Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: Paris nouveau et Paris futur
Author: Fournel, Victor
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Paris nouveau et Paris futur" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



(http://dp.rastko.net); produced from images of the
Bibliothèque nationale de France (BNF/Gallica) at
http://gallica.bnf.fr



PARIS NOUVEAU

ET

PARIS FUTUR

PAR

VICTOR FOURNEL

Je ne désespère pas que Paris, vu à vol de ballon, ne présente aux
yeux cette richesse de lignes, cette opulence de détails, cette
diversité d'aspects, ce je ne sais quoi de grandiose dans le simple
et d'inattendu dans le beau, qui caractérise un damier. (V. Hugo,
_Notre-Dame de Paris_.)

PARIS

JACQUES LECOFFRE, LIBRAIRE-ÉDITEUR

90, RUE BONAPARTE, 90

LYON, ANCIENNE MAISON PERISSE FRÈRES RUE MERCIÊRE,

47, ET RUE CENTRALE, 34

1865

* * *



TABLE DES MATIÈRES


AVANT-PROPOS

Paris Nouveau

I. Coup d'œil général
II. Les rues. Plan stratégique du nouveau Paris.
III. L'expropriation pour cause d'utilité publique.--La ville des _nomades_
IV. Les maisons
V. Les squares et les promenades
VI. Les parcs et jardins
VII. Intermède.--Promenade pittoresque à travers le nouveau Paris
VIII. Les monuments
IX. Conclusion

Paris futur

APPENDICE

I. Les nouveaux noms des anciennes rues de Paris
II. Un chapitre des ruines de Paris moderne
III. Les précurseurs de M. Haussmann

FIN DE LA TABLE.

* * *



AVANT-PROPOS


La loi reconnaît à tout citoyen le droit de critiquer, comme il
l'entend, les actes de l'autorité; l'administration pousse la
bienveillance jusqu'à l'inviter à le faire. Une circulaire célèbre a
confirmé et étendu ce droit, en exhortant spécialement les préfets à ne
point redouter le contrôlé public, qui n'a désormais d'autres limites
que le respect de la constitution et de la dynastie. Rien, dans ce
modeste volume, ne touche de près ou de loin à ces hautes sphères, où je
n'ai pas l'habitude de me hasarder. Je borne mon ambition à discuter
les faits et gestes, non pas même du pouvoir, mais de l'édilité
parisienne, et je le fais beaucoup moins au point de vue politique, qui
n'est pas mon affaire[1], qu'au simple point de vue artistique et
pittoresque, qui a bien aussi son prix, ne fût-ce que pour montrer ce
que valent des travaux qui ont coûté si cher. Je ne suis qu'un
critique,--peu de chose, moins que rien,--protestant, avec une plume qui
ne fera pas de barricades, contre l'idéal d'une municipalité souveraine,
qui est libre de ne pas l'écouter, et qui, j'en suis sûr, usera de cette
liberté comme j'use de la mienne. Je suis le cri plaintif et impuissant
de Paris qui s'en va contre Paris qui vient.

[Note 1: Pour les côtés politiques, administratifs et financiers de
la question, qu'on me permette de renvoyer, en toute humilité, et avec
le sentiment profond de mon incompétence, aux discussions de la Chambre,
aux articles de la plupart des journaux, et notamment aux travaux
remarquables où M. Ferdinand de Lasteyrie a creusé bien des faces de ce
vaste sujet, que la différence de mon cadre me condamnait à effleurer
seulement.]

Non que j'espère en aucune façon convertir l'administration à mes idées:
je ne suis pas si naïf. J'ose à peine espérer d'être lu. Mais ce n'est
plus mon affaire, et j'aurai mis du moins ma conscience d'artiste et
d'archéologue en repos.

Toutefois, malgré l'évidence du droit, il convient d'aborder cette
matière avec précaution. M. le préfet de la Seine n'est point avare de
ses _communiqués_: il en produit autant que de nouvelles voies, et
quelquefois il les fait presque aussi longs que la rue de Rivoli[2]. Les
décisions de la commission municipale ont un protecteur chevaleresque et
tout-puissant qui, non content de les convertir en œuvres, avec une
rapidité littéralement foudroyante, ambitionne de joindre l'assentiment
moral de ses administrés à leur soumission matérielle, et de les imposer
à leur admiration comme à leur volonté. Il est difficile aujourd'hui de
parler de Paris sans que, des plus hautes régions de la magistrature
urbaine, parte une voix qui demande, je veux dire qui prenne la parole
pour un fait personnel; et l'on doit chercher d'adroites circonlocutions
pour arriver à dire que la mairie de Saint-Germain-l'Auxerrois ne vaut
peut-être pas Notre-Dame, et que la fontaine Saint-Michel ne paraît pas
tout à fait à la hauteur de l'ancienne fontaine des Innocents. Cela
prouve, du reste, que M. le préfet de la Seine aime la discussion; nous
l'aimons aussi, et nous ne demandons pas mieux qu'on nous réponde,
pourvu que ce ne soit pas en nous fermant la bouche. Nous avons peu de
goût pour ce système de riposte qui consiste à foudroyer l'adversaire à
son aise, après avoir pris la précaution d'enclouer ses batteries, et
nous ne tenons pas plus à le subir que nous ne tiendrions à l'imposer.

[Note 2: Voir, en particulier, plusieurs des innombrables
_communiqués_ adressés à _l'Opinion nationale_ et au _Journal des
Débats_. M. le préfet s'entend mieux que pas un à se faire une tribune
de celle de ses adversaires.]

Ici, qu'on nous permette une réminiscence classique. Quand un général
romain montait au Capitole, loin de s'inquiéter des quelques voix
discordantes qui se mêlaient aux acclamations de la foule, il voulait
les entendre, et les réclamait au besoin comme un assaisonnement du
concert. On organisait une opposition par ordre derrière le char du
triomphateur. C'était là, sans doute, un raffinement de sensualité
païenne qui serait aujourd'hui déplacé, et je ne demande pas qu'on le
ressuscite; chacun sait bien, d'ailleurs, que cette résurrection serait
impossible. Mais, à une époque où nous avons emprunté tant de choses à
l'histoire du peuple qui a produit Jules César, le souvenir m'a paru
tout à fait de mise.

Les Parisiens, dit-on, admirent beaucoup leur nouvelle ville; on assure
que les étrangers nous l'envient; les provinciaux nous apportent leur
extase de tous les bouts de la France. J'ai lu dans _le
Constitutionnel_, et dans plusieurs journaux également accrédités,
auxquels un publiciste fameux a prêté récemment un concours inattendu,
que la transformation de Paris est le miracle du siècle; il est d'usage
de n'en point parler, dans les cantates et dans les discours qui ont
gardé la tradition du grand style oratoire, sans y joindre l'épithète de
_prodigieuse_, ou tout au moins d'_admirable_. Dernièrement, un homme
d'esprit, en une comédie fameuse applaudie deux cents fois de suite sur
un de nos premiers théâtres, faisait des embellissements de Paris son
argument le plus victorieux contre les _ganaches_ qui s'obstinent à nier
le progrès de toutes choses et les charmes particuliers de l'époque
actuelle. Contre un si rare accord qu'est-ce que la voix d'un
contribuable obscur, qui n'est pas même fonctionnaire? Je suis honteux
d'opposer à cette mer d'enthousiasme le grain de sable de ma critique.
Mais, puisque j'ai le malheur d'être une de ces _ganaches_ que
l'argument ne suffit pas à convaincre; puisque j'ai le mauvais goût de
ne point me trouver d'accord avec l'esthétique des cantates et du
_Constitutionnel_, j'aurai du moins la franchise d'avouer ce ridicule,
sans chercher à l'atténuer, et de me punir de mes torts en les expiant
par une confession publique et sincère.



* * *

PARIS NOUVEAU

ET

PARIS FUTUR

* * *



PARIS NOUVEAU



I

COUP D'ŒIL GÉNÉRAL


Il y a quatre cents ans, lorsque Quasimodo, accoudé sur la balustrade
des tours de Notre-Dame, regardait Paris étendu sous ses pieds, voici ce
qu'il voyait: un océan de toits aigus, de pignons taillés, de clochetons
sculptés, de tourelles accrochées aux angles des murs; un luxuriant
fouillis de pyramides de pierre, d'obélisques d'ardoises, de donjons
massifs, de tours aériennes, de flèches brodées en dentelles; un
labyrinthe fourmillant et profond, où se confondaient dans un harmonieux
pêle-mêle les devantures sculptées, les fenêtres historiées, les portes
enjolivées, les solives curieusement ouvrées, les murailles crénelées,
les églises aux grands porches ogivaux surchargés de statues, les hôtels
somptueux et sévères avec leurs forêts de cheminées, de girouettes, de
sveltes aiguilles, de pavillons, de herses de fer, de lanternes
découpées à jour, d'arabesques étincelantes, de vis, de spirales, de
gargouilles et de tournelles en fuseau. Un inextricable enchevêtrement
de ruelles serpentait d'un bout à l'autre de la ville, faisant à travers
les hautes maisons pittoresques des percées capricieuses et charmantes,
ménageant aux regards des perspectives infinies, où l'imprévu naissait
et renaissait à chaque pas; mêlant sans cesse, dans le plus amusant
amalgame, le hideux à la grâce et le grandiose au burlesque.

Par ces mille voies sinueuses marchait une population bariolée de
bourgeois en robes de laine, de seigneurs en robes de drap d'or, de
magistrats et de prélats en robes de soie, embéguinés de velours et
d'hermine; d'archers et de sergents de la prévôté, en hoquetons, côte à
côte avec les truands de la cour des Miracles; de jongleurs en bas
rouges menant un ours en laisse ou une truie savante attelée à son
rouet; de trouvères, la harpe au dos et le tambourin pendu à la
ceinture. Ici, une confrérie s'avançait, la bannière du patron en tête;
là, un chapitre portait en procession la châsse de son saint; plus loin
les chefs d'une corporation se rendaient au lieu de leur séance,
escortés des compagnons en grand costume, et précédés de la bande
joyeuse des ménétriers. Partout les écoliers turbulents de l'Université
animaient la ville de leurs cris, de leurs rixes et de leurs fêtes.
C'était un éblouissement, un rêve, souvent un cauchemar. Un grand poëte
a décrit ce spectacle magique et prestigieux que présentait chaque jour
le Paris du moyen âge, et je serais fâché qu'on pût croire que j'ai
voulu recommencer la description après lui.

Aujourd'hui, lorsque M. Prudhomme, propriétaire, électeur, expert juré
et capitaine de la garde nationale, monte au sommet de la colonne
Vendôme, escorté de sa famille, et qu'il promène ses regards majestueux
sur Paris, il voit sous ses pieds s'aligner à l'équerre, s'allonger au
cordeau, une ville auguste et majestueuse comme lui. Les étroites et
bizarres ruelles de la vieille cité sont devenues de larges _artères_,
croisées à angles droits, le long desquelles une population correcte
circule au pas d'ordonnance, sous le regard paternel et satisfait des
sergents de ville. Il entrevoit dans le lointain des colonnades grecques
et romaines, des gares solennelles, des halles classiques, de modernes
églises gothiques, qui rappellent le moyen âge comme l'auteur d'_Alonzo_
rappelait Chateaubriand; la Bourse, qui ressemble à la Madeleine, et la
Madeleine, qui ressemble à la Bourse; des auberges qui singent des
palais, des palais qu'on prendrait pour des auberges, des cafés
suisses, mauresques, renaissance, turcs et chinois, et, couronnant le
tout, des casernes monumentales, qui sont comme les phares de cette mer
d'édifices, et les signes particuliers de la haute civilisation à
laquelle nous sommes parvenus. Partout s'épanouit dans sa fleur ce beau
style municipal et administratif, destiné à faire l'admiration des chefs
de bureau. Partout flamboie sobrement et réglementairement une
architecture égalitaire de stuc et de plâtre, où rien ne dépasse le
niveau, où pas une pierre ne fait angle et ne sort du cadre: un de ces
idéals d'architecture tel qu'en peut rêver un préfet de police dans ses
songes les plus désordonnés.

La forêt touffue du vieux Paris a été émondée, taillée, rognée, peignée
et lissée, comme le jardin de Boileau par son _gouverneur_ Antoine,
comme le parc de Versailles par le Nôtre et la Quintinie. L'édilité
moderne, pour parler la langue officielle, a fauché à tour de bras la
sombre forêt, pleine de ronces et de broussailles; puis elle l'a
proprement taillée en losanges, en pyramides, en quinconces et en
plates-bandes. La France, pays turbulent et fougueux, est possédée par
la rage de l'élégance et de la correction classique. Elle n'a jamais
assez de gouvernement, cette nation qui passe pour révolutionnaire, et
qui l'est par soubresauts et par brusques réveils: il lui en faut dans
ses arts comme dans ses mœurs, dans ses maisons comme dans ses lois. La
toilette de Paris est devenue une question de cadastre administrée par
des arpenteurs, et centralisée entre les mains d'une bureaucratie
inflexible, une sorte d'appendice matériel aux articles du code
Napoléon. La grande ville s'est disciplinée à la façon d'un régiment
sous la main de son colonel; ses maisons font la haie, rangées de front
par ordre de taille, échelonnées par uniformes, soigneusement astiquées
du haut en bas, comme des soldats à la parade. Les bourgeois pour qui
c'est une suprême jouissance de contempler au Champ de Mars des
fantassins alignés à perte de vue, tous les mêmes, restant debout trois
heures en plein soleil sans broncher d'un millimètre, sans que l'œil du
caporal le plus rigide puisse distinguer l'ombre d'une différence dans
les plis des guêtres, la direction du fusil ou l'expression des
physionomies, ceux-là doivent trouver aussi ce spectacle admirable, car
il présente à peu près la même opulence de lignes et la même variété
d'aspects. Nous n'avons plus qu'une rue à Paris: c'est la rue de Rivoli.
Non contente d'avoir poussé sa trouée jusqu'au bout de la ville, elle
reparaît partout, en se déguisant sous une multitude de noms. Encore un
peu de temps, et nous n'aurons plus de rues: il n'y aura plus que des
_boulevards_.

Paris, au moyen âge, c'était un drame de Shakespeare: Paris,
aujourd'hui, c'est une tragédie de M. Viennet, corrigée par S. E. le
maréchal Magnan; ou, si on l'aime mieux, c'est un poëme épique revu par
un professeur de grammaire. Sans mépriser les tragédies de M. Viennet,
je préfère les drames de Shakespeare: j'espère que M. Viennet ne s'en
offensera pas. On a opposé souvent avec complaisance Paris, la ville de
marbre, à Lutèce, la ville de boue; mais il y avait bien des perles dans
cette boue, tandis que ce marbre n'est parfois que du bois peint et du
carton-pierre. Du reste, qu'on veuille bien le croire, je sais mesurer
mes regrets, et me voici tout prêt à avouer qu'il en est probablement de
ce Paris du moyen âge,--tant pleuré par les artistes, tant chanté sur la
lyre et le mirliton par les faiseurs de poëmes et de romances,--comme de
Cologne, de Constantinople et de beaucoup d'autres villes, qui sont
belles surtout à distance, vues de loin ou de haut, et à la condition
qu'on n'y entre point. Mais à chaque pas, au fond de ses ruelles sombres
et sales, autour de ses places étroites et encaissées, à l'angle d'un
carrefour ou d'un cul-de-sac immonde, étincelait tout à coup un bijou
architectural qui, de sa vive lumière, éclairait joyeusement ces
ténèbres. On pouvait, ce me semble, respecter les bijoux en changeant
leurs écrins, et balayer la boue sans enlever les perles.

D'un autre côté, en faisant le procès du nouveau Paris, je suis le
premier à lui accorder les circonstances atténuantes. Il a été ingrat et
oublieux, comme un parvenu, pour l'antique cité qui l'a porté
laborieusement dans ses flancs; mais il faut lui tenir compte de ce
qu'il a fait de bon et de beau. Il a donné de l'air et de la lumière à
ses habitants; il a ouvert ses portes au soleil, gratté la lèpre qui
rongeait depuis des siècles ses plus hideux quartiers, secoué la vermine
dont son épiderme était dévoré. Paris nouveau a tracé çà et là quelques
promenades, a ouvert des squares, a dégagé des monuments: en élargissant
ses rues, en déblayant ses quais, en jetant bas ses masures et ses
cloaques, il a pourvu à son hygiène matérielle et à son hygiène
politique; il a travaillé du même coup contre la peste et contre les
révolutions. C'est bien, mais ce n'est pas tout; l'hygiène est une
excellente chose, l'art aussi: il serait bon de les combiner ensemble,
au lieu de les opposer. Je ne nie point en certains cas tout le charme
de la ligne droite; je voudrais seulement qu'elle entrât au besoin en
compromis avec la ligne courbe, qu'on ne s'obstinât pas à croire la
perspective plus inviolable que l'histoire, et que messieurs des ponts
et chaussées daignassent avoir quelques égards pour les chefs-d'œuvre
gothiques du pauvre bon vieux temps. C'est ici tout simplement une
question de mesure, de civilité et de bon goût.

Il n'y a plus que trois endroits dans Paris où l'on puisse retrouver une
ombre de la physionomie disparue: la montagne Sainte-Geneviève, la Cité
et le Marais. Je passais l'autre jour par la rue Vieille-du-Temple, et
mon cœur d'antiquaire était réjoui. Après avoir dépassé la rue des
Blancs-Manteaux, dont le nom me transporta un moment à quatre siècles en
arrière, je m'arrêtai un quart d'heure dans la crotte, coudoyé par les
beurrières et les garçons bouchers, pour contempler d'un œil attendri la
jolie tourelle brodée d'arabesques qui fait l'angle de la rue des
Francs-Bourgeois. Ce n'est pas assurément un rare chef-d'œuvre, mais il
reste si peu de tourelles aujourd'hui à Paris! La première fois que je
passerai par là, il est probable qu'elle n'y sera plus.

Prenons Paris tel qu'on nous l'a fait, ou défait: les lamentations des
_vieux partis_ n'y changeront rien. Le mieux est de s'accommoder du
présent, en tâchant de se préparer à l'avenir, et sans prodiguer au
passé de stériles regrets. C'est cette nouvelle ville que je me propose
de parcourir avec soin pour en dire, à mon goût et sans parti pris, le
bien et le mal, les embellissements et les enlaidissements. Je puis
promettre d'être juste, mais ce ne sera pas ma faute si la justice me
force plus souvent à condamner qu'à absoudre.



II

LES RUES.--PLAN STRATÉGIQUE DU NOUVEAU PARIS


Après ce coup d'œil général du haut des tours de Notre-Dame, descendons
dans la rue, et vérifions en détail cette première vue d'ensemble.

Cet examen ne va pas sans difficulté, et quelquefois sans péril. La mue
de Paris, commencée depuis douze ans, est une opération laborieuse et
compliquée. Le monstre s'épuise en efforts, il crie, il geint, il se
débat, il remplit l'air du fracas de ce rude travail, et couvre au loin
le sol des débris de sa vieille peau.

Celui qui veut admirer le Paris nouveau doit donc se résigner à acheter
son admiration au prix qu'elle mérite. Il est condamné au spectacle
indéfiniment prolongé de la coulisse et à tout ce tripotage des
machinistes que la toile de fond cache à l'Opéra. Il trébuche aux amas
de décombres entassés dans tous les coins; il se heurte aux ouvriers
effondrant une masure ou un palais à coups de pioche, faisant pleuvoir
les pierres, ou attelés à une corde et tirant à grands cris un pan de
mur, qui s'écroule dans un tourbillon de poussière, avec un mugissement
d'avalanche. Il rencontre des myriades de maisons décapitées, éventrées,
coupées en deux, s'affaissant dans la cave, trahissant par les fenêtres
brisées ou les murailles abattues tous les secrets de leur aménagement
intérieur, zébrées de ces raies noires et sinistres que laissent
derrière eux les conduits des cheminées, et qui semblent le signe de
ralliement des démolisseurs,--espèces de cadavres branlants, mi-debout,
mi-couchés, résignés à l'abattoir, et dont l'aspect attriste l'âme et
les yeux. Il faut à chaque pas manœuvrer, se courber, faire un détour,
frôler les maisons ou prendre le milieu de la chaussée, écouter un
_gare_! éviter à ses pieds un tas de moellons ou de mortier; à ses
côtés, une charrette, un cheval, un maçon tout blanc de plâtre; sur sa
tête, les pluies de tuiles ou de badigeon; et ainsi toujours esquivant,
enjambant et regimbant, savourer jusqu'à la dernière note cet abominable
concert formé du grincement de la _truelle Berthelet_ sur la muraille,
de l'aigre cri de la scie sur la pierre, de la petite chanson agaçante
du cric et du cabestan, et des jurements enroués des Limousins.

Les rues de Paris sont en déménagement perpétuel comme ses habitants. Là
où il y en avait hier cinq ou six, il n'y en a plus une seule
aujourd'hui; là où il n'y en avait pas hier, en voici maintenant cinq ou
six. Des maisons s'élèvent sur l'emplacement des anciennes voies; des
voies nouvelles font leur trouée à travers des pâtés de maisons jetées
bas. De toutes parts les avenues s'avancent au pas de charge,
bouleversant, culbutant, nivelant tout sur leur passage; les boulevards
font leurs razzias gigantesques, engloutissant les rues par centaines,
comme ces monstrueux cétacés qui dépeuplent la mer pour s'arrondir, et
ne peuvent ouvrir la bouche sans s'incorporer des myriades de petits
poissons. On travaille sur le Paris existant sans plus s'en inquiéter
que s'il n'existait pas. Une ville de douze cent mille âmes,
laborieusement créée par l'effort persistant de quinze siècles, la
première et déjà la plus belle du monde, est comme non avenue, et le
Paris nouveau en prend à son aise avec elle, absolument comme s'il avait
à se déployer de toutes pièces dans un espace vide. Au lieu de
s'accommoder au Paris de Philippe Auguste, de Louis XIV et de
Louis-Philippe, de s'associer à lui en se contentant de l'embellir et de
le modifier au besoin, il préfère le renverser sans façon, comme ces
mottes de terre qu'on écarte ou qu'on broie du pied sur son passage.

Vous avez vu ces fantômes que les physiciens créent et chassent à leur
gré avec la rapidité de l'éclair; ainsi les rues apparaissent ou
s'évanouissent, pauvres ombres chinoises obéissant au moindre clin
d'œil de l'enchanteur M. Haussmann. Et l'instabilité de celles qui
vivent n'est pas moindre que l'instabilité de celles qui meurent. Même
quand on respecte leur existence, même quand elles ne sont pas rognées
ou coupées en deux, même quand on ne les reprend pas pour les prolonger,
en modifier la direction ou les élargir, les voies de Paris restent
soumises à une mobilité perpétuelle et sont toujours en travail. On les
empierre, on en change le niveau, on les hausse ou on les baisse, on
déplante ou on replante les arbres, on y installe des pavillons et des
vespasiennes, ou bien on les démolit; on expérimente les systèmes les
plus divers sur la chaussée et sur le trottoir, on répare l'asphalte, on
étend de nouvelles couches de bitume empesté et brûlant; on les éventre
pour creuser un égout, on les referme; on les rouvre pour placer une
conduite d'eau, on les recoud; on les fend de nouveau pour réparer les
tuyaux de gaz, et pendant des semaines entières la rue est sillonnée de
tranchées béantes, d'où s'exhalent des miasmes suffocants.

Tel est le premier trouble apporté à la jouissance des admirateurs du
nouveau Paris. Il y en a un autre: c'est que la transformation n'est pas
encore sans mélange, et que, malgré toute l'ardeur et la bonne volonté
de nos magistrats, il reste toujours çà et là quelques débris de la
vieille ville qui font tache et attristent le regard. La peau neuve de
Paris a des bigarrures qui en détruisent l'unité et l'harmonie. À côté
d'une artère de vingt mètres de large, voici une petite ruelle qui n'a
pas dix pieds[3]; et derrière ce beau monument rectiligne, tout neuf et
tout reluisant, on découvre dans le lointain un grand vilain bâtiment
noir, sans colonnades, sans chapiteaux, et dont les pierres pourraient
rendre de si grands services à la construction d'une caserne! Puis,
partout des maisons en ruines, des démolitions commencées, des
constructions inachevées, des barrières en bois, des clôtures de
planches sales et disjointes, des échafaudages à perte de vue, tout
l'appareil de la maçonnerie et de la charpenterie, choses désagréables à
l'œil de l'amateur classique qui aime la propreté! Il s'avoue tout bas,
en soupirant, qu'il est pénible d'assister à ces détails de toilette,
dont il ne faudrait voir que le résultat, et qu'on est obligé de rendre
pendant longtemps Paris bien laid avant d'arriver à le faire si beau.

[Note 3: Il est difficile, pour le dire au moins en note, de ne
point remarquer l'inaction obstinée qui condamne certains quartiers à un
_statu quo_ dangereux, en contraste avec l'activité fiévreuse et sans
bornes qui impose à d'autres des transformations radicales dont ils
n'avaient nul besoin. Sur la rive gauche, depuis l'origine des travaux
actuels, on réclame en vain l'élargissement des étroites rues
Saint-André-des-Arts, Sainte-Marguerite, du Four, du Vieux-Colombier, où
l'abondance de la circulation rend les accidents presque journaliers.
Mais ce ne serait là qu'une opération utile, modeste et sans gloire: on
a préféré prolonger jusqu'au Panthéon la fastueuse inutilité du
boulevard de Sébastopol. Comparez aussi l'abandon presque absolu dont se
plaint la banlieue annexée, sauf sur deux ou trois points de la rive
droite, avec tout ce qui se fait au centre de Paris. Ce que la banlieue
a gagné jusqu'à présent à l'annexion, c'est l'honneur de payer l'octroi,
de voir hausser les loyers et de participer aux charges de Paris sans
participer à ce qu'elle prend, de loin, pour ses priviléges. La banlieue
ne connaît pas son bonheur.]

Repassez dans vingt ans, mon ami: la toilette sera terminée, si elle
doit jamais l'être. Plus ne sera besoin alors d'échafaudages et de
clôtures en planches, parce qu'il n'y aura plus de vieilles rues ni de
vieilles maisons à démolir; et quant à ces grands vilains bâtiments
noirs, qui vous choquent à juste titre, on n'en gardera que tout juste
ce qu'il faut pour produire un agréable contraste, une surprise
piquante, après les avoir grattés, nettoyés, blanchis et redorés du haut
en bas. Repassez dans vingt ans, et je vous promets à chaque pas des
rues de trente mètres, des avenues bordées de palais, et des boulevards
à bouche que veux-tu.

En attendant, il ne faut pas mépriser les résultats conquis. On fait ce
qu'on peut. On nous a déjà donné une cinquantaine de boulevards
nouveaux, sans compter les avenues, qu'il serait difficile de compter,
et les rues, qui ne se comptent plus: les boulevards de Sébastopol et de
Strasbourg, de l'Alma, du Palais, de Port-Royal, de Saint-Germain, du
prince Eugène, de Magenta, de Malesherbes, de l'Étoile et de Monceaux,
le boulevard Beaujon et la rue de Rivoli prolongée, les boulevards des
Trois-Couronnes et de la Santé, les deux boulevards Pereire, les
boulevards Saint-Marcel, Arago, Saint-André, Haussmann, Richard-Lenoir,
et tant d'autres qui n'attendent que le loisir des maçons occupés
ailleurs. Nous en avions quatre-vingt-douze, il y a un an, nous devons
en avoir, en y joignant les compléments prochains, plus de cent-vingt
aujourd'hui. En vérité, la plume se fatiguerait à ces énumérations
homériques, et l'historiographe du nouveau Paris apostropherait
volontiers M. le préfet de la Seine, sur le ton de Boileau s'adressant à
Louis XIV:

     Grand roi, cesse de vaincre ou je cesse d'écrire.

Je ne puis déployer un plan de Paris et y jeter les yeux, sans découvrir
de tous côtés des multitudes de larges avenues, nées d'hier ou à naître
demain, et que je ne soupçonnais pas, sans m'étonner chaque fois
davantage de la quantité de boulevards que peut contenir une capitale.
Mais rassurez-vous, lecteur, je sais me borner malgré la contagion de
l'exemple, et je me lasse plus vite d'enregistrer les voies nouvelles
que M. le préfet de nous en faire.

Impossible d'ailleurs de suivre cette incessante mobilité de Paris. Ce
qui est vrai au moment où nous l'écrivons ne l'est plus peut-être au
moment où cela s'imprime. On a beau faire et vouloir fixer tous ces
changements au vol, ils échappent sans cesse. Le courant vous dépasse,
vous déborde, et flue entre les mains qui cherchent à le saisir.

Ces boulevards sillonnent toute la ville du sud au nord, de l'est à
l'ouest, et l'embrassent en entier dans un vaste réseau stratégique
artistement conçu. Il faut bien le dire: ce qu'on a appelé les
embellissements de Paris n'est au fond qu'un système général d'armement
offensif et défensif contre l'émeute, une mise en garde contre les
révolutions futures, qui se poursuit depuis douze ans avec une
infatigable persévérance, sans que le Parisien candide ait l'air de s'en
douter. Tout est conçu dans les voies nouvelles à ce point de vue, fort
légitime au fond: leur largeur, leur direction, leur position
respective, leur point de départ et d'arrivée, tout, jusqu'à la nature
du pavage adopté. Nous l'allons montrer aisément.

Qu'on étudie sur une carte le système général des rues neuves de Paris,
on s'apercevra bien vite qu'il a été ordonné _a priori_ dans le but de
dégager les monuments qui peuvent devenir au besoin des centres et des
forteresses pour l'insurrection, de couper les quartiers populeux et
populaires, de ménager partout des issues inattaquables à la force
armée, de mettre largement en communication, par des lignes de circuits
ininterrompues, qui s'appuient et se complètent l'une l'autre, toutes
les parties de la grande capitale; de relier enfin, sans laisser la
moindre lacune dans l'intervalle, tous les édifices importants à de
vastes rues, ces rues aux quais et aux ponts, les quais aux boulevards
intérieurs, les boulevards intérieurs aux boulevards extérieurs et aux
portes de Paris. Dix ans encore, et il sera impossible de choisir un
point quelconque dans un quartier de la ville qui ne soit pressé,
englouti, anéanti entre une quadruple rangée de _boulevards_ convergeant
vers lui à droite et à gauche, devant et derrière,--amples vomitoires,
où les régiments pourront se déployer sans obstacles, où l'artillerie et
la cavalerie chemineront à l'aise, où le canon, enfilant à pleine gueule
ces belles rues toutes droites, tracées à souhait pour lui, fera rafle à
tout coup. Une caserne s'élève à chaque point de jonction, et les forts
dominent tout cela. Les professeurs de barricades auront désormais bien
à faire. Le métier est gâté.

Si je n'admire pas beaucoup, comme on l'a vu, les _embellissements_ du
Paris impérial, je ne puis trop admirer, en revanche, le plan
stratégique suivant lequel ils ont été dirigés. En vérité, c'est à
croire que l'architecte en chef de la ville est un officier supérieur du
génie militaire, ou que M. le préfet de la Seine a fait ses études à
l'École polytechnique et les a complétées à l'École d'application de
Metz. Vauban n'eût pas préparé avec plus de soin les opérations d'un
siége. Voyez plutôt. Le boulevard Sébastopol, qui traverse tout Paris,
en coupant la rue de Rivoli à angle droit, et qui met le palais du
Luxembourg en communication avec les quais, les autres boulevards et la
gare de l'Est, isole d'un bout à l'autre les deux redoutables rues
Saint-Denis et Saint-Martin, tient en respect la Halle et le noyau des
ruelles environnantes, et les vieux centres historiques de l'émeute: les
rues Aubry-le-Boucher, du Cloître-Saint-Merry, etc. Sur la rive gauche,
la partie supérieure de la même voie et le boulevard Saint-Germain, avec
la rue des Écoles, lancés à travers le foyer turbulent du faubourg
Saint-Marceau, divisent en tronçons et trouent par de larges saignées le
repaire des étudiants et celui des chiffonniers. Les barrières de
l'École de médecine et de l'École de droit, comme celles de la rue
Clopin, sont percées à jour. Il reste encore quelque chose à faire en
pleine montagne Sainte-Geneviève: on le fera, gardez-vous d'en douter.

Passons la Seine. Le boulevard Mazas et celui du Prince-Eugène, qui vont
se réunir tous deux à la barrière du Trône, commandent ainsi au faubourg
Saint-Antoine, que la large rue du même nom coupait déjà par le milieu.
Ce boulevard du Prince-Eugène, qui a recueilli tant de malédictions pour
le terrible abatis de théâtres qu'il a fait à son premier pas, on se fût
bien gardé d'y renoncer, eût-il dû soulever mille fois plus d'anathèmes
encore. Il n'en est pas un seul dans Paris qui ait été plus adroitement
conçu, pas un qui ait fait plus de besogne d'un coup. Il troue en plein
centre un quartier populeux et remuant, il ouvre et dégage le chemin de
Vincennes, où il y a, comme on sait, un très-joli fort, plein de jolis
soldats; il met en rapport la caserne du Château-d'Eau avec les
chasseurs de la forteresse; enfin il complète de la manière la plus
ingénieuse, après le boulevard Mazas d'une part, après les boulevards
Bourdon et Beaumarchais de l'autre, une combinaison grâce à laquelle on
peut prendre à tête et à queue ce formidable faubourg, qui se souvient
un peu trop d'avoir renversé la Bastille, et l'investir pour monter à
l'assaut de ses barricades. C'est une œuvre d'artiste, et l'auteur a dû
s'y mirer avec complaisance.

Le point de départ du boulevard du Prince-Eugène s'appuie sur le flanc
gauche d'une caserne, placée là à l'intersection de toutes ces grandes
voies, comme le temple du _genius loci_. Sur le flanc droit de la même
caserne s'appuiera le point de départ du boulevard Magenta: c'est le
vieux mythe d'Antée qui reprenait des forces en touchant la terre. Le
boulevard Magenta continue celui du Prince-Eugène en ligne droite, et,
croisant celui de Strasbourg, il coupe par le milieu d'autres quartiers
inquiétants, entre les boulevards intérieurs et les boulevards
extérieurs. Ainsi seront dominés et tenus en échec les faubourgs
Saint-Denis, Saint-Martin et Poissonnière, et s'établira une
communication directe entre la gare de l'Est et la fameuse caserne,
centre où tout aboutit, et autour duquel rayonnent toutes les voies,
comme jadis autour du forum.

Jetez maintenant les yeux sur l'Hôtel de Ville, le but naturel de tous
les émeutiers, le siége de tous les gouvernements provisoires, le point
le plus important et le plus disputé de Paris, aux jours de révolutions.
Aujourd'hui l'Hôtel de Ville, dégagé de toutes parts, et trois fois pour
une, par le quai, l'avenue Victoria et la continuation de la rue de
Rivoli, en outre proprement flanqué à l'arrière d'une caserne
respectable, ne peut plus devenir l'objet d'une surprise ni d'un coup de
main.

Avons-nous besoin de poursuivre la démonstration? Restons-en là. Le
lecteur pourrait se lasser de ces explications fastidieuses, qui étaient
nécessaires pour établir un point dont ceux-là mêmes qui s'en doutent ne
se doutent pas assez. Pas un détail n'a été négligé dans l'ensemble, et
le gouvernement a retourné d'avance tous les atouts pour lui.

Ainsi partout l'émeute est déboutée et réduite en vasselage; partout
ses quartiers généraux sont traqués dans leurs repaires et pris entre
deux feux. Les nouvelles voies, larges, dégagées, découvertes,
s'allongent en lignes droites au lieu de s'arrondir en lignes courbes
comme les anciennes, et ce qu'on prend pour un simple amour de la
symétrie est de plus un profond calcul stratégique. Celles mêmes qui
paraissent tracées sans but direct, cette multitude d'avenues
géométriques qui vont à l'aventure, d'ici, de là, à droite, à gauche, se
poursuivant, se croisant, partant tout à coup comme des fusées sous vos
pieds et courant à perte de vue n'importe où, d'une allure aussi
intrépide que si elles allaient quelque part; ces gigantesques
boulevards, en particulier, qui rayonnent par douzaines autour de l'Arc
de Triomphe et vont tête baissée, à travers ravins et montagnes, aboutir
aux endroits les plus extravagants et se jeter dans le vide, concourent
encore indirectement à la réalisation du même plan.

À ces causes de déroute pour l'insurrection, joignez-en une autre, qui
a sa valeur: c'est que le macadam a supprimé le pavé, cet élément
essentiel de la barricade. Voilà ce qui protége le macadam contre les
plus vives et les plus justes récriminations.

D'ailleurs, je ne suis pas de ceux pour qui c'est là de tous points une
invention damnable, et je le trouve précieux aux jours de soleil, du
moins pour les gens qui ont cinquante mille livres de rentes. Comme la
plupart des transformations de Paris nouveau, il tend à favoriser le
développement du luxe, en nécessitant l'emploi et en multipliant par là
même le nombre des équipages. Quant aux piétons assez mal avisés pour ne
pas comprendre les nécessités d'une ville de luxe, c'est à eux à se
garer de la poussière; et quant aux arbres, ils ont déjà tant d'autres
chances d'asphyxie, qu'une de plus ne signifie pas grand'chose: il
serait bon seulement de les faire épousseter matin et soir. Si donc il
n'y avait que des voitures à Paris et s'il y faisait toujours beau, il
faudrait élever des statues à Mac-Adam. Mais le climat parisien est
aussi variable que la physionomie d'une jolie femme: il n'use du soleil
que dans les occasions solennelles, en guise de distraction au
brouillard et d'antithèse à la pluie, et l'on sait quelle chose
homérique, inénarrable et sans nom, devient le macadam par les jours de
pluie.

Le macadam a, de plus, le tort grave d'exiger un continuel entretien de
toilette, non-seulement fort dispendieux pour la bourse du Parisien,
mais encore plus désagréable à la plante des pieds. Il engloutit des
océans de cailloux, qu'il ne rend jamais. Le proverbe populaire: _Pavé
de bonnes intentions_, ne peut mieux s'appliquer qu'au macadam,
lorsqu'il est neuf ou qu'on le rempierre: j'en appelle à tous ceux qui
ont traversé une rue de Paris dans ces dures circonstances. Si l'on ne
voulait qu'un terrain égal et doux à la marche, il y aurait mieux que
cela, et je conseillerais à ceux que ce soin regarde d'aller faire un
tour en Hollande et d'y étudier ce pavage uni et propre comme un
parquet, que la pluie même ne fait que laver sans le salir. Mais on
veut toute autre chose, et la vraie raison est justement celle qu'on ne
dit pas. L'administration a des pudeurs de vierge qui nous étonnent
toujours de sa part.

Ainsi donc, sur ce chapitre des transformations de Paris, il serait bon
désormais de s'entendre. Qu'on nous parle du réseau stratégique des
nouvelles rues, qu'on nous les montre savamment tracées, combinées avec
art, comme autant de parallèles, de sapes et de circonvallations,
destinées à réduire une place rebelle; qu'on nous présente le nouveau
Paris comme un vaste terrain soumis aux servitudes militaires et
abandonné aux opérations des officiers du génie,--gens aimables,
d'ailleurs, et qui ne demandent pas mieux que d'agrémenter çà et là
leurs travaux par un petit jardin, et de voiler quelquefois leurs
tranchées derrière un bouquet d'arbres ou un kiosque,--à la bonne heure,
j'admirerai sans restriction. Encore une fois, je comprends et j'admets
que le premier droit d'un gouvernement soit de prendre des précautions
contre l'émeute. Mais il faudrait avoir le courage du mot propre et ne
pas parler d'embellissements plus qu'il ne convient, car alors je
n'admire plus du tout.

Ce caractère mathématique des rues se retrouve dans leurs moindres
détails. Elles fauchent tout en droite ligne sur le sol comme sur les
côtés. Pour éviter une courbe invisible à l'œil et insensible au pied,
on fait des percées à travers le terrain comme pour les tunnels de
chemins de fer. Un beau jour on taillera en pleine butte Montmartre, on
ouvrira une voie géométrique à coups de pics et de sondes en creusant la
montagne Sainte-Geneviève, dût-on démolir le Panthéon, ou l'isoler sur
une cime, au haut d'un escalier de cinquante degrés. Il y a des maisons,
sur les flancs du boulevard Malesherbes, qui sont perchées dans la nue,
et aux extrémités de la rue de Rivoli, qui sont juchées sur des
trottoirs de huit à dix marches; il y en a eu longtemps, de chaque côté
du boulevard de Sébastopol (il en reste quelques-unes) qui semblaient
bâties sous terre et extraites des fouilles d'un nouveau Pompéi: le sol
était à la hauteur du deuxième étage. Au coin de la rue
Monsieur-le-Prince et de la place Saint-Michel, il faut escalader une
dizaine de degrés pour arriver aux rez-de-chaussée de droite, et en
descendre presque autant pour arriver à ceux de gauche. À la jonction de
la rue Victor-Cousin avec la rue Soufflot, on trouve d'un côté des
ravins, de l'autre des montagnes, qui communiquent ensemble par un
système de talus et d'escaliers compliqués. En face du Panthéon, on
montait au Luxembourg comme à un grenier, et l'on y monte encore comme à
un entresol; ailleurs, on descend comme dans une cave. Le quai de la
Mégisserie et certaines ruelles adjacentes, les rues du
Marché-Saint-Jean et de la Verrerie, le confluent de la rue de la Harpe
avec le boulevard de Sébastopol, sur beaucoup de points les abords du
boulevard Saint-Germain et de la rue des Écoles, offrent le spectacle de
quartiers pris d'assaut. La rue Baillif n'arrive à joindre le
Palais-Royal que par un escalier de quinze marches. Les maisons de la
rue Bellefonds sont campées sur des escarpements sauvages et dominent de
dix mètres le square Montholon, où l'on descend comme dans un entonnoir.
La rue Marbeuf est divisée dans sa longueur en deux parties parallèles,
dont l'une surplombe de quinze pieds et forme cul-de-sac. Les alentours
du rond-point de l'Étoile, l'avenue de Saint-Cloud, le quartier Beaujon,
défient toute description: il est prudent de faire son testament avant
de s'aventurer dans cet inextricable dédale tout hérissé de ravins, de
contre-forts, d'échelles et d'escaliers à pic[4]. La traversée de la
Bérésina n'est qu'une plaisanterie près de la traversée de la rue du
Bel-Air, et Dieu sait ce qui sortira de ce provisoire et combien de
temps il doit durer. C'est la frénésie, l'ivresse, la folie furieuse de
la ligne droite; c'est le chaos mathématique. Sur plus d'un point, M.
le préfet de la Seine a trouvé moyen d'arriver à la confusion par
l'excès et l'abus de la géométrie. Au rebours de Caussidière, il lui est
arrivé de faire du désordre avec de l'ordre.

[Note 4: Voir, à défaut des quartiers eux-mêmes, la série d'articles
extrêmement curieux publiés par M. de Coëtlogon, dans la _Gazette de
France_, en 1864 et 1865.]

Dans la partie supérieure du boulevard Saint-Denis, les tranchées
entreprises pour le passage du boulevard Magenta et les travaux qui en
ont été la suite avaient produit les résultats les plus inouïs. Ce
quartier semblait avoir été bouleversé par un cataclysme dont on a
cherché à régulariser les traces sans pouvoir les faire entièrement
disparaître. Ici, c'était un trottoir bordé de balustrades qu'on avait
ménagé devant quelques boutiques, et qui filait en terrasse à hauteur de
premier étage, absolument comme un balcon; là, c'étaient des maisons
étagées de haut en bas, et qu'on reprenait en sous-œuvre pour faire des
boutiques à la place des caves; ailleurs, un pont suspendu traversant la
rue et servant de voie d'accès au bureau d'une fonderie, qui
anciennement était au rez-de-chaussée et se trouvait maintenant au
premier, sans avoir changé de place; ailleurs, des portes cochères qui
s'ouvraient à deux battants à hauteur d'entresol. Le boulevard
Bonne-Nouvelle, près la porte Saint-Denis, et surtout le boulevard
Saint-Martin, font l'effet d'une gorge sombre entre deux montagnes. En
s'accoudant aux garde-fous et en se penchant au-dessus du puits de
l'abîme, on a le vertige à voir tourbillonner sous ses pieds cette
flotte de fiacres et d'omnibus dans une mer de macadam. En Suisse, sur
le mont Blanc, ce serait pittoresque; à Paris, devant le théâtre de M.
Mélingue, c'est fort laid, et de plus c'est une contradiction. Comment
se fait-il qu'on n'ait point abattu, afin de niveler le sol, ces
quelques douzaines de maisons juchées en observatoire à droite et à
gauche de la chaussée, comme pour faire la nique à l'architecture
égalitaire du nouveau Paris? Est-ce respect humain?--Bah!--Est-ce
économie?--Fi donc!--C'est tout simplement que M. Haussmann n'était pas
encore préfet de la Seine.



III

L'EXPROPRIATION POUR CAUSE D'UTILITÉ PUBLIQUE.

LA VILLE DES NOMADES


En ce temps-là, l'expropriation pour cause d'utilité publique avait déjà
fait son chemin; elle régnait, mais n'était point arrivée pourtant à la
pleine possession de la redoutable dictature qu'elle exerce aujourd'hui.
Les auteurs de cette loi ne prévoyaient guère le cruel abus qu'on en
ferait un jour. Elle est devenue entre les mains de l'autorité spéciale
une sorte de bélier aveugle, qui frappe comme un sourd; une catapulte
inflexible et sauvage, poussée par tous les instincts d'une
centralisation effrénée. Elle cogne de la tête et des pieds, elle
frappe, elle démolit, elle pulvérise, elle broie, la monstrueuse
machine; elle dévore sans cesse et ne peut se repaître. Ce n'est pas
l'expropriation pour cause d'utilité publique; c'est l'expropriation
pour cause de bon plaisir. Elle porte gravée au front le vers de
Juvénal,--un poëte d'aujourd'hui, né dix-huit cents ans trop tôt:

     _Sic volo, sic jubeo, sit pro ratione voluntas._

Je n'en dis pas le quart de ce qu'en ont dit souvent les avocats devant
les tribunaux, et pas la dixième partie de ce qu'en pense le public, qui
subit, mais qui juge.

Aussi qu'arrive-t-il? C'est que, dans les débats entre la ville et les
expropriés, l'opinion, représentée par le jury, prend invinciblement la
défense de ceux-ci, et, ne pouvant faire mieux, proteste sans relâche
par le chiffre des indemnités qu'elle alloue. Cette protestation n'en
vaut peut-être pas une autre, mais, pour le moment, elle ne manque pas
de logique et de force. Le jury sent bien que c'est lui, en définitive,
qui paye ces indemnités-là; mais il proteste, parce qu'il est le
jury,--et aussi parce que, en matière d'expropriation, on ne sait pas,
ou plutôt on sait trop ce qu'on peut devenir un jour. C'est un bon
procédé de confrère à confrère, à charge de revanche; c'est une semaille
qui peut se changer en moisson.

Cet état de choses a donné naissance à une industrie nouvelle, celle de
l'homme qui spécule sur son expropriation. Il y a des gens qui ont pris
pour spécialité d'acheter, de bâtir, d'établir une maison de commerce
dans un quartier qu'ils prévoient devoir bientôt disparaître. Le
quartier n'est pas difficile à trouver: on n'a guère que l'embarras du
choix. Cela est devenu une sorte de jeu de Bourse, mais plus sûr que les
autres. On cite un limonadier, déjà démoli trois fois, par suite de
savants calculs, et qui, d'indemnités en indemnités, est parvenu à
reconstruire dernièrement un café monstre, une merveille,--qu'il espère
bien voir démolir encore avant de mourir. Alors il se retirera, et il
ira bâtir une maison de campagne dans une Arcadie lointaine où
l'_utilité publique_ n'aura rien à voir.

Cette industrie bizarre, un de ces bruits qui se chuchotent à l'oreille
n'a pas même craint de la prêter à de hauts personnages, accusés
d'imiter sur un autre terrain ces ministres déchus, qui passaient pour
escompter rue Vivienne les bonnes nouvelles dont les fonctions publiques
leur assuraient la primeur. M. de Girardin, qui a toutes les audaces,
aussi bien en défendant ses amis qu'en attaquant ses ennemis, a osé le
premier formuler nettement ces vagues rumeurs, contre lesquelles il
n'avait pas besoin de s'indigner: elles n'ont d'autre signification que
de condamner un système qui prête le flanc à de pareils commérages, et
leur donne une ombre de vraisemblance aux yeux de la prévention ou de la
malignité publique.

Nous avons tous appris par cœur, au collège, un joli conte du bonhomme
Andrieux. Il s'agit d'un meunier têtu, dont le petit moulin est convoité
par le grand Frédéric, pour l'agrandissement du château. L'intendant des
bâtiments royaux le mande auprès de lui, et un dialogue intéressant
s'établit entre eux:

     «Il nous faut ton moulin: que veux-tu qu'on t'en donne?--Rien du
     tout, car j'entends ne le vendre à personne. _Il vous faut_ est
     fort bon, mon moulin est à moi Tout aussi bien au moins que la
     Prusse est au roi.»

On rapporte le tout au prince; grand scandale. Il fait venir lui-même le
meunier, presse, flatte, promet. Le dialogue continue:

     «Il faut vous en passer, je l'ai dit, j'y persiste...--Je suis le
     maître.--Vous, de prendre mon moulin? Oui, si nous n'avions pas des
     juges à Berlin.»

Le monarque est désarmé par ce mot. Que voilà un monarque débonnaire,
malgré sa réputation farouche, et qu'on voit bien que l'expropriation
pour cause d'utilité publique n'était pas encore inventée alors!
Figurez-vous donc un bonnetier de la rue Saint-Denis parlant sur ce ton
aujourd'hui à un sous-chef des bureaux de l'Hôtel de Ville!

L'expropriation, devenue reine et maîtresse, se passe des fantaisies de
sultan blasé. Elle achète le terrain et le bâtiment, démolit celui-ci et
revend celui-là, rachète, revend encore, permet, retire, se ravise, et
joue à la maison comme l'enfant au château de cartes. On l'a vue, après
avoir laissé construire des édifices gigantesques sur le sol déblayé par
elle, changer tout à coup d'idée, et le racheter pour les détruire, au
moment où l'on y mettait la toiture. L'histoire du rond-point des
Champs-Élysées restera célèbre dans les fastes de l'expropriation.
Homère, qui a consacré plusieurs chants à la toile de Pénélope, eût fait
tout un poëme sur le rond-point des Champs-Élysées. Ces coûteuses
inconséquences sont le châtiment des volontés trop promptes et qui se
savent trop maîtresses d'elles-mêmes. Leur incertitude naît de la hâte
de leurs décisions, que rien n'arrête et ne mûrit au passage. Elles
affichent leur insuffisance dans leurs variations. À chaque instant,
l'_édilité_ parisienne semble répéter le mot du médecin de la légende:
_Faciamus experimentum_. Mais quand l'expérience est manquée, le patient
en souffre plus que le médecin.

Un des plus curieux exemples de ces incertitudes dans l'absolu et de ces
tergiversations après le fait accompli, est ce qui s'est passé, il y a
quelques années, dans la cour intérieure du Louvre. Je cite ici ce
détail, entre parenthèses, pour sa signification générale, et j'espère
que les amateurs, qui suivent d'un regard philosophique les _gestes_ de
l'administration parisienne, ne l'ont pas encore oublié. On essaya
d'établir d'abord des jardins en losanges; puis on les mit en carrés,
avec des bancs, puis on supprima les carrés et les bancs pour revenir à
de maigres plates-bandes. J'en passe, et fais peut-être quelque erreur
de détail, mais en atténuant plutôt qu'en exagérant. Au centre de la
cour, ce fut bien mieux encore. On y vit d'abord une fontaine ou un jet
d'eau, puis le jet d'eau disparut devant une statue équestre, puis la
statue équestre fit place à un petit massif de gazon et de fleurs, puis
le massif s'évanouit, et aujourd'hui il n'y a plus rien. C'est pour
arriver à ce beau résultat qu'on a bouleversé la malheureuse cour
pendant deux ou trois ans. Il eût été plus simple et plus économique de
commencer par où on a fini, c'est-à-dire de ne pas commencer du tout.

Cet axiome pourrait s'appliquer plus justement encore à quelques-uns des
_embellissements_ de Paris.

Quel chapitre instructif nous pourrions écrire en examinant par quels
rapports étroits s'enchaînent ces abus de l'expropriation avec le mode
de nomination de la municipalité parisienne, élue par le pouvoir qu'elle
contrôle, et non par ceux qu'elle exproprie! Que de choses à dire aussi
sur les conséquences économiques du système, sur ce mépris inouï de la
dépense et cette insouciance magnifique pour la question d'argent, sur
les proportions colossales de ce budget de Paris, qui, moins favorisé
que celui de l'État, n'est pas même voté indirectement par le
contribuable, qui a dévoré, par lui-même ou par ses annexes, près de six
milliards depuis 1852, et, à l'heure qu'il est, dépasse des neuf
dixièmes, c'est-à-dire de 180 millions, celui de la Suisse entière, et
égale celui de l'Espagne!

Mais ce chapitre me mènerait trop loin, et sortirait de mon cadre. Je le
laisse, avec bien d'autres, à ceux qui entreprendront l'histoire
politique de ce temps.

Par quel miracle incessamment renouvelé la ville peut-elle subvenir à
l'effroyable consommation de deniers que représentent ces travaux
cyclopéens? C'est son affaire, mais c'est aussi un peu la nôtre. On
assure qu'elle gagne sur la vente et l'achat des terrains; j'en suis
enchanté pour elle, mais le mieux est de ne pas trop s'y fier. Elle a
deux moyens plus infaillibles: l'emprunt, qui ne nous regarde pas, grâce
à Dieu, et l'impôt, qui nous regarde beaucoup. Elle joue à merveille de
ces deux instruments, dont elle a l'habitude; peut-être seulement en
joue-t-elle un peu trop.

Cette grande orgie de boulevards a eu ses jours de fête et de triomphe,
lors de l'inauguration solennelle des boulevards Malesherbes et du
Prince-Eugène, du premier surtout. Ce jour-là, on avait renouvelé pour
Sa Majesté l'attention galante du duc d'Antin pour Louis XIV, lorsqu'il
fit scier dans la nuit et tomber à l'aube, comme d'un coup de baguette,
sous les yeux du monarque, une forêt qui gênait le point de vue, et
celle de Potemkin pour la czarine, à qui il montra des villages en toile
peinte tout le long des déserts de l'Ukraine,--joli tour de
prestidigitation en partie double qui se joue de temps en temps
d'ailleurs sous les fenêtres de chaque Parisien. _Le Constitutionnel_ a
rendu compte de la fête dans cette langue dont il a le secret, et il a
trouvé pour la circonstance des accents qui n'appartiennent qu'à lui.
Lorsque les invités eurent admiré à loisir «le bel aspect que présentait
la ligne du boulevard,» suivant l'heureuse expression du respectable M.
Boniface, le Pindare de toutes les inaugurations, on procéda à
l'apothéose du système, et l'_Expropriation pour cause d'utilité
publique_ apparut dans la nue, au milieu des flammes du Bengale,
affable, souriante, l'air tout à fait engageant, et le front couronné de
roses. À cette vue, l'enthousiasme des maçons s'éleva jusqu'au lyrisme:
ils se jetèrent avec ivresse dans les bras les uns des autres, et toutes
les maisons se décorèrent, comme par enchantement, d'inscriptions
lyriques où dominait, parmi des couronnes de verdure, cette phrase que
la postérité recueillera:

       À NAPOLÉON III
 LES OUVRIERS DU BÂTIMENT RECONNAISSANTS!

C'est le véridique _Constitutionnel_ qui le dit, et je le crois sans
peine. Mais j'aime encore mieux le mot, identique au fond, plus coloré
dans la forme, du représentant Nadaud à la Législative: «Quand le
bâtiment va, tout va.»

Le triomphe de l'Expropriation fut complet: elle prouva, par une
très-docte harangue, que tout est pour le mieux dans la meilleure des
capitales, et que ceux qui se plaignent sont de grands enfants, qui ne
savent pas tout le bien qu'on leur veut.

Nous avons eu récemment deux nouvelles éditions, revues et
considérablement augmentées, de cette ingénieuse harangue; mais cette
fois la chose s'est passée tout à fait en famille. Paris se rappellera
longtemps le discours du trône prononcé, à l'ouverture de la dernière
session municipale, par notre Grand-Édile. Il est impossible de boire à
sa santé et de se porter un toast à soi-même avec plus de satisfaction
naïve. Personne ne s'entend comme M. Haussmann à faire l'apologie de M.
le préfet de la Seine, et nulle part on ne l'applaudit avec autant
d'enthousiasme que dans le sein de sa commission: c'est pourquoi nous
comprenons qu'il y tienne. L'accord est vraiment édifiant entre le chef
et les membres du conseil de tutelle donné à cet éternel mineur qu'on
appelle Paris. Le chef s'applaudit d'avoir choisi de si excellents
membres, les membres s'applaudissent d'avoir été choisis par un si
excellent chef. Les membres trouvent que le chef qui les a élus est le
plus grand chef du monde, et le chef déclare à son tour qu'il est
impossible de rêver de meilleurs membres que ceux qu'il a élus.
Spectacle aimable, et bien propre à toucher quiconque a le sentiment de
l'harmonie!

Seulement, dans ces discours _pro domo suâ_, pleins de vues si
originales et si neuves, peut-être M. le préfet de la Seine abuse-t-il
un peu de l'ironie, figure qui devient facilement monotone pour peu
qu'elle se prolonge. Si les Parisiens actuels sont si _nomades_ et si
_vagabonds_, est-il bien généreux à M. le préfet de les en railler avec
une si cruelle persistance? J'ai un ami qui a changé dix fois de
domicile depuis dix ans. Il demeurait d'abord, quand je l'ai connu, rue
des Mathurins-Saint-Jacques; la rue des Écoles l'en a chassé. Il s'est
réfugié rue de la Harpe; le boulevard de Sébastopol a jeté sa maison
bas. Il a cherché un nouvel asile derrière l'Odéon; la rue de Médicis
l'a forcé de fuir. En désespoir de cause, il a passé l'eau: le boulevard
Magenta, le boulevard du Prince-Eugène et cinq ou six autres l'ont
poursuivi, traqué, acculé. M. Haussmann lui reproche de déménager trop
souvent: il a bien raison. Pourtant mon ami trouve que M. Haussmann a la
plaisanterie lugubre.



IV

LES MAISONS


Tout le long de ces rues et de ces boulevards nouveaux, nos architectes
ont bâti des maisons dont il est temps de dire un mot. Il y a des
quartiers où elles ressemblent à des palais: entrée monumentale,
surmontée de rosaces et de bas-reliefs; du bronze et du marbre partout,
de l'or au balcon, etc. J'ai examiné en détail un de ces palais dans la
rue de Rivoli: il est habité au rez-de-chaussée par un marchand de vin
et un charcutier; au premier par un tailleur; au second par une modiste;
au troisième par un huissier. Le reste ne vaut pas l'honneur d'être
nommé. Je ne m'en plains pas: je voudrais que tout le monde, même les
huissiers, logeât «sous des lambris dorés.» Mais ce bronze est du zinc,
cet or est du badigeon. Il en est un peu de ces palais comme des décors
de théâtre: il faut les voir à distance, sans chercher à les toucher du
doigt.

Les vieilles maisons de Paris, comme on en trouve encore au Marais,
avaient bien leur prix. Pour l'élégance elles font piètre mine à côté
des maisons modernes, et nos dandys consentiraient tout au plus à y
loger leurs chevaux. Les portes d'entrée rustiques conduisent à des
appartements carrelés; mais l'escalier est large et monumental, les
couloirs sont vastes, les dégagements faciles, les plafonds élevés. Une
famille patriarcale tiendrait sans gêne dans ces grandes pièces, où l'on
n'en était pas venu encore à mesurer l'espace à un centimètre près. Les
palais nouveaux, sépulcres blanchis, faits de plâtras et de rognures de
pierre, que le moindre coup de vent ébranle du haut en bas, sont divisés
verticalement et horizontalement en tranches exiguës, dans chacune
desquelles un ménage parisien étouffe, faute d'air, de lumière et
d'espace, comme une fleur (je suis poli) entre deux pavés. Ce que
l'administration a rendu d'air à la ville en élargissant les rues, les
propriétaires le retirent, et au delà, en rétrécissant les appartements.
Il le faut bien: l'espace de toutes parts est rogné par l'ampleur et la
multiplicité des nouvelles voies, qui sur quelques points se touchent,
pour ainsi dire, ne laissant pas même entre elles un espace suffisant
pour que deux maisons adossées s'y puissent développer à l'aise. Le
terrain est hors de prix, et on l'économise précieusement comme s'il
était d'or pur. Ah! si les Parisiens pouvaient loger dans la rue, ils
seraient trop heureux!

Des mouches même auraient peine à respirer en ces réduits étroits,
encombrés des mille et un brimborions de la mode. On y a constaté des
cas d'asphyxie d'oiseaux. Les maisons récentes rappellent, pour la
plupart, ces boîtes à compartiments où les caricaturistes nous montrent
les voyageurs contraints de se camper, au moment des expositions et des
trains de plaisir. Ce sont moins des maisons que des malles à six
étages. Le propriétaire économise dans l'escalier une niche pour le
concierge, qui n'est pas toujours aussi bien logé qu'un chien de garde,
et sous la partie supérieure du toit une rangée de chambres, où l'on ne
peut se tenir debout qu'au centre. Les paliers sont larges d'un mètre
carré, la cour est un entonnoir ténébreux, hanté par des exhalaisons
pestilentielles qui y tiennent lieu d'atmosphère, et où j'ai vu plus
d'une fois, gracieusement adossés, la pompe des locataires et... le
cabinet _intime_ du portier.

Je demande pardon du détail, mais il complète le tableau. Ô bonnes gens
de province, vous êtes bien vengés!

Tous ces _palais_ semblent jetés dans le même moule, et il est aisé de
comprendre pourquoi: l'administration impose l'alignement et
l'élévation; elle n'impose pas le nombre des étages, mais elle fixe un
_minimum_ de hauteur pour chacun d'eux, et un _maximum_ d'élévation pour
la maison. Les propriétaires, qui n'aiment pas à perdre de place, au
prix où sont les terrains, d'une part prennent généralement ce _minimum_
pour règle et se gardent bien de le dépasser; de l'autre atteignent
l'extrême limite de ce _maximum_, pour faire rendre au sol tout ce qu'il
peut porter et compenser en élévation le peu d'étendue de la superficie.
De là cette richesse et cette variété de coup d'œil qui, dès l'entrée
d'une nouvelle rue, allonge dans une perspective d'une demi-lieue des
rangées de maisons passées au même niveau, et offrant de la base au
sommet le même nombre de fenêtres strictement rangées sur la même ligne.

Cent personnes vivent entassées les unes au-dessus des autres sur les
différents échelons de ce perchoir. En montant sur une chaise, on peut
toucher de la tête les pieds du voisin. Tous sont esclaves de tous, dans
ces abominables cages parisiennes, où l'on est condamné à tous les
bruits, à toutes les odeurs, à toutes les maladies de ses compagnons de
chaînes. Bon gré mal gré, par les fenêtres vous recevrez les confidences
olfactives de toutes les cuisines de la maison; par les portes, le
piétinement de tout ce qui passe sur l'escalier; par les cheminées, des
bribes de toutes les conversations et de toutes les disputes.
Au-dessous, madame a la migraine: vous voilà condamné, par la galanterie
et la compassion, à mettre des pantoufles et à marcher sur la pointe des
pieds pendant huit jours; vis-à-vis, mademoiselle étudie son piano, et
répète six mois de suite, du matin au soir, les exercices de Quidant: ce
supplice est de ceux qui ne se décrivent pas. Des enfants qui jouent à
la toupie dans l'appartement supérieur suffisent à vous rendre tout
travail impossible. Le grincement d'une chaise ou de la porte d'une
armoire vous donne des insomnies; un voisin qui se mouche au milieu de
la nuit vous réveille en sursaut. Vous êtes bloqué et traqué par un
essaim de bruits qu'il faut subir jusqu'au dernier. Et, pour comble,
s'il prend fantaisie à votre concierge de manger de la soupe aux choux,
il faudra bien aussi que, par l'escalier ou par la cour, ou des deux
côtés à la fois, vous en avaliez toutes les exhalaisons une à une et
jusqu'à la lie.

Je n'invente rien, je raconte ce que j'ai éprouvé moi-même,

     Quæque ipse miserrima vidi,
     Et quorum pars magna fui.

Telle est la règle commune. Je sais bien qu'il y a des exceptions, en
particulier dans les maisons bâties à l'usage des millionnaires; il est
inutile de me les opposer. La plupart des propriétaires, gens sagaces,
ont imaginé un moyen ingénieux d'éviter à leurs locataires tous ces
petits désagréments, en les remplaçant par d'autres qui les compensent
avec avantage. Le plus simple serait de supprimer la cause première;
comme cela ne regarderait qu'eux, ils n'y pensent même pas: cette cause
est passée à l'état de principe et d'axiome, et il ne s'agit plus pour
ces messieurs de faire des maisons conformes aux besoins des locataires,
mais de se faire des locataires conformes aux vices de leurs maisons. Ce
sont des rois absolus qui trouvent plus commode de réformer leurs sujets
que de se réformer eux-mêmes, et qui bâtissent tout un système
d'ordonnances et de prohibitions sur leurs propres défauts. Par exemple,
pour éviter les odeurs, ils interdiront au concierge de manger de la
soupe aux choux, ce qui est attentatoire à la dignité d'un citoyen
libre. Pour éviter le bruit, ils interdiront au locataire d'avoir des
enfants, ce qui est attentatoire à la moralité publique: il est vrai que
l'exiguïté de ses appartements suffirait à elle seule pour le lui
interdire. Les chiens sont mis à l'index, les oiseaux à peine tolérés.
On commence même à proscrire le piano, ce qui est dur,--au moins pour
les personnes qui en touchent. Les locataires sont mille contre un, et
ils se laissent imposer tout cela, au lieu d'imposer eux-mêmes au
propriétaire des cours mieux aérées, des appartements plus hauts et des
plafonds plus épais.

Que diriez-vous d'un tailleur qui, non content de vous donner de
l'orléans pour de l'elbeuf, à l'entrée de l'hiver, voudrait encore vous
faire payer les frais de sa malhonnêteté et de sa ladrerie, et ne vous
livrerait sa redingote qu'à la condition expresse que vous ne sortirez
pas de chez vous, de peur de vous enrhumer? Le propriétaire parisien
ressemble à ce tailleur, et voilà le beau marché que nous signons tous
les jours, en payant fort cher pour cela.

Car, il faut bien en revenir là, ces appartements, ou plutôt ces
_compartiments_ mesquins, de si haute apparence et de si pauvre réalité,
marbre au dehors et cendre au dedans, se cotent aux prix que vous savez,
dix fois plus cher que ne se louaient autrefois ces grandes habitations
dont je parlais tout à l'heure, quatre fois plus qu'elles ne se louent
encore aujourd'hui. Il en est d'eux comme de ces restaurants splendides,
où l'on mange de maigres biftecks, mais où l'on fait payer les dorures
aux consommateurs. Toutes ces magnificences extérieures, commandées de
plus en plus par la transformation et les _embellissements_ de la ville,
sont un leurre puissant à la vanité parisienne, qui de tout temps a
mieux aimé et qui paye plus volontiers les apparences du luxe sans la
réalité, qu'elle ne ferait de la réalité sans les apparences. Les
propriétaires, aussi bien que les architectes, trouvent leur compte à
ces goûts candides, et ils se rattrapent en dedans de leurs prodigalités
du dehors, en économisant sur la solidité, l'espace et le confortable,
ce qu'ils ont donné au plaisir des yeux. Vraie piperie, dont tous les
Parisiens se rendent complices par l'empressement qu'ils montrent à se
laisser duper.

Et puis, du moins dans les quartiers centraux, le remplacement des rues
par des boulevards de trente mètres, l'élargissement prodigieux de
toutes les voies nouvelles, ont singulièrement rétréci et par là même
accru de valeur le domaine du sol habitable. Le terrain a décuplé et
parfois presque centuplé de prix, en proportion des demandes, et pour
bien d'autres motifs encore. Tel mètre carré, qui jadis valait
vingt-cinq francs dans la rue de la Vieille-Harengerie, en vaut plus de
mille aujourd'hui, au coin de la rue de Rivoli et du boulevard de
Sébastopol. Les spéculateurs se sont jetés sur cette nouvelle proie.
Tout ce que le Limousin renferme de maçons ne peut suffire à la tâche,
et la multitude des bâtisses, comme on dit en style technique, a fait
hausser la main-d'œuvre. Cela est naturel, et il est naturel aussi que
les propriétaires profitent de toutes ces raisons, en les grossissant
d'un bon nombre de prétextes, qui ne manquent pas davantage, pour élever
le prix des loyers. Ils ne font qu'user de leur droit, même lorsqu'ils
en abusent. Qu'on veuille bien croire que je ne réclame pas contre eux
l'application du _maximum_. Il est vrai qu'on taxe le pain, et qu'un
logement est, comme le pain, un objet de première nécessité; mais je
trouve que nous avons bien assez de réglementation pour notre bonheur,
et je crois qu'il est prudent de ne pas trop demander à l'État un
certain genre de services, où il s'empresse toujours de dépasser nos
désirs.

De temps en temps, quand les gémissements des locataires, ce pauvre
peuple taillable à merci, s'élèvent en chœur sur un ton plus lamentable
que d'ordinaire, l'administration s'inquiète et avise. Elle fait un
discours éloquent, elle publie une note catégorique et concluante, d'où
il appert, de la façon la plus nette du monde, qu'elle ne démolit pas
une maison sans en bâtir sept pour la remplacer, qu'il y a actuellement
quinze ou vingt mille logements vacants à Paris, et que, par conséquent,
la cherté des loyers est un fait transitoire et anormal, absolument
indépendant des derniers travaux, contraire à la logique des choses, et
qui ne peut manquer de cesser dans un avenir prochain; que les
embellissements de Paris n'ont causé aucune aggravation de charges aux
Parisiens, et que le dégrèvement des taxes locales en sera, au
contraire, la conséquence infaillible.

Et les loyers montent toujours.

Mais du moins, comme les malades de Molière, on a la satisfaction de
savoir que l'on meurt dans les règles. Et cela est agréable.

Donc les appartements parisiens réunissent l'extrême cherté à l'extrême
incommodité. On n'y loge pas, on y perche, on y campe entre ciel et
terre, soumis à toutes les servitudes imposées par le propriétaire, le
concierge et les voisins, toujours pressé d'en sortir, soit pour aller
chercher dans la rue un peu d'air, de calme et de repos,--oui, vraiment,
de repos; soit pour varier son supplice en changeant de logement. A-t-on
jamais bien réfléchi à l'influence que ce genre d'habitation doit
nécessairement exercer sur le tempérament physique et moral des
Parisiens? Croit-on que tout cela n'ait aucune action sur ce caractère
inquiet, sur cette irritabilité nerveuse qui en fait le peuple le plus
mobile et le plus capricieux du monde? Rien n'est doux, rafraîchissant,
salutaire à l'esprit et au cœur, plus calmant et plus bénin que le
_chez-soi_. Sans paradoxe, je suis convaincu que le _home_ anglais, cet
intérieur si paisible et si confortable, si isolé de tous les tumultes
du dehors dans les tranquilles jouissances de la maison, joue un grand
rôle dans les prospérités de l'histoire politique et sociale de la
nation, aussi bien que dans la patriarcale fécondité de ses mariages. Où
est le _chez-soi_ possible à Paris? Allez donc vous rafraîchir et vous
retremper dans nos appartements de carton, si transparents au bruit, et
pénétrés de tous côtés par la pression du dehors! L'administration
urbaine, dans les travaux du nouveau Paris, n'a supprimé que les moyens
matériels des révolutions, en supprimant les pavés et les
enchevêtrements de ruelles; elle en laissera subsister l'une des
principales causes morales, tant que subsisteront ces
logis-compartiments, voués à toutes les tyrannies tracassières; tant
qu'elle n'aura pas transplanté le _home_ sur les bords de la Seine. Je
sais bien qu'il est difficile de donner à chacun de nous, comme aux
habitants de Londres, sa maison et son jardin. Il ne s'agirait de rien
moins que de jeter bas toute la ville, et de reculer le mur d'enceinte
de quelques lieues; mais M. Haussmann est-il homme à s'effrayer pour si
peu!

Ô chère maison de province (ceci, lecteur, est presque une prosopopée),
quel doux souvenir j'ai gardé de toi, et comme je te revois souvent, du
fond de ces affreux appartements où l'on ne pénètre que par escalade, et
d'où l'on ne sort qu'avec cette fatigue fébrile et cette espèce de
courbature morale qui suivent un sommeil cent fois troublé par les
bruits de la rue! Elle est bâtie au grand air, la maison de province,
tout près de l'église, dont on voit le clocher de son lit, et à cinq
cents pas du bois. Un tapis de gazon doux au pied la précède, un cep où
pendent des raisins picorés par les moineaux la tapisse du haut en bas.
On y entre sans grimper, et dès le seuil on est chez soi. Au
rez-de-chaussée, la cuisine, grande comme un appartement parisien, la
salle à manger, quelquefois un salon, ayant vue sur le bois; au premier
étage, les chambres à coucher, et la chambre d'ami, cette bonne chambre
que Paris ne connaît pas; au-dessus, le grenier; derrière, un jardin où
babillent les oiseaux, où fleurissent les roses, où les pommiers et les
groseilliers mûrissent; au bout, la rivière. Par la fenêtre, on voit des
pêcheurs à la ligne, des bœufs qui passent et du linge bien blanc,
étendu sur des cordes dans des prés tout verts; on entend les chansons
des fillettes et les bons contes des lavandières entremêlés de vigoureux
coups de battoir.

Elle est bâtie en briques rouges, la maison de province, et elle coûte
dix mille francs! Pas d'œil dans votre vie, pas de pieds sur votre tête,
pas de tête sous vos pieds, point de concierge, entendez-vous, point de
concierge! On n'y vit pas sous la constante préoccupation du terme et
sous la terreur du congé. Rien ne vous empêche d'y agir à votre gré et
d'y dormir à votre aise quand il vous en prend envie. Vous êtes chez
vous. Il n'y a qu'à fermer les volets pour s'isoler complètement du
reste de la création. La famille y demeure depuis six générations; la
mère y est morte, l'enfant y est né, vous y êtes né et vous y mourrez
vous-même. Toute la maison déborde de traditions et de souvenirs; vous
ne pouvez faire un pas, ni lever les yeux, sans qu'ils vous envahissent
avec une irrésistible douceur par tous les objets qui vous entourent.

Et nous, pauvres victimes de la civilisation parisienne, campés sous des
tentes nomades, réduits à chaque instant à emporter notre maison sous la
plante de nos pieds, nous semons notre vie en détail à tous les coins de
la grande ville, dans vingt logis banals dont aucun ne gardera notre
trace et ne restera sacré pour nous par cette rêverie magique que chaque
coup d'œil ramène à la pensée attendrie. Comme des grains de sable
éparpillés sur la route, toutes les dates charmantes ou douloureuses de
notre existence gisent oubliées çà et là. Hier, un étranger que je n'ai
jamais vu habitait à cette place, qu'on vient de lui prendre pour me la
donner, en attendant qu'on me la reprenne pour la passer à un autre,
que je ne verrai jamais. Il me semble que j'ai succédé à un mort. La
chambre d'auberge indifférente et glacée, le wagon toujours en
mouvement, où, dès qu'un voyageur est descendu, un autre monte pour le
remplacer, voilà l'image de la maison de Paris. Elle n'a pas de nom,
elle ne porte que des numéros, comme ces cabanons de bagnes où l'homme
lui-même devient un chiffre. On se rappelle vaguement, quand on a bonne
mémoire, qu'on a perdu sa mère au numéro 24, qu'on s'est marié au numéro
15, qu'on a eu son premier enfant au numéro 36; c'est tout. Et on se
demande à quel numéro l'on mourra.

Hier, une vision du passé s'était penchée sur mon cœur. Il faisait un
doux soleil d'automne; le macadam avait la sérénité d'un ciel sans
nuage, et le nouveau Paris lui-même me souriait d'un air tendre et tout
à fait engageant. L'idée me prit de revoir encore une fois certaine
maison que je sais. Je voulais seulement passer à pas lents sur le
trottoir, lever les yeux à la hauteur du troisième étage et regarder
l'_endroit_. Il y a ainsi des jours de soleil où l'on est heureux à bon
compte. À peine arrivé, un grand serrement de cœur me prit. Il n'y avait
plus rien; la rue même avait disparu, et sur l'emplacement de la maison
démolie, des ouvriers étendaient une couche de bitume fumant, qui
empestait l'air à cent pas.

Cruel Paris! Paris infâme! qu'il faut t'aimer follement pour te
pardonner tout cela!



V

LES SQUARES ET LES PROMENADES


Maintenant, comme Télémaque sortant des Enfers pour entrer aux
Champs-Élysées, je pousse un soupir de soulagement, en abordant enfin
cette partie plus agréable de la description du nouveau Paris. Quoi
qu'aient pu croire certains lecteurs en parcourant les précédents
chapitres, la vérité est que j'ai faim et soif d'admirer, et que
personne ne loue avec une satisfaction égale à la mienne, quand j'en
puis trouver l'occasion. Je vais le prouver tout de suite.

L'administration parisienne, qui, par nature et par système, n'a pas
souvent des idées riantes, a eu pourtant quelque chose qui en approche,
le jour où elle s'est avisée d'ouvrir çà et là des squares, comme autant
d'oasis dans ce grand désert de pierre où les lorettes et les
vaudevillistes peuvent seuls respirer à l'aise. Elle nous devait bien ce
petit dédommagement pour tant de plâtras, de moellons, d'asphalte et de
becs de gaz. Grâce à cette innovation, le bourgeois de Paris, altéré
d'ombre et de verdure, n'est plus condamné à les aller chercher au loin,
jusqu'au Luxembourg ou au Jardin des Plantes: il a maintenant l'une et
l'autre à quelques pas de sa porte, ou du moins il en a le semblant, et
le Parisien n'en demande jamais davantage.

Dans l'histoire de l'édilité actuelle, c'est l'épisode des plantations
que nous aimons le mieux. Il ne faudrait pas croire pourtant que cet
épisode-là ne date que de nos jours. Les régimes précédents avaient bien
fait quelque petite chose. Sous Henri IV, six mille pieds d'arbres
furent plantés dans Paris par les soins et aux frais de Fr. Miron,
lieutenant civil et prévôt des marchands, l'un des hommes qui ont le
plus fait pour embellir Paris sans le bouleverser. Ce règne aussi et les
deux suivants virent la création des jardins du Luxembourg, des
Tuileries et du Palais-Royal (dont le public ne devait profiter que plus
tard), du Jardin des Plantes, du Cours-la-Reine et d'une partie des
Champs-Élysées. C'est là un ensemble respectable, et qui mérite qu'on en
tienne compte, si l'on veut bien réfléchir surtout qu'on ne l'avait
point fait payer par ces compensations désastreuses que nous verrons au
chapitre suivant. Mais le passé est passé: revenons au présent.

Jusqu'aujourd'hui, on nous a donné une douzaine de squares, sans compter
ceux des communes annexées. Il y en a sur la place Louvois, devant le
Conservatoire des arts et métiers, sur l'emplacement du vieux Temple, à
la tour Saint-Jacques, autour de la fontaine des Innocents, sur le
terre-plein de Notre-Dame, sur la place du Carrousel, devant
Sainte-Clotilde, derrière l'hôtel de Cluny, etc., sans parler des
parterres qui s'étendent de chaque côté du Louvre, vis-à-vis le pont des
Arts et l'église Saint-Germain-l'Auxerrois; sans compter aussi les
massifs et les jardins anglais dont on a enrichi la maigre végétation
des Champs-Élysées. Il y en a un rue Montholon, sur le prolongement de
cette nouvelle rue Lafayette, qui va si heureusement poursuivre, mais
non compléter, le réseau stratégique du Paris nouveau, en reliant l'une
à l'autre les gares de l'Est et du Nord, et en coupant les faubourgs
Poissonnière et Montmartre pour venir converger en plein boulevard, au
confluent de cinq ou six autres larges voies sillonnant la ville dans
tous les sens. Il y en aura aussi, dit-on, aux deux extrémités du
nouveau pont Louis-Philippe. On en médite d'autres, dont la place est
déjà marquée. Voilà ce qui s'appelle marier l'agréable à l'utile, et
c'est proprement la perfection de l'art, suivant Horace et Boileau.

De plus, il est question de créer deux squares grandioses aux extrémités
sud et nord de Paris: sur la butte Montmartre, un jardin anglais à
triple étage, ayant le ciel pour horizon, la grande ville à ses pieds
pour panorama, et dont les plateaux superposés communiqueraient les uns
avec les autres par des escaliers monumentaux disposés en fer à cheval;
à la Glacière, un parc de dix-huit hectares dont les pentes seraient
disposées de telle façon que, de tous les endroits, on pût jouir du plus
merveilleux point de vue, en particulier du _magique_ coup d'œil
qu'offre la vallée de la Bièvre, dominée par une colline couverte de
maisons et, dans le lointain, par les dômes du Panthéon et du
Val-de-Grâce. Ce sont là jusqu'à présent des projets, pas autre chose,
et de la coupe aux lèvres il y a loin, dit le proverbe. Mais ce
proverbe-là est bien vieux, et ne paraît plus guère de saison.
Autrefois, on eût pu répondre hardiment: C'est impossible; aujourd'hui
il faut répondre modestement: C'est très-probable. Le premier mot a pour
synonyme actuellement le second dans le dictionnaire de l'édilité
parisienne.

L'établissement du jardin anglais à triple étage sur la butte Montmartre
offrant surtout des difficultés particulières, qui exigeront d'énormes
dépenses, on peut parier avec quelque chance en sa faveur. Déjà des
légions d'ouvriers sont installées aux buttes Chaumont et sur les
carrières du Centre, comblées et nivelées, pour y installer à grands
frais une promenade pittoresque et grandiose[5]. Un tel projet devait
sourire à l'imagination titanique de M. le préfet de la Seine, qui
serait bien aise, d'ailleurs, de se mesurer de près avec la mémoire de
la reine Sémiramis, et de lui rendre des points en fait de jardins
suspendus. Il est évident que le souvenir de Babylone et des sept
merveilles du monde, chantées sur tous les tons par les poëtes-badauds
de l'antiquité, n'a pas été sans influence sur les embellissements de
Paris, après toutefois certaines pensées stratégiques que nous avons
essayé d'indiquer plus haut,--et qu'on a la noble émulation de détrôner
les anciens,--ne fût-ce que pour venger la civilisation moderne du
mépris systématique des archéologues, et pour leur montrer qu'on peut
vaincre aisément ces prétendus prodiges, admirés jadis par des peuples
enfants! Nous reprendrons quelque jour, en l'appliquant à un autre
héros, le projet de ce sculpteur qui voulait tailler avec le mont Athos
une colossale statue d'Alexandre. Pourquoi les merveilles de l'âge
actuel ne remplaceraient-elles pas celles de l'époque mythologique, dans
les tableaux de l'histoire et les déclamations des classes?

[Note 5: Un journal de province s'est attiré un _communiqué_ pour
avoir évalué à une trentaine de millions les frais d'établissement de
cette dernière promenade: ils ne paraissent pas devoir dépasser le quart
de cette somme, dit le _communiqué_,--d'où l'on peut conclure hardiment
qu'ils en atteindront au moins la moitié.]

Les jardins suspendus de Babylone dépassés par les jardins anglais des
buttes Montmartre et Chaumont, «admirable matière à mettre en vers
latins,» pour un prochain grand concours!--Beau paragraphe à ajouter à
une nouvelle édition du programme d'histoire contemporaine de M. Duruy!

Nous sommes loin,--quoiqu'il y ait à peine huit ou dix années de
cela,--du temps où il n'existait d'un bout à l'autre de Paris qu'un seul
square, celui de la place Royale.

On crée maintenant un jardin ou un parc pour le moins aussi vite qu'une
maison. On fait pousser à merveille du gazon sur le bitume et des
massifs de verdure sur les pavés; au besoin, on se passerait
parfaitement de ce qu'on appelle la nature pour arriver à tous les
résultats qu'elle produit. Ce n'est plus qu'à la campagne qu'on a encore
la naïveté de croire à la nécessité de la nature pour avoir des fruits
et des fleurs, comme à la nécessité du raisin pour faire du vin. À
Paris, nous sommes plus avancés que cela.

Ceux de mes lecteurs qui sont assez favorisés des dieux pour posséder
une maison des champs savent ce qu'il en coûte de temps et d'attente
avant de jouir de l'arbre qu'ils ont planté eux-mêmes. C'est quelquefois
l'affaire de plusieurs générations. En confiant une _quenouille_ à la
terre, ils peuvent se dire, comme le vieillard de la Fontaine:

     Mes arrière-neveux me devront cet ombrage.

Il semble donc qu'il y eût là un obstacle quasi insurmontable pour la
création des squares; mais l'administration parisienne, féconde en
ressources, avait deux moyens pour un de s'en tirer. Le premier, c'était
de ne pas mettre d'arbres dans ses squares, et elle a usé pour
quelques-uns de ce stratagème aussi ingénieux que simple. Qui empêche de
faire des squares sans feuillage, et, s'il le faut, sans verdure, à
l'instar de cet _impresario_ de province qui donnait _la Dame blanche_
en supprimant la musique, et de ces grands cuisiniers parisiens qui font
tous les jours du civet de lièvre sans lièvre? L'autre moyen n'est, par
malheur, ni aussi simple, ni aussi économique. Il consiste à enlever du
sol qui les a vus naître des arbres tout entiers, avec leurs racines et
le terrain adhérent, pour les transporter ainsi partout où l'on veut, à
l'aide d'un appareil ingénieux, mais dont l'emploi coûte fort cher[6].
De plus, le _sujet_ n'échappe pas toujours aux dangers de cette
opération chirurgicale, encore aggravés par ceux du voyage. La nature se
venge de ceux qui la violentent. L'arbre transplanté dans un autre sol
semble pris de nostalgie; il maigrit, il jaunit, il se courbe, il
dépérit à vue d'œil sous les tassements du sol et la mortelle poussière
du macadam. On avait un géant dans la forêt; on n'a plus dans le square
qu'un nain rabougri et contrefait. Là-bas il se nourrissait d'air vif et
pur; ici il ne boit plus que les miasmes du gaz et de l'eau de Seine non
filtrée. C'est en vain qu'on le soigne avec une sollicitude toute
maternelle, qu'on l'arrose de douches et d'injections savantes, qu'on
prodigue à ses racines les tuyaux de drainage, qu'on l'entoure et le
protège de tout un appareil disgracieux de maillots, de parasols en
toile, palissades, entonnoirs, bains de pieds, qui le font ressembler à
ces petits vieux emmitouflés de flanelle et de coton, soutenus par des
béquilles, chauves, branlants, ridés, exhalant à dix pas une odeur de
tisane et de lait de poule: on peut bien le préserver de la mort, mais
on ne peut le rattacher à la vie. Ces pauvres arbres étiques font peine
à voir; ils vivent de régime comme des poitrinaires, et, par les
chaleurs de l'été, on aurait plus envie, en conscience, de leur donner
de l'ombre que de leur en demander.

[Note 6: Chaque arbre ainsi transplanté revient, en moyenne, à deux
cents francs. (_Revue des Deux Mondes_ du 1er février 1865, article
de M. Clavé.)]

Les squares, de dimensions fort diverses, sont jetés à peu près dans le
même moule. Autour du monument qui sert de centre,--presque toujours une
fontaine,--s'arrondit une pelouse, couverte çà et là de petits massifs
de fleurs, agréablement disposés. Le long des grilles s'étendent de
larges plates-bandes de gazon, émaillés de fleurs aussi, et d'arbustes
au feuillage toujours vert. Ma profonde ignorance en botanique ne me
permet pas une description plus brillante et plus pittoresque. Dans les
allées, des bancs à claire-voie, au dossier renversé, attendent les
promeneurs. Les plus aristocratiques de ces parcs en miniature y
joignent des chaises pour leurs habitués du grand ton.

Quelquefois le square se compose exclusivement de rangées d'arbres, sans
pelouse, sans fleurs et sans gazon, ce qui est d'un aspect assez triste,
dès que l'automne ramène la chute des feuilles. Plusieurs sont vraiment
d'une sobriété de végétation et d'une maigreur de physionomie qui
rappellent par trop certains sites des environs de Paris, les jardins de
la Villette et de Pantin, par exemple. Dans la plupart on trouve moins
de gazon que de bitume, de fleurs que de cailloux. Ce sont des oasis qui
semblent faites en pierre et en carton peint, et où l'on sent
l'architecte encore plus que le jardinier. Retranchez-en les trottoirs,
les grilles, les larges allées et les bancs, vous verrez ce qui restera.
Presque jamais on n'y peut oublier un moment qu'on est dans la patrie du
gaz, de l'asphalte et du macadam. Passe encore pour ceux qui ont été
créés de toutes pièces! Mais pourquoi, par exemple, avant de tracer le
square du Temple, a-t-on commencé par raser les grands arbres du jardin
qui en occupait l'emplacement, au lieu d'en faire profiter le public?
L'administration se croirait-elle déshonorée de conserver de beaux
arbres qui ne lui coûteraient rien, au lieu d'en planter de chétifs qui
lui coûtent fort cher?

À vrai dire, ce n'est pas là un inconvénient réel pour le vrai Parisien,
le Parisien pur sang, celui qui, même dans le paradis terrestre,
regretterait son petit ruisseau de la rue du Bac. Malgré l'amour effréné
qu'il affiche pour la villégiature, au retour de chaque printemps, il
n'est pas d'homme au monde qui aime et comprenne moins la nature. La
campagne n'est pour lui qu'une affaire de mode et de _genre_, une petite
gloriole de citadin enrichi. Au fond, soyez sûr que, sans le respect
humain, le géranium qu'il arrose dans un pot, sur son balcon, suffirait
amplement à ses instincts champêtres. Il lui faut la nature des environs
de Paris, les fritures d'Asnières, la poussière de Romainville, les
mirlitons de Saint-Cloud, les chalets suisses d'Auteuil, et les arbres à
trois étages de Robinson, où l'on mange du filet au madère et des
meringues à la crème, au milieu du roucoulement des modistes de la rue
Vivienne et du gazouillement ingénu des fleuristes du Palais-Royal. Ce
qu'il trouve et ce qui lui plaît, dans ces campagnes étiolées de la
banlieue, c'est un demi-Paris, avec des ombres d'arbres qui lui
rappellent ceux de ses boulevards, des restaurants qui ressemblent à
ceux de la rue Montmartre, des marchands de coco, des marchandes de
plaisir, des montagnes russes, et la vue du dôme des Invalides à
l'horizon. Son idéal est d'aller manger un melon sur l'herbe, au bois de
Meudon, en nombreuse société. Il déteste les _trous_ où l'on ne voit
personne, où il n'y a pas d'estaminets, où l'on ne rencontre dans ses
promenades que de l'eau, de l'herbe, des arbres, des fleurs et des nuées
de petits insectes; où l'on ne sait que faire pour tuer le temps. S'il
loue une villa, il a soin de la choisir dans un endroit à la mode, et à
proximité du chemin de fer. Pour rien au monde, le vrai Parisien ne
voudrait d'une maison de campagne d'où il n'entendrait pas le sifflet de
la locomotive. En vous montrant son jardin, il vous dit avec orgueil:«Le
chemin de fer passe à deux pas; j'entends tous les trains.» Son rêve
serait qu'on pût bâtir les villes à la campagne, ou transporter la
campagne à Paris. Les squares sont justement faits pour répondre à ce
rêve. C'est bien ce qu'il fallait au Parisien. Si l'on y avait mis plus
de verdure et d'ombrage, il se plaindrait amèrement que les arbres
l'empêchent de voir passer les omnibus.

Et pourtant l'ingrat ne hante guère ces squares qu'il admire tant: il se
contente presque toujours de les regarder à travers les grilles, ou de
les traverser pour abréger son chemin, et il en laisse la libre
possession aux bonnes d'enfants et aux nourrices, qui en forment la
population la plus assidue, et à peu près la seule permanente. L'élément
populaire domine dans presque tous les squares: la redingote ne fait
qu'y passer, la blouse s'y installe et s'y prélasse. Çà et là, on voit
poindre un schako conquérant derrière une nourrice, et des duos de
troupiers non gradés, se tenant par le petit doigt, errer comme des
ombres autour du beau sexe. De vieux rentiers sont assis au soleil sur
un banc, causant politique et traçant sur le sable, avec leurs cannes,
des lignes stratégiques, destinées à démontrer la prise de Sébastopol,
ou à résumer le plan d'une invasion infaillible, en cas de guerre contre
les Anglais. Heureusement, des légions de babys roses tourbillonnent au
milieu de ces graves conciliabules, semant partout, comme des rayons de
soleil, leurs frais éclats de rire et leur joyeux babil.

La mode n'a donc pas adopté les squares: il faut en prendre son parti.
Elle a moins adopté encore la promenade créée à grands frais sur
l'ancien parcours du canal Saint-Martin, depuis la rue de la Tour
jusqu'à la Bastille. On rencontre beaucoup plus de brouettes, de haquets
et de tapissières que d'équipages armoriés sur ce magnifique boulevard,
qui avait rêvé des destinées plus hautes et qui semble tout attristé
d'une telle chute. Figurez-vous les arènes de Nîmes ou le Colysée, bâtis
tout exprès pour servir de théâtre à un vaudeville de Vadé! Telle est
l'impression qu'on éprouve en voyant cette royale esplanade bordée de
chantiers et de marchands de vin, et sillonnée en tous sens par des
marquises coiffées de foulards et des dandys armés de crochets en guise
de sticks. On a pu métamorphoser le canal d'un coup de baguette, mais on
n'a pu changer le quartier. En eût-on fait cent fois plus encore, il
était difficile d'attirer le beau monde dans ces parages, bornés à tous
les points cardinaux par le faubourg du Temple, le bureau central des
pompes funèbres, l'abattoir et l'hôpital Saint-Louis, ce champ d'asile
de ce que la médecine appelle en termes gracieux «les maladies
cutanées.»

Avez-vous souvenir de ce qu'était l'ancien canal Saint-Martin, surtout
dans la partie qui a fait l'objet des nouveaux travaux? Celle qui reste
intacte vous en donnera au besoin une idée, quoique bien insuffisante.
Avec ses ponts tournants, ses écluses, ses bords escarpés, ses berges
encombrées, le jour il était d'un aspect hideux, la nuit d'un aspect
sinistre. D'un accès toujours difficile et souvent périlleux, le vieux
canal aux eaux croupissantes avait, comme la forêt de Bondy, sa légende
pitoyable, grossie à plaisir par la terreur quasi superstitieuse des
citadins. C'était un des plus infatigables pourvoyeurs de la Morgue. La
police elle-même n'a jamais su au juste le nombre des piétons avinés qui
ont trébuché, au milieu d'une chanson bachique, dans ce ténébreux cours
d'eau. Des bandes d'oiseaux de proie y guettaient à l'affût, cachés
parmi les complaisantes épaves de la rive, le passant désarmé et sans
défiance. La physionomie du lieu semblait inviter au suicide ou à
l'assassinat. Chaque soir, les ombres des victimes du canal Saint-Martin
revenaient errer sur le boulevard du Crime, et pousser leurs
gémissements lugubres dans les pièces de M. Dennery. La transformation
opérée a relégué toutes ces lamentables histoires dans le domaine des
mélodrames de l'Ambigu. Mais il est vrai de dire néanmoins qu'elle a
restreint le péril plutôt qu'elle ne l'a fait entièrement disparaître,
puisqu'elle ne s'est attaquée qu'à une partie privilégiée du parcours,
et que, de la rue du Faubourg-du-Temple jusqu'à la Villette, le vieux
canal reste ce qu'il était jusqu'alors. Messieurs les voleurs auraient
encore beau jeu dans toute l'étendue de l'enclos Saint-Laurent.

Ceci est une première restriction, qui pourra paraître naïve, à force
d'être naturelle. En voici une seconde qui n'est peut-être pas tout à
fait si naïve: c'est que les gigantesques travaux exécutés par M.
Alphand n'ont pas à beaucoup près, dans leur ensemble, un caractère
d'utilité publique qui puisse être mis en balance avec les frais énormes
qu'ils ont coûtés. J'y vois, comme dans bien d'autres créations du
nouveau Paris, un emploi de moyens tout à fait en disproportion avec le
but, comme pour faire croire à la grandeur du résultat par celle de
l'effort.

Cette remarque ressemble à une contradiction, après tout ce que je viens
de dire, et pourtant ce n'en est pas une. Soit que l'on voulût
simplement ouvrir une large voie à la circulation dans ces parages d'un
abord jusque-là si rebutant, soit qu'on voulût détruire une cause
permanente de périls, il suffisait de déblayer, d'égaliser et d'élargir
les rives du canal. On ne voit pas où était la nécessité de l'enterrer
lui-même sous un chemin couvert, sinon pour le plaisir d'exécuter une de
ces œuvres difficiles et dispendieuses, qui saisissent l'esprit par leur
grandiose inutilité. Notez bien, en effet, que la partie centrale de
cette vaste esplanade, celle qui cache le canal, étant couverte de
petits jardins qui servent à dissimuler les prises d'air, ne peut
profiter en rien à la circulation. Je ne suppose pas que ce soit pour le
plaisir pastoral et champêtre de faire ces petits jardins qu'on a pris
la détermination de recouvrir le canal. Un tel motif accuserait, de la
part de l'administration, des goûts bucoliques, dignes d'être chantés
sur le pipeau par Théocrite et Virgile, mais que rien ne nous permet de
lui attribuer. J'aime mieux croire, encore une fois, qu'elle a cédé
derechef à l'instinct séduisant du grandiose, et au désir de s'illustrer
par un de ces chefs-d'œuvre qui fournissent une si belle matière aux
articles de journaux, aux discours des préfets, voire aux descriptions
de l'histoire officielle, et font pousser des exclamations admiratives
au bon peuple de Paris.

L'esplanade du canal Saint-Martin se développe sur une largeur d'environ
quarante mètres, dans un parcours d'une demi-lieue de long. Dix-huit
petits squares, clos de grilles, y sont ménagés de distance en distance:
on peut les voir à son aise, mais on n'y entre pas, ce qui en diminue
singulièrement le charme. Une fontaine jaillissante s'élève au milieu de
chacun d'eux, et à l'extrémité se cachent dans des massifs verdoyants
les soupiraux circulaires, destinés à donner de l'air et du jour au
canal souterrain. De temps à autre, on voit tout à coup jaillir de ces
soupiraux des panaches de fumée, qui dénoncent au promeneur le passage
invisible d'un bateau à vapeur sous ses pieds.

Mais ce spectacle du dehors n'est rien auprès de celui du dedans. Les
amateurs d'émotions neuves ne peuvent pas plus se dispenser maintenant
d'une excursion sur le canal Saint-Martin que d'un voyage en ballon. La
première sensation qu'on éprouve est étrange, à se voir glisser sous
terre, entre les murs d'une voûte de quatre mètres de haut et de quinze
de large, avec les bruits lointains de la ville dans les oreilles et des
roulements de fiacre sur sa tête. Il semble qu'on soit entré dans le
royaume des gnomes. Le soleil, pénétrant par les soupiraux, découpe sur
la voûte une série de cercles étincelants, et la lumière intérieure est
assez abondante pour éclairer tout le trajet. D'un bout à l'autre, on y
peut lire son journal sans se fatiguer les yeux. Cette expédition est
curieuse à faire une fois, mais à la longue elle manque de pittoresque,
ou du moins le pittoresque en est trop uniforme et sent trop la main des
ingénieurs.

Les nouveaux travaux du canal Saint-Martin constituent une sorte
d'appendice fastueux au chapitre des égouts parisiens. Ils ferment, par
un trait final qui dépasse tous les autres, ce hardi développement de la
ville souterraine, qui embrasse, dans ses ramifications infinies, une
étendue de plus de cent trente lieues. Qu'on nous parle encore de
l'aqueduc d'Ancus Martius et du _cloaque_ de Tarquin! Ce sont des jouets
d'enfants, bons à reléguer dans l'histoire ancienne avec les sept
merveilles du monde, et qui feraient sourire de pitié le moindre de nos
conseillers municipaux. Les Romains sont dépassés, voilà qui est
entendu, et si quelque stoïcien incorrigible osait encore n'être pas
suffisamment fier de son pays et de son époque, il ne resterait qu'à le
renvoyer au canal Saint-Martin ou au grand égout collecteur.



VI

LES PARCS ET JARDINS


Lorsque Turenne eut été emporté par un boulet de canon, on créa huit
maréchaux de France pour le remplacer, sur quoi la voix du peuple appela
ces huit maréchaux _la monnaie de M. de Turenne_. Le mot me revient en
mémoire comme tout à fait de circonstance, au moment où, après avoir
parlé des nouveaux squares de Paris, je vais parler de ses anciens parcs
et jardins. Assurément, c'est une heureuse innovation, je l'ai dit, que
cette multitude de squares semés, comme autant d'îlots de verdure, sur
toute la face de la ville; mais je les admirerais beaucoup plus, et
sans arrière-pensée, si je pouvais y voir autre chose que la menue
monnaie des grands parcs bouleversés et des grands bois réduits à la
portion congrue.

Je ne veux rien exagérer: le boulet de canon de l'alignement, pointé par
l'artillerie de l'utilité publique, n'a pas encore jeté bas ces beaux
jardins qui faisaient l'orgueil et la joie de Paris; mais il les a
rudement écornés et rognés au passage! Il n'y en a pas un qui n'ait plus
ou moins senti les éclaboussures de cette terrible mitraille. Qui
oserait se dire aujourd'hui complétement rassuré? Les habitués du
Luxembourg, comme ces invités à la fête napolitaine donnée au
Palais-Royal en 1850, sentent qu'ils se promènent sur un volcan. L'ombre
de M. Haussmann, armé de sa baguette magique, les poursuit partout: ils
appréhendent qu'une belle nuit la fantaisie ne lui prenne d'escamoter le
jardin comme une muscade. Sous chaque marronnier et au détour de chaque
allée, ils croient voir la silhouette menaçante d'un ingénieur armé de
ses plans, le profil anguleux d'un architecte prenant ses mesures. C'est
une obsession, c'est un cauchemar. Tant qu'on n'aura pas fini
_d'embellir_ Paris, ils sentiront l'épée de Damoclès suspendue sur leur
tête, et ne dormiront pas tranquilles.

Comment leur en vouloir? Le passé les instruit et les met en garde
contre l'avenir. On a déjà pris sur leur jardin l'espace nécessaire pour
élargir la rue de l'Est, en leur donnant une grille neuve pour toute
compensation. L'administration actuelle aime beaucoup les grilles
neuves: peut-être en abuse-t-elle un peu. En outre, la voie complétement
inutile, qui relie la rue de Vaugirard, à partir du derrière de l'Odéon,
à la rue Soufflot, a coupé un grand tiers de l'admirable grotte de
Médicis et de la terrasse gauche du parterre. On se souvient de
l'émotion produite par l'annonce de ce projet, qu'on avait lieu de
croire définitivement enterré, après son rejet par la commission
municipale de 1849. Une pétition, signée par de nombreux habitants du
quartier, vint porter au Sénat des doléances et des protestations qu'il
accueillit avec empressement, mais qui eurent le sort de toutes les
doléances de ce monde. Le Sénat lui-même ne les sauva pas de leur
inévitable destin en les reprenant pour son propre compte. On put croire
un moment que l'art, le bon sens et le bon droit, souvent suspects comme
révolutionnaires, triompheraient sous l'égide de cette auguste
assemblée, qu'on eût difficilement soupçonnée d'un esprit d'indépendance
malséante et de tendance à la rébellion. Vain espoir! M. Haussmann, seul
contre tous, semblable au Neptune de Virgile, tint tête à l'orage, et
fit rentrer dans le silence les flots irrités du Sénat. Ce fut un beau
spectacle, et plein d'enseignements. Le grand corps _conservateur_ de
l'empire français ne put même conserver son jardin: ce n'était pas
encourageant pour un début dans la carrière de l'opposition. Espérons,
en dépit de ce pronostic fâcheux, qu'il sera plus heureux pour la
Constitution.

_Et nunc erudimini_, journalistes naïfs qui faites de l'opposition aux
embellissements de Paris!

Il y a au monde un homme infaillible, et ce n'est pas le pape, ni le
grand lama. Il y a en France un homme tout-puissant, et ce n'est pas
l'empereur,--un homme du moins dont l'omnipotence dépasse celle même du
chef de l'État, puisque celui-ci se croit tenu de rendre quelquefois
compte de sa politique, et qu'il est contrôlé par un conseil législatif
qu'il n'a pas élu lui-même. Cette omnipotence de M. le préfet est
absolue, sans restriction, sans limites dans le cadre où elle s'exerce;
elle a droit de vie et de mort sur la ville: Paris, c'est lui. M.
Haussmann, avec son conseil de famille, marque l'idéal et l'apogée de la
centralisation. Il l'avait prouvé déjà par tous ses actes, et il a pris
soin de le déclarer tout récemment encore, dans un accès de
condescendance superflue. Il marche dans sa toute-puissance, sans rien
voir, sans rien entendre, _les yeux fixés sur la postérité!_ Avec une
sérénité hautaine et dédaigneuse, il dicte ses lois sans appel, comme
un vainqueur à une ville prise d'assaut. Que le Sénat et les expropriés
en prennent leur parti. Il ne reste plus, suivant la remarque de M.
Guéroult, qu'à prier l'Esprit-Saint de répandre ses grâces sur l'esprit
de M. Haussmann, d'illuminer sa volonté et d'inspirer ses décrets.

Depuis la mémorable séance du Sénat dont nous venons de parler, M. le
préfet de la Seine a dû se répéter plus d'une fois, avec un légitime
orgueil, le mot de la Médée de Corneille:

     Contre tant d'ennemis que vous reste-t-il?--Moi.
     Moi, dis-je, et c'est assez.

Hélas! oui, c'est assez; c'est même beaucoup trop.

Donc, après quelque délai accordé aux convenances,--car on est homme du
monde, et le Sénat, après tout, malgré le déplorable exemple qu'il avait
donné aux vieux partis, méritait certains égards,--on vit les ouvriers
revenir à l'œuvre interrompue. Les tranchées s'ouvrirent: d'ignobles
barricades en planches se dressèrent au travers du noble jardin envahi
par des hordes de maçons; on abattit les grands platanes et les
marronniers centenaires, sous les yeux des badauds consternés, mais
curieux,--sous les yeux du Sénat, si mal récompensé de cette initiative,
qui n'était encore de sa part qu'un acte d'obéissance à une invitation
souveraine. On démonta la fontaine, on numérota les pierres, comme font
les commis soigneux pour les volets d'un magasin, et on transporta
proprement le tout, sans rien casser, à une vingtaine de mètres en
avant. Aujourd'hui, les monuments et les arbres sont des colis; on les
ficelle, on les empaquette et on les fait voyager, quelquefois tout d'un
bloc, comme la fontaine du Palmier, sur la place du Châtelet. Il ne faut
point médire du progrès: qui sait si, quelque jour, on ne transportera
pas ainsi Saint-Eustache ou Saint-Séverin, sous prétexte qu'ils
contrarient l'alignement? Cela vaudra encore mieux que de les démolir.

Ainsi raccourcie, la magnifique allée de platanes de la _Grotte de
Médicis_ a perdu toute sa poésie, en perdant sa plantureuse pelouse,
remplacée par un vulgaire bassin; la longue perspective de ces sombres
ombrages qui semblaient verser le _frigus opacum_ chanté par Virgile, et
le mystérieux lointain de sa fontaine, gâtée par l'adjonction d'un
groupe blanchâtre qui choque comme une dissonance.

Joignez à ces pertes du jardin du Luxembourg celles qu'il avait déjà
subies, sous le règne de Louis-Philippe, par l'agrandissement du palais
à ses dépens, et vous aurez son bilan définitif,--définitif jusqu'à ce
jour du moins. Il est temps de le clore, en vérité. Mais des bruits
sinistres circulent depuis quelque temps au sujet de la Pépinière, ce
délicieux réduit où le promeneur peut se croire à deux cents lieues de
Paris, et respirer à pleins poumons, loin des becs de gaz et du
roulement des fiacres, le parfum vivifiant des vignes et des rosiers en
fleurs. En fait d'_embellissements_, tout est possible aujourd'hui, je
le sais bien, surtout ce qui n'est pas probable; néanmoins je me refuse
absolument à croire à celui-là, tant que je ne l'aurai pas vu de mes
propres yeux. Je me refuse à croire, jusqu'à ce que le doute ne soit
plus permis, qu'on puisse vendre le jardin Botanique à des entrepreneurs
de bâtisses, et qu'on ait le courage de faire élever la nouvelle École
polytechnique au beau milieu de la Pépinière. Le jardin des Tuileries a
été un peu plus respecté. On s'est contenté d'abord de lui prendre çà et
là quelques lopins de terre pour y construire un jeu de paume, et d'y
tailler un jardin pour le château. Ce jardin, isolé par un fossé de deux
mètres, a enlevé au public deux bassins sur trois. Je ne m'en plains
pas, Dieu m'en garde! La nation et le souverain, c'est tout un. Mais le
Parisien, qui a la mémoire tenace, n'a pu s'empêcher de se ressouvenir
que, sous Charles X et Louis-Philippe, les Tuileries du prince avaient
mieux respecté les Tuileries du bourgeois. Puis on a abattu le quinconce
et les bosquets sur la terrasse du bord de l'eau, afin d'y élever une
orangerie qui fait pendant au jeu de paume bâti du côté de la rue de
Rivoli. L'orangerie se trouvait auparavant sous la galerie du Louvre; il
paraît qu'on en a eu besoin pour une écurie. La terrasse a été ainsi
dépouillée de son plus bel ornement; mais, pour diminuer les regrets du
public, on l'a fermée à la circulation.

Les Champs-Élysées, en retour des coquets massifs de fleurs et des jolis
petits parcs anglais dont on les a enrichis, n'ont guère perdu que le
carré Marigny: c'est peu de chose. Il fallait bien que les saltimbanques
supportassent leur part des embellissements de Paris: tous les citoyens
sont égaux devant la loi! Mais je vous assure qu'on ne tardera pas à
bâtir de belles maisons de chaque côté de l'allée centrale, comme il y
en a plus haut, tout le long de l'avenue. Il est positif que tant de
terrain perdu fait mal à voir. L'administration a là plusieurs millions
sous la main, et chacun sait qu'elle n'aime point à laisser perdre les
millions. Seulement, ce jour-là, elle nous donnera un beau square autour
de l'Arc de Triomphe. Et d'ailleurs, ne nous a-t-elle pas déjà donné
d'avance le bois de Boulogne, comme fiche de consolation?

Nous y voici donc enfin, à ce bois de Boulogne, l'une des merveilles de
Paris nouveau! Parlons-en tout à notre aise. Mais, avant d'y entrer,
arrêtons-nous en route, s'il vous plaît, dans cette petite cabane de
fort piètre apparence, qui ne renferme pourtant rien moins qu'un
_paradis_, d'après l'enseigne et les affiches apposées à la porte.
Paradis artificiel, il est vrai, mais d'autant plus précieux, dans ce
siècle d'industrie et de progrès! Ce jardin, fabriqué en entier par la
main de l'homme[7], où tout est faux, depuis les feuilles des giroflées,
des lilas et des géraniums, jusqu'aux boutons de rose et aux ceps de
vigne; depuis les gouttes de rosée étincelant sur le gazon, jusqu'aux
insectes buvant dans les corolles entr'ouvertes; depuis les lianes
flexibles et grimpantes qui s'enroulent au plafond, jusqu'à la terre
qui garnit les plates-bandes,--cet ingénieux jardin, travaillé bien
mieux que nature, et où, pour comble de perfectionnement, on a supprimé
le parfum des fleurs, qui ne sert qu'à donner des migraines, est tout
bonnement un symbole, un mythe, et bien autre chose encore,--symbole du
lieu et symbole du temps, où l'art remplace au besoin la nature et la
supprimerait volontiers comme inutile et encombrante. Il donne à
l'édilité une leçon utile, dont elle profitera, nous l'espérons: il lui
enseigne discrètement l'art de créer à l'avenir, sur le premier point
venu de l'asphalte, des squares et des parcs où l'on n'aura qu'à passer
le plumeau chaque matin comme sur une étagère, et qui feront par leur
propreté et le bon ordre de leur végétation l'admiration des amis d'une
nature correcte, élégante et disciplinée, en harmonie avec les
splendeurs égalitaires du nouveau Paris. En même temps, il est placé sur
la route du bois de Boulogne, comme un avertissement et une
préparation. C'est le prologue du poëme, le portique du temple.

[Note 7: Depuis que ceci est imprimé, le _Paradis artificiel_ a
disparu, à ce que nous croyons, ou il a émigré. C'est dommage: il était
là à sa vraie place.]

Vous souvient-il du bois de Boulogne d'avant 1852? Une vraie forêt, un
peu rachitique et malingre, sans doute, mais avec des arbres qui
poussaient à tort et à travers, des sentiers qui allaient en zigzags, de
la mousse, de grandes herbes qui vous gênaient les pieds, des mares, des
fourrés sans queue ni tête,--un _trou_ enfin! La nature s'y permettait
çà et là, bien rarement pourtant, des caprices sauvages; la végétation
s'en donnait à cœur joie. C'était intolérable. À la porte de Paris, du
côté le plus aristocratique de la ville, jugez donc! Heureusement, on a
mis fin à ce scandaleux désordre. Les ingénieurs ont passé là!
Aujourd'hui le bois de Boulogne, convenablement décimé, est, en
attendant mieux, le triomphe de la nature élégante, et, comme s'exprime
le propriétaire du _Paradis artificiel_ dans ses affiches, «un nouveau
fleuron ajouté au laurier de l'industrie française.» On ne s'attendait
guère à voir l'industrie en cette affaire.

Un architecte-paysagiste, M. Varé, et un ingénieur des ponts et
chaussées, M. Alphand, ont donné leurs soins au _plan_ du nouveau bois.
Un architecte et un ingénieur, ô nature! Jamais forêt ne fut à pareille
fête. L'architecte a arrangé les choses en paysage historique, à la
manière de feu Bidault, avec des _fabriques_ dans le fond, des moulins
d'opéra comique, des pigeonniers crénelés et des cascades à grand
spectacle; l'ingénieur a jeté là-dessus le charme prestigieux des
avenues larges de cent mètres, des allées bordées de trottoirs et des
cantonniers en costume administratif[8]. Grâce à leurs efforts combinés,
le bois de Boulogne a été _embelli_ absolument de la même manière et
avec le même succès que la ville de Paris, dont il est la digne
succursale champêtre. On en a fait un pendant à la rue de Rivoli.

[Note 8: L'administration du bois de Boulogne comprend quatre
services, et de véritables armées d'employés, le tout nécessité par sa
transformation en parc à l'anglaise. L'entretien de ses plantations
figure sur les budgets ordinaire et extraordinaire de 1865 pour une
somme de trois millions trois cent quatre-vingt-six mille francs, et
l'on sait la distance habituelle qu'il y a du budget projeté au budget
définitif. Que dites-vous du prix? Il me semble que c'est cher, mais je
me trompe peut-être.]

Sauf la terre et les arbres, tout est factice dans le nouveau bois de
Boulogne: encore a-t-on pris soin, pour remédier autant que possible à
cette fâcheuse exception, de peigner et d'émonder les arbres, de
ratisser, d'égaliser le sol et de l'encaisser de bitume. Le reste a été
fait de main d'homme: les lacs, les îles, la butte Mortemart, construite
par l'accumulation des terres extraites du lit de la rivière, et
couronnée d'un vieux cèdre qu'on a transporté au sommet, les sentiers,
les rochers, les cascades et surtout la grande chute d'eau, avec sa
grotte et ses stalactites,--tout jusqu'aux poissons des lacs, couvés par
M. Coste et éclos par les procédés de la pisciculture. Il n'y manque que
le canard mécanique de Vaucanson. C'est un prodigieux travail à mettre
sous verre, ou à exposer sur un guéridon avec la classique étiquette:
«Le public est prié de ne pas toucher.»

Rendons, du reste, cet hommage à l'artiste qu'il y a souvent très-bien
imité la nature. C'est presque ressemblant, en particulier la grande
cascade, qui a absorbé à elle seule deux cents mètres cubes de blocs de
grès pris dans les carrières de Fontainebleau. Les guides vous
expliquent cela au mètre et à la toise, comme pour les marmites des
Invalides. On y rencontre des notaires posés en points d'exclamation, et
des photographes qui prennent des vues. C'est de la vraie eau qui coule
dans les lacs, à telles enseignes qu'elle y est charriée par la pompe à
feu de Chaillot. Tout cela, en outre, est agrémenté de bateaux peints,
de ponts coquets, de chalets, de kiosques, de cafés-restaurants, et
autres objets que la nature ne produit pas. Au nord et au sud, on a mis
des grilles!

En de certains endroits, par exemple du côté de la porte Maillot, M.
l'architecte et M. l'ingénieur des ponts et chaussées ont laissé des
coins de nature toute nue, qui semblent honteux et dépaysés dans un
ensemble de si noble mine. Les esprits incultes peuvent encore, de loin
en loin,--à la _mare d'Auteuil_, où il reste un saule pleureur, et au
_rond des Chênes_, où il y a des arbres âgés de trois siècles,--trouver
des réduits à demi sauvages, que les habitués de Longchamp regardent
avec dédain, ou plutôt qu'ils n'ont jamais vus. Est-ce oubli de la part
de l'architecte, est-ce amour de l'antithèse, est-ce condescendance pour
les goûts vulgaires des _archéologues_ de la nature, ou désir de faire
mieux valoir par le contraste la toilette du nouveau bois?

Mais je n'ai garde de médire des travaux qui ont transformé--et
rogné--le bois de Boulogne! Jamais œuvre ne fut mieux appropriée à sa
destination. On l'a fabriqué tel qu'il le fallait pour les goûts et les
besoins de ses habitués. La ville de Paris a interrogé le bois, avec une
variante au proverbe: «Dis-moi qui tu hantes, et je te dirai ce que tu
dois être.» La _mare aux Biches_ et le _parc aux Daims_ sont faits à
souhait pour les rêveries de ces messieurs et de ces dames; la _route du
lac_ contient tout ce qu'il faut de nature pour les chevaux de notre
jeunesse dorée, et les crinolines à la mode trouvent un théâtre digne
d'elles dans le _rond des Cascades_. Longchamp, le Turf, le Pré Catelan,
le parc de la Société d'acclimatation, l'Hippodrome, complètent les
délices de ce jardin d'Armide, rendez-vous favori du jockey-club des
deux sexes. On peut prévoir le moment où, grâce à cette mystérieuse loi
de déplacement qui entraîne toutes les villes en les faisant glisser,
comme des fleuves, d'orient en occident, c'est-à-dire dans un sens
contradictoire au mouvement de rotation de la terre, le bois de Boulogne
se trouvera en plein dans l'enceinte de Paris, et peut-être en deviendra
le centre. Alors on le découpera en tranches, qu'on vendra fort cher,
comme le parc des Princes, le domaine du Raincy ou le hameau de
Saint-Cloud; et des hôtels se dresseront à tous les points pittoresques,
pour exploiter la vue des lacs et de la grande cascade, comme ceux qu'on
trouve au bord du Léman ou devant la chute du Rhin.

Le bois de Boulogne a son pendant à l'autre extrémité de Paris, dans le
bois de Vincennes. À eux deux ils font, à l'orient et à l'occident de la
grande ville, une ceinture d'arbres et de verdure, qui se complétera
bientôt, au nord par les jardins suspendus de la butte Montmartre et les
vastes promenades de la butte Chaumont, au midi par le grand parc de la
Glacière. Vincennes est le _Bois_ de l'est de Paris, l'Eldorado
populaire des élégants du _faubourg Antoine_. Les artilleurs y abondent,
promenant à leurs bras conquérants, parmi les bourgeois couchés sur
l'herbe, les grisettes endimanchées du bal d'Idalie, qui valent bien les
lorettes à toutes voiles de Mabille et du Château des Fleurs. Le
boulevard du Prince-Eugène abrège le chemin d'un kilomètre, pour les
habitants des quartiers du Temple et de Saint-Martin.

Ce dernier bois n'a pas échappé lui-même aux transformations et aux
améliorations. On a voulu que les travailleurs eussent une promenade
comparable en splendeur à celle des opulents et des oisifs; mais
hâtons-nous de dire que, grâce à Dieu, on n'y a pas tout à fait réussi,
et que les _embellissements_ du bois de Vincennes ne l'ont pas _enlaidi_
autant que ceux du bois de Boulogne.

Le lecteur me dispensera aisément de décrire les lacs, les rivières, les
percées, les buttes factices, les villas jetées sur les flancs de la
forêt, et tous les agréments ménagés dans le paysage. Ce qui me touche
beaucoup plus que tout cela, c'est que, probablement à cause de sa
destination plébéienne, on a bien voulu y laisser de l'herbe et de la
mousse, et permettre aux arbres de pousser comme ils l'entendent. Vous
savez, le peuple n'a pas les goûts raffinés du dandy: on a fait des
concessions à ces natures simples. Le bois de Vincennes actuel, malgré
sa physionomie un peu maigre et quelquefois étriquée, est dans son
ensemble un fort joli morceau, qui a même des endroits tout à fait
appétissants.

Mais, par un reste d'habitude, on a mis, devant presque tous ces
endroits, des barrières en fil de fer, qui font vilain effet dans le
paysage, et qui barrent désagréablement le chemin au promeneur toutes
les fois qu'il a envie d'aller s'étendre à l'ombre. On voyage autour du
bois plutôt qu'on n'y entre. C'est comme dans les expositions, où le
public défile devant la pièce capitale, au cri sans cesse répété du
gardien: «Circulez, messieurs, circulez!» L'administration a-t-elle peur
qu'on ne lui use son herbe,--ou qu'on ne la mange?

J'allais oublier de dire que le bois de Vincennes a été diminué d'une
bonne moitié par les empiétements successifs du génie militaire et du
chemin de fer. On l'a refoulé par degrés pour bâtir, sur l'emplacement
des vieux arbres séculaires, un polygone, une salle d'artifice, un corps
de garde, une école de pyrotechnie, un fort et deux redoutes liées par
une enceinte bastionnée, avec pont-levis, caserne voûtée à l'épreuve de
la bombe et deux magasins à poudre. Si l'artillerie vient en aide aux
architectes contre la nature, c'est trop, on en conviendra. Cela fait,
on a coupé la partie comprise entre le château et le champ de manœuvre
de Saint-Maur. Puis le chemin de fer est venu creuser ses tranchées et
poser ses rails en pleine forêt. De quart d'heure en quart d'heure, le
sifflet de la locomotive crie en passant aux promeneurs effarés:
«Laissez passer l'expropriation pour cause d'utilité publique.»

J'ai gardé le parc de Monceaux pour la fin. Ici, je n'ai plus envie de
rire, je vous jure. On en a fait une promenade publique, et on a bien
fait, mais après l'avoir dépouillé, mutilé, après avoir abaissé au
niveau d'un square vulgaire ce qui était le plus adorable jardin de
France, l'idéal de la nature arrangée. Il y a des gens,--je les ai
entendus, et ils paraissaient de bonne foi,--qui osent parler des
embellissements du parc de Monceaux, et s'extasient sur les prodiges
qu'y a opérés la baguette féerique de l'édilité parisienne. Ce serait à
faire frémir le bon sens révolté, si l'on ne savait que les trois quarts
de ces audacieux panégyristes n'avaient jamais vu l'ancien parc,--ce
sont les seuls à qui l'on puisse pardonner,--et que le dernier quart se
compose de personnages qui ont des motifs tout particuliers à leur
admiration, de ces motifs qu'il est prudent de ne pas discuter. En
dehors de ces deux catégories, nul homme doué de sentiment et de raison
n'a le droit d'énoncer sérieusement une pareille ineptie.

Il faut le dire à haute et intelligible voix: le nouveau parc de
Monceaux est le plus désastreux, le plus navrant échantillon du système
suivi dans les _restaurations_ des jardins publics. C'est encore M.
Alphand qui a été ici l'exécuteur des hautes œuvres de la ville de
Paris. Le bilan des améliorations est facile à dresser: un boulevard qui
le coupe en deux, des routes carrossables,--pourquoi pas des chemins de
fer?--qui le traversent de part en part; une grotte ridicule avec des
stalactites et des stalagmites qui ressemblent à des joujoux en terre
cuite, et qui sont gardés par un surveillant à demeure et par des
écriteaux, de peur qu'on ne les casse; les ruisseaux restaurés, les
cascades remises à neuf, un pont blanchi, les grands ombrages détruits,
le silence et le mystère, qu'on y respirait partout autrefois, chassés
pour toujours; un vernis banal de replâtrage et de rebadigeon jeté sur
les ruines du vieux parc, et puis une grille encore,--voilà ce
chef-d'œuvre en abrégé.

Il est bien entendu qu'on a profité de l'occasion pour le rogner en tous
sens. On lui a pris de quoi faire je ne sais combien de grandes routes
et bâtir je ne sais combien de maisons de plaisance. Oui, on a dépecé
une partie du parc de Monceaux pour la vendre en lots aux amateurs, et
l'on a choisi celle qui renfermait un délicieux parterre de fleurs et
l'une des plus belles _ruines_ du jardin. Sur la lisière du square
actuel, non loin de la Naumachie, à travers ce qui reste d'arbres et
d'ombrages, on voit se dresser un écriteau, et sur cet écriteau l'œil
stupéfait lit ces mots _Terrains à vendre_!

Terrains à vendre! Ô les ingénieurs des ponts et chaussées! ô les
barbares!

Ceux qui connaissaient l'ancien parc remportent du nouveau l'impression
que leur ferait la vue du cadavre d'une personne aimée. Ils cherchent
les points de vue pittoresques, les perspectives soudaines, les allées
ombreuses, et ne les trouvent plus. Ce qu'on a respecté même semble
avoir perdu son charme et son mystère. On a éclairci et régularisé
partout. De tous les points, on aperçoit des boulevards, des grilles, du
bitume, du macadam et des fiacres. L'ensemble est devenu monotone et
glacial, comme tout ce que touche l'administration des travaux de Paris.
Vous qui trouvez que cela est bien beau encore, vous avez raison
peut-être; mais cela était divin autrefois! J'en appelle avec certitude
à tous ceux qui ont gardé l'ineffaçable souvenir de l'ancien jardin,
c'est-à-dire à tous ceux qui l'ont vu.

C'est là ce que le _Constitutionnel_, dans cet admirable article dont
j'ai déjà parlé, appelle l'une des plus belles _créations_ de M.
Alphand: jugez de ce que doivent être les autres! Dumolard faisait des
créations dans ce genre. Il dit encore, le _Constitutionnel_, qu'on a
_rajeuni entièrement_ le parc de Monceaux.--Oui, comme ces barbiers qui
vous _rajeunissent_ en vous coupant un bout d'oreille et un tronçon de
nez, et en vous balafrant tout le reste. Pour Dieu, qu'on se borne à
rajeunir nos lois, et qu'on ne _rajeunisse_ plus nos jardins! Mais ce
qu'on ne rajeunira pas, c'est le style et l'esprit du
_Constitutionnel_.



VII

INTERMÈDE

PROMENADE PITTORESQUE À TRAVERS LE NOUVEAU PARIS


  Muse, changeons de style et quittons la satire:
  C'est un méchant métier que celui de médire;
  À l'auteur qui l'embrasse il est toujours fatal.

Ainsi parle quelque part le prudent Boileau, qui n'avait eu garde
pourtant de s'attaquer à Colbert et aux distributeurs de pensions. Je
veux suivre un moment son conseil et, sans sortir du sujet, délasser le
lecteur, et me délasser moi-même, par un petit intermède sur le pipeau
rustique. Arrivé à mi-terme de l'âpre montée que j'ai entrepris de
gravir, je me sens quelque peu las, et ne suis pas fâché de me détendre
un moment: Les lecteurs graves,--professeurs d'humanités, poëtes
épiques, diplomates et procureurs généraux,--sont loyalement prévenus
d'avoir à passer ce chapitre. Si M. Nisard le lit, je l'avertis qu'il
n'y rencontrera aucune vérité générale exprimée en un langage définitif.

Ceci posé et bien entendu, je commence sans autre exorde.

Le titre de ce chapitre étonnera beaucoup de lecteurs. Que peut-il y
avoir de pittoresque dans le nouveau Paris? Peu de chose, je l'avoue,
mais quelque chose néanmoins: on le va voir tout à l'heure, ou ce sera
ma faute. La ville de marbre et de carton-pierre qu'on nous bâtit est
grandiose, monumentale, épique, c'est convenu; mais j'ose croire que M.
Haussmann lui-même n'a jamais élevé ses prétentions jusqu'à y mettre le
moindre brin de pittoresque. J'ai fini pourtant par en trouver un brin
en y cherchant toute autre chose, et je n'en suis pas plus fier qu'il ne
faut.

L'immense mouvement de reconstruction de Paris a créé une foule de
maisons neuves, dont les rez-de-chaussée, à peine terminés, sont
accaparés aussitôt par de petites industries vagabondes, en attendant
les vrais locataires, qui commencent à se faire attendre longtemps. Ces
rez-de-chaussée, souvent sans portes et sans fenêtres, ouverts à tous
les vents et à tous les regards, semblent faits exprès pour certains
industriels de la rue, qui y cumulent le double bénéfice du toit
hospitalier et de l'exposition en plein air. Ils leur permettent de
s'établir au centre de Paris, dans des quartiers populeux et riches,
pour une redevance modique, facile à prélever sur les recettes
quotidiennes. On les loue au mois, à la semaine ou au jour.

Les industriels nomades des nouveaux rez-de-chaussée parisiens se
partagent en trois catégories principales: les photographes populaires,
les marchands de bric-à-brac, tenant bazars et boutiques à treize sous,
les montreurs de curiosités et particulièrement de femmes colosses.
Jusqu'à présent, ces intéressants personnages comptent parmi ceux qui
ont le plus profité de la transformation de Paris. Ceci est une
circonstance atténuante, que je porte au bénéfice de M. le préfet de la
Seine.

Les bazars ne demandent pas une longue description. Ils n'ont rien
d'oriental. Généralement, dans les rez-de-chaussée des maisons neuves,
ils sont réduits à leur plus simple expression, et s'étalent sur une
table portative ou même à terre. Ces bazars sont le lieu d'asile et la
grande fosse commune de toutes les porcelaines en faïence, porte-monnaie
en papier, bronzes en zinc, parapluies montés en jonc, cannes revernies
et recollées, chaînes d'or en chrysocale, diamants en bouchons de
carafe, épingles de corail à un sou, cristaux en verre, éventails en
papier d'emballage. On y trouve des cadres historiés à trente centimes
et des tableaux à l'huile à deux francs, exécutés à la mécanique par les
jeunes aveugles ou les prisonniers. Les objets d'art y pullulent, en
particulier les dessus de pendules, représentant Corinne sur le cap
Misène, Malek-Adel aux genoux de Mathilde, ou le jeune et beau Dunois
prenant congé de sa belle, avec son casque et sa guitare. Parmi les
gravures en taille-douce et les lithographies coloriées, vouées au
sentimentalisme à outrance, les planches intitulées: _le Départ_, _le
Retour_, _Heureuse mère_, etc., obtiennent généralement un beau succès.
_Bélisaire_ et _le Soldat laboureur_ sont aussi très-loin d'être usés,
en dépit des plaisanteries impuissantes des petits journaux. Le peuple
se moque bien des petits journaux, qui ont la prétention de régenter
l'esprit français, et qui ne régentent que les loustics des brasseries!
La fibre sentimentale domine chez les masses; elles ne se préoccupent
que du sujet: quand il les attendrit, il est toujours traité avec
beaucoup d'art. C'est ce qui assure le triomphe des mélodrames, de
certains tableaux du Salon et de certaines romances poitrinaires.

Pour faire contre-poids au genre mélancolique, il y a aussi les
lithographies gouailleuses et gauloises, à l'usage de la partie avancée
de la population. Les ingénieuses estampes qui obtiennent le plus de
succès dans ce genre, si éminemment français, sont celles qui
représentent trois gros moines, ventrus et bourgeonnés comme des
Silènes, attablés à un jeu de cartes devant une demi-douzaine de brocs
monstrueux, et un curé qui, surpris à dîner un vendredi, fourre
précipitamment un poulet sous la nappe, et ne laisse plus voir qu'un
hareng dans son assiette, aux yeux de son visiteur édifié.

Assurément ces deux sujets sont beaux: ils ont je ne sais quelle fleur
de raillerie attique, qui doit les rendre recommandables aux
intelligences cultivées, et l'on y retrouve toute la force de
dialectique et toute la puissance d'ironie qui caractérisent aujourd'hui
nos immortels héritiers de Voltaire. Il faut, sans nul doute, applaudir
à ces piquantes épigrammes qui entretiennent le feu sacré de la haine
des jésuites chez la nation la plus spirituelle du monde. Oserai-je
ajouter toutefois que je les trouve un peu faibles? Oui, et M. Cayla me
comprendra, j'en suis sûr. Dans une autre lithographie, on voit un
capucin qui confesse une jeune fille, en clignant de l'œil d'un air
malin à l'aveu de certains _péchés mignons_, et en faisant une moue
luxurieuse avec sa bouche lippue. Ceci est déjà mieux, sans être encore
le dernier effort du genre. Toujours la gaudriole fut l'amie de la libre
pensée, et il faut qu'elles marchent de concert et se complètent l'une
l'autre pour achever l'émancipation de l'esprit humain, comme l'ont bien
compris Rabelais, Voltaire, Diderot, et l'illustre ami de M. Perrotin,
feu Béranger.

Les bazars vendent quelquefois, en outre, des almanachs de l'an passé et
de petits livres au rabais, choisis parmi les plus instructifs, tels que
les _Aventures de Cartouche_ et les _Mémoires de Vidocq_. Leur
population se compose généralement du marchand, de l'_aboyeur_, et d'un
compère qui choisit avec acharnement, s'extasie avec ravissement, achète
avec discernement, paye longuement et revient fréquemment.

Çà et là sont aussi installées de petites boutiques de comestibles où
l'on débite des fragments de fromages, des fritures mystérieuses au
grésillement provocateur, au fumet séduisant; des limonades polonaises,
confectionnées avec des détritus de réglisse et des résidus de peau de
citron; des crèmes à la vanille à un sou la tasse, et des glaces
panachées à deux liards le verre. Généralement ces cuisines en plein
vent sont desservies par des Arlésiennes ou des Cauchoises, dont les
formes robustes et les bonnets insensés font l'admiration du gamin de
Paris.

Aimez-vous la photographie?--Moi non plus,--comme disait Grassot, dont
on me permettra d'emprunter en cette rencontre le spirituel langage. Je
lui en veux d'avoir multiplié outre mesure les formes du laid. Mais si
je n'aime pas la photographie, j'aime les photographes. Je les aime pour
leurs longues barbes, leurs prospectus et leur bonne opinion
d'eux-mêmes. Ce sont des artistes mitoyens, ni chair, ni poisson, adorés
des bourgeois, et très-propres à réconcilier l'art avec les admirations
de la masse. Les fruits secs de la peinture, les invalides d'atelier,
les incompris des Salons, ont une consolation toute prête en se faisant
photographes. L'invention de Daguerre est le champ d'asile des
incapacités de l'art. Le métier est fort commode et fort couru, parce
qu'il peut, à la rigueur, se passer d'études et d'intelligence, ce qui
est toujours une condition facile à remplir.

Le plus grand des photographes connus, comme chacun sait, est Nadar, qui
a six pieds de long,--quelques pouces de moins que la girafe. J'en ai
découvert un autre dans un rez-de-chaussée du nouveau boulevard
Malesherbes, à qui il ne manque, pour être aussi grand que lui, que ce
qui manque à Nadar lui-même pour égaler la girafe. Ce n'est pourtant pas
son élève: comme mademoiselle Lenormand et le _célèbre Moreau_, Nadar
n'a jamais formé d'élèves. Mais s'il n'a pas d'élèves, il a des rivaux,
je l'en préviens, surtout dans cette partie du boulevard de Sébastopol
qui s'étend entre la rue Soufflot et la rue des Écoles. Là sont
entassés, presque en plein air, une dizaine de photographes, tous plus
étonnants les uns que les autres. Je défie M. Courbet de regarder sans
enthousiasme leurs montres d'exposition. Ils travaillent dans tous les
genres et dans tous les prix. Ce sont eux qui ont créé le portrait à un
franc. Le dernier venu, plus audacieux encore, vient de lancer le
portrait à vingt-cinq centimes, «le même que celui à un franc,» dit
l'affiche. C'est un coup d'éclat et un coup d'État, supérieur à celui
qui a illustré M. de Girardin, lorsqu'il créa la presse à quarante
francs.

Ces industriels joignent quelquefois à leur art la vente des faux-cols
et des cravates. Ils font, au besoin, votre silhouette avec du papier
noir découpé, qu'ils collent sur un fond blanc et qu'ils recouvrent d'un
verre. Ils vous offrent, au rabais, des portraits de Garibaldi et de
mademoiselle Léonie Leblanc, et tout bas, à l'oreille, des vues
stéréoscopiques, où les amateurs de ces sortes de choses jouissent du
coup d'œil enchanteur de deux jambes de filles déchaussées trois lignes
(ou pouces) plus haut que la police ne le permet.

Les comédiennes des divers théâtres de Paris fournissent le principal
aliment de ces _vues_ au stéréoscope et des galeries photographiques. On
nous les montre dans toutes les postures et sous tous les costumes,
faute de pouvoir nous les montrer sans costumes,--idéal suprême dont les
régisseurs de spectacles et les photographes se rapprochent
sournoisement chaque jour. Puisqu'on les représente ainsi, c'est
qu'elles le veulent bien. Non-seulement elles le veulent bien, mais
elles en sont enchantées: cela les popularise, c'est leur gloire, c'est
un triomphe et une consécration. Elles envoient ces images à leurs amis
de cœur et les répandent dans leur famille. La petite sœur y puise un
noble sujet d'émulation, la mère en pleure de joie, et les camarades en
crèvent de jalousie. Pauvres _clowns_ de la publicité, misérables
créatures, mettant toute leur gloire et toute leur âme à être les jouets
banals du public, et rivalisant entre elles avec rage à qui lui sera
servie le plus souvent, en chair et en os, nues par en haut, nues par en
bas, riant, pleurant, grimaçant à volonté, montrant les dents, tirant la
langue, faisant l'œil en coulisse, découvrant la gorge, cambrant les
hanches, arrondissant la poitrine, en matelotes, en salmis, au beurre
noir, à la crapaudine!

Revenons aux photographes des rez-de-chaussée.

Voici une affiche que j'ai copiée à la devanture de l'un d'entre eux:

        PHOTOGRAPHIE DES FAMILLES
           X***, _Piémontais_
  MENTIONNÉ PAR _LE SIÈCLE_ DU 19 SEPTEMBRE
          Élève de M. Disdéri
    PHOTOGRAPHE DE S. M. L'EMPEREUR
 _Rabais de moitié pour MM. les militaires_
   SALON SPÉCIAL POUR LES NOUVEAUX MARIÉS
         Portraits instantanés
      Ressemblants toute la journée.

C'est simple, mais c'est beau.

Le département des charlatans et saltimbanques est le plus curieux de
tous. On y trouve des femmes à barbe, des veaux à deux têtes, des
sauvages dévorant des carottes crues avec une voracité indomptable, des
phénomènes de tout genre, des nains, des géants, et surtout des femmes
colosses. Tant qu'il y aura des saltimbanques et des badauds, la femme
colosse sera par excellence la grande _attraction_.

Pour ma part je connais actuellement trois femmes colosses sur le
parcours des nouveaux boulevards; je les ai vues, je leur ai parlé. La
plus remarquable des trois a dix-huit ans, à ce qu'assure l'affiche, et
cette jeune personne pèse 250 kilog. Une annonce mirifique, qui trahit
des intentions très-littéraires, occupe les deux côtés de la porte
d'entrée:

«Venez voir la magnifique géante, née dans la Nouvelle-Castille, éclose
comme une fleur des tropiques sur les bords du Guadalquivir, dont les
eaux, semées d'or et d'argent, arrosent les rives enchantées de la belle
Andalousie, et baignent Séville, cette superbe capitale, considérée
comme la huitième merveille du monde.

«Elle a l'honneur de donner ici ses séances publiques, destinées à
toutes les classes de la société, à tous les âges et à tous les sexes.

«La devise de la reine des géantes est _politesse_, DÉCENCE et SOURIRE!»

Au-dessus s'étend une toile superbe, une œuvre d'art, signée du nom de
Mauclair, le peintre ordinaire de MM. les saltimbanques. Elle représente
la reine des géantes en costume de Célimène, un éventail à la main, la
robe coquettement retroussée jusqu'au genou, ainsi qu'il se pratique
dans le grand monde, et entourée d'un groupe d'hommes comme il faut, de
belles dames et d'officiers supérieurs, dont les gestes et les attitudes
sont empreints d'une profonde admiration.

Séduit par les sollicitations du pitre, qui a une bonne figure, pleine
de candeur et de conviction, j'entrai. Le pitre me présenta à la reine
des géantes, qui m'accueillit avec une politesse exquise; il m'assura
d'ailleurs qu'elle avait reçu une éducation distinguée.

C'est peut-être elle qui a rédigé l'annonce.

Nous étions seuls. Elle me demanda un cigare. Le pitre m'expliqua que le
médecin lui conseillait de fumer pour maigrir.

Un peu plus loin, le _grand spectacle oriental_ vous offre la
représentation de la _Prise de Pékin_. À la porte, un monsieur bien mis,
mais râpé, parlant en termes élégants, mais émaillés de _cuirs_, annonce
le spectacle:

«On verra, dit-il avec une fougue entraînante, les colonnes se former en
masses serrées pour marcher à l'assaut du palais d'été. On verra les
murailles s'écrouler avec fracas. On entendra le bruit de la trompette
et du tambour, se mariant à la grande voix du canon.»

Une chandelle d'un sou et des fusées de deux liards représentent à
merveille les bombes et les boulets. L'écroulement des murailles se
résume en deux morceaux de carton disjoints et renversés à l'aide d'une
ficelle; les colonnes serrées se composent de quatre soldats et d'un
général découpés tout d'un bloc dans une image d'Épinal et collés sur
bois; un bonhomme, poussant devant lui une brouette de papier, montre
en action les travaux de sape et de mine de l'armée française; un autre,
s'avançant par soubresauts saccadés, figure la fuite du Fils du ciel et
de son peuple. Mais quoi! le propre de l'art le plus élevé est justement
de faire beaucoup avec peu de chose. Je ne puis me lasser d'admirer le
génie du saltimbanque. Vous eussiez donné ces bonshommes, hauts de deux
pouces, à M. Victorien Sardou lui-même, qu'il eût été bien embarrassé
d'en tirer parti, tandis que le directeur de ce modeste établissement,
sans subvention, a trouvé moyen d'en faire sortir successivement la
victoire de l'Alma, le siége de Sébastopol, la bataille de Magenta, et
saura, au besoin, quand les comédies guerrières ne donneront plus, en
tirer le drame du _Courrier de Lyon_.

On rencontre même parfois des spectacles instructifs et utilitaires, par
exemple, ceux des messieurs qui ont inventé quelque chose, qui exposent
un nouveau système d'aérostats ou de cabinets inodores.

Il y a quelque temps, un ancien professeur de mathématiques, de plus
Allemand, exhibait, dans un rez-de-chaussée du boulevard de Magenta, le
flûteur de Vaucanson, revu, perfectionné et augmenté: une femme, assise,
avec un larynx en caoutchouc, doué d'une voix qui a une étendue de deux
octaves, comme celle des fortes chanteuses, et exécutant toute sorte
d'airs avec le timbre et l'accent, je n'ose dire avec l'intelligence
d'une prima donna. Cette machine a dû coûter cher, moins cher toutefois
qu'il n'en coûte au Conservatoire pour former et à l'Opéra pour payer un
premier sujet. Qu'on juge des services qu'elle peut être appelée à
rendre, le jour où les directeurs aux abois auront à lutter contre une
grève des ténors. Ce tube en caoutchouc serait merveilleux pour les
points d'orgue de madame Cabel; et, comme il ne craint pas les courants
d'air, qui empêcherait de le faire chanter dans la coulisse, pendant que
M. Mario, si souvent enrhumé, se bornerait sur la scène à ouvrir la
bouche et à se livrer à une mimique expressive?

Vous trouverez aussi, parmi les saltimbanques utilitaires, des marchands
de pommades pour les cheveux et d'onguent pour les cors, s'il est permis
de ranger ces artistes parmi les saltimbanques. Vous avez vu sans doute,
boulevard de Sébastopol, un pédicure accompagné d'une femme en châle
jaune et d'un hibou. Une fenêtre sans vitres leur sert d'encadrement.
Tous trois sont graves, mais le hibou est le plus grave des trois. La
femme se tient droite et regarde les passants, qui regardent le hibou.
Le hibou et le pédicure regardent aussi les passants.

Le pédicure est assis, mais le hibou, comme la femme, se tient perché
tout le jour sur ses pattes. Le pédicure a une physionomie engageante.
De temps en temps, il se lime les ongles et se cure les dents; alors la
foule, toujours amassée devant son étalage, le regarde lui-même avec une
curiosité avide. Une grande pancarte, plantée comme une bannière sur le
devant de la scène, représente un monsieur très-distingué, un artiste,
coupant un cor à une dame avec tant de dextérité et de belles façons
que la dame lui sourit d'un air tout à fait heureux. Au-dessous, la
légende explique que le pédicure a été admis à l'honneur de soulager un
ancien ministre et plusieurs facteurs de la poste aux lettres. Toutes
les dix minutes, le pédicure se lève et frappe la pancarte avec une
baguette; alors la foule regarde la pancarte,--et c'est tout.

Je voudrais bien savoir à quoi pense la femme du pédicure, à quoi rêve
le hibou!

On voit que le pittoresque ne perd jamais entièrement ses droits. Chassé
du plein soleil, il trouve un asile dans les coins. Traqué de rue en
rue, il s'installe au jour le jour dans des abris provisoires, qu'on lui
ferme le lendemain. Il s'accroche partout, et tire parti même de son
plus cruel ennemi. Comme le lièvre qui se réfugie entre les jambes du
chasseur, le pittoresque aura prolongé sa vie en se précipitant au cœur
même de la place, et il aura fait sa dernière apparition et obtenu son
dernier triomphe dans les lieux destinés à lui servir de tombeau.



VIII

LES MONUMENTS


Le nouveau Paris a été rempli, bourré jusqu'au bord de monuments dans
tous les styles et dans toutes les dimensions, comme ces jardins
hollandais où leurs propriétaires entassent les _curiosités_ par
centaines,--rochers, bassins, grottes, statues, kiosques et cabinets. On
n'a pas seulement tracé des squares, percé des boulevards, aligné des
rues, déblayé et gratté les anciens édifices; on a élevé des palais et
des halles, des églises et des théâtres, des hôpitaux et des casernes,
des tours, des ponts, des fontaines. On a préparé sur tous les points de
la ville une ample matière aux descriptions des _Guides_, à
l'admiration des provinciaux et à la jalousie des Anglais.

Le premier de ces monuments, par sa date et par son importance, c'est le
nouveau Louvre. Le régime actuel aura eu la gloire de mener rapidement à
terme, grâce à la précaution qu'il avait prise de supprimer au préalable
tous les obstacles, cette réunion des deux grands palais monarchiques,
rêvée par Henri IV, Louis XIV et Louis-Philippe; rêvée surtout, comme la
continuation de la rue de Rivoli, par Napoléon Ier, dont Napoléon III
semble s'être proposé de reprendre tous les projets pour les achever;
décrétée par le gouvernement provisoire, et toujours restée à l'état
théorique. En cinq ans, moins de temps qu'il n'en faudra pour l'Opéra,
l'œuvre a été définitivement achevée. Jetons un coup d'œil, puisque nous
ne pouvons rien faire de plus dans les limites de ce volume, sur ce
colossal impromptu de pierre et de marbre.

Au point de vue purement artistique, l'entreprise offrait des
difficultés spéciales, dont il est juste de tenir compte. Le Louvre et
les Tuileries, construits isolément et sans aucune idée de réunion
future, ne sont pas situés dans le même axe: on a dissimulé cette
divergence, d'ailleurs peu sensible, par la création de deux squares
destinés à rompre la perspective, mais qui ne peuvent masquer le défaut
de parallélisme des pavillons centraux qu'en masquant ces pavillons
eux-mêmes, et tout au moins une partie des bâtiments, c'est-à-dire en
cachant précisément le coup d'œil qu'on a voulu produire. Heureusement,
ces squares sont plantés d'arbres parisiens, dont le maigre rideau de
verdure laisse de nombreux interstices à la vue. Il fallait trouver, en
outre, pour les constructions nouvelles, une forme qui s'harmonisât à la
fois avec l'architecture du Louvre et avec celle des Tuileries, deux
édifices bâtis à des époques diverses et d'un type complétement
distinct, dont les parties mêmes, successivement greffées de siècle en
siècle sur le tronc central, présentent des échantillons de tous les
styles et des traces de toutes les fantaisies.

Cette tâche était de celles qui ne s'improvisent pas, et nous sommes sûr
de n'étonner ni M. Haussmann ni M. Lefuel, en constatant qu'ils n'y ont
que fort incomplétement réussi. Sans doute, à l'aide d'artifices
élémentaires, on a bien pu voiler çà et là les différences de niveau des
bâtiments et tourner quelques autres obstacles d'un ordre subalterne;
mais, sur des points plus importants, les dernières constructions n'ont
fait que mettre en relief ces discordances qu'elles devaient atténuer,
et en accroître considérablement le nombre. Si l'on examine la façade
récemment élevée sur la rue de Rivoli, on s'aperçoit que l'architecte,
entraîné par le désir de créer un riche vis-à-vis au Palais-Royal, en a
brusquement changé le style à la partie centrale, dont les panneaux
sculptés, les ornements de la frise et des baies, la riche décoration,
imitée de la fin du seizième siècle, jurent avec la simplicité sévère du
reste de la façade. Dans l'aile neuve qui clôt à l'ouest, en retour
d'équerre, le petit jardin ouvert sur la même rue, les fenêtres, sans
cesser de reproduire la forme et les moulures de celles du vieux Louvre,
prennent tout à coup une dimension différente, assez sensible pour
blesser l'œil et briser désagréablement la perspective. Autant qu'on
peut le deviner sous l'appareil d'échafaudages qui l'enveloppent du haut
en bas comme une carapace, la reconstruction du pavillon de Flore va
ajouter un trait de plus à cette confusion fâcheuse. Le gros œuvre du
bâtiment, avec ses disgracieux œils-de-bœuf surmontés de petites
lucarnes de deux ou trois pieds carrés, pareilles à celles d'un grenier,
ne rappelle en rien jusqu'à présent l'architecture de Philibert Delorme,
non plus que celle de Ducerceau. Le pan de galerie neuve adjacent à ce
pavillon ne reproduit pas non plus le type de la galerie du bord de
l'eau, qu'il déborde par une saillie de cinq ou six mètres, en faisant
pour ainsi dire planer sur elle la menace assurée d'une démolition
prochaine[9].

[Note 9: Aujourd'hui, la menace est accomplie. Il paraît qu'on avait
conçu des craintes sur la solidité de cette galerie; mais ces craintes,
venues à point nommé, et qui font honneur au zèle ingénieux de l'édilité
actuelle, ont dû se convaincre qu'elles étaient singulièrement
prématurées, devant ces fondations d'une solidité prodigieuse qui a
opposé une résistance héroïque au vandalisme des pioches et des leviers
conjurés contre elles. En restera-t-on là, du moins? M. Berryer a eu
l'indiscrétion de le demander en pleine Chambre, dans la séance du 28
mai 1864, et l'organe du gouvernement a bien voulu le rassurer, en
affirmant d'une façon solennelle qu'on n'avait pas _actuellement_
l'intention de reconstruire en entier les Tuileries. Cet adverbe a fait
frémir tous ceux qui sont au courant du vocabulaire officiel, et il
suffit de jeter un coup d'œil sur les derniers travaux pour être fixé
sur la valeur de cette réponse. Tout en professant le respect qui sied
pour les paroles de l'orateur du gouvernement, on peut prédire, sans
crainte de démenti et sans avoir la prétention de se poser en prophète,
que le nouveau pavillon de Flore exigera un nouveau pavillon de Marsan,
et que la reconstruction de la galerie du bord de l'eau entraînera celle
de la galerie qui longe la rue de Rivoli. Nous serons trop heureux si
l'on ne va pas plus loin.]

Il serait facile de multiplier ces observations. Les incohérences que
nous venons de signaler, d'autres encore, dont l'énumération ne pourrait
trouver place que dans un travail technique, ne sont pas, comme celles
de l'ancien Louvre, le résultat naturel de la nécessité des
circonstances et de la diversité des temps; elles sont nées de cette
espèce de vagabondage artistique dont toutes les œuvres architecturales
de ces quinze dernières années nous offrent le curieux et triste
témoignage; elles viennent de la précipitation fiévreuse et meurtrière
avec laquelle on veut _bacler_ en trois ou quatre ans la tâche d'un
demi-siècle.

Et pourtant ce ne sont là que les moindres griefs de la critique contre
le nouveau Louvre. Elle doit lui adresser un reproche plus grave et qui
porte plus haut. Du centre de la vaste place dessinée par le périmètre
des deux palais, promenez un regard attentif sur l'œuvre de Visconti et
de son successeur: ce qui vous frappera tout d'abord, en contraste avec
l'abondance et la richesse des moyens mis en jeu, c'est la pauvreté de
l'effet général. Si le grand art, suivant la définition des maîtres, est
celui qui produit le plus d'effet avec le moins d'effort, le nouvel
édifice est précisément le contraire du grand art. Cette médiocrité de
l'effet tient en partie sans doute au peu d'élévation relative de cet
immense parallélogramme de bâtiments, dont le niveau, suffisant pour la
cour intérieure du Louvre, n'est plus ici proportionné à l'extension du
point de vue; mais elle tient encore plus à l'absence de grandes lignes
architecturales, au manque de style, à la stérilité de l'invention
remplacée par l'exubérance de la décoration. Il faut étudier de près,
fragment par fragment, cette œuvre de détails, sans chercher à
l'embrasser dans l'harmonie d'un coup d'œil d'ensemble. Il y a trop
d'arabesques, de colonnes, d'acrotères, de statues, de bas-reliefs, de
cariatides (un ornement que nos architectes prodiguent aujourd'hui sans
mesure et souvent à faux): plus l'art est élevé, plus il est sobre de ce
faste décoratif, dont l'abus ne sert qu'à prouver son impuissance et
l'étouffe au lieu de l'aider. Avec une simple ligne, gracieuse ou
sévère, il en dit plus qu'avec toutes ces pompes amollies de la
décadence, avec cet étalage théâtral qui fait ressembler le nouveau
Louvre à un décor d'opéra, auquel il manque seulement, pour produire
toute son impression, d'être éclairé par un jet de lumière électrique.

D'après le rapport de M. le ministre d'État, qui énumère scrupuleusement
les kilogrammes de fonte, les mètres cubes de béton, les mètres carrés
de zinc et de peinture à l'huile absorbés par cet immense ouvrage, il y
a deux cent soixante et un morceaux de sculpture répartis dans les
nouvelles constructions. C'est assurément la moitié de trop, pour le
moins, si l'on en veut retrancher tous ceux dont l'effet est nul ou
contraire au but qu'on se proposait. Ces longues files de statues, par
exemple, qui s'alignent au-dessus des portiques, à l'aplomb de chaque
colonne, écrasent l'architecture par leur masse, et, pour peu qu'on les
examine à distance, elles confondent leurs profils sur la muraille du
fond et se dérobent à la vue. Le luxe dépasse surtout la mesure dans les
trois pavillons en avant-corps qui coupent chacune des façades neuves,
et il est rendu plus sensible encore par le contraste avec les grandes
surfaces planes et nues des galeries intermédiaires. Là, comme dans la
partie centrale de la façade sur la rue de Rivoli, «ce ne sont que
festons, ce ne sont qu'astragales.» Le regard monte de la base au sommet
sans pouvoir trouver un point de repos, pas même sur les toits, dont
les arêtes se cachent sous des ouvrages en plomb repoussé, d'un travail
compliqué et minutieux, et dont les lourdes et bizarres cheminées
forment à elles seules autant de monuments fantastiques du goût le plus
extravagant. Cette ornementation implacable, en fatiguant l'œil par son
éblouissement banal et continu, finit par blesser cruellement le goût.
On se sent noyé, éperdu, désorienté devant cette profusion inouïe, qui
ne vous laisse même plus la faculté de discerner les nuances; et, pour
ma part, au sortir de cet examen, je me suis surpris plusieurs fois à
contempler avec bonheur les grandes murailles blanches des plus humbles
maisons voisines.

L'architecte a donné à son œuvre la toilette excessive d'une parvenue.
On a envie de lui appliquer le mot de ce peintre ancien à son confrère:
«N'ayant pu la faire belle, tu l'as faite riche.» Il n'y a pas trace
d'une idée élevée, ni même d'une idée, dans cet ambitieux tapage de
détails qui, considérés isolément, ne sont point sans mérite, mais ne
semblent se réunir que pour se nuire l'un à l'autre, et que je
comparerais volontiers à ces concerts à grand orchestre où nulle phrase
mélodique ne se dégage du déluge de notes et du fracas des instruments,
où la sonorité de la musique étonne les sens, et ne dit rien à l'esprit
ni à l'âme. L'art a perdu là une de ces occasions solennelles comme il
ne s'en rencontre pas deux en un siècle, même avec des préfets tels que
M. Haussmann. Le nouveau Louvre est grand par l'étendue, il ne l'est
point par la pensée ni par le style. «Il demeurera, aux yeux de la
postérité, comme le type colossal du mauvais goût,» a pu dire M. de
Montalembert, avec une sévérité qui n'est que de la justice. Un
douloureux sentiment s'empare de l'observateur à l'aspect de tant de
talent, d'habileté, de zèle et de dépenses prodigués en pure perte, d'un
si vaste déploiement de forces pour aboutir à un si maigre résultat. Que
l'administration se vante de la merveilleuse rapidité de cette immense
improvisation, qui suffit, en effet, à justifier bien des étonnements,
c'est son droit; mais le nôtre est de lui répondre par le mot d'Alceste:
«Le temps ne fait rien à l'affaire,»--ou par le vers du poëte:

     Le temps n'épargne pas ce qu'on a fait sans lui.

Je ne sais si mes lecteurs se souviennent encore du sujet proposé par
l'Académie des Beaux-Arts, lors du dernier concours d'architecture pour
le prix de Rome, et de la manière dont les élèves l'avaient traité. Il
s'agissait du _plan d'un escalier principal pour le palais d'un
souverain_, matière pleine d'actualité en présence de la reconstruction
d'une partie des Tuileries. Sans doute, la maison pure et simple n'est
pas admise à l'Académie, qui ne connaît que les palais, ou tout au plus
les maisons romaines, comme celle du prince Napoléon: il était permis
toutefois de voir dans ce programme une avance et une galanterie, dont
elle a été bien mal récompensée par le décret du 15 novembre. En se
bornant à demander un escalier, l'Académie avait fait acte de prudence.
Par le luxe inénarrable de dorures, d'arabesques et de statues que les
jeunes élèves, déjà rompus aux traditions présentes, avaient déployé
dans ce fragment, on pouvait juger sans peine, mais non sans effroi, de
ce qu'ils auraient mis dans un palais tout entier. Impossible de se
conformer plus scrupuleusement au programme, qui recommandait, avec une
sollicitude naïve, d'y prodiguer toutes les magnificences de l'art. Quel
escalier, bon Dieu! Non, les palais cyclopéens de Ninive et de Babylone
n'en avaient point de pareil. Instinctivement, le regard cherchait au
bas des marches la reine Sémiramis, montée sur son éléphant blanc. Le
fameux grand escalier du Louvre, où Percier et Fontaine avaient tenu à
se surpasser, et dont le plafond était le chef-d'œuvre d'Abel de Pujol,
cet escalier modèle qu'on a tout simplement démoli, comme s'il se fût
agi d'une cloison, pour opérer un changement de distribution intérieure,
eût paru digne à peine d'une chaumière à côté de ces conceptions
gigantesques. M. Haussmann a mis le trouble et le vertige dans
l'imagination de ces jeunes gens, dont le dévergondage architectural
avait de quoi faire dresser les cheveux sur la tête aux membres de la
commission municipale, s'il leur reste encore des cheveux.

D'après le plan de Perrault, lorsqu'il eut élevé la colonnade du Louvre,
l'église Saint-Germain-l'Auxerrois devait disparaître pour laisser le
champ libre à une vaste place. Ce temps n'avait guère plus de respect
que le nôtre pour l'antiquité nationale, et la _barbarie_ gothique en
particulier choquait toutes ces intelligences éprises de la noble
régularité grecque. Aujourd'hui que la passion de dégager les monuments
ne connaît plus de limites, on pouvait craindre que l'administration ne
se souvînt du projet de Perrault. Un louable scrupule l'a fait reculer.
Mais, après avoir si généreusement sacrifié l'une de ses manies, elle
s'est dédommagée en donnant pleine carrière à l'autre: celle de
l'alignement. Elle a cru dissimuler le défaut de parallélisme de
l'église avec le palais, parce qu'elle l'a reporté sur une construction
neuve qui ne fait, en le répétant, que l'accentuer davantage. Elle a
voulu créer un pendant à un temple gothique avec une mairie, sans tenir
compte de la diversité des siècles ni de celle des destinations, ou
plutôt en tâchant de les combiner en un compromis barbare et monstrueux,
qui reste absolument sans excuse aux yeux du bon goût et du bon sens. Ce
que je vais dire ressemble à un blasphème artistique, et pourtant je le
dis sans hésiter: mieux valait encore reprendre le plan de Colbert et de
Perrault, et raser l'église, que de la déshonorer par cette hideuse
association; que de lui river, en guise de boulet, cette copie bâtarde
et dérisoire, où l'on a marié de force le seizième siècle avec le
treizième, fait de la Renaissance avec les formes et les lignes du style
gothique, du gothique en supprimant l'ogive, et qui reproduit son modèle
avec la fidélité gravement bouffonne d'une caricature enfantine.

Une tour, ou plutôt une quille de pierre, mélange incompréhensible et
prétentieux de tous les styles, et dont on cherche en vain la raison
d'être, sert de trait d'union entre ces deux monuments qui, suivant le
mot de J.-B. Rousseau, hurlent d'effroi de se voir accouplés. Cela fait,
l'administration, saisie d'un mouvement de remords et de honte, s'est
empressée de planter au devant cinq ou six rangées d'arbres pour en
cacher l'aspect; mais, par une contradiction fâcheuse, elle va placer
dans la tour, sans doute pour qu'elle serve à quelque chose, un carillon
dont le tort sera de forcer les passants à lever la tête et à regarder
le beffroi en entendant le concert.

Je ne crois pas que jamais l'architecture publique ait rien produit qui
puisse rivaliser de ridicule et d'extravagance avec cette tour et cette
mairie, devant lesquelles l'imagination recule confondue, et qui
désarment la critique à force de la déconcerter. Mais ce n'est pas sur
l'architecte qu'il faut faire retomber la responsabilité de cette
conception. Je plains, je ne condamne pas cet instrument quasi-passif,
chargé de la besogne matérielle, et responsable d'une œuvre qui n'est
point la sienne. Il n'y a plus aujourd'hui d'architecture artistique; il
n'y a qu'une architecture d'État, la contre-partie de ce journalisme
officiel qui signe ses articles et ne les écrit point. L'idée première
appartient évidemment à l'administration, et il était impossible qu'elle
aboutît autrement. Que peut faire un malheureux artiste à qui l'on
demande, c'est-à-dire à qui l'on impose d'exécuter, en quelques mois,
une _mairie renaissance_, en la copiant sur une _église gothique_?
Vitruve lui-même ne s'en fût pas tiré. Il est vrai qu'en pareil cas on a
la ressource de s'abstenir; mais c'est un parti extrême qu'il serait
cruel d'exiger des architectes, dans leurs rapports avec la ville de
Paris. Nous pousserons la charité envers l'homme de talent qui a dû
passer sous ces rudes fourches caudines de l'idée municipale, jusqu'à
couvrir son nom d'un voile pudique et compatissant.

Malgré ses énormes, ses lamentables défauts, le nouveau Louvre, par la
richesse et l'agrément de quelques parties, par le talent de détail
qu'on y trouve, reste le chef-d'œuvre des travaux entrepris depuis
douze ans à Paris, et il brille comme un soleil au-dessus des autres
palais qu'on nous a construits dans le même intervalle.

Que dire, par exemple, du palais de l'Industrie, ce grand bâtiment
lourd, monotone, d'une architecture massive et froide, à peine variée
par des pavillons sans relief et sans style? De quelque endroit qu'on
l'examine, il produit, au milieu des arbres de cette royale promenade,
l'effet d'une immense cage de pierre et de verre déposée sur le sol, en
attendant qu'on l'emporte. Tant qu'il était destiné à recevoir seulement
les produits industriels, on pouvait lui trouver un caractère de
solidité et de gravité suffisamment approprié à son but; mais, en dépit
du titre que l'habitude lui conserve, c'est aujourd'hui l'édifice où
l'art tient chaque année ses assises, et il ne répond pas à la grandeur
de cette destination.

Ce malheureux palais a été si mal conçu que le but qu'on s'était proposé
en le créant est justement celui pour lequel il est le moins propre. Il
peut servir, et, en réalité, il sert à toute sorte d'usages, sauf à
celui-là. Habituellement il est vide et ne semble avoir été construit
que pour loger son jardin. Dans les intervalles des expositions de
beaux-arts, les orphéons y donnent des concerts; on y organise des
banquets, des assemblées, des expositions de fleurs; on y met des
chevaux, des porcs, des brebis ou des volailles grasses. C'est un local
pour tout faire, comme la grande salle de Lemardelay ou de l'Hôtel du
Louvre. Mais quand il s'agit d'une exposition de l'Industrie, comme
celle qui se prépare pour l'année 1867, on s'aperçoit que ce Palais de
l'Industrie ne peut servir à rien, et qu'il faudra en élever un autre à
côté, en couvrant de bâtisses provisoires tout le Champ de Mars.

Le nouveau Palais, ou plutôt la nouvelle façade du Palais des
Beaux-Arts, sur le quai Malaquais, ne répond pas davantage à son but. Ce
pourrait être aussi bien, sinon mieux, celle d'un grenier d'abondance.
M. Duban s'est préoccupé avant tout de choisir un motif architectural
qui puisse, selon les nécessités de l'avenir, s'étendre, en se
répétant, par une simple juxtaposition à droite et à gauche, de telle
sorte que l'unité de l'ensemble n'ait point à souffrir de raccords
disparates. Mais,--sans s'arrêter plus qu'il ne faut à une œuvre
secondaire, qui n'est après tout qu'une façade latérale, l'entrée d'une
annexe,--il est impossible d'y reconnaître un style nettement déterminé,
et l'on est en droit de lui reprocher la pauvreté de l'ornementation, le
peu de caractère de l'ensemble, la singulière gaucherie de ces vastes
baies, dont les plus larges dominent les plus étroites, et de ces
énormes œils-de-bœuf alignés au sommet, d'où ils écrasent les étages
inférieurs sous leur poids. Comme la cariatide, l'œil-de-bœuf est en
grande faveur aujourd'hui, et l'on sait le désastreux effet qu'il
produit encore dans la grande salle des États au Louvre, ce _hangar_
splendide et difforme, sorte de joujou grandiose et inutile, qu'on ne
peut que montrer, sans pouvoir s'en servir. Faut-il voir dans ce double
triomphe une de ces lois de l'art qui sont fondées sur la secrète
logique et le mystérieux symbolisme des choses?

Puisque nous sommes sur la rive gauche de la Seine, nous ne la
quitterons pas sans avoir visité la fontaine Saint-Michel: triste
visite, que nous abrégerons. Ce monument, édifié à grand labeur, dans
des proportions colossales, sur le plus beau boulevard du nouveau Paris,
n'est qu'un immense avortement artistique, devant lequel l'esprit le
plus indulgent se sent frappé de surprise par la disproportion évidente
de l'effort et du résultat. Toutes les splendeurs de la décoration n'ont
même pu sauver la mesquinerie du premier aspect. La faute en est un peu,
nous le reconnaissons, au parti pris d'adosser la fontaine à une maison
construite dans des conditions défavorables, dont il a fallu subir la
dure tyrannie. Évidemment, M. Davioud a été mis au supplice par cet
énorme bâtiment, qu'il n'a pu parvenir à masquer en entier: l'élévation
de la toiture lui a commandé celle du décor, et les deux aigles de plomb
n'ont été plantés aux deux extrémités de ce terrible toit à plans
convexes que pour le rattacher tant bien que mal au monument; mais rien
n'a pu cacher la longue et prosaïque perspective des fenêtres, des
lucarnes et des tuyaux de cheminée qui semblent converger au groupe de
l'archange saint Michel. L'absence de soubassement de la fontaine, qu'on
n'a même point rehaussée sur un socle pour aider au coup d'œil, et dont
le bassin inférieur domine le trottoir de trente centimètres à peine,
lui donne une épaisseur uniforme dans toute son étendue; et, à la voir
ainsi plaquée et comme écrasée contre le mur, on la prendrait de loin
pour une de ces couvertures en carton gaufré, si fameuses dans les
distributions de prix des écoles primaires.

Ce ne sont là toutefois que des explications secondaires: il faut
chercher les principales dans la sécheresse et l'incohérence de
l'invention. Incohérence, c'est le nom de la fontaine Saint-Michel.
Comme presque tous les monuments du nouveau Paris, et à un plus haut
degré encore, elle révèle l'absence d'une conception forte, d'une idée
dominante et suivie. On dirait une juxtaposition de pastiches divers,
composés isolément par cinq ou six artistes, et soudés ensuite l'un à
l'autre. Autant de parties, autant de styles: ici du grec, là du romain,
ailleurs de la Renaissance et du dix-septième siècle. Autant
d'ornements, autant d'idées sans lien et sans harmonie. Du moins ne
puis-je deviner par où le groupe de l'archange terrassant le démon,
centre et point de départ du monument, se rattache aux petits Amours
enguirlandés de la frise et aux mythologiques Chimères qui flanquent les
vasques inférieures; quel est le lien invisible des abeilles, des aigles
du faîtage, des boucliers de bronze aux armes impériales, avec les
cartouches marqués des initiales de Saint Michel et des insignes du
vieil ordre monarchique institué par Louis XI?

On a voulu suppléer à la richesse de la conception par celle de
l'exécution, en poursuivant la variété par l'emploi hasardeux des
matériaux multicolores; on n'est arrivé qu'à la bariolure, sans parler
des graves inconvénients qu'entraîne, pour la proportion apparente des
objets, le défaut d'accord et d'harmonie dans ces teintes diverses. Si,
par exemple, les quatre colonnes qui encadrent la niche centrale
paraissent à la fois si maigres et si lourdes, il ne faut pas
l'attribuer seulement aux dimensions disproportionnées de leurs bases et
de leurs chapiteaux, mais à la façon disgracieuse dont le marbre blanc
veiné des deux extrémités se relie au marbre rouge des fûts.

Une fois l'œuvre terminée, l'administration s'est aperçue de ces
disparates: il était un peu tard, mais elle va si vite qu'elle n'a
jamais le loisir de s'en apercevoir auparavant. Alors elle a entrepris
les ratures et les corrections qui ont paru le plus indispensables. Elle
a supprimé les anges qui menaient les Chimères en laisse; elle a
remplacé, a l'attique, les plaques de marbre de diverses couleurs par
une frise symbolique, représentant de petits génies qui jouent dans de
vastes rinceaux. Mais c'est la fontaine tout entière qu'il eût fallu
reprendre de fond en comble.

On ne refait point un poëme manqué en y changeant quelques vers et en y
corrigeant deux ou trois solécismes.

Ces échecs répétés, qui semblent le dernier mot de toutes les
entreprises de l'administration urbaine, tiennent d'abord à la
précipitation de sa marche, comme nous l'avons dit, car rien ne
s'improvise moins que la pureté du style, l'harmonie des lignes, et
cette beauté d'ensemble qui résulte de la variété dans l'unité; mais ils
tiennent aussi à l'absence de principe, à l'immixtion continuelle de
l'idéal administratif, tantôt absolu comme un système, tantôt ondoyant
et divers comme un caprice, dans l'idéal artistique, qu'il modifie et
pétrit à son gré,--à l'intervention évidente de conceptions et de
volontés contradictoires dans chaque monument public.

Le lecteur ne connaît peut-être pas la longue filière par où doit passer
tout projet avant d'arriver à son exécution, et l'interminable
hiérarchie d'architectes sectionnaires et divisionnaires, d'inspecteurs,
de commissions, qu'il doit escalader degré par degré, au hasard de
laisser un lambeau de l'idée primitive à tous les pas de cette marche
laborieuse. L'artiste choisi fait d'abord un plan préalable, accompagné
d'un devis sommaire, d'après les instructions qu'il reçoit d'un chef de
bureau, et en se conformant aux indications générales, aux dimensions et
à la forme du terrain concédé, aux conditions matérielles tracées par
l'administration, qui n'est pas précisément et qui n'a pas mission
d'être un corps artistique. Il le soumet à l'un des architectes chargés
de la direction particulière des édifices. Quand tous deux sont
d'accord, et il faut bien que le premier finisse toujours par tomber
d'accord avec le second, l'avant-projet va à l'architecte en chef de la
ville de Paris, qui l'examine et le modifie encore pour son propre
compte. Quand tous trois sont d'accord, il passe au conseil des
architectes, qui fait lui-même ses observations et ses retouches. Puis
il arrive au préfet, qui recommence l'examen, indique des modifications
nouvelles, ou approuve. C'est alors seulement qu'est tracé le projet
définitif, qui repasse par la même filière pour y subir derechef les
mêmes épreuves, et finit, après cette odyssée dont Ulysse eût été
jaloux, par aborder au rivage de la commission municipale, qui alloue ou
refuse les fonds. Il faut lui rendre cette justice qu'elle ne les refuse
jamais.

Et je n'ai indiqué que les étapes officielles, qui parfois se
compliquent de quelques autres. Qui oserait, par exemple, refuser au
chef de l'État le droit d'intervention et de décision souveraine, même
lorsque les travaux sont en cours d'exécution? Ce droit, il l'a, et il
en use; il n'est pas besoin de dire que ce n'est jamais que pour le plus
grand bien de l'art: on nous l'a souvent assuré, et nous ne commettrons
point la mesquine impolitesse de le mettre en doute.

Mais,--en dehors, bien entendu, de cette dernière intervention, purement
facultative,--il n'en est pas moins vrai que cette longue filière, qui
semblerait devoir être une garantie, n'est le plus souvent qu'une gêne.
Le projet soumis au vote bienveillant de la commission municipale
n'entre au port que comme ces vaisseaux radoubés, qui ont été contraints
de relâcher ici pour refaire leur carène, là pour acheter de nouvelles
voiles, plus loin pour reconstruire leur grand mât, ailleurs pour
remplacer leur équipage. Modifié par l'un d'après ses fantaisies et ses
préférences personnelles, par l'autre d'après ses idées et ses
traditions d'école, tiré au romain par celui-ci, ramené au grec par
celui-là, nuancé d'assyrien par un cinquième, subissant le contre-coup
de toutes les volontés contradictoires, de toutes les variations qui
surviennent dans les conditions matérielles, dans les chiffres de la
somme et les proportions du terrain alloué, il ne garde plus rien de
l'esprit qui l'a conçu. Ah! que nous comprenons bien le gémissement de
l'une des plus déplorables et des plus illustres victimes du système,
qui s'écriait un jour en parlant de son monument: «Je ne puis me
résoudre à passer devant. Toutes les fois que mes affaires me conduisent
de ce côté, je baisse la tête et je fais un détour.»

Le principal personnage de cette hiérarchie artistique, le seul maître,
ce n'est pas l'architecte en chef, c'est le préfet de la Seine: il
serait naïf de démontrer cet axiome, et non moins naïf de s'en étonner.
Ainsi, l'abus de la direction administrative finit par anéantir toute
direction artistique, et, sur ce point du moins, l'excès de la
centralisation nuit à l'unité. C'est par là que s'expliquent, d'une
part, l'aspect décousu de tant de monuments; de l'autre, le retour
permanent, par-dessus toutes ces fantaisies qu'il absorbe et recouvre de
sa domination, de ce style neutre, impossible à définir, mais
reconnaissable au premier coup d'œil, que la postérité baptisera le
style Haussmann, comme on dit le style Louis XIV et le style Pompadour.

De la fontaine Saint-Michel, il n'y a, pour arriver à la place du
Châtelet, que la Seine à franchir, en passant entre le Palais de Justice
restauré et le nouveau Tribunal de commerce. Arrêtons-nous un moment
devant ce dernier, pour contempler le dôme qui semble poussé comme une
superfétation bizarre sur le toit de cet édifice juridique, où il ne
peut avoir d'autre but que de masquer la courbe du boulevard Sébastopol
et de clore dignement la perspective. L'histoire de cet ornement
postiche, plaqué après coup sur un monument qui n'en avait que faire,
serait curieuse et instructive à tous égards. Un jour, je suppose, M. le
préfet a vu une photographie représentant le dôme de l'hôtel de ville de
Brescia: il est charmé de ce petit morceau; il appelle l'architecte et
lui ordonne de l'adjoindre à son plan. «Mais ce dôme ne répond nullement
au caractère de l'édifice, et ne s'harmonise pas avec le système que
j'ai adopté. Là-bas il est parfaitement à sa place, ici il fera
disparate, et il faudra inventer tout un appareil de raccords
disgracieux pour parvenir à asseoir sur la toiture ce supplément
inattendu qui va tout gâter.--C'est égal: le dôme me plaît, il répond
bien à la gare de l'Est qu'on aperçoit à l'autre bout de l'horizon. Je
veux le dôme.» Et l'architecte met le dôme.

Encore une fois, est-ce à lui qu'il faut s'en prendre, et aurons-nous
le courage de le blâmer?

Par le percement du boulevard de Sébastopol et de l'avenue Victoria,
comme par le prolongement de la rue de Rivoli, la place du Châtelet est
devenue une sorte de vaste carrefour ouvert aux quatre vents du ciel,
qui laisse fuir le regard de tous les côtés et n'a, pour ainsi dire,
point d'enceinte. Monuments et boulevards semblent s'être donné
rendez-vous sur ce chétif emplacement, peu digne d'un tel honneur. Au
centre trône la fontaine de la Victoire, qu'on a alourdie par
l'adjonction d'un maussade piédestal orné de sphinx, moins alourdie
toutefois que la fontaine des Innocents, qui, à force de réparations et
de restaurations, en est venue à être méconnaissable. La fontaine du
Châtelet a eu son heure de popularité, le jour où une ingénieuse et
puissante machine l'a transportée, debout, à douze mètres de sa
situation primitive, puis exhaussée sur son nouveau piédestal,
absolument comme le cèdre de la butte Mortemart au bois de Boulogne. Les
pessimistes chagrins qui nient le progrès du temps présent ne nieront
pas du moins celui de nos machines, capables de transférer la colline
Montmartre sur la place de la Concorde, au premier signe de M. le
préfet, pour en faire le centre d'un square ou la base de l'obélisque.

De chaque côté se dressent deux théâtres, dus encore à M. Davioud, l'un
des plus coupables, ou tout au moins des plus compromis, parmi les
ministres ordinaires de M. Haussmann. Ces bâtiments étranges, qui ne
ressemblent à rien de connu, affichent la prétention de créer un nouvel
ordre d'architecture, non encore classé jusqu'à présent dans les
_Traités_ et les _Manuels_ sur la matière. Ce sont des théâtres; on ne
sait ce qui les empêcherait d'être des bazars ou des marchés couverts.
Sauf quelques ornements des façades, rien n'y indique et n'y caractérise
leur but. Les deux édifices, vus en bloc, sont jetés dans le même moule,
et reproduisent le même aspect, à la fois bizarre et massif. Un
péristyle percé de cinq arcades en plein cintre, immédiatement surmonté
d'un foyer dont la disposition extérieure répète celle du
rez-de-chaussée, puis d'un second foyer-terrasse, et le tout couronné en
retrait par un attique percé de lucarnes rondes, que domine un toit
convexe à pans coupés, semblable au couvercle d'une gigantesque boîte,
telle est la physionomie générale de ces monuments. On dirait que chacun
d'eux en renferme un second, qui a fini par briser son enveloppe en
soulevant la tête.

Au théâtre du Cirque, le premier étage, qui forme galerie, allie à son
arcature classique je ne sais quelles ambitieuses réminiscences du style
oriental, qui tranchent d'une façon singulière sur le caractère général
de l'édifice. Cette façade est, du reste, la moins lourde des deux. Mais
au Cirque, comme au Théâtre-Lyrique, les côtés et le derrière,
entièrement nus, présentent tout juste l'aspect harmonieux et grandiose
d'une caserne. À défaut de lignes architecturales plus savantes et plus
variées, n'eût-on pu du moins égayer de quelques décorations accessoires
ces longs murs et cette interminable série de fenêtres, dont la
simplicité outrée jure avec la destination des salles comme avec la
physionomie monumentale de la façade, à laquelle tout le reste a été
sacrifié? Il y a ici, de la part de l'édilité parisienne, une de ces
contradictions bien propres à dérouter la critique, qui, si elle ne peut
parvenir à goûter les travaux du Paris moderne, voudrait du moins en
saisir l'esprit général, et cherche de bonne foi à les comprendre et à
s'en rendre compte.

Par une autre contradiction, dont je ne me charge pas de trouver le
motif, M. le préfet, qui partout ailleurs ne recule devant aucune
dépense pour déblayer et isoler les salles de spectacle, comme il vient
de faire pour le Théâtre-Français, s'est appliqué à entourer le Cirque
d'un cordon de maisons particulières, destinées à des cafés, à des
boutiques, à des hôtels garnis, et d'un caractère si peu architectural,
que, à peine bâties, il a fallu se mettre en frais considérables pour
dissimuler leur déplaisante apparence, en attendant peut-être qu'on les
supprime. Il eût été plus simple de ne pas les bâtir. L'administration
aura été prise cette fois d'un de ces accès d'économie qui saisissent de
temps en temps les prodigues, et leur font mettre de côté un bout de
chandelle au moment même où ils jettent les billets de banque par la
fenêtre. Ou peut-être a-t-elle voulu apporter un léger tempérament à un
état de choses auquel elle aura largement contribué pour sa part, et
interrompre par quelques maisons habitées cette longue ligne d'édifices
et d'établissements publics, qui, prolongée à droite et à gauche sur
presque toute l'étendue des quais, a pour conséquence naturelle d'en
détruire l'animation, d'en faire la nuit des endroits particulièrement
déserts et dangereux, et d'isoler les deux rives de la ville en reculant
leurs points de contact.

L'instinct populaire, si apte à découvrir du premier coup le défaut
saillant d'une œuvre, celui par où elle touche au ridicule, et à le
résumer d'un mot, a trouvé une métaphore trivialement pittoresque pour
exprimer son jugement sur les théâtres de la place du Châtelet. Il les a
comparés à deux grandes malles de voyage, comme il a comparé à un
huilier colossal le groupe formé par la mairie Saint-Germain-l'Auxerrois
et la tour qui l'unit à l'église. En regardant ces édifices à quelque
distance, il est impossible de n'être pas frappé par la justesse de ce
verdict du suffrage universel appliqué à l'art.

De tous les autres théâtres récemment construits, celui de l'Opéra, si
je ne me trompe, est le seul auquel l'administration ait pris part, le
seul aussi qui mérite de nous arrêter. Par une mesure excellente, à
laquelle on ne perdrait rien de recourir plus souvent, le projet a été
mis au concours, et, malgré l'insuffisance du délai, une avalanche de
plans de bonne volonté a répondu à l'appel. M. Haussmann n'a qu'à
frapper du pied la terre pour en faire jaillir des légions
d'architectes. Parmi tant de vétérans chevronnés, c'est un jeune élève
de l'école de Rome qui a remporté la palme. Nous ne pouvons juger encore
directement son œuvre, qui commence à peine à sortir de terre, et à
dessiner ses premières assises, à quelques pieds au-dessus du sol;
mais, autant qu'il est permis de se prononcer d'après le plan en relief
exposé à l'un des derniers Salons, il nous semble que les qualités et
les défauts en sont à peu près les mêmes que ceux du nouveau Louvre,
c'est-à-dire la richesse des détails poussée jusqu'à l'excès, et leur
variété, jusqu'au décousu. Tout en louant la science et l'habileté
incontestables dont l'architecte a fait preuve, et qui mettent son œuvre
au-dessus de la plupart des autres monuments du Paris impérial, on y
voudrait une plus grande sobriété d'ornementation, des lignes plus
simples et plus suivies, une plus puissante unité. Le portique, trop
étroit, semble ajouté après coup au corps de l'édifice, au lieu d'en
être le point de départ, et il prend un caractère subalterne devant le
développement des riches et élégants pavillons qui ornent les façades
latérales. M. Ch. Garnier a cru devoir accuser extérieurement les trois
grandes divisions du théâtre: l'emplacement des foyers, par un péristyle
et une terrasse; celui de la salle, par une coupole écrasée, qui la
couvre sans la dominer; celui de la scène, par un immense fronton
triangulaire qui forme le point culminant. Mais cette disposition offre
quelque chose d'incohérent et de morcelé qui déroute le regard, et il y
a surtout une bizarrerie assez malheureuse dans ce fronton rejeté à
l'arrière-plan et précédé d'une coupole, au-dessus de laquelle il plane,
par une transformation imprévue de toutes les conditions habituelles de
l'art. Ce serait ici le cas de rappeler à M. Garnier un proverbe
populaire, qu'il connaît aussi bien que moi.

Les exigences du programme, la nécessité d'isoler les uns des autres les
nombreux services de ce monument colossal, depuis les entrées du public
et des abonnés jusqu'à celle de l'empereur; de relier au théâtre les
magasins d'accessoires et toutes les ressources d'une administration
monstre, l'ont conduit à ces placages plus ou moins dissimulés, qui
rompent l'harmonie de l'œuvre, et ressemblent à des excroissances
parasites et mesquines accrochées aux flancs de l'édifice. On pardonnera
surtout beaucoup à l'architecte pour peu qu'on n'oublie pas la nature
et la multitude des conditions qui lui étaient imposées, en dehors même
des nécessités du programme, et les exigences contradictoires qu'il
devait concilier dans son plan. Imposer à un théâtre outre ses magasins
et ses ateliers, outre des remises couvertes pour les équipages et un
grand corps de garde, lui imposer jusqu'à des écuries de trente chevaux
pour l'attelage de Sa Majesté et pour son escorte, c'est vraiment
pousser la centralisation trop loin, et vouloir absolument faire du
nouvel Opéra un gigantesque pot-pourri architectural.

Est-il bien sûr aussi, malgré la garantie du concours, que l'œuvre
primitive soit restée à l'abri de toute modification ultérieure, qu'elle
ait pu se dérober entièrement à l'action de la fameuse filière? N'a-t-on
imposé, je veux dire conseillé à l'artiste aucune de ces améliorations
désastreuses qui, de progrès en progrès, finiraient par substituer le
plan de la Bourse à celui du Parthénon? Si on me l'affirme, je tâcherai
de le croire.

Le nouvel Opéra s'élève sur une place évidemment trop petite.
L'administration a cette fois économisé le terrain, pour regagner une
parcelle des trente millions, sans parler des suppléments, que lui
coûtera ce palais de la musique et de la danse. Le Grand-Hôtel encombre
de sa masse gigantesque les abords étriqués du théâtre. Pendant sa
construction, le bruit courut, on s'en souvient, que l'édilité se
repentait de l'avoir laissé bâtir, et qu'elle voulait l'abattre. Il n'y
avait là rien que de très-vraisemblable et de très-conforme à la
tradition. Un moment les maçons arrêtèrent leurs travaux, et le
Grand-Hôtel, mélancolique comme une ruine dans ses murs inachevés, resta
suspendu entre son berceau et sa tombe. Tout s'est borné à une
modification du plan primitif de la Société, qui n'a fait, pour ainsi
dire, que mettre plus en relief l'insuffisance de la place en y ajoutant
une irrégularité choquante. Aujourd'hui qu'il est en pleine activité et
en pleine splendeur, nous allons voir si l'administration se décidera à
le racheter, en tout ou en partie, pour le démolir. Cela lui coûterait
quelques millions de plus qu'alors[10]; mais qu'est-ce que trois ou
quatre pauvres millions pour elle, qui a déjà manié des milliards? Une
goutte d'eau dans l'océan. En vérité ce ne serait pas payer la leçon
trop cher, si elle devait lui profiter.

[Note 10: Depuis que ceci est écrit, j'ai lu dans quelques journaux
qu'en effet on venait de s'aboucher avec les propriétaires du
Grand-Hôtel pour leur acheter le droit de démolir l'angle du bâtiment
qui masque l'Opéra, et qu'on était arrêté par le prix effrayant qu'ils
en demandent. Il est à croire que ce temps d'arrêt ne sera pas long.]

Mais cela ne suffit point. Même en agrandissant la place, l'Opéra
resterait sans perspective, puisqu'on s'est avisé trop tard qu'il ne se
trouve pas dans celle de la rue de la Paix. Pour lui en créer une et
déblayer le point de vue, on n'a rien trouvé de mieux que de percer deux
nouvelles voies qui vont déboucher en face de lui sur le boulevard, car
c'est là évidemment le seul but, la seule explication possible de ces
rues, auxquelles on a voulu, par pudeur, attribuer l'intention assez
plaisante de mettre en rapport la Bourse et le Théâtre-Français avec
l'Opéra. La Bourse!... certes, je n'ignore point les rapports naturels
qui existent entre le 5 pour 100 et le foyer de la danse, mais la Bourse
fonctionne de jour et l'Opéra de nuit. Le Théâtre-Français! Je cherche
en vain à qui pourra servir cette voie de communication entre les deux
spectacles, puisque ceux qui iront à l'un n'iront pas en même temps à
l'autre,--à moins que ce ne soit aux critiques pressés qui auront besoin
d'assister à deux représentations le même soir. Tracer une rue tout
exprès pour faciliter la tâche des critiques, cela est bien digne de la
magnificence de M. Haussmann et me donne quelques remords de mon
ingratitude.

Il est vrai que, pour achever l'œuvre, la rue Lafayette va mettre
l'Opéra en rapport direct avec la Villette et son bassin! À la bonne
heure, au moins! voilà une satisfaction donnée aux immortels principes
de 89!

Pour se rendre compte du prix que coûtera l'Opéra, il convient donc
d'ajouter aux trente millions de sa construction, et aux quarante
millions des expropriations ordonnées pour lui faire place ou pour les
rues aboutissantes, un nombre au moins égal de millions pour le tracé
des autres voies dont nous venons de parler. Il y a de grandes villes
qui n'ont pas autant coûté. Mais il sera beau!

Rendons cet hommage à la commission municipale et à son actif président
que leur zèle étend sa sollicitude à tous les besoins. Après les
théâtres et les casernes, les églises ont trouvé leur tour. On nous en
bâtit de toutes parts dans les genres les plus variés, depuis le
gothique pur et le gothique fleuri jusqu'au style de la Renaissance et
du dix-septième siècle, sans parler du style byzantino-moscovite de la
chapelle grecque, dont la grande coupole fait rêver les bons bourgeois
parisiens aux minarets de Stamboul. Par un étrange renversement de
rôles, dont il ne faut pas lui envier le privilége, car ce dédommagement
lui était bien dû, la banlieue a accaparé les plus belles, quoique les
moins coûteuses de ces églises: c'est sans doute qu'on n'a pas jugé
nécessaire de surveiller d'aussi près et d'_améliorer_ avec autant
d'ardeur les plans de ces architectes suburbains, qui ont pu échapper
ainsi, jusqu'à un certain point, aux perfectionnements de la redoutable
filière. Parmi les édifices religieux élevés à Paris depuis dix ans,
nous n'en connaissons pas qui vaillent Saint-Jean-Baptiste, de
Belleville, Saint-Bernard, de la Chapelle, et Notre-Dame, de
Clignancourt.

Malgré la date récente de son achèvement, Sainte-Clotilde, commencée en
1847, échappe au cadre de ce livre. Elle reste jusqu'à présent
l'expérience la moins malheureuse inspirée par l'imitation de cette
grande architecture gothique, qu'il est si difficile de faire revivre,
parce qu'elle est un art tout d'inspiration, de hardiesse et d'élan, qui
ne s'est jamais formulé en règles fixes comme l'architecture grecque.
Rue Saint-Lazare, dans l'axe de la Chaussée-d'Antin, M. Ballu construit,
selon le style de la Renaissance, l'église de la Trinité, qui, avec son
grand porche surmonté d'une belle rosace, son clocher de soixante-cinq
mètres de haut, son mur-pignon, couronné d'une balustrade découpée à
jour et de deux tourelles, avec le square et la fontaine dont elle sera
précédée, produira du boulevard l'effet d'un joli fond de décor pour
fermer la perspective de la rue. L'église Saint-François-Xavier est trop
peu avancée encore pour qu'il soit possible d'en rien dire. Dans le
faubourg Poissonnière, l'église Saint-Eugène, improvisée en vingt
mois,--avant le nouveau Louvre, cela pouvait passer encore pour une
improvisation,--montre un échantillon du style gothique (il faut le
croire du moins, sans pouvoir le spécifier davantage) réduit à sa plus
simple expression, et marié à l'art industriel du dix-neuvième siècle.
On sait que, par motif d'économie,--un motif qui échappe forcément aux
discussions de la critique, car, selon le proverbe, nécessité n'a point
de loi,--l'architecte de Saint-Eugène a inauguré l'emploi du fer et de
la fonte substitués à la pierre dans l'ornementation de cet édifice.

Sans avoir cette excuse à invoquer, M. Baltard reprend aujourd'hui la
même idée, pour l'appliquer sur une plus vaste échelle et dans des
conditions incomparablement plus difficiles et plus grandioses, en son
église de Saint-Augustin, dont le gros œuvre se dessine au point de
bifurcation du boulevard Malesherbes. M. Baltard a été conduit à cette
expérience délicate et dangereuse par son succès dans la construction
des halles centrales. Mais d'une halle à une église, il y a toute la
distance qui sépare la science et l'industrie de l'art. Je crains que M.
Baltard n'ait sacrifié l'art à la science, et l'architecte à
l'ingénieur. Il s'est laissé entraîner par l'attrait d'un problème à
résoudre, d'une ressource nouvelle à créer; il a vu surtout dans son
église une occasion favorable d'appliquer en grand ses calculs sur la
statique et ses études sur la combinaison des forces et des résistances,
plus encore que de créer un monument qui satisfît à toutes les lois de
la beauté artistique: c'est en quoi je dis que l'ingénieur a dominé
l'architecte. L'emploi du fer et de la fonte a pour premier résultat de
donner à un édifice le vulgaire cachet d'un bâtiment commercial. Qu'on
le réserve pour les gares, les marchés, les bazars, rien de mieux: on en
peut même tirer là des effets heureux; mais, à moins d'une nécessité
impérieuse comme celle qui existait pour la construction de
Saint-Eugène, je voudrais qu'on l'exclût soigneusement de toute œuvre
artistique et monumentale, spécialement des églises. Dans un édifice
gothique surtout, la fonte, ce laid et utile produit de l'industrie
moderne, de toutes les matières celle qui semble répugner le plus à se
laisser façonner par la main de l'art, choque comme un contre-sens et un
anachronisme. Tout au plus pourrait-elle faire bonne figure, à côté des
becs de gaz, dans un temple protestant.

D'ailleurs, pour rester économique, ce qui est sa seule justification
possible, l'emploi du fer et de la fonte impose à l'architecte une sèche
et lourde monotonie d'ornementation. Les meneaux des fenêtres et des
rosaces, les arcs et les colonnes, les nervures et les arêtes de la
voûte, toutes ces parties dont chaque détail était si délicatement
varié par le ciseau de l'ouvrier, coulées dans le même moule, vont
reproduire partout une disposition uniforme. Là est la grande
difficulté, à laquelle on n'échapperait qu'en multipliant et en
diversifiant les moules, c'est-à-dire en reportant sur ce point les
dépenses supprimées sur la matière première. Quand l'église
Saint-Augustin sera terminée, nous jugerons de quelle manière s'y sera
pris M. Baltard pour tourner cet obstacle, et nous proclamons d'avance
que nul n'est plus capable que lui d'en venir à bout.

Ce que nous pouvons à peu près juger jusqu'à présent, c'est la
conception et la physionomie extérieure du monument. Il est d'un style
difficile à définir, essentiellement moderne, et qu'on ne peut rattacher
complétement à aucune époque antérieure,--ni à la Renaissance, dont il
n'a pas la légèreté, la richesse et la grâce; ni, malgré son dôme, au
dix-septième siècle, dont il n'a pas l'imposante et harmonieuse majesté.
En somme, c'est quelque chose de neuf, qui témoigne d'une louable
indépendance et qui vise avant tout à l'originalité. L'ensemble n'est
pas dépourvu de physionomie. En sa qualité d'architecte en chef de la
ville de Paris, il est à croire que M. Baltard n'a pas eu à discuter
avec l'esthétique de MM. les chefs de bureaux, et, en dehors de son
contrôle personnel, n'a été soumis qu'à celui de M. le Préfet, qu'il est
difficile d'esquiver. Il a fait preuve dans sa construction d'une
habileté et d'une hardiesse réelles; il lui en a fallu beaucoup, rien
que pour vaincre les difficultés de l'emplacement ingrat, en forme de
triangle irrégulier, qu'on lui a assigné. Il ne manque à l'église
Saint-Augustin que le caractère d'une église: au premier abord, à cette
architecture solide et mathématique, on dirait d'une forteresse ou d'une
prison. Si M. Baltard était homme à s'occuper des détails, je lui
conseillerais d'en alléger la masse sévère par quelques sacrifices aux
grâces, qu'on ne hante point assez dans les traités de statique et de
géométrie.

       *       *       *       *       *

Toutes les fois que nos yeux sont affligés par un de ces édifices
déplorables dont l'art préfectoral continue à nous menacer, une pensée
et un souvenir se représentent obstinément à notre esprit. Il y a deux
ans, à l'inauguration du boulevard du Prince-Eugène, on avait disposé
sur la place du Trône une décoration, composée d'un portique circulaire,
d'une fontaine et d'un arc de triomphe, mais figurée provisoirement en
charpente et en toile, afin de permettre les modifications nécessaires,
conformément a l'effet produit. Or, cet effet fut tel, qu'après
plusieurs essais de transformation on n'a rien trouvé de mieux que de
supprimer le tout. Combien de mécomptes et de bévues épargnés à
l'administration, si l'on avait eu la prudence d'appliquer le même
procédé à la plupart des édifices nouveaux, avant leur achèvement
définitif! Supposez que la mairie et la tour Saint-Germain-l'Auxerrois
eussent d'abord été figurées en carton, je suis sûr que M. Hittorf et M.
Ballu se fussent des premiers attelés à la corde des démolisseurs. Et
quel soulagement pour nous, pour M. Davioud lui-même, si l'on avait pu,
le lendemain de son inauguration, rouler la fontaine Saint-Michel comme
une toile peinte! Quand on songe que, grâce à cette précaution
élémentaire, il n'est peut-être pas un monument du nouveau Paris qui ne
nous eût été épargné, on éprouve un sentiment de regret dont la vue même
de Napoléon Ier en costume d'apothéose sur la cime de la colonne
Vendôme ne peut suffisamment tempérer l'amertume.

Je doute qu'il y ait un seul des méfaits artistiques de l'administration
actuelle contre lequel l'opinion publique se soit soulevée avec une plus
énergique unanimité que cette fantaisie pseudo-classique, fruit d'une
imagination égarée par le souvenir des Césars, et dont la solennité
confine au burlesque. Au temps du premier empire, lorsque la littérature
et l'art, sous la direction de l'abbé Delille et de David, professaient
qu'il n'est point de salut en dehors de la mythologie, on pouvait
comprendre encore ce caprice impérial; et la statue de bronze, revêtue
de la toge romaine, à la veille des désastres de 1812 et de 1814,
aurait pu répondre comme ce César mourant à ceux qui l'interrogeaient:
_Sentio me fieri Deum_. Mais aujourd'hui, après la révolution qui a
balayé tous ces oripeaux de la vieille friperie classique, sous un
gouvernement qui se fait gloire d'être issu du suffrage universel et de
révérer dans le chef de sa dynastie la plus haute expression des idées
nouvelles et du droit populaire, c'est un énorme contre-sens historique
et artistique d'avoir, au haut d'une colonne fondue avec le bronze des
canons autrichiens, et déroulant en spirales, de la base au sommet, un
immense fouillis d'épaulettes, de colbacks, d'uniformes modernes,
substitué à la figure légendaire de Napoléon en redingote grise et en
petit chapeau, telle qu'elle est restée dans le souvenir et le culte de
la foule, je ne sais quelle banale effigie de parade et de convention,
qui ne répond à aucun sentiment et n'en éveille aucun. Il y a là une
puérilité emphatique et déclamatoire qui fait sourire. Était-ce bien la
peine de tant nous moquer des Anglais et de leur statue de Wellington
en _costume_ d'Achille au sortir du bain?

Que nous parle-t-on de la colonne Trajane, et qu'a-t-elle à faire ici?
La colonne Trajane s'élevait à Rome: il était tout simple que les
artistes romains habillassent leurs empereurs en empereurs romains, et
ils n'auraient pas songé à les déguiser en Pharaons, sous prétexte
d'apothéose. Nous autres, nous sommes en France, à Paris, en l'an de
grâce 1865, et cette statue théâtrale, dressée en place publique, à
quarante mètres au-dessus de la sentinelle qui fait sa faction le fusil
au bras, en face de l'État-Major devant lequel on peut voir rangés en
ligne les tambours de la garde nationale, à dix pas du boulevard, des
omnibus de la Bastille et du Grand-Hôtel, peut passer pour une mascarade
à peu près aussi ridicule que l'Alcide, en perruque à triple marteau, de
la Porte-Saint-Martin. Le contre-sens ressort encore plus vivement
lorsqu'on rapproche ce sacrifice aux vieilles conventions _académiques_
de l'arrêté par lequel M. le ministre de la maison de l'empereur,
quelques semaines plus tard, dépossédait l'Académie de la direction de
l'École des Beaux-Arts, lui reprochant d'endormir les élèves dans une
routine déguisée sous le nom de tradition, et de ne pas suffisamment
comprendre les nécessités de l'idéal moderne.

Voilà donc ce qu'on nous a donné en fait de monuments nouveaux! Si du
moins on respectait les anciens, puisqu'on éprouve une telle impuissance
à les remplacer! Quelques-uns sans doute, nous avons grand plaisir à le
reconnaître, ont été restaurés avec soin, avec amour, par exemple la
Sainte-Chapelle, dont les travaux étaient commencés dès les dernières
années du règne de Louis-Philippe; Notre-Dame, où je ne regrette que les
précieux souvenirs historiques des vieilles corporations qui avaient
enrichi les chapelles de leurs _mais_ et de leurs _ex-voto_; la tour
Saint-Jacques, qu'on a isolée, en l'enchâssant, comme un joyau, dans un
maigre écrin de verdure. Bien qu'elle ait pratiqué ces dégagements avec
la furie d'exécution qu'elle apporte en tous ses actes, et qu'il ait
fallu les payer chèrement par de véritables hécatombes de maisons, je
sais gré à l'administration du zèle qu'elle a mis à déblayer les
principaux édifices des pâtés de bâtiments où ils étaient enfouis.

Mais voici le revers de la médaille. Ce beau zèle, excellent en
principe, ne sait point s'arrêter à temps dans ses applications. Comme
il ne sent jamais le frein, il court à toute bride, emporté par
l'ivresse d'un pouvoir absolu. En comptant bien, on ne trouverait guère
plus d'une douzaine de monuments de la vieille ville qui soient restés
debout, et encore non-seulement grattés, badigeonnés et recrépis, mais
raccommodés et complétés à la dernière mode. Hormis les trois ou quatre
que j'ai cités, devant lesquels,

     À cet air vénérable, à cet auguste aspect,
     Les meurtriers surpris sont saisis de respect.

ceux qu'on n'a pas détruits, on les a mutilés, et ceux qu'on n'a pas
mutilés, on les a _restaurés_ à la façon des tableaux du Louvre,
c'est-à-dire en y remplaçant les teintes noires par de belles teintes
blanches, et ces couleurs sombres qui attristaient l'âme par de jolies
petites couleurs gaies qui réjouissent l'œil. Qui nous expliquera par
suite de quel mystérieux enchaînement d'idées on a pu voir en même temps
nos _édiles_ faire pomper sur les monuments neufs une composition
noirâtre destinée à les vieillir, et faire gratter les vieux monuments
pour les rajeunir? Les trois quarts des plus vénérables édifices qui ont
survécu à la destruction de l'ancien Paris sont employés à des usages
divers, dont la nomenclature serait instructive. On sait que l'église
Saint-Barthélemy, avant sa démolition, était devenue un bal d'étudiants,
comme la tour Saint-Jacques une manufacture de plomb de chasse. On a
installé le théâtre du Panthéon dans l'église Saint-Benoît (aujourd'hui
démolie), un marché dans les Carmes de la place Maubert, des métiers à
vapeur dans l'église romane de l'abbaye Saint-Martin. Des marchands de
vin, des chambres garnies, des magasins, des fabriques, des maisons de
bains, ont élu leur gîte dans la chapelle des Mathurins (dont les restes
viennent de disparaître), dans le splendide hôtel de la Valette, dans
l'hôtel de la Bazinière, dans les églises Saint-Sauveur et Saint-Jacques
de l'Hôpital.

Mais ces profanations ne sont pas toutes, à beaucoup près, du fait de
l'administration présente, et les précédentes en peuvent réclamer
largement leur part. En outre, quelques-unes sont le résultat naturel et
fatal de la marche du temps, des révolutions, de l'extinction des
familles, du déplacement et du morcellement des fortunes. Autant vaut,
d'ailleurs, un marchand de vins dans l'hôtel de la Valette qu'une
caserne de gardes municipaux dans l'hôtel du maréchal d'Ancre, ou un
mont-de-piété dans le couvent des Blancs-Manteaux. Ce qui est propre et
particulier à la municipalité actuelle, c'est moins de gâter les vieux
monuments ou de les profaner, que de les détruire. On ne se doute pas
assez de tout ce que la rage de la ligne droite, la frénésie de
l'alignement, ont ébréché ou renversé à Paris, en dix années,
non-seulement de maisons historiques, mais d'édifices curieux ou
ravissants, tombés en poussière sous la pioche et jetés en morceaux dans
le tombereau des Limousins. Les Parisiens ne connaissent pas leur ville;
et des centaines de monuments, qui échappaient à l'attention de la foule
par leur petitesse ou se dérobaient sous d'affreux pâtés de maisons en
plâtre, mais qui faisaient les délices de l'archéologue, ont pu
disparaître sans qu'ils s'en doutassent.

Le seul tracé du boulevard de Sébastopol et de ses annexes, sur la rive
gauche, a culbuté par douzaines les cloîtres, les chapelles, les
colléges de la vieille Université. La rue des Écoles a fait une
effroyable percée à travers tous ces antiques et vénérables asiles de
l'étude qui peuplaient la montagne Sainte-Geneviève, ce lieu de
pèlerinage où l'Europe entière venait chercher la science. La place de
Grève, bien qu'elle ait gardé son Hôtel de ville, a perdu toute sa
physionomie, et il ne lui reste, pour ainsi dire, plus rien des
innombrables souvenirs historiques évoqués par son nom. Et voici qu'on
parle de la prolongation du boulevard Saint-Germain, qui passera sur le
ventre à l'École de médecine, pour traverser d'un bout à l'autre le
noble faubourg, ce quartier paisible où les rues sont larges, le
commerce et le mouvement presque nuls, rempli d'hôtels qui restent
déserts tout l'été, sorte de Thébaïde de Paris qui n'a certes nul besoin
qu'on y ouvre de nouveaux débouchés à la circulation, et où cette
prolongation semblerait n'avoir d'autre but que de taquiner les _vieux
partis_, en fauchant par centaines leurs grands jardins pour les
recouvrir de moellons, et leurs grandes demeures pour les convertir en
boutiques. Pourquoi le faubourg Saint-Germain serait-il plus heureux que
le faubourg Saint-Honoré? C'étaient, à peu près, les deux seuls points
de Paris où il y eût encore de vastes hôtels qui se développassent en
largeur, au lieu de se développer en hauteur, des cours qui ne
ressemblassent point à des puits artésiens, et des jardins ailleurs que
sur le rebord des fenêtres. Cette anomalie ne pouvait durer. On ne veut
permettre à aucun coin de la ville de garder sa physionomie propre, de
se dérober à l'envahissement du commerce et à l'égalité du niveau
commun.

Ces trouées des nouvelles rues vont tout droit devant elles, avec
l'intelligence et la souplesse d'un boulet de canon. Gare devant! la
maison de Nicolas Flamel et l'abbaye de Cluny, le collége de Bayeux et
dix autres, la chapelle des Mathurins, la tour et l'enclos de Saint-Jean
de Latran ne les feraient pas dévier d'un millimètre. En 1806, des
faiseurs d'alignements, gens fort logiques, n'avaient-ils pas formé le
projet de prolonger la rue des Prouvaires à travers l'église
Saint-Eustache? En ce temps arriéré, le triomphe de la ligne droite
était encore indécis: aujourd'hui, on n'eût point hésité, quitte à
recoudre après coup une abside postiche à l'église, comme on a fait pour
Saint-Leu. Le plus précieux bijou architectural du treizième siècle et
une borne-fontaine sont absolument égaux devant la ligne droite: la
ligne droite est un principe, et les monuments ne sont que des
monuments. Périsse l'art plutôt qu'un principe! Peut-être est-ce acheter
un peu cher l'honneur d'avoir une ville toute neuve, tracée au
tire-ligne, au compas et au fil à plomb, et offrant dans ses voies
principales, au lieu de ces rangées de vastes et antiques hôtels, une
double haie de marchands de vin, de restaurants et de cafés.

Que serait-ce donc si, à côté des hôtels et des monuments de tout genre,
nous voulions énumérer toutes les rues illustres ou fameuses,--ces rues
qui écrivaient l'histoire entière de Paris dans leurs noms
pittoresques,--disparues, englobées, rasées de fond en comble par ces
insolents boulevards dont la splendeur triomphante est faite de ruines?
Et comme si ce n'était pas encore assez, écoutez les faiseurs de
projets, les _mouches du coche_ de l'attelage municipal: ils vous
démontreront dans leurs journaux qu'il importe, en attendant que le
résidu de la vieille cité disparaisse jusqu'à la lie, de les débaptiser,
pour enlever à Paris ce dernier fumet gothique et rance qui choque leur
odorat. Les uns proposent de ne donner aux rues que des noms de grands
hommes ou de victoires; d'autres, plus ingénieux encore, d'affubler
chaque quartier du nom d'une province, et dans ce quartier chaque voie
du nom d'une ville, d'un fleuve, d'une montagne, de manière à
métamorphoser le plan de Paris en une carte de France[11].

[Note 11: Ce projet n'est pas nouveau. Je ne remonterai pas jusqu'à
Henri IV, et l'idée qu'il avait conçue de faire converger vers la place
de l'Europe des rues portant les noms des provinces: dans ces limites,
rien n'était plus légitime. En son ouvrage intitulé: _Paris à la fin du
dix-huitième siècle_ (in-8°, p. 83), Pujoulx expose tout au long un plan
qui lui est propre, et qui consiste, en considérant Paris comme le
centre d'un vaste État, à présenter dans les dénominations de toutes ses
rues, impasses, places et quartiers, un résumé de la carte géographique.
Sous la Révolution, le 14 brumaire an II, le citoyen Chamouleau, au nom
de la section des Arcis, avait fait sur le même sujet une proposition
beaucoup plus originale à la Convention. Voici comme elle était
formulée: «Les communes de la France seront divisées en arrondissements
particuliers, dont chaque place publique sera le centre; toute place
publique portera le nom d'une _vertu principale_. Les rues affectées à
l'arrondissement de cette place seront désignées par les noms des
_vertus_ qui auront un rapport direct avec cette vertu principale.
Lorsqu'il n'y aura pas assez de vertus, on se servira de ceux de
quelques grands hommes; mais on les rangera dans l'arrondissement de
leur vertu principale.--À Paris, par exemple, le Palais National
s'appellera _Temple ou Centre du républicanisme_; l'Hôtel-Dieu, _Temple
de l'humanité républicaine_; la Halle, _Place de la frugalité
républicaine_. Les rues adjacentes, pour la première, seront les rues de
la Générosité, de la Sensibilité, etc., et pour la seconde, de la
Tempérance, de la Sobriété, etc. Il s'ensuivra que le peuple aura à
chaque instant le mot d'une vertu dans la bouche, et bientôt la morale
dans le cœur.» Pourquoi cet admirable projet n'a-t-il pas eu de suites?
Mais on pourrait le reprendre aujourd'hui: ce serait une telle occasion
de mettre les vertus du dix-neuvième siècle en lumière, à moins
toutefois qu'on ne craigne, selon le cas prévu par le sagace citoyen
Chamouleau, qu'il n'y on ait pas assez.]

En compensation de tant de ruines, on nous a bâti ce que nous avons vu:
du moyen âge, style Tressan ou reine Hortense; du gothique débarrassé de
l'ogive, qui a vieilli; du grec et du romain mêlés de chinois; de la
Renaissance bâtardée de décadence; des imitations de Vitruve, des copies
de Vignole, des réminiscences de Saint-Pierre, des calques du Parthénon;
partout des pastiches, et, brochant sur le tout, ce style préfectoral
dont nous avons parlé.

Mais il faut chercher ailleurs la véritable architecture du nouveau
Paris. Les monuments où s'affirment et se démontrent le génie
particulier de l'administration comme celui de l'époque présente, ce ne
sont pas ceux qui affichent la prétention d'arriver jusqu'à l'art et de
relever de lui seul, ce sont ceux qui offrent avant tout le caractère
d'utilité, le cachet industriel et commercial, ou, d'autre part, qui
sont inspirés par les besoins du luxe et du confortable, par les
exigences croissantes du plaisir.

Dans la première catégorie, les gares, les ponts, les puits artésiens,
les casernes, tout ce qui est œuvre d'ingénieur plutôt que d'architecte,
voilà les vrais édifices, avant le Louvre et la fontaine Saint-Michel.
J'ai nommé les casernes; on nous en a bâti sur tous les points: la
caserne de gendarmerie, dans le voisinage du nouveau Tribunal de
commerce; les trois immenses casernes d'infanterie, derrière l'Hôtel de
ville et dans la Cité; la caserne typique du Prince-Eugène, celle de la
Pépinière, celle du nouveau Louvre, celle que l'on construit pour
l'état-major de la garde de Paris, près de la préfecture de police, cinq
ou six postes-casernes, sans compter ce que j'oublie. On en bâtit
encore. Les Parisiens peuvent dormir tranquilles: ils sont protégés.

Quant aux ponts, il n'en est presque pas un qui n'ait été reconstruit,
sans qu'on puisse toujours comprendre au juste pourquoi, sinon par suite
de cette fièvre de démolition, de réparation et de reconstruction qui
pousse l'édilité actuelle à ne pas laisser un coin de Paris, pas une
rue, pas un édifice, sans y apposer sa griffe et y marquer sa trace, et
pour le plaisir d'incruster sur une plaque de marbre cette inscription
qui nous apprend, de cent pas en cent pas, afin que la postérité n'en
ignore, que tel monument, commencé par Louis XIV, a été terminé ou
rebâti sous le règne de Napoléon III. De plus, on nous a donné deux
ponts entièrement neufs, baptisés par nos récentes victoires: à coup
sûr, ce sont de beaux ponts, solidement campés sur leurs arches hardies,
comme il sied à des ponts qui ont coûté à eux seuls autant que trois ou
quatre églises réunies; mais l'un d'eux, celui qui porte le nom de
Solférino, soulève une réflexion qui n'est pas sans intérêt. Lorsqu'il
était si facile, en le reculant d'une vingtaine de pas, de le placer
dans l'axe de la rue Bellechasse, on se demande par quelle
arrière-pensée inquiétante il s'étend en face du palais de la
Légion-d'honneur, et si M. Haussmann, dans un esprit de prévoyante
sollicitude, n'aurait point voulu se ménager ainsi un argument
irrésistible pour raser quelque jour le palais[12].

[Note 12: Un bruit court,--et l'expérience nous a appris que, sur le
chapitre des travaux de Paris, il faut tenir grand compte des bruits qui
courent,--un bruit court qu'on nous prépare un nouveau pont entre celui
des Arts et celui des Saints-Pères, pour correspondre à un guichet du
Louvre qui n'est pas encore ouvert, et à une rue qu'on se propose de
percer. Seulement, quand il aura été bâti, les deux autres seront
devenus inutiles, et on trouvera encore vingt excellentes raisons pour
les démolir.--M. Haussmann n'est pas heureux avec les ponts, comme l'a
fait observer M. F. de Lasteyrie. Après avoir exécuté séparément les
deux tronçons du boulevard de Sébastopol sur la rive droite et sur la
rive gauche, il s'est aperçu non-seulement qu'ils n'étaient pas dans le
même axe, mais encore qu'ils n'étaient ni l'un ni l'autre dans l'axe des
deux ponts destinés à les mettre en communication. Il a fallu les
abattre tous deux pour les reconstruire à côté: c'était l'affaire de
quelques millions seulement, ce qui ne vaut pas la peine d'en parler.
Mais, après cette opération, il s'est trouvé que le nouveau pont au
Change n'était guère mieux que l'autre en ligne droite avec le
boulevard. Voilà qui s'appelle jouer de malheur. Reste la ressource de
le démolir une seconde fois.]

Les deux chefs-d'œuvre de cette architecture utilitaire, qui appartient
à l'art moins qu'à la science, c'est le grand égout collecteur et les
Halles centrales. Le grand égout est une merveille souterraine, une
création prodigieuse, que nous nous contenterons toutefois de signaler
de loin à l'admiration. À la rigueur, on peut approcher les Halles de
plus près, et même y entrer un moment. Pour nous, cette vaste
construction, d'une hardiesse légère et d'une solide élégance, où l'air
et la lumière pénètrent avec tant d'abondance, où tout a été si
habilement calculé pour la commodité des aménagements et les besoins de
la circulation, qui offre enfin un certain aspect monumental, tout en
gardant la physionomie d'abri temporaire, et, pour ainsi dire, de tente
gigantesque en fer et en brique, comme il convient à un marché couvert,
est le vrai Louvre du Paris actuel, ce Gargantua insatiable qui absorbe
chaque jour la nourriture de trois ou quatre provinces, et qui fait
craquer successivement toutes les ceintures où l'on essaye de le
contenir. Les Halles, de l'aveu universel, constituent l'édifice le plus
irréprochable élevé dans ces douze dernières années. Quoi qu'en veuille
faire croire la critique officielle, nous sommes à une époque de prose,
et il y a là une de ces harmonies logiques qui satisfont l'esprit par
l'évidence de leur signification.

Voici qui n'est ni moins logique, ni moins significatif. L'architecture,
devenue stérile dans l'art, se retrouve quand il ne s'agit plus que du
luxe et du confortable. Après les Halles, les monuments par excellence
palais de Paris nouveau, ce sont le Grand-Hôtel et l'Hôtel du Louvre,
ces deux caravansérails babyloniens de la civilisation la plus raffinée,
ces deux cités modèles qui peuvent loger sous le même toit la population
d'un chef-lieu d'arrondissement, en concentrant dans une centralisation
puissante toutes les ressources de la vie matérielle et toutes les
commodités de la vie élégante. Ce sont encore ces grands cafés, ces
jardins féeriques, tous ces établissements frivoles et charmants,
demeures royales élevées au plaisir devenu roi, et où les conceptions
ambitieuses de l'architecture d'État sont vaincues par la souple adresse
et les roueries habiles de l'art qui se fait le courtisan de la foule.

Je conseille à mes lecteurs de s'en convaincre en allant visiter le café
Parisien, derrière le Château-d'Eau, le Grand-Café, au rez-de-chaussée
du Jockey-Club, et l'Eldorado. Le premier, avec ses vastes proportions,
ses statues, ses cariatides, ses parois de marbre, ses glaces
innombrables, où ruisselle le reflet de ses milliers de lumières, sa
belle fontaine aux eaux toujours jaillissantes sur son rocher de bronze,
et le carillon joyeux qui émiette les heures à ses insouciants
habitués;--le second, décoré par l'élite de la jeune peinture et les
plus brillants élèves de l'école de Rome, avec ses trois plafonds, où M.
Gustave Boulanger a représenté les Provinces aux grands crus défilant
processionnellement entre deux haies prosternées de fidèles; M. Émile
Lévy, la Nouvelle sainte-alliance des peuples fraternellement unis dans
le culte sacré de la jouissance, et s'avançant en pèlerinage vers la
Jérusalem de la civilisation moderne pour y admirer les merveilles de
l'Opéra, de la Bourse et des estaminets; M. Delaunay, un élève de
Flandrin, les allégories de l'Industrie, du Commerce, de l'Agriculture,
de la Science, voire de la Poésie, qu'on ne s'attendait guère à trouver
en pareil lieu;--enfin le troisième, avec sa façade agrémentée de
sculptures, son comptoir splendide, surmonté d'un cadre en boiserie
délicatement ouvragé, sa rotonde à deux étages, entrecoupée de seize
arcades qui reposent sur de hautes et sveltes colonnes, sa galerie
bordée de figures colossales aux attributs pittoresques, sa coupole au
riche cadran, où les heures sont marquées par une ronde de douze
nymphes, son balcon à jour ornementé de masques et de médaillons, son
foyer, que décorent deux fontaines, un plafond peint et douze statues de
Debay, enfin les moulures et dorures qui déroulent de la base au sommet
leurs étincelantes arabesques; ce sont là, sans contredit, des
monuments qu'on ne peut oublier parmi les magnificences du nouveau
Paris.

Je n'ai pas à discuter ici l'illusion de quelques bonnes âmes, faciles à
l'optimisme, qui, partant de ce principe que l'art et le beau élèvent
l'esprit, et qu'il finit toujours par s'établir une certaine harmonie
entre la physionomie d'un lieu et ses habitants, ont rêvé à ce propos je
ne sais quelle influence moralisatrice dont on n'a pas encore aperçu les
fruits. Mais j'avais le droit de constater le fait comme un symbole et
un _signe du temps_.

Ce contraste entre l'impuissance de l'architecture visant au grand
style, et son habileté féconde en ressources quand il ne s'agit que de
confort et de luxe; entre l'art de l'architecte qui descend la pente
rapide de la décadence, et celui du tapissier-décorateur, dont le
progrès s'accroît chaque jour, est tellement vrai, tellement saisissant,
que souvent il se marque dans un même édifice et s'y révèle côte à côte
sous ses deux aspects. Nous en pourrions trouver une preuve au nouveau
Louvre. Sans remonter jusque-là, qu'il nous suffise de renvoyer aux
théâtres de la place du Châtelet, et d'indiquer simplement au lecteur la
différence frappante qui existe entre l'architecture extérieure de ces
édifices et leur architecture intérieure, entre la décadence du goût, si
visible d'un côté, et les progrès d'élégance, de luxe et de commodité,
si incontestables de l'autre.



IX

CONCLUSION.


Résumons-nous et concluons. Que résulte-t-il de cette étude sommaire?
Qu'est-ce que Paris a gagné aux vastes travaux qui l'ont transformé de
fond en comble, et qu'y a-t-il perdu?

Ce qu'il y a gagné, on le voit assez du premier coup d'œil, et il serait
puéril de le dissimuler. Il y a gagné un certain aspect grandiose et
monumental, résultant exclusivement de cette vue d'ensemble, de ce
décorum, de cette uniformité, qui, suivant plusieurs, doivent constituer
le caractère essentiel dune grande capitale. Il y a gagné de l'air, de
la lumière et de l'espace. On a déblayé les quartiers insalubres,
dégagé les monuments, tracé d'un bout à l'autre de la ville un savant
réseau stratégique. Voilà tout, à peu près, et ce n'est point à moi
qu'il faut s'en prendre si ce premier compte n'a pas été plus long à
régler.

Quel dommage qu'on ait compromis et perdu ce beau résultat en ne sachant
pas s'arrêter à temps, et que, d'une transformation utile, légitime et
qui pouvait être si féconde, on se soit obstiné à faire, en la poussant
à un intolérable excès, une révolution étayée sur un monceau de ruines,
et sur des fondations pires que les ruines elles-mêmes! Ce n'est pas le
principe que nous blâmons, c'est l'effrayant abus auquel il a servi de
prétexte. On avait commencé par 89; on finit par 93. Le terrorisme de
l'équerre et du compas plane sur nos têtes, et voici douze ans que le
comité de l'expropriation sans appel siége à l'Hôtel de Ville. M.
Haussmann pouvait être le second fondateur de la vieille cité
historique; ce rôle n'a pas suffi à son ambition et il a préféré en
être le destructeur. Il a voulu devenir le _Fléau_ de l'édilité et
l'Attila de la ligne droite.

Ce que Paris y a perdu, le bilan n'en sera pas si court à dresser. Il y
a perdu le pittoresque, la variété, l'imprévu, ce charme de la
découverte qui faisait d'une promenade dans l'ancien Paris un voyage
d'exploration à travers des mondes toujours nouveaux et toujours
inconnus, cette physionomie multiple et vivante qui marquait d'un trait
spécial chaque grand quartier de la ville comme chaque partie du visage
humain. Du faubourg Saint-Germain au faubourg Saint-Honoré, du pays
latin aux environs du Palais-Royal, du faubourg Saint-Denis à la
Chaussée-d'Antin, du boulevard des Italiens au boulevard du Temple, il
semblait que l'on passât d'un continent dans un autre. Tout cela formait
dans la capitale comme autant de petites villes distinctes,--ville de
l'étude, ville du commerce, ville du luxe, ville de la retraite, ville
du mouvement et du plaisir populaires,--et pourtant rattachées les unes
aux autres par une foule de nuances et de transitions. Voilà ce qu'on
est en train d'effacer sous la monotone égalité d'une magnificence
banale, en imposant la même livrée à tous les anciens quartiers, en
perçant partout la même rue géométrique et rectiligne, qui prolonge dans
une perspective d'une lieue ses rangées de maisons, toujours les mêmes.

Paris sera bientôt un grand phalanstère dont toutes les aspérités, tous
les angles, tous les reliefs auront disparu, égalisés et aplatis sous le
même niveau. En place de toutes ces villes d'une physionomie si multiple
et si accentuée, il n'y aura plus qu'une ville neuve et blanche, qui
fait litière des souvenirs historiques les plus curieux ou les plus
sacrés; une ville de boutiques et de cafés, qui vous poursuit de
l'éternelle obsession de son étalage tapageur et de sa fausse richesse;
une ville d'apparat, destinée à devenir la grande auberge des nations,
le caravansérail des Anglais en voyage, et qui ressemble au baudrier de
Porthos, d'or brodé par devant, de vil buffle par derrière.

Les travaux récents ont, d'ailleurs, l'inconvénient inévitable de ces
vastes entreprises, qui sont le résultat d'un système préconçu plutôt
que d'une étude attentive des besoins qu'elles prétendent satisfaire.
Appliqués pour ainsi dire _a priori_, tout d'un bloc et avec une
rigidité mathématique, aux diverses parties de Paris indistinctement, au
lieu de rester soumis aux circonstances, de s'adapter aux nécessités et
de sortir progressivement du cours naturel des choses, ils offrent, dans
leurs transformations les plus radicales, ce caractère factice et
superficiel auquel il est impossible de se méprendre. Ils se superposent
aux anciens quartiers sans se fondre avec eux, sans se les assimiler,
sans répondre à leurs besoins, et en transportant toutes les apparences,
toutes les tyrannies du luxe, dans les centres populaires et industrieux
qui ne peuvent qu'en souffrir. Ils chassent l'ouvrier, le petit
commerçant et le mince bourgeois des lieux où il vivait en paix depuis
des siècles; ils accolent les palais somptueux des boulevards aux
humbles maisons des ruelles excentriques; ils brouillent tous les
quartiers dans leur uniformité contre nature, aussi opposée à la variété
des aspects qu'à la diversité des besoins d'une grande ville, ils
jettent le faubourg Saint-Antoine dans le même moule que le faubourg
Saint-Germain, promènent leur niveau sur le pays latin et les alentours
de la Bourse pour les égaliser, transplantent le boulevard des Italiens
en pleine montagne Sainte-Geneviève, avec autant d'utilité et de fruit
qu'une fleur de bal dans une forêt, et créent des rues de Rivoli dans la
Cité qui n'en a que faire, en attendant que ce berceau de la capitale,
démoli tout entier, ne renferme plus qu'une caserne, une église, un
hôpital et un palais.

Cette transformation de Paris, dont Paris se fût si bien passé, et pour
laquelle on réclame non-seulement notre docilité, mais notre
enthousiasme, l'administration nous la fait payer plus cher qu'elle ne
vaut. De plus, elle nous a repris en détail tout ce qu'elle nous
accordait en gros, et aussitôt qu'on était tenté de reconnaître son
bienfait, elle se contredisait en le détruisant. Le développement des
rues s'est fait aux dépens de celui des maisons et des appartements; les
nouveaux boulevards ont introduit l'air et la lumière dans les quartiers
insalubres, mais en supprimant presque partout sur leur passage les
cours et les jardins, mis d'ailleurs à l'index par la cherté croissante
des terrains; en exposant les riverains aux miasmes de la boue du
macadam, qu'ils n'évitent qu'au prix d'une poussière non moins
désastreuse. Enfin, tout en s'appliquant à donner aux rues un caractère
grandiose et monumental, l'administration a marqué ses édifices de ce
cachet particulier de mauvais goût et de pompeuse mesquinerie que nous
avons constaté.

Peut-être quelque lecteur est-il tenté de me trouver bien sévère. Le
sens de l'art et du beau se perd tellement dans les civilisations trop
avancées qu'il se trouvera d'honnêtes gens, désintéressés dans la
question, je n'en doute pas, pour accuser d'un parti pris de paradoxe ou
de dénigrement ce qui n'est que l'expression bien incomplète, et
forcément modérée, d'un jugement impartial. Cependant, en ce qui regarde
les monuments du Paris actuel, je ne craindrais pas d'en appeler au
sentiment public, et, j'ajoute tout bas, à celui même des architectes
qui sont personnellement en cause, pourvu qu'il pût se produire en toute
indépendance. S'ils se mettaient un jour à parler, ils en diraient bien
d'autres: j'ai quelques raisons de n'en pas douter. Sauf pour le nouveau
Louvre, qui semble avoir obtenu l'assentiment de la foule, à défaut de
celui des connaisseurs, il n'y a qu'une voix, qu'un gémissement. Qui
pourrait m'indiquer où les édifices qu'on nous inflige ont trouvé des
approbateurs? «Dans _le Constitutionnel_,» me répondra-t-on. C'est
précisément ce que je voulais dire.

Ce qui frappe comme le caractère général de cette architecture bâtarde,
c'est l'absence d'un principe déterminé, le manque de suite et d'idéal,
en prenant le mot dans son sens le plus restreint. Chaque monument porte
la trace d'un effort nouveau, et toujours malheureux, où les plus
grandes victoires de l'invention ne vont qu'à confondre les styles sous
prétexte de les unir, à en bouleverser les dispositions fondamentales
sous prétexte de les renouveler. L'ensemble n'est pas varié, il est
décousu. C'est une série d'essais et de tâtonnements, qui, ne se tenant
par aucun lien artistique, ne représentent rien, et où l'incohérence ne
s'affiche pas seulement d'un édifice à l'autre, mais dans les diverses
parties d'un même édifice. On commence d'une manière, on finit d'une
manière différente; l'idée qu'on n'a pas pris le temps de mûrir, se
modifie en chemin, ou se dénature sous toutes les alluvions étrangères
qu'elle est condamnée à subir.

Et, non-seulement, on ne voit nulle part une forme caractéristique,
originale, propre au temps, mais on ne voit pas même de persévérance et
de fixité dans l'imitation. Il n'y a point là d'éclectisme, il y a de
l'indécision: on dirait que l'art énervé n'a plus la force de sentir son
impuissance et de choisir ses modèles. Lorsque toutes les époques, même
les plus abaissées par la décadence, se sont crée, ou du moins ont
adopté un genre, bon ou mauvais, mais auquel on les reconnaît à première
vue, le seul cachet de l'architecture présente, celle de toutes pourtant
qui aura le plus produit, est de n'en point avoir, et son style ne
pourra se reconnaître qu'à l'absence de style. La confusion des langues
a présidé à ces entreprises ambitieuses, et la grande Babel moderne,
comme disent les professeurs de rhétorique, la ville où toutes les
idées, toutes les croyances et toutes les passions se heurtent en une
mêlée contradictoire, semble se mirer avec complaisance dans ce chaos de
monuments disparates.

Une époque, ou plutôt une administration,--car je crois avoir établi que
c'est là le fait particulier de l'administration,--qui lègue de tels
édifices à la postérité comme le dernier effort de son imagination et de
son goût, est définitivement jugée au point de vue artistique. Le
programme de M. Duruy lui-même, que penserait-il et qu'aurait-il dit de
l'état des beaux-arts au siècle de Louis XIV, qui n'est pourtant pas
précisément un grand siècle architectural, si, au lieu des Invalides,
de la colonnade du Louvre, de la porte Saint-Denis, il nous avait laissé
comme le témoignage suprême de son génie, commandés par le roi, composés
et dirigés par ses plus éminents architectes, surveillés et approuvés
par ses ministres, exécutés par ses premiers ouvriers, chantés par ses
poëtes officiels, admirés avec orgueil par ses critiques en titre, la
mairie du premier arrondissement avec sa tour, la fontaine Saint-Michel
et le Théâtre-Lyrique? J'aurais honte d'appuyer sur cette question:
c'est déjà trop d'avoir pu la poser.--Il est vrai que nous ne sommes
plus au siècle de Louis XIV.

N'est-il pas temps enfin de s'arrêter dans cette voie où, depuis douze
ans, sans nous laisser respirer, on nous entraîne à toute vapeur vers un
terme que nous n'apercevons pas encore, et qui recule toujours à mesure
qu'on espère l'atteindre? Est-il nécessaire de faire un si long et si
rude chemin, à travers tant de ruines et de fondrières, pour arriver au
«dégrèvement des taxes locales,» et n'avons-nous pas bien mérité qu'on
plante au frontispice de Paris nouveau le bouquet destiné à marquer le
_couronnement_ de l'édifice?

L'expérience est aujourd'hui concluante; elle ne peut plus rien nous
apprendre, et de part et d'autre nous savons à quoi nous en tenir.
Monsieur le préfet de la Seine, ayez pitié de nous! votre peuple vous
demande merci; il tend vers vous ses mains suppliantes et vous implore,
agenouillé dans la poussière de ses ruines. Grâce pour notre faiblesse!
faites trêve à ces embellissements forcenés, implacables, dont
l'éternelle menace trouble notre sommeil. Arrêtez d'un geste ce flot
impétueux de démolitions, cette mer montante, déchaînée à votre voix,
qui nous poursuit, nous traque dans notre fuite, et se reforme toujours
à nos pieds, avec l'inexorable sévérité d'un châtiment fatal. Monsieur
le préfet, laissez-nous le peu qui reste de notre vieux Paris, ne fût-ce
que pour nous consoler du Paris nouveau que vous nous avez fait!



PARIS FUTUR


  «Je ne fais que commencer.»
  (_Parole attribuée à M. Haussmann._)

  «Ce qui reste à faire est au moins
  aussi considérable que ce qui vient
  d'être accompli.»

  (_Discours de M. le préfet de la Seine
  à la Commission municipale, le 29
  novembre 1864._)


En ce temps-là, j'eus une vision.

Il me sembla qu'ayant dormi longtemps d'un profond sommeil, je me
réveillais tout à coup au moment où sonnait la première heure de l'année
1965.

Et l'ange préposé par Dieu à la garde de Paris, me soulevant par les
cheveux, me transporta sur le haut d'un monument, d'où il me montra la
grande ville étendue à mes pieds.

Et voici ce que je vis:

Je vis une merveille qui eût excité l'admiration de Barême, et fait
tomber Monge et Legendre en extase.

Paris, pendant mon sommeil, avait successivement fait craquer ses
nouvelles ceintures et débordé de toutes parts sur ses alentours, en les
engloutissant dans son sein. Il avait maintenant plus de cent kilomètres
de tour, et remplissait à lui seul le département de la Seine.
Versailles était son royal vestibule; Pontoise s'enorgueillissait de
former un de ses faubourgs. Chaque jour les citoyens de Meaux montaient
sur les tours de leur cathédrale, pour voir si le flot de Paris
n'arrivait pas enfin jusqu'à eux. D'étape en étape, les derniers
tronçons de ses boulevards, partis de la plaine de Monceaux, venaient
expirer sur les bords de la forêt de Chantilly, proprement taillée en
parc à l'anglaise. Le boulevard de Sébastopol avait poussé sa pointe en
éclaireur jusqu'aux portes de Senlis, et des îlots de maisons
grandioses, semées çà et là à travers la plaine aride et nue, dans un
désordre sagement réglé par le compas des ingénieurs, comme autant de
jalons et de pierres d'attente, faisaient rapidement glisser Paris sur
la route de Fontainebleau. Le temps était bien loin où une audace timide
et arriérée voulait faire de l'Arc de Triomphe le centre de la ville,
dont il était d'abord la sentinelle avancée: dépassé par la marée
montante à laquelle il croyait servir de phare et de point de
ralliement, le monument de Chalgrin n'était plus qu'une épave surnageant
encore dans les lointains les plus reculés de la capitale agrandie, et
cette porte d'entrée, qui avait voulu changer de rôle, maintenant punie
de son ambition, ressemblait à une porte de sortie sur le vieux Paris.
La ville avait fait la moitié du trajet au-devant de l'Océan, et l'Océan
s'était avancé à sa rencontre, si bien que l'antique légende de Paris
port de mer était enfin une vérité. Le monstrueux cancer, s'étendant
toujours, avait rongé toutes les chairs vives autour de lui, et,
d'annexions en annexions, la France entière était devenue sa banlieue.

À force de se transformer et de s'embellir, la grande cité avait fini
par faire peau neuve des pieds à la tête. Il n'y restait plus aucun
vestige de ce passé ténébreux qui déshonorait encore çà et là sa
splendeur en l'an de grâce 1865. Un siècle de travaux assidus, dirigés
par une demi-douzaine de préfets qui se transmettaient comme un héritage
sacré la monomanie furieuse de la bâtisse et le _delirium tremens_ de la
démolition, en avait fait la capitale-type de la civilisation moderne.

Au centre s'étendait une vaste place d'une lieue de circonférence,
autour de laquelle rayonnaient en tous sens, comme les corridors de
Mazas autour de sa chapelle, cinquante boulevards, non plus beaux, mais
juste aussi beaux les uns que les autres.

Chacun de ces cinquante boulevards avait cinquante mètres de large, et,
par ordonnance, était bordé de maisons de cinquante mètres de haut et
de cinquante fenêtres de façade. Toutes ces maisons, dont la largeur
égalait l'élévation, formaient une longue série de cubes gigantesques,
régulièrement alignés. Des lois sages en avaient déterminé, d'après une
base uniforme, le mode de décoration extérieure et de distribution
intérieure: chacune d'elles renfermait un égal nombre d'appartements,
d'égale dimension. Les mêmes lois sages avaient également déterminé
l'emplacement et la forme des boutiques de chaque espèce. Il y avait,
par exemple, des cafés de première, de deuxième et de troisième classe,
comme les préfets, et pour chaque catégorie était réglé avec prévoyance
le nombre des salles, des tables, des billards, des glaces, des
ornements et des dorures.

Les cafés de première classe, bien entendu, étaient seuls admis sur la
ligne des boulevards. Ainsi l'œil n'était plus blessé par ces disparates
choquantes que produit l'indiscipline de l'initiative individuelle
abandonnée à elle-même, et le niveau centralisateur, cet instrument des
civilisations complètes, avait passé partout. Les industries ouvrières,
les fabriques, le petit commerce étaient parqués dans les quartiers
intermédiaires: il y avait les rues de maître et les rues de service,
comme il y a les escaliers de maître et les escaliers de service dans
les maisons bien organisées.

De cette place, on pouvait d'un coup d'œil, en pivotant sur soi-même,
embrasser Paris entier, et en apercevoir toutes les portes. Le milieu
était occupé par une grande caserne monumentale de forme circulaire,
surmontée d'un phare, œil immense et vigilant d'où, chaque nuit, un jet
puissant de lumière électrique s'élançait sur tous les points de la
ville; percée, vis-à-vis des cinquante boulevards, de cinquante
embrasures par chacune desquelles passait la gueule d'un canon, et
flanquée d'élégantes rotondes, qui étaient des postes de sergents de
ville. Sur le fronton de la caserne, un bas-relief (_utile dulci_),
œuvre d'un professeur de cette École des Beaux-Arts régénérée par
l'intervention salutaire de l'élément administratif, représentait dans
une gloire l'Ordre Public, en costume de fantassin de la ligne, avec une
auréole au front, terrassant l'Hydre aux cent têtes de la
Décentralisation; et une frise déroulait autour de l'édifice les
épisodes les plus saisissants de cette grande bataille enfin terminée.

Cinquante sentinelles, postées aux cinquante guichets de la caserne,
vis-à-vis des cinquante boulevards, pouvaient, avec une lunette
d'approche, apercevoir, à quinze ou vingt kilomètres de là, les
cinquante sentinelles des cinquante barrières. Un vaste système de fils
électriques, rayonnant du centre aux extrémités, mettait de toutes parts
ces cent postes en communication, et en une seconde envoyait de la tête
à chaque membre les signaux nécessaires.

Un premier boulevard circulaire, de cent mètres de large, bordé
d'arcades, faisait le tour de la place; un dernier, de la même
dimension, faisait le tour de la ville, en suivant intérieurement
l'enceinte des nouveaux remparts. Les anciennes fortifications,
détruites et comblées, n'étaient plus qu'un sujet de dissertation pour
les archéologues, comme l'enceinte de Philippe Auguste. Dans
l'intervalle, échelonnés de kilomètre en kilomètre, s'arrondissaient
concentriquement les uns autour des autres dix boulevards moins larges
de moitié, car le Paris de l'an 1965, idéal de la symétrie, et où, par
un prodigieux effort de l'imagination municipale, on avait trouvé moyen
de ramener la ligne courbe elle-même aux principes de la ligne droite,
offrait cet inappréciable avantage d'être rigoureusement fondé sur le
système décimal. On pouvait le parcourir et l'étudier comme un problème
de mathématiques.

À chaque intersection des dix boulevards circulaires avec les cinquante
boulevards qui formaient les rayons de cette vaste roue, s'étendait,
suivant les théories géométriques les plus pures, une place, dont le
périmètre était exclusivement composé de monuments. Car on ne permettait
pas aux monuments de s'éparpiller partout, sans ordre et sans méthode.
Ils étaient centralisés. Les provinciaux et les étrangers n'avaient plus
besoin de guides pour visiter Paris; il leur suffisait de suivre le
boulevard droit devant eux en sortant de leur hôtel; le soir, ils se
trouvaient de retour à leur point de départ, ayant vu à fond toutes les
curiosités du premier cercle, sans avoir eu à s'enfoncer dans les rues
latérales, abandonnées aux nécessités de la vie courante. Le lendemain
ils recommençaient pour le cercle suivant. Ils savaient même d'avance où
se trouvaient les églises et où se trouvaient les mairies, où les
casernes et où les théâtres, qui alternaient comme les rimes dans un
poëme épique, et ils pouvaient déterminer, par un simple coup d'œil jeté
sur le plan de Paris, dans quelle direction il fallait chercher les
diverses catégories d'édifices, absolument comme les mathématiciens
déterminent le quatrième terme d'une proportion. Jamais un Anglais
n'éprouvait le besoin de se hasarder en dehors des boulevards, et nul
Parisien ne se souvenait d'en avoir rencontré un seul dans les rues.
Les monuments avaient leurs lignes aussi bien que les omnibus: ici les
monuments à dôme, et là les monuments sans dôme; à droite le style
ancien, et à gauche le style moderne.

L'ingénieur en chef de la ville avait inventé une puissante machine pour
transporter dans l'alignement les anciens édifices conservés. C'est
ainsi que l'Hôtel de Ville avait été déplacé de cinq cents mètres, et
que l'hôtel des Invalides avait dû tourner sur lui-même, pour occuper sa
place dans la cité nouvelle. Les buttes de Saint-Roch, de
Sainte-Geneviève et autres étaient venues se ranger docilement dans le
bois de Boulogne, le bois de Vincennes et le parc de Monceaux, où elles
figuraient parmi les curiosités naturelles, creusées en grottes et
arrangées en cascades. Le mont Valérien avait été taillé en colosse de
Rhodes, dont les deux mains tenaient élevée sur la ville une paire de
flambeaux gigantesques, tandis que ses deux pieds logeaient une machine
hydraulique d'où les eaux de la Seine partaient en canaux innombrables;
Montmartre était coiffé d'un dôme, orné d'un immense cadran électrique
qui se voyait de deux lieues, s'entendait de quatre et servait de
régulateur à toutes les horloges de la ville.

On avait enfin atteint le grand but poursuivi depuis si longtemps: celui
de faire de Paris un objet de luxe et de curiosité plutôt que d'usage,
une _ville d'exposition_, placée sous verre, hôtellerie du monde, objet
d'admiration et d'envie pour les étrangers, impossible à ses habitants,
mais unique pour le confortable et les jouissances de tout genre qu'elle
offrait aux fils d'Albion. Quand un Parisien avait la petitesse de se
plaindre, on lui répondait qu'il n'y a que les esprits vils pour ne
point savoir sacrifier leur commodité personnelle aux mâles joies de
l'orgueil patriotique.

Le système monumental suivi dans le Paris de 1965 avait produit
certaines conséquences que je me souvenais d'avoir vu poindre autrefois.
Comme la construction des bâtiments et leur genre d'architecture étaient
déterminés _a priori_ par le plan général de la ville, au lieu de
s'adapter platement aux besoins et aux destinations, il en résultait que
les édifices étaient employés parfois à des fonctions imprévues. Les
écoles primaires et les sapeurs-pompiers habitaient sous des dômes. Il y
avait des palais qui n'étaient occupés que par leur concierge. Il y en
avait d'autres qui ne logeaient qu'un jet d'eau. Une fois le palais
bâti, on n'en savait que faire, et on se hâtait d'y mettre une statue,
ou un jardin, ou bien de le faire peindre à fresque, ou bien encore de
créer à son intention, afin de l'utiliser, un haut fonctionnaire qui ne
servait à rien. Du reste, tous les palais, même ceux qui ne logeaient
qu'un jet d'eau, avaient leur factionnaire, leurs gardiens, leur
gouverneur et leur administration.

Les voies principales reproduisaient invariablement la disposition que
voici: le long des maisons, un trottoir divisé en deux étages pour les
deux courants de piétons marchant en sens opposé; le long des trottoirs,
une chaussée pour les voitures, qui, suivant leur direction, prenaient
un des côtés de la rue; au centre, séparées de la chaussée par un
parapet, quatre rangées de rails pour les chemins de fer qui
sillonnaient Paris en tous sens. Des passerelles joignaient, de distance
en distance, les deux rives du remblai, et même dans les rues où ne
pénétraient pas les chemins de fer, à tous les carrefours et sur les
points les plus encombrés, des ponts volants, comme celui que j'avais vu
jadis sur le canal Saint-Martin, aidaient le passant à franchir, sans
courir le risque d'être éclaboussé ou écrasé, l'océan de fiacres et
d'omnibus qui tourbillonnaient à ses pieds.

Chaque nuit, à deux heures du matin, après la rentrée des théâtres, et
lorsque la ville entière était plongée dans les bras du sommeil, des
machines à vapeur parcouraient les rues, enlevant la boue du jour et
chassant les immondices dans les égouts. Cinq ou six régiments de
balayeuses, suivis d'une armée de frotteurs, se répandaient sur les
trottoirs, et entretenaient le bitume comme le parquet d'un salon.

Les cinquante boulevards qui rayonnaient du centre à la circonférence
portaient les noms des principales villes de France; et les cinquante
portes correspondantes, ceux des départements dont chacune de ces villes
était le chef-lieu. Les noms des capitales de l'Europe avaient été
réservés aux boulevards concentriques. Les places et les ponts les plus
importants étaient baptisés au titre des victoires de l'empire; les
places secondaires et les carrefours, au titre des victoires de la
royauté. On avait distribué aux rues intermédiaires, dans un ordre
logique et mûrement étudié, les noms des généraux, des ministres, des
industriels et même de quelques écrivains, si bien que la connaissance
de la géographie et de l'histoire aidait à se retrouver dans Paris, de
même qu'une promenade dans Paris était une leçon d'histoire et de
géographie. Rien qu'en conduisant leurs chevaux, les cochers étaient
devenus les plus savants hommes de France, et ils songeaient en masse à
se présenter à l'Institut. Tous les jeudis et les dimanches, on voyait
les chefs de pension et les pères de famille promener méthodiquement des
bandes d'enfants à travers la ville, en leur faisant remarquer avec soin
les étiquettes et la direction des rues. Paris était comme un grand
tableau mnémotechnique, synchronique et chronologique, et le plan de la
capitale faisait partie des livres élémentaires adoptés par le conseil
impérial de l'instruction publique pour les écoles mutuelles et les
classes inférieures des lycées.

Il n'est pas besoin d'ajouter qu'on ne trouvait nulle part aucune de ces
vilaines étiquettes qui écrivaient autrefois au coin de chaque voie
l'histoire ténébreuse des mœurs et usages du vieux Paris. Plus de rues
des Juifs, de la Truanderie, du Grand-Hurleur, des Mauvais-Garçons, du
Fouarre, des Francs-Bourgeois, de Tire-Chape et de Vide-Gousset. Fi
donc! cela puait le moyen âge et la mauvaise compagnie!

L'œil n'était plus davantage attristé par ces grands monuments, noirs
et sombres, en style gothique, c'est-à-dire barbare, qu'un reste de
superstition avait d'abord épargnés. À force de restaurations,
Notre-Dame paraissait enfin présentable. On avait rasé
Saint-Germain-l'Auxerrois, pour agrandir la place du Louvre, et, tout en
regrettant le beffroi et la mairie, les habitants avaient applaudi à
cette sage détermination. Les trois cadrans et le carillon du beffroi
avaient été transportés dans la tour Saint-Jacques, devenue, au
rez-de-chaussée, un poste de garde nationale, afin de servir au moins à
quelque chose.

Je cherchai le faubourg Saint-Germain: il avait disparu; le faubourg
Saint-Marceau: il n'y en avait plus trace; le faubourg Saint-Antoine:
jeté aux tombereaux. Les boulevards de cinquante mètres trônaient
partout avec l'égalité de leur splendeur. Sur l'emplacement des grands
hôtels de la rue Saint-Dominique et de la rue de Varennes, ces asiles
surannés de l'oisiveté aristocratique, comme aux lieux où s'ouvraient
naguère les colléges et les cloîtres de la vieille Université, ces
débris de la féodalité et de la scolastique, s'étendaient à perte de vue
de belles rangées de magasins étincelants et de cafés dorés sur
tranches. Par quelque bout qu'on prît la nouvelle ville, c'était
toujours le même Paris, le Paris majestueux et splendide, comme il sied
à la capitale du monde. Il n'avait plus ni queue ni tête, ni
commencement ni fin: partout on se croyait au centre, ce qui fournissait
aux poëtes (il en restait encore, hélas! et l'administration tolérait
même ces insensés avec bienveillance, et les nourrissait à ses frais
dans un prytanée, pour lui faire des cantates aux jours de fêtes)
l'occasion naturelle de comparer la grande ville à la voûte des cieux.

En regardant les maisons de plus près, j'observai deux détails, qui
m'avaient échappé d'abord, et qui intriguèrent singulièrement ma
curiosité. À la façade de chacune d'elles était adapté un petit
instrument, semblable à un compteur, dont je ne pus comprendre le but.
Mon guide m'expliqua que c'était un aéromètre, servant à mesurer les
mètres cubes d'air respirable strictement nécessaires à chaque
appartement, et à vérifier si chaque locataire jouissait de la part
d'oxygène à laquelle il avait droit. Sur tous les toits s'alignaient des
séries de jolis pavillons qui, à ce que j'appris bientôt, étaient
destinés à des locations supplémentaires. Les maisons avaient leurs
impériales, à l'instar des chemins de fer et des omnibus. Tandis que les
magasins du rez-de-chaussée coûtaient de cinquante à cent mille francs
de loyer, que le moindre appartement montait à dix mille, le prix de ces
pavillons ne dépassait pas mille écus. C'était l'asile ordinaire des
employés du gouvernement et des journalistes célibataires. Quant aux
ouvriers, relégués au delà du mur d'enceinte, ils faisaient matin et
soir cinq ou six lieues en chemin de fer pour se rendre à leurs travaux;
mais on les laissait entrer en casquette et en blouse dans les palais,
et les candidats à la députation leur rappelaient de temps à autre
qu'ils étaient «le peuple souverain.»

De vingt pas en vingt pas s'élevaient, sur toutes les lignes des
boulevards, de charmantes vespasiennes à trois compartiments, en forme
de tourelles gothiques; car l'administration, pour répondre aux
calomnies de certains pamphlétaires, logés dans les pavillons des toits,
avait tenu à prouver qu'elle comprenait tous les styles.

Les kiosques des marchands de journaux se dressaient à tous les coins de
rues. Grâce aux lumières de l'opinion, éclairée par une longue
expérience, et aux mesures salutaires d'une administration paternelle,
qu'une ingratitude persévérante n'avait pas découragée, le nombre des
feuilles rédigées dans un bon esprit s'était multiplié d'une façon
rassurante pour l'ordre public. Le service de ces kiosques était fait
par une escouade spéciale d'agents en uniforme, à qui d'autres agents du
service de sûreté publique apportaient matin et soir les liasses de
gazettes contenant les libres appréciations des agents supérieurs, sans
uniforme, sur le gouvernement qui les payait fort cher, afin qu'ils le
contrôlassent plus sévèrement.

J'étais descendu et je me promenais au hasard par les rues de l'ancien
Paris, je veux dire du Paris de 1865, en compagnie de mon guide. Les
boulevards s'allongeaient après les boulevards, les places succédaient
aux places, les dômes aux colonnades et les colonnades aux dômes. Sans
une cuisson douloureuse à la plante des pieds, il m'eût semblé que je
restais immobile, au centre d'un vaste décor qui se déroulait autour de
moi, en revenant perpétuellement sur lui-même. Au bout de quelques
heures de marche, je débouchai tout à coup devant le Palais-Royal, et je
vis avec satisfaction qu'on l'avait réuni au Louvre, comme les
Tuileries. Je tournai ce dernier palais, cherchant le jardin et ne le
trouvant pas: sauf la partie réservée au château, il était devenu
invisible. Le Jeu de paume, le poste des municipaux, le café de la
Terrasse et l'Orangerie avaient poussé de toutes parts leurs
ramifications de pierres. Une modeste succursale de la machine de Marly
se prélassait sur le grand bassin, relié par un canal souterrain à la
Seine, et l'avenue des Champs-Élysées prolongeait sa bordure d'hôtels
jusqu'à la place de la Concorde.

De l'autre côté de l'eau, deux boulevards se croisaient sur
l'emplacement du parc du Luxembourg, qui avait si longtemps abusé de la
tolérance municipale pour inutiliser cinquante ou soixante mille mètres
d'excellent terrain, et enlever à la circulation des capitaux
considérables. On avait réuni à travers le jardin la rue Soufflot à la
rue de Fleurus, et la rue Bonaparte à la rue de l'Ouest, pour la plus
grande commodité des charretiers et pour mettre _Bobino_ en
communication avec le Panthéon. L'avenue de l'Observatoire se mirait
avec orgueil dans ses trottoirs d'asphalte verni. Une station de fiacres
recouvrait la pelouse de l'Orangerie; aux lieux où fut la Pépinière,
l'odeur des lilas était remplacée par l'odeur du troupier; on vendait de
l'absinthe perfectionnée dans la grotte de Médicis, et les porteurs
d'eau venaient remplir leurs haquets à la fontaine de Jacques de
Brosse. Mais, en guise de dédommagement pour les âmes romantiques,
l'édilité de l'an 1965 avait ouvert des squares sur la place
Saint-Sulpice, autour de l'Obélisque et de l'Arc de Triomphe de
l'Étoile, accordant ainsi à la nature son droit au soleil, toutefois
sans lui permettre d'empiéter sur celui des boutiques. D'ailleurs un
perfectionnement ingénieux s'était introduit dans la fabrication des
squares. L'administration les achetait tout faits, sur commande. Les
arbres en carton peint, les fleurs en taffetas, jouaient largement leur
rôle dans ces oasis, où l'on poussait la précaution jusqu'à cacher dans
les feuilles des oiseaux artificiels qui chantaient tout le jour. Ainsi
l'on avait conservé ce qu'il y a d'agréable dans la nature, en évitant
ce qu'elle a de malpropre et d'irrégulier.

Tout à coup, vers le milieu de l'ex-jardin des Tuileries, je débouchai
sur une place immense, dont la coupole était vitrée, par mesure de
précaution contre les injures du soleil et de la pluie. Le périmètre en
était formé tout entier par quatre monuments, où se résumaient à
merveille les intérêts principaux et les besoins essentiels d'une grande
capitale: une mairie, une caserne, un théâtre et la succursale de la
Bourse. Par une exception glorieuse et bien méritée, cette place, au
lieu de porter le nom d'une victoire, portait le nom d'un
victorieux,--de celui qui avait vaincu les ténèbres et les résistances
du vieux Paris, du promoteur de ce grand mouvement de transformation,
qu'on n'avait fait que suivre en le dépassant. Au milieu de la place,
sur un haut piédestal de bronze, se dressait la statue colossale de ce
second fondateur de la cité, en costume de Grand Édile, revêtu de la
toge et du laticlave. À demi soulevé sur sa chaise curule, d'un geste
impérieux et serein il étendait un doigt sur la carte de Paris déployée
devant lui, et de l'autre main il tenait un compas ouvert, qui fulgurait
comme un glaive. De petits génies jouaient à ses pieds avec des niveaux,
des pioches et des truelles.

En m'approchant, je m'aperçus que cette statue servait en même temps de
calorifère et de borne-fontaine. Elle avait un tuyau de pompe dans la
poitrine et un tuyau de poêle dans le dos; elle jetait du feu par le
haut du corps et de l'eau claire par le bas. De plus, elle tenait lieu
de candélabre pendant la nuit. La flamme intérieure prêtait au bronze
des reflets fantastiques dans l'ombre, et les bouches de chaleur,
placées entre les lèvres, les paupières et les narines, se changeaient
en bouches de lumière, répercutées à l'infini par la voûte de cristal.
Cette manière d'utiliser jusqu'à l'inutile, et de régénérer l'art par
une salutaire infusion d'industrie, me frappe comme la plus éclatante
révélation du progrès dans ses rapports avec la nouvelle capitale.

Les quatre faces du piédestal étaient remplies par autant de bas-reliefs
expressifs et ingénieusement choisis. Sur le devant on voyait la Ville
de Paris, coiffée de ses tours, dirigeant la théorie des communes
suburbaines, et venant à leur tête se prosterner aux genoux du Grand
Édile, qui la relevait eu lui donnant sa main à baiser. À droite, le
Grand Édile était assis à sa table de travail, plongé dans une
méditation profonde et les yeux fixés sur un plan; de chaque côté de
lui, l'Art et la Civilisation soulevaient leurs flambeaux pour
l'éclairer, et la commission municipale, rangée en cercle dans un
religieux silence, comme les gerbes du songe de Joseph, l'adorait. À
gauche, le Grand Édile frappait du pied le sol et en faisait jaillir une
forêt de dômes, de campaniles et de colonnades, qui venaient se ranger
devant lui, aux sons enchanteurs d'un concerto de lyres exécuté par les
Amphions de la commission municipale. Dans un coin, je distinguai
vaguement un épisode où la Ville de Paris jouait un rôle dont je ne me
rendis pas bien compte: je ne pus voir au juste si elle mettait la main
sur son cœur, en signe de reconnaissance éternelle, ou sur sa bourse,
pour payer les violons de la municipalité. La face postérieure du
piédestal était divisée en deux parties: l'une représentait l'Assomption
de la Ville de Paris, soulevée vers la nue sur les bras d'une légion
d'architectes et d'ingénieurs, nus comme des Amours pour les besoins du
style. La France, la main étendue, la contemplait dans une attitude
d'admiration extatique, et Londres, Vienne, Saint-Pétersbourg, Berlin,
Rome et Constantinople, symétriquement rangées sur le premier plan,
faisaient fumer de l'encens dans des cassolettes. L'autre partie
représentait l'apothéose du Grand Édile, et je n'en ai plus qu'un
souvenir confus. Je me souviens seulement que, dans un angle inférieur,
la Postérité, sereine et grandiose comme l'ange qui apparut à Héliodore,
chassait à coups de fouet, dans une trappe, les monstres hideux de
l'Envie et du Dénigrement.

J'entendis un coup retentir. Ah! comme la Postérité frappait à tour de
bras! Un second coup. Je m'agitai faiblement, croyant sentir déjà le
fouet de la Postérité sur ma propre tête. Il me sembla qu'on marchait
vers moi, et je me reculai d'instinct, en balbutiant quelques mots mal
articulés. Un bras vigoureux me secoua.

Je me dressai sur mon séant. Par la fenêtre entr'ouverte pénétraient
jusqu'à mon lit des flots de soleil, et des torrents de poussière. Le
bruit des pics et des pioches, la chanson de la scie, de l'essieu des
charrettes lourdement chargées et de la truelle Berthelet grinçant sur
la pierre, emplirent mon oreille comme une trombe. Mon concierge était
devant moi: il ressemblait à la Civilisation du bas-relief de droite.

«Un cauchemar, monsieur? fit-il, portant respectueusement la main à sa
casquette.

--Non, non, un rêve, un bien beau rêve! Mais, si ce n'était qu'un rêve,
pourquoi m'avez-vous éveillé?»

Il me tendit, avec un sourire doux et triste, un papier qu'il tenait à
la main.

C'était une sommation de la Ville de Paris, la troisième depuis six ans,
d'avoir à vider les lieux dans le délai de deux mois, pour faire place à
la prolongation du boulevard Saint-Germain.

«Ah! m'écriai-je, vous voyez bien que ce n'était pas un rêve!»



APPENDICE



I

LES NOUVEAUX NOMS DES ANCIENNES RUES DE PARIS


Il ne sera pas hors de propos de compléter ce volume en soumettant au
lecteur quelques observations et quelques doutes sur la récente liste
des noms de rues, éditée par notre infatigable commission municipale le
24 août de l'an 1864. Ce sont remarques purement _platoniques_, si je
puis ainsi dire,--comme il importe de s'y résigner pour toutes les
critiques qui s'attachent au nouveau Paris, même quand il ne s'agit pas,
comme dans la circonstance présente, d'un fait accompli.

Il faut rendre d'abord cette justice à la nomenclature de la commission,
qu'elle a mécontenté à peu près tout le monde. Les journaux des opinions
les plus diverses se sont rencontrés sur le terrain de l'opposition: je
ne parle pas, bien entendu, des journaux officieux, qui ont des grâces
d'état.

Il est possible, comme je l'ai lu dans un _communiqué_, que cette mesure
ait pour résultat l'amélioration du service postal. Ce point de vue
administratif est en dehors de la question qui nous occupe, et on nous
permettra d'y être peu sensible. D'ailleurs, les analogies réelles, mais
incomplètes, ou faciles à discerner nettement l'une de l'autre, qu'on
pouvait signaler dans la liste primitive, n'ont jamais été un obstacle
sérieux à la rapidité des communications, comme à Londres par exemple,
ou elles sont innombrables et bien autrement compliquées. Il est à
craindre que ce changement n'embrouille d'un côté ce qu'il éclaircit de
l'autre, et n'apporte autant d'embarras nouveaux qu'il en détruira
d'anciens[13]. Un homme qui a été incapable jusqu'à présent de
distinguer la rue des Marais-Saint-Germain de la rue des
Marais-du-Temple, et de marquer sur l'adresse de sa lettre s'il écrit à
la rue Saint-Jean de Paris-Batignolles, ou de Paris-Montmartre, ne le
sera-t-il pas tout autant de se loger dans la tête, sans erreur et sans
confusion, cette foule de nouveaux noms substitués aux anciens; et
est-il bien sûr que la tâche se trouvera simplifiée pour lui ou pour les
intermédiaires qu'il emploie? Je souhaiterais savoir ce que les cochers
et les commissionnaires, directement intéressés à la question, pensent
du soulagement que l'administration leur a préparé. Pour ma part, je
sens que le prétendu fil d'Ariane de la commission municipale va me
dérouter pour longtemps.

[Note 13: Ici encore ma conjecture s'est trouvée vérifiée. La
plupart des journaux ont raconté, vers la fin de décembre dernier,
l'histoire instructive de M. B., sujet anglais, domicilié à Paris, au
lieu dit, il y a quatre ans, place Pentagonale; il y a deux ans, place
Wagram, et connu aujourd'hui sous sa première appellation de place
Pentagonale, le nom de Wagram ayant été donné récemment à un autre
square placé dans le même quartier. M. B..... envoya, le 22 décembre, de
la rue Vivienne, où il a son bureau, une dépêche à sa famille, laquelle
dépêche lui fut retournée le lendemain avec cette mention: _Destinataire
inconnu.--La place Pentagonale n'existe pas._ M. B...., qui habite
depuis plusieurs années le lieu en question, trouva l'assertion un peu
absolue. Français, il se le fût tenu pour dit, et serait resté convaincu
que, par une erreur dont il était seul coupable, il avait cru demeurer
en un endroit qui n'existait que dans son imagination. Mais M. B.... est
Anglais, et, fidèle à la devise de l'Angleterre: _Dieu et mon droit_, il
adressa une réclamation à la direction générale des lignes
télégraphiques, qui s'excusa il faut lui rendre cette justice, avec le
plus grand empressement.

«La dernière édition de la nomenclature des rues de Paris, était-il dit
ou à peu près dans cette lettre justificative, bien que dressée par M.
Sagansan, géographe de l'administration des postes, ne fait aucune
mention de la place Pentagonale. Malgré le zèle apporté par
l'administration pour se _mettre sur la trace_ des changements opérés
dans la dénomination des voies de communication, elle n'arrive pas
toujours à des renseignements exacts, et doit s'en tenir à des documents
officiels, malheureusement incomplets.»

Si une administration publique se trouve débordée par l'activité de M.
Haussmann, dit _le Temps_, que feront d'humbles Parisiens, qui sont, au
dire de M. le préfet de la Seine, gens nomades et tout à fait
désordonnés dans leurs allures?]

Tant que le Paris de M. Haussmann ne sera pas terminé,--et les plus
optimistes n'osent prévoir quand il le sera,--nous voilà tenus de
renouveler tous les mois nos provisions de cartes et de _Guides_, de
démeubler et de remeubler sans cesse notre mémoire, obligée par ces
transformations incessantes à plus de déménagements encore que n'en a
eu à subir le citoyen le plus traqué par l'expropriation. Les libraires
demandent grâce, les géographes n'y peuvent suffire. À peine à
l'étalage, le dernier plan de Paris n'est plus qu'un chiffon de rebut.
Les _Indicateurs_ s'essoufflent à vouloir fixer au vol la ville du jour,
dont la mobilité raille tous leurs efforts, et ils en sont réduits à
jeter leurs tableaux au pilon avant même de les avoir mis en vente.
Paris se dérobe sans cesse devant l'esprit qui veut en prendre
possession, comme ces siéges qu'un enfant taquin renverse derrière vous
au moment où vous allez vous y asseoir. L'armée des éditeurs va pour la
vingtième fois se remettre à l'œuvre; mais avant qu'ils aient fini, on
aura percé deux ou trois nouvelles rues, raturé une douzaine
d'anciennes, projeté cinq ou six nouveaux boulevards et dressé une
nouvelle nomenclature, qui les forceront à recommencer. C'est leur
affaire, après tout; ils ont eu le temps de s'y habituer, et le proverbe
dit que l'habitude est une seconde nature. Si l'on n'avait depuis
longtemps inventé l'art d'imprimer en caractères mobiles, M. le préfet
de la Seine le leur aurait enseigné à lui seul.

Il y a deux points dans la question qui nous occupe: celle des noms
supprimés, et celle des noms substitués. La division et la marche de cet
examen se présentent d'elles-mêmes.

Examinons d'abord le premier point.

C'est une règle élémentaire, et dont personne, je crois, ne contestera
la justesse, qu'il faut toucher le moins possible aux noms des rues, et
seulement en cas de nécessité réelle,--nécessité matérielle ou nécessité
morale,--tant pour ne pas apporter de trouble dans les habitudes
consacrées, que par respect pour les traditions et les souvenirs que ces
noms rappellent. La commission municipale ne semble pas se douter
suffisamment que les anciennes étiquettes de nos rues ont une
signification; qu'elles écrivent, pour ainsi dire, à tous les pas, la
chronique des mœurs, des usages, des croyances, des divertissements de
nos pères, l'histoire physique et civile de la plus illustre cité du
monde. Avant les _embellissements_ cruels qui ont produit dans la
vieille ville l'effet désastreux de dix siéges et de trois ou quatre
bombardements, on eût pu reconstituer, rien qu'avec ces noms, les
annales de Paris. Je le répète, la commission municipale ne le sait pas
assez, et il est fâcheux que, parmi les membres fort honorables dont
elle se compose, on n'ait point songé à donner place, à côté des
savants, des administrateurs, des commerçants, des artistes, à quelque
archéologue qui eût étudié cette histoire, qui la comprît, l'aimât, et
eût pu en enseigner le respect à ses confrères. Assurément, un avoué ni
un ingénieur ne sont à dédaigner dans le conseil souverain de la ville;
je ne trouve même nullement qu'un peintre comme Delacroix et un écrivain
comme Scribe y fussent déplacés. Mais ce qu'il y faudrait surtout,
puisqu'il s'agit d'un lieu universel, qui est la propriété de
l'histoire, et non d'un domaine privé qu'on puisse tailler à sa guise
comme le potager d'un bourgeois, c'est un homme qui connût vraiment
Paris,--et c'est là justement, si j'en juge par les apparences, ce à
quoi l'on n'a point songé.

Que l'on ait considéré comme absolument nécessaire de remplacer par de
nouveaux noms, dans la liste des rues, ceux qui faisaient double emploi,
je n'ai pas du tout l'intention d'aller à l'encontre. En principe, on ne
peut blâmer cette idée, surtout après l'annexion de la banlieue, qui a
considérablement accru le nombre de ces répétitions. Mais s'est-on
strictement tenu dans ces limites, et tous les noms supprimés
faisaient-ils bien réellement double emploi? On va en juger.

J'en remarque tout d'abord plusieurs qui ne rentrent en aucune façon
dans cette catégorie. Il n'y avait ni deux rues de Cluny, ni deux rues
Percier, et il est impossible de comprendre par quel motif on a
débaptisé les seules qui existassent. Il était si facile de placer M.
Cousin ailleurs que dans la première de ces rues, dont la dénomination
exhalait un parfum gothique à réjouir le cœur des antiquaires! M.
Cousin, qui est éclectique, se fût contenté de celle qu'on lui eût
offerte. En sa qualité d'archéologue passionné, il a dû souffrir de
raturer avec son nom celui d'une rue du treizième siècle, et je le
préviens que les amateurs du vieux Paris ne le lui pardonneront pas sans
peine. Si l'on tenait à le placer dans le voisinage de la Sorbonne, pour
ne point déranger ses habitudes, il y avait la rue des Poirées, qui
n'est pas fort jolie sans doute, mais dont un philosophe se serait
probablement accommodé aussi bien que le chancelier Gerson,--ou la place
Louis-le-Grand, que, par une contradiction singulière avec le principe
même de la nouvelle nomenclature, la commission a mise encore sous le
patronage du même chancelier.

Le 10e arrondissement possédait une rue de Chastillon, ainsi nommée
de l'un des architectes qui ont construit l'hôpital Saint-Louis. Certes,
Chastillon n'est pas un grand homme; mais s'il fallait effacer des rues
de Paris tous ceux qui ne sont pas de grands hommes, la nouvelle liste
de l'administration même courrait risque d'être diminuée d'un bon
tiers. Je n'aurais point conseillé de le mettre; il fallait le laisser
puisqu'il y était. L'avenue des Triomphes n'était pas davantage un
double emploi; si l'on a craint une confusion avec la rue de
l'Arc-de-Triomphe, c'est vraiment pousser le scrupule un peu loin. Quant
à la rue de la Triperie, je conçois qu'on l'ait débaptisée sans autre
motif que ce vilain nom qui faisait tache dans le nouveau Paris: nos
pères n'étaient pas gens si délicats que M. le préfet de la Seine.

Comment et par où la rue Vendôme pouvait-elle se confondre avec la place
ou le passage du même nom? Qu'on ait supprimé la rue de Beauvau, dans le
12e arrondissement, parce que cette désignation pouvait faire croire
qu'elle conduisait à la place Beauvau, située bien loin de là; qu'on ait
agi de même pour la rue Voltaire, qui avait le tort de ne pas aboutir au
quai du même titre, soit! Mais ici, rien de pareil. Il est tout naturel
qu'une rue qui conduit à une place porte le même nom que cette place,
ne fût-ce que pour indiquer qu'elle y aboutit, et qu'un passage situé
dans une rue porte le même nom que cette rue, ne fût-ce que pour
indiquer l'endroit où il se trouve. Cela est si vrai que la commission
elle-même, par une inconséquence bizarre, a suivi, dans ses
dénominations nouvelles, une marche semblable à cette qu'elle condamnait
dans les dénominations anciennes: on trouve dans sa liste la rue et la
place de l'Argonne, la rue et l'avenue de Bouvines, la rue et le passage
d'Alleray, etc., etc., comme si elle avait pris à tâche de se condamner
de sa propre main.

Je ne vois pas davantage en quoi la rue des Amandiers-Sainte-Geneviève
faisait double emploi soit avec la rue Sainte-Geneviève, soit avec la
rue des Amandiers-Popincourt. Ce vocable avait pour lui l'avantage
non-seulement d'être connu et consacré depuis longtemps, mais encore
d'être tout à fait charmant, beaucoup plus, à coup sûr, que celui du
géomètre Laplace. La rue du Moulin-de-Javelle se distinguait non moins
aisément de toutes les autres rues du Moulin semées sur les divers
points de Paris, et elle indiquait à ceux qui aiment à retrouver la
trace des vieilles choses, l'emplacement de ce rendez-vous si fameux à
la fin du dix-septième et au commencement du dix-huitième siècle,
célébré dans tous les vaudevilles du temps et rendu presque illustre par
une des plus spirituelles comédies de Dancourt.

Si c'est une règle élémentaire de ne toucher aux noms des rues de Paris
qu'en cas de nécessité absolue, il n'est pas moins évident que les
changements doivent porter de préférence sur les voies les moins
anciennes, les moins historiques, les moins consacrées par le temps et
les souvenirs, sur celles aussi qui font partie des obscurs et lointains
parages de la banlieue et ne sont pas couvertes par cette longue
possession du droit de cité qui était jadis une protection efficace. La
commission, j'aime à lui rendre cette justice, a généralement suivi
cette marche, hormis toutefois un certain nombre de cas que j'ai peine
à comprendre. Si l'on voulait absolument effacer quelque part le nom de
Rossini et celui du Ranelagh, portés à la fois par une rue et une
avenue, les convenances populaires, comme les souvenirs historiques,
commandaient de faire porter cette suppression plutôt sur des rues
subalternes, ou destinées à disparaître prochainement, que sur
d'importantes avenues, où le changement va produire une perturbation
bien autrement considérable. On ne peut croire que la commission
municipale, dans une pensée d'opposition coupable, ait voulu humilier
Rossini, au moment même où il venait de recevoir la croix de grand
officier de la Légion d'honneur; quant au Ranelagh, pour peu qu'elle ait
eu l'imprudence de prendre ses renseignements sur son compte auprès des
journaux officieux, peut-être a-t-elle cru, avec les grands érudits du
_Pays_, qu'il avait été fondé par un officier d'ordonnance du vainqueur
de Waterloo, et que dès lors elle faisait un acte patriotique en
effaçant ce nom.

Il y avait deux rues Pavée, et deux rues des Marais, sans compter celles
de la banlieue. Pourquoi avoir justement raturé, sur ces quatre
étiquettes, celles qui étaient consacrées par la possession la plus
ancienne? Pourquoi, parmi toutes les rues placées sous le vocable de
Ménilmontant, avoir respecté celles qui se trouvent à Belleville et
débaptisé celle de Paris, une voie historique, rappelant des souvenirs
qui étaient pour ainsi dire incarnés avec son nom? Pourquoi?...

     Tes pourquoi, dit le dieu, ne finiront jamais.

Arrêtons donc ici cette première partie de notre examen, et passons à la
seconde, où nous aurons bien d'autres questions à faire.

J'ai cherché à me rendre compte des principes qui ont guidé la
commission dans le choix des noms nouveaux qu'elle a substitués aux
anciens, et je n'ai pu encore en venir à bout. Je vois bien dans sa
liste des personnages de toute nature et de tout pays, depuis les plus
illustres jusqu'aux plus inconnus, depuis des prélats et des
missionnaires jusqu'à des athées; mais je ne vois pas quelle marche elle
a suivie, et la logique de son plan m'échappe. On dirait qu'elle a mis
pêle-mêle dans une urne cent quatre-vingt-seize noms choisis au hasard
par un commis des bureaux de l'Hôtel de Ville, et qu'elle les a inscrits
dans l'ordre où les lui présentait ce classique enfant aux yeux bandés,
qui était chargé de symboliser la Fortune dans le tirage des anciennes
loteries.

Sauf peut-être une demi-douzaine d'exceptions, qu'on est tenté de
prendre pour un pur effet du hasard, elle ne paraît pas avoir cherché un
moment à procéder autant que possible par voie d'assimilation, de
manière à enchaîner en quelque sorte le nouveau nom à l'ancien souvenir.
Il est évident que le hasard seul a pu substituer le nom de Raphaël à
celui du Ranelagh, remplacer la rue d'Amboise par la rue Thibaud,
l'impasse des Miracles par la rue Lancret, et la rue Notre-Dame par la
rue Desbordes-Valmore. Dans le cinquième arrondissement, si la Sorbonne
a rappelé à la commission le chancelier Gerson, le collége historique de
Louis-le-Grand ne lui a rien rappelé du tout, ni son fondateur Guillaume
Duprat, ni aucun de ses illustres professeurs; et le Collége de France
n'a pas été plus heureux. L'arrondissement du Palais-Bourbon n'a obtenu
en partage que des noms guerriers, sauf un seul, qui ne touche par aucun
côté à l'éloquence parlementaire. Le nom de Charles Lebrun, le premier
directeur des Gobelins, ne lui est même pas venu à la pensée, dans le
treizième arrondissement. Enfin, car il faut abréger, lorsqu'il s'est
agi de rebaptiser les alentours de la place Royale, elle n'a songé à
aucun des hôtes fameux qui illustrèrent, au dix-septième siècle, cette
place et les rues voisines, depuis le cul-de-jatte Scarron jusqu'à la
marquise de Sévigné.

Une trentaine de saints ont été supprimés dans l'ancienne nomenclature,
sans compter ceux qui l'ont été en double et en triple exemplaire. Pas
un d'eux n'a été remplacé par un autre. Je n'en fais pas un crime à la
commission: elle est de son siècle, où les saints ne sont pas en aussi
bonne odeur que les chimistes. Qu'auraient dit les gens éclairés si elle
avait eu la faiblesse de puiser dans le calendrier? Il faut reconnaître
d'ailleurs qu'elle a eu du moins le bon goût d'admettre dans sa liste
des noms comme ceux de Baussel, d'Affre et de Bridaine. Peut-être eût-il
été de meilleur goût encore, pendant qu'elle en était aux prédicateurs,
de ne pas s'arrêter à Bridaine et d'aller jusqu'à Lacordaire; mais je
n'insiste pas sur ce point délicat. Ce que je voulais dire, c'est que
les saints détrônés ont eu la plupart des géomètres et des naturalistes
pour successeurs, ce qui est dans la logique des choses. Seulement il
eût fallu prendre garde à certains contrastes pour le moins bizarres,
dont je ne citerai qu'un exemple, celui de l'athée Lalande substitué au
nom de Sainte-Marie.

Les savants et les mathématiciens de tout genre, particulièrement les
ingénieurs, se partagent presque toute la liste avec les généraux. Quand
je dis les généraux, ce n'est pas pour exclure les simples colonels,
comme le colonel Brancion et le colonel Combes. La commission a traité
l'épaulette avec une véritable munificence: elle a recueilli jusqu'à des
noms comme ceux d'Allent et de Lemarrois, dont les profanes n'eussent
même pas soupçonné l'existence. Le décret du 2 mars précédent avait
distribué d'un coup les noms de dix-neuf généraux, tous du premier
empire, aux dix-neuf sections de la rue Militaire transformée en
boulevard. Mais les savants ont été plus généreusement favorisés encore.
Le royaume de Paris est aux ingénieurs, et M. Haussmann leur devait bien
cela. La gloire accordée aux ingénieurs morts est la garantie de celle
qui attend les ingénieurs vivants. Tracez de nouvelles rues, messieurs,
ne vous lassez pas; creusez, abattez, percez, nivelez! La voie que vous
alignez au cordeau est peut-être celle qui dans vingt ans portera votre
nom.

Les mathématiques ont enfin trouvé leur grand jour de gloire. La
commission a mis une auréole à la table des logarithmes. Elle a fait
monter en masse les géomètres au Panthéon. D'Alembert, Deparcieux,
Poinsot, Laplace, Nollet, Fresnel, Vernier, Polonceau, Mariotte, Davy,
Berzélius, Galvani, Oberkampf, etc., etc., flamboient comme des météores
dans la liste, où Bayen, Gauthey, Cugnot, et nombre d'autres étoiles de
dixième grandeur, complètement inaperçues jusqu'alors du commun des
mortels, rayonnent d'un timide et modeste éclat. Connaissiez-vous Bayen?
Aviez-vous quelque notion de Cugnot? Le nom de Lamandé avait-il jamais
frappé vos yeux ou vos oreilles? Et n'êtes-vous pas émerveillé des
trésors d'érudition qui se cachent dans le sein de la commission
municipale, quand elle inscrit triomphalement sur sa liste les noms de
Gomboust et de Rouvet, qui ne s'attendaient certes pas, de leur vivant,
à l'honneur de servir un jour de parrains à deux rues de Paris?

Après les généraux et les ingénieurs, les artistes n'ont pas été
oubliés. On a même ressuscité, pour la circonstance, le graveur
Richomme, le musicien Wilhem et le serrurier Biscornet, ce qui est
assurément pousser la condescendance aussi loin que possible. Mais, je
ne sais pourquoi, les belles-lettres n'ont pas été aussi généreusement
traitées, et l'Académie française, avec Quinault, Lacretelle, Casimir
Delavigne, et... Dangeau, fait piètre mine à côté du brillant contingent
fourni par ses sœurs, l'Académie des beaux-arts et l'Académie des
sciences. Décidément l'Académie française n'est pas en faveur
aujourd'hui.

Ce que la commission semble avoir particulièrement oublié, ce sont
justement les noms auxquels elle eût dû penser avant tout, c'est-à-dire
ceux des hommes célèbres nés à Paris. Je pourrais dresser ici sans peine
une liste d'une centaine au moins de ces noms, qui n'ont pas encore
trouvé place au baptême des innombrables rues de leur ville natale.
Est-on bien fondé à dédaigner des hommes comme Anquetil-Du-Perron,
Arnauld, le père Bouhours, l'ébéniste Boule, Charlet, Carmontelle, les
sculpteurs Cartellier, Chaudet, Falconet, le comte de Caylus, le
moraliste Charron, le dramaturge la Chaussée, Collé, la Condamine,
madame Deshoulières, Dufresny, le jurisconsulte Dumoulin, l'économiste
Dupont de Nemours, le maréchal de la Ferté, Nicolas Flamel, Furetière,
Gail, Fréret, qui, déjà considérables en eux-mêmes, prennent une valeur
bien plus grande lorsqu'on les compare à la majorité des élus? Si
l'exécution d'un plan de Paris a mérité à Gomboust l'honneur de devenir
le parrain d'une rue, à plus forte raison cet honneur n'était-il pas dû
à Sauvat et à cinq ou six autres, qui ont écrit l'histoire de la ville,
qui y vinrent au monde, et qui sont bien autrement connus? Comment se
fait-il que Fourcroy, un chimiste pourtant, n'ait pas trouvé place là où
l'on admettait Vernier et Laugier? Croit-on qu'Alexandre Hardy et
Jodelle, en leur qualité de fondateurs de notre vieux théâtre, eussent
été déplacés aux abords de quelqu'une de nos salles de spectacle? Où
était la nécessité de recourir si largement aux pays étrangers, quand
Gros, Guérin, le peintre Lebrun, le philosophe Malebranche, Naudé,
Étienne Pasquier, Quatremère, Rollin, Sylvestre de Sacy, Jean-Baptiste
Rousseau et Saint-Simon, l'auteur des _Mémoires_, sont encore exclus de
la nomenclature des voies de Paris? Pense-t-on même que Laujon, Legouvé,
Lemierre, le Nôtre, Patru, Perrault, l'abbé de Rancé, Tavernier,
Santeuil, de Thou, l'orientaliste Rémusat et le poëte Villon n'eussent
pas valu Biscornet, Yvart, Nicot, et tant d'autres, sur lesquels, outre
l'avantage de la notoriété, ils ont celui d'être nés à Paris? Madame de
Staël, elle aussi, est une Parisienne: pousserait-on la rancune jusqu'à
lui faire porter, aujourd'hui encore, la peine de sa petite guerre de
langue et de plume contre le premier empereur?

On a donné à deux rues les noms de Titien et de Beethoven, qui ne sont
jamais venus chez nous: je suis loin de m'en plaindre, on le croira
sans peine. Le génie est le patrimoine de tous les pays. Mais du moins
n'eût-il pas fallu oublier d'autres noms aussi grands, plus grands
encore, celui de Dante, par exemple, que recommandait spécialement à la
commission municipale le voyage qu'il fit à Paris pour y conclure un
traité au nom de la Toscane, et y suivre les cours de cette Université
qui était alors la lumière du monde savant. Comme Dante, Boccace a
séjourné à Paris: on croit même généralement qu'il y est né. Malgré
cette circonstance, et bien que Boccace soit un des créateurs de la
prose italienne et des plus grands érudits du quatorzième siècle, je
comprendrais que le souvenir de son _Décameron_ l'eût fait écarter, si
la commission n'avait pris soin de détruire elle-même cette fin de
non-recevoir en ajoutant Brantôme sur cette liste où figurait déjà
Rabelais.

En s'écartant de ce point de vue exclusif, on trouverait bien d'autres
oublis bizarres. Non, Dieu merci, nous ne sommes pas tellement pauvres
en grands hommes qu'il fût nécessaire de fouiller, comme l'a fait la
commission, dans les sous-sols de la célébrité, pour en exhumer les
Ginoux, les Rébeval, les Galleron et les Christiani. Je crois volontiers
que ces noms cachent des vies utiles et des actions honorables, sinon
éclatantes; mais il faut avouer qu'ils les cachent bien. Toutefois je
leur passerais volontiers cette usurpation innocente s'ils n'avaient
pris une place que n'ont pu arriver à conquérir jusqu'à présent ni des
noms célèbres comme Prudhon et Mathurin Régnier, ni des noms illustres
comme madame de Sévigné et Turenne. Penser que Thibaud, Ginoux et
Lamandé se prélassent dans cette nomenclature d'où Turenne est exclu,
cela est rude, et nous excuse assurément de courir sus à Lamandé, Ginoux
et Thibaud.

Mais s'il y a tant de noms que nous ne pouvons parvenir à reconnaître
dans la nouvelle liste, c'est un peu la faute de la commission, qui ne
les a pas suffisamment désignés. Ainsi de Thibaud, par exemple. C'est
peut-être Thibaut de Champagne!... Alors il fallait le dire, et surtout
y mettre l'orthographe. Thibaud tout court n'a pas plus de sens que
Pierre, Paul ou Jean. Et Leblanc? Il y a dans la biographie trente
Leblanc aussi connus, je veux dire aussi inconnus les uns que les
autres. Est-ce le numismate, l'homme d'État, le théologien, le voyageur,
l'amiral, le chirurgien, l'historien, le peintre, etc., etc.? Personne
ne le sait. La rue Leblanc ne dit rien de plus à l'esprit que si elle
s'appelait rue Durand ou rue Martin.

Pour d'autres voies, le nom donné par la commission, sans offrir la même
obscurité, a l'inconvénient de laisser dans l'incertitude sur le
personnage auquel il s'applique. Je trouve une rue Lesueur. Quel
Lesueur? Est-ce le peintre ou le musicien? Une rue Mansart. Mais il y a
deux Mansart, tous deux architectes, et tous deux à peu près aussi
célèbres. Une rue Coustou. Fort bien, s'il n'y avait trois Coustou, qui
se valent, ou peu s'en faut. Une rue Vernet. Comme les Coustou, les
Vernet sont trois, et la gloire ou le talent de l'un ne l'emportent pas
tellement sur ceux de l'autre, que l'on puisse deviner aussitôt duquel
il est ici question. Sans doute, Horace est le plus connu de la
génération actuelle, parce qu'il a vécu au milieu de nous; mais en
sera-t-il de même dans cinquante ans? Peut-être a-t-on voulu les
désigner tous trois: rien n'empêchait d'écrire _rue des Vernet_. J'en
dis autant de la rue Dupin: il y a eu bien des Dupin; il y en a encore
deux, que leur amitié fraternelle pourra seule empêcher de se disputer
le privilége d'avoir baptisé l'une des voies de Paris. Quant à la rue
Chénier, il est probable sans doute que c'est le souvenir d'André
qu'elle rappelle plutôt que celui de Marie-Joseph, le poëte tragique.
Mais pourquoi ne pas le dire? C'était l'affaire d'un simple prénom.

Je ne conçois pas cette horreur des prénoms affichée par la commission
municipale. Vous n'en trouverez qu'un seul dans toute sa liste. Cette
exception gracieuse a été faite en faveur de M. Victor Cousin, pour
concentrer sans doute plus sûrement sur la tête du philosophe un
honneur que des esprits malavisés eussent pu reporter au peintre et
sculpteur Jean Cousin,--lequel, par parenthèse, eût bien mérité une
place au soleil des rues de Paris, à côté de Jean Goujon. Mais si l'on
n'a pas eu peur d'écrire: _Rue Victor-Cousin_, on ne voit pas pourquoi
l'on craindrait d'écrire: _Rue Horace-Vernet_ ou _André-Chénier_.

Je suis aussi fort perplexe pour la véritable origine du nom de la rue
d'Albe. Il est peu probable qu'on ait voulu rappeler le souvenir du
fameux duc qui fut le bras droit de Philippe II. La situation de cette
voie me fait plutôt croire que son nom est une galanterie délicate à
l'adresse d'une illustre famille moderne, en mémoire de l'hôtel,
récemment détruit, qu'habitait un des membres de cette famille. Mon
incertitude est plus grande pour la rue Erard. Quel est ce personnage?
Les uns tiennent pour le facteur de pianos, les autres pour l'ingénieur,
et, quoiqu'elle puisse sembler bizarre, cette dernière opinion ne
manque pas de vraisemblance quand on a remarqué la part faite aux
ingénieurs dans la nomenclature. Était-ce trop d'un simple prénom pour
fixer les esprits à ce sujet?

Mais ce n'est pas seulement en oubliant de les caractériser, c'est
aussi,--cas plus grave,--en les tronquant ou les défigurant, que la
commission a rendu certains noms méconnaissables. Ainsi elle écrit
_d'Arcet_ et _Danville_, quand il faudrait, au contraire, _d'Anville_ et
_Darcet_. En disant _Héricart_ pour _Héricart de Thury_, _Brochant_ pour
_Brochant de Villiers_, _Dombasle_ pour _Mathieu de Dombasle_, elle se
figure ne faire qu'une abréviation, et elle dénature un nom
patronymique. Dans ce dernier cas, elle a cru sans doute que _Mathieu_
n'était qu'un prénom: elle a eu tort. J'ai cherché longtemps ce que
pouvait être ce d'Alleray, choisi pour parrain d'une rue et d'une place,
et ce n'est pas sans peine que je suis parvenu à retrouver, sous ce
tronçon informe, le magistrat Angran d'Alleray. Enfin en voulant
perpétuer, dans le titre de la rue Rennequin, le souvenir de
l'inventeur de la machine de Marly, la commission non-seulement a commis
l'erreur banale qui a substitué le simple constructeur à l'inventeur
véritable, mais elle a étrangement défiguré son nom. Il s'appelait, en
effet, Rennequin Sualem, et Rennequin ne fait ici que l'office d'un
prénom.

Que conclure de ces erreurs et de ces oublis? Rien, sinon que nous
sommes tous faillibles, et que nous avons droit à l'indulgence de M. le
préfet de la Seine s'il nous est arrivé à nous-même d'en commettre dans
notre travail. Quant à la multitude de noms obscurs choisis par la
commission, j'en tire la conséquence qu'elle a été guidée par la pensée
philosophique et hautement nationale d'encourager les ambitions les plus
modestes. Il est clair qu'aucun de nous ne doit désespérer de conquérir
un honneur où Rébeval est arrivé, et qu'on peut se flatter, sans trop
d'orgueil, de l'espoir d'obtenir quelque jour une place entre Thibaud et
Ginoux, Biscornet et Christiani.



II

UN CHAPITRE DES RUINES DE PARIS MODERNE


Encore un peu de temps, et Paris deviendra un sujet d'études aussi
obscur, aussi embrouillé, aussi enveloppé d'impénétrables ténèbres que
Tyr et Babylone. Il n'a pas fallu à M. Flaubert plus d'imagination pour
reconstruire Carthage, à M. Mariette et à M. Fiorelli plus de patience
pour exhumer pierre à pierre Memphis et Pompéia, plus de science et de
sagacité à Cuvier pour reconstituer le mastodonte à l'aide d'une seule
dent du monstre, qu'il n'en faut aujourd'hui à qui veut retrouver le
Paris de nos aïeux sous les ruines et les transformations innombrables
qui l'ont bouleversé de fond en comble, et le faire revivre dans sa
physionomie, dans ses mœurs, dans ses monuments et dans ses rues. On a
si bien pris à tâche de trancher, sur tous les points à la fois, les
liens de la tradition, et de rompre violemment jusqu'aux moindres
anneaux de cette chaîne d'or qui rattachait le présent au passé, que
l'histoire de Paris, pour peu seulement qu'on remonte à un siècle en
arrière, ne se révèle qu'au prix des plus laborieux efforts, et qu'il
faut extraire patiemment, à travers des monceaux de décombres, les
lambeaux mutilés de ce tableau rétrospectif qui devrait, pour ainsi
dire, éclater de lui-même au grand jour et s'afficher à chaque pas dans
le Paris d'aujourd'hui. Les annales ecclésiastiques de la vieille cité
ne sont pas moins difficiles à ressaisir, dans ces ténèbres qui
s'épaississent chaque jour, que ses annales civiles et administratives,
physiques et monumentales: peut-être même le sont-elles davantage
encore, car elles ont été plus rarement et, en général, moins
profondément explorées.

En relisant dernièrement l'_Histoire de la ville et de tout le diocèse
de Paris_, publiée en 1754 par l'abbé Lebeuf, et dont un érudit vient de
donner une nouvelle édition, laborieusement complétée[14], j'étais
frappé de voir à quel point cet ouvrage a doublé d'intérêt et de prix
par le redoublement de ruines que nous fait la transformation radicale
de la _ville nomade_. On peut dire, en un certain sens, que plus les
derniers travaux lui donnent un caractère archéologique et rétrospectif,
plus il y gagne d'actualité.

[Note 14: M. Cocheris, chez Durand.]

Il n'y a guère qu'un siècle que le savant académicien écrivait, et cet
intervalle a suffi pour changer complétement le caractère de son livre.
La revue qu'il avait entreprise n'est plus guère maintenant qu'une revue
des fantômes, comme celle de la ballade allemande, et son histoire s'est
métamorphosée en nécrologe. Des églises, des couvents, des colléges
qu'il décrit, non-seulement la plupart ont été détruits, mais souvent
même la trace en a disparu, et les éléments sur lesquels il appuie ses
descriptions, les emplacements qu'il indique, les points de repère et de
comparaison qu'il choisit, se sont modifiés ou évanouis comme les
monuments, de telle sorte que l'obscurité s'accroît de toutes les
précautions qu'il avait prises pour la dissiper. C'est un travail de le
lire, et pour le bien comprendre, fût-ce avec le secours assidu du
commentateur le plus compétent, il est bon de s'être préparé par des
études préalables, et il est nécessaire d'avoir sous les yeux un plan de
ce Paris du dix-huitième siècle, qu'on semble avoir voulu définitivement
enterrer dans la fosse de l'ancien régime.

L'abbé Lebeuf avait trouvé intacts et debout à peu près tous les
monuments fondés depuis l'origine de la monarchie. On considérait en ce
temps-là les édifices du passé comme des témoins de l'histoire; c'était
un trésor acquis, que l'on respectait en cherchant à l'accroître. Nous
avons changé tout cela; Paris moderne est un parvenu, qui ne veut dater
que de lui, et qui rase les vieux palais et les vieilles églises pour se
bâtir à la place de belles maisons blanches, avec des ornements en stuc
et des statues en carton-pierre. Au dernier siècle, écrire les annales
des monuments de Paris, c'était écrire les annales de Paris même, depuis
son origine et à toutes ses époques; ce sera bientôt, si M. Haussmann
n'est enfin pris de remords, écrire tout simplement celles des vingt
dernières années de notre existence.

Rien ne peut mieux faire mesurer l'étendue des ruines au prix desquelles
la nouvelle capitale a payé sa splendeur géométrique, que la lecture des
vieux historiens de Paris, naïf inventaire de tant de trésors
admirables, gaspillés, jetés au vent par des héritiers prodigues, ou
échangés contre tant de clinquant, de ruolz et de chrysocale. Et quand
je dis l'édilité moderne, je n'entends point parler seulement de celle
que nous subissons depuis une douzaine d'années; celle-ci est la plus
coupable, mais non la seule. D'ailleurs, le vandalisme destructeur de
la Révolution avait précédé le vandalisme de restaurations et
d'embellissements de MM. les ingénieurs et les préfets de la Seine. Dans
le chapitre des démolitions, 1795 est la préface de 1865. Sur le seul
point abordé par l'abbé Lebeuf, la liste de nos pertes atteindrait des
proportions invraisemblables. Les deux tiers pour le moins des églises
qu'il passe successivement en revue, dont plusieurs étaient des œuvres
d'art, dont plus les humbles même se recommandaient par quelque point à
l'attention de l'historien et de l'archéologue; les trois quarts des
couvents et des colléges, consacrés par tant de souvenirs, ont
entièrement et définitivement disparu. Je ne puis songer à faire un
relevé complet: rien que pour les deux volumes publiés jusqu'à présent
dans la savante édition qui me sert de guide, il embrasserait une
centaine de noms. Il me suffira d'aborder les premiers chapitres, afin
de donner au lecteur une idée du reste.

L'abbé Lebeuf traite d'abord de Notre-Dame et de ses dépendances.
Notre-Dame vit toujours: on l'a même restaurée avec un respect pieux,
sur lequel nous ne sommes pas blasés, et que nous apprécions d'autant
mieux. Mais que sont devenues les succursales dont elle était flanquée
de toutes parts, et qui faisaient à la basilique comme une couronne
d'églises: sur le côté septentrional, Saint-Jean-le-Rond, où était son
baptistère; à quelques pas, en face, Saint-Christophe, un édicule
gothique délicatement construit; par derrière, Saint-Denis-du-Pas, qui
remontait pour le moins au dixième siècle? On sait ce que la populace
parisienne a fait du palais archiépiscopal et de ses chapelles. La
petite église de la Madeleine, célèbre par la haute et puissante
confrérie où les rois de France tenaient à se faire inscrire en première
ligne, qui avait pour abbé l'évêque de Paris et pour doyen laïque le
premier président du parlement, a été détruite sous la Révolution, comme
cette humble Madeleine de la Ville-l'Évêque, qui a eu pour héritier le
fastueux temple grec du boulevard. Le nom de Saint-Pierre aux-Bœufs
n'est plus qu'un souvenir. Un autre édifice religieux de la Cité, la
microscopique église de Sainte-Marine, subsiste encore aujourd'hui,
métamorphosée en ateliers, dans l'impasse du même nom. Les Parisiens ne
se doutent pas de la quantité de couvents et de chapelles, débris
souvent précieux du grand art du moyen âge, qui ont été absorbés par des
maisons particulières, et cachent leurs ogives déshonorées au fond d'un
entrepôt de charbons ou d'une boutique d'épicier, sans parler des autres
monuments, comme Saint-Julien-le-Pauvre,--rare échantillon de la plus
pure architecture gothique, où siégeaient jadis les assemblées générales
de la glorieuse Université de Paris,--qui se dérobent à tous les regards
au fond de ruelles détournées et de cours abjectes, dont les portes ne
s'ouvrent que deux ou trois heures par semaine.

Dans la juridiction de Saint-Germain-l'Auxerrois, ce monument vénérable
qui n'a échappé aux démolisseurs que pour tomber sous la main plus
terrible encore des restaurants, on aurait peine à retrouver la trace de
la chapelle de Saint-Éloi, bâtie par les soins de la riche corporation
des orfévres, probablement sur les dessins de Philibert Delorme, et
enrichie par le ciseau de Germain Pilon: de l'église collégiale de
Sainte-Opportune, un spécimen de cette noble architecture des treizième
et quatorzième siècles qui se fait aujourd'hui si rare; de Saint-Landry,
où était le beau mausolée de Girardon; de l'église des Saints-Innocents,
l'une des plus anciennes de Paris, contemporaine au moins de Philippe
Auguste, déjà érigée en cure au douzième siècle, siége de la grande
confrérie des _crieurs de corps et de vin_, si curieuse et si
pittoresque avec sa haute tour et sa tourelle octogone à fanal, ses
galeries, ses cellules construites pour servir d'asile aux recluses
volontaires, son portait où l'on voyait sculptée en relief la légende
des trois vifs et des trois morts, le fameux cimetière avec sa danse
macabre, et ces _charniers_ historiques où était installée une foire
perpétuelle, et où les échoppes d'écrivains publics, de lingères, de
marchands d'estampes, de marchandes de modes, masquaient les tombeaux et
les épitaphes.

Saint-Thomas et Saint-Louis-du-Louvre, Saint-Honoré, Saint-Nicolas et
cet illustre collége des Bons-Enfants, qui a légué son nom à une rue, et
dont les pauvres écoliers parcouraient la ville en demandant leur pain à
grands cris afin de pouvoir ensuite vaquer en repos à leurs études,
n'ont pas été plus heureux. Qu'est devenu Saint-Jacques-de-l'Hôpital,
avec son église et l'asile fondé en faveur des pauvres voyageurs par
cette confrérie des pèlerins de Compostelle, dont la magnifique
procession réjouissait tous les ans, au mois de juillet, les yeux des
Parisiens émerveillés? Qu'est devenu Saint-Sauveur, ce Saint-Denis des
vaillants farceurs de la rue et de l'hôtel de Bourgogne, qui gardait les
tombes de Gaultier-Garguille, de Gros-Guillaume, de Turlupin, et de
leurs successeurs Guillot-Gorju et Raymond Poisson? Où sont l'église des
Filles-Dieu, la chapelle de la Jussienne, et l'antique hôpital de la
Trinité, dont les confrères de la Passion avaient fait le berceau du
Théâtre-Français?

     Mais où sont les neiges d'antan?

Ainsi, sur le seul territoire de Saint-Germain-l'Auxerrois, voici une
quinzaine d'édifices religieux balayés de la surface du sol, et si bien
balayés que, pour la plupart, ils n'ont pas laissé l'ombre d'un vestige,
et que, souvent même, il serait fort difficile d'en indiquer
l'emplacement exact. Les rues de Paris ont la même instabilité que ses
monuments: on a tellement remué et remanié le sol, les moindres coins de
sa superficie ont si fréquemment changé de destination, de nature et de
nom, tantôt impasses et tantôt larges avenues, hier chargés de maisons à
six étages, aujourd'hui traversés par des boulevards de trente mètres,
qu'il devient impossible de rien discerner sous ce flot mobile et
changeant. Et je n'ai pas tout dit, car il resterait à énumérer encore
je ne sais combien de communautés et de monastères, tous avec leurs
églises, tous avec leur histoire et leurs souvenirs.

N'oublions pas Saint-Gervais et ses démembrements, dont il ne reste pour
ainsi dire plus un seul aujourd'hui; l'église et le prieuré de
Saint-Martin-des-Champs, occupés par le Conservatoire des arts et
métiers, qui a établi sous les voûtes gothiques du sanctuaire un magasin
de machines hydrauliques; le Temple, monument historique par excellence,
consacré successivement par le séjour de l'ordre religieux qui lui a
donné son nom, des Hospitaliers et des chevaliers de Malte, par la
captivité de Louis XVI et de la famille royale; tour à tour lieu d'asile
et de franchise, libre et profane académie où la muse familière de
Chaulieu divertissait la cour du grand prieur de Vendôme, retraite
religieuse où les prières des Augustines montaient jour et nuit vers le
ciel comme une purification et une expiation. Tant de souvenirs n'ont pu
sauver le Temple. Après 1848, ce n'était plus qu'une caserne; depuis
1854, ce n'est plus rien, qu'un square banal, orné d'arbres étiques et
d'une maigre cascade.

La Révolution a détruit Saint-Julien des Ménétriers, élevé par la
dévotion des jongleurs, ces poëtes et ces musiciens nomades du bon vieux
temps. Elle a renversé aussi Saint-Jacques-la-Boucherie, dont la tour,
longtemps occupée par une fabrique de plomb de chasse, restaurée et
isolée de nos jours, a eu l'heureuse chance d'échapper à l'artillerie
des alignements braqués de toutes parts autour d'elle. Le boulevard de
Sébastopol a absorbé jusqu'à l'emplacement de cette curieuse et riche
église du Saint-Sépulcre, où se réunissaient en confrérie les pèlerins
de Jérusalem; et, en jetant à bas le Prado, il a fait disparaître les
dernières traces de la vieille église de Saint-Barthéley, paroisse du
Parlement.

Si le boulevard Sébastopol n'avait commis que ce méfait, nous lui
pardonnerions aisément. Mais il en a commis bien d'autres,
particulièrement sur la rive gauche, de concert avec le boulevard
Saint-Germain et surtout la terrible rue des Écoles. Tous trois ont fait
leur trouée au milieu d'un effroyable abatis de chapelles et de colléges
historiques. Qu'il suffise de citer la magnifique tour de
Saint-Jean-de-Latran, seule relique qui subsistât de l'église fondée à
Paris par les chevaliers de Saint-Jean-de-Jérusalem; les restes de
l'église Saint-Benoît, qui était devenue un théâtre intime, après avoir
été un entrepôt de farines et de grains; le collége et la chapelle de
Cluny, dont les débris charmants réjouissaient le cœur de l'antiquaire
égaré dans les lointains parages de la rue des Grès; ce qui demeurait
encore debout de l'église des Mathurins, illustrée par le dévouement des
frères de la Trinité; tout ce qui rappelait le souvenir du collége du
Trésorier, sur l'emplacement de la rue Neuve-Richelieu; du collége de
maître Gervais, rue du Foin; des colléges de Bayeux, de Séez et de
Narbonne, rue de la Harpe, et de dix autres non moins fameux dans
l'histoire de cette vieille université qui fut la gloire de Paris et de
la France. S'il fallait énumérer le reste des monuments disparus depuis
deux tiers de siècle, toutes les ruines commencées par les précédentes
administrations de la ville, achevées par le tremblement de terre des
récentes démolitions, cet article se terminerait par un dénombrement
aussi long que celui des vaisseaux grecs dans Homère. Est-il donc écrit
que le présent ne puisse vivre que par la destruction du passé?

Ce passé, du moins, ne le laissons pas mourir dans la mémoire oublieuse
des Français de l'an 1865 et des Parisiens de M. Haussmann. Qu'il garde,
à défaut d'une autre, sa place d'honneur dans l'histoire. C'est surtout
par ce temps de démolitions effrénées et d'embellissements implacables
que des livres comme celui de l'abbé Lebeuf, malgré leur sécheresse,
offrent une utilité et un intérêt particuliers. Corrozel, Du Breul,
Sauval, Germain Brice, Lemaire, Félibien et Lobineau, je voudrais que
tous ces vieux annalistes de Paris fussent entre les mains de chaque
membre de la commission municipale, et que ceux-ci les apprissent par
cœur. En leur enseignant l'histoire de la ville prodigieuse qui, dès le
treizième siècle, était la capitale du monde, il est à croire qu'ils
leur en apprendraient le respect.



III

LES PRÉCURSEURS DE M. HAUSSMANN.


À entendre la plupart des panégyristes du système actuel, il semblerait
que les embellissements de Paris ne datent que d'aujourd'hui, et que les
régimes précédents n'avaient rien ou presque rien fait dans ce but. On
est toujours porté à oublier le passé devant le présent. La vérité est,
au contraire, que tous les souverains, sans aucune exception, depuis
Henri IV jusqu'à Louis-Philippe inclusivement, se sont préoccupés sans
cesse d'embellir, d'assainir, de transformer leur capitale, et, pour y
arriver, ont entrepris des travaux innombrables, ouvert de nouvelles
rues, élevé de nouveaux monuments, planté de nouveaux parcs ou de
nouveaux jardins, déployé en un mot, une activité qui, sans être aussi
excessive que celle dont nous sommes les victimes, était mieux entendue
et mieux réglée. Je ne veux pas rappeler ici tous ces travaux: on les
trouvera énumérés à leur rang dans n'importe quelle histoire de Paris,
et, en consultant cette liste si bien fournie, on sera étonné de voir
que, depuis plus de deux siècles et demi, il n'est, pour ainsi dire, pas
un règne qui n'ait en réalité plus fait pour Paris que le régime actuel,
parce qu'il a mieux fait, et qui surtout n'ait légué plus de monuments
durables à la postérité.

Tout le monde applaudissait à ces travaux: on ne voit pas qu'il se soit
élevé alors ce concert universel d'oppositions, de récriminations, de
lamentations, dont M. Haussmann semble avoir accaparé le privilége pour
lui seul. Est-ce une contradiction, et faut-il croire que nous sommes
devenus plus frondeurs que sous Louis XV, Charles X et Louis-Philippe?
Non: c'est tout simplement qu'on construisait autrefois des édifices
comme le Palais-Royal, le Luxembourg, l'Hôtel des Invalides, la Porte
Saint-Denis, le Palais Bourbon, Saint-Sulpice, l'École Militaire, la
colonne Vendôme, l'Arc de Triomphe, la Madeleine, le Palais du quai
d'Orsay, tandis qu'on construit maintenant la fontaine Saint-Michel, la
tour et la mairie Saint-Germain-l'Auxerrois, le Palais de l'Industrie et
le Tribunal de Commerce; c'est surtout parce qu'on bâtissait alors sans
détruire, ou en ne détruisant que le moins possible, tandis que de nos
jours chaque voie nouvelle et chaque nouveau monument s'étayent sur un
piédestal de ruines. Un seul détail servira de point de comparaison: de
1790 au premier septembre 1844, comme il résulte du _Dictionnaire des
rues de Paris_, par M. Louis Lazare, on compte seulement trente-deux
voies supprimées, et encore y a-t-il dans le nombre une douzaine
d'impasses ou de ruelles infimes: c'est moins, en plus d'un demi-siècle,
qu'on n'en supprime en un an aujourd'hui.

Mais mon but, je l'ai dit, n'est pas d'énumérer ici les travaux
accomplis ou médités par les administrations précédentes. Je voudrais
seulement présenter au lecteur, comme un commentaire naturel de ce
livre, un certain nombre de projets enfantés par l'imagination féconde
des utopistes pour l'embellissement et la transformation matérielle de
Paris. M. Haussmann a eu une foule de prédécesseurs _platoniques_, dont
les plans ingénieux ne lui auraient rien laissé à faire, s'ils avaient
été en rapport avec un gouvernement digne de les comprendre, ou appelés
à l'honneur de diriger les destinées de Paris. Un voyage très-abrégé à
travers la curieuse galerie de ces fondateurs de Salente et de
cités-modèles, dont les rêveries avaient devancé les réalités actuelles,
ne sera peut-être pas dépourvu d'intérêt, et, sans diminuer en rien la
gloire de M. Haussmann, qui assurément ne les connaît pas, il pourra lui
fournir à lui-même une justification pour quelques-uns de ses travaux
passés et des idées pour ses travaux futurs.

Le premier en date que nous rencontrons c'est ce Raoul Spifame qui
publia vers 1560, ou un peu auparavant, un recueil d'_Arrêts royaux_,
datés de 1556, où il émit toutes ses idées sur la réforme des lois, des
institutions, des mœurs et usages, de la police, comme sur les
embellissements et l'amélioration de Paris. Il a si bien réussi à donner
à son recueil la forme et le caractère officiels, et, parmi bon nombre
d'excentricités, sans préjudice de quelques extravagances, il a mêlé
tant de vues excellentes et pleines de sens, il a rendu tant
d'ordonnances dont le temps s'est chargé de démontrer la justesse, que
plusieurs historiens ont été dupes de sa petite supercherie et ont fait
honneur au roi Henri II des combinaisons politiques, administratives et
sociales de maître Raoul Spifame.

Des trois cent neuf arrêts dont se compose le livre de Spifame[15],
cinq ou six seulement ont directement rapport à la ville de Paris, et
sur ce terrain son utopie se renferme dans les limites les plus modérées
et les plus légitimes. Par les arrêts 291 et 292, il décrète
l'établissement d'égouts, le pavement et l'élargissement des rues, le
percement des impasses, enfin un système de travaux destinés à combattre
«l'ordure et infection dont y viennent les pestilences et autres
maladies incognues,» à procurer la sécurité au passant, à lui permettre
d'échapper aux révoltes, aux séditions, aux attaques des voleurs, etc.
Il veut que l'île Notre-Dame, réunie par un pont à l'île voisine, soit
environnée de quais de pierre de taille, «y ayant plusieurs huisseries
et poternes à dévaller à la rivière de toutes parts, pour du dedans des
dicts quays par toute l'étendue de la dicte isle, en faire une place
marchande à y descendre tout le bois, le vin, foin, paille, etc., sans
plus en empescher le port de Grève, ni le port au Foing;» qu'on y
bâtisse une succursale à l'Hôtel de Ville, «où sera le bureau et
comptouer des dictes marchandises,» et à l'un des bouts une grosse tour
qui servira tant à loger les munitions de guerre, la poudre «et autres
choses périlleuses,» qu'à tenir en respect les ennemis en cas de siége
et à protéger Paris. L'arrêt 509 et dernier ordonne que tous les métiers
_puants_, malsains, bruyants soient renvoyés hors Paris et confinés dans
la banlieue.

[Note 15: _Dicaearchiae Henrici regis christiannissimi
progymnasmata_, in-8.]

Après ce précurseur, que nous ne pouvions nous dispenser de mentionner,
nous allons faire un saut de plusieurs siècles, pour arriver tout de
suite à l'époque moderne, dont nous n'avions pas d'abord l'intention de
sortir. Nous ne nous arrêterons même pas aux vastes projets de Henri IV,
ni aux plans qui s'y rattachent et dont il reste des témoignages dignes
d'attention. Est-il besoin de dire que nous n'avons nullement la
prétention de faire une revue complète, qui demanderait un nouveau
volume à elle seule? Parmi des centaines d'élucubrations inspirées de
tout temps par le désir de transformer Paris, nous allons en choisir
seulement comme types une douzaine des plus curieuses, des plus
originales et des moins connues.

On sait tout ce que Louis XIV avait l'ait pour l'amélioration et
l'embellissement de la ville. Le gouvernement de Louis XV fit beaucoup
de choses aussi, et il en médita davantage, qui n'eurent pas de suites,
et n'ont laissé de traces que sur le papier. Au long règne de madame de
Pompadour se rattachent particulièrement un grand nombre de projets, qui
ne visaient à rien moins qu'à renouveler la face de Paris. En première
ligne venait, comme toujours, l'achèvement du Louvre; puis c'était le
déblayement des quais, l'ouverture d'un certain nombre de jardins, la
reconstruction de la Cité presque tout entière. Le frère de la favorite,
M. de Marigny, surintendant des bâtiments, et le préfet de police, M. de
Sartines, chacun dans sa sphère, secondaient ces travaux et favorisaient
ces plans de tout leur pouvoir. Surexcités par des circonstances si
propices, l'imagination des faiseurs de projets avait naturellement pris
feu, et cent voix bruyantes se mirent à sonner la charge, à pousser en
avant, à aiguillonner les lenteurs officielles.

Pendant douze à quinze ans, on vit paraître une foule de mémoires,
d'estampes, de brochures, d'articles de journaux, de volumes, qui
proposaient leur idée, bâtissaient leur système, apportaient leur rêve.

En 1748, après les succès de la guerre de Flandres et des Pays-Bas,
paraissait dans le _Mercure_ l'explication d'une nouvelle place
monumentale, dite la Place de Mars, à établir au carrefour Buci, sur les
plans de l'architecte Lagrené père: la place de Mars n'a jamais existé
ailleurs que dans le _Mercure_. L'année suivante, le même journal
publiait un mémoire sur l'achèvement du Louvre. En 1756, parut un
ouvrage d'une portée plus vaste, et qui mérite une place à part dans
cette exploration des limbes où s'élaborait théoriquement la ville de M.
Haussmann. Je veux parler du _Projet des embellissements de la ville et
faubourgs de Paris_, par Poncet de la Grave.[16] L'auteur n'était alors
qu'un avocat au Parlement, mais les fonctions publiques qu'il occupa un
peu plus tard, et le soin qu'il prend de nous révéler, dans
l'avertissement préliminaire, qu'il a publié son ouvrage pour complaire
à des personnes _de la première considération_, et _élevées en dignité_,
donnent pour ainsi dire à ses idées un caractère semi-officiel, comme on
s'exprimerait aujourd'hui.

[Note 16: Trois parties réunies en un seul volume in-12, imprimé
avec une page blanche au verso de chaque feuillet pour recevoir les
observations du lecteur.]

Poncet de la Grave n'y va pas de main morte, et son zèle s'étend sur
toute la surface de Paris. Il commence ses embellissements par la
création d'une vaste place, sur les débris du préau de la Foire
Saint-Germain et des rues adjacentes, qu'il abat. Il entoure cette place
carrée de quatre magnifiques hôtels, bâtis dans le même goût et sur le
même niveau que la colonnade du Louvre, et dont il décrit en détail la
riche ornementation. Derrière ces quatre hôtels, il trace une rue de
vingt pas de largeur, qui fait le tour des quatre façades, puis il
déroule sur tous les côtés une colonnade double, où alternent les
marbres verts, rouges et blancs, dont les chapiteaux et les bases sont
de bronze doré, et qui sera couronnée d'une terrasse à balustrade. Aux
quatre angles de la colonnade il élève quatre portes, sur lesquelles on
placera des groupes de statues de grandeur naturelle. L'entre-deux des
colonnes, du côté des rues, sera fermé par une grille de fer doré de
quatre pieds de haut, et, en dedans, rempli par un piédestal de marbre
supportant les statues des grands hommes. Enfin, au milieu de la place
surgira, du fond d'un grand bassin rempli d'eau, une montagne de bronze
dominée par la statue équestre du roi, d'une main tenant les rênes de
son cheval, de l'autre montrant avec son bâton de commandement les
portes du Temple de Janus, figurées à sa droite, à coté de l'entrée,
avec les écussons des villes ennemies suspendus aux branches de palmier
et de laurier entrelacées qui la recouvrent; la statue de la France
dans le bas, couchée sur un amas de drapeaux, de tambours, de canons, et
les deux figures symboliques de la Paix et de la Concorde.

Poncet de la Grave demande ensuite qu'on aligne la rue d'Enfer, en
élevant au bout de cette rue un arc de triomphe à trois grandes portes,
surmonté d'un statue équestre; qu'on achève le vieux Louvre, en abattant
les maisons qui s'opposent à ce travail; qu'on perce une large voie en
face du grand vestibule qui donne sur la place du côté de la rue
Froid-Manteau, et qu'on embellisse les Champs-Élysées par l'adjonction
d'une cascade et d'un magnifique bassin. Chaque barrière doit être
remplacée par un arc de triomphe à deux portes, et Paris clos tout
entier par un boulevard, formé d'un mur sur lequel on conservera une
espèce de terrasse, et qui sera coupé de tours carrées et rondes
alternativement. Il règle même la construction des maisons, qui devront
être élevées de quatre étages, non compris les mansardes; terminées par
une balustrade de pierre et ornées de balcons à toutes les fenêtres. Il
propose pour les Tuileries et le Palais-Royal des embellissements que le
lecteur aurait peine à comprendre aujourd'hui, à cause des nombreuses
modifications apportées depuis lors à l'état des lieux; suggère des
réparations et des améliorations pour tous les ponts existants, et en
indique de nouveaux à bâtir sur divers points. Le Palais de Justice, les
quais, les places, les fontaines, etc., sont ensuite l'objet
d'observations et de propositions analogues, et il pousse la sollicitude
jusqu'à indiquer l'emplacement de quatre casernes qui lui paraissent
indispensables pour loger les troupes employées à la sûreté de Paris,
vœu modeste et qui a été bien dépassé par la réalité.

Dans la deuxième partie de son ouvrage, Poncet de la Grave revient sur
plusieurs de ses projets pour les agrandir et les compléter. Ainsi il
demande qu'on abatte tout ce qui borne la vue des Tuileries jusqu'à la
rue Saint-Nicaise et dans l'étendue entière de la perspective; qu'on
forme alors une magnifique place, avec une grille percée de trois portes
de marbre blanc qui seront ornées de statues. Pour dégager la colonnade
du Louvre, qui venait d'être finie et réparée par les soins du marquis
de Marigny, il propose de renverser toutes les maisons et tous les
édifices qui se trouvent dans l'alignement, jusqu'au quai de l'École, en
découvrant le frontispice de Saint-Germain-l'Auxerrois, et en traçant
une place bordée de façades uniformes et décorée de deux fontaines; puis
de percer une large rue neuve dans la direction de la principale entrée.
Poncet de la Grave, comme on voit, est très-prodigue de places, de
statues et de fontaines, et pour subvenir aux frais de tous ces plans,
qu'on n'accusera pas de mesquinerie, il dispose d'une caisse des
embellissements qui répond à toutes les objections, mais en oubliant de
nous dire à quelle source elle doit s'alimenter.

Le projet le plus original de cette deuxième partie est celui du Palais
des Savants, destiné à recevoir, en une longue et grandiose
perspective, les statues de ceux qui se sont distingués dans les
diverses branches des sciences humaines, et, au-dessus, les bustes de
tous les grands hommes de France. L'entrée principale doit être précédée
d'un perron monumental, et d'un rang de colonnes, avec les statues des
premiers écrivains du monde entier; sur la cimaise de la porte, formée
par l'inévitable arc de triomphe, qu'orneront tous les attributs des
beaux-arts, s'élèvera la statue de Louis XV, que Poncet de la Grave
fourre partout.

L'auteur s'applique ensuite à dégager, à déblayer le pont Neuf et la
place Dauphine, le palais des Thermes, les quais et les rues, en entrant
dans de minutieux détails; il énumère pour les théâtres Français et
Italien des améliorations parmi lesquelles je signalerai simplement,
bien qu'elle sorte du cadre de cet appendice, la suppression des
lustres, qui a été réalisée dans nos nouvelles salles. Revenant à
l'Hôtel de Ville, il voudrait que, sans le changer de place, on en
construisît un autre dont la façade donnerait sur la Seine; dans la
direction du parvis Notre-Dame, on construirait un superbe portail à
l'Hôtel-Dieu. Pour tirer parti de ce beau point de vue, il ne s'agirait
plus que de jeter sur la rivière, vis-à-vis la façade du nouvel Hôtel de
Ville, un pont splendide, avec deux terre-pleins à droite et à gauche,
comme celui du pont Neuf, destinés, l'un aux feux d'artifice, l'autre à
recevoir un château d'eau, et, sur une plate-forme circulaire, les
canons de la ville. Dans l'alignement du pont, on percerait une large
rue, bordée d'une galerie de colonnes couplées, et des terrasses à
balustrades sur le haut de toutes les maisons.

Le lecteur m'excusera sans peine de ne point suivre pas à pas la
troisième partie comme j'ai fait pour les deux précédentes. Il y a là
aussi pourtant plus d'un projet curieux ou grandiose, mais ce qui
précède suffit pour donner le diapason de ce vaste plan, auquel manquent
seulement les vues d'ensemble, et que l'auteur n'a pas coordonné d'après
un système de principes fixes et généraux. Je me contenterai de
signaler encore son plan d'une place de Louis XV au carrefour Buci, plan
grandiose, entraînant à sa suite l'alignement et l'élargissement de
toutes les rues adjacentes, de manière à ouvrir autour de la statue
équestre du roi une série de magnifiques perspectives. Ce projet, que
Poncet de la Grave reproduit tel qu'il lui a été envoyé (il ne dit pas
par qui), rappelle celui de la place de Mars, que Lagrené avait proposé
en 1748, et plusieurs autres, consacrés à la transformation du même
lieu, et qu'il est étonnant qu'on n'ait pas encore repris aujourd'hui.

La même année, Croizet publiait son _Plan du centre de la Cité_ (1756,
in-8°), qui se rattachait au système général d'embellissements conçu par
la favorite et son entourage. Trois ans plus tard, en 1759, la veuve de
l'architecte et ingénieur R. Pitrou faisait paraître une série de onze
planches, où son mari avait déroulé sous toutes ses faces son projet
d'établissement dans la Cité d'une grande place circulaire décorée
d'une statue du roi, s'arrondissant en avant d'un nouvel Hôtel de Ville,
et desservie par un ensemble de larges rues neuves destinées à assainir
et à déblayer le quartier[17].

[Note 17: Je trouve aussi dans la bibliographie de la France, de
Girault de Saint-Fargeau, l'indication d'un _Mémoire_ de Bouteville pour
_l'embellissement de l'île du palais_, dont il ne donne pas la date.]

Une foule d'autres témoignages contemporains, sur lesquels nous sommes
obligés de courir rapidement, démontrent le mouvement d'idées que
soulevait alors cette question de la transformation de la capitale.
Ansquer, dans ses _Variétés philosophiques et littéraires_ (1762),
consacrait un chapitre curieux à _Paris tel qu'il est_, et _Paris tel
qu'il sera_. Le savant Deparcieux donnait, en 1763, plusieurs mémoires
sur le moyen d'amener à Paris les eaux de l'Yvette, et demandait
l'établissement de fontaines publiques au coin de chaque rue. Les
architectes Servandoni, Soufflot, Poyet, Patte et cinquante autres,
soumettaient au public leurs projets et leurs plans. En 1767, Maille
Dusaussoy, dans _le Citoyen désintéressé, ou diverses idées
patriotiques_, demandait l'agrandissement des halles et marchés,
l'achèvement du Louvre et l'établissement d'une vaste place devant le
péristyle du palais, en répétant l'architecture de ce péristyle, mais
suivant la forme circulaire. Il voulait qu'on reconstruisît
Saint-Germain-l'Auxerrois sur le terrain de l'Hôtel des Monnaies, et
celui-ci sur l'emplacement de l'Hôtel de Soissons. L'Hôtel de Ville
devait être transféré dans le Louvre, et l'auteur n'avait garde
d'oublier la statue monumentale du roi pour compléter la décoration. Il
voulait également qu'on terminât les Tuileries, qu'on restaurât
l'Hôtel-Dieu, et suggérait une foule d'autres améliorations partielles,
dont plusieurs étaient très-raisonnables et ont été exécutées depuis. Ce
qu'il y a de plus digne d'attention dans le livre de Maille Dusaussoy,
c'est que, à côté des projets, il donne toujours les moyens d'exécution,
et s'occupe d'établir les ressources financières à l'aide desquelles ils
pourront s'accomplir. Il appuie à diverses reprises sur la nécessité de
créer une commission et une caisse pour les embellissements de la
ville.

Mercier a dispersé quelques idées sur ce sujet dans son _Tableau de
Paris_, où il revient particulièrement, avec une certaine insistance,
sur le projet de rendre la Seine navigable aux grands vaisseaux et de
faire de Paris un port, par l'ouverture d'un canal qui communiquerait de
la mer de Dieppe au faubourg Saint-Germain, et le creusement d'un bassin
aux portes de la ville[18]. Ce projet, qui pouvait jadis paraître une
utopie, est tombé aujourd'hui dans le domaine des gens pratiques, et il
est probable qu'il ne se passera pas bien longtemps avant qu'il
s'exécute. Mais c'est surtout dans l'_An 2440, rêve s'il en fut jamais_
(1770), que Mercier a lâché la bride à son imagination. Ce qu'il réforme
principalement, il est vrai, dans ce salmigondis philosophique et
humanitaire où il est question de tout et d'autre chose encore, ce sont
les mœurs et les lois, mais il ne se fait pas faute non plus de
transformer matériellement la ville. Son rêve le conduit dans de grandes
et belles rues proprement alignées, suivant l'idéal commun à tous les
précurseurs de M. Haussmann. Il n'entend plus aucun de ces cris
désordonnés et bizarres qui déchiraient autrefois son oreille. Il entre
dans des carrefours spacieux, où règne un si bon ordre qu'on n'y
aperçoit pas le plus léger embarras, et où il ne rencontre pas de
voitures prêtes à l'écraser. La ville offre un air animé, sans trouble
et sans confusion, et un goutteux pourrait s'y promener à l'aise. Par
malheur, Mercier a oublié de nous dire comment on s'y est pris pour
arriver à ce beau résultat.

[Note 18: Le projet d'amener les eaux de la mer à Paris, en
prolongeant jusque-là un port construit à Cherbourg, fut présenté à
Louis XVI, et vivement combattu par les architectes, qui le regardaient
comme capable d'entraîner la ruine de la capitale par la filtration de
l'eau salée à travers le terrain calcaire qui sert de base à Paris. Le
comte de Las Cases, dans le tome IV du _Mémorial de Sainte-Hélène_, dit
qu'il présenta à Napoléon, en 1812, un plan pour transformer le Champ de
Mars en une naumachie qui eût servi d'ornement au Palais du roi de Rome,
et qu'on aurait creusée suffisamment pour recevoir de petites corvettes
destinées à l'instruction d'une école de marine installée à l'École
militaire. Cette idée est revendiquée par Naudy Perronnet, qui, dans un
ouvrage publié en 1825, et où il revient longuement là-dessus, prétend
l'avoir proposée lui-même en 1812, avec cette seule différence qu'il
établissait sa rade ou son bassin dans la plaine de Grenelle.]

Le Louvre est achevé, et l'espace qui règne entre le Louvre et les
Tuileries est devenu une place immense où se célèbrent les fêtes
publiques. Ces deux monuments réunis forment le plus magnifique palais
de l'univers, et il a pour habitants tous les artistes distingués. Il
voit «une superbe place de ville qui pouvait contenir la foule des
citoyens. Un temple lui faisait face; ce temple était celui de la
Justice. L'architecture de ses murailles répondait à la dignité de son
objet.» Une petite description n'eût pas été de trop pour servir de
modèle à nos artistes. Le pont Neuf, devenu le pont Henri IV, est
décoré, dans chacune de ses demi-lunes, de l'effigie des grands hommes
qui n'ont voulu, comme le roi populaire, que le bien de la patrie. Les
statues équestres des souverains qui ont succédé à Louis XV figurent au
milieu de chaque pont, comme celle du bon Henri au milieu du pont Neuf.
L'Hôtel de Ville s'étend en face du Louvre, et sur les débris de la
Bastille, détruite de fond en comble, on a élevé un temple à la
Clémence. L'Hôtel-Dieu, au lieu de concentrer un foyer d'infection sur
un seul point au centre de la cité, est partagé en vingt maisons
particulières aux extrémités du nouveau Paris.

Aux coins de toutes les rues, de belles fontaines font couler une eau
pure. Les maisons, commodes et élégantes, sont surmontées de terrasses
fleuries, que recouvrent des treilles parfumées, de sorte que les toits,
tous d'égale hauteur, forment comme un vaste jardin, et que la ville,
regardée du haut d'une tour, paraît couronnée de fleurs, de fruits et de
verdure.

Arrêtons-nous sur cette riante vision: le reste n'est plus de notre
ressort, et nous ne pourrions suivre Mercier dans sa description du
_Temple de Dieu_[19]; nous ne pourrions l'accompagner au _Monument de
l'humanité_, ni dans ce théâtre régénéré où l'on joue sans aucun doute
_la Brouette du vinaigrier_, quoique sa modestie l'ait empêché d'en rien
dire, encore moins dans ces cérémonies funèbres où les cadavres des
morts sont réduits en cendres par d'immenses fourneaux toujours allumés,
sans risquer de nous laisser entraîner trop loin en dehors de notre vrai
cadre! Nous n'en sortirons pas du moins, en recueillant dans le premier
chapitre de l'_An_ 2440, cette note devenue bien plus juste encore
aujourd'hui, et que nous aurions pu choisir pour épigraphe à ce volume:
«Tout le royaume est dans Paris. Le royaume ressemble à un enfant
rachitique. Tous les sucs montent à la tête et la grossissent. Ces
sortes d'enfants ont plus d'esprit que les autres, mais le reste du
corps est diaphane et exténué. L'enfant spirituel ne vit pas longtemps.»

[Note 19: Le fameux Vriès, qui depuis devait acquérir une autre
illustration sous le titre de _Docteur noir_, avait renouvelé dans des
proportions grandioses, vers 1855, ce projet du _Temple de Dieu_, où il
voulait opérer la fusion de tous les cultes.]

Le nom de Mercier appelle naturellement celui de Rétif de la Bretonne,
et il serait facile de pêcher çà et là plus d'une idée relative au même
sujet dans les œuvres fourmillantes de cet utopiste de la borne et du
ruisseau. Géomètres et romanciers, architectes et poëtes, pas un qui
n'essaye d'apporter sa pierre à l'édifice; pas un qui ne veuille
réformer Paris, en même temps que les lois, la foi et les mœurs. Tous
les philosophes et tous les rêveurs de ce dix-huitième siècle, dont
l'activité inquiète et fiévreuse n'allait à rien moins qu'à reconstruire
la société entière sur d'autres bases, se rencontrent en une rare
unanimité sur ce terrain commun. On ne peut ouvrir un journal du temps,
depuis le _Mercure_ jusqu'aux _Lunes_ du cousin Jacques, sans s'y
heurter à des multitudes de projets, dont les plus sérieux ne sont pas
toujours les moins bouffons, mais dont plusieurs n'avaient que le tort
d'être prématurés. En 1776, à la date du 10 novembre, je trouve le plan
de la rue de Rivoli tracé très-nettement dans les _Mémoires secrets_. En
1780 (28 octobre), c'est la _Correspondance secrète_ qui traite la
question des embellissements du faubourg Saint-Germain, et parle de la
prochaine prolongation de la rue de Tournon jusqu'à la rue de Seine, en
abattant un pavillon du collége des Quatre-Nations (aujourd'hui
l'Institut), pour créer une perspective superbe du Luxembourg aux
Tuileries. Il n'est, d'ailleurs, pas un seul projet où l'on ne réclame
à grands cris cette démolition des pavillons du palais Mazarin, capables
de gâter un des plus beaux quais de Paris, d'entraver la circulation et
de boucher un magnifique point de vue. Il faut convenir, en effet, que
des raisons moins graves ont suffi pour condamner à mort bien d'autres
monuments plus utiles et plus respectables, et l'on ne comprend pas trop
quelle est la vertu secrète qui a sauvé ces pavillons au milieu de tant
de ruines.

Dans ce chaos infini, dans cette course au clocher de plans audacieux ou
timides, plaisants ou sérieux, qui vont de l'alignement d'une rue ou de
la création d'une place à la transformation radicale de la ville
entière, on dirait que chaque candidat a présente à la mémoire cette
parole que Voltaire écrivait en 1749, et qui semble avoir servi de
stimulant à tous les réformateurs, comme elle a servi d'apologie aux
derniers travaux de M. Haussmann: «On peut, en moins de dix ans, faire
de Paris la merveille du monde... Il est temps que ceux qui sont à la
tête de la plus opulente capitale de l'Europe la rendent la plus
commode et la plus magnifique. Fasse le ciel qu'il se trouve quelque
homme assez zélé pour embrasser de tels projets, d'une âme assez ferme
pour les suivre, d'un esprit assez éclairé pour les rédiger, et qu'il
soit assez accrédité pour les faire réussir!»

Voltaire eût-il prononcé son _Eurêka_ devant M. Haussmann? Peut-être!
Mais j'avoue que je n'en serais pas plus convaincu pour cela, tant je
suis difficile à convaincre.

Il n'est pas jusqu'au prince de Ligne qui n'ait conçu lui aussi sa
petite utopie pour la transformation de la grande ville. On a recueilli,
dans le tome II de ses _Œuvres choisies_, un court _Mémoire sur Paris_,
écrit vers 1780, ou quelque peu auparavant, qui n'est pas le moins
curieux de tous ces vastes projets. Nous allons détacher les passages
les plus piquants de ce Mémoire, où le spirituel et frivole Français de
Bruxelles indique en quelques pages, écrites malheureusement d'un style
un peu trop international, plus de transformations que beaucoup d'autres
en plusieurs volumes, et bouleverse tout Paris de fond en comble sans
avoir l'air d'y toucher.

«On fera une place depuis les Tuileries jusqu'au vieux Louvre: cela est
tout simple; on doit s'attendre à cela![20] Tout ce Carrousel, ces
baraques, cette rue Saint-Nicaise, déshonorent Paris par l'indigne petit
moyen de faire argent de tout. La grande économie est de n'en pas
avoir...[21] Des extrémités du pavillon de la Comédie française des
Tuileries, on tirera une ligne de bâtiments qui fermera cette place et
joindra le vieux Louvre. La décoration sera dans le genre des deux
autres, sans y ressembler tout à fait. Un toit à l'italienne; vis-à-vis,
des guichets, de magnifiques arcs de triomphe; au milieu de la place,
une fontaine superbe par ses effets d'eau, sa grandeur et sa dignité.

[Note 20: C'est fait.]

[Note 21: Plus loin, le prince de Ligne s'indigne encore contre ceux
qui pourraient s'opposer à ses projets en prononçant ce _vil mot
d'argent_. On voit qu'il avait les grandes traditions. Napoléon Ier
disait de Corneille: «S'il avait vécu de mon temps, je l'aurais fait
prince;» M. Haussmann pourrait dire du prince de Ligne: «Je l'aurais
fait membre de ma commission municipale.»]

«Depuis longtemps, l'air de ruine du vieux Louvre, le jardin de madame
Infante, apportent la tristesse sur un quai où l'on ne doit voir régner
que l'ordre et la magnificence. Après l'avoir rendu soigné, décoré, et
l'avoir débarrassé de tout ce qui le défigure, on bâtira, depuis le
vieux Louvre jusqu'au pont Neuf, une galerie ouverte par en bas, de même
ordre que la colonnade qu'on admire avec tant de raison.... On rasera
toutes les maisons qui sont à présent entre la rue de la Monnaie et le
vieux Louvre, et, pour faire les superbes portiques sous lesquels on
puisse se promener jusque-là, toutes les maisons qui bordent le
quai[22]. De cette place, l'une des plus belles du monde, au milieu de
laquelle il y aura, comme à l'autre, une fontaine immense, on pourra
découvrir la rivière, sous cette galerie qui sera la première galerie du
monde.

[Note 22: Avis à M. le préfet de la Seine: il rougira de n'y avoir
pas encore pensé.]

«Il faut bâtir la place de Louis XV, du côté du quai et des
Champs-Élysées, de même que les deux bâtiments qui sont à droite et à
gauche de la rue Royale... Il y a déjà assez de vide par le jardin, et
il est nécessaire de renfermer la rivière jusque vis-à-vis de l'École
militaire, où je veux que Paris finisse[23]. Il faudra bâtir tout le
Cours-la-Reine. On y fera des écuries pour le roi, décorées avec tous
les attributs et la magnificence possibles... Ce bâtiment immense
fermera les Champs-Élysées du côté de la rivière, comme la rue
Saint-Honoré fait de l'autre côté. Une grande grille depuis l'École
militaire jusqu'à la Seine, une depuis la Seine jusqu'à ces écuries, et
une autre derrière, de toute la largeur des Champs-Élysées jusqu'au
faubourg Saint-Honoré, détermineront Paris du côté de Versailles et du
bois de Boulogne, et iront joindre en angle droit une autre ligne qui
enfermera les augmentations vers Monceaux et celles de la
Chaussée-d'Antin jusqu'à la rue Charonne. Ces deux lignes tirées,
bordées de huit rangées d'arbres, seront un autre boulevard dont il ne
sera plus permis de sortir pour bâtir, puisqu'il faut finir une fois[24]
et que, ne sachant pas se borner, on commence tout et l'on n'achève
rien....

[Note 23: Paris a marché depuis, sans tenir aucun compte de la
volonté du prince de Ligne.]

[Note 24: Pour le coup, ce n'est pas cette phrase-là qui eût fait
entrer le prince de Ligne au conseil municipal.]

«On embellira les rues qui en sont susceptibles: celle de Tournon, par
exemple, le serait aisément par des façades uniformes et des toits à
l'italienne. C'est ce que je recommande beaucoup pour les nouveaux
bâtiments à faire. La bourgeoisie de la tuile et de l'ardoise dégrade
tout. Que de même les clochers soient défendus, si l'on s'avise de
rebâtir des églises[25].... Les obélisques, les thermes, les pyramides,
les colonnes placées partout où il s'est passé quelque grand événement,
le consacreront pour jamais à la mémoire.... De même dans les
Champs-Élysées, qui, sans cela, ne méritent pas d'en porter le nom, je
veux voir le buste ou la statue équestre des héros à qui la France doit
ses victoires.... Il pourrait y avoir des bosquets dédiés à des actions
moins éclatantes, mais plus héroïques que des batailles.

[Note 25: On s'est avisé d'en bâtir quelques-unes: il est vrai que,
depuis que l'auteur écrivait ceci, on en avait abattu beaucoup.]

«Je viens d'édifier pour le cœur, édifions pour l'esprit. Dans la cour
immense, renfermée entre les fastueuses colonnades du Louvre, seront
renfermés toutes les académies et les bustes de ceux qui ont fait le
plus d'honneur et de plaisir... Les bâtiments publics qu'on peut faire
pour l'ordre, le secours et la félicité publique, orneront, par une
façade simple, noble et sage, le quai de l'autre côté, partout où l'on
voit aujourd'hui de vilains chantiers, des casernes, des dépôts, des
manufactures, tout ce qu'on voudra.

«Je deviens un Chamouzet[26], sans m'en douter. Mais pourrait-on me dire
pourquoi, dans les pays où il n'y a point de rivière, on voit arriver
des navires à trois mâts déposer les richesses du nouveau monde à la
porte des commerçants, dans le temps qu'on ne connaît sur la Seine que
la galiote de Saint-Cloud et le bac des Invalides? Les eaux en sont bien
basses dans certains temps de l'année, mais on pourrait la rendre plus
profonde en certains endroits. Le cours de la Seine jusqu'à la mer n'est
pas assez long pour qu'on ne puisse le soigner.... Quel plaisir de voir
passer les drapeaux de Neptune et de Pluton devant les vieux et les
jeunes drapeaux de Mars; car le Gros-Caillou, rebâti en entier par de
riches négociants, deviendrait une petite ville tout entière au
commerce, et la continuation d'un port qui commencerait au pont Royal.
C'est là qu'on emploierait une belle sévérité d'architecture, et que
l'on élèverait au milieu un superbe bâtiment en arcades, pour la Bourse.

[Note 26: Chamousset, philanthrope (1717-1773), qui a beaucoup fait
pour l'amélioration des hôpitaux, des établissements de bienfaisance, et
de l'assistance publique, ce qui est la meilleure manière de réformer
Paris.]

«Je vois l'air obscurci ou plutôt éclairé par des pavillons d'or et
d'azur; je vois déjà flotter au gré des vents, au milieu de Paris, les
banderoles de toutes les couleurs et de toutes les nations; je vois,
etc.» Supprimons le reste de cette description enthousiaste, de peur que
le lecteur ne s'écrie comme l'Intimé:

     Quand aura-t-il tout vu?

«Partout, dans Paris, où l'œil sera choqué de l'âpreté des pierres qui
en rendent quelques parties semblables à des carrières, des plantations
et des tapis de verdure égayeront et adouciront le tableau, quand cela
ne sera pas contraire à la dignité[27]. Il faut plaire quelquefois et ne
pas toujours étonner; il faut que l'admiration se repose pour qu'elle
soit plus vive lorsqu'on veut l'exciter. Du grand, du majestueux vers le
centre de la capitale, on pourra passer au gracieux et descendre même au
joli, vers les bords de cette immense cité.

[Note 27: Voilà nos squares, avec leurs plantations et leurs
pelouses, qui n'ont rien de «contraire à la dignité,» et où la nature
garde un parfait _décorum_.]

«La rue Saint-Antoine est assez large pour qu'on s'occupe de sa
décoration. Une grande place au lieu de celle de Saint-Michel: il n'y en
a pas dans ce quartier. Une autre place dans le faubourg Saint-Germain,
vers l'ancienne Comédie-Française: toutes en ordres différents
d'architecture, et en évitant le même ton qui fatigue même en sa
beauté... Partout des fontaines,--des cascades même, si cela est
possible, dans quelques endroits: cela purifie, rafraîchit et vivifie
tout... Que tout Paris ait l'air d'une fête: cela va si bien au
caractère des Français!»

Cette conclusion est charmante; mais, si M. Haussmann veut y arriver
plus sûrement, il fera bien de lire, dans le même recueil du prince de
Ligne, certain _Projet de ville agréable_ où, pour entretenir les cœurs
en paix et en joie, le prince explique que la ville devrait être peinte
de couleurs tendres et riantes; que les hommes y porteraient des
tuniques vertes, rouges, jaunes, violettes ou pourpres, avec une
écharpe, de grandes culottes larges, une fraise, et un bonnet aussi
haut, mais plus léger que les turbans; les femmes, des lévites avec
ceintures, des souliers plats sans boucles, les cheveux en tresses, sur
la tête une grande toque de mousseline, en ayant soin d'habiller les
brunes en bleu, les blondes en rose tendre ou en blanc. Il ne faut pas
s'arrêter à mi-chemin dans la voie des réformes.

En 1791, le marquis de Villette écrivait les lignes suivantes, que je
trouve dans le recueil de ses Lettres choisies, et que Prudhomme a
reproduites dans le premier volume de son _Miroir de Paris_:

«Si l'on crée deux places d'édiles, j'en demande une pour moi. Je ne
propose d'élever aucun édifice[28]. Pour faire de Paris une des plus
belles villes du monde, il ne s'agit que d'abattre[29]: les
chefs-d'œuvre sont faits[30]; il ne s'agit que de les montrer.

[Note 28: M. Haussmann, hélas! n'a pas été si sage.]

[Note 29: Rien que cela. Le plan actuel est plus complet: «Il ne
s'agit que d'abattre tout Paris, et de le reconstruire.»]

[Note 30: Ceux de M. Haussmann ne l'étaient pas encore.]

«Je renverserai des masures, et les passants seront enchantés à la vue
des beaux monuments dont ils ne se doutaient pas. Je renverse la porte
Saint-Martin, et je laisse la place nette[31]. Je renverse une
demi-douzaine de maisons autour de la porte Saint-Denis, pour rendre
hommage à cet arc de triomphe digne de l'ancienne Rome[32].

[Note 31: Le conseil est un peu radical, il faut l'avouer, et il
effrayerait des gens timides; mais M. le préfet de la Seine est homme à
le comprendre.]

[Note 32: Il y a là une idée; mais démolir une demi-douzaine de
maisons, c'est bien mesquin: le jour où nous nous en mêlerons, nous
ferons mieux les choses.]

«Cent ouvriers, sous mes fenêtres, élèvent un parapet qui certainement
n'avait besoin d'aucune réparation; et voilà que, me croyant logé sur
les bords de la Seine, on m'escamote la rivière. Si l'on en usait comme
à Londres, ce seraient des grilles de fer, qui n'exigent aucune
réparation, et que la propreté anglaise a soin de peindre tous les ans;
mais, en laissant là toute comparaison qui nous rendrait aussi petits en
fait d'utilité commune que la Tamise ravale notre port Saint-Nicolas,
n'y avait-il pas aujourd'hui des travaux plus essentiels à
entreprendre?»

Ici Charles de Villette énumère rapidement une dizaine de ces travaux
essentiels, qui sont tous faits aujourd'hui. Puis il continue:

«En réformant les choses, il faut aussi changer les noms. Nous n'avons
plus ni Jacobins, ni Théatins, ni grands ni petits Augustins, ni toute
cette nomenclature bizarre dont la raison et le bon goût s'offensaient à
chaque pas[33].

[Note 33: Passage recommandé à l'honorable général Husson.]

«Les monastères seront convertis en hospices, en casernes, ou vendus, et
des églises les unes seront érigées en paroisses, les autres seront
supprimées[34]. Il faut donc les débaptiser dans la langue du peuple.
Pourquoi ne donnerait-on pas à ces paroisses le nom des sections? C'est
ainsi que les Jacobins, rue du Bac, seraient appelés paroisse de
Grenelle. Cette dénomination paraît bien plus simple que le
Pierre-aux-Bœufs ou Pierre-aux-Liens, Jacques-le-Majeur,
Jacques-le-Mineur, Jacques-la-Boucherie, Jacques-l'Hôpital ou le
Jacques-du-Haut-Pas[35].

[Note 34: On a vu, par la lecture de l'Appendice précédent, à quel
point cette dernière partie du vœu de Ch. de Villette a été exaucée.]

[Note 35: Beaucoup plus simple, en effet, comme il serait plus
simple aussi de débaptiser les anciennes rues pour leur donner de beaux
noms modernes.]

«Vous feriez de la vaste église des Théatins un superbe magasin de blé:
les bateaux de farine ou de grains, qui remontent la rivière, débordent
commodément devant la porte[36].

[Note 36: Cette raison était concluante: aussi l'église des Théatins
devint-elle un magasin de blé, et Ch. de Villette vécut assez pour voir
ce beau triomphe de l'utilité publique; puis on en fit une salle de
spectacle, puis un café; après quoi il ne resta plus qu'à la renverser.]

«Vous enlèveriez en même temps ces deux pavillons du collége Mazarin,
qui donneraient tout à coup au plus beau quai de Paris une face
nouvelle, et vous renonceriez bien vite à vendre, comme on vient de
faire, les trois premières maisons du quai de Conti, qui dépassent
l'alignement de la Monnaie.

«Je propose d'enlever la grille d'or qui étincelle dans les boues, et
qui écrase de son luxe tout ce qui l'environne devant le temple de la
Justice. Une porte simple, d'un style sévère, conviendrait mieux.
J'aimerais à voir cette grille fastueuse étalée au milieu du Carrousel.
On renverserait sans pitié les cahutes infâmes qui nous cachent le plus
beau des palais[37].

[Note 37: C'est fait.]

«Je demande encore la permission de dégager le pavillon de Flore[38], et
de combler les fossés du Suisse, même sans égard pour sa buvette. Ce
passage, aujourd'hui le plus fréquenté de Paris, où arrivent tant
d'accidents dont je suis chaque jour témoin, ne serait plus un objet de
terreur pour les vieillards, les enfants et les femmes. Je voudrais que
l'on ouvrît toutes les arcades de la galerie, depuis le guichet neuf
jusqu'à l'angle du pavillon...

[Note 38: On a fait mieux: on l'a démoli.]

«Les Capucines renversées feraient voir le boulevard[39]. Ces vastes
monastères des Capucines et des Feuillants sont aujourd'hui du domaine
de la nation: c'est là qu'il faut élever le temple de la Patrie, en face
de la place Vendôme. Il se trouverait sur l'alignement des belles
colonnades du Garde-Meuble; les Tuileries en seraient le jardin. Ce
nouvel édifice nécessiterait le déblayement de la rue projetée, qui, en
isolant tout à fait la demeure du prince, joindrait par contiguïté le
Carrousel à la place Louis XV.

[Note 39: C'est fait.]

«Cette terrasse des Feuillants, sombre et effrayante dès le déclin du
jour, ne pourrait-elle pas être métamorphosée en une immense et superbe
galerie couverte, où le commerce, en étalant ses richesses, animerait
tout de son mouvement? L'illumination de ces arcades en ferait la
promenade de tous les soirs, et ce serait un abri contre les
averses[40]. Si l'on avait encore quelques millions à dépenser,
assurément il vaudrait mieux les jeter là qu'à Fontainebleau, Compiègne
ou Rambouillet...

[Note 40: Voilà encore une fois la rue de Rivoli.]

«Je me transporte aux deux extrémités de Paris, et j'y place deux
monuments nationaux: sur ces immenses débris de la Bastille, j'aimerais
à voir un obélisque de marbre noir; et pour conserver, non pas le
souvenir, mais l'horreur du despotisme, enchaîner à sa base les quatre
figures de bronze de la place des Victoires. Ces beaux modèles ne
seraient pas perdus pour les arts: ils figureraient à merveille non pas
le Batave ou le Germain, mais la tyrannie et l'oppression, la douleur
et le désespoir. Groupez à l'entour les emblèmes de l'autorité, de la
toute-puissance, et vous aurez devant les yeux le tableau parlant de
tous les vices de l'ancien régime[41].

[Note 41: Admirable thème pour un nouveau discours de M. Duruy à
l'Association polytechnique, ou pour un bas-relief au fronton d'une
caserne! Les vieux partis ne s'en relèveraient pas.]

«Je place l'autre monument à l'Étoile. Par contraste, j'asseois en idée
une pyramide de marbre blanc au même endroit où Louis XVI avait élevé
une colonne de feu. Autour de cette pyramide seraient, encore en marbre
blanc, les figures symboliques de la Concorde, de l'Abondance, de la
Justice et de la Paix. Le suprême pouvoir exécutif qui a jeté par les
fenêtres _cent mille écus_ pour éclairer passagèrement la solennité de
son occupation[42], n'aurait-il pas un plaisir plus cher à son cœur
d'employer la même somme à nous laisser un monument durable de sa bonne
foi et de son amour pour la constitution?

[Note 42: C'est l'auteur qui a souligné _cent mille écus_, tant il
est épouvanté d'une prodigalité pareille. Il se serait formé, s'il eût
vécu jusqu'à nos jours.]

«Mais, avant d'embellir la capitale, il faut d'abord songer à garantir
ses habitants des dangers qui les menacent du matin au soir.

«J'esquive à toutes jambes un cabriolet qui me poursuit. Je tourne le
coin de la rue, et je reçois un timon précisément dans le bréchet. C'en
est fait de moi, sans la boutique d'un marchand qui en laisse le passage
libre au public, et que la Providence avait placé là pour mon salut.

«Si les rez-de-chaussée, si les boutiques des maisons qui forment les
encoignures des rues étaient abandonnés aux gens de pied, comme il y en
a déjà beaucoup, on ne saurait croire ce qu'il en résulterait d'utile,
et combien de malheurs on préviendrait en même temps.

«En accordant ainsi, à chaque encoignure des carrefours, un espace en
triangle de huit à dix pieds de côté seulement, on fournirait aux
malheureux piétons le moyen d'échapper aux dangers presque inévitables
de ces tournants.... Des bancs de pierre ou de bois y seraient d'un
grand secours pour les infirmes, les femmes enceintes, les vieillards,
et serviraient encore d'abri contre les averses, les orages, et d'asile
la nuit pour les citoyens qui font la garde[43].»

[Note 43: Voilà l'idée des refuges, dont il est question depuis
quelque temps.]

Je crois inutile de poursuivre plus loin cet exposé, qui montre que le
marquis de Villette eût été digne de devenir le secrétaire de M.
Haussmann.

Cependant, ce n'est là qu'un plan timide et mesquin, en regard de celui
que nous allons maintenant transcrire, et qui a pour auteur Stanislas
Mittié.

Stanislas Mittié a développé ses idées dans une brochure qui porte pour
titre: _Projet d'embellissements et de monuments publics pour Paris_
(in-8°, 1804). Il énumère ses vues colossales comme la chose la plus
simple du monde, et c'est merveille de voir avec quelle magnifique et
mythologique prodigalité il entasse à tous les points de Paris les
statues, les fontaines et les colonnades.

Il décore la place de la Concorde d'un grand bassin, en forme de
coquille, attelé de chevaux marins et conduit par des Tritons, où l'on
verra Neptune assis sur son char, et ayant à sa droite Mars, sur la tête
duquel une Renommée posera la couronne de l'Immortalité, tandis qu'une
troupe de Nymphes et de Sirènes, précédée par un Génie, portera les
palmes du Triomphe. En avant du pont du Carrousel et de la rue qui
conduit au temple de la Madeleine, il établit des piédestaux surmontés
de taureaux, emblèmes de la force, pour faire pendant aux chevaux de
marbre. Quant aux balustrades des trottoirs de la place, elles
supporteront des statues en gaîne, adossées à des barres de fer, sur
lesquelles seront perchés des aigles, faucons, vautours, qui étendront
un peu leurs ailes en tenant dans leurs becs les anneaux des lanternes.

Dans le jardin des Tuileries, indépendamment de nouveaux parterres et de
nouvelles allées, de trois bassins à grands sujets mythologiques, d'un
nombre infini de statues représentant toutes les métamorphoses de la
Fable, de kiosques, de rotondes, etc., il construit sur les terrasses
les temples de la Paix et de la Gloire, dont je regrette de ne pouvoir
reproduire tout au long la description magnifique. Qu'il me suffise de
faire savoir que, dans ce dernier, «l'intérieur sera en marbre blanc,
les portes en bronze ciselé, les fenêtres en nappes d'eau transparentes,
et les entre-croisées en colonnes hydrauliques, sur lesquelles
descendront les eaux qui sembleront porter la galerie publique.... Ces
entre-colonnes hydrauliques seront ornées de candélabres de porcelaine
de Sèvres, et de grottes jaillissantes, sur lesquelles on mettra les
bustes de nos plus grands capitaines.... La voûte en bas-relief sera
parsemée de pierreries qui, taillées en pointe de diamant, étincelleront
à la lumière. Dans les angles seront des divinités.... Un parquet,
mélangé de bois de citron, d'ébène et d'acajou, formera une table
mécanique de trois cents couverts, divisée en trois parties..., dont la
troisième composera le plateau, qui, aussi grand que le théâtre de
l'Opéra, offrira diverses décorations en relief, comme villes,
rivières, campagnes, forteresses, armées rangées en bataille; une autre
fois, le plateau sera remplacé par un bassin qui représentera la mer,
sur lequel naviguera une flotille, etc.»

Dans les Champs-Élysées, Mittié établit quatre grottes à jour en forme
d'arcades, du haut desquelles les principaux fleuves de France verseront
leurs eaux à grand bruit dans des bassins. Sur les terrains vagues
situés au-dessus de l'avenue de Matignon, il accumule d'élégants
bocages, des berceaux mystérieux, des ruisseaux et des cascades, un
labyrinthe offrant, à chacun de ses détours, les plus riantes
imaginations de la Fable, et toutes sortes de petits édifices de
fantaisie, tels que le temple de Jupiter, les bains et le boudoir de
Vénus. Vers l'avenue des Veuves, il plante un bois d'arbres géants, dans
le centre duquel s'élèvera le temple de Diane, «qui sera octogone, avec
les emblèmes de la chasse, et entouré d'un balcon pour qu'on puisse voir
de toutes parts lancer le cerf, et remarquer, à la fin des huit routes
principales, les vestiges et les ruines de plusieurs constructions
antiques de la Grèce et d'Herculanum.» Il y arrange ensuite un rocher,
surmonté d'un fort, ou bien de la statue d'Apollon, ou d'un temple avec
l'effigie d'Homère; ce rocher, couvert de mousse, de ronces, de
coquillages et de rocailles, tirera ses eaux de la pompe à feu pour les
verser à cascades et à gros bouillons dans la rivière des Amazones. Au
bord de celle-ci, un pavillon en forme de baldaquin, dont les colonnes
sont portées par des Amazones que surmonte la statue d'Actéon, et où
l'on voit dans le plafond Diane entourée de ses Nymphes, qui semblent en
mouvement dans les airs, servira aux danses champêtres et aux concerts
d'harmonie.

Sur la rive droite du fleuve, il étend la vallée de Gargarathie, avec
des chaumières, des vergers, des troupeaux de bétail et des ruisseaux
coulant doucement jusqu'au bout de la colline, «d'où ils se
précipiteront avec fracas sur les roues d'un moulin dont le mécanisme
mettra en mouvement les ateliers de Vulcain, où les Cyclopes forgeront
des foudres au son d'une musique infernale et au bruit d'énormes
marteaux» sous des voûtes flamboyantes. Dans un profond caveau, masqué
par des mausolées, des rameaux, des cyprès, et où l'on descendra par des
escaliers rustiques, éclairé par les faibles lueurs de lampes
mortuaires, les prêtres et les prêtresses de l'Opéra célébreront, en
guise de spectacle, toutes les cérémonies et tous les sacrifices du
paganisme,«au son d'une musique déchirante, de voix sépulcrales et de
timbres sinistres de la mort, qui porteront dans l'âme des impressions
de terreur et d'effroi.»

Ouf! restons-en là. L'imagination mythologique du citoyen Mittié est
impitoyable, et l'on voit bien qu'il vient de passer par le Directoire.
Après ces échantillons de son système d'embellissements, il est pour le
moins inutile de nous arrêter aux choses splendides qu'il sème sur la
place Vendôme, sur l'emplacement des Capucines et des Feuillants, sur la
place de la colonnade du Louvre, qu'il agrandit en démolissant
Saint-Germain-l'Auxerrois, le cloître et les rues voisines, etc. Le
citoyen Mittié était pourtant un financier habile, qui avait acquis
quelque notoriété dans les affaires d'administration. Il a soin de nous
apprendre que l'architecte du premier consul, Fontaine, et l'architecte
du gouvernement, avaient fort admiré son plan, et il est certain en
effet qu'il peut passer pour admirable en son genre.

Sans aller aussi loin que le trop ingénieux Mittié, on sait tout ce que
Napoléon Ier fit pour la transformation de la ville. Aussi, par une
conséquence naturelle, les projets les plus grandioses se remirent-ils à
éclore de toutes parts. Après le règne de Louis XV, le règne de Napoléon
Ier est celui où, la verve des utopistes, d'ailleurs refoulée et
tenue en respect sur la plupart des autres points, s'est donné la plus
ample carrière au sujet de ces embellissements de Paris, que l'Académie
française elle-même proposait pour sujet de concours aux poëtes en
1811[44]. Parmi les multitudes de brochures publiées sur ce sujet
inépuisable, il faut d'abord distinguer celles de l'architecte Goulet,
qui les a réunies et résumées, en 1808, dans son volume d'_Observations
sur les embellissements de Paris_. C'est là qu'on pourra voir, entre
autres choses, le plan du Temple des lois (on aimait beaucoup les
temples alors), qu'il propose d'élever entre le Louvre et les Tuileries,
et son projet pour compléter la décoration de la place de la Concorde,
par l'adjonction aux quatre angles de quatre obélisques enrichis de
statues, de bas-reliefs et d'inscriptions. Du reste, cet ouvrage est
absolument impossible à analyser, par le nombre et la variété des points
qu'il aborde. Puis Goulet est un homme pratique et positif, qui ne
s'égare pas dans l'impossible, et la plupart de ses _observations_ n'ont
trait qu'à des réformes et à des améliorations de détail, ou tout au
moins à des monuments décrétés, au sujet desquels il expose ses idées et
ses vues.

[Note 44: C'est dans ce concours, où Victorin Fabre, Millevoye et
Soumel remportèrent le prix et les accessits, que M. Viennet s'écriait
avec un enthousiasme lyrique:

     À chaque pas m'arrête un prodige nouveau;
     Tout fléchit sous l'équerre, obéit au cordeau.

Et on ne le couronna point!]

Après lui, Caunet en 1809, et Raoul en 1811, célébrèrent les
embellissements de Paris et exposèrent leurs systèmes dans deux
brochures devenues aujourd'hui presque introuvables. L'année même de la
chute de l'empire, en 1814, Amaury Duval, sous le titre du
Nouvel-Élysée, traçait le plan d'un monument original à élever en
l'honneur de Louis XVI et des plus illustres victimes de la Révolution.
Enfin, pour nous borner là, Alexandre de Laborde, en 1816, publiait ses
_Projets d'embellissements de Paris_ (in-folio, avec 13 planches), qu'il
avait conçus sous l'empire, pendant qu'il occupait la direction des
ponts et chaussées du département de la Seine. Il y demandait
particulièrement l'établissement de trottoirs dans toutes les rues, la
création d'une vaste promenade nouvelle pour les voitures légères et les
cavaliers dans la partie gauche des Champs-Élysées, depuis la place de
la Concorde jusqu'à l'allée des Veuves, y compris le Cours-la-Reine;
enfin l'érection de trois fontaines monumentales servies avec le même
volume d'eau du canal de l'Ourcq réparti sur trois hauteurs différentes:
la première sur le boulevard Bonne-Nouvelle, vis-à-vis la rue
Hauteville; la seconde sur une place semi-circulaire créée au boulevard
Montmartre, en face du prolongement de la rue Vivienne, de manière à
former point de vue dès le Palais-Royal, et la troisième au milieu du
Palais-Royal même. Il donne les dessins de ces trois châteaux d'eau,
dont le second est d'une majesté, le dernier d'une grâce et d'une
élégance très-remarquables. Quant à la place Royale, il voudrait qu'on
la décorât d'une fontaine arabe, en marbre bleu des Pyrénées, imitation
de la piscine de la cour des Lions, à l'Alhambra de Grenade.

Il n'y a rien là de bien étonnant, non plus que dans le _Précis
historique des agrandissements et embellissements de Paris,... avec
l'indication des travaux qu'il conviendrait de faire_, publié en 1827
par un anonyme. Heureusement, nous allons remonter, avec Amédée Tissot,
jusqu'à la hauteur de Stanislas Mittié, pour le moins.

M. Amédée Tissot écrivait sous la Restauration. C'était un esprit
fécond, original et hardi, qui a exercé sur tous les sujets son
imagination inépuisable. La peine de mort, le jury, la télégraphie, le
journalisme, les chambres, la littérature, la poésie, les arts, la
police et la politique, ont tour à tour ou en même temps attiré ses
méditations, et il a semé dans toutes les voies des aperçus où, au
milieu de bon nombre de témérités et d'extravagances, les idées
ingénieuses ne manquent pas. Il a inventé le polydrame, les vers de
quatorze syllabes, la _Société des gouvernements légitimes_, réglée par
des congrès périodiques, le _Système de contre-harmonie universelle_, et
beaucoup d'autres choses qu'il serait trop long d'exhumer de toutes ses
brochures.

On ne s'étonnera plus maintenant qu'Amédée Tissot, ou de Tissot, comme
il signe, ait également inventé une nouvelle manière de construire les
maisons et les villes. C'est dans son volume de _Paris et Londres
comparés_ (1830), que nous avons trouvé l'exposé de ce système,
applicable surtout à Paris dans la pensée de l'auteur, et où M.
Haussmann pourra certainement puiser plus d'une inspiration. On y verra
aussi qu'en poussant les conséquences du système actuel à leurs limites
extrêmes, mais logiques, dans la seconde partie de ce livre (_Paris
futur_), je n'ai rien exagéré, et que je me trouve dépassé encore, sur
plus d'un point, par quelques-uns de ceux qui ont rêvé, avec une bonne
foi et une gravité parfaites, la transformation de la grande ville.

«Qu'on se figure des rues plus larges que nos boulevards. La partie
centrale, de vingt-quatre à trente pieds de largeur, est creusée à la
profondeur de douze à quinze pieds. Cette rue basse est destinée aux
voitures, aux chevaux, au transport des fardeaux, etc. De chaque côté de
cette rue basse sont les portes inférieures des maisons, les magasins de
bois, de charbon, les remises, etc. Quant aux chevaux, on les éloigne
des habitations, comme on le fait à Londres, pour s'épargner le bruit et
l'odeur désagréable et dangereuse qui résulte du voisinage des écuries.

«De chaque côté de la rue basse est une balustrade à hauteur d'appui, et
là, depuis le trottoir découvert, qui a douze à quinze pieds de largeur
et qui doit être planté d'arbres, on voit sans danger se croiser les
rapides voitures à vapeur[45], les omnibus, les dames blanches et les
équipages des princes, des nobles et des parvenus.

[Note 45: Dans les premières pages de son volume, M. Amédée Tissot
recommande l'usage des voitures à vapeur, ne fût-ce que pour éviter les
miasmes insalubres qui résultent pour les rues des grandes villes de
l'emploi des chevaux. Il voudrait aussi qu'il fût défendu de fumer dans
les rues, places, jardins et passages. Décidément M. Tissot n'aime point
les mauvaises odeurs.]

«Entre les maisons et ce trottoir, il existe, à son niveau, une galerie
vitrée de quinze à vingt pieds de largeur, dans le genre de celle du
Palais-Royal, mais mieux ornée. Des tuyaux de chaleur, des poêles placés
de distance en distance tempèrent, en hiver, la rigueur du froid.

«Des conduits de fraîcheur amènent, en été, l'air frais des passages
souterrains et des jardins dans cette galerie, où des toiles teintes
interceptent, quand on le veut, les rayons trop ardents du soleil.

«On se servira de préférence de portes à coulisses, qui ne causent aucun
bruit, et tiennent moins de place que les portes battantes.

«Les maisons, qui n'ont pas moins de quatre étages au-dessus du sol,
sont couvertes par des terrains ornés d'arbustes, de fleurs et de
statues, et offrent en toute saison un abri pour prendre de l'exercice
et respirer un air pur.

«On n'emploie que la pierre, les métaux, la brique et des matériaux
incombustibles pour la construction de ces maisons[46]. On pourra avoir,
pour monter et descendre, des machines mues par la vapeur ou par des
moyens mécaniques. Tous les appartements d'une maison, eût-elle soixante
locataires, seront chauffés simultanément par des calorifères, à un
degré réglé par le thermomètre. Les escaliers et vestibules seront aussi
chauffés de cette manière[47].

[Note 46: Une centaine de pages plus haut, l'auteur avait préconisé
l'emploi du fer au lieu de bois dans tous les bâtiments pour les dérober
au péril d'incendie.]

[Note 47: C'est un commencement de phalanstère: nous nous y
acheminons.]

«Il y aura devant chaque maison un pont pour traverser la rue basse.

«Les galeries couvertes continueront leur cours, après s'être croisées,
par-dessus la rue basse, au moyen de ponts en chaînes, en fils de fer ou
autres.

«Il conviendra de varier la forme des maisons et d'employer, suivant les
quartiers, différents ordres d'architecture[48], et même ceux qui, tels
que l'architecture gothique, turque, chinoise, égyptienne, birmane,
etc., ne sont point classiques[49].

[Note 48: À la bonne heure! Mais ce qui gâte l'idée, c'est que
l'auteur veut réglementer la variété elle-même «suivant les quartiers.»
Ce bon conseil n'en a que plus de chance d'être suivi aujourd'hui.]

[Note 49: Nos architectes sont classiques, très-classiques, mais
cela ne les empêche pas d'employer l'architecture turque, chinoise et
birmane.]

«Les fontaines, les obélisques, les pyramides, les salles de spectacle,
de concert, de bal, les casinos, les temples pour les différentes
religions, les musées, seront toujours assez éloignés des autres
constructions pour produire le plus bel effet possible.

«Les loyers de la ville centrale seront nécessairement chers, mais il
faut considérer quelles économies feront ceux qui l'habiteront.

«On peut estimer que chaque individu, n'ayant pas équipage, économisera
par année deux cents francs, qu'il aurait dépensés de plus en
habillements, chaussures, voitures, etc., s'il avait vécu dans une ville
comme Paris, où les cochers de fiacre semblent avoir fait avec
l'ancienne police un pacte pour la conservation de la boue. Ce serait
donc environ six cents francs par an d'économie par ménage. C'est au
propriétaire de la maison qu'on payerait cet excédant, pour se trouver
assuré matériellement contre l'incendie, contre le chaud et le froid,
contre les voitures et les chevaux, contre la boue et la poussière, et
généralement contre l'insalubrité, les maladies et les cruels accidents
qui résultent de l'imperfection des villes actuelles.

«Si l'on observe combien ma nouvelle manière de construire les villes y
diminuera la mortalité, il faudra ajouter aux considérations qui
précèdent l'avantage de vivre, pour les uns, et celui de vivre plus
longtemps et mieux portant, pour les autres.»

Ce plan est assurément fort ingénieux, mais Cyrano de Bergerac en avait
exposé un plus ingénieux encore dans son _Histoire comique de la lune_.
Il raconte que les indigènes de cet astre habitent des villes mobiles ou
des villes sédentaires. Dans les premières, les maisons, construites
d'un bois fort léger, reposent sur quatre roues, et peuvent se déplacer
sans peine à l'aide de voiles qu'on déploie au devant de ces vaisseaux
terrestres, ou plutôt lunaires. Dans les secondes, au moyen d'un
mécanisme commode, on les fait au besoin rentrer sous le sol pour éviter
les intempéries des mauvais jours. Ces maisons qui se replient sur
elles-mêmes comme des lorgnettes, qui s'enfoncent en terre comme des
escargots dans leur coquille, me semblent particulièrement dignes des
méditations de nos architectes, et je les crois appelées à jouer un
grand rôle dans les villes de l'avenir.

Puisqu'on refait Paris à neuf, rien ne s'opposerait à ce qu'on appliquât
le système d'Amédée Tissot. Mais ce prédécesseur de M. Haussmann sait
s'adapter à toutes les situations, et, «en attendant la reconstruction
successive de tout le vieux Paris,» il termine son volume par un _Projet
d'embellissement et d'utilisation pour la place Louis XVI (de la
Concorde) et les Champs-Élysées_, projet qui pourrait être d'une
application immédiate. Il est à remarquer que ces deux points de Paris
sont ceux qui ont fourni le thème le plus inépuisable à tous les
faiseurs de plans: on l'a déjà vu, et on le verra encore[50]. Voici les
points les plus saillants du projet de Tissot:

[Note 50: Cf. aussi _Mémoire sur l'embellissement des
Champs-Élysées_, par Eugène Bérès. 1836, in-4°.]

Une double colonnade, allant de l'entrée des Champs-Élysées à la
barrière de l'Étoile, en dessinant çà et là des places circulaires,
servirait d'abri aux promeneurs contre le soleil, la pluie et toutes les
intempéries des saisons; la partie supérieure formerait une galerie,
également destinée à la promenade, et où l'on disposerait des gradins
aux jours de fête. De distance en distance s'élèveraient, supportées par
des colonnes ou pilastres, des maisons de plaisance, construites dans
les architectures les plus variées et suivant tous les genres de
fantaisie, surmontées de terrasses avec des vases de fleurs, statues,
kiosques et rotondes, entourées de fontaines et de jardins anglais. On
pourrait, près de la Seine, construire une montagne artificielle,
surmontée d'un belvédère, embellie par une cascade, des grottes, un
chalet suisse, et où l'on placerait en outre un observatoire public.

À l'entrée des Champs-Élysées, en face des Tuileries, on élèverait deux
édifices, en harmonie avec le Garde-Meuble, décorés de tableaux
monumentaux de vingt-cinq à trente pieds de hauteur sur soixante à
quatre-vingts de large, soit en pierre de lave, soit en métal peint,
soit en relief. Ces deux édifices, dont les salles devraient pouvoir
contenir cinq à six mille personnes, seraient le Casino de Paris: on y
donnerait concerts, bals, banquets, comédies, et on y ferait
l'exposition des produits de l'industrie.

Il serait convenable de compléter la décoration de la salle par deux
colonnes monumentales, torses et en partie dorées, d'une hauteur pour le
moins égale à celle de la colonne Vendôme, mais d'une forme plus
gracieuse, supportant l'une la statue de la Religion, l'autre celle de
la Clémence. Dans le voisinage de la grande porte des Tuileries, et de
préférence dans le jardin, l'auteur voudrait voir établir deux vastes
rotondes vitrées, l'une contenant un magnifique escalier, l'autre une
espèce de montagne russe, afin de descendre dans une superbe galerie
souterraine, soutenue par une double rangée de colonnes massives, comme
les temples que les Indous creusent dans les montagnes. Cette galerie
souterraine, ornée de bas-reliefs, revêtue de pierre de lave peinte,
traverserait la place comme le tunnel de Londres traverse la Tamise, et
conduirait aussi au Casino.

«Il y a longtemps, ajoute Amédée Tissot, que j'ai formé le projet d'un
édifice d'un genre neuf, mais très-simple, et destiné aux concerts. Il
s'agirait d'une sphère de quatre-vingts à cent pieds de diamètre, dont
une moitié serait enfoncée dans la terre et l'autre s'élèverait
au-dessus du sol, sans parler des parties accessoires qui conduiraient
dans ce vaste globe, pourvu de loges et de gradins. L'orchestre serait
placé dans la partie centrale la plus basse. Je crois que ce globe, tout
resplendissant de l'éclat des lumières et réunissant une brillante
société, offrirait un spectacle unique, et que la musique devrait y
faire le plus bel effet. Il est certain que le conseil municipal
refuserait d'avancer quatre-vingts à cent millions pour des
constructions dans les Champs-Élysées[51]. Mais si la ville accordait
de grands avantages et une certaine somme pour couvrir les dépenses de
pur embellissement à une société de capitalistes, ce projet serait
peut-être réalisable.»

[Note 51: Le conseil municipal de 1830, oui, peut-être; mais celui
de 1865, non, à coup sûr. Il a déjà voté mieux que cela.]

Nous allons de plus fort en plus fort, comme chez Nicolet. Il semble
difficile de pouvoir dépasser Amédée Tissot: c'est ce qu'a fait pourtant
M. Ch. Duveyrier. Lisez dans le tome VIII du _Livre des cent-et-un_
(1834), l'article intitulé la _Ville nouvelle, ou le Paris des
Saint-Simoniens_, et vous aurez assurément le _nec-plus-ultra_ du genre.
Rien n'est bouffon comme la gravité prodigieuse avec laquelle M.
Duveyrier, qui ne faisait pas encore de vaudevilles, décrit en style
d'Apocalypse la configuration qu'il veut donner au nouveau Paris. C'est
«la forme humaine mâle,» conformément à celle de la société elle-même:

«Paris! Paris! s'écrie Dieu,--le Dieu des Saint-Simoniens,--par la
bouche de son interprète, les rois et les peuples ont obéi à mon
éternelle volonté, quoiqu'ils l'ignorassent, lorsqu'ils se sont
acheminés avec leurs palais et leurs maisons du sud au nord, vers la
mer... Ils ont marché avec la lenteur des siècles, et ils se sont
arrêtés en une place magnifique.

«C'est là que reposera la _tête_ de ma ville d'apostolat, que je
coucherai ainsi qu'un homme au bord de ton fleuve.

«Les palais de tes rois seront son _front_, et leurs parterres fleuris
son _visage_. Je conserverai sa _barbe_ de hauts marronniers, et la
grille dorée qui l'environne comme un _collier_. Du sommet de cette tête
je balayerai le vieux temple chrétien[52] usé et troué, et son cloître
de maisons en guenilles; et sur cette place nette je dresserai une
_chevelure_ d'arbres, qui retombera en _tresses_ d'allées sur les deux
_faces_ des longues galeries, et je chargerai cette verte chevelure d'un
_bandeau_ sacré de palais blancs, retraite d'honneur et d'éclat, pour
les invalides des établis et des chantiers.

[Note 52: Saint-Germain-l'Auxerrois.]

«Des terrasses qui saillent sur la grande place, comme les _muscles_
d'un _cou_ vigoureux et d'une _gorge_ forte, je ferai sortir les chants
et les harmonies du colosse. Des troupes de musiciens et de chanteurs
feront retentir chaque soir la sérénade en une seule voix.

«Je comblerai les fossés de cette place et j'en ferai une large
_poitrine_ qui s'étalera, bombée et découverte... Au dessus de la
poitrine de ma ville, au foyer sympathique d'où divergent et où
convergent toutes les passions, là où les douleurs et les joies vibrent,
je bâtirai mon temple, foyer de vie, _plexus_ solaire du colosse[53].
Les buttes du Roule et de Chaillot seront ses _flancs_. J'y placerai la
Banque et l'Université, les halles et les imprimeries.

[Note 53: Plus loin, ce temple est décrit, comme la ville, dans le
plus grand détail. De même que Paris est un _homme_, son temple est une
_femme_!]

«Autour de l'arc de l'Étoile, depuis la plaine de Monceaux jusqu'au
parc de la Muette, je sèmerai en demi-cercle les édifices consacrés au
plaisir des bals, des spectacles et des concerts, les cafés, les
restaurants avec leurs labyrinthes, leurs kiosques et leurs tapis de
gazon, aux franges de fleurs[54].

[Note 54: C'est la _ceinture_, comme le lecteur l'a compris sans
doute.]

«J'étendrai le _bras gauche_ du colosse sur la rive de la Seine; il sera
plié en arc à l'opposé du coude de Passy. Le corps des ingénieurs et les
grands ateliers des découvertes en composeront la partie supérieure, qui
s'étendra vers Vaugirard, et je formerai l'_avant-bras_ de la réunion de
toutes les écoles spéciales des sciences physiques et de l'application
des sciences aux travaux industriels. Dans l'intervalle qui embrassera
le Gros-Caillou, le Champ-de-Mars et Grenelle, je grouperai tous les
lycées, que ma ville pressera sur sa _mamelle gauche_, où gît
l'Université. Ce sera comme une _corbeille_ de fleurs et de fruits, aux
formes suaves, aux couleurs tendres; de larges pelouses comme des
feuilles les sépareront, et fourmilleront de troupes d'enfants comme de
grappes d'abeilles.

«J'étendrai le _bras droit_ du colosse en signe de force, jusqu'à la
gare Saint-Ouen, et je ferai de sa large _main_ un vaste entrepôt où la
rivière versera la nourriture qui désaltérera sa soif et rassasiera sa
faim. Je remplirai ce bras des ateliers de menue industrie, des
passages, des galeries, des bazars... Je consacrerai la Madeleine à la
gloire industrielle, et j'en ferai une _épaulette_ d'honneur sur
l'_épaule_ droite de mon colosse. Je formerai la _cuisse_ et la _jambe
droite_ de tous les établissements de grosse fabrique; le _pied droit_
posera à Neuilly. La cuisse gauche offrira aux étrangers de longues
files d'hôtels. La _jambe gauche_ portera jusqu'au milieu du Bois de
Boulogne les édifices consacrés aux vieillards et aux infirmes.»

Il faut renoncer à poursuivre l'exposé de cette métaphore hardie, que M.
Duveyrier continue longtemps encore, avec un flegme de plus en plus
stupéfiant, sans même s'apercevoir que son ingénieuse distribution
ramènerait Paris, à force de progrès, jusqu'à cette époque du moyen âge
où chaque industrie, chaque branche de commerce était parquée dans le
même quartier. Ou ne pense pas à tout, et l'_harmonie_ jouerait là un
vilain tour aux habitudes et aux nécessités d'une grande ville. Il
serait très-commode sans doute pour les environs de la gare Saint-Ouen
d'avoir tous les bazars et les ateliers de menue industrie sous la main,
mais cela ne serait nullement commode pour les habitants du quartier
latin. Des hauteurs où il plane, M. Ch. Duveyrier rougirait de penser à
ces minces détails.

Le _Napoléon apocryphe_ de M. Louis Geoffroy (1841), va nous fournir une
transition naturelle pour passer du domaine de l'utopie à celui de la
raison pratique. On connaît ce curieux ouvrage, où l'auteur, refaisant
l'histoire au gré de son audacieuse imagination, a écrit la biographie
de Napoléon Ier depuis 1812 jusqu'en 1832, en le menant, à travers
vingt années d'une grandeur incessamment accrue, jusqu'au terme logique
de sa destinée, c'est-à-dire jusqu'à la conquête du monde et la
monarchie universelle. Dans ce rêve gigantesque, conduit par le rêveur
avec une dextérité rare, et qui, par moments, arrive à faire illusion,
il n'a pas oublié la question de la transformation de Paris, qui
préoccupa toujours au plus haut point l'esprit de l'Empereur, et que son
neveu, héritier et continuateur de toutes les _idées napoléoniennes_,
semble avoir voulu reprendre pour l'achever.

Le Napoléon de M. Geoffroy ouvre donc la magnifique rue Impériale,
allant en droite ligne du Louvre à la barrière du Trône, «large partout
de quatre-vingts pieds, plantée de quatre rangées d'arbres et bordée
dans toute son étendue de palais réguliers et superbes, avec des
galeries sous deux lignes d'arcades et de colonnes.... Une rue
semblable, de même largeur et de même magnificence, et coupant à peu
près à angle droit la rue Impériale, s'étendit depuis Saint-Denis
jusqu'à Montrouge; elle divisait ainsi la capitale en deux moitiés.
Cette rue fut nommée la rue Militaire, parce qu'elle conduisait en effet
aux deux routes militaires du midi et du nord, et surtout parce que la
grande plaine de Saint-Denis, qu'elle traversait, devint un immense
Champ-de-Mars, s'étendant d'Aubervilliers à Saint-Ouen et de Paris à
Saint-Denis. L'empereur fit défendre et entourer ce grand espace par des
fossés larges et revêtus de maçonnerie, dans lesquels des canaux
amenèrent les eaux de la Seine. Cette plaine étant dominée par
Montmartre, il fit aussi construire sur cette élévation une
forteresse.... Ce nouveau Champ-de-Mars avait la forme d'un losange,
ayant son diamètre le plus long de Paris à Saint-Denis, et les deux
autres angles à Saint-Ouen et Aubervilliers; à ces deux derniers points
et à Saint-Denis, d'immenses casernes furent construites pouvant
contenir chacune vingt mille hommes. C'étaient comme trois villes
militaires gardant une capitale...

«La rue de Rivoli et la Bourse furent achevés.

«Presque toutes les places publiques furent restaurées et ornées des
statues des maréchaux qui étaient morts.... Les bâtiments du quai
d'Orsay furent terminés, et une suite d'hôtels réguliers et semblables à
ceux de la rue de Rivoli furent construits depuis la rue du Bac jusqu'au
pont Louis XVI, et prolongés au delà du Palais du Corps législatif. Ces
palais furent réservés aux ambassadeurs des puissances étrangères.... Le
quai, depuis le pont Louis XVI jusqu'au pont d'Iéna, fut terminé plus
tard avec un grand luxe. On l'appela le quai des Ambassadeurs....

«Les galeries du Louvre étant terminées dans leur entier, les maisons
particulières qui existaient dans l'intérieur furent démolies. L'arc de
triomphe du Carrousel disparut aussi: «C'est un jouet d'enfant,» avait
dit Napoléon. Ainsi la place du Carrousel s'étendit du Louvre aux
Tuileries, et cet espacé immense ne fut plus divisé que par la grille
qui ferme la cour d'honneur du château.

«On continua l'arc de triomphe de l'Étoile, qui devait être entièrement
revêtu de marbre blanc.... Déjà Canova et Chaudet avaient achevé le
modèle des deux statues colossales de la Gloire et de la Paix qui
devaient, assises et adossées, couronner de leur repos majestueux le
gigantesque édifice.» Mais l'empereur fit remplacer le marbre par le
bronze provenant des canons pris dans la dernière guerre, et en 1828 ce
bronze fut entièrement doré. Les deux colonnes de la barrière du Trône,
dans la grande rue Impériale, furent aussi tapissées du bronze de ces
canons, et l'on y grava les noms des victoires et des généraux qui s'y
étaient le plus illustrés. Le mont Valérien fut taillé en pyramide
funéraire, pour servir de Saint-Denis à la dynastie impériale, et sur la
place de la Concorde, on éleva la colonne napoléonienne, monolithe de
cent quatre-vingts pieds de haut et de vingt pieds de diamètre, en
marbre blanc de Carrare, couvert de bas-reliefs qui déroulaient la vie
de l'empereur, couronné d'un chapiteau d'ordre corinthien, et d'une
statue de Napoléon, en or massif, haute de vingt-huit pieds.»

À la suite de tous ces projets fantastiques, nous rencontrons enfin
l'œuvre très-sérieuse et très-approfondie d'un homme pratique, qui avait
évidemment mûri ses vues pendant de longues années, et dont le volume,
aujourd'hui encore, pourrait fournir un très-fructueux sujet de
méditations à nos édiles. C'est _Paris au point de vue pittoresque et
monumental, ou Éléments d'un plan général d'ensemble de ses travaux
d'art et d'utilité publique_, par Hippolyte Meynadier (in-8, 1843).
L'auteur s'y propose un triple but: l'assainissement, l'embellissement,
et les perfectionnements apportés aux voies de communication. Suivant
lui, en dehors de quelques rues de second ordre, il suffirait d'ouvrir
sur la rive droite quatre grandes artères principales: d'abord la grande
rue du Centre, entre les rues Saint-Denis et Saint-Martin, partant de la
place du Châtelet pour aboutir au boulevard, mieux encore jusqu'aux murs
de clôture de Paris[55], où la perspective serait close par un
rond-point au centre duquel s'élèverait une colonne monumentale; puis
la grande rue de l'Arsenal, se dirigeant du quai des Célestins à la
Bourse, en coupant la grande rue du Centre, où elle formerait deux des
rayons d'un carrefour hexagone, décoré d'une grande fontaine
monumentale; les deux autres rayons seraient formés par la grande rue du
Nord-Est, allant du sud-est de la barrière Ménilmontant à l'angle
nord-est de la colonnade du Louvre. Enfin la dernière de ces voies
serait la grande me de l'Hôtel-de-Ville, appuyant sa tête au chevet de
Saint-Germain-l'Auxerrois et partant de là vers la place de la Bastille.
M. Meynadier suit pas à pas le tracé de ces rues, savamment calculé de
manière à établir des rapports directs entre des points importants, à
rapprocher considérablement les distances, en traversant des rues
étroites, obscures, tortueuses, des quartiers populeux et malsains, en
dégageant les monuments et en créant de beaux points de vue.

[Note 55: On voit que c'est tout à fait notre boulevard de
Sébastopol, avec sa prolongation du boulevard de Strasbourg.]

Sur la rive gauche, M. Meynadier indique également d'autres voies de
communication de premier et de second ordre, combinées avec le même
soin pour déblayer, assainir et animer les divers quartiers. Nous ne
suivrons pas le livre dans tous ces développements, non plus que dans
les idées qu'il suggère pour la construction d'une grande halle, d'un
parc à l'anglaise situé à sept cent cinquante mètres du rond-point des
Champs-Élysées, relié à l'Arc de Triomphe et au Bois de Boulogne par de
courtes avenues, à la Madeleine par le boulevard Malesherbes (qui était
déjà en projet depuis vingt-cinq ans, et sur l'ouverture duquel il
insiste beaucoup); pour l'achèvement du Louvre, l'embellissement des
Champs-Élysées, du pont Louis XVI, du Champ-de-Mars et de ses alentours,
du rampant de Chaillot, où l'empereur avait rêvé d'élever, entre deux
vastes parenthèses de colonnes, un rival du Louvre, avec une façade de
six cents pieds de large, et que l'auteur voudrait voir couronné d'une
flèche triomphale élevant la croix dans les nues, etc., etc.

Dans un des chapitres de son livre, sous le nom de _Stades vertes_, M.
Meynadier, devançant encore une des créations de M. Haussmann, indique
parmi les améliorations les plus utiles et les moins coûteuses,
l'ouverture de petits squares sur différents points des rues de Paris.
Dans un autre, il demande l'établissement d'un immense jardin d'hiver,
analogue à celui qu'on avait créé, il y a quelques années aux
Champs-Élysées. Pour subvenir aux frais de ces constructions et de ces
embellissements, dont je n'ai pu donner ici qu'une analyse extrêmement
sommaire et écourtée, l'auteur dresse un tableau des terrains et
bâtiments inutiles, susceptibles d'être aliénés, de manière à «produire
soixante-dix millions sans avoir fait tomber un seul monument,» et à
pouvoir «élever avec cette somme vingt somptueux édifices, sans qu'il en
coûte un centime au contribuable.» Il établit les chiffres et entre dans
les plus menus détails, se préoccupant toujours du point de vue
pratique, et s'écartant de toute combinaison qui ferait de son travail
«un rêve des _Mille et une nuits_.»

M. Meynadier traite toutes ces questions en administrateur, et il vise
toujours à l'économie. On entrevoit déjà par où il diffère de M.
Haussmann. Il en diffère encore sur plus d'un autre point: il veut qu'on
n'abatte aucun édifice recommandé par ses souvenirs et son architecture,
que l'on conserve soigneusement à Paris son cachet pittoresque et sa
physionomie générale, qu'on ne touche pas aux arbres, qu'on respecte les
jardins et les promenades, en se gardant bien d'y bâtir des maisons ou
des casernes, sous peine de montrer qu'on n'est que «des barbares et des
carriers.» De tous les ouvrages que nous avons rencontrés jusqu'à
présent dans cette revue rétrospective, celui-là est assurément le plus
complet et le plus sérieux.

Si l'on se rapproche de notre époque, les projets, comme on le juge
bien, ne manquent pas non plus. Les travaux de M. Haussmann ont donné
l'essor, au moins dans l'origine, à une foule de plans bizarres ou
grandioses, possibles ou impossibles, exposés par le moyen de la plume
ou du crayon, et qu'il serait trop long d'énumérer les uns après les
autres. C'est par exemple M. Hérard, architecte, qui publie en 1855 un
projet de passerelles à construire au point de rencontre des boulevards
Saint-Denis et de Sébastopol: ces passerelles, à galeries, figurent un
carré continu, dont chaque côté est déterminé par l'angle que forment en
se croisant les deux boulevards. C'est M. J. Brame, qui expose en 1856,
dans une série de lithographies, son plan de chemins de fer dans les
villes et particulièrement dans Paris, avec un système de voûtes
supportant les rails, de voies de côté pour les piétons et de ponts
volants pour mettre ces voies latérales en communication. C'est,
toujours en 1856, un ingénieur en chef retraité, M. Beaudemoulin, qui se
fait fort d'amener la suppression totale des ruisseaux, des vidanges et
de la boue, par des moyens que je me reconnais impuissant à expliquer
nettement. À peu près vers la même date encore, un avocat demande, par
une _Lettre au ministre du Commerce_, l'établissement d'une série de
tentes dans toute la longueur des rues, afin de préserver le piéton de
la pluie, du soleil, des intempéries et des miasmes de la voie publique,
de le dispenser de prendre une voilure ou un parapluie. Un peu plus
lard, un architecte, dont j'ai oublié le nom, propose de reconstruire la
Cité tout entière en style gothique, pour la mettre en harmonie avec
Notre-Dame, et donner au berceau de Paris une physionomie en rapport
avec son antiquité[56].

[Note 56: Je ne parle pas de _Paris moderne, plan d'une ville modèle
que l'auteur a appelée Novutopie_, par Couturier de Vienne (1860,
in-12): c'est une fantaisie satirique, qui ne se rattache que de
très-loin et très-indirectement à notre sujet.]

Mais il est temps de clore cet examen, qui s'est prolongé beaucoup plus
que je ne le croyais, malgré mes efforts pour l'abréger et tout ce qu'il
me resterait à dire encore. Un fait caractéristique d'ailleurs, c'est le
silence et l'abstention où restent généralement aujourd'hui les faiseurs
de projets. Ce phénomène paraît illogique, et cependant il est facile à
comprendre. Au début des travaux actuels, on les avait vus se lever de
toutes parts et accourir à l'Hôtel-de-Ville, les mains pleines d'idées;
mais ils n'ont pas tardé à comprendre que leurs vues, si grandioses
qu'ils les eussent jugées d'abord, étaient bien mesquines en face de la
réalité, et qu'ils n'avaient plus qu'à s'effacer humblement devant leur
maître à tous, au lieu de s'obstiner, comme des enfants, à venir jeter
des verres d'eau à la mer. Ce n'est pas la moindre des victoires de M.
Haussmann d'avoir réduit à une stupéfaction muette ces imaginations même
dont la fécondité hardie semblait faite pour défier toute concurrence.
Si le citoyen Miltié et M. Amédée Tissot revenaient au monde, il ne leur
resterait plus d'autre ressource que de répéter avec le poëte:

     Mon génie étonné tremble devant le sien.





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Paris nouveau et Paris futur" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home