Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: Manuel complet des fabricans de chapeaux en tous genres
Author: Fontenelle, Jean-Sébastien-Eugène Julia de
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Manuel complet des fabricans de chapeaux en tous genres" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



by the Bibliothèque nationale de France (BnF/Gallica)



                              MANUEL COMPLET
                               DES FABRICANS
                                DE CHAPEAUX
                              EN TOUS GENRES

     Tels que feutres divers, schakos, chapeaux de soie, de coton et
     autres étoffes filamenteuses, chapeaux de plumes, de cuir, de
     paille, de bois, d'osier, etc., mis au niveau des progrès des arts
     chimiques, et enrichi de tous les brevets d'invention qui ont été
     pris sur la fabrication des chapeaux.

                      PAR MM. CLUZ. et F. FABRICANS,

                                   ET

                          M. JULIA DE FONTENELLE

                           PROFESSEUR DE CHIMIE,
                  MEMBRE DE LA SOCIÉTÉ D'ENCOURAGEMENT
                    POUR L'INDUSTRIE NATIONALE, ETC.



                                  PARIS,
                 A LA LIBRAIRIE ENCYCLOPÉDIQUE DE RORET
             RUE HAUTEFEUILLE, AU COIN DE LA RUE DU BATTOIR.
                                   1830.



                             A M. B. ANGLES,
                        SOUS-INTENDANT MILITAIRE.
           Chevalier de l'ordre royal de Saint-Louis, et membre
             correspondant de la société Linnéenne de Paris.

                                SOUVENIR
                       D'UNE VIVE RECONNAISSANCE,
                                   ET
                  TÉMOIGNAGE  DE LA PLUS HAUTE ESTIME
                        ET D'UNE SINCÈRE AMITIÉ.

                          JULIA DE FONTENELLE.



                              INTRODUCTION.


     La fabrication des chapeaux est une des branches de l'industrie qui
     exige le plus l'application des progrès de la chimie. Cette
     fabrication embrasse une foule d'opérations diverses dont quelques
     unes réclament de nombreuses améliorations, tant sous le rapport de
     l'art que sous celui de la santé des ouvriers. Nous nous bornerons
     à parler de l'opération connue sous le nom de _sécrétage_, qui se
     pratique au moyen du nitrate de mercure. Ce sel, comme on sait, est
     un poison violent; aussi les vapeurs et les particules qui se
     dégagent des poils sont-elles très nuisibles aux ouvriers. Les
     procédés de teinture sont loin aussi de répondre à ce qu'on devait
     attendre du grand pas qu'ont fait les arts chimiques. Il est en
     effet démontré qu'on obtient souvent des noirs qui, avec le temps,
     tournent au bronze, au brun, et même au rougeâtre. On attribue
     généralement ce grave inconvénient au sulfate de fer, auquel on a
     proposé de substituer le tartrate, et mieux encore l'acétate de ce
     métal. La Société d'encouragement pour l'industrie nationale, dont
     l'oeil vigilant se porte sur toutes les branches des arts
     chimiques, économiques, mécaniques et industriels, qui réclament
     les bienfaits des sciences, n'a pas manqué de porter son attention
     sur les diverses opérations de la chapellerie, dont plusieurs ont
     déjà fait l'objet des prix qu'elle a proposés. Si tous n'ont pas
     encore été complètement résolus, ils ont donné lieu à des
     recherches et à des améliorations marquées au coin de l'utilité, et
     qui probablement auront ouvert la voie à de nouvelles découvertes.

     Nous devons ajouter que plusieurs fabricans et divers
     technologistes français et étrangers se sont livrés de leur côté
     avec persévérance à de nombreux travaux pour améliorer leur art;
     nous nous bornerons à citer MM. Guichardière, Morel de Beaujolin,
     Robiquet, Lenormand, Williams, Malartre, Malard et Desfossés,
     Collin, Borradaille, Chaming Moore, Ritchard et Franc, Trousier,
     Miraglio, Masniac, Vilcok, Mierque et Drulhon, Achard et Audet,
     Gury, Loustau, Perrin, Bercy jeune, Buffum, Pichard, Milcent,
     Reins, Blouet, de Bernardière, Weber, Wels, Cobbet, Michon;
     mesdames Manceau, Reyne, Bernard, Cavillon. Nous aimons à convenir
     avec reconnaissance que non seulement nous avons profité de leurs
     travaux, mais que nous avons même copié textuellement leurs plus
     utiles documens, afin de leur conserver cette couleur technique et
     pratique qu'il faut savoir présenter aux ouvriers.

     Pour plus de clarté, nous avons divisé notre ouvrage en quatre
     parties; la première contient la description de toutes les matières
     employées pour la fabrication des chapeaux.

     La seconde partie comprend les chapeaux feutrés divers, et toutes
     les opérations nécessaires à leur confection.

     La troisième a pour but les chapeaux de soie, de coton, d'étoffes
     filamenteuses, etc.

     La quatrième embrasse tous les chapeaux de paille divers, ceux
     d'osier, de bois, etc.

     Nous avons exposé fidèlement les meilleurs modes de fabrication
     suivis tant en France que dans l'étranger pour ces divers genres de
     chapeaux; et nous avons rapporté tous les brevets d'invention qui
     ont été pris sur les diverses branches de la chapellerie; nous
     avons cru que c'était le meilleur moyen de faire connaître une
     grande partie des améliorations que cet art a éprouvées; enfin nous
     avons allié aux connaissances que nous avons acquises par notre
     pratique les meilleurs documens qu'offrent les technologistes
     français et étrangers.


PAGE 1

                           MANUEL COMPLET
                            DES FABRICANS
                             DE CHAPEAUX
                           EN TOUS GENRES.



                          PREMIÈRE PARTIE:

        DESCRIPTION DES MATIÈRES EMPLOYÉES POUR LA FABRICATION DES
                              CHAPEAUX.



     DES LAINES.

     Les laines furent, dès le principe, les seules matières premières
     qui furent employées pour la fabrication des chapeaux. Maintenant
     elles ne servent que pour ceux de qualité inférieure. Toutes les
     laines ne donnent pas un aussi beau feutrage ni une égale qualité
     de chapeaux; il est donc indispensable que nous entrions dans
     quelques détails sur leur connaissance et leur choix.


     _Connaissance et choix des laines pour la chapellerie._

     On distingue deux sortes de laines: _les laines mortes_, ou
2    provenant des animaux morts, et coupées ou arrachées de la peau, et
     les _laines de toison_ ou tondues sur l'animal vivant. Ces
     dernières méritent la préférence tant pour la chapellerie que pour
     la draperie. On divise aussi les laines en _surge_ ou en _suint_ et
     en _lavées_. Celles en suint se conservent plus long-temps. Quant à
     leur couleur, elles sont en général blanches et parfois noires,
     roussâtres, etc.; ce ne sont que les premières qu'on soumet à la
     teinture. Quant à leur longueur, les plus courtes ont un pouce de
     longueur, et les plus longues (en Angleterre) ont jusqu'à vingt et
     même vingt-deux pouces[1].

     [Note 1: Cette longueur nous paraît avoir été exagérée, à
     moins qu'on ne laisse les brebis plus d'une année sans les
     tondre. En effet, M. Tessier rapporte que dans une expérience
     qu'il a faite et répétée à Rambouillet, la laine des bêtes
     espagnoles, tenues trois ans sans être tondues, avait
     dix-huit pouces de long.]

     Les laines diffèrent entre elles par leur couleur, leur
     force, leur finesse, leur longueur, et ce qu'on appelle _leur
     nerf ou leur corps_; de là viennent leur division en:

     Laines superfines,
     Laines fines,
     Laines moyennes,
     Laines grosses,
     Laines grossières ou supergrosses.

     Pour qu'une laine soit réputée de très bonne qualité, il faut
     qu'elle soit fine, douce, moelleuse, élastique et forte en même
     temps.

     Pour reconnaître leur degré de force, qui fait, avec celui de leur
     finesse, leur premier mérite, on en tire des filamens par les deux
     bouts, et l'on juge, par leur résistance à se casser, leur force ou
     leur faiblesse. Pour les juger comparativement on recourt à un
     procédé plus rationnel. On en fait des fils d'égale grosseur et
3    longueur qu'on attache à un point fixe, et l'on place à l'autre
     extrémité de petits poids qu'on multiplie jusqu'à ce que le fil
     casse. On estime, par le nombre de poids que chaque fil exige pour
     se casser, le degré de sa force. Outre la laine, l'animal porte sur
     quelques parties une sorte de poil mêlé avec de la laine qu'on
     nomme _jarre_, _poil mort_ ou _poil de chien_, qui ne sert qu'à la
     confection des étoffes très grossières. Les laines des pattes et du
     dessous du ventre, brûlées pour ainsi dire par le fumier, sont
     aussi d'une moindre valeur.

     Les laines du nord de la France sont plus longues et plus grosses
     que celles du midi; ainsi celles des département de l'Hérault, de
     l'Aude et surtout de tout le Roussillon, l'emportent de beaucoup
     sur celles de la Flandre, de la Picardie, de l'Ile-de-France et de
     la Champagne. Les laines du Midi, notamment celles de Narbonne et
     de la Salanque, sont courtes, frisées et très fines. Ces dernières
     se rapprochent de celles de l'Espagne.

     Nous devons cependant convenir que les laines des mérinos espagnols
     l'emportent en tous points sur les meilleures de la France. Aussi
     dans les départemens méridionaux et dans quelques uns du Nord les
     propriétaires n'ont pas hésité à croiser leurs troupeaux au moyen
     des béliers espagnols élevés dans les bergeries royales. La plupart
     des laines d'Italie sont également très fines. Celles d'Angleterre
     et de Nord-Hollande sont longues et plus fines que les laines
     communes, sans avoir cependant la finesse de celles qui proviennent
     des mérinos. Parmi celles d'Espagne, celles de _Léon_ et de
     _Ségovie_ tiennent le premier rang: encore même les Espagnols en
     font quatre qualités.

     1º La première qualité est celle qui existe depuis le cou jusqu'à
     cinq à six pouces de la queue, en comprenant le tiers du corps;
     celle des épaules et du dessous du ventre, préservée de l'action du
     fumier, est également comprise dans celle classe. Cette qualité est
4    nommée _floreta_, ou fleur de la laine.

     2º La deuxième qualité est celle qui recouvre les flancs et s'étend
     depuis les épaules jusqu'aux cuisses.

     3º La troisième est celle du cou et de la croupe.

     4º La quatrième est celle qui est depuis la partie du devant du cou
     jusqu'au bas des pieds, y compris une partie de celle des épaules
     et les deux fesses, jusqu'à l'extrémité des pieds. C'est cette
     laine que les Espagnols nomment _cayda_.

     Les personnes habituées au commerce ou à l'emploi des laines
     reconnaissent au coup d'oeil leur degré de finesse. Il en est qui
     s'en assurent en étendant les filamens sur une étoffe noire et les
     regardant à la loupe. Mais Daubenton qui, comme on sait, s'est
     occupé d'une manière spéciale de l'éducation des bêtes à laine, a
     conseillé aux manufacturiers de soumettre ces filamens de laine à
     un micromètre placé dans un microscope. Ce micromètre, dit M.
     Tessier, représentait un petit réseau ou un composé de mailles. Il
     n'y avait qu'un 10e de ligne entre les deux côtés parallèles des
     carrés du micromètre dont se servait M. Daubenton, et sa lentille
     grossissait quatorze fois. Ayant reconnu, par des observations
     soigneusement faites, que les gros filamens[2] de vingt-neuf
     échantillons de laine superfine, apportés de diverses manufactures,
     occupaient rarement plus des deux carrés du micromètre, il a fixé
     le dernier terme des laines superfines à celles dont les plus gros
     filamens remplissent par leur largeur un carré du micromètre, et
     dont le diamètre est la 70e partie d'une ligne. La largeur des plus
     gros filamens de la laine la plus grossière occupait jusqu'à six
     carrés du micromètre, qui équivalent à la 23e partie d'une ligne.
5    Les plus gros filamens du jarre remplissaient jusqu'à onze carrés
     du micromètre, qui font 1712 de ligne. Un pareil examen est presque
     impraticable par les bergers, dont l'oeil et l'habitude suffisent
     pour cette opération. Nous ajouterons que sans recourir au
     micromètre de Daubenton, on peut fort aisément s'assurer du degré
     de finesse des laines au moyen du microscope d'Amici ou d'Euler,
     perfectionné par MM. Vincent Chevalier et fils.

     [Note 2: Toutes les laines sont composées de fils très fins, et de
     plus ou moins gros. Ces derniers, d'après l'observation de
     Daubenton, se trouvent au bout des mèches.]

     L'état de santé de l'animal et l'époque de la tonte influent
     singulièrement sur la bonté et la beauté des laines. Ainsi les
     animaux malades non seulement perdent une partie de leur laine,
     mais l'autre manquant de nourriture est sèche et se détache
     aisément de la peau. Il en est de même de celle qu'on extrait de
     ces animaux qui ont succombé. Quant à celle provenant des peaux des
     moutons tués pour la boucherie, ces laines s'éloignent d'autant
     plus de leur point de maturité que ces animaux ont été égorgés à
     une époque plus ou moins rapprochée de celle de leur tonte. Il
     manque à ces laines ce moelleux que leur communique le suint et qui
     les nourrit; si l'on ajoute à cela la chaux ou les cendres qu'on
     emploie pour les détacher de la peau, on se rendra compte de leur
     rudesse. Quant aux peaux à laine longue, les bouchers les font
     tondre en toison.

     Il est donc bien évident que l'époque la meilleure pour couper les
     laines est celle où elles sont en pleine maturité. On ne doit pas
     dépasser ce point parce qu'en France les animaux, surtout ceux qui
     sont faibles, en perdent une partie[3]. Si on les tond, au
6    contraire, avant cette maturité, les filamens semblent adhérer
     entre eux par leur base, et la laine est, comme on dit, _tendre_,
     c'est-à-dire qu'elle manque de _nerf_ ou de _force_.

     [Note 3: Il n'en est pas de même des mérinos; ceux-ci, hors les cas
     de maladie, peuvent conserver leur laine jusqu'à trois ans, presque
     sans en perdre. Tessier, _Nouveau Cours complet d'agriculture._]

     Dans le midi de la France on tond les laines de la mi-mai au 15
     juin; dans les autres départemens, dans tout ce dernier mois. Il
     est une raison qui doit engager les propriétaires à ne pas dépasser
     cette époque, c'est qu'alors les chaleurs survenant, les toisons,
     outre leur poids, interceptent la transpiration, échauffent
     l'animal et permettent à la vermine de s'y fixer, etc.

     Le volume et le poids des toisons est relatif à la taille de
     l'animal, à son espèce et au climat sous lequel il vit,
     indépendamment des soins et de la nourriture plus ou moins
     abondante qu'on lui donne. Nous allons faire connaître, par aperçu,
     le poids de la plupart des laines connues, tel que M. Tessier l'a
     donné.

     1º La toison des moutons alençons, ardennois et de la Sologne, pèse
     de deux à quatre livres. Cette dernière laine est entre-mêlée de
     poils roux et est impropre à la chapellerie. On en fait des
     couvertures.

     2º Celle des moutons briards, bourbonnais, champenois et de
     Langres, pèse également de deux à quatre livres; elle est employée
     pour la bonneterie, et très peu propre à la chapellerie.

     3º Celle des moutons du Bar pèse trois livres. La première qualité
     sert pour la bonneterie et à faire des ratines.

     4º Celle des moutons de Faux, Valières ou Bocagers, pèse de trois à
     quatre livres. La plus grande partie de ces laines est mêlée de
     blanc, de noir et de rouge, ce qu'en termes de bonneterie on nomme
     _beige_. On en fait de grosses étoffes sans avoir besoin de les
     teindre.

     5º Celle des moutons du Cotentin pèse trois livres.

     6º Celle des moutons de Cauchois, cinq livres. Elle est unie à
     quelques poils roux. On en fait des couvertures et des draps dits
     de Châteauroux.
7
     7° Celle des moutons cholets est de quatre livres. On en fait des
     couvertures.

     8° Celle des moutons du Vexin ou du Santerre pèse de six à huit
     livres. La laine en est belle et employée pour la chaîne des pièces
     de tricot.

     9° Celle des moutons d'Artois et de Gravelines est de neuf à dix
     livres. Elle sert pour des chaînes d'étoffes.

     10° Celle des moutons hollandais ou liégeois est de neuf à dix
     livres. Cette laine ne sert que pour l'habillement des troupes.

     11° Celle des moutons flamands pèse dix à douze livres. Elle est
     forte et sert pour des chaînes d'étoffes.

     12° Celle des moutons allemands est de six à sept livres. Elle est
     souvent _beige_.

     13° Celle des moutons alsaciens, lorrains et suisses est forte et
     propre à être peignée.

     14° Celle des mérinos varie suivant les localités, et que l'animal
     broute dans la plaine ou dans les montagnes. Dans le premier cas,
     elle est de huit à dix livres; dans l'autre, de sept à neuf.

     15° Les laines de l'arrondissement de Narbonne sont, après celles
     du Roussillon, les plus estimées du midi de la France, surtout
     celles des bêtes à laine qui broutent dans les montagnes des
     Corbières et de la Clape, dans les communes de Fitou, Lapalme,
     Sigean, Leucate, Portel, Armissan, Saint-Laurent, Thézan, Bize,
     Treilles, etc.

     D'après un relevé que j'ai fait du produit approximatif de la tonte
     des laines de l'arrondissement de Narbonne, il s'élevait en 1822:

     Laine mérinos à    3,000 kil.
     Laine métis à     40,000
     Laine indigène à 365,500
                      -------------
                      408,500 kil.

8    Les toisons de toutes les bêtes ayant été calculées, terme moyen,
     deux kilog. chacune. D'après une lettre adressée au ministre de
     l'intérieur, le 23 décembre 1813, il y aurait dans l'arrondissement
     de Narbonne, en bêtes à laine, mérinos, métis ou indigènes,
     2,042,500; outre les 65,187 qui périrent en 1813, par suite de la
     sècheresse et de la mauvaise qualité de l'herbe. Dans cet
     arrondissement de Narbonne, les toisons pèsent de quatre à dix
     livres, suivant que les bêtes à laine paissent dans les montagnes
     ou certaines plaines comme celles de Coursan. Il est certains
     troupeaux qui sont presque tous métis, et qui sont remarquables par
     leur beauté et la finesse de leur laine. Nous nous bornerons à
     citer celui de mon honorable ami M. le chevalier Angles, à Sigean;
     de MM. Caunes, à Ginestas; Tapie Mengaud, à Celeyran; Caumettes, à
     Vires; Fournier, à Moujean, etc.

     16° Les laines de l'arrondissement de Carcassonne se rapprochent de
     celles de celui de Narbonne; mais en général elles leur sont
     inférieures en qualité. Elles sont employées pour les casimirs,
     draps superfins, les draps communs, cordelats et molletons[4].

     17° Les laines de l'arrondissement de Castelnaudary sont bien moins
     fines que celles de Carcassonne; elles servent à la fabrication des
     draps communs, cordelats et couvertures[5].

     18° Les laines de l'arrondissement de Limoux se rapprochent
     beaucoup de celles de Carcassonne; on en fait des draps fins et
     communs ainsi que des couvertures[6].

     [Note 4: On compte vingt-trois fabriques dans cet arrondissement.]

     [Note 5: Cet arrondissement compte treize fabriques.]

     [Note 6: Cet arrondissement qui comprend Chalabre, Limoux et
     Quillan, a soixante-neuf fabriques.]

9    Nous ajouterons à cela que la plupart des qualités de laine de
     l'arrondissement de Narbonne sont très recherchées par toutes les
     fabriques des départemens de l'Aude et de l'Hérault, principalement
     par celles de Bédarieux, Saint-Chinian, Saint-Pons, etc., et même
     par un grand nombre d'autres localités.

     Dans ce département, comme dans ceux de l'Hérault, des
     Pyrénées-Orientales, etc., on n'est pas dans l'usage de laver les
     laines sur les bêtes; loin de là, les bergers ont la mauvaise
     habitude de les faire coucher constamment sur le fumier sans
     litière, de les entasser dans des bergeries presque pas aérées,
     afin que la laine, en s'imprégnant de la sueur de l'animal et de
     l'urine du fumier, augmente de poids. On sent tout ce qu'une
     semblable pratique a de vicieux. Aussi une partie de la laine des
     jambes et du dessous du ventre est le plus souvent presque brûlée
     par le fumier; de plus elle a une couleur jaunâtre qu'elle ne perd
     point par le lavage.

     18º Les laines de Roussillon sont supérieures même à celles de
     Narbonne. Il n'y a que celles de Fitou, Leucate, Lapalme et
     quelques unes de Sigean, qui en approchent. Les propriétaires
     roussillonnais ont également amélioré leurs races en les croisant
     avec les mérinos espagnols. Le poids de ces laines et leur qualité
     varient suivant que les troupeaux paissent dans les montagnes et
     les plaines, et suivant les localités. Ainsi du côté de Vingrau les
     toisons pèsent environ huit livres, tandis que dans la Sallanque
     leur poids est de dix à douze livres. Les laines du Roussillon sont
     très estimées et recherchées pour les fabriques des départemens de
     l'Aude, l'Hérault, etc.; on en fait des draps fins, des schalls,
     etc.


     _Laine des agneaux: dite_ agnelins, _et en patois méridional_,
     anissés.

10   La laine des agneaux est beaucoup plus estimée, pour la fabrication
     des chapeaux, que celle des adultes; elle est aussi d'autant plus
     recherchée qu'elle appartient à des troupeaux de race très fine.
     Dans tout le midi de la France, on tond les agneaux en même temps
     que les brebis et moutons, et les agnelins sont vendus le plus
     souvent séparément et toujours à un prix inférieur à celui de la
     laine. Dans d'autres localités on les tond plus tard, afin de
     donner à leur laine le temps de s'alonger. La première pratique
     nous parait préférable, parce que la nouvelle laine a plus le temps
     de croître, et qu'elle est alors plus longue en automne pour
     préserver les agneaux de l'intempérie de l'air pendant le parcage.
     Ce que nous avons dit de la laine provenant de la peau des animaux
     morts de maladie ou égorgés à la boucherie, s'applique aussi aux
     agnelins.

     Nous devons ajouter qu'on donne aussi le nom d'agnelins à une
     _laine de Hambourg_ provenant de la tonte des agneaux vivans ou
     mort-nés, qu'on ramasse dans les pays septentrionaux de l'Europe.


     _Laines des Antenois._

     Les antenois sont les agneaux de la seconde année; il est des
     propriétaires qui ne tondent les agneaux que la seconde année ou
     bien à l'état d'antenois. Cette pratique est vicieuse, parce que
     cette laine est alors moins fine. L'expérience a, en effet,
     démontré que la laine des antenois qui ont été tondus étant
     agneaux, est constamment plus fine que celle des agneaux mêmes.


     _Laine de Vigogne._

     Cette laine appartient à une race de moutons de ce nom qui
     paraissent indigènes du Pérou. C'est du moins de ces contrées
11   que ces belles laines nous étaient transmises par l'Espagne. Cette
     laine est d'un brun qui tire sur le roux, surtout le dos; elle
     prend une couleur blonde en avançant vers les flancs et le ventre.


     _Laine de mouton cachemire._

     Le mouton de Cachemire, comme la chèvre du Thibet, etc., a deux
     poils; l'un est long, gros et raide, et l'autre est une sorte de
     laine très fine, courte et crépue. Sa rareté et son prix élevé
     s'opposent à ce qu'on en fasse usage pour la chapellerie.



                               DES POILS.


     _Poil de lapin._

     Le poil de lapin est d'un emploi général dans la chapellerie; non
     seulement il contribue essentiellement à faire feutrer cette sorte
     d'étoffe, mais encore à lui donner de la fermeté. Il entre dans la
     confection des chapeaux, terme moyen, pour un quart de leur poids.
     Il est bien évident que ces proportions augmentent suivant la
     beauté ou la finesse des chapeaux qu'on se propose de fabriquer. On
     calcule que la chapellerie de France achète seule annuellement pour
     quinze millions de peaux de lapin. Depuis la perte du Canada, le
     prix du poil de castor a triplé de prix, ce qui fait qu'on en
     emploie beaucoup moins, et par suite beaucoup plus de celui de
     lapin; aussi nos manufacturiers sont-ils obligés d'en faire venir
     de l'étranger.

     Dans la vente et l'achat des peaux de lapin, il y a une remarque
     importante à faire, c'est que pendant l'hiver elles se vendent de
     50 à 60 francs le cent, tandis qu'en été elles ne valent que de 25
     à 30 fr. Cette différence est due à ce que l'animal mue à cette
     dernière époque, et que, par conséquent, la peau est bien moins
     riche en poil.
12
     Le poil de lapin varie en beauté suivant l'espèce à laquelle il
     appartient. Ainsi la variété dite _lapin riche_, _cuniculus
     argenteus_, de Linné, qui a son poil en partie couleur d'ardoise
     plus ou moins foncée, et partie argentée, l'emporte de beaucoup sur
     celui du lapin gris ordinaire; il est en effet plus doux, plus long
     et plus soyeux, aussi est-il employé en fourrure. En Suède et dans
     diverses parties de l'Allemagne, ces peaux valent le double du prix
     ordinaire; en Angleterre, elles valent jusqu'à 25 francs la
     douzaine. Cette espèce s'acclimate très bien en France; on pourrait
     la multiplier aisément.


     _Poil de lapin angora._

     Le lapin angora, _cuniculus angorensis_, Lin., est déjà assez
     commun en France où il réussit très bien. Son poil est long, touffu
     et soyeux. Lors de sa mue il en donne beaucoup, et on peut lui en
     arracher deux ou trois fois pendant l'été, surtout le long du dos,
     du cou, des côtes et des cuisses, en laissant aux mères celui du
     ventre, qui est de qualité inférieure, et qui sert pour faire leur
     nid. Ce poil est excellent pour la chapellerie; on en fait aussi
     des gants, des bonnets, etc., dits d'angora.


     _Poil de lapin sauvage ou de garenne._

     Le poil de ceux-ci est plus court que celui de ceux de clapier;
     mais en revanche il est plus fin et donne un plus beau feutre.

     Les parties de la France qui produisent les meilleures peaux ou
     poils de lapin sont: Narbonne et ses environs, le Boulonnais,
     Meaux, Compiègne, Chantilly, Dammartin, Pontoise, Rambouillet,
     Saint-Germain, Senlis, etc.
13

     _Observations sur le poil des peaux de lapin._

     Le poil du lapin diffère suivant la saison où l'on se trouve; nous
     allons l'examiner dans les quatre époques de l'année.

     1º _En hiver._ C'est la saison la plus favorable pour la beauté du
     poil de lapin. C'est alors que le grain de la peau, ou, si l'on
     veut, le côté superposé sur le corps, est d'une couleur uniforme,
     sans tache ni rayure[7]; ajoutez à cela, 1º que le cuir est plus
     épais, que le poil est long, fin, touffu, et qu'en soufflant
     fortement dessus, la partie qui adhère à la peau est d'un gris bleu
     velouté plus intense dans le lapin de garenne que dans celui de
     clapier, tandis que l'extrémité supérieure ou bien sa pointe, qui
     est d'un gris foncé, est surmontée d'un autre poil gris, à pointe
     noirâtre et brillante, qui est très gros, et qu'on nomme _jarre_ du
     lapin.

     [Note 7: Dans les lapins de clapier, ce côté est plus blanc que
     dans ceux de garenne.]

     2º _Au printemps._ Cette partie de l'année est la saison des amours
     du lapin; son poil est alors plus terne et sa peau moins fourrée;
     chez les mâles, à cause des combats qu'ils se livrent; chez les
     femelles, par cause de la gestation. Ces peaux se vendent de 20 à
     30 pour cent au-dessous du prix de celles d'hiver.

     3º _En été._ Nous avons déjà dit que c'était l'époque de la mue du
     lapin. Les peaux sont alors dépouillées d'une grande partie du
     poil, ainsi que du jarre à pointe noire qui dépasse le poil fin;
     celui-ci est terne, et la peau est plus épaisse et parsemée, du
     côté de la chair, de taches et de raies noires; ces peaux sont
14   connues dans le commerce sous le nom de _peaux barrées_. Enfin les
     peau d'été valent de 50 à 75 pour cent de moins que celles d'hiver.

     4º _En automne._ Les peaux d'automne sont préférables à ces
     dernières; le poil est renouvelé, mais il n'a encore acquis ni le
     nerf, ni la longueur convenables, et le jarre ne le dépasse point;
     ce qui en rend la séparation non seulement très difficile, mais
     encore incomplète. On les nomme _peaux foineuses_. Le jarre qui y
     reste uni rend ce poil très commun; aussi ces peaux s'achètent de
     20 à 25 pour cent au-dessous du prix de celles d'hiver.


     _Poil de lièvre._

     Malgré tous les rapports de conformation qui existent entre le
     lapin et le lièvre, malgré que celui-ci ait le poil très fin et
     d'une légèreté extrême, il est cependant bien moins susceptible de
     se feutrer que celui du lapin. Ce n'est qu'à l'aide de quelques
     préparations qu'on lui fait subir qu'il devient propre au feutrage;
     mais grâce à ces préparations il devient la matière feutrante la
     plus belle et la plus estimée de notre sol.

     Quoique les lièvres soient multipliés sur tous les points de la
     France, cependant leurs peaux diffèrent en qualité suivant les
     localités. Celles du Roussillon, de Saint-Chinian, Saint-Pons, de
     l'Anjou, de la Bretagne, du Poitou, etc., sont préférées pour la
     beauté et la qualité du poil, et celles qui proviennent de l'Alsace
     sont recherchées pour la grandeur de l'espèce.


     _Observations._

     Ce que nous avons dit de l'influence des quatre saisons de l'année
     sur les peaux de lapin, s'applique également à celles du lièvre.
     Voici les moyens de les reconnaître.

     1º Les peaux d'hiver ont le cuir mince, et le côté qui s'applique
15   sur la chair a une couleur claire et unie, parsemée de petits
     vaisseaux sanguins qui vont se réunir à d'autres plus gros. Le poil
     en est fin, blanc, ayant la couleur et l'éclat de la soie; sa
     pointe est d'une couleur noire veloutée; le jarre la dépasse; il
     est jaune-roussâtre dans toute sa longueur, à l'exception de son
     extrémité supérieure qui est noire et brillante.

     2º Les _peaux du printemps_ ont le cuir un peu plus épais et
     rougeâtre du côté de la chair; le poil est terne et moins touffu.

     3º Les _peaux d'été_. Cuir épais et fort; couleur, du côté de la
     chair, rouge mais inégale; les gros vaisseaux sanguins sont seuls
     visibles. Comme à la peau de lapin, le poil de celui-ci est court,
     rare, d'un blanc sale et uni à du jarre long et court.

     4º Les _peaux d'automne_. Cuir un peu épais et taché. Poil
     renouvelé, mais court et uni au jarre, qui est de la même longueur
     et d'une séparation toujours incomplète.

     Il est bon de faire observer qu'il est une différence importante à
     faire sur le jarre du lapin et du lièvre; le jarre du premier tient
     moins au cuir que le poil, tandis que chez le second c'est tout le
     contraire. Aussi pendant la mue le lièvre perd-il la plus grande
     partie de son poil, et conserve-t-il presque tout son jarre, tandis
     que le lapin conserve beaucoup plus de poil fin que de jarre. Cette
     remarque est importante, tant pour la valeur respective de ces
     peaux que pour leur préparation, relativement aux saisons de
     l'année auxquelles on en a dépouillé l'animal.


     _Poil des castors._

     Le castor, _castor fiber_ de Linné, ordre des loirs, se distingue
     de tous les animaux rongeurs par une queue aplatie horizontalement,
16   de forme ovale, et couverte d'écailles. C'est ce caractère qui le
     classe parmi les amphibies. Il est assez commun dans le Canada, la
     Nouvelle-Angleterre, la Russie, la Sibérie, la Pologne,
     l'Allemagne, etc.; on en a même trouvé en France dans le Rhône. Le
     castor a quatre pieds; les deux de derrière sont plus
     particulièrement destinés à la natation; ils offrent cinq doigts
     liés par une membrane; il a dans les aines quatre poches
     membraneuses qui contiennent une liqueur d'une odeur très forte qui
     s'épaissit facilement à l'aide du calorique, et constitue une
     substance concrète, brune, onctueuse, d'une odeur très forte, qu'on
     nomme _castoreum_. Nous ne décrirons point ici les moeurs ni
     l'industrie des castors, nous renvoyons sur ce point à Buffon. Nous
     allons nous borner à parler de ce qui se rattache à la chapellerie.

     Le poil de castor est la matière la plus précieuse pour la
     fabrication de chapeaux; il réunit la finesse à la légèreté et à la
     solidité, et c'est en même temps le _feutrier par excellence_.
     Malheureusement le prix élevé auquel il se trouve, en raison de sa
     rareté, en rend l'emploi très restreint. Du temps de
     l'établissement de la compagnie des Indes françaises, les peaux de
     castor étaient moins rares en France; maintenant nous n'en recevons
     que très peu, encore même du commerce anglais ou des États-Unis.
     Dans le commerce on divisait les peaux de castor en _castor gras_
     et en _castor sec_.

     1º Les peaux dites de _castor sec_ étaient séchées au soleil sans
     aucune autre préparation.

     2º Les peaux dites de _castor gras_ étaient celles qui avaient déjà
     servi aux indigènes, soit de vêtement, soit de couche. Il est
     évident qu'ils faisaient choix pour cela des plus belles, ou, si
     l'on veut, des plus grandes et des plus fourrées, qu'ils en
     enlevaient soigneusement les parties musculaires et membreuses, et
     qu'ils les faisaient sécher à l'air et non au soleil, en ayant soin
17   de les frotter souvent entre les mains et de les enduire de la
     graisse de ces animaux afin de leur donner une souplesse
     convenable. Outre que ces peaux étaient donc plus belles, par leur
     usage, elles étaient empreintes du liquide sécrété par la
     transpiration, de telle manière que leur poil était d'un bien
     meilleur feutrage; aussi leur prix était-il plus élevé que celui du
     castor sec.


     _Observations._

     Les peaux de castor, à cause de leur cherté et de leur rareté, sont
     maintenant très peu employées en France pour la confection des
     chapeaux. Leur fourrure, comme celle du lièvre et du lapin, est
     formée de deux sortes de poils: le poil fin et le jarre; comme chez
     ce dernier, le jarre du castor tient moins à la peau que le poil
     fin; aussi dans la mue ce dernier s'en détache plus vite. Les
     contrées d'où elles proviennent en plus grande quantité sont la
     baie d'Hudson, le Canada et la Louisiane.

     A. La peau du castor de la baie d'Hudson offre une fourrure qui a
     la même beauté pendant tout le cours de l'année; elle doit cet
     avantage aux froids qu'on y éprouve presque en toutes les saisons.

     B. _Le Canada_ en fournit de grandes quantités; mais elles se
     ressentent, comme celles du lapin et du lièvre, de l'influence des
     saisons.

     C. _La Louisiane_ en produit assez, mais moins estimées que celles
     de la baie d'Hudson et du Canada. Comme cette contrée a ses quatre
     saisons également bien marquées, les peaux de castor diffèrent
     aussi en qualité suivant l'époque à laquelle l'animal a été
     dépouillé.


     _Poil de loutre._

     Buffon décrit la loutre, _mustela lutra_ de Linné, un animal
18   vorace, plus avide de poisson que de chair, qui ne quitte guère le
     bord des rivières ou des lacs, et qui dépeuple quelquefois les
     étangs; elle a plus de facilité pour nager même que le castor.
     Celui-ci n'a des membranes qu'aux pieds de derrière, et il a les
     doigts séparés dans les pieds de devant, tandis que la loutre a des
     membranes à tous les pieds; elle nage aussi vite qu'elle marche.
     Elle ne va point à la mer, comme le castor; mais elle parcourt les
     eaux douces, et remonte ou descend des rivières à des distances
     considérables. Souvent elle nage entre deux eaux et y demeure assez
     long-temps, et vient ensuite respirer à la surface de l'eau. Elle
     n'est point amphibie. Elle a les dents comme la fouine, mais plus
     grosses et plus fortes relativement au volume de son corps; elle ne
     craint pas plus le froid que l'humidité; sa tête est mal faite: les
     oreilles placées bas, des yeux trop petits et couverts, l'air
     obscur, les mouvemens gauches, toute la figure ignoble, informe; un
     cri qui paraît machinal: tel est le portrait qu'en trace le Pline
     français. Nous ajoutons que le castor chasse la loutre et ne lui
     permet pas d'habiter sur les bords qu'il fréquente.

     Le poil de la loutre ne mue guère; sa peau d'hiver est cependant
     plus brune et se vend plus cher que celle d'été; son poil est doux
     et soyeux, d'un gris blanchâtre, et le jarre brun et luisant. Cette
     espèce est généralement répandue en Europe, depuis la Suède jusqu'à
     Naples, et se retrouve dans l'Amérique septentrionale. On connaît
     encore la _loutre du Canada_, _lutra Canadensis_ de Geoffroy.
     Celle-ci est plus grande que notre espèce et plus noire; la _petite
     loutre de la Guiane_, _didelphis palmata_ de Geoffroy. D'après M.
     de Laborde, il y a à Cayenne trois espèces de loutres: 1º, la
     _noire_, qui peut peser de quarante à cinquante livres; 2º la
     _jaunâtre_, qui pèse de vingt à vingt-cinq livres; 3º la
     _grisâtre_, qui ne pèse que trois à quatre livres. Ces animaux sont
     très communs à la Guiane, le long de toutes les rivières et des
19   marécages. D'après MM. Aublet et Olivier, on trouve à Cayenne et
     dans le pays d'Oyapok des loutres si grosses qu'elles pèsent
     jusqu'à cent livres. Leur poil est très doux, mais plus court que
     celui du castor, et leur couleur ordinaire est d'un brun minime.

     Il est encore plusieurs autres animaux d'espèces voisines dont le
     poil pourrait être appliqué à la chapellerie; nous nous bornerons à
     citer la Saricovienne, _lutra Brasiliensis_, la petite fouine de la
     Guiane, mustela Guianensis de Lacépède, etc.


     _Poil de chameau._

     Le poil du chameau nous arrive de l'Orient par Marseille; il varie
     par sa couleur, par sa finesse et par sa qualité, suivant le
     climat, l'âge, la nourriture et l'éducation de l'animal. Celui qui
     est blanchâtre a sa consommation locale; on n'emploie guère dans
     nos fabriques que celui qui est d'un gris noirâtre vers les
     extrémités inférieures du chameau. Nous ajouterons même qu'il est
     maintenant peu employé dans la chapellerie.


     _Pelotes rouges et noires._

     Ce poil laineux vient de l'Orient, et prend son nom de la forme en
     boule qu'on lui donne dans les balles qui servent à ce transport;
     il est dû à des chèvres d'une espèce particulière de la Turquie
     asiatique. Il existe une différence notable entre les pelotes
     rouges et noires. Ces dernières se feutrent plus aisément, mais en
     revanche le poil des rouges est beaucoup plus fin. Les chèvres du
     Thibet ont aussi un duvet très fin, outre le jarre. On a constaté
     que nos chèvres ont aussi, au-dessous de leur long poil, une sorte
     de laine excellente pour la chapellerie.
20



          REMARQUES SUR L'EMPLOI DES FOURRURES POUR LA CHAPELLERIE.

     Nous avons passé sous silence une foule de fourrures, comme celles
     du chat, etc., qui sont douées d'une plus ou moins grande beauté,
     et qui sont très propres à la confection des chapeaux; leur rareté,
     leur application spéciale à d'autres genres de fabrication ou à
     divers emplois, nous dispensent d'en faire l'énumération, encore
     plus de les décrire. Nous allons donc nous borner à présenter ici
     quelques remarques générales qui se rattachent au mérite respectif
     des fourrures.

     Nous dirons d'abord que lorsque l'animal n'a pas atteint son
     entière croissance, ou mieux son développement complet, le poil de
     sa fourrure est difficile à préparer et à mettre en oeuvre; ces
     peaux-là sont défectueuses. Par une raison contraire, les peaux des
     vieux animaux donnent un poil plus rude et d'un emploi moins facile
     que celles des animaux d'un âge moyen.

     On donne le nom de _peaux battues_ à celles des animaux qui ont été
     tués par une arme à feu qui avarie presque toujours la partie sur
     laquelle le coup a porté. Ainsi celles des animaux pris dans des
     pièges sont préférables en ce qu'elles sont bien plus entières, et
     non avariées par le sang.

     La dénomination de _peaux vertes_ s'applique aux peaux dont on
     vient de dépouiller l'animal. En cet état leur préparation est non
     seulement fort difficile, mais toujours incomplète; on y remédie
     aisément en laissant bien sécher les peaux à l'air libre et sec, en
     les étendant sur des cordes.

     Les _peaux de recette_ ou de première qualité sont celles qui
     n'offrent point d'imperfections, et qu'on a extraites de l'animal
     dans la saison la plus opportune.

21   Dans toute la France, on achète les peaux de lièvre et de lapin
     fraîches ou sèches à tant la pièce. Quand leur dessiccation est
     complète, on les empaquette par cinquante-deux, ou par cent quatre,
     qu'on vend ensuite par centaines en en donnant quatre de plus pour
     cent. Dans certains départemens de l'Ouest, on vend les peaux qui
     sont très petites au poids.

     Quant aux agnelins, on doit choisir de préférence non ceux des
     agneaux mérinos, qui ne se feutrent pas bien, ni ceux des métis,
     mais bien parmi les indigènes ceux des troupeaux qui fournissant la
     plus belle laine, la plus soyeuse et la plus fine.



                      DE LA CHAPELLERIE EN FRANCE.

     M. le comte Chaptal, dans son bel ouvrage sur l'industrie
     française, a présenté quelques aperçus sur la chapellerie qui vont
     nous servir de guide.

     Avant la révolution, la chapellerie était pour la France l'objet
     d'un commerce très considérable avec l'étranger. Les fabriques du
     Midi, celles de Lyon et de Marseille surtout, travaillaient
     beaucoup pour l'Espagne, l'Italie et nos colonies. Cette
     exportation est maintenant presque nulle. Mais en revanche il s'est
     établi des fabriques de chapeaux sur presque tous les points de la
     France. L'aisance des habitans des campagnes, les progrès du luxe,
     en ont considérablement augmenté la consommation quoique les prix
     des chapeaux aient presque doublé. Il est bon de faire observer
     qu'on fabrique beaucoup plus de chapeaux fins qu'on ne le faisait
     autrefois.

     _La chapellerie fine_ emploie les poils de lièvre, de lapin, de
     castor, d'ours marin et de raton d'Égypte, qu'elle mélange avec
     art; _la chapellerie commune_ fait usage des _agnelins_ ou laine
     d'agneau, des poils de veau, de chameau, de chevreau, des tontures
     du drap, etc.
22
     On a reconnu, par les calculs les plus exacts, qu'un chapeau fin
     qui sort de chez le fabricant au prix de.. 15 fr.

     Coûte en matières premières. . . 8 {
                 de main-d'oeuvre.....5 { ci.....15
     Bénéfice.........................2 {
     Bénéfice du marchand chapelier pour
     la coiffe, l'apprêtage, etc..............    5 fr.

                  Coût du chapeau à la vente.    20 fr.

     Dans la chapellerie grossière, le bénéfice du fabricant s'élève de
     5 à 12 sous par chapeau. Jadis on fabriquait des chapeaux au bas
     prix de 12 fr. la douzaine dans plusieurs localités,
     particulièrement à Saint-Pierre-le-Moûtier.

     On compte en France environ mille cent quatre-vingts fabriques de
     chapeaux de feutre qui occupent près de dix-huit mille ouvriers, et
     dont le produit s'élève à environ 20 millions; en ajoutant le quart
     en sus pour les marchands de chapeaux en détail, ce commerce
     s'élève annuellement à 25 millions.


     Règlemens concernant la fabrication des chapeaux en France.

     La chapellerie, dit M. le comte Chaptal, avait échappé au système
     réglementaire, mais un arrêt du 23 octobre 1699 vint l'atteindre à
     son tour, et n'autorisa que la fabrication de deux sortes de
     chapeaux: _castor_ et _laine_.

     Des réclamations s'élevèrent de toutes parts contre cet arrêt;
     elles eussent été probablement infructueuses si elles n'avaient été
     appuyées par l'adjudication du domaine d'Occident et par les
     députés du Canada: alors intervint un arrêt du 10 août 1700, qui
     autorisa la fabrication des quatre sortes de chapeaux suivans:
23
     A C. _Castor fin_, marqué de la lettre C.

     B C. _Demi-castor_, avec la laine de vigogne et le castor, marqué
     de la lettre D.

     C C. _Poil de lapin_, chameau, avec vigogne et castor, marqué de la
     lettre M. (Le poil de lièvre étant sévèrement prohibé.)

     D C. De _laine fine_, marqué L.

     Ce même arrêt porte confiscation de toute autre espèce de chapeaux,
     prescrit des visites et prononce 1,000 fr. d'amende.

     La liberté entière des fabrications a été rendue à la chapellerie;
     depuis, non seulement on a fait entrer dans la composition des
     chapeaux, plusieurs produits non mentionnés dans la liste de
     matières dont l'emploi était autorisé, mais encore on varie à
     l'infini ces mélanges. La fabrication des chapeaux de soie a ouvert
     la porte à une nouvelle branche d'industrie et diminué la
     consommation de ceux en feutre. Ces chapeaux de soie sont
     remarquables par leur légèreté, la richesse de leur couleur, leur
     brillant, l'élégance de leur forme, et surtout par leur bas prix.
     M. Fontés, chapelier de Paris, non seulement est un de ceux qui ont
     le plus contribué à leur perfectionnement, mais encore il est un
     des premiers qui s'est livré en France à leur confection.



     SUBSTANCES EMPLOYÉES OU SUSCEPTIBLES DE L'ÊTRE DANS LES APPRÊTS,
                  TEINTURES, ETC., DES CHAPEAUX, ETC.



     _Acides._


     _Acide acétique (vinaigre)._

     Tel est le nom sous lequel les chimistes modernes désignent le
24   vinaigre pur et concentré. Les auteurs de la nouvelle
     nomenclature chimique avaient donné le nom d'acide acéteux au
     vinaigre, et celui d'acide acétique à celui qui était plus
     concentré, et que M. Berthollet croyait plus oxigéné que le
     premier. M. Pérès fut le premier à attaquer cette théorie; il
     annonça que l'acide acéteux contenait plus de carbone que l'acide
     acétique, ou, si l'on veut, que l'acide acétique concentré n'était
     que de l'acide acéteux dépouillé de la plus grande partie de son
     carbone. Depuis, les travaux de M. Adet, confirmés par ceux de M.
     Darracq et d'une infinité de chimistes, ont démontré que les acides
     _acéteux_ et _acétique_ sont identiques et qu'ils ne diffèrent
     entre eux que par leur degré de concentration, ou, si l'on veut,
     par la quantité d'eau qu'ils contiennent. Nous allons maintenant
     examiner cet acide sous ces deux états.

     _Vinaigre._ Il paraît que la nature fit les premiers frais de la
     fabrication du vinaigre, et que sa découverte dut accompagner celle
     du vin. Les chimistes modernes ont démontré que le vinaigre ou
     l'acide acétique était dû à la transformation de l'alcool des
     liqueurs vineuses en un acide, par la perte d'une partie de son
     carbone. Cette transformation est le produit d'une fermentation
     nouvelle qu'éprouvent les liqueurs alcooliques unies à un ferment,
     et qu'on nomme fermentation acide. Le vinaigre, que l'on obtient
     par la fermentation du vin, contient: 1º de l'acide acétique
     d'autant plus fort ou plus concentré que le vin était plus généreux
     ou plus riche en esprit ou alcool; 2º une matière colorante; 3º un
     mucilage; 4º du sur-tartrate et du sulfate de potasse; 5º plus ou
     moins d'éther acétique; 6º plus ou moins d'eau.

     En dépouillant le vinaigre de ces corps étrangers, on le convertit
     en acide acétique très fort. La bonne fabrication du vinaigre
     repose donc sur quatre faits principaux:

     1º Une liqueur très alcoolique;

     2º Suffisante quantité de ferment;

     3º Une température de 20 à 30°;
25
     4º La liqueur présentant une grande surface à l'air.

     On peut voir, dans mon _Manuel du Vinaigrier_, les divers procédés
     qui ont été suivis pour la fabrication du vinaigre; on peut
     fabriquer cet acide par la fermentation de tous les corps sucrés ou
     alcooliques. Ainsi, dans mon ouvrage précité, j'ai fait connaître
     ceux qu'on obtient avec l'eau-de-vie, le sucre, le miel, la bière,
     le cidre, l'amidon et le chiffon convertis en matière sucrée, etc.
     J'y renvoie mes lecteurs. Mais il est encore une autre manière de
     fabriquer les vinaigres sans recourir à la fermentation; je vais
     l'indiquer.

     _Vinaigre de bois._ Les anciens chimistes avaient publié qu'en
     distillant du bois dans des vaisseaux fermés, on obtenait un acide
     semblable au vinaigre. Guidé par ces données, J.-B. Mollerat
     présenta, le 11 janvier 1808, à l'Institut, un Mémoire dans lequel
     il annonça que dans un établissement qu'il avait formé avec ses
     frères à Pellerey, pour la carbonisation du bois dans des vaisseaux
     fermés, ils obtenaient pour produits:

     Du goudron;
     Du vinaigre;
     Du carbonate de soude cristallisé;
     Des acétates d'alumine;
     Des acétates de cuivre;
     Des acétates de soude; etc.

     Depuis, cette nouvelle branche d'industrie a pris beaucoup
     d'accroissement. On distille le bois dans des chaudières
     cylindriques en tôle très épaisse et pouvant contenir une corde de
     bois; les vapeurs sont conduites par un tuyau en cuivre qui
     s'adapte à une sphère de cuivre placée dans un tonneau rempli d'eau
     froide; de cette sphère part un tuyau semblable qui se joint à une
     autre sphère en cuivre également disposée; enfin de cette dernière
     sphère part un dernier tuyau qui va plonger dans le foyer du
26   fourneau. Lorsque le feu est allumé, en même temps que la
     carbonisation du bois a lieu, les vapeurs se rendent dans la sphère
     du premier tonneau pour y être condensées; celles qui ne le sont
     point sont liquéfiées dans la seconde, tandis que le gaz
     inflammable étant porté dans le fourneau par le dernier tube, brûle
     et sert à entretenir cette distillation. Les produits de cette
     opération sont:

     1º Dans la chaudière ou cornue, un très beau charbon qui fait de 28
     à 30 centièmes du bois employé, tandis que par la carbonisation à
     l'air libre on n'en obtient que 17 à 18;

     2º Du goudron dans les deux sphères;

     3º Dans la même sphère, de l'acide pyroligneux, qui n'est autre
     chose que de l'acide acétique ou vinaigre uni à du goudron.

     On l'en débarrasse ou on le purifie en le distillant; on sature le
     produit de cette distillation par le carbonate calcaire en poudre
     (marbre); on fait bouillir; on décompose ensuite par le sulfate de
     soude; il se précipite un sulfate de chaux, et l'on évapore la
     liqueur; par la cristallisation, on a un acétate de soude sali par
     le goudron; on fait éprouver à ce sel la fusion ignée, pour brûler
     le goudron. On le dissout dans l'eau, on filtre et on fait évaporer
     pour obtenir un acétate de soude presque pur qu'on dissout dans un
     peu d'eau, et on le décompose par l'acide sulfurique qui,
     s'unissant à la soude, forme un sulfate de cet alcali, tandis que
     l'acide acétique est mis à nu et dans un état de concentration
     d'autant plus fort, qu'on a dissout l'acétate de soude dans une
     moindre quantité d'eau. Le poids spécifique de celui des fabriques
     de Choisy est de 1,057; il sature environ 0,3 de sous-carbonate de
     soude; on le reçoit dans des vases en argent.

     Les vinaigres de M. Mollerat présentés à l'Institut étaient au
     degré suivant.

     _Vinaigre simple ou ordinaire_, 2 degrés à l'aréomètre pour les
     sels à 12° C.
27
     _Vinaigre fort_, 10 degrés 1/2.

     Les vinaigres de vin qu'on trouve dans le commerce marquent de 2 à
     4°. Il est bon de faire remarquer que ceux qu'on obtient par la
     carbonisation du bois sont très purs et qu'ils sont de l'acide
     acétique. Voyez dans mon _Manuel du Vinaigrier_ la description de
     ces diverses opérations, la quantité des produits obtenus, les
     frais d'exploitation et les bénéfices qu'on en retire. Nous allons
     maintenant parler de l'acide acétique ou vinaigre pur.

     _Acide acétique._ Cet acide était connu avant la nouvelle
     nomenclature chimique, sous le nom de _vinaigre radical_; il est
     liquide, incolore, très clair, d'une odeur particulière qui est
     très forte, d'une saveur très acide et caustique; il rougit les
     couleurs bleues végétales; il est inflammable, entre en ébullition
     au-dessus de 100°, attire l'humidité de l'air, se dissout dans
     l'eau et l'alcool, exerce une grande action désorganisatrice sur
     les substances animales, dissout le camphre, les résines, les
     gommes résines et les huiles volatiles. L'acide acétique le plus
     pur qu'on ait pu obtenir se prend en une masse cristalline
     représentant des tables rhomboïdales alongées, à la température de
     13° C. Une forte pression peut opérer le même effet. Le poids
     spécifique de cet acide le plus concentré est de 1,063; dans cet
     état, il contient 14,78 centièmes d'eau qui sont nécessaires à son
     existence. L'acide acétique que l'on obtient par la distillation du
     vinaigre ne contient que 0,15 d'acide. L'acide acétique, étendu
     plus ou moins d'eau, donne un vinaigre plus ou moins fort.

     On peut concentrer les vinaigres en leur enlevant une partie de
     l'eau qu'ils contiennent; on y parvient donc en les exposant à
     l'action du froid, et enlevant la glace qui se forme
     successivement; cette glace n'est presque que de l'eau pure. On y
     parvient aussi en les faisant bouillir, l'eau étant plus volatile
     se vaporise la première; il en est de même pour la distillation.
28

     _Analyse de l'acide acétique_; il est composé tel qu'il existe dans
     les acétates desséchés, d'après:

     MM. Gay-Lussac et Thénard      D'après Berzelius
               Oxigène, 44,147        Oxigène, 46,82
               Carbone, 50,224        Carbone, 46,83
              Hydrogène, 5,629       Hydrogène, 6,35
                        ______                ______
                          100                   100


     _Pureté et falsification des vinaigres._

     Il est des marchands qui pour donner plus de force ou d'activité au
     vinaigre faible y ajoutent des acides minéraux. Voici la manière de
     reconnaître la nature de l'acide ajouté. On verse dans de l'eau
     distillée à laquelle on a ajouté quelques gouttes de nitrate ou
     d'hydrochlorate de barite un peu de vinaigre; s'il se forme
     aussitôt un précipité blanc abondant, c'est une preuve qu'il
     contient de l'acide sulfurique; ce précipité, qui est un sulfate de
     barite, l'indique. Il est rare qu'on y ajoute les acides nitrique
     ou hydrochlorique, parce qu'ils sont beaucoup plus chers; mais
     comme cela pourrait arriver, je vais donner les moyens propres à
     reconnaître cette fraude. On sature le vinaigre par le
     sous-carbonate de soude; on filtre, on fait évaporer et
     cristaliser. S'il y a addition d'acide hydrochlorique, on trouve,
     avec l'acétate de soude, un sel d'une saveur très salée et en
     cristaux cubique qui est un hydrochlorate de soude, également nommé
     sel marin, sel de cuisine ou chlorure de sodium. Si cette
     sophistication est faite par l'acide nitrique, on obtient un
     nitrate de soude en prismes rhomboïdaux qui a une saveur fraîche,
     piquante et amère, et fuse sur le charbon comme le salpêtre. Au
     reste, on trouvera dans mon ouvrage précité les divers moyens
     employés pour constater les falsifications du vinaigre, et
     reconnaître les quantités d'acides ajoutés.
29

     _Acide citrique._

     Découvert par Schéèle dans le suc de citron. On l'obtient en
     saturant ce suc par le carbonate de chaux, on lave le précipité, et
     on le décompose par l'acide sulfurique en excès, qui s'empare de la
     chaux pour former un sulfate calcaire qui se précipite; on filtre
     et on fait évaporer dans une bassine d'argent l'acide citrique, qui
     est en prismes rhomboïdaux; il est transparent, d'une saveur acide,
     presque caustique; il rougit l'infusion de tournesol, est
     inaltérable à l'air, soluble dans demi-partie de son poids d'eau
     bouillante; l'eau froide en prend les deux tiers. D'après
     Gay-Lussac et Thénard, il est composé de:

     Oxigène ..........59,8559
     Carbone ..........33,81
     Hydrogène .........6,330


     _Acide hydrochlorique._

     Cet acide est connu aussi sous le nom _d'esprit de sel_, _d'acide
     marin_ et _d'acide muriatique_. Il est de sa nature gazeux,
     incolore, d'une odeur vive et piquante, d'une saveur très acide,
     répandant des vapeurs blanches à l'air, rougissant le tournesol,
     éteignant les corps en combustion d'un poids spécifique égal à
     1,247. Par une forte pression et une basse température il se
     liquéfie; à celle de 50" M. Davy a liquéfié le gaz acide
     hydrochlorique anhydre (dépouillé d'eau). Ce gaz acide est
     tellement soluble dans l'eau, que ce liquide, à une température de
     20° C. et sous une pression de 76, en dissout plus de 469 fois son
     volume; dans ce cas celui de l'eau augmente d'un tiers. L'acide
     hydrochlorique liquide est incolore et répand des vapeurs blanches:
     si celui du commerce a une couleur ambrée, c'est qu'il n'est pas
30   bien pur. On le distingue de l'acide sulfurique en ce qu'il ne
     précipite ni l'eau ni les sels de barite, et de l'acide nitrique,
     en ce qu'il précipite le nitrate d'argent.

     On prépare cet acide en introduisant du sel marin bien sec dans une
     cornue, et y versant de l'acide sulfurique. Ce dernier s'unit à la
     soude du sel marin, tandis que l'esprit de sel ou acide
     hydrochlorique se dégage à l'état de gaz et est condensé dans des
     flacons pleins aux deux tiers d'eau et entourés d'eau froide, cet
     acide est composé en poids, de:

     Chlore..........     36
     Hydrogène........     1


     _Acide nitrique (eau-forte, esprit de nitre, oxide de nitre, acide
     azotique, etc.)_

     L'azote, en se combinant avec l'oxigène donne lieu à deux acides
     qui sont: _l'acide nitreux_ et _l'acide nitrique_. Nous ne nous
     occuperons que de ce dernier.

     L'acide nitrique pur est incolore, liquide, transparent, très
     acide, répandant des vapeurs blanches, d'une odeur très forte, qui
     a de l'analogie avec celle de la rouille; il brûle et désorganise
     les substances animales en leur imprimant une couleur jaune qui,
     faite sur la peau, ne passe qu'avec le renouvellement de
     l'épiderme; il rougit fortement la teinture de tournesol; son poids
     spécifique, suivant M. Thénard, est 1,513. On n'a pu encore
     l'obtenir privé d'eau: à 1,620, il retient celle qui est nécessaire
     à son état. L'acide nitrique se congèle à-50°; il entre en
     ébullition depuis le 35e jusqu'au 86e C°, suivant son degré de
     concentration. Le gaz qui passe par la distillation de cet acide
     est soluble dans l'eau en toutes proportions, il est seulement un
     peu sali par un peu de gaz nitreux qui se forme. Cet acide versé
31   tout-à-coup sur les huiles de térébenthine et de girofle, les
     enflamme subitement; il faut faire cette expérience avec beaucoup
     de précaution, afin de ne pas se brûler.

     On prépare l'eau-forte en distillant dans de grandes cornues le
     nitrate de potasse (sel de nitre), avec l'acide sulfurique. Dans
     cette opération cet acide s'unit à la potasse du nitrate, et forme
     un sulfate, tandis que l'acide nitrique devenu libre se dégage à
     l'état de gaz, et est condensé dans des récipiens. On le redistille
     pour le purifier.

     Pour que cet acide soit pur, il faut qu'il soit incolore et qu'il
     ne précipite ni les sels de barite ni ceux d'argent. On le
     reconnaît à son odeur de rouille et à la propriété qu'il a,
     lorsqu'on en verse une goutte sur un morceau de cuivre, de
     bouillonner, et d'y former aussitôt une écume verte qui est due à
     l'oxidation du cuivre. Composition:

     Oxigène...    100             En volume....    2,5
     Azote....   35,40                                1

     Cet acide est très employé dans les arts, tels que la teinture, la
     chapellerie, pour dissoudre les métaux, etc.; en médecine, à l'état
     de concentration, pour ronger les verrues et les callosités; étendu
     d'eau, il est antiseptique, rafraîchissant. Nous devons ajouter que
     l'eau-forte et les acides minéraux concentrés sont de violens
     poisons.

     Le mélange des acides nitrique et hydrodorique, à diverses
     proportions, constitue cet acide qui était connu sous le nom d'_eau
     régale_, parce qu'il était employé à la dissolution de l'or; on le
     nomme maintenant _acide hydrochloronitrique_.


     _Acide sulfurique (huile de vitriol, esprit de soufre.)_

32   Nous avons dit que le soufre, en s'unissant à l'oxigène, pouvait
     former quatre acides: nous ne traiterons ici que de celui qu'on
     trouve dans le commerce.

     L'acide sulfurique pur est incolore, inodore, très acide et très
     caustique, d'une consistance oléagineuse; il se mêle à l'eau en
     toutes proportions, mais avec un phénomène remarquable: c'est de
     répandre beaucoup de calorique; ainsi, le mélange de parties égales
     d'eau et de cet acide concentré élève la température à 105° C; si
     l'on prend de la glace au lieu d'eau, elle ne se porte qu'à +50°;
     et si l'on prend une partie d'acide sur quatre de glace, elle
     descend à-20°. L'acide sulfurique désorganise la plupart des
     substances animales et végétales; très affaibli, il se congèle
     difficilement; concentré, il prend une forme cristalline à 10° ou
     12°. Lorsqu'il est très concentré, il bout à 320°; affaibli, il
     bout bien au-dessous de ce terme; soumis à la pile, il se
     décompose, son oxigène passe au pôle positif et le soufre au pôle
     négatif. Son poids spécifique est de 1,85, ce qui équivaut au 66°
     de l'aréomètre de Baumé.

     On le prépare en grand en brûlant dans de grandes chambres de plomb
     un mélange de dix parties de soufre sur une de nitrate de potasse.
     On n'emploie qu'un demi-kilogramme de soufre pour chaque cent pieds
     cubes de l'air qui remplit la chambre. Pour les détails de cette
     fabrication, _voyez_ ma _Chimie médicale_.

     Pour être pur, cet acide doit être incolore et dépouillé d'acides
     sulfureux et hydrochlorique. Privé d'eau il est composé de:

     Soufre..................  100
     Oxigène................   146,43

     Très employé dans les arts, pour la fabrication des soudes
     factices, la teinture, la préparation de plusieurs acides, le
     tannage, etc. En médecine, et très étendu d'eau, comme
     antiseptique, astringent, rafraîchissant, etc.
33
     Il a pour caractère spécifique de précipiter abondamment les sels
     de barite.


     _Acide tartrique (acide tartareux, acide artarique)._

     Découvert par Schéèle. On l'obtient en faisant bouillir dix parties
     de crème de tartre dans cent d'eau, et saturant son acide
     surabondant par le carbonate calcaire en poudre; on y ajoute
     ensuite de l'hydrochlorate calcaire qui précipite la crème de
     tartre ou tartrate de potasse, à l'état de tartrate de chaux; on
     lave le précipité et on le fait chauffer avec soixante centièmes
     d'acide sulfurique étendu d'eau; on filtre et l'on fait
     cristalliser l'acide. Les cristaux obtenus sont ou en prismes ou en
     lames comme lancéolées. Cet acide rougit fortement le tournesol;
     quand il est pur il est incolore; il est inaltérable à l'air; il se
     fond et bout à 120°; par le rafraîchissement il forme une masse
     blanchâtre qui attire l'humidité de l'air; il est très soluble dans
     l'eau; l'acide nitrique le convertit en acide oxalique. Il est
     composé de:

     Oxigène..............  69,321
     Carbonne............   24,500
     Hydrogène............   6,629

     Il est employé dans les arts pour la teinture; on en fait une
     limonade sèche en l'incorporant avec le sucre.



                                 DES BOIS.


     _Bois de Campêche ou d'Inde._

     Il provient de l'_hoematoxylum campechianum_. Lin. Decand. monogyn.
     fam. des légumineuses. Cet arbre, qui est très haut et épineux, est
     très commun dans la baie d'Honduras à Yucatan, Guatemala, la
34   Jamaïque, la Martinique à l'île de Sainte-Croix, etc. Ce bois est
     compacte, plus pesant que l'eau, très dur, moins cependant que
     celui du Brésil; il est rouge, à odeur d'iris, et d'un goût
     astringent et douceâtre, susceptible de prendre un beau poli d'un
     rouge vif. On le trouve dans le commerce en grosses bûches qui sont
     d'un rouge noirâtre au dehors.

     La décoction de campêche est d'un rouge que les acides rendent plus
     vif; les alcalis, les oxides métalliques et les sous-sels changent
     cette couleur en bleu-violet. La matière colorante de ce bois est
     également soluble dans l'alcool. Elle est employée dans la teinture
     pour les noirs, les bleus et les violets; les ébénistes tirent
     également partie de ce bois à cause de sa dureté et du beau poli
     qu'il est susceptible de prendre. M. Chevreul en a séparé la
     matière colorante et lui a donné le nom d'hématine. D'après ce
     chimiste elle se dissout dans l'eau bouillante et cristallise par
     le refroidissement. Cette dissolution bouillante est d'un
     rouge-orangé; par le refroidissement elle devient jaune; les
     alcalis lui font acquérir une couleur pourpre ou violette; les
     acides lui donnent une couleur jaune qui passe au rouge.


     _Bois de fustet._

     _Rhu cotinus._ LIN. Pentand. trigyn. famille des térébenthinacées.
     C'est un grand arbrisseau qui s'élève jusqu'à dix ou douze pieds de
     hauteur dans nos jardins. Ses rameaux sont grêles; ses feuilles à
     long pétiole, entières, arrondies, lisses et d'un beau vert; de
     longs panicules formés par des divisions filamenteuses très
     nombreuses, ressemblent à une espèce de chevelure, et succédant aux
     fleurs, au lieu des fruits qui avortent, terminent les rameaux. Le
     bois de fustet est d'un jaune assez foncé, aussi est-il employé
     dans la teinture. On le multiplie par marcottes.
35

     _Bois jaune des teinturiers._

     Cet arbre, qui croît en Amérique et particulièrement au Brésil, est
     le _morus tinctoria_ de Linné. Monoecie tétrandrie, fam. des
     urticées. Il est en gros tronçons, léger, d'une couleur jaune avec
     des veines orangées. Ce bois est très chargé de matières
     colorantes. Sa décoction est d'un jaune rougeâtre foncé que les
     alcalis rendent presque rouge; les acides troublent un peu cette
     décoction et en affaiblissent la couleur; l'hydrochlorate d'étain
     le précipite en jaune.


     _Colle-forte, colle de Flandre._

     C'est ainsi qu'on nomme la gélatine qu'on retire des oreilles et
     pieds de boeufs, chevaux, moutons, veaux, ainsi que des parties
     blanches de ces divers animaux. Cette colle est coulée en tablettes
     sèches, cassantes, brunes, jaunâtres, rougeâtres, transparentes ou
     demi-transparentes, suivant leur degré de pureté et le soin qu'on a
     pris de la préparation. Ainsi plus la colle est transparente,
     décolorée et soluble dans l'eau bouillante, plus elle est pure, et
     plus elle doit être recherchée. Celle qui est noirâtre est très
     impure; elle n'est guère propre qu'à la grosse menuiserie.

         On extrait également la gélatine des os, en les traitant par
     l'acide hydrochlorique affaibli, qui dissout le phosphate calcaire
     et laisse la gélatine à nu. Ce procédé est dû à M. Darcet. On peut
     aussi extraire la gélatine des os, en les soumettant à l'action de
     la vapeur de l'eau, sous une forte pression; par ce moyen on en
     dépouille entièrement le phosphate calcaire. Nous en avons vu à
     l'exposition ainsi préparée, qui était très belle; mais en général
36   les diverses colles que nous y avons remarquées contenaien plus ou
     moins de savon ammoniacal; ce qui les rendait en partie solubles
     dans l'eau froide. Ce savon était dû à un commencement de
     décomposition de la gélatine.


     _Colle de poisson (ichtyocolle)._

     Ce sont les vésicules aériennes d'un esturgeon (_acipenser huso._
     LIN.), qui a ordinairement 24 pieds de longueur sur 12 de largeur.
     On nettoie ces vésicules, on les roule sur elles-mêmes, et on les
     fait sécher, en leur donnant la forme d'un coeur ou d'une lyre; ou
     bien, au lieu de les rouler, on les plie comme une serviette. La
     colle de poisson du commerce est plus ou moins estimée, suivant
     qu'elle a une des formes précitées; ainsi:

     1º La _colle de poisson en lyre_, connue aussi sous le nom de
     _petit cordon_, est la plus chère;

     2º La _colle de poisson en coeur_, dite _gros cordon_, vient après;

     3º La _colle de poisson en livrets_ est la moins recherchée.

     Il serait bien difficile d'établir sur quelle propriété est fondée
     cette préférence, puisqu'il n'existe qu'une différence de forme, et
     que toutes donnent, à peu de chose près, les mêmes quantités
     d'excellente gélatine.


     _Gomme arabique._

     Cette gomme est de même nature que celle qui suinte des écorces des
     abricotiers, des amandiers, des cerisiers, des pruniers, etc. La
     gomme arabique est solide, souvent en globules, inodore, d'une
     saveur fade, transparente, incolore, quand elle est pure, jaune
     d'or, ou plus ou moins rougeâtre lorsqu'elle est unie à des corps
     étrangers. Elle est soluble dans l'eau chaude et dans l'eau froide;
     insoluble dans l'alcool, l'éther et les huiles; elle est
     inaltérable à l'air, incristallisable et blanchissant par le
37   contact prolongé de la lumière. Légèrement torréfiée, elle devient,
     suivant M. Vauquelin, plus soluble dans l'eau. L'alcool la
     précipite des solutions aqueuses qui n'en contiennent même qu'un
     millième.

     La gomme arabique du commerce se distingue suivant son degré de
     blancheur, en _premier_ et _second blanc_; celle en _sorte_ est un
     mélange des _gommes incolores_ et _colorées_. On distingue
     plusieurs variétés de gomme arabique:

     1º La _gomme de Bassora_. En morceaux irréguliers, le plus souvent
     d'un petit volume, et parfois de la grosseur du pouce. Elle est
     blanche ou jaune, inodore, moins transparente que la gomme du
     Sénégal, et cependant moins opaque que la gomme adragant;

     2º _Gomme de France._ C'est celle qui suinte des abricotiers,
     cerisiers, amandiers, etc. Elle est ou incolore ou jaunâtre et
     rougeâtre; imparfaitement soluble dans l'eau, et formant avec ce
     liquide un mucilage qui se rapproche de celui de la gomme adragant;

     3º _Gomme du Sénégal._ On en importe en France quatre variétés: A.
     la _gomme transparente toute soluble_; celle-ci constitue presqu'en
     entier les gommes du Sénégal et d'Arabie; elle est incolore ou
     diversement colorée; elle est ridée à l'extérieur, et sa solution
     rougit le tournesol; B. la _gomme blanche fendillée_, nommée
     également _gomme turique_, c'est un choix de la précédente; C. la
     _gomme pelliculée_, blanche et plus souvent brunâtre, pellicule qui
     recouvre quelques parties; moins soluble et rougit le tournesol; D.
     _Gomme verte_; sa couleur varie du jaune au vert d'émeraude.


     _Indigo._

     Ce n'est que vers le milieu du 16e siècle que l'indigo a été
     apporté de l'Inde en Europe. Cette matière colorante est fournie
38   par les feuilles de plusieurs plantes presque toutes rangées dans
     le genre auquel, en raison de cette propriété, on a donné le nom
     d'_indigotifera_. Les végétaux d'où on le relire plus
     particulièrement sont:

     1º L'_indigotifera argentea_, indigotier sauvage. Cette espèce en
     fournit moins que les autres; mais, en revanche, c'est le plus
     beau;

     2º L'_indigotifera tinctoria_, indigotier français; c'est celle qui
     en donne le plus, mais c'est aussi le moins beau de tous;

     3º L'_indigotifera disperma_, ou Guatimala. Cette plante est la
     plus élevée et la plus ligneuse; son indigo est meilleur que le
     précédent;

     4º L'_indigotifera anil_, ou l'anil. Son indigo est au minimum
     d'oxidation.

     Ces plantes sont indigènes des Indes et du Mexique, d'où on les a
     transportées dans les deux Amériques, à la Chine, au Japon, à
     Madagascar, en Égypte, etc.; elles appartiennent à la Diadelphie
     Décandrie Lin., fam. légumineuses. Voici la manière dont on extrait
     l'indigo de ces feuilles:

     Quand elles sont au point de maturité, on les cueille, on les lave
     et on les coupe; on les met ensuite dans une cuve, et on les
     recouvre d'un peu d'eau; on a soin de les empêcher de flotter en
     les fixant au moyen de planches chargées de pierres. La
     fermentation s'établit bientôt, la liqueur contracte une couleur
     verte et devient acide; elle offre à sa surface un grand nombre de
     bulles et des pellicules irisées; en cet état, on fait passer cette
     liqueur dans une cuve placée plus bas, on la remue et on en sépare
     l'indigo en y ajoutant une suffisante quantité d'eau de chaux. On
     lave le dépôt à plusieurs eaux et on le fait sécher à l'ombre.

     L'indigo pur est solide, inodore et insipide, d'un bleu violet,
     inaltérable à l'air, susceptible de cristalliser en aiguilles,
39   insoluble dans l'eau et éther, très peu soluble dans l'alcool
     bouillant et s'en précipitant par le refroidissement; il est
     décoloré très aisément par le chlore. Si on le chauffe dans une
     cornue, une partie se volatilise et se condense à la partie
     supérieure en aiguilles cuivrées, tandis que l'autre se décompose.
     Les acides faibles ne le dissolvent point, à l'exception de l'acide
     nitrique qui le change en un principe très amer et jaune. L'acide
     sulfurique concentré le dissout très facilement; l'acide
     hydrochlorique n'agit point sur l'indigo à la température
     atmosphérique; secondé par l'action du calorique, il acquiert une
     couleur jaune qui paraît être le résultat de la décomposition d'un
     peu d'indigo.

     On enlève la couleur bleue à l'indigo, et on lui en donne une
     jaune, en le désoxigénant par un contact prolongé avec les matières
     désoxigénantes; on lui restitue cette couleur bleue en favorisant
     son oxigénation par son exposition à l'air. L'indigo désoxigéné est
     soluble dans l'eau, surtout au moyen des alcalis. On désoxigène
     l'indigo, disséminé dans l'eau, par l'hydrogène sulfuré,
     l'hydrosulfure d'ammoniaque, le protosulfate de fer (couperose
     verte) et un alcali, la potasse et le protoxide d'étain, etc. Dans
     les teintures, on recourt plus ordinairement au procédé suivant:

     Sulfate de fer (couperose verte)....... 2 parties
     Chaux éteinte.........                  2
     Indigo en poudre fine......             1
     Eau............                       150

          On introduit toutes ces substances dans un matras qu'on expose à
     une température de 40 à 50° pendant quelques heures. Il résulte de
     cette réaction que la chaux s'unit à l'acide sulfurique pour former
     un sulfate insoluble, et le protoxide de fer précipité désoxigène
     l'indigo, etc. La dissolution de l'indigo dans l'acide sulfurique
     est désoxigénée par la limaille de fer ou de zinc; elle acquier
40   une couleur d'un gris pâle et repasse au bleu par le contact de
     l'air.

     L'indigo du commerce n'est jamais pur; pour l'obtenir en cet état,
     on le chauffe dans un creuset de platine bien fermé, qu'on soumet à
     l'action du calorique; l'indigo se sublime en cristaux.

     L'indigo a une cassure fine et unie; raclé avec l'ongle, il prend
     une couleur cuivreuse; l'on donne même la préférence à celui dont
     cette couleur est plus éclatante, et qui est plus léger et d'une
     couleur bleue-violette foncée.

     Les négocians distinguent les indigos par les noms des contrées
     d'où ils proviennent; ainsi:

     1º L'_indigo de l'Inde_ est appelé du _Bengale_, de _Madras_, de
     _Coromandel_, etc.;

     2º L'_indigo de Guatimala_ est nommé _indigo Guatimolo_,
     _indigoflore_: c'est le plus estimé de tous;

     3º L'_indigo de la Louisiane_, etc.

     On peut également extraire l'indigo du _nerium tinctorium_, arbre
     qui est indigène de l'Inde.

     D'après M. Chevreul, l'indigo du commerce est un composé de:

     Un principe immédiat particulier (indigotine);

     Une résine rouge, soluble dans l'alcool;

     Une substance rouge-verdâtre, soluble dans l'eau;

     Du carbonate de chaux;

     De l'alumine, de la silice;

     De l'oxide de fer.

     D'après l'analyse de MM. Dumas et Le Royer, l'indigo pur est
     composé de:

     Carbone.    ....   73,26
     Azote......        13,75
     Hydrogène.......    2,83
     Oxigène.....       10,16

                       100,00
41

     _Noix de galle._

     On donne ce nom à une excroissance ronde produite sur les bourgeons
     du _quercus infectoria_ de Linnée, par la piqûre d'un insecte nommé
     par le même naturaliste, _cynips quercus folii_, et par Geoffroy,
     _diplolepsis gallæ tinctoriæ_. Ce chêne est très commun dans toute
     l'Asie mineure; on le trouve depuis les côtes de l'Archipel
     jusqu'aux frontières de la Perse, et des rives du Bosphore,
     jusqu'en Syrie, etc. Cet arbre n'a pas plus de six pieds de
     hauteur; son tronc est tordu, ses feuilles caduques et d'un beau
     vert, à pétioles courts, etc. Le _cynips_ est un petit insecte
     hyménoptère dont le corps est fauve, les antennes brunes; il pique
     les jeunes pousses avec son aiguillon, qui est en spirale, et y
     dépose ses oeufs. Cette piqûre produit une irritation dans les
     vaisseaux séveux, qui est bientôt suivie d'un gonflement qui, en
     deux trois jours, a produit ce qu'on appelle noix de galle. Les
     oeufs qui y sont déposés croissent avec la galle, et y
     entretiennent cet état d'irritation. On doit récolter les galles
     avant que les larves produites par les oeufs soient passées à
     l'état de mouches, et se soient fait jour à travers la galle pour
     en sortir. La grosseur qu'acquièrent les galles, est de cinq lignes
     à un pouce de diamètre. Les naturels donnent le nom de _yerti_ aux
     premières galles qu'on cueille; dans le commerce on les nomme
     _galles vertes, galles bleues ou noires_. Les blanches sont celles
     qu'on cueille plus tard; elles sont plus légères et piquées. Voici
     les diverses espèces de galles:

     _Galles vertes ou d'Alep._ Couleur brune ou verdâtre à l'intérieur;
     compactes, dures, pesantes, hérissées de tubérosités; saveur amère
     très astringente. Les plus estimées viennent d'Alep, de Smyrne, de
     l'intérieur de la Natolie, etc.

42   _Galles blanches._ Couleur jaune-brunâtre; en général plus grosses,
     très légères, moins dures, piquées et d'une saveur peu amère, et
     moins astringente.--Peu estimées.

     _Galles de chêne._ Celles-ci croissent en France, sur les chênes
     verts. Elles sont rondes, unies et brunâtres. Elles sont bien
     inférieures aux galles vertes, mais un peu supérieures aux
     blanches.

     Les noix de galles contiennent principalement beaucoup de tannin et
     d'acide gallique.



                          OXIDES MÉTALLIQUES.


     _Deutoxide d'arsénic (arsenic, arsénic blanc, mort-aux-rats,
     etc.)._

     Bien des chimistes regardent ce deutoxide comme un acide qu'ils
     nomment _acide arsénieux_. Voici ses propriétés caractéristiques.
     Il est blanc, lorsqu'il est réduit en poudre ou exposé au contact
     de l'air; lorsqu'il est en masse, il est couvert d'une croûte
     blanche, et l'intérieur est d'une transparence égale à celle des
     plus beaux cristaux. Il est souvent incolore, d'autres fois il a
     une nuance dorée, avec des filets ou couches jaunâtres ou
     rougeâtres. Il est très facile à pulvériser; jeté sur les charbons
     ardens, il se volatilise en une fumée blanche et répand une odeur
     d'ail très forte qui est propre à ce métal; si l'on expose une
     plaque de cuivre à cette vapeur arsénicale, elle blanchit de suite.

     Le deutoxide d'arsenic à froid est inodore, il a une saveur très
     acre qui laisse un arrière-goût douceâtre; il est réductible par la
     pile; inaltérable à l'air, soluble dans quinze parties d'eau
     bouillante, et quatre cents de froide; la première solution donne,
     par le refroidissement, des cristaux tétraédriques bien
     marqués.--C'est un poison violent.
43

     _Tritoxide de fer (colcotar, rouge d'Angleterre, rouge de Prusse)._

     Cet oxide est d'un beau rouge, tirant un peu sur le brun, plus
     fusible que le fer, indécomposable par le calorique, non
     magnétique, se réduisant par le fluide électrique, insoluble dans
     l'eau. Il est le principe colorant de la sanguine, du brun rouge,
     etc.

     On le prépare en calcinant fortement le sulfate de fer. Si cette
     calcination n'est pas poussée bien avant, il y a une portion de ce
     sel qui échappe à la décomposition; pour l'en dépouiller on le
     calcine de nouveau, ou bien on le lave, après l'avoir broyé. Cet
     oxide est composé de:

     fer.......     100
     oxigène....     43,31

     On prépare aussi le rouge de prusse, en calcinant les argiles
     ocracées; mais il est évident que, dans ce cas, il est moins pur,
     puisqu'il contient de l'alumine, de la silice, etc.



                                  SELS.


     _Sous-acétate de deutoxide de cuivre (verdet ou vert-de-gris)._

     En France, ce sel est fabriqué dans les départemens de l'Aude et de
     l'Hérault. On prend des plaques de cuivre mince, on les bat, et on
     les fait chauffer à environ cinquante degrés. On les trempe alors
     dans du vin chaud ou du vinaigre. On place sur le sol une couche de
     bon marc de raisin, et par-dessus, une couche de plaques de cuivre,
     et successivement une couche de marc et une de cuivre. Au bout d'un
     mois ou d'un mois et demi, suivant le degré de spirituosité du
44   marc, les plaques sont couvertes d'une couche verdâtre. On les
     enlève, et on les place l'une à côté de l'autre transversalement.
     On les arrose ensuite plusieurs fois avec de l'eau acidulée par le
     vinaigre, et quelquefois avec de l'eau tiède. Cette couche de sel
     se gonfle, et l'on voit se former une efflorescence blanchâtre qui
     offre sur les bords de longues aiguilles, et qui se sépare
     facilement de ces plaques: alors le vert-de-gris est fait. On le
     racle, et on laisse reposer les plaques quelque temps, pour
     reprendre ensuite cette opération. Il est bon de faire observer
     que, tant qu'elle dure, on chauffe l'atelier de manière à
     entretenir la température à +20° C.

     Ce sel, tel qu'il se trouve dans le commerce, est en pains de douze
     à vingt livres, tassés dans un sac de peau blanche; il doit être
     vert, avec des efflorescences blanches, très sec et dur; il est
     indécomposable par l'acide carbonique. Traité par l'eau, ce liquide
     dissout l'acétate neutre, et l'oxide hydraté de cuivre reste pour
     résidu. Par l'action du calorique, le métal est réduit. D'après M.
     Proust, le vert-de-gris est composé de:

     acétate de cuivre neutre. ...   43
     hydrate de cuivre.......        37,5
     eau..............               15,5

     Ce sel est un poison violent; malgré cela il entre dans la
     composition de quelques médicamens externes; il est employé dans la
     peinture, etc.


     _Acétate de cuivre (verdet cristallisé, cristaux de Vénus)._

     On prépare ce sel en faisant dissoudre le vert-de-gris dans le
     vinaigre, filtrant la dissolution, et la laissant cristalliser.
     L'acétate de cuivre a une saveur styptique et sucrée; il est
     soluble dans l'eau et l'alcool; il cristallise en rhombes très
     réguliers. D'une belle couleur verte très foncée qui tire sur le
45   noir. Le calorique le décompose; il s'en dégage de l'acide
     acétique coloré par un peu d'oxide qu'il entraîne; et il se sublime
     en même temps, suivant la remarque de Vogel, un peu de cet acide
     anhydre, qui est en cristal d'un blanc satiné. Ce sel est composé
     de:

     acide acétique           51, 29
     deutoxide de cuivre      39, 05
     eau                       9, 06

     Ce sel est employé dans la peinture pour le vert d'eau, pour le
     lavis des plans, pour préparer le vinaigre radical, etc. On le
     conseille en médecine comme excitant; mais il est si vénéneux que
     nous n'hésitons point à en proscrire l'emploi.

     La couche de cette substance verte qui se forme sur les vases de
     cuivre, et à laquelle on donne le nom de vert-de-gris, est un
     sous-carbonate de cuivre qui est même plus délétère que le verdet
     du commerce.


     _Acétate de fer._

     On peut obtenir trois acétates de fer:

     1º Le proto-acétate, en faisant bouillir la tournure de fer sans le
     contact de l'air, par l'acide acétique concentré; dans ce cas,
     l'eau est décomposée, son oxigène se porte sur le fer et l'oxide,
     tandis que son hydrogène se dégage.

     2º Le deuto et tri-acétate de fer, en dissolvant le deuto ou
     tritoxide de fer dans le même acide.

     3º Le procédé suivi dans les manufactures pour obtenir le
     tri-acétate de fer, consiste à laver la limaille de fer, à la
     laisser exposée à l'air pendant quelques jours, et à la faire
     bouillir dans du bon vinaigre ou dans l'acide pyro-acétique avec le
     contact de l'air. Dans ce cas l'oxigène de l'air et celui de l'eau
     concourent à l'oxidation du fer. Le tri-acétate de fer est liquide,
     très soluble et incristallisable. Sa solution évaporée se convertit
46   en sous-acétate insoluble, que l'eau convertit bientôt en péroxide
     de fer. Ce tri-acétate est maintenant très employé dans les
     manufactures de toiles peintes, pour les couleurs rouille, et comme
     base des couleurs noires qui n'ont pas, comme celles où entre le
     sulfate de fer, l'inconvénient de tourner au brun.


     _Citrate de fer._

     Comme pour le sel précédent, on lave bien la limaille de fer, on
     l'expose à l'air, on la mouille de temps en temps, et quand elle
     est convertie en sous-carbonate de fer (rouille), on la fait
     bouillir dans une chaudière en fer avec du suc de citron clarifié,
     jusqu'à ce que cet acide en soit saturé; on filtre alors et l'on
     fait évaporer convenablement. Le citrate de fer est soluble dans
     l'eau et susceptible de cristallisation. C'est peut-être le
     meilleur sel ferrugineux qu'on puisse employer pour la teinture en
     noir, surtout pour la chapellerie. Malheureusement le prix de
     l'acide citrique est trop élevé pour pouvoir y recourir
     économiquement.


     _Hydro-ferro-cyanate de fer (bleu de Prusse)._

     Découvert en 1710 par Diesbach, de Berlin. Ce sel est d'un très
     beau bleu; il est insipide, inodore, insoluble dans l'eau et
     l'alcool, s'altérant par le contact de l'air, et prenant avec le
     temps une couleur verte. Par la distillation, il donne des acides
     hydrocyanique et carbonique, du carbonate ammoniacal, un gaz
     inflammable, etc. Le résidu calciné est attirable à l'aimant.
     L'acide sulfurique le décompose en le décolorant. Ce caractère
     distingue le bleu de Prusse de l'indigo, que cet acide dissout sans
47   altérer sa couleur. Les alcalis, la chaux, etc., le décolorent et
     s'unissent à son acide en précipitant presque tout l'oxide de fer.

     On prépare le bleu de Prusse en grand, en calcinant, à une chaleur
     rouge, un mélange, à parties égales, de potasse et de sang
     desséché, ou des débris de cornes et de plusieurs autres substances
     animales.

     Ce sel est formé par l'acide hydro-ferro-cyanique et l'oxide de
     fer. Il est employé dans les arts et pour la teinture du bleu
     Raymond.


     _Hydro-ferro-cyanate de potasse._

     Ce sel est jaune serin, transparent, cristallisant en gros cristaux
     prismatiques quadrangulaires, inodore, s'effleurissant à l'air,
     soluble dans l'eau et en conservant 0,13 dans ses cristaux. On
     l'obtient en faisant digérer le bleu de Prusse en poudre dans
     l'acide sulfurique, pour lui enlever l'alumine et les substances
     étrangères qu'il contient souvent; on lave à plusieurs eaux le
     résidu, et on le verse dans une solution bouillante de potasse
     jusqu'à ce qu'elle cesse de décolorer; on filtre et l'on obtient ce
     sel en cristaux par l'évaporation d'une partie de la liqueur.

     Ce sel est très employé dans la teinture dite bleu Raymond, du nom
     du chimiste qui en a fait la première application à cet art.


     _Nitrate de deutoxide de mercure._

     On prépare ce sel en faisant bouillir un excès d'acide nitrique sur
     du mercure; si l'on concentre ensuite la liqueur, ce nitrate
     cristallise en belles aiguilles blanches, solubles dans l'eau.
     Cette dissolution est très corrosive; elle tache l'épiderme en
     rouge et le décompose même; ces cristaux, broyés et traités par
     l'eau, sont décomposés. Il en résulte un sous-sel insoluble qui est
48   blanc si l'on opère avec de l'eau froide, et jaune si c'est avec
     l'eau bouillante; ce dernier porte le nom de _turbith nitreux_. La
     liqueur tient en dissolution un sur-sel qui est très acide.

     Le nitrate de mercure est employé pour le feutrage des poils de
     lièvre et de lapin.


     _Sulfate de deutoxide de cuivre (couperose bleue, cuivre vitriolé,
     vitriol bleu, vitriol de cuivre, vitriol de Chypre, etc.)_

     Ce sel est inodore, d'une saveur âcre et très styptique, en
     cristaux bleus transparens, irréguliers, et quelquefois en
     octaèdres ou décaèdres, jouissant de la double réfraction,
     légèrement efflorescens, et offrant alors une matière pulvérulente
     d'un blanc verdâtre; soluble dans quatre parties d'eau froide, et
     subissant la fusion aqueuse. L'alcali volatil en précipite l'oxide
     qui reste suspendu dans la liqueur et lui donne une belle couleur
     bleue. On désigne cette préparation par le nom d'_eau céleste_.


     _Sulfate de fer (couperose, couperose verte, vitriol vert, vitriol
     martial, mars vitriolé, etc.)_

     Récemment cristallisé, ce sel est en prismes rhomboïdaux, d'un beau
     vert d'émeraude, transparent, et s'effleurissant à l'air en
     absorbant son oxigène; il se convertit alors en sulfate de
     tritoxide de fer, qui est en taches jaunes sur les cristaux
     précités. Le sulfate de fer est inodore, stytique, et si soluble
     dans l'eau, que neuf parties de ce liquide bouillant en dissolvent
     douze de ce sel. Ce sel exposé à l'action d'une haute température,
     perd d'abord son eau de cristallisation, ensuite une plus grande
     partie de son acide, tandis que l'oxide passe au maximum
49   d'oxidation; l'on a alors pour produit un sous-sulfate de tritoxide
     de fer, nommé _colcotar_, qui est de couleur rouge.


     _Tartrate de fer._

     Ce sel se prépare comme le citrate de fer, avec la seule différence
     qu'on emploie l'acide tartrique au lieu de l'acide citrique.
     Employé pour la teinture en noir, et supérieur au sulfate de fer,
     mais d'un prix bien plus élevé.


     _Tournesol en pain._

     On fabrique cette substance colorante en Auvergne, en Dauphiné,
     etc., avec plusieurs lichens, principalement avec le _varidaria
     orcina_ d'Achard. Le procédé consiste à pulvériser les feuilles de
     ces lichens, à en faire une pâte avec de l'urine et la moitié de
     leur poids de cendres gravelées, en ayant soin d'ajouter de l'urine
     à mesure qu'elle s'évapore. Au bout de quarante jours de
     putréfaction, ce mélange acquiert une couleur pourpre; on le met
     alors dans une autre auge, et on y ajoute encore de l'urine: c'est
     alors que se développe la couleur bleue. Alors on divise cette pâte
     et on y ajoute de l'urine et de la chaux. Pour dernière
     préparation, on fait entrer dans la composition de cette pâte,
     ainsi obtenue, du carbonate de chaux pour lui donner de la
     consistance, et on la réduit en petits pains qu'on fait sécher.
50



                           SECONDE PARTIE.



                          CHAPEAUX FEUTRÉS.


     On donne le nom de feutre à une étoffe résultant du croisement et
     entrelacement des poils de certains animaux qui est produit par le
     foulage. L'expérience a démontré que les poils de certains animaux
     possèdent exclusivement cette propriété et que, quelle que soit la
     finesse des fibres végétales, elles ne se feutrent jamais, à moins
     qu'ayant déjà subi une sorte de décomposition et soumises à
     l'action continuée du pilon ou du cylindre, on ne les réduise en
     une pâte qui constitue le papier. Dans ce cas même, cette espèce de
     feutre diffère essentiellement de ceux dont nous avons à nous
     occuper.

     La théorie du feutrage a fait l'objet des recherches d'un de nos
     plus illustres physiciens. M. Monge attribuait cette propriété aux
     aspérités que l'on remarque sur la surface des poils des animaux,
     lesquelles aspérités se trouvent avoir toutes leur direction dans
     le même sens. A l'appui de son opinion il citait 1º la facilité
     avec laquelle on peut parvenir à dénouer, au moyen de percussions
     légères, un cheveu noué et placé dans le milieu de la main fermée,
     et en supposant que ce cheveu ait sa racine dirigée vers le sol; ce
     qu'il y a de plus curieux encore, c'est que si on lui a donné une
     direction contraire, on resserre le noeud de plus en plus; 2º le
     mouvement progressif qu'on peut imprimer à un cheveu quand on le
     frotte longitudinalement entre deux doigts. On remarque en effet,
     dit M. Robiquet[8], qu'il marche constamment dans ce cas du côté où
51   se trouve sa racine. Nous faisons observer à ce sujet que ces
     deux exemples ne sauraient nullement être favorables à la théorie
     de M. Monge. Le cheveu est de forme cylindrique avec un petit
     renflement longitudinal comme le jonc. Cette sorte de cylindre,
     depuis le bulbe jusqu'à son extrémité, devient de plus en plus fin;
     il décrit, pour ainsi dire, un cône alongé dont la base est le
     bulbe; aussi est-il très facile de reconnaître le gros bout ou
     mieux celui par lequel ce cheveu adhère à la peau. Il suffit de le
     tourner entre les doigts pour voir le gros bout monter s'il est à
     la partie supérieure, ou descendre s'il est à la partie inférieure.
     J'en ai examiné plusieurs au microscope d'Amici, perfectionné par
     Vincent Chevalier et fils, et je me suis bien convaincu que les
     cheveux ne sont point recouverts d'une sorte de petites écailles
     comme on le croit vulgairement, mais qu'ils offrent un bulbe plus
     ou moins gros, de forme ovoïde, de couleur blanche, dont le
     prolongement produit le cheveu. Au milieu est un canal médullaire
     qui a environ un cinquième de diamètre du cheveu, et qui lui
     transmet le liquide propre à sa nutrition. Le jarre se rapproche de
     cette structure.

     [Note 8: Dictionnaire technologique.]

     D'après ces données que le cheveu marche constamment du côté où se
     trouve sa racine, M. Monge en avait conclu que les poils droits ne
     pouvaient se feutrer sans préparation préliminaire, parce que
     d'après leur structure, et quelle que soit la direction qu'on
     puisse leur donner au moyen de l'arçon, ils cheminent toujours
     directement dans le sens de leur bulbe et finiraient par s'échapper
     complètement[9]. C'est au moyen du sécrétage que l'auteur pense
     qu'on remédie à cet inconvénient; il croit que par cette opération,
     on recourbe l'extrémité des poils, et qu'on facilite ainsi leur
     entrelacement ou feutrage. Cet entrelacement serait encore favorisé
     par la température à laquelle l'ouvrier opère, et par le mouvement
52   qu'il communique tant au moyen de la main que par celui de la
     brosse.

     [Note 9: Robiquet, _loco citato_.]

     M. Malard, dans un Mémoire présenté à la Société d'encouragement
     pour l'industrie nationale, a présenté une série d'observations qui
     ne s'accordent nullement avec la théorie de M. Monge. Nous allons
     les faire connaître:

     1º Les poils de quelques animaux, tels que ceux de lapins de
     garenne, quoique aussi droits que ceux de lièvre, de castor et
     d'autres animaux qui ne se feutrent qu'après l'opération du
     sécrétage, sont susceptibles de feutrage sans préalablement les
     avoir soumis à aucune préparation;

     2º Les laines droites (celles de la Beauce, du midi de la France)
     se feutrent également sans préparation, tandis qu'au contraire les
     laines d'Espagne et même celles des métis, qui sont tournées en
     spirale, sont peu propres au feutrage.

     D'après ces observations, il paraît évident que si les aspérités
     des poils ou leurs écailles favorisent leur feutrage, cependant
     elles n'en sont point la cause unique comme on vient de le voir.
     Nous reviendrons sur ce sujet quand nous parlerons du feutrage;
     nous nous bornerons à dire en ce moment que M. Guichardière avance
     que les poils qui ont des aspérités se refusent au feutrage. Cette
     opinion ne parait pas conforme à l'observation, et quel que soit
     d'ailleurs le mérite de l'auteur et les services qu'il a rendus à
     la chapellerie, cette opinion, pour être admise, aurait besoin
     d'être appuyée sur des faits nombreux et soigneusement constatés.

     Il est peu de fabrications qui exigent des opérations si variées
     que celle des chapeaux. Nous allons les décrire successivement.
53



                  PRÉPARATION DES POILS SUR LES PEAUX.

     Avant de procéder au feutrage, on fait subir aux peaux quelques
     préparations préliminaires qui portent différens noms, et que nous
     allons faire connaître.


     _Dégalage._

     Le poil des peaux est souvent rempli de poussière et de corps
     étrangers dont il importe de les débarrasser: c'est ce qu'on nomme
     en termes de l'art, _dégaler_. On pratique cette opération au moyen
     d'une espèce de petite carde, connue sous le nom de _carrelet_.
     L'ouvrier promène doucement cet outil sur le poil, et bat ensuite
     la peau avec une baguette du côté opposé; il continue ces deux
     opérations jusqu'à ce qu'en agitant fortement les peaux, il n'en
     sorte plus de poussière. En cet état, on les soumet à l'opération
     suivante:


     _Ébarbage ou éjarrage._

     Nous avons déjà dit que les poils de castor, de lapin, de lièvre,
     etc., étaient composés de duvet et de jarre, et que celui-ci non
     seulement ne se feutrait point, prenait mal la teinture, mais qu'il
     diminuait la beauté et la qualité des chapeaux. Or, les fabricans
     ont employé divers moyens pour séparer ce jarre du duvet.

     Les mots ébarbage et éjarrage semblent à peu près synonymes;
     cependant il existe entre eux une petite différence. Nous avons
     déjà dit que dans les peaux de castor et de lapin, le jarre adhère
     moins à la peau que le duvet; c'est en raison de cette propriété et
     vu la plus grande longueur du jarre qu'on s'attache à l'arracher;
     c'est ce qu'on nomme _éjarrage_, tandis que l'_ébarbage_ s'y
     applique aussi, mais plus communément aux peaux de lièvre, dont le
     jarre est plus adhérent au cuir que le duvet. Je vais décrire ces
     deux opérations.
54

     _Éjarrage des peaux de lapins._

     Cette opération est également connue sous le nom d'arrachage; elle
     s'opère de la manière suivante: on étend pendant deux ou trois
     jours les peaux bien dégalées dans une cave ou tout autre lieu bas
     et humide, en ayant soin de les retourner trois ou quatre fois par
     jour, afin qu'elles se ramollissent également. On les porte ensuite
     par cinquantaines à l'atelier; on coupe les _pattons_, et l'on
     ouvre les peaux dans leur longueur avec une espèce de couteau très
     tranchant à lame large et mince que l'on nomme _tranchet_. On
     s'attache ensuite à les bien _détirer_, c'est-à-dire à faire
     disparaître, au moyen des poignets, les plis que ces peaux ont
     contractées[10]. Au fur et à mesure que les peaux sont détirées, on
     les tasse les unes sur les autres, et on les surcharge d'une
     planche sur laquelle on place un corps très pesant. Par ce moyen
     non seulement on prévient le prompt dessèchement des peaux, mais
     encore on finit d'effacer les plis et les rides. Après ces
     préliminaires, l'ouvrière pratique l'arrachage de la manière
     suivante: elle place la peau sur son genou droit de manière que le
     poil soit en dehors, la _culée_, ou côté de la queue, vers le haut,
     et celui de la tête placé entre ce même genou et un établi. Voici
     la manière de M. Morel[11]. L'ouvrière, armée d'un tranchet,
     suffisamment garni de linges pour éviter qu'il ne la blesse, et
     qu'elle saisit d'abord des deux mains par ses deux extrémités, le
     fait mouvoir de telle sorte que la lame, appuyée presque
     verticalement par son tranchant sur le poil, vient, par un
55   mouvement subit et égal des deux poignets, à la position
     horizontale, le tranchant tourné du côté de l'ouvrière. Ces deux
     mouvemens, exécutés et renouvelés avec toute la célérité dont les
     muscles sont susceptibles, et en avançant peu à peu de la tête vers
     la culée, font tout le mécanisme de cette opération, qui, d'un seul
     temps, saisit et enlève le jarre sans arracher le poil fin. Il est
     néanmoins rare que cette première façon suffise pour enlever la
     totalité des jarres; c'est pourquoi l'arracheuse, après l'avoir
     exécutée, doit retourner sa peau bout pour bout; et, tandis qu'elle
     la tient de la main gauche, la droite retient seule le tranchet,
     entre la lame duquel, et le pouce revêtu du _poucier_[12], elle
     saisit les jarres qui sont demeurés, et les tire à rebrousse-poil.
     Il est aisé de voir que les ouvrières doivent joindre à beaucoup
     d'adresse une grande habitude de ce travail.

     [Note 10: Le détirage est une opération préliminaire fort
     essentielle, en ce qu'elle rend l'arrachage et le coupage plus
     aisés.]

     [Note 11: Traité théorique et pratique de la fabrication des
     feutres.]

     [Note 12: C'est ainsi qu'on nomme un doigt de peau qui sert à le
     garantir du tranchant de l'outil lorsqu'il presse le jarre contre
     ce même tranchant avec ce doigt.]

     On pratique également cette opération en plaçant les peaux sur un
     chevalet en faisant agir une plane sur le jarre; ce procédé est
     bien moins usité que le précédent. Nous devons ajouter que
     l'éjarrage ne s'applique qu'au poil du dos de l'animal, et qu'on
     doit bien faire attention à ne pas atteindre le bout du duvet, qui
     est la partie la plus soyeuse et la plus fine. Quant au poil de la
     gorge et du ventre, on est dans l'usage de le raccourcir de près
     d'un tiers. Sans cette précaution, on rendrait difficilement le
     feutre uni. Quand l'arrachage est terminé, on bat les peaux à la
     baguette pour les dépouiller du jarre coupé qui reste dans le
     duvet, et qu'on nomme gros. On les met ensuite deux à deux, cuir
     contre cuir, et par paquets de cent quatre qui sont visités par un
     nouvel ouvrier, lequel leur fait subir de semblables opérations
     pour les en dépouiller complètement.
56
     Quelle que soit l'adresse de l'ouvrière, il arrive parfois qu'elle
     arrache des parties de la peau. On doit éjarrer les mêmes parties,
     dites évidures, et les joindre aux peaux dont elles faisaient
     partie.


     _Éjarrage des peaux de castor._

     L'opération est la même, avec cette différence que comme la peau du
     castor est plus grande et que son jarre est beaucoup plus fort, il
     est nécessaire de recourir à un outil bien plus gros, qu'alors un
     homme fait mouvoir; celui-ci place la peau sur un _chevalet_, l'y
     fixe au moyen d'un _tire-pied_, s'asseoit sur l'un des bouts du
     chevalet, et prenant la plane[13] par les deux manches, lui fait
     exécuter sur la peau de castor les mêmes mouvemens qu'on imprime au
     tranchet sur les peaux de lapins. Après cette opération, une
     ouvrière enlève au tranchet les parties du jarre qui ont pu
     échapper à l'action de la plane. C'est ce qu'on nomme repassage. On
     bat ensuite les peaux de castor à la baguette pour en séparer le
     gros.

     [Note 13: Cette plane est le plus souvent à deux tranchans.]


     _Ébarbage de peaux de lièvre._

     Le jarre du lièvre adhère, comme nous l'avons déjà dit, bien plus à
     la peau que le duvet. On est donc obligé de le couper aux ciseaux;
     c'est ce qu'on nomme _ébarber_. Pour cela, l'ouvrière, après avoir
     peigné doucement le poil au moyen du _carrelet_, afin que tous les
     poils ou jarres se trouvent tous disposés dans leur situation
     naturelle, l'ouvrière, dis-je, coupe, avec de longs ciseaux bien
     tranchans, le jarre sur toute la surface de la peau et à la fleur
     du duvet, sans toucher aucunement à celui-ci. Ce travail demande
     beaucoup d'attention et d'adresse. Quand cette opération a été bien
     faite, et sur une des belles peaux, dites de _recette_, leur
57   surface offre sur le dos une couleur noire veloutée, sans aucune
     apparence de jarre; cette couleur diminue d'intensité en descendant
     vers les flancs.

     Cette opération, ainsi que celle de l'arrachage, sont longues et
     coûteuses. On a cherché de nos jours à la remplacer par des
     machines convenables. Nous allons faire connaître celle que nous
     avons pu découvrir.


     _Description d'une machine propre à nettoyer et à ouvrir la laine
     et à débarrasser les poils de leur jarre_; par M. WILLIAMS.

     On connaît en Angleterre une sorte de laine provenant de l'Amérique
     méridionale, qui est très fine et d'excellente qualité, mais
     tellement agglomérée et salie par des impuretés de toute nature,
     qu'elle n'a presque aucune valeur dans le commerce. M. Williams a
     cherché à remédier à cet inconvénient en purgeant cette laine de
     ses matières hétérogènes, et c'est dans ce but qu'il a imaginé la
     machine dont nous allons nous occuper. Quoique plusieurs parties en
     soient déjà connues et aient beaucoup d'analogie avec le
     batteur-éplucheur du coton, construit par M. Pitret, cependant
     l'ensemble présente une combinaison qui n'est pas sans mérite.
     D'ailleurs la machine est susceptible d'être appliquée à
     débarrasser de leur jarre les poils employés dans la chapellerie,
     et surtout la laine de cachemire, qui arrive en Europe chargée de
     bouchons et d'autres matières qu'on ne peut en séparer qu'avec
     beaucoup de difficulté.

     La _fig._ 1re, _pl._ 377, est une élévation latérale de la machine,
     vue du côté droit.

     La _fig._ II, le plan ou la vue à vol d'oiseau.

     La _fig._ 3, coupe longitudinale, prise par le milieu de la
     machine. Les mêmes lettres indiquent les mêmes objets dans toutes
     les figures.
58
     La machine est montée sur un bâtis en bois, A A; à son extrémité
     postérieure est disposée une toile sans fin horizontale _a_, tendue
     sur deux rouleaux qui la font tourner: c'est sur cette toile que
     l'ouvrier étale avec soin et bien également la laine ou les
     matières destinées à être soumises à l'action de la machine; B C,
     sont deux cylindres alimentaires, entre lesquels passe la nappe de
     laine étendue sur la toile _a_; ces cylindres, qui sont pressés
     l'un sur l'autre par l'effet d'un levier en forme de romaine _u_,
     tiré par un poids _z_, reçoivent leur mouvement par un engrenage v,
     composé d'un pignon et de deux roues dentées: ce même engrenage
     fait tourner la toile sans fin; _d_ est un tambour garni à sa
     circonférence de douves e, e, e, sur lesquelles sont fixées, dans
     une position oblique, des dents en fer _f_, dont la forme est
     représentée sur une plus grande échelle _fig._ 5; _g_ est une
     archure qui recouvre la partie supérieure, afin d'empêcher que la
     laine ne soit jetée au dehors par l'effet de la force centrifuge.

     Le mouvement est transmis au tambour par une poulie _h_, montée sur
     son axe et enveloppée par une courroie communiquant avec une
     machine à vapeur ou tout autre moteur. Le même axe porte une autre
     poulie i, qui, par l'intermédiaire d'un ruban croisé _j_, fait
     tourner une poulie _k_, montée sur l'axe du cylindre alimentaire C.
     Dans cette première opération, la laine, en sortant de la toile
     sans fin, passe entre les cylindres B C; là, elle est saisie par
     les dents du tambour, qui en détachent le jarre et les impuretés,
     lesquels tombent sur la planche inclinée m, après avoir traversé la
     grille _l_. La nappe de laine est ensuite entraînée sur la toile
     sans fin _n_, qui la fait passer entre les cylindres _o_ _p_;
     au-dessus de cette toile est une grille _x_, qui donne passage à la
     poussière produite par la rotation du tambour. Celui-ci fait
     tourner les cylindres _o_ _p_, au moyen d'une courroie croisée _q_,
     passant de la poulie _r_ sur celle _s_, fixé sur l'axe du cylindre
59   _p_, le mouvement est transmis à la toile sans fin _n_ par un
     engrenage _t_, composé, comme le précédent, d'un pignon et de deux
     roues dentées. Un levier en forme de romaine _y_, auquel est
     suspendu un poids _a_, presse les cylindres l'un sur l'autre.

     La laine, après avoir passé entre ces cylindres, subit l'action des
     peignes rotatifs _b_, montés dans une position oblique sur des
     douves assujetties à des croisillons c, d'un tambour plus petit que
     le précédent. Ces peignes, dessinés sur une plus grande échelle,
     _fig._ 4, tournent par l'effet d'une grande poulie f, enveloppée
     d'une courroie e, qui embrasse une poulie d, fixée sur l'axe des
     peignes. Comme ils ont une très grande vitesse, les impuretés qui
     auraient pu échapper aux dents du tambour d, sont définitivement
     détachées et lancées tant contre l'archure _g_ qui recouvre les
     peignes, que contre une planche en fer courbe h'; elles s'échappent
     ensuite par l'ouverture _i'_.

     Après cette opération, les brins de laine, parfaitement nettoyés et
     ouverts, descendent, sous forme de nappe, sur la planche inclinée
     _k_'.

     M. Malartre s'est aussi occupé avec succès de ce point important;
     nous allons transcrire le rapport qu'a fait à ce sujet M. Cadet
     Gassicourt, à la Société d'encouragement pour l'industrie
     nationale.


     _Rapport fait par M. Cadet de Gassicourt au nom du comité des arts
     chimiques, sur un procédé pour éjarrer les peaux de lièvres,
     inventé_ par M. MALARTRE, chapelier, rue du Temple, nº 60, à Paris.

     Messieurs, pour vous mettre à portée d'apprécier les avantages du
     nouveau procédé de chapellerie inventé par M. Malartre, il est
     nécessaire que nous entrions dans quelques détails sur la
     fabrication des chapeaux.
60
     Le poil des animaux employé par les chapeliers est composé de deux
     espèces très distinctes, l'une soyeuse, flexible, quelquefois
     cotonneuse, dont les parties ont naturellement beaucoup d'adhérence
     entre elles, et dont la principale fonction parait être de
     conserver la chaleur de l'animal; on la nomme duvet; l'autre, plus
     raide, plus élastique, et n'ayant point d'adhérence entre ses
     parties, semble destinée à garantir le duvet du frottement des
     corps extérieurs; on l'appelle jarre.

     L'expérience a prouvé que parmi les substances propres à être
     feutrées, celles qui ont cette qualité au plus haut degré sont les
     plus déliées et les plus homogènes, et que la présence du jarre
     dans le feutre lui ôte sa souplesse et sa force en le rendant dur
     et cassant. Un préjugé a pu faire croire, pendant quelque temps, à
     des chapeliers inexpérimentés que le jarre donnait de la solidité
     aux chapeaux; les hommes habiles n'ont point partagé cette erreur,
     et ils ont cherché, par toutes sortes de moyens, à séparer le jarre
     du duvet; mais ils n'y sont parvenus qu'imparfaitement.

     Nous ne décrirons pas la manière très connue par laquelle les
     chapeliers ont coutume d'arracher le jarre, opération qui s'appelle
     ébarber. Cette opération est si inexacte, qu'ils ont besoin, quand
     le chapeau est terminé, d'arracher avec des pinces les poils de
     jarre saillans à sa surface, et de dissimuler ainsi sa présence, au
     risque d'écorcher et de dégarnir le chapeau.

     On n'avait pas encore observé qu'il y avait sur les peaux de
     lièvres deux espèces de jarres; l'un que l'animal apporte en
     naissant et qui devient très long: il est ordinairement de deux
     couleurs; l'autre, presque aussi court que le duvet, est destiné,
     sans doute, à remplacer le long quand l'animal est dans sa mue. Or,
     par le procédé employé jusqu'ici, on enlève une grande partie du
     jarre long, mais le court reste dans le duvet.

61   M. Malartre s'est proposé le problème suivant: trouver un procédé
     pour enlever le jarre dans tous les poils employés dans la
     fabrication des chapeaux, procédé tout à la fois simple, facile,
     prompt et économique, qui extrait le jarre jusqu'à sa racine,
     jusqu'à son dernier brin, et laisse le duvet dans l'état de pure
     nature, sans la moindre altération.

     Nous croyons, messieurs, que M. Malartre a complètement résolu le
     problème, en ne jugeant que les produits qu'il obtient; car les
     substances et les manipulations qu'il emploie étant et devant
     rester secrètes, nous ne pouvons prononcer sur l'économie du
     procédé.

     M. Malartre a bien voulu, sur notre demande, nous fournir des peaux
     de lièvres de Russie et de France sécrétées et éjarrées par
     l'ancienne et la nouvelle méthode: il a mis sous nos yeux du duvet
     purifié par lui et du duvet non purifié. Nous avons examiné à la
     loupe ces différens produits; nous avons comparé des feutres qu'il
     a composés de pur duvet avec les feutres les plus fins du commerce,
     et nous avons reconnu une supériorité incontestable dans les
     feutres de M. Malartre. D'habiles chapeliers, auxquels nous avons
     présenté ces produits, ont été de l'avis de votre comité.

     Quels sont maintenant, messieurs, les avantages du nouveau procédé?
     Ici nous laisserons parler M. Malartre lui-même, parce qu'il ne
     s'éloigne pas de la vérité, et que nous ne pourrions nous expliquer
     plus clairement que lui.

     «Si l'on compare, dit-il, les chapeaux ou le jarre avec les
     chapeaux faits avec le moyen du seul duvet, l'expérience et le
     raisonnement prouvent également que ces derniers sont d'un feutre
     plus égal et plus adhérent, puisqu'ils sont composés d'une matière
     plus déliée et plus homogène; qu'ils sont plus solides, plus
     souples et d'un meilleur usage, qu'ils flattent davantage l'oeil
     par leur aspect soyeux, ondulé, brillant, et la main par le
62   moelleux de leur substance; enfin, qu'ils sont susceptibles de
     prendre de plus belles couleurs, puisque la teinture se fixe mieux
     sur une matière fine et divisée.

     »Des matières communes réputées jusqu'ici mauvaises et peu propres
     à la chapellerie, donnent, en ôtant le jarre, des chapeaux d'une
     beauté et d'une solidité égales à celles des chapeaux les plus fins
     que l'on fabrique actuellement; et, lorsqu'on emploie des matières
     de choix, les chapeaux de pur duvet peuvent rivaliser avec les
     chapeaux de castor. Ceux-ci ne sont que dorés à la surface
     extérieure: le corps du chapeau est composé de matières étrangères
     au castor. Le castor lui-même n'est point privé de jarre, et si
     l'on ajoute que les chapeaux de castor perdent leur couleur et
     rougissent en très peu de temps, tandis que la couleur est fixe sur
     les chapeaux de duvet, peut-être trouvera-t-on que ces derniers,
     sans être inférieurs aux chapeaux de castor dans aucune de leurs
     parties, ont au contraire quelques parties dans lesquelles ils leur
     sont supérieurs.»

     Nous ne ferons sur cet exposé qu'une seule observation; on prétend
     que les chapeaux de castor et autres, qui rougissaient quand on les
     teignait en noir par le sulfate de fer, ne rougissent point quand
     on les teint par le pyrolignite, ou, comme en Angleterre, par le
     nitrate de fer.

     Il résulte encore d'autres avantages du procédé de M. Malartre. En
     employant le pur duvet, deux ouvriers font, dans l'opération de la
     foule, l'ouvrage de trois. Dans l'appropriage, composé de trois
     opérations, du dressage et de deux passages, le premier des
     passages est inutile; car il n'a pour but ordinairement que de
     coucher le duvet et de faire redresser le jarre, afin de pouvoir le
     saisir avec des pinces. Or ici point de jarre. Dans l'arçonnage, il
     y a moins de poussière avec le pur duvet, moins de poils qui
     voltigent, et qui, respirés par l'ouvrier, nuisent à sa santé.
     Ainsi, la découverte de M. Malartre améliore et simplifie les
     autres procédés de la chapellerie.
63
     Nous sommes entrés dans tous ces détails, messieurs, parce que nous
     regardons ce perfectionnement comme très important. Il fait faire
     un très grand pas à l'art de la chapellerie, et si le procédé de M.
     Malartre pouvait devenir le secret des fabriques de France, cette
     branche de commerce rendrait bientôt les étrangers tributaires; car
     nous ferions exclusivement les chapeaux les plus beaux, les plus
     solides et les plus légers, avec les poils fournis par les animaux
     de notre sol, et même par ceux dont les peaux étaient dédaignées,
     comme contenant plus de jarre que de duvet, ou un jarre trop court
     pour pouvoir être séparé.

     Votre comité des arts chimiques me charge, messieurs, de vous
     demander, pour M. Malartre, une médaille dont il nous paraît que la
     matière ne peut être déterminée que dans six mois, parce que, si
     les espérances que M. Malartre fait concevoir se réalisent, la
     société jugera sans doute que la médaille d'or doit être la juste
     récompense de cette invention.

     En attendant, nous avons l'honneur de vous demander l'annonce de ce
     procédé dans le bulletin de la Société, avec les éloges que M.
     Malartre a mérités[14].--Adopté en séance, le 11 mars 1818.

     [Note 14: Les chapeaux sans jarre, de M. Malartre, se vendent au
     même prix que les chapeaux ordinaires, en lièvre et en lapin.]

     _Moyens propres à extraire le jarre du duvet des peaux destinées à
     la fabrication des chapeaux_, par M. MALARTRE, chapelier. (Brevet
     d'invention de 15 ans.)

     Il a été accordé à ce procédé, qui date du 30 mars 1818, un brevet
     de quinze ans, déchu par ordonnance du 4 mai 1823. Voici en quoi il
     consiste:
64
     On commence par imprégner les peaux d'une eau de chaux légère, qui
     ne puisse pénétrer dans la peau, c'est-à-dire dont l'effet ne
     puisse se faire sentir au-delà de la racine du duvet. Cette
     opération se fait en passant une brosse trempée dans l'eau de
     chaux, sur les deux côtés de la peau jusqu'à ce qu'elle soit
     entièrement amollie. En cet état, le jarre n'a que peu d'adhérence
     avec les peaux, et on l'en arrache aisément en le pinçant entre le
     pouce et une espèce de couteau peu tranchant. Le jarre qui reste
     après cette opération est coupé avec des ciseaux. On arrache alors
     le duvet des peaux, qui vient très facilement sans entraîner le
     jarre qui pourrait rester et qui a résisté à l'arrachage, parce que
     ses racines, étant plus profondes que celles du duvet, n'ont pas
     été atteintes par la liqueur dont l'action s'est bornée à la
     surface de la peau.

     Il est bon de faire observer qu'il faut laisser sécher les peaux
     que l'on a imprégnées d'eau de chaux, et qu'on doit les battre
     ensuite avec une petite baguette avant d'en arracher le jarre.

     Le procédé de M. Malartre ne se trouvant point décrit dans le
     bulletin de la Société d'encouragement, nous avons appris que
     l'auteur avait pris pour cela un brevet d'invention. En conséquence
     nous nous sommes procurés la copie de son brevet, et nous venons de
     le publier tel que l'auteur l'a déposé au ministère de l'intérieur.


     _Classement des peaux._

     Aussitôt que les peaux ont été ébarbées ou éjarrées, le fabricant
     en fait plusieurs triages pour les assortir suivant leur beauté et
     leur qualité.

     1º Dans chaque espèce de peau et dans chaque sorte, l'on commence
     par mettre de côté les peaux qui doivent être coupées de suite, et
65   qu'on nomme _en veule_, en les séparant ainsi des autres qui
     doivent être soumises au sécrétage;

     2º Les peaux des lapins de clapier sont également séparées de
     celles des lapins de garenne;

     3º On fait des paquets séparés des premières de ces peaux d'après
     leurs couleurs;

     4º Les peaux des castors gras sont aussi séparées de celles du
     castor sec;

     5º Enfin, s'il en est qui ne soient pas bien éjarrées ou ébarbées,
     on les renvoie à l'ouvrière. Après ces préliminaires on procède à
     l'opération suivante.


     _Sécrétage._

     Le sécrétage est une opération qu'on fait subir aux poils pour
     augmenter leur propriété feutrante. Dès le principe on employait en
     France à cet effet, mais avec un faible succès, une décoction de
     racine de guimauve et de symphitum ou grande consoude. Ce fut vers
     1730 qu'un ouvrier chapelier, nommé Mathieu, porta d'Angleterre le
     procédé du sécrétage des peaux au moyen du nitrate de mercure. La
     préparation si importante de ce sel paraît n'être pas la même dans
     toutes les fabriques; elle varie par les proportions des
     constituans; ainsi M. Morel indique:

     acide nitrique (eau forte) ........   1 livre.
     mercure.............                  de 3 à 4 onces.

     On fait dissoudre à une douce chaleur, et l'on ajoute:

     eau de pluie ou de rivière ....       de cinq à six fois
     son volume, c'est-à-dire de cinq à six livres. M. Robiquet dit que
     la liqueur mercurielle généralement adoptée se compose de:

     acide nitrique .......  500 grammes (1 livre.)
     mercure. ......         32          (1 once.)
     eau ... de moitié à deux tiers suivant la concentration
     de l'acide.
66
     M. Guichardière assure qu'il a obtenu de meilleurs résultats de la
     combinaison de l'ancien procédé avec le nouveau. En conséquence il
     conseille les proportions et le mode suivant:

     cide nitrique à 34.......    1 livre.
     mercure pur..........         6 onces.

     Après la dissolution il ajoute:

     décoction de guimauve et de grande consoude..    16 parties.

     Voici maintenant la manière de faire cette opération:

     On étend soigneusement sur une table ou un chevalet les peaux déjà
     ébarbées ou éjarrées; on trempe alors une brosse de sanglier dans
     la dissolution mercurielle et on la promène avec force sur toute la
     surface du poil, tant dans sa direction naturelle qu'à
     rebrousse-poil; on immerge de nouveau la brosse dans la liqueur, on
     la passe sur le poil, et l'on continue jusqu'à ce que celle-ci soit
     mouillée dans environ les deux tiers de sa longueur; si le poil est
     un peu rude, on imbibe le poil encore plus profondément. Il est bon
     de faire observer que, chaque fois qu'on plonge le poil de la
     brosse dans la liqueur, on doit, après l'avoir sortie, lui imprimer
     une secousse afin qu'elle ne soit pas trop chargée de liquide.
     L'ouvrier doit être placé dans un endroit aéré, afin de se
     préserver des exhalaisons mercurielles[15]. Enfin, pour rendre le
     mouillage ou le sécrétage plus égal, on réunit les peaux de deux en
     deux et poil contre poil; on les porte ensuite à l'étuve qui doit
     être assez fortement chauffée pour que la dessication soit prompte.
     La température de l'étuve devra être d'autant plus élevée que la
     dissolution du nitrate de mercure aura été plus étendue d'eau. Il
     est d'autant plus nécessaire que la dessication s'opère promptement
67   que c'est la concentration du sel qui doit produire l'effet désiré;
     car, si cette dessication est lente et successive, l'expérience a
     démontré qu'alors la contraction du poil ne parvient point au degré
     nécessaire.

     [Note 15: Les ouvriers fabricans de chapeaux éprouvent souvent des
     accidens très graves, dus à ce sel mercuriel.]

     La solution de nitrate acide de mercure exerce une action chimique
     très forte sur les poils qui contractent une couleur jaune dorée
     plus ou moins intense, suivant les parties de la peau. Vainement
     a-t-on cherché à connaître le mode d'action que l'acide nitrique et
     le sel mercuriel exercent sur le poil; nous n'avons encore, sur ce
     point, que des hypothèses; le problème reste encore à résoudre.
     Cette solution serait cependant d'autant plus importante pour cet
     art, qu'elle conduirait les expérimentateurs à lui substituer
     quelque autre sel ou quelque autre substance inoffensive, ou moins
     dangereuse que le nitrate acide de mercure. L'art du chapelier
     repose en grande partie sur l'opération du feutrage; aussi
     plusieurs fabricans ont-ils tenté plusieurs essais pour en exclure
     le sel mercuriel. En 1817, M. Guichardière présenta à la Société
     d'encouragement, des chapeaux d'ours marin, de loutre indigène et
     de raton du Mexique, sécrétés sans mercure, ainsi qu'un chapeau
     sans sécrétage, foulé par l'acide sulfurique. Nous n'avons pas
     connaissance qu'il ait donné suite à ces essais.

     M. Morel a tenté quelques essais infructueux avec les acides
     affaiblis, et les alcalis. Tous les procédés auxquels il donna
     quelqu'un de ces agens pour base, furent nuls ou fâcheux; les uns
     en détruisant la substance même des poils, les autres en
     l'attaquant de manière à altérer sensiblement leur solidité.
     L'auteur croit cependant avoir découvert un mode de sécrétage très
     avantageux pour les peaux de lapin; il se borne à les exposer
     suspendues aux solives d'une étable, et à les y laisser plusieurs
     semaines. Le poil était devenu alors plus gras, et se feutrait
     aussi facilement que s'il eût été sécrété par le nitrate de
68   mercure. Il n'en était pas de même du poil de lièvre. M. Morel
     pense qu'il eût dû y rester plus long-temps exposé que celui de
     lapin. Mais ses expériences, sur ce dernier point, n'offrent rien
     de positif.

     La Société d'encouragement pour l'industrie nationale, convaincue
     des effets nuisibles du nitrate du mercure sur la santé des
     ouvriers, proposa, en 1815, un prix relatif au sécrétage sans
     préparation mercurielle. Ce prix n'ayant point été décerné en 1816,
     il fut remis au concours en 1817. MM. Malard et Desfossés entrèrent
     en lice, et la Société arrêta que le concours serait fermé, et que
     le pris serait adjugé à ces deux auteurs, dans le cas où de
     nouvelles expériences, faites plus en grand et continuées pendant
     un temps suffisant, confirmeraient non seulement les résultats
     obtenus, mais donneraient encore une garantie absolue de la bonté
     du procédé. Il paraît que ce procédé, quoique très bon, ne répondit
     pas tout-à-fait aux espérances qu'il avait fait concevoir, puisque
     la Société, en retirant ce prix, se borna à décerner une médaille
     d'encouragement de 200 francs à MM. Malard et Desfossés. Nous
     faisons connaître le rapport qui fut fait à ce sujet à cette
     Société par M. Bréant.

     Comme nous n'avons trouvé nulle part le procédé de sécrétage de MM.
     Malard et Desfossés, nous avons lieu de croire que c'est celui pour
     lequel ils avaient déjà pris un brevet d'invention. Nous allons le
     transcrire ici.


     _Nouveau procédé de sécrétage pour le feutrage des poils destinés à
     la fabrication des chapeaux_, par MM. MALARD et DESFOSSÉS. (Brevet
     d'invention de 1817.)


     _Composition de la liqueur._

69   Ajoutez à deux cent cinquante grammes de soude brute dite
     d'Alicante, qu'on appelle _barille_ mélangée, en usage dans les
     savonneries et dans les ateliers de teinture en coton, cent
     vingt-cinq grammes de chaux vive, que vous éteignez en la plongeant
     dans l'eau avant d'opérer le mélange, et que vous filtrez après
     avoir mis assez d'eau pour que la liqueur filtrée marque dix degrés
     à l'aréomètre d'Assier-Périca: la liqueur qu'on obtient donne
     dix-neuf à vingt degrés à l'alcalimètre de M. Descroizilles.

     Imprégnez de cette liqueur les poils de peaux à sécréter, à l'aide
     d'une brosse de soie de porc, comme cela se pratique ordinairement
     pour les dissolutions de sels mercuriels.

     Ce mode de sécrétage convient également pour les chapeaux jockey et
     pour les chapeaux grande taille.

     Les chapeaux ainsi sécrétés sont mis à l'étuve.

     Le chapeau jockey est composé de quatre onces de poils, dont trois
     parties de poils sécrétés et une partie de poils veules. Le poil,
     soit sécrété, soit veule, est formé de six parties de poil de
     lièvre pour une partie de poil de lapin.

     Le chapeau grande taille est fait avec neuf onces de même mélange;
     le poil veule s'y trouve dans les mêmes proportions.

     Voici maintenant le rapport qui a été fait à la Société
     d'encouragement sur ce procédé.

     _Rapport fait par M. Bréant sur les travaux relatifs au sécrétage
     des poils sans emploi de sels mercuriels_, par MM. MALARD et
     DESFOSSÉS.

     Messieurs, l'année dernière, d'après le rapport de votre comité des
     arts chimiques, sur le prix relatif au sécrétage sans préparation
     mercurielle, vous arrêtâtes que le concours serait fermé, et que le
70   prix serait adjugé à MM. Malard et Desfossés, dans le cas où de
     nouvelles expériences, faites plus en grand et continuées pendant
     un temps suffisant, confirmeraient les résultats obtenus, et
     donneraient une garantie absolue de la bonté du procédé.

     En conséquence de cette détermination, votre comité fit préparer,
     au printemps dernier, par MM. Desfossés et Malard, la liqueur
     qu'ils ont substituée au nitrate de mercure, et il fit sécréter une
     quantité de peaux suffisante pour les expériences.

     Les poils coupés furent ensuite distribués à divers chapeliers, en
     laissant à chacun la faculté de faire les mélanges comme il le
     jugerait convenable.

     Les premières expériences nous donnèrent des résultats opposés; les
     chapeaux préparés par un des fabricans à qui nous nous étions
     adressés, furent trouvés par lui de médiocre qualité, tandis que
     ceux préparés par un autre furent estimés d'une qualité
     suffisamment bonne. Surpris de cette différence, surpris aussi que
     les meilleurs de ces chapeaux fussent inférieurs à ceux préparés
     sous les yeux de vos commissaires, dans l'atelier de M. Malard,
     votre comité a dû penser que le succès tenait à quelques
     circonstances particulières, soit dans l'opération du secrétage,
     soit dans la fabrication des chapeaux. Il résolut, en conséquence,
     de faire répéter l'opération, en la confiant de préférence au
     chapelier qui avait le mieux réussi; et comme il y avait lieu de
     croire que le sécrétage n'avait pas été fait, d'autant que les
     peaux, placées dans une très petite étuve, avaient dû éprouver une
     trop forte chaleur, le comité fit recommencer l'expérience avec un
     soin particulier, et il a eu à s'applaudir de cette précaution, que
     l'impartialité lui prescrivait, puisqu'il en est résulté des
     feutres aussi bons que ceux sécrétés au mercure, et que ces
     feutres, foulés dans la lie de vin, comme les chapeaux ordinaires,
     n'ont pas exigé plus de temps.
71
     Placé entre deux rapports contradictoires, ne pouvant élever de
     doute contre l'exactitude d'aucun des deux, votre comité a dû
     rechercher la cause de ces différences, et il l'a trouvée, non dans
     la bonne volonté plus ou moins grande de ceux qui ont concouru aux
     expériences, mais dans la différence des matériaux qu'ils ont
     employés, et dans leurs méthodes particulières.

     Les objections faites contre le nouveau sécrétage, portent sur les
     points suivans:

     1º Les poils sont humides, et cependant, à l'arçonnage, ils
     produisent de la poussière.

     2º Le bâtissage se fait plus lestement.

     3º A la foule ils rentrent moins vite, et au point qu'il a fallu
     six heures pour un grand chapeau.

     4º Les poils ne sont pas assez adhérens, puisqu'on les enlève avec
     une brosse.

     5º Enfin, ils ne prennent pas un beau noir.

     A cela, votre comité répond que la poussière a dû résulter du
     défaut de précaution apporté dans la première opération du
     sécrétage. Cet inconvénient ne fut pas observé l'année dernière, et
     avec une très légère modification dans le procédé on y remédierait
     aisément.

     Il ne peut non plus attribuer la lenteur du bâtissage, observé par
     un des fabricans qui ont travaillé aux expériences, qu'à la même
     cause qui a produit de la poussière; car l'année dernière cette
     opération se fit très bien, et s'est également bien faite dans les
     derniers essais qui ont eu lieu.

     La première opération du sécrétage n'ayant pas été bien conduite,
     il n'est pas étonnant que les résultats obtenus à la foule n'aient
     pas été aussi satisfaisans que ceux de l'année précédente. Ils ont
     été les mêmes aussitôt qu'on a employé le procédé avec plus de
     soin.

     Quant à l'effet de ces chapeaux à la teinture, il n'est pas
72   étonnant qu'ils n'aient pas pris un aussi beau noir. Le sécrétage
     influe nécessairement sur le mordant, et le bain doit être modifié
     en raison des substances employées pour le sécrétage; mais rien
     n'est plus facile que de préparer un bain de teinture, dans lequel
     ils prendront un noir aussi parfait que celui qu'on obtient avec
     les poils sécrétés au mercure.

     Après avoir comparé attentivement les résultats contradictoires des
     expériences qu'il a fait répéter plusieurs fois, votre comité est
     demeuré convaincu:

     1º Que par le procédé de MM. Desfossés et Malard, on parvient à
     sécréter les poils au point de les rendre propres à faire
     d'excellens feutres; mais que ce procédé ne communique pas aux
     poils toute l'énergie feutrante que leur donne le nitrate de
     mercure.

     2º Que le succès de ce procédé tient à des circonstances tellement
     délicates, qu'il est difficile de pouvoir en répondre constamment.

     Ainsi, on ne peut nier que l'emploi du nitrate de mercure n'ait un
     avantage marqué, puisqu'il ne manque jamais de remplir son effet.

     D'après cet exposé, messieurs, votre comité doit déclarer que les
     conditions du programme ne lui paraissent pas remplies, et que le
     prix n'est pas gagné; mais il serait injuste s'il ne reconnaissait
     pas que ceux qui ont autant approché du but méritent un
     encouragement des plus honorables.

     En le leur accordant, vous les déterminerez à faire de nouveaux
     efforts pour ajouter à leur procédé ce qui lui manque pour réussir
     constamment dans les mains de tous les fabricans. Eux seuls peuvent
     y parvenir, parce qu'ils sont les inventeurs, qu'ils ont intérêt à
     perfectionner leur découverte, et que la réunion de leurs
     connaissances et de leurs talens leur offre tous les moyens de
     succès.

     Votre comité vous propose, en conséquence, de décerner, à titre
73   d'encouragement, une médaille d'or au procédé de sécrétage présenté
     par MM. Desfossés et Malard.

     Des informations prises auprès de plusieurs fabricans ont fait
     connaître que le tremblement mercuriel est maintenant rare parmi
     les ouvriers chapeliers, sans doute parce que l'on emploie
     aujourd'hui une moindre quantité de mercure; mais si les ouvriers
     chapeliers ne sont plus autant exposés à cette maladie, elle
     attaque ceux qui sécrètent les peaux, et quoique le nombre de ces
     préparateurs de poil soit très peu considérable, il ne faut pas
     négliger les moyens de les préserver d'une cruelle maladie.

     Votre comité ne pense pas toutefois qu'on doive remettre au
     concours le problème du sécrétage; il se charge d'en chercher la
     solution dans le cas où, contre son espérance, MM. Desfossés et
     Malard renonceraient à faire de nouvelles tentatives. Les
     conclusions de ce rapport ont été adoptées: en conséquence M. le
     président a remis à MM. Malard et Desfossés une médaille
     d'encouragement de la valeur de 200 fr.


     _Tonte ou coupe de poils._

     L'ouvrière commence par couper toutes les inégalités et cornes des
     peaux, ainsi que la queue et les pattes, c'est ce qu'on appelle
     _border la peau_; les parties retranchées sont nommées
     _chiquettes_: elles sont mises à part. On prend alors les peaux, on
     les humecte du côté de la chair avec une éponge imbibée d'eau ou,
     bien mieux, trempée dans de l'eau de chaux affaiblie, et l'on
     accole les peaux de deux en deux du côté mouillé[16], par
     cinquantaines; on les charge de planches surchargées d'une grosse
     pierre, et on les laisse en cet état de douze à vingt-quatre
     heures, afin que le cuir soit plus souple, et que le poil puisse en
74   être extrait plus aisément. Pour cela on recourt à deux moyens; on
     l'arrache ou bien on le coupe. M. Guichardière donne la préférence
     au premier moyen, pour la fabrication des chapeaux velus. Il assure
     que si le feutrage des poils arrachés est plus difficile, en
     revanche le feutre qui en provient est plus solide, et ne dépérit
     point sous la main de l'ouvrier. D'ailleurs, ajoute-t-il, par cette
     méthode on a l'avantage de tirer parti du poil commun du ventre du
     lièvre, qui n'a dans les circonstances ordinaires que fort peu de
     valeur. La plupart des fabricans ne partagent pas l'opinion de M.
     Guichardière; ils donnent la préférence à la coupe des poils,
     d'après la conviction qu'ils ont acquise par l'expérience que le
     bulbe de ces poils était très nuisible au feutrage.

     [Note 16: L'on doit avoir grand soin que le poil ne soit nullement
     mouillé.]

     Dans toutes les fabriques, on procède au coupage, pour les poils de
     lapin, de castor, et à _l'arrachage_ ou tirage pour ceux de lièvre.
     Voici la manière de faire ces deux opérations.


     _Coupage de poils de[17] lapins._

     On commence par débrouiller légèrement le poil au moyen d'une
     carde, c'est ce qu'on nomme _décatir_; après cela, les
     _découpeuses_ étendent et fixent la peau en travers sur une table
     ou une planche bien unie, le poil en dehors et couché de droite à
     gauche. Alors, elles prennent de la main gauche une plaque de
     fer-blanc qui a sept à huit pouces de longueur sur quatre ou cinq
     de largeur, et dont un des grands côtés est replié et arrondi pour
     préserver la main des coupures; avec cette main ainsi armée elles
     découvrent dans toute la largeur de la peau, le pied d'une rangée
     égale de poils. Alors, elles prennent de la main droite une sorte
75   de couteau aigu et très tranchant, qui est emmanché verticalement
     et entouré de peau ou de toile dans une partie de sa longueur. Avec
     ce couteau, la découpeuse tranche les poils dans toute cette
     longueur par deux mouvemens: le premier qui pousse le couteau vers
     le bord de la peau opposé à l'ouvrière; le second qui le ramène au
     bord d'où il est parti. Ce dernier mouvement est aussitôt suivi de
     celui de la main gauche, qui ramène la plaque sur les poils coupés
     pour les faire passer derrière et découvrir une nouvelle rangée de
     poils, qui sont tranchés comme les premiers et ramassés par la
     plaque, on continu ainsi depuis le derrière des oreilles jusqu'à
     l'extrémité de la culée. Nous devons ajouter qu'à chacun de ces
     deux mouvemens principaux qui poussent et ramènent le couteau, se
     joint un petit mouvement d'oscillation du poignet qui, en empêchant
     le couteau de demeurer dans la même trace, en règle la marche vers
     la culée, par une suite d'angles très aigus[18]. Nous allons
     continuer à laisser parler M. Morel. La perfection de la coupe
     consiste à donner le coup de tranchant _dru-et-menu_, pour rendre
     le cuir très net, ne point _hacher_ le poil, et l'obtenir dans
     toute sa longueur. Le couteau de la coupeuse étant parvenu à
     l'extrémité postérieure de la peau, la découpeuse met de côté le
     cuir, après l'avoir nettoyé en le frottant avec la main humectée;
     elle déroule ensuite le poil qui, d'abord ramassé par la plaque,
     s'est ensuite roulé sur lui-même de manière à former une petite
     toison, qui a reçu le nom de _parure_. Cette toison est alors
     étendue sur une table, et l'ouvrière sépare 1º les différentes
     qualités de poils, ainsi elle met à part le poil du ventre nommé
     _poil commun_; 2º celui des flancs, et de la gorge ou _poil moyen_;
     3º celui du milieu du dos, dans la largeur de trois à quatre
     doigts: celui-ci, qui est le plus fin, porte le nom de l'_arête_.

     [Note 17: Nous empruntons en partie cette description à M. Morel.]

     [Note 18: La découpeuse doit avoir soin d'aiguiser le couteau, dès
     qu'elle s'aperçoit que le tranchant commence à s'émousser.]
76

     _Coupage des poils de castor._

     Le procédé est, à peu de chose près, le même que le précédent, avec
     cette différence que la peau du castor est trop large pour que la
     découpeuse puisse couper le poil dans toute la largeur de cette
     même peau. C'est à cause de cela qu'il se coupe en plusieurs
     bandes, qui ont environ la largeur de la plaque. On sépare trois
     qualités de poils de la toison du castor: 1º l'_arête_ ou le
     _noir_; 2º l'_entre-deux_ ou le poil des flancs et de la gorge; 3º
     le _blanc_ ou le poil de la tête et du ventre.

     Quant au lièvre, dit l'auteur précité, on n'enlève de cette manière
     que l'arête des peaux non sécrétées, destinées à faire ce qu'on
     nomme de la _plume_ ou _dorure_.

     _Arrachage ou tirage du poil du lièvre._

     Dans cette opération, les découpeuses pincent le duvet entre le
     pouce et la lame d'un couteau dit tranchet, et le tirant vers
     elles, le duvet est emporté, et presque tout le jarre reste sur la
     peau. Cet arrachage complète l'éjarrage. La toison du lièvre offre
     quatre qualités de poils qu'on sépare et met de côté; ces poils
     sont:

          1º l'arête,                3º le roux,
          2º les à-côtés,            4º le commun.

     Quand le coupage des poils est terminé, on procède à celui des
     _chiquettes_, que l'ouvrière divise et classe par qualités suivant
     la partie de la peau à laquelle elles appartiennent.

     Les peaux dépouillées de leurs poils sont vendues pour les
     fabrications d'une qualité de colle très employée dans les
     arts[19].

     [Note 19: Quant aux laines, il convient aux fabricans de les
     acheter en lavé; ou dans le cas contraire, d'en séparer à la main
     toutes les parties défectueuses et toutes les ordures, avant de
     procéder au lavage.]

77   Le coupage des poils à la main était une opération très longue et
     très coûteuse; aussi a-t-elle fixé l'attention de la société
     d'encouragement pour l'industrie nationale qui en a fait un de ses
     sujets de prix, qui a été remporté en 1829, par M. Coffin.

     Nous allons faire connaître la machine qu'il a inventée à ce sujet,
     ainsi que le rapport qui en a été fait à cette société par M.
     Molard.

     _Description d'une machine propre à couper le poil des peaux
     employées dans la chapellerie, inventée par_ M. COFFIN, _ingénieur
     mécanicien à Boston, aux États-Unis d'Amérique._

     Cette machine, qui a obtenu le prix de 1,000 fr., proposé par les
     sociétés d'encouragement pour l'industrie nationale, est composée
     d'un bâtis en bois ou en fer, A A' A", _fig._ 6, portant sur sa
     traverse supérieure A' un arbre horizontal en fer 1, entouré de
     lames tranchantes hélicoïdes en acier J, lesquelles tournent
     rapidement contre un couteau vertical fixe K, aussi en acier et
     bien tranchant. Les lames hélicoïdes sont disposées de manière à
     présenter au couteau une face oblique qui favorise l'effet de leur
     tranchant.

     La peau, engagée entre deux tiges cylindriques en fer q, rétablies
     en avant du couteau k, est amenée successivement contre le
     tranchant des lames hélicoïdes par la rotation de ces tiges, opérée
     au moyen d'un engrenage n' o p, _fig._ 9, qui communique avec une
     poulie motrice L, tournant sur l'arbre I', en dehors du bâtis. Les
     tiges cylindriques ont un mouvement indépendant l'une de l'autre,
78   afin de pouvoir employer diverses épaisseurs de peaux sans
     occasioner le dégrenage des roues dentées.

     Le mouvement de l'arbre à lames hélicoïdes est produit de chaque
     côté de la machine par une poulie G, enveloppée d'une courroie H,
     passant sur la périphérie d'une grande roue en fonte E, laquelle
     reçoit son impulsion d'un axe coudé _D_, que l'ouvrier fait agir au
     moyen d'une pédale _B_. Il appuie en même temps sur un châssis à
     bascule S, qui serre l'une contre l'autre les tiges cylindriques Q,
     R, entre lesquelles la peau est engagée, le poil en dessous.
     L'ouvrier guide cette peau avec la main, afin qu'elle reste bien
     tendue et se présente carrément aux lames hélicoïdes. Ces lames, en
     rasant contre et derrière le couteau k, divisent la peau en fines
     rognures, tandis que le poil est coupé par le bord tranchant et
     bien aiguisé du couteau. Par cette manoeuvre, le poil tombe
     successivement sous forme de nappe dans une auge en fer-blanc _U_,
     placée au-dessous des cylindres alimentaires, pendant que les
     rognures des peaux tombent dans un coffre en bois V, au-dessous de
     l'arbre à lames hélicoïdes.

     Un couvercle Z, qu'on abat pendant le travail, empêche que les
     rognures de peau détachées soient lancées au dehors par la force
     centrifuge des lames.

     Cette machine, conduite par un seul ouvrier, coupe la même quantité
     de poil que trois ouvriers par le procédé ordinaire.

     _Explication des figures._

     _Fig._ 6. Élévation latérale de la machine à couper le poil, montée
     de toutes ses pièces.

     _Fig._ 7. Plan de la même, montrant la disposition des lames
     hélicoïdes.

     _Fig._ 8. Coupe de la machine sur la ligne A B du plan.

     _Fig._ 9. Engrenages des cylindres alimentaires vus de face.
79
     _Fig._ 10. Coupe des poulies motrices de l'arbre à lames hélicoïdes
     et des cylindres alimentaires.

     _Fig._ 11. Coupe et plan du couteau fixe.

     _Fig._ 12. Arbres à manivelles, vu séparément et en coupe.

     Les mêmes lettres indiquent les mêmes objets dans toutes les
     figures.

     A. A. Bâti en bois portant le mécanisme de la machine; on peut le
     construire aussi en fer.

     A' A" Traverses supérieure et inférieure du bâti.

     B. Pédale que l'ouvrier placé devant la machine fait agir avec le
     pied.

     C. C. Petites bielles attachées à la pédale et accrochées, par leur
     extrémité supérieure, aux coudes d'un arbre horizontal D. Qui
     tourne sur des coussinets fixés sur la traverse A' du bâti.

     E. E. Grandes roues en fonte montées sur l'arbre _D_.

     F. Petites poulies fixées sur le même arbre.

     G. G. Poulies bombées en bois, enfilées sur la partie carrée de
     l'arbre l, et qui lui transmettent le mouvement qu'elles reçoivent
     des grandes roues E. E. par l'intermédiaire des courroies H. H.
     dont elles sont enveloppées.

     J. Arbre portant les lames tranchantes hélicoïdes J.

     K. Couteau fixe, dont la lame est bien affilée, et qui est placé en
     avant et au niveau des lames hélicoïdes.

     L. L'. Poulies à gorge, tournant librement sur l'arbre _I_.

     M. M. Cordes croisées passant sur les poulies F et L, et
     transmettant à cette dernière le mouvement qu'elles reçoivent de
     l'arbre coudé D.

     N. N'. Pignons faisant corps avec la poulie _L_, dont l'un commande
     la roue dentée O, fixée sur le cylindre alimentaire inférieur, et
     l'autre mène la roue P, montée sur le cylindre supérieur.

     Q. Cylindre alimentaire inférieur tournant dans des collets qui
     reposent sur la traverse A' du bâti.

80   R. Cylindre alimentaire supérieur fixé avec sa roue dentée P au
     châssis à bascule S. Ce cylindre est armé d'aspérités, pour saisir
     et conduire la peau à son passage par-dessus le couteau fixe vers
     les lames hélicoïdes. Il y a une rotation inverse de celle du
     cylindre _Q_.

     S. Châssis à bascule portant le cylindre alimentaire supérieur, et
     que l'ouvrier relève dans la position indiquée par les lignes
     ponctuées, _fig._ 8, lorsqu'il veut introduire la peau, et qu'il
     baisse en suite en guidant la peau avec la main, et faisant en même
     temps agir la pédale.

     T. T'. Centre de mouvement du châssis à bascule S.

     U. Auge en fer-blanc placé au-dessous des cylindres alimentaires,
     et dans laquelle tombe le poil coupé sous forme de nappe.

     V. Boîte en bois qui reçoit les rognures de peau détachées par les
     lames hélicoïdes.

     X. X'. Poulies pleines en fonte, servant de volans.

     Y. Ressort qui presse le couteau K contre les lames hélicoïdes.

     Z. Couvercle en fer-blanc qui recouvre les lames hélicoïdes et
     empêche les rognures de peau lancées par la force centrifuge de se
     mêler avec la nappe de poil.

     _Rapport sur le prix proposé pour la construction d'une machine
     propre à raser les poils des peaux employées dans la chapellerie_;
     par M. MOLARD.

     Parmi les prix proposés pour être décernés cette année, il en est
     un d'un très grand intérêt, celui qui a pour objet la construction
     d'une machine propre à raser les poils des peaux employées dans la
     chapellerie.

     Votre programme, publié à ce sujet, après avoir énuméré les divers
     inconvéniens, résultant du procédé manuel employé jusqu'à ce jour,
     pour raser les poils des peaux, et fait connaître la longueur du
81   travail, ainsi que la dépense qu'il occasionne, annonce que,
     considérant que les moyens mécaniques employés dans ces derniers
     temps ne sont pas d'un usage général, et qu'il n'est pas à la
     connaissance de la société qu'ils soient même à la portée du plus
     grand nombre des fabricans, vous avez jugé nécessaire de promettre
     un prix de la valeur de mille francs, à l'auteur d'une machine
     simple dans sa construction, d'un service prompt et facile, peu
     dispendieuse, et à l'aide de laquelle on puisse raser ou tondre
     toutes sortes de peaux propres à la chapellerie, après que les
     poils en ont été sécrétés. Vous avez exigé en même temps que la
     machine procurât douze livres de poils par jour, et qu'elle tînt
     les peaux bien tendues, pour faciliter l'enlèvement des poils, à
     cause que la dissolution mercurielle les fait souvent se crisper.

     On sait qu'une ouvrière employée à raser les peaux par le procédé
     ordinaire, reçoit 70 centimes, terme moyen, par chaque livre de
     poil, et qu'elle en coupe une livre et demie par jour; d'où il
     résulte que les douze livres que devrait produire la machine,
     suivant le programme, coûteraient 8 francs 40 centimes par le
     procédé usité.

     Une seule machine, de grandeur naturelle, a été envoyée à ce
     concours.

     Nous n'entrerons point ici dans tous les détails de sa composition:
     nous dirons seulement qu'elle est établie sur un principe à la fois
     simple et ingénieux. La peau est présentée à l'action de la
     machine, par une paire de cylindres alimentaires, le poil en
     dessous, où il est coupé par le bord tranchant et bien affilé d'une
     lame fixée de champ sur son dos, et servant de contre-couteau à
     deux lames hélicoïdes, montées sur un même arbre, lesquelles, en
     tournant, découpent la peau par lanières très étroites; et comme
     l'action de ces lames exerce une certaine pression successive sur
     la peau, en la découpant, il en résulte que le poil, soutenu
     immédiatement par le tranchant du contre-couteau, est coupé en même
82   temps que la peau est divisée en rubans fort étroits. La fourrure
     tombe successivement en forme de nappe dans un récipient au-dessous
     des rouleaux alimentaires, tandis que les rognures de la peau
     tombent au-dessous de l'arbre à couteaux hélicoïdes, à mesure
     qu'elles sont détachées.

     Les expériences que votre comité des arts mécaniques a faites avec
     cette machine, ont prouvé que, par son moyen, on peut séparer en
     une minute et demie le poil d'une peau de lapin sécrétée, dont le
     produit en poil a été d'une once et demie; ce qui prouve qu'en dix
     heures de travail on obtiendra 40 livres 10 onces de poils.

     Cette quantité de poils obtenue en dix heures représente environ
     quatre cents fortes peaux clapiers débardées, c'est-à-dire
     préparées pour être soumises à l'action de la machine.

     La machine dont il s'agit peut être desservie par quatre femmes;
     deux doivent suffire à la préparation des peaux, la troisième pour
     les passer à la machine, et la quatrième pour séparer les diverses
     qualités de poils obtenus de la peau, et mettre les poils en
     paquets.

     La journée de chacune d'elles peut être évaluée à 1 fr. 25
     centimes................. 5 fr.

     Intérêt par jour, des frais d'acquisition
     sur 400 francs, prix de la
     machine............................ »  5
       Frais d'entretien aussi par jour. »  2       7 c.
                                            ____________
      40 livres 10 onces auraient donc          »
     coûté de manutention............           5   7 c.

     Ce qui portait la livre de poils à environ douze centimes et demi,
     tandis que les quarante livres dix onces de poils, extraites par le
     procédé actuel, auraient coûté 28 francs 60 centimes de
     manutention, et l'emploi de vingt-cinq ouvrières par jour.

     Enfin, les peaux peuvent être passées ou non à la dissolution
     mercurielle, pour être rasées à la machine.
83
     D'après ces résultats avantageux et incontestables, le comité,
     convaincu que la machine présentée remplit toutes les conditions
     voulues par le programme, a l'honneur de vous proposer de décerner
     le prix de 1,000 francs à M. Coffin, mécanicien à Boston, aux
     États-Unis d'Amérique, inventeur de la machine présentée au
     concours.

     Avant de terminer ce rapport, nous croyons devoir, messieurs, vous
     proposer d'adresser des remerciemens à M. Malard, pour les utiles
     renseignemens que cet habile fabricant de chapeaux s'est empressé
     de fournir sur l'état actuel de son art, et comme appréciateur
     éclairé des nouveaux moyens que la société vient d'acquérir pour le
     perfectionner.

     Approuvé en séance générale, le 16 décembre 1829. Signé, Molard,
     rapporteur.


     _Mélange des matières._

     La beauté et la qualité des chapeaux dépend de la nature, de la
     beauté et des proportions des poils employés sécrétés, et de celui
     qui ne l'est pas, et qu'on nomme veule. Ainsi, dans la composition
     de mélange des matières premières, le fabricant les règle, 1º
     suivant le degré de finesse qu'il se propose de donner aux
     chapeaux; dans ce cas il recherche les bonnes espèces et les belles
     qualités de poils; 2º suivant le temps qu'on doit employer à leur
     travail; ce temps est relatif aux proportions de poil sécrété et de
     veule[20]; 3º suivant le degré de liaison exigé par les feutres. Ce
     cas se règle sur l'usage auquel on les destine et leur dimension
     quand ils sont fabriqués. On le leur communique par l'addition des
     matières en laine qu'on nomme charge, et dont les proportions
84   varient entre un neuvième au moins et un quart au plus du poids
     du mélange. Il est bien essentiel d'employer une qualité de laine
     dont la beauté soit relative à celle des autres matières employées,
     ou, si l'on veut, à leur finesse. Ainsi, 1º quand il entre dans le
     mélange beaucoup de poil commun, on emploiera la laine grossière ou
     les pelotes; 2º on prendra le poil de chameau pour charge des
     mélanges plus fins; 3º pour ceux qui contiennent le poil le plus
     fin de chaque espèce, c'est la plus belle laine _vigogne rouge_
     bien épluchée qui devra former la chaîne; 4º enfin, pour les plus
     fins, quand on n'emploie pas de castor, c'est toujours le poil de
     l'arête de lièvre qu'on prend; on y ajoute environ un quart d'once
     de belle vigogne rouge, pour en former la chaîne. Les mélanges des
     matières diffèrent donc suivant la qualité des chapeaux. Nous
     pouvons ajouter que chaque fabricant a les siens, qu'il croit
     toujours les meilleurs. Règle générale, on doit, sur ce point,
     tenir note de tous les essais que l'on fait sur un registre
     particulier, et suivant les formules suivantes indiquées par M.
     Morel.

     [Note 20: Règle générale, les mélanges communs doivent être moins
     travaillés que les mélanges fins.]


_Mélange de poils flamands._


ANNÉE
MOIS      MATIÈRES EMPLOYÉES       VALEUR.                        OBSERVATIONS
ET JOUR
                                                          f.  c.
1er juin  Lièvre sécrété, arête. 5 liv. à 24 fr........120  »  L'once de ce mé-
1830.     Id. à côtés........... 2 liv. à 16 fr........ 32  »  lange revient à en-
          Lièvre veule, arête... 2 liv. à 30 fr........ 60  »  viron 1 fr. 50 c.
          Vigogne rouge.......   1 liv. à 16 fr........ 16  »

                                10 liv., ci........... 228  »  Ce mélange est
                                                               propre à toutes sor-
                Déchet ......        4 onces cardage..   2  »  tes d'ouvrages, soit
                                                               légers, soit étoffés,
                Reste .......    9 liv. 12 onces, ci... 230 »  prix moyen, 23 fr.
                                                               60 c. la livre

85

_Mélange du nº 1, première qualité._


ANNÉE
MOIS       MATIÈRES EMPLOYÉES.         VALEUR.                     OBSERVATIONS.
ET JOUR.
                                                           f. c.
10      Clapier sécrété, arête.  5 liv. à 8 fr. ......... 40  »  Ce mélange est
juillet Garenne veule, id....    2 liv. 8 onces à 8 fr... 20  »  composé de manière
1930    Lièvre sécrété, à côtés. 1 liv. à 16 fr. .......  16  »  à pouvoir
        Id.... id..... roux...   2 liv. à  9 fr. .......  18  »  supporter un
        Chameau beau .......     1 liv. 1/2 à 8 fr. ..... 12  »  cinquième de dorure.

                                                                 Il ferait de très
                                 12 livres, ci. ........  106 »  beaux fonds pour
                      Déchet.      cardages. .......        4 »  des oursons première
                                                                 qualité.
                      Reste.     11. liv. 10 onces, ci... 110 »  Ce mélange revient
                                                                 à 9 fr. 47 c.
                                                                 la livre.


_Mélange du nº + croix._

                                                          f. c.
1er   Garenne sécrété, arête.   1 liv. à 8 fr. ........   8  »  Ce mélange  est
août  Id. ... id. .... veule.   1 liv. à 8 fr. ........   8  »  destiné à faire les
1830  Castor sécrété blanc et                                   plus beaux feutres
      moyen............         3 liv. à 90 fr. ....... 270  »  et les ouvrages les
      Id. veule. arête.......   1 liv. 4 onc. à 110 fr. 137 50  plus légers; il re-
      Vigogne rouge                                             vient à 64 fr. 32 c.
      épluchée..............   12 onces. à 1 fr. 50 c.   16 15  la livre, ou 4 fr.
                                                                2 c. l'once.

            Poids total...      7 liv. Prix total...... 439 65
               Déchet......       2 cardages .........    2 35

                                 6 liv. 14 onc., ci.....442 »

     _Du cardage._

     L'opération du cardage est presque entièrement supprimée; elle n'a
     lieu que lorsqu'il se trouve un paquet de mélange, pour des
     chapeaux communs ou fonds de poil et oursons. Les poils propres à
     la fabrication des chapeaux, façon flamande, sont seulement passés
     au violon, afin de les mélanger de manière à ce que la qualité soit
86   bien égale. Cependant, afin de rendre notre ouvrage plus complet,
     nous allons décrire le travail du cardeur.

     L'on commence par bien étirer la charge et lui donner ensuite un ou
     deux _tours de cardes_, afin qu'étant bien divisée ou ouverte, elle
     puisse se distribuer plus aisément dans le mélange; on bat ensuite
     à la baguette et séparément chaque espèce de poil. Après cela on
     réunit toutes les matières. L'on y mêle bien les cardées de charge,
     et l'on bat le tout à la baguette. C'est un commencement de
     mélange, que l'on rend plus parfait au moyen du _violon_. Cette
     opération a été fort bien décrite par M. Morel; nous allons la lui
     emprunter en grande partie.

     Par le nom de _violon_, on entend un assemblage de seize à dix-huit
     cordes de fouet, d'environ huit pieds de longueur, lesquelles sont
     retenues par leurs extrémités dans deux tasseaux percés d'un nombre
     suffisant de trous distant de deux à trois pouces les uns des
     autres. Les cordes ainsi disposées fouettent aisément quand l'un
     des tasseaux étant fixé au plancher, le cardeur frappe à coups
     redoublés devant lui avec l'autre tasseau qui est muni d'un manche
     d'un pied et demi de longueur. L'ouvrier doit avoir soin de remuer
     de temps en temps le tas avec deux baguettes afin que le travail ou
     le mélange s'opère également; il continue à fouetter jusqu'à ce que
     les diverses matières soient bien mélangées, ce qu'en termes de
     l'art on nomme _effacées_. Pour les mélanges les plus fins, le
     travail du cardeur est souvent terminé là; mais quand ils doivent
     ensuite être cardés, il réunit le mélange, qui porte alors le nom
     d'étoffe, en un tas; brise l'étoffe à la carde et la repasse
     ensuite sur la carde doucement, afin de peigner les poils et les
     étendre sans les rompre. Il continue cette opération s'il
     s'aperçoit qu'il existe encore de petites agglomérations ou pelotes
     de poil connues sous le nom de bourgeons. L'étoffe est alors portée
     dans une salle nommée _pesage_, pour de là être soumise
87   immédiatement à l'opération de l'_arçon_. Dans le cas qu'on veuille
     la garder quelque temps, on doit, pour la garantir de l'humidité,
     de la poussière, de la fermentation et des teignes, enfermer les
     poils, soit séparés, soit mélangés dans des tonneaux bien fermés
     sans les tasser ou presser. Ceux qui sont sécrétés portent leur
     préservatif contre les teignes; mais ils sont disposés à se
     bourgeonner ou _peloter_, de même que la garenne et le castor
     veules.

     Dans l'intérêt du fabricant, il convient donc de laisser écouler le
     moins de temps possible entre le mélange des matières premières et
     leur feutrage.


     _De l'arçon._

     Le contre-maître distribue au fouleur, dit compagnon, le poids
     nécessaire pour le genre de feutre qu'il lui demande, et dont il
     lui indique en même temps les dimensions. Celui-ci divise l'étoffe
     en deux ou quatre parties, suivant que le feutre qu'il doit
     confectionner doit être composé de deux à quatre pieds, et qu'il
     doit être de forme régulière ou irrégulière. Jadis on faisait
     quatre pièces pour les chapeaux jockeys. Il est plus commode de
     n'en faire que deux; c'est une imitation flamande. Mais lorsqu'on
     fabrique des chapeaux à cornes, il vaut mieux; nous dirons même
     qu'il est nécessaire de faire quatre pièces, à cause de la grande
     quantité de matières et de la petitesse de la table de l'arçon. Il
     est aussi important de former de quatre pièces le feutre qui doit
     avoir quelque épaisseur, enfin on doit ne se borner à deux que pour
     ceux qui sont doués de beaucoup de légèreté. Voici maintenant la
     manière dont M. Robiquet décrit l'opération de l'arçonnage. Loin de
     chercher à nous approprier les travaux d'autrui, en torturant leurs
     phrases pour nous rendre propres leurs pensées, nous préférons les
     transcrire en indiquant les sources où nous avons puisé.

     L'arçon est une espèce d'archet d'une grande dimension, qu'on
88   suspend au plancher vers son milieu, afin de pouvoir le placer dans
     toutes les directions possibles. Cet archet est situé au-dessus
     d'une table recouverte d'une claie d'osier fin, et assez serrée
     pour ne laisser passer que les ordures. On place le poil sur cette
     claie; on fait entrer la corde de l'arçon dans le tas, et, sans
     qu'elle en sorte, on la met en jeu à l'aide d'une _coche_, sorte de
     fuseau en bois dur, terminé à chaque extrémité par un bouton en
     forme de champignon. C'est en accrochant la corde avec ce bouton,
     et la tirant fortement, qu'elle finit par glisser sur le bouton, et
     qu'elle entre en vibrations d'autant plus accélérées, que le
     mouvement de l'arçonneur a été plus brusque. L'ouvrier a soin
     d'élever ou d'abaisser l'arçon, de le porter en avant et en
     arrière, suivant qu'il le juge nécessaire; il continue ainsi
     jusqu'à ce que le mélange soit intime et qu'on ne puisse y
     distinguer aucune nuance. On termine cette manipulation par ce
     qu'on nomme _voguer l'étoffe_, c'est-à-dire par l'arçonner de
     manière que ses moindres parties, pincées successivement par la
     corde, soient enlevées et transportées de gauche à droite, en
     faisant en l'air un trajet de plus de deux pieds. Le duvet retombe
     très légèrement et finit par former un tas d'une raréfaction telle,
     que le moindre souffle pourrait tout dissiper en un instant.
     L'ouvrier, à l'aide d'un clayon, repousse le tas vers sa gauche et
     donne une seconde vogue, mais avec une telle dextérité, qu'il le
     fait tomber dans un espace d'une figure déterminée, et de manière à
     ce que les couches varient d'épaisseur en telles ou telles parties
     suivant le besoin. Arrivé à ce point, on enlève la claie, on
     nettoie la table, puis on la mouille, afin de faciliter l'adhérence
     des poils; c'est alors qu'on passe au premier degré de feutrage,
     dit bastissage.

     L'arçonnage est bien loin d'être parvenu au point de perfection
     auquel il est susceptible d'atteindre: il faudrait en effet qu'on
     pût tirer les pièces d'un seul trait sans que, lorsque le _voguage_
89   est commencé, l'action de la corde éprouvât la moindre
     interruption. On pourrait alors espérer obtenir une liaison égale
     de toutes les parties d'une pièce et un entrecroisement complet de
     toutes les matières. On ne peut se dissimuler qu'il faut beaucoup
     d'adresse de la part de l'ouvrier et un coup d'oeil le plus exercé
     pour former sur la claie, d'un seul trait et seulement au moyen du
     jeu bien dirigé de l'arçon, une figure projetée ou mieux donnée.
     L'ouvrier, quelle que soit son adresse, n'y parvient
     qu'approximativement; il a un autre obstacle qui s'y oppose, c'est
     l'interruption du _voguage_, tant pour battre et rouvrir de temps
     en temps l'étoffe non voguée, qui s'affaisse sous le poids de la
     perche de l'arçon, que pour enlever les ordures qui passent[21].

     [Note 21: Morel, _loco citato_.]

     La perfection de l'arçonnage, dit M. Morel, dépend de l'observation
     des cinq règles fondamentales suivantes:

     1º Ne voguer l'étoffe qu'après qu'elle a été parfaitement battue et
     ouverte dans toutes ses partie:

     2º Ne pincer que très peu d'étoffe à la fois, en voguant, et ne
     point faire _peloter_ ni repasser la corde de l'arçon sur ce qui
     est déjà vogué;

     3º Composer les pièces suivant la figure et la dimension qu'elles
     doivent avoir, et en combiner les divers degrés d'épaisseur;

     4º Nettoyer l'étoffe, soit en l'arçonnant, soit en la marchant, et
     la purger des galles, chiquettes, pointes et autres ordures;

     5º Enfin, s'opposer autant qu'on le peut au déchet, en soignant son
     étoffe, empêchant qu'elle ne tombe à terre, etc.

     Les pièces après le voguage, n'ont, bien s'en faut, ni la
     consistance, ni la fermeté nécessaire; elles acquièrent en partie
     l'une et l'autre par l'opération suivante:
90

     _Du bassin et du bâtissage_.

     Cette opération est une des principales de la chapellerie; elle
     doit se faire dans un local particulier, afin que l'ouvrier ne
     continue point à être exposé aux exhalaisons produites pendant
     l'arçonnage. Avant de la décrire nous dirons qu'on donne le nom de
     _bassin_ à un établi en bois dur et bien uni; et celui de
     _feutrière_, à une forte toile d'Alençon, qui a environ une aune de
     largeur sur une aune et demie de longueur, et dont une moitié est
     étendue sur le bassin, et l'autre reste pendante. On mouille alors
     la feutrière soit avec une brosse, soit avec une poignée de brin
     d'osier, de bruyère ou bien avec un petit balai de riz; quand elle
     est suffisamment humide, on y place quelques carrés de papier épais
     et souples, on les recouvre de la partie pendante, et on roule le
     tout afin que la moiteur se distribue également. En cet état,
     l'ouvrier déroule la feutrière, et, après en avoir tiré les
     papiers, il l'arrange, comme nous l'avons déjà dit, c'est-à-dire
     une moitié sur le bassin, et l'autre pendante sur le devant. Tout
     étant ainsi préparé, l'ouvrier étend sur la feutrière les pièces
     les unes sur les autres, en ayant grand soin de les bien étendre,
     et surtout qu'il n'y existe ni plis ni ridures, sur chaque pièce,
     et, après l'avoir légèrement arrosée, il place une feuille du
     papier précité; enfin la dernière pièce est couverte par la moitié
     de la feutrière restée pendante.

     Les poils nécessaires pour l'étoffe sont, comme on voit, divisés en
     plusieurs lots dits _capades_. M. Guichardière recommande de n'en
     faire que deux. Ainsi, la feutrière ne contiendrait que deux
     capades entre lesquelles serait interposée une feuille de papier
     épais; à cette époque de l'opération, l'ouvrier plie et replie, ou,
     en termes de l'art, marche et remarche en tous sens, en continuant
     d'arroser de temps en temps, et très légèrement, afin que les
     capades ne contractent point d'adhérence avec la feutrière. On
91   continue le travail jusqu'à ce qu'on reconnaisse 1º qu'elles sont
     devenues assez consistantes et assez fermes pour ne point s'ouvrir
     ou s'étendre; 2º qu'elles sont en même temps assez molles pour que,
     lorsqu'on les assemble, elles s'unissent et se lient de manière à
     ne plus former qu'un seul et même feutre. C'est ce qu'on nomme
     _bâtir un feutre_. Voici comme M. Morel décrit cette opération:
     l'ouvrier étend sur la feutrière, le plus exactement possible, une
     pièce ou capade; sur le milieu de cette pièce, il place le
     _lambeau_[22], et replie sur lui les _ailes_ de la pièce, sur
     laquelle il en met une seconde qui adhère avec les bords repliés de
     la première. Il est bon de faire observer que l'ouvrier doit
     ménager l'ouverture d'un des grands côtés pour retirer le lambeau
     qui se trouve placé entre les deux pièces. Cela fait, il retourne
     le feutre de manière que la seconde pièce se trouve dessous; il
     prend alors les ailes de celle-ci, et les replie sur celle de
     dessus en ayant bien soin de bien étendre et bien unir les capades
     l'une sur l'autre, afin qu'il n'y ait ni plis, ni rides, ni air
     interposé. Après cela, il recouvre de la partie de la feutrière
     pendante, forme les plis nécessaires pour maintenir et arrêter les
     pièces dans leur position. Ensuite, par d'autres plis faits sur un
     même sens, il réduit le tout en un paquet long et étroit, et marche
     sur toute la longueur, en portant ses mains alternativement sur le
     milieu et à chacune des extrémités; il change de nouveau tous les
     plis pour les former successivement sur tous les sens, et marcher
     également. On appelle une _croisée_ (ou bassin), l'ensemble de tous
92   les plis et de tous les mouvemens que l'ouvrier est obligé de faire
     chaque fois qu'il marche en bastissant. Après la première croisée,
     l'ouvrier déplie, retire le lambeau qui se trouve entre les deux
     pièces, et _décroise_, c'est-à-dire qu'il donne d'autres plis à
     l'assemblage des deux premières pièces, lequel est toujours double
     par l'effet de l'interposition du lambeau. Celui-ci est replacé,
     après qu'on a fait disparaître les traces des anciens plis, et
     c'est alors qu'on applique les travers, si l'ouvrage en comporte,
     et qu'on double ce premier assemblage avec les deux autres pièces,
     si la composition du feutre en exige quatre. La manière de procéder
     relativement à ces deux dernières est la même que pour les autres,
     avec cette différence que, comme elles doivent s'appliquer sur les
     premières, et faire corps avec elles, on ne doit point interposer
     de papier ou lambeau entre elles. Nous devons ajouter avec l'auteur
     précité, que pour la plus grande perfection des feutres à quatre
     pièces, on mettra en contact les surfaces des pièces qui à
     l'arçonnage se trouvaient immédiatement sur la table de l'arçon ou
     sur la claie. Aussitôt que toutes les pièces ont été réunies ou
     assemblées, on les place dans la feutrière humide, et l'ouvrier
     donne une autre croisée laquelle est suivie de deux ou trois
     autres.

     [Note 22: Le lambeau est un modèle en papier, représentant la
     figure que doit avoir le bâtissage; le lambeau est moins grand que
     la pièce ou capade; et les parties de la pièce qui le dépassent
     sont nommées _ailes_ de la pièce; elles doivent être moins épaisses
     que les autres parties de la capade.]

     Si le feutre offre quelques endroits plus faibles ou plus minces
     qu'ils ne devraient l'être, on y applique des morceaux d'une autre
     capade, mise à part pour cet effet, et qu'on nomme _pièce
     d'étoupage_, et l'on y incorpore et lie ces morceaux par ces trois
     dernières croisées, et en marchant fortement sur ces parties.
     Enfin, quand l'étoffe est bien étoupée, ou que les poils sont bien
     tissus, et adhérens entre eux, il ne reste plus qu'à rendre le
     bâtissage assez feutré pour pouvoir brasser le plus tôt possible à
     la foule. Lorsqu'on est parvenu à ce point, l'ouvrier _simousse_ le
     bâtissage, le retourne pour mettre le dehors en dedans, et le plie
     pour le descendre à la foule[23].

     [Note 23: Dans un feutre uni, c'est cette même surface qui se
     trouve à l'extérieur, quand on le porte à la foule, qui doit en
     former le dessus quand il est achevé. Morel, _loco citato_.]
93
     Pour la manière actuelle, on compose ordinairement le chapeau très
     grand, étroit et haut en même temps; l'assiette et le flanc doivent
     être de forme mince, et la carre passablement forte, ainsi que le
     lien, mais on a soin de tenir l'arête un peu déliée.

     M. Morel donne de très judicieux conseils pour opérer un très bon
     bâtissage; nous allons le rapporter. Il y a deux vices principaux à
     éviter en bâtissant: l'un de faire _bourser_ l'étoffe, l'autre de
     la rompre ou de la faire _écarter_. Le premier de ces défauts a
     lieu quand les secondes pièces qu'on a fait prendre sur les
     premières, ou, dans les feutres à deux pièces, lorsque les ailes
     repliées n'adhèrent pas dans toute leur étendue, et qu'il y a des
     places où elles forment des poches ou _bourses_. Cela vient, le
     plus souvent, ou d'avoir trop marché les pièces avant de les
     assembler, ou de les avoir trop mouillées ainsi que la feutrière.
     Ceux qui bâtissent à deux pièces seulement, des feutres épais et
     étoffés, sont sujets à cet accident, parce que les ailes des pièces
     ayant trop d'épaisseur, ne peuvent prendre aisément pour peu
     qu'elles aient été trop marchées, ou qu'il se soit introduit de
     l'air entre les deux surfaces destinées à s'unir.

     2º Le second défaut est quand l'étoffe se veine et se coupe en
     plusieurs endroits, et notamment aux plis des croisées; ce qui a
     lieu quand la feutrière est trop sèche, ou que l'ouvrier marche
     trop long-temps sur le même pli.

     Nous devons ajouter, d'après le même auteur, 1º que les feutres qui
     contiennent plus de charge qu'il ne faut sont plus susceptibles de
     se bourser que les autres; 2º que lorsqu'il y a trop de lapin
     sécrété, surtout de celui de garenne, elle est sujette à se couper
94   aux plis des croisées; 3º enfin, si elle est trop veule, elle a
     de la disposition à s'écarter.

     C. Mackensie[24] a vu deux bâtissages faits à la mécanique que l'on
     apportait des États-Unis; mais, ne connaissant pas la machine qu'on
     emploie, il n'a pu donner aucune notion sur ce travail.

     [Note 24: _One thousand experiments in chemistry._]


     _De la foule._

     Le feutre, après l'opération du bâtissage, est bien loin d'avoir la
     consistance, la force et la solidité convenables pour lui assurer
     quelque durée; on lui donne ces qualités au moyen de la _foule_,
     qui fait rentrer en tous sens les poils sur eux-mêmes et resserre
     ainsi le tissu en le rendant plus consistant, beaucoup plus fort,
     ou, en termes de l'art, plus étoffé. Les poils, en prenant ce
     nouvel arrangement, occupent un espace moindre qu'auparavant; aussi
     l'étoffe se rétrécit-elle en tous sens; aussi le feutre, en sortant
     du bâtissage, doit avoir un tiers ou double de l'étendue qu'il aura
     après la foule. Ce nouveau feutrage s'opère toujours à chaud au
     moyen de quelques agens qui augmentent la qualité feutrante des
     matières sans qu'on ait encore déterminé chimiquement ce nouveau
     mode d'action. Pour cela on prépare un bain qui contient par chaque
     muid d'eau environ soixante-douze livres de lie de vin pressée.
     L'eau est d'abord portée à l'ébullition; arrivée à ce point on y
     délaie la lie au moyen d'un balai, et l'on enlève les écumes qui se
     forment. On entretient la liqueur à une température voisine de
     l'ébullition. Alors, dit M. Robiquet, les ouvriers apportent leur
     bâtissage, et se placent autour de la chaudière ayant un banc
95   incliné devant eux, dit _banc de foule_[25]; chacun trempe son
     bâtissage tout ployé dans le bain, le déploie ensuite pour
     s'assurer s'il est bien imbibé; dans le cas contraire, il y supplée
     par la _lustre_ ou brosse; alors il l'étend sur le banc de foule,
     l'exprime au moyen du roulet[26], y jette un peu d'eau froide, et
     foule à la main[27] en le reprenant successivement sur tous les
     sens; il le visite fréquemment, pour s'assurer s'il rentre bien
     également, et il travaille davantage les parties qui l'exigent.
     Cette première croisée doit être légère. Quand le feutre est bien
     formé, on recourt à la pression de la brosse, en ayant soin de bien
     nettoyer auparavant le chapeau en le frottant avec la main nue. A
     cette époque le feutre est encore assez tendre pour céder
     facilement les jarres qui s'y trouvent contenus. Il est bon de
     faire observer que lorsqu'on commence à faire usage de la brosse,
96   il faut que la pression qu'on exerce par son moyen ne soit pas
     forte. On commence d'abord par la tête, on passe ensuite au bord,
     et l'on continue cette opération pendant cinq à six croisées; les
     roulemens des feutres se font en sens opposés. Ainsi, si le
     roulement nº 1 est fait d'un côté, le nº 2 se fera de l'autre, et,
     par suite, tous les numéros impairs seront dans le même sens du nº
     1, et tous les pairs dans celui du nº 2. Nous devons ajouter
     qu'avant de faire un nouveau roulement on doit retourner le feutre
     sens dessus dessous. M. Morel, pour plus de clarté, joint à son
     exposé des figures qui le rendent plus clair. Dans la figure 13, le
     roulement nº 1 est bien directement opposé au roulement nº 2, mais
     il ne lui est pas inverse; c'est la figure 14 qui nous représente
     deux roulemens nº 1 et nº 2 à la fois opposés et inverses entre
     eux. Or, on voit, par ce dernier exemple, qu'avant de procéder au
     roulement nº 2, il faut au préalable, le roulement nº 1 étant de
     fait, retourner le feutre bout à bout et sens dessus dessous.

     [Note 25: Ce commencement de foulage exige de grandes précautions,
     si l'on ne veut courir risque de faire ouvrir le feutre, on doit
     donc fouler d'abord avec beaucoup de ménagement, et amener
     insensiblement l'étoffe, convenablement disposée par la chaleur,
     l'humidité et le tartre, à se mieux lier, à bien rentrer et à
     acquérir une bonne consistance. Robiquet, _loco citato._]

     [Note 26: C'est un rouleau bien uni en bois de frêne de dix-huit
     pouces de long, ayant un pouce de diamètre dans son milieu et
     décroissant graduellement en avançant vers les extrémités qui sont
     arrondies.]

     [Note 27: Fouler un feutre, c'est, après l'avoir roulé sur
     lui-même, défaire et refaire alternativement le rouleau en le
     faisant tour à tour descendre et remonter à plusieurs reprises sous
     les mains, suivant l'inclinaison du banc de foule; une _croisée à
     la foule_ est l'ensemble de tous les mouvemens qu'on est obligé de
     faire pour rouler le feutre successivement sur tous les côtés que
     présente sa figure et le fouler sur chacun de ces _roulemens_.
     Ainsi, en supposant la figure du bâtissage un carré long, la
     croisée se composera de quatre roulemens, dont deux sur la longueur
     et deux sur la largeur. Avant de passer d'une croisée à l'autre, on
     décroise, comme au bassin, mais de peu à la fois pour que le
     travail soit plus égal. Morel, _l. c._]

     En terme de l'art on nomme _avancer à la main_, ou _marcher à la
     foule_, les deux ou trois premières croisées. La première
     dénomination vient de ce que la majeure partie de ce travail se
     fait avec les mains nues. Le fouleur doit avoir l'attention de ne
     mouiller le feutre dans le bain qu'à chaque roulement qu'il va
     opérer. Dans les premières croisées ce roulement ne doit pas être
     serré, il convient même qu'il soit un peu lâche et qu'on foule
     légèrement, afin de ne produire aucune déchirure dans le feutre qui
     n'a pas encore acquis toute la consistance désirée. C'est à cette
     époque de la foule que la surface du feutre prend un aspect
     raboteux que les ouvriers nomment la _grigne_, et qui annonce que
     le feutrage se resserre. Plus cette apparence grenue est égale et
     apparente, dit M. Morel, mieux on doit augurer de la rentrée du
     feutre, et se tenir prêt à la ralentir, s'il est nécessaire, en
     menant à l'eau de bonne heure et fréquemment.
97
     Quand le feutrage est avancé, on foule aux _manicles_[28], sorte
     d'instrument composé de semelles de cuir, au moyen duquel il
     plonge, sans se brûler, les feutres déroulés dans la chaudière à
     chaque roulement, et même les feutres dont le roulement est
     terminé; le feutre est alors très chaud. Il faut alors que
     l'ouvrier pince, comme on dit vulgairement, de plus en plus le
     premier tour qu'il donne aux roulemens, et cela au fur et à mesure
     qu'il voit que le tissu en se feutrant davantage, devient plus
     consistant, plus ferme et plus serré. C'est cette partie de travail
     du bâtissage, la foule, qu'on nomme _rouler clos_ et _tremper
     chaud_. La pression que l'ouvrier doit exercer sur les tours de ces
     roulemens ne doit point être cependant forte, parce qu'il ne faut
     point en exprimer ainsi la liqueur du bain interposée entre les
     interstices du feutre, laquelle contribue puissamment à activer et,
     comme on dit, à nourrir le feutrage. Il est une autre opération
     qu'on exécute en même temps, c'est celle de l'_ébourrage_. Elle
98   s'opère en frottant doucement la surface externe du feutre au moyen
     de la partie plane de l'instrument nommé _manicle_, afin d'en
     détacher et enlever le jarre, qui étant resté mêlé au poil,
     paraîtrait au dehors; ces derniers travaux durent ordinairement
     deux heures: s'ils ont été exécutés avec soin et intelligence, et
     si rien n'a dérangé l'opération, le feutre se trouve dans un état
     voisin du _corps_ et des qualités qu'il doit avoir. Pour l'y porter
     tout-à-fait, on lui donne quelques nouvelles croisées qu'on nomme
     _serrer_, parce qu'on foule alors fortement et qu'on serre autant
     que possible les roulemens. On emploie pour cela le roulet autour
     duquel on roule avec force afin de serrer le tissu, de l'écraser en
     quelque sorte et de le rendre moins épais. Par ce nouveau travail
     l'étoffe se rétrécit encore, et on le continue jusqu'à ce qu'elle
     soit réduite au point désiré. C'est l'époque du travail de la foule
     le plus pénible pour les ouvriers, à cause de la plus grande force
     qu'ils sont obligés d'employer. Ce travail est moins difficile et
     donne des résultats plus certains, si l'étoffe est constamment
     tenue à la plus haute température; il est inutile de dire que le
     bain doit être alors le plus chaud possible.

     [Note 28: M. Guichardière, auquel la chapellerie doit des travaux
     si importans, suit une autre méthode plus pénible, il est vrai,
     mais qui donne des produits bien supérieurs; la voici. Après les
     cinq ou six premières croisées, on étend le chapeau à la planche:
     on le retourne et on le frotte encore à la main pour extraire les
     jarres qui pourraient y être restés. Ensuite, on emploie la brosse
     seulement du côté du Bord, pour rentrer, feutrer et développer le
     duvet, pendant cinq à six croisées: on l'étend de nouveau à la
     planche, on le retourne, et l'on emploie une plus forte pression, à
     mesure que le feutre prend de la consistance: on tourne, et on
     brosse jusqu'à ce que le chapeau soit assez petit pour aller sur la
     forme. S'il arrivait que le feutre ne fût pas égal, dit M.
     Robiquet, il faudrait brosser davantage les places minces pour les
     égaliser. Enfin, pour avoir du brillant il faut tremper souvent,
     bien chaud et fouler pendant trois ou quatre heures. Nous
     consacrerons un article spécial aux procédés de M. Guichardière.]

     On reconnaît que le foulage est parfait quand les aspérités dont
     nous avons parlé, sous le nom de grigne, ont disparu; alors on
     _égoutte_ le feutre en promenant le roulet sur le feutre étendu
     avec pression afin d'en exprimer l'eau de foulage qu'il contient.
     Il est encore un autre moyen de se convaincre de la bonté de cette
     opération, c'est lorsque le feutre égoutté a les dimension désirées
     et qu'il n'est plus susceptible d'aucun nouveau retrait par un
     autre foulage; en termes de l'art, on dit qu'alors le feutre a la
     _taille prescrite_ et qu'il est _atteint de foule_.

     Il arrive parfois que par suite de mélanges peu rationnels des
     matières premières, ou par négligence ou inexpérience des ouvriers,
     les feutres obtenus offrent quelques imperfections; les principales
     sont la _grigne_ et l'_écaille._
99

     _Feutres grigneux._

     Nous avons déjà fait connaître ce qu'on doit entendre par grigne;
     nous ajouterons ici qu'on nomme feutres grigneux ceux qui, après
     avoir été écoulés et pressés entre les doigts, en les faisant
     glisser horizontalement l'un sur l'autre, offrent encore ces
     aspérités et ce grain qui constituent la grigne. Ce défaut
     reconnaît pour cause: 1º un bâtissage trop court donné au feutre
     par l'ouvrier, afin de le faire arriver plus promptement à la
     dimension désirée; 2º un vice du mélange qui a produit une étoffe
     trop tendre pour être bâtie plus grand.


     _Feutres écaillés._

     Ces feutres, après leur confection, et pressés entre les doigts
     comme ci-dessus, offrent des points où l'étoffe a si peu de
     consistance qu'elle est sur le point de se _défeutrer_, ou, si l'on
     veut, de voir cesser l'adhérence et l'entrecroisement du duvet qui
     est le résultat du bâtissage et du foulage. Suivant M. Morel, ce
     défaut provient de ce que le feutre ayant été bâti trop grand, et
     se trouvant atteint de foule avant que d'être réduit aux dimensions
     demandées, l'ouvrier a continué de les fouler dans l'espoir de l'y
     réduire; ou bien, lorsqu'ayant été bâti dans de justes proportions,
     l'étoffe trop veule s'est écartée au bassin et écaillée vers la fin
     du travail de la foule. Quand ce vice, ajoute l'auteur, est porté à
     l'excès, il occasionne des gerçures et des trous. On dit alors que
     l'étoffe a lâché.

     On n'a point encore étudié ni reconnu l'action chimique qu'exerce
     la lie de vin sur les poils pour activer leur adhérence; on sait
     seulement que c'est la crème de tartre (sur-tartrate de potasse)
     qui produit cet effet. On a cherché divers moyens pour la
     remplacer. On avait même fait usage de l'acide sulfurique au lieu
     de ce sel; mais ce mode a été abandonné, et l'on est revenu à la
100  lie de vin parce qu'il a été constaté que cet acide donnait une
     plus grande activité au mercure de nitrate de ce métal employé pour
     le sécrétage, et que les ouvriers en étaient plus grièvement
     affectés. M. Guichardière, qui a porté ses investigations sur
     toutes les branches qui se rattachent à la fabrication des
     chapeaux, a conseillé d'ajouter au bain avec la lie de vin une
     certaine quantité de tan. Cette addition facilite, suivant lui, le
     feutrage, et dispose, par ses principes, le poil à acquérir un plus
     beau noir.

     Les préceptes et la marche que nous venons d'exposer sont
     principalement applicables à la fabrication des chapeaux fins. Pour
     celle des chapeaux de seconde qualité, on éprouve de bien plus
     grandes difficultés parce que les poils qu'on y destine se feutrent
     encore plus difficilement. Ces poils sont pour l'ordinaire ceux des
     côtés et les plus beaux des gorges auxquels on ajoute environ un
     gros de vigogne rouge. En outre on _dore_ le chapeau au bassin,
     avec une once un quart de poil du dos sécrété[29]. Cette addition
     fait rentrer plus énergiquement le fond, et lui donne de la
     solidité et de la beauté en même temps.

     [Note 29: En termes de chapellerie, _dorer_ c'est recouvrir le
     feutre d'un poil qui a de la longueur, du brillant, et qu'on
     n'incorpore que vers sa base, et du tiers tout au plus de sa
     longueur.

     _Dorer au bassin_, c'est faire cette opération sur le bâtissage qui
     s'exécute quelquefois sur une plaque légèrement chauffée, qu'on
     nomme _bassin_. La dorure avec le poil sécrété et arraché rend la
     foule très pénible, parce que cette sorte de poil reste long-temps
     crispé. Pour rendre lisse cette qualité de feutre, il faut tremper
     chaud et souvent, brosser avec forte pression, et bâtir moins grand
     que pour celui de première qualité.

     Robiquet, _loco citato_.]

     Quant à la troisième qualité des chapeaux, on emploie le plus
101  mauvais poil de gorge, le poil commun du ventre, et un quart
     d'once de vigogne rouge. On dore avec une once un quart du poil du
     dos sécrété. Même opération du bassin et de la foule; mais
     arçonnage et bâtissage plus courts que pour la deuxième qualité, à
     cause que plus les poils sont grossiers, moins bien ils se
     feutrent, et que pour y parvenir il faut les fouler très fortement
     et commencer ce foulage par un roulement clos avec les _conserves_,
     et le finir par quatre ou cinq croisées au roulet.

     Les chapeaux qu'on nomme _velus_ (façon flamande) ne se foulent
     presque plus au roulement clos. On emploie seulement la pression de
     la brosse, surtout lorsque les poils sont arrachés. Le chapeau en
     est plus beau, plus solide et plus soyeux. Anciennement, lorsqu'on
     faisait des poils et des oursons, on foulait à chaud dans un
     chapeau commun; à présent l'on se sert de _bache_, espèce
     d'emballage dans lequel vient le coton du Levant.


     _Dressage des chapeaux._

     Dresser un chapeau, c'est le mettre en forme, afin de lui donner la
     figure convenue. Pour cela, lorsque le foulage est terminé, et que
     l'étoffe sort de l'étuve et a été _mise en coquille_, on la trempe
     dans l'eau chaude, soit au pouce et au poing, soit au _poussoir_,
     en pressant du centre à la circonférence; l'on écrase la pointe et
     assez de plis suivans pour placer une forme en bois, qu'on y fait
     entrer d'envers, et sur laquelle on l'applique exactement.
     L'ouvrier prend alors une ficelle double avec laquelle il lie le
     milieu de la forme, et fait descendre ensuite ce tour de ficelle
     jusqu'au bas de la forme, au moyen du _choc_ ou de l'_avaloire_.
     Alors il trempe à plusieurs reprises le chapeau dans l'eau chaude,
     il le tire pour bien en effacer les plis. Le point où se trouve le
     tour de ficelle sépare la tête des bords. On relève ceux-ci, ce
     qu'en termes de l'art on nomme abattre; on trempe de nouveau, on
     délire ces bords en long et en large, tenant d'une main et tirant
102  de l'autre de toute sa force, sur la longueur et un peu sur la
     largeur, de manière à arranger et à tenir le tout en place[30].

     [Note 30: Robiquet, _loco citato_. Dans quelques fabriques on
     trempe au dressage, dans le bain de lie. Il vaut beaucoup mieux
     n'employer que le bain d'eau pure, afin de rendre ensuite le
     _dégorgeage_ plus aisé, le poil plus net, plus éclatant et plus
     facile à teindre.]

     Quand l'ouvrier a dressé son chapeau et qu'il est sec, il prend une
     pierre-ponce qu'il passe sur sa surface, jusqu'à ce que tout le
     velu soit coupé et que le feutre soit bien uni; il lui substitue
     ensuite la _robe_ (morceau de peau de chien de mer), qu'il passe
     légèrement sur le chapeau. Cette opération sert à produire un velu
     fin, convenable au chapeau ras. On a maintenant remplacé la
     pierre-ponce et la robe par le _carrelet_ qui sert à développer le
     duvet qui convient aux chapeaux velus qui sont à présent de mode.
     Ce velu s'est déjà développé en foulant, par la pression de la
     brosse. L'ouvrier ne doit se servir que d'un carrelet très doux, et
     n'employer qu'une pression très légère; car un carrelet fort et une
     pression également forte décomposeraient le feutre au lieu d'en
     mettre à jour tout le velu. Il est digne de remarque que les
     feutres faits avec des poils arrachés sont plus forts et moins
     faciles à se décomposer, que ceux qui sont confectionnés avec des
     poils coupés. Le dressage est un travail pénible et difficile,
     surtout quand les formes sont brisées en cinq ou sept parties, afin
     de pouvoir les introduire pièce à pièce dans la calotte du chapeau,
     principalement quand le diamètre du sommet est plus large que celui
     de l'entrée de la tête. Mais quand la forme est cylindrique ou
     conique, le dressage est bien plus aisé. Le chapeau une fois
     dressé, on le regarnit, c'est-à-dire on le réapprête en tête.

103  Le passage du dressage ne sert qu'à affaisser le duvet, et à faire
     relever les jarres, afin que l'éjarreuse puisse plus facilement les
     saisir avec des pinces[31] et les extraire, sans les casser, autant
     que possible. Pour que cette opération se fît avec facilité, il
     faudrait ne réapprêter la tête qu'après l'éjarrage. Le réapprêtage
     de tête consolide les jarres, et on les casse en voulant les
     extraire[32]. Quand les chapeaux ont resté quelque temps en
     magasin, les jarres repoussent à la surface et détruisent la
     douceur du chapeau. On doit alors les éjarrer et les brosser.

     [Note 31: Avant la fabrication des chapeaux velus, on se servait
     rarement de pinces, mais bien de la pierre-ponce et du rasoir.]

     [Note 32: Mackensie, _loco citato_.]

     Les marques auxquelles on reconnaît qu'un feutre est bien
     confectionné, et que toutes les proportions ont été bien observées,
     sont: 1º quand il est exempt de grignes et qu'il est lisse partout;
     2º qu'il est de moyenne force en tête; 3º très fort dans le lien;
     4º que son épaisseur va en diminuant jusqu'à l'arête, qui doit être
     fine et bien ronde.


     _Des feutres divers._

     Les feutres ne sont pas tous semblables aux feutres dits unis dont
     nous venons de décrire la manipulation. Cependant leur confection
     ne diffère de celle de ceux-ci, que par quelques différences dans
     les procédés; nous allons en donner une idée, en suivant la
     division établie en:

     1º Feutres unis,
     2º Poils flamands,
     3º Feutres dorés,
     4º Feutres à plume.


     _1º Feutres unis._

     Nous venons de les faire connaître.


     _2º Feutres dits poils flamands._

104  Cette dénomination vient de ce que primitivement ce mode de
     préparation a été importé des fabriques de Flandre. Ce feutre est
     le plus souvent fait avec du poil de lièvre pur et est brossé avec
     le _frottoir_, pendant la _foule_, ce qui en dégage un poil très
     long et uni, qui en constitue la qualité et en fait la principale
     beauté. On doit cependant ne commencer à brosser ainsi que lorsque
     la consistance qu'a acquise le feutre est assez grande, ou si l'on
     veut, quand le feutrage est assez fort pour n'avoir pas à craindre
     la moindre altération du tissu par l'action du frottoir. Sur ce
     point, comme le fait observer fort judicieusement M. Morel, les
     fabricans français l'emportent sur les fabricans flamands. Ceux-ci
     dès les premières croisées, frottent et planchéient si fortement
     les feutres, qu'ils les altèrent avant même de les avoir
     confectionnés. A l'opération de la foule, les poils flamands se
     gouvernent presque comme les feutres unis; il n'y a d'autre
     différence que celle de les entretenir continuellement abreuvés et
     de ne pas s'arrêter aussi long-temps sur chaque roulement. Après
     que ces feutres sont secs, on les brosse doucement, on les tire au
     carrelet et on les baguette, sans jamais les poncer.

     Voici de quelle manière M. Morel décrit cette opération: l'ouvrier
     muni du carrelet, gratte toute la surface extérieure du feutré, ce
     qui fait sortir de celui-ci un velu plus ou moins long et fort
     touffu. Cette opération est analogue à celle du _lainage_ qu'on
     exécute au moyen du chardon à foulon, dans les manufactures de
     drap. On doit faire passer le carrelet d'abord très légèrement, en
     appuyant un peu plus, et par degrés, sur chaque partie du feutre.


     _3º Feutres dorés._

     On donne le nom de _feutres dorés_ à ceux d'une qualité ordinaire
     ou inférieure, dont l'on recouvre la surface externe d'une couche
105  mince de matière ou poils plus fins. Nous ne devons nous occuper
     ici que des feutres mélangés dont la _dorure_ se fait toujours avec
     le poil de lièvre ou bien avec celui de castor. Cette dorure est
     préparée à l'arçon, comme les pièces, et on ne la marche jamais
     qu'à la quarte. La dorure se distingue en _dorure au bassin_ et
     _dorure à la foule_, suivant les différentes époques de l'opération
     auxquelles on l'exécute. Nous en avons déjà dit un mot aux pages
     précédentes; nous allons y ajouter de nouveaux développemens. 1º
     _La dorure au bassin_ s'opère après que le bâtissage est garanti.
     L'ouvrier la _fait prendre_ en donnant deux ou plusieurs croisées
     dans la feutrière.

     2º La _dorure à la foule_ est celle qu'on ne pratique que lorsque
     le _feutre est marché à la foule_. Celui-ci a moins d'étendue et
     plus d'épaisseur que la précédente, ce qui rend son incorporation
     au feutre bien plus difficile. Voici le procédé qu'on suit pour
     cette opération[33]. On prend une de ces toiles bourrues servant à
     emballer les marchandises du Levant, et qu'on nomme _couverte_; on
     la plonge dans la chaudière et on l'étend ensuite sur le banc de
     foule; on y pose dessus le feutre qu'on a eu soin de bien ébourrer
     auparavant. On couvre ensuite successivement les deux surfaces du
     feutre avec les pièces de la dorure, en ayant l'attention de n'y
     laisser former aucun pli; on fixe ensuite la dorure au moyen d'un
     peu d'eau chaude qu'on y projette au moyen d'une brosse à longues
     soies dite _frappante_, parce qu'elle sert après cette projection à
     frapper bien d'aplomb à coups redoublés sur la dorure pour la
     _faire prendre_ au feutre. Après cela, pour rendre cette
     incorporation plus complète, l'ouvrier donne quelques croisées en
     roulant le feutre et la couverte l'un dans l'autre, de façon que
     chacune des surfaces du feutre qui vient de recevoir la dorure, se
     trouve en contact avec la couverte. A chaque nouveau roulement
106  qu'il fait, il décroise et frappe le feutre avec la brosse afin de
     faire disparaître les petites soufflures qui se forment, surtout
     aux plis des croisées. Pour faciliter l'opération, il enlève de
     temps en temps le feutre de dessus la couverte, et plonge celle-ci
     dans la chaudière, et dès qu'il l'a retirée il y replace aussitôt
     le feutre qui se trouve ainsi réchauffé. Aussitôt qu'il s'aperçoit
     que la grigne est égale et serrée, c'est une preuve que la dorure
     est bien adhérente au feutre; dès lors il retourne celui-ci pour le
     mettre en dedans; il foule ainsi une ou deux croisées aux manicles;
     mais il retourne bientôt après le feutre et en finit la foulure en
     tenant la dorure en dehors, afin que celle-ci s'éjarre et ne
     s'entremêle point avec le poil qui constitue le fond du feutre; sur
     la fin de l'opération, il donne même quelques coups de frottoir
     afin d'en bien détacher les poils de dorure.

     [Note 33: Morel, _loco citato_.]

     Les chapeaux, ou mieux, les feutres dorés à la foule, dès qu'ils
     ont été séchés à l'étuve, doivent être brossés doucement, tirés au
     carrelet, et soumis à l'action de la baguette.


     _4º Feutre à plume._

     Les feutres dits à _plume_ sont une dorure plus riche pour laquelle
     on fait usage du plus beau poil de lièvre[34] et de celui de
     castor. En général, on n'applique cette dorure que lorsque le
     feutre a été foulé, avec cette différence du procédé des feutres
     dorés, que pour ceux à plume on applique plusieurs couches de poil
     ou dorure. Ce nombre de couches établit deux divisions dans ce
     genre de feutre, qui sont:

     1º Les chapeaux _mi-poils_.
     2º Les chapeaux dits _oursons_.

     [Note 34: M. Morel pense que malgré qu'on emploie en plume toutes
     sortes de lièvres de France, et même celui de Barbarie, nous n'en
     possédons qu'une sorte qui réussisse très bien: c'est le lièvre de
     Bretagne. Il ajoute qu'en général le lièvre étranger n'est point
     propre à cet usage.]
107

     _Chapeaux mi-poils._

     Le mot _demi-poil_ annonce que cette dorure est supérieure à celle
     des feutres dorés ordinaires et inférieure à celle des oursons.
     Cette qualité tient donc un juste milieu entre les deux précitées.
     Les deux dorures qu'on applique sur ce feutre se nomment, en termes
     de l'art: _première_ et _seconde pose_. La première se donne
     lorsqu'il ne reste au feutre que deux ou trois travers de doigt à
     rentrer. Dès que celle-ci est bien adhérente on applique la seconde
     pose, et après la prise de chacune de ces poses on foule à chaud
     pendant environ trois quarts d'heure pour chaque pose, c'est-à-dire
     que l'ouvrier suit pendant ce temps ses croisées en roulant le
     feutre dans la couverte et le foulant à grande eau et très
     légèrement pour l'entretenir dans une grande chaleur[35]. Après le
     foulage complet de la dernière pose, on sort le feutre de la
     couverte pour le fouler à nu en lui donnant avec beaucoup de
     précaution, pour ne pas lui enlever la plume, deux ou trois
     croisées qui finissent par achever de faire rentrer le feutre qu'on
     fait égoutter ensuite et sécher. Après cela, on fait ressortir la
     plume en la dégageant du feutre au moyen du carrelet. Quant aux
     noeuds[36] qui peuvent s'y trouver, on les extrait au moyen d'un
     peigne doux.

     [Note 35: M. Morel, _loco citato_. Cette opération a pour but
     d'incorporer la plume avec le fond, sans que celui-ci se détériore
     ou qu'il rentre d'une manière sensible, _ibidem_.]

     [Note 36: On donne le nom de noeuds à de petits pelotons de poils
     provenans de la dorure, lesquels sont feutrés ensemble à la surface
     de la dorure sans adhérer au feutre.]


     _Chapeaux oursons ou à poil._

108  Ce qui constitue la différence qui existe entre la formation des
     _mi-poils_ et des _oursons_, c'est, 1º que les premières ne
     reçoivent que deux poses, et jamais au-delà de trois, tandis qu'on
     en applique aux derniers cinq, et que ces poses ne sont données que
     lorsque le fond se trouve complètement foulé; 2º qu'après que la
     dernière pose a été foulée à chaud, on _sansouille_ le chapeau
     pendant environ une demi-heure, c'est-à-dire qu'on le plonge en
     entier dans la chaudière et qu'on le promène vivement dans l'eau en
     sens contraire. Cette rapide agitation dans l'eau opère un si bon
     effet sur la plume qu'elle en dégage tous les poils, qui dès lors,
     n'adhérant au feutre que par leur base, y sont implantés comme les
     cheveux des perruques sur le tissu qui leur sert le fond, on, si
     l'on veut, comme sur la peau de l'animal.

     Après cette opération, et après que l'ourson est égoutté, dressé et
     séché, on le peigne pour en séparer les noeuds ou pelotons de poil
     qui peuvent s'y trouver[37].

     [Note 37: Nous ajouterons ici une remarque intéressante de M.
     Morel. Les chapeaux à plume, dit-il, de quelque genre qu'ils
     soient, sont _flambés_ avant de recevoir la première pose. Pour
     cela, quand l'ouvrier a réduit le fond à la taille où il doit être
     _posé_, il l'égoutte le plus possible à l'aide du roulet, et fait
     passer au-dessus d'un feu de paille ou de copeaux, les surfaces sur
     lesquelles les poses doivent être appliquées, afin de les
     débarrasser des poils qui les couvrent et qui nuiraient à
     l'introduction de ceux qui composent la plume. On donne après ce
     flambage un léger coup de frottoir, pour bien nettoyer ces
     surfaces.]

     Les chapeaux dits _plumets_, ainsi que les _bordés_, etc., ne
     diffèrent des oursons qu'en ce qu'on ne les dore comme ceux-ci que
     d'un côté ou seulement sur les bords, etc.; comme le procédé ne
     diffère en rien de celui que nous venons d'exposer, nous nous
     abstiendrons de toute répétition.

109  Nous passerons également sous silence la fabrication des chapeaux
     qui varient par leur force, leur légèreté, leur grandeur et leur
     forme: les premiers sont relatifs à la quantité et à la qualité des
     matières qu'on emploie au feutrage, les autres sont relatifs aux
     modes qui se succèdent si rapidement. Ainsi, outre les chapeaux à
     forme basse et haute carrée, on en fait de cylindriques, de
     coniques, etc.; on fabrique aussi des _bonnets de chasse_, des
     _casquettes_, _toques_, _schakos_, _etc._ Le mode de fabrication
     est constamment le même, ainsi que pour les étoffes carrées en
     feutre qui ont reçu de nos jours de nombreuses applications tant
     pour la toilette que pour les ameublemens. La forme à leur donner
     varie suivant l'emploi qu'on veut en faire; c'est principalement au
     bâtissage qu'on leur donne celle qu'on désire. Nous n'entrerons
     point dans d'autres détails à ce sujet: ce serait nous écarter de
     notre but: nous nous bornerons à dire que les plus grandes pièces
     en feutre qu'on ait encore pu fabriquer ne dépassent pas cinq pieds
     carrés.


     _Teinture des chapeaux._

     Chaque fabricant de chapeaux a ses procédés de teinture dont il
     fait un secret. Malgré cela nous ne craignons pas de dire que cette
     partie de l'art est encore bien loin d'avoir atteint le degré de
     perfectionnement nécessaire, et auquel l'oeil investigateur du
     chimiste peut le porter. Ceux qui se sont occupés avec succès de la
     teinture spéciale des chapeaux, n'ont pas assez tenu compte des
     procédés particuliers auxquels ont été soumis les poils et matières
     employés, principalement de l'opération du feutrage qui exerce une
     telle action ou même altération des poils, qu'outre leur couleur
     qui change, leur propriété feutrante s'accroît considérablement.
     Les diverses opérations du feutrage doivent donc rendre ces étoffes
     moins aptes à recevoir la teinture, malgré qu'on les dégorge bien
     en apparence. Ajoutons à cela que pour les bains de teinture,
110  indépendamment des substances insolubles et par conséquent nulles
     qu'on ajoute aux autres ingrédiens, et qui ne font que compliquer
     l'opération, le sulfate de fer réagit à la longue sur le tissu par
     son acide, tandis qu'une partie de l'oxide se péroxidant, par
     l'absorption de l'oxigène de l'air, prend une couleur rougeâtre, et
     fait passer le noir du chapeau au noir brunâtre. C'est ce qui a
     porté les bons fabricans à remplacer le sulfate de fer (couperose
     verte) par un autre sel de fer dont l'acide n'exerçât aucune action
     sur le tissu. Ainsi l'on emploie maintenant avec quelque succès
     l'acétate de fer, et mieux, à l'instar des Anglais, le citrate de
     ce métal; malheureusement il est trop cher. La Société
     d'encouragement pour l'industrie nationale, convaincue de la
     défectuosité des procédés de teinture des chapeaux, en a fait un de
     ses sujets de prix. Nous croyons devoir en rapporter le programme
     en entier à cause des vues intéressantes qu'il renferme.


     _Prix pour le perfectionnement de la teinture des chapeaux._

     Les matières colorantes sont ou simples ou composées, c'est-à-dire
     que tantôt ce sont des substances _sui generis_ qu'on ne fait
     qu'extraire des corps qui les contiennent, et d'autres fois elles
     résultent de la réunion de plusieurs élémens, qui constituent entre
     eux une véritable combinaison insoluble à proportions déterminées
     et qui affecte une couleur assez prononcée pour qu'on en puisse
     tirer parti en teinture. La couleur simple se fixe au moyen d'un
     mordant; l'autre se produit dans le bain de teinture, et se
     précipite sur le tissu, ou bien on en détermine la formation sur le
     tissu lui-même en l'imprégnant successivement des diverses matières
     qui entrent dans cette composition. Nous ne citerons point ici les
     nombreux exemples connus de ces deux espèces de teinture; nous nous
111  occuperons seulement de la composition qui produit le noir. En
     général cette couleur n'est autre, comme on sait, que la réunion de
     l'acide gallique avec l'oxide de fer, et cette multitude
     d'ingrédiens qu'on ajoute à ces deux principes ne sert, selon toute
     apparence, qu'à nourrir ou à lustrer la teinte. Considérant donc
     les choses dans leur plus grand état de simplicité, nous voyons
     que, pour teindre en noir, il ne s'agit que de produire du gallate
     de fer, et de le combiner avec la matière organique qu'on veut
     revêtir de cette couleur. Or, toute combinaison, pour être intime,
     nécessite un contact immédiat; il faut donc que les surfaces qui
     doivent être réunies soient d'une grande netteté, et c'est en effet
     un principe reçu en teinture qu'une couleur sera d'autant plus
     belle et plus pure que la surface des fibres aura été mieux
     débarrassée de toute substance étrangère, mieux décapée, si on peut
     se servir de cette expression. Une autre conséquence de ce même
     principe, c'est qu'on doit éviter de rien interposer entre les
     surfaces à teindre et les molécules teignantes, et c'est là très
     probablement un des graves inconvéniens dans lesquels tombent
     constamment les teinturiers en chapeaux. Ils composent leur bain
     d'une foule d'ingrédiens qui contiennent une grande quantité de
     substances insolubles: c'est au milieu de l'espèce de magma ou de
     boue qui en résulte que la teinture doit s'opérer. On conçoit dès
     lors que la couleur se trouvera nécessairement sale et nuancée par
     tous ces corps étrangers qui viennent s'y intercaler; et de là la
     nécessité de surcharger en matière colorante pour masquer ces
     défauts; et la fibre, ainsi enveloppée, perd tout son lustre et sa
     souplesse.

     En s'appuyant sur ces données théoriques, la marche qui semblerait
     la plus rationnelle consisterait donc:

     1º A n'employer que les substances rigoureusement nécessaires pour
     la production du noir;
112
     2º A n'agir, pour les corps solubles, que sur des dissolutions
     filtrées ou tirées à clair;

     3º A porter le fer à son médium d'oxidation, soit en calcinant la
     couperose ordinaire, soit en faisant bouillir sa dissolution avec
     un peu d'acide nitrique, soit enfin en traitant la rouille de fer
     par l'acide acétique ou autre acide susceptible de dissoudre cet
     oxide.

     En teinture on a généralement observé, relativement à ce dernier
     point, que l'acide sulfurique du sulfate de fer exerçait sur les
     fibres une influence préjudiciable, et plusieurs praticiens ont
     proposé avec raison de lui substituer l'acide acétique. On obtient,
     en effet, par ce moyen des résultats beaucoup plus favorables; et
     si le succès n'a pas toujours été complet, cela ne tient, sans
     aucun doute, qu'à la mauvaise confection de ce produit, qui se
     livre rarement fabriqué convenablement. Le plus ordinairement on
     sert, pour cet objet, de l'acide pyroligneux brut, ou qui n'a subi
     tout au plus qu'une simple rectification; dans cet état, il
     contient encore une grande quantité de goudron, qui se dépose çà et
     là sur l'étoffe, et empêche que l'engallage et par conséquent la
     teinture ne prennent également. C'est donc de l'acide provenant de
     la décomposition de l'acétate de soude par l'acide sulfurique qu'il
     faut se servir, et non de l'acide brut ou ayant subi une seule
     distillation; l'emploi du pyrolignite bien préparé offre le double
     avantage de ne déterminer aucune altération de la fibre organique,
     et de faciliter en outre sa combinaison avec l'oxide de fer. Cet
     acide volatil abandonne avec tant de facilité les bases qui lui
     sont combinées, qu'il mérite en ce sens la préférence sur tous les
     autres.

     Tel est l'ensemble des observations que l'état actuel de la science
     permet d'indiquer; mais il se pourrait qu'ici, comme dans beaucoup
     d'autres circonstances, la théorie ne marchât pas d'accord avec la
     pratique. Nous avons blâmé, par exemple, et tout semble y
113  autoriser, l'emploi de ces bains bourbeux, dans lesquels les
     molécules teignantes se trouvent tellement disséminées, que leur
     rapprochement ne peut s'effectuer qu'avec les plus grandes
     difficultés; mais ne serait-il pas possible que ces entraves
     fussent plus favorables que nuisibles, en ne permettant, comme dans
     le tannage, qu'une combinaison lente et successive, et par cela
     même plus complète? Ce n'est donc qu'avec beaucoup de réserve que
     nous présentons les vues précédentes, et on doit les considérer
     plutôt comme un sujet d'expériences et d'observations que comme un
     résultat définitif et absolu.

     La Société d'encouragement, voulant favoriser autant qu'il est en
     elle l'amélioration qu'elle réclame dans l'intérêt commun, propose
     un prix de trois mille francs pour celui qui indiquera un procédé
     de teinture en noir pour chapeaux, tel que la couleur soit
     susceptible de résister à l'action prolongée des rayons solaires
     sans que le lustre ou la souplesse des poils en soit sensiblement
     altéré.

     Les conditions essentielles à remplir par les concurrens sont les
     suivantes:

     1º Les mémoires seront remis avant le 1er juillet 1830;

     2º Les procédés y seront décrits d'une manière claire et précise,
     et les doses de chaque ingrédient y seront indiquées en poids
     connus;

     3º Chaque mémoire sera accompagné d'échantillons teints par les
     procédés proposés.

     Le prix sera décerné, s'il y a lieu, dans la séance générale du
     second semestre 1830.

     Nous allons maintenant faire connaître les procédés généralement
     suivis pour la teinture des chapeaux; nous ajouterons ensuite les
     améliorations diverses qui ont été proposées.
114

     _Préparation des chapeaux pour la teinture._

     Après que les chapeaux ont été soigneusement vérifiés par le
     fabricant, et marqués dans l'intérieur de la forme avec un fer
     chaud pour en indiquer la qualité, on leur fait subir les quatre
     opérations suivantes:

     1º _Le robage_. On doit d'abord peigner les chapeaux flamands et
     ceux à plume; quant aux chapeaux à poil ordinaire, on les _robe_,
     c'est-à-dire qu'on en brosse doucement la surface avec un morceau
     de peau de chien de mer, afin de produire un poil court, épais et
     fin.

     2º _L'assortiment_. Assortir un chapeau, c'est le placer, après
     l'opération précédente, dans une forme semblable à celle qu'il doit
     avoir, en ayant soin de prendre une forme un peu plus haute que
     celle du dressage à la foule, afin que la ficelle n'occupe pas le
     même point que celui où elle se trouvait à la foule, et d'éviter
     ainsi les compressions du feutre qui produisent des espèces
     d'étranglemens. C'est ce qu'en termes de l'art on nomme _baisser le
     lien_.

     3º _L'enficelage_. Après avoir fait entrer en partie les chapeaux
     sur les formes convenables et les avoir arrêtés avec une ficelle,
     on les plonge dans un bain d'eau bouillante pure pour les dégorger
     et extraire la crème de tartre que le poil peut contenir; après les
     avoir tenus quelques instans dans la chaudière couverte, on les
     retire et on les pose sur des plateaux semblables à ceux de la
     foule, et ayant à leur extrémité inférieure un rebord qui porte
     l'eau qui s'écoule des feutres hors de la chaudière. C'est alors
     qu'on tire le feutre sur la forme, jusqu'à ce qu'il y soit bien
     appliqué et qu'il n'offre aucun pli. On fait alors deux tours de
     ficelle vers le milieu de la forme au moyen d'un noeud coulant
     qu'on serre médiocrement. On chauffe ensuite le feutre à la
     chaudière, et l'on enfonce la ficelle jusqu'à la base de la forme.
115  On plonge le chapeau dans la PAGE 115 chaudière, et l'on finit de
     bien étendre le feutre sur la forme en le _billottant_,
     c'est-à-dire en frappant le plat de la forme sur un billot, et
     faisant suivre le mouvement à la ficelle qui se trouve arrêtée un
     peu au-dessus du premier lien du dressage, attendu, comme nous
     l'avons déjà dit, que la forme pour la teinture est plus forte que
     celle de la foule; par ce moyen on évite que le chapeau ne se coupe
     en cet endroit. Quand ce nouveau dressage est complet, on plonge de
     nouveau le chapeau dans l'eau bouillante, on le remet à plat sur le
     plateau ou le banc, on l'égoutte avec la pièce, et on le retire au
     carrelet pour faire revenir le poil; on procède ensuite à la
     teinture de la manière suivante.


     _Bain de teinture._

     Nous avons déjà dit que la composition de la teinture était très
     variable; il nous serait impossible de rapporter toutes celles qui
     sont connues. Nous allons nous borner à présenter une des plus
     généralement suivies, celle qui a été décrite par M. Robiquet; la
     voici:

     _Teinture pour trois cents chapeaux, de M. Robiquet._

     Bois de campêche haché.                100 livres.
     Noix de galles concassées.              16
     Gomme du pays, _idem._                   6
     Sulfate de fer.                         12
     Vert-de-gris (sous-acétate de cuivre).   7
     Eau pure.                                4 muids 1/2

     On fait bouillir, pendant environ deux heures et demie, le bois de
     campêche, la noix de galles et la gomme dans l'eau, en remuant
     souvent le mélange; on laisse tomber le bouillon et l'on ajoute le
     vert-de-gris et le sulfate de fer. Au bout de quelques instans, on
116  peut mettre en teinture. Voici comment on y procède d'après M.
     Robiquet[38]. On couvre le bain des chapeaux posés sur tête; sur
     cette première couche on en place une seconde, forme sur forme; la
     troisième se dispose comme la première, et la quatrième comme la
     seconde, ainsi de suite jusqu'à ce que la moitié des chapeaux (cent
     cinquante) soit placée. On couvre de planches ce dernier lit, et on
     le charge de poids afin que tous les chapeaux puissent plonger
     également, et que le bain ait une chaleur plus uniforme. On laisse
     ainsi environ une heure et demie, puis on relève, on laisse
     égoutter quelques instans sur les bords de la chaudière, et l'on
     place les chapeaux sur des tablettes. Après cela, on verse trois ou
     quatre seaux d'eau froide dans la chaudière, on fait bouillir, et
     l'on y plonge ensuite les autres cent cinquante chapeaux de la même
     manière que ci-dessus. Pendant ce temps, les chapeaux du premier
     bain restent exposés à l'air; par cette exposition, _évent_ en
     temps de l'art, la couleur noire prend plus d'intensité à mesure
     que l'oxide du gallate de fer, en en absorbant l'oxigène, passe au
     _summum_ d'oxidation. On donne alternativement une _chaude_, ou
     immersion, et un _évent_; mais comme dans chaque chaude le feutre
     absorbe une partie de la matière colorante, il est bon d'ajouter de
     nouvelles proportions des principales matières employées. Ainsi M.
     Robiquet prescrit d'ajouter:

     [Note 38: _Loco citato._]

     1º Pour la première chaude de la seconde partie des chapeaux:

     Vert-de-gris en poudre.      3 livres.
     Sulfate de fer.              4 _id._

     On réitère cette addition avant la cinquième et la sixième chaude,
     et l'on répète les chaudes et les évens jusqu'à trois ou quatre
     fois pour chaque moitié de chapeaux, et quelquefois au-delà. Nous
117  conseillons d'ajouter auparavant deux livres de noix de galles
     concassées. Il est des teinturiers qui emploient des proportions
     plus grandes de ces ingrédiens, mais nous les croyons inutiles.

     On abrège beaucoup cette opération, dit le chimiste précité, en
     employant le sulfate de fer en solution dans l'eau, laquelle a été
     long-temps exposée à l'air pour en suroxider le fer, ou bien en la
     faisant bouillir avec un peu d'acide nitrique. On peut aussi
     dessécher et même calciner un peu le sulfate de fer; par ce moyen
     on obtient plus promptement un noir plus beau, et que certains
     fabricans croient même plus solide. A cette méthode on vient d'en
     substituer une plus avantageuse et plus expéditive; c'est, au lieu
     du sulfate de fer, l'emploi du pyro-acétate ou de l'acétate de fer.
     Ce dernier sel est préférable, à moins que le premier ne soit bien
     dépouillé du goudron que l'acide pyro-acétique (pyroligneux)
     contient, et qui, rendant les poils glutineux, en rend la
     dessication difficile. Les Anglais emploient avec beaucoup
     d'avantage le citrate de fer.

     Le bain de teinture doit être tenu à une haute température; car,
     d'après un ancien adage des teinturiers, _qui bout bien teint
     bien_. Après chaque opération, les teinturiers plongent
     ordinairement les chapeaux dans un bain d'eau bouillante, et les
     égouttent à la _pièce_[39], afin d'en chasser toutes les impuretés,
     et de rendre le feutre plus apte à prendre la nouvelle teinture.

     [Note 39: La _pièce_ est un outil en cuivre, dont on se sert pour
     faire sortir le liquide et les impuretés que peut contenir le
     feutre.]

     Si les chapeaux à teindre sont d'une même qualité, on ne doit pas
118  négliger, à chaque _chaude_[40], de les placer alternativement au
     fond de la chaudière. Quand au contraire, les chapeaux sont de
     diverses qualités, on doit mettre les plus fins au fond de la
     chaudière, et les autres au-dessus, attendu que les matières les
     plus fines sont celles qui s'unissent à plus de matière colorante.
     Les chapeaux fins, façon flamande, pur poil de dos de lièvre
     d'hiver, peuvent recevoir sans danger huit ou neuf _chaudes_; il en
     est de même des mi-poil, oursons et dorés; mais on doit opérer à
     une température plus basse, et en employant moins de sulfate de
     fer. Dans tous les cas, on doit ranger les feutres dans la
     chaudière de manière à ce qu'ils ne puissent subir aucune
     altération.

     [Note 40: La _chaude_ est également connue sous le nom de plongée
     ou de feu; sa durée est de une heure et demie à deux heures.]

     Pour obtenir un noir intense et solide, il faut préparer un bain de
     teinture riche en couleur, et ne point se servir du vieux bain
     épuisé pour l'engallage des feutres. Ce procédé, dit M.
     Mackensie[41], est très vicieux, et s'oppose à ce que la couleur
     neuve puisse se fixer sur les poils qui se trouvent déjà imprégnés
     de la boue qui nage dans l'eau du vieux bain et empêche la couleur
     de les atteindre. Le bain neuf et limpide rend le duvet brillant,
     tandis que le vieux bain est toujours boueux et le rend terne. M.
     Mackensie a raison. Cependant, nous croyons qu'on ne doit point
     laisser perdre le vieux bain. Il vaudrait peut-être mieux le
     décanter de dessus les boues, le filtrer et remplacer une grande
     partie de l'eau du nouveau bain par cette teinture épuisée, mais
     encore assez chargée de principes colorans. Comme l'économie est
     l'âme des fabriques, celle-ci nous parait mériter quelque
     considération.

     [Note 41: Loco citato.]

     _Bain de teinture pour 200 chapeaux, de M. Morel._

     Bois d'Inde, bois campêche, haché menu.      100   liv.
     Noix de galles noires d'Alep, concassées.      6
     Gomme de cerisier.                             5
     Vert-de-gris de Montpellier[42].               4
     Sulfate de fer.                                5
119
     [Note 42: M. Mackensie donne, avec juste raison, la préférence au
     vert-de-gris de M. Mollerat, qui est beaucoup plus pur que celui de
     Montpellier.]

     On prépare ce bain comme nous l'avons dit ci-dessus. Quant aux
     additions à faire avant les troisième, septième, neuvième et
     douzième chaudes, il conseille pour chacune, les mêmes proportions
     de sulfate de fer, de vert-de-gris, et de noix de galles, que pour
     le bain primitif; les chapeaux, d'après sa méthode, doivent passer
     tous huit fois dans la chaudière, c'est-à-dire recevoir huit
     chaudes et huit évens.

     Dès que la teinture ou la _brunissure_ est terminée, on s'empresse
     de dépouiller le feutre de toutes les impuretés et de la matière
     colorante non combinée qu'il contient. On y parvient par de
     nombreux lavages, dans la chaudière de dégorgeage contenant de
     l'eau pure chauffée à environ cinquante degrés; on les brosse à
     plusieurs eaux, et on les plonge ensuite dans l'eau bouillante pour
     les bien dégorger[43]; on les porte ensuite à la rivière, et on les
     _sansouille_ jusqu'à ce que l'eau sorte claire du feutre. Cette
     opération a le triple avantage de laver le velu, de dégorger le
     feutre, et de fixer la couleur en même temps. Les chapeaux étant
     bien égouttés, on les plonge dans l'eau bouillante, on les remet
     sur forme, et l'on prend soin de les bien laver en les frottant, à
     la _brosse demi-lustre_, jusqu'à ce que le velu soit clair et
     brillant. On les égoutte ensuite soigneusement, et on les fait
     sécher à l'étuve, chauffée à environ trente-cinq degrés, et non au
     soleil qui en altère le noir, et fait quelquefois passer au bronze.

     [Note 43: Il est des fabricans qui ne les plongent point dans l'eau
     bouillante; ils se contentent de l'immersion dans la chaudière à
     cinquante degrés.]

120  Le même fabricant rapporte la recette suivante, de son père M.
     Morel-Beaujolin, pour 200 chapeaux. En admettant que la quantité
     d'eau qu'on a dû verser à la manière usitée soit de vingt-cinq
     voies, et que celle qui se perd à chaque chaude soit de trois
     seaux, ce qui fait vingt-trois voies de perdues ou évaporées pour
     la totalité, on doit mettre d'après son procédé quarante-huit voies
     d'eau, dans laquelle on fait bouillir pendant huit à neuf heures,
     les mêmes proportions d'ingrédiens; c'est-à-dire, d'abord:

     Bois  d'Inde.                100    liv.
     Noix de galles d'Alep.        24   _id_.
     Gomme de cerisier.             5   _id_.

     Après cette ébullition, on retire une quantité de décoction égale à
     l'excès d'eau qu'on y a ajouté, environ vingt-trois voies, et on
     verse en quatre parties égales dans quatre cuviers ou tonneaux
     placés près de la chaudière, au fond de chacun desquels on a mis:

     Sulfate de fer.                            5   liv.
     Sous-acétate de cuivre,(vert-de-gris).     3

     On jette ensuite dans la chaudière:

     Sulfate de fer.                            5    liv.
     Vert-de-gris.                              4

     Ces proportions sont les mêmes que celles qu'on prend
     ordinairement; mais leur emploi est différent. On brasse bien le
     bain, et demi-heure après la mise des dernières drogues, on y met
     la première moitié des chapeaux. On opère ensuite comme par les
     autres méthodes, avec cette différence que l'évaporation de l'eau
     est remplacée à chaque chaude par la liqueur déposée dans chaque
     baquet et tonneau, et que l'on agite bien, avant de la verser dans
     la chaudière.

     Quel que soit le mérite de M. Morel-Beaujolin, nous ne croyons pas
     que ce mode soit jamais adopté par les fabricans, puisqu'il n'offre
     que des changemens qui nous ont paru alonger l'opération, et la
     compliquer, au lieu de la simplifier.
121
     Voilà les modes qui étaient les plus suivis pour la teinture. Nous
     allons maintenant faire connaître les procédés nouveaux qui ont été
     proposés; nous commencerons par celui de M. Guichardière, qui a été
     copié en très grande partie par M. Mackensie, ainsi qu'on pourra
     s'en convaincre en les comparant.


     _Description des procédés à suivre pour la teinture des chapeaux,
     et observations sur les perfectionnemens obtenus dans l'art de la
     chapellerie;_ par M. GUICHARDIÈRE. (Ann. de l'indust. nat. et
     étrang., mai 1824, p.131.)

     Pour obtenir un noir intense et solide, il faut, d'après l'auteur,
     composer un bain riche en couleur, et ne jamais se servir, comme le
     font presque tous les teinturiers, du vieux bain épuisé pour
     l'engallage des feutres. Le bain neuf et limpide rend le duvet
     brillant, tandis que le vieux bain est toujours boueux et le rend
     terne. On doit se servir du verdet en poudre de M. Mollerat, qui
     est beaucoup plus pur que celui qui vient en pains de Montpellier,
     et de couperose calcinée (colcotar des anciens, tritoxide de fer
     rouge des modernes); par ce procédé on brunit beaucoup plus vite,
     et le noir est bien plus beau, pourvu que la température soit bien
     réglée, et à la hauteur convenable pour que le feutre ne soit pas
     altéré. L'auteur entend dire par là que la température la plus
     haute est celle qui fixe le mieux la couleur. Après chaque
     opération, il est indispensable de bien dégorger les chapeaux dans
     un bain d'eau à l'ébullition, et ensuite les bien égoutter à la
     _pièce_[44], afin de chasser tous les corps étrangers.

     [Note 44: La pièce est un outil en cuivre dont le chapelier se sert
     pour faire sortir le liquide et les saletés que contient le
     feutre.]

122  Lorsque le bain est préparé, si les objets à teindre sont d'une
     seule qualité, il faut avoir soin, dans les divers feux ou plongées
     qu'ils subissent, de les faire aller au fond de la chaudière
     alternativement; sans cette précaution on manquerait le but qu'on
     se propose.

     Lorsqu'on a plusieurs qualités de chapeaux à teindre dans le même
     bain, on doit placer les plus fins au fond de la chaudière, et les
     moins fins au-dessus, attendu que les atomes colorans se
     précipitent toujours, et que les matières les plus fines en
     absorbent une plus grande quantité. Les chapeaux fins, façon
     flamande, pur poil de dos de lièvre d'hiver, peuvent recevoir sans
     danger huit ou neuf plongées[45]; ceux qu'on nomme mi-poil, oursons
     et dorés peuvent en recevoir autant, mais à une température
     beaucoup plus basse, et l'on doit employer moins de sulfate de fer
     (couperose verte.)

     [Note 45: On appelle plongée ou chaude, en chapellerie, ce que les
     teinturiers ordinaires appellent feu. La durée de chaque plongée ou
     feu est d'une heure et demie à deux heures.]

     Aussitôt que la bruiture est terminée, on doit débarrasser le
     feutre de toute la crasse qu'il peut contenir, et qui est produite
     par les résidus des ingrédiens employés pour la composition du
     bain. Pour cela, aussitôt que les feutres sortent de la chaudière,
     on les porte à la rivière où on les lave et on les tord jusqu'à ce
     que l'eau en sorte claire. Cette opération a le triple avantage de
     laver le velu, de dégorger le feutre, et de fixer la couleur en
     même temps. Il faut ensuite plonger les chapeaux dans l'eau
     bouillante, les remettre sur forme, et avoir soin de les bien laver
     en les frottant à la brosse demi-lustre jusqu'à ce que le velu soit
     clair et brillant. On les égoutte autant qu'il est possible,
123  ensuite on les fait sécher dans une étuve modérément chauffée par
     un poêle, afin d'éviter le bronze produit par l'oxigène qui se
     combine à la surface, à une haute température. Lorsque les chapeaux
     sont secs, il faut les baguetter avec le plus grand soin jusqu'à ce
     qu'il n'en sorte plus de poussière; ensuite on les lustre avec
     l'eau de rivière, on les fait sécher et on les baguette fortement
     de nouveau.

     Depuis deux ou trois ans la teinture a fait quelques progrès, et
     plusieurs fabriques fournissent des noirs assez beaux; aussi leurs
     produits sont très recherchés, tant il est vrai que c'est
     l'intensité de la couleur, plutôt que la bonté du feutre qui fait
     vendre les chapeaux. Il est important de remarquer que les Anglais
     ne font de beau noir que depuis qu'ils ont substitué le citrate de
     fer au sulfate du même métal; l'auteur pense que le tartrate, le
     gallate et l'acétate de fer pourraient produire les mêmes effets;
     il se propose de faire une suite d'expériences sur tous ces sels,
     et d'en publier les résultats aussitôt qu'elles seront terminées.
     Il indique ensuite, tels qu'on les lui a communiqués, les procédés
     employés à Naples et à Trieste pour teindre les chapeaux. Nous nous
     dispenserons de les citer, les ayant trouvés décrits dans l'ouvrage
     de Mackensie d'où nous les avons déjà extraits.


     _Procédé pour teindre les chapeaux;_ par M. BUFFUM.

     Les chapeaux destinés à être teints sont placés sur les chevilles
     d'une roue verticale tournant sur un axe dans la cuve. A mesure que
     cette roue tourne, le chapeau plonge dans la teinture et en sort.
     On peut faire tourner cette roue d'un mouvement très lent, par un
     engrenage qui fait communiquer son axe à un moteur quelconque, ou
     bien on peut lui faire faire seulement une demi-révolution, à des
     intervalles d'environ dix minutes. Par ce procédé, les chapeaux
124  placés sur les chevilles seront alternativement plongés pendant dix
     minutes dans la teinture, et ensuite ils seront exposés pendant le
     même temps à l'air atmosphérique. L'auteur pense que cette manière
     de teindre les chapeaux est très avantageuse, parce qu'en passant
     successivement du bain de teinture dans l'air, et de l'air dans le
     bain de teinture, l'oxigénation par l'air atmosphérique fixera plus
     solidement et plus promptement la matière colorante dans le tissu
     du chapeau, que par une immersion prolongée pendant un temps
     beaucoup plus long. (Lond. Journ. of arts, septembre 1828.)


     _Perfectionnement dans la teinture des chapeaux;_ par M. PICHARD.

     L'auteur indique divers perfectionnemens dont la teinture des
     chapeaux est susceptible. Il propose: 1º de mettre en teinture avec
     des formes d'osier, afin d'éviter de casser les arêtes et
     d'arracher les bords; 2º de substituer aux chaudières rondes des
     chaudières longues; 3º de mettre les chapeaux dans une roue percée
     à jour, dont une moitié baignerait dans la cuve, tandis que l'autre
     moitié serait exposée à un courant d'air, de manière à ce que
     moitié des chapeaux pût s'éventer pendant un temps donné, tandis
     que l'autre moitié se teindrait, et vice versa. Par ce procédé, les
     chapeaux ne seraient plus en contact avec le fond de la cuve, on
     pourrait les agiter dans le bain et à l'air en même temps, en
     imprimant un mouvement à la roue; on aurait une grande économie de
     temps, et on obtiendrait un plus beau noir, car les chapeaux,
     suspendus et agités dans l'air, prendraient beaucoup plus d'oxigène
     que sur le pavé, où on les jette ordinairement.

     Pour teindre cent chapeaux fins, l'auteur emploie la préparation
     suivante: on fait bouillir, pendant deux heure, dans une chaudière
     de cuivre chargée d'une quantité d'eau suffisante, six livres de
125  noix de galles concassées et cinquante livres de bois de campêche.
     Lorsque ce bain, qu'on désignera par le nº 1, sera préparé, on en
     mettra la moitié dans une chaudière; après y avoir ajouté vingt
     livres de sulfate de cuivre, on y passera les chapeaux pendant un
     quart d'heure, on relèvera pendant une demi-heure.

     On verse dans la chaudière un tiers de ce qui reste du nº 1, trente
     livres de pyrolignite de fer; on conserve le feu, on remet en
     chaudière, on passe pendant un quart d'heure, on abat pendant une
     heure et demie, on relève, on évente une demi-heure.

     On rafraîchit de nouveau avec le deuxième tiers restant du bain nº
     1; on chauffe à 75°, on ajoute quinze litres de pyrolignite de fer,
     on met les chapeaux pendant une demi-heure, on évente une
     demi-heure.

     On remet en chaudière pendant une heure, on évente une demi-heure;
     on refroidit de nouveau avec le restant du bain nº 1; on fait
     chauffer à 75°, on ajoute quinze litres de pyrolignite de fer; on
     met les chapeaux pendant une heure, on évente.

     On remet en chaudière pendant une heure et demie, on relève pour
     laver à l'eau courante; on sèche à l'étuve, on met sur forme et on
     lustre. (Industriel, décembre, 1828.)


     _Procédés que les Triestains emploient pour teindre les chapeaux en
     cinq ou six plongées, de deux heures chacune et autant d'évent._

     Pour teindre vingt chapeaux en cloche, avec formillons, les
     Triestains emploient:

     8 livres de bon bois d'Inde;
     7 onces de noix de galle noire;
     8 onces de bois jaune;
     2 livres de couperose verte;
     7  onces de vert-de-gris;
     8  onces de vitriol de Chypre calciné;
     20 petites pierres de tournesol;
     2 onces de belle gomme arabique pulvérisée;
     16 onces 3/4 de graines de lin.
126
     _Nota_. Je donne ici la dénomination ancienne, afin qu'elle soit
     mieux entendu des ouvriers.

     Pour préparer le bain, il faut 1° faire tremper le bois d'Inde
     l'espace de quatre jours, et le faire cuire ensuite pendant six
     heures;

     2° Faire macérer séparément la couperose, le verdet et le tournesol
     dans l'urine humaine pendant quatre jours, et les faire ensuite
     bouillir pendant quelques minutes;

     3° Composition du bain. On met dans la décoction du bois d'Inde la
     moitié du verdet, la gomme arabique, trois quarts d'once de graines
     de lin et dix-huit onces de couperose. On laisse bien dissoudre ces
     substances.

     Première plongée. On plonge les vingt chapeaux; on élève la
     température à 75°; on les laisse pendant deux heures; on les relève
     et l'on donne deux heures d'évent.

     Deuxième plongée. On ajoute au bain la moitié du verdet non employé
     et deux onces de couperose; deux heures de bain et autant d'évent.

     Troisième plongée. On ajoute au bain la moitié du verdet non
     employé et deux onces de couperose; deux heures de bain et autant
     d'évent.

     Quatrième plongée. On ajoute au bain la moitié de la décoction de
     la noix de galle, la moitié du tournesol, toute la décoction du
     bois jaune et deux onces de couperose.

     Cinquième plongée. On ajoute six onces de cendres gravelées; cet
     alcali est, en termes de l'art, pour laver le cuivre, c'est-à-dire
     pour empêcher l'effet du bronze qui se forme ordinairement à la
     surface; les huit onces de couperose qui restent et le restant de
127  la décoction de noix de galle. Il faut avoir soin, pour éviter le
     bronze, de bien tourner avec un bâton les chapeaux dans le bain.

     Sixième opération. Afin que le noir des chapeaux soit éclatant, on
     les plonge dans un bain d'eau bouillante dans laquelle on a jeté
     une livre de farine de graine de lin passée au tamis, en ayant soin
     de bien égoutter les chapeaux afin de les purger du principe
     oléagineux.

     Observation. Les effets que la haute température des étuves produit
     sur la couleur des chapeaux méritent d'être étudiés avec soin. Je
     pense qu'il serait extrêmement important pour les progrès de notre
     industrie de déterminer autant que possible l'action qu'exerce la
     chaleur des étuves sur la couleur noire des chapeaux; car il est
     certain que les feutres qu'on y fait sécher sont d'un noir plus
     intense et plus brillant que ceux qu'on laisse sécher à l'air
     libre. L'oxigène ne jouerait-il pas ici le principal rôle, et la
     température de l'étuve ne favoriserait-elle pas sa combinaison avec
     les substances qui forment la teinture? Je laisse à d'autres, plus
     savans que moi, le soin de résoudre ce problème important, et de
     trouver la cause du fait que je signale.


     _Procédé des Napolitains pour teindre les chapeaux en deux
     plongées._

     Les Napolitains teignent en deux plongées seulement de trois heures
128  chacune et une demi-heure d'évent[46]. Ce qui facilite beaucoup
     cette opération et la rend plus courte, c'est qu'ils ne teignent
     jamais les chapeaux en formes; ils ne se servent que de
     formillons[47]. En effet, la forme dont nous remplissons nos
     chapeaux empêche le bain de pénétrer avec facilité du dehors au
     dedans; la couleur ne peut se communiquer que par l'extérieur, il
     faut par conséquent beaucoup plus de temps et un plus grand nombre
     de plongées pour que le bain communique du dehors au dedans en
     traversant toute l'épaisseur du feutre. A l'aide du formillon, tout
     l'intérieur du chapeau est vide et le bain entre librement par les
     deux surfaces, et pénètre plus facilement le feutre. Je regarde
     cette idée comme extrêmement heureuse.

     [Note 46: Jusque là on avait pensé qu'il n'était possible d'obtenir
     une belle teinture que par le concours de l'air. Par cette raison
     on donnait un évent d'une aussi longue durée que la plongée. Les
     Napolitains, entre leurs deux feux, ne donnent qu'une demi-heure
     d'évent, temps nécessaire pour préparer la seconde plongée ou
     chaude. Cette pratique semblerait prouver que l'évent est inutile:
     je m'en assurerai par l'expérience.]

     [Note 47: On nomme formillon une rondelle de bois d'un pouce
     d'épaisseur qu'on engage dans le fond de la tête du chapeau, afin
     de la tenir étendue et l'empêcher de reprendre la forme conique.]

     Le premier bain se compose d'une forte décoction de bois d'Inde,
     dans laquelle on ajoute une dose convenable de verdet pour le faire
     virer au noir, et une certaine quantité d'indigo en liqueur (je
     pense que c'est de l'indigo dissous dans l'acide sulfurique, ou
     sulfate d'indigo; cette composition est connue). Aussitôt que ce
     bain est préparé, on y plonge les chapeaux, on les y laisse trois
     heures un quart à la température de l'ébullition. Pendant ce temps,
     les chapeaux s'imprègnent d'un beau noir, mais qui n'a aucune
     solidité. Ils laissent éventer pendant une demi-heure, temps
     suffisant pour préparer le deuxième bain.

     Le deuxième bain se prépare comme le premier; mais on y ajoute la
     couperose calcinée, c'est-à-dire le fer oxidé au maximum, le
     colcotar dont j'ai parlé (car jusqu'ici on n'a pas trouvé le moyen
     de produire du noir sans oxide de fer); on y plonge de suite les
129  chapeaux pendant le même espace de temps qu'à la première chaude,
     mais à une température plus basse, 75 à 78° Réaumur. Ce second feu
     n'est destiné qu'à fixer la couleur.

     Trois heures un quart après qu'on a plongé les chapeaux pour la
     seconde fois, on les retire, on les lave avec soin dans de l'eau de
     puits froide, on brosse le velu, on les tord jusqu'à ce que les
     pores du feutre soient entièrement débarrassés des parties
     crasseuses. On les plonge ensuite dans une chaudière pleine d'eau
     bouillante pour achever de les dégorger des parties sales qu'ils
     pourraient encore contenir, et les mettre sur forme. Ils font
     sécher leurs chapeaux dans une étuve dont la température est très
     douce: après le séchage, ils les baguettent et les lustrent comme
     nous.

     Les Napolitains connaissent que leur teinture est bonne, lorsqu'ils
     s'aperçoivent que leur bain est tout-à-fait épuisé.

     Je pense que cette manière de teindre est préférable à la nôtre,
     attendu que nos chapeaux restent à la température de 72° degrés,
     sous l'influence de l'oxide de fer, pendant seize, dix-huit et
     souvent vingt heures, ce qui altère et corrode les feutres; tandis
     que les leurs n'y restent que pendant trois heures un quart; de
     sorte que les nôtres y restent au moins six fois plus de temps.
     C'est la raison pour laquelle leurs chapeaux sont plus moelleux et
     d'un noir plus intense que les nôtres.


     _Apprêt des chapeaux._

     On donne le nom d'_apprêt des chapeaux_ à l'introduction d'une
     colle qui, tout en laissant à l'étoffe sa flexibilité, en agglutine
     les parties feutrées, la rend plus consistante, plus ferme, et plus
     susceptible de conserver la forme qu'on lui donne; enfin, les rend
     impénétrables à l'eau. La liqueur pour l'apprêt se fait
     ordinairement avec une solution de gomme et de colle-forte.
     Quelques fabricans emploient le fiel de boeuf, le vinaigre et
130  quelques autres substances; la gomme et la colle sont préférables.
     Parmi le grand nombre de recettes connues, nous nous bornerons à
     citer celle que M. Morel a publiée; la voici:


     _Bain d'apprêt._

     Gomme de pays, suivant sa pureté, de 12 à 30 liv.
     Colle-forte, s. q.
     Eau.                              de 5 à 6 voies.

     Sans suivre pas à pas M. Morel, nous dirons qu'on doit nettoyer la
     gomme autant que possible, la réduire en poudre grossière, la
     projeter ensuite peu à peu dans l'eau bouillante, en remuant avec
     une large spatule de bois; quand la gomme est dissoute, il faut
     passer la liqueur à travers une toile pour en séparer les
     impuretés. On évite ainsi de faire bouillir pendant douze ou quinze
     heures, comme le recommande M. Morel; cette ébullition est inutile;
     elle n'est que longue, dispendieuse et sans aucun résultat. Il
     suffit de la faire bouillir un quart d'heure et de l'écumer; on
     verse alors cette solution de gomme dans un tonneau.

     L'ouvrier prend alors la colle nécessaire, et en met la moitié
     tremper dans l'eau pendant vingt-quatre heures, et l'autre moitié
     dans de la solution de gomme. On fait dissoudre séparément chacune
     de ces colles dans ces liquides; la solution de colle dans l'eau de
     gomme prend le nom d'_apprêt de la tête_. Celle qui a été fondue
     dans l'eau est unie ordinairement à parties égales avec l'eau de
     gomme, et d'autres fois dans des proportions différentes, suivant
     que le feutre doit être plus ou moins ferme et consistant. C'est
     cette liqueur qu'on nomme, en termes de l'art, _apprêt du bord_.
     Voici la manière de donner l'apprêt au chapeau:


     _Application de l'apprêt._

131  On commence par faire chauffer et entretenir à environ 50 ou 60 C°,
     l'_apprêt de tête_; ensuite, au moyen d'un gros pinceau, on en
     enduit soigneusement et bien uni l'intérieur des chapeaux qu'on a
     auparavant disposés sur une forte table, dite bloc, dans laquelle
     sont ménagés de grands trous pour recevoir la forme des chapeaux.
     Les chapeaux en cet état sont nommés _apprêtés de la tête_; on les
     fait sécher à l'étuve, et on les replace de la même manière sur le
     bloc. Alors on fait chauffer l'_apprêt de bord_ jusqu'à 60 et 65
     C°., et l'apprêteur enduit le bord de dessous du chapeau, qui
     présente alors la surface supérieure, au moyen d'un gros pinceau,
     d'une couche d'apprêt du bord, et frappe doucement du plat de la
     main sur les parties du chapeau ainsi enduites, en faisant tourner
     peu à peu le chapeau dans le bloc. Après cela, il donne une seconde
     couche d'apprêt, qu'il fait rentrer avec la main, comme nous venons
     de le faire connaître, et s'il est tombé un peu d'apprêt dans
     l'intérieur de la tête, on y passe légèrement le pinceau pour le
     rendre uni.

     M. Robiquet décrit cette opération d'une manière qui nous a paru
     plus rationnelle; nous allons le laisser parler. On place à côté du
     bain d'apprêt un bassin en fer poli, muni de son fourneau, et
     recouvert sur son fond d'une toile mouillée; l'apprêteur renverse
     le chapeau sur le bloc, trempe la brosse dans l'apprêt, et en
     imprègne le bord intérieur du chapeau, en ayant soin de ne pas
     atteindre jusqu'au tour; il asperge fortement la toile du bassin
     pour développer beaucoup de vapeur; il y applique le chapeau du
     côté de l'apprêt, qui s'introduit à mesure que la vapeur pénètre.
     On retire après deux ou trois minutes, puis on replace le chapeau
     dans le bloc, et l'on reconnaît, en passant le plat de la main, si
     la surface n'est plus gluante; ce qui supposerait que l'apprêt n'a
     pas pénétré assez avant; alors il faudrait l'exposer à la vapeur.
     L'excès contraire doit être évité soigneusement; car, si l'apprêt
132  arrive jusqu'à l'autre surface, le chapeau devient galeux, et l'on
     est obligé de le dégorger au savon chaud, et de recommencer
     l'opération. Lorsque l'apprêt du bord est terminé, on apprête le
     chapeau en tête, en appliquant au pinceau, vers le milieu du fond,
     une rosette de colle-forte, qu'on recouvre sur-le-champ de deux
     couches d'apprêt, plus épais et moins chaud que celui qui a servi
     pour le bord, et qu'on étend sur tout le dedans du chapeau sans le
     faire rentrer attendu que l'intérieur de la tête est couvert par la
     coiffe. Ce procédé est plus expéditif que le précédent, qui
     nécessite d'ailleurs l'opération suivante pour son complément.


     _Bassin de l'apprêt et du relavage._

     Ce procédé consiste à placer une plaque circulaire et convexe de
     fonte sur un fourneau, dont elle recouvre exactement le foyer. Quand
     cette plaque est bien chaude, on y place une couche de paille
     mouillée et bien froissée, qu'on y fixe au moyen d'une triple toile
     d'emballage excessivement claire; on arrose alors cette toile avec
     un arrosoir très fin ou une brosse, on place le chapeau sur cette
     toile, et on le recouvre d'une sorte de cloche en cuivre, qui est
     enlevée et descendue au moyen d'une poulie. Pendant cette
     opération, la chaleur du fourneau continue à échauffer la plaque,
     et celle-ci transmettant son calorique à l'eau, la réduit en
     vapeurs qui remplissent la cloche et font rentrer l'apprêt; on
     passe ainsi successivement tous les chapeaux à l'apprêt, en
     arrosant la toile chaque fois qu'on y place un nouveau chapeau. Au
     fur et à mesure que les chapeaux sortent du bassin, on s'empresse
     de les essuyer doucement avec un morceau de toile rude bien sèche;
     on en dégage ensuite le poil au moyen du carrelet; on les porte
     alors à l'étuve pour les soumettre à l'opération du relavage. Cette
     opération a pour but de débarrasser la surface des feutres de
     l'excès d'apprêt qui s'y trouve et qui tient les poils collés entre
133  eux, ce qu'on remarque chez ceux qui n'ont pas été soumis au
     bassin. Pour cela, on trempe les bords de ces chapeaux dans une
     faible dissolution de savon dans l'eau bouillante; on l'égoutte
     ensuite, on l'essuie, on en dégage le poil, et on le fait sécher à
     l'étuve pour le soumettre à l'appropriage.

     L'opération de l'apprêt exige beaucoup de soins; car un chapeau mal
     apprêté non seulement perd de sa valeur, mais il est encore mis au
     rebut. La colle dite gélatine mérite la préférence sur la colle
     ordinaire, parce qu'on a reconnu qu'elle est plus élastique, plus
     forte, moins soluble et moins hygrométrique. De nos jours, le
     bassin de relavage est presque entièrement inusité; cependant il
     n'est pas sans utilité pour les chapeaux à grands bords, dits
     _chapeaux à cornes_: cette opération du relavage ne date que de la
     suppression des chapeaux ras dont l'apprêt se bornait à de l'eau
     gommée. Mais pour les chapeaux façon flamande, comme le feutre est
     moins serré, il a fallu nécessairement un apprêt plus _corsé_; on a
     donc combiné l'eau gommée avec la solution de gélatine. En
     Angleterre, lorsque le chapeau est apprêté, pour enlever l'excès
     d'apprêt qui reste à sa surface, on fait bouillir de l'eau
     contenant une solution de savon noir, et l'on y plonge les chapeaux
     jusqu'au milieu de la tête, jusqu'à ce que cet excès d'apprêt soit
     dissous. On opère ensuite comme nous l'avons déjà fait connaître.


     _Appropriage des chapeaux._

     Les chapeaux parvenus au point de fabrication que nous avons fait
     connaître, n'ont ni ce brillant, ni cette douceur qui en
     constituent la beauté. Ce sont ces qualités qu'on leur donne par
     l'_appropriage_. Quant aux feutres destinés à la coiffure, on se
     borne à les passer au fer ou à les mettre en presse afin de les
     _catir_, comme les tissus de laine.
134

     Nous allons transcrire les divers temps de cette opération:

     Ce dressage est une opération pénible et difficile en même temps,
     vu que les formes sont brisées en six ou sept morceaux, et qu'il
     faut les introduire pièce à pièce dans la tête. Avant cela on met
     les chapeaux à la cave pendant un ou deux jours afin de bien
     ramollir le feutre; on achève ce ramollissement en le _fumant_,
     comme on dit, au _sabot_. Cette opération se fait en plaçant, sur
     le fer chaud de l'approprieur, une toile mouillée, qu'on nomme
     _fumerette_, et recouvrant le tout avec le chapeau qui fait
     l'office d'une cloche. La vapeur d'eau qui se dégage rend le feutre
     plus élastique. En cet état on le met aussitôt en forme, et on le
     tire bien soigneusement et de toutes parts, pour qu'il s'adapte
     bien sur toute la forme, et en conserve tous les contours; il est
     bon de faire observer qu'on doit assujettir le chapeau sur sa
     forme, au moyen d'une ficelle placée à sa base, comme dans le
     foulage. Lorsque ce travail est terminé, et que les bords sont bien
     disposés, on serre le chapeau, c'est-à-dire que l'approprieur sèche
     le chapeau au moyen du fer chaud. Ordinairement, il emploie deux
     chaleurs de fer pour la tête, et une au moins pour le bord, en
     ayant soin de mouiller de temps en temps le chapeau avec la _brosse
     lustre_; car sans cela le feutre serait creux et terne, et l'apprêt
     inégal, tandis qu'il doit être serré, d'un apprêt égal et brillant.
     Lors qu'on reconnaît qu'il reparaît encore quelques jarres, on les
     fait arracher. Quand le chapeau est ainsi bien sec au dehors, on le
     sort de la forme, et on le porte dans un local sec pour que
     l'intérieur se sèche également. En cet état, on fait subir aux
     chapeaux un nouveau ou second _serrage_, qu'on appelle _passer en
     second_. Cette opération tend à donner au poil tout le brillant, le
     lustre et le velouté possible. On passe donc alternativement au fer
135  et à la brosse lustre, et sur la fin, pour donner plus de brillant
     au poil, on promène dessus un morceau de panne rembourré, qui porte
     le nom de _pelote_. Il est des fabricans qui, pour obtenir un plus
     beau lustre, trempent leur brosse lustre dans quelque liquide
     approprié au lieu d'eau. J'ai analysé quelques compositions
     semblables, et dans un grand nombre j'ai trouvé de la solution
     d'indigo, et un peu de gomme arabique dans des proportions
     indéterminées, mais que nous croyons pouvoir établir dans les
     proportions suivantes:

     _Eau de lustrage._

     Eau pure.                                           25 kilog.
     Gomme arabique dissoute dans l'eau.                  4 onces.
     Dissolution neutre d'indigo dans l'acide sulfurique. 1 once.

     Les chapeaux qui ont subi ce second serrage, sont portés en
     magasin; mais s'ils y restent long-temps invendus, pour leur
     redonner de l'éclat, on les _serre_ une troisième fois. Dans ces
     diverses opérations, l'ouvrier doit bien faire attention à ce que
     le fer ne soit pas trop chaud, pour ne point brûler le poil du
     feutre, ou, comme on dit, _raser le feutre_; ils doivent éviter
     aussi de _faire des gouttières_, ce qui a lieu quand le feutre a
     été trop mouillé, et qu'il a été passé ensuite au fer peu chaud et
     lentement, ou avec un fer chaud trop vite. Dans ce cas, toute l'eau
     n'étant pas vaporisée, celle qui reste détrempe l'apprêt et _fait
     des gouttières_. Pour les faire disparaître, il faut enlever
     totalement l'apprêt qui forme les gouttières, au moyen de l'eau
     savonneuse bouillante, et y appliquer ensuite un nouvel apprêt. On
     pourrait aussi soumettre ces parties à la vapeur d'eau, qui ferait
     rentrer cet apprêt.


     _Du cartonnage des chapeaux._

     Cette opération consiste à coller au fond du chapeau du papier
136  fort, et un autre plus léger autour de la forme. Elle est
     nécessaire, surtout quand les formes sont d'un grand diamètre; le
     cartonnage sert à faire conserver au chapeau sa forme, et à le
     rendre plus solide; on le pratique ordinairement avant le dressage.
     Nous devons faire observer aussi qu'il est beaucoup de ces chapeaux
     qui ne sont point cartonnés. Les marchands se bornent à y mettre un
     fond et un tour en papier fin.


     _Garniture des chapeaux._

     Ce travail n'est nullement du ressort du fabricant de chapeaux, il
     est le partage du _marchand chapelier_, qui leur donne la tournure
     et la coupe convenables, les borde et y applique la coiffe, le
     tour, etc. Nous nous bornerons donc à dire, à ce sujet,
     qu'autrefois on traversait le feutre avec l'aiguille, pour y coudre
     le tour en cuir. Il en résultait que si le chapeau avait été
     atteint en teinture et que le poil fût dru ou non, il périssait par
     cette couture, attendu que le point coupait le feutre de deux tiers
     de sa circonférence. A présent, on fait un petit bâti sur lequel on
     coud le cuir. En Angleterre, on a inventé une espèce de couteau,
     qui non seulement coupe le cuir, mais encore trace tous les points
     de l'aiguille, ce qui rend ce travail plus court et bien moins
     pénible. Quelques chapeliers, en France, l'ont déjà adopté.

     Telles sont les diverses opérations qu'on pratique pour les
     confections des chapeaux feutre. Nous allons maintenant faire
     connaître la plupart des améliorations qui ont été proposées. Nous
     commencerons par donner un extrait du mémoire de M. Guichardière,
     qui se trouve consigné dans les Annales de l'industrie nationale et
     étrangère, 1824.
137

     _Mémoire sur de nouveaux procédés pour fabriquer des chapeaux de
     feutre_; par M. GUICHARDIÈRE, _fabricant de chapeaux à Paris_.

     Dans ce mémoire, M. Guichardière établit que, pour fabriquer des
     chapeaux à l'instar des Italiens, on peut employer les poils de
     lièvre de tous les pays, mais que celui de la France est préférable
     ainsi que ceux de la Savoie, de la Suisse, du Tyrol, de la
     Carinthie, de la Carniole, de la Styrie, etc., attendu que le duvet
     de ces peaux feutre plus énergiquement que ceux du nord. Ce travail
     est divisé en plusieurs paragraphes, et l'on y trouve la méthode
     suivie dans ce nouveau genre de fabrication.

     Le premier paragraphe contient la préparation et le nettoyage qu'on
     fait subir aux peaux avant de les ébarber. Cette préparation
     consiste à gratter les poils à plusieurs reprises et à les
     baguetter alternativement jusqu'à ce que le duvet et le jarre
     soient libres, et qu'il n'en sorte plus de poussière. Cette
     opération sert à débarrasser le poil du sang qui salissait la peau.

     _Ébarbage_.--C'est l'opération par laquelle on coupe avec les
     ciseaux le jarre à la hauteur du duvet. Cette précaution nécessite
     une main légère pour ne couper que le jarre sans atteindre le
     duvet. Sans cette préparation on aurait de la peine à avoir un
     feutre lisse ou uni.

     _Sécrétage_.--Le sécrétage se fait en touchant les poils avec une
     dissolution de six onces de mercure dans une livre d'acide nitrique
     pur, étendu de seize parties de décoction de guimauve et de
     consoude, la décoction des plantes donnant au feutre de la douceur
     et aidant au feutrage. La dissolution préparée, il faut plonger la
     brosse dans la liqueur, et frotter les poils, par une légère
     pression jusqu'à ce qu'ils soient tombés des deux tiers de leur
138  longueur, et plus s'il est possible. Il faut ensuite les faire
     sécher à l'étuve à une température très élevée; l'acide étant
     affaibli, le poil ne peut être brûlé.

     _Manière d'humecter les peaux pour les disposer à lâcher leur
     duvet_.--Cette opération se fait au moyen d'une préparation d'eau
     alcaline, contenant un vingtième d'eau de chaux, avec laquelle on
     imbibe le cuir. On doit avoir le soin de les joindre deux à deux
     pour éviter que le poil ne se mouille; on les met en tas de
     cinquante, on les couvre ensuite d'une planche sur laquelle on met
     un poids très lourd pour les passer et amollir le cuir, ce qui peut
     se faire en vingt-quatre heures.

     _Arrachage_.--Pour le nouveau système de fabrication, il faut
     arracher les poils, ce qu'on fait en les pinçant entre la lame d'un
     couteau et le pouce, et par une forte pression on en fait
     l'extraction. On arrache le poil jusqu'à ce qu'il n'en reste plus
     sur le cuir, en ayant soin de séparer les diverses qualités, les
     poils du dos, des côtés, de la gorge et du ventre.

     _Observation sur la différence qui existe entre les poils arrachés
     et les poils coupés_.--Les poils arrachés, étant obtus du côté de
     la racine, et privés de leurs jarres, ont plus de difficulté à
     produire le feutre; leur action doit être plus lente que celle des
     poils coupés, mais ils produisent des chapeaux brillans et solides.
     Beaucoup d'opérations primitives pour le système de préparation des
     chapeaux par ce nouveau moyen, sont plus pénibles, mais on a
     l'avantage d'utiliser le poil commun du ventre de lièvre, qui est
     de très peu de valeur. De plus, par ce procédé, jamais un chapeau
     ne dépérit sous la main de l'ouvrier; plus il le travaille, plus il
     a de brillant, et plus il est semblable dans toutes ses parties.

     _Arçonnage et bâtissage de la première qualité_.--Sous ce nom on
     comprend les opérations de peser le poil nécessaire suivant la
     force que l'on veut lui donner, puis à mêler à ce poil un gros de
139  belle vigogne rouge. On met le tout sur la claie, et on mêle avec
     l'arçon jusqu'à ce que le mélange soit d'une même nuance, et que
     tous les corps étrangers et ordures soient séparés.

     Les choses ainsi arrangées, on ôte la claie, on nettoie la table,
     et on la mouille pour aider à l'adhérence des poils. On divise la
     matière en deux parties égales pour former deux pièces; on les
     arçonne, et on a le soin de les étendre le plus possible, et de les
     faire très hautes. Avant de les commencer il faut ouvrir l'étoffe,
     bien diviser les poils, extraire toutes les petites ordures qui
     auraient pu échapper aux premières opérations, les rendre plus
     maniables, afin d'avoir plus de facilité à les étendre dans la
     toile feutrière; et lorsque ces mêmes parties sont marchées par une
     forte pression au bassin, il faut faire un chapeau très grand,
     étroit et haut en même temps; l'assiette et le flanc de forme
     mince, la carre passablement forte, de même que le lien et l'arête
     déliée. Lorsque le chapeau est également étoupé, il faut avoir soin
     de rendre les poils bien adhérens, c'est-à-dire qu'il faut que le
     bâtissage soit assez feutré pour pouvoir brosser le plus tôt
     possible à la foule.

     _Foulage_.--Le foulage du chapeau se fait dans un bain très acidulé
     au moyen de la crème de tartre, et de la décoction d'écorce de
     chêne. On y trempe le chapeau, quand il est à l'ébullition; on a
     soin qu'il soit bien imbibé partout; si quelque partie ne l'était
     pas, on y suppléerait par la brosse; on foule deux ou trois
     croisées sans conserves, à roulement clos, sans tremper beaucoup,
     et, lorsque le feutre est bien formé, on emploie la pression de la
     brosse; mais, avant, il faut bien nettoyer son chapeau en frottant
     avec la main nue; le feutre étant encore tendre, les jarres
     s'échappent plus facilement que lorsqu'il est plus formé. On
     continue le foulage de manière à rendre le chapeau assez petit pour
     pouvoir le mettre sur la forme.

140  La deuxième qualité se fabrique avec plus de peine que la
     premières; elle se fait avec les poils de côté, et les plus beaux
     de ceux des gorges, qui ont moins d'action feutrante que les poils
     du dos. On y ajoute un gros de belle vigogne, et on dore le chapeau
     au bassin, d'une once et un quart de poil du dos sécrété. Cette
     addition donne de la solidité et de la beauté en même temps. La
     foule en est pénible, attendu que la dorure du poil sécrété et
     arraché, ride très long-temps.

     La troisième qualité, analogue à la précédente, se fait avec le
     poil commun du ventre et deux gros de vigogne, et on dore avec une
     once et un quart de poil du dos sécrété. Ces chapeaux ont besoin
     d'être vigoureusement foulés, car il est difficile de faire passer
     la ride.

     _Dressage_.--Pour cette opération, le travail est le même que pour
     celui des autres chapeaux. On doit toujours former le chapeau à
     l'eau chaude et claire. Cette précaution force le chapeau à tirer
     sa couleur, et facilite son éclat.

     _Le tirage_ doit être fait avec attention. On doit se servir d'un
     carrelet très doux, et employer une légère pression, pour ne pas
     décomposer le feutre et faire un rebut.

     _Teinture_.--Les chapeaux ainsi préparés sont plus faciles à
     teindre que ceux fabriqués par le moyen ordinaire, attendu que la
     lie du vin pressée contient deux principes, l'un acide, l'autre
     alcalin. Le premier sert à faire feutrer, et le second facilite les
     poils à donner du brillant; ce qui fait que le chapeau a plus
     d'aptitude à tirer sa couleur. Le plus fin est toujours le plus
     noir, et le plus grossier l'est moins. Il faut, selon M.
     Guichardière, avoir soin que les sels employés à la teinture ne
     soient pas avec excès de fer, l'excès de fer nuisant à la beauté de
     la couleur, ce qui n'a pas lieu par un excès d'acide. Il faut, pour
     tourner le bain, une température douce, et donner huit à dix feux.
     Sans cette précaution on altérerait la deuxième qualité, et l'on
141  brûlerait la troisième. Il faut avoir de l'eau bouillante pour
     dégorger les chapeaux; sans cette précaution les chapeaux sont
     ternes et pleins de poussière. Il faut les faire sécher au moyen
     d'une chaleur douce, dans une étuve, où l'on ne place les chapeaux
     qu'après la combustion.

     _L'appropriage_ du chapeau est moins facile à dresser, attendu que
     le feutre est plus nerveux; mais en récompense on a moins de peine
     à l'éjarrage, puisqu'il y a beaucoup moins de jarre à extraire que
     dans les chapeaux fabriqués par le procédé ordinaire. M.
     Guichardière a également fait connaître dans le même journal (année
     1825), la méthode suivie par des Anglais en France, la voici:


     _Onzième notice sur un nouveau genre de chapeaux en feutre établi
     en France par des fabricans anglais_; par M. GUICHARDIÈRE. (Annal.
     de l'indust. nation, et étrang., août 1825, page 207.)

     Depuis trois ou quatre ans environ, les Anglais ont établi à Caen
     (Calvados) une fabrique de chapeaux économiques, tels qu'on en
     fabrique en Angleterre, et aux États-Unis. Tous les ouvriers
     employés dans cette fabrique sont Anglais, aucun Français n'y est
     admis. Voici quelle est à peu près leur manière d'opérer.

     _Première opération_.--Ils emploient les laines d'agneaux de tous
     les pays, mais préférablement celles de Sologne. Ils donnent à ces
     laines une préparation préliminaire, en les laissant macérer soit
     dans l'urine putréfiée, soit dans une décoction riche en tannin;
     c'est-à-dire, dans toutes les décoctions qui ont la propriété de
     donner aux laines une action rentrante et feutrante. Le fond, qui
     doit former la base du chapeau, est tout laine, matière très
     grossière à la vérité, mais qui a l'avantage de produire un chapeau
142  solide en raison de sa force. Lorsque le fond est bâti, ils le
     foulent dans une dissolution de gravelle (ou tartre brut), qui a le
     double avantage de faire rentrer et feutrer en même temps, en
     raison de son principe astringent. Avant de porter les chapeaux à
     la foule, ils ont soin de les faire bouillir dans une des
     décoctions ou dissolutions citées plus haut, et après les avoir
     foulés ils les font bouillir de nouveau dans des bains astringens,
     pour que les pores du feutre soient aussi serrés que possible.
     Après cette opération ils les flambent et les nettoient avec la
     brosse, de manière qu'il ne reste au fond ni ordures, ni poils
     brûlés.

     _Deuxième opération_.--Pour produire le velu qui convient à la
     surface de ces fonds, ils emploient le poil de lapin de garenne, et
     de préférence celui de Bretagne. Avant de l'employer, ils le font
     ébarber et couper comme le poil de lièvre, et ils le rendent
     adhérent par le même moyen que nous employons pour le lièvre et
     pour le castor, sur des fonds composés avec des matières plus
     fines, avec cette différence cependant, que, lorsque la dorure est
     adhérente, ils ont soin de la couvrir d'une couche ou dorure de
     coton qui force la première dorure à adhérer au fond, mais qui ne
     s'adhère pas elle-même, puisqu'il est vrai qu'à l'opération du
     foulage, elle s'est en partie détachée, et à celle du sansouillage
     elle se sépare tout-à-fait à mesure que la vraie dorure se
     développe. Après cette opération qui ouvre les pores du feutre, et
     donne une grande facilité à mettre le chapeau sur la forme, la plus
     grande difficulté dans ce nouveau genre de fabrication, est de
     trouver un moyen de bien tendre le chapeau. Le fond peut, à la
     vérité, résister à la haute température du bain, mais la dorure n'y
     résiste pas. Il y a une différence totale entre ces chapeaux et les
     chapeaux mi-poils dont le fond est composé avec des matières
     communes en lièvres et lapins. Le fond de ces derniers est garanti
     par la dorure, tandis que dans les autres, la dorure est garantie
143  par le fond. Pour obvier à l'inconvénient de la teinture, l'auteur
     pense qu'il serait plus à propos d'employer le fer dissous par le
     vinaigre (ou l'acétate de fer), moins corrodant que le même métal,
     dissous par l'huile de vitriol (le sulfate de fer); il faut
     employer le cuivre préférablement au fer, c'est-à-dire, qu'il faut
     éviter, ou n'employer qu'avec modération, tout ce qui peut nuire à
     la matière. L'auteur fait observer que ce genre de fabrication
     convient parfaitement pour la pacotille, et qu'il serait en outre
     très utile pour la consommation de notre poil de lapin.


     _Nouveaux moyens de fabriquer les chapeaux ronds_; par PERRIN.
     (Brevet d'invention de cinq ans.)

     Jusqu'à présent les chapeliers ont été dans l'usage de faire les
     chapeaux sur des formes rondes, quoique la tête présente un ovale
     plus ou moins régulier. Cette figure a le désagrément de blesser,
     tant que la tête n'a pas donné sa forme à l'entrée du chapeau.

     Les bords des chapeaux ordinaires ont encore le désavantage de se
     trouver sur un même plan, ce qui gêne ceux qui les portent; on se
     contente seulement de les courber un peu par un coup de fer; mais
     bientôt après ils prennent leur forme plane.

     Pour remédier à ces deux inconvéniens, je dresse les chapeaux sur
     une forme ovale, et je donne une forme arquée à la partie qui en
     fait le bord. Par ce moyen la tête n'est pas gênée dans le chapeau,
     et les oreilles sont libres et dégagées.

     _Explication des figures_.

     _Fig. 14_. Chapeau teint, apprêté et ramolli à la vapeur de l'eau
144  chaude, qui doit être fabriqué avec deux lippes A, opposées,
     destinées à former le prolongement de la forme devant et derrière.

     _Fig. 15_. Forme à ballon brisée, vue de face; elle est ronde par
     le haut, et se termine en ovale par sa base. C'est sur cette forme
     que l'on place le chapeau apprêté, _fig. 14_.

     _Fig. 16_. La même forme vue de profil.

     _Fig. 17_. Selle vue de profil; elle est disposée pour recevoir la
     forme _fig. 15_.

     _Fig. 18_. La forme à ballon montée sur sa selle et vue de profil.

     _Fig. 19_. La même forme vue de face.

     _Fig. 20_. Le chapeau monté sur sa forme à ballon après qu'il a été
     choqué, que les bosses sont détruites et le lien formé; il est
     ajouté sur une seconde selle courbe B, vue de face, sur laquelle on
     abat et on étend à plat le bord du chapeau. La forme est fixée sur
     la selle au moyen de deux chevilles.

     _Fig. 21_. La figure précédente vue de face.

     _Fig. 22_ et _23_. Elévation et coupe horizontale de la presse.

     C. Pièce de bois qui forme la presse, et qui fait pression, au
     moyen de la vis D, sur le chapeau E placé dans le châssis.

     F. châssis ouvert pour introduire le chapeau.

     _Fig. 24_. Fer à repasser le bord du chapeau sur le châssis de la
     presse.

     _Fig. 25_. Moule en cuivre, vu de profil; il sert à relever le bord
     du chapeau.

     _Fig. 26_. La figure précédente vue de face.
145

     _Fabrication des chapeaux, perfectionnée_ par BORRADAILLE. (_London
     journal of arts; juillet 1826, page 353_.)

     Le corps des chapeaux d'hommes dont le dehors est recouvert de
     poils de castor ou autres, est ordinairement composé de laine
     cardée, et enlacée à la main sous la forme d'un bonnet conique,
     susceptible de prendre différentes autres formes selon la mode et à
     l'aide de moules préparés à cet effet.

     L'auteur a eu pour but de préparer à la mécanique les corps des
     chapeaux: pour cela, il a imaginé deux cônes tronqués, appliqués,
     base à base et tournant ensemble. Deux autres cônes tronqués de la
     même hauteur, mais dont la base est plus petite, tournent chacun
     sur son axe et entraînent dans leur mouvement, le double cône sur
     lequel ils appuient légèrement. Une mèche de laine sortant d'une
     machine à carder est étalée, et passe entre le grand double cône et
     les petits; elle s'enroule autour du premier, et un petit mouvement
     de va-et-vient imprimé à celui-ci croise les filamens et fait une
     sorte de feutrage. Lorsque l'épaisseur est suffisante, un
     instrument tranchant coupe l'étoffe à la jonction des bases du
     double cône, et on obtient ainsi deux bonnets coniques prêts à
     former des chapeaux.


     _Perfectionnement dans la fabrication des chapeaux_. Patente à Th.
     CHAMING Moore. (_London Journ. of arts, avril 1829, p. 26_.)

     Ce perfectionnement consiste dans la construction et l'emploi de
     machines à l'aide desquelles une série de filamens de laine ou
     autre matière convenable, est prise d'une carde et enveloppée à
     l'entour d'un moule pour confectionner la coque ou la forme de deux
146  chapeaux ou bonnets en une seule opération. La forme de ce moule
     est cylindrique, d'environ quinze pouces de long, et douze pouces
     de diamètre; ses extrémités coniques sont arrondies à leur sommet,
     et font une saillie d'environ dix pouces à chaque bout du cylindre.
     Ce moule, disposé pour tourner sur son axe, est porté sur un
     chariot qui a un mouvement de va-et-vient en tête du cylindre
     étireur de la machine à carder. Lorsqu'il a été recouvert d'une
     suffisante quantité de filamens de laine ou autre matière, on coupe
     ce tissu circulairement vers le milieu du cylindre, et on le fait
     glisser vers chacune de ses extrémités; on obtient par ce moyen
     deux chapeaux ou bonnets, qui, travaillés suivant les procédés
     connus, sont susceptibles de prendre la forme que l'on donne aux
     chapeaux ordinaires. Le moule doit être aussi léger que possible,
     afin qu'il puisse tourner facilement; l'auteur conseille, à cet
     effet, de le faire creux et en bois léger.


     _Méthode pour vernir les chapeaux de manière à les rendre
     imperméables à l'eau._

     957. MM. Ritchard et Francs ont pris dernièrement une patente pour
     la méthode suivante de rendre les chapeaux imperméables à l'eau.
     Les ingrédiens employés sont si nombreux qu'ils ne présentent pas
     d'économie. Nous désignerons par des italiques ceux que cette
     composition renferme d'utiles, en faisant observer que la quantité
     d'alcool doit être en proportion.

     On prépare l'extérieur du chapeau avec les matières ordinaires, on
     le teint, et on le forme. Lorsqu'il est parfaitement sec, on le
     traite à la surface intérieure avec la composition suivante:

     Une livre de _gomme kino_, huit onces de gomme élémi, trois livres
     de _gomme oliban_, trois livres de gomme copal, deux livres de
147  _gomme de genièvre_, une livre de _gomme ladanum_, une livre de
     gomme mastic, dix livres de laque et huit onces d'encens. On broie
     toutes ces matières, et on les mêle ensemble; ensuite on les délaie
     dans un vase de terre où l'on a mis quatre litres environ d'alcool,
     et on agite fréquemment.

     Lorsque tous ces ingrédiens sont bien dissous, on ajoute au mélange
     une pinte d'ammoniaque liquide et une once d'huile de lavande, avec
     une livre de _gomme myrrhe_, et de gomme opopanax, _que l'on a fait
     dissoudre dans trois pintes d'esprit-de-vin_.

     Toutes ces matières parfaitement incorporées et bien dissoutes,
     constituent le _mélange à épreuve_, avec lequel on traite
     l'intérieur du chapeau.

     Lorsque l'extérieur est teint, formé et parfaitement sec, on vernit
     par le moyen d'une brosse sa surface intérieure, et le côté
     inférieur du bord, avec cette composition. On met ensuite le
     chapeau dans un séchoir, on répète plusieurs fois cette opération,
     en prenant soin que le vernis ne pénètre pas la pièce, de manière à
     paraître de l'autre côté. On donne issue à la transpiration de la
     tête au moyen de petits trous pratiqués dans la couronne du
     chapeau: le poil de castor, etc., est disposé à la manière
     ordinaire, et le vernis de copal est appliqué sur le côté opposé.



          CHAPEAUX FAITS AVEC LE DUVET DES CHÈVRES DU CACHEMIRE.

     _Rapport fait_ par M. de LASTEYRIE, _au nom du comité des arts
     économiques, sur le duvet de chèvres des Hautes-Alpes._

     M. Serres, sous-préfet à Embrun, département des Hautes-Alpes, a
     adressé à la société d'encouragement un chapeau, deux échantillons
148  de feutre, et un petit échantillon de tricot, le tout fabriqué avec
     le duvet de chèvres indigènes.

     Le chapeau est parfaitement confectionné, le feutrage en est égal,
     solide, ferme et élastique: la teinture est d'un beau noir et
     paraît être solide, mais elle n'a pas le brillant que l'on trouve
     dans les chapeaux de poil de lapin. Le chapelier de Lyon qui l'a
     fabriqué croit que la teinture détruit le moelleux et le brillant
     du poil. On voit, en effet, pour les deux échantillons de feutre
     pris sur le même morceau, que celui qui a passé à la teinture est
     dur et raide, tandis que celui qui n'a pas subi cette opération est
     beaucoup plus souple et plus moelleux. Ce genre de chapeau manque
     aussi du beau brillant que donne le poil de castor ou celui de
     lapin, mais il serait facile d'obtenir cette qualité, par le
     mélange de l'un de ces poils avec le duvet de chèvre. Il est encore
     à remarquer qu'à dimensions égales, le poids d'un chapeau de duvet
     de chèvres est moindre d'un huitième, comparé à celui d'un chapeau
     fait avec du poil de lièvre. Au reste, il parait que l'emploi du
     duvet de chèvre dans la chapellerie est connue depuis long-temps
     sous le nom de Chevron d'Abyssinie; il a été reconnu qu'il fortifie
     beaucoup le feutre.

     Il résulte de tous ces faits qu'on peut fabriquer d'excellens
     chapeaux avec le duvet de nos chèvres indigènes, et tout porte à
     croire qu'ils auront autant de solidité et de durée que les
     chapeaux ordinaires. Le prix de fabrication est à peu près le même.

     La matière qui entre dans celui qui vous a été envoyé
     est estimée par le chapelier de Lyon à          6 fr. 90 c.
     Le feutrage à                                   3     30
     La teinture, apprêt et garniture, à             5      »

     Total                                          15 fr. 20 c.

     En évaluant les bénéfices de fabrication à environ un quart, on
     aura des chapeaux qui reviendront à 20 ou 21 fr.
149
     M. Serres a aussi envoyé un petit échantillon de tricot, dont la
     finesse, le soyeux et surtout la mollesse, sont très
     recommandables. C'est encore un genre d'industrie qui mérite
     l'attention des fabricans, et qui peut s'appliquer aux autres
     parties de la bonneterie; enfin l'expérience lui a appris que l'on
     peut, en avisant les races indigènes avec les chèvres d'Asie,
     obtenir des produits aussi fins et aussi abondans que ceux qu'on
     retire de ces dernières.

     Nous pensons que la société d'encouragement doit remercier M. le
     sous-préfet d'Embrun, pour le zèle actif qu'il a montré en
     cherchant à donner une nouvelle impulsion à notre industrie, et le
     prier de vous faire connaître, ainsi qu'il le propose, la méthode
     qu'il emploie pour extraire le duvet des chèvres.

     Signé DE LASTEYRIE, rapporteur. Adopté en séance, le 9 mai 1822.


     _Façon de fabriquer les chapeaux de poil de loutre, par_ M.
     TROUSIER.

     Pour préparer les peaux, on commence par faire arracher le jarre de
     dessus la peau; c'est un poil commun qui n'est bon à rien, ensuite
     on frotte la peau avec de l'eau-forte apprêtée avec du mercure; on
     la prépare en mêlant, pour une douzaine de peaux, trois onces de
     mercure par livre d'eau-forte: on le fait digérer au bain-marie
     pendant six heures. Ensuite on met trois livres d'eau de rivière
     par chaque livre d'eau-forte apprêtée, et on en frotte ladite peau.

     On la laisse pendant quarante-huit heures avant de la mettre sécher
     aux étuves, on a soin de la couvrir avec une toile sur laquelle on
     met quelque chose de pesant, pour qu'elle soit bien imbibée, et que
     le secret ne s'évapore point.

     On met la peau dans une cave pour qu'elle se ramollisse et qu'on
     puisse en couper le poil.
150
     Le poil étant coupé, on met trois onces de ce poil de loutre
     sécrété, et deux onces de poil veule naturel, une demi-once de
     castor sécrété, et une demi-once de vigogne fine rouge; on carde le
     tout ensemble, ce qui fait six onces d'étoffe pour faire un
     chapeau.

     On partage les six onces d'étoffe en quatre parties égales que l'on
     arçonne l'une après l'autre; les quatre capades étant faites, il
     reste environ une demi-once d'étoffe qui sert à ce que l'on appelle
     travers, qui se met en deux parties pour former le lien du chapeau;
     il faut que l'arçonnage donne une étoffe très unie pour en former
     les quatre capades, et qu'il n'y ait pas quatre poils ensemble,
     attendu que cela ferait un défaut dans le chapeau.

     On commence par prendre deux capades, entre lesquelles on met du
     papier pour qu'il n'y ait que la tête et les côtés qui tiennent
     ensemble.

     Cet assemblage se fait dans une toile qu'on appelle feutrière, dans
     laquelle on commence à faire feutrer; ensuite on développe la
     feutrière, ce qui fait le commencement du chapeau.

     On y ajoute le travers pour donner de la force; après cela on
     arrose avec un goupillon sur le travers; on pose ces deux dernières
     capades, et on enveloppe le tout dans la feutrière pour que le tout
     se trouve feutré ensemble.

     On prend ledit chapeau, on le trempe dans un seau d'eau froide,
     attendu que l'eau chaude le ferait feutrer trop vivement, et on le
     met à la foule, on verse dans une chaudière trois seaux d'eau dans
     laquelle on met un demi-seau de lie de vin pressée; on fait
     bouillir cette eau, dans laquelle on foule le chapeau environ
     quatre heures.

     Par intervalle il faut avoir le soin de retourner le chapeau pour
     l'épuiseter et le frotter avec une brosse, et lorsque le chapeau a
     assez de travail, on le dresse sur une forme à l'ordinaire, sur
     laquelle on le fait sécher.
151

     _Composition d'une seconde qualité de chapeaux._

     Deux onces et demie de castor sécrété, une demi-once de loutre
     sécrétée, deux onces et demie de loutre veule, une demi-once de
     vigogne fine.

     Les chapeaux de trois quarts castor sont composés de trois onces de
     lièvre sécrété, une demi-once castor sécrété, une demi-once de
     vigogne fine.

     Pour la dorure, une once et demie de castor veule.


     _Mélange des demi-castors._

     Deux onces et demie de lièvre sécrété, une once et demie de lapin
     veule, une once de lapin sécrété, deux gros de vigogne fine.

     Pour la dorure, une once de castor veule.

     Pour sécréter le castor, le lièvre et le lapin, je mets deux livres
     d'eau de rivière et une livre d'eau forte apprêtée avec la même
     quantité de mercure, comme j'ai marqué ci-dessus.

     Ma nouvelle façon de fabriquer mes chapeaux castor, trois quarts
     castor, demi-castor et autres, donne beaucoup plus de solidité et
     de finesse aux chapeaux, parce que je mets ma dorure entre mes
     capades en baissant mon chapeau, et par ce moyen le castor se
     trouve bien incorporé et bien pénétré, et que la ponce ni la robe
     ne peuvent point l'endommager; cela fait que le castor paraît
     dessus et dessous également; que les chapeaux sont aussi beaux,
     après les avoir repassés et retournés, qu'étant neufs, et ne sont
     point sujets à prendre l'eau, ce qui est une chose essentielle pour
     le public. La différence est, que tous les fabricans de chapeaux ne
     mettent leurs dorures que quand le chapeau est avancé de travail à
     la foule; par ce moyen la dorure ne reste que d'un côté, et ne peut
152  pas pénétrer dans le chapeau, ce qui fait que la dorure se trouve à
     moitié coupée par la ponce et emportée par la robe, et, quand on
     retourne le chapeau, il se trouve beaucoup plus commun et de bien
     moins d'usage.


     _Méthode de fabriquer des chapeaux mêlés de soie_; par M. MIRAGLIO
     de Paris.


     _Manipulation._

     On prend le cocon de semence qui n'a pas été étouffé dans le four,
     et on le carde, ce qui produit un poil que l'on coupe au sortir de
     la carde sans aucun autre apprêt, de la longueur de dix-huit
     lignes; on mélange deux onces quatre gros de ce poil ainsi coupé,
     avec une once six gros de lapin sécrété, six gros de plume de
     lièvre sans secret, et six gros de roux de lièvre; on carde le tout
     ensemble; on arçonne; on réunit le poil en la forme de chapeau de
     la grandeur que l'on désire; on serre le chapeau à l'arçon, et on
     le foule à la manière ordinaire.

     Le chapeau fabriqué passe à la teinture, où il prend un beau noir;
     enfin on lui fait subir l'apprêt ordinaire, qui se fait avec
     beaucoup plus de succès.

     Par ce procédé, on obtient un chapeau beaucoup plus léger, plus
     beau, très moelleux, plus durable et moins sujet à prendre l'eau. A
     la vérité, on est obligé de mélanger, soit avec du poil de castor,
     de lièvre ou de tout autre animal, mais par moitié seulement.

     Le poil de cocon se manipule très bien avec le poil des animaux, il
     a même l'avantage de donner plus de force et plus de lustre. Comme
     il est beaucoup plus long, on est dispensé de le passer au
     sécrétage du mercure et de l'eau-forte; opération pernicieuse pour
     les ouvriers.

     M. Robiquet, dans son excellent article du Dictionnaire
     technologique, sur l'art du chapelier, avait annoncé que M.
     Guichardière était parvenu à faire un feutre excessivement léger et
153  fin, avec le poil de la loutre marine. Ce fabricant lui a écrit
     depuis pour lui dire qu'il avait commis une erreur, et qu'il avait
     seulement recouvert les chapeaux avec ce poil, ce qui est
     différent. M. Robiquet croit être certain de ne pas s'être trompé.
     En preuve, il cite le passage du Mémoire de M. Guichardière, inséré
     dans les Annales de l'industrie, pour 1824, dans lequel il annonce
     ce fait en ces termes: _Qu'il était parvenu à feutrer des poils
     d'ours marin_, etc. S'il a voulu répudier sa découverte, M.
     Trousier a bien fait de s'en emparer et de la porter plus loin.

     Enfin, M. Lousteau a obtenu un brevet de perfectionnement de cinq
     ans, pour des chapeaux composés d'une matière filamenteuse
     quelconque, revêtue d'un apprêt de gomme et de colle-forte, et
     recouverte d'un tissu imitant le castor, sur lequel est appliqué un
     enduit composé d'huile de lin, de céruse et de litharge.



     FABRICATION DE CHAPEAUX D'HOMMES ET DE FEMMES, EN PLUMES DE
     VOLAILLES; PAR M. MASNIAC. (Par brevet d'invention du 14 août 1824)


     _Description du procédé._

     On prend un petit anneau, dans lequel on passe quelques plumes, que
     l'on serre entre deux fils à l'aide d'un noeud qui ne peut se
     desserrer. On commence par huit ou dix fils attachés à un petit
     morceau de cuir rond; on les double à proportion que l'ouvrage
     grandit: ce cuir tourne verticalement devant l'ouvrier pour faire
     le fond et le bord, et se meut horizontalement pour former le corps
     du chapeau; on place des plumes à chaque noeud, qui doit serrer les
     tuyaux.

     On obtient, de cette manière, des chapeaux plus chauds que ceux
     dont on se sert ordinairement, qui ne pèsent que quatre onces et
     qui, outre l'avantage d'être imperméables, ont encore celui de ne
154  pas se déformer, de ne pas perdre leur lustre, et de durer bien
     plus long-temps que les autres.


     _Premier brevet de perfectionnement et d'addition pour le mécanisme
     suivant, propre à la confection des chapeaux en plumes de
     volaille._

     Ce mécanisme est formé d'un cadre en fer, représentant la forme du
     chapeau, et que l'on peut rendre plus grande plus petit, suivant la
     grandeur des chapeaux. Du côté où se fait le travail, sont deux
     cylindres qui servent de montant et qui sont rapprochés de manière
     à ce qu'il ne puisse passer qu'une seule plume entre eux. L'ouvrier
     fixe la plume d'une main et de l'autre il coud, avec une aiguille
     et du fil, les plumes les unes contre les autres, en ayant soin,
     avec la pointe de l'aiguille, de passer le duvet en dehors.
     L'ouvrage tourne devant l'ouvrier entre les deux cylindres, qui
     donnent l'uni et la forme demandée. On peut faire usage de tous les
     points demandés dans la couture pour la confection d'un chapeau de
     plumes; on se sert aussi du fil de laiton, mais il a l'inconvénient
     de rendre l'ouvrage plus pesant.

     Les chapeaux de plumes de volailles peuvent être appropriés de la
     même manière que ceux de feutre, et avec de l'eau gommée, que l'on
     applique dessus pour lier le duvet, sur lequel on passe ensuite le
     fer; on leur donne l'uni et le luisant du verre.


     _Deuxième brevet de perfectionnement et d'addition, du 7 avril
     1826._

     La plume destinée à la confection des chapeaux doit être teinte, à
     moins qu'on ne l'emploie dans sa couleur naturelle. On prend les
     plumes les unes après les autres, on colle la pointe jusqu'au
     duvet; on met cette pointe collée sur une autre pointe, que l'on
     enfonce dans une petite rainure qui se trouve en dedans d'un
155  cercle, soit en bois, fer-blanc ou plomb, etc. Ainsi, cette
     préparation de la plume renferme de l'apprêt dans le corps de
     l'ouvrage, et tourne le duvet du même côté. Pour confectionner le
     bord du chapeau, on colle les plumes les unes sur les autres, sans
     rainure, et le duvet reste des deux côtés, ce qui fait poil en
     dessus et en dessous du bord. La plume ainsi préparée et collée,
     forme des rubans de la longueur voulue, que l'on peut aussi obtenir
     avec du fil fin. L'ouvrier coud ces rubans en tresses les unes sur
     les autres, en mettant le duvet en dehors pour le corps du chapeau,
     et pour le bord il le laisse des deux côtés. On peut encore
     préparer les plumes de bien des manières, en les collant sur de la
     paille qu'on a enveloppée de duvet, soit sur de l'osier, de la
     baleine, du cordonnet; soit sur toute autre espèce de corps solide
     et léger. On peut même, avec les rubans de plumes, faits à la colle
     ou avec du fil, obtenir des tissus avec une trame d'une matière
     filamenteuse quelconque; l'étoffe qu'on se procurera de cette
     manière pourra être employée avantageusement pour coiffure ou
     autres objets quelconques, suivant les goûts et les modes. On peut
     aussi tisser de la plume dont a arraché le duvet qui tient à une
     pluïole, et qui, mise avec attention dans une trame, produit encore
     une belle étoffe. L'auteur ajoute que le mécanisme qu'il a décrit
     dans son premier brevet de perfectionnement, n'a pas donné tous les
     résultats qu'il en espérait.


     _Troisième brevet de perfectionnement, etc., du 27 octobre 1826._

     La grande solidité qu'ont les chapeaux de plumes de volaille, fait
     que les procédés par lesquels on les obtient peuvent s'appliquer
     avec avantage à la chaussure et autres objets d'utilité. Le duvet
     de plume peut être déchiré et tissé avec une trame, pour obtenir
     une étoffe qui, appliquée sur papier imperméable, carton ou
156  tresses, produit des chapeaux légers, imperméables, dégagés des
     côtes et tuyaux de la plume. Le duvet coupé contre la côte, mêlé
     avec du poil de toute espèce et sécrété, se feutre et donne de
     jolis chapeaux. Toute espèce de fil, de quelque matière qu'il soit,
     imbibé de colle, gomme, etc., qu'on plonge dans du duvet, qui
     s'attache et se tortille autour par un mouvement de rotation, qu'on
     passe ensuite dans un tuyau d'une grosseur convenable, plus étroit
     du côté où l'on tire le fil, qui se trouve totalement enveloppé de
     duvet, et qu'on tisse ensuite avec une trame de matière
     filamenteuse quelconque, donne une étoffe qui peut être employée à
     une infinité de choses utiles. Les chapeaux se confectionnent alors
     comme ceux de soie et de peluche. On colle cette étoffe sur papier,
     toile, et l'on coud les bords et le fond.

     On peut, à l'aide d'un métier fait exprès, tisser en rond le duvet
     préparé comme on vient de le dire; dans ce cas le chapeau se trouve
     sans couture.
157



                             TROISIÈME PARTIE.

               CHAPEAUX DE SOIE OU MIEUX DE PELUCHE DE SOIE.



     Les chapeaux de soie sont remarquables par leurs belles couleurs,
     leur luisant, leur élégance et leur beauté. Les noirs surtout
     offrent un brillant qui nous paraît bien supérieur à celui des
     chapeaux à feutre. Comme à ces derniers, on leur donne aisément
     toutes les formes qu'on désire; mais ils ont par-dessus les feutres
     le précieux avantage d'être plus légers, d'une aussi longue durée,
     d'un aspect plus agréable[48], et d'un prix bien inférieur. Les
     chapeaux de soie étaient usités depuis bien du temps en Espagne
     avant d'être connus en France. Ce n'est guère que depuis le
     commencement du dix-neuvième siècle que nous avons commencé à en
     adopter graduellement l'usage: rigoureusement parlant, l'on peut
     dire même que cet usage n'est devenu général que depuis
     l'exposition de 1823. Les chapeaux de soie espagnols sembleraient
     attester encore l'enfance de cet art; mais grâce aux heureuses
     tentatives de quelques industriels français, ce genre de
     fabrication a acquis un tel degré de perfectionnement, et une si
     grande importance qu'en été le rentier et le fashionable ont
     généralement adopté les plus belles qualités, et que les
     secondaires sont maintenant vendues à toutes les classes de la
     société.

     [Note 48: Les chapeaux de soie pour homme l'emportent par leur
     beauté sur tous les chapeaux de feutre, à l'exception des premières
     qualités qu'on paie ouvrés de 30 à 35 francs, tandis que les plus
     beaux chapeaux de soie ne coûtent pas au-delà de 12 à 18 francs,
     tant noirs que gris ou de diverses autres couleurs de fantaisie.]
158
     Parmi les fabricans français qui ont puissamment contribué au
     perfectionnement de ce genre d'industrie, nous aimons à citer un
     des plus habiles chapeliers de Paris, M. Fontés, rue de la Harpe,
     dont les chapeaux de soie imperméables le disputent par leur
     beauté, leur élégance et leur pris à tous ceux des autres fabricans
     de la capitale, comme on a pu en juger par ceux qu'il exposa en
     1827; un de ses chapeaux entre autres était plongé devant les
     spectateurs dans un baquet plein d'eau sans être en pénétré. M.
     Fontés n'a jamais pris de brevet d'invention; cette modestie de sa
     part est cause que bien des gens se sont emparés d'une partie de
     ses procédés, car nous devons ajouter que M. Fontés est très
     communicatif.

     Les chapeaux de peluche de soie exigent deux opérations. On fait
     d'abord la carcasse du chapeau soit en carton, soit en toile très
     forte de chanvre ou de coton, et ensuite de diverses couches de
     vernis. Cependant c'est presque toujours en carton qu'on les fait
     d'abord et sur lequel on colle (avec une colle rendue imperméable)
     une toile qu'on recouvre de plusieurs couches de vernis également
     imperméable. Quand la carcasse du chapeau est ainsi préparée, on y
     colle ensuite la couverture en peluche, après l'avoir
     convenablement disposée et cousue. Le chapeau étant ainsi préparé
     on borde les ailes, on y adapte la coiffe et on le passe au fer
     comme les chapeaux de feutre.

     Il est inutile de dire que chaque chapelier a son vernis
     imperméable particulier, et son mode de préparation de la carcasse,
     qu'il croit bien supérieur à celui de ses confrères; mais nous qui
     ne sommes mus par aucun motif d'intérêt, nous devons assurer, dans
     l'intérêt de l'art, que tous ces vernis ou enduits imperméables
     doivent cette propriété à la cire, à des solutions résineuses dans
     l'alcool ou l'essence de térébenthine, incorporées dans la colle
     d'amidon, de gomme arabique, de gélatine, etc. Sans entrer dans de
159  plus grands détails, nous croyons ne pouvoir mieux faire connaître
     les procédés suivis par les meilleurs fabricans qu'en décrivant ici
     les brevets d'invention obtenus à ce sujet.


     _Nouveaux procédés pour la fabrication des chapeaux de soie_; par
     M. JOHN WILCOX. (Par brevet d'invention.)

     Le corps ou le feutre de mes chapeaux est composé de deux étoffes
     d'une force suffisante, l'une en toile de coton et l'autre en gros
     velours, connu sous le nom de panne ou peluche.

     Je coupe des bandes de toile de coton, d'une largeur de six pouces
     environ, suivant que je veux donner plus ou moins d'élévation à mon
     chapeau et d'une longueur relative. Je réunis les deux bouts de ces
     bandes, par une couture juste et serrée, et je fais ajuster dans la
     partie supérieure un morceau de la même toile, d'un diamètre égal à
     celui de mes formes.

     Je fais des formes de peluche de la même manière, ayant soin de
     former les coutures du côté du tissu, placé en dedans.

     Mes formes ainsi disposées, j'enduis extérieurement celle de coton
     et intérieurement celle de peluche, c'est-à-dire du côté du tissu,
     d'une colle composée moitié de colle ordinaire et moitié de colle
     de Flandre. Je prends alors une forme de toile de coton et une
     forme de peluche; j'habille la première avec la seconde, les
     disposant de manière que les fonds des deux formes se correspondent
     parfaitement. J'introduis ensuite dans ces deux formes réunies un
     mandrin en bois composé de quatre pièces et un coin, tels que ceux
     employés par les chapeliers sous le nom de formes brisées.
     J'enfonce le coin autant qu'il est nécessaire pour m'assurer qu'il
     ne reste aucun pli, et que l'adhérence des surfaces des deux formes
     est parfaite.
160
     Arrivé à ce point, je les laisse sécher pendant trois ou quatre
     jours, même plus, suivant la saison et le degré de température de
     l'atmosphère.

     Les bords du chapeau se font des mêmes étoffes et à peu près de la
     même manière, avec cette différence seulement que la toile de coton
     est recouverte des deux côtés de panne qu'on y fixe fortement par
     l'encollage et au moyen d'une presse: on ne les attache à la forme
     que quand tout est sec, et par une couture proprement faite.

     Pour faire des chapeaux très légers, j'emploie, au lieu de toile de
     coton, un tissu formé de filamens déliés de bois de saule.

     On voit que, d'après mes procédés, les soies qui garnissent le
     chapeau ne peuvent être que solidement attachées et également
     réparties sur toute sa surface, puisqu'elles font partie du tissu
     même qui compose le corps du chapeau.


     _Procédé de fabrication de chapeaux d'hommes et de femmes, en soie
     feutre imperméable._ (Brevet d'invention et de perfectionnement de
     cinq ans accordé, le 31 décembre 1821, aux sieurs MIERQUE (Jacques
     François), propriétaire, et DRULHON, négociant, tous deux à Anduze,
     département du Gard.)

     Le feutre qui compose ces chapeaux est formé de bonne laine
     d'agneau, que l'on foule; on lui donne la forme comme à
     l'ordinaire. Le chapeau ainsi préparé, on l'enveloppe d'un papier
     imbibé d'une préparation gommo-résineuse dont on va voir la
     recette; on applique aussitôt après une seconde enveloppe
     parfaitement juste d'un velours croisé, de soie organsin à long
     poil, fabriqué pour cet objet, et que l'on colle avec force au
161  moyen de la gomme dont on vient de parler; on fixe ce velours à la
     naissance de l'aile ou bord du chapeau, et on achève de recouvrir
     le reste du feutre de la même manière. On soumet ensuite le chapeau
     à l'action du fer à moitié chaud, ayant encore soin toutes les fois
     qu'on le pose sur le chapeau de le tremper dans l'eau froide, à
     moins de courir le risque de brûler le poil, qui se frise aussitôt
     et tombe ensuite ainsi que son lustre. On ne saurait apporter trop
     d'attention à cette opération, car c'est elle qui conserve,
     lorsqu'elle est bien faite, au chapeau son noir et son luisant.

     Recette pour la composition de la colle imperméable à l'eau, pour
     quinze chapeaux:

     Quatre gros de gomme arabique;
     Un demi-gros de cire vierge;
     Deux gros d'huile d'amande;
     Quatorze onces de colophane.

     On pulvérise la gomme, on la met à chauffer à petit feu dans
     l'huile, on remue continuellement avec une spatule, jusqu'à
     réduction en une pâte molle: c'est alors qu'on ajoute la cire,
     coupée nue, en continuant d'appliquer une douce chaleur: la
     composition est complète lorsque le tout est fondu et bien mêlé.

     Lorsqu'on veut se servir de cette colle, on fait fondre à part la
     colophane, à laquelle on ajoute, après la fusion, la composition
     ci-dessus; on obtient de cette manière un vernis que l'on étend à
     chaud sur le papier fin, qu'on applique sur le feutre.

     Cette composition forme un corps tellement dur qu'aucun fluide ne
     peut passer au travers, et fait que le chapeau conserve toujours sa
162  forme primitive.


     _Chapeaux d'hommes et de femmes en peluche, soie ou coton, montés
     sur des carcasses faites en carton, cuir et toile_ imperméables _ou
     non_ imperméables, _et pour ceux montés seulement sur toile et
     papier_ imperméables _ou non_ imperméables; par MM. ACHARD et AUDET
     de Lyon. (Brevet d'importation et de perfectionnement.)

     Après avoir laissé tremper, pendant quelque temps, le carton dans
     une eau fortement imprégnée d'alun, on le retire et on le fait
     sécher: on en forme ensuite le tour des carcasses; on pose sur ce
     tour le dessus de ce même carton, que l'on recouvre d'une toile de
     carton pour plus de solidité; on fait déborder d'environ six lignes
     le pourtour du haut de la forme du chapeau; après quoi on y adapte
     le bord de la manière suivante.

     On forme, avec une lanière de peau, un cercle divisé en deux
     parties, dont l'une est destinée à joindre le bord à la forme du
     chapeau, et l'autre à recevoir le carton qui doit donner la
     consistance nécessaire au bord ou aile du chapeau. Ce carton, ainsi
     adapté sur cette partie de la peau, est ensuite recouvert dessus et
     dessous d'une toile de coton qui vient déborder sur la partie du
     cercle de peau destinée à joindre le bord du chapeau. Le bord,
     arrivé à cet état, est fixé à la forme du chapeau par la première
     partie du cercle de peau. Celle opération terminée, on enduit la
     carcasse d'un vernis fait avec:

     Alcool.                     2 litres.
     Gomme laque.                1/2 kilogramme.
     Colle de poisson.           2 hectogrammes.
     Gomme élémi.                15 grammes.
     Craie de Briançon.          20 grammes.
     Le suc de six gousses d'ail.
     Sirop de mélasse.           20 grammes.
163
     On fait fondre la gomme laque dans l'alcool à la chaleur du bain de
     sable; on y joint la gomme élémi, ensuite le suc d'ail, on remue et
     l'on y ajoute le sirop de mélasse; d'autre part on fait fondre la
     colle à une douce chaleur dans un demi-litre d'esprit de vin, on y
     délaie la craie de Briançon en poudre impalpable, et l'on mêle bien
     les deux compositions.

     Ce vernis a non seulement la propriété de rendre le carton
     imperméable à l'eau, mais encore de lui donner une souplesse, que
     l'on peut augmenter à volonté, suivant le degré de densité que l'on
     donne au vernis. Les carcasses enduites de ce vernis sont
     recouvertes ensuite de peluche de soie noire ou diversement
     colorée; lorsque les coutures sont achevées, on fixe la peluche
     comme on va le voir.

     On couvre d'un linge imbibé d'esprit de vin la partie de la peluche
     que l'on veut rendre adhérente à la carcasse, et on passe un fer
     chaud sur le linge. La vapeur de l'esprit de vin, pénétrant la
     peluche, ramollit le vernis, qui s'incorpore dans le tissu de la
     peluche et la rend adhérente à la carcasse; ce qui empêche
     l'humidité de traverser le tissu de la peluche, et par conséquent
     de ramollir la carcasse qui est vraiment imperméable. Les chapeaux
     montés sur toile ou papier sont plus légers que les précédens, tout
     étant également imperméables.


     _Fabrication des chapeaux en tissu de coton et en toutes sortes
     d'étoffes filamenteuses._ (Brevet d'invention de cinq ans accordé,
     le 7 juin 1816, au sieur GURY, à Paris.)

     La garniture intérieure formant la boîte du chapeau est en carton
     lissé et verni.

     Le haut de la forme, aussi en carton, est soutenu par un cercle en
     bois mince.

164  La couverture est en tissu d'une couleur quelconque.

     Le tour est en fil de fer, et se prête très bien à la forme cintrée
     ou non cintrée qu'on veut lui donner.

     Ces chapeaux ne se graissent pas; ils résistent à toutes les
     injures des saisons sans éprouver d'altération, parce qu'ils n'ont
     pas besoin, comme les chapeaux de feutre, d'une préparation qui a
     l'inconvénient de se détériorer par l'humidité et de se casser par
     la sécheresse; ils sont aussi beaucoup plus légers et coûtent moins
     que les chapeaux de feutre.


     _Certificat d'additions délivré au sieur_ LOUSTAU, _cessionnaire du
     sieur_ GURY.

     Ces additions ont pour objet de faire disparaître les différences
     qui existaient entre les chapeaux en tissu du sieur Gury et les
     chapeaux de feutre.

     Le tissu qui recouvrait le fond des chapeaux du sieur Gury n'était
     point fixé, et les bords n'offraient ni rondeur ni fermeté.

     Maintenant le tissu est fixé à l'extérieur du fond du chapeau par
     le moyen d'une colle soigneusement préparée, et par des points de
     couture imperceptibles, de manière à présenter toute la solidité
     nécessaire.

     On obtient la fermeté et la rondeur parfaite du retroussis des
     bords, par l'emploi d'un cuir battu, qui, quoique très mince et
     très léger, est cependant d'une force égale à celle du feutre: ce
     cuir est recouvert des deux côtés par le tissu, qui est appliqué
     avec la colle; trois rangées de points de couture le consolident de
     manière à ce qu'il ne puisse être altéré ni par l'humidité ni par
     la sécheresse.
165
     _Perfectionnement dans la fabrication des chapeaux de soie,_
     patente à W. Mathew et W. White. _(Lond. journ. of arts, janvier
     1826, page 388.)_

     Les patentés font observer que l'on a fait deux objections à
     l'emploi des chapeaux de soie: c'est que la rudesse du corps sur
     lequel est attachée la soie, blesse fréquemment la tête, et que les
     bords de la forme étant plus exposés aux chocs, la soie est sujette
     à s'enlever et met à nu le tissu de coton de dessous, qui étant une
     matière végétale n'est pas susceptible de recevoir une aussi belle
     teinture que la soie, et alors le chapeau s'use promptement.

     Pour remédier à ces défauts, le corps du chapeau doit être fait de
     soie comme à l'ordinaire, et pour corriger la dureté du bord
     intérieur, on le couvre de castor qui le rend mou et susceptible de
     se plier; on teint ensuite le chapeau en une belle couleur noire en
     dedans et en dehors, et après l'avoir suffisamment gommé, on le
     couvre de soie, et au lieu d'employer pour la fixer du coton qui
     prend mal la couleur, on compose la couverture de soie seulement,
     de sorte que le chapeau conserve sa couleur dans toutes ses
     parties.


     _Procédé de fabrication de chapeaux de peaux de mouton tannées._
     (Brevet d'invention de cinq ans accordé, le 14 juin 1816, au sieur
     Ch. Pebrec, à Brest.)


     _Procédé._

     Faites tremper à l'eau tiède une peau de mouton tannée de la force
     nécessaire à l'objet; pilez cette peau dans un mortier pendant huit
166  à dix minute; dressez-la sur une forme en tôle disposée à cet
     effet; passez dessus une couche d'huile de lin rendue siccative,
     dans laquelle on a fait dissoudre du copal, à raison d'une once par
     pinte; faites boire cette quantité d'apprêt à une chaleur modérée
     dans une étuve: répétez trois fois cette opération, et après
     chacune, poncez à sec votre chapeau, que vous peignez ensuite avec
     deux couches d'une couleur noire, composée de l'apprêt d'huile de
     lin ci-dessus et de noir d'ivoire; ces disposions faites, poncez
     tout autour le chapeau avec la ponce pilée, tamisée et mouillée, et
     appliquez deux couches de vernis, ayant soin de poncer la première
     couche.


     DES SCHAKOS.

     Le schako est une coiffure particulière aux troupes et qui prend
     diverses formes cylindriques, tantôt décroissant légèrement à la
     partie supérieure, et tantôt au contraire s'élargissant beaucoup.
     Les schakos se fabriquent comme les chapeaux en feutre de laine;
     ils peuvent l'être aussi avec la peluche de soie, le coton, le
     crin, le cuir, et généralement de la même manière que les divers
     chapeaux que nous avons énumérés. A proprement parler les schakos
     sont des chapeaux d'une forme particulière, sans rebord, ayant la
     calotte en cuir et munis souvent d'une visière en cuir verni. Comme
     ce mode de fabrication ne diffère en rien de celle des chapeaux,
     nous le passerons sous silence; mais fidèles à notre système de
     faire connaître les progrès des genres de fabrication dont nous
     nous occupons, nous allons faire connaître les brevets d'invention
     qui ont été obtenus à ce sujet.

     _Schakos à deux feutres._ (Brevet d'invention de cinq ans accordé,
     le 8 mai 1820, au sieur DELPONT, à Paris.)

167  Ces schakos sont composés de deux feutres: l'un, qui est intérieur,
     est sans teinture et enduit d'un apprêt dont on va voir la
     composition; l'autre, qui est extérieur, est sans colle et sans
     aucun apprêt; il est assez fort pour ne pouvoir être déchiré, et il
     ne peut ni rougir ni devenir galeux; enfin, la pluie et l'humidité
     ne peuvent le détériorer; il sèche comme un drap.

     Ces deux feutres sont en pure laine de France.

     _Apprêt pour le feutre intérieur._

     Gomme de cerisier      4 parties.
     Colle-forte de Paris   8
     Résine                 4


     _Fabrication des schakos en cuir poli, destinés particulièrement à
     l'infanterie légère_; par M. BERCY jeune. (Par brevet d'invention.)

     C'est avec des peaux de vache pesant quinze à dix-huit livres,
     qu'on confectionne ces schakos.

     On commence par bien racler les deux surfaces de la peau, pour la
     rendre spongieuse et la disposer à recevoir les apprêts.

     Lorsqu'on a cousu le schako, on le plonge dans de l'eau échauffée
     au point qu'on puisse y tenir la main. Il s'y ramollit et devient
     susceptible de prendre toutes les formes qu'on veut lui donner. On
     le met alors sur une forme en cuivre à huit clefs, dont le fond
     isolé est également en cuivre. On place ensuite le tout sous une
     presse à balancier, où on fait prendre forme au schako par une
     forte pression.

     On le retire de la presse et de la forme pour le mettre sur une
     autre forme en bois, à cinq clefs seulement, mais dont le calibre
     est le même. Cette forme est surmontée d'un tampon également en
168  bois, lequel est destiné à former le fond concave du schako, dont
     la profondeur est de 15 lignes sur 8 pouces 3 lignes de diamètre.

     La forme et le tampon sont pressés et maintenus l'un contre l'autre
     par quatre brides en fer qui, en descendant extérieurement le long
     du schako, vont se fixer avec autant de vis sur le contour du
     plateau de fer du même calibre que le schako sur lequel pose la
     forme. C'est dans cet état qu'on le laisse sécher, sans qu'il
     puisse se voiler dans aucune de ses parties.

     Le schako se trouve ainsi préparé à recevoir les deux apprêts
     suivans:

     Le premier apprêt se compose d'une livre de bonne colle dissoute
     dans quatre pintes d'eau que l'on fait réduire par l'ébullition à
     deux pintes et demie. On a soin d'enlever l'écume à mesure qu'elle
     se forme. On laisse refroidir cette colle jusqu'à ce qu'elle ne
     soit plus que tiède, et on en verse dans le schako une quantité
     suffisante pour l'enduire. On laisse sécher à demi; on substitue la
     forme de bois bien savonnée et ses brides à la forme en cuivre; on
     la laisse encore sécher dans cet état.

     Pour le deuxième apprêt, on fait fondre ensemble et au bain-marie,
     trois livres de cire jaune brute avec une livre et demie de brai
     sec. On retire la chaudière du feu, et on ajoute une livre de noir
     d'ivoire en poudre, passé au tamis de soie; on remue ce mélange
     jusqu'à ce qu'il soit baissé, attendu que le noir d'ivoire le fait
     d'abord monter.

     Le schako étant toujours sur la forme de bois et bien sec, les
     brides de fer étant d'ailleurs retirées, vous enduisez au pinceau
     l'extérieur du schako d'une couche de cette composition. Après cela
     vous vissez, sur la clef du milieu, dans un trou disposé à cet
     effet, un manche de fer avec lequel vous présentez ce schako
     au-dessus d'un feu doux, afin de faire pénétrer la composition dans
     les pores de la peau. Aussitôt que la couche commence à
169  disparaître, on le retire du feu et on le brosse fortement pour
     étendre également ce qui en peut rester à la surface.

     Pendant qu'il est chaud, vous le remettez encore sous la presse,
     où, en refroidissant, il reprend sa première forme. Après quoi on
     le place sur le nez d'un tour en l'air avec sa forme en bois; et
     avec un morceau de bois taillé convenablement on donne le poli
     qu'on désire.

     _Fig. 27_. Chaudière montée sur son fourneau, dans laquelle on fait
     ramollir le cuir pour le rendre propre au travail.

     _Fig. 28_. Forme en cuivre à huit clefs.

     _Fig. 29_. Dés en cuivre pour former le fond du schako.

     _Fig. 30_. Presse à vis et à balancier. On suppose que la forme en
     cuivre garnie d'un schako est sous presse.

     _Fig. 31_. Forme en bois à cinq clefs.

     _Fig. 32_. Tampon en bois qui forme le fond du schako.

     _Fig. 33_. Quatre brides en fer, servant à maintenir le tampon et
     la forme l'un contre l'autre.

     _Fig. 34_. Plateau en fer placé sous la forme et contre lequel sont
     fixées avec des brides les quatre vis ci-dessus.

     _Fig. 35_. Chaudière avec son fourneau, dans laquelle on prépare
     les premiers apprêts: on n'en voit que le tuyau, parce que cet
     appareil est semblable au suivant.

     _Fig. 36_. Chaudière sur son fourneau, pour le deuxième
     apprêt.

     _Fig. 37_. Schako sur la forme de bois présenté au feu.

     _Fig. 38_. Manche de fer vissé sur la forme.

     _Fig. 39_. Cheminée, dite à la prussienne, en tôle de fer.

     _Fig. 40_. Brosse dure pour étendre l'apprêt.

     _Fig. 41_. Tour en l'air pour polir les schakos.

     _Fig. 42_. Morceau de bois à polir.

     _Fig. 43_. Schako terminé et garni de sa visière.

     _Fig. 44_. Deux anneaux concentriques qui servent à saisir le
     cercle supérieur du schako pour le polir.
170
     _Fig. 45_. Châssis en fer, monté à charnière sur une planche, qui
     sert à régler et à réunir ensemble les diverses pièces de laiton
     qui composent les jugulaires.

     _Fig. 46_. Schako complètement garni et posé sur la tête d'un
     voltigeur.

     _Procédé pour reteindre les schakos en tissu de coton dont la
     couleur s'est altérée._

     Ce procédé consiste à faire bouillir un quart de bois d'Inde ou de
     campêche, coupé en morceaux dans trois litres d'eau, ce qui suffit
     pour teindre vingt schakos.

     On étend cette liqueur avec une brosse molle bien garnie, dans le
     sens du poil, ayant soin de ne pas endommager le galon, et de
     manière que le poil soit imbibé. Quand le schako est sec, on le
     brosse avec une autre brosse molle et sèche, pour décatir et lisser
     le poil. (_Ann. mar. et col._, janvier et février 1824, page 47.)
171



                           QUATRIEME PARTIE.

                    CHAPEAUX EN PAILLE ET EN BOIS.



     _Chapeaux de paille._

     L'Italie a été long-temps en possession de fournir à l'Europe ces
     beaux chapeaux de paille qui sont si recherchés par les dames, et
     dont le prix s'élève encore jusqu'à 1200 fr. pour les belles
     qualités fabriquées aux environs de Florence. Depuis que
     l'industrie a pris un si grand essor en France, on s'est attaché à
     ce genre de fabrication, afin de nous affranchir de ce tribut que
     le luxe paye à l'Italie. Déjà en 1819 on vit figurer à l'exposition
     des produits de l'industrie française des chapeaux de paille dus à
     nos fabriques, dont la beauté était remarquable. Parmi ces
     fabricans on distingue:

     1º M. Clairvaux, à Troyes (Aube), pour de très jolis échantillons
     de tissus de paille pour chapeaux, imitant assez bien les chapeaux
     d'Italie.

     2º M. Thibault, du même lieu, pour ses chapeaux de paille jaune et
     blanche, de toute qualité, très bien confectionnés.

     3º M. N., à Saint-Loup (Haute-Saône), pour des chapeaux de paille à
     la fabrication desquels il employait environ 350 enfans.

     4º M. N., à Ban-de-la-Roche (Vosges), de jolis échantillons de
     chapeaux de paille exécutés par de jeunes filles.

     L'exposition de 1823 donna des résultats encore plus satisfaisans;
     enfin celle de 1827 a réalisé en grande partie les espérances que
     celle de 1823 avait fait concevoir. En effet, les départemens de
172  l'Ain et de l'Isère semblent avoir rivalisé d'efforts pour
     l'importation de ce genre d'industrie que des essais, en général
     peu satisfaisans, tendaient à faire regarder comme n'étant pas
     susceptible de prospérer en France.

     MM. Héricart de Thury et Migneron, dans leur rapport sur les
     produits de l'industrie française de 1827, présenté au nom du jury
     central au ministre du commerce et des manufactures, et M. Ad.
     Blanqui dans son histoire des produits de l'exposition de 1827, ont
     signalé les fabricans de ces chapeaux qui ont obtenu les plus
     heureux résultats. Les voici:

     M. Dupré, à Lagnieux (Ain), qui fut mentionné honorablement en
     1823, a obtenu une _médaille d'argent_. Il a exposé une suite de
     chapeaux de paille, façon d'Italie, dans des qualités très
     diverses: les plus communs sont de 2 fr. chacun et les plus fins de
     200 fr. Chaque sorte a un degré de finesse et de moelleux
     correspondant à son prix, et toutes sont remarquables par une
     confection soignée. Ce fabricant occupait, en 1827, quinze cents
     ouvriers, au lieu de cinq cents qu'il en occupait en 1823. Sa
     fabrication, qui n'était que de huit à dix mille chapeaux, a été
     portée de cinquante à soixante mille. On peut juger par là du
     développement et des progrès de son industrie.

     M. Dupré a exposé aussi des échantillons de la paille qu'il emploie
     pour en obtenir la quantité nécessaire pour le _maximum_ de
     fabrication indiqué ci-dessus; il a fallu semer treize cent
     soixante boisseaux de blé, ce qui revient à deux boisseaux un
     dixième pour chaque cent de chapeaux.

     MM. Pecherand, Dubois et Cie, à Moirans (Isère), ont obtenu une
     _médaille de bronze_. C'est à Moirans, près de Grenoble, qu'ils ont
     naturalisé la fabrication des chapeaux de paille d'Italie. Ceux
     qu'ils ont exposés au Louvre n'ont reçu aucun apprêt; ils sortent
     des mains de l'ouvrière, et peuvent soutenir la comparaison avec ce
     que l'Italie nous envoie de plus beau.
173
     Toutes les pailles, bien s'en faut, ne sont pas propres à la
     fabrication des chapeaux; celles qui sont les plus fines, les plus
     souples, les plus longues, c'est-à-dire les noeuds les plus écartés
     les uns des autres, et qui ne sont ni tachées ni rouillées, sont
     les plus propres à celle fabrication; celles de seigle, du moins
     les plus belles de cette céréale, sont employées pour la
     fabrication de certaines qualités de chapeaux. Pour les beaux
     chapeaux d'Italie, on emploie une qualité de froment qui est une
     variété d'épeautre, _triticum spelta_, dite blé de mars, _marzola_
     ou _marzolo_, dont on fait avorter la fructification. MM. Guy et
     Harisson ont obtenu à Londres une patente pour un procédé y
     relatif, qui consiste à arracher le blé avec la racine, dès que les
     épis sont formés, à le réunir en gerbes d'environ cent cinquante
     brins, et à faire dessécher celles-ci avec beaucoup de soin, au
     soleil, en évitant par des abris les rosées et les pluies. La
     paille acquiert ainsi une belle couleur jaune et très propre à la
     fabrication des chapeaux tressés. On fait aussi des chapeaux avec
     la paille préparée d'ivraie, de riz et de seigle. Indépendamment de
     ce que nous venons d'exposer, il est encore d'autres soins à donner
     aux pailles: on doit semer le blé qui doit les produire dans des
     sols qui ne soient point exposés aux brouillards ou aux pluies du
     printemps, parce que les pailles de ces localités sont parsemées de
     taches indélébiles. Cette céréale peut être cultivée dans les
     terrains montagneux; on doit donc visiter le champ et ne choisir
     que les plus belles pailles. Après en avoir séparé les feuilles,
     dans plusieurs fabriques, on coupe les pailles au-dessus et
     au-dessous de chaque noeud; on rejette ces noeuds ainsi que
     l'extrémité des pailles: on classe alors ces tuyaux d'après leur
     longueur dans des boîtes à compartimens; les plus beaux ont de 15 à
     20 centimètres de longueur; les plus estimés sont ceux qui sont
     minces, non tachés, et qui sont de la grosseur d'une plume à écrire
174  ordinaire. Il est de ces tuyaux qui n'ont que 5 à 6 centimètres de
     longueur: on en trouve l'emploi. Avant cette opération, on blanchit
     ordinairement les pailles de la manière suivante.


     _Blanchiment de la paille._

     Si toutes les pailles offraient la même nuance de couleur, cette
     opération deviendrait inutile; mais comme il n'en est pas ainsi, on
     est obligé d'y recourir, surtout quand on veut les teindre et leur
     donner des couleurs délicates. Pour leur faire acquérir un beau
     blanc, on les plonge dans la chlorure de chaux liquide.

     Mais comme on ne cherche pas ce blanc pour la fabrication des
     chapeaux, on recourt au soufrage, qu'on pratique de la manière
     suivante: On prend un tonneau d'environ 4 à 5 pieds de hauteur et
     défoncé des deux bouts, sur les parois internes duquel on colle du
     papier, afin de boucher soigneusement toutes les issues qui
     pourraient livrer passage au gaz acide sulfureux; on le dresse sur
     l'une de ses extrémités, et à 15 ou 16 centimètres de la partie
     supérieure on fixe quatre taquets destinés à soutenir un cercle sur
     lequel est tendu un filet en fil dont les mailles ont une dimension
     de 3 centimètres, et sur lequel on arrange les pailles par petites
     poignées en croisant les couches; on ferme hermétiquement ce
     tonneau au moyen d'un couvercle entouré de lisières; enfin l'on
     recouvre d'une couverture de laine. Tout étant ainsi disposé, on
     introduit dans le tonneau un réchaud rempli de charbons allumés sur
     lequel on place un vase en tôle contenant du soufre en poudre,
     étendu dans ce vase en une couche très mince pour éviter qu'il
     s'agglomère; car dans ce cas le soufre brûle avec trop de flamme et
     noircit la paille. Le gaz acide sulfureux, qui est le produit de la
     combustion du soufre sous le tonneau et remplit toute la capacité,
     agit sur la partie colorante de la paille qui est détruite en
175  grande partie dans environ dix à douze heures. On arrange alors la
     paille blanchie entre des toiles mouillées pour la rendre plus
     souple, et on l'en retire dans trois ou quatre heures. C'est après
     que la paille est blanchie qu'ordinairement on en coupe les noeuds
     et qu'on en divise les brins longitudinalement. Nous y reviendrons.


     _Teinture de la paille._

     _Préparation préliminaire._

     L'expérience a démontré qu'on ne peut donner certaines couleurs à
     la paille, si on ne l'a préalablement ouverte. Pour y parvenir il
     ne faut point qu'elle soit dans un état de siccité parfaite, parce
     qu'alors elle se brise; il faut donc la laisser toute une nuit dans
     un lieu bas et un peu humide; il est alors facile de l'inciser,
     l'aplatir et la dresser. Pour cela on employait jadis une espèce de
     fuseau en bois A, _fig. 47_; on tenait le tuyau de paille de la
     main gauche, on faisait entrer le fuseau dans un des bouts, et en
     l'inclinant et le poussant dans la direction de la fente on
     prolongeait celle-ci jusqu'à l'autre bout: après cela la paille
     était étendue sur le fuseau, en la frottant avec le polissoir,
     _fig. 48_. Pour finir de l'aplatir on la frottait également sur son
     poli avec une planche épaisse très unie de noyer ou de pommier. Le
     polissoir est vu de profil en B et de face en C. Cette opération,
     qui était d'autant plus longue qu'on était obligé de la renouveler
     pour chaque tuyau, a été abrégée et perfectionnée par M. L. Voici
     le procédé qu'il a inventé et décrit dans le Dictionnaire
     technologique; nous allons lui emprunter cette description.

     La _fig. 49_ représente le laminoir à fendre, ouvrir et lisser la
     paille. Sur une planche rectangle de bois de pommier A, de 20 sur
     15 centimètres, on assemble à tenons et mortaises deux fortes
     jumelles B B, recouvertes par une traverse supérieure C, ajustée à
176  fourche sur l'extrémité des jumelles; c'est entre les jumelles que
     sont placés les deux cylindres D, E, qu'on voit parfaitement dans
     la _fig. 50_ qui montre le laminoir par-derrière. La _fig. 51_
     montre de profil l'une des jumelles, afin qu'on y distingue la
     saillie _a_, sur laquelle repose la traverse _b_, sur laquelle est
     fixée, par deux vis, la pièce importante qui sert à ouvrir la
     paille et à la diriger entre les cylindres du laminoir. Cette
     traverse est placée par ses deux extrémités sur les saillies des
     deux jumelles, et y est fixée par deux vis en bois, comme on le
     voit en B, _fig. 49_. On voit dans les jumelles, _fig. 51_, une
     entaille _c_ longitudinale qui reçoit les deux tourillons des
     cylindres, dont l'inférieur repose sur une entaille arrondie, et
     est surmonté par un coussinet _d_, qui est pressé par la vis _f_,
     afin que le cylindre supérieur comprime suffisamment la paille pour
     l'étendre. On voit ces deux vis dans la _fig. 49_.

     La traverse _b_ porte dans son milieu une pièce _g_, qui lui est
     fixée par deux vis à bois, et qui porte le bec de bécasse saillant
     _h_, que l'on voit sur ses deux faces, _fig. 52_ et _53_. La _fig.
     52_ le montre par-dessus, tel que le présente la _fig. 49_; la
     _fig. 53_ le montre par-dessous, afin qu'on en puisse concevoir la
     construction. Le bec _h_ saillant est tranchant par-dessus, il est
     arrondi par-dessous, et va toujours en s'élargissant, afin de
     diriger la paille au fur et à mesure qu'elle s'aplatit, afin de la
     mettre en prise, tout étendue, entre les cylindres. Voici la
     manière d'opérer. On prend la paille moite de la main gauche, on
     fait entrer le _bec de bécasse_ dans le tuyau et l'on pousse; la
     paille se fend, et l'on continue à pousser jusqu'à ce qu'en faisant
     tourner la manivelle G, on sente qu'elle est prise entre les
     cylindres: on lâche alors la paille; on continue de tourner la
     manivelle jusqu'à ce qu'elle soit tout-à-fait passée; elle tombe
     alors tout ouverte et plate par-derrière le laminoir. On prépare
     ainsi dix mille pailles dans un jour, tandis que par l'ancien
     procédé on n'en préparait que cent. Ces pailles sont ainsi
     disposées pour la teinture.
177

     _Teinture de la paille en bleu._

     Indigo guatimala en poudre
     première qualité.                  30 gram. (1 once).

     Acide sulfurique à 66 (huile de
     vitriol).                          60       (2 onces).

     Potasse première qualité.          15       (1/2 once).

     On introduit l'indigo et l'acide sulfurique dans un petit matras ou
     une fiole à médecine qu'on fait chauffer au bain de sable; dès
     qu'on s'aperçoit qu'il n'existe plus d'effervescence, on y ajoute
     la potasse, et on laisse digérer pendant un jour et une nuit. La
     solution d'indigo ainsi préparée, on fait bouillir dans une bassine
     de l'eau en quantité suffisante pour que les pailles puissent y
     prendre un bain; on y ajoute alors peu à peu de sulfate d'indigo
     avec une cuillère de bois à très long manche jusqu'à ce qu'on ait
     la couleur qu'on désire. On retire alors la bassine du feu, on
     immerge dans la liqueur les pailles non ouvertes, et quand elles
     ont contracté la couleur que l'on désire, on les lave à l'eau
     fraîche et pure, et on les fait sécher à l'abri de la poussière.

     Pour le _bleu de ciel_ ou _azur_ on met beaucoup moins de sulfate
     d'indigo, et les pailles doivent être ouvertes.


     _Couleur jaune._

     On fait bouillir du curcuma en poudre (_terra merita_) en plus ou
     moins grande quantité, suivant la nuance jaune qu'on veut obtenir;
     on passe à travers une toile, on remet la liqueur sur le feu, on y
     plonge les pailles non ouvertes, et l'on fait bouillir jusqu'à ce
     qu'elles aient acquis la couleur voulue; alors on les retire, on
     les lave et on les fait sécher. La teinture de curcuma n'est point
     épuisée après cette opération; on en fait usage pour obtenir des
     couleurs jaunes plus faibles.


     _Couleur noire._

178  Pour teindre les pailles en noir, on commence d'abord par les
     engaller, c'est-à-dire à les immerger dans une décoction de noix de
     galle; de là on plonge dans un bain de pyrolignite de fer, et en
     définitive dans une décoction ou bain de bois de campêche. On lave
     et l'on fait sécher.

     Nous passerons sous silence les couleurs rouge, rose, verte, brune,
     etc., attendu que jusqu'à présent on ne fait point usage de
     chapeaux de cette couleur.

     Il est bon de faire observer que les pailles, quoique immergées
     dans le même bain, n'ont pas toutes la même nuance de couleur; il
     faut donc les trier et les assortir. Après cela, soit qu'elles
     soient de couleur naturelle, soufrées, blanchies ou teintes, on
     doit les régler, les lisser et les soumettre à la presse dans du
     papier placé entre deux planchettes, afin que les brins se
     réduisent en rubans plus ou moins fins.

     Nous avons déjà dit qu'après avoir coupé les noeuds de la paille on
     incise les tuyaux longitudinalement en deux ou quatre rubans,
     suivant le degré de finesse du chapeau: on se sert pour cela d'un
     petit bistouri ou canif à lame à pointe courbe. Tous ces brins sont
     ensuite rassemblés et placés par couches entre des toiles mouillées
     pendant environ trois heures, pour les rendre plus souples et
     propres à être tressés: sans cette opération ils se briseraient à
     chaque instant.


     _Tressage des pailles._

     Les pailles destinées à la fabrication des chapeaux doivent être
     tressées, et la grosseur de ces tresses est relative à la grosseur
     des brins des pailles, suivant la qualité des chapeaux, qu'on
     divise en deux classes:

     1º Les chapeaux fins sont ceux qu'on fait avec des tresses ou
     nattes dont quatorze et au-delà même, cousues ensemble, n'offrent
     qu'un décimètre (47 lignes) de longueur.

179  2º Les _chapeaux grossiers_ ou _communs_ sont ceux dont les nattes,
     dans une largeur d'un décimètre, sont composées de moins de
     quatorze tresses; de ce nombre sont ceux de paille de riz,
     d'ivraie, ou de froment entière.

     Quant à ceux de sparterie ou d'écorce, cette même largeur se
     compose de moins de dix tresses; à cela près, même mode de
     fabrication.

     Il est bon de faire observer que pour les chapeaux de paille très
     fins, la division du tuyau en deux ou quatre brins au moyen du
     canif est insuffisante, et que, comme cette division doit être bien
     plus grande, on ne saurait y parvenir au moyen du canif; aussi
     emploie-t-on un moyen plus convenable. Il consiste à fixer des
     aiguilles à broder la mousseline à égale distance les unes des
     autres et sur une même ligne; pour cela on implante les têtes dans
     de la résine; ces aiguilles ainsi disposées forment une espèce de
     peigne sur lequel on place l'extrémité du brin de paille, humide et
     préalablement fendu dans sa longueur; il est évident qu'en tirant
     ensuite ce ruban de paille jusqu'à l'autre extrémité on le divise
     en autant de petits rubans qu'il y a d'épingles. On assortit ces
     brins de paille, suivant leur longueur et largeur, et on les
     emploie suivant les divers degrés de beauté des chapeaux.

     Ce sont des femmes qui font ensuite les tresses avec les pailles
     ainsi préparées et humides. Nonobstant cela, elles doivent avoir
     toujours les doigts un peu mouillés, afin de conserver à la paille
     sa flexibilité en s'opposant à son dessèchement. Il est bien
     évident qu'on doit avoir des ouvrières intelligentes pour bien
     recorder les brins de paille et surtout pour les tresser d'une
     manière égale et serrée de manière à ce que les tresses soient
     unies et point bosselées sur les côtés. Dès qu'on a fabriqué une
     suffisante quantité de ces tresses et qu'on leur a donné la largeur
     et la longueur relative à la qualité des chapeaux à la fabrication
     desquels elles sont destinées, elles passent dans un autre atelier.
180  Là, d'autres femmes les cousent d'une manière presque imperceptible
     en les roulant à plat en spirale sur elles-mêmes, soit bord à bord
     dans le même plan, soit à recouvrement. Mais pour la beauté de
     l'ouvrage, il est essentiel que cette couture ne soit point
     apparente. C'est en cet état, ou même à celui de tresse, qu'on
     livre les chapeaux de paille aux marchands qui les façonnent ou
     mieux leur donnent la forme à la mode[49] et l'apprêt convenable.

     [Note 49: Dans cet ouvrage, nous ne nous sommes proposé que de
     décrire la fabrication première des chapeaux; pour leur préparation
     secondaire, nous renvoyons aux Manuels des demoiselles, des dames,
     etc.]


     _Apprêt des chapeaux de paille._

     Quelle que soit l'habileté des ouvrières, la beauté et l'uniformité
     des brins de paille; quel que soit le soin et l'adresse avec
     laquelle les tresses ont été faites, il faut pour que cette étoffe
     en paille soit bien unie, et ait de la consistance et du brillant,
     qu'elle reçoive un apprêt au moyen de la presse ou du repassage.
     Voici comme on pratique ces deux moyens.

     1º _Apprêt par la pression_. On commence d'abord par bien mouiller
     les chapeaux avec de l'eau de riz, d'amidon ou de gomme arabique;
     dès qu'ils sont secs, on les entasse les uns sur les autres, en
     plaçant entre chacun des plateaux de bois bien chauffés; en cet
     état, on les soumet pendant vingt-quatre heures à l'action d'une
     forte pression d'abord sur les bords, ensuite sur le contour et le
     dessus des calottes.

     2º _Apprêt par le repassage_. Ce moyen a fait abandonner en grande
     partie le précédent, depuis que M. Mégnié a imaginé et construit
     deux machines qui facilitent singulièrement ce repassage. Ce sont,
181  dit M. E. M.[50], des espèces de tours en l'air, dont une est
     destinée au repassage des rebords, et l'autre du contour et du
     dessus des calottes. Dans ces deux tours, le chapeau, imbibé du
     même apprêt que pour le procédé de la presse, est placé dans une
     forme de bois qui le remplit exactement, et qui, tournant sur
     elle-même lentement, à l'aide d'un engrenage d'angle que l'ouvrier
     chapelier met lui même en action, l'entraîne dans son mouvement de
     rotation, et lui fait présenter successivement tous les points de
     sa surface extérieure à l'action du fer chaud et immobile,
     fortement pressé par-dessus par un levier disposé convenablement à
     cet effet. Ce procédé, qui ne laisse rien à désirer pour la
     perfection du travail, l'a tellement abrégé, qu'un ouvrier repasse
     dans sa journée cent vingt chapeaux, au lieu de vingt-quatre qu'il
     avait de la peine à repasser en faisant agir le fer à la main sur
     le chapeau immobile. Nous ajouterons à cela que le poli et le
     luisant que prennent les chapeaux ainsi lissés est bien supérieur à
     celui qu'ils acquièrent par la pression. Nous avons représenté,
     _fig. 54_, la presse dont on fait usage, et _fig. 55_, _56_ et
     _57_, d'autres instrumens pour fendre les pailles.

     [Note 50: Dict. technolog.]

     Nous allons maintenant exposer quelques procédés mis en usage par
     plusieurs fabricans français ou étrangers; ils contiennent
     certaines notions que, pour éviter les répétitions, nous avons cru
     devoir passer sous silence. En Angleterre on se livre aussi avec
     succès à ce genre de fabrication, si l'on en juge du moins par
     l'article suivant du _Galignani's Messenger_[51].

     [Note 51: En Angleterre on emploie principalement à cette
     fabrication la paille de l'orge à deux rangs, dit paumelle,
     _hordeum distycum_.]

     La Société royale de Dublin adjugea dernièrement, pour cette
     branche d'industrie, quatre prix de 20, 15, 10 et 5 livres. Un
182  rapport lu à cette occasion contient les dispositions suivantes:
     Les progrès extraordinaires qui ont eu lieu depuis trois ans dans
     ce genre d'industrie, et le degré de perfectionnement auquel il est
     aujourd'hui parvenu, donnent lieu de croire que cette fabrication,
     si elle est poussée avec toute la persévérance et l'activité
     convenables, mettra bientôt l'Irlande complètement en état de
     rivaliser avec l'Italie, pour ce produit. Des marchands de Dublin,
     qui font ce genre de commerce, invités à donner leur avis sur la
     qualité des six chapeaux de paille qui ont obtenu le premier prix,
     ont déclaré que si les chapeaux mêmes de Livourne de la première
     qualité, tels que ceux qui s'importent dans ces pays-ci, étaient
     mêlés avec ceux-ci, il n'est personne, au fait de cet article, qui
     pût faire une distinction entre les uns et les autres. Ces
     marchands ont déclaré, en outre, à l'égard d'un autre chapeau qui
     n'avait remporté que le troisième prix, qu'un tel chapeau ne
     rendrait à Londres, suivant le cours actuel, pas moins de cinq
     guinées. Le comité fit de plus observer que le _cynosurus
     cristatus_ n'est pas la meilleure des matières premières propres à
     cette espèce de fabrication, attendu que cette substance est de sa
     nature trop dure et trop fibreuse, et en général d'une couleur
     inégale. Dans l'opinion du comité, la paille de seigle (_secale
     cereale_) est de beaucoup préférable; et il ajouta que l'un des
     chapeaux qui a obtenu le premier prix, chapeau fait de l'herbe
     printanière odorante (_anthoxanthum odoratum_) paraissait d'une
     qualité supérieure à celle de tous les autres faisant partie du
     même concours. (_Dublin, correspondant_.)
183

     _Fabrication des chapeaux de paille à la manière italienne_; par M.
     WEBER. (_Verhandl. des Vereins zur Befoerderung des Gewerbfl. in
     Preussen_; janv. et fév. 1826. p. 45[52].)

     [Note 52: La Société d'encouragement de Berlin a proposé un prix
     pour cette fabrication.]

     Les chapeaux de paille les plus beaux et les plus solides sont
     fabriqués en Italie. On en distingue deux sortes: 1º Les chapeaux
     de Florence, qui réunissent au plus haut degré la solidité à la
     perfection du travail, mais qui sont aussi les plus chers; 2º Ceux
     de Venise, qui ne sont pas tout-à-fait aussi fins et aussi solides
     que les premiers, mais qui sont proportionnellement moins chers.

     Les nattes et les chapeaux de paille les plus renommés se
     fabriquent en Italie, dans les Sept-Communes (_Sette Communi_). Ce
     travail est l'industrie principale et la première ressource de
     cette petite contrée, dont l'étendue est à peu près de quatre
     lieues carrées d'Allemagne, et la population de dix mille âmes.

     Le rapport annuel de cette fabrication, y compris le prix de la
     paille, s'élève à trois millions de livres vénitiennes. C'est dans
     les communes de Lusiana et de Giacomo que cette industrie a le plus
     d'importance; c'est aussi là que croît surtout l'espèce de froment
     propre à ce genre de travail. La paille est récoltée et assortie
     avec soin, et les chalumeaux, coupés à égales longueurs, sont
     réunis et vendus par bottes aux fabricans de nattes, à raison de 8
     fr. la livre de douze onces. Ceux-ci vendent leurs nattes aux
     fabricans de chapeaux.

     Des prix ont été décernés pour cet objet par la société
     d'encouragement de Londres à M. Wells, de Weatherfield, et à M.
     Cobbet, qui se sont occupés avec succès de cette fabrication.
184
     La graminée employée par madame Wells est le _poa pratensis_, qui
     croît partout en Allemagne dans les pâturages et les prairies
     basses. Quant à M. Cobbet, il a fait des essais, non seulement sur
     ce même _poa pratensis_, mais encore sur plusieurs autres graminées
     indigènes de l'Angleterre, telles sont: la _melica cærulea_,
     l'_agrostis stolonifera_, le _solium perenne_, l'_avena
     flavescens_, le _cynosurus cristatus_, l'_anthoxanthum odoratum_,
     et l'_agrostis canina_. Toutes ces plantes lui ont fourni des
     nattes susceptibles d'être employées.

     Leurs procédés pour préparer la paille varient. Madame Wells fait
     la récolte de la plante depuis l'époque de la floraison jusqu'aux
     approches de la maturité de la graine: elle n'emploie que la partie
     qui se trouve entre le noeud supérieur et le sommet; elle verse
     dessus de l'eau bouillante, et fait ensuite sécher au soleil; elle
     réitère cette opération une ou deux fois, ou jusqu'à ce que les
     feuilles, qui entourent la tige sous forme de gaine, se détachent.
     Alors elle blanchit de la manière suivante: elle commence par
     préparer une eau de savon, à laquelle elle ajoute de la potasse
     perlasse jusqu'à ce que celle-ci domine; elle humecte la plante
     avec cette solution, et la place toute droite dans une caisse; elle
     y brûle du soufre, et elle couvre la caisse de linges pour y
     renfermer la vapeur sulfureuse; elle continue de brûler ainsi du
     soufre jusqu'à ce que la plante humectée par l'eau de savon soit
     sèche: ce qui exige environ deux heures. Pendant cette opération le
     soufre est renouvelé une ou deux fois. La plante est alors propre à
     être tressée. Cette préparation est, comme on le voit, très simple;
     elle n'exige pas d'instrumens spéciaux, et toutes les paysannes
     peuvent la faire elles-mêmes sans difficulté.

     M. Cobbet exécute autrement le blanchiment. Il place les tiges de
     la plante, réunies en bottes, dans une petite cuve, et il les
     submerge d'eau bouillante; il les y laisse pendant dix minutes,
185  puis il les retire, et les étend sur du gazon bien ras. Au bout de
     sept jours, le blanchiment est terminé. Le mois de juin est celui
     qui convient le mieux pour la récolte et la préparation de la
     plante.

     Aidé par les travaux des étrangers, je me suis occupé de cette
     fabrication, dit M. Weber, et j'ai fait des essais comparatifs,
     dont voici les résultats:

     1º Le _poa pratensis_ est très propre à la confection des chapeaux
     de paille. Ses chalumeaux sont au moins aussi fins que ceux
     d'Italie; mais ceux-ci paraissent plus solides.

     2º Les graminées sauvages de la Prusse peuvent être employées au
     même usage.

     3º La couleur de la paille dépend du mode de blanchiment; on doit
     surtout faire cette opération par un beau temps et avec un grand
     soleil. Aussi le procédé de M. Cobbet est-il bien préférable à
     celui de madame Wells.

     4º La paille ainsi préparée se laisse très bien tresser et coudre.

     Sur la demande de M. Weber, la Société d'encouragement, pour la
     culture des jardins, s'est chargée de multiplier les graminées
     indigènes qui peuvent servir à la fabrication des chapeaux de
     paille, et de faire venir d'Italie assez de semences de la plante
     qui y est employée pour chercher à la propager en Prusse. Cette
     plante, d'après l'opinion des membres les plus instruits de cette
     Société, est le _tricticum æstivum_, qui, semé dans un terrain
     maigre et non fumé, fournit un chaume mince. Il est vraisemblable
     que, dans le cours de l'été prochain, les fabricans qui voudront
     faire des chapeaux de paille à la manière italienne auront à leur
     disposition de la paille d'Italie et de la paille des graminées
     indigènes, et pourront employer comparativement ces deux matières
     premières à la confection des chapeaux.
186

     _Chapeaux fabriqués avec des pailles indigènes, imitant ceux de
     paille d'Italie_, par M. de BERNARDIÈRE, à Paris. (Brevet
     d'invention de cinq ans.)

     Les pailles employées à la confection de ces chapeaux indigènes
     sont tirées du Cotentin et des environs de Paris; les plus fines se
     trouvent plus généralement dans les prairies que partout ailleurs.
     D'autres pailles, d'une moins belle qualité, se trouvent plutôt
     dans des seigles semés légèrement que dans tout autre endroit.

     L'une et l'autre de ces pailles ont besoin d'une préparation pour
     devenir de la couleur de la paille d'Italie. Cette préparation
     consiste à mettre le plus promptement possible, après les avoir
     récoltés, les fétus non encore mûrs dans l'eau froide, que l'on
     fait arriver peu à peu à l'état d'ébullition; après quoi, on les
     retire et les expose à la chaleur du soleil pour les faire sécher,
     ayant soin de les arroser jusqu'à ce que la paille devienne d'un
     jaune convenable et très liante, sans quoi elle casse, et ne vaut
     rien pour tresser et encore moins pour être cousue.

     La tresse se fait avec treize brins de paille; pour la coudre on
     dispose les tresses l'une dans l'autre avec un fil passé dans
     l'intérieur de la maille, et de telle façon que, pour arriver à
     faire un chapeau entier, il doit parcourir toutes les mailles d'une
     extrémité à l'autre.


     _Chapeaux de paille de la forêt Noire._

     Autrefois on ne faisait dans la forêt Noire que des tresses de
     paille très grossières; les chapeaux qu'on en fabriquait n'étaient
     portés que par les habitans de la campagne, et se vendaient presque
     tous en France. Le gouvernement français voulant encourager cette
     branche d'industrie dans les Vosges, doubla les droits d'entrée des
     chapeaux de paille, en les fixant à 8 francs la douzaine[53]. Cette
187  augmentation d'impôt fit cesser ce trafic lucratif avec la France.
     M. Huber, bailli de Triberg, ayant eu connaissance des procédés
     employés par les Italiens pour la fabrication des chapeaux de
     paille fins, engagea ses concitoyens à donner plus de finesse à
     leurs tissus, qui étaient encore très grossiers. En 1804, il fit
     fabriquer des instrumens au moyen desquels on pouvait diviser en
     dix parties le brin de paille le plus fin; il fit couper la paille
     avant la parfaite maturité, la fit blanchir et distribuer parmi les
     ouvriers les plus habiles. Si bien qu'en 1813, on était déjà
     parvenu à donner aux chapeaux de paille un tel degré de finesse et
     de perfection, et un si bel apprêt, qu'ils sont généralement
     recherchés non seulement dans le pays, mais encore en France, en
     Hollande, en Belgique, et même en Russie, où il s'en fait de
     grandes expéditions. Dans le seul bailliage de Triberg, quinze
     cents personnes s'occupent de cette branche d'industrie et
     fabriquent annuellement cent vingt mille de tissus de paille.

     [Note 53: Bulletin de la Société d'encouragement, année 1819.]


     _Chapeaux de paille double, tissus à l'envers sur baguettes
     d'osier, de baleine, de roseau et autres substances flexibles
     analogues_, par M. BLOUET, fabricant de chapeaux de paille à la
     maison centrale du mont Saint-Michel, département de la Manche.
     (Brevet d'invention.)

     _Procédés de fabrication._

     Avant de fendre la paille, on la fait aplatir sur une règle en
     bois, en la raclant sur ses deux faces avec un couteau: cette
     opération lui enlève une partie du tissu spongieux qui revêt
     l'intérieur du tube et la rend ainsi beaucoup plus flexible et
     moins cassante; on la fend ensuite avec un nouvel outil appelé
     filière, consistant tout simplement en plusieurs aiguilles fixées
188  sur un manche et écartées l'une de l'autre suivant la largeur que
     l'on se propose de donner aux petites lames de paille. En appuyant
     ces aiguilles ainsi disposées sur l'une des extrémités de la paille
     aplatie, et en tirant à soi cette extrémité, la pointe de chaque
     aiguille fend cette paille et la réduit en autant de morceaux égaux
     qu'il y a d'intervalles.

     C'est avec la paille ainsi préparée que se fabriquent les nouveaux
     chapeaux; on la contourne sur des baguettes d'osier extrêmement
     minces et auxquelles on réunit quelques fines lames de baleine pour
     en augmenter la solidité.

     La paille privée des soutiens spongieux par l'opération du raclage
     dont on vient de parler, se trouvant très amincie, on la double
     pour la mettre en oeuvre; c'est le moyen d'obtenir un tissu très
     serré et en même temps très égal, attendu que l'ouvrage ne présente
     pas alors ces petites aspérités et imperfections qui sont
     inévitables quand on n'emploie qu'une seule paille pour former le
     point du tissu; les deux pailles donnent la facilité de rajuster
     d'une manière imperceptible celles qui viennent à casser. Les
     chapeaux ainsi préparés sont teints par les procédés ordinaires.


     _Chapeaux d'hommes et de femmes en nattes de paille, osier et
     baleine, sans couture_, par M. MICHON fils aîné. (Brevet
     d'invention de cinq ans.)

     Ces chapeaux sont formés d'un tissu dont la chaîne est en baleine,
     amincie au moyen d'une espèce de rabot, composé d'un morceau de
     bois de trois pouces de longueur sur deux pouces de largeur, dans
     lequel est logé un fer tranchant.

     La trame ou rempli est en osier ou en paille; l'osier est fendu
     suivant la forme que l'on veut donner au tissu et se prépare de la
     même manière que la baleine. Quant à la paille, on la fend au moyen
     d'un outil ou couteau en ivoire ou en acier.
189
     Les chapeaux sont façonnés à la main sur des formes en bois, et
     lorsqu'ils sont terminés, ceux qui sont destinés pour hommes sont
     teints en noir ou en gris, et ceux qui sont pour femmes restent en
     écru. Les chapeaux de femme sont le plus ordinairement remplis avec
     de la paille ou des bouts d'épis.

     On peut employer le même procédé pour confectionner les schakos à
     l'usage de la troupe.


     _Brevet de perfectionnement et d'addition délivré, le 28 décembre
     1822_, au sieur ACHILLE DE BERNARDIÈRE, _cessionnaire du brevet du
     sieur_ MICHON.

     Ces perfectionnemens consistent à introduire dans le mode de
     fabrication précédent le moyen de tisser l'osier en éclisses
     plates, de confectionner les chapeaux en trame d'éclisses de bois
     de peuplier, de saule et généralement toute espèce de bois vert ou
     sec; enfin dans l'application de ces divers tissus à la confection
     des schakos et autres coiffures tant pour le civil que pour le
     militaire

     Quant à la préparation des diverses matières premières, elle est
     absolument la même que celle indiquée dans le brevet du sieur
     Michon.


     _Chapeaux de paille cousue, etc_.

     Ces chapeaux sont inférieurs pour la qualité à ceux que nous avons
     décrits; on voit les tresses cousues l'une un peu sur les bords de
     l'autre et de manière que lorsqu'on coupe la paille avec les
     ciseaux, elles se décousent aisément. On en fait aussi avec des
     pailles plates plus ou moins larges collées sur un fond ou cousues
     par bandes; quelquefois on entremêle celles-ci de tresses plus ou
     moins fines. Tous ces chapeaux qu'on varie à l'infini sont d'un
     prix inférieur à ceux à tresses fines.
190
     Les chapeaux de paille cousue se font avec de petites nattes de
     paille cousues l'une sur l'autre; ils se commencent par le milieu
     de la calotte; on forme un bouton, et tournant la paille sur
     elle-même on la conduit ainsi jusqu'à ce que l'on ait fait un rond
     assez grand pour faire une calotte ordinaire. Les grandeurs varient
     selon celles des têtes que l'on veut faire.

     Lorsque l'ouvrière est arrivée à ce point, elle plie deux rangées
     de cette paille de manière à commencer ce que l'on appelle la
     baisse de la calotte; ensuite elle coud sa paille toujours en
     tournant, en faisant attention à la conduire également,
     c'est-à-dire à ne pas faire _boire_ plus dans un endroit que dans
     l'autre, ce qui formerait des bosses qui s'effacent difficilement
     au cylindrage et reparaissent à la plus légère humidité.

     La calotte achevée, c'est-à-dire arrivée à la hauteur que l'on veut
     lui donner, on la plie en quatre: le devant, le derrière, et chaque
     côté des oreilles, où il faut commencer la passe; on prend la
     paille, on lui donne une légère cambrure, et l'on commence à partir
     du pli indiquant l'oreille droite en tournant la forme jusqu'au pli
     indiquant l'oreille gauche où l'on s'arrête, et l'on coupe sa
     paille, ayant soin en la cousant de la faire légèrement boire afin
     de forcer la passe à se lever. L'ouvrière doit avoir soin de
     rayonner sa paille aux oreilles, c'est-à-dire la couvrir presque
     entièrement de manière à n'en laisser passer qu'une très petite
     partie afin de donner la place à tous les bouts de paille qui
     doivent composer sa passe; elle doit encore observer en commençant
     quelle est la longueur qu'elle veut donner à la passe de son
     chapeau, car, si elle veut faire un chapeau presque rond, alors
     elle ne rayonnera pas beaucoup ou pas du tout. Si sa passe doit
     avoir dix pouces d'avance et quatre de derrière, alors elle coupera
     ses pailles et rayonnera jusqu'à ce qu'elle ait six pouces
191  d'avance; ensuite, au lieu de couper sa paille comme elle l'a fait
     jusqu'à ce moment, elle continuera à la coudre en tournant tout
     autour de la calotte de façon à ce qu'elle soit arrivée à dix
     pouces d'avance; le derrière devra nécessairement en avoir quatre.

     Les chapeaux d'enfans se font tout ronds, c'est-à-dire que la forme
     étant achevée, sans quitter sa paille, on la fait boire fortement,
     ce qui la force à se relever et ainsi à commencer l'avance que l'on
     continue ensuite en tournant toujours jusqu'à ce que l'on juge que
     le chapeau soit assez grand. Lorsque les six premiers tours de la
     passe sont achevés, l'ouvrière doit poser fréquemment son chapeau
     sur une table afin de voir si son avance est bien plate, car si la
     paille est trop poussée l'avance godera, chose qu'il faut éviter;
     si au contraire elle ne l'est pas assez, elle tombera sur les yeux
     comme un abat-jour. Chaque pièce de paille n'ayant que douze aunes
     de long, on est forcé de faire de fréquentes rentrures. Plusieurs
     personnes coupent la paille en biais, et laissent un brin de la
     tresse à chaque bout, qui, formant le crochet, rentrent l'un dans
     l'autre. Cette manière est très propre, mais peu solide. Je
     conseillerais plutôt de croiser sa paille l'une sur l'autre, la
     longueur d'une ligne seulement, en ayant soin de maintenir les deux
     bouts par un point l'un en haut l'autre en bas; la petite bosse
     formée par cette jonction s'aplatit au cylindre, et ne risque
     jamais à se défaire lorsque le cylindreur force la forme du chapeau
     pour lui donner une plus grande dimension que celle pour laquelle
     il a été fait.


     _De l'énuenchage._

     La paille, quelque égale que l'on puisse la choisir, conserve
     quelquefois des parties plus brunes qui ne se voient que lorsque le
     chapeau est terminé; l'ouvrière doit alors couper toutes les
     nuances et les remplacer par d'autre paille dont la teinte se marie
     parfaitement avec le chapeau; elle réussit à cacher cette espèce de
192  raccommodage en croisant sa paille comme je viens de l'indiquer
     plus haut.

     L'on se sert pour fabriquer les chapeaux de paille cousue de
     petites tresses faites en Suisse, mises en paquets de douze aunes,
     et dont le prix varie selon la finesse ou le blanc.

     Les plus estimées sont celles qui nous viennent de Fribourg. Les
     paquets, pliés sur un quart de longueur, sont serrés et arrêtés des
     deux bouts: cette paille est d'un grain arrondi, fort, et se
     blanchit très bien.

     L'Argovie au contraire se vend en paquets pliés sur une demi-aune
     de longueur, arrêtés d'un seul bout; son grain est lâche, plat, et
     la paille, quoique blanche lorsqu'elle est neuve, jaunit au soleil
     et se blanchit mal; elle peut se coudre indistinctement des deux
     côtés; le Fribourg au contraire a un envers, on le connaît aux
     petits piquans que forment les brins de paille lorsque l'on fait la
     tresse; à l'endroit ils sont placés tous de haut en bas, et à
     l'envers de bas en haut. Si le chapeau est fait à l'envers, il est
     hérissé d'une foule de petits bouts que le cylindre même ne peut
     abaisser et qui forment une espèce de peluche qui nuit à l'effet et
     gâte entièrement un chapeau.

     J'ai indiqué plus haut la manière de cylindrer ces chapeaux. L'on
     se sert aussi de paille lisse appelée paille française; la
     fabrication du chapeau est la même; la mode varie les formes ainsi
     que les pailles dont on se sert pour les chapeaux cousus.

     Cette note nous a été communiquée par une dame que sa modestie ne
     nous permet pas de nommer.



                            CHAPEAUX DE BOIS.

     Les chapeaux en bois se font de deux manières: par la première on
     opère avec des tresses faites avec des brins de bois plus ou moins
     fins, et à l'instar de ceux de paille: une qualité de ces chapeaux
193  est connue sous le nom de _paille de riz_; la seconde se pratique
     au moyen d'un tissage très fin, comme pour les paniers et les
     chapeaux grossiers de sparterie. On emploie à cette fabrication les
     bois blancs, sans noeuds, très lians et très souples, au moment où
     ils viennent d'être coupés. On donne la préférence aux bois
     d'osier, de peuplier, de saule, de tilleul, etc. Le procédé
     consiste à les diviser en lames très minces à l'instar des balais
     de saule qui nous sont annuellement portés par les Alsaciennes. On
     connaît plusieurs procédés, celui qui nous a paru le plus simple et
     le meilleur consiste en une sorte de varlope à deux fers, dont l'un
     est à dents tranchantes dans le sens vertical; celui-ci est suivi
     de l'autre fer qui est ordinaire: par cette disposition le copeau
     que celui-ci enlève est divisé en autant de lames ou filets, plus
     un, que le premier a de dents. Il est bon d'ajouter qu'afin que
     chaque dent repasse toujours au même endroit, la varlope doit
     constamment glisser entre deux guides.

     On peut teindre ces brins de bois comme la paille; le procédé ne
     diffère en rien. Si l'on veut les obtenir blancs, on trempe ces
     brins ou les chapeaux faits dans une eau de savon froide, contenant
     un peu de solution d'indigo, et on les étend pendant quelques jours
     dans une prairie, en ayant soin dès qu'ils commencent à se sécher
     de les arroser avec de l'eau pure.


     _Chapeaux d'osier._

     On cultive trois espèces principales d'osier en France:

     1º L'osier rouge, _salix purpurea_. LIN.
     2º L'osier jaune, _salix vitellina_.
     3º L'osier blanc, _salix viminalis_.

     L'osier rouge a les rameaux plus lians que ceux des deux autres,
     mais il acquiert moins de longueur et de grosseur; le jaune est un
     peu moins liant, mais ses rameaux sont un peu plus longs et plus
194  gros; enfin le blanc est encore plus gros, plus long et moins
     liant. Il paraîtrait d'après cela que l'osier rouge mériterait la
     préférence pour la confection des chapeaux.


     _Chapeaux de bois de_ BERNARDIÈRE.

     M. Achille de Bernardière, par suite de ses études particulières,
     est parvenu à fabriquer de très beaux chapeaux et schakos en osier
     teint. Pour la division des brins d'osier, il fait usage de la
     machine que les Anglais emploient pour celle des brins de paille,
     et qu'ils nomment _bric-à-brac_. Cette machine ou instrument[54]
     est un cylindre en ivoire, en fer ou en acier, de 5 à 6 millimètres
     de diamètre, de 55 à 60 de longueur, qui se trouve surmonté d'un
     cône de 5 millimètres de hauteur. Lorsqu'on se propose de tirer
     douze brins d'une paille, on divise la base du cône en douze
     parties égales, et au moyen d'une lime triangulaire on enfonce la
     division jusqu'à ce qu'on soit arrivé à la pointe du cône, mais
     sans la dépasser est évident que le cône doit présenter douze
     arêtes égales et tranchantes. Quand on veut diviser la paille, on
     présente la pointe du cône dans son tuyau, et l'on pousse
     l'instrument qui tranche la paille en douze brins égaux. Les
     _bric-à-brac_ ont depuis trois jusqu'à quarante divisions, suivant
     la finesse qu'on veut donner aux brins de paille et la grosseur de
     celle-ci.

     [Note 54: Voyez Dictionnaire technologique.]

     M. de Bernardière, au moyen d'un instrument qui diffère peu du
     _bric-à-brac_, réduit l'osier en lames très minces, qu'il rend bien
     plus minces et plus étroites encore en les faisant passer dans des
     sortes de filières tranchantes et si serrées que ces lanières
     d'osier ont à peine un demi-millimètre de largeur; c'est ce qui
     constitue, pour ainsi dire, la trame de l'étoffe. La chaîne ou
195  charpente, ajoute M. L., est partie en osier, partie en baleine;
     c'est-à-dire alternativement deux brins d'osier et un brin de
     baleine, approprié à cet effet comme l'osier.

     Ces chapeaux sont ensuite teints, comme ceux de paille; ils ne
     doivent pas être confondus avec les suivans. Nous allons joindre
     ici le rapport qui a été fait à ce sujet par M. Bouriat à la
     Société d'encouragement pour l'industrie nationale.


     _Rapport fait_ par M. BOURIAT, _au nom du comité des arts
     économiques, sur les chapeaux d'osier de _M. de BERNARDIÈRE.

     Le conseil a chargé son comité des arts économiques de visiter la
     manufacture de chapeaux d'osier de M. de Bernardière, située dans
     la maison de correction de Poissy, et de lui rendre compte des
     produits de cette manufacture. Le comité, ne pouvant point se
     transporter en masse à cette distance, m'a chargé d'aller prendre
     tous les renseignemens qu'il désirait, et de lui en faire part
     avant de vous soumettre son opinion sur ce nouveau genre
     d'industrie. J'ai visité cet atelier et plusieurs autres qui
     existent dans la même maison. J'aurai l'honneur de vous en donner
     un aperçu, après avoir parlé de celui de M. de Bernardière, qui
     fait l'objet principal de ce rapport.

     J'ai suivi dans les moindres détails les travaux qui s'y exécutent;
     j'ai vu que les mains les plus inhabiles pouvaient préparer l'osier
     qui sert à la confection des chapeaux. D'abord cet osier, fendu en
     cinq ou six, suivant la grosseur du brin, est aminci par des
     espèces de filières tranchantes à travers lesquelles on le fait
     passer, et qui sont graduées de manière à ce que l'ouverture de la
     dernière ne peut plus laisser passer qu'une lanière très mince et
     étroite. Ce sont ces lanières qui, suivant leur degré d'épaisseur,
196  forment la trame ou la chaîne, car on peut se passer de baleine
     effilée pour soutenir le corps du chapeau, dont le tissu est fait
     par des mains plus habiles que les premières. Ces chapeaux,
     confectionnés, sont portés à la teinture pour recevoir diverses
     couleurs, suivant le goût du marchand qui les achète. Ce n'est pas
     sans difficulté qu'on fixe la couleur sur l'osier; aussi cette
     partie de la fabrique mérite-t-elle encore quelques recherches de
     la part de M. de Bernardière et des teinturiers.

     La solidité de ces chapeaux est bien supérieure à ceux faits avec
     la paille; aussi M. de Bernardière a-t-il eu l'intention de
     fabriquer pour les troupes légères, et en temps de paix, des
     schakos d'osier, beaucoup plus légers que ceux de feutre. Je remets
     sur le bureau un échantillon de ces schakos, teint en noir, et
     revêtu d'une plaque pour désigner le régiment.

     Le prix de ces chapeaux, quoique inférieur à ceux de feutre, n'a
     pas paru à votre comité dans les proportions qu'on pouvait désirer;
     aussi a-t-il conseillé à M. de Bernardière d'employer des moyens
     mécaniques pour amincir l'osier. Si, comme nous n'en doutons pas,
     il peut parvenir à se passer de bras pour cette préparation, la
     plus longue et la plus dispendieuse, il pourra diminuer
     sensiblement le prix de ses chapeaux.

     Votre comité a vu, dans ce genre d'industrie, un objet assez
     intéressant, puisqu'il tend à diminuer considérablement l'emploi du
     poil de lièvre qu'on tire de l'étranger, pour faire les légers
     chapeaux de feutre que les personnes riches portent pendant l'été.
     Déjà M. de Bernardière a fabriqué cette année une grande quantité
     de chapeaux d'osier; mais il n'a pu, malgré son zèle, fournir qu'à
     une partie des commandes qui lui ont été faites. Il va travailler
     sans relâche cet hiver pour être à même de satisfaire l'été
     prochain tous les demandeurs.

     Après vous avoir fait connaître la fabrique de M. de Bernardière,
197  vous n'apprendrez peut-être pas sans intérêt l'activité qui règne
     dans la maison de correction de Poissy, et les avantages qu'en
     retirent la maison et les ouvriers. Chaque détenu y trouve un genre
     d'occupation suivant ses facultés morales et physiques: l'enfant
     comme le vieillard se livrent à un travail doux et facile. Pour
     cela, on a établi des ateliers de diverses espèces; on y compte
     ceux de tisserand, de bijoutier, de passementier, d'ébéniste, de
     fabricant de cardes, de cordonnier, de tailleur, enfin une filature
     de colon et la fabrique de chapeaux dont je viens de vous
     entretenir. C'est avec de pareilles occupations qu'on est souvent
     parvenu à changer ou modifier le penchant de plusieurs criminels
     qui auraient peut-être passé le temps de leur détention à méditer
     les projets les plus sinistres s'ils fussent demeurés dans
     l'oisiveté.

     Ces résultats sont dus au zèle et à la capacité de M. Poizel,
     directeur de l'établissement, qui a trouvé un excellent auxiliaire
     dans M. Picard, entrepreneur des travaux de la maison.

     Le tarif des prix à accorder aux détenus est arrêté chaque année
     par M. le Préfet du département de Seine-et-Oise. Ce salaire se
     divise en trois parties: l'une pour l'entretien de la maison,
     l'autre distribuée aux ouvriers tous les samedis, et la troisième
     est mise en réserve pour leur être donnée à leur sortie. Il en est
     déjà beaucoup qui ont reçu 300 fr. au moment de leur libération,
     malgré le peu de temps que ce régime est établi, car il ne l'a été
     qu'au mois de mars 1821. le produit des ouvrages confectionnés
     pendant les douze premiers mois a été de 48,000 fr., et cette
     année, comme le nombre des détenus a augmenté, M. le directeur
     pense qu'il ne sera pas au-dessous de 80,000 fr.

     Je reviens maintenant à la fabrique de M. de Bernardière, sur
     laquelle votre comité a pris tous les renseignemens convenables. Il
     vous propose, par mon organe, de remercier ce fabricant de la
198  communication qu'il vous a faite de son nouveau genre d'industrie,
     et de tous les procédés qu'il emploie dans sa manufacture, digne
     d'être connue du public par la voie du Bulletin.

     Adopté en séance, le 21 août 1822.

     _Signé_ BOURIAT, _rapporteur_.

     A ce rapport nous allons joindre celui qui fut fait sur les
     chapeaux de madame veuve Reyne.


     _Rapport fait_ par M. SILVESTRE, _au nom des comités d'agriculture
     et des arts mécaniques réunis, sur la manufacture de chapeaux de
     paille et l'instar de ceux d'Italie, établi_ par madame veuve
     REYNE, à Valence, département de la Drôme.

     Messieurs, le 28 novembre dernier, vos comités des arts mécaniques
     et d'agriculture réunis ont obtenu votre approbation pour un
     rapport provisoire qu'ils ont eu l'honneur de vous présenter,
     concernant les demandes que madame veuve Reyne vous avait
     adressées, à l'occasion de sa fabrique de chapeaux de paille
     d'Italie, établie en ce moment à Valence, département de la Drôme.

     Vos commissaires ont dès lors rendu justice au zèle de madame
     Reyne, qui, après avoir étudié avec soin, en Italie, les procédés
     de production des matières premières et ceux de leur fabrication,
     avait importé en France un genre d'industrie qui n'avait pu y être
     encore naturalisé avant elle; ils avaient aussi exprimé le regret
     que le défaut de plusieurs documens essentiels les empêchât
     d'émetttre une opinion définitive sur le succès d'une semblable
     entreprise; ils espéraient obtenir de nouveaux renseignemens
     importans, et de la correspondance dès long-temps suivie au
     ministère de l'intérieur, à ce sujet, et de celle qui pourrait
     ultérieurement être entretenue avec madame Reyne elle-même.
199
     Le ministre a bien voulu vous confier le dossier qui concerne cette
     affaire. Madame Reyne a répondu à plusieurs de vos demandes, elle
     exprime surtout le désir que le rapport vous soit promptement
     soumis; en conséquence nous allons mettre sous vos yeux les
     résultats des principaux documens que nous avons recueillis.

     Mais avant de nous occuper de cet exposé, et pour ne plus ensuite
     détourner votre attention de ce qui concerne spécialement madame
     Reyne, nous croyons devoir placer ici quelques considérations
     générales sur l'importance et sur la difficulté d'une semblable
     entreprise; sur sa nouveauté et sur la probabilité du succès.

     L'importance d'une fabrique de chapeaux de paille d'Italie est
     assez notable pour notre commerce; elle aurait pour objet de nous
     affranchir de l'exportation annuelle de la valeur d'un million et
     demi environ, que nous donnons à la seule Italie pour l'acquisition
     des objets de ce genre: il est vrai que cette soulte ne s'opère pas
     en numéraire. En échange des chapeaux de paille et des autres
     objets que nous procure l'Italie, nous fournissons des draps, des
     vins, de la mercerie, des bijoux, de la porcelaine, des livres, des
     modes, etc., etc., etc.; et il est à remarquer que les tableaux
     dressés officiellement pour la balance du commerce établissent, en
     notre faveur, un bénéfice annuel de plus de huit millions sur les
     échanges réciproques. Quoi qu'il en soit; ces bases ne sont pas
     immuables, l'industrie étrangère cherche toujours à se les rendre
     plus favorables, et nous devons sans doute accueillir avec intérêt
     tout ce qui peut tendre; soit à consolider nos avantages, soit à
     trouver chez nous-mêmes ce que notre sol et notre industrie peuvent
     fournir (à prix égal à ceux de l'étranger) aux consommateurs.

     Cette dernière considération nous ramène à la fabrique de madame
     Reyne et aux circonstances qui ont précédé son entreprise; la
200  correspondance du ministre de l'intérieur nous fournit à cet égard
     d'utiles documens. Il paraît que des tentatives pareilles à la
     sienne ont été faites; que des brevets d'invention semblables au
     sien ont été délivrés. Vous connaissez trop bien, messieurs, le
     principe de ces brevets pour être étonnés de notre assertion: le
     brevet ne prouve nullement que le possesseur ait inventé ou qu'il
     ait importé, mais il prouve seulement qu'à une époque déterminée il
     a déclaré qu'il avait inventé ou importé, sauf à lui à prouver s'il
     y a lieu, et devant qui de droit, la réalité de ses assertions ou
     l'antériorité de sa demande.

     Quelques essais ont donc été faits avant madame Reyne pour
     fabriquer en France des chapeaux de paille d'Italie; il est à la
     connaissance des marchands d'objets de ce genre, à Paris, que
     plusieurs de ces essais ont été infructueux. En 1814, un brevet
     d'importation a été gratuitement délivré à M. Bastier, qui se
     proposait d'élever une fabrique du même genre que celle de madame
     Reyne.

     Vers 1815, M. Pierre Couyère a établi à Sainte-Melaine, département
     du Calvados, une fabrique de chapeaux de paille à l'instar de ceux
     d'Italie, avec des tiges de graminées indigènes. Il paraît que
     c'est le _phleum pratense_ qu'il employait à cet usage. Il a obtenu
     en 1819 un brevet d'invention pour dix ans; il correspond avec une
     fabrique de couture et d'apprêt établie à Paris par son frère et
     qui fournit au commerce pour plus de 40,000 fr. par année. Dès
     1808, M. de Bernardière avait aussi obtenu un brevet de cinq ans
     pour la fabrication de chapeaux semblables à ceux d'Italie, avec
     les tiges des céréales indigènes; il parait que c'était aussi le
     _phleum pratense_ qu'il employait le plus ordinairement.

     Mais une entreprise plus semblable encore à celle de madame Reyne a
     lieu depuis trois ans dans le département de la Haute-Garonne, et
     par les soins des directeurs des hospices de Toulouse; on y emploie
     la paille du même blé qui sert à cet usage en Toscane, et qui est
201  cultivé avec succès aux environs de Toulouse. La fabrique y a un
     avantage d'autant plus assuré, que son excellence le ministre de
     l'intérieur a bien voulu envoyer aux hospices une des machines à
     apprêter inventées par M. Meigné et mentionnées dans le n° CXCIX,
     page 6, de vos Bulletins 1821. Cette machine sert à donner, sans
     inconvénient pour la santé des ouvriers, l'apprêt convenable à cent
     vingt-six chapeaux par jour, tandis que les hommes qui faisaient ce
     travail pénible à la main ne pouvaient en apprêter que dix-huit.

     On peut ajouter que tous les détails sur la culture du blé qui
     fournit la paille propre à ce travail et les procédés qui
     concernent l'art de préparer cette paille et de fabriquer les
     chapeaux, ont été décrits avec détail en vers italiens, par M.
     Lastri, Toscan. Enfin, dès 1805, M. le comte de Lasteyrie avait
     rapporté d'Italie la graine de blé qui sert à y fabriquer les
     chapeaux de paille: cette graine a depuis été cultivée tous les ans
     au Jardin du roi par les soins de M. Thouin. M. Yvart avait aussi,
     en 1812, rapporté d'Italie des graines de cette céréale, et les
     avait cultivées avec succès. On connaissait donc depuis long-temps
     la substance première et tous les moyens de la mettre en oeuvre;
     mais un obstacle, qui tient à la nature de ce travail, s'est
     toujours opposé à de bien grands succès. Cet obstacle se présente
     de même pour tous les travaux qui ne sont pas susceptibles de
     l'emploi des machines, et qu'on doit faire à bras dans les pays où
     la main-d'oeuvre est plus élevée que dans les lieux où la fabrique
     est originaire. C'est sur les moyens d'égaliser ce prix du premier
     travail manuel que nous aurions désiré avoir plus de renseignemens
     positifs pour pouvoir apprécier la probabilité des succès dont
     madame Reyne conçoit l'espérance.

     Ce fut vers la fin de 1817 que madame Reyne revint de Florence;
     pendant les trois années de séjour qu'elle avait fait dans cette
202  ville, elle y avait formé le projet d'établir en France une
     fabrique de chapeaux de paille d'Italie; elle avait étudié avec
     soin tous les procédés de culture du blé qui fournit la paille
     propre à ce travail, et ceux de sa préparation et de son emploi
     dans cette fabrication.

     Elle s'établit d'abord dans la ville de Bourg Saint-Andéol,
     département de l'Ardèche; alors elle avait encore son mari qui la
     secondait dans son travail: ils s'adressèrent pour la première fois
     au ministre de l'intérieur, en février 1818; ils annonçaient alors
     avoir dans leurs ateliers trente jeunes personnes qui s'occupaient
     à confectionner des chapeaux de paille, égaux en qualité à ceux
     d'Italie. Ils exposaient qu'ils avaient semé en France des grains
     de blé dit marzole, qu'ils avaient rapportés d'Italie; que ces
     grains y avaient bien réussi, et que d'ailleurs ils avaient trouvé
     en France même des céréales dont la tige avait la même propriété.
     Ils espéraient pouvoir fournir, sous peu de temps, la quantité de
     chapeaux nécessaire pour la consommation du royaume, et ils
     demandaient la délivrance gratuite d'un brevet d'importation: le
     préfet de l'Ardèche appuyait leur pétition. Le ministre demanda des
     renseignemens et des échantillons qui lui furent adressés; alors il
     consulta le comité consultatif des arts et manufactures, ce comité
     fut d'avis que M. et madame Reyne mériteraient d'être encouragés,
     lorsqu'il aurait été constaté que leur manufacture fournissait au
     commerce des chapeaux de paille de même qualité et finesse que ceux
     d'Italie. Il ajournait à cette époque le jugement à porter sur le
     degré d'intérêt que le gouvernement devait prendre à leurs travaux.
     En conséquence le ministre refusa d'accorder gratuitement le brevet
     demandé; mais il laissa l'espérance qu'il pourrait encourager les
     efforts de ces manufacturiers, lorsqu'il serait constant qu'ils
     auraient fourni au commerce des chapeaux de paille de même qualité
     que ceux d'Italie.

     Il se passa environ quinze mois entre cette décision et les
203  nouvelles demandes qui furent faites. En février 1820, madame Reyne
     écrivit au ministre qu'elle avait perdu son mari, et transporté sa
     manufacture à Valence, département de la Drôme; elle annonçait
     alors que sa fabrique fournissait au commerce, et en assez grande
     quantité, des chapeaux de paille de même qualité et finesse que
     ceux qui viennent d'Italie. Cette pétition était appuyée par le
     maire de Valence, qui regrettait de n'avoir pu donner qu'un faible
     encouragement, et par le préfet de la Drôme, qui sollicitait des
     secours pour madame Reyne. Le ministre accorda 600 francs, et
     demanda au préfet des renseignemens sur l'activité de
     l'établissement, le nombre des ouvrières employées, la quantité de
     chapeaux livrés annuellement au commerce, et leur prix comparé avec
     celui des chapeaux analogues venant d'Italie; enfin quelle serait
     la somme nécessaire pour donner aux travaux toute l'extension
     convenable. Le préfet répondit à ces questions que la fabrique
     occupait soixante-dix ouvrières, qu'elle pouvait fournir
     annuellement huit cents à mille chapeaux, que le prix de ces
     chapeaux était à peu près le même que ceux d'Italie, qu'ils
     égalaient en qualité; il annonçait aussi que ces prix baisseraient
     d'un sixième si madame Reyne avait des fonds suffisans pour monter
     son établissement; il demandait pour elle une somme de 12,000 fr.
     Le 12 avril 1820, le ministre consentit à accorder 2,400 fr. pour
     être employés à donner plus d'étendue aux travaux de madame Reyne.
     Il paraît qu'en effet une partie de cette somme a servi à
     l'acquisition d'une presse pour l'apprêtage des chapeaux de paille.

     Mais bientôt après madame Reyne éprouva de nouveaux besoins; elle
     s'adressa à vous, messieurs, par une lettre qui était appuyée par
     le préfet de la Drôme et par le maire de Valence, et qui, renvoyée
     à l'examen de vos comités des arts mécaniques et d'agriculture, a
     été l'objet du rapport provisoire qui vous a été présenté le 28
204  novembre dernier, et d'après lequel, suivant vos intentions, vos
     comités ont dû s'occuper de recherches et de vérifications
     nouvelles.

     Deux ordres de renseignemens principaux nous sont parvenus depuis
     cette époque. Les uns ont été puisés dans un dossier volumineux,
     relatif à cette affaire, qui vous a été communiqué par son
     excellence le ministre de l'intérieur et dont nous venons de vous
     présenter l'analyse; les autres proviennent de la correspondance
     directe que nous avons entretenue avec madame Reyne ou avec son
     commettant à Paris. Nous ne pouvons présenter ces derniers que
     comme de simples assertions, le mémoire principal qui en fait
     partie n'ayant été vu que par le maire de Valence, comme certifiant
     que la fabrication des chapeaux envoyés avait eu lieu dans ladite
     ville, et vu par le préfet pour la légalisation de la signature du
     maire.

     Quoi qu'il en soit, il résulte de cette correspondance, 1° que le
     chapeau dont vous avez distingué la confection est bien de la
     fabrique de madame Reyne; 2° que cette dame et son commettant
     déclarent qu'elle continue à se servir de la paille de l'espèce de
     blé qu'elle a rapporté d'Italie, et dont la culture réussit
     parfaitement bien dans les environs de Valence; que le bénéfice des
     ouvrières qu'elle emploie dépend de leur habileté; que ce sont
     ordinairement des enfans qui tressent; que le n° 30, pris pour
     exemple, coûte 15 centimes l'aune à coudre et à tresser; qu'une
     tresseuse fait par jour sept à huit aunes, et une couturière en
     coud toujours le double. La main-d'oeuvre d'un chapeau de ce numéro
     revient à 8 francs; savoir, 6 francs 75 centimes pour tressage et
     couture, 75 centimes pour la paille et 50 centimes pour l'apprêt.
     Les numéros supérieurs deviennent plus chers, savoir: le n° 40 à 16
     fr. 70 cent.; le 50 à 27 fr. 50 cent., enfin le n° 60 qui est à peu
     près pareil à celui qui est exposé sous vos yeux, revient à 52
     francs.

205  Quant au nombre de chapeaux fabriqués annuellement, madame Reyne
     fait observer que cette fabrication n'a de limites qu'à raison du
     peu de capitaux qu'elle peut y consacrer: elle cite plusieurs
     villes du midi et surtout la foire de Baucaire, comme ses
     principaux débouchés.

     Elle n'a pu répondre à la demande d'envoi de chapeaux de paille
     supérieure à celui qu'elle avait précédemment adressé à la société;
     elle a seulement envoyé quelques chapeaux d'hommes, dont la qualité
     est insignifiante pour prouver la supériorité de sa fabrication;
     elle fait remarquer que sa situation actuelle, dans une ville peu
     populeuse et qui fournit trop peu d'ouvrières à bas prix, n'est pas
     très favorable; elle se propose de changer encore de domicile; elle
     voudrait qu'à défaut de la Société d'encouragement même, le
     gouvernement ou des capitalistes la missent à même de donner tout
     l'essor désirable à sa manufacture.

     Après vous avoir exposé l'état actuel des choses, votre commission
     ne doit pas vous laisser ignorer qu'elle s'est trouvée embarrassée
     de vous présenter des conclusions dans l'affaire de madame Reyne.
     Sa fabrication est bonne et intéressante; ses produits sont très
     remarquables dans les parties les plus importantes et les plus
     difficiles de ce genre de travail; elle trouvera les
     perfectionnemens à faire à sa manutention ici même, où l'on sait,
     aussi bien et même mieux qu'en Italie, réunir les tresses bout à
     bout, blanchir la paille et apprêter les chapeaux; ainsi on ne fait
     aucun doute qu'elle ne puisse atteindre par la suite la perfection
     en ce genre. Nous ne doutons pas non plus que des capitaux plus
     considérables que ceux qu'elle a pu se procurer jusqu'à ce jour, ne
     soient très nécessaires pour donner une impulsion convenable à sa
     fabrique; mais vos règlemens ne vous permettent pas de consacrer
     des fonds à vivifier des manufactures particulières. D'une autre
     part, le ministre de l'intérieur, en donnant 3,000 fr. à madame
206  Reyne, a sagement exprimé qu'il n'entendait pas monter sa
     manufacture, mais seulement lui fournir quelques encouragemens.

     Ruinée, ainsi qu'elle l'expose, par différentes circonstances qui
     lui sont étrangères, elle ne peut attendre des moyens suffisans
     d'actions que des capitalistes qui pourraient prendre intérêt à son
     travail.

     Vous ne pouvez donner à madame Reyne que des conseils et des
     témoignages d'estime.

     Sous le premier rapport, vous pouvez lui recommander de soigner
     particulièrement la réunion de ses tresses bout à bout, le
     blanchiment et l'apprêt de ses chapeaux; vous pouvez l'inviter à
     placer s'il est possible son établissement dans un hospice
     d'orphelins ou dans une maison de détention, dans un lieu enfin où
     la main-d'oeuvre soit au plus bas prix possible.

     Sous le second rapport, et considérant que madame Reyne paraît être
     la première qui ait introduit, en grand, la culture de la plante
     qui sert à fabriquer les chapeaux de paille en Italie; considérant
     que ce qui manque à son travail s'exécute d'ailleurs ici avec une
     grande perfection et peut facilement être introduit dans sa propre
     fabrique, nous avons l'honneur de vous proposer de lui décerner une
     médaille d'argent dans votre prochaine séance publique.

     _Signé_ SILVESTRE, rapporteur.
     Adopté en séance, le 20 février 1822.

     Cette proposition fut adoptée, et dans sa séance publique, M.
     Charbonnel, fondé de pouvoir de cette dame, reçut la médaille
     d'argent qui lui était destinée.


     _Chapeaux en bois de_ M. BERNARD.

     Ces chapeaux-ci diffèrent des précédens en ce que ce n'est que la
     carcasse qui est formée en bois léger, coupé en lames minces et
207  étroites par des procédés mécaniques qu'il a inventés. Ces lames
     sont collées à côté l'une de l'autre sur un tissu qui réunit la
     solidité à la légèreté; le dessus et le bord du chapeau sont
     préparés de la même manière; et quand il a donné à ces trois pièces
     la forme convenable et qu'il les a réunies, il couvre le tout d'un
     vernis imperméable. Quand il est sec, le chapeau est recouvert
     d'une étoffe de soie peluchée, qui imite très bien les poils qu'on
     nomme dorure dans les chapeaux de feutre ordinaire; enfin l'auteur
     passe sur la peluche une espèce de vernis qui entoure chaque brin
     de soie, ne retient pas la poussière et empêche l'eau de pénétrer.
     Ces chapeaux ont l'avantage de conserver toujours leur brillant et
     de ne se déformer jamais. Pour plus de détails, nous renvoyons aux
     Annales de l'industrie nationale et étrangère, août 1825.


     _Chapeaux de sparterie._

     Tous les genêts peuvent servir à la fabrication des chapeaux
     communs, dits de sparterie; mais c'est principalement le genêt
     d'Espagne, _spartium junceum_, qui sert à cette fabrication. On
     emploie pour cela les joncs les plus fins pour en faire des tissus,
     non en tresses distinctes. On connaît trois sortes de ces chapeaux:
     _blancs_, _couleur de paille_, _mélangés de diverses couleurs_. Le
     tissu de sparterie se vend en pièces carrées, dont chacune suffit
     pour faire un chapeau. Leur prix est depuis 2 fr. jusqu'à 10 fr. la
     pièce, suivant leur beauté.


     _Chapeaux de copeaux._

     Cette invention patentée de chapeaux d'été, faits de copeaux
     tissus, peints en noir et vernis, est due à Joseph Lantenhammer de
     Vienne. (_Archiv. fur gesch, stat, liter, und kunst_, juillet 1824,
     nº 89 et 90.)

208  Ces chapeaux, dit le rédacteur du journal cité, se recommandent par
     leur forme, leur grande légèreté, et même par la durée qu'on peut
     espérer de leur service. Ils méritent surtout, ajoute-t-il, la
     préférence sur les chapeaux de paille, auxquels le public a eu le
     bon esprit de n'accorder jusqu'ici sa faveur qu'avec réserve.


     _Chapeaux de tresses autres que celles de paille._

     Nous allons consacrer cet article à la fabrication des chapeaux
     formés avec des tresses de soie, de coton, de lin et de crin. Les
     premiers sont parvenus à un tel degré de supériorité, qu'ils
     semblent le disputer aux plus beaux chapeaux de paille d'Italie.


     _Chapeaux tressés en soie._

     Les premiers chapeaux en tresses de soie ont été fabriqués à
     Florence; depuis, mesdames Manceau, de Paris, sont parvenues à
     porter ce genre de fabrication à un tel degré de perfectionnement
     que leurs chapeaux tresses de soie imitent les plus beaux chapeaux
     de paille d'Italie, en produisant une illusion complète par la
     nuance, ainsi que par la finesse et la confection du tissu. Déjà en
     1823, mesdames Manceau avaient obtenu à l'exposition des produits
     de l'industrie française une médaille d'argent qui a été confirmée
     à celle de 1827. Elles emploient à cette fabrication la soie de
     première qualité, en trame et tressée suivant le degré de finesse
     qu'on désire obtenir. La régularité des tresses exige le plus grand
     soin; elles se font au moyen de mécaniques qui mettent les matières
     en mouvement; elles sont ensuite apprêtées, assemblées en forme de
     chapeaux et soumises au cylindre. Ces chapeaux réunissent à la
     légèreté la solidité et sont très facile à nettoyer; ajoutez à cela
     qu'ils sont deux fois moins chers que ceux de paille d'Italie,
     comme on va le voir ci-après.

209  1º Ceux du numéro 70, portant soixante-dix pailles de bord, peuvent
     être vendus à 200 francs, tandis que ceux de Florence coûteraient
     plus de 2,000 francs.

     2° Les qualités ordinaires depuis le numéro 34 jusqu'à celui de 50
     varient entre 28 et 56 francs.

     Afin de mieux faire connaître le mode de fabrication employé par
     les dames Manceau, nous allons rapporter le brevet d'invention que
     l'une d'elles a pris à ce sujet.


     _Procédé propre à faire avec la soie écrue des chapeaux imitant
     les chapeaux de paille d'Italie_, par mademoiselle Julie MANCEAU, à
     Paris. (Brevet d'invention de cinq ans.)

     On fait d'abord des tissus formés de soie écrue de la plus belle
     qualité et du meilleur choix possible, que l'on dépose dans la
     teinture; le teinturier apprête ces tissus de manière à ce qu'ils
     conservent une certaine raideur qui les rapproche de l'état de
     consistance de la paille ou de l'écorce; puis, au moyen d'une
     mécanique à tresser, on convertit les soies en tresses plus ou
     moins fines et plus ou moins serrées, suivant la finesse des
     chapeaux que l'on veut faire; les bandes tressées sont
     soigneusement vérifiées dans toute leur longueur, afin d'élaguer
     les parties qui seraient défectueuses et qui nuiraient à l'identité
     du tissu.

     Ces tresses préparées sont aunées, mises en pelotes en quantité
     convenable, et données aux ouvrières chargées de l'assemblage;
     cette opération s'exécute à l'aiguille avec du cordonnet en soie à
     trois brins retors de la nuance du tissu.

     La couture perdue s'obtient en engageant la partie gauche de la
     tresse avec la partie droite de celle à laquelle elle doit
     s'assembler, de manière que la couture, prenant en zigzag autant
210  d'un côté que de l'autre, se trouve cachée à tous les points de
     contact. Ces chapeaux se construisent en deux pièces, la calotte et
     le devant.

     On commence la première pièce par son centre, les points
     d'assemblage sont combinés de manière qu'à mesure que les
     circonférences s'agrandissent, la spirale que forme la couture a la
     facilité de se développer et de s'assembler sans gripper; celle
     calotte doit être faite d'une bande d'une seule pièce.

     Le devant du chapeau s'exécute d'après les mêmes procédés, le coup
     d'oeil et l'habitude de la couture déterminent dans ce travail les
     formes et la grâce des contours. Cette pièce également faite d'un
     seul morceau est assemblée à la calotte pour être ensuite apprêtée
     et former l'ensemble du chapeau.

     Cet apprêt consiste en dix parties de gomme adragant, une partie
     d'alun et dix-neuf parties d'eau. Ces matières étant arrivées à
     l'état de mélange par l'action du calorique, on y plonge le tissu
     jusqu'à saturation, et on le laisse ensuite, non pas entièrement
     sécher, mais perdre l'excédant de son humidité, pour pouvoir être
     mis à la presse et repassé à chaud.

     On emploie pour cet objet, suivant la forme que l'on veut donner à
     la calotte, un cylindre ou tout autre solide en bois, composé de
     plusieurs morceaux percés ensemble dans le centre d'un trou destiné
     à recevoir un morceau de bois conique. Ce cylindre étant placé dans
     l'intérieur de la coiffe, la pression sur le morceau conique,
     passant par le centre de la forme, détermine la tension du tissu,
     qui dès lors est repassé avec un fer chaud, dont la grosseur et la
     forme sont celles de l'objet sur lequel il doit passer.

     Si, au lieu d'employer des soies écrues, on voulait se servir de
     cheveux, les chapeaux se confectionneraient de la même manière.

211  Ces nouveaux chapeaux sont plus légers que ceux de paille d'Italie,
     on peut les laver et les reteindre, à volonté, en diverses
     couleurs.


     _Certificat d'additions._

     Les matières premières qui étaient de soie écrue ordinaire, sont
     remplacées par le poil d'alès, qui a l'avantage de rendre le tissu
     plus fin, de ne pas produire d'inégalités, et de donner aux nuances
     des teintes plus agréables.

     Les chapeaux qui étaient formés de deux pièces, sont maintenant
     d'un seul morceau par la continuité d'une seule tresse.

     Le premier apprêt avait l'inconvénient de laisser des taches en
     séchant, ce qu'on évite en employant la gomme adragant préparée,
     et, pour second apprêt, un vernis composé de mastic en larmes, afin
     de les rendre imperméables.

     On cylindre au moyen d'une presse mécanique, qui, en même temps
     qu'elle presse les chapeaux, leur donne une fraîcheur qu'ils ne
     pouvaient obtenir avec le fer.

     On fait des chapeaux d'homme par le même procédé.

     Madame Milcent-Scherckenbick avait obtenu, en 1823, une mention
     honorable pour des chapeaux dits imperméables, tressés en soie et
     en lin, de diverses couleurs. La même distinction lui a été
     accordée à l'exposition de 1827. Ces chapeaux sont d'un tissu très
     fin, légers, élastiques, et peuvent aisément être mis à neuf quand
     ils ont été déformés ou tachés. Nous allons faire connaître le
     brevet d'invention que madame Milcent a pris pour cette
     fabrication, on y verra la recette du vernis imperméable qu'elle
     emploie à cet effet.
212

     _Fabrication de chapeaux formés de ganses de coton, de fil et de
     soie_, par madame MILCENT-SCHERCKENBICK, à Rouen. (Brevet
     d'invention de cinq ans.)

     Les ganses de coton, de fil et de soie, se font à l'aide de
     mécaniques composées de neuf à treize fuseaux ou bobines de quatre
     à huit fils chaque et même plus, selon la finesse. Ces ganses
     s'ajoutent ensemble à l'aiguille comme un tricot; on leur fait
     prendre la figure de chapeaux sur une forme en bois, à mesure qu'on
     les tricote.

     Les chapeaux formés sont apprêtés avec la composition suivante,
     suffisante pour une douzaine de chapeaux:

     Quatre onces, colle de poisson;
     Deux onces, gomme arabique;
     Quatre onces d'amidon de pomme de terre;
     Une demi-pinte d'esprit de vin et environ un pot d'eau.

     Pour rendre ces chapeaux imperméables, on applique dessus, avec un
     pinceau, du vernis de Venise pour les chapeaux blancs, et du vernis
     à la gomme copal pour ceux de couleur.

     Le vernis appliqué sur les chapeaux, ils sont passés au cylindre
     chaud.

     Madame Milcent a également pris un autre brevet d'invention pour la
     confection de diverses sortes de chapeaux en tresses de différens
213  tissus: le voici.


     _Diverses sortes de chapeaux à l'usage des hommes et des femmes, et
     confectionnés en tresses de différens tissus_. (Brevet d'invention
     de cinq ans accordé, le 26 août 1820, à madame
     MILCENT-SCHERCKENBICK, à Paris.)

     Les chapeaux de femmes se font en tresses et même en tricot de
     cachemire, en tresses ou bien en tricot de mérinos, en tresses ou
     en tricot de laine, et enfin en tresses ou en tricot de poil de
     chameau ou de chèvre.

     Tous les chapeaux faits avec de la tresse s'emmaillent à l'aiguille
     comme les chapeaux de paille d'Italie; ceux en tricot, étant faits
     comme de coutume, sont tirés à poil par le moyen du chardon et de
     la carde. On les apprête ensuite avec de la colle de poisson
     dissoute dans l'esprit de vin, que l'on mêle avec une dissolution
     de gomme arabique, gomme de Sénégal et d'amidon: après cette
     opération on les cylindre au fer chaud.

     Tous ces chapeaux qui sont très solides se nettoient et se teignent
     en toutes sortes de couleurs.

     D'autres chapeaux se font en satin blanc gauffré ou pressé, ou en
     toutes espèces d'étoffes de soie, de laine, de coton, etc., de
     toutes couleurs et de divers dessins.

     On grave le dessin sur une planche de cuivre ou de bois; on colle
     l'étoffe avec la composition ci-dessus, et on soumet cette planche
     à l'action d'une forte presse pour obtenir le dessin.

     Il y a encore des chapeaux qui se composent en sparterie formée de
     soie écrue couleur paille, de soie et coton, de coton blanc, de fil
     blanc, et de fil et coton.

     Pour fabriquer cette sparterie, on trempe les matières filées dans
     la dissolution indiquée plus haut; on laisse sécher ces fils, et on
     tisse au métier, comme on le fait pour toute autre étoffe, ensuite
     on cylindre à chaud.
214
     Les dames Manceau confectionnent également des chapeaux en tresses
     de coton, qui par leur blancheur imitent parfaitement la paille de
     riz.

     L'on fabrique également des chapeaux en tresses de crin. Nous
     allons en faire connaître les procédés, d'après les brevets
     d'invention mêmes pris par leurs auteurs.


     _Fabrication de chapeaux de crin_, par J. REINS. (Brevet
     d'invention et de perfectionnement de cinq ans.)

     Ce procédé consiste à tresser les crins par trois ou cinq mèches,
     et à les coudre en observant d'augmenter ou diminuer, suivant les
     diverses formes ou grandeurs qu'on veut donner aux chapeaux; on
     applique ensuite un apprêt qui résiste à l'humidité et à la pluie,
     et qui fait prendre aux chapeaux la forme convenable tout en leur
     donnant plus de consistance.

     On a appliqué aussi ce mode de fabrication aux bonnets à l'usage
     des troupes; voici le procédé de M. Cavillon, d'après son brevet
     d'invention.


     _Fabrication de bonnets en crin tissé, à l'usage des troupes, et
     destinés à remplacer ceux en peaux d'ours_, par M. CAVILLON,
     fourreur à Paris. (Brevet d'invention de cinq ans.)

     Jusqu'à présent on a fabriqué ces bonnets avec des peaux d'ours de
     la Louisiane, des bancs de Terre-Neuve, de la Virginie et du
     Canada, et non de Russie, comme bien des personnes le pensent. Les
     ours de Russie ne sont pas propres à cet emploi, en ce qu'ils ont
     le cuir et le poil trop fin, qui serait d'un mauvais usage, et qui
215  deviendrait quatre fois plus cher encore que ceux du Canada; c'est
     donc de ces derniers que l'on emploie pour la coiffure des troupes.

     On peut compter que les Anglais font passer en France vingt mille
     peaux d'ours par an, qui, à quarante cinq fr., forment une somme de
     neuf cent mille francs; si à ce compte on ajoute celles qui passent
     sur le continent, cela s'élèvera environ à quatre millions dont
     nous leur sommes tributaires. Mes nouveaux procédés fourniront à la
     France les moyens de s'affranchir de ce tribut.

     Ces procédés consistent à former une carcasse en vache renforcée
     sur sa forme, arcançonnée et refondue sur le derrière, pour adapter
     une boucle à deux ardillons, maintenue par une enchapure en mouton
     noir, et son contre-sanglon, aussi en mouton, pour resserrer le
     bonnet à volonté.

     Cette carcasse est revêtue d'une forte toile noire en fil de Laval,
     posée très juste, et ne formant, pour ainsi dire, qu'un seul corps
     ensemble.

     _Manière de faire le tissu._

     Prenez du crin de collière ou de queue à brin le plus fin,
     commencez par le bien peigner et étriller pour faire sortir le
     suin; s'il est trop gras, il faut le faire bouillir dans de l'eau,
     le retirer et le laisser sécher; après quoi, vous le coupez de
     quatre pouces et demi de haut, ensuite vous le faites tresser sur
     trois forts fils de soie, à la hauteur de trois pouces: les
     dix-huit lignes qui restent sont pour garnir la tresse. Vous posez
     ensuite votre première tresse en bas, en tournant et en observant
     trois lignes de distance de l'un à l'autre. De cette manière, vous
     couvrez toute la toile, en laissant à découvert les parties du
     bonnet destinées à recevoir des plaques ou autres ornemens.

     Lorsque le bonnet est monté, on le passe à l'eau de graine de lin
216  pour le bien nettoyer; ensuite on pose la coiffe en basane
     surmontée de sa toile, et l'on met la coulisse.

     Madame Celnart, dans son intéressant ouvrage[55], a consacré un
     article à la fabrication des chapeaux à ganse de coton ou de soie,
     imitant la paille d'Italie. Nous allons le transcrire.

     [Note 55: _Manuel des demoiselles_, faisant partie de la collection
     encyclopédique de M. Roret, 3e édit.]

     En suivant le procédé indiqué pour faire de la ganse plate, on
     prépare de petites pièces en coton et en soie qu'on monte en forme
     de chapeau de la manière suivante:

     L'on prend un patron de chapeau un peu grand, parce que la ganse se
     resserre par le blanchissage et le travail: ce patron ou modèle se
     compose de la passe et de la forme du chapeau; il faut qu'il soit
     en paille ou en coton. On commence par le milieu du fond; l'on
     attache le bout de la ganse au centre, et on la tourne sur
     elle-même en décrivant successivement un cercle plus grand. On
     bâtit ces cercles les uns aux autres, à mesure que l'on en a une
     certaine quantité, et après qu'on les a attachés avec des épingles;
     mais dès que ces cercles se sont un peu agrandis, il vaut mieux les
     bâtir de suite, non seulement les uns aux autres, mais encore les
     baguer après le modèle. On environne ainsi circulairement toute la
     forme du modèle; puis enfilant une aiguille de colon fin et blanc
     si la ganse est de coton, et de soie couleur de paille si la ganse
     est en soie[56], vous coudrez les ganses ensemble à points de
     surjet couchés, en prenant ces points dans les petites mailles du
     bord de la ganse. Cette opération terminée, on ôte l'ouvrage de
     dessus la forme, on le retourne, et l'on monte le devant ou la
217  passe à peu près de la même manière, sauf la différence commandée
     par le modèle: on mesure la passe à la moitié, et c'est d'après
     cette moitié qu'on fait partir la ganse à droite et à gauche sur le
     bord de la passe, afin de voir à quel endroit il faut la couper sur
     le côté pour obtenir la rondeur de la passe. On mesure, avant de
     baguer chaque rangée de ganse sur la passe, afin de ne point en
     trop perdre en rognant sur les bords, ou n'avoir pas à recommencer
     si, par hasard, un morceau se trouvait trop court.

     [Note 56: Il faut faire en sorte que la couleur de la soie employée
     à coudre les ganses soit bien assortie à celle des ganses, afin que
     l'oeil ne puisse point découvrir cette couture.]

     On pose ainsi une vingtaine de rangées à peu près, en les baguant
     bien après la passe, et les bâtissant ensuite les unes après les
     autres. Arrivé à ce point, il faut faire des _étrécissures_,
     c'est-à-dire couper la ganse avant la fin du rang, et faire perdre
     le bout de cette ganse entre la ganse de la rangée précédente et
     celle de la rangée suivante, de manière qu'elle ne forme pas de
     pli. On y parvient en mordant sur les deux lisières un peu
     fortement. Comme on travaille à l'envers, les parties excédantes ne
     paraissent pas quand les chapeaux sont retournés. Il est impossible
     d'indiquer le nombre de ces étrécissures; elles dépendent de la
     forme du chapeau. On doit coudre la passe comme la forme, et les
     joindre ensuite ensemble. Quand le chapeau de coton ainsi fabriqué
     est blanchi et apprêté, il a l'apparence d'un chapeau de bois
     blanc, dit _paille de riz_; si la ganse est de soie, le chapeau a
     l'aspect de ceux de paille d'Italie. Il est bon de faire observer
     que le surjet des ganses doit être fait près après, de peur
     qu'elles ne s'écartent et se décousent au blanchissage. On peut
     donner à ces ganses de coton ou de soie diverses couleurs pour
     obtenir, outre les chapeaux blancs et couleur de paille, des
     chapeaux noirs, gris, etc.

     Il est bien évident que par le même procédé, c'est-à-dire avec des
     ganses faites avec du lin, chanvre et autres matières
     filamenteuses, on peut confectionner de semblables chapeaux; comme
     le mode d'opération est le même, nous ne croyons pas devoir y
     revenir.
218

     _Chapeaux d'hommes et de femmes, dont la chaîne est en baleine et
     la trame en soie, coton, ou toute autre matière filamenteuse
     retorse_. (Brevet d'invention de cinq ans accordé, le 27 septembre
     1822, au sieur de BERNARDIÈRE (Achille), à Paris.)

     Ces chapeaux se font à l'aide d'une forme en bois; la chaîne est en
     baleine et la trame en soie, coton ou toute autre matière
     filamenteuse retorse; la trame se tourne autour de la chaîne, qui
     se trouve fixée sur la forme par le simple secours des doigts de la
     main.

     Le chapeau, au sortir des mains de l'ouvrier, est blanchi, teint et
     apprêté.

     Quoique les chapeaux de plumes de volaille ne soient point des
     chapeaux à tresses ou à ganses, cependant, comme ils ne sont ni
     feutrés ni recouverts d'aucune étoffe, nous avons cru devoir les
     ranger à la suite de ceux-ci.


     _Récompenses accordées depuis 1798 jusqu'en 1827, lors des
     expositions des produits de l'industrie française, à la fabrication
     des chapeaux._

     L'exposition des produits de l'industrie française est une des plus
     belles conceptions humaines; elle peut être considérée comme un
     génie vivificateur des sciences et des arts chimiques et
     industriels, au perfectionnement desquels elle préside, et comme un
     moyen certain de connaître toutes nos ressources et tous les
     progrès de l'industrie nationale. En parcourant les magnifiques
     produits qui sont exposés dans les galeries du Louvre, on croit
     être transporté dans ces palais enchantés dus à l'imagination, des
219  poètes, et dont on trouve de si brillantes descriptions dans les
     contes orientaux: à l'aspect de tant de chefs-d'oeuvres,
     l'observateur, l'esprit rempli d'admiration, reste plongé dans une
     sorte d'extase de laquelle il ne sort que pour payer un culte
     d'estime et de reconnaissance à ces hommes laborieux, qui, par
     leurs talens, honorent et leur patrie et le siècle qui les vît
     naître; c'est dans ce sanctuaire des sciences et de l'industrie
     qu'on est vraiment fier d'être Français, et qu'aux yeux de l'Europe
     savante, le gentillâtre ignorant est forcé de courber avec respect
     son front humilié devant le génie des arts.

     On ne doit point oublier que c'est à l'un des hommes les plus
     illustres de nos jours, M. le comte François de Neufchâteau, alors
     ministre de l'intérieur, que cette institution est due.

     Ce qu'il y a de remarquable, c'est qu'il la mit à exécution en l'an
     VI (1798), au moment même où les Anglais nous fermaient les mers.
     M. François de Neufchâteau, par cette exposition, fit connaître à
     l'Europe entière toutes les ressources de notre belle France, et
     ralluma le flambeau de notre industrie que l'Angleterre cherchait à
     éteindre. Au reste, ce n'est pas l'unique service que cet homme
     célèbre ait rendu aux sciences et aux arts; son ministère, comme
     ceux du comte Chaptal et de Lucien Bonaparte, fera toujours époque
     dans leurs annales.

     La première exposition eut lieu au Champ-de-Mars; elle ne dura que
     trois jours.

     La seconde sous le consulat, en l'an IX (1801), dans la cour du
     Louvre, où, sous cent quatre portiques qui y furent élevés, on
     plaça deux cent vingt-neuf exposans: sa durée fut de huit jours.

     La troisième eut lieu en l'an X (1802), sous le ministère de M. le
     comte Chaptal; il y eut cinq cent quarante exposans.

     La quatrième, en 1806, sous le ministère de M. de Champagny: trois
220  mille quatre cent vingt-deux exposans furent placés sous cent
     vingt-quatre portiques qui furent construits sur la place des
     Invalides, et dans onze salles des ponts-et-chaussées. Il fut
     distribué vingt-sept médailles d'or, soixante-trois d'argent, et
     cinquante-trois de bronze.

     La cinquième eut lieu en 1819; elle fut la plus brillante: on y vit
     avec étonnement les perfectionnemens immenses que la chimie avait
     produits sur presque toutes les branches de l'industrie; et l'on
     n'a point oublié le témoignage flatteur que M. le comte Berthollet,
     d'illustre mémoire, et M. le comte Chaptal, reçurent de Louis
     XVIII, pour la part qu'ils avaient prise à ces progrès. A cette
     exposition le nombre des exposans s'accrut encore, et cinquante-six
     médailles en or furent distribuées, ainsi que cent quarante-huit en
     argent, et cent quatorze en bronze.

     La sixième s'opéra en 1823, et elle fut remarquable tant par la
     variété des produits que par le grand nombre d'exposans; il faut
     cependant avouer que la facilité avec laquelle on avait admis tant
     de futilités, de ces jolis riens, fruits du charlatanisme et de la
     cupidité, avait converti cette belle institution en une espèce de
     bazar ou le rendez-vous des marchands qui venaient y distribuer
     leurs adresses. C'est un abus que le jury de 1827 a eu le courage
     d'attaquer; espérons qu'on finira par le déraciner complètement.
     L'exposition de 1823 fut célèbre par les produits de nos filatures
     en coton. C'est encore à cette exposition qu'on vit briller les
     arts chimiques, qui ont placé la France à la tête de toutes les
     nations.

     Enfin la septième exposition a eu lieu, depuis le 1er août, sous
     des salles en bois, placées dans la cour du Louvre et dans une
     partie de celles de ce superbe édifice. Un concours immense
     d'étrangers s'est empressé d'y venir admirer la progression,
     toujours croissante, qui s'est opérée, non seulement dans la
     quantité des produits, mais encore dans l'amélioration des procédés
221  et les nombreuses applications qu'on a faites aux arts d'un grand
     nombre de découvertes; aussi voit-on avec transport des ouvrages
     qui semblent avoir dépassé les bornes de l'esprit humain. Il faut
     être témoin de la beauté de ceux qui sont soumis à cette savante
     épreuve, pour pouvoir juger de leur mérite. Toutefois, nous sommes
     forcés de convenir que cette exposition n'a été ni aussi nombreuse
     ni aussi variée que celle de 1823, puisqu'elle n'a compté
     qu'environ mille six cent cinquante exposans, dont plus de huit
     cents de Paris. Devons-nous attribuer ce découragement aux malheurs
     du temps, ou bien les fabricans de la province croiraient-ils que
     le jury ne les juge point avec impartialité? Qu'ils se rassurent:
     le talent et la loyauté de MM. Arago, Darcet, Gay-Lussac, Biot,
     Thénard, Malard, Brongniart, Héron de Villefosse, Oberkampf,
     Gérard, Camille, Beauvais, etc., dont la réputation est européenne,
     doivent pleinement les rassurer.

     Nous avons dit que l'exposition de 1798 n'avait duré que trois
     jours; aucun fabricant de papier n'y parut; au lieu des médailles
     qui furent décernées dans les autres expositions, on n'accorda à
     celle-ci que des distinctions du _premier_, _second_ et _troisième_
     ordre.

     En 1801, on a décerné des médailles d'or, d'argent et de bronze,
     ainsi que des mentions honorables. Le jury déclara en même temps
     que les distinctions de _premier_ et de _second_ ordre de 1798
     équivalaient à des médailles d'or et d'argent; il accorda ces
     récompenses aux exposans de la première exposition, qui
     réexposèrent en 1801 leurs produits perfectionnés.

     En 1802, les récompenses furent les mêmes. On décida aussi que les
     fabricans qui, dans cette exposition, présenteraient les produits
     des expositions précédentes, dans le même état de perfectionnement,
     n'auraient pas une nouvelle médaille, mais qu'un rappel de la
     dernière leur serait accordé.
222
     En 1806, à ces quatre récompenses, on en ajouta une cinquième sous
     le nom de _citation_; celle-ci vient après la _mention_. Un fait
     digne de remarque, c'est que, par une lésinerie bien mal entendue,
     on n'accorda qu'une médaille à plusieurs fabricans qui furent
     obligés de la tirer au sort; mais on a regardé tous les autres
     comme l'ayant eue, puisqu'il a été reconnu qu'ils l'avaient
     méritée.

     En 1819, outre la distinction de 1806, on accorda des décorations
     et des titres de baron et des récompenses pécuniaires.

     Ainsi les récompenses sont ainsi graduées:

     _Citation_: c'est la plus inférieure;
     _Mention honorable_;
     _Médaille en bronze_;
     _Médaille en argent_;
     _Médaille en or_;
     _Décorations_;
     _Titres honorifiques_.

     On accorde aussi quelquefois des récompenses pécuniaires. Quant aux
     fabricans dont les progrès se sont soutenus, sans s'être accrus, on
     leur décerne la même médaille, sous le titre de _Retour de la
     médaille obtenue_.

     Nous allons maintenant faire connaître les fabricans qui ont obtenu
     des récompenses depuis 1798 jusqu'à nos jours. En jetant un coup
     d'oeil sur le tableau que nous allons présenter, il sera aisé de
     juger de l'influence que les expositions ont exercée sur cette
     branche de l'industrie française.


     _Exposans depuis 1798 jusqu'à l'exposition de 1827._

     _Exposition de 1798._

     Aucun fabricant de chapeaux ne se présenta à cette exposition.
223
     _Exposition de 1801._

     Il en fut de même à celle-ci.

     _Exposition de 1802._

     C'est à dater de cette exposition que la chapellerie a commencé de
     figurer parmi les produits de l'industrie française. Les fabricans
     qui ont été les premiers à répondre à ce noble appel sont:

     MM. Bardinel, de Limoges, pour des chapeaux;
     Bellegarde (Joseph), de Gaillac, _id._;
     Brouilland fils, _id._;
     Viot, de Marseille, _id._;
     Desaint-Riquier jeune, de Quevavilliers, pour des ganses de chapeaux.

     Aucune récompense ne fut décernée à la chapellerie.


     _Exposition de 1806_.

     Un grand nombre de fabricans suivirent cette année l'impulsion déjà
     donnée, et cette exposition, si elle n'a pas été pour la
     chapellerie la plus brillante, a été du moins la plus nombreuse. On
     y vit figurer:

     MM. Bellegarde (Joseph), pour les chapeaux;
     Bernard aîné, de Moulins, _id._;
     Berthier (François), d'Issoudun, _id._;
     Beylard aîné, de Marmande, _id._;
     Boulanger, de Rennes, _id._;
     Bourdachon, d'Issoudun, _id._;
     Dulerys (Pierre), de Bourganeuf, _id._
     Florentin, Couyère et Cie, pour les chapeaux de paille;
     Guiffray et Cie, de Lyon, _id._;
     Juhel, de Sens, _id._;
     Lamaique, d'Oleron, _id._;
     MM. Lamorte, pour les chapeaux;
     Meissonnier, id._;
     Monnereau, de Niort, id._;
     Pascal (Pierre), de Marseille, id._;
     Patoors, id._;
     Ribolet, de Lyon, id._;
     Rouliés, d'Agen, id._;
     Sade, d'Anduze, id._;
     Sandrot (veuve), de Grenoble, id._
224

     De tous ces exposans, MM. Guiffray seuls obtinrent une mention
     honorable. Cet insuccès refroidit tellement le zèle de ces
     fabricans que deux seuls ont reparu aux expositions suivantes.


     _Exposition de 1819._

     Cette exposition fut moins nombreuse que la précédente; on n'y vit
     figurer que:

     MM. Allemand, de Paris, pour les chapeaux:
     Brouilland fils, _id._;
     Chenard aîné, père et fils, _id._
     Couyère, chapeaux en saule;
     Delouchant, _id._;
     Dormois et Cie, _id._;
     Guichardière, de Paris, _id._;
     Lamorte, _id._;
     Lauche (Antoine), _id._;
     Lantier aîné, _id._;
     Masclet, _id._;
     Maurisier, _id._;
     Poujal, _id._
     Thibault, pour chapeaux de paille;
     Vian-de-Mourche, de Marseille, _id._

     Ce dernier obtint une mention honorable; il en fut de même de M.
     Guichardière, qui depuis a publié de fort bons mémoires sur la
225  fabrication des chapeaux. Il est à regretter que des encouragemens
     plus grands[57] n'aient pas été accordés à la fabrique de madame
     veuve Reyne, à Valence, département de la Drôme, qui, en 1822,
     reçut une médaille d'argent de la Société d'encouragemens pour
     l'industrie nationale. Cette dame se trouvant ruinée fut forcée
     d'abandonner cette exploitation. Nous avons fait connaître le
     rapport que fit à ce sujet M. Sylvestre.

     [Note 57: Madame Reyne avait demandé au gouvernement une somme de
     12,000 fr.; celle de 2,400 fr. lui fut accordée par le ministre de
     l'intérieur, le 12 avril 1820.]


     _Exposition de 1823._

     Nous n'avons pu nous procurer des renseignemens exacts sur le
     nombre des exposans de cette année; nous n'avons pu connaître que
     ceux qui reçurent quelques récompenses. Ce furent:

     Mesdames _Manceaux_, qui obtinrent une médaille d'argent pour des
     chapeaux en soie, imitant la paille d'Italie; et pour d'autres
     chapeaux en tresses de coton, imitant la _paille de riz_.

     M. Dupré, de Lagnieux, fut mentionné honorablement pour ses
     chapeaux de paille façon d'Italie.

     Madame _Milcent-Scherckenbick_, mention honorable pour des
     chapeaux, dits imperméables, tressés en soie et en lin de diverses
     couleurs.


     _Exposition de 1827._

     La médaille d'argent accordée aux dames Manceaux paraît avoir été
     un puissant stimulant pour les autres fabricans; aussi l'exposition
     de 1827 ayant été la plus brillante pour la chapellerie, le jury
     a-t-il eu un bien plus grand nombre de récompenses à décerner. Nous
     allons les présenter en commençant par les plus fortes, et
     descendant graduellement aux plus faibles.
226
     _Médailles d'argent._

     Mesdames Manceaux qui l'avaient également obtenue en 1823.
     M. Dupré, pour chapeaux de paille façon d'Italie.

     _Médailles de bronze._

     MM. Percherand, Dubois et Cie, pour des chapeaux de paille, imitant
     ceux de Florence.

     _Mentions honorables._

     La maison centrale de Bicêtre de Paris, pour des chapeaux de paille.
     M. Gancel (Pierre), pour des chapeaux en laine, et en poil de veau.
     M. Giroux, de Paris, pour des chapeaux en feutre.
     M. Lenoir (Épiphane), pour des chapeaux en laine, bien fabriqués et
             à bas prix.
     Madame Milcent-Scherckenbick, pour des chapeaux imperméables en soie
             et en lin.

     _Citations._

     MM. Davilla et Dabbé, pour des chapeaux imperméables.
     M. Dulong-Miergue, _id._
     M. Wansbroug, _id._
     M. Savornin, pour des chapeaux élastiques.


     [Illustration: outillage de chapellerie.]



     [Illustration; outillage de chapellerie.]

227



                              VOCABULAIRE

     DES PRINCIPALES OPÉRATIONS ET INSTRUMENS EMPLOYÉS DANS LA
     FABRICATION DES CHAPEAUX.

     _Acides._

     Substances composées qui ont généralement une saveur acide,
     rougissent la teinture de tournesol et la plupart des couleurs
     bleues végétales, et forment une classe de corps connus sous le nom
     de sels, en s'unissant avec les bases salifiables. Ils sont le
     résultat de l'union de certains corps avec l'oxigène, et alors ils
     sont appelés _oxacides_, ou bien avec l'hydrogène, et alors ils
     sont connus sous le nom d'_hydracides_; enfin, ils peuvent être le
     résultat de la combinaison de certains corps entre eux sans oxigène
     ni hydrogène, tels que le _chlore_ avec le _bore_; acide
     _chloro-borique_, etc. Nous allons indiquer les acides qui sont
     employés dans la chapellerie.

     _Acide acétique_. C'est le vinaigre à l'état de pureté.

     _Acide citrique_. C'est l'acide des citrons.

     _Acide muriatique_ ou _hydro-chlorique_, formé par le chlore et
     l'hydrogène. Cet acide donne lieu aux sels muriatés ou
     hydro-chlorates.

     _Acide nitrique_ ou _eau forte_. Acide extrait du nitrate de
     potasse (sel de nitre). Il est composé d'azote et d'oxigène.

     _Acide sulfurique_ (huile de vitriol). Obtenu par la combustion du
     soufre dans de grandes chambres de plomb. Il est composé d'oxigène
     et de soufre.

     _Acide tartrique_. C'est l'acide qui, avec la potasse, constitue le
     sel qui est connu sous le nom de tartrate acidule de potasse (crème
     de tartre).

     _Alcalis._

     _Alcali._ Substances qui verdissent la plupart des couleurs bleues
     végétales, ont une saveur âcre et urineuse, saturent les acides et
     forment avec eux des sels.

     _Air atmosphérique_. Fluide élastique qui, abstraction faite de
     toutes les exhalaisons et vapeurs, etc., qu'il contient, enveloppe
     de toute part le globe terrestre, s'élève à une hauteur inconnue,
     pénètre dans les abîmes les plus profonds, fait partie de tous les
     corps, et adhère à leur surface. Il est composé de 0,79 azote et
     0,21 oxigène; plus 0,01 d'acide carbonique.

     _Acétate de cuivre (sous-)_. Vert-de-gris. Sel composé d'acide
     acétique avec excès d'oxide de cuivre.

     _Acétate de cuivre_. Sel composé d'acide acétique et d'oxide de
     cuivre dans un état de neutralisation.

     _Acétate de fer_. Sel composé d'acide acétique et d'oxide de fer.

     _Apprêt de chapeaux._

     Introduction d'une colle qui, tout en laissant à l'étoffe sa
     flexibilité, en agglutine les parties feutrées, la rend plus
     consistante, plus ferme et plus susceptible de conserver la forme
     qu'on lui donne.

     _Appropriage des chapeaux._

     Les chapeaux parvenus au point de fabrication convenable, n'ont ni
     ce brillant, ni cette douceur qui en constituent la beauté. Ce sont
     ces qualités qu'on leur donne par l'_appropriage_. Quant aux
     feutres destinés à la coiffure, on se borne à les passer au fer ou
     à les mettre en presse afin de les _catir_, comme les tissus de
     laine.

     _Arçon (de l')._

     L'arçon est une espèce d'archet d'une grande dimension, qu'on
     suspend au plancher vers son milieu, afin de pouvoir le placer dans
     toutes les directions possibles. Cet archet est situé au-dessus
     d'une table recouverte d'une claie d'osier fin, et assez serrée
     pour ne laisser passer que les ordures. On place le poil sur cette
     claie; on fait entrer la corde de l'arçon dans le tas, et, sans
     qu'elle en sorte, on la met en jeu à l'aide d'une _coche_, sorte de
     fuseau en bois dur, terminé à chaque extrémité par un bouton en
     forme de champignon. C'est en accrochant la corde avec ce boulon,
     et la tirant fortement, qu'elle finit par glisser sur le bouton, et
     qu'elle entre en vibrations d'autant plus accélérées, que le
     mouvement de l'arçonneur a été plus brusque. L'ouvrier a soin
     d'élever ou d'abaisser l'arçon.

     _Agnelins._

     Laine provenant des agneaux.

     _Arrachage ou tirage du poil du lièvre._

     Dans cette opération, les découpeuses pincent le duvet entre le
     pouce et la lame d'un couteau dit tranchet, et le tirant vers
     elles, le duvet est emporté, et presque tout le jarre reste sur la
     peau. Cet arrachage complète l'éjarrage.

     _Assortiment._

     Assortir un chapeau, c'est le placer dans une forme semblable à
     celle qu'il doit avoir, en ayant soin de prendre une forme un peu
     plus haute que celle du dressage à la foule, afin que la ficelle
     n'occupe pas le même point que celui où elle se trouvait à la
     foule, et d'éviter ainsi les compressions du feutre qui produisent
     des espèces d'étranglemens. C'est ce qu'en termes de l'art on
     appelle baisser le lien.

     _Avancer à la main._

     Synonyme de marcher à la foule; cette dénomination vient de ce que
     la majeure partie de ce travail se fait avec les mains nues.

     _Atteint de foule._

     C'est lorsque le feutre a atteint la _taille prescrite_, et qu'il
     n'est susceptible d'aucun nouveau retrait pour un autre foulage.

     _Bassin et du bâtissage (du)._

     Cette opération est une des principales de la chapellerie; elle
     doit se faire dans un local particulier, afin que l'ouvrier ne
     continue point à être exposé aux exhalaisons produites pendant
     l'arçonnage. On donne le nom de _bassin_ à un établi en bois dur et
     bien uni; et celui de _feutrière_, à une forte toile d'Alençon. On
     mouille alors la feutrière soit avec une brosse, soit avec une
     poignée de brin d'osier, de bruyère ou bien avec un petit balai de
     riz; quand elle est suffisamment humide, on y place quelques carrés
     de papier épais et souple, on les recouvre de la partie pendante,
     et on roule le tout afin que la moiteur se distribue également. En
     cet état, l'ouvrier déroule la feutrière, et, après en avoir tiré
     les papiers, il l'arrange, comme nous l'avons déjà dit,
     c'est-à-dire une moitié sur le bassin, et l'autre pendante sur le
     devant. Tout étant ainsi préparé, l'ouvrier étend sur la feutrière
     les pièces les unes sur les autres, en ayant grand soin de les bien
     étendre, et surtout qu'il n'y existe ni plis ni ridures, sur chaque
     pièce, et, après l'avoir légèrement arrosée, il place une feuille
     du papier précité; enfin la dernière pièce est couverte par la
     moitié de la feutrière restée pendante.

     On travaille les pièces jusqu'à ce qu'on reconnaisse 1° qu'elles
     sont devenues assez consistantes et assez fermes pour ne point
     s'ouvrir ou s'étendre; 2° qu'elles sont en même temps assez molles
     pour que, lorsqu'on les assemble, elles s'unissent et se lient de
     manière à ne plus former qu'un seul et même feutre. C'est ce qu'on
     nomme _bâtir un feutre_.

     _Bassin de l'apprêt._

     Cette opération a pour but de débarrasser la surface des feutres de
     l'excès d'apprêt qui s'y trouve et qui tient les poils collés entre
     eux, ce qu'on remarque chez ceux qui n'ont pas été soumis au
     bassin. Pour cela, on trempe les bords de ces chapeaux dans une
     faible dissolution de savon dans l'eau bouillante; on l'égoutte
     ensuite, on l'essuie, on en dégage le poil et on le fait sécher à
     l'étuve pour le soumettre à l'appropriage.

     _Banc de foule._

     Banc incliné, placé autour de la chaudière, sur lequel les ouvriers
     opèrent le foulage des feutres.

     _Border la peau._

     C'est en retrancher la queue, les pattes, etc.

     _Bourser l'étoffe._

     C'est lui faire faire des poches quand le bâtissage n'est pas bien
     conduit.

     _Brunissure._

     Synonyme de teinture.

     _Cartonnage (du)._

     Cette opération consiste à coller au fond du chapeau du papier
     fort, et un autre plus léger autour de la forme.

     _Carrelet._

     Espèce de petite carde en fer qui sert à développer le duvet des
     chapeaux.

     _Chapeaux mi-poils._

     Le mot demi-poil annonce que cette dorure est supérieure à celle
     des feutres dorés ordinaires et inférieure à celle des oursons.
     Cette qualité tient donc un juste milieu entre les deux autres. Les
     deux dorures qu'on applique sur ce feutre se nomment, en termes de
     l'art, _première_ et _seconde pose_.

     _Chapeaux oursons._

     Ces chapeaux ont une dorure plus belle et plus longue. Le mot
     ourson vient de ce que ces chapeaux, pour le velu, sont comparés à
     la peau de l'ours, quoiqu'il s'en faille de beaucoup que leur poil
     soit aussi long.

     _Chapeaux plumets._

     Les chapeaux dits _plumets_, ainsi que les _bordés_, etc., ne
     diffèrent des oursons qu'en ce qu'on ne les dore comme ceux-ci que
     d'un côté ou seulement sur les bords, etc.

     _Chaude._

     La _chaude_ est également connue sous le nom de _plongée_ ou de
     _feu_; sa durée est de une heure et demie à deux heures.

     _Chiquettes,_

     Parties retranchées de la peau.

     _Citrate de fer._

     Sel composé d'acide citrique et d'oxide de fer.

     _Colcotar, rouge d'Angleterre, rouge de Prusse (tritoxide de fer)._

     Cet oxide est d'un beau rouge, tirant un peu sur le brun, plus
     fusible que le fer, indécomposable par le calorique non magnétique,
     se réduisant par le fluide électrique, insoluble dans l'eau. Il est
     le principe colorant de la sanguine, du brun rouge, etc.

     _Colle de poisson (ichtyocolle)._

     Ce sont les vésicules aériennes d'un esturgeon (_acipenser huso._
     LIN.), qui a ordinairement 24 pieds de longueur sur 12 de largeur.
     On nettoie ces vésicules, on les roule sur elles-mêmes, et on les
     fait sécher, en leur donnant la forme d'un coeur ou d'une lyre; ou
     bien, au lieu de les rouler, on les plie comme une serviette.

     _Colle-forte, colle de Flandre._

     C'est ainsi qu'on nomme la gélatine qu'on retire des oreilles et
     pieds de boeufs, chevaux, moutons, veaux, ainsi que des parties
     blanches de ces divers animaux. Cette colle est coulée en tablettes
     sèches, cassantes, brunes, jaunâtres, rougeâtres, transparentes ou
     demi-transparentes, suivant leur degré de pureté et le soin qu'on a
     pris de la préparation.

     Cristaux de Vénus. _Voyez_ acétate de cuivre.

     _Couperose bleue, cuivre vitriolé, vitriol bleu, vitriol de cuivre,
     vitriol de Chypre, etc. (sulfate de deutoxide de cuivre)._

     Ce sel est inodore, d'une saveur âcre et très styptique, en
     cristaux bleus transparens, irréguliers, et quelquefois en
     octaèdres et décaèdres, jouissant de la double réfraction,
     légèrement efflorescens, et offrant alors une matière pulvérulente
     d'un blanc verdâtre; soluble dans quatre parties d'eau froide, et
     subissant la fusion aqueuse. L'alcali volatil en précipite l'oxide
     qui reste suspendu dans la liqueur et lui donne une belle couleur
     bleue. On désigne cette préparation par le nom d'_eau céleste_. Il
     est composé d'acide sulfurique et d'oxide de cuivre.

     _Couperose, couperose verte, vitriol vert, vitriol martial, mars
     vitriolé, etc. (Sulfate de fer)._

     Récemment cristallisé, ce sel est en prismes rhomboïdaux, d'un beau
     vert d'émeraude, transparent, et s'effleurissant à l'air en
     absorbant son oxigène; il se convertit alors en sulfate de
     tritoxide de fer, qui est en taches jaunes sur les cristaux
     précités. Le sulfate de fer est inodore, stytique, et si soluble
     dans l'eau, que neuf parties de ce liquide bouillant en dissolvent
     douze de ce sel. Il est composé d'acide sulfurique et de fer.

     _Croisée à la foule_

     Est l'ensemble de tous les mouvemens qu'on est obligé de faire pour
     rouler le feutre successivement sur tous les côtés que présente sa
     figure et le fouler sur chacun de ces _roulemens_.

     _Décatir._

     C'est débrouiller le poil au moyen d'une carde.

     _Dégalage._

     Le poil des peaux est souvent rempli de poussière et de corps
     étrangers dont il importe de le débarrasser: c'est ce qu'on nomme
     en termes de l'art, _dégaler_. On pratique cette opération au moyen
     d'une espèce de petite carde, connue sous le nom de _carrelet_.
     L'ouvrier promène doucement cet outil sur le poil, et bat ensuite
     la peau avec une baguette du côté opposé; il continue ces deux
     opérations jusqu'à ce qu'en agitant fortement les peaux, il n'en
     sorte plus de poussière.

     _Dorure._

     C'est le poil le plus beau qu'on applique sur la surface des
     feutres.

     _Dressage._

     C'est mettre les chapeaux sur la forme, afin de leur donner la
     forme convenable.

     _Ébarbage ou éjarrage._

     Les poils de castor, de lapin, de lièvre, etc., sont composés de
     duvet et de jarre. Les fabricans ont employé divers moyens pour
     séparer ce jarre du duvet.

     Les mots ébarbage et éjarrage semblent à peu près synonymes;
     cependant il existe entre eux une petite différence. Nous avons
     déjà dit que dans les peaux de castor et de lapin, le jarre adhère
     moins à la peau que le duvet; c'est en raison de cette propriété et
     vu la plus grande longueur du jarre qu'on s'attache à l'arracher;
     c'est ce qu'on nomme _éjarrage_, tandis que l'_ébarbage_ s'y
     applique aussi, mais plus communément aux peaux de lièvre dont le
     jarre est plus adhérent au cuir que le duvet.

     _Enficelage (l')._

     Après avoir fait entrer en partie les chapeaux sur les formes
     convenables et les avoir arrêtés avec une ficelle, on les plonge
     dans un bain d'eau bouillante pure pour les dégorger et extraire la
     crème de tartre que le poil peut contenir; après les avoir tenus
     quelques instans dans la chaudière couverte, on les relire et on
     les pose sur des plateaux semblables à ceux de la foule, et ayant à
     leur extrémité inférieure un rebord qui porte l'eau qui s'écoule
     des feutres hors de la chaumière. C'est alors qu'on tire le feutre
     sur la forme, jusqu'à ce qu'il y soit bien appliqué et qu'il
     n'offre aucun pli. On fait alors deux tours de ficelle vers le
     milieu de la forme au moyen d'un noeud coulant qu'on serre
     médiocrement.

     _Éjarrage._

     Cette opération est également connue sous le nom d'arrachage.

     _Feutres._

     Matières employées pour la fabrication des chapeaux qui ont été
     converties par le bâtissage en une sorte d'étoffe qu'on nomme
     feutre.

     _Feutres dits poils flamands._

     Cette dénomination leur vient de ce que primitivement ce mode de
     préparation a été importé des fabriques de Flandre. Ce feutre est
     le plus souvent fait avec du poil de lièvre pur et est brossé avec
     le _frottoir_, pendant la _foule_, ce qui en dégage un poil très
     long et uni, qui en constitue la qualité et en fait la principale
     beauté.

     _Feutres dorés._

     On donne le nom de _feutres dorés_ à ceux d'une qualité ordinaire
     ou inférieure, dont l'on recouvre la surface externe d'une couche
     mince de matière ou poils plus fins.

     _Feutres grigneux._

     Nous avons déjà fait connaître ce qu'on doit entendre par grigne;
     nous ajouterons ici qu'on nomme feutres grigneux ceux qui, après
     avoir été écoulés et pressés entre les doigts, en les faisant
     glisser horizontalement l'un sur l'autre, offrent encore ces
     aspérités et ce grain qui constituent la grigne. Ce défaut
     reconnaît pour cause: 1° un bâtissage trop court donné au feutre
     par l'ouvrier, afin de le faire arriver plus promptement à la
     dimension désirée; 2° un vice du mélange qui a produit une étoffe
     trop tendre pour être bâtie plus grand.

     _Feutres écaillés._

     Ces feutres, après leur confection, et pressés entre les doigts
     comme ci-dessus, offrent des points où l'étoffe a si peu de
     consistance qu'elle est sur le point de se _défeutrer_ ou, si l'on
     veut, de voir cesser l'adhérence et l'entrecroisement du duvet qui
     est le résultat du bâtissage et du foulage. Suivant M. Morel, ce
     défaut provient de ce que le feutre ayant été bâti trop grand, et
     se trouvant atteint de foule avant que d'être réduit aux dimensions
     demandées, l'ouvrier a continué de les fouler dans l'espoir de l'y
     réduire; ou bien, lorsqu'ayant été bâti dans de justes proportions,
     l'étoffe trop veule s'est écartée au bassin et écaillée vers la fin
     du travail de la foule. Quand ce vice, ajoute l'auteur, est porté à
     l'excès, il occasionne des gerçures et des trous. On dit alors que
     l'étoffe a lâché.

     _Feutre à plume._

     Les feutres dits _à plume_ sont une dorure plus riche pour laquelle
     on fait usage du plus beau poil de lièvre et de celui de castor. En
     général, on n'applique cette dorure que lorsque le feutre a été
     foulé, avec cette différence du procédé des feutres dorés, que pour
     ceux à plume on applique plusieurs couches de poil ou dorure.

     _Foule (de la)._

     Le feutre, après l'opération du bâtissage, est bien loin d'avoir la
     consistance, la force et la solidité convenables pour lui assurer
     quelque durée; on lui donne ces qualités au moyen de la _foule_,
     qui fait rentrer en tous sens les poils sur eux-mêmes et resserre
     ainsi le tissu en le rendant plus consistant, beaucoup plus fort,
     ou, en termes de l'art, plus étoffé. Les poils, en prenant ce
     nouvel arrangement, occupent un espace moindre qu'auparavant; aussi
     l'étoffe se rétrécit-elle en tous sens; aussi le feutre, en sortant
     du bâtissage, doit avoir un tiers ou double de l'étendue qu'il aura
     après la foule. Ce nouveau feutrage s'opère toujours à chaud au
     moyen de quelques agens qui augmentent la qualité feutrante des
     matières sans qu'on ait encore déterminé chimiquement ce nouveau
     mode d'action.

     _Flambage._

     Les chapeaux à plume, de quelque genre qu'ils soient, sont
     _flambés_ avant de recevoir la première pose. Pour cela, quand
     l'ouvrier a réduit le fond à la taille où il doit doit être _posé_,
     il l'égoutte le plus possible à l'aide du roulet, et fait passer
     au-dessus d'un feu de paille ou de copeaux, les surfaces sur
     lesquelles les poses doivent être appliquées, afin de les
     débarrasser des poils qui les couvrent et qui nuiraient à
     l'introduction de ceux qui composent la plume. On donne après ce
     flambage, un léger coup de frottoir, pour bien nettoyer ces
     surfaces.

     _Fumerette._

     Toile mouillée qu'on met sur le feutre pour le ramollir.

     _Gomme arabique._

     Cette gomme est de même nature que celle qui suinte des écorces des
     abricotiers, des amandiers, des cerisiers, des pruniers, etc. La
     gomme arabique est solide, souvent en globules, inodore, d'une
     saveur fade, transparente, incolore, quand elle pure, jaune d'or,
     ou plus ou moins rougeâtre lorsqu'elle est unie à des corps
     étrangers.

     _Grigne._

     Aspérités qu'on aperçoit sur les feutres quand ils ne sont pas bien
     tirés.

     _Indigo._

     Cette matière colorante est fournie par les feuilles de plusieurs
     plantes presque toutes rangées dans le genre auquel, en raison de
     cette propriété, on a donné le nom d'indigotifera. Les végétaux
     d'où on le retire plus particulièrement sont:

     1º L'_indigotifera argentea_, indigotier sauvage. Cette espèce en
     fournit moins que les autres; mais, en revanche, c'est le plus
     beau.

     2º L'_indigotifera tinctoria_, indigotier français; c'est celle qui
     en donne le plus, mais c'est aussi le moins beau de tous.

     3º L'_indigotifera disperma_, ou Guatimala. Cette plante est la
     plus élevée et la plus ligneuse; son indigo est meilleur que le
     précédent.

     4º L'_indigotifera anil_, ou l'anil. Son indigo est au minimum
     d'oxidation.

     Ces plantes sont indigènes des Indes et du Mexique, d'où on les a
     transportées dans les deux Amériques, à la Chine, au Japon, à
     Madagascar, en Égypte, etc.

     _Jarre._

     Poil noirâtre et brillant qui est très gros, qui ne se feutre
     point.

     _La lustre._

     Brosse-lustre employée pour le lustrage des chapeaux; il y a aussi
     des brosses demi-lustre.

     _Manicles._

     Sorte d'instrument composé de semelles de cuir, au moyen duquel
     l'ouvrier plonge, sans se brûler, les feutres déroulés dans la
     chaudière à chaque roulement, et même les feutres dont le roulement
     est terminé; le feutre est alors très chaud.

     _Noix de Galles._

     On donne ce nom à une excroissance ronde produite sur les bourgeons
     du _quercus infectoria_ de Linnée, par la piqûre d'un insecte nommé
     par le même naturaliste _cynips quercus folii_, et par Geoffroy,
     _diplolepsis gallae tinctoria_. Ce chêne est très commun dans toute
     l'Asie mineure; on le trouve depuis les côtes de l'Archipel
     jusqu'aux frontières de la Perse, et des rives du Bosphore jusqu'en
     Syrie, etc.

     _Oxigène._

     Gaz qui entre pour vingt-un centièmes dans la composition de l'air
     atmosphérique, et qui, en s'unissant aux substances métalliques,
     les fait passer à l'état d'oxides ou rouilles.

     _Pelotes rouges et noires._

     Ce poil laineux vient de l'Orient, et prend son nom de la forme en
     boule qu'on lui donne dans les balles qui servent à ce transport;
     il est dû à des chèvres d'une espèce particulière de la Turquie
     asiatique. Il existe une différence notable entre les pelotes
     rouges et noires. Ces dernières se feutrent plus aisément, mais en
     revanche le poil des rouges est beaucoup plus fin. Les chèvres du
     Thibet ont aussi un duvet très fin, outre le jarre. On a constaté
     que nos chèvres ont aussi, outre leur long poil, une sorte de laine
     excellente pour la chapellerie.

     _Pelote._

     Morceau de panne rembourrée qu'on passe sur les feutres.

     _Pièce._

     La _pièce_ est un outil en cuivre, dont on se sert pour faire
     sortir le liquide et les impuretés que peut contenir le feutre.

     _Plongée._

     On appelle plongée ou chaude, en chapellerie, ce que les
     teinturiers ordinaires appellent feu. La durée de chaque plongée ou
     feu est d'une heure et demie à deux heures.

     _Poucier._

     C'est ainsi qu'on nomme un doigt de peau qui sert à le garantir du
     tranchant de l'outil lorsqu'il presse le jarre contre ce même
     tranchant avec ce doigt.

     _Robage (le)_

     On doit d'abord peigner les chapeaux flamands et ceux à plume;
     quant aux chapeaux à poil ordinaire, on les robe, c'est-à-dire
     qu'on en brosse doucement la surface avec un morceau de peau de
     chien de mer, afin de produire un poil court, épais et fin.

     _Schakos._

     Le schako est une coiffure particulière aux troupes et qui prend
     diverses formes cylindriques, tantôt décroissant légèrement à la
     partie supérieure, et tantôt au contraire s'élargissant beaucoup.
     Les schakos se fabriquent comme les chapeaux en feutre de laine;
     ils peuvent l'être aussi avec la peluche de soie, le coton, le
     crin, le cuir, et généralement de la même manière que les divers
     chapeaux que nous avons énumérés. A proprement parler les schakos
     sont des chapeaux d'une forme particulière, sans rebord, ayant la
     calotte en cuir et munis souvent d'une visière en cuir verni.

     _Sécrétage._

     Le sécrétage est une opération qu'on fait subir aux poils pour
     augmenter leur propriété feutrante. Dès le principe on employait en
     France à cet effet, mais avec un faible succès, une décoction de
     racine de guimauve et de symphitum ou grande consoude. Ce fut vers
     1730 qu'un ouvrier chapelier, nommé Mathieu, porta d'Angleterre le
     procédé du sécrétage des peaux au moyen du nitrate de mercure.

     _Tournesol en pain._

     On fabrique cette substance colorante en Auvergne, en Dauphiné,
     etc., avec plusieurs lichens, principalement avec le _varidaria
     orcina_ d'Achard. Le procédé consiste à pulvériser les feuilles de
     ces lichens, à en faire une pâte avec de l'urine et la moitié de
     leur poids de cendres gravelées, en ayant soin d'ajouter de l'urine
     à mesure qu'elle s'évapore. Au bout de quarante jours de
     putréfaction, ce mélange acquiert une couleur pourpre; on le met
     alors dans une autre auge, et on y ajoute encore de l'urine; c'est
     alors que se développe la couleur bleue. Alors on divise cette pâte
     et on y ajoute de l'urine et de la chaux. Pour dernière
     préparation, on fait entrer dans la composition de cette pâte,
     ainsi obtenue, du carbonate de chaux pour lui donner de la
     consistance, et on la réduit en petits pains qu'on fait sécher.

     _Violon._

     Par le nom de _violon_, on entend un assemblage de seize à dix-huit
     cordes de fouet, d'environ huit pieds de longueur, lesquelles sont
     retenues par leurs extrémités dans deux tasseaux percés d'un nombre
     suffisant de trous distans de deux à trois pouces les uns aux
     autres. Les cordes ainsi disposées fouettent aisément quand l'un
     des tasseaux étant fixé au plancher, le cardeur frappe à coups
     redoublés devant lui avec l'autre tasseau qui est muni d'un manche
     d'un pied et demi de longueur. L'ouvrier doit avoir soin de remuer
     de temps en temps le tas avec deux baguettes afin que le travail ou
     le mélange s'opère également; il continue à fouetter jusqu'à ce que
     les diverses matières soient bien mélangées, ce qu'en termes de
     l'art on nomme _effacées_.


     FIN.



                          TABLE DES MATIÈRES.


Agnelins                                                            9
Acide acétique                                                     23
--    citrique                                                     25
--    hydrochlorique                                               29
--    nitrique (eau forte)                                         30
--    sulfurique (huile de vitriol)                                31
--    tartrique                                                    33
Acétate de cuivre (sous-)                                          43
--    de cuivre                                                    44
--    de fer                                                       45
Arrachage ou tirage du poil de lièvre                              76
Arçon (de l')                                                      87
Assortiment de chapeaux                                           114
Apprêt de chapeaux                                                129
--     (application de l')                                        130
--     (bain d')                                                  130
--     (bassin de l')                                             132
Appropriage                                                       133
Apprêt de paille                                                  180
Bois de campêche ou d'Inde                                         33
--   de fustet                                                     34
--   jaune                                                         35
Bleu de Prusse                                                     46
Bassin et bâtissage (du)                                           90
Blanchiment de la paille                                          174
De la chapellerie en France                                        21
Colle forte et de Flandre                                          35
--   de poisson                                                    36
Colcotar                                                           43
Cristaux de Vénus                                                  44
Citrate de fer                                                     46
Couperose verte                                                    48
--        bleue                                                    48
Chapeaux feutrés                                                   51
Coupage des poils de lapin                                         74
--         --     de castor                                        76
Classement des peaux                                               64
Cardage                                                            85
Chapeaux oursons ou à poils                                       107
--       (perfectionnés par M. Borradailles)                      145
--       (perfectionnés par M. Chaming Moore)                     145
--       avec le duvet des chèvres de Cachemires                  147
--       de poil de loutre                                        149
--       mêlés de soie                                            152
Chapeaux de soie                                                  157
--       perfectionnés par M. John Wilcox                         159
--       en soie feutre imperméables de Mierque et Drulhon        160
--       en peluche, soie ou coton                                162
--       en tissu de coton et en toutes sortes d'étoffes
                                              filamenteuses       163
--       perfectionnés par M. Mayhew et White                     165
--       de paille                                                171
--       en baleine de A. de Bernardière                          218
Cartonnage          135
Description des matières employées pour la fabrication des
                                                      chapeaux.     1
Dégalage                                                           53
Dressage des chapeaux                                             101
Ébarbage ou éjarrage                                               53
--      des peaux de lapin                                         54
--            --  de castor                                        56
--            --  de lièvre                                        57
--      (rapport fait au comité des arts chimiques, sur l')
                de M. Malartre, par M. Cadet de Gassicourt
Enficelage                                                        114
Eau de lustrage                                                   135
Exposition des chapeaux                                           223
Foule (de la)                                                      94
Feutres grigneux                                                   99
--      écaillés                                                   99
--      divers                                                    103
--      unis                                                      103
--      dits poils flamands                                       103
--      dorés                                                     104
--      à la plume                                                106
Gomme arabique                                                     36
--    de Bassora                                                   37
--    du Sénégal                                                   37
Garniture des chapeaux                                            136
Hydro-ferro-cyanate de fer                                         46
--              --  de potasse                                     47
Indigo                                                             37
Laines (des)                                                        1
connaissance et choix pour la chapellerie
Laine des agneaux                                                   9
--    des antenois                                                 10
--    de vigogne                                                   10
--    de mouton cachemire                                          11
Machine propre à ouvrir et nettoyer la laine                       57
--   à couper le poil des peaux, par M. Collin                     77
Mélange des matières feutrantes                                    83
--   des poils flamands                                            84
Moyens propres à extraire le jarre du duvet des
peaux, par M. Malartre                                             63
Méthode pour vernir les chapeaux imperméables                     146
Noix de Galles                                                     41
Nitrate de mercure                                                 47
Nouveaux procédés de M. Guichardière                              137
--             --    par M. Perrin                                143
Observations sur le poil des peaux de lapin                        23
Oxide d'arsenic                                                    42
--    de fer, ou colcotar                                          43
Poil de lapin                                                      11
--   de lapin angora                                               12
--   de lapin sauvage ou de garenne                                12
--   de lièvre                                                     14
--   de castor                                                     16
--   de loutre                                                     17
--   de chameau                                                    19
Pelotes rouges et noires                                           19
Pureté et falsification des vinaigres                              28
Prix pour le perfectionnement de la teinture des chapeaux         110
Remarques sur l'emploi des fourrures pour la chapellerie           20
Récompenses accordées aux fabricans de chapeaux aux expositions   218
Règlement concernant la fabrication des chapeaux en France         22
Rouge d'Angleterre                                                 43
Robage                                                            114
Sulfate de cuivre                                                  48
--       de fer                                                    48
Sécrétage                                                          65
--       (nouveau procédé de), par MM. Malard et Desfossés         68
--       (rapport sur ce procédé)                                  69
Schakos                                                           166
--       en cuir poli                                             167
--       (procédé pour les reteindre)                             170
Tartrate de fer                                                    45
Tournesol                                                          49
Tonte des poils                                                    73
Teinture de la paille                                             175
--       en bleu                                                  177
--       en jaune                                                 177
--       en noir                                                  177
--       des chapeaux                                             109
Tressage des pailles                                              178
Teinture pour 300 chapeaux                                        115
--       pour 200 chapeaux, de Morel                              118
--       (par Guichardière)                                       121
--       (par Buffum)                                             123
--       par Pinard                                               124
--       (procédés de) de Trieste                                 125
--       (_idem_) des Napolitains                                 127
Vert-de-gris                                                       43
Vocabulaire.                                                      227


                             FIN DE LA TABLE.


____________________________
IMPRIMERIE DE LA CHEVARDIÈRE,
RUE DU COLOMBIER, N° 30.





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Manuel complet des fabricans de chapeaux en tous genres" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home