Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: Rape of the lock. French - La boucle de cheveux enlevée - Poème héroïcomique de Monsieur Pope
Author: Pope, Alexander, 1688-1744
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Rape of the lock. French - La boucle de cheveux enlevée - Poème héroïcomique de Monsieur Pope" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



images generously made available by the Bibliothèque
nationale de France (BnF/Gallica)



LA BOUCLE DE CHEVEUX ENLEVÉE.


POEME HEROICOMIQUE

DE MONSIEUR POPE.

_Traduit de l'Anglois par Mr. **_

A PARIS,

Chez FRANÇOIS LE BRETON pere, Libraire à la descente du
Pont-neuf, près la rue de Guenegaud, à l'Aigle d'or.

M. DCC. XXVIII.

Avec Approbation & Privilege du Roy.



A MADAME FEMOR.

MADAME,

Comme j'ai l'honneur de vous dedier ce petit ouvrage, il seroit
inutile de dissimuler que j'en fais quelque cas. Vous sçavez qu'il
n'a esté composé, que pour amuser de jeunes Dames d'un esprit
bien-fait & toujours prestes à rire des petites folies de leur sexe,
& meme des leurs. J'en donnai d'abord en secret quelques copies qui
bientost se multiplierent; mais un Libraire se preparant à en faire
imprimer un exemplaire qui estoit tres-defectueux, vous eustes la
bonté de consentir que je lui donnasse l'original meme, pour le
rendre public; ce qui m'engagea à retoucher mon Poëme, ou plutost à
l'achever, parce qu'il estoit alors sans _Machine_.

La _Machine_, MADAME, est un terme inventé par les Sçavans, pour
exprimer l'action des Divinitez, des Anges, ou des Demons; & c'est ce
qui constitue le merveilleux du Poëme. Car les Poëtes ressemblent un
peu aux Dames, qui ont le talent de grossir les plus petites choses.

La Machine que j'ai employée, vous paroistra nouvelle & un peu
étrange, l'ayant empruntée du sistême des Cabbalistes. Sçavez-vous
bien, MADAME, ce que c'est que les Cabbalistes? Il faut que vous
fassiez connoissance avec eux. Celui qui vous les fera mieux
connoistre, sera un Auteur François, dans son Livre intitulé, _Le
Comte de Gabalis_, qui par son titre, & par sa construction, ressemble
tellement à une historiette, que je connois quelques femmes qui sans
y entendre finesse, l'ont lû, comme un Roman ordinaire.

Or ce Comte de Gabalis vous apprendra, que les quatre elemens sont
peuplés d'Esprits, appellez Silphes, Gnomes, Nymphes, Salamandres.
Les Gnomes sont les Demons, qui logent dans la Terre, & qui sont,
dit-on, des Esprits tres-malfaisans. L'eau est le sejour des Nymphes,
comme le feu est celui des Salamandres. A l'égard des Silphes, qui
sont repandus dans l'air, ce sont les plus jolies & les plus aimables
creatures du monde. On assure, qu'on peut aisement lier commerce avec
eux, à une certaine condition, qui à la verité ne convient pas à
tout le monde: c'est d'estre excessivement chaste.

Ce sistesme des Esprits est exposé dans mon premier chant. Tout ce
qui est contenu dans les autres chants est egalement fabuleux, à
l'exception, MADAME, de l'enlevement de votre charmante Boucle de
Cheveux, qui comme vous sçavez est une avanture un peu plus réelle,
que leur Metamorphose. Tous les Heros du Poëme ne sont pas moins des
Estres imaginaires, que les Esprits aëriens qui y agissent. Belinde
même, ne vous ressemble, que par la beauté & les agremens.

Si je pouvois me flater, que mes vers eussent une partie de vos
graces, je réunirois, comme vous, tous les suffrages, & je serois
gouté au moins d'une moitié du monde. Quelque soit mon sort, je me
sçaurai toujours bon gré, d'avoir trouvé cette heureuse occasion,
de vous temoigner publiquement l'estime & le respect avec lequel je
suis, MADAME, votre tres-humble & tres-obéissant serviteur_

ALEXANDRE POPE.



_PREFACE du Traducteur._


Voici la traduction d'un petit Poëme Anglois de l'illustre Mr. Pope,
le premier Poëte moderne de l'Angleterre. Entr'autres Ouvrages qu'il
a donnez au public, il est auteur de la fameuse Tragedie de _Caton
d'Utique_, & de la traduction en vers Anglois de l'Iliade d'Homere,
qui a été si justement louée par Monsieur de Voltaire dans son
_Essai sur la Poësie Épique_, traduit nouvellement de l'Anglois
en François, & imprimé à Paris. On vient aussi de traduire &
de publier les discours sensez & ingenieux, dont Monsieur Pope a
accompagné sa traduction de l'Iliade; & on est obligé d'avoüer
qu'on n'a jamais rien écrit de plus judicieux en faveur d'Homere.

La traduction de ce Poëme Heroïcomique, intitulé en Anglois,
_The rape of the Lock_, pourra contribuer à faire voir l'erreur du
préjugé où nous sommes, que la Nation Angloise n'a en partage que
le serieux & le profond, & ne peut atteindre comme nous à la fine
plaisanterie, à la satyre délicate, & à l'élegant badinage. Il
est vrai que les _Voyages de Gulliver_ ont déja commencé à nous
détromper; mais comme ils n'ont pas été publiez en François tels
qu'ils ont paru en Anglois, & que le Traducteur de son aveu a beaucoup
retranché & beaucoup ajouté, le succès que ce Livre a eu en France,
en faisant honneur à Monsieur Swift, qui en est l'Auteur, nous a
toujours laissé croire, que son ouvrage avoit besoin qu'on y mît
la main, surtout depuis qu'on a vu à Paris ces mêmes _Voyages_ de
l'édition de Hollande, traduits fidellement & mot à mot.

Il n'en sera pas de même de la traduction qu'on donne ici du _Rape
of the Lock_, qui est très-litterale. On n'a rien ajouté ni rien
retranché; & si elle renferme quelques differences, elles sont
legeres & dans les regles. Car il est hors de doute, que lorsqu'on
traduit, il est quelque fois necessaire de préferer les expressions
équivalentes à celles qui répondent directement & immediatement
aux termes de l'original; sans quoi une traduction, pour estre
trop scrupuleusement fidele, deviendroit réellement infidele, &
deshonoreroit injustement l'Auteur qu'on traduit.

Je ne crois pas qu'on trouve rien dans notre langue de plus ingenieux,
dans le genre badin, que _la Boucle enlevée_ de Mr. Pope, qui
lorsqu'il fit ce petit Poëme n'avoit, dit-on, que vingt ans: seul
âge où il convient de s'amuser à faire des vers de cette espece, &
peut-estre de quelque espece que ce soit.

Ce qui fit éclore cet ouvrage fut une avanture arrivée en 1712 à
Madame _Femor_, à laquelle il le dédia. La mediocrité d'un sujet
aussi sterile en apparence, ne servit qu'à faire estimer davantage le
genie & le bel esprit de l'Auteur. Le Poëme de _la Boucle enlevée_
est parmi les Anglois ce que le _Lutrin_ est parmi nous, si ce n'est
qu'il est, ce semble, plus enjoüé, & plus galant.

Il eût peut-estre été à propos de le traduire en vers; mais outre
que le travail eût été plus penible, on n'avoit pas lieu d'esperer
d'y réussir. D'ailleurs une prose poetique frape également
l'imagination & a une certaine liberté que nos vers n'ont point.

Quoique cette traduction soit fort au-dessous de l'original, on
présume qu'elle plaira, parce que les beautez de l'Auteur couvriront
les défauts du Traducteur.

On trouvera dans ce petit Poeme de l'invention, du dessein, de
l'ordre, du merveilleux, de la fiction, des images & des pensées; en
un mot ce qui constitue la vraie poesie. On y remarquera un comique
riant, fort éloigné du fade burlesque, des allusions satyriques sans
être offençantes, des plaisanteries hardies sans être trop libres,
& des railleries délicates sur le beau sexe, peut estre plus capables
de lui plaire, que toutes les fleurettes de nos madrigaux, & de nos
Bucoliques modernes.

Nous n'avons point encore vu de poeme dont le merveilleux, & ce
que les Anglois appellent, _the machinery_, fut tiré du sistesme
imaginaire des Cabbalistes: l'usage qu'en a fait Monsieur Pope montre
que ces idées sont très-favorables à la poesie; mais il faut
avoüer aussi, que ce n'est que dans un poeme de ce genre, qu'elles
peuvent avoir lieu. Au reste on voit dans l'Epître Dédicatoire de
Mr. Pope, que de son aveu il a beaucoup profité du Livre de l'Abbé
de Villars, intitulé _le Comte de Gabalis_.

On espere que ce petit ouvrage ne plaira pas seulement aux Dames,
mais qu'il sera même estimé de ceux qui ne regardent un Vaudeville,
qu'avec des yeux sçavans; ils y verront toutes les proportions
observées, comme dans le poeme le plus serieux, & tous les grands
principes de l'Epopée suivis fidellement.

Celui qui publie aujourd'hui ce poeme en François, attend du public
la reconnoissance dûe à un Voyageur qui apporte dans sa patrie une
fleur des Païs étrangers.



LA BOUCLE DE CHEVEUX ENLEVÉE

POËME HEROICOMIQUE DE MR. POPE.

_Traduit de l'Anglois par Mr. **_



CHANT PREMIER.


Je chante une cruelle offense causée par l'Amour, & une querelle
serieuse née d'une hardiesse badine. Muse, je consacre ces vers à
Tirsis, & je me flate que Belinde daignera les lire. Quoique je traite
de petites choses, je meriterai de grands éloges, si l'une m'inspire
& si l'autre m'applaudit.

O Déesse, dis-moi, quel étrange motif porta un jeune Seigneur
à attaquer une belle. Apprend-moi quelle cause encore plus
extraordinaire força la belle à résister au jeune Seigneur. Peut-il
y avoir tant de dureté dans un coeur tendre, & tant de courage dans
un petit Maître?

Le Soleil perçoit au travers des rideaux blancs, & par de timides
rayons essaioit d'ouvrir des yeux qui le devoient éclipser. Déja les
chiens favoris sécoüoient leurs oreilles; les amans qui se plaignent
de ne dormir jamais, commençoient à s'éveiller: il étoit midi.
Trois fois les pantoufles avaient frappé le plancher; trois fois les
sonnetes avoient appellé, & les montres pressées du doigt avoient
fait entendre leur son argentin. Cependant Belinde, languissamment
étenduë sur ce duvet, dormoit encore. Un Silphe attaché à la belle
prolongeoit son repos, & avoit conduit à son lit le Songe du matin,
qui voltigeoit sur sa tête & la couvroit de ses aîles.

La belle croit voir un jeune homme, plus brillant que n'est un petit
Maître le jour d'une ceremonie, s'avancer dans sa ruelle. A cet
aspect, quoiqu'en songe, elle rougit: ce jeune homme, qui étoit un
Silphe, approche alors de son oreille ses lévres séduisantes, & lui
parle en ces mots:

O la plus belle des mortelles: O toi les délices & l'objet des
désirs de mille habitans de l'air: si jamais dans l'enfance ton
esprit fut ému de ce que ta nourrice t'enseigna au sujet des esprits
aëriens, prête l'oreille à ma voix & sois docile:

Connoi d'abord ton excellence & ta grandeur, & ne borne point ta vûë
aux objets terrestres & materiels. Il est des véritez secrettes,
ignorées des orgueilleux Philosophes, & revelées seulement aux
vierges & aux enfans. L'incredulité rebelle n'ajoutera point de foi
à celles que je vais t'annoncer; il n'est donné qu'à la beauté &
qu'à l'innocence de les croire.

Apprend donc que des legions innombrables d'esprits t'environnent
sans cesse. Cette milice legere de la region inferieure de l'air,
quoiqu'invisible à tes yeux, t'accompagne par tout, même aux cercles
& aux spectacles: pense à cet aërien cortege, & tu ne verras plus
qu'avec mépris un Seigneur suivi de deux pages.

Notre antiquité est égale à celle du monde: nous fumes autrefois
renfermez dans les plus beaux corps des femmes; mais nous passames
ensuite de ces corps terrestres dans des corps aëriens.

Ne croi pas que lorsque les femmes meurent, leurs goûts meurent avec
elles: elles les conservent toujours. Si elles ne joüent plus, elles
regardent avec plaisir les cartes qu'elles ont aimées; la vûë d'un
jeu d'ombre les divertit & les amuse; si elles ne brillent plus dans
leurs chars, elles aiment au moins à voir des équipages magnifiques;
leurs ames retournent toujours à leur premier élement, dont elles
empruntoient leur caractere. Les femmes fieres & hautaines deviennent
des Salamandres, & s'élevent toujours avec le feu, leur éternel
séjour: celles qui ont été douces & complaisantes vont habiter les
eaux & coulent comme elles: elles boivent avec les Nimphes le thé
élementaire. Les prudes transformées en Gnomes descendent dans les
entrailles de la terre, & vont de tous côtez cherchant à faire du
mal. Les vaines & les coquettes, changées en Silphes, voltigent
& folatrent dans les airs. Mais apprend quel est notre privilege:
dégagez des liens mortels, nous pouvons à notre choix changer
de forme & de sexe, & caresser les femmes belles & chastes, qui
méprisent les terrestres amours. Nous les garantissons des piéges
qu'on leur tend dans les bals & dans les mascarades nocturnes: nous
les préservons de l'ardeur devorante des témeraires amans; envain
on les lorgne pendant le jour; envain on chuchete avec elles dans les
ténebres: nous les rendons froides & dédaigneuses, même lorsque
l'occasion favorable les invite à la volupté, que la danse les
anime, que la musique leur amollit le coeur: Enfin ce qu'on appelle
ici bas la sagesse d'une femme, n'est que l'inspiration de son Silphe.

Il y en a quelques-unes destinées par le Ciel aux embrassemens
des Gnomes. Ce sont d'ordinaire celles qui sont idolâtres de leur
beauté. Dirigées par ces esprits jaloux, qui fomentent leur orgueil,
elles méprisent les hommes qui leur font la cour; elles dédaignent
leurs hommages & leurs presens. Les Gnomes s'appliquent sans cesse à
détourner les flateuses idées qui pourroient faire impression sur
elles. Lorsqu'un Seigneur par exemple fait briller à leurs yeux
l'Hermine & la Jaretiere, ou qu'elles entendent prononcer les mots
séducteurs de _Duc_, & de _Milord_; c'est alors que les Gnomes
redoublent leurs soins.

D'autres Gnomes se donnent un autre emploi: ils president aux regards
des coquettes; ils apprennent aux jeunes filles à conduire habilement
leurs yeux; ils sont cause que leurs joües se couvrent à propos
d'une rougeur de commande, tandis que leurs coeurs palpitent à la
vûë d'un joli homme.

Les Silphes ont des vûës plus délicates & plus épurées. On
croit souvent qu'une jeune personne s'égare; c'est qu'on ignore les
desseins misterieux du Silphe qui la guide: il la conduit comme par
la main, dans un labirinthe, au milieu des amans & des amours.
Quelquefois pour la guérir d'une folie, il lui en inspire une autre:
Par exemple, quelle fille tendre & reconnoissante ne seroit pas
gagnée par un present magnifique offert adroitement, si un autre
galant plus habile, en lui donnant le bal, n'effaçoit le souvenir
du present? Lorsque Florio parle, quelle beauté résisteroit à son
langage seducteur, si en même tems le beau Damon sans être apperçu
ne lui serroit la main?

Ce sont là les soins favorables des Silphes: ils conduisent tout
avec habileté. Toujours attentifs à la conservation de l'honneur des
femmes, ils opposent finement à de beaux cheveux, d'autres qui ne
le sont pas moins, & à la haute taille, la grace & le bon air. Ils
combattent les plumets par d'autres plumets, & les équipages par
d'autres équipages. Enfin tout ce qui est capable de séduire,
est repoussé par des charmes plus puissans. Les mortels aveugles
appellent legereté & coquetterie, ce qui n'est l'effet que de la sage
conduite des Silphes.

Je suis de ce nombre: mon nom est Ariel: je te protege & je veille sur
toi.

Il n'y a pas long-tems que parcourant le vaste espace des airs, je
vis dans le miroir de ton étoile dominante (le dirai-je?) je te vis
menacée d'un funeste accident: Avant que le soleil se couche, tu
en ressentiras les redoutables effets; mais quel sera ce malheur,
comment, & de quel part il doit venir, quelles suites il doit avoir,
les Cieux ne me l'ont point revelé. Veille sur toi, fille chaste;
ni ma vigilance ni mes soins ne peuvent te soustraire aux arrêts du
Destin; sois donc toi-même attentive, & surtout garde-toi de l'Homme.

Il dit; & alors Mirine qui ne pouvoit plus supporter le long sommeil
de sa Maîtresse, sauta sur le lit, aboïa, & vint à bout de la
reveiller. Si la renommée ne nous a pas trompez, tes premiers
regards, O Belinde, tomberent sur un billet doux.

A peine commençoit-elle de lire, & d'y voir des plaïes, des peines,
des martyres, des ardeurs, qu'elle oublia son songe. Elle sort du
lit à demie nuë, & s'approche d'une table où mille vases d'argent
étoient placez, & disposez dans un ordre misterieux. Alors vêtue
de blanc & la tête nuë, elle adore attentivement les puissances du
monde; une céleste image paroît dans un miroir, elle fixe ses yeux
sur elle; c'est l'unique objet de ses pieux regards. Une Prêtresse
inférieure, dans une humble attitude, est à côté de l'autel où la
vanité préside.

Celle-ci commence les sacrez rites: alors se découvrent de précieux
trésors, sources d'ornemens & de beautez pour la Déesse. On voit
briller dans de petits coffres les perles & les pierres les plus
précieuses des Indes; les parfums de l'Arabie sortent des
flacons d'or, qui les renferment; la tortue & l'éléphant unis se
transforment en peignes; les épingles & les éguilles sont rangées
en escadrons; ici l'on voit confondus, la poudre, la pâte, la Bible,
& les billets doux.

Déja l'imperieuse beauté prend ses armes, & à chaque instant son
visage acquiert de nouveaux agrémens; les graces se reveillent, le
sourire en est plus doux, l'éclat du teint naît insensiblement, les
yeux brillent d'une lumiere plus vive. Les Silphes s'empressent autour
d'elle, ils ornent sa tête, arrangent ses cheveux, donnent un bon air
à sa manche, étalent sa juppe. Sylvie s'applaudit d'une adresse, qui
n'est pas la sienne.



CHANT II.


Le soleil sortant de l'onde n'eut jamais tant d'éclat que Belinde,
lorsqu'elle sortit de son Palais, pour se rendre sur la Tamise. Elle
étoit accompagnée des femmes les plus belles & des jeunes hommes les
mieux faits, tous superbement parez.

Belinde seule attire les regards & les coeurs; on voit sur la gorge
d'albatre une croix étincelante, qu'un Juif auroit baisée, & qu'un
Infidele auroit adorée; la vivacité de son esprit paroît dans ses
yeux, qui s'arrêtent aussi peu que ses pensées; elle distribuë
également les charmes de son sourire; mais elle n'accorde de grace
à aucun; elle reprime les désirs sans offenser les amans;
éblouissante, comme l'astre du jour, elle répand, comme lui, de tous
côtez une lumiere égale; elle plaît sans songer à plaire; son air
est noble sans orgueil: sans hauteur elle imprime le respect; elle
sçait cacher habilement ses petits défauts, si on peut dire que les
belles ayent quelque chose à cacher. Ces petits défauts même sont
sur le compte de son sexe. Mais on la voit & on les oublie.

Elle portoit d'ordinaire, pour le supplice des coeurs, deux Boucles
de cheveux, quelle noüoit galamment, & qui retombant en ondes égales
sur le plus beau cou du monde, en relevoient la blancheur.

Ces Boucles charmantes étoient une chaine précieuse, dont l'Amour
se servoit pour attacher ses captifs. Les oiseaux & les poissons se
prennent aux filets: les beaux cheveux prennent les coeurs.

Un Baron audacieux, frappé de l'éclat de ceux de Belinde, les
désire & forme le projet d'en faire la conquête. Uniquement attentif
au succès, il veut employer pour y parvenir & la force & la ruse.
Le choix de l'une ou de l'autre importe peu aux amans, pourvû qu'ils
obtiennent ce qu'ils désirent.

Dans ce dessein il invoque le Ciel avant que le jour paroisse: il
adore les puissances célestes, & s'adressant surtout à l'Amour,
il lui érige un autel composé de douze gros volumes de Romans
François: il déploye trois jarretieres, un gand, avec autres pareils
trophées de ses premieres amourettes. Ses lettres, ses billets doux,
allument le feu; trois soupirs qu'il pousse, excitent la flamme; il se
prosterne, il prie avec des yeux ardens, que ce trésor puisse être
bien-tôt & toujours en sa puissance. L'Amour l'entend; mais il
n'exauce que la moitié de ses voeux; les vents dissipent le reste
dans les airs.

Cependant le vaisseau galamment équipé, où Belinde étoit
entrée, s'avance sur la Tamise. Une délicieuse harmonie de voix &
d'instrumens se perd dans les airs & glisse sur les eaux; les Zephirs
badinent sur l'onde calme; Belinde rit, & la joïe regne autour
d'elle.

Les sentimens d'Ariel étoient bien differens: le malheur dont elle
est menacée par les astres le rend triste & reveur. Il convoque les
habitans de l'air, & à ses ordres le leger escadron accourt: ils se
placent à l'instant sur les cordages du Vaisseau, & agitent l'air par
ce mouvement subit & rapide: on croit entendre le soufle aimable des
Zephirs; les uns déployent au soleil leurs aîles brillantes, les
autres se plongent dans un nuage d'or; d'autres planent dans les airs.
Leur forme transparente & leurs corps fluides, dissous par la lumiere,
ne peuvent être vus par des yeux mortels; les Zephirs se joüent dans
leurs habits, tissus d'une rosée filée & teinte dans le Ciel, sur
lesquels la lumiere produit mille couleurs, selon le mouvement de
leurs aîles.

Ariel assis sur le grand mât doré, environné des autres Silphes,
qu'il surpasse de la tête, étend ses plumes de pourpre, éleve son
sceptre d'azur, & leur parle ainsi:

O vous Silphes, & Silphides, prêtez l'oreille à votre chef, & vous,
Genies, Fées & Lutins, écoutez attentivement. Vous sçavez quels
sont les differens emplois que le Ciel a destinez au Peuple
aërien; que les uns badinent dans l'air le plus pur, que d'autres
s'embellissent aux rayons du soleil; que ceux-ci conduisent dans
le Ciel les Planetes bienfaisantes, que ceux-là dans les espaces
immenses prennent soin des Cometes redoutables; que dans la lune il y
a des Silphes chargez du soin de recueillir & de ratacher au Firmament
les étoiles tombantes, & de former les broüillards de l'air le
plus grossier; que d'autres peignent l'Iris, déchaînent les vents,
pétrissent les tempêtes, ou répandent sur les sillons les pluïes
favorables; que d'autres président sur la nature humaine, épient la
conduite des hommes, pendant que les chefs ausquels ils sont soumis,
avec des Armées puissantes gouvernent les Nations, soutiennent les
Monarchies, & fondent les Empires.

Pour nous, nous présidons sur les belles: doux soin, emploi galant,
quoiqu'en apparence peu glorieux: Toute notre étude, vous le sçavez
O Silphes, est de garantir du vent du Nord la poudre de leurs cheveux,
d'empêcher que le parfum des essences ne s'évapore, d'emprunter des
fleurs nouvelles les couleurs les plus vives, de dérober quelques
goûtes de l'arc-en-ciel, pour en faire de l'eau qui conserve la
fraicheur de leur teint, d'étendre délicatement un rouge trompeur
sur leurs jouës pâles, de friser leurs cheveux, de placer leurs
mouches, de donner enfin de la grace à leurs moindres actions, & de
les rendre aimables de toute maniere: de faire même que dans leurs
songes elles portent si loin l'idée des modes, qu'à leur réveil
elles puissent les perfectionner, ou en inventer de nouvelles.

Mais, helas! ajouta-t-il, un augure funeste menace en ce jour la plus
belle des femmes, dont jamais les Silphes prirent soin. Quel sera ce
desastre, quel en sera l'auteur? C'est ce que les Destinées tiennent
encore enseveli dans une profonde nuit.

Non, je ne sçai, continua-t-il, si la Nymphe doit enfraindre les
Loix de Diane, ou si elle doit seulement casser une porcelaine, si son
honneur ou son habit recevra quelque tache, si elle perdra son coeur
ou son évantail au bal, ou si enfin la destinée a déterminé qu'il
arrive un malheur à son petit chien.

Vous donc, Esprits, soyez attentifs à vous acquitter de l'emploi
dont je vous honore: Zephirette prendra soin de son évantail: A
toi, Brillant, je confie ses pendans d'oreilles; Momentille gardera
sa montre; Crispine veillera sur ses belles boucles de cheveux; & moi,
Ariel, je serai attentif à Mirinne sa chienne. Mais cinquante Silphes
choisis seront commis à la défense de son juppon: les juppons
cedent souvent aux assauts, quoiqu'ils soient défendus par des juppes
respectables, par des plis sept fois redoublez, par des pallissades de
franges, & par un vaste rempart de baleine.

Celui, ajouta-t-il, qui ne remplira pas l'office que mes soins
prévoyans lui confient, payera cher sa faute; il servira de bouchon
à quelque flacon de cristal, il sera cloué avec des épingles, il
sera jetté dans une eau immonde, il demeurera plusieurs années en
sentinelle au trou d'une éguille; de la gomme & de la pommade lui
colleront les aîles. Envain il se fatiguera pour essaïer de voler;
des vapeurs constipantes dessecheront son corps leger; il deviendra
comme une fleur fletrie; attaché à une roüe, il sera comme un
autre Ixion, exposé à la fumée d'un chocolat ardent; il brulera,
épouvanté de cette vaste mer qu'il verra toujours écumante à ses
pieds.

Il dit, & aussi-tôt les Silphes dociles descendirent & se posterent
autour de Belinde: ceux-là se nichent dans ses cheveux, ceux-ci se
jettent sur son évantail; d'autres accourent aux pendans d'oreilles.
Mais tous avec des coeurs palpitans & consternez, attendent le funeste
accomplissement des ordres du Destin.



CHANT III.


Dans ces agréables plaines, où la Tamise, qui les arrose, se plaît
à contempler en elle-même les superbes tours de Londre, on voit un
[1]Palais magnifique qui tire son nom du Village d'Ampton, dont il est
voisin. C'est-là que les Ministres Britanniques réglent la destinée
des États de l'Europe; & c'est-là, grande Reine Maîtresse de trois
Royaumes, que tu viens prendre & les avis de ton Conseil & du thé.

[Note 1: Amptoncourt Maison Royale.]

Ce fut dans ces beaux lieux que la compagnie se rendit, pour
s'entretenir utilement pendant quelques heures. Les uns parlent d'une
visite renduë, d'autres d'un bal remarquable par la magnificence &
la galanterie; ceux-ci vantent la gloire de la Reine des Isles
Britanniques, ou la beauté d'un écran des Indes, & ceux-là
interprêtent les mouvemens, les signes & les regards. On entend à
chaque mot fletrir une reputation; & s'il arrive que la conversation
soit pour quelques momens suspenduë, l'évantail & la tabatiere la
soutiennent; on chante, on rit, on lorgne, & le reste.

Cependant le soleil étoit plus qu'à la moitié de sa course, &
dardoit plus obliquement ses rayons. Déja les Juges affamez se
hâtoient de signer leurs sentences, & les Criminels couroient se
faire pendre, pour laisser dîner les Juges: les Marchands sortoient
de la Bourse pour s'en retourner chez eux, avec la tranquillité
ordinaire de leurs consciences; & les longs travaux de la toilette
avoient cessé.

Belinde, que le désir de la gloire anime, défie au combat deux
redoutables Cavaliers, & veut seule décider de leur destin; son
air triomphant annonce sa victoire prochaine. Trois escadrons qui
contiennent chacun le sacré nombre de neuf, prennent les armes;
Belinde range les siens en ordre. Aussitôt la Garde aërienne descend
avec rapidité, & se partage chacun selon son grade sur les joyeux
combattans; Ariel comme le chef, s'établit sur le premier Matador;
car les Silphes se souvenant de leur origine, & d'avoir été femmes,
sont délicats sur les préséances.

Quatre terribles Rois, que leurs moustaches blanches & leurs longues
barbes rendent encore plus majestueux, s'empressent de paroître sur
le champ de bataille; quatre belles Reines les accompagnent, & pour
marquer la douceur de leur Empire, elles portent des fleurs dans leurs
mains. Leurs fideles esclaves les suivent, la hallebarde à la main,
& le chapeau sur la tête: ils sont soutenus d'une troupe distinguée,
par le nombre des devises & des figures. Alors Belinde dit: Que Pique
soit triomphe, & Pique fut triomphe.

Aussi-tôt la fiere Heroïne fit agir ses noirs Matadors semblables
par leur audace aux chefs des Africains; l'invincible Spadille
entraîne après lui deux triomphes enchaînez: Deux encore plus
considerables tombent abbatus par Manille, qui marche avec tout
l'orgueil de la victoire: Baste paroît ensuite, mais avec moins
d'avantage; il ne ramene qu'un triomphe avec un Plebeïen.

Cependant le Roy de Pique s'avance d'un air venerable, avec un large
sabre à la main; il ne découvre qu'une de ses jambes: un ample
manteau cache le reste de sa personne. Un esclave rebelle ose le
défier & l'appeller au combat: mais aussi-tôt il tombe, victime de
la vengeance Royale; un esclave de Treffle a le même destin.

O cruel sort de la guerre! ce fier [2]Quinola qui dans une autre
bataille eût terrassé Rois & Reines, & détruit lui seul des Armées
entieres, tombe maintenant sans honneur sous cette épée victorieuse.

[Note 2: Allusion au jeu du Reversi, où le valet de Coeur est la
principale carte, & s'appelle le Quinola.]

Les deux Guerriers avoient ainsi cedé jusqu'alors l'avantage à
Belinde; mais la fortune devient favorable au Baron, & ramene au
combat la vaillante Amazone compagne du Roy de Pique; elle court sur
le tyran des Treffles le blesse & lui fait vomir son ame noire: Que
lui sert le Diadême qu'il porte sur le front & ses gigantesques
membres? Que lui sert de traîner une pompeuse robe, & de porter lui
seul entre tous les Monarques un globe dans sa main?

Le Baron sans perdre de tems conduit alors son escadron de Carreaux,
dont le Roy richement paré, dans une attitude de profil, ne fait voir
que la moitié de son visage: il réunit ses forces avec celles de
sa brillante compagne: tous deux renversent & mettent en desordre les
escadrons ennemis: On voit alors Coeurs, Carreaux & Treffles dispersez
& blessez tomber en differentes manieres, ainsi que des armées
Afriquaines & des bataillons Asiatiques; un grand nombre de Nations
differentes par leurs habits & par leurs couleurs est également mis
en déroute; les escadrons se poussent & s'accumulent en tombant;
une même destinée les envelope tous. Dans ce desordre un esclave de
Carreau, à la honte du sort, l'emporte sur la Reine des Coeurs.

Belinde s'étonne; elle tremble, & pâlit à la vûë du menaçant
Codille: elle voit sa perte assurée; mais il arrive ordinairement
dans les cas extrêmes, que notre salut dépend des plus foibles
circonstances. L'As de Coeur se met en marche & s'avance: cependant le
Roy qui se tient caché dans les mains de Belinde, encore consterné
d'avoir vû traîner sa femme captive, regarde cet As, & ne respirant
que la vengeance, s'élance sur lui & le dompte.

Belinde pousse alors un cri de joïe en frapant des mains; les
vallées, les montagnes & les fleuves en retentissent. Aveugles &
foibles mortels, toujours enflez dans la properité & abbatus dans
l'adversité! Bientôt cette gloire s'évanoüira, & ce memorable jour
sera à jamais détesté.

Mais déja les vases les plus précieux de la Chine couvrent une
table; le caffé s'écrase & se réduit en poudre; une lampe s'allume;
l'esprit de vin produit une flamme azurée: On dresse l'autel, selon
les cérémonies du Japon; cette liqueur fumante qui charme deux sens
à la fois, se verse avec abondance, & remplit un nombre infini de
coupes. Les Silphes agités sont autour de la charmante Belinde: les
uns rafraichissent son caffé, d'autres étendent leurs aîles pour
garantir sa parure.

Le caffé qui anime l'esprit des politiques, & qui découvre tout à
leurs yeux à demi fermez, inspire au Baron un heureux expedient pour
s'emparer de ces cheveux tant désirez. Arrête, jeune présomptueux,
arrête; respecte les Dieux, & crains le destin de Sylla[3]
transformée en oiseau: songe qu'elle paya cher l'offense des cheveux
de Nysus.

[Note 3: _Ovid. Metam._ lib 8.]

Oh combien de moyens se presentent aux hommes pervers pour accomplir
leurs mauvais desseins! Clarice laissa voir au Baron avec malignité
des ciseaux, qu'elle avoit tirez de sa poche, dans le tems qu'il avoit
l'esprit occupé de son projet; il prend cette arme fatale des mains
de Clarice: ainsi dans les antiques tournois les Chevaliers recevoient
de leurs Dames ou la lance ou l'épée; le Baron armé de ces ciseaux
redoutables, les porte à la tête de Belinde, dans l'instant qu'elle
se baisse avec grace pour recevoir la fumée du caffé; mille Esprits
aëriens volent aussi-tôt, pour défendre ses beaux cheveux.

Trois fois ils ébranlent ses pendans d'oreilles: trois fois Belinde
regarde derriere elle, & trois fois son ennemi se retire; le vigilant
Ariel vouloit pénétrer sa pensée: mais helas! tout son art ne lui
servit alors qu'à découvrir un terrestre Amour caché dans le coeur
du Baron. Interdit & confus il cede à la destinée & soupire de son
ignorance.

Le Baron rouvre d'une main hardie les cruels ciseaux, dans lesquels il
renferme adroitement la Boucle, & raprochant les deux pointes fatales,
il la coupe impitoyablement. Mais avant que ces deux pointes soient
réunies, un Silphe zelé s'élance au travers; le fer se rejoint & le
coupe en deux; mais les parties subtiles de l'aërienne substance sont
aussi-tôt réunies.

Ainsi de leur sacré chef ces beaux cheveux furent separez & le furent
à jamais; une lumiere sortit comme un foudre des yeux de Belinde, les
Spheres en tremblerent. Non, on ne pousse point au Ciel des cris
aussi perçans, lorsqu'un mari ou un chien bien-aimé rend le dernier
soupir, ou quand une belle porcelaine tombe & que ses fragmens se
réduisent en poudre.

Que l'on me couronne de laurier, s'écrioit le vainqueur, la Boucle
est à moi: je me glorifierai de cette glorieuse conquête, aussi
long-tems que les poissons se plairont dans l'eau, les oiseaux dans
les airs, & les femmes Britanniques dans des carosses dorez, aussi
long-tems que l'Atlantis[4] sera lüe, que les visites se rendront
aux jours solemnels, & que des bougies en grand nombre seront
méthodiquement arrangées dans les cabinets: oui aussi long-tems que
les belles donneront des rendez-vous, & recevront de leurs amans des
bals & des fêtes, mon triomphe & mon nom seront immortels.

[Note 4: Ouvrage du Chancelier Bacon.]

Le fer abat ce que le tems conserve: il fait tomber les hommes & les
monumens; il a détruit les travaux des Dieux, renversé les tours de
Troye, couvert d'herbes Carthage, & ruiné plusieurs fois Rome même:
Ne t'étonne donc pas, O belle Nymphe, qu'il ait soumis tes cheveux à
sa force indomptable.



CHANT IV.


Cependant les divers mouvemens dont l'esprit de Belinde étoit
agité, l'accabloient d'une cruelle inquietude. Non, un jeune Roy fait
prisonnier dans une bataille, une femme abandonnée au mépris, un
amant desabusé dans le tems de la joüissance, un cruel tyran aux
approches de la mort, Cloris lorsqu'il manque un pli à son habit,
n'eurent jamais tant de dépit, de colere & de fureur, qu'il s'en
alluma, infortunée Belinde, dans ton ame, pour cette Boucle qui te
fut ravie.

Ariel fondant en larmes abandonne la belle, suivi des autres Silphes.
Aussi-tôt Ombriel, le plus méchant des Gnomes, impatient de quitter
la lumiere du jour, se précipite au centre de la Terre, séjour digne
de lui. C'est-là que la caverne de l'Hypocondre est située. Ombriel
y vole avec ses aîles pésantes; il cherche long-tems l'entrée de la
caverne, & la découvrant à la fin, il s'y introduit.

Cette Region ne connoît point les douces haleines des Zephirs; les
vents d'Orient avec toute leur malignité y soufflent sans cesse, &
la grote est si bien fermée, que l'air & les rayons du jour qu'on y
abhorre, n'y pénétrent jamais.

Dans ce lieu, la Déesse triste, pâle & reveuse, est couchée dans
un lit fait exprès pour entretenir ses noirs soucis: on voit la
Bisarrerie à ses côtez & la Migraine à sa tête.

Deux choeurs de filles égales en dignité, mais differentes par leurs
figures, environnent son thrône; la Méchanceté y paroît sous la
forme d'une Vierge antique; elle a la peau rude, noire & ridée, les
mains pleines de prieres, & le sein rempli de satyres.

Là se voit aussi l'Affectation, qui malgré son air infirme, porte
des roses nouvelles sur ses jouës: soit ostentation ou maladie, elle
s'enveloppe dans ses habits; elle s'évanoüit avec grace, elle est
fiere dans sa langueur; & pour des maux qu'elle attend, elle s'enfonce
nonchalamment dans le duvet d'un lit magnifique; c'est ainsi que nos
belles ont l'art de feindre, & de se parer avec art d'une negligence
qui releve leurs agrémens.

Une éternelle vapeur environne ce Palais, & au milieu de ces
broüillards épais voltigent mille fantômes. Là paroissent des
Furies armées de serpens entortillez, des spectres, des tombeaux
ouverts, des feux bleüatres, des lacs d'or, des dômes de cristal, &
mille autres objets phantastiques.

Une foule innombrable de corps transformez par la Déesse s'offre aux
regards; des vases de differente espece sont animez, & marchent[5]
comme les trépieds d'Homere. Ici l'or pleure, l'airain gémit,
l'argille se plaint, & le cristal soupire.

[Note 5: Hom. Iliad. 18.]

Le Gnome arrive en sureté, portant dans sa main le rameau salutaire.
Il s'adresse à la Déesse, la salue & lui dit: Lunatique Reine, vous
qui gouvernez le beau sexe, depuis le troisiéme jusqu'au neuviéme
lustre, & même par de-là; je vous salue, mere des esprits bisarres,
source feconde des vapeurs & des pensées des femmes, vous qui
gouvernez leurs têtes, qui dirigez leurs cerveaux, qui rendez
celle-là Medecin, celle-ci Auteur: c'est par vous qu'elles deviennent
capables d'inventer des sistêmes, & de faire des vers: c'est vous qui
enseignez à la prude à faire des visites ennuyeuses.

Il est une Nymphe sur la Terre qui méprise votre pouvoir, & qui d'un
mot & d'un regard peut donner à mille coeurs de l'amour & du plaisir.
Mais si votre Gnome malfaisant, votre fidele Ministre, a quelquefois
dérobé un agrément, ou placé un bouton sur un beau visage; si
je peignis souvent les jouës livides des vieilles coquettes d'un
vermillon jaune; si je plaçai des cornes aëriennes sur des têtes
follement jalouses; si je chiffonnai des juppes & mis des lits en
desordre, pour faire naître des soupçons injustes où regnoit la
fidelité; si par malice j'ai dérangé une coeffure, rendu malade un
petit chien, & tiré pour lui des larmes des plus beaux yeux; écoutez
moi, Déesse, rendez en ma faveur Belinde hypocondriaque, & tout
l'univers aussi-tôt deviendra comme elle.

Il dit, & la Déesse avec un front dédaigneux paroît lui refuser
la grace, & cependant la lui accorde. Aussi-tôt elle prend un Outre,
semblable à celui qu'Ulisse remplît de vent; elle y renferme tout
ce que la nature a donné de force aux femmes pour pleurer, quereller,
soupirer, & crier; elle met au fond d'une bouteille enfumée les
horreurs de la crainte, avec lesquelles elle mêle la tristesse, & les
envies delayées ensemble.

Le Gnome rejoui de ce present funeste, part & retourne sur la Terre.
Il trouve Belinde dans les bras de Talestris son amie, les yeux
baissez & les cheveux épars; aussi-tôt il déchire l'outre sur
leur tête: les passions, les fureurs sortent à l'instant; Belinde
s'enflâme d'une colere plus qu'humaine, & Talestris l'excite &
l'embrase. Elevant la voix & les mains vers le Ciel, elle s'écrie:

O malheureuse fille! (Amptoncourt retentit de ses cris, & les échos
lugubres repetent ces tristes mots: malheureuse fille!) Quoi tant
d'essence, dit-elle, de poudre & de pommade, tant de soins assidus
n'auront-ils été employez que pour cet audacieux? Est-ce pour lui
qu'on passa si souvent ces belles boucles dans un fer tortueux, & que
cette tête délicate souffrit mille tourmens? Quel triomphe pour
le ravisseur! quel sujet d'envie pour les autres amans! quel sera
l'étonnement des femmes vertueuses! Non, l'honneur ne le permettra
pas, cet honneur à qui nous devons tout sacrifier, les plaisirs, le
repos & jusqu'à la raison. Je comprends, Belinde, toute l'étenduë
de ta juste douleur; j'entends déja les discours railleurs; je vois
les souris outrageans & les regards pleins de malignité; tu ne seras
plus la beauté regnante, te voilà dégradée. Comment à l'avenir
aurai-je moi-même le courage & l'esprit de défendre ton honneur
perdu? Puis-je encore me déclarer ton amie? Cette amitié ne me
sera-t-elle pas desormais honteuse? attend-toi que tes cheveux qui
viennent d'être coupez, seront indignement renfermez dans un cristal
entouré de Diamans. Tu les verras porter en triomphe par ces mêmes
mains qui te les ont ravis: ah! que plutôt l'air, la mer, la terre,
les hommes, les singes, les bichons, les perroquets retombent dans le
cahos.

Elle dit, & se précipitant avec des yeux étincelans sur le Chevalier
de Plume, elle lui commande, comme à son amant, d'un ton absolu,
de reconquerir la Boucle fatale. Le Chevalier dans ce moment étoit
occupé, & ce n'étoit pas sans raison, à faire admirer sa tabatiere
d'ambre & la pomme marquetée de sa canne, avec un visage rond &
épanoüi, qui marquoit le vuide de ses pensées; il écoute Talestris
en ouvrant des yeux étonnez, & d'un ton gracieux en prenant du tabac
il dit au Baron: pourquoi donc? Que diable est ceci? Que maudite soit
cette Boucle; mais morbleu il convient d'être civil: tu badines, & ce
badinage n'est pas en sa place: allons, donne moi ces cheveux, je t'en
prie.

En achevant ce discours, il frappe de nouveau sur sa tabatiere. Je
suis fâché, répond le Baron, qu'un Orateur si éloquent parle en
vain; mais par la sacrée Boucle, oui[6] par cette Boucle sacrée, qui
desormais ne sera plus unie à son chef, & qui separée d'une si belle
tête ne recevra plus en croissant de gloire nouvelle; je jure par
elle, que je la porterai à mon bras victorieux, jusqu'à mon dernier
soupir. En prononçant ces mots, il déploya la Boucle d'un air
triomphant.

[Note 6: Imitation d'Homere.]

Alors l'impatient Ombriel casse la bouteille; la Tristesse en sort:
Belinde pénetrée de douleur tient les yeux & la tête baissée, &
fondant en larmes, elle regarde Talestris en lui disant: O jour à
jamais douloureux & détesté, où mes cheveux & mon repos me sont
ravis! Quel bonheur pour moi, si je n'avois jamais vû Amptoncourt!
Mais je ne suis pas la premiere fille à la Cour que l'Amour ait
trahie. Helas, ajouta-t-elle, que ne m'a-t-on plutôt laissée dans
une Isle déserte, ou bien dans les terres Septentrionales, où l'on
ne prend point de caffé, & où le jeu d'ombre est inconnu! J'aurois
préservé des regards des mortels ce qu'il y a d'aimable en moi; je
me serois fannée & éteinte comme la rose sur sa propre tige.
Qui porta mon esprit à me promener avec le Baron? Que ne suis-je
demeurée oisive & ennuyée dans ma maison, ou que n'ai-je ajouté foi
aux signes qui m'ont frapée ce matin! Trois fois ma main chancelante
est tombée sur ma pommade, & j'ai vû, sans la moindre haleine de
vent, trembler les porcelaines sur ma table: Mirine tout à coup est
devenue furieuse; mon perroquet a gardé un profond silence, & jamais
mon Silphe ne m'offrit rien qui marquât plus clairement ce qui me
devoit arriver en ce jour.

Voi ces restes malheureux de ma tête blonde; O malheureux restes!
Ne crains point, Belinde, d'arracher toi-même ce que le Ravisseur
a épargné. O destin cruel! triste souvenir de mes Boucles si bien
frisées, qui tomboient avec tant de grace sur mes épaules! Helas, il
ne m'en reste plus qu'une, qui prévoit sa triste destinée dans celle
de sa compagne: elle attend le ciseau fatal; viens donc, Traitre:
ravis-la encore d'une main sacrilege. Ah! cruel, pourquoi m'as-tu
derobé cette Boucle si glorieusement exposée à la vuë des humains?



CHANT V.


C'est ainsi que Belinde parla, & sa douleur attendrit tous ceux qui en
furent les témoins; mais les Dieux & la Destinée avoient fermé
les oreilles au Baron. Les reproches & les menaces de Talestris sont
inutiles: s'il est insensible aux larmes de l'aimable Belinde, qui
pourra l'émouvoir? C'est vainement qu'on lui parle: Enée fut moins
insensible aux prieres d'Anne & au desespoir de Didon.

Cependant, Clarice, la grave Clarice, agite son évantail d'un
air précieux, elle en mesure les mouvemens avec une complaisance
attentive: un profond silence s'observe, elle prend enfin la parole, &
dit:

A quoi servent les louanges & les honneurs que les Sages & le
Vulgaire rendent à la beauté? Quel avantage tire-t-elle des
dépoüilles que lui offrent & la terre & la mer comme un tribut
pour la parer & la rendre encore plus éclatante? A quoi nous sert de
paroître avec tant de pompe aux promenades, & d'être exposées dans
les spectacles aux regards, aux soupirs, & au culte d'un si grand
nombre d'adorateurs, qui nous nommant des Anges, nous traitent en
effet comme si nous étions des créatures célestes? Gloire funeste,
tourmens réels, si l'esprit ne conserve pas ce que la beauté
acquiert, & si l'on ne dit en regardant un beau visage: cette femme a
plus encore d'avantage sur les autres par sa conduite qu'elle n'en a
par sa beauté. Ah! si la danse ou la parure pouvoient nous garantir
d'une petite verole, nous défendre contre les rides, & empêcher nos
cheveux de blanchir, qui voudroit se soumettre au poids & à l'ennui
des affaires domestiques? Y a-t il quelque dévote qui ne voulût à
ce prix être coquette & se farder? Personne du moins ne seroit
en droit de la censurer. Mais puisqu'enfin la beauté fragile se
détruit, soit que l'on se pare ou qu'on se néglige, soit que l'on se
farde ou qu'on ne se farde pas, que nous reste-il, si ce n'est d'user
de ce qui dépend de nous, & d'acquerir de l'esprit, & de la raison,
pour suppléer à la perte de la beauté. L'esprit l'emporte sur elle;
c'est vainement que les yeux des flateurs se trouvent de son côté:
quelques charmes qu'elle ait, l'esprit gagne plus surement les coeurs:
Croyez-moi, ma chere, quand les plaintes & les cris sont inutiles,
nous devons plaisanter nous-mêmes de ce qui nous arrive de fâcheux.
Ainsi parla Clarice, & personne n'applaudit à son discours hors de
saison.

Belinde fronça le sourcil, & Talestris regardant la harangueuse d'un
air malin, l'appella fausse prude. Ce fut le premier signal du combat;
un bruit terrible d'évantails & de panniers se fait entendre; les
Heros & les Heroïnes se mêlent: les cris & les battemens de mains
retentissent jusqu'aux Cieux. Comme les combattans ne se servent pas
d'armes vulgaires, les blessures mortelles qu'ils y reçoivent, ne
leur donnent pas la mort: c'est ainsi que le divin Homere, dans ses
batailles, nous fait voir les coeurs célestes enflammez d'une colere
humaine.[7] Tout l'Olimpe est en feu; Pallas combat contre Mars,
Apollon contre Mercure; Jupiter éclate dans les airs, & fait trembler
les Spheres; Neptune forme des tempêtes, fait mugir les abîmes, &
par les coups redoublez de son redoutable trident, entr'ouvrant la
terre, frappe d'un rayon de lumiere les yeux des Ombres épouvantées.

[Note 7: Hom. Iliad. 20]

Le triomphant Ombriel agitant ses aîles joyeuses, voit le combat
& s'en applaudit; les autres Gnomes appuyez sur les épingles des
femmes, comme des Soldats sur leurs lances, animent les combattans &
rendent le combat encore plus terrible.

Cependant Talestris en furie renverse les escadrons ennemis, & ses
beaux yeux portent par tout la mort; elle terrasse d'un seul coup
(exploit illustre!) le plus bel esprit des petits Maîtres, & un
autre encore des plus galans, le premier meurt, en proférant une
Métaphore; O cruelle Nymphe, dit-il, je meurs d'une mort qui me
ressuscite; il tombe sur un siége en prononçant ces mots. Le second
avec des yeux à demi fermez, & pleins d'une douce langueur, chante
ces paroles.....[8] Ah tes beaux yeux sont faits pour donner la mort,
ils sont faits...... il finit sans achever; c'est ainsi que le Cigne
mélodieux expire, en chantant sur le rivage fleuri du Meandre.

[Note 8: Air de l'Opera de Camille, en Anglois.]

Le Chevalier de Plume, Cavalier intrepide, dont la réputation vole
jusqu'aux extrêmitez de l'univers, marche à Clarice pour la mettre
hors de combat. Cloé qui l'en empêche, le blesse d'un de ses
regards, elle en pousse au Ciel un cri de triomphe & de joye;
mais contente d'avoir blessé un Chevalier si redoutable, elle le
ressuscite après, par un sourire.

Cependant le pere des Dieux & des Hommes éleve dans l'air sa balance
dorée; il pese avec attention les cheveux de la belle & l'esprit de
nos petits Maîtres: la balance incertaine vacille quelques moments;
mais enfin l'esprit monte en haut, & les cheveux tombent en bas.

La fiere Belinde s'élance sur le Baron, avec des regards foudroyans
qu'il n'avoit jamais éprouvez, lui qui ne cherchoit qu'à mourir des
coups de son ennemie. Elle vole au combat, quoiqu'il soit inégal; la
belle aussi-tôt le renverse du bout du doigt, & lui jette abondamment
du tabac dans le visage; le Gnome en dirige tous les atomes; le
Baron pleure, éternue & fait retentir la salle: Cede à ton destin,
s'écrie Belinde, en tirant de son côté une grande éguille de
tête.

Cette éguille d'or fut autrefois un Medaillon que son Bisayeul avoit
coutume de porter à son cou: sa Bisayeule l'ayant fait fondre en
avoit composé une boucle, qui servit à sa ceinture de veuve. Elle en
fit ensuite des grelots pour le hochet de la grand-mere de Belinde,
& ce grelot fut encore changé par sa fille en une longue éguille,
qu'elle porta long-tems à la tête, & dont Belinde hérita.

Ne te glorifie point de ma chute, ennemie trop insultante, s'écrie le
Baron: tu seras renversée à ton tour par un autre. Ne crois pas que
la mort m'épouvante: tout ce que je crains, est de te perdre; mais
laisse moi vivre, pour mourir & ressusciter sans cesse. Rend la
Boucle, s'écrie la fiere Belinde: les voutes du Palais retentissent
de ces mots imperieux mille fois repetez.

Le fier[9] Otelle étoit moins furieux au sujet du fatal mouchoir,
que Belinde ne le parut au sujet de sa Boucle; mais comme les désirs
orgueilleux sont souvent confondus & que les plus grands Capitaines
perdent quelques fois le fruit de leurs travaux, la Boucle cachée
avec soin est envain cherchée de tous côtez.

[Note 9: Tragedie Angloise.]

Mais qu'aucun mortel ne se vante de l'avoir en sa possession: le Ciel
le veut ainsi, qui peut lui resister?

Il court cependant un bruit parmi le Vulgaire, que cette Boucle est
montée à la Sphere de la Lune, où tout ce qui se perd sur la terre
est conservé avec soin; c'est-là que dans des vases massifs on
garde l'esprit des Heros, & que dans de petits étuits & de belles
tabatieres, on conserve celui des petits Seigneurs effeminez; on
y voit les coeurs des Amans enchaînez par des rubans de toutes
couleurs; c'est encore dans ce même lieu que l'on trouve[10] les
aumônes faites à la mort, les voeux enfrains, les promesses des
courtisans, les agasseries des femmes galantes; enfin c'est là qu'on
trouve des cages pour les cousins, des chaînes pour les puces, des
papillons déseichez, & tous les volumes des Casuistes.

[Note 10: _Ariosto Cant._ 34.]

Il en faut croire, ma Muse, qui a vû la Boucle monter au Ciel
avec tant de rapidité, que les seuls yeux poëtiques pouvoient
l'appercevoir & la suivre; c'est ainsi que Procule vit seul le
Fondateur de Rome monter au Ciel.

Déja cette Boucle attachée au Firmament est changée en étoile, &
conduit avec elle une lumiere cheveluë, plus claire & plus brillante
que la celebre chevelure de Berenice; les Silphes ses amis la suivent,
& accompagnent son cours dans le Ciel. Les jeunes gens & les femmes
dont le coeur est tendre, iront dans le [11]Parc la saluer par leurs
chants harmonieux, ils l'attendront comme l'étoile de Venus, & lui
adresseront leurs voeux pour le Lac de [12]Rosemonde. [13]Partrige
l'observera dans un tems serein avec les yeux de Galilée[14], & ce
celebre Devin y pourra lire la destinée de Rome & de Loüis.

[Note 11: Le Parc de S. James, promenade de Londre.]

[Note 12: Le Lac de Rosemonde est une grande Piéce d'eau dans
le Parc de S. James. Il tire son nom d'une Maitresse d'un Roi
d'Angleterre nommée Rosemonde, & est fameux par le désespoir de
plusieurs Amans qui s'y sont précipitez.]

[Note 13: Partrige étoit un celebre Astrologue d'Angleterre, qui
dans les Almanacs qu'il publioit tous les ans, prédisoit toujours la
destruction de la Papauté, & la mort de Loüis XIV. ce qui le rendit
extrémement ridicule, même parmi les Anglois.]

[Note 14: Galilée passe pour l'Inventeur des Lunettes
Astronomiques, quoique d'autres en attribuent l'invention à Jacques
Metius.]

Et toi belle Nymphe, cesse de t'affliger & de regretter ta Boucle
enlevée: songe que la lumiere de tes beaux yeux, après avoir causé
la mort de mille coeurs, s'éteindra à la fin, & que l'éclat de tes
tresses blondes passera; mais ces cheveux que ma Muse a consacrez,
avec le beau nom de Belinde, regneront éternellement parmi les
Astres.


De l'Imprimerie de PAULUS-DU-MESNIL.



_APPROBATION_

J'ay lû par Ordre de Monseigneur le Garde des Sceaux un Manuscrit
intitulé, _La Boucle de Cheveux enlevée, Poëme Heroïcomique de
Mr. Pope, traduit de l'Anglois par M...._ & je n'y ai rien trouvé qui
puisse en empêcher l'impression. Fait à Paris le 10 Août 1728.

GALLYOT.


_PRIVILEGE DU ROY._

Louis par la grace de Dieu Roy de France & de Navarre: A nos amez &
feaux Conseillers, les Gens tenans nos Cours de Parlement, Maîtres
des Requêtes ordinaires de notre Hôtel, Grand Conseil, Prevôt
de Paris, Baillifs, Senechaux, leurs Lieutenans Civils & autres nos
Justiciers qu'il appartiendra, SALUT. Notre bien amé François
le Breton pere; Libraire à Paris; nous ayant fait supplier de lui
accorder nos Lettres de permission pour l'impression d'un manuscrit
qui a pour titre: _La Boucle de Cheveux enlevée, Poëme Heroïcomique
de Mr. Pope, traduit de l'Anglois_; Offrant pour cet effet de le faire
imprimer en bon papier & beaux caracteres suivant la feuille imprimée
& attachée pour modele sous le contrescel des presentes, Nous lui
avons permis & permettons par ces presentes de faire imprimer ledit
Livre ci-dessus specifié en un ou plusieurs volumes, conjointement
ou separement, & autant de fois que bon lui semblera sur papier &
caracteres conformes à ladite feuille imprimée & attachée sous
notredit contrescel, & de le vendre, faire vendre & débiter par
tout notre Royaume pendant le tems de trois années consecutives, à
compter du jour de la date desdites presentes; Faisons défenses à
tous Libraires-Imprimeurs & autres personnes de quelque qualité &
condition qu'elles soient d'en introduire d'impression étrangere dans
aucun lieu de notre obéïssance. A la charge que ces presentes seront
enregistrées tout au long sur le Registre de la Communauté des
Libraires & Imprimeurs de Paris dans trois mois de la date d'icelles;
que l'impression de ce Livre sera faite dans notre Royaume & non
ailleurs, & que l'impétrant se conformera en tout aux Reglemens de
la Librairie & notamment à celui du 10 Avril 1725, & qu'avant que de
l'exposer en vente, le manuscrit ou imprimé qui aura servi de
copie à l'impression dudit Livre sera remis dans le même état où
l'approbation y aura été donnée és mains de notre très-cher &
feal Chevalier Garde des Sceaux de France le sieur Chauvelin; &
qu'il en sera ensuite remis deux Exemplaires dans notre Bibliotheque
publique, un dans celle de notre Château du Louvre, & un dans celle
de notredit très-cher & féal Chevalier Garde des Sceaux de France
le sieur Chauvelin, le tout à peine de nullité des presentes. Du
contenu desquelles vous mandons & enjoignons de faire jouir l'Exposant
ou ses ayans cause pleinement & paisiblement, sans souffrir qu'il
leur soit fait aucun trouble ou empêchement. Voulons qu'à la copie
desdites presentes qui sera imprimé tout au long au commencement
ou à la fin dudit Livre foi soit ajoutée comme à l'original.
Commandons au premier notre Huissier ou Sergent de faire pour
l'execution d'icelles tous actes requis & necessaires sans demander
autre permission, & nonobstant clameur de Haro Charte Normande
& Lettres à ce contraires. Car tel est notre plaisir. Donné à
Fontainebleau le treizième jour du mois de Septembre, l'an de grace
mil sept cent vingt-huit, & de notre Regne le quatorziéme. Par le Roy
en son Conseil.

NOBLET.

_Registré sur le Registre VII. de la Chambre Royale des Imprimeurs
& Libraires de Paris lb. 210 fol. 178. conformement aux anciens
Reglemens confirmez par celui du 28 Février 1723. A Paris le 7
Septembre 1728._

J.B.COIGNARD, _Syndic_.





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Rape of the lock. French - La boucle de cheveux enlevée - Poème héroïcomique de Monsieur Pope" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home