou à
une quarantaine de lieues de l'anse aux Sauvages. Le village boethic
s'élevait sur la pointe occidentale de ce lac. S'y rendre n'eût donc pas
été une entreprise bien difficile pour un homme en bateau. Mais
Dubreuil n'en avait pas. Derrière les Indiens il n'était resté aucune
embarcation. Ils avaient tout emmené. Tenter le voyage par terre,
c'était une entreprise hasardeuse. Comment traverser ces bois si
fourrés, ces marais, ces fleuves dont l'île paraissait couverte?

--Restaurons-nous d'abord, et nous réfléchirons ensuite à notre aise,
car estomac creux fait cerveau vide, se dit Dubreuil, en soufflant sur
quelques tisons, provenant des feux que les sauvages avaient allumés la
veille.

Si rien n'est propre à ragaillardir un homme abattu, affamé, comme la
flamme pétillante et aromatique du bois de pin, il est peu de mets qui
le réconfortent et le mettent mieux en belle humeur qu'une bonne oie
grasse, rôtie à la chaleur de cette flamme.

Après avoir apaisé sa faim et reposé ses membres, Dubreuil se leva. Il
avait pris la détermination de suivre à pied le bord de la mer, comme
devant lui offrir plus de ressources pour subsister.

La hauteur et l'escarpement des falaises ne tardèrent pas à modifier
son itinéraire. Il pénétra dans l'intérieur de l'île, passant tantôt à
travers des halliers épais de genévriers, tantôt des marécages ou des
prairies basses, tantôt escaladant des collines, et tantôt franchissant
des rivières à la nage. On ne rencontrait aucun serpent, aucun reptile
venimeux. La chasse pourvoyait abondamment aux besoins du jeune homme;
l'eau ne lui manquait pas. Mais des myriades de moustiques et de
maringouins lui faisaient, jour et nuit, une guerre impitoyable. Ni
la fumée de son camp, ni la graisse dont il s'oignait le corps en se
couchant, ne le mettaient à l'abri de leurs irritantes obsessions. Il
avait le visage et les mains boursouflées de pustules, qui le faisaient
cruellement souffrir.

Un soir, le hardi pionnier avait établi sa hutte sous une haute
montagne porphyritique, de laquelle descendait bruyamment un ruisseau
torrentueux. Au pied, comme une coupe d'émeraude, s'arrondissait un
petit lac, encaissé dans une pelouse du plus beau vert.

Dubreuil s'évertuait à harponner, avec une flèche, de superbes truites,
qu'on voyait frayer sur le sable, au bas de la chute. Tout à coup, ses
yeux distinguent au fond de l'eau un objet brillant. Il plonge le bras
et retire une pépite d'un jaune éclatant et de la grosseur d'une noix.
Il la frotte sur son vêtement, l'examine... c'est de l'or, de l'or
pur! Le ruisseau en charrie des quantités soit en grains, soit en
paillettes, Dubreuil est enchanté, émerveillé, ébloui. Il en ramasse, en
ramasse encore; des rêves insensés enflamment son cerveau, enfièvrent
son corps. Millionnaire! il y a de quoi perdre la tête!

Mais le voici qui rejette ces trésors et s'écrie dans un rire
ironique:--Ah! pauvre niais! De quoi te serviraient toutes ces
richesses? A te charger inutilement. Une de ces excellentes truites
ferait assurément bien mieux ton affaire!

Et tout l'or retourna sur le lit du torrent, à l'exception de quelques
parcelles, que le jeune homme garda par curiosité. Pourtant, son sommeil
fut agité, la nuit suivante. Il eut des rêves fantastiques de palais
merveilleux, de fêtes féeriques, de femmes mille fois belles et
voluptueuses. Et, le lendemain, il ne reprit pas son voyage sans
adresser un coup d'oeil de regret à cette mine précieuse.

--Puisse-je revenir ici quelque jour! pensa-t-il tout haut.

--Le blanc! le blanc! Les blancs reviendront! Je l'ai prédit: ils
reviennent! cria, en langue Scandinave, une voix derrière lui.

Guillaume avait appris cette langue au couvent des Bénédictins.
Tremblant de surprise et de joie, il leva la tête en disant:

--Un Européen! où êtes-vous?

Et la même voix répéta;

--Le blanc! le blanc! Les blancs reviendront! Je l'ai prédit: ils
reviennent!

Tournant les yeux du côté d'où partait Je son, Dubreuil aperçut alors
une espèce de singe, à longue Barbe, perché au sommet d'un arbre.

--Qui êtes-vous? demanda-t-il.

Mais, pour la troisième fois, la voix redit:

--Le blanc! le blanc! les blancs reviendront! Je l'ai prédit: ils
reviennent!

Puis, l'être bizarre qui proférait ces paroles se laissa glisser du haut
de l'arbre à terre, avec l'agilité d'un chat, jeta un regard curieux au
Français, et s'enfuit dans le bois, en recommençant son cri.

--Voilà, se dit Dubreuil, une étrange aventure et une créature plus
étrange encore. Que peut être cet individu?

--Ni un Esquimau, ni un Boethic, assurément, car les uns et les autres
n'ont point de barbe. Ils s'épilent avec des coquilles.--Un Européen?
ce n'est pas probable. Il m'a paru nu comme un ver et noir comme un
corbeau. Serait-ce une espèce d'animal que je ne connais pas? une sorte
de perroquet répétant, comme ceux d'Afrique que j'ai vus au monastère,
tout ce qu'ils ont entendu dire? Cependant Kouckedaoui ou les gens que
j'ai interrogés sur les productions de cette île m'en auraient parlé.
Voyons cet arbre; peut-être me renseignera-t-il.

Il s'approcha de l'arbre et remarqua que son tronc était percé de
plusieurs trous, par lesquels coulait, dans de petits baquets posés au
pied, une sève jaunâtre et visqueuse.

Dubreuil y trempa son doigt et le porta à ses lèvres.

--Par Notre-Dame de Bon-Secours! mais c'est du sirop de sucre! le
gaillard n'est pas dégoûté. Je conserverai bon souvenir de cet arbre,
qui ressemble, à s'y méprendre, à notre érable français.[35]

[Note 35: C'était l'_acer saccharinum_ de l'Amérique septentrionale. On
le trouve à Terre-Neuve, mais il y est peu abondant.]

En prononçant ces mots, il prit un des augets et en but le contenu avec
délices.

--Décidément, ce n'est pas, ce ne peut pas être un animal que celui
qui a trouve le moyen de se distiller une aussi agréable boisson,
reprit-il en faisant claquer sa langue contre son palais. Ah! il faut
que je rattrape mon homme!

Plein de cette idée, Dubreuil s'élança sur les pas du fugitif, en
animant son chien du geste et de la voix. Mais Dieppe qui, contrairement
à ses habitudes, n'avait ni grondé, ni paru surpris à la voix de
l'étranger, Dieppe ne courut pas plus vite que son maître.

--Ah! une piste, s'écria celui-ci, en tombant sur un sentier frayé, qui
débouchait près du petit lac.

Il s'y enfila, et toute la journée redoubla d'ardeur, sans toutefois
pouvoir parvenir à rejoindre l'être qu'il poursuivait.

Le lendemain, il était debout avant l'aurore et continuait sa route avec
la certitude qu'il ne tarderait pas à arriver à un lieu habité, car
la piste s'élargissait et se montrait de plus en plus battue, à mesure
qu'il avançait.

Enfin, vers midi, il découvrit un lac auquel des mamelons verdoyants
formaient une charmante ceinture, et sur le bord méridional de hautes
palissades entourant un amas considérable de cabanes.

Peu de minutes après, Guillaume Dubreuil serrait dans ses bras
Toutou-Mak, la fille de Kouckedaoui, et, pour la millième fois,
murmurait à son oreille enivrée le doux mot:

_Nisakia-kia_ (je t'aime).



                                XVIII

                               LE FOU


Le principal oudenanc ou village des Indiens-Rouges contenait plus
de cent maisons, chacune occupée par quinze ou vingt habitants. Ces
maisons, appelées _mumatiks_ par des indigènes, étaient construites
en forme de de tonnelle, avec une charpente de pieux, tapissée
intérieurement et extérieurement d'écorces de bouleau. Des trous ménagés
dans la voûte livraient passage à la fumée. Elles avaient deux portes,
une à chaque extrémité, et plusieurs fenêtres avec des carreaux de
parchemin. Devant les portes, on voyait des perches auxquelles pendaient
des chevelures sanglantes et un petit puits rond ou ovale de quatre
pieds de profondeur; doublé d'écorce, lequel servait de garde-manger.

Ce village présentait une figure circulaire, les cabanes y étaient
groupées en ordre, et séparées par des intervalles de huit à dix pas. Au
centre se déployait une vaste place, bordée d'habitations plus grandes
que leurs autres. C'étaient les demeures des chefs. Un pin, de haute
taille, s'élevait vers le milieu de la place. On en avait élagué les
branches, à huit ou neuf pouces du tronc, pour y pouvoir monter plus
rapidement, et on l'employait comme tour d'observation.

Un corridor longitudinal, partagé lui-même par des cloisons en peaux
ou en treillis d'osier, divisait chaque loge. Entre ces cloisons,
semblables à des cellules ou plutôt des stalles pour les chevaux,
vivaient les diverses familles. Quelques bancs couverts de pelleteries,
des vases de bois, de terre et de pierre, des filets d'écorce, des arcs,
des flèches, des javelots, des massues, des haches et des ciseaux de
marbre et de silex, des couteaux, des aiguilles en ivoire de walrus,
composaient presque tout le mobilier. Cependant, on remarquait ça et là,
chez les plus riches, des instruments et ornements de fer et de cuivre
qui annonçaient une provenance européenne.

Une palissade enfermait complètement l'oudenanc, sauf du côté de
l'orient, où, dans l'enceinte revenant de quelques pas sur elle-même, on
avait pratiqué une double porte dans l'espace embrassé par le retour.
De plus, la porte externe était protégée par une sorte de corps-de-garde
percé de meurtrières.

La fortification consistait en gros pieux, de cinq à six pieds en
terre, de vingt en dehors[36], aiguisés en fer de lance, par le haut,
et appuyés en dedans par une banquette, que soutenaient à l'intérieur
d'autres piquets. Au-dessus de la banquette régnait un chemin de ronde,
du sommet duquel les assiégés pouvaient lancer sur leurs ennemis des
flèches, des pierres, des tisons enflammés, de l'huile bouillante.

[Note 36: Voir les voyages de Cartier, Lescarbot, Champlain, Sagard,
Charlevoix, Dupratz, etc.]

Cette fortification était flanquée encore de demi-tours, à trente pas de
distance l'une de l'autre, afin d'empêcher l'escalade. Par surcroît de
précaution, tous les arbres avaient été coupés aux environs, dans un
rayon de quarante à cinquante toises.

Le village était bâti sur un promontoire, qui s'avançait dans le lac, et
un fossé, dominé par un bastion en argile et en bois, défendait le point
où ce promontoire, était accessible par la terre ferme. Les remparts
avaient vraiment été construits avec une certaine habileté. Imprenables
pour des gens peu disciplinés et mal armés, ils eussent pu soutenir
l'assaut d'un corps d'armée régulière.

Une flotte innombrable de canots à voile et à rame se balançaient dans
la rade, au-dessous du cap.

Tel fut le curieux spectacle qui frappa les yeux de Dubreuil à son
arrivée au village du lac des Indiens-Rouges. Mais plus tard seulement
il en examina, il en admira les détails. Alors, il était bien trop
préoccupé, bien trop pressé!

Son entrée dans l'oudenanc n'eût pas été facile, si, attirée par le
tumulte que souleva l'apparition de l'homme blanc, Toutou-Mak n'eût volé
à sa rencontre. Elle l'arracha aux importunités des Indiens-Rouges et
l'entraîna dans la cabane de son père, où elle vivait maintenant avec
Shanandithit, sa mère, et Triuniak, son père adoptif, débarqués depuis
deux jours seulement.

Après d'ineffables et trop rapides instants consacrés au bonheur de
se revoir, de ces instants où les yeux, les menues syllabes ont une si
émouvante éloquence, où cent questions commencées sont interrompues par
cent autres, où l'abondance du coeur porte, coupe, arrête et précipite
la parole sur les lèvres, Dubreuil, assis bien près de Toutou-Mak, ses
mains caressant la main frémissante de la jeune Indienne, lui demanda:

--Dis-moi, amie, par quelle bonne fortune tu es revenue ici?

Sa voix tremblait, car il craignait que son amante n'eût été victime de
la brutalité de Kougib.

--Tu te souviens, répondit-elle, sans hésiter, que vous partîtes pour la
chasse avec Triuniak?

--Oh! oui. Je n'aurais jamais dû te quitter. Un pressentiment me le
commandait. Maudit soit ce jour!

--Peu après, reprit Toutou-Mak, un soir que je revenais de chercher
des racines de tugloronets dans le bois, Kougib se jeta sur moi et
m'enveloppa la tête dans une peau de renne, pour étouffer mes cris.

--Le scélérat!...

--Puis, continua-t-elle, il me chargea sur ses épaules et m'emporta vers
la côte.

--Je m'en doutais, murmura Dubreuil, en se serrant contre elle.

--Là, il me déposa sur la glace, m'enleva le bâillon qui me suffoquait,
et me menaça de mort si je bougeais.

»--Que veux-tu, qu'attends-tu de moi? lui dis-je.

»--Je veux faire de toi ma femme! répondit-il.

»--Jamais! non, jamais je ne serai ta femme!

»--Tu la seras, et nous irons vivre chez les Uski de l'Est.

--Oh! non, tu ne pouvais être la femme d'un pareil monstre! s'écria
Dubreuil, enlaçant la jeune femme dans ses bras et la baisant
passionnément.

--Tout en causant, continua-t-elle, il préparait un konè pour partir. Je
ne pouvais fuir, car il m'avait attaché les pieds. Mais je songeais à
me délivrer de ce lâche ravisseur. Il me plaça dans l'embarcation et
se baissa pour prendre sa pagaie. Il me tournait le dos. Je profitai du
moment et le poussai si rudement qu'il tomba à la mer. Ramassant alors
la pagaie, je nageai de toutes mes forces, sans savoir où j'allais.

--Pauvre aimée! fit Dubreuil.

--Kougib, pendant ce temps, remontait dans un autre canot et me
poursuivait... Ce qu'il devint, je ne l'appris qu'hier, par Triuniak.

--Il a expié ses crimes! mais toi! toit!...

--Moi, je le perdis bientôt de vue...

--Heureusement!...

--J'avais mon couteau, je tranchai mes liens et essayai de gagner
une baie, pour retourner au village. Mais le reflux m'entraîna. Le
lendemain, j'errai au milieu des glaces...

--Et la faim...

--Oh! interrompit-elle, j'avais des provisions en quantité. Kougib avait
tout disposé pour un long voyage.

--C'était un homme de précaution, dit le capitaine avec un sourire.

--Le froid seul, ajouta Toutou-Mak, me faisait cruellement souffrir.
Cependant, je pêchai des bois flottés et fis du feu sur des glaçons.

--Quelle terrible position!

--Souvent je songe à toi, Innuit-Ili...

--Ah! nos pensées ont dû se croiser plus d'une fois! Mais enfin,
comment, amie, es-tu sortie de cette affreuse situation!

J'essayais toujours de revenir au rivage du Succanunga, et toujours
je m'éloignais, car le vent me chassait vers l'est. Fatiguée de voguer
ainsi au hasard, je me construisis une loge sur une île de glace à
laquelle j'amarrai solidement mon koné. Comme j'avais suffisamment de
vivres, j'étais décidée à attendre...

--C'eût été attendre la mort.

--Peut-être!

--Ne me dis pas cela, Toutou-Mak! ne me le dis pas! tu me navres!

Mais une nuit éclata une violente tempête. Le glaçon où je campais fut
réduit en morceaux, j'eus à peine le temps de m'élancer dans mon koné...

--Que d'infortunes, ô pauvre Toutou-Mak!

--Non, Innuit-Ili, ce fut un bonheur, un bien grand, puisque, sans cette
tempête, je ne t'aurais jamais revu, doux aimé de mon coeur.

Dubreuil la couvrit de caresses.

--Ainsi qu'une plume, le vent faisait voltiger mon esquif à la cime des
flots, poursuivit la jeune Boethique. Pendant trois jours et trois
nuits je fus le jouet des éléments. Il ne me restait plus aucun espoir
d'échapper à l'abîme, quand l'ouragan me jeta évanouie sur cette île.
Les habitants s'emparèrent de moi, et je repris mes sens entre les bras
d'un chef... de mon malheureux père...

En prononçant ces paroles, Toutou-Mak éclata en sanglots.

--Kouckedaoui était un vaillant guerrier, dit alors Triuniak qui
assistait à l'entretien.

Shanandithit se mit à pousser des hurlements dans un coin de la hutte.

Lorsque cette explosion de douleur se fut calmée, Dubreuil dit doucement
à Toutou-Mak:

--Et Kouckedaoui te reconnut, m'a-t-il appris, à ce poisson gravé sur
ton bras.

--Oui, le baccaléos [37] est le signe et le novake[38] de notre tribu,
répondit-elle, en lui montrant une plaque d'écorce rendue au fond de la
cabane et sur laquelle on voyait, peints en couleur, «quatre poissons de
sable, cantonnés et regardant les quatre angles de l'aire, au monceau de
gravier en coeur.[39]»

[Note 37: Baccaléos, terme boethic signifiant morue. De ce mot on a
fait _cabelliau_, puis _cabillaud_, qui veut dire, on le sait, morue
fraîche.]

[Note 38: Quoique impropre, le mot blason est le seul qui puisse en
français, rendra l'idée impliquée par ça terme indien.]

[Note 39: Ces armes ressemblaient à celles des Outaouais. Seulement,
chez ces derniers, les quatre poissons étaient remplacés par quatre
élans.--_Mémoires de l'Amérique septentrionale_, par le baron de
LAHONTAN.]

--Mais, ajouta-t-elle, mon père me reconnut surtout à une marque
particulière qu'il m'avait faite sur l'épaule.

Après ces explications, entremêlées de soupirs et des plus tendres
baisers, vinrent celles de Triuniak.

Il raconta que le bouhinne avait profité de l'absence de Dubreuil pour
indisposer l'esprit du jeune chef contre lui et hâter le départ des
Boethics. Triuniak voulut s'y opposer, mais on menaça de le tuer, et on
l'entraîna malgré lui, après l'avoir attaché dans un canot. Il ne devait
même la vie qu'à l'intercession de Shanandithit, qui avait déclaré
l'adopter, comme il avait adopté sa fille Toutou-Mak, et le choisir pour
mari.

--Et, dit-il, en terminant, Triuniak sera fier d'épouser Shanandithit
à l'expiration de son deuil, dans un an. Toi aussi, mon fils, à cette
époque, tu célébreras ton mariage avec la fille de Kouckedaoui.

La jeune indienne rougit et baissa les yeux. Mais le bouillant Dubreuil
s'écria:

--Quoi! pas avant un an?

--Non, mon fils, répondit Shanandithit; moi et Toutou-Mak nous ne
pourrons prendre un mari avant deux saisons révolues. Pendant ce temps,
tu apprendras la langue des Boethics, et je te ferai élever au rang
qu'occupait Kouckedaoui.

--Au moins, ma mère me permettra-t-elle de voir Toutou-Mak chaque jour?
insista Guillaume en couvrant du regard son amante.

--Mais ne veux-tu pas demeurer avec nous? répondit Shanandithit, étonnée
de cette question.

Et comme Dubreuil paraissait plus surpris encore de la réponse
Toutou-Mak l'informa que, différemment des coutumes des Esquimaux, chez
les Boethics les jeunes filles pouvaient vivre sous le même toit que
leurs fiancés, et les veuves visiter ou recevoir qui elles voulaient,
même pendant leur deuil.

Pour dure que fût l'attente, elle avait donc ses douceurs. Dubreuil s'y
résigna; et s'installa dans une des cellules de la loge de Kouckedaoui.
Son costume esquimau fut changé contre un élégant vêtement, composé
d'une tunique, de mitasses et mocassins en peau de caribou, brodés avec
art par l'habile Toutou-Mak. Notre ami avait, en vérité, fort bonne mine
dans cet habillement, que les Indiens Rouges portent d'ordinaire en été,
hormis dans leurs expéditions de guerre, où ils vont nus et peinturés de
la tête aux pieds.

Pour faire du capitaine français un chef boethic complet, il ne lui
manquait que de relever ses cheveux en torsade sur l'occiput et de les
orner de plumes d'aigle,[40] car Toutou-Mak avait obtenu qu'il coupât sa
longue barbe. Mais il refusa avec opiniâtreté, et au grand désespoir de
Shanandithit, de rehausser ses charmes et sa valeur personnels par cette
insigne distinction.

[Note 40: «... On voit des hommes de belle taille et grandeur, mais
indomptés et sauvages. Ils portent les cheveux attachés au sommet de
la tête et étreints comme une poignée de foin, y mettant au travers
un petit bois ou autre chose, au lieu de clous, et y liant ensemble
quelques plumes d'oiseaux,»--_Premier voyage de_ JACQUES CARTIER.]

Sa charmante institutrice lui eut promptement enseigné la langue du
pays. En retour, Dubreuil lui apprit le français et l'instruisit dans
les principes du christianisme. L'indienne était intelligente, elle
aimait. C'est dire que ses progrès furent aussi rapides que ceux de son
élève et maître.

Adroit à tous les exercices, doué d'une force musculaire peu commune,
Dubreuil se conquit l'admiration des Boethics, comme il s'était gagné
celle des Groënlandais. Il n'avait qu'un ennemi, le bouhinne; mais
celui-ci n'avait qu'une influence médiocre. Il craignait trop l'homme
blanc pour lui nuire ouvertement. Les sorciers boethics étaient loin,
d'ailleurs, d'exercer la puissance souveraine des angekkut esquimaux. A
Baccaléos, les croyances religieuses flottaient dans le vague. Elles
se bornaient à la reconnaissance de quatre ou cinq divinités:
_Matchi-Manitou_, le Grand-Esprit, _Tchougis_, le Diable, _Ouaïche_,
dieu des songes, _Agreskoui_, déesse de la guerre. Les insulaires
tiraient leur origine de Matchi-Manitou, qui les avait créés en plantant
des flèches dans le sol. Leurs morts ressuscitaient sur un territoire
éloigné, où ils ne cessaient de banqueter, en joyeuse compagnie,
que pour se livrer aux plaisirs de la pêche et de la chasse; aussi
ensevelissaient-ils des armes et des instruments usuels avec les
défunts.

Dans leur cimetière, éloigné d'un mille du village et ombragé par de
beaux platanes, Dubreuil remarqua plusieurs sortes de sépulture. Les
unes étaient en terre, et, pour tombe, on voyait une image de bois
grossièrement sculptée, qui représentait, tant bien que mal, le décédé;
d'autres étaient établies sur des claies, portées par quatre pieux, et
le corps enveloppé dans une couverture d'écorce, les plus nombreuses
avaient lieu sous un amas de cailloux; mais celles des chefs se
faisaient dans une loge de bois, de dix pieds de long sur neuf de
large et cinq de hauteur au milieu. L'intérieur de ces huttes était
parfaitement à l'abri des intempéries, et le cadavre reposait dans
un cercueil rempli de gomme de pin (_pinus balsamifer_), où il se
conservait ainsi durant de longues années. Des canots en miniature,
des poupées,[41] flèches, carquois, harpons, lances, etc., avaient été
déposés sur eux dans chaque tombeau, avec une foule d'ustensiles et
d'ornements d'espèces diverses.

[Note 41: Sur les tombes des enfants.]

Placé sur une éminence, le cimetière commandait la vue du lac, dont les
rives capricieuses festonnées de vignes sauvages, de groseillers, de
framboisiers et de fraisiers, et les eaux bleues, mouchetées par des
myriades de cormorans, canards, macreuses, judelles, guillemots et
autres oiseaux aquatiques, offraient une fort agréable perspective.

La campagne environnante produisait en abondance des huiles farineuses
dont les Boethics faisaient du pain. Ils cultivaient le maïs, qu'il
mangeaient rôti avec de la graisse d'ours, ou broyé entre deux pierres,
l'une concave, et l'autre convexe, semblables aux moulins arabes ou
à ceux des anciens Romains. Le lac leur fournissait des poissons
délicieux, surtout une sorte d'anguille, qu'ils prenaient avec le
_nihog_, perche fendue à un bout et qui renferme un dard. En frappant
l'anguille, les deux branches de cette perche s'ouvrent, le dard
jaillit, perce le poisson, les branches se referment et l'empêchent de
s'échapper.

Mais le saumon et la morue pêchés sur les côtes de leur île étaient,
avec le caribou ou l'orignal, les principales sources de l'alimentation
des Boethics pendant la bonne saison. L'hiver, ils se nourrissaient de
phoques et de morses qu'ils harponnaient soit le long du rivage où ces
amphibies s'ébattaient au soleil, soit à travers des trous pratiqués
dans la glace, lorsqu'ils venaient allonger leurs museaux dans ces trous
pour respirer.

Absorbé par sa passion pour Toutou-Mak, Guillaume Dubreuil ne voyait pas
fuir le temps. Les leçons qu'il donnait à l'Indienne la lui rendaient
plus chère même que celles qu'il en recevait. Nous nous attachons
souvent mieux à ceux que nous favorisons qu'à ceux qui nous favorisent.
Le capitaine aimait la jeune femme comme on aime son oeuvre, un produit
auquel on donne tous ses soins, tous les développements de son génie
artistique. Mais sa tendresse se montrait chaste, réservée, scrupuleuse.
Elle ressemblait à celle de la mère pour l'enfant.

Se sentait-il trop ému, troublé par le brûlant contact de cette ardente
et naïve créature, Dubreuil s'éloignait, et, lorsqu'il eût pu la
posséder, il reculait l'instant de son bonheur, comme ces gourmands qui
flairent un fruit parfumé avant d'y porter leurs lèvres, ou plutôt comme
ces avares qui s'enivrent, en contemplant leurs trésors, des plaisirs
qu'ils se pourraient procurer.

Peut-être, la voulait-il garder pure dans l'espoir qu'un jour, le ciel
exauçant ses voeux secrets, il la ramènerait dans sa patrie, ou un
ministre de Jésus-Christ bénirait leur union. Car il songeait toujours
à sa France adorée! Il se disait que si un navire européen abordait à
la côte, comme cela était arrivé déjà, au rapport des Indiens, il
déterminerait bien Toutou-Mak, à l'y suivre et à l'accompagner par-delà
les mers!

Guillaume désirait vivement aussi retrouver le singulier personnage
qu'il avait entrevu près du petit lac. Mais dès qu'il eu avait parlé, on
lui avait répondu avec terreur:--C'est le fou! nul ne sait où il habite.

Les Boethics redoutaient cet être bizarre, comme le plus terribles des
fléaux. Toutou-Mak elle-même avait supplié Dubreuil de ne pas en ouvrir
la bouche. Et il en était plus contrarié que surpris, car il avait
antérieurement observé que les gens frappés de démence inspiraient aux
Uskimé un effroi superstitieux.[42]

[Note 42: Comme, du reste, encore aujourd'hui à bon nombre d'habitants
de nos campagnes européennes.]

L'été et l'hiver s'écoulèrent avec une grande rapidité.

Dès que le printemps eut fondu les neiges, dissous les glaces, que
l'herbe fut revenue aux champs, les boutons aux arbres, les Boethics
décidèrent de faire une grande chasse, pour célébrer dignement le
double mariage de la veuve et de la fille de Kouckedaoui avec les deux
étrangers.

Après un jeûne qui dura deux jours, Ouaïche ayant déclare aux
Indiens-Rouges qu'ils trouveraient le gibier sur leur territoire
oriental, ils traversèrent le lac et se rendirent à la tête de la
rivière Machigonis,[43] par laquelle il se décharge dans la mer. Femmes,
enfants, chiens, ils avaient emmené avec eux une troupe considérable.

Là commençait une double rangée de clôtures, de dix pieds de haut, en
branches de sapin, dont l'incroyable étendue était bien propre à
exciter la surprise, car elles n'avaient pas moins de quinze lieues de
longueur[44].

[Note 43: La rivière des Exploits.]

[Note 44: De pareilles clôtures existaient encore en 1821, quoique,
décimés par la petite-vérole et chassés par les Européens, les Boethics
eussent disparu depuis plusieurs années. M. Cormak les vit lorsqu'il fit
son expédition dans l'intérieur de l'île de Terre-Neuve. Elles avaient
encore trente mille anglais d'un côté du lacet dix de l'autre. En 1852,
j'en ai moi-même aperçu les débris.]

Elles formaient deux lignes se développant en un angle tronqué, dont le
sommet, au nord-ouest, pouvaient avoir deux cents pas de large, et la
base plusieurs milles.

Ce sommet s'appuyait sur le lac, et l'une des lignes courait le long
du fleuve; celle-ci était, de distance en distance, percée par des
ouvertures; mais l'autre était pleine d'un bout à l'autre.

Ces barrières avaient été construites par les Boethics, pour faciliter
la chasse. A l'affût dans leurs canots, les uns au sommet de l'angle,
les autres aux ouvertures sur la rivière, ils attendaient et tuaient à
coups de flèche ou de lance les animaux que leur rabattaient, à grands
cris, les femmes, les enfants et les chiens, partis en avant et revenant
vers le lac en poussant le gibier entre les barrières.

La quantité détruite de cette manière est souvent fabuleuse.

Aussitôt arrivés, les Boethics se mirent en chasse. Dubreuil fut dépêché
à l'extrémité inférieure de la clôture.

Il était à son poste depuis quelques jours, se félicitant de ses
succès, car il avait porté bas une douzaine d'orignaux pour sa part,
et attendant avec impatience le moment de retourner près de Toutou-Mak,
lorsque retentit près de lui un cri qui avait fréquemment résonné dans
ses rêves, agité ses pensées:

--Le blanc! le blanc! les blancs reviendront. Je l'ai prédit, ils
reviennent.

Le capitaine se retourna.

C'est le sauvage qu'il a aperçu l'année précédente près du lac aurifère,
et qui détale à toutes jambes.

Dubreuil se met à la poursuite. Cette fois, il l'atteindra, il en fait
le serment.

Le soleil était à peine au tiers de sa course. Dubreuil marcha toute la
journée sans pouvoir rejoindre son homme. Sur le soir, il campa au bord
du fleuve, déterminé à recommencer le lendemain, car il n'avait pas
cessé de suivre la piste de l'inconnu. Mais le lendemain, il s'aperçut
que les traces disparaissaient dans un amas de pierres et de roches, au
bord de l'eau. Le Machigonis était fort large à cet endroit, et la marée
y montait à plus de dix pieds de haut.

Tandis que le capitaine faisait activement ses recherches avec toute la
subtilité d'un Indien, le flot se retira et il découvrit de nombreuses
substructions d'habitations, assez semblables, par leurs dispositions,
aux maisons de l'Europe septentrionale[45].

[Note 45: Des ruines semblables ont encore été dernièrement retrouvées
à Terre-Neuve, près de la baie de la Conception, ainsi que d'antiennes
monnaies d'or.--Voyez la _British North America_, par MARTIN.]

Cette découverte l'intéressait d'autant plus qu'il se souvenait avoir
lu que, vers le XIe siècle, les Norwégiens avaient jeté, par le 49° de
latitude, une colonie sur une île qu'ils avaient nommée Winland[46], à
cause des vignes qu'elle produisait. Depuis quelques temps, Dubreuil
se doutait que Baccaléos était cette île. Une inscription gravée sur la
face d'un rocher vint tout à coup corroborer ses présomptions.

[Note 46: Terre de la vigne. La découverte et la colonisation de
Terre-Neuve furent faites, suivant toutes probabilités, en 1001, par
un Islandais, Herjolf, aussitôt suivi de Leif, fils d'Eric-le-Rouge, ou
Rauda, lequel avait déjà reconnu les côtes du Groënland, avec Gunbiorn,
en 983.

Non-seulement l'Islande et le littoral de Groënland possédaient de
puissantes colonies européennes bien avant la découverte de Christophe
Colomb, mais il est probable que les Zeni (qui habitèrent la Friesland,
cette île populeuse aux cent villes, engloutie maintenant au fond
de l'Atlantique sans qu'il en reste plus qu'un vague souvenir, et
l'Estotitland, autre île disparue, inconnue, où cependant le roi avait
un interprète qui parlait latin) visitèrent une partie de la côte
américaine vers le milieu du XIVe siècle, tandis que les hardis
navigateurs Scandinaves l'exploraient dans la IXe.

Du reste, on a trouvé aux États-Unis de nombreux monuments attestant
une civilisation ancienne et fort avancée. Rien d'étonnant que nos
missionnaires aient remarqué au XVIe siècle des croix dans l'Acadie
et la Gaspésie. Elles ont pu y être plantées par les Esquimaux du
Groënland, dont beaucoup étaient convertis au christianisme dès l'an
1000, mais qui finirent par massacrer leurs prédicateurs et par
retomber dans l'idolâtrie. Du reste, on a même trouvé dans une cave, à
Fayetteville, sur l'Elk, une monnaie romaine qui a dû être frappée vers
l'année 150 de l'ère chrétienne.

Elle porte d'un côté:

              Antonius Aug. Pius P. P. III. Cos.

Et de l'autre:

              Aurelius Cæsar Aug. P. III. Cos.

On peut consulter à ce sujet ma _Notice sur Sagard et son oeuvre_.
--Librairie Tross. Paris, 1866.]

Elle portait cette, inscription latine:

                         HIC STETIT ERICUS

                      NORWEGIANORUM PONTIFEX

                              M.CXXI

Dubreuil en était là de ses observations, quand une flamme brilla à la
cime d'un cap au-dessus de sa tête, et, à la pointe du rocher, il vit
apparaître le sauvage qui gambadait, dansait, se démenait et paraissait
en proie à une exaltation extraordinaire.

--Ils sont revenus, criait-il en langue danoise, ils sont revenus
les hommes blancs. Ma prédiction s'est accomplie. Et moi, le dernier
descendant d'Erick Rauda, moi à qui il était donné de conserver intact
et vierge de toute souillure le sang des blancs sur ce rivage, je
vais monter au séjour de mes aïeux. La mission du petit neveu du
grand navigateur est remplie. C'est ici qu'ont débarqué les premiers
Norwégiens; c'est ici qu'ils auraient dû se tenir. S'ils n'avaient
flétri leur race en s'alliant, en se mêlant, en se fondant avec les
sauvages habitants du Winland, ils vivraient heureux et prospères dans
de fertiles contrées. Mais ils se sont bestialement jetés sur les femmes
rouge? comme des cerfs échauffés; et ils ont perdu leur esprit, ils ont
perdu leur coeur, ils ont perdu leur couleur. Seule, la famille d'Erick
s'est préservée de la contagion. Elle a fidèlement demeuré sur ce roc,
sans se corrompre, sans se gâter. Elle attendait le retour des blancs,
et les blancs reviennent; ils sont revenus, les hommes blancs! Gloire à
eux! ils détruiront les hommes rouges et leurs métis!

La prédiction du dernier fils d'Erick Rauda s'accomplira!

En prononçant ces mots avec une frénésie indescriptible, l'insensé se
précipita dans le fleuve, où il disparut à jamais.

Guillaume Dubreuil s'était hâté de grimper sur le promontoire, pensant
surprendre son homme: mais en arrivant, il ne trouva plus que les
décombres fumants d'une cabane.



                                 XIX

                               BRISTOL


Un des faits qui m'ont le plus frappé en mes voyages, c'est
l'éloignement des peuples, appelés primitifs, pour la ligne anguleuse
dans le groupement de leurs habitations, et même dans la construction
de ces habitations elles-mêmes. La figure circulaire, par contre, est
adoptée presque en tous lieux. Celtes, Gaulois, Romains ou Normands,
nos ancêtres procédèrent de même. A l'origine, leurs huttes et leurs
bourgades furent généralement rondes, ou ovales, carrées très-rarement.
Consultez les anciennes cartes, les vieux plans, et cette répugnance
pour la ligne droite, en si haute faveur chez nos architectes modernes,
vous sautera aux yeux. J'ai là, devant moi, entre autres, une vue de
Bristol, ou Brightstowe[47], dessinée en 1574; eh bien! on peut compter
les développements successifs de cette ville, comme on peut compter
l'âge d'un arbre par ses cercles concentriques. A cette époque, elle
avait déjà quatre enceintes, les deux premières d'une rotondité presque
parfaite, chacune des deux autres s'écartant de plus en plus de la
courbure sphérique. Le rempart détruit, soit par les guerres, soit par
l'afflux de la population, avait comblé le fossé, sur lequel s'était
établi un boulevard, puis une rue, et la circonvallation avait été
reportée au-delà. Sans doute la cité fit maintes fois encore éclater son
corset de pierres avant de s'éparpiller sur le vaste promontoire où elle
s'élevait, entre l'Avon et la Frome, avant de déborder son berceau, se
jeter sur les collines avoisinantes, et devenir cette ville informe de
«briques, de fumée et de boue,» dont parle un voyageur moderne.

[Note 47: Brightstowe (terme saxon qui veut dire _lieu considérable_).
_Vulgo: quondam Venta florentissimum Angliæ emporium._--G. Bruin,
Bruxelles, 1574.--Les Saxons l'avaient appelée _Caer Oder naut Badon_,
ou _ville d'Oder dans la vallée de Badon_.]

A la fin du XVe siècle, ses cent quatre-vingt mille âmes actuelles se
réduisaient à douze ou quinze; alors elle ne possédait ni sa Bourse, ni
ses puissantes banques, ni ses luxueuses villas, ni des rues brillamment
éclairées par des torrents de gaz, ni quais et bassins merveilleux; mais
alors, cependant l'antique cité jouissait d'une célébrité beaucoup
plus grande qu'aujourd'hui. Elle était «la plus renommée et marchande
d'Angleterre, excepté Londres,» disait un contemporain. Les bords de
l'Avon, «si fertiles de diamants que d'iceux l'on pouvait charger une
navire[48].»

[Note 48: Je n'ai pas besoin de dire que ces diamants étaient faux,
comme eaux qu'on trouve près d'Alençon. Aux XVe et XVIe siècles le
commerce en tirait toutefois un grand profit. «A un mille au-dessous
de la rive orientale de l'Aron est bordée d'un rocher élevé, nommé
Saint-Vincent, sur lequel il se trouve quantité de pierres carrées et
à six angles, que l'on prend pour des diamants, parce qu'elles en ont
véritablement toutes les apparences, hormis qu'elles n'en ont pas
la dureté.»--_Les Délices de la Grande-Bretagne_, etc., par James
DEEVERELL.]

Les cures miraculeuses opérées par saint Vincent, dont la demeure se
voyait encore «entaillée au bas bord, du côté dextre du rivaige,» au
pied même des excellentes sources thermales de Clifton[49], et surtout
sa marine, qui déjà sillonnait toutes les mers connues et inconnues, lui
avaient conquis cette enviable réputation.

[Note 49: En grande réputation pour la goutte et les affection»
vésicales.]

A présent, elle se compose de deux villes,--Bristol proprement dit, et
Clifton: également jadis. Mais elles sont toutes deux sur la rive
droite du fleuve, tandis que les deux autres étaient, celle-ci,--la
plus importante, le noyau, sur la rive droite, au nord; celle-là,--le
produit, la fille,--sur la rive gauche, au sud. Un pont pliant sous le
poids des bâtiments dont il est chargé, les mettait en communication. La
seconde ville, ou faubourg du Temple, comme on la voudra désigner, était
fortifiée par une muraille crénelée,--percée de deux portes et flanquée
de tours, tantôt rondes, tantôt quadrangulaires,--qui, s'appuyant sur le
fleuve, formait avec lui un arc dont il aurait été la corde violemment
tendue. L'ensemble ressemblait assez exactement à un ciboire: Bristol
figurant le calice en boule, son pont la tige, et le faubourg le pied.
Une grande voie traversait en droite ligne toute la cité, depuis le
sommet jusqu'à la base, en passant par le pont. Mais dans son parcours
elle prenait différents noms: Broad Street, High Street et Saint-Thomas
Street. Dans le quartier nord, cette voie était coupée à angles droits
par une rue nommée Wine Street (la rue au Vin), qui conduisait à l'est
à un château très-fort, bâti en 1110 par Robert, comte de Glocester, et
dont nous aurons bientôt occasion de parler. A l'ouest, elle aboutissait
à une muraille élevée pour la protection de la pointe du promontoire, et
entre laquelle et le confluent des deux fleuves s'étendait un marécage.

On pense bien que Bristol avait, à cette époque une physionomie toute
féodale. Si de puissants remparts, des tours formidables en défendaient
l'approche extérieure, des monastères entourés de murs épais, des
habitations munies de créneaux et mâchicoulis, des quartiers tout
entiers renfermés dans leurs propres fortifications, des chaînes tendues
en travers des rues aussitôt le couvre-feu sonné, des hommes d'armes
faisant bruyamment résonner les dalles sous leurs éperons, tout à
l'intérieur parlait de ces temps désastreux où régnait despotiquement la
loi brutale du plus fort, du plus féroce, et que, par une aberration qui
serait inqualifiable si elle n'était un calcul de la politique, on
s'est plus à nous peindre sous les couleurs les plus poétiques, les plus
délicates! Ah! qu'elle avait été effroyable, qu'elle était hideuse
au peuple anglais cette poésie qui, pour s'inspirer, pour écrire ses
chants, s'était plongée et avait trempé sa plume dans les flots de sang
des guerres de la Rose-Blanche et de la Rose-Rouge!

Aussi comme il bénissait cet hypocrite fieffé, cet insatiable de
richesse, Henri VII, qui venait d'y mettre fin![50] La paix on la
saluait de toutes parts avec une indicible allégresse. Les fautes,
les vices du roi, on les oubliait, on ne les voulait pas voir. Chacun
s'estimait bien trop heureux d'une trêve qui lui permettait de respirer
enfin, de vaquer un peu plus tranquillement à ses occupations.

[Note 50: Voir l'_Histoire d'Henri VII_, par F. BACON.]

Une des villes les plus cruellement éprouvées par la guerre civile.
Bristol, réparait ses édifice religieux, ses monastères tant de fois
pillés, tant de fois ravagés. Les magnifiques basiliques relevaient
fièrement leurs clochers aigus comme des flèches, leurs pyramides, leurs
campanilles si sveltes, leurs superbes tours de granit! On n'y comptait
pas moins de vingt temples, non compris les couvents.--C'était, pour
n'en citer que quelques-uns, et en leur conservant le nom que leur a
imposé la Réforme: d'abord, sur la place Centrale, à l'intersection des
quatre rues principales, marquée par une belle croix gothique, l'église
de Tous-les-Saints, reconstruite en 1466, fameuse pour ses splendides
autels; celle du Christ, fondée en 1003; Saint-Asphius et Saint-Ewens,
aux quatre angles de cette place; Saint-Léonard et Saint-Warbugh,
dans Wine-Street; Saint-Laurent et Saint-Jean, près de la porte
septentrionale; Saint-Etienne, sur le bord de la Frome, ancienne
propriété des abbés de Glastonbury, une des plus admirables créations du
gothique fleuri; en franchissant le pont, les églises des Grands et des
Petits-Augustins, dont la première est devenue, depuis la
Réformation, cathédrale de Bristol; puis en rentrant dans la ville,
Sainte-Marie-du-Port, élevée par le comte de Glocester en 1170; la
vieille chapelle normande de Saint-Pierre, qui remonte à la conquête; au
pied du château, Saint-Philippe, de la même époque que la précédente, et
dans laquelle on voit le buste de Robert, fils aîné de Guillaume, à qui
son frère Henri Ier fit perdre la vue par l'application d'un fer rouge
sur les yeux; Saint-Nicholas, vis-à-vis du pont jeté sur l'Avon, érigée,
en 1030, avec un clocher de cent cinquante pieds de haut, comme celui
de Saint-Jean, en face, s'élançant d'une voûte sous laquelle passait la
route; au-delà du pont, la somptueuse église consacrée à saint Thomas,
surpassée seulement, dit la chronique, par celle «dédiée à Nostre-Dame,
laquelle ilz appellêt RADCEL [51]: située au rivaige de la rivière, pas
loing des murailles, de belle architecture, avecq une tour de marbre
de merveilleuse haulteur, par dedans à tous cotez vaulsée de pierrées
taillées artificiellement et bigarrées. Ayant plus haulte une aultre
vaulsure de bois couverte de plomb, entre lesquelles y a aultant de
place qu'ung hôme s'y poeult tenir droict.»

[Note 51: Pour _Redcliff_, rocher rouge.]

Mais, nonobstant leurs beautés respectives, aucun de ces monuments
n'égalait en magnificence et en faste celui du Temple, ou église de la
Sainte-Croix, «laquelle les bourgeois croyêt estre édifiée sur laine. Et
combien qu'il semble estre mal croiable et absurde qu'ung fondament de
telle grandeur se polrait tenir sur telle matière molle: toutesfois,
il semble n'estre aucunement vraysemblable. La tour est fort haulte
et belle, de la façon en grosseur et haulteur de celle de l'église de
Saint-Martin-le-Mineur en Couloigne.» Cette tour tremblait tellement dès
le XVIe siècle, qu'on cessa d'y sonner les cloches. Il paraît néanmoins
qu'au XVIIIe elle n'inspirait plus les mêmes craintes, car un voyageur
écrit: «Le clocher branle lorsqu'on sonne la cloche, et il s'y fait une
fente de la largeur de trois doigts, depuis le haut jusqu'au bas, par
laquelle il est comme séparé du reste de l'édifice, et cela s'ouvre et
se ferme à mesure que l'on sonne.» Cette tour existe encore, et on la
juge solide, malgré son aspect menaçant, car, élevée sur un marais, elle
s'est enfoncée d'un côté et dévie de son sommet de prés de quatre pieds
de la perpendiculaire.

Parmi les nombreux chefs-d'oeuvre dont le Temple était orné, on
remarquait la statue en argent de saint Sébastien. Cette précieuse
statue était un don de Jean Gabota ou Cabeta, Vénitien d'origine,
établi depuis longues années à Bristol, où il exerçait la profession
d'armateur. Il avait fait ce riche présent à l'église pour célébrer la
naissance de son second fils Sébastien Cabot. Et c'était ce fils qu'on
voyait, par une belle journée du mois de mai de l'an de grâce 1497,
pieusement agenouillé devant l'image du saint martyr.

--Bienheureux élu du Seigneur, faites, disait-il, que le roi Henry
le septième, notre bon sire, daigne ne pas nous retirer ces Lettres
Patentes qu'il nous a octroyées le 5 mars de l'année dernière, car je
vous jure que tout mon désir c'est d'aller convertir les infidèles,
païens, hérétiques et idolâtres qui habitent les bords de la mer
glaciale, ainsi que le Cathay! Faites aussi, miséricordieux patron, que
la gente sauvagesse, ramenée par notre nef, écoute enfin, d'un oreille
complaisante, ma requête amoureuse: je la ferai, ô doux dépositaire de
mes voeux, baptiser et placer sous votre, toute-puissante invocation!
De plus, vous baillerai, le jour de mes noces, une belle couronne de
diamants, et une nappe brodée en point d'Angleterre pour votre autel;
item, brûlerai cent livres de bougie et dix d'encens à votre intention,
item, vous passerai au col mon grand chapelet d'émeraudes et de rubis,
item, vous apporterai soir et matin un bouquet de fleurs nouvelles;
item...

--Il est heure, mon fils, de finir vos oraisons, dit en italien,
derrière Sébastien, un vieillard qui s'était approché silencieusement.

--Je termine, mon père, répondit-il.

Et, après avoir achevé mentalement sa prière, Sébastien fit un signe de
croix, une respectueuse révérence à la statue, et suivit le vieillard
hors de l'église.

Celui-ci était un homme de grande taille, robuste, dont le poids des
ans semblait n'avoir en rien altéré la vigoureuse constitution. Il avait
l'oeil vif, profond, la physionomie fine et hautement intelligente. Sur
sa large poitrine ondoyaient les flocons d'une barbe blanche comme la
neige, et brillait une lourde chaîne d'or massif. Il était coiffé d'une
toque en velours noir et vêtu d'une robe de même étoffe, serrée à la
ceinture par une cordelière, costume des opulents armateurs du Levant.

Son fils, Sébastien, lui ressemblait beaucoup.[52] C'était le même
regard, la même délicatesse nerveuse, le teint olivâtre des méridionaux;
mais avec l'expression plus ardente, plus passionnée que comportait
son âge. Il pouvait avoir vingt-quatre ou vingt-cinq ans. Ses traits,
hardiment accentués, annonçaient l'énergie, l'impressionnabilité,
l'esprit d'aventure.

[Note 52: Son portrait, peint par Holbein, se trouvait encore, en 1831,
dans une galerie particulière, à Bristol. Au-dessous on lit:

«_Effigies Seb. Caboti Angli, filii Johannis Caboti Veneti, Militis
Aurati, Primi Inventoris Terræ-Novæ, sub Henrieco VII, Angliæ Rege_.»]

Il portait l'élégant habillement des jeunes gens riches de cette époque;
chapeau de feutre, ombragé d'une plume d'autruche; large fraise
tuyautée en dentelle; justaucorps de drap bleu, galonné d'argent,
haut-de-chausses bouffants, jaunes, à côtes rouges, et attachés au
milieu de la cuisse par une jarretière d'or, bas de soie montant sous le
haut-de-chausses et souliers à la poulaine. Une épée au côté, des gants
de chevreau aux mains, et un léger manteau sur l'épaule, complétaient
son ajustement, dans lequel Sébastien montrait une aisance, une
distinction et une bonne mine qui avaient tourné la tête à plus d'une
bachelette et damoiselle bristolienne.

Mais ni leurs grâces, ni leurs provocantes oeillades, pas même le
désespoir de l'une d'elles, n'avaient trouvé le chemin de son coeur.

Entièrement livré à l'étude, et particulièrement à celle de la sphère
terrestre, le jeune homme était resté longtemps insensible aux charmes
de l'amour. La tendresse de son père, l'affection de ses deux frères,
Louis et Sanchez avaient presque suffi--sa mère étant morte avant qu'il
eût pu la connaître--aux besoins de son âme, jusqu'à la fin du mois qui
précède ce récit.

Le vieillard et lui descendirent la rue du Temple, traversèrent le
pont, et entrèrent, par la porte Saint-Nicolas, dans la rue Haute (High
street). Cette rue, fort étroite et très-ancienne, était bordée de
chaque côté par des boutiques, non point de ces vastes magasins écrasés
d'or et ruisselants de lumière, comme ceux d'aujourd'hui, mais de
petites échoppes, bien noires, bien enfumées, où l'air et le jour ne
semblaient pénétrer qu'à regret, et où les ventes se faisaient plutôt
sur la confiance que l'on accordait au marchand que sur l'examen des
denrées.

Ces boutiques occupaient invariablement la première pièce du
rez-de-chaussée: derrière se trouvait la salle commune à la famille
du négociant, à demi éclairée par une petite cour. Le premier étage
avançait de deux ou trois pieds sur le rez-de-chaussée; le second,
d'autant sur le premier; et, brochant sur le tout, un haut pignon à
angle aigu, surmonté d'une boule ou d'un ornement sculpté, projetait ses
corniches, comme pour abriter le reste.

Le bois, le plâtras et les moellons avaient été les matériaux employés
à la construction des maisons, les fenêtres supérieures faisant saillie,
suivant l'habitude anglaise, les petits vitraux de couleur enchâssés
dans des lamelles de plomb, et les enchevêtrures losangées, croisées en
X ou en carré, de la charpente, et les panneaux et chambranles chargés
de figures grotesques, les marquaient du sceau pittoresque des cités
du moyen âge. Point de chariots, charrettes ou voitures dans la rue,
seulement des brouettes et des traîneaux. Un édit municipal, souvent
renouvelé, interdisait les premiers, «de peur qu'ils n'effondrassent
les canaux et _gouttes_[53] souterrains» creusés, vers 1450, pour
l'assainissement de la ville.

[Note 53: Ce mot était employé par les Bristoliens dans le sens
d'égout.]

Aussi était-elle relativement peu bruyante, malgré le grand nombre de
gens de toutes conditions qui encombraient les voies publiques.

--Avez-vous demandé conseil à votre patron, et êtes-vous toujours dans
l'intention de partir? dit Jean Cabot à son fils, en débouchant de la
porte Saint-Nicolas.

--Vous savez, mon père, que c'est mon désir le plus cher. Si nous avions
la confirmation de nos Lettres Patentes, j'aurais déjà, avec votre
autorisation, mis à la voile.

--Oh! dit le vieillard, ces Lettres, nous les conserverons malgré les
méchants. Trop occupé de repousser l'imposteur Perkin Waerbeck, Sa Grâce
le roi nous a sans doute négligés. Mais je suis assuré qu'il ne manquera
pas à la parole qu'il m'a positivement donnée de mettre un de ses
navires à notre disposition. Par malheur, nous ne pouvons différer.
La capture de cette femme sauvage et de ce Français, par un de nos
vaisseaux, cause quelque sensation. Si l'on apprenait qu'il y a des
mines d'or dans les pays d'où ils viennent, les ambitieux et les
intrigants nous raviraient la faveur qui nous attend... Car ce sont bien
des pépites d'or et du meilleur qu'on a trouvées sur cet homme... je les
ai examinées. Ma conviction est formée... _Corpo di dio_, ajouta-t-il,
avec un regard enflammé, si tu abordes jamais dans cette contrée, mon
enfant, nous deviendrons les plus riches seigneurs de la terre...

--Ah! fit Sébastien en levant les yeux au ciel, si on avait pu aussi
retrouver ces cartes dont a parlé la jeune fille!

--Tu dis vrai, mon fils. Mais je ne crois pas qu'elles soient égarées.
Le Français les aura enfouies quelque part...

--Vous pensez?

--J'en suis sûr. J'interrogerai encore cette fille, car il faut se
presser. Nous avons fait passer l'homme pour un Flamand, et nous avons
pu obtenir qu'on l'enfermât au château, parce que Henri VII est en
guerre avec la duchesse de Bourgogne, qui soutient le prétendant, mais
nous ne saurions dissimuler longtemps sa nationalité. On apprendra
qu'il est Français, et adieu pour nous l'honneur et le profit de cette
découverte à laquelle nous avons déjà sacrifié tant de travaux et
d'argent. Mieux que tes frères et moi, tu connais la science de
la navigation, il est donc urgent, Sébastien, que tu te lances
immédiatement dans cette entreprise... même si nous ne réussissons pas
à nous procurer les cartes! L'étrangère te sera, d'ailleurs, d'un grand
secours, ne fût-ce que pour communiquer avec les peuplades sauvages.
Moi, je resterai ici, pour attendre la confirmation des Lettres Patentes
et empêcher nos ennemis de nous nuire dans l'esprit du roi[54], pendant
ton absence.

[Note 54: Je m'empresse de déclarer, que, pour ce qui concerne la
découverte historique de Terre-Neuve, j'ai scrupuleusement, après avoir
parcouru les principales relations traitant ce sujet, suivi l'oeuvre
critique de D.-B. Warden (_A Memoir of Sébastian Cabot_. London, 1831),
le seul, à mon avis, qui ait parfaitement et complètement élucidé la
matière.

Ce Mémoire me paraît avoir fort bien résolu plusieurs questions
longtemps controversées.

1º La découverte officielle de Terre-Neuve est due à Sébastien et non à
Jean Cabot.

2º Sebastien naquit à Bristol à la fin du XVe siècle. Il fit, à l'âge du
quatre ans, un voyage à Venise, leur patrie, avec son père.

3º La découverte eut lieu le 24 juin 1497.

4º Les premières Lettres-Patentes de Henri VII furent octroyées aux
Cabot, le 5 mars 1496, et on ne les délivra au nom de Jean Cabot que
parce que, sans doute, il présentait à l'avare monarque plus de garantie
que son fils Sébastien, Henri VII s'étant réservé une partie des
bénéfices futurs de l'entreprise.]

Ils arrivaient alors devant une grande et belle maison qui fait encore
le coin des rues Haute et du Vin, et dont la façade est un chef-d'oeuvre
de sculpture gothique.

Au-dessus de la porte, les drapeaux de Venise et de la Grande-Bretagne
mariaient leurs couleurs.

Jean Cabot souleva un lourd marteau de bronze curieusement orné, une
jeune et accorte servante ouvrit la porte, et les deux hommes entrèrent
dans un _store_, encombré de caisses, ballots, barriques de toute
espèce, de toute provenance. Là, Sébastien quitta son père, pour monter
à son appartement par un spacieux escalier en chêne bruni par le temps,
tandis que le vieillard pénétrait dans une chambre, au fond du magasin.
Cette pièce lui servait de salle à manger, de bureau et de chambre
à coucher. Son mobilier était, de la plus grande simplicité, car le
prudent armateur cachait avec soin ses richesses, de crainte d'attirer
la convoitise du roi ou de ses rapaces ministres. On n'y remarquait
qu'un lit à baldaquin et colonnes torses de dimension colossale, avec
un Christ en ivoire, accroché, dans la ruelle, quelques cartes jaunies
collées au mur, quatre chaises pesantes, une table plus pesante encore,
une horloge allemande et un bahut, bardé d'acier, scellé dans la
muraille.

Après avoir fermé sa porte par un verrou intérieur, Jean Cabot ouvrit ce
bahut, en pressant un ressort secret, puis en introduisant une clé
dans la serrure. Le coffre s'ouvrit. Au dedans, il y en avait plusieurs
autres, tous fixés au bahut principal, par des crampons d'acier. Leur
serrure était percée dans leur propre couvercle.

Cabot pesa de nouveau sur un ressort, et, avec une petite clé pendue à
sa chaîne d'or, ouvrit un des coffrets. Il se divisait en compartiments
remplis de monnaies étrangères et de pierres précieuses. Dans l'une des
cases, le vieillard prit plusieurs menus morceaux de minerai d'un jaune
étincelant; ensuite il renferma minutieusement ses coffres, se plaça
sous un rayon de lumière, et essaya le minerai avec la pierre de touche
et l'acide nitrique.

--De l'or! murmurait-il en répétant ses expériences, c'est de l'or pur!
Et cette fille déclare que, dans son île, on le trouve mêlé au sable
des rivières! Ah! trouvons, trouvons vite cette île merveilleuse! et ma
fortune dépassera celle des doges, celle des plus fastueux souverains
du globe! Oui, Sébastien fera le voyage. Ses connaissances, son
intrépidité, me répondent du succès. Si le Français voulait nous livrer
ses plans! car cette femme (sa maîtresse, je suppose) m'a dit qu'il
possédait un plan de l'île! Mais il ne le veut céder à aucun prix! La
gloire de la France l'intéresse par-dessus tout. C'est à elle, à elle
qui ravage en ce moment l'Italie, qu'il prétend assurer l'honneur et le
profit de sa découverte. Il refuse même des associés! Mais non; ni lui,
ni la France ne jouiront de ces avantages. Ce sera Jean Cabot, ce sera
Venise auxquels ils appartiendront!

Le vieillard avait prononcé ces paroles avec une vivacité qui le fit
sourire.

--Voyons, reprit-il, du calme. J'ai une idée. La sauvagesse aime le
Français, je n'en puis douter. Si je lui promettais la liberté de son
amant, à condition qu'il m'abandonnera ses plans, ou qu'il les refera
pour nous, s'ils sont perdus!... Oui... oui... c'est cela.

Il mit les pépites dans sa poche, rouvrit la porte de la chambre et
frappa sur un timbre.

La jolie servante accourut à l'appel.

--Mima, lui dit son maître, va me chercher l'étrangère.

Bientôt Toutou-Mak parut devant Jean Cabot.

Vêtue d'un costume européen, à la mode du temps, la jeune Boethique
était ravissante, quoique ses joues fussent pâlies par le chagrin et ses
yeux rougis par des larmes brillant encore sous ses longs cils au moment
où elle entra.

Le vieillard prit un air et un ton paternels.

--Asseyez-vous, mon enfant, lui dit-il en français, mais avec un accent
étranger fortement prononcé; asseyez-vous, et laissez-moi vous parler
dans votre intérêt... rien que dans votre intérêt. Nous nous connaissons
à peine, et, cependant, je sens que je vous aime comme si vous étiez ma
propre fille. Je veux votre bonheur. Vous l'obtiendrez par moi, soyez-en
persuadée. Seulement, il faut m'aider, ne point vous perdre par une
imprudence. Le navire sur lequel vous étiez, quand mon vaisseau
le Mathieu s'en empara, est un navire appartenant aux Flamands,
c'est-à-dire aux ennemis de ce pays. Vous comprenez pourquoi nous avons
faits captifs ceux qui le montaient.

--Mais mon ami est Français! s'écria Toutou-Mak, en séchant ses pleurs.

--Cela n'est pas prouvé, ma chère fille. Nous avons nos habitudes, nos
moeurs, comme vous avez les vôtres. Si j'étais assuré que votre ami,--il
souligna le mot--fût Français, j'insisterais vivement pour qu'il fût
remis tout de suite en liberté!...

--Ah! faites-le! faites-le! dit-elle.

--Volontiers, reprit le rusé Vénitien avec un ton de plus en plus
doucereux; très-volontiers, mais il faut me seconder. Suivant mes
ordres, vous n'êtes point sortie de ma demeure: vous n'avez dit à
personne qui vous êtes, d'où vous venez. C'est bien. Aussi l'on ne vous
a point inquiétée. Vous vivez au milieu de gens qui vous affectionnent,
tandis que peut-être voue seriez en prison...

--Que n'importerait la captivité, si c'était avec lui!

--Certainement; mais ce ne serait pas avec lui, répliqua Cabot, en
souriant. Il est cependant un moyen de vous le rendre...

--Dites! oh! dites!

--Vous le connaissez ce moyen, ma fille. Que notre captif nous dise ce
qu'il a fait de ses plans, et je vous jure qu'aussitôt il sortira de son
cachot.

Toutou-Mak secoua la tête d'un air triste.

--N'est-ce pus vous-même qui nous en avez parlé, de ces cartes? continua
Cabot, n'est-ce pas vous qui m'avez dit qu'étant dans votre île,
il faisait des dessins comme celui-ci ajouta-t-il, en désignant une
mappemonde sur la muraille, et n'est-ce pas vous qui nous avez avoué
qu'il possédait assurément ces parchemins avec lui, au moment où vous
fûtes capturés, car ils ne le quittaient jamais?

--Toutou-Mak a dit vrai, fit la jeune fille avec mélancolie.

--Eh bien, mon enfant, tâchez de savoir où il les a mis, où il les a
cachés, répliqua Jean Cabot, en fixant sur elle un regard scrutateur.

--Et s'ils sont perdus?

--S'ils sont perdus!... Mais non, ils ne le sont pas.....

--Ah! pourquoi, s'écria-t-elle en pleurant, ai-je parlé de ces dessins!

--Croyez-vous que nous n'en aurions pas eu connaissance? dit Cabot en
cherchant à lui en imposer par son geste.

--Pourquoi donc alors ignorez-vous où ils sont? riposta-t-elle avec une
naïveté qui mit en défaut l'astucieux vieillard.

Il se mordit les lèvres et repartit:

--Enfin, ma chère enfant, je ne discuterai pas avec vous; mais faites en
sorte de nous procurer ce que je vous demande. Dites à votre ami qu'il y
va de sa vie... et aussi de la votre...

--Oh! la mienne n'est rien!

--Et la sienne? reprit vivement Cabot, comprenant qu'il avait mis le
doigt sur la corde sensible.

--La vie de mon ami! dit-elle en pâlissant affreusement; oh! si elle est
en danger, pour le sauver je ferai tout ce que vous voudrez.

--Ah! je savais bien que nous finirions par nous entendre, dit
joyeusement le Vénitien. Je vais, ma fille chérie, vous faire donner une
permission pour voir le prisonnier. Vous aurez une heure de tête à tête
avec lui, ajouta-t-il en décochant à Toutou-Mak un coup-d'oeil gaillard;
dans une heure, une jolie femme peut tout obtenir d'un homme, mais
souvenez-vous que si, au bout de ce temps, vous ne me rapportez pas les
plans, je ne réponds plus de ses jours ni des vôtres!



                                  XX

                LE CHÂTEAU.--LE «MATTHEW.»--BACCALÉOS.

                              CONCLUSION


Nous l'avons dit, élevé au XIe siècle par le comte de Glocester et
détruit au XVIIe par Cromwell, le château de Bristol était situé à
l'est de la ville. On y arrivait par les rues Saint-Pierre et du Vin,
auxquelles il servait de protection. C'était un amas considérable
de tours, tourelles et courtines, que commandait un énorme donjon,
semblable, par la forme et la dimension, à la Tour de Londres (_White
Tower_). Un large fossé, qu'alimentait la Frome, circulait tout autour,
à quelques pieds des remparts. Il n'avait qu'une seule issue: vis-à-vis
de la cité.

Le coeur de la jeune Boethique lui battait terriblement en approchant,
voilée, de cette redoutable forteresse, dont les hautes murailles
noircies, les créneaux menaçants rappelaient les plus sombres rochers de
la côte groënlandaise.

Un hallebardier, à la mine farouche, l'arrêta sur le pont-levis.

Elle montra une permission de passer que lui avait remise Jean Cabot,
et on l'introduisit dans un corps de garde extérieur, voûté, enfumé,
où quelques soldats dormaient étendus sur un lit de camp, tandis que
d'autres buvaient de l'ale ou jouaient aux dés sur une table graisseuse,
grossièrement équarrie. Une lampe de fer, fichée dans la muraille, les
éclairait, car le corps de garde ne tirait qu'une insuffisante clarté de
la profonde meurtrière qui lui tenait lieu de fenêtre.

Toutou-Mak, fit rapidement ces observations. Elle avait l'oeil vif
et prompt de sa race. Elle songeait à l'évasion de Dubreuil, en cas
d'insuccès. Il fallait profiter de sa visite pour en faciliter les
moyens.

Son apparition au milieu des soudards donna sans doute lieu à des
plaisanteries grossières, à des gestes obscènes, mais elle était bien
trop préoccupée pour remarquer les uns ou pour entendre les autres, même
si elle eût compris l'anglais.

Après une demi-heure d'attente, pendant laquelle on faisait viser son
permis, un homme vint la prendre. C'était le gardien en chef. Il avait
le costume qui a été maintenu pour les _warders_ actuels [55] de la
Tour de Londres: toque de velours noir, tailladée, tunique de drap rouge
galonnée sur toutes les coutures, la rose d'Angleterre brodée sur la
poitrine, la fraise plissée au col; une forte ceinture de cuir, d'où
pendait, par un anneau, un gros trousseau de clefs.

[Note 55: On sait que c'est le costume du temps de Henri VII.]

Cet homme fit signe à la jeune femme qui le suivit en silence.

Ils traversèrent une voûte, que dentelait au sommet une herse de fer,
sous laquelle une sentinelle était en faction; puis ils arrivèrent à
une porte fermée. Le conducteur échangea un mot d'ordre. La porte fut
ouverte. Elle précédait une seconde voûte armée et formée comme la
première. L'échange d'un autre mot d'ordre leur en livra l'accès. Ils
pénétrèrent enfin dans la grande cour du château, dont quatre caronades
défendaient encore l'entrée.

Malgré son étendue, cette cour était sombre, triste comme sa clôture. Le
manque d'air, le manque de lumière se faisait sentir même sur le chétif
et souffreteux jardinet établi au milieu. On y étouffait. Des casernes,
des magasins, des arsenaux étaient rangés autour des murailles. Sous la
tour sud-est, on voyait la maison du gouverneur, que dominait de toute
sa puissance, au nord-est, la Guette ou donjon.

Ce donjon se composait d'une tour ronde colossale, élevée de cinquante
pieds, à laquelle on en avait annexé extérieurement une autre, haute du
double.

Un fossé en protégeait le pied, au dedans du château comme au dehors.

Parvenu devant ce fossé, le guide de Toutou-Mak porta un sifflet à ses
lèvres et en tira un son aigu.

Aussitôt un soldat parut à une embrasure, reconnut le gardien, et
un pont-levis s'abaissa. Ils franchirent ce pont, s'arrêtèrent à
l'extrémité dans une salle basse, où une vieille femme fouilla les
vêtements de Toutou-Mak; puis, précédée du geôlier, celle-ci passa dans
un corps de garde placé derrière cette pièce; le geôlier ouvrit
une porte, et ils gravirent un escalier à vis, dans lequel le vent
s'engouffrait avec des lamentations lugubres. La cage en était si
étroite que deux personnes n'eussent pu monter ou descendre de front, si
obscure que Toutou-Mak se heurtait à chaque palier contre les marches.

L'ascension se termina enfin par une série de petits escaliers
s'embranchant dans le tronc principal. Une meurtrière les éclairait.
Chacun n'avait que cinq ou six degrés.

Le taciturne geôlier tira les verrous d'une porte, en fit jouer la
serrure; un lourd panneau grinça âprement sur ses gonds, un autre
encore, et l'homme, se retournant, poussa la jeune femme tremblante
dans une cellule où un vif rayon de soleil, flambant à travers la grille
d'une ouverture carrée, lui éblouit tout à coup les yeux.

Et la porte se referma avec fracas derrière elle.

L'émotion faisait chanceler Toutou-Mak. Elle s'appuya à la muraille.

--Qui êtes-vous? que me voulez-vous? dit en français une voix bien
connue, dont le son la ranima aussitôt.

Elle se précipita vers un homme en haillons, étendu sur une misérable
litière, en un coin du cachot.

--Qui êtes-vous? que me voulez-vous? répéta-t-il.

Puis son coeur bondit, s'échappa tout entier dans un cri

--Toutou-Mak!

La jeune femme venait de relever son voile.

Pauvre capitaine Dubreuil, comme huit jours dans cette prison l'avaient
changé! Il avait plus vieilli en ce court espace, de temps que durant
ses trois années d'épreuves, épouvantables bien souvent, passées au
milieu des sauvages du Succanunga et de Baccaléos!

--Je t'apporte la liberté! lui murmura son amante entre deux baisers
mouillés de larmes.

--La liberté! les Anglais, nos ennemis jurés, me rendraient ma liberté!
Ah! je ne puis croire...

--N'es-tu pas Français?

--Eh! c'est bien pour cela que je doute de tes bonnes paroles. Mais elle
ne me fait plus rien la liberté! puisque je te revois; que je te presse
sur mon sein. Ce n'est pas un rêve!... J'ai besoin d'être rassuré! Mes
sens ne me trompent-ils pas? Mais non, c'est toi, je te sens, parle-moi,
amie, que j'entende le son de ta voix; car j'ai peur encore qu'un songe
décevant...

--Non, mon bien-aimé, dit-elle en le baisant avec tendresse, non, ce
n'est pas un songe. Je suis là, je t'aime! Nous serons libres tout à
l'heure...

--Libres! fit-il avec un mélancolique sourire. Tu as confiance aux
Anglais, toi!

--Mais on m'a promis...

--Ah! leurs promesses! je les connais! Laissons là. Embrasse-moi!
encore! encore! Je puis mourir maintenant..

--Mourir! ne prononce pas ce mot, Guillaume! il m'effraie!...

--Je ne complais plus sur une félicité pareille. Depuis six semaines je
ne t'avais pas vue. Plongé dans le fond du navire qui avait enlevé celui
qui nous ramenait en Europe, enfermé ensuite dans cette tour, sachant
combien est ardente la haine des Anglais pour nous, il ne me restait
aucun espoir. Hélas! je me disais: Que je la revoie un moment, un
seul, et j'affronterai gaiement la mort. Mais j'ignorais ton sort,
comprends-tu mon anxiété, mes angoisses?... Que t'est-il arrivé, dis?

--Plus tard, ami, je te conterai cela. Écoute...

--Non, non, rien avant que tu ne m'aies conté...

--Eh bien, quand le vaisseau fut pris, on me transporta sur l'autre où
je fus convenablement traitée par le chef...

--Cela m'étonne.

--Il empêcha ses guerriers de me brutaliser, et en débarquant dans ce
grand village anglais, comme tu l'appelles, on me plaça dans une grande
cabane dont le maître me fit bon accueil. Mais il me défendit de sortir,
m'ordonna de mettre ces vêtements, et m'interrogea...

--Ah! il t'a interrogée?

--Oui, sur toi, sur l'île...

--Et, s'écria Dubreuil, tu lui as dit qu'il y avait de ces pierres
jaunes, comme celles qu'on m'a volées en m'enlevant mes habits...

--Il me l'a demandé: j'ai répondu oui.

--Imprudente!... Mais non, pardonne, je, suis fou. Tu ne savais pas.

--Je lui ai dit aussi, continua Toutou-Mak s'armant de courage, que tu
avais fait des dessins...

--Tu lui as dit cela? proféra Dubreuil en la repoussant avec vivacité.

L'Indienne se mit à pleurer.

--Mon ami ne m'aime plus, il est irrité contre moi, sanglota-t-elle.

--Ah! je ne sais ce que je fais, dit-il en la ramenant doucement avec
la main. Vois-tu, le chagrin m'a troublé le cerveau. Sois indulgente.
Dis-moi que tu n'es pas fâchée de ma brusquerie...

--Fâchée? peux-tu le penser? c'est moi qui suis coupable.

--Du reste, reprit-il en plongeant ses doigts caressants dans les longs
cheveux de la jeune femme, qu'importe que tu leur aies dit cela!
Mes parchemins, ils ne les trouveront pas. Et si la France n'en peut
profiter, ce ne sera pas l'Angleterre; non, non, ce ne sera pas elle...

--Ils sont donc perdus, insinua Toutou-Mak.

--Point, dit-il avec un sourire, mais ils sont cachés, bien cachés.

La fille de Kouckedaoui refoula un cri de surprise et de joie près
d'éclater sur ses lèvres. Elle se pencha amoureusement vers Dubreuil,
lui jeta un bras autour du cou, et, sa joue appuyée sur la joue brûlante
du jeune homme:

--Mon bien-aimé les a donc serrés sur le vaisseau? dit-elle d'un ton
négligent.

--Du tout: oh! je n'étais pas si sot, je connais les Anglais, répondit
Dubreuil, se laissant aller aux charmes de l'expansion; d'ailleurs,
j'avais reçu une leçon. Tu te souviens de notre départ de Baccaléos, mon
adorée, tu te souviens de cette cruelle maladie que je fis, à la suite
de la grande chasse, d'où je revins avec une fièvre qui me retint dix
lunes au lit.

--Oh! oui, je m'en souviens, et me souviens aussi que, te trouvant
faible encore, après l'hiver, je voulus, malgré toi, t'accompagner à la
pêche ordonnée par le bouhinne, à la saison des oiseaux de neige[56],
afin, disait-il, de célébrer notre mariage par un grand banquet. Nous
partîmes, emportant nos chimans à la côte. Il y avait beaucoup de
phoques et de morses. Tu les poursuivais sur les glaçons, trop loin du
rivage. Je te priais de ne pas nous écarter autant. Mais tes oreilles
étaient alors closes à ma voix. Et un jour, un coup de vent nous
entraîna vers la haute mer. Nous étions seuls dans notre canot. Je
n'avais pas peur de la mort, puisqu'elle m'aurait frappée avec toi...

[Note 56: Le mois de mars.]

--Ah! je t'aime! s'écria Dubreuil, lui fermant la bouche sous un baiser.

Toutou-Mak reprit après un doux moment de silence:

--La tempête nous chassait toujours à l'est, quand le soir nous
aperçûmes ce que tu nommes un vaisseau, courant sur nous. Tu
appréhendais que ce fût un ennemi.

--Non, non, ce n'était pas un ennemi, mais un bateau flamand, qui
pêchait la morue dans ces parages. Il nous reçut bienveillamment à son
bord. Mais je commis la faute de parler au capitaine de mes découvertes,
de mes cartes. Il voulut voir celles-ci; j'eus l'imprudence de les
lui montrer; dès lors, il en désira la possession, me tourmenta pour
l'obtenir, et peut-être aurait-il usé de violence envers moi, si nous
n'avions été capturés par le navire anglais. Cette leçon, comme je te
le disais tout à l'heure, m'avait mis sur mes gardes. On me jeta dans la
cale avec les Flamands. Le capitaine anglais me questionna à son tour.
Je simulai la démence. Il me laissa tranquille. Mais, prévoyant ce
qui arriva, au moment de débarquer dans cette ville, vers le soir, je
profitai de la confusion et de la foule pour m'évader du navire, courus
cacher mes parchemins dans un rocher sur le bord du fleuve, et revins me
mêler aux captifs.

--Eh! quoi, tu ne t'es pas enfui, mon ami? s'écria Toutou-Mak.

--T'aurais-je laissée seule aux mains de nos ennemis? répondit-il avec
un doux accent de reproche.

--Oh! tu es bon!

--Je plaçai donc, continua Dubreuil, mon rouleau dans une fente du
rocher, à deux cents pas du vaisseau, et je traçai avec un caillou
une croix pour reconnaître l'endroit. Ah! si tes Anglais le savaient!
M'ont-ils interrogé, torturé, les lâches! Cet or, qu'ils avaient
découvert dans mes vêtements, et que j'avais négligé d'enfouir, cet or
leur tenait en tête! «Où l'as-tu eu? d'où viens-tu?» Non, non, ils ne
le sauront pas! Plutôt périr mille fois que de le leur révéler! Si le
capitaine du navire flamand n'avait pas été tué dans l'abordage, ils
m'eussent égorgé pour me faire parler!... Mais oublions ces souvenirs;
causons de toi, Toutou-Mak, causons de toi, chérie...

--Ah! que j'ai hâte de te voir libre! Pourquoi ne pas consentir à livrer
ces parchemins?

--Ces parchemins!... les livrer... aux Anglais... Jamais! oh! non,
jamais! s'écria-t-il avec un rire métallique qui fit frémir l'Indienne.

Puis il ajouta d'un ton impérieux:

--J'espère que la fille de Kouckedaoui ne trahira pas mon secret.

Et ses yeux perçants, rivés sur elle, exigeaient une réponse.

--Toutou-Mak sauvera son bien-aimé! dit-elle en l'embrassant avec une
ardeur qui lui fit tout oublier.

Le grincement d'une clé dans la serrure de la cellule les arracha à leur
extase.

--A bientôt! tu seras libre! dit-elle en quittant le jeune homme qui
secouait la tête d'un air de doute.

Toutou-Mak aimait trop pour s'arrêter aux nobles considérations
qui retenaient Dubreuil dans les fers, elle était trop crédule pour
suspecter un instant la bonne foi de Jean Cabot.

Elle vola à la maison de l'armateur, et, d'une voix haletante, lui
indiqua le lieu où il trouverait les cartes, en réclamant la liberté
immédiate du prisonnier, pour prix de ce service.

Cabot l'embrassa avec effusion, renouvela son engagement et ses
protestations d'amitié. Mais, ajouta-t-il, il fallut attendre quelques
jours, solliciter du roi d'Angleterre un ordre d'élargissement.

Toutou-Mak crut à tout cela. Pourquoi aurait-elle suspecté la sincérité
de ce vieillard, qui déjà trébuchait aux portes de la tombe?[57] Il
avait l'air si vénérable, si digne!

[Note 57: Il mourut, croit-on, l'année suivante.]

Une heure après, les Cabot avaient en leurs mains les précieux
documents.

Le soir, sous un prétexte futile, la jeune fille fut conduite à bord du
_Matthew_, amarré au quai de la Frome, près de l'église Saint-Étienne.
Mais là, on l'enferma dans une cabine, et la pauvre innocente comprit
alors seulement la perfidie dont elle avait été la complice involontaire
et le jouet.

Dans la matinée du lendemain, le navire appareilla et, béni par
le clergé catholique, sortit du port, aux acclamations d'une foule
nombreuse, accompagné de trois ou quatre petits bâtiments «que les
marchands de Bristol envoyèrent avec lui, chargés de gros drap, de
bonneterie et d'autres marchandises de peu de valeur[58].»

[Note 58: _Histoire des découvertes_, etc., par J.-B. FORSTER.]

Quand on fut hors du canal de Bristol, Sébastien Cabot, qui commandait
la flottille, ouvrit lui-même la cabine où était emprisonnée Toutou-Mak.
Il se jeta à ses pieds, la supplia d'excuser la conduite de son père et
de prêter l'oreille aux accents de l'amour qu'elle lui avait inspiré.
Sébastien aimait pour la première fois, il aimait avec la violence d'un
homme chez qui ce sentiment est nouveau vierge à un âge où chez les
autres il est souvent épuisé. Il aimait furieusement, comme aiment ceux
qu'une passion étrangère, soudaine, a détournés de leur concentration
habituelle. Il fut ardent, pressant, sublime d'éloquence. Le feu
étincelait dans ses yeux, tombait comme une lave brûlante de ses lèvres,
jaillissait en effluves de ses gestes. Toutou-Mak se montra plus froide
que les glaces du Succanunga. Un silence absolu, d'un dédain suprême,
fut sa réponse unique. Sébastien sortit désespéré et plus amoureux que
jamais. Maintes fois il revint à la charge, sans plus de succès. Une
nuit, emporté par la flamme qui le dévorait, il se lève, fou de passion;
il entre dans la cabine de la jeune femme. Tout est noir comme le crime
qu'il projette. On n'entend que le ruissellement des vagues aux flancs
du navire. Sébastien, les jambes flageolantes, la sueur au front,
s'approche du hamac où repose l'Indienne, il y porte la main.

Toutou-Mak bondit, saute à terre, et d'une voix vibrante:

--Écoute, dit-elle; je tiens un couteau; si tu me touches, si tu fais un
mouvement vers moi, je me tue.

Au fond, Sébastien n'était point pervers. Le délire avait pu un instant
triompher de sa raison, de ses bons sentiments. Son dessein lui fit
horreur; il s'enfuit sur le pont, en maudissant la destinée qui avait
jeté cette créature sur ses pas. Dès lors, il chercha à vaincre sa
funeste passion, et cessa de tourmenter la malheureuse jeune femme. Mais
ses efforts même n'eurent pour effet que d'attiser la fièvre dont il
était consumé. Le succès de son voyage avait cessé d'être le but unique
de sa vie. Morne, triste, il laissait plus aux vents qu'à son habileté
le soin de diriger la flotte; ses matelots commençaient à murmurer;
il ne les entendait même pas, quand un matin, alors qu'il se promenait
rêveur sur le tillac, la vigie cria:

--Terre!

Ce mot magique tira Sébastien de sa torpeur, et amena sur le pont tous
les marins, proférant des cris d'allégresse.

--_Bona Vista_,[59] murmura en italien le capitaine, en découvrant un
promontoire rocheux qui s'avançait dans la mer.

[Note 59: Ici je me suis conformé à la version la plus accréditée,
quoique contraire à l'opinion de Warden.]

Il aurait voulu aborder. Mais la brise l'emportait au sud-est. Il
rangea, à huit ou dix milles du rivage, une Côte, qui paraissait peu
fertile et profondément indentée.

Sur le soir, le vent étant tombé, le _Matthew_ mouilla dans une
baie qu'on nomma Saint-Jean, en mémoire de l'apôtre dont on fêtait
l'anniversaire ce jour-là, 24 juin.

Sébastien Cabot étudia les cartes dérobées à Dubreuil et y observa, à
sa grande satisfaction, le littoral qu'il venait de découvrir, assez
fidèlement dessiné. C'était la côte orientale d'une île triangulaire,
située par le 49° de latitude et 55° de longitude.

Une note indiquait que là, mais à peu près à la hauteur du 50° de
latitude, on trouverait le petit lac aurifère. Sébastien Cabot, ravi,
consulta Toutou-Mak qui, le voyant plus réservé, consentait maintenant
à causer avec lui. Mais elle ne put lui fournir aucun renseignement. Si
c'était réellement l'île désignée sous le nom de Baccaléos sur la carte
de Dubreuil, elle n'en avait jamais parcouru cette partie.

Le lendemain, Cabot leva l'ancre et cingla à l'est, puis à l'ouest et
au nord sans perdre l'île de vue. Il arriva ainsi dans un détroit si
correctement tracé sur un des plans de Dubreuil, que tous ses doutes
cessèrent.

Plusieurs jours s'étaient écoulés depuis la première découverte.
L'équipage voulait descendre à terre. Sébastien permit à quelques hommes
de s'y rendre. Ils revinrent bientôt traînant avec eux trois indigènes,
couverts de peaux. Toutou-Mak reconnut les Uskimé méridionaux.

Elle causa avec eux, et confirma le capitaine dans son idée qu'il avait
la terre ferme à sa gauche, l'île de Baccaléos à sa droite.

Les Esquimaux furent retenus sur le _Matthew_, et l'on vira de bord pour
aller ancrer dans la baie de Higourmachat, très-rapprochée du lieu où
Dubreuil avait recueilli ses pépites.

Toutou-Mak pria Sébastien de la laisser aborder, pour visiter sa mère
et ses compatriotes. Elle conduirait, assurait-elle, les Anglais au lac.
Mais le capitaine en était trop épris pour s'exposer à ce qu'elle lui
échappât. Loin d'acquiescer à son désir, il la renferma de nouveau, et
envoya à terre un détachement.

A leur retour, ses gens lui annoncèrent qu'ils avaient été assaillis et
repoussés par une forte troupe d'hommes armés, avec une perte de six de
leurs camarades. Cette nouvelle affligea d'autant plus Sébastien, que le
scorbut ravageait son équipage, et qu'on avait laissé en arrière les
petits vaisseaux qui naviguaient de conserve avec le _Matthew_.

Cependant, les matelots ramenaient un insulaire parlant quelques mots de
français, et qui s'était donné à eux en les prenant pour des Français.
Sébastien le fit venir en sa présence. Le sauvage paraissait enchanté
de voir des Innuit-Ili. Il témoignait d'une joie si excessive que le
capitaine, ne comprenant rien à ses gestes et à son jargon entremêlé de
termes français, le conduisit à Toutou-Mak.

Le sauvage poussa un cri de surprise, et la jeune femme se précipita
dans les bras de Triuniak. Il voulut l'emmener! Mais lui-même était déjà
prisonnier avec sa fille adoptive.

Cabot, satisfait de cette découverte, décida qu'il reviendrait, l'année
suivante, avec des forces suffisantes pour s'emparer de l'île, il reprit
sa route vers le nord, en espérant rejoindre la flottille et trouver un
passage au Cathay.

Toujours guidé par les plans de Dubreuil, il s'éleva ainsi jusqu'au
cinquante-sixième degré de latitude nord. Mais à ce point, il dut se
soumettre aux représentations de ses officiers et à la mutinerie de
l'équipage, qui considéraient cette tentative comme un échec, parce que
non-seulement on n'avait pas recueilli d'or, mais parce qu'on n'avait vu
qu'un pays nu, désolé, où le froid sévissait cruellement.

C'était à la fin d'août, Sébastien Cabot tourna le cap sur l'Angleterre
et rentra au commencement d'octobre dans le canal de Bristol.

Par une sombre soirée, le _Matthew_ essaya de franchir la barre du
fleuve Severn; mais, battu d'un vent contraire et ne réussissant pas à
s'affourcher, il courut, sous ses focs de beaupré, des bordées dans le
canal en attendant le retour de la marée.

Il était neuf heures environ. A l'exception du pilote et d'un homme de
quart, tout semblait dormir à bord. Néanmoins, dans une cabine, au pied
du grand mat, Triuniak et Toutou-Mak veillaient.

--Ma fille est-elle prête? dit à voix basse le Groënlandais, vêtu et
armé comme pour une expédition.

--Oui; partons. Tu as les cordes et ces instruments qui coupent le fer,
que j'ai pris à celui qu'ils nomment un charpentier?

--Je les ai. Mais es-tu sûre de bien retrouver ta piste?

--Toutou-Mak reconnaîtrait partout l'endroit où elle a posé une fois le
pied.

--Viens, ma fille.

Ils sortirent de la cabine, montèrent sur le pont en portant un lourd
paquet, et, se coulant vers la préceinte, l'escaladèrent pour glisser
sans bruit dans la mer.

Au sommet d'une falaise, un feu servait de phare, ils se dirigèrent à
sa lueur, traînant derrière eux une bouée de liège sur laquelle était
assujetti un gros rouleau de cordes. La traversée était longue, plus
d'une lieue.

Qu'était-ce pour de tels nageurs? De la côte à Bristol, huit milles
environ. En moins de quatre heures les deux Indiens eurent effectué le
double trajet.

Ils arrivent, contournent les murs de la ville en longeant la rive
droite de la Frome. Les voici devant le donjon du château. Le talus du
fossé est planté d'une oseraie, ils s'y blottissent. Le cri du faucon
déchire l'air; il est répété trois fois à intervalles réguliers, avec
des cadences particulières. Un objet blanc, un chiffon flotte à l'une
des fenêtres du donjon. On distingue cet objet à travers les profondeurs
de la nuit.

--Bien! murmure, en bandant son arc, Triuniak qui a poussé les trois
cris, il est là, il a reconnu notre signal d'autrefois: nous sauverons
Innuit-Ili.

Je n'entreprendrai pas de peindre les émotions de Toutou-Mak.

Le Groënlandais dévide un peloton de ficelle, en attache le bout à
une flèche et décroche cette flèche vers la fenêtre. Elle pénètre.
La ficelle est retenue. Alors Triuniak se jette à l'eau, en emportant
l'autre bout de la ligne et son rouleau de cordes, traverse le fossé
et va se placer sous la tour. A la ficelle, il fixe tout à la fois la
corde, quelques limes, un ciseau à froid et un couteau de matelot.

De nouveau le faucon exhale son cri.

La ficelle monte; avec elle la corde et les instruments. Une heure
s'écoule, heure de poignante anxiété pour Toutou-Mak. Le ciel est
complètement voilé. Il tombe une pluie fine. A peine aperçoit-on la
sombre silhouette du château. Nul autre son que le sifflement de la bise
et le clapotement monotones de l'eau contre la berge.

Enfin la corde s'agite. Les yeux de Triuniak discernent une ombre dont
le noir plus opaque tranche, à soixante pieds au-dessus de lui, sur la
masse générale des ombres.

La corde oscille, on entend un frottement sourd. Guillaume Dubreuil est
dans les bras de Triuniak; un moment après dans ceux de Toutou-Mak.

Mais il faut fuir. Pas une minute à perdre. Où? comment? L'Indienne
a tout prévu. En remontant la rive de la Frome, elle a remarqué un
bateau-pêcheur isolé; on s'en empare, on hisse la voile, la brise
est bonne; l'embouchure de la Severn est bientôt franchie. On passe
forcément sous le vent du _Matthew_, qui hèle le bateau; celui-ci ne
s'empresse guère de répondre; et, le lendemain, nos amis débarquent sur
les côtes de France.

Le 12 décembre de cette même année, au milieu d'un concours immense, on
célébrait avec toute la pompe catholique, dans l'église Saint-Remi, de
Dieppe, le baptême de Toutou-Mak, sous le nom de Constance, la patronne
du jour, et aussitôt après le mariage de Constance avec le capitaine
Guillaume Dubreuil.

--Mon fils, dit Triuniak en sortant du temple, tu m'as promis de me
ramener au Succanunga; tu tiendras ta parole n'est-ce pas?... Quoique
j'aime ton pays et ton Dieu je veux que mes ossements reposent près de
ceux de mes ancêtres, car je sens que l'Uski n'est point fait pour vivre
chez l'homme blanc, point fait pour habiter son paradis...

--Hélas! oui, répondit tristement Dubreuil, je t'y ramènerai puisque tu
le désires, père, mais, ajouta-t-il avec enthousiasme, je reconquerrai
sur les Anglais la gloire dont ils ont voulu frustrer ma patrie!

FIN



              TABLE

  A mon ami Ch. Dubois de Gennes.
  I--L'Insurrection.
  II--Les Sauvages.
  III--Le Groënland.
  IV--L'Angekkok-poglit.
  V--Kougib.
  VI--Disparition.
  VII--La Fuite.
  VIII--La Traversée.
  IX--La Rixe.
  X--Captif.
  XI--La Fête du soleil.
  XII--Le Chant de mort.
  XIII--Kouckedaoui.
  XIV--L'île des grandes cascades.
  XV--Le Terre-neuve.
  XVI--Monde Kouckedaoui.
  XVII--Retrouvée.
  XVIII--Le Fou.
  XIX--Bristol.
  XX--Le Château.--Le «Matthew.»--Baccaléos.
  Conclusion.

_______________________________
E. GREVIN--IMPRIMERIE DE LAGNY.





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "La fille des indiens rouges" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home