Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: Mémoires pour servir à l'Histoire de mon temps (Tome 3)
Author: Guizot, François Pierre Guillaume, 1787-1874
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Mémoires pour servir à l'Histoire de mon temps (Tome 3)" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



made available by the Bibliothèque nationale de France (BnF/Gallica)



MÉMOIRES
POUR SERVIR
A L'HISTOIRE DE MON TEMPS (III)

PARIS
MICHEL LÉVY FRÈRES, LIBRAIRES-ÉDITEURS.
RUE VIVIENNE, 2 BIS.



                                 MÉMOIRES
                              POUR SERVIR A
                         L'HISTOIRE DE MON TEMPS

                                   PAR

                               M. GUIZOT

                             TOME TROISIÈME

                                  1860



                               CHAPITRE XV

           MON MINISTÈRE DE L'INSTRUCTION PUBLIQUE. (1832-1837.)

Caractère et but du cabinet du 11 octobre 1832.--Difficultés de sa
situation.--Avantages de sa composition.--D'où vient la popularité
du ministère de l'instruction publique.--Son importance pour les
familles;--pour l'État.--Des divers moyens de gouvernement des esprits
selon les temps.--Caractère laïque de l'état actuel de l'intelligence et
de la science.--Du système et de l'état des établissements d'instruction
publique en Angleterre.--Mes conversations à Londres à ce sujet.--Unité
nécessaire du système d'instruction publique en France.--Des essais
d'organisation de l'instruction publique depuis 1789.--L'Assemblée
constituante et M. de Talleyrand.--L'Assemblée législative et M. de
Condorcet.--La Convention nationale et M. Daunou.--Le Consulat et la loi
du 1er mai 1802.--L'Empire et l'Université.--L'instruction publique et
la Charte.--Vicissitudes de l'organisation du ministère de l'instruction
publique.--Comment je le fis organiser en y entrant.--Débuts du
cabinet.--Préparation du discours de la Couronne.--Ouverture de la
session de 1832.--Tentative d'assassinat sur le Roi.--État des affaires
au dedans et au dehors.--Je tombe malade.


Je n'ai nul dessein de toucher aux questions et aux querelles du temps
présent; j'ai bien assez de celles qu'éveillent les souvenirs du passé;
j'évite les comparaisons et les allusions, bien loin de les chercher.

Cependant, à l'époque où j'arrive, je rencontre un fait auquel je ne
puis me dispenser d'assigner son caractère et son sens véritables. C'est
au cabinet du 11 octobre 1832 qu'on rapporte en général le premier essai
prémédité de ce qu'on a appelé depuis le gouvernement parlementaire. Ce
fut effectivement en vue du parlement, ou pour mieux dire des chambres
et dans leur sein, que ce cabinet fut choisi pour assurer à la monarchie
nouvelle leur intime et actif concours. Je tiens à dire avec précision
ce qu'était, à nos yeux, la mission dont nous acceptions ainsi le
fardeau.

Les hommes de sens souriront un jour au souvenir du bruit qui se fait
depuis quelque temps autour de ces mots: «gouvernement parlementaire,»
et des mots qu'on met en contraste avec ceux-là. On repousse le
gouvernement parlementaire, mais on admet le régime représentatif. On ne
veut pas de la monarchie constitutionnelle telle que nous l'avons vue
de 1814 à 1848; mais à côté d'un trône on garde une constitution. On
distingue, on explique, on disserte pour bien séparer du gouvernement
parlementaire le régime national et libéral, mais très-différent, qu'on
entend lui donner pour successeur. J'admets ce travail; je livre le
gouvernement parlementaire aux anatomistes politiques qui le tiennent
pour mort et en font l'autopsie; mais je demande ce que sera son
successeur. Que signifieront cette constitution et cette représentation
nationale qui restent en scène? La nation influera-t-elle efficacement
sur ses affaires? Aura-t-elle pour ses droits, pour ses biens, pour
son repos comme pour son honneur, pour tous les intérêts, moraux
et matériels qui sont la vie des peuples, de réelles et puissantes
garanties? On lui retire le gouvernement parlementaire, soit; lui
donnera-t-on, sous d'autres formes, un gouvernement libre? Ou bien, lui
dira-t-on nettement et en face qu'elle doit s'en passer, et que les
formes qu'on lui en conserve ne sont que de vaines apparences, indigne
mensonge et puérile illusion?

Qu'il y ait des formes et des degrés divers de gouvernement libre, que
la répartition des droits et des forces politiques entre le pouvoir
et la liberté ne doive pas être toujours et partout la même, cela est
évident; ce sont là des questions de temps, de lieu, de moeurs, d'âge
national, de géographie et d'histoire. Que, sur ces questions, notre
régime parlementaire se soit plus d'une fois trompé, qu'il ait trop
donné ou trop refusé, tantôt au pouvoir, tantôt à la liberté, peut être
à tous les deux, je ne conteste pas. Mais si c'est là tout ce qu'on veut
dire quand on l'attaque, ce n'est pas la peine de faire tant de bruit;
les fautes de ce régime reconnues, reste toujours la vraie, la grande
question: la France aura-t-elle ou n'aura-t-elle pas un gouvernement
libre? C'est un acte d'hypocrisie que de prétendre se retrancher
derrière les erreurs du régime parlementaire pour ne pas répondre à
cette question suprême, ou pour la résoudre négativement sans oser le
dire. On parle sans cesse de 1789: oublie-t-on que c'était précisément
un gouvernement libre, ses principes et ses garanties, que la France
voulait en 1789? Croit-on qu'elle se fût alors contentée d'un nouveau
code civil et d'hommes nouveaux, sur le trône ou autour du trône, pour
prix de la révolution où elle se lançait?

Quand nous entrâmes dans le cabinet du 11 octobre 1832, c'était là, pour
nous, une question résolue. Nous ne nous inquiétions guère alors du
gouvernement parlementaire; nous n'en imaginions même pas le nom; mais
nous voulions sérieusement un gouvernement libre, c'est-à-dire
des garanties efficaces de la sécurité des droits et des intérêts
individuels comme de la bonne gestion des affaires publiques. C'est là
la liberté politique, et c'était bien la liberté politique que nous
entendions pratiquer pour notre compte et fonder pour notre pays.

Dans ce principe et ce but commun résidait l'unité du nouveau cabinet.
Il était loin de réunir toutes les conditions et d'offrir tous les
caractères qu'on a coutume de regarder comme essentiels à un cabinet
parlementaire. Nous n'entrions pas tous ensemble et en même temps au
pouvoir; nous ne sortions pas tous des mêmes rangs politiques; nous
n'avions pas tous professé les mêmes maximes et suivi le même drapeau.
Des huit ministres du 11 octobre 1832, quatre avaient appartenu au
cabinet précédent, quatre seulement étaient nouveaux. Quelques-uns
avaient soutenu et servi, d'autres avaient combattu la Restauration. Qui
aurait regardé de près à nos idées et à nos tendances générales, à nos
habitudes d'esprit et de vie, aurait trouvé entre nous des différences
graves; mais soit par principe, soit par goût, soit par bon sens
et prudence, nous regardions tous le gouvernement libre comme le
gouvernement nécessaire; nous voulions tous que la monarchie et la
Charte fussent l'une et l'autre une vérité.

Aux yeux des spectateurs les plus intelligents et les plus
bienveillants, l'entreprise était difficile et hasardeuse. Grâce aux
rudes combats de M. Casimir Périer et à la grande lutte des 5 et 6
juin, le gouvernement de Juillet était debout, mais c'était là tout son
succès; les mêmes ennemis l'entouraient, les mêmes périls le menaçaient.
Les conspirations et les insurrections étaient toujours flagrantes
ou imminentes; les sociétés secrètes se montraient de plus en plus
passionnées et audacieuses; la presse périodique, en majorité violemment
hostile, agressive, destructive, dominait l'opposition parlementaire
entraînée ou intimidée. Cette vanité de la victoire, ce bouillonnement
continu de la tempête quand on se croyait dans le port, frappaient
les meilleurs esprits de surprise et d'inquiétude, et leur faisaient
concevoir, sur le succès d'une politique à la fois de résistance et de
liberté, de tristes doutes: «Vous voilà dans les plus grandes aventures,
vous et le pays, m'écrivait de Turin M. de Barante, le 17 octobre; je
suis content, mais inquiet. Ces horribles et stupides clameurs ont-elles
une grande influence dans la Chambre? Avez-vous persuasion que vous
trouverez une majorité? Probablement; sans cela vous n'auriez pas risqué
vous, vos amis et le sort commun.»

Huit jours plus tard, le 25 octobre, M. Rossi m'exprimait de Genève des
appréhensions analogues: «La partie est, comme vous le dites, engagée à
fond. Elle l'est partout. Mais c'est vous qui avez la grosse affaire sur
les bras. Nul, vous le savez, ne fait plus que moi des voeux sincères
pour votre succès. Vous l'obtiendrez si vous pouvez vous déployer tout
entier pour l'affermissement, le progrès et la gloire de la France. Le
pourrez-vous? Serez-vous compris? Ne serez-vous pas entravé? Voilà mes
craintes, tout en me flattant qu'elles sont chimériques.» Au moment
de la formation du cabinet, les mêmes inquiétudes préoccupaient
quelques-uns de ses membres les plus considérables; le duc de Broglie,
qui fit de mon entrée la condition de la sienne, avait douté peu
auparavant que lui-même fût en mesure de prendre part au pouvoir; il
m'écrivait le 25 juin: «Le développement qu'ont pris depuis six semaines
les affaires de la Vendée me paraît rendre mon entrée au ministère tout
à fait impossible. C'est bien assez de l'inimitié qui s'attache au nom
de doctrinaire; il ne faut pas dans ce moment y joindre l'inconvénient
de passer pour carliste aux yeux des sots; il ne faut pas donner, contre
un ministère qui se forme, les armes que donnerait ma conduite politique
dans la Chambre des pairs pendant le cours de la session dernière. C'est
un malheur dont je ne pourrais me racheter qu'en devenant persécuteur,
ce qui ne me convient nullement. J'ignore où vous en êtes, ce que vous
croyez possible ou désirable. Je pense que, si vous pouvez entrer avec
Thiers et Dupin, la chose sera bonne; mais si vous ne le pouvez pas, il
vaut mieux ne pas s'user et se compromettre en pure perte. Ce n'est pas
à vous, qui me connaissez, que j'ai besoin de dire que tout ce que je
puis vous appartient, en dedans comme en dehors du ministère, et que je
mettrai très-volontiers ma tête là où vous mettrez la vôtre; mais, je
le répète, il me paraîtrait absurde de braver l'orage que mon nom seul
soulèverait. Le cri de carlisme est véritablement le seul qui, en ce
moment, ait du retentissement en France; et quelque extravagant qu'il
soit de le pousser contre moi, il y a la moitié de la bonne portion de
la Chambre des députés et les trois quarts de notre meilleur public qui
ne se feraient pas faute d'y croire.»

Même le cabinet une fois formé, ses membres n'étaient pas tous bien
confiants dans sa composition et ses chances; l'amiral de Rigny écrivait
à M. Dupin: «J'étais peu porté, vous le savez, pour une pareille
combinaison, malgré ma haute estime pour les personnes. On ne m'accusera
pas au moins d'être resté par goût, car je déclare, et je crois encore
avoir le droit d'être cru, que je me suis fait violence. Certes, la
partie est périlleuse, je ne me le dissimule pas; elle l'eût été avec
votre appui, quoique, suivant moi, à un moindre degré; que sera-t-elle
privée de ce secours?»

M. Thiers aussi restait un peu inquiet de l'alliance des doctrinaires,
et quoique convaincu de la nécessité de leur concours, il prenait
quelque soin pour rester et paraître, non pas séparé d'eux, mais
différent et distinct.

Une circonstance atténuait les difficultés de cette situation, et devait
aider le pouvoir nouveau à les surmonter. Indépendamment de la pensée
commune qui unissait tous ses membres dans la politique générale, le
cabinet du 11 octobre 1832 avait cet avantage que chacun d'eux était
bien approprié au poste spécial qu'il occupait. L'armée avait besoin
d'être non-seulement réorganisée, mais relevée de l'échec qu'elle avait
subi en 1830; le maréchal Soult était plus capable que personne de lui
rendre ce double service: «le plus grand organisateur de troupes»,
disait de lui l'empereur Napoléon; vieux soldat, glorieux capitaine,
Gascon sérieux, habile à se servir, pour les affaires publiques comme
pour les siennes propres, de son nom et de sa gloire, et doué de
cette autorité à la fois rude et prudente qui sait se déployer en se
ménageant. Le respect des traités, l'indépendance et la dignité dans la
paix, la confiance de l'Europe dans la probité du nouveau gouvernement
de la France, les rapports intimes avec l'Angleterre, ces bases
nécessaires de notre politique extérieure étaient garanties par le
caractère comme par la situation du duc de Broglie qui trouvait, dans
ses relations personnelles avec lord Granville, alors ambassadeur
d'Angleterre à Paris, de précieuses facilités et de loyaux moyens de
succès. En acceptant le ministère de l'intérieur presque exclusivement
réduit aux attributions de sûreté générale, M. Thiers s'était
comme personnellement chargé de mettre fin à l'état d'insurrection
qu'entretenait dans les départements de l'Ouest la présence de madame la
duchesse de Berry; hardi témoignage de son dévouement à la cause qu'il
servait et au cabinet où il entrait. L'amiral de Rigny, qui s'était fait
honneur dans le commandement de notre escadre du Levant et à Navarin,
avait le rare mérite d'être exempt de préjuges dans les questions
relatives au régime de nos colonies, et disposé à entreprendre les
grandes réformes que commandaient, dans ce régime, le droit humain et la
bonne administration. M. Barthe avait été, sous la Restauration, trop
engagé dans les rangs et dans les actes de l'opposition la plus ardente
pour que son dévouement au service de la monarchie de 1830 ne soulevât
pas contre lui ceux de ses anciens amis qui restaient hostiles à toute
monarchie; mais sa situation et sa disposition convenaient au gros du
parti libéral qui adoptait franchement le gouvernement nouveau; il ne
pouvait être soupçonné de complaisance pour le parti légitimiste, et il
se montrait résolu dans la défense du pouvoir contre ses divers ennemis.
Le roi Louis-Philippe, qu'il avait bien servi dans les embarras du
ministère Laffitte, lui portait confiance: «Bien peu d'avocats, me
disait-il un jour, comprennent les conditions du gouvernement; Barthe
y est arrivé; ce n'est pas un transfuge, c'est un converti; il a vu la
lumière.» M. Humann ne trouvait pas tout à fait auprès du roi la
même faveur; c'était un ministre des finances exigeant, ombrageux,
susceptible, et qui craignait qu'on ne le crût facile envers la
couronne; mais sa capacité reconnue, sa grande fortune personnelle,
fruit de sa capacité, la gravité de ses moeurs qui n'ôtait rien à sa
finesse, son esprit d'ordre et de règle dans l'administration de la
fortune publique, lui donnaient au sein des Chambres, pour les affaires
de son département, une autorité que, dans les grandes occasions et
avec une intelligence élevée, il savait mettre au service de la bonne
politique générale. C'était, parmi les ministres du 11 octobre 1832,
l'un de ceux dont le mérite spécial était bien reconnu du public et
contribuait au crédit du cabinet.

J'ai occupé quatre ans le ministère de l'instruction publique. J'ai
touché, pendant ce temps, à presque toutes les questions qui en
dépendent ou qui s'y rattachent. J'ai à coeur de retracer ce que j'y
ai fait, ce que j'y ai commencé sans pouvoir l'achever, ce que je me
proposais d'y faire. J'ai été engagé, durant la même époque, dans toutes
les luttes de la politique intérieure ou extérieure, dans toutes les
vicissitudes de la composition et de la destinée du cabinet. Je placerai
hors de ce tumulte des affaires et des passions du jour les questions
relatives à l'instruction publique. Non que ces questions n'aient aussi
leurs passions et leur bruit; mais ce sont des passions qui s'allument à
un autre foyer, et un bruit qui se passe dans une autre sphère. Il y
a des combats et des orages dans la région des idées; mais alors même
qu'elle cesse d'être sereine, elle ne cesse pas d'être haute; et quand
on y est monté, il ne faut pas avoir à tout moment à en descendre pour
rentrer dans l'arène des intérêts temporels: quand j'aurai dit ce que
fut, de 1832 à 1837, mon travail au service des intelligences et des
âmes dans les générations futures, je reprendrai ma part, à la même
époque, dans les luttes politiques de mes contemporains.

Il y a un fait trop peu remarqué. Parmi nous et de nos jours, le
ministère de l'instruction publique est de tous les départements
ministériels le plus populaire, celui auquel le public porte le plus de
bienveillance et d'espérance. Bon symptôme dans un temps où les hommes
ne sont, dit-on, préoccupés que de leurs intérêts matériels et actuels.
Le ministère de l'instruction publique n'a rien à faire avec les
intérêts matériels et actuels de la génération qui possède en passant le
monde; c'est aux générations futures, à leur intelligence et à leur sort
qu'il est consacré. Notre temps et notre pays ne sont donc pas aussi
indifférents qu'on les en accuse à l'ordre moral et à l'avenir.

Les sentiments et les devoirs de famille ont aujourd'hui un grand
empire. Je dis les sentiments et les devoirs, non l'esprit de famille
tel qu'il existait dans notre ancienne société. Les liens politiques et
légaux de la famille se sont affaiblis; les liens naturels et
moraux sont devenus très-forts; jamais les parents n'ont vécu si
affectueusement et si intimement avec leurs enfants; jamais ils n'ont
été si préoccupés de leur éducation et de leur avenir. Bien que
très-mêlée d'erreur et de mal, la forte secousse que Rousseau et son
école ont imprimée en ce sens aux âmes et aux moeurs n'a pas été vaine,
et il en reste de salutaires traces. L'égoïsme, la corruption et la
frivolité mondaines ne sont certes pas rares; les bases mêmes de la
famille ont été naguère et sont encore en butte à de folles et perverses
attaques; pourtant, à considérer notre société en général et dans ces
millions d'existences qui ne font point de bruit mais qui sont la
France, les affections et les vertus domestiques y dominent, et font
plus que jamais, de l'éducation des enfants, l'objet de la vive et
constante sollicitude des parents.

Une idée se joint à ces sentiments et leur prête un nouvel empire,
l'idée que le mérite personnel est aujourd'hui la première force comme
la première condition du succès dans la vie, et que rien n'en
dispense. Nous assistons depuis trois quarts de siècle au spectacle de
l'insuffisance et de la fragilité de toutes les supériorités que donne
le sort, de la naissance, de la richesse, de la tradition, du rang; nous
avons vu en même temps, à tous les étages et dans toutes les carrières
de la société, une foule d'hommes s'élever et prendre en haut leur place
par la seule puissance de l'esprit, du caractère, du savoir, du travail.
A côté des tristes et mauvaises impressions que suscite dans les âmes ce
trouble violent et continu des situations et des existences, il en sort
une grande leçon morale, la conviction que l'homme vaut surtout par
lui-même, et que de sa valeur personnelle dépend essentiellement sa
destinée. En dépit de tout ce qu'il y a dans nos moeurs de mollesse et
d'impertinence, c'est là aujourd'hui, dans la société française, un
sentiment général et profond, qui agit puissamment au sein des familles
et donne aux parents, pour l'éducation de leurs enfants, plus de bon
sens et de prévoyance qu'ils n'en auraient sans ces rudes avertissements
de l'expérience contemporaine. Bon sens et prévoyance plus nécessaires
encore dans les classes déjà bien traitées du sort que dans les autres:
un grand géologue, M. Élie de Beaumont nous a fait assister aux
révolutions de notre globe; c'est de sa fermentation intérieure que
proviennent les inégalités de sa surface; les volcans ont fait les
montagnes. Que les classes qui occupent les hauteurs sociales ne se
fassent point d'illusion; un fait analogue se passe sous leurs pieds;
la société humaine fermente jusque dans ses dernières profondeurs, et
travaille à faire sortir de son sein des hauteurs nouvelles. Ce vaste
et obscur bouillonnement, cet ardent et général mouvement d'ascension,
c'est le caractère essentiel des sociétés démocratiques, c'est la
démocratie elle-même. Que deviendraient, en présence de ce fait, les
classes déjà investies des avantages sociaux, les anciens, les riches,
les grands et les heureux de toute sorte, si aux bienfaits du sort ils
ne joignaient les mérites de l'homme; si par l'étude, le travail, les
lumières, les fortes habitudes de l'esprit et de la vie, ils ne se
mettaient en état de suffire dans toutes les carrières à l'immense
concurrence qui leur est faite, et qu'on ne peut régler qu'à condition
de la bien soutenir?

C'est à cet état de notre société, au juste instinct de ses besoins, au
sentiment de sollicitude ambitieuse ou prévoyante qui règne dans les
familles, que le ministère de l'instruction publique doit sa popularité.
Tous les parents s'intéressent vivement à l'abondance et à la salubrité
de la source où leurs enfants iront puiser.

A côté de ce puissant intérêt domestique un grand intérêt public vient
se placer. Nécessaire aux familles, le ministère de l'instruction
publique ne l'est pas moins à l'État.

Le grand problème des sociétés modernes, c'est le gouvernement des
esprits. On a beaucoup dit dans le siècle dernier, et on répète encore
souvent que les esprits ne doivent point être gouvernés, qu'il faut les
laisser à leur libre développement, et que la société n'a ni besoin ni
droit d'y intervenir. L'expérience a protesté contre cette solution
orgueilleuse et insouciante; elle a fait voir ce qu'était le
déchaînement des esprits, et rudement démontré que, dans l'ordre
intellectuel aussi, il faut des guides et des freins. Les hommes
qui avaient soutenu, ici comme ailleurs, le principe du complet
laisser-aller, se sont eux-mêmes hâtés d'y renoncer dès qu'ils ont eu
à porter le fardeau du pouvoir: jamais les esprits n'ont été plus
violemment pourchassés, jamais ils n'ont été moins libres de s'instruire
et de se développer à leur gré, jamais plus de systèmes n'ont été
inventés, ni plus d'efforts tentés pour les dominer que sous l'empire
des partis qui avaient réclamé l'abolition de toute autorité dans
l'ordre intellectuel.

Mais si, pour le progrès comme pour le bon ordre dans la société, un
certain gouvernement des esprits est toujours nécessaire, les conditions
et les moyens de ce gouvernement ne sont pas toujours ni partout les
mêmes; de notre temps, ils ont grandement changé.

L'Église avait seule jadis le gouvernement des esprits. Elle possédait
à la fois l'autorité morale et la suprématie intellectuelle. Elle était
chargée de nourrir les intelligences comme de régler les âmes, et la
science était son domaine presque aussi exclusivement que la foi.

Cela n'est plus: l'intelligence et la science se sont répandues et
sécularisées; les laïques sont entrés en foule dans le champ des
sciences morales et l'ont cultivé avec éclat; ils se sont presque
entièrement approprié celui des sciences mathématiques et physiques.
L'Église n'a point manqué d'ecclésiastiques savants; mais le monde
savant, docteurs et public, est devenu plus laïque qu'ecclésiastique. La
science a cessé de vivre habituellement sous le même toit que la foi;
elle a couru le monde. Elle est de plus devenue une puissance pratique,
féconde en applications quotidiennes à l'usage de toutes les classes de
la société.

En devenant plus laïques, l'intelligence et la science ont prétendu à
plus de liberté. C'était la conséquence naturelle de leur puissance, de
leur popularité et de leur orgueil qui grandissaient à la fois. Et le
public les a soutenues dans leur prétention, car tantôt il a vu que sa
propre liberté était intimement liée à la leur, tantôt il a jugé que la
liberté était, pour les maîtres de la pensée et de la science, la juste
récompense des forces nouvelles qu'ils mettaient à la disposition de la
société et des services qu'ils lui rendaient.

Qu'on s'en félicite ou qu'on les déplore, qu'on s'accorde ou qu'on
diffère sur leurs conséquences, qu'on s'aveugle ou qu'on s'alarme
sur leurs dangers, ce sont là des faits certains et irrévocables.
L'intelligence et la science ne redeviendront pas essentiellement
ecclésiastiques; l'intelligence et la science laïques ne se passeront
pas d'une large mesure de liberté.

Mais précisément parce qu'elles sont maintenant plus laïques, plus
puissantes et plus libres que jadis, l'intelligence et la science ne
sauraient rester en dehors du gouvernement de la société. Qui dit
gouvernement ne dit pas nécessairement autorité positive et directe:
«l'influence n'est pas le gouvernement,» disait Washington, et dans
l'ordre politique il avait raison; l'influence n'y saurait suffire; il y
faut l'action directe et promptement efficace. Il en est autrement dans
l'ordre intellectuel; quand il s'agit des esprits, c'est surtout par
l'influence que le gouvernement doit s'exercer. Deux faits, à mon
sens, sont ici nécessaires: l'un, que les forces vouées aux travaux
intellectuels, les supériorités lettrées et savantes soient attirées
vers le gouvernement, librement groupées autour de lui et amenées
à vivre avec lui en rapport naturel et habituel; l'autre, que le
gouvernement ne reste pas étranger au développement moral des
générations successives, et qu'à mesure qu'elles paraissent sur la scène
il puisse établir des liens intimes entre elles et l'État au sein duquel
Dieu les fait naître. De grands établissements scientifiques et de
grands établissements d'instruction publique soutenus par les grands
pouvoirs publics, c'est la part légitime et nécessaire du gouvernement
civil dans l'ordre intellectuel.

Par quels moyens pouvons-nous aujourd'hui, en France, assurer au
gouvernement cette part, et satisfaire à ce besoin vital de notre
société? La France possédait autrefois, et en grand nombre, des
établissements spéciaux et subsistant par eux-mêmes, des universités,
des corporations enseignantes ou savantes qui, sans dépendre de l'État,
lui étaient cependant unies par des liens plus ou moins étroits, plus ou
moins apparents, tantôt avaient besoin de son appui, tantôt ne pouvaient
se soustraire à son intervention, et donnaient ainsi au pouvoir
civil une influence réelle, bien qu'indirecte et limitée, sur la vie
intellectuelle et l'éducation de la société. L'Université de Paris, la
Sorbonne, les Bénédictins, les Oratoriens, les Lazaristes, les Jésuites
et tant d'autres corporations, tant d'autres écoles diverses
dispersées dans les provinces, n'étaient certes pas des branches de
l'administration publique, et lui causaient souvent de graves embarras.
Avant de disparaître dans la tempête révolutionnaire, plusieurs de ces
établissements étaient tombés dans des abus ou dans une insignifiance
qui avaient détruit leur crédit moral et fait oublier leurs services.
Mais pendant des siècles, ils avaient secondé le développement
intellectuel de la société française et prêté à son gouvernement un
utile concours. Presque tous anciens et propriétaires, attachés à leurs
traditions, fondés dans un dessein religieux, ils avaient des instincts
d'ordre et d'autorité en même temps que d'indépendance. C'était, dans
l'ensemble, un mode d'action de l'État sur la vie intellectuelle et
l'éducation de la nation; mode confus et incohérent, qui avait ses
difficultés et ses vices, mais qui ne manquait ni de dignité, ni
d'efficacité.

En 1848, pendant mon séjour en Angleterre, on y débattait la question
de savoir s'il ne conviendrait pas d'instituer un ministère de
l'instruction publique, et de placer ainsi, sous l'autorité directe du
pouvoir civil et central, ce grand intérêt de la société. Des hommes
considérables, les uns engagés dans la politique et membres du
parlement, les autres appartenant à l'Église anglicane, d'autres,
esprits libres et purs philosophes, me demandèrent ce que j'en pensais.
Nous nous en entretînmes à plusieurs reprises; je leur exposai notre
système d'instruction publique en France; ils connaissaient bien celui
de l'Allemagne. Après un sérieux examen de la question, ils arrivèrent,
pour le compte de leur pays, à une conclusion que je tiens à reproduire
ici telle qu'elle se manifesta, car en même temps qu'elle peint
avec vérité la nature des établissements d'instruction publique en
Angleterre, elle jette, à cet égard, sur l'état comparé des deux pays,
une vive lumière.

«Nous n'avons point, disaient-ils, comme la France et la Prusse, un
système général et unique d'instruction publique; mais nous avons, en
abondance, des établissements d'instruction publique de tous les genres
et de tous les degrés: des écoles élémentaires pour l'éducation du
peuple, des colléges pour les études classiques et littéraires, des
universités pour l'enseignement supérieur de toutes les sciences.»

«Ces établissements sont distincts et isolés; ils subsistent chacun
à part et pour son propre compte, avec leurs ressources et leur
administration particulières. Ils sont divers; ils ont été et ils
restent organisés selon la pensée et le voeu des personnes qui les ont
fondés, ou de celles qui les dirigent, ou de la portion du public qui
leur confie ses enfants. Ils sont indépendants, sinon complètement, du
moins à un haut degré, du gouvernement central qui les surveille et y
intervient quelquefois, mais ne les dirige point. Enfin ils sont placés,
non pas tous, mais la plupart, sous des influences religieuses; le plus
grand nombre sous l'influence de l'Église anglicane, d'autres sous
celles des communions ou sectes dissidentes.

«Il y a certainement, dans l'organisation et l'administration intérieure
de ces établissements, beaucoup d'imperfections à signaler, d'abus à
réformer, de lacunes à combler, d'améliorations à introduire. Nous
désirons ces réformes; nous approuvons que le pouvoir central de l'État,
soit le parlement, soit la couronne, intervienne pour suppléer à
l'insuffisance des établissements actuels, pour en redresser les abus,
pour leur fournir des moyens de développement, pour stimuler entre eux
le zèle et l'émulation. Mais nous regardons comme essentiel que le
gouvernement central borne là son action, et qu'il n'institue pas un
ministère spécial de l'instruction publique, chargé soit de fonder, en
dehors et à côté des établissements actuels, un système général d'écoles
diverses, soit de mettre la main sur les établissements actuels pour
les réunir dans un grand ensemble et les placer sous une seule et même
autorité. Une pareille tentative serait une véritable révolution en
matière d'instruction publique. Nous préférons le maintien de ce qui
existe.

«D'abord parce que cela existe, et que nous tenons essentiellement au
maintien des droits acquis et des faits établis, dans l'instruction
publique comme ailleurs. Il n'est pas aisé de créer des êtres qui vivent
réellement, et qui durent. Nos écoles élémentaires, soit celles de
l'Église, soit celles des dissidents, nos colléges classiques d'Éton,
de Harrow, de Westminster, de Rugby, nos universités d'Oxford et de
Cambridge sont des êtres vivants, éprouvés. On peut organiser sur
le papier des établissements d'instruction plus complets et plus
systématiques. Ces établissements s'élèveraient-ils au-dessus du papier?
grandiraient-ils? fructifieraient-ils? dureraient-ils? Il est permis
d'en douter: nous avons plus de confiance dans les faits consacrés par
le temps que dans les essais de la pensée humaine.

«La variété et l'isolement de nos établissements actuels sont d'ailleurs
des gages de liberté. Or, nous tenons beaucoup à la liberté, à la
liberté réelle et pratique, en matière d'instruction publique comme
en toute autre. C'est la liberté qui a fondé la plupart de nos écoles
actuelles, grandes et petites. Elles doivent leur existence aux
intentions libres, aux dons volontaires de personnes qui ont voulu
satisfaire un certain sentiment, réaliser une certaine idée. Les mêmes
idées, les mêmes sentiments qui animaient les fondateurs, tiennent
encore probablement une grande place dans notre société. Le monde
ne change pas autant, ni aussi vite que se le figurent des esprits
superficiels, et la liberté s'accommode mal de l'uniformité
scientifique. Nous voulons que les établissements divers, fondés jadis
par le voeu libre de personnes bienfaisantes, continuent d'offrir
au libre choix des parents, pour l'éducation de leurs enfants, des
satisfactions variées; et nous croyons cela essentiel à la prospérité
de l'instruction publique, qui ne peut se passer de la confiance des
familles, autant qu'à la stabilité de l'ordre social.

«Nous attachons de plus un prix immense aux influences et aux
habitudes religieuses qui prévalent aujourd'hui dans la plupart de nos
établissements d'instruction publique: influences et habitudes
qui disparaîtraient, qui seraient du moins fort affaiblies si ces
établissements formaient un vaste ensemble soumis à l'action directe et
partout présente du gouvernement de l'État. Nous ne voudrions nullement
confier à l'Église le gouvernement général de l'instruction publique;
mais nous ne voulons pas non plus remettre l'instruction publique tout
entière aux mains d'un pouvoir central laïque qui, peut-être en le
voulant, et quand même il ne le voudrait pas, y ferait bientôt perdre
aux pouvoirs religieux l'influence qu'ils y doivent exercer.

«On invoque un principe: l'instruction civile et l'instruction
religieuse doivent, dit-on, être complétement séparées; en laissant au
clergé seul l'instruction religieuse, et en lui assurant les moyens
comme la liberté de la donner, il faut placer sous la seule autorité
laïque l'instruction civile tout entière. Nous tenons ce principe pour
faux et funeste, du moins dans le sens et l'étendue qu'on voudrait lui
donner. En matière de hautes sciences et pour les hommes, ou pour les
jeunes gens qui touchent à l'âge d'homme, l'instruction civile et
l'instruction religieuse peuvent être complétement séparées; la nature
de ces études le comporte, et la liberté de l'esprit humain l'exige.
Mais l'enseignement supérieur n'est que l'un des degrés de tout système
général d'instruction publique. De quoi s'agit-il dans la plupart
des établissements, dans les écoles élémentaires, dans les écoles
classiques, et pour le plus grand nombre des enfants qui y vivent et
des années qu'ils y passent? Il s'agit essentiellement d'éducation,
de discipline morale. Bonne en elle-même et par les richesses qu'elle
ajoute aux facultés naturelles de l'homme, c'est surtout par son intime
rapport avec le développement moral que l'instruction intellectuelle
est excellente. Or, on peut diviser l'enseignement; on ne divise
pas l'éducation. On peut limiter à certaines heures les leçons qui
s'adressent à l'intelligence seule; on ne mesure pas, on ne cantonne
pas ainsi les influences qui s'exercent sur toute l'âme, notamment les
influences religieuses. Pour atteindre leur but, pour produire
leur effet, il faut que ces influences soient partout présentes et
habituellement senties. L'instruction purement civile peut former
l'esprit et le caractère; elle ne nourrit et ne règle point l'âme. Dieu
et les parents ont seuls ce pouvoir. Il n'y a de véritable éducation
morale que par la famille et par la religion. Et là où n'est pas la
famille, c'est-à-dire dans les écoles publiques, l'influence de la
religion est d'autant plus nécessaire. C'est l'honneur et le bonheur de
notre pays que, dans nos établissements d'instruction publique, cette
influence soit en général puissante. Nous ne voyons pas qu'elle ait nui
chez nous à l'activité ni au libre développement de l'esprit humain, et
en même temps il est évident qu'elle a grandement servi l'ordre public
et la moralité individuelle.

«Nous regarderions donc comme un grand mal et nous repousserions toute
organisation de l'instruction publique qui altérerait gravement l'état
actuel de nos divers établissements et les influences qui y prévalent.
Nous applaudirons à toutes les réformes, à tous les développements qui
pourront y être introduits; mais nous ne voulons ni les refondre dans un
seul et même moule, ni en concentrer le gouvernement dans une seule et
même main.»

Je comprends que les Anglais arrivent à cette conclusion, et je les en
approuve. En France, nous n'avons pas même à nous poser la question qui
les y conduit. Chez nous, tous les anciens et divers établissements
d'instruction publique ont disparu, les maîtres et les biens, les
corporations et les dotations. Nous n'avons, dans la grande société,
plus de petites sociétés particulières, subsistant par elles-mêmes et
vouées aux divers degrés de l'éducation. Ce qui s'est relevé ou ce qui
essaye de naître, en ce genre, est évidemment hors d'état de suffire aux
besoins publics. En matière d'instruction publique, comme dans toute
notre organisation sociale, un système général, fondé et soutenu par
l'État, est pour nous une nécessité; c'est la condition que nous ont
faite et notre histoire et le génie national. Nous voulons l'unité;
l'État seul peut la donner; nous avons tout détruit; il faut créer.

C'est un curieux spectacle que celui de l'homme aux prises avec le
travail de la création, et l'ambitieuse grandeur de sa pensée se
déployant sans souci des étroites limites de son pouvoir. De 1789
à 1800, trois célèbres assemblées, vrais souverains de leur temps,
l'Assemblée constituante, l'Assemblée législative et la Convention
nationale, se promirent de donner à la France un grand système
d'instruction publique. Trois hommes d'un esprit éminent et très-divers,
M. de Talleyrand, M. de Condorcet et M. Daunou furent successivement
chargés de faire un rapport et de présenter un projet sur cette
importante question dont les gens d'esprit engagés dans les luttes
révolutionnaires se plaisaient à se préoccuper, comme pour prendre, dans
cette sphère de la spéculation et de l'espérance philosophique, quelque
repos des violences du temps. Les rapports de ces trois hommes,
brillants représentants de la société, de la politique et de la science
de leur époque, sont des oeuvres remarquables et par leur caractère
commun et par leurs traits divers et distinctifs. Dans tous les trois
une pensée commune éclate: l'homme règne seul en ce monde, et la
révolution de 1789 est l'avénement de son règne; il s'y lance confiant
dans sa toute-puissance, disposant en maître de la société humaine, dans
l'avenir comme dans le présent, et assuré de la façonner à son gré. Dans
le travail auquel M. de Talleyrand a donné son nom, c'est l'orgueil de
l'esprit qui domine, avec une ardeur bienveillante, sans colère encore
comme sans mécompte. L'instruction publique y est appelée un _pouvoir_
qui embrasse tout, depuis les jeux de l'enfance jusqu'aux fêtes les
plus imposantes de la nation;--tout nécessite une _création_ en ce
genre;--son caractère essentiel doit être _l'universalité_, et quant aux
choses, et quant aux personnes;--l'État règle les études théologiques
comme les autres; «la morale évangélique est le plus beau présent que la
Divinité ait fait aux hommes; c'est un hommage que la nation française
s'honore de lui rendre.» _L'Institut_, successeur de toutes les
académies, est présenté comme l'école suprême, le sommet de
l'instruction publique; il sera à la fois corps savant, corps
enseignant, et corps administrant les établissements scientifiques
et littéraires. Entre le rapport de M. de Talleyrand à l'Assemblée
constituante et celui de M. de Condorcet à l'Assemblée législative,
la filiation est visible; on a roulé sur la même pente; mais l'espace
parcouru est déjà immense; l'ambition philosophique a cédé la place à
la passion révolutionnaire; une pensée politique spéciale, exclusive,
domine le nouveau travail; l'égalité en est le principe et le but
souverain: «L'ordre de la nature, dit Condorcet, n'établit dans
la société d'autre inégalité que celle de l'instruction et de la
richesse;--établir entre les citoyens une égalité de fait et rendre
réelle l'égalité établie par la loi, tel doit être le premier but d'une
instruction nationale;--à tous les degrés, dans tous les établissements
publics d'instruction, l'enseignement sera totalement gratuit;--la
gratuité de l'instruction doit être considérée surtout dans son rapport
avec l'égalité sociale.» Tout le rapport et le plan de Condorcet sont
dédiés à ce tyrannique dessein de l'égalité qui pénètre jusque dans le
sein de la grande société nationale des sciences et des arts, destinée
à être le couronnement de l'édifice; nul membre ne pourra être de deux
classes à la fois, «ce qui nuit à l'égalité.» La liberté tient plus de
place que l'égalité dans le travail de M. Daunou pour la Convention
nationale; il reproche à ses prédécesseurs de n'en avoir pas assez
reconnu et garanti les droits; dans le plan de M. de Talleyrand, il
trouve «trop de respect pour les anciennes formes, trop de liens et
d'entraves; Condorcet, dit-il, instituait en quelque sorte une Église
académique.» M. Daunou ne veut point d'organisation publique de
l'enseignement scientifique et littéraire; l'État, selon lui, ne
doit s'occuper que de l'instruction primaire et de l'instruction
professionnelle; hors de là, «liberté de l'éducation, liberté des
établissements particuliers d'instruction, liberté des méthodes
instructives.» Mais à côté de ce large laisser-aller en fait
d'instruction publique, M. Daunou aussi a son idée fixe et sa manie;
la passion de la république est, pour lui, ce qu'était, pour M. de
Condorcet, la passion de l'égalité: «Il n'y a de génie, dit-il, que dans
une âme républicaine;--un système d'instruction publique ne peut se
placer qu'à côté d'une constitution républicaine;» sous l'empire d'une
telle constitution, «le plus vaste moyen d'instruction publique, dit-il,
est dans l'établissement des fêtes nationales;» et il consacre tout un
titre de son projet de loi à l'énumération et au règlement de ces fêtes
annuelles instituées au nombre de sept, fêtes de la République, de la
Jeunesse, des Époux, de la Reconnaissance, de l'Agriculture, de la
Liberté et des Vieillards.

Au milieu de la tourmente révolutionnaire, tous ces projets, tous ces
rêves, tour à tour généreux, dangereux ou puérils, demeurèrent sans
résultats. On décréta l'instruction primaire universelle et gratuite;
mais il n'y eut ni écoles, ni instituteurs. On essaya sous le nom
_d'écoles centrales_ un système d'instruction secondaire qui, malgré
des apparences ingénieuses et libérales, ne répondait ni aux traditions
del'enseignement, ni aux lois naturelles du développement intellectuel
de l'homme, ni aux conditions morales de l'éducation. En matière
d'instruction supérieure et spéciale, quelques grandes et célèbres
écoles s'élevèrent. L'Institut fut fondé. Les sciences mathématiques et
physiques prodiguèrent à la société leurs services et leur gloire;
mais aucun grand et efficace ensemble d'instruction publique ne vint
remplacer les établissements détruits. On s'était et on avait beaucoup
promis; on ne fit rien. Des chimères planaient sur des ruines.

Le gouvernement consulaire fut plus sérieux et plus efficace. La loi
du 1er mai 1802, vaine quant à l'instruction primaire, incomplète et
hypothétique quant à l'instruction supérieure, rétablit, sous le nom et
au sein des lycées, une véritable instruction secondaire dans laquelle
se retrouvaient de bons principes d'enseignement et des garanties
d'influence sociale et de durée. Pourtant l'oeuvre manquait
d'originalité et de grandeur: l'instruction publique était considérée
comme un simple service administratif, et placée à ce titre, personnes
et choses, parmi les nombreuses et très-diverses attributions du
ministre de l'intérieur. Ni le rang qui lui appartenait, ni le mode de
gouvernement qui lui convenait n'étaient compris; elle tombait sous
l'empire de ce mécanisme bureaucratique qui règle et dirige bien les
affaires d'ordre matériel, mais dont les affaires d'ordre moral ne
sauraient s'accommoder.

L'empereur Napoléon ne s'y trompa point: averti par ces instincts
grands et précis qui lui révélaient la vraie nature des choses et les
conditions essentielles du pouvoir, il reconnut, dès qu'il y pensa
lui-même et à lui seul, que l'instruction publique ne pouvait être ni
livrée à la seule industrie privée, ni gouvernée par une administration
ordinaire, comme les domaines, les finances ou les routes de l'État.
Il comprit que, pour donner aux hommes chargés de l'enseignement la
considération, la dignité, la confiance en eux-mêmes et l'esprit de
dévouement, pour que ces existences si modestes et si faibles se
sentissent satisfaites et fières dans leur obscure condition, il fallait
qu'elles fussent groupées et comme liées entre elles, de manière à
former un corps qui leur prêtât sa force et sa grandeur. Le souvenir des
corporations religieuses et enseignantes revint à l'esprit de Napoléon;
mais en les admirant, comme il admirait volontiers ce qui avait duré
avec éclat, il reconnut leurs vices qui seraient plus graves de nos
jours. Les corporations religieuses étaient trop étrangères et au
gouvernement de l'État et à la société elle-même; par le célibat, par
l'absence de toute propriété individuelle et bien d'autres causes
encore, elles vivaient en dehors des intérêts, des habitudes et presque
des sentiments généraux. Le gouvernement n'exerçait sur elles qu'une
influence indirecte, rare et contestée. Napoléon comprit que, de nos
jours, le corps enseignant devait être laïque, menant la vie sociale,
partageant les intérêts de famille et de propriété personnelle,
étroitement uni, sauf sa mission spéciale, à l'ordre civil et à la masse
des citoyens; Il fallait aussi que ce corps tînt de près au gouvernement
de l'État, qu'il reçût de lui ses pouvoirs et les exerçât sous son
contrôle général. Napoléon créa l'Université, adaptant, avec un
discernement et une liberté d'esprit admirables, l'idée-mère des
anciennes corporations enseignantes au nouvel état de la société.

Les meilleures oeuvres n'échappent pas à la contagion des vices de
leur auteur. L'Université était fondée sur le principe que l'éducation
appartient à l'État. L'État, c'était l'Empereur. L'Empereur voulait et
avait le pouvoir absolu. L'Université fut, en naissant, un régime de
pouvoir absolu. En dehors de l'institution, ni les droits de la famille,
ni ceux de l'Église, ni ceux de l'industrie privée n'étaient reconnus
et respectés. Dans le sein même de l'institution, il n'y avait, pour la
situation, la dignité et la juste indépendance des personnes, point
de réelles garanties. Si, en France, l'Empereur était l'État, dans
l'Université le grand-maître était l'empereur. Je me sers d'expressions
trop absolues; en fait, le gouvernement de l'Université s'est toujours
appliqué à ménager les droits divers; mais quelles que soient la
prudence ou l'inconséquence des hommes, les principes portent leurs
fruits; selon les principes de la constitution universitaire, il n'y
avait, en matière d'instruction publique, point de liberté pour les
citoyens, point de responsabilité du pouvoir envers le pays.

Aussi quand la Charte eut institué en France le gouvernement libre,
quand la liberté des citoyens et la responsabilité du pouvoir
furent devenues le droit commun et pratique du pays, l'embarras de
l'Université, et du gouvernement à son sujet, fut extrême; ses
maximes, ses règles, ses traditions n'étaient plus en rapport avec les
institutions générales; au nom de la religion, des familles, de la
liberté, de la publicité, on élevait; autour d'elle et contre elle, des
réclamations qu'elle ne savait comment repousser sans se mettre en lutte
avec le système constitutionnel, ni comment admettre sans se démentir
et se mutiler elle-même. Le pouvoir qui la gouvernait, qu'il s'appelât
grand-maître, conseil royal ou président, n'était ni un ministre, ni
assez petit et assez dépendant pour n'être que le subordonné d'un
ministre. Nul ministre ne voulait répondre de lui; et il ne pouvait
porter lui-même, auprès des chambres et du public, le poids de la
responsabilité. Pendant six ans, de 1815 à 1821, des hommes supérieurs,
M. Royer-Collard, M. Cuvier, M. Silvestre de Sacy, M. Lainé, usèrent
leur talent et leur influence dans cette situation anormale; ils
gagnèrent du temps; ils sauvèrent la vie à l'Université, mais sans
résoudre la question de son existence constitutionnelle. C'était une
pièce qui ne trouvait, dans la nouvelle machine de gouvernement, ni sa
place, ni son jeu.

Le sort a des combinaisons qui semblent se moquer de la prévoyance
humaine: ce fut sous un ministère regardé, non sans motif, comme hostile
à l'Université, et au moment où elle en redoutait le plus les coups,
qu'elle sortit de sa situation embarrassée et monta à son rang dans
l'État; M. de Villèle avait fait l'abbé Frayssinous grand-maître;
l'instruction publique était sous la direction d'un évêque; pour
satisfaire le clergé et pour l'attirer en même temps sous son influence,
il fallait à M. de Villèle quelque chose de plus; il associa l'Église
au gouvernement de l'État; il fit l'évêque d'Hermopolis ministre des
affaires ecclésiastiques, mais en lui donnant au même moment le titre et
les fonctions, non plus seulement de grand-maître de l'Université, mais
de ministre de l'instruction publique. L'instruction publique fut
ainsi officiellement classée parmi les grandes affaires publiques;
l'Université entra, à la suite de l'Église, dans les cadres et dans les
conditions du régime constitutionnel.

Moins de quatre ans après, elle fit un nouveau pas. Partout redoutée
et vivement combattue, la prépondérance ecclésiastique était
particulièrement suspecte en matière d'instruction publique; le
mouvement libéral qui, en 1827, renversa M. de Villèle et amena le
cabinet Martignac aux affaires, eut là aussi son effet; l'ordonnance
royale du 4 janvier 1828, en nommant les nouveaux ministres, déclara
«qu'à l'avenir l'instruction publique ne ferait plus partie du ministère
des affaires ecclésiastiques;» et le 10 février suivant, elle devint,
dans les conseils de l'État, un département spécial et indépendant qui
fut confié à M. de Vatimesnil.

Cette intelligente et prudente organisation ne fut alors qu'éphémère;
avec M. de Polignac, les passions de parti reprirent leur pouvoir;
l'Université rentra sous la main de l'Église; il n'y eut plus qu'un
ministre des affaires ecclésiastiques et de l'instruction publique.
La Révolution de 1830 laissa d'abord subsister cet état de choses;
seulement, par une mauvaise concession à la vanité de l'esprit laïque
et comme pour marquer sa victoire, elle changea les mots et déplaça les
rangs; l'Université prit le pas sur l'Église; il y eut un ministre de
l'instruction publique et des cultes. Ce fut sous ce titre et avec ces
attributions que le duc de Broglie, M. Mérilhou, M. Barthe, le comte
de Montalivet et M. Girod de l'Ain occupèrent ce département jusqu'au
moment où le cabinet du 11 octobre 1832 se forma.

En prenant le ministère de l'instruction publique, je fus le premier à
demander qu'on en détachât les cultes. Protestant, il ne me convenait
pas, et il ne convenait pas que j'en fusse chargé. J'ose croire que
l'Église catholique n'aurait pas eu à se plaindre de moi; je l'aurais
peut-être mieux comprise et plus efficacement défendue que beaucoup de
ses fidèles; mais il y a des apparences qu'il ne faut jamais accepter.
L'administration des cultes passa dans les attributions du ministre
de la justice. Ce fut, à mon sens, une faute de n'en pas former un
département séparé; c'est un honneur dû à l'importance et à la dignité
des intérêts religieux. Précisément de nos jours et après tant de
victoires, le pouvoir laïque ne saurait trop ménager la fierté
susceptible du clergé et de ses chefs. C'est d'ailleurs une combinaison
malhabile de placer les rapports de l'Église avec l'État dans les mains
de ses rivaux ou de ses surveillants officiels. On ne témoigne pas
la méfiance sans l'inspirer, et le meilleur moyen de bien vivre avec
l'Église, c'est d'accepter franchement sa grandeur et de lui faire
largement sa place et sa part.

Réduites à l'instruction publique, les attributions du département que
j'allais occuper étaient, sous ce rapport, très-incomplètes; il avait eu
l'Université pour berceau et n'en était pas sorti; le grand-maître de
l'Université avait pris le titre de ministre de l'instruction publique
en général, mais sans le devenir effectivement. Je réclamai pour ce
ministère ses possessions et ses limites naturelles. D'une part,
tous les grands établissements d'instruction fondés en dehors de
l'Université, le Collège de France, le Muséum d'histoire naturelle,
l'École des chartes, les Écoles spéciales de langues orientales et
d'archéologie; d'autre part, les établissements consacrés, non à
l'enseignement, mais à la gloire et au progrès des sciences et des
lettres, l'Institut, les diverses sociétés savantes, les bibliothèques,
les encouragements scientifiques et littéraires furent placés sous la
main du ministre de l'instruction publique. Quelques lacunes restent
encore dans les attributions qui sont en quelque sorte le droit de
ce département; il n'a pas entre autres, dans la direction et
l'encouragement des beaux-arts, la part d'influence qui devrait lui
appartenir; les arts ont, avec les lettres, des liens naturels et
nécessaires; ce n'est que par ce commerce intime et habituel qu'ils sont
assurés de conserver leur propre et grand caractère qui est le culte du
beau, et sa manifestation aux yeux des hommes. Si Léonard de Vinci et
Michel-Ange n'avaient pas été des lettrés, passant leur vie dans le
monde lettré de leur temps, ni leur influence, ni même leur génie ne se
seraient déployés avec un si pur et si puissant éclat. Placés hors de la
sphère des lettres et dans le domaine de l'administration ordinaire, les
arts courent grand risque de tomber sous le joug, ou de la seule utilité
matérielle, ou des petites fantaisies du public. Le département de
l'instruction publique a encore, sous ce rapport, et dans l'intérêt
des arts eux-mêmes, une importante conquête à faire. A tout prendre
cependant, ce département reçut, au moment où j'y entrai, son extension
légitime et son organisation rationnelle; de 1824 à 1830, il n'avait
guère été qu'un expédient; en 1832, il devint, dans l'ensemble de nos
institutions, un rouage complet et régulier, capable de rendre à la
société et au pouvoir, dans l'ordre intellectuel et moral, les services
dont, aujourd'hui moins que jamais, ils ne sauraient se passer.

Le cabinet ainsi constitué et les attributions de tous les ministres
réglées, chacun de nous se mit à l'oeuvre pour accomplir sa mission
particulière dans la politique commune dont nous poursuivions le succès.
Le duc de Broglie entra en négociation intime avec le cabinet de Londres
pour résoudre enfin, par l'action concertée des deux puissances sur
Anvers, la question belge que la résistance du roi de Hollande aux
instances de l'Europe tenait encore en suspens. Le maréchal Soult et
l'amiral de Rigny se hâtèrent d'organiser l'un l'armée, l'autre la
flotte qui devaient être chargées de cette délicate opération. M. Thiers
porta, sur les moyens de mettre fin aux troubles des départements
de l'Ouest, tout l'effort de sa fertile et habile activité. Nous
entreprîmes, M. Humann, M. Barthe, M. d'Argout et moi, la prompte
préparation des divers projets de loi dont il avait été convenu que
nous occuperions les Chambres dans leur prochaine session. Elle devait
s'ouvrir le 19 novembre. Le discours d'ouverture du Roi était, pour la
couronne et pour le cabinet, d'une grande importance; la politique de
résistance et de liberté, d'indépendance et de paix, tentée dès le
lendemain de la Révolution et énergiquement pratiquée par M. Casimir
Périer, y devait être hautement adoptée au nom des diverses nuances
d'opinion qui venaient de s'unir autour du trône pour former le
Gouvernement. Je fus chargé d'en préparer la rédaction.

C'est une tâche qui m'est presque toujours échue dans les divers
cabinets dont j'ai fait partie. Tâche difficile en elle-même, car peu de
choses le sont davantage que de résumer, dans quelques phrases à la fois
générales et précises, et significatives sans être compromettantes, la
situation et la politique d'un gouvernement, à un moment donné et au
milieu même de l'action. Ce qui est plus difficile encore, c'est
de faire parler en même temps, parla bouche royale, le Roi et ses
conseillers, de façon à satisfaire à la dignité comme à la vraie pensée
des uns et des autres, en écartant les dissidences qui peuvent exister
entre eux, pour ne laisser paraître que l'action harmonique du pouvoir
qu'ils exercent ensemble. Malgré ces embarras, et précisément à cause
de ces embarras, cette épreuve que le régime constitutionnel impose
périodiquement au prince et à ses ministres est bonne et salutaire; elle
leur rappelle, à jour fixe et solennel, leur situation mutuelle et la
nécessité où ils sont de se montrer unis et de parler comme d'agir en
commun. Il y a, dans cette manifestation publique du Gouvernement tout
entier devant le pays, un hommage au rang qu'y tient la royauté et une
garantie pour l'influence du pays auprès de la royauté. C'est beaucoup
d'être obligé de paraître tel qu'il est à souhaiter qu'on soit en effet.
La publicité inévitable détermine souvent la bonne conduite et prévient
bien plus de fautes qu'elle n'en révèle.

Ni pour le roi Louis-Philippe, ni pour ses conseillers, cette obligation
n'avait, en novembre 1832, rien d'embarrassant; ils étaient parfaitement
d'accord et sur les maximes générales de la politique, et sur la
conduite à suivre dans les questions particulières qu'ils avaient à
résoudre. Ni de la part du Roi, ni de celle des ministres, aucune
prétention exorbitante, aucune susceptibilité jalouse ne gênaient entre
eux les rapports. Le cabinet se réunissait tantôt chez son président, le
maréchal Soult, tantôt aux Tuileries autour du Roi, selon la nature et
l'état des affaires dont il avait à s'occuper; et dans l'une comme dans
l'autre de ces réunions, la liberté de la discussion était entière
sans grand'peine, car elle n'avait point de profonds dissentiments à
surmonter. La rédaction du discours de la couronne n'offrait donc,
quant au fond même de la politique, point de difficulté grave; restait
seulement l'obligation, toujours difficile, de se mettre d'accord, et
entre ministres et avec le Roi, sur la mesure, les convenances et les
nuances du langage qu'à propos des diverses questions à l'ordre du jour,
le Roi devait tenir, au nom de la France devant l'Europe, au nom du
gouvernement devant la France. Avant, d'arriver devant le cabinet tout
entier, c'était entre le Roi et moi que cette difficulté se rencontrait,
et ici ma tâche ne laissait pas d'être laborieuse. Non-seulement le
roi Louis-Philippe prenait fort au sérieux ses devoirs de Roi et les
affaires du pays; il avait de plus l'esprit singulièrement abondant,
soudain, vif, mobile, et chaque idée, chaque impression exerçait sur
lui, au moment où elle lui arrivait, un grand empire. Clairvoyant et
judicieux dans le but qu'il se proposait d'atteindre en parlant, il ne
pressentait pas toujours avec justesse l'effet de ses paroles sur le
public auquel elles s'adressaient, et ne se préoccupait guère que de
satisfaire sa propre et actuelle pensée à laquelle il attachait souvent
plus d'importance qu'elle n'en avait réellement. Je lui remis mon projet
de discours dans les premiers jours de novembre, et pendant quinze
jours, nous eûmes, sur chaque paragraphe, presque sur chaque mot, des
discussions sans cesse déroutées et renouvelées par quelque nouvelle
intention ou quelque nouveau doute qui venait se jeter à la traverse
des résolutions adoptées la veille. Je recevais chaque jour, et souvent
plusieurs fois dans la journée, de petits billets du Roi qui me
transmettaient les résultats de cet incessant travail de son esprit, et
m'obligeaient à remanier incessamment le mien. Par respect monarchique,
et aussi dans la conviction qu'en définitive le résultat en serait bon,
j'acceptais de bonne grâce cette longue controverse, souvent assez
insignifiante quoique assez vive. Mon espérance ne fut pas trompée; en
relisant au bout de vingt-sept ans, et comme dans une ancienne histoire,
ce discours d'ouverture de la session de 1832, je le trouve digne du
gouvernement sensé d'un peuple libre; et si je ne m'abuse, tout juge
impartial en recevrait encore aujourd'hui la même impression.

Quand nous en fûmes à peu près tombés d'accord, le Roi et moi, le
cabinet, que j'avais tenu au courant de nos petits débats, adopta
sur-le-champ mon projet de discours, avec de légères modifications.

Je tiens à dire qu'en y insérant, à propos de la politique de
résistance, cette phrase en l'honneur de M. Casimir Périer: «C'est là le
système que vous avez affermi par votre concours, et qu'a soutenu avec
tant de constance le ministre habile et courageux dont nous déplorons la
perte,» je ne rencontrai, de la part du Roi, aucune objection.

Les événements servirent bien le discours. Quand le jour de l'ouverture
des Chambres arriva, le 19 novembre, la politique extérieure et
intérieure du cabinet avait déjà réussi. L'entente et l'action commune
de la France et de l'Angleterre pour mettre fin à la question belge
étaient conclues; les flottes française et anglaise bloquaient ensemble
les côtes de Hollande; l'armée française entrait en Belgique; les ducs
d'Orléans et de Nemours venaient de partir pour aller prendre place dans
ses rangs. Madame la duchesse de Berry avait été découverte à Nantes et
aussitôt transférée à Blaye. Un incident, fort inattendu alors, vint
ajouter à l'effet déjà grand de ces succès du pouvoir: au moment même où
le Roi entrait dans la salle du Palais-Bourbon et commençait à prononcer
son discours, l'assemblée apprit qu'un coup de pistolet venait d'être
tiré sur lui, comme il passait sur le pont des Tuileries; l'émotion fut
aussi vive et aussi générale que soudaine: émotion d'indignation encore
plus que d'alarme; le public n'était pas encore blasé sur l'assassinat.

J'assistais, avec mes collègues, à la séance royale. Ce fut de ma part
un effort; j'étais atteint, depuis trois semaines, d'une bronchite
que la préparation du discours de la couronne et toutes les allées et
venues, les conversations et les discussions auxquelles elle donnait
lieu avaient fort aggravée. Je me mis au lit en rentrant de la séance,
amèrement triste de me sentir hors d'état de prendre part aux débats qui
allaient s'ouvrir.



                                CHAPITRE XVI

                            INSTRUCTION PRIMAIRE.

Je suis malade pendant six semaines.--Prise d'Anvers.--Arrestation de
S. A. R. madame la duchesse de Berry.--De la politique du cabinet dans
cette circonstance.--Je reprends les affaires.--Présentation à la
Chambre des députés du projet de loi sur l'instruction primaire.--Ma vie
domestique.--Des projets et des progrès en fait d'instruction primaire
de 1789 à 1832.--Questions essentielles.--L'instruction primaire
doit-elle être obligatoire?--Doit-elle être gratuite?--De la liberté
dans l'instruction primaire.--Des objets et des limites de l'instruction
primaire.--De l'éducation et du recrutement des instituteurs
primaires.--De la surveillance des écoles primaires.--Concours
nécessaire de l'État et de l'Église.--Que l'instruction primaire doit
être essentiellement religieuse.--Mesures administratives pour assurer
l'exécution et l'efficacité de la loi.--Mesures morales.--Promulgation
de la loi du 28 juin 1833,--Ma circulaire à tous les instituteurs
primaires.--Visite générale des écoles primaires.--Établissement des
inspecteurs des écoles primaires.--Mes rapports avec les corporations
religieuses vouées à l'instruction primaire.--Le frère Anaclet.--L'abbé
J. M. de la Mennais.--L'abbé F. de la Mennais.--Mon rapport au Roi en
avril 1834 sur l'exécution de la loi du 28 juin 1833.--De l'état actuel
de l'instruction primaire.


Je fus malade et condamné à l'inaction pendant plus de six semaines. Mon
mal fut assez grave pour qu'on doutât un moment de ma guérison. Le bruit
courut que j'étais parti pour Nice et que le séjour dans le midi me
serait longtemps nécessaire. Pendant que j'étais confiné dans mon lit,
et que non-seulement toute action, mais toute conversation m'était
interdite, les événements se développaient, les débats se succédaient.
Les deux Chambres discutèrent et votèrent leurs adresses en réponse au
discours du trône. L'action concertée de la France et de l'Angleterre
pour consommer enfin la séparation de la Belgique et de la Hollande
atteignit son but; Anvers fut pris. Quand, le 24 décembre au soir, le
Roi en reçut les félicitations, j'étais encore hors d'état de sortir;
ma femme alla seule porter les miennes aux Tuileries: «J'ai été hier
au château, écrivait-elle le lendemain à sa soeur; le Roi et la reine
faisaient plaisir à voir, si patriotes et si paternels, si heureux de
la gloire de nos armes, si contents de voir leurs enfants à l'abri du
danger, si simples en parlant de leur bonne conduite:--Mes fils ont fait
leur devoir, m'a dit la reine; je suis charmée que l'on sache qu'on peut
compter sur eux en toute occasion.» Quelques jours après, le cabinet eut
à défendre, à la Chambre des députés, sa résolution de ne point traduire
madame la duchesse de Berry devant les tribunaux: le débat fut grave;
le duc de Broglie et M. Thiers en portèrent seuls le poids; j'étais
étranger aux luttes comme aux fêtes.

Il ne m'est resté pourtant, de cette retraite forcée, point de mauvais
souvenirs: j'étais entouré des soins les plus tendres; mes collègues
dans le cabinet ne négligeaient rien pour atténuer mon déplaisir de ne
pouvoir prendre ma part de leur fardeau et pour éloigner de moi
toute préoccupation irritante. Le duc de Broglie, quoique le moins
démonstratif des hommes, est plein de délicatesse et de scrupule dans
ses affections. M. Thiers, avec qui je n'avais point de lien intime,
voulut aussi que j'eusse confiance dans son fidèle intérêt; il écrivit à
ma femme: «J'ai voulu plusieurs fois, Madame, aller voir M. Guizot; mais
j'en ai été empêché par M. de Broglie qui me l'a défendu tout à fait. Il
craint que la vue d'un collègue ne l'agite et ne le fasse trop parler.
Je me suis donc abstenu, malgré le désir que j'aurais de voir un
collègue que j'aime, et dont, plus que personne, je sens le besoin
auprès de nous. Obligez-moi de lui exprimer la part que je prends à son
état et les voeux que je forme pour son rétablissement prochain. On nous
dit que nous jouirons bientôt de sa présence; je le désire ardemment,
car nous avons de lui un besoin indispensable. Dites-moi, je vous
prie, quand je pourrai le voir.» J'étais touché de ces manifestations
amicales. Il n'est pas dans ma nature de m'irriter, même des maux
auxquels je ne me résigne pas; je n'aggravais pas mon impuissance par
mon agitation; mais je la subissais avec un profond chagrin; au fond de
mon lit et dans mon silence, je passais mon temps à réfléchir sur les
événements qui s'accomplissaient, sur les batailles qui se livraient
sans moi; je discutais en moi-même ce que j'aurais fait ou dit, je
sentais ce que j'aurais senti si j'y avais assisté. C'est le puissant
attrait de la vie politique qu'elle emploie l'homme à des desseins
infiniment plus grands que lui-même, et mêle un sentiment désintéressé
aux joies et aux peines personnelles qu'il éprouve en les poursuivant.
Je me soulageais dans ma tristesse et je l'oubliais presque en occupant
ma pensée solitaire des intérêts publics pour lesquels je ne pouvais
rien en ce moment.

La question de la conduite déjà tenue, ou encore à tenir envers madame
la duchesse de Berry me préoccupait surtout fortement. En novembre
1831, pendant le ministère de M. Casimir Périer, j'avais pris part à la
discussion de la loi du 10 avril 1832 qui avait interdit aux membres
de la branche aînée de la maison de Bourbon, comme aux membres de la
famille Bonaparte, le territoire de la France. Nous avions cru faire
beaucoup, à cette époque, au nom de la politique comme de la convenance
morale, en bornant la loi à cette prohibition, sans y insérer aucune
sanction pénale. Et il y avait eu, dans cet acte, quelque mérite, car il
avait fallu, de la part du gouvernement et de ses amis, un grand effort
pour faire écarter de cette loi l'article 91 du Code pénal, c'est-à-dire
les poursuites judiciaires et la peine de mort pour les princes des
maisons qui avaient régné sur la France, si, en rentrant sur le sol
français, ils y suscitaient la guerre civile. Placés, en novembre 1832,
en face de l'occurrence ainsi prévue, nous nous aperçûmes à l'instant
qu'on n'avait pas assez fait, en 1831, pour garantir la bonne politique:
les poursuites judiciaires et l'article 91 du Code pénal n'étaient pas
écrits, il est vrai, dans la loi du 10 avril 1832; mais la question
de leur application restait ouverte; la loi ne la résolvait pas et ne
donnait pas au gouvernement le droit de la résoudre lui-même. Nous nous
hâtâmes de déclarer dans _le Moniteur_, par une ordonnance du Roi,
«qu'un projet de loi serait présenté aux Chambres pour statuer
relativement à madame la duchesse de Berry.» C'était, disait-on, le seul
moyen de couper court à l'action des tribunaux déjà commencée par la
Cour royale de Poitiers, et à l'application du Code pénal que la loi du
10 avril n'avait pas plus interdite que prescrite. Mais ce moyen était
d'un difficile et périlleux emploi. C'est un principe constitutionnel
qu'en pareille matière les Chambres n'agissent que d'avance et par des
mesures générales, jamais après coup et en prononçant sur les personnes;
les souvenirs des temps révolutionnaires et de leurs proscriptions
législatives accroissaient beaucoup dans les esprits l'autorité de ce
principe; il était aisé de prévoir que la Chambre des députés n'aurait
nulle envie de statuer elle-même et directement sur madame la duchesse
de Berry, et que l'opposition aurait beau jeu à exploiter ses scrupules
ou, son humeur. Nous le sentîmes si bien que nous ne donnâmes, à
l'ordonnance qui avait annoncé un projet de loi, aucune suite: au lieu
de porter aux Chambres la question tout entière, le gouvernement prit le
parti de la résoudre lui-même, d'interdire envers madame la duchesse
de Berry toute poursuite judiciaire, toute application pénale, et de
n'avoir ainsi à débattre, devant les Chambres, qu'un fait accompli et sa
propre responsabilité en l'accomplissant. C'était, sans nul doute, dans
l'embarras de sa situation, la conduite que lui prescrivaient, et la
seule que lui permissent les convenances morales et la politique,
l'équité et le bon sens. Mais l'embarras eût été bien moindre et
probablement la résolution du cabinet bien plus complète si la loi du 10
avril 1832, en interdisant aux princes des familles royales déchues
le sol de la France, avait expressément déclaré d'avance que, s'ils
violaient cette interdiction, ils ne seraient, de leur personne, l'objet
d'aucune poursuite judiciaire, et qu'ils resteraient à la disposition
du gouvernement qui les renverrait du territoire ou les retiendrait
prisonniers, selon qu'il le jugerait opportun et sous sa responsabilité.
Contre cette législation exceptionnelle et toute politique, on réclamait
l'égalité devant la loi: il y a des cas où l'égalité devant la loi est
un mensonge qui choque également la justice et la politique, la morale
et la raison. Ce sont des esprits bien superficiels ceux qui disent que,
dans la monarchie, l'inviolabilité du monarque est une fiction; c'est au
contraire la simple reconnaissance d'une vérité morale que l'instinct
des hommes a pressentie, et qui est toujours ressortie plus éclatante
des orages où elle avait momentanément succombé. Quand une personne a
été le symbole permanent du pouvoir social suprême, rien ne peut faire
qu'elle redevienne un simple sujet, et la fiction est du côté de ceux
qui prétendent la faire rentrer dans le droit commun. On peut n'avoir
pas de rois; on ne juge pas les rois; et l'histoire est là pour nous
apprendre que la prétention de les juger n'a jamais produit que des
iniquités funestes, car la conscience publique n'a jamais vu, dans les
arrêts de cette prétendue justice, que les coups de la haine ou de la
peur. Sans être inviolables comme le Roi lui-même, les membres des
familles royales restent toujours, moralement et politiquement,
très-difficiles et très-nuisibles à juger, surtout quand le trône
qu'ils entouraient est tombé dans une tempête, et qu'ils ont l'air de
poursuivre leur droit en essayant de le relever. Il y a, entre leur
élévation comme princes et leur détresse comme déchus et accusés, un
contraste qui inspire pour eux plus d'intérêt que leurs entreprises
n'excitent de colère ou d'alarme; acquittés, ils deviennent presque des
vainqueurs; condamnés, ils sont des victimes de leur cause et de leur
courage. Gouvernement et Chambres, nous agissions en 1832 et en
1836 sous l'empire de cette juste appréciation morale quand, après
l'arrestation de madame la duchesse de Berry à Nantes et celle du prince
Louis-Napoléon à Strasbourg, nous prenions le parti de ne point les
livrer aux tribunaux; mais la loi du 10 avril 1832, par son timide
silence, rendit notre résolution plus difficile et plus incomplète.
Quand on a raison, on a plus raison qu'on ne croit et qu'on n'ose. Il
y a de la force comme de la dignité à proclamer hautement dans son
principe et à accepter pleinement dans ses conséquences la politique
qu'on se décide à pratiquer. Si nous avions trouvé la nôtre autorisée
d'avance dans la loi, nous aurions probablement reconduit sur-le-champ
madame la duchesse de Berry hors de France, et nous aurions ainsi
épargné à la monarchie de 1830 de pesants embarras et de tristes
spectacles sans lui faire courir un danger de plus.

C'était là, dès le premier moment, l'avis et le désir du roi
Louis-Philippe; il avait vu avec déplaisir la loi du 10 avril 1832, ne
la jugeant nécessaire ni pour la sûreté de la France, ni pour la sienne
propre, et la trouvant fâcheuse dès qu'elle n'était pas indispensable;
ses ministres ne l'avaient point proposée; malgré les atténuations
qu'elle avait subies à travers les débats des deux Chambres, il avait
tardé longtemps à la sanctionner, détestant sincèrement la moindre
apparence et jusqu'aux simples mots de proscription et de confiscation.
Quand le jour vint d'en faire l'application, le Roi eût souhaité qu'on
se bornât à la stricte observation du texte légal; la loi interdisait à
Charles X et à ses descendants le territoire de la France; elle était
satisfaite si madame la duchesse de Berry était immédiatement reconduite
hors de France: «Personne, au fond, ne veut la faire juger, me dit-il
un jour; on ne sait pas quels embarras on encourt en la retenant; les
princes sont aussi incommodes en prison qu'en liberté; on conspire pour
les délivrer comme pour les suivre, et leur captivité entretient chez
leurs partisans plus de passions que n'en soulèverait leur présence.»
Mais dans l'état des esprits en 1832, après les conspirations et les
insurrections de Paris et de la Vendée, aucun cabinet n'eût pu mettre
sur-le-champ madame la duchesse de Berry en liberté à la frontière, et
tout en laissant entrevoir sa pensée, le Roi ne nous le demanda point.
La méfiance est le fléau des révolutions; elle hébète les peuples, même
quand elle ne leur fait plus commettre des crimes. Pas plus que mes
collègues, je ne jugeai possible, en 1833, de ne pas retenir madame la
duchesse de Berry: des esprits grossiers ou légers ont pu croire que les
incidents de sa captivité avaient tourné au profit de la monarchie de
1830; je suis convaincu qu'on aurait bien mieux servi cette monarchie en
agissant avec une hardiesse généreuse, et que tous, pays, Chambres et
cabinet, nous aurions fait acte de sage comme de grande politique en
nous associant au désir impuissant, mais clairvoyant, du Roi.

Dans les premiers jours de janvier, je me sentis en état de rentrer dans
la vie active, et je la repris en présentant à la Chambre des députés
le projet de loi que, depuis la formation du cabinet, j'étais occupé de
préparer sur l'instruction primaire. J'étais encore si faible que je
ne pus lire moi-même à la tribune ni l'exposé des motifs, ni le projet
même. M. Renouard, l'un de mes amis particuliers dans la Chambre, et sur
qui je comptais avec raison pour me seconder dans cette discussion, s'en
acquitta pour moi. J'abordais avec plaisir et confiance cette grande
question tant de fois soulevée, jamais résolue, et à laquelle je me
croyais en mesure d'apporter une solution vraiment efficace. Je ne
savais pas quelles épreuves m'attendaient avant que je fusse appelé à
débattre le projet de loi que je présentais.

Je n'ai nul penchant à entretenir le public de ma vie privée; plus les
sentiments intimes sont profonds et doux, moins ils aiment à se montrer,
car il leur est impossible de se montrer tels qu'ils sont. Les rois
livrent aux regards des curieux les diamants de leur couronne; on
n'étale pas les trésors dont ceux-là seuls qui les possèdent connaissent
le prix. Mais quand arrive le jour fatal où ces trésors nous sont ravis,
ce serait leur manquer de respect et de foi que de ne pas laisser
voir ce qu'ils étaient pour nous et quel vide ils nous laissent. J'ai
beaucoup aimé la vie politique; je m'y suis adonné avec ardeur; j'ai
fait, sans compter, les sacrifices et les efforts qu'elle m'a demandés;
mais elle a toujours été loin, bien loin de me suffire. Non que je
me plaigne de ses épreuves: beaucoup d'hommes publics ont parlé avec
amertume des mécomptes qu'ils avaient éprouvés, des revers qu'ils
avaient subis, des rigueurs du sort et de l'ingratitude des hommes. Je
n'ai rien de semblable à dire, car je n'ai pas connu de tels sentiments:
quelque violemment que j'aie été atteint, je n'ai pas trouvé les hommes
plus aveugles ou plus ingrats, ni ma destinée politique plus rude que je
ne m'y attendais; elle avait eu ses grandes joies, elle a eu ses grandes
tristesses; c'est la loi de l'humanité. C'est dans les plus heureux
jours et au milieu des meilleurs succès de ma carrière que j'ai toujours
trouvé la vie politique insuffisante; le monde politique est froid et
sec; les affaires des sociétés humaines sont grandes et s'emparent
puissamment de la pensée; mais elles ne remplissent point l'âme; elle a
des ambitions autres, et plus variées, et plus exigeantes que celle des
plus ambitieux politiques; elle veut un bonheur plus intime, et plus
doux que tous les travaux et tous les triomphes de l'activité et de la
grandeur sociale n'en peuvent donner. Ce que je sais aujourd'hui, au
terme de ma course, je l'ai senti quand elle commençait et tant qu'elle
a duré; même au milieu des grandes affaires, les affections tendres sont
le fond de la vie, et la plus glorieuse n'a que des joies superficielles
et incomplètes si elle est étrangère au bonheur de la famille et de
l'intimité.

Je le possédais bien complet en 1832, quand je pris place dans le
cabinet du 11 octobre. Je me permets, non sans quelque hésitation, mais
sans scrupule, le douloureux plaisir d'en citer ici un témoignage qui
en dit plus que je ne pourrais et n'en voudrais dire moi-même. Le 22
octobre, ma femme écrivait à sa soeur: «Je sais que les affaires sont
difficiles, orageuses, périlleuses peut-être, et pourtant je jouis
beaucoup d'y voir mon mari rentré. Avant notre mariage, il me demanda un
jour si je ne serais jamais effrayée des vicissitudes de sa destinée; je
vois encore ses yeux briller sur moi en m'entendant lui répondre qu'il
pouvait être tranquille, que je jouirais passionnément de ses succès
et n'aurais pas un soupir pour ses revers. Ce que je lui ai dit est
toujours vrai; ce que je lui ai promis, je le tiendrai; je m'inquiète,
je me désole des obstacles, des ennuis, des luttes, des dangers qu'il
trouvera sur son chemin; mais, somme toute, j'ai bonne confiance et je
suis contente, car il l'est. Ma vie d'ailleurs n'est pas brisée, comme
pendant son ministère de l'intérieur; je le vois bien moins que je ne
voudrais, mais enfin je le vois; ma chambre est près de son cabinet; il
se porte bien, quoiqu'il travaille beaucoup; de plus son ministère lui
est agréable; il se retrouve avec plaisir au milieu des compagnons et
des travaux de sa jeunesse; l'instruction publique le repose de la
politique générale. C'est un grand avantage. Et puis, ma chère amie, que
Dieu me laisse à lui et lui à moi; je serai toujours, même au milieu
de toutes les craintes et de toutes les épreuves, la plus heureuse des
créatures.»

Moins de trois mois après cette lettre, le 11 janvier 1833, ma femme me
donna un fils, son plus vif désir au milieu de son bonheur, et l'objet,
à peine entrevu, de son jeune orgueil maternel. Elle semblait se
rétablir parfaitement; onze jours après ses couches, elle se leva,
pleine de confiance, et tous autour d'elle confiants comme elle. M.
Royer-Collard vint me voir; elle voulut le voir, et causa gaiement avec
lui. Il me dit en sortant: «Elle est très-bien; veillez-y pourtant;
l'âme est plus forte que le corps; c'est une de ces natures héroïques
qui ne se doutent pas du mal tant qu'elles n'en sont pas vaincues.»
Trois jours après, la fièvre la reprit; elle se remit au lit; six
semaines après, le 11 mars, je l'avais perdue.

Il en est du malheur intime comme du bonheur; on ne peut ni en parler,
ni s'en taire absolument. Je me hâtai de reprendre mes travaux; je
rentrai au conseil et aux Chambres dès que je le pus avec convenance et
efficacité. Chaque jour, quand j'en avais fini avec mes affaires et mes
devoirs, je restais seul avec mes enfants, ma mère, et souvent avec
la duchesse de Broglie dont la sympathique amitié me fut, dans cette
épreuve, très-douce et secourable. M. Royer-Collard venait aussi me voir
quelquefois, et je prenais plaisir à sa conversation, sans lui parler de
moi et sans qu'il m'en parlât. Vers la fin du mois de juillet suivant,
pendant qu'il était dans sa terre de Châteauvieux, je lui écrivis, sans
doute dans un accès d'amère tristesse et avec plus d'effusion que je
n'avais jamais fait; il me répondit: «Votre lettre, mon cher ami, ne m'a
pas seulement ému; elle m'a fait descendre avec vous dans cet abîme où
vous êtes tombé. Je ne le croyais pas si profond; l'empire que vous avez
sur vous, et qui semblait régler votre âme comme vos paroles, sans me
tromper tout-à-fait, ne m'avait pas laissé pénétrer assez avant. Je
comprends votre état, autant qu'il est possible, n'ayant pas vu d'assez
près quel a été votre bonheur. Je trouve en moi de quoi compatir à vos
sentiments et à votre douleur. J'ai la confiance que, loin de la tourner
en désespoir, le temps, sans la guérir, sans la dénaturer, vous la
rendra supportable. Vous avez devant vous une longue vie, l'éducation de
vos enfants, une carrière à peine ouverte que vous êtes sûr d'honorer
par des services rendus à la cause de l'humanité. Ce sont de puissantes
distractions; vous les recevrez peu à peu, et vous les laisserez agir.
Quoique mon état diffère beaucoup du vôtre, comme la fin du jour diffère
du plein midi, il s'en rapproche en ce que je vis, comme vous et depuis
bien plus longtemps, dans une parfaite solitude, assez préoccupé du
passé, fort peu de l'avenir, ne comptant guère avec le présent, et
repassant silencieusement ma vie écoulée dans laquelle je trouve bien
des enseignements dont je ne profiterai pas.»

Cette lettre à la fois sympathique et fortifiante me fut bonne, et
aujourd'hui encore, je ne la relis pas sans émotion. Elle est du 6 août
1833.

Ce fut pour moi, à cette douloureuse époque, une circonstance propice
que le projet de loi sur l'instruction primaire se trouvât à l'ordre
du jour, et m'imposât des efforts assidus. En entrant au ministère de
l'instruction publique, j'avais cette oeuvre-là particulièrement à
coeur. Parce que j'ai combattu les théories démocratiques et résisté aux
passions populaires, on a dit souvent que je n'aimais pas le peuple,
que je n'avais point de sympathie pour ses misères, ses instincts, ses
besoins, ses désirs. Il y a, dans la vie publique comme dans la vie
privée, des amours de plus d'une sorte; si ce qu'on appelle aimer le
peuple, c'est partager toutes ses impressions, se préoccuper de ses
goûts plus que de ses intérêts, être en toute occasion enclin et prêt à
penser, à sentir et à agir comme lui, j'en conviens, ce n'est pas là ma
disposition; j'aime le peuple avec un dévouement profond, mais libre et
un peu inquiet; je veux le servir, mais pas plus m'asservir à lui que me
servir de lui pour d'autres intérêts que les siens; je le respecte
en l'aimant, et parce que je le respecte, je ne me permets ni de
le tromper, ni de l'aider à se tromper lui-même. On lui donne la
souveraineté; on lui promet le complet bonheur; on lui dit qu'il a droit
à tous les pouvoirs de la société et à toutes les jouissances de la vie.
Je n'ai jamais répété ces vulgaires flatteries; j'ai cru que le peuple
avait droit et besoin de devenir capable et digne d'être libre,
c'est-à-dire d'exercer, sur ses destinées privées et publiques, la part
d'influence que les lois de Dieu accordent à l'homme dans la vie et, la
société humaines. C'est pourquoi, tout en ressentant pour les détresses
matérielles du peuple une profonde sympathie, j'ai été surtout touché et
préoccupé de ses détresses morales, tenant pour certain que, plus il se
guérirait de celles-ci, plus il lutterait efficacement contre celles-là,
et que, pour améliorer la condition des hommes, c'est d'abord leur âme
qu'il faut épurer, affermir et éclairer.

C'est à l'instinct de cette vérité qu'est due l'importance qu'on attache
partout aujourd'hui à l'instruction populaire. D'autres instincts, moins
purs et moins sains, se mêlent à celui-là, l'orgueil, une confiance
présomptueuse dans le mérite et la puissance de l'intelligence seule,
une ambition sans mesure, la passion d'une prétendue égalité. Mais en
dépit de ce mélange dans les sentiments qui la recommandent, en dépit de
ses difficultés intrinsèques et des inquiétudes qu'elle inspire encore,
l'instruction populaire n'en est pas moins, de nos jours, fondée en
droit comme en fait, une justice envers le peuple et une nécessité pour
la société. Pendant sa mission en Allemagne, l'un des hommes qui ont
le mieux étudié cette grande question, M. Eugène Rendu demandait à un
savant et respectable prélat, le cardinal de Diepenbrock, prince-évêque
de Breslau, «si, dans sa pensée, la diffusion de l'enseignement au sein
des masses devait créer un péril pour la société.--Jamais, répondit
le cardinal, si l'idée religieuse assigne à l'instruction son but
et préside à sa marche. D'ailleurs il ne s'agit plus de discuter la
question; elle est posée; sous peine de mort, la société doit la
résoudre. Quand le wagon est sur les rails, que reste-t-il à faire? à le
diriger.»

Il y avait en 1832 autre chose encore à faire, parmi nous, que de
diriger le wagon; il fallait le mettre vraiment en mouvement, en
mouvement effectif et durable. Quand on regarde de près à ce qui s'est
passé de 1789 à 1832 en fait d'instruction primaire, on est frappé à la
fois de la puissance de cette idée et de la vanité des essais tentés
pour la réaliser. Elle préoccupe tous les hommes qui gouvernent ou
aspirent à gouverner la France. Quand elle s'éclipse un moment, c'est
devant d'autres préoccupations plus pressantes, et elle ne tarde pas à
reparaître. Elle pénètre jusqu'au sein des partis et des pouvoirs qui
semblent la redouter; de 1792 à 1795, la Convention nationale rend sept
décrets pour déclarer qu'il y aura partout des écoles primaires et pour
prescrire ce qu'elles seront; paroles stériles, et pourtant sincères.
L'Empire parle et s'occupe peu de l'instruction primaire; c'est
l'instruction secondaire qui est l'objet favori de sa sollicitude et de
ses habiles soins. Pourtant un homme se rencontre dans les conseils de
l'Empire où il ne tient qu'un rang modeste, mais d'un esprit et d'un
renom assez élevés pour attirer l'attention publique sur ses travaux et
ses idées, quel qu'en soit l'objet; M. Cuvier voyage en Hollande, en
Allemagne, en Italie, et rend compte, à son retour, des établissements
d'instruction publique qu'il a visités, notamment des écoles primaires
hollandaises dont la bonne et efficace organisation l'a frappé; un vif
intérêt se réveille pour ces institutions; on y pense, on en parle,
on compare, on regrette. L'Empire tombe; la Restauration arrive; les
grandes luttes politiques recommencent; mais au milieu de leur bruit, le
gouvernement de l'instruction publique est dans les mains d'hommes
qui veulent sérieusement le bien du peuple sans lui faire la cour; M.
Royer-Collard y préside; M. Cuvier y exerce une grande influence; ils
s'appliquent à multiplier, à améliorer, à surveiller efficacement les
écoles primaires; sur leur provocation, le Roi rend des ordonnances
qui réclament et règlent le concours des autorités et des sympathies
locales; le Conseil de l'instruction publique entretient une
correspondance assidue pour en assurer l'exécution. De nouvelles
méthodes s'annoncent en Europe avec quelque fracas, l'enseignement
mutuel, l'enseignement simultané, le docteur Bell, M. Lancaster; elles
inspirent aux uns de l'enthousiasme, aux autres de l'inquiétude; sans
prendre parti, sans rien épouser comme sans rien proscrire, le Conseil
de l'instruction publique accueille, encourage, surveille. Le pouvoir
politique change de mains; il passe dans celles d'un parti qui se méfie
de cet élan libéral; mais en même temps qu'ils ménagent les méfiances et
font de funestes concessions aux exigences de leurs adhérents, les chefs
intelligents de ce parti ne veulent pas qu'on les tienne pour ennemis de
l'instruction populaire; ils sentent qu'il y a là une force qui ne se
laissera pas étouffer, et ils essayent de la diriger à leur profit en
lui donnant satisfaction. De 1821 à 1826, huit ordonnances du Roi,
contre-signées par M. Corbière, ministre de l'intérieur, autorisent,
dans quatorze départements, des congrégations religieuses sincèrement
vouées à l'instruction primaire, et qui instituent un certain nombre
de nouvelles écoles; les Frères de l'instruction chrétienne fondés en
Bretagne par l'abbé J.-M. de la Mennais, les Frères de la doctrine
chrétienne de Strasbourg, de Nancy, de Valence, les Frères de
Saint-Joseph dans le département de la Somme, les Frères de
l'instruction chrétienne du Saint-Esprit dans cinq départements de
l'Ouest, datent de cette époque et l'honorent. En 1827, une nouvelle
secousse politique reporte vers d'autre rangs le gouvernement de la
France; le ministère Martignac remplace le ministère Villèle; un des
premiers soins du nouveau ministre de l'instruction publique, M. de
Vatimesnil, est non-seulement de donner aux écoles primaires de nouveaux
encouragements, mais de rappeler dans leur administration l'esprit
libéral des ordonnances provoquées en 1816 et 1820 par M. Cuvier. La
crise fatale de la Restauration approche; son mauvais génie prévaut
dans sa politique générale; appelé en novembre 1829, comme ministre
de l'instruction publique, dans le cabinet du prince de Polignac, M.
Guernon de Ranville y propose cependant, pour l'extension des écoles
primaires et le meilleur sort des instituteurs, des mesures excellentes;
il rencontre des doutes, des objections, une résistance timide, mais
répétée; il persiste, et sur sa demande le roi Charles X signe une
ordonnance remarquable non-seulement par ses prescriptions pratiques,
mais par les idées et les sentiments dont l'expression officielle les
accompagne. On ne peut pas dire que, de 1814 à 1830, l'instruction
primaire ne se soit pas ressentie des atteintes de la politique; mais
elle n'a point péri dans ce dangereux contact; soit équité, soit
prudence, les pouvoirs même qui s'inquiétaient de ses prétentions ont
cru devoir la traiter avec bienveillance et seconder ses progrès.

Le gouvernement de 1830 lui devait être et lui fut, dès son origine,
hautement favorable. M. Barthe, sous le ministère de M. Laffitte, et
M. de Montalivet, sous celui de M. Casimir Périer, s'empressèrent
de présenter, l'un à la Chambre des pairs, l'autre à la Chambre des
députés, des projets de loi destinés à multiplier rapidement les écoles
primaires, à leur donner des garanties d'avenir, et à introduire dans ce
premier degré de l'enseignement, la liberté promise par la Charte. Il y
avait rivalité entre le gouvernement et les Chambres pour entreprendre
cette oeuvre; au même moment où ces projets de loi étaient présentés,
deux propositions spontanées naissaient dans la Chambre des députés,
conçues dans des principes un peu différents, mais inspirées par le même
esprit et tendant au même dessein. M. Daunou fit, sur l'un des projets
de loi, un rapport remarquable par un sentiment profondément libéral,
un langage habilement modéré et une antipathie visible, quoique
discrètement contenue, pour l'Université impériale. Mais aucun de ces
projets n'alla jusqu'à une discussion publique: le mouvement était
imprimé, les obstacles écartés, le public impatient de voir enfin
l'instruction primaire fondée; quand le cabinet du 11 octobre 1832
se forma, l'oeuvre était de toutes parts réclamée et solennellement
promise, mais à peine commencée.

J'avais autour de moi, dans le Conseil royal de l'instruction publique,
toutes les lumières et tout l'appui que je pouvais souhaiter pour
l'accomplir. Investis dans les lettres, dans les sciences, dans le
monde, de cette autorité librement acceptée que donnent le talent
supérieur et la longue expérience, les membres de ce conseil étaient
de plus mes confrères et mes amis. Nous vivions dans une grande et
naturelle intimité. Quelle que fût la diversité de nos études et de nos
travaux, nous avions tous, quant à l'instruction populaire, les mêmes
idées et les mêmes désirs. M. Villemain et M. Cousin, M. Poisson et M.
Thénard, M. Guéneau de Mussy et M. Rendu portaient, au projet de loi que
nous préparions ensemble, presque autant d'intérêt que moi. M. Cousin,
pendant son voyage en Allemagne en 1831 et dans le beau rapport publié à
son retour, en avait posé et étudié avec soin toutes les questions. Je
doute qu'elles aient jamais été plus sérieusement débattues qu'elles ne
le furent dans notre conseil intérieur, avant la présentation du projet
de loi.

La première, et celle qui, non pas pour moi, mais pour de bons esprits,
demeure encore indécise, fut la question de savoir s'il fallait faire,
de l'instruction primaire pour tous les enfants, une obligation absolue,
imposée par la loi à tous les parents, et sanctionnée par certaines
peines en cas de négligence, ainsi que cela se pratique en Prusse et
dans la plupart des États de l'Allemagne. Je n'ai rien à dire des pays
où cette règle est depuis longtemps établie et acceptée par le sentiment
national; elle y a certainement produit de bons résultats; mais je
remarque qu'elle n'existe guère que chez des peuples jusqu'ici peu
exigeants en fait de liberté, et qu'elle a pris naissance chez ceux où,
par suite de la Réforme du XVIe siècle, le pouvoir civil est, dans les
matières religieuses ou qui touchent de près aux intérêts religieux, le
pouvoir suprême. La fière susceptibilité des peuples libres et la forte
indépendance mutuelle du pouvoir temporel et du pouvoir spirituel
s'accommoderaient mal de cette action coercitive de l'État dans
l'intérieur de la famille; et là où les traditions ne la sanctionnent
pas, les lois échoueraient à l'introduire, car ou bien elles n'iraient
pas au delà d'un commandement vain, ou bien elles auraient recours, pour
se faire obéir, à des prescriptions et à des recherches inquisitoriales
odieuses à tenter et presque impossibles à exécuter, surtout dans un
grand pays. La Convention nationale le tenta; c'est-à-dire le décréta
en 1793, et parmi toutes ses tyrannies, celle-là du moins demeura sans
effet. L'instruction populaire est de nos jours en Angleterre, de la
part des pouvoirs nationaux et municipaux comme des simples citoyens,
l'objet d'un zélé et persévérant effort; personne pourtant ne propose
de la commander aux parents absolument et par la loi. Elle prospère aux
États-Unis d'Amérique; les gouvernements locaux et les associations
particulières font de grands sacrifices pour multiplier et perfectionner
les écoles; on ne songe pas à pénétrer dans l'intérieur des familles
pour y recruter forcément des écoliers. C'est le caractère et l'honneur
des peuples libres d'être à la fois confiants et patients, de compter
sur l'empire de la raison éclairée, de l'intérêt bien entendu, et de
savoir en attendre les effets. Je fais peu de cas des règles qui portent
l'empreinte du couvent ou de la caserne; j'écartai décidément la
contrainte de mon projet de loi sur l'instruction primaire, et nul de
mes collaborateurs n'insista pour l'y introduire, pas même ceux qui en
ressentaient quelque regret.

Après la question de l'instruction primaire obligatoire venait celle de
l'instruction primaire libre. Sur celle-ci, il ne pouvait y avoir de
doute; la Charte avait promis la liberté de l'enseignement, et ce
n'était pas en fait d'instruction primaire que cette promesse
pouvait donner lieu à des interprétations diverses et à de longues
contestations. Personne ne songeait à vouloir que l'instruction primaire
fût complétement livrée à l'industrie particulière évidemment incapable
d'y suffire et peu tentée de l'entreprendre. L'oeuvre est immense et
sans brillantes perspectives; l'action de l'État y est indispensable. La
libre concurrence entre l'État et les particuliers, les écoles privées
ouvertes à côté des écoles publiques et aux mêmes conditions, c'était là
tout ce que demandaient les libéraux les plus exigeants, et ce que ne
contestaient pas les plus prudents amis du pouvoir.

Une troisième question élevait plus de débats: dans les écoles
publiques, l'instruction primaire serait-elle absolument gratuite et
réellement donnée par l'État à tous les enfants du pays? C'était le
rêve de généreux esprits. Dans la Constitution de 1791, l'Assemblée
constituante avait décrété «qu'il serait créé et organisé une
instruction publique commune à tous les citoyens, gratuite à l'égard
des parties d'enseignement indispensables pour tous les hommes.» La
Convention nationale, en maintenant ce principe, avait fixé à 1,200
livres le _minimum_ du traitement des instituteurs. L'expérience
avait démontré la vanité de ces promesses aussi peu fondées en droit
qu'impossibles à réaliser. L'État doit offrir l'instruction primaire à
toutes les familles et la donner à celles qui ne peuvent pas la payer;
et en cela il fait plus pour la vie morale des peuples qu'il ne peut
faire pour leur condition matérielle. C'est là sur ce point le vrai
principe, et ce fut celui qu'adopta mon projet de loi.

Ces questions générales et en quelque sorte préliminaires ainsi
résolues, restaient les questions spéciales dont la solution devait
devenir le texte et le commandement de la loi. Quels doivent être les
objets et les limites de l'instruction primaire? Comment se formeront
et se recruteront les instituteurs publics? Quelles autorités seront
chargées de la surveillance des écoles primaires? Quels seront les
moyens et les garanties pour l'exécution efficace de la loi?

Parmi les sentiments qui peuvent animer un peuple, il en est un dont
il faudrait déplorer l'absence s'il n'existait pas, mais qu'il faut
se garder de flatter ou d'exciter là où il existe, c'est l'ambition.
J'honore les générations ambitieuses; il y a beaucoup à en attendre,
pourvu qu'elles ne puissent pas tenter aisément tout ce qu'elles
désirent. Et comme de toutes les ambitions, la plus ardente de nos
jours, sinon la plus apparente, surtout dans les classes populaires,
c'est l'ambition de l'esprit, dont elles espèrent à la fois des plaisirs
d'amour-propre et des moyens de fortune, c'est surtout de celle-là qu'il
faut, tout en la traitant avec bienveillance, surveiller et diriger avec
soin le développement. Je ne connais rien de plus nuisible aujourd'hui
pour la société, et pour le peuple lui-même, que le mauvais petit
savoir populaire, et les idées vagues, incohérentes et fausses, actives
pourtant et puissantes, dont il remplit les têtes.

Pour lutter contre ce péril, je distinguai dans le projet de loi deux
degrés d'instruction primaire: l'une élémentaire et partout nécessaire,
dans les campagnes les plus retirées et pour les plus humbles conditions
sociales; l'autre supérieure et destinée aux populations laborieuses
qui, dans les villes, ont à traiter avec les besoins et les goûts d'une
civilisation plus compliquée, plus riche et plus exigeante. Je renfermai
strictement l'instruction élémentaire dans les connaissances les plus
simples et d'un usage vraiment universel. Je donnai à l'instruction
primaire supérieure plus de variété et d'étendue; et tout en en
déterminant d'avance les principaux objets, le projet de loi ajoutait
«qu'elle pourrait, selon les besoins et les ressources des localités,
recevoir les développements qui seraient jugés convenables.» J'assurais
ainsi les progrès les plus étendus de l'instruction primaire là où ils
seraient naturels et utiles, sans les porter là où leur inutilité est
peut-être leur moindre défaut. La Chambre des députés demanda que
la perspective d'une extension variable et indéfinie fût ouverte à
l'instruction primaire élémentaire, aussi bien qu'à l'instruction
primaire supérieure. Je ne crus pas devoir lutter obstinément contre
cet amendement qui rencontra une approbation presque générale; mais il
indiquait peu d'intelligence du but que se proposait le projet de loi en
distinguant les deux degrés d'instruction primaire. Précisément parce
qu'elle est partout nécessaire, l'instruction primaire élémentaire doit
être fort simple, et partout à peu près la même. C'était faire assez
pour la variété des situations et pour l'esprit d'ambition dans
l'éducation populaire que de leur ouvrir les écoles primaires
supérieures. La tendance à étendre, par fantaisie d'esprit plutôt que
par besoin réel, l'instruction primaire universelle ne mérite pas
d'encouragement légal; les lois ont pour objet de pourvoir à ce qui est
nécessaire, non d'aller au-devant de ce qui peut devenir possible, et
leur mission est de régler les forces sociales, non de les exciter
indistinctement.

L'éducation des instituteurs eux-mêmes est évidemment l'un des plus
importants objets d'une loi sur l'instruction populaire. J'adoptai sans
hésiter, pour y pourvoir, le système des écoles normales primaires dont
les premiers essais avaient commencé en France en 1810, et qui comptait
déjà en 1833 quarante-sept établissements de ce genre créés par le libre
bon vouloir des départements ou des villes et les encouragements du
gouvernement. J'en fis une institution générale et obligatoire. Dans
l'état actuel et avec le caractère essentiellement laïque de notre
société, c'est là le seul moyen d'avoir toujours, pour l'instruction
primaire, un nombre suffisant de maîtres, et d'avoir des maîtres formés
pour leur mission. C'est de plus une carrière intellectuelle ouverte à
ces classes de la population qui n'ont guère devant elles, à leur entrée
dans la vie, que des professions de travail matériel; c'est enfin une
influence morale placée au milieu de ce peuple sur qui le pouvoir n'agit
plus guère aujourd'hui que par les percepteurs, les commissaires de
police et les gendarmes. A coup sûr, l'éducation des instituteurs dans
les écoles normales où ils se forment, et leur influence, quand ils sont
formés, peuvent être mauvaises; il n'y a point de bonne institution qui,
mal dirigée, ne puisse tourner à mal, et qui, même bien dirigée, n'ait
ses inconvénients et ses périls; mais ce n'est là que la condition
générale de toutes les oeuvres humaines, et on n'en accomplirait aucune
si l'on ne se résignait et à leur imperfection, et à la nécessité de
veiller toujours pour empêcher que l'ivraie ne s'empare du champ et n'y
étouffe le bon grain.

En faisant des écoles normales primaires une institution publique et
légale, j'étais loin de vouloir détruire ou seulement affaiblir
les autres pépinières d'instituteurs que forment les associations
religieuses vouées à l'éducation populaire; je souhaitais, au contraire,
que celles-là aussi se développassent largement, et qu'une salutaire
concurrence s'établît entre elles et les écoles normales laïques.
J'aurais même désiré faire un pas de plus et donner, aux associations
religieuses vouées à l'instruction primaire, une marque publique de
confiance et de respect. Dans la plupart des ordonnances royales rendues
de 1821 à 1826 pour autoriser des associations de ce genre, notamment
pour la congrégation de l'instruction chrétienne fondée par l'abbé de la
Mennais dans les départements de Bretagne, pour la congrégation de même
nom à Valence, pour les Frères de Saint-Joseph dans le département de
la Somme, il était prescrit que «le brevet de capacité exigé de tout
instituteur primaire serait délivré à chaque frère de ces diverses
congrégations sur le vu de la lettre particulière d'obédience qui lui
aurait été remise par le supérieur général de celle à laquelle il
appartenait.» Il n'y avait, selon moi, dans cette dispense d'un nouvel
examen accordée aux membres des associations religieuses que l'État
avait formellement reconnues et autorisées pour l'éducation populaire,
rien que de parfaitement juste et convenable, et je l'aurais volontiers
écrite dans mon projet de loi; mais elle eût été certainement repoussée
par le public de ce temps et par les Chambres; le débat qui s'y éleva,
quand nous en vînmes à examiner quelles autorités devaient être chargées
de la surveillance des écoles primaires, révéla clairement l'esprit qui
y prévalait.

L'État et l'Église sont, en fait d'instruction populaire, les seules
puissances efficaces. Ceci n'est pas une conjecture fondée sur des
considérations morales; c'est un fait historiquement démontré. Les seuls
pays et les seuls temps où l'instruction populaire ait vraiment prospéré
ont été ceux où soit l'Église, soit l'État, soit mieux encore l'un et
l'autre ensemble s'en sont fait une affaire et un devoir. La Hollande,
l'Allemagne, catholique ou protestante, et les États-Unis d'Amérique
sont là pour l'attester: il faut, à une telle oeuvre, l'ascendant d'une
autorité générale et permanente, comme celle de l'État et de ses lois,
ou d'une autorité morale partout présente et permanente aussi, comme
celle de l'Église et de sa milice.

En même temps que l'action de l'État et de l'Église est indispensable
pour que l'instruction populaire se répande et s'établisse solidement,
il faut aussi, pour que cette instruction soit vraiment bonne et
socialement utile, qu'elle soit profondément religieuse. Et je n'entends
pas seulement par là que l'enseignement religieux y doit tenir sa place
et que les pratiques de la religion y doivent être observées; un
peuple n'est pas élevé religieusement à de si petites et si mécaniques
conditions; il faut que l'éducation populaire soit donnée et reçue au
sein d'une atmosphère religieuse, que les impressions et les habitudes
religieuses y pénètrent de toutes parts. La religion n'est pas une étude
ou un exercice auquel on assigne son lieu et son heure; c'est une foi,
une loi qui doit se faire sentir constamment et partout, et qui n'exerce
qu'à ce prix, sur l'âme et la vie, toute sa salutaire action. C'est
dire que, dans les écoles primaires, l'influence religieuse doit
être habituellement présente; si le prêtre se méfie ou s'isole de
l'instituteur, si l'instituteur se regarde comme le rival indépendant,
non comme l'auxiliaire fidèle du prêtre, la valeur morale de l'école est
perdue, et elle est près de devenir un danger.

Quand je proposai mon projet de loi, et avant même que l'expérience
eût porté dans mon esprit sa grande lumière, j'étais déjà profondément
convaincu de ces vérités, et elles avaient présidé à mon travail,
quoique, par instinct des préjugés publics, je ne les eusse présentées
et appliquées qu'avec ménagement. C'était sur l'action prépondérante et
unie de l'État et de l'Église que je comptais pour fonder l'instruction
primaire. Or le fait dominant que je rencontrai, dans la Chambre des
députés comme dans le pays, fut précisément un sentiment de méfiance et
presque d'hostilité contre l'Église et contre l'État; ce qu'on redoutait
surtout dans les écoles, c'était l'influence des prêtres et du pouvoir
central; ce qu'on avait à coeur de protéger d'avance et par la loi,
c'était l'action des autorités municipales et l'indépendance des
instituteurs envers le clergé. L'opposition soutenait ouvertement ce
système, et le parti conservateur, trop souvent dominé, au fond du
coeur et presque à son insu, par les idées mêmes qu'il redoute, ne le
repoussait que mollement. J'avais proposé que le curé ou le pasteur fût
de droit membre du comité chargé, dans chaque commune, de surveiller
l'école, et qu'il appartînt au ministre de l'instruction publique
d'instituer définitivement les instituteurs. À la Chambre des députés,
ces deux dispositions furent rejetées dans un premier débat, et il
fallut le vote de la Chambre des pairs et mon insistance lors d'un
second débat pour les faire rétablir dans la loi. On semblait
s'inquiéter du mauvais esprit qui pouvait envahir les instituteurs; on
parlait beaucoup de la nécessité qu'ils fussent efficacement dirigés;
et on s'appliquait à énerver dans leurs écoles, on voulait à peine y
laisser entrer l'Église et l'État, c'est-à-dire les seules autorités
capables d'étouffer les mauvais germes que le siècle y semait à pleines
mains.

Malgré ces luttes et ces faiblesses, je n'eus, à vrai dire, dans cette
circonstance, nul droit de me plaindre ni du public, ni des Chambres; la
loi sur l'instruction primaire fut accueillie, discutée et votée avec
faveur, et sans altération capitale. Restait la grande épreuve devant
laquelle toutes les lois sur cette matière avaient jusque-là succombé;
quelle en serait l'exécution?

Elle exigeait des mesures de deux sortes: des mesures administratives et
des mesures morales. Il fallait que les prescriptions de la loi pour
la création, l'entretien, la surveillance des écoles et le sort des
instituteurs, devinssent des faits réels et durables. Il fallait que les
instituteurs eux-mêmes fussent appelés à l'intelligence et animés de
l'esprit de cette loi dont ils devaient être les derniers et véritables
exécuteurs.

Quant aux mesures administratives, la loi avait pourvu d'avance aux plus
essentielles: loin de se borner à prescrire, dans toutes les communes
du royaume, l'établissement des écoles primaires, élémentaires ou
supérieures, elle avait décrété qu'un logement convenable et un
traitement fixe seraient partout fournis aux instituteurs, et qu'en cas
d'insuffisance des revenus ordinaires des communes, il y serait pourvu
au moyen de deux impositions spéciales obligatoires, votées, l'une
par les conseils municipaux, l'autre par les conseils généraux de
département, et qui, à défaut de ces votes, seraient établies par
ordonnance royale. Si ces impositions locales étaient elles-mêmes
insuffisantes, le ministre de l'instruction publique devrait combler le
déficit par une subvention prélevée sur le crédit porté annuellement
pour l'instruction primaire au budget de l'État. L'existence permanente
des écoles et les moyens de satisfaire à leurs besoins matériels étaient
ainsi assurés, indépendamment même de l'intelligence ou du zèle des
populations appelées à en recueillir le bienfait, et le pouvoir central
ne restait jamais désarmé devant leur mauvais vouloir ou leur apathie.

Une assez grave difficulté se rencontrait pour l'exécution efficace
et régulière de ces dispositions: elles exigeaient le concours de
l'administration générale de l'État, représentée dans les localités par
les préfets et leurs subordonnés, et de l'administration spéciale
de l'instruction publique, représentée par les recteurs et les
fonctionnaires de l'Université. Personne n'ignore combien il est malaisé
de faire ainsi marcher ensemble et vers un but commun deux séries
d'agents publics chargés de fonctions diverses et placés sous les ordres
de chefs différents. Après m'en être entendu avec M. Thiers, alors
ministre de l'intérieur, j'adressai aux préfets et aux recteurs des
instructions détaillées qui indiquaient aux deux administrations leurs
attributions spéciales dans l'exécution de la loi nouvelle et les
conditions de leur harmonie. Je fis un pas de plus: sur ma demande, il
fut décidé, en conseil du cabinet, que l'instruction primaire serait
annuellement, dans chaque département, l'objet d'un budget particulier
qui prendrait place dans le budget général du département, et qui,
annuellement aussi, en serait détaché pour être transmis au ministre de
l'instruction publique et soumis à son examen, comme le budget général
de chaque département est soumis à l'examen du ministre de l'intérieur.
J'atteignais ainsi un double but: d'une part je plaçais, dans toutes les
localités, l'instruction primaire, ses besoins, ses ressources et
ses dépenses, à part et en relief, ce qui en faisait une véritable
institution locale et permanente, investie de droits et objet de soins
particuliers; d'autre part, tout en assurant à l'instruction primaire le
concours de l'administration générale, je la rattachais fortement aux
attributions du ministère de l'instruction publique, comme le premier
degré de ce grand ensemble d'études et d'écoles que le génie de
l'empereur Napoléon avait voulu fonder sous le nom d'_Université de
France_, et dont j'avais à coeur de maintenir la grandeur et l'harmonie,
en l'adaptant à un régime de liberté et aux principes généraux du
gouvernement de l'État.

Je n'aurais pu réussir dans ce dessein un peu compliqué si je n'avais
trouvé dans M. Thiers cette largeur d'esprit et ce goût du bien public
qui font taire les ombrageuses rivalités d'attributions et les mesquines
jalousies personnelles; il se prêta de bonne grâce aux petites
altérations que je demandais dans les habitudes du ministère de
l'intérieur, et rendit facile cette action commune de nos deux
départements dont la loi sur l'instruction primaire avait besoin pour
son prompt et complet succès.

Huit jours après la formation du cabinet, dès que j'avais commencé à
m'occuper de cette loi, et pour la préparer dans l'esprit de ses agents
futurs en même temps que dans le conseil du Roi, j'avais fait créer,
sous le titre de _Manuel général de l'instruction primaire_, un recueil
périodique destiné à faire promptement arriver, sous les yeux des
instituteurs, des administrateurs et des inspecteurs des écoles, les
faits, les documents et les idées qui pouvaient les intéresser ou les
éclairer[1]. La loi une fois rendue, je fis composer et publier cinq
manuels élémentaires propres à diriger les instituteurs dans le modeste
enseignement dont elle déterminait les objets et les limites. J'avais
hâte de pourvoir aux besoins intellectuels de ces écoles et de ces
maîtres dont les besoins matériels étaient, sinon pleinement satisfaits,
du moins mis à l'abri du dénûment et de l'oubli.

[Note 1: _Pièces historiques_, n° I.]

Les meilleures lois, les meilleures instructions, les meilleurs livres
sont peu de chose tant que les hommes chargés de les mettre en oeuvre
n'ont pas l'esprit plein et le coeur touché de leur mission, et n'y
apportent pas eux-mêmes une certaine mesure de passion et de foi. Je
n'ai nul dédain du travail législatif et du mécanisme administratif;
pour être insuffisants, ils n'en sont pas moins nécessaires; ce sont les
plans et les échafaudages de l'édifice; mais les ouvriers, des ouvriers
intelligents et dévoués y importent bien plus encore, et ce sont surtout
les hommes qu'il faut former et animer au service des idées quand on
veut qu'elles deviennent des faits réels et vivants. Je tentai de
pénétrer jusqu'à l'âme des instituteurs populaires, et d'y susciter
quelques notions claires et un respect affectueux pour la tâche à
laquelle ils étaient appelés. Trois semaines après que la loi sur
l'instruction primaire eut été publiée, je l'envoyai directement
à 39,300 maîtres d'école, en l'accompagnant d'une lettre où je
m'appliquais non-seulement à leur en faire bien comprendre l'intention
et les dispositions, mais encore à élever leurs sentiments au niveau
moral de leur humble situation sociale, sans leur donner le prétexte
ni la tentation d'en sortir[2]. Je leur demandai de m'accuser
personnellement réception de cette lettre, désirant avoir quelque indice
de l'impression qu'ils en avaient reçue. 13,850 réponses me parvinrent,
et beaucoup me donnèrent lieu de penser que je n'avais pas toujours
frappé en vain à la porte de ces modestes demeures où des milliers
d'enfants obscurs devaient venir recevoir d'un homme ignoré les
premières, et pour la plupart d'entre eux les seules leçons de la vie.
Cette expérience et d'autres encore m'ont appris que, lorsqu'on veut
agir un peu puissamment sur les hommes, il ne faut pas craindre de leur
montrer un but et de leur parler un langage au-dessus de leur situation
et de leurs habitudes, ni se décourager si beaucoup d'entre eux ne
répondent pas à ces provocations inaccoutumées; elles atteignent bien
plus d'âmes qu'on ne pense, et il faut savoir croire à la vertu des
germes, même quand on ne voit pas les fruits.

[Note 2: _Pièces historiques_, n° II.]

Quand l'idée me vint de cette circulaire aux instituteurs, j'en parlai à
M. de Rémusat et je le priai d'en essayer, pour moi, la rédaction. C'est
de lui, en effet, que je la reçus à peu près telle qu'elle fut envoyée
à sa destination et bientôt publiée. Je prends plaisir à le rappeler
aujourd'hui: les amitiés rares, même quand elles ont paru en souffrir,
survivent aux incertitudes de l'esprit et aux troubles de la vie.

Un autre moyen, inattendu et d'une assez difficile exécution, me parut
nécessaire et efficace pour entrer en rapport avec les instituteurs
dispersés sur toute la face de la France, pour les connaître réellement
et agir sur eux autrement que par des paroles vagues et au hasard. Un
mois après la promulgation de la loi nouvelle, j'ordonnai une inspection
générale de toutes les écoles primaires du royaume, publiques ou
privées. Je ne voulais pas seulement constater les faits extérieurs et
matériels qui sont communément l'objet des recherches statistiques en
fait d'instruction primaire, tels que le nombre des écoles, celui des
élèves, leur classification, leur âge, les dépenses de ce service;
je donnai surtout pour mission aux inspecteurs d'étudier le régime
intérieur des écoles, l'aptitude, le zèle, la conduite des instituteurs,
leurs relations avec les élèves, les familles, les autorités locales,
civiles et religieuses, l'état moral en un mot de l'instruction primaire
et ses résultats. Les faits de ce genre ne peuvent être recueillis de
loin, par voie de correspondance et de tableaux; des visites spéciales,
des conversations personnelles, la vue immédiate des choses et des
hommes sont indispensables pour les observer et les apprécier. Quatre
cent quatre-vingt-dix personnes, la plupart fonctionnaires de tout ordre
dans l'Université, se livrèrent pendant quatre mois à ce rude travail.
Trente-trois mille quatre-cent-cinquante-six écoles furent effectivement
visitées et moralement décrites dans les rapports qui me furent adressés
par les inspecteurs. L'un d'entre eux, dont j'avais depuis longtemps
éprouvé la rare capacité et l'infatigable zèle, M. Lorain, aujourd'hui
recteur honoraire, tira de tous ces rapports un Tableau de l'instruction
primaire en France, en 1833, encore plus remarquable par les vues
morales et pratiques qui y sont développées que par le nombre et la
variété des faits qu'il contient. Cette laborieuse mesure n'eut pas
seulement pour effet de me donner une connaissance plus complète et plus
précise de l'état et des besoins de l'instruction primaire; elle fut,
pour le public, jusque dans les coins les plus reculés du pays,
un témoignage vivant de l'active sollicitude du gouvernement pour
l'éducation populaire, et elle remua fortement les instituteurs
eux-mêmes en leur donnant le sentiment de l'intérêt qu'on leur portait
et de la vigilance avec laquelle on les observait.

Deux ans plus tard, sur ma proposition, une ordonnance du Roi transforma
cette visite accidentelle et unique des écoles primaires en une
institution permanente. Dans chaque département, un inspecteur fut
chargé de visiter régulièrement ces écoles et d'en faire bien connaître
au ministre, aux recteurs, aux préfets, aux conseils généraux et
municipaux, l'état et les besoins[3]. Depuis cette époque, et à travers
des débats répétés soit dans les Chambres, soit dans les conseils locaux
et électifs, l'utilité de cette institution est devenue si évidente que,
sur la demande de la plupart de ces conseils, un inspecteur a été établi
dans chaque arrondissement, et que l'inspection périodique des écoles
primaires a pris place dans l'administration de l'instruction publique
comme l'une des plus efficaces garanties de leurs mérites et de leurs
progrès.

[Note 3: _Pièces historiques_, n° III.]

C'est quelquefois l'erreur du pouvoir, quand il entreprend une oeuvre
importante, de vouloir l'accomplir seul, et de se méfier de la liberté,
comme d'une rivale, ou même une ennemie. J'étais loin de ressentir cette
méfiance; j'avais au contraire la conviction que le concours du zèle
libre, surtout du zèle religieux, était indispensable et pour la
propagation efficace de l'instruction populaire, et pour sa bonne
direction. Il y a, dans le monde laïque, des élans généreux, des accès
d'ardeur morale qui font faire aux grandes bonnes oeuvres publiques
de rapides et puissants progrès; mais l'esprit de foi et de
charité chrétienne porte seul, dans de tels travaux, ce complet
désintéressement, ce goût et cette habitude du sacrifice, cette
persévérance modeste qui en assurent et en épurent le succès. Aussi
pris-je grand soin de défendre les associations religieuses vouées à
l'instruction primaire contre les préventions et le mauvais vouloir dont
elles étaient souvent l'objet. Non-seulement je les protégeai dans leur
liberté, mais je leur vins en aide dans leurs besoins, les considérant
comme les plus honorables concurrents et les plus sûrs auxiliaires
que, dans ses efforts pour l'éducation populaire, le pouvoir civil
pût rencontrer. Et je leur dois la justice de dire que, malgré
la susceptibilité ombrageuse que ressentaient naturellement ces
congrégations pieuses envers un gouvernement nouveau et un ministre
protestant, elles prirent bientôt confiance dans la sérieuse sincérité
de la bienveillance que je leur témoignais, et vécurent avec moi dans
les meilleurs rapports. Au moment même où la loi du 28 juin 1833 était
discutée dans les Chambres, pour en marquer nettement l'esprit, et
donner à la principale de ces associations, aux Frères de la doctrine
chrétienne, un témoignage public d'estime, je fis demander au frère
Anaclet, leur supérieur général, si les statuts de sa congrégation lui
permettaient de recevoir la croix d'honneur. Il me répondit par cette
lettre que je prends plaisir à publier:

«Monsieur le ministre, La démarche si honorable pour notre Institut
que M. Delebecque fit hier soir auprès de moi, de la part de Votre
Excellence, m'a pénétré de la plus vive reconnaissance, et convaincu de
plus en plus de la bienveillance toute paternelle dont le gouvernement
daigne nous honorer.

Notre saint instituteur n'a rien mis dans nos règles qui nous interdise
formellement d'accepter l'offre que vous avez eu la bonté de nous faire,
sans aucun mérite de notre part; parce qu'il n'a pu prévoir que ses
humbles disciples pourraient avoir un jour à refuser des offres aussi
flatteuses. Mais, en consultant l'esprit de ses règles, qui tendent
toutes à nous inspirer l'éloignement du monde et le renoncement à ses
honneurs et à ses distinctions, nous croyons devoir vous remercier
humblement, Monsieur le ministre, de l'offre si honorable que vous avez
daigné nous faire, et vous prier d'agréer nos excuses et nos actions de
grâces en même temps que notre refus. Nous ne conserverons pas moins,
tant que nous vivrons, le souvenir et la reconnaissance de vos
inappréciables bontés, et nous publierons hautement, comme nous le
faisons tous les jours, les marques de bienveillance et de protection
que nous recevons, à chaque instant, du gouvernement du Roi, et en
particulier de M. le ministre de l'instruction publique et de Messieurs
les membres du Conseil royal.»

Une autre association religieuse, la Congrégation de l'instruction
chrétienne, fondée en Bretagne par l'abbé J. M. de la Mennais, attira
particulièrement mon attention et mon appui. Le nom du fondateur, son
esprit à la fois simple et cultivé, son entier dévouement à son oeuvre,
son habileté pratique, son indépendance envers son propre parti,
sa franchise dans ses rapports avec le pouvoir civil, tout en lui
m'inspirait un confiant attrait, et il y répondit au point de provoquer
lui-même (rare abandon dans un ecclésiastique) l'inspection du
gouvernement dans ses écoles. Il m'écrivait le 3 mai 1834: «Lorsque
j'eus l'honneur de vous voir dans le mois d'octobre de l'année dernière,
vous eûtes la bonté de me dire qu'un inspecteur général de l'Université
visiterait de votre part, en 1834, mon établissement de Ploërmel. J'ai
le plus grand désir de voir s'accomplir cette bienveillante promesse;
mais je voudrais savoir à quelle époque M. l'inspecteur pourra venir,
car autrement il est presque certain qu'il ne me trouverait pas ici,
à cause des continuels voyages que je suis obligé de faire dans cette
saison. Cependant il m'importe beaucoup de m'entretenir avec M.
l'inspecteur; j'aurais à lui dire une foule de choses qui sont d'un
grand intérêt pour le progrès de l'instruction primaire en Bretagne.» Et
deux ans plus tard, le 15 octobre 1836, il me rendait compte avec
détail de l'état de son Institut, des obstacles qu'il rencontrait, de
l'insuffisance de ses ressources, des besoins auxquels il me demandait
de pourvoir; et il finissait en disant: «M. le ministre de la marine
à chargé M. le préfet du Morbihan de m'exprimer son désir d'avoir
quelques-uns de mes frères pour l'instruction des esclaves affranchis de
la Martinique et de la Guadeloupe: je n'ai pas dit _non_, par ce serait
une si belle et si sainte oeuvre! mais je n'ai pas encore dit _oui_, car
la triste objection revient toujours; où prendre assez de sujets pour
suffire à tant de besoins, et pourquoi les jeter si loin quand on en a
si peu?..... Ah! si j'étais aidé comme je voudrais l'être[4].»

[Note 4: _Pièces historiques_, n° IV.]

Chaque fois que je voyais cet honnête et ferme Breton, devenu un pieux
ecclésiastique et un ardent instructeur du peuple, et si absolument
enfermé dans son état et dans son oeuvre, ma pensée se reportait
tristement vers son frère, ce grand esprit égaré dans ses passions,
tombé parmi les malfaiteurs intellectuels de son temps, lui qui semblait
né pour être l'un de ses guides les plus sévères. Je n'ai point connu,
je n'ai jamais vu l'abbé Félicité de la Mennais; je ne le connais que
par ses écrits, par ce qu'ont dit de lui ses amis, et par cette image
bilieuse, haineuse, malheureuse, qu'a tracée de lui Ary Scheffer, le
peintre des âmes. J'admire autant que personne cet esprit élevé et hardi
qui avait besoin de s'élancer jusqu'au dernier terme de son idée, quelle
qu'elle fût, ce talent grave et passionné, brillant et pur, amer et
mélancolique, âpre avec élégance et quelquefois tendre avec tristesse.
J'ai la confiance qu'il y avait dans cette âme, où l'orgueil blessé à
mort semblait seul régner, beaucoup de nobles penchants, de bons désirs
et de douloureux combats. A quoi ont abouti tous ces dons? Ce sera l'un
des griefs les plus sérieux contre notre époque que ce qu'elle a fait de
cette nature supérieure, et de quelques autres de même rang que je ne
veux pas nommer, et qui, sous nos yeux, se sont également perverties et
perdues. Sans doute, ces anges déchus ont eu eux-mêmes leur part dans
leur chute; mais ils ont subi tant de pernicieuses tentations, ils ont
assisté à des spectacles si troublants et si corrupteurs, ils ont vécu
au milieu d'un tel dérèglement de la pensée, de l'ambition et de la
destinée humaines; ils ont obtenu, par leurs égarements mêmes et en
flattant les passions et les erreurs de leur temps, de si faciles et si
brillants succès, qu'il n'y a pas à s'étonner beaucoup que les mauvais
germes se soient développés et aient fini par dominer en eux. Pour moi,
en contemplant ces quelques hommes rares, mes illustres et funestes
contemporains, je ressens plus de tristesse que de colère, et je demande
grâce pour eux, au moment même où je ne puis m'empêcher de prononcer
dans mon âme, sur leurs oeuvres et leur influence, une sévère
condamnation.

Je reviens à l'instruction primaire. Le 15 avril 1834, moins d'un an
après la promulgation de la loi du 28 juin 1833, je rendis compte au Roi
des commencements de son exécution, dans un rapport détaillé où j'en
recueillis les actes, les documents et les résultats. Je résume ici,
en quelques paroles et en quelques chiffres, ceux de ces résultats qui
peuvent s'exprimer sous cette forme. Dans le cours de cette année, le
nombre des écoles primaires de garçons avait été porté de 31,420 à
33,695, et celui des élèves présents dans ces écoles de 1,200,715
à 1,654,828. Dans 1,272 communes, des maisons d'école avaient été
construites, ou achetées ou complètement réparées. Enfin 15 nouvelles
écoles normales primaires avaient été instituées. Treize ans plus tard,
à la fin de 1847, grâce aux efforts soutenus de mes successeurs dans le
département de l'instruction publique, le nombre des écoles primaires de
garçons s'était élevé de 33,695 à 43,514; celui des élèves de 1,654,828
à 2,176,079, et celui des maisons d'école appartenant aux communes de
10,316 à 23,761. Soixante-seize écoles normales primaires fournissaient
des maîtres à tous les départements. Je passe sous silence tout ce qui
avait été commencé ou déjà accompli pour les écoles de filles, les
salles d'asile, les ouvroirs et les divers établissements directement ou
indirectement affectés à l'éducation populaire. Tels étaient, au bout
de quinze ans, les résultats de la loi du 28 juin 1833, et du mouvement
qu'elle avait, non pas créé, mais fait aboutir à une véritable et
efficace institution.

L'année 1848 mit cette loi, comme toutes nos lois, et les écoles comme
la France, à une terrible épreuve. Dès que la tempête fut un peu
apaisée, une forte réaction s'éleva contre l'instruction primaire,
comme contre la liberté, le mouvement et le progrès. Les instituteurs
primaires furent en masse accusés d'être des fauteurs ou des instruments
de révolution. Le mal était réel, quoique moins général qu'on ne l'a cru
et dit. Je demandai un jour, à un respectable et judicieux évêque qui
connaissait très-bien l'histoire des écoles dans l'un de nos grands
départements, combien d'instituteurs, à son avis, s'y étaient livrés à
l'esprit révolutionnaire: «Tout au plus un cinquième,» me répondit-il.
C'était beaucoup, beaucoup trop, et le symptôme d'un mal bien digne de
remède. Comment ce mal n'eût-il pas atteint les écoles quand il régnait
partout? J'ai dit quels germes de faiblesse morale et politique étaient
restés, malgré mes efforts, dans la loi et dans toute l'organisation de
l'instruction primaire; on y avait redouté et affaibli les autorités
naturelles et efficaces, l'Église et l'État. Et quand la révolution
éclata, l'État lui-même, les pouvoirs publics du jour provoquèrent les
instituteurs primaires à devenir les associés de tous les rêves, les
complices de tous les désordres révolutionnaires. Nous nous en prenons
aux institutions et aux lois du mal que nous nous faisons nous-mêmes;
nous les en accusons pour nous en acquitter; comme ferait un homme qui
maudirait sa maison et n'en voudrait plus, après y avoir lui-même mis le
feu. L'instruction primaire n'est point une panacée qui guérisse
toutes les maladies morales du peuple, ni qui suffise à sa santé
intellectuelle; c'est une puissance salutaire ou nuisible selon qu'elle
est bien ou mal dirigée et contenue dans ses limites ou poussée hors
de sa mission. Quand une grande force nouvelle, matérielle ou morale,
vapeur ou esprit, est entrée dans le monde, on ne l'en chasse plus; il
faut apprendre à s'en servir; elle porte partout pêle-mêle la fécondité
et la destruction. A notre degré et dans notre état de civilisation,
l'instruction du peuple est une nécessité absolue, un fait à la fois
indispensable et inévitable. Et la conscience publique en est évidemment
convaincue, car dans la catastrophe où les infirmités de l'instruction
primaire ont éclaté, au milieu de la grande alarme qui s'est élevée à
son sujet, elle n'a point succombé; beaucoup de gens l'ont accusée;
personne n'a cru qu'on pût ni qu'on dût l'abolir. La loi du 28 juin
1833 a reçu diverses modifications, quelques-unes salutaires, d'autres
contestables; mais tous ses principes, toutes ses dispositions
essentielles sont restés debout et en vigueur. Fondée par cette loi,
l'instruction primaire est maintenant, parmi nous, une institution
publique et un fait acquis. Il reste, à coup sûr, beaucoup à faire pour
le bon gouvernement des écoles, pour faire dominer dans leur sein les
influences de religion et d'ordre, de foi et de loi, qui font la dignité
comme la sûreté d'un peuple: mais si, comme j'en ai la confiance, Dieu
n'a pas condamné la société française à s'user, tantôt bruyamment,
tantôt silencieusement, dans de stériles alternatives de fièvre ou de
sommeil, de licence ou d'apathie, ce qui reste à faire pour la grande
oeuvre de l'éducation populaire se fera; et quand l'oeuvre sera
accomplie, elle n'aura pas coûté trop cher.



                             CHAPITRE XVII

                        INSTRUCTION SECONDAIRE.

Difficulté de l'introduction du principe de la liberté dans
l'instruction secondaire.--Constitution originaire de l'Université.--Ses
deux sortes d'ennemis.--Leur injustice.--Causes naturelles et légitimes
de leur hostilité.--L'Université dans ses rapports avec l'Église.--État
intérieur et situation sociale du catholicisme en 1830.--Réclamation
de la liberté d'enseignement.--M. de Montalembert et l'abbé
Lacordaire.--Tendances diverses dans le catholicisme.--Efforts pour
le réconcilier avec la société moderne.--L'abbé F. de la
Mennais.--L'_Avenir_.--Voyage de l'abbé de la Mennais, de l'abbé
Lacordaire et de M. de Montalembert à Rome.--Le pape Grégoire XVI
condamne l'_Avenir._--L'Université dans ses rapports avec la société
civile.--Quelle eût été la bonne solution du problème.--Pourquoi et
par qui elle était alors repoussée.--Je prépare un projet de loi sur
l'instruction secondaire.--Son caractère et ses limites.--Comment il
fut accueilli.--Rapport de M. Saint-Marc Girardin à la Chambre des
députés.--Discussion du projet.--M. de Lamartine.


J'avais, en fait d'instruction secondaire, la même question à résoudre
qu'en fait d'instruction primaire; là aussi il fallait établir la
liberté promise par la Charte. Mais si le devoir était le même, la
situation était bien différente. Dans l'instruction primaire, tout était
à fonder; l'établissement public aussi bien que le droit privé; il
fallait créer les écoles de l'État en même temps que garantir la liberté
des écoles particulières. Et dans cette oeuvre double que j'avais à
accomplir, je rencontrais peu d'adversaires ou de rivaux; la fondation
des écoles publiques était ma grande mission; commandée par la Charte et
au nom d'un principe, la liberté des écoles particulières n'était
point réclamée ni soutenue par des intérêts puissants et des passions
ardentes; c'était surtout du gouvernement que le public attendait
l'accomplissement de ses voeux; en fait d'instruction primaire,
l'industrie privée avait des droits, mais peu de prétentions et de
crédit.

Dans l'instruction secondaire, au contraire, j'étais en présence d'un
grand établissement public tout fondé, systématique, complet, en pleine
activité, et en présence aussi des rivaux, je ne veux pas dire des
ennemis de cet établissement, nombreux, puissants, réclamant la liberté
pour eux-mêmes et avec passion. Et la liberté qu'ils réclamaient était,
pour l'établissement qu'ils attaquaient, un fait nouveau, étranger à son
origine et à ses principes constitutifs. Fondée au nom de cette maxime
que l'éducation appartient à l'État, l'Université reposait sur la double
base du privilège et du pouvoir absolu. J'avais à introduire la liberté
dans une institution où elle n'existait pas naturellement, et en même
temps à défendre cette institution elle-même contre de redoutables
assaillants. Il fallait à la fois garder la place et en ouvrir les
portes.

L'Université avait deux sortes d'adversaires presque également animés
contre elle, quoique très-divers: des libéraux qui la taxaient de
despotisme, et des dévots qui l'accusaient d'irréligion. La constitution
même, je dirais presque la physionomie de l'Université déplaisaient aux
libéraux; ils n'aimaient pas ce corps enseignant qui leur rappelait ces
anciennes corporations qu'ils avaient tant combattues, ni ces formes et
cette discipline militaires qui préparaient les jeunes générations au
régime belliqueux qu'ils détestaient dans l'État. Les catholiques zélés
n'avaient pas confiance dans les principes religieux d'un grand nombre
des maîtres de l'Université; ils regrettaient les congrégations dans
lesquelles la religion et l'éducation étaient étroitement unies, et
s'efforçaient de les faire revivre pour leur confier leurs enfants.
Plusieurs de ces congrégations, plus ou moins déguisées, s'étaient
rétablies sous la Restauration; et pour assurer leur succès, leurs
partisans attaquaient incessamment l'Université qu'ils représentaient
comme imbue de l'esprit irréligieux du XVIIIe siècle, et propageant
parmi la jeunesse, sinon l'impiété, du moins l'indifférence.

Il y avait, dans ces attaques, beaucoup d'injustice et quelque
ingratitude. Le gouvernement de l'Université, grand-maître ou conseil
royal, ministre ou président, avait toujours usé de son pouvoir avec
une grande modération; à la fois rival et maître des établissements
particuliers d'instruction secondaire, il les avait surveillés sans
jalousie et sans rigueur, les autorisant partout où ils offraient des
chances de légitime succès, et ne portant jamais, sans de puissants
motifs, atteinte à leur stabilité ou à leur liberté. C'était, au milieu
du despotisme général et d'une institution despotique elle-même, une
administration juste et libérale.

C'était aussi une administration sincèrement et sérieusement préoccupée
des droits et des intérêts religieux. Si les chrétiens ennemis de
l'Université s'étaient reportés à son origine, si l'état dans lequel
elle avait alors trouvé l'instruction publique avait été replacé devant
leurs veux, s'ils s'étaient rappelé tout ce qu'elle avait fait pour
ramener à la religion les générations naissantes, toutes les luttes
qu'elle avait soutenues, tous les obstacles qu'elle avait surmontés dans
ce dessein, s'ils avaient été obligés de mesurer eux-mêmes la distance
entre le point de départ de l'Université dans les voies chrétiennes en
1808 et le point où elle était arrivée en 1830; ils auraient, j'ose le
dire, ressenti dans leur coeur quelque embarras à ne tenir aucun compte
de tous ces faits, de faits si nombreux et si clairs.

A côté des faits se placent les noms: M. de Fontanes, M. le cardinal
de Beausset, M. Royer-Collard, M. Cuvier, M. l'abbé Frayssinous, voilà
quels ont été, de 1810 à 1830, les principaux chefs de l'Université. Il
faut les oublier aussi pour croire que, pendant ce temps, elle a été
tyrannique et impie.

Mais la passion; même honnête, ne s'inquiète guère d'être équitable
envers le passé et envers les personnes; c'est du présent seul et de
ses propres intérêts dans le présent qu'elle se soucie. Après 1830,
abstraction faite du passé, il y avait, dans le système et dans l'état
de l'Université, soit pour des libéraux, soit pour des catholiques, des
motifs sérieux et naturels d'hostilité et de lutte.

En fait, le gouvernement de l'Université avait toujours été modéré; mais
en droit, il était absolu et fondé sur un principe absolu: «En matière
d'éducation, hors de l'enceinte de la famille, l'État est souverain;
dès que l'enfant, pour son éducation, fait un pas hors des mains de son
père, il tombe dans les mains de l'État; l'État seul a droit de faire
élever ceux que n'élèvent pas leurs propres parents, et nul ne peut,
sans l'autorisation de l'État, prendre lui-même, ni recevoir des parents
eux-mêmes cette mission.» Un tel principe n'est autre que la dictature
placée, en fait d'éducation, sur le seuil de la maison paternelle. Or,
au lendemain d'une grande anarchie révolutionnaire et pour en sortir,
toutes les dictatures sont possibles et peut-être nécessaires; mais sous
un gouvernement constitutionnel, dans un régime de liberté, en présence
de la liberté de conscience, de la liberté de discussion, de la liberté
des professions, la dictature en matière d'éducation; sous quelque forme
qu'elle se présentât et de quelques adoucissements qu'elle pût être
entourée, ne pouvait pas ne pas susciter les vives réclamations des
libéraux qui possédaient d'ailleurs contre elle, dans les promesses de
la Charte, un titre écrit et incontestable.

On ne sait pas d'ailleurs combien d'abus et de griefs secrets naissent
et subsistent sous la main du despotisme le plus modéré, ni combien de
fois il lui arrive de choquer et de blesser profondément les sentiments
qu'il s'applique le plus à ménager. La souffrance et la colère
s'amassent ainsi sans qu'on s'en doute. Le pouvoir a besoin d'y voir
clair pour savoir ce qu'il fait, et c'est seulement à la lumière de la
liberté qu'il peut bien apprécier ses propres actions et leurs effets,
pour lui-même comme pour les peuples.

La situation de l'Université n'était guère moins difficile en fait de
religion qu'en fait de liberté: son gouvernement avait constamment
protégé l'esprit religieux; dans ses instructions générales, dans
le choix des maîtres, dans son travail de tous les jours, les
considérations et les intentions religieuses avaient toujours tenu une
grande place; mais il avait pour mobile dominant, dans cette conduite,
l'intérêt de l'ordre social plutôt que la foi; il était bien plus en
réaction contre l'impiété révolutionnaire qu'en retour vers la piété
chrétienne; il rendait à la religion des services sincères, mais qui
n'excluaient pas l'indifférence de l'âme. On croit communément de nos
jours que, lorsqu'on a assuré à l'Église le plein exercice de son culte,
quand on a pourvu à ses besoins et qu'on lui témoigne un bienveillant
respect, on a fait pour elle tout ce qu'elle peut désirer, et qu'on est
en droit d'attendre d'elle tout ce qu'entre alliés on peut avoir à se
demander. La méprise est profonde: la religion ne se contente pas qu'on
la regarde comme un moyen d'ordre et une grande utilité sociale; elle
a de sa mission une plus haute idée; elle a besoin de croire que
ses alliés politiques sont aussi de ses fidèles, ou du moins qu'ils
comprennent et respectent vraiment son divin caractère; et quand elle
n'est pas intimement persuadée que ce sont là les sentiments intimes
qu'ils lui portent, l'Église se tient sur la réserve, et, même en
faisant son devoir, elle ne donne pas son dévouement.

Le catholicisme n'était plus d'ailleurs, en 1830, dans la situation
où il s'était trouvé au commencement du siècle, sous le Consulat et
l'Empire: il n'avait plus besoin, pour vivre tranquille, de l'appui
quotidien du pouvoir civil; il avait repris dans la société une place
incontestée et sur les âmes une grande puissance; il se sentait en état
de prétendre à bien plus que la sécurité de son culte; la foi vive,
exigeante, expansive, l'activité intellectuelle et la confiance dans sa
propre force lui étaient revenues. Il avait eu, sous la Restauration, la
faveur royale, souvent l'influence parlementaire; il comptait, parmi
ses fidèles et ses serviteurs, de puissants et brillants esprits, des
philosophes, des orateurs, des écrivains du premier ordre; en lui
enlevant la prépondérance politique, la révolution de Juillet lui avait
ouvert une nouvelle carrière, celle de l'indépendance; il s'y engageait
de jour en jour plus avant, relevant une multitude de questions que
l'indifférence religieuse croyait éteintes, et appelant à son aide, pas
toujours à propos, mais toujours avec une ardeur efficace, l'alliance un
peu oubliée de l'esprit religieux et de l'esprit de liberté.

Ce fut surtout en dehors de l'Église officielle, parmi les dévots
laïques et les prêtres sans charge d'âmes, qu'éclata d'abord ce
mouvement, et la question de la liberté d'enseignement en fut le premier
drapeau. On la réclama au nom du droit des familles, du droit de
l'Église, du droit de la Charte. On fit plus que la réclamer: deux
hommes jeunes, sincères, ardents, brillants, l'un pair de France,
l'autre moine, le comte de Montalembert et l'abbé Lacordaire,
entreprirent de la pratiquer; ils ouvrirent une école publique sans
demander au ministre de l'instruction publique, grand-maître de
l'Université, aucune autorisation. Traduits pour ce fait devant la Cour
des pairs, en août 1831, sous le ministère de M. Casimir Périer, ils
furent condamnés, comme ils devaient l'être aux termes des lois en
vigueur; mais ils s'étaient défendus avec éclat; ils avaient soutenu et
répandu, dans une portion respectable du public, l'idée, le dessein, la
passion dont ils étaient eux-mêmes animés. La lutte au nom de l'Église
était engagée, et engagée au sommet de l'État, au sein des grands
pouvoirs constitutionnels.

Le mouvement qui fermentait dans le catholicisme était plus profond que
cette lutte même, et il s'agissait de bien autre chose que de la liberté
d'enseignement. A côté de l'esprit de réaction et de l'esprit de
soumission qui semblaient seuls présents et puissants dans l'Église
catholique, un esprit nouveau, l'esprit, je ne veux pas dire de réforme,
mais de rajeunissement et de progrès, tentait d'y pénétrer. Ces
tendances diverses se marquaient plus nettement de jour en jour.
Beaucoup de catholiques, prêtres ou laïques, convaincus que la religion
ne reprendrait son empire sur les âmes que si l'Église reprenait toute
sa place dans l'État, reportaient vers l'ancien régime leurs regrets et
leurs efforts. D'autres, plus sensés et plus pacifiques, pensaient que
l'Église n'avait rien de mieux à faire que d'occuper sans bruit la
position que le régime nouveau lui avait faite, de chercher, dans
l'alliance avec le pouvoir civil, sa force comme sa sûreté, et de mettre
à profit pour elle-même, en s'accommodant à leurs vicissitudes, le
besoin qu'avaient de son concours les gouvernements divers pour le
maintien de l'ordre social. Mais il y avait, parmi les catholiques
sincères, des esprits plus jeunes, plus sympathiques et plus hardis,
à qui ni cette ardeur rétrograde des uns, ni cette attitude un peu
subalterne des autres ne convenaient, et qui aspiraient, pour l'Église,
à des destinées plus fières et plus fécondes. Ceux-là regardaient
l'ancien régime comme ruiné sans retour, la nouvelle société française,
son organisation, ses idées, ses institutions comme définitivement
victorieuses; à leur sens, l'Église catholique pouvait et devait les
accepter hautement, en réclamant dans ce régime sa propre indépendance
et en usant de toutes les libertés qu'il promettait de fonder. Ainsi
seulement elle retrouverait son influence avec son efficacité morale, et
grandirait de concert avec la société elle-même, au lieu de prétendre
vainement à la rejeter dans un moule brisé, ou de se réduire à l'humble
rôle d'allié soldé du pouvoir.

Il y avait là le pressentiment d'une grande oeuvre à accomplir, et un
intelligent instinct des intérêts supérieurs comme des vraies forces de
la religion et de l'Église chrétiennes. Par malheur cette excellente
cause eut alors pour principal champion l'homme le moins propre à la
comprendre et à la servir. L'abbé Félicité de la Mennais avait débuté et
brillé en attaquant indistinctement les principes comme les tendances
de la société moderne, et en soutenant les maximes comme les souvenirs
théocratiques; il inspira plus de surprise que de confiance quand on le
vit réclamer, au profit de l'Église, tous les droits de la liberté; on
le soupçonnait d'y chercher un moyen plutôt qu'un but, et de ne vouloir
l'Église si libre que pour la rendre souveraine maîtresse. Il
laissa bientôt éclater, je ne dirai pas son dessein, mais sa nature
personnelle, et comme on eût dit dans d'autres temps, le démon intérieur
qui le possédait. Esprit aussi superficiel qu'élevé, logicien aussi
aveugle que puissant, très-ignorant de l'histoire, capable d'aperçus et
d'élans sublimes, mais incapable d'observer les faits réels et divers,
de les mettre à leur vraie place et de leur assigner leur juste valeur,
il pensait et écrivait toujours sous l'empire d'une idée exclusive qui
devenait pour lui la loi, toute la loi divine; il érigeait en droit les
plus extrêmes conséquences d'un principe incomplet, et s'enflammait
d'une violente haine contre les adversaires de son absolue domination.
Il était de plus sujet à cette séduction que le talent supérieur exerce
souvent sur l'homme qui le possède, encore plus que sur ceux qui
l'écoutent. L'idée qui avait sa foi, le sentiment dont il était pénétré
se présentaient à lui sous de si beaux aspects, il était si vivement
frappé de leurs mérites et de leurs charmes qu'en se livrant au plaisir
de les contempler ou de les peindre il perdait toute faculté d'en
apercevoir les erreurs ou les lacunes, même les plus graves, et que,
dans son enthousiasme idolâtre, il méprisait et détestait, comme des
barbares et des impies, quiconque ne partageait pas ses adorations et
ses sympathies. Les effets naturels de cette passion du logicien et de
l'artiste ne tardèrent pas à se manifester dans l'abbé de la Mennais:
quand une fois il se fut plongé dans le spectacle des misères de la
société humaine, des imperfections et des torts des gouvernements, des
souffrances matérielles et morales du peuple, quand il eut appliqué à
les peindre toute la puissance de son imagination et de son âme, il ne
vit plus rien hors de là, nul autre fait, nulle autre question; le monde
fut tout entier, pour lui, dans les sombres tableaux où se déployait son
talent. Cet ardent défenseur de l'autorité ecclésiastique absolue, qui
avait fondé l'_Avenir_ pour la conquête des libertés de l'Église, devint
peu à peu l'apôtre de la liberté absolue et universelle; avec une
sincérité tantôt arrogante, tantôt mélancolique, le théoricien
théocratique se transforma en libéral, républicain, démocrate,
révolutionnaire, et les esprits clairvoyants purent de bonne heure
pressentir le jour où les doctrines et les passions les plus anarchiques
trouveraient en lui leur plus éloquent et plus amer interprète.

Les hommes sensés de l'Église catholique, entre autres la plupart des
évêques, ne s'y trompèrent point. Compromettant par ses violences, même
quand il soutenait leur cause, l'_Avenir_ leur parut bientôt dangereux
par ses doctrines, et tout en admirant encore l'abbé de la Mennais,
ils le regardèrent comme un allié suspect qui pourrait bien devenir
un ennemi. La cour de Rome les mit à l'aise en donnant raison à leurs
méfiances et à leurs alarmes. Quand l'abbé de la Mennais et ses deux
principaux collaborateurs dans l'_Avenir,_ le comte de Montalembert et
l'abbé Lacordaire, portèrent à Rome la question du mérite et de la durée
de leur entreprise, le pape Grégoire XVI les traita avec de grands
égards, loua leurs intentions, et essaya d'assoupir ou de laisser tomber
la contestation; il lui en coûtait de condamner un homme qui avait
naguère défendu avec tant d'éclat l'autorité ecclésiastique, et il
espérait sans doute le ramener en le ménageant. Mais poussé à bout
et par l'insistance intraitable de l'abbé de la Mennais, et par la
nécessité de mettre un ferme au trouble de l'Église, le pape en vint
enfin, dans son encyclique du 15 août 1832, à un blâme formel et
péremptoire, bien qu'exprimé en termes généraux et bienveillants. L'abbé
Lacordaire, avec une sagacité rare dans un esprit brillant et passionné,
avait pressenti ce résultat, s'était efforcé d'engager ses deux amis à
le prévenir par une soumission modeste, et ne pouvant les y décider, il
avait seul quitté Rome, laissant l'abbé de la Mennais de plus en plus
irrité dans son âme, et M. de Montalembert encore charmé et retenu par
son influence. Quand l'encyclique du 15 août 1832 eut paru, une nouvelle
scission s'opéra; M. de Montalembert et, si je ne me trompe, tous les
autres rédacteurs de l'_Avenir_ se soumirent à leur tour, pleinement et
sans équivoque, bien résolus, quelles que fussent leurs pensées intimes,
à se conduire en catholiques fidèles. Resté seul en proie à la lutte
intérieure de son ancienne foi et des idées nouvelles qui grandissaient
en lui sous le souffle de l'orgueil offensé, l'abbé de la Mennais essaya
d'abord de quelques apparences de docilité mêlées aux réserves d'une
colère mal contenue; et trouvant la cour de Rome décidée à ne s'en point
contenter, il s'engagea enfin, par la publication des _Paroles d'un
croyant_, dans une révolte déclarée qui devint bientôt une guerre
implacable contre le pape, l'Église romaine, l'épiscopat français, les
rois, la monarchie, toutes les autorités, religieuses ou politiques,
qui, selon lui, tenaient sous un joug odieux les esprits et les peuples,
et leur ravissaient la liberté et le bonheur auxquels ils avaient droit.

Ainsi tomba cette première tentative pour réformer, non pas la doctrine
religieuse, mais l'attitude politique du catholicisme, et pour rétablir,
entre l'Église catholique et la société moderne, non pas seulement une
froide paix, mais une vraie et féconde harmonie. La pensée était grande
et répondait à un grand intérêt social. Par son esprit faux et son
fougueux orgueil, l'abbé de la Mennais l'entraîna, pour un temps, dans
son propre naufrage, en l'associant à ces rêveries et à ces passions
antisociales qui ont toujours porté et porteront toujours, partout où
elles pénétreront, l'anarchie tyrannique au lieu de la liberté et le
chaos au lieu du progrès. Une seule question, la question de la
liberté d'enseignement, resta debout sur les ruines de l'_Avenir_,
déplorablement aggravée et envenimée par la polémique générale dont elle
avait été, sinon le principal objet, du moins la première origine. M. de
Montalembert, l'abbé Lacordaire et leurs amis, en se séparant hautement
de l'abbé de la Mennais rebelle à l'Église, reportèrent, sur la lutte
spéciale engagée entre l'Église et l'Université, toute leur ardeur. Là,
ils trouvèrent l'épiscopat français, sinon déjà prêt à les suivre, du
moins disposé à les soutenir dans le combat. C'était surtout en matière
d'éducation que les évêques conservaient, dans leurs rapports avec
l'État, des souvenirs et des désirs d'indépendance; ils avaient à
défendre leurs propres établissements d'instruction secondaire, les
petits séminaires, concurrents redoutables des collèges de l'Université;
ils protégeaient plus ou moins ouvertement les congrégations
religieuses, Jésuites, Ligoristes, Dominicains ou autres qui fondaient
des maisons d'éducation. Ils étaient ainsi les rivaux naturels de
l'Université et les alliés naturels des hommes engagés contre elle, au
nom de la liberté d'enseignement, dans une guerre de jour en jour plus
vive, précisément parce qu'elle s'était concentrée contre un seul
adversaire et sur un seul objet.

Aux prises et avec les chefs officiels et avec les hardis volontaires
de l'Église, l'Université ne trouvait pas, dans la société laïque
elle-même, tout l'appui qu'elle aurait pu en espérer. Non-seulement
beaucoup de familles catholiques accueillaient les méfiances religieuses
du clergé; non-seulement les libéraux ardents persistaient de leur côté
à taxer l'Université de bigoterie en même temps que de despotisme; à
raison même de son caractère essentiel et de la pensée qui avait présidé
à sa fondation, elle rencontrait, dans une certaine région de la société
française, peu de confiance et de sympathie. Quand l'empereur Napoléon,
en créant l'Université, lui donna surtout pour mission de rendre à
l'instruction secondaire, aux études littéraires et classiques, leur
force et leur éclat, il était guidé par un instinct profond de notre
état social, de son histoire, de sa nature et de ses besoins; il savait
qu'après les prodigieux bouleversements de notre Révolution, après la
chute violente de toutes les existences hautes, au milieu de tant de
fortunes nouvelles et soudaines, pour consacrer de tels résultats, pour
sanctionner, en quelque sorte, le triomphe des classes moyennes et
assurer leur influence, il fallait cultiver et développer dans ces
classes les études fortes, les habitudes du travail d'esprit, le savoir,
la supériorité intellectuelle, et par là les montrer, les rendre en
effet dignes de leur rang. Il fallait qu'au même moment où la France
nouvelle prouvait sa force et se couvrait de gloire sur les champs de
bataille, elle fît dans l'ordre civil les mêmes preuves et jetât le même
éclat. Des magistrats, des administrateurs, des avocats, des médecins,
des professeurs capables, savants, lettrés, ce n'est pas seulement le
besoin intérieur d'un peuple, c'est sa dignité, c'est son crédit dans le
monde. C'était surtout à former ces grandes professions, ces portions
les plus élevées des classes moyennes que l'Université était vouée.
Beaucoup de familles de l'ancienne noblesse française ne voyaient pas
sans humeur ce foyer d'activité et de force sociale où la bourgeoisie
venait s'élever au niveau de ses laborieuses destinées; et elles ne
s'étaient pas encore décidées à envoyer aussi leurs enfants dans cette
arène commune pour y acquérir les mêmes moyens de succès, et s'y
préparer à reprendre, par l'intelligence et le travail, leur place dans
l'État.

C'était en présence de tous ces faits et de tous ces adversaires que
j'avais à préparer et à discuter publiquement une loi sur l'instruction
secondaire, c'est-à-dire à résoudre encore une fois, pour l'instruction
publique en France et dans ses plus difficiles parties, l'éternel
problème de la conciliation du pouvoir et de la liberté.

Une seule solution était bonne: renoncer complétement au principe de la
souveraineté de l'État en matière d'instruction publique, et adopter
franchement, avec toutes ses conséquences, celui de la libre concurrence
entre l'État et ses rivaux, laïques ou ecclésiastiques, particuliers
ou corporations. C'était la conduite à la fois la plus simple, la plus
habile et la plus efficace. Elle réduisait tous les adversaires de
l'Université au silence en satisfaisant, d'un seul coup, à leur plus
bruyante prétention, et, en même temps, elle leur imposait, pour rester
en lice, de continuels efforts, car l'État restait maître de donner, à
ses propres établissements d'instruction, tous les développements, tous
les mérites que l'intérêt social ou le voeu public pouvaient réclamer.
Aucun des prétendants à l'enseignement n'avait à se plaindre, car ils
avaient le plein et libre usage de toutes leurs armes; mais c'était
l'État qui fixait lui-même le niveau de la lutte, acceptant ainsi, au
moment où il abandonnait son empire, la salutaire obligation de ne rien
épargner pour maintenir ou ressaisir sa supériorité.

L'expérience, qui enseigne en général la réserve et la prudence, m'a
donné la leçon contraire; quand on a raison, on a bien plus raison et on
peut risquer bien plus qu'on ne croit. Il valait beaucoup mieux, pour
l'Université, accepter hardiment la lutte contre des rivaux libres que
défendre avec embarras la domination et le privilége contre des ennemis
acharnés. Le premier ébranlement une fois passé, elle était en état de
soutenir cette lutte, non-seulement avec succès, mais avec éclat, et
elle y eût bientôt gagné en puissance autant qu'en dignité.

Mais tout repoussait, sous le gouvernement de Juillet, cette politique
complète et hardie que, malgré sa faveur pour l'Église, la Restauration
n'avait pas osé tenter. L'immense majorité du public, je pourrais
dire le public voyait dans la liberté ecclésiastique le précurseur et
l'instrument de la domination ecclésiastique, objet d'antipathie et
d'effroi. L'esprit laïque, devenu si puissant, restait âprement méfiant,
et ne se croyait pas en sûreté si ses rivaux déployaient, comme lui, et
peut-être contre lui, les libertés qu'il avait conquises sur eux. Les
traditions de la vieille monarchie française venaient en aide, sur ce
point, aux passions de la France nouvelle; nos anciennes lois sur les
rapports de l'État et de l'Église, sur les interdictions ou les entraves
imposées aux congrégations religieuses, étaient invoquées comme
le rempart des conquêtes libérales. A ces méfiances générales et
historiques, la Révolution de 1830 en avait ajouté de nouvelles, plus
directes et plus personnelles. L'État et l'Église ne sont vraiment en
bons rapports que lorsqu'ils se croient sincèrement acceptés l'un par
l'autre, et se tiennent pour assurés qu'ils ne portent mutuellement,
à leurs principes essentiels et à leurs destinées vitales, aucune
hostilité. Telle n'était pas malheureusement, depuis 1830, la
disposition mutuelle des deux puissances; elles vivaient en paix, non en
intimité, se soutenant et s'entr'aidant par sagesse, non par confiance
et attachement réciproque. Au sein même de l'Église officielle et
ralliée au pouvoir nouveau, apparaissaient souvent des regrets et des
arrière-pensées favorables au pouvoir déchu, et l'Église à son tour se
voyait souvent en présence de l'indifférence ironique des disciples de
Voltaire ou de l'hostilité brutale des séides de la Révolution. Les
ardents apôtres de la liberté d'enseignement aggravaient eux-mêmes les
obstacles que lui opposait cet état des partis et des esprits; les
emportements tour à tour théocratiques et démocratiques de l'abbé de
la Mennais redoublaient les méfiances et les colères civiles les plus
diverses, celles des conservateurs comme celles des libéraux, celles
des magistrats comme celles des avocats et des étudiants. Quiconque
eût donné alors au gouvernement le conseil de renoncer absolument, en
matière d'instruction publique, à la souveraineté de l'État, au
régime de l'Université, aux entraves de l'Église et des congrégations
religieuses, et d'encourir, sans précautions fortes, la libre
concurrence de tant de rivaux, je ne veux pas dire d'ennemis, eût passé
pour un Jésuite secret, ou pour un lâche déserteur, ou pour un aveugle
rêveur.

Sans me rendre, de toutes ces difficultés, un compte aussi clair que je
le fais aujourd'hui, j'en avais, en 1836, un vif instinct, et j'en fis,
soit dans la préparation, soit dans la discussion du projet de loi sur
l'instruction secondaire, la règle de ma conduite. Je concentrai sur
trois points mon dessein et mon effort: maintenir l'Université, fonder à
côté d'elle la liberté, ajourner les diverses questions dont l'état des
partis et des esprits ne permettait pas une bonne et efficace
solution. Je pris l'Université, son organisation et ses établissements
d'instruction, comme un grand fait accompli et bon en soi, qui pouvait
être amélioré et devait être adapté au régime constitutionnel, mais
qu'il ne fallait pas remettre en discussion. Je soumis l'Université à la
libre concurrence de tous ses rivaux, sans distinction ni exception, et
sans imposer à aucun d'eux aucune condition particulière. Je renvoyai
à d'autres temps et à d'autres lois les questions qui ne tenaient pas
essentiellement au principe que je voulais fonder, entre autres celles
que soulevaient les petits séminaires, les congrégations religieuses et
les divers établissements, ecclésiastiques ou laïques, qui avaient été
l'objet de mesures spéciales, soit de faveur, soit de rigueur.

Dans un projet ainsi conçu, il y avait, je n'hésite pas à le dire, acte
de désintéressement et de courage. En maintenant fermement l'Université
et en acceptant franchement la liberté, j'encourais à la fois
les attaques et des libéraux opposants, et d'un grand nombre de
conservateurs mes amis. En me refusant à remettre en question
l'établissement universitaire et le régime exceptionnel de certains
établissements ecclésiastiques, je fermais l'arène aux systèmes nouveaux
et aux vieilles passions. Mon projet de loi avait une apparence de
timidité en même temps que d'obstination, et je me condamnais à défendre
partout des positions très-menacées, au lieu de me donner les plaisirs
et les chances d'une grande guerre en rase campagne, contre une seule
sorte d'ennemis.

Le débat m'apprit que, malgré ma prudence dans l'entreprise, j'avais
encore été trop confiant dans mon espérance. M. Saint-Marc Girardin fit,
au nom de la commission de la Chambre des députés, un habile rapport,
modèle de cet art, où il excelle, de marcher à son but en se jetant
tantôt à droite, tantôt à gauche de la route directe, et de faire
alternativement, avec une impartialité complaisante, la part des idées
contraires, sans déserter sa propre idée comme sans s'y enfermer tout à
fait. En apportant au projet de loi d'assez nombreuses modifications, ce
rapport en confirmait cependant les principes et en laissait intacts les
résultats essentiels. Quand on vint à la discussion, M. de Tracy et M.
Arago, l'un avec une honnête tristesse, l'autre avec un peu de faste
savant et de plaisanterie lourde, attaquèrent le projet de loi comme
incomplet, étroit, uniquement destiné à réparer çà et là l'édifice
universitaire, quand il aurait fallu construire un grand et général
système d'instruction publique. Ils exposaient leurs propres idées et
la loi qu'ils auraient faite eux-mêmes, bien plus qu'ils ne discutaient
celle dont la Chambre était saisie. Je redoutais peu ces attaques
générales et vagues qui ne touchaient pas à la question fondamentale
que mon projet tentait de résoudre. Mais bientôt des députés de moindre
renom, et qui n'appartenaient pas tous à l'opposition, dirigèrent leurs
attaques sur ce point délicat. Inquiets des suites de la liberté,
surtout de la liberté ecclésiastique qui était, à leurs yeux,
l'instruction publique livrée aux Jésuites, ils demandèrent, d'une
part, que les petits séminaires fussent soumis à toutes les conditions
imposées par la loi aux établissements privés d'instruction secondaire,
d'autre part, que tout chef d'un tel établissement fût tenu,
non-seulement de prêter le serment politique, mais encore de jurer qu'il
n'appartenait à aucune association ou corporation non autorisée. Je
réussis à faire écarter le premier de ces amendements; mais le second
fut adopté. C'était imposer, à la liberté de l'Église catholique et de
sa milice en matière d'enseignement, des restrictions particulières, et
enlever à la loi proposée ce grand caractère de sincérité et de droit
commun libéral que j'avais eu à coeur de lui imprimer. Seul parmi les
orateurs qui prirent part à ce débat, M. de Lamartine, qui n'était alors
ni de mes adversaires, ni de mes amis, comprit bien l'importance de ce
caractère et le mérite de la loi qui le consacrait: «J'entends depuis
quelques jours, dit-il, et à cette tribune et sur ces bancs, beaucoup de
membres d'opinions opposées déclarer qu'ils donneront une boule noire
à cette loi. Je m'en afflige. Les uns se préoccupent de ce fantôme de
jésuitisme que l'on fait sans cesse apparaître ici, et qu'il faudrait
déclarer plus puissant que jamais s'il avait la force de nous faire
reculer devant la liberté. Les autres semblent appréhender que le clergé
ne possède pas exclusivement la jeunesse, et que l'esprit du temps,
représenté par l'Université, n'exerce le monopole sur l'élément
traditionnel et religieux représenté par des corps enseignants. C'est
précisément à cause de ces mécontentements des partis opposés que je
voterai et que je conjure la Chambre de voter la loi avec une plus
certaine conviction. Quoi? Après sept ans d'attente, après une
révolution faite pour obtenir cette liberté d'enseignement, après
qu'elle a été demandée par les opinions les plus diverses, et inscrite
dans la Charte comme une condition synallagmatique du gouvernement de
1830, nous irions la rejeter au ministre sincère et courageux qui nous
l'offre, et faire penser ainsi à la France et à l'Europe que la sphère
de la liberté n'est pas assez large pour nous contenir tous, et que nous
ne voulons de liberté que pour nous! Non, Messieurs, cela n'est pas
possible! Hâtons-nous, malgré les inconvénients, malgré ce serment
impolitique, malgré ces restrictions plus ou moins gênantes, hâtons-nous
de voter la loi. C'est un gage de liberté que tous les partis se donnent
involontairement entre vos mains contre l'intolérance religieuse ou la
tyrannie athée, et que plus tard on ne pourra plus nous arracher.»

La loi fut votée en effet par la Chambre des députés; mais peu de jours
après, le cabinet fut dissous; je sortis des affaires, et mon projet
tomba avec moi, sans aller jusqu'à la Chambre des pairs. S'il fût
resté tel que je l'avais présenté d'abord, peut-être, malgré quelques
incohérences et quelques lacunes, eût-il suffi à résoudre la question de
la liberté d'enseignement, et à prévenir la lutte déplorable dont elle
devint plus tard l'objet. Mais, par les amendements qu'il avait subis,
ce projet de loi, en restreignant expressément, surtout pour l'Église
et sa milice, la liberté que la Charte avait promise, envenimait la
querelle au lieu de la vider. Il ne méritait plus aucun regret.

J'avais entrepris, par ce même projet, de poursuivre la solution, déjà
commencée dans ma loi sur l'instruction primaire, d'une question
dont les esprits ont été naguère vivement préoccupés, la question de
l'enseignement intermédiaire et pratique qui convient à des professions
et à des situations sociales sans lien nécessaire avec les études
savantes, mais importantes par leur nombre, leur activité et leur
influence sur la force et le repos de l'État. Les écoles primaires
supérieures étaient le premier degré de cet enseignement qui devait
devenir plus complet et plus spécial dans les collèges communaux de
second ordre, et trouver aussi une place dans les grands collèges de
l'État et des villes, sans que le haut enseignement littéraire et
scientifique, nécessaire et commun à toutes les professions libérales,
eût à en souffrir. La liberté de l'enseignement général et le
développement de l'enseignement intermédiaire, c'étaient là les deux
idées essentielles de mon projet de loi; elles tombèrent à la fois.

Je n'ai rien à dire d'une multitude de mesures spéciales dont,
pendant ces quatre années de mon administration, les établissements
d'instruction secondaire furent, pour moi, l'objet. Les grands problèmes
de cet important degré de l'instruction publique sont les seuls sur
lesquels j'aie à coeur de rappeler mes vues et mes travaux. Ma situation
était à cet égard, et j'ai déjà dit pourquoi, bien plus compliquée
et plus difficile qu'en matière d'instruction primaire: j'ai défendu
l'Université contre d'impatients rivaux dont j'ai reconnu les droits,
et dans l'Université les grandes études classiques contre de frivoles
novateurs dont je n'ai pas repoussé les légitimes voeux. Quand j'ai
voulu innover moi-même et résoudre, sur la liberté d'enseignement, les
questions qu'avait posées la Charte, je n'ai fait que des tentatives
modestes, et pourtant j'ai plus tenté qu'accompli. Les bons esprits qui
prendront la peine d'y regarder jugeront si ce fut ma faute, ou celle du
public auquel j'avais affaire, adversaires et amis.



                               CHAPITRE XVIII

                           INSTRUCTION SUPÉRIEURE.

Disposition des esprits de 1832 à 1837, quant à l'instruction
supérieure.--Réformes et innovations nécessaires.--Comment je les
entreprends.--Chaires vacantes au Collège de France.--Nomination de MM.
Eugène Burnouf, Jouffroy, Ampère et Rossi.--Mes relations personnelles
avec eux.--Création de la chaire de droit constitutionnel dans la
Faculté de droit de Paris.--Nomination de M. Rossi.--Opposition à son
cours.--M. Auguste Comte et _la philosophie positive_.--Des procédés des
Chambres envers les savants et les lettrés.--Du cumul des emplois.--Des
logements.--Lettre de M. Geoffroy Saint-Hilaire.--Savants
voyageurs.--MM. Victor Jacquemont et Champollion jeune.--De
l'introduction du principe de la liberté dans l'instruction
supérieure.--Des agrégés.--De la décentralisation dans l'instruction
supérieure.--De l'absence de toute discipline morale dans l'instruction
supérieure.--Moyen d'y porter remède.


Ma situation, comme ministre de l'instruction publique, était infiniment
plus commode quand il s'agissait de l'instruction supérieure qu'en
matière d'instruction primaire ou secondaire. Je ne rencontrais point
de forte opinion publique qui me pressât d'accomplir, dans le haut
enseignement, quelque oeuvre générale et nouvelle. Je n'étais là en
présence ni d'un ardent appel à la liberté, ni d'une rivalité acharnée.
Dans les sciences mathématiques et physiques, la supériorité et
l'indépendance des écoles françaises étaient reconnues. Dans les
lettres, la philosophie et l'histoire, notre enseignement public venait
tout récemment de se déployer avec succès et de faire ses preuves de
liberté. Le gouvernement de la Restauration était modéré, même quand il
cédait à ses mauvaises pentes; les cours de la Sorbonne ouverts, fermés
et rouverts tour à tour, avaient montré que ses rigueurs n'avaient rien
d'irrévocable. Il était certain que le gouvernement de 1830 apporterait,
à la liberté des esprits, encore moins d'entraves. En fait d'instruction
supérieure, le public, à cette époque, ne souhaitait et ne craignait à
peu près rien; il n'était préoccupé, à cet égard, d'aucune grande idée,
d'aucun impatient désir; l'ambition intellectuelle faiblissait devant
l'ambition politique; le haut enseignement, tel qu'il était constitué et
donné, suffisait aux besoins pratiques de la société qui le considérait
avec un mélange de contentement et d'insouciance.

Je ne partageais qu'à moitié le premier de ces sentiments, et pas du
tout le second. L'instruction supérieure ne manquait, à coup sûr, à
Paris, ni de force, ni de dignité, ni d'éclat. Dans l'Université, les
facultés des lettres, des sciences, de droit et de médecine comptaient
des chaires nombreuses, variées et occupées par des hommes éminents. En
dehors de l'Université et étrangers à son régime, le Collège de France,
le Jardin-des-Plantes, les diverses écoles spéciales assuraient
l'indépendance comme l'étendue du haut enseignement, et ne permettaient
pas que l'esprit exclusif ou la routine d'un corps unique s'en pussent
emparer. Dans le choix des maîtres et dans l'enseignement même,
le mérite et la liberté n'étaient pas sans garanties; soit par la
présentation de candidats, soit par le concours, les corps enseignants
et savants, les facultés, les écoles spéciales, l'Institut avaient,
sur les nominations, une juste part d'influence. Le gouvernement ne
prétendait à intervenir et n'intervenait en effet dans l'enseignement
que pour nommer les professeurs selon les règles établies, et pour
maintenir, dans les cours, l'ordre public. Ni l'efficacité pratique pour
les jeunes gens destinés aux diverses professions libérales, ni le luxe
intellectuel pour les amateurs d'esprit et de science ne manquaient à
ce grand ensemble d'instruction supérieure. Cependant elle était, à mon
avis, loin de satisfaire, dans la France entière, aux besoins sérieux
de la civilisation française, et surtout au développement moral des
générations près d'atteindre à l'âge d'homme et d'entrer, à leur tour,
en possession du sort de la patrie comme de leur propre destinée. Il
y avait là, dans l'intérêt de l'intelligence, de la liberté et de la
moralité nationales, de vastes lacunes dont le public ne s'inquiétait
guère, mais dont j'étais très-frappé, et que j'avais à coeur de remplir.

Je n'eus garde cependant d'entreprendre, dès le début, les réformes
et les innovations que je me proposais. De tous les départements
ministériels, l'instruction publique est peut-être celui où il importe
le plus au ministre de ménager l'opinion des hommes qui l'entourent, et
de s'assurer leur appui dans ses entreprises, car ils ont les droits et
quelquefois les prétentions de gens d'esprit par profession, accoutumés
à faire, du raisonnement et de la pensée, un continuel et très-libre
usage. Dans aucune branche du gouvernement, le choix des hommes, les
relations du chef avec ses associés, l'influence personnelle et la
confiance mutuelle ne jouent un si grand rôle. Avant de toucher, dans
le haut enseignement, à des questions difficiles et qui sommeillaient
encore, je voulais avoir acquis, parmi les maîtres des grandes écoles,
des collaborateurs, je dirais mieux des amis disposés et propres à me
seconder.

Le sort m'en fournit bientôt des occasions naturelles: dans la première
année de mon ministère, quatre chaires, les chaires de langue et
philosophie grecques, de langue et littérature sanscrites, de
littérature française et d'économie politique, vinrent à vaquer au
Collège de France. Les hommes dont la mort créait ces vides, MM. Thurot,
de Chézy, Andrieux, J.-B. Say avaient, dans le monde lettré, des noms
tous honorés, quelques-uns célèbres et populaires. Il leur fallait de
dignes successeurs. Je ne pouvais les choisir que parmi les candidats
présentés par le Collège de France et l'Institut, et je devais
m'attendre, pour deux au moins de ces chaires, à des présentations
diverses et disputées qui feraient peser sur moi l'embarras et la
responsabilité des choix. Je ne connais guère l'embarras, et je ne
crains pas la responsabilité. La chaire de langue et de littérature
sanscrites n'était l'objet d'aucune concurrence; présenté à la fois par
le Collège de France et par l'Académie des inscriptions, jeune alors et
destiné à mourir jeune encore, usé avant le temps par la passion et le
travail de la science, M. Eugène Burnouf était comme nommé d'avance par
tous les savants orientalistes de l'Europe, et je n'eus que le plaisir
de faire officiellement confirmer leur suffrage. Pour les chaires de
philosophie grecque, de littérature française et d'économie politique,
ma situation était moins simple: parmi les candidats présentés par le
Collège de France se trouvaient MM. Jouffroy, Ampère et Rossi, qu'on
savait mes amis et dont je désirais ouvertement le succès; mais M.
Jouffroy était engagé dans les luttes philosophiques de l'école
spiritualiste contre l'école sensualiste du dernier siècle; au lieu
de M. Ampère, l'Académie française avait présenté, pour la chaire de
littérature, l'un de ses plus honorables membres, M. Lemercier, poëte
brillant malgré ses chutes et critique éminent malgré le dérèglement
de la plupart de ses oeuvres; M. Rossi, réfugié d'Italie, professeur
à Genève, n'avait encore en France qu'une de ces réputations aisément
acceptées tant qu'elles demeurent lointaines, mais qui rencontrent, dès
qu'elles se rapprochent, des adversaires et des rivaux. L'Académie des
sciences morales et politiques opposait à cette candidature celle de
son secrétaire perpétuel, M. Charles Comte, homme d'études sérieuses,
d'opinions consciencieuses, d'un caractère aussi ferme que droit, et
gendre de M. J.-B. Say à qui l'on cherchait un successeur. Évidemment
MM. Ampère, Jouffroy et Rossi ne pouvaient être portés au sommet de
l'enseignement public sans susciter de vives jalousies, et sans faire
taxer d'esprit de parti ou de coterie, ou de faveur personnelle et
prématurée, le pouvoir qui les y appellerait.

Je n'hésitai point: malgré les humeurs et les attaques que je prévoyais,
MM. Ampère, Jouffroy et Rossi furent nommés, comme M. Eugène Burnouf,
aux chaires qui vaquaient.

Je n'avais alors, avec M. Ampère, point de relation intime et
habituelle; il n'avait encore accompli aucun de ces voyages ni produit
aucun de ces ouvrages qui ont montré en lui tour à tour un sagace
observateur du temps présent et un savant critique des temps anciens,
également curieux des hommes et des livres, aussi empressé à rechercher
et aussi habile à démêler la vérité dans les tombeaux de l'Égypte que
dans les rochers de la Norwége, et vivant avec la même familiarité
intelligente au milieu des ruines de Rome et dans les grandes villes
improvisées de la démocratie américaine. Mais quoique jeune, comme M.
Eugène Burnouf, M. Ampère s'était déjà distingué en 1833, d'abord dans
un cours de littérature générale qu'il avait fait à Marseille, puis
comme suppléant de MM. Villemain et Fauriel dans leurs chaires de
littérature française et étrangère. C'était l'un des esprits les plus
actifs, les plus laborieux et les plus ingénieux dans cette génération
de lettrés philosophes qui entreprenaient, je ne dirai pas de
renouveler, l'expression serait aussi fausse qu'impertinente, mais
d'agrandir et de raviver les lettres françaises, un peu menacées de
langueur, en leur ouvrant, dans le monde ancien et moderne, de nouveaux
espaces pour y faire, sous leur drapeau, de fécondes conquêtes. La
querelle des romantiques et des classiques a été, comme toutes les
querelles, l'occasion de prétentions fantasques et d'exagérations
puériles; mais elle révélait en Europe une nouvelle phase de l'esprit
humain, et en France un besoin profond de l'esprit national. La
littérature de l'Empire nous avait rendu un important service, trop
oublié; elle avait tiré les lettres des dérèglements et des déclamations
révolutionnaires, et les avait ramenées sous l'autorité de la tradition,
du bon sens et du goût; mais si la tradition, le bon sens et le goût
dirigent et règlent, ils n'inspirent pas; à l'esprit dans ses travaux,
comme aux navires sur l'Océan, il faut du vent aussi bien qu'une
boussole: le souffle inspirateur manquait à notre littérature quand
l'école romantique alla le chercher à des sources nouvelles, les
littératures étrangères et la liberté. Ce fut là son caractère original
et son vrai mérite. Elle n'a pas donné tout ce qu'elle avait promis;
c'est le sort des promesses humaines; les oeuvres sont rarement au
niveau des tentatives; mais elle a imprimé aux lettres françaises un
mouvement qui n'a manqué ni d'éclat, ni d'effet, et dont ses adversaires
se sont ressentis aussi bien que ses adeptes. M. Ampère me parut,
en 1833, très-propre à seconder, dans l'enseignement public, cette
renaissance littéraire; et j'ai la confiance que tout ce qu'il a fait
depuis cette époque, ses voyages et ses travaux, cette singulière
alliance de courses aventureuses et d'études patientes, cette
infatigable ardeur intellectuelle, si désintéressée, si variée et
toujours jeune, ont bien justifié le pressentiment qui décida mon choix.

En appelant M. Jouffroy à la chaire de philosophie grecque et latine,
j'agissais, non par pressentiment, mais avec pleine connaissance et
confiance. A peine sorti de l'École normale, ce jeune philosophe m'avait
inspiré beaucoup d'estime et un intérêt affectueux. Il y avait en lui,
dans son âme comme dans sa figure, un beau et aimable mélange de
fierté et de douceur, de passion et de réserve, d'indépendance un peu
ombrageuse et de dignité tranquille. C'était un esprit parfaitement
libre et même hardi, avec un goût naturel pour l'ordre et le respect;
capable d'entraînement téméraire, mais sans entêtement, et toujours prêt
à s'arrêter ou à revenir sur ses pas, pour écouter les leçons de la vie
ou considérer les diverses faces de la vérité. Il avait l'imagination
vive et la réflexion lente, plus d'abondance et de finesse que de
puissance dans la pensée, plus d'observation progressive que d'invention
première, et quelque penchant à s'engager dans des vues ingénieuses ou
des déductions subtiles qui auraient pu l'égarer si sa droiture de coeur
et de sens ne l'avait averti et contenu. Je n'ai point connu d'homme
plus sérieux ni plus sincère, dans la science comme dans la vie; et
son orgueil même, car il en avait, ne dominait ni sa conscience, ni
sa raison. Quand je le fis nommer au Collége de France, il avait déjà
déployé depuis quinze ans, soit dans l'intérieur de l'École normale,
soit à la Faculté des lettres, son rare talent pour le haut enseignement
philosophique; il siégeait depuis dix-huit mois dans la Chambre des
députés, et s'y montrait un juge aussi sensé que libre de la politique,
sans intention d'y devenir un grand acteur. Il était de ce petit
nombre d'excellents esprits ouverts à l'expérience quoique voués à la
spéculation, et en qui la vie publique éclaire et règle la pensée au
lieu de l'enivrer.

Trois ans après sa nomination, il fut atteint du mal auquel, sept ans
plus tard, il devait succomber. Sa poitrine gravement menacée lui
rendait nécessaire, non-seulement le repos, mais l'air doux et chaud du
Midi. Il était marié et presque sans fortune. Je lui offris une mission
en Italie, à Florence et à Pise, où il pourrait se rétablir en faisant
à loisir des études sur l'état de l'instruction publique en Toscane,
et des recherches dans les manuscrits de ses bibliothèques. Dans les
journaux et dans les Chambres, une légèreté dure et brutale a souvent
attaqué ces faveurs accordées, sous des prétextes plausibles, pour des
causes très-légitimes. Je n'ai jamais tenu compte de ces attaques. Quel
plus digne et plus utile emploi peuvent recevoir les fonds destinés à
l'encouragement des lettres que de soutenir, dans les difficultés de la
vie, la force et le courage des hommes qui les honorent? M. Jouffroy
accepta la mission que je lui proposais; et je prends plaisir à
retrouver dans les lettres qu'il m'écrivit d'Italie[5], la preuve
qu'elle lui fut bonne pour la tranquillité de son esprit comme pour la
prolongation de sa vie.

[Note 5: _Pièces historiques_, n° V.]

J'étais lié depuis plusieurs années avec M. Rossi. Le duc de Broglie,
qui l'avait beaucoup vu à Genève et à Coppet, m'avait souvent parlé de
lui. Avant 1830, il avait fait à Paris des voyages pendant lesquels nous
avions beaucoup causé. Il était devenu l'un des collaborateurs de la
_Revue française_ dont je dirigeais la publication. Les divers cours sur
le droit, l'économie politique et l'histoire qu'il avait faits à Genève,
et son _Traité de droit pénal_ publié à Paris en 1828 l'avaient placé en
Europe parmi les maîtres du haut enseignement, soit par la parole, soit
par les écrits. Depuis 1830, il avait pris, aux affaires générales de la
Suisse, une part active et influente; le canton de Genève l'avait élu
son représentant à la grande Diète réunie à Lucerne en 1832 pour revoir
et modifier l'organisation de la Confédération helvétique; la Diète
l'avait nommé membre de la commission chargée de réviser le pacte
fédéral, et la commission l'avait pris pour son rapporteur. Il avait
manifesté ses principes et fait ses preuves comme acteur politique aussi
bien que comme publiciste. Je savais ce qu'il avait été en Italie, ce
qu'il était en Suisse, ce qu'il deviendrait partout. Je résolus de
l'attirer et de le fixer en France. Pendant le moyen âge, l'Église a
plus d'une fois admis dans son sein et porté à ses premiers rangs des
proscrits qui s'étaient réfugiés dans ses asiles, et dont elle avait
démêlé les mérites; pourquoi l'État n'aurait-il pas aussi cette
intelligence généreuse, et ne s'approprierait-il pas les hommes éminents
que les troubles de leur patrie ont contraints de chercher au loin
l'hospitalité? Une seule chose importe; c'est de n'accorder cette faveur
qu'à bonnes enseignes et à des hommes capables d'y répondre dignement.
A cette condition, elle sera toujours rare. La Suisse ne s'était pas
trompée en adoptant M. Rossi. Je ne me trompai pas quand je pris à coeur
de faire de lui un Français.

Ce n'est pas qu'il ne soit toujours resté très-italien. Nos
conversations ne m'en avaient pas laissé douter, et j'ai déjà publié de
lui, dans ces _Mémoires_, des lettres qui prouvent avec quelle ardeur,
en 1831, il se préoccupait des destinées italiennes. Mais je le savais
trop homme de sens et d'honneur pour sacrifier, ou seulement subordonner
jamais les intérêts de sa patrie adoptive aux espérances de sa jeunesse.
Je reviendrai plus tard sur ce sujet. En 1848, M. Rossi est mort pour
l'Italie. De 1833 à 1848, il a bien servi et honoré la France.

Quoique critiquée, sa nomination comme professeur d'économie politique
au Collége de France ne rencontra point d'obstacle; il avait été
présenté par le Collége même, et le succès de son cours fit bientôt
cesser les critiques. Mais cette chaire ne pouvait suffire à le
dédommager de la situation qu'il avait abandonnée en Suisse, et à le
fixer définitivement en France. Quand on veut acquérir un homme rare et
ses services, c'est à la fois justice et bonne politique de lui assurer
ces conditions extérieures de la vie qui donnent la liberté et le repos
d'esprit dans le travail. En appelant M. Rossi à Paris, je lui avais
laissé entrevoir la perspective d'une autre chaire qui compléterait sa
situation dans le haut enseignement, et le mettrait à portée de prendre
toute sa place dans sa nouvelle patrie. J'avais dessein d'établir
en France l'enseignement du droit constitutionnel devenu la base du
gouvernement français. Un essai avait été tenté en ce genre peu de mois
après la Révolution de 1830; une chaire de droit public français avait
été instituée dans la Faculté de droit de Toulouse, au profit d'un homme
très-populaire dans sa ville et vraiment distingué, M. Romiguières, qui
devint plus tard procureur général près la Cour royale de Toulouse et
membre de la Chambre des pairs. Je voulais que cet enseignement fût
institué avec plus d'efficacité et d'éclat, sous son vrai nom, au centre
des grandes études, et que la Charte constitutionnelle fût expliquée et
commentée, dans son vrai sens, devant les nombreux étudiants de l'École
de droit de Paris. Je proposai au Roi, qui l'accepta, la création d'une
chaire de droit constitutionnel dans cette école; et le jour même où le
_Moniteur_ publiait le rapport destiné à exposer les motifs et l'objet
précis de cette chaire[6], je nommai M. Rossi pour la remplir.

[Note 6: _Pièces hitcriques_, n° VI.]

Plus vivement contestée que la première, cette nomination pourtant ne
parut d'abord susciter que les attaques des opposants d'habitude et
l'humeur des rivaux de profession. Mais lorsque à la rentrée annuelle
de l'École de droit, le 29 novembre 1834, M. Rossi ouvrit son cours de
droit constitutionnel, il fut assailli par des interruptions et des
clameurs qui ne lui permirent pas d'aller jusqu'au bout de sa leçon.
Trois fois, aux jours assignés, il remonta dans sa chaire et s'efforça,
mais en vain, de commencer son enseignement. Les perturbateurs étaient
en minorité; un grand nombre d'auditeurs, les élèves sérieux et libéraux
essayaient, par des cris _à l'ordre_ et des applaudissements au
professeur, de lutter contre le tumulte: ils échouaient toujours. Il
y avait évidemment, dans l'École, une petite émeute organisée, où se
jetaient volontiers des étudiants ignorants et turbulents, qui ne
croyaient pas déplaire à tous leurs professeurs, et qui prenaient
plaisir à se sentir soutenus par les émeutiers ordinaires du dehors.
A ce désordre obstiné et à des insultes qui menaçaient de devenir
violentes, M. Rossi opposait sa persévérance, son sang-froid, quelques
paroles dignes; et à chaque nouvelle scène, en sortant de l'École,
il venait me raconter ce qui s'était passé et concerter avec moi sa
conduite, un peu surpris, lui réfugié libéral et appelé à fonder un
enseignement libéral, de rencontrer, contre sa personne et son oeuvre,
cette opposition brutale et subalterne. Le conseil des ministres et
le conseil royal de l'instruction publique, à qui je rendis compte de
l'incident, pensèrent avec moi qu'après avoir fait arrêter quelques-uns
des perturbateurs, il convenait d'ordonner une enquête sur les causes du
tumulte, pour intimider les intrigues hostiles, et de suspendre le cours
jusqu'à ce que l'enquête fût terminée, pour donner aux esprits le temps
de se calmer. Les deux mesures atteignirent leur but; les ennemis eurent
un peu de honte; les turbulents se lassèrent; M. Rossi reprit son cours;
et quelques années après, à la complète approbation des étudiants comme
des professeurs ses collègues, il était le doyen de cette École de droit
dans laquelle il était entré au milieu de tant d'inimitié et de bruit.

Il était très-propre à surmonter les obstacles, à dissiper les
préventions hostiles, et à se concilier les esprits mal disposés, pourvu
qu'il eût devant lui du temps. Il était au fond plein de passion et
d'autorité; mais elles ne se manifestaient pas du premier coup, ni
avec cet élan et cette énergie extérieure qui dominent quelquefois les
tumultes parlementaires ou populaires. D'une apparence froide, lente et
dédaigneuse, il exerçait plus d'action sur les individus que sur les
masses, et savait mieux plaire et vaincre dans le tête-à-tête qu'au
milieu des troubles et des péripéties de la foule réunie en assemblée ou
en émeute. Pendant que les désordres suscités à l'occasion de son cours
devenaient presque une affaire de gouvernement, le Roi me dit un jour:
«Êtes-vous bien sûr que l'homme vaille l'embarras qu'il nous donne?--Il
vaut infiniment mieux, Sire; le Roi fera un jour de M. Rossi bien autre
chose qu'un professeur de droit constitutionnel.--En ce cas, vous avez
raison; soutenons-le bien.»

J'eus à la même époque quelques rapports avec un homme qui a fait, je ne
dirai pas quelque bruit, car rien n'a été moins bruyant, mais quelque
effet, même hors de France, parmi les esprits méditatifs, et dont les
idées sont devenues le _Credo_ d'une petite secte philosophique. Ces
chaires nouvelles, créées soit au Collége de France, soit dans les
Facultés, mettaient en mouvement toutes les ambitions savantes. M.
Auguste Comte, l'auteur de ce qu'on a appelé et de ce qu'il a appelé
lui-même _la Philosophie positive_, me demanda à me voir. Je ne le
connaissais pas du tout, et n'avais même jamais entendu parler de lui.
Je le reçus et nous causâmes quelque temps. Il désirait que je fisse
créer pour lui, au Collége de France, une chaire d'histoire générale
des sciences physiques et mathématiques; et pour m'en démontrer la
nécessité, il m'exposa lourdement et confusément ses vues sur l'homme,
la société, la civilisation, la religion, la philosophie, l'histoire.
C'était un homme simple, honnête, profondément convaincu, dévoué à
ses idées, modeste en apparence quoique, au fond, prodigieusement
orgueilleux, et qui sincèrement se croyait appelé à ouvrir, pour
l'esprit humain et les sociétés humaines, une ère nouvelle. J'avais
quelque peine, en l'écoutant, à ne pas m'étonner tout haut qu'un esprit
si vigoureux fût borné au point de ne pas même entrevoir la nature ni
la portée des faits qu'il maniait ou des questions qu'il tranchait,
et qu'un caractère si désintéressé ne fût pas averti par ses propres
sentiments, moraux malgré lui, de l'immorale fausseté de ses idées.
C'est la condition du matérialisme mathématicien. Je ne tentai même
pas de discuter avec M. Comte; sa sincérité, son dévouement et son
aveuglement m'inspiraient cette estime triste qui se réfugie dans le
silence. Il m'écrivit peu de temps après une longue lettre pour me
renouveler sa demande de la chaire dont la création lui semblait
indispensable pour la science et la société[7]. Quand j'aurais jugé à
propos de la faire créer, je n'aurais certes pas songé un moment à la
lui donner.

[Note 7: _Pièces historiques_, n° VII.]

Les deux chaires conférées coup sur coup à M. Rossi ranimèrent, dans les
Chambres et dans les journaux, une question déjà plusieurs fois débattue
et qui devait l'être plus d'une fois encore, la question du cumul des
emplois et des traitements dans la sphère des lettres, des sciences et
de l'enseignement supérieur, car ce n'est guère que là que ce cumul peut
avoir lieu. Ce fut une explosion répétée de cette parcimonie jalouse
qui s'acharne contre le bien-être d'hommes laborieux, la, plupart
distingués, quelques-uns illustres, presque tous sans fortune native, et
qui leur marchande les fruits, toujours bien modestes, de leurs longs
travaux. Il y a là une injustice honteuse et un ignorant calcul: on
méconnaît à la fois les droits des personnes et les intérêts du pays. Si
on dressait la liste des hommes qui, de 1830 à 1848, occupaient, soit
dans l'enseignement, soit dans les sciences et les lettres, plusieurs
emplois, on trouverait en tête les maîtres des diverses carrières
intellectuelles, les hommes qui, dans les applications de la science
comme dans la science pure, pouvaient le mieux servir et ont en effet
le mieux servi l'État dans les divers postes qui leur étaient confiés.
C'est à ces hommes que l'on contestait tantôt leurs traitements, tantôt
leurs logements, tantôt les suppléants qu'ils réclamaient après bien
des années d'exercice personnel. Quelques-uns, pour échapper à ces
douloureuses piqûres, se démettaient de telle ou telle de leurs
fonctions; d'autres, qui s'étaient promis de mourir sous le même toit
que les collections qu'ils gardaient ou les établissements qu'ils
dirigeaient, se voyaient contraints d'aller vivre hors du séjour de leur
esprit et des instruments de leur travail. Et pour ceux-là même qu'elle
poursuivait sans les atteindre, cette petite guerre subalterne laissait
dans leur coeur un profond sentiment d'amertume contre des pouvoirs
inintelligents et ingrats.

Je veux insérer ici textuellement une lettre que m'adressa, à cette
occasion, l'un de nos plus éminents naturalistes, le collègue et,
selon quelques-uns, le rival scientifique de M. Cuvier, M. Geoffroy
Saint-Hilaire. Il avait été attaqué dans la Chambre des députés comme
occupant, disait-on, au Jardin-des-Plantes, un logement de soixante
pièces. Il m'écrivit sur-le-champ, le 8 avril 1833:

«Monsieur le ministre,

Le Muséum d'histoire naturelle a son personnel placé sous les ordres
et sous la surveillance des deux ministères; _Instruction publique_
et _Travaux publics._ Pour les logements nous dépendons du dernier
ministère. Attaqué vendredi dernier comme logé au Jardin du Roi, à la
tribune de la Chambre des députés, je viens de me justifier auprès de S.
E. monsieur le ministre Thiers. Permettez-moi, je vous prie, d'adresser
à Votre Excellence la même justification.

«M. le député Lherbette a cru devoir dénoncer le logement que j'occupe
dans les bâtiments de l'État, _trop fastueux,_ dit-il, et qu'il a dit
être composé de soixante pièces. Il n'en est rien; la chose est de toute
fausseté: entre les deux époques des dénonciations de M. Lherbette, il
y a eu vérification des lieux par un député, membre de la commission du
budget, M. Prunelle. Cet honorable membre de la Chambre s'est porté sous
les combles et dans tous les galetas de mon habitation. L'escalier par
où il s'est introduit pouvait à peine le contenir; les deux basques de
son habit touchaient les deux murailles à la fois, et tout le logement
est à l'avenant.

Propriété privée autrefois, la maisonnette que j'occupe, laquelle n'est
composée que d'un rez-de-chaussée sous des combles, servait de demeure à
un appareilleur placé sous la main d'un maître maçon. Un état des lieux,
que l'on étendit à une description minutieuse de compartiments, de
planches, de tous les petits espaces, éclairés ou non, fut, avec
intention, communiqué à M. Lherbette, et causa les illusions que ce
député s'est faites.

Si, après quarante années de travaux non interrompus (mon entrée au
Jardin du Roi, à la place de Lacépède, date de mars 1793), si, après ce
laps de temps et la poursuite de recherches qui chaque jour commencent
dès trois à quatre heures de nuit, j'avais employé à un métier mon
activité, je serais riche maintenant. Tout au contraire, je me suis
appauvri, ayant consommé une bonne partie de mon patrimoine à acquérir
matériaux et livres pour mes recherches; je me suis appauvri en publiant
à mes frais des idées qui, non comprises dans leur nouveauté et
nullement populaires, ne sont point fructueuses pécuniairement, et sont
destinées à préparer dans l'avenir, à la philosophie, de nouvelles
bases.

«Jamais je n'ai rien demandé, par conséquent rien obtenu des
gouvernements qui répondent à ceux qui les obsèdent; rien obtenu, à
moins que l'on ne me compte ma croix d'argent, que Napoléon m'a de son
propre mouvement accordée. Loin de tourmenter les hommes puissants, j'ai
vécu dans la retraite, seule favorable au travail. Et c'est au bout
d'une carrière de quarante ans qu'on s'occupe enfin de moi pour me
reprocher le toit modeste sous lequel j'habite, et dont on vante
injustement l'étendue et les agréments; ma maisonnette, jusque-là non
encore enviée de personne, et dans laquelle je me plais, me suffit, il
est vrai, mes prétentions se bornant à la médiocrité célébrée par les
poëtes de la saine philosophie.

«Que si Votre Excellence, monsieur le ministre, croit tout ceci exagéré,
qu'elle fasse faire une nouvelle descente dans cette maisonnette; qu'on
la trouve trop spacieuse et qu'on songe à m'en renvoyer, je suis prêt,
comme le sont tous les novateurs, à tous les sacrifices; prêt, sans
murmurer, à aller errer, le bâton de la misère à la main, jusqu'à ce
qu'enfin ma vieillesse rencontre et recueille le repos éternel.»

Ce n'est pas un médiocre mal pour un gouvernement d'inspirer à de tels
hommes de tels sentiments, et les amis du régime parlementaire ne
savent pas assez quel tort lui a fait cette inquisition mesquinement
tracassière qui semblait ne voir partout, dans les plus modestes comme
dans les plus hautes fonctions, que des serviteurs trop chers dont elle
avait à contrôler les bénéfices ou à réduire les gages. Je pris à tâche,
pendant toute mon administration, de lutter contre cette disposition,
et j'eus souvent le bonheur d'en triompher. Quand on traite, avec des
assemblées politiques, de ce qui touche à l'intérêt et à l'honneur
intellectuel du pays, il ne faut pas craindre de proposer, de demander,
d'insister, de faire appel aux idées larges et aux sentiments généreux;
on réussit souvent plus qu'on n'a espéré, et quand on échoue, on n'a
pas beaucoup à souffrir de l'échec. Parmi les hommes engagés dans les
carrières scientifiques, quelques-uns surtout m'inspiraient un vif
et particulier intérêt; c'étaient les voyageurs savants, ces hardis
pionniers de la science et de l'intelligence, qui, pour conquérir à leur
pays des connaissances et des relations nouvelles, pour agrandir sa
renommée et sa fortune, vont user au loin, à travers toutes sortes de
souffrances et de périls, leur jeunesse, leur courage, leur santé, leur
vie, et qui, revenus dans leurs foyers, n'y retrouvent même pas la
modeste situation qu'ils y avaient en les quittant, et ne savent
seulement pas s'ils parviendront à mettre sous les yeux du public les
trésors de science et de nouveauté qu'ils ont amassés pour lui. En 1832
et 1833, je me trouvai en présence, non de la personne, mais déjà de
la mémoire de deux des plus illustres parmi ces héros-martyrs de la
science, Champollion jeune et Victor Jacquemont, morts tous deux, l'un
à quarante et un, l'autre à trente et un ans, victimes tous deux des
fatigues de leurs travaux, et laissant tous deux, inédits et enfouis
dans leurs familles, les manuscrits et les collections, oeuvres de leur
génie et prix de leur vie. Peu de jours après mon entrée au ministère de
l'instruction publique, M. de Tracy vint me parler de Victor Jacquemont,
déjà malade et mourant dans l'Inde sans qu'on le sût à Paris. On lui
avait alloué, pour son voyage, un traitement si insuffisant qu'il aurait
langui dans l'impuissance et la détresse si l'amitié de lord William
Bentinck, alors gouverneur général des Indes, ne fût venue à son aide.
Lorsque, à la fin du XVIIe siècle, l'infatigable adversaire de Louis XIV
et de la France, Guillaume III, veillait, avec une tendre sollicitude
dont on est tenté de s'étonner, sur le fils de J. W. Bentinck, son
intime et presque son seul ami, il ne se doutait pas que, près d'un
siècle et demi plus tard, un Bentinck, maître, au nom de l'Angleterre,
d'un grand empire en Asie, rendrait, à un jeune Français isolé loin de
sa patrie, les mêmes affectueux services. Je me plais à rapprocher ces
souvenirs qui attestent, entre la France et l'Angleterre, le progrès des
moeurs douces et généreuses. Je m'empressai de doubler le traitement
alloué à Victor Jacquemont; justice encore bien petite et qui arriva
trop tard. Quand on sut à Paris qu'il était mort du choléra à Bombay, je
m'entendis avec sa famille et ses amis pour assurer la publication
du _Journal et_ des _Collections_ de son voyage; grand ouvrage plein
d'observations et de peintures piquantes autant que de recherches
savantes, et aussi intéressant à lire pour les esprits cultivés que
curieux à étudier pour les géologues et les naturalistes de profession.
La mémoire et les travaux de Champollion jeune méritaient une justice
encore plus éclatante; je présentai aux Chambres une loi qui ordonna
l'acquisition de ses manuscrits dont je fis commencer aussitôt la
publication, et qui donna à sa veuve une pension de 3,000 francs. Par
une loi semblable et simultanée, la bibliothèque de M. Cuvier fut
achetée pour l'État, et sa veuve reçut, avec une pension de 6,000
francs, l'autorisation de continuer à occuper toute sa vie, au
Jardin-des-Plantes, l'appartement qu'il avait habité.

C'étaient là des actes d'administration, des améliorations spéciales et
des justices personnelles qui ne contenaient et n'annonçaient aucune
grande réforme dans notre système général d'instruction supérieure.
J'en méditais pourtant plusieurs, importantes mais difficiles, et pour
lesquelles le public, le gouvernement et l'Université n'étaient encore
que peu empressés ou peu préparés.

Personne encore ne réclamait, ou du moins n'insistait pour réclamer
l'application à l'instruction supérieure du principe de la liberté
d'enseignement. En fait, la liberté, déjà grande dans cette région de
l'instruction publique, donnait satisfaction au désir des esprits; en
principe, le bon sens public pressentait l'extrême péril et partant
l'impossibilité de reconnaître au premier venu le droit d'ouvrir à
tout venant un lieu de réunion, d'y élever une chaire, et de professer
publiquement, sur toutes les matières du haut enseignement, toutes les
idées qui peuvent traverser l'esprit humain. Quelles limites devaient
être assignées à ce droit et quelles garanties exigées pour son
exercice? Ces questions étaient plutôt entrevues que posées, et il n'y
avait, pour le pouvoir, aucune nécessité pratique et pressante de
les résoudre. C'est précisément à un tel moment et dans une telle
disposition des esprits qu'il convient à un gouvernement sensé d'aborder
de telles questions; il le peut faire alors avec prévoyance et mesure,
sans avoir à lutter contre des passions ou des systèmes déjà puissants,
et en plaçant de fortes garanties pour l'ordre et la morale publique à
côté d'une liberté encore peu aguerrie. Je ne doutais pas que bientôt,
par le mouvement naturel des idées et des institutions, on n'en vînt à
demander la liberté pour le haut enseignement comme pour l'instruction
primaire et secondaire, et je voulais que ce voeu, quand il deviendrait
sérieux, se trouvât déjà réglé et contenu en même temps que satisfait.

L'institution des agrégés auprès des diverses facultés offrait un moyen
naturel d'atteindre à ce but. Ces professeurs encore jeunes et en
attente, élus par leurs maîtres après les fortes épreuves du concours,
existaient déjà depuis 1823 dans les facultés de médecine, et sous le
nom de suppléants dans les facultés de droit, où ils étaient admis à
suppléer, dans l'occasion, les professeurs titulaires. En 1840, M.
Cousin, alors ministre de l'instruction publique, étendit cette
institution aux facultés des lettres et des sciences, et la développa
en donnant aux agrégés, dans toutes les facultés, le droit de faire des
cours libres à côté des cours des professeurs titulaires de l'État.
C'était précisément ce que je me proposais de faire en 1835 pour ouvrir,
dans le haut enseignement, une place convenable au principe de la
liberté. J'en aurais réglé les conditions un peu autrement que ne le fit
M. Cousin; j'aurais donné à la liberté, soit pour l'ouverture, soit pour
la suspension des cours des agrégés, quelques garanties de plus, et fait
une plus large part à l'intervention des facultés elles-mêmes entre le
ministre de l'instruction publique et les professeurs libres. Mais en
soi et dans ses dispositions essentielles, la mesure était excellente,
et si elle eût été exécutée comme elle avait été conçue, elle eût
réalisé, dans l'instruction supérieure, l'un des principaux progrès que
je me proposais d'y accomplir.

Pour une autre réforme, bien plus considérable, nous avons eu aussi, M.
Cousin et moi, les mêmes vues. J'ai déjà parlé, dans ces Mémoires, de la
part que j'ai prise à l'ordonnance du 17 février 1815, rendue par le roi
Louis XVIII, sur l'organisation générale et le régime de l'Université.
Elle avait pour but de décentraliser, comme on dit aujourd'hui, non pas
le gouvernement de l'instruction publique, mais l'enseignement même,
surtout le haut enseignement. Elle créait, en beaucoup trop grand
nombre, des universités particulières, distribuées sur les divers points
du territoire, et où devaient se trouver réunies toutes les parties de
l'instruction, supérieure, littérature, philosophie, histoire,
sciences mathématiques et physiques, droit, médecine, l'ensemble des
connaissances humaines et des études nécessaires aux professions
libérales. Nous ne saurions nous le dissimuler: si nous promenons nos
regards sur toute la France, nous voyons, partout ailleurs qu'à Paris,
ces belles études en déclin; en même temps que le niveau général de
l'instruction primaire et industrielle s'élève, celui de l'instruction
supérieure et du grand développement intellectuel s'abaisse; et la
France d'aujourd'hui, bien mieux pourvue d'écoles élémentaires et de
bons praticiens en divers genres qu'elle ne l'était jadis, offre, loin
de sa capitale, bien moins d'esprits richement cultivés et noblement
ambitieux qu'elle n'en possédait en 1789, lorsque l'Assemblée
constituante sortit tout à coup de son sein. Je fais grand cas du savoir
élémentaire et pratique; c'est le pain quotidien des nations; mais
comme le dit l'Évangile, «l'homme ne vit pas seulement de pain,» ni les
nations non plus; quand elles ont été et pour qu'elles restent grandes,
il faut que la grande culture de l'esprit n'y soit pas un phénomène rare
et concentré au seul sommet de la société. C'est malheureusement ce qui
arrive de nos jours; par une multitude de causes très-diverses, Paris
attire et absorbe moralement la France. La richesse et le bien-être
matériel s'accroissent partout, mais c'est vers Paris que les esprits se
tournent et que leur ambition aspire. Nos départements ne voient plus
guère, comme autrefois les provinces, des hommes considérables par les
lumières et les goûts intellectuels comme par leur situation sociale,
rester fixés dans leur ville ou dans leur campagne natale, et y vivre
satisfaits et animés, répandant autour d'eux les trésors de leur
intelligence comme ceux de leur fortune. Les économistes se plaignent
que la population afflue outre mesure vers les grandes villes, surtout
vers Paris; les moralistes sont encore plus en droit d'élever la même
plainte; car cette concentration de la vie intellectuelle dans Paris
n'a pas seulement pour effet de la faire languir et dépérir dans les
provinces; elle l'altère et finit par l'énerver ou la corrompre là même
où elle la développe. Ce ne sont pas seulement des esprits cultivés et
éclairés qu'il faut à une grande nation; il lui faut des esprits variés,
originaux, indépendants, qui travaillent par eux-mêmes, pensent en
liberté, et restent, en se développant, tels que les ont faits leur
nature et les accidents particuliers de leur destinée. Or, les esprits
ne conservent guère ces précieuses qualités que lorsqu'ils grandissent
et vivent là où ils sont nés, recevant la lumière de tous les points
de l'horizon d'où elle vient, mais sans se détacher du sol paternel.
L'homme peut vivre partout, corps et âme; pourtant, la transplantation
lui enlève beaucoup de sa beauté propre et de sa vigueur naturelle.
L'unité nationale est admirable; l'uniformité des poids et mesures est
bonne; mais l'uniformité des esprits fait tôt ou tard leur faiblesse et
leur servitude; résultat aussi déplorable pour l'honneur et l'influence
d'un peuple dans le monde que pour sa liberté.

Je n'ai garde de croire que trois ou quatre universités, placées çà et
là loin de Paris, puissent avoir la vertu de guérir ce mal produit et
fomenté par tant de causes, quelques-unes peut-être insurmontables.
Pourtant, de tous les remèdes à employer en pareil cas, celui-là est
l'un des plus praticables et des plus efficaces. Beaucoup de liens
puissants, de sentiment comme d'intérêt, attachent les hommes aux lieux
de leur naissance et de leur enfance; et ces liens ont leur empire
sur les esprits actifs, avides d'étude et de science, comme sur les
caractères tranquilles dont le désir se borne à cultiver les champs,
ou à pratiquer sous le toit natal la profession de leurs pères. Ce qui
éloigne de leur ville ou de leur province les hommes en qui l'ambition
intellectuelle est vive, c'est qu'ils n'y trouvent ni les moyens de
s'élever au but où ils aspirent, ni les jouissances dont, ce but une
fois atteint, ils ne sauraient se passer. Qu'il y ait, sur divers points
de la France, de grands foyers d'étude et de vie intellectuelle où les
lettres et les sciences, dans toute leur variété et leur richesse,
offrent à leurs adeptes de solides leçons, les instruments du travail,
d'honorables carrières, les satisfactions de l'amour-propre, les
plaisirs d'une société cultivée; à coup sûr, les maîtres éminents et
les jeunes gens distingués se fixeront volontiers là où ils trouveront
réunis et à leur portée de tels avantages; ils y attireront et y
formeront peu à peu un public animé des mêmes goûts, sensible aux mêmes
plaisirs; et Paris, sans cesser d'être, parmi nous, le grand théâtre de
l'activité littéraire et savante, cessera d'être le gouffre où viennent
s'engloutir tant d'esprits capables d'une plus utile vie et dignes d'un
meilleur sort.

Mais pour répondre à leur destination, de tels établissements veulent
être complets et un peu éclatants; si la parcimonie scientifique ou
économique s'en mêle, elle les tuera au moment même de leur naissance.
Il faut que, dans les nouvelles universités et dans leurs diverses
facultés, lettres, sciences, droit, médecine, théologie (si l'Église s'y
prête), le nombre et l'objet des chaires soient en harmonie avec l'état
actuel des connaissances humaines, et que la condition des professeurs y
soit assurée, commode, digne. Le but vaut la peine que l'État fasse
les sacrifices indispensables pour l'atteindre. C'est d'ailleurs la
disposition de notre pays que les innovations n'y réussissent que
si elles sont hardies et grandes; pour être bien venu à fonder des
établissements nouveaux, il faut faire et demander beaucoup. Aussi
avais-je dessein, en proposant aux Chambres la création des universités
locales, de montrer ce plan d'instruction supérieure dans toute son
étendue et de réclamer toutes les conditions nécessaires à son succès.
J'avais étudié la difficile question des lieux les plus propres à
recevoir et à faire prospérer de tels établissements, et quatre villes,
Strasbourg, Rennes, Toulouse et Montpellier, m'avaient paru celles
qui, à tout prendre, offraient à l'institution nouvelle les meilleures
chances, et satisfaisaient le mieux aux besoins généraux de la France.
J'aurais présenté à cet égard, un projet d'ensemble, et recherché
d'un seul coup un résultat complet. Quand M. Cousin tenta, en 1840,
l'exécution de la même idée, il crut devoir procéder autrement; il
se borna à demander pour la ville de Rennes, déjà en possession des
facultés de droit et des lettres, la création d'une faculté des sciences
et d'une faculté de médecine, présentant ce projet comme un essai et
un échantillon «des grands centres d'instruction supérieure que le
gouvernement avait l'intention de créer sur quelques points de la
France.» Ainsi resserrée dans ces modestes limites, la proposition fut
encore mutilée; la Chambre des députés en rejeta ce qu'elle avait de
plus considérable, la création d'une faculté de médecine à Rennes. Un
projet plus grand et plus exigeant eût obtenu, je crois, plus de succès.

Une troisième réforme, plus morale que scientifique, était, de tous mes
projets quant à l'instruction supérieure, celui que j'avais le plus à
coeur.

Quand je visitai les universités d'Oxford et de Cambridge, une chose
surtout me frappa: la discipline à côté de la liberté, les maîtres
présents et vigilants au milieu d'une jeunesse en possession d'une large
mesure d'indépendance, l'éducation encore continuée dans l'âge des
études supérieures et de l'émancipation. Les jeunes gens vivent,
la plupart du moins, dans l'intérieur des divers collèges dont ces
universités se composent, fort libres chacun dans son logement
particulier, mais prenant leurs repas ensemble, tenus d'assister tous
les jours à la prière commune, d'être rentrés à une heure déterminée,
astreints à certaines règles, à certaines habitudes qui rappellent
l'intérieur de la famille, la soumission du nombre, le respect de
l'autorité, et maintiennent des devoirs stricts et de fortes influences
morales dans la vie déjà bouillonnante de ces générations qui touchent
au moment où elles prendront à leur tour possession du monde. Il y a, à
Oxford et à Cambridge, bien des jeunes gens qui étudient fort peu, qui
se dérangent, jouent, commettent des excès, font des sottises et des
dettes; la liberté est grande, mais la règle subsiste et se fait sentir;
l'autorité vit au sein de la liberté, présente aux esprits, même quand
elle ne gouverne pas les actions. Et c'est loin des grands foyers de
population et de mouvement, dans de petites villes exclusivement vouées
à l'étude, où les établissements d'instruction frappent partout les
yeux, où les étudiants rencontrent sans cesse leurs maîtres, que la
jeunesse anglaise vit sous ce régime spécial et sain, point asservie à
des exigences tracassières, mais point livrée à elle-même dans une
foule inconnue; assez médiocrement instruite à certains égards, mais
moralement contenue et disciplinée au moment où elle essaye sa force et
dans le passage difficile de l'enfance à la condition virile.

Quel contraste entre ce régime et la situation des jeunes gens qui
viennent à Paris faire leurs études supérieures et se préparer aux
diverses professions de la vie! Au sortir de la famille et du collège,
ils tombent dans cette ville immense, seuls, sans gardien, sans
conseiller, affranchis tout à coup de toute autorité et de toute règle,
perdus dans la foule et dans l'obscurité de leur vie, en proie à tous
les ennuis de l'isolement, à toutes les tentations, à toutes les
contagions de la passion, de l'inexpérience, de l'occasion, de
l'exemple, dénués de frein et d'appui moral précisément à l'époque où
ils en auraient le plus impérieux besoin. Je n'ai jamais regardé
ou pensé sans un profond sentiment de tristesse à cette déplorable
condition de la jeunesse qui afflue dans nos grandes écoles. Personne ne
sait, personne ne peut calculer combien de nos enfants se perdent dans
cette épreuve désordonnée et délaissée, ni quelles traces en restent,
pour tout le cours de leur vie, dans les moeurs, les idées, le caractère
de ceux-là même qui n'y succombent pas tout entiers.

Pourquoi ne placerions-nous pas, à côté de nos grandes écoles
d'instruction supérieure, des établissements où les jeunes gens
retrouveraient quelque chose du foyer domestique, et vivraient réunis en
un certain nombre, avec une large mesure d'indépendance personnelle et
de liberté, soumis pourtant à une certaine discipline, et surveillés,
soutenus dans leur conduite en même temps qu'aidés et encouragés dans
leurs travaux? A la tête de ces établissements devraient être des hommes
instruits, honorés, des chefs de famille capables de prendre un intérêt
sérieux à la vie morale comme aux études de leurs jeunes hôtes et
d'exercer sur eux une salutaire influence. C'est dans ce but que furent
fondés jadis, c'est à peu près là ce qu'étaient ces collèges des
diverses provinces, dites _nations_, où les étudiants, accourus aux
leçons de l'Université de Paris, habitaient et vivaient en commun. Les
formes, les règles, les habitudes de semblables maisons devraient être,
de nos jours, très-différentes de ce qu'elles étaient alors; mais l'idée
et le résultat seraient, au fond, les mêmes; les jeunes gens seraient
mis à l'abri du dérèglement comme de l'isolement. Par condescendance
pour nos habitudes et nos moeurs, je ne voudrais prescrire, à cet égard,
rien d'obligatoire; les étudiants qui le préféreraient resteraient
libres de vivre seuls et dans la foule, comme ils le font aujourd'hui;
mais les avantages moraux de la vie hospitalière dont je parle seraient
si évidents, et il serait si aisé d'y attacher, pour les études même,
des secours précieux, que la plupart des pères de famille n'hésiteraient
certainement pas à placer ainsi leurs fils.

C'était là l'institution que je me proposais de fonder et l'exemple
que je voulais donner pour prolonger l'éducation dans l'instruction
supérieure, et exercer quelque influence morale sur les jeunes gens dans
leur passage du collége au monde. Loin de prétendre placer sous la main
de l'État seul de tels établissements, je désirais au contraire qu'à
côté des siens il s'en fondât plusieurs divers par l'origine, la
tendance, et parfaitement indépendants. J'en avais exposé l'idée à
un digne prêtre catholique et à un pieux évêque qui l'avaient fort
accueillie, et s'étaient montrés disposés à soutenir de leur patronage
une fondation de ce genre. J'en avais aussi entretenu quelques-uns de
mes amis protestants qui ne demandaient pas mieux que de se concerter
pour ouvrir, aux étudiants de leur communion, un tel foyer de vie
laborieuse et régulière. Les objections et les difficultés abondent sous
les premiers pas de toute innovation sérieuse; pourtant il y a grande
chance de succès quand le pouvoir qui l'entreprend ne craint pas de s'y
compromettre et accepte sans hésiter le concours de la liberté.

Mais ce qui manque, de nos jours, aux desseins un peu difficiles, c'est
le temps: nous avons à peine quelques heures d'activité puissante et
tranquille; nous vivons au milieu tantôt de la tempête, tantôt du calme
plat, condamnés tour à tour au naufrage ou à l'immobilité. Plus rapides
et plus forts que nous, les événements emportent nos idées et nos
intentions avant qu'elles aient pu passer dans les faits, souvent même
avant qu'elles soient devenues seulement des tentatives. J'ai peut-être
moins à me plaindre que d'autres de ce trouble continu de mon temps,
puisque j'ai pu, comme ministre de l'instruction publique, laisser çà
et là quelques traces durables de mon passage. Pourtant, je ne puis
me défendre de quelque tristesse quand ma pensée se reporte vers les
projets que j'avais formés, que je croyais bons, et qui ne se sont pas
même laissé entrevoir. Je dirai tout à l'heure comment la politique de
cette époque vint les arrêter, et me jeter dans des questions et des
luttes bien différentes de celles que je rappelle en ce moment.



                                 CHAPITRE XIX

                     ACADÉMIES ET ÉTABLISSEMENTS LITTÉRAIRES.

Rétablissement de l'Académie des sciences morales et politiques dans
l'Institut.--Motifs et objections.--Lettre de M. Royer-Collard.--Je
communique mon projet aux membres survivants de l'ancienne classe des
sciences morales et politiques. L'abbé Sieyès.--Le comte Roederer.--M.
Daunou.--Élections nouvelles.--M. Lakanal.--Des travaux de l'Académie
des sciences morales et politiques et de l'utilité générale
des académies.--Mes relations avec les sociétés savantes des
départements.--De l'administration des établissements littéraires
et scientifiques.--Idées fausses à ce sujet.--De la suppression des
logements pour les conservateurs et employés dans l'intérieur de ces
établissements.--Réformes dans l'administration de la Bibliothèque
royale.--Augmentation du budget des établissements littéraires et
scientifiques.--Constructions nouvelles au Muséum d'histoire naturelle.


J'entrai au ministère de l'instruction publique profondément convaincu
que c'est maintenant pour le gouvernement de la France, quelque nom
qu'il porte, un intérêt éminent de se montrer, non-seulement exempt
de toute crainte, mais bienveillant et protecteur pour les travaux de
l'esprit humain, aussi bien dans les sciences morales et politiques que
dans les autres. Je ne connais guère, de nos jours, une situation plus
fausse et plus affaiblissante pour le pouvoir que d'être pris pour un
adversaire méfiant et systématique de l'activité intellectuelle, même
lorsque, étrangère à toute vue de circonstance ou de parti politique,
elle ne s'applique qu'à la recherche générale et abstraite de la vérité.
Je sais quels liens puissants unissent les idées abstraites aux intérêts
positifs de la société, et combien la transition est prompte des
principes aux faits et de la théorie à l'application. Je sais aussi
qu'il y a des temps et des lieux où la vérité, même générale et purement
scientifique, peut être, pour l'ordre établi un embarras et un danger.
Je n'ai rien à dire de cette difficile situation; je ne m'occupe que de
mon propre pays et de mon propre temps. Au point où nous sommes de
la vie nationale, après les expériences que nous avons faites et les
spectacles auxquels nous avons assisté, l'ordre et le pouvoir, loin
d'avoir, parmi nous, rien à craindre du libre et sérieux développement
scientifique de l'esprit humain, y trouveront de la force et de l'appui.
Non que beaucoup d'erreurs, et d'erreurs dangereuses, ne viennent encore
ainsi à se produire; mais dans les régions élevées de l'intelligence
comme de la société, les erreurs dangereuses, en morale et en politique,
n'ont plus maintenant le vent en poupe; elles y sont promptement
signalées, combattues et décriées. Ce n'est plus en haut, c'est en bas
que les théories qui portent le dérèglement dans les âmes et dans
les peuples sont favorablement accueillies et deviennent aisément
puissantes; ce n'est plus dans le monde savant, c'est dans le monde
ignorant qu'il faut les redouter et les poursuivre. Sur les hauteurs, la
tendance actuelle de l'esprit est de se redresser et de s'épurer; c'est
dans les rangs obscurs et pressés des régions inférieures qu'habitent et
travaillent aujourd'hui les démons pervers et ardents à répandre leur
perversité. Que le gouvernement sache avoir confiance dans le mouvement
intellectuel d'en haut; il y rencontrera plus de secours que de péril.
Et qu'il soit infatigable à combattre le désordre intellectuel d'en bas;
les faits ne lui en fourniront que trop souvent les occasions avec la
nécessité; car c'est en bas surtout que les erreurs de l'esprit
se transforment rapidement en passions anarchiques, en actions
destructives, et qu'elles tombent ainsi sous les justes atteintes du
pouvoir.

Ce fut dans ces vues, et avec des espérances ainsi limitées, que, peu
de jours après la formation du cabinet, je proposai au Roi le
rétablissement, dans l'Institut, de la classe des sciences morales et
politiques fondée en 1795 par la Convention, et supprimée en 1803
par Napoléon, alors premier Consul. Naguère, au plus fort des orgies
politiques et intellectuelles de 1848, le général Cavaignac, alors chef
du gouvernement républicain, demanda à cette Académie de raffermir
dans les esprits, par de petits ouvrages répandus avec profusion, les
principes fondamentaux de l'ordre social, le mariage, la famille, la
propriété, le respect, le devoir. C'était se faire, dans un bon dessein,
une grande illusion sur la nature des travaux d'une telle compagnie et
sur la portée de son action. Il n'est pas donné à la science de réprimer
l'anarchie dans les âmes, ni de ramener au bon sens et à la vertu les
masses égarées; il faut, à de telles oeuvres, des puissances plus
universelles et plus profondes; il y faut Dieu et le malheur. C'est dans
les temps réguliers que, par les justes satisfactions données et
la saine direction imprimée aux esprits élevés et cultivés, les
corporations savantes exercent, au profit du bon ordre intellectuel, une
influence salutaire, et peuvent prêter au pouvoir lui-même, s'il sait
entretenir avec elles d'intelligents rapports, un indirect, mais utile
appui. C'était là le résultat que je me promettais de l'Académie des
sciences morales et politiques; rien de plus, mais rien de moins. Le Roi
et le cabinet adoptèrent avec empressement ma proposition.

Ce n'est pas qu'elle ne rencontrât des objections graves et que
d'excellents esprits ne la reçussent avec peu de faveur. Dans mon propre
parti et parmi les plus fermes soutiens de notre politique, plusieurs se
méfiaient grandement de la spéculation philosophique, et doutaient que,
même animée des plus sages intentions, elle pût servir à raffermir
l'ordre et le pouvoir. D'autres voyaient avec déplaisir des hommes
fameux dans les plus mauvais temps révolutionnaires remis en honneur au
nom de la science et en dépit de leurs fâcheux souvenirs. La première et
inévitable conséquence de la mesure proposée était en effet de rappeler,
comme noyau de la nouvelle Académie, les douze membres encore vivants de
l'ancienne classe des sciences morales et politiques; deux d'entre eux,
l'abbé Sieyès et M. Merlin de Douai, avaient voté la mort de Louis XVI;
un troisième, M. Garat, était ministre de la justice à cette sanglante
époque, et avait lu au Roi son arrêt; presque tous appartenaient à
l'école sensualiste du XVIIIe siècle et convenaient mal à la philosophie
spiritualiste et à l'esprit religieux. On s'inquiétait du retour de leur
influence; on regrettait que le gouvernement parût s'en faire le patron.

J'eus, de cette disposition d'une portion du public, un témoignage
irrécusable: M. Royer-Collard, absent au moment où l'Académie restaurée
se préparait à se compléter par l'élection de nouveaux membres,
m'écrivit: «Si le public et les gens de lettres mettent beaucoup
d'intérêt à votre Académie des sciences morales et politiques, vous
avez bien fait pour vous; mais comme elle ne serait pour moi qu'une
niaiserie, un réchauffé de lieux communs, et qu'elle s'élève d'ailleurs
sur des fondements conventionnels et révolutionnaires, je ne me soucie
nullement d'y figurer. Je l'ai écrit, il y a quelques jours, à
Cousin. Écartez donc mon nom.» Selon son voeu, ce nom qui était là si
naturellement appelé, n'y fut pas même prononcé.

M. Royer-Collard était parfaitement libre de ne consulter, dans cette
circonstance, que ses goûts ou ses dégoûts personnels; mais j'aurais
eu grand tort de me conduire par de tels mobiles: j'avais, comme homme
public, un double devoir à remplir; l'un, de rétablir une institution
scientifique que je jugeais bonne; l'autre, de placer cette institution
en dehors des dissentiments et des ressentiments politiques, même
légitimes. Je n'ignorais pas que des idées philosophiques, qui n'étaient
point les miennes, dominaient dans cette classe de l'Institut au moment
de sa première fondation et y reparaîtraient dans sa renaissance; mais
je ne craignais pas que, dans l'enceinte que je leur rouvrais, ces idées
redevinssent puissantes ni redoutables; et les inconvénients de quelques
mauvais souvenirs révolutionnaires étaient, à mon avis, bien inférieurs
aux avantages présents et futurs de cette éclatante démonstration de la
confiance du pouvoir dans la liberté laborieuse et réfléchie de l'esprit
humain.

La mesure une fois résolue, je n'hésitai pas plus sur le mode
d'exécution que sur le principe. J'étais bien décidé à ne faire faire
par ordonnance du Roi aucune nomination académique; l'élection est de
l'essence des sociétés savantes; on n'y entre dignement que par le choix
de ses pairs. Je me souvenais qu'un vieux et fidèle royaliste, l'abbé
de Montesquiou, nommé en 1816 membre de l'Académie française par
l'ordonnance royale qui écarta de cette compagnie quelques-uns de ses
membres, n'avait jamais voulu y prendre séance, disant: «Je ne suis
pas académicien; ce n'est pas le Roi qui fait des académiciens.» Je ne
voulus pas même faire rendre l'ordonnance de rétablissement sans en
avoir concerté les dispositions et l'exécution avec les membres encore
vivants de l'ancienne classe des sciences morales et politiques qui
devaient y être appelés. Je n'ai pas plus de goût aux formes qu'aux
maximes du pouvoir absolu; je me sens à l'aise et satisfait pour mon
propre compte en témoignant, aux hommes avec qui j'ai à traiter, les
égards dus à des créatures intelligentes et libres. A part mon penchant
personnel, le pouvoir a, dans la plupart des cas, bien plus d'avantage
à accepter de bonne grâce le travail de la délibération préalable et
officieuse qu'à affronter aveuglément les critiques en agissant seul
et brusquement, selon sa seule science et fantaisie; quand il procède
ainsi, c'est bien plus souvent par paresse et inhabileté que par
nécessité et prudence. Décidé donc à communiquer aux anciens
académiciens les bases de mon projet, je cherchai quel était, parmi eux,
celui avec qui je pourrais le plus sûrement m'entendre, et qui aurait
ensuite le plus d'influence sur ses collègues. De tous les survivants,
l'abbé Sieyès était le plus célèbre. J'allai lui faire une visite.
J'eus quelque peine à en être reçu, et je le trouvai dans un extrême
affaiblissement d'esprit et de mémoire. Un moment, dans notre courte
entrevue, le nom de la classe des sciences morales et politiques parut
le ranimer et lui inspirer quelque intérêt: lueur vacillante et qui
s'évanouit rapidement. Je renonçai à toute intervention de sa part dans
la petite négociation que je méditais. En parcourant les autres noms,
le comte Roederer me parut le plus propre à en être chargé. C'était un
homme d'un esprit ouvert, flexible, sensé, libéral, lettré, et, malgré
sa préoccupation de bien des préjugés de son temps, exempt de passion et
d'entêtement de parti dans la pratique des affaires. Il était dans sa
terre de Matignon; sur ma prière il vint sur-le-champ à Paris; je lui
communiquai mon projet et mes vues pour son exécution, en le priant de
réunir ses anciens collègues et de s'en entretenir avec eux. Il s'en
chargea avec empressement, et le 24 octobre, je reçus de lui cette
lettre:

«Monsieur, j'ai lu aux anciens membres de la classe des sciences morales
de l'Institut la lettre que vous m'avez fait l'honneur de m'écrire ce
matin.

Ils applaudissent au rétablissement de cette classe.

Ils pensent que, sans la diviser en sections, quant à présent, il
convient de réunir dans un article général les attributions des
sections, et d'y ajouter _la philosophie de l'histoire_ (ou les méthodes
à suivre dans les compositions historiques pour qu'elles soient, le plus
qu'il se pourra, profitables à la morale et à la politique).

Ils estiment que cette classe pourrait être bornée à trente membres, et
recevoir le titre _d'Académie des sciences morales et politiques_.

Ils regardent comme une conséquence de la réintégration de la classe
celle de tous les membres qui en subsistent encore, et de plus celle de
deux membres qui n'étaient qu'associés lors de la dissolution, mais
qui ont reçu depuis le caractère électoral dans une des classes
subsistantes.

Ils croient convenable d'adjoindre quatre membres pour élire les quinze
autres qui feront le complément de l'académie; mais ils estiment que
cette adjonction doit se faire par voie _d'élection régulière_, et
qu'aucune élection ne peut avoir de régularité qu'après l'émission de
l'ordonnance de rétablissement.

Ils croient que les élections doivent être faites en trois temps.

La première, immédiatement après la publication de l'ordonnance; elle
nommera les quatre adjoints.

Par la seconde, les quinze membres formés par l'adjonction aux onze
anciens nommeront huit membres, ce qui fera vingt-trois.

La troisième sera faite par les vingt-trois, et nommera les sept membres
complémentaires de la classe.

Voilà, monsieur, le résultat de notre longue délibération, où tous se
sont montrés bienveillants pour le projet.»

Il n'y avait rien là que de parfaitement conforme aux idées que j'avais
communiquées à M. Roederer, et l'ordonnance fut immédiatement rendue.
Mais quand on en vint à l'exécution, et d'abord à l'élection, par les
anciens membres, des quatre adjoints qui devaient, de concert avec
eux, compléter l'Académie, les rivalités, les susceptibilités et les
méfiances philosophiques apparurent. Les quatre adjoints devaient être
pris dans les autres classes de l'Institut, et parmi les noms mis en
avant pour ces choix se trouvait fort naturellement celui de M.
Cousin. M. Daunou le repoussa, non pas, dit-il, qu'il voulût l'écarter
absolument de l'Académie; il trouvait convenable et même nécessaire que
M. Cousin en devînt membre, mais il demandait qu'il ne fût élu que plus
tard et quand l'Académie aurait à se compléter définitivement. Pressé
d'objections et de questions, il répondit qu'il ne voulait pas, en
appelant M. Cousin parmi les quatre premiers adjoints, lui donner sur
les élections suivantes une influence dont il pourrait abuser «au profit
de son parti doctrinal contre le nôtre.» Comme la discussion continuait,
M. Daunou finit par dire qu'il ne faisait point d'objection à ce que
le gouvernement nommât lui-même d'office les quatre adjoints dans
l'ordonnance de rétablissement de l'Académie, et y comprît M. Cousin;
ce ne serait là que suivre les exemples du passé, et personne n'y
trouverait à redire. M. Merlin se rangea à cet avis. Ces académiciens
renonçaient ainsi à leur droit d'élire eux-mêmes leurs collègues et
provoquaient le pouvoir à un acte de bon plaisir pour s'épargner
l'embarras d'écarter ou le déplaisir d'admettre un candidat dont les
doctrines philosophiques inquiétaient les leurs. Je déclarai que je ne
proposerais jamais au Roi de nommer lui-même des académiciens, et que
les anciens membres de l'Académie rétablie étaient parfaitement libres
d'élire les quatre premiers adjoints comme il leur conviendrait.
L'élection eut lieu en effet; je ne sais comment vota M. Daunou, mais
M. Cousin fut l'un des quatre élus; les seize membres ainsi réunis se
complétèrent par deux élections successives qui appelèrent chacune sept
nouveaux membres, et le 4 janvier 1833, M. Roederer ouvrit les séances
de l'Académie définitivement constituée par un discours plein d'une
satisfaction joyeuse et d'une espérance un peu vaniteuse dans
l'influence de la philosophie, caractère persévérant de la brillante et
forte génération à laquelle il appartenait.

J'eus, deux ans plus tard, un piquant exemple de l'énergique et
confiante activité de ces derniers survivants de 1789, dans les plus
simples comme dans les plus graves circonstances de la vie: je me
trouvai un matin avec quelques personnes chez M. de Talleyrand venu en
congé de Londres à Paris: «Messieurs, nous dit-il avec un sourire de
contentement presque jeune que j'ai vu quelquefois sur sa froide figure,
je veux vous dire ce qui m'est arrivé hier; je suis allé à la Chambre
des pairs; nous n'étions que six dans la salle quand je suis entré: M.
de Montlosier, le duc de Castries, M. Roederer, le comte Lemercier (j'ai
oublié qui il nomma comme le cinquième) et moi; nous étions tous de
l'Assemblée constituante et nous avions tous plus de quatre-vingts ans.»
Ces fermes vieillards se plaisaient à voir et à faire remarquer que
partout ils arrivaient encore les premiers.

Un autre vieillard, l'un des débris d'une autre célèbre Assemblée, et
qui probablement se croyait célèbre lui-même par les grandes scènes et
l'acte terrible auxquels il avait pris part, M. Lakanal, membre de la
Convention nationale et l'un de ceux qui avaient voté la mort de Louis
XVI, avait été aussi membre de l'ancienne classe des sciences morales et
politiques. C'était même lui qui, en 1795, avait proposé et fait adopter
dans la Convention le règlement de fondation de l'Institut et la liste
des membres appelés à en former le noyau. En 1832, quand il fut question
du rétablissement de l'Académie à laquelle il avait appartenu, personne,
pas plus parmi ses anciens collègues que dans le public, ne se souvint
de lui; personne ne pensa à demander ce qu'il était devenu. On le
croyait mort, ou plutôt on ne s'enquit nullement de lui, tant il était
oublié. Il vivait pourtant; il était cultivateur dans l'un des États
naissants des États-Unis d'Amérique, dans l'Alabama, sur la dernière
limite, à cette époque, entre la civilisation américaine et les
sauvages. Il apprit là le rétablissement de son Académie et de ses
anciens collègues; il m'écrivit pouf réclamer son droit à reprendre,
parmi eux, sa place; je transmis à l'Académie son incontestable
réclamation; la mort de M. Garat laissait, à ce moment, dans la section
de morale, une place vacante; M. Lakanal y fut admis, de droit et sans
élection. Quand il le sut, il hésita à rentrer en France, et m'écrivit,
pour m'offrir ses services aux États-Unis, une longue lettre, singulier
mélange d'idées justes et d'idées confuses, de prudence expérimentale et
d'énergique fidélité à ses souvenirs révolutionnaires[8]. Je n'employai
point M. Lakanal; il rentra en France, reprit son siége à l'Académie, et
mourut en 1845, obscur encore, quoique avec tous les honneurs d'usage
rendus aux académiciens.

[Note 8: _Pièces historiques_, n° VIII.]

En activité depuis vingt-sept ans, l'Académie des sciences morales et
politiques a parfaitement expliqué et pleinement justifié elle-même sa
fondation. L'esprit de parti politique ou d'intolérance philosophique
n'y a jamais dominé; il a pu y apparaître quelquefois; c'est le fait
de la liberté; il a toujours été contre-balancé et contenu; c'est le
résultat du rapprochement habituel d'hommes divers de situations et
d'opinions, mais unis par le goût et le respect communs de la science
et de la vérité. Dans ses rapports soit avec le public, soit avec le
pouvoir, l'Académie a constamment fait preuve d'indépendance comme de
mesure; elle a, en toute occasion, fermement combattu le dérèglement et
hautement secondé le mouvement régulier des esprits. Le compte rendu
de ses séances et le recueil de ses mémoires attestent l'activité
intellectuelle de ses membres. Par les concours qu'elle a ouverts et les
questions qu'elle a proposées, elle a suscité hors de son sein beaucoup
de travaux importants, plusieurs très-remarquables, sur la philosophie,
l'histoire, la législation, l'économie politique, toutes les belles
et difficiles sciences auxquelles elle est consacrée. Des hommes d'un
mérite inconnu, des jeunes gens laborieux et distingués ont été ainsi
mis en lumière et sur la voie des fortes études comme des solides
succès. Jamais il n'a été plus inintelligent et plus inopportun que de
nos jours de combattre les académies: nous vivons dans une société plus
équitablement réglée et plus soigneuse du bonheur de tous que ne l'ont
été la plupart des sociétés humaines; mais les centres variés, les
groupes durables, les agrégations fortes, les impulsions indépendantes y
manquent; c'est une société à la fois dissoute et concentrée, qui montre
partout l'individu isolé en face de l'unité toute-puissante de l'État.
Nous cherchons depuis longtemps déjà, et jusqu'ici sans beaucoup de
succès dans l'ordre politique, quelque remède à ces lacunes d'un état
social qui, à côté de grands bienfaits publics, laisse les droits bien
faibles, les libertés bien mal assurées et les existences individuelles
à la fois bien languissantes et bien mobiles. Les académies sont
aujourd'hui, dans l'ordre intellectuel, le remède naturel et presque
unique à ce grave défaut de notre société générale; elles groupent sous
un drapeau pacifique, sans leur imposer aucun joug, ni aucune unité
factice, des hommes distingués qui, sans ce lien, resteraient absolument
étrangers les uns aux autres; et en les groupant elles leur procurent à
tous, avec les plaisirs de généreuses relations, des moyens d'influence
et des garanties d'indépendance. Au dehors, elles attirent les esprits
vers les études et les questions où ils peuvent s'exercer et se
satisfaire sans se déchaîner; elles les contiennent dans certaines
limites de raison et de convenance en provoquant leur activité et en
soutenant leur liberté.

Préoccupé de ces idées, je tentai de les appliquer au delà de Paris, et
de faire concourir, au bon mouvement comme au bon ordre intellectuel,
les sociétés savantes des départements. Le nombre de ces sociétés,
l'attachement que leur portent la plupart de leurs membres, la faveur
qu'elles rencontrent d'ordinaire dans les Conseils électifs de leurs
départements et de leurs villes, prouvent qu'elles répondent à des
sentiments vivaces et qui ne demandent qu'à se déployer. Mais la
principale condition du succès, une notoriété et une sympathie vraiment
publiques, manque trop souvent à ces libérales associations. La plupart
languissent faute de grand jour, et leurs membres les plus zélés se
découragent, privés tantôt des moyens d'étude dont ils auraient besoin,
tantôt de leur part de gloire un peu étendue après leurs travaux. Des
esprits généreux, entres autres un savant archéologue français et
l'un des plus actifs correspondants de l'Académie des inscriptions et
belles-lettres, M. de Caumont, se sont efforcés, soit par des congrès
scientifiques, soit en formant, par la réunion fictive des sociétés
locales sous le nom _d'Institut des Provinces_, une société générale
quoique dispersée, d'imprimer à toutes ces associations le mouvement et
la publicité fécondante qui leur manquent. Je ne saurais bien mesurer
quel a été, ni bien prévoir quel pourra être le succès de ces efforts;
mais quoi qu'il en soit; je pensais, en 1834, qu'il appartenait au
pouvoir central de mettre la main à cette oeuvre; et après avoir
recueilli, sur les sociétés savantes de France, des renseignements
précis, je leur adressai uno circulaire pour les inviter à établir,
entre elles et le ministère de l'instruction publique, une
correspondance régulière: «Les sociétés, leur disais-je, me feront
connaître les travaux dont elles s'occupent ou voudraient s'occuper,
ce qui leur manque en ressources de tout genre, livres, instruments,
informations scientifiques. Je m'appliquerai à leur procurer tout ce qui
pourra les seconder dans leur libérale activité, et je ferai publier
chaque année, sous les auspices du Gouvernement, d'abord un recueil
contenant quelques-uns des mémoires les plus importants qui auront été
lus dans les principales sociétés savantes du royaume, ensuite un compte
rendu sommaire de leurs travaux, rédigé soit d'après leurs propres
comptes rendus, soit d'après les relations qu'elles m'auront adressées,
ce qui sera un véritable monument de l'activité intellectuelle du pays,
entant du moins qu'elle s'exerce et se manifeste par l'organe des
sociétés savantes.»

Pour bien convaincre ces sociétés que je ne m'adressais point à elles
par pure curiosité administrative, et que j'attachais à ma proposition
une importance réelle, j'ajoutai, aux motifs puisés dans leur intérêt
particulier, un motif d'intérêt général et supérieur: «Au moment, leur
disais-je, où l'instruction populaire se répand de toutes parts, et
où les efforts dont elle est l'objet doivent amener, dans les classes
nombreuses qui sont vouées au travail manuel, un grand et vif mouvement,
il importe beaucoup que les classes aisées, qui se livrent au travail
intellectuel, ne se laissent pas aller à l'indifférence et à l'apathie.
Plus l'instruction élémentaire deviendra générale et active, plus il
est nécessaire que les hautes études, les grands travaux scientifiques
soient également en progrès. Si le mouvement d'esprit allait croissant
dans les masses pendant que l'inertie régnerait dans les classes
élevées de la société, il en résulterait tôt ou tard une dangereuse
perturbation. Je regarde donc comme le devoir du Gouvernement, dans
l'intérêt de la société tout entière, d'imprimer, autant qu'il est en
lui, une forte impulsion aux études élevées et à la science pure, aussi
bien qu'à l'instruction pratique et populaire.» Enfin, pour dissiper
d'avance, dans les sociétés savantes des départements, des méfiances que
je pressentais, je leur dis en terminant: «Il ne s'agit ici d'aucune
centralisation d'affaires et de pouvoir. Je n'ai nul dessein de porter
atteinte à la liberté et à l'individualité des sociétés savantes, ni de
leur imposer quelque organisation générale ou quelque idée dominante. Il
s'agit uniquement de leur transmettre, d'un centre commun, les moyens
de travail et de succès qui ne sauraient leur venir d'ailleurs, et de
recueillir, à ce même centré, les fruits de leur activité pour les
répandre dans une sphère étendue. Loin qu'une telle mesure puisse rien
faire perdre aux sociétés savantes de leur indépendance et de leur
importance locale, elle doit au contraire l'assurer et l'accroître en
donnant plus d'efficacité et de portée à leurs efforts.»

Envoyée à soixante-quinze sociétés savantes éparses dans tout le
royaume, cette circulaire y répandit un peu de mouvement et d'espérance.
Plusieurs de ces sociétés entamèrent avec mon département une
correspondance animée. Je leur fis parvenir des livres, des documents
nationaux et étrangers, des informations scientifiques, et quelques
petites sommes pour les aider dans leurs recherches et leurs
publications locales. L'un de mes successeurs au ministère de
l'instruction publique, M. de Salvandy, reprit en 1837 et en 1846, avec
l'ardeur généreuse qu'il portait partout où il touchait, l'oeuvre ainsi
commencée; il demanda aux Chambres et en obtint dans son budget un
chapitre spécial consacré aux sociétés savantes et doté de 50,000
francs. Il répartit cette somme entre soixante de ces sociétés; mode
d'appui que je suis loin de croire inutile, mais que je ne regarde pas,
dans ce cas particulier, comme le plus nécessaire ni le plus efficace.
Les encouragements doivent être appropriés aux personnes et aux travaux;
ce sont des satisfactions intellectuelles bien plutôt que des secours
pécuniaires qu'il importe d'assurer aux sociétés savantes; ce qu'elles
désirent surtout, c'est de se voir connues et appréciées dans le monde
lettré. Je me proposais de charger, dans mon département, un ou deux
hommes distingués d'entretenir avec ces sociétés une correspondance
assidue, et de préparer, de concert avec elles, les publications dont
elles devaient être l'objet. Ce genre d'encouragement leur eût été, je
crois, plus agréable et plus utile qu'une petite part dans une modique
allocation.

Je ne parlerais pas de quelques mesures assez peu importantes que
je pris dans les établissements scientifiques et littéraires,
bibliothèques, musées et collections diverses, si mes idées à cet égard
n'avaient été et ne restaient fort différentes de celles qui prévalent
aujourd'hui. Je tiens à dire avec précision ce que furent, envers ces
établissements, ma conduite et ses motifs.

Je suis grand partisan de la monarchie et de l'administration; la France
leur doit beaucoup de son bien-être et de ses progrès, mais je ne crois
pas qu'un roi soit nécessaire partout, ni que les ministres doivent tout
régler. Je sais gré à l'empereur Napoléon d'avoir dit un jour à M. de
Fontanes: «Laissez-nous au moins la république des lettres;» et je
prends cette parole plus au sérieux que ne le faisait probablement
Napoléon. Le régime de la monarchie administrative, son unité
intraitable, son impulsion monotone de haut en bas, sa froide
préoccupation des choses bien plus que des personnes, sa rigueur contre
les irrégularités et son indifférence pour les libertés ne conviennent
nullement là où domine le caractère littéraire et scientifique; il
faut à de tels établissements une plus large part d'indépendance, de
spontanéité, de variété et de gouvernement propre. Non pour complaire
à des fantaisies d'imagination où de vanité, mais à cause de la nature
même des hommes avec qui l'on traite et des affaires qui se traitent en
pareil cas. Ce que veut l'administration générale et supérieure, ce sont
des règles et des agents; ce qu'elle redoute et réprouve par-dessus
tout, ce sont les volontés individuelles, les actes imprévus, les
anomalies, les abus. Elle est peu propre à manier des lettrés et des
savants, des hommes habitués et enclins à inventer, à critiquer, à
décider eux-mêmes de leurs idées et de leurs travaux, et avec qui il
faut causer et discuter sans cesse, au lieu de leur adresser tout
simplement des instructions et des circulaires. L'administration
mettra-t-elle au-dessus d'eux un agent qui lui soit analogue, un petit
souverain administratif? Ou bien les savants et les lettrés qu'elle lui
subordonnera s'offenseront, et elle aura à encourir leur opposition
sourde et leur humeur; ou bien ils se résigneront, s'annuleront, et
les affaires des lettres et des sciences seront faites par des hommes
étrangers à leurs besoins, à leurs goûts, à leurs désirs, à leurs
plaisirs, à leurs études, à leurs livres, qui mettront l'ordre peut-être
dans les établissements littéraires, mais qui y tueront la vie. Et l'on
s'étonnera ensuite de la langueur des lettres et de la malveillance des
lettrés!

Je veux donner un exemple des erreurs où tombe l'autorité et du mal
qu'elle fait lorsqu'elle applique aux établissements scientifiques et
littéraires les idées purement administratives; et je prendrai l'un des
exemples les plus favorables à l'administration, un cas où des motifs
plausibles semblent justifier ses mesures. Depuis longtemps et sous le
régime parlementaire comme aujourd'hui, on a taxé d'abus les logements
accordés dans les établissements scientifiques aux conservateurs,
professeurs ou employés divers qui y exercent leurs fonctions; on à
trouvé ces logements tantôt trop multipliés, tantôt trop vastes, tantôt
trop beaux, et j'ai cité naguère la réponse amère d'un savant illustre
à ces plaintes acharnées. Pour couper court aux abus, on a, dans la
Bibliothèque impériale, aboli récemment l'usage; il a été décidé
qu'aucun conservateur ou employé n'habiterait plus dans l'établissement,
et on a alloué à ceux qu'on expulsait ainsi une indemnité de logement.
On a voulu et cru faire un acte de bonne administration; mais on
a méconnu la nature et la puissance morale des établissements
scientifiques; on a porté aux moeurs et à la vie savantes une grave
atteinte. Une bibliothèque publique, un musée d'histoire naturelle, des
conservatoires de grandes collections sont, pour les hommes chargés de
les conserver, de les enrichir, d'y enseigner, tout autre chose qu'un
bâtiment où ils s'acquittent de leurs fonctions; c'est une patrie où
habite leur âme, où ils vivent au milieu des instruments de leur travail
et des plaisirs de leur pensée; je dirais volontiers que c'est un
couvent laïque et voué à la science, où s'enferment librement des hommes
pour qui la science est une affaire de tous les moments, et qui trouvent
là leur délassement comme leur occupation. Ils font bien plus qu'y
recevoir le public et satisfaire à ses demandes; ils exploitent
eux-mêmes les richesses qu'ils gardent; ces bibliothèques, ces musées
qu'ils habitent sont leur laboratoire personnel; c'est à la faveur de
cette cohabitation continue, de cette intimité matérielle, si l'on peut
ainsi parler, avec les monuments et les dépôts de la science qu'ont été
préparés et accomplis, par les employés eux-mêmes des établissements
scientifiques, la plupart des grands travaux qui en sont sortis. Se
figure-t-on que les mêmes sentiments se développeront, que les mêmes
liens se resserreront, que les mêmes résultats seront obtenus lorsque
ces établissements seront des édifices déserts, excepté à certains
jours et certaines heures où les conservateurs et les professeurs s'y
rendront, comme le public, pour s'acquitter de leur tâche, sauf à en
sortir aussitôt pour aller retrouver dans leurs propres foyers ces
jouissances, de l'étude: et de la famille qui ne s'incorporent plus pour
eux avec ces salles et ces murs où ils ne vivent plus? On a, détruit la
cité et la famille savantes; fussent-ils les plus savants et les plus
exacts, du monde, des employés dispersés ne la remplaceront pas.

C'est trop sauvent notre disposition de nous préoccuper exclusivement
de certaines fautes, de certains maux qui frappent notre esprit ou
soulèvent notre humeur, et d'oublier, de sacrifier, pour les faire
cesser, les biens précieux auxquels ils s'attachent. Je n'ai nul goût
pour les abus; mais j'aime mieux supporter quelques plantes parasites
autour de l'arbre que d'abattre ou d'énerver l'arbre lui-même. Je crois
d'ailleurs qu'avec quelques mesures persévérantes d'inspection et de
publicité, on pourrait prévenir ou redresser la plupart des griefs qui
s'élèvent contre l'administration des établissement scientifiques sans
leur enlever leur caractère. Lorsqu'en novembre 1832, je fus appelé par
les réclamations et les commissions des Chambres mêmes, à apporter dans
le régime de la Bibliothèque royale certaines modifications, je pris
grand soin qu'elles ne détruisissent point l'ancienne indépendance, et
ce que j'appellerai l'autonomie littéraire de cet établissement; je
laissai le gouvernement intérieur de ses affaires à la réunion de
ses conservateurs; je leur imposai seulement l'obligation d'indiquer
eux-mêmes; et parmi eux, par la présentation de trois candidats,
un président du conservatoire qui en serait, au dedans, le pouvoir
exécutif, et au dehors le représentant vis-à-vis de l'administration
générale. C'était un principe d'unité et de responsabilité introduit
dans l'établissement, sans altérer la dignité de ses chefs savants,
ni leur enlever leurs attributions naturelles. Je fortifiai même la
position des employés, supérieurs et inférieurs, de la Bibliothèque,
en leur donnant, pour leur nomination et leur avancement, de sérieuses
garanties contre l'action spontanée et arbitraire du pouvoir central.

L'administration du Muséum d'histoire naturelle eût été susceptible de
quelques modifications analogues; mais le public les réclamait moins
vivement, et les chefs de l'établissement, tous professeurs de renom,
paraissaient les redouter encore davantage. Je leur laissai, sans y
toucher, cette ancienne organisation sous laquelle les sciences et leur
enseignement ont fait tant de progrès et jeté tant d'éclat.

Je fis, pour ces deux établissements, ce qui importe beaucoup plus à la
prospérité des sciences et des lettres que la suppression de quelques
logements ou la répression de quelques irrégularités administratives;
je demandai et j'obtins des Chambres un notable accroissement à leur
dotation. De 1833 à 1837, le budget ordinaire du Muséum d'histoire
naturelle fut porté de 337,000 à 434,000 francs, et celui de la
Bibliothèque royale de 205,000 à 274,000 francs. C'était une
augmentation d'un tiers, principalement appliquée à mettre en bon état
et à enrichir le matériel de ces établissements. En vertu de la loi des
travaux publics extraordinaires, proposée le 29 avril 1833 par M. Thiers
et promulguée le 27 juin suivant, une somme de 2,400,000 francs fut
consacrée à l'extension des terrains du Muséum d'histoire naturelle et
à la construction d'une galerie minéralogique et de grandes serres
nouvelles depuis longtemps désirées dans l'intérêt laborieux des savants
comme pour la satisfaction curieuse du public. Le roi Louis-Philippe
alla poser lui-même, le 29 juillet 1833, la première pierre de la
galerie minéralogique, et je l'accompagnai dans cette cérémonie. La
foule était grande; tous les savants du Muséum, ses visiteurs habituels,
des étudiants, la garde nationale du quartier; au nom de ce public,
je remerciai le Roi des nouveaux moyens qu'il venait mettre à la
disposition de la science pour faire valoir ses richesses: «C'est votre
destinée, Sire, lui dis-je, et ce sera votre gloire, dans les petites
comme dans les grandes choses, d'accomplir ce qui était projeté, de
terminer ce qui était commencé, de toucher au but marqué par tous les
voeux, de satisfaire définitivement aux besoins modestes de la science
comme aux grands intérêts de la société.» J'exprimais là le sentiment
commun des nombreux assistants qui m'écoutaient. Les plus honnêtes
espérances sont présomptueuses; mais les hommes sentiraient leur coeur
se glacer et tomberaient dans l'inertie s'ils savaient combien leurs
oeuvres sont incertaines et si l'avenir cessait d'être obscur à leurs
yeux.



                             CHAPITRE XX

                          ÉTUDES HISTORIQUES.

Importance morale et politique des études historiques.--État des études
historiques dans l'instruction publique avant 1818.--Introduction de
l'enseignement spécial de l'histoire dans les collèges.--Du caractère et
des limites de cet enseignement.--État des études historiques après
la Révolution de 1830.--Lettre de M. Augustin Thierry à ce
sujet.--Fondation de la _Société pour l'histoire de France_.--Je propose
la publication, par le ministère de l'Instruction publique, d'une grande
collection des Documents inédits relatifs à l'histoire de
France.--Débat dans les Chambres à ce sujet.--Mon rapport au roi
Louis-Philippe.--Lettre du Roi.--M. Michelet et M. Edgar Quinet.--De
l'état actuel des études sur l'histoire générale et locale de la France,
et de l'influence de ces études.


Nos goûts deviennent aisément des manies, et une idée qui nous a
longtemps et fortement préoccupés prend, à nos yeux, une importance à
laquelle notre vanité ajoute souvent trop de foi. Pourtant, plus j'y
ai pensé, plus je suis demeuré convaincu que je ne m'exagérais point
l'intérêt que doit avoir, pour une nation, sa propre histoire, ni ce
qu'elle gagne, en intelligence politique comme en dignité morale, à la
connaître et à l'aimer. Dans ce long cours de générations successives
qu'on appelle un peuple, chacune passe si vite! Et dans notre passage si
court, notre horizon est si borné! Nous tenons si peu de place et nous
voyons, de nos propres yeux, si peu de choses! Nous avons besoin de
grandir dans notre pensée pour prendre au sérieux notre vie. La religion
nous ouvre l'avenir et nous met en présence de l'éternité. L'histoire
nous rend le passé et ajoute à notre existence celle de nos pères. En
se portant sur eux, notre vue s'étend et s'élève. Quand nous les
connaissons bien, nous nous connaissons et nous nous comprenons mieux
nous-mêmes; notre propre destinée, notre situation présente, les
circonstances qui nous entourent et les nécessités qui pèsent sur nous
deviennent plus claires et plus naturelles à nos yeux. Ce n'est pas
seulement un plaisir de science et d'imagination que nous éprouvons à
rentrer ainsi en société avec les événements et les hommes qui nous ont
précédés sur le même sol, sous le même ciel; les idées et les passions
du jour en deviennent moins, étroites et moins âpres. Chez un peuple
curieux et instruit de son histoire, on est presque assuré de trouver un
jugement plus sain et plus équitable, même sur ses affaires présentes,
ses conditions de progrès et ses chances d'avenir.

La même idée qui m'avait conduit, la même espérance qui m'avait animé
quand je retraçais, dans mes cours à la Sorbonne, le développement de
notre civilisation française, me suivirent au ministère de l'instruction
publique et dans mes efforts pour ranimer et répandre le goût et l'étude
de notre histoire nationale. J'étais certes loin d'en attendre aucun
effet étendu ni prompt pour l'apaisement des passions politiques ou le
redressement des préjugés populaires; je savais trop déjà combien leurs
racines sont profondes, et quels coups puissants et redoublés, de la
main de Dieu même, sont nécessaires pour les extirper. Mais je me
promettais qu'à Paris d'abord, au centre des études et des idées, puis
çà et là dans toute la France, un certain nombre d'esprits intelligents
arriveraient à des notions plus exactes et plus impartiales sur les
éléments divers qui ont formé la société française, sur leurs rapports
et leurs droits mutuels, et sur la valeur de leurs traditions
historiques dans les nouvelles combinaisons sociales de nos jours. Ni la
lenteur inévitable de ce progrès intellectuel, ni la lenteur bien plus
grande encore de son influence publique ne me rebutaient: c'est une
prétention un peu orgueilleuse de vouloir redresser les idées de son
temps; ceux qui la forment doivent se résigner à voir à peine poindre
leur succès; ils prêchent aux peuples la patience dans la poursuite de
leurs désirs; il faut qu'ils sachent la pratiquer eux-mêmes dans leurs
travaux et leurs espérances.

Avant 1830, j'avais obtenu, non-seulement dans le public et par mes
cours, mais dans le système général de l'instruction publique, quelques
résultats importants pour l'étude de l'histoire. Cette étude n'était pas
même nommée dans la loi qui, sous le Consulat, en 1802, avait rétabli
l'instruction secondaire: «On enseignera dans les lycées, dit l'article
10, les langues anciennes, la rhétorique, la logique, la morale et les
éléments des sciences mathématiques et physiques.» On fit un pas dans
le statut par lequel le Conseil de l'Université régla, en 1814, la
discipline et les études dans les collèges; l'enseignement de l'histoire
et de la géographie y fut introduit, mais d'une façon très-accessoire;
les professeurs de langues anciennes furent chargés de le donner en même
temps que l'enseignement littéraire; dans les mois d'été, depuis le 1er
avril jusqu'aux vacances, une demi-heure fut ajoutée aux classes du
soir des collèges, «et la demi-heure de plus, dit l'article 129, sera
exclusivement consacrée à la géographie et à l'histoire.» En 1818
seulement, la mesure décisive et seule efficace fut adoptée; M.
Royer-Collard et M. Cuvier, avec qui je m'en étais souvent entretenu,
firent prendre un arrêté portant:

«La Commission de l'instruction publique,

«Vu la disposition du règlement des colléges qui prescrit aux
professeurs de consacrer, pendant les mois d'été, une demi-heure,
après chaque classe du soir, à l'enseignement de l'histoire et de la
géographie;

«Considérant que les intentions de ce règlement n'ont point été
généralement remplies jusqu'à présent, et qu'il importe de donner,
à cette partie des études classiques, tous les développements que
réclament l'état de la société et le voeu des familles,

«Arrête ce qui suit:

«L'enseignement de l'histoire et de la géographie, dans les colléges
royaux et dans les colléges communaux qui seront désignés par la
Commission, sera confié à un professeur ou à un agrégé spécial.»

L'exécution répondit à la promesse; des professeurs spéciaux d'histoire
furent nommés et convenablement traités; l'enseignement des diverses
époques historiques fut distribué entre les classes successives;
l'histoire et la géographie eurent leur part dans les honneurs du
concours général comme leur place dans les écoles de l'État.

Un peu plus tard, en 1820., la Commission de l'instruction publique,
en communiquant aux professeurs le plan du nouvel enseignement, en
détermina sagement le caractère et la portée: «Le professeur aurait,
dit-elle, une fausse idée des soins qu'on attend de son zèle s'il se
croyait obligé d'entrer dans les développements et dans les discussions
de haute critique qui appartiennent à un enseignement approfondi; ce
n'est point ici un cours de faculté. Le professeur ne peut espérer
d'être utile à ses élèves qu'en se mettant toujours à leur portée; c'est
pour eux, et non pour lui, qu'il doit faire sa classe. Son objet étant
de graver dans leur mémoire les principaux faits de l'histoire, dont
on n'acquiert la connaissance qu'imparfaitement et avec beaucoup de
difficultés dans un âge plus avancé, il ne doit chercher d'autres
sources d'intérêt que dans la simple exposition des faits historiques et
dans la liaison naturelle qu'ils ont entre eux. Il devra surtout éviter
tout ce qui pourrait appeler les élevés dans le champ de la politique,
et servir d'aliment aux discussions de parti.»

Malgré cette réserve, quand l'influence d'abord et bientôt le pouvoir
passèrent aux mains de M. de Villèle, ou plutôt, de son parti,
l'enseignement de l'histoire devint suspect; et dans les mesures de ce
temps, notamment dans le nouveau statut rédigé en septembre 1821 pour le
régime des collèges, on entrevoit un effort caché, sinon pour abolir cet
enseignement, du moins pour l'amoindrir et le repousser dans l'ombre.
Mais visiblement aussi cet effort est embarrassé et timide. Ce fut, à
cette époque, le tort et le malheur des partis en lutte, des amis comme
des ennemis de la Restauration, de se trop redouter les uns les autres,
et de se croire mutuellement bien plus de pouvoir qu'ils n'en avaient
réellement. Leurs peurs réciproques dépassaient de beaucoup leurs
périls, et ils se menaçaient bien plus qu'ils ne se frappaient. En dépit
des méfiances affichées et des actes hostiles de ce qu'on appelait la
Congrégation contre l'Université et ses progrès, quand la Restauration
tomba, non-seulement l'Université restait debout, mais dans son sein et
aux divers degrés de l'instruction publique, dans les collèges comme
dans les facultés, l'enseignement de l'histoire était fondé.

Le régime de 1830 fit disparaître, quant à la sécurité de cet
enseignement dans les collèges, toute inquiétude; mais il lui fit tort
dans les régions supérieures; plusieurs des hommes qui avaient fait
sa force se donnèrent tout entiers à la vie politique, et les travaux
historiques ne tardèrent pas à se ressentir du dérèglement des esprits.
Déjà presque aveugle et malade, M. Augustin Thierry, qui vivait auprès
de son frère Amédée, alors préfet de la Haute-Saône, m'écrivait de
Luxeuil le 3 septembre 1833: «Croyez-vous, mon cher ami, que ma présence
à Paris serait sans utilité pour les études historiques? Notre école a
été dissoute par votre retraite à tous; il n'en reste que des débris qui
vont se perdant de jour en jour. Je les rassemblerais autour de moi;
je me ferais centre d'études, et en vérité il y a urgence. Voyez quel
enseignement léger et sautillant commence à devenir populaire. Dans
les livres, ce qui se publie est encore plus étrange; sous le nom
d'histoire, on fait du dithyrambe et de la poésie. Vous avez créé un
conservateur des monuments historiques; créez un conservateur de la
méthode et du style en histoire; sans quoi, avant quatre ans, il ne
restera plus la moindre trace de ce qui nous a coûté, à vous surtout,
tant de peines et de travaux. Je consacrerai à cette oeuvre ce qui me
reste de vie. Mettez-moi en état de vivre à Paris; que votre justice
prononce sur les droits que me donne ce que j'ai fait pour la science et
ce que j'ai perdu pour elle; la Providence fera le reste.»

J'étais plus impatient que personne d'ouvrir de nouvelles sources de
force saine et de prospérité à des études qui m'étaient chères et
dont je voyais le péril. Le sentiment public me vint en aide.
Si l'enseignement supérieur de l'histoire avait fait des pertes
considérables, le goût des recherches et des méditations historiques se
répandait de plus en plus; c'était, pour beaucoup d'esprits actifs
que la politique n'attirait ou n'accueillait pas, une satisfaction
intellectuelle et une chance de renom littéraire, local ou général.
Quelques-uns de mes amis vinrent me parler de leur projet de fonder,
sous le nom de _Société de l'Histoire de France_, une société
spécialement vouée à publier des documents originaux relatifs à
notre histoire nationale, et à répandre, soit par une correspondance
régulièrement suivie, soit par un _bulletin_ mensuel, la connaissance
des travaux épars et ignorés dont elle était l'objet. Je m'empressai de
donner à ce projet mon assentiment et mon concours. Nous nous réunîmes
le 27 juin 1833, au nombre de vingt fondateurs; nous arrêtâmes les bases
de l'association; et six mois après, le 23 janvier 1834, la _Société de
l'Histoire de France_, qui comptait déjà cent membres, se formait en
assemblée générale, adoptait son règlement définitif, nommait un conseil
chargé de diriger ses travaux, et entrait sur-le-champ en activité. On
sait tout ce qu'elle a fait depuis vingt-cinq ans. Elle a publié 71
volumes de Mémoires et Documents inédits, presque tous d'un grand
intérêt pour notre histoire, et dont quelques-uns sont de vraies
découvertes historiques, curieuses pour le public amateur aussi
bien qu'importantes pour le public savant. Elle a dépensé pour ces
publications 360,000 francs. Elle a suscité, dans tout le pays et jusque
dans une multitude de petites villes étrangères à tout établissement
scientifique, l'étude curieuse du passé local, de ses souvenirs et
de ses documents. Elle compte aujourd'hui 450 membres; et ce nombre
toujours croissant, l'importance de ses publications, l'étendue de sa
correspondance, la régularité et l'intérêt de son _bulletin_ mensuel,
tout lui garantit un long et fécond avenir.

Mais au moment même de sa fondation, et par mes entretiens avec ses plus
zélés fondateurs, il me fut évident qu'elle serait loin de suffire à sa
tâche, et que le gouvernement seul possédait les moyens littéraires
et financiers indispensables pour une telle oeuvre. Je résolus de
l'entreprendre comme ministre de l'instruction publique, et de lui
donner, dès l'abord, l'étendue et l'éclat qui pouvaient seuls déterminer
les Chambres aux largesses que j'avais à leur demander. Dans l'ordre
intellectuel comme dans l'ordre politique, c'est par les grandes
espérances et les grandes exigences qu'on provoque à d'énergiques
efforts la sympathie et l'activité humaines. J'avais plusieurs buts à
atteindre. Je voulais faire rechercher, recueillir et mettre en sûreté
dans toute la France les monuments de notre histoire qui n'avaient pas
péri dans les destructions et les dilapidations révolutionnaires. Je
voulais choisir, dans les archives locales ainsi rétablies et dans
celles de l'État, diplomatiques et militaires, les documents importants
de l'histoire nationale, et les faire publier successivement, sans
blesser aucun intérêt ni convenance publique, mais aussi sans puérile
pusillanimité. Pour qu'un tel travail fût dignement exécuté, il fallait
que les hommes éminents dans les études historiques vinssent s'y
associer, soit réunis en comité autour du ministre de l'instruction
publique pour juger l'importance et le mérite des documents, soit
individuellement pour en diriger la publication. Il fallait aussi que,
de tous les points du territoire, les érudits, les archéologues locaux
entrassent en correspondance avec le ministre et son comité pour lui
indiquer les richesses ignorées et en seconder l'exploitation. A ces
conditions seulement, l'oeuvre pouvait répondre à la pensée, et produire
une collection de documents inédits qui jetât de vives lumières, non sur
une seule époque et une seule province, mais sur tous les temps et tous
les théâtres de la longue et forte vie de la France.

Dans le projet de budget présenté à la Chambre des députés le 10 janvier
1834, je demandai une allocation spéciale de 120,000 francs pour
commencer l'entreprise. Des réclamations s'élevèrent contre une si
nouvelle et si _grosse_ dépense. La commission spécialement chargée de
l'examen du budget de mon département proposa de la réduire à 50,000
francs. La commission générale du budget en demanda à la Chambre le
rejet absolu. Je maintins ma proposition. La discussion fut vive et
très-mêlée. Je trouvai des défenseurs parmi mes adversaires et des
adversaires parmi mes amis. M. Garnier-Pagès m'accusa de vouloir enlever
aux journaux les jeunes gens qui y soutenaient _les principes_, pour les
attirer et les absorber dans des études étrangères à la politique. En
revanche, M. Mauguin se félicita et me félicita de la publicité que
j'allais donner aux archives et aux correspondances diplomatiques, bonne
école, dit-il, pour former les hommes politiques dont la France avait
besoin, et il ajouta: «Quand vous en formeriez seulement quelques-uns,
vous seriez indemnisés au centuple de vos frais.» M. de Sade et M. Pagès
de l'Ariége, M. Pelet de la Lozère et M. Gillon, firent valoir, pour et
contre ma demande, des arguments plus sérieux; la passion de l'économie
et le goût de la science étaient aux prises. La Chambre avait confiance
en moi pour de telles questions, et se plaisait aux mesures d'un
caractère libéral qui n'altéraient point la politique d'ordre et de
résistance. Elle me donna gain de cause. Le budget voté, je présentai au
Roi un rapport où j'exposai avec détail les motifs et les espérances, le
plan et les moyens d'exécution de l'entreprise[9]; il m'écrivit en me le
renvoyant: «Mon cher ministre, j'ai lu avec bien de l'intérêt le rapport
que vous m'avez remis ce matin. Vous le trouverez ci-joint revêtu de
mon approbation. C'est une grande, belle et utile entreprise que cette
publication. Il était digne de vous d'en concevoir la pensée, et son
exécution ne pouvait être confiée à des mains plus capables que les
vôtres d'en assurer le succès. C'est pour moi un motif de plus de
m'applaudir de vous avoir pour ministre.» J'avais l'adhésion et l'appui
des grands pouvoirs publics; je me mis immédiatement à l'oeuvre.

[Note 9: _Pièces historiques_, n° IX.]

Le bon vouloir et l'activité efficace que je rencontrai chez tous les
amis des études historiques me furent bientôt de sûrs garants du succès.
Les plus éminents parmi eux, MM. Augustin Thierry, Mignet, Fauriel,
Guérard, Cousin, Auguste Le Prévost, le général Pelet, s'empressèrent,
non-seulement de s'associer aux travaux du comité central institué
dans mon ministère, mais de diriger eux-mêmes les premières grandes
publications qui devaient inaugurer la collection. Le nombre et le zèle
de nos correspondants historiques dans les départements s'accrurent
rapidement; quatre-vingt-neuf étaient désignés en décembre 1834, quand
je leur envoyai mon rapport au Roi et des instructions générales sur
les travaux projetés; cinq mois après, en mai 1835, soit par des offres
spontanées, soit par des désignations nouvelles, ce nombre s'était élevé
à 153. Évidemment le sentiment national et scientifique était ému et
satisfait.

Je trouve, dans les papiers qui me restent de cette époque, deux noms
que je ne lis pas sans une impression de triste et affectueux regret:
un rapport de M. Michelet sur les bibliothèques et archives des
départements du sud-ouest de la France que je l'avais chargé de visiter,
et une lettre de M. Edgar Quinet qui m'offre son concours pour la
recherche et la publication des documents inédits. J'avais eu, avec l'un
et l'autre, de sérieuses et bonnes relations: la traduction, par M.
Quinet, du grand ouvrage de Herder sur l'histoire de l'humanité, et
l'_Introduction_ remarquable qu'il y avait ajoutée, m'avaient inspiré
pour lui un vif intérêt. Par mon choix, M. Michelet avait été un
moment mon suppléant dans ma chaire de la Sorbonne, et c'était sur mon
indication qu'il avait été appelé aux Tuileries pour donner des leçons
d'histoire, d'abord, si je m'en souviens bien, à S. A. R. Mademoiselle,
aujourd'hui madame la duchesse de Parme, ensuite aux jeunes princesses,
filles du roi Louis-Philippe. Le rapport que je retrouve de lui, sous
la date de 1835, est simple, net, un pur voyage archéologique,
sans prétention ni fantaisie. Quant à M. Quinet: «Si vous jugiez,
m'écrivait-il le 18 mai 1834, que la publication de quelques fragments
épiques du XIIe et du XIIIe siècles dût être comprise dans votre
collection, ce serait avec empressement que je me livrerais à ce
travail. Je serais de même à vos ordres s'il entrait dans vos
convenances de faire explorer les bibliothèques d'Allemagne, d'Italie
ou d'Espagne, et c'est même là ce que je désirerais plus. Dans tous
les cas, je m'estimerai heureux de recevoir vos instructions sur des
questions qui font l'objet de mes études journalières; et de pouvoir
profiter ainsi plus immédiatement de vos lumières.» Encore deux esprits
rares et généreux, que le mauvais génie de leur temps a séduits et
attirés dans son impur chaos, et qui valent mieux que leurs idées et
leurs succès.

Je n'ai rien à dire de la collection même qui commença ainsi par mes
soins, des documents qu'elle a mis au jour et des travaux qu'elle a
suscités sur notre histoire. A travers les troubles du temps et en dépit
des chutes des rois, des républiques et des ministres, cette oeuvre a
persisté et s'est développée, comme elle l'eût pu faire dans des jours
tranquilles. La collection compte aujourd'hui cent-quatorze volumes, et
dans ce nombre plusieurs des monuments les plus importants et jusque-là
les plus ignorés du passé de la France. Les maîtres éprouvés et leurs
disciples les plus distingués dans les études historiques continuent de
donner leurs soins à ces publications. Le ministère de l'instruction
publique a maintenant dans les départements trois cents correspondants
groupés autour de ce foyer de recherches nationales. Rien ne manque au
public pour apprécier l'oeuvre, sa pensée première et son exécution.
Je tiens seulement, pour ce qui me touche, à rappeler encore un fait.
Lorsque, au mois de février 1836, le cabinet du 11 octobre 1832 fut
dissous et que j'eus quitté le ministère de l'instruction publique, mon
successeur dans ce département, le baron Pelet de la Lozère, se fit
faire un rapport sur la situation des travaux historiques qu'il trouvait
accomplis, commencés ou ordonnés d'après mes instructions. Ce rapport,
en date du 23 mars 1836, constate avec précision l'impulsion donnée et
les pas déjà faits dans la voie que je venais d'ouvrir. Je me permets
de l'insérer dans les _Pièces historiques_ que je joins à ces
_Mémoires_[10].

[Note 10: _Pièces historiques_, n° X.]

J'ai dit quelle espérance politique, réelle et vive quoique lointaine,
s'était unie pour moi, dès le premier moment, à la valeur scientifique
de ces travaux. Elle ne m'a point abandonné. Même aujourd'hui, au
lendemain de nos convulsions sociales à peine comprimées, si un
observateur éclairé et impartial parcourait la France, il trouverait
partout, dans toutes nos villes, grandes ou petites, et jusqu'au fond de
nos campagnes, des hommes modestes, instruits, laborieux, voués avec une
sorte de passion à l'étude de l'histoire, générale ou locale, de leur
patrie. S'il causait avec ces hommes, il serait frappé de l'équité de
leurs sentiments comme de la liberté de leur esprit sur l'ancienne comme
sur la nouvelle société française; et il aurait quelque peine à croire
que tant d'idées justes, répandues sur tous les points du territoire,
puissent rester toujours sans influence sur les dispositions et les
destinées du pays.



                              CHAPITRE XXI

                   POLITIQUE INTÉRIEURE (1832-1836).

Vrai caractère de la politique de résistance de 1830 à 1836.--État des
partis dans les chambres en 1832.--Nomination de pairs.--Naissance
du tiers-parti dans la chambre des députés.--M. Dupin
président.--Révocation de MM. Dubois, de Nantes, et Baude.--Débat à ce
sujet.--Sessions de, 1832 et 1833.--Bonne situation du cabinet.--Des
sociétés secrètes à cette époque.--De l'appui qu'elles trouvaient dans
la Chambre des députés.--Des journaux.--Quelle conduite doit tenir le
pouvoir en présence de la liberté de la presse périodique.--Quelle fut,
à cet égard, notre erreur.--Procès de _la Tribune_ devant la Chambre des
députés.--Concessions inutiles à l'esprit révolutionnaire.--Session
de 1834.--Débat entre M. Dupin et moi; _Parce que_ et _Quoique_
Bourbon.--Explosion des attaques républicaines et anarchiques.--Loi sur
les crieurs publics.--Loi sur les associations.--Traité des 25
millions avec les États-Unis d'Amérique.--Échec et retraite du duc
de Broglie.--Pourquoi je reste dans le cabinet.--Sa
reconstitution.--Insurrections d'avril 1834 à Lyon et sur plusieurs
autres points.--A Paris.--Leur défaite.--Procès déféré à la Cour des
pairs.--Dissolution de la Chambre des députés.---Les élections nous sont
favorables,--Péril de la situation.--Attitude du tiers-parti.--Embarras
intérieurs du cabinet.--Question du gouvernement de l'Algérie.--Le
maréchal Soult.--Sa retraite. Le maréchal Gérard, président du
conseil.--Ouverture de la session de 1835.--Adresse de la Chambre
des députés.--Question de l'amnistie.--Le maréchal Gérard se
retire.--Démission de MM. Duchâtel, Humann, Rigny, Thiers et
moi.--Ministère des trois jours.--Sa retraite soudaine.--Nous rentrons
au pouvoir, avec le maréchal Mortier comme président du conseil.--M. de
Talleyrand se retire de l'ambassade de Londres.--Mort et obsèques de M.
de La Fayette.--Ma brouillerie avec M. Royer-Collard.--Affaiblissement
et retraite du cabinet.--Crise ministérielle.--Le roi et le duc de
Broglie.--M. Thiers.--Le duc de Broglie rentre Comme président du
conseil et ministre des affaires étrangères.--Travaux du cabinet
reconstitué.--Procès des accusés d'avril devant la Cour des
pairs.--Recrudescence anarchique.--Attentat Fieschi--Lois de
septembre.--Forte situation du cabinet.--Incident inattendu; M. Humann
et la conversion des rentes.--Échec et dissolution du cabinet du 11
octobre 1832.


Bien des gens penseront qu'en quittant ces régions sereines où se
préparaient les progrès de l'intelligence publique pour rentrer dans
l'arène tumultueuse où se débattait le gouvernement du pays, je devais
avoir le sentiment d'un pénible et fatigant contraste. Il n'en était
rien. J'ai dit pour quel but et dans quelle pensée s'était formé le
cabinet; nous avions tous à coeur de fonder en France un gouvernement
légal et libre; l'oeuvre était à nos yeux, belle en soi et glorieuse
pour nous-mêmes en même temps que salutaire pour notre pays; nous la
poursuivions avec ardeur et confiance, quels qu'en fussent les soucis
et les périls. On a souvent, à cette époque, accusé la politique de
résistance d'être négative et stérile, dénuée de vues et de grandeur. Je
n'imagine pas une accusation plus inintelligente, ni qui révèle mieux
à quel point des esprits, même distingués, peuvent être faussés et
abaissés par les spectacles et les routines révolutionnaires. La
politique de résistance tenta précisément, après 1830, l'oeuvre la plus
grande, la plus difficile et la plus nouvelle qu'un gouvernement puisse
jamais accomplir; car en luttant contre le désordre, elle entreprit
de le vaincre uniquement par les lois, et par des lois rendues et
appliquées en présence de la liberté. Quoi de plus grand que le
gouvernement de la loi, d'une règle générale, permanente et connue, mise
à la place des volontés personnelles, changeantes et imprévues d'un
homme ou de quelques hommes? C'est le plus noble effort que puissent
faire les sociétés humaines pour assimiler leur ordre politique à
l'ordre divin qui régit le monde. Et quoi de plus difficile et de plus
nouveau dans un pays livre pendant vingt-cinq ans aux révolutions ou au
despotisme, et le lendemain d'une révolution nouvelle dans laquelle le
premier essai sérieux de la monarchie représentative venait de faillir
et de succomber? Le régime politique légal reposé, de nos jours, sur
deux conditions: la première, qu'avant d'être établie, la loi soit
librement discutée par les grands pouvoirs de l'État, sous les yeux du
public, et par le public lui-même; la seconde, qu'une fois établie, la
loi soit scrupuleusement respectée, par le public comme par le pouvoir,
quelles que soient les difficultés attachées à ce respect. Qu'on varie
et qu'on dispute tant qu'on voudra sur l'origine et la forme de tel ou
tel pouvoir, sur la mesure et les garanties de telle ou telle liberté;
partout où seront réellement remplies ces deux conditions, la libre
discussion préalable et l'observation fidèle de la loi, la société peut
se rassurer; elle est dans les voies de la vraie liberté et de la vraie
grandeur.

Le roi Louis XVIII, en fondant la monarchie constitutionelle, avait fait
entrer la France dans ces voies; le roi Charles X l'en avait violemment
arrachée; porté violemment au trône, le roi Louis-Philippe l'y fit
aussitôt rentrer et marcher. Il n'avait pas, dans le plein développement
du régime constitutionnel parmi nous, une foi bien ferme; mais il était
profondément convaincu de sa nécessité, et parfaitement résolu à s'y
renfermer fidèlement. Il portait d'ailleurs, aux droits généraux de la
nation, à la justice égale pour tous, et au serment qu'il avait prêté en
acceptant la couronne, un respect sincère, et la loi lui paraissait le
meilleur bouclier pour le trône comme pour les citoyens. Il fit, du
régime légal, la base de sa politique intérieure; jamais il ne demanda à
ses conseillers de s'en écarter; il les y eût rappelés lui-même s'il en
eût eu l'occasion, et il se rendait sur-le-champ à cette observation
«c'est la loi,» quelque désagréable ou embarrassante qu'elle lui fût.
Son gouvernement a été mis, en ce genre, à de rudes épreuves; il les a
toujours courageusement acceptées.

La politique de résistance a fait plus que respecter scrupuleusement le
régime légal; elle ne lui a pas demandé toutes les armes qu'elle eût
pu en recevoir. Je ne parle pas de ces temps révolutionnaires où, sous
l'empire d'une assemblée unique, le nom de la loi a servi de passe-port
et de voile à la tyrannie. Sous le régime constitutionnel même, et dans
des temps de liberté, la puissance de la loi s'est souvent déployée au
delà des limites du droit habituel et commun. En Angleterre, à diverses
époques, en France, avant 1830, les Chambres ont souvent voté des lois
d'exception ou de prévention, vivement débattues, accordées à
courte échéance, mais qui ont investi le gouvernement de pouvoirs
extraordinaires et porté tout à coup sa force au niveau du péril. Sous
la monarchie de 1830, la politique de la résistance n'a jamais demandé
ni reçu de tels pouvoirs; à coup sûr, les ennemis et les périls ne
lui ont pas manqué; elle n'a point voulu de lois d'exception ni de
prévention; elle n'a résisté et gouverné que par les lois générales,
permanentes et répressives; au milieu des plus grands dangers, elle n'a
invoqué que le droit commun.

Cette politique se trouvait pourtant dans une situation singulière
et peut-être sans exemple dans l'histoire. Presque tous les États de
l'Europe, même les États libres, comme l'Angleterre et la Hollande, ont
une législation pénale ancienne, instituée dans des temps très-rudes, et
qui, bien qu'adoucie ou en partie délaissée, met encore à la disposition
du pouvoir des moyens de police et de répression très-énergiques.
Quiconque a observé de près ce qui se pratique en Angleterre dans
l'administration de la justice criminelle, surtout l'action des
autorités municipales et des juges, ne peut conserver aucun doute sur la
valeur répressive des prescriptions ou des traditions de ces anciennes
lois. Rien de pareil n'existe plus en France depuis 1789; tout l'ancien
régime pénal a été aboli. On y a suppléé, d'abord par la violence
révolutionnaire, puis par le pouvoir absolu. Quoique refaite dans un
esprit d'ordre, quelquefois même de rigueur, si la législation pénale de
l'Empire eût été en présence de la liberté et au service d'un pouvoir
contraint de se renfermer strictement dans la légalité, elle se fût
trouvée, à coup sûr, bien incomplète et insuffisante; mais elle n'était
point mise à une telle épreuve, et il y avait, dans le libre arbitre
du pouvoir, de quoi combler les lacunes de la loi. La monarchie
constitutionnelle de 1814 à 1830 fut le premier gouvernement qui eut à
porter réellement le poids de ces lacunes; elle y remédia par quelques
lois nouvelles, et plus souvent en recourant à des mesures préventives
et temporaires, préalablement discutées dans les chambres et appliquées
par des conseillers responsables. La monarchie de 1830 n'avait à sa
disposition ni la tyrannie révolutionnaire, ni le despotisme impérial,
et elle ne voulut pas des lois d'exception. Elle se trouva donc, après
le vif élan de ses premiers pas et quand ses ennemis commencèrent à
l'attaquer passionnément, plus découverte et plus désarmée que ne
l'avait été aucun des gouvernements antérieurs.

Ce n'est pas tout: en même temps que le pouvoir nouveau avait à
combattre pour sauver l'ordre, et à se fonder lui-même en combattant,
il était appelé à développer rapidement les libertés publiques, et à
mettre, entre les mains de quiconque voulait l'attaquer, des armes
nouvelles, tandis qu'à lui-même les armes anciennes mêmes manquaient. Le
principe électif pénétrait partout, dans l'administration comme dans le
gouvernement, au sein de la force armée comme dans l'ordre civil, aux
extrémités comme au centre de l'État. La liberté de la presse, le jury,
toutes les institutions indépendantes et délibérantes étendaient
leur domaine, et le gouvernement voyait les moyens d'opposition et
d'agression s'accroître de jour en jour, précisément quand ses propres
moyens de défense et d'action allaient déclinant.

Je place, parmi les _Pièces historiques_ jointes à ces _Mémoires_, le
tableau comparatif des lois rendues de 1830 à 1837, les unes pour
la résistance au désordre et la défense du pouvoir, les autres pour
l'extension et la garantie de la liberté[11]. Ce simple rapprochement en
dira plus que personne n'en pourrait dire sur le vrai caractère de la
politique de résistance durant cette époque; politique essentiellement
modérée et libérale, qui innova bien plus qu'elle ne résista, et qui, en
résistant, demeura en deçà de la nécessité, bien loin de la dépasser.
C'est trop souvent l'erreur et le malheur de notre pays de ne pas
s'attacher à l'exacte appréciation des faits mêmes, de s'enivrer de mots
et d'apparences, et de se livrer au flot qui l'emporte, dût ce flot
le porter où il ne veut point aller. La France n'avait cru et n'avait
voulu, en 1830, que défendre son honneur et ses droits; mais la France
est restée, depuis 1789, profondément imbue de l'esprit révolutionnaire,
quelquefois comprimé ou transformé, jamais extirpé ni vraiment vaincu.
Par moments, la France s'en-croit guérie; elle le maudit ou elle n'y
pense plus, mais le fatal esprit demeure; des factions subalternes, des
coteries rêveuses, des sociétés secrètes sont là qui se tiennent prêtes
à relever son empire. Dès que quelque grand événement lui fait jour, le
démon sort des retraites où il vivait caché, mais toujours actif; il
s'avance sous des noms divers, aujourd'hui la république, demain le
socialisme, puis le communisme, puis enfin et ouvertement l'anarchie,
son vrai et dernier drapeau. Tant qu'elle peut se faire illusion et
ne pas voir ce sinistre drapeau, la France se refuse à le prévoir, et
contre ses plus chers comme ses plus nobles intérêts, contre son voeu
réel et général, elle se complaît dans le mouvement qui ouvre à son
imagination des perspectives indéfinies et rallume dans sa mémoire des
feux mal éteints.

[Note 11: _Pièces historiques_, n° XI.]

Ce fut sur cette pente que la révolution de 1830 lança notre patrie, et
que la politique de la résistance, sans connaître ni mesurer elle-même
tout l'abîme, entreprit de la retenir. Bien loin d'en vouloir à la
liberté, au progrès, à l'amélioration du sort du peuple, à tout ce qui
embellit et honore les sociétés humaines, cette politique les défendait,
aussi bien que l'ordre, contre leur véritable et commun ennemi, l'esprit
révolutionnaire, ennemi flatteur, menteur et mortel.

Nous étions tous, dans le cabinet, également résolus à mettre en
pratique, avec son double caractère de résistance et de liberté, cette
politique, condition d'honneur comme de salut, selon nous, et pour le
pays et pour le gouvernement que nous avions à fonder. Nous acceptions
mutuellement, sans embarras, les diverses nuances d'attitude et de
langage qui existaient entre nous. La parfaite unité eût, à coup sûr,
mieux valu; mais c'est une grande petitesse d'esprit de porter dans la
vie publique les exigences ou les susceptibilités du foyer domestique,
et de ne pas savoir s'accommoder aux différences, même aux dissidences
qui n'empêchent pas le concours efficace vers le but commun. Nous
n'avions pas, avec le Roi, plus de difficulté qu'entre nous: sur tous
les points essentiels, il était d'accord avec le cabinet et lui portait
une confiance sans jalousie; aucun de nous n'avait, avec lui, la
situation exclusive ni l'humeur rude de M. Casimir Périer; et pourtant
nous étions tranquilles sur l'efficacité et la dignité de notre rôle
dans le gouvernement, bien sûrs que, lorsque nous aurions arrêté, entre
nous, un avis et une résolution, le Roi y accéderait, sauf quelqu'une de
ces occasions suprêmes où la royauté et ses ministres, en désaccord sur
une question capitale, ont droit et raison de se séparer. Mais aucune
occasion semblable n'était alors en perspective, même à l'horizon.

C'était dans les chambres que résidaient, pour nous, la difficulté et
l'incertitude. Y trouverions-nous tout l'appui dont nous avions besoin
pour que notre politique fût efficace et parût, à l'Europe comme à la
France, assurée d'un peu d'avenir? Je regrette d'avoir à me servir de
mots que des souvenirs ou des préjugés historiques ont rendus suspects à
des hommes de bien et de sens, mais je ne saurais les éviter. Pour que,
sous le régime représentatif, le gouvernement acquière la régularité,
la force, la dignité et l'esprit de suite qui sont au nombre de ses
conditions les plus essentielles, il faut que les grands intérêts et les
grands principes qui sont en présence et en lutte soient représentés et
soutenus par des hommes qui en aient fait la cause et l'habitude de leur
vie: c'est-à-dire pour appeler les choses par leur nom, qu'il faut des
partis, de grands partis, avoués, disciplinés et fidèles, qui, soit dans
le pouvoir, soit dans l'opposition, s'appliquent à faire prévaloir les
principes et les intérêts qu'ils ont pris pour foi et pour drapeau.

Ceci n'est point, comme on l'a dit souvent, une fantaisie de philosophe
ou un emprunt aux exemples de l'Angleterre; c'est la leçon de l'histoire
de tous les pays libres et le conseil du bon sens politique. On
demandait à l'un des députés les plus indépendants et les plus
intelligents de notre temps, à M. Dugas-Montbel, le traducteur d'Homère,
comment il faisait pour voter constamment avec nous: «Vous êtes donc
toujours de l'avis des ministres? lui disait-on.--Non, répondit-il; je
ne fais pas toujours ce que je veux; mais je fais toujours ce que j'ai
voulu.» Je ne connais pas de meilleure définition, ni de meilleure
raison des partis politiques dans le régime représentatif; ils sont un
principe d'ordre et de stabilité porté dans les régions les plus agitées
et les plus mobiles du gouvernement.

Nous ne trouvions parmi nous, en 1832, point de partis semblables; ni
les traditions de notre histoire, ni l'organisation de notre société ne
nous les donnaient. Nous étions au début du régime représentatif, et
c'était au sein d'une société démocratique que nous avions à l'établir.
Nous ne méconnaissions nullement ces faits, et nous n'avions nulle
prétention d'introduire dans nos assemblées, avec toutes ses exigences
et ses habitudes, l'organisation des partis anciens et aristocratiques.
Mais nous étions en présence de deux opinions très-diverses sur le
caractère que devait prendre et la ligne de conduite que devait tenir
le gouvernement nouveau. La politique de résistance et la politique de
concession avaient eu, dès les premiers jours, leurs adhérents et leurs
adversaires. C'était là un fait actuel, national, incontestable, qui
devait naturellement enfanter, non pas des tories et des whigs anglais,
mais deux partis de gouvernement et d'opposition, très-modernes et
très-français l'un et l'autre, et très-différents de principes et de
tendances dans l'exercice ou la recherche du pouvoir. C'étaient là les
partis que, dans un intérêt public et permanent plus que dans notre
propre intérêt du jour, nous avions à coeur de constater et de former.

Au moment même de la formation du cabinet, nous prîmes, sur la Chambre
des pairs, une de ces mesures qui restent pesantes, même quand elles
sont nécessaires. Depuis la double mutilation que lui avaient fait
subir, d'abord la révolution de 1830, puis l'abolition de l'hérédité,
cette chambre était languissante et comme dépeuplée. Elle n'offrait
plus, comme la Chambre des pairs de la Restauration, la réunion des
hommes les plus considérables et les plus éprouvés parmi les adhérents
du pouvoir établi. Nous essayâmes de lui rendre ce caractère et
l'autorité qui s'y attache. Une nomination de soixante pairs fit entrer
dans cette chambre des magistrats, des officiers généraux, des
membres de l'Institut, de grands propriétaires influents dans leurs
départements, de grands chefs d'industrie, d'anciens membres de la
Chambre des députés, et quelques administrateurs importants, tous hommes
dont les noms rappelaient ou de fortes situations sociales, ou de longs
services rendus à l'État. La simple inspection de ces noms prouvait que
nous n'avions point cherché, en les choisissant, des complaisants pour
nous-mêmes, mais d'honorables, solides et utiles appuis pour le régime
que nous avions à fonder. Restait l'inconvénient de ces promotions
nombreuses et soudaines jetées par la couronne dans l'un des grands
corps de l'État; mais c'était là une condition inévitable de l'oeuvre de
création trop complète à laquelle nous étions appelés.

Avec la Chambre des députés, la difficulté était pour nous tout
autre. Nous avions là à conserver et à cimenter, pour la politique de
résistance, une majorité que, sous le ministère de M. Casimir Périer et
après l'insurrection des 5 et 6 juin, l'extrême péril avait ralliée,
mais dont les éléments étaient divers et mal unis. A l'ouverture de la
session de 1832, le vent du péril soufflait encore; les dissentiments
restaient couverts, le tiers-parti ne dressait pas encore son drapeau;
mais il était là, déjà visible et semant dans les rangs de la majorité
des germes d'humeur et de désunion. A mon avis, on a été tour à tour,
envers le tiers-parti, peu juste et trop peu sévère. C'était un
petit camp très-mêlé lui-même: d'honnêtes indécis et des intrigants
méticuleux; des esprits sages, mais timides et enclins à placer la
sagesse dans la fluctuation; des esprits vaniteux et prétentieux, sans
hardiesse ni puissance, mais exigeants et tracassiers; des coeurs droits
mais faibles; des amours-propres susceptibles et jaloux. Déposé dans un
petit nombre de personnes, ce levain dissolvant fermentait au sein de la
majorité et en troublait la cohésion. Le tiers-parti s'attribuait pour
représentant et pour chef l'un des hommes les plus importants de la
Chambre, M. Dupin; en quoi il avait tort, car M. Dupin ne se donne et
ne se lie jamais à personne, guère plus à ceux qui lui ressemblent qu'à
ceux dont il diffère; mais sans appartenir au tiers-parti, M. Dupin
avait, avec ses divers éléments, bons et mauvais, d'assez fortes
analogies; il leur plaisait et les servait même dans l'occasion,
quoiqu'ils se fussent grandement trompés s'ils avaient compté sur lui.

Nous n'hésitâmes point; nous adoptâmes M. Dupin comme candidat du
gouvernement à la présidence de la Chambre, et nous fîmes à ses amis,
connus ou présumés, une large part dans les honneurs du bureau. Autant
nous étions décidés à pratiquer fermement la politique de résistance,
autant nous avions à coeur de ménager la majorité qui l'avait jusque-là
soutenue. Il ne faut pas voir les divisions qu'on ne veut pas aggraver.

Notre prudence à cet égard ne tarda pas à être mise à l'épreuve. Dans
la discussion du budget de 1833, un membre de l'opposition proposa, par
voie d'amendement, «la révision générale des pensions accordées depuis
le 1er avril 1814 jusqu'au 29 juillet 1830, et la radiation de toutes
celles qui auraient été accordées pour services rendus en dehors des
armées nationales, ou pour services particuliers aux princes de la
branche aînée des Bourbons, enfin de toutes celles dont les titulaires
ne réunissaient pas toutes les conditions exigées par les lois
existantes.» C'était une violation formelle de l'article 60 de la
Charte de 1830 qui portait: «Les militaires en activité de service, les
officiers et soldats en retraite, les veuves, les officiers et soldats
pensionnés conserveront leurs grades, honneurs et pensions.» C'était de
plus la résurrection financière, pour ainsi dire, de la guerre civile,
de ses inimitiés, de ses vengeances, de ses classifications entre les
citoyens. La loi fondamentale et la politique repoussaient également cet
amendement. Le cabinet le combattit de tout son pouvoir. Deux membres
de la Chambre, investis de fonctions publiques, et qui n'étaient
pas habituellement engagés dans l'opposition, M. Dubois de Nantes,
inspecteur général de l'Université, et M. Baude, conseiller d'État,
l'appuyèrent chaudement. Après un vif débat, l'amendement fut rejeté;
et au moment où le président déclara le vote, quelques membres de la
majorité, ravis de la victoire, se levèrent en s'écriant: «_Vive la
Charte!»_ A ce cri, M. Dubois répondit par cette exclamation: «_Vivent
les traîtres! vivent les chouans_!» répétée aussitôt sur les bancs de
l'opposition. La séance fut levée au milieu d'un tumulte passionné.

Le conseil se réunit dans la soirée; autant la majorité avait été
ferme, autant elle était irritée; elle demandait avec vivacité que le
gouvernement soutînt ceux qui le soutenaient et se séparât de ceux qui
l'attaquaient; la résistance à l'esprit de réaction révolutionnaire,
déjà si difficile, deviendrait impossible, disait-on, si cet esprit
était toléré dans nos propres rangs. La révocation de MM, Baude et
Dubois fut mise en délibération dans le conseil. J'avais des doutes sur
la convenance de la mesure. M. Dubois et M. Baude étaient des hommes
quelquefois peu conséquents dans leurs idées et d'un caractère
indépendant jusqu'à la susceptibilité fougueuse, mais étrangers à toute
intrigue, à toute manoeuvre intéressée, point engagés dans l'opposition
ni dans le tiers-parti, et qui avaient parlé et voté dans cette
circonstance avec peu de jugement politique, mais sans dessein prémédité
ni hostile contre la politique générale du cabinet. Ils avaient l'un
et l'autre, pendant la Restauration et dans les journées de juillet,
déployé un dévouement et un courage qui méritaient des égards. La
révocation de M. Dubois, comme inspecteur général des études, soulevait
d'ailleurs des questions délicates: jusqu'à quel point ses droits comme
membre de l'Université le suivaient-ils dans sa situation politique?
Pouvait-il être révoqué sans les formes prescrites par les décrets
constitutifs de l'Université? Je soumis au conseil ces considérations;
mais il y avait eu scandale et il y avait clameur; le conseil persista
à penser que les deux révocations étaient nécessaires. C'était à moi à
prononcer celle qui devait rencontrer les objections les plus vives:
je me déclarai prêt à faire ce que désiraient mes collègues et à en
accepter la responsabilité. J'écrivis, en rentrant chez moi, à M.
Dubois: «Je ne veux pas, monsieur, que vous appreniez par le _Moniteur_
que vous avez cessé d'exercer les fonctions d'inspecteur général de
l'instruction publique. C'est avec un véritable regret que je me crois
obligé de vous les retirer. Je n'ai sans doute pas besoin de vous dire
les motifs qui m'y décident. Vous tenez avec raison à votre dignité
personnelle; vous comprendrez sans peine que le gouvernement aussi soit
attaché à la sienne et prenne soin de la maintenir.»

Dès le lendemain, comme il était aisé de le prévoir, la mesure fut
violemment attaquée dans la Chambre. Plus violemment qu'habilement. Au
lieu de se borner à en contester l'équité et la convenance, on éleva
confusément des questions générales et des prétentions absolues; on posa
en principe que tout député fonctionnaire avait droit de voter selon
son opinion, et droit en même temps de conserver ses fonctions, sans
s'inquiéter de savoir si sa conscience et sa situation étaient d'accord,
et sans que le gouvernement, qu'il servait et attaquait à la fois, eût
droit de renoncer à ses services pour mettre fin au désordre intérieur
de ses attaques. En cela, disait-on, consistait essentiellement
l'indépendance du député fonctionnaire, et s'il n'était pas maître
d'attaquer sans risque ni sacrifice, comme député, le pouvoir qu'il
servait comme fonctionnaire, cette indépendance n'existait plus. C'était
me rendre la défense plus facile qu'elle n'eût dû l'être, car c'était
détruire à la fois l'harmonie du gouvernement, la responsabilité des
ministres et la probité politique des fonctionnaires. Je revendiquai ces
principes nécessaires de tout gouvernement régulier et libre;
j'établis que, dans l'instruction publique, les droits des fonctions
administratives n'étaient pas et ne pouvaient pas être les mêmes que
ceux des fonctions enseignantes; je distinguai l'opposition générale et
habituelle de la dissidence spéciale et accidentelle; et sur le terrain
où les adversaires du cabinet s'étaient placés, je réduisis le débat à
une question de bon sens et de loyauté, à la question de savoir si l'on
pouvait être à la fois dans la garnison de la place et dans l'armée des
assiégeants. Le succès ne pouvait guère me manquer; j'avais pour moi les
maximes constitutionnelles, les nécessités pratiques du gouvernement et
la passion comme la conviction de la majorité. Loin de compromettre le
cabinet, cette affaire, dans laquelle je persiste à penser que nous
avions un peu dépassé la mesure de l'intérêt politique et de l'équité
envers les personnes, le fortifia sensiblement en donnant satisfaction
et confiance à ses adhérents.

En juin 1833, quand les deux sessions de 1832 et 1833, qui s'étaient
suivies à vingt-quatre heures d'intervalle, eurent atteint leur terme,
la situation du cabinet était bonne; il avait réussi au delà de
l'attente de ses amis et de la sienne propre. Aux premiers succès
qui avaient marqué son avènement, la fin de l'insurrection dans les
départements de l'Ouest et la prise d'Anvers, étaient venus se joindre
d'importants succès législatifs. M. Humann, en préparant, présentant, et
discutant coup sur coup les deux budgets de 1833 et 1834, avait mis fin
à la nécessité des crédits provisoires pour les dépenses publiques,
grief sans cesse répété des hommes d'ordre en matière de finances. Il
avait de plus, par une forte loi sur l'amortissement, réglé et affermi
cette base du crédit public. Le maréchal Soult et l'amiral Rigny avaient
présenté, sur l'état des officiers de terre et de mer, des lois qui,
sans compromettre l'autorité du Roi sur l'armée, donnaient aux droits
privés de solides garanties. Sur la proposition de l'amiral Rigny,
l'exercice des droits civils et politiques et le régime législatif dans
les colonies avaient été libéralement réglés, et tout en attribuant
aux colons une juste part d'influence, ces lois faisaient pressentir
l'abolition de l'esclavage. M. d'Argout avait proposé, sur
l'organisation et les attributions des conseils départementaux et
municipaux, et sur l'expropriation en matière d'utilité publique,
plusieurs lois qui associaient sincèrement le contrôle du principe
électif et du jury à l'action du pouvoir central, et qui donnaient
aux intérêts privés d'efficaces garanties. Un projet complet sur la
responsabilité des ministres et des agents du pouvoir avait été proposé
par M. Barthe. M. Thiers avait demandé, obtenu et commencé sur-le-champ
un grand ensemble de travaux publics. J'avais fondé l'instruction
primaire en y introduisant le principe de la liberté. Sur ces quinze
propositions législatives, dont quatre satisfaisaient aux promesses de
l'article 68 de la Charte, neuf avaient été votées et étaient devenues
des lois de l'État; les autres étaient prêtes pour la session prochaine.
Beaucoup d'autres travaux législatifs et d'ordonnances royales avaient
pourvu aux affaires courantes du pays. L'activité du cabinet, dans ses
rapports avec les Chambres, avait été féconde et efficace. Il avait
honorablement soutenu la lutte contre ses adversaires, et constamment
obtenu l'adhésion de la majorité. Aucun grand désordre extérieur n'avait
troublé la paix publique et la marche du gouvernement.

Des esprits hardis, et parmi eux quelques-uns de mes amis particuliers,
pressaient le cabinet de mettre à profit une situation si favorable, de
dissoudre la Chambre des députés, et de faire ainsi consacrer son succès
par une Chambre nouvelle qui serait née sous son influence et aurait
en perspective cinq ans de durée: «Sur toute ma route, m'écrivait de
Toulouse M. de Rémusat, j'ai trouvé la dissolution à peu près acceptée,
comprise même. Sur toute ma route, j'ai constaté qu'elle réussirait. La
situation générale est au moins aussi bonne que nous le croyons à Paris.
Je suis même surpris de l'intelligence du pays. On y voit beaucoup plus
clair que je n'espérais. On jouit réellement de la tranquillité et de la
prospérité renaissantes. Pour le moment, il n'y a, je vous en réponds,
nul souci à prendre de satisfaire les imaginations et de captiver les
esprits. Le repos leur est une chose nouvelle qui leur suffit et leur
suffira jusqu'à la session.» Le cabinet n'avait pas tant de confiance et
ne partagea point cet avis; après en avoir attentivement délibéré, il
fit dire dans le _Moniteur_: «On a discuté depuis quelque temps la
question de la dissolution de la Chambre des députés. Beaucoup de
personnes ont paru croire que telle était l'intention du gouvernement;
ces bruits sont dénués de fondement. Le gouvernement n'a aucun motif
d'abréger la durée légale d'une Chambre qui a prêté à la monarchie et à
la Charte de 1830 un concours si loyal et si efficace.»

On m'a souvent reproché de me préoccuper trop exclusivement de la
situation parlementaire et des dispositions de ce qu'on a appelé le pays
légal, et de tenir trop peu de compte de la situation nationale et des
dispositions du pays tout entier. Je dirai ailleurs ce que je pense de
ce reproche et des causes qui m'ont fait tomber dans cette faute, si en
effet j'y suis tombé. Quoi qu'il en soit, nous en étions fort loin en
1833, et notre sollicitude sur l'état général du pays fut l'un des
principaux motifs qui nous firent écarter l'idée de la dissolution.
Ni la majorité groupée autour de nous dans les Chambres, ni la paix
rétablie dans les rues ne nous faisaient illusion sur l'ardente
opiniâtreté des partis ennemis et sur les périls permanents qu'ils nous
préparaient. Après leur défaite dans l'Ouest et à Paris en 1832, les
républicains et les légitimistes avaient, pour un temps du moins,
renoncé à l'insurrection; elle leur donnait l'armée à combattre et
ralliait contre eux les diverses fractions du grand parti attaché au
régime nouveau. Mais ils avaient contre lui d'autres armes, les unes
plus cachées, les autres plus légales en apparence: à l'aide des
sociétés secrètes et de la presse périodique, ils pouvaient miner
l'édifice et entretenir sous ses fondements un foyer destructeur, en
attendant un jour propice pour rallumer l'incendie. Ce fut à ces deux
moyens d'attaque qu'ils eurent recours en 1833, et ils les exploitèrent
avec une audace et une persévérance qui, au milieu de nos succès
parlementaires, ne nous permettaient ni confiance, ni repos.

Parmi les nombreuses sociétés secrètes nées ou renouvelées depuis 1830,
la principale, celle des _Amis du peuple,_ avait été dissoute en 1832
par un arrêt de la Cour d'assises de Paris, mais d'une façon peu
décourageante, car le jury, en reconnaissant son existence, avait
déclaré ses membres non coupables, et la Cour avait à la fois interdit
leurs réunions et prononcé leur acquittement. Ses chefs se hâtèrent
de la ressusciter sous le nom déjà connu de _Société des droits de
l'homme._ Ils l'organisèrent en sections, formées chacune de vingt
membres et dirigées par un comité de onze directeurs. Le nombre des
sections s'éleva bientôt, dans Paris, à cent-soixante-deux. Le comité
central avait ainsi sous ses ordres environ 3,000 hommes, tête de
l'insurrection et colonne d'attaque quand le jour viendrait d'attaquer.
Une multitude d'autres associations, la _Société de propagande_, la
_Société des droits du peuple_, la _Société patriotique et populaire_,
l'_Union_, etc., étaient en rapports intimes avec la _Société des droits
de l'homme,_ dont le comité central pouvait dire, dans ce qu'il appelait
un _ordre du jour_ adressé à ses fidèles: «Le comité vous déclare que la
_Société des droits de l'homme_ peut dès à présent se considérer comme
une société mère de plus de trois cents associations qui se rallient,
sur tous les points de la France, aux mêmes principes et à la même
direction.» Ces principes n'étaient pas équivoques et les sociétés
secrètes ne pouvaient être taxées d'hypocrisie; elles proclamaient leur
dessein de renverser, non-seulement la monarchie de 1830, mais toute
monarchie, et de fonder sur leurs ruines la république: non pas une
république abstraite et nouvelle, organisée d'après les utopies
des philosophes ou les exemples des États-Unis d'Amérique, mais la
république une et indivisible, née en 1792, et que connaissait déjà la
France. Le comité central, ne voulant laisser à cet égard aucun doute,
publia un exposé de ses principes et des bases de la constitution
républicaine qu'il préparait: «Héritiers de la mission qu'avait
entreprise le génie de la Convention nationale, voulant que la société
soit ramenée vers son véritable but, voulant à la fois affranchir et
assurer sa marche, les républicains doivent, avant tout, chercher les
guides qui, en l'améliorant, l'empêcheront de s'égarer. C'est dans cet
esprit que, dès son origine, la _Société des droits de l'homme_ adopta,
comme expression de ses principes, la déclaration présentée à la
Convention nationale par le représentant du peuple Robespierre. Le
comité central s'est uni à cette adoption.» Le comité ne se bornait pas
aux principes; il adoptait avec la même ferveur les souvenirs pratiques
de 1793, les noms propres, les enseignes, les images; les sections de la
Société à Paris se faisaient gloire de se les approprier; quatre d'entre
elles portaient le nom de _Saint-Just;_ d'autres s'appelaient _Marat,
Babeuf, Robespierre, Couthon_, _Le 21 janvier, Guerre aux châteaux,
Abolition de la propriété mal acquise_, etc. En vain ces résurrections
répugnaient à quelques-uns des membres ou des patrons de ces sociétés;
en vain ils essayaient de refouler de tels noms dans le passé et
d'affranchir de leur contact la république future; leur voix se perdait
dans le tumulte; leurs réclamations étaient qualifiées de prétention
aristocratique ou de radotage girondin. C'était pitié de voir un
illustre et généreux vieillard, M. de La Fayette, et un jeune écrivain
d'un esprit et d'un caractère élevés, M. Armand Carrel, embarrassés à
désavouer timidement et sans succès des turpitudes atroces ou stupides
qu'ils auraient dû fouler aux pieds avec indignation et mépris.

Là était peut-être, sinon le plus grave péril, du moins la circonstance
la plus aggravante des périls contre lesquels nous avions à lutter.
Quelque dangereux que soit le travail des démolisseurs d'États par les
conspirations et les insurrections populaires, s'ils ne rencontraient
point d'appui dans d'autres régions sociales et au sein des pouvoirs
publics, ils auraient peu de chances de succès. Il faut qu'il y ait des
mains tendues d'en haut à ceux qui s'agitent en bas; il faut que des
situations aristocratiques viennent en aide aux passions démocratiques,
que des sages prêtent leur crédit aux fous, que d'honnêtes gens couvrent
de leur bonne renommée les desseins pervers. Cet appui nécessaire
ne manquait point aux républicains acharnés et aux conspirateurs
anarchiques qui travaillaient à renverser la monarchie de 1830. Ils
avaient pour alliés permanents les conspirateurs légitimistes; et parmi
les anciens chefs libéraux, quelques-uns des plus considérables, devenus
hostiles à la monarchie nouvelle qu'ils accusaient de leurs mécomptes,
prêtaient à ses plus ardents ennemis un concours plus ou moins avoué;
tantôt ils s'engageaient eux-mêmes, sous le nom de _Société pour la
défense de la liberté de la presse, pour le soulagement des condamnés_,
ou tel autre, dans des associations publiques distinctes, par leur
objet légal, des sociétés secrètes, mais qui, en définitive, par la
fermentation qu'elles excitaient et les rapports qu'elles établissaient
entre les personnes, tendaient au même résultat; tantôt ils protégeaient
dans les Chambres, par leurs discours et leurs votes, les conspirateurs
compromis. D'autres membres de l'opposition, étrangers à toute menée
hostile, mais plus préoccupés de leur situation populaire que de leur
mission parlementaire, se conduisaient en toute occasion, envers les
meneurs les plus agressifs, avec les plus pusillanimes ménagements.
J'en témoignais un jour quelque surprise à l'un d'entre eux, banquier
considérable dont je connaissais les opinions très-monarchiques: «Que
voulez-vous? me dit-il, vous autres, vous ne me ferez jamais de mal;
mais ces gens-là seront quelque jour les maîtres, et ils ont des amis
qui pourraient bien avoir la fantaisie de me prendre mon bien et de me
couper la tête; je ne veux pas me brouiller avec eux.» Par toutes ces
voies, les conspirateurs du dehors, les ennemis actifs de l'ordre établi
trouvaient dans les hautes régions sociales, et jusqu'au sein des grands
pouvoirs de l'État, des appuis qui leur donnaient une assurance et des
chances que, par eux-mêmes, ils n'auraient jamais possédées.

Ils avaient dans les journaux des alliés bien plus ardents encore et
plus efficaces. C'est aujourd'hui un lieu commun de regarder la presse
périodique libre comme le principal péril des gouvernements, et je ne
crois pas qu'il y ait, dans ce qu'on a dit de la part qu'elle a plus
d'une fois prise à leur chute, beaucoup d'exagération. Mais je crois en
même temps qu'on s'est beaucoup trompé et qu'on se trompe encore sur
la conduite à tenir en face de cette puissance et sur les moyens de
résister à ses coups. Je ne reviens pas sur ce que j'en ai déjà dit;
je persiste à penser que, si la liberté de la presse est, pour les
gouvernements et les peuples libres, la plus rude des épreuves, c'est en
même temps, dans nos sociétés modernes, une épreuve inévitable, et qu'il
n'y a qu'une façon de vivre honorablement avec une telle compagne, c'est
de l'accepter franchement sans la traiter complaisamment. Pour garder
cette difficile situation, de justes lois répressives, très-nécessaires,
sont insuffisantes; il faut encore deux conditions trop souvent
méconnues ou négligées, car il y a ici une question de conduite et de
caractère qu'aucune législation ne saurait résoudre.

Il faut d'abord que le pouvoir et ses amis n'hésitent pas à se servir
eux-mêmes de la liberté de la presse, à s'en servir habituellement,
énergiquement, à soutenir cette lutte comme des champions dans une
arène, non comme des accusés sur leur banc. Un habile et honnête
journaliste écossais, M. Mac Laren, fondateur de l'un des journaux les
plus accrédités de son pays, _The Scotchman,_ vint en France pendant mon
administration; il s'étonnait que le gouvernement, dont il approuvait
et honorait la politique, n'eût pas, dans la presse périodique, un plus
grand nombre de partisans volontaires, et qu'une majorité parlementaire,
qui représentait si évidemment de grands principes et de grands intérêts
sociaux, ne créât pas elle-même, pour sa cause, de plus multipliés et
plus actifs organes. Il avait raison de s'étonner, et il touchait là à
l'une des faiblesses du parti conservateur en France; mais il ignorait
les causes qui, dans une certaine mesure, l'expliquent et l'excusent,
Dans les pays où, avec plus ou moins de liberté selon les temps, de
grands partis politiques se disputent depuis longtemps l'exercice du
pouvoir, ils ont senti la nécessité et pris l'habitude de s'expliquer et
de se défendre devant ce public où sont les juges qu'ils redoutent
et les alliés qu'ils recherchent. De là ces organes permanents et
indépendants, ces interprètes et ces avocats assidus, journaux, revues,
recueils, publications de toutes sortes, que de tels partis ont soin
d'instituer et de maintenir. Mais la France n'a jamais été un pays
de vrais partis politiques; jamais les grands intérêts et les grands
principes, divers ne s'y sont groupés, disciplinés et mis en présence
les uns des autres pour conquérir la prépondérance dans le gouvernement
du pays. La royauté, soutenue ou exploitée, servie ou entravée par les
diverses classes sociales, et, autour de la royauté et de ses plus
éminents serviteurs, un public sans organisation régulière, sans droits
reconnus, sans institutions efficaces, libre pourtant d'esprit et de
parole, et mettant toute sa liberté à regarder, à critiquer, à fronder,
comme des spectateurs au théâtre, tel a été pendant des siècles, sauf
quelques circonstances passagères, le régime politique de la France. Les
partis capables de prétendre au pouvoir, et de concourir à ce dessein
devant le pays, ne se forment point à un tel régime; aussi, quand la
monarchie constitutionnelle a été établie en France, n'en a-t-elle point
trouvé qui fussent prêts à jouer le rôle auquel elle les appelait, à en
comprendre les devoirs, à en remplir les conditions, à en accepter les
combats. Les amis ne manquaient point au pouvoir; mais c'étaient des
amis aussi peu exercés au mouvement que peu dressés à la discipline
politique, point accoutumés à agir par eux-mêmes et à soutenir
spontanément, avec indépendance et pour leur propre compte, le
gouvernement qui soutenait leur cause. De là l'isolement, le
délaissement et par conséquent la faiblesse où s'est souvent trouvé le
pouvoir: «Je suis approuvé, disait avec un peu de tristesse et d'humeur
le roi Louis-Philippe, mais je ne suis pas défendu.»

Il y avait, dans cette plainte, un peu d'injuste oubli; le gouvernement
du roi Louis-Philippe et le Roi lui-même n'ont pas manqué, dans la
presse périodique, d'habiles défenseurs; de 1830 à 1848, le _Journal
des Débats_ a soutenu la politique d'ordre légal et de résistance avec
autant de constance que de fermeté, d'esprit et de talent. Pour mon
compte, j'ai reçu de ce journal, sauf dans une circonstance dont je
parlerai à son temps, le plus décidé et le plus utile appui. J'ai
dit quelles furent d'abord mes relations avec ses deux principaux
propriétaires, MM. Bertin, surtout avec M. Bertin de Vaux. Après leur
mort, M. Armand Bertin, devenu rédacteur en chef du journal, et M. de
Sacy, son fidèle et infatigable compagnon, m'ont soutenu, durant tout
mon ministère, comme on soutient sa propre cause et ses meilleurs amis.
M. de Sacy a fait réimprimer naguère ses principaux articles de critique
philosophique, historique et littéraire pendant sa longue coopération au
journal qu'il dirige aujourd'hui; si, comme je l'espère, il recueille
aussi un jour ses principaux articles politiques, on verra que la
fermeté de sa foi monarchique et libérale et son actif dévouement à sa
foi n'ont pas été moindres que la judicieuse verve de son talent. On n'a
pas le droit de se dire délaissé quand on a de tels défenseurs. Mais il
n'en est pas moins vrai que, dans la lutte qu'il soutenait, le _Journal
des Débats_ était trop seul, et que le parti conservateur n'a pas su
se servir de la liberté de la presse, ni lancer dans cette arène assez
d'indépendants et hardis champions.

Une autre condition n'est pas moins nécessaire pour que, dans un régime
de liberté, le pouvoir et la presse périodique vivent à côté l'un de
l'autre sans grand trouble pour l'État: il faut que le pouvoir s'arme
d'indifférence aussi bien que de hardiesse, et qu'en même temps que ses
partisans soutiennent résolument la lutte, il supporte tranquillement
les coups, sans beaucoup prétendre à les arrêter ni à les punir. Point
de langueur à combattre devant le public; point d'empressement à
poursuivre devant les tribunaux. Le plus illustre et le plus sensé
des chefs de gouvernement libre, Washington, a donné à cet égard des
exemples d'autant plus frappants qu'à lui-même sa sagesse lui coûtait
beaucoup; personne n'a été plus indigné des violences de la presse, ni
plus blessé de ses calomnies; personne n'en a plus vivement ressenti
le mal et reconnu le péril: «Si le mécontentement, la méfiance,
l'irritation, sont ainsi semés à pleines mains, écrivait-il au procureur
général Randolph; si le gouvernement et ses officiers ont incessamment
à subir les outrages des journaux, sans qu'on daigne seulement examiner
les faits et les motifs, je crains qu'il ne devienne impossible à aucun
homme sous le soleil de manier le gouvernail et de tenir ensemble les
pièces de la machine.» Et plus tard, à propos des attaques personnelles
dont il était l'objet: «Je ne croyais pas, je n'imaginais pas, jusqu'à
ces derniers temps, qu'il fût, je ne dis pas probable, mais possible,
que, pendant que je me livrais aux plus pénibles efforts pour établir
une politique nationale, une politique à nous, et pour préserver ce pays
des horreurs de la guerre, tous les actes de mon administration seraient
torturés, défigurés, de la façon à la fois la plus grossière et la
plus insidieuse, et en termes si exagérés, si indécents qu'à peine
pourrait-on les appliquer à un Néron, à un malfaiteur notoire ou même
à un filou vulgaire. Mais en voilà bien assez: j'ai déjà été trop loin
dans l'expression de mes sentiments.» Washington n'alla pas plus loin;
il attendit la justice de l'opinion sans réclamer celle des lois. Je
conviens que cette patience dédaigneuse lui était facile; sa politique
et sa personne étaient, il est vrai, indignement attaquées; mais les
attaques ne portaient guère au delà. Il en était bien autrement pour
nous en 1833: c'était à l'existence même du Gouvernement, bien plus, aux
bases fondamentales de la société elle-même que s'adressaient les coups
de la presse ennemie; tout nous poussait à les réprimer fortement, le
péril réel, la violation évidente des lois, les clameurs indignées des
amis de l'ordre, l'effroi que répandaient dans le public ces attaques
désordonnées, et le besoin d'intimider à leur tour ceux qui alarmaient
ainsi la société. Pressés par de si puissants motifs, nous nous
engageâmes dans une série de procès de presse qui étaient loin
d'atteindre tous les cas dignes de poursuite, ni de satisfaire aux
instances de nos amis, mais qui ramenaient sans cesse les mêmes
questions, les mêmes délits, les mêmes scènes, souvent les mêmes
accusés. Ce fût là, j'en suis convaincu, une faute inévitable peut-être
dans l'état des partis et des esprits; mais qui aggrava le mal que
nous voulions étouffer. La plupart de ces procès aboutirent à des
acquittements scandaleux qui révélaient la faiblesse des jurés,
quelquefois celle des juges, et qui redoublaient l'audace des
assaillants. Parmi les condamnations qui furent prononcées, plusieurs
manquaient d'équité, car elles frappaient plus sévèrement les
légitimistes que les républicains: triste symptôme d'une partialité
pusillanime, et source d'irritation dans le parti d'une inégale rigueur.
Les cours d'assises et les tribunaux devinrent des théâtres sur lesquels
les conspirateurs ne craignaient pas de paraître et se déployaient
plus encore qu'ils ne l'avaient fait dans leurs écrits. La rareté des
poursuites, au milieu du scandale des attaques, n'eût certainement pas
été sans inconvénients; elle eût surtout soulevé contre le pouvoir les
reproches et les plaintes de ses amis; mais bien expliquée, soit à la
tribune, soit dans les luttes mêmes des journaux, et présentée comme un
acte, non d'insouciance ou de crainte, mais de volonté et de prévoyance
politique, elle eût fini par être comprise, et; en tout case, ses
inconvénients auraient mieux valu que l'étalage continu des violences et
des insolences des factions à côté des faiblesses de la justice, et de
nouveaux prétextes incessamment fournis aux déclamations haineuses ou
calomnieuses, sans aucun sérieux effet de répression ni d'intimidation.

De tous ces procès, j'en veux rappeler un seul, le plus éclatant, l'un
des plus provoqués par les faits, et aussi celui où la faute que je
signale apparut le plus évidemment. Depuis longtemps, la Chambre
des députés, le corps et les membres, étaient indignement outragés,
calomniés, vilipendés par les journaux républicains, surtout par la
_Tribune_, alors le plus audacieux et le plus cynique de tous. Un homme
d'esprit et de courage, qui a eu ce rare mérite et cet heureux privilège
que ses élans d'amour-propre et ses boutades de langage, ses colères
naïves et ses libres épigrammes, n'ont jamais altéré ni sa conduite ni
l'estime et l'affection de ses nombreux amis, M. Viennet proposa à la
Chambre de citer à la barre le journaliste et de réprimer de tels excès.
Après de longs débats et malgré l'abstention déclarée de la plupart des
membres de l'opposition, la Chambre adopta la proposition; le gérant de
_la Tribune_ fut mandé, et ses deux principaux rédacteurs, M. Godefroi
Cavaignac et M. Armand Marrast furent admis à le défendre. Ils s'en
acquittèrent tous deux en gens d'esprit et de talent; l'un avec l'âpre
et menaçant orgueil d'un fanatique héritier de la Convention et des
Jacobins; l'autre avec l'intarissable fiel d'un lettré vaniteux et
envieux, irrité de vivre dans une situation au-dessous de son esprit, et
qui s'en venge en exhalant ses prétentions et ses haines sous le voile
de ses idées. Nous vîmes là s'étaler fastueusement devant nous les
principes et les desseins du parti appelé sur la scène; la tyrannie de
la multitude apparut sous le nom de souveraineté du peuple; le mensonge
électoral fut décoré du titre de suffrage universel; l'écrasante unité
du pouvoir central fut intronisée comme symbole de l'unité nationale;
nous entendîmes célébrer la prétendue abolition de toutes les inégalités
de condition, l'impôt progressif, l'intervention législative pour
assurer et accélérer la division illimitée de la propriété, toutes les
idées, tous les sentiments, tous les rêves antisociaux et antilibéraux
qui, plus d'une fois déjà, ont perdu et déshonoré parmi nous le nom
même de la République, mais qui, en attendant le jour des mécomptes,
soulèvent contre l'ordre établi tant de passions et d'espérances, les
unes essentiellement mauvaises et illégitimes, les autres absurdes
et chimériques. La Chambre assista avec une dignité triste à cette
représentation du chaos intellectuel, prélude du chaos politique qu'on
ne lui pardonnait pas de repousser. Son président, M. Dupin, conduisit
convenablement cette scène, sans mollesse et sans rudesse, et en
maintenant le respect dû à la Chambre et aux lois, en même temps qu'il
respectait lui-même le droit de libre défense pour l'accusé. Le
gérant de la _Tribune_ fut condamné; mais MM. Cavaignac et Marrast se
retirèrent fiers et contents, pour leur parti comme pour eux-mêmes, des
satisfactions qu'ils avaient données à leurs adhérents et des peurs
qu'ils avaient faites à leurs ennemis. Il ne convient pas aux grands
pouvoirs publics de se montrer ainsi silencieusement aux prises avec
les docteurs de la révolte et de l'anarchie; c'est dans l'arène de la
liberté, et avec ses armes, que doivent se livrer de tels combats.

En même temps que nous engagions ainsi quelquefois, contre l'esprit
révolutionnaire, des luttes peu opportunes et peu efficaces, nous lui
faisions quelquefois aussi, par nos actes ou par notre silence, de
fâcheuses concessions. Le dissentiment recommença entre les deux
Chambres sur l'abrogation de la loi relative au deuil du 21 janvier;
nous le laissâmes se rengager et se prolonger sans y prendre nous-mêmes,
dès le début, une attitude décidée et conforme au langage qu'avait
tenu le duc de Broglie en 1832, quand la Chambre des pairs avait eu
à délibérer pour la première fois sur cette proposition. M. Bavoux
renouvela à la Chambre des députés sa demande du rétablissement du
divorce; nous demeurâmes étrangers à la discussion de cette grave
question de morale sociale et de droit civil, et elle alla s'éteindre
dans la Chambre des pairs sans que le cabinet en eût dit son avis. Nous
gardâmes le même silence sur une autre grande question d'ordre civil et
politique, l'abolition des majorats, qui tient de si près à la portée du
droit de propriété et à la constitution de la famille. Nous nous crûmes
obligés de présenter le projet de loi provoqué par des pétitions en 1831
pour donner des pensions aux survivants d'entre les vainqueurs de la
Bastille, et en nous y associant, nous nous dispensâmes d'exprimer, à ce
sujet, les réserves que tout gouvernement se doit à lui-même quand il
s'agit d'une insurrection populaire accompagnée de meurtres et de
scènes déplorables. Notre abstention dans ces diverses occasions était
peut-être nécessaire; nous avions, en pratiquant la politique d'ordre
et de résistance, tant de luttes à soutenir, tant de graves questions à
décider nous-mêmes, que nous étions bien naturellement enclins à rester
en dehors de celles qui ne nous étaient pas absolument imposées, ou qui
pouvaient avoir, sans notre intervention, une bonne issue. Mais dans un
régime de liberté, il ne convient pas au pouvoir, et c'est pour lui une
triste apparence, de demeurer inerte au milieu des grands débats qui
s'élèvent autour de lui, et de souffrir qu'ils s'agitent entre ses
amis et ses adversaires sans y jouer lui-même le rôle et y exercer
l'influence qui lui appartiennent. Si ce n'est pas toujours un tort,
c'est toujours un affaiblissement.

Malgré ces troubles et ces embarras, nous avions droit, en ouvrant
la session de 1834, de croire le pays et son gouvernement dans une
situation favorable; aucun grand désordre matériel n'avait éclaté et
porté l'alarme dans les intérêts privés: «Les voyageurs qui reviennent
de France, m'écrivait de Turin M. de Barante, disent merveilles de notre
prospérité, du calme de notre situation, de notre incroyable liberté
et de la patience habile du roi Louis-Philippe.» Les nombreuses et
importantes lois rendues dans la session précédente recevaient leur
régulière application, les travaux publics étaient en pleine activité;
les écoles primaires se multipliaient rapidement; l'élection plaçait
tranquillement, dans toute la France, à côté de l'administration active,
de nouveaux conseils de département, et d'arrondissement, patrons
éclairés des intérêts locaux, et qui apportaient au gouvernement et à
sa politique l'appui de leur indépendante adhésion. La vie politique se
déployait au sein de l'ordre, sinon bien assuré, du moins maintenu dans
le présent, et ce qui restait d'alarme excitait les courages au lieu de
les glacer: «La situation s'est améliorée, m'écrivait de Toulouse M. de
Rémusat, précisément parce qu'elle est moins sereine. Vous savez que je
ne crains rien tant qu'une sécurité exagérée qui ferait éclater toutes
les nuances, toutes les prétentions, toutes les vanités. Nous avons
toujours besoin d'un peu de danger pour être raisonnables. Par les mêmes
raisons, je ne me préoccupe pas trop de ces coalitions d'ouvriers.
Malgré bien des apparences, je ne crois pas cela grave encore. Nul
ne croit plus que moi que nous avons en France une maladie sociale
sérieuse, supérieure peut-être à tous les remèdes connus; mais elle
peut être encore palliée longtemps; ces troubles sont des symptômes
prématurés; ils ne peuvent que rallier et mettre sur ses gardes la
classe moyenne. On est ici très-préoccupé de ces sortes d'événements;
des gens qui ne s'inquiétaient pas jusqu'à présent commencent à
s'inquiéter et à voir ce qui nous crève les yeux, à vous et à moi,
depuis trois ans.»

M. de Rémusat avait raison de croire que nous avons besoin d'un peu de
danger pour être raisonnables. Il en restait beaucoup dans la situation,
pas assez pourtant, c'est-à-dire pas assez de danger pressant et visible
pour maintenir unis les divers éléments du parti de l'ordre dans la
nouvelle monarchie. Dès les premières séances de la Chambre des députés,
dans la formation de son bureau, dans la composition et la discussion
de son adresse en réponse au discours du trône, la diversité de ces
éléments, sinon encore leur dissidence, s'empressa de se manifester. On
eut quelque peine à s'entendre pour le choix des vice-présidents et des
secrétaires de la Chambre, et le tiers-parti y eut une part plus large
que sa force réelle ne semblait le comporter. La première rédaction de
l'adresse, cette ébauche qui décide presque invinciblement de la couleur
du tableau, fut confiée à M. Étienne, écrivain-né du tiers-parti, esprit
mou et terne avec une clarté apparente et un agrément de mauvais aloi,
fin sans distinction, habile à laisser entendre sans dire et à nuire
sans frapper. L'adresse, pleine de déclarations générales en faveur de
l'ordre et contre toutes les factions, était d'ailleurs vague, presque
silencieuse sur la politique en vigueur, semée de conseils détournés et
d'espérances toutes portées sur l'avenir, comme s'il n'eût pas dû être
la continuation du présent. Aussi fut-elle, dans le débat, louée et
acceptée par les principaux orateurs de l'opposition, empressés à
signaler les symptômes et à développer les germes de division au sein de
la majorité. Le cabinet ne se laissa point attirer dans ce piége: sans
nous préoccuper de l'adresse, sans en rechercher les tendances cachées,
nous maintînmes fermement, contre des attaques ardentes quoique
vieillies, la politique que nous avions pratiquée et que nous entendions
poursuivre. Je persistai, comme je l'avais fait sous le ministère de
M. Casimir Périer, à la caractériser par son vrai nom, la résistance à
l'anarchie, et par son principe monarchique, le contrat du pays avec
un prince de la maison royale, étranger aux fautes comme aux fausses
maximes de ses aînés, et seul roi possible dans la crise que ces fautes
avaient fait éclater. Ce fut dans ce débat que se produisit en termes
formels le dissentiment tant de fois rappelé entre ma définition de
l'appel de M. le duc d'Orléans au trône en 1830, _parce que Bourbon_,
et celle de M. Dupin, _quoique Bourbon:_ dissentiment un peu puéril
en apparence, car les deux assertions étaient vraies; si M. le duc
d'Orléans n'eût pas été prince et Bourbon, personne n'eût pensé à lui;
et s'il eût été un autre Bourbon, un Bourbon engagé dans la cause de
l'ancien régime, le prince de Condé, par exemple, personne n'eût voulu
de lui. Mais malgré la vanité de son motif apparent, la dissidence était
sérieuse et caractérisait deux politiques très-diverses; où je voyais
un roi nécessaire et la charte maintenue en même temps que modifiée, M.
Dupin voyait «un roi élu et une charte faite par vous, disait-il à la
Chambre, et imposée par la nation à la royauté.» Je réclamais, au profit
de l'établissement de 1830, les traditions monarchiques; M. Dupin lui
donnait la révolution pour unique berceau.

Si je m'arrête un moment sur ces querelles aujourd'hui si loin de nous,
c'est qu'elles expliquent les événements comme elles ont contribué à les
produire. Les idées premières qui s'établissent comme des maximes dans
l'esprit des hommes ont sur eux plus de puissance qu'ils ne le savent
eux-mêmes, et il y a des entraînements de logique comme de passion
auxquels ils n'échappent point. Je dirai sans réserve ma pensée: il y
avait dans l'esprit de M. Dupin, sur ce sujet, plus de confusion et
d'incohérence que de système clair et de parti pris; il n'était point et
n'a jamais été un révolutionnaire, ni en principes, ni en conduite; et
quand ils se sont violemment mis en scène, il les a plus d'une fois
résolument combattus; mais il n'attaquait le mal ni, dans sa source, ni
dans ses lointains progrès. Par imprévoyance ou par prudence, d'autres,
avec moins d'esprit et de talent, gardaient, envers les avant-coureurs,
volontaires ou involontaires, des tentatives révolutionnaires, les mêmes
ménagements, et m'en voulaient de signaler trop haut et trop longtemps
d'avance des périls qu'ils se flattaient de conjurer en n'en parlant
pas. J'ai cru bien souvent entendre résonner à mes oreilles les paroles
de Prusias à Nicomède:

«Ah! ne me brouillez pas avec la république!»

Et je n'avais rien de satisfaisant à y répondre, car, regardant de
nos jours et parmi nous la république comme le passe-port menteur
de l'anarchie, c'était précisément avec elle que j'avais à coeur de
brouiller mon temps et mon pays.

Encore une fois l'esprit révolutionnaire se chargea de prouver lui-même
qu'on se trompait quand on espérait avec lui quelque accommodement.
Pendant que les mérites ou les torts de la politique de résistance
étaient débattus dans les Chambres, le parti anarchique (je ne veux pas
dire toujours le parti républicain, quoiqu'il se donnât constamment ce
nom) employait, pour la combattre et pour fomenter la révolte, ses plus
audacieux moyens. Une multitude de crieurs publics parcouraient les
rues, vendant ou distribuant aux passants toute sorte de pamphlets et
de petits écrits, inventions du jour ou réimpressions des plus mauvais
jours: le _Catéchisme républicain,_ le _Catéchisme des droits de l'homme
et du citoyen, OEuvres choisies de Maximilien Robespierre, Opinion de
Couthon, membre de la Convention nationale, sur le jugement de Louis
XVI_, le _Calendrier républicain_, avec un portrait de Robespierre
dans un soleil, et daté de l'an 42 de la république qui réclamait sa
légitimité, le _Pilori, à la potence les sergents de ville!_ etc. Le
contenu de ces écrits répondait à leurs titres: c'étaient tantôt la
provocation directe à l'insurrection, tantôt la déclamation furibonde
contre les rois, les nobles, les riches, toutes les autorités, toutes
les supériorités non élues, tantôt les calomnies et les injures les plus
grossières contre les dépositaires du pouvoir, depuis le plus élevé
jusqu'au plus humble. L'administration tenta de mettre fin à ce bruyant
désordre; elle fit arrêter quelques crieurs et les déféra aux tribunaux.
Les tribunaux, la Cour royale aussi bien que les juges de première
instance, déclarèrent qu'aux termes de la législation existante, et
pourvu que les crieurs eussent fait la déclaration préalable exigée par
la loi du 10 décembre 1830, c'était là une profession libre, à laquelle
aucun obstacle ne pouvait être apporté, et qui ne pouvait donner lieu
qu'à des poursuites pour délits de la presse, comme tout autre genre
d'ouvrages et tout autre mode de vente ou de distribution. Armé de cet
arrêt, le gérant d'un journal populaire, _le Bon sens,_ M. Rodde, se
rendit en blouse et en casquette, costume ordinaire des crieurs, sur la
place de la Bourse, et commença à distribuer un paquet d'imprimés:
«Je résisterai, avait-il dit d'avance, à toute tentative de saisie et
d'arrestation arbitraire; je repousserai la violence par la violence;
j'appelle à mon aide tous les citoyens qui croient encore que force doit
rester à la loi. Qu'on y prenne garde; la perturbation, s'il y en a, ne
viendra pas de mon fait; je suis sur le terrain de la légalité, et
j'ai le droit d'en appeler au courage des Français. J'ai le droit d'en
appeler _à l'insurrection;_ dans ce cas, elle sera, ou jamais non, le
plus saint des devoirs.» Le courage était facile; l'administration avait
annoncé qu'elle cesserait, contre les crieurs, toute poursuite jusqu'à
ce que la jurisprudence eût été définitivement fixée, soit par la Cour
de cassation, soit par la loi. La foule qui, à son arrivée, avait
entouré et fêté le crieur journaliste, se dispersa. Le mal était
flagrant, le scandale au comble, l'impuissance légale constatée; plus de
six millions d'exemplaires d'écrits incendiaires ou insensés avaient été
distribués dans l'espace de trois mois. Le cabinet présenta à la Chambre
des députés une loi nouvelle qui soumettait la profession de crieur,
vendeur ou distributeur d'écrits sur la voie publique à l'autorisation
et à la surveillance de l'autorité municipale. La discussion fut vive;
le ministre de l'intérieur, M. d'Argout, lut à la tribune plusieurs
passages des pamphlets distribués; la Chambre écoutait avec colère et
dégoût: «Assez! s'écria de sa place M. Dubois de Nantes, c'est une
honte!» Les défenseurs ne manquèrent pourtant pas aux crieurs; les
plus modérés réclamèrent la liberté de l'industrie, les plus violents
accusèrent la police de faire elle-même imprimer et distribuer les
pamphlets les plus choquants. La Chambre, à une forte majorité, adopta
la loi proposée; il se trouva pourtant 122 voix pour la repousser.
J'incline à croire que, dans ce nombre, plusieurs l'auraient votée s'ils
l'avaient crue en péril. Bien des gens se dispensent volontiers du
courage quand d'autres se chargent d'en avoir pour eux.

Nulle illusion n'était plus possible; la situation redevenait ce qu'elle
avait été sous M. Casimir Périer; la lutte recommençait dans les rues;
c'était à la force matérielle que le parti révolutionnaire voulait de
nouveau en appeler. Plus irrité que découragé par ses défaites répétées,
son espérance n'avait pas plus fléchi que sa passion. L'esprit s'enivre
comme le corps; il y a des idées capiteuses qui, une fois entrées dans
l'intelligence, troublent la vue, enflamment le sang, tendent les
muscles, et précipitent les hommes vers l'objet auquel ils aspirent et
qu'ils se promettent, quels que soient pour l'atteindre, les périls à
courir, les attentats à commettre et les obstacles à surmonter. Au nom
de la souveraineté du peuple, les révolutionnaires se croyaient en
possession du droit et du nombre; le sens moral et le bon sens ainsi
aveuglés, ils avaient également foi dans leur cause et dans leur succès.
Le renversement par l'attaque à main armée était leur idée fixe et leur
incessant effort. Ils s'y préparèrent en 1833 avec un singulier mélange
d'audace publique et de menées obscures; grâce à la discipline de
diverses sociétés secrètes sous le comité central de la _Société
des droits de l'homme_, ils avaient partout des affiliés, des
correspondants, des agents perdus dans la foule et ardents à y recruter
des alliés. Dans les villes manufacturières, dans tous les grands
foyers de population et d'industrie, ils entraient en rapport avec les
confréries et les associations de secours mutuels des classes ouvrières,
fomentaient parmi elles les mécontentements et les coalitions que
suscitaient les langueurs du travail ou les questions de salaire, et les
attiraient, souvent contre leur instinct et leur gré, dans le camp de
la république, tantôt en leur dissimulant son approche, tantôt en leur
promettant, en son nom, des satisfactions et des prospérités que, pas
plus que tout autre régime, elle ne pouvait leur donner. Dans l'été
de 1833 aux jours anniversaires de la Révolution de juillet, le
parti s'était promis à Paris une occasion favorable et avait préparé
l'insurrection. Elle avorta, grâce aux mesures de l'autorité, et un peu
aussi par les dissentiments intérieurs du parti lui-même. Il avait dans
son sein quelques hommes, non pas républicains moins décidés que leurs
fougueux amis, mais moins dénués de prévoyance et de scrupule, qui
désapprouvaient les violences désordonnées, les appels à la force
matérielle, et s'efforçaient d'en retarder du moins l'explosion. Mais de
telles entraves sont promptement usées et brisées; quand on ne veut pas
être entraîné par les liens de parti, il faut les rompre nettement après
avoir vainement tenté de les employer à retenir ses associés; M. de la
Fayette et M. Armand Carrel ne prirent point cette résolution, et
plus puissants qu'eux, M. Godefroi Cavaignac et M. Armand Marrast
continuèrent à se prévaloir de leurs noms en méprisant leurs conseils.
Ils n'hésitaient pas davantage à compromettre leurs soldats que leurs
chefs; dès qu'ils recevaient, de leurs associés dans les départements,
des adhésions et des promesses de fidélité à tout événement, _la
Tribune_ les publiait avec un grand fracas d'éloges et d'espérances. Le
parti faisait ainsi acte, tantôt d'habileté souterraine, tantôt d'audace
éclatante, et exploitait tour à tour, au service de ses desseins, les
avantages du mystère et ceux de la publicité.

Quand la loi sur les crieurs publics fut promulguée, on essaya d'en
repousser l'exécution: le comité protesta; des crieurs reparurent dans
les rues; ils furent arrêtés; ils résistèrent; des groupes tumultueux
se formèrent; les sergents de ville et quelques compagnies de gardes
nationaux et de soldats intervinrent; des luttes s'engagèrent; la
répression fut efficace; elle était nécessaire et légale; elle fut
peut-être quelquefois brutale. La sédition était flagrante: à Lyon, à
Marseille, à Saint-Étienne, elle éclatait comme à Paris; un agent de la
police municipale fut assassiné, un commissaire de police grièvement
blessé; les gouvernements n'ont pas à leur service des anges pour lutter
contre les démons. On fit grand bruit à la Chambre des députés de la
rudesse des agents pour pallier la violence des séditieux; mais cette
querelle tomba bientôt; de part et d'autre, on s'attendait à de plus
sérieux combats: déterminés à l'attaque, les républicains se mettaient
partout en armes; le cabinet résolut d'attaquer le mal dans sa racine;
huit jours après la promulgation de la loi sur les crieurs publics, la
loi sur les associations fut présentée.

Je n'en veux nullement atténuer la portée et le caractère: elle
soumettait à la nécessité de l'autorisation du gouvernement, et d'une
autorisation toujours révocable, toutes les associations formées,
selon les termes du Code pénal, «pour s'occuper d'objets religieux,
littéraires, politiques ou autres.» Elle assurait, par la classification
des juridictions, par la prévoyance des récidives, et par la précision
plus que par la gravité des peines, l'efficacité de ses dispositions. Le
gouvernement qui la proposait n'avait, à coup sûr, nulle intention
de l'appliquer aux réunions étrangères à la politique, notamment aux
réunions religieuses; il s'en expliqua formellement dans les deux
Chambres; mais des explications parlementaires ne sont pas des
dispositions législatives; les paroles d'un ministre ne lient
passes successeurs; les réunions les plus innocentes comme les plus
séditieuses, la religion comme la conspiration, tombèrent sous la
nécessité de l'autorisation préalable; et n'eût-elle jamais apporté, en
fait, aux réunions non politiques, aucune entrave, la loi nouvelle n'en
eût pas moins été en principe une grave dérogation à la liberté, surtout
à la liberté religieuse. Elle maintenait, en le développant, le Code
pénal de l'Empire; elle est devenue la base de la législation de
l'Empire nouveau. C'était une loi de circonstance, nécessaire, j'en
demeure convaincu, et que les pouvoirs constitutionnels avaient
pleinement le droit de rendre, mais qui n'eût dû être présentée que
comme une loi d'exception et pour un temps limité. C'était là son vrai
caractère, et ainsi définie, elle n'eût eu à redouter aucune solide
objection. Mais le nom seul de loi d'exception était devenu si
impopulaire, il semblait si étroitement lié aux plus mauvais souvenirs
de la Révolution et de la Restauration, que personne, pas plus parmi les
amis du cabinet que parmi ses adversaires, n'en eût voulu prendre la
responsabilité; lorsque des amendements furent proposés dans ce sens,
ils furent presque universellement repoussés. On acceptait un mauvais
principe plutôt qu'une apparence décriée; on aimait mieux restreindre à
toujours les libertés publiques que les suspendre formellement, mais
à temps et en les reconnaissant. Ce n'est pas là l'unique occasion où
l'esprit public se soit montré si peu judicieux et si routinier dans ses
préoccupations, au grand dommage des intérêts permanents et des libertés
du pays.

Pendant quinze jours, la Chambre discuta solennellement ce projet
de loi. Jamais peut-être toutes les opinions et toutes les nuances
d'opinion ne s'étaient manifestées avec tant de vérité. Les partisans
de la politique de résistance, convaincus qu'ils faisaient face à
une nécessité urgente et qu'ils remplissaient un devoir impérieux,
adhérèrent sans réserve à la loi proposée, et la défendirent aussi
énergiquement que les ministres eux-mêmes. Dans l'opposition, le gros du
parti, les hommes qui désiraient sincèrement le maintien du gouvernement
de 1830, étaient perplexes; ils sentaient le mal et ne voulaient pas
du remède; ils en proposèrent d'autres plus propres à calmer leur
perplexité qu'à guérir le mal; M. Bérenger de la Drôme et M. Odilon
Barrot furent les honorables et habiles organes de cette consciencieuse
et inefficace timidité. Dans l'un et l'autre camp, deux voix isolées
s'élevèrent, l'une pour combattre, l'autre pour appuyer le projet de
loi, mais par des considérations étrangères au tour général du débat: M.
Mauguin, avec l'adroite et quelquefois brillante faconde où se déployait
sa fatuité, reprit la querelle des premiers jours de 1830, de l'Hôtel
de ville contre la Chambre des députés, de M. Casimir Périer contre M.
Laffitte, imputant à la politique de résistance tous les maux, tous les
périls de la situation, et faisant appel à toutes les passions, à toutes
les routines révolutionnaires, tout en se donnant l'air de les désavouer
avec le dédain d'un politique consommé. M. Jouffroy admit le danger des
associations, sans le croire aussi grave, et l'utilité de la loi, sans
la croire aussi efficace que le pensaient ses défenseurs. C'était,
dit-il, à un mal plus profond que le pays était en proie et qu'il
fallait un plus puissant remède: depuis l'affaiblissement de la foi et
de la discipline chrétiennes, la France était travaillée d'un besoin
moral non satisfait, vraie cause du trouble social; et il appela, sur
ce point élevé de l'horizon, la sollicitude du pouvoir, tout en lui
donnant, dans des régions inférieures, l'appui qu'il demandait.
Étrangers aux deux camps en présence, mais spectateurs très-intéressés
des coups qu'ils se portaient, M. Berryer et M. Garnier-Pagès, l'un au
nom du droit monarchique, l'autre au nom du suffrage universel et de la
république, l'un avec son expansive éloquence, l'autre avec ses claires
réticences, se donnèrent le facile plaisir de dire au cabinet et à
l'opposition: «Vous traitez un mal incurable; vos remèdes sont iniques
et vains; résignez-vous à votre impuissance comme à vos périls.» La
Chambre écoutait tout le monde avec sympathie ou déplaisir selon que
ses sentiments étaient satisfaits ou heurtés, mais dans une complète
indépendance des orateurs; la gravité de la situation avait réglé
d'avance les opinions et les conduites; la fermeté des résolutions avait
même amorti les passions. La discussion, solide et brillante, ne fut ni
orageuse ni efficace; au bout de quinze jours, la Chambre, à une forte
majorité, vota le projet de loi comme elle l'aurait probablement voté
dès le premier jour, c'est-à-dire tel que l'avait présenté le cabinet
qui le porta immédiatement à la Chambre des pairs.

Avant qu'il y subît l'épreuve d'un nouveau débat, un incident inattendu
vint altérer la composition du cabinet et ouvrir une série de fâcheuses
complications. Les décrets rendus à Berlin et à Milan par l'empereur
Napoléon, en 1806 et 1807, en représailles des ordres du conseil
britannique sur le commerce des neutres pendant la guerre, avaient amené
la saisie ou la destruction d'un grand nombre de navires américains.
Lorsqu'en 1810 de meilleures relations commencèrent à se rétablir
entre la France et l'Amérique, le gouvernement des États-Unis réclama
vivement, pour ses nationaux, des indemnités qu'il évaluait à environ
70 millions. En 1812, l'empereur Napoléon admit le principe de cette
réclamation, et elle fut alors l'objet de quatre rapports dont le
dernier proposait aux États-Unis une indemnité de 18 millions qu'ils
repoussèrent comme insuffisante. Les divers cabinets de la Restauration,
sans contester au fond le droit des réclamations américaines, en
éludèrent l'examen efficace, et le gouvernement de Juillet, à son
avénement, trouva la question pendante et pressante. Il tenait très
justement à conserver avec les États-Unis les meilleurs rapports; leurs
réclamations redevinrent l'objet d'un examen approfondi, et le 4 juillet
1831, sous le ministère de M. Casimir Périer, un traité signé par le
général Sébastiani régla à 25 millions l'indemnité due aux Américains,
en prélevant sur cette somme 1,500,000 francs pour satisfaire à diverses
réclamations de Français sur les États-Unis. Le gouvernement américain
conférait de plus, pour dix ans, aux vins de France, d'assez notables
avantages. Peu de mois après la formation du cabinet du 11 octobre 1832,
M. Humann proposa à la Chambre des députés les mesures financières
nécessaires pour l'exécution de ce traité. La session était trop avancée
pour que ce projet de loi pût être discuté; reproduit dans la courte
session de 1833, puis dans celle de 1834, il fut, le 10 mars, l'objet
d'un long rapport dans lequel M. Jay, au nom d'une commission unanime,
en proposa la complète adoption. Le débat fut, non pas violent, il n'y
avait nul prétexte à la violence, mais acharné. Je n'hésite pas à dire,
sur les cendres si froides de cette époque, que le duc de Broglie et
M. Duchâtel démontrèrent péremptoirement l'équité morale et la sagesse
politique de la transaction qui mettait fin, entre les deux pays, à une
vieille querelle de jour en jour plus envenimée. Le droit des gens et le
bon sens en prescrivaient également l'adoption. Mais c'était là une de
ces questions qui en contiennent une foule d'autres, petites, obscures,
chargées de détails et de chiffres où la subtilité des légistes et la
malice des opposants puisent aisément des armes. Ils ne s'y épargnèrent
pas: la discussion fut close précisément au moment où un incident mal
compris embarrassait la question principale, et l'article 1er, qui était
la loi même, fut rejeté à une majorité de huit voix.

La Chambre ne s'attendait pas à ce résultat, et cherchait avec
inquiétude à se l'expliquer; on parlait d'intrigues, de divisions
sourdes dans le cabinet. Parmi ses fidèles amis, quelques-uns s'en
prenaient à M. Humann que les 25 millions à payer aux États-Unis
dérangeaient dans son budget, et qui avait, disait-on, laissé entrevoir
qu'il tenait peu à l'adoption du projet de loi. M. Humann était
incapable d'une telle déloyauté; mais il avait eu le tort de ne pas
prendre la parole dans le débat pour soutenir lui-même le projet qu'il
avait présenté; le silence, gardé par complaisance pour son propre
penchant, passe aisément pour trahison. D'autres accusaient le maréchal
Soult qu'on croyait hostile au duc de Broglie, par jalousie ou par
humeur, et on citait quelques-uns de ses amis particuliers qui avaient
voté, disait-on, contre le projet de loi. Quoi qu'il en fût, le duc de
Broglie, aussi fier que peu ambitieux, et décidé à ne pas accepter un
échec si personnel, alla sur-le-champ porter au Roi sa démission; le
général Sébastiani qui était rentré dans le conseil comme ministre sans
portefeuille, précisément à l'appui du traité qu'il avait signé, en fit
autant, et une brèche se trouva ouverte dans le cabinet.

Il était urgent qu'elle fût fermée: dans les Chambres, le projet de
loi sur les associations était en suspens; au dehors, l'insurrection
grondait de toutes parts, n'attendant qu'une heure propice pour éclater.
Mon intimité avec le duc de Broglie ne me fit pas hésiter un instant; je
me déclarai prêt à rester dans l'arène pour soutenir la lutte, pourvu
qu'il fût non-seulement certain, mais évident, que la politique de
résistance n'était point compromise, et que le cabinet, affaibli dans sa
composition, ne l'était nullement dans ses résolutions. Je demandai en
même temps que le successeur du duc de Broglie fût l'un de ses amis,
bien connu pour tel, et décidé à suivre, dans les affaires extérieures,
la même ligne de conduite. L'amiral de Rigny répondait pleinement à
ces deux conditions, et prit en effet le portefeuille des affaires
étrangères en cédant celui de la marine à l'amiral Jacob. Le remaniement
alla plus loin: deux autres ministres, M. Barthe et M. d'Argout,
n'avaient certes point manqué, depuis la formation du cabinet, de
fidélité ni de courage; mais ils exerçaient dans les Chambres peu
d'influence, et ils y étaient plus attaqués que soutenus. Nous nous
concertâmes, M. Thiers et moi, pour qu'en sortant du cabinet
ils n'eussent pas lieu d'accuser la couronne ni leurs collègues
d'ingratitude, et pour proposer au Roi, à leur place, d'efficaces
successeurs. Le Roi agréa nos propositions; M. Thiers passa au
département de l'intérieur; M. Duchâtel, l'un de mes plus intimes amis,
et qui venait de défendre si fermement le traité américain, lui succéda
au ministère du commerce et des travaux publics; M. Persil, qui avait
fait ses preuves dans la pratique judiciaire comme dans la défense
parlementaire de la politique de résistance, devint garde des sceaux en
remplacement de M. Barthe, et quatre jours après la retraite du duc de
Broglie, le cabinet était reconstitué.

Le jour même où il se réunit pour la première fois, le 5 avril,
l'insurrection républicaine éclatait à Lyon. Je dis l'insurrection
républicaine; tel fut en effet, dès son début, le caractère de la lutte
sanglante dont, en 1834, Lyon redevint le théâtre. En novembre 1831,
pendant le ministère de M. Casimir Périer, c'était la question
industrielle, la querelle des salaires et des tarifs obligatoires qui
avait suscité la sédition; la population ouvrière de Lyon s'était
soulevée pour ses propres affaires et sans complot politique; le parti
révolutionnaire avait fomenté le mouvement et s'était empressé de s'y
associer; mais la plupart des ouvriers lyonnais avaient hautement
protesté contre les desseins dont on voulait les faire les instruments.
J'ai déjà rappelé leurs démarches et leur langage à cette occasion.
Vaincus en 1831 dans leur cause personnelle, ils étaient restés tristes
et irrités. Le parti révolutionnaire se mit vivement à l'oeuvre pour
exploiter leurs ressentiments: en 1833, il avait à Lyon trois journaux,
le _Précurseur_, la _Glaneuse_ et _l'Écho de la fabrique_, divers de
nuance et de manière comme le _National_ et la _Tribune_ à Paris, mais
tous trois républicains, ennemis déclarés de la monarchie de 1830
et ardents à la renverser. Les sociétés secrètes se développèrent
rapidement à Lyon, et entrèrent, avec les diverses associations
d'ouvriers, dans des rapports de jour en jour plus intimes; les
_Carbonari_ avaient là leur _Comité invisible_; la _Société des droits
de l'homme_ y fonda en octobre 1833 un comité central chargé de diriger,
dans la ville et dans les départements environnants, ses affaires et ses
affiliés. Les chefs du parti, entre autres M. Godefroi Cavaignac et M.
Garnier-Pagès, faisaient de temps en temps à Lyon des voyages, tantôt
pour encourager, tantôt pour contenir leur monde, toujours pour
organiser avec ensemble l'insurrection qui se préparait. Un coup de
main tenté, non pas à Lyon même, mais à ses portes et sur un territoire
étranger, devait donner le signal et le branle: les réfugiés italiens,
polonais et autres, qui vivaient en Suisse et en France dans le
voisinage de la Suisse, se disposaient à entrer en armes dans la Savoie,
et à susciter là un mouvement destiné, d'un côté à passer les Alpes pour
soulever l'Italie, de l'autre à repasser la frontière pour se
répandre en France. Le chef, ou pour mieux dire l'âme de l'Italie
révolutionnaire, M. Mazzini, était en Suisse, d'où il gouvernait
politiquement l'insurrection; le général Ramorino, qui s'était acquis en
Pologne quelque renom, devait la commander militairement. En 1833, par
de bonnes raisons ou sous des prétextes douteux, le général s'éloigna,
revint, hésita, traîna; le projet fut ajourné. Sur les instances
passionnées de M. Mazzini, on le reprit à la fin de janvier 1834, et il
fut convenu, entre les conspirateurs, qu'au moment où l'expédition se
mettrait en marche, les ouvriers de Lyon réclameraient une augmentation
de salaire, feraient suspendre le travail dans tous les ateliers si elle
leur était refusée, et livreraient ainsi au mouvement une population
oisive, irritée et souffrante. Vers le 10 février, les deux faits
s'accomplirent simultanément; les réfugiés entrèrent en Savoie; les
ouvriers lyonnais, de plein gré ou par menaces, arrêtèrent les travaux
de la fabrique. Mais à peine engagée, la tentative des réfugiés échoua
misérablement; conduits d'une façon inepte et ne trouvant en Savoie nul
appui, ils rentrèrent précipitamment en France et en Suisse; les soldats
se dispersèrent; les chefs retournèrent dans leur asile. Restés seuls
en scène, les ouvriers lyonnais étaient inquiets et divisés: «Ils ne
veulent pas travailler, écrivait l'un des meneurs, mais ils ne veulent
pas commencer. Ils disent que c'est aux républicains. Ils se trompent.
Au surplus, encore quelques jours, et le besoin les guidera où le
patriotisme et le devoir auraient dû déjà les conduire. Les groupes que
nous avons formés chantent la _Marseillaise_ sur la place des Terreaux.
Ils viennent d'être refoulés dans les rues adjacentes à la place de
l'Hôtel-de-Ville. Ils en finiront un jour.» Le jour n'était pas
encore venu. Beaucoup d'ouvriers voulaient reprendre les travaux. Ils
demandèrent au préfet de régler leur différend avec les fabricants; mais
le préfet de Lyon en 1834, M. de Gasparin, était un homme également
prudent, ferme et patient, aussi judicieux dans la pratique de
l'administration que bien instruit des principes de l'économie publique;
il répondit qu'il n'avait point à intervenir dans les rapports des
ouvriers avec les fabricants et qu'une liberté mutuelle y devait
présider; il maintint l'ordre en même temps que la liberté. A la fin de
février, les ouvriers se lassèrent d'une oisiveté aussi douloureuse que
vaine, et reprirent leurs travaux. A Lyon, la querelle industrielle
était ainsi apaisée. Mais la lutte politique devenait de plus en plus
ardente à Paris; la Chambre des députés discutait la loi sur les
associations; les républicains prirent là des flammes pour rallumer à
Lyon l'incendie. Ceux d'entre les ouvriers qui s'étaient engagés dans
la _Société des droits de l'homme_ propagèrent aisément, parmi leurs
camarades, l'irritation et la méfiance; les désordres recommencèrent.
Quelques meneurs avaient été arrêtés comme chefs de sédition et de
coalition. Ils comparurent le 5 avril devant le tribunal. Confiants dans
l'autorité morale de la justice et jaloux de sa dignité, le président et
le procureur du Roi avaient demandé la veille au préfet qu'aucune
force armée ne fût d'avance chargée de les protéger sur leurs sièges.
L'audience commencée, la foule se pressait dans la salle et sur la
place; un grand tumulte s'éleva; un témoin à charge fut insulté et
maltraité; le procureur du Roi, M. Chegaray, jeune, courageux et dévoué
à son devoir, se précipita pour le protéger, et fut insulté et maltraité
à son tour. Le président requit en hâte la force militaire; un piquet
d'infanterie arriva, peu nombreux et embarrassé dans ses mouvements:
«Pas de baïonnettes!» cria-t-on dans la foule, et des ouvriers
arrachaient amicalement les fusils aux mains des soldats qui les
défendaient mollement. L'audience fut levée et le procès remis au 9
avril, au milieu de la joie bruyante des républicains qui se flattaient
d'avoir gagné la troupe et intimidé le pouvoir.

Le 9 avril, dès que le jour parut, aucun doute ne fut plus possible;
Lyon était en proie, non à une agitation tumultueuse et confuse, mais à
un mouvement à la fois violent et régulier; évidemment les résolutions
étaient prises, les instructions données, les préparatifs accomplis, les
heures fixées. Le tribunal devait ouvrir son audience à onze heures;
jusqu'à ce moment, devant ses portes, la place Saint-Jean demeura vide
et solitaire; les insurgés voulaient paraître en masse et agir tout à
coup; les affiliés de la _Société des droits de l'homme_ attendaient,
réunis dans leurs sections. A onze heures et demie, l'audience ouverte,
une première bande arriva, puis d'autres; des barricades furent aussitôt
formées aux angles de la place; elles s'élevaient au même moment dans
tous les quartiers de la ville; une proclamation datée de la veille,
hautement républicaine et outrageusement violente contre le roi
Louis-Philippe et ses ministres, était partout répandue avec profusion.
L'attaque commença partout. Elle trouva partout les autorités, civiles
et militaires, prêtes aussi et attendant les premiers coups. De concert
avec le préfet et les magistrats municipaux, le général Aymard et les
généraux sous ses ordres avaient arrêté leur plan; dès le matin, les
troupes des diverses armes, pourvues de munitions et de vivres, avaient
occupé les postes qui leur étaient assignés: nulle apparence d'un
mouvement populaire et inopiné; c'était la guerre préméditée et
organisée par les prétendants républicains contre le gouvernement
établi. Elle ensanglanta et dévasta Lyon pendant cinq jours, soutenue
par les insurgés avec une audace inventive et un acharnement fanatique,
par l'autorité avec une fermeté patiente, par les troupes avec une
fidélité au drapeau et une vigueur qui, à la fin, n'étaient pas exemptes
de colère. Je n'ai garde d'en raconter ici les détails, ni de discuter
les accusations et les récriminations mutuelles des deux partis: toute
guerre, et la guerre civile plus que toute autre, abonde en actes de
violence et de clémence, de générosité et de barbarie, et en accidents
déplorables autant qu'inévitables. Je ne veux que marquer nettement
le caractère politique de la lutte engagée en 1834: la conspiration
révolutionnaire était générale et de longue haleine; pendant qu'elle
éclatait à Lyon, les républicains tentaient le même coup sur une
multitude d'autres points, à Saint-Étienne, à Vienne, à Grenoble, à
Châlons, à Auxerre, à Arbois, à Marseille, à Lunéville. Dans les rues de
Lyon, pendant le combat, des bulletins datés, comme les proclamations,
de l'an 42 de la république, répandaient incessamment, parmi les
insurgés, des nouvelles, presque toujours fausses, pour soutenir leur
courage: «A Vienne, disait l'un de ces bulletins (_22 germinal_, 11
avril), la garde nationale est maîtresse de la ville; elle a arrêté
l'artillerie qui venait contre nous. Partout l'insurrection éclate.
Patience et courage! La garnison ne peut que s'affaiblir et se
démoraliser. Quand même elle conserverait ses positions, il suffit de
la tenir en échec jusqu'à l'arrivée de nos frères des départements.» La
garnison ne se démoralisa point; les frères des départements ne vinrent
point; le 13 avril au soir, dans tous les quartiers de la ville,
l'insurrection vaincue renonçait au combat; et l'autorité, partout
rétablie, s'étonnait de trouver, parmi les morts, les prisonniers et
les blessés apportés dans les hôpitaux, à peine un dixième d'ouvriers
appartenant aux fabriques de soieries, et six étrangers pour un
Lyonnais.

Au premier bruit et dès la première heure de ces événements, nous ne
nous fîmes aucune illusion sur leur gravité. En même temps qu'elles
étendaient au loin leurs bras et suscitaient l'insurrection sur tant
de points divers, les sociétés républicaines se mettaient en mesure de
soutenir vigoureusement à Paris ces soulèvements épars. Loin de les
arrêter, leurs dissensions intérieures enflammaient leurs passions et
les poussaient aux grands coups. Un gentilhomme breton, neveu par sa
mère de La Tour d'Auvergne, le premier grenadier de France, et qui
s'était fait lui-même dans l'armée, où il avait servi quinze ans, un
renom mérite de bravoure et de capacité hardie, M. de Kersausie, nature
à la fois fougueuse et opiniâtre, dominante et populaire, était devenu
carbonaro, républicain, membre du comité central de la _Société des
droits de l'homme_, et s'indignait de toute hésitation. Il organisa,
pour son compte et à part, sous le nom de _Société d'action_, une petite
association de douze cents hommes, choisis un à un, tous bien connus de
lui et le connaissant tous, aveuglément hardis et dociles, pleins de
foi dans leur chef et prêts à lui obéir, sans question ni délai. Ils
n'avaient entre eux nulle communication écrite, nulle réunion fixe; M.
de Kersausie leur indiquait à quels moments et sur quels points ils
devaient se rendre, isolément ou par petits groupes; il arrivait,
donnait en passant ses instructions, et allait à d'autres, comptant sur
le dévouement et promettant le succès. Depuis que les troubles avaient
éclaté à Lyon, il tenait ses fidèles en haleine, pressés d'agir et
n'attendant que son signal. A côté de cette organisation silencieuse,
les journaux républicains annonçaient à grand bruit la prétendue
victoire de l'insurrection lyonnaise: «Le peuple est resté maître du
terrain, disait la _Tribune;_ il a proclamé un gouvernement provisoire
et la République. Les troupes se sont peu à peu découragées; une trêve
de quelques heures a été demandée et obtenue par le général. Ces faits
sont immenses.» Les faits étaient faux, et, dans ses journaux comme
devant les Chambres, le cabinet les démentait hautement; mais là
où règne la passion la vérité ne détruit pas l'effet du mensonge;
évidemment les conspirateurs de Paris se disposaient à venir en aide à
ceux de Lyon; c'était notre devoir, même en doutant que nous y pussions
réussir, de tenter d'étouffer l'incendie dans son foyer; M. Thiers,
avec une hardiesse prévoyante, fit arrêter les chefs de la _Société des
droits de l'homme;_ MM. Godefroi Cavaignac et Kersausie échappèrent
seuls; mais le lendemain, M. de Kersausie, se promenant sur le boulevard
pour passer encore en revue ses séides disperses, fut reconnu, saisi et
emmené, malgré sa résistance et ses cris: «A moi, républicains!» qui ne
lui attirèrent aucun secours. Un second comité, désigné sur-le-champ par
la Société, fut également surpris et arrêté; les scellés furent mis
sur les presses de la _Tribune_; M. Thiers prenait l'initiative de ces
actes, et nous y engagions tous, avec lui, notre responsabilité; mais
nous ne nous dissimulions pas que de telles mesures, nécessaires pour
témoigner de la ferme résolution du pouvoir, et utiles pour porter
le trouble dans l'insurrection, ne suffiraient pas pour la prévenir.
Incertains encore de l'issue de la lutte engagée à Lyon et près
d'éclater à Paris, nous convînmes, M. Thiers et moi, que, si elle se
prolongeait, l'un de nous deux se rendrait, avec M. le duc d'Orléans, à
l'armée de Lyon, pour défendre la monarchie contre les révoltés du Midi,
tandis que l'autre, resté à Paris, veillerait à la sûreté du Roi et aux
soins généraux du gouvernement. Nous n'eûmes point à recourir à
ces résolutions extrêmes: le 13 avril arriva de Lyon une dépêche
télégraphique datée de la veille au soir, et portant: «Lyon est délivré;
les faubourgs occupés par les insurgés sont tombés en notre pouvoir; les
communications sont rétablies partout. Les malles-postes ont repris ce
soir leur service. Les anarchistes sont dans le plus grand désordre.»
Immédiatement, à deux heures de l'après-midi, un supplément du
_Moniteur_ répandit dans Paris ces nouvelles, en ajoutant: «A Paris, le
calme s'est maintenu. Les complices, les instigateurs des anarchistes
lyonnais méditaient de sinistres projets; ils ont été saisis en grand
nombre. L'autorité veille et les réprimera avec la plus grande énergie.
Le devoir du Gouvernement est d'avertir les insensés qui voudraient se
livrer à des désordres que des forces considérables sont préparées, et
que la répression sera aussi prompte que décisive.» C'était bien à des
insensés que le pouvoir adressait en vain ce loyal avertissement: les
hommes qui jusque-là s'étaient bornés à de sinistres menaces, attendant
de Lyon la victoire, cédèrent tout à coup, en apprenant la défaite, aux
emportements de la colère, au désir de la vengeance et à la honte de
n'avoir rien fait eux-mêmes pour la cause à laquelle leurs amis
venaient de se dévouer. Ce même jour 13 avril, à cinq heures du soir,
l'insurrection éclata dans Paris; de nombreuses barricades s'élevèrent
dans les rues les plus populeuses des deux rives de la Seine; les
cris _vivent les Lyonnais! vive la République!_ retentirent; un jeune
officier de la garde nationale, M. Baillot, qui portait un ordre à la
mairie du XIIe arrondissement, fut tué d'un coup de feu tiré par une
main cachée; le colonel de la 4e légion, M. Chapuis, et plusieurs
officiers furent frappés et grièvement blessés en approchant des
barricades. Ces attaques soudaines et obscures allumèrent, dès le
premier moment, la colère au sein de la lutte. Vivement pressés de
toutes parts, les insurgés furent bientôt contraints de se concentrer
dans ce même quartier Saint-Merry qui avait été, les 5 et 6 juin 1832,
le théâtre de leur résistance désespérée; la nuit était venue; les chefs
de la garde nationale et de l'armée résolurent d'attendre le jour pour
les forcer dans cette retraite. Vers minuit, le général Bugeaud sortit
pour aller prendre une position qu'il jugeait nécessaire d'occuper;
M. Thiers l'accompagna, voulant reconnaître par lui-même la portée du
combat et du péril. Ils cheminaient le long des maisons, à la tête d'une
petite colonne, sans autre clarté que celle des lumières placées sur
quelques fenêtres, et qui tombait sur les uniformes et les armes.
Un coup de feu, tiré par le soupirail d'une cave, frappa à mort un
capitaine de leur troupe; un autre coup blessa mortellement un jeune
auditeur au Conseil d'État, venu pour porter à M. Thiers un message.
A mesure qu'ils avançaient, de nouvelles victimes tombaient, et les
regards cherchaient en vain les meurtriers. La colère bouillonnait dans
le coeur des soldats. Dès que le jour parut, une attaque générale fut
dirigée contre les insurgés; ils se réfugiaient dans des rues étroites
et tortueuses, et là, embusqués derrière leurs barricades ou cachés
dans les maisons, ils faisaient feu sans être vus et s'échappaient sans
pouvoir être atteints. Dans la rue Transnonain, des soldats emportaient
sur un brancard leur capitaine blessé; plusieurs coups de feu, partis
d'une maison devant laquelle ils passaient, les assaillirent et tuèrent
leur capitaine entre leurs mains. Furieux, ils enfoncèrent les portes de
la maison, se précipitèrent à tous les étages, dans toutes les chambres,
et un massacre indistinct et cruel vengea aveuglément de sauvages
assassinats. Ces soldats appartenaient à la brigade du général Lascours,
l'un des officiers les plus équitables, les plus humains et les plus
libéraux de l'armée. Il n'était pas sur le lieu même au moment de cette
scène déplorable, et, lorsqu'il eut à s'en expliquer dans la Chambre des
pairs, où il siégeait, il le fit avec une fermeté sincère, défendant,
comme il le devait, ses soldats et l'armée, sans pallier ni excuser
leurs emportements: dans l'effervescence populaire et militaire, le
meurtre et la vengeance vont vite. Dès sept heures du matin, la lutte
avait cessé; on n'entendait plus que de rares coups de fusil, tirés dans
le lointain par des fugitifs; on ne rencontrait plus dans les rues que
des prisonniers emmenés par bandes. Ce même jour, dès que les Chambres
furent réunies, nous allâmes, l'amiral de Rigny à la Chambre des pairs
et moi à la Chambre des députés, annoncer qu'à Paris comme à Lyon
l'insurrection était vaincue. Les deux Chambres suspendirent à l'instant
leur séance, et se rendirent en corps auprès du Roi pour se féliciter
avec lui de la défaite de l'anarchie, car la tentative révolutionnaire
qui venait d'échouer n'eût amené, pour la France, point d'autre
résultat, et ne méritait pas un autre nom.

Quand un gouvernement a été contraint de remporter de telles victoires,
c'est son devoir le plus impérieux de prendre sur-le-champ les mesures
qui peuvent en prévenir désormais la nécessité. La première, et
peut-être la plus urgente, était que de si déplorables événements, leurs
causes, leurs développements progressifs, le caractère et les vues de
leurs auteurs, fussent mis complétement à découvert; il fallait que,
devant le pays, le grand jour se levât sur la maladie révolutionnaire,
sur ses sources, ses symptômes, ses ravages et ses effets. Il fallait
aussi que les moyens matériels qui avaient servi à commettre ces
sanglants désordres fussent enlevés et interdits à ceux qui en avaient
fait ou qui voudraient en faire un si coupable emploi. Éclairer les
esprits et désarmer les bras, tels devaient être les premiers soins
du pouvoir et les premiers fruits du succès. Nous nous empressâmes de
satisfaire à cette double nécessité. Dès le lendemain, une ordonnance du
Roi déféra à la Cour des pairs le jugement de l'attentat général ou des
attentats qui venaient d'être commis contre la sûreté de l'État. C'était
à la fois la juridiction constitutionnelle et la seule capable de
porter la lumière dans ce vaste chaos de faits et d'acteurs, en plaçant
toujours l'équité à côté de la loi. Je dirai plus tard avec quelle
efficacité, malgré des obstacles inouïs, la Cour des pairs s'acquitta de
sa mission. Ce même jour, 15 avril, un projet de loi fut présenté à la
Chambre des députés pour régler à quelles conditions des armes et
des munitions de guerre pourraient être possédées, et quelles peines
encourraient ceux qui contreviendraient à ces dispositions, ou qui
feraient de ces moyens d'attaque un illégitime emploi. Complétée et
fortifiée par les deux Chambres, cette loi fut immédiatement promulguée,
et le jour même de sa promulgation, le 24 mai 1834, la Chambre des
députés, qui touchait au terme de ses pouvoirs, fut dissoute et la
réunion des colléges électoraux ordonnée. Il nous convenait, après une
telle lutte, de nous présenter devant le pays.

Son jugement nous fut hautement favorable; les élections sanctionnèrent
la politique de résistance et sa victoire; l'opposition y perdit plus
du tiers de ses forces; le rétablissement de la confiance publique,
l'activité promptement renaissante des affaires, la satisfaction
générale qui se manifestait confirmèrent le suffrage du corps électoral,
et prouvèrent combien la masse de la population était étrangère aux
voeux et aux menées des factions: «Je suis content, m'écrivait de
Toulouse M. de Rémusat; je trouve la victoire au moins suffisante. Ce
n'est pas que l'état intérieur de la société me paraisse rassurant;
mais à cet égard, je n'attends de remède que du temps qui ramènera les
esprits, ou y produira des changements supérieurs à toute prévoyance. A
ne voir les choses qu'en politique pratique, je n'aurais pas voulu d'une
victoire plus complète; la nôtre doit donner lieu à deux tendances qu'à
mon avis il faut repousser également: la première, qui vous entraînerait
à une réaction sous prétexte d'achever votre ouvrage; la seconde qui
amènerait une dispersion générale par excès de sécurité. Ne prendre de
nouvelles mesures d'ordre que si de nouveaux événements les commandent,
ne revenir sur aucune des largesses, même abusives, qui pourraient avoir
été faites en matière de libertés publiques; à ces deux conditions, on
évitera les deux fautes que je redouterais beaucoup.»

Le cabinet n'était enclin à commettre ni l'une ni l'autre: nous n'avions
nulle envie de provoquer de nouvelles luttes en aggravant la répression
victorieuse, ni de restreindre des libertés légales dont la présence
nous donnait dans le public une grande force morale, et dont l'appui ne
nous avait jamais manqué dans les jours de péril. Je répondis à M. de
Rémusat: «La victoire est grande en effet; mais la campagne prochaine
sera très-difficile. L'impression évidente ici est une détente générale;
chacun se croit et se croira libre de penser, de parler et d'agir comme
il lui plaira; chacun sera rendu à la pente de ses préjugés et de ses
prétentions personnelles. On répète de tous côtés, avec une complaisance
visible, que la situation est bien changée, que les choses et les
personnes prendront une face toute nouvelle, qu'il ne sera plus question
d'émeutes, de dangers imminents, de nécessités impérieuses. Il y a du
vrai en cela, mais pas tant qu'on le dit; les choses ne changent pas,
les dangers ne disparaissent pas ainsi en un clin d'oeil. Nous avons
fait un grand pas dans la voie de l'affermissement et de la sécurité;
mais nous y chancellerons encore plus d'une fois, et il faudra plus
d'une fois se rallier pour faire face à l'ennemi. Tenez pour certain que
longtemps encore nous aurons sur les bras assez de périls pour que la
fermeté et la discipline soient indispensables à tout ce monde si pressé
de se rassurer et de s'émanciper.»

Nous étions sur le point de rencontrer des difficultés d'une autre sorte
que les insurrections et les complots, et presque aussi graves quoique
moins éclatantes. Tout nous indiquait que la Chambre nouvelle,
tranquille sur l'ordre public et la politique générale, serait, en
matière de finances, ombrageuse et exigeante; l'idée s'accréditait qu'au
sein de la paix européenne et après la défaite des factions,
l'armée pouvait être réduite, qu'elle coûtait trop cher, que, dans
l'administration de la guerre, de larges économies étaient possibles, et
devaient rendre possible la réduction de certains impôts: «Les finances,
m'écrivait aussi M. de Rémusat, seront une plus grande affaire que
jamais; on dit couramment que la question financière est désormais
toute la question politique.» Nous pressentions que, dans la session
prochaine, le tiers-parti chercherait et trouverait dans cette question
un moyen facile de popularité et d'attaque; la conversation de M. Dupin
disait d'avance quels seraient, à cet égard, quand il serait rentré au
fauteuil de la présidence, son attitude et son langage[12]. Le maréchal
Soult surtout était l'objet des plaintes et des méfiances; on le croyait
dépensier et désordonné, peu soucieux des votes des Chambres, trop
complaisant avec le Roi; et son administration plus active que
régulière, son goût pour des innovations souvent coûteuses et douteuses,
sa façon à la fois rude et confuse d'expliquer les affaires et
de repousser les attaques, fournissaient contre lui des armes et
refroidissaient envers lui beaucoup de fidèles amis du cabinet. Tel
était, sur son compte, l'état des esprits que, même hors de France, les
spectateurs attentifs en étaient frappés; M. de Barante m'écrivait de
Turin, le 5 juin 1834: «Le maréchal sera prochainement un grand sujet
d'embarras; je sais, parce qu'on me l'écrit, et sans qu'on me l'écrive,
que tant de dépenses est une chose odieuse au pays, et qu'elles ne
seront endurées que peu de temps encore. Et pourtant pouvons-nous nous
contenter d'un administrateur de l'armée? N'est-ce pas encore un chef de
l'armée qui est indispensable? A l'étranger, où l'on ne comprend rien
à la raison publique, à la force de l'opinion, le gouvernement paraît
reposer sur le maréchal. Je prévois sa chute, et elle me fait peur.»

[Note 12: Dans le petit discours qu'il prononça, selon l'usage, en
prenant possession du fauteuil, le 9 août 1834, il s'exprima ainsi:

«Ce qui devra surtout préoccuper vos esprits, c'est notre état
financier. Vainement la Chambre a proclamé, dans trois adresses
successives, «qu'il importait de travailler sans relâche à mettre les
dépenses en équilibre avec les revenus, et à renfermer avec sévérité les
ministres dans les allocations du budget.» (Adresses de 1832, 1833 et
1834.) Le contraire est toujours arrivé; les dépenses se sont de plus en
plus élevées au-dessus des recettes; les limites des crédits législatifs
ont été constamment dépassées.

«Cependant, messieurs, la Chambre a l'initiative de l'impôt; elle fixe,
par ses allocations, la mesure des charges dont il sera permis de grever
le pays. Elle ne doit donc pas tolérer qu'on lui force la main après
coup, par l'allégation tardive qu'il faut bien que l'on paye ce qui,
quoique malgré elle, a été une fois dépensé.

«Si la législation actuelle est insuffisante pour parer à cet abus, il
y faudra chercher un remède plus efficace; mais certainement la Chambre
doit porter sur ce point la plus sérieuse attention, à peine de voir
annuler la souveraineté qui lui appartient en fait de subsides, et de
déchoir, aux yeux de la nation, du rang qu'elle occupe et qu'elle doit
garder dans la constitution.»]

Aux embarras qui nous attendaient, à cause de lui, dans les Chambres, le
maréchal Soult en ajoutait d'autres, au sein même du cabinet et dans ses
rapports soit avec le Roi, soit avec ses collègues. Nul homme ne m'a
offert un aussi frappant exemple de la diversité des qualités et des
procédés par lesquels le pouvoir s'acquiert et s'exerce dans la vie
militaire et dans la vie civile. Quand il avait affaire à ses compagnons
d'armes, généraux, officiers ou soldats, le maréchal Soult avait des
aperçus justes et fermes, des instincts puissants, des mouvements et des
mots heureux, qui lui donnaient une rare autorité. Le général Hulot,
qu'il avait fait mettre à la retraite, lui en témoignait à lui-même son
humeur avec une violence qui avait l'air d'une provocation personnelle:
«Vous n'y pensez pas, général, lui dit le maréchal, vous oubliez qu'il
y a quarante ans que je ne me bats plus qu'à coups de canon.» Un jour,
pendant que nous étions réunis en conseil au ministère de la guerre, il
fit appeler le colonel Simon Lorière pour l'envoyer en mission à Nantes;
ses instructions reçues, avec l'ordre de partir sur-le-champ, le colonel
se retira; mais, à peine hors du salon, il en rouvrit précipitamment la
porte en disant: «Monsieur le maréchal, où trouverai-je une voiture?--Me
prenez-vous pour un carrossier?» lui dit le maréchal en refermant
brusquement sur lui la porte. Ce mélange de hauteur et de rudesse, cette
brutalité spirituelle étaient familiers au duc de Dalmatie dans l'armée,
et lui réussissaient toujours. Mais quand il avait à traiter avec des
hommes politiques, très-différents de lui par l'origine, les idées, les
habitudes, et ses associés très-indépendants, ce grand chef militaire
perdait beaucoup de ses qualités et de ses avantages; il manquait de
tact, jugeait mal des situations ou des caractères, et déployait plus
d'activité tracassière et de ruse inquiète que de prompte et fine
sagacité. Il était méfiant, susceptible, bourru, et semblait vouloir se
venger, en se rendant incommode, de l'autorité qu'il n'avait pas. Il
y réussissait trop bien: nous supportions tous avec déplaisir ses
exigences, ses vacillations, les inégalités de son humeur; c'était un
grand ennui d'avoir à répondre devant les Chambres d'une administration
confuse, et qui se défendait mal elle-même; le Roi lui-même, qui tenait
fort au maréchal Soult, «car, disait-il, il me faut une grande épée,»
se montrait impatienté de ses caprices et las de continuels
raccommodements.

Une question qui commençait alors à s'élever dans toute sa grandeur, la
question de l'Algérie, devint, pour cette mésintelligence intérieure du
cabinet, jusque-là contenue, une occasion d'éclater. Les affaires de la
France elle-même avaient été depuis 1830 si graves et si pressantes, que
le gouvernement n'avait guère donné à celles de l'Algérie que la part de
soin et de force absolument commandée par la nécessité. Bien décidé, par
honneur et par instinct, à ne point abandonner ce que la Restauration
avait conquis, il avait maintenu à Alger les troupes indispensables pour
résister aux efforts d'expulsion que tentaient sans cesse les Turcs
et les Arabes. Quatre commandants militaires, le général Clauzel, le
général Berthezène, le duc de Rovigo et le général Voirol, s'y étaient
succédé avec des conduites fort diverses et de continuelles alternatives
de succès et de revers. Par le seul fait de notre présence et des
nécessités ou des entraînements de la guerre, notre domination s'était
portée sur les principaux points de l'ancienne Régence; nous avions
pris l'attitude et commencé l'oeuvre de conquérants du pays; mais notre
possession était très-bornée, précaire, rudement contestée, également
incertaine quant à son étendue et quant au système d'établissement et
d'administration qui devait y être adopté. L'accroissement progressif
des dépenses et l'incertitude de plus en plus évidente du plan de
conduite ne tardèrent pas à exciter une vive sollicitude; en 1833, une
commission formée d'hommes considérables, pris dans les deux Chambres,
dans l'armée et dans la marine, fut chargée d'aller visiter l'Algérie et
d'étudier, sur place, ce qui s'y faisait, ce qui s'y devait faire, ce
qu'on en pouvait espérer, et par quels moyens. A son retour, une autre
grande commission, présidée par le duc Decazes, recueillit tous les
faits, les exposa, les discuta dans un long rapport qui devint public;
et à la fin d'avril 1834, un grand débat, élevé dans la Chambre des
députés à l'occasion du budget de la guerre, fit de la possession et
du mode de gouvernement de l'Algérie l'une des plus sérieuses
préoccupations des Chambres, et l'un des plus graves embarras du
cabinet. Deux idées se déployèrent dans ce débat: l'une, que l'Algérie
était, pour la France, un fardeau dont il serait sage de se décharger,
et qu'il fallait du moins atténuer autant qu'on le pourrait, en
attendant que l'expérience conseillât évidemment et que le sentiment
éclairé du pays permît de faire mieux; l'autre, que le gouvernement
purement militaire de l'Algérie était de tous le plus compromettant, le
plus entaché d'abus impossibles à prévenir, et qu'il fallait se hâter
de substituer aux généraux un chef civil, aux conquérants un
administrateur. M. Dupin et M. Passy surtout développèrent habilement
ces deux idées, et leurs raisonnements, leurs critiques du passé,
leurs prévisions de l'avenir, leurs inquiétudes, manifestées avec
une honorable indépendance des instincts populaires, laissèrent dans
beaucoup d'esprits, sur les divers bancs de la Chambre, une impression
profonde.

Presque tout ce que disaient M. Dupin et M. Passy était vrai; mais ils
oubliaient d'autres vérités supérieures à celles dont ils se montraient
si préoccupés. Pour les peuples comme pour les individus, la grandeur
a ses conséquences et ses conditions auxquelles ils ne sauraient se
soustraire sans déchoir, et la Providence leur assigne, dans ses
desseins sur l'humanité, un rôle qu'ils sont tenus d'accomplir. Non que
les tentatives hardies ou les persévérances obstinées, dont l'occasion
se présente dans la vie d'une nation, lui soient toutes également
commandées; il en est beaucoup d'illégitimes et d'insensées auxquelles
elle doit et peut sans péril d'honneur se refuser. Quelles sont celles
qui portent un plus grand et plus impérieux caractère? C'est une
question d'instinct politique, et, si j'ose le dire, d'intuition humaine
dans l'ordre divin. La conservation de l'Algérie était, j'en suis
convaincu, après 1830, une nécessité de cette sorte: il y avait là, pour
la France, un cas de grandeur personnelle et un devoir envers l'avenir
du monde chrétien. Nous nous serions plus affaiblis et plus courbés à
rejeter le fardeau qu'à le porter.

La conservation de l'Algérie une fois admise, le maintien du
gouvernement militaire y était aussi, en 1834, une nécessité,
non-seulement pour la sûreté de notre possession, mais même pour
son administration intérieure. Le pire mal dans un état naissant et
très-contesté, c'est l'incertitude et la discorde au sein du pouvoir.
Dompter et gouverner les Arabes était en Afrique notre première affaire,
bien autrement pressante et incessante que le soin d'administrer de
rares colons. L'unité, la promptitude et la discipline du régime
militaire y étaient indispensables. De graves abus entachaient ce
régime, et quelques soins que prît le pouvoir central pour les réprimer,
il ne pouvait se flatter de les supprimer absolument; mais la lutte et
l'affaiblissement mutuel de deux régimes incohérents eussent été bien
plus graves encore. C'est le devoir des gouvernements d'accepter, sans
cesser de les combattre, les inconvénients d'un choix nécessaire entre
des systèmes divers. On pouvait d'ailleurs espérer que beaucoup de nos
officiers, appliqués avec leur vive, ferme et sympathique intelligence
au gouvernement des Arabes, se formeraient promptement à cette nouvelle
mission. Déjà, en 1832, le capitaine Lamoricière, premier chef du
premier bureau arabe organisé par le général Trézel, alors chef
d'état-major de l'armée d'Afrique, était un bon exemple et un heureux
augure. On sait que, malgré quelques exceptions déplorables, cette
institution a tenu au delà de ce qu'on s'en était promis.

Appelés à résoudre les deux questions ainsi posées quant à l'Algérie,
nous n'eûmes pas sur le maintien de notre établissement un moment
d'hésitation; le maréchal Soult déclara, au nom du conseil, que la
France garderait, en tout cas, sa conquête. Sur le mode de gouvernement
de l'Algérie, nous fûmes moins clairvoyants et moins fermes; les abus
du régime militaire avaient fait grand bruit; la Chambre des députés,
chagrine et indécise, avait réduit les fonds demandés pour la
colonisation; on espérait, d'une administration civile, moins de
violence en Afrique et plus de faveur en France; le duc Decazes venait
de présider, avec beaucoup d'activité et d'esprit pratique, la grande
commission dont le rapport avait mis les faits en lumière et nettement
posé les questions. Dans une réunion du cabinet, son nom fut proposé
pour le gouvernement de l'Algérie qu'il était temps, disions-nous, de
rendre civil pour redresser les griefs que le régime militaire avait
suscités, et pour écarter les obstacles que ces griefs nous suscitaient
dans les Chambres. Le maréchal Soult repoussa brusquement cette idée
comme une personnalité blessante, et soutint l'absolue nécessité d'un
gouverneur militaire. La discussion s'engagea, s'anima, se renouvela
dans plusieurs réunions successives. Le maréchal, plus entêté qu'habile
à défendre son avis, déclara avec humeur qu'il se retirerait du cabinet
plutôt que de céder à cet égard. Le ministre de la marine, l'amiral
Jacob, se récria avec une surprise inquiète: «Mais, monsieur le
maréchal, votre retraite serait la dissolution du cabinet; si vous étiez
mort, encore passe.» L'humeur du maréchal redoubla; nous étions, M.
Thiers et moi, et presque tous nos collègues avec nous, peu troublés
de sa menace; l'occasion nous paraissait bonne pour nous délivrer d'un
président devenu plus compromettant qu'utile, et que nous supportions
aussi impatiemment dans le conseil que nous étions, dans les Chambres,
embarrassés à le soutenir. Nous persistâmes à réclamer pour l'Algérie
un gouverneur civil, comme le maréchal à s'y refuser. La session
approchait; le cabinet ne pouvait s'y présenter dans cet état de
discorde inerte. Nous résolûmes d'y mettre un terme. A nos premières
ouvertures, le Roi fit beaucoup d'objections: «Prenez-garde, le maréchal
Soult est un gros personnage; je connais comme vous ses inconvénients,
mais c'est quelque chose que de les connaître; avec son successeur, s'il
accepte (c'était du maréchal Gérard qu'il s'agissait), vos embarras
seront autres, mais plus graves peut-être; vous perdrez au change.»
Notre parti était pris d'insister. Le Roi partit le 8 juillet pour le
château d'Eu; je l'y accompagnai, chargé par mes collègues de le décider
au changement, pendant que M. Thiers, plus lié qu'aucun de nous avec le
maréchal Gérard, déciderait celui-ci à l'acceptation. A peine arrivé
au château d'Eu, je reçus de M. Thiers cette lettre: «J'ai causé
très-longuement, et voici le résultat. On ne craint plus, comme il y a
deux mois, le fardeau des affaires; on craint la tribune; évidemment
c'est la crainte de quelqu'un qui songe à s'exécuter. J'ai dit
formellement que je parlais d'accord avec vous et Rigny, que nous
allions faire une démarche formelle à la première occasion, et on m'a
répondu: «Mais voyez, prenez garde; tâchez de vous entendre entre vous;
je crains un pareil fardeau.» Jamais on ne m'a dit non, ni oui, et ma
conviction, c'est qu'on céderait à la première attaque formelle du Roi.
Faites-lui bien sentir la nécessité de nous tirer d'un gâchis atroce
où nous perdons tous les jours quelque chose.» Le lendemain, M. Thiers
était moins confiant: «Mon convive d'avant-hier est retourné; sa femme,
effrayée pour sa santé, travaille sans relâche à nous l'enlever; il
recule, il recule à perte de vue, et je ne vois plus moyen de fonder sur
un terrain qui cède indéfiniment. Soyez donc moins insistant auprès du
Roi; ce serait lui donner une espérance trompeuse. Je pensais, avec nos
amis, à l'illustre personnage de Londres, quand est venue aujourd'hui
une dépêche télégraphique de Calais qui annonce la retraite de lord
Grey. Voilà un nouvel horizon. Ce sera peut-être une occasion de faire,
et plus probablement une occasion de ne rien faire du tout. Il faut
voir, et songer à exiger une concession du vieux maréchal.» Le jour
suivant, le maréchal Gérard se montrait plus près d'accepter: «On croit,
m'écrivait M. Thiers, que l'impossibilité d'avoir M. de Talleyrand, qui
est aujourd'hui indispensable à Londres, peut être un moyen sur mon
convive qui toujours s'est retranché sur la possibilité d'en avoir un
autre. Tous nos collègues, Rigny, Duchâtel, Persil, sont unanimes sur
l'impossibilité de marcher longtemps comme nous sommes.»

Plus en effet l'incertitude se prolongeait, plus la difficulté du
_statu quo_ devenait grande. Le Roi le sentit, et tout en répétant ses
objections et ses pronostics, il prit son parti de presser lui-même
l'acceptation du maréchal Gérard. La distribution des récompenses, à la
suite de l'exposition des produits de l'industrie, le rappelait à Paris;
nous quittâmes le château d'Eu le 13 juillet, et le 18, le _Moniteur_
annonça que la démission du maréchal Soult était acceptée, et que le
maréchal Gérard devenait ministre de la guerre et président du Conseil.

Je raconte avec quelque détail cette crise ministérielle pour en
rétablir le vrai caractère. C'est le penchant des spectateurs de
chercher, dans de tels incidents, des motifs cachés, des vues
lointaines, des intrigues profondes, et d'attribuer les complications du
drame aux passions ou aux intérêts personnels des acteurs. On se plaît à
étaler ainsi, sous le manteau de l'histoire, des plans et des scènes de
tragédie ou de comédie savamment inventées. Plusieurs écrivains sont
tombés, à l'occasion du fait que je rappelle ici, dans cette sagacité
imaginaire et crédule; ils ont vu, dans la retraite du maréchal Soult
en 1834, le dénoûment d'une longue lutte entre les hommes d'épée et les
hommes de parole, le symptôme d'une rivalité déjà flagrante entre M.
Thiers et moi, le travail sourd d'ambitions impatientes, mais encore
obligées de marcher à leur but par des voies détournées. Je sais quelle
est la complication des mobiles qui déterminent la conduite des hommes,
et combien de sentiments confus, de désirs secrets, de velléités
flatteuses s'élèvent dans les coeurs à mesure que les événements se
développent et entr'ouvrent les perspectives de l'avenir. Mais dans
un régime de liberté et de publicité, ces causes occultes et purement
personnelles sont fort loin de jouer, dans la marche des affaires, le
grand rôle qu'on leur prête; et quand des hommes d'un esprit un peu
sensé sont engagés dans le gouvernement de leur pays, quelles que soient
leurs tentations et leurs faiblesses, c'est surtout par des nécessités
et des motifs publics qu'ils agissent. A l'éloignement du maréchal Soult
purent se mêler quelques-uns des instincts par lesquels on a voulu
l'expliquer; il se peut qu'il n'eût pas beaucoup de goût pour les
orateurs et les doctrinaires, et qu'à leur tour ils désirassent un chef
plus sympathique et plus sûr pour leurs idées et leur cause; il se peut
que M. Thiers lui préférât, comme président du conseil, le maréchal
Gérard dont la nuance politique se rapprochait de la sienne, et sur
lequel il pouvait se promettre une influence particulière; mais aucun de
ces motifs n'entra pour beaucoup dans l'éloignement du maréchal Soult,
et la mesure ne fut déterminée que par les causes purement politiques
que j'indiquais tout à l'heure. Ce fut de notre part une faute, et une
double faute: nous avions tort, en 1834, de vouloir un gouverneur civil
en Algérie; il s'en fallait bien que le jour en fût venu. Nous eûmes
tort de saisir cette occasion pour rompre avec le maréchal Soult et
l'écarter du cabinet; il nous causait des embarras parlementaires et
des ennuis personnels; mais il ne contrariait jamais et il servait bien
quelquefois notre politique générale. C'était à nous de donner aux
Chambres le conseil et l'exemple de le soutenir; et s'il devait tomber,
il valait mieux qu'il tombât devant un échec public que par un
mouvement intérieur. La retraite du duc de Broglie avait déjà été un
affaiblissement pour le cabinet; celle du duc de Dalmatie aggrava le
mal, et nous ne tardâmes pas à nous apercevoir que la porte par
laquelle il était sorti restait une brèche ouverte à l'ennemi que nous
combattions.

Dès que la session s'ouvrit, l'adresse proposée dans la nouvelle Chambre
des députés révéla le péril; elle fut l'oeuvre et la manoeuvre du
tiers-parti à qui l'avénement du maréchal Gérard donnait confiance et
espérance. L'oeuvre était équivoque et la manoeuvre sournoise, selon le
caractère et la coutume de leurs auteurs; le cabinet et la politique de
résistance n'étaient pas attaqués dans l'adresse, mais ils y étaient
encore moins soutenus; on se félicitait des victoires qui avaient
rétabli l'ordre, mais en se gardant bien de s'engager avec les
vainqueurs, et en laissant entrevoir le désir d'un autre drapeau. Les
hommes sont bien plus pressés de se délivrer de leurs alarmes que de
leurs périls; le tiers-parti voulait croire et persuader que la lutte
était définitivement close, et qu'il n'y avait plus à parler que de
conciliation et de paix. Ces faiblesses d'esprit et de coeur étaient
précisément ce que nous avions le plus à redouter, car elles nous
affaiblissaient et nous énervaient nous-mêmes en face d'ennemis ardents
et qui ne songeaient à rien moins qu'à désarmer. Quand l'adresse fut
discutée, quelques-uns de nos amis, entre autres le général Bugeaud et
M. Janvier, demandèrent qu'on sortît des équivoques, et que la Chambre
se prononçât nettement pour ou contre la politique bien connue du
cabinet. En dehors de la Chambre, notre plus ferme appui dans la presse,
le _Journal des Débats_, nous engageait à provoquer nous-mêmes cette
épreuve décisive. Je demandai des explications sur le paragraphe de
l'adresse qui semblait contenir, envers le cabinet, des insinuations
malveillantes. Le rédacteur, M. Étienne, s'en défendit, toujours
obscurément, mais de façon à donner à mon insistance, si elle se fût
prolongée, l'air d'un entêtement agressif et inutile. L'opposition
presque tout entière vota l'adresse en déclarant avec ironie qu'elle
n'en acceptait pas les commentaires, et le cabinet sortit affaibli de ce
débat qu'il eût certainement bien fait de transformer en combat sérieux,
car dès que l'adresse fut votée, non-seulement l'opposition, mais les
hommes mêmes qui avaient protesté contre toute intention hostile, la
présentèrent comme un échec grave pour le cabinet, échec qui prouvait
son peu de crédit dans la Chambre, et ne lui permettait pas de rester au
pouvoir.

Éludée dans les Chambres, la question fut bientôt nettement posée dans
l'intérieur du cabinet. Depuis la défaite des insurrections de Lyon
et de Paris et la victoire des élections, on parlait d'une amnistie
générale. Le maréchal Gérard, en entrant dans le cabinet, n'en avait
point fait la condition de son acceptation, mais c'était son voeu et son
espoir. Ce vaillant homme, si ferme sur les champs de bataille, était
singulièrement timide et incertain dans l'arène politique, surtout quand
il fallait soutenir des luttes qui le troublaient dans ses amitiés ou
ses habitudes. Toujours prêt à risquer sa vie, il ne pouvait souffrir ce
qui la dérangeait. Sincèrement attaché à la monarchie nouvelle, il était
fort loin de se faire le patron des républicains ses ennemis; mais les
amis des républicains, leurs anciens associés, leurs apologistes plus ou
moins explicites l'entouraient et l'assiégeaient de leurs conseils, de
leurs inquiétudes, de leurs désirs. Ils lui représentaient le procès
engagé devant la Cour des pairs contre les insurgés vaincus comme
une entreprise impossible, qui amènerait des scènes déplorables,
de nouvelles violences, et finirait par un dénoûment funeste. La
perspective de ce procès pesait sur l'esprit du maréchal comme un
cauchemar dont l'amnistie seule pouvait le délivrer. Rien n'est plus
séduisant que la générosité venant en aide et servant de voile à la
faiblesse. Les grandes discordes civiles ne finissent que par des
amnisties, mais pourvu que l'amnistie arrive au moment où les discordes
sont près de finir, et qu'elle en scelle réellement la fin. Nous étions
fort loin de cette issue: non-seulement les conspirateurs vaincus ne
renonçaient point à leurs desseins et à leurs espérances, mais ils les
poursuivaient, ils les proclamaient avec la plus opiniâtre audace, aussi
arrogants, aussi menaçants du fond des prisons que dans leurs journaux,
et repoussant tout haut l'amnistie que dans leur coeur ils désiraient,
comme une délivrance pour eux-mêmes, et bien plus encore comme une
éclatante démonstration de la faiblesse et de la peur du gouvernement
qu'ils voulaient abattre. Nous avions, M. Thiers et moi, un profond
sentiment de cette situation, et nous regardions l'amnistie, mise à la
place du procès, comme un acte de lâcheté inintelligente et imprévoyante
qui redoublerait, parmi les ennemis de l'ordre établi, l'ardeur et la
confiance, en les glaçant chez ses défenseurs. Le Roi partageait notre
conviction. Nous nous refusâmes décidément à cette mesure quand le
maréchal Gérard en fit la demande formelle, et il se retira du cabinet
le 29 octobre 1834, plus satisfait, je crois, d'être affranchi de la
responsabilité qui eût accompagné l'adoption de sa proposition que fâché
de n'avoir pas réussi à la faire accepter.

Il n'y a point de plus grande colère que celle qui naît d'un grand
mécompte. Dans les diverses régions de l'opposition, les espérances
étaient très-diverses; la retraite du maréchal Gérard les décevait
toutes, celles qui se promettaient la dislocation du cabinet comme
celles qui voulaient le renversement de la monarchie; les amours-propres
étaient aussi froissés que les convictions ardentes étaient irritées,
et le tiers-parti montrait autant d'humeur que les républicains de
violence. Évidemment la situation du cabinet allait être à la fois
aggravée et affaiblie. Après quelques tentatives pour lui chercher un
nouveau président, M. Thiers vint me trouver un matin, et nous tombâmes
d'accord que, pour nous, la meilleure conduite était de nous retirer
comme le maréchal Gérard, et de laisser le champ libre au tiers-parti.
S'il réussissait à former un ministère et à pratiquer sa politique, ce
serait la preuve que la nôtre n'était, pour le moment, plus de saison et
que notre retraite était opportune; s'il échouait, nous puiserions,
dans l'impuissance démontrée de nos adversaires, une force nouvelle. M.
Duchâtel, l'amiral Rigny et M. Humann furent pleinement de cet avis; M.
Persil et l'amiral Jacob seuls s'y refusèrent. Nous allâmes offrir au
Roi nos cinq démissions. Il s'en montra surpris et inquiet, mais pas
beaucoup; notre conduite et ses raisons n'avaient pas besoin de grande
insistance pour être comprises. On a dit qu'il n'y avait eu, dans cette
circonstance, qu'un jeu concerté entre le Roi et nous. C'est encore là
un exemple de cette prétendue sagacité qui se croit profonde quand elle
suppose partout des intrigues savantes et met de petits drames arrangés
à la place de la vérité. Il n'y a pas tant de préméditation dans les
affaires humaines, et leur cours est plus naturel que ne le croit le
vulgaire. Le Roi jugea comme nous de la situation, et prit sur-le-champ
son parti d'en courir, comme nous, les chances; il fit appeler le comte
Molé et le chargea de recomposer le cabinet.

M. Molé était à la fois très-propre et très-embarrassé à remplir cette
mission; il n'avait, sur aucune question, ni pour ou contre aucune
personne, aucun engagement; il pouvait traiter avec le tiers-parti et
lui faire, pour s'assurer son alliance, certaines concessions. Mais
il avait trop d'esprit et de sens pour ne pas vouloir maintenir la
politique de résistance, et pour ne pas voir à quelles conditions
elle pouvait être maintenue. Au lieu de chercher à former un cabinet
réellement nouveau, il essaya de reconstituer, avec quelques
modifications, celui qui venait de se dissoudre, et dont les principaux
éléments lui semblaient indispensables. Nous trouvant décidés à ne pas
nous séparer les uns des autres, il renonça sur-le-champ à sa tentative,
et le Roi, par l'entremise assez étrange de M. Persil, resté garde
des sceaux, demanda aux meneurs mêmes du tiers-parti de former une
administration.

Mais là aussi l'homme principal, M. Dupin, avait trop d'esprit, et
l'esprit trop attentif au soin de sa situation personnelle, pour
s'engager dans des combinaisons évidemment hasardeuses et faibles. Il
refusa de se donner lui-même et offrit son frère en gage de son appui.
Deux hommes de mérite, M. Passy et le général Bernard, consentirent à
entrer, sans lui, sous son drapeau. Deux absents, MM. Bresson et Sauzet,
furent désignés comme leurs collègues. Un vétéran du régime impérial,
le duc de Bassano, s'assit avec confiance au gouvernail de cette barque
légèrement montée. On raconte qu'il dit en acceptant: «Ce ministère sera
la Restauration de la révolution de Juillet.» Parole bien étourdie de
la part d'un vieux serviteur du pouvoir, et qui fut aussi vaine qu'elle
était étourdie; Au bout de trois jours, sans qu'aucun événement, aucun
obstacle, aucun débat leur en fît une nécessité, las du fardeau qu'ils
n'avaient pas encore porté, inquiets de leur situation auprès du Roi
comme dans les Chambres, et un peu troublés du sourire public à leur
aspect, les nouveaux ministres avaient donné leur démission; le Roi nous
avait rappelés en nous demandant, non sans sourire aussi, de reprendre
les affaires; et dix jours après sa retraite, l'ancien cabinet était
rétabli, avec l'amiral Duperré pour ministre de la marine et le maréchal
Mortier pour ministre de la guerre et président du conseil.

Mais c'était là une de ces victoires qui enveniment la lutte plus
qu'elles ne fortifient les vainqueurs. De cette apparition fugitive du
tiers-parti dans le gouvernement, il resta des amours-propres blessés,
des prétentions excitées, des engagements précipités, des hommes
compromis les uns contre les autres au delà de leurs opinions réelles,
et de la part des diverses nuances de l'opposition, un redoublement
d'humeur et d'ardeur contre le ministère, suscité par le déplaisir que
leur causait leur propre impuissance à former un gouvernement. Ce
qu'on tenta alors, ce fut de nous attaquer en éludant les questions de
cabinet, et de nous affaiblir sans nous renverser. Nous n'eûmes garde
d'accepter une telle situation; après ces brusques mouvements de
retraite et de retour, nous avions besoin et hâte de mettre fin aux
obscurités parlementaires qui les avaient suscités, et d'amener la
Chambre des députés à se prononcer clairement pour ou contre la
politique que nous avions pratiquée et que nous entendions maintenir.
En décembre 1834, dès que la session fut rouverte, nous provoquâmes
nous-mêmes à ce sujet deux grands débats: l'un, à propos d'une demande
d'explications sur les dernières crises ministérielles; l'autre, sur
un crédit que le ministre de l'intérieur vint demander pour faire
construire au Luxembourg une salle où la Cour des pairs pût tenir ses
séances dans le grand procès qu'elle avait à juger. La question générale
de la politique de résistance remplit le premier de ces débats; le
second eut l'amnistie et la situation du moment pour objet. Dans le
premier, M. Dupin et M. Sauzet, l'un avec sa brusque adresse, l'autre
avec son abondante et ingénieuse éloquence, s'appliquèrent à dissuader
la Chambre de se prononcer comme nous le lui demandions; à les entendre,
elle ne devait s'engager dans aucun système de politique; elle était
le critique et le juge, non l'associé du pouvoir; ils s'efforçaient
d'émouvoir son indépendance comme d'inquiéter sa prudence. Le second
débat ne fut que la répétition assez froide de tout ce qui avait déjà
été dit pour ou contre l'amnistie. La Chambre ne se laissa ni séduire
par les raisonnements caressants qu'on lui adressait de la tribune, ni
intimider par les injures et les menaces qui l'assaillaient au
dehors; l'esprit de gouvernement et l'intelligence des conditions
du gouvernement libre pénétraient dans la majorité; elle se déclara
satisfaite des explications du cabinet sur le maintien de la politique
de résistance; elle vota les fonds demandés pour la construction de la
salle d'audience de la Cour des pairs. Nous sortîmes vainqueurs des deux
combats que nous avions engagés.

Pendant ce temps, la Cour des pairs poursuivait, sans se soucier
des clameurs extérieures, l'instruction du grand procès que les
insurrections d'avril à Lyon, à Paris, à Saint-Étienne, à Lunéville,
etc., avaient amené devant elle. Dans les longues discordes civiles, un
moment arrive où elles sont sur leur déclin et pourtant toujours près
de recommencer; un jour plus serein se lève à l'horizon, et pourtant
l'orage bat et soulève encore les flots. Deux devoirs également
impérieux et difficiles pèsent alors sur le gouvernement; il faut que la
politique n'altère pas la justice et que la justice reprenne son empire
dans la politique; les tribunaux sont en même temps appelés à ne pas
permettre que les passions politiques influent sur leurs arrêts et à ne
pas souffrir que, devant les passions politiques, les lois demeurent
impuissantes. La société a un égal besoin que les tentatives
révolutionnaires soient efficacement punies et qu'elles ne le soient que
dans la mesure de la stricte et juste nécessité; il lui importe au
même degré que la crainte des lois rentre dans les âmes et que leurs
interprètes se montrent indépendants et calmes en les appliquant. La
Cour des pairs comprit et accomplit admirablement cette double mission.
Dès le début du procès, au milieu des emportements des prévenus et des
journaux du parti, elle s'appliqua à saisir et à mettre en lumière le
caractère général et les principaux auteurs du vaste complot qu'elle
avait à juger, en laissant tomber dans l'ombre les faits et les acteurs
secondaires. D'après le travail de sa commission d'instruction et du
rapporteur, M. Girod de l'Ain, la prévention était établie contre quatre
cent quarante individus. Le procureur général, M. Martin du Nord, dans
son acte d'accusation, réduisit ce nombre à trois cent dix-huit. La
Cour, après de longues délibérations, n'en mit en accusation que cent
soixante-quatre, dont quarante-trois contumaces. Quiconque prendrait
aujourd'hui la peine d'examiner en détail cette immense procédure
demeurerait convaincu qu'il était impossible d'apporter, dans la défense
de l'ordre public et dans l'application des lois, plus d'imperturbable
fermeté et d'intelligente équité.

La crise semblait à son terme; la politique de résistance avait triomphé
et des embarras intérieurs du cabinet et des hostilités ouvertes ou
détournées qu'il rencontrait dans les Chambres. Nous l'avions fermement
soutenue. M. Thiers, dans cette lutte, ne s'était pas plus ménagé que
moi. Nous étions restés scrupuleusement fidèles à notre cause et à notre
alliance. Sur toutes les questions à l'ordre du jour, l'accord régnait
entre nous. Le maréchal Mortier occupait, avec une modestie loyale, le
poste d'honneur qu'il avait accepté par dévouement. A en croire les
apparences, ni au dehors, ni au dedans, rien ne menaçait plus le
cabinet. Pourtant il demeurait chancelant et précaire; les esprits
étaient encore pleins de ses récentes vicissitudes; ce qui a été
fortement secoué semble longtemps près de tomber. En passant, dans
l'espace de six mois, du maréchal Soult au maréchal Gérard et du
maréchal Gérard au maréchal Mortier, la présidence du Conseil avait été
prise de plus en plus pour une fiction, et plus la fiction devenait
apparente, plus l'opposition y trouvait une arme et nos amis un
embarras. Pratiquement, cette question avait moins d'importance qu'on ne
lui en attribuait; quand nous aurions eu le président du conseil le plus
réel et le plus efficace, notre politique et nos actes n'auraient pas
été autres qu'ils n'étaient alors; nous étions très-décidés, très-unis,
et fort en mesure de faire prévaloir nos idées aussi bien aux Tuileries
que dans les Chambres. Le Roi nous disait souvent à M. Thiers et à moi:
«Qu'avez-vous besoin d'un président du conseil? Est-ce que vous n'êtes
pas d'accord entre vous? Est-ce que je ne suis pas d'accord avec vous?
Vous avez la majorité dans les Chambres; vous y faites les affaires
comme vous l'entendez, et je trouve que vous les faites: bien; pourquoi
s'inquiéter d'autre chose?» Le Roi ne s'inquiétait pas toujours assez
des conséquences du régime représentatif et des sentiments qu'il
provoque soit dans les acteurs qui y jouent un rôle, soit dans le public
qui y assiste. De même que, sous ce régime, les intérêts et les opinions
politiques veulent se résumer dans des partis qui les expriment et les
soutiennent, de même les partis aspirent à se résumer dans des chefs qui
les représentent en les dirigeant. Les corps s'efforcent instinctivement
de produire leur tête; c'est pour eux un besoin d'amour-propre comme de
confiance, et tant que ce besoin n'est pas satisfait, ils se sentent
incomplets et mal assurés. Le parti de la politique de résistance avait
possédé dans M. Casimir Périer un chef qui le représentait dignement
et le servait efficacement; il aspirait à le retrouver; un président
nominal n'y suffisait point; et lorsqu'en cherchant un président réel,
les regards se portaient sur M. Thiers et sur moi, nous divisions, au
lieu de les rallier, les idées et les espérances. Aussi, bien que la
machine constitutionnelle marchât régulièrement et suffît chaque jour à
sa tâche, elle semblait manquer d'unité et d'avenir; on y sentait une
lacune; on y craignait un trouble intérieur.

Divers incidents vinrent aggraver, soit pour le cabinet en général,
soit pour moi en particulier, les embarras et les faiblesses de cette
situation.

En novembre 1834, au moment où le cabinet du tiers-parti apparaissait et
disparaissait en quelques jours, M. de Talleyrand, alors en congé dans
son château de Valençay, envoya au Roi sa démission de l'ambassade
d'Angleterre. Elle ne fut acceptée du Roi et publiée dans le _Moniteur_
que le 8 janvier suivant; mais quand la lettre qui la contenait parut,
la retraite était accomplie depuis trois mois. M. de Talleyrand ne s'y
était pas décidé sans hésitation; il aimait les affaires et sa position
à Londres; mais, quoique son esprit demeurât remarquablement clairvoyant
et ferme, il ressentait l'affaiblissement de l'âge et cédait aisément
à la fatigue. Les fluctuations de la politique en France, nos crises
ministérielles répétées, l'aspect chancelant du pouvoir, même vainqueur,
les ténèbres qui s'en répandaient sur l'avenir, les doutes des
gouvernements européens, tout cet état de nos affaires altérait
profondément sa confiance dans sa situation et son goût pour sa mission.
En Angleterre, quoiqu'il fût toujours dans les meilleurs termes avec
lord Grey, ses rapports avec lord Palmerston étaient devenus moins
confiants et moins agréables. Au moment même où il venait de se décider
à la retraite, le cabinet whig tomba; les tories, avec le duc de
Wellington et sir Robert Peel pour chefs, furent appelés au pouvoir;
le duc de Wellington écrivit sur-le-champ à M. de Talleyrand pour le
presser avec instance de rester ambassadeur à Londres. M. de Talleyrand
persista dans sa résolution. En quittant son ambassade, il expliqua,
dans sa lettre au Roi, avec une rare fermeté de pensée et de langage,
pourquoi il l'avait acceptée en 1830, ce qu'il y avait fait dans
l'intérêt de la France et du Roi, et comment, ne s'y jugeant plus aussi
utile qu'il avait pu l'être, il demandait à s'en retirer. Mais les
explications ne changent point la physionomie et l'effet des actes; même
auprès de ceux qui étaient loin de la regretter, la retraite de M. de
Talleyrand fut considérée, au dehors surtout, comme un fâcheux symptôme
de l'état de notre gouvernement. Le général Sébastiani, qui lui succéda
dans l'ambassade de Londres, avait plus de capacité réelle que de renom
européen. Il y eut là, pour la politique française, une diminution
sensible de bonne apparence et d'autorité.

Peu de mois avant que M. de Talleyrand se retirât des affaires, un autre
homme célèbre, bien différent et célèbre à de bien autres titres, M. de
La Fayette avait disparu de la scène du monde. Nulle vie n'avait été
plus exclusivement, plus passionnément politique que celle de M. de
La Fayette; nul homme n'avait plus constamment placé ses idées et ses
sentiments politiques au-dessus de toute autre préoccupation et de tout
autre intérêt. La politique fut complètement étrangère à sa mort. Malade
depuis trois semaines, il touchait à sa dernière heure; ses enfants et
sa famille entouraient seuls son lit; il ne parlait plus; on ne savait
pas s'il voyait encore. Son fils George s'aperçut que, d'une main
incertaine, il cherchait quelque chose sur sa poitrine; le fils vint
en aide à son père, et lui mit dans la main un médaillon que M. de La
Fayette portait toujours suspendu à son cou. M. de La Fayette le porta
à ses lèvres; ce fut son dernier mouvement. Ce médaillon contenait le
portrait et des cheveux de madame de La Fayette, sa femme, qu'il avait
perdue depuis vingt-sept ans. Ainsi, déjà séparé du monde entier, seul
avec la pensée et l'image de la compagne dévouée de sa vie, il mourut.
Quand il s'agit de ses obsèques, c'était un fait reconnu dans la famille
que M. de La Fayette voulait être enseveli dans le petit cimetière
adjoint au couvent de Picpus, à côté de madame de La Fayette, au milieu
des victimes de la Révolution, la plupart royalistes et aristocratiques,
dont les parents avaient fondé ce pieux établissement. Ce voeu du
vétéran de 1789 fut scrupuleusement respecté et accompli. Une foule
immense, troupes, gardes nationaux, peuple, accompagna son convoi à
travers les boulevards et les rues de Paris. Arrivée à la porte du
couvent de Picpus, cette foule s'arrêta; l'enceinte intérieure ne
pouvait admettre plus de deux ou trois cents personnes; la famille, les
proches parents, les autorités principales entrèrent seuls, traversèrent
silencieusement le couvent même, puis son modeste jardin, puis
pénétrèrent dans le cimetière. Là, aucune manifestation politique n'eut
lieu; aucun discours ne fut prononcé: la religion et les souvenirs
intimes de l'âme étaient seuls présents; la politique n'eut point de
place auprès du lit de mort ni du tombeau de l'homme dont elle avait
rempli et dominé la vie.

Vers la même époque, une circonstance toute personnelle fut pour moi une
vraie peine. M. Royer-Collard, avec qui, depuis 1830, je continuais de
vivre en relation intime, désira et demanda, pour l'un de ses parents,
un avancement considérable dans la haute administration. J'en entretins
plusieurs fois mes collègues, qui ne pensèrent pas qu'une telle faveur
fût possible. Après l'avoir plusieurs fois réclamée, je ne crus pas
devoir prolonger mon insistance. J'offris à M. Royer-Collard des
compensations qui ne le satisfirent point; autant il recherchait peu le
pouvoir, autant il tenait à l'influence; quand il avait exprimé un voeu
ou entrepris de servir une cause, le succès devenait pour lui un besoin
passionné, et le mécompte lui semblait presque une offense. C'est
d'ailleurs pour les hommes, même pour les meilleurs, une épreuve
difficile de voir grandir sans leur concours, et dans une complète
indépendance, des renommées et des fortunes qu'ils ont vu naître
et longtemps soutenues. Je ne tardai pas à m'apercevoir que M.
Royer-Collard était profondément blessé de son échec: nous dînions un
jour ensemble; je ne sais plus quelle circonstance amena sur ses lèvres
les paroles de Bossuet, dans l'oraison funèbre de la princesse Palatine,
sur «l'illusion des amitiés de la terre qui s'en vont avec les années
et les intérêts;» il les prononça d'un accent plein d'amertume, et en
détournant vers moi ses regards. L'injustice était grande; mais la
passion ne se doute pas qu'elle est injuste. Quelques jours après, M.
Royer-Collard me témoigna formellement, par quelques lignes amères et
tristes, son désir de rompre nos anciennes relations. J'en fus plus
attristé que surpris; je connaissais cette nature ardemment susceptible
en qui ni la force de l'esprit, ni la gravité du caractère ne
surmontaient la domination orageuse des impressions. Je ne me sentais
aucun tort, et je comptais sur le temps pour rendre à l'équité son
empire. Je ne me trompais pas; la vérité et l'amitié rentrèrent dans
l'âme de M. Royer-Collard avant que sa mort vînt nous séparer; mais,
pendant quelques années, cette rupture avec un illustre et ancien ami
fut, pour moi, un chagrin de coeur et quelquefois un ennui de situation.

Malgré nos succès dans les Chambres, nous ne nous sentions pas en ferme
possession de l'avenir, et, malgré sa modestie, le maréchal Mortier
souffrait de son insignifiance politique, de jour en jour plus visible
et plus commentée par l'opposition. Dans chaque occasion qui réveillait
en lui ce sentiment, il témoignait timidement son honnête déplaisir.
Quelques désordres eurent lieu dans l'École polytechnique, et firent
craindre la nécessité de mesures graves: le maréchal vint me trouver et
me demanda de prendre dans mon département cette grande école dont il ne
voulait plus avoir à répondre. Les raisons spécieuses ne manquaient
pas pour ce changement d'attributions: l'École polytechnique n'est pas
spécialement militaire; l'enseignement scientifique y est général, et
elle forme ses élèves pour d'importants services civils aussi bien que
pour les corps savants de l'armée. On sentait de plus la convenance d'y
fortifier les études littéraires et historiques, pour donner aux esprits
plus de variété, de souplesse et d'étendue. Je me refusai pourtant
expressément au désir du maréchal: au milieu de notre relâchement de
l'autorité et des moeurs, la discipline est, pour cette célèbre école,
une condition nécessaire d'ordre et de succès; elle doit surtout à ce
fort régime l'originalité et la permanence de son caractère, et ce
qu'elle pourrait gagner à la liberté de nos écoles purement civiles ne
vaudrait pas ce qu'elle courrait grand risque d'y perdre. Le duc de
Trévise renonça avec peine à une proposition qui l'eût déchargé, sur un
point du moins, d'une responsabilité qui troublait son repos. Il n'en
put supporter longtemps le fardeau, et, le 20 février 1835, donnant pour
raison l'état de sa santé, il apporta au Roi sa démission en termes si
positifs que ni le Roi, ni aucun de nous, ne put insister pour qu'il y
renonçât; et le cabinet se vit de nouveau condamné à la recherche d'un
président.

Je pris à l'instant la résolution de ne plus accepter, dans ce poste,
aucune fiction, aucune vaine quoique brillante apparence, et de faire
tous mes efforts pour y porter le duc de Broglie, le seul alors, parmi
les défenseurs de la politique de résistance libérale, dont l'élévation
ne dût blesser aucun amour-propre, le seul aussi que les Chambres et le
public fussent disposés à regarder comme un chef sérieux du cabinet, et
dont on se promît, envers la couronne, une fermeté respectueuse, avec
ses collègues une dignité amicale. Je n'ignorais pas quels obstacles
je rencontrerais dans cette entreprise; mais je comptais, pour les
surmonter, sur ma persévérance tranquille et sur l'empire de la
nécessité.

Le premier de ces obstacles était le Roi lui-même, ou du moins ce qu'on
disait de sa disposition plus encore que ce qu'elle était réellement. Le
roi Louis-Philippe n'était jamais sourd à la raison ni aveugle sur les
besoins de la situation; mais il est vrai qu'il avait pour le duc de
Broglie, comme ministre des affaires étrangères, plus d'estime et de
confiance que d'attrait. J'ai rarement rencontré deux hommes plus
divers, quoique animés du même dessein, et travaillant à la même oeuvre
par des procédés plus différents. A propos de je ne sais plus quel
projet de loi, une discussion s'éleva un jour dans le conseil sur le
sens et la portée du mot _droits_; le duc de Broglie affirmait les
droits naturels; le roi Louis-Philippe ne reconnaissait que des droits
légaux. Ils auraient pu discuter indéfiniment sans jamais parvenir à
s'entendre, tant le point de départ et le tour des esprits étaient
dissemblables. Ce n'est pas que le duc de Broglie soit un théoricien
obstiné, ni un caractère difficile; il comprend à merveille les
exigences pratiques des choses humaines, et sait s'y prêter avec une
modération large et prévoyante, mais il se préoccupe toujours des idées
générales auxquelles se rattachent les affaires qu'il traite, et trop
peu des personnes avec qui il les traite; il porte, dans l'examen des
questions et des moyens de les résoudre, plus d'habile invention et
de ménagement que dans ses rapports avec les hommes; et tout en
s'appliquant à donner aux intérêts divers les satisfactions qui leur
sont dues, il prend peu de soin pour plaire aux divers acteurs et pour
s'assurer leur adhésion facile ou leur concours. Le roi Louis-Philippe,
au contraire, vivement préoccupé des difficultés ou des embarras du
moment, et toujours pressé d'y échapper, mettait une grande importance
aux impressions quotidiennes des diplomates européens, et s'inquiétait
de l'humeur que la fierté ou la prévoyance lointaine du duc de Broglie
pouvaient leur donner. De là provenait surtout son peu de penchant à
lui remettre, avec la présidence du conseil, la direction des affaires
étrangères, quoiqu'il se confiât pleinement dans l'accord des intentions
et de la conduite générale du duc avec sa propre politique de paix et
d'ordre européen.

Une circonstance particulière avait naguère aggravé à cet égard sa
disposition. Vers la fin de 1833, M. de Talleyrand, alors en congé
à Paris, dit au Roi que le cabinet anglais, préoccupé des affaires
d'Orient et d'Espagne, se montrait disposé à entrer, avec le
gouvernement français, dans une alliance défensive et formelle. Le Roi,
ardemment convaincu que l'alliance anglaise était le gage de la paix
européenne, accueillit sur-le-champ cette idée, en entretint vivement le
duc de Broglie, et le pressa d'en causer à fond avec M. de Talleyrand
et d'en poursuivre l'exécution. Plusieurs conversations, tantôt à deux,
tantôt à trois, eurent lieu en effet, à ce sujet, entre le Roi, son
ministre et son ambassadeur. Le duc de Broglie s'y montra peu enclin à
croire, soit à l'utilité, soit au succès d'une telle combinaison. A
son avis, autant il importait de vivre en très-bons rapports avec
l'Angleterre et de s'entendre avec elle, dans chaque occasion, sur les
grandes affaires européennes, autant il était dangereux de se lier à
elle par un lien général et permanent, qui ferait perdre à la France
l'indépendance dont elle avait besoin pour sa politique propre, sans lui
donner, contre les diverses chances de l'avenir européen, la sécurité
qu'on se promettait. Il doutait fort d'ailleurs que le cabinet anglais
fût sérieusement disposé à contracter l'alliance dont on parlait; il
voyait, dans tout ce qu'en rapportait M. de Talleyrand, des impressions
momentanées et le laisser-aller de la conversation plutôt que des
intentions efficaces et de véritables ouvertures. Ce qui le confirmait
dans son doute, c'est que M. de Talleyrand, tout en faisant valoir les
dispositions du cabinet anglais, ne paraissait pas empressé à entamer
lui-même, à ce sujet, une négociation positive, et demandait que le
duc de Broglie profitât de son intimité personnelle avec l'ambassadeur
d'Angleterre à Paris, lord Granville, pour mener à bien cette affaire.
Le duc de Broglie se refusa à cette façon de procéder qui eût placé sous
sa responsabilité directe une proposition dont le mérite et le succès
lui semblaient également douteux; mais, tout en persistant dans son
doute, il engagea M. de Talleyrand, qui était sur le point de retourner
à Londres, à sonder attentivement les dispositions d'abord de lord
Granville, ensuite du cabinet anglais, et à s'assurer qu'elles étaient
vraiment sérieuses. Il y aurait alors lieu d'examiner jusqu'à quel point
il convenait à la France de s'avancer dans cette voie; et quant au duc
de Broglie lui-même, sans prendre aucun engagement, il ne repoussait pas
formellement la combinaison dont il s'agissait, si elle devenait réelle
et bien garantie. Sur ces termes, M. de Talleyrand partit; arrivé à
Calais, et avant de s'embarquer, il écrivit au duc de Brolie pour
lui demander, sur cette perspective d'une alliance étroite avec
l'Angleterre, des instructions précises. Le duc de Broglie s'empressa de
lui répondre qu'il n'avait point d'autres instructions à lui donner que
les conversations qu'ils avaient déjà eues à ce sujet, soit ensemble,
soit avec le Roi; il le mit au courant de ce qu'il avait dit lui-même à
lord Granville sur le fond de la question, donnant à M. de Talleyrand
toute liberté de poursuivre à Londres les chances de son idée, mais sans
lui témoigner confiance dans le succès et sans lui rien prescrire qui
engageât l'avenir. Cette lettre reçue, M. de Talleyrand la garda pour
lui seul, ne fit à Londres aucune question, aucune démarche nouvelle,
et l'affaire en resta là, bornée aux idées vagues et aux conversations
vaines que je viens de rappeler.

Aujourd'hui comme il y a vingt-cinq ans, je crois que le duc de Broglie
avait raison. Personne n'attache plus de prix que moi aux bons rapports
de la France et de l'Angleterre; personne n'honore plus la nation
anglaise, et n'est plus convaincu que la paix entre les deux États
et l'entente entre les deux gouvernements sont, pour nous, la bonne
politique; notre prospérité intérieure et notre influence dans le monde
y sont pareillement intéressées; toute rupture éclatante, toute guerre
avec l'Angleterre, dût-elle plaire aux passions nationales et nous
valoir d'abord de brillants succès, nous deviendrait tôt ou tard une
cause d'affaiblissement, et nous jetterait hors des voies de la grande
et vraie civilisation. Mais, pour que la bonne entente des deux peuples
et des deux gouvernements soit efficace et durable, il faut qu'elle soit
et demeure libre, que ni pour l'un ni pour l'autre, elle ne devienne une
chaîne, et qu'elle n'apporte aucune entrave permanente au développement
des diversités naturelles de leurs situations, de leurs caractères, de
leurs intérêts. Ils peuvent et doivent souvent s'unir dans telle ou
telle circonstance, pour obtenir tel ou tel résultat particulier; mais
toute assimilation générale de leur politique, toute union obligée et
indéfinie, loin d'assurer entre eux la paix, amènerait des complications
et des conflits. C'était là ce que prévoyait et voulait éviter le duc de
Broglie quand il repoussait l'idée d'une alliance générale offensive et
défensive. Mais le roi Louis-Philippe, trop dominé par ses impressions
ou ses désirs du moment, garda, de la résistance de son ministre dans
cette occasion, un fâcheux souvenir, et M. de Talleyrand, qui n'avait
trouvé dans sa proposition qu'un mécompte au lieu du succès personnel
qu'il s'en était promis, resta également peu favorable au duc de
Broglie, et plus disposé à l'écarter du ministère des affaires
étrangères qu'à l'y rappeler.

Après la retraite du maréchal Mortier, et dans la vanité de nos premiers
essais pour lui trouver un successeur, nous avions tous donné au Roi
notre démission, et il avait à chercher, non-seulement un président du
Conseil, mais un cabinet nouveau. Il manda de Saint-Amand le maréchal
Soult, de Londres le général Sébastiani, appela M. Dupin, le maréchal
Gérard, tenta plusieurs combinaisons; aucune ne put aboutir. Tantôt le
futur chef appelé déclinait cet honneur, ne voulant pas courir la
chance d'un échec; tantôt, après l'avoir accepté, il ne trouvait pas de
collègues, ou n'en trouvait que d'évidemment insuffisants pour partager
avec lui le fardeau. Le maréchal Soult, qui ne demandait pas mieux que
de réussir, frappa à diverses portes, disant partout: «Les doctrinaires
ont si bien fait qu'il n'y a plus que moi de possible;» et rien ne
lui fut possible. Plus judicieux et plus dégagé de toute prévention
personnelle, car il était content de son poste de Londres, le général
Sébastiani disait: «C'est dommage; les doctrinaires ont du talent et du
courage; mais ils ne veulent pas que le Roi s'en serve.» J'allai le voir
un matin; la crise ministérielle durait déjà depuis dix ou douze jours;
il ne me parla que de l'Angleterre et de son dessein d'y retourner
promptement, quel que fût son déplaisir de voir et de laisser le Roi
dans l'embarras: «Il ne veut faire, et il a bien raison, ajouta-t-il,
qu'une combinaison forte et durable.» En le quittant, j'allai aux
Tuileries; je n'avais pas vu le Roi depuis plusieurs jours, ne voulant
ni le gêner dans sa recherche de nouveaux ministres, ni m'y associer;
«Sébastiani est arrivé, me dit-il en me voyant.--Je l'ai vu, Sire.--Et
que vous a-t-il dit?--Qu'il était venu pour peu de jours et qu'il ne
tarderait pas à repartir.--Oui, oui, il ne fera pas ici un long séjour;»
et laissant là brusquement Sébastiani: «Vous ai-je raconté ma dernière
conversation avec Dupin?--Non, Sire.--Eh bien! comme, grâce à vous, je
suis toujours dans l'embarras, j'ai fait venir Dupin; nous avons débattu
trois ou quatre combinaisons, toutes si difficiles qu'elles sont
impossibles; je lui ai dit enfin: «Faites-moi donc vous-même un
ministère; n'avez-vous dans votre monde personne à me donner?»--Ma foi!
non, m'a-t-il dit, et il m'a nommé quatre ou cinq personnes, Bignon,
Teste, Étienne, en ajoutant: «Nous n'irions pas trois mois avec
cela»--Mais, mon cher Dupin, ce que j'ai de mieux à faire, c'est donc
de garder ceux que j'ai?--Ma foi! oui, Sire, m'a-t-il dit, je crois que
c'est là ce qu'il y a de mieux, et je vous le conseille.»

Le Roi s'interrompit un moment, et, me regardant avec un mélange
d'humeur et de bienveillance, il continua: «Le maréchal Soult arrive
demain pour le dîner; nous essayerons de nous entendre et de prendre un
parti; mais je ne veux pas recommencer l'aventure du mois de novembre
dernier; je ne veux pas d'un replâtrage, d'un fantôme de cabinet; je
veux un arrangement solide, sérieux, comme vous dites, messieurs les
doctrinaires, un cabinet qui inspire de la confiance par sa seule
composition et ses talents connus. J'essayerai avec le maréchal Soult;
si j'échoue, il faudra bien subir votre joug.--Ah! Sire, que le Roi me
permette de protester contre ce mot; nous disons franchement au Roi ce
qui nous paraît bon pour son service; nous ne pouvons le bien servir que
selon notre avis.--Allons, allons, reprit le Roi en riant, quand nous
ne sommes pas du même avis, et qu'il faut que j'adopte le vôtre, cela
ressemble bien à ce que je vous dis là.» Je le quittai, persuadé qu'au
fond du coeur il voyait déjà, dans le duc de Broglie, sa ressource
nécessaire, et que son parti était pris de l'accepter.

La principale difficulté et la plus longue hésitation étaient ailleurs.
Il en coûtait à M. Thiers de voir le duc de Broglie, un doctrinaire et
mon intime ami, devenir ministre des affaires étrangères et président
du conseil. Non que les vues et les intentions politiques de M. Thiers
fussent, à cette époque, différentes des nôtres; sur toutes les grandes
questions, intérieures ou extérieures, nous avions été et nous étions
d'accord; mais il craignait que son influence, ou plutôt sa position
dans le cabinet ne fût et surtout ne parût affaiblie. C'est sa
disposition, et une disposition qui, à mon avis, l'a trompé plus d'une
fois, de n'avoir pas assez de confiance dans sa propre force, de ne pas
compter suffisamment sur lui-même et sur lui seul, et de faire, dans sa
conduite, une trop large part au désir d'éviter le mécontentement du
parti qui a été son berceau politique. Par sa raison et son goût, il est
homme d'ordre et de gouvernement, ce qu'on n'est guère dans les rangs
au milieu desquels il a habituellement vécu. De là résulte, entre sa
situation et son esprit, entre les traditions de sa vie et les instincts
de sa pensée, un désaccord qui a été souvent, pour lui, une source
d'embarras et une cause de faiblesse. Plus touché d'un juste orgueil,
plus ferme dans sa propre idée et sa propre volonté, il eût, je crois,
mieux gouverné sa destinée, pour lui-même comme pour son pays, car il
eût trouvé dans son indépendance bien plus de force que ne pouvait lui
en donner le parti, révolutionnaire ou flottant, auquel il tenait. Au
fond, il n'avait, à la personne ni à la politique du duc de Broglie,
aucune objection; il était bien sûr que, dans le cabinet ainsi modifié,
et précisément parce que la modification ne paraîtrait pas son ouvrage,
sa part d'influence serait grande et loyalement acceptée; mais on
verrait là un triomphe des doctrinaires; on dirait qu'entre les
diverses nuances du cabinet, l'équilibre allait être rompu; ses amis
l'assiégeraient de leur humeur. Il hésitait, tantôt adhérant, tantôt se
refusant à l'entrée du duc de Broglie dans le conseil, et tenant ainsi
en suspens une combinaison de jour en jour plus nécessaire, mais qui ne
pouvait se faire, et qu'aucun de nous ne voulait faire que de son aveu
et avec son concours.

Les Chambres, comme le public, commençaient à s'émouvoir de tant de
lenteur et d'incertitude: des interpellations, annoncées dans la Chambre
des députés, et d'abord ajournées, étaient à la veille d'être reprises;
le 9 mars 1835, je me rendis aux Tuileries, où je n'étais pas allé
depuis plusieurs jours, pour m'entretenir avec le Roi de ce que nous y
pourrions répondre. Le maréchal Soult était au château. Le Roi m'emmena
dans l'embrasure d'une fenêtre, et me dit en me le montrant: «Le
maréchal ne peut rien faire, il faut aviser à d'autres que lui.» La
conversation n'alla pas plus loin sur ce point; mais le lendemain matin,
je reçus un billet du Roi qui me demandait d'aller le voir sans retard:
«Toutes les combinaisons qu'on a tentées ont échoué, me dit-il, il faut
en finir; je veux que vous me donniez un conseil précis, positif.--Le
Roi sait ce que je pense de la situation et du moyen d'en sortir; mais
je ne dois me séparer en rien de mes collègues; je ne puis donner au
Roi un conseil formel que de concert avec eux.--A la bonne heure; en
attendant, allez trouver le duc de Broglie et envoyez-le moi; je désire
causer avec lui.» Je me rendis aussitôt chez le duc de Broglie, qui
alla dans la matinée aux Tuileries. Le Roi le reçut de bonne humeur,
s'entretint amicalement avec lui de toutes les affaires, ne fit
d'objection à aucune de ses propositions, pas même à ce que le conseil
se réunît, quand nous le jugerions à propos, hors de sa présence. Sa
résolution était prise; il n'y avait plus, du côté de la couronne, aucun
obstacle à surmonter.

Pourtant rien ne finissait; M. Thiers hésitait toujours. La Chambre
des députés s'impatientait de plus en plus; la majorité, qui avait
constamment appuyé le cabinet, se montrait hautement favorable à
l'entrée du duc de Broglie comme au meilleur moyen de le raffermir. Il
fut question d'une adresse au Roi, pour lui donner la certitude de la
persévérante adhésion de la Chambre à la politique en vigueur. Les
interpellations plusieurs fois annoncées eurent lieu le 11 mars; je pris
une grande part au débat; je me sentais soutenu et poussé par la faveur
de la Chambre pour la solution que je désirais. J'engageai la Chambre,
tout en ménageant avec soin la prérogative de la couronne, à manifester
son influence pour mettre fin à la crise. Les membres de la majorité se
réunirent en très-grand nombre chez l'un d'eux, M. Fulchiron, et ils
chargèrent sept d'entre eux d'aller témoigner, à ceux des ministres qui
se montraient incertains sur la combinaison proposée, leur désir de voir
cesser ces incertitudes, et de les assurer que le cabinet ainsi complété
serait fermement soutenu. La démarche fut décisive; M. Thiers saisit de
bonne grâce cette raison de sortir d'une hésitation qui devenait pour
lui-même un embarras, et, le 12 mars, le cabinet fut reconstitué sous
la présidence du duc de Broglie, ministre des affaires étrangères; le
maréchal Maison remplaça le maréchal Mortier au ministère de la guerre;
l'amiral Rigny, qui, dès le premier moment de la crise, et avec le plus
loyal désintéressement, s'était déclaré prêt à se retirer, devant le
duc de Broglie, du département des affaires étrangères, resta dans
le conseil comme ministre sans portefeuille, et nous conservâmes, M.
Duchâtel, M. l'amiral Duperré, M. Humann, M. Persil, M. Thiers et moi,
les départements que nous occupions.

On s'est beaucoup plaint des crises ministérielles, et c'est, contre
le régime parlementaire, un des griefs les plus accueillis. Je ne m'en
étonne pas; c'est un triste spectacle que celui des ébranlements, des
tiraillements, des lacunes du pouvoir, et de la lutte des ambitions,
légitimes ou illégitimes, qui s'en disputent la possession. Le public
s'alarme de ces entr'actes politiques, et il est rare que les acteurs
ne perdent pas quelque chose dans ces révélations des agitations de la
coulisse. A vrai dire, l'apparence est plus fâcheuse que le mal n'est
grave; ni le bruit qu'en fait l'opposition, ni l'inquiétude qu'en prend
le public ne sont la juste mesure des inconvénients réels de telles
crises; on ne voit pas, quand on y regarde de près, que les affaires
publiques en aient jamais vraiment souffert; et les personnes qui y sont
engagées y courent plus de risque que l'État. Mais il y a, aux reproches
dont ces incidents du régime parlementaire sont l'objet, une réponse
plus décisive. La liberté et la publicité ne sont jamais plus
nécessaires ni plus salutaires qu'au moment où des prétendants divers
aspirent au gouvernement du pays; c'est alors surtout qu'il importe
que toutes les intentions se révèlent, que toutes les combinaisons se
tentent, que toutes les transactions utiles s'accomplissent, que nul ne
réussisse sans avoir subi l'épreuve de la discussion devant le public
et de la lutte ouverte avec ses rivaux. Cette épreuve est bonne au
caractère des hommes politiques comme aux intérêts du pays; tant pis
pour ceux qui s'y décrient; il est juste et utile que leurs faiblesses
soient connues; d'autres y prendront des leçons de dignité, de constance
dans leurs idées et leur conduite, de fidélité à leurs amis. Ainsi se
forment de dignes chefs pour les grands partis politiques; ainsi le pays
apprend à connaître les hommes qui tentent de le gouverner, et peut
savoir, quand ils entrent en scène, s'il doit, ou non, prendre en eux
confiance. Ce n'est pas aux crises ministérielles en particulier que
doivent s'en prendre ceux qui les accusent si vivement; c'est au
gouvernement libre tout entier, dont elles sont l'un des incidents
naturels et inévitables. La liberté a ses ennuis qu'il faut subir pour
jouir de ses bienfaits; mais, dans le nombre, les crises ministérielles
ne sont pas l'un des plus graves, ni des plus difficiles à surmonter.

Dès que le cabinet fut reconstitué, le débat recommença dans la Chambre
des députés sur les causes de sa dissolution et de sa reconstitution:
pendant deux jours, MM. Mauguin, Garnier-Pagès, Sauzet, Odilon Barrot,
s'efforcèrent de démontrer à la Chambre qu'il n'aurait dû ni se
dissoudre, ni se reformer comme il l'avait fait. Le déplaisir de
l'opposition était extrême; elle avait espéré que ces fluctuations
et ces crises du pouvoir, qui se succédaient depuis près d'un an,
aboutiraient à un changement complet, non-seulement de personnes, mais
de système, et que la politique de concession remplacerait enfin la
politique de résistance. Il s'agissait en effet de savoir si les
conspirations et les insurrections anarchiques d'avril 1834 seraient
punies après avoir été réprimées, ou si le pouvoir, qui avait vaincu
les insurgés dans les rues, se déclarerait impuissant à les faire
juger selon les lois, et leur rouvrirait lui-même l'arène quand ils
proclamaient de toutes parts leur ardeur à recommencer le combat.
C'était là la question qui se débattait sous le nom de l'amnistie;
l'opposition, dans ses diverses nuances, s'était crue sur le point de la
résoudre elle-même; et elle voyait se reformer précisément le cabinet
qui, depuis trois ans, avait soutenu la politique de résistance, et qui
regardait comme sa mission patriotique d'assurer le triomphe de l'ordre
en droit comme en fait, par les arrêts de la justice comme par les
victoires de la force publique. En prenant pour la première fois la
parole comme président du conseil, le duc de Broglie, avec un accent
plein d'autorité et de franchise, établit nettement, d'une part, la
politique dans laquelle le cabinet était bien résolu de persévérer,
d'autre part, le caractère vraiment constitutionnel du cabinet lui-même
et des principes d'après lesquels il s'était réorganisé. Son langage
plut à la majorité comme le grand jour plaît à ceux qui cherchent
leur route; toute indécision cessa dans les Chambres comme dans le
gouvernement; et le cabinet se mit à l'oeuvre, confiant dans sa
situation parlementaire et dans ses éléments intérieurs.

Ses premiers travaux répondirent à ses espérances et à l'attente
publique. La plupart des grandes questions qui demeuraient en suspens
furent vidées; un nouveau projet de loi, présenté pour le règlement de
la dette envers les États-Unis d'Amérique, fut discuté, adopté, et,
malgré les difficultés diplomatiques qui en retardèrent quelque temps
l'exécution, cette cause de trouble et peut-être de querelle entre les
deux nations disparut complétement. Des lois sur les attributions des
autorités municipales et sur la responsabilité des ministres et des
agents du pouvoir furent l'objet de sérieux débats. Une loi qui
modifiait, dans un sens favorable à l'affranchissement progressif des
esclaves, la législation criminelle des colonies, fut promulguée.
Une autre loi, aussi importante pour la prospérité matérielle de nos
campagnes que l'a été la loi de l'instruction primaire pour leur progrès
intellectuel, la loi sur les chemins vicinaux fut proposée, discutée,
adoptée, et mise, l'année suivante, en régulière exécution. Dès l'année
précédente, en juin et juillet 1834, M. Duchâtel avait commencé, dans
notre régime commercial, d'importantes réformes. Deux ordonnances[13],
rendues en vertu de pouvoirs spéciaux accordés par la loi de finances,
et concertées entre deux commissaires français et deux commissaires
anglais (lord Clarendon était l'un de ceux-ci), avaient aboli diverses
prohibitions et réduit les droits d'entrée sur un grand nombre d'objets,
les fers, les houilles, les laines, les lins, etc. Des réductions
correspondantes avaient été prononcées en Angleterre, et la liberté du
commerce était entrée dans les voies d'un progrès graduel, mutuel et
sévèrement discuté. Un peu plus tard, en octobre 1834, M. Duchâtel
entreprit une grande enquête commerciale pour rechercher, par l'étude
précise des faits, quelles seraient les conséquences de la levée des
prohibitions, et à quelles conditions elles pourraient être abolies.
Cette enquête avait lieu devant le Conseil supérieur du commerce, et, à
la suite de chaque séance, les dépositions des témoins entendus étaient
publiées dans les journaux. Le gouvernement ne voulait accomplir les
réformes libérales qu'avec l'aide du temps, à la lumière des faits
bien connus, et sous les yeux du public averti et éclairé. Les crises
ministérielles qui survinrent à la fin de 1834 suspendirent les
résultats de l'enquête; mais en octobre 1835, quand l'ordre raffermi
permit les espérances et les travaux d'avenir, M. Duchâtel, par une
ordonnance nouvelle[14], rentra dans la voie qu'il avait ouverte, et fit
faire à la libre extension de nos relations commerciales de nouveaux
progrès, si prudemment mesurés qu'ils furent acceptés presque sans
murmure par les intérêts même qui ne les désiraient pas. Ainsi, en
même temps que l'esprit conservateur prévalait dans la politique, une
activité intelligente régnait dans l'administration, et les travaux
parlementaires du cabinet ne l'empêchaient point de veiller avec soin
aux affaires courantes et matérielles de l'État.

[Note 13: Des 2 juin et 8 juillet 1834.]

[Note 14: Du 10 octobre 1835.]

Pendant que nous mettions ainsi sincèrement en pratique le régime
constitutionnel, la Cour des pairs le défendait fermement contre les
ennemis acharnés à le renverser. Je dis les ennemis, car, de la part des
insurgés vaincus, le procès d'avril 1834 fut encore la guerre, la guerre
transportée des rues dans le Palais-de-Justice, hautement proclamée et
systématiquement poursuivie à coups de théories, de déclamations et
d'invectives, au lieu de coups de fusil. Je ne crois pas que l'histoire
judiciaire du monde ait jamais offert un pareil spectacle: cent vingt et
un accusés se portant accusateurs des juges, des lois, du gouvernement
tout entier, refusant absolument de leur reconnaître aucun droit, se
taisant quand on les interrogeait, parlant, vociférant quand on leur
ordonnait de se taire, opposant leurs violences personnelles à la force
publique, maudissant, injuriant, menaçant, prédisant leur victoire et
leur vengeance prochaines, l'anarchie fanatique et pratique s'étalant
avec arrogance au nom de la république, et se donnant toute licence pour
prolonger et enflammer le procès, dans l'espoir d'en faire sortir de
nouveau la guerre civile. Et par une inconséquence qui serait étrange,
si quelque chose pouvait être étrange dans le chaos, ces accusés, qui
proclamaient la guerre contre leurs juges, réclamaient de ces mêmes
juges toutes les garanties, toutes les formes, tous les scrupules de la
justice régulière, et prétendaient imposer toutes leurs exigences au
pouvoir auquel ils refusaient tous les droits.

Loin de la Cour, et dans les actes ou les conciliabules intérieurs du
parti, la même politique était pratiquée; la même indifférence régnait
sur la nature et la moralité des moyens, pourvu qu'ils servissent à la
cause. On voulait dégoûter la garde nationale du service qu'elle avait
à faire au Luxembourg; on essaya de faire circuler et signer une
protestation; la tentative échoua; on adressa alors au président de
la Cour des pairs une lettre par laquelle plusieurs honorables gardes
nationaux de la 9e légion se refusaient à ce service. Les prétendus
signataires désavouèrent la lettre; elle était fausse. Un journal du
parti, le _Réformateur_, avait subi une condamnation; il publia une
lettre qu'il avait reçue, disait-il, de l'un des jurés, qui déclarait
qu'il n'avait voté la culpabilité que pour se soustraire aux
persécutions dont on le menaçait; les douze jurés qui avaient prononcé
dans l'affaire réclamèrent, niant tous ensemble la prétendue lettre.
Celle-là aussi était fausse. Une fabrication plus étrange encore amena
un incident qui aggrava singulièrement le procès. La _Tribune_ et le
_Réformateur_ publièrent une lettre adressée aux accusés par le comité
de leurs défenseurs, pour les exhorter à persévérer dans leur ardente
résistance, et qui finissait par cet outrage à la Cour des pairs:
«L'infamie du juge fait la gloire de l'accusé.» Sur la proposition du
duc de Montebello, la Cour, justement indignée, ordonna des poursuites
contre les auteurs de cette lettre, et le procès des défenseurs vint se
joindre au procès des insurgés. Deux députés, MM. de Cormenin et Audry
de Puyraveau, figuraient parmi les signataires; la Cour des pairs
demanda à la Chambre des députés l'autorisation de les poursuivre. M. de
Cormenin déclara qu'il n'avait point signé; la même déclaration vint de
la plupart des personnes dont les noms étaient au bas de la lettre; elle
avait été rédigée et signée sans leur aveu, et dans l'espoir qu'ils ne
la désavoueraient pas. Une surprise ironique éclata dans le public; un
violent débat s'éleva dans l'intérieur du parti: fallait-il que tous
avouassent la lettre, comme s'ils l'avaient effectivement signée, ou
devait-on convenir de la vérité? Ce dernier avis prévalut; deux membres
du comité, MM. Trélat et Michel de Bourges, se déclarèrent seuls auteurs
de la lettre; quelques autres des prétendus signataires en acceptèrent
tacitement la responsabilité; ils furent seuls poursuivis et condamnés
avec les éditeurs des deux journaux qui l'avaient publiée; mais ce
mensonge, commis avec tant de légèreté et abandonné avec tant de
faiblesse, fit grand tort, dans le public comme dans la Cour, aux
accusés comme à leurs défenseurs, et le procès, un moment compliqué par
cet incident, en marcha plus aisément vers sa conclusion.

De tous les chaos où tombe souvent l'humanité, le plus déplorable à
contempler est celui de l'âme humaine elle-même: les accusés et leur
parti offraient ce triste spectacle: le bien et le mal, le vrai et le
faux, le juste et l'injuste, l'utile et le funeste, le possible et
l'impossible, tout était mêlé et confondu dans ces esprits troublés
jusqu'à la frénésie ou pervertis jusqu'au crime; et ce qu'il y avait
en eux de bon et de noble, la conviction sincère, le dévouement, le
courage, ne servait plus qu'à les précipiter eux-mêmes dans cet abîme
de l'anarchie où ils s'efforçaient d'entraîner leur pays, croyant
l'affranchir et le régénérer.

La Cour des pairs renouvela, dans cette difficile épreuve, les grands
exemples de fermeté tranquille et de modération judicieuse qu'elle avait
déjà donnés. En 1830, dans le procès des ministres de Charles X, elle
avait maintenu l'équité envers les accusés contre la passion publique;
en 1835, elle maintint l'ordre public contre les fureurs des accusés,
en gardant aussi l'équité. Ni la longueur du procès, ni la violence des
scènes, ni les incidents imprévus, ni les complications légales, ni
la retraite successive de plusieurs pairs lassés ou troublés, rien ne
l'irrita, rien ne l'arrêta; elle était résolue à être en même temps
modérée et efficace. Cent soixante-quatre pairs avaient assisté à la
première audience, cent dix-huit étaient présents à la dernière et
signèrent l'arrêt définitif. Le procès avait duré neuf mois. Les
accusés, leurs défenseurs, leurs journaux, avaient constamment parlé,
protesté, déclamé comme en présence de l'échafaud: «Vous voulez cent
soixante-quatre têtes, prenez-les.--Envoyez à la mort les soutiens de
cent cinquante familles du peuple.--On m'a amené ici par force; on
m'a déchiré; on m'a massacré; tenez, voilà ma poitrine; frappez-moi,
tuez-moi.» Pas une condamnation à mort ne fut prononcée; la déportation
fut la peine la plus grave. La Cour maintint l'empire des lois sans user
de toute leur force, et défendit l'État contre l'insurrection anarchique
sans se soucier des emportements et des menaces des insurgés.

Plus le procès avait été difficile et orageux, plus le succès était
grand pour le gouvernement; c'était la victoire des lois après celle des
armes; ni la force ni la justice n'avaient manqué à la société. Pourtant
les obstacles et les périls persistaient ou renaissaient incessamment
sur les pas du pouvoir; ses ennemis, loin de se montrer découragés par
leurs défaites, redoublaient de colère et de manoeuvres; la violence
de leurs journaux demeurait la même; les procès de presse, toujours
nombreux, aboutissaient toujours à des résultats variables et presque
alternatifs, aujourd'hui des condamnations, demain des acquittements,
également inefficaces, les uns pour réprimer, les autres pour satisfaire
les passions factieuses. Le public s'étonnait que la victoire de l'ordre
ne lui rendît pas plus de repos et de sécurité. Un homme d'un esprit
ferme et d'un courage indomptable, libéral éprouvé, et qui, par son nom,
son caractère et son talent, exerçait dans le sud-ouest de la France
une grande influence, M. Henri Fonfrède m'écrivait de Bordeaux:
«Nous restons sur un champ de bataille où, malgré tant de succès si
péniblement conquis, les obstacles et les dangers se renouvellent sans
cesse, et entravent l'action du pouvoir au moment où elle semblerait se
manifester plus ferme et mieux assurée. Cela inquiète ici beaucoup les
esprits. Je crois pouvoir dire que le principal germe de ce mal est dans
l'influence démocratique trop puissamment excitée, et dans l'absence de
principes clairs et fixes au sein de notre propre parti. Nos collèges
électoraux eux-mêmes, dans leur portion gouvernementale qui forme
évidemment la grande majorité, du moins ici, sont tellement décousus et
abandonnés aux mille nuances théoriques de la première argumentation
tenue, qu'avec les meilleures intentions du monde, ils pourraient, sans
s'en douter, voter au contre-sens de leur propre opinion politique, et
contribuer ainsi, non pas à une conciliation toujours désirable
entre les opinions modérées et consciencieuses, mais à une confusion
inextricable de principes hétérogènes et contraires, qui ôterait aux
hommes engagés dans le travail de la restauration sociale tous les
leviers dont ils ont besoin pour agir efficacement.»

Pendant que le procès suivait son cours, nous reconnûmes bientôt que, en
même temps que la guerre continuait, le champ de bataille était changé.
Ce n'était plus à de grands mouvements publics, à de vastes complots,
aux soulèvements populaires, que les ennemis demandaient le succès;
c'était dans la personne même du Roi qu'ils voulaient frapper et
détruire le régime tout entier. L'assassinat remplaçait l'insurrection.
De l'automne de 1834 à l'été de 1835, sept projets de ce crime alors
nouveau furent découverts et déjoués par l'autorité: les uns conçus
et poursuivis avec une obstination profonde, les autres rêvés par des
imaginations en délire et par cette détestable ambition de célébrité,
n'importe à quel prix, que suscitent les grands désordres sociaux. Nous
approchions des fêtes annuelles de juillet; le Roi devait passer sur les
boulevards une grande revue de la garde nationale; des bruits sinistres
circulaient; des révélations à la fois précises et obscures parvenaient
à l'administration; des symptômes épars, des propos décousus et pourtant
d'une coïncidence singulière indiquaient une forte préoccupation partout
répandue. M. de Nouvion les a recueillis avec soin et bien résumés en
ces termes: «À l'approche du 28 juillet, plusieurs journaux de province
publièrent simultanément une correspondance de Paris ainsi conçue: «On
continue à dire que Louis Philippe sera assassiné, ou du moins qu'on
tentera de l'assassiner à la revue du 28. Ce bruit a sans doute pour but
de déterminer sa bonne garde nationale à venir, nombreuse, le protéger
de ses baïonnettes.» On lisait dans la _Quotidienne_ du 24 juillet: «Le
Gouvernement affecte d'envelopper encore du plus profond mystère
le prétendu complot dirigé contre la personne de Louis-Philippe.
Fantasmagorie! conspiration dont le secret est la formation de quelques
gardes du corps, à laquelle on veut préparer les esprits par des
simulacres de danger pour la famille royale.» Le 24, le _Corsaire_
disait: «Le prince L... (le roi Léopold) a envoyé demander à son
beau-père ses recettes d'assassinat politique. L'enthousiasme baisse à
Bruxelles. Il y a maintenant, à la Préfecture de police, une brigade
préposée aux assassinats mensuels.» Le 26, le _Charivari_ contenait ces
deux lignes: «Hier, le Roi citoyen est venu à Paris avec sa superbe
famille, sans être aucunement assassiné.» Le 28, jour du crime, le
_Corsaire_ disait, en faisant allusion au passage du Roi sur la place
Vendôme: «On parie pour l'éclipse totale du Napoléon de la paix.» Le
même jour, la _France_, après avoir rendu compte de la journée de la
veille, dite _fête des morts_, ajoutait cette affreuse plaisanterie:
«Peut-être est-ce à la fête des vivants qu'il est réservé, par
compensation, de nous offrir le spectacle d'un enterrement. Nous verrons
bien cela demain ou après-demain.» A l'étranger, le _Correspondant de
Hambourg_ du 25 juillet annonce qu'on s'attend à une catastrophe pendant
l'anniversaire des trois jours. Une lettre de Berlin, du 26, constate
que le même bruit s'y était répandu. Le 28, des jeunes gens voyageant
en Suisse, après avoir inscrit sur un registre d'auberge les noms de
Louis-Philippe et de ses fils, les font suivre de ces mots: «Qu'ils
reposent en paix[15]!»

[Note 15: _Histoire du règne de Louis-Philippe Ier,_ par Victor de
Nouvien, t. III, p. 501-502.]

Au milieu de ces bruits, la plupart ignorés alors ou peu remarqués, et
qui pourtant semaient dans l'air une vague alarme, nous nous rendîmes le
28 juillet aux Tuileries, au moment où le Roi se disposait à partir pour
la revue. La famille royale était réunie, la Reine émue et silencieuse,
Madame Adélaïde visiblement affectée et demandant qu'on la rassurât,
les jeunes princes prenant plaisir à entendre dire que la troupe était
superbe et que la garde nationale serait très-nombreuse. Il était
convenu que quelques-uns des ministres accompagneraient le Roi, et que
les autres iraient, ainsi que la Reine, à l'hôtel de la Chancellerie,
place Vendôme, attendre le retour du Roi qui devait s'arrêter là pour
assister au défilé. Le Roi monta à cheval et partit avec ses trois fils,
le duc d'Orléans, le duc de Nemours et le prince de Joinville, quatre de
ses ministres, le duc de Broglie, le maréchal Maison, l'amiral Rigny et
M. Thiers, les maréchaux Mortier et Lobau et un nombreux état-major.
Nous nous rendîmes, l'amiral Duperré, M. Duchâtel, M. Humann, M. Persil
et moi, à la Chancellerie. Plus d'une heure s'écoula; des nouvelles
venaient à chaque instant de la revue; on se félicitait de l'ordre qui y
régnait, du bel aspect des troupes, du bon esprit de la garde nationale.
Tout à coup la Reine et les Princesses arrivèrent saisies de trouble
et de douleur; au au moment où elles quittaient les Tuileries pour se
rendre à la Chancellerie, le colonel Boyer, l'un des aides de camp du
Roi, était accouru au galop leur annoncer l'attentat auquel le Roi et
ses fils venaient d'échapper, et qui avait fait, autour de lui, tant de
victimes. Quelques minutes après midi, sur le boulevard du Temple, le
Roi cheminait tranquillement le long des rangs de la garde nationale, et
un peu en avant de son cortége; un jet de flamme, parti d'une fenêtre
sur la gauche, frappa soudain ses yeux: «Joinville, dit-il à son fils en
ce moment le plus voisin de lui, ceci me regarde;» et au même instant
une nuée de balles éclatait sur son passage, frappant à mort ou blessant
grièvement quarante et une des personnes qui l'entouraient. Le Roi
s'arrêta un moment, vit ses fils debout à ses côtés, promena ses regards
sur les mourants, donna quelques ordres, et, montrant du doigt au duc de
Broglie, qui s'était rapproché de lui, l'oreille de son cheval percée
d'une balle: «Il faut continuer, mon cher duc; marchons, marchons;» et
il poursuivit en effet la revue, au milieu des explosions d'indignation
et des acclamations incessantes de la garde nationale, de la troupe et
de la population.

La nouvelle nous était venue à la Chancellerie en même temps qu'elle
arrivait aux Tuileries; mais le récit encore obscur de l'attentat, les
bruits incertains déjà répandus sur le nombre et les noms des victimes,
l'absence prolongée du Roi et de sa suite maintenaient et redoublaient
les alarmes; les salons de la Chancellerie étaient pleins des femmes,
des mères, des soeurs, des filles de ceux qui accompagnaient le Roi; on
accourait de tous côtés pour demander ou apporter des nouvelles: qui
était tué? qui était blessé? que se passait-il à la revue continuée? La
duchesse de Broglie arriva cherchant son mari; la Reine se jeta dans ses
bras, étouffant à grand'peine ses larmes. Toute cette société royale
était en proie à toutes les terreurs, à toutes les angoisses du coeur
humain, et personne ne savait bien encore quelle serait la mesure de ses
douleurs.

La vérité complète et précise, cruelle pour les uns, calmante pour
les autres, fut enfin connue. La revue terminée, le Roi arriva à la
Chancellerie avec son cortége: autour de la famille royale réunie et
rassurée, on comptait les pertes, on répétait les noms de dix-huit
autres familles, les unes illustres, les autres obscures, un maréchal,
des généraux, des gardes nationaux, des ouvriers, des femmes, une
jeune fille, toutes frappées du même coup, toutes en proie à la même
désolation. Après un court repos, le Roi et les princes ses fils
remontèrent à cheval, à la porte de la Chancellerie: les bataillons de
la garde nationale et les régiments de l'armée défilèrent devant eux,
avec ces acclamations ardentes, mêlées de sympathie et de colère, que
suscite dans les masses le spectacle d'un grand crime, d'une grande
douleur et d'un grand péril. Le défilé terminé, tous se dispersèrent,
princes et peuple; chacun retourna à ses tristesses et à ses affaires;
le duc de Broglie, en se déshabillant, vit tomber de sa cravate une
balle qui s'y était arrêtée après avoir, sans qu'il s'en aperçût au
moment, emporté et ensanglanté le collet de son habit. La population
affluait autour des Tuileries, sur le théâtre de l'attentat, à la
porte des blessés connus; et le soir même, le Roi, la Reine et Madame
Adélaïde, dans une voiture de ville, sans escorte, allèrent porter à la
veuve du maréchal Mortier, la duchesse de Trévise, ces témoignages de
sympathie qui honorent ceux qui les donnent plus qu'ils ne consolent
ceux qui en sont l'objet.

L'horreur fut générale et profonde. Le public était indigné et attendri.
Le crime avait été préparé et exécuté avec une indifférence atroce.
Toutes les classes, tous les rangs, tous les âges avaient été frappés.
Les douleurs royales et les douleurs populaires s'étaient confondues. Le
Roi avait déployé, au moment du péril, une fermeté imperturbable, et en
revoyant sa famille, une sensibilité expansive. Nul homme n'a jamais eu
un courage plus simple, plus exempt d'ostentation, moins empressé à se
faire remarquer et valoir. Des milliers de spectateurs avaient vu et
racontaient tous les détails, affreux ou touchants, de l'événement. Huit
jours après, le 5 août, quatorze cercueils, portés sur quatorze chars
funèbres, précédés et suivis d'un cortége immense, gouvernement, garde
nationale, armée, clergé, magistrats, corps savants, écoles publiques,
les représentants de la société tout entière, cheminèrent le long des
boulevards, de la place de la Bastille aux Invalides, à travers une
population innombrable, passionnément émue et silencieuse. Le Roi, la
Reine, toute la famille royale attendaient et reçurent le cortége à
l'hôtel des Invalides. En présence de toutes ces grandeurs divines et
humaines, tous ces cercueils qu'un seul crime avait remplis de morts
si divers, descendirent l'un après l'autre dans le même caveau. La
cérémonie terminée, quand ce peuple de spectateurs se fut écoulé, les
jours suivants, au sein des familles, dans les lieux publics, partout où
se rencontraient des hommes qui n'avaient rien à cacher, un sentiment
unanime éclatait; c'était le cri général qu'un devoir impérieux
commandait de mettre un terme aux attaques, aux provocations, aux
manoeuvres qui suscitaient de tels forfaits et infligeaient à la société
de tels périls, au coeur humain de telles douleurs.

Le cabinet n'hésita pas un instant à remplir ce devoir. Le mal, c'était
la provocation continue, tantôt audacieuse, tantôt astucieuse, au
renversement de l'ordre établi. Pour atteindre à ce but, on s'arrogeait
le droit de tenir et de remettre incessamment toutes choses en question,
les bases même de la société comme les actes de son gouvernement, le
droit primitif et fondamental des pouvoirs publics aussi bien que leur
conduite. C'était là ce qu'on appelait la liberté de l'esprit humain et
de la presse. Il fallait attaquer et vaincre dans son principe cette
prétention anarchique, après l'avoir vaincue dans sa conséquence
matérielle et armée, l'insurrection.

Nous abordâmes de front l'ennemi. Les lois que nous proposâmes le 4 août
1835, et qui devinrent les lois du 9 septembre suivant, qualifiaient
d'attentat à la sûreté de l'État toute attaque contre le principe et la
forme du gouvernement établi en 1830, lorsque cette attaque avait pour
but d'exciter à la destruction ou au changement du gouvernement. Elles
sanctionnaient et garantissaient l'inviolabilité constitutionnelle du
Roi en punissant quiconque ferait remonter jusqu'à lui la responsabilité
ou le blâme des actes de son gouvernement. Elles prenaient des
précautions précises contre les divers moyens de dissimuler ces délits
et d'en éluder la peine tout en les commettant. Elles réglaient, dans
les limites et selon les conditions générales instituées par la Charte,
les peines attachées aux délits, les juridictions appelées à en
connaître et les formes de la procédure, de façon à assurer l'efficacité
et la promptitude de la répression.

Pour tout esprit libre et ferme, il n'y avait rien là que de conforme
aux traditions des nations civilisées et aux règles du commun bon sens.
C'est une dérision de réclamer, au nom de la liberté de l'esprit
humain, le droit de mettre incessamment en question les institutions
fondamentales de l'État, et de confondre les méditations de
l'intelligence avec les coups de la guerre. Il faut, à toute société
humaine, des points fixes, des bases à l'abri de toute atteinte; nul
État ne peut subsister en l'air, ouvert à tous les vents et à tous les
assauts. Quand Dieu a, comme dit l'Écriture, livré le monde aux disputes
des hommes, il connaissait les limites de leur puissance; il savait
combien elle serait vaine, au fond, contre son oeuvre, même quand elle
en troublerait la surface. Mais les oeuvres humaines sont bien autrement
faibles et fragiles que l'oeuvre divine; elles ont besoin de garanties
qu'elles ne trouvent pas dans leur force propre et native. Et quand
la limite a été posée entre la discussion scientifique et la guerre
politique, c'est un devoir pour le législateur de ne pas se contenter de
défenses vaines, et d'opposer aux assaillants des remparts solides. Les
lois de septembre n'inventèrent, pour réprimer les délits dont elles
proclamaient la gravité, aucune pénalité inouïe et repoussée par nos
moeurs, aucune juridiction nouvelle et qui parût prédestinée à la
rigueur ou à la servilité. La déportation, avec des conditions diverses,
était dès lors et sera de jour en jour plus acceptée comme la peine
la mieux appropriée aux crimes politiques. La Cour des pairs faisait,
depuis vingt ans, ses preuves d'indépendance et de modération en même
temps que de fermeté efficace. Les modifications apportées dans la
procédure n'avaient d'autre objet que d'assurer la prompte répression du
délit, sans enlever aux accusés aucun de leurs moyens de défense.
Les lois de septembre ne portaient nullement les caractères de lois
d'exception et de colère; elles maintenaient les garanties essentielles
du droit, tout en pourvoyant aux besoins accidentels et actuels de
la société; définitions, juridictions, formes, peines, tout y était
combiné, non pour frapper des ennemis, mais pour que la justice publique
fût puissante et suffît pleinement à sa mission, en conservant son
indépendance et son équité.

La discussion de ces lois amena un exemple frappant de la déplorable
faiblesse d'esprit et de coeur qui, sous l'influence des passions
personnelles ou des clameurs extérieures, peut obscurcir les notions
les plus certaines et les plus simples. En parlant de la peine de la
déportation que l'opposition qualifiait d'atroce, je fus conduit à dire:
«On oublie constamment dans ce débat le but de toute peine, de toute
législation pénale. Il ne s'agit pas seulement de punir ou de réprimer
le condamné; il s'agit surtout de prévenir des crimes pareils. Il ne
faut pas seulement mettre celui qui a commis le crime hors d'état de
nuire de nouveau; il faut surtout empêcher que ceux qui seraient tentés
de commettre les mêmes crimes se laissent aller à cette tentation.
L'intimidation préventive et générale, tel est le but principal, le
but dominant des lois pénales. Il faut choisir, dans ce monde, entre
l'intimidation des honnêtes gens et l'intimidation des malhonnêtes gens,
entre la sécurité des brouillons et la sécurité des pères de famille;
il faut que les uns ou les autres aient peur, que les uns ou les
autres redoutent la société et ses lois. Il faut le sentiment profond,
permanent, d'un pouvoir supérieur toujours capable d'atteindre et de
punir. Dans l'intérieur de la famille, dans les rapports de l'homme
avec son Dieu, il y a de la crainte; il y en a naturellement et
nécessairement. Qui ne craint rien bientôt ne respecte rien. La nature
morale de l'homme a besoin d'être contenue par une puissance extérieure,
de même que sa nature physique, son sang, tout son corps ont besoin
d'être contenus par l'air extérieur, par la pression atmosphérique qui
pèse sur lui. Opérez le vide autour du corps de l'homme; vous verrez à
l'instant toute son organisation se troubler et se détruire. Il en est
de même de sa nature morale; il faut qu'un pouvoir constant, énergique,
redoutable, veille sur l'homme et le contienne; sans quoi, l'homme se
livrera à toute l'intempérance, à toute la démence de l'égoïsme et de la
passion.» Il n'y avait là; à coup sûr, qu'une vérité proclamée par le
bon sens général, et de tout temps admise par les publicistes et par
les moralistes, comme une des bases fondamentales de la législation
religieuse et civile. Les partis et les journaux en firent une
prétention tyrannique et barbare; le mot _intimidation_ devint le
synonyme d'iniquité préventive et de cruauté pénale; on l'écrivit, on le
répéta à côté de mon nom comme le terrible caractère de ma politique.
Et comme il est utile d'apporter des faits à l'appui des mots, on en
inventa pour établir que, ce que je disais, je le faisais aussi dans
l'occasion; on dit, on redit que, pendant les insurrections de Lyon,
en 1831 et en 1834, j'avais donné, pour les réprimer, «des ordres
impitoyables.» Le mensonge était grossier: en 1831, j'étais étranger au
cabinet, et en 1834, je n'avais eu, par la nature de mes attributions,
aucun ordre à donner à Lyon, et je n'en avais en effet donné aucun. Mais
peu importe la vérité aux passions ennemies; la crédulité vient, pour
elles, en aide au mensonge, et elles ne s'inquiètent guère qu'avec le
temps la lumière se fasse sur leurs assertions; le profit, et plus
encore le plaisir momentané qu'elles y trouvent suffisent à leur
vulgaire satisfaction.

Le duc de Broglie se fit grand honneur dans ce débat; il expliqua
et défendit les lois proposées avec une franchise, une fermeté, une
lucidité, une élévation d'idées et de langage qui firent, sur la
Chambre, une impression profonde. Il obtint, dans cette circonstance le
plus honnête et le plus utile des succès; il donna aux partisans de la
politique de résistance la satisfaction d'entendre prouver avec éclat
qu'ils avaient raison, et il les affermit dans leur conviction en les
laissant bien certains qu'il était lui-même profondément convaincu.
En dépit des mauvaises velléités de la nature humaine, les hommes se
plaisent à estimer en admirant, et les partis ne sont jamais plus animés
et plus fidèles que lorsqu'ils se sentent honorés par le caractère et le
talent de leurs chefs.

Les lois de septembre une fois votées et promulguées, l'état des esprits
dans le pays, à leur sujet, fut très-mêlé et divers. L'opposition les
avait ardemment combattues; les uns, par hostilité radicale, routine
ou passion de parti; les autres, avec une inquiétude sincère. Plus j'y
réfléchis, plus je demeure convaincu que l'opposition de ce temps a été
constamment sous l'empire d'une double erreur; elle redoutait trop peu
le mal et trop les remèdes; elle n'avait pas le sentiment juste des
périls dont notre société était menacée par les idées fausses et les
mauvaises passions qui fermentaient dans son sein; elle était infiniment
trop prompte à croire les libertés publiques compromises ou même
perdues. Les nations libres ont besoin de s'abriter sous des
constructions fortes, surtout lorsqu'elles ont déjà longtemps vécu,
et que leur longue vie a développé des éléments très-divers et des
situations très-compliquées. Leurs libertés y sont aussi intéressées que
leur repos, car la liberté, dont les germes peuvent être semés au vent
des révolutions, ne s'enracine et ne grandit qu'au sein de l'ordre et
sous des pouvoirs réguliers et durables. Le ferme établissement du
gouvernement nouveau était pour nous, après 1830, la première et
essentielle condition de la liberté; et telle était la situation comme
la nature de ce gouvernement qu'il ne pouvait faire courir à la liberté
aucun risque sérieux. L'opposition, je parle de l'opposition loyale et
sans arrière-pensée, méconnut cet état général du pays; et son erreur
était naturelle, car c'était celle d'une partie considérable du pays
lui-même; il croyait sa santé politique plus forte qu'elle n'était
réellement, et il repoussait comme inutiles et presque comme injurieux
la plupart des remèdes qui lui étaient présentés. Aussi, en combattant
les lois de septembre, l'opposition parlementaire ne manqua ni d'écho ni
d'effet; et ces lois rencontrèrent, hors des Chambres, le même genre et
à peu près le même degré de mécontentement et de blâme qu'elles avaient
trouvés dans leur sein.

En revanche, l'adhésion, non-seulement des amis déclarés de la politique
de résistance, mais des spectateurs impartiaux, fut prompte et décidée.
Dans les départements, la grande majorité des conseils généraux, élus
par les classes les plus indépendantes comme les plus éclairées, et
représentants tranquilles des sentiments comme des intérêts locaux,
s'empressèrent de témoigner leur satisfaction de la fermeté franche du
cabinet et des garanties qu'il venait de donner à la paix publique. On
ne tarda pas à reconnaître que ces garanties n'étaient ni oppressives,
ni vaines: la presse ennemie baissa de ton, sans cesser d'être libre;
ses violences et ses scandales furent plus rares et mieux réprimés; mais
la discussion de la politique et des actes du pouvoir demeura ouverte
et vive. Mises à l'épreuve de l'expérience, les lois de septembre ont,
pendant plusieurs années, efficacement protégé l'ordre public, et à coup
sûr elles n'ont pas détruit la liberté.

L'Europe fut frappée du spectacle qu'offrait alors la France. Le
tranquille courage et la présence d'esprit du Roi, au moment de
l'attentat, étaient fort admirés; on parlait de la main visible de la
Providence qui l'avait préservé, lui et ses fils, dans cet immense
péril. Treize ans plus tard, quand le gouvernement de 1830 n'existait
plus, un vieux tory de ma connaissance, légitimiste déclaré pour la
France, M. Croker me disait à Londres: «Après l'attentat de Fieschi,
quand je vis par quelle fortune le roi Louis-Philippe y avait échappé,
et avec quelle vigueur son gouvernement défendait la société menacée,
je le crus, pour la première fois, destiné à fonder en France le régime
constitutionnel et sa dynastie.» La Providence se réservait de nous
apprendre qu'il faut de bien autres conditions que le courage et la
bonne conduite de quelques hommes pour mettre fin aux révolutions et
fonder un gouvernement.

Pendant les quatre mois qui s'écoulèrent entre la promulgation des lois
de septembre et l'ouverture de la session de 1836, la situation du
cabinet fut forte et tranquille; aucun grand événement ne vint nous
troubler, aucun dissentiment intérieur ne nous embarrassait dans le
travail régulier du gouvernement. Le procès de Fieschi et de ses
complices, la conclusion du procès des insurgés d'avril, les
négociations relatives à l'exécution du traité des 25 millions entre la
France et les États-Unis, les mouvements diplomatiques de l'Europe, les
crises révolutionnaires de l'Espagne, la préparation des projets de loi
qui devaient être présentés aux Chambres dans la session prochaine
nous occupaient sérieusement sans nous susciter dans le présent aucune
complication fâcheuse, pour l'avenir aucune grave inquiétude. Un seul
incident me donna à prendre une résolution qui pouvait entraîner, pour
moi, une responsabilité délicate. Le maréchal Clauzel, alors gouverneur
général de l'Algérie, préparait une expédition dans l'intérieur de la
province d'Oran et sur Mascara. Le duc d'Orléans désirait ardemment
aller en Afrique et y prendre part. Son désir rencontrait dans le
cabinet beaucoup d'objections; on se souciait peu d'exposer l'héritier
de la couronne à de graves périls dans une entreprise sur une terre
inconnue et sans nécessité politique. On doutait que le maréchal Clauzel
vît avec plaisir la présence du prince à l'armée et on craignait entre
eux quelque embarras. Le Roi me parla du désir de son fils: «désir bien
naturel, me dit-il, et qu'à tout prendre il est bon de satisfaire;
quelles que soient les chances, il faut que mon fils vive avec l'armée
et s'y fasse honneur. Aidez-moi à lever les obstacles qu'il rencontre;
soyez favorable, dans le conseil, à son départ pour l'Afrique; il vous
en saura beaucoup de gré, et je désire qu'il soit bien pour vous.» Le
Roi avait raison: l'activité, l'empressement à servir le pays, à s'en
faire connaître et à s'y distinguer, sont le devoir et font la fortune
des princes. J'appuyai auprès de mes collègues, en particulier et dans
le conseil, la proposition du départ du duc d'Orléans pour l'expédition
projetée. En s'y rendant, il devait passer par la Corse, s'y arrêter
quelques jours, et s'y montrer attentif aux besoins de cette terre si
négligée du maître qu'elle avait donné à l'Europe. Il partit en effet
dans les derniers jours d'octobre, et le 26 novembre suivant, au moment
de se mettre en marche avec l'armée pour Mascara, il m'écrivait d'Oran:

«Je ne puis partir, Monsieur, pour l'expédition qui doit compléter
un voyage que je vous dois d'avoir entrepris, sans vous remercier de
nouveau d'avoir senti que l'intérêt de mon avenir, autant que le
devoir de ma position, m'appelait partout où l'armée avait une tâche à
accomplir. J'ai la confiance que le résultat de mon voyage ne pourra
d'aucune façon vous faire regretter d'avoir donné votre adhésion à mon
projet; et je sais que, tout en me conduisant de manière à me concilier
l'estime de l'armée, je dois éviter ce qui, plus tard, pourrait faire
peser des reproches spécieux sur la responsabilité du gouvernement.

«Je n'ai point la place de consigner, dans une lettre écrite à la hâte
et au moment de monter à cheval, les observations nombreuses que j'ai
cherché à recueillir avec impartialité sur l'état de notre marine, sur
la Corse, et sur l'Afrique; mais je ne puis laisser échapper cette
occasion de vous dire que je n'ai eu qu'à me louer, sous tous les
rapports, de la manière d'être du maréchal Clauzel à mon égard. Je me
suis efforcé pourtant de ne point laisser influencer, par l'accueil que
j'ai reçu ici, le jugement que je devais porter sur l'état de ce pays;
et j'ai dû reconnaître que des résultats importants, et auxquels, vous
le savez, j'étais loin de m'attendre, avaient déjà été obtenus par
le maréchal. Il a éteint toute dissidence politique; il représente
convenablement et fait respecter l'autorité royale, et l'esprit de parti
n'existe plus dans la population que sa composition y rendait le
plus accessible. Les troupes ont repris confiance en leur chef et
en elles-mêmes, et sous le point de vue militaire la situation est
très-satisfaisante. Quant à la direction générale de son commandement,
je crois pouvoir affirmer que le maréchal a compris maintenant ce qu'il
fallait pour être soutenu par le gouvernement; et il veut le faire, même
vis-à-vis des colons. Je pense même qu'il a senti qu'il deviendrait
nécessaire de diminuer dans quelque temps les charges excessives que nos
possessions africaines font peser sur la France; et j'ai eu occasion de
discuter avec lui un plan de gouvernement de la Régence d'Alger que je
désire vivement soumettre et faire approuver au Roi et à ses ministres
à mon retour à Paris. Je serai au plus tard le 18 ou le 19 décembre à
Toulon, et d'ici là, je vous prie, monsieur, de recevoir l'assurance de
tous mes sentiments pour vous.»

L'expédition atteignit pleinement son but; Mascara fut occupé; le duc
d'Orléans se fit grand honneur, dans l'armée et auprès de ses chefs, par
son intelligence aussi prompte et aussi brillante que sa bravoure; et le
19 décembre, comme il me l'avait annoncé, il débarqua à Toulon, charmé
d'avoir fait avec succès ce premier pas dans sa vie militaire en
Afrique, et gardant un bon souvenir de mon intervention pour lui dans
cette occasion.

Le même jour, à dix heures du soir, un convoi plus que modeste, presque
un convoi de pauvre, suivi seulement d'un frère, d'une soeur et d'un
prêtre, traversait Paris transportant dans une église de village, près
de Bordeaux, le cercueil d'un grand homme de bien, grand citoyen dans
les jours de péril suprême, et quelquefois grand orateur dans les débats
politiques. L'ancien président de la Chambre des députés, le ministre
de Louis XVIII, M. Lainé était mort à Paris le 17 décembre, et c'était
selon sa dernière volonté qu'il était conduit, sans le moindre appareil,
à sa dernière demeure. En 1830, après la révolution de Juillet, il
se tint d'abord à l'écart, portant, par vraie tristesse comme par
convenance, le deuil de cette ancienne royauté qu'il avait servie
pendant seize ans, sinon avec un esprit politique clairvoyant et ferme,
du moins avec un patriotisme sincère, une modération généreuse et
un courage mélancolique qui s'élevait parfois à de beaux mouvements
d'éloquence. Quand il vit la nouvelle monarchie établie et luttant
contre l'anarchie, dès le 17 septembre 1830, il vint silencieusement
prendre son siège dans la Chambre des pairs; et depuis ce jour jusqu'à
sa mort, il s'acquitta scrupuleusement de tous ses devoirs politiques,
sans sortir, pour aucun autre motif, de la retraite à laquelle il avait
voué la fin de sa vie. C'était une âme très-noble, facilement émue,
triste, et dont les instincts, plus grands que ses idées, s'élevaient,
avec un touchant mélange de simplicité morale et de pompe oratoire,
jusqu'à la vertu éloquente. Il avait dans l'esprit peu d'originalité,
peu de vigueur, des aspirations hautes plutôt que des convictions
claires, et son talent, qui manquait de précision au fond et de
pureté dans la forme, ne laissait pas d'être toujours élevé, animé
et sympathique. L'ordre et la liberté, le Roi et le pays ont eu des
conseillers plus profonds et plus efficaces, jamais un ami plus dévoué
et un serviteur plus digne. J'ai souvent pensé et agi autrement que M.
Lainé; depuis 1830, je ne l'ai plus rencontré que rarement; mais soit
dans mes rapports avec lui, soit en regardant de loin sa conduite et sa
vie, je lui ai toujours porté une profonde estime, et je prends plaisir
à rendre aujourd'hui à sa mémoire un hommage qu'en 1835 j'aurais
volontiers rendu à son cercueil.

La session s'ouvrit le 29 décembre 1835 sous des auspices favorables;
aucun trouble violent et prochain ne menaçait le pays; aucune question
vitale ne pesait sur le gouvernement; la confiance renaissait, les
libertés publiques se déployaient au sein de l'ordre que l'on commençait
à croire effectivement rétabli: «J'espère, dit le Roi en ouvrant la
session, que le moment est venu, pour la France, de recueillir les
fruits de sa prudence et de son courage. Éclairés par le passé,
profitons d'une expérience si chèrement acquise; appliquons-nous à
calmer les esprits, à perfectionner nos lois, à protéger, par de
judicieuses mesures, tous les intérêts d'une nation qui, après tant
d'orages, donne au monde civilisé le salutaire exemple d'une noble
modération, seul gage des succès durables. Le soin de son repos, de sa
liberté, de sa grandeur, est mon premier devoir; son bonheur sera ma
plus chère récompense.» Deux jours après, M. Dupin, réélu président de
la Chambre des députés, disait en prenant possession du fauteuil: «Si,
dans les précédentes sessions, les agitations du dehors ont quelquefois
réagi jusque dans cette enceinte, je n'en doute pas, la paix profonde
qui règne dans l'État étendra sur nous sa salutaire influence. La lutte
sera toute parlementaire; elle sera digne; les intérêts du pays seront
noblement et librement débattus; les rivalités, s'il s'en élève, ne
seront inspirées que par l'amour du bien public; chacun voudra remporter
chez soi le sentiment d'un devoir généreusement accompli.»

Le 14 janvier 1836, M. Humann proposa à la Chambre des députés les lois
de finances. Dès le début de son discours, en exposant les besoins
et les ressources de l'exercice 1837, il présenta comme nécessaire,
légitime, opportune, et, sinon comme immédiate, du moins comme
imminente, la mesure que M. de Villèle avait tentée sans succès en 1824,
le remboursement ou la réduction des rentes. La Chambre accueillit ses
paroles avec une faveur marquée, et nous, au banc des ministres, nous
les entendîmes avec une extrême surprise. Bonne ou mauvaise, une telle
mesure était évidemment trop grave pour être annoncée sans l'examen
approfondi et l'assentiment formel du cabinet; elle n'y avait été ni
décidée, ni même mise en délibération; la démarche qui s'accomplissait
en ce moment était le fait du ministre des finances seul; ni le Roi, ni
les autres membres du cabinet ne l'avaient acceptée ni connue.

Bien des spectateurs à cette époque et plusieurs historiens depuis
lors ont vu là un acte perfidement prémédité, une intrigue ourdie pour
diviser, disloquer et renverser le cabinet, intrigue dont M. Humann
aurait été l'instrument crédule et involontaire. C'est mettre dans la
politique plus de comédie machiavélique qu'il n'y en a réellement,
quoiqu'il y en ait beaucoup. M. Humann n'était ni un instrument ni une
dupe; il n'avait, pour son propre compte, nul mauvais dessein envers le
cabinet dont il partageait sincèrement les vues générales, et il ne fut
nullement, dans cette occasion, l'aveugle agent des desseins d'autrui.
Profondément convaincu de la légalité et de l'utilité de la conversion
des rentes, il avait, en 1824, appuyé M. de Villèle dans cette
tentative; plus tard, soit avant, soit depuis son entrée dans le
cabinet, il s'était plusieurs fois expliqué dans le même sens; peut-être
même, en préparant le budget de 1837, avait-il reparlé de son idée à
quelques-uns de ses collègues; mais il n'en avait jamais proposé
au conseil ni l'adoption formelle, ni l'exécution prochaine; il la
développa dans son exposé des motifs pour se donner à lui-même une
grande satisfaction et pour poser la base d'un budget normal auquel il
avait hâte d'arriver. C'était un esprit à la fois profond et gauche,
obstiné et timide devant la contradiction, et persévérant dans ses vues
quoique embarrassé à les produire et à les soutenir. Il tenait beaucoup
à accomplir, pendant son ministère, quelque acte important et qui lui
fît honneur: «Que voulez-vous? disait M. Royer-Collard, qui ne se
refusait guère un peu d'ironie envers ses amis, M. Guizot a sa loi sur
l'instruction primaire, M. Thiers sa loi sur l'achèvement des monuments
publics; Humann aussi veut avoir sa gloire.» En tenant, sur la
conversion des rentes, un langage officiellement positif et pressant, M.
Humann en dit beaucoup plus qu'il n'avait osé en dire d'avance au Roi
et à ses collègues; mais il ne formait point le propos délibéré de les
engager à tout risque et sans leur aveu; il marchait à son but avec
un mélange de précipitation et d'embarras, mais sans arrière-pensée
déloyale. Il y eut là, de sa part, une imprudence un peu égoïste et
sournoise, mais point d'intrigue, ni de complaisance secrète pour les
intrigues qui s'agitaient autour du cabinet.

Quoi qu'il en fût, un tel acte et la situation qu'il faisait au Roi
et au cabinet n'étaient pas supportables; la dignité des personnes et
l'harmonie intérieure du gouvernement en étaient également compromises.
Nous nous en expliquâmes nettement avec M. Humann. Il sentit la portée
de ce qu'il avait fait, nous en exprima son regret en persistant dans
ses vues, et donna sa démission. Le comte d'Argout, gouverneur de la
Banque, lui succéda immédiatement dans le ministère des finances.

Restait la question même que M. Humann avait soulevée, qu'il n'emportait
pas en se retirant, et sur laquelle le cabinet était obligé de prendre
sans délai un parti. Nous étions prévenus que des interpellations nous
seraient adressées à ce sujet, non par l'opposition, mais par l'un de
nos plus sincères amis, M. Augustin Giraud, car la conversion des rentes
avait, dans nos propres rangs, des partisans aussi chauds que parmi nos
adversaires politiques. Notre situation était délicate. Le Roi était
vivement opposé à la mesure qu'il regardait comme injuste en soi,
contraire à la bonne foi publique, nuisible à son gouvernement, et dont
il contestait même la légalité. La plupart d'entre nous pensaient, au
contraire, que la mesure était légale en principe et bonne à prendre dès
qu'elle deviendrait opportune, mais que l'opportunité n'existait pas
encore et qu'il fallait l'attendre. Nous résolûmes de n'aborder la
question au fond que si elle devenait, dans la Chambre, l'objet d'une
proposition formelle, et de déclarer en attendant que le cabinet était
décidé, d'une part à ne point proposer lui-même, dans la cession
actuelle, la conversion des rentes, d'autre part à ne contracter, sur
l'époque où cette mesure pourrait être adoptée, aucun engagement positif
et à jour fixe. Ce fut là le langage que tint le duc de Broglie en
expliquant, dans les termes les plus amicaux, notre dissidence avec M.
Humann, les motifs de sa retraite et le regret que nous en ressentions.
Tant de réserve ne convenait pas aux partisans impatients de la
conversion des rentes; ils voulaient que sur-le-champ le cabinet
adoptât la mesure en principe, dît pour quelles raisons il la jugeait
momentanément inopportune, et indiquât pour quel temps il en espérait
l'opportunité. On se plaignit que le duc de Broglie ne se fût pas,
disait-on, expliqué assez clairement. Il assigna de nouveau les limites
comme les raisons de sa réserve, et en répétant les termes mêmes dont il
s'était servi pour répondre à l'interpellation qui nous était adressée,
il adressa à son tour aux questionneurs cette question: «Est-ce clair?»
Rien n'était plus clair en effet que ses paroles, ni plus sensé et plus
loyal que la conduite qu'il tenait au nom du cabinet: c'est précisément
dans les questions embarrassantes et douteuses que le premier devoir des
hommes qui gouvernent est de dire franchement ce que, dans le présent,
ils veulent ou ne veulent pas faire, et de réserver, pour l'avenir,
leur droit de délibérer et de se résoudre selon les nécessités ou les
convenances des temps. Le duc de Broglie pratiquait, en agissant ainsi,
la seule politique digne d'un gouvernement sérieux en face d'un pays
libre. Il ne pressentit pas bien la disposition de la Chambre et l'effet
de ses paroles quand il termina sa réponse par ce tour un peu sec et
moqueur: «Est-ce clair?» Je n'ai rencontré nul homme qui, dans ses
rapports soit avec les assemblées publiques, soit avec les individus
isolés, fût plus scrupuleusement appliqué à bien agir et moins préoccupé
de plaire. La Chambre fut piquée de cette attitude et de plus en plus
échauffée dans son désir de peser fortement sur le cabinet pour que
la conversion des rentes fût, sinon immédiatement accomplie, du moins
résolue en principe et annoncée pour une époque prochaine. Trois
propositions formelles furent déposées à ce sujet, et la principale,
celle de M. Gouin, accueillie par les bureaux de la Chambre, devint, les
5 et 6 février, l'objet d'un débat solennel.

Des membres du cabinet, M. Thiers et M. Duchâtel furent ceux qui y
prirent la principale part. Avec l'inventive et souple rectitude de son
esprit, M. Thiers traita la question sous toutes ses faces: au nom du
cabinet tout entier, il reconnut non-seulement que la réduction des
rentes était légale et utile pour l'État, mais encore qu'elle serait
inévitablement amenée par le temps. Il exposa ensuite combien, si elle
s'opérait soudainement, elle serait peu équitable et dure, ce qu'il y
avait d'exagéré dans les avantages qu'on s'en promettait, et quels en
pourraient être les inconvénients si elle était entreprise au milieu
d'une situation naguère orageuse et à peine raffermie. Sa conclusion fut
aussi modeste que sa discussion avait été lucide; il se borna à
demander l'ajournement de la proposition. Par des considérations plus
spécialement financières, M. Duchâtel soutint, et sur le fond de la
mesure et sur la convenance de l'ajournement, la même politique. Mais,
par des motifs très-divers, la Chambre était fortement prévenue; les uns
voulaient établir immédiatement, et à tout prix, l'équilibre du budget;
les autres avaient, contre les capitalistes et les rentiers de Paris,
une secrète humeur; le goût des plans de finances, les jalousies de
province, les engagements d'amour-propre, les intrigues de parti, les
rancunes et les ambitions personnelles se joignirent aux efforts de
l'opposition contre la demande de l'ajournement; elle fut rejetée à deux
voix de majorité, et le cabinet, décidé à ne pas accepter un tel échec,
porta aussitôt au Roi sa démission.

Dix jours après ce vote, un député absent, et l'un des plus indépendants
comme des plus judicieux, M. Jouffroy m'écrivait de Pise, où la maladie
le retenait encore: «Le _Journal des Débats_ arrivé hier vient de me
faire connaître la belle décision de la Chambre sur la proposition de
M. Gouin et la retraite du cabinet. Je ne suis pas encore revenu de la
surprise que me cause cet étrange événement. Renverser un cabinet qui,
depuis trois ans, fait face à l'ennemi, au moment où il a achevé de le
vaincre et où, grâce à son énergie, la cause de l'ordre est sauvée; le
renverser après avoir marché avec lui dans les moments difficiles, et
triomphé avec lui; le renverser à propos d'une question de finances
inexécutable cette année, inexécutable l'année prochaine, parce qu'il
dit qu'il faut prendre six mois pour y réfléchir; le renverser enfin
parce qu'il hésite sur une mesure dont la justice est douteuse, c'est
une absurdité qui n'a pas de nom et qui révèle une absence d'esprit
politique incroyable. Je suis affligé pour la Chambre, affligé pour mon
pays d'un tel acte; il étonne ici tous les hommes sensés et leur paraît
inexplicable. Il ne l'est pourtant pas pour ceux qui connaissent notre
Chambre comme je la connais, et je vois bien d'ici comment et de quoi
s'est formée la majorité des 194 contre 192. Mais précisément parce que
je le sais, je ne conçois pas quel profit retireront de la dissolution
du cabinet ceux qui l'ont amenée; composée comme elle l'est, il me
semble douteux que cette agglomération puisse rester unie jusqu'à la
formation d'un cabinet nouveau, et il m'est démontré qu'elle ne
le créera que pour le déchirer. Le Roi ne peut aller au sein du
tiers-parti. Les deux oppositions ne soutiendront pas trois mois un
ministère du tiers-parti. Il faudra donc qu'il meure, comme il a déjà
fait, ou qu'il s'abjure et se fasse semblable à la ci-devant majorité, à
laquelle il restera toujours suspect parce qu'il l'a désertée, et dont
les membres sortants de l'ancien cabinet resteront toujours les chefs.
Ainsi il vivra sous la protection et par la grâce des vaincus, ce qui le
rendra ridicule. Je comprends mal une telle situation; je n'en voudrais
à aucun prix; et si les membres du cabinet tombé restent unis, elle ne
sera pas longtemps tenable. Mais quelle mauvaise aventure pour le pays
en présence de la question d'Orient, de la guerre civile d'Espagne et de
l'affaire des États-Unis!»

M. Jouffroy avait, je crois, pleinement raison, et dans son jugement
sur la crise naguère accomplie, et dans son appréciation des chances de
l'avenir. Si les membres du cabinet tombé, qui, depuis plus de trois
ans, pratiquaient la même politique et qui venaient de succomber
ensemble en soutenant la même cause, étaient restés unis après leur
chute comme ils l'avaient été au sein du pouvoir, s'ils s'étaient
refusés à toute séparation dans leur retraite comme ils s'étaient
défendus de toute discorde dans le gouvernement, ils auraient
certainement ramené bientôt le succès de leur politique, et fait faire
au gouvernement représentatif un grand pas vers son régulier et complet
établissement. Mais les dispositions et les résolutions qu'eût exigées
une telle conduite ne se rencontraient point chez plusieurs des hommes
dont le concours y eût été nécessaire, et l'espérance de M. Jouffroy
était un rêve que les faits ne devaient pas tarder à démentir.

Le roi Louis-Philippe était fort capable d'avoir une idée fixe, une
résolution permanente, et de la maintenir ou de la reprendre à travers
les difficultés variables des circonstances. Il l'a bien prouvé par son
constant et efficace attachement, dans les affaires extérieures à la
paix européenne, et pour l'intérieur à l'ordre légal. S'il eût été aussi
convaincu que la solide union des diverses nuances qui avaient formé le
cabinet du 11 octobre 1832, et de leurs principaux représentants, était
nécessaire à la sûreté de son trône et au succès de son gouvernement,
il aurait employé, à maintenir ou à rétablir cette union, sa constance
comme son savoir-faire, et il y aurait probablement réussi. Mais le Roi
n'avait point de conviction semblable; il était porté à croire que, par
lui-même, il suffirait toujours pour faire prévaloir la bonne politique,
et quand il s'agissait de la formation ou de la chute des cabinets, il
cédait quelquefois à ses goûts personnels, à ses préventions ou à
ses convenances du moment, bien plus qu'il ne l'eût fait s'il eût eu
constamment en vue la nécessité de tenir groupées et agissant ensemble
autour de lui toutes les forces vitales de son gouvernement. J'ai déjà
dit comment et par quelles causes il portait au duc de Broglie plus
d'estime et de confiance que de faveur. Quand, sur la question de
la conversion des rentes, éclata la crise ministérielle, diverses
circonstances aggravaient encore, dans le Roi, cette disposition:
quelques-uns des diplomates européens, entre autres le prince de
Metternich et le baron de Werther, ministre de Prusse à Paris, avaient
eu, avec le duc de Broglie, de petits différends qui leur avaient
laissé, pour lui, un secret mauvais vouloir. Le prince de Talleyrand
qui, dans sa retraite, conservait, auprès du Roi, des habitudes
d'intimité et d'influence, n'avait pas oublié son dernier dissentiment
avec le duc de Broglie à propos du vague projet d'alliance offensive et
défensive avec l'Angleterre, et lui en gardait quelque humeur. De tous
ces faits résultaient, autour du Roi, un langage, un travail quotidien
peu favorable au duc de Broglie; on le représentait comme assez
souvent incommode, quelquefois compromettant, et, en tout cas, point
indispensable. En mars 1835,1e Roi ne s'était pas décidé sans peine à
le rappeler au département des affaires étrangères; en février 1836, il
l'en vit sortir sans regret.

Loin de rien faire ou de rien dire qui le séparât de ses collègues dans
le cabinet, M. Thiers avait fermement soutenu, à propos de la conversion
des rentes comme en toute autre occasion, leur politique commune; il ne
pouvait être taxé de défection cachée ou seulement de mollesse; il avait
agi aussi loyalement qu'utilement. Pourtant il conservait toujours
quelque crainte d'être trop intimement uni aux doctrinaires, et quelque
soin de s'en distinguer. La rentrée du duc de Broglie en 1835, comme
président du conseil, lui avait laissé une impression de contrariété et
de malaise qui n'influa point sur sa conduite tant que le cabinet resta
debout, mais qui le disposa à se considérer, après notre chute, comme
dégagé de tout lien et libre de suivre à part sa propre destinée. Il
était las du ministère de l'intérieur et ne cachait pas son goût pour
le département des affaires étrangères. A la cour, dans le monde
diplomatique, dans les salons, les politiques peu favorables au duc
de Broglie ne manquaient pas de flatter ce goût de M. Thiers, et
de satisfaire ainsi leur mauvais vouloir pour le ministre qui leur
déplaisait en se préparant le bon vouloir de son successeur. Il eût
fallu, de la part de M. Thiers, une conviction profonde de la nécessité
des liens qui avaient uni le cabinet du 11 octobre et une forte
résolution de les maintenir à travers les diverses chances de la
fortune. Ni cette conviction, ni cette résolution ne se rencontraient en
lui, pas plus que dans le Roi.

Quelle qu'en dût être l'issue, la crise était flagrante; le Roi se mit à
l'oeuvre pour former un cabinet. Il appela successivement M. Humann,
M. Molé, le maréchal Gérard, M. Dupin, M. Passy, M. Sauzet. Les trois
premiers déclinèrent formellement l'invitation du Roi; ils croyaient
plusieurs des ministres tombés nécessaires au gouvernement, et ne se
jugeaient pas en mesure, soit de les retenir dans un cabinet nouveau,
soit de se passer de leur concours. Les trois derniers, appelés ensemble
et à plusieurs reprises aux Tuileries, se dirent prêts à servir le Roi
et le pays, mais ne voulurent pas entreprendre de former eux-mêmes un
ministère; ils donnèrent au Roi le conseil d'en charger spécialement
un homme politique qui deviendrait le président du cabinet futur,
rôle auquel, selon le dire de M. Dupin, aucun d'eux ne prétendait. Le
tiers-parti se souciait peu de renouveler l'épreuve du ministère des
trois jours. Dans ces divers entretiens, le Roi fit l'éloge du cabinet
tombé, exprima le, vif regret que lui laissait sa retraite, et
n'insista pas beaucoup pour que M. Dupin et ses amis en devinssent les
successeurs.

C'était autour de M. Thiers et sur lui-même que se faisait un travail
sérieux pour reconstruire un cabinet; c'était sur lui que le Roi
comptait pour maintenir l'ancienne politique en en faisant un peu
fléchir les apparences, et pour éluder ou du moins ajourner la réduction
des rentes sans s'y refuser, dans le présent, aussi nettement que
l'avait fait le duc de Broglie. Des personnes importantes à la cour,
bien des députés du tiers-parti ou même de l'opposition pressaient
M. Thiers de se prêter à cette combinaison, et lui promettaient leur
concours. M. de Talleyrand l'approuvait hautement, dans le monde
diplomatique comme auprès du Roi, et par des paroles élégamment
flatteuses, il encourageait M. Thiers à l'entreprendre. M. Thiers
hésitait; il lui en coûtait de se séparer de ses anciens collègues et de
tenir une conduite autre que la leur; il avait éprouvé leur loyauté
et leur courage; il savait ce que, malgré les clameurs de parti, ils
avaient de considération et d'influence dans le pays comme dans les
Chambres; il ne prévoyait pas sans inquiétude les dissentiments qui
naissent et se développent presque infailliblement entre les hommes
quand leurs situations deviennent très-diverses. Il fit des efforts
répétés pour décider M. Duchâtel à rester avec lui dans le nouveau
cabinet; il lui offrit de lui laisser la désignation de deux ministres
et de me proposer l'ambassade d'Angleterre. M. Duchâtel refusa
péremptoirement; il ne voulait ni accepter, pour la politique jusque-là
pratiquée, un drapeau et des alliés plus incertains, ni se séparer de
ses intimes amis. Après quinze jours de fluctuation, M. Thiers se décida
enfin, et le _Moniteur_ du 22 février 1836 annonça la formation du
nouveau cabinet. M. Thiers le présidait comme ministre des affaires
étrangères; trois membres du cabinet précédent, le maréchal Maison,
l'amiral Duperré et le comte d'Argout continuaient d'y siéger; trois
députés du tiers-parti, MM. Passy, Pelet de la Lozère et Sanzet, y
entraient comme ministres du commerce, de l'instruction publique et de
la justice; le comte de Montalivet, investi de la confiance particulière
du Roi et qui avait naguère courageusement soutenu la politique de
résistance, fut chargé du ministère de l'intérieur.

Le lendemain du jour où la formation du nouveau cabinet fut décidée, au
moment où elle paraissait dans le _Moniteur_, je reçus de M. Thiers ce
billet:

«Mon cher monsieur Guizot, je n'ai pas eu le temps d'aller vous annoncer
hier soir notre constitution définitive, car nous sommes sortis fort
tard des Tuileries. Les événements nous ont séparés; mais ils laisseront
subsister, je l'espère, les sentiments qu'avaient fait naître tant
d'années passées ensemble, dans les mêmes périls. S'il dépend de moi,
il restera beaucoup de notre union, car nous avons encore beaucoup de
services à rendre à la même cause, quoique placés dans des situations
diverses. Je ferai de mon mieux pour qu'il en soit ainsi. J'irai vous
voir dès que j'aurai suffi aux nécessités du premier moment.»

Je lui répondis sur-le-champ:

«Mon cher ami, vous avez toute raison de croire à la durée des
sentiments qu'a fait naître entre nous une si longue communauté de
travaux et de périls. J'appartiens à la cause que nous avons soutenue
ensemble. J'irai où elle me mènera, et je compte bien vous y retrouver
toujours. Adieu. J'irai vous voir dès que je vous supposerai un peu de
loisir.»

Il y a, dans toute grande entreprise humaine, une idée supérieure,
souveraine, qui doit être le point fixe, l'étoile dirigeante des hommes
appelés à y jouer un rôle. En 1832, et à travers bien des difficultés de
situation, de relations, d'habitudes, de caractère, c'était une idée de
cet ordre qui avait présidé à la formation du cabinet du 11 octobre.
Acteurs, conseillers ou spectateurs, tous ceux qui avaient pris part à
l'événement avaient senti que l'union et l'action commune des hommes
déjà éprouvés dans le travail du gouvernement monarchique et libre
étaient l'impérieuse condition de son succès. Ce sentiment avait
surmonté toutes les hésitations, tous les obstacles et déterminé toutes
les conduites. Sentiment parfaitement sensé et clairvoyant, car les
grandes oeuvres et les bonnes causes n'ont jamais échoué que par la
désunion des hommes et des partis qui, au fond, formaient les mêmes
voeux et avaient pour mission de concourir aux mêmes desseins. Cette
idée dominante, cette grande lumière de 1832 disparut en 1836; et
elle disparut dans une bien petite circonstance, devant une question
très-secondaire et par des motifs bien légers ou bien personnels. La
conversion plus ou moins prompte des rentes était, à coup sûr, fort loin
de valoir l'abandon de l'union des personnes et des politiques qui,
depuis 1830, travaillaient ensemble à fonder le gouvernement. Ce fut la
faute de cette époque. La révolution de 1830 avait déjà fort rétréci le
cercle et désuni les rangs des conseillers efficaces de la royauté sous
le régime constitutionnel; la crise ministérielle de 1836 rompit le
faisceau que, sous l'influence d'une pensée haute et prévoyante, celle
de 1832 avait formé.



                             PIÈCES HISTORIQUES



I

_Rapport au roi Louis-Philippe sur la publication d'un Manuel général de
l'instruction primaire_.

(19 octobre 1832.)

SIRE,

Le gouvernement de Juillet a dû comprendre, et il a compris la haute
importance de l'instruction primaire: une puissante impulsion a été
donnée, de grands résultats ont été obtenus. Pour les assurer et les
étendre, une institution me paraît indispensable; je veux dire une
publication périodique qui recueille et répande tout ce qui peut servir
à l'amélioration des écoles et à l'instruction du peuple.

Bien peu d'instituteurs primaires ont reçu, dans les écoles normales
récemment fondées, le secret des bonnes méthodes et les principes d'une
éducation nationale. Ceux qui sortent de ces écoles demandent à être
dirigés dans leurs études et dans leurs efforts; sans cela, leur zèle
s'affaiblit, et bientôt une triste routine devient leur ressource
dernière. Ainsi l'ignorance se maintient et se propage par ceux-là même
qui sont chargés de la combattre, et les sacrifices faits par l'État,
les départements, les communes, demeurent stériles.

Nos nouvelles institutions, spécialement celle des comités locaux,
appellent d'ailleurs, à la surveillance des écoles, des citoyens que
nulles études spéciales n'ont préparés à l'accomplissement de cette
mission. C'est pour eux un assez grand sacrifice que de dérober à leurs
intérêts et à leurs affaires quelques instants pour la surveillance qui
leur est confiée. Il appartient donc à l'autorité qui les institue de
leur adresser des instructions précises qui rendent cette surveillance
plus facile pour eux-mêmes, et vraiment efficace pour les écoles qui en
sont l'objet.

Pour satisfaire à ce besoin, des théories générales sont loin de
suffire; il faut des indications précises, des conseils répétés. Chaque
jour voit éclore, en matière d'enseignement, un nouveau livre, une
méthode nouvelle: le pays doit s'en féliciter; mais ces inventions, ces
essais ont besoin d'être appréciés avec science et indépendance. Des
rapports précieux, pleins de faits et de vues, rédigés par les comités,
les inspecteurs, les recteurs, les maires, les préfets, demeurent
inconnus du public. Le gouvernement doit prendre soin de connaître et de
répandre toutes les méthodes heureuses, de suivre tous les essais, de
provoquer tous les perfectionnements.

Dans nos moeurs, dans nos institutions, un seul moyen offre assez
d'action, assez de puissance pour assurer cette influence salutaire:
c'est la presse.

Je propose donc à Votre Majesté d'autoriser en principe la publication
d'un recueil périodique à l'usage des écoles primaires de tous les
degrés.

Ce recueil devra contenir: 1° la publication de tous les documents
relatifs à l'instruction populaire en France; 2° la publication de tout
ce qui intéresse l'instruction primaire dans les principaux pays du
monde civilisé; 3° l'analyse des ouvrages relatifs à l'instruction
primaire; 4° des conseils et des directions propres à assurer le progrès
de cette instruction dans toutes les parties du royaume.

Pour présenter toutes les garanties désirables, cette publication serait
confiée à un haut fonctionnaire de l'Université, sous la direction du
Conseil royal.

Ce fonctionnaire devra être pénétré de cette vérité que, si les
institutions font les destinées des peuples, ce sont les moeurs qui font
les institutions nationales, et que la base la plus inébranlable de
l'ordre social est l'éducation morale de la Jeunesse.

Il comprendra aussi que les moeurs se rattachent aux convictions
religieuses, et que l'action de la conscience ne se remplace par aucune
autre. C'est en Hollande, en Allemagne, en Écosse que se trouvent les
écoles les plus florissantes, les plus efficaces de notre époque; et
dans tous ces pays, la religion s'associe à l'instruction primaire et
lui prête le plus utile appui.

La France, Sire, ne restera point en arrière de tels exemples. Elle
saura concilier des convictions profondes avec des lumières rapidement
progressives, des moeurs fortes avec des institutions libres. C'est
la mission de l'éducation nationale d'assurer ces beaux résultats.
L'institution pour laquelle j'ai l'honneur de solliciter l'approbation
de Votre Majesté me parait un des meilleurs moyens de les préparer.

Je suis avec le plus profond respect,
Sire,
De Votre Majesté,
Le très-humble, très-obéissant et
très-fidèle serviteur et sujet,

Le ministre secrétaire d'État
au département de l'instruction publique,
GUIZOT.

_Approuvé_: LOUIS-PHILIPPE.



II

_Circulaire adressée le 18 juillet 1833 à tous les instituteurs
primaires en leur envoyant la loi du 28 juin 1833_.

Paris, 18 juillet 1833.

Monsieur, je vous transmets la loi du 28 juin dernier sur l'instruction
primaire, ainsi que l'exposé des motifs qui l'accompagnait lorsque,
d'après les ordres du Roi, j'ai eu l'honneur de la présenter, le 2
janvier dernier, à la Chambre des députés.

Cette loi, monsieur, est vraiment la charte de l'instruction primaire;
c'est pourquoi je désire qu'elle parvienne directement à la connaissance
et demeure en la possession de tout instituteur. Si vous l'étudiez avec
soin, si vous méditez attentivement ses dispositions ainsi que les
motifs qui en développent l'esprit, vous êtes assuré de bien connaître
vos devoirs et vos droits, et la situation nouvelle que vous destinent
nos institutions.

Ne vous y trompez pas, monsieur: bien que la carrière de l'instituteur
primaire soit sans éclat, bien que ses soins et ses jours doivent le
plus souvent se consumer dans l'enceinte d'une commune, ses travaux
intéressent la société tout entière, et sa profession participe de
l'importance des fonctions publiques. Ce n'est pas pour la commune
seulement et dans un intérêt purement local que la loi veut que tous les
Français acquièrent, s'il est possible, les connaissances indispensables
à la vie sociale, et sans lesquelles l'intelligence languit et
quelquefois s'abrutit: c'est aussi pour l'État lui-même et dans
l'intérêt public; c'est parce que la liberté n'est assurée et régulière
que chez un peuple assez éclairé pour écouter en toute circonstance la
voix de la raison. L'instruction primaire universelle est désormais une
des garanties de l'ordre et de la stabilité sociale. Comme tout, dans
les principes de notre gouvernement, est vrai et raisonnable, développer
l'intelligence, propager les lumières, c'est assurer l'empire et la
durée de la monarchie constitutionnelle.

Pénétrez-vous donc, monsieur, de l'importance de votre mission; que son
utilité vous soit toujours présente dans les travaux assidus qu'elle
vous impose. Vous le voyez: la législation et le gouvernement se
sont efforcés d'améliorer la condition et d'assurer l'avenir des
instituteurs. D'abord le libre exercice de leur profession dans tout
le royaume leur est garanti, et le droit d'enseigner ne peut être ni
refusé, ni retiré à celui qui se montre capable et digne d'une telle
mission. Chaque commune doit, en outre, ouvrir un asile à l'instruction
primaire. A chaque école communale un maître est promis. A chaque
instituteur communal un traitement fixe est assuré. Une rétribution
spéciale et variable vient l'accroître. Un mode de perception, à la
fois plus conforme à votre dignité et à vos intérêts, en facilite
le recouvrement, sans gêner d'ailleurs la liberté des conventions
particulières. Par l'institution des caisses d'épargne, des ressources
sont préparées à la vieillesse des maîtres. Dès leur jeunesse, la
dispense du service militaire leur prouve la sollicitude qu'ils
inspirent à la société. Dans leurs fonctions, ils ne sont soumis qu'à
des autorités éclairées et désintéressées. Leur existence est mise à
l'abri de l'arbitraire ou de la persécution. Enfin l'approbation de
leurs supérieurs légitimes encouragera leur bonne conduite et constatera
leurs succès; et quelquefois même une récompense brillante, à laquelle
leur modeste ambition ne prétendait pas, peut venir leur attester que le
gouvernement du Roi veille sur leurs services et sait les honorer.

Toutefois, monsieur, je ne l'ignore point: la prévoyance de la loi, les
ressources dont le pouvoir dispose ne réussiront jamais à rendre la
simple profession d'instituteur communal aussi attrayante qu'elle est
utile. La société ne saurait rendre, à celui qui s'y consacre, tout ce
qu'il fait pour elle. Il n'y a point de fortune à faire, il n'y a guère
de renommée à acquérir dans les obligations pénibles qu'il accomplit.
Destiné à voir sa vie s'écouler dans un travail monotone, quelquefois
même à rencontrer autour de lui l'injustice ou l'ingratitude de
l'ignorance, il s'attristerait souvent et succomberait peut-être s'il ne
puisait sa force et son courage ailleurs que dans les perspectives d'un
intérêt immédiat et purement personnel. Il faut qu'un sentiment profond
de l'importance morale de ses travaux le soutienne et l'anime, et que
l'austère plaisir d'avoir servi les hommes et secrètement contribué au
bien public devienne le digne salaire que lui donne sa conscience
seule. C'est sa gloire de ne prétendre à rien au delà de son obscure et
laborieuse condition, de s'épuiser en sacrifices à peine comptés de ceux
qui en profitent, de travailler enfin pour les hommes et de n'attendre
sa récompense que de Dieu.

Aussi voit-on que, partout où l'enseignement primaire a prospéré, une
pensée religieuse s'est unie, dans ceux qui le répandent, au goût des
lumières et de l'instruction. Puissiez-vous, monsieur, trouver dans de
telles espérances, dans ces croyances dignes d'un esprit sain et d'un
coeur pur, une satisfaction et une constance que peut-être la raison
seule et le seul patriotisme ne vous donneraient pas!

C'est ainsi que les devoirs nombreux et divers qui vous sont réservés
vous paraîtront plus faciles, plus doux et prendront sur vous plus
d'empire. Il doit m'être permis, monsieur, de vous les rappeler.
Désormais, en devenant instituteur communal, vous appartenez à
l'instruction publique; le titre que vous portez, conféré par le
ministre, est placé sous sa sauvegarde. L'Université vous réclame; en
même temps qu'elle vous surveille, elle vous protège et vous admet
à quelques-uns des droits qui font de l'enseignement une sorte de
magistrature. Mais le nouveau caractère qui vous est donné m'autorise à
vous retracer les engagements que vous contractez en le recevant. Mon
droit ne se borne pas à vous rappeler les dispositions des lois et
règlements que vous devez scrupuleusement observer; c'est mon devoir
d'établir et de maintenir les principes qui doivent servir de
règle morale à la conduite de l'instituteur, et dont la violation
compromettrait la dignité du corps auquel il pourra appartenir
désormais. Il ne suffit pas, en effet, de respecter le texte des lois;
l'intérêt seul y pourrait contraindre, car elles se vengent de celui qui
les enfreint; il faut encore et surtout prouver par sa conduite qu'on a
compris la raison morale des lois, qu'on accepte volontairement et de
coeur l'ordre qu'elles ont pour but de maintenir, et qu'à défaut de
l'autorité on trouverait dans sa conscience une puissance sainte comme
les lois et non moins impérieuse.

Les premiers de vos devoirs, monsieur, sont envers les enfants confiés à
vos soins. L'instituteur est appelé par le père de famille au partage
de son autorité naturelle; il doit l'exercer avec la même vigilance et
presque avec la même tendresse. Non-seulement la vie et la santé des
enfants sont remises à sa garde, mais l'éducation de leur coeur et de
leur intelligence dépend de lui presque tout entière. En ce qui concerne
l'enseignement proprement dit, rien ne vous manquera de ce qui peut vous
guider. Non-seulement une École normale vous donnera des leçons et des
exemples; non-seulement les comités s'attacheront à vous transmettre des
instructions utiles, mais encore l'Université même se maintiendra avec
vous en constante communication. Le Roi a bien voulu approuver la
publication d'un journal spécialement destiné à l'enseignement primaire.
Je veillerai à ce que le _Manuel général_ répande partout, avec les
actes officiels qui vous intéressent, la connaissance des méthodes
sûres, des tentatives heureuses, les notions pratiques que réclament les
écoles, la comparaison des résultats obtenus en France ou à l'étranger,
enfin tout ce qui peut diriger le zèle, faciliter le succès, entretenir
l'émulation.

Mais quant à l'éducation morale, c'est en vous surtout, monsieur, que
je me fie. Rien ne peut suppléer en vous la volonté de bien faire. Vous
n'ignorez pas que c'est là, sans aucun doute, la plus importante et la
plus difficile partie de votre mission. Vous n'ignorez pas qu'en vous
confiant un enfant, chaque famille vous demande de lui rendre un honnête
homme et le pays un bon citoyen. Vous le savez: les vertus ne suivent
pas toujours les lumières, et les leçons que reçoit l'enfance pourraient
lui devenir funestes si elles ne s'adressaient qu'à son intelligence.
Que l'instituteur ne craigne donc pas d'entreprendre sur les droits des
familles en donnant ses premiers soins à la culture intérieure de l'âme
de ses élèves. Autant il doit se garder d'ouvrir son école à l'esprit
de secte ou de parti, et de nourrir les enfants dans des doctrines
religieuses ou politiques qui les mettent pour ainsi dire en révolte
contre l'autorité des conseils domestiques, autant il doit s'élever
au-dessus des querelles passagères qui agitent la société, pour
s'appliquer sans cesse à propager, à affermir ces principes
impérissables de morale et de raison sans lesquels l'ordre universel est
en péril, et à jeter profondément dans de jeunes coeurs ces semences de
vertu et d'honneur que l'âge et les passions n'étoufferont point. La foi
dans la Providence, la sainteté du devoir, la soumission à l'autorité
paternelle, le respect dû aux lois, au prince, aux droits de tous, tels
sont les sentiments qu'il s'attachera à développer. Jamais, par sa
conversation ou son exemple, il ne risquera d'ébranler chez les enfants
la vénération due au bien; jamais, par des paroles de haine ou de
vengeance, il ne les disposera à ces préventions aveugles qui créent,
pour ainsi dire, des nations ennemies au sein de la même nation. La
paix et la concorde qu'il maintiendra dans son école doivent, s'il est
possible, préparer le calme et l'union des générations à venir.

Les rapports de l'instituteur avec les parents ne peuvent manquer d'être
fréquents. La bienveillance y doit présider: s'il ne possédait la
bienveillance des familles, son autorité sur les enfants serait
compromise, et le fruit de ses leçons serait perdu pour eux. Il ne
saurait donc porter trop de soin et de prudence clans cette sorte de
relations. Une intimité légèrement contractée pourrait exposer son
indépendance, quelquefois même l'engager dans ces dissensions locales
qui désolent souvent les petites communes. En se prêtant avec
complaisance aux demandes raisonnables des parents, il se gardera bien
de sacrifier à leurs capricieuses exigences ses principes d'éducation et
la discipline de son école. Une école doit être l'asile de l'égalité,
c'est-à-dire de la justice.

Les devoirs de l'instituteur envers l'autorité sont plus clairs encore
et non moins importants. Il est lui-même une autorité dans la commune;
comment donc donnerait-il l'exemple de l'insubordination? Comment ne
respecterait-il pas les magistrats municipaux, l'autorité religieuse,
les pouvoirs légaux qui maintiennent la sécurité publique? Quel avenir
il préparerait à la population au sein de laquelle il vit si, par son
exemple ou par des discours malveillants, il excitait chez les enfants
cette disposition à tout méconnaître, à tout insulter, qui peut devenir
dans un autre âge l'instrument de l'immoralité et quelquefois de
l'anarchie!

Le maire est le chef de la commune; il est à la tête de la surveillance
locale; l'intérêt pressant comme le devoir de l'instituteur est donc de
lui témoigner en toute occasion la déférence qui lui est due. Le curé ou
le pasteur ont aussi droit au respect, car leur ministère répond à ce
qu'il y a de plus élevé dans la nature humaine. S'il arrivait que, par
quelque fatalité, le ministre de la religion refusât à l'instituteur une
juste bienveillance, celui-ci ne devrait pas sans doute s'humilier pour
la reconquérir, mais il s'appliquerait de plus en plus à la mériter par
sa conduite, et il saurait l'attendre. C'est au succès de son école à
désarmer des préventions injustes; c'est à sa prudence à ne donner
aucun prétexte à l'intolérance. Il doit éviter l'hypocrisie à l'égal de
l'impiété. Rien d'ailleurs n'est plus désirable que l'accord du prêtre
et de l'instituteur; tous deux sont revêtus d'une autorité morale; tous
deux peuvent s'entendre pour exercer sur les enfants, par des moyens
divers, une commune influence. Un tel accord vaut bien qu'on fasse, pour
l'obtenir, quelques sacrifices, et j'attends de vos lumières et de votre
sagesse que rien d'honorable ne vous coûtera pour réaliser cette union
sans laquelle nos efforts pour l'instruction populaire seraient souvent
infructueux.

Enfin; monsieur, je n'ai pas besoin d'insister sur vos relations avec
les autorités spéciales qui veillent sur les écoles, avec l'Université
elle-même: vous trouverez là des conseils, une direction nécessaire,
souvent un appui contre des difficultés locales et des inimitiés
accidentelles. L'administration n'a point d'autres intérêts que ceux
de l'instruction primaire, qui au fond sont les vôtres. Elle ne vous
demande que de vous pénétrer de plus en plus de l'esprit de votre
mission. Tandis que de son côté elle veillera sur vos droits, sur vos
intérêts, sur votre avenir, maintenez, par une vigilance continuelle,
la dignité de votre état; ne l'altérez point par des spéculations
inconvenantes, par des occupations incompatibles avec l'enseignement;
ayez les yeux ouverts sur tous les moyens d'améliorer l'instruction que
vous dispensez autour de vous. Les secours ne vous manqueront pas:
dans la plupart des grandes villes, des cours de perfectionnement
sont ouverts; dans les Écoles normales, des places sont ménagées aux
instituteurs qui voudraient venir y retremper leur enseignement. Il
devient chaque jour plus facile de vous composer à peu de frais
une bibliothèque suffisante à vos besoins. Enfin, dans quelques
arrondissements, dans quelques cantons, des conférences ont déjà été
établies entre les instituteurs: c'est là qu'ils peuvent mettre leur
expérience en commun, et s'encourager les uns les autres en s'aidant
mutuellement.

Au moment où, sous les auspices d'une législation nouvelle, nous entrons
tous dans une nouvelle carrière, au moment où l'instruction primaire va
être l'objet de l'expérience la plus réelle et la plus étendue qui ait
encore été tentée dans notre patrie, j'ai dû, monsieur, vous rappeler
les principes qui guident l'administration de l'instruction publique et
les espérances qu'elle fonde sur vous. Je compte sur tous vos efforts
pour faire réussir l'oeuvre que nous entreprenons en commun: ne doutez
jamais de la protection du gouvernement, de sa constante, de son
active sollicitude pour les précieux intérêts qui vous sont confiés.
L'universalité de l'instruction primaire est à ses yeux l'une des plus
grandes et des plus pressantes conséquences de notre Charte; il lui
tarde de la réaliser. Sur cette question comme sur toute autre, la
France trouvera toujours d'accord l'esprit de la Charte et la volonté du
Roi.

Recevez, etc.



III

_Circulaire adressée le 13 août 1835 aux inspecteurs des écoles
primaires institués par une ordonnance du Roi du 26 février 1835_.

Monsieur l'inspecteur, le Roi, par son ordonnance du 26 février dernier,
a institué sommairement les fonctions qui vous sont conférées; et le
conseil royal de l'instruction publique, par un statut du 27 du même
mois, auquel j'ai donné mon approbation, a réglé d'une manière plus
explicite l'exercice de ces fonctions.

M. le recteur de l'Académie à laquelle vous appartenez est chargé de
vous communiquer ces deux actes qui sont votre règle fondamentale.

Mais au moment de votre entrée en fonctions, j'ai besoin de vous faire
connaître, avec précision et dans toute son étendue, la mission qui vous
est confiée, et tout ce que j'attends de vos efforts.

La loi du 28 juin 1833 a désigné les autorités appelées à concourir à
son exécution. Toutes ces autorités, les recteurs, les préfets, les
comités, ont reçu de moi des instructions détaillées qui les ont
dirigées dans leur marche. Je n'ai qu'à me louer de leur bon esprit et
de leur zèle, et d'importants résultats ont déjà prouvé l'efficacité de
leurs travaux. Cependant, au moment même où la loi a été rendue, tous
les hommes éclairés ont pressenti que l'action de ces diverses autorités
ne suffirait pas pour atteindre le but que la loi se proposait. La
propagation et la surveillance de l'instruction primaire sont une tâche
à la fois très-vaste et surchargée d'une infinité de détails minutieux;
il faut agir partout et regarder partout de très-près; ni les recteurs,
ni les préfets, ni les comités ne peuvent suffire à un tel travail.

Placés à la tête d'une circonscription très-étendue, les recteurs ne
sauraient donner, aux nombreuses écoles primaires qu'elle contient,
cette attention spéciale et précise dont elles ont besoin; ils ne
sauraient visiter fréquemment les écoles, entrer inopinément dans celles
des campagnes comme dans celles des villes, et y ranimer sans cesse par
leur présence la règle et la vie. Ils sont contraints de se borner à des
instructions générales, à une correspondance lointaine; ils administrent
l'instruction primaire, ils ne sauraient la vivifier réellement.

L'instruction secondaire et les grands établissements qui s'y rattachent
sont d'ailleurs l'objet essentiel de l'attention de MM. les recteurs:
c'est là le résultat presque inévitable de la nature de leurs propres
études et du système général d'instruction publique pour lequel ils
ont été originairement institués. Leur autorité et leur surveillance
supérieure sont indispensables à l'instruction primaire, mais on ne doit
ni demander, ni attendre qu'ils s'y consacrent tout entiers.

Quant à MM. les préfets, ils ont déjà rendu, et ils seront constamment
appelés à rendre à l'instruction primaire les plus importants services;
elle se lie étroitement à l'administration publique; elle prend
place dans les budgets de toutes les communes; elle a, dans chaque
département, son budget particulier, que le préfet doit présenter chaque
année au conseil général; elle donne lieu fréquemment à des travaux
publics qui se rattachent à l'ensemble de l'administration. Le concours
actif et bienveillant des préfets est donc essentiel, non-seulement à
l'instruction première, mais à la prospérité permanente des écoles. Mais
en même temps, il est évident que MM. les préfets, occupés avant tout
des soins de l'administration générale, étrangers aux études spéciales
qu'exige l'instruction primaire, ne sauraient la diriger.

L'intervention des comités dans les écoles est plus directe et plus
rapprochée: ils influeront puissamment, partout où ils le voudront, sur
leur bonne tenue et leur prospérité. Cependant, on ne saurait espérer
non plus qu'ils y suffisent: réunis seulement à des intervalles éloignés
pour se livrer à des travaux qui sortent du cercle de leurs occupations
journalières, les notables qui en font partie ne peuvent porter, dans la
surveillance de l'instruction primaire, ni cette activité constante
et réglée qui n'appartient qu'à l'administration permanente, ni cette
connaissance intime du sujet qu'on n'acquiert qu'en s'y dévouant
spécialement et par profession. Si les comités n'existaient pas, ou
s'ils négligeaient de remplir les fonctions que la loi leur attribue,
l'instruction primaire aurait beaucoup à en souffrir, car elle
demeurerait beaucoup trop étrangère aux notables de chaque localité,
c'est-à-dire au public dont l'influence ne pénétrerait plus suffisamment
dans les écoles; mais on se tromperait grandement si l'on croyait que
cette influence peut suffire; il faut à l'instruction primaire l'action
d'une autorité spéciale, vouée par état à la faire prospérer.

La loi du 28 juin 1833 n'est en exécution que depuis deux ans, et déjà
l'expérience a démontré la vérité des considérations que je viens
de vous indiquer. Recteurs, préfets, comités, tous ont apporté dans
l'application de la loi, non-seulement la bonne volonté et le soin qu'on
sera toujours en droit d'attendre d'eux, mais encore cette ardeur
qui s'attache naturellement à toute grande amélioration nouvelle et
approuvée du public: cependant, plus j'ai suivi de près et attentivement
observé leur action et ses résultats, plus j'ai reconnu qu'elle était
loin de suffire, et que ce serait se payer d'apparences que de croire
qu'on peut faire, avec ces moyens, je ne dis pas tout le bien possible,
mais seulement tout le bien nécessaire.

J'ai reconnu en même temps, et tous les administrateurs éclairés ont
acquis la même conviction, que, malgré leur égale bonne volonté et leur
empressement à agir de bon accord, le concours de ces diverses autorités
à la direction de l'instruction primaire donnait lieu quelquefois à des
tâtonnements, à des frottements fâcheux, qu'il manquait entre elles un
lien permanent, un moyen prompt et facile de s'informer réciproquement,
de se concerter et d'exercer, chacune dans sa sphère, les attributions
qui leur sont propres, en les faisant toutes converger, sans perte de
temps ni d'efforts, vers le but commun.

Combler toutes ces lacunes, faire, dans l'intérêt de l'instruction
primaire, ce que ne peut faire ni l'une ni l'autre des diverses
autorités qui s'en occupent, servir de lien entre ces autorités,
faciliter leurs relations, prévenir les conflits d'attributions
et l'inertie ou les embarras qui en résultent, tel est, monsieur
l'inspecteur, le caractère propre de votre mission. D'autres pouvoirs
s'exerceront concurremment avec le vôtre dans le département qui vous
est confié; le vôtre seul est spécial et entièrement adonné à une seule
attribution. M. le recteur, M. le préfet, MM. les membres des comités
se doivent en grande partie à d'autres soins: vous seul, dans le
département, vous êtes l'homme de l'instruction primaire seule. Vous
n'avez point d'autres affaires que les siennes, sa prospérité fera toute
votre gloire. C'est assez dire que vous lui appartenez tout entier, et
que rien de ce qui l'intéresse ne doit vous demeurer étranger.

Votre première obligation sera donc de prêter, aux diverses autorités
qui prennent part à l'administration de l'instruction primaire, une
assistance toujours dévouée. Quels que soient les travaux dans lesquels
vous pourrez les seconder, tenez-les à honneur, et prenez-y le même
intérêt qu'à vos propres attributions. Je ne saurais énumérer ici
d'avance tous ces travaux, et après la recommandation générale que je
vous adresse, j'espère qu'une telle énumération n'est point nécessaire.
Cependant, je crois devoir vous indiquer quelques-uns des objets sur
lesquels je vous invite spécialement à mettre à la disposition de MM.
les recteurs, de MM. les préfets et des comités, votre zèle et votre
travail.

Le 31 juillet 1834, j'ai annoncé à MM. les préfets que MM. les
inspecteurs des écoles primaires concourraient à la préparation
des tableaux relatifs aux dépenses ordinaires des écoles primaires
communales, tableaux dressés jusqu'à présent par les soins réunis de ces
magistrats et de MM. les recteurs. Le 20 avril dernier, j'ai donné à
MM. les recteurs le même avis. Les recherches que les bureaux des
préfectures ont à faire pour cet objet absorbent souvent le temps que
réclament aussi des affaires non moins urgentes, et cette complication
peut nuire à l'exactitude du travail. D'un autre côté, le personnel des
bureaux des académies est trop peu considérable pour que les recteurs
demeurent chargés de la partie de ces tableaux qui leur est confiée. Nul
ne pourra mieux que vous rédiger ce travail qui sera désormais placé
dans vos attributions. Le registre du personnel des instituteurs que
vous devez tenir, les nominations, révocations et mutations récentes
dont il vous sera donné connaissance, vos inspections, l'examen des
délibérations des conseils municipaux, ainsi que des budgets des
communes qui vous seront communiqués dans les bureaux de la préfecture,
vous fourniront les éléments nécessaires pour dresser avec exactitude ce
tableau dont les cadres vous seront remis, et qui fera connaître le
nom des instituteurs en exercice au 1er janvier de chaque année, leur
traitement, les frais de location des maisons d'école, ou les indemnités
de logement accordées aux instituteurs, enfin le montant des fonds
communaux, départementaux et de l'État affectés au payement de ces
dépenses.

Vous soumettrez ce tableau à la vérification de M. le préfet, qui doit
me l'adresser dans les quinze premiers jours du mois de janvier.

Vous suivrez la même marche à l'égard de l'état des changements survenus
pendant chaque trimestre parmi les instituteurs. Cet état sera rédigé
par vous et remis à M. le préfet, qui me le transmettra dans les quinze
jours qui suivront l'expiration du trimestre.

Vous vous ferez remettre les budgets des dépenses des comités
d'arrondissement et des commissions d'instruction primaire, et vous les
transmettrez avec vos observations à MM. les recteurs.

Le service de l'instruction primaire exige un certain nombre d'imprimés
qui sont distribués en petite quantité dans les départements. Pour
diminuer les dépenses que chaque département aurait à supporter si MM.
les préfets étaient obligés de faire préparer ces imprimés, j'ai décidé
qu'ils seraient fournis à chaque département par l'Imprimerie royale,
sauf remboursement sur les fonds votés par le conseil général. Ces
imprimés seront adressés aux inspecteurs qui en feront la répartition
entre les fonctionnaires auxquels ils seront nécessaires.

Un règlement sur la comptabilité des dépenses de l'instruction primaire,
dans lequel sera déterminée la part que les inspecteurs des écoles
primaires devront prendre à ces travaux, sera très-incessamment adressé
à MM. les recteurs et à MM. les préfets.

Un statut que je prépare réglera de même les devoirs de MM. les
inspecteurs des écoles primaires relativement aux caisses d'épargne qui
seront établies.

J'en viens maintenant aux fonctions qui vous sont propres et dans
lesquelles vous serez appelé, non plus à concourir avec d'autres
autorités, mais à agir par vous-même et seul, sous la direction du
recteur et du préfet.

Votre premier soin doit être, ainsi que le prescrit l'article 1er du
statut du 27 février, de dresser chaque année le tableau des écoles de
votre ressort qui devront être, de votre part, l'objet d'une visite
spéciale. Ce serait mal comprendre le but de cette disposition que d'y
chercher une excuse préparée à la négligence, ou une autorisation de
choisir, parmi les écoles soumises à votre inspection, celles qui vous
promettraient un plus prompt succès et moins de fatigue. Gardez-vous
bien même d'en conclure qu'il vous suffira de visiter les
établissements les plus importants, tels que les écoles des chefs-lieux
d'arrondissement et de canton. En principe, toutes les écoles du
département ont droit à votre visite annuelle; mais cette visite ne doit
pas être une pure formalité; une course rapide et vaine; et l'article
1er du Statut a voulu pourvoir au cas, malheureusement trop fréquent,
où l'étendue de votre ressort vous mettrait dans l'impossibilité d'en
inspecter réellement et sérieusement chaque année toutes les écoles.
Dans le choix que vous serez appelé à faire, sans doute les écoles
des villes trouveront leur place, mais je n'hésite pas à appeler
spécialement sur les écoles des campagnes toute votre sollicitude.
Placées au milieu d'une population plus active, plus près des comités
qui les régissent, sous la conduite de maîtres plus expérimentés,
encouragées et animées par la concurrence, les écoles des villes
trouvent dans leur situation seule des causes efficaces de prospérité:
il vous sera facile d'ailleurs de les visiter accidentellement et
lorsque des motifs variés vous attireront dans les lieux où elles sont
situées. Mais les établissements qui doivent surtout être de votre part
l'objet d'une surveillance persévérante et systématiquement organisée,
ce sont les écoles que la loi du 28 juin 1833 a fait naître dans les
campagnes, loin des ressources de la civilisation et sous la direction
de maîtres moins éprouvés; c'est là surtout que vos visites sont
nécessaires et seront vraiment efficaces. En voyant que ni la distance,
ni la rigueur des saisons, ni la difficulté des chemins, ni l'obscurité
de son nom ne vous empêchent de vous intéresser vivement à elle, et
de lui apporter le bienfait de l'instruction qui lui manque, cette
population, naturellement laborieuse, tempérante et sensée, se pénétrera
pour vous d'une véritable reconnaissance, s'accoutumera à mettre
elle-même beaucoup d'importance à vos travaux, et ne tardera pas à vous
prêter, pour la prospérité des écoles rurales, son appui modeste, mais
sérieux.

Pour dresser le tableau des écoles que vous aurez à visiter
spécialement, vous aurez soin de vous concerter d'avance avec M. le
recteur et M. le préfet, afin qu'aucune de celles qui leur paraîtraient
mériter une attention particulière ne soit omise sur ce tableau; vous
consulterez chaque année le rapport de votre inspection précédente; et,
pour l'inspection prochaine qui doit commencer vos travaux, j'aurai soin
que M. le recteur de l'Académie vous remette le rapport des inspecteurs
qui ont été extraordinairement chargés, en 1833, de visiter les écoles
de votre département. Vous trouverez dans les bureaux de la préfecture
les états que les comités ont dû dresser de la situation des écoles
primaires en 1834. Vous étudierez avec soin les observations consignées
dans ces divers tableaux, et, d'après l'état des écoles à cette époque,
il vous sera facile de connaître celles qui exigent aujourd'hui votre
première visite. Les rapports des comités transmis par vous à M. le
recteur et dont vous aurez pris aussi préalablement connaissance,
serviront de même à fixer votre détermination. Enfin, l'article 15 de
l'ordonnances du 16 juillet 1833 m'ayant chargé de faire dresser tous
les ans un état des communes qui ne possèdent point de maisons d'école,
et de celles qui n'en ont pas en nombre suffisant ou de convenablement
disposées, cet état a été rédigé au commencement de 1834 par les soins
des comités d'arrondissement; il est déposé à la préfecture; vous ne
négligerez pas d'en prendre communication avant votre départ, afin de
pouvoir plus sûrement rédiger vous-même un semblable état pour 1835,
d'après la série de questions et le modèle que je vous ferai remettre à
cet effet; vous consignerez, après votre inspection, le résultat de
vos visites locales et les renseignements recueillis par vous près des
comités.

Pour réunir tous les éléments qu'exigera la rédaction de cet état,
il sera nécessaire que vous visitiez toutes les communes de votre
département, même celles où il n'existe pas encore d'instituteur; vous
les placerez dans votre itinéraire de la manière que vous jugerez la
plus convenable pour vous mettre promptement en mesure de constater, à
cet égard, l'état des choses et d'assurer l'exécution de la loi.

Quant à l'époque à laquelle votre inspection doit avoir lieu, je ne
saurais vous donner à cet égard aucune règle générale et précise: sans
doute il serait désirable que toutes les époques de l'année offrissent
à l'inspecteur des écoles également peuplées, et qu'elles ne fussent
désertes que pendant les vacances déterminées par les statuts; c'est le
voeu de la loi, c'est le droit des communes qui assurent un traitement
annuel à l'instituteur, et vous ne sauriez trop employer votre influence
à combattre, sur ce point, les mauvaises habitudes des familles.
Mais, avant qu'elles aient enfin ouvert les yeux sur leurs véritables
intérêts, longtemps encore, dans les campagnes, le retour des travaux
rustiques disputera les enfants aux travaux de l'école, et peut-être
y a-t-il ici, dans la situation même des classes laborieuses, une
difficulté qu'on ne saurait espérer de surmonter absolument. Quoi qu'il
en soit, dans l'état actuel des choses, l'automne et l'hiver sont la
vraie saison des écoles, et vous ne pourrez guère visiter avec fruit
pendant le printemps, et surtout pendant l'été, que les écoles urbaines,
moins exposées que les autres à ces émigrations fâcheuses.

Il ne conviendrait pas non plus de prendre pour époque de votre départ
le moment même où la cessation des travaux champêtres donne aux enfants
le premier signal de la rentrée des classes: pour juger l'enseignement
des maîtres et le progrès des élèves, il faut attendre que plusieurs
semaines d'exercice régulier aient permis à l'instituteur de mettre en
jeu sa méthode et de renouveler chez les enfants cette aptitude, et,
pour ainsi dire, cette souplesse intellectuelle qu'émoussent aisément
six mois de travaux rudes et grossiers.

Autant que l'on peut déterminer d'avance, et d'une façon générale, une
limite subordonnée à tant de circonstances particulières, je suis enclin
à penser que, pour les écoles rurales, c'est vers le milieu du mois
de novembre que devront commencer d'ordinaire les fatigues de votre
inspection. Quant aux écoles urbaines, il vous sera beaucoup plus facile
de choisir dans tout le cours de l'année le moment convenable pour les
visiter. Je m'en rapporterai, du reste, à cet égard, aux renseignements
que vous recueillerez vousmême dans votre département, et aux conseils
que vous donneront les diverses autorités.

Quand vous aurez ainsi dressé le tableau des écoles que doit atteindre
votre visite annuelle et déterminé l'époque de votre départ, quand
vous aurez reçu de M. le recteur et de M. le préfet des instructions
particulières sur des questions que leur correspondance habituelle
n'aurait pas suffisamment éclaircies, quand votre itinéraire enfin sera
revêtu de leur approbation, vous en donnerez connaissance aux comités
dont vous devrez parcourir la circonscription et aux maires des communes
que vous devrez visiter. Peut-être votre apparition inattendue dans une
école vous offrirait-elle un moyen plus sûr d'en apprécier la situation;
et, lorsque vous aurez de justes sujets de défiance sur la conduite du
maître et sur la tenue de son école, vous ferez bien de vous y présenter
à l'improviste, ou de vous concerter avec les autorités locales pour
qu'elles tiennent secret l'avis que vous leur aurez donné de votre
prochaine arrivée. Mais, en général, les communications que vous aurez,
dans le cours de votre inspection, soit avec les comités, soit avec les
maires et les conseils municipaux, sont trop précieuses pour que vous
couriez le risque d'en être privé en ne les trouvant pas réunis à jour
fixe. Vous échapperez aisément aux pièges que pourraient vous tendre
quelques instituteurs en préparant d'avance leurs élèves à surprendre
votre suffrage; un oeil exercé n'est pas dupe de ces représentations
d'apparat. La présence des membres du conseil municipal, ou du comité
local, ou du comité d'arrondissement, qui souvent vous accompagneront
dans l'école, en donnant plus de solennité à votre inspection, vous
mettra aussi à couvert de toute espèce de fraude de la part du maître,
ou vous en seriez promptement averti par leur propre étonnement. Je ne
doute pas, d'ailleurs, que vous ne preniez les précautions propres à
vous garantir de toute surprise, en vous faisant remettre, par exemple,
l'état nominatif des élèves qui fréquentent l'école, et en vous assurant
qu'on n'y a pas appelé ce jour-là des enfants qui n'en font plus partie
pour faire briller leur savoir, ni exclus de l'examen ceux dont on
aurait voulu dissimuler la faiblesse.

Aux termes de l'article 1er du statut du 27 février, vos premières
relations, dans le cours de votre inspection, seront avec les
comités. Je ne saurais trop vous recommander de prendre soin que vos
communications avec eux ne soient pas à leurs yeux une pure et vaine
formalité. Appliquez-vous à les convaincre de l'importance que
l'administration supérieure attache à leur intervention; et, pour y
réussir, recueillez avec soin et ne laissez jamais tomber dans l'oubli
les renseignements qu'ils vous fourniront. Rien ne blesse et ne
décourage plus les hommes notables qui, dans chaque localité, prêtent
à l'administration leur libre concours, que de la voir traiter avec
légèreté les faits locaux dont ils l'informent. Vous vous appliquerez en
même temps à tenir les comités au courant des idées générales d'après
lesquelles se dirige l'administration supérieure: c'est surtout à cet
égard que les comités locaux sont sujets à se tromper; le désir même des
perfectionnements les égare souvent; vivant dans un horizon resserré, et
manquant de termes de comparaison, ils se laissent aisément séduire
par les promesses de progrès que répand une charlatanerie frivole, et
tombent ainsi dans des tentatives d'innovation souvent malheureuses.
C'est en faisant pénétrer dans les comités les vues de l'administration
que vous les prémunirez contre ce péril, et que, sans faire violence aux
circonstances locales, vous maintiendrez dans le régime de l'instruction
primaire l'unité et la régularité qui feront sa force.

Vous rencontrerez presque toujours dans chaque comité un ou deux membres
qui se seront plus soigneusement occupés des écoles, et qui leur
porteront un zèle particulier. Il n'est guère de petite ville, de
population un peu agglomérée, qui n'offre quelques hommes de cette
trempe; mais ils se découragent souvent, soit à cause de la froideur
de leurs alentours, soit à cause de l'indifférence de l'administration
supérieure. Recherchez avec soin de tels hommes, honorez leur zèle,
demandez-leur de vous accompagner dans les écoles, ne négligez rien pour
les convaincre de la reconnaissance que leur porte l'administration.
Ce serait de sa part un tort grave de ne pas savoir attirer et grouper
autour d'elle, dans chaque localité, les hommes d'une bonne volonté
active et désintéressée; rien ne peut suppléer au mouvement
qu'ils répandent autour d'eux, et à la force qu'ils procurent à
l'administration lorsqu'elle prend soin elle-même de les encourager et
de les soutenir.

Indépendamment des comités, vous aurez à traiter, dans toutes les
communes que vous visiterez, avec les autorités civiles et religieuses
qui interviennent dans les écoles, avec les maires, les conseils
municipaux, les curés ou les pasteurs. Vos bonnes relations avec ces
diverses personnes sont de la plus haute importance pour la prospérité
de l'instruction primaire; ne craignez pas d'entrer avec elles dans
de longues conversations sur l'état et les intérêts de la commune;
recueillez tous les renseignements qu'elles voudront vous fournir;
donnez-leur, sur les démarches diverses qu'elles peuvent avoir à faire
dans l'intérêt de leur école; toutes les explications, toutes les
directions dont elles ont besoin; faites appel à l'esprit de famille,
aux intérêts et aux sentiments de la vie domestique: ce sont là, dans le
modeste horizon de l'activité communale, les mobiles à la fois les plus
puissants et les plus moraux qu'on puisse mettre en jeu.

Je vous recommande spécialement d'entretenir avec les curés et les
pasteurs les meilleures relations. Appliquez-vous à leur bien persuader
que ce n'est point par pure convenance et pour étaler un vain respect
que la loi du 28 juin 1833 a inscrit l'instruction morale et religieuse
en tête des objets de l'instruction primaire; c'est sérieusement et
sincèrement que nous poursuivrons le but indiqué par ces paroles, et que
nous travaillerons, dans les limites de notre pouvoir, à rétablir dans
l'âme des enfants l'autorité de la religion. Croyez bien qu'en donnant
à ses ministres cette confiance, et en la confirmant par toutes les
habitudes de votre conduite et de votre langage, vous vous assurerez
presque partout, pour les progrès de l'éducation populaire, le plus
utile appui.

J'inviterai MM. les préfets à donner les ordres nécessaires pour la
convocation des conseils municipaux dans toutes les communes que vous
devrez visiter.

Quant à l'inspection que vous avez à faire dans l'intérieur même des
écoles, je ne puis vous donner que des instructions très-générales, et
déjà contenues dans les art. 2 et 3 du statut du 27 février; ce sera à
vous de juger, dans chaque localité, comment vous devez vous y prendre,
quelles questions vous devez faire pour bien connaître et apprécier
la tenue de l'école, le mérite des méthodes du maître et le degré
d'instruction des élèves. Je vous invite seulement à ne jamais vous
contenter d'un examen superficiel et fait en courant; non-seulement vous
n'en recueilleriez pour l'administration que des notions inexactes
et trompeuses, mais vous compromettriez auprès des assistants votre
caractère et votre influence. Rien ne discrédite plus l'autorité que les
apparences de la légèreté et de la précipitation, car tout le monde se
flatte alors de lui cacher ce qu'elle a besoin de connaître, ou d'éluder
ce qu'elle aura prescrit.

Je vous recommande, dans vos relations avec les maîtres, au sein même
de l'école, de ne rien faire et de ne rien dire qui puisse altérer
le respect ou la confiance que leur portent les élèves. Nourrir et
développer ces sentiments doit être le but principal de l'éducation
et de tous ceux qui y concourent. Recueillez sur les maîtres tous
les renseignements, donnez leur à eux-mêmes en particulier tous les
avertissements qui vous paraîtront nécessaires; mais qu'à votre sortie
de l'école, le maître ne se sente jamais affaibli ou déchu dans l'esprit
de ses élèves et de leurs parents.

Les résultats de votre inspection annuelle seront consignés dans des
tableaux dont je vous ferai remettre les cadres. Les faits statistiques
relatifs aux communes et aux écoles que vous n'aurez pu visiter y seront
inscrits d'après les renseignements que vous vous ferez adresser par les
comités locaux. Une colonne spéciale sera ouverte, dans le tableau de la
situation des écoles, pour recevoir vos observations sur la capacité,
l'aptitude, le zèle et la conduite morale des instituteurs. Je vous
recommande de la remplir avec soin, au fur et à mesure que vous aurez
visité chaque école, et avant que les impressions que vous aurez reçues
aient pu s'altérer ou s'effacer.

L'état de situation des écoles primaires, divisé en autant de cahiers
qu'il y a de comités d'arrondissement dans le département, sera remis en
quadruple expédition dans le mois de janvier à chacun de ces comités,
qui y consignera ses observations, et en enverra une expédition au
recteur, au préfet et au ministre. La quatrième restera déposée dans ses
archives.

Quant aux observations générales qui auraient pour objet de me faire
connaître la situation de l'instruction primaire dans l'ensemble du
département, ses besoins divers, les difficultés qui retardent
sa propagation sur tel ou tel point du territoire, les moyens de
l'améliorer, enfin, tous les faits qui ne pourraient trouver place dans
le cadre de l'état de situation, vous les consignerez dans le rapport
annuel qui vous est prescrit par l'article 9 du statut du 27 février, et
que vous devez envoyer au recteur et au préfet, qui me le transmettront
avec leurs observations.

Après les écoles primaires communales qui sont le principal objet
de votre mission, divers établissements d'instruction primaire,
et notamment les écoles normales primaires, les écoles primaires
supérieures, les salles d'asile et les écoles d'adultes doivent aussi
vous occuper.

Sur les deux premières classes d'établissements, j'ai peu de chose à
ajouter aux prescriptions des articles 4 et 5 du statut du 27 février.
Je vous recommande seulement, en ce qui concerne les écoles primaires
supérieures, de ne rien négliger pour en presser la fondation dans les
communes où elle doit avoir lieu. Ces établissements sont destinés
à satisfaire aux besoins d'éducation d'une population nombreuse et
importante, pour qui la simple instruction primaire est insuffisante et
l'instruction classique inutile. En vous prescrivant chaque année, sur
chaque école primaire supérieure, un rapport spécial et détaillé, le
statut du 27 février vous indique quelle importance s'attache à ces
établissements. Quand j'aurai recueilli, sur les essais déjà tentés en
ce genre, de plus amples renseignements, je vous adresserai, à ce sujet,
des instructions particulières.

Vous ne sauriez prêter à l'école normale primaire de votre département
une trop constante attention, ni en suivre de trop près les travaux:
entretenez avec son directeur des relations aussi intimes qu'il vous
sera possible; de vous et de lui dépend la destinée de l'instruction
primaire dans le département; vous serez chargé de suivre et de diriger,
dans chaque localité, les maîtres qu'il aura formés au sein de l'école.
Votre bonne intelligence, l'unité de vos vues, l'harmonie de vos
influences sont indispensables pour assurer votre succès et le sien.
Votre situation vous appelle l'un et l'autre à contracter ensemble une
véritable fraternité de pensées et d'efforts. Qu'elle soit réelle et
animée par un profond sentiment de vos devoirs communs: votre tâche à
l'un et à l'autre en sera bien plus facile, et votre action bien plus
efficace.

Lorsque vous aurez à communiquer des instructions au directeur de
l'école normale, lorsque vous croirez devoir lui donner des conseils
ou lui adresser des observations sur la marche de son établissement,
faites-le avec tous les ménagements que demande votre position
respective. Si vous remarquiez qu'il n'eut pas déféré à vos conseils ou
à vos observations, vous réclameriez l'intervention du recteur ou du
préfet, selon qu'il s'agirait de l'enseignement ou de quelque fait
administratif dépendant de l'administration générale.

Les salles d'asile et les écoles d'adultes commencent à se multiplier;
cependant ce ne sont pas encore des établissements assez nombreux ni
assez régulièrement organisés pour que je puisse vous adresser dès ce
moment, à leur sujet, toutes les instructions nécessaires; elles vous
parviendront plus tard.

Les écoles privées sont aussi placées sous votre inspection: sans
exercer sur elles une surveillance aussi habituelle que sur les écoles
communales, vous ne devez cependant pas négliger de les visiter de
temps en temps, surtout dans les villes où elles sont nombreuses et
importantes. Dans ces visites vous ne ferez pas, de l'enseignement et
des méthodes, l'objet particulier de votre attention; il est naturel
que les écoles privées exercent à cet égard toute la liberté qui leur
appartient; mais vous porterez, sur la tenue et l'état moral de ces
écoles, un regard attentif: c'est le pressant intérêt des familles et
le devoir de l'autorité publique. Les maîtres qui les dirigent ont
d'ailleurs à remplir des obligations légales dont vous devez constater
l'accomplissement.

Les renseignements que vous recueillerez sur les écoles privées seront
aussi consignés dans les états de situation de l'instruction primaire.

Il me reste à vous entretenir de quelques fonctions particulières qui
vous sont également confiées, et qui, bien qu'elles ne concernent
pas l'inspection des écoles, n'en sont pas moins, pour l'instruction
primaire en général, de la plus haute importance.

La première est votre participation aux travaux de la commission établie
en vertu de l'article 35 de la loi du 28 juin 1833, et qui est chargée
de l'examen de tous les aspirants aux brevets de capacité, ainsi que des
examens d'entrée et de sortie, et de fin d'année, des élèves-maîtres des
écoles normales primaires du département.

Des travaux de ces commissions dépend peut-être, presque autant que de
toute autre cause, l'avenir de l'instruction primaire: le vice de la
plupart des examens parmi nous, c'est de dégénérer en une formalité peu
sérieuse où la complaisance de l'examinateur couvre la faiblesse du
candidat: On s'accoutume ainsi d'une part, à nuire à la société en
déclarant capables ceux qui ne le sont point: d'autre part, à traiter
légèrement les prescriptions légales, et à les convertir en une sorte
de mensonge officiel, ce qui est un mal moral au moins aussi grave.
J'espère que les commissions d'instruction primaire ne tomberont point
dans un tel vice; vous êtes spécialement appelé à y veiller: les examens
dont elles sont chargées doivent être sérieux et réellement propres à
constater la capacité des candidats. N'oubliez jamais, monsieur, et
rappelez constamment, aux membres des commissions au sein desquelles
vous aurez l'honneur de siéger, que, munis de leur brevet de capacité,
les instituteurs admis par elles pourront aller se présenter partout,
et obtenir de la confiance des communes le soin de donner l'éducation
primaire à des générations qui n'en recevront point d'autre.

Quant à l'étendue de l'exigence qu'il convient d'apporter dans ces
examens, elle est réglée par les dispositions mêmes de la loi qui
détermine les objets de l'instruction primaire, élémentaire et
supérieure. Souvent les candidats essayent de faire beaucoup valoir des
connaissances en apparence assez variées; ne vous laissez jamais prendre
à ce piège; exigez toujours, comme condition absolue de l'admission,
une instruction solide sur les matières qui constituent vraiment
l'instruction primaire. Sans doute il convient de tenir compte aux
candidats des connaissances qu'ils peuvent posséder au delà de ce
cercle; mais ces connaissances ne doivent jamais servir à couvrir la
légèreté de leur savoir dans l'intérieur même du cercle légal.

Je ne saurais trop vous recommander de donner, au rapport spécial
que vous aurez à m'adresser à chaque session, sur les opérations des
commissions d'examen, votre plus scrupuleuse attention.

L'article 7 du statut du 27 février vous charge encore d'assister, aussi
souvent que vous le pourrez, aux conférences d'instituteurs qui auront
été dûment autorisées dans votre département; je me propose, à mesure
que ces conférences se multiplieront, de recueillir à leur sujet tous
les renseignements de quelque importance, et de vous adresser ensuite,
sur leur tenue et sur la manière dont il convient de les régler, des
instructions particulières. En attendant, vous veillerez à ce que de
telles réunions ne soient jamais détournées de leur objet: il pourrait
se faire que, soit par des prétentions chimériques, soit dans des vues
moins excusables encore, on essayât dans quelques lieux d'y faire
pénétrer des questions qui doivent en être absolument bannies.
L'instruction primaire serait non-seulement compromise, mais pervertie,
le jour où les passions politiques essayeraient d'y porter la main. Elle
est essentiellement, comme la religion, étrangère à toute intention
de ce genre, et uniquement dévouée au développement de la moralité
individuelle et au maintien de l'ordre social.

En vous appelant à donner votre avis motivé sur toutes les propositions
et encouragements de tout genre en faveur de l'instruction primaire, et
à constater le résultat des allocations accordées, l'article 8 du statut
du 27 février vous impose un travail minutieux, mais d'une grande
utilité. Trop souvent les encouragements et les secours sont accordés
un peu au hasard, et livrés ensuite à un hasard nouveau, celui de
l'exécution. Il est indispensable que l'administration, en les
accordant, sache bien ce qu'elle fait, et qu'après les avoir accordés,
elle sache encore si ce qu'elle a voulu faire se fait réellement. Ne
craignez, en pareille matière, ni l'exactitude des investigations, ni la
prolixité des détails; vous resterez probablement toujours au-dessous de
ce qu'exigerait la nécessité.

Je pourrais, monsieur l'inspecteur, donner aux instructions que je
vous adresse beaucoup plus de développement; mais elles sont déjà fort
étendues, et j'aime mieux, quant aux conséquences des principes qui y
sont posés, m'en rapporter à votre sagacité et à votre zèle. J'appelle,
en finissant, toute votre attention sur l'idée qui me préoccupe
constamment moi-même. Vous êtes chargé, autant, et peut-être plus que
personne, de réaliser les promesses de la loi du 28 juin 1833, car
c'est à vous d'en suivre l'application dans chaque cas particulier, et
jusqu'au moment définitif où elle s'accomplit. Ne perdez jamais de
vue que, dans cette grande tentative pour fonder universellement et
effectivement l'éducation populaire, le succès dépend essentiellement de
la moralité des maîtres et de la discipline des écoles. Ramenez, sans
cesse sur ces deux conditions votre sollicitude et vos efforts.
Qu'elles s'accomplissent de plus en plus; que le sentiment du devoir et
l'habitude de l'ordre soient incessamment en progrès dans nos écoles;
que leur bonne renommée s'affermisse et pénètre au sein de toutes les
familles. La prospérité de l'instruction primaire est, à ce prix, aussi
bien que son utilité.

Recevez, etc.

Le ministre secrétaire d'État de
l'instruction publique.
_Signé_: GUIZOT.



IV

_Correspondance entre l'abbé J.-M. de la Mennais et M. Guizot sur les
écoles primaires de la Congrégation de l'instruction chrétienne_.


_1° L'abbé J.-M. de la Mennais à M. Guizot_.

Ploërmel, le 15 octobre 1836.

Monsieur le Ministre,

Je suis heureux d'avoir à renouveler avec vous d'anciens rapports dont
le souvenir me sera toujours bien doux, et qui ont si puissamment
encouragé et soutenu mes efforts pour répandre l'instruction primaire
dans notre Bretagne. J'ai la consolation de voir mes établissements se
multiplier et prospérer, malgré des difficultés de détail sans cesse
renaissantes et qui fatiguent quelquefois. Cependant elles sont
moins nombreuses et moins vives qu'elles ne l'ont été; on reconnaît
généralement aujourd'hui qu'il n'y a guère d'écoles possibles dans nos
communes rurales que celles des frères: aussi, à la fin de la retraite
où je les ai tous réunis dernièrement, ne m'en est-il pas resté un seul
de disponible, et si chacun d'eux avait été partagé en quatre, il n'y en
aurait pas eu encore assez pour satisfaire à toutes les demandes.

Je dois donc m'occuper plus que jamais de peupler mon noviciat, et c'est
toujours là ce qui m'embarrasse; non qu'il ne se présente des sujets,
mais ce sont presque toujours des jeunes gens qui n'ont rien, qui savent
fort peu de chose au moment où ils arrivent, et qu'il faut garder
longtemps pour qu'ils deviennent capables. Sous certains rapports, leur
pauvreté même est un avantage; leurs moeurs sont plus simples et
plus pures, leur esprit est plus solide; ils n'ont aucune habitude
dispendieuse, aucun goût de luxe; nés dans les campagnes, ils y
retournent plus volontiers que d'autres; ils y vivent à moins de frais,
et ils n'aspirent point à un état plus élevé: mais habiller et nourrir
ces pauvres et si excellents enfants, jusqu'à ce qu'ils soient en état
de diriger une école, c'est une dépense énorme; et il serait inutile,
sans doute, de chercher à vous convaincre de la nécessité où je suis,
plus que jamais, de continuer à réclamer de vous des secours. Pour 1836,
vous avez bien voulu m'allouer 3,000 fr.; pour 1837, vous me donnerez
tout ce que vous pourrez me donner, j'en suis sûr d'avance: c'est
pourquoi je n'insiste pas pour obtenir davantage, malgré tous les motifs
que j'ai de le désirer ardemment. Je me confie entièrement dans la
bienveillance généreuse dont vous m'avez honoré, et si je me hâte
d'y avoir recours, c'est parce qu'il est très-important pour moi de
recevoir, dès le commencement de 1837, la somme que vous m'accorderez.
En conséquence, je vous prie, monsieur le ministre, de l'ordonnancer
le plus tôt qu'il vous sera possible, comme vous l'avez fait l'année
dernière avec tant de bonté.

Vous apprendrez avec plaisir que le Finistère, si arriéré jusqu'ici, me
demande des écoles, depuis que je suis parvenu à y en établir... une...,
qui a eu un grand succès. A tous ceux qui m'écrivent de ce pays-là pour
en avoir de semblables, je réponds: «Envoyez-moi des sujets et payez
pour eux;» mais cette condition déconcerte. De même, aux instances
très-pressantes que l'on me fait de diverses provinces de France pour me
déterminer à y fonder des noviciats, je réponds encore: «Envoyez-moi des
sujets et payez pour eux;» cette si juste parole ne satisfait personne,
et on abandonne un projet dont l'exécution exigerait quelque sacrifice.
D'un autre côté, M. le ministre de la marine a chargé M. le préfet du
Morbihan de m'exprimer son désir d'avoir quelques-uns de mes frères
pour l'instruction des esclaves affranchis de la Martinique et de la
Guadeloupe: je n'ai pas dit _non_, car ce serait une si belle et
si sainte oeuvre! Mais je n'ai pas encore dit _oui_, car la triste
objection revient toujours: où prendre assez de sujets pour suffire
à tant de besoins, et pourquoi les jeter si loin quand on en a si
peu?--Ah! si j'étais aidé comme je voudrais l'être!...

Je suis avec respect,
Monsieur le ministre,
Votre très-humble et
très-obéissant serviteur,
L'abbé J.-M. DE LA MENNAIS.


2° _M. Guizot à l'abbé J.-M. de la Mennais_.

Paris, le 8 novembre 1836.

Je vous aiderai avec grand plaisir, monsieur, à continuer l'oeuvre
salutaire que vous poursuivez avec tant de persévérance. Je comprends
toutes vos difficultés; mais ne vous plaignez pas, vous les surmonterez;
il n'y a point de travail qui ne soit effacé par le succès, et ce n'est
pas à la paix que nous devons prétendre, mais à la victoire. Je vous
allouerai, dès les premiers jours de 1837, 3,000 fr. d'encouragement
pour votre institut de Ploërmel. Je ne puis le faire plus tôt; vous avez
déjà reçu 3,000 fr. sur l'exercice 1836, et il faut que celui de 1837
soit ouvert pour que je puisse ordonnancer une somme quelconque sur ses
crédits.

Je voudrais avoir de vous quelques détails sur ce que vous pourriez
faire, si vous étiez aidé, vraiment aidé, pour l'éducation des
esclaves de nos colonies. Personne n'est plus convaincu que moi que
l'affranchissement n'est possible qu'après qu'on aura fait vivre, et
vivre longtemps, ces malheureux dans l'atmosphère religieuse. Dans les
colonies anglaises, Antigue est celle où l'émancipation a le mieux
réussi, quoiqu'elle ait été soudaine, parce que les frères Moraves
y étaient établis depuis près d'un siècle et avaient pris, sur la
population noire, une influence immense. Combien coûteraient vos frères?
Combien pourriez-vous en destiner à cette mission? Faudrait-il former
une branche particulière de votre institut? Je voudrais recueillir tous
les renseignements possibles avant d'entamer positivement l'affaire au
ministère de la marine.

Adieu, monsieur; si vous avez besoin de mon appui, croyez qu'il ne vous
manquera pas tant que vous ferez le bien que vous faites à l'éducation
populaire, et recevez l'assurance de mes sentiments les plus distingués.

GUIZOT.



V


_1° M. Jouffroy à M. Guizot_.
Marseille, 6 décembre 1835.

Monsieur,

Je vous écris quelques lignes de Marseille pour vous informer de mon
heureuse arrivée en cette ville. Quoique assez fatigué, je ne suis pas
plus mal qu'à mon départ de Paris, et c'est tout ce que je pouvais
espérer. Je compte partir mardi pour Livourne par le bateau à vapeur. Le
temps est beau, et s'il ne change pas, nous aurons une traversée fort
douce. Si la mer me fatiguait trop, je m'arrêterais à Gênes, d'où
j'irais à Pise en voiturin.

Je suis enchanté de la vallée du Rhône, de Lyon à Avignon; ce sont les
plus belles lignes du monde, et j'aimais jusqu'aux teintes sévères que
l'hiver répandait sur le paysage. La campagne d'Avignon m'a révélé
une nature que je ne connaissais pas et qui m'a causé une impression
inexprimable. Je ne dis rien de la gracieuse vallée d'Aix ni de la belle
rade de Marseille; j'étais mieux préparé au spectacle qu'elles m'ont
offert. Il ne m'a pas ému comme la vieille ville des papes et le
magnifique horizon semé de ruines qui l'entoure.

J'espère arriver heureusement à Pise d'où je vous écrirai. Je sais que
vous avez eu la bonté de m'y ménager une connaissance agréable et utile
dans la personne de M.....; c'est une nouvelle obligation que j'aurai
à votre bienveillance; je la retrouverai là comme à Paris. Je ne vous
dirai pas combien j'en suis touché et reconnaissant; ce sont des choses
qui s'expriment mal. Adieu, monsieur; croyez à mon vieil et invariable
attachement et à mon respectueux dévouement.

JOUFFROY.


2° _M. Jouffroy à M. Guizot_.
Pise, 4 janvier 1836.

Monsieur,

Quoique je sois établi à Pise depuis quinze jours, je n'ai pas voulu
vous écrire avant d'avoir fait connaissance avec ce pays et
ses habitants. J'ai trouvé aux bords de l'Arno une température
extraordinaire qui, depuis mon arrivée, ne s'est pas un moment adoucie;
à plusieurs reprises le fleuve a charrié, et le thermomètre est descendu
la nuit à six degrés au-dessous de zéro; par un temps pareil, il était
impossible que le rétablissement de ma santé fît de grands progrès,
et toutefois je me sens beaucoup mieux qu'à Paris; le voyage surtout,
quoique pénible, m'a fait le plus grand bien; tant que j'ai été en
mouvement, je me suis parfaitement porté, et je n'ai retrouvé le
sentiment de ma faiblesse que dans le repos. Je suivrai cette
indication, et quand la température sera devenue meilleure, je ferai de
nombreuses excursions dans les environs de Pise; j'espère à l'aide de ce
régime, et sous un ciel qui ne peut manquer prochainement de s'adoucir,
atteindre le but de mon voyage. Je ne vous demande point pardon d'entrer
dans ces détails; vous m'avez trop prouvé l'intérêt que vous vouliez
prendre à ma santé pour que j'hésite à vous les donner.

J'ai reçu ici l'accueil le plus aimable et le plus amical de tous
les professeurs de l'université que j'ai visités. Je me suis
particulièrement lié avec M. Rosellini, qui poursuit avec zèle et aux
frais du grand-duc la publication de son grand ouvrage sur les monuments
de l'Égypte et de la Nubie; avec M. Rosini, l'un des poëtes et des
prosateurs les plus distingués de l'Italie, l'auteur de la _Monaca di
Monza_ qui a balancé dans ce pays l'immense succès du roman de Manzoni;
enfin avec M. Requoli, élève de Dupuytren, et le premier chirurgien de
l'Italie depuis la mort de Vacca. Ces trois hommes occuperaient en tous
pays un rang élevé, et ne négligent rien pour me rendre le séjour de
Pise agréable et facile. Tous trois sont professeurs à l'université,
qui compte dans son sein d'autres hommes de mérite; malheureusement le
professeur de philosophie est un vieux prêtre moitié scolastique et
moitié condillaciste, tout à fait inabordable.

Mon espérance de rencontrer dans la bibliothèque de Pise quelques
manuscrits intéressants pour l'histoire de la philosophie française dans
le moyen âge s'est tout à fait évanouie. Les Florentins victorieux ont
dépouillé les Pisans de tous les monuments littéraires que ceux-ci
possédaient, et la bibliothèque de Pise, composée de 50,000 volumes,
est tout à fait moderne et ne contient aucun manuscrit. J'en serai donc
réduit à parcourir les catalogues des bibliothèques de Florence quand
j'irai visiter cette dernière ville, et peut-être y découvrirai-je
quelque chose. En attendant je recueille des renseignements sur l'état
de l'instruction publique en Toscane; mais je crains bien qu'il n'ait
fort peu changé depuis M. Cuvier. Toutefois, veuillez me dire, ou me
faire dire par M. Dubois, jusqu'à quel point de telles recherches
pourraient vous être utiles, et dans quel sens elles devraient être
particulièrement dirigées.

La rigueur de la saison ne m'a pas encore permis de travailler
sérieusement; mais, quand viendra le beau temps, j'espère mener à bien
mon travail sur Reid. J'attends avec impatience les discussions de la
Chambre sur la politique extérieure; je compte sur bien des légèretés
de la part de nos avocats; mais après les tristes débats sur notre
état intérieur qui ont rempli, avec tant de dangers pour le pays, les
dernières sessions, ce sera un grand progrès de voir enfin la Chambre
s'occuper de nos véritables affaires qui sont celles du dehors, dût-elle
s'y montrer très-ignorante et très-faible, comme je m'y attends.
L'attention de la France une fois détournée d'elle-même, les passions se
calmeront, et nous entrerons enfin dans une vie politique régulière. Je
regrette beaucoup sous ce rapport la session qui va s'ouvrir; je crois
que j'aurais pris quelque part aux discussions; mais nos véritables
intérêts ne manqueront pas de représentants et je jouirai de loin de vos
victoires.

Adieu, monsieur; veuillez croire à mon vieil et bien constant et bien
véritable attachement.

JOUFFROY.



VI

_Rapport au roi Louis-Philippe sur la création d'une chaire de droit
constitutionnel dans la Faculté de droit de Paris_.

Paris, le 22 août 1834.

Sire,

Une somme de 25,000 fr. a été portée au budget de 1835 pour créations
nouvelles dans l'enseignement des facultés du royaume. L'objet de
quelques-unes de ces créations était indiqué dans le rapport que j'ai
eu l'honneur de présenter à Votre Majesté, sous la date du 31 décembre
1833:

«On se plaint que l'enseignement du droit est incomplet... Plusieurs
facultés réclament des chaires de droit administratif;... et il n'en est
pas une où soit enseigné notre droit constitutionnel français, ancien et
moderne... Cependant le gouvernement sous lequel nous vivons aujourd'hui
appelle tant de citoyens à prendre part aux affaires de l'État, à celles
du département et de la commune, qu'on ne saurait trop désirer que la
partie de notre législation qui se rattache à l'exercice des droits
politiques et aux attributions des divers pouvoirs soit expliquée et
commentée, au moins dans nos principales écoles. De tels cours, faits
par des hommes d'expérience et d'une haute raison, pourraient devenir
d'un grand intérêt social. Je crois donc qu'il est urgent de faire
quelques essais en ce genre.»

Le crédit demandé fut alloué par les Chambres, dans des vues conformes
à celles que Votre Majesté avait daigné approuver. J'ai dû, en
conséquence, m'occuper du lieu le plus convenable au premier essai de
cet enseignement, de son objet précis, de la forme qu'il doit avoir et
du rang qu'il doit prendre dans l'ordre des études.

Bien que l'établissement d'un cours de droit constitutionnel soit
un fait entièrement nouveau dans nos écoles, il peut d'autant plus
facilement y être introduit que le principe de cet enseignement avait
été reconnu dès l'origine par les décrets constitutifs des facultés de
droit, et spécialement par celui du 21 septembre 1804, qui statuait,
article 10:

«Dans la deuxième et dans la troisième années, outre la suite du Code
des Français, on enseignera le droit public français et le droit civil
dans ses rapports avec l'administration publique.»

Mais cette promesse resta stérile sous l'Empire. Il en fut de même sous
la Restauration. Dans le développement momentané que reçut la Faculté
de Paris, par l'ordonnance du 24 mai 1819, le droit public français fut
réduit à une chaire de droit administratif qui elle-même fut bientôt
supprimée. Il appartient au gouvernement de Votre Majesté de faire, sur
ce point, ce qu'on a toujours redouté, et d'enseigner hautement les
principes de liberté légale et de droit constitutionnel qui sont la base
de nos institutions.

Un tel enseignement, sans doute, ne peut s'improviser dans toutes les
écoles à la fois; médiocre, il serait inutile, ou même nuisible. Il
veut des hommes supérieurs qui puissent le donner avec l'autorité de la
conviction et du talent. Qu'une seule chaire de ce genre soit créée et
dignement remplie, elle exercera bientôt une grande influence.

Ce point reconnu, Sire, il ne peut y avoir de doute sur le lieu de cette
première création. C'est dans l'École de droit de Paris, c'est au centre
même de l'enseignement le plus actif et le plus complet qu'on doit
ouvrir ce cours nouveau et appeler tout le monde à le juger.

Quant à son objet et à sa forme, ils sont déterminés par le titre même:
c'est l'exposition de la Charte et des garanties individuelles comme des
institutions politiques qu'elle consacre. Ce n'est plus là, pour nous,
un simple système philosophique livré aux disputes des hommes; c'est une
loi écrite, reconnue, qui peut et doit être expliquée, commentée, aussi
bien que la loi civile ou toute autre partie de notre législation. Un
tel enseignement, à la fois vaste et précis, fondé sur le droit public
national et sur les leçons de l'histoire, susceptible de s'étendre
par les comparaisons et les analyses étrangères, doit substituer, aux
erreurs de l'ignorance et à la témérité des notions superficielles, des
connaissances fortes et positives.

A mes yeux, c'est dans la pleine franchise et l'étendue de ce cours
que se trouvera son efficacité. Comme le droit constitutionnel est
maintenant parmi nous une vraie science dont les principes sont
déterminés et les applications journalières, il n'a point de
conséquences extrêmes qu'on doive craindre, ni de mystères qu'on doive
cacher; et plus l'exposition faite par un esprit élevé sera complète et
approfondie, plus l'impression en sera paisible et salutaire.

Mais, par cette raison même, Votre Majesté jugera sans doute que cet
enseignement nouveau ne saurait être ajouté comme un simple ornement à
l'École de droit de Paris, et qu'il y doit être incorporé comme partie
intégrante des études.

Déjà, depuis 1804, des objets nouveaux d'enseignement, que ne comprenait
pas la première organisation, furent, à diverses époques, ajoutés aux
anciens cours, et sont devenus obligatoires pour les élèves. Ainsi,
l'ordonnance du 4 novembre 1820 prescrivit de suivre, dans la troisième
année, indépendamment du cours de Code civil, un cours de Code
commercial et un cours de droit administratif. Un règlement du 5
mai 1829 décida également que le droit administratif ferait partie
nécessaire du second examen de licence. Par les mêmes motifs et par une
considération plus haute encore, le cours de droit constitutionnel doit
être rendu obligatoire, en troisième année, pour les aspirants à la
licence, dans la Faculté de droit de Paris, et le second examen de
licence devra comprendre une épreuve spéciale sur les objets du nouveau
cours.

Il résultera de ces diverses dispositions que le titre de licencié en
droit sera plus élevé, plus difficile à obtenir dans la Faculté de Paris
que dans les autres facultés du royaume. Mais une semblable inégalité
existe déjà entre les facultés où l'enseignement du droit administratif
fait partie des cours et celles où il n'a pas lieu. D'ailleurs, ce qu'il
importe surtout, c'est d'améliorer ce qui prospère déjà et d'établir
quelque part le modèle d'un enseignement étendu et bien dirigé, sauf à
multiplier ensuite, sur les divers points de la France, une création
heureusement éprouvée.

J'ai l'honneur de proposer, en conséquence, à Votre Majesté, de vouloir
bien donner son approbation au projet d'ordonnance ci-joint.

Je suis avec le plus profond respect,
Sire,
De Votre Majesté,
Le très-humble et très-obéissant
serviteur et fidèle sujet,

GUIZOT.



VII

_M. Auguste Comte à M. Guizot_.
Paris, le samedi 30 mars 1833.

Monsieur,

Quoique, depuis plus de trois semaines, je diffère à dessein de vous
écrire, je dois d'abord vous demander sincèrement pardon de vous
entretenir d'affaires si peu de temps après la perte cruelle et
irréparable que vous venez d'éprouver, et à laquelle je compatis
vivement. Mais, comme, d'après ce que vous aviez bien voulu m'annoncer
dans notre dernière entrevue, c'était vers le commencement de mars que
devait être examinée définitivement la proposition que j'ai eu l'honneur
de vous soumettre le 29 octobre dernier, sur la création d'une chaire
_d'histoire générale des sciences physiques et mathématiques_ au Collège
de France, je craindrais, en gardant plus longtemps le silence à cet
égard, de donner lieu de croire que j'aurais renoncé à ce projet.

Il serait déplacé, monsieur, de rappeler ici, même sommairement, les
diverses considérations principales propres à faire sentir l'importance
capitale de ce nouvel enseignement, et sa double influence nécessaire
pour contribuer à imprimer aux études scientifiques une direction plus
philosophique, et pour combler une lacune fondamentale dans le système
des études historiques: c'est, ce me semble, le complément évident et
indispensable de la haute instruction, surtout à l'époque actuelle. Je
m'en réfère à cet égard à ma note du 29 octobre; ou, pour mieux dire,
monsieur, je m'en rapporte à votre opinion propre et spontanée sur une
question que la nature de votre esprit et de vos méditations antérieures
vous met plus que personne en état de juger sainement. Car, je vous
avoue, monsieur, que ce à quoi j'attache le plus d'importance dans
cette affaire, c'est que vous veuilliez bien la décider uniquement
par vous-même, à l'abri de toute influence, en usant de votre droit à
l'égard du Collège de France qui se trouve heureusement, et par la loi,
et par l'usage, hors des attributions du conseil d'instruction publique.
Les deux seuls savants qui fassent actuellement partie de ce conseil,
quoique distingués d'ailleurs dans leurs spécialités, sont, en effet,
par une singulière coïncidence, généralement reconnus dans le monde
scientifique comme parfaitement étrangers à tout ce qui sort de la
sphère propre de leurs travaux, et comme pleinement incompétents en tout
ce qui concerne la philosophie des sciences et l'histoire de l'esprit
humain. Il y aurait, monsieur, je dois le dire avec ma franchise
ordinaire, plus que de la modestie, dans une intelligence comme la
vôtre, à subordonner votre opinion à la leur sur une question de la
nature de celle que j'ai eu l'honneur de soulever auprès de vous. Si
vous pouvez à ce sujet recueillir des conseils utiles, ce n'est pas du
moins de la part de vos conseillers officiels.

Comme depuis cinq mois, vous avez eu certainement le loisir d'examiner
cette affaire avec toute la maturité suffisante, sans être importuné de
mes instances, je crois pouvoir enfin, monsieur, sans être indiscret,
réclamer à cet égard votre décision définitive. Je suis loin de me
plaindre de la situation précaire et parfois misérable dans laquelle
je me suis toujours trouvé jusqu'à présent, car je sens combien elle a
puissamment contribué à mon éducation. Mais cette éducation ne saurait
durer toute la vie, et il est bien temps, à trente-cinq ans, de
s'inquiéter enfin d'une position fixe et convenable. Les mêmes
circonstances qui ont été utiles (et à mon avis indispensables
ordinairement) pour forcer l'homme à mûrir ses conceptions et à combiner
profondément le système général de ses travaux, deviennent nuisibles par
une prolongation démesurée, quand il ne s'agit plus que de poursuivre
avec calme l'exécution de recherches convenablement tracées. Pour un
esprit tel que vous connaissez le mien, monsieur, il y a, j'ose le dire,
un meilleur emploi de son temps, dans l'intérêt de la société, que de
donner chaque jour cinq à six leçons de mathématiques. Je n'ai pas
oublié, monsieur, que, dans les conversations philosophiques trop rares
et si profondément intéressantes que j'ai eu l'honneur d'avoir avec
vous autrefois, vous avez bien voulu m'exprimer souvent combien vous me
jugeriez propre à contribuer à la régénération de la haute instruction
publique, si les circonstances vous en conféraient jamais la direction.
Je ne crains pas, monsieur, de vous rappeler aujourd'hui cette
disposition bienveillante et d'en réclamer les effets lorsqu'il s'agit
d'une création, qui, abstraction faite de mon avantage personnel,
présente en elle-même une utilité scientifique incontestable et du
premier ordre, et qui se trouve en une telle harmonie avec la nature de
mon intelligence et des recherches de toute ma vie qu'il serait, je
crois, fort difficile aujourd'hui qu'elle pût convenir à aucune autre
personne.

J'espère, monsieur, que vous ne trouverez pas déplacée mon insistance à
cet égard après un si long délai. Vous n'ignorez pas que, bien que ce
projet fût pleinement arrêté dans mon esprit avant votre ministère, je
n'ai point essayé de le soumettre à votre prédécesseur, par la certitude
que j'avais de n'en être pas compris, et il est plus que probable que la
même raison m'empêchera également d'en parler à votre successeur. Vous
concevez donc, monsieur, qu'il est de la dernière importance pour moi
de faire juger cette question pendant que le ministère de l'instruction
publique est occupé, grâce à une heureuse exception, par un esprit de
la trempe du vôtre et dont j'ai le précieux avantage d'être connu
personnellement.

Comme cette fonction ne présente heureusement aucun caractère politique,
je ne pense pas qu'on puisse trouver, dans le système général du
gouvernement actuel, aucun motif de m'exclure, malgré l'incompatibilité
intellectuelle de ma philosophie positive avec toute philosophie
théologique ou Métaphysique, et par suite avec les systèmes politiques
correspondants. Dans tous les cas, cette exclusion ne saurait offrir
l'utilité d'arrêter mon essor philosophique qui est maintenant trop
caractérisé et trop développé pour pouvoir être étouffé par aucun
obstacle matériel, dont l'effet ne pourrait être au contraire que d'y
introduire, par le ressentiment involontaire d'une injustice profonde,
un caractère d'irritation contre lequel je me suis soigneusement tenu
en garde jusqu'ici. Comme je ne pense pas que les vexations purement
gratuites et individuelles se présentent à l'esprit d'aucun homme
d'État, dans quelque système que ce soit, je dois donc être pleinement
rassuré à cet égard. Si cependant, monsieur, quelque motif de ce genre
contrariait ici l'effet de votre bienveillance, je ne doute pas que vous
ne crussiez devoir me le déclarer franchement, par la certitude que vous
auriez que je vous connais trop bien pour ne pas regarder un esprit
aussi élevé que le vôtre comme parfaitement étranger à toute difficulté
de cette nature.

Je ne pense pas non plus avoir aucun obstacle à rencontrer dans les
considérations financières, car le budget du Collège de France me semble
actuellement pouvoir comporter aisément cette nouvelle dépense sans
aucune addition de fonds, la chaire d'économie politique ne devant
point probablement être rétablie, à cause du caractère vague et de la
conception irrationnelle de cette prétendue science, telle qu'elle est
entendue jusqu'ici. Dans tous les cas, il est nécessaire d'abord de
reconnaître en principe la convenance du cours d'histoire des sciences
positives, sans y mêler aucune question d'argent. Je puis d'autant plus
faciliter une telle décision que je consentirais volontiers à faire ce
cours sans aucun traitement jusqu'à ce que la Chambre eût alloué des
fonds spéciaux, si le budget était réellement insuffisant.

Par ces divers motifs, j'espère, monsieur, que vous voudrez bien
m'assigner prochainement une dernière entrevue pour me faire connaître,
au sujet de cette création, votre détermination définitive, soit dans un
sens, soit dans un autre. J'ai besoin de n'être pas tenu plus longtemps
en suspens à cet égard, afin de pouvoir donner suite, si une telle
carrière m'était malheureusement fermée, aux démarches susceptibles,
dans une autre direction, de me conduire à une position convenable, ce
qui est devenu maintenant pour moi, après une insouciance philosophique
aussi prolongée, un véritable devoir.

J'ai dédaigné, monsieur, d'employer, auprès d'un homme de votre valeur,
les procédés ordinaires de sollicitations indirectes et de patronages
plus ou moins importants que j'eusse pu néanmoins mettre en jeu tout
comme un autre. C'est moi seul, monsieur, qui m'adresse à vous seul. Il
s'agit ici d'une occasion unique de m'accorder une position convenable,
sans léser aucun intérêt, et en fondant une institution d'une haute
importance scientifique, susceptible, je ne crains pas de le dire,
d'honorer à jamais votre passage au ministère de l'instruction publique.
Je crois donc pouvoir compter sur l'épreuve décisive à laquelle je
soumets ainsi votre ancienne bienveillance pour moi et votre zèle pour
les véritables progrès de l'esprit humain.

Veuillez agréer, monsieur, l'assurance bien sincère de la respectueuse
considération de Votre dévoué serviteur,

Auguste COMTE.
N° 459, rue Saint-Jacques.

_P.-S._ Je vous prie, monsieur, de vouloir bien accepter l'hommage
du premier volume de mon _Cours de philosophie positive_, dont j'ai
l'honneur de vous envoyer ci-joint un exemplaire. La publication de cet
ouvrage, que les désastres de la librairie avaient suspendue pendant
deux ans, va maintenant être continuée sans interruption par un autre
éditeur. Je m'empresse de profiter de la première disponibilité de
quelques exemplaires pour satisfaire le désir que j'avais depuis si
longtemps de soumettre ce travail à un juge tel que vous.



VIII

_M. Lakanal à M. Guizot_.
Mobile,--État d'Alabama, 16 juillet 1835.

Excellence,

Mon grand travail en deux volumes sur les États-Unis, avec la traduction
anglaise en regard du texte, est sous presse, et vous y êtes célébré
plusieurs fois: d'abord, en traitant de l'état de l'instruction publique
aux États-Unis, comparé à celui où elle se trouve en France et en
Angleterre; votre éloge naît du sujet, aussi naturellement que la fleur
sort de sa tige; vous êtes le moderne restaurateur de l'instruction
publique dans notre belle patrie: cette vérité est connue et non
contestée, même dans les journaux; j'ai sous les yeux celui des
_Connaissances utiles_, l'_Abeille américaine_, et le _Moniteur de
la Nouvelle-Orléans._ Voire cours d'histoire est devenu une époque
mémorable dans les annales de notre Université. Vos ouvrages
historiques, qu'on étudie après les avoir lus, présentent cette partie
de nos connaissances comme l'avait conçue l'orateur romain, comme
le précepteur, comme l'institutrice de la vie, _magistra vitae_. En
traitant de l'état actuel de la législation aux États-Unis, en France
et en Angleterre, j'ai occasion de signaler les orateurs qui priment au
congrès, au parlement et à la tribune, et certes je ne puis pas omettre
l'orateur dont le beau talent d'improvisateur protège les saines
doctrines qui dirigent le gouvernement actuel de la France. J'ai, avec
tous les bons esprits, l'intime conviction que si le gouvernement
s'était lancé dans toute autre direction, s'il avait imprimé une
toute autre tournure aux affaires publiques, la France aurait subi de
nouvelles révolutions, depuis les journées de juillet; il suffit, pour
en être convaincu, de connaître le caractère inquiet et mobile de la
généralité des Français, et l'esprit qui régit les cabinets de l'Europe.
La France foulée, démembrée, aurait été envahie pour la troisième fois.

Les tumultueux débats mus, de toutes parts, aux États-Unis à l'occasion
du traité des vingt-cinq millions, forment un appendice remarquable dans
mon ouvrage. Les orateurs de l'opposition, qui ont traité cette question
à la tribune, se sont placés dans une fausse position. Ils ont mal jugé
les Américains. Ils ont ignoré ou feint de méconnaître l'état moral de
ces contrées à demi-civilisées. En général, les habitants des États-Unis
ne forment pas un corps de nation proprement dit, un peuple homogène.
Les fondateurs du gouvernement fédéral reposent tous dans la tombe,
et leurs descendants ne forment que la partie la plus exiguë de la
population générale; celle-ci se compose d'Irlandais, d'Allemands, de
Suisses, d'Espagnols, d'Italiens, de Polonais, de Français, etc.
Jackson lui-même, né Américain, n'avait que huit ans à l'époque de
la proclamation de l'Indépendance, étant né le 7 mars 1767. Tous ces
peuples, si divers d'esprit, de moeurs, d'habitudes, de langage,
jouissent ici d'une liberté semi-sauvage que les lois ne refrènent
jamais, et se donnent, de préférence, un chef vieux soldat, qui, toute
sa vie, a cultivé ses champs dans le Tennessee, ou pourchassé de
misérables sauvages dans les forêts. Croit-on, espère-t-on qu'un tel
homme, dur de caractère, traitera les affaires publiques comme nos
courtisans et nos académiciens? Jackson, soldat très-despote, comme il
l'a prouvé à Pensacola et à la Nouvelle-Orléans, passe à pieds joints
sur toutes les convenances, par habitude et non par mauvaise intention;
il est bien placé à la tête d'un peuple nouveau et peu avancé dans
la carrière de la civilisation. Cette vérité est bien connue par M.
Livingston lui-même: ce citoyen avait été chargé par la législature de
la Louisiane de la rédaction d'un code de lois; j'étais, à cette
époque, président de l'Université de la Nouvelle-Orléans, et je vivais
très-familièrement, et même dans une sorte d'intimité, avec Livingston,
Je lui écrivis pour lui signaler une foule de lacunes dans son travail;
sa réponse fut, et il ne l'a pas certainement oubliée, _que ce code
ébauché suffisait, pour le moment, à un peuple nouveau, économe et
laborieux, et qui ne possédait encore que les établissements nécessaires
aux premiers besoins de la vie_. Le peuple américain a, dans ses
habitudes et son langage, quelque chose de trop âpre et de trop vert
pour pouvoir découvrir rien d'offensant pour les Français dans le
message de son président. J'atteste que je n'ai pas rencontré un seul
Américain de marque qui, retranché comme ils le sont tous derrière leurs
habitudes, ait pu rien découvrir d'offensant, pour les Français, dans le
message de Jackson. L'excessive susceptibilité française doit faire des
concessions à un peuple dont les formes et le langage sont naturellement
austères et même acerbes. On ne traite pas affaires, politiques à
Samarkande comme à Paris, à Sparte comme à Athènes, aux beaux jours du
siècle de Périclès. Le passage incriminé est, si l'on peut s'exprimer
ainsi, un fruit du cru. Jackson ne traite pas autrement avec les
autorités constituées des États-Unis, et probablement avec les cabinets
de l'Europe, qui ont le bon esprit de ne pas s'en fâcher. Voyez les
messages relatifs à la Banque, et surtout aux troubles qui ont agité
les Carolines: toutes ces discussions, où le Sénat accuse le président
d'avoir violé la constitution, où le président proteste contre le Sénat,
où Jackson menace de contraindre, par la force, les États du Sud,
où l'on lui répond en lui prodiguant les qualifications de nouveau
_Robespierre_, de second _Marat_, ne laissent après elles aucune
irritation, et ne troublent nullement la grande famille. On est tolérant
aux États-Unis, et l'ambition ne fait pas fermenter les têtes des
membres du congrès, pour supplanter les ministres. On a été généralement
fort surpris, dans ces contrées, de ne voir attaquer le traité que par
les libéraux, ou soi-disant tels, et par les légitimistes avec. Les
Américains, dans leur gros bon sens, ont jugé que l'attaque contre le
traité de Jackson n'était que la raison ostensible, et que la véritable
était dirigée contre le ministère, et l'on formule ainsi toutes les
récriminations du parti libéral par ces mots: _ôte-toi de là que je m'y
mette_. Quant aux légitimistes, à visière levée, ils rappellent, dans
leurs voeux pour l'_économie_ et leur appel à la _dignité nationale_, la
réflexion de Laocoon à la vue du cheval de Troie: _Timeo Danaos et dona
ferentes._

En résumé:

1. Le langage du peuple des États-Unis, tel qu'il s'est formé, tel qu'il
est constitué, diffère essentiellement de celui d'un peuple parvenu à
son dernier degré de civilisation.

2. Jackson a cédé à l'impulsion que lui a donnée Livingston dans
plusieurs lettres qui ont été publiées textuellement dans tous les
journaux de l'Amérique.

3. Le message donne au peuple français de grands éloges qui doivent bien
affaiblir l'impression défavorable produite par l'article incriminé.

4. Le gouvernement français a fait justice de l'inconsidéré agent
diplomatique donneur de mauvais conseils.

5. Et ne doit-on pas faire entrer en ligne de compte, et par forme de
compensation, les réflexions pesantes tombées sur Jackson du haut de la
tribune?

Partant, je crois, avec les Américains et même les Français qui habitent
ce pays, que _justice est faite_.

Je ne vous parle plus de moi. Je crois cependant que, connaissant à fond
les États-Unis et les régions environnantes, que, possédant surtout
l'anglais et l'espagnol, et la langue est une sorte de consanguinité
entre les peuples, je pourrais vous être utile, robuste et bien portant
comme je suis, et tout dévoué à votre gouvernement, auquel j'ai offert
mes hommages aux premiers jours de son installation. Je ne vous
importunerai plus jamais, et je me bornerai, dans ma solitude, à me
plaindre à la nature de ce que, m'ayant rempli toute ma vie du désir de
servir ma patrie, elle m'en a refusé les moyens.

J'ai l'honneur d'être,
De Votre Excellence,
Le très-humble et très-obéissant serviteur,

_Signé_: LAKANAL.

Doctrinaire dans l'ancienne acception, et pour toujours dans la
nouvelle. Il défendrait, le cas échéant, les nouveaux doctrinaires,
comme il défendit, dans des jours d'orage, le vénérable général des
doctrinaires, menacé de la mort et caché chez moi, jusqu'au moment où
je pus, non sans peine et sans efforts, le produire au grand jour et le
placer.



IX

_Rapports au roi Louis-Philippe sur la publication d'une Collection des
Documents inédits relatifs à l'histoire de France_.

(31 décembre 1833 et 27 novembre 1834.)


1° _Extrait du rapport au Roi sur le budget du ministère de
l'instruction publique pour l'exercice de_ 1835.

Sire,

.....Depuis quinze ans environ l'étude des sources historiques a repris
une activité nouvelle. Des hommes d'un esprit clairvoyant, d'une science
rare, d'une constance laborieuse, ont pénétré, les uns dans le vaste
dépôt des archives du royaume, les autres dans les collections de
manuscrits de la Bibliothèque royale; quelques-uns ont poussé
leurs recherches jusque dans les bibliothèques et les archives dès
départements. Partout il a été prouvé, dès les premiers essais, en
fouillant au hasard, que de grandes richesses étaient restées enfouies.
Les efforts ont redoublé, et l'on a pas tardé à obtenir des découvertes
aussi importantes qu'inattendues, de véritables révélations qui
éclairent d'un jour nouveau tels ou tels événements, tels ou tels
siècles de notre histoire; à ce point qu'il est peut-être permis
d'avancer que les manuscrits et monuments originaux, qui ont été jusqu'à
présent mis au jour, ne surpassent guère en nombre ni en importance ceux
qui sont restés inédits.

Depuis que ce fait est constaté, il ne se passa pas un jour sans que les
hommes jaloux des progrès de la science et de la gloire littéraire de la
France n'expriment le regret de voir l'exploitation d'une mine si riche
abandonnée à des individus isolés, dont les plus grands efforts ne
peuvent produire que des résultats partiels et bornés. À la vérité,
parmi ces explorateurs volontaires, il faut distinguer l'Académie des
inscriptions qui travaille à recueillir diverses séries de monuments
relatifs à notre histoire nationale. Mais Votre Majesté a pu se
convaincre, il y a quelques instants, de l'extrême exiguïté des
ressources dont l'Académie dispose pour la publication de ces recueils,
et de la lenteur qui en résulte inévitablement. Aussi, quelle que soit
l'excellence de ses travaux, ils sont insuffisants pour calmer les
regrets et satisfaire les désirs de ceux qui voudraient entrer en
possession de tant de trésors, encore inutiles ou ignorés.

Le besoin de voir mettre un terme à ces efforts isolés commence à être
si vivement senti que quelques personnes se sont récemment formées en
société pour tenter de concentrer et de coordonner les recherches de
tous les hommes qui se vouent à ce genre de travaux[16]. J'espère que
cette société n'aura pas fait un vain appel aux amis de la science; je
m'associe à ses efforts; mais je ne puis me dissimuler que, lors même
qu'elle parviendrait à disposer de ressources plus considérables qu'il
n'est permis de le supposer, son action ne serait encore que partielle,
et ses publications n'embrasseraient que quelques séries de monuments.

[Note 16: La Société de l'histoire de France, fondée en juin 1833,
compte déjà plus de deux cents membres, et a déjà fait, indépendamment
de son _Bulletin_ qui parait tous les mois, plusieurs publications
importantes.]

Au gouvernement seul il appartient, selon moi, de pouvoir accomplir
le grand travail d'une publication générale de tous les matériaux
importants et encore inédits sur l'histoire de notre patrie. Le
gouvernement seul possède les ressources de tout genre qu'exige cette
vaste entreprise. Je ne parle même pas des moyens de subvenir aux
dépenses qu'elle doit entraîner; mais, comme gardien et dépositaire de
ces legs précieux des siècles passés, le gouvernement peut enrichir
une telle publication d'une foule d'éclaircissements que de simples
particuliers tenteraient en vain d'obtenir. C'est là une oeuvre
toute libérale et digne de la bienveillance de Votre Majesté pour la
propagation de l'instruction publique et la diffusion des lumières.

Mais chaque jour de retard rend la tâche plus difficile: non-seulement
les traditions s'effacent et nous enlèvent en s'effaçant bien des moyens
de compléter et d'interpréter les témoignages écrits; mais les monuments
eux-mêmes s'altèrent matériellement. Il est une foule de dépôts, surtout
dans les départements, où les pièces les plus anciennes s'égarent ou
deviennent indéchiffrables, faute de soins nécessaires à leur entretien.
Je crois donc qu'il est urgent que l'entreprise soit mise à exécution,
et qu'elle reçoive immédiatement une assez grande extension.

Une des premières opérations serait de dresser un inventaire des
richesses paléographiques de tous les départements. Les recherches
seraient faites dans deux sortes d'établissements; d'abord dans les
bibliothèques communales, en second lieu dans les dépôts d'archives,
soit communales, soit départementales. Je sais déjà qu'il est plusieurs
bibliothèques qui pourraient être exploitées avec grand profit, et
presque toutes offriraient quelque chose à recueillir. Ce sont surtout
des éclaircissements sur l'histoire des localités, des particularités
toutes provinciales, que fourniraient ces bibliothèques. Malgré les
ravages qui, depuis quarante ans, ont produit, dans la plupart de ces
dépôts, d'irréparables lacunes, on peut encore y faire une abondante
moisson. Il en est même qui, par un heureux hasard, ont été préservés
du pillage; et quand le sort a voulu que ce fût dans une de ces villes,
anciennes capitales d'importantes provinces, telles que Dijon ou Lille
par exemple, on sent combien de faits précieux doivent y rester enfouis.
Il est telle de ces villes qui peut nous offrir une correspondance non
interrompue avec tous nos souverains pendant cinq ou six siècles, telle
autre qui possède plus de deux ou trois mille chartes, plus de dix
mille pièces de tout genre, non-seulement inédites, mais inconnues des
paléographes, et dont aucune analyse, aucun catalogue, n'a encore
révélé l'importance. En un mot, les bibliothèques et les archives
départementales deviendraient probablement une des sources où seraient
puisés les plus nombreux matériaux de cette grande publication.

Le département des manuscrits de la Bibliothèque royale serait également
fouillé, et fournirait une masse de documents originaux, dont il serait
difficile de calculer l'importance. Les collections dites de _Colbert_,
de _Brienne_, de _Dupuy_, de _Gaignières_, et tant d'autres qu'il
serait trop long d'énumérer, n'ont encore été pour ainsi dire
qu'entr'ouvertes. Là sont ensevelis des correspondances, des mémoires,
des écrits de toute espèce, reflets vivants de tous les siècles,
répertoires des jugements que chaque époque a portés sur elle-même.
Aucun autre dépôt n'est plus riche que la Bibliothèque royale en
matériaux pour cette sorte d'histoire qu'on peut appeler contemporaine,
histoire qui ne consiste pas moins dans la révélation des idées que dans
celle des faits.

Les archives du royaume, au contraire, jetteraient de vives lumières sur
telles ou telles circonstances d'événements défigurés par la tradition.
On y puiserait des rectifications importantes, des renseignements
curieux sur tous les faits sociaux qui laissent de leur passage une
trace officielle et authentique. Il est aussi, dans le dépôt des
archives, des trésors qu'on ne serait pas tenté d'y chercher, tels
que des correspondances diplomatiques, des traités de politique, des
fragments d'histoire. Ainsi, en résumé, bibliothèques et archives des
départements, Bibliothèque royale et bibliothèques secondaires de Paris,
archives du royaume, tels seraient les principaux établissements dont il
s'agirait de produire les richesses au grand jour.

Mais il est une autre source historique plus abondante encore peut-être,
et jusqu'ici plus inconnue. Les dépôts dont je viens de parler sont
publics; le gouvernement ne ferait qu'en extraire et rendre plus
abordable à tous les lecteurs ce que, avec de grands efforts sans doute,
les particuliers peuvent accomplir par eux-mêmes. Le bienfait serait
immense, mais le gouvernement doit faire davantage. Il possède
d'autres archives dont lui seul dispose, et dont il peut, sans aucun
inconvénient, communiquer, en partie du moins, les inappréciables
trésors: je veux parler des archives des différents ministères, et
notamment du ministère des affaires étrangères.

Jusqu'ici, tantôt la nature du gouvernement, tantôt de justes
convenances, ont rendu ces grands dépôts à peu près inaccessibles; mais
la séparation est si profonde entre notre temps et les temps passés,
la politique de notre époque est si peu solidaire de celle des siècles
antérieurs, que le gouvernement peut, sans crainte et sans scrupule,
associer le public à une partie de ces richesses historiques.

En s'arrêtant vers le commencement du dernier siècle, non-seulement
l'intérêt de l'État, mais l'intérêt des familles, ne pourront souffrir
la moindre atteinte.

Évidemment les faits, les documents antérieurs au règne de Louis
XV n'appartiennent plus à la politique, mais à l'histoire, et rien
n'empêche plus de publier ceux qui méritent la publicité.

En exploitant ainsi avec sagesse les archives des divers ministères, et
surtout celles des affaires étrangères, qui sont dans un ordre parfait,
la publication que j'ai l'honneur de proposer à Votre Majesté sera un
monument tout à fait digne d'elle et de la France.

L'histoire des villes, des provinces, des faits et des usages locaux
sera éclairée par les bibliothèques et les archives départementales;
l'histoire générale des idées, des usages, des moeurs et des rites par
les manuscrits des grandes bibliothèques de Paris, par les archives du
royaume; enfin l'histoire particulière des traités et des ambassades par
les archives des affaires étrangères; celle de la législation et des
grands procès par les archives du Parlement; celle des sièges, des
batailles, de la marine et des colonies par les archives de la guerre et
de la marine.

Je ne puis, dans cet exposé, offrir à Votre Majesté qu'un sommaire, une
ébauché incomplète de l'entreprise que je soumets à Son approbation.
Je souhaite que les résultats que je ne puis que faire entrevoir, mais
qu'on serait assuré d'atteindre, justifient aux yeux de Votre Majesté et
à ceux des Chambres ma demande d'une allocation extraordinaire. Si ce
crédit est accordé, j'aurai l'honneur de présenter à Votre Majesté un
plan plus détaillé de cette grande publication nationale, et de lui
soumettre les moyens d'exécution les plus propres à en assurer le
succès.

Je suis avec le plus profond respect,
Sire,
De Votre Majesté,
Le très-humble et très-obéissant
serviteur et fidèle sujet,

Paris, 31 décembre 1833. Le ministre secrétaire
d'État au département de l'instruction publique,

GUIZOT.


2. _Rapport au Roi sur les Mesures prescrites pour la recherche et la
publication des Documents inédits relatifs à l'histoire de France_.

SIRE,

Votre Majesté a daigné accueillir les vues que j'ai eu l'honneur de lui
soumettre relativement à la recherche et à la publication des monuments
inédits de l'histoire de France. Les Chambres ont voté, dans le budget
de 1835, un crédit de 120,000 fr. consacré à ces travaux, et qui atteste
hautement l'intérêt qu'inspire l'entreprise scientifique et nationale
qu'a approuvée Votre Majesté.

Je me suis appliqué à en préparer le succès, et je demande à Votre
Majesté la permission de mettre sous ses yeux le plan que je me propose
de suivre et les dispositions que j'ai déjà prescrites.

Dès le 22 novembre 1833, je me suis adressé à MM. les préfets pour leur
demander des renseignements précis et détaillés sur la situation des
bibliothèques et des archives des départements qu'ils administrent,
ainsi que sur les divers ouvrages manuscrits qui peuvent être contenus
dans ces dépôts. Les réponses que j'ai reçues m'ont déjà fourni quelques
documents curieux; elles m'ont surtout indiqué les voies qu'il convient
de suivre pour arriver à des résultats importants.

Le 20 juillet dernier, je me suis mis en rapport avec les académies et
sociétés savantes établies dans les départements; j'ai sollicité leur
concours; j'ai cherché à encourager leurs efforts, et tout me porte à
croire qu'elles me seconderont avec zèle et efficacité.

Le 18 juillet dernier, j'ai formé, auprès du ministère de l'instruction
publique, un comité où se réunissent quelques-uns des hommes les
plus considérables par le savoir et par le mérite de leurs travaux
historiques. Ce comité sera spécialement chargé de surveiller et
de diriger, de concert avec moi, tous les détails de cette vaste
entreprise. Il s'est assemblé plusieurs fois sous ma présidence, et,
grâce à l'assistance éclairée que ses membres ont bien voulu me prêter,
on entrevoit déjà les résultats qu'il sera possible d'obtenir.

Un premier soin a dû occuper le comité, celui de déterminer nettement le
but que doit se proposer l'administration et les limites dans lesquelles
il convient de se renfermer. Il suffit, à cet égard, de s'en tenir
rigoureusement aux termes mêmes de la loi de finances de 1835. Ils
contiennent et expliquent toute la pensée de l'entreprise. Puiser à
toutes les sources, dans les archives et bibliothèques de Paris et
des départements, dans les collections publiques et particulières;
recueillir, examiner et publier, s'il y a lieu, tous les documents
inédits importants et qui offrent un caractère historique, tels que
manuscrits, chartes, diplômes, chroniques, mémoires, correspondances,
oeuvres même de philosophie, de littérature ou d'art, pourvu qu'elles
révèlent quelque face ignorée des moeurs et de l'état social d'une
époque de notre histoire: tel sera le but de ces travaux.

J'ai examiné soigneusement, avec le comité, quels seraient les plus sûrs
moyens d'exécution.

La recherche des documents présente d'assez grandes difficultés. A
Paris, et dans quelques villes en petit nombre, il existe des archives
classées méthodiquement, et dans lesquelles a été dressé avec exactitude
l'inventaire des pièces qui s'y trouvent déposées; mais partout
ailleurs, règnent le désordre et la confusion. A l'époque des troubles
révolutionnaires, une foule de documents, jusque-là conservés dans les
anciens monastères, dans les châteaux ou dans les archives des communes,
ont été livrés tout à coup au pillage et à la dévastation. Des amas de
papiers et de parchemins, transportés dans les municipalités voisines,
ont été jetés pêle-mêle dans des greniers ou dans des salles
abandonnées; le souvenir même s'est effacé, dans plusieurs endroits,
de ces translations opérées négligemment et sans formalités. De là
l'opinion généralement établie, et devenue, pour ainsi dire, de
tradition dans un grand nombre de départements, que tout a péri dans ces
temps d'agitation. Il est certain néanmoins qu'on peut retrouver encore
une partie considérable des anciennes archives, notamment dans les
villes d'évêché et de parlement, et qu'une foule de pièces importantes
ont été sauvées et rendues aux villes lorsque, plus tard, une autorité
conservatrice fit déposer dans les chefs-lieux des districts les débris
des anciennes abbayes, confondus avec les chartes et autres monuments
authentiques. Plusieurs pièces aussi furent gardées alors comme titres
de propriété ou de droits utiles des biens qui avaient été vendus par
l'autorité publique.

Je ne saurais former le dessein de procéder actuellement et directement
à un classement général et méthodique de toutes les archives locales,
soit des départements, soit des communes: le temps et les ressources
manqueraient pour un si immense travail. La Bibliothèque du Roi possède
déjà un inventaire général de toutes les archives qui existaient en
France avant la révolution, inventaire dressé, vers 1784, sous le
ministère de M. Bertin, et auquel sont joints un grand nombre de
cartulaires ou répertoires des principales pièces que ces archives
locales renfermaient. Ces renseignements suffiront aux premières
recherches; à mesure que l'on pénétrera dans les dépôts publics pour en
extraire les richesses, on éprouvera le besoin de les mettre en ordre;
de premières améliorations susciteront le zèle qui aspire à des
améliorations nouvelles, et le zèle créera des ressources. Les autorités
locales, les conseils généraux et municipaux seront naturellement
provoqués et conduits, on peut l'espérer, à réintégrer leurs archives
dans des lieux convenables, et à faire dresser le catalogue des pièces
qu'on y conserve. Il convient donc de se mettre dès à présent à
l'oeuvre, sans prétendre commencer méthodiquement par un travail de
classement général qui offrirait, dans l'état actuel des choses, plus
d'embarras que d'avantages, et que nos recherches amèneront, d'ailleurs,
presque nécessairement.

J'ai cherché, de concert avec MM. les membres du comité, quels pouvaient
être, dans chaque département, dans chaque ville, les hommes déjà connus
par leurs travaux sur l'histoire nationale, et capables de s'associer
à ceux que je dois faire entreprendre. Nous avons dressé une première
liste de quatre-vingt-sept personnes avec lesquelles je me propose de
me mettre en rapport, afin de les charger spécialement des recherches
relatives aux lieux qu'elles habitent. Une correspondance régulière
s'établira entre elles et mon département, par l'intermédiaire de MM.
les préfets; et, sans imposer partout un ordre toujours le même, une
organisation systématique et uniforme, qui s'accorderaient mal avec les
besoins et les ressources particulières de chaque localité, j'ai rédigé
cependant des instructions générales qui peuvent s'appliquer également à
toutes les recherches et à tous les pays, et qui seront adressées à tous
les correspondants de mon ministère.

Dans les lieux où je ne pourrai obtenir le concours de quelques
correspondants propres à ce genre de travail, je tâcherai d'y suppléer
en envoyant des commissaires spéciaux déjà exercés, et dont le mérite me
soit bien connu. Du reste, j'accueillerai avec empressement toutes les
communications, toutes les propositions. Je sais que beaucoup d'hommes
modestes et laborieux vivent dispersés et presque ignorés sur notre
territoire, prêts à mettre leur savoir et leur zèle à la disposition
d'une administration bienveillante. Je serai attentif à les chercher et
heureux de les découvrir. Le comité central se tiendra constamment au
courant des diverses recherches qui seront entreprises à Paris et dans
les départements. Il dirigera, par des instructions particulières, tous
les travaux que j'aurai prescrits ou autorisés; il transmettra aux
correspondants du ministère les renseignements qui leur seront
indispensables pour juger de la valeur réelle de telles ou telles
archives, de tels ou tels manuscrits. Aussitôt qu'une découverte
importante aura été signalée à mon attention, l'un des membres du comité
sera chargé spécialement de l'examiner, de s'entendre avec la personne
qui m'aura adressé cette communication, de rechercher toutes les
pièces relatives au même sujet qui pourraient exister dans d'autres
collections; et toutes les fois que, après cet examen, la publication
de tel ou tel manuscrit, de telle ou telle pièce, aura été jugée
convenable, elle aura lieu sous la surveillance du comité, soit par les
soins directs de l'un de ses membres, soit par une révision attentive du
travail de ses correspondants.

Tel est, Sire, dans ses traits essentiels, le plan que je crois devoir
adopter. L'exécution en est déjà commencée, et je puis en indiquer à
Votre Majesté les premiers et prochains résultats.

Les archives de plusieurs villes du royaume sont en assez bon ordre et
assez bien connues pour qu'on ait pu s'y livrer immédiatement à d'utiles
travaux. La bibliothèque publique de Besançon est, depuis longtemps,
dépositaire des papiers du principal ministre de Charles-Quint et de
Philippe II, d'un homme qui a été mêlé à toutes les grandes affaires
du XVIe siècle, du cardinal Perrenot de Granvelle. Ce vaste recueil se
compose des correspondances de ce ministre, des notes de ses agents, et
de toutes les pièces relatives à son administration dans les Pays-Bas
et dans le royaume de Naples. Il n'a été connu des savants, jusqu'à ce
jour, que par l'ébauche d'un catalogue imprimé, et par la courte analyse
de quelques pièces, que l'on doit à un religieux bénédictin du
XVIIIe siècle. J'ai formé à Besançon, sous la présidence du savant
bibliothécaire de cette ville, M. Weiss, une commission chargée de
procéder à l'analyse complète de ces matériaux. Elle en fera le
dépouillement et mettra à part ceux qui présentent assez d'intérêt pour
être livrés à la publicité. J'espère que bientôt une partie considérable
de ces pièces historiques sera préparée pour l'impression.

Les riches et précieuses archives des anciens comtes de Flandre sont
conservées à Lille: elles contiennent des documents qui remontent
jusqu'au XIe siècle. Je prends des mesures, de concert avec M. le
préfet du Nord, pour faire explorer ces archives, et en tirer tous les
documents qui paraîtraient dignes d'être mis en lumière.

Les restes des anciennes archives du Roussillon sont conservés à
Perpignan: on y trouvera des renseignements intéressants pour l'histoire
de cette province et pour celle des relations des rois de France avec
les rois d'Aragon. Des spoliations nombreuses et une longue négligence,
dont ces archives sont enfin préservées, grâce au zèle du bibliothécaire
de la ville de Perpignan, ne les ont pas tellement appauvries qu'elles
ne puissent encore offrir des pièces importantes.

A Poitiers, où sont déposées les archives de l'ancienne province
d'Aquitaine, j'ai envoyé, avec le titre d'archiviste de la ville, un des
élèves les plus distingués de l'école des Chartes, M. Redet. M. Chelles,
élève de la même école, a été également envoyé à Lyon avec le même
titre.

Dans les bibliothèques et les archives de Paris, les travaux sont déjà
en pleine activité, et promettent d'importants résultats.

Le département des manuscrits, à la Bibliothèque royale, dépôt immense
de matériaux de toute espèce, est, pour la première fois, livré à une
exploration générale et régulière. Il présente des corps d'ouvrages
rédigés, tantôt par des hommes instruits sur des sujets divers de notre
histoire, tantôt par des personnes qui ont voulu transmettre à la
postérité le détail des affaires auxquelles elles ont pris part. On y
trouve aussi des recueils de pièces détachées en nombre considérable,
formant des sources de documents authentiques sur presque tous les
sujets. Des collections rassemblées par des particuliers dont elles ont
conservé les noms, celles de _Colbert_, de _Dupuy_, de _Brienne_, de
_Gaignières_, de _Baluze_, du _président de Mesmes_, et plusieurs
autres, y ont été déposées dans leur intégrité après la mort de leurs
possesseurs. Des jeunes gens exercés à ce genre d'étude sont
chargés, sous la surveillance et la direction des conservateurs, MM.
Champollion-Figeac et Guérard, d'explorer ces mines fécondes, et de
signaler les manuscrits divers, mémoires ou autres pièces, qui leur
paraîtraient dignes de publication, pour que le comité en fasse ensuite
l'objet d'un examen spécial. Déjà plusieurs ouvrages ont été puisés à
cette source, et sont livrés aux personnes chargées d'en préparer la
publication. Je citerai, entre autres, une réunion de notes curieuses,
écrites de la main même du cardinal de Mazarin, et relatives aux
incidents journaliers de sa conduite pendant les guerres de la Fronde.
Ces notes, écrites le plus souvent en italien et d'une façon fort
abrégée, seront publiées avec une traduction française et les
éclaircissements nécessaires.

Un journal des États généraux tenus à Tours en 1484, dont la
Bibliothèque royale possède plusieurs copies, a été rédigé en latin par
Jean Masselin, l'un des membres de ces États. Les nombreux détails qu'il
fournit sur les discussions, les usages et les idées politiques de ce
temps ont été, en grande partie, ignorés de nos historiens. Quelques-uns
se sont contentés de le faire connaître par des extraits que les autres
ont copiés. Il sera publié, pour la première fois, dans son texte
original, et accompagné d'une traduction.

Un monument important de la langue, de la poésie et de l'histoire d'un
temps déjà reculé, est une vaste chronique en vers de la guerre des
Albigeois, écrite dans la langue du pays, à une époque très-voisine
encore de cet événement, par un auteur qui avait été témoin des faits
qu'il raconte. C'est une source de renseignements également intéressants
pour les philologues et pour les historiens, et aussi l'un des plus
curieux monuments littéraires du XIIIe siècle. Le soin de sa publication
est confié à M. Fauriel.

Après la paix de 1763, M. de Bréquigny fut envoyé à Londres avec un
bureau composé de sept personnes, pour y prendre copie de toutes les
pièces déposées aux archives de la Tour de Londres qui pouvaient se
rapporter à l'histoire de France. Ce travail dura plusieurs années; il
a produit une collection d'environ cent cinquante volumes in-folio
de copies de documents divers concernant celles de nos provinces qui
avaient été rangées longtemps sous la domination anglaise. Les originaux
de plusieurs de ces documents se sont perdus depuis à la Tour de
Londres. La nature de ces recherches, leur étendue, et jusqu'aux
événements qui ont eu lieu depuis qu'elles ont été accomplies, tout
contribue à donner à cette immense collection un intérêt que le temps
n'a fait qu'accroître. J'ai ordonné le dépouillement de ce recueil
déposé maintenant à la Bibliothèque du Roi; chacun des documents qu'il
renferme sera successivement examiné; ceux qui n'ont point encore été
publiés, et qui néanmoins mériteront de l'être, seront relevés, classés
et mis au jour.

Une autre collection, que je crois propre à jeter des lumières nouvelles
sur l'histoire politique de l'ancienne monarchie française, sera celle
des chartes concédées aux villes et aux communes par les rois et les
seigneurs, du XIe au XVe siècle. Ces chartes sont en grand nombre; elles
embrassent presque toute l'étendue de la France, et la teneur en est
fort variée. Plusieurs ont déjà été publiées, mais beaucoup d'autres
n'ont point vu le jour; et peut-être ces dernières ne sont-elles pas
les moins curieuses et les moins importantes. La Bibliothèque du Roi en
possède une collection formée par les soins de Dupuy, et qui remplit
quelques volumes in-folio. Elle sera soumise à une sévère analyse: on
évitera de produire ce qui est déjà connu; on y ajoutera les pièces et
les documents nécessaires pour la compléter. Enfin, j'ai l'intention d'y
faire joindre les chartes et constitutions primitives des différentes
corporations, maîtrises et sociétés particulières établies en France, de
telle sorte que cette collection rapproche et mette dans tout leur
jour les nombreuses et diverses origines de la bourgeoisie française,
c'est-à-dire les premières institutions qui ont servi à affranchir et
à élever la nation. Ce travail s'exécutera sous la direction de M.
Augustin Thierry.

Les archives générales du royaume, compulsées en même temps et de la
même manière que la Bibliothèque du Roi, fourniront un grand nombre de
pièces détachées, actes de l'autorité publique, relations d'événements
particuliers, diplômes, chartes et autres monuments authentiques propres
à jeter de nouvelles lumières sur les points les plus obscurs de notre
histoire, et à corriger souvent des versions fautives ou incomplètes.

Les archives spéciales des différents ministères nous promettent encore
de plus importantes richesses; ces matériaux doivent être exploités
avec prudence et discernement: aussi nos recherches s'adresseront-elles
exclusivement aux époques qui peuvent être considérées comme tombées
dans le domaine de l'histoire. Mais nous trouverons dans ces limites de
quoi exciter et satisfaire la plus avide curiosité des savants et du
public. MM. les directeurs de ces précieux dépôts ont bien voulu me
promettre leur concours le plus empressé.

Les archives du ministère des affaires étrangères, classées avec un
ordre parfait, forment le dépôt historique le plus considérable par
l'abondance et la valeur de ses documents. Les publications que je me
propose d'y puiser s'exécuteront par les soins du directeur, M. Mignet,
qui a déjà préparé un recueil important et étendu destiné à en commencer
la série. Les longues et curieuses négociations relatives à la
succession d'Espagne, ouverte par la mort de Charles II, seront l'objet
de ce recueil. Entamées immédiatement après le traité des Pyrénées
en 1659, elles n'ont été terminées qu'en 1713, à l'époque où la
paix d'Utrecht vint fixer enfin le droit public de l'Europe et sa
distribution territoriale sur de nouvelles bases. Cette publication
fera connaître la marche progressive des grands événements qui en sont
l'objet, et mettra pour la première fois au jour, dans toute sa réalité
et toute son étendue, la politique de Louis XIV.

Les archives du dépôt de la guerre seront consultées en même temps que
celles des affaires étrangères, et les renseignements empruntés à ces
deux sources différentes seront rapprochés entre eux et comparés les uns
avec les autres. Ainsi, tandis que l'on recherchera, dans les archives
de notre diplomatie, tout ce qui se rapporte aux négociations
qu'entraîna l'affaire de la succession d'Espagne, le dépôt de la guerre
mettra à notre disposition l'histoire des campagnes qui suivirent et
secondèrent ces négociations, accompagnée de la correspondance de Louis
XIV, de Philippe V, du duc d'Orléans, du maréchal de Berwick et du duc
de Vendôme.

A ces dernières publications seront joints les cartes et plans
nécessaires pour l'intelligence des opérations militaires; M. le
directeur du dépôt actuel de la guerre a bien voulu m'offrir les riches
matériaux de ce genre qu'il a recueillis lui-même. Ils seront mis au
jour par ses soins personnels et sous sa surveillance.

Des travaux analogues seront exécutés aussi dans les archives du
ministère de la marine: l'état de notre marine, l'histoire de nos
campagnes maritimes ou des grandes batailles navales, celle de nos
colonies depuis plus de cent cinquante ans, y sont conservés dans des
collections authentiques dont le choix sera fait par des hommes versés
dans cette étude toute spéciale.

Après l'histoire politique, l'histoire intellectuelle et morale du pays
a droit également à notre attention; c'est aussi une grande et belle
partie des destinées d'un peuple que la série de ses efforts et de ses
progrès dans la philosophie, les sciences et les lettres. Sans doute
l'abondance et le caractère spécial des monuments de ce genre doivent
nous prescrire à cet égard quelque réserve; ils ne sauraient être
accueillis facilement ni en très-grand nombre dans une collection dont
l'histoire proprement dite est l'objet dominant. Mais les ouvrages qui,
à certaines époques, ont fortement agité les esprits et exercé une
action puissante sur le développement intellectuel des générations
contemporaines, ceux qui ont ouvert, dans le mouvement des idées, une
ère nouvelle, ceux enfin qui, sous une forme purement littéraire, nous
révèlent des moeurs oubliées, des usages ou des faits sociaux dont on
avait perdu la trace, de tels ouvrages se rattachent de bien près à
l'histoire; et si nous découvrions quelques monuments de ce genre, nous
croirions devoir nous empresser de les publier, en en formant dans la
collection générale une série particulière.

Je puis déjà, Sire, signaler en ce genre à Votre Majesté une découverte
récente et d'un haut intérêt pour les personnes qui se vouent à l'étude
de la philosophie et de son histoire parmi nous. Le manuscrit du fameux
ouvrage d'Abailard, intitulé le _Oui et non (Sic et non)_, vient d'être
retrouvé dans la bibliothèque d'Avranches. Ce livre, qu'on croyait
irréparablement perdu, est celui qui donna lieu à la condamnation
d'Abailard, au concile de Sens, en 1140. M. Cousin en surveillera la
publication.

Enfin, Sire, l'histoire des arts doit occuper une place dans ce vaste
ensemble de recherches qui embrasse toutes les parties de l'existence
et des destinées nationales. Aucune étude peut-être ne nous révèle plus
vivement l'état social et le véritable esprit des générations passées
que celle de leurs monuments religieux, civils, publics, domestiques,
des idées et des règles diverses qui ont présidé à leur construction,
l'étude, en un mot, de toutes les oeuvres et de toutes les variations de
l'architecture qui est à la fois le commencement et le résumé de tous
les arts.

Je me propose, Sire, de faire incessamment commencer un travail
considérable sur cette matière: je m'appliquerai à faire dresser un
inventaire complet, un catalogue descriptif et raisonné des monuments
de tous les genres et de toutes les époques qui ont existé ou existent
encore sur le sol de la France. Un tel travail, en raison de sa nature
spéciale, de son importance et de sa nouveauté, doit demeurer distinct
des autres travaux historiques dont je viens d'entretenir Votre Majesté;
aussi mon intention est-elle d'en confier la direction à un comité
spécial, et d'en faire l'objet de mesures particulières que j'aurai
l'honneur de proposer à Votre Majesté.

Telles sont, Sire, les mesures que j'ai prises, préparées ou projetées
pour assurer l'accomplissement de la grande entreprise au sujet de
laquelle le vote des Chambres a répondu aux vues de Votre Majesté. Cette
entreprise ne doit pas être un effort accidentel et passager; ce sera un
long hommage et, pour ainsi dire, une institution durable en l'honneur
des origines, des souvenirs et de la gloire de la France. J'ose espérer
que, grâce au savant et zélé concours des personnes qui veulent bien me
seconder, les premiers résultats ne se feront pas longtemps attendre et
ne seront pas indignes de la noble pensée dont Votre Majesté a daigné me
confier l'exécution.

Je suis avec le plus profond respect,
Sire,
De Votre Majesté,
Le très-humble et très-obéissant serviteur et fidèle sujet,

Le ministre de l'instruction publique,

Guizot.



X

_Rapport à M. le comte Pelet de la Lozère, ministre de l'instruction
publique, sur l'état des travaux relatifs à la collection des documents
inédits concernant l'histoire de France_.

(23 mars 1836.)

Monsieur le ministre,

Depuis la dernière réunion du comité, les travaux historiques entrepris
par les ordres de M. le ministre, votre prédécesseur, n'ont pas été
interrompus. Ces travaux, ainsi que j'ai déjà eu l'honneur de vous
l'expliquer, sont de deux sortes: la _recherche_ des documents et leur
_publication_; cette division est indiquée par le texte même de la loi
des finances, qui ouvre au ministère de l'instruction publique un crédit
spécial pour recueil et publication des monuments inédits relatifs à
l'histoire de France.

La recherche des documents comprend le dépouillement et le classement
des collections diverses de manuscrits, l'analyse des pièces qui
paraissent dignes d'attention, et l'examen des propositions adressées au
ministre.

Parmi les publications, il en est qui sont terminées, d'autres qui sont
seulement commencées, quelques-unes enfin qui ont été prescrites
par arrêtés ministériels, et dont les matériaux ne sont pas encore
suffisamment préparés pour l'impression.

Je me propose de mettre sous vos yeux, dans ce rapport, la situation
actuelle des travaux historiques entrepris sous la direction du premier
comité, afin que vous puissiez apprécier par vous-même, monsieur le
ministre, ce qui a été fait jusqu'à ce jour, et ce qu'il conviendra de
faire ultérieurement.

Il n'y a qu'une seule publication qui soit véritablement terminée, c'est
celle du _Journal des États-généraux de_ 1484, par Jehan Masselin.
L'ouvrage a été imprimé et livré au public depuis trois mois.

Les tomes I et II des _Négociations relatives à la succession d'Espagne_
ont été mis au jour par M. Mignet, ainsi que le 1er tome du _Recueil
de pièces pour servir à l'histoire de la guerre de la succession
d'Espagne_, par M. le général baron Pelet, directeur du dépôt de la
guerre. Le travail nécessaire à l'achèvement de ces deux grandes
publications se poursuit sans relâche.

Un volume intitulé: _Journal des séances du conseil du roi Charles VIII_
va paraître immédiatement; M. Fallot a bien voulu se charger de rédiger
une introduction à cet ouvrage.

Plusieurs autres ouvrages sont livrés à l'impression:

1° _L'Histoire en vers de la croisade contre les hérétiques albigeois_,
traduite sur le texte provençal par M. Fauriel;

2° _Un choix de lettres de rois, reines, princes et princesses de
France_, par M. Champollion-Figeac, extraites des copies de Bréquigny;

3° _La chronique du religieux de Saint-Denis._

MM. Fauriel et Champollion voudront bien expliquer au comité à quel
degré d'avancement leur travail est parvenu.

M. Ravenel a terminé son travail sur _les carnets de Mazarin_; il a
joint au texte de ces carnets divers papiers inédits de Mazarin, sa
correspondance avec Colbert, et plusieurs autres pièces relatives aux
troubles de la Fronde.

M. le ministre de l'instruction publique n'a point encore donné
l'autorisation nécessaire pour l'impression du travail de M. Ravenel; il
serait bon de prendre, à cet égard, l'avis du comité, dans sa prochaine
séance.

M. Francisque Michel poursuit la publication de la _Chro__nique en vers
des ducs de Normandie_, par Benoît de Sainte-Maure, dont il a recueilli
le texte dans son dernier voyage en Angleterre.

Je ne mentionnerai pas ici la publication presque entièrement terminée
des ouvrages inédits d'Abailard, par M. Cousin, le second comité
étant spécialement chargé de la direction de tout ce qui concerne la
littérature, la philosophie, les sciences et les arts, dans leurs
rapports avec l'histoire générale.

M. le ministre, votre prédécesseur, a autorisé récemment la publication
de plusieurs autres ouvrages qu'il a jugés dignes d'intérêt.

M. Jules Desnoyers, membre du premier comité, a été chargé de rédiger
un _Exposé critique des recherches entreprises en France à toutes les
époques, et qui ont eu pour but l'étude et la publication des anciens
monuments de l'histoire nationale_. Ce travail est destiné à servir
d'analogue à celui qui a été confié à M. Sainte-Beuve, _sur l'histoire
de la critique littéraire_.

Les Bénédictins de Solesmes, réunis en société sous la direction de M.
l'abbé Guéranger, chanoine de la ville du Mans, ont reçu la mission de
continuer le recueil intitulé: _Gallia christiana_. Ils travailleront
d'abord, pendant un an, à la rédaction du volume pour lequel ils ont
déjà rassemblé un nombre considérable de matériaux. Le comité, après
avoir examiné le résultat de ces travaux, décidera s'il convient de leur
confier cette entreprise pour un temps plus long.

M. Tommaseo publiera, sous la direction de M. Mignet, _les Relations
des ambassadeurs vénitiens sur les affaires de France_, pendant le XVIe
siècle.

M. Claude fait imprimer, sous la direction et la surveillance de M.
Guérard, _le Cartulaire de l'abbaye de Saint-Bertin._ Quand cet ouvrage
aura été mis au jour, le même travail aura lieu pour _le Cartulaire de
l'église de Notre-Dame de Chartres_.

Le dépouillement des manuscrits de la Bibliothèque royale, confié à M.
Champollion-Figeac, a donné d'importants résultats pendant le cours de
l'année 1835; depuis un mois, ce service a été complètement
réorganisé, sept personnes y sont employées au lieu de douze, et trois
principalement ont pour fonction spéciale de recueillir et d'analyser
les pièces qui contiennent des documents précieux pour l'histoire de
France.

La commission instituée à Besançon, sous la présidence de M. Weiss,
continue le dépouillement des papiers manuscrits du cardinal de
Granvelle.

M. Leglay poursuit son travail sur les manuscrits déposés aux archives
de Lille et de Cambray.

M. de Courson exécute des recherches semblables à Rennes, de concert
avec M. Maillet, bibliothécaire de cette ville.

La correspondance des départements a donné, depuis quelque temps,
d'utiles renseignements. Je vais vous exposer en peu de mots,
monsieur le ministre, le résumé des travaux les plus importants des
correspondants du ministre.

M. Maillard de Chambure, correspondant pour le département de la Côte
d'Or, adresse (29 juin 1835) une notice sur _le manuscrit de l'histoire
de Saint Jean de Réôme_, lequel provient de l'abbaye de Moutiers-Saint
Jean, où il était mal à propos désigné sous le titre de Cartulaire de
Réôme.

Le même correspondant fait part (24 juillet 1835) de la découverte qu'il
a faite, dans la bibliothèque de l'Académie des sciences de Dijon,
de deux manuscrits, dont l'un, qui a appartenu à la bibliothèque du
président Bouhier, est intitulé: _Journal de ce qui s'est passé en
Bourgogne, durant la Ligue de_ 1571 à 1601, _par le sieur Pépin,
chanoine musical de la sainte chapelle de Dijon_, petit in-4°, mentionné
dans la bibliothèque historique, n° 38,897.--Le second manuscrit a pour
titre: _Mémoire de ce qui s'est passé au Parlement de Dijon, du_ 10
_novembre_ 1574 _au_ 3 _juillet_ 1602, _par Gabriel Breunot, conseiller
au Parlement_. Grand in-8°, n° 33,053.

M. Piers, correspondant à Saint-Omer, envoie la continuation de ses
notices sur les manuscrits que possède la bibliothèque historique de
cette ville. Celles qu'il adresse aujourd'hui sont relatives aux
n° 249: _Cyrilli Alexandrini Thesaurus;_---n° 750: _Cartularium
Folciami_;--n° 769: _vita beati Petri, Tharantasiensis archipiscopi_.
Enfin, il indique encore les suivants: _Vita beatoe Marioe de
Onyaco--Genealogia comitum Flandrensium,_ etc. M. Piers joint à ces
renseignements une notice biographique sur l'abbaye de Clairmarais avec
la description de l'Église; cette dernière partie se rapporte plutôt aux
travaux spéciaux du second comité.

M. Maurice Ardant jeune, président du tribunal de commerce de Limoges,
adresse une copie d'un manuscrit intitulé: _De l'affranchissement des
habitants de Rochechouart et de la création de leur commune en 1296_.

M. le docteur Leglay, en poursuivant ses investigations dans les
archives et les bibliothèques du département du Nord, a trouvé plusieurs
manuscrits qu'il a jugés dignes d'attention, et qui mériteraient,
suivant lui, d'être imprimés et publiés par le gouvernement, sinon
en totalité, du moins en grande partie. Il a signalé d'abord deux
chapitres, inédits jusqu'à ce jour, de la chronique de Molinet.
Peut-être conviendrait-il d'ordonner la copie de ces fragments, afin de
les publier plus tard dans un recueil de pièces diverses. Les mémoires
de Robert d'Esclaibes, gentilhomme de Hainaut, qui servait dans l'armée
de la Ligue du temps de Henri III et de Henri IV, ont été signalés par
M. Leglay; ceux du baron de Fuverdin, formant au moins dix gros volumes,
lui ont paru contenir aussi une foule de renseignements intéressants
et souvent inconnus sur les affaires publiques du XVIIe siècle. Si le
comité croyait devoir donner suite aux propositions de M. Leglay, il
ajouterait de nouveaux détails sur ces deux ouvrages à ceux que renferme
déjà la lettre adressée par lui à M. le Ministre de l'instruction
publique. On s'est borné provisoirement à remercier M. Leglay des
communications qu'il avait faites au Ministre; on lui répondra d'une
manière plus précise lorsque vous aurez consulté le comité à ce sujet.

M. Jouffroy et M. Weiss ont indiqué aussi, comme un monument historique
d'une haute importance, une _Histoire en 16 livres, des guerres de la
Franche-Comté de 1632 à 1642, par le sieur Girardot de Beauchemin_,
conseiller au Parlement de Dôle, et membre du gouvernement de la
province à cette époque. Cet ouvrage intéresse non-seulement par
l'exposé des faits qu'il raconte, mais encore par un style vif et animé,
par la représentation fidèle de l'esprit du temps, et une intelligence
remarquable des événements politiques. M. le ministre, votre
prédécesseur a autorisé M. Weiss à s'occuper de la publication de cette
histoire; il lui a demandé, toute fois, quel plan de travail il comptait
suivre, à quelle époque il pourrait se mettre à l'oeuvre, et combien de
temps serait nécessaire pour l'achèvement de cette entreprise. M. Weiss
n'a point encore envoyé sa réponse.

Divers documents, faisant partie des papiers inédits du cardinal
Granvelle, ont été recueillis à Bruxelles par M. le baron de Reiffenberg
et M. Gachard, archiviste de Belgique; ils ont bien voulu nous adresser
ces documents qui ont été mis à la disposition de la commission de
Besançon.

M. Larrigaudière, relieur à Moissac (Tarn-et-Garonne), et possesseur
d'un certain nombre de chartes et de manuscrits relatifs à l'abbaye de
Moissac, propose de vendre ces documents au gouvernement. M. le ministre
de l'instruction publique n'a pu obtenir encore, sur la valeur des
pièces qu'on lui offrait, des renseignements suffisants pour être en
mesure de prendre aucune décision à cet égard. Il n'y a d'ailleurs aucun
fonds au budget du ministère qui puisse être appliqué à des dépenses de
cette nature. Si l'on employait, à l'achat des pièces historiques qui
sont tombées entre les mains des particuliers, le crédit destiné aux
travaux de recherche et de publication, ce crédit, déjà fort borné,
serait bientôt insuffisant; et le ministère ne pouvant, d'ailleurs,
conserver dans ses archives les documents qu'il aurait achetés, se
trouverait obligé de les donner à des établissements qui doivent
eux-mêmes avoir des fonds pour des acquisitions de cette nature. M.
Larrigaudière a donc gardé ses manuscrits; il menace _de les employer
aux travaux de son état_; ce sont là les expressions dont il se sert; il
n'est pas inutile, je pense, d'appeler sur cette affaire l'attention du
comité.

M. Buchon adresse un rapport sur plusieurs manuscrits de George
Chastelain, qu'il dit avoir découverts en visitant les bibliothèques de
l'ancienne Flandre. Il n'y a plus lieu de s'occuper des propositions de
M. Buchon; depuis l'époque où il a écrit au Ministre à ce sujet, il a
annoncé l'intention de publier ces documents pour son propre compte,
dans la collection générale qu'il a entrepris de mettre au jour.

M. de Formeville, conseiller à la Cour royale de Caen et correspondant
du ministère, communique l'inventaire des documents qu'il a recueillis
dans divers dépôts publics et particuliers du département du Calvados.
La lettre de M. de Formeville et les indications qui s'y trouvaient
jointes ont été examinées avec le plus grand soin par M. Champollion, et
d'après l'avis que M. Champollion a bien voulu donner au ministre, de
nouvelles instructions ont été adressées à M. de Formeville, dont on
attend maintenant la réponse.

M. Maillet, correspondant du ministère et bibliothécaire de la ville
de Rennes, annonce qu'il existe, dans une petite commune, située à six
lieues de cette ville, un manuscrit de 1225, contenant des concessions
de privilèges faites par le duc Pierre, dit de Mauclerc, et confirmées
par ses successeurs. D'autres communications de M. Maillet ont été
examinées par M. Fallot. On attend la réponse que M. Maillet doit
adresser au ministère consécutivement aux instructions spéciales qu'il a
reçues depuis cette époque.

M. le baron de Gaujal, premier président de la Cour royale de Limoges,
informe M. le ministre qu'il est parvenu à réunir la collection complète
des coutumes et privilèges des villes de l'ancienne province du
Rouergue, depuis le commencement du XIIe siècle jusqu'à la fin du XIVe.
Il pense que ces documents offrent assez d'intérêt pour être publiés aux
frais de l'État dans la collection des monuments inédits de l'histoire
de France.

M. Adhelm Bernier propose de publier, à la suite du journal des séances
du conseil privé du roi Charles VIII, les pièces suivantes qu'il assure
être inédites:

1° Un document original concernant les ducs de Lorraine, entre autres
celui qui figure principalement dans le conseil privé de Charles VIII;

2° Poésies historiques sur Charles VIII, qui se composent de la
prophétie du roi Charles VIII par Guilloche, et d'une satyre intitulée:
_L'aisnée fille de Fortune, ou louange d'Anne de Beaujeu_.

Monsieur le ministre n'ayant point de renseignements précis sur les
monuments indiqués par M. Bernier, et se proposant, d'une autre part,
de publier très-prochainement le journal du Conseil privé, a renvoyé à
l'examen du comité les nouvelles propositions de M. Bernier.

Le même M. Bernier transmet au ministre la chronique inédite de Gaston
IV, comte de Foix, gouverneur, pour Charles VIII et Louis XI, de la
province de Guyenne, écrite par Guillaume Leseur, son domestique, et
copiée sur le manuscrit unique de la Bibliothèque Royale.

M. le baron Laugier de Chartrouse, correspondant et ancien maire de la
ville d'Arles, transmet une notice sur un grand nombre de documents
historiques tirés des archives de la ville d'Arles. M. de Chartrouse ne
donne guère que des titres; si l'un de messieurs les membres du comité
voulait bien prendre la peine de les examiner, on pourrait, demander a
M. de Chartrouse des détails plus étendus et plus circonstanciés.

M. Henri, correspondant et bibliothécaire de la ville de Perpignan, fait
connaître le résultat des recherches auxquelles il s'est livré dans
divers dépôts d'archives. Les renseignements qu'il fournit sont
trop vagues pour qu'il ait été possible d'accéder, sur cette simple
information, au désir exprimé par M. Henri, qui demandait une allocation
spéciale pour poursuivre ses recherches.

M. Léchaudé d'Anisy, correspondant à Caen, donne des renseignements
sur les débris des archives de l'abbaye de Savigny, déposés à la
sous-préfecture de Mortain. M. le ministre avait spécialement chargé M.
Léchaudé d'Anisy d'examiner ces pièces, sur lesquelles on avait appelé
son attention. Il reste démontré qu'elles sont loin d'avoir l'importance
qu'on leur supposait.

M. Legonidec, qui s'est livré depuis longtemps à une étude approfondie
des dialectes breton et gallois, prie M. le ministre de lui faire
délivrer une commission pour la recherche des monuments celtiques, des
manuscrits, chartes, etc., qui pourront se trouver dans la Bretagne
et les provinces qui l'avoisinent. M. le ministre a décidé que cette
proposition serait soumise au comité.

M. Ollivier, correspondant de Valence (Drôme), adresse un rapport fort
étendu sur les manuscrits relatifs à l'histoire de France que possède la
ville de Grenoble. Une indemnité a été accordée à M. Ollivier, et il a
été chargé de continuer ses travaux de dépouillement.

M. Chambaud, secrétaire de l'administration du musée Calvet à Avignon,
a entrepris, par les ordres de M. le préfet de Vaucluse et avec
l'autorisation du ministre, le dépouillement des archives communales de
ce département; il communique, dans une première lettre, les résultats
de son travail.

Enfin, monsieur le ministre, des missions particulières ont été confiées
à quelques personnes.

M. Michelet a relevé les catalogues des manuscrits que possèdent les
bibliothèques de Poitiers, La Rochelle, Angoulême, Bordeaux, Toulouse,
Limoges et Bourges; un rapport détaillé de M. Michelet a été remis par
lui à M. le ministre de l'instruction publique.

Un autre rapport a été fait par M. Granier de Cassagnac, chargé de faire
une tournée dans quelques départements du sud-ouest de la France,
à l'effet de vérifier la situation des archives et le travail des
correspondants.

M. Dugua, correspondant pour le département de Vaucluse, a fait
connaître aussi les résultats du travail auquel il s'est livré, par
ordre du ministre, sur les manuscrits historiques de la bibliothèque de
Carpentras, et sur ceux qui appartiennent à M. Requien d'Avignon.

Tels sont, monsieur le ministre, les travaux terminés, commencés ou
proposés. Je n'ai rien à dire de tout ce qui est terminé. Pour ce
qui est commencé, il s'agit de poursuivre; le zèle éclairé des
collaborateurs du ministère n'a pas besoin d'être stimulé, puisque,
chaque jour, un progrès remarquable se fait sentir dans leurs travaux.
Quant aux propositions diverses qui vous ont été faites, le comité les
examinera successivement, et verra ce qu'il y aura lieu de faire pour
chacune d'elles. Je me bornerai à vous faire remarquer que les fonds
alloués au budget pour les travaux historiques, bien loin d'excéder les
besoins, seraient, au contraire, insuffisants si l'administration ne se
faisait un devoir d'ajourner un grand nombre d'entreprises utiles, si
elle accordait seulement, à toutes les personnes qu'elle emploie, des
indemnités convenables et méritées. Sur tous les points du royaume, de
longues et pénibles recherches s'exécutent sans relâche; il n'est
point un seul dépôt de quelque importance qui ne soit exploré avec une
activité d'autant plus digne d'éloges qu'elle est presque toujours
désintéressée. L'amour de la science suffit seul à tant de travaux. Vous
penserez sans doute, monsieur le ministre, qu'il est de l'honneur, je
dirai plus, qu'il est du devoir du Gouvernement de s'associer de plus en
plus à ces nobles efforts, en les secondant par tous les moyens qui sont
en son pouvoir, en augmentant surtout les ressources nécessaires pour
garantir leur durée et assurer leur succès.

Le chef de la 3e division,

Signé: Hippolyte Royer-Collard.


XI

_Tableau comparatif des lois rendues de 1830 à 1837, les unes pour
la résistance au désordre et la défense du pouvoir, les autres pour
l'extension et la garantie des libertés publiques_.

Lois pour la résistance au désordre  Lois pour l'extension et la
et la défense du pouvoir.            garantie des libertés publiques.

1830.                                            1830

_10 décembre_. Loi sur les affiches, _12 septembre_. réélection des
Loi sur la afficheurs et crieurs     députés nommés à des fonctions
publics.                             publiques.

1831.                                _8 octobre_. Loi sur l'application
                                     du jury aux délits de la presse
_8 avril_. Loi sur le cautionnement  et aux délits politiques.
des journaux ou écrits périodiques,
modifiant l'article 1er de la loi   _11 octobre_. Loi relative au vote
du 14 décembre 1830.                annuel du contingent de l'armée.

--Loi sur la procédure en matière   _24 décembre_. Loi qui réduit le
de délits de la presse,             cautionnement et le droit de
d'affichage et de criage publics.   timbre des journaux.

_10 avril_. Loi sur les attroupe-                1831
ments.                               _8 février_. Loi qui met les
                                     traitements du culte israélite
1832.                                à la charge de l'état.

_avril_. Loi qui autorise le         _4 mars_. Loi sur la composition
gouvernement à suspendre             des cours d'assises et la
pour un an l'élection des            déclaration du jury.
conseils municipaux dans
certaines communes.                 _21 mars_. Loi sur l'organisation
                                    municipale.
1834.
_16 février_. Loi sur les crieurs   _22 mars_. Loi sur la garde
publics.                            nationale.

                                    _19 avril_. Loi sur l'élection
_23 février_. Loi qui confère aux   de la chambre des députés.
maréchaux-des-logis et brigadiers
de gendarmerie dans huit                       1832
départements de l'ouest les
pouvoirs  d'officiers de police     _16 avril_. Loi qui donne au
judiciaire (temporaire).            gouvernement la faculté d'autoriser
                                    les mariages entre beaux-frères
_10 avril_. Loi sur les associa-    et belles-soeurs.
tions.
                                    _28 avril_. Loi contenant des
_24 mai_. Loi contre les            modifications au code pénal et
fabricants, débitants,              au code d'instruction criminelle.
distributeurs et détenteurs
d'armes et munitions de guerre.                1833

                                   _24 avril_. Loi sur l'exercice des
1835.                              droits civils et politiques
                                   dans les colonies.
_9 septembre_. Loi sur les crimes, --Loi sur le régime législatif
délits et contraventions de        dans les colonies.
la presse et autres moyens
de publication.                    _22 juin_. Loi sur l'organisation
--Loi sur les cours d'assises.     des conseils généraux de
--Loi sur le jury et sur la        départements et des conseils
déportation.                       d'arrondissement.

1836.                              _23 juin_. Loi sur l'instruction
_13 mai_. Loi sur le vote secret   primaire.
du jury.                                      1834

                                   _20 avril_. Loi sur l'organisation
                                   départementale et municipale du
                                   département de la Seine et de
                                   Paris.

                                   _19 mai_. Loi sur l'état des
                                   officiers.

                                               1835

                                   _22 juin_. Loi qui modifie la
                                   législation criminelle dans les
                                   colonies.

                                               1837

                                   _14 juillet_. Loi sur
                                   l'organisation de la garde
                                   nationale de la Seine.

                                   _18 juillet_. Loi sur
                                   l'administration municipale.



XII

_Récit de l'insurrection de Lyon en avril 1834, écrit en mai 1834, par
un témoin oculaire._

La voix de la presse lyonnaise, un moment couverte et interrompue par le
bruit du canon, se fait entendre de nouveau, depuis que l'ordre matériel
est rétabli. Quelques personnes ont la simplicité de s'en étonner,
beaucoup s'en affligent.

Je n'en suis ni affligé ni surpris. Je sais que, Dieu merci, pour
combler l'abîme qui s'était ouvert il n'a pas été nécessaire d'y
précipiter une liberté ou un principe; je sais qu'on ne doit pas offrir
les lois en holocauste aux mains de ceux qui viennent de mourir pour les
lois; je sais qu'il ne faut pas jeter son bouclier, même pour écraser
un ennemi; je sais que ces enquêtes irrégulières, que la polémique
quotidienne a coutume d'instruire sur les grands événements, offrent
souvent des leçons salutaires, des vérités profondes, et ramènent
nos esprits, si oublieux de leur nature, sur la méditation des faits
accomplis.

Mais ce que je n'ignore pas non plus, c'est qu'il est du devoir de tout
bon citoyen d'apporter son témoignage consciencieux dans cette grande
procédure; c'est qu'on est mal reçu à se plaindre de l'abus que font
certaines gens du droit de publier leur pensée quand on refuse soi-même
d'en faire usage pour la défense de la vérité.

Aussi, n'ai-je point hésité à prendre la plume pour exposer, d'une
manière aussi vraie et aussi complète que possible, les circonstances de
la lutte qui vient d'ensanglanter Lyon, les causes qui l'ont amenée, et
les conséquences qu'on doit en attendre.

C'est ici une relation écrite à la hâte et dans un moment où tous les
faits n'ont pu être encore officiellement constatés; mais la crainte de
commettre involontairement quelques erreurs partielles ne m'empêchera
pas de combattre les erreurs générales et systématiques que l'on cherche
à faire prévaloir.

Il importe de fixer avant tout le véritable caractère du mouvement qui
vient d'avoir lieu.

Politique, il n'a rien de menaçant pour notre avenir; c'est le dernier
effort d'un parti aux abois, qui a présenté et perdu cette bataille
qu'il nous annonçait à la tribune. C'est le dernier acte d'un drame qui
n'a été que trop long et trop sanglant.

Industriel, au contraire, il offre les symptômes les plus fâcheux. Il
nous montre la question de la fabrique lyonnaise toujours la même depuis
1831; et cette question, indépendante de la marche générale des affaires
et de l'affermissement progressif du gouvernement constitutionnel, n'est
pas de celles qui se jugent par la force. La victoire remportée serait
ici de peu de valeur; il faudrait se préparer seulement à en gagner tous
les ans une nouvelle, jusqu'à la ruine complète du commerce de Lyon.

Heureusement l'affaire ne se présente point ainsi; heureusement
l'insurrection de 1834 a déployé, aux yeux de tous, la bannière toute
politique qu'elle suivait; elle a crié bien haut son mot de ralliement,
_République_: mot bien différent de celui qu'on répétait en 1831,
_Tarif_.

Cependant, l'habitude est si bien prise de ne voir à Lyon qu'une lutte
des fabricants et des ouvriers en soie, que beaucoup d'hommes sincères
ne peuvent se résoudre à voir autre chose dans les derniers événements.
Pour eux, les insurgés sont toujours des ouvriers; avril 1834 est une
revanche de novembre 1831.

C'est spécialement à ces hommes que j'adresse les réflexions qui vont
suivre. Quant aux écrivains du _Précurseur_ ou aux membres de la
_Société des droits de l'homme_, ils savent mieux que moi ce qu'il
en est; mais ils sont dans leur rôle quand ils repoussent toute
participation à une tentative qui a échoué.

Un premier fait mérite d'être remarqué, c'est le petit nombre d'ouvriers
en soie qui ont pris part à l'insurrection. Que l'on consulte l'état des
blessés civils apportés dans les hôpitaux, celui des morts, celui des
prisonniers, on trouvera à peine un dixième d'hommes appartenant à la
fabrique des soieries. Il y a mieux; on rencontre sur ces listes six
étrangers pour un Lyonnais; or, tel est le caractère des mouvements
politiques d'employer presque exclusivement les hommes qu'aucun lien de
famille ne rattache à la ville qu'ils vont mettre à feu et à sang.

Ceux qui verraient encore, dans une cause qui n'a enrégimenté que si
peu de Lyonnais et d'ouvriers en soie, la cause spéciale de Lyon et
du commerce de soieries, je les prie de se rappeler la crise vraiment
industrielle de novembre 1831, et de mettre le programme d'alors en
regard du programme d'aujourd'hui. En 1831, on se levait à ce cri
terrible: _Vivre en travaillant, ou mourir en combattant!_ En 1834, on
a déclaré la guerre en lisant sur la place Saint-Jean une longue
proclamation, qui n'a de remarquable que son caractère essentiellement
politique. La voici:

«Citoyens,

L'audace de nos gouvernants est loin de se ralentir; ils espèrent par
là cacher leur faiblesse, mais ils se trompent: le peuple est trop
clairvoyant aujourd'hui. Ne sait-il pas d'ailleurs que toute la France
les abandonne, et qu'il n'est pas un homme de conscience, dans quelque
position qu'il soit, manufacturier ou prolétaire, citoyen ou soldat, qui
ose se proclamer leur défenseur!...

Citoyens, voici ce que le gouvernement de Louis-Philippe vient encore
de faire... Par des ordonnances du 7 de ce mois, il a nommé plusieurs
courtisans, ennemis du peuple, à des fonctions très-lucratives. Ce sont
des sangsues de plus qui vont se gorger de l'or que nous avons tant de
peine à amasser pour payer d'écrasants impôts. Parmi eux, se trouve
Barthe, le renégat, qui est aussi nommé pair de France!... Ainsi on
récompense les hommes sans honneur, sans conscience, et on laisse
souffrir de misère tous ceux qui sont utiles au pays, les ouvriers, par
exemple, et les vieux soldats. Pourquoi nous en étonner?... Ceux-ci sont
purs et braves; ils ne chérissent l'existence que parce qu'elle leur
donne la faculté d'aimer et de servir leur patrie; c'est pourquoi aussi
on les emprisonne, on les assomme dans les rues, ou on les envoie à
Alger!... Ce n'est pas là ce que ferait un gouvernement national, un
gouvernement républicain.

Mais l'acte le plus significatif de la royauté, c'est la nomination
de Persil au ministère de la justice!... Persil, citoyens, c'est un
pourvoyeur d'échafauds!... C'est Persil qui a voulu faire rouler les
têtes des hommes les plus patriotes de la France, et si les jurés les
lui ont refusées, ce n'est pas faute d'insistance de sa part!... C'est
Persil qui a eu l'infamie de dire le premier qu'il fallait détruire les
associations et abolir le jury! En le prenant pour ministre, la royauté
a donc adopté toutes les pensées, toutes les haines de cet homme! Elle
va donc leur laisser un libre cours!... Pauvre France, descendras-tu au
degré d'esclavage et de honte auquel on te conduit?...

La loi contre les associations est discutée, dans ce moment à la Chambre
des pairs. Nous savons tous qu'elle y sera immédiatement adoptée. Nous
la verrons donc très-incessamment placardée dans nos rues!... Vous le
voyez, citoyens; ce n'est pas seulement notre honneur national et notre
liberté qu'ils veulent détruire, c'est notre vie à tous, notre existence
qu'ils viennent attaquer. En. abolissant les sociétés, ils veulent
empêcher aux ouvriers de se soutenir dans leurs besoins, dans leurs
maladies, de s'entr'aider surtout pour obtenir l'amélioration de leur
malheureux sort!... Le peuple est juste, le peuple est bon; ceux qui
lui attribuent des pensées de dévastation et de sang sont _d'infâmes
calomniateurs_; mais ceux qui lui refusent _des droits et du pain_ sont
infiniment coupables.

Ouvriers, soldats, vous tous enfants de l'héroïque France,
souffrirez-vous les maux dont on vous menace? consentirez-vous à courber
vos têtes sous le joug honteux qu'on prépare à votre patrie? Non, c'est
du sang français qui coule dans vos veines, ce sont des coeurs français
qui battent dans vos poitrines; vous ne pouvez donc être assimilés à de
vils esclaves. Vous vous entendrez tous pour sauver la France et lui
rendre son titre de première _des nations_.

8 Avril 1834.»

Je le demande, est-ce là le cri de guerre des ouvriers contre les
maîtres? Est-ce une affaire de salaire ou de tarif? Non, toutes les
questions industrielles sont mises en oubli, pour ne penser qu'à M.
Persil et à la loi sur les associations; il est impossible de déclarer
plus franchement dans quel esprit on veut agir, et cet esprit a présidé
à l'insurrection jusqu'au dernier moment; les placards républicains, le
drapeau rouge, le tutoiement obligé, tout indiquait une protestation
armée contre le gouvernement de Juillet bien plus que contre
l'organisation de la fabrique lyonnaise.

Si la question était moins grave, je pourrais m'arrêter ici; mais il
importe de répondre à toutes les objections, de dissiper tous les
doutes. Dans ce but, je vais remonter plus haut et expliquer, par
l'histoire abrégée de la crise qui a précédé les derniers événements,
comment la querelle industrielle s'est éteinte peu à peu, sous
l'influence d'une prudente administration, comment elle s'est abdiquée
au profit de la querelle politique, comment la _Société des droits de
l'homme_ a absorbé la _Société des mutuellistes_, comment elle a seule
inspiré, dirigé et exécuté le mouvement insurrectionnel d'avril.

On sait que la fabrique des soies a quatre rouages bien distincts,
l'ouvrier, le chef d'atelier, le fabricant et le commissionnaire. Sur
ces quatre rouages, trois sont nécessaires; mais l'intervention du chef
d'atelier, qui reçoit les matières du fabricant et les remet à l'ouvrier
auquel il loue ses métiers, ne semble propre qu'à diminuer inutilement
le salaire de ce dernier. Plus désoeuvré et plus ambitieux que le simple
ouvrier, le chef d'atelier est aussi plus turbulent; mais, d'un autre
côté, il est plus moral, plus instruit, plus éloigné des idées de
pillage et de subversion complète. Les chefs d'atelier ont fait novembre
1831, mais ils ont aussi enchaîné cette fatale victoire; ils ont empêché
qu'elle ne dégénérât en dévastation et en incendie.

Quant aux ouvriers, ce qui leur manque essentiellement, c'est la
prévoyance que possèdent jusqu'à un certain point les chefs d'atelier.
Quand les salaires sont élevés, ils dépensent davantage et jamais ils
ne mettent un centime de côté pour les mauvais jours. A Lyon, la caisse
d'épargne ne reçoit point de dépôts; aussi l'ouvrier voit-il arriver
avec terreur le moment du chômage de la fabrique et de la baisse des
salaires; son idée fixe, c'est le tarif, c'est-à-dire un minimum
au-dessous duquel ne pourrait descendre, dans aucun cas, le prix qu'il
reçoit pour sa journée.

Ce tarif, il l'a demandé d'abord à l'autorité administrative; en 1831,
la requête fut présentée à M. Bouvier-Dumolard par trente mille hommes
enrégimentés. Il y donna son consentement, et cette foule, ivre de joie
d'avoir vu se réaliser son rêve favori, se retira en criant: _Vive
Dumolard! vive notre père_! Le préfet s'endormit tranquille au milieu de
ces protestations d'amour. Il crut avoir résolu le problème.

Mais il avait compté sans les nécessités de l'industrie qui,
ne permettant pas au fabricant de travailler à perte, frappent
d'impuissance et de ridicule toute fixation immuable du prix de la
journée. Les fabricants protestèrent contre le pacte absurde qu'on
leur imposait; les ouvriers, forts de la faute qu'on avait commise,
descendirent sur la place publique pour défendre ce traité qu'ils
devaient regarder comme leur charte. La garnison fut expulsée, et la
population des ateliers, forcée, quelques jours après, de courber la
tête devant une armée, n'en dut pas moins conserver au fond du coeur ce
souvenir qu'elle était restée maîtresse du champ de bataille. Souvenir
fatal, qui exaltait ses prétentions, entretenait la pensée d'un nouvel
appel à la force et exigeait peut-être un sanglant démenti. C'est en
ce sens, mais en ce sens seulement, qu'avril 1834 peut passer pour une
revanche de novembre 1831.

La seconde fois, le tarif ne fut pas demandé à l'administration, mais à
la libre discussion et aux lois. Le tribunal des prudhommes fut l'arène
du nouveau débat. _L'Écho de la fabrique_ fut l'organe des réclamations
de la classe ouvrière; mais ces réclamations insensées ne pouvaient
réussir sur un semblable terrain. On ne tarda pas à l'abandonner.

C'est à la force organisée qu'on s'est adressé en dernier lieu. Cette
troisième expérience ayant échoué en février 1834, la crise industrielle
a expiré; elle n'avait plus de transformation nouvelle à subir.

Ceci demande quelques détails.

La _Société des mutuellistes_ est composée de chefs d'atelier. Celle des
_Ferrandiniers_, créée à son image, reçoit dans son sein les ouvriers
ou compagnons. Ces deux sociétés, déjà anciennes, avaient pris quelque
importance depuis la révolution de Juillet, et surtout depuis que la
fabrique était entrée dans la troisième période, celle dont il est ici
question. Divisés par loges de vingt membres, gouvernés par un comité
central de vingt personnes, organisés, en un mot, comme toutes les
sociétés politiques, qui ont fini depuis par les absorber, les
_Mutuellistes_ et les _Ferrandiniers_ ont cru imposer enfin le tarif en
saisissant l'arme puissante des interdictions de travail.

Les moyens d'exécution étaient: 1° la cessation du travail pour le
compte de tout fabricant qui ne se soumettrait pas aux ordres des
sociétés; 2° la désertion des métiers des chefs d'atelier insoumis; 3°
une caisse de secours pour les ouvriers restés sans travail par suite de
leur obéissance.

Cette caisse, à peine suffisante pour les interdictions partielles, ne
pouvait dédommager les ouvriers du mal que leur causait une suspension
générale, et c'est dans ce cas que des dons considérables, provenant de
sources en général inconnues, ont soutenu un zèle qui menaçait de se
refroidir très-promptement. Ce fait n'est pas le seul qui signale
l'intervention de plus en plus complète des partis politiques dans
la lutte industrielle. Bientôt les interdictions vinrent frapper les
opinions des chefs d'atelier, comme leur désobéissance aux règlements
mutuellistes. Mais ne devançons pas la marche des événements.

Contre le mode d'exécution adopté par les ouvriers, les moyens légaux
étaient impuissants; un système absolu de non intervention était
prescrit à l'autorité. Elle n'avait d'autre mission que de protéger les
chefs d'atelier et les fabricants contre la force matérielle et de les
rassurer contre les menaces que leur attirait tout acte de fermeté.

Ce rôle, fort simple en apparence, offrait d'immenses difficultés;
rester impartial et calme au milieu de ces débats passionnés, résister
aux provocations insultantes des uns, aux instantes prières des autres,
se résigner à voir, pendant quelque temps, ses intentions ou du moins
ses lumières méconnues pour attendre sa réhabilitation d'un succès lent,
éloigné et incertain, telle était la position qu'il fallait accepter
avec courage et ne pas abandonner un seul moment. La lutte qui s'est
terminée en février 1834 est la plus glorieuse époque de la pénible
administration de M. de Gasparin. A forée de prudence, d'habileté et de
courage, il a remporté, sur les mauvaises passions de la fabrique, une
victoire décisive, victoire dont l'influence a réagi sur celle d'avril,
et qu'on peut se rappeler sans amertume parce qu'elle n'a pas coûté de
sang français..

Il était dans la nature de la _Société des Mutuellistes_ de s'unir de
plus en plus, et presque à son insu, avec les sociétés politiques;
destinée à être un jour absorbée, dominée et exploitée par celles-ci,
elle devait se présenter d'abord comme leur alliée contre l'ordre de
choses existant, qui les blessait également, quoique sous des rapports
divers. C'est ce qui arriva à la fin de 1833; à cette époque, on
commença à préparer une vaste explosion; l'entrée des ouvriers en Suisse
et la suspension générale du travail à Lyon devaient en donner le
signal. Ces deux opérations devaient avoir lieu simultanément le 10
février 1834.

Heureusement le gouvernement Suisse, soupçonnant les projets du général
Ramorino et de ses réfugies, prit des mesures qui les forcèrent à
devancer le jour indiqué. L'expédition mal préparée échoua complètement:
quant aux _Mutuellistes_, ils tinrent parole; au moment convenu, le 10
février, tous les métiers cessèrent de battre.

Alors la ville de Lyon offrit un spectacle vraiment extraordinaire: les
magasins étaient fermés, les ateliers déserts; cinquante mille ouvriers
parcouraient les rues; et, espérant prendre les fabricants par la
famine, ils avaient la constance de supporter huit jours entiers de
chômage, sans autres ressources que les faibles secours de ceux qui
soutenaient leur courage et entretenaient leurs espérances.

Ces espérances furent entièrement déçues; les fabricants tinrent bon
jusqu'au bout, et huit jours d'interdiction n'amenèrent pas un centime
d'augmentation dans les salaires. Les ouvriers, sentant toute la force
de cette expérience, tournèrent leur ressentiment contre ceux qui les
avaient flattés d'un espoir chimérique. De ce moment, les sociétés
industrielles ne conservèrent plus une existence et une action
indépendantes; les _Mutuellistes_ se retirèrent, en partie de ces
intrigues, et c'est dans cette situation que les derniers événements ont
trouvé la fabrique lyonnaise. Ai-je tort de dire qu'en 1834 février a
sauvé avril?

A mesure que ces sociétés industrielles se divisaient et s'effaçaient,
la société politique des _Droits de l'homme,_ qui a fini par absorber
leurs débris, prenait chaque jour plus d'importance, d'audace et
d'ascendant. MM. Garnier-Pagès, Cavaignac et Ramorino étaient venus, à
différentes époques, lui apporter les instructions de la société mère,
examiner et réformer son organisation et ses plans.

C'est surtout depuis la présentation de la loi sur les associations,
c'est à l'approche du soulèvement d'avril que la société manifeste
une activité extraordinaire. Le 30 mars, elle essaie de se réunir aux
Brotteaux pour protester contre la loi; mais les abords du local étant
occupés par un piquet d'infanterie et une cinquantaine de dragons, le
comité central reconnaît l'impossibilité d'y pénétrer et se retire sans
rien entreprendre.

A la même époque, la société envoie à Paris un délégué spécial qui
visite en passant les affiliés de Châlons, de Beaune et de Dijon, et
donne le mot d'ordre pour l'explosion générale qui doit avoir lieu.

Cependant les _Mutuellistes_, comme nous l'avons dit plus haut, se
perdent de plus en plus dans la _Société des Droits de l'homme. L'Écho
de la fabrique_, qui est leur organe, dit positivement, dans son numéro
du 30 mars: «Si, dans l'ordre du jour cité par M. Prunelle, il est
recommandé de repousser des loges les imprimés des _Droits de l'homme,_
c'est une mesure de discipline momentanée et non une prescription à
toujours; ces papiers n'ont jamais été prohibés en temps ordinaires,
ce qui est d'autant plus naturel que plusieurs des _Mutuellistes_ font
partie de la _Société des Droits _de l'homme_ et de plusieurs sociétés
politiques.»

Enfin le moment de l'action approchant, le comité central éprouve le
besoin de s'adresser à tous les sectionnaires et de se retremper dans
une élection nouvelle. Tel est le but de la circulaire suivante:

«Lyon, le 15 germinal an XLII de l'ère républicaine (4 avril 1834).

UNITÉ, ÉGALITÉ. ASSOCIATION, PROPAGANDE.

Le comité central du département du Rhône de la _Société des Droits de
l'homme,_ aux citoyens composant les sections.

Citoyens,

Plus les circonstances deviennent graves, plus ceux que vous avez
choisis pour diriger la puissante action que vous donnent votre
dévouement et vos convictions sentent le besoin de s'entendre
précisément avec vous et de connaître d'une manière fixe l'esprit qui
vous anime. C'est dans ce but que nous avions décidé qu'une assemblée
générale aurait lieu; mais, sûrs des précautions que nous avions prises,
nous ne pouvions l'être aussi bien de la discrétion ou de la fermeté de
ceux avec lesquels nous avions été contraints de traiter pour avoir un
local: l'autorité a été prévenue, notre réunion a été empêchée.

Nous avons dû immédiatement réunir ceux qui représentent le plus
largement la société, et c'est aux chefs des sections que nous avons
verbalement présenté l'état actuel de l'association et le compte rendu
de nos travaux pendant le trimestre qui vient d'expirer. Vous demanderez
chacun au chef de votre section le résumé de ce rapport; mais nous
sentons le besoin d'aider leur mémoire en vous rappelant nous-mêmes les
traits suivants.

Quant aux finances, le comité s'est plaint du peu d'exactitude qui a été
apporté dans le versement de la cotisation entre les mains du caissier.
Il a annoncé qu'il existait encore un arriéré sur les payements de
janvier; que la moitié seulement des sections avait payé pour février
et qu'aucun versement n'avait été fait pour mars; que, cependant, les
dépenses avaient été continuées, même pendant le dernier mois cité, et
que parmi elles figurait principalement le chiffre des sommes dépensées
pour les prisonniers de Lyon ou de Saint-Etienne, lequel ne s'élevait
pas à moins de 600 francs; que, dans cette situation, il était
impossible de donner sur le champ l'état précis des finances pendant ce
trimestre; qu'enfin il engageait formellement les chefs de section
à faire leurs versements à la prochaine réunion des conseils
d'arrondissement et à nommer deux délégués à l'examen desquels les
comptes généraux seraient livrés par le caissier, suivant le règlement.

Le comité a, comme organe de l'association, témoigné, avec une franchise
toute républicaine, le mécontentement qu'il avait éprouvé par suite de
l'inconcevable conduite de quelques chefs de section qui, au mépris des
règlements, loi formelle que nous devons tous suivre tant qu'il n'y a
pas réellement impossibilité matérielle, ont cherché, eux, infiniment
faible majorité, à entraîner, par des voies détournées, la majorité à
l'adoption de leurs projets. Ce n'était rien moins que la division et
l'anarchie qu'ils allaient jeter dans nos rangs, et cela dans le moment
où plus que jamais nous avons besoin de nous unir; mais, malgré tous
leurs efforts, ils n'ont pu réussir dans leurs tentatives, et c'est
plus sous le rapport de sa considération que sous celui de sa force
intérieure qu'ils ont nui à la société, car la dernière réunion des
chefs des sections nous a pleinement confirmés dans ce que nous savions
déjà, à savoir que c'était à trois ou quatre citoyens seulement que le
mal était dû.

Néanmoins le comité, principalement à cause de la situation grave
dans laquelle la France est placée et de l'immense adjonction de
sectionnaires survenue pendant le dernier trimestre, a voulu savoir s'il
était toujours la représentation fidèle et vraie de la société, et si la
volonté de la majorité des membres actuels était que le mandat dont il
est revêtu lui fut continué. Afin de ne gêner en rien l'émission de
la pensée de chaque sectionnaire, les membres composant le comité ont
déclaré qu'il donnaient tous leur démission. En conséquence, les chefs
de section ont été invités à prévenir immédiatement les sectionnaires de
se réunir dimanche pour procéder à de nouvelles élections.

Citoyens,

«Vous allez faire acte entier de souveraineté; sans considération de
nous, mais en examinant seulement les services rendus à notre cause,
comme gages nécessaires de dévouement et d'abnégation pour l'avenir,
vous fixerez vos choix. En attendant que l'expression générale de vos
voeux soit précisée, nous conserverons la direction que vous nous avez
donnée. Si, pendant cet espace de temps, des événements survenaient,
vous nous trouveriez ce que nous serons toujours, c'est à dire résolus à
tous les sacrifices que peut exiger l'intérêt bien entendu de la sainte
cause républicaine. Tout pleins de respect pour vos volontés, nous
serons honorés de reprendre, s'il le faut, nos places de simples
sectionnaires, et nous n'en continuerons pas moins à travailler avec
notre dévouement habituel. Mais nous vous le déclarons dès à présent,
nous combattrons directement par tous les moyens quiconque tenterait à
l'avenir d'agir en dehors du règlement et de porter le trouble dans la
société.

«Pour assurer la régularité des opérations électorales, le comité a
arrêté les dispositions suivantes:

«Le règlement veut que les élections soient faites en assemblée
générale; mais tous les sectionnaires doivent reconnaître qu'il y a
impossibilité matérielle d'exécuter cet article, puisque indépendamment
de la difficulté qu'il y aurait à les réunir pendant toute une journée
dans un lieu où ils ne pussent être inquiétés par les poursuites de
l'autorité, le mauvais temps, que personne n'arrête, peut rendre
impossible tout scrutin; qu'en outre, chacun doit comprendre combien il
serait difficile de procéder, dans une si grande réunion et avec l'ordre
nécessaire, à un scrutin qu'il serait ensuite impossible de dépouiller,
puisque deux jours ne suffiraient peut-être pas pour terminer cette
opération; que ces difficultés étant reconnues, et un précédent existant
déjà avec l'approbation des sectionnaires, la société se trouve
aujourd'hui placée dans cette position, ou de se dissoudre, ou de
modifier de bonne foi un article de son règlement. Dans une pareille
situation, il ne peut pas y avoir d'hésitation sur le choix; c'est
pourquoi le comité arrête:

«1° Les élections seront faites par chaque section séparément réunie
dans le lieu ordinaire de ses séances;

«2° Après l'ouverture des travaux, le chef donnera lecture de la
présente circulaire;

«3° Les sept membres futurs du comité seront nommés à la majorité
absolue des suffrages. Dans le cas où deux tours de scrutin n'auraient
pas donné cette majorité à un ou plusieurs des membres à élire,
l'élection aura lieu par un troisième tour de scrutin à la majorité
relative;

«4° Procès-verbal sera dressé sur le champ du résultat des votes,
certifié sincère par le chef, le sous-chef et le premier quinturion de
la section, puis cacheté;

5° Tous les procès verbaux seront apportés lundi soir, à sept heures,
extrêmement précises, par les chefs de l'arrondissement. Ils seront
ensuite ouverts et lus dans une réunion qui aura lieu le même jour. Le
résultat sera proclamé, puis annoncé ultérieurement aux sections par une
nouvelle circulaire.

Salut et dévouement fraternel.

_Les membres du comité_: POUJOL, J. T. HUGON, P. A. MARTIN, E. BAUNE,
ÉDOUARD ALBERT, SILVAIN COURT, BERTHOLON.»

Il y aurait beaucoup de remarques à faire sur cette pièce; je ne m'y
arrêterai pas; je dirai seulement que le comité central a continué ses
publications pendant la durée du combat; c'est ce que prouve l'ordre
du jour que je vais transcrire, et qui est daté, comme la circulaire
précédemment citée, de l'an 42 de la République. On voit qu'elle aussi a
sa légitimité et ne tient pas compte du règne des usurpateurs.

«A Vienne, la garde nationale est maîtresse de la ville; elle a arrêté
l'artillerie qui venait contre nous. Partout l'insurrection éclate.
Patience et courage! La garnison ne peut que s'affaiblir et se
démoraliser. Quand même elle conserverait sa position, il suffit de la
tenir en échec jusqu'à l'arrivée de nos frères des départements; au
premier jour nous recevrons des nouvelles favorables.

Lyon, le 22 germinal, an 42 de la République.»

A chacun donc la responsabilité de ses oeuvres; c'est aux partis
politiques que Lyon doit ses derniers malheurs.

En vain dira-t-on que l'insurrection aurait éclaté ailleurs; à Paris
d'abord par exemple, si elle avait été véritablement républicaine,
tandis qu'en se montrant à Lyon elle a trahi une tout autre origine.
Mais on oublie que le désordre, tant de fois comprimé à Paris, a déserté
cette ville où une police active, une armée immense, une garde nationale
unanime dans son dévouement ne lui laissaient plus aucune chance de
succès. On oublie que les factions ont émigré à Lyon, qu'elles y ont
établi le centre et le foyer de toutes leurs intrigues, qu'elles lui ont
conféré le triste honneur d'être pour elles, non-seulement une capitale
industrielle, mais une capitale politique. En effet, où trouver des
éléments plus favorablement disposés pour le triomphe de l'anarchie? Où
trouver ces débris d'associations d'ouvriers, dont on pourrait encore
exploiter le mécontentement? Où trouver une cité plus grande, plus
importante à tous égards, plus influente par sa position entre les
républicains de la Bourgogne et les légitimistes du Midi? Où en trouver
une qui soit plus abandonnée aux graves dangers qu'entraîne, toujours
une industrie dominante? Il est évident que la révolte, quel qu'en
fût le caractère, devait trouver ici son centre et son point d'appui
principal.

D'ailleurs l'explosion ne devait point être locale; la promulgation de
la loi sur les associations devait en donner le signal pour toute la
France. Les anarchistes lyonnais ont cru devoir faire feu avant le
signal. Ils ont pensé qu'en saisissant l'occasion du procès des
_Mutuellistes_, ils trouveraient le moyen de rattacher à leur cause tous
ces ouvriers en soie qui commençaient à renoncer au désordre. Par là ils
ont pu accroître ici le nombre de leurs partisans; mais ils ont isolé
leur mouvement, et ils en ont rendu la répression plus facile.

Puisque j'ai parlé de cette loi sur les associations dont la
promulgation devait être le signal d'une protestation à coups de fusil,
qu'il me soit permis de dire toute ma pensée sur les protestations
écrites qui ont précédé et préparé celle-là. Je puis la dire sans
hésiter, car, je le déclare en commençant, les intentions sont choses
sacrées pour moi. Je crois qu'on peut avoir les vues les plus honorables
quand on a embrassé le parti de la République ou celui de la légitimité;
je crois même (et ceci scandalisera bien des gens) qu'on peut vouloir
par patriotisme le soulèvement des rues et la violation des lois. Je
déplore l'erreur de ceux qui prétendent arriver au bien par le mal; mais
jusqu'à preuve contraire, je crois à leur désintéressement et à leur
sincérité.

Ces réserves une fois faites, je déclare que, de toutes les tentatives
anarchiques qui ont eu lieu depuis trois ans, je n'en connais pas de
plus monstrueuse que le discours de, l'honorable M. Pagès (de l'Ariége)
sur la loi des associations. Dans une nation civilisée et soumise au
régime légal, un citoyen qui viole la loi, qui la viole à bon escient,
qui proclame même hautement la nécessité de la violer, doit soulever
contre lui l'animadversion de tous les partis, car tous sont intéressés
au respect de la loi qui n'est la propriété exclusive de personne. Mais
quand ce citoyen est lui-même législateur, quand il abuse de la tribune
pour se poser, à la face du pays, comme adversaire de la loi qui vient
d'être adoptée, quand il foule aux pieds ces deux grands principes de
tout gouvernement représentatif, respect de la majorité et respect de la
loi, quand il fait un appel à toutes les résistances pour s'y associer,
quand il établit ce principe anti-social que chacun est juge en dernière
analyse de la législation du pays, et peut choisir, pour les rejeter ou
s'y soumettre, les dispositions qui lui conviennent et celles qui ne
lui conviennent pas; c'est le comble du désordre moral; il n'y a pas de
paroles assez énergiques pour repousser un système aussi dangereux.

Je crois que l'étonnement avait fermé la bouche à tous les collègues de
M. Pagès, car personne ne prit la parole pour relever ses doctrines, et
demander qu'on donnât à ce discours le commentaire indispensable d'un
rappel à l'ordre: aussi d'autres députés ont-ils protesté à son exemple;
aussi avons-nous vu, comme une chose toute simple, les journaux ouvrir
leurs colonnes aux protestations de tous les mécontents de toutes les
provinces; et puis sont venues les protestations à main armée, que M.
Pagès ne souhaitait certainement pas, et qui ne sont pourtant qu'une
déduction logique de ses paroles. Il y avait peut-être quelque
exagération à prétendre que le 6 juin 1832 fût sorti du _compte rendu_;
mais personne ne peut nier que les protestations des députés n'aient été
traduites en coups de fusil le 9 avril 1834.

Parmi les journaux qui ont nié l'origine politique des derniers
événements, le _Précurseur_ mérite une mention spéciale. Il s'est fait
un argument des articles qu'il a publiés quelques jours auparavant, et
dans lesquels il prêchait, sinon la paix et la concorde, du moins la
renonciation à tout projet d'agression armée.

Je ne suis pas de ceux qui pensent que, sous ces conseils pacifiques, le
_Précurseur_ cachait un désir secret de voir les hostilités commencer.
Je crois, au contraire, qu'il appartient à cette fraction peu nombreuse
du parti républicain qui redoute sincèrement les émeutes et qui ne croit
pas le moment venu pour une révolution; mais ce qu'il ne voit pas ou ce
qu'il fait semblant de ne pas voir, c'est qu'il est dépassé et absorbé
depuis longtemps par les hommes d'action, par les impatients et les
écervelés du parti; c'est qu'il ne représente plus l'opposition
républicaine, et que, par conséquent, tous ses articles et ses conseils
ne peuvent plus passer pour la véritable pensée de cette faction.
D'ordinaire les partis attendent le moment du triomphe pour se
décomposer; mais celui de la république a déjà dépossédé ses premiers
chefs et a fait descendre rapidement le pouvoir des hommes du _National_
et du _Précurseur_ à ceux de la _Tribune_ et de la _Glaneuse_. Qu'on
juge par là des éléments de ce parti, et qu'on ne vienne plus dire qu'on
ne se répète pas en politique, qu'on ne recommence pas deux fois, et
de la même manière, les mêmes scènes. Non, sans doute, et la seconde
république ne ressemblerait certainement pas à la première; elle serait
moins glorieuse, moins longue. Vous n'auriez plus, comme la première
fois, ces hommes généreux, patriotes, qui, pleins d'enthousiasme pour le
mouvement de 89, ne s'en détachèrent qu'à la dernière extrémité. Dès le
premier jour, vous n'auriez pour vous gouverner que des hommes de rebut
qui se hâteraient d'étaler leurs rêves insensés pour compenser ce qui
manquerait à leur règne en durée et en grandeur.

Espérons que ces dernières folies achèveront de détacher du parti
anarchiste quelques hommes distingués qui lui prêtent le secours de leur
nom, mais qui doivent s'y trouver mal à l'aise et y sont probablement
peu appréciés. Qu'ils comparent, dans l'affaire de Lyon en 1834, la
conduite de leurs partisans avec celle de l'autorité. D'un côté, toutes
les provocations, toutes les violences; de l'autre, toute la patience et
la modération que comporte la fermeté. Quelques personnes ont reproché à
M. de Gasparin de n'avoir pas saisi toutes les occasions de sévir et de
réprimer. C'est qu'il voulait laisser aux factions tout l'odieux d'une
semblable lutte. Aussi pas une voix ne s'est élevée pour attribuer le
conflit aux provocations de l'autorité; dans un temps où toutes les
calomnies ont cours, on n'a pas encore inventé celle-là.

Personne n'a prétendu non plus qu'il fallût attribuer l'explosion à
quelque circonstance particulière et inattendue; on y a généralement
reconnu une entreprise préméditée et préparée de longue main. Depuis
longtemps, des tentatives d'embauchage étaient faites auprès des soldats
de la garnison. Dès la veille de l'insurrection, les maisons dont il
fallait s'emparer, celles qui avaient des allées traversantes ou dont
les fenêtres plongeaient sur plusieurs rues, avaient été marquées à la
craie, et au moment où la lutte s'engageait sur la barricade de la
place Saint-Jean, l'attaque de la Préfecture était déjà tentée, et des
barricades s'élevaient sur tous les points de la ville et des faubourgs,
dans les positions les plus fortes, dont le choix indiquait une
étude sérieuse du terrain et une habileté stratégique à laquelle les
militaires rendent hommage.

Ceci répond d'avance aux insinuations de ceux qui regardent les
désordres de l'audience où devaient se juger les chefs _Mutuellistes_
comme la cause de l'insurrection qui a éclaté quatre jours après, et
attribuent d'ailleurs ces désordres à l'imprudence ou à la faiblesse de
l'autorité administrative, donnant à entendre qu'elle est responsable du
sang répandu. Il est évident qu'il n'était au pouvoir de personne ni de
faire naître ni d'empêcher l'explosion.

Quelques mots d'explication suffiront pour éclairer la scène du
Palais-de-Justice.

Le président du tribunal et le procureur du roi avaient conféré la
veille sur les mesures à prendre avec le général Aymard et avec le
préfet; ils avaient insisté pour qu'aucun appareil militaire n'entourât
l'audience; ils avaient cité tous les précédents qui autorisaient la
confiance, et avaient dit que la justice devait puiser sa force dans sa
propre dignité et non dans l'appui des baïonnettes. La noblesse de
ces sentiments fut comprise et leur demande d'autant plus facilement
accueillie que l'on connaissait les dispositions de la _Société des
Mutuellistes_ qui recommandait le calme à tous les ouvriers.

Cependant, malgré les conventions de la veille, le président crut devoir
appeler des soldats pour arrêter le tumulte que produit toujours une
foule nombreuse et agitée; il fit une réquisition pour une centaine
d'hommes, force tout à fait insuffisante au milieu de cette multitude
qui encombrait l'audience, la cour de l'hôtel Chevrière et la place
Saint-Jean; il fit cette réquisition sans prévenir autrement les
autorités militaires et administratives.

Le piquet appelé se trouva donc compromis et dans l'impossibilité
presque absolue d'agir. Sa situation fut d'autant plus fâcheuse qu'un
incident postérieur à la levée de l'audience, et relatif à un témoin à
charge indignement attaqué, avait changé l'inquiétude et l'agitation de
la foule en une hostilité véritable; de là des désordres et des excès
que tout le monde déplore, mais que l'administration ne pouvait prévenir
et qu'elle fit cesser très-promptement.

Ainsi, pour résumer en quelques mots ces considérations préliminaires,
l'insurrection lyonnaise de 1834 a été politique. Elle devait éclater à
la fois dans toute la France, et le désir seul de rattacher la cause des
ouvriers en soie à celle de la _Société des Droits de l'homme_ a fait
devancer ici le moment fixé; on ne peut l'attribuer ni aux provocations
de l'autorité locale, ni à l'effet produit par quelques circonstances
particulières et inattendues.

J'entre maintenant dans l'histoire des six journées.

Le procès des _Mutuellistes_ avait été renvoyé au mercredi 9 avril 1834.
Il était évident pour tout le monde que, si l'insurrection devait avoir
lieu, elle éclaterait ce jour-là. Aussi chacun s'y préparait à sa
manière; les habitants paisibles émigraient en foule; les fiacres, les
omnibus ne pouvaient suffire aux familles qui allaient chercher un asile
à la campagne. Pendant ce temps, la _Société des Droits de l'homme_
et l'autorité militaire faisaient leurs dispositions d'attaque et de
défense.

Les sections étaient unanimes pour le soulèvement; elles croyaient le
moment favorable; leurs membres ne doutaient pas que les affiliés de
Mâcon, de Dijon, de Grenoble et de Saint-Étienne, auxquels on avait
écrit de se tenir prêts, ne secondassent le mouvement. Ils se faisaient
illusion sur l'esprit des départements; ils croyaient allumer une
traînée de poudre qui porterait en quelques heures le feu de la sédition
dans les provinces légitimistes et dans les provinces républicaines, et
jusque dans les murs de la capitale. Mais leur plus grande erreur était
de compter sur les soldats. La contenance de la compagnie du 7e léger,
appelée le samedi à l'audience du tribunal, avait achevé de les
confirmer dans cette idée; d'ailleurs, ils citaient avec complaisance le
nom de quelques sous-officiers engagés dans la _Société_; ils parlaient
de lettres écrites par des artilleurs; enfin, ils se berçaient d'une
espérance qui reçut dès la première attaque un éclatant démenti.

Les plus prudents voulaient retarder cette attaque jusqu'au moment de
la condamnation; mais on fit observer qu'en commençant aussi tard on
s'exposerait à ne pas achever dans la journée le mouvement qui devait
emprisonner chaque corps dans le quartier où il se trouvait, l'isoler du
reste de la garnison, couper toutes les communications de la troupe et
empêcher ainsi qu'une direction unique ne présidât à ses mouvements. La
nuit venue, on ne pourrait plus retenir les combattants à leur poste,
et les soldats profiteraient de cette circonstance pour regagner leurs
positions et rétablir leurs communications interrompues.

Ces observations déterminèrent la majorité; il fut décidé qu'on
engagerait l'affaire à onze heures, après que les juges seraient entrés
en séance. Quant au plan des opérations, je viens déjà d'en donner un
aperçu. Une première ligne de barricades devait s'élever à la fois dans
toutes les parties de la ville; on devait en défendre les abords en
tirant des fenêtres et des toits; et pendant ce temps, une seconde ligne
mieux fortifiée, plus difficile à enlever, devait offrir un nouvel
obstacle aux soldats, dans le cas où ils seraient parvenus à forcer la
première.

On avait une assez grande quantité de poudre tirée de Suisse par
contrebande; et d'ailleurs on devait en fabriquer dans plusieurs
quartiers, d'après la recette que la _Glaneuse_ avait publiée quelques
jours auparavant. Les balles ne manquaient pas; mais les fusils
n'étaient pas en très-grand nombre; plusieurs membres de la société
furent chargés de parcourir les communes voisines et de désarmer les
gardes nationales. Un poste fut assigné à chaque section, et la besogne
étant ainsi distribuée, on attendit sans impatience le moment d'agir.

De son côté, le général Aymard faisait ses préparatifs; il donnait des
instructions confidentielles aux généraux et aux chefs de corps; il
chargeait les officiers de visiter avec soin les localités où ils
pourraient être appelés à agir; il faisait approvisionner de vivres et
de munitions les principaux forts et les casernes les plus importantes.

Son plan avait cela de commun avec celui des insurgés que lui aussi
cherchait à les scinder, à les isoler, à empêcher tout ensemble dans
leurs mouvements; de part et d'autre, on avait compris l'importance
de cette opération, à laquelle la longueur de la ville se prêtait
merveilleusement; on avait compris que celui-là devait l'emporter qui
conserverait ses communications en interrompant celles de l'ennemi. Or,
ce grand résultat fut obtenu dès le premier jour par les troupes, qui
emportèrent les premières barricades et occupèrent sur-le-champ les
positions que le général leur avait assignées.

Ces positions étaient les suivantes:

Le premier corps, commandé par le général Fleury, s'étendait de la
barrière Saint-Clair jusqu'à la barrière de Serin, en suivant les
remparts qui séparent Lyon de la Croix-Rousse, et occupait la caserne
des Bernardines. Le second corps, établi à l'Hôtel-de-Ville, défendait
la ligne du pont de la Feuillée, des Terreaux et du pont Morand; il
était placé sous les ordres du colonel Dietmann, du 27e de ligne,
remplissant les fonctions de commandant de la place.

Le général Buchet dirigeait le troisième corps, qui séparait Bellecour
de Perrache et du reste de la ville, en s'étendant de Saint-Jean à
la Guillotière par le pont de l'Archevêché et la place Bellecour. Le
général Dejean commandait sur cette place une réserve qui, en parcourant
sans cesse les larges et droites rues de Perrache, a maintenu la
tranquillité dans ce quartier et assuré les derrières du général Aymard,
dont le quartier-général était établi sur la place Bellecour.

Ainsi, trois lignes d'opérations, qui devaient couper les insurgés
en quatre fractions, sans rapports et sans relations entre elles. Ce
mouvement les a d'autant mieux déconcertés que la défense absolue
de circulation, en consignant dans leurs demeures tous les citoyens
inoffensifs, a complété l'isolement des bandes armées qu'on attaquait.

Telles étaient les dispositions de l'autorité militaire qui d'ailleurs
devait occuper tous les ponts et communiquer par les quais. Elle était
décidée à repousser énergiquement toute agression, mais l'ordre était
donné d'essuyer le feu des révoltés avant de tirer sur eux; on voulait
leur laisser jusqu'au bout l'odieux d'une provocation à la guerre
civile. Du reste, on était sans crainte sérieuse sur le résultat; la
garnison offrait un effectif de 6,500 hommes disponibles; les 3,400
hommes qui complétaient la garnison étaient absorbés par les hôpitaux
ou par la garde de plusieurs postes qui les paralysaient entièrement;
c'était assez pour vaincre, mais trop peu pour vaincre promptement. Il
avait donc fallu prévoir toutes les chances, et l'on s'était assuré que
les approvisionnements en farine suffiraient pour nourrir la population
lyonnaise pendant dix-neuf joues, si la prolongation des hostilités
et le soulèvement des départements voisins ne permettaient pas de se
procurer de nouvelles subsistances.

Le 9 avril, au matin, les troupes de la garnison, le sac au dos, avec
des provisions de guerre et de bouche, se rendent aux différents postes
qui leur ont été assignés. Sur la place Bellecour stationnent plusieurs
bataillons d'infanterie, massés vers le milieu de l'enceinte, du côté
de la promenade des tilleuls; ils sont flanqués par de nombreux
détachements de dragons et par deux batteries. Les principales têtes
de pont sont occupées par des piquets d'infanterie et de cavalerie, et
quelques-unes défendues par des bouches à feu. L'Hôtel-de-Ville est
entouré d'une force imposante; les troupes de la caserne des Bernardines
sont prêtes à marcher. Les abords du Palais-de-Justice sont gardés
par le 7e régiment d'infanterie légère qui a demandé à être placé en
première ligne pour se laver des soupçons qu'on avait émis sur sa
fidélité. Il est posté en grande partie dans la cour de l'archevêché.

A Onze heures, le préfet était placé sur la galerie de l'église
Saint-Jean, en face de l'hôtel de Chevrières, où le tribunal
correctionnel jugeait les _Mutuellistes_; il était accompagné de MM.
Faye, conseiller de préfecture; de Casenove, adjoint, et Chinart,
conseiller municipal, qui ne l'ont pas quitté un moment pendant les six
journées; il voulait juger lui-même de la nécessité et du moment de la
répression. La place Saint-Jean était silencieuse, solitaire; il était
évident que les assaillants voulaient se présenter en masse; les
sections des _Droits de l'homme_ étaient en permanence dans leurs
locaux.

A onze heures et demie, une bande arrive, une proclamation est lue,
des barricades sont formées aux différents angles de la place. Au même
moment, elles s'élèvent dans toute la ville.

Aussitôt le préfet donne avis au général Buchet de ce qui se passe, et
lui dit d'aborder les barricades. En effet, le général fait sortir ses
troupes de l'archevêché et se porte à celle qui obstruait l'entrée de la
rue Saint-Jean. Un coup de pistolet est tiré sur la troupe; le colonel
de gendarmerie Camuset commande un feu de peloton à ses gendarmes; il
est imité par le 7e léger; la barricade est emportée et les assaillants
prennent la fuite.

Une nouvelle barricade s'élevait sur la place Montazet, à l'entrée de
la rue des Prêtres. Le préfet s'y porte lui-même avec une section de
voltigeurs; ils sont assaillis par une grêle de pierres, et un jeune
homme bien mis, placé sur le perron qui domine la rue des Prêtres,
reconnaissant M. de Gasparin pour le préfet, lui lance un énorme pavé
qui ne manque son but que de quelques lignes. Cependant les soldats
hésitaient à s'engager dans cet étroit défilé. Alors le lieutenant
monte sur le perron avec quelques hommes, le débarrasse de ceux qui s'y
trouvaient, et la barricade abandonnée est occupée par les troupes. En
revanche des coups de feu partent des fenêtres et signalent la tactique
des insurgés qui nulle part n'ont tenu dans la rue devant la troupe, et
se sont contentés de lui faire une guerre de lucarnes et de cheminées.

Les assaillants, chassés de la place Saint-Jean, allaient se retirer au
pont au Change, défendu des deux côtés par une forte barricade, et le
général Buchet y marchait pour les enlever, quand il s'aperçut qu'en
allant d'une barricade à l'autre, sa troupe se dispersait et que des
feux s'établissaient sur ses derrières; il s'arrêta et se replia sur la
rive droite de la Saône, à la hauteur de la prison de Roanne, où il se
retrancha.

Mais avant même le premier engagement du quartier Saint-Jean, une
tentative hardie, et qui faillit réussir, avait lieu sur la place
Concert. Une foule immense, et dont l'hostilité ne put bientôt plus être
mise en doute, s'était rassemblée devant l'hôtel de la préfecture; le
secrétaire général, M. Alexandre, accourut au bruit et fit fermer les
grilles; le piquet de vingt-cinq hommes qui gardait l'hôtel se rangea
à quelques pas en arrière dans la cour. Bientôt des hommes armés
s'emparèrent des planches du théâtre provisoire pour former des
barricades et se mettre à l'abri si des troupes débouchaient sur la
place; d'autres dressaient des échelles et commençaient à y monter; la
préfecture allait être envahie quand le général Dejean, auprès duquel le
fils du secrétaire général s'était rendu, à travers la fusillade, envoie
sur la place une compagnie de grenadiers du 6e régiment. Les insurgés
se réfugient dans le théâtre provisoire, où ils parviennent à se
retrancher; un d'entre eux, moins prompt à prendre la fuite, est tué
d'un coup de baïonnette sur l'échelle où il se trouvait encore.

En même temps de nouvelles troupes, dirigées par le général Aymard sur
ce point important, débouchent sur la place; quelques coups de canon,
tirés du quai par la rue Neuve-de-la-Préfecture, débusquent les hommes
enfermés dans la salle de spectacle; il ne s'agit plus que de faire
taire un feu assez vif qui part des croisées et surtout de la galerie de
l'Orgue. Un canon est amené, il ouvre aux soldats l'entrée du passage,
et des voltigeurs, lancés au pas de course, arrivent en même temps que
la fumée vomie par la pièce; quelques hommes tombent dans ce périlleux
trajet, mais le but est atteint: on est maître de la galerie.

Au delà se trouve un massif de rues étroites et tortueuses où il est
dangereux et difficile de poursuivre les insurgés. Cependant le général
Buchet y pénètre hardiment; un combat s'engage dans la rue de l'Hôpital
et principalement auprès d'une maison toute remplie de tirailleurs. Pour
y pénétrer, on fait placer un pétard sous la porte d'allée; mais en
éclatant il met le feu à toute la maison, et comme un vent très-sec
souffle du nord, tout fait craindre un embrasement général. En effet
l'incendie se communique à la maison en face; mais les pompes de
l'hôpital et de la préfecture arrivent à temps pour éviter de plus
grands malheurs; les soldats et les insurgés travaillent ensemble à
éteindre l'incendie. Une fois ce résultat obtenu, chacun reprend ses
positions et le combat s'engage de nouveau.

La journée finit de ce côté par une fusillade très-nourrie sur le quai
du Rhône. La tête du pont Concert est vivement attaquée; les soldats,
retranchés dans les pavillons de ce pont du côté de la ville et répandus
en tirailleurs le long du quai de Bon-Rencontre, font feu sur toutes les
rues aboutissantes et refoulent dans l'intérieur les insurgés qui se
présentent pour déboucher. Cependant, vers la nuit, ce poste avancé, et
que son isolement à côté du quartier général des rebelles exposait à
être enlevé par eux, se replie et abandonne sa position. Des pièces de
canon placées sur l'autre rive foudroient cette partie du quai; mais
les communications sur la rive droite du Rhône sont complètement
interrompues.

Aux Terreaux, le colonel Dietmann n'était pas resté inactif; il avait
enlevé une barricade dressée au coin de la place des Carmes et celle de
la Boucherie. Poursuivant ses avantages, il s'avance jusqu'à la place de
l'Herberie où un pétard, attaché à la porte d'une maison, détruit les
devantures de tous les magasins environnants, et brise presque toutes
les vitres du quartier. Mais obligé de faire face au nord, vers le
quartier des côtes et la place Sathonay, le colonel Dietmann ne peut
pousser au midi jusqu'au pont de pierre, et sa communication reste
incertaine, avec la ligne de Bellecour par le quai de Saône, toute la
nuit et une partie du jour suivant.

L'affaire s'est également engagée à la Croix-Rousse; une barricade
formée en face la caserne des Bernardines, est prise à revers et enlevée
par le général Fleury, qui tue un grand nombre d'insurgés; de ce moment,
les attaques de vive force ont cessé de ce côté, la Croix-Rousse est
restée silencieuse, mais occupée par l'ennemi. Le général Fleury emploie
le reste de la journée à faire battre le quartier Saint-Paul par
quelques pièces d'artillerie placées à la caserne des Chartreux.

Pendant tout ce temps, le son du tocsin se faisait entendre à tous les
clochers. Des proclamations républicaines étaient lues et répandues
dans les quartiers du théâtre de l'insurrection. Elles contenaient en
substance la déchéance de Louis-Philippe, et la nomination de Lucien
Bonaparte comme premier consul.

Partout les troupes ont montré une résolution vraiment admirable;
partout elles ont attendu le feu des insurgés et y ont répondu sans
hésiter. On cite ce propos d'un soldat du 6e léger, régiment composé en
partie de Lyonnais, qui, arrivant sur la place de la préfecture, cria à
sa mère: «Ma mère, fermez votre fenêtre; nous allons tirer;» et puis il
fait feu comme les autres.

En récapitulant les résultats de cette première journée, nous trouverons
que l'ennemi, coupé sur tous les points et resserré dans les quartiers
où il tient encore, occupe Saint-George, où les premières attaques l'ont
refoulé, le Change, le quai de Bondy et celui de Bourgneuf sur la rive
droite de la Saône. Sur cette même rive, les troupes se maintiennent de
Saint-Jean à la prison de Roanne.

Entre les fleuves, l'insurrection est coupée en quatre tronçons; à
Perrache, la largeur des rues ne lui a pas permis de s'établir en force;
elle occupe les environs de l'Hôpital et de la place des Cordeliers. Les
maisons qui bordent le quai Saint-Vincent, Saint-Polycarpe et les Côtes,
sont en son pouvoir. Enfin elle est prisonnière, mais armée dans la
Croix-Rousse.

Les trois lignes du général Aymard conservent une communication
parfaitement libre, par la rive gauche du Rhône, le pont de la
Guillotière et le pont Morand.

Ces résultats n'ont pas été obtenus sans éprouver une perte
considérable. Les soldats, peu accoutumés à ce genre de guerre, tirent à
découvert contre des hommes cachés dans les maisons; il fallait changer
de tactique et les imiter; il fallait en outre profiter des moyens que
fournissait l'artillerie pour épargner le sang, en forçant les maisons
qui faisaient le plus de résistance. C'est ce qu'on a fait les jours
suivants, et les pertes de la troupe ont sensiblement diminué.

On avait espéré que le calme de la nuit et le succès des opérations de
la veille feraient rentrer en elle-même cette partie de la population
que les factieux avaient égarée; mais le 10, de grand matin, le tocsin
sonnait déjà dans toutes les parties de la ville; évidemment la bataille
n'était pas finie.

Cette seconde journée ne fut employée qu'à assurer et nettoyer les
positions que dès la veille on avait conquises. Des succès partiels
permirent de rétablir les communications avec l'Hôtel-de-Ville, du côté
de la Saône. La grande communication, par la rive gauche du Rhône, un
moment interceptée par l'insurrection de la Guillotière, fut également
rétablie. Dans l'intérieur de la ville, les différentes lignes
s'occupèrent à éteindre les feux qui les gênaient et à s'étendre plus à
l'aise dans leurs quartiers; on évita, pour ces différentes opérations,
d'exposer les soldats comme la veille, et l'on fit un usage presque
constant de l'artillerie. Le son du canon retentit sans interruption, et
l'action, moins sanglante que le premier jour, dut sembler plus terrible
encore aux habitants enfermés dans leurs demeures.

De leur côté, les insurgés complétèrent leur mouvement par le
soulèvement des quartiers qui jusqu'alors étaient restés calmes.
Saint-Just, La Guillotière, Vaise, le quartier du Jardin-des-Plantes,
celui de la Grande-Côte, se hérissèrent de barricades. La caserne du
Bon-Pasteur, située au-dessus du Jardin-des-Plantes et abandonnée
par les troupes, ainsi qu'il avait été convenu, fut occupée par les
assaillants. Des drapeaux rouges ou noirs portant d'un côté: _liberté,
ordre public,_ et de l'autre: _la République ou la mort_, furent
arborés ce jour-là ou le lendemain sur l'église de Saint-Polycarpe, sur
Fourvières, sur l'Antiquaille, sur le clocher de Saint-Nizier et sur
celui de Saint-Bonaventure.

Ainsi de part et d'autre on s'occupe d'asseoir, d'assurer, de dessiner
ses positions.

Dès le matin, le général Aymard avait fait garnir de bouches à feu
le pont Morand, le pont du Concert et celui de la Guillotière; ces
précautions avaient pour but de maintenir la communication principale
sur la rive gauche du Rhône, et de faciliter l'arrivée d'un convoi de
munitions qu'on attend de Grenoble et des renforts qui doivent arriver
du Midi.

Le retard de ces renforts et les mauvaises dispositions qui se
manifestent déjà à la Guillotière, semblent nécessiter l'évacuation
du quartier Saint-Jean, dont les troupes pourraient être employées si
utilement ailleurs; mais la crainte de l'effet moral que produirait
infailliblement tout mouvement rétrograde ne permet pas de s'arrêter
à cette idée; on se contente de donner à la petite garnison du fort
Saint-Irénée l'ordre de se replier sur Bellecour. La nuit venue, elle
abandonne ce poste, en arrière de l'ennemi et où le succès possible du
mouvement de Saint-Étienne peut la compromettre gravement, et, après
avoir encloué ses pièces, elle se rend au quartier général, en passant
par Saint-Foy et par le pont de la Mulatière.

Cependant le quartier Perrache tente aussi son insurrection; c'est aux
environs de la manufacture de tabac que le mouvement paraît avoir le
plus de gravité. Les dragons s'y portent en toute hâte et l'ordre est
promptement rétabli.

Mais l'existence du Pont-Chajourne, à l'extrémité duquel les insurgés de
Saint-George soutiennent avec les troupes une fusillade continuelle, est
inquiétante pour le quartier de Perrache; c'est une fâcheuse diversion
sur les derrières du quartier-général. Le soir, on amarre contre le
pont un énorme bateau de foin, auquel on met le feu; après avoir brûlé
pendant une heure, trois arches s'abîment dans la rivière.

Depuis le matin, les batteries placées sur les ponts du Rhône et le
cours Bourbon criblent de boulets les maisons du quai de Retz et du quai
de Bon-Rencontre, d'où partent des coups de fusil. Un obus lancé sur une
de ces maisons, au coin de la rue Gentil, est cause d'un incendie qui a
failli avoir des suites épouvantables. Un instant on a craint que le
feu ne se communiquât aux bâtiments de la Bibliothèque et du Collège;
l'anxiété et l'effroi ont été à leur comble; heureusement cette crainte
ne s'est pas réalisée, et l'incendie a été restreint à son foyer
primitif.

Pendant ce temps, on s'efforce de détruire les pavillons du pont du
Concert que les soldats ont abandonnés et qui pourraient offrir un poste
avancé aux séditieux. La construction solide de ces pavillons rend plus
lente cette oeuvre de destruction qui occupe quatre pièces de huit
jusqu'à la nuit.

Mais les craintes qu'inspirait la Guillotière se sont réalisées. Cette
ville vient de s'insurger. Les maisons placées à la tête du pont font
feu sur les soldats. La grande communication est coupée; il faut la
rétablira tout prix. Pendant qu'on riposte aux insurgés placés aux
fenêtres les plus avancées, des canons et des obusiers placés sur
le cours de Bourbon lancent de nombreux projectiles sur la tête du
faubourg. Une maison prend feu, et les flammes, poussées par le vent, se
communiquent aux maisons voisines avec une effrayante rapidité. Alors la
fusillade s'affaiblit et bientôt elle cesse complètement. Le général,
qui n'a pas de troupes pour occuper le faubourg, est obligé de se
contenter de la promesse faite par les habitants d'empêcher la reprise
des hostilités.

Vers le soir, plusieurs détonations se font entendre au fort Lamothe
qui, pendant ce jour et les suivants, s'occupe de débarrasser les
grandes routes de Marseille et de Grenoble des pillards Dauphinois qui
se rendent à Lyon. Il tire plusieurs coups de canon sur le clocher de la
Guillotière où on sonne le tocsin.

Aux Terreaux, la première opération a été d'occuper le beffroi et les
pavillons de l'Hôtel-de-ville et du palais Saint-Pierre; de là les
tirailleurs de la ligne font cesser par leur feu celui qui part des
toits situés à une certaine distance; plusieurs maisons remplies
d'insurgés sont enlevées par les soldats. On s'occupe ensuite de
déloger l'ennemi des environs de la boucherie des Terreaux et du
quai Saint-Vincent; on parvient aussi à rétablir les communications
interrompues avec la manutention et la poudrière.

Bientôt une expédition plus sérieuse encore est dirigée vers la place
Sathonay, dont une forte barricade défend l'approche; il est important
de reprendre cette place et le Jardin-des-Plantes. Une compagnie de
grenadiers du 27e se porte vers cet emplacement. Le colonel Monnier
du 28° la commande en personne. Déjà blessé au commencement de
l'insurrection, il tombe percé d'un coup mortel au moment où la
barricade est emportée par ses soldats.

Ce brave militaire était parti le 7 pour aller revoir sa famille; il
apprit à Grenoble, le mardi, que son régiment pourrait être engagé le
lendemain. Il revient aussitôt sur ses pas et trouve dans les rues
de Lyon la fin d'une carrière glorieuse et consacrée jusqu'au bout à
combattre les ennemis de la France.

A la Croix-Rousse, la caserne des Bernardines avait été attaquée de
nouveau; le feu de l'artillerie et de la mousqueterie n'avait cessé de
retentir de ce côté. Pendant la nuit, on envoie à la munitionnaire, à
Serin. Des convois de vivres ravitaillent les troupes aux Bernardines,
aux Terreaux, à Bellecour et dans les forts. Il a fallu se battre pour
arriver aux magasins et en revenir; des officiers et des soldats sont
blessés.

Pendant cette journée, si pleine de désordre, de mouvement et de bruit,
des crieurs ont colporté à grand'peine la proclamation suivante dans les
quartiers occupés par les troupes:

«Habitants de Lyon!

Nos efforts pour éviter la collision ont été vains; le siège de la
justice a été attaqué par les factieux, et nous nous sommes vus réduits
à la nécessité de le faire respecter par les armes.

«Partout nos troupes se sont montrées avec un calme et un dévouement
admirables; partout les insurgés ont pris la fuite et n'ont su s'opposer
à leur élan qu'en se cachant dans des maisons, d'où ils ont été
débusqués toutes les fois qu'on a jugé convenable de l'entreprendre.

Resserrée dans un étroit espace, la révolte ne peut se maintenir; coupée
sur tous les points de ses communications, espérant en vain des renforts
des villes voisines dont la tranquillité n'a pu être altérée, elle sera
bientôt réduite à céder.

Ayez confiance dans vos magistrats, dont la sollicitude ne tend qu'à
vous adoucir des malheurs qu'elle n'a pu vous éviter; ayez confiance
dans les talents, dans le zèle des généraux; dans la contenance et le
courage de nos braves soldats, et votre ville sera bientôt délivrée des
maux passagers qu'elle éprouve.

Lyon, 10 avril 1834.
Le conseiller d'État, préfet du Rhône,
GASPARIN.»

Le 10 avril, rien d'important ne fut tenté par les troupes; le général
attendait des renforts pour s'étendre; d'ailleurs il fallait lancer des
reconnaissances dans les quartiers insurgés et préparer ainsi l'attaque
décisive et générale qui devait avoir lieu le lendemain.

Cependant la canonnade ne se ralentit pas, et les maisons du quai de
Retz continuèrent à être battues par les pièces placées sur la rive
gauche. Dans l'intérieur de la ville, les soldats firent taire tous les
feux rapprochés qui les gênaient; les pétards continuèrent à leur servir
pour pénétrer dans les maisons occupées; ils commençaient d'ailleurs
à entendre cette guerre d'un nouveau genre; à l'exemple de leurs
adversaires, ils montaient sur les toits, se cachaient derrière les
cheminées, se postaient sur les points les plus élevés de la ville, sur
le belvédère de la préfecture, et de là, ils nettoyaient les toits à une
grande distance. Dans les rues, ils savaient aussi protéger leur marche
par des barricades; on les voyait mettre en réquisition les charrettes
et les matériaux qu'ils parvenaient à découvrir et qu'ils conduisaient
jusqu'à leur destination, escortés par d'autres soldats, le fusil en
joue.

C'est à deux heures du matin que le premier engagement a eu lieu. Les
insurgés du quartier Saint-Bonaventure ont fait des tentatives pour se
faire jour sur différents points; ils sont repoussés à coups de fusil et
à coups de canon. Cette fusillade, ces décharges d'artillerie, dont le
silence de la nuit augmente encore l'horreur, rappellent aux habitants
des quartiers qui avoisinent les Terreaux la funeste nuit du 22 novembre
1831, où la troupe effectua sa retraite.

Quelques heures plus tard, le pont de la Mulatière est attaqué; et
en même temps le quartier Perrache continue à se soulever, et les
militaires isolés y sont désarmés par des groupes de rebelles. Tout
porte à croire que les insurgés de Lyon attendent l'arrivée de ceux
de Saint-Étienne pour tenter un effort plus général; en effet, les
nouvelles qu'on reçoit de cette dernière ville ne sont pas rassurantes.
L'escorte du bagage du 16e léger vient d'être désarmée sur la route qui
y conduit.

J'ai dit que le fort Saint-Irénée avait été évacué dans la nuit du jeudi
au vendredi; les révoltés de Saint-Just y ont pénétré depuis; ils sont
parvenus à désenclouer une des pièces abandonnées; ils l'ont placée sur
la terrasse de Fourvières, et de là ils essaient de lancer des boulets
et des pierres sur le quartier-général de Bellecour. Mais leurs
projectiles atteignent rarement leur but. On leur riposte avec deux
pièces de 24, qui ont été amenées sur la place et qui criblent de
boulets la terrasse où se tiennent les artilleurs improvisés de
l'ennemi.

Cependant l'impatience des habitants est au comble; enfermés depuis
trois jours dans leurs maisons, ils s'indignent de la timidité apparente
du général, dont ils ne connaissent pas la véritable position; ils
voudraient qu'on se portât en avant, et qu'on en finît avec la
rébellion. Toutes les émeutes, toutes les révolutions ont duré trois
jours; il leur semble qu'il n'est pas permis à l'insurrection nouvelle
de se prolonger au delà.

Ces réclamations, ces plaintes ne changent rien et ne doivent rien
changer aux plans de l'autorité militaire. Cependant on rétablit pendant
deux heures la circulation, pour les femmes seulement; elles assiègent
les boutiques de boulangers et de bouchers pour renouveler leurs
provisions épuisées; les denrées de première nécessité sont encore
abondantes, mais celles d'une utilité secondaire manquent déjà
entièrement.

Quelques citoyens dévoués avaient offert de prendre les armes et de
seconder l'effort des troupes; le général Buchet, auquel on avait
communiqué leur proposition, s'était empressé de l'accueillir. Il avait
promis des fusils et des capotes de soldats. Cette garde civique aurait
été employée à maintenir la tranquillité dans les quartiers déjà
occupés; elle aurait remplacé la ligne dans les postes les moins
périlleux, et lui aurait permis de se porter tout entière en avant.
Par malheur, il se trouva peu de personnes pour prendre part à cet
enrôlement volontaire; c'est sans doute à l'isolement des habitants,
sans communication entre eux, comme aussi sans rapports avec l'autorité,
qu'il faut attribuer cette circonstance.

Vers trois heures, le préfet avait publié une proclamation:

«Habitants de Lyon,

La prolongation de l'état pénible où se trouve la ville de Lyon tient
à un petit nombre de factieux qui pénètrent dans les maisons et
recommencent à tirer dans quelques quartiers. Dans cet état de choses,
permettre la circulation complète, ce serait leur donner la facilité de
changer de position, de communiquer entre eux et de porter le désordre
partout. Pour diminuer cependant cette gêne, qui ne dépend pas de
l'autorité, mais qui est le résultat des désordres auxquels les
habitants n'ont pas su s'opposer avec énergie, on vient d'autoriser,
autant qu'il sera possible, la circulation des femmes.

La ville de la Guillotière a bien apprécié cette position, et les
habitants qui ont tant eu à souffrir des mesures militaires qui ont été
prises pour faire cesser l'agression, ont obligé les factieux à faire
cesser le feu et ont reconquis leur repos.

Sachez les imiter; sachez, dans chaque rue, dans chaque quartier, vous
entendre entre voisins pour qu'on ne viole pas vos domiciles et que
l'on ne vous expose pas aux risques des mesures militaires et à la
destruction qu'elles entraînent, et tout changera de face en un instant,
et vous serez rendus à vos travaux et à vos habitudes.

Croyez la voix de l'autorité qui, après avoir si longtemps hésité à
répondre aux provocations, vous indique les vrais moyens de faire cesser
le désordre.

Lyon, le 11 avril 1834.
Le conseiller d'État, préfet du Rhône,
GASPARIN.»

Quoique relativement calme, cette journée du vendredi n'a pas cessé
d'être troublée par le bruit de la mousqueterie et du canon; mais déjà
l'on commence à se familiariser avec ces détonations continuelles;
bravant la défense et le péril, des groupes de curieux se réunissent sur
le quai Saint-Clair pour contempler la canonnade dirigée contre la
place du Concert. Le soir, les soldats allument des feux de charbon et
bivouaquent au coin des rues; quelques-uns construisent des baraques en
planches, d'autres couchent en plein air; et toujours leur gaieté, leur
patience sont admirables, malgré les dangers et les souffrances de tous
genres dont ils ont été assaillis pendant ces déplorables journées et
les longues nuits que le froid et la neige venaient encore attrister.

La journée du 12 avril devait être décisive pour le triomphe de l'ordre;
la fusillade qui avait duré toute la nuit à de rares intervalles,
reprend, vers le matin, une intensité nouvelle. Les troupes d'un côté,
les insurgés de l'autre, conservent à peu près les mêmes positions que
la veille; seulement, le nombre de ces derniers et la vivacité de leurs
feux vont toujours en diminuant.

Mais un funeste incident semble détruire les espérances qu'on avait
conçues. Pendant qu'un premier demi-bataillon de renfort, venu de la
Drôme, arrive au fort Lamothe, la Guillotière, qui n'a pas cessé d'être
suspecte, recommence à tirer. La grande communication est de nouveau
compromise. D'ailleurs on n'est pas encore rassuré sur Grenoble, et
principalement sur Saint-Étienne, où le succès des ouvriers peut fournir
des armes à tous les mécontents qui en manquent, et décupler les forces
de la sédition.

Dans cette position, une alternative déplorable était offerte à
l'autorité militaire. Il fallait ou évacuer le quartier Saint-Jean,
celui de Perrache et de Bellecour pour occuper le faubourg révolté,
ou le détruire complètement. Entre ces deux extrémités, l'hésitation
n'était pas permise; tout mouvement de retraite, même apparent, devait
être rejeté, sous peine d'accroître à l'infini l'audace et le nombre des
rebelles. Ces raisons sont appréciées à leur juste valeur par le général
et par le préfet, qui adresse la sommation suivante aux habitants de la
Guillotière:

«Lyon, le 12 avril 1834.--6 heures du matin.

A MM. les maires, adjoints, conseillers municipaux, habitants notables
de la ville de la Guillotière.

Messieurs,

L'existence prolongée dans votre ville d'un noyau de rebelles, que vous
y tolérez par faiblesse, ne permet plus au général d'hésiter sur les
moyens à employer pour la prompte réduction de votre faubourg, et il me
charge de vous déclarer que si, dans quatre heures, c'est-à-dire à dix
heures précises, vous n'avez pas, par l'énergie de vos habitants, mis
entre ses mains les principaux rebelles, le feu commencera immédiatement
du fort du Colombier et de la ville, et ne s'arrêtera qu'après qu'il
aura obtenu ce qu'il demande.

J'ai cru devoir vous avertir du danger qui vous menace; le général
n'attend plus qu'une seule réponse: c'est l'exécution des conditions
qu'il met à la suspension du feu. Il ne s'agit donc plus de négocier,
mais d'agir promptement et vigoureusement, si vous voulez éviter la
ruine de votre cité.

Recevez; etc.

Le Conseiller d'État,
préfet du Rhône,
GASPARIN.»

A cette sommation, M. de Gasparin avait joint une lettre pour le
commissaire de police de la Guillotière, par laquelle il l'engageait à
faire tous ses efforts pour inspirer aux habitants une sage résolution.
Mais ces dépêches, qu'un agent dévoué eut le courage de porter dans le
faubourg insurgé, ne purent être remises. La mairie était occupée par
les insurgés et le commissaire de police n'était pas chez lui.

Cependant on répugnait à employer les moyens extrêmes avant d'avoir
tenté tous les autres; peut-être la Guillotière serait-elle emportée
sans sacrifier beaucoup de soldats. Le général Aymard se décide à
lancer, dans ce faubourg, une reconnaissance hardie. Sous ses yeux, le
1er bataillon du 21e de ligne se précipite dans la grande rue avec une
résolution et une impétuosité remarquables; il ne rencontre qu'une
faible résistance, parvient rapidement à la place de l'église où il tue
un certain nombre d'insurgés. En même temps, le demi-bataillon venant
de la Drôme, fait son entrée dans la Guillotière, qu'il est chargé
d'occuper. Cette grave affaire est terminée, et son succès a été plus
prompt, plus complet, et surtout moins chèrement acheté qu'on ne l'avait
espéré d'abord.

Aussitôt l'ordre est donné au général Buchet d'enlever le
quartier-général de l'ennemi, situé à Saint-Nizier et à
Saint-Bonaventure. Il faut connaître ce quartier de Lyon pour apprécier
toute la difficulté de l'entreprise, et l'habileté avec laquelle avaient
été choisies les positions des rebelles. Entre Saint-Bonaventure et
Saint-Nizier, ce ne sont que rues étroites, tortueuses, où quelques
hommes peuvent arrêter une armée, et en avant sur le quai du Rhône,
se trouve la place du Concert, espèce d'entonnoir où des assaillants
hésiteront toujours à s'engager. Mais l'attaque avait été préparée de
longue main; la place du Concert avait été foudroyée par l'artillerie.
Le général Buchet avait dressé lui-même les soldats à la guerre de
lucarnes et d'embuscade qu'ils devaient faire. Présent partout, il
postait l'un, donnait l'exemple à l'autre, encourageait tout le monde.
Enfin, une barricade avait été établie par la troupe auprès de la place
de la Fromagerie, qui, les jours précédents, avait été le théâtre de
plusieurs combats.

Les insurgés sont embusqués dans l'Église Saint-Nizier, et retranchés
dans une maison qui fait face à la rue Sirène. Ils ont leur retraite
assurée, sur le derrière, par les petites rues qui aboutissent au
quartier des Cordeliers, centre de l'insurrection; de là, ils font un
feu assez vif sur l'entrée de la rue Sirène, pour empêcher les troupes
de déboucher. Les soldats n'ont garde de prodiguer inutilement leur
sang, en s'exposant à découvert aux coups de l'ennemi, toujours
invisible, qui tire sur eux. Ils se glissent de maison en maison, se
postent sur les toits, s'embusquent aux croisées, et de là dirigent un
feu très-vif sur les bâtiments occupés par les insurgés. C'est ainsi que
les troupes parviennent à s'établir dans l'église Saint-Nizier. Elles
enlèvent le drapeau noir et le remplacent par un drapeau tricolore, qui
se déploie sur la nef; à cette vue, les soldats font retentir le cri
de _Vive le Roi_! et entonnent la _Parisienne_, ce chant consacré aux
souvenirs de guerre civile et au triomphe de l'ordre légal.

L'attaque de la place des Cordeliers et de l'église Saint-Bonaventure
est couronnée du même succès; on y pénètre à la fois de plusieurs côtés,
et le nouveau cloître Saint-Méry est emporté au pas de course. Rien
ne peut donner une idée de l'aspect bizarre et affreux que présentait
l'église lorsque les portes en furent enfoncées. Cette foule éperdue,
qui, cherchant une issue et n'en trouvant aucune, tourbillonnait sous
le feu des soldats; ce sang, ces armes, ces fabriques de balles et
de poudre, tout cet appareil guerrier sous les voûtes religieuses de
l'église, et, au milieu, cet autel paré comme à l'ordinaire et respecté
par les deux partis. Quel spectacle!

De son côté, le colonel Dietmann pousse vivement ses avantages dans
le quartier qu'il occupe. Une barricade, placée dans la rue de la
Grande-Côte, arrête quelque temps les soldats qui finissent par s'en
rendre maîtres.

Ils se portent ensuite vers la boucherie des Terreaux et s'occupent de
déloger les insurgés établis aux fenêtres du quai de Bondy, en face de
l'église Saint-Louis, et qui, depuis deux jours, inquiétaient vivement
le poste du pont de la Feuillée. Une compagnie se loge dans la maison en
construction, en face de la passerelle Saint-Vincent; une autre se poste
à l'angle de la place de la Boucherie; les tirailleurs protègent le feu
de deux pièces d'artillerie. Les canons de la terrasse des Chartreux
sont dirigés sur le même point; un feu soutenu de deux heures fait taire
celui des insurgés; l'hôtel du _Chapeau rouge_, qui leur servait de
redoute, est criblé de boulets et presque détruit.

Pendant que ces différentes affaires avaient lieu au centre de la ville,
le faubourg de Vaise demandait au général de le délivrer des bandes dont
il était infesté.

Dès la veille, les insurgés étaient venus tirailler contre l'École
vétérinaire, occupée par un détachement d'infanterie et un piquet de
dragons; d'autres, réunis dans les premières maisons du faubourg,
cherchaient, par un feu continuel, à intercepter les communications
avec la manutention et la poudrière. Dans ce quartier se trouvaient la
plupart des disciplinaires d'Alger qui, ayant désarmé leur escorte,
s'étaient joints aux rebelles, et dirigeaient leurs mouvements.

Le général Fleury se décide à enlever le faubourg de vive force; à cet
effet, une première colonne, commandée par le capitaine Vien et composée
de deux compagnies du 15e léger et d'une compagnie de sapeurs du génie,
se forme devant la manutention, passe le pont de Serin, et se dirige par
Pierre-Scize, sur les hauteurs qui couronnent l'École vétérinaire. Elle
disperse dans ce mouvement une bande qui traînait une des pièces du fort
Saint-Irénée, et la leur reprend. Arrivée au point le plus élevé de
sa course, la tête de la colonne fait un signal convenu d'avance, et
quelques minutes après, la seconde colonne, composée de deux compagnies
du 15e léger, de quatre compagnies du 28e et d'un détachement de sapeurs
du génie, part du même point, au pas de charge battu par tous les
tambours, traverse le pont, pénètre dans Vaise, et enlève les cinq
barricades élevées dans la grande rue. Pendant ce temps, deux pièces de
six, placées sur les ruines du fort Saint-Jean, tiraient sur les maisons
du faubourg, d'où l'on voyait partir des coups de fusil. Bientôt, ceux
des révoltés qui se retiraient devant les soldats, en tiraillant des
maisons ou des coins de rue, sont rencontrés par la première colonne,
qui leur tue encore quelques hommes. Vingt minutes après le signal,
les deux colonnes se réunissaient sur la place de la Pyramide. Cette
opération, conduite avec une vigueur et une précision extraordinaires, a
coûté la vie à un certain nombre de soldats et d'officiers. Presque
tous les disciplinaires d'Alger ont péri; la perte des insurgés a été
considérable.

Les résultats de cette quatrième journée sont immenses. En délivrant
Vaise et la Guillotière, les généraux ont rouvert aux malles-postes la
route de Paris et celle du Midi; toutes les populations inquiètes qui
attendaient avec anxiété la malle de Lyon, comme le signe le plus
certain du triomphe des lois, vont enfin être rassurées. Rien ne
s'oppose plus à l'arrivée des renforts. La rébellion, on peut le dire,
n'existe plus. Pendant que les nouvelles les plus favorables arrivent
de Grenoble et de Saint-Étienne, l'insurrection est chassée de ses
principales positions. Elle ne possède plus, dans les faubourgs, que la
Croix-Rousse, et dans Lyon que la droite de la Saône, et une partie des
côtes, entre les Terreaux et la Croix-Rousse.

Le 13, on essaya de rendre la circulation dans les quartiers occupés par
les troupes. Le préfet l'annonça dans la proclamation suivante:

«Habitants de Lyon!

La sainte cause des lois, de l'ordre et de la vraie liberté vient de
triompher dans les rues de Lyon. Quelques restes de rébellion existent
encore dans quelques quartiers et seront soumis aujourd'hui. Cet heureux
résultat a été acheté par un sang précieux; vous avez éprouvé de la gêne
et des souffrances; mais, qui de vous s'en souvient encore en présence
du grand résultat obtenu par la valeur, la constance et la discipline
des troupes?

Pour mettre, aussitôt que possible, un terme à l'état de contrainte
que l'action militaire nécessitait, il est arrêté aujourd'hui que
la circulation des piétons sera rétablie en ville, mais que l'on ne
souffrira pas de stationnement sur la voie publique, ni de réunion de
plus de cinq personnes, et que le passage des ponts continuera à être
interdit. Ces restrictions seront enlevées aussitôt qu'il sera possible
sans compromettre les opérations militaires.

Le Conseiller d'État,
préfet du Rhône,
GASPARIN.

Lyon, 13 avril 1834.»

A peine connut-on la mesure nouvelle qu'une foule immense se précipita
dans les rues; on s'aperçut bientôt qu'il y aurait danger à la laisser
circuler autour des soldats; l'attitude menaçante des hommes du peuple
pouvait faire craindre un conflit; d'ailleurs les hostilités n'étaient
pas terminées; l'insurrection, quoique vaincue, et vaincue sans espoir,
conservait encore ses positions; il importait de l'en déloger.

La première opération de la journée fut de reprendre Saint-Just. Un
demi-bataillon, un détachement de sapeurs et cinquante dragons furent
confiés au chef de bataillon du génie Million qui, par une marche rapide
et audacieuse, se porta sur Fourvières, par la Mulatière et Sainte-Foy.
Les insurgés furent expulsés après une faible engagement; Fourvières
fut repris; le drapeau rouge fut remplacé sur la tour par le drapeau
national. Au signal, le colonel du 7e léger, qui commandait à la place
Saint-Jean, dirigea, par le Chemin-Neuf, deux compagnies qui enlevèrent
une barricade, et allèrent se réunir au détachement qui, depuis le 9,
occupait les Minimes.

De son côté, le général Fleury s'occupa de délivrer le quartier des
Côtes et les environs de Saint-Polycarpe. Au moyen de la sape, et en
perçant plusieurs maisons, il arriva sans bruit au milieu même
des ennemis; quand ses soldats y furent parvenus, douze tambours
commencèrent à battre la charge, et les insurgés surpris, effrayés, ne
sachant à quelle cause attribuer cette invasion inattendue, prirent
la fuite de toutes parts. Cependant il fallut encore livrer plusieurs
combats extrêmement vifs pour compléter l'occupation de l'espace compris
entre la Croix-Rousse et l'Hôtel-de-ville.

Dès lors, les trois lignes d'opérations dont j'ai expliqué la position
respective au commencement de la lutte avaient opéré leur jonction sur
tous les points. Celle de Bellecour avait pu joindre celle des Terreaux;
après la prise de Saint-Nizier et de Saint-Bonaventure, cette dernière
avait pu joindre celle de la Croix-Rousse; après la libération de
Saint-Polycarpe, il n'y avait plus que des résistances excentriques, à
la Croix-Rousse et dans les quartiers Saint-George et Saint-Paul, au
nord et à l'ouest de tous les corps.

Saint-George était fortement barricadé; dans la nuit du 13 au 14, une
colonne s'y dirige par la Mulatière et le chemin des Étroits; une autre
par la montée du Gourguillon. Toutes les hauteurs sont couronnées; c'est
le général Buchet qui dirige les attaques.

Le 14, au point du jour, les insurgés se dispersent; ils abandonnent une
partie de leurs armes dans les rues où la troupe entre tambour battant.
Elle détruit une barricade, et pénètre de la même manière dans le
quartier Saint-Paul. Nulle part elle ne rencontre une résistance
opiniâtre. Il ne reste plus que la Croix-Rousse à soumettre.

Des renforts en infanterie, artillerie et cavalerie, ont été envoyés au
général Fleury qui cerne le faubourg insurgé, et veut l'affamer pour
éviter l'effusion du sang. Cependant le général Aymard s'y transporte,
et jugeant qu'il faut en finir, il ordonne une attaque de vive force;
une affaire très-chaude a lieu près du clos Dumon, dont les troupes
se rendent maîtresses. Mais il est tard, et l'on remet au lendemain
l'entière occupation de la Croix-Rousse.

Pendant la nuit, le maire, M. Peyroche, réuni à MM. Laurent Dugas et
Saudier, anciens maires, sentant que les plus grands efforts vont être
faits le lendemain pour enlever la ville, s'attachent à persuader aux
chefs des insurgés de renoncer à une résistance téméraire. C'est après
une longue conférence et beaucoup d'efforts, après des tentatives pour
obtenir une capitulation que le général Fleury ne veut ni ne peut
admettre, que les insurgés se dispersent enfin dans toutes les
directions. Les habitants détruisent eux-mêmes les barricades, et les
troupes peuvent le lendemain matin pénétrer dans la ville sans coup
férir.

Ainsi le 14 avril fut le dernier jour de l'insurrection républicaine de
Lyon. Un almanach imprimé à Saint-Étienne, au commencement de l'année,
porte à cette même date du 14 avril les lettres suivantes: _Viv. la
Rép_. C'est une coïncidence bizarre et que je donne pour ce qu'elle
vaut.

On a souvent demandé quel était le nombre des insurgés, et quelques
journaux, dans une intention qu'il est facile de comprendre, ont
prétendu que cinq ou six cents hommes avaient tenu en échec une armée,
pendant cette longue semaine. J'ai déjà dit ce qu'était _l'armée_ dont
on fait tant de bruit; jamais, malgré les renforts arrivés les derniers
jours, les généraux n'ont pu disposer de huit mille hommes. Quant aux
révoltés, leur nombre a constamment décru depuis le commencement de
l'affaire; mais il est certain qu'ils ont toujours compté trois mille
combattants armés de fusils. Le jour où la Croix-Rousse s'est soumise,
des rapports dignes de foi attestent que les insurgés y étaient au
nombre de douze cents; sept cents seulement avaient des fusils en état
de servir. Avec de telles forces, et dans une ville comme Lyon, on eût
pu tenir plus longtemps encore qu'on ne l'a fait.

On estime que les insurgés ont dû perdre environ cinq cents hommes tués
ou blessés; ces derniers n'ont guère été transportés dans les hôpitaux;
on en conçoit le motif: l'Hôtel-Dieu n'en a pas reçu cent cinquante.

Quant à la troupe, ses pertes ont été évaluées ainsi qu'il suit:

             Tués. Blessés. Total.

Officiers....  5     19       24
Soldats...... 49    249      298

Voilà bien du sang versé sans doute. On pouvait craindre cependant qu'il
n'y en eût eu beaucoup plus encore, car les soldats ont tiré 269,000
coups de fusil, et 1,729 coups de canon.

Quelques-uns de ces coups ont atteint, je le sais, des personnes qui
n'étaient coupables que d'imprudence et d'autres qui n'avaient même pas
ce tort à se reprocher; mais ces accidents ont été fort rares; ils
sont la conséquence inévitable de l'état de guerre, et ne peuvent être
attribués qu'à ceux qui ont appelé ce fléau sur notre pays. Permis aux
hommes qui ont successivement calomnié tous les corps et toutes les
classes dont ils se sont vus abandonnés, de s'attaquer aussi à l'armée
qui les combat; à leurs yeux, le gouvernement trahit, les Chambres sont
vendues, le corps électoral est stupide, la magistrature servile, la
garde nationale ridicule; la France entière encourt leur dédain. Comment
l'armée y échapperait-elle? On la cajolait encore il y a quelques mois;
à présent on écrit que les soldats de Lyon se sont battus comme des
tigres. On raconte des scènes de pillage, de massacre, de viol, que
sais-je?

Qu'on produise ces accusations; qu'on précise les faits; qu'on désigne
les magasins pillés; qu'on nomme les personnes égorgées de sang-froid,
et certes les conseils de guerre feront justice de tous ces crimes. Mais
on se retranche dans les généralités; on n'a pas oublié son Basile:
_Calomnions, calomnions; il en reste toujours quelque chose_.

Non, la gloire de nos défenseurs est pure; aucun excès n'est venu la
souiller; leur patience a été admirable comme leur courage. On a parlé
de ces dragons qui, ayant blessé par accident un jeune homme à Perrache,
se sont empressés d'abandonner une journée de solde, pour réparer,
autant qu'il était en eux, le mal involontaire qu'ils avaient commis; il
y aurait mille traits semblables à citer; et certes, s'il est un genre
de guerre qui soit fait pour exaspérer les soldats, c'est cette guerre
d'embuscade où l'on ne voit jamais l'ennemi.

Il est impossible de ne pas rendre aussi un éclatant témoignage à la
conduite des généraux. Le plan d'opérations était excellent, et il a été
exécuté avec un discernement, une sagesse et une constance admirables.
Le général Aymard et les chefs qui commandaient sous ses ordres ont
montré à la fois et le courage militaire et le courage civil qui sait
prendre la responsabilité des événements, et cette patience qui, seule
ici, pouvait assurer le succès.

Après avoir fait le procès de la troupe, on a fait l'apologie des
insurgés; c'est tout simple; on a demandé si quelqu'un les accusait du
moindre vol, du moindre désordre. Je répondrai d'abord qu'on les en a
très-formellement accusés; on a prétendu que les troncs de l'église
Saint-Bonaventure avaient été enfoncés et pillés, que plusieurs magasins
d'habillement avaient été mis à contribution pour recomposer leur
garde-robe, qu'un magasin de draps de la place de la Fromagerie
avait éprouvé, par leur fait, une perte considérable, qu'un de leurs
artilleurs de Fourvières avait dépouillé la statue de la Vierge de trois
colliers en pierres précieuses et enlevé dans la sacristie une somme
de 3,600 fr. Ces faits sont-ils tous exacts? Je l'ignore. J'ai voulu
prouver seulement que la probité et le désintéressement des insurgés
d'avril avaient été mis en doute par bien des personnes.

Au reste, je suis le premier à reconnaître qu'en général ils n'ont pas
pillé; il y a plus, des citoyens paisibles, dont les opinions leur
étaient bien connues, ont pu rester au milieu des quartiers soulevés
sans éprouver le moindre dommage ni dans leurs personnes, ni dans leurs
propriétés. Le maire de la Croix-Rousse a pu descendre dans la rue,
haranguer ses administrés en armes et leur inspirer une résolution
salutaire. Pourquoi cela? Parce que l'insurrection ne se sentait pas
assez puissante pour se livrer à tous ses caprices. Elle occupait
certains quartiers sans y être maîtresse pour cela; plutôt tolérée
qu'obéie, elle sentait que ses excès pourraient tourner contre elle,
qu'ils pourraient rendre de l'énergie à ceux qui restaient impassibles
par timidité; elle éprouvait le besoin de n'avoir pas trop mauvaise
réputation. Aussi ses chefs avaient-ils soin de maintenir partout une
discipline assez sévère.

J'ai dit ses chefs; et cependant selon l'usage, les véritables chefs
n'ont pas paru; l'action n'a été dirigée que par des hommes en
sous-ordre. Parmi ceux qui sont en fuite ou arrêtés, on ne cite pas un
seul personnage politique de quelque importance.

J'ai déjà donné une idée du genre de guerre adopté par les insurgés; il
paraît que leurs positions n'étaient abandonnées ni le jour ni la nuit;
on subvenait à la nourriture des combattants en mettant en réquisition
tout le voisinage. Des fenêtres, on leur jetait assez d'argent, et
plusieurs propriétaires ont même obtenu, en payant une certaine somme,
qu'on ne monterait pas dans leurs maisons pour tirer. Les secours
distribués étaient fort inégalement répartis; il y a telle barricade où
l'on s'est plaint de n'avoir que 32 fr. pour dix-huit hommes, tandis
qu'à telle autre, on a fait des prisonniers dont les poches étaient
pleines d'argent.

Ces barricades ont été fort admirées, et le général Buchet est même allé
en visiter une avec plusieurs officiers, auxquels il a recommandé de
la prendre pour modèle; le fait est que celles des quartiers longtemps
occupés par l'ennemi, celles qu'il a pu construire et perfectionner à
son aise, étaient de véritables chefs-d'oeuvre; rien n'y manquait, pas
même les fossés; que dis-je? à la Croix-Rousse, on a eu la patience de
ramasser toute la neige qui tombait et de se procurer ainsi des
fossés pleins d'eau sur une montagne desséchée! C'était le luxe de
l'insurrection.

A ce propos, je citerai ici le bulletin d'une barricade tel qu'il a
été publié par le _Précurseur_; on voit que la révolte a eu aussi ses
rapports officiels. Quelle que soit la défiance que peut mériter un tel
document, il m'a paru propre à compléter le tableau de l'insurrection
lyonnaise.

«Mercredi, 9 avril, je fus forcé par les circonstances de me retirer à
la côte des Carmélites; la consternation était sur tous les visages;
néanmoins les ouvriers travaillaient avec activité à former des
barricades; peu d'hommes armés protégeaient leurs travaux. A trois
heures de l'après-midi, la grande côte, la côte des Carmélites, le bas
de la rue de Flessolles, le clos Casoti et la rue Vieille-Monnaie furent
en état de défense.

La caserne du Bon-Pasteur fut prise; Meunier, aide-major au 27e, fut
arrêté par un poste au moment où il se rendait à ses fonctions. Il
fut conduit chez lui, sur parole, et sommé de panser les blessés. Les
ouvriers n'ont qu'à se louer de la conduite de cet officier; les matelas
et les sommiers de la caserne furent portés aux barricades.

Le jeudi 10, à cinq heures du matin, la rue des Petits-Pères fut garnie
d'une forte barricade; vers midi, la troupe fit mine de vouloir nous
débusquer; mais nous nous portâmes en avant et nous nous emparâmes de la
place Sathonay. Les hommes sans armes entrèrent dans différentes maisons
et s'en munirent; peu après, il partit un feu roulant des croisées; nous
n'eûmes que deux blessés. C'est alors que nos camarades montèrent aux
barricades et s'y maintinrent d'une manière toute militaire. La caserne
fut aussitôt crénelée, ce qui garantissait le Jardin-des-Plantes
d'une invasion. Dès lors, on fit la cuisine dans les postes; dans
l'après-midi, le courrier de la malle fut arrêté et conduit au grand
poste; quatre autres personnes furent également arrêtées; tous les
égards leur furent prodigués; elles peuvent en rendre témoignage.

Tout se passa ainsi, jusqu'au dimanche 12, en escarmouches de coups de
fusil; c'est alors qu'on adressa aux habitants du quartier la demande
suivante:

«Citoyens,

Vous êtes invités, par les amis de l'ordre et de la liberté, à coopérer
à la subsistance des citoyens armés pour la cause publique. Divers
individus sans qualité se sont permis de recueillir des dons en en
faisant leur propre profit, et nous voulons prévenir de si lâches
infamies. Les chefs de poste sont spécialement chargés de recevoir et de
partager entre les postes de la division.»

Le lundi 13, après cinq jours de résistance, sans communications et
presque sans armes, on assembla un conseil composé de vingt-cinq
citoyens, où l'on délibéra sur les moyens de retraite. L'état des armes
et des hommes y fut soumis.

En voici le résultat:

Soixante-dix mauvais fusils pour deux cents hommes, tels étaient les
moyens de défense.

Celui qui présidait ce conseil fit l'allocution suivante:

«Citoyens, Dans la position où nous nous trouvons, en face d'une armée,
la résistance est inutile; votre courage, loin de s'affaiblir, semble
s'augmenter; vous ne voudriez pas être la cause de la destruction des
familles qui vous entourent; ce serait du sang français qui coulerait
de plus et inutilement. L'humanité nous commande de chercher les moyens
d'une retraite honorable. On peut faire retraite, mais on n'est pas pour
cela vaincu; nous pouvons encore être utiles au pays; nos efforts, j'en
suis convaincu, feront ouvrir les yeux à ceux qui n'ont pas suivi notre
exemple; mais il faut tout attendre du temps. Si cependant vous vouliez
combattre encore, je serais le premier à vous en donner l'exemple, et si
ma vie pouvait payer ce que nous demandons, je suis prêt à la livrer à
la bouche du canon.»

«On délibéra pour que la retraite se fît dans la nuit du 13 au 14. On
délibéra également pour renvoyer les prisonniers, et chacun d'eux put
retourner chez lui. Après la délibération, on travailla aux barricades
comme si l'on ne songeait qu'à la défense; on se dit adieu en
s'embrassant; des larmes coulèrent sur le sort de nos frères morts pour
la liberté, ce qui est pour l'histoire des peuples encore une leçon.

_P. S_. Dans cinq jours, nous avons eu un homme tué chez lui et cinq
blessés.»

Voilà l'histoire d'une barricade racontée par un homme qui n'a rien
épargné sans doute pour la rendre intéressante et pathétique. Par
malheur, je n'aurai pas de peine à lui en opposer de plus intéressantes
et de plus pathétiques encore. C'est dans les établissements consacrés à
l'instruction de la jeunesse que j'irai chercher mes exemples, car il
me semble que, dans ces asiles d'étude et de paix, l'apparition de la
guerre civile est plus révoltante et plus terrible que partout ailleurs.

Le jeudi 10 avril, le feu devenait vif autour de l'École vétérinaire;
des hauteurs qui la dominent et se prolongent à l'ouest de Vaise, on
faisait feu sur les soldats qui étaient dans la caserne de Serin, sur
la rive gauche de la Saône et sur ceux qui, sur la rive droite, étaient
postés à la tête du pont de Serin, tout près de l'École. Les tirailleurs
insurgés occupaient les clos Fessot et Bourget; des coups de fusil ne
tardèrent pas à partir du bois qui couronne le jardin. On ne pouvait en
douter: les révoltés avaient pénétré dans le parc.

Le directeur, M. Bredin, fait dire au commandant du poste voisin que ses
blessés seront soignés à l'École. Ces blessés, quand on les transportait
sur la rive opposée, étaient poursuivis de coups de fusil sur le pont
Serin.

Bientôt après, des tirailleurs insurgés descendent dans le bois de
l'École; deux d'entre eux, armés de carabines, grimpent dans les
dortoirs des élèves. C'est alors que l'École semble menacée d'un grand
danger. M. Bredin court à la fenêtre par laquelle ils s'introduisent,
trouve les révoltés seuls (deux jeunes gens d'assez bonne tournure);
mais les élèves accourent, et c'est en leur présence que les insurgés,
après quelques contestations et quelques menaces, se décident à
rejoindre leurs camarades en avertissant que cinquante des leurs, qui
descendent du parc, vont enfoncer les portes. Pas un élève ne se permet
de dire un mot. Un quart d'heure après, plusieurs de ces tirailleurs se
présentent en effet, gens déguenillés, l'oeil hagard, le regard troublé
par l'ivresse. L'un d'eux dit rudement au directeur: «faites-nous
ouvrir cette porte;» un _non_ sec est toute la réponse. «Eh bien,
nous l'enfoncerons» reprend-il, et sans hésiter, il disparaît sous le
passage. Un des ses compagnons crie, avant d'y entrer: «Ne nous forcez
pas à attenter à votre vie et à celle de vos écoliers.» La porte ayant
résisté, les révoltés font sauter la serrure en tirant un coup de fusil
à bout portant. Les voilà donc dans la cour, d'où ils font feu sur les
soldats.

Alors les militaires, qui jusque là avaient ménagé un établissement
inoffensif, durent croire qu'il avait pris le parti de la révolte, et
dirigèrent contre lui les balles, les boulets et les obus; un seul élève
a été légèrement blessé dans l'escalier.

Les révoltés ne restèrent qu'environ une heure dans la cour; au bout de
ce temps ils la quittent et reprennent leur premier poste dans le bois,
d'où ils ont continué à tirailler jusqu'au soir. Alors M. Bredin écrit
au général Aymard pour qu'il place des soldats dans l'École.

Le 11, au matin, un capitaine du 28e de ligne, M. Latour, arrive à la
tête de trente grenadiers. A peine les soldats sont-ils placés aux
fenêtres, derrière des matelas qu'on leur donne, que les élèves
manifestent une grande inquiétude et renouvellent, d'une manière bien
plus pressante encore que la veille, la demande de quitter l'École. M.
le capitaine Latour, qui observait avec calme et fermeté l'état de cette
jeunesse, ne trouvait pas ses soldats en sûreté, éparpillés au milieu
de cent quarante jeunes têtes méridionales; à sa prière, le directeur
écrivit la lettre suivante au général Aymard:

«Monsieur le général, je vous prie de donner des ordres soit pour que le
poste de trente hommes qui s'est placé ce matin dans l'École soit posté
d'une manière plus avantageuse, soit pour qu'il soit triplé, car notre
maison est dominée par le bois qu'occupent les ouvriers et d'où il
serait facile de les débusquer par Pierre-Scize. Monsieur le capitaine
voit, comme moi, l'extrême inquiétude de nos cent quarante élèves qui,
hier, ont empêché les ouvriers de monter dans leurs chambres, en leur
promettant d'empêcher les soldats d'y entrer. Je vous prie aussi de
permettre que l'on nous donne du pain de munition, que l'École paiera.»

La fusillade continue toute la journée et deux révoltés sont tués dans
le parc.

Dans l'après-midi, un grand tumulte éclate tout à coup dans toute la
maison; des cris perçants de colère et d'indignation partent à la fois
de tous les points. M. Bredin court à la salle où il avait établi les
grenadiers et les dragons; les élèves en masse voulaient y pénétrer. M.
le capitaine Latour, à la tête d'une douzaine de soldats sous les armes,
leur en interdit énergiquement l'entrée. «Monsieur le directeur, dit-il,
si vous ne faites sur-le-champ retirer vos élèves, je fais faire faire
feu sur eux; c'est indigne! Deux de leurs camarades viennent d'être
arrêtés tirant sur nous, et les jeunes gens fraternisent avec eux, leur
touchent la main et veulent les arracher à nos soldats.» Le directeur
fait rentrer les élèves et leur demandent l'explication de cette
altercation; des deux côtés il y a malentendu, les prisonniers ne sont
point élèves de l'École. Il n'a point été question de les passer par les
armes, comme les élèves avaient cru d'abord.

Dans l'après-midi les insurgés de Vaise jettent, du haut d'un vieux
bastion de la maison Fessot, deux tonneaux remplis de matières
combustibles enflammées qui mettent le feu à des broussailles dans le
clos de M. Bourget, d'où ils espéraient, comme on l'a su depuis, que
le vent du nord propagerait l'incendie jusqu'à l'École. Le feu s'est
bientôt éteint, faute d'aliment.

Le commandant de service avait fait donner du pain de munition; on avait
tué une vache; on fît préparer un repas pour les militaires; on leur
donna du vin et ils soupèrent dans le réfectoire des élèves.

Enfin, le samedi 12, les insurgés qui occupaient le plateau du parc en
furent débusqués par les dragons qui gravirent par les sentiers du
bois et par d'autres soldats qui montèrent par Pierre-Scize. Dans leur
retraite précipitée ils abandonnèrent une pièce de canon qui ne leur
avait pas encore servi.

L'histoire du Collège-Royal, plus dramatique encore que celle de l'École
vétérinaire, mérite d'être racontée avec quelques détails.

Le 10 avril, le feu a repris, des bruits divers circulent; ils affligent
sans abattre; on y ajoute peu de foi. Les insurgés occupent la place du
Collège et les rues aboutissantes, jusqu'à leur quartier-général, place
des Cordeliers, très-près du Collège-Royal.

Le Collège est dans la direction et semble être un des buts de la
fusillade et de la canonnade de la troupe, campée sur la rive gauche du
Rhône, parce qu'elle est harcelée par le feu des insurgés qui occupent
ce quartier de la ville.

Des balles, des biscaïens sont tombés dans les dortoirs, dans les
quartiers, dans les cours des élèves et dans les logements des
fonctionnaires du Collège et de l'Académie.

Des dispositions sont prises pour mettre les élèves à l'abri du danger.
On écrit au général et au maire pour les prier de faire épargner cet
établissement. Un des maîtres, malgré le danger, se charge de porter
cette lettre.

Le feu prend à des maisons très-voisines du Collège, dans la rue
Gentil: l'incendie menace de se propager, il gagne le Collège; les
communications ne peuvent se faire qu'à travers les balles qui sifflent
de toutes parts; mais, grâce au dévouement de deux professeurs, on
parvient à requérir une pompe; la ville envoie la seule qui lui reste et
que le secrétaire de la mairie conduit, non sans péril, avec trois ou
quatre pompiers; les élèves, grands et petits, en font le service avec
un zèle admirable, et c'est avec peine qu'on peut modérer leur ardeur.
Les toits sont couverts de pompiers et d'élèves mêmes; les domestiques
se dévouent; le feu devient menaçant; le bâtiment, la bibliothèque
publique vont être la proie des flammes! Et pour comble de malheur, les
balles, les biscaïens et les boulets sont lancés sur tout ce qui paraît
sur les toits pour arrêter l'incendie. L'artillerie, toujours inquiétée
par le feu des tirailleurs de ces quartiers et celui qui part des
maisons incendiées, occupées, dit-on, à d'autres étages par des insurgés
qui tirent sur elle, semble décidée à foudroyer tout ce qu'elle
aperçoit; elle croit voir des ennemis dans les personnes mêmes qui
travaillent à éteindre le feu. On écrit de nouveau à l'autorité pour
arrêter les effets de cette méprise, et faire cesser la canonnade et
la fusillade qui n'arrêtent pas le travail des fonctionnaires et des
élèves.

Le feu des troupes semble se ralentir pendant quelque temps. L'incendie
dure encore, la chaîne est toujours formée des trois cents élèves; la
pompe est encore mise en jeu par eux; ils rivalisent tous de zèle et de
courage. Le feu va gagner le bâtiment des professeurs, et les élèves,
mus par un sentiment de dévouement honorable, s'empressent de déménager,
non sans danger, les appartements; tout se fait avec célérité, mais
sans désordre. L'incendie s'affaiblit; il est arrêté par l'ardeur et
l'intrépidité des élèves, des fonctionnaires et des employés, et c'est
à eux qu'on doit peut-être la conservation du collège et de la
bibliothèque publique. La canonnade reprend et des projectiles tombent
encore; la nuit arrive, le feu se ralentit de tous côtés. Les élèves,
après une journée pénible mais honorable pour eux, rentrent dans leurs
quartiers, contents d'un léger souper; ils vont bivouaquer dans leurs
salles d'étude, parce que les dortoirs ne sont pas habitables; les
balles et les biscaïens y ont plus d'une fois pénétré. Ils se couchent
heureux d'avoir rempli une noble tâche.

Dans le cours de la journée, les insurgés tentent d'enfoncer les portes
du collège; ils demandent les armes dont les élèves se servaient
autrefois dans les exercices militaires. Pour prévenir une invasion
qu'une résistance inutile pourrait rendre terrible, les fonctionnaires
se présentent à eux; leur présence et leurs paroles imposent aux
révoltés qui se retirent sans avoir pris aucune arme, et sans faire
aucun mal.

Le 11, la nuit a été assez calme; la journée s'annonce devoir être vive;
on ne circule plus dans les rues; les troupes conservent leurs postes;
les ouvriers tâchent d'avancer sur quelques points.

La place du collège semble devoir être un lieu de retraite pour eux; des
barricades s'y élèvent; le feu des maisons est éteint, mais la canonnade
menace toujours le collège; les deux pavillons occupés par l'Académie et
le collège sont percés de balles et de boulets; il en tombe aussi dans
les dortoirs, dans les escaliers et dans le réfectoire. Aucun des
élèves, personne de l'établissement n'est blessé.

Les insurgés se présentent de nouveau aux portes; ils veulent les
enfoncer; on les ouvre et on se présente encore. Ils ne viennent pas
cette fois pour demander des armes ou pour se réfugier; ils veulent les
plus grands élèves pour entrer dans leurs rangs. La réponse unanime des
fonctionnaires est que ces enfants ne peuvent ni ne veulent sortir,
qu'ils sont un dépôt confié à leurs soins et qu'avant de les leur ôter,
on leur arrachera la vie. Persuadés par leurs paroles énergiques ou
contenus par leur présence, les révoltés se retirent sans coup férir.

Le 12, même nuit, même inquiétude dans ce quartier. Cependant les
barricades sont presque abandonnées; dix à douze insurgés, quelquefois
deux ou trois harcellent, derrière les barricades, les postes établis
plus loin. Cette tactique est, dit-on, à peu près la même partout. A
en juger par là, on peut assurer que le peuple marchand, les personnes
aisées ne les secondent pas et ne prennent aucune part à l'insurrection;
on en gémit et on laisse faire, parce que aucune force civile ne s'est
organisée.

On ne connaît rien de ce qui se passe en dehors; cependant des bruits
font appréhender que le collège ne soit l'objet de représailles, parce
que de l'établissement on a, dit-on, tiré sur la troupe, qu'un artilleur
a été tué, et que quelques élèves auraient secondé le mouvement.

Le recteur et le proviseur écrivent au général pour protester contre ces
bruits funestes, auxquels a pu donner lieu la démarche des insurgés qui
étaient venus demander des armes et des élèves pour renforcer leurs
rangs.

L'autorité a été instamment priée une seconde fois de donner des ordres
pour ne pas exposer des enfants et pour que, si les circonstances
devenaient plus graves, il fût permis d'évacuer le collège et de
conduire les élèves à la maison de campagne. Ce qui a pu faire naître
ces bruits désastreux, c'est que le collège se trouve entouré d'un grand
nombre de boutiques et magasins avec entre-sol au premier étage, habités
par des fabricants et des ouvriers; si le fait d'hostilité était vrai,
ce qu'on ignore, il serait parti de ces locations qui n'ont jamais été à
la disposition du collège.

Des balles, des biscaïens, provoqués par le feu des insurgés, arrivent
dans presque toutes les directions. On est inquiet pour mettre à l'abri
les élèves; on les conduit des cours aux quartiers, et des quartiers
dans les cours.

Un boulet tombe dans l'escalier du plus haut étage; la poussière qui
s'élève ressemble à de la fumée et fait craindre le feu; tout le monde
accourt pour l'éteindre; un second boulet tombe, un troisième, puis un
quatrième; fort heureusement personne n'est atteint; mais des débris
de murs frappent au dos un élève et un domestique; cette contusion n'a
aucune suite. Les élèves, abandonnent les quartiers et n'ont d'asile
que dans les classes où ils restent quelques heures. Il parait que ces
boulets avaient pour but l'église des Cordeliers où les insurgés se sont
retranchés; mais, s'il en était autrement, ce ne pourrait être que
par suite des bruits dont on a parlé et de ce que les révoltés, ayant
d'ailleurs voulu pénétrer dans le collège, on aurait pu croire qu'ils
s'y étaient établis. La difficulté des communications ne permettait pas
de faire connaître l'état des choses.

Vers les quatre heures du soir le feu se ralentit; les barricades sont
abandonnées; un parlementaire des ouvriers se rend à l'Hôtel-de-ville;
on parle de soumission; le feu a cessé; la place est évacuée. On annonce
la fin d'un drame qui menaçait la France des plus grands malheurs. Le
calme renaît au dehors et la sécurité dans le collège.

Tel est le résumé des événements qui ont eut lieu pendant les quatre
journées que le voisinage du quartier-général des insurgés et la
responsabilité envers les familles rendaient encore plus terribles pour
les maîtres.

Les élèves ont mérité des éloges par leur bon esprit et leur conduite
loyale et généreuse. Le recteur, M. Soulacroix, les fonctionnaires du
collège et les employés ont montré toute la prudence, le courage et le
dévouement que pouvait inspirer le sentiment profond de leur devoir dans
une aussi grave circonstance.

J'ai choisi deux scènes entre mille que j'aurais pu citer. Partout,
c'étaient les mêmes souffrances, la même agitation, la même terreur.
Les citoyens, surpris loin de leur demeure par la défense de circuler,
restaient prisonniers dans la maison la plus voisine; l'hospitalité
était de droit, mais que d'angoisses dans ces séparations inattendues
et si cruellement prolongées! A l'asile Saint-Paul, dont les soins
charitables de plusieurs dames ont doté un des quartiers de Lyon, il
a fallu recourir aux expédients pour nourrir, pendant cinq jours, une
douzaine de petits enfants que leurs mères n'avaient pu venir chercher.
On frémit en pensant aux vives alarmes de ces familles, en pensant à
toutes les douleurs privées ou publiques qui ont pesé sur la population
lyonnaise, pendant la lutte d'avril.

Au milieu du fracas des armes, les administrations civiles n'ont cessé
de déployer la plus grande activité. M. Vachon-Imbert n'a pas quitté
l'Hôtel-de-ville. M. Victor Arnaud, l'un des administrateurs de
l'Hôtel-Dieu, s'est dévoué complètement à la tâche pénible et souvent
périlleuse de diriger et de protéger cet établissement. Mais nulle part
le mouvement n'a été plus vif, plus continu qu'à la préfecture.
Là campaient pêle-mêle les autorités militaires, judiciaires et
administratives. Le parquet de M. Chégaray, toujours encombré de
prisonniers, l'état-major du général Buchet, le cabinet de M. de
Gasparin, tout cela était réuni sous le même toit. Les cours, le jardin
étaient encombrés de soldats, tandis que d'autres tiraient sur le
belvédère. Les caves, les remises étaient pleines de prisonniers; et les
aides-de-camp portant des ordres se croisaient dans les corridors avec
les estafettes venant de Paris, ou les commissaires de police se rendant
à leurs fonctions qu'ils ont remplies avec tant de zèle; il y avait un
ordre réel dans cette apparente confusion.

Quant aux habitants, j'ai déjà fait sentir quelle était leur position;
enfermés chez eux, ils étaient réduits à un rôle purement passif, et on
leur a trop vivement reproché une apathie dont la cause principale était
dans les ordres mêmes de l'autorité. Je sais qu'ils auraient pu montrer
tous, contre les révoltés en armes, la fermeté dont quelques-uns d'entre
eux ont donné la preuve et qui partout a été couronnée du succès.
Avouons cependant qu'il n'était pas facile d'interdire l'accès des
maisons lyonnaises, avec leurs allées toujours ouvertes et sans
portiers, avec leurs six étages, peuplées en grande partie d'ouvriers
fort enclins à aider leurs confrères. Ce qui était moins facile encore,
c'était d'oublier le passé et d'avoir pleine confiance en l'avenir.

Au reste, la bourgeoisie de Lyon a bien prouvé que sa sympathie
avait accompagné les efforts de l'armée. Elle a témoigné toute sa
reconnaissance pour ses défenseurs: souscriptions abondantes en faveur
des soldats blessés, applaudissements au théâtre, proclamations
municipales, remercîments publics, rien n'a manqué à la manifestation de
ses sentiments. Je vais transcrire ici les pièces officielles où respire
la pensée véritable d'une ville à laquelle on a cherché depuis à prêter
un langage tout différent.

Voici les proclamations qui ont été publiées:

«Mes chers concitoyens,

«Après les déplorables événements dont nous venons d'être les témoins et
les victimes, votre premier magistrat éprouve le besoin de vous faire
partager les sentiments de gratitude qui l'animent pour la brave
garnison dont l'héroïsme a sauvé votre cité de sa ruine et préservé la
France de la plus grande anarchie.

Vous l'avez vu, mes chers concitoyens; les hommes qui, depuis
longtemps, rêvaient le renversement du gouvernement de Juillet n'ont pas
reculé devant les conséquences de leurs criminels projets. Préparant la
guerre civile, ils s'appliquaient à égarer, par de fausses théories,
une population jusqu'alors laborieuse et paisible, et ils ont préludé à
cette guerre civile par la suspension forcée du travail, par les menaces
et par la violation du sanctuaire de la Justice. Pourquoi, jusqu'à ce
jour, nos efforts n'ont-ils pas pu conjurer l'orage? C'est que la voix
de l'autorité, ordinairement si bien comprise des Lyonnais, a été
étouffée par les passions politiques.

Vaincus au sein de la capitale, dans les événements de Juin, c'est
Lyon que les factieux de toutes les provinces ont pris pour point de
ralliement. Ici, comme à Paris, leurs criminelles tentatives ont échoué.
Le triomphe des amis des lois et de l'ordre n'a pas été un instant
douteux; et la lutte eût été courte, si le besoin de ménager le sang de
nos défenseurs n'eût nécessité l'emploi de l'artillerie.

«C'est pour la seconde fois que notre malheureuse cité est devenue le
théâtre de sanglantes collisions; et la douloureuse expérience que nous
venons de faire sera à l'avenir un grand enseignement pour nous et pour
la France entière.

Que la population se rassure! Que chacun reprenne le cours de ses
travaux habituels. Nous comptons sur le bon esprit de nos concitoyens
pour hâter le retour de la paix et de l'ordre.

Fait à l'Hôtel de ville, Lyon, le 15 avril 1834.
Le maire de la ville de Lyon,
VACHON-IMBERT, adjoint.»

«Mes chers concitoyens,

Profondément affligé des malheurs qui ont affligé la cité, c'est pour
moi un nouveau besoin de vous apporter des paroles de paix. J'espère que
ma voix sera entendue par la population tout entière.

Les malheureux, que de perfides conseils ont si cruellement égarés,
pourraient-ils aujourd'hui ne pas ouvrir les yeux à la lumière?
Pourraient-ils ne pas voir par quelle voie les fauteurs de l'anarchie
voulaient nous ramener à ces temps de calamité qui ont pesé, il y a
quarante ans, sur notre belle patrie? Mais il faut le dire pour la
justification de la cité lyonnaise; il faut le dire pour rendre hommage
à la vérité: la masse de la population ouvrière est restée étrangère
aux criminels efforts qui ont été faits pour renverser la monarchie
constitutionnelle et substituer au régime des lois l'empire de la force
aveugle et brutale. Pour une oeuvre si criminelle, les hommes qui,
depuis longtemps, méditaient notre ruine, et qui pour la plupart sont
étrangers à la ville de Lyon et même au sol de la France, ne pouvaient,
malgré leurs hypocrites doléances, trouver des sympathies au milieu
d'une population qui vit par le travail, et qui sait que le travail
est inséparable de l'ordre. Ils sont bien coupables ceux qui n'ont pas
craint d'attirer sur nous la guerre civile et les désastres qui la
suivent! Abandonnons ces hommes à leurs remords et à la sagesse des
lois.

«Lyonnais! nos malheurs sont bien grands, mais que la paix et l'union
renaissent au milieu de nous, et le temps les aura bientôt réparés.
C'est un terrible enseignement que celui qui doit ressortir pour tous de
nos tristes journées. Les chefs d'atelier, les ouvriers de toutes
les professions repousseront désormais avec horreur toutes ces idées
politiques anti-sociales qui traînent après elles la misère et le
désespoir, bouleversent toutes les existences et ont failli amener la
destruction de la cité la plus industrieuse de France.

Lyon a souffert pour la cause de la civilisation; c'est l'ordre social
tout entier qui a été attaqué au milieu de nous. L'anarchie a été
vaincue et un gouvernement juste et réparateur ne peut manquer de
reconnaître que la France est solidaire des dommages éprouvés par les
Lyonnais dans l'intérêt de tous.

Que la confiance renaisse, que les habitants se rassurent, que chaque
citoyen reprenne ses travaux habituels. Les négociants, nous en sommes
certains, redoubleront de zèle et de soins, dans ces malheureuses
circonstances, pour donner une activité nouvelle à leurs opérations
commerciales et procurer ainsi du travail à ceux qui peuvent en manquer.
Nous espérons enfin que chacun de nos concitoyens unira ses efforts aux
nôtres pour adoucir, autant qu'il sera en son pouvoir, des maux qu'il
n'a pas dépendu de nous de prévenir.

Le maire de la ville de Lyon,
VACHON-IMBERT, adjoint.»

Pendant que la mairie faisait afficher ces proclamations, le conseil
municipal votait une épée d'honneur aux généraux Aymard, Buchet et
Fleury, et au colonel Dietmann. Il votait une adresse aux troupes que le
général a fait connaître dans un ordre du jour ainsi conçu:

«Au quartier-général de Lyon, le 16 avril 1834.
Ordre du jour de la 7e division militaire.

Le lieutenant-général, commandant la 7e division militaire, s'empresse
de porter à la connaissance des troupes placées sous ses ordres
l'adresse suivante votée à l'unanimité à la garnison par le conseil
municipal de la ville de Lyon:

«Soldats!

La ville de Lyon, la France, la civilisation tout entière ont couru
un immense danger que votre valeur a su repousser. Après une lutte
prolongée, après les efforts si constants d'un courage dont chacun
de ses membres a été témoin, le conseil municipal de cette grande et
malheureuse cité éprouvait le besoin de vous payer le juste tribut de
son admiration et de sa reconnaissance.

Vous avez vaincu l'anarchie. Vous avez repoussé loin du sol de la France
les principes anti-sociaux qui déjà l'avaient envahie, mais qui ne
sauraient jamais y pousser de profondes racines. Appuyée sur la
monarchie constitutionnelle qu'elle-même a fondée, la liberté ne
pourrait périr en France que par ses propres excès. C'est à ces excès
que vous avez déclaré la guerre; c'est sur eux que vous avez remporté la
plus glorieuse victoire, et vous avez ainsi bien mérité de la liberté de
la France et en particulier de la ville de Lyon.

Pour le maire de la ville de Lyon,
Signé: VACHON-IMBERT.»

Acceptez ce témoignage de reconnaissance d'une grande cité; vous le
méritez! Votre intrépidité, votre persévérance l'ont sauvée d'un affreux
désastre, ont sauvé la France de l'anarchie, le plus épouvantable des
fléaux.

«Armés pour le maintien des lois et la protection des citoyens, vous
avez dignement rempli votre mandat. Au bruit de votre victoire, les
factieux, naguère partout menaçants, aujourd'hui convaincus de leur
impuissance contre votre valeur, ont, de toutes parts, cherché leur
salut dans la fuite.

La France renaît au repos, à l'espérance. Soldats! vous avez bien mérité
du Roi et de la patrie!

Signé: Baron AYMARD.»

Le même jour, la lettre suivante était adressée à M. de Gasparin:

«Lyon, le 16 avril 1834.

Monsieur le préfet,

Je remplis avec le plus vif empressement la mission dont m'a chargé le
conseil municipal.

Il vient de s'assembler, et son premier sentiment a été celui de la
reconnaissance envers ceux qui ont sauvé notre malheureuse ville des
horreurs de l'anarchie.

Vous, monsieur le préfet, vous avez été un de ceux qui avez inspiré ce
sentiment le plus profondément, et j'ai été chargé de vous exprimer
combien mes concitoyens ont éprouvé d'admiration pour votre courage et
votre dévouement.

Vous serez compté désormais par les Lyonnais au nombre de leurs
bienfaiteurs, puisqu'ils vous doivent le raffermissement de leur
existence, et que vous avez contribué si puissamment à les délivrer des
maux incalculables qui les menaçaient.

Veuillez agréer, etc.

Le maire de Lyon.»


Voici la réponse du préfet:

«Monsieur le maire,

Après avoir cherché pendant plus de deux ans les moyens de rétablir la
paix et la concorde dans Lyon, j'ai vu avec douleur s'éloigner chaque
jour l'espoir que j'en avais un moment conçu. Les progrès de l'esprit
de désordre, favorisés par ceux des associations politiques et des
coalitions industrielles, ont été tels depuis un an qu'il fallait
prévoir la triste issue que ces complots devaient avoir. Je ne m'en
suis jamais dissimulé l'imminence, et j'ai constamment veillé avec
sollicitude sur les moyens de sortir vainqueurs de cette lutte, si nous
étions réduits à la triste nécessité de l'engager.

«Quand ensuite nous avons été obligés de résister à la plus odieuse des
agressions, quand le siège de la justice s'est vu entouré tout à coup
de barricades, qui, au même instant, se dressaient dans toute la ville,
quand les troupes investies ont été obligées de se faire jour à travers
les fusillades préparées traîtreusement et d'avance aux fenêtres et aux
toits de la ville, nous avons eu de rigoureux devoirs à remplir. Il
fallait sauver Lyon et la France; je m'y suis dévoué. Deux de vos
adjoints, MM. Cazenove et Chinard, placés au même poste que moi, ont
partagé mes dangers et mes sollicitudes. Ils ont dignement représenté
l'autorité municipale dans le midi de la ville.

Il m'est bien doux, après ces pénibles moments, de recevoir du conseil
municipal de la ville de Lyon le témoignage que mes efforts ont pu
obtenir son approbation. Puissé-je maintenant contribuer à adoucir les
maux qui n'ont pu être évités! Je me dévouerai à cette nouvelle tâche,
et vous me trouverez toujours prêt à appuyer les intérêts de votre
ville, avec le dévouement d'un homme qui est devenu votre concitoyen par
le coeur et les sentiments.

Agréez, etc.

Le conseiller d'État,
préfet du Rhône,
GASPARIN.»

Il était impossible que le retentissement des événements de Lyon ne
se fît pas sentir dans les campagnes environnantes. Les projets des
insurgés y ont excité, on peut le dire, une réprobation universelle;
mais cette réprobation ne s'est pas manifestée partout avec la même
énergie. Par une faiblesse déplorable, un certain nombre de communes ont
abandonné aux bandes révoltées les armes de leurs gardes nationales.
Trois cents fusils environ sont venus ainsi grossir l'arsenal des
rebelles. Je sais qu'il n'y a point d'excuse pour de tels faits. Je sais
qu'aucun fusil n'aurait peut-être été enlevé si tout le monde avait
montré le courage dont quelques personnes ont fait preuve. Cependant
il est certain que le ton décidé des émissaires lyonnais, leur force
énergique, enfin l'absence forcée de toute nouvelle et de tout ordre ont
pu imposer, même à des hommes de coeur. Le désarmement ordonné par le
préfet est déjà sans doute un châtiment assez grave. Je me tairai donc;
seulement pour donner une idée de ces expéditions dont je déplore le
succès, je raconterai ce qui s'est passé dans deux communes, où le cas
de force majeure est trop évident pour que ma citation puisse ressembler
à un blâme.

A Vaise, le 10 avril, un homme d'une haute stature, coiffé d'une
casquette, ceint d'un sabre de cavalerie, suivi d'une soixantaine
d'individus armés, et d'un même nombre sans armes, se présenta à
l'Hôtel-de-ville, et s'adressant à l'un des secrétaires, il demanda si
le maire était présent. Ayant reçu une réponse affirmative, il s'exprima
à peu près en ces termes: «Je suis Français et propriétaire. Indigné des
assassinats commis sur mes concitoyens par la garnison de Lyon, j'ai
pris les armes pour les venger. _Il ne s'agit point aujourd'hui d'une
discussion de deux sous par aune, mais de la grande question d'existence
entre Louis-Philippe et la République_. Il faut que la République
triomphe; c'est en son nom que je viens demander à la mairie de Vaise
des armes et des munitions qui, au dire de citoyens dignes de foi,
doivent s'y trouver. Je vous somme de nous les faire délivrer.»

Il est inutile d'aller plus loin. Quelques fusils furent livrés; il
fallait céder à la violence.

Les événements d'Oullins méritent d'être rapportés ici dans tous leurs
détails.

Le mercredi, le bruit du canon et celui de la fusillade mettent toute la
commune d'Oullins en alarme; mais l'arrivée d'un bataillon d'infanterie
calme les esprits, et la journée se passe tranquillement, malgré les
récits les plus exagérés de succès de la part des révoltés et de pertes
de la part de l'armée.

Ces récits sont sur-le-champ repoussés et démentis par les hommes
attachés au gouvernement.

Dans la journée, le bataillon d'infanterie quitte Oullins et se porte
sur Lyon en laissant à Oullins un poste de dix-huit hommes.

Dans la nuit, l'artillerie quitte Pierre-Bénite et se rend à Lyon sans
laisser un seul homme.

Le jeudi, toute la journée, les révoltés chassés de la Guillotière
et des Brotteaux, se portent sur la rive gauche du Rhône, en face de
Pierre-Bénite, traversent le fleuve et se dirigent sur Saint-Just. Ils
sont sans armes, mais leurs figures noircies par la poudre, leurs
joues droites marquées par la crosse et leurs discours les font assez
reconnaître. Partout ils annoncent qu'ils sont victorieux et jettent
l'effroi dans la commune.

A midi, une bande armée en partie, composée d'une soixantaine d'hommes,
attaque et désarme le poste d'infanterie.

Cet événement porte la terreur dans les esprits; ce désarmement
audacieux de soldats, si près du pont de la Mulatière occupé par
l'armée, paraît un signe certain que tout est perdu.

On s'efforce de ranimer les courages abattus; on veut faire prendre
les armes à toute la garde nationale, prêter des fusils aux soldats
désarmés, les placer dans ses rangs; les efforts les plus pénibles sont
sans effet.

Des groupes d'hommes étrangers à la commune se forment partout; les
cafés, les cabarets en sont pleins; leurs cris, leurs chants séditieux
ne peuvent être réprimés; les honnêtes gens gémissent et se cachent. La
nuit se passe dans l'anxiété la plus grande.

Le vendredi, les choses sont dans le même état; à une heure, une bande
en partie armée se porte chez l'adjoint et demande les armes avec les
menaces les plus atroces.

Le commandant de la garde nationale est averti que les révoltés ont
bloqué le conseil municipal et menacent de le fusiller si les armes ne
sont pas livrées; il accourt, entre seul sur la place où une soixantaine
d'hommes l'entourent aussitôt; quatre seulement avaient des fusils, les
autres avaient des pistolets, des poignards, des fleurets aiguisés.

D'autres hommes armés étaient dans la cour de la mairie, dans le
corps-de-garde; ils avaient avec eux un soldat en uniforme qu'ils
conduisaient de force pour faire croire que l'armée sympathisait avec la
révolte.

Enfin, plusieurs individus de cette bande avaient déjà pénétré
violemment dans les maisons et, en intimidant les femmes et les hommes
faibles, ils s'étaient fait livrer les armes, les avaient chargées, et
s'étaient embusqués dans les allées.

Aucun officier, sous-officier ou soldat de la garde nationale n'a paru
sur la place; tout était déjà perdu.

Le chef de la bande demande le reste des armes au nom du gouvernement
républicain provisoire, en annonçant que Louis-Philippe était partout
renversé, que l'armée qui avait combattu pour lui dans Lyon et ses
autorités étaient cernées et ne pouvaient correspondre avec personne,
que les républicains étaient maîtres du télégraphe, de tous les forts,
que leurs canons étaient braqués sur la place de Fourvières, que l'armée
était prête à faire sa retraite par Oullins, et que la commune de
Sainte-Foy avait livré ses armes. Il offrit de n'exiger le reste des
fusils qu'après la vérification de tout ce qu'il avait annoncé. Le garde
est envoyé à Sainte-Foy; il revient déclarer que le télégraphe est
brisé, que le fort Sainte-Irénée est aux révoltés, que leurs canons sont
sur la place de Fourvières, et enfin que Sainte-Foy a rendu les armes.

Le désarmement avait continué pendant ce temps-là; mais voulant le
presser, le chef de la bande demande le contrôle et un tambour; on
refuse; il envoie des hommes pour sonner le tocsin; le tocsin eût fait
plus de mal que le roulement; on cède et on se retire.

Le samedi, de nouvelles bandes parcourent le Pérou et Pierre-Bénite;
mais, peu nombreuses et mal armées, elles n'ont pas de succès. Les
révoltés continuent à traverser le Rhône; ce n'est plus la même espèce
d'homme; ceux-ci sont furieux, leurs menaces épouvantables; se venger
des canonniers, incendier leurs casernes, piller leurs logements,
massacrer leurs femmes, tels sont les projets sinistres qu'ils osent
manifester, et que ces malheureuses, logées en partie dans des auberges,
entendent elles-mêmes ou apprennent de toutes parts. L'horreur se répand
par tout; mais le désespoir ranime les courages; on met les femmes et
les objets précieux en sûreté; on s'arme en silence et on veille. Des
ouvriers égarés mais honnêtes, auxquels on a recours, jurent de ne pas
laisser, par des crimes aussi épouvantables, déshonorer leur victoire
(ils se croyaient victorieux).

La nuit se passe sans événement; la fusillade continue à la Mulatière et
dans les Saulées, mais elle est faible.

Le dimanche, rien de remarquable; la fusillade faiblit de plus en plus à
la Mulatière.

Le lundi, des révoltés embusqués derrière le four à chaux d'Oullins
font encore feu sur les soldats; mais, vers midi, ils se retirent; on
commence à entrevoir le terme des malheurs. Le soir tout est calme.

Enfin, le mardi, la circulation et la tranquillité sont rétablies.

Pendant que ces scènes déplorables se passaient dans la commune
d'Oullins, celle de Venissieux, qui fait partie de l'arrondissement
de Vienne, approvisionnait le fort Lamothe et refusait ses armes aux
insurgés; l'arrondissement de Vienne tout entier faisait proposer à M.
de Gasparin ses 3,000 gardes nationaux qui, une fois déjà, avaient fait
avec lui le voyage de Lyon; Neuville, Trevoux, toutes les communes
environnantes rassemblaient leurs gardes nationales, et armaient de
bâtons et de fourches le reste de leurs citoyens; l'arrondissement de
Villefranche se levait tout entier à la voix de son sous-préfet, M.
Silvain Blot, dont le courage et l'activité ont surmonté tous les
obstacles; les gardes nationaux de Messimieux et de Thurins, encouragés
par leur chef de bataillon, repoussaient les bandes ennemies. Le maire
de Calmire approvisionnait le fort Montessuy. Les habitants de Brignais
opposaient aux tentatives des insurgés une contenance pleine d'énergie,
et ceux de Couson, sans armes, désarmaient les perturbateurs qui avaient
osé les assaillir.

On le voit; l'insurrection lyonnaise a trouvé, dans les campagnes
voisines, quelquefois de la faiblesse, jamais de la sympathie.
Malheureusement il n'en a pas été partout ainsi; dans un certain nombre
de villes, les affiliés des _Droits de l'homme_ ont essayé de soutenir
leurs amis de Lyon, et ont révélé ainsi le péril immense qu'un revers
momentané dans cette ville pouvait faire courir. A Avignon, à Nîmes, à
Marseille, une agitation sourde et menaçante annonçait une explosion
terrible; et si la malle-poste avait manqué un jour de plus, la
tranquillité publique était gravement compromise. A Clermont, à
Grenoble, à Châlons, à Vienne, des émeutes ou des tentatives d'émeutes
présagent de plus vastes soulèvements. L'émeute passe même la frontière,
et Ferney sent le contre-coup de Lyon. A Arbois, la République est
formellement proclamée. Enfin, à Paris et à Saint-Étienne, des scènes
de sang viennent compléter ce drame lugubre, où Lyon joue le principal
personnage, et où chaque ville de France semble s'apprêter à prendre un
rôle.

A Paris, ce n'est qu'une tentative désespérée contre une garde nationale
animée du meilleur esprit, contre des troupes nombreuses; la République
ne peut rien; c'est une protestation en l'honneur de l'insurrection
lyonnaise, rien de plus.

Mais, à Saint-Étienne, il n'en est pas de même. Là, les ouvriers
sont nombreux et la force armée insignifiante. Là, les associations
politiques et industrielles ont fait leur oeuvre; le danger est donc
très-réel; et ce danger s'accroît de toute l'influence que les troubles
de Saint-Étienne doivent exercer sur ceux de Lyon. Si la manufacture
d'armes avait été emportée, la conséquence de ce désastre aurait été
incalculable; et quand on songe que ce désastre a failli arriver, on
éprouve le besoin d'exprimer au général Pegot et à sa petite garnison,
au préfet de la Loire, M. Sers, et à M. Dugât, sous-préfet de
Saint-Étienne, tous les sentiments qui sont dus à leur belle conduite et
toute la reconnaissance que mérite un service aussi éminent.

J'ai raconté cette lutte sacrilège que l'esprit de désordre a provoquée
et soutenue. Je veux réduire une dernière fois à leur véritable valeur
les assertions de ceux qui, après avoir dénaturé les causes de nos
catastrophes, cherchent à en exagérer les conséquences.

A les entendre, Lyon n'est plus qu'un monceau de ruines. Soixante
millions, cent millions peut-être ne suffiront pas pour indemniser
les propriétaires des pertes qu'ils ont essuyées. A les entendre,
l'insurrection, un moment comprimée, est prête à reparaître plus
menaçante et plus furieuse; les ouvriers et les fabricants, saisis d'une
terreur légitime, abandonnent de tous côtés la cité qui ne peut leur
offrir un asile paisible, et l'industrie lyonnaise doit émigrer ou
périr.

Ces tableaux sont tracés par la malveillance et accueillis par la peur.

La vérité est que les désastres matériels ne sont pas aussi
considérables qu'on le suppose. Dès le lundi, pendant que les derniers
coups de fusil étaient échangés à la Croix-Rousse, j'ai parcouru ces
rues encore hérissées de barricades, ces quais couverts de soldats,
ces places gardées par des canons. Alors c'était l'état de guerre; les
maisons occupées militairement, les bivouacs, la population prisonnière
dans les maisons, le bruit lointain du combat, tout rappelait à l'esprit
les idées sinistres qui depuis se sont effacées peu à peu. Alors je
comparais Lyon, après les journées d'avril, avec Paris après les
journées de juin, ou même après celles de juillet, et j'étais effrayé de
la différence. En voyant, dans le quartier Saint-George et Saint-Jean,
dans la grande rue de Vaise, dans la rue Mercière, dans les rues qui
montent à la Croix-Rousse, dans la grande rue de la Guillotière, sur
toutes les places du centre de la ville, des traces multipliées de la
lutte, ces marques innombrables de balles et de boulets qui se détachent
si bien sur les noires murailles de Lyon; en contemplant des ruines plus
déplorables encore, les maisons ébranlées par les pétards dans tous les
quartiers de la ville et des faubourgs, et celles qui ont été incendiées
dans la rue de l'Hôpital, sur le quai du Rhône, à la tête du pont de la
Guillotière, je n'ai pu m'empêcher, moi aussi, de croire le mal plus
grand qu'il n'était. Il est vrai que dans ce moment je ne l'ai pas
évalué en francs et centimes. A côté de la pensée grande et terrible
de la guerre civile, il n'y a pas de place pour la mesquine idée des
indemnités.

Mais depuis, les barricades se sont abaissées; les troupes sont rentrées
dans leurs casernes et les canons à l'arsenal; le peuple est redescendu
dans les rues; les magasins se sont ouverts; les métiers ont recommencé
à battre; les traces des boulets et des balles ont disparu en grande
partie; Lyon a repris sa physionomie ordinaire et, n'étaient les
décombres des maisons incendiées, on se douterait à peine que la guerre
a passé par là. En même temps on s'est livré à une appréciation plus
exacte et moins passionnée du dommage, et l'on s'est accordé à regarder
quatre ou cinq millions comme une suffisante indemnité.

Mon but n'est pas de discuter ici des questions de droit et de décider
si cette somme doit être payée par l'État, ou si nous sommes dans le cas
prévu par la loi de vendémiaire an IV, qui met cette dépense à la charge
des communes. Je ne me permettrai qu'une seule observation, c'est que la
querelle vidée à Lyon n'est point une querelle locale; c'est la grande
querelle politique entre le gouvernement constitutionnel et les partis
extrêmes qui l'ont constamment attaqué; c'est la querelle de juillet
1830 et de juin 1832. Or, à ces deux époques, les Chambres ont jugé
avec beaucoup de sagesse que Paris ne devait pas payer pour la France
entière, qu'il était assez malheureux déjà d'être le théâtre de la lutte
sans qu'on en mit encore les frais à sa charge. J'invoque en faveur de
Lyon l'autorité de ces précédents.

Un mot, avant de quitter ce sujet, sur les reproches qu'on adresse à nos
généraux pour avoir fait usage de l'artillerie et des pétards. C'est une
de ces déclamations banales qu'il faut réfuter une fois pour toutes.
Oui, sans doute, on a employé le canon, les obus, les pétards, pour
épargner le sang des soldats. Oui, les généraux ont eu le tort de penser
que la vie de ces hommes, qui ont accompli avec tant de courage de si
pénibles devoirs, valait bien quelques pans de muraille, valait même
la vie des forcenés qui pensaient avoir trouvé dans ces murailles un
inviolable rempart. Permis à ceux qui ne voient de Français en France
que ce qui combat le gouvernement du pays, de refuser aux soldats qui
le servent le titre de citoyens; mais nous, qui pensons que, pour avoir
endossé un uniforme, on n'a pas perdu le droit de compter comme membre
de la grande association nationale, si l'on nous parle de dix maisons
brûlées, nous répondrons que cinquante braves ont été épargnés. Malheur
à ceux qui ne sentent pas la force de cette réponse!

J'ai exposé l'état matériel où la révolte d'avril a laissé Lyon. La
disposition des esprits est plus intéressante, mais aussi plus difficile
à apprécier.

Si nous jetons les yeux d'abord sur cette classe fort nombreuse qui,
sans prendre directement part au mouvement, y a prêté les mains,
s'est intéressée au succès des insurgés, et n'attendait qu'une chance
favorable pour s'associer à leurs efforts, nous la verrons plus furieuse
qu'humiliée. Elle forme mille projets extravagants de vengeance. Les
ouvriers mêmes, que l'expérience de février avait complètement dégoûtés
des associations et des intrigues, se rallient momentanément à leurs
frères, parce qu'il leur semble que la classe tout entière vient d'être
vaincue, et leur orgueil de héros de novembre est blessé par cette
idée. Il y a donc une fermentation très-grande dans cette partie de la
population; fermentation inévitable après un tel échec. Ce sont des
plaideurs qui maudissent leurs juges; on leur donne vingt-quatre heures
au palais; à Lyon, ce n'est pas trop de leur donner un mois.

Il faut sans doute attribuer aux folles menaces de ces ouvriers les
craintes non moins insensées auxquelles sont en proie un grand nombre de
fabricants. Ils ne réfléchissent pas à l'impossibilité d'une tentative
sérieuse, au moment où la garnison, est triplée, où, d'ailleurs,
le parti est vaincu, la société dissoute, les chefs en fuite ou
prisonniers, et une partie des armes enlevée. Malgré tous ces motifs
de sécurité, ils ajoutent foi aux contes les plus ridicules: c'est un
projet de désarmer tous les postes et d'enlever les autorités pendant
la nuit; c'est un dépôt de fusils; c'est une fabrique de cartouches.
L'exécution est fixée au 26, puis remise au 28, puis indéfiniment
ajournée; et cependant beaucoup de personnes quittent la ville et vont
attendre à la campagne, ou même à l'étranger, l'issue d'une crise
qu'elles croient imminente au lieu de la regarder comme terminée.

Mais cet effet, comme le précédent, est peu durable de sa nature. Pour
qui se rappelle les terreurs si vives et si prolongées qui suivirent
la catastrophe de 1831, ces nouvelles terreurs ne paraîtront pas
incurables. Je suis assuré qu'elles feront bientôt place au sentiment de
sécurité que la prolongation de la paix publique amènera incessamment,
et dont la défaite des partis violents, la dissolution définitive des
coalitions industrielles ou politiques et la prospérité commerciale qui
doit en résulter garantissent l'affermissement et la durée.

Plût au ciel que nos derniers troubles n'eussent pas eu d'autre
conséquence fâcheuse que l'irritation des uns et la frayeur momentanée
des autres! Ils ont donné une nouvelle force à ce besoin exclusif
d'ordre et de repos qui doit surgir nécessairement de nos désordres et
de nos souffrances sans fin. Peut-être s'étonnera-t-on que je signale ce
sentiment si légitime comme un danger pour le pays. Mais, si je me fais
gloire d'appartenir au parti du juste milieu, c'est pour avoir le droit
de repousser tout principe exclusif, c'est pour voler au secours de
l'ordre quand la liberté occupe seule tous les esprits, au secours de la
liberté quand on ne pense plus qu'à l'ordre public; c'est pour ne pas
scinder la devise de notre drapeau. Oui, je le répète, ceci est plus
grave qu'on ne l'imagine: à chaque émeute, l'indifférence en matière
politique, cette gangrène du corps social, fait quelques progrès
nouveaux; les partisans de la répression à tout prix deviennent plus
nombreux et plus menaçants. Il n'y a pas de violence de la presse, pas
de désordre des rues qui n'enlève à la véritable liberté quelqu'un de
ses anciens défenseurs. Encore une insurrection, et bien des gens seront
prêts à sacrifier la liberté de la presse, la liberté individuelle.
Encore une insurrection, et les coups d'État seront réclamés, el un 18
brumaire sera possible, et un gouvernement militaire pourra s'établir.
Alors les modérés d'aujourd'hui se montreront peut-être plus fidèles à
leurs principes, plus énergiques et plus passionnés pour la défense des
libertés publiques, que ceux qui les accusent de tiédeur.

Il n'est pas probable que nous en venions jamais là; les factions,
partout vaincues, ne tarderont pas à disparaître entièrement. J'en ai la
ferme conviction: la bataille électorale sera gagnée comme la bataille
des rues; l'opposition violente posera les armes et dès lors ce
paroxisme d'ordre public qu'elle seule excite s'apaisera naturellement.
Mais j'ai dû le signaler; je l'ai dû surtout en parlant d'une ville qui
est livrée plus que toute autre à ce genre de préoccupations.

Pour ne parler que des conséquences qui intéressent spécialement la
ville de Lyon, il est impossible de ne pas voir que les derniers
événements l'ont enfin délivrée des souvenirs de novembre 1831, de cette
menace perpétuelle, de cette épée de Damoclès qui, depuis deux années,
lui interdisait le repos. Ils ont porté le coup mortel à la _Société
mutuelliste_ et à celle _des Droits de l'homme,_ qui avaient mission de
s'agiter tour à tour. Ils l'ont préparée à repousser avec plus d'énergie
toute tentative nouvelle de soulèvement, parce qu'ils ont appris à tous
les habitants paisibles ce qu'il en coûte de laisser envahir la maison
qu'on habite par les bandes des révoltés.

Il y a plus: quoique la question industrielle n'ait pas été directement
engagée dans la lutte, elle en a senti le contrecoup, et l'on doit s'en
féliciter. Je m'explique le mal qui travaille la fabrique de Lyon; c'est
la concurrence des fabriques étrangères qui produisent les tissus unis
aussi bien qu'elle et à meilleur marché; pour résister, il fallait
baisser le prix de la main-d'oeuvre. Mais cette baisse n'était guère
conciliable avec l'existence des ouvriers dans une grande ville où les
dépenses sont multipliées. Avant de se résoudre à s'établir dans les
campagnes, les ouvriers ont essayé de défendre leurs salaires par le
tarif. Nous avons suivi cette grande expérience dans ses trois crises
principales, en novembre 1831, au conseil des Prud'hommes, et au mois de
février 1834. La démonstration a été complète, et les dernières affaires
l'ont encore confirmée en rendant désormais impraticables les coalitions
politiques et industrielles. Aussi a-t-on décidément renoncé au tarif.
Cela est si vrai que _l'Écho de la fabrique_, qui en était le champion,
vient de lancer un prospectus tout rempli du sentiment de sa détresse;
il a demandé à ses amis les quatre mille francs qui lui sont nécessaires
pour fournir un cautionnement, et se donner ainsi le droit de traiter
les questions politiques sans lesquelles il ne pourrait subsister quinze
jours. Personne n'a répondu à cet appel; le tarif est bien mort; il ne
peut ressusciter sous aucune forme.

Mais ce n'est là qu'une solution négative. Il faut encore trouver le
moyen de diminuer les frais de fabrication. Déjà, avant les derniers
événements, beaucoup d'ateliers s'étaient établis dans les communes
rurales qui avoisinent Lyon; depuis, cette émigration est devenue plus
générale; il est même question, à ce qu'on assure, de fonder hors des
murs de Lyon des manufactures considérables. Voilà, j'ose le dire, la
seule issue possible de ces interminables débats. A la campagne, la vie
est moins chère, et les ouvriers trouveront d'ailleurs, dans quelques
occupations agricoles, le supplément qui leur manque ici dans la saison
du ralentissement des travaux. Dans les grandes manufactures, le chef
d'atelier disparaîtra, et les frais généraux de fabrication seront
diminués par la suppression de ce rouage inutile.

Je sais qu'à la tribune l'émigration des ouvriers en soie a été déclarée
impossible. J'ai une excellente réponse à faire: c'est qu'elle a lieu;
elle a lieu sans difficulté, parce que la division du travail, qu'on
cite comme un obstacle, n'est nulle part moins grande que dans la
fabrique de Lyon. Aussi tous les villages du département du Rhône
retentissent du bruit des métiers; une grande partie des étoffes unies
en sortent, et cette tendance, qui s'est manifestée depuis plus d'un
an, a reçu, des troubles du mois d'avril, une nouvelle et salutaire
impulsion.

Qu'on ne pense pas au reste que la ville de Lyon, ainsi abandonnée par
une partie de ses habitants, doive perdre de son importance et céder
à une autre cité le rang qu'elle occupe aujourd'hui; beaucoup de gens
prédisent sa chute; moi, je lui prédis au contraire le plus brillant
avenir.

Ceux de ses ouvriers qui s'établiront dans la campagne ne pourront
s'éloigner beaucoup; leurs relations avec les fabricants sont trop
multipliées pour permettre une longue séparation. Ainsi, les villages
se peupleront d'ateliers, mais seulement les villages voisins, qui
deviendront ainsi les faubourgs avancés de la grande métropole
industrielle. Dans cette, nouvelle position, la fabrique des tissus unis
pourra lutter avantageusement contre la concurrence étrangère et ramener
à Lyon beaucoup de commandes qui l'abandonnaient. La sécurité produite
par cette nouvelle prospérité réagira à son tour sur elle. Garantie par
les mesures de l'administration, par le désarmement des communes qui ont
livré des fusils aux rebelles, par l'expulsion des étrangers turbulents,
par les renforts envoyés à la garnison, elle sera complétée par une
organisation plus puissante de la police locale et par sa concentration
aux mains du préfet.

Vienne alors le chemin de fer de Lyon à Marseille; viennent la réunion
des Brotteaux et l'affranchissement du Pont-Morand, et un nouveau
quartier plus important et plus riche viendra compenser amplement ce que
d'autres quartiers de la ville pourront avoir perdu en population. Lyon
descendra de Fourvières et de la Croix-Rousse; il sortira de ses rues
noires et étroites pour s'étendre à l'aise dans la presqu'île de
Perrache et dans la plaine des Brotteaux. A Perrache, le chemin de fer
de Saint-Étienne continuera à apporter tout ce commerce de houilles,
toutes ces industries qui travaillent le fer et emploient le charbon,
toutes ces usines enfumées qui en ont déjà pris possession. Aux
Brotteaux, le chemin de fer de Marseille achèvera de créer un immense
commerce d'entrepôt. Voyez cette file non interrompue de charrettes
provençales qui transportent à Lyon les produits qu'il doit distribuer
dans toutes les directions; jetez ensuite les yeux sur la carte et
cherchez une vallée qui, de la mer Méditerranée, pénètre dans le coeur
de l'Europe; vous ne trouverez que la vallée du Rhône, et c'est à
Lyon seulement qu'elle se bifurque; c'est à Lyon que la grande route
européenne se divise en trois chemins, l'un gagnant Paris, l'autre
l'Allemagne et le troisième la Suisse. Quel rôle joueraient Marseille et
Lyon si le chemin de fer projeté faisait affluer sur cette ligne unique
tout le commerce du nord avec le midi!

Là est la destinée de Lyon. L'industrie des soies ne l'abandonnera pas
sans doute; mais, dût-elle l'abandonner, sa grandeur survivrait à cette
perte; l'avenir lui destine des compensations immenses et sa prospérité
ne périra pas.

FIN DES PIÈCES HISTORIQUES DU TOME TROISIÈME.



                         TABLE DES MATIÈRES
                         DU TOME TROISIÈME.



CHAPITRE XV.

MON MINISTÈRE DE L'INSTRUCTION PUBLIQUE. (1832-1837.)

Caractère et but du cabinet du 11 octobre 1832.--Difficultés de sa
situation.--Avantages de sa composition.--D'où vient la popularité
du ministère de l'instruction publique.--Son importance pour les
familles;--pour l'État.--Des divers moyens de gouvernement des esprits
selon les temps.--Caractère laïque de l'état actuel de l'intelligence et
de la science.--Du système et de l'état des établissements d'instruction
publique en Angleterre.--Mes conversations à Londres à ce sujet.--Unité
nécessaire du système d'instruction publique en France.--Des essais
d'organisation de l'instruction publique depuis 1789.--L'Assemblée
constituante et M. de Talleyrand.---L'Assemblée législative et M. de
Condorcet.--La Convention nationale et M. Daunou.--Le Consulat et la loi
du 1er mai 1802.--L'Empire et l'Université.--L'instruction publique et
la Charte.--Vicissitudes de l'organisation du ministère de l'instruction
publique.--Comment je le fis organiser en y entrant.--Débuts du
cabinet.--Préparation du discours de la Couronne.--Ouverture de la
session de 1832.--Tentative d'assassinat sur le Roi.--État des affaires
au dedans et au dehors.--Je tombe malade.


CHAPITRE XVI.

INSTRUCTION PRIMAIRE.

Je suis malade pendant six semaines--Prise d'Anvers.--Arrestation de
S.A.R. madame la duchesse de Berry.--De la politique du cabinet dans
cette circonstance.--Je reprends les affaires.--Présentation à la
Chambre des députés du projet de loi sur l'instruction primaire.--Ma vie
domestique.--Des projets et des progrès en fait d'instruction primaire
de 1789 à 1832.--Questions essentielles.--L'instruction primaire
doit-elle être obligatoire?--Doit-elle être gratuite?--De la liberté
dans l'instruction primaire.--Des objets et des limites de l'instruction
primaire.--De l'éducation et du recrutement des instituteurs
primaires.--De la surveillance des écoles primaires.--Concours
nécessaire de l'État et de l'Église.--Que l'instruction primaire doit
être essentiellement religieuse.--Mesures administratives pour assurer
l'exécution et l'efficacité de la loi.--Mesures morales.--Promulgation
de la loi du 28 juin 1833.--Ma circulaire à tous les instituteurs
primaires.--Visite générale des écoles primaires.--Établissement des
inspecteurs des écoles primaires.--Mes rapports avec les corporations
religieuses vouées à l'instruction primaire.--Le frère Anaclet.--L'abbé
J. M. de la Mennais.--L'abbé F. de la Mennais.--Mon rapport au Roi en
avril 1834 sur l'exécution de la loi du 28 juin 1833.--De l'état actuel
de l'instruction primaire.


CHAPITRE XVII.

INSTRUCTION SECONDAIRE.

Difficulté de l'introduction du principe de la liberté dans
l'instruction secondaire.--Constitution originaire de l'Université.--Ses
deux sortes d'ennemis.--Leur injustice.--Causes naturelles et légitimes
de leur hostilité.--L'Université dans ses rapports avec l'Église.--État
intérieur et situation sociale du catholicisme en 1830.--Réclamation
de la liberté d'enseignement.--M. de Montalembert et l'abbé
Lacordaire.--Tendances diverses dans le catholicisme.--Efforts pour
le réconcilier avec la société moderne.--L'abbé F. de la
Mennais.--L'_Avenir_.--Voyage de l'abbé de la Mennais, de l'abbé
Lacordaire et de M. de Montalembert à Rome.--Le pape Grégoire XVI
condamne l'_Avenir_.--L'Université dans ses rapports avec la société
civile.--Quelle eût été la bonne solution du problème.--Pourquoi et
par qui elle était alors repoussée.--Je prépare un projet de loi sur
l'instruction secondaire.--Son caractère et ses limites.--Comment il
fut accueilli.--Rapport de M. Saint-Marc Girardin à la Chambre des
députés.--Discussion du projet.--M. de Lamartine.


CHAPITRE XVIII.

INSTRUCTION SUPÉRIEURE.

Disposition des esprits de 1832 à 1837, quant à l'instruction
Supérieure.--Réformes et innovations nécessaires.--Comment je les
entreprends.--Chaires vacantes au Collège de France.--Nomination de MM.
Eugène Burnouf, Jouffroy, Ampère et Rossi.--Mes relations personnelles
avec eux.--Création de la chaire de droit constitutionnel dans la
Faculté de droit de Paris.--Nomination de M. Rossi.--Opposition à son
cours.--M. Auguste Comte et la _Philosophie positive_.--Des procédés des
Chambres envers les savants et les lettrés.--Du cumul des emplois.--Des
logements.--Lettre de M. Geoffroy Saint-Hilaire.--Savants
voyageurs.--MM. Victor Jacquemont et Champollion jeune.--De
l'introduction du principe de la liberté dans l'instruction
supérieure.--Des agrégés.--De la décentralisation dans l'instruction
supérieure.--De l'absence de toute discipline morale dans l'instruction
supérieure.--Moyen d'y porter remède.


CHAPITRE XIX.

ACADÉMIES ET ÉTABLISSEMENTS LITTÉRAIRES.

Rétablissement de l'Académie des sciences morales et politiques dans
l'Institut.--Motifs et objections.--Lettre de M. Royer-Collard.--Je
communique mon projet aux membres survivants de l'ancienne classe des
sciences morales et politiques. L'abbé Sieyès.--Le comte Roederer.--M.
Daunou.--Élections nouvelles.--M. Lakanal.--Des travaux de l'Académie
des sciences morales et politiques et de l'utilité générale
des académies.--Mes relations avec les sociétés savantes des
départements.--De l'administration des établissements littéraires
et scientifiques.--Idées fausses à ce sujet.--De la suppression des
logements pour les conservateurs et employés dans l'intérieur de ces
établissements.--Réformes dans l'administration de la Bibliothèque
royale.--Augmentation du budget des établissements littéraires et
scientifiques.--Constructions nouvelles au Muséum d'histoire naturelle.


CHAPITRE XX.

ÉTUDES HISTORIQUES.

Importance morale et politique des études historiques.--État des études
historiques dans l'instruction publique avant 1818.--Introduction de
l'enseignement spécial de l'histoire dans les colléges.--Du caractère et
des limites de cet enseignement.--État des études historiques après la
Révolution de 1830.--Lettre de M. Augustin Thierry à ce sujet--Fondation
de la _Société pour l'histoire de France_.--Je propose la publication,
par le ministère de l'Instruction publique, d'une grande collection
des Documents inédits relatifs à l'histoire de France.--Débat Dans les
Chambres à ce sujet.--Mon rapport au roi Louis-Philippe.--Lettre du
Roi.--M. Michelet et M. Edgar Quinet.--De l'état actuel des études sur
l'histoire générale et locale de la France, et de l'influence de ces
études.


CHAPITRE XXI.

POLITIQUE INTÉRIEURE. (1832-1836.)

Vrai caractère de la politique de résistance de 1830 à 1836.--État des
partis dans les chambres en 1832.--Nomination de pairs.--Naissance
du tiers-parti dans la chambre des députés.--M. Dupin
président.--Révocation de MM. Dubois, de Nantes, et Baude.--Débat à ce
sujet.--Sessions de 1832 et 1833.--Bonne situation du cabinet.--Des
sociétés secrètes à cette époque.--De l'appui qu'elles trouvaient dans
la Chambre des députés.--Des journaux.--Quelle conduite doit tenir le
pouvoir en présence de la liberté de la presse périodique.--Quelle fut,
à cet égard, notre erreur.--Procès de _la Tribune_ devant la Chambre des
députés.--Concessions inutiles à l'esprit révolutionnaire.--Session
de 1834.--Débat entre M. Dupin et moi; _Parce que_ et _Quoique_
Bourbon.--Explosion des attaques républicaines et anarchiques.--Loi sur
les crieurs publics.---Loi sur les associations.--Traité des 25
millions avec les États-Unis d'Amérique.--Échec et retraite du duc
de Broglie.--Pourquoi je reste dans le cabinet.--Sa
reconstitution.--Insurrections d'avril 1834 à Lyon et sur plusieurs
autres points.--A Paris.--Leur défaite.--Procès déféré à la Cour des
pairs;--Dissolution de la Chambre des députés.--Les élections nous sont
favorables.--Péril de la situation.--Attitude du tiers-parti.--Embarras
intérieurs du cabinet.--Question du gouvernement de l'Algérie.--Le
maréchal Soult.--Sa retraite. Le maréchal Gérard, président du
conseil.--Ouverture de la session de 1835.--Adresse de la Chambre
des députés.--Question de l'amnistie.--Le maréchal Gérard se
retire.--Démission de MM. Duchâtel, Humann, Rigny, Thiers et
moi.--Ministère des trois jours.--Sa retraite soudaine.--Nous rentrons
au pouvoir, avec le maréchal Mortier comme président du conseil.--M. de
Talleyrand se retire de l'ambassade de Londres.--Mort et obsèques de M.
de La Fayette.--Ma brouillerie avec M. Royer-Collard.--Affaiblissement
et retraite du cabinet.--Crise ministérielle.--Le roi et le duc de
Broglie.--M. Thiers.--Le duc de Broglie rentre comme président du
conseil et ministre des affaires étrangères.--Travaux du cabinet
reconstitué.--Procès des accusés d'avril devant la Cour des
pairs.--Recrudescence anarchique.--Attentat Fieschi.--Lois de
septembre.--Forte situation du cabinet.--Incident inattendu; M. Humann
et la conversion des rentes.--Échec et dissolution du cabinet du 11
octobre 1832.

PIÈCES HISTORIQUES.

I.

Rapport au roi Louis-Philippe sur la publication d'un Manuel général de
l'instruction primaire (19 octobre 1832).

II.

Circulaire adressée le 18 juillet 1833 à tous les instituteurs primaires
en leur envoyant la loi du 28 juin 1833 (18 juillet 1833).

III.

Circulaire adressée le 13 août 1835 aux inspecteurs des écoles primaires
institués par une ordonnance du roi du 26 février 1835.

IV.

Correspondance entre l'abbé J.-M. de la Mennais et M. Guizot sur les
écoles primaires de la Congrégation de l'instruction chrétienne.
1° L'abbé J-M. de la Mennais à M. Guizot. 2° M. Guizot à l'abbé de la
Mennais.

V.

1° M. Jouffroy à M. Guizot. 2° M. Jouffroy à M. Guizot.

VI.

Rapport au roi Louis-Philippe sur la création d'une chaire de droit
constitutionnel dans la Faculté de droit de Paris.

VII.

M. Auguste Comte à M. Guizot (30 mars 1833).

VIII.

M. Lakanal à M. Guizot. (Mobile, État d'Alabama.--16 juillet 1835).

IX.

Rapports au roi Louis-Philippe sur la publication d'une Collection des
documents inédits relatifs à l'histoire de France.
1° Extrait du rapport au Roi sur le budget du ministère de l'instruction
publique pour l'exercice de 1835.
2° Rapport au Roi sur les mesures prescrites pour la recherche et la
publication des documents inédits relatifs à l'histoire de France.

X.

Rapport à M. le comte Pelet de la Lozère, ministre de l'instruction
publique, sur l'état des travaux relatifs à la Collection des documents
inédits concernant l'histoire de France (23 mars 1836).

XI.

Tableau comparatif des lois rendues de 1830 à 1837, les unes pour
la résistance au désordre et la défense du pouvoir, les autres pour
l'extension et la garantie des libertés Publiques.

XII.

Récit de l'insurrection de Lyon, en avril 1834, écrit en mai 1834, par
un témoin oculaire.



                   FIN DE LA TABLE DU TOME TROISIÈME.

ERRATUM. Page 287, ligne 6, supprimez les mots _offensive et défensive_.





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Mémoires pour servir à l'Histoire de mon temps (Tome 3)" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home