Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: Mémoires pour servir à l'Histoire de mon temps (Tome 2)
Author: Guizot, François Pierre Guillaume, 1787-1874
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Mémoires pour servir à l'Histoire de mon temps (Tome 2)" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



made available by the Bibliothèque nationale de France (BnF/Gallica)



  MÉMOIRES
  POUR SERVIR A
  L'HISTOIRE DE MON TEMPS (II)

  PARIS
  MICHEL LÉVY FRÈRES, LIBRAIRES-ÉDITEURS,
  RUE VIVIENNE, 2 BIS.



                             MÉMOIRES
                           POUR SERVIR
                    A L'HISTOIRE DE MON TEMPS

                              PAR

                           M. GUIZOT

                         TOME DEUXIÈME

                             1859



                          CHAPITRE IX

                     LA RÉVOLUTION DE 1830.

Mon arrivée à Paris.--Je trouve la Révolution soudainement
flagrante.--Réunions de Députés chez MM. Casimir Périer, Laffitte,
Bérard et Audry-Puyraveau.--État des esprits dans ces réunions;--parmi
le peuple et dans les rues.--Les Députés prennent séance au
Palais-Bourbon et appellent le duc d'Orléans à Paris.--Il accepte les
fonctions de lieutenant général du royaume.---Insignifiants et vains
essais de négociation entre Paris et Saint-Cloud.--Le raccommodement
avec Charles X était-il possible?--La royauté du duc de Bordeaux avec la
régence du duc d'Orléans était-elle possible?--M. de La Fayette et ses
hésitations.--M. le duc d'Orléans et les motifs de sa détermination.--Il
n'y avait de choix qu'entre la monarchie nouvelle et la
République.--Emportement public.--Sentiment dominant parmi les
royalistes.--Empire de l'exemple de la Révolution de 1688 en
Angleterre.--Différences méconnues entre les deux pays et les
deux événements.--Révision de la Charte.--Origine du parti de la
résistance.--Fallait-il soumettre la royauté et la Charte nouvelles à
la sanction populaire?--Symptômes anarchiques.--Prétentions
républicaines.--Faits divers qui déterminent ma ferme adhésion à la
politique de résistance.--Je deviens ministre de l'intérieur.

(26 juillet--11 août 1830.)


J'entre dans l'époque où j'ai touché de près, et avec quelque puissance,
aux affaires de mon pays. Si j'étais sorti de l'arène comme un vaincu
renversé et mis hors de combat par ses vainqueurs, je ne tenterais pas
de parler aujourd'hui des luttes que j'ai soutenues. Mais la catastrophe
qui m'a frappé et brisé a tout frappé et brisé autour de moi, les rois
comme leurs conseillers, mes adversaires comme moi-même. Acteurs de ce
temps, nous sommes tous des vaincus du même jour, des naufragés de la
même tempête. Je ne me flatte pas que les grands coups du sort, même les
plus rudes, portent partout et soudain la lumière. Je crains que les
idées, les passions et les intérêts avec lesquels j'ai été aux prises
ne possèdent et n'agitent encore bien des coeurs. La nature humaine est
aussi obstinée que légère, et les partis ont des racines que les plus
violentes secousses n'extirpent pas complètement. Pourtant j'ai la
confiance que, dans les régions un peu hautes de la vie publique, le
jour s'est levé assez grand et nous avons tous aujourd'hui l'esprit
assez libre pour que nous puissions regarder dans le passé en y
cherchant les enseignements de l'expérience, non de nouvelles armes
de guerre. C'est avec ce sentiment, et avec celui-là seul, que
j'entreprends de retracer nos anciens combats. Je me promets d'être
fidèle à mes amis, équitable envers mes adversaires, et sévère pour
moi-même. Si j'y réussis, mon travail ne s'achèvera peut-être pas sans
quelque honneur pour mon nom et sans quelque utilité pour mon pays.

Je quittai Nîmes le 23 juillet 1830, content des élections auxquelles
j'avais concouru, des dispositions générales que j'avais trouvées, et
uniquement préoccupé de chercher comment il faudrait s'y prendre pour
faire prévaloir dans les Chambres et accueillir en même temps par le Roi
le voeu décidé, mais modéré et honnête, du pays. Ce fut seulement le 26
juillet, en passant à Pouilly, que j'eus, par le courrier de la malle,
la première nouvelle des ordonnances. J'arrivai à Paris le 27, à cinq
heures du matin, et je reçus à onze heures un billet de M. Casimir
Périer qui m'engageait à me rendre chez lui, où quelques-uns de nos
collègues devaient se réunir.

La lutte était à peine commencée, et déjà tout l'établissement de la
Restauration, institutions et personnes, était en visible et pressant
péril. Quelques heures auparavant, à quelques lieues de Paris, les
ordonnances ne m'étaient pas même connues, et, à côté de la résistance
légale, je trouvai en arrivant l'insurrection révolutionnaire déchaînée.
Les journaux, les tribunaux, les sociétés secrètes, les réunions de
pairs et de députés, la garde nationale, la bourgeoisie et le peuple,
les banquiers et les ouvriers, les salons et les rues, toutes les forces
réglées ou déréglées de la société poussaient ou cédaient au mouvement.
Le premier jour, _Vive la Charte! A bas les Ministres!_ Le second jour,
_Vive la liberté! A bas les Bourbons! Vive la République! Vive Napoléon
II!_ La fermentation et la confusion croissaient d'heure en heure.
C'était, à l'occasion des ordonnances de la veille, l'explosion de
toutes les colères, de toutes les espérances, de tous les desseins et
désirs politiques amassés depuis seize ans.

Entre les maux dont notre pays et notre temps sont atteints, voici l'un
des plus graves. Aucun trouble sérieux ne peut éclater dans quelque
partie de l'édifice social qu'aussitôt l'édifice entier ne soit près de
crouler; il y a comme une contagion de ruine qui se propage avec une
effroyable rapidité. Les grandes agitations publiques, les grands excès
du pouvoir ne sont pas des faits nouveaux dans le monde; plus d'une fois
les nations ont eu à lutter, non-seulement par les lois, mais par la
force, pour maintenir ou recouvrer leurs droits. En Allemagne, en
Espagne, en Angleterre avant le règne de Charles Ier, en France jusque
dans le XVIIe siècle, les corps politiques et le peuple ont souvent
résisté au roi, même par les armes, sans se croire en nécessité ni
en droit de changer la dynastie de leurs princes ou la forme de leur
gouvernement. La résistance, l'insurrection même avaient, soit dans
l'état social, soit dans la conscience et le bon sens des hommes, leur
frein et leurs limites; on ne jouait pas, à tout propos, le sort de la
société tout entière. Aujourd'hui et parmi nous, de toutes les grandes
luttes politiques on fait des questions de vie ou de mort; peuples et
partis, dans leurs aveugles emportements, se précipitent tout à coup
aux dernières extrémités; la résistance se transforme soudain en
insurrection et l'insurrection en révolution. Tout orage devient le
déluge.

Du 27 au 30 juillet, pendant que la lutte populaire éclatait çà et là
dans les rues, de jour en jour, d'heure en heure plus générale et plus
ardente, je pris part à toutes les réunions de députés qui se tinrent
chez MM. Casimir Périer, Laffitte, Bérard, Audry-Puyraveau, sans autre
but que de nous entendre sur la conduite que nous avions à tenir, et
sans autre concert que l'avis transmis des uns aux autres que nous nous
trouverions à telle heure, chez tel d'entre nous. Selon les incidents
de la journée et l'aspect des chances, ces réunions étaient
très-inégalement empressées et nombreuses. Dans la première, tenue le 27
chez M. Casimir Périer, j'avais été chargé, avec MM. Villemain et Dupin,
de rédiger, au nom des députés présents, une protestation contre les
ordonnances. Je la présentai et elle fut adoptée le lendemain 28, dans
deux réunions chez MM. Audry-Puyraveau et Bérard, où elle reçut,
soit des membres présents, soit par autorisation pour les absents,
soixante-trois signatures[1]. Mais le soir du même jour, m'étant
de nouveau rendu, comme on en était convenu le matin, chez M.
Audry-Puyraveau, nous ne nous trouvâmes plus que onze. La diversité
des dispositions n'était pas moindre que celle des nombres. Les uns
voulaient porter la résistance jusqu'à la dernière limite de l'ordre
légal, mais pas plus loin. D'autres étaient résolus à un changement
de dynastie, ne désirant, en fait de révolution, rien de plus, mais
regardant celle-là comme aussi nécessaire que l'occasion leur en
semblait favorable, et se flattant qu'on pourrait s'en tenir là, ou
à peu près. D'autres, plus révolutionnaires sans le savoir, se
promettaient, dans les institutions et les lois, toutes sortes de
réformes indéfinies, commandées, pensaient-ils, par l'intérêt et le voeu
du peuple. D'autres enfin aspiraient décidément à la République, et
considéraient comme un avortement ou une déception toute autre issue de
la lutte que le peuple soutenait au nom de la liberté. La gravité de la
situation, la rapidité et l'incertitude de l'événement contenaient un
peu ces dissidences; mais elles apparaissaient dans les propositions,
les discussions, les conversations particulières; elles faisaient
pressentir les divisions qui se manifesteraient dès que les esprits et
les passions seraient affranchis du pressant péril; elles démontraient
la nécessité de mettre une prompte fin à la crise qui suspendait
l'anarchie, mais qui évidemment ne la suspendrait pas longtemps.

[Note 1: _Pièces historiques_, n° I.]

Quand les regards se portaient hors de nos réunions et sur ce qui se
passait dans les rues, l'urgence d'une solution apparaissait bien plus
pressante encore. Le droit du pays violé et son honneur offensé, les
sentiments justes et généreux avaient d'abord soulevé le public et
déterminé les premières résistances. Mais les ennemis de l'ordre
établi, les conspirateurs d'habitude, les sociétés secrètes, les
révolutionnaires à toute fin, les rêveurs de toute espèce d'avenir
s'étaient aussitôt jetés dans le mouvement et y devenaient d'heure
en heure plus puissants et plus exigeants. Tantôt ils proclamaient
bruyamment leurs desseins, ne tenant pas plus compte de nous, députés,
que si nous n'existions pas; tantôt ils accouraient autour de nous, nous
assiégeaient de leurs messages ou de leurs clameurs, et nous sommaient
d'exécuter sans délai leurs volontés. Le 28 juillet au soir, pendant que
nous étions réunis en très-petit nombre chez M. Audry-Puyraveau, dans
un salon du rez-de-chaussée dont les fenêtres étaient ouvertes, des
ouvriers, des jeunes gens, des enfants, des combattants de toute sorte
entouraient la maison, remplissaient la cour, obstruaient les portes,
nous parlaient par les fenêtres, prêts à nous défendre si, comme le
bruit en courait, des agents de police ou des soldats venaient nous
arrêter, mais réclamant notre prompte adhésion à leurs instances de
révolution, et discutant tout haut ce qu'ils feraient si nous ne
faisions pas sur-le-champ ce qu'ils voulaient de nous. Et ce n'était pas
seulement dans les rues que l'esprit révolutionnaire se déployait ainsi
en tous sens et à tout hasard; il prenait pied le 29 juillet dans le
seul pouvoir actif du moment, dans la Commission municipale établie à
l'Hôtel-de-Ville pour veiller, disait-on, aux intérêts de la cité: deux
membres sur six se faisaient là ses interprètes, M. Audry-Puyraveau et
M. Mauguin, beau parleur audacieux, prétentieux, vaniteux, sans jugement
comme sans scrupule, très-propre, dans ces jours de perturbation
générale, à échauffer les fous, à intimider les faibles et à entraîner
les badauds. Quelques esprits sensés et fermes, entre autres M. Casimir
Périer et le général Sébastiani, essayaient de résister et se montraient
résolus à ne pas devenir des révolutionnaires, même en faisant une
révolution. Mais sans point d'appui fixe toute résistance est vaine, et
ils n'en avaient aucun. Avec une rapidité incessamment croissante, le
flot de l'anarchie montait dans les régions hautes et se répandait à
grand bruit dans les régions basses de la société.

Dans l'espoir de l'arrêter, quelques royalistes éclairés, le duc de
Mortemart, MM. de Sémonville, d'Argout, de Vitrolles et de Sussy,
tentèrent de faire donner au pays une satisfaction légale, et d'amener,
entre la royauté inerte à Saint-Cloud et la révolution bouillonnante à
Paris, quelque accommodement. Mais quand ils demandaient à voir le Roi,
on leur opposait l'heure, l'étiquette, la consigne, le sommeil. Admis
pourtant, ils trouvaient le Roi à la fois tranquille et irrité, obstiné
et hésitant. Ils parvenaient, après bien des efforts, à lui arracher le
renvoi du cabinet Polignac, le rappel des ordonnances et la nomination
du duc de Mortemart comme premier ministre. Mais cela convenu, le Roi
traînait encore et faisait attendre au duc de Mortemart les signatures
nécessaires. Il les lui donnait enfin, mais en y ajoutant de vive voix
toute sorte de restrictions, et le duc de Mortemart, malade et rongé
de fièvre, repartait pour Paris sans avoir obtenu du dauphin le
laissez-passer dont il avait besoin. Arrêté à chaque pas sur sa route,
par les troupes royales aussi bien que par les gardiens volontaires
des barricades, il n'arrivait pas jusqu'à la réunion des députés et
ne réussissait qu'à grand'peine à leur faire parvenir, ainsi qu'à la
Commission municipale, par l'entremise de M. de Sussy, les ordonnances
dont il était porteur. Nulle part ces concessions n'étaient accueillies;
au palais Bourbon et à l'Hôtel-de-Ville, on consentait à peine à en
prendre connaissance; M. de La Fayette faisait acte de courage en
écrivant au duc de Mortemart pour lui en accuser réception; et deux
hommes à cheval ayant dit tout haut sur le boulevard: «Tout est fini;
la paix est conclue avec le Roi; c'est M. Casimir Périer qui a tout
arrangé,» le général Gérard et M. Bérard, qui se trouvaient là, eurent
peine à soustraire ces deux hommes à la colère de la foule, qui voulait
les massacrer. Il n'y avait, à Saint-Cloud, plus de pouvoir en état, je
ne dis pas d'agir, mais seulement de parler au pays.

Ce fut au milieu de cette menaçante situation et pour y mettre un terme
que, sortant enfin de nos réunions sans caractère et sans but déterminé,
nous nous rendîmes le 30 juillet au Palais-Bourbon, dans la salle de la
Chambre des députés, invitant nos collègues absents à venir s'y joindre
à nous et à relever le grand pouvoir public dont nous étions des membres
épars. Les pairs présents à Paris se réunirent pareillement au palais du
Luxembourg. Nous entrâmes en communication avec eux; et ce même jour,
avant la fin de la matinée, informés que M. le duc d'Orléans, qui
jusque-là s'était tenu éloigné, inactif et invisible, se montrait
disposé à venir à Paris, nous adoptâmes la résolution conçue en ces
termes:

«La réunion des députés actuellement à Paris a pensé qu'il était urgent
de prier S. A. R. monseigneur le duc d'Orléans de se rendre dans la
capitale pour y exercer les fonctions de lieutenant général du royaume,
et de lui exprimer le voeu de conserver les couleurs nationales. Elle
a, de plus, senti la nécessité de s'occuper sans relâche d'assurer à la
France, dans la prochaine session des Chambres, toutes les garanties
indispensables pour la pleine et entière exécution de la Charte.[2]»

[Note 2: _Pièces historiques_, n° II.]

Cette résolution, précise et pourtant encore réservée, fut à l'instant
revêtue de quarante signatures; quoiqu'ils eussent souhaité un autre
vote et un autre langage, les membres les plus ardents de la réunion,
MM. Eusèbe Salverte, de Corcelle, Benjamin-Constant, de Schonen, y
donnèrent leur adhésion. Trois seulement des députés présents, MM.
Villemain, Le Pelletier d'Aunay et Hély d'Oissel, considérant cet acte
comme un pas décisif vers un changement de dynastie, ne se crurent pas
en droit de s'y associer.

A ce point de la crise, c'eût été certainement un grand bien pour la
France, et de sa part un grand acte d'intelligence comme de vertu
politiques, que sa résistance se renfermât dans les limites du droit
monarchique, et qu'elle ressaisît ses libertés sans renverser son
gouvernement. On ne garantit jamais mieux le respect de ses propres
droits qu'en respectant soi-même les droits qui les balancent, et quand
on a besoin de la monarchie, il est plus sûr de la maintenir que d'avoir
à la fonder. Mais il y a des sagesses difficiles, qu'on n'impose pas, à
jour fixe, aux nations, et que la pesante main de Dieu, qui dispose des
événements et des années, peut seule leur inculquer. Partie du trône,
une grande violation du droit avait réveillé et déchaîné tous les
instincts ardents du peuple. Parmi les insurgés en armes, la méfiance
et l'antipathie pour la maison de Bourbon étaient profondes. Les
négociations tentées par le duc de Mortemart ne furent que des
apparences vaines; malgré l'estime mutuelle des hommes et la courtoisie
des paroles, la question d'un raccommodement avec la branche aînée de la
famille royale ne fut pas un moment sérieusement considérée ni débattue.
L'abdication du Roi et du Dauphin vint trop tard. La royauté de M. le
duc de Bordeaux, avec M. le duc d'Orléans pour régent, qui eût été,
non-seulement la solution constitutionnelle, mais la plus politique,
paraissait, aux plus modérés, encore plus impossible que le
raccommodement avec le Roi lui-même. A cette époque, ni le parti
libéral, ni le parti royaliste n'eussent été assez sages, ni le régent
assez fort pour conduire et soutenir un gouvernement à ce point
compliqué, divisé et agité. La résistance d'ailleurs se sentait légale
dans son origine et se croyait assurée du succès si elle poussait
jusqu'à une révolution. Les masses se livraient aux vieilles passions
révolutionnaires, et les chefs cédaient à l'impulsion des masses. Ils
tenaient pour certain qu'il n'y avait pas moyen de traiter sûrement avec
Charles X, et que, pour occuper son trône, ils avaient sous la main un
autre roi. Dans l'état des faits et des esprits, on n'avait à choisir
qu'entre une monarchie nouvelle et la république, entre M. le duc
d'Orléans et M. de La Fayette: «Général, dit à ce dernier son
petit-gendre, M. de Rémusat, qui était allé le voir à l'Hôtel-de-Ville,
si l'on fait une monarchie, le duc d'Orléans sera roi; si l'on fait une
république, vous serez président. Prenez-vous sur vous la responsabilité
de la république?»

M. de La Fayette avait l'air d'hésiter plutôt qu'il n'hésitait
réellement. Noblement désintéressé quoique très-préoccupé de lui-même,
et presque aussi inquiet de la responsabilité qu'amoureux de la
popularité, il se complaisait à traiter pour le peuple et au nom du
peuple, bien plus qu'il n'aspirait à le gouverner. Que la république, et
la république présidée par lui, fût entrevue comme une chance possible,
s'il la voulait; que la monarchie ne s'établît que de son aveu et
à condition de ressembler à la république; cela suffisait à sa
satisfaction, je ne veux pas dire à son ambition. M. de La Fayette
n'avait pas d'ambition; il voulait être le patron populaire de M. le duc
d'Orléans, non son rival.

Bien des gens ne me croiront guère, et pourtant je n'hésite pas à
l'affirmer, M. le duc d'Orléans non plus n'était pas un ambitieux.
Modéré et prudent, malgré l'activité de son esprit et la mobile vivacité
de ses impressions, il prévoyait depuis longtemps la chance qui pouvait
le porter au trône, mais sans la chercher, et plus enclin à la redouter
qu'à l'attendre avec désir. Après les longues tristesses de l'émigration
et la récente épreuve des Cent-Jours, une pensée le préoccupait surtout:
il ne voulait pas être de nouveau et nécessairement enveloppé dans les
fautes que pouvait commettre la branche aînée de sa maison et dans les
conséquences que ces fautes devaient amener. Le 31 mai 1830, il donnait
à son beau-frère, le roi de Naples, arrivé depuis peu de jours à Paris,
une fête au Palais-Royal; le roi Charles X et toute la famille royale
y assistaient; la magnificence était grande, la réunion brillante et
très-animée; «Monseigneur, dit au duc d'Orléans, en passant près de lui,
M. de Salvandy, ceci est une fête toute napolitaine; nous dansons sur un
volcan:--Que le volcan y soit, lui répondit le duc, je le crois comme
vous; au moins la faute n'en est pas à moi; je n'aurai pas à me
reprocher de n'avoir pas essayé d'ouvrir les yeux au Roi; mais que
voulez-vous? rien n'est écouté. Dieu sait où ils seront dans six mois!
Mais je sais bien où je serai. Dans tous les cas, ma famille et moi,
nous resterons dans ce palais. Quelque danger qu'il puisse y avoir, je
ne bougerai pas d'ici. Je ne séparerai pas mon sort et celui de mes
enfants du sort de mon pays. C'est mon invariable résolution.» Cette
résolution tint plus de place que tout autre dessein dans la conduite de
M. le duc d'Orléans pendant tout le cours de la Restauration; il était
également décidé à n'être ni conspirateur ni victime. Je lui étais alors
complètement étranger; avant 1830, je ne l'avais vu que deux fois et en
passant; je ne saurais apprécier avec certitude les sentiments divers
qui ont pu traverser alors son âme; mais après avoir eu, pendant tant
d'années, l'honneur de le servir, je demeure convaincu que, s'il eût
dépendu de lui de consolider définitivement la Restauration, il eût,
sans hésiter, pour lui-même et pour sa famille comme pour la France,
préféré la sécurité de cet avenir aux perspectives qu'une révolution
nouvelle pouvait lui ouvrir.

Quand ces perspectives s'ouvrirent en effet devant lui, un autre
sentiment influa puissamment sur sa conduite. Cette patrie, dont il
était résolu à ne plus se séparer, était en grand danger, en danger de
tomber dans le chaos; le repos comme les libertés de la France, l'ordre
au dedans comme la paix au dehors, tout était compromis; nous n'avions
devant nous que des orages et des ténèbres. Le dévouement à la patrie,
le devoir envers la patrie ne sont certes pas des sentiments nouveaux et
que n'aient pas connus nos pères; il y a cependant, entre leurs idées et
les nôtres, leurs dispositions et les nôtres à cet égard, une différence
profonde. La fidélité envers les personnes, envers les supérieurs ou
envers les égaux, était, dans l'ancienne société française, le principe
et le sentiment dominant; ainsi l'avaient faite ses origines et ses
institutions premières; les liens personnels étaient les liens sociaux.
Dans le long cours de notre histoire, la civilisation s'est répandue;
les classes diverses se sont rapprochées et assimilées; le nombre des
hommes indépendants et influents s'est immensément accru; les individus
sont sortis des groupes particuliers auxquels ils appartenaient jadis
pour entrer et vivre dans une sphère générale; l'unité nationale s'est
élevée au-dessus de l'organisation hiérarchique. L'État, la nation, la
patrie, ces êtres collectifs et abstraits, sont devenus comme des êtres
réels et vivants, objets de respect et d'affection. Le devoir envers la
patrie, le dévouement à la patrie ont pris, dans la plupart des âmes, un
empire supérieur à celui des anciens dévouements, des anciens devoirs
de fidélité envers les personnes. De nobles et désintéressés sentiments
animaient également, sur les rives du Rhin, l'armée républicaine et
l'armée de Condé dans leurs déplorables combats; mais leur foi morale et
politique différait de nature autant que d'objet: les uns souffraient et
mouraient pour rester fidèles à leur Roi, à leur classe, à leur nom;
les autres pour défendre et servir cette patrie, idée sans figure, nom
commun à tous, de laquelle ils n'avaient reçu que l'honneur de naître
dans son sein, et à laquelle, par ce seul motif qu'elle était la France,
ils croyaient se devoir tout entiers. La même transformation s'était
accomplie dans la vie civile; la préoccupation des intérêts publics, des
voeux publics, des périls publics, était devenue plus générale et plus
forte que celle des relations et des affections individuelles. Ce fut
par des causes profondes et sous l'empire de grands faits sociaux que,
sans préméditation, par instinct, les deux partis s'appelèrent, en 1789,
l'un le parti royaliste, l'autre le parti patriote: dans l'un, le devoir
et le dévouement envers le Roi, chef et représentant de la patrie, dans
l'autre, le devoir et le dévouement direct envers la patrie elle-même,
étaient le principe, le lien, le sentiment dominant. Royaliste par
situation, M. le duc d'Orléans, par les événements et par les influences
au milieu desquelles il avait vécu, était devenu patriote. La patrie
était gravement compromise. Il pouvait, et lui seul pouvait la tirer de
péril. Ce ne fut pas le seul, mais ce fut, à coup sûr, l'un des plus
puissants motifs de sa détermination.

Il est peu sensé et peu honorable de méconnaître, quand on n'en sent
plus le pressant aiguillon, les vraies causes des événements. La
nécessité, une nécessité qui pesait également sur tous, sur les
royalistes comme sur les libéraux, sur M. le duc d'Orléans comme sur la
France, la nécessité d'opter entre la nouvelle monarchie et l'anarchie,
telle fut, en 1830, pour les honnêtes gens et indépendamment du rôle
qu'y jouèrent les passions révolutionnaires, la cause déterminante du
changement de dynastie. Au moment de la crise, cette nécessité était
sentie par tout le monde, par les plus intimes amis du roi Charles X
comme par les plus ardents esprits de l'opposition. Quelle autre force
que le sentiment d'une situation si pressante eût pu décider l'adhésion
si prompte de tant d'hommes honorables qui déploraient l'événement?
Comment expliquer autrement les paroles prononcées, dans la Chambre des
pairs, par le duc de Fitz-James, le duc de Mortemart, le marquis de
Vérac, en prêtant serment au régime nouveau[3]? Que d'autres, par
affection ou par honneur, se retirassent de la vie publique, leur
retraite, aussi inactive que libre, constatait elle-même le grand et
vrai caractère de l'événement qui s'accomplissait; une même conviction
dominait, ce jour-là, tous les hommes sérieux; par la monarchie seule la
France pouvait échapper à l'abîme entr'ouvert, et une seule monarchie
était possible. Son établissement fut pour tout le monde une délivrance:
«Moi aussi je suis des victorieux, me dit M. Royer-Collard, triste parmi
les victorieux.»

[Note 3: De ces paroles, je ne citerai ici que celles de M. le duc de
Fitz-James dans la séance de la Chambre des Pairs du 10 août 1830,
empreintes d'une loyauté et d'un patriotisme également sincères et
tristes.

«A peine absent de France depuis quelques jours, pour un voyage de
courte durée, j'apprends tout à coup qu'un effroyable coup de tonnerre
a éclaté sur la France, et que la famille des rois a disparu dans la
tempête. Le bruit du canon qui proclamait un nouveau roi semblait
m'attendre hier à mon entrée dans la capitale, et dès aujourd'hui je
suis appelé à cette Chambre pour y prêter un nouveau serment.

Je ne me suis jamais fait un jeu de ma parole, et pour moi la religion
du serment fut toujours sacrée. Je n'avais jamais prêté que deux
serments dans ma vie: le premier à Louis XVI, de sainte mémoire,
presque au sortir de mon enfance; le second, en 1814, à la Charte
constitutionnelle, dont les principes étaient depuis longtemps entrés
dans mon coeur, et que je vis avec transport devenir la loi de la
France. Je porte le défi à tout être vivant de pouvoir m'accuser d'avoir
été infidèle à ces deux serments: vous me rendrez peut-être la justice
de convenir que, dans cette Chambre, je n'ai jamais émis devant vous une
opinion qui ne fût motivée sur le texte même de la Charte, et j'atteste
sur l'honneur que, depuis seize ans, mon coeur n'enferma jamais une
pensée qui n'y fût conforme. Éprouvé par le malheur presque dès mon
entrée dans la vie, j'appris de bonne heure dans l'adversité à me
soumettre aux décrets de la Providence, et à me roidir contre les
orages. On sait depuis longtemps dans ma famille ce que c'est que de
rester fidèle à des causes désespérées; et, à cet égard, nous n'en
sommes pas à notre début.

Sans doute je pleure et je pleurerai toujours sur le sort de Charles X.
Longtemps honoré de ses bontés, personne plus que moi ne sut connaître
toutes les vertus de son coeur; et même, lorsque, trompé par des
ministres imbéciles, encore plus que perfides, lorsque, trop vainement,
hélas! je cherchais à lui faire entendre la vérité que l'on mettait un
soin si criminel à lui déguiser, j'atteste encore, j'attesterai toujours
ne lui avoir jamais entendu exprimer que des voeux pour le bonheur des
Français et la prospérité de la France. Cette justice, mon devoir est de
la lui rendre; ces sentiments, qui vivront à jamais dans mon coeur, et
qui m'étoufferaient si je ne leur donnais un libre cours, j'aime à les
répandre devant vous, et je plains celui qui s'en offenserait.

Oui, jusqu'au dernier souffle de ma vie, tant qu'une goutte de sang fera
battre mon coeur, jusque sur l'échafaud, si jamais je dois y porter ma
tête, je confesserai à haute voix mon amour et mon respect pour mon
vieux maître. Je proclamerai ses vertus, je dirai qu'il ne méritait pas
son sort, et que les Français, qui ne l'ont pas connu, ont été injustes
envers lui.

Mais en ce moment, moi-même je ne suis que Français, et, dans la crise
où il se trouve, je me dois tout à fait à mon pays.

Cette grande considération du salut de la France est sans doute la seule
qui ait pu porter tant d'esprits sages à promulguer avec une telle
précipitation les actes qui, depuis six jours, ont décidé du destin
de la France. Tout était consommé, et, voyant l'anarchie prête à nous
ressaisir et à nous dévorer, traînant à sa suite le despotisme et
l'invasion étrangère, ils se seront Dit:--Mettons-nous même au-dessus
des lois et des principes, pour sauver la patrie.--De tels motifs ne
pouvaient me trouver sourd à leur influence. C'est à eux seuls que je
sacrifie tous les sentiments qui, depuis cinquante ans, m'attachaient
à la vie. Ce sont eux qui, agissant sur moi avec une violence
irrésistible, m'ouvrent la bouche pour prononcer le serment que l'on
exige de moi.»]

Je ne veux, en ce qui me touche, rien taire des vérités que le temps
m'a apprises. En présence de cette nécessité certaine, impérieuse, nous
fûmes bien prompts à y croire et à la saisir. C'est l'un des plus grands
mérites des institutions libres que les hommes, fortement trempés par
leur longue pratique, ne subissent que difficilement le joug de la
nécessité; et luttent longtemps avant de s'y résigner; en sorte que les
réformes ou les révolutions ne s'accomplissent que lorsqu'elles sont
réellement nécessaires et reconnues d'avance par le sentiment public
bien éprouvé. Nous étions loin de cette ferme et obstinée sagesse: nous
avions l'esprit plein de la révolution de 1688 en Angleterre, de son
succès, du beau et libre gouvernement qu'elle a fondé, de la glorieuse
prospérité qu'elle a value à la nation anglaise. Nous ressentions
l'ambition et l'espérance d'accomplir une oeuvre semblable, d'assurer la
grandeur avec la liberté de notre patrie, et de grandir nous-mêmes dans
la poursuite de ce dessein. Nous avions, dans notre prévoyance et dans
notre force, trop de confiance; nous étions trop préoccupés des vues de
notre esprit et trop peu de l'état réel des faits autour de nous. Il y
avait en 1688, dans la constitution de la société et dans l'état des
esprits en Angleterre, des moyens de gouvernement et des points d'arrêt
sur la pente des révolutions que la société française ne possède pas
aujourd'hui. Ce ne fut point d'ailleurs contre un acte soudain et isolé,
comme les ordonnances de juillet, que se souleva la nation anglaise: à
la fin du règne de Charles II et sous celui de Jacques II, elle avait
connu tous les excès et souffert tous les maux d'une tyrannie longue,
cruelle, variée. Tous les droits avaient été violés, tous les intérêts
froissés, tous les partis frappés tour à tour; et c'était sur le parti
royaliste lui-même, sur les plus intimes confidents et les plus zélés
serviteurs de la Couronne qu'avaient porté les derniers coups. Le besoin
et l'esprit de la résistance étaient profonds et invétérés, répandus
dans la société tout entière, plus forts que les souvenirs des anciennes
luttes et les liens des anciens partis. Si bien que, lorsque la
révolution de 1688 éclata, elle avait été préparée et fut acceptée par
les hommes les plus divers, par beaucoup de torys comme par les whigs,
par l'aristocratie comme par le peuple; il lui vint des partisans et
des défenseurs de tous les points de l'horizon politique et de tous les
sentiments du pays. Nous n'avions, pour la révolution de 1830, ni
des causes aussi profondes, ni d'aussi variés appuis. Nous ne nous
délivrions pas d'une intolérable tyrannie. Toutes les classes de la
nation n'étaient pas ralliées dans la résistance par une commune
oppression. Nous tentions une entreprise bien plus grande avec des
forces bien moindres et bien moins capables soit de la soutenir
énergiquement, soit de la contenir dans les limites du droit et du bon
sens.

Nous n'avions guère le sentiment du fardeau dont nous nous chargions,
car nous prîmes plaisir à l'aggraver. Non contents d'avoir une royauté à
fonder, nous voulûmes avoir aussi une constitution à faire et changer
la Charte comme la dynastie. Il n'y avait ici, à coup sûr, point de
nécessité. La Charte venait de traverser avec puissance et honneur les
plus rudes épreuves. En dépit de toutes les entraves et de toutes les
atteintes, elle avait suffi, pendant seize ans, à la défense des droits,
des libertés, des intérêts du pays. Tour à tour invoquée, dans des
vues diverses, par les divers partis, elles les avait tous protégés et
contenus tour à tour. Le Roi, pour échapper à son empire, avait été
contraint de la violer, et elle n'avait point péri sous cette violence;
dans les rues comme dans les Chambres, elle avait été le drapeau de la
résistance et de la victoire. Nous eûmes la fantaisie d'abattre et de
déchirer nous-mêmes ce drapeau.

A vrai dire, et pour la plupart de ceux qui y mirent la main, ce n'était
point pure fantaisie, et des instincts profonds se cachaient sous ce
mouvement. Le goût et le péché révolutionnaire, par excellence, c'est le
goût et le péché de la destruction pour se donner l'orgueilleux plaisir
de la création. Dans les temps atteints de cette maladie, l'homme
considère tout ce qui existe sous ses yeux, les personnes et les choses,
les droits et les faits, le passé et le présent, comme une matière
inerte dont il dispose librement, et qu'il peut manier et remanier pour
la façonner à son gré. Il se figure qu'il a dans l'esprit des idées
complètes et parfaites, qui lui donnent sur toutes choses le pouvoir
absolu, et au nom desquelles il peut, à tout risque et à tout prix,
briser tout ce qui est pour le refaire à leur image. Telle avait été,
en 1789, la faute capitale de la France. En 1830, nous essayâmes d'y
retomber.

Je puis me permettre de changer ici de langage et de ne plus dire
_nous_. Dès que cette tendance essentiellement révolutionnaire apparut,
les hommes engagés dans le grand événement qui s'accomplissait
reconnurent combien ils différaient entre eux, et ils se divisèrent.
C'est de la révision de la Charte que date la politique de la
résistance.

Bien des gens voulaient que cette révision fût lente, soumise à des
débats solennels, et qu'il en sortît une Constitution toute nouvelle
qu'on aurait appelée l'oeuvre de la volonté nationale. Nous venions
d'avoir un ridicule exemple de la susceptibilité obstinée et
inintelligente de ces amateurs de créations révolutionnaires. Le duc
d'Orléans, en acceptant le 31 juillet la lieutenance générale du
royaume, avait terminé sa première proclamation par ces mots: «_La_
Charte sera désormais une vérité.» Cette reconnaissance implicite de la
Charte, même pour la réformer, déplut à quelques-uns des commissaires
qui s'étaient rendus au Palais-Royal, et, je ne sais à quel moment
précis ni par quels moyens, ils y firent substituer, dans _le Moniteur_
du 2 août, cette absurde phrase: «_Une_ Charte sera désormais une
vérité;» altération que _le Moniteur_ du lendemain 3 août démentit par
un _erratum_ formel. Et en même temps qu'on répudiait ainsi l'ancienne
Charte, on voulait introduire dans la nouvelle de nombreux changements,
tous favorables à la brusque extension des libertés populaires et à la
domination exclusive de l'esprit démocratique.

Notre résistance à ces vues fut décidée, bien qu'incomplète. Nous
maintînmes la Charte comme la constitution préexistante et permanente
du pays; mais nous n'empêchâmes pas qu'on ne se donnât la puérile
satisfaction de l'intituler _Charte de_ 1830, comme si une constitution
de seize ans avait besoin d'être rajeunie. Parmi les changements qui y
furent introduits, quelques-uns, à l'épreuve, ont été trouvés plutôt
nuisibles qu'utiles; d'autres étaient prématurés; deux ou trois
seulement pouvaient être jugés nécessaires. La complète fixité de la
Charte, proclamée le lendemain de la Révolution, eût certainement
beaucoup mieux valu, pour les libertés comme pour le repos du pays.
Mais personne n'eût osé la proposer; pendant que nous délibérions, les
passions et les prétentions révolutionnaires grondaient autour de nous,
jusqu'à la porte de notre enceinte; et en dehors, le gouvernement
nouveau, encore incertain et presque inconnu, n'avait ni force, ni
moyens d'action. Nous ne parvînmes pas à maintenir la Chambre des pairs
sur ses bases constitutionnelles; à grand'peine fîmes-nous ajourner,
bien vainement, l'examen de la question. Grâce aux efforts de M. Dupin
et de M. Villemain, l'inamovibilité de la magistrature fut sauvée. Sur
un seul, point, notre succès fut complet; nous réussîmes à écarter toute
lenteur, tout vain débat; en deux séances, la Charte fut modifiée; en
huit jours, la Révolution fut close et le gouvernement établi. Et en
luttant contre ces premières tempêtes, un parti de gouvernement commença
à se former, encore mal uni, inexpérimenté, flottant, mais décidé à
pratiquer sérieusement la monarchie constitutionnelle et à la défendre
résolument contre l'esprit de révolution.

Depuis cette époque, et surtout depuis 1848, une question a été souvent
agitée: aurions-nous dû, quand la Charte eut été ainsi révisée et la
couronne déférée par les Chambres à M. le duc d'Orléans, demander au
peuple, sous une forme quelconque de suffrage universel, la sanction de
ces actes et l'acceptation de la nouvelle Charte et du nouveau Roi?

Si je croyais que l'omission de cette formalité a été pour quelque chose
dans la chute, en 1848, du gouvernement fondé en 1830, j'en ressentirais
un profond regret. Je sais la valeur que peuvent avoir les apparences,
et je regarderais comme un sot entêtement, non comme une juste fierté,
la prétention de les dédaigner quand elles sont en effet puissantes.
Mais plus j'y pense, plus je demeure convaincu que le défaut d'un vote
des assemblées primaires n'a jamais été, pour la monarchie de juillet,
pendant sa durée, une cause de faiblesse, et n'a eu aucune part dans
ses derniers revers. L'adhésion de la France, en 1830, au gouvernement
nouveau, fut parfaitement libre, générale et sincère[4]; elle était
beaucoup plus pressée de le voir établi que jalouse de le voter
expressément, et nous obéîmes à son véritable désir comme à son intérêt
bien entendu en mettant, sans complication ni délai, une prompte fin à
la Révolution et un pouvoir régulier à la tête du pays. Mais ce motif,
bien que très-puissant, ne fut pas le seul qui nous détermina à ne point
réclamer l'intervention populaire, et à clore le drame sans le soumettre
au suffrage officiel et explicite du public.

[Note 4: Un témoin qui ne peut être suspect, M. de La Fayette, écrivait,
le 26 novembre 1830, au comte de Survilliers (Joseph Bonaparte): «Quant
à l'assentiment général, ce ne sont pas seulement les Chambres et la
population de Paris, 80,000 gardes nationaux et 300,000 spectateurs au
Champ-de-Mars, ce sont toutes les députations des villes et villages
de France que mes fonctions me mettent à portée de recevoir en détail,
c'est en un mot un faisceau d'adhésions non provoquées et indubitables
qui nous confirment de plus en plus que ce que nous avons fait est
conforme à la volonté actuelle d'une très-grande majorité du peuple
français.» (_Mémoires du général La Fayette_, t. VI, p. 471.)]

C'était une monarchie que nous croyions nécessaire à la France, voulue
de la France, et que nous entendions fonder. J'honore la République;
elle a ses vices et ses périls propres et inévitables, comme toutes les
institutions d'ici-bas; mais c'est une grande forme de gouvernement, qui
répond à de grands côtés de la nature humaine, à de grands intérêts
de la société humaine, et qui peut se trouver en harmonie avec la
situation, les antécédents et les tendances de telle ou telle époque,
de telle ou telle nation. J'aurais certainement été républicain aux
États-Unis d'Amérique quand ils se séparèrent de l'Angleterre: la
République fédérative était pour eux le gouvernement naturel et vrai, le
seul qui convînt à leurs habitudes, à leurs besoins, à leurs sentiments.
Je suis monarchique en France par les mêmes raisons et dans les mêmes
intérêts; comme la République aux États-Unis en 1776, la monarchie
est, de nos jours, en France, le gouvernement naturel et vrai, le plus
favorable à la liberté comme à la paix publique, le plus propre à
développer les forces légitimes et salutaires comme à réprimer les
forces perverses et destructives de notre société.

Mais la monarchie est autre chose qu'un mot et une apparence. Il y avait
autant de légèreté que de confusion dans les idées à parler sans cesse
d'un trône entouré d'institutions républicaines comme de la meilleure
des républiques. Des institutions libres ne sont point nécessairement
des institutions républicaines. Quelle que soit, entre elles, l'analogie
de certaines formes, la monarchie constitutionnelle et la République
sont des gouvernements très-différents, et on les compromet autant qu'on
les dénature quand on prétend les assimiler.

La monarchie que nous avions à fonder n'était pas plus une monarchie
élective qu'une République. Amenés par la violence à rompre violemment
avec la branche aînée de notre maison royale, nous en appelions à la
branche cadette pour maintenir la monarchie en défendant nos libertés.
Nous ne choisissions point un Roi; nous traitions avec un prince que
nous trouvions à côté du trône et qui pouvait seul, en y montant,
garantir notre droit public et nous garantir des révolutions. L'appel
au suffrage populaire eût donné à la monarchie réformée précisément le
caractère que nous avions à coeur d'en écarter; il eût mis l'élection
à la place de la nécessité et du contrat. C'eût été le principe
républicain profitant de l'échec que le principe monarchique venait de
subir pour l'expulser complètement et prendre, encore sous un nom royal,
possession du pays.

Entre les deux politiques qui apparurent alors l'une en face de l'autre,
destinées à se combattre et à se balancer longtemps, mon choix ne fut
pas incertain. Outre la situation générale, quelques faits particuliers,
peu importants en apparence ou peu remarqués, me frappèrent, au moment
même, comme une lumière d'en haut, et me décidèrent dès les premiers
pas.

Pendant que, par nos actes et nos paroles comme députés, nous nous
appliquions à maintenir la Charte en la modifiant, et à raffermir la
monarchie ébranlée, les idées et les passions révolutionnaires se
déployaient hardiment autour de nous et protestaient contre nous. Le 31
juillet, quelques heures après que la députation de la Chambre fut
venue inviter M. le duc d'Orléans à prendre la lieutenance générale du
royaume, les murs de Paris étaient couverts de ce placard:

«_Le comité central du XIIe arrondissement de Paris à ses concitoyens._
Une proclamation vient d'être répandue au nom du duc d'Orléans qui
se présente comme lieutenant général du royaume, et qui, pour tout
avantage, offre la Charte octroyée, sans amélioration ni garanties
préliminaires. Le peuple français doit protester contre un acte
attentatoire à ses véritables intérêts, et doit l'annuler. Ce peuple,
qui a si énergiquement reconquis ses droits, n'a point été consulté pour
le mode de gouvernement sous lequel il est appelé à vivre. Il n'a point
été consulté, car la Chambre des députés et la Chambre des pairs, qui
tenaient leurs pouvoirs du gouvernement de Charles X, sont tombées avec
lui, et n'ont pu, en conséquence, représenter la nation.»

Au même moment, un autre comité, connu sous le nom de _Réunion
Lointier_, et qui comptait dans son sein des hommes importants,
quelques-uns députés, décidait «qu'une députation se rendrait auprès de
M. le duc d'Orléans pour le prévenir que la nation ne le reconnaissait
pas comme lieutenant général, que le Gouvernement provisoire seul devait
être investi des pouvoirs nécessaires au maintien de la tranquillité
publique et à la formation des assemblées populaires, et que la nation
resterait en armes pour soutenir ses droits par la force, si on
l'obligeait à y avoir recours.»

Même parmi les partisans décidés du duc d'Orléans, l'entraînement ou la
routine de l'esprit révolutionnaire étaient tels que, dans les écrits
qu'ils publiaient et faisaient afficher pour lui, on lisait ces paroles:
«Dans ce moment, les députés et les pairs se rassemblent dans leurs
chambres respectives pour proclamer le duc d'Orléans, _et lui imposer
une charte au nom du peuple_.»

Ce même jour, aussitôt après avoir accepté la lieutenance générale
du royaume, M. le duc d'Orléans monta à cheval pour se rendre à
l'Hôtel-de-Ville, et donner ainsi, à la garde nationale et à son
commandant M. de La Fayette, une marque de courtoisie déférente. Nous
l'escortions tous à pied, à travers les barricades à peine ouvertes.
C'était déjà une démarche peu fortifiante pour le pouvoir naissant que
cet empressement à aller chercher une investiture plus populaire que
celle qu'il tenait des députés du pays; mais l'aspect de la population
fut encore plus significatif que la démarche du pouvoir. Elle se
pressait autour de nous, sans violence mais sans respect, et comme se
sentant souveraine dans ces rues où se préparait pour elle un Roi.
Nous étions obligés, pour nous préserver et pour préserver M. le duc
d'Orléans de cette irruption populaire, de nous tenir fortement par
la main, et de former ainsi, à sa droite et à sa gauche, deux haies
mouvantes de députés. Comme nous arrivions sur le quai du Louvre, une
bande de femmes et d'enfants se précipita sur nous, criant: _Vivent nos
députés!_ et ils nous entourèrent jusqu'à la place de Grève, dansant et
chantant _la Marseillaise_. Des cris et des questions de toute sorte
partaient à chaque instant de cette cohue; ils se montraient les uns
aux autres le duc d'Orléans: «Qui est ce monsieur à cheval? Est-ce un
général? Est-ce un prince?--J'espère, dit une femme à l'homme qui lui
donnait le bras, que ce n'est pas encore un Bourbon.» Je fus infiniment
plus frappé de notre situation au milieu de ce peuple et de son
attitude que de la scène même qui eut lieu quelques moments après, à
l'Hôtel-de-Ville, et des apostrophes du général Dubourg à M. le duc
d'Orléans. Quels périls futurs se révélaient déjà pour cette monarchie
naissante, seule capable de conjurer les périls présents du pays!

Dans les jours suivants, quand le gouvernement commença, j'allais
fréquemment au Palais-Royal, d'abord à titre de commissaire, puis comme
ministre de l'intérieur. Aux portes du palais et dans le vestibule,
point de sentinelles, point de police, point de garanties d'ordre et de
sécurité; des hommes du peuple, surveillants volontaires ou placés là
par je ne sais qui, assis ou étendus sur des bancs ou sur l'escalier,
jouant aux cartes et recevant leurs camarades. Il n'y avait rien de
grave à réprimer dans la conduite de ces gardes populaires, et si leur
empire n'eût été qu'un accident momentané, je n'en aurais probablement
conservé aucun souvenir; mais leur physionomie, leurs manières, leurs
paroles, tout indiquait que, même là, ils se croyaient encore les
maîtres, et que leur humeur serait grande le jour où l'ordre, qu'ils
maintenaient tant bien que mal, ne serait plus à leur discrétion.

Du 5 au 7 août, pendant que la Chambre s'occupait de la révision de la
Charte, des groupes se formaient aux abords de la salle, dans la cour,
dans le jardin, s'entretenant avec passion des questions débattues dans
l'intérieur; presque tous les assistans étaient des jeunes gens du
barreau, ou des écoles, ou de la presse, point tumultueux, mais ardents
et impérieux dans leurs idées et leurs volontés. Armand Carrel et
Godefroy Cavaignac s'y rencontraient quelquefois. Parmi les députés, MM.
de La Fayette et Dupont de l'Eure étaient leur drapeau. En entrant ou en
sortant, je m'arrêtais au milieu de ces groupes dans lesquels mes cours
et mes écrits me valaient encore quelque faveur. Nous causions de la
royauté, des deux Chambres, du système électoral, de l'hérédité de la
pairie, question à l'ordre du jour. Je vis là à quel point les préjugés
et les projets républicains étaient enracinés dans cette génération
élevée au sein des sociétés secrètes et des conspirations. La monarchie
n'était pour eux qu'une concession nominale et temporaire, faite à
contre-coeur, et qu'ils entendaient vendre très-chèrement. A aucun prix,
ils n'admettaient l'hérédité de la pairie, ni aucun élément étranger à
la démocratie pure. Ils étaient prêts à recommencer l'émeute plutôt que
d'y consentir, et l'ajournement de cette question leur fut à grand'peine
arraché. Le seul pouvoir électif, émané du suffrage universel, et
le recours à l'insurrection dès que cette légitimité populaire leur
semblait violée, c'était là, qu'ils s'en rendissent compte ou non, toute
leur foi politique. C'était vouloir l'empire continu de la force sous le
prétexte du droit, et l'état révolutionnaire en permanence au lieu de
l'état social.

Je reçus, de cette maladie des esprits, une preuve écrite que j'ai
gardée, tant elle me frappa. Le 6 août, comme je me rendais au
Palais-Royal pour le Conseil, l'un des plus distingués et des plus
sincères entre ces jeunes gens m'arrêta au bas de l'escalier, et me
remit un papier qu'il recommanda, d'un ton très-ému, à ma plus sérieuse
attention. Voici textuellement ce qu'il contenait:

«On ne comprend pas l'état des choses.

«Il faut être national et fort, avant tout et tout de suite.

«Les discussions seront interminables et useront les plus forts.

«La Chambre des députés est mauvaise; on peut le voir déjà, et on le
verra mieux tout à l'heure.

«Le Gouvernant, quel qu'il soit, doit agir au plus vite. On nous presse,
et dans trois jours, dans deux peut-être, nous ne serons plus les
maîtres d'arrêter ceux qui sont derrière nous et qui veulent marcher.

«Que le Lieutenant général propose à la _seule_ Chambre des députés, ce
soir ou demain, une Constitution républicaine sous forme royale, et une
Déclaration des droits, pour être soumise à l'acceptation des communes,
par _oui_ ou par _non_, d'ici à six mois.

«Que, dans l'intervalle, le Lieutenant général soit Gouvernement
provisoire _autorisé_.

«Que la Chambre soit, immédiatement après, dissoute.

«Qu'on flétrisse la Restauration, les hommes et les choses de la
Restauration.

«Qu'on marche hardiment vers le Rhin; qu'on y porte la frontière,
et qu'on y continue par la guerre le mouvement national; qu'on
l'entretienne par ce qui l'a provoqué. Ce ne sera d'ailleurs rien faire
que prendre l'initiative; ce sera rallier l'armée, la recruter, la
retenir dans sa main, l'associer à la Révolution. Ce sera parler à
l'Europe, l'avertir, l'entraîner.»

«Organiser la nation, s'appuyer sur elle est indispensable et ne
présente aucun danger.

«Il n'y a pas de modification dans la propriété à réaliser actuellement;
par conséquent, pas de discorde civile à craindre.

«Cela fait, tous les embarras ont disparu; la position est grande,
solide et sans danger réel. Il ne faut que _vouloir_ pour arriver là.

«A ce prix, nous républicains, nous engageons au service du Gouvernement
nos personnes, nos capacités et nos forces, et _nous répondons de la
tranquillité intérieure_.»

Ce texte n'a pas besoin de commentaire. C'était la République à la
fois timide et hautaine, n'osant se proclamer sous son propre nom
et s'imposer elle-même à la France, mais demandant arrogamment à la
Monarchie de la prendre sous son manteau pour qu'elle y pût rêver
et grandir à son aise. Que seraient devenues, en présence de telles
dispositions, et si elles avaient prévalu, la société en France et la
paix en Europe? Ce n'est pas la République qui se serait établie: pas
plus en 1830 qu'en 1848, elle n'était en harmonie avec la situation, les
intérêts, les instincts naturels, les idées générales, les sentiments
libres du pays; nous n'aurions eu, sous ce nom, que le chaos
révolutionnaire, un mélange d'anarchie et de tyrannie, un cauchemar
continu de mouvements turbulents et vains, projets sur projets,
mensonges sur mensonges, mécomptes sur mécomptes, et toutes les
angoisses, tous les périls éclatant coup sur coup, après l'explosion de
toutes les chimères et l'étalage de toutes les prétentions.

Je ne dirai pas que je lus clairement et jusqu'au bout dans cet avenir;
mais j'en entrevis assez pour me vouer, corps et âme, à la résistance,
comme à un devoir d'homme sensé, d'homme civilisé, d'honnête homme et
de citoyen. Et quand nous nous mîmes sérieusement à l'oeuvre, le
Gouvernement nouveau dans son ensemble et moi comme ministre de
l'intérieur, le cours des événements et l'expérience des affaires me
confirmèrent pleinement dans mes pressentiments et mes résolutions.



                            CHAPITRE X

                   MON MINISTÈRE DE L'INTÉRIEUR.

Ma principale préoccupation en entrant au ministère de
l'intérieur.--Voyage et embarquement de Charles X.--Composition et
incohérence du cabinet du 11 août 1830.--Ses divers éléments.--MM.
Laffitte, Dupont de l'Eure, maréchal Gérard et Bignon.--MM. Casimir
Périer, duc de Broglie, baron Louis, comte Molé, général Sébastiani,
Dupin et moi.--Attitude du Roi dans ce Conseil.--Vastes attributions
et mauvaise organisation du ministère de l'intérieur.--Mes
travaux.--L'Opposition m'accuse de ne rien faire.--Mon Exposé de l'état
du royaume en septembre 1830.--Mes relations avec les préfets.--Mes
relations avec M. de La Fayette au sujet des gardes nationales.--Mon
administration dans ses rapports avec les lettres, les sciences et les
arts.--Ma participation aux affaires extérieures.--L'Europe veut le
maintien de la paix.--Dispositions de l'Angleterre,--de la Russie et
de l'empereur Nicolas,--de l'Autriche et de la Prusse.--Le parti
révolutionnaire en France méconnaît complètement cette situation
européenne.--Le roi Louis-Philippe la comprend et en profite.--Sentiment
de la France à l'égard des révolutions étrangères.--M. de Talleyrand
ambassadeur à Londres.--Pourquoi il convient à cette mission.--Est-il
vrai que le roi Louis-Philippe ait seul fait ce choix?--Notre politique
envers la Belgique, le Piémont et l'Espagne.--Ma conduite envers les
réfugiés espagnols.--Rapports du cabinet avec les Chambres.--La Chambre
des députés se complète par des élections nouvelles.--M. Pasquier est
nommé président de la Chambre des pairs.--Projets de lois présentés
aux Chambres.--Propositions nées dans les Chambres.--Mes débuts à la
tribune.--Fermentation des partis.--Débat sur les clubs.--Clôture
des clubs.--La Chambre des députés accuse les ministres de Charles
X.--Proposition de M. de Tracy et Adresse de la Chambre des députés pour
l'abolition de la peine de mort.--Émeutes révolutionnaires.--Elles se
portent sur le château de Vincennes,--sur le Palais-Royal.--Dissolution
du cabinet.--Ses causes.--Mon sentiment en sortant des affaires.--Lettre
de M. Augustin Thierry.

(1er août--2 novembre 1830.)


Le 31 juillet, à la veille de se dissoudre, la Commission municipale,
prenant, sous la vaniteuse influence de M. Mauguin, des airs de
gouvernement provisoire, s'était donné le frivole plaisir de nommer
aux divers départements ministériels des commissaires encore plus
provisoires qu'elle, car ils n'exercèrent pas même un jour les fonctions
qu'elle leur attribuait. Elle m'avait nommé commissaire provisoire à
l'instruction publique. Le lendemain, 1er août, M. le duc d'Orléans,
comme lieutenant général du royaume, m'appela, avec le même titre, au
département de l'intérieur, et le 11 août, quand il eut accepté la
couronne, j'entrai, comme ministre de ce département, dans le cabinet
qu'il forma.

A ce moment, et malgré la multitude et l'urgence des affaires qui
m'assaillaient, une affaire me préoccupait par-dessus toutes les autres.
La Révolution était accomplie; elle ne rencontrait nulle part aucune
résistance; Roi, Charte, Chambres, Cabinet, tous les pouvoirs nouveaux
étaient debout et en action. Et le Roi Charles X était encore en France,
évidemment hors d'état de s'y maintenir et ne faisant pas un mouvement
pour s'en éloigner! En vain quatre commissaires, le maréchal Maison, le
général Jacqueminot, MM. Odilon Barrot et de Schonen s'étaient rendus
au château de Rambouillet pour le décider à partir et pour veiller à sa
sûreté; ils étaient revenus à Paris sans succès. Le lendemain pourtant,
3 août, troublé à l'approche du chaos populaire qui se porta sur
Rambouillet, où les commissaires étaient retournés, touché de quelques
paroles gravement émues de M. Odilon-Barrot et des attestations plus
opportunes qu'exactes du maréchal Maison sur le nombre des assaillants,
Charles X se résolut à quitter sa dernière résidence royale et à se
rendre sur un point de la côte pour s'embarquer. Mais il cheminait
lentement, s'arrêtant çà et là, hésitant sur sa route, écartant les
observations que lui adressaient quelquefois, pour régler ou presser sa
marche, les commissaires qui l'accompagnaient, et ayant l'air d'attendre
que quelque incident favorable vînt changer ses résolutions et son sort.

Nous aussi, à Paris, nous étions vivement préoccupés des incidents
possibles, mais avec des impressions et dans une attente bien
différentes. Aucune chance de soulèvement et de guerre civile en
faveur de la royauté déchue ne se laissait entrevoir; ses plus
dévoués serviteurs se tenaient dans le plus profond repos. M. de La
Rochejaquelein écrivit à plusieurs journaux: «Vous avez été mal informé
en mettant dans votre journal que le marquis et la marquise de La
Rochejaquelein étaient arrivés dans la Vendée pour la soulever; ils sont
fort tranquillement chez eux, près de Paris.» L'armée s'empressait,
comme le pays, d'adhérer au gouvernement nouveau. Les régiments même
qui, avec un noble sentiment de discipline et d'honneur, étaient restés
autour de Charles X, recevaient de lui, comme une délivrance, l'ordre
de rejoindre leurs quartiers. Nous redoutions bien plus les passions
révolutionnaires que les tristesses royalistes. C'était une périlleuse
entreprise que celle de conduire à pas lents, et pendant treize jours,
le Roi détrôné à travers des populations nombreuses, partout en
mouvement, en proie aux colères, aux méfiances, aux mauvais désirs de
vengeance ou de précaution que soulevaient encore dans les coeurs la
lutte de la veille et l'incertitude du lendemain. Pourtant l'honneur de
la royauté nouvelle, de ses conseillers, de tous les honnêtes gens qui
l'avaient adoptée, était engagé dans cette difficile épreuve. Il fallait
que Charles X et la famille royale arrivassent au terme de leur amer
voyage, non-seulement sans obstacle et sans insulte, mais au milieu du
calme et des égards publics. J'étais assailli de rapports alarmants.
Des rassemblements se formaient sur divers points de la route, menaçant
tantôt d'arrêter Charles X, tantôt de précipiter violemment son
départ. Les commissaires qui l'accompagnaient, le maréchal Maison,
MM. Odilon-Barrot, de Schonen, de La Pommeraye, déployaient, pour
les dissiper, une activité intelligente et généreuse; mais y
réussiraient-ils toujours? Leur modération les rendait eux-mêmes
quelquefois suspects; on se plaignait qu'au milieu du cortège royal, ils
ne portassent pas constamment leur cocarde et leur écharpe tricolore. Je
leur écrivais de presser la marche, d'éviter tout prétexte d'irritation
populaire, de tout faire pour que Charles X et sa famille fussent
promptement à l'abri de tout péril. M. Odilon-Barrot me répondait le 9
août, au moment même où le roi Louis-Philippe acceptait solennellement
la couronne et prêtait serment à la Charte: «Vous le savez, notre
mission est toute de déférence et d'humanité; les recommandations
intimes du duc et de la duchesse d'Orléans ont rendu nos ménagements
encore plus nécessaires. Un sentiment de respect et de convenance nous a
empêchés de montrer avec ostentation, devant un vieillard malheureux et
des femmes, des signes qui les blessent profondément; mais en public, et
devant la suite du Roi, nous n'avons jamais quitté nos couleurs.» Et
M. de Schonen ajoutait: «Quant à la lenteur de ce convoi funèbre de la
monarchie, ce n'est pas faute de représentations de notre part; mais que
voulez-vous répondre à un vieillard malheureux qui vous dit: «Je suis
fatigué?»

J'éprouvai le 11 août, en apprenant que Charles X s'était embarqué
la veille à Cherbourg, sous les yeux d'une foule silencieuse et
respectueuse, un véritable sentiment de délivrance; et le billet que
m'écrivit à l'instant même le roi Louis-Philippe commençait par cette
phrase: «Enfin voici des dépêches de nos commissaires qui me soulagent
le coeur.» Émotion vraie, quoi qu'en puissent penser les esprits
vulgaires; le roi Louis-Philippe, à ce moment, redoutait quelque
tragique catastrophe bien plus qu'il ne craignait un rival.

Pendant que deux paquebots américains, escortés par deux bâtiments
français, emportaient rapidement loin de la France le vieux Roi et
sa famille, la France accourait à Paris. De toutes les parties du
territoire arrivaient tous les jours des milliers de visiteurs, les
uns pour assister de plus près à un grand spectacle, les autres pour
satisfaire ce besoin de mouvement sans but que suscitent les grands
événements, beaucoup pour venir chercher leur part dans les fruits d'une
victoire qu'ils disaient la victoire de leur cause et de leur parti.
C'est un étrange chaos que celui qui naît d'une révolution dans un pays
où règne la centralisation; l'ébranlement se répand partout pour revenir
se concentrer sur un seul point; il n'y a, dans toutes les familles et
dans toutes les têtes, point de désirs ou d'espérances, point d'idées
ou de plans qui ne se sentent provoqués et ne se croient autorisés à se
produire. Et toutes ces prétentions, toutes ces rêveries de l'esprit
ou de l'intérêt, de la vanité ou de l'avidité, se pressent autour du
pouvoir nouveau, lui demandant leur pâture.

Le cabinet qui venait de se former était plus propre à accroître qu'à
dissiper cette fermentation confuse. Composé de onze membres, sept
ministres à portefeuille et quatre ministres consultants, il n'avait
point d'autre unité que celle qu'exigeaient absolument ses premiers
pas dans les premiers jours. Nous voulions tous sincèrement fonder la
monarchie constitutionnelle qui sortait de la Révolution. Mais quand
de cette intention générale il fallut passer à l'action précise et
quotidienne, quand nous eûmes à déterminer ce que devait être le
gouvernement de cette monarchie et à le mettre en pratique, les
dissidences éclatèrent, sérieuses, vives, à chaque instant répétées.
Non-seulement nous étions partagés entre les deux tendances qui
s'étaient manifestées lors de la révision de la Charte, le mouvement et
la résistance, l'ardeur des innovations et le respect des traditions et
des lois; mais, dans chacun de ces groupes séparés, l'unité manquait
presque également, car des diversités graves s'y rencontraient qui
faisaient pressentir, entre des hommes d'accord en apparence, des
séparations, peut-être des luttes prochaines, et qui mettaient le
pouvoir hors d'état d'échapper lui-même à la confusion des idées, des
prétentions et des chances qui s'agitaient autour de lui.

Des onze ministres, gouvernants ou consultants, qui siégeaient alors
dans le Conseil, huit sont morts: MM. Laffitte, Dupont de l'Eure, le
maréchal Gérard, le baron Bignon, le comte Molé, le baron Louis, le
maréchal Sébastiani et M. Casimir Périer. Trois seulement, le duc de
Broglie, M. Dupin et moi, survivent aujourd'hui. Quand j'ai commencé à
écrire ces Mémoires, je me suis demandé, non sans quelque perplexité,
avec quelle mesure de liberté je parlerais des hommes, amis ou
adversaires, que j'ai vus de près, soit dans l'exercice, soit dans les
luttes du pouvoir. Les morts appartiennent à l'histoire; ils ont droit
à sa justice, elle a droit, sur eux, à la liberté. J'en userai avec
franchise. Les vivants se coudoyent encore en ce monde; ils se doivent
des égards mutuels. C'est un devoir facile aujourd'hui.

Entre les quatre membres du Conseil de 1830 que le parti du mouvement
comptait comme siens, l'importance comme l'ardeur politique étaient
très-inégales. Vaillant soldat de la Révolution et de l'Empire, le
maréchal Gérard restait fidèle aux instincts et aux amis de sa jeunesse
sans prendre grand intérêt aux débats de principes ou aux luttes des
partis. De ses habitudes militaires il avait appris à aimer l'ordre et à
soutenir le pouvoir; mais il y compromettait plus volontiers sa personne
que sa popularité. Esprit droit et même fin dans la pratique de la vie,
mais peu actif et peu étendu, il lui déplaisait d'avoir à chercher,
à travers des situations et des questions compliquées, ce que lui
commandaient son devoir et son honneur; il écoutait peu les raisons qui
contrariaient ses idées ou ses goûts, et discutait peu la politique
qu'il servait, pourvu qu'elle ne l'écartât pas de son drapeau. M.
Bignon, au contraire, mettait au service de son parti une abondante
puissance de dissertation et d'argumentation; non pas dans l'intérieur
du Conseil ou dans les conversations privées; il y était court et
embarrassé, n'aimant pas à lutter en face contre les personnes, ni à
s'engager, dans les questions spéciales, par des avis positifs. C'était
dans le repos de son cabinet, en écrivant soit des pamphlets pour
le public, soit des discours pour les Chambres, qu'il déployait les
ressources d'une instruction plus spécieuse que solide, d'une expérience
diplomatique un peu subalterne et d'un esprit sérieusement superficiel.
Il se faisait ainsi, dans le gros des auditeurs et des lecteurs, un
renom de savant politique, et les fournissait de faits et d'arguments,
mais sans exercer une réelle influence. Ni le maréchal Gérard, ni M.
Bignon n'étaient, dans le cabinet de 1830 et pour le parti du mouvement,
des chefs actifs et efficaces.

MM. Dupont de l'Eure et Laffitte possédaient seuls, dans le parti,
une vraie force et la méritaient réellement. J'ai vu de trop près les
effronteries et les volte-faces de l'intérêt personnel pour ne pas faire
cas de la sincérité et de la constance des convictions, même les plus
opposées aux miennes. Depuis que nous étions ensemble dans les affaires,
chaque incident, chaque question, chaque séance du Conseil m'apprenaient
mieux combien nous différions, M. Dupont de l'Eure et moi. Qu'il s'en
rendît compte ou non, les idées et les traditions de 1792 gouvernaient
la conduite comme la pensée de M. Dupont. Il n'était, sciemment et
d'intention, ni révolutionnaire, ni républicain; mais il portait dans
le Conseil naissant de la monarchie constitutionnelle les préjugés, les
méfiances, les exigences, les antipathies d'une vulgaire opposition
démocratique, et il ne trouvait pas en lui-même l'élévation d'esprit
et de moeurs qui, dans sa situation nouvelle, aurait pu lui donner
l'intelligence des conditions d'un gouvernement libre. Plus au contraire
il avançait dans l'exercice du pouvoir, plus il se repliait, avec un
certain orgueil rude, dans ses anciennes habitudes, car en même temps
qu'il était dominé par de grossiers amis, il avait foi, une foi honnête
et obstinée dans ses idées, les croyant conformes à la justice, bonnes
pour le bien du peuple, et se sentant prêt à leur sacrifier les intérêts
de son ambition ou de sa fortune. C'était assez pour être estimé du
public et important dans son parti, quoique incapable de le diriger ou
de le contenir.

M. Laffitte devait à de tout autres causes sa popularité et son
influence. Il avait bien plus d'esprit, et un esprit plus libre, plus
varié, moins commun que celui de M. Dupont de l'Eure. Homme d'affaires
intelligent et hardi, causeur abondant et aimable, soigneux de plaire à
tous ceux qui l'approchaient et bon pour tous ceux qui lui plaisaient,
il était toujours prêt à comprendre et à obliger tout le monde. Quoique
très-soumis, en définitive, aux influences révolutionnaires qui
l'entouraient, il n'avait, pour son propre compte, point d'idées
générales et arrêtées, point de parti-pris et obstiné; ni aristocrate
ni démocrate, ni monarchique ni républicain, aimant le mouvement par
instinct et pour son plaisir plutôt que dans quelque profond dessein,
cherchant l'importance par vanité plus que par ambition, mêlant la
fatuité au laisser-aller et l'impertinence à la bonté, vrai financier de
grande comédie, engagé dans la politique comme ses pareils de l'ancien
régime l'étaient dans les goûts mondains et littéraires, voulant surtout
être entouré, flatté, vanté, confiant dans son succès comme dans son
mérite, auprès du Roi comme auprès du peuple, dans les révolutions comme
dans les spéculations, et traitant toutes choses, les affaires d'État
comme les affaires d'argent, avec une légèreté présomptueuse qui se
croyait capable de tout concilier, ne s'inquiétait guère des obstacles
et ne prévoyait jamais les revers. Il était, en 1830, au sommet de sa
destinée, heureux et fier d'avoir vu faire, ou plutôt, pensait-il,
d'avoir fait, dans sa maison, une révolution qui plaisait au pays et un
roi qui lui plaisait à lui-même, et se promettant de rester puissant,
populaire et riche, sans prendre grand'peine à gouverner.

Partisans de la politique de résistance, nous avions dans le Conseil,
sur les patrons de la politique du mouvement, l'avantage du nombre. Mais
le nombre n'est pas toujours la force. Sinon la désunion, du moins de
grandes diversités de situation et de disposition existaient entre
nous, et nous affaiblissaient dans une lutte de jour en jour plus vive.
Très-décidés, au fond, contre l'esprit révolutionnaire, le général
Sébastiani et M. Casimir Périer gardaient une certaine réserve; l'un
pour être en mesure de rester, en tout cas, dans le cabinet, et d'y
soutenir le Roi dont la confiance lui était déjà acquise; l'autre, avec
une prévoyance plus hautaine, pensant qu'un jour viendrait où il serait
chargé de combattre l'anarchie qu'il détestait, et ne voulant pas s'user
avant le temps. Le baron Louis pratiquait résolument, dans les finances,
la politique d'ordre, et lui donnait son adhésion en toute autre
matière, mais sans prendre grande part au combat, et en marchant
toujours derrière M. Casimir Périer. M. Molé avait cet avantage que
tous les membres du Conseil, qu'ils fussent partisans, au dedans, du
mouvement ou de la résistance, étaient prononcés, au dehors, pour la
politique de la paix, et lui savaient gré de la pratiquer avec dignité.
M. Dupin se tenait un peu à l'écart et en observation, ami de l'ordre et
du Roi, mais précautionné et mobile, soigneux de ne pas se compromettre
au delà de l'absolue nécessité, et se décidant, dans chaque occasion,
selon son appréciation des forces en présence ou son impression du
moment, sans s'engager dans aucun système, ni avec aucun allié. J'étais,
comme ministre de l'intérieur, appelé et obligé, plus que tout autre, à
prendre à chaque instant parti entre les deux politiques rivales, et
mon parti avait été pris dès le premier jour. Par instinct comme par
réflexion, le désordre m'est antipathique; la lutte m'attire
plus qu'elle ne m'inquiète, et mon esprit ne se résigne pas à
l'inconséquence. Ce n'est pas que la politique de la résistance n'eût
pour moi des embarras particuliers; j'avais servi la Restauration, et
j'étais, à ce titre, déplaisant ou même suspect à la Révolution. M. Molé
et M. Louis aussi avaient servi la Restauration, et plus ostensiblement
que moi, puisqu'ils avaient été l'un et l'autre ministres de Louis
XVIII. Mais on avait, contre eux, moins d'occasions de chercher dans
leur passé un moyen d'attaque. Je devins bientôt le porte-drapeau de la
résistance, et ce fut surtout à moi que ses ennemis adressèrent leurs
coups. Le duc de Broglie me soutenait dans cette lutte difficile. Il
avait été, sous la Restauration, étranger à toute fonction, et n'avait
voulu occuper, en 1830, que le modeste département de l'instruction
publique. Il avait, pour son propre compte, peu de combats à livrer.
Mais il était plus libéral que démocrate, et d'une nature aussi délicate
qu'élevée, la politique incohérente et révolutionnaire lui déplaisait
autant qu'à moi. Quoique divers d'origine, de situation et aussi de
caractère, nous étions unis, non-seulement par une amitié déjà ancienne,
mais par une intime communauté de principes et de sentiments généraux,
le plus puissant des liens quand il existe réellement, ce qui est rare.
Seuls dans le cabinet de 1830, nous agissions toujours dans le même sens
et de concert.

Au milieu d'un Conseil ainsi divisé et flottant, et par de telles
causes, le rôle du roi Louis-Philippe était très-difficile. Non que
personne songeât encore à s'inquiéter de l'influence qu'il y pouvait
exercer et qu'il y exerçait en effet. La nécessité et le péril étaient
trop présents et trop pressants pour laisser place à ces jalousies des
temps tranquilles. Les plus ombrageux sentaient clairement que, plus
compromis que personne, pour sa famille comme pour lui-même, pour son
honneur comme pour sa sûreté, le prince qui venait de se lier au
pays avait bien le droit d'intervenir dans les délibérations et les
résolutions qui devaient décider de son propre sort comme de celui du
pays. Le Roi présidait donc le Conseil et y discutait toutes choses
aussi librement que ses ministres, dont il ne gênait en aucune façon la
liberté. Mais il avait, dans sa situation personnelle et en lui-même,
des causes de grave embarras. Les souvenirs révolutionnaires avaient
tenu une grande place dans le mouvement qui l'avait appelé à la
couronne, trop grande pour la mission de gouvernement que la couronne
lui imposait. Il devait à ces souvenirs l'adhésion d'une foule d'hommes
qui s'empressaient vers lui comme ses amis naturels, mais que leurs
préjugés et leurs habitudes révolutionnaires devaient bientôt rendre
pour lui des amis fâcheux et peut-être des ennemis dangereux. Beaucoup
d'entre eux, sous l'Empire, avaient servi sans scrupule le pouvoir
absolu; mais en rentrant dans un régime de liberté, ils reprenaient
leurs idées et leurs passions de révolution, et le Roi les trouvait à la
fois liés à sa cause et peu propres à la bien servir. La Révolution de
1789 lui avait laissé à lui-même des impressions contradictoires et
pesantes. Jeune, il avait assisté avec sympathie à cette explosion de
tant de belles espérances. Les grands principes de justice, d'humanité,
de respect pour la dignité et le bonheur des hommes, qui font la gloire
et la force de cette puissante époque, s'étaient établis dans son âme.
Plus tard, le cours des événements, les vicissitudes de sa propre
destinée, ses voyages à travers les deux mondes lui avaient fait
reconnaître les erreurs qui, à tant de salutaires résultats, avaient
mêlé tant de fautes, de crimes et de mécomptes. Mais en s'éclairant
sur la Révolution, l'esprit du roi Louis-Philippe ne s'en était pas
complètement affranchi; il l'avait vue d'abord si brillante et toujours
si forte, par la parole ou par les armes, par l'anarchie ou par le
despotisme, qu'elle lui apparaissait comme une puissance presque
irrésistible et fatale. Il regardait à la fois comme nécessaire et comme
infiniment difficile de lutter contre ses passions et ses exigences; et
convaincu qu'elles ne pouvaient s'accorder avec un gouvernement régulier
et libre, il n'était pas sûr qu'un tel gouvernement pût leur être opposé
avec succès. Entouré ainsi de partis discordants quoique favorables,
et quelquefois troublé par les doutes de sa propre pensée, c'était
son penchant de ne point s'engager, dès l'abord, dans une politique
fortement décidée, de ménager ses divers amis, et tantôt de céder,
tantôt de résister à la Révolution, dans l'espoir de gagner, en
louvoyant ainsi, le temps et la force dont il avait besoin pour
surmonter les obstacles que rencontrait le difficile gouvernement qu'il
s'était chargé de fonder.

Ces complications de sa situation et ces incertitudes de son esprit
perçaient dans l'attitude et les manières du Roi avec les conseillers
très-divers dont il était entouré. C'était aux partisans de la politique
populaire que s'adressaient surtout ses soins; il traitait M. Laffitte,
encore souffrant d'une entorse au pied qu'il s'était donnée au milieu
des barricades, avec une familiarité amicale et presque empressée: son
langage avec M. Dupont de l'Eure était plein de rondeur et de gaieté,
comme pour apprivoiser le paysan du Danube. Il témoignait à M. Casimir
Périer beaucoup d'égards, mêlés déjà de quelque inquiétude sur sa fierté
ombrageuse. Avec le duc de Broglie, M. Molé et moi, ses manières étaient
simples, ouvertes, empreintes d'estime et d'abandon, sans caresse.
Évidemment sa confiance sérieuse et sa faveur extérieure ne se
rencontraient pas toujours en parfaite harmonie. Des ennemis et des sots
ont voulu voir là une fausseté préméditée: c'était simplement l'effet
naturel d'une situation compliquée, encore obscure, et le travail d'un
esprit encore inexpérimenté dans le gouvernement et qui cherchait avec
quelque embarras sa route et ses amis.

Je trouve dans les lettres que, dès cette époque, le roi Louis-Philippe
m'écrivait chaque jour à propos des affaires courantes, des traces
évidentes de ces fluctuations intérieures qui le faisaient quelquefois
hésiter, faute d'idée arrêtée ou de confiance dans le succès, à adopter
des mesures qu'il jugeait bonnes ou même nécessaires. En me renvoyant,
le 14 août 1830, un rapport de police sur les désordres qui troublaient
Paris et qu'aucune force publique ne réprimait, il ajoutait: «Il est
urgent d'avoir une troupe faisant ce service; mais c'est difficile et
délicat.» Vers le milieu de septembre, je préparais pour les Chambres un
Exposé de la situation du royaume et des changements déjà apportés dans
l'administration; le Roi m'écrivit le 13: «Ne serait-il pas possible
d'indiquer dans votre Exposé que, tandis que le gouvernement fait
aussi largement la part des destitutions réclamées par le voeu public,
cependant aucune persécution n'a lieu, que la liberté individuelle
existe pour tous dans la plus grande étendue, ainsi que la circulation
des voyageurs de toutes les classes, de toutes les opinions, de tous
les partis, que les cabinets noirs n'existent plus, que le secret des
lettres est scrupuleusement et consciencieusement respecté, que nul
n'est inquiété pour ses opinions, quelles qu'elles aient été, quelles
qu'elles puissent être encore? Je ne prétends pas à l'encens des
compliments; mais cependant je crois qu'on peut dire à ceux qui
méconnaissent ma conduite et ses motifs:--En auriez-vous fait autant
envers nous?--Au reste, ce sera peut-être mieux de réserver cela
pour des articles de journaux; il serait possible que le public le
mésinterprétât, et je dis toujours: _Dans le doute, abstiens-toi._
D'ailleurs, il pourrait y avoir de l'embarras pour le concerter avec vos
collègues, et il ne faudrait pas le faire sans leur assentiment.»

Le doute du Roi, dans cette occasion, était à coup sûr bien modeste, et
je ne pense pas que, pour lui rendre une justice si méritée, le concert
entre mes collègues et moi eût été difficile à établir. Mais c'était,
surtout à cette époque, sa disposition générale de s'abstenir de toute
initiative qui ne fût pas absolument nécessaire, d'éviter les moindres
conflits, et de s'en tenir à cette politique réservée et un peu
flottante que les divisions entre ses partisans et les inquiétudes de
son propre esprit lui faisaient regarder comme seule sage et praticable.

Mais cette politique, possible pour le Roi, ne l'était pas du tout pour
ses ministres. Un régime de discussion publique et de liberté oblige
absolument les dépositaires responsables du pouvoir à la décision
précise, à l'initiative prompte, à l'action efficace. Il faut qu'à
chaque instant, dans chaque circonstance, ils prennent nettement et
ouvertement leur parti entre les diverses solutions des questions,
les idées et les prétentions diverses des hommes. Comme ministre de
l'intérieur, j'étais appelé plus fréquemment qu'aucun autre, et dans des
occasions plus graves ou plus délicates, à me prononcer de la sorte. Ce
département réunissait alors les attributions les plus étendues et les
plus variées; non-seulement l'administration générale, départementale et
communale, les établissements d'ordre public ou de charité, la police du
royaume, les gardes nationales, mais les travaux publics de tout genre,
l'agriculture, l'industrie, le commerce, les sciences, les lettres, les
arts, la plupart des grands intérêts matériels ou intellectuels du
pays étaient sous la main du ministre de l'intérieur. Pas plus dans
l'organisation du pouvoir central que dans ses rapports avec les
pouvoirs locaux, le travail n'était bien divisé, ni les attributions
convenablement réparties; de tous les départements ministériels, celui
de l'intérieur était le plus chargé et le plus confus; et j'avais à en
porter le poids en subissant la pression de toutes les prétentions,
espérances, rancunes, offres, plaintes, rêveries qui, de tous les points
de la France, amenaient par milliers à Paris et à mon ministère les
solliciteurs, les dénonciateurs, les curieux, les faiseurs de projets,
les affairés et les oisifs. Je m'adonnai tout entier à cette rude
mission. Je ne me permettais pas plus de quatre ou cinq heures de
sommeil. Je donnais les audiences importunes de grand matin, afin
de pouvoir consacrer là journée au Conseil, aux Chambres, à la
correspondance politique, aux affaires véritables. Mes forces
suffisaient à l'oeuvre, mais en s'écoulant rapidement, comme les eaux
d'une source dont on ouvre tous les canaux sans se soucier de l'épuiser.
Ma fatigue devenait visible; et je me rappelle qu'un jour, au Conseil,
M. Casimir Périer, qui me portait de l'amitié, dit au Roi en me
regardant: «Sire, vous aurez besoin encore longtemps de M. Guizot;
dites-lui de ne pas se tuer tout de suite à votre service.»

De vives plaintes s'élevaient pourtant contre l'inaction du ministère,
et en particulier contre la mienne. A les en croire, aucun changement
ne s'accomplissait dans l'administration; les fonctionnaires du régime
tombé restaient partout en place; je ne faisais rien pour inculquer aux
agents du régime nouveau un nouvel esprit, de nouvelles maximes;
hommes et choses, tout continuait à se traîner dans l'ornière de la
Restauration. Il faut avoir été contraint d'écouter et de discuter
sérieusement ces clameurs pour savoir combien elles étaient menteuses
et ridicules. C'était le tumulte des prétentions personnelles, des
animosités locales, des importances vaniteuses, des impatiences aveugles
qui n'avaient pas obtenu satisfaction; et dans les lieux publics, dans
les réunions populaires, dans les journaux, dans les Chambres mêmes, les
meneurs révolutionnaires s'emparaient de tous ces égoïsmes mécontents
pour soulever, autour du pouvoir naissant, comme un orage d'humeur et de
méfiance générale. Le cabinet ne voulut pas rester silencieux devant de
telles attaques, et je fus chargé de rédiger un Exposé de la situation
du royaume destiné à faire connaître tout ce qui avait déjà été fait
pour mettre l'administration en harmonie avec le gouvernement. Présenté
en effet aux Chambres le 13 septembre [5], cet Exposé embarrassa pour
quelque temps les brouillons, et dissipa bien des préventions crédules;
il en résultait évidemment que tout en se refusant «à mettre partout,
selon l'expression de Mirabeau en 1790, dessous ce qui était dessus et
dessus ce qui était dessous,» les ministres de 1830 avaient, bien plutôt
avec précipitation qu'avec hésitation, largement renouvelé, dans les
divers services publics et sur tous les points du territoire, les agents
du pouvoir. J'avais pour mon compte, en un mois, changé 76 préfets
sur 86, 196 sous-préfets sur 277, 53 secrétaires généraux sur 86, 127
conseillers de préfecture sur 315; et «en attendant la loi qui
doit régénérer l'administration municipale, disait mon Exposé, 393
changements y ont déjà été prononcés, et une circulaire a ordonné aux
préfets de faire sans retard tous ceux qu'ils jugeraient nécessaires.»

[Note 5: _Pièces historiques_, n° III.]

Je n'ai garde de prétendre que, dans ce brusque remaniement de tant de
noms propres, en tant de lieux et en si peu de jours, je ne me sois
pas quelquefois trompé. Quand même l'expérience ne m'aurait pas fait
spécialement reconnaître plus d'une erreur, je dirais, de l'imperfection
inévitable de mon oeuvre, comme M. Royer-Collard dans une autre
circonstance: «Je ne le sais pas, mais je l'affirme.» Je retrouve, dans
un billet du Roi, un exemple des méprises auxquelles, en pareil cas, le
pouvoir est exposé. Il m'écrivait le 17 août: «Je suis fâché d'avoir à
vous avertir que deux de nos nouveaux sous-préfets sont venus hier au
Palais-Royal complètement ivres, et qu'ils y ont été bafoués par la
garde nationale. Mes aides de camp vous diront leurs noms que j'oublie,
et que vous tairez par égard pour leurs protecteurs. Nous ne nous
vanterons pas de ces choix-là et nous les remplacerons.» A tout prendre
cependant, et après dix-huit ans d'épreuve, j'ai la confiance que le
renouvellement accompli à cette époque dans le personnel administratif
ne subit guère le joug de l'esprit révolutionnaire, et que j'appelai
aux fonctions publiques un grand nombre d'hommes modérés, impartiaux,
capables, et qui se mirent sur-le-champ à l'oeuvre pour relever le
pouvoir. J'écrivais le 6 octobre 1830 au nouveau préfet du Morbihan, M.
Lorois, aussi intelligent qu'énergique: «Il importe au parti national de
bien comprendre qu'aujourd'hui sa situation est changée, et qu'il a
un gouvernement à fonder. C'est à nous de prouver maintenant que
nous sommes capables de manier le pouvoir et de maintenir l'ordre
en développant la liberté. C'est à nous de démentir ces éternelles
imputations de nos adversaires qui nous ont si longtemps accusés de
n'être bons qu'à nous plaindre très-haut et capables que de détruire.»
Je cherchais partout, pour leur confier l'administration et sans
m'inquiéter des apparences, les hommes qui, depuis 1814, fonctionnaires
ou opposants, avaient fait preuve de sincère attachement à la monarchie
constitutionnelle, et bien compris ses conditions de force légale.
La plupart de ceux que j'appelai à ce titre ont donné raison à mes
pressentiments sur leur compte, car, tant que cette monarchie a duré,
les cabinets successifs, malgré les diversités de leur politique,
les ont jugés capables de bien servir l'État, et n'ont apporté, dans
l'administration locale organisée en 1830, qu'un petit nombre de
changements.

En appelant aux affaires, le lendemain d'une révolution, tant d'hommes
nouveaux, j'aurais voulu les observer et les diriger efficacement dans
leur mission. Je suis convaincu que, par les relations personnelles, par
une correspondance un peu intime, en dehors du travail des bureaux, le
ministre de l'intérieur peut exercer, sur ses représentants dans les
départements, une puissante influence, et imprimer à l'administration
cette confiance en elle-même, ce caractère de fermeté, d'ensemble et de
suite qui lui donnent seuls, auprès des populations, la force morale
et le crédit. Le temps me manqua pour une telle oeuvre. A peine eus-je
celui d'indiquer à quelques préfets, qui m'étaient depuis longtemps
connus, l'esprit dont j'étais moi-même et dont je souhaitais qu'ils
fussent animés. J'écrivais le 14 septembre 1830 à M. Amédée Thierry,
préfet de la Haute-Saône: «N'hésitez pas à changer les maires que la
population repousse, et qui vous embarrassent au lieu de vous fortifier.
Tout ce qui a un caractère de réaction servile et aveugle est d'un
mauvais effet; tout ce qui atteste la ferme intention d'être bien servi
et de bien servir le public donne force et crédit. Cherchez des hommes
qui pensent et agissent par eux-mêmes. Le premier besoin de ce pays-ci,
c'est qu'il s'y forme, sur tous les points, des opinions et des
influences indépendantes. La centralisation des esprits est pire
que celle des affaires.» Et le 16 octobre, à M. Chaper, préfet de
Tarn-et-Garonne: «Je veux vous dire combien votre conduite et votre
correspondance me paraissent bonnes. Vous n'êtes pas enfoncé dans
l'ornière administrative. Vous n'agissez pas pour obéir à une
circulaire. Vous n'écrivez pas pour avoir écrit. Vous allez au fait;
vous y allez de vous-même, et pour réussir réellement. Je suis tenté de
vous en remercier comme d'un service personnel. Entre nous, l'empire des
formes et des habitudes me suffoque. J'ai un grand goût pour l'ordre,
pour l'activité régulière et mesurée; mais cet ordre factice et
conventionnel, cette activité indifférente, cette rhétorique, cette
mécanique de l'administration qui n'émanent ni d'une pensée propre, ni
d'une volonté vive, me sont souverainement antipathiques. Ne vous y
laissez pas tomber, je vous prie; ne devenez pas ce que tant de gens
appellent _un excellent préfet_, c'est-à-dire un homme qui ne laisse
aucune pétition, aucune lettre sans réponse écrite, mais qui ne
s'inquiète guère de savoir si ses réponses font vraiment marcher les
affaires, et si ses écritures deviennent des réalités.»

Vers le même temps, les croix érigées, pendant la Restauration,
en dehors des églises, avaient été, sur plusieurs points, l'objet
d'attaques populaires, et le bruit s'était répandu que le Gouvernement,
pour se soustraire à l'embarras de les protéger, avait donné l'ordre de
les enlever. Plusieurs administrateurs m'écrivirent pour me demander
s'il en était ainsi. Je répondis sur-le-champ: «Le Gouvernement n'a
donné aucun ordre pour faire disparaître les croix. Dans quelques lieux,
elles ont été l'objet d'une assez vive animadversion populaire; on
a tenté de les abattre violemment. L'administration, d'après mes
instructions et celles de M. le ministre des cultes, s'est opposée à
toute tentative de ce genre. Elle a quelquefois engagé le clergé à
transporter dans l'intérieur des églises ces monuments de son culte pour
les soustraire à la profanation. Le clergé s'y est prêté en général, et
la translation a eu lieu décemment, sans désordre ni insulte. Ailleurs,
les croix sont debout et resteront debout, tant qu'elles ne seront pas
l'objet d'attaques tumultueuses et soudaines. La liberté des cultes doit
être entière, et sa première condition, c'est qu'aucun culte ne soit
insulté. Il ne faut fournir à nos ennemis aucun prétexte de nous taxer
d'indécence et de tyrannie. Je ne souffrirais pas que mon administration
donnât lieu à un tel reproche, et je vous remercié de m'avoir mis en
mesure de démentir sur-le-champ un bruit que démentent depuis deux mois
les ordres que j'ai donnés en pareille occasion.»

Au milieu de l'effervescence du temps et souvent dénué de toute force
publique, je ne réussissais pas toujours à protéger efficacement tantôt
l'ordre, tantôt la liberté; mais quand mes efforts étaient vains, je
m'empressais de signaler moi-même mon impuissance, et de proclamer les
principes qui condamnaient les agresseurs.

J'avais, dans l'intérieur même du gouvernement et de mon propre
ministère, des embarras moins bruyants, mais non moins graves.
Les gardes nationales, soit de Paris, soit des départements, leur
organisation, leur administration, leur emploi, quand les circonstances
le rendaient nécessaire, étaient dans mes attributions et sous ma
responsabilité officielles; mais je n'avais, à cet égard, aucun pouvoir
réel. Non-seulement le 29 juillet, au milieu de la lutte, l'élan
spontané de la garde nationale renaissante à Paris en avait déféré le
commandement au général La Fayette; mais quatre jours après, le 2 août,
avant que les Chambres se fussent réunies et que M. le duc d'Orléans,
comme lieutenant général du royaume, eût présidé à l'ouverture de leur
session, M. de La Fayette avait annoncé, dans un ordre du jour à la
garde nationale de Paris, que «d'accord avec la pensée du prince, il
acceptait l'emploi de commandant général des gardes nationales de
France.» Garderait-il cet emploi sous la monarchie constitutionnelle
rétablie? Et, s'il le gardait, comment serait réglé ce pouvoir
exceptionnel, excentrique? Quels seraient ses rapports avec la royauté,
avec les ministres responsables, spécialement avec le ministre de
l'intérieur? Le doute était grave. Le doute même écarté, la question
d'organisation qui restait à résoudre était, pratiquement comme
constitutionnellement, très-difficile et délicate; elle courait risque
de devenir une question, non-seulement d'amour-propre entre les
personnes, mais de passion entre les partis; elle excitait dans le
gouvernement une sérieuse préoccupation, et autour du gouvernement une
assez vive rumeur.

M. de La Fayette en était lui-même très-préoccupé et prenait ses
précautions pour qu'elle fût résolue comme il lui convenait. Je reçus,
non pas de lui-même, mais de son état-major, une note sans signature,
ainsi conçue:

«Dans l'état où notre heureuse et dernière révolution nous a placés,
lorsque des millions de citoyens sont en mouvement et s'organisent
provisoirement en gardes nationales, lorsqu'il se prépare une
organisation définitive d'après une nouvelle loi qui aura besoin
d'ensemble et de confiance, et lorsque la malveillance, déclarée ou
secrète, mais non douteuse, des Puissances étrangères exige qu'on
leur montre une nation armée, palpitante de patriotisme, et ralliée
non-seulement à la liberté, mais à la forme de gouvernement que nous
avons choisie, convient-il ou ne convient-il pas de placer à la tête de
ce grand mouvement un homme qui jouit de la confiance publique?

«La population de Paris et de la France l'a pensé. Ce fut aussi la
première pensée du lieutenant général du royaume. C'est encore la pensée
du Roi. Le général La Fayette lui-même le pense, puisqu'après s'être
refusé avec obstination, en 1790, à ce voeu ardent de trois millions
de gardes nationales, il vient de consentir à prendre le titre, et par
conséquent les fonctions de commandant général des gardes nationales de
France.

«Si le gouvernement du Roi pensait autrement, la chose est bien simple.
Toutes les gardes nationales des départements, villes et villages,
accourent à La Fayette. Il n'y a qu'à répondre aux lettres, aux
députations, au mouvement général, que cette affaire ne le regarde plus
et qu'ils sont invités à s'adresser au ministre de l'intérieur. Il est
superflu de dire qu'il choisirait les termes les plus propres à diminuer
le mauvais effet de cette réponse. Il y gagnerait personnellement,
non-seulement du repos, mais une situation plus conforme à son goût, à
la nature particulière de son existence patriotique, et on a vu, dans le
moment de crise, qu'il ne perdait pas à rester tout seul. Mais il croit,
nous croyons tous que cet état de choses nuirait au grand mouvement
français, à notre situation intérieure et extérieure, et même au
gouvernement du Roi.

«Cependant, aussi longtemps que le général La Fayette consentira à se
charger de ce grand commandement, il ne faut pas que ce soit un titre
sans fonctions, qui, au lieu de lui donner une influence utile, nuirait
à celle qui lui est personnelle et complètement étrangère à tout autre
appui que lui-même.

«La place de commandant général des gardes nationales de France a
des inconvénients et des dangers. La Fayette les a signalés plus que
personne. Y a-t-il plus d'inconvénients et de dangers à ce qu'il ne s'en
charge pas? Voilà la question, moins pour lui que pour la chose publique
et le gouvernement.

«Sans doute il serait plus commode à la division de l'intérieur de tout
arranger par des commis. Mais tel n'est pas l'état des choses; et les
habitudes militaires sont tellement enracinées depuis trente ans que
La Fayette est le seul homme en France qui puisse remettre à sa place
l'autorité civile et municipale.

«Il y a un exemple qui simplifie tout: le maréchal Moncey commandait les
gendarmeries de France. Il avait un chef d'état-major qui transmettait
ses ordres. On l'appelait inspecteur général. Il avait des bureaux. On
lui rendait compte. Et cela n'empêchait pas les corps, les compagnies,
les brigades de gendarmerie, de communiquer avec le ministère de
l'intérieur et les autorités civiles, jusques et compris les maires de
village auxquels les gendarmes étaient soumis.

«Il faudrait donc un inspecteur général faisant les fonctions de
chef d'état-major sous les ordres du général en chef, avec des
sous-inspecteurs généraux, des bureaux, etc....»

Il y avait, dans ce langage, un peu plus de personnalité vaniteuse qu'il
ne convenait à une situation si forte et à une fierté si légitime. La
fierté d'ailleurs ne manquait point d'adresse; les auteurs de la note
avaient eu soin de mettre le Roi hors de cause en affirmant qu'il
pensait, comme roi, ce qu'il avait pensé comme lieutenant général du
royaume. La question était posée uniquement entre M. de La Fayette et le
ministre de l'intérieur, je pourrais dire les bureaux du ministère de
l'intérieur, car c'était aux bureaux seuls, _aux commis_, que la note
imputait les objections. La lutte n'eût été ni possible, ni même utile
pour l'autorité des vrais principes du régime constitutionnel; il y a
des situations où le silence parle plus haut que toute discussion.
Je m'en abstins complètement, et le 16 août, une ordonnance du Roi,
proposée et contresignée par moi, nomma M. de La Fayette commandant
général des gardes nationales du royaume, «en attendant la promulgation
de la loi sur leur organisation.» Cette réserve d'avenir, que M. de
La Fayette ne contestait point, fut ma seule marque de résistance.
L'ordonnance parut le 18 août dans _le Moniteur_, et le lendemain je
reçus de M. de La Fayette cette lettre: «Le hasard a fait, mon cher ami,
que je n'ai pas lu hier _le Moniteur_; ce n'est que le soir que j'ai
reçu votre lettre officielle; ce qui m'a fait manquer à deux devoirs,
présenter mes respects au Roi et aller chez vous, ce que je réparerai
aujourd'hui. J'ai aussi à demander au Roi et à son ministre la
permission de leur désigner le général Dumas comme major-général des
gardes nationales de France. C'est au général en chef à nommer son chef
d'état-major. Mais cette fois l'armée est si nombreuse et la carrière
si vaste que cela vaut bien la peine d'une présentation au Roi et au
ministre. Au reste, c'était chose convenue d'avance, comme vous savez.
Dumas est l'homme qu'il nous faut pour l'état-major de cette grande
direction et pour nos rapports mutuels. Je vois avec grand plaisir que
vous pressez l'organisation définitive, et je suis charmé de votre bonne
pensée pour le choix du secrétaire de la commission. Mille amitiés.»

Tant que dura cette situation, prise des deux parts avec autant de
convenance que de franchise, il n'y eut, entre M. de La Fayette et
moi, aucun embarras. Il me demandait de bonne grâce mon concours
quand l'action officielle d'un ministre responsable était évidemment
nécessaire; et de mon côté, je me gardais soigneusement de m'immiscer
dans l'exercice de l'autorité dont il portait le nom, ne voulant ni
l'entraver par de mesquins débats, ni la consacrer en m'y associant. Le
29 août, le Roi, entouré de toute la famille royale et d'un brillant
cortège, passa au Champ-de-Mars une revue solennelle de toute la garde
nationale commandée par M. de La Fayette, et distribua aux bataillons
leurs drapeaux. Je n'assistai point à cette solennité.

Au milieu des difficultés et des ennuis de ces questions d'organisation
et de personnes politiques, je trouvais, dans d'autres attributions de
mon département, un intérêt et un travail plus doux. Dès que je regardai
aux rapports du gouvernement avec les sciences, les lettres et les arts,
mon sentiment fut qu'il fallait sortir ici de l'ornière administrative
et agir autrement que par des commis et des instructions. Pour traiter
convenablement avec les lettrés et les artistes, ce n'est pas assez
d'une sympathie générale et protectrice; il faut vivre avec eux dans des
habitudes un peu intimes; il faut leur témoigner et leur inspirer une
confiance sans prétention et sans apprêt. L'esprit est une puissance
libre et fière, et qui ne donne sincèrement sa bienveillance que
lorsqu'elle se sent respectée dans sa dignité et sa liberté. C'est
aussi une puissance qui veut être comprise et aimée; elle attend de
ses patrons autre chose que leurs faveurs; elle n'est satisfaite et
reconnaissante que lorsqu'elle rencontre en eux une appréciation
intelligente et vive de ses mérites et de ses oeuvres. C'était mon goût
naturel de donner à mes rapports avec le monde lettré ce caractère.
Pour être sûr que, dans les détails quotidiens des affaires, il ne leur
manquerait jamais, j'appelai auprès de moi comme chefs, l'un de
la section des sciences et des lettres, l'autre de la section des
beaux-arts, deux jeunes gens, M. Hippolyte Royer-Collard et M. Charles
Lenormant, élevés tous deux dans la société la plus cultivée, formés
de bonne heure à l'estime, au goût et à la pratique des travaux
intellectuels, et doués l'un et l'autre d'un caractère aussi indépendant
que leur esprit était distingué. J'avais la confiance que, dans leurs
délicates attributions, ils ne seraient jamais de routiniers commis,
et ils devinrent bientôt pour moi d'aussi utiles qu'affectueux
collaborateurs. Ils m'aidèrent efficacement à repousser l'esprit de
réaction qui voulait pénétrer dans le monde savant, et qui ne tient
compte ni des droits, ni de la gloire. Nous l'aurions encore plus
complétement écarté si, par routine bien plus que par passion, le
gouvernement ne lui eût ouvert une porte en exigeant, des hommes
attachés à certains établissements purement scientifiques ou
littéraires, comme le Bureau des Longitudes, le Jardin des Plantes, le
Collège de France, les Bibliothèques; etc..., le serment politique dont
les grands corps savants, comme l'Institut, ont toujours été exempts.
Cette exigence coûta à ces établissements deux hommes éminents, M.
Augustin Cauchy et M. le docteur Récamier. Je n'ai pas, quant au
serment, l'insouciance qu'on a quelquefois affichée; c'est, dans l'ordre
politique, un lien moral qu'il est naturel d'imposer à tous ceux qui
prennent part aux affaires publiques; et rien ne prouve mieux son
importance que ce désir général d'en être affranchis qui éclate parmi
les hommes, quand ils l'ont, pendant quelque temps, scandaleusement
méprisé. Mais prendre le salaire payé par l'État, et non la nature des
fonctions, pour principe de l'obligation du serment politique, et, à ce
titre, l'imposer à des astronomes, à des archéologues, à des botanistes,
à des orientalistes, à des artistes, c'est, à coup sûr, l'une des plus
grossières idées et des plus ridicules fantaisies dont les séides
fanatiques ou les serviles adorateurs du pouvoir se soient jamais
avisés.

Dans le mouvement intellectuel qui a honoré la Restauration, le réveil
du goût pour les anciens monuments historiques de la France et l'étude
des littératures étrangères avaient tenu une grande place. Quelques
mesures avaient dès lors été tentées pour arrêter la ruine des
chefs-d'oeuvre de l'art français et pour faire connaître à la France
moderne les chefs-d'oeuvre des lettres européennes. Mais à l'une et
à l'autre de ces tentatives il manquait un centre fixe et des
moyens d'action assurés. Si on veut que les nobles aspirations de
l'intelligence humaine ne soient pas des élans stériles et des éclairs
passagers, il faut se hâter de leur donner l'appui d'institutions
permanentes; et pour que les institutions durent et se fondent, il faut
les remettre, dès leur début, aux mains d'hommes capables de les
rendre promptement efficaces. J'eus cette fortune de trouver, dans mes
relations intimes, les deux hommes les plus propres, l'un à poursuivre
et à populariser la restauration des anciens monuments de la France,
l'autre à répandre la connaissance et le sentiment des grandes
productions littéraires du génie européen. Jeune encore, M. Vitet
s'était déjà fait remarquer des plus difficiles juges par ce sentiment
vif et ce goût pur du beau, par ces connaissances variées et précises
dans l'histoire des arts, par cette finesse à la fois critique et
sympathique dans l'appréciation de leurs oeuvres qui, bien qu'il n'ait
jamais pratiqué aucun art, ont fait de lui, dans l'opinion des artistes
eux-mêmes, tout autre chose qu'un savant ou un amateur. Déjà arrivé au
contraire à la dernière limite de l'âge mûr, et après avoir tenté avec
indépendance toutes les carrières comme approfondi avec passion toutes
les études, M. Fauriel, esprit étendu et délicat, érudit et critique
sévère quoiqu'un peu fantasque, helléniste, orientaliste, philologue,
philosophe, historien, s'était enfin arrêté dans l'histoire littéraire
et comparée de l'Europe. Le Roi approuva, sur mon rapport[6], que M.
Vitet fût nommé inspecteur général des monuments historiques, et le duc
de Broglie, à ma demande, fit créer, pour M. Fauriel, dans la Faculté
des lettres de Paris, une chaire de littérature étrangère. M. Vitet
n'est plus inspecteur général. M. Fauriel est mort. Mais ils ont, l'un
et l'autre, fondé l'oeuvre à laquelle ils ont, les premiers, mis la
main.

[Note 6: _Pièces historiques_, n° IV.]

Mes collaborateurs ainsi choisis, quand je voulus agir au dehors et
exercer, avec un peu de discernement et de dignité, quelque influence
sur les travaux des lettres et des arts, des difficultés de toute sorte
s'élevèrent. Les moyens me manquaient pour soutenir, au milieu du
trouble général des affaires, les grandes entreprises scientifiques qui
avaient besoin d'encouragement. J'eus quelque peine à mettre, par une
forte souscription, M. Didot en état de commencer sa nouvelle édition du
_Trésor de la langue grecque_ d'Henri Étienne, dont il avait préparé les
matériaux. Je me proposais de rétablir une censure dramatique sérieuse,
décidée à défendre hautement l'honnêteté publique contre le cynisme et
l'avidité des entrepreneurs de corruption. Les vanités littéraires, les
assurances déclamatoires et les spéculations intéressées, secondées par
l'imprévoyance et la faiblesse de nos moeurs, se mirent en travers avec
tant de vivacité que je n'eus pas le temps de les vaincre et d'exécuter
mon dessein. La politique pénétrait jusque dans la sphère des arts;
là comme ailleurs les passions populaires voulaient faire la loi, et
l'esprit démocratique cherchait ses satisfactions; les hommes médiocres
entendaient être traités comme les hommes éminents et les élèves comme
les maîtres. Les choses avaient leurs embarras aussi bien que les
personnes; il fallait terminer des monuments commencés, discontinués,
repris sous des régimes divers, et qui avaient plus d'une fois changé
de destination. La plupart de ces petits problèmes de prudence et de
convenance ne me donnèrent pas grand peine à résoudre. En même temps que
je faisais reprendre les travaux de l'Arc de triomphe de l'Étoile, je
pressai le sculpteur Lemaire de commencer sans retard le fronton de
l'église de la Madeleine, que les amis du régime impérial prétendaient
transformer de nouveau en temple de la Gloire et que je voulais
conserver à la foi. Le palais de Versailles était menacé; on ne savait
quel emploi lui donner; les démocrates, qui détestaient ces splendeurs
de Louis XIV, et les économes, qui redoutaient les frais d'entretien,
parlaient de le démolir ou d'en faire de vastes casernes dont on
débarrasserait Paris. Je proposai au Roi d'y établir un grand musée
ethnographique où seraient recueillis les monuments et les débris des
moeurs, des usages, de la vie civile et guerrière de la France d'abord,
et aussi de toutes les nations du monde. Mais le Roi avait déjà, sur
Versailles, son idée qui valait mieux que la mienne, et dont il commença
aussitôt l'exécution en décidant que la statue équestre de Louis XIV
serait placée dans la grande cour du château. Nous avions à régler la
décoration intérieure de la salle des séances de la Chambre des députés.
Il fut arrêté qu'elle se composerait de trois grands tableaux et de deux
statues, placés au-dessus et sur les deux côtés du bureau. Au centre,
_le Serment du Roi_, dans la séance du 9 août, où les Chambres lui
avaient déféré la couronne. A droite, _l'Assemblée constituante_, après
la séance royale du 23 juin 1789, et Mirabeau répondant à M. de Brézé:
«Allez dire à ceux qui vous ont envoyé que nous sommes ici par la
puissance du peuple et que nous n'en sortirons que par la force des
baïonnettes.» A gauche, _la Convention nationale_ au milieu de l'émeute
du 1er prairial an III (20 mai 1795) et son président Boissy-d'Anglas
saluant respectueusement la tête du représentant Féraud que les insurgés
lui présentaient au bout d'une pique. Deux grands souvenirs, l'un de
résistance au pouvoir, l'autre de résistance à l'anarchie. Les deux
statues devaient être deux figures allégoriques, l'Ordre et la Liberté.
L'exécution en fut confiée au statuaire Pradier. J'aurais voulu charger
aussi des trois tableaux les maîtres de l'école, MM. Ingres, Gérard,
Paul Delaroche; mais l'esprit démocratique s'y opposa et réclama
impérieusement le concours: épreuve excellente à l'entrée des diverses
carrières et pour mesurer les jeunes talents encore peu connus,
détestable quand on voudrait avoir l'oeuvre des talents célèbres, car
ils ne s'y présentent pas. J'espérais apporter quelque remède aux
inconvénients du concours en appelant les artistes les plus éminents à
en juger les résultats avec leur indépendance et leur autorité; mais ce
jury ne devait être nommé qu'au moment où les esquisses seraient prêtes.
Quand le moment vint, j'étais sorti des affaires, et par un excès de
fantaisie démocratique, les concurrents furent chargés de choisir
eux-mêmes leurs juges. Un grand nombre d'esquisses étaient présentées:
le prix pour le _Serment du Roi au 9 août_ fut donné à celle de M.
Court, dont le tableau a occupé la place assignée à ce sujet jusqu'à la
révolution du 24 février 1848, qui l'en fit disparaître percé de balles.
Cette toile mutilée a trouvé, dit-on, un refuge dans des magasins où le
tableau de M. Hesse, représentant _l'Assemblée Constituante et
Mirabeau dans la séance du 23 juin_ 1789, est allé la rejoindre. _Le
Boissy-d'Anglas, présidant la Convention nationale_, par M. Vinchon,
a été envoyé en présent à la ville d'Annonay, patrie du courageux
président; et je garde dans mon cabinet une esquisse très-fidèle du
_Serment du Roi_ que M. Couder avait envoyée au concours. Les images ont
été dispersées comme les acteurs.

Parmi les monuments dont on reprit alors les travaux, un seul, le
Panthéon, fut, pour moi, l'occasion d'une faute, et faillit amener
d'assez graves embarras. Qu'une nation honore avec éclat les grands
hommes qui l'ont honorée, c'est un acte juste et un sentiment généreux;
mais on n'honore pas dignement les morts si la religion n'est pas là
pour accueillir et consacrer les hommages qu'on leur rend; c'est à elle
qu'il appartient de perpétuer les souvenirs et de prendre sous sa garde
les tombeaux. Les morts les plus illustres ont besoin de reposer dans
les temples où l'immortalité est tous les jours proclamée, et leur culte
est bien froid et bien précaire quand on le sépare du culte de Dieu.
Ce fut, en 1791, une fausse et malheureuse idée d'enlever l'église de
Sainte-Geneviève aux chrétiens pour la dédier aux grands hommes, et le
nom païen de _Panthéon_, auquel vint bientôt s'accoler le nom odieux de
Marat, fit tristement éclater le caractère de cette transformation. Elle
était abolie en 1830; le grand esprit de l'empereur Napoléon en avait
compris le vice, et en laissant les grands hommes dans l'église de
Sainte-Geneviève, il avait décidé qu'elle serait rendue au culte
chrétien. Le roi Louis XVIII avait poursuivi cette pensée de réparation
intelligente et morale[7]. En fait, l'oeuvre n'était qu'imparfaitement
accomplie; mais, en principe, elle était décrétée. Nous rentrâmes dans
la mauvaise voie. Le Panthéon fut rendu aux seuls grands hommes. Ce fut,
au milieu de notre résistance générale aux prétentions révolutionnaires,
un acte de complaisance pour une fantaisie élevée, mais déclamatoire, et
qui méconnaissait les conditions du but auquel elle aspirait. J'avais,
en commettant cette faute, un secret sentiment de déplaisir, et pour en
atténuer les conséquences, l'ordonnance porta «qu'une commission
serait chargée de préparer un projet de loi pour déterminer à quelles
conditions et dans quelles formes ce témoignage de la reconnaissance
nationale serait décerné au nom de la patrie.» La commission, instituée
pour gagner du temps, était composée de façon à faire espérer aux
partisans de la mesure une prompte satisfaction de leur désir; M. de La
Fayette et M. Béranger en étaient membres. Mais l'impatience populaire
ne voulut pas attendre l'avis des hommes même les plus populaires: un
rassemblement nombreux promena dans Paris les bustes du général Foy et
de M. Manuel, annonçant l'intention de se porter vers le Panthéon et
d'en forcer les portes pour les y installer sur-le-champ. M. Odilon
Barrot, alors préfet de la Seine, eut grand'peine à obtenir des meneurs
de la foule qu'ils renonçassent à ce dessein, et que les deux bustes
fussent déposés à l'Hôtel-de-Ville en attendant l'hommage légal qui
leur était destiné. Peu de jours après ce tumulte bruyant et vain,
M. Béranger, avec sa prudence accoutumée et sa prévoyante crainte du
ridicule, se retira de la commission, où il fut aussitôt remplacé par M.
Casimir Delavigne, mais qui ne poursuivit pas vivement la préparation du
projet de loi remis à ses soins.

[Note 7: _Pièces historiques_, n° V.]

Lorsque, après de longues années, on recueille ses souvenirs, on est
étonné des rapprochements qui s'opèrent dans la mémoire et qu'on n'avait
pas remarqués au moment où s'accomplissaient les faits. A la même
époque, peut-être le même jour où éclatèrent dans les rues de Paris,
à la suite de la mesure prise sur le Panthéon, ces désordres dont une
impression désagréable m'est restée, M. Lenormant m'amena à déjeuner M.
Rossini, à qui la révolution de Juillet avait causé des déplaisirs que
j'aurais voulu lui faire oublier. Le roi Charles X l'avait traité avec
une juste faveur; il était inspecteur général du chant, recevait, outre
ses droits d'auteur, un traitement de 7,000 fr., et quelques mois
auparavant, après l'éclatant succès de _Guillaume Tell_, la liste civile
avait signé avec lui un traité par lequel il s'engageait à écrire
encore, pour la scène française, deux grands ouvrages. Je désirais que
le pouvoir nouveau lui témoignât la même bienveillance, et qu'en retour
il nous tînt ses promesses de chefs-d'oeuvre. Nous causâmes avec
abandon. Je fus frappé de son esprit animé, varié, ouvert à toutes
choses, gai sans vulgarité et moqueur sans amertume. Il me quitta après
une demi-heure de conversation agréable, mais qui n'eut point de suite,
car je ne tardai pas à sortir des affaires. Je restai avec ma femme que
la personne et la conversation de M. Rossini avaient intéressée. On
amena dans le salon ma fille Henriette, petite enfant qui commençait
à marcher et à jaser. Ma femme se mit à son piano, et joua quelques
passages du maître qui venait de nous quitter, de _Tancrède_, entre
autres. Nous étions seuls; je passai ainsi je ne sais quel temps,
oubliant toute préoccupation extérieure, écoutant le piano, regardant ma
fille qui s'essayait à courir, parfaitement tranquille et absorbé dans
la présence de ces objets de mon affection. Il y a près de trente ans;
il me semble que c'était hier. Je ne suis pas de l'avis de Dante:

  _Nessun maggior dolore
  Che ricordarsi del tempo felice
  Nella miseria_.

«Il n'y a point de douleur plus amère que de se souvenir du temps
heureux quand on est dans le malheur.»

Un grand bonheur est au contraire, à mon sens, une lumière dont le
reflet se prolonge sur les espaces même qu'elle n'éclaire plus; quand
Dieu et le temps ont apaisé les violents soulèvements de l'âme contre le
malheur, elle s'arrête et se complaît encore à contempler dans le passé
les biens charmants qu'elle a perdus.

Comme ministre de l'intérieur, le rétablissement de l'ordre et
d'une administration régulière était ma mission et ma préoccupation
principale, mais non pas la seule; les affaires du dehors tenaient, dans
le gouvernement du dedans, une place immense; côte à côte de l'esprit
de révolution marchait l'esprit de guerre; la politique de résistance à
l'anarchie était impossible et vaine sans la politique de la paix.

Peuples et rois, l'Europe, en en exceptant les fauteurs et les rêveurs
de révolution, a offert en 1830 et dans les années qui suivirent de
près, je pourrais dire de 1830 à 1848, un rare et grand spectacle; elle
a eu la passion de la paix. Jamais tant de causes de guerre n'ont éclaté
en si peu d'années: en France, une grande révolution et ses ébranlements
prolongés; des révolutions accomplies sur toutes les frontières de la
France, en Belgique, en Suisse, en Espagne; des révolutions tentées
au centre et aux extrémités de l'Europe, en Allemagne, en Pologne, en
Italie; toutes les questions et toutes les complications internationales
que les révolutions soulèvent; d'autres questions, non révolutionnaires,
mais politiquement grandes et difficiles; l'Empire ottoman de plus en
plus chancelant; l'Asie de plus en plus partagée et disputée entre
l'Angleterre et la Russie; la France conquérante en Afrique; dans
le nouveau monde, la France et l'Angleterre, l'Angleterre et les
États-Unis, les États-Unis et la France engagés dans de vifs débats de
territoire, d'argent, d'influence, d'honneur. Jadis la guerre serait,
je ne sais combien de fois ni pour combien de temps, sortie de ces
questions; de nos jours, à peine quelques mouvements de guerre partiels
et passagers; de toutes parts on s'est hâté de couper court aux
événements; le monde est resté immobile au milieu des orages; la paix a
résisté et survécu à tous les périls.

Est ce progrès de la sagesse et de la vertu des hommes? Les questions
de paix et de guerre seraient-elles, de nos jours, plus scrupuleusement
pesées que jadis, et lentement décidées par des principes de droit ou
par des considérations de justice et d'humanité?

Je ne suis point de ceux qui mettent leur orgueil, un sot orgueil, à
ne pas croire à l'empire des idées morales; je suis convaincu que cet
empire est réellement en progrès de nos jours dans les rapports des
nations, et que les considérations de droit et de bonheur public
exercent sur les questions de paix et de guerre bien plus d'influence
que jadis. Mais elles n'y dominent point; nous avons passé une partie de
notre vie à voir ces questions régies par de tout autres mobiles; et si
les passions qui poussent à la guerre se réveillaient effectivement en
Europe, je doute fort que les principes de justice et d'humanité fussent
en état d'y opposer un suffisant obstacle.

Serait-ce que les révolutions, au milieu d'une civilisation brillante et
douce, ont énervé les nations qui les ont subies, et l'amour de la paix
aurait-il aujourd'hui sa source dans la mollesse des moeurs et dans
le besoin de ces jouissances matérielles que la paix seule permet et
procure?

A cette crainte, de glorieux exemples répondent: pas plus depuis 1814
qu'auparavant, la vigueur guerrière ne nous a manqué toutes les fois
qu'elle nous a été demandée. Les Français en Algérie et en Crimée, comme
les Anglais en Crimée et dans l'Inde, se sont chargés de prouver avec
éclat que la civilisation n'énerve point les peuples, et que les
douceurs de la vie civile ne sont point inconciliables avec les ardeurs
de l'esprit militaire et les rudes épreuves de la vie des camps. Mais
des faits encore plus décisifs et d'un sens plus politique tranchent
cette question.

Deux États surtout, qui n'avaient point eu de révolution à subir et n'en
ressentaient ni la lassitude ni les embarras, l'Angleterre et la Russie,
auraient pu, de 1830 à 1848, troubler, par leur ambition, la paix de
l'Europe. Ce sont précisément ceux où, durant cette époque, l'esprit
pacifique a le plus fermement dominé.

En Angleterre, c'est la nation elle-même qui, de 1830 à 1853, a voulu
énergiquement la paix: par bon sens et intelligence de ses vrais
intérêts, par goût pour l'activité féconde de la vie pacifique, par
esprit chrétien. Les croyances religieuses ne sont, chez ce peuple, ni
de simples règles pour la vie privée, ni de pures satisfactions de la
pensée et du coeur; elles entrent dans la vie politique; elles pèsent
sur la conduite de l'homme public comme sur la conscience du simple
particulier. Ce sont en général les sectes dissidentes qui s'émeuvent
passionnément les premières pour quelque but pratique commandé, à leurs
yeux, par la religion, et qui commencent à le poursuivre. Le mouvement
passe bientôt dans toute l'Église chrétienne du pays, puis dans la
société civile elle-même, et le gouvernement, à son tour, ou bien s'y
associe parce qu'il l'approuve, ou bien se résigne à le suivre. Ainsi
ont été abolis la traite et l'esclavage des noirs; ainsi a dominé en
Angleterre, jusqu'à ces dernières années, l'esprit de paix, puissant
à la fois par la sagesse des intérêts matériels et par l'énergie
des convictions religieuses, et imposé par la population même à son
gouvernement qui, du reste, dans le cours de cette époque, ne s'est
point défendu de ce sentiment public, et en a fait volontiers la règle
de sa politique.

La nation russe est loin de jouer, dans ses affaires, le même rôle que
la nation anglaise dans les siennes, et si elle y influait beaucoup,
ce ne serait probablement pas dans le même sens. La Russie en est
précisément à ce degré de civilisation où les peuples rudes, hardis,
dévoués, peu réfléchis, peu prévoyants et profondément ignorants des
faits compliqués et lointains, sont d'excellents instruments de guerre
et de conquête, et suivent aveuglément les chefs qui les y conduisent.
Mais, malgré le profond déplaisir que lui avait causé la révolution
de Juillet et la malveillance qu'il portait au roi Louis-Philippe,
l'empereur Nicolas voulait la paix. Gouverner fortement ses États,
peser sur l'Europe dans l'intérêt de l'ordre et des rois, sans y jeter
lui-même aucune complication nouvelle, pratiquer au dehors la politique
traditionnelle de la Russie sans en presser par aucune grande entreprise
la marche et les résultats, telle était la pensée dominante de ce prince
vigilant, actif, très-préoccupé de la puissance de son empire et de son
nom, mais au fond peu ambitieux, peu avide comme peu capable de renom
militaire, et plus hautain que hardi dans l'exercice du pouvoir absolu.
Il eût pu être tenté de profiter, par la guerre, des troubles de
l'Europe; il aima mieux les grands airs de la domination en Europe, au
sein de la paix.

En présence de l'Angleterre et de la Russie ainsi décidées pour la
politique pacifique, l'Autriche et la Prusse l'étaient aussi, et bien
plus nécessairement. L'Autriche ne se préoccupe guère que de conserver
et d'unir les États hétérogènes qu'elle possède; la Prusse, nation
encore incertaine de son avenir, la seule peut-être aujourd'hui
en Europe qui soit réellement travaillée d'un inquiet désir
d'agrandissement, ne peut songer à élever, par elle-même et seule,
aucune question européenne. Son gouvernement, d'ailleurs, assailli au
dedans par les exigences libérales, est peu enclin à se hasarder dans de
grands desseins, et ne fait au dehors que ce qu'il juge indispensable
pour donner quelque satisfaction à l'orgueil national.

La paix donc, même achetée par d'assez pénibles sacrifices, était en
1830 dans le goût et la volonté des grands États européens. Le parti
révolutionnaire en France méconnut complètement cette situation; dominé
par ses routines au moins autant que par ses passions, il crut la guerre
inévitable pour la France comme nécessaire pour lui-même, et se portant
l'aveugle héritier à la fois de la Convention et de l'Empire, il arbora
le double drapeau de l'esprit de propagande et de l'esprit de conquête,
se promettant cependant, quand il entrerait en action, de trouver en
Europe des alliés.

De toutes ses chimères, celle-ci était peut-être la plus étrange.
L'esprit révolutionnaire de nos jours n'admet aucun système régulier et
stable de société ni de gouvernement; il est la destruction universelle
et l'anarchie continue; il peut susciter des conspirations et des
insurrections; il peut, s'il triomphe un moment, faire, pour un moment
aussi, des conquêtes; il a partout, dans les populations, des adeptes,
des complices et des dupes; mais il ne saurait avoir des gouvernements
pour alliés, car, pour aucun gouvernement, il n'est lui-même un allié
possible. On ne pouvait, en 1830 et 1831, entendre sans sourire les
orateurs de ce parti, M. Mauguin entre autres, disposant, pour
remanier de concert avec eux l'Europe, aujourd'hui du cabinet de
Saint-Pétersbourg, demain de celui de Berlin, et dans leurs accès
de badauderie diplomatique, contractant, selon leur fantaisie, des
alliances avec ces mêmes gouvernements qu'ils injuriaient, menaçaient et
minaient incessamment.

Non-seulement les révolutionnaires de 1830 et 1831 ne pouvaient avoir
aucun gouvernement pour allié, mais c'était contre eux que s'alliaient
tous les gouvernements. Ces faits si nouveaux qui avaient commencé en
1815 et qui se confirmaient en 1830 avec tant d'ensemble, cet accord
permanent entre des puissances jadis si divisées, cette suspension
des ambitions et des rivalités royales et nationales, cette passion
européenne de la paix, c'était la crainte de l'esprit de propagande
et de conquête révolutionnaire qui les avait suscités et qui les
maintenait. La fatigue, bien que réelle, y avait moins de part que la
prévoyance; on savait que toute grande guerre courrait le risque de
devenir une guerre de révolution, et c'était un risque qu'on ne voulait
pas courir. L'Europe se tenait immobile pour ne pas fournir à l'esprit
révolutionnaire quelque occasion de tenter de nouveau le bouleversement
universel.

Cette situation et cette disposition de l'Europe, que les
révolutionnaires de 1830 ne surent pas ou ne voulurent pas reconnaître,
le roi Louis-Philippe les comprit sur-le-champ. A peine roi, il vit
clairement que la cause de l'ordre au dedans et celle de la paix au
dehors étaient étroitement liées, et plus résolument encore qu'il
n'était entré dans la politique de la résistance, il se voua à la
politique de la paix. C'était, de sa part, un courage sensé et
nécessaire, mais difficile et méritoire, car en servant ainsi les
vrais intérêts de la France, il blessait ses préjugés et ses passions
d'habitude; en repoussant toute idée de guerre agressive, il se donnait
la propagande révolutionnaire à combattre et les traités de 1815 à
maintenir.

La France, qui ne veut plus de révolutions chez elle, même quand elle
en laisse faire, les aime encore ailleurs. Ce mouvement suscité par ses
exemples lui plaît, et elle se persuade que, dans tous ses imitateurs,
elle trouvera des amis. On a d'ailleurs si follement mêlé, parmi nous,
les idées de justice, de réforme, de liberté et de progrès social avec
l'idée de révolution, que partout où une révolution éclate, notre
premier instinct est de croire que le progrès commence, que la justice
et la liberté vont s'établir, et nous nous faisons un honneur, et
presque un devoir, d'en être de loin les patrons. Puis, quand les
révolutions, par leurs excès ou par leurs échecs, ont trompé notre
espoir, leurs proscrits et leurs réfugiés affluent chez nous; un vif
intérêt s'attache à leurs souffrances, à leur dévouement, à leur
courage. Les réactions qui succèdent aux révolutions font, dans leurs
rigueurs, une confusion déplorable des honnêtes gens et des malhonnêtes
gens, des esprits généreux et des brouillons incurables, des malheurs
mérités et des malheurs injustes; le sentiment très-légitime
qu'inspirent les uns s'étend sans discernement sur les autres; un jour,
il se refroidira et s'éteindra peut-être au détriment de tous, sans plus
de discernement ni d'équité; mais, en attendant, une sympathie aveugle
blesse les principes du droit des gens et compromet la politique
nationale au delà de ce qui est dû aux droits du malheur.

Que les amis de la paix et de la politique honnête y pensent
sérieusement: il y a là une question grave, sur laquelle le droit public
européen et la législation intérieure des pays civilisés sont vraiment
dans l'enfance. Le droit d'asile est, pour les États indépendants, une
noble et nécessaire prérogative; les États libres se font un juste
honneur d'assurer, aux étrangers comme aux nationaux, la protection de
leurs lois; en même temps qu'ils soulagent ainsi de grandes infortunes,
ils viennent en aide à leurs voisins en facilitant ces bannissements
volontaires qui, après les troubles politiques, émoussent les réactions
et donnent aux périls comme aux haines le temps de s'apaiser. Mais si
ce beau droit devenait un principe de déloyauté nationale et une
source d'embarras intérieurs et extérieurs sans cesse renaissants,
il succomberait tôt ou tard sous ses propres abus. Nos faibles et
incohérentes idées à cet égard n'ont pas seulement aggravé pour nous,
pendant plusieurs années après 1830, les difficultés de la paix; elles
ont vicié la paix même et empêché qu'elle ne portât tous ses fruits.

J'en dirai autant des idées et des dispositions publiques quant aux
traités de 1815. Personne ne proposait de méconnaître et de briser ces
traités, car on voulait la paix; mais on voulait en même temps les
respecter et les maudire, et menacer sans agir. Attitude aussi malhabile
que peu digne, car on inspirait au dehors la méfiance par les paroles
au moment même où l'on s'appliquait à la dissiper par la conduite, et
tandis qu'on demandait au gouvernement de maintenir la paix, on lui
imposait des démonstrations et un langage qui rendaient la paix et plus
difficile et toujours précaire. En même temps que l'Europe souhaitait
la paix, elle était décidée et prête, si son maintien devenait trop
difficile, à nous faire de nouveau cette guerre de coalition générale à
laquelle Napoléon avait succombé. Entre les quatre grandes puissances,
la coalition subsistait toujours, et elles étaient bien résolues à
maintenir, contre l'esprit de propagande révolutionnaire ou de conquête
impériale, l'état territorial et l'ordre européen. Et les grands peuples
eux-mêmes, les Anglais, les Allemands, les Espagnols, les Russes,
auraient de nouveau passionnément secondé leurs gouvernements dans cette
lutte, car l'esprit d'indépendance, de dignité et de rancune nationale
était plus puissant, chez eux, que l'esprit de révolution. La France
de son côté, malgré la vivacité des impressions et des démonstrations
populaires, n'était ni en disposition, ni en mesure d'affronter de tels
périls, car elle ne vivait plus sous l'impulsion des intérêts ambitieux
et des passions jeunes qui l'y avaient jetée une première fois; l'esprit
révolutionnaire déclamait encore et agitait les masses; mais il ne les
enflammait plus d'une fièvre ardente et dévouée, et il n'avait plus
de grande proie matérielle ni morale à leur offrir. Toute entreprise
agressive, plus bruyante que nationale, eût abouti à des calamités
déplorables, et peut-être à des mécomptes ridicules. Et pourquoi s'y
engager? Quelle nécessité? Quel devoir? La France venait d'accomplir
l'acte d'indépendance politique le plus éclatant qui se pût imaginer, et
cet acte était partout accepté; elle modifiait ses institutions sans que
personne, en Europe, lui suscitât le moindre obstacle. Tout ce qu'elle
pouvait réclamer au nom du droit lui était assuré; elle était, sans
effort, en possession des deux biens auxquels ont toujours le plus
aspiré les peuples, la liberté et la paix. Si elle eût jeté au vent
ces bienfaits du ciel pour reporter partout en Europe et rappeler sur
elle-même les deux fléaux qui ont le plus dévasté les sociétés humaines,
l'anarchie et la guerre, la France eût commis l'acte de démence le plus
absurde et le plus coupable qui se fût jamais rencontré dans l'histoire.

Malgré la variété des idées et des tendances qui s'y rencontraient, le
cabinet de 1830 était, à cet égard, unanime et parfaitement d'accord
avec le Roi, dont la conviction et la résolution eussent, au besoin,
affermi celles de ses conseillers. Dans l'abondance un peu précipitée de
sa conversation, le roi Louis-Philippe ne présentait pas toujours ses
idées sous la forme la plus propre à persuader; il en était si vivement
préoccupé que souvent il ne choisissait ou ne mesurait pas bien ses
termes, et n'en pressentait pas exactement l'effet sur ses auditeurs.
Mais il tenait au fond de sa pensée avec une infatigable persévérance,
et il reprenait, sans jamais se rebuter, son travail auprès des hommes
dont le concours lui était nécessaire pour le succès. Son premier choix
diplomatique, l'envoi de M. de Talleyrand comme ambassadeur à Londres,
fit sur-le-champ entrevoir aux esprits intelligents combien ses vues, en
fait de politique extérieure, étaient arrêtées, justes et sagaces.

On a dit que le Roi seul avait fait ce choix, et qu'il l'avait imposé
à ses ministres. Il n'en est rien; jamais peut-être il ne prit plus
de soin pour s'assurer leur adhésion; il discuta, d'avance et en
particulier, avec la plupart d'entre eux, ses motifs et leurs
objections. Je ne sais ce que lui dirent, dans ces entretiens
confidentiels, ceux qui n'approuvaient pas ou ne voulaient pas avoir
l'air d'approuver cette nomination, ni ce qu'ils en purent dire plus
tard à d'autres qu'au Roi. Mais quand elle fut proposée dans le Conseil,
quelques-uns exprimèrent à peine quelques doutes, plutôt, je crois, par
précaution personnelle que par réelle opposition; personne ne contesta
sérieusement. Pour mon compte, j'étais convaincu de la convenance du
choix.

M. de Talleyrand avait, comme négociateur, deux qualités précieuses et
rares. Il savait à merveille démêler, dans la situation du gouvernement
qu'il servait, le fait dominant à faire valoir, le but essentiel à
poursuivre, et il s'y attachait exclusivement, dédaignant et sacrifiant,
avec une insouciance à la fois calculée et naturelle, toutes les
questions, même graves, qui auraient pu l'affaiblir dans la position à
laquelle il tenait, ou le détourner du point qu'il voulait atteindre.
Il excellait dans l'art de plaire, et de plaire sans s'abaisser,
singulièrement soigneux, par tous les moyens, pour toutes les personnes
dont il avait besoin, grands ou petits, et en même temps gardant
toujours avec elles ses habitudes et ses libertés de grand seigneur, ce
qui donnait, à ses flatteries comme à ses services, bien plus de charme
et de prix. Quoique les circonstances fussent très-différentes, il y
avait, entre ce qu'il avait fait à Vienne en 1814 et ce qu'il avait à
faire à Londres en 1830, une certaine analogie. En 1830 aussi, et bien
plus difficilement, il fallait remettre le gouvernement français en
rapports confiants, et, au besoin, en action commune avec les grands
gouvernements européens. C'était peu qu'ils vécussent en paix avec lui,
il fallait qu'ils acceptassent, non-seulement son existence, mais son
influence, et par son influence, les changements que jetait dans l'ordre
européen son avènement. Le parti révolutionnaire a chez nous un vif et
patriotique sentiment de la grandeur nationale; mais il ne garde dans ce
sentiment ni justice, ni mesure, et il ne sait lui donner satisfaction
que par la violence. Et pour ce parti, la violence n'est pas seulement
la guerre entre les États; c'est la guerre portant au sein des États les
révolutions, c'est-à-dire la force employée non-seulement à vaincre,
mais à bouleverser. A ce prix, la grandeur même de la patrie n'est ni
légitime, ni longtemps possible; les succès réels et durables veulent
aujourd'hui plus de bon sens et de moralité. Le gouvernement du roi
Louis-Philippe s'imposa, dès le premier jour, une tâche plus salutaire
comme plus pure; il voulut maintenir la paix, et grandir la France en
Europe, au sein de la paix. En donnant à l'ordre européen son appui,
il entreprit de concilier à la politique française l'aveu tacite,
quelquefois même le concours européen. Des rapports intimes et confiants
avec l'Angleterre étaient indispensables pour une telle oeuvre; car en
même temps que l'Angleterre aussi voulait fortement, comme nous, le
maintien de la paix, elle seule pouvait et voulait, dans les difficiles
questions que soulevait autour de nous la Révolution de Juillet, unir
son action à la nôtre avec une sérieuse sympathie. Ce fut là, à Londres,
la mission du prince de Talleyrand; et au milieu des représentants de la
vieille Europe jalouse et inquiète, il était l'homme le plus propre à
y réussir, car il y fallait précisément et il y portait un mélange
d'intelligence libérale et d'habitudes aristocratiques, d'immobilité et
de hardiesse, de patience froide et de tact rapide, et l'art de ménager
et d'attendre avec une certaine hauteur.

Huit jours après cette nomination[8], le Roi m'écrivait: «Je viens
de lire les papiers anglais qui sont tous, de toutes les nuances, en
approbation du choix de Talleyrand. Ils regardent l'opposition de nos
gazettes sur ce point comme le résultat de l'exagération de ce qu'ils
appellent _l'ultra-libéralisme_; et le _plain good sense_ de _John Bull_
apprécie cette nomination comme ce qu'il y avait de plus sage et de
plus heureux pour les deux pays. C'est aussi cette conviction qui m'y a
déterminé; c'est le sentiment de mon devoir comme chef de ma nation.
Je ne me suis trompé que dans l'espoir que notre public serait plus
judicieux que je ne l'ai trouvé. Il finira par me rendre justice sur ce
point, comme il l'a déjà fait sur bien d'autres où il m'avait méconnu.»

[Note 8: Le 13 septembre 1830.]

Je ne trouve pas que, même aujourd'hui, les bons esprits eux-mêmes
aient encore rendu à la politique, non-seulement de la France, mais de
l'Europe, à cette époque, une suffisante justice. Les gouvernements
étrangers firent preuve alors d'une modération, et le gouvernement
français d'une loyauté, très-bien entendues sans doute et
très-opportunes, mais très-rares dans l'histoire. De la part des
premiers, point de mauvais orgueil, point de mesquine jalousie; ils
reconnurent sans hésitation des nécessités qui leur déplaisaient, et
acceptèrent franchement ce qu'ils ne croyaient pas devoir ouvertement
combattre, subordonnant ainsi leur passion à leur raison et leurs goûts
personnels au droit public et au bien des peuples. Le gouvernement
français à son tour ne joua point de double jeu, ne garda point de
faible ou perfide ménagement; il n'essaya point de rester en équilibre
entre l'ordre et le désordre, entre l'esprit de conservation et l'esprit
de révolution, ni d'obtenir tour à tour, auprès des partis divers, des
faveurs contraires; il choisit résolûment, et une fois pour toutes,
sa place et son drapeau. De part et d'autre, la politique fut sensée,
conséquente et sincère. Les peuples sont grandement intéressés à donner
dans leur estime, à cette politique, le rang auquel elle a droit.

Elle eut, dès l'origine, dans les délibérations du Conseil, ma complète
adhésion. Je la jugeais seule propre à nous mettre en état de fonder
chez nous un gouvernement libre, et à répandre au dehors l'influence
française, au profit de la civilisation européenne. J'eus bientôt, comme
ministre de l'intérieur, et dans des circonstances délicates, à lui
prêter mon actif concours.

Trois États parmi nos voisins, la Belgique, le Piémont et l'Espagne,
étaient ou déjà envahis, ou menacés par le mouvement de la révolution.
La Belgique avait porté hardiment les premiers coups et rompu ses liens
avec la Hollande. Les réfugiés que les secousses révolutionnaires du
Piémont et de l'Espagne avaient jetés en France s'agitaient pour rentrer
dans leur patrie, et pour y reprendre leurs attaques contre les régimes
qui y dominaient.

Ces diverses entreprises des étrangers trouvaient en France des appuis
très-divers. Quant à la Belgique, ce n'était pas pour la soutenir dans
son élan vers l'indépendance, mais pour la conquérir de nouveau que
nos meneurs ardents s'agitaient. L'esprit impérial et l'esprit
révolutionnaire s'unissaient dans ce dessein. On envoyait à Bruxelles
des émissaires chargés de s'entendre avec les partisans de la réunion
à la France. La Société des Amis du peuple recrutait un bataillon de
volontaires qui devaient se porter en Belgique pour y seconder un
mouvement français. M. Mauguin et le général Lamarque étaient à la tête
de ce travail, auquel les purs libéraux, M. de La Fayette entre autres,
demeuraient étrangers. Pour ceux-ci, contents de l'indépendance de la
Belgique et prêts à la soutenir au besoin, c'était surtout aux réfugiés
piémontais et espagnols qu'ils voulaient porter secours; là il
s'agissait, non de conquêtes à faire, mais de gouvernements à renverser
ou à contraindre, dans l'intérêt de la liberté.

Sur ces diverses questions, nous étions nous aussi, le roi
Louis-Philippe et ses conseillers de 1830, dans des situations
très-diverses.

Quant à la Belgique, notre politique était simple et très-arrêtée; nous
étions résolus à la soutenir dans son indépendance et à n'y prétendre
rien de plus. Point de réunion territoriale, point de prince français
sur le trône belge. La France avait là un grand et pressant intérêt de
dignité comme de sûreté à satisfaire, la substitution d'un État neutre
et inoffensif à ce royaume des Pays-Bas qui, en 1814, avait été fondé
contre elle. Notre renoncement à toute autre ambition était à ce prix;
et au prix de ce renoncement nous nous assurions la bonne entente et
l'action commune avec l'Angleterre dans presque toutes les affaires de
l'Europe. Il eût fallu aussi peu d'intelligence que de courage
pour hésiter à prendre cette position. Le roi Louis-Philippe, s'en
entretenant un jour avec moi, m'en signala un autre avantage d'un ordre
encore plus élevé, car il était plus général et plus permanent: «Les
Pays-Bas, me dit-il, ont toujours été la pierre d'achoppement de la paix
en Europe; aucune des grandes puissances ne peut, sans inquiétude et
jalousie, les voir aux mains d'une autre. Qu'ils soient, du consentement
général, un État indépendant et neutre, cet État deviendra la clef de
voûte de l'ordre européen.» C'était peut-être se promettre beaucoup
de l'avenir; il y a de l'orgueil et de la chimère dans les plus sages
combinaisons humaines; celle-ci du moins provenait d'une grande idée en
même temps que d'une politique prudente. De concert avec M. Mole, je
pris des mesures pour déjouer les menées contraires; je fis publier
partout qu'elles étaient désavouées par le gouvernement français;
des Belges considérables, venus à Paris pour connaître sûrement ses
intentions, reçurent la déclaration formelle qu'ils ne devaient compter
ni sur la réunion de leur pays à la France, ni sur un fils du Roi
pour leur trône. Les volontaires destinés à provoquer un mouvement
en Belgique s'étaient promis qu'ils recevraient des fusils chez un
négociant de Valenciennes; il lui fut interdit de les leur livrer. Il
n'y a point de politique plus compromettante comme plus déloyale que
celle qui, pour échapper aux difficultés du moment, laisse les peuples
ou les partis s'engager dans des voies où elle est décidée à ne pas les
suivre. Nous ne négligeâmes rien pour que, ni en Belgique, ni en France,
ce reproche ne pût nous être adressé.

Nous n'eûmes, dans ces premiers temps, avec le Piémont, point d'embarras
sérieux. Les réfugiés italiens ne formaient encore vers cette frontière
point de forts groupes, militaires ni populaires. J'avais alors à Lyon
et à Grenoble deux préfets capables et sûrs, M. Paulze d'Yvoi et M.
de Gasparin, attentifs aux moindres symptômes. Ils m'avertirent qu'à
Bourgoing, dans une réunion de gardes nationaux, quelques esprits
ardents, qui avaient à Turin et à Chambéry des relations excitantes,
avaient annoncé l'intention de proposer une Adresse au Roi pour
provoquer le renvoi d'un ministère qui ne savait pas propager la liberté
dans les pays les plus disposés à l'accueillir; mais l'annonce fut si
mal reçue que la proposition ne fut pas même développée jusqu'au bout.
Aucun rassemblement, aucun mouvement sur cette frontière, plus tard si
troublée, n'inquiéta, à cette époque, la cour de Turin, et nos rapports
avec elle furent, sinon confiants, du moins réguliers et tranquilles.

Avec l'Espagne notre situation était plus compliquée et plus difficile.
Les réfugiés espagnols abondaient en France, chefs politiques et
militaires, importants dans les diverses nuances du parti libéral,
Martinez de la Rosa, Isturiz, Toreno, Calatrava, Mendizabal, Mina,
Valdez, etc..... Ils entretenaient dans leur patrie d'actives
correspondances et y comptaient de nombreux adhérents. Plusieurs
accouraient d'Espagne pour se concerter avec eux et faire éclater un
mouvement depuis longtemps préparé. Ils avaient à Paris des patrons
aussi zélés que considérables. M. de La Fayette, sans méconnaître
absolument les exigences de sa situation officielle, continuait de
conspirer pour eux et avec eux: «Jusqu'à notre dernière révolution, leur
écrivait-il[9], j'étais libre de tous mes mouvements. Aujourd'hui,
ma situation est différente; je me suis lié intimement au nouveau
gouvernement français; il adopte le système de non-intervention, ne
donnant pas plus la sienne qu'il ne souffrira celle des étrangers contre
nos voisins. C'est un gouvernement loyal, et le Roi ne veut pas faire
sous main ce qu'il déclarerait n'avoir pas fait. Nos voeux communs sont
pour la liberté générale, mais il ne veut pas y contribuer par une
diplomatie mensongère. Telle a été la résolution du Roi et de son
Conseil. La mienne n'a pas été la même; quels que soient mes liens avec
le gouvernement nouveau, il ne peut disposer ni de mes prévoyances, ni
de mes sympathies, et nos conversations, bien antérieures à la grande
semaine, ne peuvent changer ni de nature ni d'objet. Cependant je dois
garder certaines mesures; car d'après mes rapports nécessaires avec le
Roi des Français et le commandement qu'il m'a confié, je cours le
risque des reproches de mon pays si je donne trop de prise à ceux des
puissances étrangères.» A propos de l'Espagne, les reproches étaient, de
la part de la France, peu à redouter, car le public français ne portait
à Ferdinand VII ni estime, ni intérêt; on l'avait vu sans courage dans
la lutte, sans dignité dans les revers et avec ses vainqueurs, sans foi
et sans pitié dans le succès et envers les vaincus; il passait même
pour plus incapable et plus détesté de son peuple qu'il ne l'était
effectivement. C'était la disposition générale de trouver la révolte
contre lui naturelle, et de ne s'en point inquiéter, ni pour lui, ni
pour l'ordre européen. De toutes les rigueurs de l'opinion publique
envers les souverains, celles qui portent sur leur caractère personnel
sont pour eux les plus dangereuses; et de nos jours, malgré la faiblesse
de nos moeurs, il y a une part de considération dont le pouvoir ne
saurait longtemps se passer.

[Note 9: Les 4 et 12 octobre 1830. (_Mémoires du général La Fayette_, t.
VI, p. 441, 446.)]

Envers la France et le roi Louis-Philippe, Ferdinand VII s'était
mis d'ailleurs dans une position fausse et peu loyale. Sans refuser
expressément de reconnaître le gouvernement de Juillet, il ajournait
l'acte de la reconnaissance[10], et en attendant il continuait de
traiter l'ambassadeur de Charles X, le Vicomte de Saint-Priest, comme
le véritable ambassadeur français. Les légitimistes se rassemblaient
et préparaient librement, sur la frontière espagnole, leurs plans de
soulèvement dans nos départements du midi; le maréchal Bourmont devait,
disait-on, se mettre à la tête; on annonçait la prochaine arrivée
de madame la duchesse de Berry en Espagne; et le ministre favori de
Ferdinand VII, M. Calomarde, donnait de l'autorité à ces bruits et de la
gravité à ces menées en adressant, aux magistrats et aux évêques de
la Péninsule, une circulaire amèrement hostile pour la France et son
nouveau gouvernement.

[Note 10: Les lettres du roi d'Espagne, qui accréditaient le comte
d'Ofalia comme son ambassadeur auprès du roi Louis-Philippe, ne portent
que la date du 25 septembre 1830, et elles ne furent présentées par M.
d'Ofalia que le 23 octobre suivant.]

En présence de ces faits et pour obliger la cour de Madrid à y mettre un
terme en lui en faisant sentir le péril, nous résolûmes de n'apporter,
de notre côté, aux préparatifs des réfugiés espagnols aucun obstacle;
nous ne les encourageâmes point dans leurs desseins; nous ne prîmes
envers eux aucun engagement; le Roi se refusa expressément à leurs
ouvertures pour le mariage de son fils, le duc de Nemours; avec la jeune
reine de Portugal, Dona Maria, et pour l'union de toute la péninsule
sous le même sceptre. Mais nous laissâmes un libre cours à leurs
espérances, à leurs réunions, à leurs tentatives d'emprunt, à leurs
approvisionnements d'armes et de munitions, et nous leur donnâmes des
passe-ports pour la frontière d'Espagne, en accordant aux plus dénués
d'entre eux les secours de route usités en faveur des voyageurs
indigents. Nous ne voulions, ni les tromper par des promesses ou des
actes qui nous auraient liés à leur cause, ni les empêcher de faire pour
son succès ce qu'ils pouvaient faire par eux-mêmes ou par leurs amis,
et ce que le gouvernement espagnol, sur son territoire, laissait faire
contre nous.

Cette menace défensive eut son plein effet: le gouvernement espagnol
prit l'alarme, et en même temps qu'il se préparait à repousser
l'invasion des réfugiés, il s'empressa de nous promettre sur sa
frontière l'observation de toutes les règles du droit des gens entre
États qui vivent en paix, si nous voulions lui donner, de notre part, la
même sécurité. C'était notre désir comme notre devoir de rester ou de
rentrer partout dans les rapports réguliers et loyaux des souverains
et des nations. La mauvaise issue des tentatives armées des réfugiés
espagnols, pour susciter dans leur patrie une insurrection, nous en
fournit bientôt l'occasion naturelle. Battus et poursuivis par les
troupes royales, Mina, Valdez et leurs compagnons n'eurent d'autre
ressource que de se rejeter sur notre territoire, leur constant refuge.
Ils y furent reçus dans des termes que je puis dire honorables et pour
le pouvoir qui tenait un tel langage, et pour les malheureux proscrits à
qui il l'adressait. J'écrivis à nos préfets sur la frontière d'Espagne:
«J'approuve pleinement votre conduite envers les réfugiés espagnols qui
sont rentrés sur notre territoire. Vous les avez engagés à s'éloigner de
la frontière, et vous avez pris soin d'éviter envers eux toute mesure
coercitive et dure. C'est bien là ce que vous imposaient d'une part le
droit des gens, de l'autre le respect dû au malheur. La France est et
désire rester en paix avec ses voisins, et notamment avec l'Espagne. Une
exacte et sincère neutralité en est la condition. Vous l'avez observée.
Mais en même temps il est naturel, il est juste de témoigner à de
malheureux proscrits l'estime qu'inspire leur courage et la sympathie
que commande leur infortune. J'ai mis sous les yeux du Roi, dans son
Conseil, la lettre qu'ils lui ont adressée et que vous m'avez fait
passer. Sa Majesté a résolu de prendre les mesures nécessaires pour leur
assurer, dans l'intérieur de la France, une hospitalité tranquille et
les secours dont ils ont besoin. Les départements où ils devront habiter
seront désignés, et ils y recevront, eux et leurs familles, ce qu'aura
réglé la bienveillance royale, à charge seulement de ne pas s'en
éloigner sans l'aveu de l'autorité. Informez-les, Monsieur le préfet, de
cette résolution qui sera incessamment exécutée. Le Roi désire que sa
protection non-seulement les soulage, mais les console autant qu'il
est en son pouvoir, et je m'estime heureux d'être chargé de leur en
transmettre l'assurance.»

«Je n'admire point, dit Pascal, l'excès d'une vertu, par exemple de la
valeur, si je ne vois en même temps l'excès de la vertu opposée, comme
en Épaminondas qui avait l'extrême valeur et l'extrême bénignité.» Ce
serait trop exiger des gouvernements que de prétendre qu'ils unissent
au même degré, comme Épaminondas, les mérites contraires; mais c'est,
aujourd'hui plus que jamais, leur mission et leur nécessité d'être à la
fois arrêtés et larges, fermes et doux dans leurs actes comme dans leurs
vues, et de savoir rendre également justice et porter sympathie aux
intérêts et aux sentiments divers qui se disputent l'empire dans l'âme
et la société des hommes.

Je n'ai encore touché qu'aux moindres des difficultés avec lesquelles
le gouvernement nouveau, et moi en particulier comme ministre de
l'intérieur, nous étions alors aux prises. Ce n'était ni dans
l'administration intérieure, ni dans les affaires étrangères que se
rencontraient les plus graves. C'était dans les Chambres qu'elles
venaient toutes aboutir et éclater, car c'était là que les partisans
légaux du régime naissant engageaient déjà leurs luttes intestines, et
que les révolutionnaires du dehors cherchaient et trouvaient de l'écho
et de l'appui.

Ni l'une ni l'autre des deux Chambres ne possédaient alors toute leur
force naturelle et nécessaire; elles étaient sorties, l'une et l'autre,
de la Révolution, mutilées et affaiblies. Dans la Chambre des députés,
sur 406 membres, 52 légitimistes avaient donné leur démission, et 18
élections avaient été annulées pour cause d'irrégularité ou de violence.
La Chambre des pairs où siégeaient, la veille de la Révolution, 364
membres, n'en comptait plus que 189 le lendemain; 175 avaient été
écartés, les uns par l'élimination prononcée, dans la révision de la
Charte, contre tous les pairs nommés sous le règne de Charles X, les
autres par leur démission volontaire ou leur refus de serment au régime
nouveau. C'était avec l'aide de pouvoirs ainsi ébranlés eux-mêmes que
nous avions à fonder un gouvernement.

Dans l'espoir de prolonger et d'exploiter cet ébranlement, les fauteurs
de révolutions demandaient la dissolution immédiate de la Chambre des
députés et une élection générale, selon quelque mode électoral ou de
tradition révolutionnaire, ou d'invention nouvelle et populaire. Nous
repoussâmes cette politique d'illégalités et d'aventures indéfinies. Le
nouveau Roi était sur son trône. Les deux Chambres qui avaient traité
avec lui siégeaient autour de lui. C'était à elles, de concert avec
lui, à mettre sur-le-champ en pratique le régime légal qui faisait leur
contrat. Les lois de la nature sont de bons modèles. A ceux qui ont créé
il appartient d'élever. Parmi les grandes fautes politiques commises
de notre temps, la plus grande a été celle de l'Assemblée constituante
abandonnant à d'autres mains, en 1791, son oeuvre à peine ébauchée.
Nous n'eûmes garde d'y retomber. La Chambre des députés resta au
Palais-Bourbon pour soutenir et diriger, à ses premiers pas, le
gouvernement dont elle avait consacré la naissance. Mais, en la
conservant, nous prîmes soin de la compléter et de la retremper. Trois
lois lui furent immédiatement proposées: deux, pour faire remplir, par
des élections nouvelles, tous les sièges vacants; la troisième, pour
soumettre aux chances de la réélection les députés promus à des
fonctions publiques. Les deux premières, tenant compte des vives
réclamations qu'avait excitées le système électoral en vigueur,
apportaient à ce système des modifications provisoires, en annonçant la
loi définitive sur laquelle la Chambre complétée aurait à statuer.
La dernière, en instituant, pour assurer l'influence du pays sur son
gouvernement, une garantie depuis longtemps réclamée, soumettait à
l'épreuve de l'opinion publique, dans trente-neuf collèges électoraux,
quarante et un des principaux agents du pouvoir nouveau. La
présentation, la discussion et l'exécution de ces trois lois étaient de
mon ressort. Elles rencontrèrent dans les Chambres peu d'objections.
En convoquant les colléges appelés à faire les cent treize élections
attendues, je pris soin de bien marquer l'attitude que le Gouvernement
voulait y garder[11]; et la Chambre des députés fut complétée avec un
mouvement de faveur publique qui, en sanctionnant ce qu'elle avait déjà
fait, lui promettait, pour ce qu'elle avait à faire, la force dont elle
aurait besoin.

[Note 11: _Pièces historiques_, n° VI.]

Nous ne pouvions, pour la Chambre des pairs, rien faire de semblable.
Déjà mutilée dans sa composition, elle avait en perspective une
mutilation encore plus grave; la question de l'hérédité de la pairie
devait être débattue dans la session suivante; et tel était, sur cette
question, l'instinct dominant que, le 19 août 1830, lorsqu'on discuta
dans la Chambre des députés le serment à prêter par les membres des deux
Chambres, personne, au premier moment, ne songea à faire, entre les
pairs et les députés, aucune distinction, et qu'on fut sur le point de
déclarer les pairs qui refuseraient le serment démissionnaires pour
leurs descendants comme pour eux-mêmes, et leur pairie absolument
éteinte. M. Berryer et M. de Martignac réclamèrent; M. Dupin reconnut
qu'il y avait là un droit perpétuel que l'acte d'un usufruitier passager
ne pouvait abolir. J'insistai pour qu'il fût bien établi que, si
l'hérédité de la pairie devait être plus tard mise en discussion, elle
n'en était pas moins jusque-là l'état constitutionnel du pays comme le
droit légal des familles; et un amendement, adopté sur ma proposition,
décida en effet que le pair qui refuserait de prêter le serment serait
_personnellement_ déchu de son siège, sans que rien fût préjugé par la
contre ses héritiers.

La Chambre des pairs dut au cabinet de 1830 une seule chose, le choix
de son président. Les révolutions amènent, entre les noms propres, des
rapprochements bizarres; ce fut M. Dupont de l'Eure qui contresigna,
comme garde des sceaux, la nomination de M. Pasquier à ce grand poste.
Elle fut, comme celle de M. de Talleyrand à l'ambassade de Londres, un
de ces actes de clairvoyance et d'esprit politique que l'évidence et
l'urgence de l'intérêt général arrachent, dans les premiers moments
d'une grande crise, aux préjugés et aux passions de parti. Malgré
d'anciens dissentiments, dont chaque jour nous apprenait à tenir moins
de compte, nous regardions, mes amis et moi, M. Pasquier comme l'homme
le plus propre à diriger, à travers les difficiles épreuves qui
l'attendaient, le corps important et compromis à la tête duquel il
allait être placé. Il y était bien plus propre encore que nous ne
l'avions présumé. Pendant dix-huit ans, il a honoré la Chambre et la
Cour des pairs, autant qu'il s'est honoré lui-même, par l'habileté, la
dignité, l'équité, la fermeté prudente et le tact imperturbable qu'il a
déployés en les présidant.

Les deux Chambres ainsi constituées, les travaux législatifs y
abondèrent. Outre les trois projets de loi que je viens de rappeler,
j'en présentai à la Chambre des députés six autres, les uns de
circonstance, sur les récompenses nationales à accorder aux blessés et
aux familles des morts dans la lutte de juillet, sur l'importation des
grains, sur des travaux publics urgents, etc., les autres d'institution,
sur la garde nationale, soit sédentaire, soit mobile. J'avais chargé une
grande commission, présidée par M. de La Fayette, de préparer ces deux
derniers projets que, de toutes parts, on réclamait avec ardeur. C'est
le mérite et le péril de l'institution des gardes nationales de susciter
les espérances les plus diverses; leur prompte organisation donnait
satisfaction aux esprits inquiets pour l'indépendance et la dignité
extérieure du pays; les amis de l'ordre se promettaient d'y trouver
une force pour le maintenir, à défaut de l'armée, matériellement et
moralement affaiblie; les libéraux se flattaient que, grâce à cette
force toujours disponible, une grande armée permanente ne serait plus
nécessaire; les démocrates voyaient avec joie le peuple armé et mis
ainsi en état d'intervenir dans les affaires publiques. Les ministres de
la guerre, de la justice et des finances présentèrent en même temps, sur
les questions qui ressortissaient à leurs départements, neuf projets de
loi, les uns indispensables pour les services publics, les autres depuis
longtemps l'objet des instances parlementaires ou populaires. Et à côté
de ces projets du gouvernement, préparés et présentés en moins de trois
mois, vingt-deux propositions, émanées de l'initiative des Chambres
elles-mêmes, sollicitèrent, sur l'administration municipale, la
législation pénale, le régime de la presse, le système des impôts,
le mode d'examen du budget, etc., des réformes qui soulevaient les
questions les plus graves.

Au premier moment pourtant, et soit qu'elles vinssent du gouvernement
ou des Chambres, ces propositions ne suscitèrent pas les vifs et longs
débats qu'on en devait attendre. Quelques-unes, depuis longtemps
réclamées, comme l'abolition de la loi du sacrilège et le rétablissement
du jury pour le jugement des délits de la presse, furent admises presque
sans contestation. D'autres, au contraire, parurent n'être, de la
part de leurs auteurs, que des promesses acquittées ou des espérances
ouvertes à leurs amis du dehors, sans grande impatience du résultat.
M. Benjamin-Constant et M. Bavoux, par exemple, demandèrent, l'un la
complète liberté de la profession d'imprimeur, l'autre un abaissement
considérable dans le cautionnement et le droit de timbre imposés aux
journaux; mais ils n'insistèrent pas pour un examen immédiat. Beaucoup
de propositions furent ainsi ajournées. Il n'y avait encore dans les
Chambres point d'opposition déclarée, organisée et irritée par de longs
combats; nous venions de concourir tous à la même oeuvre; sincèrement
ou par convenance, nous n'y portions la main qu'avec égard. Des
dissentiments et des mécontentements se laissaient entrevoir; mais, sauf
M. Mauguin et quelques déclamateurs subalternes, les dissidents et les
mécontents s'appliquaient à se contenir plutôt qu'ils ne s'empressaient
d'éclater.

Le gouvernement, de son côté, n'avait garde de provoquer la lutte.
J'étais, dans la Chambre des députés, son principal organe; et quoique,
plus tard, on m'ait quelquefois taxé d'ardeur provoquante, je ne me
souviens pas qu'alors on m'ait jamais adressé ce reproche, et je suis
sûr que je ne le méritais nullement. Ma disposition dans les débats
était au contraire, à cette époque, contenue et réservée, par précaution
d'orateur au moins autant que par prudence de ministre. A vrai dire,
je débutais à la tribune comme dans le gouvernement; j'étais, pour la
première fois, en première ligne sur le champ de bataille et chargé de
la responsabilité du pouvoir. L'habitude de la parole publique ne me
manquait pas; je l'avais acquise à la Sorbonne; mais au Palais-Bourbon,
un prompt instinct m'avertit que j'avais affaire à un théâtre et à
un public tout différents. Comme le prédicateur dans l'église, le
professeur parle, du haut de sa chaire, à des auditeurs modestes et
dociles, réunis autour de lui par devoir ou par nécessité, qui ne
songent pas à le contredire, admettent d'avance son autorité morale
et sont disposés, pour peu que sa parole leur plaise, à lui porter
confiance et respect. C'est un monologue en présence d'un auditoire
favorable. L'orateur politique, au contraire, a devant lui des
adversaires qui s'apprêtent à le combattre, et des alliés qui ne lui
donneront leur appui que s'il leur assure la victoire. Il est en
dialogue continu, d'une part avec des ennemis passionnés, de l'autre
avec des amis exigeants qui siègent là comme des juges. Et ce n'est pas
seulement à ses contradicteurs déclarés, à ses rivaux d'éloquence qu'il
a affaire; il traite, en parlant, avec toute l'assemblée qui l'écoute et
dont il faut qu'il entende et comprenne le silence. S'il ne démêle pas
les mouvements rapides et confus qui s'y produisent, s'il ne lit pas
les impressions sur les visages, s'il ne saisit pas, pour y répondre
d'avance, les objections et les doutes qui traversent les esprits, il
aura beau bien parler; sa parole sera tantôt froide et vaine, tantôt mal
comprise, mal interprétée et retournée contre lui. Un obscur mais réel
échange de sentiments et d'idées, une conversation sympathique, soudaine
et incessante, entre l'orateur et l'assemblée, c'est la condition comme
la difficulté suprême de l'éloquence politique; sa puissance est à ce
prix. Je ne me rendais pas compte, en 1830, de cette situation, de ses
exigences et de ses périls, aussi clairement que je l'ai fait plus tard;
mais j'en avais un vif pressentiment; et loin de m'abandonner à l'ardeur
de ma passion ou à la liberté de ma pensée, je ne marchais qu'avec
précaution dans cette difficile arène, content de suffire aux nécessités
naturelles de la lutte, et ne cherchant nullement à l'étendre ni à
l'enflammer.

Ainsi la Chambre, livrée à elle-même, était et serait probablement
restée longtemps peu orageuse; mais l'orage grondait incessamment autour
d'elle. Pendant que nous délibérions assez tranquillement, je pourrais
dire assez froidement, sur les questions à l'ordre du jour, les
mouvements populaires, les attroupements tumultueux, les fantaisies
et les tentatives imprévues d'une multitude ardente et oisive se
renouvelaient tous les jours au dehors. Des ouvriers se portaient en
masse pour chasser les concurrents étrangers et pour détruire les
machines qui leur enlevaient, disaient-ils, leur travail; plusieurs
ateliers furent bouleversés, et le 3 septembre, le _Journal des Débats_
ne put paraître. Des rassemblements analogues à ceux qui avaient
voulu porter au Panthéon les bustes du général Foy et de M. Manuel se
formèrent pour rendre au buste du maréchal Ney le même honneur. Un autre
rassemblement, gravement passionné et solennellement annoncé d'avance,
se réunit le 21 septembre sur la place de Grève, au même lieu et
l'anniversaire du jour où, huit ans auparavant, les quatre sergents de
la conspiration de La Rochelle, Bories et ses trois compagnons, avaient
été exécutés; une estrade avait été élevée, un discours fut prononcé en
hommage à leur mémoire, et le Panthéon fut promis, sinon à leurs images,
du moins à leurs noms. En dehors de ces solennités sérieuses, suscitées
par des desseins politiques ou des sentiments sincères, des promenades
sans but comme sans frein, des chants et des cris de bravade ou
d'amusement agitaient sans relâche les quartiers populeux, surtout les
environs du Palais-Royal, séjour du Roi et galerie du peuple; et dans
les carrefours, au coin des rues très-fréquentées, des placards sans
cesse renouvelés couvraient les murs, tristes ou menaçants, injurieux
ou licencieux; et des curieux se groupaient à l'entour, empressés à les
lire et s'en entretenant sur place, puis reportant dans leurs quartiers
et dans leurs foyers les impressions qu'ils en recevaient.

Fâcheux pour la société dont ils retardaient le retour au repos et
incommodes pour le pouvoir à qui les moyens de répression manquaient
encore, ces désordres matériels n'auraient eu cependant rien de bien
grave si, au delà et au-dessus des incidents de rue, d'autres désordres
plus anciens et plus profonds n'avaient agité et égaré un grand nombre
d'esprits. La Révolution de Juillet avait fait bien autre chose que
renverser un trône et modifier une Charte; elle avait donné des
prétentions et des espérances, non-seulement au parti politique qui
voulait, pour le gouvernement de la France, une autre forme que la
monarchie, mais à toutes les écoles, à toutes les sectes, à tous les
groupes, plus ou moins bruyants ou obscurs, qui rêvaient, pour la
société française, une autre organisation que celle qu'elle a reçue de
ses origines, de sa foi chrétienne et de ses quatorze siècles de vie. En
dehors des républicains, et empressés les uns de s'en distinguer,
les autres de s'y réunir, les saint-simoniens, les fouriéristes, les
socialistes, les communistes, très-divers de principes et très-inégaux
en force comme en valeur intellectuelle, étaient tous en état
d'effervescence ambitieuse. Les idées fondamentales de ces écoles
n'étaient pas plus neuves que sensées; le monde, depuis qu'il existe,
a vu, dans toutes ses grandes crises, éclater les mêmes chimères, les
mêmes soulèvements de l'orgueil humain contre l'ordre providentiel, les
mêmes fausses notions sur la nature humaine et sur la part de l'homme
dans le gouvernement de l'humanité. Au milieu d'une société fortement
constituée et sous un gouvernement bien établi, ces rêveries, qui
couvent toujours sourdement, n'ont pas grande importance; elles ne font
jamais qu'un nombre assez restreint de recrues ou de dupes, et on peut
les laisser végéter dans leur étroite sphère sans se préoccuper de leurs
progrès. Mais au sein d'une nation démocratique, raisonneuse, hardie,
et livrée depuis cinquante ans à toutes sortes d'ambitions et
d'expériences, tous ces petits groupes philosophiques, politiques,
quelques-uns même affectant des airs semi-religieux, devenaient autant
de petites puissances remuantes qui possédaient peu de force, mais
répandaient beaucoup de venin. Les réformateurs ne prétendaient pas à
s'emparer pleinement de la société française pour la reconstruire à leur
gré; mais ils aspiraient à exercer sur ses institutions, sur ses lois,
sur ses idées, sur ses maîtres, une large part d'influence, et ils
apportaient tous leur contingent à la fermentation révolutionnaire qui
bouillonnait autour du gouvernement qu'elle venait de se donner.

Par une combinaison singulière où se réunissaient les traditions des
temps les plus divers, cette fermentation avait les foyers les plus
propres à la recueillir et à la répandre. Les sociétés secrètes de la
Restauration s'étaient transformées en clubs de la Révolution, unissant
ainsi les restes d'une discipline silencieuse aux emportements de la
parole déchaînée. Là, dans des réunions journalières et publiques, tous
les événements, toutes les questions, de principe ou de circonstance,
étaient ardemment discutés; tous les desseins, toutes les espérances,
tous les rêves se produisaient audacieusement; tout le gouvernement,
la royauté, les Chambres, la magistrature, l'administration, étaient
attaqués à outrance; on allait jusqu'à provoquer sans détour leur
renversement. Des ouvriers, des jeunes gens, des passants entraient dans
ces réunions comme dans un spectacle, prenaient goût à cette
licence arrogante; et autour des meneurs des anciennes associations
républicaines, bonapartistes, socialistes ou autres, se groupaient des
forces populaires, prêtes à s'insurger contre les pouvoirs publics que,
tous les jours, elles entendaient outrager et traiter en ennemis.

Les clubs, dans leur fougue subversive, oubliaient qu'ils étaient en
présence, non pas seulement d'un pouvoir encore incertain et faible,
mais d'un public libre et très-ému, en qui leur nom et leurs
déclamations réveillaient les plus sinistres souvenirs. L'humeur et
l'alarme se répandirent rapidement; dans l'intérieur des familles, dans
les magasins des marchands, dans les couloirs des salles de spectacle,
dans les corps de garde de la garde nationale, on s'entretenait de ces
associations factieuses; on rappelait leurs excès d'autrefois; on se
racontait leurs menaces de la veille contre les pouvoirs les plus
populaires comme les plus augustes; on s'en prenait à elles des
langueurs du commerce, des troubles des rues, de l'indiscipline des
ouvriers. Les magistrats ne manquèrent pas à leur devoir: des affiches
préparées dans le principal de ces clubs, _la Société des Amis du
peuple_, et qui provoquaient formellement le peuple à renverser la
Chambre des députés, furent saisies et des poursuites entamées contre
les meneurs de la réunion et le propriétaire du local où elle tenait ses
séances. Pendant que cette instruction suivait son cours, une question
déjà engagée sous la Restauration et étrangère, par son origine comme
par son objet direct, aux événements du jour, était pendante devant la
Cour de cassation; il s'agissait de savoir si des réunions purement
religieuses, tenues par des protestants, étaient assujetties aux
restrictions et aux conditions prescrites par les articles 291 et 294 du
Code pénal[12]. M. Dupin, nommé naguère procureur général, proclama et
réclama nettement les droits de la liberté religieuse. Mais on était
dans l'un de ces accès d'agitation et de précipitation inquiète où le
danger général et actuel préoccupe seul les esprits, où les faits les
plus divers comme les notions les plus distinctes se confondent, et
où le public, dans son ardent égoïsme, veut être rassuré à tout prix.
Sensible aux nécessités du gouvernement et dominée par la rigueur des
textes légaux, la Cour de cassation déclara que les articles 291 et 294
du Code pénal étaient en pleine vigueur et s'appliquaient à toutes les
réunions, quel qu'en fût l'objet. La liberté religieuse payait ainsi les
frais de l'ordre politique. Encouragés par ces décisions des tribunaux,
les citoyens tranquilles, les négociants, les chefs d'atelier, les
habitants des quartiers où se tenaient les clubs en demandèrent vivement
la répression; des voix s'élevèrent de toutes parts, taxant le pouvoir
de faiblesse; et le 25 septembre, l'un des chefs les plus honorés de la
garde nationale, le comte de Sussy, colonel de la XIe légion, écrivait
à l'un de ses amis qu'il savait en rapports fréquents avec moi: «Pour
donner plus de force aux démarches que vous faites de votre côté, je
vous dirai que tous mes collègues et moi avons prié M. Laffitte de faire
connaître au Roi que toute la garde national demandait avec instance
qu'on prît sans retard les mesures nécessaires pour mettre un terme à
toutes ces réunions qui viennent troubler la tranquillité publique et
arrêter les opérations commerciales. M. Laffitte nous a assuré que le
gouvernement allait s'occuper efficacement du voeu exprimé par tous
les bons citoyens. Il est bon, je crois, que vous en informiez MM. de
Broglie et Guizot.»

[Note 12: «_Art_. 291. Nulle association de plus de vingt personnes,
dont le but sera de se réunir tous les jours, ou à certains jours
marqués, pour s'occuper d'objets religieux, littéraires, politiques ou
autres, ne pourra se former qu'avec l'agrément du gouvernement, et
sous les conditions qu'il plaira à l'autorité publique d'imposer à la
société.»

«_Art_. 294. Tout individu qui, sans la permission de l'autorité
municipale, aura accordé ou consenti l'usage de sa maison, en tout ou en
partie, pour la réunion des membres d'une association, même autorisée,
ou pour l'exercice d'un culte, sera puni d'une amende de 16 fr. à 200
fr.»]

Je n'avais pas attendu cette information pour agir, dans la mesure et
par les moyens qui me paraissaient adaptés à l'état des faits et des
esprits. J'avais déjà entretenu le Conseil de quelques dispositions
législatives qui avaient plutôt pour objet d'engager la question que de
la résoudre, lorsque plusieurs députés de mes amis, entre autres, M.
Benjamin Morel, grand négociant de Dunkerque, vinrent me dire qu'ils se
croyaient en conscience obligés de signaler à la Chambre tout le mal que
faisaient et préparaient les clubs, et de presser le gouvernement d'y
porter remède. Loin de les en détourner, je les encourageai dans leur
dessein, les assurant que le gouvernement ferait son devoir, comme
ils voulaient faire le leur. Le surlendemain, en effet, prenant pour
prétexte la détresse industrielle de son département, M. Benjamin Morel
attaqua franchement les clubs et leur imputa la perturbation prolongée
qui compromettait à la fois l'honneur du régime nouveau et la prospérité
du pays. La Chambre l'écoutait en silence, embarrassée à la fois et
favorable. Quelques voix s'élevèrent pour réclamer contre l'exagération
de ces plaintes, au nom des principes de liberté que les associations
politiques pouvaient invoquer, dit-on, comme les individus isolés. Je
pris sur-le-champ la parole, non sans quelque embarras à mon tour, soit
à cause de la disposition de la Chambre, soit dans le fond même de ma
pensée. J'avais à ménager des esprits flottants, inquiets des clubs,
mais encore tout émus de leurs luttes libérales sous la Restauration, et
je ne voulais ni abolir d'avance et en principe des libertés possibles
dans l'avenir pour mon pays, ni reconnaître aux libertés présentes le
droit de couvrir et de servir l'anarchie. Je tins le langage le plus
efficace, je crois, comme le plus sincère; je ne proclamai aucune maxime
absolue et irrévocable; je laissai paraître mes perplexités intérieures
et les considérations diverses, les perspectives lointaines dont je
voulais tenir compte: «La France, dis-je, a fait une révolution; mais
elle n'a pas entendu se mettre dans un état révolutionnaire permanent.
Les caractères saillants de l'état révolutionnaire, c'est que toutes
choses soient incessamment mises en question, que les prétentions soient
indéfinies, que des appels continuels soient faits à la force, à la
violence. Ces caractères existent tous dans les sociétés populaires
actuelles, dans l'action qu'elles exercent, dans l'impulsion qu'elles
s'efforcent d'imprimer à la France. Ce n'est pas là le mouvement, mais
le désordre; c'est la fermentation sans but et non le progrès. Nous
avons conquis, dans les quinze années qui viennent de s'écouler, plus
de libertés qu'aucun pays n'en a jamais conquis en un siècle. Pourquoi?
parce que la réforme a été lente, laborieuse, parce que nous avons été
obligés à la prudence, à la patience, à la persévérance, à la mesure
dans notre action. Ne sortons pas de cette voie. Je me hâte de le dire;
l'article 291 du Code pénal ne doit pas figurer éternellement, longtemps
si vous voulez, dans la législation d'un peuple libre; le temps viendra
où, n'étant plus motivé par l'état de notre société, il disparaîtra de
notre Code. Mais il existe aujourd'hui; c'est l'état légal de la France.
Puisque le pouvoir est armé d'un moyen légal contre les dangers des
sociétés populaires, non-seulement il ne doit pas l'abandonner, mais il
doit s'en servir. Il l'a déjà fait, et il est décidé à le faire tant
que l'exigeront le bon ordre dans le pays et le progrès régulier de ses
libertés.» Dans la mesure de ce langage, le vote de la Chambre me donna
pleine approbation.

Le jour même où ce débat avait lieu, la chambre des mises en accusation
de la Cour royale de Paris renvoya les meneurs de la _Société des
Amis du peuple_ et le propriétaire du local de ses réunions devant le
tribunal de police correctionnelle; et le soir, la Société elle-même,
réunie en séance, vit sa salle envahie par un grand nombre d'habitants
du quartier, la plupart gardes nationaux, qui sifflèrent ses orateurs,
mirent fin à ses délibérations, et accompagnèrent ses membres de leurs
huées, à mesure qu'ils sortaient presque aussi effrayés qu'irrités de
leur impopularité inattendue. Ils essayèrent le surlendemain de se
réunir de nouveau; mais la salle était fermée; un peloton de garde
nationale stationnait devant la porte et en interdisait absolument
l'entrée. Quatre jours après, le tribunal de police correctionnelle
condamna les prévenus à trois mois de prison, et prononça la dissolution
du club, qui fut contraint de subir une seconde métamorphose et de
redevenir société secrète.

La Chambre, les tribunaux, la garde nationale et le cabinet n'avaient
fait, en étouffant de concert ces foyers d'anarchie subalterne, qu'un
acte de bon sens évident et de facile courage. Mais par l'irritation
qu'en ressentirent les vaincus et par la dissidence qui, sans éclater
aussitôt, s'en éleva au sein du gouvernement, cet acte fut plus grave
qu'en soi il ne méritait de l'être, et devint le point de départ de
la lutte qui ne tarda pas à s'engager. A la Chambre, M. Dupin m'avait
soutenu dans le débat; mais MM. de Tracy, Salverte, Benjamin-Constant,
et non plus M. Mauguin seulement, m'avaient combattu, les uns par
respect pour des maximes absolues, les autres par ménagement pour de
violents et bruyants alliés. Dans le conseil, MM. de Broglie, Casimir
Périer, Molé, Louis, Sébastiani m'approuvaient hautement; mais M.
Dupont de l'Eure était triste et plein d'humeur, et sans sa confiante
inconséquence, M. Laffitte eût été embarrassé. J'avais accepté un combat
dans lequel mes collègues n'étaient pas tous décidés à me suivre. Aucun
n'avait de goût pour les clubs; mais si les uns s'empressaient, les
autres hésitaient à rompre sans retour avec eux. Ce n'était plus, comme
à propos de la constitution de la pairie dans la révision de la Charte,
des idées et des intentions réellement diverses qui se trouvaient en
présence et aux prises; c'étaient des résolutions inégales qui ne
pouvaient plus marcher du même pas dans la même route. La question se
posait de jour en jour plus nettement entre la politique de résistance
et la politique, non pas de mouvement, mais de laisser-aller, entre
l'autorité effective des pouvoirs constitutionnels et la patience, non
pas complice, mais complaisante du gouvernement devant les impressions
et les entraînements populaires. Évidemment, à la première circonstance
critique, et quoique les intentions définitives fussent, au fond, à peu
près semblables, la diversité des caractères et des tendances devait
amener la séparation.

Depuis les premiers jours de la révolution, cette circonstance se
préparait: dans le gouvernement, dans les Chambres, dans le public,
le procès des ministres de Charles X était l'objet de préoccupations
très-diverses, mais générales et ardentes. J'étais, pour mon compte,
résolu à faire les derniers efforts pour qu'après le combat nul sang ne
vînt souiller la victoire. J'avais travaillé, sous la Restauration, à
abattre l'échafaud politique; je me tenais pour engagé d'honneur à ce
qu'il ne se relevât point. Il y a des occasions solennelles qu'un homme
sérieux se doit à lui-même de saisir pour mettre en pratique les
vérités qu'il a tenu à honneur de proclamer, car l'inconséquence serait
honteuse, et révélerait autant de faiblesse d'esprit que de coeur. Plus
je réfléchissais en 1830, plus je m'affermissais dans les convictions
qui, en 1822, m'avaient fait chaudement réclamer contre la peine de mort
en matière politique. A propos des ministres qui avaient contresigné
les volontés de Charles X, comme à propos des conspirateurs qui avaient
tenté de renverser le trône de Louis XVIII, j'étais certain qu'il n'y
avait, ni dans leur âme la perversité morale sans laquelle la peine
de mort est une odieuse iniquité, ni dans leur condamnation sanglante
l'utilité sociale qui doit s'ajouter à la perversité de l'accusé pour
que la peine de mort soit légitime. L'argument que les défenseurs des
ministres puisaient, en leur faveur, dans le renversement de l'ordre
constitutionnel et l'expulsion du Roi lui-même, n'avait pas une valeur
légale décisive; mais comme considération morale, il était d'un grand
poids; le châtiment le plus rigoureux eût été, à coup sûr, plus
nécessaire et plus équitable contre les conseillers du Roi resté sur le
trône que contre ceux du Roi banni. Et quant aux conséquences purement
pratiques, il ne fallait pas une grande sagacité pour reconnaître que,
loin d'apporter au gouvernement nouveau une sécurité de plus, le sang
répandu sur l'échafaud eût aggravé ses difficultés et ses périls;
en donnant aux passions révolutionnaires qui l'assaillaient ces
satisfactions fiévreuses et empoisonnées qui les irritent au lieu de les
apaiser.

Tout le Conseil et le roi Louis-Philippe en tête de son Conseil, et
presque tous les hommes considérables qui l'entouraient étaient de
ce sentiment; mais nous étions en présence d'un sentiment contraire
très-répandu et très-vif. Dans la population qui avait pris part à la
résistance devenue la révolution, et dans la garde nationale dont cette
population remplissait les rangs, les coeurs frémissaient encore de
la colère qu'avaient soulevée les ordonnances de Juillet, des périls
qu'avait semés partout la lutte et des sacrifices douloureux qu'avait
coûté la victoire. Le droit violé et le sang versé seraient-ils donc
sans expiation? Il y a, dans la nature humaine, un fond de barbarie
qui regarde la loi du talion comme la vraie justice, et ressent, dans
l'attente des châtiments sanglants, une soif aveugle. Les meneurs
révolutionnaires, les fauteurs de troubles à toute fin s'emparaient de
ce sentiment populaire, et s'appliquaient à l'échauffer pour entretenir
ou ranimer des sentiments plus violents encore, compromettre le peuple
par l'irritation des souvenirs, et ressaisir ainsi quelque chance du
pouvoir qui leur échappait. Et jusque dans les rangs élevée et parmi
les honnêtes gens du parti vainqueur, les esprits étroits et roides
ne manquaient pas qui, s'enfermant dans une argumentation à la fois
révolutionnaire et juridique, soutenaient la peine capitale comme la
conséquence nécessaire et juste de la grande violation du droit national
qui avait rendu la révolution juste et nécessaire.

Dès que la question s'éleva, ces deux sentiments et ces deux efforts
éclatèrent et se déployèrent parallèlement. Le même jour où M. Eusèbe
Salverte développa dans la Chambre des députés sa proposition pour la
mise en accusation des ministres, M. de Tracy déposa sur le bureau la
sienne pour l'abolition de la peine de mort: tous deux désintéressés
et sincères; l'un, puritain philosophe, dur sans colère et froidement
fanatique; l'autre, esprit et coeur généreux, toujours prêt à se mettre
en avant pour ce qu'il croyait le droit ou le bien de l'humanité, et
s'étonnant toujours des difficultés qu'il rencontrait à faire partager
sa conviction et accepter son dessein. Le même rapporteur, M. Bérenger
de la Drôme, fut chargé de rendre compte à la Chambre de l'une et de
l'autre propositions, et il s'en acquitta avec la même convenance, en
magistrat grave et modéré, attentif à être juste envers toutes les
opinions, plus que jaloux de marquer fortement la sienne. Son rapport
sur l'abolition de la peine de mort ne fut lu à la Chambre que treize
jours après celui dont l'accusation des ministres était l'objet; et dans
cet intervalle, deux démarches inattendues vinrent appuyer avec éclat la
proposition de M. de Tracy. Le 21 septembre, sur la place de Grève, au
milieu de la solennité célébrée en mémoire des quatre sergents de La
Rochelle, et comme sous la dictée de leurs ombres, une pétition fût
signée pour l'abolition de la peine de mort; et deux jours après, les
blessés des journées de juillet, encore malades dans les hôpitaux,
adressèrent à la Chambre des députés l'expression du même voeu.
Le public fit, avec justice, honneur à M. de La Fayette de ces
manifestations généreuses. C'était pour lui une bonne fortune qu'il
s'empressait de saisir, que de pouvoir donner aux grands instincts de
son âme une forme et une voix populaires. Quand on commença à discuter
sérieusement la proposition de M. de Tracy, l'impossibilité de l'adopter
brusquement et complètement devint évidente; les magistrats, les
militaires firent sentir le péril de bouleverser et d'énerver à ce
point la législation pénale, et la Chambre s'empressa d'accueillir un
amendement de M. de Kératry, qui proposa de transformer la proposition
en une Adresse au Roi pour lui demander la présentation d'un projet de
loi tendant à abolir la peine de mort dans certains cas déterminés,
spécialement en matière politique. M. Dupont de l'Eure appuya
l'amendement: «Pendant la prochaine prorogation des Chambres, dit-il,
le gouvernement sera à même d'examiner cette grave question, et de vous
proposer, lorsque la Chambre reprendra ses travaux, un projet de loi
qui concilie tous les intérêts. Je déclare, comme garde des sceaux, que
j'apporterai toute ma sollicitude pour remplir le voeu exprimé dans
l'Adresse au Roi.» Ce même jour, à huit heures du soir, dans une séance
spéciale, la commission qui avait été chargée de rédiger le projet
d'Adresse revint le présenter à la Chambre, qui l'adopta presque à
l'unanimité, quoique après un long débat; et dès le lendemain, 9
octobre, le Roi entouré de ses ministres, ayant à sa droite M. le duc
d'Orléans debout sur les marches du trône, reçut la députation chargée
de lui présenter l'Adresse, et à laquelle s'étaient joints un grand
nombre de membres: «Le voeu que vous y exprimez, répondit-il, était
depuis bien longtemps dans mon coeur. Témoin, dans mes jeunes années,
de l'épouvantable abus qui a été fait de la peine de mort en matière
politique, et de tous les maux qui en sont résultés pour la France
et pour l'humanité, j'en ai constamment et bien vivement désiré
l'abolition. Le souvenir de ce temps de désastre, et les sentiments
douloureux qui m'oppriment quand j'y reporte ma pensée, vous sont un sûr
garant de l'empressement que je vais mettre à vous faire présenter un
projet de loi qui soit conforme à votre voeu.»

De la part de tout le monde, Roi, Chambres, ministres, l'engagement
était formel et solennel, et réduit à des termes raisonnablement
exécutables. Personne ne se méprenait sur son origine et sa portée; il
avait pour but évident de mettre la tête des ministres de Charles X
à l'abri de l'échafaud où les passions révolutionnaires et les
ressentiments populaires voulaient les voir monter. Quand le gant fut
ainsi jeté, bien des gens commencèrent à dire que c'était une faute,
qu'on avait eu tort d'engager la lutte publiquement et d'avance, que
la proposition de M. de Tracy était inopportune, qu'elle poussait aux
violences extrêmes ceux qui ne l'acceptaient pas, qu'il eût mieux valu
se taire et laisser le procès arriver sans bruit devant la Cour des
pairs qui le jugerait certainement avec une indépendante modération.
On tranchait, en tenant ce langage, une question plus générale et plus
grande que celle de la conduite à tenir dans le procès des ministres; on
donnait raison à la politique de laisser-aller contre la politique de
résistance, et la politique de résistance était destinée en effet à
succomber bientôt devant ses adversaires. Mais la bonne politique
a cette vertu que, même en succombant, elle garde une grande part
d'efficacité: si nous n'avions pas énergiquement résisté aux passions et
aux calculs qui demandaient du sang pour nourrir la Révolution, si nous
n'avions pas élevé, contre l'application de la peine de mort en pareille
circonstance, une clameur forte et obstinée, l'esprit révolutionnaire se
fût déployé à son aise et eût probablement accompli ce qu'il voulait.
Mais tant et de si vives manifestations contre son dessein suscitèrent
un sentiment public qui le frappa d'impuissance, même dans son triomphe;
et s'il put renverser les ministres qui le combattaient hautement, il
n'en trouva point qui, même en le ménageant, voulussent réellement le
servir.

Dès que l'Adresse de la Chambre des députés eut été présentée et reçue
avec tant d'empressement, les menées et les manifestations ennemies
s'empressèrent à leur tour d'éclater. Depuis quelques jours déjà, de
honteux symptômes annonçaient cette sinistre explosion. Des pamphlets,
des articles de journaux, des placards répandaient contre le Roi déchu,
sa famille, sa cour, ses amis connus, les plus grossières injures et les
plus infâmes calomnies; on étalait l'_Histoire scandaleuse, politique,
anecdotique et bigote de Charles X_ et les _Amours secrètes des
Bourbons_; on affirmait que des poignards et des barils de poudre
avaient été trouvés dans le palais de l'archevêque de Paris, et que la
commission chargée de réparer les désastres causés par les journées de
Juillet avait accordé à l'archevêque une indemnité de 200,000 fr. Les
révolutionnaires excellent dans l'art d'avilir leurs adversaires pour
irriter leurs instruments. Bientôt le feu des attaques se concentra sur
les ministres accusés et sur les hommes qui réclamaient l'abolition de
la peine de mort; les mots _Mort aux ministres!_ étaient écrits partout
dans les rues et jusque sur les murs de la prison du Luxembourg; les
mêmes menaces s'adressaient aux juges et aux accusés: «Les ennemis de
notre révolution, disait-on, ont cru que, sur cette question, elle était
prête à fléchir. Elle ne fléchira pas. Un grand exemple doit être donné;
il le sera...... L'exil pour ces ministres criminels! Gorgés d'or,
pleins d'insolence et de mépris pour les peuples, ils ne songent qu'à
atteindre les cours despotiques où ils seront reçus avec tous les
honneurs dus à des tyrans, où ils prépareraient de nouveaux complots
liberticides. Mais un fleuve de sang les entoure; le peuple en armes en
garde les bords. Ils ne le franchiront jamais.»

Le 17 octobre, ce ne furent plus les pamphlets et les placards seuls qui
parlèrent; deux bandes d'hommes, de femmes et d'enfants, appartenant
presque tous à cette population oisive, corrompue et turbulente qui vit
au fond de Paris, ardente à saisir les occasions de porter ses orgies
à la surface, se promenèrent dans les rues et vinrent assaillir le
Palais-Royal des cris: _Mort aux ministres! La tête de Polignac!_ mêlant
à leurs cris des paroles outrageantes contre le Roi et les Chambres.
La garde dissipa les rassemblements, sans peine mais sans effet; ils
reparurent le lendemain 18, vers midi, plus nombreux et portant un
drapeau avec cette inscription: _Désir du peuple: Mort aux ministres!_
On arrêta quelques-uns des plus bruyants; mais les autres se répandirent
dans les faubourgs, s'y recrutèrent largement, et dans la soirée, une
foule pressée envahit tumultueusement les cours, les galeries et le
jardin du Palais-Royal, plus insultante et plus menaçante que jamais
pour le roi Louis-Philippe comme pour les ministres de Charles X, pour
la Chambre des députés comme pour la Chambre des pairs: cohue effrénée
avec une idée fixe, prête à tout tenter contre les pouvoirs quelconques
qui se refuseraient à ses féroces injonctions. La garde parvint, après
de longs efforts, à faire évacuer les cours du palais et à fermer
les grilles; mais aussitôt un cri s'éleva au milieu de la place: _A
Vincennes! à Vincennes!_ Toutes les voix le répétèrent comme une
espérance de victoire, et les flots de cette foule se précipitèrent dans
la direction où ce cri les appelait.

Après avoir, dans la journée, tenu conseil chez le Roi, nous étions
réunis, à ce moment, chez le garde des sceaux, inquiets de l'état de
Paris et embarrassés les uns des autres; M. Dupont de l'Eure et ses amis
portaient impatiemment le poids de notre impopularité, et nous celui
de leur mollesse. Nous avions une de ces conversations vaines à l'aide
desquelles on consume le temps qu'on ne sait comment employer, quand le
général Fabvier entra et nous annonça que l'émeute, refoulée hors du
Palais-Royal, se disposait à se porter sur Vincennes avec les intentions
et les démonstrations les plus menaçantes. Il fallait absolument prendre
un parti; nous en prîmes deux. J'insistai pour une prompte répression;
on réclama une concession au sentiment populaire. J'écrivis à l'instant,
sur la table du Conseil, au général Pajot, commandant de la division
militaire:

«Général, le Conseil vient d'apprendre, par M. le général Fabvier, qu'un
certain nombre d'hommes turbulents ont résolu ce soir de se porter
demain sur Vincennes, sous prétexte de s'assurer que les prisonniers s'y
trouvent encore, mais probablement avec le dessein de se porter contre
eux à quelque violence. Il me charge de vous inviter à prendre toutes
les mesures nécessaires pour mettre en sûreté le château de Vincennes,
et à dissiper tous les rassemblements qui prendraient cette direction.
Il n'est pas moins important d'aviser aux moyens de faire cesser aussi,
par la présence de la garde nationale, tous les rassemblements qui
se forment dans Paris depuis quelques jours. Le Conseil est plein de
confiance dans la sagesse des dispositions que vous prendrez pour
rétablir le calme dans la capitale et veiller à la sûreté des citoyens,
si gravement compromise.»

Cette lettre partie et séance tenante, je rédigeai pour _le Moniteur_,
où il parut en effet le lendemain matin, un article qui, au milieu de
fermes déclarations contre les fauteurs des troubles, contenait cette
phrase: «Dans la circonstance même qui y donne lieu, aucun prétexte ne
les autorise. Le gouvernement, qui pense que l'abolition universelle et
immédiate de la peine de mort n'est pas possible, pense aussi, après un
examen attentif, que pour la restreindre, dans notre Code, aux seuls cas
où sa nécessité la rend légitime, il faut du temps et un long travail.»
C'était ajourner indéfiniment, ou du moins bien au delà du procès des
ministres, le projet de loi que la Chambre des députés avait instamment
réclamé par son Adresse, et dont M. Dupont de l'Eure, comme le Roi, lui
avaient promis la prochaine présentation. Après avoir adopté ces deux
mesures, l'une pour réprimer l'émeute, l'autre pour lui complaire, le
Conseil se sépara.

Deux heures à peine écoulées, le général Fabvier, qui commandait la
place de Paris, reçut du général Daumesnil, gouverneur de Vincennes, ce
laconique billet: «Mon général, un attroupement assez considérable
s'est présenté devant la place que je commande, et s'est dissipé à mon
approche. Je vous prie de m'envoyer de suite un ou deux bataillons de
la garde nationale.» Vers onze heures du soir, en effet, l'émeute
était arrivée devant Vincennes; réveillés par ses vociférations, les
prisonniers qui en étaient l'objet l'avaient vue, par leurs étroites
fenêtres, à la lueur des torches qu'elle portait, s'amonceler devant
le château et en réclamer l'entrée. Le général Daumesnil fit ouvrir la
porte, et se présentant seul à la foule: «Que voulez-vous?--Nous voulons
les ministres.--Vous ne les aurez pas; ils n'appartiennent qu'à la loi;
je ferai sauter le magasin à poudre plutôt que de vous les livrer.»
Après quelques minutes d'hésitation et de pourparlers, la foule frappée
et intimidée reprit la route de Paris en criant: «Vive la Jambe de
bois!» et Vincennes rentra dans le repos. Mais trois heures plus tard,
encore en pleine nuit, la même foule reparut autour du Palais-Royal,
exhalant les mêmes exigences et les mêmes colères. Un seul poste de
garde était resté, faible et mal informé de ce qui se passait. Les
émeutiers criaient: «Le Roi! nous voulons voir le Roi!» Quelques-uns
avaient déjà pénétré dans l'intérieur et montaient le grand escalier,
trouvant le palais du Roi plus facile à envahir que la prison des
ministres de Charles X, lorsque quelques compagnies de gardes
nationales, réunies à la hâte, accoururent sur la place, arrêtèrent les
plus audacieux et dispersèrent enfin le rassemblement.

Le surlendemain, 20 octobre, le _Moniteur_ était plein de félicitations
mêlées de regrets, et d'exhortations royales et populaires. Le 19, dès
neuf heures du matin, le Roi, accompagné de M. le duc d'Orléans, de M.
de La Fayette et du maréchal Gérard, était descendu dans la cour du
Palais-Royal et avait adressé, à la garde nationale et à la troupe de
ligne qui venaient de repousser l'émeute, des remerciements affectueux
et de fermes conseils. M. de La Fayette, dans un ordre du jour à la
garde nationale, s'était exprimé, sur les troubles de la veille, avec
une effusion toujours confiante et caressante, quoique un peu triste,
conjurant le peuple «de ne pas déchoir du haut rang où la dernière
révolution l'avait placé, et d'épargner cette douleur à un vieux
serviteur de la cause populaire qui s'applaudissait d'avoir assez vécu
pour en voir enfin le pur et glorieux triomphe.» Le journal officiel
s'empressait de publier ces témoignages du retour à l'ordre et ces
appels à l'ordre futur où la sagesse et l'honnêteté patriotiques se
répandaient avec plus d'abandon que d'autorité. Une pièce manquait
au _Moniteur_ de ce jour, la proclamation adressée la veille par M.
Odilon-Barrot, comme préfet de la Seine, à ses concitoyens. Plus
explicite et plus vive qu'aucune autre contre les violences qui avaient
menacé à la fois la sûreté des accusés et l'indépendance des juges, et
empreinte d'une sincère émotion morale, cette proclamation contenait en
même temps cette phrase: «Une démarche inopportune a pu faire supposer
qu'il y avait concert pour interrompre le cours ordinaire de la justice
à l'égard des anciens ministres.» C'était blâmer hautement et la Chambre
qui avait voté l'Adresse sur la peine de mort, et le cabinet et le Roi
qui non-seulement l'avaient, l'un soutenue, l'autre accueillie, mais qui
lui avaient promis une prompte satisfaction. Le gouvernement qui avait
ainsi parlé et agi ne pouvait, sans manquer complétement de conséquence
et de dignité, donner, à ce langage de l'un de ses principaux agents, la
moindre apparence d'adhésion. La question de système et de cabinet qui
fermentait depuis longtemps venait ainsi d'éclater: en attendant qu'elle
fût résolue, je demandai que la proclamation du préfet de la Seine ne
fût pas insérée dans _le Moniteur_ où elle ne parut point en effet.

Parmi les hommes qu'il a été dans ma destinée d'avoir souvent pour
adversaires, M. Odilon-Barrot est peut-être celui dont il m'est le plus
facile de parler sans aucun embarras. J'ai, à son sujet, une double
conviction qui a survécu à toutes nos luttes et s'élève au-dessus de
tous nos dissentiments. Je suis persuadé qu'au fond nos voeux politiques
sont les mêmes, et qu'il a toujours, comme moi, voulu, pour notre
patrie, la monarchie constitutionnelle, rien de moins, rien de plus. Je
pense en même temps que, dans l'idée qu'il s'est faite des conditions de
cette monarchie et de la politique propre à la fonder, il a toujours été
sincère et conduit par des vues de bien public, non par des intérêts
personnels. On est à l'aise pour dire ce qu'on pense quand on estime.
En très-bons rapports sous la Restauration, nous ne tardâmes pourtant
guère, en 1830, à différer beaucoup, M. Odilon-Barrot et moi. Il
appartient à l'école des politiques confiants, qui comptent surtout,
pour l'accomplissement du bien qu'ils souhaitent, sur le concours
spontané et éclairé des peuples. École généreuse qui a plus d'une
fois bien servi l'humanité en se livrant pour elle aux plus hautes
espérances, mais école imprévoyante et périlleuse qui oublie dans
quelles limites et par quels freins l'humanité a besoin d'être contenue
pour que ses bons instincts l'emportent sur ses mauvais penchants. Les
politiques de cette école n'ont ni cette prudence méfiante que laisse
une longue expérience des affaires, ni cette intelligence à la fois
sévère et tendre de la nature humaine que donne la foi chrétienne; ils
ne sont ni des praticiens éprouvés, ni de profonds moralistes; ils
s'exposent souvent à briser la machine sociale faute d'en bien apprécier
les ressorts nécessaires, et en même temps ils connaissent mal l'homme
lui-même et ne savent pas l'aimer sans le flatter. M. Odilon-Barrot a
cru le gouvernement constitutionnel plus facile et les hommes plus
sages qu'ils ne le sont en effet; il a trop attendu de la vertu des
institutions libres pour éclairer la nation et des lumières de la nation
pour pratiquer les institutions libres. C'était là le sentiment qui, dès
1830, dominait dans sa conduite et dans ses paroles; ce fut là aussi la
vraie cause de notre séparation et de nos premiers combats. Il n'avait
point recherché le poste important qu'il occupait; il m'écrivait les 12
et 15 août, pendant qu'il accompagnait Charles X à Cherbourg: «Je lis
dans les journaux la nouvelle de ma nomination à la préfecture de
la Seine; tout le monde m'en fait compliment, et je n'ai rien reçu
d'officiel, ni même de confidentiel de votre part. Je me rattache
très-cordialement au gouvernement actuel, et je ne demande pas mieux que
de me vouer entièrement à sa défense, parce que j'y vois la consécration
de tous mes principes et cette alliance tant désirée par moi du pouvoir
et de la liberté; mais encore faut-il employer les hommes selon leur
plus grande aptitude, et la carrière administrative est bien nouvelle
pour moi; je suis effraye des difficultés qu'offre le poste que vous
m'assignez.» M. Odilon-Barrot n'était pas assez effrayé, non pour
lui-même, mais pour nous tous, pour le gouvernement et pour la France.
Je n'ai jamais eu, comme ministre de l'intérieur, à me plaindre qu'il
manquât, avec moi, de franchise; il m'a non-seulement toujours fait
connaître son opinion et sa tendance, mais il essayait quelquefois
de m'y ramener, et quand notre dissentiment éclata, il m'offrit
sur-le-champ sa démission. Il me trouvait trop soucieux, trop exigeant
avec la Révolution, avec le pays, avec mes collègues, avec lui-même;
à son avis, nous prétendions, mes amis et moi, à trop d'unité, de
conséquence et de force propre dans le gouvernement; il nous eût voulus
plus accommodants pour les dispositions et les impressions publiques,
plus enclins à leur passer beaucoup et à nous promettre, de leur
développement sans gêne, une heureuse issue. Je reprends les mots dont
je me suis déjà servi, car ce sont les seuls qui expriment bien ma
pensée; c'était, au lendemain d'une révolution, la politique de
laisser-aller en face de la politique de résistance.

Quoi qu'on pût penser de leurs mérites respectifs, les deux politiques
ne pouvaient évidemment agir ensemble; elles se condamnaient l'une
l'autre à une inconséquence et à une impuissance ridicules. Le
gouvernement y perdait toute force comme toute dignité. Dans les
Chambres, au lieu d'un progrès vers l'organisation et la discipline des
partis, la confusion croissait de jour en jour; personne ne se formait
soit à exercer régulièrement le pouvoir, soit à le rechercher par
une opposition intelligente et légale. Hors des Chambres, le public
s'étonnait et s'alarmait de voir les affaires aux mains d'une
administration incohérente et que sa propre anarchie rendait incapable
de lutter efficacement contre l'anarchie publique. Les amis de M.
Dupont de l'Eure et les miens se montraient également impatientés et
mécontents. C'était le sentiment général du cabinet, et du Roi comme du
cabinet, qu'il fallait mettre fin à cette situation. Nous étions bien
résolus, le duc de Broglie et moi, à n'en pas accepter plus longtemps
la responsabilité. Le procès des ministres de Charles X était, pour se
séparer, une occasion non-seulement convenable, mais favorable, car la
séparation atténuait, au lieu de l'aggraver, le péril de cette crise
attendue avec une anxiété générale. Nous savions que MM. Laffitte,
Dupont de l'Eure et La Fayette portaient dans cette affaire le même
sentiment que nous, et feraient, pour l'amener à une bonne issue, tous
leurs efforts. Dégagés de notre alliance, ils étaient à la fois et
plus obligés et plus capables d'y réussir. De leur part, la résistance
n'était pas suspecte. La perspective de cette difficile épreuve
détermina MM. Casimir Périer, Molé, Louis et Dupin à se retirer, comme
le duc de Broglie et moi. MM. Laffitte et Dupont de l'Eure, l'un comme
ministre des finances et président du Conseil, l'autre toujours comme
garde des sceaux, devinrent le drapeau du nouveau cabinet. Des partisans
de la politique de résistance, le général Sébastiani seul continua d'y
siéger, indifférent et flexible dans ses relations avec les personnes
autant que décidé et persévérant, au fond, dans sa ligne de conduite.
Peu lui importaient les alliances et les apparences; il voulait rester
le conseiller intime du Roi, et en mesure de le servir selon les
nécessités et à travers les variations des temps.

Nous sortîmes des affaires, le duc de Broglie et moi, avec un sentiment
de délivrance presque joyeuse dont je garde encore un vif souvenir. Nous
échappions au déplaisir de nos vains efforts et à la responsabilité des
fautes que nous combattions sans les empêcher. Dans le public de Paris
et même au sein des Chambres, notre retraite ne surprit point et
n'inquiéta pas beaucoup. Nous avions plus lutté que réussi; nous nous
étions fait quelque honneur en défendant l'ordre et le gouvernement
régulier; mais nous ne l'avions pas défendu avec assez de succès pour
être considérés comme ses seuls et nécessaires représentants. On
comptait sur nous dans l'avenir; nous étions dans le présent, même aux
yeux d'une partie de nos amis, plus compromettants qu'efficaces. Loin
de Paris, pour le public des départements, gouverné par des idées plus
simples et moins mobiles, le changement de ministère parut un événement
plus grave. Parmi les témoignages de l'opinion que je reçus à cette
époque, je n'en citerai qu'un seul, provenant à la vérité d'un homme
infiniment plus clairvoyant que la plupart des spectateurs; M. Augustin
Thierry m'écrivait d'Hyères, le 9 novembre 1830: «C'est au milieu d'une
fièvre intermittente dont les accès reviennent toujours malgré les
remèdes, que j'ai ressenti toutes les transes du changement que les
journaux m'annoncent aujourd'hui. C'étaient de véritables transes,
car vous pouvez croire que j'ai souffert également comme ami et
comme patriote. Votre entrée dans un ministère qui, succédant à une
révolution, avait tant d'exigences à contenter, tant d'ambitions à
satisfaire et à froisser, était une rude tâche; on le saura bientôt. En
attendant, ce que vous avez fait depuis trois mois ne périra point, et
l'administration du pays restera, quoi qu'on fasse, dans le moule où
vous l'avez jetée. Ce sera un grand plaisir pour vos amis de voir le peu
qu'auront obtenu en définitive ceux qui vous ont poursuivi et calomnié
avec tant d'acharnement et de mauvaise foi. Cette presse parisienne, qui
a tout sauvé dans la dernière crise, semble aujourd'hui n'avoir d'autre
but que de tout perdre. Je n'y comprends rien, et j'étais loin de m'y
attendre. Mais, grâce à vous et à vos amis politiques, l'ordre est
organisé en France; nous sommes reconnus à l'étranger et en paix au
dedans; il ne tiendra pas à quelques écrivains brouillons de tout
remettre en question, et le bon sens des provinces fera justice, au
besoin, de la turbulence de Paris.»

Nous n'eûmes pas à attendre que le bon sens des provinces vînt faire
justice; à peine nommé, le président du nouveau Conseil, M. Laffitte
lui-même, s'en chargea.



                             CHAPITRE XI

                LE PROCÈS DES MINISTRES DE CHARLES X
               ET LE SAC DE SAINT-GERMAIN-L'AUXERROIS.

Dissentiments dans le cabinet de M. Laffitte--Mort et obsèques de M.
Benjamin Constant.--Procès des ministres de Charles X.--Mon discours
contre l'application de la peine de mort.--Attitude de la Cour des
pairs.--M. Sauzet et M. de Montalivet.--Embarras de M. de La Fayette
après le procès des ministres.--Prétentions et espérances du parti
démocratique.--La Chambre des députés abolit le commandement général des
gardes nationales du royaume.--Négociations entre le Roi et M. de La
Fayette à ce sujet.--Exigences et démission de M. de La Fayette.--Le
comte de Lobau est nommé commandant supérieur de la garde nationale de
Paris.--Conversations de M. Laffitte avec l'ambassadeur de France à
***.--M. Thiers sous-secrétaire d'État des finances.--État des affaires
étrangères.--M. de Talleyrand et la conférence de Londres.--Sac
de l'église de Saint-Germain-l'Auxerrois et de l'archevêché de
Paris.--Scènes anarchiques sur divers points.--Suppression des fleurs
de lis dans les armes de France.--Effet de ces scènes en Europe;--sur
l'état des partis en France;--dans la Chambre des députés.--Mollesse
et impuissance du cabinet.--Mon opposition.--Chute du cabinet.--Lutte
intérieure pour son remplacement.--M. Casimir Périer forme un nouveau
ministère.

(3 novembre 1830--13 mars 1831.)


Les 9 et 10 novembre 1830, à l'occasion d'une proposition de M. Bavoux
qui réclamait une réduction considérable dans le cautionnement, le droit
de timbre et les frais de poste imposés aux journaux, un débat ou plutôt
une conversation s'éleva sur les causes qui avaient amené la dislocation
de l'ancien cabinet et la formation du nouveau, et sur la différence de
leurs politiques. M. Laffitte prit la parole: «Membre de l'ancienne et
de la nouvelle administration, dit-il, nous avons aussi à nous expliquer
sur nos intentions et notre conduite; nous serons court et précis.
Des dissentiments s'étaient élevés; non point, comme vous pourriez le
croire, l'un tendant à l'anarchie, l'autre à la conservation. Non,
messieurs, il n'en est rien: tout le monde dans le Conseil savait et
croyait que la liberté doit être accompagnée de l'ordre, que l'exécution
continue des lois jusqu'à leur réformation est indispensable sous
peine de confusion; tout le monde était plein des expériences que la
révolution de 1789 a léguées au monde; tout le monde savait que la
révolution de 1830 devait être maintenue dans une certaine mesure, qu'il
fallait lui concilier l'Europe en joignant à la dignité une modération
soutenue. Il y avait accord sur tous ces points, parce qu'il n'y avait
dans le Conseil que des hommes de sens et de prudence. Mais il y avait
dissentiment sur la manière d'apprécier et de diriger la révolution de
1830; tous ne croyaient pas également qu'elle dût sitôt dégénérer en
anarchie, qu'il fallût sitôt se précautionner contre elle, lui montrer
sitôt de la défiance et de l'hostilité: mais, sauf cette disposition
générale, aucune dissidence fondamentale de système ne séparait les
membres du dernier cabinet;... d'accord sur le fond des choses, la
différence ne consistait que dans la disposition plus ou moins confiante
des uns ou des autres. Les uns ou les autres pouvaient donc saisir le
pouvoir. On nous a dit, on nous a répété, on nous a obligés de croire
que la confiance dans cette révolution était un meilleur titre, une
meilleure condition pour la diriger. Peut-être avait-on raison;
peut-être valait-il mieux, pour bien comprendre la révolution et la bien
maîtriser, ne pas la craindre, ne pas s'en effrayer; peut-être les
idées d'ordre, les vraies maximes de gouvernement pourraient-elles
plus facilement devenir populaires avec certains noms qu'avec certains
autres. Nous n'avons pas l'orgueil de croire que ce fût avec les nôtres;
mais on nous a obligés de le croire, puisqu'on nous a laissés au
pouvoir. Nous avons regretté vivement que cela fût ainsi, et nous sommes
restés auprès du Roi en sujets fidèles et dévoués.»

Ainsi, à peine entré au pouvoir, M. Laffitte sentait le besoin
d'atténuer aux yeux du public les dissentiments qui avaient agité le
précédent cabinet et de ranger sous le même drapeau et les ministres qui
s'étaient retirés et leurs collègues devenus leurs successeurs. A la
vérité, il ne se compromettait guère en prenant cette position dans les
termes que je viens de rappeler: il y a des idées générales qui sont
si vraies qu'elles en deviennent insignifiantes, et qu'on peut les
attribuer à tout le monde sans que personne réclame, quoique l'adhésion
commune n'indique nullement une union réelle. D'ailleurs, de la part de
M. Laffitte, ce n'était point là pure tactique et adresse de langage:
cet esprit ouvert, flexible, léger et superficiel pensait presque, dans
chaque occasion, comme ceux avec qui il avait besoin de s'entendre,
et croyait aisément qu'ils pensaient comme lui. Mais il avait pour
collègues ou pour alliés des esprits plus conséquents et des caractères
moins accommodants. Au même moment où il s'efforçait de représenter
l'ancien et le nouveau cabinet comme animés des mêmes vues, M.
Odilon-Barrot, pour justifier sa propre conduite, s'appliquait à mettre
en lumière la profonde différence de leurs principes et des conséquences
pratiques qui en résultaient. Pendant que M. Laffitte, dans sa
sollicitude financière, défendait l'impôt du timbre sur les journaux, M.
Odilon-Barrot l'attaquait au nom de la politique générale qui convenait
seule, selon lui, à la révolution: «J'ai pensé, disait-il, que les
cautionnements, que les timbres, que toutes les entraves à la liberté de
la presse ne pouvaient être nécessaires que dans un temps où le pouvoir
avait à se débattre contre des intérêts nationaux auxquels la liberté de
la presse prêtait toute sa puissance; mais que, dans le système actuel,
dans le système d'un gouvernement qui a son principe et sa force dans
les intérêts nationaux, il n'avait pas besoin de se garantir contre la
liberté de la presse; qu'au contraire il lui convenait de faire appel à
cette liberté pour augmenter son énergie, et pour faire pénétrer dans
toutes les classes de la société cette voix puissante de la raison que
la liberté de la presse peut seule proclamer.» Et lorsqu'on en vint au
vote sur cette question, à côté de M. Laffitte déclarant que le cabinet
était unanime pour maintenir le droit de timbre, M. Dupont de l'Eure,
mettant en pratique le principe proclamé par M. Odilon-Barrot, se leva
ouvertement pour la réduction du droit.

Ainsi, huit jours après sa formation, la dissidence et l'incohérence se
révélaient dans le nouveau cabinet plus manifestement encore que dans
l'ancien; la politique de résistance et la politique de laisser-aller
étaient encore aux prises. Seulement, la première, affaiblie et
intimidée, s'efforçait de se dissimuler, même quand elle essayait de se
maintenir; la seconde avait le verbe haut, et prétendait à dominer en
empêchant de gouverner.

Hors des Chambres et de la vie officielle, dans les relations et les
conversations intimes, les discordes intérieures du ministère et de son
parti éclataient encore plus librement. Un ambassadeur que le Roi avait
nommé naguère, et qui se rendait à son poste, crut devoir, avant de
partir, prendre les instructions, ou du moins connaître les dispositions
du nouveau président du Conseil. N'ayant pas trouvé M. Laffitte au
ministère des finances, il le rencontra assis sur le boulevard, et
s'assit à côté de lui. M. Laffitte l'entretint longuement, non de
sa mission, mais du cabinet qu'il venait, lui, de former, et des
difficultés d'une situation dont il ne se montrait toutefois ni inquiet,
ni embarrassé. Il était, lui dit-il, du parti modéré, du même parti qui
aurait souhaité que le ministère se formât sous la présidence de M.
Casimir Périer; il avait les mêmes opinions, les mêmes intentions; lui
aussi, il voulait la paix et la bonne intelligence avec les puissances
étrangères, et se promettait bien de les maintenir. Il parla
dédaigneusement de l'influence que prétendait exercer M. de La Fayette,
de sa manie de popularité, des écervelés dont il s'entourait, de
la propagande qu'il fomentait pour faire, dans toute l'Europe, des
révolutions: «J'arrêterai tout ce travail; je me fais fort de ramener
à la raison mes propres amis républicains et libéraux chimériques. Au
fond, nous sommes tous du même avis.»

Nous n'eûmes garde, mes amis et moi, de prendre avantage de ces
dissensions entre nos successeurs pour leur rendre le pouvoir plus
difficile et chercher à le ressaisir nous-mêmes. Rien n'est plus
légitime que de combattre une politique qu'on croit pernicieuse, mais
pourvu qu'on se propose une politique essentiellement différente et
qu'on se sente en état de la mettre en pratique. Toute ambition qui
ne s'impose pas elle-même ces deux lois est un acte de mauvaise
personnalité qui décrie le gouvernement et rapetisse ceux qui s'y
livrent. Nous étions sortis des affaires convaincus, d'une part, que
M. Laffitte et ses amis étaient plus propres que nous à traverser le
périlleux défilé du procès des ministres; de l'autre, qu'il fallait
que la politique de laisser-aller fût mise à l'épreuve des faits,
et condamnée, non par nos seuls raisonnements, mais par sa propre
expérience. Je m'abstins scrupuleusement de toute opposition, de toute
prétention ambitieuse. Je viens de rentrer, pour y rechercher mes
propres traces, dans cette vieille arène, maintenant couverte de débris;
j'ai parcouru les monuments de mes luttes de cette époque avec MM.
Odilon-Barrot, Benjamin Constant, Mauguin, Salverte; elles ont été
fréquentes et vives; mais elles portent, si je ne me trompe, un évident
caractère de sincère désintéressement. J'avais à coeur de mettre en
lumière ma pensée sur le vrai caractère et la vraie mission de la
révolution de 1830; je soutenais avec ardeur, dans l'intérêt de la
liberté comme de la prospérité publique, la nécessité et la légitimité
de la résistance aux anciens exemples et aux nouvelles tendances
révolutionnaires; mais je ne cherchais là point d'arme destructive,
point de machine de guerre contre le cabinet. J'étais préoccupé de la
situation du pays, non de la mienne propre, et de l'avenir bien plus que
du présent. Je faisais de la politique générale et lointaine, non de la
polémique personnelle et impatiente.

J'étais par là en complète harmonie avec les Chambres comme avec le Roi.
Ni au Palais-Royal, ni au Palais-Bourbon, ni au Luxembourg, on n'avait
confiance dans la politique de laisser-aller et dans ses chefs; mais
on ne méditait point, et l'on eût eu peur de les renverser; on les
ménageait comme une frêle, mais unique digue contre les flots de
l'océan démagogique; on ne leur voyait pas de meilleurs successeurs. On
saisissait toutes les occasions de se donner, contre leurs entraînements
et leurs faiblesses, quelques garanties de plus: la Chambre des députés,
en choisissant M. Casimir Périer pour son président et M. Dupin pour
l'un de ses vice-présidents, témoignait hautement sa faveur pour la
politique de résistance. Quand le maréchal Maison quitta le portefeuille
des affaires étrangères pour l'ambassade de Vienne, le Roi se hâta de le
remplacer par le général Sébastiani; et l'entrée du maréchal Soult au
ministère de la guerre, et du comte d'Argout à celui de la marine,
donna, dans le Conseil, à MM. Laffitte et Dupont de l'Eure, des
surveillants bien plus que des collègues. C'était autant de sûretés
prises contre un parti qu'on redoutait, mais qu'on caressait en le
redoutant; il était maître de la place; on essayait de l'y contenir, non
de l'en expulser.

Ce parti perdit, à cette époque, non pas son plus puissant, mais son
plus spirituel organe. M. Benjamin Constant mourut le 8 décembre 1830.
Homme d'un esprit infiniment varié, facile, étendu, clair, piquant,
supérieur dans la conversation et dans le pamphlet, mais sophiste
sceptique et moqueur, sans conviction, sans considération, se livrant
par ennui à des passions éteintes, et uniquement préoccupé de trouver
encore, pour une âme blasée et une vie usée, quelque amusement et
quelque intérêt. Il avait reçu, du gouvernement nouveau, des emplois,
des honneurs et des faveurs. Il avait été nommé, sur le rapport du duc
de Broglie, président du comité de législation du Conseil d'État, avec
un traitement considérable. Le roi Louis-Philippe lui avait fait don,
sur sa cassette, d'une somme de deux cent mille francs, croyant mettre
fin par là à la détresse de sa situation. M. Benjamin Constant ne s'en
était pas moins engagé de plus en plus dans l'opposition, et dans la
moins digne des oppositions, dans la flatterie subtile des passions
révolutionnaires et populaires. Il avait fait à la presse, sous toutes
ses formes et à tous ses degrés, une cour assidue; il avait pris à tâche
de repousser incessamment vers les vaincus de 1830 toutes les alarmes et
toutes les colères du pays pour décharger de toute responsabilité les
vainqueurs; il s'était élevé contre toutes les précautions et
les exigences légales, jusqu'à ne pas vouloir qu'on demandât aux
instituteurs primaires un certificat de moralité. Il n'avait réussi à
relever ni sa fortune, ni son âme; sous le ministère de M. Laffitte
comme sous le précédent, il était ruiné et triste, et il portait sa
tristesse à la tribune, disant d'un air de découragement patriotique:
«Cette tristesse, messieurs, beaucoup la comprennent, beaucoup la
partagent; je ne me permettrai pas de vous l'expliquer.»

Il avait subi, la veille même du jour où il tenait ce langage, un échec
qui lui avait été très-sensible. C'était depuis longtemps son vif désir
d'entrer dans l'Académie française, à laquelle son brillant esprit et
son talent d'écrivain, à la fois élégant et populaire, lui donnaient
d'incontestables titres. Impatient et malade, il aurait voulu que,
sous prétexte de réparer l'acte de violence commis en 1816 par M.
de Vaublanc, alors ministre de l'intérieur, qui avait éliminé onze
académiciens, j'amenasse dans le sein de l'Académie, par un acte
analogue, des vacances et des nominations nombreuses qui lui en
assurassent immédiatement l'entrée. Je me refusai absolument à cette
réaction; j'étais bien résolu à ne faire, dans aucune académie, ni
éliminations, ni nominations par ordonnance; et le 24 octobre 1830,
M. Benjamin Constant m'écrivit, avec une humeur mal déguisée sous des
apparences amicales: «Le parti que vous avez pris écarte, pour des
années, de l'Académie Cousin et moi. Il afflige l'Académie presque
entière. J'en excepte ce méchant et imbécile Arnault. Et il vous nuit
à vous-même; car vous appartenez essentiellement, et dans un avenir
très-peu éloigné, à cette Académie que vous blessez aujourd'hui: par
le système qui n'admet les sept éliminés restants qu'à une réélection
partielle, d'après les vacances, vous vous fermez, à vous et à vos amis,
la porte pour bien longtemps, aussi bien qu'à nous. Ne pourriez-vous
revenir là-dessus? Je vous devrais ma nomination, et j'aimerais à vous
la devoir.» Je ne revins point sur ma décision; et M. Benjamin Constant,
réduit à courir les chances d'une élection ordinaire, se présenta
à l'Académie pour le siège vacant par la mort de M. de Ségur. Mais
l'Académie, qui n'ignorait pas les projets de mesure violente qu'avait
suggérés M. Benjamin Constant, était peu disposée à lui ouvrir
volontairement ses portes, et le 18 novembre 1830, ce fut son
concurrent, M. Viennet, qui fut élu.

Trois semaines après, quand on apprit que M. Benjamin Constant était
mort, le parti populaire se mit en mouvement et voulut lui faire
décerner de grands honneurs. Une couronne civique fut déposée sur le
banc de la Chambre où il siégeait habituellement. On demanda que la
Chambre entière assistât, en costume, à ses funérailles, et qu'un crêpe
noir fût attaché, pendant quelques jours, au drapeau placé dans la
salle, au-dessus du fauteuil du président. On exigea, du ministre de
l'intérieur, qu'un projet de loi, qui fut en effet présenté peu de temps
après, rangeât immédiatement le nouveau mort parmi les grands hommes du
Panthéon. La plupart de ces velléités d'un enthousiasme faux demeurèrent
sans résultat. Le cortège qui se rendit aux obsèques de M. Benjamin
Constant fut nombreux et pompeux, mais froid et sec, à l'image du mort
lui-même. Rien n'est plus beau que les hommages à la mémoire des hommes
qui ont honoré leur temps; mais il y faut une juste mesure, jointe à
une émotion et à un respect vrais. Ces sentiments manquèrent aux
démonstrations étalées en l'honneur de M. Benjamin Constant. Échec
mérité pour la mémoire de l'homme, et triste symptôme pour le parti qui
le célébrait. Je me sentis mal à l'aise et choqué en y assistant.

Un événement plus grave, le procès des ministres approchait. A peine
sorti des affaires, je m'étais empressé de prendre, à ce sujet, une
position très-décidée. Dans la séance du 9 novembre 1830, quelques
phrases de M. Odilon-Barrot, sur l'adresse de la Chambre des députés
contre la peine de mort en matière politique, m'en avaient fourni
l'occasion naturelle. En allant à la tribune, comme je passais devant M.
Casimir Périer: «Vous ferez d'inutiles efforts, me dit-il à voix basse;
vous ne sauverez pas la tête de M. de Polignac.» J'espérais mieux du
sentiment public, et j'exprimai le mien en quelques paroles; «Je ne
porte aucun intérêt aux ministres tombés; je n'ai avec aucun d'eux
aucune relation; mais j'ai la profonde conviction qu'il est de l'honneur
de la nation, de son honneur historique, de ne pas verser leur sang.
Après avoir changé le gouvernement et renouvelé la face du pays, c'est
une chose misérable de venir poursuivre une justice mesquine à côté
de cette justice immense qui a frappé, non pas quatre hommes, mais un
gouvernement tout entier, toute une dynastie. En fait de sang, la France
ne veut rien d'inutile. Toutes les révolutions ont versé le sang par
colère, non par nécessité; trois mois, six mois après, le sang versé a
tourné contre elles. Ne rentrons pas aujourd'hui dans l'ornière où
nous n'avons pas marché, même pendant le combat.» La Chambre était
visiblement émue et en sympathie. Comme je retournais à ma place, M.
Royer-Collard m'arrêta, et me serrant fortement la main: «Vous ferez
de plus grands discours; vous ne vous ferez jamais, à vous-même, plus
d'honneur.» M. de Martignac vint s'asseoir à côté de moi et me remercia
avec effusion: «C'est grand dommage, me dit-il, que cette cause ne se
juge pas ici et en ce moment; elle serait gagnée.»

Pour celui qui parle, et même pour ceux qui écoutent, les impressions de
la tribune sont si vives qu'on est tenté de les croire décisives. Les
faits ne tardent pas à dissiper cette illusion. En présence des grandes
questions de gouvernement, la parole est à la fois puissante et
très-insuffisante; elle prépare et n'achève pas; il faut s'en servir
sans s'y confier. Nos débats, dans la Chambre des députés, avaient
certainement mis en lumière la vraie justice politique, et jeté dans
beaucoup d'esprits un sentiment favorable. Mais quand vint le procès
même, la difficulté et le péril restaient immenses; et pendant huit
jours, le cabinet avec tout son pouvoir, M. de La Fayette avec toute
sa popularité, le roi Louis-Philippe avec son habile et humain
savoir-faire, la Cour des pairs avec sa courageuse sagesse, se
consumèrent en efforts, toujours près d'échouer, pour contenir les
menées révolutionnaires et les colères imprévoyantes qui cherchaient,
dans la condamnation à mort des accusés, celles-ci leur satisfaction,
celles-là leur succès. Pendant ce temps d'action, la Chambre des
députés, qui n'avait point à agir, s'abstint de parler.

Une seule fois, au plus fort de la crise, la veille du jour où la Cour
des pairs devait prononcer son arrêt, le cabinet crut avoir besoin de
l'appui explicite de la Chambre des députés. Sur une interpellation
de M. de Kératry, M. Laffitte exposa en bons termes les périls de la
situation, les inquiétudes publiques, qualifia sans ménagement les
divers ennemis de l'ordre, et promit que le gouvernement ferait son
devoir, tout son devoir, en témoignant la confiance qu'autour de lui
tout le monde en ferait autant. M. Odilon Barrot, malgré quelques
expressions malheureuses, empruntées à la routine des vieux partis
plutôt qu'à ses propres sentiments, et que peu après il s'empressa de
désavouer, tint le même langage. Nous répondîmes à cet appel, M. Dupin
et moi, par une franche adhésion; toute question, toute critique, toute
parole blessante, tout conseil importun furent écartés; nous nous
déclarâmes engagés avec le cabinet dans une responsabilité commune,
et résolus à le soutenir de tout notre pouvoir dans la lutte qu'il
soutenait pour l'honneur de tous.

C'était le caractère particulier de cette lutte que les embarras et les
périls du pouvoir lui venaient bien plus de ses instruments que de ses
ennemis. Les fauteurs actifs du désordre, les membres des clubs, des
sociétés secrètes, la populace oisive et turbulente étaient, à vrai
dire, peu redoutables. Mais il fallait les réprimer à l'aide d'une garde
nationale incertaine, troublée, pleine d'humeur et même de colère contre
les hommes qu'on lui donnait à protéger autant que contre ceux qu'elle
avait à combattre. Et cette garde nationale était sous les ordres d'un
chef animé, dans la question spéciale du procès des ministres, des
intentions les plus franches, mais mécontent de la politique générale du
gouvernement et aspirant à la dominer pour la changer. M. de La
Fayette d'ailleurs ne savait guère exercer le commandement que par
les compliments, les prières et les exhortations affectueuses, moyens
d'influence qui ne manquent pas de noblesse morale et ont leur valeur
dans un moment donné, mais qui n'obtiennent que des résultats incomplets
et s'usent très-vite quand il faut faire agir les hommes contre leurs
propres penchants.

Heureusement, et grâce surtout à la fermeté habile du président de la
Cour des pairs et de la Cour elle-même, l'épreuve fut courte et dégagée
de tout ce qui aurait pu l'aggraver. La liberté de la défense fut
entière sans que le tribunal pût être un moment taxé de faiblesse. Ces
mêmes événements, ces mêmes actes à peine refroidis qui, hors de la
salle, dans la cour du palais, dans les rues de la ville, faisaient
bouillonner les esprits et jetaient l'effervescence jusque dans les
bataillons chargés de défendre l'ordre public, étaient au même moment,
dans l'enceinte de la Cour, rappelés, commentés, discutés avec une
hardiesse pleine de convenance. Juges, accusés et défenseurs gardèrent
dans ces débats une égale dignité, un même sentiment de leurs devoirs et
de leurs droits. Rien ne se passa au dedans qui pût accroître au dehors
la fermentation et le trouble; rien de ce qui se passait au dehors
n'altéra au dedans le cours régulier du procès. Je ne crois pas que les
annales judiciaires du monde civilisé offrent un plus grand exemple de
la justice rendue avec une indépendance et une sérénité imperturbables
au milieu des plus violents orages de la politique. C'est la gloire de
la Cour des pairs d'avoir, sous des régimes divers, constamment offert
ce beau spectacle; entre ses mains, la balance de la justice n'a jamais
fléchi, quels que fussent autour d'elle le déchaînement des passions
publiques et l'ébranlement de l'État.

Deux hommes jusque-là inconnus, mais qui devaient prendre bientôt une
part active aux affaires du pays, parurent alors pour la première fois
sur la scène. Parmi les avocats chargés de la défense des ministres
accusés, et à côté de M. de Martignac, M. Sauzet, défenseur de M. de
Chantelauze, frappa la Cour et le public par une éloquence élevée,
abondante, pleine d'idées, d'émotions et d'images, et qui révélait dans
l'orateur beaucoup d'intelligence et d'équité politique, à travers le
luxe un peu flottant de sa pensée et de son langage. M. de Montalivet,
entré dans le cabinet le 2 novembre comme ministre de l'intérieur,
s'était d'abord défendu d'une si prompte élévation, se trouvant lui-même
trop jeune et craignant de se perdre, avant le temps, sous un tel
fardeau: «Vous ne voulez donc pas m'aider à sauver la vie des
ministres?» lui dit vivement le roi Louis-Philippe; M. de Montalivet
se rendit à l'instant, et répondant à l'attente du Roi, il fit, de la
sûreté personnelle des accusés, dans tout le cours du procès, sa propre
et assidue mission. Ce fut lui qui, le 21 décembre, quelques heures
avant le moment où l'arrêt devait être prononcé, prenant sur lui
la responsabilité de toutes les difficultés imprévues, tira MM. de
Polignac, de Chantelauze, de Peyronnet et de Guernon-Ranville de la
prison de Luxembourg, et à cheval à côté de leur voiture entourée d'une
escorte de gardes nationaux et de chasseurs, les conduisit rapidement
à Vincennes dont le canon annonça qu'ils étaient rentrés sous la garde
éprouvée du général Daumesnil.

Le défilé était franchi. Au premier moment, quand l'arrêt fut connu, la
fermentation redoubla au lieu de tomber. Les colères sincères et les
espérances factieuses étaient également déçues. Pendant deux jours, les
mesures d'ordre aussi durent redoubler. Tout le gouvernement s'y porta
avec ardeur. Les princes donnèrent l'exemple; M. le duc de Nemours,
à peine âgé de seize ans, fit des patrouilles de nuit avec la garde
nationale à cheval. Mais l'effervescence cessa bientôt; toutes les
grandes autorités, M. de La Fayette, les ministres de l'intérieur et de
la guerre, le préfet de la Seine, le préfet de police firent des ordres
du jour et des proclamations pour féliciter la garde nationale, la
troupe de ligne, la population, de leur conduite et de leur succès. Le
Roi monta à cheval et parcourut tous les quartiers de Paris, promenant
partout sa joie reconnaissante. La satisfaction devint promptement
générale; le péril était passé et l'amour-propre satisfait; on ne
craignait plus rien et on s'était fait honneur. La question qui, depuis
six semaines, remplissait tous les coeurs d'irritation ou d'inquiétude,
et condamnait tant de citoyens à tant de fatigues et d'ennuis, était
enfin vidée; le sentiment public était celui de la délivrance.

M. de La Fayette seul et ses amis n'étaient pas délivrés. Ils avaient
loyalement et utilement agi; une grande part du succès et de l'honneur
leur revenait, mais une nouvelle épreuve commençait pour eux. Pour
contenir les esprits ardents et la jeunesse impatiente qui se pressaient
autour d'eux, pour obtenir même leur secours contre les violences des
rues, ils avaient accueilli beaucoup d'espérances et fait beaucoup de
promesses: des espérances et des promesses vagues, les conséquences
de la révolution de Juillet, le programme de l'Hôtel de ville, les
institutions républicaines autour d'un trône populaire, toutes ces
aspirations confuses vers la Constitution des États-Unis d'Amérique au
lieu de la Charte, et pourtant sous le nom de la monarchie. Le moment
était venu d'acquitter ces dettes; en s'employant, dans les derniers
jours du procès des ministres, à réprimer toute perturbation matérielle,
un certain nombre de jeunes gens appartenant aux Écoles polytechnique,
de droit et de médecine, avaient publiquement annoncé le prix qu'ils
attendaient de leur zèle; des proclamations affichées dans leurs
quartiers disaient: «Sans le prompt rétablissement de l'ordre, la
liberté est perdue. Avec le rétablissement de l'ordre, la certitude nous
est donnée de la prospérité publique; le Roi, notre élu, La Fayette,
Dupont (de l'Eure), Odilon Barrot, nos amis et les vôtres, se sont
engagés sur l'honneur à l'organisation complète de la liberté qu'on nous
marchande, et qu'en Juillet nous avons payée comptant..... De l'ordre,
et alors on demandera une base plus républicaine pour nos institutions.»
On demandait à grands cris cette base nouvelle. En vain, _le Moniteur,_
parlant au nom du gouvernement, déclarait qu'il n'avait fait aucune
promesse; en vain M. Laffitte confirmait, à la tribune de la Chambre des
députés, l'assertion du _Moniteur_, et essayait de donner satisfaction
aux jeunes gens des Écoles en faisant voter pour eux, par la Chambre des
députés, les mêmes remerciements que pour la garde nationale et l'armée.
Les jeunes gens repoussaient avec un arrogant dédain les remerciements
de cette Chambre, précisément l'un des pouvoirs qu'ils entendaient
réformer. C'était de M. de La Fayette et de ses amis politiques qu'ils
attendaient leurs satisfactions véritables et l'accomplissement des
promesses qu'on leur avait faites en réclamant leur concours pour le
respect de la justice légale et le maintien de l'ordre public.

Au même moment où éclataient ces nouveaux tumultes, la Chambre des
députés discutait le projet de loi sur l'organisation des gardes
nationales. A l'occasion de ce projet, la situation de M. de La
Fayette était naturellement en question. Comme je l'ai déjà rappelé,
l'ordonnance du 16 août 1830 ne l'avait nommé commandant général des
gardes nationales du royaume «qu'en attendant la promulgation de la
loi sur leur organisation.» Un article proposé par la commission
interdisait, même pour un seul département ou arrondissement, tout
commandement central de ce genre, et rendait aux gardes nationales
leur caractère municipal en les replaçant sous l'autorité et la
responsabilité du ministre de l'intérieur. Après un long débat, et
malgré les efforts de quelques membres pour qu'une exception temporaire
mît M. de La Fayette en dehors de cette disposition, la Chambre adopta
l'article, et les fonctions de commandant général des gardes nationales
du royaume se trouvèrent légalement supprimées.

Avec des formes simples, M. de La Fayette était fin et fier. Ainsi
congédié par la Chambre des députés, au nom des principes du régime
constitutionnel, et sans doute avec l'assentiment du Roi et du Cabinet,
car M. Laffitte avait appuyé l'article de la commission, il vit
clairement qu'il n'avait qu'une arme pour se défendre avec quelque
chance de succès. Sans rien attendre de plus, il envoya au Roi sa
démission, aussi bien comme commandant spécial de la garde nationale de
Paris que comme commandant général des gardes nationales du royaume. Si
son importance, sa popularité, le service qu'il venait de rendre dans
Paris, intimidaient le Roi et le faisaient hésiter devant cette retraite
soudaine, si quelque vive manifestation du sentiment public venait
aggraver l'hésitation du Roi, M. de La Fayette était alors en mesure de
faire ses conditions et d'obtenir pour ses amis politiques ce qu'il leur
avait fait ou laissé espérer. Si sa démission était acceptée du Roi sans
crainte et du public sans bruit, la dignité de M. de La Fayette était
intacte, et il restait, dans le parti populaire, un grand citoyen
maltraité et mécontent.

Le Roi fut, je crois, peu surpris de la démission de M. de La Fayette
et était décidé à l'accepter. Mais il redoutait l'apparence d'un tort
envers un homme considérable, persévérant dans son dévouement à ses
principes et qui venait de lui rendre un grand service. Quoiqu'il fût
capable de résolutions spontanées et soudaines, le roi Louis-Philippe ne
les aimait pas; il tenait à n'avoir, dans ses propres actes, que la
part de responsabilité inévitable, et à paraître, en toute occasion,
déterminé par la nécessité. Il répondit à M. de La Fayette en termes
vagues et en lui témoignant l'espérance que, dans une prochaine
entrevue, il le ferait revenir de son projet de retraite. L'entrevue eut
lieu au Palais-Royal, le soir même, et laissa toutes choses indécises.
Ni le Roi, ni M. de La Fayette ne voulaient avoir l'air d'avoir un parti
pris et de se l'imposer l'un à l'autre. Le lendemain, le Roi chargea. M.
Laffitte et M. de Montalivet d'aller trouver de sa part M. de La Fayette
et de l'engager à conserver le titre de commandant général honoraire des
gardes nationales du royaume avec le commandement effectif de celle de
Paris. Après une longue conversation, réservée de la part de M. de
La Fayette, expansive et diffuse de la part de M. Laffitte, les
interlocuteurs se séparèrent sans résultat certain ni clair. M. de La
Fayette avait maintenu sa démission avec des commentaires qui semblaient
la rendre conditionnelle, et M. Laffitte se disait convaincu qu'en
dernière analyse M. de La Fayette accepterait ce que lui offrait le Roi.
M. de Montalivet, en sortant, exprima des doutes et insista auprès de M.
Laffitte sur la nécessité d'une explication péremptoire pour arriver
à une conclusion positive: «Bah! lui dit M. Laffitte, laissez là
vos défiances incurables et vos rigueurs mathématiques; l'affaire
s'arrangera.» Le Roi, qui ne la trouvait pas arrangée, renvoya le soir
même à l'état-major de la garde nationale M. de Montalivet seul pour
arriver enfin à un résultat. Cette fois, les questions et les réponses
furent précises et nettes: «Quoique la loi sur la garde nationale n'ait
pas encore l'adhésion du troisième pouvoir, dit M. de La Fayette, pour
moi, elle a prononcé; il n'y a plus de commandant général des gardes
nationales du royaume. Quant au commandement de la garde nationale
de Paris, je prendrais, en l'acceptant aujourd'hui, ma part de
responsabilité dans l'inexécution du programme de l'Hôtel de ville. Je
n'y puis consentir. La seule politique qui pût avoir mon concours se
résume dans ces trois points: une Chambre des pairs choisie par le Roi
parmi des candidats élus par le peuple, une Chambre des députés élue
sous l'empire d'une nouvelle loi électorale et avec une large extension
du droit de suffrage, un ministère pris entièrement dans la gauche.»

La situation devenait claire. M. de Montalivet se retira. M. de La
Fayette écrivit au Roi «qu'il se regardait comme ayant donné sa
démission.» Le Roi lui répondit aussitôt «qu'en le regrettant bien
vivement, il allait prendre des mesures pour remplir le vide qu'il
aurait voulu prévenir.» Il était plus de minuit; M. de Montalivet
convoqua au Palais-Royal les colonels des légions de la garde nationale,
leur raconta les exigences et la retraite définitive de M. de La
Fayette, et assuré de leur adhésion, il se rendit sur-le-champ chez l'un
des plus vaillants et plus honorés chefs de l'armée, le général comte
de Lobau, pour lui annoncer l'intention du Roi de lui confier le
commandement supérieur de la garde nationale de Paris: «Laissez-moi
tranquille, lui dit le vieux soldat aussi modeste que brave, je
n'entends rien aux gardes nationaux.--Comment! vous n'y entendez rien
quand il s'agit, dès ce matin peut-être, de bataille et de péril?--Ah!
si c'est de cela qu'il s'agit, à la bonne heure; il en arrivera ce
qui pourra; j'accepte.» Le général sortit de son lit, se rendit au
Palais-Royal et prit sur l'heure son nouveau commandement.

On vit alors éclater un des innombrables exemples de cette crédulité
empressée et opiniâtre qui s'empare si aisément des partis, quelquefois
même de leurs chefs éminents, et qui leur fait admettre, contre leurs
adversaires, les imputations les plus absurdes ou les plus excessives,
fermant leurs yeux aux explications naturelles et vraies des faits qui
leur ont suscité de vives alarmes, ou des échecs graves, ou d'amers
déplaisirs. Pendant deux ans, à la tribune, dans les journaux, dans les
pamphlets, dans les correspondances, M. de La Fayette fut accusé d'avoir
voulu faire violence au Roi et le contraindre, par des combinaisons
factieuses ou des mouvements populaires, à donner enfin à la France ces
institutions républicaines que le programme de l'Hôtel de ville lui
avait promises, et qu'elle attendait encore. A leur tour, les amis de
M. de La Fayette accusaient le Roi d'avoir ourdi contre lui, dans la
Chambre des députés, une perfide intrigue, et tendu ensuite, dans une
négociation obscure, toute sorte de pièges pour lui faire perdre le
commandement général des gardes nationales du royaume sans le lui ôter,
et pour l'écarter du commandement de la garde nationale de Paris en
ayant l'air de vouloir l'y conserver. En vain le Roi et M. de La Fayette
faisaient donner ou donnaient eux-mêmes à ces imputations les démentis
les plus formels; on s'obstinait, de part et d'autre, à voir ou à
représenter sous ce jour leurs intentions et leurs actes; et il est
resté établi, dans un grand nombre d'esprits et d'écrits, qu'en décembre
1830, après le procès des ministres de Charles X, M. de La Fayette fut
un conspirateur factieux et le roi Louis-Philippe un fourbe ingrat.

Ils n'avaient été, ni l'un si révolutionnaire, ni l'autre si
machiavélique. M. de La Fayette avait poussé jusqu'à leur extrême limite
ses moyens d'influence pour faire adopter par le gouvernement une
très-mauvaise politique que repoussaient également le voeu de la France
et le bon sens du Roi; mais les manifestations de ses amis, même les
plus inconvenantes, n'étaient point allées jusqu'à la sédition; et quant
à lui-même, il était bien le maître de chercher dans la perspective de
sa démission une chance de succès, et de se retirer plutôt que de prêter
à une politique qu'il désapprouvait l'apparence de son adhésion. Il
avait en cela usé largement, mais sans les dépasser, des droits de son
importance et de sa liberté. Et l'on ne saurait dire qu'une combinaison
factieuse ait accompagné sa résolution, car si l'un de ses deux
principaux amis politiques, M. Dupont de l'Eure, donna avec lui sa
démission, l'autre, M. Odilon Barrot, ne fut point d'avis de cette
retraite, et conserva, en disant hautement pourquoi, le poste qu'il
occupait. Le roi Louis-Philippe, à son tour, eut parfaitement raison de
se saisir de l'appui que lui offraient très-volontairement les Chambres
pour se soustraire à des exigences qu'avec raison aussi il jugeait
dangereuses, et pour établir dans son gouvernement un peu d'harmonie et
de suite au lieu du trouble et de la lutte qu'y entretenaient M. de
La Fayette et ses amis. Il n'y eut d'un côté point de violence, et de
l'autre point de perfidie. Seulement le roi Louis-Philippe, dans ses
démonstrations parlées ou écrites, donnait, à la comédie qui se joue
toujours un peu entre les acteurs politiques, plus de place que n'en
exigeait son rôle; et M. de La Fayette, au milieu de ses velléités
républicaines, était plus téméraire en idée que hardi dans l'action, et
se laissait pousser à entreprendre beaucoup plus qu'il ne pouvait ou
n'osait exécuter.

La crise se termina sans bruit: le commandement de la garde nationale de
Paris passa paisiblement des mains de M. de La Fayette dans celles
du comte de Lobau. Ni le public, ni la garde nationale elle-même ne
parurent se préoccuper du changement. Les Chambres se félicitaient
d'avoir écarté une influence turbulente, et rétabli dans cette branche
de l'administration l'ordre constitutionnel. M. de La Fayette s'était
trompé sur son importance personnelle comme il se trompait dans ses
plans de politique générale. Le roi Louis-Philippe seul grandit dans
cette épreuve; il s'était montré adroit et résolu, patient et prompt. Il
n'avait plus à côté de lui un allié souvent compromettant et toujours
incommode, ni dans son Conseil un garde des sceaux bourru et dévoué à
la politique de l'opposition. M. Mérilhou avait remplacé M. Dupont de
l'Eure au ministère de la justice, et M. Barthe M. Mérilhou dans celui
de l'instruction publique: tous deux issus du parti populaire, opposants
conspirateurs sous la Restauration, mais tous deux disposés à regarder
leur but comme atteint par la fondation du gouvernement nouveau et à le
soutenir contre ses divers ennemis. Le cabinet devenait plus homogène et
l'influence du Roi y était plus grande. Il avait gagné et dans l'opinion
publique et pour son propre pouvoir.

M. Laffitte était presque aussi satisfait que le Roi. Il lui avait prêté
son concours dans tout ce qui venait de se passer, et restait président
d'un Conseil où il n'avait plus de lutte à soutenir. Le même ambassadeur
qui, au mois de novembre 1830, avait eu avec lui sur le boulevard une
conversation que j'ai rappelée, en eut, dans les premiers jours de
janvier 1831, une seconde dont il a recueilli les souvenirs, et que je
reproduis textuellement, car toute altération lui ferait perdre quelque
chose de sa frappante vérité. «J'étais revenu à Paris pour le procès des
ministres, et en repartant pour mon poste je demandai à M. Laffitte le
jour et l'heure où je pourrais prendre congé de lui et recevoir ses
instructions. Il était fort occupé, et me donna rendez-vous, non pas
au ministère des finances où il n'habitait point, mais chez lui, et il
m'indiqua huit heures du soir. Je m'y rendis exactement. Il était
encore à table et il avait du monde à dîner. Je lui fis dire que je
l'attendrais dans le salon. Il quitta la salle à manger et ses convives,
et vint causer avec moi. J'avais peu de chose à lui dire; ce qui
m'importait, c'était de savoir quel était l'esprit du gouvernement, quel
jugement il portait de la situation et quelle marche il se proposait de
suivre. M. Laffitte me donna toute satisfaction. Il était encore plus
content et plus assuré que lors de notre conversation du mois de
novembre. Le procès des ministres venait de finir, où il s'était
comporté en honnête homme, et avait fait preuve de discernement et
de courage. Son parti semblait avoir renoncé aux traditions et aux
emportements révolutionnaires. M. Laffitte était donc en plein
optimisme; toutes les circonstances lui semblaient favorables. Il se
félicitait des bonnes relations que la France avait de plus en plus
avec les puissances étrangères; il espérait qu'elles ne seraient pas
troublées par les révolutions que souhaitaient si imprudemment ses amis
républicains. Il désavouait hautement toute influence du gouvernement
français sur les révolutionnaires italiens et leurs sociétés secrètes.
Pendant qu'il parlait ainsi, ses convives, après le dîner fini,
arrivaient dans le salon; il n'y prenait pas garde et continuait à me
parler de la politique intérieure et extérieure sans s'apercevoir de la
physionomie un peu étonnée de ses amis. Il leur causa encore plus de
surprise quand il vint au chapitre de l'Angleterre; il n'était pas bien
informé et jugeait assez mal de la situation du ministère de lord Grey,
qui, depuis quelques semaines, avait succédé au duc de Wellington. Il ne
croyait pas que le nouveau cabinet réussît à avoir la majorité dans
le Parlement et à faire passer le bill de réforme parlementaire. Ce
pronostic ne semblait ni le chagriner ni l'inquiéter. Il disait que le
duc de Wellington était parfaitement raisonnable, qu'il avait reconnu
sans hésitation et avec sincérité l'avénement du roi Louis-Philippe, et
qu'on aurait sans doute avec lui de très-bonnes relations. Peut-être
faudrait-il reconnaître don Miguel pour roi de Portugal; mais cela
serait sans inconvénient pour la France. Ce langage tenu si ouvertement
devant de tels auditeurs était d'autant plus étrange qu'en ce moment
l'opinion publique était justement animée contre don Miguel; le pavillon
français avait été insulté à Lisbonne; plusieurs Français avaient été
arbitrairement emprisonnés, maltraités ou déportés en Afrique, et le
gouvernement du Roi s'occupait d'envoyer une escadre dans le Tage pour
tirer vengeance de cet affront. Lorsque M. Laffitte eut mis fin à cette
conversation, je me retirai, et je n'ai jamais su si ses amis lui
avaient demandé compte de tout ce qu'ils venaient d'entendre. J'en
doute, car ils me parurent plus ébahis qu'irrités.»

Autres que celles de M. de La Fayette, les illusions de M. Laffitte
n'étaient pas moindres. Quoiqu'il se fût un moment séparé de M. Dupont
de l'Eure et des amateurs de la monarchie républicaine, il n'avait pas
conquis, dans les Chambres ni dans le public, les amis de la politique
de résistance. Les partis ne donnent sérieusement leur adhésion qu'à
deux conditions, des principes certains et des talents éclatants; ils
veulent être sûrs et fiers de leurs chefs. M. Laffitte ne présentait
aux adversaires du mouvement révolutionnaire ni l'une ni l'autre de ces
satisfactions. Parleur spirituel et agréable dans la conversation, il
n'avait à la tribune ni originalité, ni abondance, ni puissance. Quoique
ses idées en matière de finances et d'administration fussent en général
saines et pratiques, il n'inspirait, même sous ce rapport, point de
solide confiance. Dans son ministère spécial, et soit pour les travaux
intérieurs, soit pour les débats parlementaires qui s'y rapportaient, il
s'en remettait à M. Thiers, qui avait accepté, dans ce département, le
poste de sous-secrétaire d'État, où il déployait une activité et une
habileté qui firent bientôt de lui le vrai ministre. Plusieurs projets
de loi sur les plus importantes questions administratives du temps, sur
le régime des contributions directes, l'amortissement, le budget, les
dépenses extraordinaires, la liste civile et la dotation de la Couronne,
furent, par ses soins, préparés, présentés aux Chambres et discutés avec
cette curieuse étude des faits et cette verve intelligente, féconde et
brillante autant que naturelle, qui dès lors rendaient sa parole à la
fois si agréable et si efficace. Sur toutes ces matières, il prenait
assidûment les conseils du baron Louis dont, à juste titre, il estimait
très-haut les vues générales comme l'expérience. M. Thiers travaillait
souvent directement avec le Roi, sans que M. Laffitte, à qui il
épargnait ainsi l'épreuve et l'ennui du travail, en prît aucun ombrage.
Mais en dehors des questions administratives et spéciales, M. Thiers,
à cette époque, avec une réserve évidemment préméditée, s'abstenait
complètement: jeune encore et nouveau dans la Chambre, et trop
clairvoyant pour ne pas reconnaître les faiblesses de situation et de
conduite du cabinet, il ne voulait pas s'engager tout entier à la suite
de M. Laffitte, ni compromettre, dès ses premiers pas, son avenir, en
donnant hautement à une politique si chancelante son adhésion et son
appui. Ainsi dans les Chambres, et quand les questions de politique
générale s'élevaient, M. Laffitte n'avait le concours ni d'aucun grand
parti, ni d'aucun grand orateur, et restait à peu près seul chargé de la
responsabilité du gouvernement avec sa légèreté, son imprévoyance, son
inconséquence, sa complaisance, ses fluctuations et sa présomption.

L'état des affaires extérieures rendait de jour en jour sa tâche plus
compliquée et plus difficile. L'ébranlement imprimé à l'Europe par la
révolution de Juillet éclatait successivement partout, en Allemagne, en
Suisse, en Italie, en Pologne comme en Belgique; et partout, à chaque
secousse, les regards des gouvernements et des peuples se portaient
vers la France. La Belgique offrait son trône; l'Italie et la Pologne
réclamaient l'appui de la France, ses armées, ou du moins ses généraux.
Partout se reproduisaient les questions de l'intervention ou de la
non-intervention, de la protection morale ou matérielle, du maintien ou
du rejet des traités de 1815, et au bout de toutes ces questions, la
question suprême de la guerre ou de la paix européenne, alternative
formidable sans cesse posée devant le gouvernement français. Et chaque
fois que, par quelque événement nouveau, toutes ces questions venaient à
renaître, d'ardents débats recommençaient dans la Chambre des députés,
remettant aux prises les partis, et obligeant le gouvernement,
non-seulement à se décider nettement dans sa politique, mais à venir
et revenir la proclamer et la défendre publiquement, sous le coup de
complications imprévues. Et pendant que le cabinet du roi Louis-Philippe
avait ainsi à s'expliquer et à lutter sans relâche au dedans pour faire
comprendre et accepter sa politique par la France, il siégeait en
conférence à Londres avec les grandes puissances européennes, appelé là
aussi à faire comprendre et accepter les nécessités de sa situation, et
toujours à la veille de voir rompre, par quelque crise intérieure ou
extérieure, cette délibération commune et pacifique, seul moyen de
soustraire la France et l'Europe aux périls de la guerre dans le chaos.

Un jour en effet la Conférence de Londres, faillit disparaître. M.
de Talleyrand, dont la position et l'influence y étaient promptement
devenues grandes, apprit que l'idée était venue à quelques personnes
dans les Chambres, et même dans le cabinet français, de demander qu'elle
fût transportée à Paris. Il chargea sur-le-champ l'un de ses plus
intelligents secrétaires de s'y rendre, d'expliquer en son nom, au
Roi et à ses ministres, les inconvénients d'une pareille tentative,
l'invraisemblance du succès, et de déclarer en outre que, pour lui, si
la Conférence ne se tenait plus à Londres, il n'y resterait pas comme
ambassadeur, car il n'y aurait plus rien à faire. L'envoyé s'acquitta
bien de sa mission, et cette velléité étourdie fut abandonnée. Pendant
qu'il s'en entretenait avec le Roi, un attroupement tumultueux avait
lieu sur la place du Palais-Royal, poussant des cris et réclamant du Roi
je ne sais quelle complaisance: «Croyez-vous, Sire, lui dit-il, que la
Conférence se tînt longtemps au milieu de pareilles scènes?»

M. Laffitte et son cabinet s'affaissaient de jour en jour sous le poids
de cette situation. En vain, pour les affaires extérieures, l'influence
du Roi prévalait, en définitive, dans le Conseil; en vain le général
Sébastiani et M. de Montalivet s'efforçaient de pratiquer la politique
d'ordre et de résistance; c'était toujours dans les rangs de la
politique de mouvement ou de laisser-aller que M. Laffitte avait ses
habitudes et ses amis. Par indécision, par indiscrétion, par mobilité,
par faiblesse, il se livrait à eux, même quand il n'agissait pas selon
leur avis et leur désir. Aussi l'unité, l'esprit de suite, l'autorité,
l'efficacité manquaient absolument au cabinet. Les Chambres inquiètes le
traitaient tantôt avec ces ménagements, tantôt avec ce mécontentement
dédaigneux qu'inspire un pouvoir hors d'état de suffire à sa mission,
et qu'on n'a nul goût à soutenir quoiqu'on hésite à le renverser. Et
le public ne portait à l'administration de M. Laffitte pas plus de
confiance que les Chambres, les hommes d'affaires pas plus que les
diplomates; les intérêts privés en souffraient autant que les intérêts
publics; la propriété s'inquiétait; le commerce et l'industrie étaient
en proie à la perturbation et à la langueur; le désordre envahissait les
finances comme les rues; la sécurité et l'avenir manquaient aux simples
citoyens comme à l'État.

On sait quel incident amena la chute de ce cabinet en mettant au grand
jour le vice radical de son origine et de sa politique. Les scènes de
violence populaire effrénée qui suivirent le service religieux célébré
le 14 février 1831, dans l'église de Saint-Germain-l'Auxerrois, en
l'honneur de M. le duc de Berry assassiné onze ans auparavant par
Louvel, sont présentes à ma mémoire aussi vivement que si elles étaient
encore devant mes yeux. J'ai vu, comme tout le monde, flotter sur la
rivière et traîner dans les rues les objets du culte, les vêtements
ecclésiastiques, les meubles, les tableaux, les livres de la
bibliothèque épiscopale; j'ai vu tomber les croix; j'ai visité le
palais, ou plutôt la place du palais de l'archevêque, la maison du curé
de Saint-Germain-l'Auxerrois et l'église même, cette vieille paroisse
des rois, après leur dévastation. Ces ruines soudaines, cette nudité
désolée des lieux saints étaient un spectacle hideux: moins hideux
pourtant que la joie brutale des destructeurs et l'indifférence moqueuse
d'une foule de spectateurs. De toutes les orgies, celles de l'impiété
populaire sont les pires, car c'est là qu'éclate la révolte des âmes
contre leur vrai souverain; et je ne sais en vérité lesquels sont
les plus insensés de ceux qui s'y livrent avec fureur ou de ceux qui
sourient en les regardant.

Dans les ouvrages écrits depuis cette époque comme dans les Chambres
et les journaux du temps, on a beaucoup discuté la question de savoir
jusqu'à quel point les manifestations légitimistes qui eurent lieu
à l'occasion de ce service, dans l'église même de
Saint-Germain-l'Auxerrois, avaient motivé et presque justifié
l'emportement du peuple et l'attitude du Cabinet. Je trouve cette
discussion peu digne d'hommes sensés. On ne prétendait pas sans doute
que le parti légitimiste eût abdiqué et fût sorti de France avec Charles
X, ni que, vivant encore, il ne saisît pas les occasions naturelles
de manifester son existence et ses sentiments. Il venait de le faire
quelques jours auparavant, le 21 janvier, par des services célébrés dans
plusieurs églises en l'honneur de Louis XVI, et personne n'avait osé s'y
opposer ou s'en montrer offensé. Avoir le parti légitimiste sur le sol
de la France, et le voir persistant dans ses principes et jouissant de
toutes les libertés assurées par la Charte à tous les Français, c'était
la condition innée et inévitable du gouvernement de Juillet. Qu'on
invoquât contre ce parti, s'il en encourait l'application, les lois
destinées à protéger la sûreté de l'État et des pouvoirs publics; qu'on
en fît de nouvelles si les anciennes étaient insuffisantes, rien de plus
simple et de plus autorisé par la bonne politique: mais la tentative de
supprimer tout témoignage, toute manifestation extérieure de l'existence
et des sentiments des légitimistes eût été insensée, car elle eût exigé
la plus odieuse comme la plus impraticable tyrannie. Il y a des ennemis
et des périls avec lesquels les gouvernements libres sont tenus de vivre
en paix, et qu'ils doivent, pour ainsi dire, passer sous silence, tant
qu'il n'y a pas nécessité absolue d'invoquer contre eux la rigueur
des lois. Et de toutes les démonstrations auxquelles peut se mêler
l'hostilité, les religieuses sont les plus dignes de ménagement,
car c'est à celles-là que se rattachent les sentiments les plus
respectables, les plus répandus parmi les honnêtes gens, et la plus
sacrée des libertés publiques. Les manifestations légitimistes de
Saint-Germain-l'Auxerrois étaient, à coup sûr, moins dangereuses pour
le pays et pour le pouvoir que les processions et les exigences
républicaines du Panthéon, que M. Laffitte et ses amis traitaient avec
tant d'égards.

Le cabinet savait d'avance qu'un service religieux était prémédité pour
le 14 février, en mémoire de M. le duc de Berry. Il n'avait, dans cette
attente, que deux partis à prendre: s'il croyait la paix publique
gravement menacée par cette cérémonie, il fallait en empêcher décidément
la célébration, soit en traitant avec l'autorité ecclésiastique, soit
par un acte de gouvernement publiquement motivé. S'il ne jugeait pas le
péril assez grand pour exiger une telle mesure d'exception, le pouvoir
devait prendre lui-même en main la cause de la liberté religieuse, et
laisser la cérémonie s'accomplir sous sa protection, sauf à poursuivre
ensuite devant les tribunaux les actes séditieux qui auraient pu
s'y mêler. Dans la première hypothèse, il y a lieu de croire que le
Gouvernement, avec un peu de prévoyance et d'insistance, eût réussi à
tout prévenir: le service devait d'abord avoir lieu dans l'église de
Saint-Roch: sur les représentations des ministres de l'intérieur et des
cultes, l'archevêque de Paris et le curé de Saint-Roch refusèrent de
l'y autoriser. Pourquoi n'employa-t-on pas, pour l'église de
Saint-Germain-l'Auxerrois, le même moyen? L'autorité ecclésiastique
n'eût pas été sans doute plus aveugle ou plus intraitable dans une
paroisse que dans l'autre. Et si le gouvernement se fût décidé à
n'apporter à la cérémonie aucun obstacle, je ne puis croire que la force
publique n'eût pas été en état de protéger efficacement la liberté
religieuse, en surveillant les écarts de la passion politique, avec
l'intention déclarée de les réprimer selon les lois.

Au lieu d'adopter nettement l'une ou l'autre de ces résolutions, le
pouvoir n'en prit aucune. On laissa aller d'abord les légitimistes, puis
les anarchistes. On ne prévint pas les causes de trouble; on ne protégea
pas les droits de la liberté. Les partis seuls furent acteurs; le
gouvernement resta spectateur.

Nulle contagion ne se propage aussi rapidement que celle de l'anarchie:
dans les huit jours qui suivirent le sac de Saint-Germain l'Auxerrois
et de l'archevêché de Paris, à Lille, à Dijon, à Perpignan, à Arles,
à Nîmes, à Angoulême, des scènes semblables éclatèrent, avec ce même
mélange de haines politiques et de passions impies. C'était ici la
statue du duc de Berry renversée et mise en pièces par la foule; là, le
buste de Louis XVIII tiré du magasin où on l'avait enfoui, et traîné
avec insulte dans les rues; ailleurs, le séminaire pillé et incendié;
ailleurs encore l'évêque se croyant obligé d'accorder, à des groupes
tumultueux, la révocation d'un desservant. Au sein même des grandes
villes, parmi les autorités municipales chargées de réprimer le
désordre, il s'en trouvait d'assez livrées aux passions démagogiques
pour écrire au ministre de l'intérieur: «A peine établi, le Gouvernement
qui devait tout au peuple a semblé renier son origine. La retraite de La
Fayette et de Dupont de l'Eure a confirmé ce que n'apprenaient que trop
la loi sur la garde nationale et le refus constant de la loi électorale.
En s'appuyant sur une Chambre sans pouvoirs et objet de l'animadversion
générale, le gouvernement devait faire rejaillir sur lui la haine et le
mépris dont cette Chambre est entourée.»

Au milieu de ces emportements anarchiques, et malgré les efforts du
Roi et de ses plus affidés conseillers pour en arrêter le cours, le
gouvernement en ressentait lui-même la contagion; sa propre attitude,
son propre langage portaient quelque empreinte des mauvaises traditions
et des dangereuses tendances qu'il combattait, et la physionomie du
pouvoir était quelquefois révolutionnaire quand, au fond, il était aux
prises avec les fauteurs de révolutions. Deux jours après le sac de
Saint-Germain-l'Auxerrois, un acte officiel mit ce mal en évidence:
dans un de ses accès de déférence envers les passions démagogiques, M.
Laffitte vint demander au Roi de changer les armes de France et d'en
bannir les fleurs de lis, ces armes de sa maison. Le Roi céda, ne se
jugeant pas en état de résister. Dans ces commencements de son règne et
sous l'empire des souvenirs de sa jeunesse, c'était la disposition du
Roi Louis-Philippe de croire l'esprit révolutionnaire plus fort qu'il ne
l'était réellement, et de se croire à lui-même, pour une telle lutte,
moins de force qu'il n'en possédait. Il avait de plus, dans les crises
imprévues, des impressions très-vives qui pouvaient lui faire prendre
des résolutions soudaines, fort au delà de la nécessité. Plus tard, je
me suis permis plus d'une fois de lui dire: «Que le Roi ne se fie jamais
à sa première impression; soit en espérance, soit en alarme, elle est
presque toujours excessive; pour voir les choses exactement comme elles
sont et ne leur accorder que ce qui leur est dû, l'esprit du Roi
a besoin d'y regarder deux fois.» Je crois que, dans cette triste
circonstance, il se trompa, et qu'à cette tyrannique prétention de
l'esprit révolutionnaire il eût pu dire _non_, avec quelque péril sans
doute, mais sans péril suprême. Ce fut, au moment même, le sentiment de
beaucoup d'hommes de bien et de sens, amis sincères du Roi, et le 19
février, à la tribune de la Chambre des députés, M. de Kératry se fit
honneur en l'exprimant hautement.

Sans parler de leur déplorable retentissement en Europe, ces scènes, ces
faiblesses produisirent en France dans le parti naissant de l'ordre, un
très-fâcheux effet: de bons et honnêtes esprits en contractèrent, envers
le gouvernement nouveau, un sentiment de méfiance et d'éloignement; ils
l'avaient accueilli comme le seul rempart contre l'anarchie, et ils
voyaient l'anarchie près de renaître, et le pouvoir lui-même avait l'air
faible ou complaisant pour ses fauteurs ou pour ses précurseurs. Ils
rentrèrent dans leur disposition malveillante pour la monarchie issue
de la Révolution; et ils y rentrèrent d'autant plus aisément qu'ils
ne ressentaient plus cet immense effroi dont la Révolution les avait
d'abord frappés. Au fond, ils étaient sauvés; ils savaient bien que le
gouvernement les défendait et les défendrait contre les grands périls;
ils étaient encore inquiets, mais non plus vraiment menacés, et ils
s'irritaient librement de leurs inquiétudes prolongées sans savoir gré
au pouvoir de leur salut. Ainsi disparaissait, entre les honnêtes
gens, cette unanimité qu'avaient produite, dans les premiers jours,
l'imminence du danger et la vue claire de la nécessité; ainsi
renaissaient rapidement les anciens partis, leurs inimitiés et leurs
espérances.

Mais en même temps que, hors des Chambres et dans le pays, les troubles
du 14 février 1831 divisèrent et affaiblirent le parti de l'ordre, ils
produisirent dans la Chambre des députés un effet contraire; ce parti
s'y rallia fortement et se décida à prendre lui-même l'initiative pour
relever et raffermir le pouvoir. La patience de la Chambre était à bout.
Tant qu'avait duré le procès des ministres de Charles X, elle avait
fermement soutenu le cabinet, convaincue qu'il était nécessaire et le
plus propre à surmonter cette épreuve. Le procès fini, elle s'abstint
de toute attaque contre M. Laffitte et ses collègues, par esprit
monarchique et n'ayant nulle fantaisie de faire étalage de sa force pour
défaire ou faire des ministres. Mais quand elle vit le gouvernement
toujours désuni au dedans, impuissant au dehors, flottant au gré des
vents populaires et dépérissant de fluctuation en fluctuation, la
Chambre sentit sa responsabilité et son honneur compromis aussi bien
que la sûreté de l'État; et déterminée par un honnête bon sens, non par
aucune préméditation de parti, elle entra ouvertement en lutte contre
l'anarchie. Le 17 février, M. Benjamin Delessert demanda raison au
cabinet des troubles de Paris, du déchaînement des factions, des églises
dévastées, des croix abattues, du déplorable état général des affaires,
de l'imprévoyance et de la faiblesse du pouvoir. Député opposant vers la
fin de la Restauration, associé à tous les actes de la Chambre pendant
les journées de Juillet, M. Delessert ne pouvait être soupçonné de
malveillance, ou seulement d'indifférence envers le régime nouveau.
Protestant, il avait bonne grâce à défendre les croix et les évêques.
Homme important et honoré dans la banque, le commerce et l'industrie, il
avait titre pour parler de leurs souffrances et de leurs inquiétudes. Sa
démarche était aussi autorisée que significative et opportune.

La discussion se répandit d'abord en explications et en récriminations
personnelles. Quand MM. Mauguin, Dupin et Salverte l'eurent ramenée vers
la politique générale et que je la vis près de son terme, j'y entrai à
mon tour, en prenant soin de faire remarquer que c'était mon premier
acte d'opposition au ministère. La nécessité seule, une impérieuse
nécessité m'y décidait. Ce que nous nous étions promis de la révolution
de Juillet, ce qu'en attendait la France, c'était le gouvernement
constitutionnel, un vrai gouvernement, capable de concilier et de
protéger à la fois l'ordre et la liberté. Ce gouvernement nous manquait
absolument. Les faits le disaient bien haut; ni l'ordre, ni la liberté
n'étaient efficacement protégés. Pourquoi? Parce que les conditions
essentielles du gouvernement étaient méconnues et absentes. Point
d'unité au sein du cabinet, ni entre le cabinet et ses agents. Point
d'entente sérieuse et soutenue entre le cabinet et la majorité des
Chambres. Point d'efficacité dans le pouvoir. Il ne gouvernait pas
parce qu'il se laissait gouverner, cherchant la faveur populaire, non
l'exercice sérieux de l'autorité légale: «Si on persiste dans cette
voie, si c'est à la popularité qu'on demande le gouvernement, on n'aura
pas de gouvernement; pas plus, toujours moins qu'on n'en a aujourd'hui.
L'ordre y perdra sa force, la liberté son avenir, les hommes leur
popularité, et nous n'en serons pas plus avancés après. Je ne crois pas
qu'il soit possible de rester dans cette situation.»

Quand nous aurions dû être, mes amis et moi, les successeurs du cabinet,
je n'aurais pas hésité à tenir ce langage: dans un régime libre, le
désir de prévaloir par le gouvernement est le droit des convictions
sincères, et l'honneur consiste à avoir cette ambition-là, et point
d'autre. Mais, en 1831, le vulgaire embarras de cette position m'était
épargné; nous n'avions, mes amis et moi, aucune prétention ni aucune
chance de pouvoir; ce n'était pas nous qu'y poussait alors la réaction
contre l'anarchie; nous pouvions servir dans l'armée de l'ordre, non la
commander. M. Laffitte avait un héritier naturel et clairement désigné.
Président de la Chambre des députés, M. Casimir Périer était le
président nécessaire du prochain cabinet. Dévoué à la politique de
résistance et homme d'affaires supérieur, constamment dans l'opposition
jusqu'en 1830 et aussi décidé dans l'action, pendant les journées de
Juillet, que modéré dans le dessein, à la fois impétueux et prudent,
passionné et discret, dominant et point impatient de saisir le pouvoir,
il était admirablement propre, par tempérament comme par position, et
aux luttes futures que le nouveau cabinet aurait à soutenir, et à la
lutte immédiate que nous engagions pour le former.

Ce fut une lutte en effet que le travail de cette formation. Malgré sa
faiblesse déclarée, M. Laffitte ne voulait pas sortir du pouvoir, et M.
Casimir Périer n'y voulait entrer qu'avec toutes les forces et toutes
les sûretés dont il avait besoin. L'un pressentait que sa chute serait
sa ruine, et s'obstinait à ne pas descendre; l'autre hésitait à risquer
un échec et exigeait beaucoup pour consentir à monter. Autour de M.
Laffitte, on faisait de grands efforts pour conserver le pouvoir, sinon
à lui, du moins au parti qui dominait sous son nom. On ramenait M.
Dupont de l'Eure sur la scène; on lui associait M. Odilon Barrot, M.
Eusèbe Salverte, le général Lamarque, M. de Tracy, même le général
Demarçay. A ces tentatives pour former un cabinet pris tout entier dans
le côté gauche, les partisans de la résistance dans le cabinet encore
debout opposaient des actes qui attestaient leur travail et leur progrès
vers un but contraire; M. de Montalivet donna sa démission pour obtenir
que M. Odilon Barrot fût remplacé dans la préfecture de la Seine par
M. de Bondy, et M. Odilon Barrot fut en effet relégué dans le Conseil
d'État, Le garde des sceaux, M. Mérilhou, s'était refusé à la révocation
de son ami, M. Charles Comte, procureur du roi à Paris, courageux homme
de bien dans l'opposition, embarrassé et inhabile dans le pouvoir; M.
Comte n'en fut pas moins écarté, et M. Mérilhou lui-même quitta le
ministère de la justice dont _l'intérim_ fut confié à M. d'Argout.
Pourtant le Roi d'une part et M. Casimir Périer de l'autre hésitaient
encore. Il en coûtait au Roi de rompre avec M. Laffitte, ministre
commode et naguère utile. La politique de résistance déclarée lui
semblait d'ailleurs presque aussi périlleuse que nécessaire; ne
pouvait-on pas attendre encore un peu que la nécessité de plus en
plus évidente surmontât décidément le péril? Le caractère altier et
susceptible de M. Casimir Périer lui inspirait, pour leurs rapports
mutuels, quelque inquiétude. M. Casimir Périer, de son côté, insistait
chaque jour plus péremptoirement sur les conditions de son entrée
au pouvoir: aux curieux qui venaient le presser, à ses amis, au Roi
surtout, il développait avec une passion forte et triste les difficultés
de l'entreprise, et la nécessité absolue, et probablement insuffisante,
des moyens qu'il demandait. Il voulait gouverner dans le Conseil comme
dans le pays. Il lui fallait le baron Louis au ministère des finances,
et dans tous les départements des collègues sûrs, bien résolus à marcher
avec lui; point de dissidents ni de rivaux. Le 12 mars au soir, dans
une de leurs dernières conférences, le maréchal Soult témoigna quelque
hésitation à accepter M. Casimir Périer comme président du Conseil:
«Monsieur le maréchal, lui dit Casimir Périer, veuillez vous décider;
sinon, j'écrirai ce soir à M. le maréchal Jourdan; j'ai sa parole.» Le
maréchal Soult se décida. Le baron Louis prit les finances; son neveu,
l'amiral Rigny, fut ministre de la marine; M. de Montalivet céda
le ministère de l'intérieur à M. Périer et passa au département de
l'instruction publique. Les instances répétées des Chambres, le flot
toujours montant de l'anarchie, les noms périlleux que mettait en avant
le parti populaire, avaient mis fin, dans l'esprit du Roi, à toute
incertitude: «Savez-vous, dit-il plus tard à M. d'Haubersaert, alors
chef du cabinet de l'intérieur, que, si je n'avais pas trouvé M. Périer
au 13 mars, j'en étais réduit à avaler Salverte et Dupont tout crus!»
Il accepta les périls, les difficultés, peut-être les ennuis de la
politique de résistance et de son chef, et le 13 mars, M. Casimir Périer
devint officiellement ce qu'il devait être effectivement, premier
ministre.



                               CHAPITRE XII.

                    M. CASIMIR PÉRIER ET L'ANARCHIE.

Rapports de M. Casimir Périer avec ses collègues;--avec le Roi
Louis-Philippe;--avec les Chambres;--avec ses agents.--Action
personnelle du Roi dans le gouvernement.--Prétendues scènes entre le
Roi et M. Casimir Périer.--Anarchie dans Paris et dans les
départements.--Efforts des partis politiques pour exploiter
l'anarchie.--Parti républicain.--Parti légitimiste.--Parti
bonapartiste.--Leurs complots.--Faiblesse de la répression
judiciaire.--Écoles et sectes anarchiques.--Les saint-simoniens.--Les
fouriéristes.--Insurrection des ouvriers de Lyon.--Sédition à
Grenoble.--Désordres sur divers autres points du territoire.--Grande
émeute à Paris sur la nouvelle de la chute de Varsovie.--M. Casimir
Périer et le général Sébastiani sur la place Vendôme.--M. Casimir
Périer réorganise la police.--M. Gisquet préfet de police--Le Roi
Louis-Philippe vient habiter les Tuileries.--Travaux dans le jardin des
Tuileries et leur motif.--M. Casimir Périer aussi modéré qu'énergique
dans l'exercice du pouvoir.--Il se refuse à toute loi d'exception.--La
Reine Hortense à Paris.--Conduite du Roi Louis-Philippe et de
son gouvernement envers la mémoire et la famille de l'Empereur
Napoléon.--Débats législatifs.--Liste civile.--Abolition de l'hérédité
de la pairie.--Proposition pour l'abrogation de la loi du 19 janvier
1815 et du deuil officiel pour la mort de Louis XVI.--Discours du duc
de Broglie sur cette proposition.--Mon attitude et mon langage dans les
Chambres.--Ce qu'en pensent le Roi Louis-Philippe, M. Casimir Périer et
les Chambres.--Débat sur l'emploi du mot _sujets_.--État de la société
dans Paris.--La politique tue les anciennes moeurs sociales.--Décadence
des salons.--Ce qui en reste et mes relations dans le monde.--M. Bertin
de Veaux et le _Journal des Débats_.

(12 mars 1831--16 mai 1832.)


Dès que le cabinet fut formé et que M. Casimir Périer entra en rapports
habituels avec ses collègues, le premier ministre se fit sentir. Il
avait témoigné d'abord l'intention de ne prendre que la présidence du
Conseil, sans aucun département spécial, ne voulant pas que les soins de
l'administration pussent le distraire des soucis du gouvernement; à la
réflexion, il reconnut aisément que, pour gouverner, il faut tenir sous
sa main les grands ressorts du pouvoir; et convaincu en même temps
que, malgré nos complications avec l'Europe, c'était au dedans que se
déciderait le sort de la France, il prit le ministère de l'intérieur, en
le réduisant aux attributions supérieures et vraiment politiques. Les
affaires purement administratives formèrent, sous le nom de ministère du
commerce et des travaux publics, un département séparé qui fut confié au
comte d'Argout, agent laborieux, intelligent, courageux et docile. Dans
le travail quotidien, M. Casimir Périer se servait de lui comme d'un
sous-secrétaire d'État infatigable; et dans les Chambres, il l'envoyait
à la tribune ou l'en rappelait selon sa propre convenance, ne
s'inquiétant ni de l'user à force de l'employer, ni de le blesser par
la brusque explosion de son autorité. Je l'ai entendu s'écrier un jour,
impatienté que M. d'Argout se mît en mouvement, mal à propos selon lui,
pour prendre la parole: «Ici, d'Argout!» et M. d'Argout revenait, non
sans humeur, mais sans la montrer.

La première fois que M. Casimir Périer monta à la tribune de la Chambre
des députés pour y exposer en termes clairs et fermes sa pensée et son
dessein général, il y fit monter immédiatement après lui les ministres
de la guerre, des finances et de la justice, pour qu'ils témoignassent
expressément de leur adhésion à la politique que le chef du cabinet
venait de déclarer.

Quelques jours après, ayant adressé aux préfets une circulaire à
l'occasion d'une grande association dite _nationale_ que l'opposition
travaillait à former en méfiance du cabinet, M. Casimir Périer la
terminait par ces paroles: «Le Roi a ordonné, de l'avis de son Conseil,
que l'improbation de toute participation des fonctionnaires civils ou
militaires à cette association fût officiellement prononcée;» et il fit
écrire par tous ses collègues des circulaires qui transmettaient la
sienne à tous leurs agents en en prescrivant la stricte observation.

C'était surtout le maréchal Soult qu'il avait à coeur de lier et de
compromettre ainsi publiquement dans sa politique. Il n'oubliait pas que
le maréchal avait eu quelque répugnance à l'accepter comme président du
Conseil, et tout en disant comme le Roi: «Il me faut cette grande épée,»
il n'en attendait pas avec une entière sécurité tout le concours qu'il
en exigeait. Le maréchal, de son côté, tout en subissant l'ascendant
de M. Périer, sentait sa propre importance et ne se livrait pas
sans réserve, même quand il servait sans objection. Quoiqu'ils se
reconnussent l'un et l'autre nécessaires, il y avait entre ces deux
hommes peu de confiance et point de goût mutuel.

Le baron Louis et le général Sébastiani étaient, dans le Conseil, les
alliés et les confidents intimes de M. Périer. Une ancienne et familière
amitié le liait au premier. Il avait appris, dans les rangs de
l'opposition avant 1830, à connaître le second, et, depuis qu'il le
voyait dans le gouvernement, il en faisait tous les jours plus de
cas. Le général Sébastiani gagnait beaucoup à cette épreuve: il avait
l'esprit lent et peu fécond, la parole sans facilité et sans éclat, des
manières souvent empesées et prétentieuses; mais il portait dans les
grandes affaires un jugement libre et ferme, une sagacité froide,
une prudence hardie et un courage tranquille qui faisaient de lui un
très-utile et sûr conseiller, Il savait traiter à demi-mot et sans
bruit avec les intérêts ou les faiblesses des hommes, et il excellait
à pressentir les conséquences possibles et lointaines d'un événement,
d'une démarche, d'une parole. Dans les Chambres, en défendant avec plus
de fermeté que d'habileté de langage la politique du cabinet, il se
compromettait quelquefois gravement; on sait quelles colères suscita
contre lui cette fameuse et malheureuse phrase prononcée en parlant
des désastres de la Pologne: «Aux dernières nouvelles, la tranquillité
régnait dans Varsovie.» Dans cette occasion comme en toute autre, M.
Périer soutint énergiquement le général Sébastiani contre toutes
les attaques; non-seulement pour ne pas laisser faire brèche à son
ministère, mais par une juste et imperturbable appréciation des rares
qualités du général. En vrai chef de gouvernement, M. Périer, au moment
même d'une faute ou d'un malheur, se souvenait de ce que vaut un homme;
et ne consentait pas, pour atténuer quelques minutes son propre ennui, à
jeter en pâture à l'ennemi un brave et fidèle allié.

Il ne tarda pas à prendre aussi une grande confiance dans M. de
Montalivet qui le secondait et le servait loyalement dans sa politique
générale et dans ses rapports avec le Roi. Dominant, et à bon droit,
dans son cabinet, M. Casimir Périer craignait que le Roi ne voulût
dominer aussi, et il était fermement résolu, non-seulement à assurer,
mais à mettre en plein jour, comme ministre et premier ministre
responsable, son indépendance et son autorité. Alors commença sourdement
cette question qui depuis a fait tant de bruit, la question de l'action
du Roi lui-même dans son gouvernement et des jalousies de pouvoir entre
la Couronne et ses conseillers.

En 1846, dans un moment où cette question jetait parmi nous des
dissentiments aussi puérils et faux en eux-mêmes que graves par leurs
conséquences, appelé à dire avec précision comment je comprenais le rôle
que jouent dans la monarchie constitutionnelle, d'une part le Roi, de
l'autre ses conseillers, je m'en expliquai en ces termes: «Un trône
n'est pas un fauteuil vide, auquel on a mis une clef pour que nul ne
puisse être tenté de s'y asseoir. Une personne intelligente et libre,
qui a ses idées, ses sentiments, ses désirs, ses volontés, comme tous
les êtres réels et vivants, siège dans ce fauteuil. Le devoir de cette
personne, car il y a des devoirs pour tous, également sacrés pour
tous, son devoir, dis-je, et la nécessité de sa situation, c'est de ne
gouverner que d'accord avec les grands pouvoirs publics institués par
la Charte, avec leur aveu, leur adhésion, leur appui. A leur tour, le
devoir des conseillers de la personne royale, c'est de faire prévaloir
auprès d'elle les mêmes idées, les mêmes mesures, la même politique
qu'ils se croient obligés et capables de soutenir dans les Chambres. Je
me regarde, à titre de conseiller de la Couronne, comme chargé d'établir
l'accord entre les grands pouvoirs publics, non pas d'assurer la
prépondérance de tel ou tel de ces pouvoirs sur les autres. Non, ce
n'est pas le devoir d'un conseiller de la Couronne de faire prévaloir la
Couronne sur les Chambres, ni les Chambres sur la Couronne; amener ces
pouvoirs divers à une pensée et à une conduite communes, à l'unité par
l'harmonie, voilà la mission des ministres du Roi dans un pays libre;
voilà le gouvernement constitutionnel: non-seulement le seul vrai, le
seul légal, mais aussi le seul digne; car il faut que nous ayons tous
pour la couronne ce respect de nous souvenir qu'elle repose sur la tête
d'un être intelligent et libre, avec lequel nous traitons, et qu'elle
n'est pas une simple et inerte machine, uniquement destinée à occuper
une place que les ambitieux voudraient prendre si elle n'y était pas.»

Je suis persuadé que si, en 1831, on avait demandé au roi Louis-Philippe
et à M. Casimir Périer ce qu'ils pensaient de ce résumé de leur
situation et de leurs rapports constitutionnels, ils y auraient
sincèrement et sans réserve donné l'un et l'autre leur assentiment. M.
Casimir Périer était trop sérieusement monarchique et sensé pour poser
en principe, comme base de la monarchie constitutionnelle, que le Roi
règne et ne gouverne pas; et le roi Louis-Philippe, de son côté,
avait trop d'intelligence et de modération politique pour prétendre à
gouverner contre l'avis des conseillers qui procuraient à son pouvoir
le concours des Chambres et du pays. Il me dit un jour, à ce sujet: «Le
mal, c'est que tout le monde veut être chef d'orchestre, tandis que,
dans notre constitution, il faut que chacun fasse sa partie et s'en
contente. Je fais ma partie de roi; que mes ministres fassent la leur
comme ministres; si nous savons jouer, nous nous mettrons d'accord.» Au
fond, M. Casimir Périer n'en prétendait pas davantage, et s'il eût été
convaincu que le Roi n'avait nul dessein d'empêcher ses ministres de
jouer leur rôle dans la mesure de leur importance, il se fût tenu pour
satisfait. Mais les plus sages hommes n'appliquent pas à leur propre
conduite toute leur sagesse; les idées préconçues, les passions cachées
au fond du coeur, les susceptibilités, les méfiances, les fantaisies
du moment exercent souvent, sur leurs actions et leurs relations,
une influence contraire à leur vraie et générale pensée. Homme de
gouvernement par nature, mais arrivant au pouvoir après une longue
carrière d'opposition et par un vent de révolution, M. Casimir Périer
y portait quelquefois des impatiences moins monarchiques que ses
sentiments et ses desseins. De son côté, le roi Louis-Philippe, bien que
pénétré des idées de 1789, avait passé la plus grande partie de sa vie,
d'abord dans les habitudes de l'ancien régime, puis sous le coup des
bouleversements révolutionnaires, et il lui en était resté des velléités
et des inquiétudes quelquefois peu d'accord avec ses intentions
constitutionnelles. Il était difficile que deux hommes, nés et formés
dans des atmosphères si diverses, se fissent l'un à l'autre, dès leurs
premiers rapports, leur juste part dans le gouvernement, nouveau pour
tous deux, qu'ils étaient chargés de conduire en commun.

En entrant au pouvoir, M. Périer mit un grand soin à établir que le
Conseil des ministres se réunît habituellement chez lui, hors de la
présence du Roi, et à constater hautement ce fait. Pendant quelque
temps, il le fit annoncer chaque fois dans _le Moniteur_. Il avait
raison d'y attacher de l'importance, car ce fut, aux yeux du public, une
éclatante démonstration de sa forte volonté et de son pouvoir. Le
Roi n'objecta point; il savait s'accommoder aux caractères quand il
reconnaissait la grandeur des services. Pourtant il était offusqué,
et laissait quelquefois percer son déplaisir, trop peut-être, dans
l'intérêt même de son autorité. Rien ne sert mieux les rois que
d'accepter sans discussion et de bonne grâce les nécessités qu'ils sont
contraints de subir.

Au même moment, M. Périer témoigna une autre exigence. On a dit qu'il
avait demandé que M. le duc d'Orléans cessât d'assister, comme il
l'avait fait jusque-là, aux conseils du Roi. Vraie au fond, l'assertion
n'est pas exacte dans toutes ses circonstances. Sous le ministère
précédent, M. le duc d'Orléans n'assistait point habituellement au
Conseil; il n'y avait paru que rarement et par exception; il était resté
entre autres tout à fait étranger aux Conseils qui avaient précédé
et suivi le procès des ministres et les scènes de
Saint-Germain-l'Auxerrois. Le Roi souhaitait qu'il y assistât toujours,
pour se former au gouvernement, et s'engager peu à peu, par sa présence,
dans la bonne politique, n'en approuvât-il pas toutes les mesures. Il
exprima son désir à M. Casimir Périer, qui s'y refusa nettement. Dans le
travail de formation du cabinet du 13 mars, le prince n'avait pas aidé à
l'avénement de M. Périer, et s'était montré plus favorable à M. Laffitte
et à ses amis. On le croyait en général imbu des idées et sympathique
aux ardeurs du parti populaire. Sa présence dans le Conseil pouvait en
altérer l'unité ou la discrétion; et M. Casimir Périer ne voulait pas
que l'héritier du trône pût lui susciter quelque obstacle, ni qu'on
pût croire qu'il exerçait dans les affaires quelque influence. Le Roi
n'insista point, et j'incline à croire que M. le duc d'Orléans ne
regretta pas cette résolution.

Dans la pratique quotidienne des affaires, M. Périer n'était pas moins
exigeant ni moins susceptible. Il prenait connaissance de toutes les
dépêches télégraphiques avant qu'elles fussent envoyées au Roi, et le
directeur du _Moniteur_ avait ordre de n'insérer aucun article, aucune
note émanée du cabinet du Roi, sans les avoir communiqués au président
du Conseil et s'être assuré de son assentiment.

On a beaucoup dit que les exigences et les ombrages de M. Casimir Périer
avaient amené, entre le Roi et lui, non-seulement de graves difficultés,
mais de grandes violences; on a raconté des scènes de lutte obstinée et
d'emportement étrange. Exagérations vulgaires où le vrai caractère des
hommes est défiguré, et l'histoire transformée en grossier mélodrame.
Ni le roi Louis-Philippe, malgré la vivacité de ses déplaisirs, ni M.
Casimir Périer, malgré l'ardeur de son tempérament, ne se laissaient
aller, l'un envers l'autre, à de telles extrémités. Ils avaient l'un et
l'autre trop d'esprit et un sentiment trop juste de la nécessité ou de
la convenance pour ne pas s'arrêter à temps dans leurs dissidences; et,
au moment même où elles semblaient le plus vives, ils savaient se faire
mutuellement et sans bruit les concessions qui devaient y mettre un
terme. Un petit fait donnera en ce genre la vraie mesure de leurs
caractères et de leurs rapports.

Vers la fin de 1831, le général Sébastiani était malade, et M. Casimir
Périer faisait l'intérim des affaires étrangères. C'était surtout avec
les conseils et par les soins du comte de Rayneval qu'il dirigeait
la correspondance de ce département, et il lui avait promis, pour
s'acquitter envers lui, l'ambassade d'Espagne qu'occupait alors le
comte Eugène d'Harcourt. Il résolut un jour d'accomplir sur-le-champ
sa promesse, et il chargea M. d'Haubersaert, son chef de cabinet, de
rédiger, pour cette nomination, un projet d'ordonnance, d'aller en son
nom en demander au Roi la signature, et de l'envoyer au rédacteur du
_Moniteur_ avec ordre de le publier dès le lendemain. M. d'Haubersaert,
qui avait et qui méritait, par son esprit, son courage et la sûreté de
son caractère, toute la confiance de M. Périer, était accoutumé à de
telles missions; il servait habituellement d'intermédiaire entre le Roi
et son ministre, et prenait soin d'atténuer, autant qu'il était en lui,
les aspérités de leurs rapports. En arrivant aux Tuileries, il trouva le
Roi retiré dans son cabinet, en robe de chambre et près de se coucher.
Ne doutant pas que la nomination de M. de Rayneval ne fût une affaire
convenue, il lui présenta le projet d'ordonnance en le priant de le
signer: «Mais non, dit le Roi; il n'y a rien de convenu à ce sujet avec
M. Périer; il a été entendu que Rayneval n'irait à Madrid que lorsqu'on
aurait pourvu à la situation de M. d'Harcourt.--En ce cas, Sire, dit
M. d'Haubersaert en reprenant le papier, je vais rapporter à M. le
président du Conseil ce projet d'ordonnance, et lui dire que le Roi n'a
pas voulu le signer.--Je ne dis pas cela, reprit le Roi; tenez, je vais
signer; mais vous prierez, de ma part, M. Périer de ne pas envoyer
l'ordonnance au _Moniteur_ avant que j'en aie causé avec lui,» et il
signa en effet. Il était tard quand M. d'Haubersaert rentra au ministère
de l'intérieur; il trouva M. Casimir Périer couché, le fit éveiller et
lui rendit compte de sa mission: «Que le Roi me laisse tranquille, lui
dit vivement M. Périer; envoyez l'ordonnance au _Moniteur_.--Monsieur
le président, reprit M. d'Haubersaert en posant sur le lit du ministre
l'ordonnance signée, permettez-moi de vous dire que vous avez tort,
et veuillez charger un autre que moi de l'envoi au _Moniteur_,» et il
sortit sans attendre la réponse. M. Casimir Périer n'appela personne;
l'ordonnance ne parut point le lendemain dans le _Moniteur_; le Roi et
son ministre se mirent d'accord; M. de Rayneval ne reçut qu'un peu
plus tard l'ambassade de Madrid; et M. Périer, sans reparler à M.
d'Haubersaert de cet incident, le traita avec un redoublement de
confiance. Il avait l'esprit trop droit pour ne pas reconnaître la
vérité, et l'âme trop haute pour ne pas honorer la franchise.

A mesure qu'il avança dans la pratique du gouvernement, il en apprécia
mieux toutes les conditions, et devint moins impatient sans cesser
d'être aussi fier. Il comprit qu'au lendemain d'une révolution et dans
le difficile travail de la fondation d'un régime libre, ce n'est pas
trop du concours de tous les éléments d'ordre et de pouvoir; que, dans
la monarchie constitutionnelle, la personne royale est une grande force
avec laquelle il faut savoir également compter et résister, et qu'il y
a plus de dignité comme plus d'utilité à débattre franchement avec le
monarque les affaires publiques, qu'à élever la prétention ou à se
donner les airs de l'annuler dans ses propres conseils. Il revint même,
dans une certaine mesure, de ses préventions contre M. le duc d'Orléans;
et au mois de novembre 1831, lorsque la grande insurrection de Lyon lui
fournit une occasion naturelle de satisfaire, en l'employant, l'activité
du prince, il s'empressa de la saisir, l'appela au Conseil, discuta
devant lui et avec lui toutes les exigences de l'événement, et l'unit
officiellement au maréchal Soult dans cette importante mission. Lorsque
le prince et le maréchal revinrent de Lyon où l'ordre matériel du moins
était rétabli, M. Casimir Périer, non-seulement dans son langage public,
mais dans ses conversations intimes, rendit toute justice à la fermeté
pleine de tact qu'avait déployée le prince, et en témoigna hautement sa
satisfaction. Il persista cependant à le tenir éloigné du Conseil.

Je ne pense pas qu'avec le Roi ses rapports soient jamais devenus
très-confiants ni très-faciles; entre leurs caractères et leurs esprits,
la différence était trop profonde. Mais ils acquirent l'un et l'autre la
conviction qu'au dedans comme au dehors leur politique était la même,
et qu'ils avaient besoin l'un de l'autre pour la faire triompher. Ils
s'unissaient donc sans se plaire, et se supportaient mutuellement dans
le sentiment d'une même intention et d'une commune nécessité. Dans ce
singulier mélange d'accord et de lutte, c'était le Roi qui cédait le
plus souvent, et qui pourtant gagnait peu à peu du terrain, comme le
plus calme et le plus patient. Il parvint à acquérir sur son puissant
ministre une véritable influence, dont, plus tard, il s'applaudissait
en disant: «Périer m'a donné du mal, mais j'avais fini par le bien
équiter.» Expression plus piquante que prudente, que le Roi, en tout
cas, aurait mieux fait de ne jamais employer, et dont il fit bien de ne
se servir qu'après la mort de M. Casimir Périer, car elle l'eût blessé
si elle fût parvenue à ses oreilles, ce qui probablement n'eût pas
manqué.

Avec les Chambres, M. Casimir Périer n'était pas moins fier ni moins
exigeant qu'avec le Roi. Avant de consentir à se charger des affaires,
il avait fait minutieusement constater et mettre sous leurs yeux le
mauvais état de l'administration et la détresse du Trésor. A peine entré
en fonctions, il demanda, par trois projets de lois, tous les moyens
financiers dont il pouvait avoir besoin: une addition de 55 centimes à
la contribution foncière et de 50 centimes aux patentes pour l'année
1831, un crédit éventuel de 100 millions dans l'intervalle des
sessions de cette même année, réalisable soit par une contribution
extraordinaire, soit par un emprunt en rentes, un crédit extraordinaire
de 1,500,000 francs pour dépenses secrètes. Il voulait non-seulement
être en mesure de faire face aux événements qui se laissaient entrevoir,
mais relever promptement, en se montrant bien armé, la confiance et
le crédit public. Il proposa en même temps un projet de loi pour la
répression efficace des attroupements. Et de ces diverses propositions
il faisait nettement des questions de cabinet, sans déclamation, sans
étalage d'alarmes, témoignant autant d'espérance patriotique que de
sollicitude politique, mais voulant que les amis de l'ordre sentissent
bien le mal qu'ils lui demandaient de guérir, et établissant en toute
occasion qu'il n'accepterait la responsabilité du gouvernement que si on
lui en donnait la force, et qu'il se retirerait dès qu'il ne trouverait
pas dans les grands pouvoirs publics un ferme et suffisant appui.

On vit bientôt que ce n'était point là, de sa part, une menace de
comédie. A la fin de juillet 1831, les plus graves périls semblaient
dissipés et les plus pressantes difficultés surmontées. La Chambre des
députés qui avait accompli la révolution de 1830 avait été dissoute. En
vertu d'une nouvelle loi électorale qui avait élargi, pour les députés
comme pour les électeurs, le cercle de la capacité politique, une
nouvelle Chambre venait d'être élue et réunie. Elle avait à élire son
président. Pressé de savoir à quoi s'en tenir sur ses dispositions, M.
Casimir Périer fit de cette élection une question ministérielle; et son
candidat, M. Girod de l'Ain, n'ayant obtenu contre M. Laffitte, candidat
de l'opposition, qu'une majorité de quatre voix, il déclara que ce
n'était pas là, pour gouverner, une majorité suffisante, et donna sa
démission. L'alarme fut générale: Roi, Chambres, pays, à peine échappés
de l'anarchie, se sentaient près d'y retomber. On fit, auprès de M.
Casimir Périer, de vains efforts pour le décider à garder le pouvoir. Il
répondait à toutes les instances qu'il ne redonnerait pas le spectacle
d'un prétendu gouvernement essayant de se tenir debout et toujours
près de tomber. La nouvelle arriva tout à coup que le roi de Hollande,
rompant l'armistice, avait fait entrer son armée en Belgique et
entreprenait de la reconquérir. C'était l'honneur et la sûreté de la
France à défendre en sauvant la Belgique, peut-être au risque de la
guerre européenne. Le péril peut donner la force. M. Périer en accepta
la chance et reprit le pouvoir en envoyant sur-le-champ l'armée
française au secours de la Belgique. Et personne ne crut que ce fût
là, pour lui, un prétexte; amis ou adversaires, tous savaient déjà
qu'actions ou paroles, tout en lui était réel et sérieux.

Sa physionomie, sa démarche, son attitude, son regard, son accent, toute
sa personne donnaient de lui cette conviction. Sa gravité n'était ni
celle de l'austérité morale, ni celle de la méditation intellectuelle,
mais celle d'un esprit solide et ferme, pénétré d'une idée et d'une
passion forte, et incessamment préoccupé d'un but qu'il jugeait à la
fois très-difficile et indispensable d'atteindre. Ardent et inquiet, il
avait toujours l'air de défier ses adversaires et de mettre à ses amis
le marché à la main. Il recevait un jour des députés, membres de la
majorité, qui venaient lui présenter des objections contre je ne sais
plus quelle mesure, et lui faire pressentir, à ce sujet, l'abandon d'une
partie de ses amis. Pour toute réponse, il s'écria en les regardant d'un
oeil de feu: «Je me moque bien de mes amis quand j'ai raison! c'est
quand j'ai tort qu'il faut qu'ils me soutiennent;» et il rentra dans son
cabinet. Dans les conversations particulières, il écoutait froidement,
discutait peu, et se montrait presque toujours décidé d'avance. A la
tribune, il n'était ni souvent éloquent, ni toujours adroit, mais
toujours efficace et puissant. Il inspirait confiance à ses partisans,
malgré leurs doutes, et il en imposait à ses adversaires au milieu de
leur irritation. C'était la puissance de l'homme, bien supérieure à
celle de l'orateur.

Avec ses agents et dans toute l'administration, il établit, dès le
début, l'unité de vues et d'action comme une règle de politique et un
devoir de probité. Plusieurs circulaires, les unes de principe général,
les autres motivées par des incidents particuliers, inculquèrent
fortement ce devoir aux fonctionnaires des divers ordres, en les
prévenant que le cabinet n'en tolérerait pas l'oubli. Et en effet, quand
des hommes considérables persistèrent, malgré leurs fonctions, à
rester membres de l'_Association nationale_, que le ministère avait
expressément improuvée, ils furent tous révoqués. M. Odilon Barrot
sortit du Conseil d'État, M. Alexandre de Laborde cessa d'être aide de
camp du Roi, M. le général Lamarque fut mis en disponibilité. Il fut
évident que le cabinet voulait fermement ce qu'il avait dit et que
partout il pouvait ce qu'il voulait.

Il était sévère à exiger des fonctionnaires l'exacte observation de
leurs devoirs, même quand aucun intérêt spécial et pressant ne semblait
en question. _Le Moniteur_ contint un jour[13] cet article: «Un préfet
s'étant présenté hier chez M. le ministre de l'intérieur, sans avoir
préalablement demandé la permission de se rendre à Paris, n'a pu obtenir
audience. A cette occasion, le ministre a décidé que tout préfet qui
s'absenterait de son département sans congé se mettrait dans le cas
d'être révoqué. Tous les fonctionnaires comprendront que, dans la
situation actuelle des affaires, c'est pour eux un devoir impérieux de
rester à leur poste.»

[Note 13: 30 mars 1831.]

A cette attentive surveillance de ses agents, à ce maniement énergique
de tous les instruments de pouvoir placés sous sa main, M. Casimir
Périer joignait un autre soin: il se préoccupait de l'état d'esprit du
public, et se servait fréquemment du _Moniteur_ pour communiquer avec
lui et lui faire connaître et comprendre son gouvernement. Là aussi il
se manifestait avec autorité, démentant les faux bruits, redressant les
idées fausses, expliquant et présentant sous leur vrai jour les actes du
cabinet. Ce n'était point de la polémique, mais le monologue assidu
d'un pouvoir sensé et ferme parlant tout haut devant le pays. Et quand
l'aveugle ou intraitable hostilité des partis ennemis et de leurs
journaux jetait M. Périer dans un doute triste sur l'efficacité de
ses commentaires officiels, il disait à ses amis: «Après tout, que
m'importe? j'ai _le Moniteur_ pour enregistrer mes actes, la tribune des
Chambres pour les expliquer, et l'avenir pour les juger.»

C'était beaucoup qu'une volonté si forte, maîtresse d'un pouvoir si
concentré et si reconnu dès ses premiers pas. Mais, dans l'état de la
France et pour l'oeuvre à accomplir, ce n'était pas assez. De toutes les
maladies, la pire c'est de ne pas connaître tout son mal. M. Casimir
Périer entreprenait, avec un bon sens et un courage admirables, de
lutter contre l'anarchie: l'anarchie était plus générale et plus
profonde que ne le pensaient et le parti qui se rangeait autour de lui
pour la combattre, et le pays qu'il se chargeait de lui arracher.

Dans les rues de Paris, au moment où il prit le pouvoir, l'émeute était
flagrante et continue. Du mois de mars du mois de juillet 1831, la place
Vendôme, la place du Châtelet, le Panthéon, les faubourgs Saint-Denis,
Saint-Martin, Saint-Antoine et Saint-Marceau, la rue Saint-Honoré, tous
les grands carrefours des quais et des boulevards furent le théâtre
de rassemblements populaires, quelquefois oisifs et bruyants, bientôt
ardents et séditieux. Les motifs les plus divers, sérieux ou frivoles,
un anniversaire révolutionnaire, un bruit de journaux, un arbre de la
liberté à planter, une prétention de marchands populaires, une querelle
devant la porte d'un café suffisaient pour amasser et passionner la
foule; et elle trouvait partout des points de réunion, des foyers
d'irritation, des moyens de divertissement. Plus de vingt mille petits
étalagistes, venus de toutes les parties de la France, obstruaient les
quais, les ponts, les places, les boulevards, les quartiers populeux
et les passages fréquentés: «Nous sommes libres, disaient-ils; le pavé
appartient à tout le monde; nous voulons nous établir où nous pouvons
vendre et vendre ce qui nous convient.» Les manifestations les plus
factieuses, les intentions les plus menaçantes se produisaient au milieu
de ces attroupements inopinés ou prémédités. Les cris _Vivent les
Polonais! Mort aux tyrans! A bas les Russes_! retentissaient autour
de l'ambassade de Russie. Dans un banquet fameux réuni le 9 mai aux
_Vendanges de Bourgogne_, l'un des convives se leva et s'écria en
brandissant un poignard: _A Louis-Philippe!_ Des bandes se promenaient
jour et nuit dans la ville en criant: _Vive la République_! Quand
la répression de ces désordres commençait, elle rencontrait presque
toujours une résistance dans laquelle l'autorité municipale et la garde
nationale n'étaient guère plus respectées que les agents de police et
les soldats; et quand, un jour ou sur un point, l'émeute avait été
réprimée, elle se portait ailleurs, ou recommençait le lendemain.

Comment aurait-elle reconnu sa faute ou sa défaite? Elle était
incessamment provoquée, encouragée, ranimée par de hardis patrons. Les
sociétés populaires, légalement interdites comme clubs, n'en étaient pas
moins actives ni moins influentes; soit de concert, soit par instinct,
elles s'étaient divisées et multipliées pour ne pas courir toutes
ensemble le même péril; mais sous leurs noms divers, les _Amis du
peuple_, les _Amis de la patrie_, les _Réclamants de Juillet_, les
_Francs régénérés,_ la _Société des condamnés politiques_, la _Société
des droits de l'homme_, la _Société Gauloise_, la _Société de la
liberté, de l'ordre et du progrès_, n'étaient en réalité qu'une seule et
même armée, animée du même esprit et marchant, sous la même impulsion,
au même but. Deux modes d'action plaisent aux hommes et s'emparent d'eux
avec puissance, le secret et la publicité, le silence et le bruit: les
sociétés populaires exerçaient, sur leurs membres et sur leur peuple,
cette double séduction; tantôt elles s'entouraient de précaution et de
mystère, agissant par des messagers obscurs, des rencontres nocturnes,
des signes convenus; tantôt elles se produisaient avec audace, par des
pétitions, des réunions accidentelles, des promenades publiques, des
pamphlets partout répandus; et elles avaient dans la presse périodique,
soit des organes dévoués à leur dessein spécial, soit des alliés engagés
dans leur cause générale. L'avènement de M. Casimir Périer amena, dans
la plupart des journaux de l'opposition, un redoublement de fureur et
d'injures dont on serait tenté de s'étonner si l'expérience ne nous
avait appris avec quelle rapidité, dans ce genre de guerre, l'injure
devient une routine et la fureur une habitude. J'ai connu, jeune encore,
Armand Carrel, homme d'un esprit rare et de nobles penchants, malgré des
habitudes et des entraînements inférieurs à sa nature, et j'ai peine
à croire qu'il ne sourît pas lui-même avec dédain s'il relisait
aujourd'hui ces articles où _le National_ et _la Tribune_ de 1831
comparaient M. Casimir Périer à M. de Polignac, et traitaient le
ministère du 13 mars de nouveau cabinet du 8 août qui préparait de
nouvelles ordonnances de juillet, et contre lequel la France, pour
sauver ses libertés, n'avait plus qu'à attendre l'occasion de prendre
les armes.

Les émeutes et les sociétés populaires de 1831 étaient autre chose
encore que de l'anarchie; elles couvaient et préparaient la guerre
civile. Sous cette effervescence révolutionnaire, trois grands partis
politiques, les républicains, les légitimistes et les bonapartistes,
étaient à l'oeuvre, ardents à renverser le gouvernement naissant, pour
élever ou relever sur ses ruines leur propre gouvernement.

Je dis trois grands partis, et je tiens ces trois-là pour grands en
effet, bien qu'inégalement. C'est la manie des pouvoirs établis tantôt
de grandir, tantôt d'abaisser outre mesure leurs rivaux, cédant tour à
tour au besoin d'alarmer ou de rassurer leurs partisans. On était loin
de se dissimuler en 1831 l'importance du parti républicain; elle faisait
la principale inquiétude du public tranquille, et le parti la proclamait
lui-même avec quelque emphase, parlant de la monarchie comme de la
dernière ombre du passé, et s'appropriant l'avenir, un avenir prochain,
comme son domaine. Pourtant on entendait beaucoup dire: «La république
est une chimère, le rêve de quelques honnêtes fous et des perturbateurs
déclarés.» Et quant aux partis légitimiste et bonapartiste, on les
tenait sinon pour morts, du moins pour impuissants, l'un comme l'armée
décimée d'un vieux régime suspect à la France, l'autre comme l'héritier
d'un grand souvenir, mais n'ayant plus, pour la sûreté des intérêts
nationaux, rien à offrir à la France satisfaite, et ne lui apportant que
les perspectives de la guerre européenne.

En 1831 comme aujourd'hui et aujourd'hui comme en 1831, malgré ses
fautes et ses revers, et tout en persistant à ne croire ni à son droit,
ni à son succès, je tiens le parti républicain pour un grand parti.
La république a, de nos jours, cette force qu'elle promet tout ce que
désirent les peuples, et cette faiblesse qu'elle ne saurait le donner.
C'est le gouvernement des grandes espérances et des grands mécomptes.
Liberté, égalité, ascendant du mérite personnel, progrès, économie,
satisfaction des bonnes et des mauvaises passions, des désirs
désintéressés et des instincts égoïstes, le régime républicain contient
toutes ces séductions, et il les place toutes sous la garantie d'un
prétendu principe bien séduisant lui-même, le droit égal de tous les
hommes à prendre part au gouvernement du pays. Aux yeux de la raison
sévère comme du bon sens pratique, le principe républicain ne supporte
pas un examen sérieux, et sa valeur, comme celle de toutes les formes de
gouvernement, dépend des lieux, des temps, de l'organisation sociale, de
l'état des esprits, d'une multitude de circonstances accidentelles et
variables. Mais par les vérités, les intérêts et les sentiments auxquels
il se rattache, ce principe est de nature à inspirer des convictions
profondes et passionnées. Le parti républicain a une foi: une foi que la
philosophie n'avoue point, que, parmi nous, l'expérience a cruellement
démentie, mais qui n'en reste pas moins fervente dans les adeptes et
qui peut être puissante un moment sur les masses populaires. La
France serait bien aveugle si elle permettait de nouveau que le parti
républicain disposât de ses destinées; mais tout gouvernement serait
bien aveugle son tour qui ne comprendrait pas l'importance de ce parti,
et ne prendrait pas soin, pour lui résister ou pour l'éclairer, de
compter sérieusement avec lui.

Le parti légitimiste aussi a une foi, un principe dont il lui est
souvent arrivé de dénaturer superstitieusement l'origine et la portée,
mais auquel il croit fermement et sincèrement. Il a de plus un sentiment
affectueux et dévoué pour un nom propre, pour des personnes réelles et
vivantes. Et de plus encore une situation sociale considérable, qui fait
de lui l'allié naturel, le défenseur efficace de l'ordre et du pouvoir.
Ce sont là d'incontestables et respectables forces. Le nombre peut
manquer à ce parti, et la sagesse, et la faveur publique; il peut se
rendre, par ses prétentions ou ses fautes, inutile à sa patrie et
nuisible à lui-même. Il n'en reste pas moins un grand parti qui, soit
qu'il agisse, soit qu'il s'abstienne, se fait sentir, comme un grand
poids ou comme un grand vide, dans la société et dans le gouvernement.

L'expérience a révélé la force du parti bonapartiste, ou, pour dire plus
vrai, du nom de Napoléon. C'est beaucoup d'être à la fois une gloire
nationale, une garantie révolutionnaire, et un principe d'autorité. Il y
a là de quoi survivre à de grandes fautes et à de longs revers.

L'anarchie de 1831 offrait aux conspirateurs de ces trois partis des
moyens d'action et des chances de succès. Ils s'en saisirent avidement.
Dans l'espace d'une année, et sans parler des tentatives insignifiantes,
quatre complots républicains, deux complots légitimistes et un complot
bonapartiste assaillirent le gouvernement du roi Louis Philippe. J'ai
dit sans réserve ce que je pensais des complots contre la Restauration;
je parlerai de ceux-ci avec la même liberté. Ils étaient parfaitement
illégitimes. Ils tentaient de renverser un gouvernement accueilli et
accepté avec satisfaction par l'immense majorité de la France; un
gouvernement modéré et libéral, qui avait tiré le pays d'un grand péril,
et qui, loin de les restreindre, étendait les libertés publiques, et se
renfermait scrupuleusement dans les limites de la loi commune. Et, au
terme de ces efforts de renversement, en leur supposant un moment
de succès, point de résultat clair, facile ni assuré; rien qu'un
redoublement de discordes civiles, des perplexités et des obscurités
de plus dans les destinées de la France. J'admets que des sentiments
généreux, des idées de devoir envers le passé ou envers l'avenir, se
mêlaient à ces complots; ils n'en étaient pas moins dénués de justice et
de vrai patriotisme, autant que d'esprit politique et de bon sens.

Je ne suis pas de ceux qui, lorsqu'une faute, un malheur ou un crime
sont des conséquences naturelles et faciles à prévoir des intérêts ou
des passions des hommes, s'y résignent comme au tremblement de terre ou
à la tempête, et ne s'inquiètent que de les décrire ou de les expliquer.
Je ne renonce pas ainsi à l'intelligence et à la moralité humaines, et
je suis décidé à ne pas considérer les âmes comme des forces brutes de
la nature. Qu'ils agissent pour leur pays, ou pour leur parti, ou pour
leur propre compte, les hommes ont une part de résolution et d'action
libre dans les destinées dont ils se mêlent, et ils en répondent devant
l'histoire, en attendant qu'ils en répondent devant Dieu. Que les
républicains, les légitimistes, les bonapartistes, blâmant son origine
ou n'ayant nulle foi dans sa durée, ne voulussent pas servir ni soutenir
le gouvernement du roi Louis-Philippe, qu'ils se tinssent à l'écart en
spectateurs méfiants et critiques, je le comprends; je puis admettre en
pareil cas l'abstention systématique et l'opposition légale; mais ni
la probité politique, ni le patriotisme ne permettent, pour de telles
causes, la conspiration ou l'insurrection. Je sais le peu de fond qu'il
faut faire sur les raisons de moralité ou de sagesse pour contenir dans
les limites du droit les passions des hommes; mais ce n'est là qu'un
motif de plus pour s'affranchir à leur égard de toute complaisance; si
on ne peut se flatter de les gouverner, au moins faut-il se donner la
satisfaction de les juger.

Dans un régime de légalité et de liberté, la répression judiciaire
est seule efficace contre les complots; il faut que les conspirateurs
redoutent la loi et ses interprètes. En 1831, la répression judiciaire
fut faible, incertaine, insuffisante. Du 5 avril au 15 juin, dans cinq
poursuites devant la Cour d'assises de Paris pour complot, insurrection
ou émeute, les accusés qui, loin de contester les faits, les
justifiaient par les intentions, ou même s'en vantaient, furent tous
acquittés par le jury intimidé ou favorable. Les magistrats, réduits à
l'impuissance par les déclarations du jury, ou troublés eux-mêmes par
la grandeur du désordre qu'ils étaient chargés de réprimer, laissaient
quelquefois percer une hésitation inquiète. Et lorsqu'ils essayaient de
protéger, contre des outrages flagrants, la dignité de la justice, ils
voyaient éclater autour d'eux des violences inouïes, et des accusés
sortaient en s'écriant: «Nous avons encore des balles dans nos
cartouches!»

Hors de l'arène où se passaient ces scènes tumultueuses, et au delà des
partis politiques qui se disputaient dans le présent le gouvernement
de la France, d'autres luttes encore étaient engagées; d'autres
réformateurs réclamaient l'empire de l'avenir. Ce fut en 1831 que le
saint-simonisme et le fouriérisme, depuis longtemps en travail, firent
leur plus bruyante apparition. Le journal _le Globe_, sorti depuis
quelque temps des mains des doctrinaires, se transforma alors en chaire
de l'école saint-simonienne, qui essayait de devenir une église; et un
habile officier du génie, M. Victor Considérant, commença, vers la même
époque, à Metz, ses conférences publiques pour répandre et mettre en
pratique les idées de Fourier. Si je n'avais connu quelques-uns des
hommes les plus distingués de ces deux écoles, et si je n'avais vu,
par leur exemple après bien d'autres, quelle infiniment petite dose
de vérité suffit pour conquérir des esprits rares, et pour leur faire
accepter les plus monstrueuses erreurs, j'aurais quelque peine à parler
sérieusement de tels rêves, et probablement je n'en parlerais pas du
tout. Au fond, le saint-simonisme et le fouriérisme n'ont été que des
phases naturelles de la grande crise morale, sociale et politique, qui
depuis le siècle dernier travaille la France et le monde, de courts
météores dans cette longue tempête. Frappés de quelques-unes des erreurs
de notre temps, surtout en matière d'institutions politiques, et
comprenant mieux que l'école radicale l'importance des principes
d'autorité, de discipline et de hiérarchie, Saint-Simon et Fourier se
crurent appelés à la fois à redresser la Révolution française et à la
porter jusqu'à ses dernières et définitives limites. Mais, avec des
prétentions à l'esprit d'organisation, ils étaient possédés de l'esprit
de révolution; et sous le manteau de quelques idées plus saines dans
l'ordre politique, ils jetaient dans l'ordre moral et social les
plus fausses comme les plus funestes doctrines. En même temps qu'ils
défendaient le pouvoir, ils déchaînaient l'homme et ruinaient dans
ses fondements la société humaine. Et, comme il arrive en pareil cas,
c'était par leur côté révolutionnaire qu'ils acquéraient quelque
puissance; leurs plus habiles adeptes faisaient profession de mépris
pour les maximes anarchiques dans le gouvernement; mais leurs doctrines
et leurs tendances générales ne faisaient qu'aggraver, dans les masses
populaires, la perturbation anarchique, en y fomentant les instincts qui
livrent l'homme à la soif jalouse du bien-être matériel et à l'égoïsme
de ses passions.

Un triste événement fit bientôt voir dans quel sens et avec quels effets
se déployait leur influence. En novembre 1831, la langueur des affaires
industrielles, les souffrances des ouvriers et les fausses mesures d'une
administration locale sans fermeté et sans lumières, quoiqu'elle ne
manquât ni d'esprit, ni de courage, amenèrent à Lyon une insurrection
formidable de la population ouvrière, demandant que l'autorité réglât
ses rapports avec les fabricants et lui assurât des salaires plus élevés
et plus fixes. Après deux jours d'une lutte sanglante, les troupes
furent obligées d'évacuer la ville, qui resta pendant dix jours au
pouvoir d'une multitude étonnée, embarrassée, effrayée de son triomphe,
et qui cherchait d'elle-même à rentrer dans l'ordre, ne sachant que
faire de l'anarchie où elle régnait. Tous les partis politiques, tous
les novateurs sociaux, toutes les passions, toutes les idées, tous les
rêves révolutionnaires, apparurent dans cette anarchie; quelques-uns des
chefs saint-simoniens ou fouriéristes étaient, peu auparavant, venus
en mission à Lyon pour y prêcher leurs doctrines, au nom desquelles
s'étaient déjà formées, dans ce grand foyer industriel, diverses
associations populaires. Des meneurs républicains, des agents
légitimistes, les sociétés secrètes et les conspirateurs de profession
essayèrent de détourner à leur profit ce redoutable mouvement. La
plupart des ouvriers se défendaient de ce travail des factions, et
voulaient contenir leur insurrection dans les limites de leur propre
et local intérêt. Ils écrivirent au principal journal de Lyon, _le
Précurseur_: «Monsieur le rédacteur, nous devons expliquer que, dans les
événements qui viennent d'avoir lieu à Lyon, des insinuations politiques
et séditieuses n'ont eu aucune influence. Nous sommes entièrement
dévoués à Louis-Philippe, roi des Français, et à la Charte
constitutionnelle; nous sommes animés des sentiments les plus purs, les
plus fervents, pour la liberté publique, la prospérité de la France,
et nous détestons toutes les factions qui tenteraient de leur porter
atteinte.» Mais, de l'une et de l'autre part, les efforts furent
vains: les ouvriers ne réussirent pas à empêcher que les conspirateurs
politiques n'imprimassent à l'insurrection un caractère de révolte
révolutionnaire, et les conspirateurs échouèrent à lancer violemment
les ouvriers vers une révolution. L'anarchie, avec ses principes et
ses acteurs divers, prévalut seule à Lyon, à la fois maîtresse et
impuissante.

Trois mois après, sous des prétextes bien plus frivoles, pour des scènes
de carnaval, Grenoble fut le théâtre de violents désordres. L'autorité
administrative fut méconnue et insultée. L'intervention de la force
armée aggrava le mal au lieu de le réprimer. Le parti républicain, assez
nombreux à Grenoble, s'arma aussitôt et entra en scène. Des rencontres
sanglantes eurent lieu entre les soldats et les citoyens; et sur l'ordre
même des chefs militaires, troublés par le soulèvement de la population
exaspérée, le 35e régiment d'infanterie de ligne, qui avait soutenu la
lutte, fut renvoyé de la ville, humilié sans avoir été vaincu.

Sur un grand nombre d'autres points du territoire, et pour des causes le
plus souvent puériles, à Strasbourg, à Tours, à Toulouse, à Montpellier,
à Carcassonne, à Nîmes, à Marseille, des troubles semblables éclatèrent.
Et ce n'était pas seulement parmi le peuple que régnait l'esprit de
désordre, il pénétrait jusque dans l'armée. A Tarascon, des soldats
refusaient d'obéir à l'autorité municipale qui voulait empêcher la
plantation tumultueuse d'un arbre de la liberté, et un de leurs
officiers déclarait que, malgré l'ordre du magistrat, il ne ferait pas
sortir de prison des détenus qui devaient être interrogés. Quand le
moment vint de distribuer la décoration instituée par la loi du 13
décembre 1830, sous le nom de _croix de Juillet_, en mémoire de la lutte
des trois journées, la plupart de ceux à qui la commission de Paris
l'avait décernée refusèrent de la recevoir avec la légende: _Donnée par
le roi des Français_, et en prêtant au Roi serment de fidélité. Dans
l'école de cavalerie de Saumur, un sous-lieutenant prit la décoration
sans en avoir reçu de ses chefs l'autorisation, et en soutenant qu'il
n'en avait nul besoin. D'autres la portèrent sans avoir prêté serment.
L'un d'entre eux fut poursuivi à ce titre et acquitté par le jury.
L'autorité renonça à toute poursuite semblable. Et pendant que les
vainqueurs de Juillet bravaient ainsi arrogamment les droits et les
ordres du gouvernement issu de leur victoire, les vaincus préparaient,
dans le Midi et dans l'Ouest, une grande insurrection légitimiste,
n'attendant que l'arrivée de madame la duchesse de Berry pour éclater.

Je résume et rapproche ici tous les éléments d'anarchie avec lesquels M.
Casimir Périer était aux prises. Ils ne se présentaient pas ainsi à lui
tous ensemble et avec tous leurs périls. Il n'en avait pas moins un
instinct profond de la grandeur de la lutte, et il s'y engageait avec
plus de fermeté que de confiance. Il n'y a point de plus beau ni de plus
rare courage que celui qui se déploie et persiste sans compter sur
le succès. Hardi avec doute, et presque avec tristesse, c'était la
disposition de M. Casimir Périer d'espérer peu en entreprenant beaucoup.
Il suppléait à l'espérance par la passion et par une inébranlable
conviction de l'absolue nécessité du combat. Rétablir l'ordre dans les
rues, dans l'État, dans le gouvernement, dans les finances, au dedans
et au dehors, c'était là pour lui une idée simple et fixe dont il
poursuivait l'accomplissement avec une persévérance ardente et pressée,
comme on travaille contre l'inondation ou l'incendie. L'émeute, sans
cesse renaissante autour de lui, l'indignait sans le lasser. Il
employait pour la combattre toutes les forces permanentes ou
accidentelles, organisées ou spontanées, que la société chancelante
pouvait lui fournir, la troupe de ligne, la garde municipale, la garde
nationale, les agents de police, les ouvriers honnêtes que le désordre
des rues irritait en les troublant dans leur travail. Et quand il avait
mis en avant ces auxiliaires divers, il les soutenait énergiquement
contre les colères ou les plaintes ennemies, n'ignorant pas qu'en
servant bien le zèle fait des fautes, et n'hésitant jamais à en accepter
la responsabilité.

Un jour, dans l'une des plus violentes émotions populaires de ce temps,
suscitée par la nouvelle de la chute de Varsovie, il se trouva tout à
coup, de sa personne, en face des séditieux. Il sortait, avec le général
Sébastiani, de l'hôtel des Affaires étrangères: la foule entoura la
voiture, en l'assaillant de cris menaçants; M. Casimir Périer mit la
tête à la portière, et, en adressant aux plus rapprochés quelques
paroles, ordonna au cocher d'avancer. La voiture arriva, non sans peine,
sur la place Vendôme, près de l'hôtel de la Chancellerie; là, il fut
impossible d'aller plus loin; la foule avait arrêté les chevaux. Les
deux ministres ouvrent la portière, descendent et s'avancent à pied
vers la foule qui se replie et recule un peu à leur aspect. Le général
Sébastiani, l'air tranquille et froid, montre de la main aux émeutiers
l'hôtel voisin de l'état-major de la garnison et les soldats du poste
qui prennent les armes pour accourir. M. Casimir Périer marche sur les
plus animés:--«Que voulez-vous?--Vive la Pologne! Nous voulons nos
libertés!--Vous les avez; qu'en faites-vous? Vous venez ici m'insulter
et me menacer, moi, le représentant de la loi qui vous protège tous!»
Son fier aspect, ses fermes paroles, suspendirent un moment les cris;
le poste arriva, et les deux ministres entrèrent à l'hôtel de la
Chancellerie, laissant la multitude troublée dans son irritation.

C'était peu de réprimer de tels désordres quand ils avaient éclaté, il
fallait absolument les prévenir; à cette condition seule la société
pouvait retrouver la confiance dans le repos. M. Périer se désespérait
de l'insuffisance de ses moyens et de ses agents. Il avait dans sa
clientèle commerciale un homme remarquablement intelligent et hardi,
longtemps employé, ensuite associé dans sa maison de banque, et naguère
mêlé à des affaires administratives, quoique étranger à la politique.
Il fit venir M. Gisquet: «Je suis mal secondé; mes intentions sont mal
comprises, mes ordres ne sont pas exécutés avec la promptitude et la
précision sans lesquelles des ordres ne signifient rien. Tout le monde
se mêle de faire de la police; on en fait au château, on en fait dans
les ministères, on en fait dans les états-majors; on en fait partout.
C'est intolérable; il faut que toutes ces polices cessent et que la
mienne soit efficace. M. Vivien a de bonnes qualités; mais j'ai besoin
d'un préfet de police qui s'associe avec plus de conviction et plus
d'affection à ma politique. M. Vivien rentre au Conseil d'État. Je l'ai
remplacé par M. Saulnier. Je désire que vous acceptiez les fonctions de
secrétaire général. J'ai prévenu M. Saulnier que c'était sur vous que je
comptais pour les affaires politiques. C'est vous qui êtes mon homme.
Voyez de quels pouvoirs vous avez besoin pour me bien seconder; je vous
les donnerai.» M. Gisquet accepta; et trois mois après il était préfet
de police en titre, et servait M. Casimir Périer avec un énergique
dévouement.

Dès les premiers jours de son ministère, M. Casimir Périer s'était
vivement préoccupé d'une autre mesure qu'il jugeait indispensable
pour la dignité extérieure et quotidienne du pouvoir. Le 20 mars, _le
Moniteur_ annonça que le Roi irait habiter les Tuileries. Tant que le
palais des rois restait vide, il semblait appartenir à ses anciens
maîtres, ou à la Révolution qui les en avait chassés. Il fallait que
la royauté nouvelle vînt prendre la place de ces deux souvenirs. Le
Palais-Royal d'ailleurs était le quartier général de la multitude et de
l'émeute; la sûreté manquait souvent à cette demeure de la royauté, et
la convenance toujours. M. Casimir Périer demanda formellement que le
Roi s'établît aux Tuileries. On a dit que le Roi avait résisté, hésité
du moins. Je ne le pense pas. Des sentiments divers se mêlèrent sans
doute à cette résolution. Le roi Louis-Philippe, très-sensible aux
affections et aux habitudes domestiques, mettait du prix aux souvenirs
de sa jeunesse et de ses pères; il lui en coûtait de quitter leur
maison. Il n'entrait pas non plus sans une émotion triste dans ce
palais où les aînés de sa famille avaient si longtemps régné et si
douloureusement succombé. Il était d'un coeur aisément remué et
très-accessible aux impressions confuses que suscitaient naturellement
en lui les complications de sa destinée. Mais il avait l'esprit trop
sensé et trop ferme pour ne pas admettre la nécessité de la démarche
que lui demandait son cabinet. Ce fut M. Casimir Périer qui en
prit l'initiative; le roi Louis-Philippe ne pouvait s'en défendre
sérieusement.

Elle devint bientôt pour lui l'occasion d'un embarras qui fit quelque
bruit. A peine établi aux Tuileries, le Roi s'aperçut que, sinon
l'émeute, du moins l'insulte venait encore l'y chercher. En traversant
le jardin, surtout le soir, à la faveur de l'obscurité, de grossiers
passants, sous les fenêtres des appartements du Roi, de la reine et
des princesses, poussaient des cris injurieux, chantaient des chansons
infâmes. Pour y mettre efficacement obstacle, il eût fallu que des
sentinelles se promenassent incessamment le long du château et fissent
sous ses murs des arrestations. Le Roi ordonna qu'en laissant libre le
passage du Pont-Royal à la rue de Rivoli, on réservât, en l'entourant
d'un fossé planté de lilas, une bande de terrain qui éloignât les
passants des fenêtres mêmes du château. Les journaux ennemis se
répandirent en clameurs accueillies de tous les mécontents; on
fortifiait les Tuileries, on enlevait le jardin au public. Le public, si
aisément crédule, semblait disposé à prendre de l'humeur. M. Périer m'en
témoigna quelque inquiétude. Comme j'allais un soir faire ma cour à la
reine, le Roi m'en parla vivement: «Je n'enlève rien à personne; tout
le monde traverse les Tuileries comme auparavant; je ne défigure ni le
château, ni le jardin; ceci n'est point, de ma part, une fantaisie;
mais je ne puis souffrir que des bandits viennent, sous mes fenêtres,
assaillir ma femme et mes filles de leurs indignes propos. J'ai bien le
droit d'éloigner de ma famille ces outrages.» M. Périer n'eut pas besoin
d'y penser deux fois pour être de l'avis du Roi; il le soutint hautement
de son approbation, et l'innocent travail entrepris le long du château
s'acheva sans obstacle, laissant pourtant, parmi les badauds, quelque
prévention, et, dans le coeur du Roi, un déplaisant souvenir.

Dans les départements, M. Casimir Périer déployait la même fermeté qu'à
Paris, non-seulement pour réprimer partout la sédition et le désordre,
mais pour protéger efficacement les intérêts publics ou privés que le
désordre mettait en souffrance. Lorsqu'en novembre 1831, sur la première
nouvelle de la grande insurrection des ouvriers, il envoya M. le duc
d'Orléans et le maréchal Soult à Lyon, il les chargea, non-seulement de
reprendre possession de la ville et du pouvoir envahis par les insurgés,
mais aussi de rétablir, entre les fabricants, les chefs d'atelier et les
ouvriers, l'entière liberté des transactions, condition absolue, aussi
bien pour le travail que pour le capital, de la sûreté comme de la
prospérité, dans la mesure que permettent les misères naturelles de
la vie et de la société humaines. En mars 1832, quand la faiblesse de
l'autorité militaire eut consenti, au milieu d'une sédition, à faire
sortir de Grenoble le régiment qui l'avait combattue, M. Périer, après
avoir fait révoquer les commandants qui avaient faibli, exigea que ce
régiment rentrât dans la ville, musique et enseignes déployées, et une
proclamation du ministre de la guerre rendit aux troupes pleine justice,
et à la force publique son ascendant. Nul administrateur, nul chef civil
ou militaire ne put être impunément faible ou indiscipliné; la présence
réelle et la volonté sérieuse du pouvoir se faisaient incessamment
sentir à ses agents, comme par ses agents aux populations. _Le Moniteur_
s'empressait d'exprimer le jugement et d'expliquer la conduite du
cabinet dans les divers incidents qui avaient appelé son action. Et
quand ces incidents amenaient dans les Chambres de grands débats, M.
Casimir Périer soutenait avec une indomptable énergie ses actes et
ses agents, repoussant tout assentiment équivoque de ses amis, toute
critique voilée de ses adversaires, et s'écriant avec une colère
douloureuse, quand l'opposition parlait d'indulgence: «Je n'accepte pas
votre indulgence; je ne demande que justice et l'estime de mon pays.»

Par un rare et beau contraste, en même temps qu'il y portait cette
passion ardente, M. Casimir Périer était plein de modération et de
prudence dans l'exercice du pouvoir. Ce ministre si bouillant et si
altier s'imposait une légalité rigoureuse; il faisait plus, il n'usait
des lois mêmes qu'avec réserve et ne voulait pas pousser leur force à
l'extrême. Lorsqu'au mois de mai 1831, il envoya dans les départements
de l'ouest, où des troubles commençaient, le lieutenant général Bonnet
avec le titre de commissaire extraordinaire, il se garda bien de lui
donner aucun pouvoir exceptionnel, et prit soin d'expliquer, dans son
_Rapport au Roi_, la nature parfaitement légale de cette mission,
qui n'avait d'autre but que de concentrer dans une seule main le
commandement des forces publiques pour assurer l'unité et la promptitude
de leur action. Quelques mois plus tard, de nouveaux désordres s'étaient
produits dans ces départements; les campagnes s'agitaient, les villes
s'alarmaient; les députés du pays, en entretenant la Chambre de ces
agitations et de ces alarmes, réclamaient des lois d'exception, des
mesures de rigueur; M. Casimir Périer s'y refusa péremptoirement: «Je
résiste à ces provocations, dit-il, convaincu, comme je le suis, que,
dans le régime actuel, la loi commune doit suffire à tout. Paris aussi
a vu des troubles interrompre sa tranquillité; qui donc aurait songé à
provoquer un état de siège? Il n'en est pas besoin davantage dans ces
provinces. L'ordre en Vendée par le maintien des lois, la paix en Europe
par le respect de la foi jurée, voilà de quoi répondre à beaucoup
de reproches, calmer beaucoup d'inquiétudes, rallier beaucoup de
convictions.»

En avril 1831, peu de semaines après l'avènement de M. Casimir Périer au
pouvoir, et pendant que l'émeute roulait et grondait dans les rues comme
le tonnerre dans un long orage, la reine Hortense arriva tout à coup à
Paris avec son fils, le prince Louis Bonaparte. Elle fuyait d'Italie où
elle venait de perdre l'aîné de ses enfants et d'où elle avait emmené, à
grand'peine, le second encore malade. Dès son arrivée, elle s'adressa
au comte d'Houdetot, aide de camp du Roi, qu'elle connaissait depuis
longtemps, en le priant d'informer le Roi de sa situation et des
circonstances qui l'avaient amenée à Paris. Le Roi la reçut secrètement
au Palais-Royal, dans la petite chambre qu'occupait le comte d'Houdetot,
et où la Reine et madame Adélaïde, appelées l'une après l'autre par
ordre du Roi, vinrent également la voir. L'entrevue fut longue, quoique
peu commode; il n'y avait dans la chambre qu'un lit, une table et deux
chaises; la Reine et la reine Hortense étaient assises sur le lit, le
Roi et madame Adélaïde sur les deux chaises; le comte d'Houdetot était
appuyé contre la porte, pour empêcher toute entrée indiscrète. Le Roi et
la Reine témoignèrent à la reine Hortense le plus bienveillant intérêt.
Elle désirait être autorisée à rentrer en France, à venir du moins aux
eaux de Vichy: «Vichy, oui, lui dit le Roi, pour votre santé; on le
trouvera tout naturel; et puis vous prolongerez votre séjour, ou vous
reviendrez; on s'accoutume vite à tout dans ce pays-ci; on oublie vite
tout.» Elle demandait aussi à suivre, auprès du gouvernement, des
réclamations pécuniaires. Le Roi lui promit tout l'appui qui serait en
son pouvoir: «Mais je suis un roi constitutionnel; il faut que j'informe
mon ministre de votre arrivée et de vos désirs.» Il s'en entretint
en effet avec M. Casimir Périer, avec lui seul dans le ministère,
et l'envoya ensuite à la reine Hortense, qui ne le reçut pas sans
inquiétude: «Je sais, Monsieur, lui dit-elle en le voyant entrer, que
j'ai violé une loi; vous avez le droit de me faire arrêter; ce serait
juste.--Légal, oui, madame; juste, non,» lui répondit M. Périer, et
après s'être entretenu quelques moments avec elle, il lui offrit les
secours dont elle pourrait avoir besoin, et qu'elle refusa. Cependant
les émeutes continuaient et se rapprochaient de la rue de la Paix, où
était logée la reine fugitive; le 5 mai, la colonne de la place Vendôme
en devint le centre; des cris de _Vive l'Empereur!_ retentirent; le
bruit courut que le prince Louis avait été vu sur la place. M. Casimir
Périer vint dire à la reine Hortense que son séjour ne pouvait se
prolonger. Elle partit avec son fils pour l'Angleterre, ignorée du
public et toujours protégée du roi que ses amis travaillaient à
renverser. Elle reçut plus tard, par l'entremise de M. de Talleyrand,
des passe-ports pour traverser la France et se rendre, par cette voie;
en Suisse, où elle voulait s'établir.

Quelques jours avant cet incident, le 8 avril 1831, le Roi, sur la
proposition de M. Casimir Périer, avait ordonné que la statue de
l'empereur Napoléon fût rétablie sur la colonne de la place Vendôme; et
peu de mois après, le 13 septembre, la Chambre des députés renvoya au
président du Conseil des pétitions qui demandaient que les cendres de
l'Empereur fussent réclamées de l'Angleterre et placées sous la colonne.
Un jeune et ardent opposant sous la Restauration, M. Charles Comte, et
un vétéran libéral de l'Assemblée constituante, M. Charles de Lameth,
appuyèrent presque seuls l'ordre du jour que proposait la commission:
«Il est vrai, dit M. de Lameth, que Napoléon a comprimé l'anarchie;
mais il ne serait pas nécessaire que ses cendres vinssent l'augmenter
aujourd'hui.» Le cabinet ne prit aucune part à la discussion et accepta
silencieusement le renvoi.

Ainsi commença, sous le ministère de M. Casimir Périer, cette série
d'actes par lesquels le roi Louis-Philippe et son gouvernement ont,
pendant dix-huit ans et en dépit des complots, témoigné pour le nom, la
mémoire et la famille de l'empereur Napoléon, tant d'égards et de soins.
Beaucoup de bons esprits sont convaincus que ce fut là, de leur part,
une faute grave, du moins une grande imprudence. J'incline moi-même à
penser qu'une complaisance si éclatante du gouvernement constitutionnel
de 1830 pour un souvenir national et un sentiment populaire peu en
harmonie avec sa libérale et pacifique politique allait au delà de la
nécessité, je dirai presque de la convenance; et si je croyais que
cette complaisance a exercé sur les destinées de ce régime une grande
influence, je n'hésiterais pas, même aujourd'hui, à en exprimer mon
blâme et mon regret. Mais je ne pense pas que ni la statue de Napoléon à
la place Vendôme, ni ses restes aux Invalides aient fait la chute du roi
Louis-Philippe et de la Charte: de bien autres causes, les unes bien
plus directes, les autres bien plus profondes, ont déterminé les
événements de 1848. Et aujourd'hui je prends plaisir à retrouver, dans
les actes du gouvernement de 1830, cette générosité de sentiments, cette
largeur de vues qui lui persuadaient qu'il pouvait sans péril rendre
hommage à toute notre histoire, ancienne ou contemporaine, et relever
indistinctement dans nos rues, sur nos places, aux Invalides comme à
Versailles, toutes les gloires de la France, en même temps qu'il fondait
ses libertés. Il y a là aussi une gloire que le roi Louis-Philippe et
son gouvernement ont noblement acquise, et qui leur reste dans leurs
revers.

Aux violents débats que suscitaient ces divers incidents se joignaient
les discussions plus prévues et plus tranquilles qu'amenaient, soit
les propositions nées au sein des Chambres, soit les projets de loi
présentés par le gouvernement; sur soixante et dix-huit projets de loi
que présenta, dans sa courte durée, le cabinet du 13 mars 1831, seize
avaient pour objet l'accomplissement de quelques-unes des promesses de
la Charte, ou d'importantes réformes politiques ou administratives. M.
Casimir Périer prenait en général, à la préparation et à la discussion
de ces projets, moins de part qu'aux débats sur les événements et la
politique de circonstance: homme d'action surtout et formé par la lutte
bien plus que par l'étude, il avait l'esprit peu exercé à l'examen des
questions de principe et au travail de la législation; il pressentait
avec un grand instinct la valeur pratique d'une idée générale dans
l'intérêt de l'ordre social et du gouvernement; mais, lorsqu'il fallait
la rattacher à son principe et la suivre dans ses développements
historiques ou logiques, il laissait à d'autres ce rôle, ne s'y sentant
pas lui-même très-propre. C'est ce qui arriva en particulier dans deux
des plus grandes questions que le cabinet du 13 mars eût à résoudre,
la liste civile et l'hérédité de la pairie: l'acte de gouvernement,
c'est-à-dire la résolution adoptée dans ces deux circonstances par le
cabinet, fut bien le fait de M. Casimir Périer et le résultat de son
jugement sur ce qui était pratiquement convenable et possible; mais il
ne chercha à tenir et ne tint en effet que peu de place dans le débat.

A propos de la liste civile, le débat fut médiocre et nullement au
niveau de la grandeur de la question et de la situation au milieu de
laquelle elle se traitait. L'indépendance et l'intelligence politiques y
manquèrent presque également. Je n'ai guère rencontré dans l'histoire
de fausseté comparable à celle des suppositions et des imputations,
sérieuses ou frivoles, habiles ou grossières, dont, à cette occasion et
en dehors des Chambres, le roi Louis-Philippe fut l'objet. Pas plus en
fait d'argent qu'en fait de pouvoir, ce prince n'avait des prétentions
excessives ni des besoins déréglés; accoutumé à vivre dans des habitudes
d'ordre et de prévoyance, il ne s'étonnait point des moeurs bourgeoises
de son temps, et n'avait nulle envie de les choquer par son luxe et sa
prodigalité: «Je n'ai, me disait-il un jour, ni maîtresse, ni favori; je
n'aime ni la guerre, ni le jeu, ni la chasse; on dit que j'ai trop de
goût pour les constructions, mais le Trésor n'en souffre pas plus que la
morale.» Son seul tort, si, après la révolution du 24 février 1848 et
les décrets du 23 janvier 1852, il est permis d'appeler cela un tort,
c'était d'être trop inquiet de l'avenir de ses enfants et de le
témoigner trop vivement. Il s'inquiétait aussi outre mesure de toutes
les exigences qui assiègent la royauté et de l'impossibilité où il
serait d'y suffire, en même temps qu'il était bien décidé à s'en
acquitter. Mais ses inquiétudes, manifestées avec abandon dans ses
entretiens, n'étaient point la règle de ses prétentions. La liste
civile, présentée le 4 octobre 1831 par son cabinet, était plutôt
modeste qu'ambitieuse; la Couronne y renonçait à plusieurs des domaines
qu'elle avait possédés jusque-là; le chiffre de la somme annuelle qui
lui devait être allouée avait été laissé en blanc, évidemment destiné
à rester au-dessous de celui que, peu de mois auparavant, M. Laffitte
avait proposé. Qu'on discutât les propositions nouvelles, quoique les
plus modérées qui eussent jamais été faites en pareille matière, rien de
plus simple; mais, à coup sûr, il n'y avait pas de quoi se récrier. De
son côté, l'immense majorité de la Chambre des députés n'avait,
envers le roi Louis-Philippe et son établissement monarchique, aucune
disposition malveillante; on voulait sincèrement au contraire le bien
traiter, le fortifier, l'affermir. On désirait que la royauté fût
hospitalière, généreuse, qu'elle eût de l'éclat. Et pourtant on disputa,
on marchanda avec elle comme avec un entrepreneur avide et rusé dont les
demandes sont suspectes et dont on s'applique à réduire les bénéfices.
Et ce ne fut pas là l'attitude de la seule opposition, mais, aussi celle
de la plupart des amis du gouvernement, des hommes mêmes qui se disaient
et se croyaient bien résolus à donner à la royauté tout ce qu'exigeait
sa mission. À leur insu, ils étaient troublés par les assertions et
intimidés par les attaques du dehors; ils avaient peur d'être taxés de
prodigalité ou de faiblesse. Et le cabinet lui-même avait quelquefois
l'air embarrassé, comme s'il eût demandé plus qu'il n'avait droit ou
chance d'obtenir.

C'est que, dans tout le cours de ce débat, la vraie, la grande question,
je ne dis pas seulement de principe, mais de circonstance, la question
politique fut oubliée et disparut sous la question économique qui
préoccupa seule les esprits. L'idée du gouvernement à bon marché était
l'idée dominante, souveraine. On agissait, on parlait comme si l'on eût
été en présence d'une royauté ancienne, puissante et riche, qu'il fût
nécessaire et difficile de faire rentrer dans les voies de l'ordre et de
l'économie; ou bien comme si l'on n'eût eu à pourvoir qu'à la situation
fugitive du premier magistrat d'une république, sorti hier de la vie
commune et destiné à y rentrer demain. On avait un bien autre problème à
résoudre; on voulait une monarchie, et on la voulait parce qu'elle était
nécessaire aux libertés du pays comme à son repos. Elle s'élevait au
milieu des ruines. L'intérêt impérieux, pressant, c'était de la fonder;
et pour la fonder, il fallait lui donner, dès l'abord, tous les moyens,
tous les gages possibles de stabilité. La perpétuité de la dotation
immobilière de la Couronne, la forte et assurée constitution de la
famille royale, la démonstration éclatante de la confiance du pays
dans son oeuvre et de sa ferme résolution de la léguer aux générations
futures, c'étaient là les idées, les intentions qui devaient dominer
les législateurs et régler leurs actes comme leur langage. Ils s'en
préoccupèrent peu, et au moment même où ils prétendaient fonder une
monarchie, ils lui contestèrent les éléments comme les signes de la
solide et longue durée. La dotation immobilière de la Couronne devint
viagère, comme la liste civile proprement dite. Les apanages furent
abolis. Des dotations ne furent promises aux princes de la famille
royale qu'éventuellement et dans le cas où il serait prouvé que le
domaine privé du Roi ne pouvait suffire à leur sort. Deux discours, l'un
de M. Casimir Périer, l'autre de M. de Montalivet, ne réussirent pas à
modifier l'état des esprits et le caractère de la discussion. La loi de
la liste civile fut examinée et votée à peu près comme si nous n'avions
eu qu'à débattre et à régler le prix d'une machine destinée à devenir,
pour quelque temps, le gouvernement. J'incline à croire que cette loi
pourvoyait suffisamment aux besoins matériels de la royauté; il n'en est
pas moins certain que la royauté sortit affaiblie du débat.

L'hérédité de la pairie était une question perdue avant d'être discutée.
La clameur démocratique la repoussait absolument; et parmi les nouveaux
conservateurs eux-mêmes, la plupart s'associaient à cette répulsion,
par conviction réelle, ou par entraînement, ou par faiblesse. Le parti
monarchique bourgeois, qui venait de triompher en juillet 1830, avait là
une occasion éclatante de consolider et d'élever sa victoire en rompant
décidément avec les traditions révolutionnaires et en pacifiant les
classes supérieures du pays. Que, dans une monarchie représentative,
une chambre héréditaire soit une garantie à la fois de stabilité et de
liberté, une école de gouvernement légal et d'opposition tempérée,
c'est une vérité que la raison pressent, que l'expérience démontre,
qu'admettaient, avant 1830, presque tous les amis éclairés de la
monarchie constitutionnelle, et dont les partisans de la république
démocratique ont seuls le droit de ne tenir nul compte, puisqu'ils ne
veulent pas de la monarchie. Les grands pouvoirs politiques ne naissent
qu'à deux sources, l'élection ou l'hérédité; hors de là, il n'y a que
des magistratures. La monarchie représentative peut combiner et faire
agir ensemble ces deux principes: c'est surtout par là, et à ce prix,
qu'elle est un gouvernement excellent, qui donne à tous les intérêts
sociaux, aux intérêts civils comme aux intérêts politiques, à la famille
comme à l'État, à la liberté comme au pouvoir, les meilleurs gages de
force et de sécurité.

L'aversion du principe de l'hérédité est l'un des sentiments les plus
vifs des fauteurs, sincères ou pervers, de révolutions. Aversion bien
naturelle, car le changement et le nivellement étant les deux passions
permanentes de l'esprit révolutionnaire, l'hérédité, partout où il la
rencontre, est le premier obstacle qu'il ait à renverser. Mais pour se
satisfaire à ce prix, l'esprit révolutionnaire méconnaît et viole la
règle fondamentale de toute bonne organisation politique, qui est
de mettre les lois que font les hommes en harmonie avec les lois
providentielles que Dieu a établies sur les sociétés humaines, et
d'assurer, à chacun des grands principes qui gouvernent le monde, sa
part dans le gouvernement des nations. Or l'hérédité est évidemment l'un
de ces principes; elle joue, dans la vie sociale de l'humanité, un rôle
si important que tout État qui ne sait pas, sous telle ou telle forme,
par telle ou telle institution, en tenir suffisamment compte, demeure
incomplètement constitué, et porte dans son sein des germes de désordre
et de fragilité qui ne manquent jamais de se développer.

A part même les considérations générales d'organisation politique, la
France avait, dans cette question, un intérêt de circonstance impérieux
et pressant. Partout, et notamment dans les classes naturellement
appelées à l'activité politique, notre société a surtout besoin
aujourd'hui de pacification et d'accord. Tant que l'ancienne noblesse
française et la bourgeoisie française s'obstineront à demeurer jalouses
et désunies, au lieu de se résigner à être puissantes ensemble, nous
aurons la révolution en permanence, c'est-à-dire l'anarchie et le
despotisme tour à tour, au lieu de la stabilité et de la liberté à la
fois. Or cette pacification des classes longtemps rivales ne peut se
faire que dans la vie publique commune et au sein du gouvernement; il
faut qu'elles se rencontrent là tous les jours, qu'elles y exercent les
mêmes droits et y défendent les mêmes intérêts, sous le poids de la
même responsabilité devant le pays. Que les anciennes et les nouvelles
influences sociales, que des gentilshommes et des bourgeois se mêlent
dans la Chambre héréditaire comme dans la Chambre élective, un peu plus
tôt ou un peu plus tard la paix s'y fera entre eux, et la paix entre
eux, c'est la fin de la révolution. En 1814 la Charte avait commencé
cette oeuvre; en 1830, le nouveau parti monarchique, vainqueur dans la
lutte, pouvait l'accomplir; il pouvait, avec dignité et sans péril,
offrir à l'ancien parti monarchique, dans la Chambre héréditaire, une
situation que, dignement aussi, celui-ci pouvait accepter. Ils auraient
grandi l'un et l'autre dans ce rapprochement pratique et progressif,
fait sans condition et sans bruit.

L'esprit révolutionnaire et l'esprit démocratique n'ont pas souffert
ce beau résultat; ils ont étouffé, au sein des classes moyennes
victorieuses en 1830, ces grands instincts d'ordre et de gouvernement
qui, dans les grandes circonstances politiques, sont le bon sens
pratique et efficace; et au moment même où la pacification des deux
éléments du parti monarchique pouvait faire un pas décisif, la
séparation et l'irritation se sont aggravées entre eux.

Un fait mérite peut-être d'être remarqué. Nous siégions dans la
Chambre des députés, M. Royer-Collard, M. Thiers et moi, tous trois
représentants, avec des principes et à des degrés divers, du régime
monarchique constitutionnel, et tous trois bourgeois. Nous soutînmes
tous trois l'hérédité de la pairie, également convaincus tous trois
de son importance pour le succès du gouvernement que nous tentions de
fonder.

Pouvait-elle être sauvée? J'en doute. Non que le courant démocratique
fût insurmontable; il était bien moins fort en réalité qu'en apparence;
mais les moyens d'y résister étaient très-faibles. La discussion fut
favorable à l'hérédité. Au moment du vote sur l'amendement qui proposait
de la maintenir, le général Bugeaud me dit: «C'est dommage que ceci
finisse sitôt; vous n'aviez pas vingt voix au commencement de ce débat;
vous en aurez davantage.» Le principe de l'hérédité eut quatre-vingt-six
voix contre deux cent six, et celle du général Bugeaud en était une.

La situation de M. Casimir Périer dans cette question fut amère: il
était partisan de l'hérédité de la pairie; il le proclamait hautement,
et il en proposait l'abolition. Personne n'est en droit de le lui
reprocher, car personne n'osa lui conseiller d'agir autrement. Nous
étions à l'aise, mes amis et moi, pour soutenir l'hérédité dans la
discussion; nous n'étions pas chargés de résoudre la question; mais nul
d'entre nous ne se hasarda à nier la nécessité que M. Casimir Périer
consentait à subir. Ce fut, au milieu de ses succès contre l'anarchie,
la part de mauvaise fortune de ce grand citoyen qu'emporté par l'urgence
de la résistance matérielle, il fut en même temps entraîné, en matière
d'institutions et de lois politiques, à de fâcheuses concessions. Il en
éprouvait un profond chagrin, car son esprit, qui s'élevait de jour en
jour au-dessus même de sa situation, sentait fortement la nécessité
d'une politique conséquente, qui rétablît l'ordre par les institutions
permanentes de l'État comme par les actes quotidiens du pouvoir; et, ne
suffisant pas aussi bien à l'une qu'à l'autre tâche, il se plaignait
quelquefois de ses amis et de son sort, aussi triste que s'il n'eût pas
réussi à refouler le flot de l'anarchie, ce qui était sa mission propre
et son glorieux dessein. Tristesse digne d'une grande âme.

Rien ne fit plus ressortir la pénible situation de M. Casimir Périer
dans cette affaire que la mesure à laquelle il fut contraint de recourir
pour assurer, dans la Chambre des pairs, cette abolition de l'hérédité
qu'il déplorait. Une ordonnance du Roi envoya dans cette Chambre
trente-six nouveaux membres appelés et résignés à mutiler de leurs
propres mains le corps dans lequel ils entraient. Et, pour ajouter
encore à l'étrange contradiction de la mesure, la puissance du principe
et du sentiment de l'hérédité y fut solennellement reconnue et acceptée.
Deux jeunes gens encore mineurs, et sans autre titre que leur nom, les
fils du maréchal Ney et du général Foy, furent du nombre des nouveaux
pairs. Noble et juste hommage rendu à la mémoire de leurs pères, à la
gloire militaire de l'un, à la gloire militaire et politique de l'autre;
et en même temps protestation éclatante en faveur de cette hérédité
naturelle des situations ainsi consacrée dans l'acte même destiné à
l'abolir.

Dans une autre circonstance moins grave et pourtant pénétrante,
M. Casimir Périer eut le regret, non pas d'agir contre son propre
sentiment, mais de ne pas le manifester. Un député dont les opinions
convenaient mal à son nom, M. Auguste Portalis, proposa l'entière
abolition de la loi du 19 janvier 1816, qui avait institué, pour
l'anniversaire du 21 janvier, un deuil national et légal, ainsi que
l'érection d'un monument en expiation de la mort de Louis XVI. Cette
proposition devint, entre les deux Chambres, l'occasion d'un conflit
obstiné. En abrogeant plusieurs des dispositions de la loi du 19 janvier
1816, la Chambre des pairs voulait que le 21 janvier restât un jour
férié et de deuil; la Chambre des députés persistait à voter la complète
abrogation de la loi. Dans ce long débat, et au sein de l'une comme de
l'autre Chambre, le cabinet garda un absolu silence. Ce fut au duc
de Broglie qu'appartint l'honneur de manifester, dans leur difficile
harmonie, les sentiments divers qu'une telle question devait inspirer;
et il le fit avec cette fermeté scrupuleuse et délicate qui caractérise
son talent comme son âme: «Qu'exige ici, dit-il, le bien de la paix?
Qu'exige cet esprit de sagesse, de modération, de prudence, qui doit
présider à tout gouvernement régulier, cet esprit de conciliation qui
termine les révolutions et qui doit être le bon génie de la Révolution
de juillet?

Qu'on ne place pas chaque année, à jour fixe, sur tous les points de la
France, les partis en présence les uns des autres, autour du catafalque
solennel; qu'on n'excite pas chaque année, à jour fixe, les citoyens
à se montrer au doigt les uns les autres, selon qu'ils obéissent ou
résistent à l'injonction de se vêtir d'une couleur déterminée; qu'on
aille même au devant de toute chance de désordre en prévenant, par la
continuité non interrompue des transactions de la vie civile, l'oisiveté
dangereuse d'un jour férié politique.

Mais après avoir ainsi fait aux motifs raisonnables, aux motifs
honnêtes, légitimes, qui sans doute ont inspiré dans l'autre Chambre la
résolution qui nous occupe, et lui ont valu le suffrage de la majorité,
une part large et suffisante, restent cependant, de la loi du 19 janvier
ainsi épurée, des dispositions capitales.

Reste d'abord la déclaration publique, authentique, solennelle, que
le 21 janvier est un jour de deuil pour la France; non de ce deuil
extérieur qui dégénère promptement en puérile simagrée, mais de ce deuil
moral qui réside au fond du coeur; un de ces jours que les anciens
appelaient néfastes, un jour de recueillement et de méditation, fécond
en enseignements douloureux.

Reste en second lieu l'obligation imposée à la justice indignement
outragée, odieusement profanée, horriblement parodiée il y a quarante
ans, de voiler sa face à pareil jour et de fermer son sanctuaire.

Qui nous demande le sacrifice de ces dispositions?

Est-ce l'honneur national qui nous demande de déclarer que le 21 janvier
est un jour comme un autre, un jour que rien ne distingue de la
série des jours ordinaires, que rien ne recommande au souvenir de la
génération qui finit, au souvenir de la génération qui s'élève, à celui
des générations qui leur succéderont?

Est-ce l'honneur national qui nous demande de déclarer que le procès de
Louis XVI est un procès comme un autre, l'une de ces causes soi-disant
célèbres qui amusent huit jours durant la curiosité des oisifs, et qui
s'ensevelissent ensuite dans les in-folio des jurisconsultes?

Je ne sais, messieurs, mais tout ce que j'ai de sang français dans le
coeur se soulève à cette pensée..... Plus j'y réfléchis, plus je demeure
convaincu que ce sacrifice, si nous le faisons, nous ne le ferons ni
à l'honneur national, ni au repos public, ni à l'intérêt de notre
gouvernement; nous le ferons à une influence extraparlementaire qui
s'efforce, mais qui s'efforcera vainement, je l'espère, de l'imposer aux
pouvoirs publics..... Il faut s'entendre sur le mot _oubli_: autre chose
est l'oubli des personnes, l'oubli des votes, l'oubli des opinions,
l'oubli des erreurs; autre l'oubli des grands événements de l'histoire
et des grandes leçons qui s'y rattachent. L'Évangile, qui est la loi des
lois et la Charte du genre humain, nous prescrit indulgence, tendresse
même pour les êtres faibles et pécheurs; mais il nous prescrit en même
temps l'horreur du mal en lui-même. C'est un précepte qui s'applique à
la politique comme à toutes choses. Pour les hommes qui ont pris part au
malheureux événement qui nous occupe, paix, charité, respect même; il
y en eut de très-sincères; d'ailleurs les temps étaient horribles; les
esprits étaient dans un étrange état. Qui de nous, hormis ceux-là qui
firent glorieusement leurs preuves, qui de nous oserait répondre
qu'il fût sorti de l'épreuve à son honneur? Mais, quant au 21 janvier
lui-même, point de molle complaisance, point de sophisme, point d'oubli
non plus. Au temps où nous vivons, lorsque l'ouragan des révolutions
gronde sur la tête des peuples et des rois, il importe à la France, il
importe au monde de n'en pas perdre la mémoire.»

Je prends plaisir à reproduire ici ces belles et judicieuses paroles,
qui honorent également et celui qui les a prononcées, et l'assemblée
dont il était l'interprète, et ce temps de liberté où la vérité
apparaissait toujours, pure et brillante, dans quelque coin de l'horizon
chargé de nuages et d'orages. «Le duc de Broglie est bien heureux, me
dit le lendemain M. Casimir Périer, avec un sentiment d'approbation
très-sincère, quoique un peu triste: il a pu dire ce que pensent tous
les honnêtes gens.»

Nous n'avions, avec M. Casimir Périer, mes amis et moi, point d'autre
dissidence que ces nuances de conduite ou de langage que faisait
apparaître la diversité des situations, non celle des sentiments.
Pendant toute la durée de son cabinet, et d'autant plus librement que
j'étais tout à fait en dehors du pouvoir, je lui donnai mon plus actif
concours: non-seulement pour soutenir, dans les débats des Chambres, les
actes de sa politique passionnément attaquée, mais pour la rattacher à
des principes rationnels et lui conquérir les âmes aussi bien que les
suffrages. C'est la grandeur de notre pays (je ne veux pas dire c'était)
que le succès purement matériel et actuel n'y suffit pas, et que les
esprits, ont besoin d'être satisfaits en même temps que les intérêts.
Ce n'était pas assez, en 1831, de résister en fait; il fallait aussi
résister en principe, car la question était d'ordre moral autant que
d'ordre politique, et il n'y avait pas moins d'anarchie à combattre dans
les têtes que dans les rues. Une révolution venait de s'accomplir; des
forces très-diverses y avaient concouru, le bon droit et les mauvaises
passions, l'esprit de légalité et l'esprit d'insurrection: il fallait
dégager ce grand événement des éléments révolutionnaires qui s'y étaient
mêlés et dans lesquels tant de gens s'efforçaient de le retenir, ou même
de l'enfoncer plus avant. Le peuple, ou, pour parler plus vrai, ce
chaos d'hommes qu'on appelle le peuple, investi du droit souverain et
permanent de faire et de défaire son gouvernement, au nom de sa
seule volonté, et l'élection populaire donnée, au nom de cette même
souveraineté, comme seule base légitime de la nouvelle monarchie,
c'étaient là les deux idées dont, en 1831, les esprits étaient infectés:
idées aussi fausses que vaines, qui tournent au service du mal le peu de
vérité qu'elles contiennent, et qui énervent, en attendant qu'elles le
renversent, le gouvernement qu'elles prétendent fonder. Quoi de plus
choquant que de faire, du pouvoir appelé à présider aux destinées d'une
nation, un serviteur qu'elle peut congédier quand il lui plaît? Et quel
mensonge que la prétention d'élire un roi au moment même où l'on invoque
la monarchie comme l'ancre de salut! J'étais toujours tenté de sourire
quand j'entendais dire, du roi Louis-Philippe, _le Roi de notre choix_,
comme si, en 1830, nous avions eu à choisir, et si M. le duc d'Orléans
n'avait pas été l'homme unique et nécessaire. J'attaquai hautement
ces illusions d'une badauderie vaniteuse et ces sophismes de la force
matérielle qui veut se satisfaire et n'ose s'avouer. Je niai la
souveraineté du peuple, c'est-à-dire du nombre, et le droit permanent
d'insurrection. Je montrai, dans M. le duc d'Orléans, ce qu'il était en
effet, un prince du sang royal heureusement trouvé près du trône brisé,
et que la nécessité avait fait roi. La France avait traité avec lui
comme on traite, pour se sauver, avec le seul qui puisse vous sauver. En
présence de l'anarchie imminente, un tel contrat peut devenir une bonne
base de gouvernement, et de gouvernement libre, car il a lieu entre des
forces réellement distinctes l'une de l'autre, et il admet des droits et
des devoirs mutuels sans que, ni à l'un ni à l'autre des contractants,
il suppose ou confère la souveraineté. Il ne faut jamais se lasser de le
répéter, pour rabattre et retenir à son juste niveau l'orgueil humain:
Dieu seul est souverain, et personne ici-bas n'est Dieu, pas plus les
peuples que les rois. Et la volonté des peuples ne suffit pas à faire
des rois; il faut que celui qui devient roi porte en lui-même et apporte
en dot, au pays qui l'épouse, quelques-uns des caractères naturels et
indépendants de la royauté.

Ce n'était pas sur ce terrain que se plaçait, quand il se défendait
lui-même, M. Casimir Périer, peu familier avec la méditation
philosophique et d'un esprit plus ferme que fécond; mais il comprenait à
merveille la valeur pratique de ces idées, et il me savait beaucoup
de gré de les produire à son profit et sous son drapeau: «Je suis,
me disait-il, un homme de circonstance et de lutte; la discussion
parlementaire n'est pas mon fait; vous reviendrez un jour ici, à ma
place, quand le duc de Broglie ou le duc de Mortemart ira aux affaires
étrangères.»

Le roi Louis-Philippe n'avait pas plus de penchant que M. Casimir Périer
pour la philosophie politique, et il avait été dans sa jeunesse bien
plus imbu que lui des doctrines de la révolution. Mais il était doué
d'un esprit d'observation admirable et singulièrement prompt à saisir
les enseignements de l'expérience; sinon pour en tirer les vérités
générales qu'elle contient, du moins pour reconnaître, dans chaque
occasion, ce qui est praticable, utile et sage. Il avait, dans le cours
de son aventureuse vie, senti la fausseté et secoué le joug de bien
des préjugés de son temps, et chaque jour, à mesure qu'il régnait, son
esprit s'élevait au-dessus de son passé. Il démêla sur-le-champ que
ma façon de comprendre et de présenter la Révolution qui venait de le
mettre sur le trône était la plus monarchique et la plus propre à fonder
un gouvernement. Il ne l'adopta point ouvertement ni pleinement; il
avait, pour agir ainsi, trop de gens à ménager; mais il me témoignait
son estime, et me donnait clairement à entendre que nous nous
entendions. Plus tard, et quand j'eus vécu longtemps auprès de lui, il
me répétait sans cesse: «Vous avez mille fois raison; c'est au fond des
esprits qu'il faut combattre l'esprit révolutionnaire, car c'est là
qu'il règne; mais, pour chasser les démons, il faudrait un prophète.»

Au sein des Chambres et dans le public qui soutenait le gouvernement, ma
défense systématique de la politique de résistance rencontrait beaucoup
d'approbation, mais une approbation souvent contenue au fond des âmes,
et plus honorable pour moi qu'efficace pour notre cause. Quand venait le
jour de quelque épreuve difficile, on me trouvait trop absolu ou trop
téméraire; et, soit incertitude d'esprit, soit faiblesse de coeur, on
cédait, en me louant de les combattre, aux tendances qu'on redoutait. Je
n'en veux citer qu'un exemple.

En janvier 1832, dans la discussion du projet de loi sur la liste
civile, M. de Montalivet parla des _sujets_ du Roi. Un violent orage
éclata soudain: «C'est nous qui avons fait le Roi! il n'y a plus de
sujets! le peuple souverain ne peut être composé de sujets! c'est une
contre-révolution qu'on tente!» M. de Montalivet s'expliqua avec mesure;
le garde des sceaux, M. Barthe, dit que le Roi était l'image vivante et
en même temps le premier sujet de la loi; on essaya, mais en vain, des
interprétations les plus calmantes. Le tumulte était aussi absurde au
fond qu'inconvenant dans la forme; le mot _sujets_ n'avait absolument
rien à démêler ni avec le régime féodal, ni avec le pouvoir absolu; dans
les républiques comme dans les monarchies, au sein des villes libres et
commerçantes aussi bien que dans les châteaux des seigneurs terriens, ce
mot exprimait simplement la relation du citoyen ou de l'habitant avec
le pouvoir suprême de l'État, Henri Dandolo à Venise, Jean de Witt à
Amsterdam, lord Chatham dans le parlement d'Angleterre, étaient et se
disaient sujets du gouvernement, populaire ou royal, de leur patrie,
aussi bien que Sully était sujet de Henri IV et le duc de Saint-Simon
de Louis XIV. Et il faut bien qu'indépendamment des diverses formes de
gouvernement et des divers degrés de liberté, il y ait un mot qui marque
l'obéissance, la déférence et le respect dus par tous les membres de la
société au pouvoir qui la représente et la gouverne. Il serait choquant
que ce pouvoir ne fût traité par ses subordonnés qu'avec la simple
politesse que se témoignent entre eux des égaux; la vérité comme le bon
ordre veulent autre chose, et ni la fierté, ni la liberté de l'honnête
homme n'ont à en souffrir. Cent soixante-cinq députés en jugèrent
autrement, et protestèrent contre une expression «inconciliable,
dirent-ils, avec le principe de la souveraineté nationale, et qui
tendait à dénaturer le nouveau droit public français.» J'étais d'un
sentiment si contraire que j'aurais cru manquer à un devoir politique,
comme à une convenance morale, si j'avais cessé de témoigner mon respect
au Roi de mon pays, dans la forme consacrée par le droit et l'usage
de presque tous les États, constitutionnels ou non. Je continuai donc
publiquement, dans mes rapports officiels ou privés avec le Roi, à me
dire son fidèle sujet. La Chambre des députés, si je ne me trompe, m'en
a toujours approuvé, car elle était au fond de mon avis, et le 5 janvier
1832, elle mit fin, par un ordre du jour pur et simple, au débat soulevé
à cet égard. Mais son énergie monarchique n'alla pas plus loin; elle
céda en fait après avoir refusé de céder en principe, et le mot _sujet_
disparut presque complètement du langage de la monarchie.

Pendant que nous étions absorbés dans ces débats, le monde où j'avais
longtemps vécu, cette société polie, bienveillante et lettrée qui
s'était ralliée sous l'Empire et brillamment développée sous la
Restauration, disparaissait de jour en jour. Ses plus éminents
caractères, le goût des jouissances de l'esprit et de la sympathie
sociale, la tolérance libérale pour la diversité des origines, des
situations et des idées, cédaient à l'empire des intérêts et des
passions politiques. La discorde s'était mise dans les salons; entre les
classes cultivées et influentes qui s'y rencontraient, les rivalités
amères et les séparations haineuses avaient recommencé. Les émeutes
prolongées, le trouble des affaires, les inquiétudes de l'avenir, ces
bruyants et menaçants retours des temps révolutionnaires convenaient peu
à des réunions où l'on ne venait chercher que des relations douces et
de généreux plaisirs. Plusieurs des hommes distingués qui y portaient
naguère le mouvement et l'éclat s'étaient jetés corps et âme dans la vie
publique, Parmi les femmes supérieures ou charmantes qui en avaient été
le centre et le lien, les unes, madame de Staël, Madame de Rémusat, la
duchesse de Duras ne vivaient plus; d'autres avaient quitté Paris, à
la suite de leurs maris ou de leurs parents appelés par des fonctions
diplomatiques à l'étranger; M. de Talleyrand et la duchesse de Dino sa
nièce étaient à Londres; M. et madame de Sainte-Aulaire, à Rome; M. et
madame de Barante, à Turin. Rebuté par les désordres matériels ou par
les obscurités de la politique, le grand monde européen ne venait plus
guère chercher à Paris ses plaisirs. La société française voyait ses
plus brillants éléments dispersés en même temps que la violence des
événements enlevait à ses moeurs et à ses goûts leur ancienne et douce
domination.

Quand je recherche dans mes souvenirs de 1831, je n'y retrouve que trois
personnes autour desquelles la société vînt encore se réunir sans autre
but que de s'y plaire. Imperturbable dans ses habitudes comme dans ses
sentiments à travers les révolutions, madame de Rumford réunissait
toujours dans son salon des Français et des étrangers, des savants, des
lettrés et des gens du monde, et leur assurait toujours, tantôt, autour
de sa table, l'intérêt d'une excellente conversation, tantôt, dans des
réunions plus nombreuses, le plaisir de la musique la plus choisie[14].
Avec moins d'appareil mondain et par l'agrément de son esprit à la fois
sensé et fin, réservé et libre, la comtesse de Boigne attirait dès lors
un petit cercle d'habitués choisis et fidèles; élevée au milieu de la
meilleure compagnie de la France et de l'Europe, elle avait tenu
pendant plusieurs années la maison de son père, le marquis d'Osmond,
successivement ambassadeur à Turin et à Londres; sans être le moins
du monde ce qu'on appelle une femme politique, elle prenait aux
conversations politiques un intérêt aussi intelligent que discret; on
venait causer de toutes choses avec elle et autour d'elle sans gêne et
sans bruit. Douée, depuis son entrée dans le monde, du don d'attirer les
hommes les plus distingués de son temps et de les retenir tous auprès
d'elle, se disputant les préférences de son amitié, madame Récamier
continuait à jouir de ses diverses et fidèles intimités, fidèle
elle-même aux plus modestes comme aux plus illustres, aussi sûre dans
ses sentiments que charmante dans le commerce habituel de la vie, et
possédant le rare privilège de ne jamais perdre un ami autrement que par
la mort. De ces trois personnes justement considérées et recherchées,
madame de Rumford était, en 1831, la seule chez qui j'allasse
habituellement; je connaissais assez peu, à cette époque, madame de
Boigne; et la violence de M. de Chateaubriand contre le gouvernement de
1830 ne me permettait pas la société intime de madame Récamier, quoique
mes relations affectueuses avec sa nièce, madame Lenormant, m'en
donnassent l'occasion et le motif.

[Note 14: Cinq ans après la mort de madame de Rumford, et sur le voeu de
sa famille, je recueillis mes souvenirs sur sa personne, sa vie et son
salon dans un petit écrit, dont quelques extraits ont été insérés dans
la _Biographie universelle_ de MM. Michaud, mais qui n'a été imprimé
que pour ses amis et connu en entier que d'eux seuls. Je le joins aux
_Pièces historiques_ placées à la fin de ce volume; il n'est peut-être
pas sans intérêt comme esquisse des moeurs de ce temps. _(Pièces
historiques, n°_ VII.)]

Je n'allais donc guère dans le monde, et le monde n'offrait plus, à moi
ni à personne, le même attrait. Ses salons n'étaient plus le foyer de la
vie sociale; on n'y retrouvait plus cette variété et cette aménité de
relations, ce mouvement vif et pourtant contenu, ces conversations
intéressantes sans but et animées sans combat qui ont fait si longtemps
le caractère original et l'agrément de la société française. Les partis
se déployaient avec toute leur rudesse; les coteries se resserraient
dans leurs étroites limites. La liberté politique, surtout quand
l'esprit démocratique y domine, a des conditions dures et des biens
sévères. Je ne connais que la vie domestique qui donne alors, après les
violences et les fatigues de la vie publique, un vrai délassement et le
bonheur dans le repos.

Nous avions pourtant à cette époque, mes amis et moi, un grand
privilège; nous trouvions, dans notre cercle propre et intime, ce charme
social que le monde parisien ne possédait plus. C'était surtout chez le
duc de Broglie que nous nous réunissions. Quand elle n'aurait pas eu
l'attrait de tous les souvenirs attachés à son nom, la duchesse de
Broglie aurait suffi, par elle-même et à elle seule, pour attirer et
fixer autour d'elle la société la plus exigeante et la plus choisie.
Grande et charmante nature, en qui s'unissaient, par le plus facile
accord, la vertu et la grâce, la dignité et l'abandon, l'élégante
richesse de l'esprit et la parfaite simplicité de l'âme, les plus beaux
dons de Dieu reçus et possédés avec autant de scrupule et de modestie
que si elle eût toujours été au moment de lui rendre compte de l'usage
qu'elle en avait fait. Quand je sortais de mon propre intérieur, c'était
dans sa société que j'allais chercher ces jouissances du libre mouvement
des idées et de la sympathie morale qui reposent l'âme des travaux et
des tristesses de la vie, sans mollesse ni mauvaise distraction. J'ai
hésité à me donner le triste plaisir de quelques paroles de tendre
respect à sa mémoire; mais à ne rien dire d'une personne si rare et
qui tenait tant de place dans le coeur et la vie de ses amis, je me
sentirais comme coupable de mensonge, quoique bien sûr de ne pas me
satisfaire en en parlant.

Je n'avais jusques-là connu que de loin, et par des rapports assez peu
bienveillants, le _Journal des Débats_ et ses propriétaires, MM. Bertin.
En entrant en 1830 dans la Chambre des députés, j'y avais trouvé l'un
des deux frères, M. Bertin de Veaux, et nous avions pensé et voté
ensemble. Depuis la Révolution de Juillet, il soutenait avec la plus
intelligente fermeté la politique de résistance, et pendant mon
ministère de l'intérieur il m'avait prêté son constant appui. M. Casimir
Périer trouva également en lui un allié aussi sûr qu'efficace, et
j'entrai alors avec lui en habituelle relation. C'était un esprit
singulièrement juste, sagace, prompt, fécond, varié, plein de verve
et d'agrément quand il n'avait qu'à causer, d'invention hardie et de
savoir-faire quand il fallait agir, et en même temps un caractère
éminemment sociable, facile quoique dominateur, exempt de toute
jalousie, toujours prêt à accueillir et à servir, sans aucune
susceptibilité d'amour-propre, les hommes engagés avec lui dans la même
cause et pour qui il se prenait d'amitié. Il aimait, pour son propre
compte, la vie politique, mais plutôt en épicurien qu'en ambitieux,
voulant l'influence libre, non le pouvoir responsable, et décidé à ne
jamais compromettre, pour aucune satisfaction extérieure, l'importance
que son journal lui assurait. Il avait tenté une fois, mais sans succès,
dans la Chambre des députés, de prendre place parmi les orateurs: «Avant
de monter à la tribune,» me dit-il en me racontant son échec, «j'avais
une foule d'excellentes choses à dire, et pas la moindre peur de ceux à
qui j'allais les dire; quand j'ai été là, ma gorge «s'est serrée, ma vue
s'est troublée; je n'ai à peu près rien dit de ce que j'avais pensé, et
je suis revenu à mon banc, bien résolu à ne jamais recommencer.» Après
la Révolution de Juillet, vers la fin de septembre 1830, il accepta la
mission de ministre du Roi en Hollande; mais bientôt las des petits
devoirs de son rang et surtout de son éloignement de Paris, il renonça
à la diplomatie comme à la tribune, et vint reprendre sa place à la
Chambre des députés et dans le cabinet d'où il dirigeait son journal.
C'était-là que le soir, et souvent très avant dans la nuit, il recevait
ses amis, et que, tout en parcourant l'épreuve de la feuille qui
devait paraître le lendemain, il causait avec eux de toutes choses,
questionnant, avertissant, conseillant, critiquant, conjecturant,
toujours l'esprit dégagé et sans humeur, et sincèrement zélé pour le
succès de la politique que soutenait le _Journal des Débats_. Nous
venions quelquefois, M. Casimir Périer, le comte de Saint-Cricq, l'un
de ses amis particuliers, et moi, faire avec lui une partie de whist;
c'était le moment des conversations intimes sur l'état des affaires,
les questions de conduite, les perspectives de l'avenir; et nous nous
retirions, M. Périer content de se sentir bien soutenu dans la presse
comme à la tribune, M. Bertin de Veaux satisfait de l'importance de son
journal et de la sienne propre, M. de Saint-Cricq charmé d'avoir passé
familièrement sa soirée avec le président du Conseil, et moi l'esprit
préoccupé des débats du lendemain, mais sans impatience de reprendre ma
part dans le pouvoir comme je l'avais dans la lutte, et toujours pressé
de rentrer chez moi pour y retrouver un bonheur que je me flattais de
garder, quelles que fussent les vicissitudes et les épreuves de ma vie
publique. Confiance imprévoyante: le bonheur de l'homme est encore plus
fragile que le sort des États.



                              CHAPITRE XIII

                      M. CASIMIR PÉRIER ET LA PAIX.

Caractère général de la politique extérieure de la France, de 1792
à 1814;--de 1814 à 1830.--Le congrès de Vienne.--La
Sainte-Alliance.--Caractère général de la politique extérieure du
gouvernement de 1830;--de la politique extérieure de l'opposition après
1830.--De l'alliance anglaise.--Question belge.--Le roi Louis-Philippe,
le roi Léopold et M. de Talleyrand dans la question belge.--Rapports de
M. Casimir Périer et de M. de Talleyrand.--Question polonaise.--Vitalité
de la Pologne.--On n'a jamais tenté sérieusement de la rétablir.--Ce
qu'auraient pu faire les Polonais en 1830.--Le général Chlopieki et sa
lettre à l'empereur Nicolas.--Que le gouvernement du roi Louis-Philippe
n'a jamais donné de fausses espérances aux Polonais.--Comment et par qui
ils ont été induits en illusion.--Question italienne.--Le Piémont et
Naples, de 1830 à 1832.--Insurrection dans les petits États italiens
gouvernés par des princes de la maison d'Autriche et dans les États
romains.--Première occupation des Légations par les Autrichiens.--Ils
les évacuent.--Le prince de Metternich et M. Casimir Périer sur les
affaires d'Italie.--Le comte de Sainte-Aulaire, ambassadeur de France
à Rome.--Démarche des grandes puissances auprès du pape pour
lui conseiller des réformes.--Édits du pape.--Nouvelle
insurrection.--Seconde occupation des Autrichiens.--Expédition
d'Ancône.--L'amiral Roussin devant Lisbonne.--Grande situation de
M. Casimir Périer en Europe.--Pourtant son succès est incomplet et
précaire.--Son propre sentiment à ce sujet.--Explosion du choléra à
Paris.--Mon sentiment sur la conduite du gouvernement et du peuple de
Paris pendant le choléra.--Visite du duc d'Orléans et de M. Casimir
Périer à l'Hôtel-Dieu.--Mort de M. Cuvier.--Maladie, mort et obsèques de
M. Casimir Périer.

(13 mars 1831--16 mai 1832.)


Tous les moralistes, prédicateurs religieux ou observateurs philosophes,
s'accordent à dire que rien n'est plus difficile à l'homme que de sortir
de la mauvaise voie quand il y a longtemps marché. Et les moralistes
chrétiens, qui sont les plus profonds de tous, affirment que la volonté
humaine ne suffit pas seule à une telle oeuvre, et qu'un secours
surhumain, l'action de Dieu sur l'âme, est nécessaire pour que le
repentir, devenu efficace, amène dans l'homme la régénération.

Les politiques, chrétiens ou non, pourraient tenir sur les nations le
même langage. Il leur est bien plus difficile de se réformer qu'elles ne
le pensent. Quand elles ont vécu longtemps sous l'empire d'une passion,
quand elles ont tenu longtemps, par leur propre impulsion ou par celle
de leurs chefs, une certaine conduite, il faut bien du temps et de bien
grands efforts pour que l'intérêt même et la nécessité surmontent la
routine, et les décident à entrer franchement et de bonne grâce dans de
nouvelles voies.

C'est peut-être en matière de politique extérieure, et quand il s'agit
d'introduire dans les rapports des peuples la justice et le bon sens,
que l'oeuvre de la réforme est le plus laborieuse et lente: «Telle est,
dit Adam Smith, l'insolence naturelle du coeur de l'homme que, pour
atteindre au but de ses désirs, il ne consent à employer les bons moyens
qu'après avoir épuisé les mauvais.» Plus naturellement encore que
l'individu isolé, les peuples débutent, dans leurs relations au dehors,
par l'insolence et la violence. Que la puissance, le progrès, la
grandeur, la gloire soient leur passion, je n'ai garde de m'en étonner
ni de m'en plaindre; s'ils ne ressentaient pas cette passion, c'est
qu'ils seraient tombés ou bien près de tomber dans le pire des égoïsmes,
celui de l'apathie. Comme les individus, les nations sont faites pour
vivre entre elles en société, et la société, c'est le mouvement,
l'émulation, le développement, tantôt par le concert, tantôt par la
lutte des idées, des intérêts et des forces. Ainsi s'est fondée, ainsi a
vécu depuis dix-neuf siècles la Chrétienté, le plus vaste et le plus bel
exemple de la société entre des peuples et des États divers. Mais quand
je dis que cet exemple est beau, je me contente à bon marché, et je ne
pense qu'au fait général de la grande société chrétienne sans considérer
la conduite qu'y ont tenue entre eux les gouvernements et les peuples.
Quoique moralement supérieure à celle de toutes les autres sociétés de
l'histoire, la politique des États chrétiens les uns envers les autres
n'en a pas moins été jusqu'ici voisine de la barbarie. Barbarie des
spectateurs comme des acteurs, des gouvernés comme des gouvernants.
C'est surtout au delà de leurs frontières qu'à travers l'éclat des
guerres et l'habileté des négociations se sont déployées les passions
grossières et ignorantes des princes et des peuples. L'imperfection des
gouvernements a toujours été grande, mais bien plus grande dans les
affaires du dehors que dans celles du dedans. La politique extérieure a
été le théâtre favori de la violence brutale ou habile, de la fraude
et de la badauderie, de l'égoïsme imprévoyant et de la crédulité
emphatique. Dans aucune autre de leurs fonctions, les gouvernements
n'ont été si indifférents au bien ou au mal, si légers ou si pervers, ou
si chimériques; sur aucun autre sujet, les peuples ne se sont montrés si
ignorants de leurs droits et de leurs intérêts véritables, si prompts à
n'être que des instruments et des dupes.

La Révolution française s'était promis et avait promis au monde la
réforme de ce mal comme de tous les autres. Quand elle disait: «Plus
de guerres, plus de conquêtes,» quand elle posait en principe que la
justice et la morale devaient régler les rapports des États entre eux
comme comme ceux des citoyens dans chaque État, elle était sincère et
croyait vraiment marcher au but qu'elle proclamait. C'était sa destinée
de faire éclater à la fois les plus nobles ambitions et les plus
mauvaises passions de l'humanité, et d'expier son orgueil dans les
démentis et les mécomptes. Elle a suscité la plus violente et la plus
inique politique extérieure que le monde eût encore connue, la politique
de propagande armée et de conquête indéfinie, le bouleversement par
la guerre de toutes les sociétés européennes, pour en faire sortir,
aujourd'hui la république partout, demain la monarchie universelle.
C'est dans cette ornière que de 1792 à 1814, au mépris du bon sens comme
du droit, la politique extérieure de la France a marché.

Comment et par qui commença la lutte? De qui vint la provocation?
Quels furent, au premier moment, les torts mutuels de la France et de
l'Europe? Quelles nécessités, réelles ou imaginaires, justifient ou
du moins expliquent, de l'une et de l'autre part, l'agression et la
résistance? Je ne regarde pas à ces questions; je me borne à marquer le
fait dominant, le caractère essentiel des relations de la France avec
l'Europe, de 1792 à 1814: ce fut la guerre, la guerre de révolution
et de conquête, l'atteinte incessante à la vie des gouvernements et à
l'indépendance des nations.

En 1814, la France et l'Europe sortirent de cette détestable voie;
d'autres maximes prévalurent dans la politique extérieure des États.
Il ne fut plus question ni d'une domination unique en Europe, ni de
la propagande des idées ou des institutions par les armes. Des États
très-diversement constitués et gouvernés, des monarchies absolues,
des monarchies constitutionnelles, de petites républiques prirent ou
reprirent tranquillement leur place dans la société européenne. La
guerre cessa d'être le régime habituel des gouvernements et des peuples.
On ne vit plus les territoires et les nations changer tous les deux
ou trois ans de nom et de maître. Avec la paix et le respect des
traditions, le droit reprit dans la politique extérieure de l'Europe
quelque empire.

On a beaucoup attaqué les deux puissances qui, de 1814 à 1830, ont le
plus influé sur cette politique, le congrès de Vienne d'abord, puis la
Sainte-Alliance; on a violemment critiqué l'organisation que le congrès
de Vienne donna à l'Europe, et l'empire que la Sainte-Alliance y
prétendit exercer. Je n'examine et ne conteste point ces critiques: il
est vrai, le congrès de Vienne a plus d'une fois disposé arbitrairement
des territoires et de leurs habitants sans grand égard pour leurs
droits, leurs intérêts et leurs voeux; l'égoïsme des grandes puissances
naguère victorieuses a tenu dans ses délibérations plus de place qu'une
vue haute et libre des besoins de l'ordre européen; ses combinaisons
géographiques et diplomatiques n'ont pas toujours été justes ni
heureuses. La Sainte-Alliance avait grand effroi du progrès de la vie et
de la liberté politique en Europe; elle a fait grand abus, surtout grand
étalage, du droit d'intervention dans les États étrangers, posant en
principe général et permanent ce qui ne peut être qu'une exception
momentanée, un accident justifié par quelque grand, direct et clair
intérêt. Je ne me fais l'apologiste ni de la Sainte-Alliance, ni du
congrès de Vienne; mais je relève deux faits méconnus ou passés sous
silence par leurs ennemis. Tous les reproches qu'on leur adresse,
les gouvernements qui, dans les époques précédentes, de 1792 à 1814,
dominaient en Europe, les avaient encore plus mérités. Bien plus
violemment et plus continûment que le congrès de Vienne, la Convention
et l'empereur Napoléon Ier avaient disposé du sort et du partage des
États, terres et âmes. Ils étaient bien plus violemment intervenus dans
les affaires des peuples étrangers, tantôt détrônant leurs rois, tantôt
leur en imposant de nouveaux, et changeant leurs lois ou leurs alliances
aussi bien que leur sort politique. L'empereur Napoléon Ier n'avait-il
pas porté son droit d'intervention jusqu'à vouloir régler la législation
commerciale de tout le continent européen, et trouver, dans les entraves
imposées à la nourriture ou au vêtement de toutes les familles chez tous
les peuples, des armes pour sa lutte contre l'Angleterre? Je sais tout
ce qui se peut dire pour défendre, pour expliquer du moins les erreurs
et les violences de cette orageuse époque; je sais aussi les services
qu'à travers ce qu'elle lui a coûté elle a rendus à la France, et le
bien qui est resté de ses oeuvres, même après ses revers. Mais les faits
que je viens de mettre en lumière n'en sont pas moins certains; le bon
sens comme la justice veulent qu'on applique à toutes les époques ou la
même indulgence, ou la même sévérité; et à tout prendre, il y avait en
Europe, après le travail du congrès de Vienne et sous la domination de
la Sainte-Alliance, plus de liberté et de respect du droit que sous le
régime de la Convention ou de l'empereur Napoléon Ier.

En 1830, après la Révolution de juillet, le mouvement qui éclata, en
fait de politique extérieure, n'était qu'un retour routinier vers les
pratiques de l'époque révolutionnaire et impériale, une rechute dans la
guerre de propagande et de conquête; rechute d'autant plus inopportune
et périlleuse qu'elle était dénuée de tout grand et spécieux motif. La
France venait de faire, envers l'étranger, acte de la plus complète et
de la plus fière indépendance; et cet acte, loin de lui attirer aucune
agression, aucune menace, était reconnu et accepté de toutes les
puissances européennes avec un empressement qui marquait, sinon leur bon
vouloir, du moins leur prudence et leur désir d'éviter avec nous tout
grand conflit. Jamais politique ne fut moins originale, plus empruntée à
d'anciennes impressions, plus dépourvue de l'intelligence des temps que
celle où M. Mauguin, le général Lamarque et leurs amis s'efforcèrent
alors d'entraîner le pays et son gouvernement nouveau. Rien, ni dans sa
situation, ni dans ses relations avec l'Europe, n'appelait la France
dans une telle voie, et la plupart de ceux qui l'y poussaient n'étaient
poussés eux-mêmes que par des réminiscences de vieillard ou des alarmes
d'enfant.

Une seule idée, un seul sentiment, au milieu des déclamations de
cette époque, avaient quelque ombre de grandeur: c'était le voeu
qu'indépendamment de tout intérêt direct et actuel, pour remplir une
mission de civilisation et de liberté, la France se fît partout en
Europe le redresseur des torts, le protecteur des faibles, le patron des
bonnes causes impuissantes à triompher par elles-mêmes. Je ne suis pas
de ceux qui sourient dédaigneusement à cette prétention et la traitent
de pure folie. Tel est maintenant dans le monde l'état des esprits, tels
sont, en dehors des circonscriptions territoriales, les liens intimes,
les rapports rapides et continus des peuples, qu'il y a, dans ce désir
d'une action lointaine exercée pour les droits et les intérêts des
portions diverses de la grande société humaine, une certaine mesure de
vérité et de puissance qui exige qu'on en tienne sérieusement compte.
Les grands politiques du XVIe siècle comprirent le rôle des sentiments
religieux, et leur firent une large part de respect et d'empire; de
nos jours, les sentiments sympathiques et libéraux des peuples les uns
envers les autres ont droit, de la part d'une politique éclairée, à la
même attention et aux mêmes ménagements.

Mais les avocats de cet apostolat général de la France au service de
l'humanité oublient un grand devoir et un grand fait dont une politique
sensée et morale doit constamment se préoccuper. Le devoir, c'est que
les premiers devoirs d'un gouvernement sont envers sa propre nation,
et qu'il lui doit le bon état intérieur, la justice, la prospérité, le
respect de ses droits, de ses voeux et de son sang, avant de rien devoir
aux peuples étrangers. Le fait, c'est que l'intervention, par les armes,
dans les affaires d'une nation étrangère n'y tourne presque jamais au
profit de la justice et de la liberté. Tantôt cette intervention donne à
un parti une domination factice et passagère, faisant au sein d'un même
peuple des vainqueurs et des vaincus par l'étranger; tantôt elle ranime
les susceptibilités nationales, les élève au-dessus des querelles
intérieures, et rallie contre l'étranger les vainqueurs et les vaincus
qu'il a faits. Et en définitive, la puissance intervenante se
trouve presque toujours obligée ou de se retirer impuissante devant
l'obstination du mal auquel elle voulait mettre un terme, ou d'opprimer
elle-même le peuple qu'elle était venue secourir.

C'est que l'indépendance nationale est, chez les peuples, un sentiment
si naturel, si puissant, si vivace, qu'il faut se garder avec grand soin
de le blesser, même quand les apparences du moment semblent inviter
l'intervention étrangère et lui promettre un facile succès. M. Dupin a
exprimé ce sentiment d'une façon excessive quand il a dit: «Chacun chez
soi, chacun pour soi;» les nations ne sauraient être à ce point isolées
et indifférentes les unes aux autres; mais malgré la brutalité de
l'expression, il y a, dans l'idée même, un grand fond de vérité. Quand
un peuple a vécu à travers les siècles, il devient une personne dont
l'égoïsme historique est légitime et respectable; c'est une famille à
qui il faut laisser faire elle-même, et comme elle l'entend, ses propres
affaires; c'est une maison où nul étranger n'a le droit d'entrer de
force, même pour y porter la justice ou la liberté.

La force et la guerre, d'ailleurs, sont de mauvais moyens pour rétablir
ou propager la justice et la liberté. C'est par les influences morales
et avec le concours du temps que de tels progrès s'accomplissent
réellement et sûrement. L'aspect et l'exemple d'un pays bien gouverné
sont plus puissants que les armées pour répandre les idées et les désirs
de bon gouvernement. Ce sont des germes qu'il faut semer et confier au
vent, laissant au sol où ils iront tomber et à ses propriétaires le soin
de les faire croître et de les cultiver comme il leur conviendra.

La Révolution française et l'empereur Napoléon Ier ont jeté un certain
nombre d'esprits, et quelques-uns des plus distingués, dans une
excitation fiévreuse qui devient une véritable maladie morale, j'allais
dire mentale. Il leur faut des événements immenses, soudains, étranges;
ils sont incessamment occupés à défaire et à refaire des gouvernements,
des nations, des religions, la société, l'Europe, le monde. Peu leur
importe à quel prix; la grandeur de leur dessein les enivre et les rend
indifférents aux moyens d'action, aveugles aux chances de succès. A les
entendre, on dirait qu'ils disposent des éléments et des siècles; et
selon qu'à l'aspect de leur ardent travail on serait saisi d'effroi ou
d'espérance, on pourrait se croire aux derniers jours du monde ou aux
premiers jours de la création.

Je l'ai dit ailleurs et je tiens à le redire ici: au milieu de cette
recrudescence révolutionnaire et de ces effervescences chimériques, ce
sera la gloire du roi Louis-Philippe d'avoir compris et pratiqué une
politique sensée, mesurée, patiente, régulière, pacifique. On en
attribue souvent tout le mérite à sa prudence et à un habile calcul
d'intérêt personnel. On se trompe: quand on a fait la part, même large,
de l'intérêt et de la prudence, on n'a pas tout expliqué ni tout dit.
L'idée de la paix, dans sa moralité et sa grandeur, avait pénétré
très avant dans l'esprit et dans le coeur du roi Louis-Philippe; les
iniquités et les souffrances que la guerre inflige aux hommes, souvent
par des motifs si légers ou pour des combinaisons si vaines, révoltaient
son humanité et son bon sens. Parmi les grandes espérances sociales, je
ne veux pas dire les belles chimères, dont son époque et son éducation
avaient bercé sa jeunesse, celle de la paix l'avait frappé plus que
toute autre, et demeurait puissante sur son âme. C'était, à ses yeux,
la vraie conquête de la civilisation, un devoir d'homme et de roi; il
mettait à remplir ce devoir son plaisir et son honneur, plus encore
qu'il n'y voyait sa sûreté.

Pour être modéré et prudent, il ne s'enfermait pas d'ailleurs dans une
sphère étroite et oisive. En même temps qu'il maintenait pour la France
la paix et refusait pour sa famille des trônes, il portait son action
hors de nos frontières et soutenait là aussi les intérêts légitimes de
la politique française. A côté du principe du respect des traités, il en
posait et pratiquait un autre, le respect de l'indépendance des États
limitrophes de la France et qui forment comme sa ceinture, la Belgique,
la Suisse, le Piémont, l'Espagne. M. Molé déclarait au baron de Werther
que, si des soldats prussiens entraient en Belgique, les soldats
français y entreraient en même temps. M. de Rumigny portait en Suisse,
et M. de Barante à Turin, des paroles analogues. La Belgique prenait en
effet, péniblement mais sans obstacle étranger, sa place parmi les États
européens. La Suisse accomplissait librement, dans ses constitutions
intérieures, les réformes qu'à tort ou à raison elle jugeait
nécessaires. Le Piémont, bien éloigné alors des innovations politiques,
se serrait contre l'Autriche, mais sans tomber sous sa dépendance, et en
ménageant avec soin la France dont il redoutait l'hostilité et pouvait
un jour désirer l'appui. L'époque se laissait déjà pressentir où
l'Espagne aurait besoin que la France reconnût et soutînt son nouveau
régime politique. Partout autour de notre territoire le gouvernement
du roi Louis-Philippe exerçait son action, écartant toute intervention
étrangère, protecteur sans ambition, mais efficace, de l'indépendance de
ses voisins et de l'influence comme de la sûreté de la France dans son
orbite naturelle: «Il faut, disait-il souvent, peser les intérêts et
mesurer les distances; loin de nous, rien ne nous oblige à engager la
France; nous pouvons agir ou ne pas agir, selon la prudence et l'intérêt
français; autour de nous, à nos portes, nous sommes engagés d'avance;
nous ne pouvons souffrir que les affaires de nos voisins soient réglées
par d'autres que par eux-mêmes et sans nous.»

A cette politique honnête et judicieuse, mais laborieuse et difficile,
il fallait en Europe un point d'appui. Elle y rencontrait, même chez
les puissances qui l'approuvaient hautement, des dissidences et des
méfiances toujours près de devenir des dangers. Elle avait besoin
d'avoir aussi des adhésions sincères et actives. Elle les trouva en
Angleterre. Non au prix d'aucune concession à tel ou tel intérêt
anglais, ni en vertu d'aucun engagement spécial et formel, mais par
le plus naturel et le plus efficace des liens, par la conformité des
politiques. Pour assurer la paix et le tranquille développement de ses
libertés, la France acceptait, tel qu'il existait, l'ordre européen.
Pour garder l'ordre européen et la paix, l'Angleterre acceptait
non-seulement le nouveau régime français, mais ses principales
conséquences en Europe, la chute du royaume des Pays-Bas, l'indépendance
de la Belgique, la dislocation prochaine de la coalition européenne
jusque-là en garde contre la France. Les deux gouvernements prenaient
l'un et l'autre le même intérêt général et supérieur pour règle de leur
conduite. Ils avaient l'un et l'autre le régime constitutionnel pour
drapeau. Malgré l'ancienne rivalité et les luttes récentes des deux
pays, l'entente leur était facile et presque commandée par leur nouvelle
situation. Le cabinet tory, le duc de Wellington et lord Aberdeen, en
reconnaissant promptement le roi Louis-Philippe, avaient ouvert cette
voie et auraient sans doute continué de la suivre. Le cabinet whig, lord
Grey et lord Palmerston, y marchèrent avec empressement et de bonne
grâce. L'Angleterre, animée pour la France d'une vive sympathie, y
poussait ses ministres; la France, bien qu'un peu surprise, y suivait
son Roi.

Ainsi se forma en 1830 et telle était, en se formant, l'alliance
anglaise. Mot impropre et qui exprime mal la relation des deux
gouvernements: plus tard, ils s'allièrent en effet dans certains moments
et pour des questions spéciales, en 1832 pour les affaires de Belgique,
en 1834 pour celles de Portugal; mais ils n'avaient point d'alliance
générale et permanente; ils n'étaient liés l'un à l'autre par aucun
engagement; ils agissaient le plus souvent de concert, mais en pleine
liberté et par ce seul motif qu'ils étaient du même avis. Et il faut
que, de nos jours, cette politique soit, pour la France, bien naturelle
et bien conforme à l'intérêt national, car elle a survécu à toutes
les révolutions et surmonté les plus divers obstacles; elle a été la
politique de la République éphémère de 1848; elle est encore aujourd'hui
celle du nouvel Empire. Comme le gouvernement du roi Louis-Philippe, ces
deux gouvernements ont voulu la paix et accepté l'ordre européen; et
comme lui, c'est dans la bonne entente avec l'Angleterre qu'ils ont
cherché le gage de la paix et un point d'appui pour agir efficacement
dans les questions européennes.

Avant que M. Casimir Périer arrivât au pouvoir, du mois d'août 1830 au
mois de mars 1831, tous ces principes de la politique extérieure du
régime nouveau avaient été pressentis et mis en pratique. Ils avaient
dicté ses résolutions et ses actes décisifs. Dans l'intérieur du
gouvernement, le roi Louis-Philippe employait toute son influence et sa
persévérante adresse à les faire accepter et suivre par ses plus divers
conseillers. Dans les Chambres, ils avaient été défendus contre les
déclamations révolutionnaires ou belliqueuses de M. Mauguin et du
général Lamarque, et contre les intempérances libérales de M. de
La Fayette. Pourtant ils étaient encore un peu confus, obscurs et
flottants. Ils n'avaient été que superficiellement discutés. Le public
n'en démêlait pas nettement toutes les conditions ni toutes les
conséquences. Surtout ils n'avaient pas encore subi l'épreuve des
grandes explosions et des grandes luttes européennes. Ce fut sous le
ministère de M. Casimir Périer, en 1831 et 1832, que la politique de la
paix fut vraiment mise en face de la guerre et contrainte d'en surmonter
toutes les tentations; ce fut alors que la question belge, la question
polonaise et la question italienne, arrivées à leur crise, amenèrent les
principes qui dirigeaient au dehors la conduite du gouvernement de 1830
à apparaître dans tout leur jour et à déployer toute leur vertu.

Dans la question belge, M. Casimir Périer avait une bonne fortune rare;
il était en complet accord avec les trois hommes qui devaient y exercer
le plus d'influence, le roi Louis-Philippe à Paris, le roi Léopold à
Bruxelles, et M. de Talleyrand à Londres. Et ces trois hommes, par le
tour de leur caractère et de leur esprit, convenaient parfaitement à la
politique que M. Casimir Périer s'était chargé de faire triompher. C'est
la disposition de notre temps, même parmi les gens d'esprit, de faire
peu de cas de l'action des personnes, et de ne voir dans les grands
événements que l'effet de causes générales qui en règlent le cours sans
que les individus dont le nom s'y mêle y soient rien de plus que des
nageurs emportés par le torrent, soit qu'ils s'y livrent, soit qu'ils
essayent de lui résister. On dirait que nous assistons à un drame
tout composé d'avance, et que nous mettons notre vanité à en traiter
dédaigneusement les acteurs, comme s'ils ne faisaient que réciter leur
rôle. Une expérience intelligente dément cette fausse appréciation
des forces qui président aux destinées des peuples; l'influence des
individus, de leur pensée propre et de leur libre volonté, y est
infiniment plus grande que ne le suppose aujourd'hui l'impertinence
philosophique de quelques-uns de leurs critiques. L'histoire n'est point
un drame arrêté dès qu'il commence, et les personnages qui y paraissent
font eux-mêmes en grande partie le rôle qu'ils jouent et le dénoûment
vers lequel ils marchent.

Je me trouvais au Palais-Royal le 17 février 1831, au moment où les
députés du Congrès belge vinrent présenter au roi Louis-Philippe la
délibération de cette assemblée qui avait élu son fils, le duc de
Nemours, roi des Belges. J'ai assisté à l'audience que leur donna et
à la réponse que leur fit le Roi[15]. Je ne dirai pas toutes les
hésitations, car il n'avait pas hésité, mais toutes les velléités,
tous les sentiments qui avaient agité, à ce sujet, l'esprit du Roi, se
révélaient dans cette réponse: l'amour-propre satisfait du souverain
à qui le voeu d'un peuple déférait une nouvelle couronne; le regret
étouffé du père qui la refusait pour son fils; le judicieux instinct des
vrais intérêts de la France, soutenu par le secret plaisir de comparer
son refus aux efforts de ses plus illustres devanciers, de Louis XIV et
de Napoléon, pour conquérir les provinces qui venaient d'elles-mêmes
s'offrir à lui; une bienveillance expansive envers la Belgique à qui il
promettait de garantir son indépendance après avoir refusé son trône.
Et au-dessus de ces pensées diverses, de ces agitations intérieures,
la sincère et profonde conviction que le devoir comme la prudence, le
patriotisme comme l'affection paternelle, lui prescrivaient la conduite
qu'il tenait et déclarait solennellement. Plus encore peut-être que sa
démarche même, ce langage du Roi, tout empreint de ses idées et de ses
sentiments personnels, caractérisait fortement dès lors sa politique,
et devait faire pressentir à ses ministres comme aux députés belges,
à l'Europe comme à la France, la persévérance qu'il mettrait à la
pratiquer.

[Note 15: _Pièces historiques_, n° VIII.]

Le prince que ce refus fit monter sur le trône de Belgique, le roi
Léopold, était merveilleusement propre à la difficile situation qu'il
acceptait. Consentant plutôt qu'empressé à devenir roi, et portant dans
l'ambition même une modération patiente qui semblait aller jusqu'à
l'indifférence, observateur sagace des dispositions des peuples, et
connaissant parfaitement l'Europe, ses souverains, leurs conseillers, le
caractère des hommes et les relations des États, il excellait dans
l'art de ménager les intérêts divers ou contraires, et savait attendre
l'occasion du succès aussi bien que la saisir. A peine roi, et pendant
qu'on discutait encore les limites de son royaume, il en affermit
sur-le-champ les fondements. Allemand par l'origine et Anglais par
l'adoption, il se fit Français par l'alliance en épousant la princesse
Louise, fille aînée du roi Louis-Philippe: il se trouva ainsi; dès ses
premiers pas, en bons rapports naturels et légitimes avec tous ses
puissants voisins, et armé de motifs sérieux ou spécieux, tantôt pour
se refuser, tantôt pour accéder à ce que, chacun dans son intérêt, ils
pouvaient lui demander. Des esprits superficiels affectent de mépriser
ces liens de famille entre les souverains, et de les tenir pour vains
entre les États. Étrange marque d'ignorance! de tels liens ne sont sans
doute ni infailliblement décisifs, ni toujours salutaires; mais toute
l'histoire ancienne et moderne et notre propre histoire sont là pour
démontrer leur importance et le parti qu'une politique habile en peut
tirer.

M. de Talleyrand, à Londres, soutenait de son adhésion personnelle, et
avec un sincère désir de réussir, la politique qu'il avait été chargé
d'y porter. Elle convenait à sa situation et à ses goûts, car c'était
une politique à la fois française et européenne. Quelque adonné qu'il
fût à son ambition et à sa fortune, M. de Talleyrand n'a jamais été
indifférent aux intérêts de la France, de sa sûreté et de sa grandeur.
Il y avait en lui du patriotisme à côté de l'égoïsme, et il cherchait
volontiers, dans le succès de la politique nationale, son propre succès.
C'était avec plaisir et zèle qu'il travaillait à défaire, dans la
Conférence de Londres, ce royaume des Pays-Bas qu'en 1814 la coalition
européenne avait fait contre la France. Et il avait en même temps la
satisfaction de servir, dans ce travail, l'ordre européen, et de s'y
livrer, avec le concours, contraint et triste, mais sérieusement
résigné, des mêmes puissances qui, à Vienne, en 1815, avaient consacré
cette organisation de l'Europe à laquelle il fallait faire brèche.
Les diplomates de profession forment, dans la société européenne, une
société à part, qui a ses maximes, ses moeurs, ses lumières, ses désirs
propres, et qui conserve, au milieu des dissentiments ou même des
conflits des États qu'elle représente, une tranquille et permanente
unité. Les intérêts des nations sont là en présence, mais non leurs
préjugés ou leurs passions du moment; et il peut arriver que l'intérêt
général de la grande société européenne soit, dans ce petit monde
diplomatique, assez clairement reconnu et assez fortement senti pour
triompher de toutes les dissidences, et faire sincèrement poursuivre le
succès d'une même politique par des hommes qui ont longtemps soutenu des
politiques très-diverses, mais ne se sont jamais brouillés entre eux, et
ont presque toujours vécu ensemble, dans la même atmosphère et au même
niveau de l'horizon.

Telle était, en 1830 et 1831, la Conférence de Londres, et M. de
Talleyrand y avait pris sa place avec une grande liberté d'allure et de
langage, pour son propre compte presque autant que pour celui de son
souverain, comme on entre chez soi et dans sa société habituelle. Il
ne fallait rien moins qu'une telle disposition des esprits et cette
intimité froide, mais réelle, de la diplomatie européenne, pour résoudre
pacifiquement la question belge et dissiper les nuages qui, des points
les plus divers, venaient à chaque instant l'obscurcir et menacer d'y
jeter la guerre. C'étaient tantôt les émeutes de Paris et les accès
belliqueux de l'opposition dans nos Chambres, tantôt les prétentions et
les bravades inconsidérées des Belges, tantôt l'obstination intraitable
du roi de Hollande, qui portaient au sein de la Conférence,
non-seulement l'inquiétude, mais le doute et l'hésitation dans son
oeuvre. Un de mes amis, et des plus judicieux, attaché à notre ambassade
à Londres, m'écrivait: «Nous sommes ici personnellement bien placés, et
nous continuerons à l'être bien aussi officiellement si le bon ordre se
maintient en France. On est très-bien disposé pour le Roi et pour son
gouvernement; mais il n'y a pas moyen d'effacer de leur esprit que la
propagande révolutionnaire qui les menace tous est permanente chez nous,
et qu'elle n'y est pas suffisamment réprimée... Nous faisons tout ce qui
est au pouvoir du zèle et de l'expérience pour simplifier la question
extérieure; en général elle est peu connue et peu comprise en France;
nos journaux parlent en ignorants du possible et de l'impossible, et
les confondent trop souvent. Ils n'ont bien apprécié, à propos de la
Belgique, ni les difficultés, ni les avantages d'abord de l'armistice,
puis de l'indépendance; nous verrons bientôt ce qu'ils diront de la
neutralité si péniblement obtenue et si combattue par la Prusse. Les
hommes d'État d'ici, à quelque parti qu'ils appartiennent, la regardent
comme ce qui doit le plus satisfaire la France raisonnable; cette
neutralité abat treize forteresses qui nous étaient opposées, rend la
guerre plus difficile à nous faire, et nous ôte, à nous, un prétexte de
la déclarer. Nos fiers-à-bras des boulevards en auront de l'humeur, mais
les bons esprits en seront contents. Ces derniers sont malheureusement
en trop petit nombre. Aussi, quand on fait de la politique, ne faut-il
travailler que pour l'histoire.»

Je ne sais si M. de Talleyrand ne pensait qu'à l'histoire en traitant,
à Londres, la question belge; mais il y déploya une judicieuse et ferme
habileté. C'était, je l'ai déjà dit, sa disposition naturelle de démêler
nettement, dans les affaires dont il était chargé, le but essentiel à
poursuivre, et de s'y attacher exclusivement, dédaignant et sacrifiant
toutes les questions, même graves, qui pouvaient l'affaiblir dans la
position à laquelle il tenait, ou le détourner du point qu'il voulait
atteindre. De 1830 à 1832, il fit à Londres largement usage de cette
méthode: représentant d'un pays et d'un gouvernement sur qui pesaient,
à cette époque, une foule de grandes questions, il ne vit dans les
affaires de France que la question belge, et dans la question belge
qu'un seul intérêt, l'indépendance et la neutralité de la Belgique. Il
faisait bon marché des autres problèmes et événements du temps, Pologne,
Italie, Espagne, Suisse; tantôt gardant, à leur sujet, le silence;
tantôt disant librement ce qu'il en pensait, et, en tout cas,
n'engageant, avec les autres diplomates ses collègues, point de
controverse inutile. Au fond et dans l'intérêt français, il avait raison
d'agir ainsi; la Belgique était, en ce moment, à la fois la grande et la
bonne affaire de la France, le point sur lequel elle pouvait arriver à
un résultat certain, prochain, pas trop chèrement acheté, et important
pour sa force comme pour sa sécurité en Europe. En concentrant sur la
question belge tous ses efforts, M. de Talleyrand jugeait bien de l'état
général des affaires et servait bien son pays.

En rétablissant l'ordre et en relevant le pouvoir à l'intérieur, M.
Casimir Périer faisait de la politique extérieure, et la plus efficace
qui se pût faire. Il était d'ailleurs, et sur l'importance de l'alliance
anglaise, et sur la question belge en particulier comme sur les affaires
générales de l'Europe, non-seulement en accord, mais en confiance avec
M. de Talleyrand, et ils avaient soin l'un et l'autre d'entretenir et
d'accroître cette confiance en s'en donnant mutuellement d'éclatantes
marques. M. Périer, qui écrivait très-rarement, faisait beaucoup valoir,
dans ses conversations à Paris, les services de M. de Talleyrand, et se
servait de son fils aîné, alors secrétaire d'ambassade à Londres, quand
il avait besoin de lui bien expliquer les exigences de la situation
intérieure, ou de se concerter intimement avec lui. M. de Talleyrand,
de son côté, élevait très-haut, auprès des représentants de l'Europe,
l'énergie, l'esprit politique, tous les mérites de M. Casimir Périer, et
ne laissait échapper aucune occasion de lui témoigner, avec son habileté
consommée dans l'art de plaire, la haute estime qu'il lui portait.

Quand l'armée française, en août 1831, entra soudainement en Belgique
pour en chasser les Hollandais victorieux, l'émotion fut vive à Londres
parmi les diplomates, et M. de Talleyrand eut quelque peine à calmer la
méfiance et à contenir l'humeur. En informant M. Casimir Périer qu'il y
avait réussi, il terminait sa lettre par ces mots: «J'espère, monsieur,
que vous serez content de moi.» Je me rappelle le petit mouvement
d'orgueilleux plaisir avec lequel M. Casimir Périer me montra cette
lettre, et à d'autres aussi sans doute. Il apportait d'ailleurs, dans
ses relations indirectes avec M. de Talleyrand, beaucoup de réserve,
attentif à ne pas blesser le général Sébastiani, en qui il avait
confiance et qui le secondait loyalement.

A la fin d'avril 1832, après dix-huit mois de discussions dans la
Conférence de Londres et de négociations entre les sept puissances qui y
étaient ou représentées ou intéressées, après de patients atermoiements
et des tentatives répétées pour amener, entre les prétentions des Belges
et l'opiniâtreté du roi de Hollande, une conciliation volontaire,
la question belge était enfin résolue pour l'Europe. Le cabinet de
Bruxelles avait accepté les vingt-quatre articles adoptés le 15 octobre
1831 par la Conférence pour régler la séparation de la Belgique et de
la Hollande. Les cabinets de Paris et de Londres, de plus en plus unis,
avaient ratifié pour leur compte ces articles, sans attendre l'adhésion
finale des trois puissances du Nord. Le comte Orloff, envoyé à La Haye
par l'empereur Nicolas pour déterminer le roi de Hollande à céder enfin,
avait échoué dans ses efforts, et était reparti pour Pétersbourg, en
remettant au roi Guillaume la déclaration que l'empereur son beau-frère
laisserait désormais la Hollande supporter seule les conséquences de son
obstination, et n'apporterait nul obstacle aux mesures que la Conférence
de Londres pourrait employer pour la contraindre. C'était, de la part de
l'empereur Nicolas, un éclatant sacrifice des liens de famille et de ses
propres sentiments politiques à la paix européenne. A la suite de cette
déclaration, l'Autriche, la Prusse et la Russie avaient, comme la France
et l'Angleterre, et sauf quelques réserves de convenance, ratifié le
traité des vingt-quatre articles. On ne pouvait pas encore dire que
l'oeuvre fût accomplie, car le roi de Hollande persistait à repousser ce
traité, et tout faisait pressentir que la force seule lui arracherait
son consentement; mais le succès de la France était assuré; son
gouvernement, c'est-à-dire le roi Louis-Philippe et M. Casimir Périer,
pensant et agissant de concert, quelles que fussent leurs petites
dissidences domestiques, avaient fait reconnaître et accepter par
l'Europe l'indépendance et les nouvelles institutions de la Belgique
comme les siennes propres. Et c'était sans trouble général, sans guerre,
par le seul empire de la justice et du bon sens reconnus en commun, que
ce profond changement dans l'ordre européen avait été accompli. Exemple
et spectacle plus grands encore que le résultat même ainsi obtenu.

C'eût été pour l'Europe un grand bonheur et un grand honneur que la
question polonaise pût être traitée et réglée en 1831 comme le fut la
question belge. Il y a eu et il y a encore, dans la destinée de la
Pologne, un remarquable et particulier caractère. Les conquêtes, les
démembrements d'États ont abondé en Europe; des provinces, des royaumes
ont bien souvent changé de maître et de nom. Des traités sont intervenus
après les guerres; le temps a passé sur les traités; les changements
territoriaux et nationaux, en dépit de leur amertume première, ont été
consacrés par la paix et le temps, et acceptés non-seulement par les
spectateurs indifférents, mais par les populations mêmes qui les avaient
subis. Rien de semblable n'est arrivé pour la Pologne; bientôt un siècle
se sera écoulé depuis le premier partage de ce malheureux pays; je ne
sais combien d'actes diplomatiques ont reconnu ses nouveaux maîtres;
d'immenses événements ont bouleversé le sort et absorbé l'intérêt de
l'Europe. Au milieu de tant d'iniquités et de calamités nouvelles, le
sort de la Pologne n'a pas cessé d'être senti comme une iniquité et une
calamité européenne. Ce fut le meurtre d'une nation, ont dit avec une
vérité terrible ses amis. En vain on a répondu que les fautes de la
Pologne elle-même, ses détestables institutions, ses dissensions
aveugles, son incurable anarchie avaient amené son malheur, et que le
suicide national avait provoqué le meurtre étranger. Les explications de
l'histoire ne sont pas les arrêts de la justice, et les raisonnements ne
peuvent rien contre les impressions de la conscience publique. Depuis
plus de soixante ans, la Pologne ne figure plus parmi les nations, et
toutes les fois que les nations européennes s'agitent, la Pologne aussi
se remue. Est-ce un fantôme? Est-ce un peuple? Je ne sais: il se peut
que la Pologne soit morte, mais elle n'est pas oubliée.

A côté de ce fait si frappant, j'en remarque un autre qui ne l'est pas
moins. Depuis que la conscience européenne est troublée du sort de la
Pologne, bien des remaniements de l'Europe ont été accomplis; bien
des maîtres puissants et divers ont disposé des peuples. Monarchie ou
république, conquérant ou congrès, aucun d'eux n'a sérieusement tenté
de rappeler la Pologne du tombeau, de guérir cette plaie européenne. Au
moment où le meurtre fut commis, ni la vieille France, ni la vieille
Angleterre, ne firent rien pour l'empêcher; la France et l'Angleterre
nouvelles n'ont pas été plus efficaces; ni la Révolution française, ni
l'empereur Napoléon n'ont fait entrer le rétablissement de la Pologne
dans leurs réels et énergiques desseins. On a prononcé des paroles; on
a entr'ouvert des perspectives; on a exploité des dévouements en
provoquant des espérances; rien de plus. L'extrême malheur a pu seul
puiser quelques illusions dans de tels mensonges. Tout le monde s'est
servi de la Pologne; personne ne l'a jamais servie.

C'est que, dans l'histoire si pleine des malheurs des peuples, il n'y a
point eu d'exemple d'une telle conquête, ni d'une telle situation
après la conquête. Ce n'est pas seulement un vaincu en présence de
son vainqueur; il y a en Pologne un vaincu et trois vainqueurs. Trois
vainqueurs comptés parmi les plus puissants États de l'Europe, et
toujours unis, par un même et permanent intérêt, dans la défense de
leur conquête, commune encore quoique partagée. Le vaincu est situé
à l'extrémité de l'Europe, ne rencontrant de sympathie et ne pouvant
trouver d'appui qu'à d'immenses distances, à travers les possessions de
ses vainqueurs. Et pour le plus redoutable des trois vainqueurs, pour la
Russie, la conservation de sa part de la Pologne n'est pas seulement une
question de gouvernement, un intérêt de souverain; c'est une passion
nationale: le peuple russe est encore plus ardent que l'empereur à
ne pas souffrir que la Pologne échappe à l'empire. Entre les nations
malheureuses, la Pologne a ce malheur particulier qu'elle a été trop
grande, et qu'encore aujourd'hui, dans sa ruine, son sort reste trop
grand. Que des réfugiés goths dans les montagnes des Asturies, que des
peuplades grecques en Epire, dans le Péloponèse ou en Thessalie,
aient lutté pendant des siècles contre les Arabes et les Turcs, leur
résistance, quoique douloureuse et glorieuse, était simple; ces débris
de nation n'aspiraient qu'à maintenir, dans quelque coin de leur patrie,
un reste de nationalité et d'indépendance locale. La Providence a
récompensé leur courage en agrandissant enfin leur destinée: mais ces
modestes héros ont longtemps combattu et souffert sans prétention
pareille, uniquement pour la défense de leur foi et de leurs obscurs
foyers. Les Polonais soulèvent et ne peuvent pas ne pas soulever, dès
qu'ils s'agitent, une grande lutte nationale et européenne. Il s'agit de
reconquérir et de reconstituer un grand royaume. La question polonaise
remet en question la paix et l'organisation de l'Europe entière.

Je ne m'étonne pas que tous les gouvernements qui ont déploré le sort de
la Pologne, et lui ont témoigné de la sympathie, n'en aient pas moins
regardé son rétablissement comme impossible, et ne l'aient jamais
sérieusement tenté. Ils auraient eu, pour leur propre compte et
aux dépens de leur propre nation, trop de forces à engager et trop
d'intérêts à compromettre dans une telle entreprise.

Les Polonais avaient, en 1830, une chance dont ils auraient pu tirer
grand parti s'ils avaient mieux jugé de leur situation et plus sensément
réglé leur ambition sur leur force. Pendant et après le congrès de
Vienne, l'empereur Alexandre, avec ce mélange de grandeur morale,
d'ambition russe et d'esprit chimérique qui le caractérisait, leur avait
assuré une existence nationale, des institutions, des libertés, des
droits. Des droits reconnus non-seulement dans leur patrie et par leur
souverain, mais en Europe, et par les puissances garantes de l'ordre
européen. Que ces institutions, ces libertés, bornées à la seule Pologne
russe, ne satisfissent pas le patriotisme polonais; que, là même où
elles avaient été proclamées, elles eussent été, depuis 1815, souvent
oubliées ou violées par le gouvernement russe; que la Pologne eût des
griefs constitutionnels à élever en même temps que des regrets nationaux
à ressentir; je ne conteste pas, je n'examine pas, je ne touche pas à
ces questions; je m'attache à un seul fait: une grande partie de la
nation polonaise avait une charte, point de départ et d'appui dans ses
essais de la vie publique et libre. Qu'elle s'y fût attachée comme à son
ancre; qu'elle l'eût exploitée et défendue comme son champ; qu'elle eût
déployé, pour conserver, pratiquer, reprendre ou étendre ses droits
légaux, l'énergie et le dévouement qu'elle a dépensés à tenter, dans les
plus mauvaises conditions possibles, les succès révolutionnaires; je ne
sais quels efforts elle eût eu à faire et quelles souffrances à subir,
ni à combien d'années de luttes et d'attente elle eût dû se résigner;
mais, à coup sûr, elle eût exercé plus d'action sur son propre
souverain; elle eût trouvé en Europe des sympathies, probablement même
des appuis plus efficaces que les émeutes des rues de Paris, et elle eût
eu infiniment plus de chances de ressaisir son rang parmi les nations.

Ce n'est point là, et après l'événement, le rêve d'un étranger; ce
fut, en novembre 1830, au moment où éclata l'insurrection polonaise,
non-seulement l'avis, mais la conduite du premier chef qu'elle se
choisit elle-même, et dont, trois semaines après, à l'unanimité moins
une voix, la diète polonaise fit un dictateur. Tout jeune encore, Joseph
Chlopicki avait combattu pour l'indépendance de sa patrie, et le héros
patriote de la Pologne, Kosciusko, touché de sa bravoure, l'avait
embrassé avec effusion en passant devant le front de l'armée. Quand il
n'y eut plus de Pologne, Chlopicki, décidé à ne pas servir ses nouveaux
maîtres, avait passé en France, et, de grade en grade, il était devenu
un officier général très-distingué dans la grande armée de Napoléon.
Rentré dans sa patrie après la paix de 1814, il y fut traité par
l'empereur Alexandre avec une faveur marquée; mais, trop fier pour se
plier au gouvernement du vice-roi de Pologne, le grand-duc Constantin,
il donna sa démission du service, et il vivait dans la retraite quand
le voeu, d'abord de l'armée et du peuple soulevés, puis de la diète
nationale, lui déféra le pouvoir suprême. Il l'accepta sans hésiter, et
s'en servit sur-le-champ pour réprimer le mouvement démagogique, tout
en soutenant le mouvement national; il ferma les clubs de Varsovie,
maintint l'ordre dans la ville, la discipline dans l'armée, et écrivit
à l'empereur Nicolas, lui exposant avec une ferme franchise les voeux
comme les griefs de la Pologne russe, et demandant pour elle justice et
espérance: «En ma qualité d'ancien soldat et de bon Polonais, j'ose,
sire, vous faire entendre la vérité: par un concours inouï de
circonstances, se trouvant dans une position peut-être trop hardie, la
nation n'en est pas moins prête à tout sacrifier pour la plus belle des
causes, pour son indépendance nationale et sa liberté modérée. Que notre
destinée s'accomplisse! Et vous, sire, remplissant à notre égard
les promesses de votre prédécesseur, prouvez-nous, par de nouveaux
bienfaits, que votre règne n'est qu'une suite non interrompue du règne
de celui qui a rendu l'existence à une partie de l'ancienne Pologne.
Vous tenez, sire, dans votre main, les destinées de toute une nation;
d'un seul mot, vous pouvez la mettre au comble du bonheur; d'un seul
mot, la précipiter dans un abîme de maux.»

Je n'ai rien à dire des événements qui suivirent cette lettre; je
n'écris pas l'histoire du temps; je ne rappelle que la part que j'y ai
prise et ce que j'ai pensé et senti en y assistant. Neuf mois plus tard,
quand l'imprévoyance révolutionnaire l'eut emporté en Pologne, quand le
dictateur Chlopicki, trop sensé pour se soumettre aux clubs de Varsovie,
se fut démis de tout pouvoir, quand le général Skrzynecki, moins
judicieux en politique, mais son digne successeur dans le commandement
de l'armée polonaise, eut succombé dans une lutte impossible, après les
massacres commis dans Varsovie par la démagogie déchaînée la veille de
sa ruine, quand Varsovie et la Pologne furent retombées au pouvoir des
Russes, pendant que Chlopicki, grièvement blessé dans la bataille de
Grochow où il avait combattu comme simple soldat, vivait modestement à
Cracovie où il s'était retiré, M. Mauguin, dans l'un de nos débats à
la Chambre des députés sur les affaires étrangères, parla des généraux
Chlopicki et Skrzynecki comme des chefs d'un parti timide et flottant,
qui avait lutté contre le parti national, et qui eût volontiers accepté
la pure restauration du despotisme russe; je me récriai contre ce
langage: «C'est une injure, dis-je, que de qualifier de la sorte ces
deux braves généraux; la lutte n'était pas entre eux et le parti
national, mais entre eux et les clubs de Varsovie. Ils ne voulaient
pas une restauration russe; mais ils avaient le bon sens de comprendre
qu'entre la Pologne et la Russie la lutte était peut-être inégale, et
que, dans cette énorme inégalité, il eût été peut-être utile à leur
patrie de se réserver une chance et quelques moyens de traiter.»

Je n'avais et n'ai jamais eu, avec ces deux vaillants chefs polonais,
aucune relation; mais leur cause, comme leurs sentiments, avaient ma
sympathie, et je prends plaisir à me rappeler aujourd'hui que je n'ai
pas manqué l'occasion de la leur témoigner.

On a dit que le gouvernement de 1830 avait trompé les Polonais en leur
laissant espérer un appui qu'il ne leur a jamais donné, ni voulu donner.
Les faits démentent absolument ce reproche. Dès les premiers jours de
l'insurrection, le consul de France à Varsovie, M. Raymond Durand,
déclara à plusieurs membres de la diète qu'ils ne devaient attendre de
son gouvernement ni encouragement, ni secours. Six semaines après,
vers la fin de janvier 1831, le duc de Mortemart, nommé ambassadeur
extraordinaire à Pétersbourg, se rendait à son poste: «À Berlin, dit
M. de Nouvion[16], il apprit que la diète polonaise était saisie d'une
proposition de déchéance de l'empereur Nicolas et de la famille des
Romanow; à quelque distance au delà de cette capitale, il rencontra, au
milieu d'une forêt, des agents du nouveau gouvernement de Varsovie
qui s'étaient portés sur son passage, afin de l'interroger sur les
dispositions de la France. C'était la nuit, par un froid rigoureux. La
conférence, commencée dans la neige, s'acheva, sur la route même, dans
la voiture de l'ambassadeur, dont les lanternes éclairaient seules cette
scène bizarre: «Mes instructions, dit M. de Mortemart, ne m'autorisent à
agir qu'en faveur du royaume de Pologne, tel qu'il a été constitué par
le congrès de Vienne; si les Polonais allaient au delà, ils n'auraient
pas à compter sur l'appui de la France.» Il établit ensuite comment la
France ne pouvait, pour soutenir, au mépris des principes par elle-même
proclamés, les prétentions de la Pologne, provoquer l'Europe à une
guerre désespérée, et il pressa les diplomates polonais de retourner au
plus tôt à Varsovie pour y déconseiller toute résolution violente. Mais
ceux-ci, loin de se rendre à son avis, se montrèrent pleins de confiance
dans le concours qu'ils attendaient de la France: «La démocratie
française, dirent-ils, sera maîtresse des événements, et la démocratie
française soutiendra la Pologne; votre Roi et vos Chambres seront forcés
par l'opinion publique de nous venir en aide;» et ils prononcèrent le
nom de M. de La Fayette comme étant le pivot sur lequel reposaient leurs
espérances. M. de Mortemart s'efforça vainement de les désabuser en leur
représentant que M. de La Fayette ne disposait pas de la France, et
que le gouvernement français, en eût-il le désir, serait dans
l'impossibilité de leur envoyer une armée. Comme il insistait pour
qu'ils engageassent leurs compatriotes à la modération, il n'en obtint
que cette réponse: «Le sort en est jeté; ce sera tout ou rien.--Eh!
bien, reprit M. de Mortemart, je vous le dis avec douleur, mais avec une
profonde conviction; ce sera rien.»

[Note 16: _Histoire du règne de Louis-Philippe 1er_, par Victor de
Nouvion, t. II, p. 189-192; ouvrage aussi recommandable par l'exactitude
des recherches historiques que par la probité des sentiments politiques.
M. le duc de Mortemart m'a donné l'assurance que les détails contenus
dans le récit de M. de Nouvion étaient parfaitement exacts.]

Quelques mois plus tard, en juillet 1831, quand la Pologne, après des
efforts héroïques, était près de succomber dans cette lutte dont elle
avait fait elle-même une guerre à mort, le cabinet français, pour
arrêter l'effusion du sang, pour donner aux Polonais un témoignage de
sympathie et au sentiment de la France quelque satisfaction, fit à
Pétersbourg une tentative de médiation, en en informant le gouvernement
de Varsovie et en l'engageant à tenir, dans son langage et dans la
conduite de la guerre, quelque compte de cette chance. Sur l'invitation
formelle de M. Casimir Périer, M. de Talleyrand fit en même temps à
Londres un effort, probablement sans en espérer grand'chose, pour
déterminer le cabinet anglais à se joindre à la démarche du cabinet
français. Mais en parlant à la Chambre des députés de cette tentative,
M. Casimir Périer prit soin d'en bien déterminer la portée, et de ne pas
laisser croire que le gouvernement du Roi voulût s'engager plus loin:
«Avant le 13 mars, dit-il, aucune médiation n'avait encore été offerte
pour la Pologne. Nous avons conseillé au Roi d'offrir le premier la
sienne. Ses alliés ont été pressés de s'unir à lui pour arrêter le
combat, pour assurer à la Pologne des conditions de nationalité mieux
garanties. Ces négociations se continuent; nous les suivons avec
anxiété, car le sang coule, le péril presse, et la victoire n'est pas
toujours fidèle. A quel autre moyen pouvions-nous recourir, messieurs?
Fallait-il, comme nous l'avons entendu dire, reconnaître la Pologne?
Même en supposant que la foi des traités, que le respect de nos
relations nous eussent donné le droit de faire cette reconnaissance,
elle eût été illusoire si des effets ne l'eussent suivie, et alors
c'était la guerre. J'en appelle à la raison de cette Chambre, car ici ce
n'est pas l'émotion et l'enthousiasme qui doivent prononcer, c'est la
raison; la France doit-elle chercher la guerre? Doit-elle recommencer la
campagne gigantesque où se perdit la fortune de Napoléon? Cette guerre
qu'on nous demande, y pense-t-on? C'est la guerre à travers toute la
largeur du continent européen; c'est la guerre universelle, objet de
tant d'ambitions délirantes, de tant de chimériques passions. Si du
moins on nous prouvait que cette croisade héroïque eût sauvé la Pologne!
mais non, messieurs: si la France fût sortie de sa neutralité, c'en
était fait de la neutralité qu'observent d'autres puissances, et quatre
jours de marche seulement séparent leurs armées de cette capitale qui
se défend à quatre cents lieues de nous. En présence de tels faits, qui
donc ose demander la guerre, non pour sauver la Pologne, mais pour la
perdre?»

A peine ces paroles étaient prononcées, que le cabinet anglais,
alléguant avec une rude franchise l'intérêt de la paix, la politique
générale de l'Angleterre et la vanité de toute intervention officielle
à Pétersbourg, refusait de joindre ses offres de médiation à celles du
cabinet français. Huit jours après, Varsovie tombait entre les mains
de ses démagogues, trois semaines après entre celles des Russes.
Les événements allaient plus vite que les dépêches. Les Polonais ne
pouvaient se plaindre de n'avoir pas été soutenus par le gouvernement du
roi Louis-Philippe; il ne leur avait donné aucun droit de compter sur
son appui.

Pourtant je comprends qu'ils s'y soient trompés, et que les plus
formelles déclarations du gouvernement Français et de ses agents n'aient
pas réussi à les détromper. Les journaux et les émeutes de Paris, les
discours et les correspondances de la plupart des chefs de l'opposition
devaient les jeter dans de grandes illusions. Même convaincus que le roi
Louis-Philippe et son cabinet ne leur viendraient pas en aide par la
guerre, ils pouvaient croire, comme ils le disaient au duc de Mortemart,
que ce cabinet serait renversé, et que l'opposition arrivée au pouvoir
agirait efficacement pour eux. Les apparences et les probabilités
superficielles devaient soutenir, échauffer même leurs passions et leurs
espérances. Les gens qui crient dans les Chambres et dans les rues
s'inquiètent peu des conséquences du bruit qu'ils font, et du sens qu'y
attacheront à l'autre extrémité de l'Europe les gens qui souffrent. Il
y avait d'ailleurs, dans les manifestations publiques en France pour
la Pologne, autre chose que des apparences et du bruit; le sentiment
national était sincèrement et vivement excité; un de mes amis, homme
d'un esprit rare et qui soutenait avec zèle M. Casimir Périer,
m'écrivait du fond de son département le 29 juin 1831, précisément
au moment où, après la mort du maréchal Diebitsch et du grand-duc
Constantin, le maréchal Paskéwitch prenait le commandement de l'armée
russe et préparait l'assaut de Varsovie: «L'état général des esprits me
préoccupe; je les ai vus s'altérer, se gâter rapidement depuis un mois.
Ce pays-ci est devenu méconnaissable si je le compare à ce qu'il m'a
paru au commencement de mai. Il y avait alors de l'amélioration, non pas
sur le mois d'octobre dernier, mais sur ce que le pays avait dû être
de février en avril. Aujourd'hui c'est un mélange d'irritation et de
découragement, de crainte et de besoin de mouvement; c'est une maladie
d'imagination qui ne peut ni se motiver, ni se traduire, mais qui
me paraît grave. Les esprits me semblent tout à fait à l'état
révolutionnaire, en ce sens qu'ils aspirent à un changement, à une
crise, qu'ils l'attendent, qu'ils l'appellent, sans qu'aucun puisse dire
pourquoi. Il faut que, pour votre compte, vous cherchiez et que vous
répétiez au gouvernement de chercher les moyens de guérir un tel mal.
Paris me semble rallié dans un sentiment énergique de résistance; mais
les départements n'en sont point là. Je ne puis trop vous prier de
réfléchir que nous ne sommes pas dans un moment de raison, où les moyens
tout raisonnés du système représentatif suffisent. Ne comptez pas trop
sur l'autorité de la Chambre, fût-elle bonne, et cherchez ailleurs. Je
suis persuadé qu'une guerre serait utile, bien entendu si l'on parvenait
à la limiter. Je serais disposé à la risquer en exigeant beaucoup pour
la Pologne. C'est bien plus populaire que la Belgique. Pourquoi? parce
que c'est plus dramatique. La France est, pour le moment, dans le genre
sentimental bien plus que dans le genre rationnel.»

C'était là toucher à un mal réel et en bien marquer le caractère; mais
loin de le guérir, le remède proposé n'eût fait que l'aggraver. A ce
vague état révolutionnaire des esprits, à ce besoin confus de mouvement,
la guerre, surtout une guerre à propos de la Pologne, eût substitué
l'état révolutionnaire positif, actif, avec toutes ses exigences et
toutes ses conséquences. La guerre peut être, dans certains moments, un
dérivatif utile à l'humeur agitée des peuples; mais ce dérivatif qui,
même lorsqu'il réussit, finit toujours par être bien chèrement payé,
n'est pas toujours applicable: sur aucune des questions que la
Révolution de 1830 avait soulevées en Europe, la France ne pouvait avoir
en 1831 une guerre ordinaire et limitée. Et une guerre qui aurait pris
bientôt le caractère révolutionnaire eût été d'autant plus dangereuse,
que la France ne l'aurait pas longtemps soutenue avec ardeur et
confiance: aucune nécessité véritable et claire, aucun intérêt national
et permanent ne l'y poussaient; l'impression du moment et le plaisir du
drame auraient bientôt disparu devant la souffrance des intérêts et
la lumière du bon sens. Il faut que les peuples qui veulent être bien
gouvernés renoncent à faire, de leurs impressions et de leurs goûts
dramatiques, la règle de leur gouvernement. Ils ont quelquefois, comme
les individus, ce que la médecine appelle des maux de nerfs, des
vapeurs; sous des institutions libres, ces dispositions se manifestent
bruyamment, et une politique intelligente en tient compte, mais dans
la mesure de ce qu'elles valent et en sachant bien qu'elles ne sont
nullement propres à une forte et longue action. C'est presque toujours,
pour les nations comme pour les individus, un mal à traiter par le seul
remède qui lui convienne, un bon régime soutenu et le temps. Ce fut
le mérite de M. Casimir Périer de ne point céder à ces fantaisies qui
n'étaient pas de vraies passions, et de persister à faire les affaires
de la France selon le droit public et l'intérêt bien entendu, comme un
homme sérieux fait les affaires d'un peuple sérieux.

Quoiqu'elle ait donné lieu de sa part à l'acte le plus hardi de la
politique française au dehors après 1830, la question italienne était,
en 1831, bien moins périlleuse pour le cabinet que la question belge ou
la question polonaise, et bien moins brûlante dans le public. Les
deux idées, ou plutôt les deux passions qui dominent et enflamment
aujourd'hui cette question, l'expulsion de l'Autriche et l'unité de
l'Italie, n'avaient pas éclaté à cette époque; elles étaient bien au
fond des coeurs et se manifestaient dans le langage ou le travail caché
des conspirateurs italiens; mais ils ne les déclaraient pas encore
hautement, comme leur prétention absolue et leur but avoué. J'ajourne ce
que j'ai à coeur de dire sur l'état général de l'Italie et la question
italienne en Europe au moment où cette question s'est manifestée dans
toute sa grandeur, pendant ma propre administration, de 1846 à 1848; je
ne veux parler ici que de la situation des affaires d'Italie en 1831 et
1832, de ce qu'en pensait alors le cabinet français, de ce qu'il y fit,
et de la part que je pris moi-même aux débats dont elle fut l'objet.

Il n'y avait, à cette époque, aux deux extrémités de l'Italie, et dans
les deux États les plus liés à la France, soit par la contiguïté des
territoires, soit par la parenté des souverains, dans le Piémont et
à Naples, point d'insurrection flagrante ni d'explosion évidemment
prochaine. Le roi de Naples, Ferdinand II, monté sur le trône depuis
la Révolution de Juillet et en rapports affectueux avec le roi
Louis-Philippe et la reine Marie-Amélie, son oncle et sa tante, semblait
disposé à suivre leurs conseils et à introduire dans son gouvernement
des réformes. Le roi de Sardaigne, Charles-Félix, avait vu les
événements de 1830 en France avec grande inquiétude, mais sans mauvais
vouloir pour le nouveau roi; les deux souverains se connaissaient
personnellement; la reine Marie-Amélie était en correspondance
habituelle avec la reine Marie-Christine, sa soeur. Quand le nouvel
ambassadeur de France, M. de Barante, arriva à Turin, il y trouva
beaucoup de crainte des mouvements révolutionnaires, mais point de
méfiance du gouvernement français; on ne le croyait nullement disposé à
susciter ou à soutenir en Italie des troubles. Tout en s'appuyant sur
l'Autriche, le cabinet piémontais conservait envers elle son attitude
comme son sentiment d'indépendance et de réserve; il avait reçu
froidement, sans les repousser absolument, les offres de secours que
le prince de Metternich s'était empressé de lui faire contre les
révolutions; il était sincèrement résolu à vivre en bons termes avec
la France de 1830 et son gouvernement. De leur côté, les libéraux
piémontais, même les _carbonari_, accoutumés, depuis leur échec de 1821,
à la précaution et au silence, ne tentaient aucun mouvement; ils se
rapprochaient de M. de Barante, plutôt par curiosité que dans l'espoir
ou même avec le dessein de l'attirer dans leurs vues; un projet de
proclamation fut imprimé en épreuve et lui fut montré, bien plus
pour savoir ce qu'il dirait que pour lui donner officieusement une
information. Nous étions en correspondance intime, et il m'écrivit le 8
février 1831, avec une sagacité que les événements se sont chargés de
prouver: «Ce pays-ci est calme; le gouvernement est inquiet, mais ne
se trouve aucun parti à prendre; les chances d'un mouvement jacobin et
carbonaro semblent s'éloigner; les chances d'un progrès rapide dans
l'opinion générale en deviennent plus grandes. Tous les yeux sont fixés
sur nous. Le parti absolutiste, celui qui voudrait lutter et qui se fait
des chimères, se compte par individus. Les hommes des hauts emplois, la
noblesse passé cinquante ans, le Roi lui-même ne demandent que le _statu
quo_ gouverné sagement et avec égards pour tous. L'aristocratie plus
jeune dit qu'il faut que la révolution vienne d'en haut, pour ne pas
arriver d'en bas, et songe à de grandes réformes. D'autres, dans cette
classe, vont même beaucoup plus loin et voudraient marcher presque du
même pas que nous. On n'en est pas encore ici à compter pour beaucoup
l'opinion du Tiers-État qui a pourtant à peu près autant de valeur qu'en
France; on le ménage tous les jours de plus en plus, mais on ne l'admet
pas, et on l'ignore. C'est là, ce me semble, ce qui est le gage le plus
vraisemblable d'une révolution. Il y a une réforme sociale à faire, et
elles ne s'opèrent guère par ordonnances des rois.»

La mort du roi Charles-Félix, survenue le 27 avril 1831, et l'avènement
du roi Charles-Albert, son successeur, ne changèrent rien alors, en
Piémont, à cet état du gouvernement et du pays. De 1830 à 1832, la
portion de l'Italie que gouvernaient des princes de la maison de Bourbon
fut tranquille et en bons rapports avec la France de 1830 et son nouveau
roi.

Ce fut dans les petits États possédés par des princes de la maison
d'Autriche et dans les États du pape, à Modène, à Parme, à Bologne, à
Ancône qu'éclata l'insurrection. Le prince de Metternich avait hautement
déclaré la conduite que tiendrait l'Autriche en pareil cas: mettre ses
propres possessions italiennes à l'abri de l'incendie révolutionnaire
en l'étouffant chez ses voisins, protéger les princes de la maison
d'Autriche et les souverains italiens qui réclameraient son secours
contre les révolutions tentées dans leurs États, c'était là sa doctrine
publique et sa ferme résolution. M. de Metternich était à la fois un
praticien à vues positives et un théoricien à maximes savantes; d'un
esprit trop élevé pour ne pas connaître les besoins et les goûts de
l'esprit humain, il avait toujours soin de placer ses actes sous un
grand drapeau intellectuel; il allait sans hésiter à son but pratique,
mais en donnant, à ses adversaires comme à ses alliés, le plaisir ou
l'embarras de disserter philosophiquement sur la route. Il établit, sur
le droit d'intervention dans certains cas et certaines limites, des
principes que le gouvernement français de 1831 ne pouvait reconnaître,
car il avait exprimé naguère, à propos de la Belgique, des principes
en apparence contraires, mais qu'il ne devait pas non plus contester
absolument, car il était bien résolu à se mêler de ce qui se passerait
chez ses voisins si les intérêts de la France avaient évidemment et
gravement à en souffrir. Les principes généraux ont presque toujours le
tort de ne pas l'être assez pour embrasser tous les faits et convenir à
tous les cas; aussi sont-ils d'ordinaire des armes de discussion plutôt
que des règles de conduite. Le prince de Metternich envoya les troupes
autrichiennes à Modène et à Bologne, au nom du droit d'intervention
tel qu'il le définissait, mais en se hâtant de les retirer dès que les
insurrections furent réprimées, ce qui n'exigea ni un long temps, ni
un grand effort. M. Casimir Périer maintint le principe de
non-intervention, mais en déclarant «qu'il n'en résultait point un
contrat synallagmatique avec les insurrections de tous les pays, et que
l'appui prêté par la France à ses voisins de Belgique n'établissait,
entre elle et des nations éloignées, aucune espèce de solidarité du même
genre.» Les deux ministres voulaient à la fois veiller aux intérêts de
leur propre pays et maintenir la paix de l'Europe; et tout en discutant
ils se toléraient ou même s'entr'aidaient l'un l'autre dans leur travail
vers leur double but.

Mais il était évident que, tant que les États italiens où l'insurrection
avait éclaté, et surtout les États-Romains, resteraient dans la même
situation intérieure, l'insurrection y recommencerait sans cesse, et
qu'on verrait sans cesse, sur ce point, l'intervention nécessaire et la
paix de l'Europe compromise. Il y a un degré de mauvais gouvernement que
les peuples, grands ou petits, éclairés ou ignorants; ne supportent plus
aujourd'hui: au milieu des ambitions démesurées et indistinctes qui
les travaillent, c'est leur honneur et le plus sûr progrès de la
civilisation moderne qu'ils aspirent, de la part de ceux qui les
gouvernent, à une dose de justice, de bon sens, de lumières et de soins
pour l'intérêt de tous, infiniment supérieure à celle qui suffisait
jadis au maintien des sociétés humaines. Les pouvoirs qui ne
comprendront pas cette condition actuelle de leur existence, et n'y
sauront pas satisfaire, passeront tour à tour de la fièvre à l'atonie,
et seront toujours à la veille de leur ruine. Frappées de cette
nécessité de notre temps, et vivement pressées par le gouvernement
français, les grandes puissances européennes essayèrent d'en
convaincre aussi la cour de Rome, et de la déterminer à apporter dans
l'administration de ses États des réformes suffisantes, sinon pour
répondre à tous les désirs des libéraux italiens, du moins pour leur
enlever leurs plus justes motifs de plainte et leurs meilleurs moyens
de crédit auprès des populations. Les représentants de la France, de
l'Autriche, de l'Angleterre, de la Prusse et de la Russie, à Rome;
firent dans ce but, le 21 mai 1831, une démarche positive et concernée
qui allait jusqu'à indiquer au pape les principales réformes dont
l'Europe reconnaissait la nécessité et lui donnait le conseil[17].

[Note 17: _Pièces historiques_, n° X.]

La France avait alors pour représentant à Rome un de mes amis
particuliers, le comte de Sainte-Aulaire, singulièrement propre, par ses
dispositions et ses sentiments personnels, à la mission dont il
était chargé. C'était non-seulement un très-galant homme et un homme
très-éclairé, mais un catholique sincère en même temps qu'un libéral
sincère, et un libéral modéré en même temps que résolu. Il portait, dans
les conseils qu'il donnait à la cour de Rome au nom de la France, autant
de respect et de bon vouloir pour le pape que de zèle en faveur des
populations romaines et pour l'amélioration de leur gouvernement. S'il y
avait un écueil dont il eût à se garder, c'était l'excès de la franchise
dans l'expression successive des sentiments divers qui l'animaient et
dans la défense alternative des intérêts divers qu'il avait à concilier.
En soutenant, tour à tour et selon le besoin du moment, tantôt le
gouvernement papal contre des prétentions sans mesure ou des menées
hostiles, tantôt les voeux des populations romaines et les réformes
qu'il demandait pour elles contre les préjugés ou l'entêtement de leurs
maîtres, il abondait quelquefois avec trop d'effusion dans la cause dont
il prenait ce jour-là la défense, sans se préoccuper assez de celle
qu'il aurait à défendre le lendemain, et de l'effet de ses diverses
paroles sur le public, soit de France, soit d'Italie, qui l'entendait
parler. Il était toujours parfaitement sensé et loyal, pas toujours
assez prévoyant et circonspect. Noble défaut qui n'eût eu aucun
inconvénient si la plupart des autres acteurs politiques, Italiens
et Français, n'avaient pas eu plus d'arrière-pensées que M. de
Sainte-Aulaire, et si la politique de toutes les puissances européennes
avait été, dans la question italienne, aussi décidée que celle du
cabinet français et de son ambassadeur à Rome en 1831.

Mais il n'en était pas ainsi: les meneurs populaires en France
cherchaient, dans les affaires d'Italie, tout autre chose que la réforme
du gouvernement romain, et, pour beaucoup de libéraux italiens, cette
réforme n'avait de valeur qu'autant qu'elle préparait une révolution
et une guerre nationales au lieu de les prévenir. De leur côté, les
puissances européennes étaient loin de porter toutes, dans leurs
conseils au pape, les mêmes sentiments: le prince de Metternich ne
croyait guère, je pense, au succès des réformes indiquées, et l'empereur
Nicolas ne le désirait point. C'était là, aux yeux de l'un des rêves,
aux yeux de l'autre, des atteintes aux droits et à l'autorité d'un
souverain. Ils s'étaient prêtés à la démarche faite auprès du pape, par
prudence dans un moment d'orage, surtout par égard pour la France
et l'Angleterre, dont ils redoutaient l'action libérale et qu'ils
espéraient contenir en ne s'en séparant pas; mais, dans leur coeur, ils
ne portaient à leur propre sollicitation ni confiance, ni goût.

Rien n'est plus imprudent et ne crée, dans les grandes affaires, plus
d'embarras que les actes qui ne sont pas faits sérieusement, et dont
ceux-là même qui les font n'espèrent ou ne désirent pas le succès. Les
bonnes apparences sans effet sont fatales à la bonne politique, et les
remèdes vains aggravent le mal qu'ils ont l'air de vouloir guérir.
Pour échapper à des difficultés intérieures ou à des mésintelligences
diplomatiques, par complaisance plutôt que par conviction, on avait
demandé à la cour de Rome des réformes; on ne s'inquiéta guère de
savoir, d'abord si elles étaient praticables et suffisantes, ensuite si
elles étaient exécutées; on voulait une démonstration bien plus qu'un
résultat; la démonstration affaiblit le pape, et le résultat ne satisfit
point les populations. Si les puissances européennes avaient été
vraiment d'accord sur le fond des choses, si elles avaient toutes pris à
leurs conseils le même intérêt, si elles avaient exercé sur la cour de
Rome une action unanime et soutenue, elles auraient peut-être fait faire
à la question italienne un pas vers une réelle et bonne solution; elles
ne firent que l'envenimer. Les populations, déjà peu disposées à se
contenter même de réformes efficaces, s'empressèrent de se livrer à
l'irritation des espérances trompées. Quelques mois à peine après la
promulgation des édits du pape, en date des 5 juillet, 5 et 31 octobre,
et 4 et 5 novembre 1831, pour la réforme de l'administration municipale,
de la justice civile et de la justice criminelle dans les Légations[18],
le désordre et l'insoumission d'abord, puis l'insurrection y
recommencèrent; les gardes civiques se levèrent en armes; le cardinal
Bernetti adressa une note aux représentants des cours étrangères pour
leur déclarer la nécessité où se trouvait le pape de rentrer dans les
voies d'une répression énergique. Toute réforme de la justice criminelle
fut en effet suspendue; la guerre civile éclata; les troupes du pape
battirent les insurgés sans les soumettre, et leurs excès après la
victoire rengagèrent la lutte sous la forme des séditions locales, des
vengeances privées, des rencontres fortuites, des assassinats. Sur la
demande de la cour de Rome, et presque à la joie des populations, les
Autrichiens rentrèrent dans les villes, dont ils venaient de sortir.

[Note 18: _Pièces historiques_, n° XI. Je joins à ces édits une lettre
que M. Rossi m'écrivit de Genève, le 10 avril 1832, plusieurs mois après
leur promulgation, et qui montre combien, soit par leur insignifiance,
soit par leur non-exécution, ils avaient peu satisfait les Italiens les
plus modérés, et quelles espérances ou plutôt quels désirs continuaient
d'agiter les esprits. (_Pièces historiques_, n° XI.)]

La question italienne se présenta alors sous un tout autre aspect. Le
concert des puissances avait été vain. La France, dont la politique à la
fois libérale et antirévolutionnaire avait paru adoptée par l'Europe,
n'avait pas réussi à la faire triompher en Italie, ni à établir, par
cette voie, l'accord entre le pape et ses sujets. C'étaient l'Autriche
et la politique de répression matérielle qui prévalaient. Si on en
restait là, si le gouvernement français ne se montrait pas sensible
à cet échec et prompt à le réparer, il n'avait plus en Italie ni
considération, ni influence; en France, il ne savait que répondre aux
attaques et aux insultes de l'opposition. Déjà elle s'indignait, elle
questionnait, elle racontait les douleurs des Italiens, les excès des
soldats du pape, la rentrée des Autrichiens dans les Légations en
dominateurs et presque en sauveurs pour la sécurité de la population
comme pour l'autorité du souverain. Il n'y avait là, pour la France,
point d'intérêt matériel et direct; mais il y avait une question de
dignité et de grandeur nationale, peut-être aussi de repos intérieur.
La politique de la paix était abaissée et compromise. M. Casimir Périer
n'était pas homme à prendre froidement et à accepter oisivement cette
situation. Le Roi partagea son avis. L'expédition d'Ancône fut résolue.

On sait avec quelle rapidité et quelle vigueur elle fut exécutée. Partie
de Toulon le 7 février 1832, sous les ordres du capitaine de vaisseau
Gallois, et portant le 66e régiment de ligne, commandé par le colonel
Combes, la petite escadre française arrivait le 22 en vue d'Ancône;
dans la nuit, à deux heures, la frégate _la Victoire_ entrait à pleines
voiles dans le port; les troupes débarquaient en silence; les portes de
la ville étaient enfoncées; et le lendemain matin, sans qu'une goutte
de sang eût coulé, la ville et la citadelle étaient occupées par nos
soldats faisant le service de tous les postes concurremment avec les
soldats du pape, et le drapeau français flottait à côté du drapeau
romain.

En France comme en Italie, comme dans toute l'Europe, la surprise fut
extrême. Non que l'idée de quelque acte semblable du gouvernement
français fût tout à fait nouvelle et n'eût pas déjà occupé les cabinets
et les diplomates. Dès la première entrée des Autrichiens dans les
Légations, M. de Sainte-Aulaire avait lui-même engagé le général
Sébastiani à envoyer sur les côtes d'Italie des bâtiments français,
prêts à une démonstration effective si elle devenait nécessaire; et
le capitaine (aujourd'hui amiral) Parseval Deschênes s'était en effet
promené avec ses frégates, d'abord devant Civita-Vecchia, puis dans
l'Adriatique, tenant la haute mer, mais se portant vers les ports de
la côte, entre autres vers Rimini et Ancône, dès que les troupes
autrichiennes avaient l'air de s'en rapprocher. Quand la seconde
occupation des Légations fut imminente, M. Casimir Périer chargea
expressément M. de Sainte-Aulaire de demander au Pape que, si les
Autrichiens y rentraient, les troupes de quelque puissance italienne,
spécialement du Piémont, fussent admises sur quelque autre point des
États-Romains, et un corps français dans la citadelle d'Ancône. M. de
Sainte-Aulaire s'acquitta fidèlement de sa mission, et dans plusieurs
entretiens, d'abord avec le cardinal Bernetti, puis avec le Pape
lui-même, il leur annonça la demande du gouvernement français. Au
premier moment il put croire qu'elle ne serait pas péremptoirement
repoussée; mais bientôt, à l'idée de la présence des soldats et du
drapeau français sur un point quelconque de l'Italie, une vive
alarme s'empara de la cour de Rome, de tout le Sacré-Collège et des
représentants des puissances étrangères auprès du Pape; c'était, à leurs
yeux, probablement la révolution, et en tout cas l'influence française
envahissant l'Italie. Leur opposition n'eut pas grand'peine à prévaloir;
et lorsque, le 31 janvier 1832, le comte de Sainte-Aulaire adressa
officiellement au cardinal Bernetti la demande du cabinet français, le
cardinal y répondit le lendemain par un refus formel. Huit jours après,
le 9 février, M. Casimir Périer informait M. de Sainte-Aulaire qu'une
escadre française, à la destination d'Ancône, avait fait voile de
Toulon.

Depuis quelques semaines déjà, on s'entretenait en Italie des
préparatifs de cet armement; mais on se demandait avec une profonde
incertitude quel en pouvait être l'objet. A Rome, à Naples, à Florence,
pas plus les agents français que les politiques italiens, personne
n'avait cru à ce débarquement soudain, à cette invasion inattendue et
à main armée dans une ville romaine; l'acte semblait trop contraire au
droit public et trop téméraire pour être ainsi commis en pleine paix et
sans l'aveu, ni du pape, ni des alliés de la France. A Turin seulement
M. de Barante, informé par M. Edmond de Bussierre, alors premier
secrétaire de l'ambassade de France à Naples, du départ de l'expédition
et de son objet probable, m'écrivit le 28 février 1832, avant de savoir
qu'elle avait réussi: «J'attends dans la journée le courrier qui
apportera des nouvelles d'Ancône. Nous supposons ici que, malgré le
profond déplaisir que cette occupation causera à l'Autriche et au
Saint-Siège, on y aura consenti. C'est, dans les circonstances données,
la meilleure détermination qu'on pût prendre. L'occupation par les
troupes sardes était difficile à arranger. Le cabinet de Turin ne s'y
serait prêté que s'il eût été parfaitement certain de ne point déplaire
à l'Autriche. Dès lors, politiquement, une garnison sarde eût été une
garnison autrichienne. Cet arrangement eût laissé subsister ce que nous
avons à empêcher, la suzeraineté de l'Autriche sur l'Italie. Là est
toute la question. A Vienne et à Milan, on n'a aucune envie de conquérir
les Légations, mais on veut garder la haute main sur la Péninsule; et
c'était chose d'autant plus facile que les gouvernements italiens, qui
s'en défendaient un peu avant notre révolution, aujourd'hui ne demandent
pas mieux et cherchent là leur sauve-garde. Si donc nous occupons
Ancône, ce que je saurai avant de fermer ma lettre, nous aurons déplu
à l'Autriche sans qu'elle veuille se brouiller avec nous, ce qui est
très-bon. Nous aurons montré aux gouvernements italiens que nous
n'entendons pas qu'ils se fassent vassaux, afin de ne rien accorder à
leurs sujets. Nous aurons fait acte de force, à la grande joie de tout
le parti français et libéral, qui se trouvera encouragé et appuyé par
la présence de notre drapeau en Italie. Les _carbonari_ eux-mêmes
commenceront à faire un peu plus de cas de notre ministère que de M.
de La Fayette. Tout est donc pour le mieux, s'il y a succès.» Quelques
heures plus tard, M. de Barante terminait ainsi sa lettre: «C'est chose
faite; nous sommes entrés à Ancône avec des démonstrations de vive
force, et le pape proteste. Si l'Autriche, comme il semble, prend la
chose en patience, nous voilà en bonne position. L'effet sera grand en
Italie, et je l'aperçois déjà.»

A Rome, dans les premiers moments, l'irritation du gouvernement fut
aussi vive qu'elle était naturelle: par une note du cardinal Bernetti
à M. de Sainte-Aulaire, le pape protesta solennellement contre
l'occupation d'Ancône; il fit retirer de la ville ses représentants,
ses soldats, son drapeau, et transféra à Osimo le gouvernement de la
province. Le cabinet de Vienne fit grand bruit de sa surprise, déclarant
que c'était là une affaire européenne et dont tous les cabinets devaient
se préoccuper. A Londres même, lord Grey et lord Palmerston, que M. de
Talleyrand, tenu au courant par M. Périer, avait d'avance préparés à
l'événement, et qui s'y étaient résignés, non sans quelque peine, furent
accusés, dans le parlement, de livrer l'Italie à l'ambition de la
France. M. de Sainte-Aulaire était et ne pouvait pas ne pas être un peu
troublé et inquiet; après l'insuccès de sa négociation pour arriver au
même but par une voie régulière, il ne s'était point attendu à un acte
si soudain et si rude; c'était sur lui que portait le poids d'une
situation qu'il n'avait pas faite; c'était à lui à calmer l'irritation
et à dissiper les méfiances du pape et de ses conseillers. Il se mit à
l'oeuvre avec sa fidélité et son dévouement accoutumés aux instructions
de son gouvernement comme aux intérêts de son pays; et six semaines
après l'occupation d'Ancône, il avait réussi à la faire reconnaître par
la cour de Rome comme un fait temporaire qui ne devait altérer ni la
paix de l'Europe, ni les bons rapports du Saint-Siége avec la France, et
une convention du 16 avril 1832 en régla le mode et les conditions.

Indépendamment de son propre travail et de la confiance personnelle
qu'il avait conquise à Rome, ce fut surtout à l'attitude et au langage
que tint alors M. Casimir Périer, soit dans les relations diplomatiques,
soit dans les Chambres, que M. de Sainte-Aulaire dut le crédit et la
force dont il avait besoin pour atteindre à ce difficile résultat. Au
moment où l'on apprit que les troupes françaises étaient entrées de vive
force dans Ancône, les représentants des grandes puissances à Paris,
soit qu'ils fussent réellement troublés de l'événement, soit qu'ils
voulussent mettre à couvert leur responsabilité officielle, se rendirent
chez M. Périer pour lui demander des explications. Ils le trouvèrent
très-souffrant; on venait, quelques heures auparavant, de lui mettre des
sangsues; il les reçut avec une fierté agitée; et, sur une parole du
ministre de Prusse, le baron de Werther, qui demanda s'il y avait encore
un droit public européen, M. Périer, se levant brusquement de son
canapé, s'avança vers lui en s'écriant: «Le droit public européen,
Monsieur, c'est moi qui le défends; croyez vous qu'il soit facile de
maintenir les traités et la paix? Il faut que l'honneur de la France
aussi soit maintenu; il commandait ce que je viens de faire. J'ai droit
à la confiance de l'Europe, et j'y ai compté!» Le comte Pozzo di Borgo
me disait, en me racontant cette entrevue: «Je vois encore cette
grande figure pâle, debout dans sa robe de chambre flottante, la tête
enveloppée d'un foulard rouge, marchant sur nous avec colère.» Ce
premier mouvement passé, la conversation devint facile, et les ministres
étrangers se retirèrent satisfaits. Le coup ainsi porté et bien soutenu,
M. Périer sentit la nécessité de panser la blessure, et il le fit avec
la fermeté franche d'un homme sûr de son dessein comme de son pouvoir,
qui ne désavoue rien parce qu'il n'a rien à cacher, et qui, en marchant
à son but, sait s'arrêter aussi bien que s'élancer. Le 7 mars 1832, la
Chambre des députés discutait le budget du département des affaires
étrangères; M. Casimir Périer prit la parole, et traita toutes les
questions flagrantes de la politique extérieure. Arrivé aux affaires
d'Italie et à l'occupation d'Ancône, connue à Paris seulement depuis
quatre jours: «Ce n'est point encore là, dit-il, un événement accompli,
et par conséquent soumis à des investigations sans bornes; mais nous
nous hâtons de déclarer qu'il n'y a rien, dans cette démarche mûrement
réfléchie et dont toutes les conséquences ont été pesées, qui puisse
donner aux amis de la paix la moindre inquiétude sur le maintien de la
bonne harmonie entre les puissances qui concourent, dans cette question
comme dans toutes les autres, à un but commun. Comme notre expédition de
Belgique, notre expédition à Ancône, conçue dans l'intérêt général de la
paix, aussi bien que dans l'intérêt politique de la France, aura pour
effet de contribuer à garantir de toute collision cette partie de
l'Europe, en affermissant le Saint-Siège, en procurant aux populations
italiennes des avantages réels et certains, et en mettant un terme à
des interventions périodiques, fatigantes pour les puissances qui les
exercent, et qui pourraient être un sujet continuel d'inquiétude pour le
repos de l'Europe.»

A mon tour, je montai le lendemain à la tribune, et, plus libre que
M. Périer, j'entrai plus avant dans l'explication des motifs de
l'expédition d'Ancône, de notre politique en Italie, et de ses
liens avec notre politique générale en Europe: «Nous ne pouvons le
méconnaître, dis-je; il y a un parti, une faction qui a besoin d'une
guerre générale, qui n'a d'espérance et de chance que dans une collision
universelle. On avait espéré que cette collision viendrait de la
Belgique; elle a manqué. On l'avait espérée de la Pologne; elle a
manqué. On la cherche en Italie. On s'est hâté de dire qu'il y avait là,
de la part de l'Autriche, une grande intrigue, et que son intervention
dans les Légations n'était qu'un prétexte pour s'emparer de ces
provinces et les ajouter à ses possessions italiennes. On s'est flatté
que de là naîtrait, entre la France et l'Autriche, une collision que la
Belgique et la Pologne n'ont pas donnée, et dont on se promet je ne sais
combien de révolutions en Europe. J'ai la confiance qu'on se trompera
sur l'Italie comme on s'est trompé sur la Belgique et la Pologne. Le
gouvernement autrichien a trop de bon sens pour ne pas savoir que la
possession même des Légations ne vaut pas pour lui les chances d'une
guerre générale; ce qu'il veut, c'est que l'Italie lui appartienne par
voie d'influence, et c'est là ce que la France ne saurait admettre. Il
faut que chacun prenne ses positions; l'Autriche a pris les
siennes; nous prenons, nous prendrons les nôtres; nous soutiendrons
l'indépendance des États italiens, le développement des libertés
italiennes; nous ne souffrirons pas que l'Italie tombe complètement
sous la prépondérance autrichienne; mais nous éviterons toute collision
générale. Les insurrections fomentées et exploitées, les guerres
d'invasion et de conquête, voilà la politique révolutionnaire, celle où
l'on voudrait nous entraîner; des mesures comminatoires, des précautions
fortes, des expéditions limitées, des négociations patientes, voilà la
politique régulière et civilisée. Nous avons commencé à y entrer; nous
y persévérerons. Les difficultés que nous rencontrons sont graves; mais
elles n'ont rien d'incompatible avec l'état de paix européenne; ce ne
sont pas des questions de vie et de mort; elles se résoudront peu à peu
par la bonne conduite du gouvernement, par son respect des droits de
tous, de tous les droits de tous, et par la constance des Chambres à le
soutenir fermement dans cette voie.»

Je prends plaisir à me rappeler nos luttes de cette époque; j'y entrais
avec ardeur, mais comme volontaire et en pleine liberté; aucune
fonction, aucun engagement ne me liaient à M. Casimir Périer; c'était
mon propre dessein que je poursuivais, ma propre pensée que je
développais en défendant son administration. Et je n'allais pas seul
au combat; j'y trouvais, indépendamment des ministres, d'habiles et
efficaces alliés: M. Dupin et M. Thiers soutenaient comme moi la
politique du cabinet. Occupant tous deux des fonctions, l'un procureur
général à la Cour de cassation, l'autre conseiller d'État, ils n'en
étaient pas moins, dans les Chambres, des champions de bonne volonté,
poussés par leur conviction personnelle bien plus que par l'obligation
de leur charge. Il n'y avait entre nous aucun concert, point d'entente
préalable ni de tactique convenue; nous entrions dans l'arène, chacun
par la porte qui lui convenait et sous les couleurs de son choix. Nous
traitions en général les questions sous des points de vue et par
des procédés très-différents. M. Dupin, en parlant de la politique
extérieure, la considérait moins en elle-même que dans son influence sur
l'état intérieur du pays, sur ses intérêts domestiques, sa prospérité,
son repos. M. Thiers parcourait toutes les hypothèses, discutait toutes
les conduites, celle qu'indiquait l'opposition comme celle que tenait le
gouvernement, et il faisait à chaque pas ressortir les impossibilités
pratiques, les contradictions inévitables, les périls démesurés de la
politique que MM. Mauguin, Bignon, Lamarque, et aussi M. de La Fayette
avec plus de dignité et de politesse, quoique plus hardiment encore,
auraient voulu imposer au pays comme au gouvernement. Je m'appliquais
surtout à bien caractériser la politique générale du cabinet et de ses
amis, à l'établir fortement en droit, à montrer comment elle devait
persister et dominer dans toutes les questions particulières; et en même
temps j'attaquais de front les mauvaises traditions, les faux principes
auxquels était empruntée la politique de l'opposition et dont elle eût
ramené le funeste empire. Loin de nuire à la cause que nous soutenions
en commun, ces diversités de position et de langage la servaient, car
elles faisaient voir combien de défenseurs divers, mais tous convaincus
et zélés, se ralliaient pour la faire triompher.

L'expédition d'Ancône n'était pas la première preuve que M. Casimir
Périer eût donnée de son efficace énergie à soutenir au dehors l'honneur
et l'intérêt de la France. Quelques mois auparavant, il avait eu de
justes réclamations à élever contre l'iniquité brutale avec laquelle le
roi don Miguel traitait, dans leur personne comme dans leurs biens,
les Français établis en Portugal, et il n'en avait pas obtenu le
redressement. Le gouvernement anglais, qui avait eu aussi à Lisbonne
quelques-uns de ses nationaux à protéger contre des violences
semblables, venait de recevoir les satisfactions qu'il avait demandées.
M. Casimir Périer, las de les attendre, résolut d'aller les prendre.
L'amiral Roussin, à la tête d'une belle escadre et avec autant
d'habileté que de hardiesse, força l'entrée du Tage, fit prisonnière
dans ses propres eaux toute la flotte portugaise, éteignit le feu des
forts qui la protégeaient, et devant les quais de Lisbonne contraignit
les ministres de don Miguel à venir signer sur son vaisseau la
convention qui donnait, à la France et aux Français établis en Portugal,
toutes les réparations de dignité et d'intérêt auxquelles ils avaient
droit. La brillante exécution de cette rapide campagne n'en fut pas,
aux yeux du public français, le seul mérite; il y vit une preuve de
l'indépendance que conservait le cabinet de M. Casimir Périer dans ses
rapports avec l'Angleterre. A Londres, l'opposition essaya de faire au
gouvernement un reproche de l'humiliation que le Portugal venait de
subir; le duc de Wellington lui-même sortit, à cette occasion, de sa
réserve accoutumée: «J'ai senti, dit-il, moi sujet anglais, la rougeur
me monter au front, à la vue d'un ancien allié traité ainsi sans que
l'Angleterre fît rien pour s'y opposer.» Le cabinet anglais n'avait nul
droit de s'opposer à la justice que réclamait la France; et si le duc
de Wellington eût été au pouvoir, je ne doute guère qu'il n'eût tenu
la même conduite que lord Grey. Quand on n'agit que selon le droit, et
qu'en l'établissant clairement on le soutient fermement, le gouvernement
anglais, même quand il a de l'humeur, ne s'engage pas légèrement, et
pour des questions secondaires, dans une querelle sérieuse avec ses
voisins.

Cette bonne conduite soutenue, ce concours de prudence et de vigueur,
cette fermeté à ne pas s'écarter, dans les questions particulières les
plus épineuses, de la politique générale et pacifique que proclamait le
cabinet, faisaient en Europe, autant et encore plus qu'en France, une
profonde impression. M. Casimir Périer devenait partout l'objet de
l'estime et des espérances, non-seulement des hommes en pouvoir, mais
des honnêtes gens éclairés. Le cabinet anglais lui témoignait de jour
en jour plus de confiance. Les gouvernements même les plus méfiants
commençaient à compter sur sa parole et à croire qu'avec lui on pouvait
traiter de l'avenir. Un désarmement général et concerté était le voeu de
tous les cabinets. A Vienne surtout, le prince de Metternich s'attachait
à cette perspective, faisait honneur à M. Périer de l'avoir ouverte, et
parlait tout haut des éclatantes marques de considération que tous les
souverains s'empresseraient de lui donner s'il rendait possible, pour
l'Europe, cette grande mesure qui devait épargner aux peuples tant de
charges et aux gouvernements tant d'embarras, «Ce que nous pouvons
nous-mêmes concevoir d'espérance au dedans, m'écrivait M. de Barante,
est avidement saisi par l'étranger. Les cabinets n'ont nulle envie de
jouer le tout pour le tout. Quelle que soit leur antipathie pour la
Révolution de Juillet, ils aimeraient mieux la voir se régler et se
consolider que tomber en confusion. Au fond, la France révolutionnaire
leur paraît moins redoutable en permanence que la France bien ordonnée;
parfois ils s'imaginent qu'elle n'aurait pas même la force du désordre.
Pourtant c'est là un grand péril, actuel, inconnu, impossible à mesurer,
et l'on aime mieux ne pas le courir. Mais toute la situation changerait
si M. Périer s'en allait. Déjà, quand, à l'ouverture de votre session,
il a voulu se retirer, on a cru tout perdu. Aussi l'affaire de Belgique
a-t-elle passé pour un coup de bonheur.»

Mais ni l'énergie, ni le renom d'un homme ne suffisent, en quelques
mois, à faire rentrer dans l'ordre une société profondément ébranlée.
M. Casimir Périer avait accepté la plus rude comme la plus noble des
tâches, la tâche de dompter l'anarchie au nom d'un gouvernement né d'une
révolution et en présence de la liberté. Au milieu de ses efforts et
de ses succès, et de la confiance qu'il inspirait aux honnêtes gens de
France et d'Europe, le mal était toujours là, ralenti mais non guéri;
l'anarchie se débattait sous sa main, intimidée mais non vaincue. Dans
les premiers mois de 1832, deux complots éclatèrent encore à Paris,
et sur plusieurs points du royaume, comme à Grenoble, l'autorité du
gouvernement fut méconnue et la paix publique violemment troublée. Les
espérances révolutionnaires enflammaient encore les mauvaises passions.
Le parti républicain ne renonçait point; le parti légitimiste rentrait
en scène. La presse périodique n'avait jamais été plus hostile ni avec
plus d'audace. Dans la Chambre des députés, l'opposition poursuivait ses
attaques contre le cabinet, et l'étalage de cette politique déclamatoire
qui, tantôt adroitement violente, tantôt confiante dans sa témérité,
donnait un appui indirect à la guerre à mort que, hors des Chambres, le
pouvoir avait à soutenir. Les étrangers, princes et peuples, observaient
avec une surprise inquiète cet état de révolution prolongée sous un
gouvernement qui s'était si promptement et si facilement établi: «Notre
considération et notre influence, m'écrivait M. de Barante, sont mises
en quarantaine; nous offrons l'aspect d'un pays où les honnêtes gens
soutiennent la plus pénible et la plus dangereuse lutte contre la partie
folle ou perverse de la population. Le point d'arrêt n'est pas trouvé;
on s'aperçoit que tout est encore en question et en péril; les victoires
du parti raisonnable semblent l'épuiser, sans affaiblir le parti opposé.
Le désir de changer l'état de la société et de réduire à l'état de
parias toutes les supériorités devient de jour en jour plus manifeste.
On admire, mais on plaint M. Périer. Votre nom est souvent prononcé
comme celui du plus net et du plus vaillant adversaire de l'esprit
d'anarchie; mais lors même qu'on espère une heureuse issue, un tel état
social tente peu les libéraux qui ne sont pas révolutionnaires. Si nous
étions en meilleur train, si nous présentions un aspect rassurant et
honorable, le progrès des idées d'amélioration serait rapide. Au lieu de
cela, l'Italie flotte entre la sédition et la répression autrichienne.»

Personne ne se faisait, sur l'état du pays et sur l'insuffisance de son
propre succès, moins d'illusion que M. Périer lui-même. J'ai déjà dit
qu'il était peu enclin à l'espérance, et très-méfiant soit envers les
hommes, soit envers la destinée. L'expérience, loin de l'atténuer,
aggravait en lui cette disposition. A mesure qu'il gouvernait, il
devenait plus difficile en fait de gouvernement, plus choqué de ce qui
manquait à son oeuvre, plus exigeant envers ses agents, ses alliés et
ses amis: «Personne ne fait tout son devoir, disait-il; personne ne
vient en aide au gouvernement dans les moments difficiles. Je ne puis
pas tout faire. Je ne sortirai pas de l'ornière à moi tout seul. Je suis
pourtant un bon cheval. Je me tuerai, s'il le faut, à la peine. Mais
que tout le monde s'y mette franchement et donne avec moi le coup de
collier; sans cela, la France est perdue.» Il prévoyait le moment où,
même en réussissant, il ne pourrait ou ne voudrait pas porter plus
longtemps le fardeau dont il s'était chargé, et il se préoccupait, avec
une noble inquiétude, de ce que serait après lui le sort de son pays. Un
de mes amis, jeune attaché alors à son cabinet et qui devint peu après
son neveu, M. Vitet eut avec lui, vers le milieu de mars 1832, peu de
jours avant l'invasion du choléra dans Paris, une conversation dont il
fut si frappé qu'il en a recueilli les souvenirs. Je les consigne ici
textuellement, tels qu'il me les a communiqués, et sans croire que
l'honneur qui m'y est fait par l'estime de M. Casimir Périer m'impose
une apparence d'embarras et un devoir de réticence. «Je l'avais
accompagné en tête à tête, dit M. Vitet, hors Paris, à sa maison du bois
de Boulogne, où son médecin l'envoyait prendre l'air, car il était déjà
affaibli et souffrant. Nous fîmes, pendant plus de deux heures, le tour
de ses jardins, sous un ciel triste et brumeux que je vois encore. Il me
parla, avec plus d'abandon et de suite qu'il n'avait jamais fait, de
ses projets, de ses plans, de ses espérances. Il me lut les dernières
dépêches qu'il venait de recevoir de Londres et de Vienne, me montra
que, dans un délai plus court qu'on ne pensait, il y avait lieu
d'attendre que les puissances continentales désarmeraient sur une assez
grande échelle pour ôter toute idée d'arrière-pensée de leur part: «Dès
lors, ajouta-t-il, toute cette mousse de guerre tombera, et cela fait,
je me retire; ma tâche sera terminée. Le fardeau est déjà lourd; il
deviendrait intolérable quand le danger serait dissipé. Mes meilleurs
amis, qui déjà ne sont pas commodes, me joueraient, à tout propos, des
tours pendables. Je leur céderai la place. Mais je ne m'en irai pas sans
m'être donné des successeurs qui comprennent et qui veuillent conserver
ce que j'ai fait.» Là dessus il entra dans de longs détails sur
quelques-uns de ses alliés, les drapant de main de maître: «Ce n'est pas
avec ces hommes-là, reprit-il, qu'on peut faire un gouvernement. Je sais
que les doctrinaires ont de grands défauts, et qu'ils n'ont pas l'art de
se faire aimer du gros public; il n'y a qu'eux pourtant qui veuillent
franchement ce que j'ai voulu. Je ne serai tranquille qu'avec Guizot.
Nous avons gagné assez de terrain pour qu'il puisse entrer au pouvoir.
Ce sera ma condition.»

Encore un exemple de la vanité des confiances de l'homme! Au moment où
M. Casimir Périer se préoccupait ainsi de régler l'avenir, le présent
était près de lui échapper; le choléra, qui devait l'atteindre,
envahissait soudainement Paris. On a dit que, dès la première explosion
du fléau, M. Périer en avait eu l'imagination frappée au point qu'à
l'instant sa santé en souffrît, surtout que les bruits d'empoisonnement
et les meurtres populaires suscités par ces bruits avaient troublé son
âme, presque comme un outrage personnel. Il fut, en effet, profondément
indigné de ces déplorables scènes de crédulité féroce: «Ce n'est pas
là, disait-il, la pensée d'un peuple civilisé; c'est le cri d'un peuple
sauvage.» Mais je ne pense pas que son impression soit allée plus loin:
«J'étais présent, m'a dit M. d'Haubersaert, quand le préfet de police
vint lui rendre compte de ce qui se passait. M. Périer fut ému, irrité,
attristé, mais point troublé.» Il avait l'imagination chaude, le
tempérament irritable, mais l'âme forte et l'esprit ferme; il voyait les
choses telles qu'elles étaient réellement, sans exagération comme sans
illusion, même lorsqu'il en était profondément remué.

Je ne trouve pas que les écrivains qui ont raconté ce temps aient peint
avec vérité et justice l'état de Paris, gouvernement et peuple, pendant
cette lugubre crise. Aussi absurdes qu'odieux, les emportements
populaires furent peu nombreux, limités à quelques rues encombrées d'une
population pauvre et grossière, et ils cessèrent promptement. L'aspect
général de la ville était morne, mais point troublé; on ne voyait
nulle part cette agitation désordonnée ou cette immobilité stupide qui
caractérisent la peur; les habitants passaient dans les rues silencieux,
le pas pressé, la physionomie un peu tendue et crispée, sous l'influence
de l'air froid et sec qu'il respiraient. Les Chambres, les tribunaux,
les fonctionnaires de toute sorte continuèrent régulièrement leurs
travaux. Les prêtres, les administrateurs, les médecins, les employés
des établissements pieux et charitables firent leur devoir, beaucoup
avec ardeur, presque tous sans hésitation. Le Roi et sa famille, les
ministres, tous les chefs des services publics donnèrent l'exemple du
courage et du dévouement. Le comte d'Argout, dans les attributions
duquel se trouvait la police sanitaire, parcourait les quartiers les
plus malades, aidant de sa propre main à placer les morts dans les
voitures qui les recueillaient de maison en maison pour les porter aux
cimetières. La charité chrétienne, la sympathie libérale et le zèle
administratif unissaient leurs efforts pour lutter contre le mal ou en
atténuer les résultats. L'anxiété publique était visible, la tristesse
profonde; mais on n'avait sous les yeux aucun de ces spectacles
d'épouvante honteuse et de désorganisation sociale et morale qui, dans
d'autres temps et ailleurs, ont accompagné de telles épreuves. On se
sentait, au contraire, au milieu d'une population en qui dominait le
sentiment du devoir ou de l'honneur, et sous la main d'un gouvernement
régulier, intelligent, vigilant, résolu et capable d'accomplir, dans les
limites de la science et de la puissance humaines, tout ce qu'exigeait
de lui le périlleux service de la société confiée à ses soins.

Ce n'est point par des observations indirectes et lointaines, c'est de
près et par moi-même que j'ai vu et pu apprécier l'état moral de Paris à
cette époque. Je vivais au milieu du mal public et du travail assidûment
suivi pour y porter remède. Pourquoi ne rendrais-je pas à une chère
mémoire ce qui lui est dû? L'affection commande la réserve, mais
n'interdit pas la vérité. Dame de charité dans le quartier que nous
habitions, dès que le fléau y parut, ma femme se voua à en défendre les
familles pauvres commises à sa charge, et bien d'autres aussi dont la
détresse s'aggravait par ce nouveau péril. Elle employait chaque jour
plusieurs heures à les visiter, à munir de précautions ceux qui se
portaient bien, à faire soigner et souvent à soigner elle-même ceux qui
étaient atteints, à faire promptement enlever ceux qui avaient succombé,
à soutenir et à consoler ceux qui restaient. Sa jeunesse, son activité,
sa sérénité, son facile courage, sa bonté à la fois sympathique et
fortifiante lui acquirent bientôt la confiance des effrayés, des
malades, des médecins, des administrateurs, de tous ceux qui, dans le
quartier, étaient les objets ou les alliés de son oeuvre. Ils venaient
incessamment réclamer ses visites, ses secours, ses conseils; les uns
l'informaient de leurs maux et de leurs besoins; les autres la mettaient
au courant des mesures adoptées par l'administration et des moyens
employés par la science. De mon cabinet, j'entendais fréquemment
demander: «Madame Guizot y est-elle?» Je la voyais, avec une inquiétude
qu'elle me voyait bien, mais dont nous ne nous parlions pas, sortir,
rentrer, ressortir plusieurs fois dans le jour pour suffire à sa tâche.
Sa santé n'en fut point altérée, mais elle eut bientôt à s'occuper de sa
propre maison. Je fus moi-même atteint du choléra; pas très-gravement,
assez cependant pour que mon médecin, le docteur Lerminier, dît: «Si
M. Guizot avait peur, il serait bien malade.» Je n'eus à me défendre
d'aucune impression semblable. Pendant un jour seulement, mon malaise
fut extrême; j'avais comme un sentiment de grand trouble et de
désorganisation intérieure. Les remèdes, surtout l'emploi continu de la
glace, mirent fin à cet état; j'entrai rapidement en convalescence, et
ma femme put reprendre au dehors son oeuvre[19]. Cette atmosphère de
charité où je vivais et ma propre indisposition me rendirent l'histoire
du choléra de 1832 très-familière; j'en entendais sans cesse parler;
j'étais au courant de tous les incidents, de tous les travaux, de tous
les sentiments qui s'y rattachaient. Je suis sorti de cette triste
époque plein d'estime pour la bonté, le courage, le dévouement, le zèle
intelligent, la sympathie affectueuse, pour toutes les vertus privées
qui abondent dans toutes les classes de la société française, et qui
s'y déploient avec une verve charmante dès que les grandes épreuves
les appellent. Il y a là de quoi compenser bien des faiblesses, et de
puissants motifs d'espérer que cette société acquerra aussi, avec
le temps, les vertus publiques dont elle a besoin pour accomplir sa
destinée et pour satisfaire à son propre honneur.

[Note 19: Je me donne le plaisir de publier, dans les _Pièces
historiques_, n° XII, un essai intitulé: _De la Charité et de sa place
dans la vie des femmes_, par Mme Éliza Guizot, écrit en 1828, et qui n'a
été imprimé que dans un _Recueil_ inédit et tiré seulement à soixante
exemplaires.]

Au plus fort de la crise, pour combattre les craintes de contagion et
relever les esprits abattus, le gouvernement voulut faire une démarche
un peu éclatante. Le Roi proposa d'aller en personne, avec le président
du Conseil, visiter l'Hôtel-Dieu. Le cabinet n'y consentit point; mais
M. le duc d'Orléans, avec un généreux empressement, demanda à remplacer
son père, et son offre fut acceptée. La visite eut lieu le 1er avril
1832. Le duc d'Orléans, M. Casimir Périer et M. de Marbois, alors
président du Conseil général des hospices et âgé de quatre-vingt-sept
ans, parcoururent les salles des cholériques de l'Hôtel-Dieu, s'arrêtant
auprès du lit des malades, leur prenant les mains, causant avec eux, et
les encourageant par de bonnes et fermes paroles. La visite fut longue.
Plusieurs malades, dix ou douze, selon le rapport d'un assistant,
moururent pendant sa durée. M. Lanyer, jeune médecin distingué, employé
alors dans le ministère de l'intérieur comme directeur des affaires
civiles de l'Algérie, avait accompagné M. Casimir Périer dans cette
visite; il l'engagea, ainsi que M. le duc d'Orléans, à y mettre un
terme, disant qu'un plus long séjour dans cette atmosphère pouvait être
dangereux et était complètement inutile. Ni M. le duc d'Orléans, ni M.
Périer ne tinrent compte de cet avis. Le prince discutait, avec une
entière liberté d'esprit, la question de savoir si le choléra était
ou non contagieux; et M. Périer, silencieux et grave, éprouvait et
contenait visiblement, en présence de tant de souffrances, une
profonde émotion. Ils se retirèrent enfin, et, rentré au ministère de
l'intérieur, M. Périer se complaisait à raconter le courage de ce jeune
prince et de ce vieux magistrat, l'un sur les marches du trône, l'autre
sur le bord du tombeau, tous deux parfaitement tranquilles et sereins à
côté de ces mourants dont le souffle répandait peut-être la mort. Pour
lui, il avait, en parlant de ce spectacle, les yeux ardents, le teint
pâle, la physionomie altérée, et ses amis étaient pénétrés d'inquiétude
en le regardant.

Trois jours après cette lugubre visite, M. Casimir Périer était
gravement malade; l'un de ses collègues, M. de Montalivet, vint le voir,
le 5 avril, dans la soirée: «Je le trouvai seul, étendu sur un canapé;
les meurtres commis la veille par une foule furieuse et stupide, sur
de prétendus empoisonneurs, avaient fait sur son esprit une impression
navrante. Il me fit, sur la France et sur lui-même, les plus tristes
prédictions: «Je vous l'ai déjà dit; je sortirai de ce ministère les
pieds en avant.» C'étaient en effet les termes dont il s'était servi
avec moi le jour même où il s'installa au ministère de l'intérieur,
le 14 mars 1831. Il m'entretint ensuite, avec calme et tristesse, de
l'article à insérer le lendemain dans _le Moniteur_[20]. Le préfet de
police arriva. Je le quittai en lui disant un adieu qui devait être le
dernier. Je ne l'ai plus revu[21].»

[Note 20: _Pièces historiques_, n° XIII.]

[Note 21: Extrait d'une lettre que m'a adressée, le 18 septembre 1858,
M. de Montalivet, à qui je dois, sur toute cette époque, plusieurs
renseignements importants.]

Pendant que le choléra, en envahissant M. Casimir Périer, mettait en
péril le repos de la France, il lui enlevait, dans M. Cuvier, une de ses
gloires[22]. Au milieu de son trouble, la France sentit vivement cette
perte; elle a toujours aimé la grandeur intellectuelle, et c'est
aujourd'hui presque la seule qu'elle se plaise à honorer. Le concours
aux obsèques de M. Cuvier fut très-grand, et un sentiment vrai de
sympathie et de regret animait cette foule pressée d'accourir pour
rendre hommage à un maître de la science, pressée de s'écouler pour se
soustraire au péril du fléau qui l'avait frappé. Ce mélange de généreux
respect et de préoccupation personnelle était un spectacle à la fois
noble et triste.

[Note 22: On a discuté les causes de la mort de M. Cuvier. Pour avoir, à
ce sujet, l'avis d'un juge parfaitement compétent, je me suis adressé
à mon savant confrère et ami, M. Flourens, son digne successeur dans
l'Académie française comme dans l'Académie des sciences. Il m'a répondu:
«Les causes de la mort de M. Cuvier sont restées douteuses. Elle a été
attribuée au choléra, et il est très-probable que le choléra a en effet
agi, mais seulement d'une manière latente. Les symptômes manifestes
de la maladie furent ceux d'une paralysie qui, du bras droit, gagna
successivement le pharynx et les organes respiratoires.»]

Le mal éclata, chez M. Casimir Périer, avec une grande violence: «Des
spasmes nerveux soulevaient ce grand corps dans son lit, par une sorte
de mouvement mécanique dont la puissance irrésistible était effrayante.
C'était un douloureux spectacle que celui de cette intelligence et de
cette volonté si énergique luttant en vain contre la matière[23].»
Quelques-uns des médecins appelés doutaient que ce fût le choléra; la
plupart, et les principaux, l'affirmaient, et tout semble indiquer
qu'ils avaient raison. A côté de M. Périer, dans le ministère de
l'intérieur, onze personnes en étaient en même temps attaquées, et
son collègue, M. d'Argout, qui l'avait accompagné dans la visite à
l'Hôtel-Dieu, était frappé comme lui, et presque en aussi grand danger.
Au bout de quelques jours, une amélioration sensible donna quelques
espérances; ce fut, entre les médecins, le moment des doutes, des
discussions et des essais divers; pendant six semaines, ils luttèrent de
toute leur science, et le malade de toute la force de son âme, contre
le mal toujours renaissant et croissant; mais tous les efforts étaient
vains; la fièvre devenait de jour en jour plus ardente; l'extrême
susceptibilité nerveuse de M. Périer allait souvent jusqu'au délire. Au
milieu de son mal, l'avenir de son pays et de la bonne politique dans
son pays était sa constante préoccupation, Il en parlait à ceux qui
l'entouraient; il s'en parlait tout haut à lui-même dans les accès de
la fièvre. Son fils aîné arriva d'Angleterre; M. Périer ne l'entretint
pendant plus d'une heure que de la Conférence de Londres et du règlement
des affaires de Belgique. Malgré l'affection qu'il portait à ce fils,
il ne se laissa aller à aucun attendrissement, ne manifesta aucune
faiblesse; la paix de l'Europe paraissait sa seule pensée. Quand son
esprit se portait sur les affaires de l'intérieur, il exprimait pour
l'ordre social, surtout pour la propriété, première base de l'ordre
social, les plus vives alarmes, ne se faisant aucune illusion sur la
valeur de ses succès contre l'anarchie, et sachant bien que, s'il avait
arrêté la ruine de l'ordre, il n'avait pas assuré sa victoire: «J'ai les
ailes coupées, disait-il; je suis bien malade, mais le pays est encore
plus malade que moi.»

[Note 23: Extrait d'une lettre que m'a adressée, le 27 septembre 1858,
sur la maladie et les derniers jours de M. Casimir Périer, M. Lanyer,
qui l'avait accompagné à l'Hôtel-Dieu, et qui, depuis ce jour, resta
constamment auprès de lui.]

Le pays suivait avec anxiété les progrès de cette maladie qui le
menaçait de retomber lui-même dans tout son mal. Quand on apprit, le
16 mai au matin, que M. Casimir Périer venait de succomber, un vif
mouvement de regret, de reconnaissance et d'alarme éclata, en
province comme à Paris, parmi les propriétaires, les négociants, les
manufacturiers, les magistrats, dans toute cette population amie de
l'ordre qu'il avait comprise et défendue mieux qu'elle ne savait se
comprendre et se défendre elle-même. Elle accourut en foule à ses
obsèques; elle s'empressa de souscrire pour lui élever un monument. Les
détails de cet élan d'estime publique sont partout. Je me joignis au
départ du convoi funèbre; mais à peine remis de ma propre attaque de
choléra, je ne pus l'accompagner jusqu'au cimetière. Parmi les discours
qui y furent prononcés, celui de M. Royer-Collard, et parmi les écrits
consacrés à la mémoire de M. Casimir Périer la _Notice_ que M. de
Rémusat a placée en tête du recueil de ses _Discours_, ont seuls une
valeur historique: dans l'un, le caractère public, dans l'autre le
caractère personnel de M. Casimir Périer sont peints avec autant d'éclat
que de vérité. L'un et l'autre méritent de survivre au moment qui
les inspira[24]. Ce sont de beaux exemples d'admiration grave et de
sympathie clairvoyante. Une année de gouvernement, qui fut un long
combat sans résultat complet ni assuré, avait suffi pour conquérir à M.
Casimir Périer ces sentiments des juges les plus difficiles, comme du
public français et européen.

[Note 24: _Pièces historiques_, n° XIV.]



                             CHAPITRE XIV

        INSURRECTIONS LÉGITIMISTE ET RÉPUBLICAINE.--OPPOSITION
        PARLEMENTAIRE.--FORMATION DU CABINET DU 11 OCTOBRE 1832.

État des esprits après la mort de M. Casimir Périer;--dans le
gouvernement;--dans les divers partis.--Insurrection légitimiste
dans les départements de l'Ouest.--Principe et sentiments du parti
légitimiste.--Mme la duchesse de Berry.--Principe et sentiments du parti
républicain.--Ses préparatifs d'insurrection à Paris.--Manifeste ou
_Compte rendu_ de l'opposition parlementaire.--Ses motifs et son
caractère.--Courage et insuffisance du cabinet.--On pense à M.
de Talleyrand comme premier ministre.--Voyage de M. de Rémusat
à Londres.--M. de Talleyrand s'y refuse.--Mort du général
Lamarque.--Insurrection républicaine des 5 et 6 juin 1832.--Énergique
résistance du parti de l'ordre.--Le roi parcourt Paris.--Je me rends
aux Tuileries.--Visite aux Tuileries de MM. Laffitte, Odilon-Barrot et
Arago.--Leur conversation avec le roi.--Faiblesse croissante du cabinet
malgré sa victoire.--Ses deux fautes.--Mise en état de siège de
Paris.--Arrestation de MM. de Chateaubriand, Fitz-James, Hyde de
Neuville et Berryer.--Tentative du roi pour conserver le cabinet en
le fortifiant.--M. Dupin.--Urgence de la situation.--Le roi nomme
le maréchal Soult président du conseil et le charge de former un
cabinet.--Le duc de Broglie est appelé à Paris.--Il fait de mon
entrée dans le cabinet la condition de la sienne.--Objections et
hésitation.--Le maréchal Soult fait une nouvelle proposition à M. Dupin,
qui refuse.--On me propose et j'accepte le ministère de l'instruction
publique.--Formation du cabinet du 11 octobre 1832.

(16 mai--11 octobre 1832.)


Le 15 mai 1832, pendant que M. Casimir Périer vivait encore, le
_Journal des Débats_, défenseur éprouvé et interprète presque avoué du
gouvernement, disait: «C'est une erreur étrange que de s'obstiner à
confondre le système et le ministère du 13 mars, comme si le système
était né et devait s'éteindre avec tel ou tel homme. Non pas, à Dieu ne
plaise, qu'il entre dans notre pensée de rabaisser le moins du monde les
immenses services rendus par l'homme au système! M. Casimir Périer a
courageusement accepté la mission de faire prévaloir le système que tous
les esprits éclairés et tous les bons citoyens avaient déjà reconnu et
proclamé le seul capable de sauver la France. Cette mission, il l'a
remplie avec une énergie et un talent qui lui assurent une mémoire
immortelle. Mais M. Casimir Périer n'a point créé son système; il n'a
eu que le mérite de le discerner et de l'adopter franchement. C'est la
force de l'opinion nationale qui a poussé aux affaires M. Casimir Périer
et ses collègues; c'est le système qui a fait le ministère du 13 mars,
et non pas le ministère du 13 mars qui a fait le système. Le système du
13 mars a pris naissance au moment même de la Révolution de Juillet.
Ce n'est autre chose que le système de la monarchie constitutionnelle
opposé à la république pure, ou à la monarchie républicaine, ce qui se
ressemble beaucoup. Ce système était né avant M. Casimir Périer; il
lui survivra si le malheur veut que M. Casimir Périer soit enlevé à la
France.»

Le surlendemain 17 mai, M. Casimir Périer était mort, et _le Moniteur_,
en l'annonçant officiellement, s'exprimait en ces termes: «La nation
s'est attachée au système que le ministère du 13 mars s'appliquait à
faire triompher: à l'intérieur, la Charte; à l'extérieur, la paix. Il
n'appartiendrait pas au caprice de quelques individus d'y rien changer;
c'est le voeu du pays, car ce fut l'esprit des élections de 1831 et
des majorités parlementaires dans la session qui les suivit.
Constitutionnellement, ce système doit donc rester intact, il est dans
la pensée des trois pouvoirs. Politiquement, il est dans la nature des
choses; c'est la base du nouveau droit public consacré par le traité du
15 novembre[25].Devant l'Europe et devant les Chambres, c'est donc
un système convenu, et la bonne foi comme la responsabilité des
dépositaires de l'autorité royale leur commande de préserver d'aucune
atteinte les principes dont l'application leur a été confiée. Que la
France, veuve d'un grand citoyen, sache donc bien qu'il n'y a rien de
changé dans ses destinées politiques; c'est elle-même qui se les est
faites; elle seule pourrait les changer, et elle ne le veut pas. Elle
veut toujours la paix, elle veut toujours la Charte; et son gouvernement
restera fidèle à la mission qu'il a reçue de lui conserver ces deux
biens.»

[Note 25: Adopté par la Conférence de Londres et ratifié par les cinq
puissances pour régler la séparation de la Belgique et de la Hollande.]

Les malveillants et les esprits qui se croient sagaces parce qu'ils sont
soupçonneux virent dans ce langage tout autre chose que le désir de
rassurer la France: c'était, dirent-ils, l'explosion de la jalousie du
Roi envers M. Casimir Périer, et de son dessein de ne voir ou de ne
laisser voir dans ses ministres que les instruments de sa politique, en
s'en attribuant à lui-même tout l'honneur. Louis XIV disait: «L'État,
c'est moi;» le roi Louis-Philippe veut dire: «Mon gouvernement, c'est
moi[26].» Les prétextes, légers mais spécieux, ne manquaient pas à
cette imputation: ce prince avait des vivacités d'impression et des
intempérances de langage qui lui donnaient quelquefois les airs de
défauts qu'au fond il n'avait pas et de fautes qu'en définitive il ne
faisait pas: il aimait la popularité et il était enclin à croire le
public injuste envers lui; deux penchants qu'il a patriotiquement
surmontés pour soutenir la politique qu'il jugeait bonne et pour servir
les vrais intérêts de la France. Mais, dans cette lutte intérieure, il
voulait avoir au moins le mérite de son sacrifice, et que la France sût
bien que, si elle jouissait des bienfaits de l'ordre, de la liberté
légale et de la paix, c'était à lui surtout qu'elle les devait. Or, le
gouvernement représentatif a ce résultat inévitable que ce ne sont pas
les délibérations du Conseil, mais les effets de la scène qui frappent
le public; il peut arriver que le Roi soit pour beaucoup dans la
politique qui prévaut, mais les ministres en sont toujours les acteurs;
c'est à eux surtout que vont les honneurs du succès comme les travaux et
les périls du combat, car ils y engagent toute leur destinée. Et puis
ils sortent des rangs du pays; ils sont ses représentants immédiats
et comme ses champions d'élite pour son service et sa défense. Il est
naturel que ses regards et ses sentiments se portent d'abord sur eux;
c'est même l'un des principaux mérites du régime constitutionnel qu'il
en soit ainsi, et que la royauté n'ait pas à subir les chances de
l'arène. Mais si la sécurité du trône y gagne, il peut arriver que
l'amour-propre du prince en souffre; et s'il en souffre injustement, si
la part qui lui revient effectivement dans l'adoption, le maintien et
le succès de la bonne politique ne lui est pas faite dans l'opinion
publique, si en même temps le cours des idées populaires et des hommes
qui les représentent tend à le repousser de plus en plus dans l'ombre,
si d'autres amours-propres s'élèvent en face de l'amour-propre royal
et lui contestent ses satisfactions légitimes, alors surviennent
ces susceptibilités d'influence ou de renommée, ces inquiétudes sur
l'injustice et l'ingratitude publiques, ces mouvements naturels du coeur
humain que le plus sage prince ne réussit guère à supprimer absolument,
et qui lui prêtent, pour peu qu'il s'y laisse aller, des apparences que
la conduite la plus modérée, la plus constitutionnelle, ne suffit
pas toujours à effacer. C'est la difficile situation dont le roi
Louis-Philippe, dans son attitude et son langage, n'a pas toujours tenu
assez de compte, et dont il a eu injustement à souffrir.

[Note 26: _Pièces historiques_, n° XV.]

Les rois oublient trop d'ailleurs avec quelle rapidité leurs moindres
impressions, et les dispositions qu'ils laissent entrevoir en se hâtant
de les contenir, fournissent à leur entourage les occasions d'un zèle où
le public croit reconnaître leur propre pensée. Peu de jours après la
mort de M. Casimir Périer, j'étais aux Tuileries, dans le salon de la
Reine; un membre de la Chambre des Députés, homme de sens et très-dévoué
au Roi, dit à l'un des officiers intimes de la cour: «Quel fléau que
le choléra, Monsieur, et quelle perte que celle de M. Périer!--Oui
certainement, monsieur; et la fille de M. Molé, cette pauvre madame
de Champlâtreux!» comme pour atténuer, en le comparant à une douleur
très-légitime mais purement de famille, le deuil public pour la mort
d'un grand ministre. Je ne doute pas que si le roi Louis Philippe eût
entendu ce propos, il n'en eût senti l'inconvenance; mais les serviteurs
ont des empressements qui vont fort au delà des désirs des rois, et
celui-là croyait plaire en repoussant M. Casimir Périer dans la foule
des morts que le choléra avait frappés.

Non-seulement rien, dans le langage du Roi et de son gouvernement après
la mort de M. Casimir Périer, ne laissa paraître un tel sentiment;
mais ce langage, comme on le voit dans _le Moniteur_ que je viens
de rappeler, fut remarquablement modeste. En donnant à la France la
certitude que la politique d'ordre et de paix du cabinet du 13 mars
serait maintenue, on n'en faisait point remonter au Roi le mérite; son
nom n'était pas même prononcé; c'était à la France elle-même qu'on
reportait l'honneur du passé et l'espérance de l'avenir: «La France a
fait elle-même ses destinées; elle seule pourrait les changer et elle ne
le veut pas.»

La France en effet ne le voulait pas; mais sa volonté confuse et
chancelante serait demeurée vaine si la volonté précise et constante du
roi Louis Philippe n'était venue en aide et aux ministres qu'il avait
adoptés, et aux majorités parlementaires que ses ministres avaient
ralliées autour du trône. Roi, Chambres, cabinet du 13 mars, tous
avaient droit de réclamer la politique d'ordre et de paix comme la leur,
car ils l'avaient tous efficacement soutenue. Et les collègues que M.
Casimir Périer laissait après lui avaient droit aussi de parler en
leur propre nom, car ils étaient sincèrement résolus à poursuivre et à
défendre son oeuvre, en fidèles héritiers.

Mais M. Casimir Périer à peine mort, on reconnut combien son héritage
était lourd, et lui-même nécessaire pour le garder. C'est une remarque
vulgaire qu'on ne mesure bien la place que tenait un homme que lorsque
elle est vide; et le vide se fait durement sentir quand la nécessité
d'agir devient pressante au moment même où manque le grand acteur.

Dans les meilleurs jours du ministère de M. Casimir Périer, les partis
ennemis n'avaient pas cessé de conspirer: quand ils virent la France
troublée par le choléra et le premier ministre lui-même atteint, ils
jugèrent le moment favorable pour redoubler leurs efforts. Dans le cours
du mois de mai 1832, pendant que le chef du cabinet était aux prises,
dans les rues avec une terreur anarchique et dans son lit avec la
mort, les légitimistes soulevèrent dans l'Ouest la guerre civile;
les républicains s'armèrent pour une grande insurrection dans Paris;
l'opposition parlementaire se réunit pour préparer, en l'absence
des Chambres, sous le nom de _Compte rendu_ ou _Manifeste à nos
commettants_, une attaque générale et solennelle contre la politique
qu'elle avait combattue pendant la session.

Entre les mobiles qui peuvent pousser les hommes à conspirer ou à se
soulever pour renverser le gouvernement établi, l'un des plus puissants,
le plus puissant peut-être, c'est l'idée du droit à rétablir au sein
même du gouvernement, du pouvoir légitime à mettre à la place d'un
pouvoir usurpateur. On parle beaucoup de la puissance des intérêts, et
bien des gens croient faire preuve de sagacité et de bon sens en disant
que l'intérêt seul fait agir les hommes. Ce sont de vulgaires et
superficiels observateurs. L'histoire est là pour montrer quel degré
d'oppression, d'iniquité, de souffrance, de malheur peuvent supporter
les hommes, quand les intérêts personnels sont seuls en jeu, avant de
recourir, pour se délivrer, aux conspirations et aux insurrections. Si
au contraire ils croient, ou si seulement certains groupes d'hommes dans
la société croient que le pouvoir qui les gouverne n'a pas en lui-même,
par son origine et sa nature, droit de les gouverner, tenez pour certain
que les conspirations et les insurrections naîtront et renaîtront
obstinément parmi eux. Tant l'idée du droit a d'empire sur les hommes!
Tant la dignité instinctive de leur nature leur inspire le besoin de
ne se soumettre qu'au pouvoir qui, dans leur pensée, a droit à leur
obéissance, et de le chercher jusqu'à ce que leurs yeux, en s'élevant,
le voient en effet au-dessus d'eux!

Telle est la puissance de cette idée qu'elle peut jeter ceux qu'elle
possède dans l'injustice et l'imprudence extrêmes, et faire taire en eux
non-seulement la voix de l'intérêt personnel, des affections de famille,
du sens commun, du péril évident et vain, mais la voix même de la patrie
et des devoirs qu'elle impose à ses enfants. Après de longs et violents
troubles civils, ce que cherche surtout la patrie, son plus général
désir comme son plus impérieux besoin, c'est la présence, en fait, d'un
gouvernement juste et sage, qui lui assure l'ordre et la liberté, qui
protège équitablement tous les droits, tous les intérêts, et dirige
bien, au dehors comme au dedans, les affaires communes de la société.
C'est l'infirmité des choses humaines que les meilleures ont souvent de
tristes origines, et que la violence se rencontre dans le berceau des
plus utiles institutions et des plus nécessaires pouvoirs. Mais quand
les pouvoirs et les institutions sortis de leur berceau grandissent et
se développent régulièrement, quand le gouvernement, plus ou moins issu
de la force plus ou moins légitime, s'acquitte bien de sa mission et
satisfait aux voeux comme aux besoins généraux de la société, ce que
demande, ce qu'a droit de demander alors la patrie, c'est qu'on ne
conspire plus, qu'on ne se soulève plus, que, si l'on est mécontent ou
triste, on se tienne à l'écart, on attende les arrêts du temps, et qu'en
attendant on la laisse jouir de son repos, de sa prospérité, de ses
libertés, qu'on ne lui donne pas à recommencer sans cesse ce dur et
périlleux travail de l'enfantement d'un gouvernement voué, dès qu'il
sera né et quoi qu'il fasse, à se défendre contre une guerre à mort.
Mais ne comptez pas que, chez les hommes exclusivement préoccupés
de l'origine et du titre primitif des pouvoirs, ce cri de la patrie
l'emporte sur leur propre passion; ne vous flattez pas qu'en présence
d'un gouvernement auquel ils ne reconnaissent pas le droit de gouverner,
ils reconnaissent ses mérites et s'y résignent; ils seront envers lui,
mille fois plus exigeants qu'ils ne l'ont été, qu'ils ne le seraient
encore envers le gouvernement dont ils proclament le droit; ils
persisteront à voir en lui un péché originel pour lequel il n'y a point
de rédemption. Ils feront plus: ils ne tiendront, en l'attaquant, nul
compte, je ne dis pas seulement des périls de l'entreprise, mais des
chances de succès; ils seront aussi aveugles dans l'appréciation de
leurs forces qu'obstinés dans la poursuite de leur dessein; ils se
lanceront dans des tentatives désespérées, indifférents au risque de
relancer leur patrie dans le chaos et les ténèbres des révolutions.

Que sera-ce si de grands exemples de dévouement et de courage viennent
ajouter leur empire à celui des principes? C'est l'honneur de l'humanité
que les causes malheureuses et tenues pour légitimes font des héros et
des martyrs. Et quand des héros et des martyrs ont apparu, peu importe
le petit nombre des fidèles; peu importent la faiblesse des moyens et
l'incertitude des espérances; l'enthousiasme se joint au devoir; les
plaisirs de l'émotion et de l'action tiennent lieu des joies de la force
et des sourires de la fortune; on se satisfait, on s'exalte dans le
sentiment des périls qu'on affronte pour son chef ou pour sa foi; on se
complaît dans le mépris des lâches qui désertent la bonne cause. Et les
politiques voient avec surprise se déployer dans les tentatives les plus
insensées, les plus dénuées de chance, des prodiges de persévérance et
d'énergie, d'intelligence et de vertu.

Ce fut à une double explosion de tels adversaires qu'aussitôt après
la mort de M. Casimir Périer se trouva en butte le cabinet qui lui
survivait: les légitimistes et les républicains se levèrent en même
temps, réclamant les uns et les autres, au nom de leur principe, le
droit exclusif de gouverner la France. Les grands conseillers du parti
légitimiste, les politiques clairvoyants qui vivaient à Paris, M. de
Chateaubriand, M. Berryer, le duc de Fitz-James, n'étaient point d'avis
de l'insurrection et s'efforcèrent de la prévenir. M. Berryer se rendit,
en leur nom, dans l'Ouest pour en détourner madame la duchesse de Berry
qui venait d'y arriver. Parmi les chefs vendéens eux-mêmes, plusieurs
des principaux avaient, dès l'origine, averti la princesse que
l'entreprise leur semblait inopportune, que les armes et les munitions
leur manquaient, qu'ils ne pouvaient promettre ni un grand soulèvement,
ni de bonnes chances de succès. A plusieurs reprises, on délibéra, on
hésita, on fut sur le point de renoncer. Mais les passions oisives, et
qui entrevoyent un terme à leur oisiveté, sont, de toutes, les plus
ingouvernables; d'Écosse en Italie, d'Italie en France, entre le vieux
roi Charles X à Holyrood, madame la duchesse de Berry à Massa et ses
correspondants dans les départements du Midi et de l'Ouest, les fils
du complot étaient noués, les plans formés, les agents en mouvement;
bravant les périls de la mer et de la terre, se vouant avec courage à
une vie errante et dure, la principale personne du parti et du dessein
était arrivée sur les lieux, au milieu de ses amis. Princesse, femme
et mère, que de causes d'illusion pour elle et d'entraînement autour
d'elle! Être venue si légèrement, s'en retourner sans avoir rien
fait, c'était pis que la défaite; c'était une nouvelle et plus fatale
abdication. Il y a des impressions qui décident de la conduite des
partis et auxquelles se soumettent ceux-là même qui les jugent et les
déplorent: préparée depuis longtemps, avortée à Marseille, déconseillée
et presque décommandée dans l'Ouest à la veille de l'exécution, la prise
d'armes légitimiste éclata enfin, avec la mère de Henri V à la tête, au
moment même où le chef du cabinet du 13 mars descendait au tombeau.

Dans le parti républicain, chefs et soldats, la situation et les
dispositions étaient les mêmes: là aussi les chefs n'avaient nulle envie
de l'insurrection et ne croyaient pas à son succès. Quelque vive que
fût son hostilité, je ne pense pas que M. de La Fayette entrât alors
activement, comme il l'avait fait sous la Restauration, dans les
complots de renversement. M. Armand Carrel, clairvoyant et dédaigneux,
ne leur portait guère plus de goût que de confiance. M. Garnier Pagès
savait très-bien qu'il était plus propre à fronder la monarchie à
la tribune en y faisant apparaître la République, qu'à attaquer le
gouvernement du Roi dans les rues en y promenant le drapeau républicain.
M. Godefroi Cavaignac lui-même, malgré l'âpreté de ses passions, avait
trop d'esprit pour s'abandonner aveuglément à celles de ses aveugles
amis. Mais parmi les républicains, bien plus encore que parmi les
légitimistes, le sentiment et l'avis des chefs étaient de peu de valeur;
en toute occasion, ils étaient emportés dans le mouvement de leur
peuple, n'ayant pas plus le courage de s'en séparer que la force de le
contenir. M. Casimir Périer mort, tous les démocrates, politiques ou
anarchiques, crurent leur jour venu et reprirent leurs allures de
violence et d'agression. Les sociétés secrètes se réunirent: les _Amis
du peuple_ brisèrent les scellés que l'autorité avait fait apposer sur
la maison où ils tenaient leurs séances; le commissaire de police et les
officiers municipaux qui se présentèrent furent maltraités. Au nom de la
souveraineté du peuple comme au nom de la légitimité, dans les rues
de Paris comme dans les campagnes de l'Ouest, la guerre civile se
rallumait.

En présence de cette fermentation, et pour chercher aussi sa part dans
les chances de succès que semblait ouvrir à tous les partis, légaux
ou illégaux, la mort de M. Casimir Périer, l'opposition parlementaire
voulut faire un acte solennel. Sa situation était difficile: la tribune
était fermée; les députés ne pouvaient, en usant d'un droit incontesté,
venir, chacun à son tour et dans la mesure de ses opinions et de ses
désirs, porter au pouvoir des coups divers et pourtant tous sentis. Il
fallait qu'ils parlassent tous en commun, d'une seule voix, et en dehors
du théâtre naturel où toutes leurs voix avaient mission de se faire
entendre. Ils eurent grand'peine à se mettre d'accord sur l'expression
unique d'idées et d'intentions très-différentes: les opposants
constitutionnels et dynastiques demandaient à rester sous le drapeau de
la monarchie; les républicains voulaient que celui de la république se
fît entrevoir. De ce conflit forcé d'aboutir à un concert, il résulta,
sous le nom de _Compte rendu_, une sorte de cantate politique en prose,
résumé vague des idées déjà si vagues que l'opposition avait produites
dans les Chambres ou dans les journaux, et répétition monotone des
griefs qu'elle avait déjà si souvent répétés. Ni la modération de M.
Odilon Barrot ne parvint à effacer le caractère dur et agressif de ce
document ni le savoir-faire littéraire de M. de Cormenin à y répandre
un peu de nouveauté et de verve. L'oeuvre fut pompeusement vulgaire,
quoique des gens d'esprit y eussent mis la main, et la pièce resta
froide en même temps que l'acte était plein d'amertume et d'hostilité.

Le cabinet mutilé résistait avec courage à toutes ces attaques; il
réprimait à Paris les tentatives de sédition anarchique, combattait
dans l'Ouest l'insurrection légitimiste, poursuivait au dehors les
négociations qui devaient raffermir la paix européenne, restait fidèle
enfin, en principe et en fait, à la politique du chef qu'il n'avait
plus. Pourtant il se sentait faible et perdait de jour en jour du
terrain. Sa conduite était bonne, mais impuissante. Dans les temps
orageux et quand les événements se pressent, la bonne conduite même
ne suffit pas au gouvernement; il y faut une certaine mesure de cette
autorité supérieure, naturelle et générale, que donnent ou la grandeur
éprouvée du caractère, ou l'éclat continu du talent, ou la force d'une
situation élevée et indépendante; à ces conditions seulement, le pouvoir
impose à ses adversaires, même dans le combat, et inspire d'avance
confiance et zèle à ses amis. Elles avaient disparu du cabinet avec
M. Casimir Périer; sa politique lui survivait, mais il n'avait pas
de successeur; la couronne avait les mêmes pensées et des ministres
également dévoués, mais elle avait perdu son champion et la majorité des
Chambres son chef.

Le public sentait ce vide plus vivement encore que les ministres, et
peut-être que la couronne elle-même. Le 19 mai, en suivant le convoi de
M. Casimir Périer, M. Royer-Collard s'entretenait avec M. de Rémusat et
lui témoignait ses inquiétudes pour l'avenir: «Que va-t-il arriver?
lui dit-il; la situation est bien grave; à qui va-t-on s'adresser pour
refaire du gouvernement? Nous avons perdu M. Cuvier, rude coup pour la
science; mais nous n'avons pas perdu le Cuvier de la politique; M. De
Talleyrand est le Cuvier de la politique. Pense-t-on à lui!»

Bien des gens y pensaient, plutôt comme à une combinaison possible et
plausible qu'avec la conviction que, mise en pratique, elle serait bonne
et efficace. On avait besoin d'un homme considérable et d'un homme
habile; M. de Talleyrand était certainement l'un et l'autre. On ne se
demandait pas si son habileté était celle qui convenait au gouvernement,
et au gouvernement libre, de la France profondément agitée. Les
diplomates ont le privilège de grandir aux yeux de leur pays sans avoir
porté le poids de ses affaires et de ses épreuves intérieures. Après
les catastrophes de 1848, nous étions, le prince de Metternich et moi,
réfugiés ensemble à Londres; je lui dis un jour: «Expliquez-moi, je vous
prie, mon prince, comment et pourquoi la Révolution de Février s'est
faite à Vienne. Je sais pourquoi et comment elle s'est faite à Paris;
mais en Autriche, sous votre gouvernement, je ne sais pas.--J'ai
quelquefois gouverné l'Europe, me dit-il avec un sourire mêlé d'orgueil
et de tristesse, mais l'Autriche, jamais.» M. de Talleyrand aurait pu
en dire à peu près autant à ceux qui voulaient l'appeler à gouverner la
France; il la servait très-bien à Londres, et l'eût, je crois, trouvée
ingouvernable à Paris. Mais, quand on cherche des ministres, c'est bien
souvent pour sortir d'embarras plutôt que pour suffire au besoin public.
Il importait, en tout cas, de savoir si, de son côté, M. de Talleyrand
pensait à devenir chef du cabinet, s'il en accepterait la proposition,
s'il n'était pas nécessaire de la lui avoir faite avant de lui présenter
toute autre combinaison, s'il en avait lui-même quelqu'une en vue,
enfin s'il était disposé à prêter, comme ambassadeur, son concours à
un nouveau ministère qui continuerait la politique du 13 mars, et s'il
croyait toucher à la complète solution de la question belge qui, bien
que très-avancée, n'était pas encore définitivement réglée. Le général
Sébastiani, encore souffrant et sans illusion sur les périls de la
situation du cabinet et de la sienne propre, s'entretenait de tout cela
avec M. de Rémusat, et lui dit un jour: «Ne pourriez-vous pas nous aider
à savoir à quoi nous en tenir?» M. de Rémusat s'y prêta volontiers et
partit pour Londres, sans aucune mission précise, sans porter à M. de
Talleyrand aucune proposition, uniquement pour causer avec lui comme
il avait causé avec le général Sébastiani, et pour bien connaître sa
pensée, soit sur l'avenir du cabinet français, soit sur l'état de
l'affaire belge et ses chances de conclusion.

La conversation de M. de Talleyrand fut parfaitement sensée et
clairvoyante. Il n'avait pas la moindre envie d'être ministre en France;
content de sa position à Londres, il avait à coeur de continuer ce qu'il
y faisait, et il espérait toujours le mener à bien, quoique souvent
contrarié et entravé, plutôt par ce qui venait de France que par
l'Europe. Tout ce qu'il souhaitait à Paris, c'était un ministère qui
maintînt la politique du 13 mars, et qui sût, comme M. Casimir Périer,
la pratiquer et en répondre, auprès du Roi comme dans les Chambres, avec
autorité et dignité. Il tint ce langage à M. de Rémusat très-ouvertement
et avec l'intention marquée que partout on sût bien que telle était sa
résolution. On s'en félicita en Angleterre, où il était regardé comme le
plus efficace partisan de la paix et des bons rapports entre les deux
nations, et où la chance de son éloignement avait déjà causé quelque
inquiétude. Un organe quasi officiel du cabinet whig, le journal _le
Globe_ s'en expliqua en ces termes que quelques personnes crurent, sinon
inspirés, du moins approuvés par M. de Talleyrand lui-même: «Nous avons
reçu ce matin le manifeste des députés de l'opposition en France. Nous
n'avons pas le temps de l'examiner en détail: nous nous contenterons de
dire qu'il nous paraît simplement une sèche et froide répétition des
divers points de politique, intérieure et extérieure, sur lesquels
l'opposition a combattu le gouvernement du roi Louis-Philippe. Il est
évident que le triomphe de ce parti conduirait rapidement à une guerre
générale. En se rendant aux eaux de Bourbon-l'Archambault, le prince de
Talleyrand traversera Paris. Il n'est pas probable qu'à son âge et
avec ses habitudes, il s'engage dans une tâche aussi rude que celle de
premier ministre en France; mais on peut espérer, dans l'intérêt des
deux pays et de l'humanité en général, qui ont si grand besoin du
maintien de la paix, que le roi Louis-Philippe le consultera sur la
formation de son nouveau ministère et sur le choix d'un président du
Conseil investi de pleins pouvoirs.»

Pendant qu'on s'entretenait ainsi à Londres du nouveau cabinet à former
à Paris, tout l'établissement de 1830; monarchie et dynastie, Roi et
ministres, étaient en proie à la plus violente attaque et au plus grand
péril qu'ils eussent encore eu à subir: l'insurrection des 5 et 6 juin
1832 éclatait.

C'est le vice et le malheur des conspirateurs révolutionnaires qu'ils
sont condamnés aux mensonges les plus contradictoires, et passent tour
à tour de l'audace à l'hypocrisie, de l'hypocrisie à l'audace. Quand
l'insurrection des 5 et 6 juin 1832 eut échoué, quand il fallut se
justifier d'y avoir pris part ou la justifier de ses desseins, il y
eut comme un concert, entre tous ceux qui y étaient directement ou
indirectement intéressés, pour en dissimuler la gravité et en dénaturer
le caractère: tous soutinrent qu'il n'y avait eu dans l'événement aucune
préméditation, aucun projet politique; la mort du général Lamarque, de
ce vaillant défenseur de la liberté et de l'honneur national, avait
vivement ému le peuple qui n'avait voulu, en se portant en masse autour
de son cercueil, que lui rendre un éclatant hommage. Si la lutte s'était
engagée, ce n'étaient point les amis du général Lamarque qui en avaient
pris l'initiative; ils avaient été insultés, provoqués, menacés,
attaqués par la police et la troupe, les sergents de ville et les
dragons. Ici, un homme sur un balcon s'était refusé à ôter son chapeau
devant le convoi; là, un étendard populaire avait été jeté dans la boue;
ces incidents et d'autres semblables, les précautions excessives, les
bravades offensantes des agents ou des partisans du pouvoir, avaient
jeté l'irritation dans la foule; le combat avait commencé çà et là,
involontairement, fortuitement, partiellement, en plus d'un lieu
peut-être selon le désir et sur la provocation des serviteurs de la
police. Qui avait porté les premiers coups? Qui s'était livré aux plus
grands excès? On ne le savait pas; on ne le saurait jamais; tout était à
déplorer, rien à imputer aux amis du général Lamarque, du peuple et de
la liberté.

Le temps a marché; le jour s'est levé sur le passé; la France a changé
de régime et de maître; le roi Louis-Philippe est tombé; la République a
eu son heure; on a pu s'en vanter au lieu de s'en défendre; la crudité
des assertions a remplacé, chez ses partisans, l'hypocrisie des
dénégations; même avant, et à plus forte raison depuis le 24 février
1848, ils ont proclamé, affirmé, démontré que l'insurrection des 5 et 6
juin 1832 avait été une grande tentative républicaine; ils ont multiplié
les détails et les preuves. Leurs sociétés publiques et secrètes, la
_Société de l'Union de Juillet_, la _Société des Droits de l'Homme_, la
_Société des Amis du peuple_, s'étaient jointes au convoi du général
Lamarque, portant leurs noms inscrits sur leurs drapeaux. Les cris:
_A bas Louis-Philippe! Vive la République!_ avaient retenti sur leur
passage. C'était pour servir la cause de la République que des élèves
de l'École polytechnique et des autres grandes écoles publiques étaient
venus se placer dans leurs rangs. Si quelques-uns avaient cédé à
l'entraînement sans connaître le but, ils avaient été bientôt éclairés:
«Mais enfin où nous mène-t-on? demanda l'un d'eux dans le peloton où
il marchait.--A la République, lui répondit un décoré de Juillet qui
conduisait le peloton, et tenez pour certain que nous souperons ce soir
aux Tuileries.» Quand le cortège arriva à la place de la Bastille, un
officier du 12e léger s'avança vers le premier groupe, et dit au chef:
«Je suis républicain; vous pouvez compter sur nous.» A la vérité,
en moins d'une heure, les républicains honnêtes purent voir qu'ils
n'étaient pas seuls, ni les maîtres dans le cortège; le drapeau rouge et
le bonnet rouge, ces symboles du régime de la Terreur, s'y montrèrent
hardiment: «Il y avait là, dit M. de La Fayette lui-même, quelques
jeunes fous qui voulaient me tuer en l'honneur du bonnet rouge.» Bien
simples étaient ceux qui ne l'avaient pas prévu; c'est, chez nous, la
condition de la République d'avoir pour armée de tels fous et les bandes
désordonnées qui marchent derrière les fous. Quand le régime républicain
n'est ni dans les idées, ni dans les moeurs, ni dans la volonté des
classes amies naturelles de l'ordre, quand les intérêts réguliers et
tranquilles ne lui portent ni confiance ni goût, ce régime est voué à
l'alliance, c'est-à-dire à la domination des mauvaises passions; hors
d'état de supporter la liberté, il ne peut trouver un moment quelque
force que dans la violence et l'anarchie. Les républicains des 5 et 6
juin 1832 n'allèrent pas jusqu'à cette épreuve; mais elle ne leur eût
pas plus manqué qu'à leurs disciples de 1848 s'ils avaient eu huit jours
de succès.

Quand leur défaite fut évidente, quand la prolongation de la lutte
ne fut plus, pour les plus passionnés d'entre eux, qu'une question
d'honneur personnel et de foi au delà du tombeau, alors se déployèrent
ces courages et ces dévouements héroïques qui peuvent honorer les plus
mauvaises causes, et qui leur conservent, jusque dans leurs revers, une
force redoutable, même quand elle est vaine. Presque au même moment, le
6 juin pour les uns, le 7 pour les autres, une centaine de républicains
à Paris, dans le cloître Saint-Méry, et une cinquantaine de légitimistes
au château de la Pénissière, près de Clisson dans la Vendée, entourés
d'ennemis, de feu et de ruines, combattirent à toute outrance, et
moururent aux cris, les uns de _Vive la République!_ les autres de _Vive
Henri V!_ donnant leur vie comme un sacrifice humain, dans l'espoir de
servir peut-être ainsi un jour un avenir qu'ils ne devaient pas voir.

Il n'y a, en ce monde, que deux grandes puissances morales, la foi et le
bon sens. Malheur aux temps où elles sont séparées! Ce sont des temps où
les révolutions avortent et où les gouvernements tombent.

La défense de l'ordre contre l'insurrection fut aussi courageuse et
presque aussi passionnée que l'attaque. Il y avait alors, et dans la
garde nationale appelée à réprimer l'émeute, et dans toute la population
étrangère aux factions, une vraie et active indignation contre ceux qui,
sans nécessité, sans provocation, sans motifs qu'ils pussent avouer,
pour la seule satisfaction de leurs idées ou de leurs passions
personnelles, venaient troubler la paix publique, et rejeter dans de
nouvelles crises révolutionnaires la patrie à peine relevée et encore si
lasse de toutes celles qu'elle avait subies. Les chefs militaires qui,
sous la forte et laborieuse discipline de l'Empire, avaient appris le
respect de l'autorité et le dévouement, s'étonnaient de trouver dans ces
soldats d'un jour, propriétaires, marchands, artisans, une ardeur si
empressée et si ferme. Le digne représentant des vieux guerriers, le
maréchal Lobau, avec son rude visage, sa gravité brusque, sa parole
brève, comme s'il eût été pressé de ne plus parler, rendait témoignage
de la bonne conduite de ces troupes si nouvelles pour lui, et dont
il avait hésité à prendre le commandement. Son chef d'état-major, le
général Jacqueminot, aussi brave et plus expansif, racontait avec une
émotion familière les nombreux traits de libre et patriotique courage
dont il avait été témoin. Trois des chefs qui avaient agi sous leurs
ordres, M. Gabriel Delessert, bourgeois né militaire, disait le maréchal
Lobau dans son rapport, et les généraux Schramm et Tiburce Sébastiani,
rendirent, de ce qu'ils avaient fait avec la garde nationale et la
troupe de ligne, des comptes détaillés qui étaient lus dans les corps
de garde, les cafés, dans tous les lieux publics, avec de vives
démonstrations de satisfaction militaire et populaire. Dans la matinée
du 6 juin, pendant que, sur plusieurs points, la lutte était encore
flagrante, le Roi parcourut à cheval tous les quartiers de Paris,
passant en revue les diverses troupes qu'il rencontrait, s'arrêtant
là où la population était amassée, presque partout accueilli par de
bruyantes acclamations, et se portant de sa personne au-devant des
groupes silencieux et suspects, comme pour défier, par son tranquille
courage, la plus brutale inimitié. Aux personnes de sa suite qui
l'engageaient à prendre un peu garde, il répondait: «Soyez tranquilles;
j'ai une bonne cuirasse; ce sont mes cinq fils.» Le bruit courut le
lendemain que, dans cette promenade, des insurgés, à portée et au moment
de tirer sur le Roi, en avaient été détournés par sa confiante attitude
autant que par leur propre péril.

Dès que j'appris l'insurrection, je me rendis aux Tuileries, pressé de
savoir exactement ce qui se passait et de voir si je pourrais aider
en quelque manière au rétablissement de l'ordre public. Je trouvai là
plusieurs membres de l'une et de l'autre Chambres, entre autres M.
Thiers, animés du même sentiment que moi. Le Roi venait d'arriver de
Saint-Cloud avec la reine, à qui il avait dit: «Amélie, il y a du
trouble à Paris; j'y vais;--J'y vais avec vous, mon ami.» Le Conseil
des ministres se réunit. Nous causions dans un salon voisin, avec les
personnes, soit de la maison du Roi, soit du dehors, qui allaient et
venaient, cherchant et apportant des nouvelles et des avis. On a dit que
le nombre des visiteurs n'était pas grand et qu'ils avaient l'air plus
troublé qu'empressé. Je ne me souviens pas d'en avoir été frappé. J'ai
tant vu les faiblesses et les bassesses humaines, et je m'y attends
tellement que, lorsqu'elles paraissent, je ne leur fais guère l'honneur
de les remarquer. Ce dont je suis sûr, c'est que, chez les hommes
politiques présents ce jour-là aux Tuileries, il y avait, à côté d'une
sérieuse inquiétude, une ferme adhésion au gouvernement du Roi et un
parti bien pris de le soutenir.

Le jour même de la promenade du Roi dans Paris, au moment où il en
revenait et pendant que le Conseil des ministres était assemblé, on vint
lui dire que trois députés de l'opposition, tous trois signataires du
_Compte rendu,_ MM. Laffitte, Odilon-Barrot et Arago, arrivaient aux
Tuileries et demandaient à être admis auprès de lui. Il quitta le
Conseil et s'empressa de les recevoir. La démarche n'avait, de leur
part, rien que d'opportun et d'honorable: regardant l'insurrection comme
à peu près vaincue et l'ordre matériel comme bien près d'être rétabli,
ils venaient, avec une conviction sincère et une intention loyale, faire
auprès du Roi la même tentative que, par le _Compte rendu_, ils avaient
faite auprès du public, c'est-à-dire le presser de changer de système,
et de mettre la politique de laisser-aller et de concession, qu'ils
appelaient la politique de confiance, à la place de la politique de
résistance. Ils ont eux-mêmes signé, de cette conversation qui fut
longue et animée, une sorte de procès-verbal qui a été plusieurs fois
publié, et dont personne, que je sache, n'a contesté la fidélité. Ce ne
fut, à vrai dire, qu'une paraphrase du _Compte rendu_, sous la forme
plus développée et plus vive d'une controverse, M. Laffitte y fut doux
et quelquefois embarrassé; M. Odilon-Barrot modéré, respectueux et
presque affectueux; M. Arago inconsidéré, amer, et par moments assez
emporté pour que le Roi lui dît: «Monsieur Àrago, n'élevez pas tant la
voix.» En relisant aujourd'hui cet entretien, je pense, et tout lecteur
indifférent pensera, je crois, comme moi, que le Roi y garda constamment
l'avantage, et pour le fond des idées, et pour l'appréciation des faits,
et pour la verve dans la discussion. Il y fit pourtant une faute,
grave dès lors et que le temps devait aggraver. Soit par un mouvement
d'amour-propre, soit pour donner à la politique qu'il soutenait plus de
force en en faisant prévoir la durée, il la revendiqua, avec quelque
impatience, comme la sienne propre et presque son oeuvre à lui seul,
donnant ainsi, à un reproche qui lui était dès lors adressé, plus de
vraisemblance qu'il n'avait de fondement. La vérité comme la prudence
auraient voulu qu'en prenant justement sa part dans la politique d'ordre
et de paix, il fît en même temps la part des Chambres, et de la majorité
qui s'y était formée à l'appui de son gouvernement, et des conseillers
que cette majorité lui avait fournis, surtout du ministre éminent qu'il
venait de perdre, et dont l'énergie lui avait été si nécessaire. A ce
moment, en causant avec MM. Laffitte, Odilon-Barrot et Arago, le roi
Louis-Philippe aurait bien fait de se rappeler ce qu'il dit un jour à M.
d'Haubersaert: «Savez-vous que si je n'avais pas trouvé M. Périer au
13 mars, j'en étais réduit à avaler Salverte et Dupont tout crus?» Il
serait resté ainsi dans ce rôle de roi constitutionnel dont, en fait,
il était bien décidé à ne jamais sortir, et il n'eût pas fourni à
ses ennemis les apparences dont ils se sont fait contre lui de si
dangereuses armes.

A cette occasion, je trouve sur mon propre compte, dans quelques
écrits du temps, un prétendu fait que je relèverai, contre mon usage,
uniquement à cause de la singulière transformation qu'il a subie de
récit en récit. On a dit d'abord: «Au moment où la calèche dans laquelle
se trouvaient les trois députés traversait la grille du palais, un ami
commun, qui venait de l'intérieur, les aborda et leur dit: «Allez vite,
Guizot en sort.[27]» Un peu plus tard, cette invitation aux trois
députés de se hâter, pour opposer leur influence à la mienne, est
devenue une invitation de s'arrêter pour échapper à leur propre péril:
«Trois heures sonnaient lorsqu'une calèche découverte, dans laquelle se
trouvaient MM. Arago, Odilon-Barrot et Laffitte, entra dans la cour des
Tuileries. Un inconnu, s'étant alors élancé à la tête du cheval, le
saisit par la bride en s'écriant: «Prenez garde, messieurs; M. Guizot
sort de l'appartement du Roi; vos jours ne sont pas en sûreté.[28]» Il
n'y a point de si sotte calomnie qui ne trouve quelqu'un pour la dire
et plus d'un pour la croire; pourtant je suis sûr que, si les hommes
honorables mis en scène ont eu connaissance de celle-ci, ils ont haussé
les épaules; et je me serais étonné de la rencontrer dans un livre
sérieux si je ne savais que l'esprit de parti explique tout, même la
crédulité perverse des gens D'esprit.

[Note 27: _La Fayette et la Révolution de_ 1830, par B. Sarrans jeune,
t. II, p. 384.]

[Note 28: _Histoire de Dix Ans_, par M. Louis Blanc, t. III, p. 305.]

Le succès semblait grand pour le cabinet; il avait vaincu la plus hardie
et la plus violente insurrection qui se fût encore élevée contre le
gouvernement nouveau; M. Casimir Périer lui-même n'avait pas été mis en
face de tels périls. Mais le cabinet, où M. Casimir Périer n'était plus,
avait en lui-même des faiblesses que la lutte, même heureuse, devait
développer; et à peine vainqueur, il prit deux mesures qui lui firent
plus de mal qu'il ne retira de fruit de sa victoire. En mettant Paris en
état de siège, et en faisant brusquement arrêter M. de Chateaubriand, le
duc de Fitz-James, M. Hyde de Neuville et M. Berryer, comme complices
de la guerre civile qu'ils s'étaient efforcés d'empêcher, il rendit à
l'opposition, dans l'ordre légal et moral, le terrain qu'elle avait
perdu dans les rues, et il se réduisit à la nécessité de se défendre
contre les partis qu'il venait de vaincre.

Les jurisconsultes les plus indépendants comme les plus éclairés
différèrent entre eux, et on pouvait certainement différer d'avis sur la
légalité de l'état de siège établi à Paris par l'ordonnance du 6 juin
1832. Quelques mois plus tard, et après la chute du cabinet, quand
la question fut débattue dans les Chambres, je demandai à l'un
des magistrats les plus versés dans le droit criminel, et mon ami
particulier, à M. Vincens Saint-Laurent, alors président de chambre à la
Cour royale de Paris, de m'en bien expliquer les diverses faces; et il
me remit à ce sujet une note si complète et si précise que je prends
plaisir à la publier, aussi bien dans l'intérêt de la vérité qu'en
souvenir du savant et impartial auteur[29].Quoi qu'il en fût du fond de
la mesure, la plupart des membres de l'opposition, députés ou écrivains,
avaient mauvaise grâce à en contester la légalité, au moment d'une
insurrection flagrante, quand ils avaient admis sans contestation et
même provoqué le même acte dans les départements de l'Ouest, contre un
péril bien moins grave. Mais indépendamment de la question de droit, il
y avait là, pour le cabinet, une question de conduite, et ce fut sur
celle-là que porta sa principale erreur. Quand même la légalité de la
mise en état de siège de Paris et du renvoi des insurgés devant les
conseils de guerre n'eût été douteuse pour personne, il eût mieux fait
de n'y pas recourir. Il poursuivait les prévenus à raison de faits
récents, évidents, palpables, et au milieu d'un mouvement d'opinion
très-vif contre l'insurrection; il pouvait se confier aux juridictions
ordinaires du soin de faire justice; pourvu qu'on ne perdît pas de temps
en inutiles procédures, les jurés de Paris auraient probablement été
plus sévères pour les insurgés que ne le furent, dans leur court
exercice, les conseils de guerre blessés et intimidés par la crainte de
passer pour des commissions serviles[30]. Et si la répression légale
avait manqué, si la faiblesse des jurés avait rendu aux accusés
leur arrogance naturelle, elle aurait probablement suscité un accès
d'indignation et d'alarme publique où le gouvernement aurait puisé la
force dont il aurait eu besoin. M. de Montalivet, en sympathie avec le
premier cri des amis de l'ordre au milieu du péril et du combat, crut
faire et fit certainement acte de courage en engageant sa responsabilité
dans une telle mesure; mais ce fut le courage d'un jeune et ardent
défenseur de la société et de la royauté attaquées, non d'un ferme et
prévoyant politique. Le roi Louis-Philippe s'y trompa moins que ses
ministres, car au premier moment il repoussa l'idée de l'état de
siège[31]; et j'ai déjà cité de M. Casimir Périer des paroles qui
prouvent que, s'il eût vécu, le pouvoir ne se fût pas exposé à l'échec
qu'au nom de la Charte la Cour de cassation lui fit subir.

[Note 29: _Pièces historiques_, n° XVI.]

[Note 30: Ce qui prouve la vraisemblance de cette conjecture, c'est
le nombre des condamnations que prononça le jury contre les accusés
poursuivis à raison de l'insurrection des 5 et 6 juin, lorsque l'arrêt
de la Cour de cassation du 29 juin eut déclaré l'incompétence des
conseils de guerre, et fait renvoyer toutes ces affaires devant la Cour
d'assises. Je joins aux _Pièces historiques_, n° XVII, le tableau de ces
condamnations, qui s'élèvent à quatre-vingt-deux et dont j'ai trouvé
les détails dans les _Mémoires de M. Gisquet_, alors préfet de police;
ouvrage qui, par la nature et la précision des renseignements qu'il
contient, a plus d'importance et d'intérêt historique qu'en général on
ne lui en a attribué.]

[Note 31: Il avait, en thèse générale, de l'éloignement pour cette
mesure, et il en écarta l'idée en novembre 1831, à l'occasion de
l'insurrection, encore flagrante, des ouvriers de Lyon. J'insère, dans
les _Pièces historiques_, n° XVIII, une lettre qu'il écrivit à ce sujet,
le 29 novembre 1831, au maréchal Soult, en mission à Lyon.

Je joins à cette lettre une lettre du comte d'Argout, alors ministre du
commerce et des travaux publics, au maréchal Soult, en date du novembre
1831, et qui contient, sur la question du tarif des salaires et des
rapports entre les fabricants et les ouvriers, les instructions
formelles du cabinet, instructions parfaitement conformes au bon sens
pratique comme aux principes de la science. Je n'ai eu que récemment
connaissance de cette dépêche.]

Pour être une faute de nature différente, l'arrestation de MM. de
Chateaubriand, Fitz-James, Hyde de Neuville et Berryer ne fut pas une
faute moins grave. C'étaient là, pour le gouvernement de 1830, des
ennemis, non des insurgés ni des conspirateurs: ils ne voulaient pas
sa durée et n'y croyaient pas; mais ils ne croyaient pas davantage à
l'opportunité et à l'efficacité des complots et de la guerre civile
pour le renverser; c'étaient d'autres armes qu'ils cherchaient pour lui
nuire; c'était avec d'autres armes que les prisons et les procès
qu'il fallait les combattre. La Restauration avait donné, en pareille
circonstance, un sage et noble exemple: MM. de La Fayette, d'Argenson
et Manuel étaient, à coup sûr, contre elle, de plus sérieux et plus
redoutables conspirateurs que MM. de Chateaubriand, de Fitz-James, Hyde
de Neuville et Berryer ne voulaient et ne pouvaient l'être contre le
gouvernement de Juillet. De 1820 à 1822, le duc de Richelieu et M. de
Villèle avaient, contre ces chefs libéraux, de bien autres griefs et
de bien autres preuves que le cabinet de 1832 n'en pouvait recueillir
contre les chefs légitimistes qu'il fit arrêter. Pourtant ils ne
voulurent jamais ni les emprisonner, ni les traduire en justice; ils
comprirent que le pouvoir qui veut mettre un terme aux révolutions ne
doit pas porter, dans les hautes régions de la société, la guerre à
outrance. C'est en frappant les grandes têtes que les révolutionnaires
s'efforcent d'enflammer la lutte et de compromettre irrévocablement les
peuples dans leur cause. Les politiques d'ordre et de paix sociale ont
à tenir la conduite contraire; il ne leur convient pas d'illustrer
les partis qu'ils combattent, et de signaler si haut leurs principaux
ennemis. Il y eut défaut de tact et d'esprit politique dans
l'arrestation de ces quatre hommes considérables qui furent presque
aussitôt rendus à la liberté, MM. de Chateaubriand, de Fitz-James et
Hyde de Neuville, parce que les juges de Paris ne trouvèrent contre eux
aucune charge, M. Berryer, parce que les jurés de Blois le déclarèrent
innocent.

Sous le poids de ces fautes et d'une situation trop forte pour lui,
le cabinet se trouva bientôt plus faible qu'il ne l'était avant
l'insurrection qu'il avait vaincue: ses ennemis redevinrent ardents et
agressifs; ses amis se montrèrent inquiets et impatients. Le général
Sébastiani ne manquait point de savoir-faire avec les personnes; mais
les graves difficultés des affaires dont il avait à répondre, sa morgue
froide dans les discussions et quelques phrases malheureuses l'avaient
rendu très-impopulaire; et, ce qui est pire, à peine guéri d'une maladie
grave, il restait fatigué et usé; ses qualités manquaient des dehors qui
auraient pu les faire reconnaître ou pardonner; il avait beaucoup de
jugement et de courage sans agrément et sans éclat; il était roide sans
être imposant, et on le croyait souple auprès du Roi. M. de Montalivet,
jeune et dévoué, passait aussi pour trop docile, ou du moins trop peu
indépendant; sa fortune d'ailleurs avait commencé à la cour, non dans
les Chambres, et les pouvoirs politiques n'ont de goût que pour les
grandeurs qui se sont faites sous leur aile et par leur influence.
Depuis la mort de M. Casimir Périer, le baron Louis se plaisait peu dans
les affaires; il ne se sentait plus l'appui dont il avait besoin pour
conduire à son gré les finances de l'État. Déjà vieux, il avait fait
entrer dans le cabinet son neveu, l'amiral de Rigny, et après avoir
ainsi pourvu aux intérêts de sa famille qu'il avait fort à coeur, il
était prêt à sortir volontiers d'une barque peu sûre. Vivement attaqué,
le ministère était peu défendu et peu propre à se défendre lui-même avec
vigueur.

Le Roi aurait bien voulu le rajeunir en le gardant et le fortifier sans
le changer. On oublie aisément ce qui manque quand on a ce qui plaît.
Les conseillers qui restaient au Roi depuis la mort de M. Périer étaient
fidèles, courageux, sensés; tous pensaient comme lui, ou se laissaient
aisément persuader par lui; aucun d'eux ne lui faisait obstacle ni
ombre. Que leur manquait-il? De l'influence et du talent de parole dans
les Chambres. Si le Roi parvenait à leur adjoindre un ou deux hommes
doués de ces dons et attachés aussi à la politique d'ordre et de paix,
il obtenait ce dont il avait besoin en conservant ce qui lui convenait.
M. Dupin s'offrait naturellement à sa pensée. Le Roi le fit appeler à
Saint-Cloud et l'y retint tout un jour, s'efforçant de le faire entrer
dans le cabinet, et se promettant d'en tirer grand profit dans les
Chambres, sans qu'il en coûtât trop cher à sa propre influence dans le
gouvernement et à son renom personnel en Europe. Mais M. Dupin avait
aussi ses susceptibilités et ses exigences que le Roi n'avait pas
prévues. Quand les circonstances le lui ont commandé, il a souvent
déployé avec courage, au service de la bonne cause, la verve naturelle
et éloquente de son spirituel bon sens; mais il n'a nul goût pour les
grandes tâches et les responsabilités pesantes; les fonctions publiques
lui plaisent bien plus qu'il n'aspire au pouvoir politique; tout
engagement général, toute longue et fidèle solidarité répugnent à la
mobilité de son esprit, aux boutades de son caractère et aux calculs de
sa prudence. Il aime à servir, non à se dévouer; et même quand il sert,
il se dégage autant qu'il peut, reprenant sans cesse, par de brusques
inconséquences, quelque portion ou quelque apparence de l'indépendance
qu'il a semblé sacrifier. Il écouta avec perplexité les propositions
du Roi; il discuta, objecta, hésita, fit à son tour, plus ou moins
obscurément, ses réserves et ses demandes, entre autres que deux
ministres, le général Sébastiani et M. de Montalivet sortissent du
cabinet., et qu'il y eût un président du Conseil, condition dont ses
amis, a-t-il dit, lui faisaient une loi. Le Roi hésita à son tour; et
après deux ou trois conversations, troublé tantôt par les hésitations du
Roi, tantôt par les siennes propres, M. Dupin, pour s'y soustraire sans
rien accepter ni refuser, partit tout à coup pour la campagne. Là des
messages répétés vinrent le chercher. Il revint, rentra en négociation,
parut un moment céder aux instances; et sur de nouvelles hésitations,
soit du Roi, soit de lui-même, il repartit, laissant au Roi peu d'espoir
de le décider à devenir ministre et peu de regret de n'y pas réussir.

Au dedans et au dehors, la situation devenait pressante: la guerre
civile légitimiste échouait dans l'ouest comme l'insurrection
républicaine à Paris; mais en échouant elle ne finissait pas; et à
Paris, devant un cabinet sans force et sans avenir, les troubles étaient
toujours près de recommencer. Les affaires de la Belgique étaient à la
fois réglées et en suspens. Pour vider effectivement cette question,
il fallait faire exécuter par la force le traité du 15 novembre 1831,
adopté par la Conférence de Londres, et que toutes les puissances
avaient ratifié, mais auquel le roi de Hollande refusait toujours de se
soumettre. Les Chambres belges et le roi Léopold réclamaient ardemment
cette action définitive. M. de Talleyrand, venu à Paris en se rendant
aux eaux de Bourbon-l'Archambault, insistait pour qu'un cabinet fût
enfin formé, capable d'accomplir cette oeuvre et de reprendre en Europe
la consistance et la confiance que M. Casimir Périer y avait acquises.
Pour suffire à de telles circonstances, la convocation prochaine des
Chambres françaises devenait nécessaire, et le cabinet encore
debout était évidemment hors d'état de suffire aux Chambres. Le roi
Louis-Philippe ne pressentait guère de loin et ne devançait pas
la nécessité; mais quand elle était près, il la reconnaissait et
l'acceptait sans humeur: il mit de côté ses regrets, ses préférences,
ses hésitations, et chargea le maréchal Soult de lui présenter, en
qualité de président du Conseil, la formation d'un nouveau cabinet.

Par son caractère comme par sa situation, le maréchal était propre à
cette tâche qui lui plaisait fort, et qu'il a remplie plusieurs fois,
toujours avec efficacité. Il n'avait, en politique, point d'idées
arrêtées, ni de parti pris, ni d'alliés permanents. Je dirai plus: à
raison de sa profession, de son rang, de sa gloire militaire, il se
tenait pour dispensé d'en avoir; il faisait de la politique comme il
avait fait la guerre, au service de l'État et du chef de l'État, selon
leurs intérêts et leurs desseins du moment, sans se croire obligé à rien
de plus qu'à réussir, pour leur compte en même temps que pour le sien
propre, et toujours prêt à changer au besoin, sans le moindre embarras,
d'attitude et d'alliés. Mais dans cette indifférence, et, pour ainsi
dire, dans cette aptitude volontaire à une sorte de polygamie politique,
il ne manquait ni d'esprit de gouvernement, ni de résolution dans les
moments difficiles, ni de persévérance dans les entreprises dont il
s'était chargé. On aurait eu tort de compter sur son dévouement, tort
aussi de se méfier de son service. Il lui fallait ses sûretés et
ses avantages personnels: cela obtenu, il ne craignait point la
responsabilité, et se plaisait au contraire à couvrir de son nom le Roi,
qui ne trouvait en lui ni volontés obstinées, ni prétentions incommodes,
quelquefois seulement certaines susceptibilités spontanées ou calculées,
mais faciles à calmer. C'était d'ailleurs un esprit inculte et rude,
un peu confus et incohérent, mais sensé, fécond en ressources, d'une
activité infatigable, robuste comme toute sa personne; et il avait, dans
la pratique de la vie, une autorité naturelle, grande dans l'armée, même
sur ses égaux, grande sur ses subordonnés administratifs, et dont il
savait quelquefois se prévaloir dans l'arène politique, avec un art
efficace quoique peu raffiné, pour imposer à ses adversaires, ou pour
échapper aux embarras de la discussion.

En nommant un président du Conseil et en le chargeant de la formation
d'un nouveau cabinet, le Roi savait bien qu'il renonçait à conserver les
principaux éléments de l'ancien, et ni le général Sébastiani, ni M. de
Montalivet ne se faisaient illusion sur leur chute imminente. Malgré son
goût pour les affaires, le général Sébastiani savait prendre galamment
son parti quand il jugeait la retraite inévitable, et il mettait alors
son habileté comme son honneur à donner au Roi et au pays les meilleurs
conseils. Il indiqua lui-même son successeur dans le département des
affaires étrangères, et engagea le Roi à y appeler le duc de Broglie
comme l'homme le plus propre à maintenir dignement, dans les Chambres et
en Europe, la politique de paix si fermement pratiquée par M. Casimir
Périer, mais encore menacée et difficile. M. de Talleyrand donna au Roi
le même conseil; il n'avait, avec le duc de Broglie, point de relations
intimes; mais il savait quelle estime on lui portait en Angleterre, et
il était sûr de trouver en lui, pour sa propre mission à Londres, un
loyal et efficace appui. Le duc de Broglie n'était pas à Paris; après
avoir présidé le conseil général de l'Eure, il était retourné dans sa
terre. M. de Rémusat partit sur-le-champ pour aller l'inviter, de la
part du Roi et du maréchal Soult, à venir se concerter avec eux pour la
formation du nouveau cabinet dans lequel on s'était dès lors assuré que
M. Thiers était prêt à entrer.

Le duc de Broglie se rendit à cette invitation, et se montra disposé, en
arrivant, à accepter, sous la présidence du maréchal Soult, le ministère
des affaires étrangères; mais, dès le premier moment, il fit de mon
entrée dans le cabinet la condition _sine quâ non_ de la sienne. Le
maréchal, ceux des anciens ministres qui devaient rester, quelques-uns
des nouveaux ministres près d'entrer, le Roi lui-même, furent troublés.
Tous me faisaient l'honneur de tenir, sur moi personnellement, le
meilleur langage; mais j'étais si impopulaire! J'avais servi la
restauration; j'étais allé à Gand; j'avais profondément blessé le
parti révolutionnaire en attaquant non-seulement ses excès, mais ses
principes. Ma présence dans le Conseil serait une cause d'irritation qui
aggraverait les difficultés déjà si graves de la situation. Le duc de
Broglie fut inébranlable, et pendant quelques jours, la négociation avec
lui fut comme rompue.

On retourna à M. Dupin. Il s'était retiré dans sa terre de Raffigny,
au fond des montagnes de la Nièvre. Le maréchal Soult lui envoya, le
5 octobre 1832, un de ses aides de camp en l'engageant à venir se
concerter avec lui sur la composition du nouveau cabinet dont il avait
naguère consenti à faire partie. M. Dupin a publié lui-même la lettre du
maréchal et sa réponse en date du 7 octobre; refus péremptoire, avec
une longue explication de ses motifs. A travers des retours sur les
tentatives du mois précédent, des appels aux souvenirs de quelques-uns
des acteurs, et les réserves ou les habiletés du langage, on y entrevoit
clairement un secret frisson devant les missions qui entraînent une
grande responsabilité et de grands hasards, une préférence marquée pour
le rôle de libre tirailleur politique, qui, sans déserter son camp,
choisit à son gré le moment de l'attaque ou de la retraite, et aussi
un peu d'humeur de ce que, depuis son départ, on avait tenté plusieurs
combinaisons sans l'y comprendre et en traiter avec lui. Il déclinait
formellement en finissant, non-seulement l'entrée dans le ministère,
mais l'invitation de se rendre à Paris pour en causer.

Il y a toujours, dans les négociations de ce genre et dans les
dissentiments qui en font l'embarras, des motifs plus grands et des
motifs plus petits que ceux qu'on déclare: ou bien les hommes qu'on
essaye d'associer dans la même oeuvre, et qui s'y refusent, ont au fond
de l'âme le sentiment qu'ils ne croyent pas aux mêmes principes et ne
se gouvernent pas par les mêmes instincts; ou bien quelques prétentions
personnelles, quelques susceptibilités cachées, quelque permanent
désaccord d'habitudes, de relations, de goûts, de moeurs, leur rendent
le rapprochement incommode et la vie commune difficile. Ce ne sont pas
des circonstances purement accidentelles qui décident de la sympathie
ou de l'antipathie des esprits, et ils n'hésiteraient pas tant à s'unir
s'ils n'étaient pas sérieusement divers et séparés.

Soit qu'on s'y attendît ou non, sur le refus de M. Dupin, on revint au
duc de Broglie; on s'inquiéta moins de mon impopularité; le Roi et le
maréchal Soult en prenaient aisément leur parti; des amis communs,
surtout M. de Rémusat, avaient efficacement combattu, dans l'esprit
naturellement large et libre de M. Thiers, cette objection vulgaire. On
s'avisa d'un expédient qui lui enlevait presque toute sa valeur. Au lieu
de me rappeler au ministère de l'intérieur, on me proposa le ministère
de l'instruction publique. J'étais, dans ce département, ce qu'on
appelle une spécialité. Le 31 juillet 1830, la commission municipale, si
ardente dans le mouvement populaire, m'y avait nommé. Le public pensait
que j'y convenais, et mes amis que cela me convenait: «Je ne souhaite
pas vivement, je l'avoue, m'écrivait le 29 septembre 1832 M.
Royer-Collard, que mes amis soient mis à des épreuves qui passent
les forces humaines. Le temps de gouverner n'est pas venu. C'est à
l'anarchie que notre temps est voué, pour longues années. Nous n'y
périrons pas, j'en suis convaincu, mais nous sommes bien loin de l'avoir
épuisée; elle a encore bien des phases connues et inconnues à nous
présenter.» Et le 14 octobre suivant, quand il apprit la formation du
cabinet: «Puisque vous deviez rentrer, comme vous le dites, dans la
fournaise, j'aime mieux que ce soit par le ministère de l'instruction
publique. Vous irez à la brèche, mais vous aurez le mérite d'y aller;
vous n'y êtes pas exposé en signe de provocation. Que puis-je vous dire
que vous ne sachiez? Vous connaissez à fond l'état de notre société,
la maladie des esprits, la contradiction des principes du nouveau
gouvernement. Le courage ne vous manquera pas, ni sans doute la
prudence, dont la part aujourd'hui doit être fort grande. Vous aurez à
conserver la majorité; je suis très-porté à croire que cela n'est point
impossible, mais il y faudra de l'art. Parlez de moi, je vous prie, au
duc de Broglie; vous savez combien je l'estime et je l'honore. Pour lui
aussi, j'aime mieux les affaires étrangères. Vos deux ministères sont
les meilleurs.»

Je n'aurais point hésité à rentrer dans la position de lutte directe,
déclarée et quotidienne où m'avait placé, en 1830, le ministère
de l'intérieur. Je n'hésitai pas davantage à prendre celle où mon
impopularité, comme on disait, semblait, en 1832, avoir pour le
cabinet moins d'inconvénient. On a dit que je prenais plaisir à braver
l'impopularité; on s'est trompé, je n'y pensais pas. La physionomie
comme le dessein du nouveau cabinet me convenaient parfaitement.
C'était, sauf M. Dupin, l'union des hommes qui, en 1830, avaient
proclamé et soutenu les premiers la politique de résistance à l'esprit
révolutionnaire, et de ceux qui, depuis 1831, avaient aidé M. Casimir
Périer à la pratiquer avec conséquence et vigueur. Le ministère de
l'instruction publique avait d'ailleurs pour moi, et par mes souvenirs,
et par ce que j'espérais y faire, un véritable attrait. La formation
du cabinet ne rencontra plus aucun obstacle, et il se constitua le 11
octobre 1832, se donnant à peine cinq semaines pour se préparer à la
session des Chambres, qui furent immédiatement convoquées pour le 19
novembre suivant.



                          PIÈCES HISTORIQUES



                                  I

_Protestation des Députés contre les ordonnances du 25 juillet_ 1830.
(28 juillet 1830.)

«Les soussignés, régulièrement élus à la députation par les collèges
d'arrondissement ci-dessus nommés, en vertu de l'ordonnance royale
du......., et conformément à la Charte constitutionnelle et aux lois sur
les élections des..... et se trouvant actuellement à Paris.

Se regardent comme absolument obligés, par leurs devoirs et leur
honneur, de protester contre les mesures que les conseillers de la
couronne ont fait naguère prévaloir pour le renversement du système
légal des élections et de la ruine de la liberté de la presse.

Lesdites mesures, contenues dans les ordonnances du 25, sont, aux yeux
des soussignés, directement contraires aux droits constitutionnels de la
Chambre des pairs, au droit public des Français, aux attributions et aux
arrêts des tribunaux, et propres à jeter l'État dans une confusion qui
compromet également la paix du présent et la sécurité de l'avenir.

«En conséquence, les soussignés, inviolablement fidèles à leur serment,
protestent d'un commun accord, non-seulement contre lesdites mesures,
mais contre tous les actes qui en pourraient être la conséquence.

Et attendu, d'une part, que la Chambre des députés, n'ayant pas été
constituée, n'a pu être légalement dissoute; d'autre part, que la
tentative de former une autre Chambre des députés, d'après un mode
nouveau et arbitraire, est en contradiction formelle avec la Charte
constitutionnelle et les droits acquis des électeurs, les soussignés
déclarent qu'ils se considèrent toujours comme légalement élus à la
députation par les collèges d'arrondissement et de département dont ils
ont obtenu les suffrages, et comme ne pouvant être remplacés qu'en vertu
d'élections faites selon les principes et les formes voulues par les
lois.

Et si les soussignés n'exercent pas effectivement les droits et ne
s'acquittent pas de tous les devoirs qu'ils tiennent de leur élection
légale, c'est qu'ils en sont empêchés par une violence matérielle.»

Suivent les noms de soixante-trois députés.



                                 II

_Proclamation adressée à la France par les Députés des départements
réunis au palais Bourbon, après l'appel et l'arrivée de S. A. R. Mgr le
duc d'Orléans à Paris_.
(31 juillet 1830.)

Français,

La France est libre. Le pouvoir absolu levait son drapeau; l'héroïque
population de Paris l'a abattu. Paris attaqué a fait triompher par les
armes la cause sacrée qui venait de triompher en vain par les élections.
Un pouvoir usurpateur de nos droits, perturbateur de notre repos,
menaçait à la fois la liberté et l'ordre; nous rentrons en possession de
l'ordre et de la liberté. Plus de crainte pour les droits acquis; plus
de barrière entre nous et les droits qui nous manquent encore.

Un gouvernement qui, sans délai, nous garantisse ces biens, est
aujourd'hui le premier besoin de la patrie. Français, ceux de vos
députés qui se trouvent déjà à Paris se sont réunis; et en attendant
l'intervention régulière des Chambres, ils ont invité un Français qui
n'a jamais combattu que pour la France, M. le duc d'Orléans, à exercer
les fonctions de lieutenant général du royaume. C'est à leurs yeux le
plus sûr moyen d'accomplir promptement par la paix le succès de la plus
légitime défense.

Le duc d'Orléans est dévoué à la cause nationale et constitutionnelle;
il en a toujours défendu les intérêts et professé les principes. Il
respectera nos droits, car il tiendra de nous les siens. Nous nous
assurerons par des lois toutes les garanties nécessaires pour rendre la
liberté forte et durable:

Le rétablissement de la garde nationale, avec l'intervention des gardes
nationaux dans le choix des officiers;

L'intervention des citoyens dans la formation des administrations
départementales et municipales;

Le jury pour les délits de la presse;

La responsabilité légalement organisée des ministres et des agents
secondaires de l'administration;

L'état des militaires légalement assuré.

La réélection des députés promus à des fonctions publiques.

Nous donnerons enfin à nos institutions, de concert avec le chef de
l'État, les développements dont elles ont besoin.

Français, le duc d'Orléans lui-même a déjà parlé, et son langage est
celui qui convient à un pays libre: «Les Chambres vont se réunir, vous
dit-il; elles aviseront aux moyens d'assurer le règne des lois et le
maintien des droits de la nation.

La Charte sera désormais une vérité.»



                                 III

_Exposé de la situation du royaume présenté aux Chambres le 13 septembre
1830, par M. Guizot, ministre de l'intérieur._


Messieurs, le Roi nous a ordonné de mettre sous vos yeux le tableau de
l'état de la France et des actes du gouvernement depuis la glorieuse
révolution qui a fondé son trône en sauvant notre pays.

Fier de son origine, le gouvernement éprouve le besoin de dire hautement
comment il comprend sa mission et se propose de la remplir.

Il est le résultat d'un héroïque effort soudainement tenté pour mettre à
l'abri du despotisme, de la superstition et du privilège, les libertés
et les intérêts nationaux.

En quelques jours l'entreprise a été accomplie, avec un respect et un
ménagement, jusque-là sans exemple, pour les droits privés et l'ordre
public.

Saisie d'un juste orgueil, la France s'est promis qu'un si beau triomphe
ne serait point stérile. Elle s'est regardée comme délivrée de ce
système de déception, d'incertitude et d'impuissance qui l'a fatiguée
et irritée si longtemps. Elle a compté sur une politique conséquente
et vraie qui ouvrirait devant elle une large carrière d'activité et de
liberté. Elle y veut marcher d'un pas ferme et régulier.

C'est dans ce caractère de l'événement au sein duquel il est né, et des
espérances dont la France est animée, que le gouvernement trouve la
règle de sa conduite.

Il se sent appelé à puiser sa force dans les institutions qui
garantissent la liberté du pays, à maintenir l'ordre légal en améliorant
progressivement les lois, à seconder sans crainte, au sein de la paix
publique fortement protégée, le développement de toutes les facultés,
l'exercice de tous les droits.

Telle est, à ses yeux, la politique qui doit faire porter à notre
révolution tous ses fruits.

Pour la réaliser, une première tâche lui était imposée. Il fallait
prendre partout possession du pouvoir et le remettre à des hommes
capables d'affermir le triomphe de la cause nationale. Grâce aux
conquêtes de 1789, l'état social de la France a été régénéré; grâce à la
victoire de 1830, ses institutions politiques ont reçu en un jour les
principales réformes dont elles avaient besoin. Une administration
partout en harmonie avec l'état social et la Charte, une constante
application des principes consacrés sans retour, tel est aujourd'hui le
besoin pressant, le voeu unanime du pays. De nombreux changements dans
le personnel étaient donc la première nécessité du gouvernement; par là,
il devait faire sentir en tous lieux sa présence, et proclamer lui-même
son avènement. L'oeuvre avance vers son terme. Le temps prononcera sur
le mérite des choix. Mais on peut, dès aujourd'hui, se former une
juste idée de l'étendue et de la célérité du travail; nous vous en
présenterons rapidement les principaux résultats.

A peine entré en fonctions, le ministre de la guerre a pourvu au
commandement des divisions et subdivisions militaires; soixante-quinze
officiers généraux en étaient investis; soixante-cinq ont été remplacés;
dix sont demeurés à leur poste; ils l'ont mérité par la promptitude et
la franchise de leur concours.

En même temps, et dès le 8 août, les officiers généraux qui se
trouvaient chargés de l'inspection ordinaire des troupes ont été
rappelés, et dix lieutenants généraux ou maréchaux de camp ont été
envoyés auprès des corps, avec ordre de proclamer l'avènement du roi,
de prévenir toute scission, et de proposer parmi les officiers les
remplacements nécessaires.

Trente-neuf régiments d'infanterie et vingt-six régiments de cavalerie
ont reçu des colonels nouveaux. Beaucoup de remplacements ont eu lieu
dans les grades inférieurs.

Des commandants nouveaux ont été envoyés dans trente-une places
importantes.

Une commission d'officiers généraux, en fonctions depuis le 16 août,
examine les titres des officiers qui demandent du service. Son travail
est fort avancé.

Des mesures ont été prises dès les premiers jours du mois d'août pour le
licenciement des régiments suisses de l'ancienne garde royale et de la
ligne. Elles sont en pleine exécution. Le licenciement des régiments
français de l'ex-garde et des corps de la maison du roi Charles X est
accompli.

Pour compenser les pertes qu'entraîne ce licenciement, l'effectif des
régiments d'infanterie de ligne sera porté à 1500 hommes, celui des
régiments de cavalerie à 700 hommes, celui des régiments d'artillerie et
du génie à 1,200 et 1450 hommes.

Trois régiments nouveaux, un de cavalerie, sous le nom de _lanciers
d'Orléans,_ deux d'infanterie, sous les n° 65 et 66, et six bataillons
d'infanterie légère s'organisent en ce moment.

Deux bataillons de gendarmerie à pied ont été spécialement créés pour
faire le service dans les départements de l'Ouest.

Une garde municipale a été instituée pour la ville de Paris. Plus de
la moitié des hommes qui doivent la composer sont prêts à entrer en
activité de service.

Le général commandant l'armée d'Afrique a été changé. Le drapeau
national flotte dans les rangs de cette armée qui s'est montrée aussi
empressée de l'accueillir que digne de le suivre, et qui recevra les
récompenses qu'elle a si vaillamment conquises.

Ainsi, au bout de cinq semaines, le personnel de l'armée est renouvelé
ou près du terme de son renouvellement.

La marine n'appelait pas des réformes si étendues. Par sa nature même,
ce corps exige la réunion de connaissances spéciales et d'une expérience
longue et continue. Aussi l'ancien gouvernement avait-il été forcé d'y
conserver ou d'y admettre des officiers qui professaient hautement les
opinions dont il poursuivait la ruine; ils se sont hâtés d'accueillir
notre révolution; elle accomplissait leurs voeux. Là peu de changements
étaient donc nécessaires. Cependant les abus qui y avaient pénétré ont
été abolis. Trois contre-amiraux, douze capitaines de vaisseau, cinq
capitaines de frégate, quatre lieutenants de vaisseau et un enseigne ont
été admis à la retraite. Une commission présidée par le doyen de l'armée
navale examine avec soin les réclamations des officiers que l'ancien
gouvernement avait écartés. Une création nouvelle, celle des amiraux
de France, a assuré à la marine des récompenses proportionnées à ses
services, et l'a fait sortir de cette espèce d'infériorité où elle
était placée comparativement à l'armée de terre, qui possédait seule la
dignité de maréchal de France. Enfin l'illustre chef de l'armée navale
en Afrique a reçu du Roi, par son élévation à ce grade, le juste prix
de ses travaux; et ses compagnons trouveront à leur arrivée en France,
l'avancement et les distinctions qu'ils ont si bien méritées.

Nulle part la réforme n'était plus nécessaire et plus vivement
sollicitée que dans l'administration intérieure. La plupart de ses
fonctionnaires, instruments empressés ou dociles d'un système de fraude
et de violence, avaient encouru la juste animadversion du pays. Ceux-là
même dont les efforts avaient tendu à atténuer le mal s'étaient usés
dans cette lutte ingrate, et manquaient auprès de la population de cet
ascendant moral, de cette confiance prompte et facile, première force du
pouvoir, surtout quand il vit en présence de la liberté. 76 préfets
sur 86, 196 sous-préfets sur 277, 53 secrétaires généraux sur 86, 127
conseillers de préfecture sur 315, ont été changés. En attendant la loi
qui doit régénérer l'administration municipale, 393 changements ont déjà
été prononcés; et une circulaire a ordonné aux préfets de faire, sans
retard, tous ceux qu'ils jugeraient nécessaires, sauf à en demander la
confirmation définitive au ministre de l'intérieur.

Le ministre de la justice a porté toute son attention sur la composition
des parquets, tant des cours souveraines que des tribunaux de première
instance. Dans les premières, 74 procureurs généraux, avocats généraux
et substituts, dans les secondes, 254 procureurs du Roi et substituts
ont été renouvelés. Dans la magistrature inamovible, le ministère s'est
empressé de pourvoir aux sièges vacants, soit par démission, soit par
toute autre cause. A ce titre, ont déjà eu lieu 103 nominations de
présidents, conseillers et juges. A mesure que les occasions s'en
présentent, les changements continuent. Les justices de paix commencent
à être l'objet d'un scrupuleux examen.

Dans le conseil d'État, et en attendant la réforme fondamentale qui
se prépare, le nombre des membres en activité de service a été
provisoirement réduit de 55 à 38; sur ces 38,20 ont été changés. Le
Conseil de l'instruction publique était composé de 9 membres; 5 ont été
écartés. La même mesure a été prise à l'égard de 5 inspecteurs généraux
et de 14 recteurs d'académie sur 25. Un travail se prépare pour apporter
dans les collèges, pendant les vacances, les changements dont la
convenance sera reconnue. Une commission est chargée de faire un prompt
rapport sur l'École de médecine, et d'en préparer la réorganisation.

Dans le département des affaires étrangères, la plupart de nos
ambassadeurs et ministres au dehors ont été révoqués.

La situation du ministre des finances, quant au personnel, était
particulièrement délicate. Il n'en est pas des principaux agents
financiers comme des autres fonctionnaires. Leurs affaires sont mêlées,
enlacées dans celles de l'Etat, et veulent du temps pour s'en séparer.
Il faut plusieurs mois pour qu'un receveur général en remplace
complètement un autre; celui qui se retire a une liquidation à faire;
celui qui arrive a la confiance à obtenir. Au milieu d'une crise dont
l'ébranlement ne pouvait manquer de se faire sentir dans les finances
publiques, il y eût eu péril à écarter brusquement des hommes d'un
crédit bien établi, et qui s'empressaient de le mettre au service du
Trésor. Dans les autres parties de l'administration, une confusion de
quelques jours est un mal; dans l'administration financière, un embarras
de quelques instants serait une calamité. La réserve est donc ici
commandée par la nature des choses et l'intérêt général. Le ministre
des finances a dû s'y conformer. Il a commencé, du reste, dans son
administration, une réforme qu'il poursuivra, de département en
département, avec une scrupuleuse attention.

Vous voyez, messieurs; nous nous sommes bornés au plus simple exposé des
faits; il en résulte clairement que le personnel de l'administration de
la France a déjà subi un renouvellement très-étendu, et que si, dans
l'un des services publics, le renouvellement n'a pas été aussi rapide
qu'ailleurs, ce ménagement était dû à l'un des plus pressants intérêts
de l'État.

En écartant les anciens fonctionnaires, nous avons cherché pour les
remplacer des hommes engagés dans la cause nationale et prêts à s'y
dévouer; mais la cause nationale n'est point étroite ni exclusive; elle
admet diverses nuances d'opinions; elle accepte quiconque veut et peut
la bien servir. A travers tant de vicissitudes qui depuis quarante ans
ont agité notre France, beaucoup d'hommes se sont montrés, dans des
situations différentes, de bons et utiles citoyens; il n'est aucune
époque de notre histoire contemporaine qui n'ait à fournir d'habiles
administrateurs, des magistrats intègres, de courageux amis de la
patrie. Nous les avons cherchés partout; nous les avons pris partout où
nous les avons trouvés. Ainsi, sur les 76 préfets que le Roi a choisis,
47 n'ont occupe aucune fonction administrative depuis 1814; 29 en ont
été revêtus. Parmi ces derniers, 18 avaient été successivement destitués
depuis 1820. Parmi les premiers, 23 avaient occupé des fonctions
administratives avant 1814; 24 sont des hommes tout à fait nouveaux et
portés aux affaires par les derniers événements. Le moment est venu pour
la France de se servir de toutes les capacités, de se parer de toutes
les gloires qui se sont formées dans son sein.

Malgré son importance prédominante en des jours de crise, le personnel
n'a pas seul occupé l'attention du gouvernement; il a pris aussi des
mesures pour rendre promptement à l'administration des choses la
régularité et l'ensemble dont elle a besoin.

Dès le 6 août, le ministre de la guerre a donné des ordres pour arrêter
la désertion et faire rejoindre les hommes qui avaient quitté leurs
corps. Il a pourvu au retrait des armes et des chevaux abandonnés par
les déserteurs.

De nombreux mouvements de troupes ont été opérés, soit dans le but de la
réorganisation des corps, soit pour porter des forces sur les points où
leur présence était jugée utile.

Des désordres se sont manifestés dans quelques régiments de cavalerie et
d'artillerie, et dans un seul régiment d'infanterie. Mais de promptes
mesures ont été prises pour rétablir l'ordre, resserrer les liens de la
discipline, et rendre justice à chacun.

Tous les services de l'armée ont été assurés. Les corps de l'ancienne
garde royale et les régiments suisses ont reçu religieusement en solde,
masses, etc., tout ce qu'ils pouvaient prétendre. Les approvisionnements
pour l'armée d'Afrique ont été complétés jusqu'au 1er novembre, en se
servant, forcément et à cause de l'urgence, du marché précédemment
conclu. Les rapports du nouvel intendant en chef de cette armée
amèneront à de meilleurs moyens pour régler cet important service.

L'armement des gardes nationales est l'un des objets qui attirent
spécialement les soins du ministre. Des ordres sont donnés pour
rassembler et fournir promptement tous les fusils dont on pourra
disposer; un grand nombre est déjà délivré.

L'activité la plus régulière se déploie dans l'administration de la
marine. Des vaisseaux de l'État sillonnent en ce moment toutes les mers
pour porter sur tous les points du globe nos grandes nouvelles.
Ils feront respecter partout les couleurs nationales; partout ils
protégeront le commerce et rassureront les navigateurs français. Des
croisières sont établies dans ce but à l'entrée du détroit de Gibraltar
et sur toutes nos côtes.

Notre escadre continuera de seconder les opérations de notre armée de
terre en Afrique; elle assurera nos communications entre Alger et la
France, et aucun approvisionnement ne sera compromis.

Le Conseil d'amirauté s'occupe de réunir les matériaux d'une législation
complète sur les colonies: une commission sera chargée de mettre le
gouvernement en mesure de la présenter bientôt aux Chambres.

Des travaux nouveaux sont entrepris à Dunkerque et dans d'autres ports.
Partout règne la plus exacte discipline; l'ordre est partout maintenu
sur les vaisseaux comme sur terre, dans les arsenaux et dans les
ateliers.

L'irrégularité des communications, le renouvellement des fonctionnaires,
le nombre et la gravité des affaires générales, avaient pendant
trois semaines un peu ralenti les travaux ordinaires du ministère de
l'intérieur. Non-seulement ils ont repris leur cours, mais aucune trace
de cet arriéré momentané ne subsiste plus. Une organisation plus simple
de l'administration centrale a permis de porter dans la correspondance
une activité vraiment efficace. Des instructions ont été partout données
sur les affaires de l'intérêt le plus général et le plus pressant, sur
l'organisation des gardes nationales, sur la prestation de serment des
fonctionnaires, sur la publication des listes électorales et du jury,
sur les prisons, etc. Tous les préfets sont maintenant à leur poste;
l'autorité est partout reconnue et en vigueur. Sans doute elle rencontre
encore des obstacles; quelque agitation subsiste sur un certain nombre
de points. Elle a éclaté à Nîmes; on la redoute dans deux ou trois
autres départements du Midi. Ceux de l'Ouest, si longtemps le théâtre
des discordes civiles, en contiennent encore quelques vieux ferments.
C'est le devoir du gouvernement de ne pas perdre de vue ces causes
possibles de désordre, il n'y manquera point; déjà il est partout en
mesure; des troupes ont marché vers le Midi, d'autres sont cantonnées
dans l'Ouest. Une surveillance active et inoffensive à la fois est
partout exercée. Elle suffira pour prévenir un mal que rêvent à peine
les esprits les plus aveugles. La promptitude avec laquelle les troubles
de Nîmes ont été réprimés est bien plus rassurante que ces troubles
mêmes ne peuvent paraître inquiétants.

Une autre inquiétude se fait sentir. On craint que notre révolution et
ses résultats ne rencontrent, dans une partie du clergé français,
des sentiments qui ne soient pas en harmonie avec ceux du pays. Le
gouvernement du Roi n'ignore, messieurs, ni les imprudentes déclamations
de quelques hommes, ni les menées ourdies à l'aide d'associations ou
de congrégations que repoussent nos lois. Il les surveille sans les
redouter. Il porte à la religion et à la liberté des consciences un
respect sincère; mais il sait aussi jusqu'où s'étendent les droits de
la puissance publique, et ne souffrira pas qu'ils reçoivent la moindre
atteinte. La séparation de l'ordre civil et de l'ordre spirituel
sera strictement maintenue. Toute infraction aux lois du pays, toute
perturbation de l'ordre seront fortement réprimées, quels qu'en soient
les auteurs.

Le gouvernement compte sur le concours des bons citoyens pour porter
remède à un mal d'une autre nature, dont la gravité ne saurait être
méconnue; il s'occupe avec assiduité de la préparation du budget, et ne
tardera pas à le présenter aux Chambres. Mais la perception de certains
impôts a rencontré depuis six semaines d'assez grands obstacles: ils
ont disparu en ce qui concerne les douanes; leur service, un moment
interrompu sur deux points de la frontière, dans les départements des
Pyrénées-Orientales et du Haut-Rhin, a été promptement rétabli. L'impôt
direct est partout payé avec une exactitude, disons mieux, avec un
empressement admirable. Mais des troubles ont eu lieu dans quelques
départements à l'occasion de l'impôt sur les boissons, et en ont
momentanément suspendu la perception. Aussi, sur quinze millions de
produits qu'on devait attendre des contributions indirectes, pendant le
seul mois d'août, y aura-t-il perte de deux millions. Décidé à apporter
dans cet impôt les réductions et les modifications qui seront jugées
nécessaires, le gouvernement proposera incessamment aux Chambres un
projet de loi-concerté avec la Commission qu'il a nommée à cet effet. La
France peut compter aussi que, dans les divers services du budget, il
poussera l'économie aussi loin que le permettra l'intérêt public, et
qu'il ne négligera aucun moyen d'alléger les charges des contribuables.
Mais il est de son devoir le plus impérieux, il est de l'intérêt public
le plus pressant, que rien ne vienne jeter l'incertitude et le trouble
dans le revenu de l'État. C'est sur la perception régulière et sûre de
l'impôt que repose le crédit; c'est sur l'étendue et la solidité du
crédit que repose le développement rapide, facile, des ressources de
l'État et de la prospérité nationale. Certes, le crédit du Trésor est
grand et assuré, il ne restera point au-dessous de ses charges; il va
suffire aisément dans le cours de ce mois au payement de plus de 100
millions qu'exigent les besoins du service. Mais pour qu'il subsiste et
se déploie de plus en plus, il importe essentiellement que ses bases ne
soient pas ébranlées.

Elles ne le seront point, messieurs, pas plus que notre ordre social ne
sera compromis par la fermentation momentanée qui s'est manifestée
sur quelques points, et que repousse de toutes parts la sagesse de la
France. Sans doute, dans son gouvernement comme en toutes choses,
la France désire l'amélioration, le progrès, mais une amélioration
tranquille, un progrès régulier. Satisfaite du régime qu'elle vient de
conquérir, elle aspire avant tout à le conserver, à le consolider. Elle
veut jouir de sa victoire, et non entreprendre de nouvelles luttes. Elle
saura bien mettre elle-même le temps à profit pour perfectionner ses
institutions, et elle regarderait toute tentative désordonnée comme une
atteinte à ses droits aussi bien qu'à son repos.

Ce repos, messieurs, le gouvernement, fort de ses droits et du concours
des Chambres, saura le maintenir, et il sait qu'en le maintenant il fera
prévaloir le voeu national. Déjà, à la première apparence de troubles,
les bons citoyens se sont empressés au-devant de l'autorité pour l'aider
à les réprimer, et le succès a été aussi facile que décisif. Partout
éclaterait le même résultat. Les lois ne manquent point à la justice;
la force ne manquera point aux lois. Que les amis du progrès de la
civilisation et de la liberté n'aient aucune crainte; leur cause ne sera
point compromise dans ces agitations passagères. Le perfectionnement
social et moral est le résultat naturel de nos institutions; il se
développera librement et le gouvernement s'empressera de le seconder.
Chaque jour, de nouvelles assurances amicales lui arrivent de toutes
parts. Chaque jour l'Europe reconnaît et proclame qu'il est pour tous un
gage de sécurité et de paix. La paix est aussi son voeu. Au dedans comme
au dehors, il est fermement résolu à conserver le même caractère, à
s'acquitter de la même mission.



                                  IV

_Rapport présenté au Roi le 21 octobre 1830, par M. Guizot, ministre de
l'intérieur, pour faire instituer un inspecteur général des monuments
historiques en France._


SIRE,
Les monuments historiques dont le sol de la France est couvert font
l'admiration et l'envie de l'Europe savante. Aussi nombreux et plus
variés que ceux de quelques pays voisins, ils n'appartiennent pas
seulement à telle ou telle phase isolée de l'histoire, ils forment une
série complète et sans lacune; depuis les druides jusqu'à nos jours, il
n'est pas une époque mémorable de l'art et de la civilisation qui
n'ait laissé dans nos contrées des monuments qui la représentent et
l'expliquent. Ainsi, à côté de tombeaux gaulois et de pierres celtiques,
nous avons des temples, des aqueducs, des amphithéâtres et autres
vestiges de la domination romaine qui peuvent le disputer aux
chefs-d'oeuvre de l'Italie: les temps de décadence et de ténèbres nous
ont aussi légué leur style bâtard et dégradé; mais lorsque le XIe et le
XIIe siècles ramènent en Occident la vie et la lumière, une architecture
nouvelle apparaît, qui revêt dans chacune de nos provinces une
physionomie distincte, quoique empreinte d'un caractère commun: mélange
singulier de l'ancien art des Romains, du goût et du caprice oriental,
des inspirations encore confuses du génie germanique. Ce genre
d'architecture sert de transition aux merveilleuses constructions
gothiques qui, pendant les XIIIe, XIVe et XVe siècles, se suivent sans
interruption, chaque jour plus légères, plus hardies, plus ornées,
jusqu'à ce qu'enfin succombant sous leur propre richesse, elles
s'affaissent, s'alourdissent et finissent par céder la place à la grâce
élégante mais passagère de la Renaissance. Tel est le spectacle que
présente cet admirable enchaînement de nos antiquités nationales et qui
fait de notre sol un si précieux objet de recherches et d'études.

La France ne saurait être indifférente à cette partie notable de sa
gloire. Déjà, dans les siècles précédents, la haute érudition des
bénédictins et d'autres savants avait montré dans les monuments la
source de grandes lumières historiques; mais sous le rapport de l'art,
personne n'en avait deviné l'importance.

A l'issue de la Révolution française, des artistes éclairés, qui avaient
vu disparaître un grand nombre de monuments précieux, sentirent le
besoin de préserver ce qui avait échappé à la dévastation: le musée des
Petits-Augustins, fondé par M. Lenoir, prépara le retour des études
historiques et fit apprécier toutes les richesses de l'art français.

La dispersion fatale de ce musée reporta sur l'étude des localités
l'ardeur des archéologues et des artistes; la science y gagna plus
d'étendue et de mouvement; d'habiles écrivains se joignirent à l'élite
de notre École de peinture pour faire connaître les trésors de
l'_ancienne_ France. Ces travaux, multipliés pendant les années qui
viennent de s'écouler, n'ont pas tardé à produire d'heureux résultats
dans les provinces. Des centres d'étude se sont formés; des monuments
ont été préservés de la destruction; des sommes ont été votées pour cet
objet par les conseils généraux et les communes: le clergé a été arrêté
dans les transformations fâcheuses qu'un goût mal entendu de rénovation
faisait subir aux édifices sacrés.

Ces efforts toutefois n'ont produit que des résultats incomplets: il
manquait à la science un centre de direction qui régularisât les bonnes
intentions manifestées sur presque tous les points de la France; il
fallait que l'impulsion partît de l'autorité supérieure elle-même, et
que le ministre de l'intérieur, non content de proposer aux Chambres
une allocation de fonds pour la conservation des monuments français,
imprimât une direction éclairée au zèle des autorités locales.

La création d'une place d'inspecteur général des monuments historiques
de la France m'a paru devoir répondre à ce besoin. La personne à qui
ces fonctions seront confiées devra avant tout s'occuper des moyens de
donner aux intentions du gouvernement un caractère d'ensemble et de
régularité. A cet effet, elle devra parcourir successivement tous les
départements de la France, s'assurer sur les lieux de l'importance
historique ou du mérite d'art des monuments, recueillir tous les
renseignements qui se rapportent à la dispersion des titres ou des
objets accessoires qui peuvent éclairer sur l'origine, les progrès ou la
destruction de chaque édifice; en constater l'existence dans tous les
dépôts, archives, musées, bibliothèques ou collections particulières;
se mettre en rapports directs avec les autorités et les personnes qui
s'occupent de recherches relatives à l'histoire de chaque localité,
éclairer les propriétaires et les détenteurs sur l'intérêt des édifices
dont la conservation dépend de leurs soins, et stimuler enfin, en
le dirigeant, le zèle de tous les conseils de département et
de municipalité, de manière à ce qu'aucun monument d'un mérite
incontestable ne périsse par cause d'ignorance et de précipitation,
et sans que les autorités compétentes aient tenté tous les efforts
convenables pour assurer leur préservation, et de manière aussi à ce que
la bonne volonté des autorités ou des particuliers ne s'épuise pas sur
des objets indignes de leurs soins. Cette juste mesure dans le zèle ou
dans l'indifférence pour la conservation des monuments ne peut être
obtenue qu'au moyen de rapprochements multipliés que l'inspecteur
général sera seul à même défaire; elle préviendra toute réclamation et
donnera aux esprits les plus difficiles la conscience de la nécessité où
le gouvernement se trouve de veiller activement aux intérêts de l'art et
de l'histoire.

L'inspecteur général des monuments historiques préparera, dans sa
première et générale tournée, un catalogue exact et complet des édifices
ou monuments isolés qui méritent une attention sérieuse de la part du
gouvernement; il accompagnera, autant que faire se pourra, ce catalogue
de dessins et de plans, et en remettra successivement les éléments au
ministère de l'intérieur, où ils seront classés et consultés au besoin.
Il devra s'attacher à choisir dans chaque localité principale un
correspondant qu'il désignera à l'acceptation du ministre, et se mettre
lui-même en rapport officieux avec les autorités locales. Communication
sera donnée aux préfets des départements, d'abord, des instructions de
l'inspecteur général des monuments historiques de la France, puis de
l'extrait du catalogue général en ce qui concerne chaque département. Le
préfet en donnera connaissance à tous les conseils et autorités qu'ils
intéressent.

L'inspecteur général des monuments historiques devra renouveler le plus
souvent possible ses tournées, et les diriger chaque année d'après les
avis qui seront donnés par les préfets et les correspondants reconnus
par l'administration. Lorsqu'il s'agira d'imputations à faire sur le
fonds de la conservation des monuments de la France, ou de dépenses
analogues votées par les départements ou les communes, l'inspecteur
général des monuments historiques sera consulté.

Le traitement annuel de ce fonctionnaire est fixé à _huit mille francs_.

Le tarif des frais de tournée sera déterminé par une mesure ultérieure.

Je suis avec respect, Sire, de Votre Majesté, le très-humble et
très-fidèle sujet,

Le Ministre secrétaire d'État au département de l'intérieur,

GUIZOT.

_Approuvé_: Au Palais-Royal,
le 23 du mois d'octobre 1830.
LOUIS-PHILIPPE.



                                   V

1° _Décret de l'empereur Napoléon Ier (20 février 1806), qui règle la
destination des églises de Saint-Denis et de Sainte-Geneviève._


TITRE II.

7. L'église de Sainte-Geneviève sera terminée et rendue au culte,
conformément à l'intention de son fondateur, sous l'invocation de
Sainte-Geneviève, patronne de Paris.

8. Elle conservera la destination qui lui avait été donnée par
l'Assemblée constituante, et sera consacrée à la sépulture des grands
dignitaires, des grands officiers de l'Empire et de la couronne, des
sénateurs, des grands officiers de la Légion d'honneur, et, en vertu de
nos décrets spéciaux, des citoyens qui, dans la carrière des armes ou
dans celle de l'administration et des lettres, auront rendu d'éminents
services à la patrie; leurs corps embaumés seront inhumés dans l'église.

9. Les tombeaux déposés au Musée des monuments français seront
transportés dans cette église pour y être rangés par ordre de siècles.

10. Le chapitre métropolitain de Notre-Dame, augmenté de six membres,
sera chargé de desservir l'église de Sainte-Geneviève. La garde de cette
église sera spécialement confiée à un archiprêtre choisi parmi les
chanoines.

11. Il y sera officié solennellement le 3 janvier, fête de
Sainte-Geneviève; le 15 août, fête de Saint-Napoléon, et anniversaire de
la conclusion du Concordat; le jour des Morts, et le premier dimanche de
décembre, anniversaire du couronnement et de la bataille d'Austerlitz;
et toutes les fois qu'il y aura lieu à des inhumations en exécution du
présent décret. Aucune autre fonction religieuse ne pourra être exercée
dans ladite église qu'en vertu de notre approbation.

12. Nos ministres de l'intérieur et des cultes sont chargés de
l'exécution du présent décret.


2° _Ordonnance du roi Louis XVIII (12 décembre 1821) qui confirme et
complète la restitution au culte de l'église de Sainte-Geneviève._

Louis, par la grâce de Dieu, Roi de France et de Navarre, A tous ceux
qui ces présentes verront, salut.

L'église que notre aïeul le roi Louis XV avait commencé de faire élever
sous l'invocation de Sainte-Geneviève est heureusement terminée. Si
elle n'a pas encore reçu tous les ornements qui doivent compléter sa
magnificence, elle est dans un état qui permet d'y célébrer le
service divin. C'est pourquoi, afin de ne pas retarder davantage
l'accomplissement des intentions de son fondateur et de rétablir,
conformément à ses voeux et aux nôtres, le culte de la patronne dont
notre bonne ville de Paris avait coutume d'implorer l'assistance dans
tous ses besoins;

Sur le rapport de notre ministre de l'intérieur et notre Conseil
entendus,

Nous avons ordonné et ordonnons ce qui suit:

ARTICLE PREMIER.

La nouvelle église fondée par le roi Louis XV sera incessamment
consacrée à l'exercice du culte divin sous l'invocation de cette sainte;
à cet effet, elle est mise à la disposition de l'archevêque de Paris
qui la fera provisoirement desservir par des ecclésiastiques qu'il
désignera.

ART. II

Il sera ultérieurement statué sur le service régulier et perpétuel qui
devra y être fait, et sur la nature de ce service.

ART. III

Notre ministre secrétaire d'État de l'intérieur est chargé de
l'exécution de la présente ordonnance.

Donné en notre château des Tuileries, le 12 décembre de l'an de grâce
mil huit cent vingt-un, et de notre règne le vingt-septième.

_Signé_: LOUIS.

Par le Roi:
Le ministre secrétaire d'État
au département de l'intérieur.
_Signé_: SIMÉON.



                                  VI

_Circulaire adressée aux préfets_ (29 _septembre_ 1830) _par M. Guizot,
ministre de l'intérieur, sur les élections à la Chambre des députés_.


Monsieur le Préfet,
Par ordonnances royales des 13, 15, 28 et 29
septembre 1830, cent onze collèges électoraux ont été convoqués. Près de
60,000 électeurs exerceront leurs droits; plus d'un quart de la Chambre
des députés doit sortir d'une élection nouvelle.

Cette élection, quoique partielle, suffira pour indiquer l'état
général de la France. Elle est attendue comme un événement grave; elle
contribuera puissamment à déterminer le caractère de notre révolution;
elle présagera notre avenir.

Dans une circonstance si importante, monsieur le préfet, vous ne serez
pas surpris que je vous entretienne plus spécialement des devoirs de
l'administration. Ses intentions ne sauraient être que conformes à ses
devoirs.

Ces devoirs sont simples. La mauvaise politique d'un pouvoir trop
faible pour se passer d'artifices les compliquait en les défigurant. Un
gouvernement national se fie à la France du choix de ses députés. Il
ne rend pas l'administration responsable des votes que recèle l'urne
électorale. Assurer l'entière liberté des suffrages en maintenant
sévèrement l'ordre légal, voilà toute son ambition. Comme la Charte, les
élections désormais doivent _être une vérité_.

Vous sentez, monsieur le préfet, quelle scrupuleuse impartialité vous
est imposée. Le temps n'est pas si éloigné où la puissance publique,
se plaçant entre les intérêts et les consciences, s'efforçait de faire
mentir le pays contre lui-même, et de le suborner comme un faux témoin.
En dénaturant sa mission, en excédant ses droits, elle a compromis ainsi
même sa légitime influence. Ce n'est que par une réaction de justice,
de probité, de modération, que l'administration peut reconquérir cette
autorité morale qui lui est si nécessaire, et qui fait sa principale
force. Il faut que les pouvoirs s'honorent pour s'affermir.

Ainsi, monsieur le préfet, quelque importance que le gouvernement
attache au résultat des élections, n'oubliez jamais qu'il l'attend avec
trop de sécurité pour prétendre, même indirectement, à les dominer.
C'est par votre administration seule que vous devez influer sur
l'opinion publique.

La France, d'ailleurs, ne connaît-elle pas sa situation? Heureuse et
fière d'une révolution qu'elle a faite, elle n'aspire qu'à en recueillir
les fruits; elle ne veut que jouir en paix, de sa conquête. La liberté
dans l'ordre, le progrès dans le repos, le perfectionnement sans combat,
voilà ce qu'elle ne pouvait obtenir du gouvernement qui n'est plus;
voilà ce qu'elle espère du gouvernement qu'elle s'est donné. Sa longue
persévérance, sa générosité dans la victoire, lui semblent des droits
à tous les biens d'une civilisation croissante et d'une constitution
réglée. Mais elle n'entend pas que ces biens soient ajournés par la
faiblesse, compromis par l'imprudence, détruits par les passions. Elle a
mis toute sa force aux ordres de sa sagesse.

Les élections en feront foi, monsieur le préfet; telle est ma
conviction. Celles qui présagèrent, il y a trois mois, la chute du
pouvoir absolu élevèrent la France bien haut dans l'opinion des
peuples. Celles qui se préparent, moins difficiles, moins laborieuses,
attesteront encore, après le triomphe, tout ce que quinze années
d'amélioration lente, de liberté combattue, donnent aux peuples
d'expérience, de prudence et de fermeté.

La France agira, monsieur le préfet, et l'administration veillera pour
elle. Votre tâche est de maintenir liberté aux opinions et force à la
loi. En l'accomplissant, vous aurez aussi une part honorable dans le
résultat des élections.

Les lois qui règlent parmi nous les questions électorales ont été
éclaircies, complétées par l'expérience et la discussion. Les
modifications que la loi transitoire du 12 septembre a dû apporter à
cette législation ne sauraient amener de difficultés essentielles.
Si toutefois quelques questions vous semblaient encore obscures et
incertaines, ne craignez pas de me consulter; je vous ferai connaître
les précédents et mon opinion. Vous saurez cependant que la règle, en
ces sujets, réside dans le texte des lois et la jurisprudence des cours
royales. Vous demeurerez donc responsable des décisions que vous aurez
à prendre; les tribunaux les jugeraient, et ce n'est pas le ministre
de l'intérieur que les lois ont constitué le gardien de l'unité de
jurisprudence, c'est la Cour de cassation.

Vous le voyez, monsieur le préfet, le gouvernement n'exige de vous que
l'observation religieuse des lois; il n'attend de vous que ce que lui
offrent déjà votre loyauté et votre patriotisme. Vous pouvez dire à tous
quelle est sa pensée, il ne la cache ni ne l'impose. Venu de la nation,
il ne la redoute pas; il compte sur elle comme elle peut compter
sur lui. Imitez-le, monsieur le préfet; que l'administration soit
consciencieuse pour que l'élection le soit aussi. Le gouvernement
n'en sera pas moins puissant. Sous l'heureuse constitution que nous
possédons, l'autorité doit s'appuyer sur la liberté même et se relever
en la protégeant.

Recevez, monsieur le préfet,
l'assurance de ma parfaite considération.

Le ministre secrétaire d'État
au département de l'intérieur,
GUIZOT.



                                VII

_Notice sur madame de Rumford par M. Guizot.
(Écrite en_ 1841.)


Il y a cinq ans, dans une bonne et agréable maison qui n'existe plus,
située au milieu d'un beau jardin qu'a remplacé une rue, se réunissait
deux ou trois fois par semaine une société choisie et variée; des gens
du monde, des savants, des lettrés, des étrangers et des nationaux; des
hommes d'autrefois et des hommes d'aujourd'hui; des vieillards et des
jeunes gens; des membres du gouvernement et de l'opposition. Parmi
les personnes qui se voyaient là, beaucoup ne se rencontraient point
ailleurs; et ailleurs, si elles s'étaient rencontrées, elles se seraient
probablement mal accueillies, peut-être même à peine tolérées. Mais
là, tous se traitaient avec une extrême politesse, presque avec
bienveillance. Non que personne y fût attiré par quelque intérêt,
quelque dessein qui le contraignît de dissimuler ses sentiments; ce
n'était pas une maison de patronage politique ou littéraire, où l'on
vînt pour pousser sa fortune ou préparer son succès. Le goût de la bonne
compagnie, les plaisirs de l'esprit et de la conversation, le désir de
prendre sa part dans ces incidents journaliers de la vie sociale qui
font l'amusement du monde poli et le délassement du monde occupé,
c'était là le seul motif, c'était l'attrait qui réunissait chez madame
de Rumford une société si empressée, et, dans cette société, tant
d'hommes distingués et si divers.

Fontenelle, Montesquieu, Voltaire, Turgot, d'Alembert, s'ils revenaient
parmi nous, seraient bien surpris de nous voir remarquer une telle
maison et ses habitudes comme quelque chose de singulier et de rare.
C'était l'esprit général, la vie habituelle de leur temps: temps de
noble et libérale sociabilité, qui a remué de bien grandes questions et
de bien grandes choses, et n'en a pris que ce qu'elles ont de doux, le
mouvement de la pensée et de l'espérance, laissant à ses héritiers le
fardeau de l'épreuve et de l'action.

Quand l'héritage s'est ouvert, quand notre génération, au début de
l'Empire, est entrée en possession de la scène du monde, le XVIIe
siècle, clos la veille, était déjà loin, bien loin de nous. Un abîme
immense, la Révolution, nous en séparait. Le passé tout entier, un passé
de plusieurs siècles, et le XVIIIe siècle comme les autres, s'y était
englouti. Aucun des grands hommes qui avaient fait la force et la gloire
de cette grande époque ne vivait plus. Ces salons de Paris, théâtre et
instrument de leurs succès, cette société si brillante, si passionnément
adonnée aux plaisirs de l'esprit, avaient disparu comme eux. Au lieu de
se chercher et de se réunir, comme naguère, pour s'animer ensemble du
même mouvement, la noblesse, l'Église, la robe, les hommes d'affaires,
les lettrés, toutes les classes de l'ancien régime, ou plutôt leurs
débris, car de toutes choses il ne restait que des débris, se
séparaient, s'évitaient presque, rentraient chacune dans les habitudes
et les intérêts de leur situation spéciale. A l'élan commun des idées
succédaient la dispersion et l'isolement des coteries. Émigrés,
constituants, conventionnels, fonctionnaires impériaux, savants, gens
de lettres, autant de coteries pensant et vivant chacune à part,
indifférentes ou malveillantes l'une pour l'autre.

Le XVIIIe siècle avait aussi la sienne; pure coterie comme les autres,
mais seule héritière du caractère dominant de l'époque, seule fidèle
aux moeurs et aux goûts de cette société philosophique qui avait péri
elle-même dans la ruine de la grande société qu'elle avait démolie.

Une femme de soixante-dix-neuf ans, deux académiciens, l'un de
quatre-vingt-deux ans, l'autre de soixante-seize, voilà quels centres
restaient, en 1809, à cette société qu'en 1769 tant de gens, et de si
puissants, s'empressaient d'attirer et de grouper autour d'eux. Le salon
de madame d'Houdetot, celui de M. Suard, celui de l'abbé Morellet,
étaient presque les seuls asiles où l'esprit du vieux siècle se déployât
encore à l'aise et avec vérité. Non que sa mémoire ne fût en grand
honneur ailleurs, et que beaucoup de gens ne fissent profession de lui
appartenir; comment les hommes nouveaux, les enfants de la Révolution et
de l'Empire, auraient-ils renié le XVIIIe siècle? Mais qu'ils étaient
loin de lui ressembler! La politique les absorbait, la politique
pratique, réelle; toutes leurs pensées, toutes leurs forces étaient
incessamment tendues, soit vers les affaires du maître, soit vers leurs
propres affaires; point de méditation, point de loisir; du mouvement, du
travail, puis encore du travail et du mouvement. Le XVIIIe siècle aussi
s'occupait fort de politique, mais par goût, non par nécessité;
elle tenait beaucoup de place dans les esprits, peu dans la vie; on
réfléchissait, on dissertait, on projetait beaucoup; on agissait peu.
En aucun temps les matières politiques n'ont été l'objet d'une
préoccupation intellectuelle si générale et si féconde; aucun temps
peut-être n'a été plus étranger à l'esprit politique proprement dit,
à cet esprit simple, prompt, judicieux, résolu, léger dans la pensée,
sérieux dans l'action, qui ne voit que les faits et ne s'inquiète que
des résultats.

A part même cette opposition de la science et de la pratique, quel
abîme entre la politique qu'on faisait il y a trente ans, et celle que,
cinquante ans plus tôt, on aurait voulu faire! Qu'étaient devenues les
doctrines, les espérances qui avaient enchanté et remué tout un
peuple, tous les peuples? Comment les hommes d'affaires du XIXe siècle
tenaient-ils les promesses des philosophes du XVIIIe? Les uns hardiment,
les autres timidement et avec embarras, désertaient les idées et les
institutions dont le nom seul, la seule perspective avaient fait leur
fortune. Le despotisme, un despotisme savant, raisonneur, et qui
prétendait s'ériger en système, voyait à son service les enfants des
plus doctes théories de liberté. Plusieurs, gens d'honneur et de coeur,
attachés dans l'âme à leur ancienne foi, protestaient de temps en temps,
mais sans conséquence, contre les insultes et les coups qu'on lui
portait autour d'eux. La plupart, en défendant Voltaire contre Geoffroi
et les incrédules contre les dévots, se jugeaient quittes envers la
philosophie et la liberté. Mais qu'auraient dit les philosophes,
qu'aurait dit Voltaire lui-même, malgré ses dédains pour la métaphysique
et ses complaisances pour le pouvoir, s'ils avaient assisté à un dîner
de l'archichancelier, ou à une séance du Conseil d'État impérial?
Croit-on que le XVIIIe siècle se fût reconnu là, qu'il eût accepté ses
héritiers pour représentants?

Ils ne lui ressemblaient pas davantage pour les manières, le tour
d'esprit, le ton, les habitudes et les formes extérieures. Hommes du
monde autant que lettrés, les philosophes du XVIIIe siècle avaient
passé leur vie dans les plus douces et plus brillantes régions de cette
société par eux tant attaquée. Elle les avait accueillis, célébrés;
ils s'étaient mêlés à tous les plaisirs de son élégante et agréable
existence; ils partageaient ses goûts, ses moeurs, toutes ses finesses,
toutes les susceptibilités d'une civilisation à la fois vieillie et
rajeunie, aristocratique et littéraire; ils étaient de cet ancien régime
démoli par leurs mains. Mais les philosophes de la seconde génération,
les vrais fils de la Révolution et de l'Empire, n'étaient point de
l'ancien régime, et ne l'avaient connu que pour le renverser. Entre
ceux-ci et la bonne compagnie du XVIIIe siècle, aucun lien, rien de
commun; au lieu des salons de madame Geoffrin, de mademoiselle de
Lespinasse, de madame Trudaine, de la maréchale de Beauvau, de madame
Necker, ils avaient vécu dans les assemblées publiques, les clubs et les
camps. Des événements immenses, terribles, Avaient remplacé pour eux les
plaisirs de société et les succès d'Académie. Bien loin d'être façonnés
pour l'agrément des relations sociales dans une vie oisive et facile,
tout en eux portait l'empreinte des temps si actifs et si lourds qu'ils
avaient eu à traverser. Leurs manières n'étaient ni élégantes, ni
douces; ils parlaient et traitaient brusquement, rudement, comme
toujours pressés et n'ayant pas le loisir de songer à tout et de tout
ménager. Corrompus, ils s'établissaient sèchement dans un égoïsme
grossier et cynique; honnêtes gens, il manquait aux formes de leur
conduite, aux dehors de leurs vertus, ce fini, cette harmonie qui
semblent n'appartenir qu'à la longue et paisible possession d'une
situation ou d'un sentiment. Peu de goût pour la conversation, les
lectures, les visites, toutes ces occupations sans but, ces délassements
sans nécessité, où naguère tant de gens trouvaient un emploi
demi-sérieux, demi-frivole, de leur esprit et de leur temps. Pour eux,
leur temps et leur esprit étaient absorbés par leurs affaires et leurs
intérêts; leur plaisir, c'était le repos.

Parmi ces hommes du régime nouveau, quelques philosophes, quelques
écrivains, la plupart sans fonctions et suspects à l'Empire, avaient
presque seuls quelque besoin et quelque habitude de se réunir, de
causer, de rechercher et de goûter en commun quelques jouissances
intellectuelles. Ils formaient une coterie libérale, grande admiratrice
du XVIIIe siècle, et qui se flattait bien de le continuer. Mais, née
surtout de la Révolution, elle en portait le sceau bien plus que celui
de l'époque antérieure. Quoique des hommes fort étrangers à tout
acte révolutionnaire y fussent mêlés, à tout prendre, l'esprit
révolutionnaire y dominait avec ses mérites et ses défauts, plus
d'indépendance que d'élévation, plus d'âpreté que d'indépendance, ami
de l'humanité et de ses progrès, mais méfiant, envieux, insociable pour
quiconque n'acceptait pas son joug, unissant aux préjugés de coterie
les haines de faction. La coterie était d'ailleurs fort concentrée en
elle-même; peu de mélange des classes et des habitudes diverses; peu de
familiarité avec les gens du monde proprement dit; rien qui rappelât la
composition et le mouvement de l'ancienne société philosophique; toutes
les petites manies des lettrés de profession vivant seuls et entre eux;
sans parler de je ne sais quelle discordance dans les manières, tour
à tour familières et tendues, également dépourvues de réserve et
d'abandon. Ou je me trompe fort, ou dans les réunions de la _Décade
philosophique_, et malgré la communauté de beaucoup d'idées, les maîtres
du XVIIIe siècle que je nommais tout à l'heure, Montesquieu, Voltaire,
Buffon, Turgot, d'Alembert, Diderot même et Rousseau, les moins mondains
de leur temps, se seraient quelquefois sentis dépaysés et étrangers.

Dans des salons bien différents, au faubourg Saint-Germain, au milieu
des restes de l'aristocratie, remise, ou à peu près, de ses désastres,
ils n'auraient pas, au premier abord, éprouvé la même surprise; ils
auraient reconnu les manières, le ton, toutes les formes et les
apparences sociales de leur époque. Peut-être même auraient-ils pris
plaisir à retrouver certaines traditions de l'ancien régime, et ce
lien des souvenirs communs, si puissant entre les hommes même les plus
divers. Mais en revanche, que de choses plus graves les auraient bientôt
repoussés! Quelle profonde opposition de sentiments et d'idées! En vain
auraient-ils cherché là quelque trace de cette ouverture d'esprit, de
cette libéralité de coeur, de ce goût pour les plaisirs et les progrès
intellectuels qui distinguaient, cinquante ans auparavant, une si
notable portion de l'aristocratie française, et avaient si puissamment
concouru au mouvement du siècle. Au lieu de cela, le retour de toutes
les prétentions, de toutes les pédanteries aristocratiques; un repentir
amer de s'en être un moment départi; un puéril empressement à rentrer
sous le joug, à reprendre du moins la livrée des vieilles habitudes, des
vieilles maximes; une arrogante antipathie pour les lumières, l'esprit,
les philosophes, et tout ce qui pouvait leur ressembler.

Dans quelques coins pourtant de ce camp de l'ancien régime, l'opposition
au gouvernement impérial, l'influence de M. de Chateaubriand, le seul
fait de l'indépendance envers un despote et de l'enthousiasme pour
un grand écrivain, ramenaient du mouvement moral, de la générosité
politique, et devenaient même çà et là, entre les débris de
l'aristocratie et ceux de la philosophie du dernier siècle, une source
de sympathie. A coup sûr Montesquieu et Voltaire se seraient trouvés
plus à l'aise dans le salon de madame de Duras que dans celui
de l'archichançelier; et M. Suard causait plus librement, plus
sympathiquement avec M. de Chateaubriand qu'avec Chénier. Mais cette
petite coterie, plus animée, plus libérale, était alors comme perdue
dans la grande coterie aristocratique; les idées religieuses la
séparaient des philosophes dont les idées politiques l'auraient
rapprochée; et malgré quelques points de contact avec eux, malgré une
assez fréquente similitude de sentiments, de voeux, de goûts, de moeurs,
en somme elle leur paraissait plus opposée que favorable, et se livrait
au mouvement de réaction dont le XVIIIe siècle était l'objet.

Une autre coterie, plus restreinte encore, il est vrai, tenait de plus
près à ce siècle, et semblait devoir en reproduire assez bien l'image.
Elle ralliait les débris de cette portion du côté gauche de l'Assemblée
constituante qui voulait, en 1789, la monarchie constitutionnelle, rien
de moins, rien de plus, et où siégeaient MM. de Clermont-Tonnerre, de La
Rochefoucauld, de Broglie, Mounier, Malouet, etc.: pur et patriotique
parti, dont les idées devaient ouvrir et clore notre révolution, mais ne
suffisaient pas à l'accomplir. Parmi ces hommes de sens et de bien, ceux
qui restaient, la plupart du moins, fidèles à leurs principes et à leur
cause, étrangers au gouvernement impérial, ou ne le servant qu'avec
réserve et dignité, formaient chez madame de Tessé, chez la princesse
d'Hénin, etc., une petite société de moeurs élégantes, d'opinions
libérales, étrangère à la sottise aristocratique, à la rancune
révolutionnaire, liée par ses habitudes à l'ancien régime, par ses
sentiments au nouvel état, aux besoins nouveaux du pays.

Il semble que là fût aussi la place des débris philosophiques du XVIIIe
siècle, et que les hommes si peu nombreux qui en restaient se dussent
fondre dans cette coterie, où plusieurs d'entre eux allaient en effet
souvent et avaient des amis. Mais une différence réelle les en séparait
et ne permettait pas que la société du XVIIIe siècle se trouvât là
vraiment représentée. La politique avait été la principale, presque
l'unique affaire des Constituants; elle était le lien, le caractère
dominant de leur coterie. Issus de la philosophie et de la littérature
de leur temps, ils n'étaient cependant ni lettrés ni philosophes; ils
honoraient les doctrines et les lettres, mais en gens qui les tiennent
de la seconde main, et n'en font ni leur affaire ni leur plaisir. Or,
l'école du XVIIIe siècle, sa véritable école, celle qui lui servait de
centre et lui donnait l'impulsion, était essentiellement philosophique
et littéraire: la politique l'intéressait, mais comme l'un des objets de
sa méditation, comme une application d'idées qui venaient de plus loin
et s'étendaient fort au delà. De nos jours, purs politiques que nous
sommes, nous nous figurons que c'est là la plus attrayante, la première
préoccupation de l'esprit, et c'est presque uniquement pour avoir
enfanté des constitutions et rappelé les peuples à la liberté que le
XVIIIe siècle nous paraît grand. Étroite présomption! Un champ bien plus
vaste, bien plus varié que la société humaine, s'ouvre devant l'esprit
humain; et dans ses jours de force et d'éclat, il est loin de se
satisfaire et de s'épuiser dans l'étude des relations des hommes.
Politique sans doute dans ses voeux et ses résultats, le XVIIIe siècle
était bien autre chose encore, et prenait à ses idées, à leur vérité, à
leur manifestation, un plaisir tout à fait indépendant de l'emploi
qu'en pourraient faire des publicistes ou des législateurs. C'est là
le caractère de l'esprit philosophique, bien différent de l'esprit
politique qui ne s'attache aux idées que dans leur rapport avec les
faits sociaux et pour les appliquer. Certaines fractions, certaines
coteries du XVIIIe siècle, les économistes, par exemple, s'occupaient
spécialement de politique; mais le siècle en général, la société
du siècle dans son ensemble aspirait surtout aux conquêtes et aux
jouissances intellectuelles de tout genre, en tout sens, à tout prix; et
la pensée de Voltaire, de Rousseau, de Diderot, se fût trouvée en prison
si on l'eût astreinte à ne s'exercer que sur les formes de gouvernement
et la destinée des nations.

Les derniers contemporains de ces grands hommes, les survivants de
l'école philosophique, M. Suard et M. l'abbé Morellet n'étaient pas
doués à coup sûr d'une pensée si active et si étendue. M. Suard n'avait
aucun vif désir de savoir ni de produire; quoique la littérature lui
eût seule ouvert les portes du monde, il était bien plus homme du monde
qu'homme de lettres. Esprit difficile, paresseux, d'une élégance et
d'un dédain aristocratique, pourvu qu'il menât une vie honorable, semée
d'intérêts doux et de relations agréables, peu lui importait de déployer
ses facultés et de se faire un nom. Depuis que le travail n'était
plus pour lui une nécessité, il le prenait et le quittait comme un
passe-temps, lisant et écrivant à loisir, sans but, pour son seul
plaisir, avec une sorte d'épicurisme intellectuel qui n'avait pourtant
rien d'égoïste ni d'indifférent. Les études de l'abbé Morellet avaient
été plus sérieuses, plus patientes, mais très-spéciales; l'économie
politique et quelques applications de ce qu'il avait appris en Sorbonne
l'avaient presque exclusivement occupé. Il semble qu'à l'un et à l'autre
de ces deux hommes la société des Constituants, avec les traditions
de leur temps, ses habitudes élégantes, son estime des lettres et ses
principes politiques, dût pleinement suffire. Pourtant il n'en était
rien; à l'exemple de leurs maîtres, ils avaient tous deux des besoins
intellectuels plus variés; ils prenaient aux idées, aux mouvements de
l'esprit humain, un intérêt plus désintéressé, si je puis ainsi parler,
plus exempt de toute direction particulière, de toute application
prochaine. Et séparés, comme on vient de le voir, de toutes des coteries
que j'ai nommées d'abord, ils ne sympathisaient qu'à demi avec celle-là
même qui tenait de plus près à leurs opinions, à leurs souvenirs; il
leur en fallait une qui fût une image plus complète, plus fidèle, de
leur temps et de la société au sein de laquelle ils s'étaient formés.

Telle était, en effet, la leur. D'anciennes relations de même origine et
de même goût, M. de Boufflers, M. Dupont de Nemours, M. Gallois, etc.,
quelques académiciens dont M. Suard avait appuyé la candidature, et qui
lui formaient un petit parti dans l'Académie, quelques jeunes gens dont
il encourageait le talent avec une bienveillance qui n'avait rien de
banal, quelques membres du Sénat ou d'autres corps, qui faisaient
profession d'indépendance, quelques étrangers qui ne se seraient pas
pardonné de quitter Paris sans avoir connu les derniers contemporains de
Voltaire et de ce siècle dont la gloire a pénétré plus loin que
celle d'aucun autre, voilà de quoi cette société se composait. On se
réunissait le jeudi chez l'abbé Morellet, le mardi et le samedi chez M.
Suard; quelquefois plus souvent pour un cercle choisi. Les mercredis,
madame d'Houdetot donnait à dîner à un certain nombre de personnes
invitées une fois pour toutes, et qui pouvaient y aller quand il leur
plaisait. Elles s'y trouvaient en général huit, dix, quelquefois
davantage. Point de recherches, point de bonne chère; le dîner n'était
qu'un moyen, nullement un but de réunion. Après le dîner, assise au coin
du feu, dans son grand fauteuil, le dos voûté, la tête inclinée sur la
poitrine, parlant peu, bas, remuant à peine, madame d'Houdetot assistait
en quelque sorte à la conversation, sans la diriger, sans l'exciter,
point gênante, point maîtresse de maison, bonne, facile, mais prenant
à tout ce qui se disait, aux discussions littéraires, aux nouvelles de
société ou de spectacle, au moindre incident, au moindre mot spirituel,
un intérêt vif et curieux; mélange piquant et original de vieillesse et
de jeunesse, de tranquillité et de mouvement.

On trouvait chez M. Suard moins de facilité, moins de laisser-aller; là,
peu _d'a parte_ entre les voisins, peu d'interruptions au gré de telle
ou telle fantaisie, une conversation presque toujours générale et
suivie. C'était l'usage de la maison et on y tenait; il en résultait
quelquefois, surtout au commencement de la soirée, un peu de gêne et de
froideur. Mais en revanche, là régnaient une liberté plus sérieuse et
bien plus de variété réelle. M. Suard ne craignait d'aborder ni de voir
aborder chez lui aucun sujet. Nulle part la franchise de la pensée et du
langage n'était aussi grande, aussi ouvertement autorisée, provoquée par
le maître de la maison. Les hommes qui ne l'ont pas vu ne sauraient se
figurer, et bien des hommes qui l'ont vu ont oublié quelle était alors
la timidité des esprits, la retenue des entretiens; à quel point, dès
que le moindre contact avec la politique se laissait entrevoir, les
figures devenaient froides et les paroles officielles. Un censeur de
cette époque montrait à quelqu'un de ses amis certains passages d'une
pièce de théâtre qu'il était chargé d'examiner: «Vous ne voyez là
point d'allusions, lui disait-il; le public n'en verra point «eh bien!
monsieur, il y en a, et je me garderai bien de les autoriser.» De 1809
à 1814, tous étaient à peu près comme le censeur; tous se conduisaient
comme s'il y eût eu des allusions là où personne n'en eût pu voir; et
sur tout sujet politique, ou seulement philosophique, toute conversation
un peu sérieuse en était frappée de mort. M. Suard n'avait jamais
souffert que cette mort pénétrât chez lui: nul homme n'était plus
étranger à toute menée, à toute intention politique, plus modéré au fond
dans ses opinions et ses désirs; il n'avait même, pour l'action et les
affaires, ni goût ni talent. Mais la liberté de la pensée et de la
parole était sa vie, son honneur; il se fût senti avili à ses
propres yeux d'y renoncer, et il la maintenait au profit de tous.
La conversation ne manquait pas d'ailleurs chez lui d'étendue et
de variété; aucune habitude, aucune préoccupation spéciale n'en
rétrécissait le champ; philosophie, littérature, histoire, arts,
antiquité, temps modernes, pays étrangers, tous les sujets y étaient
accueillis avec faveur. Les idées jeunes et nouvelles, fussent-elles
même peu en accord avec les traditions du XVIIIe siècle, n'y
rencontraient point une hostilité repoussante; on leur pardonnait de
déplaire en faveur du mouvement d'esprit qu'excitait leur nouveauté; car
on avait besoin surtout de ce mouvement; on vivait, en fait d'idées et
de connaissances, sur un fonds depuis longtemps exploité; ainsi que les
mêmes personnes, les mêmes réflexions, les mêmes anecdotes revenaient
souvent; et l'activité, bien que réelle, n'était ni féconde ni
progressive. Mais on y sentait incessamment cette sincérité, ce
désintéressement de l'esprit qui font peut-être le plus grand charme
de la pensée et de la conversation. On se réunissait, on causait
sans nécessité, sans but, par le seul attrait des communications
intellectuelles. Ce n'était pas sans doute le sérieux d'amis passionnés
de la vérité et de la science; mais c'était encore moins l'étroit
égoïsme ou le mesquin travail des gens qui ne font cas que de l'utile et
n'agissent ou ne parlent qu'avec un dessein spécial, en vue de
quelque résultat déterminé. On ne recherchait pas, il est vrai, on ne
reproduisait pas les idées pour elles-mêmes et pour elles seules; on
leur demandait quelque chose au delà, un plaisir social, mais rien de
plus.

Et c'était précisément là ce qui distinguait, il y a trente ans, cette
coterie de toutes les autres, ce qui en faisait l'image la plus vraie,
la seule image de la société qui, cinquante ans auparavant, avait animé
Paris, et l'Europe au nom de Paris.

Image bien froide sans doute, bien pâle. Cinquante ans auparavant, la
coterie philosophique ne se resserrait pas autour de deux vieillards;
elle était partout, chez les gens de cour, d'église, de robe, de
finance; hautaine ici, complaisante là, tantôt endoctrinant, tantôt
divertissant ses hôtes, mais partout jeune, active, confiante, recrutant
et guerroyant partout, pénétrant et entraînant la société tout entière.
Et le mouvement ne se renfermait pas dans Paris; il en partait pour
se répandre en tous sens et y revenir plus vif, plus général. Grimm
adressait sa correspondance à l'impératrice de Russie, à la reine de
Suède, au roi de Pologne, à huit ou dix princes souverains tous avides
des moindres faits, des moindres bruits venus de ce grand atelier de
travail et de plaisir intellectuel. Il n'était pas besoin d'être prince
souverain pour entretenir à Paris un correspondant: en Allemagne, en
Italie, en Angleterre, de simples particuliers, riches et curieux,
voulaient avoir le leur, et de mois en mois, de semaine en semaine, être
tant bien que mal informés de tout ce qu'on faisait, disait ou pensait
à Paris. On s'adressait à d'Alembert, à Diderot, à Grimm lui-même pour
leur demander des correspondants de moindre figure; et des jeunes gens
sans fortune, sans nom, à leur début dans les lettres, trouvaient là un
moyen d'existence, comme ils en trouvent maintenant dans les journaux.

Certes, c'était là une autre société que cette petite coterie
philosophique de 1809, si faible, si isolée. C'était un autre état
intellectuel que celui dont le salon de M. Suard pouvait donner l'idée.
Cependant le fond, sinon l'éclat, la direction, sinon le mouvement,
étaient les mêmes; c'était le même goût des plaisirs et des progrès de
l'esprit, également éloigné de la méditation pure et de l'application
intéressée; le même mélange de sérieux et de légèreté; le même besoin
de nouveauté pour la pensée sans désir bien vif d'innovation dans
les situations sociales et la vie; le même penchant à s'occuper des
questions et des intérêts politiques, avec la même prépondérance de
l'esprit philosophique et littéraire sur l'esprit politique. Le grand
tableau n'existait plus; le dessin qui en restait était fidèle et pur.

Madame de Rumford avait été élevée au milieu de ce monde dont les
diverses coteries que je viens de rappeler étaient, en 1809, les
derniers débris. Son père, M. Paulze, d'abord receveur général, ensuite
fermier général des finances, homme très-éclairé dans la science et
très-habile dans la pratique de son état, avait épousé une nièce du
fameux contrôleur général, l'abbé Terrai. Celui-ci faisait grand cas
des lumières et de l'expérience de son neveu, qui donnait souvent à son
oncle, sur l'administration des finances, d'excellents conseils, fort
bien compris, car l'abbé Terrai était homme de beaucoup d'esprit, et
assez mal suivis, comme il devait arriver à un ministre qui ne voulait
se brouiller avec personne à la cour, et qui ne recevait pas du pays de
quoi suffire en même temps aux besoins de l'État et aux fantaisies de
tout le monde. Une longue correspondance, entre l'abbé Terrai et M.
Paulze, a été conservée, en grande partie du moins, dans la famille du
fermier général, et contient, sur les mesures financières de ce temps,
des renseignements fort curieux.

L'administration compte en France trois grandes époques. Elle a été
créée au XVIIe siècle sous Louis XIV. Au XVIIIe, de 1750 à 1789, elle
est entrée dans les voies du progrès scientifique et dela civilisation
universelle. C'est de nos jours, et d'abord par l'impulsion de
l'Assemblée constituante, qu'elle a reçu sa forme systématique, et pris
dans la société, aussi bien que dans le gouvernement, une influence
destinée, si je ne me trompe, à s'accroître encore, en se combinant avec
les institutions libres.

La seconde de ces époques a rendu à la France des services à mon avis,
trop peu connus et mal appréciés. Aux grandes questions de l'ordre moral
appartient la prééminence. Je ne m'en étonne ni ne m'en plains. Ces
questions, soulevées alors avec tant d'éclat et d'effet, ont éclipsé
toutes les autres. L'administration s'est effacée devant la politique;
ses travaux, ses projets étaient modestes au milieu, selon les uns, du
bouleversement, selon les autres, de la régénération de la société.
Un grand fait pourtant date de ce temps, la création des sciences qui
planent au-dessus de l'administration et lui révèlent les lois des faits
qu'elle est appelée à régir. Personne n'a encore entrevu, et peut-être
ne saurait encore entrevoir le rôle que ces sciences sont destinées
à jouer dans le monde. Rôle immense, quoiqu'il ne doive et ne puisse
jamais être le premier. Au XVIIIe siècle en appartiendra le principal
honneur: c'est là son oeuvre la plus originale.

La partie théorique de cette oeuvre n'a point à se plaindre de la
renommée. Elle fit grand bruit en naissant. Les diverses écoles
économistes, leurs systèmes, leurs débats n'ont jamais cessé d'attirer
puissamment l'attention publique. Mais la partie pratique de
l'administration française dans la seconde moitié du XVIIIe siècle,
l'esprit général qui y présidait, son respect pour la science et pour
l'humanité, ses efforts, d'une part pour assurer l'empire des principes
sur les faits, de l'autre pour diriger les faits et les principes vers
le bien de la société tout entière, les résultats positifs de ces
efforts, les innombrables et inappréciables améliorations accomplies,
ou commencées, ou préparées, ou méditées à cette époque dans tous
les services publics, les travaux, en un mot, et les mérites des
administrateurs de tout genre et de tout rang qui ont eu alors en main
les affaires du pays, c'est ce qu'ont trop effacé les orages et les
triomphes de la politique, ce qui n'a pas obtenu sa juste part de
reconnaissance et de célébrité.

La maison de M. Paulze était l'un des foyers de ces utiles études,
de ces salutaires réformes. Là se réunissaient Turgot, Malesherbes,
Trudaine, Condorcet, Dupont de Nemours; là dans des conversations à la
fois sérieuses et faciles, sans préméditation savante, sans autre but
que la vérité, les questions étaient posées, les faits rapportés, les
idées débattues. M. Paulze n'y fournissait pas seulement le tribut de
ses lumières personnelles; il avait institué à la ferme générale un
bureau chargé de recueillir, sur l'impôt et le commerce de la France,
sur le mouvement des ports, sur tout ce qui intéresse la richesse
nationale, tous les renseignements statistiques. Il entretenait, dans
le même dessein, avec un grand nombre de négociants et de banquiers
étrangers, une correspondance assidue. Ces documents étaient
libéralement communiqués aux hommes éclairés qui fréquentaient sa
maison. L'abbé Raynal, entre autres, ami particulier de M. Paulze, y
puisa la plupart des faits et des détails qu'il a consignés dans son
_Histoire philosophique des deux Indes_, et qui en sont la seule partie
encore importante aujourd'hui.

Cette société, ces conversations, n'avaient rien qui pût entrer dans
l'éducation de mademoiselle Paulze, ni influer directement sur elle.
Mais, à vivre et à se développer dans une telle atmosphère, elle apprit
deux choses, le plus salutaire enseignement que l'enfance puisse
recevoir et léguer à toute la vie, l'estime des études sérieuses et le
respect du mérite personnel.

Elle avait à peine treize ans quand l'abbé Terrai voulut la marier à
la cour. Son père, peu touché de cette fantaisie, préféra un de ses
collègues dans la ferme générale, M. Lavoisier, et l'abbé Terrai n'en
prit point d'humeur. Le mariage fut célébré dans la chapelle de l'hôtel
du contrôleur général, le 16 décembre 1771.

En passant de la maison de son père dans celle de son mari, madame
Lavoisier changea d'horizon sans changer d'habitudes. Au mouvement des
sciences économiques succéda celui des sciences physiques, et la société
des savants à celle des administrateurs. Les hommes spéciaux témoignent
quelquefois un grand dédain pour l'intérêt que les gens du monde peuvent
porter à leurs travaux; et s'il s'agissait en effet d'en juger le mérite
scientifique, ils auraient pleinement raison. Mais l'estime, le goût
du public pour la science, et la manifestation fréquente, vive, de ce
sentiment, sont pour elle d'une haute importance, et jouent un grand
rôle dans l'histoire. Les temps de cette sympathie, un peu fastueuse
et frivole, ont toujours été pour les sciences, des temps d'élan et
de progrès; et à considérer les choses dans leur ensemble, l'histoire
naturelle et la chimie ont profité de l'existence sociale de M. de
Buffon et de M. Lavoisier, aussi bien que de leurs découvertes.

Soit affection pour son mari, soit disposition naturelle, madame
Lavoisier s'associa à ses travaux comme un compagnon ou un disciple.
Ceux-là même qui ne l'ont connue que bien loin de la jeunesse ont pu
démêler que, sous une apparence un peu froide et rude, et presque
uniquement préoccupée de sa vie de société, c'était une personne capable
d'être fortement saisie par un sentiment, par une idée, et de s'y
adonner avec passion. Elle vivait dans le laboratoire de M. Lavoisier,
l'aidait dans ses expériences, écrivait ses observations sous sa dictée,
traduisait, dessinait pour lui. Elle apprit à graver pour qu'il fût sûr
d'un ouvrier exact jusqu'au scrupule, et les planches du _Traité de
Chimie_ furent bien réellement l'oeuvre de ses mains. Elle publia, parce
qu'il le désirait, la traduction d'un ouvrage du chimiste anglais Kirwan
«sur la force des acides et la proportion des substances qui composent
les sels neutres:» et elle avait acquis, de la science qu'ils
cultivaient ensemble, une intelligence si complète que lorsque, en 1803,
onze ans après la mort de Lavoisier, elle voulut réunir et publier ses
mémoires scientifiques, elle put se charger seule de ce travail, et
l'accomplit en effet, en y joignant une préface parfaitement simple, où
ne se laisse entrevoir aucune ombre de prétention.

Un intérieur ainsi animé par une affection réciproque et des occupations
favorites, une grande fortune, beaucoup de considération, une bonne
maison à l'Arsenal, recherchée par les hommes les plus distingués, tous
les plaisirs de l'esprit, de la richesse, de la jeunesse, c'était là, à
coup sûr, une existence brillante et douce. Cette existence fut frappée,
foudroyée par la Révolution, comme toutes celles qui l'entouraient. En
1794, madame Lavoisier vit monter le même jour sur l'échafaud son père
et son mari, et n'échappa elle-même, après un emprisonnement assez
court, qu'en se plongeant, avec la patience la plus persévérante, dans
la plus complète et silencieuse obscurité.

Dès le début de la Révolution, M. Lavoisier, quelque favorables que
fussent ses idées à la réforme de l'État, avait considéré l'avenir avec
effroi. C'était un homme d'un esprit juste et calme, d'un caractère doux
et modeste, qui poursuivait avec désintéressement, au sein d'une vie
heureuse, de nobles et utiles travaux, et que les orages politiques
dérangeaient beaucoup trop pour qu'il y plaçât ses espérances. En juin
1792, le roi lui fit offrir le ministère des contributions publiques. M.
Lavoisier le refusa par cette lettre pleine d'élévation, de simplicité
et de droiture:

«Sire,
Ce n'est ni par une crainte pusillanime, bien éloignée de mon caractère,
ni par indifférence pour la chose publique, ni, je l'avouerai même, par
le sentiment de l'insuffisance de mes forces que je suis contraint de me
refuser à la marque de confiance dont Votre Majesté veut bien m'honorer
en me faisant offrir le ministère des contributions publiques. Témoin,
pendant que j'ai été attaché à la trésorerie nationale, des sentiments
patriotiques de Votre Majesté, de ses tendres sollicitudes pour le
bonheur du peuple, de son inflexible sévérité de principes, de son
inaltérable probité, je sens, plus vivement que je ne puis l'exprimer,
ce à quoi je renonce en perdant l'occasion de devenir l'organe de ses
sentiments auprès de la nation.

Mais, Sire, il est du devoir d'un honnête homme et d'un citoyen de
n'accepter une place importante qu'autant qu'il a l'espérance d'en
remplir les obligations dans toute leur étendue.

Je ne suis ni jacobin, ni feuillant. Je ne suis d'aucune société,
d'aucun club. Accoutumé à peser tout au poids de ma conscience et de ma
raison, jamais je n'aurais pu consentir à aliéner mes opinions à
aucun parti. J'ai juré, dans la sincérité de mon coeur, fidélité à la
Constitution que vous avez acceptée, aux pouvoirs constitués par le
peuple, à vous, Sire, qui êtes le Roi constitutionnel des Français,
à vous dont les vertus et les malheurs ne sont pas assez sentis.
Convaincu, comme je le suis, que le Corps législatif est sorti des
limites que la Constitution lui avait tracées, que pourrait un ministre
constitutionnaire? Incapable de composer avec ses principes et avec sa
conscience, il réclamerait en vain l'autorité de la loi à laquelle tous
les Français se sont liés par le serment le plus imposant. La résistance
qu'il pourrait conseiller, par les moyens que la Constitution donne à
Votre Majesté, serait présentée comme un crime; il périrait victime de
ses devoirs et l'inflexibilité même de son caractère deviendrait la
source de nouveaux malheurs.

Sire, permettez que je continue de consacrer mes veilles et mon
existence au service de l'État dans des postes moins élevés, mais où je
pourrai rendre des services peut-être plus utiles, et probablement plus
durables. Dévoué à l'instruction publique, je chercherai à éclairer le
peuple sur ses devoirs. Soldat citoyen, je porterai les armes pour
la défense de la patrie, pour celle de la loi, pour la sûreté du
représentant inamovible du peuple français.

Je suis avec un profond respect, de Votre Majesté,

Sire, le très-humble, etc., etc.»


L'illustre savant prétendait trop quand il demandait la permission
d'employer sa vie a à éclairer le peuple.» On l'envoya à la mort, au nom
du peuple ignorant et opprimé.

Il légua à sa veuve toute sa fortune, et elle en dut en partie la
conservation au dévouement habile d'un serviteur fidèle, à qui elle
témoigna à son tour, jusqu'à son dernier moment, la plus fidèle
reconnaissance.

En 1798, lorsqu'une proscription à la fois cruelle et honteuse
d'elle-même frappa quelques-uns de ses amis, entre autres l'un des plus
intimes, M. de Marbois, une lettre de crédit de madame Lavoisier, sur
son banquier de Londres, alla les chercher dans les déserts de Sinamary.

Quand les proscriptions cessèrent, quand l'ordre et la justice revinrent
apaiser et ranimer en même temps la société, madame Lavoisier reprit
sa place dans le monde, entourée de toute une génération de savants
illustres, les amis, les disciples, les successeurs de Lavoisier,
Lagrange, Laplace, Berthollet, Cuvier, Prony, Humboldt, Arago, charmés,
en honorant sa veuve, de trouver dans sa maison, en retour de l'éclat
qu'ils y répandaient, les agréments d'une hospitalité élégante. M. de
Rumford arriva parmi eux. Il était alors au service du roi de Bavière,
et jouissait dans le public d'une grande popularité scientifique. Son
esprit était élevé, sa conversation pleine d'intérêt, ses manières
empreintes de bonté. Il plut à madame Lavoisier. Il s'accordait avec ses
habitudes, ses goûts, on pourrait presque dire avec ses souvenirs. Elle
espéra recommencer en quelque sorte son bonheur. Elle l'épousa le 22
octobre 1805, heureuse d'offrir à un homme distingué une grande fortune
et la plus agréable existence.

Leurs caractères ne se convinrent point. A la jeunesse seule il
est facile d'oublier, au sein d'un tendre bonheur, la perte de
l'indépendance. Des questions délicates furent élevées; des
susceptibilités s'éveillèrent. Madame de Rumford, en se remariant, avait
formellement stipulé dans son contrat qu'elle se ferait appeler madame
_Lavoisier de Rumford_. M. de Rumford, qui y avait consenti, le trouva
mauvais. Elle persista: «J'ai regardé comme un devoir, comme une
religion, écrivait-elle en 1808, de ne point quitter le nom de
Lavoisier... Comptant sur la parole de M. de Rumford, je n'en aurais pas
fait un article de mes engagements civils avec lui si je n'avais voulu
laisser un acte public de mon respect pour M. Lavoisier et une preuve de
la générosité de M. de Rumford. C'est un devoir pour moi de tenir à une
détermination qui a toujours été une des conditions de notre union; et
j'ai dans le fond de mon âme l'intime conviction que M. de Rumford ne me
désapprouvera pas, et qu'après avoir pris le temps d'y réfléchir...
il me permettra de continuer à remplir un devoir que je regarde comme
sacré.»

Ce fut encore là une espérance trompée. Après des agitations domestiques
que M. de Rumford, avec plus de tact, eût rendues moins bruyantes, la
séparation devint nécessaire; et elle eut lieu à l'amiable le 30 juin
1809.

Depuis cette époque, et pendant vingt-sept ans, aucun événement, on
pourrait dire aucun incident ne dérangea plus madame de Rumford dans sa
noble et agréable façon de vivre. Elle n'appartint plus qu'à ses amis et
à la société, tantôt étendue, tantôt resserrée, qu'elle recevait avec
un mélange assez singulier de rudesse et de politesse, toujours de
très-bonne compagnie et d'une grande intelligence du monde, même dans
ses brusqueries de langage et ses fantaisies d'autorité. Tous les lundis
elle donnait à dîner, rarement à plus de dix ou douze personnes, et
c'était ce jour-là que les hommes distingués, français ou étrangers,
habitués de la maison ou invités en passant, se réunissaient chez elle
dans une sorte d'intimité momentanée promptement établie, entre des
esprits si cultivés, par le plaisir d'une conversation sérieuse ou
piquante, toujours variée et polie, dont madame de Rumford jouissait
elle-même plus qu'elle n'en prenait soin. Le mardi, elle recevait
tous ceux qui venaient la voir. Pour le vendredi étaient les réunions
nombreuses, composées de personnes fort diverses, mais appartenant
toutes à la meilleure compagnie de leur sorte, et venant toutes avec un
grand plaisir entendre là l'excellente musique que faisaient ensemble
les artistes les plus célèbres et les plus habiles amateurs.

Sous l'Empire, outre son agrément général, la maison de madame de
Rumford avait un mérite particulier; la pensée et la parole n'y étaient
pas officielles; une certaine liberté d'esprit et de langage y régnait,
sans hostilité, sans arrière-pensée politique; uniquement de la liberté
d'esprit, l'habitude de penser et de parler à l'aise sans s'inquiéter
de ce qu'en saurait et dirait l'autorité. Précieux mérite alors, plus
précieux qu'on ne peut le supposer aujourd'hui. Il faut avoir vécu sous
la machine pneumatique pour sentir tout le charme de respirer.

Quand la Restauration fut venue, au milieu du mouvement des partis et
des débats parlementaires, ce ne fut plus la liberté qui manqua aux
hommes de sens et de goût: un autre mal pesa sur eux: le mal de l'esprit
de parti, des préventions et des animosités de parti; mal incommode et
funeste, qui rétrécit tous les horizons, répand sur toutes choses un
faux jour, roidit l'intelligence, aigrit le coeur, fait perdre aux
hommes les plus distingués cette étendue d'idées, cette générosité de
sentiments qui leur conviendraient si bien, et enlève autant d'agrément
à leur vie que de richesse à leur nature et de charme à leur caractère.
Ce fléau de la société, dans les pays libres, pénétra peu, très-peu dans
la maison de madame de Rumford; comme naguère la liberté, l'équité ne
s'en laissa point bannir. Non-seulement les hommes des partis les plus
divers continuèrent de s'y rencontrer, mais l'urbanité y régnait entre
eux: il semblait que, par une convention tacite, ils laissassent à
la porte de ce salon leurs dissentiments, leurs antipathies, leurs
rancunes, et qu'évitant de concert les sujets de conversation qui les
auraient contraints de se heurter, ils eussent d'ailleurs l'esprit aussi
libre, le coeur aussi tolérant que s'ils ne se fussent jamais enrôlés
sous le joug des partis.

Ainsi se perpétuait, dans la maison de madame de Rumford et selon son
désir, l'esprit social de son temps et du monde où elle s'était formée.
Je ne sais si nos neveux reverront jamais une société semblable, des
moeurs si nobles et si gracieuses, tant de mouvement dans les idées
et de facilité dans la vie, un goût si vif pour le progrès de la
civilisation, pour l'exercice de l'esprit, sans aucune de ces passions
âpres, de ces habitudes inélégantes et dures qui l'accompagnent souvent,
et rendent pénibles ou impossibles les relations les plus désirables. Ce
qui manquait au XVIIIe siècle, ce qu'il y avait de superficiel dans ses
idées et de caduc dans ses moeurs, d'insensé dans ses prétentions et de
vain dans sa puissance créatrice, l'expérience l'a révélé avec éclat;
nous l'avons appris à nos dépens. Nous savons, nous sentons le mal que
nous a légué cette époque mémorable, Elle a prêché le doute, l'égoïsme,
le matérialisme. Elle a touché d'une main impure, et flétri pour quelque
temps de nobles et beaux côtés de la nature humaine. Mais si le XVIIIe
siècle n'eût fait que cela, si tel eût été seulement son principal
caractère, croit-on qu'il eût amené à sa suite tant et de si grandes
choses, qu'il eût à ce point remué le monde? Il était bien supérieur à
tous ses sceptiques, à tous ses cyniques. Que dis-je, supérieur? Il leur
était essentiellement contraire, et leur donnait un continuel démenti.
En dépit de la faiblesse de ses moeurs, de la frivolité de ses formes,
de la sécheresse de telle ou telle doctrine; en dépit de sa tendance
critique et destructive, c'était un siècle ardent et sincère, un siècle
de foi et de désintéressement. Il avait foi dans la vérité, car il a
réclamé pour elle le droit de régner en ce monde. Il avait foi dans
l'humanité, car il lui a reconnu le pouvoir de se perfectionner et a
voulu qu'elle l'exerçât sans entrave. Il s'est abusé, égaré dans cette
double confiance; il a tenté bien au delà de son droit et de sa force.
Il a mal jugé la nature morale de l'homme et les conditions de l'état
social. Ses idées comme ses oeuvres ont contracté la souillure de ses
vices. Mais, cela reconnu, la pensée originale, dominante, du XVIIIe
siècle, la croyance que l'homme, la vérité, la société sont faits l'un
pour l'autre, dignes l'un de l'autre et appelés à s'unir, cette juste et
salutaire croyance s'élève et surmonte toute son histoire. Le premier,
il l'a proclamée et a voulu la réaliser. De là sa puissance et sa
popularité sur toute la face de la terre.

De là aussi, pour descendre des grandes choses aux petites et de la
destinée des hommes à celle des salons, de là la séduction de cette
époque et l'agrément qu'elle répandait sur la vie sociale. Jamais on
n'avait vu toutes les conditions, toutes les classes qui forment l'élite
d'un grand peuple, quelque diverses qu'elles eussent été dans leur
histoire et fussent encore par leurs intérêts, oublier ainsi leur passé,
leur personnalité, se rapprocher, s'unir au sein des moeurs les plus
douces, et uniquement occupées de se plaire, de jouir et d'espérer
ensemble pendant cinquante ans, qui devaient finir entre elles par les
plus terribles combats.

C'est là le fait rare, le fait charmant que j'ai vu survivre encore et
s'éteindre dans les derniers salons du XVIIIe siècle. Celui de madame de
Rumford s'est fermé le dernier.

Il s'est fermé avec une parfaite convenance, sans que le découragement
y eût pénétré, sans avoir accepté aucune métamorphose, en demeurant
constamment semblable à lui-même. Les hommes ont leur caractère original
qu'ils tiennent à garder jusqu'au bout, leur brèche où ils veulent
mourir. Le maréchal de Villars enviait au maréchal de Herwick le coup de
canon qui l'avait tué. Le parlement britannique n'avait point d'orateur
qui ne vît d'un oeil jaloux lord Chatham tombant épuisé dans les bras de
ses voisins, au milieu d'un sublime accès d'éloquence. Le président Molé
eût tenu à grand honneur de finir ses jours sur son siège, en rendant
justice à l'État contre les factieux. Vespasien disait: «Il faut qu'un
empereur meure debout.» Madame de Rumford avait passé sa vie dans le
monde, à rechercher pour elle-même et à offrir aux autres les plaisirs
de la société. Non que le monde l'absorbât tout entière, et qu'elle
n'eût, dans l'occasion, les plus sensés et les plus sérieux conseils à
donner à ses amis, les bienfaits les plus abondants et les plus soutenus
à répandre sans bruit sur le malheur. Mais enfin le monde, la société
étaient sa principale affaire; elle vivait surtout dans son salon. Elle
y est morte en quelque sorte debout, le 10 février 1836, entourée, la
veille encore, de personnes qu'elle se plaisait à y réunir, et qui
n'oublieront jamais ni l'agrément de sa maison, ni la solidité de ses
amitiés.



                                 VIII

_Procès-verbal de l'audience donnée et de la réponse faite le 17 février
1831, par le roi Louis-Philippe aux députés du Congrès national de la
Belgique venus à Paris pour lui annoncer l'élection de S. A. R. Mgr le
duc de Nemours, comme roi des Belges_.


Paris, le 17 février 1834.

Aujourd'hui, à midi, la députation du congrès national de la Belgique
s'est rendue au Palais-Royal; deux aides de camp de Sa Majesté l'ont
reçue au haut du grand escalier pour la conduire dans le premier salon,
où l'attendait M. le ministre des affaires étrangères qui l'a introduite
dans la salle du trône. Le Roi l'a reçue, étant placé sur son trône,
ayant à sa droite monseigneur le duc d'Orléans, et à sa gauche
monseigneur le duc de Nemours. Sa Majesté la Reine était présente, ainsi
que LL. AA. RR. les princes ses fils, les princesses ses filles, et la
princesse Adélaïde, soeur du Roi. Les ministres et les aides de camp
du Roi entouraient le trône. M. le président du congrès a prononcé le
discours suivant:

«SIRE,
Organe légal du peuple belge, le congrès souverain, dans sa séance du
3 février, a élu et proclamé roi S. A. R. Louis Charles-Philippe
d'Orléans, duc de Nemours, fils puîné de Votre Majesté, et nous a confié
la mission d'offrir la couronne à S. A. R. dans la personne de Votre
Majesté, son tuteur et son roi.

Cette élection, qu'ont accueillie les acclamations d'un peuple libre,
est un hommage rendu à la royauté populaire de la France et aux vertus
de votre famille: elle cimente l'union naturelle des deux nations sans
les confondre; elle concilie leurs voeux et leurs intérêts naturels avec
les intérêts et la paix de l'Europe, et donnant à l'indépendance de la
Belgique un nouvel appui, celui de l'honneur français, elle assure aux
autres États un nouvel élément de force et de tranquillité.

Le pacte constitutionnel sur lequel repose la couronne de la Belgique
est achevé. La nation, reconnue indépendante, attend avec impatience
et le chef de son choix et les bienfaits de la constitution qu'il aura
jurée. La réponse de Votre Majesté comblera son attente fondée, et notre
juste espoir. Son avènement a prouvé qu'elle connaît toute la puissance
d'un voeu véritablement national, et la sympathie de la France nous est
un gage de sa vive adhésion aux suffrages de la Belgique.

«Nous remettons en vos mains, sire, le décret officiel de l'élection de
S. A. R. le duc de Nemours, et une expédition de l'acte constitutionnel
arrêté par le congrès.»

M. le président du congrès a ensuite donné lecture de l'acte du congrès
ainsi conçu:

Au nom du peuple belge,
Le congrès national décrète:

Article 1er. Son Altesse Royale Louis-Charles-Philippe d'Orléans, duc
de Nemours, est proclamé roi des Belges, à la condition d'accepter la
constitution telle qu'elle sera décrétée par le congrès national.

ART. 2. Il ne prend possession du trône qu'après avoir solennellement
prêté, dans le sein du congrès, le serment suivant:

«Je jure d'observer la constitution et les lois du peuple belge, de
maintenir l'indépendance nationale et l'intégrité du territoire.»

Bruxelles, palais de la nation, le 3 février 1831.

_Le président du congrès_, E. SURLET CHOKIER.

_Les secrétaires membres du congrès_, le vicomte VILAIN XIV, LIEDTZ,
HENRI DE BROUCKÈRE, NOTHOMB.


Le Roi a répondu à la députation:

«Messieurs,
Le voeu que vous êtes chargés de m'apporter au nom du peuple belge, en
me présentant l'acte de l'élection que le congrès national vient de
faire de mon second fils, le duc de Nemours, pour roi des Belges, me
pénètre de sentiments dont je vous demande d'être les organes auprès de
votre généreuse nation. Je suis profondément touché que mon dévouement
constant à ma patrie vous ait inspiré ce désir, et je m'enorgueillirai
toujours qu'un de mes fils ait été l'objet de votre choix.

Si je n'écoutais que le penchant de mon coeur et ma disposition bien
sincère à déférer au voeu d'un peuple dont la paix et la prospérité
sont également chères et importantes à la France, je m'y rendrais
avec empressement. Mais quels que soient mes regrets, quelle que soit
l'amertume que j'éprouve à vous refuser mon fils, la rigidité des
devoirs que j'ai à remplir m'en impose la pénible obligation, et je dois
déclarer que je n'accepte pas pour lui la couronne que vous êtes chargés
de lui offrir.

Mon premier devoir est de consulter avant tout les intérêts de la
France, et par conséquent, de ne point compromettre cette paix que
j'espère conserver pour son bonheur, pour celui de la Belgique et pour
celui de tous les États de l'Europe, auxquels elle est si précieuse et
si nécessaire. Exempt moi-même de toute ambition, mes voeux personnels
s'accordent avec mes devoirs, Ce ne sera jamais la soif des conquêtes
ou l'honneur de voir une couronne placée sur la tête de mon fils qui
m'entraîneront à exposer mon pays au renouvellement des maux que la
guerre amène à sa suite, et que les avantages que nous pourrions
en retirer ne sauraient compenser, quelque grands qu'ils fussent
d'ailleurs. Les exemples de Louis XIV et de Napoléon suffiraient pour me
préserver de la funeste tentation d'ériger des trônes pour mes fils,
et pour me faire préférer le bonheur d'avoir maintenu la paix à tout
l'éclat des victoires, que, dans la guerre, la valeur française ne
manquerait pas d'assurer de nouveau à nos glorieux drapeaux.

Que la Belgique soit libre et heureuse! qu'elle n'oublie pas que c'est
au concert de la France avec les grandes puissances de l'Europe qu'elle
a dû la prompte reconnaissance de son indépendance nationale! et qu'elle
compte toujours avec confiance sur mon appui pour la préserver de toute
attaque extérieure ou de toute intervention étrangère! Mais que la
Belgique se garantisse aussi du fléau des agitations intestines,
et qu'elle s'en préserve par l'organisation d'un gouvernement
constitutionnel qui maintienne la bonne intelligence avec ses voisins,
et protège les droits de tous, en assurant la fidèle et impartiale
exécution des lois! Puisse «le souverain que vous élirez consolider
votre sûreté intérieure, et qu'en même temps son choix soit pour
toutes les puissances un gage de la continuation de la paix et de la
tranquillité générale! Puisse-t-il se bien pénétrer de tous les devoirs
qu'il aura à remplir, et qu'il ne perde jamais de vue que la liberté
publique sera la meilleure base de son trône, comme le respect de vos
lois, le maintien de vos institutions et la fidélité à garder ses
engagements seront les meilleurs moyens de le préserver de toute
atteinte, et de vous affranchir du danger de nouvelles secousses!

Dites à vos compatriotes que tels sont les voeux que je forme pour eux,
et qu'ils peuvent compter sur toute l'affection que je leur porte. Ils
me trouveront toujours empressé de la leur témoigner, et d'entretenir
avec eux ces relations d'amitié et de bon voisinage qui sont si
nécessaires à la prospérité des deux États.»



                                   IX

_Lettre du général Chlopicki à l'empereur Nicolas (décembre 1830)._


«Sire,
L'assemblée délibérante (la Diète), malgré le talent et même la
popularité de ses membres, est trop faible pour pouvoir ramener la
tranquillité au milieu de l'orage. Convaincu de cette vérité, d'autant
plus que j'ai devant les yeux l'expérience des jours de terreur qui
viennent de s'écouler, j'ai résolu de réunir en ma personne le pouvoir
exécutif dans toute son étendue, afin qu'il ne devînt pas la proie d'une
foule d'agents provocateurs et de perturbateurs qui, timides à l'heure
du danger, possèdent cependant l'art de tromper les masses par des
mensonges, et de faire tourner à leur profit les nobles sentiments du
peuple. Ennemi de l'anarchie, après avoir vu renverser par elle trois
sortes de gouvernements, je me suis proposé d'appuyer le gouvernement
provisoire par une force organisée, et de rendre l'autorité à un seul
homme, en l'entourant du secours de l'armée et de l'obéissance du
peuple.

Cette mesure, Sire, a déjà rétabli la tranquillité dans les esprits;
le soldat observe la discipline militaire; la populace retourne à ses
occupations habituelles; tous confient sans crainte ce qu'ils ont de
plus cher à une autorité qui désire le bien public, et qui atteindra
désormais ce noble but. En un mot, les troubles ont cessé et les traces
de désordre s'effacent.

Mais, Sire, ces sentiments qui, dans le cours de quelques heures,
ont armé toute la capitale, qui ont réuni toute l'armée sous un même
étendard, ces sentiments qui, comme une étincelle électrique, pénètrent
tous les palatinats, et y produisent les mêmes effets, ces sentiments,
dis-je, brûlent dans tous les coeurs, et ne s'éteindront qu'avec leur
dernier soupir.

Il en est ainsi, Sire; la nation veut une liberté modérée; elle ne veut
point en abuser; mais par cela même, elle veut qu'elle soit à l'abri
de toute violation et de toute agression; elle veut une constitution
applicable à la vie pratique. Par un concours inouï de circonstances,
se trouvant dans une position peut-être trop hardie, elle n'en est pas
moins prête à tout sacrifier pour la plus belle des causes, pour son
indépendance nationale. Cependant, Sire, loin d'elle est la pensée de
rompre les liens qui l'unissent à votre auguste volonté. Le gouvernement
provisoire a déjà reconnu la nécessité d'envoyer à Saint-Pétersbourg
deux députés qui ont été chargés de déposer au pied du trône de Votre
Majesté Impériale et Royale l'expression des volontés et des désirs de
la nation, que les provinces polonaises, anciennement incorporées à
l'Empire, fussent admises à la jouissance des mêmes libertés que le
royaume.

Daignez, Sire, par humanité et par égard pour les bienfaits que vous
avez répandus sur nous au commencement de votre règne, accueillir avec
bonté les prières dont ils sont l'interprète! Que la Pologne, déjà
reconnaissante à Votre Majesté Impériale et Royale pour les bonnes
intentions que vous lui avez toujours montrées, que cette Pologne,
dis-je, puisse vous entourer, Sire, de cet amour qu'elle conserve
dans son coeur pour son auguste régénérateur! Que notre destinée
s'accomplisse! Et vous, Sire, remplissant à notre égard les promesses
de votre prédécesseur, prouvez-nous par de nouveaux bienfaits que votre
règne n'est qu'une suite non interrompue du règne de celui qui a rendu
l'existence à une partie de l'ancienne Pologne. Du reste, la jouissance
des libertés qui nous sont assurées par la Charte n'est point une
concession que le trône nous fera; ce ne sera que la simple exécution
d'un contrat passé entre le roi et la nation, et confirmé par un serment
réciproque.

Connaissant, Sire, votre magnanimité, je dois espérer qu'une députation,
qui n'a pour but que la paix, obtiendra l'effet qu'elle se propose;
les travaux du gouvernement provisoire sont consacrés à l'organisation
intérieure du pays; ses ordonnances seront respectées, comme les miennes
propres, jusqu'au moment de la réunion du sénat et de la chambre des
nonces, auxquels il appartiendra de prendre des mesures ultérieures.

«Sire, en ma qualité d'ancien soldat et de bon Polonais, j'ose vous
faire entendre la vérité; car je suis persuadé que Votre Majesté
Impériale et Royale daignera l'écouter. Vous tenez, Sire, dans votre
main les destinées de toute une nation: d'un seul mot, vous pouvez la
mettre au comble du bonheur; d'un seul mot, la précipiter dans un abîme
de maux.

Plein de confiance dans la magnanimité de votre coeur, Sire, j'ose
espérer qu'une effusion de sang n'aura pas lieu, et je me regarderai
comme le plus heureux des hommes si je puis atteindre au but que je me
propose par la réunion intime de tous les éléments de bon ordre et de
force.»



                                    X

_Mémorandum présenté le 21 mai 1831, par la Conférence de Rome, au pape
Grégoire XVI._

                                    I

«Il paraît aux représentants des cinq puissances que, quant à l'État de
l'Église, il s'agit, dans l'intérêt général de l'Europe, de deux points
principaux:

«1° Que le gouvernement de cet État soit assis sur des bases solides par
des améliorations méditées et annoncées par Sa Sainteté elle-même, dès
le commencement de son règne;

«2° Que ces améliorations, lesquelles, selon l'expression de l'édit
de S.E. Mgr le cardinal Bernetti, fonderont une ère nouvelle pour les
sujets de Sa Sainteté, soient, par une garantie intérieure, mises à
l'abri des changements inhérents à la nature de tout gouvernement
électif.

                                   II

«Pour atteindre ce but salutaire, ce qui, à cause de la position
géographique et sociale de l'État de l'Église, est d'un intérêt
européen, il paraît indispensable que la déclaration organique de Sa
Sainteté parte de deux principes vitaux: «1° De l'application des
améliorations en question, non-seulement aux provinces où la révolution
a éclaté, mais aussi à celles qui sont restées fidèles et à la capitale;

2° De l'admissibilité des laïques aux fonctions administratives et
judiciaires.

                                   III

«Les améliorations mêmes paraissent devoir embrasser le système
judiciaire et celui de l'administration municipale et provinciale.

_A_.--Quant à l'ordre judiciaire, il paraît que l'exécution entière et
le développement conséquent des promesses et principes du _motu proprio_
de 1816 présentent les moyens les plus sûrs et les plus efficaces
de redresser les griefs assez généraux relatifs à cette partie si
intéressante de l'organisation sociale.

_B_.--Quant à l'administration locale, il paraît que le rétablissement
et l'organisation générale des municipalités élues par la population
et la fondation de franchises municipales pour régler l'action de ces
municipalités, dans les intérêts locaux des communes, devraient être la
base indispensable de toute amélioration administrative.

_C_.--En second lieu, l'organisation des conseils provinciaux, soit d'un
conseil administratif permanent, destiné à aider le gouverneur de
la province dans l'exécution de ses fonctions avec des attributions
convenables, soit d'une réunion plus nombreuse, prise surtout dans le
sein des nouvelles municipalités et destinée à être consultée sur les
intérêts les plus importants de la province, paraît extrêmement
utile pour conduire à l'amélioration et à la simplification de
l'administration provinciale, pour contrôler l'administration communale,
pour répartir les impôts et pour éclairer le gouvernement sur les
véritables besoins de la province.

                                   IV

L'importance immense d'un état réglé des finances et d'une telle
administration de la dette publique qui donnerait la garantie si
désirable pour le crédit financier du gouvernement, et contribuerait
essentiellement à augmenter ses ressources et à assurer son
indépendance, paraît rendre indispensable un établissement central dans
la capitale, chargé, comme Cour suprême des comptes, du contrôle de la
comptabilité du service annuel dans chaque branche de l'administration
civile et militaire, et de la surveillance de la dette publique avec les
attributions correspondantes au but grand et salutaire qu'on se
propose d'atteindre.--Plus une telle institution portera le caractère
d'indépendance et l'empreinte de l'union intime du gouvernement et du
pays, plus elle répondra aux intentions bienfaisantes du souverain et à
l'attente générale.

Il paraît que, pour atteindre ce but, des personnes devraient y siéger
choisies parmi les conseils locaux et formant, avec des conseillers du
gouvernement, une _junte_ ou consulte administrative. Une telle junte
formerait ou non partie d'un conseil d'État, dont les membres seraient
nommés par le souverain parmi les notabilités de naissance, de fortune
et de talent du pays.

Sans un ou plusieurs établissements centraux de cette nature, intimement
liés aux notabilités d'un pays si riche en éléments aristocratiques et
conservateurs, il paraît que la nature d'un gouvernement électif ôterait
nécessairement, aux améliorations qui formeront la gloire éternelle du
Pontife régnant, cette stabilité dont le besoin est généralement et
puissamment senti, et le sera d'autant plus vivement que les bienfaits
du Pontife seront grands et précieux.

Rome, 21 mai 1831.



                                    XI

1° Je n'insère pas ici le texte même des cinq édits du pape Grégoire XVI
qui forment plus de 200 pages in-4°, et entrent dans des détails peu
intéressants et peu clairs pour le public français; mais je donne un
résumé exact de leurs dispositions essentielles, résumé fait sur les
lieux mêmes et au moment de leur publication.

L'édit du pape Grégoire XVI en date du 5 juillet 1831 était divisé en
trois titres. Le premier réglait l'administration des communes, le
second celle des provinces, le troisième confirmait, en les améliorant,
certaines dispositions qui avaient été établies par le _motu proprio_
du pape Pie VII du 6 juillet 1816, et qui étaient depuis tombées en
désuétude.

L'ancienne division du territoire en dix-sept délégations de première,
deuxième et troisième classe était provisoirement maintenue.

Rome et ses dépendances (la Comarque) restant soumises à un régime
particulier, un chef, dont les attributions étaient analogues à celles
de nos préfets, administrait, sous le nom de prolégat, chacune des
provinces. En fait, ces magistrats étaient tous laïques. L'édit
prévoyait, comme mesure exceptionnelle, que des cardinaux pourraient
être mis à la tête des délégations de première classe. Une congrégation
_governative_ composée de quatre propriétaires nés ou domiciliés dans
la province, y ayant exercé des emplois administratifs ou la profession
d'avocat, siégeait auprès du prolégat et délibérait sur toutes les
affaires. Celles qui touchaient aux finances locales se décidaient à
la majorité des voix. Pour celles qui touchaient à l'administration
générale, la congrégation _governative_ n'avait que voix consultative;
mais les avis de ses membres, quand ils étaient contraires à celui du
prolégat, devaient être visés, enregistrés et transmis à l'autorité
supérieure.

Chaque délégation était divisée en districts, et à la tête de chaque
district des _gouverneurs_ remplissaient des fonctions analogues à
celles de nos sous-préfets, et servaient d'intermédiaires pour la
correspondance entre le _prolégat_ et les _gonfalonieri_ ou maires des
communes.

Dans chaque chef-lieu de délégation, sous la présidence du prolégat, un
conseil provincial se réunissait à des époques déterminées; le nombre
des membres de ces conseils était proportionné à la population des
provinces. Aucun ne pouvait être composé de moins de dix membres; les
conseillers étaient nommés par le souverain, mais sur une liste de
candidats présentés en nombre triple par des électeurs choisis librement
par les conseils municipaux.

Les conseils provinciaux réglaient le budget, assuraient les comptes des
dépenses de la province, faisaient la répartition des impôts entre les
districts, ordonnaient les travaux publics, en adoptaient les plans et
en faisaient suivre l'exécution par des ingénieurs placés dans leur
dépendance. Dans l'intervalle de leurs sessions, une commission de trois
membres nommés par la majorité restait en permanence, pourvoyait à
l'exécution des mesures arrêtées par les conseils, et exerçait son
contrôle sur les actes du prolégat et de la congrégation _governative_.

Le titre II de l'édit du 5 juillet 1831 réglait, d'après des principes
analogues, l'administration des communes. Toutes recevaient des conseils
municipaux de quarante-huit, trente-six et vingt-quatre membres. Ce
dernier nombre s'appliquait aux villes d'une population de mille
habitants. Les bourgs et les moindres villages avaient aussi des
conseils composés de neuf membres, et les vacances survenues par cause
de mort ou autrement étaient remplies par les conseils se recrutant
ainsi librement eux-mêmes.

Des combinaisons habiles et conformes à l'esprit des localités réglaient
le mode d'élection des conseils municipaux. On n'avait point visé à
l'uniformité, à faire peser partout le même niveau. S'il arrivait
que, dans quelques communes, les anciennes franchises parussent, à la
majorité des habitants, préférables à la législation nouvelle, il était
loisible de réclamer le maintien ou la remise en vigueur des statuts
antérieurs.

La réunion des conseils avait lieu toutes les fois que les besoins de la
commune le requéraient et sur la convocation d'un membre, tenu seulement
à mentionner l'objet de la détermination à intervenir. Le gonfalonier et
les anciens (maire et adjoints) étaient nommés par le souverain, mais
parmi les candidats présentés sur une liste triple dressée par les
conseils municipaux.

Enfin le cardinal Bernetti, en envoyant l'édit du 5 juillet 1831 dans
les provinces, invitait expressément les congrégations _governatives_
à lui faire connaître les voeux des habitants sur les améliorations à
apporter dans les diverses branches des services publics. Il annonçait
l'intention de Sa Sainteté d'y avoir égard. Une voie était ainsi
ouverte aux progrès ultérieurs que les habitants voudraient poursuivre
légalement.

Les édits réformateurs de l'ordre judiciaire furent conçus dans le
même esprit que cet édit du 5 juillet sur la réforme de l'ordre
administratif. Un règlement organique de la justice civile parut le 5
octobre et fut suivi, le 31 du même mois, d'un autre édit beaucoup plus
développé qui établissait sur des bases toutes nouvelles l'instruction
des affaires criminelles, la hiérarchie et la compétence des tribunaux.
Ces deux actes législatifs, les plus importants du pontificat
de Grégoire XVI, opéraient dans l'ordre judiciaire une réforme
fondamentale, et faisaient disparaître les griefs les plus généralement
imputés au gouvernement pontifical.

Le reproche le plus grave adressé au système en vigueur dans l'État
Romain pour l'administration de la justice était la multiplicité des
tribunaux exceptionnels. Dans la seule ville de Rome, il n'existait pas
moins de quinze juridictions diverses dont la compétence et les formes
de procédure arbitraires jetaient les plaideurs dans un labyrinthe
inextricable, et remettaient indéfiniment en question l'autorité de la
chose jugée. Entre ces tribunaux d'exception, celui de l'auditeur du
pape _(Uditore santissimo_) subsistait encore en 1831, comme un monument
monstrueux d'injustice et d'absurdité. La juridiction de l'auditeur
du pape au civil et au criminel n'avait pas de limites; il pouvait à
volonté interrompre le cours de toute procédure à un degré quelconque,
casser, réformer les jugements rendus en dernier ressort. Ce droit
ne périssait jamais. Les plus vieilles contestions pouvaient être
renouvelées, et sans instruction dans la procédure, sans motif dans le
jugement, une famille se voyait journellement privée de ses propriétés
les mieux acquises. Et comme si un tel instrument d'arbitraire n'était
pas suffisant, les papes se réservaient le droit personnel d'évoquer
toutes les causes et de les renvoyer à des commissions extraordinaires
créées _ad hoc_. Les familles puissantes pouvaient ainsi se faire donner
des juges complaisants, choisis sans égard à leur capacité, à leur
instruction, et les habitants des provinces, enlevés à leurs magistrats
naturels, pouvaient être traînés à Rome pour y défendre leur fortune
contre des attaques inattendues. Cet incroyable abus trouvait des
défenseurs parmi les gens de loi résidant à Rome. Il assurait la fortune
et l'importance de cette classe dans laquelle se trouvaient les libéraux
les plus accrédités, et ne pouvait cesser sans provoquer des clameurs
intéressées.

L'édit du 5 octobre 1831 supprima la juridiction de _l'Uditore
santissimo_ et l'intervention personnelle du pape dans les causes
civiles, qui toutes furent renvoyées à leurs juges naturels dans l'ordre
établi par le droit commun. Il supprima pareillement les tribunaux
d'exception et ne permit d'appel contre la chose jugée que pour vice de
forme ou fausse application de la loi.

En France la vérité légale sort de l'ordre des juridictions, et la
décision des juges d'appel est considérée comme ayant une valeur
supérieure à celle des juges de première instance. A Rome la vérité
légale sort de la majorité des jugements. Il y a trois degrés de
juridiction, et deux jugements conformes font la chose jugée; si un
second tribunal confirme la sentence rendue par le premier, elle devient
définitive; s'il l'infirme, l'une ou l'autre des parties peut faire
appel à un troisième tribunal auquel appartient la solution définitive
du litige, à moins que les formes de la procédure n'aient été violées.
En ce cas, il y a recours devant le tribunal de la _signature_, dont les
attributions sont analogues à celles de notre cour de cassation et
qui couronne l'édifice judiciaire depuis qu'on ne voit plus s'élever
au-dessus de lui la monstrueuse puissance de _l'Uditore santissimo._

Dans les provinces, les trois degrés de juridiction, établis par le
nouveau règlement organique du 5 octobre 1831, étaient:

1° Les _gouverneurs_, magistrats locaux qui correspondent à nos juges de
paix avec des attributions plus étendues;

2° Les tribunaux civils établis dans chaque chef-lieu de délégation; ils
devaient être composés de cinq juges et remplaçaient les _préteurs_,
qui précédemment jugeaient seuls en seconde instance. Dans un pays où
malheureusement la corruption est fréquente, c'était un grand bienfait
que l'organisation collégiale des tribunaux. L'obligation fut imposée
aux juges de tous les degrés de ne prononcer leurs jugements qu'après
discussion, de les motiver et aussi de les rédiger en langue vulgaire;
jusqu'alors, deux mots latins, _obtinuit_ et _petiit,_ inscrits sur
la requête des parties, avaient formé tout le libellé des sentences,
rendues sans publicité et sans être précédées de plaidoiries;

3° Deux tribunaux supérieurs, dits tribunaux d'appel, composés chacun
d'un président et de six juges, étaient établis l'un, à Bologne, pour
les Légations; l'autre, à Macerata, pour la Romagne et pour les Marches.
Les habitants de ces provinces ne devaient plus, comme par le passé,
porter à Rome l'appel de leurs procès. C'était pour eux un fort grand
avantage qu'ils ne pouvaient manquer de sentir vivement, mais qui devait
naturellement causer des sentiments contraires parmi les gens de loi de
la métropole.

Les tribunaux de province, à tous les degrés de juridiction, n'étaient
composés que de laïques.

A Rome et dans la Comarque, l'administration de la justice ne recevait
pas des améliorations moins importantes. Par le règlement organique du
5 octobre 1831, douze juridictions, composées presque exclusivement
de prélats, étaient supprimées. Il ne restait plus en exercice que le
tribunal du Capitole, celui de l'A. C. et celui de la Rote.

Le tribunal du Capitole, magistrature municipale, était présidé par le
sénateur de Rome et composé de trois avocats. Il jugeait cumulativement,
en première instance, avec le tribunal de l'A. C., toutes les causes où
des laïques étaient intéressés. Le demandeur pouvait à son choix porter
sa cause devant l'une ou l'autre des juridictions. Le tribunal de l'A.
C. (ainsi nommé par contraction de _Auditor Cameroe_) était composé de
cinq avocats et trois prélats, divisés en deux sessions. L'appel au
premier degré était porté de l'une à l'autre. Si les jugements étaient
conformes, il n'y avait point lieu à procédure ultérieure; en cas de
dissentiment, la cause arrivait devant le tribunal de la Rote, cour
d'appel pour Rome et la Comarque. La _Rota Romana_ restait, comme par le
passé, composée exclusivement de prélats, et elle continuait à rendre
ses arrêts en langue latine. Les formes de la procédure étaient
cependant simplifiées et améliorées. L'autorité suprême ne pouvait plus
choisir arbitrairement parmi ses membres ceux qui connaîtraient de telle
ou telle cause, et former ainsi des commissions particulières. Toutes
les causes devaient arriver aux diverses chambres par la voie régulière,
et y être jugées collégialement.

L'ancienne réputation de lumière et d'intégrité de la _Sacra Rota
Romana_ n'avait souffert aucune atteinte. Cette cour jouissait d'une
considération générale en Italie et à l'étranger. L'Europe catholique
prenait part à sa composition: l'Allemagne, l'Espagne, le Milanais, la
Toscane nommaient des auditeurs de Rote, et, après la révolution de
1830, Mgr Isoard continuait à y représenter la France.

Le tribunal suprême de la Signature couronnait l'édifice de l'ordre
judiciaire romain, et, comme nous l'avons dit, ses attributions étaient
analogues à celles de la Cour de cassation en France.

Si à toutes ces améliorations on ajoute la suppression des droits que,
dans tous les tribunaux, les plaideurs étaient tenus de payer aux juges,
à leurs secrétaires, à leurs domestiques, et l'obligation aux procureurs
et aux avocats de rédiger en langue vulgaire des actes de procédure,
on ne pourra contester que la réforme ne fût, sinon complète, au moins
très-profonde, et que le pape Grégoire XVI et son ministre le cardinal
Bernetti ne fussent entrés résolument dans la voie que le mémorandum du
21 mai avait ouverte.

L'organisation, le nombre, la compétence et la hiérarchie des tribunaux
étant déterminés par l'édit du 5 octobre, un autre édit du 31 régla la
manière de procéder devant eux. L'article 1er remettait en vigueur le
code de procédure de Pie VII, oeuvre de sagesse qui avait illustré son
pontificat et que son successeur avait malheureusement laissé tomber
en désuétude. Depuis 1816, l'expérience avait suggéré quelques
améliorations qui trouvèrent place dans l'édit du 31 octobre. Cet
important travail était le résultat des délibérations, continuées
pendant plusieurs mois, des jurisconsultes les plus éclairés de l'État
romain; et dans une telle matière, il est difficile de comprendre
qu'ils n'eussent pas cherché à faire le mieux possible. Le pape et
son ministre, loin de repousser les lumières et l'action de l'opinion
publique, les appelaient au contraire, et l'article qui terminait le
nouvel édit enjoignait expressément à tous les tribunaux de faire
connaître officiellement leurs vues à la secrétairerie d'État, sur les
réformes et les améliorations dont leur paraîtrait encore susceptible le
système de la procédure.

Cinq jours après la publication du code de procédure civile, le
gouvernement pontifical promulgua un règlement organique de la procédure
criminelle (5 novembre 1831), travail plus considérable encore que le
précédent. Pour la première fois, par cet édit, des règles fixes et
invariables étaient établies pour l'instruction et le jugement des
causes criminelles. Les accusés ne pouvaient plus être soustraits
à leurs juges naturels. Des formes substantielles, ennemies de
l'arbitraire, réglaient avec précision tout ce qui regarde les juges,
les tribunaux, l'instruction des procès, les preuves du crime ou du
délit, l'interrogatoire des accusés, le récolement des témoins. Jadis
les procès s'instruisaient à huis-clos en l'absence du prévenu; il avait
un défenseur qui n'assistait ni aux débats, ni à l'audition des témoins,
et qui devait seulement fournir des mémoires dans l'intérêt de son
client. Pie VII avait ordonné en 1816 que les sentences fussent motivées
et que les juges ne prononçassent que des peines prescrites par la loi.
Ces dispositions, oubliées sous Léon XII, furent remises en vigueur par
l'édit du 5 novembre.

Si la publicité des débats n'était pas complète, au moins l'accusé
et son défenseur prenaient connaissance de toutes les pièces de
l'instruction, communiquaient librement ensemble, et faisaient appeler à
l'audience tous les témoins nécessaires à la défense (art. 386, 389 et
394). Au jugement de la cause, l'accusé comparaissait devant ses juges,
assisté d'un ou de plusieurs conseils (art. 406). Il était mis en
présence de la partie plaignante, de son dénonciateur et des témoins
dont il discutait les dépositions (art. 417). L'avocat de l'accusé
résumait sa défense et parlait le dernier (art. 431). L'accusé déclaré
innocent était mis de suite en liberté et ne pouvait être poursuivi de
nouveau pour la même cause (art. 445). Toute condamnation au grand ou
petit criminel était sujette à l'appel. L'instruction se devait faire
dans les mêmes formes qu'en première instance. Les mêmes tribunaux,
tant à Rome que dans les provinces, connaissaient des causes civiles et
criminelles.

Ainsi, la Conférence de Rome avait prétendu seulement, par son
mémorandum du 21 mai, obtenir du saint père en faveur de ses sujets: 1°
La sécularisation de son gouvernement, 2° des institutions municipales
et provinciales protectrices des intérêts locaux, 3° des réformes
judiciaires favorables à la liberté; et sur ces trois points les édits
pontificaux du 5 juillet, des 5 et 31 octobre, et du 5 novembre,
donnaient plus que les puissances n'avaient dû espérer après le refus du
pape de prendre aucun engagement envers elles. Il semblait même que Sa
Sainteté eût l'intention de tenir compte de la quatrième demande du
mémorandum touchant la junte centrale à établir à Rome pour y maintenir
l'ordre dans les finances, et la régularité dans les diverses branches
de l'administration. Un édit du 21 novembre 1831 institua une commission
permanente pour le contrôle des comptes des diverses administrations;
cette commission, sous le titre de Congrégation de révision, fut
composée d'un cardinal président, de quatre prélats et de quatre députés
laïques, choisis à Rome ou dans les provinces. Les affaires devaient
y être discutées librement et votées à la majorité des voix. La
surveillance générale des recettes et des dépenses de l'État, la
rédaction des budgets, l'apurement des comptes étaient dans ses
attributions; elle devait aussi s'occuper de la liquidation et de
l'amortissement de la dette publique, et généralement de toutes les
fonctions de notre Cour des comptes; et dans l'article 23 de cet édit,
la Congrégation de révision était mise en demeure de rechercher et de
soumettre directement à Sa Sainteté toutes les réformes qui sembleraient
nécessaires dans le système général des finances, comme les
congrégations provinciales et les corps judiciaires y avaient été
invités, chacun selon sa compétence.

2° _Lettre de M. Rossi à M. Guizot_.

10 avril 1832.

«Mon cher ami, je ne saurais vous dire tout le plaisir que m'a fait
votre lettre, quoique déjà l'arrivée de votre beau discours sur les
affaires extérieures de la France m'eût prouvé que vous ne m'aviez pas
complètement oublié. J'ai cherché une occasion pour vous répondre; mais
grâce au choléra, on revient de Paris, on n'y va pas.--Vous pensiez à
moi, et vous ne vous trompiez pas en pensant que c'était de l'Italie que
je m'occupais; c'est ma pensée, ma pensée de tous les jours; elle le
sera tant que j'aurai un souffle de vie. J'ai compris votre système,
comme vous avez compris mon chagrin. On ne saurait empêcher le malade
qui a faim de se plaindre, lors même que le médecin est obligé d'être
inexorable. Mais assez du passé. Vous me demandez quels sont mes rêves
et mes espérances raisonnables. Laissons les rêves de côté. Tout le
monde en fait; y croire c'est autre chose; les coucher sérieusement par
écrit, c'est encore pis. Ils sont bons tout au plus pour passer
une soirée au coin du feu quand on n'a rien de mieux à faire.--Mes
espérances de bon sens sont plus faciles à dire. J'espérais que, tout
en conservant la paix, la France exercerait sur certaines parties de
la péninsule une intervention diplomatique, propre à préparer à ce
malheureux pays un meilleur avenir, à cicatriser un grand nombre de
plaies, à faire cesser beaucoup d'infortunes et de souffrances, et à y
assurer à la France elle-même une influence plus solide et plus profonde
que celle de cent mille baïonnettes. J'espérais que, grâce à la France,
il se formerait du moins en Italie quelques _oasis_ où des hommes qui
se respectent pussent vivre, et respirer, et attendre sans trop
d'impatience un avenir plus complet pour eux et pour leurs enfants. Les
pays où cela me paraissait possible étaient plus particulièrement le
Piémont, les États Romains, et même le royaume de Naples. Mais ne
parlons pas, ce serait trop long, de ce dernier. Laissez-moi vous dire
quelques mots des deux autres. Quant au Piémont, mes espérances sont
presque évanouies. J'ai par devers moi des preuves de fait qui ne me
laissent guère de doute sur le système qui a prévalu dans ce pays-là:
c'est le système jésuitique, anti-italien, anti-français, comme on
voudra l'appeler. Si quelqu'un croit le contraire, il se paye de
paroles. Encore une fois, j'ai là-dessus des renseignements positifs. Le
gouvernement de Piémont est de l'autre côté. Au surplus le pays entier
le sait, le voit, le touche avec la main. Ce qu'on a eu l'air de faire,
ce sont de pures simagrées dont il serait ridicule de parler. Maintenant
comment cela est-il arrivé? n'a-t-on pas eu les moyens de l'empêcher? ou
bien s'est-on abstenu par crainte de déplaire trop au gros voisin, de
réveiller sa jalousie? Inutile de le dire. Ainsi les choses restant
comme elles sont, les États sardes restent sous le coup d'une révolution
future. Quand? comment? avec quel succès? Dieu le sait: mais les
conditions y sont, et leur énergie va _crescendo_. Aujourd'hui que le
système français est mieux assis à l'extérieur et même à l'intérieur,
veut-il, peut-il reprendre ce travail sous oeuvre et essayer de faire
modifier le système piémontais? C'est à vous que je le demanderai. Mais
puisque vous me demandez mes espérances, je vous dirai que je l'espère
peu, très-heureux cependant si je me trompe. Car je suis, mon cher ami,
tout aussi peu jacobin que vous; seulement vous avez le sang-froid d'un
homme qui est arrivé; moi, l'impatience d'un homme qui veut partir.
Et malgré cela, c'est avec un profond chagrin que je vois, grâce aux
obstacles croissants, se développer au delà des Alpes, des opinions que
je ne professe pas. C'est encore un fait bien positif, et croyez-moi,
plus étendu qu'on ne pourrait le penser. Je connais le pays. Je disais
en septembre 1830, à Paris, à MM... et plus tard ici à B... que je ne
croyais pas qu'il se passerait six mois sans quelque éclat en Italie.
Je ne me trompais point, et certes je n'étais point dans le secret, si
secret il y avait. Malgré ce qu'il y avait de sérieux dans certaines
assurances, ce n'est pas moi qui aurais donné le conseil; je ne suis pas
assez enfant.

«Venons aux États Romains. Je n'ai pas approuvé la première révolution,
quoique légitime, très-légitime dans son principe. Une fois opérée,
j'aurais voulu la diriger autrement. Mais que peut un homme à deux cents
lieues de distance? Mettons de côté le passé. Je vous dirai aussi,
comme preuve de ma franchise, que le ton de la première intervention
diplomatique de la France me déplut souverainement. Aujourd'hui, je vois
les choses autrement. Je retrouve la France, sa dignité, son poids, ses
principes. Je ne me fais point d'illusion sur ce qui vous est possible.
Je crois en entrevoir la mesure, et cependant je ne suis nullement au
nombre de ceux qui ne vous savent pas gré de votre intervention, moins
encore de ceux qui la maudissent. Ainsi de ce côté-là, au lieu de
s'affaiblir, mes espérances se sont confirmées. Qu'est-ce que j'espère?

«J'espère qu'on est bien convaincu que la révolution, dans le sens d'une
profonde incompatibilité entre le _système actuel_ du gouvernement
romain et la population, a pénétré jusque dans les entrailles du pays.
Toute opinion contraire serait une pure illusion. Qu'on évacue demain
en laissant les choses à peu près comme elles sont, et on le verra
après-demain. Mais la chose ne se bornera plus au territoire des
Légations et des Marches.

«J'espère qu'en partant de là on insistera fortement sur des changements
sincèrement proportionnés au besoin.

«J'espère qu'au nombre de ces changements il y aura une administration
générale, sinon exclusivement, du moins essentiellement laïque; une
administration communale et provinciale qui ne soit pas une dérision; un
conseil central au siége du gouvernement composé, en partie du moins,
d'hommes envoyés par les provinces et dont le préavis soit nécessaire,
du moins pour les affaires intérieures, la législation, les impôts,
etc.; un changement radical dans l'administration de la justice,
changement dont les effets seraient immenses sur l'esprit public et
pourraient seuls réconcilier la population avec le gouvernement papal;
une commission législative chargée de préparer, sans retard, la réforme
des lois civiles, criminelles et commerciales; c'est encore un de ces
besoins, de ces nécessités sur lesquelles la population ne transigera
pas; enfin un système de force publique qui ne soit ni écrasant pour le
pays ni propre à le livrer soit à l'anarchie, soit à la fureur d'une
soldatesque vendue et déhontée. Je n'ignore pas les difficultés de
ce dernier arrangement. Il y a cependant moyen de les lever par
l'organisation d'une milice qui offrirait toutes les garanties
désirables au gouvernement et au pays. Les éléments existent; il s'agit
de savoir les mettre en oeuvre. Il est impossible d'expliquer la chose
en détail dans une lettre qui n'est déjà que trop longue.

«Je voudrais enfin espérer, mais je n'espère guère, qu'on trouvera moyen
de garantir au pays ces concessions. Ne nous faisons pas d'illusion.
Rome est toujours Rome. Tant que vous serez en Italie, c'est bon; mais
après? De véritables garanties constitutionnelles, directes, positives,
vous en voudrez et vous ne pourrez en obtenir. Le pape ne voudra pas,
l'Autriche non plus. Dès lors que restera-t-il? L'influence française,
les stipulations, l'ambassade du roi à Rome; c'est sans doute quelque
chose; mais sérieusement, est-ce tout, une fois que vos troupes n'y
seront plus, et que le parti apostolique nombreux, puissant, irrité,
aura ou croira avoir le champ libre? Quand la garantie des choses
manque, il faut au moins celle des hommes, de leur caractère, de leurs
opinions, de leurs affections. Les uns, Rome ne voudra pas les employer;
elle dira qu'ils sont ses ennemis, qu'ils viennent d'agir contre elle.
Les autres (ceux-là elle saura les trouver) seront ennemis apparents ou
cachés du nouveau système et de la France. Au fait, de quoi s'agit-il?
de faire marcher d'accord un gouvernement qui cédera à contre-coeur et
un pays qui pendant longtemps se méfiera du gouvernement. Il faudrait
pour cela des hommes acceptés d'un côté par le gouvernement et de
l'autre bien vus du pays, également propres à modérer les uns, à se
tenir en garde contre les autres et à faire marcher le système sans
secousses, avec bonne foi, et sans alarmer aucune opinion, des hommes à
qui le pays puisse en quelque sorte confier ses secrets sans craindre
qu'ils en abusent, et la cour de Rome ses alarmes sans craindre de les
confier à l'ennemi. Encore une fois, où les prendra-t-on?

«N'oublions pas que si le pays, se croyant joué, éclate de nouveau après
le départ des Français, le mouvement sera de plus en plus général et
sérieux, car on n'ôtera de la tête de personne que le drapeau tricolore
s'est déployé en Italie en faveur du pays, et qu'au besoin il y
reparaîtrait suivi de forces plus nombreuses. Toutes les déclarations et
toutes les protestations n'y feraient rien. Quant aux conséquences, je
n'ai pas besoin de les dire. Reste à savoir si elles seraient dans les
convenances de la France.--Mon cher ami, je termine par un mot. Si on
vous dit qu'en Italie il peut naître des faits qui ne seraient pas bien
liés, qui n'amèneraient pas un résultat heureux pour l'Italie, vous
pouvez le croire. C'est peut-être la vérité. Mais si on vous dit que des
faits il ne peut plus en éclater, qu'il n'y a pas ou qu'il n'y a plus
d'éléments, qu'il n'y existe pas de matières auxquelles il suffit
qu'un homme, le jour qu'il voudra, approche une mèche pour exciter un
embrasement quelconque, utile, pernicieux, durable, passager, partiel,
général, peu importe, mais toujours embarrassant pour le système de la
paix, n'en croyez rien.

«Vous le voyez; mes espérances sont tellement raisonnables qu'en vérité
vous les devez trouver timides et au-dessous de ce qu'on doit espérer de
l'influence que la France a le droit et la puissance d'exercer.

«Car enfin, si je vous avais dit, à côté de l'exemple de la Belgique,
que j'espérais voir les Marches et les Légations former un pays se
gouvernant, par lui-même, sous la _suzeraineté_ du pape et en lui payant
un tribut annuel garanti par la France, l'Angleterre et l'Autriche,
qu'y aurait-il là de si étrange? Ce serait peut-être le seul moyen
raisonnable de faire cesser un état de choses qui peut devenir de jour
en jour plus sérieux et plus dangereux. Mais je ne vais pas si loin.
Heureux si j'apprends que le peu que j'espère sera accompli!»



XII

1° _M. Casimir Périer à M. le comte de Sainte-Aulaire._


Février 1832.

Monsieur le comte,
En répondant à la lettre que vous m'avez écrite pour me recommander M.
votre fils, et bien qu'elle n'ajoutât rien à ce que me disaient vos
dépêches, je veux joindre à ma lettre officielle de ce matin quelques
considérations plus intimes, quelques instructions plus particulières.

Je vous avouerai que j'ai été surpris que vous ayez cru voir, dans
les intentions du gouvernement du Roi, l'idée d'une collision qu'il a
constamment cherché à éviter de tous ses efforts. Rien ne serait plus
opposé à nos vues; et en occupant aujourd'hui une partie du nord de
l'Italie, nous ne formons pas d'autres voeux que de pouvoir le plus tôt
possible retirer nos troupes. Mais cela, nous ne voulons le faire que le
jour où l'honneur de la France et sa dignité le permettront. Nous sommes
entrés en Italie parce que, du moment où les Autrichiens y paraissaient,
nos intérêts autant que l'amour-propre national étaient exposés; nous
ne pouvons avoir la pensée de favoriser des rébellions que nous avons
toujours désapprouvées; mais nous devons faire respecter un territoire
sur lequel nous ne saurions souffrir, de la part de l'Autriche, une
occupation, même momentanée. L'occupation simultanée de nos troupes
remédie jusqu'à un certain point au mal que nous voulons éviter; mais
nous espérons que le saint-siége comprendra ce qu'une pareille position
a de difficile, et que, malgré l'espèce de refus que vous nous ayez
transmis, il ne croira pas devoir s'opposer davantage à une mesure que
le gouvernement du Roi, parfaitement d'accord avec l'Angleterre, regarde
comme indispensable.

Il faut bien le dire aussi: si les puissances désirent la paix comme
elles nous l'assurent, elles doivent faire quelque chose pour le
prouver, et ne pas créer des embarras à une administration qui leur
offre seule peut-être des garanties et qui, si elle a des chances de
succès, a des ennemis actifs, prêts à profiter de ses embarras passagers
pour essayer de la renverser.

Je vous le répète donc, Monsieur, faites valoir de toutes vos forces
ces raisons auprès du saint-siége; montrez-lui ses véritables intérêts.
Travaillez enfin avec constance et fermeté dans le sens des instructions
que le gouvernement du Roi vous transmet aujourd'hui, et sur le but
desquelles son opinion et sa volonté ne sauraient changer. Nous avons
jusqu'ici beaucoup fait pour éviter la guerre, mais il nous faut trouver
chez nos alliés loyauté et franchise. Nous comptons, Monsieur le comte,
sur votre bonne et utile coopération dans cette circonstance, et
le succès que nous en attendons ajoutera aux obligations que le
gouvernement du Roi vous a déjà.

Je vous renvoie M. votre fils qui m'a témoigné le désir de vous
rejoindre immédiatement, et qui vous répétera encore tout ce que je vous
ai déjà marqué.

Agréez, Monsieur le comte, les assurances de ma haute considération.


3° _M. Casimir Périer à M. le prince de Talleyrand_.

Février 1832.

Prince,
J'ai tardé plus que je ne l'aurais voulu à répondre aux deux lettres
particulières que vous m'avez fait l'honneur de m'écrire, car les
premières discussions du budget ont été pour nous pénibles et
laborieuses. Nous avons jusqu'ici gagné toutes les questions
importantes. Nous avons surtout à combattre la Chambre sur des
retranchements et des économies qui pourraient devenir embarrassantes
pour le gouvernement. Au reste, nous sommes toujours décidés à lutter
jusqu'au bout, à ne pas faire des questions ministérielles de celles qui
ne seront que purement financières, et nous continuerons de faire
tous nos efforts pour consolider au dedans ce système politique à
l'affermissement duquel vous avez, Prince, si puissamment contribué au
dehors.

J'ai reçu hier, Prince, avec les ratifications belges que vous
m'avez envoyées, votre dépêche du.....J'y ai vu avec la plus grande
satisfaction ce que vous me dites du discours de lord Palmerston que je
me suis fait représenter ce matin. Le gouvernement du Roi s'applaudit
vivement de cette conformité de vues et de sentiments dont les deux pays
peuvent attendre de si heureux résultats. Cette manifestation franche
et sincère peut répondre à bien des choses et nous être véritablement
utile. Nous y trouvons un gage nouveau de cet accord de la France et de
l'Angleterre que nous nous efforcerons toujours de fonder sur des bases
solides; nous y trouvons une confirmation de notre système de politique
étrangère justifié par un aussi heureux succès dans son but le plus
important.

Ma première dépêche officielle, Prince, vous donnera des détails
étendus sur les affaires d'Italie; mais pour répondre à votre désir je
m'empresse de vous informer aujourd'hui que nous avons lieu d'espérer
que Sa Sainteté cédera aux pressantes instances que nous lui avons
fait faire, et sera déterminée par elles à ne pas laisser subsister
définitivement l'espèce de refus de nous permettre d'occuper Ancône,
refus dont M. de Sainte-Aulaire fils nous avait apporté la nouvelle.

Nos troupes ont reçu provisoirement l'ordre d'entrer à Ancône, le seul
cas excepté où les Autrichiens les y auraient devancées. Dans cette
supposition, elles se porteraient sur Civita-Vecchia qu'elles
occuperaient.

Nous ne varierons pas du but que nous nous proposons: montrer à
l'Autriche que nous ne pouvons consentir à l'occupation de la Romagne
qu'autant qu'elle ne sera que de courte durée; montrer au saint-siége
que nous voulons obtenir de lui les concessions qu'il a solennellement
promises aux puissances.

Du reste, sans nous départir en rien de cette volonté bien constante,
nous ne comptons pas non plus nous éloigner de notre système politique
que nous avons voulu rendre modéré et juste en même temps que ferme
et digne de la France, et nous éviterons, aussi longtemps que nous le
pourrons, une collision contre laquelle ont toujours été dirigés nos
efforts.



                                   XIII

_De la charité et de sa place dans la vie des femmes, par madame Eliza
Guizot_[32].

[Note 32: Écrit en 1828.]


On entend souvent les femmes se plaindre des étroites limites où leur
vie est renfermée; elles la comparent à l'existence si vaste et si
variée des hommes; elles accusent les lois de la société et presque
celles de la Providence, qui les vouent à l'inaction et à l'obscurité.

De quelles classes de la société partent ces plaintes, ces reproches?
Est-ce de celles où les femmes ont le plus à souffrir, où la brutalité
d'un mari met quelquefois leurs jours en péril, où son inconduite expose
à la plus affreuse misère de pauvres enfants qui ne savent que pleurer,
où sa perte plonge dans un complet dénûment sa famille entière? Non; les
femmes qui ont à porter un tel fardeau ne déplorent point avec amertume
la condition de leur sexe; leur esprit n'a pas assez d'oisive liberté
pour se sentir à l'étroit dans la sphère que lui assigne la volonté de
Dieu; et lorsqu'elles peuvent réfléchir un moment sur leur destinée,
c'est du repos et non du mouvement qu'elles invoquent.

Nous seules, heureuses du siècle, nous seules élevons ces réclamations
contre la condition des femmes telle que la font les lois divines et
humaines. Et cependant en quel temps, en quel lieu cette condition
a-t-elle jamais été ce qu'elle est de nos jours, et en France? Où le
père a-t-il eu plus d'affection, le frère plus de tendres égards, le
mari plus de confiance, le fils plus de doux respect, la société tout
entière plus de soin et de protection?

Regretterions-nous cette époque encore près de nous où la vie domestique
obtenait si peu d'honneur et de place, où les visites, la conversation,
les intérêts et les plaisirs de société remplissaient les journées, où
les hommes et les femmes abandonnaient, pour des relations frivoles,
mobiles, coupables, ces liens puissants et purs qui sont d'institution
divine, et procurent seuls un long et un vrai bonheur?

J'en ai la confiance: parmi les femmes mêmes que ne satisfait pas
aujourd'hui leur situation, la plupart ne voudraient pas l'échanger
contre cette vie tout extérieure et mondaine qui avait pour l'âme si peu
de vraies joies et tant de périls. Ce n'est pas, à coup sûr, pour les
dépenser ainsi en plaisirs vaniteux, en affections sans règle et sans
dignité, que Dieu leur a si libéralement départi le don de plaire et la
puissance d'aimer.

Il faut pourtant en convenir: ce mouvement, cet empire de salon accordé
aux femmes dans le dernier siècle, était précieux à beaucoup d'entre
elles, moins pour satisfaire de mauvaises passions que pour animer une
vie qui leur semble à la fois trop courte et trop lente. L'ennui, ce
fléau de ceux qui n'en connaissent pas d'autre, l'ennui est le mal réel
dont se plaignent les femmes nées dans les classes aisées de la société
et pour qui tout est facile: c'est à l'ennui qu'il faut attribuer ce
malaise, ce mécontentement douloureux dont elles sont atteintes. En
veut-on une preuve évidente? Jamais ce mal et les plaintes qui le
révèlent n'éclatent aussi vivement que dans ces temps à la fois oisifs
et animés, où le mouvement des événements ne répond pas à celui des
intelligences, où c'est en soi-même, et non dans le monde extérieur,
qu'il faut chercher l'aliment d'une énergie morale d'autant plus pénible
aux femmes qu'elles ont moins d'occasions de l'employer et moins de
ressources pour s'en distraire. Que la société au contraire se trouve
fortement agitée, que les plus grands intérêts soient chaque jour mis
en question et toutes les existences en péril, dans ces moments où
l'activité, l'intelligence, la force du corps même sont si précieuses,
on n'entend point les femmes regretter d'avoir été, sous tous ces
rapports, moins bien traitées que les hommes: confiantes en leurs
protecteurs naturels, elles ne demandent plus pourquoi il faut qu'elles
en aient besoin; et dans ces jours où toutes les puissances de leur âme
arrivent au plus haut degré d'exaltation, lorsqu'elles sentent tout ce
qu'il leur est donné d'être, elles ne songent plus à s'étonner de n'être
pas davantage.

Comment croire cependant que les temps de trouble, de bouleversement
social, soient pour les femmes des temps de faveur, de bien-être moral,
et l'ordre habituel un état pesant et triste qui les condamne à se
débattre en vain contre de nobles et légitimes besoins de l'âme?
Descendons au fond de nos coeurs; soyons sincères: cet ennui si lourd,
si amer, n'est-il pas un tort encore plus qu'un malheur? S'il y a
certains emplois de nos facultés que nous refusent notre faible nature
et les lois de la société, avons-nous exploité tous ceux qui nous sont
permis? Si beaucoup de portes sont fermées à notre activité, avons-nous
frappé à toutes celles qui peuvent s'ouvrir? Parce que Dieu nous a
dispensées de la nécessité matérielle du travail, ne nous sommes-nous
pas affranchies du devoir moral de l'occupation? Parce que nous ne
sommes point appelées à jouer un rôle dans les affaires de notre
pays, ne nous sommes-nous point regardées quittes envers lui de toute
responsabilité? C'est souvent l'erreur des femmes du monde de croire
qu'elles ont rempli leur mission sur la terre lorsqu'elles ont accompli
leurs devoirs de famille: certes, c'est bien là pour elles la grande
affaire de la vie; et l'épouse, la mère qui se voit obligée de s'y
consacrer entièrement, accomplit bien toute sa tâche: ni Dieu ni les
hommes ne lui en demanderont davantage. Mais dans les classes aisées de
la société, la femme qui a le plus à coeur ces chers et saints devoirs
se repose cependant, sur des mains étrangères, de mille soins qui
absorberaient un temps qu'elle peut mieux employer. Combien ne lui
reste-t-il pas d'heures libres après qu'elle s'est acquittée de tout ce
qu'elle doit à son mari, à ses enfants, à son ménage? Ce sont là les
heures dont le vide est un poids si lourd, et que je viens réclamer au
nom du devoir comme dans l'intérêt du bien-être de l'âme.

Bien des femmes, je le sais, se contentent de les perdre, et se flattent
d'en éluder ainsi le fardeau. L'expérience ne tarde pas à dissiper leur
illusion; l'ennui ne cède point à une activité vaine, à un mouvement
sans but et sans résultat. D'ailleurs, il ne nous a pas été donné pour
le perdre, ce temps, _le prix de l'éternité;_ nous l'avons reçu pour
le remplir de notre perfectionnement moral et du bien que nous pouvons
faire sur la terre: si nous le prodiguons dans l'unique vue de nous en
débarrasser, où le retrouverons-nous au moment du besoin, lorsque la
vie se fermera pour nous, lorsque notre mémoire prête a s'éteindre se
reportera avec inquiétude sur les années écoulées? La violence des
passions et la fragilité de la nature humaine atténueront peut-être,
devant le souverain juge, beaucoup de fautes et d'erreurs graves; mais
une existence frivolement oisive, le mépris ignorant et futile des dons
reçus de Dieu et des obligations qui en découlent, une indifférence
égoïste pour les intérêts du prochain.... où serait la justification?
où serait seulement l'excuse? Le monde lui-même, dans sa légèreté et sa
paresse, blâme une vie toute inutile, et retire sa considération à qui
n'emploie pas un peu sérieusement son temps et ses facultés.

Il est une façon plus dangereuse, car elle est plus noble, sinon de
perdre son temps, au moins de ne pas l'employer suivant l'intention de
la Providence; c'est de se livrer entièrement aux plaisirs de l'esprit,
aux occupations intellectuelles recherchées uniquement pour elles-mêmes,
sans application ni utilité pour autrui: tentation bien séduisante pour
les âmes élevées, car elle les nourrit d'émotions généreuses et de
hautes pensées, mais qui leur sera comptée pour bien peu au jour de la
rétribution. Le développement de nos facultés, considéré comme moyen,
est un devoir; pris comme but, c'est une belle mais fâcheuse illusion.
Sans doute le goût de l'étude, le plaisir de la méditation intérieure,
de la contemplation pieuse, ne sauraient être taxés de frivolité ni de
lâcheté; ce sont des besoins, des instincts sublimes, gages de notre
glorieuse origine et de notre glorieuse destinée, mais qui ne sauraient
absorber toute notre vie et auxquels ne se borne pas notre mission sur
la terre. Peut-être y a-t-il quelques âmes destinées par une vocation
spéciale à concevoir et à conserver dans leur pensée solitaire les plus
hautes comme les plus mystérieuses vérités, à qui il n'a été commandé
que d'être tout ce qu'il leur est donné d'être, et de développer en
elles-mêmes des facultés et des vertus difficiles à acquérir dans le
commerce des hommes. Quoique sans action visible et immédiate, de tels
êtres exercent quelquefois une grande influence sur les destinées de
l'humanité; ils frappent les imaginations, ils donnent des exemples; qui
pourrait dire que leur carrière a été oisive, leur passage sur la
terre inutile? Mais tels ne sont point la vocation générale, le devoir
habituel; chacun sent dans sa conscience la loi qui lui prescrit
d'employer ce qu'il a reçu; Dieu, qui a semé partout, a droit de
recueillir partout. Quelle sera donc notre excuse, à nous dont la
Providence a rendu la vie facile, si nous nous contentons de jouir de
ses bienfaits sans penser aux devoirs qui leur correspondent?

Est-ce pour que nos jours se passent mollement que Dieu nous a accordé
les douceurs de l'aisance? Est-ce pour les faire servir à notre vanité
ou à nos fantaisies qu'il a attaché quelques privilèges de considération
et d'influence à certaines positions sociales? Est-ce pour qu'il reste
sans fruit en nos mains qu'il nous a prodigué le loisir dont, pour
beaucoup de nos semblables, il semble avoir été si avare? N'a-t-il voulu
que nous fournir de quoi satisfaire notre intelligence et peut-être
notre orgueil, lorsqu'il nous a entourées de toutes les facilités de
l'éducation, de tous les secours des lumières d'autrui? Cela ne se peut
supposer, à moins de supposer aussi que nous vivons uniquement pour
_ce monde qui passe_ et pour nous-mêmes, que notre destinée est
essentiellement égoïste et fugitive. Mais si nous portons plus loin
et plus haut nos regards, si nous nous considérons ici-bas comme les
ouvriers de Dieu, si pour nous le temps n'est qu'un moyen et la vie
le chemin de l'éternité, tout ce qui a lieu dans le présent doit se
rapporter alors à ce qui nous attend dans l'avenir; nous n'avons rien
reçu dans la vue de si courts instants, de si étroits intérêts; tous les
dons de Dieu, même les plus frivoles en apparence, nous ont été
accordés dans l'intention du salut, du salut de nos semblables comme de
nous-mêmes, et il nous en sera demandé compte un jour.

Quel moyen avons-nous donc d'employer, selon le voeu de la sagesse
divine, nos loisirs, nos ressources, nos facultés?

Il en est un qui, dans son immense étendue, suffit, et bien au delà, à
toutes ces conditions, l'exercice de la charité; non de cette charité
bornée, superficielle, qui se contente de donner des aliments et des
vêtements aux malheureux que le sort jette devant ses pas, mais de cette
charité prévoyante, élevée, qui va au-devant de toutes les infortunes,
s'adresse à tous les besoins, aux misères de l'âme comme à celles de la
vie, et ne _nourrit pas seulement de pain_ ceux qu'elle prend sous sa
protection.

Le moment est opportun, car jamais l'action de cette grande, de cette
vraie charité n'a été à la fois plus nécessaire et plus facile. Malgré
ses torts, malgré sa faiblesse morale, le siècle dernier a eu un mérite
nouveau, immense; il a aimé les hommes, tous les hommes. La justice
envers tous, la sympathie pour tous, le désir de la dignité et du
bonheur de tous, l'humanité, pour tout dire en un mot et en prenant
ce mot dans son acception la plus étendue, c'est là l'idée sainte et
puissante qui, au milieu de tant de folies et de maux, a déjà valu, et
vaudra encore à nos sociétés modernes tant et de si beaux progrès. Elle
a été étrangement interprétée, défigurée, travestie, obscurcie;
immorale et odieuse sous le nom _d'égalité,_ ridicule sous celui de
_philanthropie_. Elle a résisté à tout, survécu à tout; après toutes
les épreuves, malgré toutes les réactions et tous les mécomptes, elle a
toujours reparu et repris son empire; l'esprit d'humanité, le respect et
le soin de l'homme dans toutes les conditions et sous toutes les faces
de sa destinée, c'est là vraiment l'esprit du siècle, l'esprit nouveau
et fécond qui anime le monde et présidera à son avenir.

Que la charité s'empresse donc: son temps est venu; c'est à elle que
l'esprit d'humanité prépare de la besogne; c'est pour elle qu'on
travaille en recherchant incessamment toutes les souffrances, toutes les
misères de la société humaine, en les mettant en lumière, en propageant
avec tant d'ardeur ce besoin d'amélioration, cette soif du bien-être qui
caractérisent notre époque. Longtemps les riches, les puissants, les
heureux de la terre ont pu en quelque sorte ignorer les pauvres, les
faibles; il n'en est plus rien aujourd'hui; de toutes parts les faibles,
les pauvres sont mis en avant, se mettent en avant eux-mêmes; de toutes
parts on réclame pour eux, on leur fait de magnifiques promesses.
J'espère qu'elles ne seront pas toutes corruptrices et trompeuses;
j'espère que l'amélioration, déjà si grande, du sort des pauvres et des
faibles ira se développant, et qu'on apprendra à concilier, avec le
progrès du bien-être, celui de la moralité. Mais je suis bien sûre
qu'ici comme ailleurs les hommes promettront beaucoup plus qu'ils
ne pourront tenir. Je suis bien sûre qu'on mettra au jour plus
de souffrances qu'on n'en saura soulager, qu'on excitera plus de
prétentions de bonheur qu'on n'en pourra satisfaire; et lorsque la
science et les institutions politiques auront atteint leurs limites, à
quelle puissance s'adressera-t-on pour accomplir ce qu'on n'aura pas
fait, sinon à la charité? Qui, sinon la charité, entreprendra de guérir,
d'adoucir du moins tant de misères qu'on aura révélées pour les laisser
retomber ensuite sur elles-mêmes?

A vous, ô mon Dieu! je le sais, à vous seul il appartient de verser sur
les plaies de tant d'hommes le baume véritable, le baume de la foi et
de l'espérance en vous, et en vous seul. Mais vous permettez, vous
commandez à la charité de consacrer ses efforts à cette oeuvre; et
jamais, j'ose le dire, au milieu des perspectives si brillantes qu'on
ouvre maintenant devant tous les yeux, jamais son zèle n'aura été plus
indispensable, jamais elle n'aura eu plus à faire que de notre temps.

Jamais aussi, il en faut convenir, plus de facilités n'ont été offertes
et plus de succès assurés à ses efforts. Ardente et infatigable, la
charité avait jadis à lutter contre beaucoup d'obstacles, et n'agissait
souvent qu'au hasard, à l'aveugle, sans bien connaître les faits avec
lesquels elle avait à traiter, ni le vrai résultat de ses travaux; aussi
a-t-elle pu être quelquefois accusée de manquer son but et de propager
les maux qu'elle voulait guérir. Aujourd'hui on s'empresse de toutes
parts à la seconder et à l'éclairer; non-seulement elle peut compter sur
le concours des lois, de l'administration publique; mais des clartés
nouvelles et chaque jour plus vives se répandent sur la route. Les
hommes les plus puissants, les plus distingués, s'appliquent à
recueillir pour elle tous les renseignements dont elle a besoin, à
résoudre pour elle tous les problèmes qu'elle rencontre. L'amélioration
de la condition humaine, le soulagement des misères humaines devient une
science dont les limites et les moyens d'action sont étudiés, expliqués
avec soin, et qui préviendra désormais, souvent du moins, un résultat
profondément triste, les mécomptes des bonnes oeuvres, un mal nouveau
sortant d'une pensée pieuse et bienfaisante.

Et en même temps que la charité, élevée ainsi au rang d'une science,
attire à son service les plus grands esprits, elle acquiert dans la
société d'innombrables agents. Une puissance qui satisfait à la fois aux
deux conditions imposées à toute oeuvre humaine, l'unité d'intention et
la division du travail, l'esprit d'association pénètre chaque jour plus
avant dans l'exercice de la charité. L'esprit d'association ne s'effraye
point des hautes théories et ne dédaigne pas d'intimes coopérateurs;
semblable à ces machines merveilleuses où la main d'un enfant fait
mouvoir les ressorts les plus compliqués, il admet la faiblesse,
l'inexpérience, l'ignorance même à accomplir les desseins de la science,
à réaliser les inspirations du génie, et il assure ainsi aux plus
grandes entreprises des moyens d'exécution, aux plus obscurs efforts une
grande efficacité.

Plus de prétexte donc, plus d'excuse: aujourd'hui quiconque a un peu de
temps à donner peut faire beaucoup de bien. Les femmes ont du temps;
elles ont aussi ce qui importe encore plus au succès de la charité;
elles ont de l'affection, de la sympathie, une imagination facile
à émouvoir, des larmes promptes à couler, des paroles tendres et
pénétrantes, tout ce qui fait que des créatures humaines se comprennent,
s'acceptent réciproquement, s'aiment presque, bien qu'elles ne se voient
qu'en passant. A ce prix seulement, la charité fait réellement le bien
qu'elle promet, et encore un bien qu'elle ne songe pas à promettre. On
l'oublie trop de nos jours; l'esprit de science et de règlement nous
dominent; fiers de notre habileté méthodique, de notre civilisation
régulière, nous penchons à croire que tout peut se calculer,
s'administrer, et qu'avec des tableaux imprimés, des commissaires et des
distributions, tout le bien qu'il y a à faire sera fait. On ne
soulage pas les hommes si aisément et avec si peu; la science et
l'administration y servent, mais n'y suffisent point. Il faut à la
charité plus que de l'intelligence, plus que de l'activité bien
ordonnée; il lui faut une âme, une âme sensible, qui s'inquiète de tout
autre chose que du soulagement matériel, qui s'applique à rendre le
bienfait doux en même temps qu'utile, et provoque à chaque instant,
entre le bienfaiteur et le malheureux, cet attendrissement mutuel, seul
gage de l'efficacité morale de leurs relations. C'est là ce que les
femmes surtout peuvent porter dans l'exercice de la charité; c'est par
là qu'elles seules peut-être peuvent lui rendre cet attrait, cette vie
que la sécheresse scientifique et administrative de notre siècle court
risque de lui faire perdre. Ce n'est pas seulement du loisir de temps,
c'est aussi du loisir d'imagination, du loisir de coeur, que les femmes
ont à offrir à ceux qui souffrent; leur destinée, même heureuse,
n'épuise point en ce genre les facultés de leur nature; hors d'état
d'apporter à leur pays un tribut de forces et de lumières, elles ont
à répandre des trésors infinis d'affection, de sympathie; et placées
au-dessous des hommes pour la prévoyance et la raison, elles s'élèvent,
par la puissance d'aimer, jusqu'à l'Être qui récompense la foi, qui
accomplit l'espérance, mais qui réserve à la seule charité le privilége
d'être éternelle comme lui.

Ma conviction est profonde; je voudrais la faire partager à d'autres
femmes; je voudrais qu'elles vissent dans la charité une partie de leur
mission en ce monde, et je suis sûre qu'elles y trouveraient aussi un
remède au mal dont elles se plaignent, le vide du temps et de l'âme.
Mais ce double bien n'est possible qu'à une condition, à la condition de
contenir, de resserrer dans une sphère prochaine et bornée l'ambition
et le travail de la charité. Là où il y a tant à faire, beaucoup de
personnes hésitent à commencer; il ne faut pas hésiter: d'autres
voudraient tout faire; il ne faut entreprendre que peu. Je viens de
lire l'ouvrage du docteur Chalmers, _Civic and Christian Oeconomy_; il
démontre avec une clarté admirable la folie de vouloir toujours agir
en grand, et de dédaigner les petites oeuvres, bien plus sûres, seules
sûres. Sans parler du danger moral qui s'attache à des projets si
brillants que l'on se sait déjà gré de les avoir conçus, et que, de leur
flatteur aspect, on descend avec peine à la charité pratique et à ses
humbles fatigues, n'est-il pas évident que personne, aucune femme
surtout, ne dispose d'assez de temps, d'assez de moyens de tout genre
pour suffire à une tâche étendue ou très-variée, et que des bienfaits
qui, portés sur un seul point, y seraient efficaces, perdent, en se
divisant, presque toute leur vertu? Aussi, je le dis avec une ferme
confiance, appuyée de l'autorité de Chalmers: c'est un impérieux
devoir que de limiter, de régler sévèrement sa compassion. Il est
très-douloureux, je le sais, de voir près de soi le malheur, de n'en
être séparé que par une ligne imaginaire, et d'avoir cependant les mains
liées à son égard; le coeur se révolte à ce spectacle, et l'on s'accuse
soi-même d'injustice: mais si cette modestie, cette retenue dans les
espérances et les oeuvres de la charité sont les conditions d'un
véritable succès, si l'activité et la fortune, qui suffisent au
soulagement de quelques familles voisines de notre demeure, ne peuvent
manquer, en se répandant dans la vaste enceinte d'une grande ville,
de s'y engloutir comme la goutte d'eau dans l'Océan, et de s'épuiser
inaperçues même des misères qui les auront absorbées, n'est-ce pas un
bien mauvais calcul à faire, dans l'intérêt même des pauvres, que de
s'abandonner toujours et partout à l'émotion que cause leur vue? Il n'y
a personne, si sévère que soient envers eux ses théories, qui résiste
toujours à leurs prières, qui puisse entendre, sans céder à l'instant
même, ces mots: _J'ai faim_. Eh bien! je le demande: si l'on réunissait,
à la fin de l'année, tout ce qui se donne de la sorte dans Paris, et
qu'on l'employât avec ordre et intelligence, n'en résulterait-il pas
infiniment plus de bien? Et cependant, pour agir ainsi, combien de
fois ne faudrait-il pas que la bienfaisance fit taire la charité? On
a beaucoup disputé sur ces deux mots; les partis se les sont même
appropriés et en ont fait des bannières; il serait aisé, ce me semble,
de les leur enlever en les rendant à leur sens naturel et vrai. Les
expressions _bienfaisance_ et _charité_ ne désignent point, si je ne
m'abuse, les mêmes dispositions, les mêmes actes; la bienfaisance ne
me paraît pas plus la charité des philosophes que la charité n'est la
bienfaisance des dévots; la bienfaisance me semble la science de
la charité, la lumière de son feu, la raison de son sentiment. La
bienfaisance et la charité ne sont ni semblables ni opposées; elles
existent à part, mais elles se donnent la main; les sévères exigences,
les sages combinaisons de la bienfaisance ne sont point étrangères à
l'âme chrétienne de Chalmers lorsqu'il s'occupe du sort actuel des
pauvres, surtout en vue de leur salut éternel. Elles n'ont point manqué
au coeur du philanthrope Howard, ces émotions de la charité qui donnent,
aux actions imposées par le devoir, le charme et la récompense de
l'affection. Laissons donc les choses à leur place, les mots en paix, et
tâchons, à l'exemple de ces illustres amis des hommes, d'unir toujours
les vues de la raison aux mouvements du coeur, la science à l'amour, la
bienfaisance à la charité.

Et qu'on ne croie pas que, pour y réussir, on ait besoin d'un effort
toujours également pénible, et que nous devions éternellement nous
condamner à voir, sinon d'un oeil sec, au moins d'un regard oisif,
toutes les misères que nous ne travaillerions pas à soulager, des
misères plus affreuses peut-être que celles que nous soulagerions. Plus
on donne, plus on donnera, a-t-on dit souvent; on ne l'a pas encore dit
autant que cela est vrai; mais c'est surtout lorsque la charité se règle
qu'elle devient féconde. Répandez des bienfaits sans discernement, ils
auront trop peu de résultats pour vous encourager beaucoup vous-même et
pour exciter vivement le zèle d'autrui: essayez au contraire de vous
charger, soit d'un genre spécial de malheur, soit d'un espace limité;
que bientôt l'on voie, par vos soins, cette plaie de l'humanité
soulagée, l'aspect de ce lieu changé; qu'on mesure aisément ce qu'ont
obtenu la force et la patience d'une personne, d'une association; et
bientôt d'autres associations, d'autres personnes se viendront placer à
côté de vous, empressées d'exploiter le terrain que vous n'aurez pu vous
approprier, de subvenir aux nécessités que vous aurez été contraint de
négliger. Fiez-vous à l'esprit, de justice inhérent au coeur de l'homme,
et qui ne pourra soutenir, à côté de misères complètement secourues, la
vue de misères complètement délaissées. Ce que d'autres ont fait pour
cette infortune, il faut le faire pour celle-ci aussi douloureuse à
supporter, aussi facile à soulager: voilà une rue voisine qui doit à
tel de ses habitants tel ou tel avantage; celle que j'habite a le
même besoin, a droit au même bienfait; et de proche en proche, les
améliorations se propageront avec les vertus, et _l'Esprit renouvellera
la face de la terre_.

Nous avons vu naguère combien il importe de se partager ainsi le travail
et de faire le sien sans empiéter sur celui d'autrui. Le malheur et
l'héroïsme des Grecs avaient profondément touché les coeurs; partout
éclatait le désir de venir à leur aide. Le comité grec ordonna des
quêtes: des femmes s'en chargèrent; elles se mirent à l'oeuvre avec ce
zèle et cette irrégularité, cette précipitation confiante qui leur sont
naturels. Qu'en arriva-t-il? A certaines personnes on demanda six
fois; à d'autres on ne demanda point; quelques rues furent visitées à
plusieurs reprises, d'autres furent entièrement négligées; des plaintes
s'élevèrent de toutes parts; l'humeur, excitée par ces instances
répétées ou ces oublis désobligeants, refroidissait et choquait; la
quête ne rapportait point ce qu'on s'en était promis: que fit-on? on
régla les aspirations des dames quêteuses; on leur assigna le lieu
précis où elles devaient essayer leurs prières; chacune dut accomplir
toute sa tâche et nulle ne dut la dépasser. L'effet de cette régularité,
de cet ensemble dans les démarches se fit bientôt sentir: et un peu
d'ordre imposé au plus noble élan aura conservé, pour le jour du
triomphe et du repos, quelques fils de la Grèce, aura sauvé de la mort,
et peut-être de pis, leurs femmes et leurs enfants.

Cette division du travail, cette modestie dans les desseins sont
absolument nécessaires pour que chaque personne charitable connaisse
bien ce qu'elle a à faire et puisse s'en acquitter. On épargne ainsi
beaucoup de temps en évitant toute incertitude, en prévenant tout
double emploi, et surtout en permettant à chacun de choisir la part
d'occupation qui convient le mieux à ses goûts, à sa position, à ses
habitudes. Quiconque agit isolé est obligé d'accomplir en entier une
certaine oeuvre, ou d'y renoncer tout à fait. Dans les associations, au
contraire, et surtout dans celles qui n'embrassent pas de trop vastes
projets, quelque peu que l'on fasse, on avance le succès général; on ne
met point à soi seul la roue en mouvement, et cependant on contribue à
presser sa marche. Vous trouveriez difficilement peut-être dix personnes
qui pussent donner à l'intérêt du prochain un jour entier par semaine;
demandez seulement une heure, et des milliers se présenteront; bien
plus de temps sera employé au service des malheureux, et aucun devoir
particulier n'en souffrira.

Un autre motif encore plus important, car il est plus élevé, nous
prescrit de ne pas trop étendre la sphère de nos bienfaits. Tous les
besoins de l'homme ne se rapportent pas à sa vie matérielle; il en est
de plus nobles, de plus délicats, et par cela même, comme le remarque
le docteur Chalmers, ils sont moins clairement aperçus, moins vivement
sentis de ceux qui les éprouvent; au rebours des besoins physiques qui,
moins ils sont satisfaits, plus ils sont impérieux, les besoins de notre
nature morale s'éteignent par la privation. Cet homme pleure pour avoir
du pain, c'est qu'il n'a pas mangé de la journée; celui-ci n'aspire pas
même à sortir de sa brutalité, de son apathie; il n'a pourtant pas été
_rassasié de la justice_, mais il n'en a _ni faim ni soif_. Si donc nous
pouvons nous fier à l'impulsion de la nature qui porte les malheureux à
venir entretenir de leur souffrance ceux qui peuvent quelque chose
pour la soulager, si nous pouvons sans grand péril ni tort bien grave
attendre que les pauvres nous avertissent de leurs misères corporelles,
il n'en est pas ainsi de leurs misères intellectuelles; n'espérons pas
les apprendre d'eux; ils les ignorent encore plus que nous, ou, s'ils
les connaissent, ils ne s'en inquiètent pas. Gardons-nous donc de nous
contenter, pour cette plaie sociale, des méthodes et des remèdes qui
suffisent aux autres. A quoi seraient bons les hôpitaux où les malades
ne voudraient pas aller? Que serviront des écoles, des prédications,
si les personnes pour qui elles sont instituées passent chaque jour et
n'entrent jamais? Le _festin était préparé_, dit l'Évangile, _mais ceux
qui y étaient invités_ ne s'y présentèrent pas. Nous contenterons-nous
comme ce maître de maison de remplir la salle au hasard et
abandonnerons-nous à leurs vaines excuses ceux pour qui nous l'avions
disposée? Non, forçons-les d'entrer, mais comme force la charité;
allons les chercher; montrons-leur le trésor caché qu'ils dédaignent;
enseignons-leur à en connaître toute la valeur; prions, pressons,
agissons par voie d'invasion, comme le dit ingénieusement Chalmers;
pénétrons dans l'intérieur des familles; apprenons à cette mère, obligée
par son travail de se séparer tout le jour de ses enfants, qu'il y a des
lieux d'asile où ils passeraient innocemment leur temps à l'abri de la
contagion des mauvaises habitudes et dressés à en contracter de bonnes.
Donnons l'Évangile à ce vieillard privé de mouvement, et dont les jours
s'écoulent dans un engourdissement stupide. Envoyons à l'école ce petit
garçon qui use sa force en querelles et son intelligence en mensonges.
Trouvons un bon apprentissage à cette jeune fille qui erre dans les rues
pour vendre des gâteaux ou des fleurs, et expose à tous leurs scandales
un front qui sait encore rougir; engageons ce chef de famille à
consacrer à d'utiles délassements le temps qu'il consumait au cabaret;
parlons-lui de ses devoirs, de ses vrais intérêts, de sa femme, de
ses enfants, de leur avenir; faisons appel à ces sentiments simples,
honnêtes, qui sont toujours à la portée du coeur de l'homme parce qu'ils
tiennent aux relations les plus puissantes comme les plus naturelles; et
peut-être l'ordre rentrera dans cette maison, les liens domestiques se
resserreront, la misère sera moins grande; et une famille sera rendue à
la paix, à la vertu, et par conséquent au Dieu qui se glorifie dans le
bien et se _souvient du fils de l'homme._

Certes, si nous avions à nous féliciter d'un tel résultat,
n'eussions-nous fait que cela dans notre vie, nous devrions remercier
la bonté divine de nous avoir choisis pour une si belle tâche, et nous
pourrions nous écrier avec saint Paul: _J'ai accompli ma course, j'ai
combattu le bon combat; j'attends la récompense que Dieu prépare à ses
élus_.

Les difficultés sont grandes, je le sais; il y aura beaucoup de
démarches désagréables, de peines perdues, et ce qui est pis peut-être,
beaucoup d'espérances trompées. Quand on entre en relation avec les
classes pauvres, on se heurte à chaque instant contre un mur de préjugés
opiniâtres, de méfiances injurieuses et grossières; mais qui tentera
de les surmonter sinon les femmes? Elles y semblent appelées par leur
nature; leur faiblesse même devient ici une puissance. L'homme du peuple
le plus ombrageux, le plus brutal, ne peut voir en elles un maître;
dans leur bouche, les exhortations tiennent encore de la prière, les
reproches de l'affection; elles peuvent parler avec vivacité, avec
insistance, sans avoir rien de plus à craindre que de ne pas réussir.
Les malheurs de la vie privée, de l'intérieur du ménage, les atteignent
d'ailleurs plus complètement que les hommes, car ils leur enlèvent ce
qui fait toute leur joie, toute leur existence: qu'elles les aient une
fois ressentis, et elles sympathiseront avec toutes les douleurs de
l'âme; et leur coeur se fendra à la vue d'une mère qui perd son fils; et
celle-ci oubliera, en présence de leurs pleurs, la vanité de leur rang,
le luxe de leur richesse; elles seront des femmes, rien de plus. Les
hommes auraient beau faire: ils n'arriveraient jamais à cette prompte et
facile intimité.

Nous avons encore auprès du pauvre un autre avantage. Chargés de faire
exécuter les lois, représentants de la justice divine sur la terre,
les hommes ne peuvent pas toujours se montrer indulgents. Obligés de
réprimer, il ne leur est guère loisible de pardonner, de tolérer;
et cependant où en serait la pauvre nature humaine si l'on comptait
toujours avec elle au poids de la balance du sanctuaire? Nous n'avons
point cette dure mission: ce n'est pas dans les sociétés, mais dans les
âmes que nous sommes appelées à rétablir l'ordre, et l'on y réussit
moins par la sévérité que par la patience. Si la rigueur peut convenir
quelquefois à ceux qui ont reçu la force en partage, elle n'appartient
jamais aux femmes, êtres faibles et qui ont toujours besoin d'appui.
Quelle est celle qui oserait dire qu'elle eût été tout ce qu'elle devait
être si son père eût été dur, sa mère corrompue, son frère indifférent,
son mari dérangé? Qui sait ce que serait devenue cette frêle créature
privée de tous les secours qui l'ont soutenue? et si elle a le juste
sentiment de tout ce qu'elle doit aux circonstances propices de sa vie,
sera-t-elle jamais sans pitié pour les fautes du prochain?

Enfin, un mot bien redoutable, le mot _égalité_ retentit sans cesse
autour de nous: que de terribles passions, que de folles espérances
il éveille! Sans doute elles n'atteindront point leur but, elles ne
bouleverseront pas chaque jour le monde sous prétexte de répartir
également le bonheur. Gardons-nous cependant de ne leur opposer que la
force; la justice même des lois ne suffira point à les guérir. Il y faut
la charité, la charité amicale, sympathique, ardente non-seulement à
soulager les pauvres, mais à attendrir leur âme, à en bannir l'envie,
la colère, à rétablir, à entretenir entre les classes diverses ces
relations faciles et douces qui sont la véritable paix de la société.
L'inégalité ne disparaîtra point de la terre; les hôpitaux, les
distributions de secours, les ateliers de travail, tous les
établissements imaginables de philanthropie et de bienfaisance ne
suffiront point à la faire accepter sans murmure. Lazare n'eût pas été
fort reconnaissant pour avoir _ramassé quelques miettes à la table du
riche_; et maintenant plus que jamais l'homme demande à l'homme autre
chose que son or; il veut être connu, compris, aimé, il veut être traité
en frère: c'est à nous de lui donner cette consolation. Effaçons tout
ce que l'inégalité a de sec et d'amer; allons chercher le pauvre;
apprenons-lui que, dans ces appartements dont le luxe l'offense,
habitent des personnes qui songent à lui, se préoccupent vivement de ses
maux et travaillent de coeur à les adoucir. Qu'il nous pardonne d'être
riches, car nous n'oublions jamais qu'il ne l'est pas; élevées dans la
société, car notre main serre la sienne; heureuses, car nous pleurons
sur ses peines. Mettons-nous à l'oeuvre avec courage; _voici des jours
favorables, voici des jours de salut_. Notre belle France en paix
appelle toutes les améliorations; les esprits sont en mouvement, les
coeurs animés: jamais circonstances n'ont été plus favorables. Un moment
viendra peut-être où nous regretterons profondément de n'en avoir pas
profité; et, s'il ne venait pas pour notre pays, il viendrait sûrement
pour chacune de nous. Quand les temps ne seraient pas mauvais, _les
jours sont courts_; nous marchons avec rapidité _vers le lieu d'où l'on
ne revient pas; travaillons pendant qu'il fait jour_. Avons-nous le
coeur triste ou trop peu occupé; le travail de la charité est la plus
sûre consolation dans les épreuves de la vie, le plus doux passe-temps
au milieu de ses langueurs; et si une destinée heureuse nous est
réservée en ce monde, pouvons-nous jamais faire assez pour ceux qui
soupirent après le bonheur?



                                 XIV

_Extrait du_ Moniteur universel _du 5 avril 1832, sur les troubles et
les meurtres survenus dans Paris à l'occasion du choléra_.


En rendant compte de l'agitation qu'on avait cherché à répandre dans
le public, sous prétexte de prétendues tentatives d'empoisonnement qui
auraient eu lieu depuis deux jours chez les débitants de vin, nous
devions penser que les habitants de Paris, avertis que la sollicitude du
gouvernement était éveillée sur ce point, s'en rapporteraient à son
zèle pour rechercher la source et les auteurs de ces alarmes, ou pour
découvrir, s'il y avait lieu, les artisans de pareils crimes.

Cependant des inquiétudes nouvelles ont été propagées, et à la faveur de
soupçons aussi légers que cruels, des violences ont été commises sur des
hommes paisibles; et des groupes exaspérés ont osé donner la mort à
des citoyens inoffensifs, désignés aux fureurs populaires par le nom
_d'empoisonneur_ appliqué au hasard.

Le gouvernement a dû prendre les mesures les plus actives, d'abord pour
prévenir d'odieux attentats du même genre, ensuite pour éclaircir tous
les faits à l'aide desquels on chercherait à égarer les esprits d'une
manière si funeste.

Des chimistes expérimentés ont été chargés d'analyser des vins de
toutes qualités recueillis chez un grand nombre de débitants, chez
cent cinquante environ; pas une trace de poison n'a été reconnue. Dans
quelques qualités de vins inférieures, ils ont signalé seulement la
présence d'une petite quantité de cidre.

Des fioles, du pain, des dragées, de la viande saisis et signalés comme
empoisonnés, ont été soumis également à l'analyse; ils ont été reconnus
purs de toute substance vénéneuse.

Des personnes arrêtées sur la clameur publique ont été attentivement
visitées, interrogées. Il n'est résulté de toutes les recherches que la
preuve de leur parfaite innocence.

Ainsi, toutes les vérifications les plus scrupuleuses n'ont abouti qu'à
démontrer, de la manière la plus évidente, la fausseté, l'absurdité des
bruits répandus.

Et cependant, c'est sur la foi de ces alarmes vagues que des citoyens
ont été insultés, frappés, meurtris ou tués.

Hier, un employé a été dépouillé dans la rue Saint-Denis et assassiné.
C'était un homme digne de l'estime de tous ceux qui le connaissaient.

Ce malin, un médecin se rendant par la rue Lafayette à la barrière
du Combat, pour y faire, conjointement avec un vétérinaire d'Alfort,
l'autopsie d'un chien, a été assailli par un attroupement, et n'a dû son
salut, ainsi qu'un autre individu, inspecteur de la salubrité, qu'à son
refuge dans la caserne la plus proche.

Le 4, à cinq heures, les attroupements poursuivaient du nom
d'_empoisonneur,_ sur la place de Grève, un homme qui s'est réfugié
à l'Hôtel-de-Ville, d'où l'on voulait l'arracher de vive force. Deux
individus ont été saisis par quelques furieux, et jetés, dit-on, dans la
rivière par-dessus le pont d'Arcole. La force armée est accourue; les
attroupements ont été dissipés, et de nouveaux désordres évités. Un
homme était menacé par un groupe, parce qu'il portait une bouteille à la
main: c'était du vinaigre. Un commissaire de police arrive et boit une
partie de la bouteille pour rassurer la foule, qui se rend à cette
démonstration.

Le préfet de police a publié une proclamation qui éclairera le public.
«Que les chefs de famille, que les chefs d'atelier, que tous les bons
citoyens secondent les efforts de l'autorité, et les esprits, si
perfidement égarés, seront ramenés à des idées plus saines. Quant
aux agitateurs qui se feraient de ces alarmes vaines un prétexte
de désordre, les lois veillent et le gouvernement saura les faire
respecter.

Ce soir, la tranquillité est parfaitement rétablie. Nous ne saurions
trop répéter qu'au moment où nous écrivons, il n'existe pas, après les
plus actives recherches, un seul fait qui donne la moindre apparence de
vérité aux bruits d'empoisonnement. Que l'on se rassure donc, et qu'on
se mette en garde surtout contre ces mensonges qui produisent des
résultats si funestes.

Cette avidité à se repaître des bruits les plus mensongers, cette
cruauté sanguinaire qui se signale par la violence et par les
assassinats, sont indignes de la nation française! Des ordres sont
donnés pour atteindre les auteurs ou les provocateurs des crimes commis:
le premier devoir du gouvernement est de protéger l'existence des
citoyens; espérons que de nouveaux attentats ou que de nouvelles
tentatives ne rendront pas nécessaires les mesures que cette protection
provoquerait. S'il en était autrement, les citoyens éclairés, les bons
citoyens, souvent avertis de ne pas ravir à l'action de la justice les
vrais coupables qui se perdent dans la foule, comprendraient que leur
devoir est de ne pas grossir, par un sentiment de vaine curiosité, des
attroupements qui ont été souillés par le crime.



                                   XV

_1. Discours de M. Royer-Collard aux obsèques de M. Casimir Périer (19
mai 1832)_.


L'inexprimable tristesse de cette cérémonie est plus éloquente que nos
vaines paroles. Il y a peu de jours, nous avons vu s'éteindre la plus
vaste intelligence du siècle, et voilà qu'un grand coeur est frappé, une
âme héroïque se retire; sa dépouille mortelle est devant vos yeux, elle
va descendre au tombeau, elle reçoit en ce moment notre dernier adieu.

Que vous dirai-je, Messieurs, que vous ne sachiez, que vous ne sentiez
douloureusement? Comment M. Casimir Périer s'est-il élevé tout d'un coup
au premier rang des hommes d'État? A-t-il gagné des batailles, ou bien
avait-il lentement illustré sa vie par d'importants travaux? Non; mais
il avait reçu de la nature la plus éclatante des supériorités et la
moins contestée, un caractère énergique jusqu'à l'héroïsme, avec un
esprit doué de ces instincts merveilleux qui sont comme la partie divine
de l'art de gouverner. La Providence l'avait marqué de ce double signe;
par là, il lui fut donné de prévaloir entre les hommes de son temps,
quand son heure serait venue. Il ne fallait pas moins que les
circonstances extraordinaires où nous vivons pour révéler à la France,
à l'Europe, à la postérité, cette haute vocation de M. Casimir Périer.
Jusqu'à ces derniers temps, nous l'ignorions, il l'ignorait lui-même.
D'orateur de la liberté constitutionnelle, devenu homme d'État et chef
du cabinet dans une révolution qu'il n'avait point appelée, il l'a
souvent dit et je l'en honore, sa probité généreuse et la justesse de
son esprit lui font aussitôt comprendre que si l'ordre est la dette de
tout gouvernement, c'est surtout la dette d'un gouvernement nouveau,
pour qui l'ordre est la garantie la plus efficace de sa sûreté au
dehors, comme de son affermissement au dedans.

L'ordre est donc la pensée de M. Casimir Périer; la paix en sera le
prix; il se dévoue à cette grande pensée. Je dis, Messieurs, qu'il se
dévoue: là est l'héroïsme. A tout risque, il veut sauver l'ordre, sans
considérer s'il se perd lui-même, sans trop compter sur le succès, sans
détourner son regard vers la gloire qui devait être sa récompense. Dans
cette noble carrière, soutenu par les voeux, par la confiance, par
les acclamations presque unanimes de son pays, il a combattu jusqu'au
dernier jour avec une intrépidité qui ne s'est jamais démentie; quand
ses forcés ont été vaincues, son âme ne l'a point été.

La gloire de M. Casimir Périer est pure et inattaquable. Sortie comme
un météore de ces jours nébuleux où il semble qu'autour de nous tout
s'obscurcisse et s'affaisse, elle sera durable, car elle n'est point
l'oeuvre artificielle et passagère d'un parti qu'il avait servi; il
n'a servi que la cause de la justice, de la civilisation, de la vraie
liberté dans le monde entier. Il a succombé trop tôt; que les bons
citoyens, que les amis de l'humanité qu'il avait ralliés achèvent son
ouvrage. Élevons sur sa tombe le drapeau de l'ordre; ce sera le plus
digne hommage que nous puissions rendre à sa mémoire.

2° _Portrait et caractère de M. Casimir Périer, par M. de Rémusat_.

Il était d'une très grande taille; sa figure mâle et régulière offrait
une expression de pénétration et de finesse qui contrastait avec
l'énergie imposante qui l'animait par instants. Sa démarche, son air,
son geste, avaient quelque chose de prompt et d'impérieux, et il disait
lui-même en riant: _«Comment veut-on que je cède avec la taille que
j'ai?» Un portrait peint par M. Hersent, et un médaillon sculpté par
M. David, donnent une assez juste idée de sa physionomie. Dans les
dernières années, ses traits s'étaient altérés, et portaient une
empreinte de souffrance plus que d'affaiblissement. Il avait des jours,
ou plutôt des moments d'un abattement douloureux, auquel l'arrachaient
soudain toute provocation extérieure, toute nécessité présente, toute
épreuve que réclamait son honneur ou sa conviction. En lui luttaient
sans cesse une raison froide et une nature passionnée. C'est là ce
qui faisait une partie de sa puissance. Toujours fortement ému, il
réagissait énergiquement sur les autres, tantôt les soumettant par la
force, tantôt les troublant par son émotion. Sa pensée se présentait à
son esprit comme une illumination soudaine; elle s'emparait de lui avec
tant de véhémence qu'elle l'emportait pour ainsi dire, et sa parole
brève et pressée avait peine à la suivre. Cependant, son idée était si
nette et son impression si vive qu'il était sur-le-champ compris, et
qu'il étendait autour de lui l'ébranlement qu'il éprouvait. C'est par là
surtout qu'à la tribune il influait sur les assemblées, et c'est de lui
plus que de tout autre qu'on aurait pu dire que l'éloquence est toute
d'action, et que la parole est l'homme même. Ces luttes intérieures
donnaient souvent à ses mouvements une impétuosité qui trompait sur son
caractère, et ne laissait pas apercevoir que sa raison restait calme, et
que l'esprit d'observation et de calcul ne l'abandonnait guère dans ses
relations avec les hommes. Presque toujours, il offrait le spectacle de
l'effort d'une âme puissante qui veut en vain rendre à sa pensée toute
la vivacité et toute la force de l'impression qu'elle lui cause. Il ne
pouvait jamais se satisfaire lui-même, ni réussir a se communiquer tout
entier. Car ce qu'on fait est toujours au-dessous de ce qu'on sent.

L'esprit de M. Casimir Périer devait plus à l'expérience qu'à l'étude,
et puisait dans son activité propre des ressources qu'il exploitait
habilement. Il se refusait au travail méthodique, et ne pouvait
supporter le désoeuvrement; il voulait agir, mais en agissant il
réfléchissait toujours; il revenait incessamment sur lui-même, tournait
et retournait sa pensée comme pour s'assurer dans sa croyance et
consolider sa conviction. Peu curieux des théories, il procédait
cependant toujours par quelques idées générales qu'il saisissait
d'instinct, et auxquelles il rattachait tout. Il se fiait à son premier
coup d'oeil.--«Il me manque bien des choses, disait il, mais j'ai du
coeur, du tact et du bonheur.»--Cependant il raisonnait à l'infini sur
toutes ses résolutions. Déterminé sur les grandes choses, la décision
journalière lui coûtait. Il hésitait longtemps, ajournait tant qu'il
pouvait, et ne prenait son parti qu'à grand'peine. Quand sa résolution
était formée, elle était inébranlable, car il était circonspect et
intrépide. Dans le gouvernement, il avait certes un don bien rare,
une forte volonté; mais il lui manquait peut-être des volontés assez
nombreuses.

M. Périer avait des moments d'abandon, peu de confiance habituelle et
constante. En général, il jugeait rigoureusement les hommes, et son
langage était sans indulgence, quoique son coeur n'eût aucune haine.
Jamais, j'oserais l'attester, on ne lui a surpris le désir de faire le
moindre mal à ses ennemis politiques, quoiqu'il leur prodiguât d'amers
reproches et de hautains mépris. Il avait la passion de vaincre et non
de nuire, et il concevait difficilement, n'apercevait qu'avec surprise
l'inimitié que lui suscitaient parfois ses dédains et ses succès. Car il
était porté à juger les hommes plutôt par leurs intérêts que par leurs
passions, et ne tenait pas assez compte, à mon avis, de tout ce qu'il y
a de mauvaises pensées et d'actions mauvaises qu'on ne peut imputer à
aucun calcul. Le coeur humain est souvent désintéressé dans le mal.

Et cependant il a eu de tendres amis. Il gagnait aisément ceux qui
l'approchaient; il inspirait du dévouement sans trop y croire; il se
faisait aimer en se faisant un peu craindre. Pour qui le voyait avec
intimité, il était attachant, et son commerce, quoiqu'il ne fallût pas y
porter trop de liberté, avait du charme et du piquant. Rien n'était aisé
pour qui le connaissait, je voulais dire pour qui l'aimait (car on ne
connaît bien que ceux qu'on aime) comme de lui dire la vérité, toute
vérité. Il cherchait les conseils, en demandait toujours, ne craignant
pas d'être contredit, mais seulement d'être méconnu. Dans le monde,
on le trouvait réservé, froid, un peu inquiet; dans sa famille, sa
conversation était gaie et moqueuse; il riait quelquefois de ce rire des
jeunes gens d'une autre époque, et s'amusait de mille puérilités de la
vie intime dédaignées aujourd'hui que l'affectation du sérieux est la
mode de l'esprit.



                                    XVI

_Lettre de M. de La Fayette à M...... sur la mort de M. Casimir Périer_.


On trouve dans les _Mémoires de M. de La Fayette_ (t. VI, p. 660) une
lettre par lui adressée le 16 mai 1832, à une personne dont le nom est
laissé en blanc, et qui porte: «Le pauvre Casimir Périer est mort ce
matin à huit heures. Il laisse, dans une des deux grandes divisions de
la France et de l'Europe, de profonds regrets et une haute renommée,
dans l'autre des sentiments d'amertume qui s'adouciront à mesure qu'on
saura mieux qu'il n'était pas le chef du déplorable système adopté au
dedans et au dehors. Déjà _le Moniteur_ de ce matin en revendique la
pensée pour qui de droit[33]. Quant à nous, nous n'éprouvons que des
sentiments de famille et d'amitié, et nous voudrions empêcher, dans
le peu qui dépend de nous, qu'on attaquât sa mémoire au delà de la
condamnation de l'administration dont il a été l'organe..........

[Note 33: Il y a dans cette lettre un anachronisme que la date de la
lettre de M. de La Fayette (date fixée avec certitude par les premiers
mots de cette lettre) rend bien difficile à expliquer. _Le Moniteur_ du
16 mai ne dit absolument rien sur la politique de M. Casimir Périer, qui
n'était pas mort au moment où il parut; c'est _le Moniteur_ du 17 mai
seulement qui contient l'article auquel fait allusion la lettre de M. de
La Fayette, datée du 16.]

On a beaucoup dit que j'avais causé avec le Roi sur notre situation
actuelle. Plusieurs patriotes, même parmi les plus ardents, me
pressaient de faire cette démarche. Je m'y suis refusé, parce que
j'ai l'intime conviction de son inutilité, et que j'y vois des
inconvénients.»



                                   XVII

_Note sur la mise en état de siège de Paris par l'ordonnance royale du
6 juin 1831, par M. Vincens de Saint-Laurent, président de Chambre à la
Cour royale de Paris._


§ Ier. La loi du 10 juillet 1791, concernant la conservation et le
classement des places de guerre et postes militaires, la police des
fortifications et autres objets y relatifs, considère les places de
guerre et postes militaires sous trois rapports, savoir: dans l'état de
paix, dans l'état de guerre et dans l'état de siège.

L'état de paix est l'état ordinaire dans lequel l'autorité civile
conserve toutes ses attributions dans leur indépendance.

L'état de guerre doit être déclaré par un décret du Corps législatif,
ou, dans l'intervalle des séances de ce corps, par le Roi. Il laisse à
l'autorité civile ses attributions, mais à la charge de se prêter aux
mesures que l'autorité militaire croit nécessaires pour le salut de la
place.

Quant à l'état de siège, trois articles de cette loi sont à considérer.
L'article 11 indique d'où résulte cet état, l'article 12 quand il finit,
l'article 10 quelles sont ses conséquences relativement aux attributions
de l'autorité militaire. En voici le texte:

ART. 11.

Les places de guerre et postes militaires seront en état de siège
non-seulement dès l'instant que les attaques seront commencées, mais
même aussitôt que, par l'effet de leur investissement par des troupes
ennemies, les communications du dehors au dedans et du dedans au dehors
seront interceptées à la distance de 1800 toises des crêtes des chemins
couverts.

ART. 12.

L'état de siège ne cessera que lorsque l'investissement sera rompu; et,
dans le cas où les attaques auraient été commencées, qu'après que les
travaux des assiégeants auront été détruits et que les brèches auront
été réparées ou mises en état de défense.

ART. 10.

Dans les places de guerre et postes militaires, lorsque les places et
postes seront en état de siège, toute l'autorité dont les officiers
civils sont revêtus par la constitution, pour le maintien de l'ordre et
de la police intérieure, passera au commandant militaire, qui l'exercera
exclusivement sous sa responsabilité personnelle.

Il faut remarquer sur cette loi:

1° Qu'elle ne concerne que les places de guerre et postes militaires;

2° Qu'elle ne fait résulter l'état de siège que d'une attaque ou d'un
investissement réels, sans donner au gouvernement le droit de mettre en
état de siège une place qui ne serait pas investie;

3° Qu'elle n'explique point si l'autorité des tribunaux pour la
répression des délits passe à l'autorité militaire.

§ II. La loi du 10 fructidor an V a rendu toutes les communes de
l'intérieur, sans distinction entre celles qui sont places de guerre ou
postes militaires et celles qui ne le sont pas, susceptibles de l'état
de guerre et de l'état de siège, dans les termes suivants:

ART. 1er.

Le Directoire exécutif ne pourra déclarer en état de guerre les communes
de l'intérieur de la République, qu'après y avoir été autorisé par une
loi du Corps législatif.

ART. 2.

Les communes de l'intérieur seront en état de siège aussitôt que, par
l'effet de leur investissement par des troupes ennemies ou des rebelles,
les communications du dedans au dehors et du dehors au dedans seront
interceptées à la distance de 3502 mètres (1800 toises) des fossés ou
des murailles: dans ce cas, le Directoire exécutif en préviendra le
Corps législatif.

Cette loi ne fait qu'étendre les dispositions de celle du 10 juillet
1791 aux villes qui ne sont point places de guerre ou postes militaires.
Elle ne se compose que des deux articles ci-dessus.

1° Sous son empire, l'état de siège ne peut résulter que de
l'investissement réel et non d'une déclaration du gouvernement;

2° Bien qu'elle ne dise point quand cet état cesse, il est évident que,
résultant du fait même de l'investissement, il doit cesser, comme sous
la loi de 1791, lorsque le fait qui y donne lieu a lui-même disparu;

3° Cette loi, muette sur les conséquences que l'état de siège doit avoir
relativement aux attributions respectives de l'autorité civile et de
l'autorité militaire, se réfère nécessairement sur ce point à la loi de
1791.

Une loi du 19 fructidor an V, rendue après le coup d'État de la veille,
après avoir annulé les opérations d'un grand nombre d'assemblées
électorales, frappé de la déportation plusieurs membres de la
représentation nationale et rapporté diverses lois récentes, contient,
dans son dernier article, une disposition qui a pour objet de _rendre_
au Directoire le pouvoir de mettre une commune en état de siège. Mais il
faut remarquer que ce pouvoir ne lui avait jamais légalement appartenu;
il est vraisemblable qu'il l'avait usurpé, et que la loi du 10 fructidor
an V avait été rendue pour mettre un terme à cette usurpation. Dans ces
circonstances, la loi du 19 ne peut être considérée comme donnant au
gouvernement le droit de déclarer l'état de siège. Cependant deux
décrets du 26 mars 1807 ont déclaré les villes de Brest et d'Anvers en
état de siège.

§ III. Avant d'aller plus loin, il convient de remarquer:

1° Que la loi du 10 juillet 1791 ne peut être invoquée pour justifier
l'ordonnance du 5 juin 1832, puisque, d'après sa rubrique et ses termes
exprès, elle ne concerne que les places de guerre et postes militaires,
et que Paris n'est ni l'un ni l'autre;

2° Que la loi du 10 fructidor an V ne peut pas l'être davantage,
puisqu'elle exige pour l'état de siège l'investissement et
l'interception des communications entre le dedans et le dehors, et que
ces circonstances n'ont point existé pour Paris les 5 et 6 juin 1832;

3° Que, d'après ces deux lois, l'état de siège cesse avec le fait
de l'investissement qui seul a pu lui donner naissance, et qu'ainsi
l'ordonnance dont il s'agit peut d'autant moins être justifiée par ces
lois que sa date et surtout sa promulgation sont postérieures à la
répression de la révolte.

§ IV. Mais la législation a reçu de notables modifications par le
décret du 24 décembre 1811, relatif à l'organisation et au service
des états-majors des places. Trois articles de ce décret doivent être
rappelés ici.

ART. 53.

L'état de siège est déterminé par un décret de l'empereur, ou par
l'investissement, ou par une attaque de vive force, ou par une surprise,
ou par une sédition intérieure, ou enfin par des rassemblements formés
dans le rayon de l'investissement sans l'autorisation des magistrats.

Dans le cas d'une attaque régulière, l'état de siège ne cesse qu'après
que les travaux de l'ennemi ont été détruits et les brèches mises en
état de défense.

ART. 101.

Dans les places en état de siège, l'autorité, dont les magistrats
étaient revêtus pour le maintien de l'ordre et de la police, passe tout
entière au commandant d'armes qui l'exerce ou leur en délègue telle
partie qu'il juge convenable.

ART. 103.

Pour tous les délits dont le gouverneur ou le commandant n'a pas jugé
à propos de laisser la connaissance aux tribunaux ordinaires, les
fonctions d'officier de police judiciaire sont remplies par un prévôt
militaire, et les tribunaux ordinaires sont remplacés par les tribunaux
militaires.

Si l'on compare ces articles aux dispositions correspondantes de la loi
de 1791, on est frappé des dispositions suivantes:

1° L'investissement ou une attaque régulière ont cessé d'être les
seuls faits déterminant l'état de siège. Il a pu résulter, soit d'une
surprise, de rassemblements illégaux dans le rayon militaire, d'une
sédition intérieure, toutes circonstances qui n'emportent point avec
elles, comme l'investissement ou le siège proprement dit, l'interruption
des communications entre le dedans et le dehors, soit aussi d'un simple
décret du chef du gouvernement.

Quelques personnes confondant l'état de siège et l'état de guerre, et
partant de ce principe que le droit de déclarer une place en état de
guerre est une conséquence du droit de déclarer la paix et la guerre,
ont pensé que la constitution de l'an VIII, donnant ce dernier droit au
chef du gouvernement, lui donnait aussi le droit de déclarer une ville
en état de siège. C'est sous ce point de vue que M. Merlin, dans son
_Répertoire de jurisprudence_, considère les décrets qui, avant celui de
1811, ont mis diverses places en état de siège. D'après cette opinion,
le décret de 1811, faisant résulter l'état de siège d'un décret de
l'empereur, n'innoverait point et ne serait que l'exécution des lois
antérieures et de la constitution elle-même. Mais cette opinion ne peut
se soutenir en présence du texte des lois de 1791 et de l'an V.

Quelques autres personnes ont soutenu que le décret qui déclare l'état
de siège devait être fondé sur l'une des circonstances qui sont
énumérées dans l'article 53; c'est une erreur manifeste. La forme
alternative dans laquelle l'article est rédigé ne permet pas de douter
qu'une seule des causes qu'il signale ne suffise pour déterminer l'état
de siège; et d'ailleurs ces circonstances sont de nature à exiger que
l'état de siège commence, que l'autorité militaire devienne plus forte,
dès qu'elles existent, et sans attendre une déclaration du gouvernement
qui risquerait le plus souvent d'arriver trop tard. L'état de siège,
qu'on pourrait appeler fictif, résultant d'un simple décret, doit sans
doute être déterminé par des motifs graves; mais ces motifs peuvent
exister avant ou après l'investissement ou la sédition.

2° D'après la loi de 1791, l'état de siège cessait avec
l'investissement, et, en cas de siège, après la destruction des ouvrages
de l'ennemi et la réparation des brèches. Le décret a une disposition
pareille pour ce dernier cas, et il est muet pour tous les autres.

Il semble impossible de ne pas étendre cette disposition au cas de
l'investissement déjà prévu parla loi de 1791 et aux nouveaux cas de la
surprise, des rassemblements illégaux dans le voisinage de la place et
de la sédition intérieure. L'analogie le demande ainsi et on ne voit
rien dans le décret qui puisse faire décider le contraire. La cause
cessant, l'effet doit cesser aussi.

Mais l'état de siège déterminé par une déclaration du gouvernement
ne peut cesser que de la même manière qu'il a commencé. C'est au
gouvernement seul, qui sait quels dangers l'ont décidé à recourir à une
telle mesure, qu'il appartient de calculer leur durée et par conséquent
celle du remède qu'il leur oppose.

3° La loi de 1791 faisait passer au commandant militaire toute
l'autorité des officiers civils pour le maintien de l'ordre et de la
police intérieure. Le décret, en répétant cette disposition, y substitue
le mot _magistrats_ aux mots _officiers civils_; et dans un second
article plus explicite, il dépouille la juridiction criminelle ordinaire
de ses attributions qu'il transporte aux tribunaux militaires.

Ces dispositions sont-elles dérogatoires à la loi de 1791 ou en
sont-elles l'exécution?

On a soutenu qu'elles innovaient, que la loi de 1791 ne contenait aucun
déplacement de juridiction; et l'on s'est fondé sur ce qu'elle ne parle
point des tribunaux ni de la justice.

Il peut être répondu avec avantage que les mots officiers civils,
employés dans la loi, et le mot magistrats, employé dans le décret, sont
synonymes; que par officiers civils, la loi entend tout aussi bien les
fonctionnaires de l'ordre judiciaire que ceux de l'ordre administratif;
que l'autorité nécessaire pour le maintien de l'ordre et de la police
intérieure, autorité que la loi de 1791 fait passer aux commandants
militaires, ne peut être, au moins en partie, que l'autorité des
tribunaux.

L'article 103 du décret n'est donc que le développement, le règlement du
principe posé dans l'article 101 du même décret, et dans l'article 10 de
la loi du 10 juillet 1791.

Au surplus, cette loi a de tout temps été exécutée dans ce sens que les
tribunaux d'une ville assiégée ne continuaient leurs fonctions qu'avec
l'autorisation du commandant militaire.

§ V. C'est sur ce décret que doit être appuyée la légalité de
l'ordonnance du 6 juin.

Les objections, de nature fort diverses, qui ont été faites, ont été le
plus souvent mêlées et confondues ensemble. Il est nécessaire de bien
les distinguer pour les mieux apprécier. Elles peuvent se réduire aux
quatre suivantes:

1° L'ordonnance ne s'appuie que sur un simple décret; 2° Elle est même
rendue hors des termes de ce décret; 3° Dans tous les cas, elle ne peut
rétroagir; 4° Enfin le décret a été, au moins en partie, abrogé par la
Charte.

La question de rétroactivité a été soulevée la première et a paru
quelque temps considérée comme la principale. Il n'en pouvait guère être
autrement; les organes de l'opposition, ayant eux-mêmes sollicité cette
mesure pour la Vendée et loué le gouvernement d'y avoir eu recours, ne
pouvaient, dans le premier moment, avoir l'idée de la combattre comme
illégale. C'est cette question de rétroactivité qu'a tranchée la Cour
royale dans son arrêt du 7 juin 1832.

Mais bientôt le cercle de l'attaque s'est agrandi; c'est le droit
même du gouvernement qui a été mis en doute; c'est la légalité de
l'ordonnance qui a été contestée et surtout la compétence des tribunaux
militaires. C'est dans ce sens que le défenseur de Geoffroy a plaidé
devant la Cour de cassation.

§ VI. La première objection n'en est réellement pas une. La
jurisprudence constante de la Cour de cassation et de toutes les Cours
royales a reconnu aux décrets impériaux force de loi, lorsqu'ils
n'avaient point été attaqués dans les dix jours de leur promulgation
pour cause d'inconstitutionnalité, et avaient été au contraire reçus et
exécutés comme lois.

Devant la Cour de cassation, le ministère public, voulant sans doute
placer son argumentation sur une base plus respectable que l'usurpation
du pouvoir législatif tant reprochée à Napoléon, a soutenu que le décret
avait été rendu pour l'exécution de la loi du 10 juillet 1791 et y était
conforme. Il l'a fait avec quelque avantage, parce que son adversaire a
cherché l'innovation dans la disposition relative à la juridiction,
où, d'après ce qui a été dit, § IV n° 3, elle n'existe pas. Mais cette
argumentation n'en doit pas moins être rejetée, parce que le décret a
innové sur un point important, en n'exigeant plus l'investissement pour
condition déterminante de l'état de siège, ainsi que cela est expliqué
au § IV, n° 1.

§ VII. La deuxième objection se divise en deux branches:

Et d'abord on dit que le décret de 1811 ne concerne que les places
de guerre et postes militaires, et ne pouvait, par conséquent, être
appliqué à Paris.

On appuie cette proposition sur la signification ordinaire du mot
_place_, qui s'emploie surtout pour désigner les places de guerre, et
sur ce qu'un grand nombre d'articles de ce décret, par leur objet et par
les termes dans lesquels ils sont conçus, supposent clairement que c'est
des places de guerre qu'il y est question.

Sans nier ces deux points, il semble que les considérations suivantes
établissent solidement l'opinion contraire:

1° Le décret de 1811, si l'on consulte son intitulé, est relatif à
l'organisation et au service des états-majors des places; il règle,
entre autre choses, les attributions des gouverneurs et commandants
d'armes avec les autorités civiles. Or, d'après l'art. 12, des
gouverneurs peuvent être nommés dans les principales places de guerre
ou villes de l'empire; d'après l'art. 8, des états-majors peuvent être
entretenus dans des villes de garnison non fortifiées. Les attributions
de ces gouverneurs, de ces états-majors, ne peuvent être réglées que par
le décret. Il n'est donc pas exclusivement relatif aux places de guerre;

2° Lorsque le décret est intervenu, la législation reconnaissait l'état
de guerre et l'état de siège, non-seulement pour les places de guerre,
d'après la loi de 1791, mais pour toutes les villes ou communes, d'après
la loi de l'an V. Comment admettre que le décret, qui règle, ou, si
l'on veut, qui modifie les causes et les résultats de cet état, ne se
rattache pas également aux deux lois antérieures?

3° Les villes qui ne sont pas places de guerre peuvent être, si ce
n'est assiégées, au moins investies et attaquées par l'ennemi. Paris
ne l'a-t-il pas été en 1814? Elles sont donc susceptibles de l'état de
siège comme les places de guerre elles-mêmes; et lorsque le décret de
1811 a donné au gouvernement le droit de déclarer l'état de siège, même
avant tout investissement et sur la seule prévision du danger, il a dû
le lui donner pour toutes les places, de guerre ou non, qui pouvaient
être exposées à une attaque.

§ VIII.--La seconde partie de l'objection consiste à dire que l'état de
siège ne pouvait être déclaré après la cessation des troubles qui l'ont
motivé.

Cette objection, sous le rapport de la légalité, ne pourrait avoir
quelque poids qu'autant que, d'après les termes du décret, le droit
de mettre une ville en état de siège serait subordonné au fait d'un
investissement, d'une surprise ou d'une sédition. Mais il n'en est rien,
et il a été expliqué, § IV, n° 1, que ce droit était abandonné à la
sagesse du gouvernement, bien entendu sous la responsabilité des
ministres qui ont conseillé la mesure.

Cette responsabilité donne lieu à une autre question sur la nécessité
ou la convenance d'une mise en état de siège après que la révolte a été
réprimée et que la perturbation a cessé; mais cette question n'a rien de
judiciaire, elle est toute parlementaire.

§ IX.--On dit en troisième lieu que l'ordonnance ne peut rétroagir et
soumettre à la juridiction militaire les délits consommés avant la
déclaration de l'état de siège.

Cette difficulté doit se résoudre par les principes du droit qui veulent
que tout ce qui tient aux formes et à la compétence soit réglé par la
loi en vigueur à l'époque de la poursuite et non par la loi en vigueur à
l'époque où le délit a été commis, principes consacrés par divers arrêts
et par une décision du conseil d'État du 5 fructidor an IX, relative, il
est vrai, à une affaire civile, mais qui s'applique d'autant mieux à la
question qu'elle a pour objet d'attribuer à l'autorité administrative,
par suite des lois qui l'ont chargée de connaître du contentieux
des domaines nationaux, le jugement de difficultés qui avaient pris
naissance avant ces lois.

Sans doute il ne s'agit pas ici d'une loi, mais d'une ordonnance. Mais
en reconnaissant que l'ordonnance ne peut pas rétroagir plus que la loi,
on doit reconnaître aussi que les effets d'une ordonnance, lorsqu'elle
est conforme aux lois, doivent être réglés par les mêmes principes que
les effets d'une loi.

Les objections qu'on a faites contre l'application de ces principes à la
question de l'état de siège ne sont guère prises que de l'importance de
cette question et de la gravité des conséquences qui s'y rattachent.
Mais, dans une discussion judiciaire, le plus ou moins de gravité des
résultats n'est pas une raison de décider.

Le ministère public, devant la Cour de cassation, s'est appuyé sur un
autre argument: c'est que l'ordonnance qui déclare l'état de siège ne
le crée pas, que cet état préexistait dans les faits qui motivent
l'ordonnance, laquelle ne fait que le constater; d'où la conclusion
que les conséquences de l'état de siège et notamment l'attribution de
juridiction doivent remonter à l'instant même où ces faits ont commencé.
Mais cette argumentation a le grave inconvénient de confondre l'état de
siége réel avec l'état de siége fictif, de supposer que le gouvernement
ne peut déclarer une ville en état de siége que lorsqu'elle se trouve
investie, en proie à une sédition, ou dans quelqu'une des circonstances
que précise l'art. 53 du décret; ce qui n'est pas exact, ainsi que la
chose a été expliquée ci-dessus, § IV, n° 1. Cette confusion a un danger
qu'il importe de signaler. Comme dans ce système la déclaration de
l'état de siége, pour une ville quia été investie mais qui ne l'est
plus, serait évidemment illégale, puisque d'après les lois de 1791 et
de l'an V, même d'après le décret de 1811, l'état de siége cesse avec
l'investissement, il serait assez naturel de conclure de là, dans le
silence du décret, que la déclaration de cet état pour une ville qu'une
sédition a troublée; faite après la fin de la sédition, est pareillement
illégale. Les troubles des 5 et 6 juin doivent être allégués non comme
justifiant la légalité du décret, mais comme justifiant son opportunité;
non comme constituant l'état de siége, ou donnant naissance au droit du
gouvernement de le déclarer, mais comme expliquant l'exercice qu'il a
fait de ce droit.

§ X.--Enfin la Charte n'a-t-elle pas abrogé la faculté donnée par le
décret au gouvernement de déclarer l'état de siége? N'a-t-elle pas au
moins abrogé la disposition particulière de ce décret qui substitue,
durant l'état de siége, la juridiction des tribunaux militaires à celle
des tribunaux ordinaires? C'est la dernière objection soulevée contre
l'ordonnance du 6 juin.

Il ne peut être ici question d'une abrogation expresse, aucun article de
la Charte n'ayant littéralement abrogé les art. 53 et 103 du décret du
24 décembre 1811.

Quant à l'abrogation tacite, c'est un principe professé par tous les
auteurs qu'on ne doit l'admettre qu'avec beaucoup de réserve et de
discernement, parce que ce serait ébranler la force morale dont les
lois ont besoin d'être environnées que de présumer facilement leur
changement; on exige, pour qu'il y ait abrogation tacite, que la
nouvelle loi soit incompatible avec l'ancienne.

Sans méconnaître cette règle; on a soutenu qu'une loi qui permettait au
gouvernement de mettre, par une ordonnance, une ville non investie en
état de siége, c'est-à-dire de la soumettre à un régime exceptionnel, de
la placer en quelque sorte hors de la constitution, était contraire à la
Charte et incompatible avec elle.

On a soutenu que cela était surtout vrai de la disposition de l'art.
103 du décret qui change, dans les lieux en état de siége, l'ordre
des juridictions; et ici l'on ne s'est pas borné à opposer à cette
disposition les principes généraux de notre nouveau droit public, mais
on a invoqué particulièrement les art. 53 et 54 de la Charte de 1830,
qui portent que nul ne pourra être distrait de ses juges naturels,
et qu'il ne pourra être créé de commissions ni de tribunaux
extraordinaires, à quelque titre et sous quelque dénomination que ce
puisse être.

L'abrogation tacite en vertu des principes généraux que proclame la
Charte est un argument qu'on a employé un très-grand nombre de fois,
soit avant, soit depuis la révolution de Juillet, et que les Cours
de justice n'ont jamais accueilli. On peut citer pour exemples les
tentatives faites depuis juillet 1830 pour faire déclarer abrogés, soit
l'article 291 du Code pénal relatif aux associations de plus de vingt
personnes, soit la loi qui soumet les imprimeurs à avoir un brevet, ou
celle qui exige des journalistes un cautionnement.

L'article 53 de le Charte s'explique par l'article 54, puisque
celui-ci dit: En conséquence, il ne pourra être créé de tribunaux
extraordinaires. Ce qu'ils contiennent, l'un et l'autre, c'est une
défense de créer à l'avenir des tribunaux autres que ceux dont les lois
actuelles reconnaissent l'existence. Qu'est-ce qu'une pareille défense
peut avoir d'incompatible avec un changement de compétence déterminé à
l'avance, pour certains cas spécifiés, par une loi préexistante?

Un second principe de droit, aussi généralement reconnu que le
précédent, c'est que les lois générales ne sont jamais censées abolir
les lois spéciales et exceptionnelles, à moins qu'elles n'en aient une
disposition formelle. Quoi de plus exceptionnel que le décret de 1811?
Quoi de plus général que la Charte? Elle a évidemment laissé subsister
le décret dont elle ne s'est point occupée.

Une dernière considération se présente, si l'on fait attention aux
suites qu'aurait l'abrogation résultant de la Charte. Cette abrogation
devrait être appliquée, sans aucune distinction, à tout état de siége,
non-seulement à celui qui est déclaré par une simple ordonnance,
mais encore à celui qui est déterminé par un investissement réel;
non-seulement aux villes non fortifiées, mais encore aux places de
guerre. Qui n'est frappé du danger que présenterait la continuation
libre et entière de la juridiction ordinaire dans une place de guerre
assiégée?

§ XI. De toutes les questions ci-dessus, l'arrêt rendu par la Cour de
cassation, le 29 juin 1832, dans l'affaire Geoffroy, n'en a jugé qu'une,
l'abrogation par la Charte de l'article 103 du décret de 1811.

La solution que cette question a reçue pouvait dispenser la cour
d'examiner les autres et de s'en expliquer en aucune manière. Elle a cru
cependant devoir déclarer en tête de son arrêt que les lois et décrets
qui régissent l'état de siège doivent être exécutés dans toutes les
dispositions qui ne sont pas contraires au texte formel de la Charte.
Elle semblerait par là avoir voulu décider implicitement en faveur du
gouvernement quelques-unes des questions débattues devant elle.

Il ne faut cependant pas perdre de vue qu'elle n'a point indiqué si,
dans sa pensée, le gouvernement, en déclarant Paris en état de siège,
le 6 juin, s'était renfermé dans les limites de ses pouvoirs; elle n'a
point, en un mot, tranché la seconde des objections, ci-dessus, § V.

Elle n'a rien décidé non plus sur la rétroactivité.

Enfin, on ne peut pas méconnaître que la Cour de cassation, tout en
paraissant reconnaître au gouvernement, dans certains cas, le droit de
déclarer l'état de siège, s'est néanmoins placée en opposition avec lui
sur la question de compétence. Le gouvernement, en effet, ne s'est pas
borné à déclarer l'état de siège, laissant aux tribunaux de l'une et de
l'autre juridiction à prononcer sur ses conséquences; le ministre de
l'intérieur, dans son rapport au Roi qui a précédé l'ordonnance du 6
juin, et le ministre de la guerre, dans l'instruction qu'il a adressée
le 7 juin au commandant de la première division militaire, ont
expressément fait connaître que l'un des principaux objets que le
gouvernement avait en vue, en prenant cette mesure, était le déplacement
de la juridiction.



                                 XVIII

_Tableau des condamnations prononcées par la Cour d'assises contre les
individus poursuivis à raison de l'insurrection des_ 5 _et_ _6 juin_
1832.


Par suite de l'insurrection de juin, le jury a condamné
quatre-vingt-deux individus à diverses peines, savoir:

7 à mort; les sieurs Cuny, Lepage, Lecouvreur, Toupriant, Bainsse,
Lacroix et Forthom; tous ont vu commuer leur peine en celle de la
déportation.

4 à la déportation; les sieurs Colombat, le même qui fut arrêté par
Vidocq, et qui s'est évadé du Mont-Saint-Michel en 1835; Jeanne,
O'Reilly, dont j'ai fait commuer la peine; Saint-Étienne.

  4 aux travaux forcés à perpétuité.
  5--pour dix ans.
  1--pour huit ans.
  1--pour sept ans.
  1--pour six ans.
  5--pour cinq ans.

  En général, ces peines ont été commuées en une détention
  pour une même durée.

  3 à dix années de détention.
  2 à sept années de détention.

  (Les sieurs Thielmans et Marchands, chefs de la Société
  Gauloise.)

  2 à six années de détention.
  4 à cinq années de détention.
  1 à huit années de réclusion.
  3 à six années.

  (Parmi ces trois condamnés, figurait le sieur Vigouroux,
  que j'ai fait gracier en 1835.)

  4 à cinq années de réclusion.
  10 à cinq années de prison.
  3 à trois années.
  1 à deux ans sept mois de prison.
  5 à deux ans.
  16 à dix-huit mois, treize mois, un an, six mois, trois mois, un mois
       de prison.
 ---
  82

  (_Mémoires de M. Gisquet, ancien préfet de police,_
  écrits par lui-même. T. II, p. 281-283.)



                                   XIX

1°_ Le roi Louis-Philippe au maréchal Soult, en mission pour réprimer
l'insurrection de Lyon_.


Paris, ce 29 novembre 1831, à 2 heures du soir.

J'ai reçu, mon cher maréchal, votre lettre datée de Mâcon le 27 et j'y
réponds à la hâte. Toutes vos dispositions me paraissent excellentes et
telles qu'on pouvait les attendre de vous. J'en dis autant de tout ce
que vous me mandez. Déjà vous devez avoir reçu les ordonnances que vous
demandiez, tant pour le licenciement des diverses gardes nationales de
Lyon et de ses faubourgs, que pour la mobilisalion des gardes nationales
des départements voisins, avec la faculté de les en faire sortir. Ainsi
vous êtes pourvu de tous ces moyens.

Quant à la mise de la ville de Lyon en état de siège, la question me
paraît mériter un mûr examen, et j'ai convoqué le Conseil pour ce soir
à huit heures et demie, afin qu'elle y soit bien discutée avant de me
former une opinion et de prendre un parti. Je n'arrêterai donc aucune
opinion finale avant ce soir, mais ma disposition actuelle est d'espérer
que cette mesure ne sera pas nécessaire. Je crois que le seul cas où
elle le serait est celui où l'entrée dans Lyon serait refusée aux
troupes, ou que cette entrée ne serait accordée qu'avec des conditions.
Alors il faudrait nécessairement cerner, bloquer, attaquer, et par
conséquent l'état de siège deviendrait un fait qu'on devrait déclarer.
Mais si au contraire, comme je l'espère et comme je le crois, et surtout
comme je le désire vivement, les portes de la ville de Lyon s'ouvrent
sans coup férir et sans conditions, et que les troupes y rentrent sans
que nous ayons à déplorer une nouvelle effusion de noire précieux sang
français, alors la mesure de la mise en état de siège me paraîtrait
superflue, et je craindrais que, malgré la douceur que vous apporteriez
dans son exécution, il n'en résultât des alarmes et des irritations
dangereuses.

Le grand point, le point culminant de notre affaire, c'est d'entrer dans
Lyon sans coup férir et sans conditions. Tout sera, si ce n'est fini, au
moins sûr de bien finir, quand cela sera effectué. Sans doute, il faudra
le désarmement et les mesures nécessaires pour l'opérer. Il faudra de la
sévérité, surtout pour ces compagnies du génie et autres militaires
qui ont quitté leurs drapeaux et sont restés à Lyon; mais vous savez
pourtant que, quand je dis _sévérité_, ce n'est pas _d'exécutions_ que
je veux parler, et ce n'est pas à vous que j'ai besoin de le dire.
Je suis bien sûr de votre modération sur tout; et elle est toujours
nécessaire dans le succès, car alors les conseils violents arrivent de
toutes parts, et surtout de ceux qui se tenaient à l'écart pendant la
lutte. La bonne politique est d'être sage sans faiblesse et ferme sans
violence.

Vous connaissez toute mon amitié pour vous.

2° _Le ministre du commerce et des travaux publics à M. le maréchal
Soult, en mission à Lyon_.

Paris, le novembre 1831.

Monsieur le maréchal et cher collègue,

Je crois utile de mettre sous vos yeux le fond de la contestation qui,
ayant agité la manufacture lyonnaise, a donné lieu enfin aux fâcheux
événements qui ont éclaté.

A Lyon, les fabricants n'ont point de grands ateliers. Ils donnent les
soies préparées pour chaque pièce d'étoffe à des maîtres-ouvriers qui en
font le tissage dans leur propre domicile, sur des métiers dont ils se
fournissent.

Chaque maître-ouvrier a ordinairement dans sa demeure plusieurs métiers.
Il travaille sur l'un de ses mains; il fait travailler sur les autres
ou par ses enfants ou par des ouvriers compagnons qu'il prend à son
service.

La main-d'oeuvre du tissage se règle à la mesure, et non à la journée.
Il y a du fabricant au maître-ouvrier une convention à faire pour
déterminer le prix de cette main-d'oeuvre ou façon, et une autre
convention du maître-ouvrier à l'ouvrier compagnon pour, savoir combien,
sur ce même prix, il restera de salaire à l'ouvrier et combien au maître
pour bénéfice, emploi de son métier, etc.

Il convient de remarquer, en passant, que le maître-ouvrier domicilié,
propriétaire de métiers, offre plus de garanties d'ordre que la
population plus nombreuse des ouvriers compagnons, population flottante
qui circule sans cesse de Lyon à Avignon et à Nîmes, et sur laquelle
on a peu de prise. Il est probable que ses exigences envers le
maître-ouvrier ont contribué à pousser celui-ci dans ses prétentions,
et que, quand le maître a été exaspéré, ses ouvriers n'ont pas tardé à
s'abandonner aux excès.

Depuis quelque temps, les uns et les autres prétendaient que le cours
des mains-d'oeuvre était trop bas, qu'ils ne pouvaient vivre sur leurs
salaires, qu'ils avaient le droit d'exiger davantage, et que l'autorité
devait y pourvoir; qu'à plusieurs reprises, et jusqu'en 1811, il avait
été fait des tarifs concertés par les soins de l'autorité, garantis par
elle, et que la sécurité ne pourrait régner que lorsqu'on aurait suivi
cet exemple, qu'il y aurait un tarif reconnu et publié, en sorte que
le fabricant ne pût plus essayer de faire agréer au plus misérable de
moindres salaires qui finissaient par faire la loi à tous.

Il serait inutile aujourd'hui de rappeler comment leurs demandes se sont
produites et ont été entendues, comment on a cru leur avoir procuré le
tarif par voie de conciliation, comment un grand nombre de fabricants
ont refusé de l'admettre, et comment les ouvriers, ayant cru en être
légitimement en possession, ont regardé les refusants comme des
réfractaires qui manquaient et à un traité et à un règlement public.

Quoi qu'il en soit, le tarif ne pouvait être admis. L'autorité n'a aucun
droit de régler les salaires; aucune loi ne le permet; et dans l'ordre
légal si universellement et si justement réclamé aujourd'hui, les
exemples de 1811, pas plus que ceux de 1793 qu'on a cités aussi, ne
sauraient être invoqués. Je le répète, aucune loi ne permet de donner un
tarif à une manufacture. S'il y a des traités, ils n'engagent que
ceux qui les consentent; l'autorité administrative, loin de pouvoir
y soumettre personne, ne saurait même s'en mêler envers les parties
contractantes; les tribunaux seuls pourraient connaître de leurs
contestations; et quant à ceux qui n'ont point adhéré à une transaction,
aucun juge ne peut leur imposer un tarif qui leur est étranger. Si les
prud'hommes s'y laissaient induire, la Cour de cassation en ferait
justice.

Il est bon d'ajouter, pour empêcher toute méprise à venir, qu'on a
particulièrement oublié à Lyon une loi très-expresse, quand on a cru
pouvoir convoquer une assemblée légale de tous les fabricants et leur
faire nommer des commissaires. Les assemblées de professions sont
défendues et ne peuvent donner des pouvoirs qui engagent qui que ce
soit; les assemblées des ouvriers, qui avaient précédé, étaient encore
plus irrégulières, et, de plus, tombaient dans la disposition de l'art.
415 du Code pénal, car c'était évidemment une coalition pour renchérir
le prix du travail.

Mais en laissant à l'écart ce qui s'est fait, sinon pour empêcher
qu'on ne le refasse, et en examinant le tarif sous le rapport de la
possibilité de l'exécuter, voici ce qu'il importe de savoir. Quel que
soit le sort de l'ouvrier, il ne dépend pas du fabricant de l'améliorer,
et il y a une grande injustice à croire que c'est pure dureté ou pure
avidité que de ne pas accroître les salaires.

La fabrique de Lyon ne travaille en général qu'à mesure que des
commandes lui arrivent; celles de l'étranger sont considérables,
et d'elles seules dépend le mouvement plus ou moins sensible de la
fabrication; le nombre des métiers occupés augmente ou diminue suivant
que l'Allemagne, la Russie, l'Angleterre elle-même et surtout l'Amérique
demandent ou ne demandent pas.

Mais Lyon rencontre aujourd'hui une grande concurrence, surtout pour les
étoffes unies, dont le monopole lui échappe. Non-seulement l'Angleterre
pourvoit à sa consommation, mais Zurich, Bâle, Creveldt, Elberfeldt,
fabriquent en grand, à des prix beaucoup plus modérés que les Lyonnais,
et fournissent au dehors, à ceux qui autrefois ne connaissaient que
Lyon. Les commandes y viennent encore de préférence, mais c'est à
condition de n'y payer les étoffes pas plus cher que dans les autres
fabriques; cette condition, on peut l'accepter ou la refuser, mais on ne
saurait la changer. Elle est fondée sur la nature évidente des choses.

Quand la diminution du prix de l'étoffe fabriquée est ainsi imposée, il
faut bien que le fabricant fasse économie; il peut sacrifier une partie
de son bénéfice, mais il ne saurait travailler à perte; si l'ouvrier
peut se contenter du prix qu'on lui offre, les commandes de l'étranger
sont acceptées et Lyon travaille. Si l'ouvrier ne peut vivre et s'il ne
peut accepter pour ressource le salaire que la circonstance comporte, il
faut bien refuser la commission, et le travail est forcément interrompu.

On dira que ce partage du bénéfice étant fait par le fabricant, il se
réserve un profit tandis qu'il laisse l'ouvrier en perte. Mais il n'en
peut être ainsi, car le fabricant ne gagne rien s'il ne fait travailler;
il est évident qu'il offre à l'ouvrier tout le salaire qu'il peut donner
plutôt que de refuser des commissions. D'ailleurs quand on pourrait
l'astreindre à un tarif, s'il trouve qu'il lui est impossible de s'y
accommoder et qu'il aime mieux ne pas faire travailler plutôt que
de perdre, aucune puissance au monde ne peut l'obliger à donner de
l'ouvrage aux ouvriers; le tarif ne peut donc en aucun cas être pour
eux une garantie, et c'est ce qu'il serait bien essentiel de leur faire
entendre.

Enfin, monsieur le maréchal, je crois utile de vous bien faire remarquer
de quel point on est parti. La première fois que M. le Préfet a parlé
du tarif, il a déclaré que la fabrique de Lyon n'avait point eu les
interruptions de travail qui ont affligé les autres manufactures, que
tous les bras étaient occupés, qu'il en manquait à quelques milliers
de métiers pour lesquels on avait de l'ouvrage; ainsi, on se plaignait
seulement que le travail fût trop peu rétribué. C'était là une position
bien moins fâcheuse que celle de tant de villes où les ateliers étaient
fermés; ces villes ont souffert sans troubler l'ordre, et l'on ne peut
assez regretter qu'à Lyon, où le travail abondait, une situation bien
plus tolérable ait eu une semblable issue.

Veuillez agréer, monsieur le maréchal et cher collègue, l'assurance de
ma haute considération,

_Le pair de France, Ministre de l'agriculture et du commerce_,

Comte D'ARGOUT.

En résumé, monsieur le maréchal et cher collègue, aucun tarif ne peut
être maintenu à Lyon: 1° parce que cette mesure est illégale; 2° parce
qu'elle ne saurait être obligatoire, puisqu'aucun tribunal ne pourrait
la reconnaître et forcer les fabricants à s'y conformer; 3° parce qu'en
supposant que cette mesure fût légale et que les tribunaux eussent la
faculté d'en sanctionner l'exécution par des arrêts, il n'existe aucune
puissance au monde qui puisse contraindre un fabricant à donner du
travail aux ouvriers en leur payant un salaire qui mettrait le fabricant
dans la nécessité de vendre à perte. La conséquence du tarif approuvé
par M. Dumolard a donc été de tarir le travail et d'empirer la situation
des ouvriers au lieu de l'améliorer. La conduite suivie par M. le
président du Conseil et par moi, à l'égard de M. Dumolard, a été
celle-ci; nous lui avons fait connaître l'illégalité de la mesure qu'il
avait approuvée; nous l'avons éclairé sur les conséquences forcées
qu'elle devait entraîner; nous lui avons déclaré que nous ne voulions
pas casser le tarif pour éviter de provoquer une secousse à Lyon, mais
que nous voulions lui laisser l'honneur de réparer le mal, qu'il devait
éclairer les ouvriers, leur faire comprendre le dommage que le tarif
leur causait à eux-mêmes, et, lorsque les esprits y seraient préparés,
abroger le tarif sans éclat ou le laisser tomber en désuétude. Tels
sont, monsieur le maréchal, les renseignements que j'ai cru utile de
vous donner; il me semble en effet fort essentiel, maintenant que
la révolte a éclaté, de ne laisser aucune espérance aux ouvriers
(lorsqu'ils rentreront dans l'ordre) de conserver un tarif quelconque,
car tant qu'ils en conserveront un, ou tant qu'ils auront l'espoir d'en
obtenir un, Lyon se trouvera exposé à de nouvelles perturbations. Elles
se manifesteront dès que les fabricants, mécontents d'un tarif qui ne
leur permettrait pas de vendre avec profit, cesseront leurs commandes
aux ouvriers.

FIN DES PIECES HISTORIQUES DU TOME DEUXIÈME



                         TABLE DES MATIÈRES
                          DU TOME DEUXIÈME


CHAPITRE IX.
LA RÉVOLUTION DE 1830.
(26 juillet--11 août 1830.)

Mon arrivée à Paris.--Je trouve la Révolution soudainement
flagrante.--Réunions de Députés chez MM. Casimir Périer, Laffitte,
Bérard et Audry-Puyraveau.--État des esprits dans ces réunions;--parmi
le peuple et dans les rues.--Les Députés prennent séance au
Palais-Bourbon et appellent le duc d'Orléans à Paris.--Il accepte les
fonctions de lieutenant général du royaume.--Insignifiants et vains
essais de négociation entre Paris et Saint-Cloud.--Le raccommodement
avec Charles X était-il possible?--La royauté du duc de Bordeaux avec la
régence du duc d'Orléans était-elle possible?--M. de La Fayette et ses
hésitations.--M. le duc d'Orléans et les motifs de sa détermination.--Il
n'y avait de choix qu'entre la monarchie nouvelle et la
République.--Emportement public--Sentiment dominant parmi les
royalistes.--Empire de l'exemple de la Révolution de 1688 en
Angleterre.--Différences méconnues entre les deux pays et les
deux événements.--Révision de la Charte.--Origine du parti de la
résistance.--Fallait-il soumettre la royauté et la Charte nouvelles à
la sanction populaire?--Symptômes anarchiques.--Prétentions
républicaines.--Faits divers qui déterminent ma ferme adhésion à la
politique de résistance.--Je deviens ministre de l'intérieur.

CHAPITRE X.
MON MINISTÈRE DE L'INTÉRIEUR.
(1er août--2 novembre 1830.)

Ma principale préoccupation en entrant au ministère de
l'intérieur.--Voyage et embarquement de Charles X.--Composition et
incohérence du cabinet du 11 août 1830.--Ses divers éléments.--MM.
Laffitte, Dupont de l'Eure, maréchal Gérard et Bignon.--MM. Casimir
Périer, duc de Broglie, baron Louis, comte Molé, général Sébastiani,
Dupin et moi.--Attitude du Roi dans ce Conseil.--Vastes attributions
et mauvaise organisation du ministère de l'intérieur.--Mes
travaux.--L'Opposition m'accuse de ne rien faire.--Mon Exposé de l'état
du royaume en septembre 1830.--Mes relations avec les préfets.--Mes
relations avec M. de La Fayette au sujet des gardes nationales.--Mon
administration dans ses rapports avec les lettres, les sciences et les
arts.--Ma participation aux affaires extérieures.--L'Europe veut le
maintien de la paix.--Dispositions de l'Angleterre,--de la Russie et
de l'empereur Nicolas,--de l'Autriche et de la Prusse.--Le parti
révolutionnaire en France méconnaît complètement cette situation
européenne.--Le roi Louis-Philippe la comprend et en profite--Sentiment
de la France à l'égard des révolutions étrangères.--M. de Talleyrand
ambassadeur à Londres.--Pourquoi il convient à cette mission.--Est-il
vrai que le roi Louis-Philippe ait seul fait ce choix?--Notre politique
envers la Belgique, le Piémont et l'Espagne.--Ma conduite envers les
réfugiés espagnols--Rapports du cabinet avec les Chambres.--La Chambre
des députés se complète par des élections nouvelles.--M. Pasquier est
nommé président de la Chambre des pairs.--Projets de lois présentés
aux Chambres.--Propositions nées dans les Chambres.--Mes débuts à la
tribune.--Fermentation des partis.--Débat sur les clubs.--Clôture
des clubs.--La Chambre des députés accuse les ministres de Charles
X.--Proposition de M. de Tracy et Adresse de la Chambre des députés pour
l'abolition de la peine de mort.--Émeutes révolutionnaires.--Elles se
portent sur le château de Vincennes,--sur le Palais-Royal.--Dissolution
du cabinet.--Ses causes.--Mon sentiment en sortant des affaires.--Lettre
de M. Augustin Thierry.

CHAPITRE XI
LE PROCÈS DES MINISTRES DE CHARLES X ET LE SAC
DE SAINT-GERMAIN-L'AUXERROIS.
(3 novembre 1830--13 mars 1831.)

Dissentiments dans le cabinet de M. Laffitte.--Mort et obsèques de M.
Benjamin Constant.--Procès des ministres de Charles X.--Mon discours
contre l'application de la peine de mort.--Attitude de la Cour des
pairs.--M. Sauzet et M. de Montalivet.--Embarras de M. de La Fayette
après le procès des ministres.--Prétentions et espérances du parti
démocratique.--La Chambre des députés abolît le commandement général des
gardes nationales du royaume.--Négociations entre le Roi et M. de La
Fayette à ce sujet.--Exigences et démission de M. de La Fayette.--Le
comte de Lobau est nommé commandant supérieur de la garde nationale de
Paris.--Conversations de M. Laffitte avec l'ambassadeur de France à
***.--M. Thiers sous-secrétaire d'État des finances.--État des affaires
étrangères.--M. de Talleyrand et la Conférence de Londres.--Sac
de l'église de Saint-Germain-l'Auxerrois et de l'archevêché de
Paris.--Scènes anarchiques sur divers points.--Suppression des fleurs
de lis dans les armes de France;--Effet de ces scènes en Europe;--sur
l'état des partis en France;--dans la Chambre des députés.--Mollesse
et impuissance du cabinet.--Mon opposition.--Chute du cabinet.--Lutte
intérieure pour son remplacement.--M. Casimir Périer forme un nouveau
ministère.

CHAPITRE XII.
M. CASIMIR PÉRIER ET L'ANARCHIE.
(13 mars 1831--16 mai 1832.)

Rapports de M. Casimir Périer avec ses collègues;--avec le Roi
Louis-Philippe;--avec les Chambres;--avec ses agents.--Action
personnelle du Roi dans le gouvernement.--Prétendues scènes entre le
Roi et M. Casimir Périer.--Anarchie dans Paris et dans les
départements.--Efforts des partis politiques pour exploiter
l'anarchie.--Parti républicain.--Parti légitimiste.--Parti
bonapartiste.--Leurs complots.--Faiblesse de la répression
judiciaire.--Écoles et sectes anarchiques.--Les saint-simoniens.--Les
fouriéristes.--Insurrection des ouvriers de Lyon.--Sédition à
Grenoble.--Désordres sur divers autres points du territoire.--Grande
émeute à Paris sur la nouvelle de la chute de Varsovie.--M. Casimir
Périer et le général Sébastiani sur la place Vendôme.--M. Casimir Périer
réorganise la police.--M. Gisquet préfet de police.--Le roi Louis
Philippe vient habiter les Tuileries.--Travaux dans le jardin des
Tuileries et leur motif.--M. Casimir Périer aussi modéré qu'énergique
dans l'exercice du pouvoir.--Il se refuse à toute loi d'exception.--La
reine Hortense à Paris.--Conduite du roi Louis-Philippe et de
son gouvernement envers la mémoire et la famille de l'Empereur
Napoléon.--Débats législatifs.--Liste civile.--Abolition de l'hérédité
de la pairie.--Proposition pour l'abrogation de la loi du 19 janvier
1815 et du deuil officiel pour la mort de Louis XVI.--Discours du duc
de Broglie sur cette proposition.--Mon attitude et mon langage dans les
Chambres.--Ce qu'en pensent le roi Louis-Philippe, M. Casimir Périer et
les Chambres,--Débat sur l'emploi du mot _sujets_.--État de la société
dans Paris.--La politique tue les anciennes moeurs sociales.--Décadence
des salons.--Ce qui en reste et mes relations dans le monde.--M. Bertin
de Veaux et le _Journal des Débats_.................. 180

CHAPITRE XIII.
M. CASIMIR PÉRIER ET LA PAIX.
(13 mars 1831--16 mai 1832.)

Caractère général de la politique extérieure de la France, de 1792
à 1814;--de 1814 à 1830.--Le congrès de Vienne.--La
Sainte-Alliance.--Caractère général de la politique extérieure du
gouvernement de 1830;--de la politique extérieure de l'opposition après
1830.--De l'alliance anglaise.--Question belge.--Le roi Louis-Philippe,
le roi Léopold et M. de Talleyrand dans la question belge.--Rapports de
M. Casimir Périer et de M. de Talleyrand.--Question polonaise.--Vitalité
de la Pologne.--On n'a jamais tenté sérieusement de la rétablir.--Ce
qu'auraient pu faire les Polonais en 1830.--Le général Chlopicki et sa
lettre à l'empereur Nicolas.--Que le gouvernement du roi Louis-Philippe
n'a jamais donné de fausses espérances aux Polonais.--Comment et par qui
ils ont été induits en illusion.--Question italienne.--Le Piémont et
Naples, de 1830 à 1832.--Insurrection dans les petits États italiens
gouvernés par des princes de la maison d'Autriche et dans les États
romains.--Première occupation des Légations par les Autrichiens.--Ils
les évacuent.--Le prince de Metternich et M. Casimir Périer sur les
affaires d'Italie.--Le comte de Sainte-Aulaire, ambassadeur de France
à Rome.--Démarche des grandes puissances auprès du pape pour
lui conseiller des réformes.--Édits du pape.--Nouvelle
insurrection.--Seconde occupation des Autrichiens.--Expédition
d'Ancône.--L'amiral Roussin devant Lisbonne.--Grande situation de
M. Casimir Périer en Europe.--Pourtant son succès est incomplet et
précaire.--Son propre sentiment à ce sujet.--Explosion du choléra a
Paris.--Mon sentiment sur la conduite du gouvernement et du peuple de
Paris pendant le choléra.--Visite du duc d'Orléans et de M. Casimir
Périer à l'Hôtel-Dieu.--Mort de M. Cuvier.--Maladie, mort et obsèques de
M. Casimir Périer.

CHAPITRE XIV.
INSURRECTIONS LÉGITIMISTE ET RÉPUBLICAINE.--OPPOSITION
PARLEMENTAIRE.--FORMATION DU CABINET DU 11 OCTOBRE 1832.
(16 mai--11 octobre 1832.)

État des esprits après la mort de M. Casimir Périer;--dans le
gouvernement;--dans les divers partis.--Insurrection légitimiste
dans les départements de l'Ouest.--Principe et sentiments du parti
légitimiste.--Mme la duchesse de Berry.--Principe et sentiments du parti
républicain-.--Ses préparatifs d'insurrection à Paris.--Manifeste
ou _Compte rendu_ de l'opposition parlementaire.--Ses motifs et son
caractère.--Courage et insuffisance du cabinet.--On pense à M.
de Talleyrand comme premier ministre.--Voyage de M. de Rémusat
à Londres.--M. de Talleyrand s'y refuse.--Mort du général
Lamarque.--Insurrection républicaine des 5. et 6 juin 1832.--Énergique
résistance du parti de l'ordre.--Le roi parcourt Paris.--Je me rends
aux Tuileries.--Visite aux Tuileries de MM. Laffitte, Odilon-Barrot et
Arago.--Leur conversation arec le roi.--Faiblesse croissante du cabinet
malgré sa victoire.--Ses deux fautes.--Mise en état de siège de
Paris.--Arrestation de MM. de Chateaubriand, Fitz-James, Hyde de
Neuville et Berryer.--Tentative du Roi pour conserver le cabinet en
le fortifiant.--M. Dupin.--Urgence de la situation.--Le Roi nomme
le maréchal Soult président du conseil et le charge de former un
cabinet.--Le duc de Broglie est appelé à Paris,--Il fait de mon
entrée dans le cabinet la condition de la sienne.--Objections et
hésitation.--Le maréchal Soult fait une nouvelle proposition à M. Dupin,
qui refuse.--On me propose et j'accepte le ministère de l'instruction
publique.--Formation du cabinet du 11 octobre 1332.



PIÈCES HISTORIQUES.

I.
Protestation des députés contre les ordonnances du 25 juillet 1830.

II.
Proclamation adressée à la France par les députés des départements
réunis au palais Bourbon, après l'appel et l'arrivée de S. A. R. Mgr. le
duc d'Orléans à Paris.

III.
Exposé de la situation du royaume présenté aux Chambres le 13 septembre
1830, par M. Guizot, ministre de l'intérieur.

IV.
Rapport présenté au Roi le 21 octobre 1830, par M. Guizot, ministre de
l'intérieur, pour faire instituer un inspecteur général des monuments
historiques en France.

V.
1° Décret de l'empereur Napoléon Ier (20 février 1806) qui règle la
destination des églises de Saint-Denis et de Sainte-Geneviève.
2° Ordonnance du roi Louis XVIII (12 décembre 1821) qui confirme et
complète la restitution au culte de l'église Sainte-Geneviève.

VI.
Circulaire adressée aux préfets par M. Guizot, ministre de l'intérieur
(29 septembre 1830), sur les élections à la Chambre des députés.

VII.
Notice sur madame de Rumford, par M. Guizot (écrite en 1841).

VIII.
Procès-verbal de l'audience donnée et de la réponse faite, le 17 février
1831, par le roi Louis-Philippe, aux députés du congrès national de la
Belgique, venus à Paris pour lui annoncer l'élection de S. A. R. Mgr. le
duc de Nemours comme roi des Belges.

IX.
Lettre du général Chlopicki à l'empereur Nicolas (décembre 1838).

X.
Mémorandum présenté le 21 mai 1831, par la Conférence de Rome, au pape
Grégoire XVI.

XI.
1° Résumé des édits de réforme du pape Grégoire XVI en 1831.
2° Lettre de M. Rossi à M. Guizot (10 avril 1832).

XII.
1° M. Casimir Périer à M. le comte de Sainte-Aulaire.
2° M. Casimir Périer à M. le prince de Talleyrand.

XIII.
De la charité et de sa place dans la vie des femmes, par madame Éliza
Guizot.

XIV.
Extrait du _Moniteur_ du 5 avril 1832, sur les troubles et les meurtres
survenus dans Paris à l'occasion du choléra.

XV.
1° Discours de M. Royer-Collard aux obsèques de M. Casimir Périer (10
mai 1832).
2° Portrait et caractère de M. Casimir Périer, par M. de Rémusat.

XVI.
Lettre de M. de La Fayette à M*** sur la mort de M. Casimir Périer.

XVII.
Note sur la mise en état de siège de Paris par l'ordonnance royale du 6
juin 1831, par M. Vincens de Saint-Laurent, président de chambre à la
Cour royale de Paris.

XVIII.
Tableau des condamnations prononcées par la Cour d'assises contre les
individus poursuivis à raison de l'insurrection des 5 et 6 juin 1832.

XIX.
1° Le roi Louis-Philippe au maréchal Soult, en mission pour réprimer
l'insurrection de Lyon.
2° Le ministre du commerce et des travaux publics à M. le maréchal
Soult, en mission à Lyon.


FIN DE LA TABLE DU TOME DEUXIÈME.





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Mémoires pour servir à l'Histoire de mon temps (Tome 2)" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home