Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: Contes et nouvelles
Author: Laboulaye, Edouard, 1811-1883
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Contes et nouvelles" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



CONTES

ET

NOUVELLES



PAR

ÉDOUARD LABOULAYE

MEMBRE DE L'INSTITUT



60 VIGNETTES PAR E. BOILVIN



[Illustration]



MA COUSINE MARIE



I


Par une froide et humide matinée de novembre, une pauvre femme,
misérablement vêtue, était assise auprès du lit de son enfant malade.
On était en 1818; l'année avait été rude, la guerre civile avait
ensanglanté les rues de Paris: Georges, le mari de Madeleine (c'était
le nom de la pauvre femme), avait été tué derrière une barricade, où il
défendait l'émeute en croyant défendre ses droits. Depuis cette mort
fatale, la misère et l'abandon étaient entrés dans une famille que
soutenait jusque-là le travail de son chef; c'était à grand'peine que
Madeleine avait pu louer une chambre au sixième étage dans une maison de
la rue du Helder. Elle était blanchisseuse en dentelles; pour garder ses
pratiques, il lui fallait habiter un quartier où tout était cher; elle
s'était donc résignée à quitter le faubourg où on l'avait mariée, où
elle avait perdu son cher Georges. En temps de révolution, par malheur,
on ne fait guère de toilette; l'ouvrage était rare, déjà Madeleine était
en arrière avec tous ses fournisseurs. Le boulanger avait annoncé qu'il
arrêtait son crédit. Madeleine touchait au moment fatal qui perd les
malheureux et fait d'une ouvrière honnête une mendiante, que dégraderont
bientôt la faim et le désespoir.

Elle était là, les yeux rougis par les veilles et les larmes, regardant
sa fille rongée par la fièvre, cherchant en vain dans sa pensée comment
elle trouverait pour le lendemain du travail et du pain, quand une
main hardie tourna la clef de la porte et fit tressaillir la mère et
l'enfant.

La personne qui entrait était une femme de chambre mise de la façon la
plus élégante. Une taille pincée, un petit bonnet jeté en arrière de la
tête, un tablier coquettement festonné, tout annonçait une camériste de
grande maison. Elle approcha d'un air dégagé et ouvrant sa main, dans
laquelle il y avait une pièce d'or:

«Tenez, bonne femme, dit-elle à Madeleine, voilà ce que Madame m'a
chargé de vous remettre.

--Qu'est-ce que cet argent? Qui me l'envoie? demanda la veuve de
l'ouvrier en ouvrant des yeux étonnés.

--C'est Madame, c'est la propriétaire, répondit la femme de chambre, en
tendant du bout des doigts la pièce d'or, que Madeleine ne regarda même
pas.

--Votre maîtresse ne me doit rien, que je sache; je n'ai pas travaillé
pour elle.

--Sans doute, reprit la femme de chambre en haussant les épaules, sans
doute; Madame a ses ouvrières; mais Mme Remy, la concierge a dit à
Madame que vous n'aviez pas payé votre terme et que vous aviez un enfant
malade; et comme Madame est très charitable, quoiqu'elle ait beaucoup de
pauvres, Madame m'a dit: «Rose, montez auprès de cette bonne femme, qui
loge au grenier et portez-lui cette aumône. Tenez, voilà l'argent, il
faut que je descende». Et Mlle Rose jeta la pièce d'or sur une chaise,
le seul meuble à peu près qu'il y eût dans cette chambre désolée.

«Arrêtez, Mademoiselle, dit Madeleine, je ne suis pas une mendiante, je
ne demande l'aumône à personne. Mon terme, je le paierai; il ne me faut
pour cela qu'une semaine de travail. Remportez cet argent, ajouta-t-elle
avec une certaine impatience, encore une fois, je n'en veux pas; je ne
tends pas la main.

--Madame m'a dit de vous porter ces vingt francs, reprit Rose d'un air
dédaigneux, je n'ai d'ordres à recevoir que de ma maîtresse; le reste
ne me regarde pas. Il n'y a que ceux qui paient qui ont le droit de
commander.»

Madeleine était à la porte avant la femme de chambre.

«Reprenez cet or, cria-t-elle d'un ton impérieux; reprenez cet or et
sortez d'ici. Croyez-vous que je recevrai un secours de ces bourgeois
qui m'ont tué mon mari? Croyez-vous que je veuille rien de vos maîtres
ni de vous? Allez-vous-en, ajouta-t-elle d'une voix que faisait trembler
la colère, et ne rentrez jamais ici, ou ce n'est pas par la porte que
vous sortirez.

--C'est bien, je vais tout dire à Madame; on vous donnera votre congé,
impertinente, qui refusez les bienfaits....»

On n'entendit pas le reste de la phrase, car Madeleine avait jeté la
pièce d'or dans le corridor et poussé la porte avec une telle violence
que peu s'en fallut qu'elle n'écrasât les doigts de Mlle Rose.

Madeleine se promenait à grands pas dans la chambre, les yeux hagards,
tantôt regardant sa fille, tantôt cherchant le ciel au travers des
nuages et du brouillard. «O honte! disait-elle, ô misère! Est-ce là
que j'en devais venir?» Elle prit son enfant dans ses bras, l'embrassa
convulsivement, et enfin se mit à pleurer.

«Qu'as-tu, maman? disait la petite fille. Pourquoi refuses-tu l'argent
que t'envoie cette bonne dame? Tu te plaignais hier de n'avoir pas un
peu de bouillon pour moi, tu m'en aurais acheté!

--Tais-toi, tais-toi, Julie, reprit Madeleine; du bouillon, tu en auras;
je suis plus riche que tu ne crois.»

Elle ouvrit une malle jetée dans un coin de la chambre, remua quelques
restes de vieux linge, et chercha comme si elle pouvait trouver quelque
chose. Mais depuis longtemps tout était vendu, jusqu'à l'anneau de
mariage; il n'y avait plus rien que des chiffons sans valeur.

Madeleine soupira, ferma le vieux coffre, et, regardant autour d'elle,
dans ces murs abandonnés, elle prit l'unique matelas de son lit,
c'était sa dernière ressource; elle le chargea sur sa tête et descendit
rapidement l'escalier pour courir au mont-de-piété.

«Ne pleure pas, disait-elle à l'enfant, qui s'effrayait de rester seule,
ne pleure pas! Dans un instant je reviens avec un beau morceau de boeuf,
tu m'aideras à mettre le pot-au-feu; nous éplucherons ensemble les
oignons et les carottes; attends-moi, dans un instant nous nous
amuserons, et demain j'aurai du travail. Quand la besogne n'allait pas,
ton père, le pauvre homme! disait: «Patience, patience! Dieu n'abandonne
pas les honnêtes gens.»



II


On pense que Mlle Rose, si indignement traitée, n'avait pas gardé pour
elle les paroles de Madeleine; mais Mme de la Guerche était sortie; il
n'y avait à la maison que sa fille, Marie; c'est à elle que Rose, tout
émue, et agitant les bras, contait les injures que lui avaient dites
cette méchante femme et les dangers qui l'avaient menacée.

«Oui, Mademoiselle, disait-elle, les larmes aux yeux, on m'a outragée;
peu s'en faut qu'on ne m'ait battue. Cela ne me fait rien, je suis
au-dessus de ces misérables, mais c'est manquer à Madame et à vous
aussi, Mademoiselle. Du reste, Mme Remy le dit souvent: «Ces dames sont
trop bonnes, aussi on leur manque de respect. Avec les pauvres, il faut
être raide quand on leur donne, pour leur faire sentir qu'on les oblige:
c'est comme ça que font toutes les dames comme il faut.»

--C'est bien, que Mme Remy garde ses réflexions pour elle, et faites
comme Mme Remy. Donnez-moi le paquet de flanelle et de linge que j'ai
cousu cet hiver.

--Vous sortez de l'appartement, Mademoiselle?

--Oui, je monte chez cette pauvre femme; c'est au sixième, la seconde
porte à gauche, n'est-ce pas?

--N'y allez pas, Mademoiselle! Il vous arriverait quelque malheur. Vous
ne connaissez pas cette femme; elle a des yeux comme un tigre en furie.
Au moins, Mademoiselle, prenez quelqu'un avec vous; je vais appeler
Baptiste.

--N'appelez personne, et restez; je n'ai pas besoin de vous.»

Et, au grand effroi de Rose, Marie monta au grenier, sans même se
retourner pour regarder les gestes éplorés de sa femme de chambre.

Pendant que la jeune fille est en chemin, laissez-moi vous faire son
portrait; car vous avez deviné que Mlle de la Guerche, c'est ma cousine
Marie.

Elle n'est pas jolie, non, et cependant j'aime à la voir. Sa taille est
lourde, sa démarche peu gracieuse, sa figure large et carrée; mais elle
a de si beaux yeux, un regard si doux et si limpide, et quand elle rit
de sa grande bouche et montre ses belles dents blanches, il y a tant de
franchise et de bonté dans son sourire qu'en vérité je ne connais pas de
femme que je préfère à ma cousine. Elle est pieuse, et même dévote; il
ne se passe guère de jour qu'on ne la voie à l'église; un sermon est
pour elle une fête, mais sa religion ne gêne personne; jamais Marie ne
se fait valoir; jamais elle ne condamne les autres; elle est toujours
prête à défendre les absents, à protéger ceux qu'on attaque, à excuser
ceux qui sont tombés; je ne sais ce qu'elle entend par religion dans le
fond de l'âme, mais au dehors sa religion n'est que douceur et bonté.
Marie pense toujours aux autres et jamais à elle-même; elle met son
plaisir dans le bonheur d'autrui. Une chrétienne comme ma cousine
convertirait, par son exemple, le monde tout entier. Voilà pourquoi,
malgré son peu de beauté, je n'ai jamais vu de femme plus belle que ma
cousine Marie.



III


En portant son unique matelas au mont-de-piété, Madeleine n'avait oublié
qu'une chose, c'est que, pour sortir de la maison sa dernière richesse,
il lui fallait le consentement de Mme Remy. La majestueuse portière
avait arrêté Madeleine au passage; gardienne jalouse des droits du
propriétaire, elle avait signifié à la pauvre femme qu'elle eût à
remonter son matelas. En vain Madeleine lui expliquait qu'il lui fallait
de l'argent pour que sa fille eût à manger.

«Tout cela ce sont des paroles, répétait l'austère concierge; vos
meubles sont la garantie de votre loyer, je ne connais que ça.»

Sur quoi elle avait pris lentement une prise de tabac et fermé
brusquement la porte cochère, sans s'inquiéter des prières de Madeleine.

La situation était grave, car l'ouvrière était peu patiente; cependant
elle sentait que Mme Remy avait quelque raison, et peut-être allait-elle
se retirer quand arriva Mlle Rose. N'ayant rien à faire, elle venait
conter à sa bonne amie, Mme Remy, la singulière idée qu'avait eue
Mademoiselle; elle entendait bien faire approuver sa profonde sagesse
par la prudente concierge et s'apitoyer avec elle sur la folie des
maîtres. A la vue de Madeleine et de son matelas, et de Mme Remy appuyée
contre la porte cochère, les bras croisés, Rose demeura toute surprise.

«Que faites-vous donc là?» demanda-t-elle à la portière.

Sur quoi Mme Remy, charmée de se voir soutenue et admirée dans
l'exercice de ses fonctions, raconta tout au long et à haute voix à la
chère Rose, les singulières prétentions de Madeleine.

«Il y a des gens, dit aigrement la femme de chambre, qui ont des idées
particulières. On refuse un secours et on déménage sans payer: c'est une
fierté étrangement placée!

--Qu'est-ce que vous dites? demanda brusquement Madeleine, qui avait mal
entendu, mais qui sentait que c'était d'elle qu'on s'occupait.

[Illustration]

--Je ne vous parle pas, Madame, reprit dédaigneusement Mme Rose; je ne
vous connais pas; je parle à Mme Remy.

--Vous ferez bien de peser vos mots, dit Madeleine, dont la douceur
n'était pas la vertu favorite; quand j'habitais au faubourg avec mon
mari, j'ai corrigé plus d'une péronnelle qui avait la langue trop
longue; ne me faites pas sortir de mon caractère.

--Madame Remy, vous l'entendez, cria la camériste; je vous prends à
témoin: cette femme me menace et m'insulte. Et dire qu'on n'a d'égards
que pour ces personnes! En ce moment Mademoiselle est là-haut, pour
secourir des gens si peu dignes de pitié!

--Chez moi, votre demoiselle? Qu'y vient-elle faire? Ne vous ai-je pas
dit que je ne demande rien et que je ne veux pas qu'on entre chez moi?

--Mademoiselle est la fille du propriétaire, dit gravement Mme Remy;
elle a le droit de surveiller ses locataires.

--Mademoiselle a voulu juger par elle-même de votre politesse, reprit
Rose en ricanant; nous verrons si vous la mettrez à la porte quand elle
vous porte l'aumône que vous ne méritez pas.

[Illustration]

--C'est tout vu, cria Madeleine en laissant tomber son matelas, qu'elle
soutenait contre le mur; c'est tout vu; personne n'a le droit de
s'introduire chez moi, et si votre demoiselle vient m'espionner ou
m'outrager, riche ou non, propriétaire ou non, je lui ferai danser une
danse comme elle n'en a jamais vu.»

Sur quoi Madeleine se précipita dans l'escalier.

«Au secours! cria Rose; au secours! arrêtez-la!

--Qu'est-ce donc? dit M. de la Guerche, qui entrait en ce moment.

--Courez, Monsieur, cria de plus belle la femme de chambre, qui essayait
de se trouver mal; courez, on assassine Mademoiselle. C'est là-haut, au
sixième étage, chez la veuve de l'insurgé.

Rose allait s'évanouir, quand elle s'aperçut qu'on l'avait laissée
seule pour voler au secours de Marie; Mme Remy elle-même s'était
courageusement enfoncée dans l'escalier, un balai à la main. Rose
réfléchit qu'un évanouissement solitaire n'aurait point d'intérêt, et,
la curiosité l'emportant sur le danger, elle se mit à courir comme les
autres.



IV


Quoique Madeleine fût encore jeune et que la colère la poussât,
néanmoins on ne monte pas cent vingt marches tout d'une haleine et sans
réfléchir. Au second étage, Madeleine songea qu'elle avait été un peu
vive; au quatrième, elle se dit que Mlle Rose n'était qu'une sotte;
enfin, en arrivant en haut de la maison, elle sentit qu'il fallait
repousser froidement une aumône qu'on lui faisait par pitié, et que
c'était le moment d'avoir de la dignité. Elle rajusta le mouchoir
qu'elle avait sur la tête, tira les deux pointes de sa camisole, et,
marchant à petits pas, sans pouvoir calmer l'agitation de son coeur,
elle ouvrit la porte en tremblant, mais sans faire de bruit: ses lèvres
étaient serrées; sa figure était pâle; l'orage grondait dans son âme.
Tout à coup elle s'arrêta, comme si une main invisible l'eût clouée sur
le carreau.

Que voyait-elle? Quel spectacle inconnu l'avait ainsi pétrifiée? En face
d'elle, mais lui tournant le dos, était ma cousine Marie; sur ses genoux
elle tenait la petite fille, qu'elle avait tirée de ses haillons pour
la vêtir d'une chemise blanche et d'un long gilet de flanelle qui
enveloppait la malade jusqu'aux genoux. En ce moment elle lui ajustait
sur la tête un béguin d'indienne, et, avec son mouchoir brodé, elle
essuyait la sueur de la fièvre qui coulait sur je front de l'enfant. La
pauvre petite fille, toute émue et toute tremblante, passait ses bras
autour du cou de ma cousine; Marie embrassait l'enfant avec toute la
tendresse d'une mère.

«Maintenant, ma bonne Julie, lui dit-elle, il faut te coucher.
Attends-moi, je vais te chercher de beaux draps blancs et une
bassinoire; je chaufferai ton lit, et cette vilaine fièvre, nous la
chasserons.

--Mademoiselle, ne me quittez pas, murmurait l'enfant en se serrant
contre sa bienfaitrice. Je suis si bien près de vous!

--Appelle-moi ta petite maman, disait Marie, et obéis-moi comme à ta
mère; dans un instant je reviens.»

[Illustration]

Elle se retourna, et, en se retournant, elle poussa un cri. Devant elle
était Madeleine, toujours immobile; de grosses larmes lui tombaient des
yeux; elle voulait parler, ses lèvres s'agitaient sans prononcer un mot.
Sa colère, soudain arrêtée et chassée par une émotion contraire, c'était
une secousse trop forte pour l'ouvrière; elle ne revint à elle qu'en
sanglotant.

«Mademoiselle, s'écria-t-elle, laissez-moi vous embrasser; et croyez que
ce n'est pas une ingrate que vous obligez!

--Embrassez-moi, ma bonne Madeleine, dit ma cousine avec son aimable
sourire, votre baiser me portera bonheur; mais faites vite, nous ne
pouvons laisser cette enfant dans des draps qui sentent la fièvre. Je
reviens dans un instant.»

Madeleine, trop émue pour marcher, la suivit d'un long regard et se mit
à fondre en larmes:

«Voilà, s'écria-t-elle, un coeur d'or! Celle-ci nous aime et nous
comprend; elle ne nous humilie pas par sa pitié.»



V


Tandis que le calme rentrait au sixième étage, tout était agité dans la
loge. M. de la Guerche, en homme de sens, avait compris que Marie ne
courait aucun danger; il avait assez rudement remercié Mme Remy et Rose
de leurs craintes et de leur empressement. Les deux femmes, entourées
des domestiques de la maison et des voisines du quartier, ne savaient
trop comment expliquer tout le bruit qu'elles avaient fait. Mme Remy,
la prudence même, congédiait tous les curieux pour ne pas déplaire à
Monsieur. Mlle Rose poussait de gros soupirs et murmurait, assez haut
pour qu'on l'entendît, que les maîtres n'étaient que des ingrats.

Quand les deux femmes se trouvèrent enfin seules, Rose enfonça ses mains
dans les deux poches de son tablier:

«Eh bien, madame Remy, s'écria-t-elle, vous l'avais-je dit qu'il n'y
a de bonheur et de faveur que pour les gueux? Avez-vous entendu comme
Monsieur m'a traitée quand je voulais secourir Mademoiselle?

--Oui, il vous a dit: «Vous n'êtes qu'une folle, allez-vous-en!»

--C'est bon, c'est bon, madame Remy, les mots ne sont rien, mais le
regard, mais le dédain! Qu'est-ce que vous feriez à ma place? Je ne puis
plus rester dans la maison. On me méprise.

--Patience, ma belle enfant, dit Mme Remy; dans la vie il y a des bons
et des mauvais jours; il faut jouir des uns et oublier les autres.
Que voulez-vous? les riches sont comme tous les hommes, ils ont leurs
fantaisies; il faut être indulgent avec eux. On n'est pas domestique
pour ne rien passer à son maître. Il faut lui pardonner quelque chose.
Qui est-ce qui est parfait?

--Vous avez raison, madame Remy; mais cependant Monsieur devrait avoir
plus de respect pour moi devant le monde, et Mademoiselle, en montant
là-haut, aurait bien dû sentir qu'après ce qui s'est passé elle me
compromettait.

[Illustration]

--Sans doute, mademoiselle Rose, sans doute; mais, voyez-vous, la
richesse gâte les hommes. Moi qui vous parle, et qui n'étais pas née
pour être concierge, mon père était un gros fermier, vous savez? eh
bien! je sens que si j'étais riche, j'aurais aussi mes fantaisies. Il me
faudrait tous les jours une oie rôtie et la soupe aux choux; c'est une
faiblesse, je le sais, mais je la contenterais.

--Ah! si j'étais riche, s'écria Rose, ce n'est pas moi qui ferais comme
Mademoiselle: au lieu de m'habiller comme une soeur du pot, j'aurais des
dentelles à mon bonnet, à mon mouchoir, à mon tablier; parce que, moi,
j'ai l'âme grande, et je ne sais pas m'encanailler!

--Chacun son idée, reprit la portière, c'est ce que je vous disais.
Calmez-vous! Mademoiselle vous fera quelque cadeau, suivant son
habitude; il faut l'excuser aujourd'hui; et, comme dit le proverbe:
«Traite-toi comme tu voudrais que te traitât ton prochain.»

Sur quoi Mme Remy, heureuse d'avoir montré sa science, ouvrit
majestueusement sa tabatière, et Rose remonta dans l'appartement, en
disant que personne dans la maison n'était en état de la comprendre:
elle avait des goûts trop distingués pour tous ces gens-là.



VI


Un mois après cette scène mémorable, Marie était devenue l'amie, presque
la soeur de Madeleine. Non seulement elle lui avait procuré de l'ouvrage
en la recommandant à toutes ses connaissances, mais chaque jour elle
allait travailler auprès de la petite Julie. Souvent elle apportait avec
elle un gros livre, tout rempli d'images, et faisait une lecture que la
mère et la fille écoutaient avec un égal intérêt. Ce livre, c'est celui
qui parle à tous les âges, à toutes les conditions, et qui, depuis deux
mille ans, n'a rien perdu de son intérêt: c'est la Bible.

«Ah! Mademoiselle, disait souvent Madeleine, tout en mouillant et en
repassant ses dentelles, que Jésus-Christ était bon, et qu'on voit bien
qu'il était pauvre comme ceux qu'il consolait! Comme ces paroles me vont
au coeur! Comment se fait-il que je sois venue à mon âge sans qu'on
m'ait donné à lire ce livre divin?

--On le lit à l'église tous les dimanches, Madeleine; pourquoi n'y
allez-vous pas? Vous êtes chrétienne, cependant. Cette image qui est là,
clouée au mur, qui représente un prêtre à l'autel et une femme à genoux,
cette image au bas de laquelle il est écrit: _Précieux souvenir si vous
êtes fidèle_, n'est-ce pas à votre première communion qu'on vous l'a
donnée?

--Vous avez raison, Mademoiselle, je suis une païenne; pardonnez-moi:
on m'a si mal élevée, et j'ai tant souffert! Pour nous autres, pauvres
gens, l'église c'est l'endroit où l'on baptise nos enfants et où l'on
nous enterre; nous n'en savons pas plus long. On y dit de belles
paroles, je le sais, j'y suis entrée quelquefois; mais ces belles
paroles, on les pratique si peu que nous ne croyons guère à ceux qui
les prêchent. C'est vous, Mademoiselle, qui me faites comprendre
Notre-Seigneur; vous êtes bonne comme lui.

--Taisez-vous, Madeleine, ne dites rien de semblable; je ne suis qu'une
pécheresse, comme toutes les filles d'Ève.

--Ma petite maman, disait l'enfant, qui ne pouvait plus se séparer de
Marie, lis-moi donc les belles histoires qui sont au commencement du
livre; ce sont celles-là que j'aime le mieux.

--Volontiers», dit Marie.

Et, ouvrant la Bible au hasard, elle lut ce qui suit:

«Sara, ayant vu le fils d'Agar l'Égyptienne, qui jouait avec son fils
Isaac, dit à Abraham:

«Chassez cette esclave et son enfant, car le fils de l'esclave ne sera
pas héritier avec mon fils.»

«Au matin, Abraham se leva, et prenant un pain et une outre d'eau, il
les mit sur l'épaule de l'esclave, lui donna l'enfant et la renvoya. Et
Agar, étant partie, errait dans la solitude de Bethsabée.

«L'eau de l'outre était épuisée. Agar jeta l'enfant sous un des arbres
qui étaient là.

«Et elle s'en alla, à la distance d'une portée d'arc, et dit: «Je ne
verrai pas mourir l'enfant.» Elle s'assit, et élevant la voix, elle
pleura.

«Et Dieu entendit la voix de l'enfant, et l'ange de Dieu appela Agar du
haut du ciel, et lui dit: «Que fais-tu, Agar? Ne crains rien. Dieu a
entendu la voix de l'enfant, du lieu où il est.»

«Lève-toi, prends l'enfant, et tiens-lui la main; j'en ferai le chef
d'une grande nation.»

«Et Dieu ouvrit les yeux à Agar; elle vit un puits; elle y alla; elle
emplit l'outre et donna à boire à l'enfant.

«Et elle resta avec lui, et il grandit et resta dans le désert et devint
un chasseur.»

--Montre-moi l'image, dit l'enfant à Marie; et elle regarda, avec une
admiration naïve, Agar avec sa grande coiffe blanche, le petit Ismaël
avec sa tunique et sa ceinture, et l'ange avec ses grands cheveux
bouclés.

--Maman! maman! cria-t-elle tout à coup à Madeleine, Agar, c'est toi; je
suis le petit Ismaël, et l'ange, c'est ma bonne Marie.

--Oui, oui, dit Madeleine: tu dis plus vrai que tu ne crois; l'ange qui
m'a sauvée du désespoir et qui t'a rendu la vie, c'est Mademoiselle.

--Si tu es Ismaël, dit Marie en riant à la petite Julie, tu feras donc
comme lui quand tu seras grande, tu seras une chasseresse, et, comme le
fils d'Agar, tu auras un arc et des flèches sur l'épaule?

--Non, quand je serai grande, je sais bien ce que je ferai.

--Et que feras-tu? dit la mère.

--C'est mon secret, répondit l'enfant en mettant un doigt sur ses
lèvres, je ne le dirai qu'à Marie.

--Je t'écoute, mon enfant.

--Eh bien, j'irai chercher une petite fille malade, je la mettrai sur
mes genoux, je l'habillerai, je l'embrasserai, je la guérirai, et je lui
dirai: «Appelle-moi ta petite maman.» Et elle se jeta dans les bras de
Marie.



Voila mon histoire; elle n'est ni longue, ni curieuse, je la donne telle
qu'on me l'a contée il y a douze ans. Depuis lors tout a changé dans la
maison de la rue du Helder. Mme Remy s'est retirée dans son pays, trop
vieille pour veiller plus longtemps dans sa loge, et n'ayant pas réalisé
son rêve d'une oie grasse tous les jours, encore bien que ma cousine lui
fasse une pension qui la mette au-dessus du besoin. Mlle Rose n'a pu
rester dans une maison où l'on frayait avec les petites gens; elle a
épousé un cocher anglais, qui, dit-on, la bat quelquefois, mais qui l'a
fait entrer au service d'une duchesse; elle porte des dentelles à son
bonnet, ce qui, avec son nez pointu et sa figure sèche, lui donne plus
que jamais la figure d'un oiseau. La mansarde du sixième est vide; mais
il y a, à l'entresol, une jeune blanchisseuse en dentelles qui répond au
nom de Julie. Elle occupe deux ouvrières, et on commence à parler, dans
le quartier, du mariage possible de la jolie blanchisseuse avec un
dessinateur en broderies qui a un bon établissement dans les environs.

Quant à ma cousine Marie, qui a trente ans maintenant, elle n'a pas
voulu se marier, au grand regret de ses parents; ils ne peuvent se
consoler d'avoir auprès d'eux une fille attentive et charmante qui leur
fait oublier les ennuis de la vieillesse. Tout entière à ses oeuvres
de charité, Marie a reculé devant le mariage, se trouvant trop laide,
dit-elle gaiement, pour faire la joie d'un galant homme, et ayant trop
d'enfants à soigner chez les autres pour avoir le temps de s'occuper de
ceux que le Ciel lui donnerait. Pour l'aider dans son ministère, car
c'est un vrai ministère qu'elle exerce, elle a auprès d'elle un gardien
fidèle, une espèce de Cerbère qui porte au loin la terreur, c'est
Madeleine, que le temps n'a pas calmée. Un pauvre vient-il demander Mlle
de la Guerche, Madeleine se fait aussi douce que le lui permet sa
nature emportée; il n'est pas de jour qu'elle ne monte seule, ou avec
Mademoiselle, dans tous les greniers du quartier, et toujours avec joie.
Mais vienne une visite mondaine, vienne un curieux, vienne surtout
quelque femme de chambre du voisinage, Madeleine montre les dents.
Elle est jalouse de sa maîtresse, et ne la cède qu'aux pauvres et
aux malheureux. Pour moi, cependant, elle fait une exception. Quand
j'arrive, et qu'il y a là d'autres personnes, Madeleine me sourit du
regard, tout en faisant sa grosse voix pour chasser les importuns.
Quelquefois, je me laisse prendre à sa rudesse et je veux sortir; mais
sa main me prend le bras, comme dans un étau, et elle me dit d'une voix
brusque et comme un chien qui aboie: «Entrez, je sais que vous l'aimez.»
Rien ne peut distraire Madeleine de sa passion pour sa maîtresse,
quelquefois elle en rudoie sa fille; Marie est obligée de lui reprocher
sa dureté; mais on ne changera pas Madeleine; son plaisir sera de
gronder jusqu'à son dernier jour. Personne ne comprend l'attachement de
ma cousine pour une femme aussi désagréable. Cependant, quand je vois
de quels yeux Madeleine contemple sa maîtresse, comme elle la couve
du regard, comme elle devine tout ce que désire Mademoiselle, je lui
pardonne jusqu'à ses fureurs. On voit que toute sa vie appartient à
celle qui est venue s'asseoir au foyer désolé de la veuve et de la mère
pour y apporter ce que l'or ne donne pas, et ce qui est plus nécessaire
au pauvre que le pain même: un peu de respect et d'amitié.



PERLINO

CONTE NAPOLITAIN

  --Mère grand, pourquoi riez-vous si fort?
  --Parce que j'ai envie de pleurer, mon enfant.
  (_Le Petit Chaperon rouge_, version bulgare.)



I

LA SIGNORA PALOMBA


Caton, ce vrai sage, a dit, je ne sais où, qu'en toute sa vie il s'était
repenti de trois choses: la première, c'était d'avoir confié son secret
à une femme; la seconde, d'avoir passé un jour entier sans rien faire;
la troisième, d'être allé par mer quand il pouvait prendre un chemin
plus solide et plus sûr. Les deux premiers regrets de Caton, je les
laisse à qui veut s'en charger; il n'est jamais prudent de se mettre
mal avec la plus douce moitié du genre humain, et médire de la paresse
n'appartient pas à tout le monde; mais la troisième maxime, on devrait
l'écrire en lettres d'or sur le pont de tous les navires comme un
avis aux imprudents. Faute d'y songer, je me suis souvent embarqué;
l'expérience d'autrui ne nous sert pas plus que la nôtre. Mais à peine
sorti du port, la mémoire me revenait aussitôt; et que de fois, en mer
comme ailleurs, n'ai-je pas senti, mais trop tard, que je n'étais pas un
Caton!

Un jour surtout, je m'en souviens encore, je rendis pleine justice à
la sagesse du vieux Romain. J'étais parti de Salerne par un soleil
admirable; mais, à peine en mer, la bourrasque nous surprit et nous
poussa vers Amalfi avec une rapidité que nous ne souhaitions guère. En
un instant je vis l'équipage pâlir, gesticuler, crier, jurer, pleurer,
prier, puis je ne vis plus rien. Battu du vent et de la pluie, mouillé
jusqu'aux os, j'étais étendu au fond de la barque, les yeux fermés, le
coeur malade, oubliant tout à fait que je voyageais pour mon plaisir,
quand une brusque secousse me rappelant à moi-même, je me sentis saisi
par une main vigoureuse. Au-dessus de moi, et me tirant par les épaules,
était le patron, l'air réjoui, le regard enflammé. «Du courage,
Excellence, criait-il en me remettant sur pied, la barque est a terre;
nous sommes à Amalfi. Debout! un bon dîner vous remettra le coeur;
l'orage est passé; ce soir nous irons à Sorrente!»

  Le temps, la mer, le fou, la femme et la fortune
  Tournent comme le vent, changent comme la lune.

Je sortis du bateau plus ruisselant qu'Ulysse après son naufrage, et,
comme lui, très disposé à baiser la terre qui ne bouge pas. Devant moi
étaient les quatre matelots, la rame à l'épaule, prêts à m'escorter en
triomphe jusqu'à l'auberge de la Lune, qu'on apercevait sur la hauteur.
Ses murs, blanchis à la chaux, brillaient aux feux du jour comme la
neige sur les montagnes. Je suivis mon cortège, mais non pas avec la
fierté d'un vainqueur; je montais tristement et lentement un escalier
qui n'en finissait pas, regardant les vagues qui se brisaient au rivage,
comme furieuses de nous avoir lâchés. J'entrai enfin dans l'_osteria_;
il était midi: tout dormait, la cuisine même était déserte; il n'y avait
pour me recevoir qu'une couvée de poulets maigres qui, à mon approche,
se prirent à crier comme les oies du Capitole. Je traversai leur bande
effrayée pour me réfugier sur une terrasse en arceaux, toute pleine de
soleil; là, m'emparant d'une chaise que j'enfourchai, et appuyant mes
bras et ma tête sur le dossier, je me mis, non pas à réfléchir, mais à
me sécher, tandis que la maison, et la ville, et la mer, et les cieux
eux-mêmes, continuaient à danser autour de moi.

Je me perdais dans mes rêveries, quand la patronne de l'osteria s'avança
vers moi, traînant ses pantoufles avec la noblesse d'une reine. Qui a
visité Amalfi n'oubliera jamais l'énorme et majestueuse Palomba.

«Que désire Votre Excellence? me dit-elle d'une voix plus aigre que de
coutume; et faisant elle-même la demande et la réponse: Dîner? c'est
impossible: les pêcheurs ne sont pas sortis par ce temps de malheur; il
n'y a pas de poisson.

--Signora, lui répondis-je sans lever la tête, donnez-moi ce que vous
voudrez, une soupe, un macaroni, peu importe; j'ai plus besoin de soleil
que de dîner.

La digne Palomba me regarda avec un étonnement mêlé de pitié.

«Pardon, Excellence, me dit-elle; au livre rouge qui sortait de votre
poche je vous prenais pour un Anglais. Depuis que ce maudit livre, qui
dit tout, a recommandé le poisson d'Amalfi, il n'y a pas un milord qui
veuille dîner autrement que ce papier ne le lui ordonne. Mais puisque
vous entendez la raison, nous ferons de notre mieux pour vous plaire.
Ayez seulement un peu de patience.»

Et aussitôt l'excellente femme, attrapant au passage deux des poulets
qui criaient autour de moi, leur coupa le cou sans que j'eusse le temps
de m'opposer à cet assassinat, dont j'étais complice; puis, s'asseyant
près de moi, elle se mit à plumer les deux victimes avec le sang-froid
d'un grand coeur.

«Signor, dit-elle au bout d'un instant, la cathédrale est ouverte, tous
les étrangers vont l'admirer avant dîner.»

Pour toute réponse, je soupirai.

«Excellence, ajouta la digne Palomba, que sans doute je gênais dans ses
préparatifs culinaires, vous n'avez pas visité la route nouvelle qui
conduit à Salerne? Il y a une vue magnifique sur la mer et les îles.

--Hélas! pensai-je, c'est ce matin et en voiture qu'il fallait prendre
cette route! et je ne répondis pas.

--Excellence, dit d'une voix très forte la patronne, très décidée à se
débarrasser de moi, le marché se tient aujourd'hui. Beau spectacle,
beaux costumes! Et des marchandes qui ont la langue si bien pendue; et
des oranges! on en a douze pour un carlin!»

Peine perdue; je ne me serais pas levé pour la reine de Naples en
personne!

«Hé donc! s'écria l'hôtesse, à qui la patience échappait; vous voilà
plus endormi que Perlino quand il buvait son or potable.

--Perlino de qui? Perlino de quoi? murmurai-je en ouvrant un oeil
languissant.

--Quel Perlino? reprit Palomba. Y en a-t-il deux dans l'histoire? et
quand on ne trouverait pas ici un enfant de quatre ans qui ne connût ses
aventures, est-ce un homme aussi instruit que Votre Excellence qui peut
les ignorer?

--Faites comme si je ne savais rien, contez-moi l'histoire de Perlino,
excellente Palomba; je vous écoute avec le plus vif intérêt.»

La bonne femme commença, avec la gravité d'une matrone romaine.
L'histoire était belle; peut-être la chronologie laissait-elle un peu à
désirer; mais, dans ce récit touchant, la sage Palomba faisait preuve
d'une si parfaite connaissance des choses et des hommes, que peu à peu
je levai la tête et, fixant les yeux sur celle qui ne me regardait plus,
j'écoutai avec attention ce qui suit.



II

VIOLETTE


Si l'on en croyait nos anciens, Paestum n'aurait pas toujours été ce
qu'il est aujourd'hui. Il n'y a maintenant, disent les pêcheurs, que
trois vieilles ruines où l'on ne trouve que la fièvre, des buffles et
des Anglais; autrefois c'était une grande ville, habitée par un peuple
nombreux. Il y a bien longtemps de cela, comme qui dirait au siècle des
patriarches, quand tout le pays était aux mains des païens grecs, que
d'autres nomment Sarrasins.

En ce temps-là, il y avait à Paestum un marchand bon comme le pain, doux
comme le miel, riche comme la mer. On l'appelait Cecco; il était veuf,
et n'avait qu'une fille qu'il aimait comme son oeil droit, Violette,
c'était le nom de cette enfant chérie, était blanche comme du lait et
rose comme la fraise. Elle avait de longs cheveux noirs, des yeux plus
bleus que le ciel, une joue veloutée comme l'aile d'un papillon, et un
grain de beauté juste au coin de la lèvre. Joignez à cela l'esprit du
démon, la grâce d'une Madeleine, la taille de Vénus et des doigts de
fée. Vous comprendrez qu'à la première vue, jeunes et vieux ne pouvaient
se défendre de l'aimer.

Quand Violette eut quinze ans, Cecco songea à la marier. C'était pour
lui un grand souci. L'oranger, pensait-il, donne sa fleur sans savoir
qui la cueillera; un père met au monde une fille, et, pendant de longues
années, la soigne comme la prunelle de ses yeux pour qu'un beau jour un
inconnu lui vole son trésor, sans même le remercier. Où trouver un mari
digne de ma Violette? N'importe, elle est assez riche pour choisir qui
lui plaira; belle et fine comme elle est, elle apprivoiserait un tigre,
si elle s'en mêlait.

Souvent donc le bon Cecco essayait adroitement de parler mariage à sa
fille; autant eût valu jeter ses discours à la mer. Dès qu'il touchait
cette corde, Violette baissait la tête et se plaignait d'avoir la
migraine; le pauvre père, plus troublé qu'un moine qui perd la mémoire
au milieu de son sermon, changeait aussitôt de conversation, et tirait
de sa poche quelque cadeau qu'il avait toujours en réserve. C'était une
bague, un chapelet, un dé d'or; Violette l'embrassait, et le sourire
revenait comme le soleil après la pluie.

Un jour cependant que Cecco, plus avisé, avait commencé par où il
finissait d'ordinaire, et que Violette avait dans les mains un si beau
collier qu'il lui était difficile de s'affliger, le bonhomme revint à la
charge. «O amour et joie de mon coeur, lui disait-il en la caressant,
bâton de ma vieillesse, couronne de mes cheveux blancs, ne verrai-je
jamais l'heure où l'on m'appellera grand-père? Ne sens-tu pas que je
deviens vieux? ma barbe grisonne et me dit chaque jour qu'il est temps
de te choisir un protecteur. Pourquoi ne pas faire comme toutes les
femmes? Vois-tu qu'elles en meurent? Qu'est-ce qu'un mari? C'est un
oiseau en cage, qui chante tout ce qu'on veut. Si ta pauvre mère vivait
encore, elle te dirait qu'elle n'a jamais pleuré pour faire sa volonté;
elle a toujours été reine et impératrice au logis. Je n'osais souffler
devant elle, pas plus que devant toi, et je ne puis me consoler de ma
liberté.

--Père, dit Violette en lui prenant le menton, tu es le maître, c'est à
toi de commander. Dispose de ma main, choisis toi-même. Je me marierai
quand tu voudras et à qui tu voudras. Je ne te demande qu'une seule
chose.

--Quelle qu'elle soit, je te l'accorde, s'écria Cecco, charmé d'une
sagesse à laquelle on ne l'avait pas habitué.

--Eh bien! mon bon père, tout ce que je désire, c'est que le mari à qui
tu me donneras n'ait pas l'air d'un chien.

--Voilà une idée de petite fille, s'écria le marchand rayonnant de joie.
On a raison de dire que beauté et folie vont souvent de compagnie. Si tu
n'avais pas tout l'esprit de ta mère, dirais-tu de pareilles sottises?
Crois-tu qu'un homme de sens comme moi, crois-tu que le plus riche
marchand de Paestum sera assez niais pour accepter un gendre à face de
chien? Sois tranquille, je te choisirai, ou plutôt tu te choisiras le
plus beau et le plus aimable des hommes. Te fallût-il un prince, je suis
assez riche pour te l'acheter.»

[Illustration]

A quelques jours de là, il y eut un grand dîner chez Cecco; il avait
invité la fleur de la jeunesse à vingt lieues à la ronde. Le repas était
magnifique; on mangea beaucoup, on but davantage; chacun se mit à l'aise
et parla dans l'abondance de son coeur. Quand on eut servi le dessert,
Cecco se retira dans un coin de la salle, et prenant Violette sur ses
genoux:

«Ma chère enfant, lui dit-il tout bas, regarde-moi ce joli jeune homme
aux yeux bleus, qui a une raie au milieu de la tête. Crois-tu qu'une
femme serait malheureuse avec un pareil chérubin?

--Vous n'y pensez pas, mon père, dit Violette en riant; il a l'air d'une
levrette.

--C'est vrai, s'écria le bon Cecco, une vraie tête de levrette! Où
avais-je les yeux, pour ne pas voir cela? Mais ce beau capitaine qui
a le front ras, le cou serré, les yeux à fleur de tête, la poitrine
bombée, c'est un homme celui-là, qu'en dis-tu?

--Mon père, il ressemble à un dogue; j'aurais toujours peur qu'il me
mordît.

--Il est de fait qu'il a un faux air de dogue, répondit Cecco en
soupirant. N'en parlons plus. Peut-être aimeras-tu mieux un personnage
plus grave et plus mûr. Si les femmes savaient choisir, elles ne
prendraient jamais un mari qui eût moins de quarante ans. Jusque-là
les femmes ne trouvent que des fats qui se laissent adorer; ce n'est
vraiment qu'après quarante ans qu'un homme est mûr pour aimer et pour
obéir. Que dis-tu de ce conseiller de justice qui parle si bien et
qui s'écoute en parlant? Ses cheveux grisonnent, qu'importe! avec des
cheveux gris on n'est pas plus sage qu'avec des cheveux noirs.

[Illustration]

--Père, tu ne tiens pas ta parole. Tu vois bien qu'avec ses yeux rouges
et les boucles blanches qui lui frisent sur les oreilles, ce seigneur a
la mine d'un caniche.»

De tous les convives il en fut de même, pas un n'échappa à la langue de
Violette. Celui-ci, qui soupirait en tremblant, ressemblait à un chien
turc; celui-là, qui avait de longs cheveux noirs et des yeux caressants,
avait la figure d'un épagneul; personne ne fut épargné. On dit, en
effet, que, parmi vous autres hommes, il n'en est pas un qui n'ait l'air
d'un chien quand on lui met la main sous le nez, en lui cachant la
bouche et le menton; vous devez le savoir, vous autres signori, qui êtes
tous des savants, car on dit que si vous remuez les pierres de notre
Italie, c'est pour demander à nos morts la sagesse qui, à mon avis, ne
doit pas être une marchandise commune dans votre pays.

«Violette a trop d'esprit, pensa Cecco, je n'en viendrai jamais à bout
par la raison.»

Sur quoi il entra dans une colère blanche; il l'appela ingrate, tête de
bois, fille de sot, et finit en la menaçant de la mettre au couvent
pour le reste de sa vie. Violette pleura; il se jeta à ses genoux, lui
demanda pardon, et lui promit de ne jamais plus lui parler de rien. Le
lendemain il se leva sans avoir dormi, embrassa sa fille, la remercia
de n'avoir pas les yeux rouges, et attendit que le vent qui tourne les
girouettes soufflât du coté de sa maison.

Cette fois, il n'avait pas tort. Avec les femmes il arrive plus de
choses en une heure qu'en dix ans avec les hommes, et ce n'est jamais
pour elles qu'il est écrit: _On ne passe pas par ce chemin_.



III

NAISSANCE ET FIANÇAILLES DE PERLINO


[Illustration]

Un jour qu'il y avait fête aux environs, Cecco demanda à sa fille ce
qu'il pourrait lui apporter pour lui faire plaisir.

«Père, dit-elle, si tu m'aimes, achète-moi un demi-_cantaro_ de sucre de
Palerme et autant d'amandes douces; joins-y cinq ou six bouteilles d'eau
de senteur, un peu de musc et d'ambre, une quarantaine de perles, deux
saphirs; une poignée de grenats et de rubis; apporte-moi aussi vingt
écheveaux de fil d'or, dix aunes de velours vert, une pièce de soie
cerise, et surtout, n'oublie pas une auge et une truelle d'argent.»

Qui fut étonné de ce caprice? ce fut le marchand; mais il avait été trop
bon mari pour ne pas savoir qu'avec les femmes il est plus court d'obéir
que de raisonner; il rentra le soir à la maison avec une mule toute
chargée. Que n'eût-il pas fait pour un sourire de son enfant?

Aussitôt que Violette eut reçu tous ces présents, elle monta dans sa
chambre et se mit à faire une pâte de sucre et d'amande en l'arrosant
d'eau et de jasmin. Puis, comme un potier ou un sculpteur, elle pétrit
cette pâte avec sa truelle d'argent, et en moula le plus beau petit
jeune homme qu'on eût jamais vu. Elle lui fit les cheveux avec des fils
d'or, les yeux avec des saphirs, les dents avec des perles, la langue et
les lèvres avec des rubis. Après quoi elle l'habilla de velours et de
soie, et le baptisa Perlino, parce qu'il était blanc et rose comme la
nacre de la perle.

[Illustration]

Quand elle eut fini son chef-d'oeuvre, qu'elle avait placé sur une
table, Violette battit des mains, et se mit à danser autour de Perlino;
elle lui chantait les airs les plus tendres, elle lui disait les paroles
les plus douces, elle lui envoyait des baisers à échauffer un marbre:
peine perdue, la poupée ne bougeait pas. Violette en pleurait de dépit,
quand elle se souvint à propos qu'elle avait une fée pour marraine.
Quelle marraine, surtout quand elle est fée, rejette le premier voeu
qu'on lui adresse? Et voici ma jeune fille qui pria tant et tant, que sa
marraine l'entendit de deux cents lieues et en eut pitié. Elle souffla;
il n'en faut pas davantage aux fées pour faire un miracle. Tout a coup
Perlino ouvre un oeil, puis deux; il tourne la tête à droite, à gauche,
puis il éternue comme une personne naturelle; puis, tandis que Violette
riait et pleurait de plaisir, voilà mon Perlino qui marche sur la table,
gravement, a petits pas, comme une douairière qui revient de l'église ou
un bailli qui monte au tribunal.

[Illustration]

Plus joyeuse que si elle eût gagné le royaume de France à la loterie,
Violette emporta Perlino dans ses bras, l'embrassa sur les deux joues,
le plaça doucement à terre, puis, prenant sa robe des deux mains, elle
se mit à danser autour de lui en chantant:

Danse, danse avec moi, Cher Perlino de mon âme,

      Danse, danse avec moi,
      Si tu veux m'avoir pour femme;
      Danse, danse avec moi,
  Je serai la reine, et tu seras le roi.
  Nous sommes tous deux à la fleur de l'âge,
  Plaisir de mes yeux, entrons on ménage.

      Courir et sauter,
      Danser et chanter.
      Voilà toute la vie!
  Si tu fais toujours tout ce que je veux,
  Mon petit mari, tu seras heureux
        A donner envie
          Aux dieux
          Des cieux.

      Danse, danse avec moi:
      Cher Perlino de mon âme
      Danse, danse avec moi,
      Si tu veux m'avoir pour femme;
      Danse, danse avec moi,
  Je serai la reine et tu seras le roi.

Cecco, qui refusait le compte de ses marchandises, parce qu'il lui
semblait dur de ne gagner qu'un million de ducats dans l'année, entendit
de son comptoir le bruit qu'on faisait au-dessus de sa tête. «_Per
Baccho!_ s'écria-t-il, il se passe là-haut quelque chose d'étrange; il
me semble qu'on se querelle.

[Illustration]

Il monta, et, poussant la porte, vit le plus joli spectacle du monde. En
face de sa fille, rouge de plaisir, était l'Amour en personne, l'Amour
en pourpoint de velours et de soie. Les deux mains dans les mains de sa
petite maîtresse, Perlino, sautant des deux pieds à la fois, dansait,
dansait, comme s'il ne devait jamais s'arrêter.

Aussitôt que Violette aperçut l'auteur de ses jours, elle lui fit une
humble révérence, et lui présenta son bien-aimé.

[Illustration]

«Mon seigneur et père, lui dit-elle, tu m'as toujours dit que tu
désirais me voir mariée. Pour t'obéir et te plaire, j'ai choisi un mari
suivant mon coeur.

--Tu as bien fait, mon enfant, répondit Cecco, qui devina le mystère;
toutes les femmes devraient prendre exemple sur toi. J'en connais plus
d'une qui se couperait un doigt de la main, et non pas le plus petit,
pour se fabriquer un mari à son goût, un petit mari tout confit de sucre
et de fleur d'oranger. Donne-leur ton secret, tu sècheras bien des
larmes. Il y a deux mille ans qu'elles se plaignent et dans deux mille
ans elles se plaindront encore d'être incomprises et sacrifiées.»

Sur quoi il embrassa son gendre, le fiança sur l'heure, et demanda deux
jours pour préparer la noce. Il n'en fallait pas moins pour inviter tous
les amis à la ronde et dresser un dîner qui ne fût pas indigne du plus
riche marchand de Paestum.


[Illustration]



IV

L'ENLÈVEMENT DE PERLINO


Pour voir un mariage si nouveau, on vint de bien loin: de Salerne et de
la Cava, d'Amalfi et de Sorrente, même d'Ischia et de Pouzzoles. Riches
ou pauvres, jeunes ou vieux, amis ou jaloux, chacun voulut connaître
Perlino. Par malheur il ne s'est jamais fait de noces sans que le diable
ne s'en mêle; la marraine de Violette n'avait pas prévu ce qui devait
arriver.

Parmi les invités, on attendait une personne considérable; c'était une
marquise des environs, qui s'appelait la dame des Écus-Sonnants. Elle
était aussi méchante et aussi vieille que Satan; elle avait la peau
jaune et ridée, les yeux caves, les joues creuses, le nez crochu, le
menton pointu; mais elle était si riche, si riche, que chacun l'adorait
au passage et se disputait l'honneur de lui baiser la main. Cecco la
salua jusqu'à terre, et la fit asseoir à sa droite, heureux et fier de
présenter sa fille et son gendre à une femme qui, ayant plus de cent
millions, lui faisait la grâce de manger son dîner.

[Illustration]

Tout le long du repas, la dame des Écus-Sonnants ne fit que regarder
Perlino; la convoitise lui brûlait le coeur. La marquise habitait
un château digne des fées: les pierres en étaient d'or et les pavés
d'argent. Dans ce château il y avait une galerie où l'on avait rassemblé
toutes les curiosités de la terre: une pendule qui sonnait toujours
l'heure qu'on désirait, un élixir qui guérissait la goutte et la
migraine, un philtre qui changeait le chagrin en joie, une flèche de
l'amour, l'ombre de Scipion, le coeur d'une coquette, la religion d'un
médecin, une sirène empaillée, trois cornes de licorne, la conscience
d'un courtisan, la politesse d'un enrichi, l'hippogriffe d'_Orlando_,
toutes choses qu'on n'a jamais vues et qu'on ne verra jamais autre part;
mais à ce trésor il manquait un rubis: c'était ce chérubin de Perlino.

[Illustration]

On n'était pas au dessert que la dame avait résolu de s'emparer de lui.
Elle était fort avare; mais ce qu'elle désirait, il le lui fallait sur
l'heure et à tout prix. Elle achetait tout ce qui se vend, et même tout
ce qui ne se vend pas; pour le reste, elle le volait, bien certaine qu'à
Naples la justice n'est faite que pour les petites gens. De médecin
ignorant, de mule rechignée et de femme méchante, _libera nos, Domine_,
dit le proverbe. Dès qu'on se fut levé de table, la dame s'approcha de
Perlino, qui, né depuis trois jours, n'avait pas encore ouvert les yeux
sur la malice du monde; elle lui conta tout ce qu'il y avait de beau et
de riche dans le château des Écus-Sonnants:

«Viens avec moi, cher petit ami, lui disait-elle, je te donnerai dans
mon palais la place que tu voudras: choisis; te plaît-il d'être page,
avec des habits d'or et de soie; chambellan, avec une clef en diamants
au milieu du dos; suisse, avec une hallebarde d'argent et un large
baudrier d'or qui te fera une poitrine plus brillante que le soleil? Dis
un mot, tout est à toi.»

Le pauvre innocent était tout ébloui; mais si peu qu'il eût respiré
l'air natal, il était déjà Napolitain, c'est-à-dire le contraire d'une
bête.

«Madame, répondit-il naïvement, on dit que travailler c'est le métier
des boeufs; il n'est rien de plus sain que de se reposer. Je voudrais
un état où il n'y eût rien à faire et beaucoup à gagner, comme font les
chanoines de Saint-Janvier.

--Quoi! dit la dame des Écus-Sonnants, à ton âge veux-tu déjà être...?

[Illustration]

--Justement, Madame, interrompit Perlino, et plutôt deux fois qu'une,
pour avoir double traitement.

--Qu'a cela ne tienne, reprit la marquise; en attendant, viens que je te
montre ma voiture, mon cocher anglais et mes six chevaux gris.»

Et elle l'entraîna vers le perron.

«Et Violette? dit faiblement Perlino.

--Violette nous suit,» répondit la dame en tirant l'imprudent, qui se
laissait faire.

Une fois dans la cour, elle lui fit admirer ses chevaux, qui, en
piaffant, secouaient de beaux filets de soie rouge parsemés de
clochettes d'or; puis elle le fit monter dans la voiture pour essayer
les coussins et se mirer dans les glaces.

Tout d'un coup elle ferme la portière: fouette, cocher; les voilà partis
pour le château des Êcus-Sonnants.

Violette cependant recevait avec une grâce parfaite les compliments de
l'assemblée; bientôt, étonnée de ne plus voir son fiancé, qui ne la
quittait guère plus que son ombre, elle court dans toutes les salles:
personne; elle monte sur le toit de la maison pour voir si Perlino
n'y avait pas été chercher le frais: personne. Dans le lointain on
apercevait un nuage de poussière, et un carrosse qui s'enfuyait vers les
montagnes au galop de six chevaux. Plus de doute, on enlevait Perlino.
A cette vue, Violette sentit son coeur faiblir. Aussitôt, sans penser
qu'elle était nu-tête, en coiffure de mariée, en robe de dentelles, en
souliers de satin, elle sortit de la maison de son père et se mit à
courir après la voiture, appelant à grands cris Perlino et lui tendant
les bras.

Vaines paroles qu'emportait le vent. L'ingrat était tout entier aux
paroles mielleuses de sa nouvelle maîtresse; il jouait avec les bagues
qu'elle portait aux doigts et croyait déjà que le lendemain il se
réveillerait prince et seigneur. Hélas! il y en a de plus vieux que lui
qui ne sont pas plus sages! Quand sait-on qu'au logis bonté et beauté
valent mieux que richesse? C'est quand il est trop tard, et qu'on n'a
plus de dents pour ronger les fers qu'on s'est mis aux mains.

[Illustration]



V

LA NUIT ET LE JOUR


La pauvre Violette courut tout le jour; fossés, ruisseaux, halliers,
ronces, épines, rien ne l'arrêtait; qui souffre pour l'amour ne sent
pas la peine. Quand vint le soir, elle se trouva dans un bois sombre,
accablée de fatigue, mourant de faim, les pieds et les mains en sang.
La frayeur la prit; elle regardait autour d'elle sans remuer; il lui
semblait que du milieu de la nuit sortaient des milliers d'yeux qui la
suivaient en la menaçant. Tremblante, elle se jeta au pied d'un arbre,
appelant à voix basse Perlino pour lui dire un dernier adieu.

Comme elle retenait son haleine, ayant si grand'peur qu'elle n'osait
respirer, elle entendit les arbres du voisinage qui parlaient entre eux.
C'est le privilège de l'innocence, qu'elle comprend toutes les créatures
de Dieu.

«Voisin, disait un caroubier à un olivier qui n'avait plus que l'écorce,
voilà une jeune fille qui est bien imprudente de se coucher à terre.
Dans une heure, les loups sortiront de leur tanière; s'ils l'épargnent,
la rosée et le froid du matin lui donneront une telle fièvre qu'elle ne
se relèvera pas. Que ne monte-t-elle dans mes branches; elle y pourrait
dormir en paix, et je lui offrirais volontiers quelques-unes de mes
gousses pour ranimer ses forces épuisées.

--Vous avez raison, voisin, répondait l'olivier. L'enfant ferait mieux
encore si, avant de se coucher, elle enfonçait son bras dans mon écorce.
On y a caché les habits et la zampogne[1] d'un _pifferaro_. Quand on
brave la fraîcheur des nuits, une peau de bique n'est pas à dédaigner;
et, pour une fille qui court le monde, c'est un costume léger qu'une
robe de dentelles et des souliers de satin.»

[Note 1: Espèce de cornemuse.]

[Illustration]

Qui fut rassurée? Ce fut Violette. Quand elle eut cherché à tâtons la
veste de bure, le manteau de peau de chèvre, la zampogne et le chapeau
pointu du pifferaro, elle monta bravement sur le caroubier, mangea tics
fruits sucrés, but la rosée du soir, et, après s'être bien enveloppée,
elle s'arrangea entre deux branches du mieux qu'elle put. L'arbre
l'entoura de ses bras paternels, des ramiers sortant de leurs nids la
couvrirent de feuilles, le vent la berçait comme un enfant, et elle
s'endormit en songeant à son bien-aimé.

En s'éveillant le lendemain, elle eut peur. Le temps était calme et
beau; mais, dans le silence des bois, la pauvre enfant sentait mieux la
solitude. Tout vivait, tout s'animait autour d'elle; qui songeait à la
pauvre délaissée? Aussi se mit-elle à chanter pour appeler à son secours
tout ce qui passait auprès d'elle sans la regarder.

  O vent, qui souffles de l'aurore,
  N'as-tu pas vu mon bien-aimé,
  Parmi les fleurs qu'a fait éclore
  La nuit au silence embaumé?
  A-t-il pleuré de mon absence?
  A-t-il prié pour mon retour?
  Rends-moi la joie et l'espérance,
  Dis-moi sa peine et son amour.

  Gai papillon, légère abeille,
  Poursuivez l'ingrat qui me fuit;
  La grenade la plus vermeille,
  Le jasmin le plus frais, c'est lui!
  Il est plus pur que la verveine,
  Son front est blanc comme le lis;
  La violette a son haleine;
  Ses yeux sont bleus comme l'iris.

  Cherche-le-moi, bonne hirondelle,
  Cherchez-le-moi, petits oiseaux,
  Parmi le thym et l'asphodèle,
  Au fond des bois, au bord des eaux.
  Loin de lui je souffre et je pleure,
  Je tremble de crainte et d'émoi;
  Si vous ne voulez pas que je meure,
  O chers amis, rendez-le-moi!

Le vent passa en murmurant; l'abeille partit pour chercher son butin;
l'hirondelle poursuivit les mouches jusqu'au haut des cieux; les
oiseaux, criant et chantant, s'agacèrent dans la feuillée; personne ne
s'inquiéta de Violette. Elle descendit de l'arbre en soupirant et marcha
tout droit devant elle, se fiant à son coeur pour retrouver Perlino.



VI

LES TROIS RENCONTRES


Il y avait un torrent qui tombait de la montagne; son lit était à demi
séché; ce fut le chemin que prit Violette. Déjà les lauriers-roses
sortaient du fond de l'eau leurs têtes recouvertes de fleurs; la fille
de Cecco s'enfonça dans cette verdure, suivie par les papillons, qui
voltigeaient autour d'elle comme autour d'un lis qu'agite le vent. Elle
marchait plus vite qu'un banni qui rentre au logis; mais la chaleur
était lourde; vers midi il lui fallut s'arrêter.

En approchant d'une flaque d'eau pour y rafraîchir ses pieds brûlants,
elle aperçut une abeille qui se noyait. Violette allongea son petit
pied; la bestiole y monta. Une fois à sec, l'abeille resta quelque
temps immobile comme pour reprendre haleine, puis elle secoua ses ailes
mouillées; puis, passant sur tout son corps ses pattes plus fines
qu'un fil de soie, elle se sécha, se lissa et, prenant son vol, vint
bourdonner autour de celle qui lui avait sauvé la vie.

«Violette, lui dit-elle, tu n'as pas obligé une ingrate. Je sais où tu
vas; laisse-moi t'accompagner. Quand je serai fatiguée, je me
reposerai sur ta tête. Si jamais tu as besoin de moi, dis seulement:
_Nabuchodonosor; la paix du coeur vaut mieux que l'or;_ peut-être
pourrai-je te servir.

--Jamais, pensa Violette, je ne pourrai dire: _Nabuchodonosor_....

--Que veux-tu? demanda l'abeille.

--Rien, rien, reprit la fille de Cecco, je n'ai besoin de toi qu'auprès
de Perlino.»

Elle se remit en route, le coeur plus léger; au bout d'un quart d'heure,
elle entendit un petit cri: c'était une souris blanche qu'avait blessée
un hérisson et qui ne s'était sauvée de son ennemi que tout en sang et
à demi morte. Violette eut pitié de la pauvre bête. Si pressée qu'elle
fût, elle s'arrêta pour lui laver ses blessures et lui donner une des
caroubes qu'elle avait gardées pour son déjeuner.

[Illustration]

«Violette, lui dit la souris, tu n'as pas obligé une ingrate. Je sais où
tu vas. Mets-moi dans ta poche avec le reste de tes caroubes. Si jamais
tu as besoin de moi, dis seulement: _Tricchè varlacchè, habits dorés,
coeurs de laquais_; peut-être pourrai-je te servir.»

Violette glissa la souris dans sa poche pour qu'elle y pût grignoter
tout à l'aise, et continua de remonter le torrent. Vers la brune elle
approchait de la montagne, quand tout à coup, du haut d'un grand chêne,
tomba à ses pieds un écureuil, poursuivi par un horrible chat-huant.
La fille de Cecco n'était pas peureuse; elle frappa le hibou avec sa
zampogne et le mit en fuite; puis, elle ramassa l'écureuil, plus étourdi
que blessé de sa chute; à force de soins, elle le ranima.

[Illustration]

«Violette, lui dit l'écureuil, tu n'as pas obligé un ingrat; je sais où
tu vas. Mets-moi sur ton épaule et cueille-moi des noisettes pour que je
ne laisse pas mes dents s'allonger. Si jamais tu as besoin de moi,
dis seulement: _Patati patata, regarde bien et tu verras_; peut-être
pourrai-je te servir.» Violette fut un peu étonnée de ces trois
rencontres; elle ne comptait guère sur cette reconnaissance en
paroles; que pouvaient faire pour elle de si faibles amis? Qu'importe!
pensa-t-elle, le bien est toujours le bien. Advienne que pourra: j'ai eu
pitié des malheureux.

A ce moment la lune sortit d'un nuage, et sa blanche lumière éclaira le
vieux château des Écus-Sonnants.



VII

LE CHATEAU DES ECUS-SONNANTS


La vue du château n'était pas faite pour rassurer. Sur le haut d'une
montagne qui n'était qu'un amas de roches éboulées, on apercevait des
créneaux d'or, des tourelles d'argent, des toits de saphir et de rubis,
mais entourés de grands fossés pleins d'une eau verdâtre, mais défendus
par des ponts-levis, des herses, des parapets, d'énormes barreaux et des
meurtrières d'où sortait la gueule des canons, tout l'attirail de la
guerre et du meurtre. Le beau palais n'était qu'une prison. Violette
grimpa péniblement par des sentiers tortueux, et arriva enfin, par un
passage étroit, devant une grille de fer armée d'une énorme serrure.
Elle appela: point de réponse; elle tira une cloche; aussitôt parut une
espèce de geôlier, plus noir et plus laid que le chien des enfers.

«Va-t-en, mendiant, cria-t-il, ou je t'assomme! La pauvreté ne gîte
point ici. Au château des Écus-Sonnants on ne fait l'aumône qu'à ceux
qui n'ont besoin de rien.»

La pauvre Violette s'éloigna tout en pleurs.

«Du courage! lui dit l'écureuil, tout en cassant une noisette, joue de
la zampogne.

--Je n'en ai jamais joué, répondit la fille de Cecco.

--Raison de plus, dit l'écureuil; tant qu'on n'a pas essayé d'une chose,
on ne sait pas ce qu'on peut faire. Souffle toujours.»

Violette se mit à souffler de toutes ses forces, en remuant les doigts
et en chantant dans l'instrument. Voici la zampogne qui se gonfle et qui
joue une tarentelle à faire danser les morts. A ce bruit, l'écureuil
saute à terre, la souris ne reste pas en arrière; les voilà qui dansent
et sautent comme de vrais Napolitains, tandis que l'abeille tourne
autour d'eux en bourdonnant. C'était un spectacle à payer sa place un
carlin, et sans regret.

[Illustration]

Au bruit de cette agréable musique, on vit bientôt s'ouvrir les noirs
volets du château. La dame des Écus-Sonnants avait auprès d'elle ses
filles d'honneur, qui n'étaient pas fâchées de regarder de temps en
temps si les mouches volaient toujours de la même façon. On a beau
n'être pas curieuse, ce n'est pas tous les jours qu'on entend une
tarentelle jouée par un pâtre aussi joli que Violette.

«Petit, disait l'une, viens par ici!

--Berger, criait l'autre, viens de mon côté!

Et toutes de lui envoyer des sourires, mais la porte restait fermée.

«Damoiselles, dit Violette en ôtant son chapeau, soyez aussi bonnes que
vous êtes belles: la nuit m'a surpris dans la montagne; je n'ai ni gîte
ni souper. Un coin dans l'écurie et un morceau de pain; mes petits
danseurs vous amuseront toute la soirée.

[Illustration]

Au château des Écus-Sonnants, la consigne est sévère. On y craint
tellement les voleurs que, passé la brune, on n'ouvre à personne. Ces
demoiselles le savaient bien; mais, dans cette honnête maison, il y a
toujours de la corde de pendu. On en jeta un bout par la fenêtre. En
un instant Violette fut hissée dans une grande chambre avec toute sa
ménagerie. Là il lui fallut pendant de longues heures, et danser,
souffler et chanter, sans qu'on lui permit d'ouvrir la bouche pour
demander où était Perlino.

N'importe; elle était heureuse de se sentir sous le même toit; il lui
semblait qu'à ce moment le coeur de son bien-aimé devait battre comme
battait le sien. C'était une innocente: elle croyait qu'il suffit
d'aimer pour qu'on vous aime. Dieu sait quels beaux rêves elle fit cette
nuit-là!



VIII

NABUCHODONOSOR


Le lendemain, de grand matin, Violette, qu'on avait couchée au grenier,
monta sur les toits et regarda autour d'elle; mais elle eut beau courir
de tous les côtés, elle ne vit que des tours grillées et des jardins
déserts. Elle descendit tout en larmes, quoi que fissent ses trois amis
pour la consoler.

Dans la cour, toute pavée d'argent, elle trouva les filles d'honneur
assises en rond et filant des étoupes d'or et de soie.

«Va-t'en, lui crièrent-elles; si Madame voyait tes haillons, elle nous
chasserait. Sors d'ici, vilain joueur de zampogne et ne reviens jamais,
à moins que tu ne sois prince ou banquier.

--Sortir! dit Violette; pas encore, belles demoiselles: laissez-moi vous
servir; je serai si doux, si obéissant, que vous ne regretterez jamais
de m'avoir gardé près de vous.»

Pour toute réponse, la première demoiselle se leva: c'était une grande
fille maigre, sèche, jaune, pointue; d'un geste elle montra la porte au
petit pâtre et appela le geôlier, qui s'avança en fronçant les sourcils
et en brandissant sa hallebarde.

«Je suis perdue, s'écria la pauvre fille, je ne reverrai jamais mon
Perlino!

--Violette, dit gravement l'écureuil, on éprouve l'or dans la fournaise
et les amis dans l'infortune.

--Tu as raison, s'écria la fille de Cecco: _Nabuchodonosor, la paix du
coeur vaut mieux que l'or._»

[Illustration]

Aussitôt l'abeille s'envole, et voilà qu'au milieu de la cour il entre,
je ne sais par où, un beau carrosse de cristal, avec un timon en rubis
et des roues d'émeraude. L'équipage était tiré par quatre chiens noirs,
gros comme le poing, qui marchaient sur leurs oreilles. Quatre grands
scarabées, montés en jockeys, conduisaient d'une main légère cet
attelage mignon. Au fond du carrosse, mollement couchée sur des carreaux
de satin bleu, s'étendait une jeune bécasse coiffée d'un petit chapeau
rose et vêtue d'une robe de taffetas si ample qu'elle débordait sur
les deux roues. D'une patte, la dame tenait un éventail, de l'autre
un flacon ainsi qu'un mouchoir brodé à ses armes et garni d'une large
dentelle. Auprès d'elle, à demi enseveli sous les flots de taffetas,
était un hibou, l'air ennuyé, l'oeil mort, la tête pelée, et si vieux
que son bec croisait comme des ciseaux ouverts. C'était de jeunes mariés
qui faisaient leurs visites de noce, un ménage à la mode, tel que les
aime la dame des Écus-Sonnants.

[Illustration]

A la vue de ce chef-d'oeuvre, un cri de joie et d'admiration éveilla
tous les échos du palais. D'étonnement le geôlier en laissa choir sa
pipe, tandis que les demoiselles couraient après le carrosse, qui fuyait
au galop de ses quatre épagneuls, comme s'il emportait l'empereur des
Turcs ou le diable en personne. Ce bruit étrange inquiéta la dame des
Écus-Sonnants, qui craignait toujours d'être pillée; elle accourut,
furieuse, et résolue de mettre toutes ses filles d'honneur à la porte.
Elle payait pour être respectée et voulait en avoir pour son argent.

Mais quand elle aperçut l'équipage, quand le hibou l'eut saluée d'un
signe de bec et que la bécasse eut trois fois remué son mouchoir avec
une adorable nonchalance, la colère de la dame s'évanouit en fumée.

«Il me faut cela! cria-t-elle. Combien le vend-on?»

La voix de la marquise effraya Violette, mais l'amour de Perlino lui
donnait du coeur; elle répondit que, si pauvre qu'elle fût, elle aimait
mieux son caprice que tout l'or du monde; elle tenait à son carrosse et
ne le vendrait pas pour le château des Écus-Sonnants.

«Sotte vanité des gueux! murmura la dame. Il n'y a vraiment que les
riches qui aient le saint respect de l'or et qui soient prêts à tout
faire pour un écu. Il me faut cette voiture! dit-elle d'un ton menaçant;
coûte que coûte, je l'aurai.

--Madame, reprit Violette fort émue, c'est vrai que je ne veux pas le
vendre, mais je serais heureuse de l'offrir en don à Votre Seigneurie,
si elle voulait m'honorer d'une faveur.

--Ce sera cher, pensa la marquise. Parle, dit-elle à Violette; que
demandes-tu?

--Madame, dit la fille de Cecco, on assure que vous avez un musée où
toutes les curiosités de la terre sont réunies; montrez-le-moi; s'il y
a quelque chose de plus merveilleux que ce carrosse, mon trésor est à
vous.»

Pour toute réponse, la dame des Écus-Sonnants haussa les épaules et mena
Violette dans une grande galerie qui n'a jamais eu sa pareille. Elle lui
fit regarder toutes ses richesses: une étoile tombée du ciel, un collier
fait avec un rayon de la lune, natté et tressé à trois rangs, des lis
noirs, des roses vertes, un amour éternel, du feu qui ne brûlait pas,
et bien d'autres raretés; mais elle ne montra pas la seule chose qui
touchât Violette: Perlino n'était pas là.

La marquise cherchait dans les yeux du petit pâtre l'admiration et
l'étonnement; elle fut surprise de n'y voir que l'indifférence.

«Eh bien, dit-elle, toutes ces merveilles sont autre chose que tes
quatre toutous: le carrosse est à moi.

--Non, Madame, dit Violette. Tout cela est mort, et mon équipage est
vivant. Vous ne pouvez pas comparer des pierres et des cailloux à mon
hibou et à ma bécasse, personnages si vrais, si naturels, qu'il semble
qu'on vient de les quitter dans la rue. L'art n'est rien auprès de la
vie.

--N'est-ce que cela? dit la marquise; je te montrerai un petit homme
fait de sucre et de pâtes d'amandes, qui chante comme un rossignol et
raisonne comme un académicien.

--Perlino! s'écria Violette.

--Ah! dit la dame des Écus-Sonnants, mes filles d'honneur ont parlé.»

Elle regarda le joueur de zampogne, avec l'instinct de la peur.

«Toute réflexion faite, ajouta-t-elle, sors d'ici, je ne veux plus de
tes jouets d'enfants.

--Madame, dit Violette toute tremblante, laissez-moi causer avec ce
miracle de Perlino, et prenez le carrosse.

--Non, dit la marquise; va-t-en et emporte tes bêtes avec toi.

--Laissez-moi seulement voir Perlino.

--Non! non! répondit la dame.

--Seulement coucher une nuit à sa porte, reprit Violette tout en larmes.
Voyez quel bijou vous refusez, ajouta-t-elle, en mettant un genou en
terre et en présentant la voiture à la dame des Écus-Sonnants.»

A cette vue, la marquise hésita, puis elle sourit; en un instant elle
avait trouvé le moyen de tromper Violette et d'avoir pour rien ce
qu'elle convoitait.

«Marché conclu, dit-elle en saisissant le carrosse; tu coucheras ce soir
à la porte de Perlino, et même tu le verras; mais je te défends de lui
parler.»

Le soir venu, la dame des Écus-Sonnants appela Perlino pour souper avec
elle. Quand elle l'eut fait bien manger et bien boire, ce qui était aisé
avec un garçon d'humeur facile, elle versa d'excellent vin blanc de
Capri dans une coupe de vermeil, et tirant de sa poche une botte de
cristal, elle y prit une poudre rougeâtre qu'elle jeta dans le vin.

«Bois cela, mon enfant, dit-elle à Perlino, et donne-moi ton goût.»

Perlino, qui faisait tout ce qu'on lui disait, avala la liqueur d'un
seul trait.

«Pouah! s'écria-t-il, ce breuvage est abominable, c'est une odeur de
boue et de sang, c'est du poison.

--Niais! dit la marquise, c'est de l'or potable; qui en a bu une fois en
boira toujours. Prends ce second verre, tu le trouveras meilleur que le
premier.»

La dame avait raison; à peine l'enfant eut-il vidé la coupe, qu'il fut
pris d'une soif ardente.

«Encore! disait-il, encore!

Il ne voulait plus quitter la table. Pour le décider à se coucher,
il fallut que la marquise lui fit un grand cornet de cette poudre
merveilleuse, qu'il mit soigneusement dans sa poche, comme un remède à
tous les maux.

[Illustration]

Pauvre Perlino! c'était bien un poison qu'il avait pris, et le plus
terrible de tous. Qui boit de l'or potable, son coeur se glace tant que
le fatal breuvage est dans l'estomac. On ne connaît plus rien, on n'aime
plus rien, ni père, ni mère, ni femme, ni enfants, ni amis, ni pays; on
ne songe plus qu'a soi; on veut boire, et on boirait tout l'or et tout
le sang de la terre sans étancher une soif que rien ne peut assouvir.

Cependant que faisait Violette? Le temps lui semblait aussi long qu'au
pauvre un jour sans pain. Aussi, dès que la nuit eut mis son masque
noir pour ouvrir le bal des étoiles, Violette courut-elle à la porte de
Perlino, bien sûre qu'en la voyant Perlino se jetterait dans ses bras.
Comme son coeur battait quand elle l'entendit monter! quel chagrin quand
l'ingrat passa devant elle sans même la regarder!

La porte fermée à double tour et la clef retirée, Violette se jeta sur
une natte qu'on lui avait donnée par pitié; là elle se mit à fondre en
larmes, se fermant la bouche avec les mains pour étouffer ses sanglots.
Elle n'osait se plaindre, de crainte qu'on ne la chassât; mais, quand
vint l'heure où les étoiles seules ont les yeux ouverts, elle gratta
doucement à la porte et chanta à demi-voix:

[Illustration]

  Perlino, m'entends-tu? C'est moi qui te délivre,
                   Ouvre-moi!
    Viens vite, je t'attends: ami je ne puis vivre
                   Loin de toi.
          Ouvre-moi! mon coeur te désire;
          Je brûle, j'ai froid, je soupire;
                   Tout le jour
                   C'est d'amour,
                   Et la nuit
                   C'est d'enni.

Hélas! elle eut beau chanter, rien ne bougea dans la chambre. Perlino
ronflait comme un mari de dix ans et ne rêvait qu'à sa poudre d'or. Les
heures se traînèrent lentement, sans apporter d'espérance. Si longue et
si douloureuse que fut la nuit, le matin fut plus triste encore. La dame
des Écus-Sonnants arriva dès le point du jour.

--Te voilà content, beau joueur de zampogne, lui dit-elle avec un malin
sourire, le carrosse est payé le prix que tu m'as demandé.

--Puisses-tu avoir un pareil contentement tous les jours de ta vie!
murmura la pauvre Violette, j'ai passé une si mauvaise nuit que je ne
l'oublierai de sitôt.»


[Illustration]



IX

TRICCHÈ VARLACCHÈ


La fille de Cecco se retira tristement; plus d'espoir, il fallait
retourner chez son père et oublier celui qui ne l'aimait plus. Elle
traversa la cour, suivie par les demoiselles d'honneur, qui la
raillaient de sa simplicité. Arrivée près de la grille, elle se retourna
comme si elle attendait un dernier regard; en se voyant seule, le
courage l'abandonna; elle fondit en larmes et cacha sa tête dans ses
mains.

«Sors donc, misérable gueux! lui cria le geôlier, en saisissant Violette
au collet et en la secouant d'importance.

--Sortir! dit Violette, jamais! _Tricchè varlacchè!_ cria-t-elle,
_habits dorés, coeurs de laquais!_»

Et voila la souris qui se jette au nez du geôlier, le mord jusqu'au
sang; puis, devant la grille même s'élève une volière grande comme un
pavillon chinois. Les barreaux en sont d'argent, les mangeoires de
diamant; au lieu de millet, il y a des perles; au lieu de colifichets,
des ducats enfilés dans des rubans de toutes les couleurs. Au milieu de
cette cage magnifique, sur un bâton en échelle qui tourne à tous les
vents, sautent et gazouillent des milliers d'oiseaux de toute taille et
de tous pays: colibris, perroquets, cardinaux, merles linottes, serins
et le reste; tout ce monde emplumé sifflait le même air, chacun dans son
jargon. Violette, qui entendait le langage des oiseaux comme celui des
plantes, écouta ce que disaient toutes ces voix, et traduisit la chanson
aux filles d'honneur, bien étonnées de trouver une si rare prudence chez
les perroquets et les serins.

Voici ce que chantait le choeur des oiseaux:

       Fi de la liberté!
      Vive la cage!
      Quand on est sage:
  On est ici bien nourri, bien traité,
          Bien renté,
  Au chaud en hiver, au frais en été;
        On paye en ramage
        L'hospitalité.
       Vive la cage!
        Fi de la liberté!

Après ces cris joyeux, il se fit un grand silence; un vieux perroquet
rouge et vert, à l'air grave et sérieux, leva la patte, et, tout en
tournant, chanta d'un ton nasillard ou plutôt croassa ce qui suit:

  Le rossignol est un monsieur vêtu de noir,
           Fort déplaisant à voir,
           Qui ne sort que le soir,
           Pour chanter à la lune;

             C'est un orgueilleux
             Qui vit comme un gueux
             Et se dit heureux;
           Sa voix nous importune.
           On devrait, entre nous,
           Clouer à quatre clous,
           Comme des hiboux,
                 Ces fous
  Qui n'adorent pas la fortune!

Et tous les oiseaux, ravis de cette éloquence, se mirent à siffler d'une
voix perçante:

           Fi de la liberté!
     Vive la cage! etc., etc.

Pendant qu'on entourait la volière magique, la dame des Écus-Sonnants
était accourue; comme on le pense bien, elle ne fut pas la dernière à
convoiter cette merveille.

«Petit, dit-elle au joueur de zampogne, me vends-tu cette cage au même
prix que le carrosse?

--Volontiers, Madame, répondit Violette, qui n'avait d'autre désir.

--Marché conclu! dit la dame, il n'y a que les gueux pour se permettre
de pareilles folies.»

Le soir, tout se passa comme la veille. Perlino, ivre d'or potable,
entra dans sa chambre sans même lever les yeux; Violette se jeta sur sa
natte, plus misérable que jamais.

Elle chanta comme le premier jour; elle pleura à fendre les pierres:
peine inutile. Perlino dormait comme un roi détrôné; les sanglots de sa
maîtresse le berçaient comme eût fait le bruit de la mer et du vent.
Vers minuit, les trois amis de Violette, affligés de son chagrin,
tinrent conseil:

«Il n'est pas naturel que cet enfant dorme de la sorte, disait compère
l'écureuil.

--Il faut entrer et l'éveiller, disait la souris.

--Comment entrer? disait l'abeille, qui avait inutilement cherché une
fente tout le long du mur.

--C'est mon affaire, dit la souris.

Et vite, et vite, elle ronge un petit coin de la porte; ce fut assez
pour que l'abeille se glissât dans la chambre de Perlino.

Il était là tranquillement endormi sur le dos, ronflant avec la
régularité d'un chanoine qui fait la sieste. Ce calme irrita l'abeille,
elle piqua Perlino sur la lèvre; Perlino soupira et se donna un soufflet
sur la joue, mais il ne s'éveilla point.

«On a endormi, l'enfant dit l'abeille, revenue auprès de Violette pour
la consoler. Il y a de la magie. Que faire?

--Attendez, dit la souris, qui n'avait pas laissé rouiller ses dents, je
vais entrer à mon tour; je l'éveillerai, dussé-je lui manger le coeur.

--Non, non, dit Violette, je ne veux pas qu'on fasse de mal à mon
Perlino.»

La souris était déjà dans la chambre. Sauter sur le lit, s'insinuer sous
la couverture, ce fut un jeu pour la cousine des rats. Elle alla droit à
la poitrine de Perlino; mais, avant d'y faire un trou, elle écouta; le
coeur ne battait pas; plus de doute! Perlino était enchanté.

Comme elle rapportait cette nouvelle, l'aurore éclairait déjà le ciel;
la méchante dame arriva, toujours souriante. Violette, furieuse d'avoir
été jouée, et qui de colère se mangeait les mains, n'en fit pas moins
une belle révérence à la marquise en disant tout bas:

«A demain!»



X

PATATI, PATATA


Cette fois, Violette descendit avec plus de courage. L'espoir lui
revenait. Comme la veille, elle trouva les filles d'honneur dans la
cour, toujours filant leurs étoupes.

«Allons, beau joueur de zampogne, lui crièrent-elles en riant, fais-nous
encore un tour de ton métier?

--Pour vous plaire, belles demoiselles, répondit Violette: _Patati,
patata_, dit-elle, _regarde bien et tu verras._»

A l'instant, compère l'écureuil jette à terre une de ses noisettes;
aussitôt on voit paraître un théâtre de marionnettes. Le rideau se tire;
la scène représente une audience de justice, l'audience de Rominagrobis.
Au fond, sur un trône tendu de velours rouge et tout étoilé de griffes
d'or, est le bailli, un gros chat à mine respectable, quoiqu'il y ait
un reste de fromage sur ses longues moustaches. Toujours recueilli en
lui-même, les mains croisées dans ses longues manches, les yeux fermés,
on dirait qu'il dort, si jamais la justice dormait dans le royaume des
chats.

De côté est un banc de bois où sont enchaînées trois souris, auxquelles
par précaution on a rogné les dents et coupé les oreilles. Elles sont
soupçonnées, ce qui à Naples veut dire convaincues, d'avoir regardé de
trop près une couenne de vieux lard. En face des coupables est un
dais de drap noir, au front duquel on a inscrit en lettres d'or cette
sentence du grand poète et magicien Virgile:

  Écrase les souris et ménage les chats.

Sous le dais se tient debout le fiscal; c'est une belette au front
fuyant, aux yeux rouges, à la langue pointue; elle a la main sur son
coeur et fait une belle harangue pour demander la loi d'étrangler les
souris. Sa parole coule comme l'eau d'une fontaine; c'est d'une voix si
tendre, si pénétrante, que la bonne dame implore et sollicite la mort
de ces affreuses petites bêtes, qu'en vérité on s'indigne de leur
endurcissement. Il semble qu'elles manquent à tous leurs devoirs en
n'offrant pas elles-mêmes leurs têtes criminelles pour calmer l'émotion
et sécher les pleurs de cette excellente belette, qui a tant de larmes
dans le gosier.

Quand le fiscal eut fini son oraison funèbre, un jeune rat, à peine
sevré, se leva pour défendre les coupables. Déjà il avait assuré ses
lunettes, ôté son bonnet et secoué ses manches, quand, par respect pour
la libre défense et dans l'intérêt des accusées, le chat lui interdit la
parole. Alors, et d'une voix solennelle, maître Rominagrobis gourmanda
les accusées, les témoins, la société, le ciel, la terre et les rats;
puis, se couvrant, il fulmina un arrêt vengeur, et condamna ces
bêtes criminelles à être pendues et écorchées séance tenante, avec
confiscation des biens, abolition de la mémoire et condamnation en tous
les frais, la contrainte par corps limitée toutefois à cinq années; car
il faut être humain, même avec les scélérats.

La farce est jouée, la toile se ferma.

«Comme cela est vivant! s'écria la dame des Écus-Sonnants. C'est la
justice des chats prise sur le fait. Pâtre ou sorcier, qui que tu sois,
vends-moi ta chambre étoilée.

--Toujours au même prix, Madame, répondit Violette.

--A ce soir donc! reprit la marquise.

--A ce soir!» dit Violette.

Et elle ajouta tout bas:

«Puisses-tu me payer tout le mal que tu m'as fait!»

Pendant qu'on donnait la comédie dans la cour, l'écureuil n'avait pas
perdu son temps. A force de trotter sur les toits, il avait fini par
découvrir Perlino, qui mangeait des figues dans le jardin. Du toit,
maître écureuil avait sauté sur un arbre, de l'arbre sur un buisson.
Toujours dégringolant, il arriva jusqu'à Perlino, qui jouait à la
_morra_[1] avec son ombre, moyen sûr de toujours gagner.

[Note 1: Dans le jeu de la _morra_, chacun des joueurs ouvre un ou
plusieurs doigts; c'est ce nombre de doigts ouverts que l'adversaire
doit deviner.]

L'écureuil fit une cabriole et s'assit devant Perlino avec la gravité
d'un notaire.

[Illustration]

«Ami, lui dit-il, la solitude a des charmes; mais tu n'as pas l'air de
beaucoup t'amuser en jouant tout seul; si nous faisions ensemble une
partie?

--Peuh! dit Perlino en bâillant, tu as les doigts trop courts, et tu
n'es qu'une bête.

--Des doigts courts ne sont pas toujours un défaut, reprit l'écureuil;
j'en ai vu pendre plus d'un dont le crime était d'avoir les doigts trop
longs; et si je suis une bête, seigneur Perlino, au moins suis-je une
bête éveillée. Cela vaut mieux que d'avoir tant d'esprit et de dormir
comme un loir. Si jamais le bonheur frappe à ma porte pendant la nuit,
au moins serai-je debout pour lui ouvrir.

--Parle clairement, dit Perlino; depuis deux jours il se passe en moi
quelque chose d'étrange. J'ai la tête lourde et le coeur chagrin; je
fais de mauvais rêves. D'où cela vient-il?

--Cherche! dit l'écureuil. Ne bois point, tu ne dormiras pas; ne dors
pas, tu verras bien des choses. A bon entendeur, salut!»

Sur ce, l'écureuil grimpa sur une branche et disparut.

Depuis que Perlino vivait dans la retraite, la raison lui venait; rien
ne rend méchant comme de s'ennuyer à deux, rien ne rend sage comme de
s'ennuyer tout seul. Au souper, il étudia la figure et le sourire de la
dame des Écus-Sonnants; il fut aussi gai convive que d'habitude; mais
chaque fois qu'on lui présenta la coupe d'oubli, il s'approcha de la
fenêtre pour admirer la beauté du soir et chaque fois il jeta de l'or
potable dans le jardin. Le poison tomba, dit-on, sur des vers blancs
qui perçaient la terre; c'est depuis ce temps-là que les hannetons sont
dorés.



XI

LA RECONNAISSANCE


En entrant dans sa chambre, Perlino remarqua le joueur de zampogne qui
le regardait tristement; mais il ne fit point de questions; il avait
hâte d'être seul pour voir si le bonheur frapperait à sa porte et sous
quelle figure il entrerait. Son inquiétude ne fut pas de longue durée.
Il n'était pas encore au lit qu'il entendit une voix douce et plaintive;
c'était Violette qui, dans les termes les plus tendres, lui rappelait
comment elle l'avait fait et pétri de ses propres mains, comment c'était
à ses prières qu'il devait la vie, et pourtant il s'était laissé séduire
et enlever, tandis qu'elle avait couru après lui avec une peine que Dieu
veuille épargner à tout le monde. Violette lui disait encore, avec un
accent douloureux et plus pénétrant, comment, depuis deux nuits elle
veillait à sa porte; comment pour obtenir cette faveur, elle avait donné
des trésors dignes des rois sans tirer de lui un seul mot; comment cette
dernière nuit était la fin de ses espérances et le terme de sa vie.

En écoutant ces paroles qui lui perçaient l'âme, il semblait à Perlino
qu'on le tirait d'un rêve: c'était un nuage qu'on déchirait devant ses
yeux. Il ouvrit doucement la porte et appela Violette; elle se jeta dans
ses bras en sanglotant. Il voulait parler; elle lui ferma la bouche; on
croit toujours celui qu'on aime, et il y a des instants où l'on est si
heureux qu'on n'a besoin que de pleurer.

«Partons, dit Perlino; sortons de ce donjon maudit.

--Partir n'est pas aisé, seigneur Perlino, répondit l'écureuil; la dame
des Écus-Sonnants ne lâche pas volontiers ce qu'elle tient; pour vous
éveiller nous avons usé tous nos dons; il faudrait un miracle pour vous
sauver.

--Peut-être ai-je un moyen, dit Perlino, à qui l'esprit venait comme la
sève aux arbres du printemps.»

[Illustration]

Il prit le cornet qui contenait la poudre magique et gagna l'écurie,
suivi de Violette et des trois amis. Là il sella le meilleur cheval,
et, marchant tout doucement, il arriva jusqu'à la loge où dormait le
geôlier, les clefs à la ceinture. Au bruit des pas, l'homme s'éveilla et
voulut crier; il n'avait pas ouvert la bouche, que Perlino y jetait l'or
potable, au risque de l'étouffer; mais, loin de se plaindre, le geôlier
se mit à sourire, à rire, et retomba sur sa chaise en fermant les yeux
et en tendant les mains. Se saisir du trousseau, ouvrir la grille, la
refermer à triple tour, et jeter dans l'abîme ces clefs de perdition,
pour enfermer à jamais la convoitise dans sa prison, ce fut pour Perlino
l'affaire d'un instant. Le pauvre enfant avait compté sans le trou de
la serrure; il n'en faut pas plus à la convoitise pour s'échapper de sa
retraite et envahir le coeur humain.

[Illustration]

[Illustration]

Enfin les voilà en route, tous deux sur le même cheval. Perlino en
avant, Violette en croupe. Elle avait passé son bras autour de son
bien-aimé; elle le serrait bien fort pour s'assurer que le coeur lui
battait toujours. Perlino tournait sans cesse la tête pour revoir la
figure de sa chère maîtresse, pour retrouver ce sourire qu'il craignait
toujours d'oublier. Adieu la frayeur et la prudence! Si l'écureuil
n'avait plus d'une fois tiré la bride pour empêcher le cheval de butter
ou de se perdre, qui sait si les deux voyageurs ne seraient pas encore
en chemin?

Je laisse à penser la joie que ressentit le bon Cecco retrouvant sa
fille et son gendre. C'était le plus jeune de la maison; il riait tout
le long du jour sans savoir pourquoi et voulait danser avec tout le
monde; il avait tellement perdu la tête qu'il doubla les appointements
de ses commis et fit une pension à son caissier, qui ne le servait que
depuis trente-six ans. Rien n'aveugle comme le bonheur. La noce fut
belle, mais cette fois on eut soin de trier les amis. De vingt lieues à
la ronde, il vint des abeilles qui apportèrent un beau gâteau de miel;
le bal finit par une tarentelle de souris et un saltarello d'écureuils
dont on parla longtemps dans Paestum. Quand le soleil chassa les
invités, Violette et Perlino dansaient encore; rien ne pouvait les
arrêter. Cecco, qui était plus sage, leur fit un beau sermon pour leur
prouver qu'il n'étaient plus des enfants et qu'on ne se marie pas pour
s'amuser; ils se jetèrent dans ses bras en riant. Un père a toujours
le coeur faible: il les prit par la main et se mit à danser avec eux
jusqu'au soir.



XII

LA MORALE


«Voilà l'histoire de Perlino, qui en vaut bien une autre, me dit en se
levant ma grosse hôtesse, tout émue des aventures qu'elle venait de
conter.

--Et la dame des Écus-Sonnants, m'écriai-je, qu'est-elle devenue?

--Qui le sait, répondit Palomba. Qu'elle ait pleuré ou qu'elle se
soit arrachée un côté de cheveux, qui s'en soucie? La fourberie finit
toujours par se prendre à son propre piège: c'est bien fait. La farine
du diable s'en va toute en son, tant pis pour qui sert le diable, tant
mieux pour les honnêtes gens!

--Et la morale?

--Quelle morale? dit Palomba, en me regardant d'un air surpris. Si Votre
Excellence veut de la morale, il est deux heures; il y a un Père capucin
qui prêche aux vêpres et vous voyez d'ici la cathédrale.

--C'est la morale du conte que je vous demande.

--Seigneur, me dit-elle en appuyant sur les finales, la soupe est
servie, le poulet frit, le macaroni cuit. N I ni, mon histoire est
finie. On berce les enfants avec des chansons et les hommes avec des
contes: que voulez-vous de plus?»

Je me mis à table, mais je n'étais pas satisfait. Tout en ébréchant mon
couteau sur un blanc de poulet, je dis à mon hôtesse:

«Votre histoire est touchante, et voilà un macaroni qui a un fumet
admirable; mais quand je raconterai aux enfants de mon pays les
aventures de Perlino, je ne leur servirai pas à dîner en même temps; ils
réclameront une morale.

--Eh bien, Excellence, s'il y a chez vous de ces délicats qui n'osent
pas rire, de crainte de montrer leurs dents, qu'ils viennent goûter à
mon macaroni, adressez-les à Amalfi et qu'ils demandent la Lune. Nous
leur servirons dans une assiette, plus de morale que n'en fournirait
tout Paris.

[Illustration]

«A propos, ajouta-t-elle, on vous attend pour partir; le vent se lève,
les matelots craignent que Votre Seigneurie ne soit incommodée comme ce
matin. On dirait que cette nouvelle vous attriste. Bon courage! Le mal
passé n'est que songe, et quoique le mal futur ait les bras longs, il ne
nous tient pas encore. Vous n'y pensiez pas tout à l'heure.

--Merci, ma bonne Palomba, vous m'avez trouvé ce que cherchais. Un
moment d'oubli entre de longues peines, un peu de repos au milieu du
vent et de la mer, du travail et de l'ennui, voilà ce que donnent les
contes et les rêves. Bien fou qui leur en demande davantage. _Ecco la
moralità._»



BLANDINE L'ESCLAVE

RÉCIT HISTORIQUE


De toutes les vertus qui honorent une femme, la plus belle et la plus
précieuse, sans contredit, c'est la piété, car elle contient en soi
toutes les autres: la charité, le sacrifice, la modestie, le courage,
l'amour de la justice et de la vérité. Les femmes de France se sont
toujours distinguées par leur piété; depuis la reine Bathilde et la mère
de saint Louis jusqu'à Jeanne d'Arc, depuis sainte Geneviève jusqu'à
l'épouse de Louis XV, la reine Marie Leckzinska, on peut citer auprès du
trône, comme dans les conditions les plus obscures, une foule de femmes
devenues célèbres par leur sainteté, non moins que par leur courage et
par leur esprit. Mais parmi tous les noms qui sont venus jusqu'à nous
et qu'entoure la vénération des siècles, il n'en est pas un qui mérite
d'être conservé avec plus de respect que celui de la pauvre esclave
Blandine, la première victime de la persécution païenne dans les Gaules,
la première martyre de Lyon.

On sait que le christianisme vint du bonne heure en notre pays. Il y fut
apporté par les disciples de saint Jean, venus d'Orient pour répandre la
_bonne nouvelle_ dans les Gaules. Dès le milieu du second siècle après
Jésus-Christ, au temps de l'empereur Marc-Aurèle, nous trouvons à Lyon
une Église déjà florissante, quoique cachée; cette Église a pour chef
Pontinus, vieillard de plus de quatre-vingt-dix ans, qui avait du
entendre à Éphèse le disciple bien-aimé du Seigneur. Des chrétiens venus
de la Grèce et d'Asie, des Romains et des Gaulois convertis, composaient
la communauté nouvelle; rien n'y manquait, pas même des esclaves
instruits par leur maître. C'était là le spectacle jusqu'alors inconnu
que donnait le christianisme; pour la première fois l'esclave était
traité comme un homme, et non plus une brute; pour la première fois, le
riche et le puissant respectaient dans le pauvre et l'opprimé une âme
immortelle, rachetée par Jésus-Christ.

Les chrétiens étaient odieux aux païens; leur religion, disait-on, était
contraire aux lois de l'empire. Les païens ne se trompaient pas dans
leur jugement. Les lois de l'empire soumettaient la conscience au
prince; c'était l'empereur, c'était le sénat qui décidaient quels
dieux on devait adorer. Il n'est pas douteux que les chrétiens ne
reconnaissaient pas cette tyrannie; aucun d'eux ne voulait s'avilir
devant ces dieux de pierre et de bois, que des gens corrompus et pervers
prétendaient imposer à la crédulité populaire; les fidèles préféraient
la mort au mensonge et au déshonneur; c'est pour cela qu'ils étaient
saints et grands.

Un autre reproche que les païens faisaient aux chrétiens, une autre
cause de haine et de mépris, c'est que les chrétiens, disaient-ils,
étaient insociables. On ne les voyait jamais aux fêtes publiques; jamais
ils ne prenaient part à ces spectacles que les empereurs prodiguaient
au peuple pour lui faire oublier sa servitude. En ce point encore, les
païens avaient raison. Ces jeux qui faisaient la joie des Romains, ces
chasses du cirque où des bêtes farouches déchiraient des malheureux sans
défense, ces combats de gladiateurs où des esclaves s'entre-tuaient pour
amuser l'oisiveté romaine, tout cela faisait horreur aux chrétiens. Ils
vivaient loin de ce monde cruel et débauché; ils se réunissaient entre
eux comme des frères, communiant à la même table, ne cherchant d'autre
plaisir que celui de s'entr'aimer et de servir Dieu d'un même coeur.

Ce qu'il y a de plus odieux aux hommes, et surtout aux grands, c'est
qu'on ne partage ni leurs idées ni leurs amusements; on commença par
dédaigner les chrétiens; on voulut bientôt les obliger de faire comme
la foule et d'adorer les caprices de l'empereur. Ils résistèrent; cette
résistance fut un crime de lèse-majesté; il fallait que dans l'empire
il n'y eût d'autre volonté, d'autre pensée que celle du souverain.
Marc-Aurèle était un grand prince, sévère avec lui-même, sobre,
courageux; il avait toutes les vertus d'un soldat et d'un philosophe,
mais il était empereur, et à ce titre, imbu de tous les préjugés de la
puissance. La loi défendait aux chrétiens d'exister; Mare-Aurèle ne
s'inquiéta pas de savoir si cette loi était injuste et cruelle; il ne
doutait pas qu'il n'eût le droit d'ordonner tout ce qui lui plaisait. Il
avait autour de lui de savants conseillers qui lui prêtaient chaque jour
cette maxime despotique: L'empereur était dieu, le Romain n'était qu'un
esclave qui devait obéir et tout sacrifier, fût-ce même sa conscience.
C'est ainsi que, malgré ses belles qualités et sa douceur, Marc-Aurèle
en arriva à la persécution.

Cette persécution commença à Lyon vers l'an 177; elle commença, comme
de coutume, non par une accusation régulière, mais par des émeutes. La
populace connaissait toujours les chrétiens; c'étaient ces gens sévères
et tristes qu'on ne voyait ni dans les temples, ni aux jeux, ni aux
fêtes; chacun pouvait les désigner du doigt comme des impies et des
athées, car on ne les voyait jamais adorer les dieux de la patrie. On
insulta les chrétiens dans la rue; on les chassa de la place publique,
où, suivant l'usage romain, les citoyens se réunissaient tous les jours,
et on leur interdit les bains publics: on les força de se renfermer
chez eux et de se cacher comme des criminels. Si, par hasard, on les
rencontrait au dehors, la foule ameutée leur jetait des pierres; on les
frappait; on pillait leurs maisons; toute injure était sainte et toute
violence légitime quand la victime portait le nom odieux de chrétien.

Il semble que les magistrats auraient dû protéger des innocents contre
de pareils outrages; car, dans un pays civilisé, il n'est pas permis
d'user de violence, même contre un criminel reconnu, même contre un
assassin avéré; mais il n'y avait pas de justice pour les chrétiens; ils
étaient hors la loi. Le peuple qui les lapidait, les traînait devant le
magistrat après les avoir insultés et demandait leur mort à grands cris.
Le proconsul, quelle que fût son opinion, ne pouvait hésiter à punir les
malheureux qu'on lui amenait; la pitié et l'indulgence l'eussent rendu
suspect à l'empereur. Il fallait donc punir comme des assassins des gens
dont le seul forfait était de ne point sacrifier à de vaines idoles.
Constater le crime n'était pas difficile; ce crime, c'était de s'avouer
chrétien, et jamais un fidèle ne reculait devant cet aveu. D'ordinaire
il oubliait son nom, sa patrie, sa naissance, sa condition; et à toutes
les questions que lui adressait le proconsul il ne répondait que ces
mots: _Je suis chrétien_, ou: _Je suis l'esclave du Christ_. Ces mots,
c'était l'arrêt du supplice et de la mort.

Le supplice était affreux: c'était la torture avec toutes ses horreurs.
Tuer un chrétien, c'était, pour le magistrat, se reconnaître vaincu:
celui qu'il avait tué était désormais un martyr, un témoin mort pour
rendre hommage à Jésus-Christ. L'exemple de son courage engendrait de
nouveaux dévouements, et il n'était pas rare qu'à la vue de la cruauté
des bourreaux, de l'injustice des magistrats et du courage des fidèles,
plus d'un païen ne se déclarât publiquement chrétien et ne demandât
à mourir. _Le sang des martyrs_, s'écriait un Père de l'Église, le
fougueux Tertullien, _c'est de la graine de chrétiens_. Il fallait donc
non pas tuer le prisonnier, mais lui faire souffrir de tels supplices
que la douleur le contraignit à se rétracter. C'était la triste victoire
que poursuivait le magistrat, à force de menaces et de violences. Que
la victime, vaincue par la douleur, dit un mot, qu'elle brûlât un grain
d'encens à la statue du divin empereur, elle était libre et souvent
récompensée; mais si le chrétien préférait la vérité à la honte, on
épuisait après lui toutes les inventions de la rage humaine, pour
arracher à sa bouche meurtrie un soupir qu'on pût transformer en aveu.
Le fer, le feu, rien n'était épargné par les bourreaux; tant qu'un
membre palpitait encore, tant qu'il restait autre chose qu'un cadavre,
on s'acharnait après le martyr; il n'y avait de salut pour lui que dans
la mort, qu'on lui faisait atteindre si lentement et qu'on lui vendait
si cher.

On conçoit donc quelle fut la terreur des chrétiens de Lyon quand la
foule se mit à les poursuivre et à les livrer au magistrat. Ce n'était
pas seulement la torture de la mort qui les effrayait, c'était aussi la
crainte que parmi les fidèles il s'en trouvât quelques-uns qui n'eussent
ni assez de courage ni assez d'énergie pour résister aux bourreaux.
C'était toujours la grande inquiétude; la rétractation d'un chrétien,
son retour au paganisme, c'était la vraie et la seule défaite que
redoutassent les disciples du Christ.

Il y avait surtout une classe de chrétiens pour qui la tentation de
céder était bien forte: c'étaient les esclaves: s'ils adoraient la
statue impériale, s'ils chargeaient leurs maîtres, on leur offrait
d'ordinaire de l'argent et la liberté. Aussi voit-on, dans ces
persécutions, qu'on commence par arrêter les esclaves, païens et
chrétiens, et qu'on les présente à la torture pour les contraindre à
déposer contre leurs patrons. C'est ce qui se fit à Lyon, et aussitôt
parurent ces accusations stupides, que dans tous les temps on a imputées
aux gens que poursuit la haine publique. «Les chrétiens, disaient les
esclaves, se réunissent à des banquets communs; là on égorge un enfant
et on en boit le sang.» C'est ce qu'on nommait les festins de Thyeste,
en souvenir de ce personnage fabuleux à qui son frère Atrée, par une
vengeance abominable, fit servir la chair même de son fils. De pareilles
calomnies sont si odieuses qu'il semble impossible de les croire. Mais
la haine ne raisonne pas.

Parmi les esclaves arrêtés à Lyon, il y avait une femme nommée Blandine;
c'était une chrétienne que sa maîtresse avait convertie. Elle était
de petite taille, faible et délicate; aussi sa maîtresse, qui avait
vaillamment affronté la torture, craignait-elle que la pauvre esclave ne
fût pas de force à combattre avec le bourreau. C'était le souci de tous
les frères (ainsi se nommaient entr'eux les chrétiens); tous, captifs ou
non, assistaient à ce terrible spectacle, pour s'encourager les uns les
autres et s'animer à mourir pour la vérité.

On livra Blandine aux bourreaux; c'était une esclave; on n'avait rien à
ménager avec ces créatures que dédaignait l'orgueil antique. Les Romains
avaient moins de souci d'un esclave que nous n'en avons aujourd'hui d'un
boeuf ou d'un cheval. Blandine fut mise à la torture; il semblait que du
premier coup on allait briser ses membres délicats, ou forcer la pauvre
femme à crier grâce; mais l'esprit de Jésus-Christ l'animait; elle
résista avec un courage héroïque et une force surhumaine. Depuis le
point du jour jusqu'au coucher du soleil, supplices et bourreaux se
succédèrent; on s'acharna sur ce corps déchiré de coups et qui n'avait
déjà plus forme humaine; on le lacéra avec des ongles de fer; on le
troua de toutes parts; plus d'une fois le chevalet rompit sous l'effort
des cordes qui tendaient les membres de la victime, rien ne put réduire
la noble martyre. «Elle était, dit le récit contemporain, comme un
généreux athlète. La douleur même ranimait ses forces et son courage. On
eût dit qu'elle oubliait ses souffrances et qu'elle trouvait le repos
et une énergie nouvelle dans ces mots, qu'elle répétait sans cesse: _Je
suis chrétienne; chez nous on ne fait rien de mal._»

Quand la nuit fut venue, on la jeta pêle-mêle avec les autres martyrs
dans une prison obscure et sans air; on lui plaça les pieds sur un bloc
de bois, troué de place en place, si bien que la pauvre victime ne put
même pas trouver de repos pour son corps brisé; on la réservait pour
un supplice plus éclatant. Elle avait bravé le proconsul et vaincu la
menace des lois humaines, il lui fallait maintenant servir aux plaisirs
sanglants du peuple; c'est à l'amphithéâtre, un jour de fête, qu'elle
devait mourir.

Pour hâter la vengeance et pour animer la rage populaire, le proconsul
ordonna des jeux extraordinaires. Il s'était promis d'amuser la foule;
aussi chaque martyr devait-il mourir par un supplice particulier. Loin
de s'effrayer de cette terrible épreuve, les frères voyaient arriver
avec joie le jour et l'heure des tourments. La délivrance approchait.
Ces supplices divers, qui allaient les réunir dans une même mort,
c'était, disaient-ils, comme autant de fleurs de couleurs variées qui
formaient une même couronne d'immortalité, offrande digne de plaire au
Seigneur.

Parmi les martyrs réservés aux bêtes de l'amphithéâtre, on avait mis les
plus courageux, ceux qui, après avoir lassé les bourreaux, sauraient
le mieux affronter la dent des lions et des léopards. Au premier rang
figuraient deux Romains, Maturus et Sanctus, avec un Grec, venu de
Pergame, Attale, que l'on appelait la colonne de pierre angulaire de
l'Église lyonnaise; à côté d'eux, meurtrie et mutilée, mais, toujours
indomptable, était la pauvre Blandine.

Maturus et Sanctus, qu'on avait torturés plusieurs fois, furent
tourmentés de nouveau dans l'amphithéâtre pour assouvir la cruauté d'une
foule insensée. On les battit de verges, on les jeta aux bêtes, qui
les déchirèrent; le peuple voulait une mort cruelle. Sur les cris de
l'assemblée, on les retira de l'arène à demi morts, pour les asseoir sur
une chaise de fer qu'on fit rougir. Malgré tout on ne put réduire leur
constance; Maturus ne poussa pas un soupir. Sanctus ne prononça d'autres
paroles que celles qu'il avait répondu le premier jour au proconsul,
et qui l'avaient soutenu au milieu des supplices: _Je suis chrétien._
Furieux de se voir vaincu par l'énergie de ces hommes sans défense, le
peuple ordonna d'étrangler les deux martyrs. Le tour de Blandine était
venu.

On l'attacha à un poteau, les bras étendus, pour l'exposer ainsi aux
animaux féroces. Sur son visage fatigué brillait comme une lueur divine;
elle mourait pleine de foi et d'espérance, car elle mourait pour
le Christ et par le même supplice. Pour tous les frères qui la
contemplaient, c'était une joie profonde de voir et d'admirer le courage
de leur soeur; tous se rappelaient le divin martyr du Calvaire, et tous,
bénissant le Seigneur, faisaient des voeux pour la délivrance et la
gloire de Blandine; mais les bêtes, moins féroces que les hommes, ne
voulurent point toucher au corps de la sainte; l'effort des bestiaires
fut impuissant pour les animer. Elles rentrèrent en grondant au fond de
la cage. Au grand déplaisir des spectateurs, il fallut détacher Blandine
et la remettre en prison; on la réservait pour une nouvelle fête de
meurtre et de sang.

Attale restait le dernier; c'était le plus odieux, car c'était le plus
brave. Suivant toute apparence, c'était un missionnaire venu d'Orient,
et, après l'évêque Pontinus, le principal apôtre de l'Église de Lyon. Le
peuple demanda à grands cris qu'on fit descendre Attale dans l'arène. Il
y parut le front serein, la tête droite, soutenu par sa conscience,
prêt au combat, comme un soldat du Christ. On lui fit faire le tour de
l'amphithéâtre, pour que la foule pût l'insulter à loisir; devant lui un
soldat portait un tableau où était écrit: _Voici Attale, le chrétien_.
Malgré les clameurs du peuple, le proconsul ne put livrer ce jour-là le
martyr au supplice; Attale était un citoyen romain, ce n'était pas un
esclave comme Blandine; il fallait l'ordre de l'empereur pour le mettre
à mort. Mais on avait écrit à Rome; la réponse de Marc-Aurèle n'était
pas douteuse. L'empereur philosophe écrivait un beau livre rempli de
nobles maximes sur la justice et l'humanité; mais un chrétien n'avait
pas de droits, ce n'était pas un homme, c'était l'ennemi du genre
humain.

Tandis que Blandine attendait en prison qu'une lettre du César lui
permit enfin de mourir, elle n'était pas inactive. C'était, disent ses
contemporains, c'était comme une mère qui rassemble ses enfants et leur
donne de nouveau la vie. A force de prière et d'argent, les fidèles se
faisaient ouvrir les prisons, et tous couraient auprès de Blandine pour
la saluer du nom de martyre. Mais son humilité repoussait ce titre
honorable. «Ceux-là seuls sont martyrs, disait-elle, que le Christ a
appelés auprès de lui; la mort qu'ils ont courageusement soufferte
est le sceau de leur gloire; nous ne sommes que de pauvres et humbles
confesseurs.»

Puis elle prêchait à tous la résignation, le courage, l'union, et,
enfin, répandant des larmes, elle suppliait les frères d'adresser leurs
prières à Dieu pour qu'elle obtînt la mort, qui devait l'affranchir.

Il ne manquait pas non plus de païens qui venaient pour séduire les
prisonniers par de belles promesses ou pour insulter à ce qu'ils
nommaient leurs vaines espérances. Blandine leur parlait avec douceur,
mais avec une foi profonde et une liberté sans bornes. Les païens, émus,
sentaient bien que cette femme ne craignait plus rien des hommes, et
attendait tout de Dieu. Ils se demandaient d'où venait cette force qui
leur manquait, et comment cette débile créature, seule et sans appui,
bravait l'injustice et la violence avec plus de fermeté et d'énergie que
n'en avaient jamais montré, en face de l'ennemi, leurs Scipions et leurs
Fabius, soutenus par une armée. Il y a une sainte contagion dans le
spectacle de la grandeur morale; parmi ces païens venus par curiosité,
peut-être y en eut-il plus d'un qui était entré dans la prison de
Blandine en ennemi de la foi et qui en sortit déjà chrétien dans le
coeur.

Enfin arriva la lettre de Marc-Aurèle; elle ordonnait la mort. Pour
honorer l'empereur et rendre la vengeance plus solennelle, le proconsul
attendit un des jours où se tenait l'assemblée de la province. Assis sur
son tribunal, entouré de ses licteurs et de ses gardes, au milieu
des pompes théâtrales, il se fit amener les chrétiens, et, après de
nouvelles menaces et de nouvelles prières, lut à chacun d'eux l'arrêt de
mort. Les citoyens romains eurent aussitôt la tête tranchée; les autres,
et Blandine était du nombre, furent renvoyés aux bêtes; Attale aussi
fut épargné le premier jour; tout citoyen romain qu'il fût on l'avait
réservé pour l'amphithéâtre, afin que l'ignominie du supplice fût un
châtiment de plus pour ce que le proconsul appelait l'obstination d'un
insensé, et ce que nous appelons aujourd'hui la foi d'un chrétien.

Au jour dit, le peuple emplit le vaste amphithéâtre, criant qu'on livrât
les chrétiens aux lions. Quand les grilles s'ouvrivent, il se lit un
profond silence, et alors parurent Attale, Blandine et un enfant de
quinze ans, nommé Ponticus. Comme ses devanciers, Attale souffrit tous
les tourments que demanda le caprice ou l'ivresse sanglante de la foule.
Lui aussi, après l'avoir battu de verges et livré aux bêtes, on le fit
asseoir sur le fauteuil de fer rougi. Au milieu du supplice, l'injure et
la calomnie le poursuivaient encore. On lui reprochait de dévorer
des enfants; il se tourna dédaigneusement vers les lâches qui
l'outrageaient, et, leur montrant ses membres réduits par le feu:
«Voilà, leur dit-il, ce qui s'appelle dévorer des hommes. Pour nous,
loin de dévorer des enfants, nous ne faisons de mol à personne.» Et,
comme on lui demandait le nom de son Dieu: «Dieu, répondit-il, n'a pas
de nom, comme nous autres mortels.» Après cette réponse, il mourut.

On avait réservé pour la fin Ponticus et Blandine, une femme, un enfant.
On les avait forcés d'assister à tous les supplices; on espérait que
la vue de tant de souffrances effrayerait et dompterait des âmes aussi
sensibles et aussi tendres; on les suppliait de jurer par les images des
dieux, car on sentait ce qu'il y avait d'odieux à écraser ainsi du même
coup la faiblesse et l'innocence. Tout fut inutile, Blandine et Ponticus
étaient chrétiens. La foule entra alors en fureur et ne voulut épargner
ni l'âge ni le sexe. Ponticus fut le premier saisi; le peuple demanda
qu'on épuisât tous les supplices sur cet enfant. Battu de verges, livré
aux bêtes, il résista à toutes les épreuves. Au milieu des tourments
qui le brisaient, on entendait la voix de Blandine qui encourageait son
jeune frère à souffrir des douleurs d'un instant pour conquérir une
gloire qui ne finirait pas. Ni menaces ni coups n'arrêtaient la
chrétienne; c'était une mère qui voulait enfanter son fils à la vie
éternelle. Ponticus résista aussi longtemps que ses forces le lui
permirent, et ce fut en souriant à Blandine qu'il rendit le dernier
soupir.

L'enfant mort et dans le sein de Dieu, on vit Blandine marcher aux bêtes
de l'amphithéâtre, non pas comme une captive qui va à la mort, mais
comme une fiancée qui prend place au festin nuptial. Sur l'ordre du
peuple, on la suspendit dans un filet, et on l'exposa ainsi à un taureau
indompté. Trois fois l'animal, de sa corne furieuse, jeta en l'air la
pauvre Blandine, trois fois il la foula aux pieds, pour assouvir sa rage
sur la victime qu'on lui livrait; on n'entendit ni plaintes ni pleurs,
mais seulement quelques mots de prière, une invocation au Christ
sauveur. Enfin on la tira du filet à demi morte et on l'égorgea comme un
agneau qu'on égorge à l'autel.

Le spectacle était fini; mais l'ivresse de la foule avait cessé; le
peuple sortit en silence, sans jeter au ciel le nom de César. Chacun se
disait que jamais femme n'avait supporté de tels supplices et n'avait
montré un courage plus indompté; le proconsul, qui tremblait devant
les serviteurs de César, se demandait quelle était donc cette religion
nouvelle qui affranchit la conscience, chasse toute frayeur, donne
la liberté au milieu des fers, et met une esclave au-dessus même de
l'empereur.

Blandine n'avait plus rien à craindre des hommes; c'était elle
maintenant qui faisait trembler les ministres de César. Cette dépouille
sanglante, ce reste de chair et d'os, qui avaient échappé à la dent des
bêtes et au fer des bourreaux, voilà des trésors que se disputaient
les chrétiens. Pour obtenir ces saintes reliques, un fidèle offrait sa
fortune; si on la refusait, il se glissait dans l'ombre des nuits pour
ravir ce qui, pour lui, était plus précieux que l'or. Les magistrats
n'ignoraient pas que, si ce cadavre leur échappait, on se disputerait
chacun des cheveux de Blandine, et que chacun des possesseurs serait un
nouvel ami de la vérité, un nouvel ennemi du despotisme impérial. C'est
là qu'était le danger pour ces bourreaux qu'effrayait la pâle figure
d'une pauvre femme qu'ils avaient égorgée.

Pendant six jours on exposa les restes des martyrs à toutes les injures
du temps, à tous les outrages des hommes; le septième jour, on
les brûla, et les cendres furent jetées dans le Rhône. Les païens
s'imaginaient ainsi défier Dieu et empêcher la résurrection
qu'attendaient les chrétiens; ils voulaient ravir aux fidèles toute
espérance, en même temps leur ôter tout souvenir. Impuissance de la
force!

Toutes ces violences ne trahissaient que la crainte. Les siècles ont
passé; le paganisme est tombé; le nom des bourreaux a disparu sous
l'exécration publique. Mais le nom de Blandine est resté. De cette douce
et courageuse victime, l'Église a fait une sainte, et tant qu'il y aura
des fidèles sur la terre, le cri de Blandine restera la devise de la
société chrétienne: _Nous nommes chrétiens, et nous ne faisons rien de
mal_; belles et saintes paroles qu'on ne saurait trop méditer.

C'est ainsi que par sa foi, son amour de la vérité, son dévouement à
Dieu, Blandine, la pauvre esclave, a mérité de vivre dans l'histoire.
Aussi longtemps qu'il y aura en France des femmes chrétiennes, elles
respecteront sa mémoire, elles admireront l'exemple de cette héroïne
chrétienne, qui du sein de sa faiblesse et de ses misères, nous crie
qu'on peut toujours s'élever en faisant son devoir; que la véritable
grandeur de l'homme est dans son âme, et qu'on ne doit jamais avilir
cette âme, que Dieu a faite à son image et qui n'appartien qu'à lui.



LA SAGESSE DES NATIONS

OU

LES VOYAGES DU CAPITAINE JEAN



I

LE CAPITAINE JEAN


Quand j'étais enfant (il y a bien longtemps de cela), j'habitais chez
mon grand-père, dans une belle campagne au bord de la Seine. Je me
souviens que nous avions pour voisin un personnage singulier qu'on
appelait le capitaine Jean. C'était, disait-on, un ancien marin qui
avait fait cinq ou six fois le tour du monde. Je le vois encore. C'était
un gros homme court et trapu; sa figure était jaune et ridée; il avait
un nez crochu comme le bec d'un aigle, des moustaches blanches et de
grandes boucles d'oreilles d'or. Il était toujours habillé de la même
façon: l'été, tout en blanc depuis les pieds jusqu'à la tête, avec un
large chapeau de paille; l'hiver, tout en bleu, avec un chapeau ciré,
des souliers à boucles et des bas chinés. Il habitait seul, sans autre
compagnie qu'un gros chien noir, et ne parlait à personne. Aussi le
regardait-on comme une espèce de Croquemitaine. Quand je n'étais pas
sage, ma bonne ne manquait jamais de me menacer de l'horrible voisin,
menace qui me rendait aussitôt obéissant.

Malgré tout, je me sentais attiré par le capitaine. Je n'osais le
regarder en face; il me semblait qu'il sortait une flamme de ses petits
yeux, cachés par d'épais sourcils, plus blancs que ses moustaches;
mais je le suivais en arrière, et, sans savoir comment, je me trouvais
toujours sur son chemin. C'est que le marin n'était pas un homme
comme les autres. Tous les matins, il était dans une prairie de mon
grand-père, assis au bord de l'eau, pêchant à la ligne avec un bonheur
qui ne se démentait jamais. Tandis qu'il était là, immobile et guettant
ses goujons, je poussais des soupirs d'envie, moi, à qui on défendait
d'approcher de la rivière. Et quelle joie quand le capitaine appelait
son chien, lui mettait une allumette enflammée dans la gueule, et
bourrait tranquillement sa pipe en regardant la mine effrayée de Fidèle.
C'était là un spectacle qui m'amusait plus que mon rudiment.

[Illustration]

A dix ans, on ne cache guère ce qu'on éprouve; le capitaine s'aperçut de
mon admiration et devina l'ambition qui me rongeait le coeur. Un jour
que, hissé sur la pointe du pied, je regardais par-dessus l'épaule du
pêcheur, retenant mon haleine et suivant d'un long regard la ligne qu'il
promenait sur l'eau:

«Approchez, jeune homme, me dit-il d'une voix qui retentit à mon oreille
comme un coup de canon; vous êtes un amateur, à ce que je vois. Si vous
êtes capable de vous tenir tranquille pendant cinq minutes, prenez cette
ligne qui est à côté de moi. Voyons comment vous vous en tirerez.»

Dire ce qui se passa dans mon âme serait chose difficile; j'ai eu
quelque plaisir dans ma vie, mais jamais une émotion aussi forte. Je
rougis; les larmes me vinrent aux yeux; et me voilà assis sur l'herbe,
tenant la ligne qu'avait lancée le marin, plus immobile que Fidèle et ne
regardant pas son maître avec moins de reconnaissance. L'hameçon jeté,
le liège trembla:

«Attention! jeune homme, me dit tout bas le capitaine, il y a quelque
chose. Rendez la main, ramenez à vous doucement, allongez, et maintenant
tirez lentement à vous; fatiguez-moi ce drôle-là.»

J'obéis, et bientôt j'amenai un beau barbillon, avec des moustaches
aussi blanches et presque aussi longues que celles du capitaine. O jour
glorieux, aucun succès ne t'a effacé de mon souvenir! Tu es resté ma
plus grande et ma plus douce victoire!

Depuis cette heure fortunée, je devins l'ami du capitaine. Le lendemain
il me tutoyait, m'ordonnait d'en faire autant et m'appelait son matelot.
Nous étions inséparables; on l'aurait plutôt vu sans son chien que sans
moi. Ma mère s'aperçut de cette passion naissante. Comme le marin était
un brave homme, elle tira bon parti de mon amitié. Quand ma lecture
était manquée, quand il y avait dans ma dictée une orthographe de
fantaisie, on m'interdisait la compagnie de mon bon ami. Le lendemain
(ce qui était plus dur encore), il fallait lui expliquer la cause de mon
absence; Dieu sait de quelle façon il jurait après moi! Grâce à cette
terreur salutaire, je fis des progrès rapides. Si je ne fais plus trop
de fautes quand j'écris, je le dois à l'excellent homme qui, en fait
d'orthographe, en savait un peu moins long que moi.

Un jour que je n'avais pas obtenu sans peine de le rejoindre, et que
j'avais encore le coeur gros des reproches que j'avais reçus:

«Capitaine, lui dis-je, quand donc lis-tu? quand donc écris-tu?

--Vraiment, répondit-il, cela me serait difficile, je ne sais ni lire ni
écrire.

--Tu es bien heureux! m'écriai-je. Tu n'as pas de maîtres, toi, tu
t'amuses toujours, tu sais tout sans l'avoir appris.

--Sans l'avoir appris? reprit-il, ne le crois pas; ce que je sais me
coûte cher; tu ne voudrais pas de mon savoir au prix qu'il m'a fallu le
payer.

--Comment cela, capitaine? On ne t'a jamais grondé, tu as toujours fait
ce que tu as voulu.

--C'est ce qui te trompe, mon enfant, me dit-il en adoucissant sa grosse
voix et en me regardant d'un air de bonté; j'ai fait ce qu'ont voulu les
autres, et j'ai eu une terrible maîtresse qui ne donne pas ses leçons
pour rien; on la nomme l'expérience. Elle ne vaut pas ta mère, je t'en
réponds.

--C'est l'expérience qui t'a rendu savant, capitaine?

--Savant, non; mais elle m'a enseigné le peu que je sais. Toi, mon
enfant, quand tu lis un livre, tu profites de l'expérience des autres;
moi, j'ai tout appris à la sueur de mon corps. Je ne lis pas, c'est
vrai, malheureusement pour moi, mais j'ai une bibliothèque qui en vaut
bien une autre. Elle est là, ajouta-t-il en se frappant le front.

--Qu'est-ce qu'il y a dans ta bibliothèque?

--Un peu de tout: des voyages, de l'industrie, de la médecine, des
proverbes, des contes. Cela te fait rire? Mon petit homme, il y a
souvent plus de morale dans un conte que dans toutes les histoires
romaines. C'est la sagesse des nations qui les a inventés; grands ou
petits, jeunes ou vieux, chacun peut en faire son profit.

--Si tu m'en contais un ou deux, capitaine, tu me rendrais sage comme
toi.

--Volontiers, reprit le marin; mais je le préviens que je ne suis pas un
diseur de belles paroles; je te réciterai mes contes comme on me les
a récités; je te dirai à quelle occasion et quel profit j'en ai tiré.
Écoute donc l'histoire de mon premier voyage.



II

PREMIER VOYAGE DU CAPITAINE JEAN


J'avais douze ans et j'étais à Marseille, ma ville natale, quand on
m'embarqua comme mousse à bord d'un brick de commerce qu'on nommait _la
Belle-Émilie_. Nous allions au Sénégal porter de ces toiles bleues qu'on
appelle des guinées; nous devions rapporter de la poudre d'or, des dents
d'éléphant et des arachides. Pendant les quinze premiers jours, le
voyage n'eut rien d'intéressant; je ne me souviens guère que des coups
de garcette qu'on m'administrait sans compter, pour me former le
caractère et me donner de l'esprit, disait-on.

Vers la troisième semaine, la brick approcha des côtes d'Andalousie, et,
un soir, on jeta l'ancre à quelque distance d'Alméria. La nuit venue, le
second du navire prit son fusil, et s'amusa à tirer des hirondelles,
que je ne voyais pas, car le soleil était couché depuis longtemps. Il y
avait, par hasard, des chasseurs non moins obstinés qui se promenaient
le long de la plage, et tiraient de temps en temps sur leur invisible
gibier. Tout à coup on met la chaloupe à la mer, on m'y jette plus qu'on
ne m'y descend; me voilà occupé à recevoir et à ranger des ballots qu'on
nous passait du navire, puis on tend la voile, on se dirige vers la
terre, sans faire de bruit. Je ne comprenais pas à quoi pouvait servir
cette promenade par une nuit sans étoiles; mais un mousse ne raisonne
guère, il obéit sans rien dire, sinon, gare les coups de garcette!
La chaloupe aborda sur une plage déserte, loin du port d'Alméria. Le
second, qui nous commandait, se mit à siffler; on lui répondit, et
bientôt j'entendis des pas d'hommes et de chevaux. On débarqua les
ballots, on les chargea sur les chevaux, les ânes, les mulets, qui se
trouvaient là fort à propos; puis, le second ayant dit aux matelots de
l'attendre jusqu'au point du jour, partit et m'ordonna de le suivre.
On me hissa sur une mule, entre deux paniers; nous voila en route pour
aller je ne sais où.

Au bout d'une heure, on aperçut une petite lumière, vers laquelle on
se dirigea. Une voix cria: _Qui vive!_ on répondit: _Les anciens_. Une
porte s'ouvre; nous entrons dans une auberge habitée par des gens qui
n'avaient pas la mine de très bons chrétiens. C'était, je l'appris
bientôt, des bohémiens et des contrebandiers. Nous faisions un commerce
défendu, qui nous exposait aux galères. On ne m'avait pas demandé mon
avis.

Le capitaine entra, avec les bohémiens, dans une salle basse dont on
ferma la porte; on me laissa seul avec une vieille femme qui préparait
le souper: c'était la plus laide sorcière que j'aie vue de ma vie. Elle
me prit par le bras, me regarda jusqu'au blanc des yeux: je tremblais
malgré moi. Quand elle m'eut bien examiné, la vieille me parla. Je
fus tout étonné d'entendre son ramage, qui ressemblait au patois de
Marseille. Elle m'attacha un torchon gras autour du corps, me fit
asseoir auprès d'elle, les jambes croisées sur une natte de jonc et, me
jetant un poulet, m'ordonna de le plumer.

Un mousse doit tout savoir, sous peine d'être battu; je me mis à
arracher les plumes de l'animal, en imitant de mon mieux la vieille,
qui, de son côté, en faisait autant que moi. De temps en temps, pour
m'encourager, elle me souriait de façon agréable, en me montrant chaque
fois trois grandes dents jaunes tout ébréchées, seul trésor qui lui
restai dans la bouche. Les poulets plumés, il fallut hacher des oignons,
éplucher de l'ail, préparer le pain et la viande. Je fis de mon mieux,
autant par peur de la vieille que par amitié.

«Eh bien, la mère, êtes-vous contente? lui dis-je, quand tous nos
préparatifs furent achevés.

--Oui, mon fils, dit-elle; tu es un bon garçon, je veux te récompenser.
Donne-moi ta main.»

Elle me prit la main, la retourna, et se mit à en suivre toutes les
lignes, comme si elle allait me dire la bonne aventure.

«Assez, la mère! lui dis-je en retirant ma main, je suis chrétien, je ne
crois pas à tout cela.

--Tu as tort, mon fils, je t'en aurais dit bien long; car, si pauvre et
si vieille que je sois, je suis d'un peuple qui sait tout. Nous autres
gitanos, nous entendons des voix qui vous échappent, nous parlons avec
les animaux de la terre, les oiseaux du ciel et les poissons de la mer.

[Illustration]

--Alors, lui dis-je en riant, vous savez l'histoire et les malheurs de
ce poulet que j'ai plumé?

--Non, dit la vieille, je ne me suis pas souciée de l'écouter, mais, si
tu veux, je te conterai l'histoire de son frère; tu y verras que tôt ou
tard on est puni par où on a péché, et que jamais un ingrat n'échappe au
châtiment.»

Elle me dit ces derniers mots d'une voix si sombre que je tressaillis;
puis elle commença le conte que voici.



III

HISTOIRE DE COQUERICO[1]

[Note 1: On trouve cette histoire, fort populaire en Espagne, contée
avec quelque différence, dans un des plus jolis romans de Fernand
Caballero, _le Gaviota, ou la Mouette_.]


Il y avait une fois une belle poule qui vivait en grande dame dans la
basse-cour d'un riche fermier; elle était entourée d'une nombreuse
famille qui gloussait autour d'elle, et nul ne criait plus fort et ne
lui arrachait plus vite les graines du bec qu'un petit poulet difforme
et estropié. C'était justement celui que la mère aimait le mieux; ainsi
sont faites toutes les mères: leurs préférés sont les plus laids. Cet
avorton n'avait d'entiers qu'un oeil, une patte et une aile; on eût dit
que Salomon eût exécuté sa sentence mémorable sur Coquerico (c'était le
nom de ce chétif individu) et qu'il l'eût coupé en deux du fil de sa
fameuse épée. Quand on est borgne, botteux et manchot, c'est une belle
occasion d'être modeste; notre gueux de Castille était plus fier que son
père, le coq le mieux éperonné, le plus élégant, le plus brave et le
plus galant qu'on ait jamais vu de Burgos à Madrid. Il se croyait un
phénix de grâce et de beauté, et passait les plus belles heures du jour
à se mirer au ruisseau. Si l'un de ses frères le heurtait par hasard,
il lui cherchait pouille, l'appelait envieux ou jaloux, et risquait au
combat le seul oeil qui lui restât; si les poules gloussaient à sa vue,
il disait que c'était pour cacher leur dépit, parce qu'il ne daignait
même pas les regarder.

Un jour que sa vanité lui montait à la tête plus que de coutume, il dit
à sa mère:

«Écoutez-moi, Madame ma mère: l'Espagne m'ennuie, je m'en vais à Rome;
je veux voir le Pape et les cardinaux.

--Y penses-tu, mon enfant? s'écria la pauvre poule. Qui t'a mis dans la
cervelle une telle folie? Jamais, dans notre famille, on n'est sorti
de son pays; aussi sommes-nous l'honneur de notre race: nous pouvons
montrer notre généalogie. Où trouveras-tu une basse-cour comme celle-ci,
des mûriers pour t'abriter, un poulailler blanchi à la chaux, un fumier
magnifique, des vers et des grains partout, des frères qui t'aiment, et
trois chiens qui te gardent du renard? Crois-tu qu'à Rome même tu ne
regretteras pas l'abondance et la douceur d'une pareille vie?»

Coquerico haussa son aile manchote en signe de dédain.

«Ma mère, dit-il, vous êtes une bonne femme; tout est beau à qui n'a
jamais quitté son fumier; mais j'ai déjà assez d'esprit pour voir que
mes frères n'ont pas d'idée et que mes cousins sont des rustres. Mon
génie étouffe dans ce trou, je veux courir le monde et faire fortune.

--Mais, mon fils, reprit la pauvre mère poule, l'es-tu jamais regardé
dans la mare? Ne sais-tu pas qu'il te manque un oeil, une patte et
une aile? Pour faire fortune, il faut des yeux de renard, des pattes
d'araignée et des ailes de vautour. Une fois hors d'ici, tu es perdu.

--Ma mère, répondit Coquerico, quand une poule couve un canard, elle
s'effraye toujours de le voir courir à l'eau. Vous ne me connaissez pas
davantage. Ma nature, à moi, c'est de réussir par mes talents et mon
esprit; il me faut un public qui soit capable de sentir les agréments de
ma personne; ma place n'est pas parmi les petites gens.»

Quand la poule vit que tous les sermons étaient inutiles, elle dit à
Coquerico:

«Mon fils, écoute au moins les derniers conseils de ta mère. Si tu vas
à Rome, évite de passer devant l'église de Saint-Pierre; le saint, à ce
qu'on dit, n'aime pas beaucoup les coqs, surtout quand ils chantent.
Fuis aussi certains personnages qu'on nomme cuisiniers et marmitons; tu
les reconnaîtras à leur bonnet blanc, à leur tablier retroussé et à la
gaine qu'ils portent au côté. Ce sont des assassins patentés qui nous
traquent sans pitié: ils nous coupent le cou sans nous laisser le temps
de dire _miserere_! Et maintenant, mon enfant, ajouta-t-elle en levant
la patte, reçois ma bénédiction et que saint Jacques te protège! c'est
le patron des pèlerins.»

Coquerico ne fit pas semblant de voir qu'il y avait une larme dans
l'oeil de sa mère; il ne s'inquiéta pas davantage de son père, qui
cependant dressait sa crête au vent et semblait l'appeler; sans se
soucier de ceux qu'il laissait derrière lui, il se glissa par la porte
entr'ouverte; à peine dehors, il battit de l'aile et chanta trois fois
pour célébrer sa liberté: _Coquerico! coquerico! coquerico!_

[Illustration]

Comme il courait à travers champs, moitié volant, moitié sautant, il
arriva au lit d'un ruisseau que le soleil avait mis à sec. Cependant,
au milieu du sable, on voyait encore un filet d'eau si mince que deux
feuilles tombées l'arrêtaient au passage.

Quand le ruisseau aperçut notre voyageur, il lui dit:

«Mon ami, tu vois ma faiblesse; je n'ai même pas la force d'emporter ces
feuilles qui me barrent le chemin encore moins de faire un détour, car
je suis exténué. D'un coup de bec tu peux me rendre la vie. Je ne suis
pas un ingrat; si tu m'obliges, tu peux compter sur ma reconnaissance au
premier jour de pluie, quand l'eau du ciel m'aura rendu mes forces.

--Tu plaisantes! dit Coquerico. Ai-je la figure d'un balayeur de
ruisseau? Adresse-toi à gens de ton espèce, ajouta-t-il; et, de sa bonne
patte, il sauta par-dessus le filet d'eau.

«Tu te souviendras de moi quand tu y penseras le moins!» murmura le
ruisseau, mais d'une voix si faible que l'orgueilleux ne l'entendit pas.

Un peu plus loin notre maître coq aperçut le Vent tout abattu et tout
essoufflé.

«Cher Coquerico, lui dit-il, viens à mon aide; ici-bas on a besoin les
uns des autres.

Tu vois où m'a réduit la chaleur du jour; moi qui, en d'autres temps,
déracine les oliviers et soulève les mers, me voilà tué par la canicule.
Je me suis laissé endormir par le parfum de ces roses avec lesquelles je
jouais, et me voici par terre presque évanoui. Si tu pouvais me lever
à deux pouces du sol avec ton bec, et m'éventer un peu avec ton aile,
j'aurais la force de m'élever jusqu'à ces nuages blancs que j'aperçois
là-haut, poussés par un de mes frères, et je recevrais de ma famille
quelque secours qui me permettrait d'exister jusqu'à ce que j'hérite du
premier ouragan.

[Illustration]

--Monseigneur, répondit le maudit Coquerico, Votre Excellence s'est
amusée plus d'une fois à me jouer de mauvais tours. Il n'y a pas huit
jours encore que, se glissant en traître derrière moi, Votre Seigneurie
s'est divertie à m'ouvrir la queue en éventail, et m'a couvert de
confusion à la face des nations. Patience donc, mon digne ami, les
railleurs ont leur tour; il leur est bon de faire pénitence et
d'apprendre à respecter certains personnages qui, par leur naissance,
leur beauté et leur esprit, devraient être à l'abri des plaisanteries
d'un sot.»

Sur quoi Coquerico, se pavanant, se mit à chanter trois fois de sa voix
la plus rauque: _Coquerico! coquerico! coquerico!_ et il passa fièrement
son chemin.

Dans un champ nouvellement moissonné où les laboureurs avaient amassé de
mauvaises herbes fraîchement arrachées, la fumée sortait d'un morceau
d'ivraie et de glaïeul. Coquerico s'approcha pour picorer, et vit une
petite flamme qui noircissait les tiges encore vertes, sans pouvoir les
allumer.

«Mon bon ami, cria la flamme au nouveau venu, tu viens à point pour me
sauver la vie; faute d'aliment, je me meurs. Je ne sais où s'amuse mon
cousin le Vent, qui n'en fait jamais d'autres; apporte-moi quelques
brins de paille sèche pour me ranimer. Ce n'est pas une ingrate que tu
obligeras.

--Attends-moi, pensa Coquerico, je vais te servir comme tu le mérites,
insolente qui oses t'adresser à moi! et voilà le poulet qui saute sur
le tas d'herbes humides et qui le presse si fort contre terre, qu'on
n'entendit plus le craquement de la flamme et qu'il ne sortit plus
de fumée. Sur quoi, maître Coquerico, suivant son habitude, se mit à
chanter trois fois: _Coquerico! coquerico! coquerico!_ puis il battit de
l'aile, comme s'il avait achevé les exploits d'Amadis.

[Illustration]

Toujours courant, toujours gloussant, Coquerico finit par arriver à
Rome: c'est là que mènent tous les chemins. A peine dans la ville, il
courut droit à la grande église de Saint-Pierre. L'admirer, il n'y
songea guère; il se plaça en face de la porte principale, et, quoiqu'au
milieu de la colonnade, il ne parût pas plus gros qu'une mouche; il
se hissa sur son ergot et se mit à chanter: _Coquerico! coquerico!
coquerico!_ rien que pour faire enrager le saint et désobéir à sa mère.

Il n'avait pas fini qu'un suisse, de la garde du Saint-Père, qui
l'entendit crier, mit la main sur l'insolent et l'emporta chez lui pour
en faire son souper.

«Tiens, dit le suisse, en montrant Coquerico à sa ménagère, donne-moi
vite de l'eau bouillante pour plumer ce pénitent-là.

--Grâce! grâce! madame l'Eau, s'écria Coquerico. Eau si douce, si
bonne, la plus belle et la meilleure des choses du monde, par pitié, ne
m'échaude pas!

--As-tu donc eu pitié de moi, quand je t'ai imploré, ingrat?» répondit
l'Eau, qui bouillait de colère. D'un seul coup elle l'inonda du haut
jusqu'en bas et ne lui laissa pas un brin de duvet sur le corps.

Le suisse prit alors le malheureux poulet et le mit sur le gril.

«Feu, ne me brûle pas! cria Coquerico. Toi qui es si brillant, frère du
soleil, cousin du diamant, épargne un misérable; contiens ton ardeur,
adoucis ta flamme et ne me rôtis pas.

--As-tu eu pitié de moi quand je t'implorais, ingrat?» répondit le Feu,
qui pétillait de colère; et d'un jet de flamme il fit de Coquerico un
charbon.

Quand le suisse aperçut son rôti dans ce triste état, il tira le poulet
par la patte et le jeta par la fenêtre. Le Vent l'emporta sur un tas du
fumier.

[Illustration]

«O Vent! murmura Coquerico, qui respirait encore, zéphyr bienfaisant,
souffle protecteur, me voici revenu de mes vaines folies; laisse-moi
reposer sur le fumier paternel.

--Te reposer! rugit le Vent. Attends, je vais t'apprendre comme je
traite les ingrats.»

Et d'un souffle il l'envoya si haut dans l'air, que Coquerico en
retombant, s'embrocha sur le haut d'un clocher.

C'est là que l'attendait saint Pierre. De sa propre main, le saint cloua
Coquerico sur le plus haut clocher de Rome. On le montre encore aux
voyageurs; si haut placé qu'il soit, chacun le méprise, parce qu'il
tourne au moindre vent; il est noir, sec, déplumé, battu par la pluie;
il ne s'appelle plus Coquerico, mais girouette; c'est ainsi qu'il paye
et payera éternellement sa désobéissance à sa mère, sa vanité, son
insolence et surtout sa méchanceté.



IV

LA BOHÉMIENNE


Quand la vieille eut achevé son conte, elle porta le souper au second et
à ses amis; je l'aidai dans cette besogne, et, pour ma part, je plaçai
sur la table deux grandes peaux de chèvre toutes pleines de vin; après
quoi, je retournai à la cuisine avec la bohémienne; ce fut notre tour de
manger.

Il y avait déjà quelque temps que notre repas était achevé, et je
causais amicalement avec ma vieille hôtesse, quand tout à coup on
entendit du bruit, des imprécations, des jurements, dans la salle du
souper. Le second sortit bientôt; il avait à la main la hache qu'il
portait d'ordinaire à la ceinture; il en menaçait ses compagnons de
table, qui tous tenaient leur couteau à demi caché dans la main. On se
querellait pour les comptes, car un des contrebandiers tenait un sac
plein de piastres qu'il refusait de livrer; l'intérêt et l'ivresse
empêchaient qu'on ne s'entendit.

Ce qu'il y a de singulier, c'est qu'on venait chercher la vieille pour
trancher la question. Elle avait sur ces hommes une grande autorité,
qu'elle devait sans doute à sa réputation de sorcière; on la méprisait,
mais on en avait peur. La bohémienne écouta tous ces cris qui se
croisaient, puis elle compta sur ses doigts ballots et piastres, et
enfin donna tort au second.

«Misérable! s'écria celui-ci, c'est toi qui payeras pour ce tas de
voleurs!»

Il leva sa hache: je me jetai en avant pour lui arrêter le bras, et
je reçus un coup qui m'estropia le pouce pour le reste de mes jours.
Première leçon que me vendait l'expérience, et qui m'a donné pour
toujours l'horreur de l'ivresse.

Furieux d'avoir manqué sa victime, le second me renverse à terre d'un
coup de pied; il se jetait de nouveau sur la vieille, quand, soudain,
je le vois s'arrêter, porter ses mains à son ventre, en retirer un long
couteau tout sanglant, s'écrier qu'il est un homme mort, et tomber.

[Illustration]

Cette terrible scène ne dura pas le temps que je prends pour la conter.

On fit silence autour du cadavre; puis bientôt les cris recommencèrent,
mais cette fois on parlait une langue que je n'entendais pas, la langue
des bohémiens. Un des contrebandiers montrait le sac d'argent, un autre
me secouait par le collet, comme s'il voulait m'étrangler, un troisième
me prenait par le bras et me tirait à lui; au milieu de ce vacarme, la
vieille allait de l'un à l'autre, criant plus fort que toute la bande,
portant les mains à sa tête, puis, prenant mon bras, montra mon pouce
ensanglanté et presque détaché. Je commençais à comprendre. Evidemment
il y avait des contrebandiers qui pensaient à profiter de l'occasion, et
qui, pour avoir à bon marché tout ce que nous apportions, proposaient de
se débarrasser de moi et de garder l'argent. J'allais payer de ma vie la
faute de me trouver, malgré moi, en mauvaise compagnie; c'est encore une
leçon qui m'a coûté cher, mais qui m'a servi.

Heureusement pour moi, la vieille l'emporta. Un grand coquin, que sa
figure pendable eût fait reconnaître au milieu de tous ces honnêtes
gens, se fit mon défenseur; il me mit près de lui avec la bohémienne,
et, tenant à la main la hache du second, il fit un discours que je
n'entendis pas, mais dont je ne perdis pas un mot; j'aurais pu le
traduire ainsi: «Cet enfant a sauvé ma mère; je le prends sous ma garde,
la premier qui y touche, je l'abats.»

C'était la seule éloquence qui pouvait me sauver; un quart d'heure
après tout ce bruit, ma blessure était pansée avec de la poudre et de
l'eau-de-vie; on m'avait monté sur une mule; dans un des paniers était
le paquet de piastres; à côté de moi, en travers, on avait placé
un grand sac qui pendait des deux côtés. Le bohémien mon sauveur
m'accompagnait seul, un pistolet à chaque poing.

Arrivés à la plage, mon conducteur appela le capitaine, qui se trouvait
dans la chaloupe; il eut avec lui, à terre, une longue et vive
conversation. Après quoi il m'embrassa, me remit l'argent et me dit: «Un
_roumi_[1] paye le bien par le bien, et le mal par le mal. Pas un mot de
ce que tu as vu, ou tu es mort.»

[Note 1: C'est le nom que se donnent entre eux les bohémiens.]

J'entrai alors dans la chaloupe avec le capitaine, qui fit jeter dans
un coin le sac porté par deux matelots. Une fois à bord, on m'envoya
coucher; j'eus grand'peine à m'endormir; mais la fatigue l'emporta sur
l'agitation; quand je m'éveillai, il était midi. Je craignis d'être
battu; mais j'appris qu'on n'avait pas levé l'ancre: un malheur arrivé
à bord en était la cause; le second, me dit-on, était mort subitement
d'une attaque d'apoplexie, pour avoir trop bu d'eau-de-vie; le matin
même, on l'avait jeté à la mer, cousu dans un sac, un boulet aux pieds.
Sa mort n'attristait personne; il était fort méchant, et on profitait de
sa part dans l'expédition. Une heure après ces funérailles, on mettait à
la voile; nous marchions sur Malaga et Gibraltar.



V

CONTES NOIRS


Le reste du voyage se passa sans accident; une fois sûr de ma
discrétion, le capitaine me prit en amitié; quand nous descendîmes à
terre, à Saint-Louis du Sénégal, il me garda à son service et me fit
demeurer avec lui.

Pendant le temps que je restai dans ce pays nouveau, je ne voulus rien
négliger de ce qui pouvait m'instruire. Les nègres qui nous entouraient
de tous côtés parlaient une langue que personne ne voulait se donner la
peine d'apprendre: «Ce sont des sauvages», répétait mon capitaine. Après
cela, tout était dit.

Pour moi, qui rôdais dans la ville, je me fis bientôt des amis parmi ces
pauvres nègres, si affectueux et si bons. Moitié patois, moitié signes,
nous finissions toujours par nous entendre; je causai si souvent avec
eux de choses et d'autres que j'en vins à parler leur langue, comme si
le bon Dieu m'avait fait naître avec une peau de taupe.--Qui s'embarque
sans savoir la langue du pays où il va, dit un proverbe, ne va pas
en voyage, il va à l'école. Le proverbe avait raison, j'appris par
expérience que les nègres n'étaient ni moins intelligents ni moins fins
que nous.

Parmi ceux que je voyais le plus souvent, était un tailleur qui aimait
beaucoup à causer, et qui ne perdait jamais une occasion de me prouver,
dans sa langue, que les noirs avaient plus d'esprit que les blancs.

«Sais-tu, me dit-il un jour, comment je me suis marié?

--Non, lui dis-je, je sais que tu as une femme qui est une des ouvrières
les plus habiles de Saint-Louis, mais tu ne m'as pas dit comment tu l'as
choisie.

--C'est elle qui a choisi et non pas moi, me dit-il; cela seul te prouve
combien nos femmes ont d'intelligence et de sens. Écoute mon récit, il
t'intéressera.»


L'histoire du tailleur


Il y avait une fois un tailleur (c'était mon futur beau-père) qui avait
une fort belle fille à marier, tous les jeunes gens la recherchaient
à cause de sa beauté. Deux rivaux (tu en connais un) vinrent un jour
trouver la belle et lui dirent:

«C'est pour toi que nous sommes ici.

--Que me voulez-vous? répondit-elle en souriant.

--Nous t'aimons, reprirent les deux jeunes gens; chacun de nous désire
t'épouser.»

La belle était une fille bien élevée; elle appela son père, qui écouta
les deux prétendants et leur dit:

«Il se fait tard, retirez-vous, et revenez demain; vous saurez alors qui
des deux aura ma fille.

Le lendemain, au point du jour, les deux jeunes gens étaient de retour.

«Nous voici, crièrent-ils au tailleur, rappelez-vous ce que vous nous
avez promis hier.

--Attendez, répondit-il, je vais au marché acheter une pièce de drap;
quand je l'aurai rapportée à la maison, vous saurez ce que j'attends de
vous.»

Quand le tailleur revint du marché, il appela sa fille, et, lorsqu'elle
fut venue, il dit aux jeunes gens:

«Mes fils, vous êtes deux, et je n'ai qu'une fille. A qui faut-il que je
la donne? à qui faut-il que je la refuse? Voyez cette pièce de drap: j'y
taillerai deux vêtements pareils; chacun de vous en coudra un, celui qui
le premier aura fini sera mon gendre.»

Chacun des deux rivaux prit sa tâche et se prépara à coudre sous les
yeux du maître. Le père appela sa fille et lui dit:

«Voici du fil, tu le prépareras pour ces deux ouvriers.»

La fille obéit à son père; elle prit le fil et s'assit près des jeunes
gens.

Mais la belle était fine: le père ne savait pas qui elle aimait; les
jeunes gens ne le savaient pas davantage; mais la jeune fille le savait
déjà. Le tailleur sortit; la jeune fille prépara le fil, les jeunes gens
prirent leurs aiguilles et commencèrent à coudre. Mais à celui qu'elle
aimait (tu m'entends) la belle donnait des aiguillées court, tandis
qu'elle donnait des aiguillées longues à celui qu'elle n'aimait pas.
Chacun cousait, cousait avec une ardeur extrême; à onze heures, l'oeuvre
était à peine à moitié; mais à trois heures de l'après-midi, mon ami,
le jeune homme aux courtes aiguillées avait achevé sa tâche, tandis que
l'autre était bien loin d'avoir fini.

[Illustration]

Quand le tailleur rentra, le vainqueur lui porta le vêtement terminé;
son rival cousait toujours.

«Mes enfants, dit le père, je n'ai voulu favoriser ni l'un ni l'autre
d'entre vous, c'est pourquoi j'ai partagé cette pièce de drap en deux
portions égales, et je vous ai dit: Celui qui finira le premier sera mon
gendre. Avez-vous bien compris cela?

--Père, répondirent les deux jeunes gens, nous avons compris ta parole
et accepté l'épreuve; ce qui est fait est bien fait.»

Le tailleur avait raisonné ainsi: «Celui qui finira le premier sera
l'ouvrier le plus habile; par conséquent, ce sera lui qui soutiendra
le mieux son ménage;» il n'avait pas deviné que sa fille ferait des
aiguillées courtes pour celui qu'elle aimait et des aiguillées longues
pour celui dont elle ne voulait pas. C'était l'esprit qui décidait
l'épreuve, c'était la belle qui se choisissait elle-même son mari.

Et maintenant, avant de conter mon histoire aux belles dames d'Europe,
demande-leur ce qu'elles auraient fait à la place de la négresse; tu
verras si la plus fine n'est pas embarrassée.

Tandis que le tailleur me contait son mariage, sa femme était entrée et
travaillait sans rien dire, comme si ce récit ne la concernait pas.

«Les filles de votre pays ne sont pas bêtes, lui dis-je en riant; il me
semble qu'elles ont plus d'esprit que leurs maris.

--C'est que nous avons reçu de nos mères une bonne éducation, me
répondit-elle. On nous a toutes bercées avec l'histoire de la Belette.

--Contez-moi cette histoire, je vous en prie; je l'emporterai aussi en
Europe, pour en faire le profit de ma femme, quand je me marierai.

--Volontiers, me dit-elle; cette histoire, la voici.»


La Belette et son mari


Dame Belette mit au monde un fils, puis elle appela son mari et lui dit:

«Cherche-moi des langes comme je les aime et apporte-les-moi.»

Le mari écouta les paroles de sa femme et lui dit:

«Quels sont ces langes que tu aimes?

Et la Belette répondit:

«Je veux la peau d'un Éléphant.»

Le pauvre mari resta stupéfait de cette exigence et demanda à sa chère
moitié si, par hasard, elle n'aurait point perdu la tête; pour toute
réponse, la Belette lui jeta l'enfant sur les bras et partit aussitôt.
Elle alla trouver le Ver-de-Terre et lui dit:

«Compère, ma terre est pleine de gazon, aide-moi à la remuer.»

Une fois le Ver en train de fouiller, la Belette appela la Poule:

«Commère, lui dit-elle, mon gazon est rempli de vers, nous aurons besoin
de votre secours.

La poule courut aussitôt, mangea le Ver et se mit à gratter le sol.

Un peu plus loin, la Belette rencontra le Chat:

«Compère, lui dit-elle, il y a des Poules sur mon terrain; en mon
absence, vous devriez faire un tour de ce côté.»

[Illustration]

Un instant après, le Chat avait mangé la Poule.

Tandis que le Chat se régalait de la sorte, la Belette dit au chien:
«Patron, laisserez-vous le Chat en possession de ce domaine!» Le Chien,
furieux, courut étrangler le Chat, ne voulant pas qu'il y eût en ce pays
d'autres maîtres que lui.

Le Lion passa par là, la Belette le salua avec respect: «Monseigneur,
lui dit-elle, n'approchez pas de ce champ, il appartient au Chien;» sur
quoi le Lion, plein de jalousie, fondit sur le Chien et le dévora.

Ce fut le tour de l'Éléphant: la Belette lui demande son appui contre
le Lion; l'Éléphant entra en protecteur sur le terrain de celle qui
l'implorait. Mais il ne connaissait pas la perfidie de la Belette, qui
avait creusé un grand trou et l'avait recouvert de feuillage. L'Éléphant
tomba dans le piège et se tua en tombant; le Lion, qui avait peur de
l'Éléphant, se sauva dans la forêt.

La Belette alors prit la peau de l'Éléphant et la porta à son mari, en
lui disant:

«Je t'ai demandé la peau de l'Éléphant; avec l'aide de Dieu, je l'ai
eue, et je te l'apporte.»

Le mari de la Belette n'avait pas deviné que sa femme était plus fine
que toutes les bêtes de la terre; encore moins avait-il pensé que la
dame était plus fine que lui. Il le comprit alors, et voilà pourquoi
nous disons aujourd'hui: Il est aussi fin que la Belette.

L'histoire est finie.

Ce ne furent pas seulement des contes que j'appris avec les nègres;
je connus bientôt leur façon de faire le commerce, leurs idées, leurs
habitudes, leur morale, leurs proverbes, et je fis mon profit de leur
sagesse.

Par exemple, ces bonnes gens qui, ainsi que moi, ne savent ni lire ni
écrire, ont, comme les Arabes et les Indiens, une façon de graver les
choses dans la mémoire de leurs enfants, en leur faisant deviner des
énigmes; il y en a qui valent un gros livre par renseignement qu'elles
renferment.

Ainsi, ajouta le capitaine, en me donnant une tape sur la tête, ce qui
était son grand signe d'amitié, devine moi celle-ci:

Dis-moi ce que j'aime, ce qui m'aime et ce qui fait toujours ce qu'il me
plaît.

--C'est ton chien, capitaine; tu as regardé Fidèle en parlant.

--Bravo! mon matelot. Continuons:

--Dis-moi ce que tu aimes un peu, ce qui t'aime beaucoup et qui fait
toujours ce qu'il te plaît.

--Tu donnes ta langue au chien; c'est ta mère mon petit homme; tu
ne crois pas qu'elle fasse toujours ce que tu veux, l'expérience
t'apprendra que ce n'est jamais à elle qu'elle pense quand il s'agit de
toi.

--Dis-moi celle que ton père aime beaucoup, qui l'aime beaucoup et lui
fait faire tout ce qu'il lui plaît.

--On ne fait jamais faire à papa ce qu'il ne veut pas, capitaine;
maman le répète tous les jours! Mais ma soeur est mal élevée, elle rit
toujours quand maman dit cela.

--C'est que ta soeur a deviné le mot de l'énigme, mon matelot. Ah! si
j'avais eu une fille, je l'aurais bien forcée à me commander son caprice
du matin au soir.

--Reste encore une énigme: Qu'est-ce qu'on aime ou qu'on n'aime pas, qui
vous aime ou qui ne vous aime pas, mais qui vous fait toujours faire ce
qu'il lui plaît?

--Je ne sais pas, capitaine.

--Eh bien, me dit-il d'un air goguenard, demande-le ce soir à ton papa.»

Je ne manquai pas à la recommandation du marin; je racontais à table
tout ce que j'avais appris dans la journée; les contes nègres amusèrent
beaucoup ma mère; les énigmes eurent un succès complet, mais quand j'en
vins à la dernière, mon père se mit à rire.

«Ce n'est pas difficile à deviner, mon garçon, je vais te le dire....»

Sur quoi ma mère regarda mon père; je ne sais pas ce qu'il lut dans son
yeux, mais il resta court.

«Dis-le moi donc, papa, je veux le savoir.

--Si vous ne vous taisez pas, Monsieur, me dit ma mère, d'un ton sévère,
je vous envoie au jardin sans dessert.

--Ah!» dit mon père.

Cet ah! me rendit du courage, je donnai un coup de poing sur la table:
«Mais parle donc, papa!»

Ma mère fit mine de se lever; mon père la prévint; en un instant je me
trouvai dans le jardin tout en larmes, avec une grande tartine de pain
sec à la main.

Voilà comment je n'ai jamais su le mot de la dernière énigme. S'il y en
a de plus habiles que moi, qu'ils le devinent, sinon qu'ils aillent au
Sénégal; peut-être la femme du tailleur leur apprendra-t-elle le secret
que ma mère ne m'a jamais dit.



VI

LE SECOND VOYAGE DU CAPITAINE JEAN


Mes causeries avec les nègres avaient fait de moi un interprète et un
courtier; le capitaine avait en mon zèle une pleine confiance; malgré
mon âge, c'est moi qui traitais avec tous les marchands. La cargaison
fut bientôt faite à des conditions excellentes, et à mon retour à
Marseille, j'eus, outre ma part, un beau et riche cadeau de mes
armateurs. Ma réputation commençait, et après quelques voyages dans la
Méditerranée, on m'offrit de partir pour l'Orient comme subrécargue d'un
brick de la plus belle taille; je n'avais pas vingt ans.

Qui m'avait valu une si belle condition? Mon travail. Partout où j'avais
abordé, j'avais fait connaissance avec les matelots de tous pays, Grecs,
Levantins, Dalmates, Russes, Italiens, et je parlais un peu la langue
de tous ces gens-là. Le navire allait chercher des grains dans la mer
Noire, à l'embouchure du Danube; il fallait un homme qui baragouinât
tous les patois; on m'avait trouvé sous la main, et quoique je n'eusse
guère de barbe au menton, on m'avait pris.

Me voilà donc en mer, et cette fois pour mon compte, faisant un commerce
loyal, et n'étant l'esclave que de mon devoir. Dieu sait si je prenais
de la peine pour défendre l'intérêt de mes armateurs! En arrivant à
Constantinople, je trouvai le moyen de placer notre cargaison d'articles
divers à des conditions avantageuses, et nous partîmes pour Galatz, bien
munis de piastres d'Espagne et de lettres de change. En entrant dans
la mer Noire, notre navire portait des passagers de toute langue et de
toute nation. L'un des plus singuliers était un Dalmate qui retournait
chez lui par le Danube. Il était tout le jour assis à l'avant, tenant
entre ses jambes un violon qui n'avait qu'une corde, c'est ce que les
Serbes nomment la _gulza_; il grattait cette corde avec un archet et
chantait, d'un ton plaintif et dans une langue douce et sonore, les
chansons de son pays: celle-ci, par exemple, qu'il récitait tous les
soirs à la clarté des étoiles, et que je n'ai pas oubliée:

  Le chant du soldat

  «Je suis un jeune soldat, toujours, toujours
  à l'étranger.

  --Quand j'ai quitté mon bon père, la lune
  brillait au ciel.

  --La lune brille au ciel, j'entends mon
  père qui me pleure.

  --Quand j'ai quitté ma bonne mère, le
  soleil brillait au ciel.

  --Le soleil brille au ciel, j'entends ma
  mère qui me pleure.

  --Quand j'ai quitté mes frères chéris, les
  étoiles brillaient au ciel.

  --Les étoiles brillent au ciel, j'entends
  mes frères qui me pleurent.

  --Quand j'ai quitté mes soeurs chéries,
  les pivoines étaient en fleurs.

  --Voici la pivoine qui fleurit, j'entends
  mes soeurs qui me pleurent.

  --Quand j'ai quitté ma bien-aimée, les lis
  fleurissaient au jardin.

  --Voici le lis en fleur, j'entends ma bien-aimée
  qui me pleure.

  «Il faut que ces larmes se sèchent, demain
  je veux partir d'ici.

  «Je suis un jeune soldat, toujours, toujours
  à l'étranger.»

  Le chant du fiancé

  «Vois cet oiseau, vois ce faucon qui s'élève
  au plus haut des cieux. Si je pouvais le prendre
  et l'enfermer dans ma chambre!

  «Cher oiseau, faucon au beau plumage,
  apporte-moi quelque nouvelle.

  --Volontiers, mais je ne te dirai rien
  d'heureux. Avec un autre s'est fiancée ta bien-aimée.

  --Valet, selle mon alezan; moi aussi je
  veux être là.

  «Quand elle est entrée dans l'église, c'était
  encore une simple fille; maintenant, assise
  sur ce banc magnifique, c'est une grande
  dame.

  «Vois-tu la lune qui s'élève entre deux petites
  étoiles? C'est ma bien-aimée entre ses
  deux belles-soeurs.

  «Quand elle va pour se fiancer, je l'arrête
  au passage. Chère enfant, rends-moi l'anneau
  que j'ai acheté.

  --Va maintenant, va mon enfant, et point
  de reproches; oui, c'est mon pauvre coeur
  qui pleure, mais ce n'est pas de toi qu'il se
  plaint.»

La mer Noire n'est pas toujours commode; j'ai traversé plus d'une fois
les deux océans, et je connais leurs tempêtes; mais je crains moins
leurs longues vagues qui déferlent contre le navire, que ces petits
flots pressés qui roulent et fatiguent un vaisseau, et qui, tout à coup,
s'entr'ouvrent comme un abîme. Depuis deux jours et deux nuits nous
étions en perdition, et personne ne pouvait tenir sur le pont, hormis
mon Dalmate, qui s'était attaché à un des bancs par la ceinture, et qui,
tout mouillé qu'il était, chantait toujours les airs de son pays.

«Seigneur Dalmate, lui dis-je en un moment où le vent et la mer nous
laissaient un peu respirer, je vois que vous êtes un brave, vous n'avez
pas peur du naufrage.

--Qui peut empêcher sa destinée? me dit-il en râclant son violon; le
plus sage est de s'y résigner.

--Voilà parler comme un Turc, lui répondis-je; un chrétien n'est pas si
patient.

--Pourquoi ne serait-on pas chrétien et résigné à la volonté divine?
reprit-il. Ce que Dieu nous promet, c'est le ciel, si nous sommes
honnêtes gens; il ne nous a jamais promis la santé, la richesse, le
salut en mer et autres choses passagères. Tout cela est abandonné à une
puissance secondaire qui n'a d'empire que sur la terre; ceux qui l'ont
vue la nomment le _Destin_.

--Comment! m'écriai-je, ceux qui l'ont vue? Vous croyez donc que le
Destin existe?

[Illustration]

--Pourquoi non? me répondit-il tranquillement. Si vous en doutez,
écoutez cette histoire; les principaux acteurs vivent encore à Cattaro;
ce sont mes cousins, je vous les montrerai quand vous reviendrez.



VII

LE DESTIN


Il y avait une fois deux frères qui vivaient ensemble au même ménage;
l'un faisait tout, tandis que l'autre était un indolent qui ne
s'occupait que de boire et de manger. Les récoltes étaient toujours
magnifiques; ils avaient en abondance boeufs, chevaux, moutons, porcs,
abeilles, et le reste.

L'aîné, qui faisait tout, se dit un jour: «Pourquoi travailler pour cet
indolent? Mieux vaut nous séparer; je travaillerai pour moi seul, et il
fera alors ce que bon lui semblera. Il dit donc à son frère:

«Mon frère, il est injuste que je m'occupe de tout, tandis que tu ne
veux m'aider en rien et ne penses qu'à boire et à manger; il faut nous
séparer.»

L'autre essaya de le détourner de ce projet en lui disant:

«Frère, ne fais pas cela; nous sommes si bien! Tu as tout entre les
mains, aussi bien ce qui est à toi que ce qui est à moi, et tu sais que
je suis toujours content de ce que tu fais et de ce que tu ordonnes.»

Mais l'aîné persista dans sa résolution, si bien que le cadet dut céder,
et lui dit:

«Puisqu'il en est ainsi, je ne t'en voudrai pas pour cela; fais le
partage comme il te plaira.»

Le partage fait, chacun choisit son lot. L'indolent prit un bouvier pour
ses boeufs, un pasteur pour ses chevaux, un berger pour ses brebis, un
chevrier pour ses chèvres, un porcher pour ses porcs, un gardien pour
ses abeilles, et leur dit à tous:

«Je vous confie mon bien; que Dieu vous surveille.»

Et il continua de vivre dans sa maison sans plus de souci qu'auparavant.

L'aîné, au contraire, se fatigua pour sa part autant qu'il avait fait
pour le bien commun: il garda lui-même ses troupeaux, ayant l'oeil à
tout; malgré cela, il ne trouva partout que mauvais succès et dommage;
de jour en jour tout lui tournait à mal, jusqu'à ce qu'enfin il devint
si pauvre qu'il n'avait même plus une paire d'opanques[1], et qu'il
allait nu-pieds. Alors il se dit:

«J'irai chez mon frère voir comment les choses vont chez lui.»

[Note 1: C'est la chaussure des Serbes, qui est faite avec des lanières
de cuir.]

Son chemin le menait dans une prairie où paissait un troupeau de brebis,
et quand il s'en approcha, il vit que les brebis n'avaient point de
berger. Près d'elles, seulement, était assise une belle jeune fille qui
filait un fil d'or.

Après avoir salué la fille d'un: «Dieu te protège!» il lui demanda à qui
était ce troupeau; elle lui répondit:

«A qui j'appartiens, appartiennent aussi ces brebis.

--Et qui es-tu? continua-t-il.

--Je suis la fortune de ton frère,» répondit-elle.

Alors il fut pris de colère et d'envie, et s'écria:

«Et ma fortune, à moi, où est-elle?»

La fille lui répondit:

«Ah! elle est bien loin de toi.

--Puis-je la trouver?» demanda-t-il.

Elle lui répondit: «Tu le peux, seulement cherche-la.»

Quand il eut entendu ces mots et qu'il vit que les brebis de son frère
étaient si belles qu'on n'en pouvait imaginer de plus belles, il ne
voulut pas aller plus loin pour voir les autres troupeaux, mais il alla
droit à son frère. Dès que celui-ci l'aperçut, il en eut pitié et lui
dit en fondant en larmes:

«Où donc as-tu été depuis si longtemps?»

En le voyant en haillons et nu-pieds, il lui donna une paire d'opanques
et quelque argent.

Après être resté trois jours chez son frère, le pauvre partit pour
retourner chez lui; mais une fois à la maison, il jeta un sac sur ses
épaules, y mit un morceau de pain, prit un bâton à la main, et s'en alla
ainsi par le monde pour y chercher sa fortune.

[Illustration]

Ayant marché quelque temps, il se trouva dans une grande forêt et
rencontra une abominable vieille qui dormait sous un buisson. Il se mit
à fouiller la terre avec son bâton, et, pour éveiller la vieille, il lui
donna un coup dans le dos. Cependant elle ne se remua qu'avec peine, et,
n'ouvrant qu'à demi ses yeux chassieux, elle lui dit:

«Remercie Dieu que je me sois endormie, car, si j'avais été éveillée, tu
n'aurais pas eu ces opanques.»

Alors il lui dit: «Qui donc es-tu, toi qui m'aurais empêché d'avoir ces
opanques?»

La vieille lui dit: «Je suis ta fortune.»

En entendant ces mots, il se frappa la poitrine en s'écriant:

«Comment! c'est toi qui es ma fortune? Puisse Dieu t'exterminer! Qui
donc t'a donnée à moi?»

Et la vieille lui dit:

«C'est le Destin.

--Où est le Destin? demanda-t-il.

--Va et cherche-le,» lui répondit-elle en se rendormant.

Alors il partit et s'en alla chercher le Destin. Et après un long, bien
long voyage, il arriva enfin dans un bois, et, dans ce bois, trouva un
ermite à qui il demanda s'il ne pourrait pas avoir des nouvelles du
Destin, et l'ermite lui dit:

«Va sur la montagne, tu arriveras droit à son château; mais, quand tu
seras près du Destin, ne t'avise pas de lui parler; fais seulement tout
ce que tu lui verras faire jusqu'à ce qu'il t'interroge.»

Le voyageur remercia l'ermite et prit le chemin de la montagne. Et quand
il fut arrivé dans le château du Destin, c'est là qu'il vit de belles
choses! C'était un luxe royal, il y avait une foule de valets et de
servantes toujours en mouvement et qui ne faisaient rien. Pour le
Destin, il était assis à une table servie et il soupait. Quand
l'étranger vit cela, il se mit aussi à table et mangea avec le maître du
logis. Après le souper, le Destin se coucha; l'autre en fit autant. Vers
minuit, voici que dans le château il se fait un bruit terrible, et au
milieu du bruit on entendait une voix qui criait:

«Destin, Destin, il y a aujourd'hui tant et tant d'âmes qui sont venues
au monde; donne-leur quelque chose à ton bon plaisir!»

[Illustration]

Et voilà le Destin qui se lève; il ouvre un coffre doré et sème dans la
chambre des ducats tout brillants, en disant:

«Tel je suis aujourd'hui, tels vous serez toute votre vie!»

Au point du jour, le beau château s'évanouit, et à sa place il y eut
une maison ordinaire, mais où rien ne manquait. Quand vint le soir, le
Destin se remit à souper, son hôte en fit autant; personne ne dit mot.
Après souper, tous deux allèrent se coucher. Vers minuit, voici que
dans le château recommence un bruit terrible, et au milieu du bruit on
entendait une voix qui criait:

«Destin, Destin, il y a aujourd'hui tant et tant d'âmes qui ont vu la
lumière; donne-leur quelque chose à ton bon plaisir!»

Et voilà le Destin qui se lève; il ouvre un coffre d'argent; mais cette
fois il n'y avait pas de ducats, ce n'était que des monnaies d'argent
mêlées par-ci par-là de quelques pièces d'or. Le Destin sema cet argent
sur la terre en disant:

«Tel je suis aujourd'hui, tels vous serez toute votre vie!»

Au point du jour, cette maison aussi avait disparu, et à sa place il
y en avait une autre plus petite. Ainsi se passa chaque nuit; chaque
matin, la maison diminuait jusqu'à ce qu'enfin il n'y eût plus qu'une
misérable cabane; le Destin prit une bêche et se mit à fouiller la
terre; son hôte en fit autant, et ils bêchèrent tout le jour. Quand vint
le soir, le Destin prit un morceau de pain, en cassa la moitié et la
donna à son compagnon. Ce fut tout leur souper; quand ils l'eurent
mangé, ils se couchèrent.

Vers minuit, voici que recommence un bruit terrible, et au milieu du
bruit on distinguait une voix qui disait:

«Destin, Destin, tant et tant d'âmes sont venues au monde cette nuit;
donne-leur quelque chose à ton bon plaisir!»

Et voilà le Destin qui se lève; il ouvre un coffre et se met à semer des
cailloux, et parmi ces cailloux quelques menues monnaies, et ce faisant
il disait:

«Tel je suis aujourd'hui, tels vous serez toute votre vie!»

Quand le matin reparut, la cabane s'était changée en un grand palais
comme au premier jour. Alors, pour la première fois, le Destin parla à
son hôte et lui dit:

«Pourquoi es-tu venu?»

Celui-ci lui conta en détail sa misère, et comment il était venu pour
demander au Destin lui-même pourquoi il lui avait donné une si mauvaise
fortune. Le Destin lui répondit:

«Tu as vu comment la première nuit j'ai semé des ducats et ce qui a
suivi. Tel je suis la nuit où naît un homme, tel cet homme sera toute
sa vie. Tu es né dans une nuit de pauvreté, tu resteras pauvre toute ta
vie. Ton frère, au contraire, est venu au monde dans une heureuse nuit,
il restera heureux jusqu'à la fin. Mais puisque tu as pris tant de peine
pour me chercher, je te dirai comment tu peux t'aider. Ton frère a une
fille du nom de Miliza, qui est aussi fortunée que son père. Prends-la
pour femme quand tu seras de retour au pays, et tout ce que tu
acquerras, aie soin de dire que cela est à ta femme.»

L'hôte remercia le Destin bien des fois, et partit. Quand il fut de
retour au pays, il alla droit chez son frère, et lui dit:

«Frère, donne-moi Miliza; tu vois que sans elle je suis seul au monde!»

Et le frère répondit:

«Cela me plaît: Miliza est à toi.»

Le nouveau marié emmena dans sa maison la fille de son frère, et il
devint très riche, mais il disait toujours:

«Tout ce que j'ai est à Miliza.»

[Illustration]

Un jour, il alla aux champs pour voir ses blés, qui étaient si beaux
qu'on ne pouvait rien trouver de plus beau. Voilà qu'un voyageur vint à
passer sur le chemin, et lui demanda:

«A qui ces blés?»

Et lui, sans y penser, répondit:

«Ils sont à moi.»

Mais à peine avait-il parlé que voilà les blés qui s'enflamment et le
champ tout en feu. Vite il court après le voyageur et lui crie:

«Arrête, mon frère, ces blés ne m'appartiennent pas, ils sont à Miliza,
la fille de mon frère.»

Le feu cessa aussitôt, et dès lors notre homme fut heureux, grâce à
Miliza.

       *       *       *       *       *

«Seigneur Dalmate, dis-je à mon conteur, votre histoire est jolie,
quoiqu'elle sente terriblement le Turc. En mon pays, nous avons d'autres
idées; loin de nous en remettre à la fortune, nous comptons sur
nous-mêmes, sur notre esprit plus encore que sur nos bras, sur notre
prudence plus que sur notre hardiesse. Aussi, dans ma patrie, paye-t-on
cher un bon conseil.

--Ainsi fait-on chez moi, me répondit le Dalmate en rajustant son bonnet
de peau qui tombait sur les yeux; écoutez ce qui est arrivé l'an dernier
à un de mes voisins.



VIII

LE FERMIER PRUDENT


Il y avait près de Raguse un fermier qui se mêlait aussi de commerce. Un
jour, il partit pour la ville, emportant avec lui tout son argent, afin
de faire quelques achats. En arrivant à un carrefour, il demanda à un
vieillard qui se trouvait là quelle route il fallait prendre.

«Je te le dirai si tu me donnes cent écus, répondit l'étranger; je ne
parle pas à moins; chacun de mes avis vaut cent écus!»

«Diable! pensa le fermier en regardant la mine de l'étranger, qui avait
l'air d'un renard, qu'est-ce que peut être un avis qui vaut cent écus?
Ce doit être quelque chose de bien rare, car, en général, on vous
donne pour rien des conseils; il est vrai qu'ils ne valent pas
davantage.--Allons, dit-il à l'homme, parle; voila tes cent écus.»

--Écoute donc, reprit l'étranger. Cette route qui va tout droit, c'est
la route d'aujourd'hui; celle qui fait un coude, c'est la route de
demain. J'ai encore un avis à te donner, continua-t-il; mais il faut
aussi me le payer cent écus.»

Le fermier réfléchit longtemps, puis il se décida.

«Puisque j'ai payé le premier conseil, je puis bien payer le second.»

Et il donna encore cent écus.

«Écoute donc, lui dit l'étranger. Quand tu seras en voyage et que tu
entreras dans une hôtellerie, si l'hôte est vieux et si le vin est
jeune, va-t-en au plus vite, si tu ne veux pas qu'il t'arrive malheur.
Donne-moi encore cent écus, ajouta-t-il, j'ai encore quelque chose à te
dire.»

Le fermier se mit à réfléchir: «Qu'est-ce donc que ce nouvel avis? Bah!
puisque j'en ai acheté deux, je peux bien payer le troisième.»

Et il donna ses derniers cent écus.

«Écoute donc, lui dit l'étranger. Si jamais tu te mets en colère, garde
la moitié de ton courroux pour le lendemain; n'use pas toute la colère
en un jour.»

[Illustration]

Le fermier reprit le chemin de sa maison, où il arriva les mains vides.

«Qu'as-tu acheté? lui demanda sa femme.

--Rien que trois avis, répondit-il, qui m'ont coûté chacun cent écus.

--Bien! dissipe ton argent, jette-le au vent, suivant ton habitude.

--Ma chère femme, reprit doucement le fermier, je ne regrette pas mon
argent; tu vas voir quelles sont les paroles que j'ai payées.»

Et il lui conta ce qu'on lui avait dit; sur quoi la femme haussa les
épaules et l'appela un fou qui ruinerait sa maison et mettrait ses
enfants sur la paille.

Quelque temps après, un marchand s'arrêta devant la porte du fermier
avec deux voitures pleines de marchandises. Il avait perdu en route un
associé et offrit au fermier cinquante écus s'il voulait se charger
d'une des voitures et venir avec lui à la ville.

«J'espère, dit à son mari la femme du fermier, que tu ne refuseras pas;
cette fois du moins tu gagneras quelque chose.»

On partit; le marchand conduisait la première voiture, le fermier menait
la seconde. Le temps était mauvais, les chemins rompus, on n'avançait
qu'à grand'peine. On arriva enfin aux deux routes, le marchand demanda
celle qu'il fallait prendre.

«C'est celle de demain, dit le fermier; elle est plus longue, mais elle
est plus sûre.»

Le marchand voulut prendre la route d'aujourd'hui.

«Quand vous me donneriez cent écus, dit le fermier, je n'irais pas par
ce chemin.»

On se sépara donc. Le fermier, qui avait choisi la voie la plus longue,
arriva néanmoins bien avant son compagnon, sans que sa voiture eût
souffert. Le marchand n'arriva qu'à la nuit; sa voiture était tombée
dans un marais; tout le chargement était endommagé et le maître était
blessé, par-dessus le marché.

Dans la première auberge où on descendit, il y avait un vieil hôtelier;
une branche de sapin annonçait qu'on y vendait à bon marché du vin
nouveau. Le marchand voulut s'arrêter là pour y passer la nuit.

«Je ne le ferais pas quand vous me donneriez cent écus!» s'écria le
fermier.

Et il sortit au plus vite, laissant son compagnon.

Vers le soir, quelques jeunes désoeuvrés qui avaient trop goûté au
vin nouveau se querellèrent à propos d'une cause futile. On tira les
couteaux; l'hôte, alourdi par les années, n'eut pas la force de séparer
ni d'apaiser les combattants. Il y eut un homme tué et, comme on
craignait la justice, on cacha le cadavre dans la voiture du marchand.

Celui-ci, qui avait bien dormi et n'avait rien entendu, se leva de grand
matin pour atteler ses chevaux. Effrayé de trouver un mort sur son
chariot, il voulut fuir au plus vite pour ne pas être mêlé dans un
procès fâcheux; mais il avait compté sans la police autrichienne; on
courut après lui. En attendant que la justice éclaircît l'affaire, on
jeta mon homme en prison et on confisqua tout son avoir.

[Illustration]

Quand le fermier apprit ce qui était arrivé à son compagnon, il voulut
au moins mettre en sûreté sa voiture et reprit le chemin de sa maison.
Comme il approchait de son jardin, il aperçut à la brune un jeune soldat
monté sur un des plus beaux pruniers, et qui faisait tranquillement la
récolte du bien d'autrui. Le fermier arma son fusil pour tuer le voleur;
mais il réfléchit.

«J'ai payé cent écus, pensa-t-il, pour apprendre qu'il ne faut pas
dépenser toute sa colère en un jour. Attendons à demain, mon voleur
reviendra.»

Il prit un détour pour entrer dans la maison par un autre côté, et,
comme il frappait à la porte, voilà le jeune soldat qui vient se
précipiter dans ses bras en s'écriant:

«Mon père, j'ai profité de mon congé pour vous surprendre et vous
embrasser.»

Le fermier dit alors à sa femme:

«Écoute maintenant ce qui m'est arrivé, tu verras si j'ai payé trop cher
mes trois avis.

Il lui conta toute l'histoire; et comme le pauvre marchand fut pendu,
quoi qu'il pût faire, le fermier se trouva l'héritier de cet imprudent.
Devenu riche, il répétait tous les jours qu'on ne paye jamais trop cher
un bon conseil, et, pour la première fois, sa femme était de son avis.»



IX

LES TROIS HISTOIRES DU DALMATE


«Seigneur Dalmate, lui dis-je, quand il eut fini son histoire, voilà
sans doute un beau conte, mais ce n'est pas le Destin qui a fait la
fortune de ce sage fermier, c'est le calcul, la raison. Votre second
récit détruit le premier et fort heureusement, car il serait triste que
les paresseux fissent fortune et que les gens actifs qui sèment le grain
ne récoltassent que le vent.

--Les paresseux réussissent quelquefois, me répondit-il gravement; j'en
sais un exemple que je puis vous conter.

--Vous savez donc des contes sur toutes choses? m'écriai-je.

--Contes et chansons, c'est toute la vie,» me répondit-il froidement.


La paresseuse


Il y avait une fois une mère qui avait une fille très paresseuse et qui
n'avait de goût pour aucune espèce de travail. Elle la conduisit dans un
bois, auprès d'un carrefour, et se mit à la battre de toutes ses forces.
Près de là passait par hasard un seigneur, qui demanda à la mère
pourquoi ce rude châtiment.

«Mon cher seigneur, répondit-elle, c'est que ma fille est une
travailleuse insupportable, elle nous file jusqu'à la mousse qui garnit
les murs.

--Confiez-la-moi, dit le seigneur, je lui donnerai de quoi filer toute
son envie.

--Prenez-la, dit la mère, prenez-la, je n'en veux plus.»

Et le seigneur l'emmène à sa maison, ravi de cette belle acquisition.

Le soir même, il enferma la jeune fille toute seule dans une chambre où
était un grand tonneau plein de chanvre. C'est là qu'elle se trouva dans
une grande peine.

«Comment faire? Je ne veux pas filer, je ne sais pas filer!»

[Illustration]

Mais vers la nuit, voici trois vieilles sorcières qui frappent à la
fenêtre, et la fille les fait entrer bien vite.

«Si tu veux nous inviter à tes noces, lui dirent-elles, nous t'aiderons
à filer ce soir.

--Filez, Mesdames, répondit-elle bien vite; je vous invite à mon
mariage.»

Et voilà les trois sorcières qui filent tout ce qu'il y avait dans le
tonneau, pendant que la paresseuse dormait tout à loisir.

Le matin, quand le seigneur entra dans la chambre, il vit tout le mur
garni de fil et la jeune fille qui dormait. Il sortit sur la pointe du
pied et défendit que personne n'entrât dans la chambre, afin que la
fileuse pût se reposer d'un si grand travail. Cela n'empêcha pas que le
jour même il ne fit apporter un second tonneau plein de chanvre; mais
les sorcières revinrent à l'heure dite, et tout se passa comme le
premier jour.

Le seigneur fut émerveillé, et comme il n'y avait plus rien à filer dans
la maison, il dit à la jeune fille:

«Je veux t'épouser, car tu es la reine des filandières.»

La veille du mariage, la prétendue fileuse dit à son mari:

«Il faut que j'invite mes tantes.»

Et le seigneur répondit qu'elles seraient les bienvenues.

Une fois entrées, les trois sorcières se mirent auprès du poêle; elles
étaient horribles; quand le seigneur les eut vues dans toute leur
laideur, il dit à sa fiancée:

«Tes tantes ne sont pas belles.»

Puis, s'approchant de la première sorcière, il lui demanda pourquoi elle
avait un nez si long.

«Mon cher neveu, répondit-elle, c'est à force de filer. Quand on file
toujours et que toute la journée on branle la tête, le nez s'allonge
insensiblement.»

[Illustration]

Le seigneur passa à la seconde et lui demanda pourquoi elle avait de si
grosses lèvres.

«Mon cher neveu, répondit-elle, c'est à force de filer. Quand on
file toujours et que toute la journée on mouille son fil, les lèvres
grossissent insensiblement.»

Alors il demanda à la troisième pourquoi elle était bossue.

«Mon cher neveu, lui dit-elle, c'est à force de filer. Quand on est
assise et courbée toute la journée, le dos se plie insensiblement.»

Et alors le seigneur eut grand'peur que sa femme ne devint aussi
horrible à force de filer, il jeta au feu quenouille et fuseau. Si
la paresseuse en fut fâchée, je le laisse à deviner à celles qui lui
ressemblent, j'en passe par leur jugement.

[Illustration]

«Je vois avec plaisir, dis-je à mon conteur, qu'en Dalmatie les femmes
réussissent sans peine et sans esprit.

--Pas du tout, s'écria mon insupportable conteur, il n'y a pas de pays
au monde où les femmes soient tout à la fois plus fines et plus sages.
Ne savez-vous donc pas comment la fille d'un mendiant épousa l'empereur
d'Allemagne, et, tout empereur qu'il fût, se montra plus habile et
meilleure que lui?

--Encore un conte! m'écriai-je.

--Non pas un conte, reprit-il, mais une histoire; vous la trouverez dans
tous les livres qui disent la vérité».


De la demoiselle qui était plus avisée que l'empereur


[Illustration]

Il y avait une fois un pauvre homme qui vivait dans une cabane; il
n'avait avec lui qu'une fille, mais elle était très avisée; elle allait
partout chercher des aumônes, et apprenait aussi à son père à parler
avec sagesse et à obtenir ce qu'il lui fallait. Un jour il advint que
le pauvre homme alla vers l'empereur et le pria de lui donner quelque
chose. L'empereur, surpris de la façon dont parlait ce mendiant, lui
demanda qui il était et qui lui avait appris à s'exprimer de la sorte.

«C'est ma fille, répondit-il.

--Et ta fille, qui donc l'a instruite?» demanda l'empereur.

A quoi le pauvre homme répondit:

«C'est Dieu qui l'a instruite ainsi que notre extrême misère.»

Alors l'empereur lui donna trente oeufs et lui dit:

«Porte ces oeufs à ta fille et dis-lui qu'elle m'en fasse éclore des
petits poulets; si elle ne les fait pas éclore, mal lui en adviendra.»

Le pauvre homme rentra tout en pleurant dans sa cabane et conta la chose
à sa fille. La fille reconnut de suite que les oeufs étaient cuits; mais
elle dit à son père d'aller se reposer et qu'elle aurait soin de tout.
Le père suivit le conseil de sa fille et se mit à dormir; pour elle,
prenant une marmite, elle l'emplit d'eau et de fèves et la mit sur le
feu; le lendemain quand les fèves furent bouillies, elle appela son
père, et lui dit de prendre une charrue et des boeufs et d'aller
labourer le long de la route où devait passer l'empereur.

«Et, ajouta-t-elle, quand tu verras l'empereur, prends des fèves,
sème-les et dis bien haut: «Allons, mes boeufs, que Dieu me protège et
fasse pousser mes fèves bouillies!» Et si l'empereur te demande comment
il est possible de faire pousser des fèves bouillies, réponds-lui: «Cela
est aussi aisé que de faire sortir un poulet d'un oeuf dur.»

[Illustration]

Le pauvre homme fit ce que voulait sa fille; il sortit, il laboura et,
quand il vit l'empereur, il se mit à crier:

«Allons, mes boeufs, que Dieu me protège et fasse pousser mes fèves
bouillies!»

Dès que l'empereur entendit ces mots, il s'arrêta sur la route et dit:

«Pauvre fou, comment est-il possible de faire pousser des fèves
bouillies!»

Et le pauvre homme répondit:

«Gracieux empereur, cela est aussi aisé que de faire sortir un poulet
d'un oeuf dur.»

L'empereur devina que c'était la fille qui avait poussé le père à agir
de la sorte; il dit à ses valets de prendre le pauvre homme et de
l'amener devant lui; puis il lui remit un petit paquet de chanvre et
dit:

«Prends cela, tu m'en feras des voiles, des cordages, et tout ce dont on
a besoin pour un vaisseau, sinon je te ferai trancher la tête.»

Le pauvre homme prit le paquet dans un grand trouble, et retourna tout
en larmes vers sa fille, à laquelle il conta ce qui s'était passé; sa
fille lui dit d'aller dormir, en lui promettant qu'elle arrangerait
tout. Le lendemain, elle prit un petit morceau de bois, éveilla son père
et lui dit:

«Prends cette allumette et porte-la à l'empereur; qu'il m'y taille un
fuseau, une navette et un métier, après cela je lui ferai ce qu'il a
demandé.»

Le pauvre homme suivit encore une fois le conseil de sa fille; il alla
trouver l'empereur et lui récita tout ce qu'on lui avait appris.

Quand l'empereur entendit cela, il fut étonné et chercha ce qu'il
pourrait encore faire; puis, prenant un verre à boire, il le donna au
pauvre homme en disant:

«Prends ce verre, porte-le à ta fille, afin qu'elle m'épuise la mer et
qu'elle en fasse un champ à labourer.»

Le pauvre homme obéit en pleurant et porta le verre à sa fille, en lui
redisant mot pour mot les paroles de l'empereur. Et sa fille lui dit
qu'il attendît au lendemain et qu'elle arrangerait toute chose. Le
lendemain matin, elle appela son père, lui donna une livre d'étoupes et
lui dit:

«Porte ceci à l'empereur pour qu'il étoupe toutes les sources et toutes
les embouchures de tous les fleuves de la terre, après cela je lui
dessécherai la mer.»

Et le pauvre homme alla tout redire à l'empereur.

Alors celui-ci vit bien que la demoiselle en savait plus que lui; il
ordonna qu'on la fît venir, et quand le père eut amené sa fille, et que
tous deux eurent salué l'empereur, ce dernier dit:

«Ma fille, devinez ce qu'on entend de plus loin?»

Et la demoiselle répondit:

«Gracieux empereur, ce qu'on entend de plus loin, c'est le tonnerre et
le mensonge.»

Alors l'empereur prit sa barbe dans sa main, et se tournant vers ses
conseillers:

«Devinez, leur dit-il, combien vaut ma barbe?»

Et quand ils l'eurent tous estimée, l'un plus et l'autre moins, la
demoiselle leur soutint en face qu'aucun d'eux n'avait deviné, et elle
dit:

«La barbe de l'empereur vaut autant que trois pluies dans la sécheresse
d'été.»

L'empereur fut ravi, et dit:

«C'est elle qui a le mieux deviné.»

Et il lui demanda si elle voulait être sa femme, ajoutant qu'il ne la
laisserait pas qu'elle n'eût consenti. La demoiselle s'inclina et dit:

«Gracieux empereur, que ta volonté soit faite! Je te demande seulement
d'écrire sur une feuille de papier, et de ta propre main, que si un jour
tu deviens méchant pour moi et que tu veuilles m'éloigner de toi et me
renvoyer de ce château, j'aurai le droit d'emporter avec moi ce que
j'aimerai le mieux.»

L'empereur y consentit, et lui en donna un écrit cacheté de cire rouge
et timbré du grand sceau de l'empire.

[Illustration]

Après quelque temps, il arriva en effet que l'empereur devint si méchant
pour sa femme qu'il lui dit:

«Je ne veux plus que tu sois ma femme; quitte mon château et vas où tu
voudras.»

Et l'impératrice répondit:

«Illustre empereur, je t'obéirai; permets-moi seulement de passer encore
une nuit ici; demain je partirai.»

L'empereur lui accorda cette demande, et alors l'impératrice, avant le
souper mit dans le vin de l'eau-de-vie et des herbes odorantes; puis
elle engagea l'empereur à boire en lui disant:

«Bois, empereur, et sois joyeux; demain nous nous quitterons, et,
crois-moi, je serai plus gaie que le jour où je me suis mariée.»

L'empereur n'eut pas plutôt bu ce breuvage qu'il s'endormit; alors
l'impératrice le fit mettre dans une voiture qu'on tenait prête, et elle
l'emmena dans une grotte taillée dans le rocher. Quand l'empereur se
réveilla dans cette grotte et vit où il se trouvait, il s'écria:

«Qui m'a conduit ici?»

A quoi l'impératrice répondit:

«C'est moi qui t'ai conduit ici.»

Et l'empereur dit:

«Pourquoi as-tu fais cela? Ne t'ai-je pas dit que tu n'étais plus ma
femme?»

Mais alors elle lui tendit le papier en disant:

«Il est vrai que tu m'as dit cela, mais vois ce que tu m'as accordé
par ce papier; en te quittant j'ai le droit d'emporter avec moi ce que
j'aime le mieux dans ton château.»

Quand l'empereur entendit cela, il l'embrassa, et retourna dans son
château avec elle pour ne plus la quitter.

«A merveille! Monsieur le conteur, lui dis-je alors; il faut retirer ce
que j'avais dit sur les dames de Dalmatie; en revanche, je vois qu'aux
bords de l'Adriatique comme au Sénégal et peut-être ailleurs, ce sont
les femmes qui sont maîtresses au logis. Ce n'est pas un mal. Heureuses
celles qui exercent ce doux empire! plus heureux ceux qui se laissent
gouverner!

[Illustration]

--Pas du tout, reprit mon Dalmate, toujours prêt à me donner un démenti;
chez nous, ce sont les hommes qui sont maîtres à la maison; nous dînons
seuls à table, et notre femme debout, derrière nous, est là pour nous
servir.

--Ceci ne prouve rien, répondis-je; il y a plus d'un homme qui, marié ou
non, obéit à qui le sert; l'esclave n'est pas toujours celui qui porte
la chaîne.

--S'il vous faut une preuve, s'écria mon incorrigible Dalmate, écoutez
ce que mon père m'a conté. J'ai toujours soupçonné que l'excellent homme
était le héros de cette histoire.

--Seigneur! me dit-il, c'est le dernier et le meilleur; nous voici en
vue des bouches du Danube, demain nous nous quitterons pour ne plus nous
revoir ici-bas. Écoutez donc avec patience une dernière leçon.


Le langage des animaux


Il y avait une fois un berger qui, depuis de longues années, servait son
maître avec autant de zèle que de fidélité. Un jour qu'il gardait ses
moutons, il entendit un sifflement qui venait du bois; ne sachant pas ce
que c'était, il entra dans la forêt, suivant le bruit pour en connaître
la cause. En approchant il vit que l'herbe sèche et les feuilles tombées
avaient pris feu, et au milieu d'un cercle de flammes il aperçut un
serpent qui sifflait. Le berger s'arrêta pour voir ce que ferait
le serpent, car autour de l'animal tout était en flammes et le feu
approchait de plus en plus.

[Illustration]

Dès que le serpent aperçut le berger, il lui cria:

«Au nom de Dieu, berger, sauve-moi de ce feu!»

Le berger lui tendit son bâton par-dessus les flammes! le serpent
s'enroula autour du bâton et monta jusqu'à la main du berger: de la main
il se glissa jusqu'au cou et l'entoura comme un collier. Quand le berger
vit cela, il eut peur et dit au serpent:

«Malheur à moi! T'ai-je donc sauvé pour ma perte?»

L'animal lui répondit:

«Ne crains rien, mais reporte-moi chez mon père, qui est le roi des
serpents.»

Le berger commença à s'excuser sur ce qu'il ne pouvait laisser ses
moutons sans gardien; mais le serpent lui dit:

«Ne t'inquiète en rien de ton troupeau; il ne lui arrivera point de mal;
va seulement aussi vite que tu pourras.»

Le berger se mit à courir dans le bois, le serpent au cou, jusqu'à
ce qu'enfin il arrivât à une porte qui était faite de couleuvres
entrelacées. Le serpent siffla, aussitôt les couleuvres se séparèrent,
puis il dit au berger:

«Quand nous serons au château, mon père t'offrira tout ce que tu peux
désirer: argent, or, bijoux et tout ce qu'il y a de précieux sur la
terre; n'accepte rien de tout cela: demande-lui de comprendre le langage
des animaux. Il te refusera longtemps cette faveur, mais à la fin il te
l'accordera.»

Tout en parlant ils arrivèrent au château, et le père du serpent lui dit
en pleurant:

«Au nom de Dieu, mon enfant, où étais-tu?»

[Illustration]

Le serpent lui raconta comment il avait été entouré par le feu et
comment le berger l'avait sauvé. Le roi des serpents se tourna alors
vers le berger et lui dit:

«Que veux-tu que je te donne pour avoir sauvé mon enfant?

--Apprends-moi la langue des animaux, répondit le berger; je veux
causer, comme toi, avec toute la terre.»

Le roi lui dit:

«Cela ne vaut rien pour toi, car si je te donnais d'entendre ce langage
et que tu en dises rien à personne, tu mourrais aussitôt; demande-moi
quelque autre chose qui te serve davantage, je te la donnerai.»

Mais le berger lui répondit:

«Si tu veux me payer, apprends-moi le langage des animaux, sinon adieu
et que le ciel te protège; je ne veux pas autre chose.»

Et il fit mine de sortir. Alors le roi le rappela en disant:

«Arrête, et viens ici, puisque tu le veux absolument; ouvre la bouche.»

Le berger ouvrit la bouche, le roi des serpents y souffla, et lui dit:

«Maintenant souffle à ton tour dans la mienne.»

Et quand le berger eut fait ce qu'on lui ordonnait, le roi des serpents
lui souffla une seconde fois dans la bouche. Et quand ils eurent ainsi
soufflé chacun par trois fois, le roi lui dit:

«Maintenant tu entends la langue des animaux; que Dieu t'accompagne;
mais, si tu tiens à la vie, garde-toi de jamais trahir ce secret, car si
tu en dis un mot à personne, tu mourras à l'instant.»

Le berger s'en retourna; comme il passait dans le bois, il entendit ce
que disaient les oiseaux, et le gazon, et tout ce qui est sur la terre.
En arrivant à son troupeau, il le trouva complet et en ordre; alors il
se coucha par terre pour dormir. A peine était-il étendu que voici deux
corbeaux qui viennent se poser sur un arbre et qui se mettent à dire
dans leur langage:

«Si ce berger savait qu'à l'endroit où est cet agneau noir, il y a sous
la terre un caveau tout plein d'or et d'argent!»

Aussitôt que ce berger entendit cela, il alla trouver son maître; le
maître prit une voiture avec lui, et en creusant, ils trouvèrent la
porte du caveau et ils emportèrent le trésor.

Le maître était un honnête homme; il laissa tout au berger en disant:

«Mon fils, ce trésor est à toi, car c'est Dieu qui te l'a donné.»

Le berger prit le trésor, bâtit une maison; s'étant marié, il vécut
joyeux et content; il fut bientôt le plus riche non seulement de son
village, mais des environs; à dix lieues à la ronde, ou n'en eût pas
trouvé un second à lui comparer. Il avait des troupeaux de moutons, de
boeufs, de chevaux, et chaque troupeau avait son pasteur; il avait en
outre beaucoup de terres et de grandes richesses. Un jour, justement la
veille de Noël, il dit à sa femme:

«Prépare le vin et l'eau-de-vie et tout ce qu'il faut; demain nous
irons à la ferme et nous porterons tout cela aux bergers pour qu'ils se
divertissent.»

La femme suivit cet ordre et prépara tout ce qu'on lui avait commandé.
Le lendemain, quand ils furent à la ferme, le maître dit le soir aux
bergers:

«Amis, rassemblez-vous, mangez, buvez, amusez-vous; je veillerai cette
nuit pour garder les troupeaux à votre place.»

Il fit comme il avait dit, et garda les troupeaux. Quand vint minuit,
les loups se mirent à hurler et les chiens à aboyer; les loups disaient
dans leur langue:

«Laissez-nous venir et faire du dommage; il y aura de la viande pour
vous.»

Et les chiens répondaient dans leur langue:

«Venez, nous voulons nous rassasier une bonne fois.»

Mais, parmi ces chiens, il y avait un vieux dogue qui n'avait plus que
deux crocs dans la gueule; celui-là disait aux loups:

«Tant qu'il me restera mes deux crocs dans la gueule, vous ne ferez pas
de tort à mon maître.»

Le père de famille avait entendu et compris tous ces discours; quand
vint le matin, il ordonna de tuer tous les chiens et de ne laisser en
vie que le vieux dogue. Les valets étonnés disaient:

«Maître, c'est grand dommage.»

Mais le père de famille répondait:

«Faites ce que je dis.»

Il se disposa à retourner chez lui avec sa femme, et tous deux se mirent
en route; le mari monté sur un beau cheval gris, la femme assise sur une
haquenée qu'elle couvrait tout entière des longs plis de sa robe.

Pendant qu'ils marchaient, il arriva que le mari prit de l'avance et que
la femme resta en arrière. Le cheval se retourna et dit à la jument.

«En avant! plus vite! pourquoi ralentir?»

La haquenée lui répondit:

«Oui, cela t'est facile, toi qui ne portes que le maître; mais moi, avec
ma maîtresse, je porte des colliers, des bracelets, des jupes et des
jupons, des clefs et des sacs à n'en plus finir. Il faudrait quatre
boeufs pour traîner tout cet attirail de femme.»

Le mari se retourna en riant; la femme, en ayant fait la remarque,
poussa la jument et, après avoir rejoint son époux, lui demanda pourquoi
il avait ri.

«Mais, pour rien; une folie qui m'a passé par l'esprit.»

La femme ne trouva pas la réponse bonne, elle pressa son mari de lui
dire pourquoi il avait ri. Mais il résista et lui dit:

«Laisse-moi en paix, femme; qu'est-ce que cela te fait? Bon Dieu! je ne
sais pas moi-même pourquoi j'ai ri.»

Plus il se défendait, plus elle insistait pour connaître la cause de sa
gaieté. A la fin, il lui dit:

«Sache donc que si je révélais ce qui m'a fait rire, je mourrais à
l'instant même.»

Mais cela n'arrêta pas la dame; plus que jamais elle tourmenta son mari
pour qu'il parlât.

Ils arrivèrent à la maison. En descendant de cheval, le mari commanda
qu'on lui fit une bière; quand elle fut prête, il se mit devant la
maison et dit à sa femme:

«Vois, je vais me mettre dans cette bière, je te dirai alors ce qui m'a
fait rire; mais aussitôt que j'aurai parlé, je serai un homme mort.»

Et alors il se mit dans la bière, et comme il regardait une dernière
fois autour de lui, voici le vieux chien de la ferme qui s'approche de
son maître et qui pleure. Quand le pauvre homme vit cela, il appela sa
femme et lui dit:

«Apporte un morceau de pain et donne le au chien.»

La femme jeta un morceau de pain au chien, qui ne le regarda même pas.
Et voici le coq de la maison qui accourt et qui pique le pain et alors
le chien lui dit:

«Misérable gourmand, peux-tu manger quand tu vois que le maître va
mourir!»

Et le coq lui dit:

«Qu'il meure! puisqu'il est assez sot pour cela. J'ai cent femmes; je
les appelle toutes quand je trouve le moindre grain et aussitôt qu'elles
arrivent, c'est moi qui le mange; s'il y en avait une qui s'avisât de le
trouver mauvais, je la corrigerais avec mon bec; et lui, qui n'a qu'une
femme, n'a pas l'esprit de la mettre à la raison!»

[Illustration]

Aussitôt que le mari entend cela, il saute bien vite à bas de la bière,
il prend un bâton et appelle sa femme dans la chambre:

«Viens, je te dirai ce que tu as si grande envie de savoir.»

Et alors il la raisonne à coups de bâton en disant:

«Voilà, ma femme, voila!»

C'est de cette façon qu'il lui répondit, et jamais depuis la dame n'a
demandé à son époux pourquoi il avait ri.



X

CONCLUSION


Telle fut la dernière histoire du Dalmate; ce fut aussi la dernière de
celles que, ce jour-là, me conta le capitaine. Le lendemain il y en eut
d'autres, et d'autres encore le surlendemain.

Le marin avait raison, sa bibliothèque était inépuisable; sa mémoire ne
se troublait jamais; sa parole ne s'arrêtait pas; mais à toujours conter
on ennuie le lecteur; d'ailleurs, il faut garder quelque chose pour
l'année prochaine. Peut-être alors retrouverons-nous le capitaine et
demanderons-nous des leçons à sa douce sagesse.

En attendant, chers lecteurs, je me sépare de vous avec les adieux que
m'adressait chaque jour l'excellent marin: «Mon ami, sois sage, obéis
à ta mère, fais bien tes devoirs, afin que demain on te permette
d'entendre mes contes; le plaisir n'est bon qu'après la peine; celui-là
seul s'amuse qui a bien travaillé. Et maintenant, ajoutait-il en me
prenant la main, je te recommande à Dieu.»

Adieu donc, amis lecteurs, comme disent nos vieux livres; adieu, amies
lectrices; puisse la sagesse du capitaine Jean vous profiter assez pour
rendre chacun de vous aussi bon et aussi laborieux que son père; aussi
doux et aussi aimable que sa mère! c'est le dernier voeu de notre vieil
ami.



TABLE DES MATIÈRES


MA COUSINE MARIE

PERLINO

  I.--La signora Palomba
  II.--Violette
  III.--Naissance et fiançailles de Perlino
  IV.--L'enlèvement de Perlino
  V.--La nuit et le jour
  VI.--Les trois rencontres
  VII.--Le château des Écus-Sonnants
  VIII.--Nabuchodonosor
  IX.--Tricchè varlacchè
  X.--Patati, patata
  XI.--La reconnaissance
  XII.--La morale

BLANDINE L'ESCLAVE

LA SAGESSE DES NATIONS OU LES VOYAGES DU CAPITAINE JEAN

  I.--Le capitaine Jean
  II.--Premier voyage du capitaine Jean
  III.--Histoire de Coquerico
  IV.--La bohémienne
  V.--Contes noirs
  VI.--Le second voyage du capitaine Jean
  VII.--Le destin
  VIII.--Le fermier prudent
  IX.--Les trois histoires du Dalmate
  X.--Conclusion





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Contes et nouvelles" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home