Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: Le chevalier des dames du dolent fortuné
Author: Dolent Fortuné
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Le chevalier des dames du dolent fortuné" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



produced from images generously made available by the
Bibliothèque nationale de France (BnF/Gallica) at
http://gallica.bnf.fr)



    Cy est le Chevalier aus Dames.
    De grant leaultez et prudence
    Qui pour les garder de tous blasmes
    Fait grant prouesse et grant vaillance

[Illustration]

[Illustration]

L'acteur

    Pensif et agravé de doeil
    Longtain de tout confort et joie
    Pleurant larmes de cuer et d'oeil
    Comme ung qui desespoir desvoie
    Nagaires: ainsi me trouvoie
    Sur ung lit: cuidant m'endormir
    Mais le repos dont fain j'avoie
    Failloit qu'il tournast en gemir

    La grant destresse de mon cueur
    Ne se souffroit estre obliee
    Ains il failoit que sa douleur
    Fust par maintz souspirs desliee
    Du lieu: ou elle estoit liee
    Par variance de fortune
    Que rigueur avoit aliee
    Sur moy plus que sur ame aucune

    Le cueur m'estoit en grant traveil
    Et en trespiteux pensement
    Parquoy mes yeulx furent en veil
    Toute la nuit presque ensement
    Qui ne fin ne commencement
    Trouver pouoye en mon mesaise
    Ne reconfort n'avancement
    D'espoir: qui les dolans appaise

    Toutesvoies comme nature
    Par sa fragilité desyre
    Avoir repos et nouriture
    Car a aultre chose ne tire
    Pour oblier mon deul et ire
    Grevé. de maintz divers propos
    Le sommeil me prit sans plus dire
    Dont tantost je fus en repos

    Je m'endormy assez et bien
    Non pas si fort que je vouloie
    Toutesfoys me fist il grant bien
    Ce bien petit que j'en prenoie.
    Lors comme au premier somp estoit
    Par devers moy vint une foys
    Dont forment je m'esbahissoie
    Je vous prometz a celle voys

    Disant ainsi de prime face
    Homs fortune/ resveille toy
    Essue tes ieulx et ta face
    Des larmes/ dont moillié te voy
    Ouvre tes yeulx: regarde moy
    Conforter vueil et esjoyr
    Ton cuer: qui est trop en effroy
    Or mectz diligence a me oyr

    Lieve toy sus: et te desmarche
    Du chetif lit ou tu remains
    Si prens de l'aincre et de la parche
    Cinq ou six fueilles en tes mains
    Aler te fault en lieu ou maints
    Sont indignes pour y aler
    Et lors verras ce qu'aux humains
    Cy aprés te fault reveler

    Il te fault estre secretaire
    D'un tresnoble et treshault secré
    Et si convient que solitaire
    Soyes. pour mieulx servir en gré
    Tu seras mis en tel degré
    Et en tel dignité d'office
    Que par dessus l'erbe du pré
    L'on prisera ton benefice

    Prens ce levrier/ blanc comme noif
    Et monte sus/ il te rendra
    Ou tu n'auras ne fain ne soif
    Ne froit ne chault ne te prendra
    Et au lieu ou il descendra
    Tiens toy illecq. et ne te mue
    En actendant ce que y viendra
    Sans parler nesque beste mue

    Escoute/ et voy/ et te tiens prés
    Ame n'aura qui te mesdie
    Et se tu oyes riens aprés
    Mectz le en escript/ quoy qu'on en die
    Tu y oiras grant melodie
    Et y verras par aventure
    Chose/ pourquoy ta maladie
    Sera mise a desconfiture

¶ Icy se taist la voix.

    A tant me tais et faiz depart
    De toy mon heure est acomplie
    Pense de tirer celle part
    Ou ta journee est establie
    N'actens ne prime ne complie
    Pour y aler. je te commande
    Car fol seras se tu l'oblie
    Quant si grant dame le te mande

¶ Icy continue l'acteur sa demande/ et devise comment le levrier le
porta en une Isle nommee l'isle de secret. Et lors vit arriver une dame
nommee Noblesse feminine/ et puis aprés ung Jeune homme nomme noble
cueur Lesquelz ne s'entrecongnurent point jusques a grant temps aprés.

[Illustration]

¶ L'acteur

    Lors ne savoie que devint
    La voix que estoit moult estrange
    Mais le beau levrier a moy vint
    Qui estoit blanc com est ung ange
    Il n'avoit pas jeu en la fange
    Ce sembloit bien a sa blancheur
    N'en rien qui blanche couleur change
    Tant estoit net plain de doulceur

    Mais je ne sçay quant je devine
    Se la chose estoit feerie
    Ou miraculeuse ou divine
    Ou vision de tricherie
    Toutesfoys par sens ou folie
    J'obey au commandement
    De la voix/ qui estoit polie
    De beau parler tresgrandiment

    Je montay sur ledit levrier
    Qui s'en aloit fuyant plus viste
    Que ne fait le vent en fevrier
    Ne l'oyseau qui es boys habite
    Si vous jure et pour vray recite
    Qu'en moins de temps: que six momens.
    Il me porta jusqu'en son giste
    Plusbeau n'a soubz les elemens

    Lors me posa dessoubz ung arbre
    Sur le ruisseau d'une fontaine
    Qui estoit ouvree en ung marbre
    Par main de grant science plaine
    Mes yeulx gectay en celle plaine
    Que par raison bien pouoit estre
    Nommee. et par raison certaine
    La seur au paradis terrestre

    Ainsi que tout esmerveillé
    De la beaulté et des merveilles
    Que je vy lors: tout esveillé
    Presque a nature impareilles
    Je vy venir par unes treilles
    Une si gratieuse ymage
    Que tout le cueur o les entrailles
    Me changea: lui faisant hommage

    Vestue estoit et atournee
    Royalement de point en point
    Et de corps aussi bien tournee
    Que nature en fist oncques point
    Fresche nouvelle et en bon point
    Tresgratieuse en son maintien
    Sy croy tant que la mort me point
    Que nature y mist tout le sien.

    Cuidant que je fusse apparceu
    Treshumblement la saluay
    Mais si tresbien m'en est escheu
    Qu'en vain donné mon salut ay
    Pourquoy toute coleur muay
    Craingnant ma povre petitesse
    Qu'alors bien petit valu ay
    Au regard de sa grant haultesse

    Neantmoins. se vint appoyer
    Des bras sur la fontaine ung poy.
    Et emprés moy s'escontoyer
    Mais elle mot. non fiz je moy
    Alors pensoie en bonne foy
    Que la chose estoit impossible
    Que telle rudesse eust en soy
    Se je n'eusse esté invisible.

    Et defait par experience
    Invisible je me sentoie
    Mais par ma povre conscience
    Je ne sceu point se je l'estoie
    A l'eure que je y arrivoie
    Mais je prins bien la congnoissance
    Que telle vertu recevoie
    Par fait de divine puissance

    Lors par devers soleil levant
    Je vy venir ung jouvencel
    Tresbien en point: et se me vant
    Que pieça n'en vy point de tel
    Il estoit gratieux et bel
    Et gent/ autant qu'on pourroit dire
    Riens n'y steuz. forz qu'il fut mortel
    Sur luy ne trouvay que redire

    Il estoit descendu a pié
    Et son cheval a mon advis
    Avoit a ung arbre atachié
    Qui estoit bel en tout devis
    Et luy qui sembloit assouvis
    De toute grant vertu mondaine
    Print son chemin ce me fut vis
    Pour s'en venir vers la fontaine.

    Quant il fut prés comme a dix pas
    De lieu ou s'appuyoit la dame
    Et qu'encor il ne pensoit pas
    Qu'il y deust trouver aucun ame
    Souldainement vy une flame
    Qui le faisoit rougir forment
    Comme ung qui avoit peur de blasme
    Ou de mesprendre aulcunement

    Il la vit bien: et elle lui
    Pouoir n'avoit de soy retraire
    Parquoy il failloit a celuy
    S'avancer: et vers elle traire
    Combien qu'assez lui fut contraire
    Pour honte/ que son cueur craignoit
    Mais il vit bien qu'il failloit faire
    Ce que noblesse contraignoit

    Il s'approuchoit en beau maintien
    Vers elle celuy que je nomme
    Mais dieu scet comme il marchoit bien
    En prince et en grant gentil homme
    Comme d'un empereur de romme
    Sy estoit noble tout son fet
    Et ne lui coustoit une pomme
    Quant qu'il voulsist mectre en effect

    Jusques a terre il s'enclina
    En luy donnant saluz plusieurs
    Comme ung qui le cueur enclin a
    A toutes vertus et honneurs
    Et elle plaine de doulceurs
    Le print es bras/ et le baisoit
    Sans changier contenance ou meurs
    Ne riens dont blasmer se faisoit

¶ Icy bien veignist Noblesse feminine noble cueur et entreparlent
maintes gratieuses parolles ensemble. sans s'entrecognoistre.

Noblesse feminine.

[Illustration]

    Disant beau filz dieu vous dont joie
    Levez vous. je vous prie beau sire
    Que dieu vous dont brief et envoie
    Quant que vostre doulx cueur desire
    Mais je vous pry. vueilliez moy dire
    Sans que faintise vos varie
    Quel besoing pardeça vous tire
    Car j'en suis forment esbahie

Noble cueur

    Helas tresexcellente dame
    Pardonnez moy se j'ay mal fait
    Car je vous jure par mon ame
    Que je ne pense a nul meffait
    Fortune icy/ venir me fait
    Que long temps m'a esté cruelle
    Et s'en ce point vous ay tort fait
    Certes la coulpe en est en elle

Noblesse feminine

    Il n'y a pas grant mesprison
    Ne vous en donnez ja soucy
    Mais certes je n'ay pas foison
    Trouvé. que homme venist icy
    Le lieu est sy tresdigne aussy
    Que homme n'y doit venir jamais
    Si ce n'est ung/ que j'ay choisy
    Et si ne me vit oncques mais

Noble cueur

    Helas. je suis ung povre errant
    Que fortune de sa denture
    Trop mort/ en ce que voy querrant
    Honneur. los. et bonne aventure
    Ainsi se je vous faiz injure
    Quant fortune mon fait dispose
    Certes ma dame je vous jure
    Je ne suis pas que le propose

Noblesse feminine

    Aux gentilz hommes estrangiers
    Qui par honneur du pays issent
    Viennent fortunes et dangiers
    Maintesfoys plus qu'ilz ne voulsissent
    Parquoy forment ilz s'esbaissent
    Et s'en tiennent a mal contens
    Mais trop seroit se ilz mesprissent
    De si legier comme autres gens

Noble cueur

    Je ne tien point cecy fortune
    Ains m'est tresjoyeuse aventure
    D'avoir trouvé des belles. l'une
    Qu'oncques formast dieu ou nature
    Sy vous pry. noble creature
    Vueilliez mon fait en bien tourner
    Et quant vous plaist que plus ne dure
    Voulentiers m'en vueil retourner

Noblesse feminine

    Tant est gratieux vostre affaire
    Et tant semblez de hault parage
    Qu'il vous convient tout honneur faire
    Et recueillir de bon couraige
    Je vous pardonne tout oultraige
    Ne craignez estre mal traictié
    Car vous n'aurez que beau langage
    Amour doulceur et amistié

Noble cueur

    Tel honneur n'est point deu a moy
    Ne je n'en suis point de valeur
    Quant a moy. je ne vaulx q'un poy
    Mais vous acquictez vostre honneur
    L'onneur remaint plus au donneur
    A cil. qui honneur fait et donne
    De la noblesse de son cueur
    Qu'a celuy pour qui on l'ordonne

Noblesse feminine

    Vostre humble cueur et doulx maintien
    Vostre belle et plaisant parolle
    Monstrent tresclerement et bien
    Qu'avez esté a bonne escole
    De vostre bouche ung mot ne vole
    Qui ne soit bien a point assiz
    Parquoy vous pouez sans frivole
    Percer ung cueur d'acier massis.

Noble cueur

    Ha dame. vous me destruisez
    Et me voulez confondre a honte
    De telz langaigez vous taisez
    Et si les mettez hors de compte
    Tel oultrageux loz trop meffronte
    Saillant de bouche sy haultaine
    Car se j'estoie ou duc ou conte
    Je le vouldroie encor a peine

Noblesse feminine

    Ma langue ne se pourroit taire
    Sans louer vostre gentilesse
    Car dieu par grace salutaire
    Vous a donné biens a largesse
    Espoir aussi/ qu'avez maistresse
    Que vous parfait avec nature
    Et que donneur et de noblesse
    Prendre vous fait la nourriture

Noble cueur.

    Quant est de maistresse ou de dame
    Dont mon cueur s'esjoysse ou dueille
    Je n'en sçay nulle par mon ame
    Ne n'en ay point: que bien me vueille
    Non pas que leur amour desvueille
    Ains m'en tiendroie a bien eureux
    Mais homme de sy basse fueille
    N'est pas taillié d'estre amoureux

Noblesse feminine

    Certes sire. c'est tresmal dit
    Et est chose bien forte a croire
    Mais pourtant il n'est point maldit
    Qui d'amours vous vouldroit mescroire
    Ostez ce point hors de memoire
    Et vous rendez au droit du pas
    Car d'amours ont et grace et gloire
    Pluseurs. qui ne vous vallent pas.

Noble cueur

    Dames peuent leurs cueurs donner
    Ou il leur plaist de leur franchise
    Et en elles est. d'ordonner
    Leurs servans a leur propre guise
    Or peut bien estre/ quant je y vise
    Que mon corps. et le croy ainsi
    N'est pas propice a leur devise.
    Et ainsi ne suis pas choisi

Noblesse feminine

    Pour sens et encor moins de bien
    Me semble/ vous tenez en nous
    Mais les dames sachiez le bien
    N'ont pas leurs cueurs en leurs genouls
    Se vous estez si fiers de vous
    Que damez ne daignez acquerre
    Soyez certains. vous. et trestous
    Qu'on ne vous viendra pas requerre

Noble cueur

    Quant en ce cas. je n'ay fierté
    Orgueil ne despit qui me lie
    Je vous en dis la verité
    Car se seroit a moy folie
    Ostez en la melencolie
    Et ne me chargez trop a tort
    Car mon cueur en tant s'umilie
    Vers elles. qu'il ne peut plus fort

Noblesse feminine

    Je ne sçay doncq pourquoy vous dites
    Qu'en amours voustre cueur ne sougne
    Parquoy je croy que vous mesdictes
    Car voustre affaire le tesmoigne
    Vous cuidez tirer a la longe
    Mais c'est ung proverbe ancien
    Et l'ose dire sans mensonge
    Tel gerbe n'est pas sans lien

Noble cuer

    Je ne sçay quel semblant je porte
    Ne a qui mon maintien ressemble
    A vous de ce je me rapporte
    D'en dire ce que bon vous semble
    Maint homme est autre qu'il ne semble
    Et maint semble/ ce qu'il n'est pas
    Car tousjours ne vont pas ensemble
    Semblance/ et cueur tout en ung paz

Noblesse feminine

    Cest argument cy n'est qu'escume
    Legier comme fueille en forest
    L'on congnoist tousjours a la plume
    L'oyseau. de quel affaire il est
    Mais puis qu'ansi couvrir vous plest
    Aille comme il en peut aler
    Et dieu vous doint joyeux acquest
    Et bien amer et bien celer

Noble cueur

    Las. et que vous pourray je dire
    Je ne me sçay dequoy vanter
    Fors que mon cueur tresbien desire
    Dames servir et les hanter
    Lors s'il eschiet/ et puis chanter
    Dancer et deviser o elles
    Et m'est certes leur frequenter
    Chief de mes joyes temporelles

Noblesse feminine

    Ha dea: se vous prenez plaisir
    A les servir. pour leurs doulceurs
    Donc ne peut que n'ayez desir
    D'une. de toutes. ou pluseurs
    Ou que ne faites voz clameurs
    Aucunesfoys en plusieurs lieux
    Et grans et singuliers honneurs
    A une. qui vous plaist le mieulx

Noble cueur

    Je n'ay pas le cueur si d'acier
    Contre le cours de tous humains
    Qu'amour ne puist en moy fichier
    Son trait/ si bien qu'en autres mains
    Mais l'ome est fol. me semble au mains
    Qui par desir mect a malaise
    Son cueur. et si ne tient les trains
    Pour tout: sans chaloir ou il voise

Noblesse feminine

    Qui par desir d'amer emprent
    Ainsi que beaucop ont d'usance
    Signe est. que folle amour l'eprent
    Et qu'il ne tend qu'a sa plaisance
    Mais/ qui pour honneur et vaillance:
    Donne son cueur en lieu haultain
    Et lors depart sa bien vueillance
    Tel cueur n'est pas donné en vain

Noble cueur

    Las/ j'ay la pluspart de ma vie
    Esté auz dames vray servant
    Mais encor n'ay pas deservie
    La grace d'une. en les servant
    Non obstant/ qu'en soye observant
    J'espoir il m'en viendra quelq'une
    Que je servirey loyaulment
    De fait/ pour toute la commune

Noblesse feminine

    Ayez de ce ferme esperance
    Vouz l'aurez. ains que trespassez
    Se vous faites perseverance
    Voustre desir aurez assez
    En honneur. tousjours pourchassez
    Leur graice et gardés de fallir
    Leurs biens aussy point n'amassez
    Et vous aurez voustre desir

Noble cueur

    Se je pouoie mectre a euvre
    Et que dieu me donnast puissance
    De descouvrir ce que je couvre
    Dedans ma riche bien vueillance
    J'esperoie par vaillance
    Gaignier en traveil de jeunesse
    Aucune grace. en recueillance
    Pour le repos de ma vieillesse

Noblesse feminine.

    Le hault vouloir que vouz avez
    Ne peult qu'il ne vous tourne en bien
    Estre leal certe debvés
    Et secret je vous le dis bien
    Ce sont les poins et le moyen
    Parquoy parvenir on y peult
    Que aultrement fait il ne fait rien.
    Dont a la fin son cueur s'en deult

Noble cueur.

    J'ay tout mon temps usé en vain
    Se fortune en moy ne s'acquicte
    Et du jourd'uy au lendemain
    Desir me croist. et moins prouffite
    Ma joie est toute desconfite
    Toute esperance m'est privee
    Et ma pensee en pleur confite
    Jusqu'a tant que l'aie trouvee

Noblesse feminine

    Helas mon tresdoulx escuier
    Dequoy vous plaingnez vous ainsi
    Comme le feu art ou foyer
    Mon cueur art. pour savoir cecy
    Je vous pry par droicte mercy
    Ayez fiance en mon aide
    Et me dites vostre soucy
    Peut estre que je y sçay remede

Noble cueur.

    Pleust a dieu/ que je deusse vivre
    Mains. et plustost finer mes jours
    Et que vous me feissiez delivre
    De mes couvers souspirs et plours
    Je ne sçay ou prendre sejours
    Tant est secret ce qu'a dire ay
    Non obstant pour avoir secours
    S'il vous plaist. je le vous diray

¶ Icy fait noble cueur ung Conte a noblesse feminine Comment luy estant
en l'aage de douze ans. vint devers lui dame Nature: et lui donnoit
plusieurs enseignemens de bonnes meurs: et beacoup d'autres choses/ lui
remonstrant: dont de mot a mot Come nature lui disoit/ il le reconte a
noblesse feminine

Noble cueur

    Dame. jadis en mon enfance
    Quant environ douze ans avoye
    Et que le fruit de congnoissance
    Premier a gouster commençoie
    Ung jour d'esté. seul me trouvoie
    Assis en lieu assez sauvage
    Et pensif assez devenoie
    Contre le droit cours de mon aage

    Lors par maniere de soucy
    Jeunesse son cueur oblioit
    En pensant en ce monde cy
    Qui tous les cueurs humains lioit
    Aux ungs/ il flatoit et rioit
    Leur baillant honneurs et richesses
    Aux autres/ tout amour nyoit
    Et leur failloit de ses promesses

    Ainsi pour le temps avenir
    Penser commençoie a ma vie
    Pour bon et sage devenir
    Car d'honneur me print grant envie
    Lors en ycelle fantasie
    Une dame me vint surprendre
    Que de sa large courtoisie
    Disoit a ma jeunesse tendre

    Mon bel enfant et gratieux
    Dieu soit o vous. et vous doint joie
    Trop semblez melencolieux
    Dont forment me poise et ennoie
    Et pource que je vous veoie
    Aucun grant faiz au cueur porter
    Mon chemin vers vous adressoie
    Par vouloir de vous conforter

    Je sçay assez vostre pensee
    Et la cause que vous adjourne
    Et pourquoy elle est commencee
    Et de puis quant elle y sejourne
    Pourtant se voustre cueur se tourne
    A ce que je vous vueil instruire
    Pluscler que le jour qui adjourne
    Je vous feray le cueur reluire

    Ma voix ne vous soit point amere
    Sachiez. je suis dame Nature
    Que vous formay en voustre mere
    Tantost aprés la geniture
    De moy avez forme et figure
    Et complexion corporelle
    Et de dieu la noble ame et pure
    O sa vertu spirituelle.

    En ce mesme point et moment
    Que dieu eust une ame transmise
    En vostre corps qui proprement
    Estoit formé tout a la guise
    Dieu vous soubmist a la franchise
    De ma grant puissance ancienne
    Pour avoir par sur vous maistrise
    En toute ma vertu terrienne

    Or vous voy je tout assourdy.
    Tout esbahy en vostre affaire
    Et comme ung enfant estourdy
    Vous ne savez quel part vous traire
    Pourtant m'en viens vers vous retraire
    Pour vostre noble ame informer
    Et par desir de plus parfaire
    Le corps/ que j'ay voulu former

    Sy vous dy mon tresbel enfant
    Tout vostre preux et vostre bien
    Gisent et se croisseront en tant
    Que mectrez peine a vivre bien
    Quant est du corps/ c'est moins que rien
    Se l'ame n'y est vertueuse
    Laquelle fait sembler d'un fien
    Que ce soit pierre precieuse

    Je sens voustre jeunesse encline
    Entierement a grans honneurs
    Et tresidoyne a discipline
    A vertus/ et a bonnes meurs
    Mais eschiet par foys a pluseurs
    Que par aucun meschant venin
    Ou par deffaulte d'instructeurs
    Ung bon cueur: prent mauvais chemin

    J'ay singulier amour vers vous
    Et ame voustre avancement
    Et vous vueil par langaige doulx
    Donner nouveau gouvernement
    Et se honneur et avancement
    Voulez et renommee bonne
    Mectez doncq voustre entendemment
    Au regime que je vous donne

    Premierement il vous souviengne
    De bien servir dieu a journee
    De qui il fault que le bien viengne
    A toute creature nee
    Voustre ame soit a luy donnee
    En voustre fleurissant jeunesse
    Et elle sera guerdonnee
    De son service avant viellesse

    Quelque honneur ou pouoir haultain:
    Que voustre cueur sy vous propose
    Certez vous traveillez en vain
    Se la grace dieu n'y dispose
    Qui sa fiance en dieu repose
    Et mect son cueur sur son autel
    Jamais fortune ne s'oppose
    A la prosperité d'ung tel

    Dieu vous a fait par congnoissance
    Discerner du bien et du mal
    Sy pouez par voustre puissance
    Monter hault ou descendre aval
    Car par le contrepois egal
    De raison et de franc arbitre
    Le corps et l'ame en general
    Prendront en fin louyer et tiltre

    Hantés suyvés les debonnaires
    Les doulx les humbles et les saiges
    Les gracieulx en leurs affaires
    Les attrempés en leurs langaiges
    Mirez voz yeulx en leurs visaiges
    Et vous soit leur viz ung miroir
    Et ung adressement d'ouvraiges
    Pour vous faire plus apparoir

    Soyez honeste de la bouche
    Courtois net en cueur et sçavant
    Sans dire injure ne reprouche
    Sur homme nul mort/ ou vivant
    Verité soyez observant
    Et fuyez langue mensongiere
    Car ung homme mis en avant
    Par elle/ se recule arriere

    Honnorez toute gentilesse
    Et s'aucune ame vous honneure
    Gardez que voustre corps ne lesse
    Qu'il ne luy soit rendu a l'heure
    Se mon conseil en vous demeure
    Et vous le voulés du tout croire
    Voustre corps aura ains qu'il meure
    D'honneur et de joye la gloire

    Mais le point par qui vous pourés
    Plus avoir graice temporelle
    Sy est que vous honnourerez
    Toutes dames et demoiselles
    Car tant qu'aurés le cueur a elles
    Vous n'aurés cueur a vilenie
    Sy ne prandrés point de querelles
    Dont peult noblesse estre honnie

    Leur service vous mectra sus
    Et vous donra refection
    Qui est pour mondaines vertus
    Souveraine perfection
    Leur amour fait correction
    Du tout ou maluaistié le cueuvre
    Et donne ardante affection
    A tout noble et vertueux euvre

    Si que pour vous faire vouloir
    D'elles. vous voz ferez acointe
    Et mectrez tous voustre valoir
    A estre net ioly et cointe
    Et s'aventure ainsi appoincte
    Que vous y trouvez bel acueil
    Legier cueur point ne vous despoincte
    Mais couvrez le deduit de l'ueil

    A nulle rien tant n'entendez
    Qu'a lez servir sans variance
    Et du louyer vous actendez
    Seurement: a leur ordonnance
    Mais se leur doulce bien vueillance
    Se tarde a estre descouverte:
    Par menteurs est/ car par constance
    Il convient qu'elle soit ouverte

    Toutes les amerez pour une
    Et leur honneur exaulcerez
    Se vous pouez jusqu'a la lune
    Ou jusqu'aux cieulx les haulserez
    Jamais ne vous avancerez
    Pour choisir une seule dame
    Mais toutes vous les choiserez
    Sans penser a mal ny a blasme

    Desir vous fera dur assault
    Et aussy grant empeschement
    Mais obeyr point. il ne fault
    Tousjours a son commandement
    Celuy qui bon conseil n'entent
    Et laisse ung grant bien pour ung maindre
    A la fin souvient se repent
    Et n'est pas saige de se plaindre

    Mais pour vous donner esperance
    Confort courage et bon vouloir
    Droit cy je vous faiz asseurance
    D'un riche don vous pourveoir
    Mais vous ne le pourrez avoir
    Dedanz dix ans. pour nul party
    Mais unefoys vous direz voir
    Que je vous auray bien party

    Je vous mectz en service d'une
    Qui est tresnoble demoiselle
    Et n'y a point dessoub la lune
    Nulle qui soit plus doulce qu'elle
    Elle est tresgracieuse et belle
    Et de plusieurs bien desiree
    Au monde n'y a point de telle
    Tant est de beaulté a tournee

    Ung temps vient/ qu'elle aura besoing
    D'ayde et de bon reconfort
    Et que son cueur sera en soing
    Et en trespiteux desconfort
    Pluseurs travailleront tresfort
    Pour la blecer ou desconfire
    Et la vouldront blasmer a tort
    Dont la cause est piteuse a dire

    Mestier aura de force et d'armes
    Et avec ce d'un treshault sens
    Et seront maintes nobles armes
    Pour elle en dueil. comme je sens
    Dont ennuys/ et douleurs cinq cens
    Au cueur long temps vous porterés
    Mais s'il vous plaist/ je my assens
    Vous seul la reconforterez

    Pourtant je vous requier et charge
    Mectez vous en obedience
    Et soubz la cremeur de la verge
    Durant le temps d'adolescence
    Vous avez bien la cognoissance
    Des plaisirs que poez avoir
    Car vous meurs et bonne prudence
    En la fin vous poulront valoir

    Et quant expert vous vous sentez
    De rethoricque ou de gramaire
    Si convient il que vous hantez
    Les armes. pour plus vous parfaire
    Car voustre main/ aura a faire
    Maint cop horrible en la bataille
    A tel. qui vouldra semblant faire
    Que telz d'eux comme vous. il vaille

    Comme a vingt ans. non point plustost
    Vueul que hors du pays saillez
    Et ne direz a ame mot
    Ou ne pourquoy/ que vous alez
    Cheminez/ traversez/ bragués
    En visitant pluseurs royaumes
    Et comme estrangier ne faillez
    De la vous presenter aux dames

    Il vous fault pluseurs regions
    Traverser/ point ne le vous celle
    Et des dames dix legions
    Congnoistre. avant que trouver celle:
    Plus vivrez. tant plus l'estincelle
    Se croistra tousjours en ardure
    Et aurez pour la jouvencelle
    Mainte ennuyeuse nuit et dure

    Se vous mectez entendement:
    Voustre doulx cueur pour acomplir
    Mes ditz/ et mon commandement
    Et selon se vous contenir
    Je vous feray tost parvenir
    En la gloire ou tout bien abonde
    Et l'amour de dieu obtenir
    Et la grace de tout le monde

    Lors me disoit cent foys a dieu
    Et me prioit honneur et joye
    Disant/ qu'en ung estrange lieu
    Encor autresfoys la verroie
    Quant celle dame trouveroie
    Que j'ame et craing sur toute rien
    Disant/ que tout asseuré soie
    Qu'en la fin m'en doit prendre bien

    Et puis qu'il fault que tout vouz die
    Ma foy si est bien acquictee
    Sans jamais estre refroidie
    En chose qui est recitee
    Quoy que gaires n'a prouffitee
    La peine encores que j'ay prise
    Et si a ja mainte nuitee
    Que je travaille en ceste emprise

    Pourtant noble fleur de jouvent
    Riche de sens et de beauté
    Pensez se je doy bien souvent
    Souspirer telle feaulté
    Qui ay ja mainte royaulté
    Perquise. et rompement de teste
    Et estes seule en loyaulté
    A qui j'en feisse oncques enqueste

    Je ne sçay plus riens qu'entreprendre
    Pour temps et pour pays passer
    Et si n'ay vouloir de me rendre:
    J'ame mieulx vaillant trespasser
    C'est grant ennuy que de chasser
    En boys vuyt s'il ne plait a dieu
    Et graice en avoir pourchasser
    Sans savoir ou. ne en quel lieu

    Je vous ay cy mon cas ouvert
    Tout en nombre de bonne foy
    Et me suis aussy descouvert
    Trop plus peut estre que je ne doy
    Je vous requier conseillez moy
    Se bon confort s'y peut trouver
    Car sy honorable vous voy
    Que je my peul bien asseurer

¶ Icy noblesse feminine le reconforte par plusieurs bonnes raisons

Noblesse feminine

[Illustration]

    Certes mon tresdoulx escuier
    La requeste est si honnorable
    Que mon cueur vous veult octroyer
    Tout ce qu'en honneur est faisable
    Si ne doubtez que ja nuisable
    Vous en soit la descouverture
    Mais tresjoyeuse et profitable
    Louez en dieu et l'aventure

    Nature certes vous a fait
    Honneur tressingulier et grant
    Et aujourduy n'a si parfait
    A qui elle en ait fait autant
    Acheter il vous fault pourtant
    L'onneur treshault qui n'est paz chiche
    Et estre douleur supportant
    En tant que le don est plus riche

    Ung peu de mal ne peut pas nuire
    A cueur de haulte voulenté
    Ne legierement le destruire
    Quant il est bien entalenté
    Ung petit arbresseau enté
    Resiste bien a ung fort vent
    Et quant il a plut ou venté
    Le beau temps vient aprés souvent.

    Ung grant bien ne peut estre acquis:
    Se pene ne si entretreuve
    Ne tousjours tout ce qui est quis
    A voulenté. point ne se treuve.
    Ung bon cueur en querant s'espreuve
    Et loz et grace lui acquiert
    Et monstre de fait et appreuve
    Qu'il a amour a ce qu'il quiert

    Les chevaliers aventureux
    Qui jadis tant prouesse amerent
    Et par leurs cueurs chevalereux
    En dure mainte queste entrerent
    Dont les ungs les paracheverent
    En pene et douleur continue
    Les autres d'errer ne cesserent
    Jusques la mort leur est venue

    Se leur cueur eust esté flexible
    Et pene leur eust peu grever
    Il leur eust esté impossible
    De telz haulx faiz parachever
    Leur bonté fait bonne trouver
    En mainte glorieuse histoire
    Que tant ne lez peut eslever
    Qu'ilz ne vaillent troup plus encoire.

    Alexandre l'avantureux
    Qui a tous autres roys differe
    Comme d'honneur plus couvoiteux
    Qui oncques si nasquist de mere
    Il n'acquist pas sans pene amere
    La haulte gloire de ce monde
    Ne sans douleur ne sans misere
    Les ylles de la mer parfonde

    Riens n'est trop fort a qui a cueur
    Riens trop hault a qui a vaillance
    Riens impossible/ a qui n'a peur
    Riens trop dur/ a qui a constance
    Riens chier/ a qui a bien vueillance
    Riens trop long/ a qui ne varie
    Riens trop tart/ a qui a fiance
    Riens que cueur d'homme ne maistrie

    Et puis qu'il a pleu a nature
    Vous envoyer ainsi dehors
    En une si noble aventure
    Pour le prouffit de voustre corps
    Vous ne devez pour nulz effors
    Vous laisser cheoir en lascheté
    Veu q'un bien qui vient de lors
    Ne peut trop chier estre acheté

    Vivre devez joyeusement
    Et vaincre toute frenaisie
    Et avoir tousjours pensement
    A voustre belle et doulce amie
    Que d'une seule courtoisie
    Peut adoulcir tous voz travaulx
    Quant l'eure sera acomplie
    Que finer se devront voz maulx

    Mais je vous pry beau gentil homme
    Dites moy s'il vous plaist icy
    De bon cueur/ comment on la nomme:
    Celle qui vous querez ainsi
    Et quel est voustre nom aussy
    Forment a savoir le desire
    Car vous devés savoir cecy
    Selon la plaie. il fault le mire

Noble cueur

    Certes ma gratieuse dame
    Il n'est riens que je ne vous deisse
    Et pour y mectre corps et ame
    Que tresvolentiers je ne feisse
    Et pleust a dieu/ que je vaulsisse
    Que pour vous faire aucun plaisir
    Ou qu'il en fust com je voulsisse
    Lors verriez vous mon bon desir

    Mon cueur s'esmeut du tout et change
    Ne sçay quel merveille m'approuche
    Dieu me dont ung joyeux eschange
    Et de trouver nouvelle doulche
    Je croy q'un tresnoble air le touche
    Ou il sent quelque plaisir doulx
    Car semblant fait que des la bouche
    Malgré moy. veult saillir vers vous.

    Si vous dy ma tresbelle et fine
    Que celle pour qui tant j'endure
    Se dit Noblesse feminine
    Ainsi la me nommoit nature
    Franche joyeuse necte et pure
    Plus que saphir ne dyamant
    Asur ne pourpre ne verdure
    Le paradis d'un vray amant

    Mon nom ne vous vueil refuser
    Puis qu'a savoir sont voz desduitz
    Aussi ne m'en puis je excuser
    Car verité celer ne puis
    A elle souvent je me affuys
    Mensonge engendre deshonneur
    Mais certes trop indigne en suis
    Car l'on m'appelle. Noble cueur

Noblesse feminine

    Ha noble cueur/ digne tresor
    Riche joyaux et precieux
    Plus chier qu'argent pieres et or
    Parement tresmelodieux
    Ha mon doulx amy gratieux
    Fermail de toutes nobles meurs
    Tant est mon cueur de vous joyeux
    Qu'a pene apresent je ne meurs

    Ha vaillant Champion et ferme
    Ha fier et courageux enfant
    Ha que m'avez fait plus enferme
    D'amours/ que nul qui soit vivant:
    Ha vive clarté eslevant
    Ha dignité tresrenommee
    Sur qui mon ame. dieu devant
    Se repose. et y est fondee

    Bien viengnant cinq cens mille foys
    Benoiste soit voustre arrivee
    Bien viengnant mon plaisir mon choyz
    Bien viengnant ma joie privee
    Bien viengnant mon tout ma pensee
    Seul sans per ne comparison
    Par qui joye m'est recouvree
    J'espoir et toute garison

    Helas. j'ay de si longtemps a
    Desiré. de veoir ce jours
    Qu'ailleurs mon cueur oncq ne pensa
    Fors en vous/ ou il fist sejours
    Or suis je joyeuse a tousjours
    Quant j'ay noble cueur en saisine
    Et vous. voustre treschiere amours
    Dame Noblesse feminine

    O ma tresexcellente joye
    O mon bon et sauverain cueur
    O soleil qui mes yeulx convoie
    O clarté de mon plaisir pur
    O mon doul confort ferme et sur
    O le plushault salut que j'ame
    O de mon vray espoir le mur
    Aprés dieu et la vierge dame

    O ma treshabundant richesse
    O tressouefve nourriture
    O le seul bien de ma jeunesse
    O mon rabat de toute ordure
    O la santé de ma nature
    O mon vertueux fruit de l'ame
    O ma felicité trespure
    Apres dieu et la vierge dame

    O le mirouer de ma plaisance
    O ma vierge et chastiement
    O ma cremeur ma redoubtance
    O d'honneur mon adressement
    O mon mondain avancement
    O mon eslonguement de blasme
    O cause de mon sauvement
    Aprés dieu et la vierge dame

    Mon cueur est tout de joie espris
    D'avoir trouvé ce qu'il desire
    Et en est si acop surpris
    Que ma langue ne scet que dire
    Mes yeulx qui ont cause de rire
    Sur voustre face belle et blonde:
    Fondent leurs larmes d'une tire
    Par joie qui au cueur habonde

    J'ay bon vouloir. mais je ne puis
    J'ay sens. mais il m'est privé tout
    J'ay trop plus que ne me soit duis
    J'ay tant que je n'en sçay le bout:
    Je suis perdu par avoir moult
    Plus riche suis que je ne deusse
    Il vouldroie n'avoir q'un soult
    Et qu'assez saluer vous peusse

    Tant m'avez aveuglé les yeulx
    Et tant suis abesty de joie
    Que pouoir n'ay ainsi m'aist dieue
    De parler comme je vouldroie
    Mais se mon cueur ouvrir pouoie
    Avant q'un mot passast mes dens
    Par dieu je le vous ouvriroie
    Si verriez ce qui est dedens

    J'ay quis long temps ce que j'amoie
    La mercy dieu. Or l'ay trouvé
    Et au lieu que je reclamoie
    Euresement suis arrivé
    Fortune acop ma eslevé
    Plus que n'avoie en lui fiance
    Et m'a tout au plushault levé
    De sa roue et de sa puissance

    Cueur corps et ame je vous donne
    Et a trois motz je vous deslie
    Ce que large desir ordonne
    Qu'en grant langage je vous die
    Tuez mon corps gastez ma vie
    Noble cueur cela veulz je bien
    Point ne suis voustre a la moitié
    Mais plus que tout/ et a moy rien

    Long temps a que premier congnoiz
    Et vous et voustre bon vouloir
    Mais je vous prie a ceste foys
    Que plus ne vous vueilliez douloir
    Servy m'avez sans desvouloir
    Et voustre corps mis a bandon
    Mais se jamais tant puis valoir
    Vous en receverez guerdon

    De me monstrer doy estre chiere
    Et de descouvrir dangereuse
    Sy n'ose faire bonne chiere
    Toutes les foys que suis joyeuse
    Il advient bien d'estre amoureuse
    Ou l'ueil n'ose semblant monstrer
    Et estre d'amours covoiteuse
    Sans en tous temps le demonstrer.

    Tant de foys vous ay veu aler
    Entre dames et damoiselles
    Chanter/ dancer/ jouer/ parler
    Esbatre et deviser o elles
    Pour avoir los et bruit d'icelles
    Dont maintes vous voloyent grant bien
    Mais par leurs contenances belles
    Oncques n'en apparceustes rien

    Helas je leur fis la defence
    De trop s'apprivoiser de vous
    Car peu de gens a qui ne pense
    Mal ou n'y a point entre nous
    Les gens sont au jourd'uy trestous
    Si faulx. que bon se fait garder
    Mauldis soyent tous envieulx
    Parqui nous fault tant endurer

    Mais pource que tout voustre affaire
    Est auz dames moult aggreable
    Et que semblant n'ont osé faire
    Tel comme il vous estoit feable
    D'un conseil meur et delectable
    Toutes ensemble m'ont transmise
    Vers voustre personne honnorable
    Et pour vous festoyer commise

    Je vous tiens a sage et discret
    Et pource me suis je soubstraicte
    Icy en l'isle de secret
    Qui est propice a ma retraicte
    Et tant comme il vous plaist et haicte
    Serez o my. malgré dangier
    En joye et en amour parfaicte
    Sans que ame nous puist chalangier

    Paissez le cueur. saoulez vous yeulx
    Arousez voustre sang qui ard
    Emplissez vous de lieux en lieux
    De la doulceur de mon regard
    Prenez en tant. et telle part
    En bien tant que vouldrez tousdis
    Et s'un plaisir vous fault en part
    Pour ung. si en reprenez dix

    Tout mon tresor vous est ouvert
    Prenez en la fleur et le choys
    Et vous esbatez cy au vert
    O my pour chescune heure ung moys
    Honnorer et cherir vous doys
    Car ma grace avez deservie
    En ce que tant et longue foys
    M'avez honnoree et servie

    Povre amoureux au cueur tramblant
    En qui est leaulté tresseure
    Oncques ne vous osay semblant
    Monstrer d'amours. fors a ceste heure
    Or veult raison. que je sequeure
    A voustre honneste et noble emprise
    Parquoy force est que je y acqueure
    Ou j'en seroie ailleurs reprise

    Loué soit qui vous a transmy
    Au besoing de ma maladie
    Car par vous seul mon bel amy
    J'auray santé et melodie
    J'ay esté long temps enlaidie
    Par les excez de vilain cueur
    Mais or fauldra qu'il se desdie
    Par vous. qui en serez vainqueur

    Je m'en voys vers dame Nature
    Mon confort et ma phisicienne
    Pour lui remembrer ma laidure
    Et ma grande douleur ancienne
    Si vous prie m'amour terrienne
    Que rendre lui viegnez salut
    Car en voustre grace et la sienne
    Gist tout mon bien et mon salut

¶ Icy devise l'acteur/ comment noblesse feminine mena noble cueur devers
dame Nature. Et comment elle fist une complaincte devant elle: present
lui disant come s'ensuit

L'acteur.

[Illustration]

    Hors d'un vouloir incorrumpu
    Et d'une chiere irreprenable
    Et sans honneur estre rompu
    En rien qui soit ymaginable
    La compaignie treslouable.
    Sentrebaisa d'un meur unime:
    Sans ce que mauvais homme ou diable:
    Les eust sceu accuser de crime

    Non plus qu'a fleurir une rose
    Sur l'arbre. y peut avoir offence
    Non plus de mal. bien dire l'ose
    Ny avoit en leur convenance
    Mais par honneur sans violence
    Leurs cueurs estoient en ung adjoinct
    Et s'aultre mal quelq'un y pense
    Honny soit/ car il n'i fut point

    Car par ce que je vy en eulx
    Maintenir vueil toute ma vie
    Qu'on peut tresbien estre amoureux
    Sans ja penser a vilenie
    Et quoy que soyt/ qui ce point nie
    Je dy que faulsement le treuve
    Et vueil bien qu'on m'excommunie:
    Se la verité ne les preuve

    Sans prejudice nul de l'ame
    Amour les tenoit en ses termes
    Mais raison y trempoit la flame
    Et les fist vivre en honneur fermes.
    Pechié ne les fist pas enfermes
    Ains touz leur plaisir et leur mieulx
    Estoit/ en distiller les larmes
    Que leur cueur envoyoit es yeulx

    En ce point main a main ensemble:
    Les deux amans d'illecq partirent
    Qui l'un a l'autre. ce me semble
    Maint gratieux mot departirent
    Et droictement celle part tirent
    Ou demeuroit ung peu avant
    Nature. a qui grant honneur firent
    Comme noble gente et sçavant

    Des dames ung infiny nombre
    Vy lors. et mainte damoiselle
    Que toutes leur refuge et umbre
    Prindrent leanz avecques elle
    Partie pour la vie belle
    Que nature leur enseignoit
    Partie pour dangier la felle
    Fuyr. Car leur cueur la craignoit

    Maint instrument en mainte forme
    Maint divers fruit en mainte rive
    y avoit/ desquelz elle forme
    Tout chose vive et non vive
    Jamais ne sembloit estre oysive
    Ne pour travail ne se couchoit
    Toutesvoyes sa main traictive
    Sembloit qu'en euvre ne touchoit

    J'ouy tousjours et escoutoie
    Et diligemment escrivoy:
    D'estre apparceu ne me doubtoie
    En quelque lieu que j'arrivoy
    Tousjours deprés je les suivoy
    Et sans reproche ne malgré
    Je vy j'ouy/ et si sçavoy
    Tout leur affaire et leur secré

    D'ungs yeulx de larmes encombrez
    D'une voix gemissant piteuse
    D'un cueur plain d'ennuys innombrez
    Et d'une chiere peu joyeuse
    La noble dame gratieuse
    S'agenoilloit devant Nature
    Faisant la complainte greneuse
    Cy aprés mise en escripture

¶ Complainte de noblesse feminine a nature

[Illustration]

    Excellente dame et princesse
    Souveraine gouverneresse
    Plaine d'honneur et de sagesse:
    Puissante ouvriere
    Seule maistresse et singuliere
    De toute chose seculiere
    Que par foiblesse de matiere
    Est corruptible
    Mortel deffaillant diffinible
    Et de qui toute rien sensible:
    Prent par nature distinguible:
    Son estre et vie
    Dame de haulte seigneurie
    Plaise vous d'ouyr je vous prie
    Ma voix que devant vous s'escrie:
    Piteusement
    Et me donnez aucunement
    Voustre doulx reconfortement
    Et de mes pleurs allegement
    Qui en avez
    Seule puissance/ et si savez:
    Ou au moins savoir vous devez
    Quoy et comment tous aggravez
    Sont mes ennemis
    Et pourquoy si dolante suis
    Exillee de tous deduis
    Tant que rien faire je ne puis
    Ou que je viengne
    Qui a moy ou autruy reviengne
    Ou a mon affaire appartiengne
    Ma noble dame il vous souviengne
    Comment jadis
    J'estoie demeurant tousdis
    Icy en voustre paradis
    Ou par honneur et par beaux dits
    Mon corps traictastes
    Et si me distes et monstrastes
    De quel substance me formastes
    Et quel vertu vous adjoustastes
    Par sur toute ame
    En moy. et toute noble dame
    Disant qu'il n'estoit fruit ne balsme:
    Ne chose tant soit riche en fame
    Que fust pareille
    A ma dignité impareille
    De qui tout oeil et toute oreille
    Par nouveauté d'un grant merveille:
    S'aveugleroient
    Quant d'aventure ilz me verroient
    Et mon estat regarderoient:
    En lieu ou ilz approucheroient
    De ma noblesse
    Et pour accroistre ma liesse
    Vous me feistes alors promesse
    Que terrienne gentillesse
    Roy duc ou conte:
    Mectroient mon honneur en compte
    En me gardant de blasme et honte
    Et de tout ce qui tourne et monte
    En mon despris
    Et seroient si bien apris
    Que pour avoir et los et pris:
    En mon cueur: qui est ung chier priz
    Par ma soufferte
    Jusques sur terre ou l'erbe verte
    La teste nue et descouverte
    Me seroit reverence offerte
    Par eulx trestous
    Et seroient humles et doulx
    Soupples de corps et de genoulx
    Devant chacune d'entre nous
    Puis me deistes
    Qu'en ce monde vous me transmistes:
    Comme ung soleil que vous y mistes
    Pour les hommes que vous feistes
    Qui nulle joie
    N'auroient/ se je n'y estoye
    Et se je ne respendissoie
    Leurs courages et adressoie
    En bonnes meurs
    En sens en prouesse et valeurs
    En crainte et en vertuz pluseurs
    Dont sourdent terriennez honneurs
    Et savez bien
    Tous ce qui est en moy de bien
    Quelle vertu j'ay et combien
    Et se je vaulx beaucop/ ou rien
    Car corps et ame
    Sont passez par vos mains ma dame
    Et n'ay de sang pas une dragme
    Soit digne d'amour ou de blasme
    Que vous de fait
    Ne l'ayez et trempé et fait
    Qui en maint honneur et bien fait
    Avez mon povre cueur refait
    En le faisant
    Doulx et traictis et bien plaisant
    Tendre mol et appetissant
    Mais selon l'ame reluisant
    Voustre clemence
    Me fist piteuse en conscience
    ydoine a doctrine et science
    Encline a vraye obedience
    Humble et honteuse
    Simple craintive vergongneuse
    Doulce courtoise et gratieuse
    Debonnaire et toute amoureuse
    En tous mes faitz
    Par qui vertu les imparfaiz
    Les corrompuz et les infaitz
    Ont cueur de devenir parfaitz
    Pour plus me plaire
    Et sur l'espoir de pouoir traire
    Aucune grace debonnaire
    De moy/ qui ay la riche anmaire
    De toute joie
    Si m'ordonnastes que je soie
    Couverte en tous mes cas. et coie
    Et que jamais ne partiroie
    De ma richesse
    Si n'est a gens plains de noblesse
    D'honneur de bonté de prouesse
    De meurs de sens et de largesse
    Mais a itieulx
    Il vous plaisoit bien si m'aist dieux:
    Que je gectasse ung peu mes yeulx
    Et je les acueillisse mieulx
    Car leur bonté
    Leur doulx maintien et leur beaté
    Leur franchise et leur liberté
    Renforcee de loyaulté
    Certes le vallent
    Car eulx de qui lez vertuz saillent
    Et en honneur jamais ne faillent
    Sont ceulx qui plaisir aux yeulx baillent
    Et joie au cueur
    A toute dame de valeur
    Laquelle sans graver honneur
    Malgré tout vilain repreneur
    D'euvre et de bouche
    Les peult cherir par amour doulche
    Car d'amour qui en mal ne touche
    Dame ne doit avoir reprouche
    Mais lasse my
    Or n'ay je plaisir ne demy
    Ne reconfort de vray amy
    Car vilain cueur mon ennemy
    M'a desolee
    Et a son grant tort desprisee
    Injuriee et tant blecee
    Que ma haultesse en est bassee
    Tresvilement
    Et ne veult souffrir nullement
    Que je soie mais tellement
    Exaulcee. s'aucunement
    y pouoit mectre
    Deffense/ par euvre ou par lectre
    Ou par donner ou par promectre
    Il tend a destruire et demectre
    Mon privilege
    Qui est pis fait que sacrilege
    De me vouloir oster le siege
    Ou dieu a voulu que je siege
    Le cours du monde
    Et le vilain que dieu confonde
    Et face qu'en enfer il fonde
    Prent sa raison la plusparfonde
    Et la plus folle
    Dont oncques l'on tenist escole
    Et mect tout premier en parolle
    Chose. qui est legiere et molle
    Et trop mal clere
    Que eve noustre premiere mere
    Pource que pecheresse elle ere
    Que le cop de la mort amere
    Nous vint par elle
    Arguant par envie felle
    Fraude et deception en elle
    Et qu'a dieu elle estoit rebelle
    Trop plus que l'omme
    Par friandise d'une pomme
    Et pourtant/ que toute la somme
    Des femmes/ est de telle gomme
    Et encor pire
    Et semble qu'il nous vueille dire
    Et pour plus nous grever et nuyre
    D'honneur abasser et destruire
    Il a exquis:
    Les secretz de nature. et quis
    Sentences gloses et escrips
    Qui font ou fons d'enfer les cris
    Et a glosee
    Noustre nature. et exposee
    Tresinconstante irreposee
    Et si fragile
    Qu'aujourd'uy region dix mille
    Sont par mon affaire inutile
    En grant confusion et vile
    Et en servages
    Mectant sur moy tous les domages
    Tous lez meschiez tous les oultrages
    Qui furent oncques es lignages
    Des anciens
    Des sarrasins et des payens
    Des juifz et des chrestiens
    Et de tous autres terriens
    Qui pour prouver
    Sa raison/ et nous reprouver
    Il a esté prendre et trouver
    Cuidant son fait mieulx approuver
    Les plus expers
    Les glorieux excellens clercs
    Disant que par mes fais divers
    Tous se sont tumbés a l'envers
    Et puis le bon
    Qui estoit tout contraire au bon
    Desquelz sy estoit salomon
    Virgile Aristote et Sanson
    Adjoustant en ce
    Que l'ung en perdit sapience
    L'aultre mesusoit de science
    Le tiers trompe Incorpulence
    Comme en sa force
    Par quoy il conclut que c'est force
    Et a la maintenir s'efforce
    Que noustre corps n'est qu'une porce
    Dehors paree
    Ou mainte teste fort baree
    De sens a esté esgaree
    Deffaicte. et tost desamparee
    Si en a fait.
    Certes maint livre. qui deffait
    Mon honneur/ dont il me deplaist
    Qu'il me fault endurer son plait
    Car mainte prose
    Et mainte injurieuse glose
    A mis ou romant de la rose
    Tresfaulsement/ bien dire l'ose
    Et a grant tort
    Et par telz envieux enort
    Qui est vilain puant et ort
    A mis maint cueur en grant discort
    Encontre moy
    Et contre honneur justice et loy.
    Car pluseurs y adjoustent foy
    Et sont de si mauvais aloy
    Qu'ilz en tiennent
    Leurs estoles/ ou ilz convienent
    Pour leur faulse erreur qu'ilz maintinnent
    Mais j'ay espoir que nulz n'y viennent:
    Fors meschans gens.
    Car les haulx nobles et les gents
    Qui de mes biens sont indigens
    Ne furent oncq si negligens
    Que d'estre itieulx
    Non obstant. que maint jeune et vieulx
    ont aujourd'uy: cueur: langue et yeulx.
    Si corrumpu. que l'air des cieulx
    S'en putrifie
    Et sont tous. je vous certifie
    Rempliz de folle jalousie
    De faulx argu de tromperie
    Par les escrips.
    Injurieux. qui sont escripts
    Et que malle bouche a apris
    A mainte homme de petit pris
    Qui plus appreuvent
    Ung mal que par escript ilz treuvent.
    Et plus le virent et remeuvent
    q'un bien qu'en leur feme ilz espreuvent
    De fait et d'euvre
    en quoy grant mauvaistié se cueuvre
    Et prie a dieu. que tant y euvre
    Qu'en bref. vengence s'en recueuvre:
    Car se je vueil
    Sur aucun homme ouvrir ung oeil
    L'on diroit tantost que mon vueil
    Seroit pour lui donner acueil
    Ne n'oseroie
    Rire chanter ne monstrer joie
    Se d'aventure en lieu j'estoie
    Ou faire et monstrer le vouloie
    Dont il m'est crue
    Grief douleur. que tant suis mescrue
    Et que bonne foy est descrue
    Et souspeçon tant paracrue
    Sur mainte bonne
    Qui oncques ne passa la bonne
    D'honneur. ne ne fist a personne
    Chose qui en reprouche sonne
    Si leur est certes
    Grief a souffrir que sans dessertes
    Toutes convient estre desertes
    D'honneur. de bon los: descouvertes
    Pour les mis sus
    De huit ou dix. peu moins ou plus
    Qui ont fait ung meschant abus
    Parquoy l'on nous veult ruer jus
    Toute et chescune
    Et cuide la faulse commune
    Qu'aujourd'uy nait dame nesune
    Que ne tende a folie aucune
    Par quoy couvient
    Des l'eure que nous en souvient
    Fermer noz yeulx. quant il advient.
    Que quelq'un par devers nous vient:
    Ou nous refaire
    Tout de nouveau. et contrefaire
    Car honneur faire sans meffaire
    Au jourd'uy/ ne se seuffre a faire
    Ainsi me semble
    Que moy et vous. toutes ensemble:
    Sommes com en ung flot qui tremble
    Ou toute malheurté s'assemble
    Et vraiement
    Bien vivons inutilement
    Au monde/ et plus au griefvement
    Des bons/ qu'a leur confortement
    Quant nullement
    Faire n'osons descouvrement
    De ce que naturellement
    Nous est donné pour sauvement
    D'humain lignaige
    Si nous fault rendre en hermitage.
    Et laisser le peuple ramage
    Bons et mauvais morir de rage
    Sans esjoyr
    Ame qui d'amour veult joyr
    Car j'ame mieulx loing m'enfouyr
    Que souffrir tousjours et ouyr
    Si grant reprouche
    Qui nuit et jour en jeu me couche
    Par raison que n'est gaires doulche
    De vilain cueur et malle bouche
    Et ont ces deux
    Tant de complices avec eulx
    Que le nombre en est merveilleux
    Dont les noms que portent yceulx
    Le sont pluseurs
    Mesdisans/ cuidereaux/ vainteurs.
    Souspeçonneux/ jaloux/ mocqueurs
    Enuieux/ desireux/ menteurs
    Trompeurs couars.
    Faulx promecteurs vilains eschars
    Et tous autres itieulx cornars
    Qui ont estudie es ars
    Du grant dyable
    Qui leur fait a croire de fable
    Et d'une bourde abhominable
    Que ce soit chose veritable
    Puis les publient
    Et meschans gens y estudient
    Mais ung point y a qu'ilz oblient
    Dieu et les anges les maldient
    Et trouveront.
    Q'une fois ilz en respondront
    Et qu'en dangier ilz en seront
    A l'eure que raison rendront
    De tout ensemble
    Ou n'a si juste qui ne tremble:
    Et quant enfer tous lez assemble
    Je n'en suis gaires plus me semble:
    D'honneur paree
    Ne de lumiere reparee
    Qui leur langue en mal obduree
    M'a pourchassee et procuree
    Si est ainsi
    Que je m'en plaing a vous droit cy
    En suppliant que par mercy
    Vous vueilliez regarder cecy
    Car je vous jure
    Qu'aujourd'uy toute creature
    Est infecte. et de telle ordure
    Et prent plaisir et nouriture
    L'un en mesdire
    Sur mainte. ou il n'a que redire
    Mais qu'il la voie sans plus rire
    Il veul jugier ou l'ueil se tire
    En son penser
    L'autre ne fait que mal penser
    Le tiers ne fait que offencer
    Le quart pour cuider s'avancer
    De flaiterie
    Va user et de gaberie
    Affin qu'il puist sa mocquerie
    Tenir de noustre druerie
    Ainsi chescun:
    Paist aujourduy son cueur d'aigrun
    Et de mille n'en a pas ung
    Qui n'ait itel reprouche aucun
    Que fort l'abasse
    Ainsi force est que je delesse
    Tout beau semblant toute liesse
    Et que j'embride ma jeunesse
    Avant vieillesse.
    Du frain de douleur et tristesse:
    Et que honneur se desloge et cesse
    En moy/ qui suis la forteresse.
    D'humain plaisir
    Ou chescun doit par vray desir
    Son derrenier repos choisir
    Comme au lieu dont il fault issir
    Si vous conjure
    Ma maistresse dame Nature
    Et vous prie par amour pure
    Prenez pité de ma laidure
    Que vous ouez
    Et point ne me desavouez
    Suppliant que si vous pouez
    En brief. vous y remediez

¶ Icy repayse et reconforte Dame Nature Noblesse feminine par pluseurs
raisons evidentes et moult prouffitables a son ennimy. Comme cy aprés
s'ensuyt.

Nature.

[Illustration]

    Helas Noblesse feminine
    Pour dieu ne plourez plus si fort
    Mais en la grant doulceur divine
    Mectez tout voustre grief effort
    Gaires ne vault le desconfort
    Quant est a moy s'il plaist a dieu
    Je vous donray bon reconfort
    Mais que raison trengne en vous lieu

    Vous savez bien que tout ce monde:
    N'est q'un flot d'eau trop instable
    Une mer hideuse et parfonde
    Ung repos beaucop variable.
    Fort desiré/ peu prouffitable
    Ung souef plaisir de renchiere
    Une liesse defraudable
    Plus a fouir qu'a tenir chiere

    Tout ce dont il est composé
    Est subget a mutation.
    Et ne fut oncques si posé
    Qu'il n'i eust alteration:
    Discord et variation
    Noises envies entre gens
    Et tant de tribulation
    Qui se chaingent comme les vens

    Tout y va ce dessus dessoubz
    Verité y est desprisee
    Et qui pis est/ tout au rebours
    Mensonge y est auctorisee
    Mauvaise vie y est prisee
    Vertu y est peu recongnue
    Et les mauvais font leur risee
    De chose que bonne est tenue.

    Les moins dignes en tous endroiz.
    Sont ceulx qui ont les biens du monde:
    Les folz ont l'onneur et la voix
    Et les estaz tous a la ronde:
    Le sage qui en sens habonde
    Le plus il va querant son pain
    Sur lez meschant tout bien redonde
    Les nobles vont morans de fain

    Faulseté est subtilité
    Meschant parler n'y est point honte
    Raillerie y est viveté
    Du droit chemin nul ne tient compte
    Justice est mise hors du conte
    Mauvaistié y est impugnie
    Et bonté quelque peu qu'el monte
    C'est celle qu'on excommunie

    Or m'a la divine ordonnance
    Mise en dignité treshaultaine
    Et establie la puissance
    Sur tout quant que la terre amene
    Puis donc/ que creature humaine
    Est fait de terre fraisle et vile
    Il couvient qu'elle ait pour domaine
    Vie variable et fragile

    Les creatures que je forme
    Sont de diverse qualité
    Soit en complexion ou forme
    Il n'y a point de qualité
    L'une tend a enormité
    Et de pechié fait sa maison
    L'autre het la difformité
    Et se gouverne de raison

    Or est pechié ung accident
    Naturel a homme et a femme
    Mais pourtant n'est pas resident
    Equalement en chescun ame
    De nature est/ que toute dame
    Se peut laisser cheoir en pechié
    En lui seul n'est pas ung tel blasme
    Car tout homme en est entachié

    Supposons doncq qu'aucunes femmes
    Ont fait: et font encor oultrages
    Et se grievent en elles mesmes
    Par leurs faulx et mavaiz couragez
    Pensez vous que leurs folz ouvrages
    Ayent puissance de destruire
    Les autres bonnes et les sages
    Que ont cueur de soy bien conduire.

    Pour tous les ditz qui oncques furent
    Vous n'en valez de gaires pis
    Mais en la fin qui plus murmurent
    Seront d'honneur plus deguerpis
    Descouurir ce qu'on a au pis:
    C'est chose bien legiere a faire
    Car d'un cueur ou n'a que despis
    L'on n'en peut nulle doulceur traire.

    Il est des hommes plus ne mains
    Comme il fut des anges jadis
    Les ungs sont bons doulz et humains
    Les autres vers dieu refroidis
    Des bons ne vient que bien tousdis
    Ne ja par eulx n'est armé homme
    Des mauvais viennent les faulx ditz
    Et tout vilenie en somme

    La cause pourquoy pluseurs sages
    Vous vont blasmant en leurs escripts
    C'est pource qu'en voz beaux visagez
    Autresfoys ilz ont esté pris
    Et ont esté ainsi surpris
    D'amoureuse melencolie
    Qu'ilz en perdoient et los et pris
    Et leur sens tournent en folie

    Or sont ilz d'un courage fier
    D'une tresorgueilleuse mine
    Et cuident que rien assegier
    Ne les peust qui sur eulx domine
    Mais quant par doulceur feminine:
    Se sont trouvez si tresaubas
    Par despit. ainsi le devine
    Ils en vont blasmant voz soulas

    Les aucuns que maleur enchante
    Et qui ont d'aucune aventure
    Trouvé quelque povre meschante
    Quelque petite necte ordure
    Qui tousjours brait noist et tambure:
    Le povre maleureux meschant
    Cuide. que de telle laidure
    Toutes soient/ et d'un tel chant.

    A lors le meschant amusé
    Qui en ce meschant las est cheu
    Quant il se cougnoist abusé
    Que par sa meschance est deceu
    Il en est bien forment mescheu
    A la plus vaillant de la route
    Car tout le mal qu'il a conceu
    En une/ il va disant sur toute

    Les meschans sont de leur nature
    De mesdire et de rompre pais
    Et de trouver charge et injure
    Sur les bons/ point sur les mauvais
    Ilz sont a ce faire contrais
    A leur bouche n'a point de clause
    Mais honneur vous est a jamais
    Quant ilz le font a malle cause

    Dieu que estoit si pur et net
    Si beau si bon. si tresparfait
    Que nulle rien si pure n'est
    Ne moins souillee de meffait
    Ne fut il pas blasme de fait
    Chargié et accusé de vice
    Certes oy/ quoy qu'en effect
    Oncq n'en fut pire sa justice

    D'hommes y a trop et assez
    Selon le temps leurs meurs se muent
    Les bons sont forment trespassez
    Bontez faillent et desvertuent
    Les mauvais. les vertueux tuent
    Aumoins s'en mectent ilz en pene
    Les plus fors sur les foibles ruent
    C'est tout le fait de vie humaine

    On peut bien tant couvrir ung lieu
    Que nulle clarté n'y peut luire
    Mais rien n'est si puissant/ fors dieu:
    Que clarté peust rompre et destruire
    S'aucuns meschans vous cuident nuire
    Faisant de voustre clarté umbre
    Ja pourtant ne pourroit construire
    L'esceuvre qui la toute encombre

    Mais pource que par cueur vilain
    Et par malle bouche envieuse:
    Voustre honneur qui est tant haultain
    Est mis en place trop umbreuse
    Je vous donne d'amour joyeuse
    Noble cueur. pour voustre advocat
    Par lequel. comme treseureuse
    Vous serez remise en estat

    Cueur vilain. vous a fait retraire
    Du lieu/ ou dieu vous avoit mise
    Ainsi par cueur noble. au contraire.
    Il fault que vous soyez remise
    Il vous restablira franchise
    Honneur. clarté. los souverain
    Et destruira la faulse guise
    De malle bouche et cueur villain

¶ Icy dame Nature/ adresse son parler/ a noble cueur.

[Illustration]

    Beau filz bien vous peut souvenir
    Comment jadis par grant humblesse
    Vous me veistes vers vous venir
    En fleur de voustre grant jeunesse
    Pour conforter voustre tendresse
    Qui estoit durement pensive
    Et tant que innocente et simplesse
    Vous tiendrent la pensee oysive

    Lors vous savez que vous donnoie:
    Maintz notables enseignements
    Et tout du long vous ordonnoie
    Par regle. voz gouvernemens:
    Quelz joies et avancemens
    Vous pourriez en ce monde acquerre
    Et en honneur adressemens
    Autant que homme dessus la terre

    Je vous conseilloie d'amer
    Toutes vertuz et euvre bonne
    D'autrepart/ fuyr et blasmer
    Toute vile et meschant personne
    Et tout vice qui empoisonne
    Ou corrumpt bonne renommee
    Car la ou pechié s'afoisonne
    Ne peut la vie estre inblasmee

    Les dames et les damoiselles
    Vous prisoient sur toute rien
    Et vous feiz serviteur a elles
    Pour voustre prouf et pour le mien:
    Vous affermant que tresgrant bien
    Vous adviendroit leur service
    Et encores me semble bien
    Que c'est voustre meilleur office

    A fin que vous eussiez conduicte
    De sens acquis par sur nature
    Et que science fust reduicte
    En vous/ avecques nourriture
    Je vous feiz paistre en la pasture
    De treshaulte philozophie
    Par quelle toute creature
    Se parfait et moult glorifie

    Pour lez fait d'amours mieulx apprendre
    Au mestier d'armes vous soubmis
    Affin de savoir entreprendre
    Resistence a voz ennemis
    En oultre plus/ ce mot y mis
    Que une foys avant longs termes.
    La dame que je vous promis
    Vous fauldroit secourir par armes

    Maint grant et merveilleux avance
    Vous ay fait/ et maint grant honneur
    Et avez par vostre sçavance
    Trouvee mainte grant doulceur
    Entre les dames de valeur
    Sans estre lassé de servir
    Mais ores vient tout le greigneur
    Et le plusfort a deservir

    Car le temps est tout acomply
    Desoresmais se rompt la trieve
    Et tout cueur qui est trop emply
    Aujourd'uy convient qu'il se crieve
    La douleur ancienne et grieve
    Maintenant toute descueuvre
    Et demande vengence brefve
    A dieu/ a moy/ de fait et d'euvre

    Les cieulx sont plains et assourdis
    Des clameurs et douleur piteuses.
    Les anges sourds et estourdis
    Des regrez et voix lamenteuses
    Les saints et sainctes ennuyeuses
    Et chescun a pleurer s'encline
    D'ouyr les plaintes doloreuses
    Que fait noblesse feminine

    L'air est infect et corrompu
    Arbres fruitz et herbes pourrissent.
    Le firmament est desrompu
    Bestes oyseaux tous si gemissent
    Les poissons des rivieres issent
    Le soleil devient noir et vain
    Et toutes choses amaindrissent
    Par le venin de cueur vilain

    Je ne le puis plus endurer
    Il fault reconforter les dames
    Que ne font las que murmurer:
    Et les reparer de grans blasmes
    Plourer et tormenter leurs ames
    Qui beaucop leur sont impropices.
    Et mectre a l'envers sur les lames
    Vilain cueur. et tous ses complices.

    Or fault il ce puant vermine
    Du tout mettre a destruction
    Et l'arbre o toute la racine
    Ardoir en grant confusion
    C'est une grande abusion
    De souffrir vivre telle ordure
    Qui par la faulse instruction
    Deffait la rien qui est plus pure

    Par vous que l'on dit et appelle
    Cueur noble en vertu couragié
    Il convient que le faulx rebelle
    Soit rué jus. et oultragié
    Et que le dragon enragié
    Laisse en paix dames et pucelles
    Car trop long temps a fourragié
    L'onneur et le vergier d'icelles

    Mais pour en vous plus faire croistre
    Courage et hault desir d'emprendre.
    Besoing vous fust que de congnoistre
    Avant que haulte euvre entreprendre
    Pourtant je vous iray apprendre
    La dignité et la nature
    De celles que devez deffendre
    Et reparer de toute injure

¶ Icy cesse a parler Nature a noble cueur/ et parle l'acteur comment
Nature menoit noble cueur en ung merveilleusement beau lieu Ou quel y
avoit ung arbre a deux branches sans pluz fleury de diverses fleurs/
assiz ou milieu d'une fontaine/ dont l'eau estoit toute noire et
troublee.

[Illustration]

Nature.

    Lors je vy que dame nature
    Ensemble o la parfaicte et pure
    L'oultrepasse de corps humains
    Prindrent noble cueur par lez mains
    Mais gaires long ne cheminerent
    Qu'en ung si beau lieu le menerent
    Que je tien sur ma conscience
    Qu'il n'est cueur si plain de science
    Qui proprement pourroit suffire
    A la beauté du lieu descrire
    Car c'estoit le plushault retrait
    Ouquel nature se retrait.
    Le lieu ou elle fait et forme
    La tresnoble et tresdigne forme
    La figure d'humain coursage
    Qui est le chief de son ouvrage
    Mon regard par leans voloit
    Mais ainsi comme dieu vouloit
    Entre les autres choses/ une
    Je vy/ que n'estoit pas commune
    En mille region ne veue
    Parquoy mon sens mon cueur ma veue
    Versay totalement sur elle
    Car belle estoit et plus que belle
    C'estoit ung arbre my party
    Fourchu dessus/ par tel party
    Et de si egalle mesure
    Qu'il n'est ou monde creature
    Qui bien eust sceu jugier sans faulte:
    Quelle part estoit la plushaulte
    Fleury estoit/ mais grant merveilles
    Vous diray des fleurs et dez fueilles
    Que portoient lesdictes branches
    Rouges jaulnes perses et blanches.
    Plus de dix mille millions
    Fleurs il portoit/ tant que nulz homs.
    N'eust ja sceu toutes les comprendre
    Ne le nombre infiny en rendre
    Les unes par oultrage belles
    En fleurs et en couleurs itelles
    Les autres de maindre beauté
    Toutesfoys/ par ma leauté
    La moins belle et la plus indigne
    Me sembloit belle doulce et digne
    Mais telle y avoit difference
    Que chescune par apparence
    Estoit a chescune insemblable
    En forme assez apparcevable
    Si estoit point je ne vous celle
    A ung petit ray une estelle
    Que je fuz assez regardant.
    Chescune de ses fleurs rendant
    Par diverses impressions
    Dont les significations
    Je ne peuz oncq ymaginer
    Ne en mon cueur determiner
    Telle subtile extremité
    Mais droit en la sublimité
    De l'arbre/ du costé senestre
    Je vy sur toutes. croistre et naistre
    Une si belle fleur de lis
    Que tous autres mondains delits
    Et toute beauté naturelle
    Furent neant/ au regard d'elle
    En telle vertu fleurissoit
    Que la haulteur dez cieulx passoit
    Et rendoit si souef odeur
    Que tout le monde a la rondeur
    Et les cieulx mesmes s'emplissoient
    Des grans doulceurs qui en issoient
    Sur ceste fleur en ung trouppeau
    Avoit estoilles ung monceau
    Amoncelees et unies
    Et leurs grans clartez infinies
    Sur la tresdigne fleur gecterent
    Et telle grace lui donnerent
    Par la vertu que y habunda
    Que le nom de fleur du monde a
    Or estoit cest arbre planté
    Non pas par art ne voulenté
    Mais par puissance treshaultaine
    Droit ou milieu d'une fontaine
    La quelle estoit si ample et large
    Qu'il n'y eust fleur qui l'arbre charge
    Quant ce venoit aux accidens
    Qu'elle ne cheyst dedens
    Dont l'eau en estoit trouble et noire
    Qui est chose bien forte a croire
    Mais tant avoit de sa nature
    Qu'elle estoit chaulde par mesure
    Et si par rayson destrempee
    Que nulle rien ou monde nee
    Oncques ne fut si bien ne mieulx
    Et son eaue. par quatre lieux
    Envoyoit/ qui estoit parfonde
    Devers les quatre pars du monde
    Lors vy je que les nouveautez
    Et les singulierez beautez
    Que leans infiniz estoient
    Les sens de noble cueur mectoient
    En tresgrande admiration
    Mais la grant persuasion
    De dame nature la sage
    Le venoit d'un riant visage
    De tout informer et apprendre
    Et lui donnoit les poins entendre
    Sur le fait de cest arbre icy
    Et puis elle luy dist ainsy

[Illustration]

Nature

    Beau filz forment je vous regarde
    Et congnoit bien que moult vous tarde
    Certes que je ne vous declaire
    La nature de ce repaire
    Ouquel nous sommes en present
    Et croy que voustre cueur s'i fent
    De bien content et fort joieux
    Car il y fait melodieux
    Or mectez pene a bien entendre
    Et retenir et bien comprendre
    Ce que je vous remonstreray
    Et vivement declaireray
    Pour voustre moult grant joye et preu
    Et je voys desnouer le neu
    De mon plushault secret et sens
    Que j'aie/ ne qu'avoir me sens
    Touchant a noustre present fait
    Qui fort esmerveillier vos fait
    J'apparçoy bien ainsi m'aist dieux
    Qu'en riens vous ne gectez voz yeulx.
    Fors en l'arbre qui la fleurist
    Et de tant belles fleurs nourist
    Lequel certes pour tout voir dire
    Est bien digne qu'on le remire.
    Et qu'on enquiere de son estre
    Veu qu'a nulle rien terrestre
    Ne naturelle. il ne ressemble
    Ains/ et plus surpasser il semble
    Le cours de commune nature
    Tant est belle la floriture
    Pourtant prenez le sainement
    Et je vous diray plainement
    De l'arbre la signifiance
    Qui en vertu et en substance
    Tresmerveilleusement habonde
    Jadis. le createur du monde
    Quant le ciel et le firmament
    Avoit mis en leur mouvement
    Et eust creé toute autre chose
    Qui en terre ou en l'air repose
    Et qu'il ne restoit mais a faire
    Rien pour le monde tout parfaire:
    Alors comme ung ouvrier tressage
    Au derrenier de son ouvrage
    Il fist cest arbre: et le forma
    Tout tel qu'a present sa forme a
    Lequel il fist par excellence
    Sy beau si digne en corpulence
    Et de si grant prerogative
    Que sa vertu suppellative
    Surpassa. vous soit bien notoire
    Toute autre chose transitoire
    Car puis qu'il fault que tout vous euvre
    Dieu en fist le chief de son euvre
    A qui sur toute autre doulceur
    Il donna s'amour et son cueur
    Vertu. grant dignité. puissance
    Discretion. sens. congnoissance
    Comme qui de son fruit et germe
    Vouloit avoir/ je vous afferme
    Louenge et grace plusparfaicte
    Que de nulle rien que fust faicte
    Et lors en ce mesme moment
    Dieu vint a moy. ne sçay comment
    Qui me va commander ainsy
    Nature. prens cest arbre icy
    Et tressougneusement le garde
    Je t'en donne maistrise et garde
    Jusqu'au diffinement du monde
    Si vueil aussi/ qu'a toy responde
    Toute autre naturelle chose
    Qui s'engendre et que se compose
    Par la vertu des elemens
    Et donneras nourissemens
    Forme. complexion. figure
    A chescune une creature
    Selon son genre et son espece
    Itelle en france comme en grece
    Et te donne la seigneurie
    De terre qui sera fleurie
    Pour toy. et pour ta gouvernance.
    Mais j'en reserve l'ordonnance
    Sur toy et sur tout ton ouvrage
    Or convient il que ce langage
    Vous soit plus au cler exposé
    Et de sentences si glosé
    Qu'en fin vous puissiez concevoir
    Ce que vouz desirez savoir
    Parquoy noble cueur. je vous dis
    Cest arbre qui fluerist tousdis.
    Et est de si plaisant umbrage
    Est l'arbre dont l'humain lignage
    Sourdist/ et sourd de jour en jour
    Par quantité telle et vigour
    Comme au jourd'uy pouez veoir
    Dont adam et eve de voir
    Jadis ung corps et une eschine
    Furent le boys et la racine
    Dont tout l'arbre tel comme il est
    Se croist. se fleurist. et se naist
    Gectant deux branches contremont
    Sans plus. que bien a noter sont
    Et est bien de necessité
    Car la gist la diversité
    Du sexe. qui est masculin.
    A celui qui est feminin
    Lesquelles sans nulle doubtance
    Sont d'un estre. d'une substance
    Et d'une mesme dignité
    Sans quelconque difformité
    Fors sans plus/ une accidentale
    Que l'une est feme et l'autre masle
    Or est ceste arbre o sa racine
    Si vert/ et sa vertu si fine
    Que tousjours rend germe nouveau
    Et n'est plus foible ne moins beau
    De tout le temps que l'ay hanté
    Que le jour qu'il y fut planté
    Si a ja six mil ans. ou plus
    Et doit fleurir en ses vertus
    Que lez cieulx que nul ne peut rompre
    Fors dieu il conviendra corrumpre.
    Quel temps: combien il durera
    Ame ne vous asseurera
    Car la providence divine
    Seule/ de ce point determine
    Les fleurs dessus la branche destre
    Sont les hommes/ qu'on a veu naistre
    Depuis adam. jusqu'au jourd'uy
    Lesquelz quant ilz partent d'icy
    Leur fleur y remaint toute telle
    Comme ilz ont vertu corporelle:
    Parquoy/ entre les fleurs la sus
    L'une est belle/ l'autre encor plus
    L'autre est tresclere. une autre mains
    Tout ainsi que les corps humains
    Mais la cause pourquoy les fleurs
    De tous les corps predecesseurs
    Demeurent sur cest arbre icy
    Certes je le vous diray cy:
    Une foys quant il adviendra
    Que toute rien sa fin prendra
    Et que la divine justice
    Vouldra tenir son excercice
    Especialement sur l'omme
    Dez lors plus fruitz ne fleur ne gomme
    De cest arbre ne saillira:
    Ne plus avant ne fleurira
    Mais luy/ comme ung roy de grant compte.
    Viendra me demander le compte
    Quoy que mes fleurs sont devenues
    Grosses moyennes et menues
    Car il luy fauldra le veoir
    Et de leurs affaires savoir
    Lors il les ira regardant
    Comme ung en grant justice ardant
    Mais telles que sont entachees
    Seront erramment arrachees
    D'entre les belles et mourront
    Et les nectez demeureront
    En joie et beauté conformees
    Plus qu'oncques ne furent formees.
    Et sera l'arbre o sa sentence
    Exaulcié. par telle excellence
    Qu'a jamais sera fleurissant
    Sans aller en amendrissant:
    Et sans gecter nouvelles flours
    Mais ung/ et en ung point tousjours
    Assis en vergier honnorable
    De melodie pardurable
    Qui sera lors vous certifie
    Comme ung arbre o le fruit de vie
    Mais pource que point nous ne somens
    En voie de traicter des hommes
    Fors de la dignité des femmes
    Qui est toute une chose mesmes
    Sachiez que la senestre branche
    Que semble tant belle et tant franche
    Est celle dont les femens naissent
    Et se nourrissent et se paissent
    Qui est pour le vous faire entendre:
    Ung peu plus doulcette et plus tendre
    Que n'est telle du costé dextre
    Pour sa plusgrant perfection
    Car dieu la voulu itelle estre
    Or ay je grant affection
    De vous apprendre et demonstrer
    S'il vous pouoit au cueur entrer
    Comment en toute femme et homme
    Se font et naissent d'une gomme
    D'une terre d'une matiere
    Et se font tous par une ouvriere
    Par moy qui tous les corps humains
    Ay fait et formé de mes mains:
    Droit cy en verité certaine
    Au milieu de ceste fontaine
    Par quelque quoy/ elle est mal clere:
    S'entend le ventre de la mere
    Ou quel/ le fruit se fructifie
    Et prent force/ et forme et vie
    Et vous diray quoy et comment
    Il est vray/ qu'en chescun moment
    Il croist la sus boutons nouveaux
    Par cens/ par milliers/ et trouppeaux
    De moult diverse qualité
    Et d'un pareil egalité
    Lesquelz tout ainsi comme ilz s'euvrent
    Et que leur germe ung peu desceuvrent
    Il chet de chescun une graine
    Cy en bas/ en ceste fontaine
    Lors moy/ qui ay la congnoissance
    Apres dieu/ seule et la savance
    De tous les boutons. quelz ilz sont
    Et quelle dignité ilz ont
    Me vien bouter emmy ce bain
    Et prens la graine emmy la main
    Lui donnant la forme et figure
    Selon la vertu et nature
    Du bouton dont elle est saillie
    Car selon lui/ est sa taillie:
    Puis se nourist ceans grant temps
    Par l'espace de trois quars d'ans
    Mais aprés il convient sans faille
    Que par l'un des tuyaux il s'aille
    Prendre sa vie et nourriture
    En une nouvelle paisture
    Et sachiez. que je vous afferme
    Que se de l'arbre chet nul germe
    Il lui convient droit cy se rendre
    Et par ma main sa vie prendre
    Mais la cause vous diray voir
    Pourquoy ce baing est trouble et noir:
    Et le vous vueil notifier
    Certes. ce veult signifier
    Le vil et orgueilleux pechié
    Dont l'humain gente est entachié
    Tant qu'il convient grant et menu
    Estre en sa tache conceu
    Princes. princesses. saints et sainctes:
    Tous en sont prins/ et saincts et sainctes
    Sans en exempter ame aucune
    Que fut. ne qui sera: fors une
    Que ne fut oncques conceue
    Ou je suis forment deceue
    Si vous diray ce que je vis
    Une foys par tresvray advis
    Jadis ou temps des anciens
    Je vy sur ces arbres ceans
    Tout a plus hault ung bouton croistre
    Lequel pour verité congnoistre
    Estoit le tresplus gratieux
    Que j'eusse onques veu de mez yeulx
    Le mieulx flairant et le plus beau
    Le plus doulx et le plus nouveau
    Qui oncques fut ne qui sera
    Tant que le monde durera
    Sy vy comme a dieu il plaisoit
    Que ce bouton espanissoit
    Ung jour par la vertu divine
    Mais avant que sa graine fine
    Se laissa cheoir en la fontaine
    Je suis tresseure et trescertaine
    Que l'eau qui estoit obscure
    Devint tresclere et necte et pure
    Et changea sa couleur umbreuse
    Qui est chose bien merveilleuse
    Puis le germe de ce bouton
    Qui par sur tous flairoit si bon
    Si laissa cheoir icy dedens
    Et y print ses nourrissemens
    Complexion. figure. et forme
    Comme les autres que je forme
    Si en formay creez a lors
    Le plusgent et le plusbeau corps
    Le plus vertueux et parfait
    Que jamais pourroit estre fait
    Ou avoit esté fait devant.
    De puis adam ça en avant
    Si pert bien que je y prins delis
    Par celle noble fleur de lis
    Que porta le vray testmoignage
    De son estre et de son coursage
    Laquelle fleur. nous represente
    La glorieuse et excellente
    La benoiste vierge marie
    Qui la divinité marie
    Sur humain genre est coronnee
    A radoulcee et rapaisee
    Or est ainsi qu'aucunes gens
    Qui sont mal duis et negligens
    Vont murmurant contre les dames
    Pour les chargier et faire infames
    Disans. que femme en sa nature
    Est une fraisle creature
    Et occasion tresgreveuse
    De mainte chose dangereuse
    Mais pour garder l'onneur d'icelles:
    Je m'oppose contre eulx pour elles
    Disant. qu'en l'omme a tant de vices
    Qu'en la femme de malefices
    Une haultesse en dignité
    Et pareille fragilité
    Si vous demonstreray comment
    Vous veez comme au firmament
    Les estoilles illecques pendent
    Et sur les fleurs leur clarté rendent:
    Diversement/ que pour tout vray
    Il semble qu'a ung petit ray
    Une chescune fleur deppent
    D'une estoille du firmament
    Dont chescune estoille conduit
    Celle fleur. sur qui elle luit
    Et la dispose et la gouverne
    Et a sa vie o elle yverne
    Mais icy gist ung point secret
    Que tout le monde point ne scet
    Et se les hommes fussent sages
    Ilz changeroient leurs usages
    Et la femme ne blasmeroient
    Jusqu'a tant que informez seroient
    Pour quel cause se fait blasmer
    La femme/ ou penser ou amer
    Et dequel lien los luy eschiet
    Ou que son honneur luy deschiet
    Car langue d'ignorance esprise
    Ne scet ce qu'elle blasme ou prise
    Pourquoy savoir il vous convient
    Que la fragilité que vient
    Sur la Femme et sur l'omme aussy
    Eschiet/ par ces estoilles cy
    Qui envoyent leurs influences
    Sur ces fleurs. et leurs differences
    Telles/ que dieu leur a donnees
    De sa franchise et ordonnees
    Entre lesquelles. les aucunes
    Donnent ennuiz. douleurs. fortunez
    Les autres joyes et richesses
    Honneurs. sciences. et prouesses.
    Les tiers. bonne et sainte vie
    Autres: barat et tricherie
    Les quintes/ vie detestable
    Luxurieuse abominable
    Si fraudulent et decevese
    Qu'a tout le monde elle est doubteuse:
    Les sixtes bon courage et net
    Autres. ou nulle bonté. n'est
    Ainsi. par les conditions
    Et diverses impressions.
    Que chescune a de sa nature
    Il eschiet a la creature
    Devenir tout d'icelle mine
    Qu'est celle. que sur luy domine
    Et quant lez vertuz des planettes
    Ont leurs influences secretes
    Et une seigneurie mesmes
    Sur les hommes et sur les femmes.
    Arguer fault donc. s'elles donnent
    Vertu aux hommes et ordonnent
    Les causes qui les esvertuent
    Que aussi bien elles distribuent
    Par raison. leur vertu aux dames
    Veu qu'eulx deux ont unes ames
    Comme en mon cueur le conçoy
    L'omme n'a pas nul bien de soy
    Non a la feme plus que l'omme
    La moindre graine d'une pomme
    Mais toute vertu et constance
    Toute bonté toute chevance
    Vient a la femme tant qu'au masle
    Par la grace celestiale
    Laquelle n'est pas curieuse
    Que d'estre a l'omme avantageuse
    Et a la femme defraudable
    Nuisant et prejudiciable
    Bien sçay que dieu ne daigneroit
    Et aussi peu le souffriroit
    Sa irreprenable justice
    Qui en ce faisant feroit vice
    Car l'on diroit pour causes bonnes
    Qu'il fut excepteur des personnes
    D'avoir fait l'omme noble et digne
    Et la femme meschante indigne
    Qui sont d'une forme et figure
    D'un ouvrage. d'une nature
    Et au regard de l'ame aussy
    Qu'elle a tant noble comme luy
    Parquoy donc/ s'en ces basses isles
    Femmes aucunes sont fragiles
    Ordes et mal conditionnees
    Et a vices habandonnees
    Dont me desplaist qu'il en est tant
    Las. il ne s'ensuit pas pourtant
    Que toute femme de nature
    Soit partissant de telle ordure
    Ne que tel grief deslos on donne
    A mainte/ qui est belle et bonne
    Aussi vertueuse aussi ferme
    Qu'onques fut homme: et plus l'afferme
    Car femme de soy pour tout dire
    Ne peut estre de l'omme pire
    Mais elle est bien ung peu plus molle
    Parquoy s'elle veult estre folle
    Pechié. qui tout bon renom tue
    L'aura pluslegier abatue
    Mais celle molleur que je y mectz
    N'est pas pour son mal vous promectz
    Ains dieu le m'ordonne ainsi faire
    Veu qu'elle y est necessaire
    Se le fruit humain qui y entre
    Doit croistre. et se nourrir ou ventre
    Si donc par accident qu'elle a
    Et que je y mectz. tel qu'il est la.
    Pour humaine necessité
    Elle a ung peu fragilité
    En complexion de corsage
    Non pourtant/ se l'omme estoit sage.
    Ne la doit blasmer ou despire
    Ou de sa nature mal dire
    Veu qu'en accident celui
    Elle est pour le prouffit de luy
    Mais ung point y est qu'on oblie
    Qu'en tant que Nature assaillie
    Est trop d'une part et pressee
    Que d'autant elle est reconfortee.
    Peut estre/ en vigueur spiritable
    Et en vertu celestiale
    Car dieu qui bien le veult comprendre
    Ce qu'il prent cy/ la le peut rendre
    Ainsi par le don des planettes
    Des estoilles et des comectes
    Qui se font merveilleux et mains
    Et divers/ sur les corps humains
    Aucunes femmes sont mauvaises
    Et meschantes comme punaises
    Mais ung point y voys adjoustant
    Si sont les hommes/ et plus. ou tant
    S'il est des hommes tresparfaiz
    Si en est il de tresmauvais
    Vilains pervers et decevables.
    Et pires que ne sont les diables
    Bons ne sont pas trestous lez maslez
    Ne les femelles toutes malles
    Tout pechié qui est soubz la lune
    Est aussi pres a l'un. qu'a l'une
    Et vertu et toute euvre belle
    Est aussi pres a luy. qu'a elle
    Et tant a elle/ comme a lui
    Pourquoy je conclu au jourd'ui
    Qu'en femme a aussi grans vertus
    Comme en l'omme ou tant au plus.
    Et s'aucunes ont aucuns vices
    Destinees et malefices
    Si ont les aulcuns ce me semble
    Autant ou plus. quant tout s'assemble.
    Car ung corps est leurs deux personnez
    Et ung. qui bien et mal leur donnes
    Si vous certifie pour voir
    Comme qui bien le puis savoir
    Que j'ay formé de mez mains mesmes
    Autant de corps de vaillans femmes
    Dignes d'honneur. de pris et los
    Comme d'hommes. bien dire los
    Comme c'est arbre bien testmoigne
    Se verité dis ou mensongne
    Car les fleurs portent testmoignage
    De la vertu de leur courage
    Si lez regardez une a une.
    En jugeant toutes et chescune
    Puis acomparagez ensemble
    Les deux branches. se bon vous semble
    Mais je croy point ne trouverez
    Quant bien vous les aviserez
    Se voz memoires sont entieres
    Que l'une passe l'autre en guieres
    Car si dela voyez les saintz
    Qui ont esté beaucop et maintz
    Si sont deça aussi les sainctes
    Qui on esté beaucop et maintes
    Et se dela sont les martirs
    Qui par leurs vigoreux desirs
    Ont voulu morir pour la foy
    Aussi sont pardeça je croy
    Maintes glorieuses martires
    Qui ont souffert maintz griefz martires
    Et si sont trop plus a louer
    Que martir qu'on sache advouer
    Car leur nature est precieuse
    Et pour endurer dangereuse
    Toutesfois nonobstant foiblesse
    Et leur naturelle tendresse
    Elles ont nature vaincue
    Contre son cours et desrompue
    Tant qu'amour soubz torment les mist
    Dont tout fort homme se fremist
    Plus est d'un foible vaincre ung fort
    Qu'a ung fort vaincre ung fort aufort
    En oultre. de la sont pluseurs
    Saints preudommes et confesseurs
    Et pardeça religieuses
    Sainctes vierges de dieu espeuses
    Nonnains recluses et cloistrieres
    Et gentilz femmes seculieres
    Que pour l'amour de dieu tresmonde
    Ont renoncié a tout le monde
    Et fuy majesté royalle
    Pour estre amie a dieu loyalle
    Si vous arguez des prophettes
    Qui ont les visions secretes
    Des philosophes des docteurs
    Qui sont de la foy instructeurs
    Voyez cy les propheteresses
    Et les sages devineresses
    Que maintesfois en leur publicque
    Ont eu le sens angelicque
    Tant qu'il sembloit que leur science.
    Passast humaine sapience
    Mais pour changier propos dez saints
    Parlons de ceulx qui sont mondains
    Des loyaux des preux des vaillans
    Des vertueux et des sçavans
    Des beaux dez bons dez fortz dez sage
    Et de tous vigoreux courages
    Et vous trouverez sans cautelle
    Que chescun tel/ aura sa telle
    Et qu'il en est ainsi m'aist dieux
    Autant de telles/ que de cieulx
    Lesquelles bien nommer sauroie
    Quant forment pressee en seroie
    Dont les histoires anciennes
    Tant des juyfves que payennes
    Et des crestiennes encoire
    Font tresglorieuse memoire
    Tant que bien doit leur renomee
    Estre exaulcee et renommee
    A jamais. tant que oeil pourra lire
    Ou main et plume en parche escrire.
    Mais une. qui a moins d'encombre
    Et qui est la non per du monde
    N'est pas encor mise en compte
    Que seule plus vault et plus monte
    Et est plusdigne en tous eschanges.
    Que mille millions des anges
    Ne que saint tant soyt de grant fame
    Toutesvoyes sy est elle fame
    La qui clarté. la qui haultesse
    Toutes autres aveugle et abasse
    Comme le soleil vainct la nue
    D'une estoille clere et menue
    Laquelle. tout le genre humain
    Sert et honneure soir et main
    Et pour sa grace deservir
    Tousjours est prest de la servir
    Non pas seule nature humaine
    Mais aussy bien la plus haultaine
    Sorte/ des anges de la sus
    Si s'en travaillent mieulx ou plus
    Que s'aucuns hommes qui fouloient
    D'aventure/ arguer vouloient
    Disans que la divinité:
    S'est vestue d'humanité
    Et que dieu a forme acceptee
    De l'omme pour plus exceptee
    Non pas de femme/ et par ainsy
    Vouldroient nyer tout cecy
    Certes je respons a ce point
    Que cela ne m'arguent point
    Ne ne revallent mon party
    Ne eulx n'en sont ja mieulx party
    Car le filz dieu. quant j'en commence
    Ne fut oncques d'humaine semence
    Ne homme nul ne l'engendra
    Combien que part en son gendre a
    Mais la paternité puissante
    Legendra pur et fleurissant
    En sa tresglorieuse mere
    Sans semence venant de pere
    Et pur et net fut conceu
    Du saint esperit/ qui sceu
    Estoit en ses dignes entrailles
    Sans corrumpre veines ne trailles.
    Mais moy/ quant tout se fait se fist
    Je croy qu'a lors dieu me deffist
    Ou m'endormit ou aveugloit
    Ou congnoissance me tolloit
    Car je vous jure et vous desceuvre.
    Je ne steuz oncq rien de ceste euvre
    Et suis forment esmerveillee
    Comment moy que tant esveillee
    Me suis laisser embler ce fait:
    Qui sur mon cours a esté fait
    Au fort/ j'ay bien la congnoissance
    Que riens n'est hors de la puissance
    De la deité invincible
    Ne riens devers elle impossible
    Mais par ceste solution
    L'en peut mectre a conclusion
    Tous ceulx qui pour l'omme exaulcer.
    Veullent dieu avec eulx tauxer
    Car je ne mectz en mes querelles
    Fors creatures naturelles
    Naturellement engendrees
    Mais dieu n'est pas de telz ventrees
    Mais trop plus d'honneur eternel
    Et los. trop plus perpetuel
    Est a la glorieuse vierge
    La pure incorrumpue cierge
    D'avoir esté choisie digne
    Par sa pure doulceur divine
    A porter ce que ciel et terre
    Ne peurent prendre ne conquerre
    Et le fermer tout et entier
    En son doulx virginal sentier
    Que n'est a l'omme: qui veult estre
    Seigneur par sur la femme et mestre
    Que le filz de dieu: que je nomme
    Ait accepté la forme d'homme
    Veu que autre ne devoit prendre
    Quant il luy pleust icy descendre
    Car celle forme est plusparfaicte
    Et toute a sa semblance faicte:
    Or convient il que je recours
    Ung petit: par briefz motz et cours
    Vous declairer ung petit point
    Dont parlé n'ay encores point
    Pour vous faire ung petit plus sage
    Comment au feminim corsage
    Eschiet aucunesfois le bon
    D'estre mauvais. ou bel ou bon
    Bien avez retenu je pense
    Comment le germe et la semence
    En la fontaine se nourissent
    Et la se forment et fleurissent
    Le temps qui leur est ordonné
    Et par naturel cours donné
    Et comment il fault que dehors
    Ou temps nommé ilz saillent lors
    Par le tuyau qui les envoie
    En une bien diverse voie
    C'est a dire en ce divers monde
    Ou maint dangier sourd et redonde
    Lors aussi tost que de la partent
    Et que de l'air du monde ilz partent.
    Si va venir par grant ardure
    Ma chamberiere nourriture
    Et prent les corps en gouvernance.
    Pour nourrir a son ordonnance
    De tel laict. comme il luy plaira
    Et que l'enfant besoing aura
    Laquelle en esté et yvers
    Donne nourissemens divers
    Et de vertu beaucop diverse
    Le laict que des tetines verse
    Et plus souvent le mue et change
    Q'un changeur son argent au change
    Certes vez cy celle en partie
    Par qui maintefoys est partie
    La femme en vertu ou en vices
    Et en tous itieulx exercites
    Car selon la prime paisture
    Leur donnee par nourriture
    Il convient que chescun ne prengne.
    Complexion. qui leur remaigne
    Vie meurs vertu et conduicte
    Car nourisson fait forte luicte
    Et la fille d'un roy nourrie
    D'une viande orde et pourrie
    Entre gent vile et deshonneste.
    Quant nee seroit aussi necte
    Q'un ymage en toute fasson
    Sy lui feroit la nourisson
    Changier nature primeraine
    Et devenir orde et villaine
    Veu que usance et nourriture
    Sont nommees autre nature
    Or vous ay declairé assez
    La chose que vous pourchassez
    C'est de savoir et de congnoistre
    Cil arbre que l'on voit la croistre
    Chargié de mainte fleur losee
    Par quel je vous ay exposee
    En amour et benignité
    La feminine dignité.
    Tant sy avant et sy au large
    Que le bien le mectez en marge
    Et voustre cueur aussy l'entent
    Vous en devez estre content
    Si nous convient changier propos.
    Et prendre ailleurs ung peu repoz
    Sans plus parler de tel matiere
    Qui est treshaulte et trop entiere

¶ Icy parle Nature a noble cueur/ et l'enorte luy donnant courage de
vengier le desconfort de noblesse feminine

[Illustration]

Nature.

    ¶ Vous avez ouy la complaincte
    De ceste dame que cy est
    Que s'est et dolosee et plaincte
    Tremblant comme fueille en forest.
    Lequel ennuy/ s'il vous deplaist
    Monstrez qu'estes bien enseignez
    Et de son mal sans faire arrest:
    La confortez et l'en vengez

    Vous y pouez sur tous servir
    Dieu et sa grace y acquerir
    Et plusgrant honneur deservir
    Que vous n'oseriez requerir
    Car elle que bien peut merir
    Tout le travail qu'on prent pour elle
    Assez bien a. pour vous cherir
    En tant que portez sa querelle

    Pourtant vous prie et vous conseille
    Que vous entreprenez la queste
    Et que voustre corps se traveille
    En ceste emprise a ma requeste
    Vous y ferez double conqueste
    En bien. en gloire. en joie. en fame
    Quant l'amour dieu vous sera preste
    Et la grace de toute dame

    Soyes hardis sy n'ayés peur
    D'homme que vous veulle assallir
    A la fin vous serés vainqueur
    Du tout a voustre bon plaisir
    Sy viendrés a voustre desir
    D'avoir fait sy noble victoire
    Pourquoy vous pourés pervenir
    A felicité et a gloire

    C'est belle chose que de user
    Jeunesse en euvre meritoire
    Et soy de telz faiz delecter
    Dont l'on acquiert honneurs et gloire
    Des vaillans/ fault avoir memoire
    De leur prudence et noblez fais
    Car se le corps est transitoire
    Le bon renom ne meurt jamaix

    Ravallez les faulses coustumes
    De vilain cueur et malle bouche
    Et les mectez en amertumes
    Sans pité. nes que d'une souche
    Gent qui est plaine de reprouche
    Chescun la devroit traynner
    Car dieu les maldit de sa bouche
    Et les commande de vanner

    En fleur de voustre jeune aage
    Esprouvez voustre corps en guerre
    Monstrez se vous avez visage
    De voulenté d'honneur acquerre
    Vous en pouez icy conquerre
    Plus qu'oncques ne fist alexandre
    Mais s'il vous fault beaucop enquerre
    Vous craignez voustre sang espandre

    Mal fustes baptisé de fait
    Noble cueur. comme vous savez
    Se vous ne monstrez par effect
    Q'un noble cueur en vous avez
    Se vous ces faitz ne relevez
    Ne sçay qui les relevera
    Et se la pene en eschevez
    En qui plus l'on se fiera

    Sus a cheval. armez le corps
    Prenés pays: je vous supplie
    Faites ce dont je vous recors
    Car l'eure est plus que paremplie
    Dieu vous doint sa grace acomplie
    Bonne aventure en briefve adresse
    Priant celle que nul oblie
    Qu'elle vous garde et vous adresse.

¶ Icy Noble cuer prent congié de Dame Nature

[Illustration]

Noble cueur.

    Ma dame tout mon bien ma joie
    Tout la plushault desir que j'aie
    Je vous mercie
    Ma treschoisie.
    Mille foys plus que ne pourroie
    Des biens que voustre cueur m'octroie.
    Et vous affie
    Comme a m'amie
    Et a ma dame ou que je soie.
    Que refuser je ne sauroie
    Ma povre vie
    D'estre exploictie
    En tous lieux ou je penseroie
    Qu'aucun service vous seroie
    Ou courtoisie
    Si vous supplie
    Par vous je suis formé et fait
    Mené a vie et a effect
    Par voustre affaire
    Si doy bien faire
    Pour vous que seule avez defait
    Mon cueur mon corps paré et fait
    Tel qu'a refaire
    Ny a que faire.
    Combien que point ne fuz parfait
    Ne en grace le mieulx refait
    Car au parfaire
    A ung grant faire
    Mais de voustre don et bien fait
    Que j'ay sur ung plus imparfait
    Pour satisfaire
    Mercier vous doy ou meffaire
    Des dames dont parlé avez
    Craindre certes vous ne devez
    Ou que je tende
    Que je n'entende
    Que leur honneur soit eslevez
    Et tous leurs malvaillans grevez
    Car c'est la bende
    Que plus me bende
    Les entrailles bien le savez
    Car de long temps suis aggravez
    De leur legende
    Qui crie amende
    Entre tous ses amis privez
    Si vous pry que plus n'estrivez
    De leur esclande
    Qui est trop grande
    Et chescun a moy s'en actende
    A dieu vous dy dame Nature
    Et a dieu ma tresnoble et pure
    Celle que j'ame
    Doubte et reclame
    Sur toute vive creature
    A dieu mon mirouer ma figure
    Mon corps mon ame
    Mon fruit mon balsme
    Ma viande ma nouriture
    A dieu le seul rabat d'ordure
    Adieu la dragme
    Contre la flame
    De vilains et puant ordure
    A dieu ma dame
    Je m'en voys vengier voustre blasme
    Dieu vous doint sa grace et s'amour
    Santé confort espoir vigour
    Repos liesse
    Qui ne vous cesse
    Jamais. jusques au dernier jours
    Ny aprés. mais dure tousjours
    Helas princesse
    Fleur de noblesse.
    Eslongnier me fault voustre atour
    Priez dieu que joyeux retour
    Me face adresse
    Vers la jeunesse
    De vous ma souveraine fleur.
    Que me paissez de la doulceur
    De vo haultesse
    A dieu vous dy: et je vous lesse

¶ Icy se parte Noble cueur: en prenant congié de Noblesse Feminine.

[Illustration]

    Qui lors le piteux partement
    Veist/ quant noble cueur fut party
    Je croy/ que tout apertement
    Son cueur se fust parmy party
    On ne veist oncq en tel party
    Faicte si plourant departie
    Et force fut que je party
    Oeulx. leur doleur et partie

    Acolemens entrebaisiers
    Undes de larmes et rivieres
    y avoit/ plus que par milliers
    Et de tristes piteuses chieres
    Gratieux motz. doulces manieres
    Maintz durs souspirs maintez astraintes
    y vey. qui sont tresmal legieres
    A porter long temps par contraintes

    En fin par ung piteux souspir
    Noble cueur montoit a cheval
    Et comme honteux va ferir
    D'esperons courrant contreval
    Mais dieu scet en quel piteux mal
    La pouvre dame demouroit
    A qui le cueur fist sy tresmal
    A pene qu'elle n'en mouroit

    Et tout acop vecy venir
    Le beau levrier ferme et delivre
    Parquoy il me va souvenir
    Que noble cueur me failloit suivre.
    Et lors/ ou comme fol ou yvre
    Je me gectay sur ses espaules
    Deliberé de le poursuvire
    Fust en irlande ou en gaules

    Acop le levrier me rendoit
    Emprés le fortuneux errant
    A qui le cueur d'ardeur fondoit
    De trouver ce qu'aloit querant
    Qui mainte laude aloit ferant
    En traversant boys et passages
    Et en chescun lieu enquerant
    Des coustumes et des usages

    Tousdis ramentevoit sa dame
    Et pensoit que homme ne l'oist:
    Car je ne fuz apparceu d'ame
    Non plus q'un qui s'esvanoyst
    Courist saillist trotast fuyst
    Tousjours luy fuz emprés la coue
    Homs qui d'un tel varlet joyst
    Fait que tel s'il le desavoue

¶ Comment noble cueur arriva en une Isle ou il y avoit ung chasteaulx
merveilleux ouquel y avoit ung pillier de marbre/ sur lequel estoit une
ymaige d'argent tenant ung escuisson et y avoit grant escripture dedans
la quelle il lut

[Illustration]

    En fin de compte il arriva
    Au bout de troys jours en une ysle
    Ou ung tresfort chasteau trouva
    Qui a prendre estoit difficile
    Ouvré estoit par main habile
    En lieu si tresavantegeux
    Que combatans jusqu'a dix mille
    Ny eussent esté dommageux

    Boys y avoit riviere pree
    Qu'a ung chasteau ne doit fallir
    Sy estoit toute la contree
    Forte a entrer dure a saillir
    L'on ne la pouoit assaillir
    De quel costé qu'on se virast
    Ne homme en faire tressaillir
    Qui trop dehors ne se tirast

    Ainsy donc tout seul et sans paige
    Fortune le fit la venir
    Toutesvoyes: il quist passage
    Tout par tout pour y avenir
    Qui par aler et par venir
    Parmy la forest en la pree
    Tant cercha. qu'il va survenir
    Ou estoit la certaine entree

    L'entree estoit ung fort portal
    De bastille tresbien garnie
    De coulevrines de metal
    Et de tous engins bien fournie
    Assise en place tresplaine
    Sur la riviere au bout d'un pont
    Qui par droicte voie et unie
    On milieu du chasteau respont

    Hors avoit ung pilier de marbre
    Dessus une ymage d'argent
    Soubz l'ombre d'un tresplaisant arbre
    Merveilleusement bel et gent
    Autour n'y avoit nulle gent
    Dont l'on se peust apparcevoir
    Mais j'en estoie negligent
    Car il fut bien gardé de voir

    L'image tenoit en ses mains
    Ung escu/ d'autrepart ung cor.
    Et en l'escu y avoit maints
    Escriptz. de finez lettres d'or
    Et droit a pié du sicanor
    Avoit ung nain. qui y couchoit
    Qui brayoit comme fait ung tor
    Quant estrangier y approuchoit

¶ Icy est le contenu de l'escripture qu'estoit en l'escu que l'idole
tenoit.

    L'escript disoit. Cy est la place
    De deux forts geants exillés
    Qui ne craingnent homme qu'on face
    Tant soit des armes bien stilez
    Reboutez sont et avilez
    Des femmes pour vray testmoignier
    Mais ceulx qui rompront noz filez
    Trouveront a qui besongnier

    C'est cueur vilain/ et malle bouche
    Qui gardent icy le passage
    Si hardy. Que homs a l'escu touche
    S'il ne veult acomplir l'usage
    Ou qu'il n'y laisse pour truage
    Ung membre tel que nous vouldrons
    Lequel. pour le mectre en servage
    De noz espeez luy touldrons

    La coustume sy est ytelle
    Qu'il fault se combatre a eulx deux
    Et que tant treuve en sa cautelle
    Qu'il maistrie la force d'eulx
    Mais avant que combatre a ceulx
    Il fault que devers eulx se tire
    Et aucuns motz injurieux
    Leur oser reprouchier et dire

    Parler y fault la teste nue
    A nous sans espee ou baston
    Affin que mieulx nous soit congnue
    La furte. qu'a le champion
    Lors s'il nous dist qui ne soit bon
    Sans avoir dequoy soy vengier
    S'il nous plaist nous le tueron
    Qui a peur/ fuye le dangier

L'acteur.

    Quant noble cueur avoit leu
    Tout ce qui estoit en escript
    Lors dist/ mal luy est escheu
    Ha qui t'a cy mis en escript
    Le cueur luy crevoit de despit
    De l'orgueil des vilains bossus
    Mais encor il donna respitz
    A l'estu sans frapper dessus

    Lors se tiroit apart ung poy
    Vers ung buisson qui la estoit
    Et ne pensoie pas pourquoy
    Que de la place il s'esloignoit
    Lors sur terre s'agenoilloit
    Comme ung. qui point ne se varie
    Es ses mains vers lez cieulx joignoit.
    Disant a la vierge marie

[Illustration]

    O glorieuse inestimable
    Dame des cieulx et tresnotable
    Souveraine dame et princesse
    O tresglorieuse haultesse
    O clarté pure irregradable
    O beaulté jamais deffaillable
    O des cieulx la gouverneresse
    O des anges commanderesse
    O royne incomparable
    O habundant fons de richesse
    O tresor de toute liesse
    O pure vierge inviolable
    O doulceur tresinenarrable
    Je te pry trespuissant maistresse
    Prens la clameur que je t'adresse
    O precieux et digne armaire
    O miraculeux sanctuaire
    Remply par seule affinité
    De toute la divinité
    O tresmelodieux repaire
    Temple sacré/ ou quel repaire
    Par singuliere dignité
    La divine benignité
    O tabernacle salutaire
    Vers qui les anges se vont traire
    Pour louer la propinquité
    Que tu as a la trinité
    O cierge qui lez cieulx esclaire
    Mirouer impossible a pourtraire
    Luisant jusqu'en infinité
    Au dextre de la deité

    Dame j'ay immortel desir
    D'aucun plaisir
    Te faire/ et avec ce d'escrire
    Motz. dont ta tresdigne haulteur
    Puist avoir los gloire et honneur
    Car autre que toy ne desire.
    Jamais eslire
    Ne servir quelque part que tyre
    Qui est la plus belle et meilleur
    Dont dieu ait esté formateur
    Mais las/ or fault mon cueur gesir.
    A deloisir
    Et ma langue ne scet que dire
    Veu que terrestre doulceur
    N'est pas ung grain a ta valeur
    Parquoy il me couvient gemir
    Trembler fremir
    De desplaisir de dueil et d'ire
    Que je ne puis vuyder mon cueur
    Comme vers toy me prent ardeur
    Tu seule es de plus honneur digne
    Vierge benigne
    Que ne sont toutes les substances
    Des anges/ les plus glorieux
    Ne les plus haulx trosnes des cieulx:
    Et as par la grace divine
    Que t'enlumine
    Tant d'honneurs gloires et plaisances.
    Que le plusparfait de tous eulx
    Se rompt et aveuglist les yeulx
    Helas. quant tel haultesse fine
    Ploie et s'encline
    Devant toy/ et pert congnoissances
    Par ton regard tant merveilleux
    Qui est par sur eulx vigoreux
    Comment pourray je moy indigne.
    Plus que vermine
    Trouver en moy les suffisances
    Pour louer ton corps precieux
    Quant le fait est bien grant pour eulx.
    Mais pource que tu fuz humaine
    Jadis mortelle creature
    Subgecte aux euvres de nature
    Fors a celle qui est villaine
    Moy comme humain
    De desir plain
    Vueil louer ta plaisant figure
    Selon la vertu corporelle.
    Car selon que nature amaine
    Ton corps. et ta grant beauté pure
    Si est plusaise ta figure
    A comprendre vierge haultaine
    A qui a fain
    Et vouloir sain
    Vers toy. tresdoulce floriture
    En cest vie temporelle

    Tu es la seule saincte et saine
    Qui as le criminel injure
    D'adam. mis a desconfiture
    Et as l'umanité insaine
    Par propre main
    Remise au bain
    De sa nation et de cure.
    Malgré sathan et sa querelle
    Et recouvree la fontaine
    De vie/ que en forclosure
    Estoit par noustre grant ordure
    Maint an/ maint jour/ mainte septmaine
    Quant en ton sain
    Portas le pain
    Qui nous a fait ouverture
    Par mort de son corps naturelle
    O glorieuse jouvencelle
    Tu as restauree la vie
    Laquelle Eve/ par sa folie
    Et par sa voulenté rebelle
    Avoit forfaicte
    Et soubzstraicte
    A toute humaine lignie
    Par le diabolicque enort
    C'est grant honneur pour toy pucelle
    Qui es sy tendre et sy dougie
    D'avoir desrompu la maistrie
    De l'ennuieux diable felle
    Dont est deffaicte
    La mort infecte
    Et joye a chescun restablie
    Qui jamais n'esperoit que mort
    Tout se perdit par la femelle
    Les cieulx clos/ gloire forbannie
    Et toy femme de grace emplie
    As recouvert l'onneur de celle
    Povre imparfaicte
    Vers dieu meffaicte
    La relevant plus la moitié.
    Que faicte ne s'estoit de tort
    Parquoy toy riche dame belle
    Dois bien estre amee et servie
    En tout honneur et melodie.
    Car oncques euvre ne fut telle
    Ne sy parfaicte:
    Par femme faicte
    Sy parfaicte ne sy prisie
    Ne ne sera jamaix au fort
    Bien te doivent priser louer
    Harper jouer et advouer
    Toutes les generations
    Pour belle et bonne
    Plus que rien qui soit soubz le tronne
    Et par especial amer
    Honnorer servir reclamer
    Femmes en persuasions
    Car ta personne
    Est leur richesse et leur coronne
    Ta bonté qui n'a point d'amer
    Lez fait exaulcer et famer
    Et avoir supportations
    Raison l'ordonne
    Car leur nature a toy consonne
    Et lez a fait plus renommer
    Que ne font par Eve a blasmer
    Quant par tes consecrations
    Rompis la bonne
    Que plantee avoit la felonne
    Pour l'onneur qui est deu a toy.
    Dame/ j'ame tout le conroy
    Des femmes que sont en ce monde
    Car m'est advis
    Que vous honnorer leur soit duis
    Et je vouldroie par ma foy
    Que pour ung povre petit doy
    Que d'honneur sur elles redonde.
    Ou d'aucun pris
    Qu'il leur en fust dix tout acquis
    Mais or ay je grant dueil en moy
    Et me desplaist bien que je voy
    Par feu de mainte langue immonde.
    Leur beau pourpris
    Estre tout chargié de mespris.
    Qui nulle part ne m'apparçoy
    D'homme. qui ait honneur en soy
    Ne qui aujourd'uy les responde
    Dont mez escripts
    Vous font complainte en piteux cris/
    Or ay je la querelle emprise
    Contre la guise
    De vilain cueur et sa semence
    Qui violence
    Et toute injure par faintise
    Leur a chargié dessus le dos
    Sy te supply dame incomprise
    Et bien aprise
    Qu'il plaise a ta grant excellence
    Secourir en ce
    Ma povre et fraisle couardise
    Qui en tout honneur faire l'os
    Et me preste de ta franchise
    La langue esprise
    De sy vive et belle eloquence
    Que par science
    Leur dignité qui est soubmise
    Puisse lever et sourdre en los:
    Car pour leur droit et libertise
    Que moult je prise
    Et en tout los et reverence
    Mon corps commence
    Une forte et dure entreprise
    Pour me faire toucher les os
    O vigoreuse batailliere
    Puissante et fiere
    Qui le grant sathan reboutas
    Et le gectas
    Soubz tes piez. par ta vertu chiere
    Sans glaive et espee ne baston
    Porte en ce jour cy ma baniere
    Te pry ma chiere
    Donne moy qui puissance en as
    Pouoir es bras.
    Vigoreux corps et main legiere
    Au jourd'uy. a ton champion
    Soye moy telle deffensiere.
    Targe et baviere
    Que mon corps ne se sente las
    Ne au bas
    Je te pry vierge tresentiere
    Plaisante sale de syon
    Et mon espoir estre avant quiere
    Que la croupiere
    Du vilain ne se loue pas
    De mon pourchas
    S'yl ne s'en fuyt en sa taniere
    Comme ung chien devant le lyon

¶ Icy devise l'acteur comment noble cueur frappa de son espee sur l'escu
pour trouver bataille/ et Comment Cueur vilain et mallebouche et beaucop
de leurs gens saillirent dehors.

[Illustration]

    Ceste oraison finee et dicte
    Noble cueur d'ilec se leva
    Enflé/ comme louve despite
    Que par fam a sa proie va
    Et aussi tost qu'il arriva
    Dessoubz l'arbre ou l'ymage fu
    Il print l'espee et l'esprouva
    D'un cop terrible sur l'escu

    Le cop estoit sy tresorible
    Et le son de l'escu sy hault
    Que ce sembloit tonnoire orible
    Qui se fait par temps d'esté chault
    Mon cueur encores s'entressault
    Quant je pense au son de l'idolle
    Qui comme enragie autant vault
    Leur escria ceste parolle

    Reveillez voustre garnison
    Sus compaignons sus reveillez
    Saillez aux champs hors de prison.
    Trop estes vous assommeillez
    Vecy ung errant traveillez
    Qui a combatre a entrepris
    Avancez vous et l'assaillez
    Si pourrez gaignier los et pris

    Tantost veist on ouvrir la porte
    Et descendre le pont levis
    Et de gens saillir tresgrant sorte
    Tout armez le corps et le vis
    Lors tout au dernier je vis
    Deux grans geans hideux et fors
    Et bien montez en tous devis
    O les autres. saillir dehors

    Leur arroy faisoit bon veoir
    Et la fierté qu'ilz maintenoient
    Mais grant dommage fut pour voir.
    D'aucunes gens qui la estoient
    Car a nobles gens moult sembloient.
    Et a gens partiz de bon lieu
    Dont pité fut qu'ilz se mectoient
    O les mauvais maldiz de dieu.

    Vous pouez croire et n'en doubtez
    Qu'il y avoit grant compaignie
    De nobles et de redoubtez
    Sy bien que de meschant lignie
    Puis en bataille bien rengee
    Vers noble cueur tous s'approucherent
    Qui d'une chiere desdaignee
    Par semblans maintz bourdons coucherent

    Jauloux et mauvais langagiers
    Vanteurs trompeurs gens plains de vicez
    Injurieux faulx mensongiers
    Brief. toutes gens de malefices
    Estoient leans en leurs services
    Avec ces deux vilains puans
    Et en estat et en offices
    Dont dieu maldie les truans

    Alors cueur vilain commandoit
    A noble cueur que il luy dist
    Quelle aventure il demandoit
    Ne qu'il queroit ne qu'il voulsist
    Lequel tantost luy respondist
    Comme sage et bien asseurez
    De quelque chose que il vist
    En maniere que vous oirez

Noble cueur

    Je suis ung homme d'aventure
    Treversant bourgs villes passages
    Qui hay de ma propre nature
    Tous mauvais et villains usages
    Armes joustes et vasselages
    Sont mes esbas et mes deduis
    Sy veulz suire les bons et saiges
    En toutes choses se je puis

    Icy a forte et grande emprise
    Et ung pas hardy a deffendre
    Nonobstant/ tout ce qu'il devise
    Contre vous. je vueuil entreprendre
    Pour a jamaix le vous deffendre
    Que desormais plus ceans tiengne
    Coustume. sur grant ne sur mendre
    De quelque part qu'on tourne ou viengne

    Je vous ay de long temps cerchié
    Par maintz pais par mainte marche
    Sy croy qu'a ung mauvais marchié
    Serez ennuit se je vous marche
    Se mon bras voustre sang ne cerche
    Je ne fuz oncques bon archier
    Ou le grant diable gist en l'arche
    Qui ne vous souffrira cachier

Cueur vilain.

    Vasal. moult avez fite langage
    Me semble/ et le cueur bien despit
    Mais avant que soit nuit/ je gage
    Vous l'abasserez ung petit
    Parlez fort a voustre appetit
    Avant que soit heure et dimie
    Je ne prens pas trop grant respit
    L'on verra qui a belle amie

    Il sembleroit a voz coustumes
    Qui s'en vouldroit a vous actendre.
    Que devez mangier les enclumes
    Et l'amiral baquin pourfendre
    Se vous estes tel en defendre
    Que voustre parler est chargent
    Il se vouldroit mieulx aler pendre
    Que soy combatre a tel sergent

    Aufort ycelle grant vantise
    Est de nature des couars
    Lequelz tousjours en leur hantise
    Sont les plus eschaudez ou ars
    Vous benderez ennuyt vous arcz
    En monstrant voz courages haulx
    Et lors verray bien par voz arts
    Se vous mangez lez gens aux aulx

    Voustre orgueilleuse oultre cuidance
    Sera en peu de temps remise
    Et se vous venez a la dame
    Qu'establie avons et commise
    Gaires plus ne fauldra de mise
    Pour le remanant de voz jours.
    Ou la riviere de tamise
    Ira contremont au rebours

    Approuchez vous. et vous tirez
    Icy dessoubz ce pavillon
    Car la fault il par moiz irez
    Que l'un l'autre nous resveillon
    Et que nous entreconseillon
    C'est la coustume de ceans
    Lors se par armes vous faillon
    L'on jugera des plus vaillans

L'acteur.

    Lors sont descenduz les geans
    Si est noble cueur aussy tost
    Et eulx trois sont entrez leans
    Sans avoir plus ame en leur ost
    Baston gaine espee on luy tolt
    Mais lui qui ne lez craint ne fuit
    Commença lors en hault son mot
    En la maniere qui s'ensuit

¶ Icy argue noble cueur a cueur vilain et Male bouche et leur remonstre
tressagement leurs grans vices et faultes par plusieurs arguments et
raisons bien notables. Et s'oppose a tous lez pointz qu'ilz ont mis ou
Romant de la Rose et ailleurs Contre lonneur des Dames/ et les confont
par vives raisons.

[Illustration]

Noble cueur.

    Vous cueur vilain et malebouche
    Gens oultrageux et inutiles
    Maldiz de la divine bouche
    Par voz escriptz et euvres viles
    Par quel venin. sont maintes ysles
    Infectes et empoisonnees
    Et maintes nobles et habiles
    Dames/ d'honneur dessaisonnees

    De vous se plaint dame nature
    Et aussy la noble substance
    Des dames/ que de voustre ordure.
    Crient/ d'une voix par vengance
    Les cieulx ont prins en desplaisance
    De leur clarté vous aporter
    Et la terre grant ennuyance
    De vous nourrir et supporter

    Dieu et diables/ et tout le monde
    Les cieulx les anges. saints et sainctez
    Sont contre vous: gens tresimmonde.
    Et font encontre vous leurs plaintes
    Doutes pensees sont restraintes
    Et de plorans douleurs serrees
    Parquoy leurs joies sont contraintez
    Tant lez avés vous vergondees

    Vous avez ne sçay a quel cause
    A quel fin. ne a quel prouffit
    Fait en escript tant mainte clause
    Et maint injurieux escript
    Contre la femme. par despit
    Qui vous esmeut a voustre tort
    Dont vous serez comme maldit.
    Par moy mis a amere mort.

    Toute vilaine puantise
    Que cueur pense ou langue peut dire
    Avez sur la nature mise
    Des femmes/ qui en meurent dire
    Encores ne vous peut souffire
    De blasmer bonnes et mauvaises
    Mais lez voulez faire despire
    Des hommes. comme lez punaises

    Vous estes pieres que antecrist
    Qui voulez abuser les ames
    Pour plus desplaire a jesucrist
    En diffamant ainsy lez dames
    Mais luy qui fist hommes et femes
    Envoyé vous a voustre helie
    Pour les excuser de voz blasmes
    Ains que chescun s'y affolie

    Je vueil bien que vouz l'entendez
    J'ame noblesse feminine
    Et porte nuit et jour bendez
    Mes arcs. pour vous mectre a ruine
    Mon cueur vers elles tant s'encline
    Tout mon bien gist et pend en elle
    Sy vueil par armes et doctrine
    Vivre et morir en sa querelle

    Souviengne vous de voz escriptz
    Qui sont an romant de la rose
    Injurieusement escriptz
    Et contre dieu bien dire l'ose
    Et de mainte autre puant glose
    Qui est vilaine pour espardre
    Les mescreans qui lez propose
    Dignes sont que l'on les fist ardre

    Comment est raison sy subgecte
    Ou ung cueur d'homme sy failly
    De blasmer le lieu et la gecte
    Le ventre dont il est sailly
    J'en ay le cueur tout tressailly
    Du cas qui est contre nature
    De veoir le ventre assailly
    Du lieu ou/ il prent nourriture

    Bestes mues ne le font pas.
    Ains elles ament et cherissent
    Et suivent toutes pas a pas
    Leurs meres. de qui elles yssent
    Les droiz en elles s'acomplissent
    Et nature y a sa saison
    Mais en vous elles se perissent
    A qui dieu a donné raison

    Tout oyseau cherist la forest
    De sa nature dont il ist
    Et avec ce que plusfort est
    Envis apuantist son nit
    Puis donc/ q'un oysillon petit
    A celle curiosité
    Bien vous doit on nommer despit
    Rempliz de furiosité

    Il n'est beste tant soit cruelle
    Ne nulle rien ou vie est prise
    Qui n'ait son par et sa femelle
    Et ne la chasse ne desprise
    Mais l'omme ou science est esprise
    Luy seul il va blasmant son per
    Et fait ce dont beste inaprise
    Ja ne se vouldroit encoulper

    N'estes vous pas sailly de fame
    Nourry porté en ses entrailles
    Ou contre le cours de toute ame
    Sailliz du fons d'unes bouteilles
    Fy des langues et merdailles
    Qui en telz meffaiz se delictent.
    Et blasment veines et ventrailles
    De celles ou fault qu'ilz habitent

    Preude femme par saint denys
    Avez preschié publicquement
    Dont il ost moins. que de fenys
    Mais vous mentez mauvaisement
    Et vous en voustre fondement
    Ne valez pas en tout deux pomes
    Car je croy et sçay fermement
    Qu'il en est plus. que de preudhommes

    Ou est l'omme. quant parler fault
    Sy ferme au cueur. sy bon sy net
    Qui a la foys desir n'assault
    Et folle plaisance en soy n'ait
    S'il est a maistre. ou s'il se naist
    L'on n'en devroit savoir nouvelles
    Pourtant vous/ enquerez quant est
    Et puis aprés. parlez sur elles

    Pourquoy voulez vous plus jugier
    Femme estre pute. par pensee
    Que les hommes. qui a purgier
    Ont tant d'iniquité pensee
    Se preude femme au cueur lancee
    De sy legier. peut estre pute
    Sy bien peut par regle opposee
    Tout homme estre rebault injuste

    Voulez vous que femmes plus vivent.
    Comme ung ymage en ces eglises
    Que lez hommes qui tousjours suyvent
    Toutes mondaines friandises
    A quoy mectez vous voz emprises
    Sur elles. plus. et voz embuches
    Que sur lez detestables guises
    De l'omme ou tant de mal se muches.

    Pourquoy parlez vous de pechiez
    Des femmes/ et de c'en qu'elles font
    Quant les hommes sont entachiez.
    Mille foys plus. qu'elles ne sont
    Savoir mon. s'en destinee ont
    Qu'en bien faisant lez fault blasmer
    Et les hommes. quoy qu'ilz meffont
    Tousjours les priser et amer

    Vous voulez herauder les femmes
    Par voz parolles deshonnestes
    Mais vous vous obliez vous mesmes
    Et descongnoissez qui vous estes
    Vous veez lez tendres paillettes
    Es yeulx d'autruy. et en bavez
    Et ne veez pas faulses bestes
    Ung chevron que vous y avez

    Et quant tout voustre faulx langage
    Seroyt vray/ ce que je vous nie
    Quel prouffit ou quel avantage
    Vous en vient/ quant on le publie
    Besoing n'est pas que le cueur die
    Tout ce que son oeil voit et sent
    Car quant parler nuit a partie
    Le taire est plus expedient

    Oncques ne fut besoing d'apprendre
    A penser mal. aux gens de bien
    Quant chescun en scet assez prendre
    Sans qu'on luy en apprengne rien
    Aussy les hommes scevent bien
    Comment l'on doit amer acop
    Car nature leur bon moyen
    A chescun n'en apprent que trop

    Nature humaine est moult fragile
    Et tost inclinee a meffaire
    Pourtant est ce chose inutile
    De l'amonnester a mal faire
    Qui mect la pierre en ung repaire
    Que plusieurs fait cheoir et tumer.
    Et affolir par mainte paire
    Mal pour luy fait a presumer.

    Diffamer innocens et justes
    Est ung pechié impardonnable
    Et encores pecheurs injustes
    Est a dieu certes displaisable
    Voyez donc/ quelle euvre agreable
    Avez fait a dieu et au monde
    Qui tout voustre blasme immuable
    Sur vous mesmes tourne et redonde

    Blasme par envie servy
    N'oste pas la bonté au bon
    Ne ung grant los indeservy
    Ne peut faire ung mauvais plus bon
    Ainsy le blasme et le renom
    Dont vous. et voz disciples usent
    Ne grieve aux dames point/ synon
    Que meschans genz trop sy anuisent

    Il semble que soyent bouchieres
    Toutes dames/ que tresmal sonne
    Et qu'elles vendent comme chieres
    Leur char. a qui plus leur en donne
    En disant qu'il n'y a sy bonne
    que n'ait la main pour prendre ouverte
    Parquoy. son corps elle habandonne
    Mais que la chose soit couverte

    En oultre/ voz escriptz contiennent
    Qu'il n'est sy bonne ne sy ferme
    Que se fors requerans. lui viennent
    Qu'elle ne se rende en brief terme
    Et s'aucune est/ que se conferme
    Sans itel meschief encourrir
    Voustre bouche dist et afferme
    Qu'il ne tient fors qu'au requerir

    Cinq cens telles autres ordures
    Vous alleguez. mal gratieuses
    A toutes dames a porter dures
    Et a tout homme injurieuses
    Car se toutes sont curieuses
    D'ainsy habandonner leur sain
    Selon voz raisons furieuses
    Tout homme est donc filz de putain

    Fy qu'oncques femme vous porta
    Et que son laict vous alaicta
    Fy qu'en sez bras vous supporta
    Ne de sa main. vous assista
    Quant elle en qui dieu vous fait a
    Si vilainement condempnez
    Certes en qui tel meffait a
    Se touppe fort le bout du nez

    Vous blasmez ceulx qui femmez prendent
    Par honneur et par mariage
    Disant que de leur gré se pendent
    Et espousent leur malle rage
    Cela vous vient d'un faulx courage
    Et d'un conseil diabolicque
    Qui vouldroit que l'umain parage
    Fust tout né en pechié publicque

    Faulses gens. vous voulez desrompre.
    Ce que dieu nous commande a faire
    Et homme de rechief corrumpre
    Que tant a cousté a refaire
    Se tout homme fuoit l'affaire
    De mariage/ tost ou tard
    Le monde fauldroit donc deffaire
    Ou que tout homme fust bastard

    Certes tout cecy le grant diable
    Vous a fait controuver et dire.
    Pource que femme egreable
    Luy est desrompu son empire
    Sy en meurt de douleur et dire
    Que par femme est ainsi maté
    Et par sa bonté ceste le pire
    Humain lignage racheté

    L'on vous devroit crucifier
    Plus que martir cent mille foys
    Et voustre fait notifier
    Es cours des princes et dez roys
    A qui voz escripts. et voz loys
    Touchent tant a eulx qu'a leurs meres
    Sy vous devroient selon droys
    Pourchasser douleurs tresameres

    Vous n'y avez pas tant trouvé
    Comme vous lez boutez des couttes
    Et s'en une avez mal prouvé
    Pourtant n'a pas esté en toutes
    Laissez lez bonnes en leurs routes
    Jusques reprouche les demecte
    Et alison que va es joustes
    Blasmez/ perrine/ ou guillemecte

    Se vous parlez du temps passez
    Ou s'il vous plait du temps present
    Vous trouverés dames assez
    Qui ont vescu bien simplement
    Et s'y heussent bien aultrement
    Desduitz le temps a cueur joyeulx
    Se n'eust esté le parlement
    Des mesdisans et envieulx

    Cuidez vous que dieu ne conferme
    Sy bien les femmes en sa grace
    Que lez hommes/ qui leur cueur ferme
    Avoir se vantent/ et audace
    Oy voir. sy vous dy en face
    Qu'a la foys homme en sa substance
    A le cueur feble comme glace
    Et femme l'a ferme en constance

    Experience vous aprent
    Ce que je dy de jour en jour
    Q'une jeune dame entreprent
    A demeurer vefve a tousjour
    L'autre. qui est a son seignour
    Sy tresloyalle et sy entiere
    Qu'en faulte ne feroit sejour
    Pour estre du monde rentiere

    Autres. qui ont esté requises
    Sept ans. dix ans. et pourchassees
    Qui oncques ne furent conquises
    Ne en courages abassees
    Ne pour richesses amasees
    Ne pour donner ne pour prier
    Preudes femmes sont trespassees
    Tant savoit homme fort crier

    Mais vous hommes faulx et pervers
    Plains de vice et de desraison
    Alez au tort et au travers
    Sans tenir regle ne raison
    Et ne pouez une saison
    Vous abstenir de voustre ordure
    Mais alez de chambre en maison
    Chassant/ tant comme argent vous dure.

    Pourquoy n'avez vous fait voz livres
    Sur voustre propre iniquité
    Qui estes tant de vices yvres
    Et de toute fragilité
    Sy donneissiez tranquillité
    A celles que sont mieulx de vous
    Et fust plusbelle habilité
    Que de lez blasmer entre tous

    Blasmer trois corps ou quatre ou ung
    Se peut aucunement couvrir
    Mais blasmer toutes en commun
    Ne se peut nullement souffrir
    L'on ne doit pas aux saints offrir
    Sy n'est pas ceulx qui vertuz ont
    Ne nulles dames descouvrir
    Fors celles/ que les faultes font

    L'on scet bien par raison expresse
    Sans ouyr sermon ne prescheur
    Que toute femme est pecheresse
    Et tout homme aussy bien pecheur.
    Mais au regard de leur doulceur
    L'omme n'est pas tant embely
    Qu'il peust estre son reproucheur
    Pour la contempner plus que ly

    Venons aux oeuvres vertueuses
    De moult de femmes anciennes
    Et oblions les maleureuses
    Soyent juyfves ou payennes
    Mais selon vertuz terriennes
    Vouz trouverez point ne m'en doubte
    Leurs bontez tant historiennes
    Com de l'omme qui lez reboute

    Quelle fut hester la royne
    Que assuerus appaisa
    De son ire/ enclin a ruyne
    Dont encor o dieu sa paix a
    Quelle susanne/ que laissa
    Mener son corps pour condenner
    Pource qu'a vilains n'abassa
    Son cueur dont dieu la peust damner

    Quelle fut la sage Sibille
    Qui a octavien le roy
    Monstroit comme sçavant habile
    La vierge o son filz par le doy
    Les cieulx souvrirent devant soy
    Et lors en ung ray se monstroit
    Le filz de dieu/ cecy est foy
    Et grant merite a qui le croit

    Abigahil. femme a nabal
    Que repaisa l'ire a david
    Proposa faire tant de mal
    A nabal/ ce qu'oncques ne fist
    Car aussy tost comme il la vist
    En meurs et en vertuz sy belle
    Sa grant fureur luy refroidist
    Et ne fist mal/ n'a luy n'a elle

    Judith la vaillant batalliere
    Que olofernes mist a fin
    N'est pas l'istoire trop legiere
    Quant mise est en l'escript divin
    Et une me vient en l'engin
    La plushumle et obediente
    Qu'oncques je trouvasse en latin
    Griselidis la patiente

    Dix mil autres. s'il fait besoing
    Nommeroie. de tel affaire.
    Se ne fust. que j'ay peur en soing
    De trop ennuy aux oyans faire
    La bible en est bel exemplaire
    Aussi pluseurs autres cronicques
    Que ja pour flater ne complaire
    Ne diront choses corronicques

    Ou est celuy qui encuser
    Oseroit mainte vierge saincte
    Que pour divine vie user
    S'est nuit et jour de laine çainte
    En oraison. en june. en crainte
    En charité. en abstinence
    Et a nature ainsi contrainte
    Pour vivre en pure continence

    Cestes me semble sont du nombre
    Des femmes/ qui bien le conçoit
    Toutesvoyes n'a il encombre
    En elles/ quelque peu que soit
    Oncq homme d'elles n'approuchoit.
    N'en cueur n'en fait par entreprise
    Ou saincte eglise me deçoit
    Que telles les advoue et prise

    Fut oncque creature humaine
    De sy belle et grant repentence
    Comme la saincte magdalene
    Mirouer de toute penitence
    A qui dieu pour sa grant constance
    Donnoit vision angelicque
    Telle/ qu'onc humane substance
    N'avoit/ si grant ne si publicque

    Qui est l'omme/ tant soit il digne
    A qui les anges obeissent
    Comme a la femme tresbenigne
    De qui clarté les cieulx s'emplissent
    Les trosnes aussy s'esbahissent
    De la vertu qui est en elle
    Et tous les diables les fremissent
    Tant a sur eulx vigueur cruelle

    Dieu a fait a la femme certes
    Mainte dignité singuliere
    Parquoy on peut prouver a certes
    Qu'elle luy est amee et chiere
    Et l'a rachetee aussy chiere
    Sy ne veult pas qu'on la confonde
    Car on ne veist onc en sa chiere
    Qu'il blasmast quelque femme ou monde

    Se femme eust esté sy ordeuse
    Comme voz escriptz l'ont chargié
    La divinité glorieuse
    Ne s'y fust jamais herbergié
    Mais vous trouverez en clergié
    Qu'en seule femme se tenoit
    Trois jours. la ferme foy logié
    Quant tout homme l'abandonnoit.

    Apres la resurrection
    Avant qu'onc homme le veoit
    Il fist son apparition
    A femme/ et la reconfortoit
    A seule femme aussy laissoit
    L'impression de son visage
    En quel point grant honneur faisoit
    Me semble/ au feminin lignage

    L'on ne treuve pas par escript
    Qu'oncques femme se consentist
    En noustre sauver jesucrist
    Que passion ou mort souffrist
    Ne qu'il mourust ne qu'il pendist
    Ne qu'il fust laidangié par armes
    Mais leur cueur de dueil en fendist:
    Et leurs yeulx en fondoient en larmes

    Quant est a ce que vous chargez
    Eve. noustre premiere mere
    Advis m'est que trop eslargez
    Sur luy voustre fureur amere
    Et vous preuve par raison clere
    Que adam. par la moursure felle
    Fut plus coulpable de misere
    Et plus pecha que ne fist elle

    Se femme principallement
    Nous eust telle mort procuree
    Et que mort fust totalement
    Par luy. plus que par l'omme entree
    Creez que femme eust reparee
    La mort amere. qui nous mort
    Et eust esté morte et tuee
    Car vaincre failloit mort par mort.

    Combien qu'en l'une et l'autre part
    Femme aidoit et femme nuisoit.
    Toutesfoys l'omme est seul a part
    Qui tout fist/ et tout deffaisoit
    D'adam noustre langueur issoit
    Dont eve premier l'enorta
    Le filz de dieu nous garissoit
    Marie. celuy filz porta

    D'autant que plus est haulte chose
    Le filz de dieu en croix morir
    Que n'est. que la trespure rose
    A porté fruit/ sans deflorir
    D'avant adam. en qui norir
    Se print pechié/ a plus de coulpe
    Du meffait/ qui nous fait porir
    Que eve que chescun encoulpe

    Pour faire voustre fait plus bon
    Vous mectez tousjours en proverbe
    Comment virgile et salomon
    Par femme sont tumbez sur l'erbe
    Vous faites d'un petit faiz. gerbe
    Et ung tresgrant meschief d'un rien
    Se vous n'apprenez autre verbe
    Vous ne chanterez jamais bien

    Salomon qui par don de grace
    Puisoit au fons de sapience
    Plus parfons que nul homs qu'on face
    Des que le monde se commence
    Quant luy/ qui avoit tel science
    Et souffroit q'une femme folle
    Luy mist la hart ou col/ qui en ce
    Doit on blasmer/ ou luy ou elle

    Il savoit bien que il n'estoit
    Q'un dieu/ qui ciel et terre fist
    Lequel a l'omme/ tout prestoit
    Que venir luy puist a prouffit
    Neantmoins il le relenquit
    Et adora dieux et ydolles
    Pour plus complaire/ dist l'escript
    Au cueur de ses amours folles.

    Or descendons de ce propos
    Jugeons le vray de ce meffait
    Lequel doit avoir plus deslos
    Elle ou luy/ qui a cecy fait
    Certes je dy que le forfait
    Et blasme sur luy plus redonde
    Et est grant honte a ung sy fait
    Consentir chose sy immonde

    Plus est homme sage et expert
    Et moins il devroit consentir
    Chose parquoy honneur sy pert
    Ou dont reprouche peut sentir
    Mais quant il se veult assentir
    A beaux parlers de meschans femmez
    Pourvoie donc du repentir
    S'il a mal/ c'est sa faulte mesmes

    Pose que femme flatte ou prie
    Par mauvaistié a son seigneur
    Et nuit et jour luy chante et crie
    Et luy est ung fort assailleur
    Luy/ qui a cueur et sens greigneur
    Et voit et congnoist sa malice
    Ne peut il prendre le meilleur
    Et resister a sa nequice.

    Pourquoy a dieu voulu donner
    A l'omme raison sy notable
    Sinon pour vaincre et refrener
    Toute temptation nuisable
    Par raison l'on vainct bien le diable
    Qui a trop plus puissance et force.
    Q'une femme desraisonnable
    Que l'omme a la tromper s'efforce

    A folle femme est d'insister
    Par beau parler et jour et nuit
    Mais a l'omme est. de resister
    A ung tel flatart qui le nuit
    S'un sage homme une folle suit
    Et laisse dieu pour sa moillier
    Se mal l'en prent. et los luy fuit
    Nul ne s'en doit esmerveillier

    Langue de femme flateresse
    Ne nuyt a l'omme. en rien qui soit
    Mais luy qui gabuser se lesse
    C'est luy mesmes qui se deçoit
    Qui a deulx yeulx/ et il en voit
    Il a bel eschever la fosse
    Mais quant tout estient y voit
    Certes sa felonnie est grosse

    En ce point en est il de tous
    Et de virgile et d'aristote.
    Femme ne lez mist oncq dessoubs
    Mais leur cueur mesmez. qui radote
    Virgile estoit homs de riote
    Et en tromper n'avoit paresse
    Mais l'on dança selon sa note
    Et fut trompé par tromperesse

    Pour parler de concupiscence
    Dont voustre argu la femme larde
    Comment pourroit faire defense
    Aulx yeulx de cil qui la regarde
    Pource que cointement se garde
    Et se tient jolie en vesture
    S'avise chescun et esgarde
    Car en luy gist plus la lardure

    Homs qui n'a vouloir de meffaire
    Et fuit tout mauvais appetit
    Comment le peut femme deffaire
    Pour le regarder ung petit
    Se son cueur n'estend en delit
    Sez yeulx ne le pourront contraindre
    De le faire cheoir en delit
    Ne de sa conscience enfraindre

    Tout tient a bon courage et net
    Vaincre tout fol desir itel
    Mais aujourduy point d'homme n'est.
    Ou franc cueur tiengne son hostel
    Tout est sy vil et sy mortel
    Et plain de mauvaise hantise
    Qu'en voyant dieu sur son autel
    Encor pense il a puantise

    Luffre cueur et ung gormans yeulx
    Sont ceulx point il n'en fault doubter
    Que ne scevent par tous les lieux
    Rien veoir sans en vouloir gouster
    Puis bas et hault veullent taster
    Mais que la femme soit rien belle
    Ilz vouldroient sy adjouster
    Et ne leur chault de l'onneur d'elle

    Le faulx inordonné desyr
    Mect aujourduy maint cueur sy jus.
    Que l'oeil ne peut pas tant choisir
    Que le cueur n'en gormande plus
    Mais se l'omme par ses vertus
    Vouloit vaincre celle orde flame
    Jamais ne se verroit vaincus
    Pour le regard de belle dame

    Dieu n'a pas son doulx corps creé
    Pour provocquer l'omme a pecheur
    Mais affin que mieulx recreé
    Il soyt avecques son cueur chier
    Nonpas pour o chescun coucher
    Car raison cela presupposé
    Que l'on ne doit vouloir toucher
    A femme/ dont la loy s'oppose

    Le soleil. pour exemple vray
    Il luist en terre en mer et cieulx
    Mais qui trop regarde en son ray
    Il rompt et aveuglist ses yeulx
    Qui du feu. pour entendre mieulx
    Trop pres s'assiet. et n'en recule
    Il est force soit jeune ou vieulx
    Qu'en la fin il s'eschaude ou brule

    Vous n'avez cause tant ne quant
    D'imposer voustre mal a fame
    Mais une foys je vous dis tant
    Vous acheterez chier leur blasme
    Quant du tout de parolle infame
    Deshonneste et hors de saison
    Et de tout mot qui part de l'ame
    Rendre vous couviendra raison

    Par despit. et tout a contraire
    De vous. qui femme avez blasmé
    De son conseil me vueil retraire
    Pour la rien que j'ay plus amee
    Et la feray pluz reclamee
    Par ung los. que je vous vueil lire.
    Qu'el ne fut oncques diffamee
    Par blasmer qu'en sceussiez escrire

¶ Icy fait noble cueur. louenge aux dames. en confondant et ravalant les
faulx parlers et argumens de Cueur vilain et malebouche.

Noble cueur.

    Femme est la fille a dieu le pere
    Et mere a son filz precieux
    Amie seule et singuliere
    Au saint esperit glorieux
    Femme est miroir melodieux
    On quel la sainte trinité
    Prent tout plaisir delicieux
    Tant est plaine de dignité

    Femme est le parement des cieulx
    La richesse et beauté des throsnes
    Elle est le temple au dieu des dieux
    La chiere amour des trois personnez
    Elle est le fleuron des coronnes
    La contemplation des saints
    Le chief de toutes choses bonnes
    Le reconfort de tous humains

    Femme est princesse des archanges
    Duchesse en leur chevalerie
    Redoubtement de tous les anges
    Leur maistresse doulce et cherie
    Femme est la fleur de melodie
    Le chief d'honneur celestial
    Elle est jardin de fruit de vie
    Et le vergier imperial

    Femme est la cremeur des dyables
    La dompteresse des enfers
    Le tourment des inagreables
    La main qui les a mis en fers
    Femme est delivrance des serfs
    Relievement du dolant monde
    Phisicienne des desers.
    La fleur ou toute grace habonde

    Femme est de paradis l'eschelle
    La porte de beatitude
    Recouvrement de vie belle
    Destruction de servitude
    Femme et le pont de gratitude.
    L'ouverture de tout bon eur
    Le sauvement de multitude
    Et du monde l'espoir plus seur

    Femme est la voie de concorde
    Riviere de prosperité
    Fontaine de misericorde
    Montaigne de felicité
    Femme est mur contre aduersité
    L'estoille qui en mer conduit
    Vallee de jouyeuseté
    Et le soleil qui tousjours luit

    Femme est le tresor de tous biens
    De chasteté soleil luisant
    L'abondance des terriens
    L'escarboucle d'amour cuisant
    Le puis ou tout homme est puissant
    Benignité et courtoisie
    Qui oncques ne fut refusant
    Personne qui l'avoit choisie.

    Femme est d'humilité l'abisme
    Le don de divine promesse
    Le feu de charité sublime
    L'espargne de toute richesse
    Femme est le ruisseau de largesse
    Mine de pierres precieuses
    Paradis de gloire et liesse
    Sourse de doulceurs merveilleuses.

    Femme est qui aveuglist nature
    Las d'admiration mondaine
    Monstre sur toute creature
    Quant mere elle est et vierge saine
    Femme est qui grace souveraine
    A selon nature impossible
    Qu'oncques ne fut comprise en vaine
    Tant est son merueil invisible

    Femme est l'espoir des consolez
    Premier reclain de tous prescheurs.
    Le reconfort des desolez
    Le doulx recueil de tous pecheurs
    Impetresse de noz doulceurs
    Refuge a toutes gens meffaiz
    Medicine de leurs douleurs
    Vraie advocate en tous leurs faitz

    Femme est. a qui tout homs s'encline
    Vive refection des saints
    Vigueur et vitesse benigne
    Pilier soustenement des vains
    Ung desir insolable aux sains
    Le vray repos des travailliez.
    L'escu de tous perilz souldains
    La clarté des cueurs desvoyez

    Femme est la vie des malades
    Vray secours et refection
    Solas et reconfort des fades
    Impetrant leur salvation
    Femme est qui exaltation
    A/ es cieulx sur nature humaine
    Et gloire et exultation
    Sur toute haulteur souveraine

    Femme est a qui ange ne peult
    Assez d'onneur ne grace rendre
    Ne homme tant y penser veult
    Qui peust sa dignité comprendre
    Car se chescune herbette ou cendre
    Fust clere. comme saint augustin
    Et tous y voulsissent entendre
    Se n'y pourroient ilz trouver fin

    Femme est qu'oncques cueur ne comprint
    Ne ne cessa d'esmerveillier
    Que jamais pechié n'entreprint
    Ne pensement fol ne legier
    Femme est l'incorrumpu vergier
    Qui de venin n'eust oncques dragme
    Ne tache/ qui la peust chargier
    Tant en dy pour la vierge dame

    Dames sont le jardin fertile
    Racine d'umaine nature
    L'arbre couvenable et utile
    De terrienne nourriture
    Dames sont la doulce pasture
    Ou il convient tout homme paistre
    Et toute humaine creature
    Croistre fructifier et naistre

    Dames sont entretenement
    Du monde/ et ung plaisant secours
    Ung pilier ung soustenement
    Ung tresmelodieux recours
    Elles sont fleuves de doulçours
    Une mer de toute plaisance
    Ung tresor de riches amours
    Et le vivier de souffisance

    Dames sont le solas la joie.
    Des hommes et tout leur plaisir
    Le miroir qui leurs yeulx esjoie
    Le ray qui lez mect en desir
    C'est ce qui fait homme saisir
    En espoir de grant bien avoir
    Et que trop fait meilleur choisir
    Que nulle richesse ou avoir.

    Dames sont le deduit des princes
    La regle des bons chevaliers
    Et l'onneur des toutes provinces
    L'espoir aux vaillans batailliers
    L'enseignement des seculiers
    La discipline de noblesse
    Vergoigne des irreguliers
    Et crainte de cil qui honneur blesse

    Dames sont enhort de vaillance
    Richesse et tresor des vaillans
    L'arche de toute bien vueillance
    Humble repos des travaillans
    Force et vigueur des deffaillans
    Cause de toute haulte emprise
    Ferme eschellon aux assaillans
    Confort en leur blessure et brise

    Dames sont cause des bienffais
    Du monde et de tout leur affaire
    Confusion des imparfaiz
    Et qui n'ont vouloir de bien faire
    Dames ont pouoir de refaire
    Et redrecer tout cueur meffait
    Et de tout imparfait parfaire
    Et l'anoblir d'euvre et de fait

    Dames sont ung throsne d'honneur.
    Rabat de toute vilenie
    Instruction de belles meurs
    La verge de noblesse unie
    Le cry de toute baronnie
    Reboutement de toute ordure
    Chastiement de felonnie
    Et de tout qui tend a laidure

    Dames sont la doulce rosee
    Qui toute ire et fureur estaint
    Une pluye bien composee
    Dont de mieulx vault quant qu'elle actaint
    Dames sont la doulceur ou maint
    Toute bonté qui amollist
    Par qui le feu de courroux maint
    Se radoulcist et abolist

    Dames sont cause de tous jeux
    En jeunesse et d'abilité
    Ravallement des orgueilleux
    Instruction d'humilité
    Le rosier de fertilité
    L'odeur de flourissant olive
    La forme de stabilité
    Et le vray fruit de saveur vive

    Dames sont ung appuy dez fermez
    Rochier de toute loyauté
    Fontaine d'amoreuses lermes
    Parfonde mine de pité
    Palais de toute necteté
    Cler luminaire de vertus
    Plain de doulceur et de beauté.
    Mais de bonté encores plus

    Dames sont doulceur immortelle
    Une richesse inestimable
    Chief de plaisance temporelle
    Une liesse incomparable
    Ung avoir chier et delictable
    Ung tresmelodieux tresor
    Ung parement plus honnorable
    Que precieuse pierre en or

    Dames sont ung soleil rayant
    Dont tout cueur d'homme s'esclarcist
    Ung miroer/ les bons actrayant
    Ung ray. qui lez mauvais occist
    Une estoille que dieu assist
    Icy au monde tenebreux
    A fin que lumiere en issist
    Pour l'esjoyssement des preus

    Dames sont l'ombre des seigneurs
    L'esbat de toutes creatures
    Reclain dez longtains voyageurs
    Ressort des bonnes aventures
    Reconfort des fortunes dures
    Le doulx recueil des estrangiers
    L'espargne de richesses pures
    Ung vray solas en tous dangiers

    Dames sont ung patron en terre
    De toutes mondaines doulceurs
    Le pourpris ou chescun peut querre
    Perfection de bonnes meurs
    Parfonde mer de tous honneurs
    Fleuve dont toutes vertus issent
    De tant de haulx biens gardiennes
    Ou toutes vertus se nourrissent

    Dames sont anges de visage
    En leur maintien celestiennes
    Deesses en fait de corsage
    En parler plus que terriennes
    En leurs euvres cottidiennes
    Doulces plus que chant de seraine
    Tant soient jeunes ou anciennes
    Que chescune vault d'estre royne

    Dames sont ung ciel de liesse
    Ung paradis de courtoisie
    Ung droit abisme de largesse
    Ung doulx vergier de noble vie
    Ung manoir plain de melodie
    Ung mur de ferme contenence
    La vigne de pite fleurie
    La foy d'amour et d'abstinence

    Dames sont plus que nulle rien
    Conduisant leur vie et sobresse
    Adressans leur courage en bien
    Et leur vie a parfaicte humblesse
    A devotion et simplesse
    Et a compassion piteuse
    Vers ceulx qui vivent en destresse
    Par sort de fortune doubteuse

    Dames sont d'un sçavant parler
    D'un nect penser ung doulx courage
    Ung beau maintien sans chanceler
    D'un amoureux et doulx langage
    Ou nature par heritage
    Honte et cremeur a fait logier
    Et hardiesse et cueur volage
    Sur tout d'entr'elles alongier

    Bouche ne peut monstrer ne dire
    Entendement ne sens comprendre
    Ne cueur penser ne main escrire
    Ne parchemin ne livre prendre
    Ne nul hault engin entreprendre
    Sentement ne science dame
    Ne tous les clercs du monde apprendre
    La valeur d'une vaillant dame

    Elle vault mieulx cent mille foys
    Que tulles. o son beau langage
    Ne que hector le troyennoys
    Ou hercules au vasselage
    Ne que absalon en son corsage
    Ne que priam en sa richesse
    Ne qu'en sens salomon le sage
    Ne que alexandre en sa largesse

    S'un homme avoit la loyauté
    De david et magnificence
    Et de narcisus la beauté
    Et d'abraham l'obedience
    Et de saint job la pacience
    Et d'achilles le hault vouloir
    Pour avoir sa benivolence
    A pene la peut il avoir

    Dames sont ung tresor itel
    Que se dieu qui est immortel
    Et en toute puissance habonde
    Avoit creé/ ce mortel monde
    Mille foys plusbel en son estre
    Que n'est le paradis terrestre
    Tant que tout l'element de terre
    Qui soubz le ciel s'amasse et serre
    Et est gros rude vil et dur
    Fust tout vermeillon ou asur
    Et tout quant qu'il y a dessoubz
    Ou dedans/ pierres et caillouz
    Fussent rubiz ou diamens
    Et perles tous les elemens
    Gros escarboucles et saphirs
    A chescun. selon ses desirs
    Et chescune menue herbette
    Portast ou rose ou violette
    Sans jamais sechier ne fenir
    Palir destaindre ne grevir
    Et toutes roses et espines
    Puantes herbes et peu dignes
    Orties et le jonc marin
    Fussent muguet ou romarin
    Et pour plus joyeusement vivre
    Tout metal fer estaing et cuivre
    Fust tout converty en or fin
    Durans en leur estat sans fin.
    Et tous arbres dont fueilles issent
    Que fruit portent/ et sy fleurissent
    A plume de paon semblassent
    Et fruit de couleur d'or portassent
    Qui sentist et savourast mieulx
    Que la manne que pleust des cieulx
    Et chescune meschant vermine
    Fust une martre ou une hermine
    Et tous busars gays ou corbeaux
    Fussent devenuz papegaux
    Les couque pies et chouettes.
    Beaux rossinolz et allouettes
    Et trestout le fien qui en ist
    Mieulx que muscq ou balsme sentist
    Et tout le bestiail du monde
    Fust de beauté plusclere et munde
    Qu'onc ne fut couleur cramosine.
    Qu'en rien ressamblast leur peau fine
    Et leur sang leur char et leur corne
    Fust digne comme une unicorne.
    Et tous les moutons qui sont or
    Portassent une toison d'or
    Comme celuy qui jason prist
    En colcos. ou il le conquist
    Et tous les loupz et les renars
    Qui sont parmy le monde espars
    Fussent blancs cerfs privez et doulx
    A cornes de courail trestons
    Et ours et pourceaux et tessons
    Fussent trestous privez lyons.
    Coronne d'or dessus leur teste
    Et toute s'elle et meschant beste
    Que va par boys et par chemin
    Fust ung lievre ou ung blanc connin
    Et tous asnes fussent destriers
    Et tous meschans chevaulx coursiers.
    Et tous mastins et chiens errans
    Fussent tous beaux levriers courrans
    Et les mousches et papillons
    Fussent gentilz esmerillons
    Et tout oyseau que dieu a fait
    Fust plus luisant et plus parfait
    Que le fenis/ o tout sa plume
    Dont il n'en est q'un par coustume
    Ou comme le paon et au mains
    Qui est bel entre les humains.
    Et chantassent incessamment
    Trop plus melodieusement
    Que ne fait la seraine en mer
    Ainsi les feroit bon amer
    Et la pluye ne fust que balsme
    Pour refreschissement de l'ame
    Et la nege rien fors que soit
    Et la glace que or et monnoie
    La grelle qui les gens effronte
    Toutes grosses perles de conte
    Et l'eau qui en mer se repose
    Fust trespure et clere eau rose
    Et leans tous meschans poissons
    Fussent daulphins et esturgeons
    Et les rivieres rien que vin
    Ou ypocras jusqu'a la fin
    Et les estans que sont es plaines
    Fussent sourses et grans fontaines
    A gros tuyaux d'or et d'argent
    Par tout pour arouser la gent
    Et que par toute region
    Ny eust que paix et union
    Et qu'il n'y eust en nulles isles
    Que grans chasteaux et grossez villez
    De jaspe toutes maçonnees
    Et de rubis environnees
    Toutes maisons d'un pris egal
    D'un cler bericle ou d'un cristal
    A tieulles de fin or pavees
    Ou toutes histoires gravees
    Du monde fussent entaillees
    Painctes escriptes esmaillees
    Et jamais ne fist trop grant chault
    Ne trop grant froit qui autant vault.
    Ne vent tonnerre ne tempestes
    Ne jours ouvrables. fors que festes.
    Et jamais ne fust povreté
    Fors toute habundance a planté
    Ne fortune ne maladie
    Mais tout bon eur et melodie
    Autant et plus qu'en paradis
    Et que le jour durast tousdis
    Sans faire nuit ne obscurté
    Et tout cueur d'homme sans durté
    Sans cruaulté sans tricherie
    Et tous vestuz d'orfaverie
    De drap d'or et d'argent aussy
    Ou de pourpre ou de cramoisy
    De damas de toutes couleurs
    A chescun selon ses valeurs
    Et tous lez litz dessoubz les cieulx
    Fussent de paremens itieulx
    Tout linge fust toille de rains
    Tous coffres de richesses plains
    Et tout fust bon qui est mauvais
    Et toute hayne vraie paix
    Et tous gros air toutes nuees
    Sentissent comme lez fumees
    D'encens fondu/ ou d'autre gomme
    Et que jamais n'en vieillist homme
    Toutes estoilles reluisassent
    De jour. et toutes se monstrassent
    Sy bien comme fait le soleil
    Et chescun vesquist sans traveil.
    Sans ennuy. sans soucy sans soing
    Et tout ce qui luy fist besoing
    Luy venist tantost par souhait
    Quant dieu auroit tout cecy fait
    Pour enrichir l'omme et complaire.
    Et femme luy voulsist soubtraire
    Ou qu'esloingnee trop luy fust
    Trestout ne vouldroit pas ung fust
    L'omme despiteroit sa vie
    Et plustost luy prendroit envie
    De la mort/ et de n'avoir riens
    Que d'estre roy de tant de biens
    Sans avoir femme en sa jeunesse
    Qui est la fleur de sa richesse
    Car son corps vault mille foys plus
    Que tout ce qui est dit dessus

[Illustration]

¶ Icy cesse noble cueur de parler et devise l'acteur le couroux. que
cueur vilain et mallebouche prindrent vers noble cueur pour lez
replicquemenz qu'il leur fist/ et devise la maniere de leurs batailles.

L'acteur

    Lors veist on groignier ces gens
    Comme vieil mastin de village.
    Et escumer autour des dens
    Comme fait ung sangler sauvage
    Palir destaindre en leur visage
    Et flambe et feu saillir des yeulx
    Et comme gent qui toute enrage
    Se demener ainsy m'aist dieux

    Lors monterent sur leurs chevaulx
    Et virent tant voler la pouldre
    Qu'il sembloit par montz et par vaulx
    Que descendist tempeste et fouldre
    Ilz menassoient fort de couldre
    Ce gentil corps de point en point
    Ou comme la farine mouldre
    Plus menu qu'oncques n'en fut point

    Mais noble cueur. qui ne craignoit
    Ne eulx ne toute leur puissance
    Son escu print et l'empoignoit
    Comme ung homme plain de vaillance
    Et puis sur eulx coucha sa lance
    Et laissa courre son coursier
    Vers eulx. qui en toute semblance
    Fort menassoient son corps chier

    D'autrepart. vilain cueur baissa
    Erramment son boys qu'il tenoit
    Et son cheval courre laissa
    Vers noble cueur tant qu'il pouoit
    Mais quant a joindre se venoit
    Vous vessiez sans point faillir
    Du harnois que chescun pourtoit
    Le feu en voler et saillir

    L'escu de cueur vilain fendit
    Plus d'un quartier de point en point
    Qui vaillamment se deffendit
    Mais noble cueur ne blassa point
    Lors chescun son cheval repoint
    Et esperant de recouvrer
    Ung cop assit sy bien a point
    Que mire n'y eust plus que ouvrer

    Comme deux dragons moult horriblez
    Fort enragiez et furieux
    Vindrent ces champions terribles
    De s'entretuer curieux
    Lesquelz par la grant force d'eulx
    Sy durement s'entrecontrerent
    Que les lances je croy des deux
    Parmy leurs forts escuz entrerent

    Leurs lances toutes sy rompirent
    Et les tronçons en l'air voloient
    Mais s'aucune angoisse en sentirent
    Semblant monstrer ilz n'en vouloient
    Et ainsy qu'ilz s'entreveilloient
    Ilz choquerent leurs corps ensemble
    Sy tresdurement que sembloient
    Deux tours que malencontre assemble

    La meslee estoit treshideuse
    Tresaigre tresmortelle et fiere
    Et a vilain cueur sy crueuse
    Que plus n'a pouoir qu'il refiere
    Comme l'eaue d'une goutiere
    Ainsy ruissoit son sang aval
    Et plus luy fust mestier de biere
    Me semble/ que d'estre a cheval

    Car il estoit sy bien actaint
    Ou costé qui luy demangeoit
    Que tout le camp si estoit taint
    Du doloreux sang qu'il segnoit
    Ouquel son cheval se baignoit
    Qui estoit bon et duit de guerre
    Lors telle douleur l'ataingnoit
    Que cheoir le convint a terre

¶ De la venue de mallebouche contre noble cueur.

[Illustration]

    Quant mallebouche la serpent
    Son frere ainsi voit laidangié
    A qui la mort en la char pent
    Dont il fut moult descouragié
    Lors comme ung dragon enragié
    Vers noble cueur s'en vint volant
    Lequel il eust endommagié
    Se le cop n'eust esté coulant.

    L'espee branloit en sa main
    Comme s'il eust voulu confondre.
    A ung cop tout le sang humain.
    Et le faire en abisme fondre
    Mais noble cueur/ qui bien respondre.
    Savoit a qui qui l'assaillist
    Luy pensoit bien la barbe tondre
    Avant que leur combat faillist

    Comme deux furieux lyons
    Qui s'entremordent et dessirent
    Tout ainsi ces deux champions
    Des espees s'entressaillirent
    Tant que les gros esclaz saillirent
    De leurs escuz espez et forts
    Et leur char toute descouvrirent
    Jusqu'a tirer le sang dehors

    Chescun sur l'un l'autre mailloit
    Comme ung forgeur sur une enclume
    Et char decoppoit et tailloit
    A sy bon marchié que de plume
    Dequoy douleur et amertume
    Noble cueur print et enduroit
    Par quoy son sang ainsy lui tume
    Dequoy l'autre tant s'y duroit

    Ilz firent joindre lez destriers
    Et noble cueur moult s'efforça
    Et se dressoit en ses destriers
    Comme ung homme en qui grant force a
    Son cop print bien et renforça
    Si aigrement sur mallebouche
    Que du cop. dont il le troussa
    Jamais ne peust avoir reprouche.

    Le cop estoit sy trespuissant
    Et mene de si bonne destre
    Que comme d'un rasoer trenschant
    Luy coppa tout le bras senestre
    Et ainsi demeura le mestre
    Noble cueur de ces deux gloutons
    Qui s'en aloient a l'umbre pestre
    Sur terre/ comme deux moutons

    Quant les autres virent gesir
    Leur maistre pres desvanouyr
    Creez que leur plusgrant desir
    Estoit. d'en leur place fuyr
    Mais noble cueur. les va suyr
    Si radement l'espee traicte
    Qu'a plus de dix/ a poursuyr
    Il a deffendu la retraicte

    Tandis qu'il combatoit aux ungs
    Trestous les autres eschapperent
    Ainsi il en entra aucuns
    En la place/ qu'ilz recouvrerent
    Lesquelz aprés eulx retirerent
    Hastivement le pont levis
    Et sy grant desconfort menerent
    Qu'oncques tel. ne si grant ne vis

    Quant noble cueur vit ceste gent
    En la place ainsi se bouter
    Et que son travail diligent
    Sur eulx ne pouoit prouffiter
    Lors fist serment/ que se habiter
    Devoit dix ans en celle plaine
    Il les en feroit hors gecter
    Ou il y mouroit en la pene

    Lors luy qui estoit fort et rades
    Viroit bride tant qu'il pouoit.
    Et retourna vers ces malades
    Pour savoir comme il leur estoit.
    Lesquelz si prez de mort trouvoit
    Que rien n'y avoit entredeux
    Mais avant que l'ame en sailloit
    En ce point il parla a eulx

Icy noble cueur/ depuis la poursuite qu'il fist aprés les complices de
mallebouche et cueur villain. retourna sur le camp. et dist.

    O vilain cueur/ puant yvroingne
    Creature deffiguree
    Plus vile que ver ne charoigne
    Plus orde et plus desnaturee
    De la grant diablesse engendree
    Ou fons d'enfer tout ou dessoubz
    Que maldicte soit la ventree
    Quant elle n'avorta de vous.

    Tant estes vous abhominable
    Et de vile ordure amassez
    Que pour estre frere au grant diable.
    Voustre corps n'est pas digne assez
    Car en tant vous le surpassez.
    De puantise et de laidure.
    Que par horreur vous le chassez
    Et va fuyant de voustre ordure

    Il a trop plus de dignité.
    Que vous vilain cueur deshonneste
    Car la haulte divinité
    Le fist/ et donna forme iceste.
    Non fist pas a vous/ orde beste
    Car les plus ors deables infames
    Vous ont engendré corps et teste
    Ou puant ventre de leurs fames.

    A malle heure vous fustes nez
    Mais vous morez encor a pire
    Voz engendreux sont tous dampnez
    Sy serez vous sans contredire
    Tournez vous envers voustre empire
    Qui estes ennemis de pais
    L'enfer vous fist. ce ay je ouy dire
    Or y allés a tousjamais.

    Et vous mallebouche envieuse
    Aspic mordant/ dragon murtrier
    Lesarde faulse et venimeuse
    De toute plaisance encombrier
    Infernal furieux sorcier
    Dont pire n'est trouvé par rolles
    Maleureux et maldit ouvrier.
    D'euvre de fait et de parolles

    Alez a trestous les grans diables
    Faire vous tours. et voz supplesses
    Car la serez vous bien seables
    Pour couchier avec les diablesses
    Et quant avec ces deesses
    Vous serez en plaisant requoy
    Faites escriptz sur leurs jeunesses
    Vous trouverez assez sur quoy

    A ces parolles proprement
    Que nobles cueur a eulx parloit
    Leur ame fist departement
    Et les maleureux corps laissoit
    Mais qui les prist ne ravissoit.
    Je n'en vueil rien mectre en mez ditz
    Car leur logis je croy qu'il soit
    Tout au rebours de paradis

    Alors il ouvrit cueur vilain
    Et luy tira le cueur dehors.
    Et de sa propre et vaillant main
    Coppa la langue a l'autre corps
    Et en despit des vilains ors
    Il les donna mangier aux chiens
    De leur fait/ plus ne me recors
    Ne je en ay trouvé plus riens.

    Ceste euvre faicte et acomplie
    Qui est haulte et historieuse
    Et bien digne qu'on la publie
    Pour noble et tresvictorieuse
    Par reverence curieuse
    Noble cuer se mist a genoulx
    Rendant a la tresglorieuse
    Les graces qui sont cy dessoubz

Comme noble cueur rend graces a noustre dame de la victoire qu'il a eu
contre malle bouche Et cueur vilain

[Illustration]

    Eternelle dame des cieulx.
    Luminaire des humains yeulx
    Glorieuse beauté parfonde
    Fille et mere du dieu des dieux
    Espoir confort de tous mortieux
    Rose lis violette munde
    A ceste heure. je me presente
    Devant voustre face excellente
    Que cueur ne oeil ne peut comprendre
    Pour prier vierge precellente
    Que voustre doulceur voie et sente
    Les graces. que je vous vueil rendre

    Nonobstant que vierge benigne
    Je suis trop vil et trop indigne
    Pour rien vous requerir. helasse
    Et n'ay en moy vertu ne signe
    Pour quoy je puisse estre condigne
    De m'offrir devant voustre faice
    Synon par grace
    Dequelle je vous croy plus large
    Que ciel et terre n'ont de large
    Ne que la mer n'a de parfont
    Pourtant se pechié trop me charge
    Quant je me rens soubz voustre targe
    Voz doulceurs esperés me font

    Princesse des cieulx glorieuse
    Batailliere victorieuse
    Tresor de toute courtoisie
    Noble digne tresvertueuse
    Plus que nulle rien merveilleuse
    O seule fleur de dieu choisie
    Je vous mercie
    De cueur de sens de voix et dame
    Qui aujourduy benigne dame
    M'avez donné force et puissance
    Sur ceste gent vile et infame
    Plaine d'ordure et de diffame
    Et de toute mauvaise usance

    Reluisant vierge doulce et tendre
    Vueilliez je vous requier comprendre
    De quel amour de quelle ardeur
    Mon cueur a voulu entreprendre.
    Ceste querelle/ pour deffendre
    De corps de sens et de vigueur
    En voustre honneur
    Helas dame. ne desdaignez
    Ma bonne amour. ne malignez
    Voz plaisans yeulx de mon service
    Car pour y estre meshaignez.
    Et en mon sang taint et baignez
    Se my mectray je fleur sans vice

    Mon cueur mon corps mez braz mes mains
    Et quant que j'ay ains plus que mains.
    Tout est a vous/ et le vous donne
    Et tant qu'au monde je remains
    En long travail. en perilz maints
    A morir pour vous je m'ordonne
    Et m'abandonne
    Tant vous honnoure et tant redoubte
    Que se d'une chescune goutte
    De mon sang. servir vous pouoie
    Et du corps et de l'ame toute
    Et de quant que nature y boute
    Je le desire et le vouldroie.

    Fontaine de piteuses larmes
    Miroer clarté de toutes ames
    ymaige de riche apparence
    Voustre sy petit homme d'armes
    Se rend a vous. et lance et armes
    Vous offre en humble obedience
    De reverence
    Priant comme a vous actenu
    Que je puisse estre retenu
    Ung de voz servans a voz gaiges
    Et se par vous suis soustenu
    Voustre los sera maintenu.
    En moy par euvre et par langages.

    Benoiste dame entre les dames
    Relievement de mortes ames
    Rose de toute grace emplie
    Souef flairant sur tous lez balsmes
    Doulce et courtoise sans nulz blasmez
    En toutes vertus acomplie
    Je vous supplie
    Haulte maistresse et tresseable.
    Que se mon euvre est agreable
    A vous aucunement. ou chiere
    Comme dame trespiteable
    Humble benigne et consolable
    Il vous plaise ouyr ma priere.

    C'est qu'a tousjours et en tout aage
    Le noble feminin lignage
    Vous plaise sauver et garder
    De deshonneur de faulx langage
    De mauvais et de fol ouvrage
    Et de tout ennemy pregarder
    Et regarder
    Vous plaise noble creature
    Sur leur vie et sur leur nature
    Sy bien et sy songneusement
    Que leur honneur regne et perdure
    Et durer puisse sans laidure
    A jamais sans deffinement

    Souviengne vous pour mes prieres
    De l'onneur de voz chamberieres
    Qui ont de voustre corps semblance.
    Et se faulte a. en leurs manieres
    Par estre fraisles et legieres
    Vueilliez y de voustre puissance
    Mectre actrempance
    Car selon que raison contrent
    A vous seule il en appartient
    De les doctriner et parfaire
    Et s'aucun blasme leur advient
    Ou d'aventure leur mesvient.
    Advis m'est qu'il vous doit desplaire

    Aux haultes dames et princesses
    Il vous plaise de voz largesses
    Leur donner foy sens et pité
    Aux dames et aux baronnesses
    Crainte et ressoing en leurs richessez
    Et tendre a leur felicité
    Par charité
    A toutes jeunes damoiselles.
    Lyees/ vefves et pucelles
    Cueur net loyal/ constant et ferme
    Et a toutes les jouvencelles.
    Les meurs et les vertuz sy belles
    Que dieu en grace les conferme

    Aux nonnains povres/ conscience
    Aux souffreteuses/ pacience
    Aux filles/ bel et doulx maintien
    Aux mariees/ continence
    Aux vefves/ parfaicte abstinence
    A celles qui ont peu ou rien
    Faison de bien
    Aux malades/ joie et santé
    Et aux marchandes/ loyauté
    Aux bourgeoisez. cueur sans orgueil
    Et a trestoutes par bonté
    Humblesse et bonne voulenté
    Honneste cueur et ung simple oeil
    A toute preude femme en fait
    Perseverance en son bien fait
    Et d'honneur entretenement
    Et a toutes qui ont meffait
    Congnoissance de leur mal fait
    Et pour acquerir sauvement.
    Amendement
    Honneur exaulcement aux bonnes.
    Et de louenges leurs coronnes
    Vueilliez donner dame au cueur doulx
    Et aux mauvaises et felonnes
    Qui ont tort fait a leurs personnes
    Tout support. pour l'onneur de vous

[Illustration]

L'acteur

    Lors vy je que la coronnee
    Dame des cieulx. se descendoit
    D'un ray luisant environnee
    Qui comme feu resplendissoit
    Et sa doulce main extendoit
    Sur luy qui faisoit sa priere
    Et puis de bouche luy disoit
    Les motz qui sont icy derriere

    Mon serviteur mon chier amy
    Que sy long temps avez gemy
    En grant desir. ce semble a my
    De moy servir
    Et de voustre cueur asservir
    A moy. afin que deservir
    M'amour par voustre bien servir
    Et avez en ce
    De voustre premiere jouvence
    En jeune et tendre corpulence
    Mis voustre cueur et diligence.
    Bien je l'ay sceu
    Et de mes yeulx tousjours veu
    Coment envers moy s'est esmeu
    Voustre bon cueur qui despourveu.
    Ne fut jamés.
    De trouver plaisans entremetz
    Et de me faire chapelletz
    Joliz dictiers et rondeletz.
    Et beaux louenges.
    Dont moy mon filz/ et tout sez anges
    Les cherubins et les archanges
    Avons lez joyes tresestranges.
    En grant plaisance
    Dequoy tousjours des voustre enfance
    De cueur de corps et de puissance
    Avez eu la congnoissance
    De me honnorer
    De saluer et reverer
    De mon los croistre et preferer
    En tous lieux/ et le referer
    Par grant amour
    Puis j'ay veu aussy m'amour
    Le grief douleur/ la grant clamour
    De voustre cueur pour la rumour
    Injurieuse
    Que mallebouche venimeuse
    Et sa partie despiteuse
    Ont mise. par langue envieuse
    Sur la nature
    Des femmes/ en mainte escripture
    Duquel vitupere et injure
    Voustre cueur seuffre et sy endure
    Plus de douleur
    Que de monstrer n'avez valeur
    Et m'est advis. qu'en mon honneur.
    Vous les voulez de deshonneur
    Toutes deffendre
    Leurs ennemis tuer et fendre
    Et sy alés servir et tendre
    Que leur nature noble et tendre
    Recouvrera
    Le los que privé luy sera
    Et que arier refleurira
    Si haultement/ qu'il suffira
    Dont huy de fait
    Avez assez monstré par fait
    Que vous avez desir parfait
    De mectre en euvre et en effect
    Voustre entreprise
    Dont moy. la mere sans reprise
    Vous ame loue ris et prise
    Et suis de voustre amour esprise
    Et esclarcie
    Dont haultement vous remercie
    De voustre large courtosie
    Quant ainsi vous avez choisie
    Ceste querelle
    En mon honneur. qui temporelle.
    Jadis estoie et corporelle
    Femme comme autre naturelle
    Mais preservee
    Suis de dieu. et sy bien servee
    Qu'en ma chasteté observee
    La char divine s'est nervee.
    Sy me creez
    Et de moy ne vous deffiez
    Car vous et tous voz aliez.
    Serez de moy remerciez
    Si tresacertes
    Que vous ne pourrez dire certes
    Que vous ayez rien fait en pertes
    Ne que j'oblie voz dessertes
    Et quant a ce
    Que vous avés de voustre audace
    Redargué tout ce que efface
    Lonneur le pris le los la grace
    De toutes dames
    Mon filz et moy qu'oncques n'amasmez
    Telles injurieuses ames
    Ne vilenies ne diffames
    Vous aduons
    Pour noustre/ tant que nous pouons
    Et vous en prisons et louons
    Car tout ce que nous en ouons
    Est veritable
    Juste bon cler et honnorable
    Et avons sy tresagreable
    Qu'en fin vous sera prouffitable
    Car l'on scet bien
    Que mon filz ne veult rien que bien
    Et que au monde ne hait tant rien
    Q'un cueur plain d'ordure et de fien
    Et ne veult point
    Que la langue d'homme qui point
    Parle sur femme. mais qu'a point
    Autant que d'un seul petit point
    Et s'il le fait
    Creez qu'il en sera deffait
    Et fauldra que de son meffait
    Rende raison de fait en fait
    Car pour complaire
    A l'omme. et luy plus satisfaire
    Il luy voulut la femme faire
    Non pas pour blasmer et deffaire
    Par telz escriptz
    Ne femme ne fut pas jadis
    Formee telle en paradis
    Mais parfaicte en faiz et en dits
    Et sans laidure
    Si bien comme autre creature
    Et pour secourir a nature
    Dieu luy donna forme et figure
    Si noble et belle
    Selon l'exigence charnelle
    Que par contrainte naturelle
    L'omme prendroit plaisir en elle
    Et la faisoit
    Telle que faire la debvoit
    Car qui tout fist et tout savoit
    Oncques en rien ne s'abusoit
    Ne ne fist tort
    A femme plus que a l'omme au fort.
    Mais tous deux les a d'une mort
    Rachetez et menez a port
    Egalement
    Comme bien et totalement
    Et tresexpecialement
    Avez fait le declairement
    Parfaictement
    Si vous en vueil presentement
    De bon cueur et de sentement
    Remercier. car vraiement
    Voustre service
    M'a esté plaisant et propice
    Si en aurez grant benefice
    Sur terre/ et aux cieulx office
    Mais a fin telle
    Que voustre noble char mortelle
    Que tant seuffre. pour ma querelle
    Reçoive grace temporelle
    Icy vous donne
    Ceste espee d'or belle et bonne
    Pour laquelle. je vous ordonne
    Comme noble et digne personne
    Fuyant les blasmes.
    Le chevallier de toutes dames.
    Pour voz vertuz et beaux faiz d'armez
    Les garder/ et de gens infames
    Tout voustre aage
    Pour l'onneur de mon saint corsage.
    Qui est du sexe et du lignage
    Des femmes. et de leur parage
    Et aussy elles
    Font leurs retraictes. soubz mez ellez
    Parquoy puis qu'elles sont itelles
    Bien lez doy prendre en mes tutelles.
    Et les amer
    Puis que femme on ne peut blasmer
    Injurier ne diffamer
    Que mon cueur n'y sentist amer.
    Ou grant ou poy
    Sy vous supplie servez moy
    En me gardez loyalle foy
    Sans varier ne changier ploy
    Et je seray
    Celle que point ne vous fauldray
    Maix que maintz honneurs vous feray
    Et en gloire coronneray

[Illustration]

L'acteur

    A cestuy mot s'esvanouy
    La benoiste excellente dame
    Et noble cueur fort estouy
    Plusfort que ne fut oncques ame
    Ses mains joingnoit la voix y clame
    La joye son cueur entamoit
    Et l'enflamoit de telle flame
    Qu'a peine qu'il ne se pasmoit

    La demeura et la se tint
    Plus ne savoie qu'il devint
    Ne comment aprés se maintint
    Ne quelle chose luy survint
    Mais mon levrier vers moy revint.
    Qui du fait estoit bien apris
    Et me rendit comme il advint
    Sur le lict/ ou il m'avoit pris

    Lors tout acop je m'esveillay.
    Et le livre emprés moy trouvoie
    De quoy forment m'esmerveillay
    De tout ce que je veu avoie
    Et quant a penser commençoie
    Sur la longueur de mon sejour
    Je trouvay que ravy j'estoie
    Par trois sepmaines et ung jour

    Le livre prins a remirer
    Par merveilleuse desirance
    Et tant le tourner et virer
    Que j'en vy toute la substance
    Puis me sembloit que bonne usance
    Seroit de l'envoyer ailleurs.
    Pour en donner la congnoissance
    Entre les dames et seigneurs

    Ainsy dames et damoiselles
    Princes. barons. vous tous ensemble
    Je vous transmetz de mes nouvelles
    Que sont joyeuses ce me semble
    Quant voustre riche court s'assemble
    Esbatez vous y. nobles ames
    Et s'il vous plaist et bon vous semble
    Nommez le. Chevallier aux dames

    Se la matere/ est belle et bonne
    Je n'en desire los ne pris
    Et s'il y a riens. qui mal sonne
    Il me deplaist d'avoir mespris
    Mais moy. qui cestui livre escripts.
    Ne fuz qu'au veoir destiné
    Et metz par tout en mes escrips
    Le nom du dolant fortuné

    ¶ A toutes celles qui liront
    Mes ditz. que je vueil abregier
    En quelque lieu qu'ilz les oiront
    Ou soit en chambre ou en vergier
    Je leur requier ung don legier
    Sans vouloir autre rien du leur
    C'est. qu'elles prient. que alegier
    Me vueille dieu de ma douleur

¶ Cy finit le Chevalier auz Dames. Imprimé a Mets par maistre Gaspart
Hochfeder La vigille de saincte Agathe. L'an. Mil. vc. et .xvi.


--------------------------
NOTES SUR LA TRANSCRIPTION

On a conservé à l'identique l'orthographe et la ponctuation de
l'original. Cependant pour faciliter la lecture on a résolu les
abréviations et ajouté accents, cédilles et apostrophes.

On a effectué les corrections suivantes:

    chalut > chault (Ne froit ne chault ne te prendra)
    rcueillir > recueillir (Et recueillir de bon couraige)
    liure > luire (Que nulle clarté n'y peut luire)
    mesme > mesure (Qu'elle estoit chaulde par mesure)
    domme > domine (Qu'est celle. que sur luy domine)

ainsi qu'environ 70 cas d'interversions entre lettres de forme semblable
u/n, f/s, etc. non signalés en détail.





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Le chevalier des dames du dolent fortuné" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home