Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: L'amant rendu cordelier a l'observance d'amour
Author: Martial, d'Auvergne, -1508
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "L'amant rendu cordelier a l'observance d'amour" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



produced from images generously made available by the
Bibliothèque nationale de France (BnF/Gallica) at
http://gallica.bnf.fr)



S'ensuyt l'amant rendu cordelier a l'observance d'amours


    Au son d'un bastouer cliquant
    D'une tresbelle chamberiere
    Sa voix singlant et decliquant
    Ainsy que une seraine clere
    En ung pré joingnant la riviere
    M'endormis si soudainement
    Que perdis propos et lumiere
    Et ne sçay que devins vraiement

    Sy me sembla q'un grant boullon
    D'eaue me ravit et surmonta
    puis survint ung estourbillon
    De vent qui se doux chant m'osta
    Et d'illec sy me transporta
    Aussy viste comme ung canon
    A ung grant boys ou m'emporta
    Maugré moy voulsisse ou non

    Le boys ou forest s'appelloit
    La forest de desesperance
    Ou jamais homme sy n'alloit
    Qui ne fust marry a oultrance
    Mains vaillans les fers de leur lance
    y ont en combatant laissés
    Mains amoureux en desplaisance
    Par couroux y sont trespassés

    En maintes foretz ay esté
    Mais oncques n'en veis l'apareil
    Car soit en yver ou esté
    L'on n'y voit luire le soleil
    Le temps n'y est pers ne vermeil
    Tousjours y fait obscur et noir
    Ne n'a que tristesse et que dueil
    S'estoit verdier de desespoir

    Quant je me veis en ce dangier
    Lors je commencé a crier
    Vers amours pour me solaiger
    Et obvier au fourvoier
    Priant qu'il me voulsist convoier
    A ce perilleux damne pas
    Car sans son secour envoier
    Seur estoie de passer le pas

    Sy n'euz pas mon oraison faicte
    Qu'amours de sa grace et bonté
    Sy me transmist une saiecte
    Ardant et plaine de clarté
    Qui me mist au chemin hanté
    Dont de loing veis une chapelle
    Vers laquelle me transporté
    Jamais n'en eschapé plus belle

    Ainsy pour amours mercier
    Vers ceste eglise hastivement
    Prins pays sans me soucier
    Comme delivré de tourment
    Et cheminay sy longuement
    Que j'arrivay devant la porte
    Qui estoit de grant exaussement
    Et d'ouvraige de mainte sorte

    Ceste eglise faicte a pilliers
    De merveilleuse magnificence
    Fondee estoit de cordeliers
    Religieux de l'observance
    Ayans renoncé l'aliance
    Du noble service d'amours
    Pour faire leens penitance
    Jusques a la fin de leurs jours

    Or sur ce point est a noter
    Que de tous vivans langoureux
    L'on eust leens souffert bouter
    Sy non les loyaux doloreux
    Les despourveux adventureux
    Les desolés et espanis
    Mesmement povres amoureux
    Qui de leurs dames sont banis

    De la nef du cueur du portal
    Ne sauroye au long toucher
    Tous les murs estoient de cristal
    Tous lambroussez jusques au clochier
    De fin or et d'azur mout chier
    Et la croisee toute d'ivire
    Brief qui vouldroit tout espluchier
    Il faudroit ung jour a le dire

    Sy veis en entrant a l'eglise
    Ung povre amant plourer sy fort
    Portant le noir et sans devise
    Comme tout plain de desconfort
    Triste estoit lors jusques a la mort
    Com s'il vouloit pencer de l'ame
    Et disoit l'en leens qu'atort
    L'on l'avoit bany de sa dame

    Le gallant avoit pour habit
    Longue robe noire dessainte
    Comme pour estre a ung obit
    Cornette de beau veloux tainte
    En couleur de reffus et plainte
    Cheveulx longs du temps des apostres
    Et puis par devocion sainte
    Portoit les belles patenostres

    Quant je me fus agenoullé
    Et que euz commencé ma priere
    De cet homme me esmerveillé
    Qui menoit sy piteuse chiere
    Car a ung lieu n'arestoit guere
    Ains alloit tousjours et venoit
    Et sembloit bien a sa maniere
    Que du monde ne luy challoit

    En me pourmenant de travers
    De la nef et a l'opposite
    Ung des religieux convers
    Vint donner a tous l'eau beniste
    Puis que la grant messe fut dicte
    Je veis la venir damp procureur
    Portant ung visage d'ermite
    Qui fist a l'amant grant honneur

    Or ça dist il j'ay parlé
    Au jour duy de vostre matiere
    Mais damp prieur s'en est allé
    Sy près il n'arrestera gueres
    Je vous asseure qui n'y a frere
    Ceans qui ne vous aime bien
    Pour quoy devés faire grant chiere
    Car vostre besongne ira bien

    Lors dist l'amant la leur mercy
    De mon cas sont mal informés
    Las je n'ay fait ailleurs ne sy
    Chose dont doye d'eux estre amez
    Mes biens fais sy sont clers semez
    De moy ne leur en doibt challoir
    Quant les auroy acoustumés
    Je n'emporray que mieulx valloir

    Tantost après cy arriva
    Damp prieur venant de dehors
    Auquel damp procureur luy va
    Presenter le povre amant lors
    Disant pere misericors
    En vecy ung qui fain a de rendre
    A l'ordre le cueur et le corps
    Se c'est vostre gré de le prendre

    Premierement il fault sçavoir
    Dist damp prieur sa voulenté
    Et s'il pourra bien recepvoir
    Tant de tourment et de durté
    Il n'y a leans que povreté
    Amy je le vous vueil bien dire
    Affin que sy y estes bouté
    Vous prenés en gré le martire

L'amant

    Helas dist il ne m'en chault
    Eslire vueil la voye certaine
    J'ay essayé du froit et du chault
    Et sçay que ceste vie mondaine
    Est fainte deceptive et vaine
    Faisans cent mille gens perir
    Qui plus y est plus a de peine
    Et sy fault une foys mourir

Damp prieur

    Or ça mon amy qui vous meult
    Dont vous vient ceste affection
    L'ennemy tressouvent esmeut
    Maintes gens par temptacion
    Soubz umbre de devocion
    Pour faire ung coup a l'aventure
    Et entrer en profection
    Dont après ilz maudissent l'eure

L'amant

    A par ma foy je vous diray
    La chose ne m'est pas subite
    Car j'ay pieça deliberé
    De mourir reclus ou hermite
    Les biens d'amours je les vous quicte
    Mes ris sont tournés a plourer
    En lieu ou tout plaisir habite
    Je ne quiers jamais demourer

Damp prieur

    Comment vous qui estez sy jeune
    Avés vous le cueur tant failly
    Qui ne vous chault de vie mondaine
    Hault desir est il aboly
    Avés vous regart a nulluy
    Vous a l'en rien dit ou meffait
    Amours vous ont il defailly
    Qui ceste maladie vous fait

L'amant

    Ma maladie la ne gist point
    Ne n'ay regret a homme ne a femme
    Remors de conscience me point
    Seulement a pencer de l'ame
    Car a poursuir grace de dame
    Trop y fault de pas et de tours
    Et sy n'en puet on avoir dragme
    Qui ne couste mille douleurs

Damp prieur

    Telles douleurs ne sont que joye
    A gens qui les scevent contendre
    Et viennent de la la mont joye
    D'onneur qu'on ne sauroit comprendre
    Biens d'amours ne se pevent trop vendre
    Car c'est en tout temps heritaige
    Qu'on ne peut perdre ne despendre
    Et sy rend tousjours davantaige

L'amant

    Le dire ne vous couste gueres
    Je sçay bien comment il m'en tient
    De tant que ma plaisance est chiere
    Voirement plus peine apartient
    Mais quant tousjours on la soustient
    En vivant soubz une esperance
    D'aquerir loier qu'on retient
    C'est la pour perdre pascience

Damp prieur

    Dames ne sont point tant cruelles
    Ne sy despourveues de savoir
    Que de ceulx qui seuffrent pour elles
    Elles n'en facent leur devoir
    Mais sy n'y veulent pourvoir
    L'on ne les en doibt point blasmer
    Legier croire fait decevoir
    Il fault congnoistre avant que amer

L'amant

    Que peut on mieulx homme congnoistre
    Que par service et diligence
    Quant on le voit nuyt et jour estre
    Atendant d'amours l'influence
    Muer couleur et contenance
    Suer trembler et soupirer
    Helas c'est bien l'experience
    Qui la vouldroit considerer

Damp prieur

    De telz maulz nulz n'est tant malade
    Qu'on ne face bien tost guerir
    D'un baiser ou d'une balade
    Quant amour le veult secourir
    Tel se plaint avant que ferir
    Qui n'a douleur ne maladie
    Ne n'en voit l'en gueres mourir
    Quelque chose que n'en me die

L'amant

    Ha monseigneur vous avés tort
    Vous sçavés mieulx que vous ne dictez
    Car plus vauldroit souffrir la mort
    Que telles douleurs etroclites
    Se sont angoisses cy despites
    Qui font le sens perdre et tourner
    Aumoins ceulx la en seront quictes
    Ne n'y faudroit plus retourner

Damp prieur

    Or je vous demande beau sire
    Se la dame ou estoies submis
    Vous a brassé sy dure martire
    Que secours n'y puisse estre mis
    y avoit il nulz compromis
    Entre vous deux et alliance
    Ou celle avoit nulz autres amys
    Qui vous aient fait bailler l'avance

L'amant

    Doubter point ne fault de cela
    Tant estoit parfaicte et entiere
    Pour ce maintenir ça et la
    Fust en langaige et en maniere
    D'onneur estoit la tresoriere
    Belle et bonne sans quelque chose
    A chascun faisoit bonne chiere
    Mais ne m'y demandés autre chose

Damp prieur

    De dire que n'y trouvés point
    Ung peu plus qu'autre d'avantaige
    Je ne puis concevoir ce point
    Ne qu'elle eust sy gros couraige
    De vous veoir endurer dommaige
    En la servant et pour bien faire
    Veu qu'elle estoit sy bonne et sage
    Aussy je ne le sauroye croire

L'amant

    Le bien et le mal congnoissoit
    Jamais n'en sera de pareille
    Dieu luy doint bon jour ou qu'elle soit
    Et a tous ceulx de sa sequelle
    Quant j'oys encor parler d'elle
    Les larmes m'en viennent es yeux
    Et ma doleur s'en renouvelle
    Dont il ne m'en est pas de mieulx

Damp prieur

    Elle et aultre fault oublier
    Folie est de s'y amordre
    Aumoins se vous y voulés lier
    Et garder les veux de nostre ordre
    Du temps passé vous faudroit tordre
    Les mains et avoir repentailles
    Sy notés bien ces motz par ordre
    Car se n'est pas jeu de troys mailles

L'amant

    Helas c'estoit la plus prudente
    Que je veis onc et plus parfaicte
    Saige savant d'onneur plaisante
    En bonté et beauté complecte
    De tous biens brief estoit replecte
    Il n'y falloit metre n'oster
    Quant il m'en souvient je souhaite
    La mort que me viengne emporter

Damp prieur

    En ung propos n'estes pas ferme
    En ce que puis apercevoir
    Ne n'est pas le chemin de l'ame
    De vos amours ramentevoir
    Il vous en fault tout demouvoir
    Et ung autre leçon aprendre
    Avant qu'on vous puist recevoir
    En la religion ne prendre

L'amant

    Si forte rigle que vouldrés
    Bien garderé pour abriger
    Et me sembloit que quant saurés
    Qui me fait mon mal rengregier
    Vous aiderés a deschargier
    Mon povre cueur de grant mesaise
    Mais j'ay paour de vous trop charger
    Et que mon langaige desplaise

Damp prieur

    Nenny vous serés escouté
    Dire me povés hardiment
    Cy soubz le benedicité
    Vostre vouloir et pensement
    Aussy avons exprès serment
    De ne prendre ceans personne
    S'il ne desclere entierement
    La cause pour quoy il s'i donne

L'amant

    Vray est que fu jadis esprins
    Par le mouvement de desir
    De ceste dame de hault pris
    Se s'eust esté son bon plaisir
    Ou failly n'avoye a choisir
    De en sa grace me hebergier
    Mais dangier m'en vint dessaisir
    Qui me fist bien tost deslogier

Damp prieur

    Dangier sy a ceste coustume
    D'effroier tousjours la poulaille
    Il destaint le feu et l'alume
    Il trenche les morceaux et baille
    L'un rançonne l'autre tenaille
    Il en prent par ou il en treuve
    On n'a point telz biens sans bataille
    Mais il ne fault pas qu'on recouvre

L'amant

    Las je ne sçay quel recouvrer
    Il vault mieux plus tost departir
    Que trop attendre et pis trouver
    Et retraire que repentir
    Brief c'est pour devenir martir
    Qui a entre ses mains affaire
    Car quant on cuide bien departir
    Lors c'est quant est a reffaire

Damp prieur

    De dangier ne se doibt l'en plaindre
    Car amour sy l'a destiné
    Pour reprouver et pour refraindre
    Le feu de desir obstiné
    Bien aux dames fut ordonné
    Pour en avoir la garde et umbre
    Car tout seroit habandonné
    Et en vendroit des maulx sans nombre

L'amant

    Non feroit ja sans vostre grace
    Dames ne sont point sy volaiges
    Que cy tost et de prime face
    Pour ung peu de plaisant langaige
    Elles declerent leur couraige
    Sans savoir a qui ne comment
    Aussy raison qui est leur gaige
    Ne le souffreoit aucunement

Damp prieur

    Raison est souvent endormie
    Mais jamais dangier ne sommeille
    Ne ne dort heure ne demie
    Tousjours a la puce en l'oreille
    Il court il suyt il traveille
    Pour guerroier jeunes et vieux
    Il est bon mestier qu'on y veille
    On ne demanderoit pas mieulx

L'amant

    Puis male bouche et faulx parlant
    M'ont grevé tant qu'on seroit dire
    Sans ce que j'en aye fait semblant
    Cuidant qui se deussent reduire
    Ou apaiser ung peu leur yre
    Mais plus y pert qui plus leur donne
    Car elles m'en ont voulu plus nuyre
    Mais maintenant je leur pardonne

Damp prieur

    C'est bien dit nous devons benistre
    ceulx mesmes qui nous font les motz
    Et avons expresse epistre
    Se me semble ad corintheos
    Se vous estes misericors
    Dist dieu je le vous seray
    Combien que de tous durs effors
    Ne sembloit pas tout empiray

L'amant

    Je n'ay membre qui ne s'en sente
    Il m'en puet assez souvenir
    Et tel souvent cy rit et chante
    qui est dolent jusqu'au finir
    Je m'en sçay bien a quoy tenir
    Et sy n'y puis secours donner
    Ains m'en fault des maulx soustenir
    Dont ne fais pas les sains sonner

Damp prieur

    Quant vous enduriés telle peine
    Que n'alliés vous devers la belle
    Dire vostre raige inhumaine
    Et impetrer la grace d'elle
    Je crois qu'eussiés eu nouvelle
    Opportune pour vous guerir
    Car dame n'est point sy cruelle
    Que nul vueille faire mourir

L'amant

    Il ne tenoit point a bailer
    Mais je n'y povoye radrecer
    Car dangier gardoit le parler
    Et malle bouche le passer
    Ainsi vous failloit traverser
    Entre deux par emblee ou fuyte
    Sy m'esbahis a y pencer
    Que mort ne suis a la poursuite

Damp prieur

    Or sire quant vous y alliés
    y trouviés vous n'avant n'arriere
    Chose de dont vous esbayssiés
    Ou deussiés faire bonne chiere
    Estoit elle point coustumiere
    De jecter ung doux regart
    Ou se par ris ou par maniere
    En passant vous disoit dieu gart

L'amant

    Je ne passoye point cy avant
    Ains a l'uys troys heures entieres
    De nuyt estoye soubz ung au vant
    Regardant en hault les goutieres
    Et puis quant je oye les verriers
    De la maison qui cliquetoient
    Lors me sembloit que mes prieres
    Exaussees d'elles sy estoient

Damp prieur

    Estiés vous seulement content
    De telles plaisances mondaines
    Et d'illec demourer tant
    Escouter lever les avoynes
    Vous jecte l'en point marjolaines
    Quand on les venoit abruver
    Ou saviés enseignes certaines
    qu'elle vous puest bien aviser

L'amant

    Se m'aist dieu j'estoye tant ravis
    Que ne savoye mon sens ne estre
    Car sans parler m'estoit advis
    Que le vent ventoit sa fenestre
    Et que m'avoit bien peu congnoistre
    En disant tout bas doint bonne nuyt
    Et dieu scet se j'estoye grant maistre
    Après cela toute la nuyt

Damp prieur

    Puis que vous ne la veyés mye
    Cause n'aviez d'estre joyeux
    Car estoit puet estre endormie
    Quant ainsy vous riés aux cieux
    Auffort vous rapaisiés vos yeux
    Des fenestres ou des violiers
    Et vous profitoit cela mieux
    Que d'avoir escuz a milliers

L'amant

    Ce soir dormis plus seurement
    Que par avant n'avoye dix jours
    Tant sentoie grant allegement
    D'ainsi avoir veu mes amours
    Sy faisoye lors mout de clamours
    Au lieu en merciant la belle
    Du confort et joyeux secours
    Que j'avoye eu au moyen d'elle

Damp prieur

    Or sire par ce seur dormir
    Que tenez de cy grant valeur
    Sentiés vous point le cueur fremir
    Et entrer en froit ou challeur
    Vous sembloit le repos meilleur
    Que n'aviez dont acoustumé
    Ou se de joye ou de douleur
    Estiés point transi ou pasmé

L'amant

    Tellement estoie restauré
    Que sans tourner ne travailler
    Je faisoie ung somme doré
    Sans point la nuyt me resveiller
    Et puis avant que m'abiller
    Pour en rendre a amours louenge
    Baisoie troys foys mon orillier
    En riant a par moy aux anges

Damp prieur

    Du temps que ceste nuyt duroit
    La songiés vous point nullement
    Ou se vostre oeil la desiroit
    Point veoir illec visiblement
    Car de tel mondain pensement
    Adviennent maintes frenaisies
    Qu'on cuide estre vrays proprement
    Et sy ne sont que fantasies

L'amant

    Bien souventesfois advenoit
    Que voirement je la songoie
    Toute telle joye sy me prenoit
    Que au lit chantoie et pleuroye
    Puis moy resveillé j'enragoye
    Que ne la veoie illec
    Et maintesfoys place changoye
    En faisant des piés le chevet

Damp prieur

    Or ça quant vous estiez levé
    Que faisiés vous toute journee
    Aviez vous nul amy privé
    Qui sceust rien de vostre trainee
    Ou salliés point la matinee
    Passer devant la dame ung tour
    pour avoir ung regard d'emblee
    Ou ung doux sourris au retour

L'amant

    Soyes seur que pas n'y failloye
    Ainçoys vestu d'estrange sorte
    Des le fin matin y alloye
    Atout une nouvelle cote
    Puis se la veoie a la porte
    M'en alloye tant desconforté
    Que ce ma vie eust esté morte
    Si fust mon corps resuscité

Damp prieur

    N'aviés vous lors par divise
    Sur vostre habit quelque verdure
    Ou ung cueur emprès la chemise
    Ou son nom fut en escripture
    Ceulx qui sont en telle adventure
    Ilz ont bon temps dieu le leur sauve
    Car ilz pevent porter a tout heure
    Pourpoint vert et la bote fauve

L'amant

    De telz biens ne failloit douter
    Tout y voloit par escuelles
    Et eussiés veu fanges sauter
    Chevaulx abatre estaux et selles
    Puis faire toutes choses nouvelles
    Dont l'en se pourroit adviser
    Car qui a telz picquans es oreilles
    Il n'a garde de reposer

Damp prieur

    Qui ce pendant pensoit du vivre
    Et de vostre estat soustenir
    Veu qu'on ne peut pas tousjours suivre
    telz boubans ne les maintenir
    Je croys bien que pour parvenir
    A congnoissance il en fault faire
    Mais du sien fait bon retenir
    L'on ne scet qu'on en a affaire

L'amant

    D'or d'argent de vie ne de rente
    A lors bien peu m'en souvenoit
    Ung escu m'en rendoit trente
    Fortune pour moy lors regnoie
    Chascun d'autre part me donnoit
    Et estoie plain jusqu'au menton
    Par quoy qui en avoit on prenoit
    Ne me challoit pas d'un bouton

Damp prieur

    D'estre ainsy fiché en ung lieu
    pas n'aviés le cueur en franchise
    Helas pensiés vous point a dieu
    Je croy que non ne a l'eglise
    Ains aviés curiosité mise
    Tant a celle qu'aimiés tant chier
    Que fait n'eussiez que a vostre guise
    L'en vous en eust eu beau prescher

L'amant

    A suivre l'eglise comment
    Sy estoit ma personne duite
    Pour estre des premiers devant
    A luy bailer de l'eau beniste
    Puis celle faisoit la petite
    Ou qu'elle me gectast ung doux yeux
    J'estoie lors de joye subite
    transsi et ravi jusqu'au cieux

Damp prieur

    Or ça sire durant la messe
    Vous alliés vous point pourmener
    Devant la place ou la deesse
    Si devoit son corps sejourner
    Et quant venoit au destourner
    Cliquetiés vous point le patin
    Affin que l'ueil voulsist tourner
    Pour entendre vostre latin

L'amant

    Tousjours d'elle me tenoye près
    Affin que luy peusse porter
    La paix pour l'apaiser après
    Qu'on n'avoit garde de m'oster
    Puis a genoux m'aloye bouter
    Aidant au prestre anemen
    Vous m'eussiés ouy chanter
    Pour deo gratias amen

Damp prieur

    Les povres qui queroient l'aumosne
    Partoient ilz de vous escondis
    Euvre de charité estoit bonne
    Pour gaigner y la paradis
    Combien qu'en ce temps jadis
    N'en estiés gueres en talenté
    Car vostre entendement tout dis
    Sy estoit bien ailleurs bouté

L'amant

    Se au montier baisoye saint ou sainte
    Je l'aloye baisier après elle
    De bon cueur par force ou contrainte
    Et dieu soit se je l'avoye belle
    Je luy alumoye sa chandelle
    Et puis m'en alloye après
    Chascun povre avoit sa merelle
    Pource qu'elle estoit au plus près

Damp prieur

    Quel devocieux ypocrite
    Qui faisiés semblant de menger
    Les crucefix et estre hermite
    A bien vostre maintien juger
    Besoing n'aviés que de dangier
    Qui fust venu de la maison
    Pour vous aider a heberger
    Vostre priere et oraison

L'amant

    Quant il m'eust veu agenouiller
    Doubté ne s'en fust nullement
    Car me tenoye contre ung pillier
    priant la dieu devotement
    Mes yeux estoient au firmament
    Et mes mains es cieux renversees
    Mais croiés qu'en se mouvement
    Avoye maintes menues pensees

Damp prieur

    Or beau sire je vous demande
    Quant vostre dame d'aventure
    Jectoit en allant a l'offrende
    Sur ung autre sa regardure
    En monstrant que de vous n'eut cure
    Qu'elle chose pensiez vous adoncques
    Eussiés vous point voullu a l'eure
    Avoir au montier autre oncques

L'amant

    Par foy point n'arrestoye en place
    Ains estoie de mal et de peine
    Chault comme feu froit comme glace
    Souppirant a la grosse allaine
    Lors tensoie a ma poullaine
    Mes dois et cheveux tiroye
    Et s'avoye fleurs et marjolaines
    Par despit je les deschiroye

Damp prieur

    Dea vous ne m'avés pas compté
    Des nopces faictes ou regard
    Et en ce joyeux temps d'esté
    Qu'on doibt bailler la coste verd
    Ne vous trouvés vous point a l'escart
    Pour faire la quelque entreprise
    Abatre a terre ung huys ouvert
    Ou d'autres biens dont l'en s'avise

L'amant

    Pencés monseigneur le prieur
    Que de telz biens rien n'oublioie
    Ains tousjours loyal serviteur
    En tous lieux monstrer le vouloye
    Se aux nopces estoit je y alloye
    Pour la servir illec auprés
    N'a mettre pas je n'y failloye
    Le coteret dessus ses piés

Damp prieur

    Voire mais quant male bouche
    ysaygrin fait semblant dangier
    Vous assembloit par escarmouche
    Pour vous de la dame estrangier
    Ou alliez vous vostre frain rongier
    Ne que poyez vous faire après
    Veu qu'il failloit place changer
    S'ilz vouloient poursuivre de près

L'amant

    Quant d'un tel tour m'avoit joué
    Communement je me mectoie
    Derriere ung vueil tapis troué
    Par my le quel ung oeil boutoye
    Et la feste la escoutoye
    Regardant d'elle le maintien
    Puis quant elle vers moy sentoye
    Et cela me faisoit grant bien

Damp prieur

    Sur ma foy vous estiez bien aise
    Puis quant venoit au chapellet
    Qu'est une dance que l'on baise
    Que voiés ung demoiselet
    Prenant pour vous le morcelet
    Et qu'elle luy faisoit grant feste
    Vous trouviés vous point chaudelet
    Ayant les fievres en la teste

L'amant

    A lors sans dire ha ne sy
    Partoye d'illec malcontent
    Demy pasmé demy transsy
    Fantasiant et barbetant
    A mon umbre alloye combatant
    J'estoie le prestre et martin
    Car je respondoye en chantant
    Et parloye françoys et latin

Damp prieur

    Or sire ne juriés vous pas
    Que pour rien qu'on vous sceust donner
    Ne feriés vers elle ung seul pas
    En vous voulant determiner
    D'elle et du tout habandonner
    Et neantmoins le veu parfait
    Estiés vous prest de retourner
    Que jamais devant n'aviés fait

L'amant

    D'aller ne m'eusse seu tenir
    Pour l'esperance que j'avoye
    De quelque confort obtenir
    Sy devant son huys la veoye
    Mais en passant souvent trouvoye
    En lieu d'elle la chamberiere
    Dont a peine que ne desvoie
    Et perdes tout sens et maniere

Damp prieur

    De l'une a l'autre resembler
    y avoit grande difference
    Jaçoit ce que pour tant troubler
    Ne deviés n'avoir desplaisance
    Or après ceste diligence
    Qu'il failloit repaistre ung petit
    Mengiés vous saulce vert ou jaune
    Pour trouver meilleur appetit

L'amant

    A table tout trouvoye amer
    Et ainsy en lieu de menger
    Lors entroie en haulte mer
    Et ne savoye que forger
    Mon esbat estoit de songer
    Ou de froter mes paupieres
    Et puis pour mon mal alleger
    Faisoye des croix aux sallieres

Damp prieur

    N'aviés vous ailleurs ou jouer
    Ne prendre vostre esbatement
    Jectiés vous vostre trenchouer
    Point par despit ou vengement
    Mengiés vous tost ou bellement
    Je croy que n'y preniés point garde
    Ou quelle viande nullement
    Goust n'aviés tant estiés malade

L'amant

    Illec point je ne demouroye
    Car les napes cy me soulloient
    Et la mort souvent desiroye
    Les gens m'ennuyoient qui parloient
    Les oyseaux mesmes qui voloient
    Sy me faisoient mal en la teste
    Jeux ny esbas rien n'y valoient
    Car tout me tournoit a tempeste

Damp prieur

    C'est a vous trop fait d'exés
    Pour une plaisance mondaine
    Car de la viennent les assés
    De double fievre traversaine
    L'en court l'en fuit l'en se demaine
    Puys on a froit puis on a chault
    Brief les amans ont assez peine
    Et sy a personne n'en chault

L'amant

    Helas monseigneur le prieur
    Il ne vous couste gueres a dire
    Mais ceulx qui ont sentu la doleur
    S'en scevent bien tenir de rire
    Au monde n'en est point de pire
    Ne de sy terrible tourment
    Car c'est ung fer et ung martire
    Qui n'a fin ne commencement

Damp prieur

    Il y a ceans religieux
    Qui a autant de mal essayé
    Que vous avés et cent foys mielx
    Sans ce qu'il ait gueres crié
    Autres que vous y ont froié
    Et enduré plus forte chose
    Faire n'en fault tant l'effraié
    Car telz douleurs ne sont que rose

L'amant

    Rose sire bon gré saint george
    Il n'y a point comparaison
    Car qui auroit boce en la gorge
    L'en auroit plus tost guerison
    Que d'une telle traison
    Qui perce les os jusque aux anches
    Il n'y a rime ne raison
    Quant on a telles fievres blanches

Damp prieur

    La fievre cy grant ne puet estre
    Que cy d'aventure la belle
    Cy vient de nuyt a la fenestre
    Voit le povre gallant qui veille
    Et qui a la puce en l'oreille
    Qu'il ne soit sur piés guery
    D'un brin de girofle vermeille
    Celle luy jecte tant soit marry

L'amant

    Je croy bien que le mal apaise
    Ung petit quant le bien luy vient
    Mais ceste joye cy tourne en noise
    Sy le lendemain il advient
    Q'un autre compaignon survient
    A qui l'en face belle venue
    Et que de la fievre revient
    Qui double en fievre continue

Damp prieur

    Il n'y a remede soudain
    Que faire bouter les destriers
    Et mener tart sur le serain
    Tabourins herpes menesteriés
    Pour esveiller leur arglentier
    Et les esperis de dormir
    Illec se monstrent cueurs entiers
    L'en a point telz biens pour gemir

L'amant

    Dormir sire las l'on a garde
    Mais d'aller ainsy aveuglectes
    L'on chiet qu'on ne s'en donne garde
    Sus ung seul plain de perrettes
    Ou l'en rond la ses esguillettes
    Prenés qu'il y ait grant dangier
    Pour les limons de ses charettes
    Et les tronches des boulengiers

Damp prieur

    Quant on va de nuyt par les rues
    Et l'on n'ose clarté porter
    Il se fault garder par les nues
    Qu'on voit au ciel courre et troter
    Et les estaux qu'on deust tater
    En tenant la main a l'esguet
    Sans l'uys de la dame hurter
    Car il y a dangier pour le guet

L'amant

    A monseigneur vous appliqués
    Le mal en autre entendement
    Et me semble que vous moqués
    Ou que ce soit esbatement
    Qu'on passe ainsi legierement
    Mais quant a moy point ne m'en loue
    Car l'en treuve assez largement
    D'autres esbas ou mieulx l'en se joue

Damp prieur

    Vous vous plainiés de saine teste
    Et avés pensees trop legieres
    Quelx troux avés vous en la teste
    De porter harnoys et banieres
    Couchates vous onc aux goutieres
    En caves ou en souppiraux
    En eschellant huys et verrieres
    Car de la viennent les grans maulx

L'amant

    En plus grant dangier la moytié
    Me suis trouvé et dur passaige
    Sans ce que on ait eu pitié
    Ne fait ung seul bien d'avantaige
    Brief se eusse sceu le pellerinaige
    Dont remede me fust venu
    Pour obvier a telle raige
    Je y eusse esté avant tout nu

Damp prieur

    Gueres n'y sere le pelleriner
    ains tousjours les doleurs s'entretiennent
    L'on puet tant qu'on veult cheminer
    Ceulx qui s'en vont après reviennent
    Car il fault que secours obtiennent
    De celle qui navré les a
    Ce sont canes qui vont et viennent
    A qui en prend bien il en a

L'amant

    J'en ay esté a tel destroit
    Que ne savoye ma contenance
    Ne se estoit court large ou estroit
    Autant mestoit dueil que plaisance
    Je mectoye du vin en ma pance
    En gratant souvent mes cheveux
    Et puis escripvoye esperance
    Contre ung mur en dueil angoisseux

Damp prieur

    Ne reposiés vous grain ne goute
    Je croy que non sy m'aist dieux
    Ains renunsiés draps lis coute
    A terre le plus et le mieulx
    Car ne trouviés place ne lieux
    Pour dormir endroit ou envers
    Ne qui eust gardé vos yeux
    D'estre toute la nuyt ouvers

L'amant

    Les heures de la nuyt comptoye
    Sans reposer ne sommeiller
    Et aux guerres tant me boutoye
    Que me trouvoye chevalier
    Et tençoye a mon orillier
    Et faisoye chasteaux en espaigne
    Puys avoye a mon resveillier
    Belles estuves d'alemaigne

Damp prieur

    Se vostre dame eust sceu ou veu
    De vos aspres maulx la moitié
    Je croy moy qu'elle y eust pourveu
    Tout empeschement rejecté
    Car il n'est cueur qui n'eust pitié
    De veoir endurer tel tourment
    A vous n'ay couroux n'amoitié
    Mais sy m'en fait il mal vrayement

L'amant

    Helas d'elle ne me plain mye
    Ains m'en loueray a tousjors mais
    La tien ma dame et m'amye
    Sans ce que je l'oublie jamais
    Aussy de mon mal ne puet mais
    Se fait male bouche et dangier
    Qui m'ont par ung dur entremais
    De sa grace fait estrangier

Damp prieur

    En vous est failly esperance
    Et vous tiens de lache couraige
    Car se brief faisiés diligence
    Vers amours qui est doulx et large
    Il vous eust rendu d'avantaige
    Cent foys plus que n'avés perdu
    Et pource se faictes que saige
    Yrés a elle a bras tendu

L'amant

    J'en ay fait tout ce qui fault faire
    Mais tout ce n'y a riens valu
    Car ces gens la pour me deffaire
    Ont mon bien et honneur tolu
    En faisant comme ilz ont voulu
    Tourner a leur poste le vent
    Encore quant m'en suis dolu
    L'on m'a fait pis que par devant

Damp prieur

    Toutesfoys sy a il justice
    Bien gardee sur le fait d'amours
    Et y regne bonne police
    Comme vous sçavez tous les jours
    Je croy bien qu'il vient des doulours
    Ou l'en n'y puet remedier
    Mais venus qui oit les clamours
    Y pourvoit qui l'en veult prier

L'amant

    Jamais n'en vueil nul requerir
    De cela soyés tout conclus
    Ains mon entente est de mourir
    Ceans cordelier et reclus
    Tout espoir est de moy exclus
    Vienne la mort quant elle vouldra
    Du temps passé ne m'en chault plus
    Je suis prest quant a dieu plaira

Damp prieur

    Heelas povre malheureux
    Tu perdras icy ta jeunesse
    Et tous les biens adventureux
    Dont amans viennent a richesse
    L'ostel est fondé de tristesse
    Regarde ou tu te veux bouter
    Se le fais dy adieu leesse
    Et sy ne t'en pourras oster

L'amant

    Ja pour vostre dure responce
    Mon cueur ne s'en esbahira
    Quant aux biens d'amours je y renonce
    Prenne chascun ce qu'il vouldra
    Ma vie en desert finera
    Car il m'ennuye ja au monde
    Ne mon vouloir n'en changera
    Pour quelque personne qui gronde

Damp prieur

    Le fort n'est pas la voulenté
    Ainçois a la vertu que aurés
    Et sachés que serés tempté
    Par mains assaux que recevrés
    Peine et misere trouverés
    En lieu de joye et de plaisance
    Quand vouldrés menger junerés
    Qui est tresdure penitance

L'amant

    S'il plaist a dieu il m'aidera
    A endurer et supporter
    La peine ja ne desmouvera
    Mon cueur de son vouloir oster
    Et pour la verité compter
    Je fait veu des long temps d'y estre
    Et avoye fain de my bouter
    Des l'aage que me puys congnoistre

Damp prieur

    C'est grant chose que de promesse
    Et d'y avoir devocion
    Mais se vous saviés la detresse
    Qu'on y seuffre et l'afliction
    Vous mueriés vostre intention
    Qui est sy ferme a demourer
    Aussy vostre complection
    Sy ne le pourroit endurer

L'amant

    Vous le dictes pour m'esprouver
    Veu que assés savés le contraire
    Et sy sauriés reprouver
    Tant l'ordre qu'on m'en peust retraire
    L'on m'en a beau crier et braire
    Ce qu'ay promis je vueil tenir
    Ne n'entens prendre autre repaire
    Vienne qui en pourra venir

Damp prieur

    Comment vous qui avés gouté
    Tant d'onneur au monde et de gloire
    Prendriés vous yver pour esté
    Et en lieu de bon temps misere
    Il vous fauldra porter la haire
    Aller nudz piez sur les espines
    Juner plourer veiller et braire
    Sans faillir nul jour a matines

L'amant

    Tort avés ung petit beau sire
    De vous en chagriner sy fort
    Attendu qu'il n'y a ceans frere
    Qu'il gueres soit de moy plus fort
    Pas n'y viens par joyeux confort
    Ains pour mener vie solitaire
    Pour quoy sy ne vient plus auffort
    Je sçay bien ou me dois retraire

Damp prieur

    La difficulté n'est point la
    Ains a ce que vos gens diront
    Qui ont port faveur ça et la
    Croiés que malcontens seront
    Ne que a grant peine feront
    Vous rendre sy a tousjours mais
    Et sy contre nous murmuroient
    Jaçoit ce que n'en povons mais

L'amant

    Qui en religion se boute
    Parens ne amis ne doibt croire
    N'au contraire les ouyr goute
    S'il ne se veult perdre et deffaire
    A veux premier fault satisfaire
    Leurs cas pas ne me sauveront
    Chascun doit pencer de bien faire
    S'ilz en crient ilz s'appaiseront

Damp prieur

    Or voige bien que pour parolle
    Ne pour rien qu'on vous sceust prescher
    Ne vous osteriés de la cole
    Ou vostre cueur se vuet ficher
    De quoy je vous ayme plus chier
    Beaucoup de vraye amour formant
    Et tant que pour vous despecher
    Je m'en voys parler au couvent

Damp prieur

    Ainsi damp prieur s'en alla
    Le tymbre et les freres sonner
    Puis bien avant sy leur parla
    Comment venoit de sermonner
    Cest amant qui vouloit donner
    Leans cueur corps et tout le sien
    Pour ses derniers jours finer
    En leur en disant mout de bien

Damp prieur

    Si que par son tresgrant raport
    Les freres estans en chapitre
    En furent contrains et d'acord
    Et le commencerent a benistre
    Et a dire pour son bon tiltre
    Des biens une grant legion
    Esperant grand prouffit en ystre
    Pour toute la religion

    Ce fait damp prieur retourna
    Pour les nouvelles tost luy dire
    Et en l'appellant s'enclina
    En commençant a luy souzrire
    J'ay bien besongnié pour vous sire
    Le couvent sy vous recevera
    A l'ordre sans y contredire
    Venés y quant il vous plaira

    Quant m'a esté enchargié
    De vous exposer et compter
    Que nostre hostel est tant chargié
    De gens qu'il n'en peult plus porter
    L'en ne saura mais ou bouter
    Tout est plain de freres dieu grace
    Mais s'on en devoit hors jecter
    Sy aurés vous logis et place

    Aussy plus pour estre certain
    De ce que a besongner aurés
    Vecy damp dueil le secretain
    A qui vous en conseillerés
    Aussy souvent vous esbatrés
    A lire en ce petit livret
    Ou nostre rigle treuverés
    Et comment l'en doit sieans vivre

L'amant

    Voulentiers dist il monseigneur
    Se dieu plaist j'en feroy devoir
    Et vous remercie de lonneur
    Que vous a pleu me faire avoir
    A moy n'a pas tant de savoir
    Que je le sceusse bien comprendre
    Mais dieu qui chascun fait pourvoir
    le vous vueille en sa gloire rendre

    Ainsy cest amant fut logié
    Et faisoit liberallement
    Ce qui luy estoit enchargié
    Dont tous l'amoient entierement
    Cy endura lors grand tourment
    Car a l'entree paye on la disme
    Mais tout portoit paciamment
    Sans en faire semblant ne sisme

    Toutesfoys a une journee
    Du prin temps qu'on dit sur l'erbette
    Damp prieur vers l'après disnee
    Sy trouva a sa saincturette
    iii ou iiii brins de violette
    qu'il portoit pour seignier ses heures
    Dont grant cririe fut lors faicte
    En le ramenant bien des mures

    Cy fut le povre homme effrité
    Je vous assure et bien esprins
    Combien qu'a dire verité
    Il n'avoit pas trop fort mesprins
    Car pensés qu'il avoit aprins
    A porter boucqués et sentir
    La les plus rouges y sont prins
    Ne ne puet bonne amour mentir

    Quant a ung soir bien sur le tart
    On faisoit visitacion
    En allant fut prins a l'escart
    Au pré de recreation
    Ou la pour consolacion
    Sy faisoit bien les espernades
    En lisant par devocion
    Ung livre tout plain de ballades

    Cella sceu la cloche en sonna
    Pour tous les freres assembler
    Dont en soy bien l'imagina
    Commençant tresfort a trembler
    Mais il ne se povoit embler
    Par quoy vint prendre discipline
    En confessant sans soy troubler
    Estre de pugnicion digne

    Oncques puis au train ne tourna
    Ains fist merveilles de bien vivre
    Et brief sy belle vie mena
    Que nul ne le pourroit consuivre
    Et qu'après ce qu'il fut delivre
    Du temps qu'on doit porter le fais
    L'en le vint prier et poursuivre
    De vestir et d'estre proffais

    De ce fut content et joyeux
    Comme sil qui le desiroit
    Mais pour faire la chose mielx
    Il dist bien que il rescriproit
    A ses parens et manderoit
    Le jour prins a faire la feste
    Affin d'y venir qui vouldroit
    Sans leur en faire autre requeste

    Quant ilz en sceurent les nouvelles
    Chascun d'entre eux fut tost monté
    Et y eut dames damoiselles
    Estranges et de parenté
    Qui par euvre de charité
    Et pour lonneur de sa personne
    Vindrent a la feste a planté
    Car c'estoit une belle aumosne

    Entre icelles en congneuz une
    Dont me prins a ymaginer
    Quelle maleureuse fortune
    Avoit l'amant la fait donner
    Et qui m'en fist souspeçonner
    Fut qu'elle estoit vestue de dueil
    Et que sans partir ne tourner
    Elle avoit sur luy tousjours l'ueil

    Helas elle eust beaucoup mielx fait
    Se durant la prosperité
    Elle eust de quelque bien parfait
    Le povre homme reconforté
    Car lors avoit perdu santé
    Et le veu de l'ordre entrepris
    Rien n'y valloit la voulenté
    Le conseil en estoit ja prins

    Plusieurs de ces dames la vis
    Qui de l'ordre cy caquetoient
    Bien a leur aise et a devis
    Et des religieux qui y estoient
    Disant que telz gens sy mettoient
    Povres amoureux aux a patis
    Et que se plus mes caquetoient
    Ilz en feroient grant abatis

    Les unes mauvais cordeliers
    Les appelloient par desplaisance
    En disant d'eulx maulx a milliers
    Par dieu se j'avoye puissance
    Se disoit une et habondance
    D'enfans sy ung n'en auroit pas
    Brief elle perdoit pacience
    De l'amant qui passoit le pas

    Chascun et chascune disoit
    Des biens de luy moult largement
    N'a nulles des dames plaisoit
    Qui se rendist aucunement
    Ains maudissoient tresaprement
    ceulx qui l'avoient mis en ces termes
    Et en veis une soudainement
    Plourer des yeux a grosses larmes

    Ceste la souvent lamentot
    En ramentevant la grant chiere
    Ou autresfoys trouvee s'estoit
    Son maintien sa doulce maniere
    Et comme des bons la baniere
    Par ses biens fais devoye porter
    Dont l'en avoit du mal arriere
    Tant que l'on povoit supporter

    Las il estoit sy amiable
    Se disoit l'autre ma cousine
    Tant doux tant humble tant amiable
    Et de trop plus grant bien digne
    Quant il m'en souvient je m'en signe
    Je n'eusse sceu veoir son party
    Que cueur ou tant de bien l'on fine
    Eust esté sy tost amorty

    Or est il du monde aboly
    Ne sçay ou le mal luy tenoit
    Mais son sens avoit trop failly
    Car quant le bien sy luy venoit
    Et qu'amours se determinoit
    Le compencer du temps passé
    Dont aux dames bien souvenoit
    Il a a leur service faulcé

    Las il advient communement
    Que telz gens qui sont ordonnés
    A faire des biens largement
    Aux dames a qui sont donnés
    Se sont les premiers obstinez
    A eux rendre a ung hermitaige
    Mais ceulx par qui la sont menés
    En deveroient porter le dommaige

    Ainsi l'un a l'autre en passant
    Sy en disoit sa ratelee
    Voire d'un langaige perçant
    Aussy agu q'une galee
    Dont l'ordre estoit bien ravalee
    En la blasmant en mainte sorte
    Le long du chemin et alee
    Et y furent jusques a la porte

    Or le jeu fut a la ouvrer
    Car a l'entree doibt on savoir
    Que femmes ne s'osent trouver
    En la religion pour veoir
    Fors pour leurs parens recevoir
    Et sy en fault c'est chose vraye
    Du souz prieur congié avoir
    Que l'on appelle rabat joye

    Si que les parens et amis
    Pour les femmes licence obtindrent
    Que n'eusse leans le pié mis
    Que vi cordeliers qui vindrent
    Tost au devant d'eux et les prindrent
    Deux a d'eux chascun par les mains
    Et au monstier grant temps les tindrent
    En parlant de dieu et des sains

    Après quant ilz furent las d'estre
    En l'eglise et au parlouer
    Ils les menerent veoir le cloistre
    Et de la aussy au dortouer
    Puis ilz vindrent au refretouer
    Plain d'imaiges en pourtraiture
    Ou avoit sur le dreçouer
    Une grande mort en painture

    Sy en a en la compaignie
    Qui leurs parens vous demanderent
    Ce qu'on ne leur octroya mye
    Ains les freres leur refuserent
    Mais pour eulx sauver remonstrerent
    Qu'ilz estoient lors en oraison
    Et a tant la nuyt s'en allerent
    Chascun gesir en sa maison

    Lendemain qu'il estoit dimenche
    Que l'en devoit faire la feste
    Dont chascun de voulenté franche
    A l'eglise venir s'apreste
    Sy eussiés ouy grant tempeste
    Et veu tant de gens pourmener
    Qui rompoient au prestre la teste
    A peine s'y povoit on tourner

    Assez tost la messe chanter
    Fist l'en ou il eut grant mistere
    En laquelle devés noter
    Que l'amant en ung oratoire
    Estoit la tendu de soye noire
    Ouvré aparans fleurs d'acolies
    Puis sur luy avoit ung suaire
    Tout couvert de merencolies

    Après ceste grant messe dicte
    Damp prieur sy le vint querir
    Portant en sa main l'eaue beniste
    Comme pour le mener mourir
    Et gens au devant de courir
    Pour veoir la maniere du fait
    Mais il sembloit qu'il deust perir
    Tant estoit ja mort et deffait

    Tout le nez blanc comme salpestre
    Avoit et le vis deschiré
    N'ame si ne l'eust sceu congnoistre
    Qui ne s'en fust bien près tiré
    Brief estoit bien fort empiré
    Car n'avoit membre sur le corps
    Qui ne fust tout desfiguré
    Et les yeux tous batus et mors

    De la fut mené en chapitre
    Habillié tressauvagement
    D'une fraquonne a façon de mistre
    Et le surplus du vestement
    Estoit de blanc entierement
    A grandes manches a goutieres
    Bien saint et cueilly proprement
    Devant coqueluchon derriere

    Puis au chapitre le suivirent
    Tous les gens de sa parenté
    Ou deux cordeliers les assirent
    Chascun selon sa dignité
    Les freres estoient d'un costé
    Les parens et parentes d'autre
    Voire en sy grande quantité
    Que l'en ne veoit l'un pour l'autre

    La fut le povre amant assis
    Tout seul apart sus une selle
    Ou moins regart fut lors assis
    Des ungs et d'autres a merveille
    Dont y eut a l'assemblee telle
    Qui sans faire grant mouvement
    En gratant souvent son oreille
    Et en plourant mout tendrement

    Quant damp prieur fut en sa chaire
    Devant tous se print a prescher
    Des grans biens du monde et de l'aise
    Qui y fait les gens trebucher
    Et comment la mort sans huchier
    Vient acoup sans heure certaine
    Que après lever il fault coucher
    Pour monstrer que tout vient a peine

    En oultre prescha des doulours
    Qui vient de joye transitoire
    Mais il ne parla point d'amours
    Aumoins dont j'en aye memoire
    Aussi n'en avoit l'en que faire
    Consideré l'adversité
    Ains valloit mielx beaucop se taire
    Car peut estre qu'on eust tout gasté

    Assez le sermon sy dura
    Pendant lequel une foys loyel
    De la main vers celle tira
    Qui pour luy sy menoit grant dueil
    Puis fist semblant d'avoir sommeil
    Baissant la teste pas a pas
    Toutesfoys en devint vermeil
    Et sy croys qu'il n'y pençoit pas

    Après ce service finé
    Damp prieur la fist apporter
    Ung vueil habit de gris tanné
    Qu'on doibt selon l'ordre porter
    D'autre part fist l'abit bouter
    Que l'amant au monde vestoit
    En commençant a l'ennorter
    De dire auquel il s'arrestoit

    Vous avés dist il liberté
    Aage parfait et congnoissance
    Vecy l'abit de vanité
    Vecy celluy de penitance
    L'un tire a dueil l'autre a plaisance
    D'un bien de l'autre mal aurés
    Se tandis qu'avés la puissance
    Prenés lequel que vous vouldrés

    Lors dist par sa dure responce
    Je vueil la vie du cordelier
    A cestuy du monde je y renonce
    Sans jamais plus m'en habiller
    Sique on le fist desabiller
    Tout nud et la devant tant dieux
    Pour le vestir en cordelier
    Et ainsy fut religieux

    Quant tous les hommes et les femmes
    Le veirent tout nud despouiller
    Des yeux jecterent grosses larmes
    Assés pour ung jardin mouiller
    Esvanouyr et petiller
    En eussiés veu qui est grant chose
    Et tant que pour les resveiller
    Il couvint troys sextiers d'eau roze

    Ne a peine croiré je jamais
    Que se cordelier fust rendu
    Eust veu le piteux entremés
    Ou l'oeil sur l'une est estandu
    Que son cueur ne luy fust fendu
    En plus de deux mille parties
    Et qu'il n'eust cy prins cy pendu
    Jeté la son froc aux orties

    Sa dame sy faisoit semblant
    D'assés tost le dueil en passer
    Mais lors une fievre tremblant
    La vint de sy près embrasser
    Que a terre la fist renverser
    Tant fut la fievre forte et aigre
    Par quoy la fallut deslasser
    Chauffer et froter de vin aigre

    Tout le monde après se leva
    Pour a la rescousse venir
    Et sy remede on y trouva
    Fors qu'on fist a elle venir
    Le cordelier pour luy tenir
    La teste et bailler du triacle
    Qui luy fist son cueur revenir
    Et dist on que ce fut miracle

    Mais ainsi qu'on la delaissoit
    Illec tumba de son secours
    Ou des manches de son corset
    Ung cueur d'or esmaillé de plours
    A elle baillié par amours
    Du temps qu'avoit le vent au popre
    Dont l'amant sy eut grant douleur
    Et l'en veit l'en batre sa couppe

    Les autres pour leur mal couvrir
    A force leur cueur retenoient
    Passans temps a clorre et l'ouvrir
    Les heures qu'en leurs mains tenoient
    Dont souvent les fueilles tournoient
    En signe de devocion
    Mais les deulz et pleurs que menoient
    Monstroient bien leur affection

    Or après ses misteres fais
    Se povre amoureux vint requerre
    A damp prieur d'estre profais
    Soy jectant a ses piés a terre
    Sy que damp prieur envoye querre
    Le livre des veux qui fault lire
    En luy commençant de cest erre
    Telz motz et parolles luy dire

    Tout le premier veu ordinaire
    De ceans est obedience
    L'autre povreté voluntaire
    Dont viennent junes et penitance
    Pour vertus avons pacience
    Et chasteté qui est la plus haulte
    Sy jurés a vostre consience
    De les garder sans point de faulte

    Aussy vous faites veu a dieu
    Que a l'ordre vivrés et mourrés
    Sans jamais partir de ce lieu
    Sinon quant le bissac porterés
    Et quant pour le couvent yrés
    Querir l'aumosne et pourveance
    Ne q'un pas oultre passerés
    Se n'avés congié et licence

    Item qu'en chemin ou voyage
    Vous ne chanterés ne rirés
    Que quant d'aventure au passage
    Une femme rencontrerés
    En l'oeil ne la regarderez
    Ne luy ferés chiere ou feste
    Ains bien tost vos yeux clignerés
    En baissant vers terre la teste

    Item qu'en prin temps nouvellet
    Quant par boys ou champs passerés
    Des que orez le rossignolet
    Vos vigilles de mors dirés
    Et que jamais ne dormirés
    Soubz aubespin n'esglantiers
    Autre part tant que vous vouldrés
    Pourveu qu'il n'y ait des rosiers

    Item s'en allant avés fain
    Cuillir pourrés parmy les trailles
    Pour menger avec vostre pain
    Des franboises ou des prunelles
    Pourpié persin lectues nouvelles
    De quoy vous remplirés vos bouges
    Et d'autres verdures ytelles
    Excepté de groiselles rouges

    Item qu'en logis de plaisance
    Sur vostre vie n'aviserés
    N'en lieu ou ait feste ou dance
    Ains bien loing de la tirerés
    Que quant menesteriés vous orrez
    fleutes doucines ou vielles
    Vous grain ne les escouterez
    Mais metrés vos dois aux oreilles

    Item qu'en passant par les rues
    En rien ne vous amuserés
    A veoir les dames bien vestues
    Ainçoys comme feu les fuyrés
    Que d'amours plus ne parlerés
    Ne de telles folies mondaines
    Que vert ne vermeil porterés
    Bouqués roses ne marjolaines

    Item quant serés invité
    De disner en lieu ou en place
    Vous pour le benedicité
    Dirés a chascun prou vous face
    Et s'estiés aussy froit que glace
    Au feu ne vous bouterés
    Ne pour signe de joye qu'on face
    Vous ne vous en amourerés

    De ce qui sera au disner
    Vous pourrés hardiment taster
    En gardant vostre oeil de tourner
    Trop avant et de caqueter
    Car l'en ne se peut mielx gaster
    Vers femmes que de telz aveaux
    Et aussy de trop fort bouter
    Les piés par dessus les terteaux

    Je ne dy pas se d'aventure
    Vostre cousteau cheoit a terre
    Que vous ne peussés a ceste heure
    Bien vous baisser pour l'aler querre
    Mais gardés comme feu de feurre
    De pincer ne de tatonner
    Car vous priés de ceste erre
    In pace pour vos jours finer

    Item vos mains ne torcherés
    A ses deliés serviettes
    Ne qu'en bien ne toucherés
    De la matiere d'amourettes
    Et se sur table y a violettes
    Ne vous joués pas a les prendre
    Ains pensés que sont joyes infaites
    Et que deviendrons tous en cendre

    Et quant ce viendra au lever
    Que l'en met dedens ces chofrettes
    Pour en amours cueurs eslever
    Armeries sentiers violettes
    Le signe de la croix lors faictes
    Frappant la main contre le pis
    Et cueillés toutes les miettes
    Pour donner aux povres a l'uys

    Item que plus ne manirés
    Or argent monnoye ne vaisselle
    Ne de telz biens riens ne prendrés
    Soit de bourgoises ou damoiselles
    Amy la rigle sy est telle
    En convent n'avons que les vivres
    Et acquerir robe cotelle
    Lumiere feu chaussure livres

    Encore nous est deffendu
    D'autre nouvel habillement
    Jusques le nostre soit fendu
    De toutes pars entierement
    Et sy ne fine aucunement
    Que les plis soient cueillis tous drois
    Ne l'abit fait joyeusement
    Ains rondement en tous endrois

    Outre on vous deffend par exprès
    De ne prendre nulle chemise
    Sentant muglias ou cyprès
    Ne blanche que de grosse frise
    Bordés a soye ne a devise
    Esguillette ferree d'argent
    Ne autre nouvelle exquise
    Pour devenir plus gué ne gent

    Aussy laisserés habillemens
    Qui font l'omme droit comme ligne
    Car devons a nos vestemens
    Par derriere avoir une vigne
    Les soliers persés sans empegne
    Deux grosses boucles fermans
    Porter bas cheveux sur le pigne
    Sans jamais les faire en alemant

    Item jurés semblablement
    Que ne prendrés dons ne baguettes
    Nouveaux a esjouissement
    Sur saincte perse violette
    Lassees a fleurs de violettes
    Bourses de perles enlassees
    Cordons a boutons d'amourettes
    Ou soupirs de menues pencees

    Item mouchoers deliés
    Chenettes a fleurs d'oubliance
    Gorgias trop menuz ploies
    Pignes dorés a esperance
    Les cuevrechiés de plaisance
    Car prendre point ne les devés
    Aneaux ou verges d'aliance
    Ou fut escript mon cueur avez

    En oultre nous est deffendu
    De ne porter manches petites
    Grans bonnetz sur le hault verdu
    Chausses de mygraine eslite
    Pourpoins taillés a marguerite
    Ne de menger plaisant viande
    Ne aussi succre de troys cuites
    Sur peine de paier l'amende

    Item vous avés a garder
    De ses deux yeux tous fretillans
    Que ses dames pour esclandrer
    Font estre tousjours assaillans
    Et dont les plus fors et vaillans
    Sy y perdent l'entendement
    Car ilz trenchent a deux taillans
    Et tirent a eulx liement

    Il y a des yeux d'autre façon
    Doux yeux qui tousjours vont et viennent
    Doux yeux eschauffans le peliçon
    De ceulx qui amoureux deviennent
    Doux yeux qui revont et reviennent
    Doux yeux avançant la colee
    Doux yeux qui boivent et retiennent
    Et sy baillent bont et volee

    Doux yeux reluisans comme asur
    Qui sont perilleux et dangereux
    Doux yeux tirans huille de mur
    Dont souvent povres amoureux
    Seuffrent mains tourmens doloreux
    Sans en oser monstrer semblant
    Doux yeux farouches et paoureux
    Qui donnent la fievre tremblant

    Doux yeux moitié blans moitié vers
    Pour consoler et amortir
    Doux yeux qui jectent de travers
    Pour guerir ung amant martir
    Doux yeux qui poingnent sans sentir
    Doux yeux de piteux entremés
    Qui font semblant de departir
    Et sy ne bougent jamais

    Doux yeux a xxv caras
    Doux yeux a cler esperlissans
    Qui dient c'est fait quant tu vouldras
    A ceulx qui sentent bien puissans
    Doux yeux en l'air resplendissans
    Que chascun ainsi doibt bien craindre
    Car ilz ardent tant sont glissans
    Quant vous les cuiderés estaindre

    Doux yeux renversés a grant haste
    Doux yeux soubz rians aux estoilles
    Qui dient c'est fait quant tu vouldras
    Et faisant bater aux corneilles
    Doux yeux jectans fermes oreilles
    Qui font gallans nuyt et jour courre
    Et entrer es feves nouvelles
    Qui ne chiesent pas pour escourre

    Il y a doux yeux d'autre sorte
    Qui sont petillans et gingans
    Dont compaignons portent la bote
    Et changent souvent nouveaux gans
    Telz gens servent a estringans
    Ou a mignons dorelotés
    Et les font tenir sy fringans
    Qui n'ont garde d'estre crotés

    Doux yeux indes esmerillons
    Doux yeux empanés de saietes
    Aussi safre que barbillons
    Qui font marcher sus espinettes
    Et gallans aller a mussettes
    Soit a geler a pierres fendant
    Baiser les huys et les cliquettes
    Pour les dames qui sont dedens

    Doux yeux de joye et de soulas
    Doux yeux tournans comme la lune
    Dont les plus huppés crient helas
    Sy ne fournissent de peccune
    Avaler leur fault ceste prune
    Et font telz yeux rire et gemir
    Ceulx qui tiennent telle fortune
    Sy ont beau loisir de dormir

    Doux yeux rians par bas et hault
    Ruans a destre et a senestre
    Qui volent sur ung escherfault
    Et par ses treilles et fenestres
    Il n'y a jacobin ne prestre
    S'il en a ung ris a demy
    Qu'il n'en perde maintien et estre
    Tant en sera lors mon amy

    Doux yeux aussy vers que genesvre
    Couvers de hayes et de buissons
    Qui font gallans gauger le poevre
    Et entrer en fortes frissons
    Ceulx qui ont au cueur telz glaçons
    Combien qu'ilz soient fort engelés
    S'ilz n'ont garde que leurs chaussons
    Passent par dessus leurs suliers

    Item doux yeux frans et nays
    Qui par dessus leur gorgerettes
    Tirent une lieue de pays
    Et sont plus picquans que languettes
    Ilz envoient ung homme braies nettes
    Quant le trait est menu plié
    Il n'y a coffre ne layettes
    Qui trestout ne soit desplié

    Doux yeux singlans et desvoyés
    Qui jectent ung maintien sauvaige
    Dont communement vous voyés
    Ses povres varletz de village
    Porter dessoubz leurs bras la targe
    Ou ung bouquet a la sainture
    Et puis sauter a l'avantaige
    Ilz ont bon temps mais qu'il leur dure

    Doux yeux traversans et courans
    Doux yeux enferre et empenne
    Qui prennent gens aux las courans
    En portant creance par signe
    Il n'est personne estrange ou fine
    Qu'il ne face aprivoiser
    Car ilz sont de la vielle myne
    Ilz vallent ung demy baisier

    Item doux yeux pipesonnes
    Ruans tousjours en ceste poste
    Qui envoye galans aux mirouers
    Pour veoir derriere leur cote
    C'elle est nestoiee ou bien se porte
    Et puis se monstrent de rue en rue
    Pour leur dame qui fait la morte
    Tire toy arriere moreau rue

    Doux yeux pour festes et dimenches
    Doux yeux blans et riquanerés
    Qui font vestir habis estranges
    A ses varletz dimencherés
    Et porter cordons fringuerés
    Mon dieu qui sont embesongniés
    Et les verrés rire aux paroys
    Pour leurs cheveux qui sont pignés

    Doux yeux marchans sur le duret
    Qui portent mors a patenostre
    Et ceulx la dient adieu fleuret
    Laissés les aller ilz sont nostres
    L'en en use qu'au jour d'apostre
    Brief les gallans qui en sont ferus
    Pevent bien dire leur patenostre
    Car jamais ne sont secourus

    Doux yeux a lorenge d'ortie
    Doux yeux qui pleurent et soupirent
    Doux yeux qui sourient sans partie
    Qui plus avant vont plus empirent
    De ce dont les compaignons tirent
    Auffort sy fait leur cueuvrecchief
    Que souventesfoys les dessirent
    Tant seuffrent peine et meschief

    Doux yeux precieux et bigotz
    Aians cours parmy ses monstiers
    Qui font dancer sur les ergos
    Et courir plus dru que trotiés
    En ouvrant heures et sautiers
    Telz yeux percent les vestemens
    Et ce fait vers les benestiers
    Gare derriere pour les alemans

    Doux yeux qui jectent eau par feu
    Doux yeux atrayans et fetis
    Doux yeux veyans de place en lieu
    Dont sont prins les povres chetifs
    Et d'autres yeux supellatifs
    Que vous tousjours escheverés
    Et renvoyerés in remotis
    Ou vostre ordre transgresserés

    Item s'en une hostellerie
    Pour loger vous fault transporter
    S'il y a feste ou mommerie
    Trop bien vous y pourrés bouter
    Mais se voyés grain s'acouter
    Le varlet et la chamberiere
    Fuyés vous en sans arrester
    Par l'uys de devant ou derriere

    Encore quant il adviendra
    Que dueil et paix y trouverés
    Coucher tout seul y couviendra
    En ung galetas ou yrés
    Et la a terre dormirés
    Estandu comme une escrepvisse
    Ne a vostre lit souffrerés
    Approcher fille ne nourrisse

    Item s'en venant de quester
    trouvés bourgoises ou damoiselles
    Qui n'ait ame pour la monter
    A cheval dont prier vous vueille
    Affin que point ne se travellie
    A deux mains l'alés embrasser
    En tenant l'estrier et la s'elle
    Mais gardés bien de la blesser

    Et se son fouet chiet a terre
    Ou qu'il soit en chemin perdu
    Fuyés hastivement le querre
    Sans estre effrayé ny perdu
    Et combien que soit temps perdu
    Sy fault il aux dames complaire
    Car le loier en est rendu
    Et viennent les biens de leur plaire

    Des gens a tant mal gracieux
    Qu'il n'en deigneroit reculer
    Ne a peine pas tourner les yeux
    Tant vont les femmes ravaler
    Mais ne sont dignes d'y parler
    On leur doit dire a leur museau
    Rien rien quand les verrés filler
    Levés leur tousjours leur fuseau

    Cela en arriere ou avant
    Trop n'est pas prejudiciable
    Car autant en emporte le vent
    Et sy est euvre cheritable
    Aussy fault estre amiable
    Quant l'aumosne leur requerrés
    Combien que le moins convenable
    Est le mieux quant vous pourrés

    Et se une trouvés sy hardie
    Qu'elle vous requist de l'assoudre
    Ou lasser sa cote hardie
    Ne vous joués a l'estandre
    Trop bien cueillir ou ses plois joindre
    Pourrés et torcher son patin
    Mais gardés en cueillant de attaindre
    Ne de point toucher le tetin

    Frere ne vous y joués pas
    Car sans quelque compassion
    Lors vous faudroit passer le pas
    Et souffrir mort et passion
    Ne point n'aurés remission
    Pour ung sy grant cas perpetrer
    Ains acoup sans confession
    L'en vous feroit lors degrader

    Item au soir après souper
    Qu'on s'ebat a maintes façons
    Pour le temps en bien ocuper
    Vous recoudrés vos peliçons
    Et estudirés les leçons
    Qu'il fauldra chanter a matines
    Ne n'yrés vers prez ne buissons
    Baver ne trainer vos botines

    Item et sy ne jourés
    Au siron ne a glinettes
    Au jeu de mon amour aurés
    A la queuleuleu ou aux billettes
    Au tiers au perier aux bichettes
    A gecter au sain et au dos l'erbe
    Au propos pour dire sornettes
    Ne que paist on ne que paist herbe

    Item s'on dance au chapellet
    Troys a troys ou a dance ronde
    Mettés a vos yeux ung volet
    Pour fouyr ceste joye du monde
    Et de la troys lieux en la ronde
    Allez vous en boire et menger
    Car en lieu ou telle joye habonde
    Ne se fait pas bon heberger

    Item devés savoir beau sire
    Que amours a excommeniés
    Tous ceulx qui dancent le doux pere
    Comme maudis et regniés
    Car la sont trop apleniés
    Baiser est vendu a vil pris
    Dont les verrés bien manier
    Et en rendront ce qu'ilz ont prins

    Ne suffist il pas dea de dire
    Que se n'est q'un esbatement
    Ou l'en dance sans point mesdire
    Car il y a double embrassement
    Et sy baise l'on trop longuement
    La faulx amans ont leur fortune
    Mais les loyaulx n'ont que tourment
    Et sy fault qu'en portent la prune

    Item se allés sus acouchees
    Ne vous aprouchés près des baings
    Ains des que verrés ces trenchees
    De fleurs roumarins aubefoings
    Serrés tant que pourrés les poings
    Et pencés lors a paradis
    En disant las a jointes mains
    Pour les mors ung de profundis

    Et se par force ou par contrainte
    Pour baigner vous font despouiller
    La corde contre la chair sainte
    Ayés tousjours sans deslier
    Ne m'alez point l'eau brouller
    Fleurer les bouqués des poupines
    Saillir taster ne chatouiller
    Ne baiser entre ces courtines

    Vela les veux de l'observance
    Frere que avés affaire
    Ne n'est sy bonne penitance
    Que de se garder de mal faire
    Par quoy pour mielx y satisfaire
    Laisser fault toutes vanités
    Sy jurés d'iceulx parfaire
    Et ainsy vous le promettés

    Lors se povre amant tout moullié
    De pleurs fist les veux et promessez
    Illec estant agenouillié
    Sa bouche contre terre verse
    En grant dueil et en grant detresse
    Comme povés presupposer
    Puis vint en signe de leesse
    Tous les religieux baiser

    Et pour l'oster de vaine gloire
    Et qu'il n'eust l'oeil au monde ouvert
    Damp prieur a son gré fist faire
    Ung champ de roumarin vert
    Lequel de feu ardant couvert
    Devant ses yeux le espandi
    Voiés dist il la fumee part
    Sic transsit gloria mundi

    Or pencés quelz piteux revers
    Quelz ennuys quelz gemissemens
    Quelz biens mondains mys a l'envers
    Quelz durs evanouissemens
    Quelz pleurs quel esbahissement
    Et quelles destresses la furent
    Sy m'esbahy veu les tourmens
    Que aucuns de dueil n'en moururent

    A tant fut mys sans sainture
    Le povre homme en une salette
    Qui n'est trop clere ne obscure
    Ou après la procession faicte
    Se lieu s'appelloit la chambrette
    De dieu a y faire les dons
    Ou la maintes gens de la feste
    Firent illec de tresbeaux dons

    Illec vindrent seurs et cousines
    Oncles nepveux freres bel antes
    Dames bourgoises et voisines
    Amys amyes parens parentes
    Et autres maintes femmes gentes
    Qui a ce cordelier pour voir
    De donner estoient mout ardantes
    Et en firent moult leur devoir

    Entre les autres y veis
    Dont l'une donna ung breviaire
    Et l'autre ung galice a devis
    Et sa dame une cordeliere
    Pour luy faire une troussouere
    Mais par ce que dessus la houpe
    Sy avoit du vert et non guere
    Damp prieur par despit la coupe

    Helas quelle erreur quelle pitié
    Ou sont amours qui ne fendirent
    Lors cest hostel par la moitié
    Et que la vengance n'en firent
    Les dons fais les gens s'en partirent
    Car chascun estoit travaillé
    Et pour disner se retrahirent
    Et sur ce point je m'esveillé

    Qui fut lors bien esperdu
    Se fut moy je vous en assure
    Car sicomme tout fust fondu
    La ne veis corps de creature
    Mont ne maison ne couverture
    Chamberiere ne bastouer
    Sy ay escript a l'aventure
    Par maniere de me jouer

    De tous les amoureux martirs
    Transis banis et doloreux
    N'en veis nulz tant estre amortis
    Comme se povre malheureux
    Telz gens sont mal amoureux
    N'en leur cueur espoir n'abonde
    Combien qu'on tient cil tant heureux
    qu'il ne vouldroit pas vivre au monde

    Sy vous prie mes treschieres dames
    Qui vous plaise de souvenir
    De l'amant qui rendit les armes
    Pour bon cordelier devenir
    Et que pour l'ordre maintenir
    L'aumosne aux freres espandés
    Ou au moins qu'au temps advenir
    Les ayez pour recommandés

    Plusieurs gens envoient a romme
    Qui a leur huys ont le pardon
    Il n'est loyer que de povre homme
    Ne charité que de pur don
    Ayez mes dames pitié don
    Des amoureux de l'observance
    Car ilz ont trespiteux gardon
    Dieu leur doint bonne pascience



Imprimé a paris au saulmon devant le pallays Par Germain Bineaut
Libraire et imprimeur Le iiii jour D'octobre L'an Mil CCCC iiiixx et x

Sy fine l'amant rendu cordelier en l'observance d'amours



--------------------------
NOTES SUR LA TRANSCRIPTION

On a conservé à l'identique l'orthographe et la ponctuation de
l'original. Toutefois pour faciliter la lecture on a résolu les
abréviations, ajouté accents, cédilles et apostrophes, et distingué les
lettres u/v et i/j selon l'usage moderne.

On a effectué les corrections suivantes:

    Aardant (A à l'envers) > ardant (Ardant et plaine de clarté)
    donn > donne (La cause pour quoy il s'i donne)
    tmybre > tymbre (Le tymbre et les freres sonner)
    eux (e à l'envers) > eux (A eux rendre a ung hermitaige)

ainsi que 20 cas de substitution entre lettres de forme semblable (u/n,
etc.) qui ne sont pas signalés ici en détail.





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "L'amant rendu cordelier a l'observance d'amour" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home