Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: Contes de Noël par Josette
Author: Dandurand, Josephine Marchand, 1862-1925
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Contes de Noël par Josette" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



CONTES de NOËL

par

JOSETTE



AVEC UNE PRÉFACE
de
LOUIS FRÉCHETTE



PRÉFACE

_Voici notre petite bibliothèque canadienne qui s'enrichit aujourd'hui
d'un nouveau volume; et, chose assez insolite chez nous, ce volume est
signé d'un nom de femme._

_La signature était-elle bien nécessaire cependant pour accuser cette
particularité?_

_Non._

_Car, autant le pseudonyme de Josette voile peu la gracieuse
personnalité qu'il a la prétention de couvrir, autant la féminité--pour
me servir d'un néologisme mis à la mode par les psychologues du
jour--autant la féminité de l'auteur se trahit à chaque page, je
pourrais dire à chaque phrase, dans des légèretés de dessin et des
fraîcheurs de teintes, que l'homme au pinceau le plus délicat ne
parvient presque jamais à atteindre._

_Tournures câlines, sous-entendus discrets, colloques semés
d'incohérences enfantines, petits mots doux et tendres comme des
baisers, tout révèle la femme, la femme jeune et aimante, dont--pour les
bébés surtout--la main est une caresse, le bras un oreiller, la voix une
chanson d'amour._

_En lisant ces bluettes,--car il s'agit de simples bluettes, de contes
si vous aimez mieux,--on s'arrête malgré soi devant tel détail saisi sur
le vif, telle nuance finement observée, telle vague ébauche dont les
contours perdus laissent deviner quelque délicieux profil; et l'on
s'avoue in petto qu'un doigt de femme pouvait seul crayonner avec cette
souplesse, qu'on dirait inconsciente._

_En effet, ce qui caractérise peut-être plus que toute autre chose le
style de l'intéressant petit volume que je suis chargé de présenter au
lecteur, c'est une absence de toute recherche, une facilité naturelle,
une allure indépendante et prime-sautière, qui donnent l'impression de
quelqu'un laissant courir sa plume sur le papier sans le moindre effort,
sans aucunement s'inquietter de bien dire, et sans s'en douter le moins
du monde racontant merveilleusement des choses charmantes._

_Car ils sont tout pleins de choses charmantes, ces petits Contes de
Noel qui respirent tant de suavité naïve, et qui évoquent autour de vous
tout un essaim de souvenirs ailés papillonnant à votre oreille avec les
échos des vieux chants d'église et des joyeux carillons d'autrefois._

_Ils vous bercent._

_Ils vous rajeunissent._

_Ils ressuscitent sous vos yeux mille figures lointaines, mille horizons
oubliés._

_Ils vous chuchotent je ne sais quelles ressouvenances qu'on écoute le
coeur attendri, et quelquefois même avec une larme tremblante au bout
des cils._

_Pour ma part, j'ai passé une heure bien douce à parcourir ces pages
toutes vibrantes d'émotions intimes, et je suis heureux que l'auteur
me permette de lui en offrir ici même mon remercîment sincère avec mes
confraternelles félicitations._

_Toute jeune encore, depuis trois ou quatre ans déjà, la charmante
conteuse s'était fait remarquer dans la presse; et plus d'une fois ses
jolies nouvelles, toutes empreintes d'un rare cachet de distinction,
avaient attiré l'attention de ceux qui, parmi nous, cultivent les
lettres ou s'occupent des choses de l'esprit._

_Il y a quelques mois à peine, à Québec, elle révélait son talent pour
la scène dans une petite pièce dont le succès fut éclatant._

_Ces débuts pleins de promesses, elle les confirme aujourd'hui par un
premier volume, qui n'est sans doute que la première perle de tout un
écrin._

_Les qualités d'écrivain dont elle y fait preuve lui donnent droit à
une place marquante dans notre petit monde littéraire; et, s'ils me
permettent de me faire ici leur interprète, je crois pouvoir lui offrir,
au nom de mes confrères de la plume, la plus sympathique et la plus
cordiale bienvenue._

_Tous s'empresseront même, j'en suis sûr de lui céder un siège
d'honneur, à une condition cependant--et cette condition, la voix du
patriotisme l'impose--c'est que ce premier ouvrage soit bientôt suivi de
plusieurs autres._

_Pour ma part, je lui dirai en lui tendant la main:_

--Madame, vous êtes maintenant débitrice d'un créancier qui a le droit
d'être impitoyable, parce qu'il parle au nom de tous, le Public._

  _Vous avez écrit les Contes de Noël.
  Tant pis pour vous:
  Noblesse oblige._

LOUIS FRÉCHETTE.

TABLE DES MATIÈRES.

  Noël au pays.
  Hier et Demain
  Le rêve d'Antoinette
  Le Jour de l'an
  Noël
  Le Jour de l'an au Ciel
  Histoire de deux Serins
  Le dernier Biberon



NOËL AU PAYS

On est à la Noël. Partout dans la campagne, sur la vaste étendue, les
longues routes blanches sont constellées. Entre leur bordure verte de
sapins,--ces bouées fleuries, guides du voyageur dans la plaine immense
et nivelée par l'hiver,--on les voit courir et se croiser à travers les
champs combles.

Et c'est comme une procession, ce long cortège de traîneaux venant de
toutes parts, s'acheminant tous vers l'église du village.

La rosse qui les tire, indifférente au froid comme à la gravité de
l'heure, trotte sans hâte, d'un pas égal et rythmé.

De ses naseaux l'haleine s'échappe en fumée lumineuse; mais cette
ressemblance lointaine avec les coursiers olympiens, dont les narines
flamboyantes lancent des éclairs, en est une bien trompeuse cependant,
car, voyez la pauvre bête--par exemple la dernière là-bas, avec cette
lourde charge--les ardeurs guerrières sont depuis longtemps mortes en sa
vieille charpente.

D'un contentement égal elle porte au marché les poches pleines, ou,
comme en ce moment, la famille à la messe de minuit.

Le pauvre cheval n'est pas né du printemps.

Cette demi-douzaine de marmots qu'il traîne là, et d'autres encore qu'on
a laissés à la maison, s'il ne les a pas vus naître, du moins les a-t-il
tous, chacun à son tour, menés à l'église petits infidèles, pour les en
ramener petits chrétiens.

L'histoire de ces vieilles bêtes est celle de leur maître.

Jeune et fringant, le bon animal brûla jadis le pavé pour conduire chez
"sa blonde" le père d'aujourd'hui. Et, depuis, ils cheminent ensemble
dans la vie, se supportant réciproquement, travaillant côte à côte,
indispensables l'un à l'autre, se retrouvant toujours aux heures
solennelles, aux moments d'urgence, moments où le plus humble des deux
devient parfois le principal acteur.

Quand il s'agit, par exemple, de longues courses pressées, l'hiver, par
les chemins débordés, au milieu de la "poudrerie" que soulève l'aquilon;
l'automne, quand le pied s'embourbe et se dégage avec peine dans les
sentiers boueux, et l'été sur les routes sans ombrage.

Élément obligé des joies de la famille, il conduit aujourd'hui "les
enfants" à la messe de minuit; cette fête unique pour les petits et
les simples; fête mystérieuse où ils retrouvent dans la touchante et
poétique allégorie de la Crèche, la reproduction tangible, comme une
incarnation des choses vagues et douées, du merveilleux qu'ils voient
parfois flotter dans les rêves de leur sommeil paisible ou dans les
fantaisies de leur imagination naïve.

Les deux plus jeunes de ces six heureux, enfouis, émus et recueillis,
dans le fond du traîneau, y viennent pour la première fois.

Tandis que le père, dès qu'on est arrivé descend le premier et se met en
devoir de tirer les petits de l'encombrement des "robes", le plus grand
saute à terre pour jeter la meilleure et la plus chaude peau sur la bête
qui fume. Et pendant qu'on l'attache, les mioches, rangés sur le perron
de l'église, engoncés, raides comme des mannequins dans leurs gros
vêtements "d'étoffe du pays", regardent et se disent tous bas:

--Pauvre Bidou, il ne verra rien!

Puis on les pousse dans le vestibule, où la main paternelle enlève
de leur tête, la "tuque" de laine profondément enfoncée. Les cheveux
suivent le mouvement, et demeurent tout droits, hérissés. Qu'importe!
les petits hommes, le coeur serré, ne quittent pas des yeux le chef de
famille, prêts à obéir au premier signe. A peine osent-ils passer en
hâte leur grosse mitaine au bout de leur nez et sur leurs yeux où le
froid a mis des larmes.

A travers la lourde porte on perçoit quelque chose de doux et de
troublant, quelque chose d'exquis comme un chant pour endormir les
anges. Soudain cette porte s'ouvre toute grande et les marmots
extasiés, le regard attaché sur les mille feux de l'autel, avancent
inconsciemment, marchent comme dans un rêve, jusqu'à ce qu'on les
retienne par leur habit.

Tandis que la foule s'agenouille et s'incline autour d'eux, ils restent
debout, sans mouvements, absorbés par la vue de la grotte de sapins,
cristallisée de sel, représentant la neige sous laquelle gît, presque
nu, le Petit-Jésus tout blanc, tout mignon, tendant les bras en souriant
aux fidèles qui l'adorent.

Certes, il ne fait pas chaud dans l'église; l'haleine y monte comme
l'encens, en spirales blanches, vers la voûte noire. Aussi, malgré la
présence du boeuf et de l'âne autour de la crèche, les petits gars se
disent-ils en eux-mêmes que cela leur semble bien insuffisant. Ils
craignent beaucoup que le bon Jésus ne grelotte, aussi légèrement vêtu.
Mais il y a là la sainte Vierge toute sereine, presque souriante; elle
s'en apercevrait bien, elle, puisqu'elle est sa maman, n'est-ce pas,
s'il avait trop froid.

Qu'importe! voilà saint Joseph avec un grand manteau rejeté en arrière
et dont il n'a que faire... S'il le lui mettait, ça ne serait pas de
trop assurément!

Mais non pourtant... Cela doit être. Il faut que l'adorable Jésus
souffre pour les hommes... afin d'expier leurs péchés!

On leur a souvent raconté cela.

Mais pourquoi les vilains hommes ont-ils fait des péchés?

Leur coeur se soulève, s'emplit soudain d'une grande indignation.

Un violent désir de venger le Petit-Jésus les saisit. Des gros mots--les
plus énergiques de leur vocabulaire enfantin--d'éloquentes invectives
leur montent aux lèvres pour flétrir les ingrats qui lui font tant de
mal.

Ils vont le prendre et l'emporter.

Ils vont le mettre dans leur lit; eux coucheront à terre plutôt! Ils
vont le couvrir de tout ce qu'il y a de chaud et de moelleux dans la
maison!... L'on verra bien ensuite si les méchants oseront venir le leur
ôter!...

Et les pauvres innocents, navrés, tout frémissants de la tempête qui
vient de passer en eux, reniflent tout bas, pris d'une grosse envie de
pleurer.

Tout à coup la musique cesse.

C'est comme si une main brusque chassait leur rêve en les réveillant
brutalement.

La grotte de sapins s'emplit d'ombres, et au milieu d'un vilain
brouhaha, on les entraîne dehors où le vent glacé les soufflette au
visage.

Sans un mot ils se laissent tasser, encapuchonner, envelopper dans les
fourrures, sentant gronder en eux une sorte de mauvaise humeur rageuse
qui se fond bientôt en un immense besoin de dormir.

A la maison on les sort de leur nid comme des sacs de farine--par les
deux bouts.

On les déshabille, on les couche sans qu'ils en aient conscience, sans
qu'ils prennent même part à ce fameux réveillon dont ils ont vu les
apprêts alléchants, et qui devait, dans leur espoir d'hier, couronner si
délicieusement la fête.

Leurs nerfs agités se reposent, dans un sommeil de plomb, de la secousse
qu'ils ont subie.

Et ce sera demain le débordement des impressions, les emportements,
les questions sans nombre, l'adorable histoire enfin des âmes neuves
s'ouvrant une première fois à la perception des choses de la vie.

Et, certes, sous quel plus pur et plus chaud rayonnement que celui de la
crèche divine; à quelle plus belle aurore pouvait s'opérer cette fraîche
éclosion!

Vive Noël toujours pour les mignons et les innocents!



HIER ET DEMAIN

_Un conte du jour de l'an pour le grand monde._

J'avais comme de coutume suspendu un bas de ma plus longue et plus belle
paire à mon clou particulier...

Sur un pan du mur de notre grande "Nursery", depuis bien des _jours
de l'an_, six clous réservés à l'usage antique et solennel restaient
alignes.

Ils y sont même encore, quoique la "nursery" ait perdu son nom et
son utilité. Ils y sont encore--persistants comme les bons
souvenirs--accrochant parfois au passage le bout flottant d'un
ceinturon, la dentelle d'une manche qui les effleure, comme pour
remendier un peu de l'intérêt de jadis.

Comme on devient maussade et moralisateur en vieillissant!

Ces clous innocents, qui faisaient autrefois battre mon coeur impatient
d'une joie sans bornes comme sans mélange, me font m'arrêter maintenant
toute rêveuse et philosophante.

Je les recompte sur le mur, pensant que tout cela c'est fini, songeant
aussi que l'un de leurs propriétaires n'y est plus, ne reviendra jamais,
etc. Bien d'autres idées se mettent à me passer dans l'esprit et je
reste immobile, là, au milieu de la pièce, regardant fixement..., nulle
part.

C'est que ces six clous en content, des choses!

Cela chante la poésie, la candeur de l'enfance, au milieu d'un entourage
qui accuse l'expérience, la maturité des sentiments, qui trahit jusqu'à
la transformation graduelle des aspirations chez les bébés grandis.

On voit ça et là des livres, des portraits, divers articles parlant tous
le langage d'un autre âge.

Et, devant le contraste de ces deux époques, l'on se demande laquelle
vaut le mieux?

Au temps que je suspendais mon bas, je n'aurais voulu pour rien au monde
perdre mes chères superstitions. Je croyais à _Santa Claus_ [1] avec
fanatisme.

[Note 1; Manière de désigner Saint Nicholas, que le contact anglais
a fait passer dans nos habitudes.]

Que ses desseins impénétrables, que ses dons mystérieux m'inspiraient
donc de rêves fantastiques, de conjectures délicieuses!

Et mon ingénieuse ignorance me laissait supposer des trésors enfouis en
des sphères féeriques, que des notions plus positives m'ont depuis fait
oublier!

Aussi l'on ne saurait se figurer quelle mélancolie, quel vide se
produisit dans mon âme, quand ces adorables chimères commencèrent à me
paraître moins vraisemblables!

Je résistai quelque temps à la désillusion; je retins, comme malgré eux,
les bien-aimés fantômes qui voulaient s'enfuir.

Lutte inutile! Il m'eût fallu, pour garder ma foi naïve, mes rêves
chéris, fermer mes oreilles et mes yeux, arrêter les recherches de ma
raison curieuse, oublier les leçons journalières de l'expérience,
toutes choses qui voulaient voir, entendre, déduire avec une ardeur
désespérante.

Je vis, j'entendis, je raisonnai tant qu'un bon jour je sentis avec
douleur qu'il me fallait faire mes adieux à mon pauvre _Santa Claus_.

C'était ingrat et ridicule; la dette de reconnaissance que j'avais
accumulée, toutes les effusions, les joies du passé, tout cela était
donc absurde et faux?... J'en voulais aux autres de m'avoir trompée...
En somme, je me sentais fort malheureuse; le monde me semblait bien
morose, bien insignifiant!

Le coup décisif arriva ainsi:

Ce soir-là, malgré mes doutes, j'avais fait comme les autres, car il y
avait derrière moi tout un petit peuple encore crédule que je regardais
avec un mélange d'ironie et d'envie.

--Après tout... qui sait? argumentai-je en moi-même, c'est peut-être
toujours vrai... Le bon Dieu est bien bon, et si puissant! Qu'est-ce qui
empêche qu'il envoie lui-même, directement, son expert et fidèle _Santa
Claus_, distribuer les récompenses à ses petits enfants? Du reste, je
vais bien voir. Mes yeux veilleront plutôt toute la nuit. Il faudra
enfin que cela s'éclaircisse! S'il en vient un autre que l'envoyé du
ciel, il ne m'échappera pas celui-là!

Ma surveillance d'ailleurs ne faisait pas que de commencer à s'exercer.

Toute la journée, moi-même, j'avais voulu être portière. Les allants et
venants, les paquets petits et gros, les colloques suspects, tout fut
noté avec soin, sans trahir pourtant d'indices révélateurs.

Mon scepticisme pâlissait; mes illusions reprenaient vigueur.

--Je vais bien voir! me répétais-je tandis qu'on emportait la lumière,
que les innocents qui m'environnaient se mettaient à ronronner et à
marmotter des choses inintelligibles en leurs rêves d'or, je vais bien
voir!

Mon Dieu qu'il en coûte de voir quand il fait nuit, que la pendule
vous berce obstinément de son monotone tic-tac, que le sommeil caresse
doucement le bord de vos paupières, engourdit sans bruit vos pensées!

Mon Dieu, que c'est difficile de ne pas oublier son inébranlable
détermination, de ne pas céder à la persuasive et commode logique du
consolant Morphée! J'y mis pourtant toute mon énergie; ma vigilance
ne s'était pas ralentie pour la peine d'en parler, au moment où, vers
minuit, l'on vint mettre dans le corridor la veilleuse dont une lueur se
projetait justement sur la rangée de nos bas encore vides.

--Je vais bien voir! fis-je avec un redoublement d'anxieuse émotion...

Rien d'inusité ne se passe. Quelqu'un qui rentre dans sa chambre, un
silence profond, prolongé...

Tout plaide en faveur de _Santa Claus_.

J'écoute encore... rien... Je me rassure, ma tête inquiète et tendue
retombe souriante sur l'oreiller; tous les chers fantômes rentrent en se
bousculant joyeusement dans mon cerveau rasséréné.

_Santa Claus_ triomphe. II s'avance déjà dans mon rêve, radieux, courbé
sous un fardeau monstrueux, riant malicieusement dans sa longue barbe
blanche de givre et d'antiquité.

Oh, le beau moment!

Je savais bien que ces gens-là mentaient qui disaient avec de mauvais
sourires:

--Il n'y a pas de _Santa Claus_! Est-ce que le bon Dieu se mêle de
cela?...

On a beau dire, personne ne devine si bien nos souhaits et nos désirs
intimes pour cacher adroitement dans nos bas juste les choses que nous
voulons.

Cher vieil ami! J'aurais voulu lui sauter au cou tant je le trouvais bon
d'être revenu!

Oh! il devait bien avoir dans ce grand sac, de beaux patins pour moi! Je
les lui avais demandés avec tant d'instances!

Avais-je dormi longtemps quand un bruit soudain me fit ouvrir les yeux?
Je l'ignore.

C'était un son métallique qui m'avait réveillée. Avant d'avoir pu
recueillir mes esprits et de m'être rendu compte de ce qui arrivait,
j'avais vu l'ombre du nez paternel effleurer rapidement la muraille;
j'entendis en même temps le battement d'une pantoufle qui retraitait en
hâte....

C'en était fait à jamais de mes rêves merveilleux. Ils s'étaient effacés
avec l'ombre susdite!....

II n'y eut, pour me consoler de la décevante réalité, que les patins que
je trouvai dès l'aube, gisant sous mon clou particulier et dont la chute
intempestive m'avait si douloureusement éclairée sur le prosaïsme des
choses d'ici-bas.

Que de cruelles leçons m'a depuis données la vie, sans avoir pu épuiser
pourtant mon fonds de poétiques illusions, tant on en amasse en ces
folles années de l'enfance.

En l'honneur de ce premier de l'an, à ceux qui m'ont lue, je souhaite,
comme récompense, de n'avoir pas trop d'oreilles pour les sinistres
avertissements de cette vieille blasée qu'on nomme l'Expérience. Libre à
eux de ne pas croire à _Santa Claus_; mais au moins qu'ils lui trouvent
des adeptes en leurs petits enfants, en reconnaissance des grandes joies
dont nous lui avons tous été redevables.



LE RÊVE D'ANTOINETTE



_À ma nièce._

Quatre fois j'ai vu, quand c'était le printemps, les grosses branches
noires se revêtir de feuilles, et, fières de leur nouvelle toilette,
l'agiter avec un gai froufrou en se pavanant au-dessus de ma tête, et
les oiseaux tout joyeux revenir endormir leurs petits dans les berceaux
de mousse neuve, au milieu des feuilles fraîches.

Quatre fois j'ai vu, suspendues aux arbres, les corbeilles renouvelées
de fleurs blanches et roses que le petit Jésus y accroche au mois de
mai.

Quatre fois aussi, depuis ma naissance, le tapis blanc de l'hiver s'est
étendu sur la terre nue et laide pour la cacher à nos yeux attristés....

J'ai bien hâte de vous faire part de ce qui me préoccupe; mais je tenais
à vous dire cela auparavant, afin de vous donner une idée de mon âge.

Le calcul n'est pas difficile, et si vous êtes un peu perspicace, vous
avez deviné que j'ai eu mes quatre ans au mois de juillet dernier....

C'était la veille du jour de l'an; il s'agissait pour maman de m'amener
à la ville pour m'acheter une coiffure... Le petit frère malade l'avait
empêchée de s'en occuper plus tôt.

Le détail peut paraître futile, mais il est très important. La suite de
mon récit le prouvera.

A deux heures, j'étais habillée, mais d'une drôle de façon! Ne
trouvez-vous pas--Je le demande aux personnes de mon âge--que les mères
ont une tendresse bien chaleureuse? Je l'appelle ainsi, parce que leur
sollicitude et leur frayeur du froid les portent à nous emmitoufler de
manière à nous faire périr par un excès pour éviter l'autre.

Je ris beaucoup quand, au moment de partir, je m'aperçus dans la glace.

Un vrai peloton de laine!...

De mes boucles blondes, pas une n'avait osé s'échapper sous le triple
tour du nuage bleu qui m'enveloppait la tête. Mon nez, enfoui dans tout
ce lainage, paraissait si peu, que c'était à faire croire que je n'en
avais pas.

On ne m'avait laissé que les yeux de libres, car on savait que cela me
ferait tant de peine de ne rien voir...

C'était déjà assez triste de ne pouvoir parler!...

Ma bouche, il ne fallait pas y songer! Elle avait assez à faire de
respirer à travers tout ce qui la couvrait.

Enfin nous montons en voiture; puis, glin! glin! les grelots résonnent,
et nous glissons vite sur la neige unie.

Oh! que de jolies choses partout! Des équipages par centaines, de belles
dames, des petits enfants drôlement encapuchonnés comme moi!... Et,
dans les vitrines, que de merveilles! Des chevaux superbes qui semblent
attendre leur maître; à côté, des familles de poupées, les bras tendus
et les yeux grands ouverts, comme pour appeler et chercher leurs petites
mères parmi tous les enfants qui défilent devant elles.

A la fin, la voiture s'arrête, et Jacques, me prenant dans ses bras, me
dépose sur le seuil d'un grand magasin.

Une demoiselle, habillée de noir, avec beaucoup de colliers et des
cheveux frisés qui lui descendent dans les yeux, s'avance vers nous.

A la demande de maman, elle nous apporte plusieurs bonnets qu'on
commence à m'essayer.

Je n'ai pas besoin de vous dire que je profitai de ce moment de liberté
pour raconter tout ce que j'avais vu!

Après m'avoir mis, ôté et remis bien des choses plus ou moins
pyramidales, il se trouva qu'une certaine coiffure, que la demoiselle en
noir appelait très à la mode, sembla plaire davantage.

--Combien?

--Cinq piastres seulement! fit la demoiselle frisée, avec un air très
aimable et d'un ton engageant--un peu comme Marguerite quand elle veut
me coucher et que je n'ai pas sommeil.

Petite mère ouvrit des yeux plus grands que d'ordinaire.

--C'est bien cher!

--Remarquez que la peluche de soie est très dispendieuse, Madame,
observa la marchande avec dignité, en flattant le bonnet sur ma tête,
comme on caresse un petit chat. Celle-ci est de qualité supérieure....
Puis, cela va si bien à votre joli bébé! continua-t-elle en se penchant
pour me voir... Et c'est chaud. Cela couvre entièrement les oreilles...

Elle dit encore beaucoup de choses en tournant et retournant le bonnet
très à la mode.

Pendant ce temps, maman versait sur la table un grand nombre de sous
blancs que la demoiselle frisée donna à un monsieur en lui disant:
Cache! [2]

[Note 2: Cash, mot usuel dans le commerce canadien, pour appeler les
préposés à la caisse qui font la monnaie.]

Elle avait peur que nous ne les reprissions, probablement.

Je ne puis vous dire tout ce que je vis d'étonnant dans cet après-midi!
J'étais fatiguée de tant regarder, et me sentis presque heureuse quand
maman monta dans la voiture une dernière fois en disant à Jacques de
nous reconduire chez nous.

Une multitude de lumières brillaient partout.

Les rues étaient remplies de monde, de voitures, et de bruit.

Tout à coup, à l'angle d'une rue, au milieu d'une foule de personnes
qui passaient en riant et parlant très haut, que croyez-vous que
j'aperçus?... Une maman très vieille, avec sa petite fille, appuyées au
mur d'une grosse maison.

La mère avait les yeux fermés et mettait sa main sur l'épaule de son
enfant.

Elle, la pauvre mignonne, avait une robe bien laide et toute déchirée,
un vilain mouchoir sur sa tête; ses mains étaient nues. Elle avait des
grands yeux bleus pleins de larmes, qu'elle levait parfois en tendant sa
petite main rougie vers les passants qui ne la regardaient pas.

Oh! qu'ils étaient méchants!

Quand je la vis ainsi grelottante et si triste, je frissonnai moi-même
sous mes flanelles.

Je fis un grand effort pour désigner la pauvrette; mais comment remuer
sous les robes pesantes qui m'entortillaient et m'emprisonnaient
complètement!

J'essayai de crier, mais le bruit de la rue couvrit ma voix. D'ailleurs,
nous allions très vite, et la petite mendiante disparut...

Je pleurai tout bas, et j'y pensai longtemps.

A la fin, comme j'étais bien fatiguée, je m'appuyai sur le bras de
petite mère, et ne vis plus qu'à demi les lumières qui dansaient en
fuyant.

Jacques me porta dans la maison. Papa nous attendait, et tout le monde
se mit à table pour dîner.

Je fus d'une sagesse exemplaire ce jour-là!

C'était charmant de voir comme je ne parlais pas, moi qu'on gronde
toujours pour trop bavarder!... Je ne mangeais pas beaucoup non plus,
on trouvait cela bien singulier, car habituellement j'ai l'appétit d'un
gros loup.

A la vérité, je me sentais bien pesante, et ma tête alourdie avait des
envies folles de tomber sur l'épaule de maman.

--Comme je serais bien dans mon lit! me disais-je tout bas.

Marguerite m'amena avant qu'on eût fini.

Je me laissai faire sans pleurer, ce qui est très rare; et, quand elle
me déposa dans mon lit tiède et mollet, l'égoïste Antoinette s'endormit
sans songer à la pauvre chérie qui avait faim là-bas, dans la grande rue
froide.

Soudain, quelque chose passe devant moi en m'effleurant... C'est un
quelqu'un mystérieux, vêtu d'une longue tunique blanche et vaporeuse.
Marguerite m'assure que c'est mon ange gardien.

Sa douce figure me sourit et m'invite. Fascinée par cet appel
irrésistible, je mets ma main dans celle qu'il me tend, et nous nous
envolons doucement tous les deux...

Me voilà de nouveau dans les rues claires et bruyantes.

Je ne sais comment il se fait que le joli bonnet de peluche est sur ma
tête!... Maman, craignant toujours les intempéries de l'hiver, me l'aura
mis à mon insu au moment du départ, je suppose.

Nous avions voyagé à travers la ville éblouissante pendant quelques
instants seulement, quand mon compagnon s'arrêta... J'avais devant moi,
qui?... la petite mendiante!

Sa main glacée est tendue, et ses yeux humides m'implorent. La vieille
pleure aussi, les yeux toujours fermés. Elle est bien lasse et s'appuie
pesamment sur l'épaule fatiguée de l'enfant.

Pauvre petite, je pouvais enfin contempler ce doux regard si triste qui
m'avait tant émue!

Je la caressais affectueusement en essuyant ses larmes et en l'appelant
soeur chérie.

Je voyais de près aussi le vieux haillon noué sous son menton, et qui
cachait si imparfaitement ses oreilles que souffletait la bise glacée.
Je l'avais enlevé pour mettre mon bonnet très à la mode sur sa jolie
tête, mais elle, l'ôtant aussitôt, me le rendit avec un sourire navré:

--J'ai bien froid, dit-elle, mais nous avons tellement faim, grand'maman
et moi!... et son regard, sa main ouverte nie suppliait encore...

--Un sou, un pauvre sou, s'il vous plaît! murmura sa compagne en
gémissant.

Que faire!... Je regardai la douce figure; elle souriait toujours, mais
restait muette.

Une idée me vint tout à coup à l'esprit.

--Pourquoi prodigue-t-on sans remords tant de sous blancs pour les
coiffures de certaines petites filles, tandis qu'il en est qui n'en ont
même pas pour acheter un morceau de pain lorsqu'elles se sentent mourir
d'inanition!

Cela me parut absurde, et je résolus d'aller tout de suite rendre
son méchant bonnet à la demoiselle, afin de rapporter les sous à la
pauvrette.

Après avoir couru longtemps, cherchant en vain le magasin aux bonnets,
je m'arrêtai, désolée, haletante, à bout de forces; puis, à la pensée
de celles qui m'attendaient là-bas, le coeur palpitant d'espérance, je
repris ma course stérile....

Le matin, à mon réveil, petit frère gazouillait dans son berceau, non
loin de moi, et je voyais les vitres, toutes rouges et d'or, étinceler à
travers le rideau de mon lit.

En ouvrant bien les yeux, je découvris à mes pieds une ravissante
poupée!... Le plus joli bébé, avec une masse de cheveux bruns, frisés
comme une toison!

Folle de joie, je me mis à courir pour montrer dans toute la maison le
cadeau du Petit Jésus.

J'embrassais tout le monde; je berçais mon joli bébé en chantant; je
caressais ses boucles soyeuses en lui contant toutes sortes de choses.

Ah! j'étais bien heureuse!

En regardant les yeux bleus de Mimie (ma poupée avait été baptisée tout
de suite, naturellement), certain souvenir qui me revint me rendit toute
triste...

--Papa, dis-je, en jetant mes bras autour de son cou, veux-tu me faire
un bien grand plaisir?

--Mais oui. On ne refuse rien à sa petite fille le jour de l'an,
répondit ce cher petit père, qui me gâte beaucoup, paraît-il, que
désires-tu?

Je racontai alors tout ce qui s'était passé, et, joignant mes mains avec
ferveur, comme pour prier le bon Dieu, je le suppliai de nous amener les
deux mendiantes pour les réchauffer et me laisser partager mes bonbons
avec la douce enfant.

-–Mais nous ne les connaissons pas, cher ange, objecta mon père en
m'embrassant avec tendresse.

--Oui, oui, reprit maman, je crois les connaître. Cette pauvre aveugle
est l'aïeule et le seul support de six orphelins, dont la mère est morte
de privations l'automne dernier.

--Veux-tu, petite mère? répétai-je tout bas.

Elle me prit sur ses genoux et me pressa sur son coeur, en promettant de
m'accorder tout ce que je demanderais.

Après la grand'messe, en effet, on revint me chercher.

Je m'installai dans la voiture, parée de mon fameux bonnet de peluche,
munie d'un cornet de bonbons, et accompagnée de mademoiselle Mimie, qui
faisait des grands yeux étonnés en se trouvant dehors.

Jacques nous déposa dans une petite rue que je n'avais jamais vue,
devant une vieille masure.

Oh! que c'était noir et triste là-dedans! Pas de feu, pas de lits
blancs, rien!... Tous les petits frères, appuyés sur les genoux de la
grand'mère, pleuraient amèrement en lui demandant du pain. Marie (c'est
le nom de la mendiante) avait ses bras autour du cou de son aïeule.

Jacques tira de dessous le siège de la voiture un grand panier qu'il
emporta dans la maison.

Figurez-vous que maman y avait entassé des robes, des bas, des gâteaux,
du vin, du pain, des poulets, des bonbons... Je donnai tous les miens
aux petits frères, qui me faisaient rire. aux larmes en les avalant tout
ronds.

Je prêtai aussi ma poupée à Marie. Elle osait à peine y toucher, et
disait avec admiration à la vieille aveugle:

--Oh! grand'mère! si tu voyais comme elle est gentille. Un vrai bébé
vivant!

La pauvre grand'maman pleurait, elle... C'est drôle comme les vieilles
gens pleurent toujours, même quand ils sont heureux.

Elle tenait les mains de maman et disait en secouant sa tête blanche:

--Que le bon Dieu vous bénisse, bonne petite dame! Que le bon Dieu vous
bénisse!

Elle répétait constamment les mêmes paroles en sanglotant.

Mais les orphelins étaient bien heureux.

Ils dévoraient les tartines que Marie leur distribuait, et allaient tous
en offrir un morceau à leur bonne vieille maman.

--Ne sois pas triste, grand'mère, nous n'avons plus faim! criaient-ils
tous ensemble, sans toutefois perdre l'occasion d'enlever d'énormes
bouchées à leurs gâteaux ébréchés.

J'aurais voulu passer la journée à les regarder faire. Maman interrompit
ma contemplation en me prenant par la main pour me conduire vers la
vieille femme assise près de l'âtre sombre. Elle m'approcha tout près de
celle-ci et dit en lui touchant l'épaule:

--Bénissez-la! C'est elle qui m'a amenée ici.

L'aveugle se leva toute chancelante, et, posant sur ma tête ses mains
qui tremblaient, elle prononça lentement ces mots:

--Ange du bon Dieu, soyez bénie!..

Petite mère lui aida à se rasseoir et m'entraîna hors de la maison.

Les dernières paroles que j'entendis avant que la porte se refermât sur
nous furent celles-ci:

--Que le bon Dieu vous bénisse! Ainsi-soit-il!



LE JOUR DE L'AN



_ Pour les sept petites filles de Monsieur L. O. David, député._

Assurément tous les petits enfants connaissent cette fête!

Elle est belle, elle est radieuse pour le plus grand nombre. Elle ramène
l'excellent vieux _Santa Claus_ avec des trésors fabuleux entassés dans
ses poches immenses et inépuisable.

Quelques-uns, hélas! ne connaissent de ce jour que les privations, plus
cruelles par leur contraste avec la joie de tout le monde.

Ces malheureux petits pauvres que _Santa Claus_ ne connaît pas, qui
ne trouvent jamais, jamais rien dans leur soulier, c'est aux enfants
heureux de les consoler, de se constituer leur Providence visible.

Le Petit-Jésus, lui qui n'oublie personne, voit leurs larmes. Il les
recueille toutes; il les change en des perles magnifiques dont il forme
des couronnes plus belles que celles des anges car les anges qui ne
pleurent jamais n'ont pas de perles à leurs couronnes. Puis, quand ses
amis dorment, il les vient chercher et les amène avec lui au ciel, pour
leur montrer ces précieux joyaux et les ailes faites de la gaze des plus
blancs nuages, qu'il garde pour eux.

Parmi les petites filles qui attendaient avec anxiété la joyeuse fête de
l'enfance, il en était sept qui, fort probablement, auraient été forcées
de renoncer aux étincelantes couronnes du Petit-Jésus, lesquelles ne se
gagnent absolument qu'au prix des soupirs et des peines, n'eussent été
les pleurs que leur faisait verser parfois la compassion. Et ceux-là
valent presque, aux yeux de Dieu les pleurs de la misère.

Heureusement, les nobles émotions de leurs âmes sensibles au malheur,
achetaient pour elles ces célestes récompenses.

Car des larmes!... d'honneur! c'était un article rare sous leur toit.

Hors le cas de pitié, elles n'en faisaient usage que juste ce qu'il faut
pour baigner le sourire, en vue d'obtenir les objets de leurs voeux.

On sait que c'est un principe de diplomatie qui a cours chez cette
petite engeance, qu'un attrait irrésistible à ajouter à sa requête est
celui d'un regard suppliant à travers des pleurs.

Et c'est d'excellente politique.

Le moyen de résister, je vous le demande, à tant de beaux yeux émus qui
prient avec une si gentille ferveur!...

Le bon Dieu ne l'a pas encore trouvé, lui qui est bien plus fort que les
hommes.

Mais en ce grand jour du "JOUR DE L'AN", il n'était pas besoin de ruse
ni de stratagèmes pour être heureux!

Mon Dieu! que de trésors enfouis dans ces petits bas longs comme rien,
mais si précieux pourtant avec leur riche et abondante _cargaison_!

Quel bon génie avait donc pu deviner les désirs secrets de chacune
pour déposer mystérieusement à son chevet pendant la nuit, l'objet si
ardemment souhaité?...

Il n'y avait qu'un "bon Jésus" pour réaliser des rêves si follement
ambitieux... pour verser si généreusement autant de merveilles entre
leurs petites mains!

Les jolies fillettes adoraient, je vous le jure, ce cher bienfaiteur, ce
prodigue ami des enfants sages et bons comme elles. Elles aimaient aussi
de tout leur coeur leurs parents.

Une pensée leur vint donc tout à coup, qui faillit compromettre
l'extrême félicité dont elles jouissaient. Pourquoi le cher papa,
pourquoi la belle maman ne recevaient-ils pas, eux aussi, des cadeaux du
ciel!...

Leurs bons petits coeurs se gonflèrent à cette réflexion.

Et l'attrait de toutes les choses prodigieuses étalées devant elles
disparut soudain.

La plus jeune des bébés, dont le bonheur s'était incarné sous la forme
de mille animaux mignons réunis en une arche de Noé lilliputienne,
laisse là son vaste troupeau gisant par terre dans une attitude de
désorganisation et d'inquiétude, comme s'il n'avait jamais été sauvé du
déluge, et que tout était à recommencer.

Par le plus bienvenu des hasards, entrèrent à ce moment dans la chambre
qui renfermait tant de désespoirs, les heureux parents de cette
intéressante famille.

La tristesse se fondit comme par enchantement sous une pluie de baisers.

--Nous en avons eu à profusion des présents du ciel! leur dit en
pleurant de bonheur leur mère--les joyaux inestimables, les trésors que
le bon Dieu nous a donnés, mes anges... c'est vous!...



NOËL

_Deux souliers_

Le petit Noël, au bout de sa tournée, s'arrêtait indécis devant deux
souliers qui lui restaient à remplir.

Et pourtant, rarement il hésite, car c'est son métier de semer à pleines
mains le bonheur sur sa route, et le bienfaisant génie a pour cette
tâche délicate les grâces d'état.

Jamais, depuis qu'il avait commencé sa carrière, depuis qu'il avait été
chargé de rappeler au monde le glorieux anniversaire en répandant les
trésors de la charité divine, jamais il ne s'était trouvé en pareille
perplexité.

C'est que pour un seul cadeau qui lui restait, il y avait encore deux
souliers à combler.

L'un était une merveille.

La mule d'une sultane n'est pas plus précieuse, et Cendrillon en aurait
avec plaisir chaussé son second pied.

Il était fait de peluche brodée d'argent, et, sur le noeud de satin,
nuancé comme une fleur, qui l'ornait, un papillon reposait dont les
ailes semblaient avoir gardé des reflets d'aurore.

Cambré sur son fier talon, touchant à peine le sol du bout de sa pointe
effilée, ce soulier ne semblait avoir emprisonné jamais que le pied
d'une fée mignonne, qui l'aurait laissé tomber à terre en s'élançant
vers son mystique royaume.

Mais, ce qui surtout faisait ressortir la grâce exquise de l'adorable
sandale et qui en même temps embrouillait complètement les idées de
l'excellent petit Noël, c'était le contraste du voisinage.

A côté de ce chef-d'oeuvre d'élégance et de luxe, gisait, sur le tapis,
le plus roturier des sabots.

Lourd, usé, crotté, il semblait durci au feu, après avoir été trempé aux
bourbiers des rues.

Pauvre petite ruine! peut-être au demeurant était-elle plus à plaindre
qu'à mépriser pour sa laideur....

Comme il avait dû vaillamment patauger, trottiner et courir pour être
ainsi sali et morfondu, le pauvre sabot! Mais, que venait-il faire ici?
Et pour qui réclamait-il les faveurs du petit Noël?

Celui-ci voyait bien devant lui--sommeillant dans leurs lits
respectifs--deux enfants, aussi dissemblables d'attitude et de nature
que l'étaient le soulier merveille et le grossier sabot; mais cela ne
tranchait pas son embarras.

Dans un berceau duveté, tendu de soie et de gaze blanches, vaporeuses
comme les visions d'un rêve, une enfant reposait.

Elle ressemblait aux anges qui ornent les autels, tant elle était belle
et pâle. Pas un soupir, pas un mouvement ne trahissait la vie sur sa
figure idéale. Son repos était une extase.

Tout auprès, dans sa camisole de bure, une fillette rose dormait
heureusement, la tête appuyée sur son bras potelé.

Ses cheveux en broussaille cachaient à demi son visage, et flottaient
comme une poussière d'or sur l'oreiller.

Parfois un plus long soupir accentuait sa respiration; ses bras nus
s'étiraient avec aise, ses lèvres closes, rouges comme un fruit mur,
s'ouvraient en un sourire de béatitude, ses petons dodus repoussaient la
couverture, puis la bouche rieuse se reformait en une fleur vermeille,
les menottes disparaissaient dans la brume blonde des cheveux, les
petits pieds blancs, devenus frileux, allaient s'enfouir sous les
lainages; et l'enfant se pelotonnait voluptueusement dans la tiédeur de
son nid.

En la contemplant, le petit Noël cherchait à s'expliquer le mystère de
ce bizarre rapprochement.

Il supposait bien, lui qui connaît intimement le bon Dieu, et qui
sait que sa toute-puissante Providence ne s'amuse pas à de futiles
espiègleries, il soupçonnait fort, dis-je, un dessein de la miséricorde
divine.

Et cependant!... répétait-il d'un air songeur en regardant le bébé
mignon, qu'il était bien près de trouver importun.

Un grand sac dégonflé pendait au cou du céleste émissaire, et chaque
fois que ses yeux tombaient sur le bon diable de vieux sabot, sa main
instinctivement tâtait ce sac vide.

C'était, selon toute probabilité, celui qui avait contenu les présents
réservés aux souliers de cette catégorie.

Déjà l'aube discrète glissait à travers les ténèbres ses lueurs lactées.

Bientôt le sommeil, agité de rêves fantastiques et de visions
éblouissantes, allait fuir les paupières enfantines, empressées de
s'ouvrir aux belles choses déposées à leurs pieds par la munificence du
petit Noël.

Il fallait se hâter. L'ami de l'enfance allait être pris en flagrant
délit de visibilité, et cela, il ne l'aurait pas voulu pour une couronne
de séraphin!

Chacun a son orgueil. Celui de cet excellent esprit est d'expédier
la besogne qu'on lui confie, d'une façon irréprochable, et surtout
promptement.

Jamais il n'a été surpris par le jour. Le flambeau que le bon Dieu lui
prête pour guider sa course à travers les ombres, c'est l'étoile qui
conduisait autrefois les trois rois d'Orient à la crèche du Sauveur.

Voyant que ses délibérations mentales ne l'amenaient à aucune conclusion
satisfaisante, l'envoyé du ciel éleva vers Dieu son pur esprit, et
sollicita une inspiration.

Il eut alors l'intuition du décret divin;

Le sac qu'il avait cru vide fut ouvert, et son bras s'y plongea jusqu'à
l'épaule pour en retirer un petit paquet mystérieux.

Alors les innombrables bibelots qui avaient été primitivement destinés
à l'opulente pantoufle furent divisés en deux lots, et les mandataires
muets qui, gisant sur le tapis, réclamaient tacitement leur butin, en
reçurent chacun une part égale.

Puis, louant le Créateur de son ingénieuse et tendre générosité, le bon
petit Noël brisa le cachet de l'enveloppe énigmatique dont il avait
deviné le contenu précieux.

Aussitôt, une poudre dorée s'échappant de ses doigts, tomba dans la
sandale de peluche, puis dans le misérable sabot.

Tout ce qui restait d'ombres dans la pièce s'évanouit devant le
poudroiement irisé de cette poussière merveilleuse, mettant partout des
rayonnements.

La fillette rose, blottie dans la profondeur des coussins, en devint
toute resplendissante, et l'ange pâle qui dormait à côté s'anima, se
transforma tout à coup, sous le feu des reflets magiques.

Un sang nouveau sembla s'infiltrer dans ses veines et colorer d'incarnat
les lis de ses joues. La vie refleurissait en cette frêle créature.

Le petit Noël s'était envolé sans bruit.

Deux voix enfantines éclatèrent ensemble comme un délicieux chant
d'oiseaux, emplissant le vaste palais d'échos inconnus.

En même temps une mère folle de joie accourait, élevait dans ses bras
son enfant ravivée, et s'écriait en la pressant passionnément sur son
coeur:

--Ma prière est exaucée! Soyez béni, Seigneur!

"Qui donne au pauvre prête à Dieu", dit un touchant enseignement. Dans
le cas actuel, le tout-puissant débiteur avait royalement soldé sa
dette, rendant un trésor pour une obole--une vie chère pour un abri
donné à l'orphelin.

Le partage avait été judicieusement fait par le délégué de la
Providence. Les deux souliers, sans distinction d'élégance ou de
difformité, avaient été surchargés de bonbons et de jouets.

Tout cela était merveille et nouveauté pour la naïve propriétaire du
vilain soulier.

La veille, dans le tumulte d'une grande rue, un groupe de passants
l'avait séparée de sa mère. Voulant la rejoindre et courant en tous sens
la pauvre mignonne se perdit.

Alors lasse et désolée, elle s'arrêta et se mit à sangloter dans son
châle, murmurant tout bas l'appel qu'elle avait longtemps répété avec
des cris déchirants:

--Maman! maman! soupirait-elle comme une invocation, tandis que son
petit coeur éclatait.

Soudain, elle sentit que l'on abaissait doucement ses mains. Une grande
dame, toute enveloppée de fourrures, penchée vers elle, lui demandait
tendrement:

--Pourquoi pleures-tu, mon enfant?

Cette belle femme douce et triste l'avait fait monter dans une superbe
voiture, et l'avait emmenée en un palais éblouissant où la pauvresse
fut choyée, dorlotée, à un tel point que le souvenir de son malheur en
devint moins cuisant.

Elle avait aussi trouvé, sous le toit hospitalier de sa bienfaitrice, un
ange consolateur.

C'était une enfant frêle, avec de grands yeux pensifs où il y avait
quelque chose de profond et de serein qui étonnait, en la subjuguant, la
simple fillette.

La belle dame contemplait avec attendrissement ces deux gracieuses
créatures s'observant avec curiosité et causant en leur langage
d'oiseaux.

Elle vint se mettre à genoux près du joli groupe, et ses yeux tout
pleins de larmes, allant de l'une à l'autre, semblaient les comparer.

--Que je serais heureuse! répétait-elle, que je serais heureuse!

Prenant entre ses mains la tête angélique de sa fille et la baisant avec
tendresse:

--Prie le bon Dieu avec moi, qu'il te fasse ressembler à cette chère
petite! lui dit-elle.

Les âmes innocentes s'entendent bien entre elles. Les deux bébés
devinrent bientôt les plus grandes amies du monde. L'une essuyait les
larmes de l'autre, qui finissait par sourire aux caresses de sa douce
protectrice.

Quand sa belle amie mit sa précieuse pantoufle sur le foyer, la pauvre
enfant perdue l'imita naïvement, et les compagnes, gentilles à ravir
dans leur posture d'anges, joignirent les mains et prièrent ensemble le
petit Noël de s'en souvenir.

Comme on l'a vu, leurs voeux furent accomplis.

Après avoir curieusement parcouru, scruté et exploré le logis magnifique
qu'elle occupait depuis la veille, la grosse fillette s'orna sans rien
dire de tous les présents qui avaient plu dans son sabot, jeta de
travers sur ses épaules le vestige fané qu'elle appelait "son châle",
posa sur le buisson inextricable de ses boucles un bonnet de laine, et
se présenta, ainsi équipée, devant un grand laquais qui se tenait debout
dans l'antichambre:

--Je veux voir maman, déclara-t-elle en levant vers lui sa figure
ingénue.

--Où demeure-elle, ta mère? demanda le laquais ironique sans se
déranger.

--Je trouverai bien. Ouvrez-moi seulement cette grande porte.

Le serviteur galonné se mit à rire en analysant le bizarre accoutrement
de son interlocutrice.

Elle le regardait avec ses grands yeux naïfs, et attendait. Quand, à
la fin, il se décida à ouvrir les deux énormes battants de la porte
massive, elle se retourna une dernière fois vers sa compagne, lui sourit
doucement en manière d'adieu, et, serrant plus fortement ses trésors,
pour ne pas les perdre en route, elle partit en courant.

C'est alors que le petit sabot se remit à patauger en expert, et que les
polichinelles et les poupées, étroitement emprisonnés entre ses bras,
eurent leurs cheveux joliment ébouriffés par les collisions diverses
qu'ils subirent avec les passants, les poteaux de réverbères, que
sais-je encore!

Et, ma foi, tout était pour le mieux.

Ces personnalités élégantes, en leur mise irréprochable, se fussent
trouvées bien dépaysées dans le logis où les conduisait leur petite
maîtresse.

L'emmêlement de leurs chevelures, et les menues avaries que reçurent
leurs toilettes pendant le trajet, les firent accueillir comme de la
famille chez leurs nouveaux hôtes.

Après une très longue course, notre amie s'arrêta devant une bicoque, et
frappa la porte du pied en appelant sa mère.

Elle tomba dans les bras de celle-ci, toute bourrée de ses cadeaux,
cherchant à les garantir jusque dans la chaleur de l'étreinte
maternelle.

Aux questions empressées: "D'où viens-tu, chère enfant? Qu'as-tu fait?
Où as-tu passé la nuit?" la fillette ne répondait rien. Elle exhibait à
ses petits frères son riche butin, ses yeux brillant du plaisir de se
retrouver dans la misère et l'intimité de sa cahute.

La rentrée de la chère absente avec son attrayant cortège chassa le laid
fantôme du désespoir qui était venu s'asseoir au foyer.

La mère ravivée, berçant longuement entre ses bras le bébé retrouvé,
oublia toutes les angoisses des dernières heures. Le bonheur qui
n'attendait que ce signal éclata dans la masure un instant assombrie...
Car le petit Noël avait aussi passé là, jetant dans les sabots la
semence d'or qui donne la paix du coeur, l'insouciance heureuse et la
fraîcheur colorée d'une vigoureuse jeunesse.

Pour récompenser la charité d'une mère, Dieu avait donc mis dans un
palais le don inestimable qu'il réserve à ses amis les pauvres. Il y
avait déposé le rare bien, l'unique trésor en cette vallée de larmes.



LE JOUR DE L'AN AU CIEL


  _A mes trois petites amies,
  Héva, Constance et
  Marie-Paule,_

Au ciel il ne fait ni jour ni nuit. Dans cet heureux séjour luit
constamment une splendide lumière, faite de toutes les aurores que le
bon Dieu garde en réserve pour nous les dispenser une à une, de tous
les rayons que nous verse journellement sa munificence sans jamais en
épuiser le trésor, et de tous les astres éblouissants qui lui restent à
semer encore dans les espaces azurés.

A la vérité, tout cela serait bien insuffisant pour éclairer l'immensité
du céleste royaume, si la toute-puissance du Créateur lui-même ne
l'illuminait d'un divin et suave reflet devant lequel le soleil pâlit.

C'est bien beau le paradis!... C'est si beau, si beau, que les hommes
n'osent pas essayer de le décrire!

Pourtant, à certains moments, paraît-il, le ciel retentit d'harmonies
inaccoutumées, et semble encore, si c'est possible, rayonner de clartés
plus magnifiques. Le jour de Noël, par exemple, c'est grand gala,
assure-t-on.

Je vais vous dire ce qui m'est arrivé, à travers les nuages des
enivrants échos de ces fêtes.

Les lyres d'or des séraphins vibraient encore des accents du beau
concert de Noël.

Déjà les élus les plus anciens--semblables aux bons vieux serviteurs qui
ne s'attardent jamais dans l'accomplissement d'un devoir--se relevant de
leur longue adoration aux pieds de l'Enfant-Jésus, dont c'était la fête
spéciale, songeaient à retourner à leurs postes respectifs.

Saint Pierre regagnait sa loge de concierge d'un pas alerte. (On sait
qu'au ciel, le grand âge n'est pas un fardeau.)

Sainte Cécile, qui s'était particulièrement surpassée par des élans
d'extatique inspiration, remettait sa harpe dans son riche étui.

Les petits anges folâtres, reprenant leurs jeux, se poursuivaient en
agitant leurs ailes blanches, jusqu'auprès de de la belle Vierge qui
souriait à leurs ébats, et sous la surveillance du grand maître des
angéliques légions, sain Michel.

Le vainqueur de Satan conservait l'allure formidable qui convient à
un héros guerrier. Il n'effrayait pas cependant, avec son grand
glaive--celui précisément qui lui servit dans son fameux combat avec
Lucifer--les petits soldats de son armée; quelques-uns d'entre eux
se réfugiaient jusque dans les plis de ses ailes pour échapper aux
espiègles assauts de leurs frères.

--Ah! maintenant, disait à d'autres bienheureux un beau vieillard, il me
faut songer à mes enfants de là-bas!

Savez-vous qui il appelait ainsi, ce beau vieillard? et soupçonnez-vous
un peu ce qu'il pouvait être lui-même?

Ce vénérable personnage n'était autre que le fameux _Santa Claus_. Et
_ses enfants_?... C'étaient vous, c'étaient toutes les fillettes sages
qui ont mérité des étrennes.

Mes chères amies, je ne voudrais pas être obligée de vous énumérer
toutes les choses inouïes, renfermées dans le magasin aux étrennes dont
notre vieil ami avait la charge.

Cela me prendrait bien plus de temps qu'il ne lui en fallut pour les
verser toutes dans ses énormes sacs.

Vous savez les superbes caresses que les fées d'autrefois faisaient
surgir de modestes citrouilles, et les toilettes magiques qu'elles
donnaient à leurs filleules!... Vous avez vu dans l'histoire de
Cendrillon de quels adorables bijoux ces mystiques dames couvraient
leurs protégées?... Eh bien, tout cela n'était rien à comparer au riche
bagage de _Santa Claus._

Songez-y! Il y avait là de quoi réjouir tout un univers de petits
enfants!

Quand le messager de la bienfaisance divine traversait le ciel, courbé
sous le poids de ses trésors, pour aller prendre congé du souverain
Maître et recueillir ses instructions, le bruyant cortège des anges
s'arrêtait pour le regarder passer.

Il se trouvait même des élus qui avaient été d'austères pénitents sur la
terre, et qui s'amusaient naïvement à examiner ses délicieux bibelots.

Saint Jérôme, par exemple, et d'autres saints qui ont toujours vécu
dans le désert, et qui n'avaient jamais vu de joujoux, s'extasiaient
littéralement devant tous ces chefs-d'oeuvre de la paternelle libéralité
du bon Dieu.

--Il y en a pour tout le monde? demanda le Petit-Jésus. Mes enfants
seront tous heureux?

_Santa Claus_ le croyait bien.

Il partit donc avec une troupe d'anges.

Ces anges sont pour le servir dans sa charitable tournée. Ils se
glissent doucement à l'intérieur des maisons, et déposent dans les
mignons souliers l'envoi du divin ami de l'enfance.

Cela exempte de la peine au bon vieillard et abrège la besogne. Il a
tant de chemin à faire dans une nuit!

La céleste délégation était de retour au paradis avant que fussent
tendus dans le firmament les voiles mordorés du matin. Le cortège, en
arrivant, alla se prosterner devant la divine Majesté.

Cependant, _Santa Claus_ n'avait pas, comme d'habitude, ce sourire
content que donnent la satisfaction du devoir accompli et la certitude
d'avoir fait des heureux.

Le Petit-Jésus, que la sainte Vierge berçait dans un lit tout orné de
diamants, tandis qu'elle chantait doucement de sa voix qui ravit le
ciel, le Petit-Jésus avait remarqué cela tout de suite:

--Les présents ont-ils donc manqué? Qui n'est pas satisfait?

Le bon _Santa Claus_ raconta alors ceci:

Mon travail était achevé sur la terre, dit-il. Je remontais lentement
vers ce céleste séjour en jetant sur l'univers un rétrospectif coup
d'oeil, pour m'assurer que personne n'avait été oublié. Je disais, en me
réjouissant, à mes compagnons;

--Là, nul ne pleurera demain! Les prières enfantines que notre bon
Père aime tant monteront vers lui reconnaissantes, chaudes et pleines
d'amour!... Mais soudain... j'aperçus, dans un des coins obscurs et
déserts d'une grande ville, quelqu'un... une enfant, seule, glacée,
perdue dans la nuit noire. Elle tremblait de frayeur, elle se mourait de
faim, de misère et de désespoir. La pauvre mignonne répétait tout bas,
pendant que ses grands yeux désolés regardaient le ciel et que ses
petits membres grelottaient:

--Mon Dieu, qui avez pitié des enfants délaissés!... Ma mère qui êtes
là-haut, voyez-moi... j'ai froid, il fait noir, j'ai bien peur!... Elle
étouffait ses sanglots de crainte d'attirer les affreux passants de la
nuit.

Que faire pour la consoler!...

Je me mis à chercher dans tous mes sacs, espérant y trouver quelqu'objet
oublié... mais, hélas!... rien, tout était épuisé.

Et d'ailleurs, qu'auraient pu des jouets devant cette détresse que vous
seul, puissant et généreux Jésus, pouvez guérir par un miracle. J'aurais
pensé à cela tout de suite, n'eût été l'émotion qui troublait mes idées.

Après un moment de réflexion, j'envoyai près d'elle un de mes anges, lui
enjoignant d'en avoir bien soin tandis que je viendrais vous supplier de
la secourir.

Le Père éternel, qui de son trône resplendissant avait tout entendu,
dit:

--J'ai vu les larmes de cette enfant J'ai entendu le cri de sa douleur
et de sa confiante prière!

Voici ce qui s'était passé tandis que _Santa Claus_ parlait.

Sur un signe du Tout-Puissant, un ange était aussitôt venu se prosterner
pour recevoir ses ordres.

Ce prince de la cour céleste était le plus beau des séraphins.

Un rayon de la souveraine bonté de Dieu--celui de sa miséricorde--se
reflétait en lui.

A son front brillait un incomparable diadème où était incrusté en
lettres formées de l'or des astres, le beau, le grand mot--DÉLIVRANCE.

--Va! lui avait dit le Dieu généreux et tendre, va briser les liens qui
retiennent sur la terre cette chère âme martyre!

A cette injonction, le messager obéissant se leva et partit.

Il n'objecta pas qu'il faisait bien noir là-bas, et que le lieu ou
gisait la pauvresse lui était inconnu.

--La Providence pourvoit et veille à tout!

Telle était sa pensée.

Il déploya ses grandes ailes plus lisses et plus blanches que celles
des cygnes, et descendit à travers les couches bleu sombre des espaces,
effleurant les mondes sans s'y arrêter, et laissant après lui dans les
ombres du firmament une longue traînée lumineuse.

Les savants terrestres dirent:

--C'est un admirable météore!

L'ange de Dieu, lui, qui soutenait la petite agonisante, souffla à son
oreille:

--Courage! voici la délivrance!

Quand l'envoyé de l'infinie miséricorde fut arrivé dans la grande ville
obscure et silencieuse, un phare, épanchant une douce lueur, semblable
aux rayons caressants de la lune, parut au ciel et lui montra sur le sol
dur et glacé, la belle enfant à genoux, suppliante, les mains élevées en
une muette prière....

Il enleva son âme et remonta avec elle au Paradis.

Là, elle reçut la belle couronne des élus et la glorieuse palme du
martyre!

Là, elle oublia toutes ses souffrances aux pieds de Dieu, auprès de la
tendre Vierge et de sa mère, qu'elle retrouvait là-haut!

Elle fut tout de suite amie avec les petits anges qui, pour jouir de son
naïf ravissement, se plaisaient à lui montrer toutes les splendeurs du
ciel.

Quand elle alla baiser les pieds du Petit-Jésus, le divin Enfant lui
demanda avec un doux sourire:

--Regrettes-tu ton jour de l'an de la terre, ma petite amie?

Des larmes de bonheur et de reconnaissance répondirent pour elle.

Le lendemain, les passants trouvèrent sur le pavé un petit cadavre froid
et rigide.

--Pauvre, pauvre enfant! murmuraient-ils dans leur pitié.

Mais elle, au sein de la félicité et de l'extase des cieux, disait
aussi:

--Pauvres, pauvres mortels!



HISTOIRE DE DEUX SERINS

_ Petite fable_

Le soleil avait souri, à travers les branches dénudées, d'un sourire
plein de promesses; les bourgeons avaient percé la dure écorce, les
corolles s'entr'ouvraient fraîches et rieuses, et les arbres, jasant
avec la brise, balançaient leurs dômes verdoyants au-dessus des sources
grondeuses.

Les oiseaux revenaient par essaims pour fêter la naissance des vertes
feuillées, et celle des marguerites, leurs petites amies des champs.

Les nids moelleux s'équilibraient aux jointures des branches; déjà
leurs hôtes se gazouillaient tout bas leurs espérances pour la nouvelle
couvée.

A la cime d'un grand chêne, tout une famille de serins saluaient,
certain matin, l'aurore de son premier jour.

Le ruisseau qui dort, sous les grosses branches de l'arbre géant, le
rayon de soleil qui miroite sur la feuille humide au bord du nid, le
coin d'azur à travers le rideau de feuillage, cette verdure flottante
qui les berce avec de caressants murmures, toutes ces nouveautés
ravissantes qui se révèlent à leurs regards étonnés, tiennent hors du
nid les têtes curieuses de ces êtres naissants.

L'horizon empourpré, la source éblouissante qui bondit sur le flanc de
la montagne, les flocons blancs dans le bleu du ciel, tout cela a
des tons chatoyants et séducteurs, des appels gros d'attraits et de
promesses pour les nouveaux éclos.

Et c'est un murmure continu, un concert de petits cris joyeux. Qu'ils
sont heureux de vivre!... Oiselets d'un jour, ils ont le présent
harmonieux et ensoleillé; et l'avenir!... l'avenir! Quand les plumes
dorées auront poussé, quand les ailes diaprées se déploieront avec la
vigueur de la jeunesse! l'avenir ne se prépare-t-il pas pour eux plus
doux que le nid, plus vermeil qu'un reflet de crépuscule dans le
ruisseau limpide?

Les petits serins ont crû. Ils ont atteint la taille ordinaire des
oiseaux de leur espèce; mais l'un d'eux surtout est un prodige,
l'orgueil de la famille, la gloire de la nichée.

Quand sa voix vibrante et modulée éveille les échos matinals, plus d'une
jeune serine sent palpiter son coeur d'oiseau, et joint une note émue à
ses trilles éclatants.

Les êtres ailés, moins méticuleux que les hommes, reconnaissent sans
formalité et acceptent sans élections, le souverain que Dieu semble leur
désigner dans celui d'entre eux qu'il dote de plus de charmes. Ceux
du vieux chêne avaient voué un culte d'admiration et d'hommage à leur
superbe compagnon.

Mais lui, indifférent à ses honneurs et à son prestige, ne formait dans
sa tête altière que des projets aventureux de fuite et de voyages.

Un jour--aussi puissant que beau--il s'élança d'un seul trait, de la
cime du grand arbre au sommet de la montagne lointaine. Puis, intrépide,
il alla se percher sur une branche morte accrochée au milieu de la
cascade fougueuse. De là il envoya au ciel sa chanson triomphale.

Ses parents effrayés avaient essayé de le suivre, mais tristement ils
étaient revenus au chêne, l'épier de loin, le coeur serré par un funeste
pressentiment.

D'un vol aussi rapide le téméraire enfant était revenu; toute la tribu
en émoi l'attendait anxieuse.

Au lieu de regagner le nid paternel où ses petites soeurs attendries
l'appelaient de toutes leurs clameurs, le jeune héros, comme pour lui
faire hommage de ses premiers lauriers, alla droit chez sa voisine,
la plus jolie serine du monde, secouer ses ailes étincelantes des
gouttelettes diamantées de la source, et roucouler la plus suave,
la plus délicieuse, la plus enchanteresse des mélodies que Dieu ait
enseignées à ses créatures.

Les humains qui l'entendirent crurent que les accords d'une musique
mystérieuse, s'échappant des sphères célestes, étaient parvenus à leur
oreille privilégiée.

Les échos émerveillés la répétèrent avec enthousiasme. Tout le vieux
chêne tressaillit, et un concert de louanges s'en éleva comme une fusée
vibrante et prolongée.

Ces joyeux accents avaient ragaillardi toute la peuplade. Chacun, sous
la feuille qui l'abrite, s'endormit paisible, rêvant de douces choses.
Seule, la belle serine avait compris le mot d'adieu caché sous la
chanson Brillante.

Tristement sa petite tête veloutée s'enfonça sous le duvet de l'aile
maternelle. Qui dira combien d'étoiles s'étaient allumées au firmament,
combien de soupirs avait poussés la brise à travers les feuilles
frémissantes avant que le repos vint clore sa paupière!

Le lendemain--toutes les fêtes ont un lendemain--les premiers reflets de
l'aurore avaient effleuré la cime de l'arbre séculaire, le roi du jour,
disant adieu à d'autres peuples, apparaissait, s'élevait majestueux de
son bain de flammes. Toute la nature chantait l'hymne matinale à
sa manière, et le vieux chêne était muet--muet, mais plein de
consternation, d'agitation et d'effroi.--L'idole, le serin adoré, le
beau charmeur des bois s'était envolé, laissant l'angoisse au nid, le
deuil à la voisine éplorée.

Elle, puisant une énergie désespérée dans l'agonie de son coeur, étendit
toutes grandes ses ailes frêles et timides, et disparut. La belle
idolâtre, n'écoutant que son amour, volait sur la trace du cher
infidèle.

Trois longs jours de recherches et de souffrances s'étaient éternisés
pour l'infortunée voyageuse. L'ouragan avait soufflé, la tempête avait
mugi.

Le matin du quatrième jour les arbres, courbés par la tourmente
redressaient leurs panaches ruisselants. Le soleil revenait sécher les
pleurs de la nature qui souriait à travers ses larmes en revoyant son
radieux époux...

La pauvre serine épuisée, affaissée sur une branche, buvait
languissamment des gouttes de pluie qui tremblaient sur une feuille de
peuplier...

Soudain, elle se redresse et bondit. Elle a entendu... Oui, ce ne peut.
être que lui!... Un petit cri bien faible, presque imperceptible;
mais pourquoi son coeur s'est-il arrêté à cette voix, pourquoi bat-il
maintenant à se briser! Elle attend inquiète, le cou tendu, le regard
intense, plein d'anxiété et d'espoir. Le cri se répète, doux, navrant,
prolongé.

Rapide comme l'éclair, la serine franchit l'espace qui la sépare de
son bien-aimé--oh bonheur! il était là, elle le retrouvait! Mais non.
L'espérance un moment ravivée allait s'éteindre à jamais. Hélas! le
roi du vieux chêne est blessé. Son aile rompue palpite de douleur. Une
fièvre brûlante l'agite et le consume. Il souffre. Il se meurt. Ah!
pourtant il ne peut périr, puisque le dévouement et l'amour subsistent
encore pour lui en un coeur féminin!

La jolie serine se fait soeur de charité. Multipliant les soins au
bien-aimé malade, elle vole au torrent, en rapporte dans son bec trois
gouttes fraîches pour les couler sur la blessure. Elle remet doucement
le membre cassé dans sa position normale, lisse de son aile de velours
les plumes hérissées autour de la plaie, verse dans la gorge altérée du
cher blessé une eau rafraîchissante. Elle voltige, sautille sur le gazon
d'une façon embesognée, va et vient, s'oubliant elle-même, s'épuisant
pour faire revivre ses amours.

A la fin l'héroïsme eut sa récompense.

Par la plus belle et la plus radieuse des matinées, le couple mille fois
heureux revint au pays. Le fiancé était si rayonnant qu'on ne s'aperçut
pas qu'il boitait un peu.

Il y eut noce complète au vieux chêne. De la base à la cime il retentit
tout le jour de chants d'allégresse.

Le beau serin resta le roi.

L'année suivante, en cédant le sceptre à son héritier, il lui donna ce
sage conseil... Au fait, que croyez-vous qu'il lui dit? De toujours
rester au nid natal, prudemment abrité sous l'aile maternelle?.. Oh non!

--Mon fils, lui dit-il, quand la mousse du nid, quand la tendresse de
ta mère ne suffiront plus aux aspirations de ton coeur troublé, va, mon
enfant, au sein de la tempête, recueillir une précieuse blessure; le
ciel alors t'enverra un messager béni qui te fera revivre deux fois!...
Mon fils, un pareil trésor vaut bien une aile brisée.



LE DERNIER BIBERON

On avait dit à bébé:--C'est fini maintenant! Vous êtes trop grande.
Il faut jeter cette affreuse chose au chat. Au _Çat_, répétait-elle,
captivée par le souvenir du favori. Et c'est tout ce qu'elle retenait de
ce grave syllogisme.

Or voici ce qui en était;

La question avait été agitée en famille à l'heure du couvre-feu, au
moment où bébé en camisole blanche, les gros petons nus, distribuait les
bonsoirs, embrassant à grand bruit sa menotte étendue, à l'adresse de
chacun.

Toutes les têtes levées, fascinées par ce Jésus potelé aux boucles
blondes, souriaient, lui renvoyaient les baisers; mais...... la bonne se
penche, et, à demi-voix:--Faut-il le lui donner?--Ah c'est vrai! fait
la maman subitement rembrunie, prise de lâcheté devant la grandeur du
sacrifice, puis cédant tout-à-fait:

--Si, pour ce soir. Alors le père, sans quitter sa gazette, mais
enlevant son cigare, prononce avec énergie;--Ne lui donnez pas cette
horreur! je vous en prie!

à! il proteste. Ça lui est bien facile à lui.

--On ne peut pas, fut-il objecté, tout d'un coup, comme cela....

Mais lui l'interrompant:

--Je te dis que vous l'empoisonnez!

Vous l'empoisonnez! voilà bien les pères. Ces stoïciens de la théorie,
ces braves d'arrière-plan qui commandent la manoeuvre d'une voix de
tonnerre et s'enferment dans leur cabinet pour ne l'entendre pas
exécuter.

--Eh bien! essayez, avait dit la maman avec résignation, intimidée par
tant de fermeté.

Mais vous ne savez pas encore le sujet du litige.

L'article en question, l'objet des foudres paternelles, c'est une petite
chose informe, d'une teinte grisâtre, brouillée, inquiétante; un lambeau
de caoutchouc, déchiqueté par des dents aiguës; c'est un vestige du
dernier biberon de bébé, aussi méconnaissable qu'une balle dont on
retrouve le plomb fondu et mâché; une chose, enfin, peu appétissante,
d'un parfum.... étrange, et à laquelle le petit monstre tient plus qu'à
tout au monde.

Aussi est-on décidé à en finir. Ce matin encore, comme le papa, fier de
surprendre son réveil d'oiseau, la prenait dans son nid, toute chaude,
les yeux couvrant clairs et grands à la joie du matin, et allait
l'embrasser avec ferveur, elle lui entra cet objet dans la bouche. Il
en cracha pendant cinq minutes, très en colère, jurant... d'opérer des
réformes radicales, de trancher dans le vif, bref, de faire un coup
d'éclat.

Et tout ce temps la pauvre insouciante victime de demain, la mignonne
rose savourait l'horrible suçon.

Après le départ de la bonne, il s'était fait un silence, gazette et
livre s'étant relevés.

Au bout d'une minute pourtant, la voix du tyran se fit entendre, mais
sans cet accent invincible de tout à l'heure, une voix très mitigée, où
l'on sentait poindre un attendrissement.

--Ne ferais-tu pas mieux d'y aller?

--Non, ce serait pire.

Nouveau silence, puis soudain, le choc attendu; une explosion de larmes
là-haut.

Il s'en suivit un tumulte, une envolée de feuillets,...

--Attends! dit le maître, tu vas tout gâter!

L'obéissance la retient un moment, mais les cris continuant elle se
précipite, et du bas de l'escalier:

--Marie! Marie! s'écrie-t-elle, donnez-lui! donnez-lui!....

Elle revient, le calme aussitôt rétabli, tout émue encore et murmurant:

--L'idée de le lui enlever ainsi, sans préparation!... Pauvre chou!

De son côté le papa très remué, mais voulant tenir décemment son rôle
jusqu'au bout, va chercher une allumette, ayant laissé son cigare
s'éteindre, et lève les épaules à l'effet de blâmer cette défaite à
laquelle il ne prend aucune part.

Il fallut donc apporter à l'événement tout le soin que nécessitent les
résolutions importantes.

--Depuis quand, monsieur le papa vous qui avez lu l'histoire, depuis
quand le progrès surgit-il ainsi spontanément, sans efforts, du terrain
des mauvaises habitudes et des abus? Citez-moi une réforme qui ait
poussé, de même qu'un champignon sur une terre inculte, sans être
amenée, conduite, préparée par une main habile et patiente!... Paris ne
s'est pas fait en un jour!

Telles sont les ressources de la diplomatie maternelle et le résumé de
son plaidoyer en faveur d'un atermoiement.

Bébé a deux ans et demi du reste et sa mère qui lit en son petit cerveau
comme dans un A B C ouvert, y voit déjà un embryon de logique. Aussi
est-ce ce bon sens en herbe qu'elle compte exploiter pour accomplir la
réforme projetée.

Bébé reçut un jour une superbe poupée bleue. Bébé fut ravie, folle de
joie, et ne voulut plus quitter cette poupée, pas plus à table qu'à la
promenade ou au bain. Il la lui fallut même pour dormir. Mais voilà! la
nouvelle venue est l'ennemie déclarée des suçons!

Que faire alors? Jeter le suçon au minou?

--Jeter à minou, fait le petit singe.

En effet, la maman ouvre la fenêtre et Bébé lance elle-même son meilleur
ami dans la cour.

Une fois blottie dans son lit blanc avec la précieuse poupée bleue,
l'heure du dodo venue, la pauvre petite s'aperçut bien qu'il lui
manquait pourtant quelque chose, car deux fois, elle rappela sa mère
qui l'avait ce soir-là bordée longuement, se sentant tout attristée,
le coeur fondu de compassion devant l'ingénuité de ce sacrifice sans
murmures; elle demanda du lait et voyant la tasse fraîchement vidée,
reprit avec un soupir:

--Bonsoir, maman.

Une prière, une seule, se pressait sur ses lèvres qu'elle n'osait
formuler, la sentant déraisonnable.

A la fin, trouvant un ingénieux prétexte pour trahir son gros regret:

--N'en a plus. Donné au çat! fit sa douce voix, du même ton insidieux et
enjôleur qu'on le lui avait répété tout le jour en vue du succès final.

Le tyran dans son antre, oubliant de lire son journal, attendait avec
impatience la fin de l'aventure.

--Eh bien! dit-il, dès qu'il la vit revenir, allant à pas de loup,
marchant avec précaution comme si le moindre souffle eût pu compromettre
la victoire espérée.

Bébé ne pleura pas, mais elle s'endormit fort tard, et au petit jour
elle s'éveilla en larmes demandant le suçon, puis s'avisant aussitôt de
l'absurdité de sa requête, elle se mit à crier plus fort.

--Quelque chose de bon!

Son innocente lâcheté avait encore sa pudeur.

Ce fut la réaction; et les événements ne tardèrent pas à justifier les
prévisions de la clairvoyance maternelle.

Au bout d'une semaine ce gros chagrin était oublié... et puis quoi!..

Eh bien Bébé ne s'en trouva pas plus mal, au contraire, puisqu'on ne
l'empoisonnait plus, et ce furent pour les sages les regrets:

Cette importante réforme si habilement obtenue, cet avancement notable
de l'enfant, ce progrès fameux, qu'était-ce en effet?....

La dernière étape de cet âge exquis de la première enfance où notre
chéri n'est qu'un poupon gras et rose qui tient tout, comme une petite
boule, dans la corbeille que lui font nos bras.

C'est le commencement de cet autre ou l'on devient conséquent, où l'on
comprend, où l'on souffre.

Y a-t-il vraiment là de quoi être fier?

C'est bien la peine de sevrer les pauvres innocents de leurs pures
joies! Par quoi les remplace-t-on?

Par les enseignements maussades de la raison, de l'expérience--cette
marâtre qui ne sait corriger qu'en châtiant.

Pauvre bébé, cher petit mouton qui te laisses tondre de tes gracieuses
et charmantes fantaisies, quand tu auras de grandes gigues et des
brèches dans la rangée de perles fines que découvre ton sourire, alors
on songera avec envie à ce que tu fus autrefois; on s'attristera de te
voir pousser si vite et laisser loin derrière les chers souvenirs du
temps des biberons.

C'est ainsi que le sort te venge de ceux qui s'acharnent à te rendre
sage--comme eux.

C'est probablement ce regret anticipé qui fit que la maman de tout à
l'heure, bientôt revenue de l'orgueil de son triomphe, put être vue
cherchant avec soin, sous sa fenêtre, parmi les balayures, un petit
objet perdu, pleurant presque, à l'exemple de bébé, à la pensé que le
vilain chat aurait bien pu en effet le manger.

Et, le vieux biberon disgracié, exhumé avec honneur, devint une
précieuse relique.





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Contes de Noël par Josette" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home