Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: Les aventures de M. Colin-Tampon
Author: Girardin, Jules, 1832-1888
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Les aventures de M. Colin-Tampon" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



made available by the Bibliothèque nationale de France (BnF/Gallica).



[Illustration]

GIRARDIN
LES AVENTURES DE COLIN-TAMPON
HACHETTE ET Cie

[Illustration: Le chasseur s'arrête, épaule, vise et fait feu (page 19)]



                           LES AVENTURES
                                DE
                          M. COLIN-TAMPON

                               PAR
                           J. GIRARDIN


                      ILLUSTRÉ DE 17 DESSINS
                           DE R. TINANT



QUATRIÈME ÉDITION
PARIS
LIBRAIRIE HACHETTE ET Cie
70, BOULEVARD SAINT GERMAIN, 70
1896



                           LES AVENTURES
                                 DE
                          M. COLIN-TAMPON



                                     I


M. Colin-Tampon avait cinquante ans; il était propriétaire d'une jolie
villa sur le territoire de Courbevoie, et, par-dessus le marché,
conseiller municipal.

Il va sans dire que M. Colin-Tampon avait été jeune dans son temps. Si
nous le prenons à l'âge de seize ans, nous remarquons qu'il s'appelait
alors Colin tout court, qu'il étudiait pendant le jour les mystères de
la mercerie, rue Saint-Denis, à l'enseigne du _Bouton-d'Or_, sous les
auspices de M. Tampon, patron peu endurant; la nuit, il dormait à poings
fermés dans une soupente située au sixième étage de la maison même où
habitait son patron. Comme il n'était point ambitieux, ses rêves,
quand par hasard il rêvait, ne lui montraient point la jolie villa de
Courbevoie ni les honneurs municipaux; oh, mon Dieu, non! Il rêvait
qu'il y avait deux dimanches par semaine au lieu d'un, ou bien que la
morue n'apparaissait qu'une fois par semaine, au lieu de cinq, sur la
table du patron.

N'allez pas conclure de là que le jeune Ernest Colin fut un paresseux
ou un gourmand. Son patron le faisait travailler avec une sévérité si
implacable, que le soir «les jambes lui rentraient dans le corps». Il
était donc bien excusable de soupirer après le jour du repos. Quant à la
morue, mon intention n'est point d'en dire du mal. C'est un mets exquis
pour ceux qui l'aiment, et encore à condition qu'ils n'en abusent pas.
Ernest en abusait, et il en abusait bien malgré lui, car il avait une
horreur instinctive pour ce mets, cher à M. Tampon.

Arrivé à l'âge de vingt-cinq ans, Ernest descendit de la soupente pour
épouser la fille de son patron, lequel s'en alla planter ses choux
à Charenton, tout en conservant un intérêt dans les affaires du
_Bouton-d'Or_.

Un peintre en bâtiments dressa son échelle le long de la devanture
et, devant le mot _Tampon_, peignit le mot _Colin_, ce qui fit
_Colin-Tampon_. Mais comme l'image du _Bouton-d'Or_, qui planait
au-dessus du mot Tampon, ne se trouvait plus au milieu de l'inscription,
le peintre, pour rétablir la symétrie, ajouta, à droite de Tampon, _et
Cie_, ce qui fit _Colin-Tampon et Cie_. Comme cette addition ne pouvait
faire de tort à personne, personne ne réclama.

Vers la quarantaine, M. Colin-Tampon eut un violent accès de goutte.
Dans ses méditations solitaires, qui toujours roulaient sur la mercerie,
il lui vint une inspiration de génie, et il inventa le _bouton
inamovible_ qui fit sa fortune.

[Illustration: Il apparut en grand équipage aux yeux éblouis de sa
femme.]

Devenu riche, il se retira à Courbevoie et fut bientôt élu conseiller
municipal. Cependant la goutte le tracassait et l'embonpoint commençait
à l'envahir.

Il consulta ses amis, qui lui enseignèrent des remèdes de bonnes femmes,
et ne s'en trouva pas soulagé. Sur le conseil de son médecin, il prit un
port d'armes, acheta un harnachement de chasseur et un chien. Puis, un
jour, il apparut en grand équipage aux yeux éblouis de sa femme et de sa
servante, fier comme Artaban et beau comme Apollon Pythien.



                                    II


D'un pas martial, il descendit les marches du perron en faisant sonner
les clous de ses souliers. Déjà, à grandes enjambées, il se dirigeait
vers la grille du jardin, lorsque Mme Colin-Tampon éprouva le besoin
d'ajouter quelques conseils aux nombreuses recommandations qu'elle lui
avait déjà prodiguées.

«Ernest!» s'écria-t-elle.

Ernest fit volte-face, et, voyant que sa femme accourait vers lui, il
voulut galamment lui épargner les deux tiers du chemin. Il ne courait
pas il volait, et les trois petites plumes qui ornaient son chapeau
étaient rejetées en arrière par la rapidité de sa course.

En le voyant si jeune et si leste, Mme Colin-Tampon sourit. Ernest
arriva comme elle descendait la dernière marche du perron; son mouvement
fut si vif, que le tendre baiser destiné à la joue de Mme Colin-Tampon
retentit sur le bout de son nez.

«Ernest, dit-elle, tu seras prudent.

--Je te l'ai promis.

--Un malheur est sitôt arrivé.

--Je ne suis plus un enfant.

--Non; mais tu es si jeune et si pétulant pour un homme de ton âge!»

Ce fut au tour de M. Colin-Tampon de sourire; i1 cambra les reins,
tendit les jarrets et se disposait à partir lorsque Mme Colin-Tampon lui
dit:

«Je ne te souhaite pas bonne chance, parce que l'on dit que cela porte
malheur; mais je suis bien sûre que tu ne reviendras pas le carnier
vide.

--On ne peut pas savoir, répondit le chasseur avec une feinte modestie.

--Je suis si sûre de la justesse de ton coup d'oeil, que Jeannette
n'achètera pas de rôti pour le dîner; je compte sur toi. Vous entendez,
Jeannette?

--Oui, madame, j'entends,» répondit Jeannette avec un sérieux parfait.
Son maître était si beau dans son costume de chasse qu'il ne pouvait
manquer de faire de nombreuses victimes.

Azor, en son âme de chien, se disait: «A qui en ont-ils? Est-ce que nous
ne partirons pas aujourd'hui?»

[Illustration: Le baiser retentit sur le bout de son nez.]

Un tout petit oiseau, perché sur une branche à quelques pas de là,
chantait à plein gosier; si près de Paris, les petits oiseaux eux-mêmes
deviennent sceptiques et moqueurs comme des gamins de Paris. Celui-là
savait que l'habit ne fait pas le chasseur, et l'apparence martiale de
M. Colin-Tampon l'égayait au lieu de lui inspirer de l'effroi. Si M.
Colin-Tampon eût été plus au courant des usages, des moeurs et des
superstitions de l'antiquité, il aurait tiré un fâcheux présage du chant
moqueur de ce petit oiseau.

Mais M. Colin-Tampon n'était point au courant des usages, des moeurs
et des superstitions de l'antiquité. Il y avait à cela d'excellentes
raisons M. Colin-Tampon n'avait point fait d'études classiques. Le peu
qu'il savait, il l'avait appris dans le _Moniteur de la Mercerie_, qui
se soucie, comme d'une guigne, de l'antiquité et de ses superstitions.



                                    III


M. Colin-Tampon, le coeur plein d'orgueil et de joie, n'eut pas plus tôt
fait claquer la grille derrière lui, qu'il éprouva le besoin de sauter,
de danser, ou tout au moins de crier, pour se prouver à lui-même combien
il était heureux et fier de s'en aller à travers champs, loin des hommes
et de la civilisation, courir les aventures sous le clair soleil et le
ciel bleu.

Pendant deux cents mètres néanmoins, il dut mettre un frein aux
sentiments tumultueux qui bouillonnaient dans son sein. Car, pour gagner
la pleine campagne, il lui fallait suivre entre deux murs une ruelle qui
rappelait la civilisation par ses côtés les moins flatteurs. Les murs
étaient tapissés d'affiches de théâtre et d'annonces de marchands; çà et
la, parmi des tessons de bouteilles cassées, se dressaient des herbes
malades et malsaines, s'épanouissaient des touffes d'orties menaçantes;
de vieux souliers se décomposaient lentement, couverts d'une mousse
verdâtre. Azor filait devant, impatient de quitter ces lieux peu
champêtres. Son maître le suivait d'un pas accéléré, attendant la fin de
la ruelle pour donner un libre cours à son enthousiasme. En attendant,
il frappait le sol en cadence, serrait son fusil contre sa poitrine et
se disait que l'homme, l'homme armé du fusil, était bien réellement le
roi de la création. Il se sentait de taille à affronter les animaux les
plus terribles et à leur faire mordre la poussière.

Au bout de la ruelle commençait un sentier qui serpentait à travers
champs. À gauche, un champ de betteraves s'étalait dans toute sa
platitude et sa monotonie; à droite s'élevait un maigre bosquet
d'acacias rachitiques. M. Colin-Tampon dirigea ses pas vers le bosquet.

«Salut à la nature!» s'écria l'inventeur du _bouton inamovible_;
et, pour saluer la nature, il ôta son chapeau. Les papillons et les
libellules voltigeaient autour de lui, contemplant d'un oeil surpris ce
mortel étrange dont les rares cheveux se dressaient d'enthousiasme. Deux
petits oiseaux se communiquaient leurs remarques; une chenille velue
s'était laissée choir sur son bras, fascinée par l'éclat de ses
lunettes. Un limaçon philosophe se demandait pourquoi les hommes
adressaient de si pompeux saluts à la nature, car il avait déjà entendu
un épicier pousser la même exclamation; et par parenthèse, cela n'avait
rien de bien étonnant, puisque l'épicier et le conseiller municipal
avaient emprunté cette phrase toute faite au feuilleton du même journal,
auquel ils étaient abonnés tous les deux.

[Illustration: Salut à la nature!]

Au bruit des souliers ferrés, les grenouilles rentraient dans leurs
marécages. Azor, affolé, prenait des poses de lévrier héraldique, tandis
que dans le lointain deux lapins, rassurés par la tournure de notre
héros, continuaient, sans se déranger, une conversation commencée.



                                    IV


Tout à coup M. Colin-Tampon replace brusquement son chapeau sur son
crâne pelé en s'écriant: «Pas possible!»

D'abord il se lève sur la pointe des pieds, puis il se baisse, ensuite
il penche la tête à droite, et enfin il la penche à gauche. Son oeil
étincelle derrière ses lunettes, et pour la seconde fois il s'écrie:
«Pas possible!»

Son coeur bat, sa main tremble, et, craignant d'être la dupe d'une
illusion d'optique, il tire de sa poche son foulard à carreaux, essuie
longuement ses lunettes, les remet sur son nez, regarde de nouveau et
s'écrie:

«C'en est un! Azor, mon bon chien, c'en est un!--Un quoi!» semble dire
Azor, qui a levé sur son maître ses deux grands yeux intelligents.

M. Colin-Tampon comprend cette muette interrogation et répond: «Un
lièvre.»

Au seul mot de lièvre, Azor agite sa queue et bondit sur place. M.
Colin-Tampon est surpris et un peu indigné que l'instinct d'Azor ne lui
dise pas où gît le lièvre.

M. Colin-Tampon a bien le droit de s'indigner. Azor lui a coûté très
cher, et le marchand de chiens de la rue d'Amsterdam le lui a garanti
pour un chien do chasse, foi d'honnête homme. Il a nommé le père et
la mère d'Azor, et même son grand-père et sa grand'mère. Aussi M.
Colin-Tampon a donné 800 francs pour entrer en possession d'Azor.

Le lièvre gît là-bas, au bout de cette luzerne, au pied de cet arbre
isolé, ou plutôt il n'y gît pas, mais il danse. Et même c'est la plus
singulière danse que jamais ait dansée un lièvre de mars au plus fort de
sa folie. Il bondit sur place, il se relève, bondit encore, semblable à
ces marionnettes qui se trémoussent au bout d'un fil.

Un chasseur exercé se fût défié de ces allures; mais l'inventeur du
_bouton inamovible_ n'était pas un chasseur exercé. C'était un de ces
Parisiens de la rue Saint-Denis qui n'ont jamais vu de lièvres que ceux
qui sont pendus, la tête en bas, à l'étalage des marchands de gibier,
ou bien encore les lièvres savants qui tirent le pistolet et battent du
tambour à la foire aux pains d'épice.

M. Colin-Tampon porte lentement la crosse de son fusil à son épaule et
vise sans se presser. Au moment de tirer, il regarde Azor. Azor se dit:
«Sur quoi, diable! va-t-il tirer?» Et le maître d'Azor, interprétant à
sa façon le langage muet de son chien, se dit: «Azor semble croire que
nous ne sommes pas à bonne portée.»

A pas de loup, il quitte le bosquet, surveillant du coin de l'oeil
son lièvre, qui danse toujours comme un possédé. En chasseur prudent,
l'inventeur du _bouton inamovible_ se faufile d'abri en abri. A mesure
qu'il approche, le lièvre saute plus haut, comme pour le narguer. Tout à
coup le chasseur s'arrête, épaule, vise et fait feu.



                                     V


Comme tous les tireurs novices, M. Colin-Tampon a fermé les yeux en
pressant la détente; mais il les rouvre aussitôt et regarde de toutes
ses lunettes.

Le lièvre ne bondit plus; il est mort ou mortellement blessé. Le coeur
de M. Colin-Tampon est inondé d'une joie immense. «Touché, s'écrie-t-il,
et dire que c'est mon premier coup de fusil!»

Pour célébrer son triomphe, il donne une longue accolade à la bouteille
clissée que sa prudente ménagère a remplie d'un punch généreux. Ensuite
il brandit son arme et exécute sur place une danse de son invention.

Azor cherche à deviner pourquoi son maître danse la pyrrhique en plein
champ; il ne le devine pas, mais, comme un fidèle serviteur qu'il est,
il se conforme à la pensée secrète de celui qui le loge et le nourrit.
Il danse la pyrrhique à sa manière, en aboyant du haut de sa tête et en
décrivant de grands cercles autour du vainqueur.

«Là-bas! mon bon chien, lui dit son maître en désignant du doigt l'arbre
au pied duquel le lièvre a été foudroyé; là-bas! apporte, apporte.»

Plus léger qu'un chevreuil, Azor bondit et arrive en trois sauts au pied
de l'arbre, il flaire le lièvre à plusieurs reprises, mais au lieu de le
rapporter à son bon maître, il revient, la tête basse, la queue entre
les jambes.

«Qu'est-ce à dire? s'écrie M. Colin-Tampon d'un ton irrité, le marchand
de chiens se serait-il moqué de moi?»

Azor proteste par une série de petits cris inarticulés.

«Ce n'est pas toi que j'accuse,» lui dit M. Colin-Tampon. Azor continue
à crier.

«Mais, reprend M. Colin-Tampon, puisque je te dis que ce n'est pas à toi
que je m'en prends. Tu ne m'as pas trompé, toi, mon pauvre ami; tu ne
t'es pas vanté de savoir ce que tu ne savais pas. Oh! ces marchands de
chiens!»

Tout en parlant ainsi, il arpente la luzerne, dont il froisse sans pitié
les tiges délicates sous la dure semelle de ses souliers ferrés.

Déjà il entrevoit le poil roux de son lièvre, qui gît immobile au pied
de l'arbre. Sûr désormais d'avoir bien visé, il s'arrête pour s'éponger
le front, et, tout en s'épongeant le front, il se dit en lui-même:
«J'aime bien l'ami Sauvageot, qui prétendait que pour devenir un vrai
chasseur il faut un long apprentissage! Il m'avait presque inspiré des
doutes, ce Sauvageot, et j'avais éprouvé comme un mouvement d'effroi,
quand ma chère femme m'avait dit qu'elle comptait sur mon adresse pour
le rôti. Nous l'avons maintenant, le rôti. Puisqu'Azor ne sait pas
rapporter, je le ramasserai moi-même.»

[Illustration: Il recule en poussant un cri de terreur.]

Il avance de quelques pas; le lièvre lui semble gonflé comme un lièvre
hydropique, mais qu'importe? c'est probablement l'effet du coup de feu.

Tout à coup il recule en poussant un cri de terreur: le lièvre
hydropique s'est enlevé comme un ballon et a disparu dans les branches
de l'arbre.



                                    VI


M. Colin-Tampon eut bientôt l'explication de cet étrange phénomène.

Après s'être élevé d'un bond jusqu'aux premières branches de l'arbre, le
lièvre retomba sur le sol avec un son mat.

Alors seulement M. Colin-Tampon reconnut que son lièvre était une
vieille peau de lièvre, bourrée de foin. Elle était attachée à une
ficelle qui passait par-dessus l'une des branches. A l'autre bout, il y
avait, ou plutôt il y avait eu un gamin facétieux qui faisait danser la
peau de lièvre pour tenter la convoitise des chasseur inexpérimentés.

Au moment même où la vieille peau de lièvre retombait sur le sol, M.
Colin-Tampon entendit un rire moqueur, suivi d'un bruit de sabots qui
s'enfuyaient.

Il aperçut un gamin qui disparaissait derrière une clôture, il vit la
ficelle et comprit tout.

«Attends-moi, polisson», s'écria alors le chasseur, dont la poitrine
était gonflée d'une légitime indignation.

«Attends-moi un peu, que je te dise deux mots à l'oreille!» répéta-t-il
d'une voix forte; mais le gamin, qui sans doute n'était pas curieux de
savoir ce que M. Colin-Tampon pouvait avoir à lui dire, n'attendit ni un
peu ni beaucoup, et continua à arpenter la plaine.

M. Colin-Tampon frissonna d'horreur à l'idée qu'il aurait pu blesser de
quelques grains de plomb l'auteur de cette indigne comédie. Et alors,
malgré son innocence, on l'aurait traîné, lui, conseiller municipal,
devant les tribunaux, et on l'aurait accusé de ne pas savoir se servir
d'un fusil.

Payer l'amende n'eût rien été, mais de quel front aurait-il abordé
désormais l'ami Sauvageot, après avoir donné raison à tous ses
pronostics?

Ayant fait un ferme propos de se défier à l'avenir des lièvres
empaillés, M. Colin-Tampon, avant de reprendre le cours de ses exploits,
donna une seconde accolade à la bouteille clissée.

«Après tout, se dit-il en s'essuyant les lèvres, ce n'est pas ma faute
si les apparences m'ont déçu, j'ai tiré avec autant de courage que s'il
se fût agi d'un vrai lièvre!»

Il siffla Azor, et s'enfonça dans la solitude.

Au bout de deux cents pas, il s'arrêta court, essuya les verres de ses
lunettes, et regarda devant lui, le coeur tremblant d'émotion.

[Illustration: Un gros oiseau de l'espèce la plus bizarre.]

Oui! ce qu'il voyait était bien un oiseau, et même un gros oiseau de
l'espèce la plus bizarre. On eût juré qu'il était coiffé d'un chapeau à
larges bords! M. Colin-Tampon se souvint fort à propos qu'il existe un
oiseau qui se nomme le _casoar à casque_; celui-ci était peut-être le
_merle à chapeau_ Pourquoi pas? Il s'approche avec mille précautions,
s'assure en faisant le tour de l'arbre, à bonne distance, qu'il n'y a
point de gamin caché derrière, épaule, vise, ferme les yeux et fait feu.



                                    VII


L'inventeur du _bouton inamovible_ rouvre les yeux et regarde de toutes
ses lunettes. Ses yeux deviennent tout ronds, comme les yeux d'un homme
surpris, et ses lunettes tremblent d'émotion sur son nez.

Au fait, je suis peut-être bien hardi d'oser écrire que les lunettes de
M. Colin-Tampon tremblèrent d'émotion. La poésie seule a le droit de
prêter la vie et le sentiment aux objets inanimés. Je me reprends donc
et je dis: «Le nez de M. Colin-Tampon trembla d'émotion, et les lunettes
qui le chevauchaient suivirent le mouvement de leur monture.» Me voilà
en règle, et je continue.

Le plomb a fait balle, le chapeau aux larges bords tournoie dans
l'espace; le merle décapité reste perché sur sa branche, comme s'il
avait encore son chapeau sur la tête et sa tête sur ses épaules.
Peut-être une violente contraction nerveuse rive-t-elle les pattes de
l'infortuné à la branche de l'arbre?

Quand la contraction nerveuse cessera, le gibier ne peut manquer de
tomber. C'est l'avis d'Azor, qui a franchi d'un bond la clôture du
champ, et qui attend, le nez en l'air, la chute du merle à chapeau.

Emporté par son ardeur cynégétique, et aussi par sa curiosité, M.
Colin-Tampon franchit la clôture à son tour et se précipite du côté de
l'arbre.

A mesure qu'il s'en approche, ses traits expriment toutes les nuances du
désappointement. Vu de près, le merle n'est pas un merle, c'est un amas
informe de chiffons et de brins de paille grossièrement enroulés autour
d'un bâton transversal. En un mot, le merle à chapeau n'est autre chose
qu'un épouvantail destiné à effrayer les moineaux et à les écarter du
cerisier à l'époque où les cerises rougissent.

M. Colin-Tampon regarde longuement Azor, et Azor regarde longuement M.
Colin-Tampon. Les yeux d'Azor sont souriants, comme si Azor se rendait
compte de la mystification et en prenait son parti. Les yeux de M.
Colin-Tampon ne sourient pas, ils expriment une violente indignation.

Ne sachant quel parti prendre, il approche de ses lèvres la bouteille
clissée.

[Illustration: Il épaule, vise, ferme les yeux et fait feu]

Alors la faculté de réfléchir lui revient. Lui, conseiller municipal, il
est sur le champ d'autrui, après en avoir franchi la clôture, comme un
gamin qui va voler des pommes; lui, conseiller municipal, il a détérioré
la chose d'autrui, le bien d'autrui. Privé de son chapeau, qui était
son plus bel ornement, l'épouvantail ne peut plus épouvanter personne.
Sentant toute l'étendue de sa faute, le coupable jette un regard furtif
autour de lui, s'attendant à voir apparaître le propriétaire du cerisier
ou le garde champêtre. Il siffle Azor, enjambe la clôture et se
précipite à travers champs, pressé de s'éloigner du théâtre de son
forfait. Tout en arpentant les guérets à grandes enjambées, il fait des
voeux pour que le premier gibier qu'il rencontrera soit un vrai gibier,
bien vivant et non pas empaillé.



                                   VIII


A peine, dans l'innocence de son âme, l'inventeur du _bouton inamovible_
a-t-il formé ce voeu téméraire, que ses souhaits sont accomplis.

Les anciens l'ont dit avec juste raison, les dieux ne sont jamais plus
cruels envers nous, pauvres mortels ignorants et aveugles, que quand ils
accomplissent nos voeux à la lettre!

Il aperçoit à cinquante pas de lui un ours énorme qui, le nez au vent,
semble guetter une proie. Ah! malheureux Colin-Tampon! Tu te repens
maintenant de ton imprudence, et tu donnerais tout ce que tu possèdes au
monde pour que cet ours fût une vieille peau d'ours, rembourrée de foin,
de paille ou de n'importe quoi!

Oh! oui, tu donnerais tout ce que tu possèdes en or, en argent, en
valeurs; tu donnerais la gloire d'avoir inventé le _bouton inamovible_;
tu donnerais même ton titre glorieux de conseiller municipal. Mais
l'aveugle destin ne te laisse pas le choix.

Dans cette peau d'ours il y a un ours bien vivant, un ours qui trottine,
un ours qui remue la tête; juste ciel! un ours qui regarde de son côté.

«L'homme armé d'un fusil est le roi de la création!» C'était bon à dire
quand il n'y avait point d'ours à l'horizon. Pour le moment, le roi
de la création tremble comme la feuille, ses yeux demeurent fixes et
immobiles comme ceux d'une statue, ses cheveux se hérissent sous le dôme
de son chapeau, une sueur froide inonde son gilet de flanelle, et, comme
pour se conformer à sa triste pensée, les trois petites plumes qui
ornent son chapeau se mettent à pendre dans l'attitude du découragement.
Le roi de la création a la bouche amère et la gorge sèche, mais il n'ose
pas porter à ses lèvres la bouteille clissée. L'ennemi qui l'observe
pourrait s'offenser du moindre geste et s'imaginer que le roi de la
création le brave et le provoque.

Le roi de la création n'a que deux partis à prendre: marcher droit à
l'ennemi et le foudroyer, ou bien battre prudemment en retraite.

Marcher à l'ennemi, il n'y faut pas songer; depuis quand foudroie-t-on
les ours avec le menu plomb destiné aux lièvres et aux perdrix? Faire
feu sur lui! Dieu nous en préserve, ce serait exciter sa colère sans
paralyser ses mouvements.

[Illustration: Il aperçoit à cinquante pas un ours énorme.]

Volontiers le roi de la création eût battu en retraite. Mais, pour
battre en retraite, il faut pouvoir mettre un pied devant l'autre, et la
terreur paralyse tous ses membres.

Si Azor comprenait mieux son devoir, si Azor avait conservé un souvenir
reconnaissant de toutes les bontés que le roi de la création a eues pour
lui, Azor pousserait droit à l'ennemi, et, pendant qu'il attirerait son
attention, le roi de la création pourrait prendre le large. Mais
Azor demeure en arrêt, regardant avec un mélange de curiosité et
d'appréhension cette grosse bête dont il ignore le nom. Il arrête, c'est
tout ce qu'on peut demander au chien d'arrêt le mieux dressé; que le roi
de la création fasse feu; on verra après!



                                    IX


L'inventeur du _bouton inamovible_ serait peut-être resté dans la même
pose jusqu'au jugement dernier, si l'ennemi n'eût «dessiné, comme on
dit, un mouvement offensif».

L'instinct de la conservation, si puissant chez tous les êtres vivants,
chez le roi de la création comme chez tous les autres, fit que
l'inventeur du _bouton inamovible_ dessina un mouvement de retraite à
reculons.

L'ours, ayant fait dix pas en avant, s'arrêta; le roi de la création
s'arrêta aussi, après avoir fait dix pas en arrière.

L'ours se remit en marche, le roi de la création s'éloigna, toujours à
reculons, et s'arrêta quand l'ennemi s'arrêta. En termes militaires,
cela s'appelle, je crois, «se retirer en bon ordre».

Mais n'abusons pas des termes. Si le roi de la création faisait face à
l'ennemi, c'est qu'il avait une peur Horrible que l'ennemi ne lui sautât
sur le dos dans le cas où il le perdrait de vue un seul instant; s'il
reculait à pas comptés au lieu de fuir à toutes jambes, c'est qu'il
craignait qu'un mouvement trop brusque ne fût considéré par l'ennemi
comme une invitation à le poursuivre. M. Colin-Tampon avait entendu dire
par sa nourrice que les loups ne se jettent sur les voyageurs que quand
les voyageurs font mine de se sauver. Il pensait que ce qui était vrai
pour les loups était peut-être vrai pour les ours aussi, et il agissait
en conséquence.

Un spectateur plus désintéressé dans la question et plus maître de
lui-même que ne l'était M. Colin-Tampon, aurait peut-être remarqué que
les regards de l'ours étaient fixés sur un objet placé derrière M.
Colin-Tampon, et non pas sur le conseiller municipal lui-même. Ses
haltes successives témoignaient, en réalité, que son âme d'ours était en
proie à l'hésitation.

Il souriait par moments, en voyant que le chasseur et le chien, au lieu
de lui barrer le passage et de l'empêcher d'atteindre l'objet de sa
convoitise, reculaient peu à peu et semblaient ainsi l'inviter à
s'approcher sans faire tant de cérémonies.

M. Colin-Tampon, lui, se figurait que Martin avait soif de sang humain,
tandis que Martin guignait tout le temps les pommes vermeilles d'un
pommier vers lequel M. Colin-Tampon battait en retraite sans le voir,
puisqu'il lui tournait le dos.

[Illustration: Martin se mit sur son séant.]

Quand le chasseur et le chien furent au pied de l'arbre, Martin
s'arrêta, se mit sur son séant, passa à plusieurs reprises sa patte
gauche sur son estomac, renifla avec violence et ouvrit une gueule
démesurée d'où sortit un rugissement de joie.

Quels crochets! messeigneurs, quels crochets!

M. Colin-Tampon pensa que sa dernière heure était venue; ses forces
l'abandonnèrent subitement et il tomba en arrière; il avait lâché son
arme inutile, et il avait fait voler ses lunettes dans l'espace, par la
violence du coup qu'il avait appliqué sur son chapeau, près de choir.
Azor, affolé, tomba à la renverse comme son maître.



                                    X


De sa vie ni de ses jours, Martin n'avait vu un conseiller faire la
cabriole et montrer au ciel les semelles de ses bottes. Il faut croire
qu'il avait le sens du comique, car il se mit à rire ou du moins il
fit une grimace qui ressemblait à un sourire. Ses lèvres s'étaient
retroussées, il montrait toutes ses dents, et il clignait ses yeux
clairs d'un air de connaisseur.

Un seul point le tenait embarrassé: que signifiait, dans la pantomime
des hommes, cette remarquable culbute? Était-ce une manière à eux
de dire aux ours qu'ils étaient les bienvenus à croquer les pommes
vermeilles? Était-ce au contraire une défense formelle de faire un pas
de plus vers l'arbre qui portait de pareils trésors? Martin se gratta le
mollet gauche et resta, jusqu'à plus ample information, dans la position
qu'il occupait. Le poil de son front descendit sur ses yeux clignotants:
signe de perplexité, et sa langue pendit d'un demi-pied: signe de
convoitise.

L'inventeur du _bouton inamovible_ était demeuré quelques instants tout
étourdi de sa chute. Ses idées flottaient vaguement sous la voûte de son
crâne, et, comme il l'a dit depuis, «il ne savait plus où il en était».
Le pauvre Azor, le voyant inanimé, oublia la présence de l'ours et vint
caresser doucement son maître.

Sentant un museau froid qui frôlait sa joue et les poils d'une bête
velue qui lui caressaient l'oreille, l'inventeur du _bouton inamovible_
poussa un cri terrible et, d'un seul bond, se trouva sur ses deux
jambes.

L'ours, épouvanté, demeura tout interdit, et même il poussa un
grognement de terreur, que M. Colin-Tampon prit pour un cri de rage.

Avec une agilité surprenante, le chasseur grimpa dans le pommier. Azor,
qui ne savait pas grimper dans les pommiers, chercha son salut dans la
fuite et se mit à arpenter les guérets, aussi ahuri et aussi rapide dans
sa course que si on lui avait attaché une casserole à la queue.

L'ours le regarda fuir avec dédain et se dirigea du côté du pommier.
Quelques pommes pourries étaient tombées dans l'herbe; il ne fit point
le dégoûté, et les dévora pour se mettre en appétit. Quand il ne resta
plus une seule pomme à terre, il s'assit tranquillement, et, levant la
tête vers l'inventeur du _bouton inamovible_, ouvrit la gueule toute
grande. L'inventeur du _bouton inamovible_ comprit cette muette requête,
et, sans se demander à qui appartenait le pommier, il fit pleuvoir les
pommes dans la gueule de Martin.

[Illustration: Il fit pleuvoir les pommes dans la gueule de Martin.]

Les pommes pleuvaient donc, dru comme grêle, et Martin les engloutissait
avec une facilité qui donnait la chair de poule au conseiller municipal.
Alors il se dit: «Quand il les aura toutes mangée» (car, au train dont
il y va, elles y passeront toutes), faudra-t-il donc que je suive le
même chemin?» Cette effroyable pensée lui faisait courir des frissons
dans le dos, et ses cheveux se dressaient d'horreur.



                                    XI


Prodigue des pommes du prochain, l'inventeur du _bouton inamovible_ les
lançait à toute volée dans la gueule béante de Martin: l'une n'attendait
pas l'autre. Mais comme la main lui tremblait, et qu'il était dans une
violente agitation nerveuse, le fournisseur de Martin manquait souvent
le but, et Martin recevait les pommes tantôt sur l'oeil, tantôt sur le
nez. Au commencement, il se contentait de cligner l'oeil ou de froncer
le nez; mais, quand sa première faim fut assouvie, il se montra plus
difficile, et le jeu lui déplut.

Trouvant qu'on le servait mal, il prit la résolution de se servir
lui-même. Ce n'était pas déjà si mal raisonné pour un épais plantigrade.
D'ailleurs il pensait, comme les écoliers, que les fruits sont bien plus
savoureux quand on les croque sur l'arbre. «Allons, houp!» se dit-il
pour s'encourager à se lever. Là-dessus il se mit d'abord à quatre
pattes, renifla pour chasser une mouche importune, et se décida à se
dresser sur ses pattes de derrière. Azor, qui le regardait de loin, la
queue entre les jambes, trembla de tout son corps quand il vit Martin se
redresser lourdement et se diriger vers le tronc du pommier.

Il s'assit tristement et regarda la terre, honteux sans doute de sentir
si développé en lui l'instinct de la conservation.

L'inventeur du _bouton inamovible_, qui le regardait de près, de trop
près, hélas! sentit que ses rares cheveux se dressaient sur son crâne
pelé, et il comprit que sa fin était proche. Alors il maudit pour la
seconde fois l'audace téméraire qui l'avait lancé dans le vaste monde à
la poursuite du gibier à plume et du gibier à poil.

Que n'aurait-il pas donné pour être tranquillement assis sous sa
tonnelle ou au coin de son feu, les pieds dans ses pantoufles, lisant
le _Moniteur de Courbevoie_ ou le _Petit Journal_, ou bien faisant une
partie de loto ou de bésigue avec ses voisins de campagne? Il se fût
contenté à moins; il aurait consenti, à condition d'avoir la vie sauve,
à retourner au _Bouton-d'Or_ et à servir la pratique. Il se fût même
trouvé trop heureux de redevenir le simple apprenti qui couchait dans un
galetas et mangeait de la morue cinq fois par semaine.

[Illustration: Son nouvel ami faisait fausse route.]

Car, après tout, mieux vaut être un pauvre apprenti bien vivant et bien
portant, qu'un riche conseiller municipal mort et enterré. Que dis-je,
enterré? Englouti serait le mot propre, et englouti à la suite de huit
ou dix quarterons de pommes! Quelle sépulture pour un inventeur célèbre,
pour un conseiller municipal, pour un homme riche qui s'était fait
construire un tombeau de famille! Il recommanda son âme à Dieu; ensuite,
les larmes aux yeux, il donna une dernière pensée à sa chère Anastasie,
qui mourrait de chagrin en apprenant son funeste destin. S'il ne pensa
pas à ses enfants, c'est tout simplement parce qu'il n'avait pas
d'enfants.



                                   XII


Déjà les griffes de l'ours grinçaient sur l'écorce de l'arbre, et sa
puissante haleine chauffait les mollets du chasseur en détresse.

Poussé par l'instinct de la conservation, l'inventeur du bouton
inamovible exécuta une laborieuse série d'exercices gymnastiques, dont
le résultat fut un changement de front. Désormais il faisait face à
l'ennemi, et il tournait le dos à l'extrémité de la branche.

L'ours saisit le tronc du pommier entre ses bras puissants et se mit à
grimper prestement. A mesure qu'il grimpait, le chasseur reculait vers
l'extrémité de la branche.

L'ours, qui n'était pas une bête, comprit que son nouvel ami faisait
fausse route, et que, s'il persévérait dans cette mauvaise voie, la
branche casserait et l'ami se romprait les os. En vain il lui prodiguait
les signes, les clins d'oeil; l'autre, qui se méprenait sur ses
intentions, battait toujours en retraite. Ce qui devait arriver arriva.

La branche cassa, et pour la seconde fois l'échine de M. Colin-Tampon
entra en collision violente avec le sol durci et raboteux. Tout à coup
un nouvel acteur parut sur la scène. L'ours sembla désagréablement
surpris; M. Colin-Tampon comprit qu'il était sauvé.

Le nouveau venu était un grand drôle effronté, vêtu d'un costume
exotique en lambeaux, porteur d'une moustache de Palicare et d'une
longue chevelure emmêlée qui bouffait à tous les vents, sous une
méchante calotte rouge. Le grand drôle déguenillé était un montreur
d'ours qui courait depuis deux heures après sa bête. Elle s'était
échappée pendant qu'il buvait de l'eau-de-vie dans un cabaret.

Le devoir du conseiller municipal eût été de demander au grand drôle si
ses papiers étaient en règle. Vous me croirez si vous voulez, mais il
n'y songea même pas.

«Martin, pas méchant! dit le grand drôle d'un air conciliant.

--C'est possible, répondit le chasseur en se frottant les reins; dans
tous les cas, il est singulièrement indiscret.

--Vous, mal aux reins! reprit le grand drôle d'un air d'intérêt.

--N'en parlons plus», dit M. Colin-Tampon, qui était trop heureux
d'avoir la vie sauve pour montrer le moindre ressentiment. Et comme il
faisait mine de s'éloigner:

«Lui faire excuses au monsieur, reprit le grand drôle; lui faire le
beau; lui danser pour le monsieur.»

[Illustration: Martin écoutait avec intérêt.]

Martin écoutait avec intérêt, laissant pendre une de ses pattes, sa
chaînette et sa tête débonnaire. Il remuait les oreilles, il faisait
les yeux doux à M. Colin-Tampon, il émettait de petits reniflements
persuasifs, comme pour donner à entendre qu'il était tout prêt à danser
et à présenter ses excuses au monsieur qui avait mal dans le dos.

«Lui faire le beau, répéta le grand drôle; lui danser pour le monsieur.

--Je n'ai pas besoin d'excuses, dit le conseiller municipal; seulement
ne le laissez plus échapper.» Et il s'éloigna à grands pas.



                                    XIII


Tous les dix pas, l'inventeur du _bouton inamovible_ tournait
furtivement la tête pour voir si Martin ne se serait pas remis à ses
trousses. Vous savez, un ours qui s'est échappé une première fois peut
fort bien s'échapper une seconde: cela s'est vu.

Pendant que M. Colin-Tampon détalait, le grand drôle et son ours
parlementaient: «Joli Martin descendre tout vite!» dit le grand drôle
d'un ton doucereux.

--Humph!» répondit joli Martin sans se déranger. Traduisez: «Il faudra
voir!»

«Tout vite! tout vite! répéta le grand drôle, qui commençait à perdre
patience.

--Humph!» répéta Martin sur un ton différent. Puis, allongeant le cou,
il sourit d'un sourire narquois. Traduisez: «Est-ce que je te dérange,
moi, quand tu entres dans les cabarets pour boire de l'eau-de-vie?»

Le grand drôle saisit à deux mains son bâton par un bout, et, avec
l'autre bout, caressa rudement l'épine dorsale de Martin, depuis les
vertèbres cervicales jusqu'aux vertèbres caudales. Et M. Colin-Tampon
détalait toujours. Lorsqu'Azor, après avoir fait un long circuit,
rejoignit son maître en bondissant de joie, son maître lui fit froide
mine. «Capon!» lui dit-il avec un sourire amer. Puis réfléchissant que,
si Azor s'était montré capon, le maître d'Azor n'avait pas été d'un
vaillance héroïque, il se radoucit et caressa son chien fidèle.

Martin cependant, que la rude caresse de grand drôle avait froissé dans
sa dignité et dans sa chair, laissa échapper un véritable rugissement
d'ours mécontent et indigné.

«L'animal!» s'écria M. Colin-Tampon en tournant la tête pour regarder
derrière lui. Notez bien qu'en disant l'animal, c'est de l'homme qu'il
parlait, et non pas de la bête.

«L'animal! reprit-il d'une voix tremblante d'effroi et d'indignation, il
va mettre cet ours en fureur; et alors, il n'en sera plus le maître, et
alors... Viens vite, Azor, sauvons-nous, mon ami, pendant qu'il en est
temps encore.»

[Illustration: Il tombe presque dans les bras du facteur rural]

Et M. Colin-Tampon, homme obèse, homme riche et considéré, conseiller
municipal, inventeur du _bouton inamovible_, détala comme détale un
polisson quand le garde champêtre l'a surpris dans le champ d'autrui,
sur le pommier d'autrui, en train de voler les pommes d'autrui.

M. Colin-Tampon détalait avec une impétuosité si aveugle, qu'au détour
d'une haie il tomba presque dans les bras du facteur rural, qui faisait
sa tournée. Le facteur rural s'excusa poliment d'avoir été presque
renversé par M. Colin-Tampon, et M. Colin-Tampon, rassuré à l'idée qu'il
y avait un facteur rural entre l'ours et lui, modéra son allure.



                                   XIV


M. Colin-tampon eut un remords d'honnête homme. Au lieu de laisser
le facteur rural courir au danger, peut-être à la mort, il aurait dû
l'avertir!

Poussé par les reproches de sa conscience, il revint sur ses pas
jusqu'au tournant du chemin. Là, abrité derrière une clôture en
planches, il promena ses regards sur toute l'étendue de la plaine.

Le facteur rural avait disparu dans un chemin creux qui l'éloignait
de l'ours. La conscience de M. Colin-Tampon cessa de lui faire des
reproches, et M. Colin-Tampon poussa un soupir de soulagement. D'autre
part, le grand drôle et son ours avaient fait la paix, et s'en allaient
tranquillement, l'un suivant l'autre, par une avenue qui les éloignait
tous les deux de M. Colin-Tampon et d'Azor. M. Colin-Tampon poussa un
second soupir de soulagement, plus profond que le premier.

«Azor, mon camarade, dit-il, nous pouvons nous vanter de l'avoir échappé
belle!»

Azor eut l'effronterie de se précipiter en aboyant, dans la direction
par où l'ours opérait sa retraite.

«Pas de fanfaronnades! lui dit son maître, nous savons ce que nous
savons; soyons modestes.»

Ayant alors débouché sa bouteille clissée, il la porta à ses lèvres et
lui donna une longue, longue accolade.

De blême qu'il avait été jusque-là, il redevint frais, rose et souriant.

Quand il se retourna, il aperçut, avec un sentiment de vive allégresse,
deux gendarmes qui venaient vers lui. Il était bien décidément sauvé!

Les gendarmes, voyant un homme bien vêtu et d'apparence honnête,
auraient passé leur chemin sans lui rien dire, si l'inventeur du _bouton
inamovible_ ne se fut empressé de leur souhaiter le bonjour et de leur
déclarer que le temps était beau pour la saison.

Cet empressement parut suspect aux deux «magistrats armés».

Le brigadier lui demanda s'il avait fait bonne chasse. Au souvenir de
ses mésaventures, le chasseur rougit et balbutia.

[Illustration: Le brigadier dressa procès-verbal.]

«Vous avez sans doute un port d'armes?» reprit le brigadier.

M. Colin-Tampon porte vivement la main à sa poche de côté. Il se souvint
tout à coup qu'il avait oublié son port d'armes dans la poche de sa
redingote.

Le brigadier dressa procès-verbal. Le conseiller municipal songea avec
horreur qu'il lui faudrait comparaître en justice, et soudain une goutte
de sueur froide perla à l'extrémité de chacun de ses cheveux.

Azor, croyant que les gendarmes lui reprochaient sa lâcheté, baissait
tristement le nez et serrait sa queue entre ses jambes.



                                    XV


Au numéro 3 de la rue Gantelet, entre un marchand de vin et un épicier,
il y a une boutique de marchand de gibier, bien connue des chasseurs
malheureux. Quand ces messieurs ont été maladroits, ou que réellement
ils n'ont pas vu la queue d'une perdrix ou d'un lièvre, c'est là qu'ils
viennent arrondir leur carnassière pour échapper aux quolibets et aux
compliments ironiques des gamins; car les gamins sont partout les mêmes,
à Courbevoie comme ailleurs.

Mme Grosmajor, la maîtresse de l'établissement, était toujours bien
assortie en gibier; car elle avait une clientèle assurée: chacun sait
que la maladresse du chasseur de la banlieue est passée en proverbe.
De plus, Mme Grosmajor était la discrétion même: ce qui n'est pas
très surprenant, vu que son intérêt bien entendu exigeait qu'elle fût
discrète.

Elle avait un talent particulier pour mettre à leur aise les chasseurs
novices qui entraient pour la première fois dans son établissement; d'un
geste bienveillant et d'un sourire maternel, elle leur épargnait la
honte de mentir ou l'embarras de donner des explications.

C'est vers sa demeure hospitalière que l'inventeur du _bouton
inamovible_ dirigea ses pas. Il n'avait nulle intention d'attraper les
flâneurs ou d'en faire accroire à sa femme. Dieu merci! il était la
franchise en personne, et d'ailleurs il avait couru d'assez grosses
aventures pour pouvoir rentrer, sans rougir, le carnier vide. Seulement,
sa femme avait compté sur lui pour le rôti, et il rapporterait un rôti.

«Salut, madame, dit-il à Mme Grosmajor.

--Bien le bonjour, monsieur, lui répondit Mme Grosmajor avec un sourire
avenant.

--Mon Dieu! madame, reprit l'inventeur du _bouton inamovible_, je vous
avoue franchement que je viens ici pour remplir mon carnier.

--Le gibier est rare, répondit Mme Grosmajor avec un sourire discret;
les braconniers tuent tout. Il n'est pas surprenant...

--Mon Dieu, madame, reprit M. le conseiller municipal en s'avançant de
trois pas et en posant familièrement son coude sur le comptoir, le fait
est que je n'ai rien vu; et à parler franchement, quand même j'aurais
vu quelque chose, je ne suis pas bien sûr que je ne serais pas revenu
bredouille quand même. J'aurais besoin d'un lièvre.

[Illustration: Pendant que Monsieur échangeait quelques propos affables
avec la patronne....]

--Étienne! dit Mme Grosmajor à son garçon, un beau lièvre pour
Monsieur.»

Étienne décrocha un beau lièvre, le montra à Monsieur, qui le trouva à
son goût. Pendant que Monsieur échangeait quelques propos affables avec
la patronne, Étienne, qui était d'humeur facétieuse, glissa dans le
carnier du chasseur un énorme homard tout cuit en place du lièvre.
Monsieur, d'ailleurs, n'était pas volé, car le homard et le lièvre
étaient tout juste du même prix.



                                     XVI


L'inventeur du _bouton inamovible_, dans l'innocence de son âme,
regagnait d'un pas un peu alourdi sa jolie villa, heureux d'avoir
échappé à une mort affreuse et fier d'avoir à raconter une véritable
aventure.

Il finit par s'apercevoir que les gens s'arrêtaient sur son passage
et le regardaient d'un air surpris. Cet homme modeste fût quelque peu
troublé de produire tant d'effet.

«Fameux gibier! dit un fantassin à un de ses frères d'armes, qui
regardait le homard, les yeux dilatés, et les doigts empêtrés dans ses
gants blancs, qui le gênaient aux jointures.

--La bête n'est pas laide!» répondit modestement l'inventeur du _bouton
inamovible_.

Un cuirassier de la garnison de Versailles, qui était venu voir ses
parents à Courbevoie, en compagnie de quelques autres cuirassiers, cria:
«A droite, alignement!»

Tous les cuirassiers se mirent en ligne, et portèrent vivement la main à
la visière de leur casque.

«Pourquoi me saluent-ils comme ça?» se demanda M. Colin-Tampon. Il ne
pouvait pas se douter que c'était à cause du homard.

Quelques canotiers d'Asnières, égarés dans les parages de Courbevoie, se
mirent en haie pour voir défiler le chien, le chasseur et le homard.

«Eh bien, n'importe, dit un de ces messieurs à ses compagnons de
plaisir, on ne dira pas que ce bourgeois-là cherche à attraper son
monde!

--Oh non, oh non!» répondit le choeur des acolytes, qui avaient
surabondamment déjeuné.

Ces messieurs se prirent par la main et exécutèrent une ronde autour de
M. Colin-Tampon.

M. Colin-Tampon sourit, car il se souvenait d'avoir été jeune en son
temps. Ce sourire désarma les danseurs, qui cessèrent de l'entourer
de leur cercle magique et s'enfoncèrent dans une ruelle latérale en
beuglant un refrain à la mode.

M. Colin-Tampon sut gré à cette aimable jeunesse d'avoir reconnu qu'il
n'était point un imposteur et d'avoir rendu justice à la droiture de ses
intentions. Seulement il se creusait vainement la tête pour savoir
ce que son lièvre avait de particulier, et à quels signes on pouvait
deviner que ce n'était point un lièvre de parade et d'ostentation.

[Illustration: Madame Colin-Tampon apparut sur la terrasse.]

Enfin il arriva au coin de la rue des Lilas, en vue de sa coquette
villa, où il savait qu'on l'attendait avec impatience. Il fit un bout
de toilette, cambra les reins, tendit les jarrets et s'avança au pas
accéléré.

Quand la grille de fer grinça sur ses gonds, Mme Colin-Tampon apparut
sur la terrasse, suivie de sa fidèle Jeannette. Mme Colin-Tampon
descendit les marches du perron en agitant son mouchoir. L'inventeur du
_bouton inamovible_ leva de toute la longueur de son bras son chapeau à
dôme arrondi, dont les plumes frémissaient gentiment au souffle de la
brise.

Il était si beau, si animé, si triomphant, que Mme Colin-Tampon ne lui
demanda même pas s'il avait fait bonne chasse: elle était trop sûre de
lui!



                                    XVII


«Pauvre ami! s'écria Mme Colin-Tampon, voyez donc, il est tout en nage;»
et, avec le blanc mouchoir qui lui avait servi à faire des signaux de
bienvenue, elle épongeait doucement la sueur qui perlait sur le front et
sur le crâne de son époux.

«Qu'on est donc bien chez soi!» s'écria l'inventeur du _bouton
inamovible_, en se laissant aller voluptueusement dans un grand fauteuil
de jardin. Ses reins endoloris s'appuyaient avec délices contre le
dossier, et il écartait les jambes comme un homme qui se met tout à fait
à son aise.

«Je boirais bien quelque chose!» reprit-il en clignant l'oeil droit.

Mme Colin-Tampon lui laissa entre les mains le tissu de batiste pour
qu'il pût se tamponner la tête en attendant son retour, et, plus prompte
que l'éclair, disparut dans l'intérieur de la maison.

Elle reparut bientôt, tenant d'une main un verre bien large et bien
profond, et de l'autre une bouteille dont les flancs, caressés par le
soleil, avaient des reflets aussi riches que la pourpre d'un vitrail de
cathédrale.

Après avoir accroché le fusil de Monsieur en lieu sûr, après avoir
déposé sous le nez d'Azor une pâtée appétissante, Jeannette, qui
songeait à son dîner, s'en alla du côté de la carnassière de monsieur.

«Madame! s'écria-t-elle en tirant le homard, madame, voyez donc ce que
Monsieur a tué!»

Madame poussa une exclamation de surprise, et Monsieur, entre deux
gorgées de bordeaux, tourna négligemment la tête.

Quand il aperçut le homard, il eut un accès de fou rire qui faillit
l'étrangler. Sa femme lui ayant donné quelques tapes dans le dos, il
reprit ses sens. Sa première parole fut celle-ci: «Eh bien, c'est
complet! Voilà donc pourquoi l'infanterie tombait en extase! pourquoi la
cavalerie me faisait le salut militaire! pourquoi les joyeux canotiers
dansaient une ronde autour de moi! Complet! complet!»

Alors il raconta ses aventures, sans rien omettre et sans rien ajouter,
ce qui prouve bien qu'il n'était qu'un chasseur pour rire.

[Illustration: Madame! Voyez donc ce que Monsieur a tué.]

Oh! le brave homme, qui ne craignit pas de parler de la peau de lièvre,
du merle à chapeau, des gendarmes et de Mme Grosmajor. Sa femme trembla
de la tête aux pieds, quand il lui raconta la terrible aventure de
l'ours. Mais il la rassura, en lui disant qu'il avait eu affaire à un
ours très civilisé.

«Avec tout cela, dit Jeannette d'un air pensif, je ne puis pourtant pas
mettre cette bête-là à la broche!

--Reportez-la chez Mme Grosmajor, lui dit sa maîtresse, et prenez un
lièvre à la place.

--Ma chère, reprit M. Colin-Tampon, les aventures m'ont terriblement
creusé l'estomac. Le homard n'est pas de trop; qu'on y ajoute un lièvre.
Festin complet; on n'échappe pas tous les jours à la dent et à la griffe
d'un ours. Qu'on est donc bien chez soi!»



FIN





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Les aventures de M. Colin-Tampon" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home