Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: Robert Ier et Raoul de Bourgogne, rois de France (923-936)
Author: Lauer, Ph.
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Robert Ier et Raoul de Bourgogne, rois de France (923-936)" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



ANNALES DE L'HISTOIRE DE FRANCE À L'ÉPOQUE CAROLINGIENNE

ROBERT Ier

ET

RAOUL DE BOURGOGNE

ROIS DE FRANCE

(923-936)

PAR

PH. LAUER


1910

Cet ouvrage forme le 188e fascicule de la Bibliothèque des Hautes
Études



AVANT-PROPOS


Cet opuscule est destiné à combler la lacune qui existait entre les
ouvrages sur les règnes de Charles le Simple et de Louis d'Outre-Mer,
parus dans la série des _Annales de l'histoire de France à l'époque
carolingienne_ entreprises sur l'initiative d'Arthur Giry[1]. L'étude
que M.W. Lippert a consacrée à Raoul, dans une thèse écrite et publiée
en Allemagne[2], n'était pas accessible à tous, et, malgré sa très
réelle valeur, devait être rectifiée, modifiée ou complétée sur plus
d'un point, principalement en ce qui concerne la topographie, la
diplomatique et les affaires de Lorraine.

Les identifications des noms de lieux, comme par exemple celles de
_Donincum_ avec Doullens (Somme) et de _Calaus mons_ avec
Chaumont-le-Bois (Côte-d'Or), étaient évidemment à réformer, ainsi que
je l'ai montré dans mes notes des _Annales de Flodoard_. Les
cartulaires n'avaient pas été tous connus, ainsi ceux de Stavelot, de
Saint-Étienne de Limoges; et les chartes de Saint-Hilaire de Poitiers
publiées par Rédet n'avaient pas été utilisées. Plusieurs des
dépouillements relatifs aux éditions des diplômes royaux étaient ou
incomplets ou devenus insuffisants par suite des publications
postérieures. Divers passages d'annales ou de chroniques n'étaient pas
analysés ou commentés d'une manière satisfaisante; enfin certains
textes avaient été omis, comme les _Annales Nivernenses_. Mais ce qui
rendait surtout désirable un nouveau travail, c'était la conception
même du rôle politique de Raoul à l'extérieur, que ni Kalckstein ni
Lippert n'avaient bien nettement dégagé. En Lorraine et dans le
royaume de Provence, ce souverain a visiblement fait des efforts pour
étendre l'influence française et il s'est servi de son frère Boson,
possessionné à la fois dans les vallées de la Meuse et du Rhône, pour
parvenir à ses fins. C'est sous son règne que se pose nettement la
question de savoir si le roi de France succédera ou non aux rois de
Lorraine et de Provence. Les droits incontestables de Raoul sur ce
dernier royaume et sa puissante position en Bourgogne, à proximité de
la Lorraine, semblaient le désigner pour recueillir ces héritages,
mais sa situation même d'adversaire de Charles le Simple, le
descendant direct des Carolingiens, lui fit visiblement un tort
immense à en juger par les résultats obtenus. Ajoutez à cela la lutte
acharnée contre les Normands et l'hostilité de ses propres vassaux.
Tel est le point de vue que nous nous sommes efforcé de mettre
davantage en lumière.

Nous n'avons pas non plus négligé de souligner certains détails de
nature à éclairer un peu des faits enveloppés d'obscurité, ainsi
l'antagonisme entre la famille comtale de Dijon et les Robertiens ou
les causes d'union et de rupture entre Herbert de Vermandois et Hugues
le Grand. On ne s'est occupé des antécédents de Robert Ier ou de la
personnalité et des actes de Charles le Simple que dans la mesure où
cela était nécessaire au récit des événements, M. Eckel ayant déjà
traité à fond ces questions.

Il n'y avait pas ici place pour une bibliographie du genre de celles
qui sont en tête des volumes relatifs à Louis d'Outre-Mer et à Charles
le Simple; elle eût trop ressemblé à ces dernières. Nous avons préféré
mettre à la suite des livres nouveaux, cités en note, les indications
bibliographiques indispensables. Du reste, on s'est efforcé de ne pas
abuser des citations. Ainsi on ne trouvera guère mentionnées les
oeuvres de K. von Kalckstein[3], Lippert, Waitz[4], Eckel[5] et mon
édition des _Annales de Flodoard_[6], auxquelles il eût été facile de
multiplier les renvois. Mais les sources sont toujours indiquées, avec
leurs éditions quand il y a lieu. Je me permettrai de renvoyer, en ce
qui les concerne, à ma bibliographie du _Règne de Louis
d'Outre-Mer_[7], pour tout ce qui pourrait paraître insuffisant[8].

On n'est pas entré non plus dans l'étude diplomatique des actes, qui
trouvera sa place avec l'édition des diplômes royaux dans la
collection des _Chartes et diplômes_ publiée par l'Académie des
Inscriptions et Belles-Lettres, mais on en a naturellement tiré parti
au point de vue historique.

Nous espérons que, malgré ses imperfections, le présent travail pourra
contribuer à faire mieux connaître un moment intéressant dans cette
période mouvementée de la décadence carolingienne et de
l'établissement du régime féodal.

FOOTNOTES:

[Footnote 1: M. Labande qui s'était d'abord chargé de la rédaction des
Annales du règne de Raoul a bien voulu y renoncer en ma faveur. Je
tiens à le remercier ici en même temps que MM. Pfister et L. Halphen
qui ont lu ce travail, l'un en manuscrit, l'autre en épreuves, et
m'ont très obligeamment communiqué leurs critiques.]

[Footnote 2: _Geschichte des westfränkisch en Reiches unter König
Rudolf (Inaugural-Dissertation der Universität Leipzig)_. Leipzig,
1885, in-8, 126 pp. et sous le titre: _König Rudolf von Frankreich_.
Leipzig, 1886.]

[Footnote 3: _Geschichte des Französichen Königthums unter den ersten
Capelingern_. I. _Der Kampf der Robertiner und Karolinger_. Leipzig,
1877, in-8.]

[Footnote 4: _Jahrbücher des deutschen Reiches unter König Heinrich
I_. 3e éd. Leipzig, 1885, in-8.]

[Footnote 5: _Charles le Simple_. Paris, 1899, in-8 (_Bibliothèque de
l'École des hautes études_, fasc. 124).]

[Footnote 6: _Les Annales de Flodoard_. Paris, 1906, in-8 (_Collection
de textes pour servir à l'étude et à l'enseignement de l'histoire_).]

[Footnote 7: _Le règne de Louis IV d'Outre-Mer_ (_Bibliothèque de
l'École des hautes études_, fasc. 127, p. xxi et suiv.)]

[Footnote 8: Il faudra cependant y ajouter, pour mémoire, l'étrange
dissertation d'Aimé Guillon de Montléon, _Raoul ou Rodolphe, devenu
roi de France l'an 923, ne serait-il pas le même personnage que
Rodolphe II, roi de Bourgogne Transjurane, et d'où vient que le
cinquième de nos rois, du nom de Charles, n'est pas appelé Charles V?
Dissertation historique_. Paris, 1827, in-8, 124 pp., tabl., 3 pl. Cf.
la critique de Daunou dans _Journal des savants_, année 1828, p.
93-102.--Et on peut mettre au même rang la «Vie de Rodolphe, roi de
France, tirée de tous les bons auteurs par Jean Munier, avocat du roi
ès cours royales d'Autun» (n° 16487 du P. Lelong) conservée dans le
manuscrit de la Bibliothèque nationale fr. 4629, p. 89. C'est un
chapitre des _Recherches sur les anciens comtes d'Autun_ de Jean
Munier (m. 1635), où l'auteur se préoccupe surtout de réfuter les
«calomnies» mises en circulation par Jean de Serres sur Raoul, dans le
célèbre _Inventaire général de l'histoire de France depuis Pharamond
jusques à présent, illustré par la conférence de l'Église et de
l'Empire_ (Paris, 1600, 3 vol. in-8) qui eut quatorze éditions (la
dernière en 1660).]



ROBERT Ier

ET

RAOUL DE BOURGOGNE

ROIS DE FRANCE



CHAPITRE PREMIER


ROBERT DUC DE FRANCE ET RAOUL DUC DE BOURGOGNE.


Robert, fils de Robert le Fort, est en réalité un personnage un peu
effacé, tant la puissante figure de son frère, le roi Eudes, lui a
fait ombrage. Pendant tout le règne de celui-ci, il le seconda
fidèlement[9], et à sa mort, en 898, il recueillit sa succession comme
«duc et marquis» de France. A ce titre, il prêta l'hommage à Charles
le Simple[10] qui le traita d'abord avec beaucoup d'égards, ainsi
qu'il apparaît par les diplômes royaux des années 904, 915 et 918[11].
Mais dès l'an 900, un premier froissement avait eu lieu entre eux.
Manassès, vassal du duc de Bourgogne, Richard le Justicier, s'était
permis, dans une conversation avec le roi, de tenir sur Robert des
propos jugés injurieux par ce dernier. Robert quitta la cour pendant
quelque temps[12]. Il semble cependant qu'il rentra en faveur vers
903, époque à laquelle il sollicita et obtint des diplômes pour ses
abbayes de Saint-Germain-des-Prés, Saint-Martin de Tours et
Saint-Denis[13]. Il accompagna même, cette année, le roi en Alsace, ce
qui l'empêcha de secourir la ville de Tours assiégée par les
Normands[14]. Bientôt il prit sa revanche à la bataille de Chartres
(20 juillet 911)[15], et, selon la légende, c'est lui qui servit de
parrain à Rollon[16]. Dix ans plus tard, après une campagne contre les
Normands de la Loire, il imita l'exemple de son suzerain en cédant aux
pirates une partie de la Bretagne et le pays de Nantes[17]. Quand on
se rappelle la formidable puissance matérielle dont il disposait[18],
on est étonné qu'il n'ait pas essayé de s'emparer de la couronne
aussitôt après le décès de son frère. S'il ne l'a pas fait, c'est
uniquement à cause de l'accord qui venait d'intervenir l'année
précédente entre Eudes et Charles[19], car ses bons rapports avec la
maison de Flandre et ses alliances avec les familles de Vermandois et
de Bourgogne lui auraient singulièrement facilité l'accès au trône.

Raoul était fils de Richard le Justicier, comte d'Autun devenu duc de
Bourgogne sous le règne d'Eudes, qui avait écrasé les Normands à la
bataille d'Argenteuil en Tonnerrois (28 décembre 898). Il se trouvait
être, du chef de son père, neveu de Boson, roi de Provence, par
l'impératrice Richilde, soeur de Richard, neveu de Charles le Chauve,
et, par sa mère Adélaïde, neveu du roi de Bourgogne jurane Rodolphe
1er[20].

Suivant une légende accréditée postérieurement, il aurait été tenu sur
les fonts baptismaux par le roi Charles le Simple lui-même[21]; mais
Charles, étant né en 879, ne devait pas être beaucoup plus âgé que son
prétendu filleul. Ce dernier est, en effet, déjà témoin dans un acte
de 901, et l'on sait que les exemples de témoins au-dessous de douze
ans sont exceptionnels[22].

Raoul avait une soeur, Ermenjart, qui épousa Gilbert de Dijon[23], et
deux frères cadets, Hugues le Noir et Boson qui, comme lui, ne
jouèrent aucun rôle politique actif du vivant de leur père[24]. Leur
trace ne se retrouve que dans les souscriptions de chartes. C'est,
semble-t-il, Raoul qui souscrit un arrêt de Richard relatif à
Saint-Bénigne de Dijon, datant des dix dernières années du IXe siècle;
en tout cas c'est bien lui qui figure dans un acte de Richard en
faveur de l'abbaye de Montiéramey, du 21 décembre 901, où il est
qualifié de «fils de Richard»[25]. Peut-être aussi est-ce lui et son
frère Boson qui signent une donation de l'impératrice Richilde à
l'abbaye de Gorze[26]. Les trois frères sont témoins dans une charte
de concession octroyée par Richard à l'abbaye de Saint-Bénigne de
Dijon[27] et paraissent remplir un rôle moins effacé au tribunal
comtal d'après une charte en faveur de l'église d'Autun rédigée et
scellée au nom de Raoul, agissant comme mandataire de son père
(Pouilly, 5 septembre 916)[28]. Raoul intervient aussi dans un acte
délivré en 918 par l'évêque d'Autun, Walon, avec l'assentiment du duc
de Bourgogne[29].

Les fils de Richard portèrent simultanément le titre de comte. Après
la mort de son père, Raoul continue à s'intituler de même, ainsi qu'on
le voit dans une charte de donation de sa mère Adélaïde, relative à
des biens sis en Varais (Autun, 24 avril 922)[30]

Des premiers actes de Raoul comme duc de Bourgogne, on ne connaît
guère que la prise de Bourges[31]. Mais il règne beaucoup d'obscurité
sur les circonstances qui accompagnèrent cet événement. On trouve
mentionné: en 916 un incendie de Bourges, en 918 une prise de
possession éphémère de la ville par Guillaume, neveu de Guillaume Ier
d'Aquitaine, et en 924 une cession de la ville et du Berry par Raoul,
devenu roi, à Guillaume, moyennant l'hommage[32]. Le duc de France
Robert avait, paraît-il, aidé Raoul à s'emparer de Bourges, mais on ne
saurait décider si ce fut en 916 ou entre 916 et 918, ou encore plus
tard. Raoul s'était en effet allié à la puissante famille des ducs de
France, suzeraine de tout le pays au nord de la Loire, en épousant la
propre fille de Robert, Emma, princesse douée d'une rare intelligence
et d'une mâle énergie[33].

Charles le Simple témoignait aussi des égards à Raoul en souvenir de
son père, dont il avait â maintes reprises éprouvé le loyalisme. Il
semble même qu'en prescrivant à l'abbé de Saint-Martial de Limoges,
Étienne (élu en 920), d'élever deux fortes tours pour résister à
Guillaume d'Aquitaine, il prenait ouvertement le parti de Raoul[34].

Robert l'emporta néanmoins, car dans sa lutte contre Charles, nous
voyons Hugues le Noir, frère du roi Raoul, lui amener des recrues
bourguignonnes pour coopérer avec les forces des grands vassaux à la
lutte contre les troupes royales. Toutefois, après l'armistice
intervenu à la fin de l'année 922, les Bourguignons s'étaient
définitivement retirés[35].

Pour bien comprendre leur rentrée en scène et finalement l'élection de
Raoul comme roi, il est nécessaire de jeter un coup d'oeil rapide en
arrière et de se rappeler l'état politique de la France à cette
époque, ainsi que les principaux événements qui venaient de marquer le
règne de Charles le Simple.



FOOTNOTES:

[Footnote 9: Favre, _Eudes_, p. 78, 95-96, 147, 156, 161, 165, 192.]

[Footnote 10: _Ann. Vedast._, a. 898.]

[Footnote 11: Il l'appelle son «très cher» (_admodum dilectus_), son
«très fidèle», le «conseil et l'auxiliaire de son royaume» (_regni et
consilium et juvamen_). Pélicier, _Cartul. du chapitre de l'église
cathédrale de Châlons-sur-Marne_, p. 31; _Recueil des historiens de
France_, IX, 523, 536.]

[Footnote 12: _Ann. Vedast._, a. 900.]

[Footnote 13: _Recueil des historiens de France_, IX, p. 495-499.]

[Footnote 14: Ibid., p. 499. Eckel, p.68.]

[Footnote 15: _Cartul. de Saint-Père de Chartres_, éd. B. Guérard
(Paris, 1840), I, p. 46-47.]

[Footnote 16: Dudon de Saint-Quentin, _De moribus_, I. II, c. 30.]

[Footnote 17: Flod., _Ann_., a. 921: «... Britanniam ipsis
[Normannis], quam vastaverant, cum Namnetico pago concessit
[Rotbertus].» Cf. Dudon de Saint-Quentin, éd. Lair, p. 69, n. 4.]

[Footnote 18: Voy. Favre, _Eudes_, p. 12; Eckel, _Charles le Simple_,
p. 34; F. Lot, _Études sur le règne de Hugues Capet_ (Paris, 1903,
in-8), p. 187.]

[Footnote 19: _Ann. Vedast._, a. 897; Favre, _Eudes_, p. 191; Eckel,
_Charles le Simple_, p. 26.]

[Footnote 20: On sait toute l'importance attachée à ce titre de neveu
dans les traditions de famille franques. Pour saisir plus clairement
ces parentés il suffit de parcourir la généalogie suivante:


Conrad, comte d'Auxerre        Thierry, comte d'Autun
   |                              |
---------------------      -------------------------------
     |           |            |           |            |
Rodolphe Ier   Adélaïde ép. Richard     Boson      Richilde ép. Charles
  roi de                le Justicier  roi de Provence          le Chauve
Bourgogne                  (m. 921)     (879-887)
(888-911)
     |                        |           |                        |
Rodolphe II                 RAOUL.    Louis l'Aveugle      Louis II le Bègue
roi d'Arles en 933        ép. Emma,       |                fils d'Ermentrude
 (m. 937)            fille de Robert  Charles-Constantin   ép. 1° Ansgarde
     |                duc de France    comte de Vienne         2° Adélaïde
Conrad le Pacifique                       en 931
 ép. Mathilde,                                                    |
fille de Louis d'Outre-Mer                  ----------------------------
                                               |            |
                                         1° Louis III   Carloman   2° Charles
                                            (880-882)   (880-881)   le simple
                                                                    (893-922)]

[Footnote 21: _Hist. Francor. Senon. (M.G.h., Scr._, IX, 366); Richard
le Poitevin, _Chron. (Recueil des historiens de France_, IX, 23).]

[Footnote 22: La majorité était de 12 ans chez les Saliens et de 15
ans chez les Ripuaires. Cf. Glasson, _Hist. du droit et des instit. de
la France_, II, p. 291.]

[Footnote 23: Eckel, p. 40.]

[Footnote 24: _Chron. S. Benigni Div. (Rec. des historiens de France_,
VIII, 241; éd. Bougaud et Garnier, p. 115).]

[Footnote 25: D'Arbois de Jubainville, _Hist. des comtes de
Champagne_, I, p. 450, pr. n° 17; _Cartulaire de Montiéramey_, éd. Ch.
Lalore (Troyes, 1890, in-8), p. 18, n° 12.]

[Footnote 26: _Recueil des historiens de France_, IX, 665; _Cartulaire
de l'abbaye de Gorze_, publ. p. A. d'Herbomez (_Mettensia_, II), p.
159, n° 87.]

[Footnote 27: _Chron. S. Benigni Divion. (Rec. des historiens de
France_, VIII, 242; éd. Bougaud et Garnier, p. 119).]

[Footnote 28: _Cartulaire de l'église d'Autun_, publ. par A. de
Charmasse (Autun, 1865) n° 22. Il ne faut pas, semble-t-il, vouloir le
reconnaître dans un _Rodolphus comes_ qui figure avec beaucoup
d'autres comtes lorrains dans un diplôme de Charles le Simple en
faveur de l'abbaye de Prüm, daté de la même année (_Recueil des
historiens de France_, IX, 526).]

[Footnote 29: _Cartulaire de l'église d'Autun, n° 23._]

[Footnote 30: Ibid., n° 9, 10.]

[Footnote 31: Flodoard, _Annales_, a. 924; _Ann. Masciac._, a. 919
(_M.G.h., Scr._, III, 169); _Histoire de Languedoc_, nouv. éd., II,
251; III, 95. Voy. aussi F. Lot, _Hugues Capet_, p. 190, n. 3.]

[Footnote 32: _Hist. de Languedoc, loc. cit._]

[Footnote 33: A. de Barthélemy, _Les origines de la maison de France
(Revue des questions historiques_, VII p. 123). On prétend aussi
qu'une autre fille de Robert, dont on ignore le nom, aurait épousé son
oncle Herbert II. Cf. Eckel, p. 35, qui la désigne à tort comme,
«cousine» d'Herbert II.]

[Footnote 34: Adémar de Chabannes, _Commemoratio_, éd. Duplès-Agier,
p. 3; Ch. de Lasteyrie, _L'abbaye de Saint-Martial de Limoges_ (Paris,
1901, gr. in-8), P. 58-59.]

[Footnote 35: Flod., _Ann._, a. 922.]



CHAPITRE II


LES ÉLECTIONS DE ROBERT ET DE RAOUL.


Peu après la mort de Louis III, le vainqueur de Saucourt, et celle de
Carloman, son frère, le royaume franc de l'ouest, la France, comme on
l'appelle désormais dans nos histoires, et les divers pays qui en
dépendaient, ne tardèrent pas à se morceler sous l'influence du
développement de la féodalité et la menace perpétuelle des invasions
normandes. La Bretagne devint en fait indépendante avec les ducs Alain
et Juhel-Bérenger, la Provence avec Boson et la Bourgogne avec
Rodolphe Ier. Le reste de la France, démembré en une infinité de
fiefs, répartis dans les trois duchés de «France»[36], de Bourgogne et
d'Aquitaine, fut enfin divisé en deux camps ennemis par la question de
dévolution de la couronne.

A la suite de la tentative malheureuse de restauration de l'empire
carolingien, qui échoua piteusement à cause de l'incapacité de Charles
le Gros, une partie des grands feudataires français, ressuscitant leur
droit d'élection tombé en désuétude depuis longtemps, choisit pour roi
le comte Eudes, fils de Robert le Fort, tandis que d'autres restaient
fidèles au représentant de la dynastie carolingienne, un enfant en bas
âge, Charles, fils posthume du roi Louis le Bègue, issu de son mariage
avec Adélaïde[37]. Des années de luttes suivirent. Eudes régna, mais à
sa mort, Charles, auquel le surnom de Simple a été attribué par ses
contemporains, fut reconnu dans toute la France, à l'exception des
pays qui s'étaient constitués en états indépendants.

La cession d'une partie des rives de la basse Seine, aux pirates
normands, compagnons de Rollon, ne peut être considérée comme un
affaiblissement de la puissance royale, quoi qu'en aient dit la
plupart des historiens, qui ont coutume de flétrir la mémoire de
Charles le Simple principalement pour ce motif. On ne saurait non plus
suivre d'autres critiques qui, se plaçant à un point de vue
diamétralement opposé, ont voulu l'envisager comme un acte d'habile
politique. En réalité, Charles ne pouvait agir autrement devant
l'indifférence profonde des grands vassaux, qui lui refusaient toute
aide effective pour combattre l'invasion; et sa puissance n'en fut
nullement amoindrie, puisque le territoire concédé était un
démembrement du «duché de France», qu'il en conserva la suzeraineté et
trouva même par la suite un concours inattendu auprès de ses nouveaux
vassaux[38].

Presque en même temps que cette cession eut lieu l'acquisition de la
suzeraineté sur la Lorraine, précieuse à bien des points de vue. Elle
reconstituait un tout brisé par le singulier partage de Verdun et
fournissait à la dynastie austrasienne un solide point d'appui en son
pays d'origine.

L'autonomie féodale s'était à tel point développée que pour trouver un
soutien effectif, le roi Charles en était réduit à rechercher
l'alliance des grands dignitaires de l'Église, comme l'archevêque de
Reims, ou d'hommes de naissance obscure, d'origine lorraine, comme
Haganon[39].

La première rébellion contre le pouvoir royal éclata en 920. Charles
fit preuve au cours de ces difficiles circonstances d'une fermeté
remarquable. L'archevêque de Reims, Hervé, réussit à sauver le
monarque et le seconda si bien qu'il se trouva bientôt affermi au
point de pouvoir remplacer l'évêque élu de Liège, Hilduin, son ennemi,
par Richer, abbé de Prüm, son partisan. Le traité de Bonn, signé le
1er novembre avec Henri l'Oiseleur, auquel Charles avait eu affaire
près de Pfeddersheim, dans le pays de Worms, mit fin à cette première
période de troubles[40].

Bientôt de nouvelles difficultés surgirent. Le 31 août 921 mourut le
duc de Bourgogne Richard le Justicier, qui était, avec le marquis
Robert, le plus puissant des grands vassaux, mais aussi l'un des
hommes les plus capables du royaume[41]. Il avait lutté
victorieusement contre les Normands, et avait toujours su gouverner
avec autorité ses vastes domaines, ne craignant pas de résister aux
empiétements des puissances ecclésiastiques, séculières ou régulières,
et allant même jusqu'à s'emparer par la force des biens d'Église,
comme du reste presque tous les princes laïques de son temps, quand la
nécessité s'en présentait. Charles perdit en lui un fidèle partisan:
s'il n'en avait reçu aucun secours dans le dernier conflit avec les
grands, il avait du moins rencontré de son côté une bienveillante
neutralité, et il semblait même que celle-ci dût un jour ou l'autre se
changer en coopération effective. La mort de Richard bouleversa la
face des choses. Son fils Raoul qui avait épousé Emma, fille du
marquis Robert, fut attiré dans le parti des mécontents par son
beau-père qui en était le chef. Pour comble de malheur, Charles vit
encore l'archevêque de Reims, d'abord condamné à l'inaction par une
grave maladie pendant les troubles de 922, abandonner ensuite
totalement sa cause, sans que nous puissions démêler la raison
véritable de cette défection.

La concession de l'abbaye de Chelles[42] faite par le roi à Haganon
détermina un nouveau soulèvement. Charles avait enlevé l'abbaye à sa
tante Rohaut qui était devenue belle-mère de Hugues, fils de
Robert[43]. Cet acte revêtait le double caractère d'une spoliation et
d'une menace. C'était une dépendance arrachée au coeur même des
domaines patrimoniaux de Robert et donnée comme poste d'observation et
de combat à un ennemi haï et méprisé. Une nouvelle période
d'hostilités s'ensuivit. Les opérations eurent lieu en Rémois,
Laonnais et Soissonnais, et se réduisirent à des incursions de part et
d'autre, à des pillages et à des incendies. A plusieurs reprises,
Charles s'enfuit, avec Haganon, jusqu'en Lorraine, et en revint avec
des troupes fraîches levées parmi les éléments hostiles au duc ou les
vassaux ecclésiastiques. Le duc de Lorraine, Gilbert, le duc de
Bourgogne Raoul, enfin l'archevêque de Reims Hervé s'étaient rangés du
côté du marquis Robert[44].

Après la défaite de Laon, Charles fut contraint, par suite de la
dispersion totale de son armée, de chercher à nouveau un refuge au
delà de la Meuse. Les rebelles profitèrent de l'absence du Carolingien
pour secouer définitivement sa suzeraineté en se choisissant un roi
parmi eux. Le 29 juin 922, le marquis Robert fut élu roi à Reims par
les grands vassaux laïques et ecclésiastiques, puis couronné le
lendemain, un dimanche, à Saint-Remy, par l'archevêque de Sens
Gautier, le même qui avait déjà couronné le roi Eudes[45].
L'archevêque de Reims, Hervé, alors gravement malade, mourut trois
jours après, et son successeur Séulf, choisi sous l'influence des
révoltés, prit aussitôt une attitude nettement opposée à Charles[46].

La lutte reprit de plus belle. Robert la transporta en Lorraine. Son
fils Hugues marcha sur Chièvremont, que Charles assiégeait, et le
contraignit à lever le siège[47]. Au début de 923, Robert eut
l'habileté de se ménager une entrevue, sur les bords de la Roer, avec
le roi de Germanie Henri Ier qui, au mépris du traité de Bonn, noua
des relations amicales avec l'usurpateur. Robert parvint à obtenir
d'une fraction des Lorrains un armistice qui devait se prolonger
jusqu'en octobre[48]. Puis il rentra en France, où il congédia les
contingents bourguignons, ne gardant que peu d'hommes sous les armes.

Charles ne perdit point de temps. Mettant à profit l'instant de répit
que lui laissait la trêve, il s'occupa hâtivement de lever en Lorraine
de nouvelles recrues, et aussitôt qu'il eut réussi à constituer une
armée assez puissante, rompant l'armistice, il traversa la Meuse,
marcha rapidement sur Attigny et de là contre Robert qui séjournait à
Soissons. Il arriva sur l'Aisne le 14 juin. Le lendemain, un dimanche,
vers la sixième heure, au moment où les hommes de Robert ne
s'attendant plus à être attaqués prenaient tranquillement leur repas,
les Lorrains passèrent la rivière et une bataille décisive eut lieu
dans la plaine voisine de l'abbaye de Saint-Médard de Soissons. Les
troupes de Robert ralliées à la hâte se battirent avec l'énergie du
désespoir. Le combat fut si violent que de part et d'autre les pertes
furent considérables. Robert qui luttait vaillamment au plus fort de
la mêlée, tomba frappé à mort par le comte Foubert, porte-enseigne
royal, qui le reconnut à sa longue barbe, et il fut achevé par les
lances de ses adversaires. Cette fin inattendue de «l'usurpateur» jeta
le désordre dans les rangs de ses partisans, et la victoire du roi
légitime semblait dès lors assurée quand parut, tout à coup, une armée
conduite par Hugues le Grand et Herbert de Vermandois. Un changement
complet s'opéra; les Lorrains lâchèrent pied et se retirèrent en
désordre[49].

Charles était vaincu par les grands vassaux qui restaient unis dans
leur rébellion, malgré la mort inopinée de leur chef. Il essaya
cependant de se créer des intelligences parmi ses adversaires,
espérant que leur obstination se trouverait peut-être brisée par la
difficulté de remplacer Robert. Il envoya des messagers à Herbert, à
Séulf et à quelques autres seigneurs pour les engager à le reconnaître
de nouveau comme suzerain. Peine perdue. Les rebelles inébranlables
persévérèrent dans leur ligue contre le Carolingien. Ils appelèrent à
leur aide le duc de Bourgogne, Raoul, qui se décida à revenir en
«France» à la tête d'une puissante armée (fin juillet).

Charles abandonné de ses plus puissants vassaux du nord, se tourna
vers ses nouveaux sujets, les seuls qui parussent lui demeurer
fidèles, les Normands. Il envoya des messages jusqu'à Rögnvald, qui
dominait sur l'estuaire de la Loire. Les pirates se montrèrent
immédiatement prêts à saisir un si beau prétexte pour recommencer
leurs incursions et piller tout le plat pays.

Afin de les arrêter dès le début et de les empêcher d'opérer leur
jonction avec Charles et les Lorrains, les grands vassaux vinrent
s'établir sur les bords de l'Oise. Charles n'eut plus qu'à se retirer
au delà de la Meuse[50]. Les rebelles profitèrent de cette nouvelle
absence, comme l'année précédente, pour élire un roi de leur choix. On
pouvait hésiter entre Hugues, fils du roi Robert et neveu du roi
Eudes, Herbert de Vermandois, descendant du Carolingien Bernard
d'Italie, et Raoul de Bourgogne, gendre de Robert, allié aux rois de
Bourgogne et de Provence. Le chroniqueur Aimoin a donné plus tard des
explications évidemment inadmissibles sur les causes qui amenèrent à
écarter les deux premiers candidats, mais elles aident néanmoins à
discerner des raisons plus plausibles[51]. Hugues avait été jusque-là
un peu éclipsé par son père et son élection eût été un retour à
l'hérédité en faveur d'une nouvelle famille royale. Herbert s'était
toujours montré perfide, rapace, sans aucun respect pour les principes
féodaux ou religieux de son temps; enfin il était en hostilité avec
Baudoin de Flandre qui avait fait assassiner son père. Raoul se
recommandait à la fois par la droiture de son caractère et par la
puissance matérielle dont il disposait. Il était en excellents termes
avec le clergé; récemment encore les moines fugitifs de Montiérender
avaient trouvé un asile auprès de lui, en Bourgogne[52]. D'autre part
les grands vassaux avaient absolument besoin de s'assurer son
concours, sans lequel--on l'avait vu sous Richard le Justicier--ils ne
pouvaient rien entreprendre contre le Carolingien; et ses domaines
étaient suffisamment éloignés pour que Hugues et Herbert n'eussent pas
à en prendre ombrage ni à craindre pour leur propre sécurité. Du récit
de l'historien Raoul le Chauve (_Glaber_), postérieur de près d'un
siècle, on peut inférer, avec une certaine apparence de vérité, que le
choix fut hésitant, surtout entre Hugues et Raoul, et que
l'intervention d'Emma, femme de Raoul et soeur de Hugues, finit par
amener un accord[53].

Le dimanche 13 juillet 923, Raoul fut proclamé roi à l'unanimité par
les grands réunis à Soissons, et couronné aussitôt à Saint-Médard par
l'archevêque de Sens, Gautier, ce «faiseur de rois», qui avait déjà
consacré successivement Eudes et Robert[54].

Cependant les esprits superstitieux vivement impressionnés par la mort
imprévue du «puissant marquis» Robert, sur le champ de bataille de
Soissons, envisageaient cette catastrophe comme une sorte de «jugement
de Dieu»[55]. L'archevêque Séulf réunit à Reims un synode des évêques
de sa province, vers la fin du mois suivant (après le 27 août), pour
examiner la situation. Les évêques de Cambrai, Laon, Noyon, Senlis et
Soissons y assistèrent en personne. Il fut décidé qu'une pénitence
générale serait imposée à tous ceux qui avaient pris part au combat
impie où les deux rois s'étaient trouvés en présence. La pénitence
devait durer trois ans. Pendant le premier carême, ils devaient
s'abstenir d'entrer à l'église. Les vendredis, toute l'année, et, en
outre, pendant le carême et les semaines précédant la Saint-Jean et la
Noël, les lundis et mercredis, un jeûne très rigoureux (au pain, à
l'eau et au sel) leur fut imposé[56]. Que ces prescriptions sévères
n'aient pas été observées à la lettre, surtout par les seigneurs qui,
sous prétexte de maladie ou de service d'ost, pouvaient s'en faire
dispenser moyennant des aumônes, cela n'est point douteux; mais il
n'en est pas moins vrai que ces mesures prises par le haut clergé du
nord, pour fragiles qu'elles nous paraissent, sont curieuses à
enregistrer, parce qu'elles décèlent la préoccupation bien nette
d'empêcher une nouvelle guerre civile et le désir d'assurer pour
l'instant le pouvoir à l'usurpateur Raoul, tout en laissant régner en
paix le roi Charles sur ses provinces demeurées fidèles.

Une telle solution était bien difficile a obtenir avec le caractère du
Carolingien et la turbulence des grands vassaux, sans cesse prêts à
saisir la moindre occasion pour augmenter leur puissance aux dépens de
leurs voisins.

L'élection de Raoul était l'oeuvre d'un parti peu nombreux. Les grands
vassaux ecclésiastiques de France et même de Bourgogne suivaient à
contre-coeur la détermination de leurs suzerains immédiats. La
Normandie, la Bretagne et surtout l'Aquitaine restèrent théoriquement
soumises à Charles, sans toutefois prendre les armes pour défendre sa
cause. En Lorraine, le duc Gilbert se tenait sur la plus grande
réserve: seul le comte Boson osa se déclarer pour Raoul, son frère.
Quelques-uns des diplômes délivrés par Charles sont accordés à Guy de
Girone qui se trouvait auprès de lui, en Rémois, au moment le plus
critique de la guerre civile[57]. Ainsi la Marche d'Espagne restait
fermement attachée au descendant de Charlemagne[58].

En réalité, sous le dévoûment apparent des grands vassaux du midi au
roi Charles se cachait un profond sentiment d'égoïsme: tout en se
donnant les allures de défenseurs de la légitimité dynastique
méconnue,--en faveur de laquelle, du reste, ils se gardaient bien
d'intervenir effectivement,--ils saisissaient l'occasion favorable
pour fortifier et développer leur autonomie naissante. C'était la
tactique habituelle des seigneurs méridionaux, dont plusieurs auraient
été cependant de force à se mesurer avec un Herbert ou un Raoul. En
dépit de leur prétendu loyalisme, ils avaient longtemps refusé de
reconnaître Charles après la mort d'Eudes; ils agirent encore de même,
plus tard, vis-à-vis de Louis d'Outre-Mer et de Lothaire, sans souci
de la question de légitimité.

Les documents diplomatiques conservés permettent, par leurs dates, de
donner un peu de précision à l'époque où Raoul fut reconnu dans les
différentes régions de la France.

En Bourgogne, la reconnaissance eut lieu immédiatement. Dès le mois de
novembre, l'évêque d'Autun Anselme fait une donation à son église
«pour l'âme du roi Raoul», et le roi intervient dans l'acte afin de
l'approuver et d'en fortifier l'autorité[59]. Il existe bien des
lacunes dans la série des chartes de l'abbaye de Cluny qui concernent
surtout les comtés de Mâcon, Châlon et Autun: ce n'est qu'en 924 que
commence la série des actes datés de l'an du règne de Raoul. Cette
série s'étend de la 2e à la 13e année[60]. Sens, dont l'archevêque
Gautier avait couronné Raoul, dut être une des cités les plus
favorables au nouveau roi. Il en fut probablement de même pour Dijon
et Auxerre, leurs vicomtes étant en relations étroites avec la famille
ducale[61].

Beaucoup de Lorrains prêtèrent, comme Boson, l'hommage à Raoul, dans
l'automne de l'année 923. On le sait expressément pour Metz et Verdun.
Toutefois le duc Gilbert et l'archevêque de Trèves Roger refusèrent de
faire leur soumission[62].

L'archevêché de Reims était entièrement tombé sous la domination
d'Herbert de Vermandois, qui empêcha Séulf de répondre aux démarches
que Charles essaya de faire auprès de lui[63]. La province de Reims,
le Vermandois, Amiens, Troyes, les comtés de Brie et de Provins
reconnurent donc Raoul; le comte de Laon, Roger, et l'évêque de
Soissons, Abbon, l'ancien chancelier de Robert, se rallièrent aussi à
lui[64].

Les habitants des vastes domaines du «marquis» Hugues furent
assurément des premiers à accepter le nouveau souverain. A Tours, par
exemple, dès le 18 décembre 923, on datait des années du règne de
Raoul[65]. Pour Chartres, il existe un acte de la 8e année de
Raoul[66]; pour Saint-Benoît-sur-Loire, des chartes de la 2e et de la
10e année de Raoul[67]; pour Angers une charte privée de la 2e année
et une donation du comte Foulques, de la 7e année[68]; pour Blois,
nous possédons un diplôme de Raoul lui-même de l'année 924, délivré à
Laon, sur la requête du comte «palatin» Thibaud[69]; enfin pour Paris
une charte du vicomte Thion datée de la 3e année[70].

Les Normands demeurèrent fidèles au Carolingien: nous le savons par
l'hostilité qu'ils déployèrent contre Raoul. Mais il ne subsiste
aucune charte qui nous le confirme. La Bretagne en pleine anarchie
subissait leur influence. Le cartulaire de Redon, si riche en actes du
IXe siècle, ne fournit malheureusement aucune date intéressante pour
le début du Xe siècle.

En Berry, nous avons déjà eu l'occasion d'en toucher un mot à propos
de la prise de Bourges, Raoul dut être reconnu presque aussitôt, et
Guillaume d'Aquitaine qui fit défection au début finit, on le verra,
par se soumettre.

Le Poitou paraît être resté fidèle à Charles, d'après certains
documents[71]; il y existe cependant des actes datés des années du
règne de Raoul depuis la 1ère et la 3e jusqu'à la 11e[72] et l'évêque
de Poitiers, Frotier II, s'assura de l'assentiment de Raoul en même
temps que de celui de Guillaume Tête d'Étoupe, pour donner tous ses
biens à l'abbaye de Saint-Cyprien[73]. Le Limousin hésite comme le
Poitou dont il dépendait[74]. Vers 930 le vicomte de Turenne Adémar
fit approuver son testament par le roi Raoul[75].

A Tulle, au contraire, on reconnut immédiatement le roi Raoul qui fut
appelé, plusieurs fois à intervenir dans les réformes de l'abbaye
Saint-Martin[76]. Les chartes sont échelonnées entre la 6e et la 13e
année: elles ont donc bien 923 comme point de départ[77]. Dans le
cartulaire de Beaulieu, les derniers actes de l'époque de Raoul sont
datés de sa 10e année de règne[78]. Une charte de 932 (indiction 5)
porte la 7e année du règne, ce qui nous ramène pour le début à l'année
925 ou 926. Il en est de même en Quercy, où une charte du vicomte de
Cahors, Frotard, pour Aurillac, datée de 930, porte la 7e année du
règne. Mais les chartes de l'abbaye de Moissac, allant jusqu'à la 11e
année du règne, amènent à supposer un point de départ antérieur à
926[79]. Cela nous prouve qu'il y eut bien des erreurs dans ces
calculs d'années, et on peut se demander si parfois on ne prenait pas
l'an réel du règne, compté depuis l'élection ou le couronnement, sans
tenir compte de la date de reconnaissance dans la région. Le duc
d'Aquitaine Guillaume portait aussi le titre de comte d'Auvergne, et
son frère Affré ou Effroi (_Acfredus_) était avoué de la célèbre
abbaye de Brioude: tous deux furent des adversaires acharnés de Raoul.
Quelques chartes gardent de curieuses traces de cet état d'esprit: le
nom de Charles y est cité comme celui du roi légitime, tandis que
Raoul est flétri comme usurpateur. Les actes de Brioude montrent que
Raoul ne fut reconnu partout dans la région qu'entre décembre 926 et
octobre 927[80].

A côté des pièces où Raoul est si malmené, la plupart des autres
portent les dates de son règne et la série s'étend depuis juillet de
la 1re année jusqu'en octobre de la 13e[81].

Les comtés de Velay et de Gévaudan dépendant de l'Auvergne suivirent
la politique du duc d'Aquitaine.

Tels sont les pays où l'on ne fit pas une opposition systématique à
Raoul, et où, sauf exceptions, on le reconnut avant même la mort du
roi Charles. Dans le reste du royaume on persista à considérer le
règne de Charles comme se poursuivant, et on continua même après sa
mort, à compter les années de son règne: ainsi dans la Marche
d'Espagne[82].

En Languedoc, le comte de Toulouse, Raimond-Pons, son frère Ermengaud,
comte de Rouergue, et en Gascogne Loup Aznar ne firent leur soumission
qu'en 932. De nombreuses chartes de Narbonne, Elne, Béziers, Nîmes,
Rodez, Vabres et Conques constatent l'interrègne[83].

L'attitude des petits vassaux dont les fiefs secondaires n'ont pas été
cités, faute de textes, dut se régler sur celle de leurs suzerains
immédiats ou de leurs voisins puissants, autour desquels ils
gravitaient.

Raoul devenu roi n'investit personne des fonctions de duc en
Bourgogne. Il s'occupa toujours lui-même de ses domaines personnels,
de son duché et de ses comtés d'Autun, d'Avallon et de Lassois[84].
C'était là qu'il trouvait le plus solide point d'appui de son pouvoir,
car la royauté n'était plus guère qu'une ombre de souveraineté. Le
domaine royal que Raoul avait recueilli était extrêmement restreint:
quelques résidences dans le nord, comme Compiègne et Attigny, avec les
palais de Laon et de Reims. Des biens du fisc il semble qu'il ne
restait presque plus rien[85]. Aussi les ressources de Raoul
furent-elles principalement dans son duché, et ses sujets bourguignons
formèrent-ils toujours le noyau de son armée, que les contingents des
grands vassaux venaient très irrégulièrement encadrer. Enfin c'est en
Bourgogne qu'il séjourna de préférence quand la tâche compliquée et
astreignante qui lui incombait le lui permit, et c'est là
naturellement qu'il se rendit tout d'abord de Soissons, aussitôt après
son sacre[86].



FOOTNOTES:

[Footnote 36: Nous employons ici ce terme dans son sens territorial
restreint. Ainsi entendu, il désigne la _Francia_, au nord de la
Seine, plus les domaines propres du _dux Francorum_ compris entre
Seine et Loire. Cf. Favre, _Eudes_, p. 228, et surtout Pfister,
_Études sur le règne de Robert le Pieux (Bibl. de l'École des
hautes-études_, fasc. 64, 1885), p. 131 et suiv.; P. Viollet, _Hist.
des instit. polit. et admin. de la France_, I, p. 456.]

[Footnote 37: _Ann. Bertin._, a. 862; Réginon, _Chron._ a. 878;
Flodoard, _Hist. eccl. Rem._, III, 19; Eckel, P. 1-2.]

[Footnote 38: Eckel, p. 85.]

[Footnote 39: Flod., _Ann_., a. 920: «quem de mediocribus potentem
fecerat [Karolus]»; _Hist. eccl. Rem_., IV, 15; Richer, 1, 15.]

[Footnote 40: Flod., _Ann_., a. 920.]

[Footnote 41: Il fut inhumé le 1er septembre à Sainte-Colombe de Sens,
en la chapelle de Saint-Symphorien. _Ann. S. Benigni Divion. (M.G.h.,
Scr._, V, 40); _Hist. Francor. Senon._ (ibid., IX, 366); _Ann. S.
Columbae Senon._ (ibid., I, 104); _Chron. S. Petri Vivi Senon._ (Duru,
_Bibl. hist. de l'Yonne_, II, 481); _Chron. S. Maxentii_, éd.
Marchegay et Mabille, _Chron. des églises d'Anjou_, p. 375; Flod.,
_Ann._, a. 921.]

[Footnote 42: Seine-et-Marne, arr. de Meaux, cant. de Lagny.]

[Footnote 43: Flod., _Ann._, a. 922. Rohaut ne mourut que le 22 mars
925. Cf. _Obituaires de la province de Sens_, éd. A. Molinier et
Longnon (_Recueil des historiens de France_, in-4), t. I, pp. xx, 254,
312 et 345.]

[Footnote 44: Flod., _loc. cit._]

[Footnote 45: Flod., _Ann._, a. 922; _Hist. Francor. Senon., Ann. S.
Columbae Senon., Ann. S. Germani Parisiens., Ann. Lobienses, Ann.
Masciacenses (M.G.h., Scr._, IX, 366; I, 104; III, 167; XIII, 233;
III, 170); Adémar de Chabannes (_Chron._, III, 22, texte du ms. C²,
éd. Chavanon, p. 142) décrit la scène d'abandon du roi selon la forme
«par jet de fétu». Richer (_Hist._, I, 40-41) prête un rôle important
en cette circonstance à Gilbert. Cf. A. Luchaire, _Hist. des instit.
monarchiques_, 2e éd., I, p. 8; Fustel de Coulanges, _Hist. des
instit. polit. de la France. Les transformations de la royauté pendant
l'époque carolingienne_, p. 700.]

[Footnote 46: Flod., ibid. et _Hist. eccl. Rem._, IV, 17,]

[Footnote 47: Flod., _loc. cit._]

[Footnote 48: Flod., _Ann._, a. 923]

[Footnote 49: Flodoard (_Ann._, a. 923), Richer (_Hist._, I, 45 et 46)
et Folcuin (_Gesta abbat. Sith._, c. 109, _M.G.h., Scr._, XIII, 625)
fournissent les détails du récit. La date est donnée par les sources
suivantes: _Ann. S. Columbae Senon.; Hist. Francor. Senon.; Ann. S.
Benigni Divion._, a. 922 (_M.G.h., Scr._, I, 104; IX,: 366; V, 40);
_Necrol. Autissiodor_. (_Mém. concernant l'hist. d'Auxerre_, II, pr.,
p. 252); _Necrolog. beati Martini Turon_. (éd. Nobilleau, Tours, 1875,
p. 25).--Hugues de Flavigny, _Chron. Virdun._, a. 923, et Hugues de
Fleury, _Modernorum Francor. reg. actus_, c. 3 (_M.G.h., Scr._, VIII,
358, IX, 381), dérivent de Flodoard. Voy. aussi par ordre d'intérêt:
_Miracula S. Benedicti_, I. II, c. 3; _Genealogiae Fasniacenses; Ann.
S. Quintini Verom.; Ann. Lobienses_ («Dei juditio Rothbertus
Occubuit»); _Ann. Prum._ (id.); _Ann. S. Maximi Treverensis_, a. 923;
_Ann. Virdun._, a. 1001; _Ann. Laubienses et Leodienses_, a. 921;
_Ann. Musciacenses_, a. 922 («rebellavit Rotbertus»); _Ann. S. Medardi
Suession._, a. 922; _Ann. Floriac._, a. 917 (_M.G.h., Scr._, IX, 375,
XIII, 253, XVI, 507, XIII, 233, XV, 1292, IV, 6-8, 16, III, 170, XXVI,
320, 11, 254) et Widukind, I, 30 (éd. Waitz, p. 23) qui n'apportent
aucun détail; Adémar de Chabannes (texte du ms. C), III, 22 (éd.
Chavanon, p. 142) mentionne l'anecdote du comte Foubert, _signifier_
royal; le _Conlin. Reginon._, a. 922 (éd. Kurze, p. 156), fait périr
Robert de la main de Charles; Odoran, _Chron._, a. 922 (_Recueil des
historiens de France_, VIII, 237), n'ajoute rien aux autres sources
sénonaises citées; Rodulf. Glab., 1, c. 2. §6 et III, c. 9, §39 (éd.
Prou, p. 8 et 88), fait mourir Robert dans une bataille livrée aux
Saxons. Richer, avec son exagération habituelle, prétend que plus de
18.000 combattants restèrent sur le champ de bataille. Sur le
caractère légendaire des récits de la bataille de Soissons, voy.
Kalckstein, _op. cit._, p. 482 (Excurs IV) et _Louis d'Outre-Mer_, p.
295.]

[Footnote 50: Flod., _Ann._, a. 923.]

[Footnote 51: Aimoin, _Miracula S. Rened._, II, 3 (éd. de Certain, P.
99).]

[Footnote 52: _Liber de diversis casibus coenobii Dervensis_ (_Acta
sanctor. ord. S. Bened._, saec. II, p. 846).]

[Footnote 53: Rodulf. Glab., _Hist._, I, 2 (éd. M. Prou, p. 7-8).]

[Footnote 54: Flod., _Ann._, a. 923; _Ann. S. Medardi Suession._, a.
922; _Ann. S. Columb. Senon._, a. 923; _Hist. Francor. Senon._, a.
922; Folcuin, _Gesta abbat. Sith._, c. 101 (_M.G.h., Scr._, XIII,
623); _Ann. Blandin._, a. 925; _Ann. Floriac._, a. 917 (_M.G.h.,
Scr._, II, 24, II, 254). Cf. les sources angevines: _Ann. Vindocia._,
a. 921; Rainald. Andegav. _Ann._, a. 921; _Ann. S. Florentii_, a. 920
(éd. Halphen, _Recueil d'annales angevines_, pp. 57, 84, 115). _Ann.
Nivernenses_, a. 924 (_M.G.h., Scr._, XIII, 89). Voy. aussi Godefroy,
_Cérémonial_ (2e éd.), t. 1, p. 413, et A. Luchaire, _Hist. des
instit. monarchiques_, I, p.11.]

[Footnote 55: Même dans les _Miracles de saint Benoît_, écrits au
coeur des possessions patrimoniales de Robert, on voit sa conduite à
l'égard de Charles qualifiée de «nefaria temeritas» et même de
«perfidia» (Lib. II, c. 3, éd. de Certain, p. 99). Le Continuateur de
Réginon (_Chron._, a. 922, éd. Kurze, p. 457) s'exprime aussi en ces
termes: «Karolus tamen ori _sacrilego_ Ruodberti ita lancea infixit,
ut diffissa lingua cervicis posteriora penetraret.»]

[Footnote 56: _Concil. Rem._ (_Recueil des historiens de France_, IX,
324).]

[Footnote 57: _Recueil des historiens de France_, IX, 554-556, n°
87-89; _Marca Hispanica_, append., col, 842 et 843; _Hist. de
Languedoc_, nouv. éd., V, p. 143, n° 46.]

[Footnote 58: Nous n'avons pas ici à retracer les tableaux de
géographie historique féodale qu'on trouvera dans Eckel, p. 32 et
suiv., Poster, _Robert le Pieux_, p. 130, Lot, _Fidèles ou vassaux_,
passim, et, du même, _Études sur le règne de Hugues Capet_, p. 187 et
suiv.]

[Footnote 59: _Gallia christiana_, XII, _instr._, col. 485: «praedicto
rege Rodulpho laudante et omni sua auctoritate corroborante».]

[Footnote 60: _Recueil des chartes de Cluny_, I (Paris, 1876), nos
231, 233 à 236, etc. Le n° 232 mentionne Robert comme roi, et le no
243 (juin 924) Charles le Simple. cf. aussi _Cartulaire de
Saint-Vincent de Mâcon_ (Mâcon, 1864), I, no, 8, 38, 310, 314, 480,
496, 501, et les diplômes de Raoul pour Autun, Châlon et Langres
(_Recueil des historiens de France_, IX, 562-565, 569).]

[Footnote 61: _Vita S. Vicentii_ (_Recueil des historiens de France_,
IX, 131; _Acta Sanctor. Boll., Januar. 1_, P. 813); Duchesne, _Hist.
généal. de la maison de Vergy_, I, P. 40.]

[Footnote 62: Flod., _Ann._, a. 923.]

[Footnote 63: Flod., ibid.]

[Footnote 64: Flod., _Ann._, a. 927.]

[Footnote 65: Mabille, _La pancarte noire de Saint-Martin de Tours_
(Paris, 1866), n° 129.]

[Footnote 66: _Cartulaire de Saint-Père de Chartres_, I, n° 3.]

[Footnote 67: _Recueil des chartes de Saint-Benoît-sur-Loire_, publ.
par M. Prou et Vidier (Paris, 1900) n° XL, XLI et XLII.]

[Footnote 68: _Cartulaire de Saint-Aubin d'Angers_ publ. par Bertrand
de Broussillon (_Doc. hist. sur l'Anjou_, I, 1903), n° XXXVI et
CLXXVII; _Cartulaire noir de la cathédrale d'Angers_, publ. par le
chanoine Urseau (ibid., V, 1908), n° 33.]

[Footnote 69: _Recueil des historiens de France_, IX, 566; _Gall.
christ._, VIII, _instr._, 412; D. Noël Mars, _Hist. du royal monastère
de Saint-Lomer de Blois_, publ. p. A. Dupré (Blois, 1869, in-8), p.
99. Ce diplôme concerne la cession de l'église Saint-Lubin au
monastère et la translation des reliques de saint Calais. Sa forme est
insolite; s'il n'est pas faux, il a été certainement refait. Cf. J.
Depoin, _Études préparatoires à l'histoire des familles palatines_,
dans _Revue des Études historiques_, année 1908, p. 578.]

[Footnote 70: R. de Lasteyrie, _Cartulaire général de Paris_, n°63.]

[Footnote 71: Besly, _Hist. des comtes de Poitou_ (Paris, 1647), pr.,
p. 221 (charte d'Èbles pour l'abbaye de Noaillé, datée de la 26e année
de Charles), 225 (charte d'Adelelmus pour Sainte-Radegonde avec la
curieuse date suivante: «a, III regni Radulfi regis, Karolo cum suis
infidelibus merite captus (sic)», orig., Bibl. nat., nouv. acq. lat.
2306, fol. 2); R. de Listeyrie, _Étude sur les comtes et vicomtes de
Limoges antérieurs à l'an mil_, p. 114 et A. Richard, _Chartes de
l'abbaye de Saint-Maixent (Arch. hist. du Poitou_, XVI, 1886), n° XI
(charte ainsi datée: «Data in mense aprilis, anno XXX, quando fuit
Karolus detentus cum suis infidelibus»); _Cartul. de l'abbaye de
Saint-Cyprien de Poitiers_; (ibid., III, 1874), nos 236, 237, 240;
_Documents de Saint-Hilaire de Poitiers_ publ. p. L. Rédet (_Mém. de
la Soc. des Antiquaires de l'Ouest_, XIV, 1847, n° XIV, année 26 de
Charles).]

[Footnote 72: Besly, _op. cit._, p. 237; _Chartes de Saint-Maixent_,
nos X et XII; _Cartul. de l'abbaye de Saint-Cyprien de Poitiers_, nos
92, 124, 301, 337, 528. Une curieuse charte de l'abbaye de Noaillé (au
diocèse de Poitiers) porte la date: «anno III Radulfi regis quando
Karolus in custodia tenebatur». Baluze, _Capitular. reg. Francor_. II,
append., col. 1532. La même formule se lit encore dans une charte de
Saint-Hilaire de Poitiers (_Doc. de Saint-Hilaire de Poitiers_, loc.
cit.), n° XV. Voy. aussi A. Richard, _Hist. des comtes de Poitou_, t.
I (Paris 1903), p. 63-65.]

[Footnote 73: _Gall. christ._, II, instr., col. 328; _Cartul. de
l'abbaye de Saint-Cyprien de Poitiers_, nos 3 et 4.]

[Footnote 74: _Cartul. de Saint-Étienne de Limoges_ (Bibl. nat. ms.
lat. 9193), p. 125 154, 158 et 269.]

[Footnote 75: Baluze, _Hist. Tutelensis_, col. 338.]

[Footnote 76: Diplôme du 13 décembre 933 (_Recueil des historiens de
France_, IX, 578)]

[Footnote 77: Baluze, _Hist. Tutelensis_, append., col. 323-365.]

[Footnote 78: _Cartulaire de l'abbaye de Beaulieu_ (Paris, 1859), nos
38, 44, 48, 66, 72, 108, 144, 167; Justel, _Hist. généal. de la maison
de Turenne_ (Paris, 1645), pr., p. 9.]

[Footnote 79: Moulenq, _Doc. historiques sur le Tarn-et-Garonne_
(Montauban, 1879), I, 291.]

[Footnote 80: _Cartulaire de Saint-Julien de Brioude_, éd. Doniol
(Clermont-Ferrand, 1863), nos 39, 315, 327; _Cartul. de Sauxillanges_,
éd. Doniol (ibid., 1864), no 13; Baluze, _Hist. généal. de la maison
d'Auvergne_, pr., p. 19-21; _Capitular. reg. Francor._, II, col. 1531,
1534. Cf. A. Bruel, _Essai sur la chronologie du cartulaire de
Brioude_ (_Bibl. de l'École des Chartes_, 6e série, t. II, 1866, p.
477.) Voici le texte de trois de ces dates: «VI. id. dec. anno IIII
quo infideles Franci principem suum Karolum propria sede exturbaverunt
et Rodulfum elegerunt, Rotberto interfecto.» (éd. Doniol, p. 330)--«v.
id. oct. anno v. quando Franci deinhonestaverunt regem suum Karolum et
contra legem sibi Radulfum elegerunt in regem.» (Bruel, _loc. cit._,
p. 495)--«mense octobrio, anno v regnante Rodulfo rege Francorum et
Aquitanorum.» (éd. Doniol, p. 79),--Cf. J. Depoin, _Une expertise de
Mabillon_ dans _Mélanges et doc. publ. à l'occasion du 2e centenaire
de la mort de Mabillon_, P. 138.]

[Footnote 81: _Cartul. de Brioude_, nos 2, 16, 104, 112, 153, 169,
186; _Cartul. de Sauxillanges_, nos 218, 774.]

[Footnote 82: _Marca Hispanica_, append., nos 70, 71; _Le règne de
Louis IV d'Outre-Mer_, p. 306. Quelques chartes de cette région sont
datées «après la mort du roi Eudes»]

[Footnote 83: _Hist. de Languedoc_, nouv. éd., V, nos 50 à 52, 55 a,
55b, 57 a 63; _Cartulaire de l'abbaye de Conques_, éd. G. Desjardins
(Paris, 1879), nos 5, 92, 121, 143, 231, 291; Ménard, _Hist. de
Nîmes_, I, pr., p. 19 (charte datée de l'année 30 de Charles, après la
mort du roi Eudes). L'évêque d'Elne, Wadaldus, date une charte de 931:
«Facta scriptura donationis sub die IIII. id. april. anno II. quod
obiit Karolus filius Ludovici regis, Xpisto regnante et regem
expectante» (Baluze, _Capitul._, t. II, col. 1536).]

[Footnote 84: Sur le caractère et la nature du pouvoir ducal en
Bourgogne, voy. Ch. Seignobos, _Le régime féodal en Bourgogne jusqu'en
1360_ (Paris, 1882, in-8°), p. 156 et suiv.]

[Footnote 85: Sur les domaines possédés par Charles le Simple, voy.
Eckel, p. 42.]

[Footnote 86: Flod., _Ann._, a. 923.]



CHAPITRE III

LA CAPTIVITÉ DE CHARLES LE SIMPLE,
LA GUERRE NORMANDE ET LA PERTE DE LA LORRAINE.


Le roi Charles ayant vu échouer ses démarches auprès de ses vassaux
rebelles, se tournait du côté du roi de Germanie, Henri Ier, avec
lequel il avait entamé, dès 921, des négociations bientôt interrompues
par la révolte des grands. Il espérait que la nouvelle de la mort de
son dangereux adversaire, Robert, déciderait peut-être Henri à traiter
avec lui et même à lui procurer un secours effectif. Il envoya des
députés en Germanie avec des présents, au nombre desquels se
trouvaient des reliques de saint Denis considérées comme ayant une
valeur inestimable. Henri accueillit bien les envoyés de Charles, mais
ne promit nullement d'intervenir en sa faveur: il se borna à ne pas
nouer de relations avec Raoul[87].

Là-dessus Charles reçut inopinément une députation d'Herbert de
Vermandois, conduite par le propre cousin de celui-ci, le comte
Bernard[88]. D'après Richer,[89] qui donne évidemment l'esprit du
discours des envoyés, Herbert faisait déclarer à Charles qu'il ne
s'était uni à ses ennemis que bien malgré lui, et que voyant à présent
une occasion favorable pour tout réparer, il lui demandait de venir le
joindre sans grande escorte, afin de n'éveiller aucun soupçon.

Charles, à bout de ressources, fut enchanté de ce revirement soudain
d'un vassal puissant, qui l'avait aidé jadis. Il accueillit avec
empressement la proposition inespérée des députés. Qu'on ne l'accuse
point à la légère de faiblesse ou de simplicité. Il était très
possible qu'Herbert, d'origine carolingienne et par là d'autant plus
sujet à un retour de loyalisme, devenu mécontent ou jaloux de Raoul,
voulût profiter du séjour de celui-ci en Bourgogne pour faire échec à
un rival bien autrement dangereux qu'un suzerain affaibli. Au surplus,
Bernard et ses acolytes étaient, dit-on, de bonne foi. S'ils
trompèrent Charles c'est qu'ils avaient été trompés eux-mêmes par
Herbert. Celui-ci aurait, dit-on, jugé préférable de laisser ignorer
ses vrais desseins à ses propres créatures.

Charles prit donc le chemin de Saint-Quentin avec les députés du comte
de Vermandois. A peine mis en présence d'Herbert, il fut appréhendé et
conduit sous bonne garde au donjon de Château-Thierry. Quant aux gens
de sa suite, trop peu nombreux pour résister, ils furent renvoyés sans
être inquiétés[90].

Ce lâche guet-apens préparé par Herbert à son suzerain légitime, le
descendant de Charlemagne, produisit une pénible impression sur les
contemporains. L'écho s'en retrouve dans les textes relativement
nombreux qui y font allusion. Les versions diffèrent sur la date de la
capture (placée parfois avant l'élection de Raoul), sur l'ordre des
séjours du roi dans ses prisons de Saint-Quentin, Château-Thierry et
Péronne, mais elles sont toutes unanimes, même les plus brèves, pour
flétrir en termes énergiques l'acte d'Herbert[91]. Il y avait là un
abus trop injustifié de ruse perfide et de force brutale pour que,
même en ce siècle de fer, l'opinion générale n'en fût point émue. On
voyait recommencer pour Charles les humiliations de son aïeul Louis le
Pieux. Aussi trouve-t-on appliquées à Herbert, dans les textes, les
épithètes suivantes: «traître plein de perfidie, menteur le plus
fourbe, le dernier des infidèles et des indignes, le plus mauvais des
seigneurs français, l'instigateur de tous les maux»; la note
dramatique ne manque pas dans plusieurs récits de sa mort, où l'on
voit poindre l'idée d'un châtiment céleste exprimée par les
circonstances légendaires dont ils sont agrémentés[92].

Les historiens modernes n'ont jamais essayé sinon de justifier la
conduite d'Herbert, du moins de la concilier avec les pratiques
tolérées alors par les usages entre belligérants. Il est clair, en
effet, que si l'acte sans précédent du comte de Vermandois révoltait
l'opinion--et on en relève la trace certaine--c'est qu'il était
considéré comme un attentat brutal au droit de légitimité dès lors
établi, un crime de lèse-majesté envers la personne sacrée du suzerain
à qui fidélité avait été jurée. Comment se fait-il que des seigneurs
puissants et indépendants comme Hugues le Grand et surtout Raoul de
Bourgogne ne s'y soient pas opposés et n'aient pas contraint Herbert à
se dessaisir de la personne de ce fantôme de roi, qui était plus
redoutable pour eux entre les mains de l'intrigant comte de Vermandois
qu'en liberté? Il y a là un de ces faits historiques difficiles à
expliquer parce qu'ils résultent d'un concours extraordinairement
complexe de circonstances et d'influences morales déterminant, dans
les rapports politiques, une tension anormale qui aboutit presque
fatalement à des mesures extrêmes. Il ne faut pas, toutefois, oublier
qu'Herbert était arrière-petit-fils de l'infortuné Bernard d'Italie,
la victime du bisaïeul de Charles le Simple, Louis le Pieux, entre
les mains duquel il était tombé à la faveur d'un guet-apens analogue à
celui qui nous occupe[93].

On peut se demander si Herbert II, imbu des traditions de famille si
vivaces à cette époque, ne saisit point cette occasion pour la maison
de Vermandois d'exercer son «droit de vengeance» sur la branche
carolingienne régnante. Celle-ci l'avait évincée, en effet, de la
succession à l'empire et ensuite frappée par un acte de sauvagerie
inouï. Or le droit de vengeance privée est parmi les vieilles coutumes
germaniques une de celles qui étaient les plus ancrées dans les moeurs
au moyen âge, puisqu'on en trouve encore des traces jusqu'au XVe
siècle[94]. Charlemagne en s'associant son second fils Louis le Pieux,
au détriment de sa descendance aînée, avait causé de funestes
rivalités dans sa famille[95].

On pouvait donc, dans l'entourage de Raoul, considérer l'attitude
d'Herbert comme moins inique et on le faisait d'autant plus volontiers
qu'on était fort satisfait d'avoir vu le comte de Vermandois accepter
un suzerain bourguignon. Et Hugues le Grand, en outre, dont le père
avait succombé en luttant contre Charles, ne pouvait être mécontent du
sort d'un suzerain contre lequel il devait nécessairement nourrir des
idées de revanche.

A côté de l'attentat commis sur la personne de Charles, il y a lieu de
signaler la tentative qu'aurait faite Herbert pour s'emparer du jeune
Louis, son fils, si l'on admet le témoignage de Richer. Dans un
passage de la chronique de cet historien, le roi Louis rapporte
lui-même, au concile d'Ingelheim (en 948), qu'il a été soustrait aux
mains d'Herbert, caché dans une botte de foin par des serviteurs, et
qu'ainsi il a pu gagner l'Angleterre avec sa mère Ogive, fille du roi
anglo-saxon Édouard Ier l'Ancien[96]. Le récit de Richer ne mérite
toutefois qu'une confiance très limitée. On y remarque une singulière
confusion entre Hugues et Herbert, et on ne s'explique pas comment
Ogive restée en Lorraine avec son fils aurait eu besoin de le cacher
pour l'emmener en Angleterre, puisqu'elle n'avait pas à traverser les
domaines du comte de Vermandois. Il faudrait supposer que celui-ci eût
machiné quelque complot pour obtenir de se faire livrer l'enfant.

La famille de Charles comprenait encore, outre ce fils, quatre filles
de sa seconde femme Frérone et quatre enfants naturels[97]. Leurs
prétentions n'étaient nullement redoutables; ils ne furent pas
inquiétés.

Herbert se rendit immédiatement après la capture de Charles, en
Bourgogne, auprès de Raoul[98]. Il sentait la nécessité de se
justifier aux yeux de celui-ci et de le gagner à sa politique.
Bientôt, en effet, le pape Jean X intervint en faveur du roi déchu,
probablement sous l'influence de l'empereur Bérenger qui s'était déjà
montré favorable à Charles, en 921, lors de l'occupation de l'évêché
de Liège. Jean X réclamait, sous menace d'excommunication, la
réintégration de Charles sur le trône[99]. La mort de Bérenger,
survenue le 7 avril 921[100], atténua sans doute le zèle du souverain
pontife qui finit par s'incliner devant le fait accompli, lorsque
plusieurs années de règne eurent affermi la souveraineté de Raoul.

Les Normands avaient pris les armes à l'appel de Charles. Ils
entrèrent enfin en campagne. Le roi-de-mer Rögnvald, chef de la
colonie scandinave qui depuis des années dominait sur l'estuaire de la
Loire, mécontent sans doute des concessions illusoires que lui avait
faites Robert[101] et obéissant d'ailleurs aux messages antérieurs de
Charles, avait pris le commandement des Normands de Rollon établis sur
les bords de la basse Seine, et fait irruption en «France», en passant
l'Oise. Un premier échec que lui infligèrent les vassaux du comte de
Vermandois, aidés de plusieurs seigneurs du nord de la France, les
comtes Raoul de Gouy et Enjorren de Leuze[102], n'eut d'autre effet
que de le pousser à de plus graves dévastations. Une nouvelle défaite
qu'il essuya en luttant contre le comte d'Arras, Alleaume, le
contraignit cependant à reculer. Les pillages n'en continuèrent pas
moins. Hugues se décida enfin à demander assistance à son beau-frère
le roi Raoul.

Celui-ci accourut à Compiègne, en plein pays envahi, avec ses troupes.
Les contingents fournis par l'archévêque Séulf, par Herbert et les
autres vassaux étant venus le joindre, il se sentit assez fort pour
passer de la défensive à l'offensive. Il pénétra en Normandie, au delà
de l'Epte, et par représailles ravagea tout le pays, en chassant
devant lui les bandes pillardes[103]. Cette pointe hardie en avant
démontrait à la fois la valeur militaire du nouveau roi et son désir
bien arrêté de régner autrement que de nom. La lutte contre les
Normands était assurément le meilleur moyen de s'attacher les
populations qui avaient eu tant à souffrir des incursions des pirates,
par suite de l'indifférence ou de l'impuissance apathique de certains
rois carolingiens. Cependant Raoul ne pouvait s'attarder à
pourchasser une poignée de brigands, quand la plupart des seigneurs
lorrains, qui jusqu'alors avaient sans cesse lutté pour Charles,
désespérant de sa cause, depuis sa captivité, envoyaient un message
pour offrir de faire leur soumission. Il était urgent de répondre à
leurs propositions conciliantes et avantageuses, si l'on ne voulait
pas en perdre le bénéfice et voir ce pays échapper de nouveau à la
France. Raoul réunit donc les grands vassaux qui l'entouraient pour
prendre conseil, et il fut décidé que ceux-ci continueraient seuls la
poursuite des fuyards tandis que lui-même se rendrait immédiatement en
Lorraine[104].

Raoul s'arrêta d'abord sur la frontière, à Monzon. L'évêque de Metz
Guerri vint l'y trouver et le décida à marcher avec lui sur
Saverne[105], où le roi de Germanie Henri Ier avait laissé une
garnison. Le siège dura une bonne partie de l'automne et se termina
par la capitulation des gens d'Henri Ier qui, ne se voyant pas
secourus par leur suzerain, comme ils y avaient compté, se résolurent
à livrer des otages.[106]

En revenant à Laon, Raoul trouva la reine Emma qui, de sa propre
autorité, venait de se faire consacrer reine par l'archevêque de Reims
Séulf. Ce fait décèle à la fois l'ambition et l'esprit d'initiative de
la fille du roi Robert[107]: sachant la vie de son mari en danger dans
le voyage sur territoire lorrain, elle avait pris ses précautions pour
être assurée de jouer un rôle en cas de malheur.

Un certain nombre de seigneurs lorrains, et non des moindres, avaient
préféré se tourner du côté du roi de Germanie plutôt que de
reconnaître celui qu'ils considéraient comme un usurpateur. Le duc
Gilbert et l'archevêque de Trèves appelèrent Henri Ier en Lorraine:
celui-ci accourut aussitôt et, passant le Rhin, commença le pillage du
pays, comptant sur de nouvelles défections. L'effet produit fut tout
le contraire: malgré la réputation d'inconstance des Lorrains, il n'y
eut guère d'autre défection que celle d'Otton, fils de Ricoin, ennemi
personnel de Raoul[108]. La nouvelle que le roi de France se
disposait à marcher contre l'envahisseur avec une puissante armée,
recrutée tant en France qu'en Bourgogne, décida Henri à mettre son
butin en sûreté sur l'autre rive du Rhin. Il se hâta de conclure avec
les Lorrains un armistice jusqu'au Ier octobre de l'année suivante,
emmenant avec lui de nombreux otages et des troupeaux entiers capturés
entre Rhin et Moselle.[109]

L'influence française était prépondérante dans le pays, surtout vers
la partie méridionale. Guerri de Metz s'empara de Saverne dont il fit
raser le château-fort, et à la mort de l'évêque de Verdun, Dadon,
Raoul donna l'évêché à un certain Hugues auquel Séulf conféra la
prêtrise[110]. Les Lorrains paraissaient accepter avec un certain
enthousiasme la souveraineté bourguignonne, qui pouvait leur sembler
un acheminement vers l'autonomie et un retour à leur prépondérance
éphémère de jadis, au temps du «royaume de Lothaire Ier».

Cependant Hugues et Herbert, secondés par l'archevêque de Reims Séulf,
avaient protégé contre les Normands leurs domaines de la rive gauche
de l'Oise au moyen d'une armée de couverture. Il n'y eut pas de
rencontre décisive, mais des irruptions suivies de pillages, de chaque
côté. On finit par entamer des pourparlers où les conditions d'une
paix définitive furent discutées: on parla d'étendre à l'ouest le long
de la mer, jusque vers le Cotentin, les limites du territoire concédé
à Rollon, sur les deux rives de la Seine inférieure. Enfin un
armistice fut conclu jusqu'au milieu de mai 924. Les Normands
donnaient des otages, et en retour on achetait encore honteusement,
comme par le passé, leur inaction, moyennant un lourd tribut. L'argent
nécessaire devait être fourni à l'aide d'une sorte de taxe personnelle
extraordinaire (_pecunia collaticia_)[111].

Pourquoi ce retour aux anciennes humiliations, après une campagne de
début si brillante? Ce changement subit et un peu déconcertant au
premier abord paraît dû à la nécessité où était Raoul d'en finir au
plus vite avec la question normande pour se trouver complètement libre
d'agir en Aquitaine.

Tout le Midi, à peu d'exceptions près, persistait dans son attitude
hostile à l'égard du nouveau roi et refusait absolument de le
reconnaître. Raoul n'entendait pas renoncer à ses droits de
suzeraineté et il voulait profiter, dès le début, de son succès sur
les Normands ainsi que du prestige que lui donnait la soumission
inespérée de la Lorraine, pour entrer en contact avec les opposants et
les contraindre par l'intimidation, ou au besoin par la force, à
l'obéissance.

L'armée royale entra si soudainement en campagne que le duc
d'Aquitaine, Guillaume II, eut à peine le temps d'organiser la
résistance. Le roi était déjà en Autunois, suivi d'innombrables
vassaux, et son avant-garde atteignait la Loire, quand Guillaume parut
sur la rive opposée. Ainsi les deux adversaires étaient en présence,
séparés seulement par le cours du fleuve. Une telle situation était
celle qu'à cette époque on recherchait surtout pour les entrevues, par
mesure de sécurité: des négociations commencèrent aussitôt. Les
émissaires faisaient la navette d'une rive à l'autre. Le soir venu,
Guillaume se décida enfin, à la faveur de la nuit, à faire le premier
pas pour hâter une solution. Muni d'un sauf-conduit, il passa le
fleuve et se rendit à cheval au camp de Raoul. Celui-ci l'attendait
également à cheval. Dès que Guillaume fut en présence du roi, il sauta
en bas de sa monture, pour le saluer comme son suzerain, et Raoul lui
répondit en lui donnant l'accolade. Ce cérémonial symbolique ratifiait
l'échange préalable de promesses, et la conclusion définitive de la
paix fut remise à une seconde entrevue qui eut lieu le lendemain. La
condition mise par Guillaume à sa soumission était la restitution du
Berry que Raoul avait occupé. Une suspension d'armes de huit jours fut
décidée pour permettre aux Aquitains d'approuver cet accord, et au
bout du délai, la paix fut conclue formellement et
définitivement[112].

Raoul paraît alors avoir tenu à Autun, puis à Châlon, une véritable
cour plénière, dont le rôle politique est certain, encore que nous
n'en ayons point de preuves matérielles. La reine Emma était venu le
joindre[113], avec un grand nombre de puissants feudataires français,
l'archevêque de Reims, Séulf, les évêques de Troyes, Anseïs[114], de
Soissons, Abbon (qui remplissait les fonctions de chancelier avec
Rainard pour notaire), le marquis Hugues, le comte Herbert de
Vermandois. Les vassaux bourguignons étaient naturellement au complet:
le frère du roi, Hugues, les comtes Walon et Gilbert, fils du comte
Manassès, les abbés de Saint-Martin d'Autun, Eimon[115], et de
Tournus, Hervé[116], le prévôt de Saint-Symphorien d'Autun,
Hermoud[117]. Plusieurs hauts personnages aquitains avaient en outre
accompagné le duc Guillaume, par exemple l'évêque du Puy Allard[118].
Enfin on vit venir le régent du royaume de Provence pour l'empereur
Louis l'Aveugle, Hugues, qui prit part aux discussions de cette sorte
de plaid[119].

Tous ceux qui s'étaient montrés les premiers fidèles à Raoul reçurent
des libéralités. Herbert eut Péronne, qui devint sa principale
forteresse[120], Hugues reçut le Mans, Séulf obtint de Hugues de
Provence, grâce à l'intercession royale, la restitution des domaines
épiscopaux situés en Lyonnais, dont Hervé s'était vu dépouiller[121].

La présence de Hugues de Provence s'explique probablement par le désir
de conjurer au moyen d'une bonne entente toute cause de conflit
ultérieur avec le roi de France, à raison des prétentions possibles de
ce dernier à la suzeraineté sur le royaume du sud-est: le mariage de
Boson, frère de Raoul, avec la propre nièce de Hugues, Berthe, future
comtesse d'Arles et d'Avignon, scella cet accord. La confirmation par
Raoul des biens d'un monastère sis en Viennois et en Provence, à
Vaison et Fréjus, ne prouve pas nécessairement qu'il ait revendiqué
des droits sur ces pays, car souvent il arrivait qu'un abbé sollicitât
de plusieurs souverains la confirmation de ses titres, afin d'en
augmenter la force probante en cas de contestation[122].

Raoul ne distribuait pas seulement ses faveurs aux grands vassaux.
Toute une série de diplômes de cette année 924, donnés en Bourgogne en
faveur d'abbayes ou d'églises, nous sont parvenus. Le premier, pour
Saint-Symphorien, est daté d'Autun même, le 29 février[123]; les
suivants ont été donnés à Châlon-sur-Saône. Le 6 avril, Saint-Martin
d'Autun obtenait la confirmation de ses privilèges, avec de nouvelles
libéralités[124]. Le 8, l'évêque du Puy se faisait concéder, sur
l'intervention de Guillaume d'Aquitaine, comte de Velay, les droits
attachés au comté de la ville du Puy, notamment celui de battre
monnaie[125]. Le 9 enfin, le monastère de Tournus obtenait
confirmation de ses dépendances situées en Chalonnais[126].

Si Raoul était généreux envers ses vassaux fidèles, il se montrait par
contre impitoyable à l'égard de ceux qui, par leur turbulence,
suscitaient des querelles intestines. Le vicomte d'Auxerre,
Rainard,--frère de l'ennemi du roi Robert, Manassès de Dijon,--qui
avait si souvent molesté les évêques de sa cité, s'était permis, sans
motif apparent, d'occuper la forteresse de Mont-Saint-Jean[127], et
refusait de la rendre malgré toutes les sommations. Raoul intervint et
confia le siège de la place à un groupe de seigneurs bourguignons au
nombre desquels se trouvaient, avec son frère Hugues, les propres
neveux du rebelle: Walon et Gilbert de Dijon. Ces derniers, au bout de
quelque temps, purent décider leur oncle à envoyer son fils en otage
au roi. Ils intervinrent ensuite auprès de Raoul, pour que celui-ci
voulût bien recevoir Rainard et lui accorder un armistice. Le roi y
consentit et s'éloigna, laissant pour surveiller la place ceux qui
avaient échangé les serments d'usage avec Rainard. Puis un peu plus
tard, dans le courant de l'année, il revint et força Rainard à
abandonner Mont-Saint-Jean, dont il reprit possession[128].

En Lorraine aussi, des luttes féodales avaient éclaté. Gilbert se
brouilla avec son beau-frère Bérenger, comte du _pagus Lommensis_, et
son propre frère Renier; il ouvrit ensuite la lutte contre eux et le
comte de Cambrai, Isaac, leur allié. Des pillages réciproques
s'ensuivirent. Comme le roi de Germanie était retenu en Saxe par une
invasion hongroise, Gilbert chercha à se rapprocher de Raoul pour en
obtenir l'appui et envoya des députés lui annoncer sa soumission. Mais
le caractère inconstant de Gilbert le rendait, au dire de l'historien
Flodoard, si suspect et si odieux à Raoul, que celui-ci ne voulut
tenir aucun compte de ces nouvelles propositions d'hommage. Un plaid
réuni à Attigny décida même qu'une expédition serait faite en Lorraine
pour soumettre les seigneurs qui n'avaient pas encore reconnu la
suzeraineté du nouveau roi[129].Malheureusement, sur ces entrefaites,
Raoul tomba gravement malade. Une amélioration passagère de son état
fut suivie d'une rechute tellement violente qu'il se fit transporter
dans un état presque désespéré à Saint-Remy, pour implorer
l'assistance de l'apôtre des Francs. L'idée de ce pèlerinage est fort
intéressante à examiner au point de vue psychologique: il est clair
que Raoul doutait un peu de la légitimité de sa royauté et qu'il
voulait calmer ses scrupules de conscience, en se mettant sous la
protection du saint dont il considérait l'archevêque de Reims comme le
mandataire, dans la cérémonie du sacre. Il est probable que l'exemple
récent de la mort de Robert le hantait. Aussi disposa-t-il par
testament de presque tous ses biens en faveur du monastère de
Saint-Remy et de diverses abbayes de France et de Bourgogne, n'en
réservant qu'une bien faible part à la reine Emma[130].

Au bout de quatre semaines, sa guérison était complète, mais il
n'était pas encore suffisamment rétabli pour entreprendre une campagne
en Lorraine. Henri l'Oiseleur était aussi, à son tour, tombé malade
sur les frontières slaves, dans le courant de l'été. L'occasion eût
été extrêmement favorable, mais Raoul avait encore besoin de repos. De
Reims il se rendit d'abord à Soissons, puis en Bourgogne[131].

Avant son départ, il avait chargé Hugues, Herbert et Séulf de conclure
la paix projetée avec les Normands. Ceux-ci profitèrent de
l'incapacité de rien entreprendre, où se trouvait alors le roi, pour
se montrer exigeants. Ils demandèrent à nouveau l'extension de leur
fief «outre Seine» et Hugues dut se résigner à leur abandonner le
Maine qu'il venait de recouvrer et le Bessin[132]. A ce prix ils
consentirent à conclure une paix définitive ... au moins en
apparence[133].

Vers ce temps-là, en octobre 924, un synode fut réuni à Trosly[134]
pour juger le différend survenu entre le comte de Cambrai, Isaac, et
son évêque Étienne. Isaac était allé jusqu'à prendre et incendier un
château épiscopal. Le clergé rémois s'en émut, et le synode où furent
admis plusieurs pairs laïques du comte de Cambrai, notamment le comte
de Vermandois, contraignit Isaac à s'amender et à faire publiquement
pénitence[135]. Quand les fonctions civiles et ecclésiastiques
n'étaient pas réunies entre les mêmes mains, le clergé avait le plus
souvent, grâce à sa discipline, le dernier mot dans la lutte contre
les seigneurs, toujours rivaux entre eux.

Cette même année, une horde de Hongrois passa les Alpes, après avoir
pillé l'Italie et brûlé Pavie (le 12 mars). Le roi de Bourgogne
Rodolphe II et Hugues de Provence ne purent arrêter les envahisseurs,
mais ils les harcelèrent en les suivant à distance et réussirent à les
cerner un instant dans les défilés alpestres. Parvenus à s'échapper,
les Hongrois passèrent le Rhône et se rendirent en Gothie. Une
épidémie de dysenterie se déclara fort à propos dans leurs rangs, et
le comte de Toulouse, Raimond-Pons III n'eut pas de peine à disperser
et à achever les débris de leurs bandes[136].

Rögnvald, chef des Normands de la Loire, avait pris part aux
expéditions conduites en France par les Normands de la Seine. La
raison de cette hostilité persistante ne ressort pas clairement des
textes, mais il semble bien que ce soit la non-exécution des promesses
de cession du comté de Nantes et de la Bretagne faites par Robert en
921[137]. Celui-ci avait effectivement cédé ces pays à Rögnvald: or
cette apparente libéralité n'avait pas eu de résultat. Il est évident
qu'en abandonnant la Bretagne ou l'une de ses parties, Robert n'avait
renoncé qu'à des droits théoriques contestables, puisqu'il ne
possédait point ce pays, et sa mort survenue sur ces entrefaites avait
achevé de réduire à néant la valeur problématique de ses promesses. La
comparaison avec les Normands de la Seine qui, eux, avaient su non
seulement obtenir mais accroître la donation de Charles le Simple,
décida vraisemblablement la reprise des hostilités. Exclu des
négociations grâce à l'habileté des seigneurs français, Rögnvald,
mécontent de ses échecs successifs, voulut une revanche éclatante.

A la tête d'une nombreuse armée, il remonta le cours de la Loire en
pillant la rive gauche du fleuve. Les deux seigneurs riverains, Hugues
et Guillaume, craignant pour leurs possessions, entrèrent, chacun
séparément, en pourparlers avec lui. Ces négociations sont obscures.
Il semble que le viking se soit contenté d'exiger le libre passage à
travers des pays déjà épuisés pour se rendre dans la riche Bourgogne,
encore intacte, dont le duc-roi s'était montré naguère un ardent
antagoniste des Normands de la Seine et avait porté la guerre sur leur
territoire. Son but paraît avoir été de montrer à l'«usurpateur» Raoul
que si les Normands de la Seine avaient accepté de déposer les armes,
lui, Rögnvald, n'ayant point reçu satisfaction, n'était nullement
disposé à imiter leur exemple, qu'il entendait faire chèrement payer
sa retraite et que l'éloignement de la Bourgogne ne suffisait pas pour
la mettre à l'abri des représailles normandes.

La témérité d'une pareille tentative explique peut-être la facilité
avec laquelle Hugues et Guillaume laissèrent l'ennemi se diriger, sans
l'inquiéter, sur la Bourgogne, en l'absence de Raoul, alors retenu
dans la France du nord. Il est surprenant que ces deux puissants
vassaux se soient résolus par égoïsme et indifférence, à laisser
piller les domaines de leur suzerain. Il faut peut-être supposer une
tactique de leur part pour tendre un piège aux Normands; sinon on ne
pourrait y voir qu'une lâcheté contraire à leurs devoirs féodaux. On
en jugera d'ailleurs par ce qui suivit.

Tandis que Rögnvald pénétrait dans la Bourgogne, pillant tout sur son
passage, les comtes Garnier de Sens, Manassès de Dijon, avec les
évêques Josselin de Langres et Anseïs de Troyes, prévenus peut-être
sous main par le marquis Hugues, avaient rassemblé leurs vassaux. Ces
seigneurs se portèrent à la rencontre des Normands qui se retiraient
vers la France du nord, chargés de butin. Le choc eut lieu sur les
confins du Gâtinais, à Chalmont, le 6 décembre. La lutte fut acharnée.
Il s'agissait pour les Normands d'assurer leur retraite, et les
Bourguignons étaient décidés à leur faire expier les ravages qu'ils
avaient faits chez eux. Huit cents Normands restèrent, dit-on, sur la
place. Du côté bourguignon, le comte Garnier ayant eu son cheval tué
sous lui fut pris et mis à mort. Enfin l'évêque Anseïs, qui se battait
vaillamment à la tête de ses gens, fut grièvement blessé. Le reste de
l'armée normande continua vers le nord jusqu'aux rives de la Seine,
puis s'arrêta pour camper, probablement dans la région voisine du
confluent de l'École[138].

Dans l'intervalle, le roi Raoul complètement rétabli, mis au courant
de ce qui se passait, n'avait pas perdu un instant. Ayant réuni à la
hâte les vassaux de l'église de Reims, il les entraîna à sa suite avec
l'évêque de Soissons, Abbon, quelques autres amis dévoués et même
Herbert de Vermandois, qui resta prudemment à l'arrière-garde,
toujours prêt à tirer parti des événements. Dès qu'il s'approcha de la
Bourgogne, de nombreux hommes d'armes vinrent du duché remplir auprès
de lui leur service d'ost. Il marcha avec ces forces directement vers
le camp ennemi et un combat s'engagea aussitôt entre les fantassins
des contingents français et les Normands, qui s'étaient avancés à
leur rencontre. Pendant l'action, l'avant-garde française, la première
ardeur passée, s'aperçut que le gros de l'armée qui entourait le roi
ne bougeait pas et que personne n'y mettait pied à terre pour
combattre. Les Normands, d'autre part, faiblissaient, après quelques
pertes, et se trouvaient contraints de regagner leurs retranchements.
L'avant-garde française se retira alors jusqu'à environ deux ou trois
milles des lignes ennemies et s'établit en cercle d'investissement
tout autour. D'autre part, Hugues était sur la rive opposée de la
Seine et y avait pris position juste en face des Normands. La
situation de ceux-ci semblait désespérée. On attendait seulement les
bateaux qui devaient venir de Paris pour les attaquer de toutes parts
et donner l'assaut à leur camp, même du côté du fleuve. La lutte
promettait d'être décisive Rögnvald était pris au piège où sa témérité
l'avait conduit. Mais les assiégeants perdirent trop de temps à
attendre les navires parisiens qui ne venaient pas. Tout à coup le
rusé Normand sortit de son camp sans être aperçu, parvint à traverser
par surprise les lignes ennemies, où il avait pu pratiquer des
intelligences, et gagnant une forêt voisine, réussit à s'évader avec
tous les siens[139].

Ainsi Rögnvald sut éviter par un coup d'audace, que la lenteur des
opérations des coalisés rendit possible, la sanglante défaite ou la
honteuse capitulation à l'une ou à l'autre desquelles il paraissait
irrémédiablement acculé. Et maintenant l'aventureux et habile viking
gagnait rapidement les bords de la Loire, à travers la forêt
d'Orléans, avec les survivants de ses intrépides guerriers, échappés
comme par miracle du cercle de fer dont ils avaient été un instant
entourés.

Les coalisés stupéfaits de la soudaineté de cette fuite ne se
hasardèrent pas à poursuivre dans les bois un ennemi brave jusqu'à la
témérité, satisfaits de lui avoir infligé de très sérieuses pertes et
une terrible leçon.

Peut-être est-ce au cours de cette retraite mémorable que les
sectateurs d'Odin pénétrèrent dans l'abbaye de Saint-Benoît-sur-Loire.
Le continuateur d'Aimoin raconte, en effet, sans donner de date, que
les moines s'enfuirent lors du passage de Rögnvald, emportant leurs
précieuses reliques. Le récit des scènes de sauvagerie qui se
déroulèrent dans le monastère pendant le séjour qu'y fit Rögnvald,
celui de sa vision et du châtiment final qui l'atteignit à son retour,
ont été consignés en termes émus dans les écrits monastiques[140]. On
conserva longtemps, à Saint-Benoît, le souvenir de l'étrange abbatial
du célèbre viking: on donna même son nom à une tête d'homme, en
marbre, encastrée dans la muraille septentrionale de l'église[141].

La dislocation de l'armée des coalisés eut lieu rapidement. Elle était
complète dès le mois de février. En mars, Gilbert de Lorraine entama
des pourparlers avec les seigneurs français malgré son échec de
l'année précédente[142]. Il eut une entrevue avec Herbert qui était
l'âme de ces négociations, et celui-ci réussit à gagner de nouveau le
marquis Hugues. Sur les instances de ces puissants vassaux, le roi
Raoul consentit enfin à recevoir l'hommage de Gilbert. Il en fixa le
lieu à Cambrai, au cours d'un plaid qu'il y devait tenir.

Pour des motifs inconnus,--peut-être des raisons de méfiance ou
d'amour-propre,--les Lorrains ne parurent pas à Cambrai, et il fallut
que Raoul s'avançât à leur rencontre jusqu'à la Meuse La cérémonie de
l'hommage eut lieu sur les rives du fleuve, et Otton, fils de Ricoin,
lui-même, l'ennemi de Boson, jura fidélité au frère de son adversaire.
Seuls les archevêques de Trèves et de la cité lointaine de Cologne
continuèrent de s'abstenir[143]. C'était la seconde fois depuis le
commencement du siècle, qu'un roi de France recevait la soumission
effective du duché de Lorraine.

Raoul dut presque aussitôt quitter précipitamment le pays. Les
Normands de la Seine rompirent le traité conclu en 924, soit excités
par Rögnvald lui-même, soit simplement désireux de venger une défaite
normande par laquelle ils pouvaient se considérer comme moralement
atteints, et ils profitèrent de l'absence momentanée de Raoul. Ils
envahirent tout à coup l'Amiénois et le Beauvaisis. Amiens fut menacé,
et bientôt un terrible incendie s'y déclara par suite de l'imprudence
des habitants, trop pressés de fuir. Arras subit le même sort. A Noyon
se produisit une véritable résistance: les bourgeois, avec l'aide des
habitants du faubourg incendié, entreprirent une sortie qui leur valut
la reprise d'une partie du faubourg[144].

Mais durant ces brigandages, le territoire des Normands, situé sur les
rives de la Seine, fut tout à coup envahi, des deux côtés à la fois,
par les habitants du Bessin et ceux du Parisis, vassaux de Hugues le
Grand. Le Vexin et une partie du Roumois furent pillés et incendiés.
Cette heureuse diversion produisit le résultat attendu. Les Normands
retournèrent en hâte à la défense de leurs foyers. Herbert venait
d'ailleurs d'apparaître sur les bords de l'Oise avec quelques
cavaliers réunis à grand'peine, à cause de la rareté du fourrage, et
il occupait une position fortement retranchée de manière à barrer à
l'ennemi l'entrée de ses domaines.

Dans leur retraite, les Normands furent poursuivis et harcelés par le
comte de Ponthieu Helgaud et d'autres seigneurs des régions côtières
septentrionales[145].

En quittant la Lorraine, Raoul s'était rendu à Laon, où le 6 avril,
sur la demande du comte Roger, il confirma à l'abbaye de Saint-Amand
les donations de ses prédécesseurs[146], puis il avait gagné la
Bourgogne: le 30 mai il s'arrêtait à Arciat, sur la Saône, avec
Josselin, évêque de Langres, et le comte Manassès, pour renouveler les
concessions de ses prédécesseurs à Saint-Bénigne de Dijon[147], et au
mois de juillet, à Autun, où il concéda par la tradition du couteau,
sur la demande de sa mère Adélaïde et de son vassal Unizon, le fief de
son fidèle Adon aux chanoines de Saint-Symphorien d'Autun, pour le
donner en précaire à son fidèle Aldric[148].

Il se hâta de réunir ses vassaux bourguignons, que l'idée d'une
revanche contre les Normands devait nécessairement séduire, et il
proclama le ban et l'arrière-ban, c'est-à-dire la levée en masse, par
toute la France, de manière à porter un coup décisif aux anciens
pirates, voisins turbulents, encore peu accoutumés à la vie
sédentaire. Cette fois de nombreuses recrues vinrent des pays
maritimes du nord: les comtes Helgaud de Ponthieu, Allou de Boulogne
et à leur tête Arnoul, marquis de Flandre. Herbert amena les vassaux
de l'église de Reims qu'il commandait[149]

Cependant Rollon avait pris des mesures pour résister à l'invasion de
ses domaines, en renforçant de mille hommes envoyés de Rouen la place
d'Eu, située près de la mer, aux extrêmes confins septentrionaux.
C'est en effet sur ce point que se concentrèrent les premiers efforts
de l'attaque. D'après Richer, le roi Raoul dirigeait en personne les
combattants[150]. Les ouvrages avancés furent vite enlevés et les murs
d'enceinte pris d'assaut. Enfin le château fort lui-même tomba au
pouvoir des Français. Ceux-ci avides de vengeance et décidés à mettre
fin, par un exemple, aux entreprises de leurs infatigables
adversaires, incendièrent la place et passèrent au fil de l'épée toute
la population mâle. Quelques Normands parvinrent toutefois à
s'échapper et se réfugièrent dans une petite île de la Brêle, voisine
du rivage. Les Français les y poursuivirent, s'emparèrent de l'île
avec plus de peine encore que de la place d'Eu et commencèrent un
nouveau massacre. Les derniers survivants, perdant tout espoir, après
avoir défendu vaillamment leur vie, se jetèrent à l'eau: plusieurs
furent engloutis par les flots et ceux qui nagèrent jusqu'à la terre
ferme furent tués en abordant au rivage. Plusieurs enfin voyant qu'on
ne leur faisait point quartier se donnèrent eux-mêmes la mort, selon
la coutume scandinave, pour ne pas tomber aux mains de l'ennemi[151].
L'extrême férocité de cette guerre s'explique par l'état
d'exaspération où en étaient arrivées des populations si longtemps
éprouvées par les fureurs dévastatrices d'un ennemi rapace, cruel et
insaisissable. La conquête de Rollon était sérieusement menacée. Les
Français à leur tour s'emparèrent d'un énorme butin, mais ils ne
poussèrent pas plus avant. Raoul établit son camp en Beauvaisis avec
les Bourguignons et le marquis Hugues, de manière à protéger le pays
contre tout essai de revanche[152].


À quelque temps de là, vers la fin d'août, Hugues, de retour à Paris,
conclut avec les Normands un accord, dans le genre de celui de 924,
afin d'assurer l'intégrité de ses domaines: il avait à craindre des
représailles contre les habitants du Bessin et du Parisis. Personne ne
devait être bien sincère dans ces négociations. Hugues ne pouvait se
méprendre sur les intentions des Normands: ils voulaient s'assurer le
calme dans leurs foyers pour exercer leur vengeance contre Arnoul de
Flandre, Helgaud et les Français du nord dont ils avaient eu tout
particulièrement à souffrir dans la dernière affaire. Ils stipulèrent
donc que les domaines des fils de Baudoin II le Chauve, Arnoul de
Flandre et Allou, comte de Boulogne-Térouanne, de Raoul de Gouy et
d'Helgaud de Ponthieu, resteraient en dehors de l'arrangement. Ils
n'avaient pas eu de peine à ranimer la rivalité latente entre Hugues
de France et les puissants feudataires flamands, arrière-petits-fils
de Charles le Chauve par leur grand'mère paternelle Judith, mais il
était évident qu'aussitôt après l'expédition projetée contre ces
derniers, viendrait le tour des vassaux du duc de France[153].

La défaite des Normands à Eu, suivant de près l'échec de Rögnvald à
Chalmont, fit renaître un peu de confiance parmi les populations. Les
communautés monastiques, qui s'étaient enfuies devant les
envahisseurs, reprirent avec leurs reliques, le chemin de leurs
monastères abandonnés: ainsi les moines de Saint-Maur-des-Fossés[154]
et de Saint-Berchaire ou Montiérender[155]. Les premiers étaient déjà
revenus du Lyonnais vers le 23 août. Raoul avait témoigné une
bienveillance toute spéciale à l'égard des moines de Montiérender, en
leur accordant asile et protection dans son duché. Il s'était assuré
ainsi leur appui, qui lui avait déjà servi lors de son élévation au
trône; et en les rapatriant, il acquit de nouveaux titres à leur
reconnaissance.

Tandis que la lutte contre les Normands était poussée avec vigueur, le
roi de Germanie, Henri, franchissant le Rhin, avait enlevé de vive
force aux hommes de Gilbert la forteresse de Zülpich et s'était
bientôt retiré après s'être fait livrer des otages par le duc[156]. De
retour en Lorraine, vers la fin de l'année, il parvint à décider tous
les feudataires à lui prêter l'hommage[157]. Seul l'évêque de Metz,
Witger, fit quelque résistance, mais il fut contraint par la force à
se soumettre[158].

Le propre frère de Raoul, Boson, fut obligé de faire comme les autres
et de reconnaître la suzeraineté du roi de Germanie. À Verdun l'évêque
Hugues, installé par Raoul, dut céder son poste à Bernoin, neveu de
l'évêque Dadon: ce remplacement ne pouvait être qu'agréable aux
Lorrains, puisque Bernoin appartenait à une famille indigène[159].

Le changement si subit survenu en Lorraine, à la suite de la prise de
Zülpich, un an à peine après une soumission en apparence définitive,
doit s'expliquer par l'absence trop prolongée du roi et son
incapacité, en face du péril normand, d'affermir son pouvoir en un
pays où le régime féodal, déjà fortement implanté, rendait toute
souveraineté presque illusoire, où toute menace un peu sérieuse devait
nécessairement amener des défections.

Ces événements arrivés avec une rapidité prodigieuse décidèrent pour
un certain temps du sort de la Lorraine. Désormais le nom du roi de
Germanie apparaîtra d'une façon constante dans les dates des actes
passés en la région. Il ne faudrait pas, cependant, aller jusqu'à
dire, comme on l'a fait[160], que la Lorraine est dès lors, sous
Gilbert, fils de Renier Ier et gendre d'Henri Ier, un «duché allemand»
rattaché pour de «longs siècles» à la Germanie. Les événements du
règne de Louis d'Outre-Mer et de Lothaire donnent un démenti à ces
généralisations un peu trop absolues.

Au moment où Raoul aurait eu besoin de toute sa liberté pour agir au
dehors, son attention fut retenue par l'affaire de l'archevêché de
Reims, qui devait être par la suite grosse de conséquences au point de
vue de la situation intérieure du royaume. Séulf vint à mourir
subitement le 1er septembre 925, et le bruit courut qu'il était
victime du poison du comte de Vermandois[161]. Il avait, en effet,
commis l'imprudence de promettre sa succession au plus jeune des fils
d'Herbert, Hugues, un enfant en bas âge. Séulf laissait le souvenir
d'un homme de haute valeur intellectuelle: disciple du célèbre Remy
d'Auxerre, il était versé dans toutes les connaissances de son
temps[162]. Il avait reçu du pape confirmation de ses prérogatives
métropolitaines, et s'était montré fort apte à remplir les multiples
devoirs de prélat féodal, tout ensemble ecclésiastiques et laïques:
ainsi il avait fortifié Saint-Remy en même temps qu'embelli la
cathédrale de Reims[163], et plus d'une fois, quittant l'office,
s'était mis à la tête des vassaux de l'église pour les conduire à
l'ost du roi. Quoique tombé sous la dépendance d'Herbert, dès la
première année de son pontificat, il avait toujours fait montre d'un
loyalisme à toute épreuve envers Raoul.

Aussitôt la nouvelle connue, Herbert parut à Reims, où il avait des
intelligences parmi les vassaux et les clercs du diocèse. Grâce à
l'appui de l'évêque de Soissons, Abbon, et à celui de l'évêque de
Châlons, Beuves, il fit élire comme successeur désigné de Séulf,
Hugues, son fils, âgé de cinq ans à peine, puis il alla trouver Raoul,
en Bourgogne, et se fit charger par lui de l'administration
intérimaire du temporel de l'archevêché[164]. Le roi avait mis comme
première condition à son assentiment le respect des personnes et des
biens de l'évêché, et s'était refusé à reconnaître Hugues comme
régulièrement intronisé, tant qu'il n'aurait pas atteint l'âge
nécessaire pour recevoir l'ordination canonique. Abbon se rendit à
Rome, afin de solliciter du pape Jean X son approbation générale pour
les actes d'Herbert, et pour lui-même l'investiture provisoire des
fonctions archiépiscopales, en qualité de vicaire. Il l'obtint[165].
Tout cédait devant l'habileté puissante du comte de Vermandois. Il y
eut cependant quelques mécontents. L'historien Flodoard fut de leur
nombre et cela lui coûta la prébende qu'il avait reçue de l'archevêque
Hervé. D'autres récalcitrants furent traités encore plus mal. Herbert
n'hésita pas à user de violence, même vis-à-vis du clergé, et deux
ecclésiastiques furent tués par ses gens au cours des troubles, dans
le cloître des chanoines[166].

D'autre part, les Normands ne tardèrent pas à vouloir tirer vengeance
de l'effroyable massacre d'Eu. Ils ravagèrent avec leur flotte le
littoral du Boulonnais, concentrèrent une nouvelle armée et envahirent
l'Artois. Raoul se tenait encore sur ses gardes. Il opéra sa jonction
avec Herbert et les seigneurs des régions côtières du nord, et réussit
à cerner l'ennemi non loin, semble-t-il, de Fauquembergue[167].
Malheureusement l'armée française avait été obligée de se diviser. Une
nuit les Normands, à la faveur de l'obscurité, sortirent soudain du
défilé boisé, où ils se trouvaient enfermés, et vinrent fondre à
l'improviste sur le camp royal. Plusieurs tentes furent brûlées et le
roi faillit être pris. Herbert, qui campait à quelque distance, sut
accourir juste à point pour témoigner un dévoûment intéressé à son
suzerain, et les agresseurs furent repoussés après une lutte acharnée,
où ils laissèrent onze cents morts sur la place. Les Français de leur
côté furent grandement éprouvés: le vaillant comte de Ponthieu,
Helgaud, périt dans la mêlée, et le roi Raoul lui-même grièvement
blessé fut contraint de regagner Laon. Malgré leur échec, les Normands
purent ainsi pousser leurs dévastations jusqu'aux confins de la
Lorraine, en Porcien[168].

Vers le même temps, aux environs de Pâques, les Hongrois rôdaient près
de là, dans le pays de Voncq[169], où ils auraient pu se rencontrer
avec les Normands. A leur approche, les habitants et le clergé
désertaient les campagnes, les moines cherchaient avec leurs reliques
un refuge à l'abri des murailles romaines des cités épiscopales de
Metz, Toul et Reims, ou encore dans des lieux inaccessibles, fortifiés
par la nature. Ainsi furent portées à Reims les reliques de saint Remy
et de sainte Vaubourg d'Attigny. Les Hongrois jetèrent dans l'est la
même terreur que les Sarrasins dans le midi ou les Normands dans
l'ouest: le pillage des riches monastères et des campagnes
florissantes, jusque-là épargnés, fut considéré par les populations
comme un châtiment céleste [170].

Les difficultés s'étaient accumulées autour de Raoul avec une
incroyable rapidité. Lui blessé, et par conséquent condamné pour un
temps assez long au repos, les Normands et les Hongrois livraient au
pillage les environs de Laon et de Reims. Enhardi par les embarras
d'un suzerain qu'il n'avait reconnu que contraint et forcé, le duc
d'Aquitaine fit défection. Un de ses frères, probablement Affré, se
jeta sur Nevers et y prit une attitude telle que Raoul, craignant pour
son duché de Bourgogne [171], se hâta de transiger avec les Normands:
il leur acheta la paix moyennant une forte indemnité réunie à l'aide
d'un impôt spécial (_exactio pecuniae collaticiae_) levé sur la
France septentrionale et la Bourgogne. Les Hongrois disparurent
heureusement, aussi vite qu'ils étaient venus.

A peine remis de sa blessure, Raoul prit le commandement d'une armée
franco-bourguignonne, et, accompagné d'Herbert de Vermandois, se
dirigea sur Nevers. Il ne s'y attarda pas, se bornant à se faire
livrer des otages [172], car son objectif était avant tout la
soumission de Guillaume d'Aquitaine. Il pénétra sur les domaines de ce
dernier et le harcela sans trêve, jusqu'à ce que la nouvelle d'un
retour offensif des Hongrois vint le contraindre à se replier sur son
duché. Ces envahisseurs passaient avec la rapidité d'un ouragan. Il
était presque impossible de les atteindre pour les combattre: pendant
deux années consécutives ils reparaissent, sans qu'il soit question
d'une seule rencontre dans les textes [4].

Raoul séjourna le 10 décembre à Sens, où à la prière du comte de
Troyes, Richard, et de l'évêque Anseïs, il confirma les privilèges et
possessions de l'abbaye de Montiéramey[174].

Il traversait une période d'échecs. Un mariage de son beau-frère
Hugues lui profita plus que ses expéditions indécises: le duc de
France épousa Eadhild, fille d'Édouard Ier l'Ancien, roi des
Anglo-Saxons, la propre soeur d'Ogive, femme de Charles le
Simple[175]. Cette alliance avait certainement un caractère politique:
Hugues, par cette union princière, se posait nettement en rival
d'Herbert pour recueillir la succession éventuelle de Raoul. L'appui
des Anglo-Saxons lui était désormais assuré et par suite, à Raoul,
contre Herbert, le geôlier de Charles le Simple. Dans une curieuse
précaire du chapitre de Saint-Martin de Tours, où l'on voit paraître à
la fois l'abbé Hugues et sa soeur la reine Emma, la date donnée
d'après le calcul des années du règne de Raoul porte la mention de la
captivité de Charles[176]. Il semble que ce soit là l'indice d'une
détente et d'un revirement en faveur du Carolingien.



FOOTNOTES:

[Footnote 87: Widukind, _Rev. gestar. saxonicar._, 1. I, c. 33 (éd.
Waitz, p. 26). On peut se demander si les reliques de saint Denis,
dont il est ici question, ne sont pas à identifier avec celles qui ont
été conservées à Saint-Erameran de Ratisbonne au XIe siècle. Cf.
Lauer, _Le trésor du Sancta Sanctorum_ (_Monuments Piol_ publ. par
l'Acad. des Inscr., t. XV, 1906, p. 126).]

[Footnote 88: Il s'agit peut-être du comte de Senlis de ce nom, qu'on
voit figurer dans le _De Moribus_ de Dudon de Saint-Quentin,
précisément avec un rôle de diplomate. Voy. _Le règne de Louis IV
d'Outre-Mer_, p. 5, n. 2.]

[Footnote 89: Richer, _Hist._, 1, 47.]

[Footnote 90: Les rares détails que nous ayons sont fournis par les
sources suivantes: Flod., _Ann._, a. 923; Richer, I, 47; Rodulf.
Glaber, I, 1, § 5 (éd. Prou, p. 6-7); Folcuin, _Gesta abbat. Sith._,
c. 101 (_M.G.h., Scr._, XIII, 625-626). La légende apparaît dans
l'_Hist. Walciodor. mon._, c. 5 (ibid., XIV, 507), et Jocundus,
_Translatio S. Serratii_, c. 14 (ibid., XII, 99). Les autres textes
mentionnent le fait en l'appréciant parfois sévèrement. Ce sont, dans
l'ordre de publication des _Monumenta Germaniae historica: Domus
carolingicae genealogia; Ann. S. Maximi Trerer._, a. 923; _Ann.
Laubiens._, a. 922; _Ann. Leod._, a. 922; _Ann. Elnon. min._, a. 922;
_Ann. Blandin._, a. 922; Hugues de Flavigny, _Chron.; Genealogia
comitum Buloniensium; Hist. Francor. Senon.; Miracula S. Benedicti_;
Hugues de Fleury, _Modernor. reg. actus_, c. 3; _Ann. Lobienses_, a.
924; _Genealogiae Karolorum; Ann. Prum._, a. 923; _Ann. S. Quintini
Verom._, a. 923; Aubry de Trois-Fontaines, Chron. (_M.G.h., Scr._, II,
312, IV, 6, 16; V, 19 et 25; VIII, 358; IX, 300, 366, 375, 381; XIII,
232, 247, 251, 252; XV, 1292; XVI, 507; XXIII, 757). Citons encore
pour mémoire: Odoran, Chron. (_Recueil des histor. de France_, VIII,
237); _Magnum_ et _Breve Chron. Turon._, a. 922 (éd. Salmon, p. 110 et
184). Widukind (I, 29) fait une confusion en attribuant à Hugues la
prise de Charles. Cf. Thietmar, I, 13 (_M.G.h., Scr._, III, 741).]

[Footnote 91: _Ann. Einsidlenses_ (_M.G.h., Scr._, III, 141); _Ann.
Floriac. breves_ (ibid., XIII, 87); _Breve Chron. Tornacense (Recueil
des historiens de France_, VIII, 285), etc. Voy. la note précédente.]

[Footnote 92: Voy. _Appendice_ et _Le règne de Louis IV d'Outre-Mer_,
p. 94.]

[Footnote 93: Rappelons brièvement les circonstances: Pépin d'Italie,
fils aîné de Charlemagne, laissa un fils, Bernard, qui revendiqua
l'empire contre son oncle Louis le Pieux. Au moment où ce dernier
marchait sur l'Italie pour le châtier, des émissaires envoyés par
l'impératrice Ermenjart persuadèrent à Bernard de passer en France en
lui promettant sous serment toute sûreté pour sa personne. Bernard,
suivi de ses complices, alla trouver l'empereur à Châlon-sur-Saône et
implora à genoux son pardon. On le conduisit à Aix-la-Chapelle, où son
procès fut instruit et jugé. Bernard fut condamné à mort, mais Louis
commua la peine en privation de la vue. Ce terrible arrêt fut exécuté
si brutalement que trois jours après Bernard expira (le 17 avril 818)
à 19 ans, laissant un fils, Pépin, qui fut père d'Herbert Ier, comte
de Vermandois.]

[Footnote 94: G. Valat, _Poursuite privée et composition pécuniaire
dans l'ancienne Bourgogne_ (Dijon, 1907, in-8°); Ch. Petit-Dutaillis,
_Les moeurs populaires et le droit de vengeance dans les Pays-Bas au
XVe siècle_ (Paris, 1909, in-8°).]

[Footnote 95: Ce sont peut-être aussi ces droits éventuels de la
maison de Vermandois à l'empire qui ont empêché le roi de Germanie de
soutenir la candidature d'Herbert II au trône.]

[Footnote 96: Richer, _Hist._, II, 73 (éd. Waitz, p. 75): «Me vero
parvum in fasciculo farraginis a meis dissimulatum in partes
transmarinas et prope in Rifeos fugere compulit.»]

[Footnote 97: Witger, _Geneal. Arnalfi_ (_M.G.h., Scr._, IX, 303).
Voy. _Le règne de Louis IV d'Outre-Mer_, p. 10.]

[Footnote 98: Flod., _Ann._, a. 923.]

[Footnote 99: Flod., _Ann._, a. 928; _Hist. eccl. Rem._, IV, 21;
Richer, I, 54.]

[Footnote 100: Flod., _Ann._, a. 924; _Necrolog. Modiciense_;
Liudprand, _Antapodosis_, II, 71 (éd. Dümmler, p. 52, n. 2).]

[Footnote 101: Voy. plus haut, p. 2.]

[Footnote 102: Voy. Flod., _Ann._, a. 923, éd. Lauer, p. 15, n. 4 et
p. 46, n. 1.]

[Footnote 103: Flod., _Ann._, a. 923.]

[Footnote 104: Flod., ibid.]

[Footnote 105: L'Alsace faisait encore partie du royaume de Lorraine.
Cf. Parisot, _Le royaume de Lorraine_, p. 592-593.]

[Footnote 106: Flod., ibid.]

[Footnote 107: Flod., ibid.; Hugues de Flavigny, _Chron._, a. 923
(d'après Flodoard).]

[Footnote 108: C'est le propre frère de Raoul, Boson, qui avait tué
Ricoin malade dans son lit, le 14 mars 923, pour s'emparer de Verdun.
Parisot, _Le royaume de Lorraine_ (Paris, 1899), pp. 663 et 667. Le 19
septembre 923, Raoul était encore reconnu comme roi à Toul, ainsi que
le prouve une charte de l'évêque Josselin (_Mém. de la Soc. d'archéol.
lorr._, XII, 133; Parisot, _op. cit._, p. 662, n. 5); mais il résulte
d'une autre charte du même qu'Henri Ier, y fut reconnu entre le 16
octobre 923 et le 14 octobre 924 (Bibl. de Nancy, ms. 77, fol. 42;
Calmet., _Hist. de Lorraine_, 1re éd., I, pr., col. CCCXIV). Cf. J.
Depoin, _Études sur le Luxembourg à l'époque carolingienne_ (extr. de
_Ons Hemecht_, année 1909).]

[Footnote 109: Flod., _Ann._, a. 923.]

[Footnote 110: Flod., ibid.]

[Footnote 111: Flod., _Ann._, a. 923.]

[Footnote 112: Flod., _Ann._, a. 924.]

[Footnote 113: Elle intervient dans un diplôme du 6 avril 924 en
faveur de Saint-Martin d'Autun. Bulliot, _Essai hist. sur l'abbaye de
Saint-Martin d'Autun_ (Autun, 1849), I, p. 164; 11, p. 24, no 10.]

[Footnote 114: Il figure comme impétrant avec Adson dans un diplôme du
29 février 924, en faveur de Saint-Symphorien d'Autun. Thiroux, _Hist.
des comtes d'Autun_, p. 118.]

[Footnote 115: Cf. Bulliot, _loc. cit._]

[Footnote 116: Chifflet, _Hist. de l'abbaye de Tournus_, p. 275;
Poupardin, _Monuments de l'histoire des abbayes de Saint-Philibert_
(Paris, 1905, in-8), p. 120, no 27.]

[Footnote 117: Cf. Thiroux, _loc. cit._]

[Footnote 118: _Hist. de Languedoc_, nouv. éd., V, p. 146, n° 49.]

[Footnote 119: Flod., _Ann._, a. 924. Diplômes de Raoul datés d'Autun,
le 29 février, et de Châlon, les 6, 8 et 9 avril 924. _Recueil des
historiens de France_, IX, 562-565.]

[Footnote 120: Flod., _loc. cit._; Em. Coët, _Hist. de la ville de
Roye_, t. I, p. 32.]

[Footnote 121: Flod., _Ann._, a. 924.]

[Footnote 122: Diplôme du 6 avril 924. _Recueil des historiens de
France_, IX, 563; Bulliot, _Essai sur l'abbaye de Saint-Martin
d'Autun_, I, 164; II, 24. Sur le mariage de Boson, voy. G. de
Manteyer, _La Provence du premier au douzième siècle_ (Paris, 1908,
in-8), p. 158-159; Poupardin, _Le royaume de Bourgogne_, p. 59, 69 et
282, n. 5; du même, _Le royaume de Provence_, p. 232, 240, 338 et
394.]

[Footnote 123: _Recueil des historiens de France_, IX, 562; _Gall.
christ._, IV, instr., 372; Thiroux, _loc. cit._]

[Footnote 124: _Rec. des histor. de Fr._, IX, 563, et Bulliot, _loc.
cit._]

[Footnote 125: _Recueil des historiens de France_, XI, p. 564, et
_Hist. de Languedoc_, nouv. éd., V, p. 146, n° 49; VIII, 387, 416
(_Numismatique de la province de Languedoc_). Les monnaies épiscopales
portèrent le nom de Raoul.--Cf. M. Prou, _Catal. des monnaies
françaises de la Bibliothèque nationale. Les monnaies carolingiennes_
(Paris, 1896), p. Lvi, Lxx, 107 (n° 772).]

[Footnote 126: Ibid., p. 565, et Chifflet, _Hist. de Tournus, loc.
cit._]

[Footnote 127: Côte-d'Or, arr. de Beaune, cant. de Pouilly-en-Auxois.]

[Footnote 128: Flod., _Ann._, a. 924, passim.]

[Footnote 129: Flod., _Ann._]

[Footnote 130: Flod., ibid., a. 924.]

[Footnote 131: Flod., ibid.]

[Footnote 132: Le comté du Maine semble avoir fait partie autrefois
des domaines de Robert. Cf. Eckel, p. 36-37.]

[Footnote 133: Flod., _Ann._, a. 924; Dudon de Saint-Quentin, _De
moribus_, éd. Lair, introd., p. 66. Cette cession du Maine ne fut sans
doute pas complètement exécutée ou bien elle fut rendue impossible,
car on voit, dans la suite, ce pays disputé entre l'Anjou et la
Normandie. Cf. Lot, _Hugues Capet_, p. 197-198.]

[Footnote 134: Trosly-Loire, Aisne, arr. de Laon, cant. de
Coucy-le-Château.]

[Footnote 135: Flod., _Ann._, a. 924.]

[Footnote 136: Flod., _Ann._, a. 924; _Chron. Nemaus._, a. 925
(_M.G.h., Scr._, III, 219); _Hist. de Languedoc_, III, 99, 100.]

[Footnote 137: Voy. plus haut, p. 2.]

[Footnote 138: Flod., _Ann._, a. 925; Richer, I, c. 49.--Pour
l'identification de _Mons Calaus_ avec Chalmont (Seine-et-Marne, arr.
de Melun, comm. de Fleury-en-Bière), voy. _Les Annales de Flodoard_,
éd. Lauer, p. 26, n. 6.]

[Footnote 139: Flod., _Ann._, a. 925.]

[Footnote 140: _Miracul. S. Bened._, II, 2 (éd. de Certain, p. 96-98):
«Igitur innumerae Nortmannorum phalanges, super quas Rainaldus regnum
obtinuerat, quampluribus longis usae navibus, usque ad superiora
Ligeris percursantes, cuncta devastant. Tandem ad coenobium ter beati
Deoque dilecti Benedicti, quod Floriacum dicitur, Rainaldus cum suis
attingens, vacuum habitatoribus cunctisque necessariis offendit rebus,
domibus duntaxat exceptis; siquidem monachi cum corpore semper
nominandi patris nostri Benedicti ad tutiora se contulerant loca,
Lamberto tune abbate piae sollicitudinis erga eos curam gerente.
Perveniens ergo inibi rex memoratus, et ex captivis resciscens quorum
hominum foret talis habitatio, dormitorium fratrum suae metationis
delegit sedem; in quo varia, utpote paganus, dum patraret flagitia,
una noctium, quiescenti ei sanctus astitit Benedictus duobus comitatus
monachis, unus, ut ipsi Rainaldo videbatur, medie artatis robore
praeditus, alteri puerilis inerat habitudo. Beatissimus autem pater,
niveam capite canitiem praeferens, baculum vero manu, ita jacentem
allocutus est adversarium: «Quid, inquiens, te, Rainalde, offendi,
quod me meosque a propriis perturbas sedibus? sed mihi deinceps curae
erit, et te ab incoeptis inhibere, et famulis Christi, ossibus quoque
una meis, optatam quietem reformare.» His dictis, ligno, quod manu
gerebat, incurvo caput jam expergefacti regis contingens,
praenuntiavit terminum ejus vitae in proximo adfuturum, sicque
recessit. Turbatus hac visione Rainaldus, satellites magna ad
auxiliandum sibi voce inclamat. Quibus accurrentibus et quid pateretur
percunctantibus: «Quidam, inquit, monachus, non alter, ut aestimo,
quam ille hujus tutor loci senex Benedictus, baculo verticem tangens
meum, mortem minitando, dolorem mihi ingessit ingentem.» Jubet
confestim cunctos pervasa domicilia deserere, nativumque solum
repetere, cum quibus ipse profectus, ut patriam attigit, crebro
debilitatus cruciatu vita discessit; tantaque, subito moriente eo,
ventorum procella inhorruit, ut non solum culmina tectorum, verum
etiam eminentium subrueret moles arborum; captivorum vincula soluta;
equi seu reliqua jumenta infra duodecim et eo amplius milliaria a
Rothomagensi urbe ad pastum deducta, disruptis compedibus, in diversa
fugerunt. Corporis ejus tumulo pyramidem superaedificatam validissimo
accepimus terrae motu subversam, ac ejus cadaver tellurem a suo
rejecisse sinu; quod culeo cum lapidum mole insutum in Sequanam est
demersum, quandoquidem humo non poterat contineri tectum. Hoc interitu
memoria nefandi abolita fuisset hominis, ni vetustas Floriacensium
incolarum, curiosa futurorum, marmoream ejus capitis fingere
curavisset effigiem, quae nunc in ultima parte parietis ecclesiae
sanctae Dei genitricis Mariae ac famuli ejus Benedicti, septentrionem
versus, inserta perspicitur, quatenus et praesentes et secuturi omnes
agnoscerent, interventu eorumdem sanctorum, omnipotens Deus qualem
quantamque exercuerit in suis adversariis vindictae severitatem. Adeo
denique haec ultio Nortmannicam in posterum perterrefecit temeritatem,
ut prae caeteris Galliae sanctis beatissimum revereantur patrem
nostrum Benedictum.»]

[Footnote 141: Voy. la note précédente, _in fine_, et Rocher, _Hist.
de l'abbaye de Saint-Benoît-sur-Loire_ (Orléans, 1865, in-8), p. 108
et 499.]

[Footnote 142: Flod., _Ann._, a. 925.]

[Footnote 143: Flod., _Ann._, a. 925.]

[Footnote 144: Flod., ibid.; A. Lefranc, _Hist. de la ville de Noyon
et de ses institutions_ (_Bibl. de l'École des hautes études_, fasc.
75, 1887), p. 18; Peigné-Delacourt, _Les Normands dans le Noyonnais_
(Noyon, 1868, in-8, p. 36.)]

[Footnote 145: Flod., _Ann._, a. 925.]

[Footnote 146: _Recueil des historiens de France_, IX, 566. La
rédaction de ce diplôme présente des particularités qui ont été
relevées par N. de Wailly, _Élém. de paléographie_, I, 358.]

[Footnote 147: Diplôme du 30 mai 925 dans _Recueil des historiens de
France_, IX, 569 (à l'année 926), d'après Pérard, _Recueil de pièces
servant à l'hist. de Bourgogne_, p. 162. On ne peut identifier
_Artiaco villa supra fluvium Ararim_ avec Arcy (Saône-et-Loire, arr.
de Charolles, canton de Marcigny, comm. de Vindecy), cette localité
n'étant pas sur la Saône. M.-P. Gautier qui vient de rééditer le
diplôme d'après l'original (_Étude sur un diplôme de Robert le Pieux_
dans le _Moyen Age_, t. XXII, 1909, p. 281) identifie _Artiaco villa_
avec Arsoncourt. C'est plutôt Arciat, Saône-et-Loire, arr. de Mâcon,
cant. de La Chapelle-de-Guinchay, comm. de Crèches-sur-Saône.]

[Footnote 148: Il avait visité l'église Saint-Symphorien, suivi d'une
pompeuse escorte. Les chanoines profitèrent de l'occasion pour se
faire accorder diverses concessions. Le diplôme fut souscrit par
Adélaïde, mère de Raoul, et par un certain nombre de seigneurs
bourguignons présents, appartenant à la famille comtale de Dijon.
Thiroux, _Hist. des comtes d'Autun_, p. 119.]

[Footnote 149: Flod., _Ann._, a. 925.]

[Footnote 150: Richer, _Hist_., I, c. 50.]

[Footnote 151: Flod., _Ann_., a. 925. Richer (I, 50) prétend que
Rollon périt au cours de ces combats. Cf. Dudon de Saint-Quentin, _De
moribus_, éd. Lair, introd., p. 77.]

[Footnote 152: Flod., ibid.]

[Footnote 153: Flod., _Ann_., a. 925.]

[Footnote 154: Charte de Thion, vicomte de Paris (23 août 925) dans
Mabillon, _Ann_. _Bened_., III, 384.]

[Footnote 155: _Liber de diversis casibus coenobii Dervensis_
(Mabillon, _Acta SS. ord. S. Bened._, saec. II, col. 846-847).]

[Footnote 156: Flod., _Ann_., a. 925; Waitz, _Heinrich I_, p. 81.]

[Footnote 157: Flod., ibid.]

[Footnote 158: _Contin. Reginon._, a. 923.]

[Footnote 159: Flod., _Ann._, a. 926; _Ann. Virdun._ (_M.G.h., Scr._,
IV, 8); _Hist. episcopor. Virdun. cont._ (_Scr._, IV, 45); _Ann. S.
Benigni Divion._ (_Scr._, IV, 8); Hugues de Flavigny, _Chron._
(_Scr._, VIII, 358).]

[Footnote 160: Parisot, _Le royaume de Lorraine_, p. 675; K. Wittich,
_Die Enlstehung des Herzogthums Lothringen_ (Göttingen, 1862, in-8),
p. 114; _Recueil des chartes de l'abbaye de Stavelot-Malmédy_, éd.
Halkin et Roland (_Acad. roy. de Belgique_, Bruxelles, 1909), n° 56
(charte de 926, datée de l'an 4 du règne d'Henri Ier); _Cartulaire de
Gorze_, éd. d'Herbomez, n° 92 (charte de 933, datée de l'an 8 du règne
d'Henri Ier, en Lorraine); Wauters, _Table chronologique des chartes
et diplômes impr. concernant l'hist. de Belgique_, t. I, p. 340
(charte du duc Gilbert, datée de DCCCCXXVIII, _anno vero V domini
Henrici serenissimi regis super regnum quondam Lotharii, indictione
I_). Dès 924 on datait des années d'Henri Ier à Trèves et à Stavelot
(Wauters, _op. cit._, t. I, p. 338).]

[Footnote 161: Flod., _Ann._, a. 925; _Hist. eccl. Rem._, IV, 19 et
35.]

[Footnote 162: Flod., _Hist. eccl. Rem_., IV, 18.]

[Footnote 163: Flod., ibid.]

[Footnote 164: Flod., _Hist. eccl. Rem_., IV, 19.]

[Footnote 165: Jaffé-Löwenfeld, _Regesta pontif. roman_., no 3570 (17
février 926).]

[Footnote 166: Flod., _Hist. eccl. Rom._, IV, 20 et 35; Richer, I,
55.]

[Footnote 167: Pas-de-Calais, arr. de Saint-Omer. Il semble, en effet,
qu'il faille identifier la bataille livrée par Raoul aux Normands, en
Artois, d'après Flodoard, avec le combat de Fauquembergue, mentionné
par Folcuin dans les _Gesta abbatum Sithiensium_, c. 101 (M.G.h.,
_Scr._, XIII, 626).]

[Footnote 168: Flod., _Ann._, a. 926.]

[Footnote 169: Ardennes, arr. de Vouziers, cant. d'Attigny.]

[Footnote 170: Flod., _Hist. eccl. Rom._, IV, 21; _Miracula S. Apri_,
c. 22; _Miracula S. Basoli_, c. 7 (M.G.h., _Scr._, IV, 517); _Ann. S.
Vincentii Mett._. (Scr., III 157); _Gesta episcopor. Mettens_. (Scr.,
X, 541); _Miracula S. Deicoli_ (Duchesne, Scr., III, 422); _Polypl.
Virdunense_ (Scr., IV, 38); charte de Saint-Maximin de Trèves (926)
dans Reyer, _Millelrhein. Urkandenbach_ (Coblentz, 1860), t. I, n°
167: «... depopulantibus Agarenis pene totum regnum Belgicae
Galliae».--Voy. aussi Dussieux, _Invasions des Hongrois_, p. 11.]

[Footnote 171: Flod., _Ann._, a. 920; _Hist. de Languedoc_, nouv. éd.
III, 101.]

[Footnote 172: R. de Lespinasse, _Le Nivernais et les comtes de
Nevers_, t l. I (Paris, 1909, in-8), p. 173. Il existe une monnaie de
Nevers à l'effigie de Raoul. Soultrail. _Essai sur la numismatique
nivernaise_ (Paris, 1854, in 4), p. 20]

[173][Footnote 173: 4. Flod., _Ann._, a. 926; _Ann. Augienses_ (M.G.
h., Scr., II, 68); Ekkehard, _Casas S. Galli_ (Scr., II, 110). Voy.
Waitz, Heinrich I, p. 88.]

[Footnote 174: A. Giry, _Études carolingiennes_, dans les _Études
d'histoire du moyen âge dédiées à Gabriel Monod_ (Paris, 1896, in-8),
p. 134, n° 26; Nicolas Vignier, _Bibl. historiale_, t. II (1588,
in-fol.), p. 551.]

[Footnote 175: Flod., _Ann._, a. 926, _in fine._ Voy. W.G. Searle,
_Anglo-saxon bishops, kings and nobles_ (Cambridge, 1899, in-8), p.
346.]

[Footnote 176: Mabille, _La pancarte noire de Saint-Martin de Tours_,
n° CIII (130).]



CHAPITRE IV

LA LUTTE CONTRE HERBERT DE VERMANDOIS.

PREMIÈRE PÉRIODE.

Dès la fin de l'année 926, éclata la rupture prévue depuis longtemps
entre Raoul et Herbert, dont le rôle, même lorsqu'il était en
apparence dévoué au roi, était en réalité fort équivoque. Le comté de
Laon devint vacant par suite du décès de Roger, partisan dévoué de
Raoul[177]. Herbert avait déjà mis la main sur Péronne en 924, et sur
Reims, depuis la mort de Séulf (925): il voulut profiter de la mort de
Roger pour s'installer à Laon. Fidèle à ses plans ambitieux, il
continuait l'extension méthodique de ses domaines à l'aide d'intrigues
incessantes. Il eut l'audace de revendiquer le comté de Laon pour son
fils Eudes. Cette fois, Raoul se montra moins conciliant qu'à
l'ordinaire. Laon était la place forte par excellence et comme la
capitale du roi de France qui, même après l'avoir inféodé, y gardait
toujours la haute main sur les affaires[178]. La perdre c'eût été
renoncer à tout point d'appui dans le nord, et se résigner à n'être
qu'un duc-roi de Bourgogne. D'ailleurs la tendance à l'hérédité des
bénéfices avait été déjà officiellement constatée dans le capitulaire
de Quiersy-sur-Oise, et ce principe féodal était désormais admis et
appliqué partout. Or Roger de Laon laissait un fils, du même nom que
lui, qui devait recueillir sa succession: Raoul ne fit que sanctionner
le droit établi, en favorisant la transmission héréditaire, sans égard
pour les prétentions adverses. Herbert fut ainsi cruellement déçu dans
sa rapacité, parce qu'il avait demandé trop, c'est-à-dire le peu qui
restait à la royauté affaiblie. Dès lors on put voir que sa fidélité
envers Raoul n'était que le résultat d'un calcul intéressé: elle
disparut comme par enchantement, en même temps que les largesses
royales. Heureusement pour Raoul, son beau-frère Hugues, depuis son
mariage avec Eadhild, s'était quelque peu éloigné d'Herbert.

L'attitude de Hugues, neveu d'Herbert II par sa mère Béatrice de
Vermandois[179], n'avait pas toujours été empreinte d'une égale
cordialité à l'égard du roi. Il semble qu'il ait jusque-là voulu se
soustraire à son ascendant. Malgré la grande part qu'il avait prise à
son élection, il s'était tenu, dans certaines circonstances, sur une
réserve qui pouvait presque passer pour de l'hostilité. C'est ainsi
qu'il avait traité avec les Normands aux moments les moins opportuns
pour Raoul. Il avait, par son attitude, grandement favorisé les
projets ambitieux d'Herbert. Jamais il ne figure dans les diplômes
royaux comme impétrant, et son nom ne se voit pas au bas des actes, à
côté de ceux des conseillers habituels du souverain. Mais depuis que,
par l'occupation de Reims et la revendication de Laon, la tactique
d'Herbert apparaît plus nettement, Hugues se rapproche visiblement de
Raoul, comme si un sentiment de jalousie ou de crainte s'était éveillé
en lui. Il commence à se départir du rôle de simple spectateur des
événements, qu'il avait joué jusqu'alors. Néanmoins il eut l'habileté
de ne point rompre brusquement avec le comte de Vermandois, qui dut
tout mettre en oeuvre pour le retenir dans son parti, et même il se
laissa conduire à une entrevue qu'Herbert sollicita du roi de
Germanie[180]. Cette démarche, à la suite de la perte de la Lorraine,
était un acte peu amical vis-à-vis de Raoul. C'était en même temps un
acte contraire au patriotisme tel que nous l'entendons aujourd'hui.
Quoique nous ne puissions nous flatter le moins du monde de découvrir
les sentiments véritables des hommes de cette époque, il est clair
cependant que la démarche des deux plus puissants vassaux de la France
septentrionale auprès de l'ennemi de leur suzerain était, au moins au
point de vue féodal, un acte de félonie caractérisé[181].

Henri se montra naturellement fort bien disposé envers ses hôtes
insolites, dont il pouvait beaucoup attendre. Des présents furent
échangés, et pour bien affirmer sa suzeraineté en Lorraine devant les
Français, le roi de Germanie disposa de l'évêché de Metz, devenu
vacant par la mort de Guerri, en le donnant à un clerc appelé Bennon,
au mépris du droit d'élection des Messins[182].

Au retour de cette visite inconvenante, qui décèle l'extraordinaire
besoin d'intrigue de son esprit inquiet, Herbert sentit qu'il avait
besoin de relever son prestige. La lutte contre les Normands était le
plus sûr moyen de gagner un peu de popularité. Comme Raoul venait de
traiter avec les Normands de la Seine, Herbert et Hugues firent une
expédition contre ceux de la Loire: mais cette entreprise se termina
sans action d'éclat. L'ennemi fut assiégé pendant cinq semaines; après
quoi il y eut échange d'otages et nouvel abandon du comté de Nantes
aux Normands[183]. C'est au cours de cette campagne qu'on a voulu
placer sans aucune raison sérieuse la mort d'Enjeuger, fils de
Foulques d'Anjou[184]. Herbert chercha ensuite à gagner le clergé.
Comme administrateur du temporel de l'archevêché de Reims, il réunit à
Trosly un synode composé de six évêques, malgré la défense formelle de
Raoul qui l'avait prié de différer et de venir le trouver à Compiègne.
Le fils d'Helgaud de Ponthieu, Héloin, le vaillant adversaire des
Normands, y fut convoqué et condamné à une pénitence publique «pour
crime de bigamie». Cette sentence était faite pour plaire aux
Normands[185]. Il est probable qu'Herbert profita de cette réunion
pour intriguer contre Raoul, car nous le voyons, après avoir refusé de
se rendre à Compiègne, tenter un coup de main sur Laon. L'entreprise
échoua, parce que Raoul avait eu le temps d'y envoyer en hâte une
garnison qu'il suivit lui-même peu de temps après.

Herbert jeta alors complètement le masque. Voyant l'impossibilité de
se faire reconnaître comme roi à la place du duc de Bourgogne, depuis
que Hugues avait épousé la belle-soeur du roi Charles, il imagina
d'opposer au roi Raoul le malheureux Carolingien, qu'il tira de
prison, pour forcer Hugues à garder la neutralité entre ses deux
beaux-frères. Il comptait sans doute, une fois qu'il serait débarrassé
de Raoul ainsi isolé, en finir ensuite promptement avec Charles.

Depuis sa captivité, l'infortuné souverain avait été gardé prisonnier
au donjon de Château-Thierry, jusque vers la fin de 924. A cette
époque, sa prison devint inopinément la proie des flammes, sans qu'il
y ait lieu de supposer aucun acte de malveillance, ni aucune tentative
d'évasion; il fut sauvé: de l'incendie et transféré alors,
semble-t-il, à Péronne[186]. En 927, Herbert l'installa dans la
capitale du Vermandois, à Saint-Quentin, et déclara qu'il le
considérait de nouveau comme roi.

Raoul se mit immédiatement sur la défensive, et pour prendre les
dernières mesures se rendit en Bourgogne. Le 9 septembre il était à
Briare, où il confirma les privilèges de l'abbaye de Cluny[187]. La
mort de Guillaume II d'Aquitaine, survenue dans l'été de 927[188],
l'avait sans doute déterminé à se rendre sur la Loire. Le duc Affré
succéda à son frère dont il adopta la politique abstentionniste. Le
seigneur de Déols, Ebbon, puissant feudataire du Berry, n'en vint pas
moins solliciter du roi l'immunité pour le monastère qu'il venait de
fonder[189], et les chartes du Puy, de Brioude, de Cahors, de Beaulieu
et de Tulle furent encore datées des années du règne de Raoul.

Les fils de Roger de Laon faisaient bonne garde dans la cité, où leur
attitude justifiait pleinement la confiance du roi. La reine Emma,
femme d'un esprit supérieur et d'un courage viril, veillait en
personne à la défense de la forteresse royale. La vaillante garnison
se hasarda même, au cours d'une sortie, à pousser jusqu'à Coucy,
dépendance de l'église de Reims, dont elle ravagea les environs[190].

De son côté, Herbert ne perdait pas de temps. Il s'occupait activement
de fortifier ses alliances. Devenu le champion du roi Charles, il
s'adressa aux fidèles alliés de celui-ci, les Normands. Ces derniers
oublièrent bien vite tous les traités conclus avec le roi Raoul dont
ils étaient avides de tirer vengeance. Déjà même ils avaient réussi à
rentrer dans Eu. En cette ville, précisément, Rollon et son fils
Guillaume, qu'il s'était déjà associé selon Dudon de Saint-Quentin,
conclurent une alliance avec Herbert, et Rollon prêta l'hommage à
Charles[191]. Rollon ne consentit toutefois à ce nouveau rapprochement
qu'après s'être fait donner des sûretés: il exigea comme otage Eudes,
le propre fils du comte de Vermandois, dont il avait de justes motifs
pour redouter l'inconstance. Enfin Raoul parut à la tête d'une armée
bourguignonne, au moment de la Noël, dans la France du nord, et il s'y
conduisit comme en pays ennemi, portant en tous lieux sur son passage
la ruine et l'incendie[192]. Hugues comprit immédiatement que le rôle
de médiateur lui incombait. Il accourut au-devant de Raoul et
l'accompagna jusque sur les rives de l'Oise, où l'attendait Herbert.
Sur son intervention, un arrangement fut ménagé entre le roi et son
vassal: Herbert fournit des otages et s'engagea à se présenter à un
plaid dont la date fut fixée avant Pâques[193].

Raoul retourna en Bourgogne après avoir en vain tenté d'obtenir de sa
femme l'évacuation de Laon. Peut-être était-ce là une des conditions
de l'accord conclu, ou bien craignait-il une surprise de la ville par
Herbert et les Normands. Mais la courageuse reine refusa obstinément
d'abandonner cette forte place, dont la possession était devenue comme
le signe de la royauté. Elle comptait sans doute sur l'appui de son
frère Hugues en cas de danger imminent.

Herbert se rendit à Reims et y rédigea une lettre adressée au pape
Jean X, dans laquelle il se posait en défenseur de la légitimité et en
exécuteur des prescriptions pontificales venues naguère de Rome en
faveur du roi Charles[194]. Il est piquant de constater à quel point
il avait modifié son attitude à l'égard du pape, depuis que ses
intérêts avaient changé. Mais il était trop tard. Jean X avait été
fait lui aussi prisonnier par Guy de Spolète, et son successeur Léon
VI paraît s'être désintéressé complètement du sort de Charles le
Simple. Les démarches d'Herbert restèrent sans résultat.

Certains historiens, comme Mabille, ont voulu mettre en rapport avec
la restauration de Charles le transfert du comté d'Auvergne avec le
duché d'Aquitaine, à la maison de Poitiers, après la mort de
Guillaume. Les deux événements eurent lieu, en effet, la même année.
Mais il n'est pas démontré qu'Èbles Manzer, comte de Poitiers, ait
fait valoir ses droits à cette succession, à laquelle il pouvait
prétendre comme fils du duc d'Aquitaine Renoul II, et l'appui de
Charles ne lui aurait été de nul profit en ces conjonctures. Affré
succéda à son frère Guillaume, dans ses fiefs et honneurs, et, à la
mort de celui-ci, survenue un an après celle de Guillaume,
Raimond-Pons de Toulouse apparaît comme duc. C'est seulement le fils
d'Èbles, Guillaume Tête-d'Étoupe, qui a porté les titres de duc
d'Aquitaine et comte d'Auvergne. Èbles ne s'est jamais intitulé dans
ses diplômes que comte de Poitiers: _misericordia Dei Pictavorum
[h]umilis comes_[195].

Le roi Raoul eut avec Herbert, pendant le carême, l'entrevue qui avait
été antérieurement fixée[196]. Il dut y être question de la possession
de Laon, car peu après la reine Emma abandonnant la ville se retirait
en Bourgogne. Herbert entra immédiatement en possession de l'objet de
ses convoitises, et cette circonstance semble avoir décidé Hugues à se
rapprocher du parti vermandois. Herbert se rendant auprès de Rollon
tint à se faire accompagner par Hugues, dont il espérait bien se
servir auprès du chef des Normands pour obtenir la restitution de son
fils. Hugues céda, et l'on eut le curieux spectacle du petit-fils de
Robert le Fort, le glorieux adversaire des Normands, assistant à une
conférence réclamée par ceux-ci, où leur chef Rollon jouait le rôle
capital et lui enjoignait ainsi qu'aux autres comtes et évêques
français présents, d'avoir à reconnaître solennellement le roi Charles
pour leur suzerain légitime. Et le propre fils de Rollon, Guillaume
Longue-Épée leur donna l'exemple, en prêtant le premier l'hommage au
Carolingien. A la suite de ce prodigieux succès de la diplomatie
normande, Rollon consentit à rendre au comte de Vermandois son fils
Eudes, et une alliance fut conclue entre Français et Normands[197].

L'hégémonie du Vermandois n'était pas admise par tout le monde sans
contestation. La famille des comtes de Laon composée de Roger et de
ses frères, lésée par la cession de la ville à Herbert, resta
naturellement attachée au roi Raoul. Leurs domaines confinaient à la
partie nord du Vermandois. Il n'en fallut pas davantage pour que le
comte de Vermandois allât assiéger et détruire leur château-fort de
Mortagne, au confluent de l'Escaut et de la Scarpe[198].


L'évêque de Soissons Abbon, auparavant partisan d Herbert, devenu
archichancelier royal, perdit le vicariat du diocèse de Reims, où il
fut remplacé par l'évêque fugitif d'Aix-en-Provence, Odalric, chassé
de son siège par les Sarrasins. Pour prix de ses bons offices, le
nouveau vicaire ne reçut d'Herbert que l'abbaye de Saint-Timothée avec
une prébende de chanoine[199].

Le frère du roi Raoul, Boson, qui s'accommodait avec peine de la
suzeraineté saxonne imposée aux Lorrains, souleva sur ces entrefaites
de nouvelles difficultés, en se querellant avec ses voisins, en
s'emparant par force de possessions ecclésiastiques (abbayes et
domaines des évêchés de Verdun et de Metz) et enfin en refusant de
tenir compte des injonctions du roi Henri. Celui-ci entra en campagne
contre le récalcitrant, passa le Rhin «avec une multitude de Germains»
et vint sur la Meuse assiéger son château de _Durofostum_[200]. En
même temps il entra en pourparlers avec lui par la voie d'une
ambassade, promettant la paix, à condition qu'il vînt le trouver en
personne. On le voit, Henri n'osait traiter le frère de Raoul comme un
vassal ordinaire. Il alla jusqu'à lui donner des otages pour lui
garantir la sécurité au cours de la démarche qu'il en sollicitait.
Boson consentit alors à se présenter devant le roi, lui promit sous
serment «fidélité et paix au royaume[201]», restitua à leurs
possesseurs les biens qu'il avait usurpés et en obtint d'autres en
échange; enfin il se réconcilia, de même que Renier II, avec Gilbert
et tous les autres seigneurs lorrains. Cette rapide solution eut dans
la suite une conséquence heureuse pour Raoul: Herbert et Hugues étant
venus faire, après leur entrevue avec Rollon, une nouvelle démarche
auprès d'Henri, pour le décider à intervenir en faveur du Carolingien,
ils n'obtinrent aucun succès[202]. Henri, satisfait de la pacification
de la Lorraine, ne pouvait prendre les armes contre le frère d'un
vassal avec lequel il venait de se remettre. Il lui suffisait du reste
que Raoul fût empêché par des difficultés d'ordre intérieur de
revendiquer la Lorraine, et il avait plutôt à redouter un réveil de
loyalisme envers le Carolingien, si jamais Charles parvenait à
ressaisir effectivement le pouvoir suprême.

Cette attitude du roi de Germanie jointe à l'abstention forcée du pape
Jean X[203] et à l'inaction des Normands et des Aquitains, partisans
français de la dynastie carolingienne, amena un revirement complet
défavorable à Herbert. L'habile plan du rusé seigneur avait en somme
assez piteusement échoué. Il n'avait pas réussi à créer en faveur de
son malheureux jouet le courant de sympathie qu'il avait espéré
exploiter à son profit. Tout ce qu'il avait pu faire avait été de
condamner Raoul à l'impuissance politique, en assurant ainsi la
Lorraine au roi de Germanie. Mécontent de voir rester sourd à son
appel ce prince dont il avait escompté l'appui, il se décida à se
rapprocher de Raoul, et il sut encore se faire payer fort cher cette
apparente soumission. Il se rendit auprès du roi, et moyennant un
nouvel hommage solennel, qui lui coûtait peu, il obtint la cession
définitive de Laon, et peut-être la promesse d'avantages pour ses
fils, si l'on en juge par ce qui suivit. Herbert était ainsi parvenu à
persuader Raoul, après Hugues, de la prétendue nécessité qu'il y avait
pour lui de posséder Laon. Il avait fait valoir le besoin d'assurer
des apanages à ses enfants, mais cet apparent souci de père de famille
besogneux masquait mal son évidente ambition personnelle. La victime
de la paix fut encore l'infortuné Charles, trahi pour la seconde fois:
son semblant de souveraineté passagère se transforma en une nouvelle
et trop réelle captivité[204]. Cette même année, le 5 juin, mourait
l'empereur Louis l'Aveugle. Le roi d'Italie Hugues accourut aussitôt
en Provence, pour y fortifier son autorité déjà existante de fait. Le
seul héritier du trône, le bâtard Charles-Constantin, avait possédé le
comté de Vienne depuis 926, pendant les dernières années de son père:
il en fut, semble-t-il, dépouillé en même temps que du pouvoir suprême
qu'il aurait dû recueillir. En novembre 928, le roi Hugues paraît à
Vienne, où il se rencontre avec le roi Raoul qui était le propre
cousin germain de Louis l'Aveugle. Les négociations entre les deux
prétendants sont malheureusement inconnues. Nous ne pouvons en juger
que d'après les résultats. Le comte de Vermandois, réconcilié depuis
peu avec son suzerain, sut encore négocier assez habilement afin de se
faire concéder «la province de Viennoise» pour son fils Eudes[205].
Ainsi cet ambitieux seigneur s'efforçait de fonder pour sa maison un
centre d'influence situé au midi, dans un pays dépendant de l'ancien
royaume de Boson. Ces domaines devaient venir s'ajouter aux
dépendances bourguignonnes de l'archevêché de Reims, dont Herbert
était administrateur[206]. Cette combinaison, fort bien imaginée,
n'eut pas néanmoins la suite qu'espérait le comte de Vermandois.
Vienne demeura d'abord temporairement sous la domination de son
archevêque faisant fonctions de vicomte, et, bientôt après,
Charles-Constantin dut rentrer en possession de ses droits, car au
commencement de 931 on le voit maître de la cité où jamais Eudes de
Vermandois ne semble avoir exercé la moindre autorité. Raoul eut
néanmoins dès lors la suzeraineté effective sur le Viennois.

Après avoir ainsi satisfait, autant qu'il était en mesure de le faire,
les appétits d'Herbert, Raoul, peut-être sous l'influence de Hugues,
beau-frère du Carolingien, s'enquit du sort de l'infortuné Charles.
Il se rendit à Reims où Herbert le tenait sous bonne garde. Raoul
aborda respectueusement son ancien souverain, lui offrit des présents
de valeur, et lui fit remise du fisc royal d'Attigny, peut-être aussi
de celui de Ponthion-sur-l'Ornain[207]. Aucun arrangement, aucun
compromis ne paraît être intervenu entre eux. Il est toutefois certain
que l'acceptation par Charles des dons de Raoul constituait une
véritable abdication tacite. On ne saurait admettre, en effet, avec
Leibniz[208], que Raoul eût reçu de Charles l'investiture du royaume à
titre de vassal: c'est tout à fait contraire aux termes précis et
formels qu'emploie l'historien Flodoard pour relater le fait dans ses
_Annales_[209], et une telle hypothèse est bien hardie, en l'absence
de tout précédent du même genre. On ne peut non plus souscrire à
l'opinion de ceux qui ont qualifié d'outrageante la démarche de Raoul:
c'était à la fois un acte chevaleresque envers un adversaire
malheureux, auquel il témoignait des égards, et une mesure de bonne
politique, propre à lui concilier les partisans du Carolingien. Les
fidèles obstinés qui persévérèrent à refuser de reconnaître Raoul
après l'entrevue de Reims, n'étaient en réalité que des vassaux
indisciplinés s'accommodant mieux d'un fantôme de roi que d'un
véritable souverain.

Nous ignorons si Charles put jouir d'une liberté relative à partir de
ce moment. Il est plutôt croyable qu'Herbert ne tint nul compte de la
démarche de Raoul, et il est même probable qu'il en prit ombrage et y
trouva prétexte pour redoubler de vigilance auprès de sa misérable
victime: il n'avait pas encore renoncé à s'en servir, le cas échéant!
Flodoard rapporte, en effet, que Charles mourut à Péronne,
c'est-à-dire au pouvoir du comte de Vermandois. Divers chroniqueurs le
qualifient de martyr et le font expirer en prison, donnant de ses
derniers moments une description émouvante, qui, vraie ou fausse, nous
révèle en tout cas, très nettement, la pénible impression produite par
cet événement sur les contemporains. La date du décès est le 7 octobre
929: Charles fut enseveli en l'église Saint-Fursy de Péronne[210].

Les vassaux aquitains et méridionaux voyaient ainsi disparaître le
dernier obstacle qui les empêchât de faire le pas décisif vers la
réconciliation avec Raoul. Cependant ils s'abstinrent d'entrer dans
cette voie, tant était grand chez eux le désir de conserver leur
indépendance. On le constate par les formules de datation employées
dans leurs actes: ils calculent les années à partir de la mort de
Charles, en ajoutant que «Dieu ou le Christ règne». Certains vont même
jusqu'à désigner fictivement comme successeur de Charles son fils
Louis, réfugié en Angleterre à la cour de son oncle Athelstan[211].
Toutefois en Rouergue, à Conques, on finit par abandonner cette
manière de démonstration platonique, et on se décida à reconnaître
Raoul comme roi[212].



FOOTNOTES:

[Footnote 177: Flod., _Ann._, a. 926. La mort de Roger avait suivi de
peu celle de son prédécesseur Raoul de Gouy, fils d'Héluis. Roger
était son beau-frère. La succession si rapide de ces décès, dont
Herbert chercha à profiter, fait nécessairement songer aux accusations
d'empoisonneur lancées contre Herbert, au dire de Flodoard.]

[Footnote 178: Ainsi lorsque, vers 925, l'évêque de Laon Alleaume
voulut établir des chanoines à Saint-Vincent, c'est à Raoul qu'il
s'adressa pour obtenir confirmation. _Recueil des historiens de
France_, IX, 568 (acte incomplet de la fin).]

[Footnote 179: A. de Barthélemy, _Les origines de la maison de
France_, dans la _Revue des questions hist._, t. VII, année 1873, p.
123; Lot, _Les derniers Carolingiens_, p. 359 et 377.]

[Footnote 180: Flod., _Ann._, a. 927.]

[Footnote 181: Sur cette question de la naissance des sentiments de
nationalité au Xe siècle, cf. G. Monod, _Du rôle de l'opposition des
races et des nationalités dans la dissolution de l'empire carolingien
(Annuaire de l'École pratique des hautes études_, section des sciences
hist. et phil., 1896, p. 5).]

[Footnote 182: Flod., ibid.--Cf. Waitz, _Heinrich I_, p. 119.]

[Footnote 183: Flod., _Ann._, a. 927; _Chronique de Nantes_, éd. R.
Merlet, p. 87-88.]

[Footnote 184: Lippert, p. 60. Tout ce que l'on sait d'Enjeuger, c'est
qu'il était mort en combattant les Normands, avant 929. _Gesta consul.
Andegavor. (Chron. d'Anjou_, éd. Marchegay et Salmon, p. 66); _Cartul.
de Saint-Aubin d'Angers_, éd. Bertrand de Broussillon, n° 177; I.
Halphen, _Le comté d'Anjou au XIe siècle_, p. 2.]

[Footnote 185: Il est probable qu'Herbert avait eu aussi en vue la
confiscation du fief d'Héloin, soit à son profit personnel, soit au
profit de Hugues le Grand, suzerain d'Héloin. Mais il semble avoir
échoué sur ce point. Cf. Flod., _Ann._, a. 927; _Hist. eccl. Rem._,
IV, 21; Richer, I, 52.]

[Footnote 186: Flod., _Ann._, a. 924; Aimoin, _Miracula S. Benedicti_,
II, 3 (éd. de Certain, p. 99); Eckel, _Charles le Simple_, pp. 127 et
130.]

[Footnote 187: _Recueil des chartes de Cluny_, I, 281, n° 285.]

[Footnote 188: Il mourut entre avril et septembre, probablement avant
le 3 juin. Cf. _Ann. Masciacenses_, a. 927 (_M.G.h., Scr._, III,
169-170); Adémar de Chabannes, _Chron._, éd. Chavanon, p. 143. Voy.
Baluze, _Hist. généal. de la maison d'Auvergne_, I, 21, II, pr., p.
18; _Hist. de Languedoc_, nouv. éd., III, 104.]

[Footnote 189: Diplôme de Raoul, de 927, dans _Recueil des historiens
de France_, IX, 570, d'après Besly, _Hist. des comtes de Poitou_, pr.,
p. 239. Deux chartes d'Ebbon qui nous sont conservées en copie par les
mss. de la Bibl. nat. lat. 12777 (p. 214 et 224), 12820 (fol. 2 et 11)
et 6007 (fol. 117) sont datées, l'une de la 20e année du règne de
Charles le Simple et l'autre de la 5e année du règne de Raoul. Les
documents que nous venons de mentionner (diplôme et chartes) ont été
publiés en dernier lieu par Eug. Hubert (_Recueil général des chartes
intéressant le département de l'Indre, VIe-XIe siècle_, extr. de la
_Revue archéol. du Berry_ de 1899, p. 106, 112 et 115) qui n'a pas
connu tous les manuscrits cités.--Voy. aussi Raynal, _Hist. du Berry_,
t. I, p. 336.]

[Footnote 190: Flod., _Ann._, a. 927.]

[Footnote 191: Flod., ibid.; Dudon de Saint-Quentin, _De moribus_, éd.
Lair, pp. 77 et 170-181; _Ann. anglo-saxon_ (_M.G.h., Scr._, XIII,
108).]

[Footnote 192: Flod., _Ann._, a. 928.]

[Footnote 193: Flod., _Ann_., a. 928.]

[Footnote 194: Richer, I, c. 54.]

[Footnote 195: _Cartulaire de Saint-Cyprien de Poitiers_ (_Arch. hist.
du Poitou_, III), p. 318, n. 1; Mabille, _Le royaume d'Aquitaine et
ses marches sous les Carolingiens_ (Toulouse, 1870, in-4), p. 44 et
47; A. Richard, _Hist. des comtes de Poitou_, I, p. 62, n. 1 et 67;
Lot, _Fidèles ou vassaux?_, p. 54.]

[Footnote 196: Flod., _Ann._, a. 928. Pâques tombait, en 928, le 13
avril. Le carême commençait donc le 2 mars.]

[Footnote 197: Flod., _Ann._, a. 928; _Hist. eccl. Rem._, IV, 21;
Richer, I, c. 53.--Le texte des Annales de Flodoard suppose que Rollon
vivait encore, et nous l'avons admis malgré l'assertion contraire de
Richer (I, 50) qui le fait périr à la prise d'Eu, en 925. Cf. Dudon de
Saint-Quentin, _De moribus_, éd. Lair, p. 77, M. Marion (_De
Normannorum ducum cum Capetianis pacta ruptaque societate_, Paris,
1892, in-8, p. 10) le fait vivre jusqu'en 931. Deville (_Dissertation
sur la mort de Rollon_, Rouen, 1841) place avec plus de raison la mort
de Rollon entre les années 928 et 932, sans préciser.]

[Footnote 198: Flod., _Ann._, a. 928.--Mortagne-Nord, Nord. arr. de
Valenciennes, cant. de Saint-Amand-les-Eaux.]

[Footnote 199: Flod., ibid., et _Hist. eccl. Rem_., IV, 21; Richer, I,
53 et 35. Cf. Albanès, _Gall. christ. noviss_., t. I, col. 41-42.]

[Footnote 200: Flod., _Ann_., a. 928, éd. Lauer, p. 42, n. 5.]

[Footnote 201: Il convient d'observer que Flodoard se sert des termes
suivants: «[Boso] venit ad cum eique fidelitatem et pacem regno
juramento promittit ...», au lieu d'employer le terme qu'il prend
généralement pour indiquer l'hommage ou la recommandation féodale: «se
committit illi».]

[Footnote 202: Flod., _loc. cit._]

[Footnote 203: Une ambassade d'Herbert était revenue de Rome sans
succès, apportant la nouvelle de l'emprisonnement du pape Jean X par
le marquis de Toscane, Guy, frère utérin de Hugues d'Arles, roi
d'Italie. Cf. Flod., _loc. cit.; Hist. eccl. Rem_., IV, 21; Richer, I,
54; Liudprand, _Antap_., III, 18, 43 (éd. Dümmler, pp. 61 et 73).]

[Footnote 204: Flod., _Ann., a. 928; Hist. eccl. Rem_., IV, 22;
Richer, I, 54.]

[Footnote 205: Flod., _Ann_., a. 928; Poupardin, _Le royaume de
Provence_, p. 225-227; _Le royaume de Bourgogne_, p. 59-60; G. de
Manteyer, _La Provence du premier au douzième siècle_ (Paris, 1908,
in-8), pp. 127 et suiv., 158-159.]

[Footnote 206: En 924, l'archevêché de Reims avait obtenu la
restitution de toutes ses possessions légitimes.]

[Footnote 207: Flod., _Ann., a. 928; Hist. eccl. Rem_., IV, 22;
Richer, I, 55.]

[Footnote 208: Leibniz, _Annales imperii_, éd. Pertz, II, 388.]

[Footnote 209: «Rodulfus rex ... pacem facit cum Karolo ...» _Ann., a.
928, in fine_.]

[Footnote 210: Flod., _Ann._, a. 929; _Hist. Francor. Senon._ (_M.G.
h., Scr._, IX, 366) dont dérivent Richard le Poitevin et Orderic
Vital; Hugues de Flavigny, _Necrol._ (ibid., VIII, 287); Folcuin,
_Gesta abbat. Sith._, c. 102 (ibid., XIII, 626), donne la date du 16
septembre. Richer (I, 56): «Karolus post haec tedio et angore
deficiens, in machronosiam decidit, humoribusque noxiis vexatus, post
multum languorem vita privatus est»; _Confin. Regin._, a. 925 (_Scr._,
I, 616); _Ann. Blandin., Lohiens., Elnon. min._, a. 924 (_Scr._, V,
24, II, 210, V, 19); Aimoin, _Miracula S. Bened._, II, 5 (éd. de
Certain, p. 104), dont dérivent Hugues de Fleury et la _Chronique de
Saint-Bénigne de Dijon_; _Chron. Turonense_ (éd. Salmon, _Recueil des
chroniques de Touraine_, p. 110); Sigebert de Gembloux, _Chrori._, a.
926 (_Scr._, VI, 347). Cf. J. Dournel, _Hist. gén. de Péronne_ (1879,
in-8), p. 35; Eustache de Sachy, _Essais sur l'hist. de Péronne_
(Paris, 1866, in-8), p. 39-40, et Eckel, p. 134.]

[Footnote 211: _Cartulaire du monastère de Gerri_, fol. 37, n° 516
(Bibl. nat., _Coll. Moreau_, vol. V, fol. 75-77). _Chron. Nemausense_
(_M.G.h., Scr._, III, 219): «Post cujus [Karoli] obitum fuerunt anni
septem sine legitimo rege, in quibus regnavit Rodulfus.»]

[Footnote 212: _Cartulaire de l'abbaye de Conques_, éd. G. Desjardins,
nos 6, 91, 200, 208,291.]



CHAPITRE V

LA LUTTE CONTRE HERBERT DE VERMANDOIS APRÈS LA MORT DE CHARLES LE
SIMPLE.

Boson venait à peine de se remettre avec Henri Ier que déjà il était
mêlé à de nouvelles intrigues. L'abbesse de Chelles, Rohaut, tante de
Charles le Simple et belle-mère de Hugues le Grand, mourut le 22 mars
925[213]. C'était déjà à l'occasion de son abbaye, on s'en souvient,
que Robert et Hugues s'étaient soulevés contre Haganon en 922. Boson,
sans doute d'accord avec son frère Raoul, s'empara tout à coup de ce
riche monastère tant convoité, avec toutes ses dépendances, pour faire
pièce à Hugues. Il était assez naturel que Raoul pût donner un fief à
son frère alors que Hugues le contraignait à en céder un à Herbert.
Mais Hugues ne transigeait pas aussi facilement sur ses droits que sur
ceux des autres: immédiatement il réclama la restitution de Chelles,
et Herbert, son allié, en prit prétexte pour mettre la main sur la
principale place forte de Boson, le château de Vitry-en-Perthois. Un
armistice fut conclu jusqu'à la fin de mai, puis transformé en paix
définitive sur l'intervention du roi de Germanie. L'entreprise de
Boson aboutissait, en dernière analyse, à une nouvelle ingérence
étrangère en France, défavorable au prestige de Raoul[214].

Hugues et Herbert, de retour d'une conférence avec le roi Henri,
allèrent assiéger Montreuil, afin de soumettre le comte Héloin qui
affectait des allures d'indépendance. Ils le contraignirent à livrer
des otages. Mais bientôt leur union se trouva compromise par le
passage d'Héloin au parti de Hugues. Herbert s'en dédommagea en
attirant dans son camp Heudoin, vassal de Hugues[215].

Les Normands de la Loire étaient demeurés dans un calme relatif depuis
925. Au commencement de l'année 930, ils envahirent de nouveau
l'Aquitaine, pillèrent la Saintonge, l'Angoumois, le Périgord, et
pénétrèrent jusqu'en Limousin[216]. Raoul se porta au secours de
sujets qui lui étaient fidèles depuis le début de son règne. Il
atteignit les pillards au lieu dit _Ad Destricios_ et les anéantit
presque totalement[217]. La victoire eut un aussi grand retentissement
que jadis celle de Louis III à Saucourt, et, comme il arrive souvent,
ce succès en engendra un autre: une partie des Aquitains (les comtes
d'Auvergne, de Toulouse et de Rouergue) qui avaient pu juger de
l'efficacité de l'intervention royale, firent leur soumission. Cette
bataille devint légendaire dans le pays. C'est à elle qu'on rattache
les exploits du comte d'Angoulême Guillaume Taillefer[218], et Aimoin
y fait allusion lorsqu'il félicite Raoul d'avoir rendu la paix au pays
par son triomphe sur les Normands[219].

La défaite normande fut suivie du retour des moines dans leurs
couvents. Ceux de Charroux revinrent d'Angoulême où ils avaient
cherché refuge. Les reliques de saint Genoul furent rapportées à
Estrées, celles de saint Benoît à Saint-Benoît-sur-Loire, qui avait
échappé à Rögnvald[220].

Dans le nord, la mésintelligence entre Hugues et Herbert allait
croissant. Ernaut de Douai, vassal de Hugues, venait de passer au
parti d'Herbert, et des hostilités accompagnées de dévastations en
étaient résultées. Raoul quittant la Bourgogne où il était encore, le
23 mars, à Autun[221], s'interposa comme médiateur, réunit plusieurs
plaids et parvint à conclure un arrangement. Son frère Boson y fut
aussi compris. Herbert devait lui rendre Vitry[222]. On aperçoit ainsi
la raison intéressée de l'intervention de Raoul en faveur de Hugues.
Herbert le sentait bien et pour s'en venger, il provoqua la défection
d'Anseau, vassal de Boson, qui gardait Vitry, lui donnant Coucy comme
prix de sa trahison. Les représailles ne se firent pas attendre.
Boson, Gilbert et les Lorrains s'entendirent avec Hugues qui leur
faisait des avances, et tandis que Raoul retournait en Bourgogne, les
alliés ayant opéré leur jonction assiégeaient et prenaient Douai, dont
Roger de Laon fut investi par Hugues. Quant à Ernaut, réfugié auprès
d'Herbert, il fut dédommagé par la cession de Saint-Quentin. Boson
parvint à rentrer dans Vitry. Il enleva même Mouzon par ruse à
Herbert, mais celui-ci profita de la première absence de Boson, vers
la Noël, pour passer la Meuse à l'improviste et pénétrer dans la
place, dont les portes lui furent ouvertes par des amis: la garnison
lorraine fut faite prisonnière[223].

Herbert faisait face à tout par des prodiges d'adresse et d'activité,
mais sa situation était des plus mauvaises depuis sa rupture avec
Hugues. Raoul, au contraire, gagnait tous les jours en autorité. En
930, sa souveraineté s'était étendue en Aquitaine; l'année suivante il
affirma à nouveau sa suzeraineté sur l'importante partie du royaume de
Provence occupée par lui depuis 928. S'étant rendu avec une escorte en
Viennois, il reçut la soumission formelle de son neveu
Charles-Constantin, devenu comte de Vienne, au mépris des droits
consentis à Eudes de Vermandois[224]. C'était la preuve évidente de sa
rupture définitive avec Herbert. De là il se rendit «en pèlerinage» à
Saint-Martin de Tours, en réalité auprès de Hugues, dont il se
rapprochait de jour en jour davantage. Sa présence nous y est révélée
en mars par un diplôme qu'il délivra le 24 de ce mois, en faveur des
chanoines de Saint-Martin[225].

Bientôt après, il fut rappelé en Bourgogne par la nécessité de régler
de petites difficultés d'ordre intérieur, presque domestique. La reine
Emma, dont nous avons eu l'occasion de signaler à maintes reprises les
hautes capacités, apportait parfois dans ses actes d'administration la
hâte et l'acharnement irréfléchi qui déprécient le mérite de
l'énergie.

Pour une raison inconnue, elle enleva le château d'Avallon au comte
Gilbert, fils de Manassès, l'ennemi de son père Robert 1er[226]. Elle
en fit autant à l'égard du monastère de Saint-Germain d'Auxerre
auquel, sous un prétexte futile, elle prit la _villa Quinciacum_ (en
Nivernais) pour en gratifier quelqu'un de ses gens. La légende ajoute
que saint Germain la punit de sa témérité en lui paralysant la langue,
châtiment qui lui fut tout particulièrement pénible. Elle se rendit au
monastère avec une escorte nombreuse et, suivant la chronique, obtint
la guérison à la suite du don de deux agrafes[227].

Gilbert de Dijon s'allia au comte Richard, fils de Garnier de Sens, et
opposa à Raoul une résistance si vive que celui-ci dut renoncer
momentanément à la briser, d'autant plus que de nouvelles
complications l'appelaient dans le nord[228].

Depuis la dernière expédition contre Herbert, Boson avait eu de
nouvelles difficultés avec le duc Gilbert. Pour la seconde fois il y
perdit son château de _Durofostum_, et Herbert en profita pour se
rapprocher de Gilbert. Boson quittant alors la suzeraineté du roi
Henri, beau-père de Gilbert, appela son frère Raoul, puis il se
dédommagea en tournant ses armes contre son voisin, l'évêque de
Châlons, Beuves, qui avait exercé des cruautés sur plusieurs de ses
gens et se trouvait en relations suivies avec le comte de Vermandois.
Châlons fut pris et incendié[229].

A la faveur de l'anarchie générale, le marquis de Flandre Arnoul
s'empara de Mortagne, place forte avantageusement située, au préjudice
des fils de Roger de Laon qui étaient parvenus à y rentrer. Raoul
parut alors dans la France septentrionale, se déclarant ouvertement
l'allié de Hugues et l'ennemi d'Herbert. Il enleva à ce dernier sa
forteresse de Denain et assiégea ensuite Arras. Herbert accourut avec
des renforts lorrains commandés par le duc Gilbert en personne. Raoul
et Hugues, d'une part, Herbert et Gilbert, de l'autre, étaient en
présence, à la tête de forces considérables. Une grande bataille
semblait imminente. Mais avec cet esprit à la fois politique, un peu
indécis et humanitaire qui caractérisait les acteurs de ces guerres
civiles, on entra en pourparlers pour éviter une effusion de sang
inutile, on discuta et on s'entendit pour conclure un armistice
jusqu'au 1er octobre[230]. Peut-être aussi Gilbert avait-il été retenu
par le scrupule de combattre son ancien suzerain, au moment où il
n'existait aucun trouble dans les relations entre celui-ci et Henri de
Germanie, son nouveau maître.

A quelque temps de là, la garnison rémoise d'Herbert viola la trêve en
allant attaquer et détruire la forteresse de Braisne-sur-la-Vesle[231],
que Hugues avait enlevée naguère à l'archevêque de Rouen, Gonthard.
Raoul se décida alors à tenter un effort énergique contre la grande
cité métropolitaine, véritable centre de la résistance du parti
vermandois. Il essaya sans résultat d'entamer des négociations avec
le clergé et les habitants de Reims, afin d'obtenir, par leur
initiative, la nomination d'un véritable archevêque à la place du
jeune expectant Hugues. Ses démarches échouèrent parce qu'Herbert
avait réussi à s'attacher les Rémois par d'habiles largesses. Raoul
n'hésita plus à se porter en avant, avec toute son armée jointe à
celle de Hugues, sur Laon et Reims[232].

A son approche se manifestèrent les défections. Artaud, moine de
Saint-Remy, alla trouver Hugues, et par son attitude nettement hostile
à Herbert sut gagner ses bonnes grâces, dont il devait un peu plus
tard apprécier toute la valeur[233].

Herbert, réduit aux abois, ne trouva d'autre moyen d'échapper à une
capitulation désastreuse que de se réclamer de la suzeraineté
germanique. Il retourna près du roi Henri, en Lorraine, et lui prêta
de nouveau l'hommage. Mais Raoul le surveillait, sachant bien ce dont
il était capable. Il se rendit jusqu'à Attigny, d'où il envoya Hugues
en ambassade au roi Henri. Le roi de Germanie fut naturellement plus
sensible à cette démarche de conciliation d'un rival puissant qu'à
celle d'un seigneur discrédité et sans ressources[234]. Il n'était pas
disposé à profiter des avances d'un allié douteux, pour tenter une
intervention hasardeuse dans les querelles intestines d'un pays dont
le souverain ne lui témoignait aucune hostilité. Henri et Raoul se
considéraient tous les deux comme «rois des Francs» (_reges
Francorum_) quoique dans leurs diplômes ils ne prissent chacun que le
titre de _rex_[235]. Chacun avait été mis légitimement--selon la
conception germanique--à la tête d'une fraction de l'ancien «empire
franc» (_regnum Francorum_) divisé depuis la bataille de Fontenoy. La
Lorraine, l'ancien royaume intermédiaire (_media Francia_) entre la
France et la Germanie, n'avait pas réussi à préserver son
individualité contre les ambitions des deux nations voisines, ses
soeurs, et maintenant on la voyait passer de l'une à l'autre selon les
caprices de la politique. Henri et Raoul avaient pu éprouver, l'un et
l'autre, qu'ils devaient se borner à enregistrer la volonté de la
majorité des grands vassaux lorrains, les interventions à main armée,
pour peser sur leurs volontés, amenant le plus souvent des réactions
en sens contraire. La Lorraine reconnaissait à ce moment la
suzeraineté d'Henri: celui-ci sentait combien sa domination au delà du
Rhin était précaire, et c'eût été pour lui se jeter dans une aventure
dangereuse que d'ouvrir des hostilités injustifiées contre le roi des
«Francs de l'ouest». En 928 déjà, dans une circonstance analogue, il
avait refusé à Herbert et à Hugues, alors réunis contre leur suzerain,
de les aider effectivement: à plus forte raison devait-il agir de même
vis-à-vis d'Herbert seul. On ne voit donc guère pourquoi certains
auteurs ont trouvé étrange qu'Henri n'eût pas secouru Herbert devenu
son «vassal», et se sont laissé entraîner à supposer une
reconnaissance officielle, par le roi de France, de la suzeraineté
saxonne en Lorraine, pour expliquer l'attitude amicale d'Henri à
l'égard de Raoul dans ces conjonctures[236]. Les chroniqueurs
allemands n'eussent pas manqué de rapporter une telle clause. Or, ils
sont absolument muets et pour comprendre le cours des événements, il
suffit d'observer que la mobilité d'esprit d'Herbert et le mauvais
état de ses affaires n'étaient pas de nature à donner confiance à un
allié même entreprenant. D'autre part, en fait, la simple abstention
de toute intrigue en Lorraine pouvait être acceptée de la part de
Raoul, comme une concession précieuse. Il y avait enfin un intérêt
supérieur pour les deux rois à ne pas encourager les rébellions de
leurs vassaux respectifs.

S'étant assuré de la neutralité du roi Henri, Raoul se concerta avec
le duc de France, auprès duquel nous le voyons le 21 mars 931, à
Tours, confirmant les possessions de Saint-Martin[237]. A la suite de
cet entretien, il marcha sur Reims, accompagné de Hugues, de Boson et
d'un grand nombre de comtes et d'évêques[238]. Le quartier général des
troupes royales était à Cormicy: les hommes d'armes pillaient le pays
environnant, et leurs lignes de campement s'étendaient jusqu'à
Bouffignereux, près de Laon[239].

Les évêques qui entouraient le roi insistèrent pour mettre fin à cette
interminable vacance du siège de Reims. Raoul s'y prêta d'autant plus
volontiers qu'il y voyait subordonné l'intérêt de sa politique, et il
envoya un message aux Rémois pour les y inviter.

Les membres du clergé et les notables de Reims venus au camp
procédèrent à l'élection, après s'être assurés du consentement des
assiégés, qui ne fut pas obtenu sans difficulté. Le protégé de Hugues,
le moine fugitif de Saint-Remy, Artaud, fut élu. Ce choix d'un humble
ecclésiastique s'opposait à celui du seigneur féodal imposé par
Herbert: on pouvait être assuré que le nouvel archevêque ne subirait
aucune influence dictée par des intérêts de famille. L'élection,
approuvée par le pape, était canonique autant que le permettaient les
circonstances. Les dissensions entre les habitants et le découragement
de la garnison, livrée à ses seules ressources, décidèrent, au bout de
trois semaines, de la reddition de Reims. Le nouvel archevêque fit son
entrée dans la cité, où il fut consacré solennellement en présence de
dix-huit évêques[240].

On procéda ensuite au jugement d'un partisan d'Herbert, Beuves, évêque
de Châlons, qui était tombé entre les mains du roi (peut-être au cours
d'une sortie): il fut condamné à la destitution. Hugues se chargea de
le tenir sous bonne garde, et un religieux appelé Milon le remplaça
sur son siège. Le fils d'Herbert fut déclaré déchu de tout droit sur
l'archevêché de Reims.

Raoul et ses alliés ne se tinrent pas pour satisfaits de leur rentrée
dans la grande cité métropolitaine du nord. Ils se portèrent sur Laon,
où s'était enfermé le comte de Vermandois. Se voyant dans
l'impossibilité de résister, Herbert sollicita et obtint libre passage
pour se retirer; mais à l'exemple de ce qu'avait fait naguère le roi,
il laissa sa femme dans la forteresse récemment édifiée par ses soins.
Celle-ci, après une belle défense, fut obligée de capituler[241]. La
royauté rentrée en possession de ses deux boulevards du nord, Reims et
Laon, était assurée par là même d'une nouvelle période de domination
effective et incontestée.

Après cet important succès, Raoul se rendit au palais de Compiègne, et
le 7 octobre, il y délivra, à la prière de son précieux auxiliaire
Hugues, «marquis du royaume», le «très cher abbé», dans la chapelle
royale de Saint-Corneille, un diplôme renouvelant les privilèges
concédés à l'abbaye de Marmoutier par Charlemagne, Louis le Pieux,
Charles le Chauve et Eudes[242]. Il alla ensuite passer l'hiver en
Bourgogne, à surveiller les divisions intestines de l'Aquitaine et à
guerroyer contre ses vassaux révoltés Gilbert et Richard. Il enleva à
ces derniers plusieurs places fortes et les contraignit finalement à
se soumettre[243]. Le 28 décembre, étant à Auxerre, il concéda à son
fidèle Allard, à la femme et au neveu de celui-ci, Plectrude et
Geilon, sur la requête d'Anseïs, évêque de Troyes, et du comte de
Nevers, Geoffroy, l'abbaye de Saint-Paul en Sénonais avec des
dépendances en Gâtinais[244]. C'est alors pour la première fois
qu'Anseïs de Troyes paraît comme archichancelier, à la place d'Abbon
de Soissons devenu suspect à cause de ses complaisances pour le fils
d'Herbert II, Hugues, qu'il avait protégé a Reims[245]. Bientôt
l'affaire de l'évêché de Noyon rappela le roi dans le nord. Au décès
de l'évêque Airard, l'abbé de Corbie, Gaubert, avait d'abord été
choisi; mais un clerc ambitieux combattit cette élection, et avec
l'appui du comte d'Arras, Alleaume, qu'il introduisit traîtreusement
dans la cité, il s'appropria la dignité épiscopale[246].

Quelques hommes d'armes chassés brutalement de Noyon incitèrent les
habitants des faubourgs a expulser le nouveau prélat. Ils pénétrèrent
en ville, les uns en escaladant une fenêtre de la cathédrale, les
autres en mettant le feu à la porte. Le comte Alleaume, cherchant un
refuge dans la basilique, y fut massacré au pied même de l'autel.
Gaubert fut alors consacré par Artaud[247].

À la nouvelle de ces luttes, Raoul craignant de nouvelles
complications, avait regagné le nord. Herbert venait d'enlever Ham au
frère d'Héloin de Montreuil, Ébrard, qu'il avait fait prisonnier.
Raoul commença par se concerter avec Hugues. D'accord avec lui, il
rendit à Beuves de Châlons son évêché, puis, mécontent de l'attitude
d'Herbert à Noyon et Ham, il se jeta à l'improviste sur l'abbaye de
Saint-Médard de Soissons et en prit possession. Le comte de Vermandois
sentait à tel point son impuissance qu'il ne fit rien pour essayer d'y
pénétrer, une fois Raoul parti[248]. Les préoccupations royales
étaient depuis quelque temps dirigées d'un tout autre côté par suite
de l'entrée en scène inattendue des seigneurs méridionaux. Trois
d'entre eux, parmi les plus considérables, de ceux qui s'étaient
toujours tenus à l'écart de Raoul du vivant de Charles le Simple,
favorablement impressionnés par la prise de Reims sur le geôlier de
l'infortuné souverain, se décidèrent à prêter l'hommage: ce sont le
comte de Toulouse, Raimond-Pons III, son oncle le comte de Rouergue,
Ermengaud, et enfin le seigneur gascon Loup Aznar[249]. Certains
historiens ont cru nécessaire de supposer une expédition de Raoul en
Aquitaine, pour expliquer ce revirement si complet, surprenant au
premier abord par sa spontanéité[250]. En réalité, la prépondérance
politique, que Raoul avait réussi à gagner par son inlassable activité
depuis la mort de Charles, suffit à donner la clef de ce brusque
changement dans l'attitude des grands vassaux du midi. Ceux-ci
devaient, en effet, commencer à redouter de voir se tourner contre eux
les armes royales, victorieuses d'Herbert de Vermandois.

A partir de cet acte solennel de soumission, les documents publics et
privés de l'Aquitaine et du Languedoc furent datés des années du règne
de Raoul, comptées depuis la mort de Charles le Simple. On revenait
ainsi implicitement sur le calcul d'un prétendu interrègne qu'on avait
fait pendant trois années: c'était la reconnaissance formelle de
l'irrégularité du procédé. Seule la Marche d'Espagne, où les comtes
avaient usurpé tous les droits régaliens, échappa à la suzeraineté de
Raoul; mais elle était située si loin, au delà des Pyrénées, qu'on ne
pouvait guère être tenté d'y faire une expédition pour s'assurer une
domination illusoire[251].

Il semble que Raimond de Toulouse ait reçu à l'occasion de sa
soumission la dignité de duc d'Aquitaine, dont on le voit revêtu par
la suite. On ne saurait dire cependant pourquoi cette dignité ne resta
pas attachée au comté de Poitiers, car Èbles de Poitiers, fils du duc
d'Aquitaine Renoul II, avait toujours été fidèle à Raoul. Il est à
supposer que ce changement fut nécessité par des circonstances d'ordre
politique, et peut-être même est-ce sur cette base que la soumission
de l'Aquitaine avait été négociée[252].

En juin 932, Raoul était en Lyonnais, à Anse, où le 19 de ce mois, il
confirmait, à la requête de Dalmace, les possessions de l'abbaye de
Montolieu sises dans le pays de Carcassonne, en Narbonnais et en
Razès, preuve manifeste de sa domination incontestée dans ces
régions[253]. Le 21 juin et le 1er juillet, à la demande de la reine
Emma et de son frère Hugues, il fit diverses libéralités au monastère
de Cluny, auquel il concéda même le droit de battre monnaie[254].
Plusieurs chartes lyonnaises datées de son règne, en cette même année,
prouvent qu'il peut avoir été reconnu dans ce pays avant le traité
conclu entre Rodolphe II et Hugues d'Italie[255].

Pendant l'éloignement du roi, Hugues avait poursuivi les hostilités
contre Herbert. Avec le secours de plusieurs évêques, il avait assiégé
Amiens, occupé par les gens de ce dernier, et il réussit à se faire
livrer des otages; puis il marcha droit sur la capitale du Vermandois,
Saint-Quentin, et s'en empara au bout de deux mois de siège. Ces
succès déterminèrent le duc de Lorraine, Gilbert, à répondre aux
ouvertures de Hugues qui lui demandait son aide pour assiéger Péronne.
Malheureusement tous les assauts des Lorrains furent repoussés avec
pertes, et Gilbert découragé prit le parti de se retirer. Hugues sut
lui faire accepter avant son départ une entrevue avec Raoul[256].

Le roi avait coopéré à l'attaque infructueuse de Péronne. Il revint
encore en Vermandois, vers la fin de l'année, accompagné de Hugues,
pour assiéger Ham, et il força les habitants à livrer des otages.
D'autre part le marquis de Flandre, Arnoul, venait de mettre la main
sur Arras, en profitant du désarroi causé par la mort du comte
Alleaume, à Noyon[257]. Il ne restait plus à Herbert comme derniers
réduits que Péronne et Château-Thierry. On prit les mesures
nécessaires afin d'empêcher toute tentative de sa part pour rentrer à
Laon, à la suite du décès de l'évêque Gosbert (932): Engrand, doyen de
Saint-Médard de Soissons, qui dépendait à présent du roi, fut élu
immédiatement[258].

La situation du comte de Vermandois était si précaire qu'il essaya de
nouveau, comme en 931, d'obtenir l'appui d'Henri de Germanie; mais il
n'eut pas plus de succès qu'auparavant, ce souverain étant aux prises
avec des difficultés intérieures et engagé dans une guerre contre les
Hongrois.

Au milieu de ces circonstances adverses, Herbert eut du moins la
satisfaction de voir son ancien partisan, l'évêque de Châlons, Beuves,
rétabli sur son siège par la faveur de Hugues, qu'il avait su se
concilier pendant sa captivité. Artaud réunit même un synode pour
excommunier son remplaçant éphémère, Milon, qui menaçait de troubler
la paix du diocèse[259].

L'archevêque de Reims reçut à quelque temps de là, au début de l'année
933, la récompense de cet acte de haute impartialité. Les députés
qu'il avait envoyés auprès du pape Jean XI, Gison et Amaury, revinrent
de Home, lui rapportant le _pallium_, l'insigne réservé aux seuls
archevêques[260]. Cette reconnaissance formelle par le Saint-Siège lui
était infiniment précieuse, car l'intronisation de Hugues se
Vermandois avait obtenu jadis l'assentiment du pape Jean X, et au
point de vue du droit canon, seule une décision pontificale pouvait en
réformer une autre.

Vers 933 Rodolphe II, roi de Bourgogne, obtint de Hugues d'Italie
l'abandon de ses droits à la souveraineté sur la Provence, et
constitua ainsi le «royaume d'Arles»[261]. Raoul qui prétendait à la
suzeraineté sur Vienne, l'ancienne capitale des rois de Provence,
Boson et Louis, craignit de se trouver évincé par Rodolphe à la suite
de cet accord passé en dehors de lui. Il descendit avec une armée la
vallée du Rhône et se fit recevoir comme suzerain dans la cité, où
commandait Charles-Constantin[262]. D'autre part son frère Boson,
époux de Berthe, nièce de Hugues, en possession des comtés d'Arles et
d'Avignon, dominait en Provence depuis que son beau-père était parti
chercher fortune en Toscane[263]. Vers cette époque Raoul put
s'intituler avec raison, dans ses diplômes, _rex Francorum,
Aquitanorum et Burgundionum_[264]. Le roi de Germanie, Henri 1er,
occupé à combattre les Hongrois qu'il finit par écraser cette année
même sur les bords de l'Unstrutt (le 15 mars) n'avait pas pu
intervenir.

Revenu dans le nord, Raoul obtint enfin la soumission de la Normandie:
le jeune «marquis» Guillaume, fils de Rollon, n'étant plus retenu par
ses obligations à l'égard de Charles le Simple, se décida à lui prêter
hommage. Il reçut en récompense une partie du littoral contigu à la
Bretagne, probablement l'Avranchin et le Cotentin[265]. Depuis
plusieurs années, déjà, la lutte la plus vive était engagée entre
Normands et Bretons. Un soulèvement général, suivi d'un massacre des
Normands de Félécan, avait eu lieu en 931[266]. Pris entre les deux
colonies scandinaves de la Seine et de la Loire, les Bretons avaient à
combattre sans cesse, sur leurs frontières, des envahisseurs obstinés
et intrépides, conduits par des chefs comme Ingon, qui paraît avoir
succédé à Rögnvald, ou Guillaume Longue-Épée. Ce dernier réussit à
avoir le dessus dans les combats livrés aux confins de la Bretagne,
mais il ne put jamais étendre sa suzeraineté sur la péninsule
elle-même où un peu plus tard le comte Alain Barbe-Torte, aidé par des
secours anglo-saxons, parvint à former une unité féodale solidement
constituée[267]. Guillaume avait néanmoins intérêt à faire confirmer
les droits concédés sur ce pays par Charles le Simple à son père et à
faire reconnaître la légitimité de ses dernières conquêtes. Ces
raisons se présentent naturellement à l'esprit, quand on cherche à
comprendre la cause du changement si considérable et si gros de
conséquences qui se produisit dans l'attitude de Guillaume.

Encouragé par ce magnifique succès qui affermissait son pouvoir
souverain, Raoul reprit la lutte contre le Vermandois avec une
nouvelle ardeur. Accompagné de la reine Emma et d'une armée puissante,
composée en partie de milices ecclésiastiques, il alla camper devant
Château-Thierry. Les archevêques de Tours et de Reims, Téotolon et
Artaud, qui étaient avec lui, profitèrent de la présence de plusieurs
de leurs suffragants et de quelques évêques bourguignons pour réunir
un synode, où Heudegier fut consacré évêque de Beauvais. Le siège dura
six semaines, et la place ne fut prise que grâce à la trahison de son
chef Walon, qui consentit à prêter l'hommage à la reine Emma à
condition de garder son poste[268].

Ham qui s'était rendu au roi l'année précédente, était retourné au
parti d'Herbert. Le fils de ce dernier, Eudes, l'occupa et s'en servit
comme base pour aller piller les environs de Soissons et de Noyon.
L'abbesse de Notre-Dame de Soissons fut obligée de solliciter la
générosité royale, pour trouver un abri aux chanoines de Saint-Pierre
dont les habitations et le cloître avaient été détruits par
l'incendie[269].

Une tentative hardie d'Herbert sur Saint-Quentin put réussir, mais ce
ne fut qu'un succès passager. Les habitants de la ville avaient une
certaine répugnance à combattre pour Hugues, leur nouveau maître: ils
facilitèrent l'assaut au comte de Vermandois qui y rentra dès le
troisième jour du siège. La faible garnison laissée par Hugues obtint
de se retirer, en promettant une neutralité absolue pendant la suite
des hostilités. Herbert s'éloigna, confiant la garde de la ville, dont
il s'exagérait l'attachement, à un très petit nombre des siens. Hugues
accourut presque aussitôt, s'empara pour la seconde fois de
Saint-Quentin et punit sévèrement la tiédeur des habitants: plusieurs
furent mutilés et un clerc noble appelé Treduin, qu'Herbert avait
récemment amené, fut pendu[270].

En quittant Saint-Quentin, Hugues, accompagné de l'archevêque Artaud,
obtint la reddition de la forteresse de Roye, en Vermandois[271].

Herbert, devant la supériorité numérique de ses ennemis, fit preuve
d'une opiniâtreté et d'une activité véritablement prodigieuses. Il
parvint à rentrer en possession de Château-Thierry, en gagnant à sa
cause quelques-uns de ses anciens partisans préposés par Walon à la
garde de la place; mais il se borna à y mettre une garnison, ne
voulant pas s'y enfermer lui-même afin de garder toute sa liberté pour
agir[272].

A cette nouvelle, Hugues accourut assiéger la ville, malgré la
mauvaise saison. Raoul, de retour en France depuis peu[273], vint le
rejoindre au début de l'année 934. Ce second siège de Château-Thierry
fut encore plus difficile que le premier. Enfin, au bout de quatre
mois[274]. Walon le vassal de la reine, qui était avec les
assiégeants, trouva moyen, grâce à sa parfaite connaissance des lieux,
d'escalader pendant la nuit les murs du faubourg inférieur, au bord de
la Marne. La forteresse située sur la hauteur continua néanmoins à
résister. De nouveaux assauts réitérés décidèrent enfin les vaillants
défenseurs à entamer des pourparlers: ils obtinrent de rester en
possession du château moyennant la remise d'otages.

Le comte de Vermandois affecta de n'attacher aucun prix aux garanties
données par ses gens. Raoul et Hugues se décidèrent alors à revenir,
dès qu'ils le purent, continuer le siège de la citadelle de
Château-Thierry. L'intervention du roi de Germanie vint fort à propos
apporter le règlement au moins provisoire de cette question. Les
victoires d'Henri sur les Hongrois, les Slaves et les Danois lui
permettaient de répondre maintenant aux avances jadis faites en vain
par Herbert.

Il envoya à son secours Gilbert de Lorraine et Éberhard de Franconie,
avec plusieurs évêques lorrains; et ceux-ci réussirent négocier en
faveur de leur protégé, un armistice jusqu'au 1er octobre. Mais Raoul
ne consentit que moyennant l'abandon de Château-Thierry, à laisser
Herbert jouir paisiblement de la possession de Péronne et de Ham
pendant la trêve[275].

Cependant, d'une façon très inattendue, Herbert fut en partie
dédommagé de ses revers par l'acquisition d'un puissant allié. Le
comte ou marquis de Flandre, Arnoul, se décida enfin à épouser Adèle
de Vermandois, à laquelle il avait été fiancé antérieurement[276].
Herbert avait déjà apprécié la puissance d'Arnoul lorsque celui-ci
avait occupé Arras, en 932. Depuis lors, le même comte était devenu
maître de Boulogne et Térouanne et abbé de Saint-Bertin à la mort de
son frère Allou. L'alliance d'un tel voisin, si longtemps hostile,
était tout à fait inespérée.

Pendant l'armistice, Herbert se hâta d'approvisionner Péronne, et il
se vengea en même temps de ses vassaux, partisans de Hugues, en
confisquant leurs récoltes. Gilbert, de son côté, s'était préparé à
aider de nouveau le comte de Vermandois. La trêve expirée, les
Lorrains entrèrent en France, avec l'intention d'enlever
Saint-Quentin; Hugues conjura le danger en envoyant des députés à
Gilbert, afin de négocier un nouvel armistice. On tomba d'accord pour
prolonger la paix jusqu'au 1er mai 935[277].

Vers la fin de l'année, Raoul perdit un précieux auxiliaire en la
personne de sa femme, la reine Emma[278]. Quelque blâme que la légende
monacale ait pu émettre sur le caractère violent et usurpateur de
certains de ses actes, conformes du reste aux moeurs de l'époque, la
vaillance et l'activité de cette princesse n'en méritent pas moins
l'admiration. Elle avait pris personnellement part aux pénibles luttes
soutenues par son mari contre les grands vassaux, et son influence
politique méritée nous est encore révélée par les diplômes royaux où
on la voit souvent intervenir.

Au printemps de 935, Raoul fit une courte démonstration contre un
parti d'Aquitains qui avait pris _Viriliacum_[279] à Geoffroi de
Nevers, son fidèle vassal. Ayant chassé les usurpateurs, il regagna le
nord et profita de ses bons rapports avec Geoffroi pour le charger
d'une mission délicate auprès du roi de Germanie, Henri Ier. Il
s'agissait de négocier les bases d'un accord et de préparer une
entrevue[280].

Pendant le séjour du roi à Laon, vers Pâques, une rixe sanglante,
heureusement sans conséquences, éclata entre ses gens et ceux de
l'évêque. De là, Raoul se transporta à Soissons, où il réunit les
grands vassaux (_primates regni_) en un plaid: une ambassade d'Henri
Ier vint l'y trouver. La rencontre des deux souverains fut fixée au
mois de juin, et elle eut lieu, en effet, vers le 8, sur les bords de
la Chiers[281], aux confins de la Lorraine. Outre les suites
nombreuses des deux princes, on vit encore paraître, à la conférence,
le roi de Bourgogne Rodolphe II, sans qu'on sache au juste la cause de
sa venue; peut-être était-ce en vue de régler la question du Viennois.
Herbert de Vermandois se présenta devant Raoul, et, selon
l'arrangement intervenu, fit sa soumission. Le roi lui rendit
solennellement plusieurs des domaines occupés par Hugues, et il
réconcilia les deux adversaires. Henri obtint aussi, de son côté, la
soumission de Boson, auquel il rendit à peu prés la totalité de ses
domaines Lorrains[282]. Ainsi Raoul avait négocié une paix définitive
avec Herbert moyennant quelques concessions, dont Hugues faisait les
frais, et il avait assuré la restitution à son frère Boson de ses
domaines perdus. Sauf cette dernière clause, onéreuse théoriquement
puisqu'elle pouvait engager la question de suzeraineté de la Lorraine,
l'arrangement était fort avantageux pour Raoul.

A peine l'eut-il conclu qu'il fut rappelé en Bourgogne par une
invasion hongroise. Les barbares pillèrent et brûlèrent divers
monastères, notamment celui de Bèze, et à l'approche du roi, gagnèrent
en hâte le midi, puis l'Italie[283]. Raoul profita du moins de sa
venue pour assiéger Dijon, dont le comte Boson s'était naguère emparé
et que ses gens occupaient encore[284].



 FOOTNOTES:

[Footnote 213: Obituaires de Saint-Germain-des-Prés, de Saint-Denis et
d'Argenteuil, dans _Obituaires de la province de Sens, éd._ A.
Molinier (_Recueil des historiens de France_, in-4), t. I, p. xx, 254,
312 et 345.]

[Footnote 214: Flod., _Ann._, a. 929.]

[Footnote 215: Flod., ibid.]

[Footnote 216: Flod., _Ann._, a. 930; Adrevald, _De miraculis S.
Benedicti_, I, C. XXXIII-IV, éd. de Certain, pp. 70-75.]

[Footnote 217: Adémar de Chabannes, III, 20 (éd. Chavanon, p. 139);
Richer, I, 57; _Chron. Vezeliac._, a. 929 (_Rec. des historiens de
France_, IX, 89). Marvaud (_Hist. des vicomtes de Limoges_, 1873, I,
p. 67) a identifié le lieu dit «Ad Destricios» cité par Adémar avec
Estresse, près Beaulieu, dép. de la Corrèze, arr. de Brives.]

[Footnote 218: Adémar, III, 28 (éd. Chavanon, p. 149): «Willelmus ...
Sector ferri, qui hoc cognomen indeptus est quia, commisso praelio cum
Normannis et neutro cadenti, postera die pacti causa cum rege eorum
Storm solito conflictu deluctans, ense corto durissimo per media
pectoris secuit simul cum torace una modo percussione ...» Cf. J.
Depoin, _Les comtes héréditaires d'Angoulême de Vougrin Ier à Audoin
II_ (extr. du _Bulletin de la soc. archéol. et hist. de la Charente_,
année 1904), p. 14.]

[Footnote 219: Aimoin, _De miraculis S. Benedicti_, lib. II, c. III
et V (éd. de Certain, p.100). En fait, il n'est plus question, à
partir de ce moment, que d'une simple incursion de pillards en Berry
(voy. plus loin, p. 75).]

[Footnote 220: Adémar, III, 23, éd. Chavanon, p. 144; _Translatio S.
Genulfi_ (_Acta SS. ord. S. Benedicti_, saec. IV. 2, p. 230). Le
monastère de Saint-Benoît eut beaucoup de mal à reprendre sa
prospérité antérieure. La discorde se mit chez les moines, et pour
mettre fin à cet état de choses lamentable, il fallut que le comte
Elisiard, à la mort de l'abbé Lambert, appelât à sa direction le
célèbre réformateur Eudes de Cluny. Cf. E. Sackur, _Die Cluniacenser_,
p. 88-89.]

[Footnote 221: Il y donnait un diplôme confirmatif de tous les biens
du monastère de Saint-Andoche. _Recueil des historiens de France_, IX,
573 (à l'année 928); Thiroux, _Hist. des comtes d'Autun_, p. 121 (à
l'année 927); L. Lex _Documents originaux antérieurs à l'an mil des
archives de Saône-et-Loire, (Mém. de la Soc. d'hist. et d'archéol. de
Châlon-sur-Saône_, t. VII, 4e partie, 1888, p. 266), n° XIV (au 1er
avril 928, d'après une copie). Nous rétablissons ici la date de 930 en
supposant une erreur d'indiction et en admettant l'année du règne
(VII) comme correcte.]

[Footnote 222: Vitry-en-Perthois ou le Brûlé, dép. de la Marne, arr.
de Vitry-le-François.]

[Footnote 223: Flod., _Ann._, a. 930 et 931; _Hist. eccl. Rem._, IV,
23.]

[Footnote 224: Flod., _Ann_., a. 931. Cf. A. Steyert, _Hist. de Lyon_,
t. II (1897), p. 192-194. Voy. plus haut, p. 54-55.]

[Footnote 225: Flod., _Ann_., a. 931; _Recueil des historiens de
France_, IX, 573; Mabille, _La pancarte noire de Saint-Martin de
Tours_, no VI (136).]

[Footnote 226: Flod., ibid. Sur le différend entre Manassès et Robert,
voy. plus haut, p. 1.]

[Footnote 227: _Appendix Miracul. S. Germani Autissiod. (Bibl. hist.
de l'Yonne_, II, p. 197-198).]

[Footnote 228: Flod., _Ann_., a, 931]

[Footnote 229: Flod., _Ann_., a. 931.]

[Footnote 230: Flod., ibid.]

[Footnote 231: Aisne, arr. de Soissons.]

[Footnote 232: Flod., ibid.; _Hist. eccl. Rem_., IV, 24; Richer, 1,
59.]

[Footnote 233: Flod., _Anna_., a. 931; _Hist. eccl. Rem_., IV, 24, 35;
Richer, I, 61.]

[Footnote 234: Flod., ibid.]

[Footnote 235: Charles le Simple s'était intitulé _rex Francorum_,
après l'acquisition de la Lorraine (_largiore hereditate indepta_),
comme s'il avait été alors réellement à la tête de tout l'ancien
_regnum Francorum_.]

[Footnote 236: Kalckstein, p. 185; Lippert, p. 76-77; cf. Waitz,
_Heinrich I_, 2e éd., p. 141-142. Henri Ier revint encore en Lorraine
à la fin de cette année. Il était à Yvoix (Ardennes) le 24 octobre
931, avec le comte Gilbert, observant sans doute les événements de
France (_M.G.h., Dipl. reg. et imp. Germ._, I, p. 65, n° 30).]

[Footnote 237: Mabille, _La pancarte noire de Saint-Martin de Tours_,
n° VI (136); _Recueil des historiens de France_, IX, p. 573.]

[Footnote 238: Flod., _Ann._, a. 931; _Hist. eccl. Rem._, IV, 24 et
35; Richer, I, 59-61.]

[Footnote 239: Flod., _Hist. eccl. Rem._, I, 20, _in fine_: «In
Vulfiniaco-Rivo, pago Laudunensi, habetur oratorium in honore sancti
Remigii dedicatum. In quo, dum Rodulfus rex Heribertum comitem
persequeretur, qui episcopatum Remensem a rege sibi commendatum
tenebat, homines ipsius villae res suas prepter hostiles incursus
recondere studuerunt. At dum rex prefatus ad obsidendam Remensem
venisset urbem et in Culmissiaco metatus esset, exercitus ejus vicinas
occupavit villas. Quidam vero illorum, qui in prenotata villa,
scilicet Vulfiniaco-Rivo, metatum habebant, vinum, quod in ecclesia
timoris causa reconditum fuerat, invadit, et quasi tabernam
constituens in eadem ecclesia, paribus suis illud vendere coepit. Haec
dum ageret, pereussus morbo, repente sensum amisit, ore sibi ad aurem
usque pene retorto, vitam finivit. Quod cernentes ceteri, ab hujusmodi
sese cohibuere presumptione.»]

[Footnote 240: Flod., _Ann._, a. 934; _Hist. eccl. Rem._, IV, 24 et
35; Richer, I, 61.]

[Footnote 241: Flod., ibid.; Richer, I, 62. On a identifié, sans
preuve, la forteresse construite à Laon par Herbert avec le
Château-Gaillot, actuellement détruit. Cf. _Le règne de Louis IV
d'Outre-Mer_, p. 32, n. 6.]

[Footnote 242: A. Giry, _Un diplôme royal interpolé pour l'abbaye de
Marmoutier (Comptes rendus de l'Académie des Inscriptions et
Belles-Lettres_, 1898, p. 197).]

[Footnote 243: Flod., _Ann._, a. 932.]

[Footnote 244: _Recueil des historiens de France_, IX, 579; Quantin,
_Cartul. général de l'Yonne_, I, 137, n° LXXI.]

[Footnote 245: On peut même se demander si cet «Herbert», dont il
avait fait son «notaire» et puis un «chancelier royal» (_Recueil des
historiens de France_, IX, pp. 570, 571 et 573) n'est pas à identifier
avec le propre fils d'Herbert II.]

[Footnote 246: Flod., ibid.; Richer, I, 63.]

[Footnote 247: Flod., _Ann._, a. 932; Richer, _loc. cit._]

[Footnote 248: Flod., _loc. cit._]

[Footnote 249: Flod., _Ann._, a. 932; Bicher (I, 64) place l'entrevue
sur les bords de la Loire. Cf. _Le règne de Louis d'Outre-Mer_, p.
219; J. de Jaurgain, _La Vasconie_ (Pau, 1898, in-8), pp. 195 et
suiv.; Lot, _Hugues Capet_, p. 204, n° 2; A. Richard, _Hist. des
comtes de Poitou_, I, p. 68-69. D'après A. Degert, (_Le pouvoir royal
en Gascogne sous les derniers Carolingiens et les premiers Capétiens_,
dans _Revue des Questions historiques_, t. LXXII, année 1902, p. 427).
Aznar aurait été un seigneur de Comminges. On peut hésiter pour la
date de cette entrevue entre les années 931 et 932; (voy. _Les Annales
de Flodoard_, éd. Lauer, p. 53, n. 9). Nous penchons cependant pour
admettre la seconde de ces dates, à cause de la place des _Annales_ où
se trouvent rapportés les détails de l'entrevue.--Flodoard a recueilli
une anecdote plaisante: le seigneur gascon Loup Aznar avait,
paraît-il, raconté aux Bourguignons que son cheval était âgé de plus
de cent ans. On ne crut pas cependant le Gascon sur parole, ainsi
qu'il ressort du ton même des Annales. Aznar montait probablement l'un
de ces petits chevaux tarbes, de race arabe, très efflanqués,
l'ancêtre de Rossinante.]

[Footnote 250: Kalckstein, p. 186; _Hist. de Languedoc_, nouv. éd.,
III, p. 110 et suiv.]

[Footnote 251: _Hist. de Languedoc_, loc. cit.]

[Footnote 252: Lot, _Fidèles ou vassaux?_, p. 55.]

[Footnote 253: _Hist. de Languedoc_, nouv. éd., V, n° 56, Anse est
dans le Rhône, arr. de Villefranche.]

[Footnote 254: _Recueil des chartes de Cluny_, I, nos 396 à 398; bulle
de Jean XI faisait allusion à un diplôme perdu de Raoul.
Jaffé-Löwenfeld, _Regesta pontif. roman._, no. 3584.]

[Footnote 255: Recueil des chartes de Cluny, I, nos 239, 255, 258,
411, 442. Cf. Poupardin, _Le royaume de Provence_, p. 235.]

[Footnote 256: Flod., _Ann._, a. 932; E. Lemaire, _Essai sur l'hist.
de la ville de Saint-Quentin_ (_Mém. de la Soc. acad. de
Saint-Quentin_, 4e série, t. VIII, 1886-7) P. 280-281.]

[Footnote 257: _Ann. Elnon. min.; Chron. Tornac._, a. 932 (_M.G.h.,
Scr._, V, 19, et XV, 2, 1296). Cf. Vanderkindere, _Formation
territoriale des principautés belges au moyen âge_, 2e éd., I, 325.]

[Footnote 258: Flod., _loc. cit._]

[Footnote 259: Flod., _Ann._, a. 933.]

[Footnote 260: Flod., _Ann._, a. 933. Jaffé-Löwenfeld, _Regesta
pontif. roman._, n° 3591.]

[Footnote 261: Liudprand, _Antapodosis_, III, 48 (éd. Dümmler, p.76),
Poupardin, _Le royaume de Provence_, p. 230 et suiv.; _Le royaume de
Bourgogne_, p. 39-60.]

[Footnote 262: Flod., _Ann._ 933. _Recueil des chartes de Cluny_, I,
n° 437, 439. Cf. G. de Manteyer, _La Provence du premier au douzième
siècle_, p. 131.]

[Footnote 263: Liudprand, _Antapodosis_, III, 47, _loc. cit._; _Hist.
de Languedoc_, nouv. éd., V, no XCII; Poupardin, _Le royaume de
Bourgogne_, p. 69.]

[Footnote 264: _Recueil des historiens de France_, IX, 578 et 580. Le
titre de _rex Aquitanorum_ est attribué à Raoul dans plusieurs actes
de Brioude postérieurs à 926 (Cf. Bruel, _Essai sur la chronologie du
cartulaire de Brioude_, dans _Bibl. de l'École des chartes_, année
1866, pp. 479-480).]

[Footnote 265: Flod., _Ann._, a. 933. Cf. Dudon de Saint-Quentin, éd.
Lair, préface, p. 71; Longnon, _Atlas hist._, texte, p. 86; Dümmler,
_Zur Kritik Dudos von S. Quentin_ (_Forschungen zur Deutschen
Geschichte_, VI, 375); A. de La Borderie, _Hist. de Bretagne_, II, p.
378; F. Lot, _Fidèles ou vassaux?_, p. 184, n. 3.]

[Footnote 266: Flod., _Ann._, a. 931; _Chron. de Nantes_, éd. Merlet,
introd., pp. XLIII-XLIV; Dudon de Saint-Quentin, éd. Lair, préface, p.
71.]

[Footnote 267: Flod., _Ann._, a. 933 et 936; _Chron. de Nantes_, éd.
Merlet, c. XXIX-XXX, pp. 82-83-89; A. de La Borderie, _Hist. de
Bretagne_, II, 409-410.]

[Footnote 268: Flod., _Ann._, a. 933.]

[Footnote 269: Diplôme de Raoul du 5 mars 934 (_Recueil des historiens
de France_, IX, 579, d'après Mabillon, _De re diplomatica_, p. 566).]

[Footnote 270: Flod., _Ann._, a. 933; E. Lemaire, _Essai sur l'hist.
de Saint-Quentin, loc. cit._, p. 280-281.]

[Footnote 271: Flod., ibid.]

[Footnote 272: Flod., _Ann._, a. 933.]

[Footnote 273: Il était à Attigny le 13 décembre 933. Mabillon, _Ann.
Bened._, III, 404; _Recueil des historiens de France_, IX, 578.]

[Footnote 274: Raoul était à Château-Thierry le 3 mars. Mabillon, _De
re diplomatica_, n°133, p. 566; _Recueil des historiens de France_,
IX, 579 (diplôme en faveur des chanoines de Saint-Pierre de
Soissons).]

[Footnote 275: Flod., _Ann._, a. 934.]

[Footnote 276: Flod., _Ann._, a. 934; _Ann. Elnon. min. (M.G.h.,
Scr._, V, 19); Witger, _Geneal. comit. Flandriae (ibid._, IX,
303-304); lettre d'Aethelwerd (ibid., X, 439).]

[Footnote 277: Flod., _Ann._, a. 934.]

[Footnote 278: Flod., _Ann._, a. 934, _in fine._]

[Footnote 279: Sur les difficultés d'identification de cette localité,
voy. _Les Annales de Flodoard_, éd. Lauer, p. 60, n. 6.]

[Footnote 280: Flod., _Ann._, a. 935.]

[Footnote 281: Flod., ibid.; Widukind, I, 39; diplôme d'Henri
l'Oiseleur, du 8 juin 934 (_M.G.h., Diplom._, I, 73, n° 40); Stumpf,
n° 44-47; Waitz, _Heinrich I_, p. 470.]

[Footnote 282: Flod., _Ann._, a. 935.]

[Footnote 283: Flod., _ibid.; Ann. Floriacenses_, a. 936; _Ann.
Mettenses_, a. 934 (_M.G.h., Scr._, II, 225, III, 133); _Chron.
Vezetiae.; Chron. Dolense (Rec. des histor. de France_, IX, 90); _Ann.
Besuenses_, a. 933 (_M.G.h. Scr._, II, 246). Cf. Waitz, _op. cit._, p.
134. _Le Chron. Dolense_ place à cette date de 935 une invasion
hongroise en Berry, au cours de laquelle Ebbon de Déols périt. Nous
avons expliqué ailleurs (_Le règne de Louis d'Outre-Mer_, p. 24, II.
1) les raisons pour lesquelles nous considérons ce témoignage comme
peu digne de foi et croyons devoir reporter l'épisode de la mort
d'Ebbon en l'année 937, où la présence des Hongrois en Berry est
attestée par Flodoard. Le système inverse, qui consiste à accorder
plus de valeur au _Chron. Dolense_ qu'à Flodoard, a été suivi par
Raynal (_Hist. du Berry_, t. I, p. 336) et par M.E. Chénon dans _Un
monastère breton à Châteauroux_ (extr. du I. XVII des _Mém. de la
Société archéol. d'Ille-et-Vilaine_), p. 7.]

[Footnote 284: Flod., ibid. Peut-être faut-il distinguer de Boson,
frère du roi, ce comte homonyme qui s'empare de Dijon, bien que
Flodoard ne précise pas.]



CHAPITRE VI


LA FIN DU RÈGNE.


Les conditions de l'entente des bords de la Chiers n'étaient pas
faciles à réaliser. Hugues refusa, on ne sait pour quelle raison, de
restituer Saint-Quentin au comte de Vermandois. Ce dernier en appela à
Henri de Germanie. Plusieurs comtes lorrains et saxons vinrent, sous
prétexte de médiation, rejoindre Herbert avec une forte armée, et au
lieu d'entrer en pourparlers avec Hugues, ils se jetèrent sur
Saint-Quentin qu'il retenait, d'après eux, indûment. La ville fut
obligée de se rendre. Herbert, craignant de n'être pas en mesure de
conserver une si difficile conquête, son ancienne capitale, dont il
avait éprouvé à deux reprises l'attachement douteux, n'hésita pas à
laisser des étrangers raser la forteresse. Ce succès avait à ce point
mis en haleine ses alliés (_amici_) qu'ils parlaient maintenant
d'attaquer Laon. Il fallut l'intervention royale pour les en
détourner[285].

Après sa femme, Raoul perdit son frère. Boson avait pris part à
l'expédition lorraine contre Hugues. Le 13 septembre, selon un
diplôme, il s'était rencontré avec le roi à Attigny[286]. Peu après il
mourut et fut enseveli en l'abbaye royale de Saint-Remy de Reims, à
laquelle il avait jadis concédé Domrémy[287]. C'était un précieux
auxiliaire de Raoul et un utile représentant des intérêts français en
Lorraine qui disparaissait.

La paix intérieure, rétablie à grand'peine, faillit être troublée par
une nouvelle invasion des Normands de la Loire. Les habitants du Berry
et de la Touraine parvinrent heureusement à les arrêter[288]. Vers le
même temps, Artaud réunissait un synode de sept évêques à Fismes, en
l'église Sainte-Macre, pour aviser aux moyens de faire cesser
définitivement les brigandages[289]. L'ère des luttes féodales
semblait enfin close. Maintenant le rôle du roi devait être différent.
Après douze années d'efforts, Raoul déclare dans un diplôme délivré le
13 septembre 935, à Attigny, qu'il entend désormais se vouer à
l'administration paisible de son royaume et qu'il compte maintenir ses
sujets dans le devoir par la confiance et non par la force des armes.
Ce curieux document renferme en outre une concession du donjon royal
d'_Uxellodunum_, en Quercy, au monastère de Tulle: la forteresse
édifiée jadis pour résister aux Normands devait être rasée, afin
qu'elle ne pût dorénavant servir à des entreprises hostiles, après la
pacification définitive du midi[290].

Il ne fut pas donné à Raoul de gouverner en paix ni de jouir bien
longtemps du fruit de ses efforts. Il tomba malade en automne, et
retourna souffrant dans son duché[291]. Le 12 décembre, il était à
Auxerre où il confirmait diverses concessions du comte Geoffroi de
Nevers à son évêque Tedalgrinus[292]: il y expira le 14 ou le 15
janvier suivant[293]. On ignore son âge, mais il devait être encore
jeune, quoique épuisé par treize années de luttes presque sans trêve.
Conformément à son désir, il fut inhumé à Sainte-Colombe de Sens.
Comme l'église venait d'être incendiée au cours de troubles récents,
ce ne fut que le 11 juillet que ses restes furent ensevelis au milieu
du choeur, auprès de ceux de son père, qui reposaient dans la crypte
de Saint-Symphorien, et de ceux du roi Robert, à droite de
l'autel[294]. Le roi Louis d'Outre-Mer, couronné le 19 juin, ayant
séjourné à Auxerre le 25 et le 26 juillet, semble avoir dû assister
avec Hugues le Grand aux funérailles de son prédécesseur. Raoul avait
légué au monastère de Sainte-Colombe une partie de sa fortune privée,
sa couronne d'or enrichie de pierres précieuses et le superbe mobilier
de sa chapelle comprenant des ornements d'autel, des calices, des
reliquaires et des manuscrits. Ce trésor fut longtemps l'orgueil de
l'abbaye. Malheureusement, en 1147, l'abbé Thibaud emporta la couronne
de Raoul à la seconde Croisade, et comme il mourut en Orient, cette
magnifique pièce d'orfèvrerie fut irrémédiablement perdue[295].

D'après l'auteur de la Chronique de Saint-Bénigne de Dijon et Aubry de
Trois-Fontaines, Raoul aurait eu un fils appelé Louis[296]. Un diplôme
de sa mère Adélaïde, daté de 929, où il est question d'un Louis «son
petit-fils» (?), _Ludovicas repos_, paraît bien venir confirmer ces
assertions[297]. En tout cas, cet enfant était mort avant son père,
puisque le décès de Raoul amena une restauration carolingienne, le
rappel d'outre mer du fils de Charles le Simple, nommé lui aussi
Louis.

Un trait psychologique est intéressant à relever: c'est la persistance
avec laquelle, même dans les régions où l'on avait le plus longtemps
refusé de reconnaître la suzeraineté de Raoul, on continua pendant
plusieurs mois à dater les actes en prenant pour point de départ le
jour de sa mort. On ignora ainsi volontairement la restauration du
jeune rejeton de cette dynastie carolingienne, à l'égard de laquelle
on avait affecté jadis une si inébranlable fidélité, parce que la
fiction d'un interrègne semblait à présent le meilleur prétexte aux
revendications d'indépendance. On conçoit qu'en face d'un tel état
d'esprit, conséquence directe du mouvement féodal, et après avoir eu
sous les yeux l'exemple des extraordinaires difficultés du règne de
Raoul, Hugues le Grand n'ait pas osé briguer la succession du roi
défunt et qu'il ait préféré se mettre à la tête du parti qui rappela
le jeune Louis, son propre neveu par alliance.



CONCLUSION

Sur Robert il est impossible de formuler aucune opinion, tant sa
carrière a été promptement brisée. Nous nous bornerons à enregistrer
qu'après avoir été très sévèrement jugé par ses contemporains, il est
devenu un héros épique sous le nom de Robert de Montdidier[298]. Les
appréciations qu'on a formulées au sujet de Raoul ne sont pas toutes
concordantes. Pour les uns c'est un usurpateur, et par suite
l'universalité de ses actes est comprise dans la même réprobation
générale. Pour les autres, au contraire, ses qualités personnelles en
font une figure sympathique à tous les égards. Il est incontestable
que sa valeur militaire suffit à le mettre hors de pair. Dans les
nombreuses luttes qu'il eut à soutenir, il paya toujours de sa
personne, et il fut grièvement blessé en combattant les Normands. Il
semble même, à dire vrai, que son audace soit allée souvent jusqu'à la
témérité, et que son instinct guerrier une fois déchaîné ne fût pas
exempt d'une certaine cruauté.

S'il se montra d'une bravoure accomplie en un siècle où la vaillance
était la première des vertus, il n'en posséda pas moins à un haut
degré les qualités nécessaires pour gouverner. Il était versé dans les
lettres[299]. Les chroniqueurs contemporains ont loué sa dévotion et
sa générosité envers les églises, ce qui, sous la plume d'écrivains
ecclésiastiques, signifie qu'il sut faire des largesses utiles à son
influence et comprit les nécessités matérielles de son temps. Les
abbayes de Sainte-Colombe de Sens et de Saint-Germain d'Auxerre, dont
il était avoué, les églises d'Autun, d'Auxerre[300] et d'Orléans[301],
les abbayes de Saint-Martin de Tours[302], de Saint-Benoît-sur-Loire[303],
de Tulle[304] et de Cluny[305] furent comblées de ses dons. Il se montra
toujours protecteur de la justice et de l'ordre, suivant les traditions
de son père Richard, qu'on a précisément surnommé le «Justicier»[306].
Aussi est-ce à lui que s'adressa le pape Jean X pour faire restituer à
l'abbaye de Cluny les domaines occupés par Guy, abbé de Gigny, en
violation du testament de Bernon[307].

Toujours prêt à combattre contre des difficultés sans cesse
renaissantes, il déploya une admirable activité, pendant les douze
années que dura son règne. Sa fermeté, sa constance et aussi son
savoir-faire se trouvent amplement décelés par les circonstances de sa
vie. Il est loin d'égaler le politique sans scrupule qu'est Herbert de
Vermandois; mais il sait se tracer une ligne de conduite et exécuter,
malgré les obstacles, un plan arrêté à l'avance. La manière dont il se
servit de son frère Boson, en Lorraine et en Provence, et les phases
diverses de sa lutte contre Herbert, admirablement menée après
quelques hésitations au début, en apportent la démonstration la plus
limpide.

On a très justement mis en parallèle Raoul avec ses contemporains, les
souverains allemands Conrad de Franconie et Henri de Saxe, et on a
observé que la comparaison ne lui était en rien défavorable[308]. S'il
fut moins heureux que le second, dont le fils Otton le Grand put
recueillir l'héritage et l'accroître, du moins arriva-t-il à faire
reconnaître partout sa souveraineté, ce à quoi le premier ne put
jamais parvenir.

L'oeuvre de Raoul fut difficile principalement à cause du régime
social de son royaume, où la féodalité en se constituant avait
déterminé l'anarchie. Les intérêts particularistes des seigneurs,
opposés les uns aux autres, rendaient extrêmement ingrate la tâche
d'un roi féodal, dont l'autorité dépendait du concours des grands
vassaux. La soif d'accroissement d'Herbert de Vermandois amena sa
rupture avec Raoul. Le fils de Robert Ier, Hugues, fut d'abord
entraîné par lui contre un suzerain trop peu docile qu'il regretta
naturellement très vite de s'être donné; il ne se rapprocha de Raoul
que lorsqu'il le vit suffisamment affaibli et qu'Herbert devint
dangereux pour lui-même. Les grands avaient espéré, en créant roi le
duc de Bourgogne, régner à sa place et s'en servir comme d'auxiliaire
contre les Normands, et ils se heurtèrent à la volonté d'un homme
autoritaire et actif qui entendait gouverner autrement que de nom. Ils
s'aperçurent qu'ils s'étaient donné un maître et ils éprouvèrent bien
vite que le pouvoir royal entre les mains d'un roi élu par eux était
devenu plus fort qu'entre celles d'un dynaste affaibli. Toutefois à un
point de vue plus élevé, le choix de Raoul avait été excellent au
moment où s'ouvraient les successions de Lorraine et de Provence,
puisqu'il était allié aux familles royales de ces pays, que son frère
Boson y était possessionné et épousa même la petite-fille de Lothaire
II de Lorraine, nièce de Hugues de Provence.

La difficulté de la tâche de Raoul était encore accrue par la rivalité
du roi de Germanie en Lorraine. Celui-ci avait affaire à une féodalité
moins développée et, partant, plus aisée à dominer. En dehors des
grands feudataires laïques et ecclésiastiques, il ne semble pas qu'il
y ait eu alors en Germanie le même esprit d'indépendance dans cette
classe turbulente des comtes et vicomtes désireux de s'accroître, qui
empêcha même un moment Raoul d'être assuré de la soumission de son
propre duché. Il est vrai que pour satisfaire les goûts belliqueux et
les appétits insatiables de tous ces féodaux, Raoul ne disposait pas,
comme Henri l'Oiseleur, de nouveaux territoires conquis sur les
Slaves. Il n'avait que les rares débris d'un domaine royal tellement
ébréché par ses prédécesseurs qu'il comprit la nécessité de le
sauvegarder à tout prix.

C'était la troisième fois qu'un roi désigné par une élection véritable
parvenait au trône de France. Cette royauté féodale naissante nous est
en somme très mal connue, faute de documents. Il semble qu'elle
puisse être ainsi définie: un suzerain choisi par l'élection des
grands et consacré par l'onction religieuse, qui est le seigneur des
seigneurs et dont tous les sujets sont considérés comme les vassaux.
Elle paraît dépouillée de presque toutes les prérogatives de la
souveraineté. Les mesures générales prises par le roi, levées d'hommes
ou d'argent, ont un caractère exceptionnel et transitoire. Il n'y a
plus d'armée royale, plus d'impôts, plus de dîmes, plus de justice
royale. Nous assistons à l'abandon successif du droit régalien de
battre monnaie en faveur des grands feudataires laïques et
ecclésiastiques. Enfin il n'existe plus de législation royale édictée
par des capitulaires: depuis Carloman, on trouve trace uniquement de
mesures d'ordre privé, prises par de simples diplômes. Néanmoins telle
était la force des souvenirs récents de la puissance d'un Charlemagne
ou d'un Charles le Chauve, que le principe de l'unité monarchique,
contre-poids nécessaire au morcellement féodal, prévalut sur le
système des anciens partages germaniques, dont Louis le Bègue avait
encore fait l'application. Cette royauté apparaissait comme un élément
stable, dans l'anarchie issue de la décomposition d'un ancien
organisme en ruines et conséquence naturelle des nouveaux phénomènes
sociaux[309].

Des bords de l'Escaut jusqu'en Navarre, Raoul parvint à faire
reconnaître sa suzeraineté, grâce â son habile politique et à son
ascendant moral, fruit de ses victoires sur les Normands qu'il tailla
en pièces en de rudes batailles, à Chalmont, Estresse, Eu et
Fauquembergue. Il donnait des actes relatifs au comté de Tournai[310],
et le seigneur gascon Loup Aznar qui vint lui prêter hommage, du fond
de la Gascogne, sur sa «rossinante» était, semble-t-il, le propre
beau-père de Sanche-Garcie[311]. Enfin des monnaies au nom de Raoul
étaient frappées notamment à Angoulême, Beauvais, Bourges,
Château-Gaillard, Château-Landon, Châteaubleau, Châteaudun, Chartres,
Compiègne, Dreux, Etampes, Langres, Laon, au Mans, au Puy, à Meaux,
Nogent, Nevers, Orléans, Paris, Poissy, Saint-Denis, Sens, Soissons,
peut-être à Lyon[312].

Le passage de Raoul au pouvoir eut cependant, on ne peut le nier, deux
résultats fâcheux: la perte de la Lorraine et la reprise des
hostilités par les Normands. S'il réussit à forcer ces derniers à la
paix, et s'il parvint à étendre sa suzeraineté sur le Viennois, Raoul
ne rentra néanmoins en possession de la Lorraine que temporairement
et ne fut jamais reconnu dans la Marche d'Espagne[313]. Ainsi la
France se trouva amoindrie, en passant des mains du Carolingien réputé
«simple», en celles d'un roi féodal choisi par les grands à cause de
ses brillantes qualités et de sa redoutable puissance matérielle. La
cause en remonte principalement, il convient de le reconnaître, aux
perpétuelles intrigues des grands eux-mêmes, surtout à celles
d'Herbert de Vermandois, homme néfaste qui, toute sa vie, fut le
mauvais génie de son pays et qui assume, en grande partie, devant
l'histoire, la responsabilité d'avoir rendu impossible une domination
française durable en Lorraine ou en Provence[314].


APPENDICE

FRAGMENTS INEDITS DE L'ANONYME DE LAON, CONCERNANT HERBERT II, CONTE
DE VERMANDOIS.

MM. Alexandre Cartellieri et Wolf Stechele viennent de publier une
excellente édition du texte de la partie de la _Chronique universelle_
de l'Anonyme de Laon, concernant les années 1151 à 1219[315]. Bien que
ce soit là le morceau capital et vraiment original de l'ouvrage, il ne
faudrait pas dédaigner systématiquement tout ce qui précède. Divers
passages peuvent présenter de l'intérêt sinon au point de vue purement
historique, du moins au point de vue légendaire. En voici un exemple.
Ce sont deux extraits relatifs à Herbert II, comte de Vermandois,
renfermant une quantité de détails précis qu'on ne trouve pas
ailleurs. On y relève déjà la fameuse anecdote de la pendaison
d'Herbert, que j'ai signalée ailleurs[316] dans la partie inédite de
la Chronique de Guillaume de Nangis, dont il est à présumer que
l'Anonyme est la source. Il est impossible, en l'état des choses, de
formuler une hypothèse motivée sur la façon dont l'Anonyme a pu réunir
les renseignements qu'il fournit: en tout cas il paraît bien difficile
d'admettre qu'il n'ait puisé qu'à la tradition orale.

BIBL. NAT., MS. LAT. 5011, FOL. 104[317]:

«Karolus rex Francorum Robertum, fratrem Odonis, sibi congressum juxta
Suessionem cum multis suorum interfecit auxilio Lotharingorum.--Anno
II [regni Henrici]. Hic est annus XXI Karoli qui dictus est Simplex,
quod (sic) omnes proceres regni regem habent exosum propter quemdam
Haganonem obscure natum, quem rex habuit consiliarium; qui cum
injuriatus fuisset Herberto comiti Viromandensium, cui suberat omnis
terra ab Alhamarla usque Namucum[318], nec rex eidem justiciam
fecisset, conquestus est cunctis baronibus repli. Postea cum
interfuisset idem comes curie Aquisgrani, inperator volens ei addere
terram a Namuco usque Renum, insuper fecit eum prothospatarium inperii
ut laboraret id perficere, quod rex inperatori faceret hominium. Tunc
fertur Herbertum respondisse se ista lion debere, presertim cum ipsum
regem licet sibi exosum non efesticaverat[319]. Inducias querit, regem
adit, conqueritur nec ei emendatur, set magis ei conviciis injuriatur,
unde magis contra regem exasperatur. Rediit comes ad imperatorem.
Congregatur exercitus; non latuit regem neque barones regni. Comes
vero Tiebaldus Blesensis non odiosi regis amore set regni affuit regi;
et cunctis tocius regni navibus et naviculis Parisius adductis, ne
transitus fluviorum hostibus pateret[320], et tradito sibi sigillo
regio, scripsit comes memoratus cunctis regni proceribus sigillatim ne
in tali articulo deessent corone, quod fieret eis et eorum posteris
obprobrium sempiternum. Quid multa? Aderant[321] omnes, sed interim
inperator Parisius venit. Fit colloquium inter comites Herbertum et
Theobaldum, et dato Herberto signo utrum Francorum excercitus venturus
esset necne, quisque ad suum regem revertitur. Statuto vero die et
hora fuit uterque in loco sibi ante prefixo, Secane fluvio
interfluente. Tunc comes Theobaldus, secundum signum quod inter se
fecerant, erecta virga, quam manu portabat in altum, deinde submissam
viriliter fregit et frustra in Secanam projecit. Tunc cogito exercitus
et baronum adventu, Herbertus sucgesit inperatori ut recederet.
Inperatore reverso, obsedit rex Herbertum infra Peronam, qui locus
_Cignorum Mons_ vocabatur[322], quem pro tutiori loco tocius terre sue
habebat, obi proceres suos cum rebus sibi caris adesse fecerat.
Obsidione per aliquot dies perdurante, diffidunt obsessi de viribus
suis et ciborum penuria. Rex vero, procerum [fol. 104, v°] consilio
cummunicato, Herbertum nec salvo ejus honore nec ad misericordiam,
sicut se obtulerat, recipere volens, obtulit se ad regis voluntatem,
quod rex cura suis principibus annuit gratanter. Tunc Herbertus, quia
res promta ei erat, subtili et versuto dolo usus est: «Mi, inquit, rex
pro meis baronibus, qui in nullo tuam offenderunt majestatem, rogo ne
vulgi manibus tradantur. Est enim servorum condicio semper nobilitati
contraria. Benefaciens principibus tuis donativa hec tam grata, pro
inpensa libi gratia et eorum laboribus recompensa.» Tunc principes,
hac pollicitatione cecati, collaudant viri consilium. Eliguntur de
primoribus usque ad quinquaginta qui cum rege municionem ad dividenda
inter se spolia intraverunt. Set Herbertus, non immemor doli a se
excogitati, armatorum manum de abditis exire jussit et regem cum
omnibus castrum ingressis cepit et custodire mancipavit. Que res cum
innotuisset exercitui qui foris regressum suorum precelabatur, velut
grex bestiarum sine pastore collectis sarcinulis suis nimio neglectis
discedunt. Fuerunt cum rege sublimes principes [Willelmus][323] dux
Normannie, [Conanus][324] dux Britannie, [Willelmus][325] dux
Aquitanie, [Amphusus][326] dux Narbonensis provincie, [Odo][327] dux
Burgundie, comites [Fulco][328] Cenomannensis, [Galfridus][329]
Andegavensis, [Arnaldus][330] Engolismensis, Hugo[331] Campanensis,
Richardus[332] Pontuensis, Hugo[333] Parisiensis, Theobaldus[334]
Blesensis. Barones vero erant cum rege quamplurimi. Hos omnes
allocutus est Herbertus, cum esset sub ejus custodia, dicens se nullum
rancorem ad eos tenere, set tamen adversus regem, et, si vellent se ei
prestare caucionem juratoriam quod super hoc facto de cetero contra
eum arma non producerent nec ferri facerent, muneratos eos ad propria
remitteret. Juraverunt omnes arma contra eum nunquam conrepturos, ad
propria sunt restituti.

Solus vero sub custodia tenebatur rex simplex. Argrina[335] vero, cum
Ludovico filio vix quinquenni, ad patrem suum reversa est in Angliam.
Radulfus quidam, assencientibus sibi quibusdam de primoribus regni,
coronatur. Interca rex de custodia elapsus, ad lapidem qui usque hodie
extra Peronam erectus servatur ob memoriam[336] veniens, cepit
deliberare quo se verteret, sciens se nullum fidum habere amicum.
Tandem cogitante illo quod per neminem alium tam de facili posset
regnum recuperare quam per Herbertum, [fol. 105] si vellet ejus
misereri, reversus est ad custodes a quibus evaserat. Illi recognito,
de vita sua timentes si forte iterato evaderet, mandaverunt ut alios
regi provideret custodes. Comes autem adveniens, de evasione regis
furens, ipsum enervavit. Rex autem pre dolore nimio infra breve tempus
mortuus est Perone exul et martir.»

FOL. 105, v°-106.

«Ludovicus, rex Francorum, omnibus modis laboravit gratiam principum
regni Francorum obtinere et maxime Hereberti, comitis Viromandorum.
Hic, primo anno Ottonis imperatoris, curiam quam sollempnem apud
Laudunum tenuit. Cui ad mandatum et ad preces regis omnes proceres
regni interfuerunt, exceptis paucis qui se litteris suis excusaverunt.
Cumque omnes cum rege una essent in loco, ecce quidam brevigerulus in
modum cursoris apte aptatus, sicut rex ipse elam aliis ordinaverat. Is
ingeniculatus ad pedes regis, palam omnibus, quasi de Anglia tunc
advenisset, regem ex parte avi sui regis Anglorum[337] salutavit. Rex
vero ex nomine nuncium resalutavit. Erat ei nomen Galopinus[338], et
data regi epistola et a cancellario lecta subrisit rex, dicens:
«Revera dubium non est Anglos sensu esse pueriles et fatuo, nec id
mirum cum extra mundum conversentur[339]!» Tunc principibus de re
querentibus, ait rex: «Avus meus rex hec mandat: Quidam rurestris homo
dominum suum invitavit ad epulas et eum infra domum suam morte
ignobili jugulavit. Querit igitur per vos, o proceres Francie, quod
sit mortis genus ceteris magis probrosum, quo moriatur qui hoc fecit.»
Comes vero Theobaldus Blesensis, ceteris sensu et in dandis consiliis
clarior, rogatus sic ait: «Non est, meo judicio, inter mortes, que
magis heredibus et amicis in obprobrium vertatur sempiternum, quam
interire suspendio.» Hanc vero comitis sentenciam cum omnes et ipse
comes Herebertus approbassent, prosilientes armati qui aderant a rege
ordinati, arreptum eum in monte quodam, jubente rege, suspenderunt,
sic dicente rege ad eum: «Tu dominum tuum patrem meum rege[m]
invitasti, et infra domum tuam ignominiose occidisti, nunc recipe quod
meruisti.» Mons vero, in quo suspensus interiit, usque in hodiernum
diem _Mons Herberti_ appellatur.»



FOOTNOTES:

[Footnote 285: Flod., _Ann._, a. 935; E. Lemaire, _Essai sur l'hist.
de Saint-Quentin_, _loc. cit._, p. 281.]

[Footnote 286: _Recueil des historiens de France_, IX, 580.]

[Footnote 287: Flod., _loc. cit._; Varin, _Archives législatives de
Reims_, II, 1, p. 169, note.]

[Footnote 288: Flod., _Ann._, a. 935. Cette invasion normande en Berry
a pu être confondue par l'auteur du _Chron. Dolense_ avec l'invasion
hongroise qui eut lieu deux ans après dans la même région. Voy.
ci-dessus, p. 75, n. 4.]

[Footnote 289: Flod., ibid. et _Hist. eccl. Rem._, IV, 25.]

[Footnote 290: _Recueil des historiens de France_, IX, 580; Justel,
_Hist. de la maison de Turenne_, pr., P. 16, Ce document d'une forme
assez insolite n'est connu que par une copie.]

[Footnote 291: Flod. _Ann._, a. 935.]

[Footnote 292: _Recueil des historiens de France_, IX, 581; R. de
Lespinasse, _Le Nirvernois et les comtes de Nevers_, t. I, p. 174.]

[Footnote 293: Flod., _Ann._, a. 936; _Hist. eccl. Rem._, IV, 24;
Richer, I, 65; Adon, _Contin. altera_, au 14 Janvier; _Ann. Floriae._,
a. 936; _Hist. Francor. Senon._, au 15 janvier; _Ann. S. Germani
Paris._, a. 942, _S. Medardi Suession. S. Quintin. Veromand._, a. 936
(_M.G.h., Scr._, II, 326, 255; IX, 366; III, 168; XXVI, 520; XVI,
507); _Ann. S. Columbae Senon._, au 14 janvier (Duru, _Bibl. hist. de
l'Yonne_, I, 205); nécrologe de Nevers, au 15 janvier et nécrologe
d'Auxerre au 14 janvier (Lebeuf, _Mém. concernant l'hist. d Auxerre_,
II, p. 48 et pr., p. 274; nouv. éd., III, 48 et IV, 9); Clarius,
_Chron. S. Petri Viri Senon._, au 13 janvier (_Rec. des histor. de
France_, IX, 34); L'obituaire de Sainte-Colombe de Sens fournit la
date du 12 janvier qui est moins vraisemblable (_Obituaires de la
province de Sens_, éd. A. Molinier, P. 15): «11 id. jan. Depositio
domni Rodulfi regis. Hic debet thesaurarius pitantiam sollempnem
conventui».]

[Footnote 294:_Append. Miracut. S. Germ. Autiss. (Bibl. hist. de
l'Yonne_, II, 198). Le Psautier de la reine Emma (Mabillon, _De re
dipl._, p. 200) donne le 11 juillet: «Depositio Rodulfi ineliti regis
v. idus julii.»--Sur le lieu de sépulture, voy. Quesvers et Stein,
_Inscriptions de l'ancien diocèse de Sens_, t. II (Paris, 1900, in-4),
p. 46-47, et Bibl. nat., _Coll. de Champagne_, vol. 43, fol. 114
verso.]

[Footnote 295: _Ann. S. Columbae, Senon._, a. 1148; _Contin. Adon.
alt. (M.G.h., Scr._, I, 107; II, 326).]

[Footnote 296: _Chron. S. Benigni Dirion. (Rec. des histor. de
France_, VIII, 243); Hugues de Flavigny, _Chron._; Aubry de
Trois-Fontaines, _Chron., (M.G.h., Scr._, VIII, 359; XXIII, 757).]

[Footnote 297: _Recueil des chartes de Cluny_, I, p. 358, n° 379
(donation de Romainmoutier à Cluny, en 929): «... pro annua germani et
dulcissimi mei domini Rodulfi regis, harum videlicet rerum largiloris,
tum vero pro requie domini mei piae memoriae principis Richardi ac pro
Vuella regina, dehinc pro me et domino Rodulfo rege, filio meo, iitem
_(sic)_ Rodulfo rege nepote meo, pro aliis quoque filiis meis Hugone,
Bosone, et _Ludovico nepote_ scilicet et pro coeteris consanguineis
nostris atque his qui nostro servitio adherent, pro genitore etiam ac
genitrice mea et domino Hugone, insigni abbate, seu ceteris nostris
utriusque sexus propinquis ... »]

[Footnote 298: F. Lot, _Études sur le règne de Hugues Capet_, p. 305,
307 et 327.]

[Footnote 299: Richer (I, 47): «virum strenuum et litteris liberalibus
non mediocriter instructum».]

[Footnote 300: _Gesta pontificum Autissiodor._, c. 41 et 43 (_Bibl.
hist. de l'Yonne_, I, p. 362, 378 et 379).]

[Footnote 301: Diplôme royal perdu mentionné dans une bulle de Léon
VII du 9 janvier 938. Jaffé-Löwenfeld, _Regesta pontif. roman._, n°
3607.]

[Footnote 302: Bibl. nat., Coll. Baluze, vol. 390, n° 508. Cf.
Mabille, _La pancarte noire de Saint-Martin de Tours_, n° VI (136).]

[Footnote 303: _Vila S. Odonis_, I. III, c. 8: «Per illud tempus vir
Elisiardus, qui tune erat comes illustris nunc vero in monastico degit
habitu, audiens infamiam horum monachorum, proedictam abbatiam a
Rodulfo rege petiit et accepit, acceptamque patri nostro tradidit»
(Mabillon, _Acta SS. ord. S. Bened._, saec. V, p. 182). D'après
Aimoin, _De miraculis S. Benedicti_, II, c. III (éd. de Certain, p.
100), Raoul tua même de sa main l'usurpateur d'un domaine (Dyé, dans
l'Yonne, arr. de Tonnerre) dépendant de l'abbaye de
Saint-Benoît-sur-Loire.]

[Footnote 304: _Recueil des historiens de France_, IX, 578 (diplôme de
Raoul faisant allusion à un autre diplôme aujourd'hui perdu).]

[Footnote 305: Bruel, _Recueil des chartes de Cluny_, I, _loc. cit._,
et n° 408 (charte des moines de Cluny faisant allusion à un diplôme de
Raoul qui semble perdu).]

[Footnote 306: _Chron. S. Benigni Divion._: «Et hoc post mortem
Richardi ducis qui ab executione justitiae cognomen accepit» (éd.
Bougaud et Garnier, p. 280).]

[Footnote 307: Jaffé-Löwenfeld, _Regesta_, n° 3578; _Recueil des
historiens de France_, IX, 217 et 718; cf. E. Sackur, _Die
Cluniacenser_, p. 67.]

[Footnote 308: Lippert, p. 99.]

[Footnote 309: C. Rayel, C. Plister et A. Kleinclausz, _Le
christianisme, Les Barbares, Mérovingiens et Carolingiens_ (t. III de
Lavisse, _Hist. de France_, Paris, 1903, in-8), p. 121 et 437-438; P.
Viollet, _Hist. des instit. polit. et admin. de la France_, II, p. 22;
Fustel de Coulanges, _Hist. des instit. pol. de l'anc. France. Les
transformations de la royauté pendant l'époque carolingienne_, pp.
697-698. Sur la royauté féodale constituée, voy. Plister, _Robert le
Pieux_, p. 86-179, et A. Luchaire, _Hist. des instit. monarchiques_,
2e éd., 1, p. 84, 43 et suiv., _Manuel des instit. franç._, p. 457;
Glasson, _Hist. du droit et des instit. de la France IV_, p. 487 et
suiv., V, p. 282; Esmein, _Cours élém. d'hist. du droit français_, p.
484.]

[Footnote 310: Wauters, _Tabl. chronol. des chartes et diplômes impr.
concernant l'hist. de la Belgique_, I. 1, p. 338.]

[Footnote 311: J.-F. Bladé, _Origine du duché de Gascogne_ (Agen,
1897, in-8), p. 37.]

[Footnote 312: Gariel, _Les monnaies royales de France sous la race
carlovingienne_ (Strasbourg, 1883, in-4.) p. 299 et suiv.]

[Footnote 313: _Marca Hispanica_, col. 386, et Append., col. 846-847.
Le seul acte où le nom de Raoul apparaisse, concerne le Roussillon: il
est tiré du cartulaire d'Elne (loc. cit., no LXXII). _Chron.
Barcinonense (Marca Hisp._, Append., col. 738): «Karolus rex post
obitum Odonis XXIII annos, III menses. Post cujus obitum non habuerunt
regem per annos octo.» (Voy. aussi _Espana sagrada_, t. XXIX, p. 199,
et XLIII, p. 125 et 400, no XVII: Charte du comte d'Urgel Suniaire,
datée de 934, sixième année après la mort du roi Charles); Bofarull y
Mascaro, _Los condes de Barcelona rindicados_, t. 1 (Barcelone, 1836,
in-8) p. 49. Eckel (p. 147) a montré par les dates du Cartulaire
d'Elne que Raoul ne fut reconnu en Roussillon qu'en 932 et que l'on
comptait ses années de règne à partir de la mort de Charles le Simple
(929).]

[Footnote 314: M. Flach, dans _Les origines de l'ancienne France_, t.
III (Paris, 1904), p. 397, a très exactement caractérisé la politique
d'Herbert II.]

[Footnote 315: _Chronicon universale Anonymi Landunensis, von 1154 bis
zum Schluss_ (1219), éd. Alexander Cartellieri et Wolf Slechele.
Leipzig-Paris, 1909, in-8, 87 pages.]

[Footnote 316: _Le règne de Louis IV d'Outre-Mer_, pp. 296-298. M.
Longuon vient de fournir tout dernièrement une date de jour pour la
mort d'Herbert II, le 23 février 943, d'après les obituaires de Reims
(_Nouvelles recherches sur Raoul de Cambrai_, dans _Romania_, XXXVIII,
p. 229).]

[Footnote 317: Le même passage se retrouve dans le ms. de Berlin
Phillipps 144, fol. 99 et suiv.]

[Footnote 318: Il s'agit d'Aumale (Seine-Inférieure, arr. de
Neufchâtel-en-Bray) et de Namur (Belgique).]

[Footnote 319: Pour _effestucaverat_, abandonner selon la forme
juridique de la _festuca._ Cf. le passage fourni par le ms. C² de la
_Chronique_ d'Adémar de Chabannes, 1. III, c. 22(éd. Chavanon, p.
142), déjà cité plus haut, p. 9, n. 2.]

[Footnote 320: Ce trait est un souvenir de ce que fit Hugues le Grand
lors de l'expédition d'Otton Ier, en France, en 946. Richer, II, c.
57; Cf. _Louis d'Outre-Mer_, p. 151. Il y a là une confusion bizarre
entre l'expédition d'Otton Ier de 946 et l'aide prêtée par les
Lorrains à Charles le Simple.]

[Footnote 321: Ou _accesserant._ Le manuscrit porte «acerant»
_(sic)._]

[Footnote 322: Il n'existe pas de lieu dit «Mont-des-Cygnes», à
Péronne, mais dans les _Virtutes Furesei abbatis Latiniacensis_
(M.G.h., Scr. _rer. Merov._, IV, pp. 444 et 447) on trouve les
passages suivants: «praeparabo montem Cygnopum qui Perrona noncupatur»
et «deduxerunt sanctum corpus ad montent Cygnophum». Sur cette
dénomination de la colline de Péronne, voy. F.-J. Martel, _Essai hist.
et chronol. sur la ville de Péronne_ (Péronne, 1860), pp. 3-4 et 9-10;
Eustache de Sachy, _Essais sur l'hist. de Péronne_, p. 1-2; J.
Dournel, _Hist. gén. de Péronne_, p. 1. Ce siège de Péronne est un
souvenir de la lutte entre Raoul et Herbert, de 932 à 935, au cours de
laquelle Péronne fut assiégée par Hugues le Grand et Gilbert de
Lorraine.]

[Footnote 323: Il s'agit ici probablement de Guillaume Ier
Longue-Épée. Les noms propres mis entre crochets ont été biffés sur le
manuscrit à une date qui semble de peu postérieure à l'époque de la
transcription. On y remarquera de nombreux anachronismes.]

[Footnote 324: Conan Ier le Tort, comte de Rennes (m. 992).]

[Footnote 325: Peut-être Guillaume tête d'Étoupe, comte de Poitiers,
ou Guillaume le pieux, comte d'Auvergne.]

[Footnote 326: Pour _Alphonsus_, réminiscence d'Alphonse-Jourdain,
comte de Toulouse et vicomte de Narbonne (1134-1143).]

[Footnote 327: Ce nom paraît provenir d'une confusion entre Otton de
Bourgogne (956-965) et Eudes Ier (1078-1102).]

[Footnote 328: Foulques Ier ou Foulques II, comte d'Anjou. Le
qualificatif de «comte du Mans» qui lui est appliqué est un surnom
épique.]

[Footnote 329: Geoffroy Ier Grisegonelle devenu de bonne heure, comme
on sait, un héros épique, qui succéda précisément à Foulques II
d'Anjou.]

[Footnote 330: Arnaud Bouration, comte de Périgord et d'Angoulême
(962-975), ou Arnaud Manzer, bâtard de Guillaume Taillefer, qui lui
succéda (975-1001).]

[Footnote 331: Hugues Ier comte de Champagne (vers 1093-1123).]

[Footnote 332: Il n'y a jamais eu de comte de Ponthieu de ce nom. Ce
doit être une confusion avec Roger ou Raoul.]

[Footnote 333: Hugues le Grand.]

[Footnote 334: Thibaud le Tricheur, comte de Blois.]

[Footnote 335: Forme fautive pour _Aedgiva._]

[Footnote 336: Il se pourrait que toute la légende rapportée ici fût
née à l'occasion de cette pierre, comme il est arrivé parfois dans des
cas analogues.]

[Footnote 337: Édouard Ier l'Ancien, père de la reine-mère Ogive, mort
avant l'avènement de Louis IV.]

[Footnote 338: Le même nom se retrouve dans Guillaume de Nangis. Il
signifie précisément «messager».]

[Footnote 339: Sur l'opinion peu favorable que les Français se
faisaient des Anglais au moyen âge, cf. Ch.-V. Langlois, _Les Anglais
au moyen âge d'après les sources françaises (Revue historique_, t.
LII, pp. 298-315).]



TABLE ANALYTIQUE

   A

   ABBON, évêque de Soissons, chancelier de Robert Ier, partisan de
   Raoul;--à Autun, chancelier de Raoul;--accompagne le roi
   Raoul;--soutient Herbert II de Vermandois; sollicite à Rome
   l'approbation de Jean X pour les actes d'Herbert II;--devenu
   archichancelier royal, perd le vicariat du diocèse de
   Reims;--remplacé comme archichancelier royal, par Anseïs de Troyes.

   _Aefredus_, voy. AFFRÉ.

   _Acinarius_, voy. LOUP AZNAR.

   _Ad Destricios._ Lieu dit où les Normands sont anéantis par Raoul.

   ADÈLE DE VERMANDOIS, fille d'Herbert II, épouse Arnoul de Flandre.

   ADÉLAÏDE, seconde femme de Louis le Bègue;--mère de Charles le
   Simple.

   ADÉLAÏDE, fille de Conrad d'Auxerre, épouse Richard le
   Justicier;--mère de Raoul, roi de France;--charte;--intervient en
   faveur de Saint-Symphorien d'Autun.

   _Adelelmus._ Charte pour Sainte-Radegonde de Poitiers.

   ADÉMAR, vicomte de Turenne. Fait approuver son testament par Raoul.

   ADÉMAR DE CHABANNES. Son récit des exploits de Guillaume Taillefer.

   ADSON, impétrant d'un diplôme en faveur de Saint-Symphorien
   d'Autun.

   _Aedgiva_, voy. OGIVE.

   AFFRÉ ou EFFROI, frère de Guillaume II d'Aquitaine, avoué de
   l'abbaye de Brioude;--occupe Nevers;--succède à Guillaume II, duc
   d'Aquitaine;--sa mort.

   AIMOIN, chroniqueur. Explication du choix de Raoul;--vante le
   triomphe de Raoul sur les Normands.

   AIMOIN (Continuateur d'). Son récit du pillage de
   Saint-Benoît-sur-Loire, par Rögnvald.

   AIRARD, évêque de Noyon. Sa mort.

   AISNE, riv. Charles le Simple la traverse.

   AIX-EN-PROVENCE. Odalric, archevêque.

   AIX-LA-CHAPELLE;--le procès de Bernard d'Italie y est jugé.

   ALAIN BARBE-TORTE, duc de Bretagne;--aidé par les Anglo-Saxons,
   constitue une principauté féodale en Bretagne.

   _Albamarla_, voy. AUMALE.

   ALDRIC, fidèle de Raoul.

   ALLARD, évêque du Puy, accompagne Guillaume d'Aquitaine près Raoul.

   ALLEAUME, comte d'Arras. Repousse les Normands;--s'empare de Noyon;
   il est tué dans la basilique;--à sa mort, Arnoul de Flandre prend
   Arras.

   ALLEAUME, évêque de Laon. Établit des chanoines à Saint-Vincent de
   Laon.

   ALLOU, comte de Boulogne-Térouanne;--opère avec Raoul contre les
   Normands;--frère d'Arnoul de Flandre, abbé de Saint-Bertin.

   ALPES. Les Hongrois y sont un instant cernés par Rodolphe II et
   Hugues de Provence.

   ALPHONSE-JOURDAIN, comte de Toulouse, et vicomte de Narbonne, à la
   cour royale.

   ALSACE. Charles le Simple et Robert y séjournent.--Voy. SAVERNE.

   AMAURY, rapporte de Rome le _pallium_ à Artaud.

   AMIÉNOIS, pays envahi par les Normands.

   AMIENS. Raoul y est reconnu roi;--menacé par les Normands; dévoré
   par un incendie;--assiégé par Hugues le Grand qui reçoit des otages
   de la garnison d'Herbert II.

   ANGERS. Raoul y est reconnu;--Cathédrale et Saint-Aubin,
   cartulaires.

   ANGLAIS. Opinion des Français sur leur caractère.

   ANGLETERRE. La reine Ogive s'y réfugie avec son fils Louis.

   ANGLO-SAXONS.

   ANGOULÊME. Guillaume Taillefer, comte; les moines de Charroux s'y
   réfugient;--monnaie de Raoul;--comté.

   ANGOUMOIS, pillé par les Normands.

   ANJOU. Comté.

   ANNALES. Voy. au nom d'auteur ou de provenance et les notes au
   texte.

   ANONYME DE LAON. Fragments inédits de sa chronique relatifs à
   Herbert II de Vermandois.

   ANSE, en Lyonnais. Raoul y séjourne.

   ANSEAU, vassal de Boson, châtelain de Vitry, reçoit Coucy d'Herbert
   II.

   ANSEÏS, évêque de Troyes, à Autun, près de Raoul;--lutte coutre
   Rögnvald;--blessé à Chalmont;--dans un diplôme pour
   Montiéramey;--intervient dans un diplôme de Raoul comme
   archichancelier.

   ANSELME, évêque d'Autun. Acte de donation approuvé par Raoul.

   ANSGARDE, première femme de Louis de Bégue.

   AQUITAINE. Duché;--soumise à Charles;--tactique des seigneurs de ce
   pays à l'égard de la royauté;--transfert du titre de duc à la
   maison de Poitiers; pillée par les Normands;--reconnaît Raoul comme
   roi.

   ARCIAT, sur la Saône, Raoul s'y arrête.

   ARCY (Saône-et-Loire).

   ARGENTEUIL. (Seine-et-Oise) Obituaire.

   ARGENTEUIL, en Tonnerrois. Défaite des Normands.

   _Argrina_, forme fautive pour _Aedgiva._ Ogive, femme de Charles le
   Simple.

   ARLES. Comté. Appartient à Boson, du chef de sa femme Berthe.

   ARLES (Royaume d'). Son origine;--Rodolphe II, roi.

   ARNAUD BOURATION, comte de Périgord et d'Angoulême, à la cour
   royale.

   ARNAUD MANZIER, bâtard de Guillaume Taillefer, à la cour royale.

   ARNOUL, marquis de Flandre. Opère avec Raoul contre les
   Normands;--les Normands veulent s'en venger;--enlève Mortagne à
   Roger de Lion;--s'empare d'Arras;--épouse Adèle de Vermandois;
   occupe Arras; entre en possession de Boulogne et Térouanne et
   devient abbé de Saint-Bertin, à la mort d'Allou.

   ARRAS. Le comte Alleaume repousse les Normands;--menacé par les
   Normands;--assiégé par Raoul;--Arnoul, marquis de Flandre, s'en
   empare à la mort du comte Alleaume;--pris par Arnoul de Flandre.

   ARSONCOURT.

   ARTAUD, élu archévèque de Reims;--réunit un synode pour excommunier
   Milon de Châlons;--moine de Saint-Remy, se rend auprès de Hugues le
   Grand;--archevêque de Reims, accompagne Raoul au siège de
   Château-Thierry et Hugues le Grand à la prise de Roye;--réunit un
   synode à Fismes.

   ARTOIS, pays envahi par les Normands.

   ATHELSTAN, oncle de Louis IV, le reçoit à sa cour.

   ATTIGNY. Charles le Simple s'y rend;--résidence royale;--plaid
   décidant une expédition en Lorraine;--fisc royal, rendu par Raoul à
   Charles le Simple;--Raoul s'y rend et envoie de là Hugues le Grand
   en ambassade auprès d'Henri 1er;--Raoul y réside;--Raoul y donne un
   diplôme.

   AUBRY DE TROIS-FONTAINES. Sa chronique--attribue un fils à Raoul.

   AUMALE, _Albamarla_, limite des domaines d'Herbert II.

   AURILLAC. Charte de Frolard pour cette ville.

   AUTUN. Église, chartes de Raoul;--Walon, évêque;--comté de Raoul,
   début de son règne;--Saint-Martin, abbaye; Eimon abbé; dépendances
   en Viennois et Provence; ses privilèges;--Saint-Symphorien, Hermoud
   prévot;--Raoul y séjourne;--Saint-Andoche.

   AUVERGNE. Maison comtale;--a pour dépendances le Velay et le
   Gévaudan;--reconnaît la suzeraineté de Raoul;--comté.

   AUXERRE. Relations de ses vicomtes avec le duc de
   Bourgogne;--Rainard vicomte;--monastère Saint-Germain: la reine,
   Emma lui enlève la _villa Quinciacum_;--Raoul y donne un diplôme à
   son fidèle Allard;--Raoul y confirme des concessions de Geoffroi de
   Nevers à l'évêque _Tedalyrinus_;--Louis IV y séjourne avec Hugues
   le Grand;--monastère de Saint-Germain, Raoul en est avoué.

   AVALLON. Comté de Raoul;--château, enlevé au comte Gilbert par la
   reine Emma.

   AVIGNON, Comté. Appartient à Boson, du chef de sa femme, Berthe.

   AVRANCHIN, pays cédé par Raoul aux Normands.

   AZNAR, voy. Loup Aznar.

   BAUDOIN II LE CHAUVE. Ses fils;--hostile à Herbert II.

   BEAULIEU. Cartulaire;--chartes datées des années de Raoul.

   BEAUVAIS. Heudegier, évêque;--monnaie de Raoul.

   BEAUVAISIS, pays envahi par les Normands.

   BÉATRICE DE VERMANDOIS, mère de Hugues le Grand.

   BENNON, évêque de Metz, successeur de Guerri.

   BENOÎT (Saint) Miracles;--son apparition à Rögnvald;--reliques
   portées à Saint-Benoît-sur-Loire pendant l'invasion normande.

   BÉRENGER, empereur. Son intervention sollicitée en faveur de
   Charles le simple; sa mort.

   BÉRENGER, comte du _pagus Lommensis_. Se brouille avec Gilbert, son
   beau-frère.

   BERNARD, comte (de Senlis?), cousin d'Herbert II de
   Vermandois;--aurait été de bonne foi en trompant le roi Charles.

   BERNARD D'ITALIE, aïeul d'Herbert II de Vermandois;--sa révolte
   contre Louis le Pieux et sa mort.

   BERNOIN, évêque de Verdun, neveu de Dadon.

   BERNON, abbé de Cluny. Testament.

   BERRY. Raoul y est reconnu;--pays restitué par Raoul à Guillaume II
   d'Aquitaine;--invasion hongroise;--les habitants repoussent les
   Normands.

   BERTHE, comtesse d'Arles et d'Avignon, nièce de Hugues de Provence;
   épouse Boson, frère de Raoul.

   BESSIN, pays cédé par Hugues le Grand aux Normands;--les habitants
   attaquent les Normands de la Seine;--habitants.

   BEUVES, évêque de Châlons. Soutient Herbert II;--chassé par
   Boson;--condamné à la destitution;--rétabli sur son siège par la
   faveur de Hugues le Grand;--Raoul lui rend son évêché d'accord avec
   Hugues le Grand.

   BÉZIERS. Chartes y constatant l'interrègne.

   BLANDIGNY. Annales.

   BLOIS. Raoul y est reconnu:--Saint-Lomer, monastère, reçoit de
   Raoul l'église Saint-Lubin;--comté.

   BONN (Traité de), entre Charles le Simple et Henri l'Oiseleur.

   BOSON, frère cadet de Raoul;--son partisan;--prête l'hommage à
   Raoul;--tue Ricoin malade, pour s'emparer de Verdun;--épouse
   Berthe, comtesse d'Arles et d'Avignon;--ennemi d'Otton, fils de
   Ricoin;--obligé de reconnaître la suzeraineté d'Henri Ier;--conclut
   la paix avec Henri Ier; se réconcilie avec Gilbert de
   Lorraine;--s'empare de domaines des évêchés de Verdun et Metz;
   assiégé dans _Durofostum_ par Henri Ier;--s'empare de
   Chelles;--rentre dans Vitry, et prend Monzon; s'allie à Gilbert de
   Lorraine et à Hugues le Grand contre Herbert II; a pour vassal
   Anseau de Vitry; compris dans un accord entre Hugues le Grand et
   Herbert II;--se brouille avec Gilbert de Lorraine qui lui prend
   _Durofostum_;--se soustrait à la suzeraineté d'Henri Ier beau-père
   de Gilbert;--accompagne Raoul au siège de Reims;--époux de Berthe,
   nièce de Hugues, possède Arles et Avignon;--se soumet à Henri Ier
   qui lui rend presque tous ses domaines;--prend part a l'expédition
   lorraine contre Hugues le Grand; se rencontre avec Raoul à Attigny;
   concède Domrémy à Saint-Remy de Reims; y est enseveli;--sa femme
   est petite-fille de Lothaire II de Lorraine, nièce de Hugues de
   Provence.

   BOSON, roi de Provence. Oncle de Raoul, roi de France;--fils de
   Thierry d'Autun;--son royaume.

   BOUFFIGNEREUX, près de Laon. Les troupes royales y campent.

   BOULOGNE.--Généalogie des comtes;--occupé par Arnoul de Flandre.

   BOULONNAIS. Littoral ravagé par la flotte normande.

   BOURGES. Pris par Raoul de Bourgogne;--monnaie de Raoul.

   BOURGOGNE. Duché;--maison ducale; alliée à Robert;--royaume
   indépendant sous Rodolphe Ier;--les moines de Montiérender s'y
   réfugient;--Raoul y est reconnu roi--pouvoir ducal de Raoul;--Raoul
   y séjourne;--Herbert II s'y rend;--faveurs de Raoul pour les
   abbayes de ce pays;--échappe aux pillages normands;--des
   contingents en sortent pour rallier l'armée de Raoul.

   BOURGUIGNONS. Luttent contre les Normands à Chalmont.

   BRAISNE-SUR-LA-VESLE. Enlevé par Hugues à l'archevêque de Rouen,
   Gonthard; pris et détruit par Herbert II.

   BRÊLE, fl. côtier.

   BRETAGNE. Indépendante sous Alain;--soumise à Charles;--dans
   l'anarchie;--cession faite par Robert à Rögnvald non exécutée.

   BRIARE. Raoul y confirme les privilèges de Cluny.

   BRIE. Comté. Raoul y est reconnu.

   BRIOUDE. Abbaye Saint-Julien; Affré en est avoué;--dates des
   chartes;--cartulaire.

   C

   CAHORS. Frotard vicomte;--chartes datées des années de Raoul, 50.

   CALAIS (Saint). Translation de ses reliques à Saint-Lomer de Blois.

   CAMBRAI. Évêques;--Isaac comte;--Gilbert de Lorraine y tient un
   plaid.

   CARCASSÈS. Possessions de l'abbaye de Montolieu situées dans ce
   pays.

   CARLOMAN, roi de France;--sa mort;--le dernier capitulaire date de
   son règne.

   _Carolingicae domus genealogia_.

   CHALMONT (Seine-et-Marne). Défaite des Normands.

   CHÂLON-SUR-SAÔNE. (comté). Début du règne de Raoul;--Bernard
   d'Italie s'y rencontre avec Louis le Pieux;--Raoul y séjourne avec
   toute sa cour;--diplômes de Raoul datés de cette ville.

   CHALONNAIS. Dépendances de Tournus, sises dans ce pays.

   CHÂLONS-SUR-MARNE. Cartulaire.

   CHAMPAGNE. Comté.

   CHARLEMAGNE. S'associe son second fils Louis le Pieux;--diplôme
   pour Marmoutier;--son souvenir.

   CHARLES-CONSTANTIN, bâtard de Louis l'Aveugle, comte de
   Vienne.--Rentre en possession de Vienne;--comte de Vienne au mépris
   des droits d'Eudes de Vermandois; se soumet à Raoul;--reçoit Raoul
   comme suzerain à Vienne.

   CHARLES LE CHAUVE. Oncle de Raoul;--épouse Richilde; aïeul des
   comtes de Flandre;--diplôme pour Marmoutier;--son souvenir.

   CHARLES LE GROS, empereur.

   CHARLES LE SIMPLE. Fils de Louis le Bègue.--parrain de Raoul de
   Bourgogne; né en 879;--son diplôme en faveur de l'abbaye de
   Prüm;--prescrit à Étienne, abbé de Saint-Martial de Limoges, de
   construire deux tours pour résister à Guillaume d'Aquitaine;--fils
   posthume de Louis le Bègue;--concession à Rollon; signe le traité
   de Bonn;--s'enfuit en Lorraine; en revient avec des troupes; sa
   défaite à Laon; assiège Chièvremont, repoussé par Hugues le
   Grand;--lutte à Soissons contre Robert; envoie des messagers à
   Herbert II et à Séulf;--appelle les Normands à son aide;--reconnu
   en Normandie, Bretagne et Aquitaine;--délivre des diplômes à Guy de
   Girone;--reconnu dans le Midi;--fait des démarches inutiles auprès
   de Séulf;--reconnu en Poitou;--reconnu longtemps dans la Marche
   d'Espagne;--ses domaines;--envoie des reliques de saint Denis à
   Henri Ier, avec une ambassade; négocie avec Henri Ier de
   Germanie;--sa captivité; enfermé à Château-Thierry; se rend à
   Saint-Quentin avec la députation d'Herbert II;--ses enfants
   légitimes et naturels;--donation aux Normands de la Seine;--enfermé
   au donjon de Château-Thierry, puis à Péronne; tiré de sa prison par
   Herbert II;--Rome intervient en sa faveur;--retourne en
   prison;--captif à Reims, reçoit la visite de Raoul;--sa mort en
   captivité à Péronne; enseveli à Saint-Fursy;--a pour tante
   Rohaut;--sa mort décide le Midi à reconnaître Raoul comme roi.

   CHARROUX, abbaye. Pérégrinations des moines.

   CHARTRES. Défaite des Normands;--Saint-Père, cartulaire;--Raoul y
   est reconnu;--monnaie de Raoul.

   CHÂTEAUBLEAU. Monnaie de Raoul.

   CHÂTEAUDUN. Monnaie de Raoul.

   CHÂTEAU-GAILLARD. Monnaie de Raoul.

   CHÂTEAU-GAILLOT, à Laon.

   CHÂTEAU-LANDON. Monnaie de Raoul.

   CHÂTEAU-THIERRY. Charles le Simple y est enfermé;--incendie du
   donjon;--un des derniers réduits d'Herbert II, avec
   Péronne;--assiégé par Raoul et les archevêques Téotolon et
   Artaud;--Herbert II y rentre; assiégé à deux reprises par Raoul et
   Hugues le Grand; abandonné par Herbert II.

   CHELLES, abbaye. Enlevée à Rohaut et concédée par Charles le Simple
   à Haganon;--occupée par Boson à la mort de l'abbesse Rohaut.

   CHIERS, riv. Henri Ier se rencontre sur ses bords avec Raoul.

   CHIÈVREMONT. Assiégé par Charles, débloqué par Hugues le Grand.

   CHRONIQUE de Saint-Bénigne de Dijon. Attribue un fils à Raoul.

   _Cignorum Mons_, à Péronne.

   CLERGÉ, maltraité par Herbert II à Reims.

   CLUNY, abbaye. Chartes concernant les comtés de Mâcon, Châlon et
   Autun;--diplômes de Raoul en faveur de ce monastère; son droit de
   battre monnaie; abbaye dotée par Raoul.

   COLOGNE. L'archevêque s'abstient de reconnaître Raoul.

   COMMINGES. Loup Aznar en aurait été seigneur.

   COMPIÈGNE. Résidence royale;--Raoul s'y rend avec ses
   troupes;--Raoul y convoque Herbert II;--Raoul y délivre un diplôme,
   à Saint-Corneille, en faveur de Marmoutier;--monnaie de Raoul.

   CONAN Ier LE TORT, comte de Rennes; à la cour royale.

   CONQUES, en Rouergue, abbaye. Cartulaire; chartes constatant
   l'interrègne;--actes datés des années du règne de Raoul.

   CONRAD, comte d'Auxerre.

   CONRAD DE FRANCONIE, mis en parallèle avec le roi Raoul.

   CONRAD LE PACIFIQUE, fils de Rodolphe II, roi d'Arles. Épouse
   Mathilde, fille de Louis d'Outre-Mer.

   CORMICY. Quartier général des troupes royales lors de
   l'investissement de Reims.

   COTENTIN. Les possessions de Rollon s'y seraient étendues;--cédé
   par Raoul aux Normands.

   COUCY, dépendance de l'église de Reims. Environs ravagés par la
   garnison royale de Laon;--donné à Anseau de Vitry par Herbert II.

   COURONNE de Raoul. Son histoire.

   _Cygnophum_, lieu dit à Péronne.

   D

   DADON, évêque de Verdun;--sa mort.

   DALMACE. Intervient dans un diplôme de Raoul pour Montolieu.

   DENAIN. Enlevé à Herbert II par Raoul.

   DENIS (S.). Reliques envoyées par Charles le Simple à Henri Ier de
   Germanie.

   DÉOLS, monastère. Obtient de Raoul l'immunité, à la requête
   d'Ebbon.

   _Destricios (Ad)_, Voy. _Ad Destricios_.

   DIJON. Saint-Bénigne;--relations de ses vicomtes avec le duc de
   Bourgogne;--Manassès, comte;--pris par le comte Boson; assiégé par
   Raoul.

   DOUAI, repris par Hugues le Grand à Herbert II et concédé par lui à
   Roger de Laon.

   DREUX. Monnaie de Raoul.

   DUDON DE SAINT-QUENTIN;--prête à Bernard de Senlis un rôle de
   diplomate.

   _Durofostum_, château sur la Meuse. Boson y est assiégé par Henri
   Ier;--pris par Gilbert de Lorraine.

   _Dux Francorum_, titre.

   DYÉ (Yonne). Domaine de Saint-Benoît-sur-Loire, restitué à l'abbaye
   par Raoul.

   E

   EADHILD, fille d'Édouard Ier l'Ancien, roi des Anglo-Saxons. Épouse
   Hugues le Grand.

   ERBON, seigneur de Déols. Obtient de Raoul l'immunité pour le
   monastère fondé par lui;--sa mort.

   EBERHARD de Franconie. Intervient en faveur d'Herbert II.

   ÈBLES MANZER, comte de Poitiers. Charte pour l'abbaye de
   Noaillé;--fils de Renoul II, duc d'Aquitaine;--ne porte pas le
   titre de duc d'Aquitaine.

   EBRARD, frère d'Héloin de Montreuil. Herbert lui enlève Ham et le
   fait prisonnier.

   ÉCOLE riv., affl. de la Seine. Les Normands campent auprès.

   ÉDOUARD Ier l'Ancien, roi des Anglo-Saxons, père de la reine
   Ogive;--son prétendu messager envoyé à Louis IV.

   _Effestucare_, sens de ce mot.

   EFFROI, voy. AFFRÉ.

   ÉGLISE, alliée à Charles le Simple.

   EIMON, abbé de Saint-Martin d'Autun.

   EINSIEDELN, monastère. Annales.

   ELISIARD, comte. Appelle Eudes de Cluny à
   Saint-Benoît-sur-Loire;--intervient auprès de Raoul en faveur de
   Cluny.

   ELNE. Chartes y constatant l'interrègne;--Wadaldus
   évêque;--cartulaire, acte daté du règne de Raoul.

   EMMA, fille de Robert Ier, femme de Raoul;--haute valeur de cette
   princesse;--son rôle dans l'élection de Raoul;--rejoint Raoul à
   Autun;--déshéritée par Raoul en faveur de Saint-Remy;--souscrit une
   précaire de Saint-Martin de Tours;--son courage; elle défend
   Laon;--abandonne Laon;--enlève le château d'Avallon au comte
   Gilbert, fils de Manassès de Dijon;--enlève la villa _Quinciacum_ à
   Saint-Germain d'Auxerre;--intervient dans un diplôme de Raoul en
   faveur de Cluny;--accompagne Raoul au siège de
   Château-Thierry;--son psautier;--sa mort, rôle joué par elle.

   ENGRAND, doyen de Saint-Médard de Soissons, élu évêque de Laon.

   ENJEUGER, fils de Foulques d'Anjou. Sa mort.

   ENJORREN DE LEUZE. Combat les Normands.

   EPTE, riv. traversée par Raoul.

   ERMENGAUD, comte de Rouergue, ne reconnaît Raoul qu'en 932;--prête
   l'hommage à Raoul.

   ERMENJART, impératrice, femme de Louis le Pieux. Son ambassade à
   Bernard d'Italie.

   ERMENJART, soeur de Raoul de Bourgogne; femme de Gilbert de Dijon.

   ERMENTRUDE, femme de Charles le Chauve.

   ERNAUT de Douai, vassal de Hugues. Passe au parti d'Herbert
   II;--dépossédé reçoit d'Herbert II Saint-Quentin.

   ESCAUT, fl. Limite septentrionale de la France.

   ESPAGNE. Marche; Charles le Simple y est longtemps
   reconnu;--n'accepte pas la suzeraineté de Raoul.

   ESTRÉES. Les reliques de saint Genoul y sont déposées.  ESTRESSE,
   près de Beaulieu (Corrèze). Identifié avec _Ad Destricios_, où
   Raoul battit les Normands.

   ÉTAMPES. Monnaie de Raoul.

   ÉTIENNE, abbé de Saint-Martial de Limoges. Fortifie l'abbaye.

   ÉTIENNE, évêque de Cambrai. Différend avec le comte Isaac.

   EU. Garnison renforcée;--enlevé aux Normands par les
   Français;--entrevue de Rollon et Guillaume Longue-Épée avec Herbert
   II;--victoire de Raoul sur les Normands.

   EUDES, roi de France. Frère de Robert Ier;--son accord avec Charles
   le Simple;--fils de Robert le Fort, élu roi;--couronné par Gautier,
   archevêque de Sens;--oncle de Hugues le Grand--chartes datées à
   partir de son décès et;--diplôme pour Marmoutier.

   EUDES Ier DE BOURGOGNE, à la cour royale.

   EUDES DE CLUNY. Appelé à Saint-Benoît-sur-Loire.

   EUDES DE VERMANDOIS, fils d'Herbert II, candidat au comté de
   Laon;--donné en otage à Rollon;--renvoyé par Rollon;--obtient la
   Viennoise; semble n'y avoir jamais exercé la moindre autorité.

   F

   FAUQUEMBERGUE. Raoul y est blessé en luttant contre les Normands.

   FÉLÉCAN, chef normand massacré avec ses compagnons par les Bretons.

   FÉODALITÉ. Son développement;--son caractère en France et en
   Germanie à cette époque.

   FÉTU. Abandon de Charles le Simple «par jet de fétu».

   FISC. Sa diminution.

   FISMES, église Sainte-Macre. Artaud y réunit un synode.

   FLANDRE.--Maison comtale; ses bons rapports avec Robert Ier.

   FLODOARD, annaliste; perd la prébende reçue de l'archevêque de
   Reims Hervé.

   _Floriacum_, voy. SAINT-BENOÎT-SUR-LOIRE.

   FOLCUIN, chroniqueur. Élection de Raoul;--récit de la capture de
   Charles le Simple;--date qu'il assigne à la mort de Charles le
   Simple.

   FOUBERT, comte, porte-enseigne de Charles le Simple. Tue Robert
   Ier.

   FOULQUES Ier, comte d'Anjou. Charte;--à la cour royale.

   FRANCE. Duché.

   _Francia_.

   FRÉJUS, possession de Saint-Martin d'Autun.

   FRÉRONE, seconde femme de Charles le Simple. Ses quatre filles.

   FROTARD, vicomte de Cahors. Charte pour Aurillac.

   FROTIER II, évêque de Poitiers, reconnaît Raoul.

   _Fulbertus_ voy. FOUBERT.

   G

   GARNIER, comte de Sens. Lutte contre Rögnvald;--sa mort à Chalmont.

   GALOPIN, prétendu messager envoyé par Édouard Ier l'Ancien à Louis
   IV.

   GASCOGNE. Raoul n'y est reconnu qu'en 932.

   GÂTINAIS, pays.--Les dépendances de l'abbaye de Saint-Paul situées
   dans ce pays données à Allard par le roi Raoul.

   GAUBERT, abbé de Corbie, élu évêque de Noyon; chassé puis
   réinstallé et consacré par Artaud.

   GAUTIER, archevêque de Sens. Couronne Eudes puis Robert
   Ier;--couronne Raoul.

   GEILON, neveu d'Allard, fidèle de Raoul.

   GENOUL. (S.). Reliques portées à Estrées, pendant l'invasion
   normande.

   GEOFFROY, comte de Nevers. Intervient dans un diplôme de
   Raoul;--perd _Viriliacum_, secouru par Raoul contre les Aquitains;
   chargé de négocier une entrevue avec Henri Ier de Germanie;--ses
   concessions à l'évêque _Tedalgrinus_.

   GEOFFROY Ier GRISEGONELLE, comte d'Anjou; à la cour royale.

   GERRI, monastère. Cartulaire.

   GÉVAUDAN. Comté; suit la politique du duc d'Aquitaine.

   GIGNY, abbaye. Guy abbé, usurpateur des biens de Cluny.

   GILBERT, comte de Dijon, fils de Manassès. À Autun, près
   Raoul;--neveu de Rainard d'Auxerre, assiège ce dernier à
   Mont-Saint-Jean;--s'allie au comte Richard, fils de Garnier de
   Sens; le château d'Avallon lui est enlevé.

   GILBERT, duc de Lorraine, partisan de Robert.--Son attitude à
   l'égard de Raoul;--refuse de se soumettre à Raoul;--appelle Henri
   Ier de Germanie en Lorraine;--se brouille avec son beau-frère
   Bérenger et son frère Renier; lutte contre Isaac de Cambrai; se
   rapproche de Raoul;--son caractère inconstant; son échec auprès de
   Raoul;--entre en pourparlers avec les seigneurs français;--prête
   l'hommage à Raoul;--fils de Renier Ier, duc de Lorraine;--s'allie à
   Boson et à Hugues le Grand contre Herbert II;--enlève le château de
   _Durofostum_ à Boson;--vient aider Herbert II contre Raoul; il
   conclut un armistice avec ce dernier;--coopère avec Hugues le Grand
   et Raoul au siège de Péronne;--intervient en faveur d'Herbert
   II;--intervient de nouveau en faveur d'Herbert II, et fait conclure
   un nouvel armistice.

   GILBERT, vassal de Raoul, révolté contre lui et châtié.

   GIRONE, en Catalogne.

   GISON, rapporte de Rome le _pallium_ à Artaud.

   GONTHARD, archevêque de Rouen. Perd la forteresse de
   Braisne-sur-la-Vesle.

   GORZE, abbaye. Cartulaire;--chartes.

   GOSBERT, évêque de Laon. Sa mort.

   GOTHIE, pays envahi par les Hongrois.

   GUERRI, évêque de Metz. Décide Raoul à assiéger Saverne;--s'empare
   de Saverne et en fait raser le château-fort;--sa mort.

   GUILLAUME Ier LE PIEUX, d'Aquitaine, oncle de Guillaume II.

   GUILLAUME II D'AQUITAINE, neveu de Guillaume Ier d'Aquitaine.
   S'empare de Bourges; reçoit le Berry de Raoul moyennant
   l'hommage;--d'abord hostile à Raoul finit par se soumettre;--prend
   aussi le titre de comte d'Auvergne;--sur la Loire; se rend au camp
   de Raoul et lui prête l'hommage;--accompagné par l'évêque du Puy,
   Allard;--comte de Velay, intercède auprès de Raoul en faveur de
   l'évêque du Puy;--négocie avec Rögnvald;--fait défection;--sa mort.

   GUILLAUME DE NANGIS. Passage de sa Chronique en rapport avec
   l'Anonyme de Laon.

   GUILLAUME LONGUE-ÉPÉE, associé à son père Rollon, l'accompagne à Eu
   près d'Herbert II de Vermandois;--prête l'hommage à Charles le
   Simple;--prête l'hommage à Raoul, et reçoit le littoral contigu à
   la Bretagne;--à la cour royale.

   GUILLAUME TAILLEFER, comte d'Angoulême. Exploits contre les
   Normands;--a pour successeur son bâtard Arnaud Manzer.

   GUILLAUME TÊTE D'ÉTOUPE. Autorise une libéralité de l'évêque
   Frotier II en faveur de Saint-Cyprien;--fils d'Èbles, duc
   d'Aquitaine et comte d'Auvergne;--comte de Poitiers.

   GUY, abbé de Gigny. Restitue à Cluny les domaines qu'il avait
   usurpés.

   GUY DE GIRONE, Diplôme en sa faveur.

   GUY DE SPOLÈTE. Tient le pape Jean X prisonnier.

   H

   HAGANON, favori de Charles le Simple;--accompagne Charles le Simple
   en Lorraine.

   HAM. Enlevé par Herbert II à Héloin de Montreuil;--assiégé par
   Raoul et Hugues le Grand, livre des otages;--retourne au parti
   d'Herbert II qui y établit son fils Eudes.

   HELGAUD, comte de Ponthieu.--Harcèle les Normands;--opère avec
   Raoul contre les Normands;--les Normands cherchent à s'en
   venger;--à la bataille de Fauquembergue;--père d'Héloin.

   HÉLOIN DE MONTREUIL, fils d'Helgaud de Ponthieu. Condamné pour
   bigamie à Trosly;--assiégé par Herbert II et Hugues le Grand; se
   réconcilie avec ce dernier;--a pour frère Ébrard.

   HÉLUIS, père de Raoul de Gouy.

   HENRI Ier L'OISELEUR, roi de Germanie. Signe le traité de
   Bonn;--reçoit des envoyés de Charles le Simple;--sa garnison de
   Saverne capitule;--appelé par Gilbert et l'archevêque de Trèves,
   passe le Rhin; conclut un armistice avec les Lorrains, emmenant
   troupeaux et otages en Germanie;--reconnu à Toul entre le 16
   octobre 923 et le 14 octobre 924;--malade sur la frontière
   slave;--passe le Rhin, enlève Zülpich à Gilbert de
   Lorraine;--Herbert II se rend auprès de lui avec Hugues le
   Grand;--donne l'évêché de Metz à Bennon;--assiège Boson à
   _Durofostum_, et conclut la paix avec lui;--refuse à Herbert II
   d'agir en faveur de Charles le Simple;--intervient en France et
   fait signer un armistice entre Boson et Herbert II;--Herbert II lui
   prête l'hommage;--son appui sollicité par Herbert II; aux prises
   avec des difficultés intérieures et la guerre hongroise;--écrase
   les Hongrois sur les bords de l'Unstrutt;--vainqueur des Hongrois,
   des Slaves et des Danois, envoie Gilbert de Lorraine et Éberhard de
   Franconie au secours d'Herbert II;--envoie une ambassade à Raoul, à
   Soissons; se rencontre: avec lui sur les bords de la
   Chiers;--envoie une armée aider Herbert II à reprendre
   Saint-Quentin;--parallèle avec Raoul;--domine mieux la féodalité de
   son pays que Raoul.

   HERBERT Ier, comte de Vermandois, fils de Pépin, petit-fils de
   Bernard d'Italie.

   HERBERT II, comte de Vermandois. Aurait épousé sa nièce, fille de
   Robert Ier;--met en déroute les Lorrains à Soissons; reçoit des
   messagers de Charles le Simple;--descendant de Bernard
   d'Italie;--empêche Séulf de répondre aux démarches de Charles le
   Simple;--envoie une députation à Charles le Simple;--aurait caché
   ses desseins â ses envoyés auprès du roi Charles;--sa conduite
   sévèrement jugée par ses contemporains; essai d'explication;--sa
   prétendue tentative pour s'emparer de Louis, fils de Charles le
   Simple;--ses vassaux infligent un échec aux Normands; se rend en
   Bourgogne après la capture du roi Charles;--fournit des contingents
   contre les Normands;--défend la ligne de l'Oise contre les
   Normands; conclut un armistice avec eux;--à Autun, près de
   Raoul;--reçoit Péronne du Raoul;--chargé par Raoul de négocier la
   paix avec les Normands;--fait condamner le comte de Cambrai Isaac
   au synode de Trosly;--à l'arrière-garde des troupes françaises,
   prêt à tirer parti des événements;--réussit à gagner Hugues le
   Grand;--apparaît sur les rives de l'Oise pour arrêter les
   Normands;--amène les vassaux de l'église de Reims à Raoul;--accusé
   d'empoisonnement;--fait élire archevêque de Reims son fils
   Hugues;--accompagne Raoul au siège de Nevers;--s'empare de Péronne
   et de Reims; se brouille avec Raoul;--lutte contre les Normands de
   la Loire et leur abandonne le comté de Nantes; réunit le synode de
   Trosly malgré Raoul;--oppose Charles le Simple à Raoul; tente un
   coup de main sur Laon;--conclut une alliance avec les Normands à
   Eu;--sa lettre au pape Jean X; se rend à Reims et y rédige une
   lettre à Jean X; conclut un accord avec Raoul, et donne des
   otages;--se rencontre avec Raoul; amène Hugues le Grand à une
   entrevue auprès de Rollon; entre à Laon;--échoue auprès d'Henri
   Ier; donne Saint-Timothée et une prébende de chanoine à Odalric
   d'Aix;--ayant échoué avec la restauration de Charles, prête
   l'hommage à Raoul qui lui concède Laon;--obtient la Viennoise pour
   son fils Eudes; s'empare du château de Vitry-en-Perthois; assiège
   Héloin dans Montreuil; attire à son parti Heudoin, vassal de Hugues
   le Grand;--rend Vitry à Boson; concède Saint-Quentin à Ernaut de
   Douai; conclut un accord avec Hugues le Grand; péril et reprend
   Mouzon;--se rapproche de Gilbert de Lorraine; sa rupture avec
   Raoul;--enlève Braisne-sur-la-Vesle à Hugues le Grand et détruit la
   place;--prête l'hommage à Hugues le Grand;--assiégé par Raoul à
   Laon; obtient d'en sortir en y laissant sa femme;--enlève Ham à
   Ébrard, frère d'Héloin de Montreuil;--sa situation précaire;
   recherche sans succès l'appui d'Henri Ier de Germanie;--recouvre
   Ham puis Saint-Quentin, mais reperd vite cette dernière
   ville;--reprend Château-Thierry; obtient, grâce à la médiation
   lorraine, un armistice moyennant l'abandon de Château-Thierry,
   reste en possession de Péronne et de Ham;--acquiert l'alliance
   d'Arnoul de Flandre; approvisionne Péronne; enlève les récoltes des
   partisans de Hugues le Grand;--fait sa soumission â l'entrevue des
   bords de la Chiers; il reçoit divers domaines occupés par Hugues le
   Grand, et se réconcilie avec lui;--sa lutte avec Raoul;--sa
   cupidité;--son rôle néfaste;--jour de sa mort;--amène une invasion
   en France;--se rend au roi de France;--s'empare de Charles le
   Simple, le fait mutiler et mourir en prison;--sa prétendue
   pendaison par ordre de Louis IV.

   HERBERT DE VERMANDOIS, fils d'Herbert II, notaire ou chancelier
   royal (?).

   HERMOUD, prévôt de Saint-Symphorien d'Autun.

   HERVÉ, abbé de Tournus.

   HERVÉ, archevêque de Reims.--Partisan de Robert;--dépouillé de
   domaines épiscopaux sis en Lyonnais;--sa mort.

   HEUDEGIER, évêque de Beauvais.

   HEUDOIN, vassal de Hugues le Grand. Passe au parti d'Herbert II.

   HILDUIN, évêque élu de Liège.

   HONGROIS. Pillent l'Italie, Brûlent Pavie; en Provence, en Gothie;
   achevés par Raimond-Pons III;--pillent le pays de Voncq;--quittent
   la France, puis font un retour offensif;--pillent la Bourgogne,
   brûlent le monastère de Bèze, s'enfuient devant Raoul et gagnent
   l'Italie.

   HUGUES LE GRAND, fils de Robert Ier. A pour belle-mère
   Rohaut;--force Charles à lever le siège de Chièvremont;--met en
   déroute les Lorrains à Soissons;--neveu du roi Eudes, éclipsé par
   son père;--candidat éventuel à la couronne;--ses domaines;--aurait
   capturé le roi Charles d'après Widukind;--adversaire du roi Charles
   à cause de la mort de Robert à Soissons;--confondu avec Herbert II
   par Richer dans le récit de la capture de Charles le
   Simple;--sollicite l'assistance de Raoul coutre les
   Normands;--défend la ligne de l'Oise contre les Normands; conclut
   un armistice avec eux;--à Autun, près de Raoul;--reçoit le Mans de
   Raoul;--frère de Raoul, chargé par Raoul du siège de
   Mont-Saint-Jean;--chargé par Raoul de négocier avec les Normands,
   leur cède le Maine et le Bessin;--négocie avec Rögnvald;--campe sur
   les rives de la Seine, en face des Normands;--gagné par Herbert
   II;--ses vassaux attaquent les Normands;--campe en Beauvaisis;--sa
   rivalité avec la Flandre;--épouse Eadhild; souscrit une précaire de
   Saint-Martin de Tours;--neveu d'Herbert II; modification de son
   attitude;--lutte contre les Normands de la Loire et leur abandonne
   le comté de Nantes;--intervient auprès de Raoul et l'accompagne
   jusque sur les rives de l'Oise; médiateur entre Raoul et Herbert
   II;--prête l'hommage à Charles le Simple en présence de Rollon et
   d'Herbert II;--échoue avec Herbert II auprès d'Henri Ier;--assiège
   Héloin dans Montreuil; a pour belle-mère Rohaut;--s'allie à Boson
   et à Gilbert contre Herbert II et lui reprend Douai; conclut un
   accord avec Herbert II; a pour vassal Ernaut de Douai;--enlève
   Braisne à l'archevêque de Rouen Gonthard; s'allie à Raoul contre
   Herbert II;--envoyé par Raoul en ambassade auprès d'Henri Ier pour
   contrebalancer l'influence d'Herbert II;--accompagne Raoul au siège
   de Reims;--chargé de garder Beuves de Châlons prisonnier;--s'entend
   avec Raoul au sujet de Beuves de Châlons;--assiège Amiens occupé
   par Herbert II; s'empare de Saint-Quentin; s'entend avec Gilbert
   de Lorraine pour assiéger Péronne, mais échoue; se fait livrer des
   otages à Ham;--perd puis reprend Saint-Quentin et en châtie
   cruellement les habitants; s'empare de Roye avec Artaud;--assiège
   deux fois, avec Raoul, Château-Thierry;--se réconcilie avec Herbert
   II sur l'intervention de Raoul, et lui rend divers
   domaines;--refuse de restituer Saint-Quentin à Herbert II;--semble
   avoir assisté aux funérailles de Raoul;--son attitude à la mort de
   Raoul;--sa politique;--à la cour royale.

   HUGUES LE NOIR, frère cadet de Raoul de Bourgogne.--Assiste Robert
   dans sa lutte contre Charles le Simple;--auprès de Raoul, à
   Autun;--intervient dans un diplôme en faveur de Cluny.

   HUGUES DE PROVENCE, régent du royaume de Provence; auprès de Raoul;
   sa nièce Berthe, comtesse d'Arles et Avignon, épouse
   Boson;--harcèle les Hongrois dans les Alpes;--roi d'Italie, se rend
   en Provence pour y fortifier son autorité, à la mort de Louis
   l'Aveugle, et rencontre Raoul à Vienne;--son traité avec Rodolphe
   II de Bourgogne; conséquences en Lyonnais;--abandonne ses droits
   sur la Provence à Rodolphe II; a pour nièce Berthe, femme de Boson,
   frère de Raoul;--sa nièce épouse Boson, frère de Raoul.

   HUGUES Ier, comte de Champagne; à la cour royale.

   HUGUES, évêque de Verdun. Choisi par le roi Raoul pour succéder à
   Dadon.

   HUGUES DE VERMANDOIS, fils d'Herbert II.--Déclaré déchu de tout
   droit sur l'archevêché de Reims;--protégé par Abbon, évêque de
   Soissons.

   HUGUES DE FLAVIGNV. Chronique.

   HUGUES DE FLEURY. _Modernorum regum actus_.

   I-K

   INGELHEIM. Concile de 948; discours de Louis IV.

   INGON, chef normand; paraît avoir succédé à Rögnvald.

   ISAAC, comte de Cambrai. En lutte avec Gilbert;--différend avec son
   évêque Étienne.

   ITALIE, pillée par les Hongrois.

   JEAN X, pape. Intervient en faveur de Charles le Simple;--approuve
   les actes d'Herbert II;--lettre d'Herbert II à lui adressée;
   prisonnier de Guy de Spolète;--emprisonné par Guy de Toscane;--fait
   restituer à Cluny des domaines occupés par Guy, abbé de Gigny.

   JEAN XI, pape. Bulle faisant allusion à un diplôme perdu de
   Raoul;--envoie le _pallium_ à Artaud.

   _Jocundus_. Sa _Translatio S. Servatii_.

   JOSSELIN, évêque de Langres.--Lutte contre Rögnvald.

   JOSSELIN, évêque de Toul. Charte datée du règne de Raoul.

   JUGEMENT de Dieu. Conception médiévale.

   JUHEL-BÉRENGER, duc de Bretagne.

   _Karolorum genealogiae_.

   L

   LAMBERT, abbé de Saint-Benoît-sur-Loire.

   LANGRES.--Diplôme de Raoul pour cette ville.

   LANGUEDOC. Sa soumission à Raoul en 932.

   LAON. Charles le Simple y est battu;--évêque;--le comte Roger
   partisan de Raoul;--palais royal;--la reine Emma y est couronnée;
   Raoul y rentre;--environs pillés par les Hongrois;--Saint-Vincent,
   chanoines;--comté vacant par le décès de Roger;--abandonné
   difficilement par Emma, est occupé par Herbert II;--concédé à
   Herbert II par Raoul;--investi par Raoul;--Herbert II y est assiégé
   par Raoul; obtient d'en sortir en y laissant sa femme qui finit par
   capituler;--Engrand succède à Gosbert comme évêque;--Raoul y
   séjourne; rixe entre ses gens et ceux de, l'évêque;--menacé par les
   comtes lorrains et saxons alliés d'Herbert II;--monnaie de
   Raoul;--Louis IV y tient une cour plénière.

   LAONNAIS. Opérations militaires dans ce pays.

   LASSOIS. Comté de Raoul.

   LEIBNIZ. Son opinion sur l'entrevue de Raoul et de Charles le
   Simple à Reims.

   LE MANS. Cédé par Raoul à Hugues le Grand;--monnaie de
   Raoul;--Foulques comte.

   LE PUY. Allard, évêque;--comté et monnaie de la ville concédés par
   Raoul à l'évêque;--chartes datées des années de Raoul;--monnaie de
   Raoul.

   LÉON VI, pape. Se désintéresse du sort de Charles le Simple.

   LÉON VII, pape. Bulle.

   LIÈGE. Évêché, son occupation en 921;--annales.

   LIMOGES. Saint-Martial;--Saint-Étienne, cartulaire.

   LIMOUSIN, pays hésitant entre Charles le Simple et Raoul;--pillé
   par les Normands.

   LOBBES, monastère. Annales.

   LOIRE, fl. Estuaire occupé par les Normands;--cours remonté par
   Rögnvald.

   _Lommensis pagus_. Bérenger comte.

   LORRAINE. Acquise par Charles le Simple;--Charles le Simple s'y
   réfugie;--Charles y lève des recrues;--luttes féodales;--sa
   soumission effective au roi de France;--sous la suzeraineté
   germanique;--la question lorraine au Xe siècle;--perdue
   temporairement sous Raoul.

   LORRAINS. Prêtent l'hommage à Raoul;--offrent leur soumission à
   Raoul;--acceptent la souveraineté bourguignonne.

   LOTHAIRE, roi de France.

   LOTHAIRE II, roi de Lorraine. Sa petite-fille épouse Boson, frère
   de Raoul.

   LOUIS LE PIEUX. Ses humiliations; sa cruauté à l'égard de Bernard
   d'Italie;--diplôme pour Marmoutier.

   LOUIS II LE BÈGUE, fils de Charles le Chauve et d'Ermentrude.
   Épouse successivement Ansgarde et Adélaïde;--père de Charles le
   Simple;--applique encore l'ancien système des partages.

   LOUIS III, roi de France;--vainqueur de Saucourt. Sa mort.

   LOUIS IV D'OUTRE-MER. Sa fille Mathilde épouse Conrad le
   Pacifique;--fils de Charles le Simple, échappe à Herbert II à la
   faveur d'une ruse;--désigné fictivement comme roi dans les chartes
   du Midi, après la mort de Charles le Simple;--séjourne à Auxerre;
   assiste peut-être aux funérailles de Raoul;--emmené en Angleterre
   par sa mère Ogive; tient une cour plénière à Laon.

   LOUIS L'AVEUGLE;--empereur, a pour régent en Provence
   Hugues;--cousin germain de Raoul; sa mort.

   LOUIS, prétendu fils de Raoul.

   LOUP AZNAR, seigneur gascon. Prête l'hommage à Raoul en
   932;--aurait été seigneur de Comminges;--reconnaît le roi Raoul.

   LYON. Monnaie de Raoul.

   LYONNAIS. Domaines de l'évêché de Reims;--chartes de cette région
   montrant que Raoul peut y avoir été reconnu.

   M

   MABILLE, historien. Son opinion sur le transfert du duché
   d'Aquitaine à la maison de Poitiers.

   MABILLON. Expertise faite par lui.

   MÂCON. Comté; début du règne de Raoul dans ce pays;--Saint-Vincent,
   cartulaire.

   MAINE, pays cédé par Hugues le Grand aux Normands; appartenait à
   Robert Ier;--pays disputé entre l'Anjou et la Normandie.

   MANASSÈS, comte de Dijon;--père de Gilbert et Walon;--frère de
   Rainard, vicomte d'Auxerre;--lutte contre Rögnvald;--a pour fils
   Gilbert; ennemi du roi Robert Ier.

   MANS (LE), voy. LE MANS.

   MARCHE D'ESPAGNE. Voy. ESPAGNE.

   MARMOUTIER, abbaye. Diplôme de Raoul en sa faveur, confirmant ceux
   de Charlemagne, Louis le Pieux, Charles le Chauve et Eudes.

   MATHILDE, fille de Louis d'Outre-Mer. Épouse Conrad le Pacifique.

   MEAUX. Monnaie de Raoul.

   METZ. Reconnaît Raoul;--l'évêque Guerri décide Raoul à marcher sur
   Saverne;--Witger, évêque;--évêché donné par Henri Ier à Bennon.

   MONTIÉRAMEY, abbaye. Cartulaire.

   MEUSE, fl.;--traversée par Charles le Simple;--Raoul s'avance
   jusque sur ses bords.

   MILON, évêque de Châlons;--excommunié par Artaud.

   MOISSAC, abbaye. Chartes.

   MONNAIES de Raoul. _Mons Calaus_, lieu identifié avec Chalmont
   (Seine-et-Marne, arr. de Melun, comm. de Fleury-en-Bière).

   _Mons Herberti_, voy. MONT-HÉBERT.

   MONTDIDIER, voy. ROBERT DE MONTDIDIER.

   MONT-HÉBERT, lieu dit près de Laon. Herbert II de Vermandois y
   aurait été pendu.

   MONTIÉRENDER, monastère;--moines en fuite.

   MONTOLIEU, abbaye. Diplôme de Raoul en sa faveur.

   MONTREUIL-SUR-MER. Héloin y est assiégé par Hugues le Grand et
   Herbert II;--voy. HÉLOIN DE MONTREUIL.

   MONT-SAINT-JEAN, forteresse prise par Rainard, vicomte d'Auxerre,
   puis reprise par Raoul.

   MONTAGNE-NORD, château des comtes de Laon. Pris et détruit par
   Herbert II;--Roger de Laon y rentre;--Arnoul de Flandre l'en
   dépouille.

   MOUZON. Pris par Boson; repris par Herbert II.

   N

   NAMUR, Belgique. Limite des domaines d'Herbert II

   NANTES, Comté. Cession faite par Robert à Rögnvald et aux Normands
   de la Loire non exécutée.

   NARBONNAIS. Possessions de l'abbaye de Montolieu situées dans ce
   pays.

   NARBONNE. Chartes constatant l'interrègne;--vicomté.

   NAVARRE. Limite de la France, au sud.

   NEVERS. Assiégé par Raoul, livre des otages; occupé par
   Affré;--Geoffroy comte;--monnaie de Raoul.

   NÎMES. Chartes constatant l'interrègne;--chronique.

   NOAILLÉ. Abbaye.

   NOGENT. Monnaie de Raoul.

   NORMANDIE. Reste soumise à Charles;--envahie par Raoul.

   NORMANDS. Assiègent Tours;--ceux de la Loire obtiennent une partie
   de la Bretagne et le pays de Nantes;--battus à Argenteuil par
   Richard le Justicier;--fidèles à Charles le Simple;--répondent à
   l'appel de ce dernier--ceux de la Seine donnent des otages et
   concèdent la paix moyennant un tribut;--les mêmes aidés par ceux de
   la Loire; avantages obtenus par eux;--leur lutte contre les troupes
   de Raoul et les Bourguignons à Chalmont;--rompent le traité de 924;
   rappelés par une diversion à la défense de leurs foyers; poursuivis
   et harcelés par Helgaud de Ponthieu;--Raoul prend sa revanche
   contre eux;--concluent un accord avec Hugues le Grand;--leur
   défaite à Eu;--ravagent le Porcien; leur flotte ravage les côtes du
   Boulonnais; envahissent l'Artois;--se font acheter la
   paix;--envahissent l'Aquitaine, pénètrent en Limousin, nattas par
   Raoul au lieu dit _Ad Destricios_;--en lutte contre les Bretons;
   massacrés par ceux-ci avec leur chef Félécan;--ceux de la Loire
   repoussés par les habitants du Berry et de la Touraine;--vaincus
   par Raoul.

   NOYON. Évêque;--résiste aux attaques des Normands;--la mort de
   l'évêque Airard, suivie de la brise de la ville par le comte
   Alleaume; sa délivrance; Gaubert évêque;--environs pillés par
   Eudes, fils d'Herbert II.

   O

   ODALRIC, archévêque d'Aix-en-Provence. Chassé de son siège par les
   Sarrasins, devient vicaire du diocèse de Reims et reçoit l'abbaye
   de Saint-Timothée avec une prébende de chanoine.

   ODIN, dieu scandinave.

   ODORAN. Chronique. OGIVE, reine de France, fille  d'Édouard Ier
   l'Ancien et femme de Charles le Simple;--passe directement de
   Lorraine en Angleterre.

   OISE, riv. Les grands campent sur ses bords;--traversée par les
   Normands en 923;--ses rives défendues par Hugues et Herbert II
   contre les Normands;--Herbert II campe sur ses bords;--sur ses
   rives un accord est conclu entre Herbert II et Raoul.

   ORLÉANS. Forêt traversée par Rögnvald;--églises dotées par
   Raoul;--monnaie de Raoul.

   OTTON Ier, roi de Germanie. Succède à son père Henri
   Ier;--synchronisme de son règne.

   OTTON, fils de Ricoin, ennemi personnel de Raoul, passe du côté
   d'Henri Ier de Germanie;--jure fidélité à Raoul.

   OTTON DE BOURGOGNE, à la cour royale.

   P

   PARIS. Raoul y est reconnu;--sa flotte doit coopérer à l'attaque du
   camp normand;--Hugues y séjourne;--monnaie de Raoul;--comté.

   PARISIS, pays. Les habitants attaquent les Normands de la Seine.

   PARTAGES germaniques, encore appliqués sous Louis le Bègue.

   PAVIE. Brûlé par les Hongrois.

   _Pecunia collaticia_. Impôt levé en France pour acheter la paix aux
   Normands.

   PÉPIN, fils de Bernard d'Italie, père d'Herbert Ier de Vermandois.

   PÉRIGORD, Comté;--pillé par les Normands.

   PÉRONNE. Charles le Simple y est enfermé;--remis par Raoul à
   Herbert II;--pris par Herbert II;--Charles le Simple y est
   transféré de Saint-Quentin;--Charles le Simple y meurt captif; est
   enseveli à Saint-Fursy;--attaqué sans succès par Raoul, Hugues le
   Grand et Gilbert de Lorraine;--reste en la possession d'Herbert
   II;--approvisionné par Herbert II;--assiégé par le roi de France;
   le _Cignorum Mons_, _Cygnophum_, Mont-des-Cygnes,
   Saint-Fursy;--Charles le Simple y meurt.

   PFEDDERSHEIM, dans le pays de Worms.

   PLECTRUDE, femme d'Allard, fidèle de Raoul.

   POISSY. Monnaie de Raoul.

   POITIERS. L'évêque Frotier II reconnaît
   Raoul;--Saint-Hilaire;--Saint-Cyprien,
   cartulaire;--Sainte-Radegonde;--le comte Èbles, fils de Renoul II,
   n'hérite pas de son père, du titre de duc d'Aquitaine;--comté.

   POITOU, pays hésitant entre Charles le Simple et Raoul.

   PONTHIEU. Comté.--Le comte Helgaud harcèle les Normands.

   PONTHION-SUR-L'ORNAIN, fisc royal, rendu par Raoul à Charles le
   Simple.

   PORCIEN, pays ravagé par les Normands.

   POUILLY, localité en Bourgogne.

   PROVENCE. Boson, roi;--indépendante sous Boson;--Hugues, régent
   pour Louis l'Aveugle; Raoul y confirme les biens de Saint-Martin
   d'Autun;--Hugues d'Italie y fortifie son autorité;--Hugues d'Italie
   cède à Rodolphe II ses droits sur ce pays; Boson y domine à cause
   des comtés d'Arles et d'Avignon.

   PROVINS. Comté; Raoul y est reconnu.

   PRÜM, abbaye. Diplôme de Charles le Simple;--annales.

   PUY (LE), voy. LE PUY.

   Q-R

   QUERCY, pays.

   QUIERSY-SUR-OISE. Capitulaire.

   _Quinciacum_, villa dépendant de Saint-Germain d'Auxerre, enlevée
   par la reine Emma.

   RAIMOND-PONS III, comte de Toulouse; reconnaît Raoul en
   932;--disperse les Hongrois;--duc d'Aquitaine;--prête l'hommage à
   Raoul;--devient duc d'Aquitaine.

   RAINARD, notaire du roi Raoul.

   RAINARD, vicomte d'Auxerre, frère de Manassès de Dijon.

   RAOUL, roi de France. Fils de Richard le Justicier; neveu de
   Rodolphe Ier, roi de Bourgogne jurane; neveu de Charles le Chauve;
   neveu de Boson, roi de Provence;--épouse Emma, fille de Robert
   Ier;--souscrit divers actes du vivant de son père; témoin dans un
   acte de 901; charte en faveur de l'église d'Autun;--s'intitule
   comte;--attiré par Robert dans le parti des révoltés contre Charles
   le Simple;--entre en France avec une puissante armée;--élu et
   couronné à Soissons;--diplômes pour Autun, Châlon et
   Langres;--reçoit l'hommage d'une partie des Lorrains;--flétri comme
   usurpateur dans des chartes de Brioude;--son pouvoir ducal, sa
   royauté;--reçoit Herbert II en Bourgogne, après la capture de
   Charles;--pénètre en Normandie;--menace d'envahir la Lorraine et
   force ainsi Henri Ier à se retirer;--reconnu roi à Toul;--reçoit
   l'hommage de Guillaume II d'Aquitaine et lui restitue le
   Berry;--confirme les biens d'un monastère en Viennois et Provence;
   ses prétentions possibles sur ces pays;--sa maladie; son pèlerinage
   à Saint-Remy; se rend à Soissons puis en Bourgogne;--confirme les
   donations faites par ses prédécesseurs à l'abbaye de
   Saint-Amand;--dirige le siège d'Eu;--concède à Herbert II
   l'administration intérimaire du temporel de l'archevêché de
   Reims;--grièvement blessé à Fauquembergue, regagne Laon;--se rend
   en Viennois;--son entrevue avec Charles le Simple;--sa victoire sur
   les Normands à Estresse;--prend Denain;--assiège et prend
   Reims;--reprend Laon;--prend Saint-Médard de Soissons; reçoit
   l'hommage de Raimond-Pons III, comte de Toulouse;--reconnu en
   Viennois et en Normandie;--sa mort;--son caractère.--Voy. pour le
   détail aux noms des matières.

   RAOUL DE GOUY. Combat les Normands;--fils d'Héluis; sa mort.

   RAOUL GLABER OU LE CHAUVE. Récit de l'élection de Raoul;--récit de
   la capture de Charles le Simple.

   RATISBONNE. Saint-Emmeran; reliques de saint Denis.

   RAZÈS. Possessions de l'abbaye de Montolieu situées dans ce pays.

   REDON, abbaye. Cartulaire.

   RÉGINON, chroniqueur;--son continuateur qualifie Robert de
   sacrilège.

   REIMS. Archevêché.--Saint-Remy; Robert y est couronné;--synode
   réuni par Séulf prescrit pénitence aux vainqueurs de
   Soissons;--archevêché sous la dépendance d'Herbert II de
   Vermandois; Raoul est reconnu;--palais royal;--Raoul fait un
   pèlerinage à Saint-Remy et lui lègue presque tous ses
   biens;--vassaux de l'église, réunis par le roi;--église,
   archevêché;--les reliques de saint Remy et de sainte Vaubourg
   d'Attigny y sont apportées;--pris par Herbert II;--l'église a pour
   dépendance Coucy;--Herbert II s'y rend;--l'archevêché a des
   dépendances bourguignonnes;--Raoul y visite Charles le
   Simple;--Raoul essaie en vain de négocier avec les habitants, et
   finalement investit la place;--assiégé par Raoul, Hugues le Grand
   et Boson;--se rend à Raoul; Artaud y est consacré
   solennellement;--obituaires.

   RÉMOIS. Opérations militaires dans ce pays;--Charles le Simple y
   séjourne.

   REMY D'AUXERRE. A pour disciple Séulf.

   RENNES. Comté.

   RENIER Ier de Lorraine, père de Gilbert.

   RENIER II DE HAINAUT, frère de Gilbert de Lorraine, se brouille
   avec lui;--se réconcilie avec Gilbert.

   RENOUL II, comte de Poitiers. Est en même temps duc
   d'Aquitaine;--père d'Èbles Manzer.

   RHIN, fl. Passé par Henri Ier.

   RHÔNE, fl. Passé par les Hongrois.

   RICHARD LE JUSTICIER, comte d'Autun, puis duc de Bourgogne.
   Victorieux des Normands à Argenteuil;--fils de Thierry d'Autun;
   épouse Adélaïde;--arrêt concernant Saint-Bénigne de Dijon;--sa
   mort;--son oeuvre;--son surnom.

   RICHARD, comte, fils de Garnier de Sens, s'allie à Gilbert de
   Dijon;--comte de Troyes, paraît dans un diplôme pour
   Montiéramey;--en lutte contre Raoul.

   RICHARD, prétendu comte de Ponthieu, à la cour royale.

   RICHARD LE POITEVIN.--Son récit de la mort de Charles le Simple
   dérive de Flodoard.

   RICHER, abbé de Prüm. Devient évêque de Liège.

   RICHER, chroniqueur. Récit de la capture de Charles le Simple;--son
   récit de la fuite de Louis IV en Angleterre;--fait périr Rollon au
   siège d'Eu.

   RICHILDE, impératrice, soeur de Richard le Justicier;--fille de
   Thierry d'Autun; épouse Charles le Chauve.

   RICOIN, tué à Verdun par Boson, frère de Raoul;--père d'Otton de
   Verdun.

   ROBERT LE FORT, père de Robert Ier, roi de France;--père
   d'Eudes;--grand-père de Hugues le Grand.

   ROBERT Ier, duc puis roi de France, fils de Robert le Fort; succède
   à Eudes et prête l'hommage à Charles le Simple; quitte la cour de
   Charles le Simple; paraît comme impétrant dans les diplômes de
   Charles le Simple;--ennemi de Manassès de Dijon;--parrain de
   Rollon;--cède la Bretagne et Nantes aux Normands;--beau-père de
   Raoul de Bourgogne;--aide Raoul à s'emparer de Bourges;--marquis
   de France; chef des révoltés contre Charles le Simple;--a une
   entrevue avec Henri Ier sur la Boer; obtient un armistice des
   Lorrains; rentre en France et congédie les Bourguignons; élu roi à
   Reims; couronné à Saint-Remy; ses partisans;--séjourne à Soissons;
   surpris par Charles le Simple, sa mort à la bataille de
   Soissons;--père de Hugues;--acte daté de son règne;--a pour
   chancelier Abbon de Soissons;--sa mort à Soissons;--conséquences de
   sa mort;--souvenir de sa mort.

   ROBERT DE MONTDIDIER, nom épique de Robert Ier.

   RODEZ. Chartes constatant l'interrègne.

   RODOLPHE Ier, roi de Bourgogne.

   RODOLPHE II, roi de Bourgogne puis d'Arles;--harcèle les Hongrois
   dans les Alpes;--obtient de Hugues d'Italie l'abandon de ses droits
   sur la Provence, et constitue ainsi le royaume d'Arles;--assiste à
   l'entrevue de Raoul avec Henri Ier sur les bords de la Chiers.

   ROGER, archevêque de Trèves, refuse de reconnaître Raoul.

   ROGER, comte de Laon. Partisan de Raoul;--intercède auprès de Raoul
   pour l'abbaye de Saint-Amand;--sa mort;--ses fils gardent
   fidèlement leur cité au roi.

   ROGER DE LAON, fils du précédent. Son château de Mortagne assiégé
   et détruit par Herbert II;--investi de Douai par Hugues le Grand.

   RÖGNVALD, viking, chef des Normands de la Loire. Appelé par Charles
   le Simple;--mécontent des promesses illusoires de Robert Ier;
   appelé par le roi Charles; se joint aux Normands de la Seine et
   passe l'Oise;--aide les Normands de la Seine; promesses de cession
   du comté de Nantes et de la Bretagne non réalisées;--exclu des
   négociations par les seigneurs français; cherche vengeance contre
   Raoul; son expédition en Bourgogne; parvient à traverser les lignes
   françaises et à s'échapper;--légende de son passage à
   Saint-Benoît-sur-Loire.

   ROHAUT, tante de Charles le Simple, belle-mère de Hugues le Grand,
   abbesse de Chelles;--sa mort.

   ROLLON. Son établissement en Neustrie;--se joint à Rögnvald et
   passe l'Oise;--négocie un armistice avec Hugues le Grand et Herbert
   II et concède la paix moyennant une indemnité;--prend des mesures
   pour défendre Eu;--sa conquête est menacée; sa mort à Eu d'après
   Richer;--prête l'hommage à Charles le Simple à Eu et y conclut une
   alliance avec Herbert II;--rend à Herbert II son fils Eudes; son
   entrevue avec Herbert II, Hugues le Grand et Charles le Simple.

   _Rothildis_, voy. ROHAUT.

   ROUEN.

   ROUERGUE. Comté. Le comte Ermengaud ne reconnaît Raoul qu'en
   932;--reconnaît la suzeraineté de Raoul;--Ermengaud prête l'hommage
   à Raoul. ROUMOIS, pays incendié par les  Parisiens.

   ROUSSILLON. Raoul y est reconnu.

   ROYAUTÉ féodale. Son caractère.

   ROME, ville;--forteresse prise par Hugues le Grand et Artaud.

   S

   SAINT-AMAND. Annales.

   SAINT-BENOÎT-SUR-LOIRE. Raoul y est reconnu;--annales;--les
   Normands y pénètrent;--église;--les reliques de saint Benoît y sont
   déposées;--abbaye dotée par Raoul.

   SAINT-BERCHAIRE, monastère.

   SAINT-BERTIN, abbaye. Annales;--Arnoul de Flandre en devient abbé à
   la mort de son frère Allou.

   SAINT-CYPRIEN DE POITIERS, abbaye. Reçoit une donation de l'évêque
   de Poitiers, Frotier II.

   SAINT-DENIS, abbaye. Diplôme de Charles le
   simple;--obituaire;--monnaie de Raoul.

   SAINT-EMMERAN DE RATISBONNE, voy. RATISBONNE.

   SAINT-GERMAIN-DES-PRÉS. Diplôme de Charles le Simple;--obituaire.

   SAINT-LOMER DE BLOIS, monastère. Reçoit de Raoul l'église
   Saint-Lubin.

   SAINT-LUBIN. Église concédée par Raoul à Saint-Lomer de Blois.

   SAINT-MAIXENT.

   SAINT-MAUR-DES-FOSSÉS, monastère.

   SAINT-PAUL, en Sénonais. Abbaye concédée par Raoul à son fidèle
   Allard.

   SAINT-QUENTIN. Charles s'y rend avec la députation d'Herbert
   II;--annales;--Charles le simple y est installé comme roi par
   Herbert II;--concédé par Herbert II à Ernaut de Douai
   dépossédé;--pris par Hugues le Grand;--Herbert reprend cette ville,
   mais Hugues le Grand la lui enlève presque aussitôt;--Gilbert se
   propose de reprendre la ville, mais y renonce;--Hugues le Grand
   refuse de restituer la ville à Herbert II; elle est prise et rasée
   par les comtes lorrains et saxons alliés d'Herbert II.

   SAINT-REMY, monastère fortifié par Séulf.--Voy. REIMS.

   SAINT-TIMOTHÉE, abbaye donnée par Herbert II à l'archevêque Odalric
   d'Aix.

   SAINT-VAST, abbaye. Annales.

   SAINTE-RADEGONDE, voy. POITIERS.

   SAINTONGE, pays pillé par les Normands.

   SANCHE-GARCIE, duc de Gascogne, paraît être beau-père de Loup
   Aznar.

   SARRASINS. Chassent l'archevêque d'Aix, Odalric, de son siège.

   SAUCOURT. Victoire de Louis III sur les Normands.

   SAUXILLANGES. Cartulaire.

   SAVERNE, en Alsace. Raoul y assiège la garnison laissée par Henri
   Ier;--pris par Guerri, évêque de Metz, qui en détruit le château
   fort.

   SAXE. Invasion hongroise dans ce pays.

   SCARPE, riv.

   SEINE, fl.--Son estuaire occupé par les Normands.

   SENLIS. Évêque.

   SENS.--Sainte-Colombe;--archevêché;--Gautier
   archevêque;--l'archevêque Gautier couronne Raoul;--_Historia
   Francorum Senonensis_;--Raoul y séjourne;--Raoul est enseveli à
   Sainte-Colombe, auprès de son père et du roi Robert
   Ier;--Sainte-Colombe hérite du trésor de Raoul;--Raoul est avoué de
   Sainte-Colombe;--monnaie de Raoul.

   SERVAIS (S.). Translation.

   SÉULF. Devient archevêque de Reims;--reçoit des messagers de
   Charles le Simple;--archevêque de Reims; réunit un synode à
   Reims;--ne répond pas aux démarches de Charles;--fournit des
   contingents pour combattre les Normands;--couronne la reine Emma à
   Laon;--confère la prêtrise à Hugues de Verdun;--aide Hugues et
   Herbert II à défendre la ligne de l'Oise contre les Normands;--à
   Autun, près de Raoul;--obtient de Hugues de Provence la restitution
   de domaines épiscopaux sis en Lyonnais;--chargé par Raoul de
   négocier la paix avec les Normands;--disciple de Remy d'Auxerre;
   fortifie Saint-Remy de Reims;--sa mort.

   SOISSONNAIS. Opérations militaires dans ce pays.

   SOISSONS.--Robert y séjourne;--abbaye de Saint-Médard;--Raoul est
   couronné à Saint-Médard;--l'évêque Abbon, chancelier de Robert Ier,
   partisan de Raoul;--Abbon, évêque;--Raoul s'y rend;--Saint-Médard
   occupé par Raoul;--Saint-Médard a pour doyen Engrand qui devient
   évêque de Laon;--environs pillés par Eudes, fils d'Herbert II;
   Notre-Dame, abbesse; Saint-Pierre, chanoines;--Raoul y tient un
   plaid; une ambassade d'Henri Ier vient l'y trouver;--monnaie de
   Raoul;--bataille.

   STAVELOT-MALMÉDY, abbaye. Chartes.

   SUNIAIRE ou SUNIER, comte d'Urgel. Charte.

   T

   TAILLEFER, voy. GUILLAUME-TAILLEFER.

   _Tedalgrinus_, évêque de Nevers. Reçoit des concessions du comte
   Geoffroi de Nevers.

   TÉOTOLON, archevêque de Tours. Accompagne Raoul au siège de
   Château-Thierry.

   TÉROUANNE ou THÉROUANNE;--occupé par Arnoul de Flandre.

   THIBAUD, abbé de Sainte-Colombe de Sens. Emporte la couronne de
   Raoul à la seconde croisade, et meurt en Orient.

   THIBAUD LE TRICHEUR, comte de Blois. Paraît dans un diplôme de
   Raoul;--son rôle lors de l'arrivée de l'empereur à Paris;--à la
   cour royale;--sa prétendue autorité dans le conseil du roi Louis
   IV.

   THIERRY, comte d'Autun.

   THIETMAR, historien.

   THION, vicomte de Paris.--Charte.

   TITRE de _rex Francorum, Aquitanorum et Burgundionum_ pris par
   Raoul dans ses diplômes.

   TOSCANE, pays.

   TOUL. Raoul y est reconnu roi, puis Henri Ier, en octobre 923.

   TOULOUSE. Le comte Raimond-Pons III ne reconnaît  Raoul qu'en
   932;--comté; la suzeraineté de Raoul y est reconnue.

   TOURAINE. Les habitants de ce pays repoussent les Normands.

   TOURNAI. Comté. Acte de Raoul concernant ce pays;--Chroniques.

   TOURNUS, abbaye. Hervé abbé;--obtient confirmation de ses
   dépendances sises en Chalonnais.

   TOURS. Assiégé par les Normands;--chroniques;--Raoul y est reconnu
   et y séjourne;--Téotolon archevêque;--Saint-Martin: diplôme de
   Charles le Simple;--pancarte noire;--précaire souscrite par Hugues
   le Grand et la reine Emma;--Raoul s'y rend en pèlerinage;
   diplôme;--Raoul confirme ses possessions et privilèges.

   TREDUIN, clerc noble, partisan d'Herbert II, pris et pendu à
   Saint-Quentin par Hugues le Grand.

   TRÈVES. L'archevêque Roger refuse de reconnaître
   Raoul;--Saint-Maximin, annales;--l'archevêque appelle Henri Ier, en
   Lorraine;--l'archevêque s'abstient de reconnaître
   Raoul;--Saint-Maximin, charte.

   TROSLY. Synode, affaire d'Isaac de Cambrai;--synode réuni par
   Herbert II, malgré Raoul.

   TROYES.--Raoul y est reconnu;--Anseïs évêque.

   TULLE. Saint-Martin, abbaye réformée; Raoul y est reconnu;--chartes
   datées des années de Raoul;--le monastère reçoit le donjon royal
   d'_Uxellodunum_;--diplôme de Raoul pour cette abbaye.

   TURENNE. Adémar vicomte fait approuver son testament par
   Raoul;--maison.

   U-Z

   UNIZON, vassal de Raoul. Intervient en faveur de Saint-Symphorien
   d'Autun.

   UNSTRUTT, riv. Les Hongrois sont battus sur ses bords par Henri
   III.

   URGEL. Comté.

   _Uxellodunum_, en Quercy. Concession du donjon royal au monastère
   de Tulle.

   VABRES. Chartes constatant l'interrègne.

   VAISON. Domaine de Saint-Martin d'Autun.

   VARAIS, pays. Adélaïde de Bourgogne y possède des biens.

   VELAY. Comté. Suit la politique du duc d'Aquitaine.

   VENGEANCE privée, Droit en vigueur jusqu'au XVe siècle.

   VERDUN. Partage;--reconnaît Raoul;--l'évêque Hugues succède à
   Dadon;--Ricoin y est tué par Boson;--l'évêque Hugues remplacé par
   Bernoin.

   VERGY. Maison.

   VERMANDOIS. Maison; alliée à Robert;--Raoul y est reconnu;--son
   hégémonie.

   VEXIN normand. Pillé et incendié par les Parisiens.

   VIENNE. Comté. Possédé par Charles-Constantin; Hugues d'Italie s'y
   rencontre avec Raoul;--sous la domination de son archevêque puis de
   Charles-Constantin; Raoul y est reçu comme suzerain par
   Charles-Constantin.

   VIENNOIS, pays. Raoul y confirme les biens de Saint-Martin
   d'Autun;--sous la suzeraineté de Raoul;--Raoul s'y rend;--peut-être
   en fut-il question à l'entrevue des bords de la Chiers;--acquis par
   Raoul.

   _Viriliacum_, localité enlevée par des Aquitains à Geoffroi de
   Nevers; reprise par Raoul.

   VITRY-EN-PERTHOIS, château de Boson. Pris par Herbert II;--rendu
   par Herbert II a Boson;--repris par Boson.

   VIVANT (S.). Vie.

   VONCQ (Pays de). Pillé par les Normands.

   _Wadaldus_, évêque d'Elne. Charte datée du décès de Charles le
   Simple.

   WALON ou GALON, châtelain de Château-Thierry; prête l'hommage à la
   reine Emma;--sa conduite au second siège de Château-Thierry.

   WALON, comte, fils de Manassès de Dijon. À Autun, près
   Raoul;--neveu de Rainard d'Auxerre, assiège ce dernier dans
   Mont-Saint-Jean.

   WALON, évêque d'Autun.

   WAULSORT. Chronique.

   WIDUKIND, chroniqueur. Attribue à Hugues la capture de Charles.

   WITGER, évêque de Metz.

   WORMS (Pays de).

   YVOIX. Henri Ier y séjourne.

   ZÜLPICH, pris par Gilbert de Lorraine.


TABLE DES MATIÈRES


AVANT-PROPOS

CHAPITRE PREMIER. Robert duc de France et Raoul duc de Bourgogne.

CHAPITRE II. Les élections de Robert et de Raoul.

CHAPITRE III. La captivité de Charles le Simple, la guerre normande et
la perte de la Lorraine.

CHAPITRE IV. La lutte contre Herbert de Vermandois. Première période.

CHAPITRE V. La lutte contre Herbert de Vermandois après la mort de
Charles le Simple.

CHAPITRE VI. La fin du règne.

CONCLUSION.

APPENDICE

Fragments inédits de l'Anonyme de Laon, concernant Herbert II, comte
de Vermandois.

TABLE ANALYTIQUE.





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Robert Ier et Raoul de Bourgogne, rois de France (923-936)" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home