Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: Mémoires du duc de Rovigo, pour servir à l'histoire de l'empereur Napoléon - Tome Sixième
Author: Savary, Anne-Jean-Marie-René, Rovigo, Duc de
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Mémoires du duc de Rovigo, pour servir à l'histoire de l'empereur Napoléon - Tome Sixième" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



MÉMOIRES
DU
DUC DE ROVIGO,
POUR SERVIR À L'HISTOIRE
DE
L'EMPEREUR NAPOLÉON.

       *       *       *       *       *

TOME SIXIÈME.

       *       *       *       *       *

PARIS,

A. BOSSANGE, RUE CASSETTE, N° 22.
MAME ET DELAUNAY-VALLÉE, RUE GUÉNÉGAUD, N° 25.

1828.

DE L'IMPRIMERIE DE LACHEVARDIERE,
RUE DU COLOMBIER, N° 30.



TABLE DES MATIÈRES
CONTENUES
DANS LE SIXIÈME VOLUME.



CHAPITRE PREMIER.


Singulière coïncidence de date.--Les portes de mon appartement sont
enfoncées.--Le général Lahorie.--Le sergent.--Colloque avec les
troupes.--J'ai l'épée nue sur la poitrine.--Le général Guidal.--Mon
secrétaire.



CHAPITRE II.


On me conduit à la Force.--Tentative d'évasion.--M. Pasquier et M.
Desmaretz.--Ma détention ne dure qu'une demi-heure.--Le général Lahorie
dans mon cabinet.--Il est arrêté.--Paris ne voit que le côté
ridicule.--Considérations.


CHAPITRE III.


Le général Mallet.--Ses liaisons avec Lahorie et Guidal.--Pourquoi ces
deux généraux étaient à la Force.--Plans de Mallet.--Il fait des décrets
et des nominations.--Le colonel Soulier.--L'abbé Lafond.--Le général
Mallet s'échappe de la maison de santé.


CHAPITRE IV.


Le général Mallet à la caserne de Popincourt.--Il se fait passer pour le
général Lamotte.--La 10e cohorte prend les armes.--Mallet délivre
Lahorie et Guidal.--Le préfet de police me fait prévenir.--Dispositions
que prend le général Mallet.--L'adjudant-général Doucet.--Mallet est
arrêté.--Le général Hullin.


CHAPITRE V.


Mésintelligence entre le ministre de la guerre et moi.--Je prends la
défense du général Lamotte.--Confrontations.--Ce qui eût pu arriver.--M.
Frochot.--Conduite du ministre de la guerre.--Il envoie un exprès à
l'empereur.--Je n'envoie personne.--On me croit perdu.--Belle occasion
de connaître mes amis.


CHAPITRE VI.


Les Russes ne veulent entendre à aucune proposition.--Anxiété de la
capitale.--Retraite simultanée des armées russe et française à
Mojaïsk.--Départ de l'empereur.--Considérations qui le
déterminent.--Arrivée à Paris.--Audience des ministres.--Attitude des
courtisans à mon égard.--L'empereur prend une idée juste de la tentative
de Mallet.--Mon crédit est assuré.--Mes amis me reviennent.


CHAPITRE VII.


Impôts.--Ressources à créer.--Nouvelle armée.--Mouvement
national.--Députations des départements.--Murat retourne à
Naples.--Défection de la Prusse.--Conseil privé.--Opinions qui y sont
émises.--Négociations par l'intermédiaire de l'Autriche.--M. de Bubna.


CHAPITRE VIII.


Quelques mots sur les affaires d'Espagne.--Visite de l'empereur au
pape.--La culotte du pape.--Générosité de l'empereur avec ses
maréchaux.--M. de Narbonne nommé à l'ambassade de
Vienne.--Gardes-d'honneur.--Motifs de cette institution.--Insurrection
d'un de ces régiments à Tours.--Le colonel de Ségur.--M. de
Nétumière.--L'impératrice est nommée régente.--Confiance de l'empereur
dans M. de Menneval.--Vive apostrophe du ministre de la guerre.


CHAPITRE IX.


L'affaire de la capitulation de Baylen devant un conseil de
guerre.--Comment elle finit.--Vengeance que je tire du ministre de la
guerre.--Quelques indices de troubles dans la Vendée.--Grand zèle du duc
de Feltre.--La montagne accouche d'une souris.


CHAPITRE X.


L'empereur quitte Paris.--Position de l'armée.--Manoeuvres de
l'empereur.--Bataille de Lützen.--Mort de Bessières.--Réflexions sur la
conduite de l'Autriche.--Le général Thielmann.


CHAPITRE XI.


Les ennemis se rapprochent des frontières de Bohême.--Armistice.--Duroc
blessé à mort.--Il refuse les Secours de l'art.--Ses derniers
moments.--Détails sur ce maréchal.--État des choses après la conclusion
de l'armistice.


CHAPITRE XII.


Congrès de Prague.--Politique de l'Autriche.--L'empereur après ses
victoires.--M. de Metternich.--Résultat des conférences.


CHAPITRE XIII.


Prétentions des alliés.--Mesures que prend l'empereur.--Le roi de Naples
revient à l'armée.--M. Fouché à Dresde.--Conduite de
l'impératrice-régente.--Sa recommandation au sujet des cas non
graciables.


CHAPITRE XIV.


Manoeuvres de l'armée anglaise.--Bataille de Vittoria.--Pertes immenses
de matériel.--Retraite.--L'empereur reçoit cette nouvelle à Dresde.--Le
général Moreau.--Bernadotte.--Madame de Staël.


CHAPITRE XV.


Le maréchal Soult va prendre le commandement de l'armée
d'Espagne.--L'impératrice se rend près de l'empereur à Mayence.--Je
demande à l'accompagner.--Mes motifs.--Réponse de l'empereur.--M. de
Cazes.--Reprise des hostilités.--Le général Jomini.


CHAPITRE XVI.


Bataille de Dresde.--Mort du général Moreau.--Retraite des
alliés.--Échec du corps de Vandamme.--Ce général est fait
prisonnier.--Revers.--L'empereur est forcé de changer ses premières
combinaisons.--La fortune cesse de nous être favorable.


CHAPITRE XVII.


Marche du maréchal Augereau.--Défection de la Bavière.--Irruption des
alliés en Saxe.--Mouvement de l'empereur.--Bataille de
Leipzig.--Défection des Saxons.--Passage de l'Elster.--Mort du prince
Poniatowski.


CHAPITRE XVIII.


Position du roi de Saxe.--Part que Bernadotte prend à la défection des
Saxons.--État de l'opinion.--Mesures diverses.--Murat, ses intrigues et
son départ.--Le général de Wrede.--Bataille de Hanau.--Irruption des
cosaques à Cassel.--Arrivée de nos troupes à Mayence.--Déplorable état
des choses et de l'opinion.


CHAPITRE XIX.


Mesures de défense.--L'impératrice au sénat.--Ouvertures des
alliés.--Artifices de Metternich.--Le maréchal Soult--Beau
mouvement.--Comment il échoue.


CHAPITRE XX.


Alexandre refuse de passer le Rhin.--Communication qui le
décide.--Artifices des alliés.--Défaut de ressources.--Le corps
législatif.--Disposition des esprits.--L'histoire jugera.--Insurrection
de la Hollande.--Encore le roi de Naples.


CHAPITRE XXI.


Considérations que je présente à l'empereur.--Elles paraissent faire
impression.--M. de Talleyrand est sur le point de rentrer au
ministère.--Condition qu'y met l'empereur.--Wellington doit aspirer à la
couronne d'Angleterre.--Il faut appuyer ses prétentions.--Réponse de
l'empereur.--Changement de ministère.--Le duc de Vicence aux relations
extérieures.


CHAPITRE XXII.


L'empereur ne désespère pas.--Activité avec laquelle il pousse ses
préparatifs.--Manie de délations.--Les flatteurs.--L'empereur se décide
à négocier avec Valencey.--Intrigues de ce château.--Passion subite de
Ferdinand pour le cheval.--Comment je réussis à la calmer.


CHAPITRE XXIII.


Conventions de Valencey.--Elles ne s'exécutent pas.--Parti qu'il eût
fallu prendre au sujet du pont de Bâle.--Je propose que les
fonctionnaires restent à leurs postes.--Mes motifs.--Envoi de
commissaires extraordinaires.--État de l'opinion.--Artifices des
alliés.--Ouverture du corps législatif.


CHAPITRE XXIV.


Intrigues pour s'interposer entre le gouvernement et le corps
législatif.--Préventions qu'on inspire à l'empereur.--Communications
diplomatiques.--L'assemblée montre de l'indépendance dans le choix de la
commission.--Inconvenance du rapport.--M. Lainé.--Conseil privé pour
aviser aux moyens qu'exige la circonstance.--Avis divers.--Le corps
législatif est ajourné.--Combien il eût été facile de tirer parti de
cette assemblée.


CHAPITRE XXV.


Opinion de l'archi-chancelier sur le renvoi du corps législatif.--Ce que
Fouché pensait des corps délibérants.--Violation du territoire
helvétique.--Les armées alliées pénètrent en France.--Genève.--Marche
générale de l'invasion.--Il manque deux mois à l'empereur.


CHAPITRE XXVI.


Le duc de Vicence est refusé aux avant-postes ennemis.--Des
plénipotentiaires se réunissent à Châtillon-sur-Seine.--Murat.--Opinion
de Napoléon sur ce prince; il ne peut croire à sa défection.--M. de La
Vauguyon.--M. de Laharpe.--Conversation sur son élève.--Organisation de
la garde nationale.


CHAPITRE XXVII.


M. de Talleyrand.--L'empereur refuse de le faire enfermer.--Propos qu'on
lui attribue.--Présentation des officiers de la garde nationale.--Le roi
de Rome.--Allocution de l'empereur aux officiers de la garde
nationale.--Effet qu'elle produit.


CHAPITRE XXVIII.


Arrivée de l'empereur à l'armée.--Affaire de Brienne, de Champeaubert,
etc.--Prise de La Fère, de Soissons.--Le maréchal Victor.--Conséquences
de son inaction.--Nouvelle députation des traîtres à l'empereur
Alexandre.--Situation de Paris.


CHAPITRE XXIX.


État de la capitale.--Contes divers.--Comités.--Complot contre la vie de
l'empereur.--Le secrétaire de M. d'Albert.--M. de Vitrolle.--Calcul de
M. Anglès.--L'empereur Alexandre et le général Raynier.


CHAPITRE XXX.


Le marquis de Rivière.--Comment on avait songé à lui.--Joseph, ses
communications avec Bernadotte.--Folies qui remplissent la tête des
frères de l'empereur.--Intrigue qui empêche l'armée d'Espagne
d'accourir.--M. de la Besnardière.--M. de Talleyrand, ses menées, ses
insinuations.


CHAPITRE XXXI.


Rupture des conférences de Lusigny.--Proclamation de Louis XVIII.--Les
intrigues de l'époque n'avaient rien de royaliste.--M. Fouché, son
expédient pour en finir.--Opérations de l'empereur.--Il se jette sur les
derrières des alliés.--Sa lettre à l'impératrice est
interceptée.--Angoisses de cette princesse.


CHAPITRE XXXII.


Conseil de régence.--L'impératrice doit-elle ou non quitter Paris?--M.
Boulay de la Meurthe propose de l'installer à l'Hôtel-de-Ville.--Le
conseil adopte cette opinion.--Le duc de Feltre.--Joseph se range à son
avis.--Le départ est arrêté.--On me propose d'insurger Paris.--Motifs
qui m'arrêtent.--Les intrigues dont j'étais l'objet m'inspirent de la
circonspection.--Encore M. de Talleyrand.


Pièces justificatives.


FIN DE LA TABLE DU SIXIÈME VOLUME.



CHAPITRE PREMIER.

Singulière coïncidence de date.--Les portes de mon appartement sont
enfoncées.--Le général Lahorie.--Le sergent.--Colloque avec les
troupes.--J'ai l'épée nue sur la poitrine.--Le général Guidal.--Mon
secrétaire.


Pendant que notre armée se disposait à revenir sur ses pas, il se
préparait à Paris une scène qui faillit être suivie des plus fâcheuses
conséquences; en la racontant, il me sera d'autant plus facile de le
faire d'une manière exacte, que je suis à peu près le seul qui en ait
bien connu les détails. Il est remarquable que ce soit le 23 octobre
qu'elle ait eu lieu, le même jour et à la même heure que l'on évacuait
Moscou.

J'ai dit qu'en France tout était en plein repos. Je n'avais jamais rien
de fâcheux à mettre dans le rapport que j'adressais régulièrement chaque
jour à l'empereur.

Les estafettes qu'on lui envoyait de Paris partaient ordinairement le
matin à six ou sept heures; j'étais dans l'habitude de faire ma dépêche
le matin, c'est-à-dire, de me lever de très-bonne heure, et de ne plus
me recoucher après l'avoir fermée. Ce jour du 23 octobre est le seul, de
toute l'absence de l'empereur, où m'étant trouvé obligé de me déranger
de cette habitude, j'avais fait mes lettres toute la nuit, et m'étais
recouché en défendant qu'on m'éveillât avant que j'eusse sonné, à moins
que ce ne fût pour un cas de force majeure.

Mon habitude était de fermer toutes mes portes au guichet, surtout
celles de mon cabinet et de ma chambre à coucher.

À sept heures du matin, je fus réveillé par un tumulte que j'entendais
dans les appartements à côté de celui dans lequel je me trouvais.
J'étais très fatigué et m'efforçais de rester endormi, lorsque
j'entendis, de mon lit, les panneaux de boiserie des portes de mon
cabinet qui tombaient sur le plancher. La première idée qui me vint, fut
que le feu était dans la maison, et que m'étant enfermé, on faisait tout
ce vacarme, pour m'éveiller; je me lève en toute hâte, et dans
l'obscurité de ma chambre à coucher, je cherche la porte qui conduisait
où j'entendais le bruit. En ouvrant la porte qui communiquait à mon
cabinet, que les contrevents fermés tenaient dans l'obscurité, je ne
voyais la lumière que par les fractures faites à la porte principale, à
travers desquelles je distinguais des soldats en armes, qui non
seulement remplissaient mes appartements, mais encore la cour de l'hôtel
que j'occupais; ils poussaient avec force les débris des portes qui
tenaient encore, assemblés par le verrou; j'ouvre moi-même, et entrant
en chemise au milieu d'eux, je leur demande ce qui les a amenés chez
moi.

Mes appartements en étaient si remplis, que je ne pouvais pas distinguer
autre chose. Une voix s'écria: _Appelez le général_. Et je vis
effectivement approcher le général Lahorie, ancien chef d'état-major de
l'armée du Rhin sous le général Moreau. Lahorie avait été mon camarade
pendant les premières campagnes de la révolution; il y avait entre nous
deux une familiarité de tutoiement, et malgré la différence de nos
opinions politiques, je lui avais conservé de l'amitié.

Il me dit en m'abordant: «Tu es arrêté; félicite-toi d'être tombé entre
mes mains, au moins il ne t'arrivera point de mal.» Je ne comprenais
rien à ce que je voyais. Lahorie me dit en quatre mots: «L'empereur a
été tué sous les murs de Moscou le 8 octobre.--«Tu me fais des contes,
lui dis-je; j'ai une lettre de lui de ce jour-là: je puis te la faire
voir.» Lahorie, en me fixant, me répondit: «Cela ne se peut pas, cela
serait-il possible?» Il était dans un état nerveux qui avait excité en
lui un branlement de mâchoire, comme s'il avait été attaqué du tétanos,
et il me répétait: «Cela n'est pas possible.»

Voyant que je ne gagnais rien sur Lahorie, je m'adressai aux troupes,
pendant qu'il était allé appeler un certain sergent auquel il avait
parlé le long du chemin, en venant chez moi; mais ce sergent, qui était
un honnête homme, n'était pas entré avec la troupe qui avait suivi
Lahorie. Il l'avait appelé plusieurs fois à haute voix, mais il était
probablement resté dans la cour ou sur le quai, où la troupe s'était
placée. En voyant Lahorie chercher avec tant de soin le sergent, je
soupçonnai que c'était un assassin aposté, d'autant plus que le général
criait: «Faites approcher le sergent auquel j'ai parlé en chemin.»

Je ne songeai qu'à ma défense. Pendant que Lahorie était dehors de mes
appartements, je demandai au commandant de la troupe qui il était. Il me
répondit: «Je suis capitaine adjudant-major de la 10e cohorte de la
garde nationale.--Fort bien! lui dis-je. Ces soldats sont-ils votre
troupe?--Oui, monsieur, me répondit-il.--Ainsi, ajoutai-je, vous n'êtes
point des soldats révoltés?» Tous les soldats s'écrièrent: «Non, non;
nous sommes avec nos officiers. C'est un général qui nous a amenés.--Eh
bien! repris-je, connaissez-vous ce général?» Ils répondirent:
«Non.»--Alors, dis-je, ce que je vois ne m'étonne pas. Moi, je le
connais, et vais vous faire connaître la position dans laquelle il vous
place.

«C'est un ancien aide-de-camp du général Moreau, qui était en prison à
la Force, d'où il ne devait pas sortir sans mon autorisation. C'est un
conspirateur! Me connaissez-vous?» Ils répondirent:
«Non....»--«Savez-vous chez qui vous êtes?» Ils répondirent: «Non.» Un
seul officier répliqua: «Moi je vous connais, je sais que vous êtes le
ministre de la police.--«En ce cas-là, lui répondis-je, je vous ordonne,
et au besoin vous requiers d'arrêter sur-le-champ le général Lahorie,
qui vous a amenés chez moi.»

Le capitaine adjudant-major, qui me tenait par le bras droit, ainsi
qu'un autre de ses officiers par le bras gauche, me semblaient d'assez
braves gens; toute cette troupe me paraissait d'autant plus égarée, que
je remarquais que les soldats n'avaient pas même de pierres à feu à
leurs fusils. Je dis à cet adjudant-major, qui avait la croix de la
Légion-d'Honneur: «Mon cher monsieur, vous jouez là un jeu auquel il ne
faut pas perdre, et prenez garde d'être fusillé dans un quart d'heure,
si je ne le suis pas moi-même; il ne faut que ce temps-là à la garde
impériale pour être à cheval, et alors, gare à vous [1].»

[1: La caserne de la garde était à trois cents pas de mon hôtel.]

Je dois à sa mémoire de dire qu'il était ébranlé moins par la peur du
danger que par la crainte de faire une mauvaise action, c'est-à-dire une
action déshonorante.

Le voyant chanceler, je saisis ce moment pour lui dire: «Si vous êtes
homme d'honneur, ne vous laissez pas souiller d'un crime, et ne
m'empêchez pas de vous sauver tous. Je ne vous demande que de me laisser
faire. En achevant cela, j'avançai mon bras droit pour saisir la poignée
de son épée qu'il avait été obligé de mettre sous le sien à cause de
l'exiguïté de l'appartement qui était rempli de soldats armés. Il
semblait près de se rendre, j'allais prendre son épée, lorsque le
malheureux manqua de caractère, et en me repoussant la main qu'il saisit
avec force, il me dit d'un ton dur: «Non, vous marcherez où l'on me dira
de vous conduire.» «Allons, lui répondis-je, vous êtes un malheureux, et
vous ne vous en prendrez qu'à vous-même lorsque vous serez à la fin de
tout ceci.»

Comme j'achevais, je vis, par la fenêtre, qui était en face de moi, le
général Lahorie qui traversait ma cour d'un pas précipité; il venait de
la rue, et amenait avec lui un homme d'une figure atroce, que je pris
pour le sergent qu'il avait été quérir.

Ils rentrèrent comme des furieux dans l'appartement où j'étais. Lahorie
resta derrière les soldats, ce qui me parut d'un plus mauvais augure
encore; mais son compagnon venait à moi tête baissée, ne voulant pas
lever les yeux. Il avait à la main une épée nue qu'il venait de prendre
à un officier; mais, en avançant sur moi, il trébucha violemment contre
un meuble à la porte d'entrée, il en éprouva une douleur qui l'obligea
de s'arrêter pour se frotter la jambe: cet accident l'ébranla et fit
fléchir son courage. Il me posa la pointe de son épée sur la poitrine,
en me demandant si je le connaissais. «Non, lui dis-je, je ne te connais
pas.» Il me répondit: «Je suis le général Guidal que vous avez fait
arrêter à Marseille et conduire à Paris.

--«Ah! ah! dis-je, je sais cela; mais si on m'avait obéi, tu serais
maintenant à Marseille, où, depuis près d'un mois, j'ai ordonné que l'on
te reconduisît.» Le général Guidal se montait tant qu'il pouvait, et je
n'avais d'armes que mon sang-froid; comme je voyais qu'il se battait les
flancs pour s'échauffer, je lui criai: «Es-tu venu chez moi pour te
déshonorer par un lâche assassinat?» Il me répliqua vivement: «Non, je
ne vous tuerai pas, mais vous allez venir avec moi au sénat.»

«Eh bien! dis-je, va pour le sénat, mais laisse-moi m'habiller; il
répondit: «Oh! non, on va vous apporter vos habits.» Ce qu'on fit
effectivement faire à mes gens, qu'on ne laissa pas approcher de moi.
Pendant que je m'habillais le plus lentement que je pouvais, un de mes
secrétaires, ancien officier des chasseurs, et qui venait d'être averti,
descendit au milieu de cette foule qu'il voulait brusquer sans la
marchander; je lui fis signe de ne pas se faire arrêter lui-même, et lui
dis à haute voix: «Allez dire à mon voisin d'être sans inquiétude, que
je n'ai point de mal.»--Il me comprit à demi mot, et courut chez M.
Réal, conseiller d'État, chef du premier arrondissement du ministère,
qui demeurait immédiatement à côté de moi près la rue des Saints-Pères:
ce furent eux deux qui donnèrent l'alerte à l'archi-chancelier et au
ministre de la guerre.

Lahorie et Guidal me tenaient toujours chez moi avec cette troupe de
soldats, qui était composée de trois compagnies de la dixième cohorte;
ils décidèrent de m'envoyer à la Force, et Guidal se chargea de m'y
conduire.



CHAPITRE II.

On me conduit à la Force.--Tentative d'évasion.--M. Pasquier et M.
Desmaretz.--Ma détention ne dure qu'une demi-heure.--Le général Lahorie
dans mon cabinet.--Il est arrêté.--Paris ne voit que le côté
ridicule.--Considérations.


J'avais chez moi un poste de la garde soldée de la ville de Paris, qui
ne demanda même pas ce que signifiait le désordre, et cependant il
n'était placé dans mon hôtel par l'état-major de la place que comme
garde de sûreté.

J'avais également un gendarme d'ordonnance qui se trouvait sorti pour
aller porter mes dépêches à la poste au moment du départ de l'estafette.
Il ne me fut donc ni nuisible ni utile, cependant le ministre de la
guerre lui fit donner la croix de la Légion-d'Honneur pour les services
qu'il rendit dans cette journée; à coup, sûr cela ne pouvait pas être à
moi. Tout ce que je viens de raconter se passa en moins d'une heure,
pendant laquelle je fus constamment saisi par les deux bras, et hors de
la possibilité de m'emparer d'une arme, quand bien même il y en aurait
eu là à ma disposition.

Lahorie et Guidal envoyèrent chercher un cabriolet; je me plaçai dedans
le premier et fis mettre Guidal, qui me conduisait, à ma gauche. Il fit
marcher un détachement en avant et prit le chemin de la Force. Il passa
le long du quai des Lunettes, cela me donna l'idée de m'échapper; je
décrochai doucement la portière du cabriolet, et en arrivant près de la
tour de l'horloge, je sautai en bas et pris la course vers le palais de
justice, où il y a toujours du monde de grand matin; mais je n'avais pas
vu une troupe de soldats qui suivaient le cabriolet: ils se mirent à
courir après moi en criant: Arrête! arrête! A Paris, il n'en faut pas
d'avantage pour que chacun arrête; aussi m'arrêta-t-on. Les soldats et
Guidal, m'ayant rejoint me prirent bras-dessus, bras-dessous, et me
menèrent à pied à la Force.

Ce fut le concierge de cette prison qui m'apprit tout ce qui s'était
passé le matin, à six heures, à la porte de la Force, où Lahorie et
Guidal étaient renfermés.

Il se conduisit en brave homme, me demanda mes ordres, et m'assura que,
quoi qu'il pût arriver, il me sauverait; il se hâta de faire sortir de
sa maison Guidal, ainsi que le demi-bataillon qui l'avait suivi en
m'amenant. Pendant la demi-heure que je passai ainsi entre les mains de
cette troupe, d'autres détachements du même corps amenèrent
successivement à la Force M. Pasquier, préfet de police, et M.
Desmarets, chef de la première division de mon ministère; mais ils
n'entrèrent qu'au greffe, parce qu'aussitôt que les troupes, qui
obstruaient la petite rue qui mène à la Force, furent retirées, mon
secrétaire, ainsi que le secrétaire-général du ministère survinrent: ils
avaient donné l'alerte partout, et avaient amené une voiture, dans
laquelle je montai avec le préfet de police, et pris le chemin de mon
hôtel. Je rencontrai sous l'arcade de l'hôtel-de-ville le bataillon qui
m'avait arrêté.

Il s'y rendait d'après les ordres qu'il avait reçus, et quoique je
m'enfonçasse dans la voiture, autant que je pouvais, plusieurs soldats
me reconnurent, et néanmoins ils ne dirent rien; j'arrivai chez moi en
même temps que les troupes de la garde impériale, qui s'y rendaient pour
apprendre où l'on m'avait transporté.

Je trouvai tous les employés de mon administration à leurs postes, et je
pouvais agir; j'étais revenu très vite, en sorte que je pus faire
joindre, sur la place de Grève ce bataillon de la dixième cohorte, par
un détachement de la gendarmerie d'élite, qui était arrivée chez moi la
première, parce qu'étant casernée à l'Arsenal, elle avait appris
presqu'aussitôt ce qui s'était passé à la Force, qui en est très près.
Son attachement pour moi, aussi bien que son devoir, l'avait fait monter
à cheval sans attendre d'ordre.

Ce détachement m'amena tous les officiers du bataillon, ainsi que les
sous-officiers. Ils étaient dans une consternation facile à comprendre.

À peine avais-je été emmené de chez moi, que ma maison s'était remplie
de tous les employés de mon administration qui y arrivaient: c'était à
peu près l'heure de leur travail. Ils trouvèrent le général Lahorie
maître de mon cabinet, la garde qui était à la porte de mon hôtel,
n'ayant rien dit au moment de la violence qui avait été exercée contre
moi; ils ne savaient que penser de tout cela.

Lahorie, qui avait fait mettre mes chevaux à une de mes voitures, pour
me faire conduire, avant d'avoir pris le parti de me faire emmener en
cabriolet, s'était ensuite servi lui-même de ma voiture, pour aller à
l'hôtel-de-ville, où son instruction lui apprenait qu'il devait se
rendre après m'avoir enlevé ou tué.

Il venait de rentrer lorsque les employés arrivèrent, et en même temps
qu'eux, M. Laborde, adjudant de place de la garnison, qui venait de chez
le général Hullin; il était déjà au courant de ce qui se passait, comme
on va le voir. Il fit arrêter le général Lahorie par mes domestiques,
qui le lièrent sur un des fauteuils du salon même, dans lequel s'était
passée toute la scène du matin, et c'est dans cette situation que je le
trouvai en arrivant chez moi.

Laborde était venu de mon hôtel à la Force avec mon secrétaire-général,
qui s'était fait suivre afin de pouvoir répondre aux troupes, si elles
avaient voulu s'opposer à mon retour; je l'envoyai à la préfecture de
police pour la faire évacuer par les troupes qui s'y tenaient encore, et
qui non seulement ne voulurent point y laisser rentrer M. Pasquier, mais
qui plus est, arrêtèrent M. Laborde lorsqu'il se présenta; à la vérité,
cela ne dura qu'un moment. Paris eut à peine le temps d'être informé de
tout cela, que déjà les choses étaient remises à leur place, et le mal
se borna au ridicule qui fut jeté sur l'administration de la police, aux
dépens de laquelle le public est toujours bien aise de s'amuser. Cette
fois il avait beau jeu de se venger de toutes les petites tracasseries
dont il croyait avoir à se plaindre, et l'administration militaire, de
son côté, ne négligea rien pour rejeter le reproche loin d'elle.

Je voyais tout si tranquille, que je ne pouvais douter que je ne m'étais
point abusé en me persuadant que ce qui venait de se passer n'avait
aucun antécédent qui m'eût échappé. Je voyais tout de monde se creuser
la tête pour trouver les traces d'une conspiration; je laissai faire,
mais ne voulant rien céder à qui que ce fût des attributions de mon
emploi, je fis malgré tout ce qui s'y opposa, amener chez moi les
individus militaires et civils qui avaient été arrêtés tant par mes
ordres que par ceux de l'état-major de la place; je voulus faire faire
sous mes yeux l'information de cette singulière affaire.

Je vais en donner le détail exact et vrai; ceux qui le liront verront à
quel point un État peut être troublé, en quelques heures, par un
conspirateur audacieux qui marche droit à son but, et, combien un
gouvernement est à plaindre lorsque des rivalités de pouvoirs divisent
les autorités auxquelles il a confié le soin de l'administration
publique.

Cette question était entre le ministre de la guerre (M. de Feltre) et
moi.

On jugera lequel de nous deux a dit le plus courageusement la vérité, ou
n'a cherché qu'à détourner sur son camarade une réprimande qu'il
redoutait pour lui-même, et qui n'était cependant méritée ni par l'un ni
par l'autre, parce qu'il n'y a personne qui soit hors de la merci d'une
troupe qui se portera inopinément à son domicile; le souverain lui-même
est à la disposition du simple officier qui commande le piquet de gardes
à la porte de son palais. S'il y avait eu des antécédents à cette
entreprise, et que les informations subséquentes les eussent fait
apercevoir, j'aurais pu être blâmé de ne les avoir pas saisis, et on
l'aurait probablement fait sans ménagement.

Mais le plus habile homme du monde ne peut pas entrer dans une tête, il
peut tout au plus se mettre entre deux têtes, quoique l'espace soit
étroit.

De même le ministre de la guerre n'était pas responsable de la conduite
d'un régiment qui partait en ordre de sa caserne avec son colonel à sa
tête; il n'y avait donc pour lui aucune raison de redouter le blâme, ni
d'employer le mensonge et l'adulation pour égarer le jugement de
l'empereur, qui se trouvait au fond de la Russie lorsque cet événement
arriva.

S'il le lui avait rapporté tel qu'il était, l'empereur eût peut-être
pensé plus tôt au danger d'avoir une armée composée comme l'était la
sienne, et surtout à celui d'aller aussi loin de la capitale.



CHAPITRE III.

Le général Mallet.--Ses liaisons avec Lahorie et Guidal.--Pourquoi ces
deux généraux étaient à la Force.--Plans de Mallet.--Il fait des décrets
et des nominations.--Le colonel Soulier.--L'abbé Lafond.--Le général
Mallet s'échappe de la maison de santé.


Le général Mallet était un ancien gentilhomme de la Franche-Comté. Avant
la révolution, il avait servi dans les mousquetaires de la maison du
roi. Il entra de bonne foi dans la révolution, et en professa les
principes avec une grande ferveur. Il était républicain par conscience,
et avait pour les conspirations un caractère semblable à ceux dont
l'antiquité grecque et romaine nous a transmis les portraits.

Il était devenu officier-général à la guerre, et longtemps avant
l'avènement de l'empereur au trône, il avait obtenu un commandement dans
l'intérieur. Il s'occupait continuellement d'idées de gouvernement, et
toujours il était fidèle à ses principes politiques. Il serait trop long
de rapporter ici les détails d'un projet à peu près semblable à celui
dont il s'agit qu'il avait cherché à exécuter pendant que l'empereur
était en Prusse en 1807. Cela fut taxé de folie, et néanmoins le
ministre de la police crut devoir le faire arrêter; après l'avoir tenu
en prison fort longtemps, il l'avait mis dans ce que l'on appelle à
Paris une maison de santé, où il était encore à mon entrée au ministère,
et dans laquelle je l'avais laissé. Cette maison était la dernière à
gauche du faubourg Saint-Antoine, près de la barrière du Trône.

Mallet avait été longtemps le camarade de Lahorie à l'armée du Rhin; il
avait su qu'il était à la Force par d'autres prisonniers de cette maison
qui avaient obtenu d'être placés dans la maison de santé où il était
lui-même. Il avait su également que Guidal y était; il avait connu ce
général dans le temps du directoire, chez le directeur Barras qui
l'employait particulièrement. Avant de parler de Mallet, je dois dire
par quelle fatalité ces deux hommes se trouvaient encore à la Force,
d'où ils auraient dû être partis depuis quinze jours, d'après les ordres
que j'avais donnés.

Guidal avait été arrêté dans les environs de Marseille pour une affaire
de jacobinisme, et il avait été amené à Paris, parce que l'on en
espérait quelques renseignements d'après ce qu'avait mandé
l'administration locale du département du Var, dont la tranquillité
avait paru menacée, au point que le préfet de ce département avait eu
besoin de recourir à l'emploi de moyens extraordinaires. Pendant que
Guidal était à Paris, on éventa à Marseille une affaire semblable qui
mena à la découverte d'un ancien espionnage exercé à la côte de Provence
par des Français, au bénéfice de l'amiral anglais qui croisait devant
Toulon. Guidal fut accusé d'avoir été lui-même à la flotte anglaise, et
d'y avoir envoyé son fils. Cet espionnage durait depuis nombre d'années,
sans qu'on s'en fût douté. Par suite des dépositions des personnes qui
avaient été arrêtées on redemanda Guidal à Marseille, pour le juger, et
il y avait plus de quinze jours que j'avais envoyé à la gendarmerie tout
ce dont elle avait besoin pour le reconduire à cette destination; elle
différa à exécuter l'ordre que j'avais donné, et Guidal se trouvait
encore dans la prison de la Force le 23 octobre.

Il en était de même de Lahorie. Depuis le procès du général Moreau, il
était caché en France. L'empereur avait souvent réitéré l'ordre de le
faire partir; M. Fouché l'avait laissé à Paris. Lahorie était Breton, et
il avait facilement trouvé les protecteurs dont il avait besoin.
L'empereur m'ordonna de le faire partir pour l'Amérique, et de l'arrêter
d'abord; ce qui fut fait. J'avais également mis de la diligence à
préparer son départ sur un vaisseau qui devait mettre à la voile de
Nantes pour les États-Unis.

J'avais, depuis plus de quinze jours, signé tous les ordres nécessaires
pour le faire conduire dans cette ville, et il se trouvait comme Guidal
à la Force par suite de la même négligence.

Mallet, toujours occupé de son projet de changer le gouvernement, crut
ne pouvoir saisir une meilleure circonstance que celle où le grand
éloignement des armées et de l'empereur lui aplanissait les difficultés
d'une entreprise aussi hardie, et dont le succès reposait sur une
supposition qu'on n'aurait pu éclaircir assez tôt pour détruire la
crédulité dont il avait besoin pour réussir.

Après avoir beaucoup pensé aux divers moyens d'exécuter son projet, il
s'arrêta à celui-ci. Il supposa l'empereur mort le 8 octobre sous les
murs de Moscou, il ne pouvait pas prendre un autre jour sans se trouver
contredit par l'estafette, qui pouvait arriver, comme cela avait lieu
chaque jour. L'empereur mort, il concluait que le sénat devait être
investi du suprême pouvoir; ce fut donc l'organe du sénat qu'il choisit
pour parler à la nation et à l'armée. Il fit aux soldats une
proclamation dans laquelle il déplorait la mort de l'empereur; après
avoir annoncé l'abolition du régime impérial, et le retour du
gouvernement populaire, il fit connaître la nouvelle organisation de ce
gouvernement, en désigna les branches et en nomma les directeurs. Toutes
les pièces étaient revêtues des signatures de plusieurs sénateurs dont
il avait retenu les noms, mais avec lesquels il n'avait eu aucun rapport
depuis un bon nombre d'années.--C'était lui-même qui avait signé le nom
de tous ces sénateurs, il fit un décret au nom de ces mêmes sénateurs
par lequel lui, Mallet, était nommé gouverneur de Paris, et commandant
des troupes dans la première division militaire.

Cela posé, il fit aussi des décrets semblables pour promouvoir à des
grades plus élevés tous ceux qu'il comptait employer à l'exécution de
son projet.

C'était le général Hullin qui alors était commandant de Paris;
l'adjudant commandant Doucet était son chef d'état-major. Il nommait
celui-ci général de brigade, lui conservait sa place, et joignait à
l'instruction qu'il lui donnait un bon de cent mille francs à vue sur le
trésor public.

Il y avait derrière la maison de santé où était Mallet une caserne dans
laquelle était établie la 10e cohorte de garde nationale et un dépôt du
32e régiment de ligne.

Cette 10e cohorte était commandée par le colonel Soulier, un des braves
et anciens officiers de l'armée d'Italie, mais en revanche aussi borné
qu'il était brave. Il était venu depuis très peu de jours d'Espagne pour
prendre le commandement de cette 10e cohorte.

Mallet était marié, et sa femme demeurait fort loin de lui à Paris; elle
allait le voir fréquemment, et ne s'apercevait pas qu'il roulait quelque
projet dans son esprit.

Il y avait peu de temps qu'un prêtre espagnol qui était détenu dans la
même maison que Mallet, avait été mis en liberté et s'était retiré dans
un appartement qu'il avait loué à la Place Royale. Mallet était dans sa
maison de santé avec un certain abbé Lafond, qui avait été arrêté depuis
longtemps pour des affaires de religion. Comme il était toute la journée
avec cet abbé, il avait été obligé de lui confier ce qu'il allait
entreprendre. L'abbé Lafond attira à lui, sans leur faire aucune
confidence, deux jeunes gens de sa connaissance qui étaient à Paris;
l'un était un jeune caporal de la garde de Paris, qui était de son pays,
et le second était un jeune Vendéen qui étudiait le droit à Paris. Ce
dernier, étant d'un caractère jésuitique, fut goûté par Mallet, qui, la
veille du jour où il devait exécuter son projet, dit à ce jeune homme
d'aller au Palais-Royal acheter une écharpe aux trois couleurs; il lui
donna en même temps une lettre pour sa femme, à laquelle il mandait de
mettre ses uniformes et ses armes dans sa malle, ainsi que ceux
d'aide-de-camp qu'il avait chez lui (probablement à dessein) et de
remettre sa malle avec la clef au porteur.

Celui-ci, d'après les ordres de Mallet, la porta chez le prêtre espagnol
qui était à la Place Royale. Le lendemain 22, Mallet invita à dîner,
ainsi que l'abbé Lafond, les deux jeunes gens dont je viens de parler,
et au moment de se séparer, il leur dit d'aller l'attendre chez le
prêtre espagnol.

À dix heures du soir, lorsque les portes de la maison de santé étaient
fermées, il saute avec l'abbé Lafond par la fenêtre de sa chambre qui
était un rez-de-chaussée sur le jardin, et au bout duquel était un mur
de très peu d'élévation, après quoi l'on était sur la voie publique. Il
fit tout cela sans bruit, et vint à pied à la Place Royale chez le
prêtre espagnol. Il y fit apporter du punch, et lorsqu'il vit les têtes
des jeunes gens un peu échauffées, il leur parla de son projet, comme
d'une chose déjà convenue depuis longtemps entre lui et le sénat; mais
il leur dit qu'elle ne devait être exécutée qu'après la mort de
l'empereur, dont il n'avait été prévenu qu'hier: il abusait ainsi les
deux jeunes gens, qui le savaient bien un homme mécontent du
gouvernement impérial, mais qui ne se vantait pas de ce qu'il se
proposait de faire.

Mallet leur montra tous les ordres que venait de lui envoyer la
commission du gouvernement établie au Luxembourg, sa nomination au
gouvernement de Paris, un crédit considérable sur le trésor public, et
enfin l'ordre d'installer de suite les nouvelles autorités à la place
des anciennes. Toutes ces pièces étaient de sa fabrication. Sans donner
à ces jeunes gens le temps de la réflexion, il ouvre sa malle, revêt son
grand uniforme d'officier-général, fait prendre au jeune caporal qui
était avec l'abbé Lafond l'habit d'aide-de-camp qu'il avait aussi fait
venir, et donne au jeune Vendéen l'écharpe aux trois couleurs.



CHAPITRE IV.

Le général Mallet à la caserne de Popincourt.--Il se fait
passer pour le général Lamotte.--La 10e cohorte prend
les armes.--Mallet délivre Lahorie et Guidal.--Le préfet
de police me fait prévenir.--Dispositions que prend le
général Mallet.--L'adjudant-général Doucet.--Mallet
est arrêté.--Le général Hullin.


Accompagné comme je viens de le dire, seulement de trois personnes, le
général Mallet sort de chez le prêtre espagnol vers une heure du matin,
et se rend à la caserne de Popincourt où était la 10e cohorte. On ne
laisse pas entrer la nuit dans les casernes de Paris, aussi Mallet
affecta-t-il de dire qu'il n'avait affaire qu'au commandant. On le
conduisit chez le malheureux Soulier, qui demeurait hors du quartier; il
était malade, et ne put se lever pour recevoir Mallet.

C'est ici que fut joué le tour le plus adroit, et sur le succès duquel
reposait tout celui de l'entreprise. Mallet entra chez le colonel
Soulier, sans lui dire son nom; celui-ci, après s'être excusé de ne
pouvoir se lever, demanda au général ce qu'il avait à lui dire.

Mallet lui dit: «Je vois bien que vous n'êtes pas informé; nous avons eu
le malheur de perdre l'empereur.» À ce mot, Soulier fond en larmes;
Mallet a l'air de partager sa douleur, et lui dit: «Le gouvernement
vient d'être changé, et voici l'ordre que le général Mallet m'a remis
pour vous, il y a un instant.»

Soulier lit: c'était un ordre du général Mallet, qui lui ordonnait de
faire prendre les armes à la cohorte, de lui donner connaissance des
événements nouvellement arrivés, et de suivre exactement tout ce que lui
commanderait le général Lamotte, qu'il rendait porteur de sa lettre, et
qui avait reçu les instructions de la commission du sénat investi du
gouvernement.

Voilà donc Mallet qui joue, près du colonel Soulier, le personnage de
Lamotte; Soulier salue le général Lamotte, fait venir l'adjudant de sa
cohorte, lui commande de l'assembler et de venir ensuite prendre le
général Lamotte, auquel il fait des excuses de ne pouvoir l'accompagner.

Lamotte (Mallet) se rend donc dans la cour de la caserne, où la troupe
était assemblée, et lui fait lire aux flambeaux la nouvelle de la mort
de l'empereur, la proclamation du sénat à l'armée, et lui donne
connaissance des nouvelles formes du gouvernement. Il ne vint dans la
tête de personne de chercher à vérifier si cela était vrai, assurément
rien n'était plus clair que les termes dans lesquels Mallet
s'expliquait.

Lamotte (Mallet) emmène la cohorte, forte de douze cents hommes, sans
lui faire prendre les dix milles cartouches à balles, qui étaient en
réserve chez le colonel, ainsi que cela était d'usage dans la garnison
de Paris, et même sans faire changer les pierres à bois, que les soldats
sont dans la coutume de mettre à leurs fusils pour l'exercice.

Mallet marcha à la tête de cette cohorte, dont il ne laissa qu'une seule
compagnie au quartier, pour accompagner le colonel Soulier à
l'hôtel-de-ville, où il lui avait ordonné d'aller l'attendre, et faire
disposer le bureau nécessaire pour la commission de gouvernement. Il
avait eu soin de donner à ce colonel sa nomination au grade de général
de brigade, et un bon de cent mille francs sur le trésor public.

Le 23 octobre tombait un vendredi, jour de parade pour la garnison de
Paris, laquelle parade, depuis l'absence de l'empereur, avait lieu tous
les vendredis sur la place Vendôme.

Les troupes du faubourg Saint-Antoine étaient obligées de partir de
bonne heure pour s'y rendre c'est ce qui fit que le spectacle de la 10e
cohorte avec armes et bagages ne parut pas étonnant.

Lamotte amène sa cohorte par la grande rue Saint-Antoine, jusqu'à la
porte de la prison de la Force; il se la fait ouvrir, et, sans y entrer
lui-même, il se fait amener les généraux Guidal et Lahorie, qui y
étaient détenus; il ferme ensuite la porte de la prison d'où il défend
de laisser sortir qui que ce soit; il embrasse Lahorie et Guidal, leur
fait part de la mort de l'empereur et de tout ce qui en était la suite,
et leur dit: «Il n'y a pas de temps à perdre; voilà vos instructions,
prenez cette troupe pour les exécuter: je n'ai besoin que d'une
demi-compagnie pour aller m'emparer du gouvernement, où j'attendrai de
vos nouvelles. Ensuite nous nous réunirons à l'hôtel-de-ville.»

Lahorie crut de bonne foi à la mort de l'empereur, et comme il avait été
dans la confiance du général Moreau, il savait ce qu'il avait eu le
projet de faire; il avait mémoire du 18 brumaire, auquel il avait
assisté; ces idées-là revinrent à son esprit, surtout en voyant Mallet
en habit brodé et suivi d'une troupe régulière. Il lut l'instruction que
lui donnait Mallet, prit la cohorte dont celui-ci n'avait gardé que
cinquante hommes, et courut s'emparer de la préfecture de police. Il
trouva M. Pasquier, qui avait coutume de se lever de bonne heure, déjà à
son cabinet; il l'arrêta et lui substitua le jeune Vendéen, ainsi que
l'abbé Lafond. Le préfet de police, quoique dans cette situation, trouva
le moyen de m'envoyer bien vite un de ses employés, pour me prévenir de
ce qui se passait; cet employé, en arrivant chez moi, n'insistait que
pour me voir et me parler au plus vite, sans rien dire de plus. Comme il
était connu du portier de l'hôtel, il aurait pu commencer par faire
fermer la porte; il ne le fit pas, et trouva la consigne que j'avais
donnée à cinq heures du matin (en me couchant), pour qu'on me laissât en
repos à moins de force majeure. Comme il était venu à pied, il ne
devançait que de très peu la colonne du général Lahorie, qui était sur
ses pas, et qui entra comme un trait, ainsi que je l'ai dit.

Lahorie avait envoyé le général Guidal, qui était venu avec lui arrêter
le ministre de la guerre; mais le sergent par lequel il voulait me faire
assassiner lui ayant manqué de parole, il courut lui-même après ce
général, qu'il atteignit dans la rue des Saints-Pères, et ramena chez
moi avec son détachement. C'est à ce seul incident, que le ministre de
la guerre doit de n'avoir pas eu la même aventure que moi.

Mallet, en quittant Lahorie, à la porte de la Force, avait envoyé par
des soldats de la 10e cohorte, aux deux commandants des régiments de la
garde soldée de Paris, des paquets renfermant des pièces semblables à
celles qu'il avait lues à sa troupe avant de l'emmener, et de plus une
instruction que ces deux régiments devaient suivre de point en point.

Il employa l'un à fermer toutes les barrières de Paris, avec défense
d'en laisser sortir qui que ce fût; ce qui fut fait, en sorte que dans
les villes du voisinage, d'où on aurait pu avoir des secours, si l'on en
avait eu besoin, on n'aurait rien su de ce qui se passait à Paris. Il
employa l'autre à occuper la banque, la trésorerie et autres points de
l'administration publique. À la trésorerie, il éprouva de la résistance;
le ministre s'y était rendu et sut se servir de la garde de sa maison,
pour ne pas laisser méconnaître son autorité. Mais dans les deux
régiments entiers de la garde soldée de Paris qui faisaient le service
de la place, il n'y eut pas une objection opposée à l'exécution des
ordres de Mallet.

En même temps que Mallet faisait ainsi agir sur plusieurs points à la
fois, il descendait la rue Saint-Honoré avec sa petite troupe. Il tourna
le coin de la rue qui mène à la place Vendôme, et de là, il expédia un
officier avec vingt-cinq soldats de sa troupe, auxquels il ordonna
d'aller se mettre en bataille devant la porte du bureau de l'état-major,
qui était dans la maison placée dans l'angle de la place Vendôme, à
gauche, et de n'en laisser sortir personne.

En même temps, il donna à l'officier un paquet pour l'adjudant-général
Doucet; le paquet contenait les mêmes pièces que les autres, la mort de
l'empereur, l'acte du sénat, les proclamations, la nomination de Mallet
au gouvernement de Paris, une nomination de général de brigade, et un
bon de 100,000 francs pour lui Doucet. À ce paquet il avait joint une
instruction en forme de lettre confidentielle, dans laquelle il
témoignait à Doucet le plaisir qu'il éprouvait à entrer en relation de
service avec lui, et le priait d'envoyer tels et tels ordres aux troupes
qui étaient à Saint-Denis, Saint-Germain et Versailles, et à celles qui
étaient à Paris, il n'exceptait que la garde soldée, qu'il avait
employée, et la 10e cohorte, qu'il avait chargée de l'arrestation du
préfet et du ministre de la police, ainsi que de celle du général
Hullin; il ajouta que, connaissant les relations d'amitié qui existaient
entre lui et le général, il avait voulu lui éviter ce que cette
commission aurait eu de pénible pour lui, et qu'il s'en était chargé;
seulement il lui recommandait de ne pas s'y opposer, et de garder à sa
porte, jusqu'à nouvel ordre, le piquet que commandait l'officier qui lui
remettrait le paquet.

L'adjudant-général Doucet était couché quand l'officier arriva chez lui.
N'ayant pas voulu parler à d'autres, on le fit entrer chez
l'adjudant-général, qui ne comprenait rien à tout ce que cette dépêche
contenait. Il relut plusieurs fois toutes ces pièces, et demanda à
l'officier de la 10e cohorte qui les lui avait apportées, et qui avait
son détachement de garde à la porte, ce qui s'était passé à leur
caserne. Ce jeune homme le lui raconta; il avait vu prendre les armes à
son corps, avait suivi Mallet à la Force, en avait vu extraire Lahorie
et Guidal, et avait suivi Mallet jusque sur la place Vendôme, d'où il
avait continué son chemin pour aller chez le général Hullin, où il était
encore. «Je vois d'ici, ajouta-t-il, notre détachement qui est devant la
porte du général Hullin.» Et il le voyait effectivement par la fenêtre
de l'appartement de M. Doucet.

Doucet ne pouvait plus douter de l'existence d'un projet dont Mallet lui
donnait les détails dans son instruction; à la vérité, cela pouvait
s'appeler une folie, mais cependant cela s'exécutait. Il ne pouvait en
douter, tant par ce qu'il voyait que par ce que lui disait le jeune
officier de la cohorte, qui lui-même agissait. Non seulement il ne
bougea point, mais perdit la tête au point d'avoir peur de sa
responsabilité. Mallet lui avait ordonné de mettre M. Laborde aux
arrêts, se méfiant sans doute de son activité. Doucet venait de faire
appeler M. Laborde, qui demeurait dans le même hôtel; ils lisaient
ensemble toutes les pièces, lorsque Mallet, de retour de chez le général
Hullin, entra dans la pièce où ils se trouvaient; il demanda à
l'adjudant-général Doucet, pourquoi M. Laborde n'était pas aux arrêts,
ainsi qu'il l'avait ordonné, et lui dit de s'y rendre. Laborde résista,
et il s'était engagé une petite discussion à la suite de laquelle
Laborde sortit en disant: «Pour me rendre aux arrêts, il faut que je
sorte; ce n'est point ici ma chambre.» Ce qu'il fit, et c'est en
descendant l'escalier de l'adjudant-général Doucet, qu'il aperçut
l'inspecteur-général du ministère de la police, qui se rendait au bureau
de l'état-major de la place, pour prendre des renseignements dont il
avait besoin. Ce piquet de la 10e cohorte lui en refusait l'entrée,
d'après son instruction, et ce fut Laborde qui, du haut de l'escalier,
cria aux soldats de le laisser monter, ce qu'ils firent, parce que tous
étaient depuis longtemps dans l'habitude d'obéir à Laborde. Ce dernier
lui apprend de quoi il est question, et le conduit dans la chambre de
Doucet, qui causait avec Mallet.

Dans le moment la scène changea. La présence de l'inspecteur fit perdre
le sang-froid à Mallet. L'inspecteur dit tout haut: «Monsieur Mallet,
vous n'avez pas la permission de sortir de votre maison sans que j'aille
vous chercher;» et, s'adressant à l'adjudant-général Doucet, il lui dit:
«Il y a là-dessous quelque chose; arrêtez-le d'abord, je vais aller au
ministère pour savoir ce que cela signifie.» Mallet était adossé contre
la cheminée de l'entresol dans lequel cela se passait. Se voyant perdu,
il met la main à un pistolet qu'il avait dans la poche de son habit;
ceux qui étaient en face de lui virent ce mouvement dans la glace, et
tous les trois ensemble ils le saisirent et le désarmèrent.

Pendant qu'il était arrêté, on apprit ce qui s'était passé chez le
général Hullin, où Mallet avait été avant de venir chez Doucet.

Il avait demandé à lui parler en particulier; il s'était fait
accompagner par un capitaine de la compagnie qui le suivait.

Le général Hullin vint le recevoir. Mallet lui dit qu'il est chargé
d'une commission bien pénible à remplir, puisqu'il est chargé par le
ministre de la police de l'arrêter, et de mettre les scellés sur ses
papiers. Le général Hullin lui dit: Voyons votre ordre. Mallet lui
répond: Entrons dans votre cabinet, je vous le montrerai. Hullin passe
le premier; Mallet le suit, la main à un pistolet, qu'il tenait dans sa
poche, et, accompagné du capitaine de la cohorte, au moment où Hullin se
retourne pour voir ce que Mallet allait lui présenter, celui-ci lui tira
son coup de pistolet dans la figure à bout portant, et l'étendit sur le
carreau. Il ne le tua pas: la balle entra au milieu de la joue, et resta
dans la tête du général Hullin, sans que l'on pût la faire sortir.
Ensuite il sortit pour venir chez l'adjudant-général Doucet, sans que le
capitaine trouvât rien d'extraordinaire à ce dont il était le témoin et
devenait le complice.



CHAPITRE V.

Mésintelligence entre le ministre de la guerre et moi.--Je prends la
défense du général Lamotte.--Confrontations.--Ce qui eût pu arriver.--M.
Frochot.--Conduite du ministre de la guerre.--Il envoie un exprès à
l'empereur.--Je n'envoie personne.--On me croit perdu.--Belle occasion
de connaître mes amis.


Le général Mallet arrêté, tout était fini. On put commencer les
confrontations qui devenaient nécessaires à la suite de tous ces
interrogatoires pour se faire une idée juste de l'affaire: les opinions
variaient de tant de manières sur le parti dont on disait que Mallet
n'était que l'agent, que je mis de l'amour-propre à les éclairer, bien
convaincu que l'on gagne toujours à se pénétrer de la vérité, quelque
tort qu'elle puisse faire, et que rien n'est si dangereux que de se
livrer à des illusions, ou de se laisser aller à la passion. C'est à
cette occasion qu'il s'éleva des nuages entre le ministre de la guerre
et moi. Il me supposa le projet de lui nuire, et de nuire aux
militaires. Il prêta l'oreille à une foule de bavardages dont il
n'aurait pas dû se laisser atteindre, et qui le firent agir vis-à-vis de
moi comme il me croyait capable de faire vis-à-vis de lui. Comme je ne
le fis pas, il resta le maître du terrain. Il rechercha de l'importance
pour lui dans cette affaire, et en la rattachant à plusieurs
invraisemblances, il fit arrêter à tort et à travers les uns et les
autres, en cherchant à les inculper dans cette conjuration de Mallet.
Moi, au contraire, j'en détachai tout ce qui pouvait n'y pas être
compris.

Le ministre de la guerre me faisait un grand grief de défendre
l'innocence du général Lamotte, qu'il avait fait arrêter, parce qu'il
soutenait qu'il était le complice de Mallet, et que c'était lui qui
avait été prendre la 10e cohorte dans son quartier.

Il ne voulait pas croire que Mallet avait pris le nom et joué le rôle de
Lamotte. Je fus obligé, après la déclaration du colonel Soulier, de
faire entrer dans mon cabinet le véritable général Lamotte, qu'il ne
reconnut point: Peu après, sans lui rien dire, je fis entrer le général
Mallet, qu'il reconnut pour être celui qui était venu le prendre le
matin à son quartier, où il s'était présenté sous le nom du général
Lamotte.

Après cette confrontation relative au général Mallet et au général
Lamotte, le ministre de la guerre prétendit qu'il y avait eu connivence
entre le général Mallet et le colonel Soulier, commandant de la 10e
cohorte; sans quoi il n'aurait pas choisi cette cohorte préférablement à
une autre troupe.

C'était également deux opinions mal établies. La preuve qu'il n'y avait
point de connivence entre Mallet et Soulier, c'est qu'il prit le nom de
Lamotte pour entrer chez lui: à quoi cela lui aurait-il servi, s'ils
avaient été d'accord auparavant?

Quant au choix que Mallet avait fait de la 10e cohorte, c'est parce
qu'elle se trouvait la mieux placée pour être employée loin des regards
des autorités que l'on pouvait redouter; il y avait loin du faubourg
Saint-Antoine à la place Vendôme et au ministère de la guerre.

Mais s'il n'avait pas pris cette cohorte, il n'aurait pu en trouver une
autre qu'à la rue Verte ou au faubourg Saint-Honoré, c'est-à-dire, sous
les yeux de l'état-major de la place, qui aurait été averti avant qu'il
eût été à la Force, à la préfecture de police et au ministère.

Toutes ces observations avaient beau être raisonnables, on ne les
écoutait pas, et la passion prenait le dessus.

Cette folie de Mallet conduisit devant un conseil extraordinaire de
guerre quatorze malheureux qui furent condamnés à la peine de mort. Ils
étaient bien coupables assurément; mais au moins faut-il accorder à ces
officiers la justice de convenir que ce qui les rendait inconsolables,
c'était la pensée qu'on les crût capables d'avoir coopéré sciemment à ce
que Mallet leur faisait faire. Ils disaient tous que, si l'empereur
avait été là, ils n'auraient pas tous péri. Ils avaient bien raison, car
je crois que si l'empereur avait été à Paris, hors Mallet, Lahorie et
Guidal, il eût fait grâce à tout le reste; jamais il n'aurait permis une
exécution comme celle qui a eu lieu.

Je m'interposai tant que je pus pour repousser l'idée que le sénat avait
la moindre part à tout ce dont Mallet se disait être muni de sa part.

Sans le contre-temps qui lui fit manquer l'arrestation du ministre de la
guerre, et qui me rendit aussitôt à mes fonctions, le général Mallet
aurait été maître de beaucoup de choses en peu de moments, et dans un
pays si susceptible de la contagion de l'exemple. Il aurait eu le
trésor, qui était riche, dans ce temps-là, la poste et le télégraphe, et
il y avait cent cohortes de gardes nationaux en France. Il aurait su par
l'arrivée des estafettes de l'armée la triste situation où étaient alors
les affaires, et rien ne l'aurait empêché de saisir l'empereur lui-même,
s'il était arrivé seul, ou de marcher à sa rencontre, s'il était venu
accompagné.

Malgré cela, Mallet n'aurait pas joué longtemps le rôle d'un nouveau
Cromwel, parce que la fourberie aurait été reconnue, et que tout le
monde en France était las de mouvements; vraisemblablement, il aurait
bientôt été seul pour consolider l'exécution de son projet.

Mais le danger dont la tranquillité publique fut menacée était grand, et
l'on reconnut, malgré soi, un côté faible dans notre position, que
chacun croyait mieux affermie.

On fut surtout frappé de la facilité avec laquelle on persuada les
troupes de la mort de l'empereur, sans qu'il vint à la pensée d'un seul
de leurs officiers de chercher à s'en assurer, et surtout sans penser à
son fils. Ces mêmes soldats se portèrent sur les individus investis du
pouvoir, trouvèrent cela naturel, et enfin virent tuer le commandant de
Paris, leur général, sans faire un seul geste pour le défendre. Cette
réflexion était affligeante, et à moins d'aimer les illusions, on était
forcé de songer à tout ce que cela préparait de malheurs.

Le préfet du département de Paris était à la campagne, lorsque le
colonel de la 10e cohorte, Soulier, arriva à l'hôtel-de-ville; il y fit
connaître la mort de l'empereur, et annonça qu'il venait prendre
possession de l'appartement destiné à la commission du gouvernement, qui
allait arriver à l'hôtel-de-ville.

Un employé de la préfecture envoya bien vite chercher le préfet.
L'exprès qu'on lui avait expédié le rencontra dans la rue du faubourg
Saint-Antoine par laquelle il revenait lui-même à Paris, ignorant ce qui
s'y passait. Le messager lui remit le billet dont l'employé de la
préfecture l'avait rendu porteur, et dans lequel il marquait au préfet
d'arriver au plus vite; il finissait par ces mots latins: _fuit
imperator_. Le préfet accourt, il trouve l'hôtel-de-ville occupé par
Soulier, qui lui montre tous les actes en vertu desquels il agissait, et
qui lui apprend que le ministre de la police venait de sortir et avait
recommandé que l'on hâtât les dispositions pour recevoir la commission
du gouvernement.

Le préfet croit d'abord que c'est moi, et ne peut rien comprendre à ce
qu'il voit; il demande ses chevaux pour aller chez l'archi-chancelier,
et dit à ses gens; «Faites ce que ces messieurs ordonnent,» mais avant
que sa voiture fût avancée, la comédie avait cessé. On vint arrêter le
colonel Soulier pendant qu'il exécutait les ordres de Mallet, ainsi que
tout ce qui l'accompagnait. On fit un grand crime au préfet de la Seine
d'avoir dit à ses gens: «Faites ce que ces messieurs ordonnent,» et on
persuada à l'empereur de le déplacer. L'autorité militaire l'attaqua
vivement, et il fut disgracié; cependant que pouvait faire le préfet
contre un colonel et sa troupe, supposant même qu'il eût ordonné à ses
domestiques le contraire de ce qu'il leur dit?

Assurément le préfet de la Seine était un homme incapable d'une lâche
trahison, et s'il avait été chez lui au moment où cette troupe s'y
présenta, il ne l'eût reçue qu'après de bonnes informations; mais qui
aurait pu croire que des troupes entières seraient sorties de leurs
quartiers, leurs officiers en tête, sans l'ordre de leurs généraux, et
surtout pour un objet comme celui-là?

Le préfet de la Seine fut généralement plaint; il lui resta des amis, et
l'empereur témoigna des regrets que cela lui fût arrivé. Il l'estimait
particulièrement, et je suis sûr que, sans l'opiniâtreté du duc de
Feltre, le préfet de la Seine n'eût pas succombé. S'il lit ces Mémoires,
je suis bien aise de lui apprendre qu'à bord du _Bellérophon_,
m'entretenant de cette affaire, l'empereur parlait de lui avec intérêt
et presque avec amitié.

C'est ainsi que finit cette singulière entreprise de Mallet. Rien
n'égale la ruse et l'audace avec laquelle elle fut conduite; elle
surprit la réflexion de tout le monde, comme aussi ce même monde
reconnut sa faiblesse; on en fut honteux, mais on n'en devint pas plus
sage. À Paris, on en fut effrayé, parce que l'on se voyait encore sur un
volcan, lorsque, depuis longtemps, on se croyait sur un rocher.

Le ministre de la guerre entreprit de justifier les troupes; pour le
faire, il accusa la surveillance de la police; mais en supposant même
que celle-ci eût eu un moyen de suivre un fil de cette conjuration, qui
n'était que dans la tête d'un homme, rien ne pouvait excuser les troupes
qui avaient marché contre l'autorité, quelle que soit la manière dont on
s'y soit pris pour les y déterminer; l'intelligence la plus commune a
toujours été obligée de reconnaître cette partie de ses devoirs.

Le ministre de la guerre fit grand bruit, envoya la garde à cheval à
Saint-Cloud, sous prétexte que le parti de Mallet voulait enlever le
fils de l'empereur, tandis que Mallet et ses complices étaient déjà
arrêtés: tout ce que faisait le ministre de la guerre était inutile, il
le savait bien; mais il ne voulait que montrer du zèle, pour prendre
place dans l'opinion et conjurer l'orage qu'il voyait arriver; Il fit le
cheval de parade, lorsque le danger était passé, et cela lui réussit.

Les détails du procès ne ramenèrent point la tranquillité dans son
esprit, et il ne fut en repos qu'après qu'il eut envoyé un officier de
son état-major à l'empereur pour surprendre son opinion sur cette
affaire, et il l'égara complètement. L'empereur le reconnut après; mais
il avait déjà prononcé, et il ne voulut point avoir l'air d'être trompé:
néanmoins le ministre de la guerre n'y gagna rien.

Moi, je n'envoyai personne à l'empereur, je ne voulais ni surprendre son
jugement ni accuser qui que ce fût, je me mis même au-dessus de tout ce
que je prévoyais qu'il allait m'en écrire. J'ai été bien souvent grondé
par lui, mais je n'ai jamais pu m'accoutumer à une lettre dure: aussi
calculai-je le jour où je devais recevoir de l'empereur une réponse au
rapport de cet événement. Ce jour-là, je fis ouvrir par mon secrétaire
les lettres que je reçus de lui (l'empereur), et lui donnai l'ordre de
me remettre ce qui ne respirerait pas l'humeur, et de jeter la
réprimande au feu, s'il en venait une, qui effectivement arriva comme je
l'avais prévu, et il n'y manquait rien que de l'avoir méritée. Je ne
m'en tourmentai point, parce que je prévoyais ce qui avait été pratiqué
pour s'emparer de l'opinion de l'empereur. J'ai toujours eu confiance
dans son jugement et cru à sa bonté, et je ne me serais pas mis dans le
cas de la perdre, pour avoir manqué dans une circonstance semblable.

Je souffris des suites de cette affaire. Bon nombre de personnes se
détachèrent de moi, persuadées que je ne pouvais plus rester en place.
On me chercha un successeur, tant cela paraissait probable. Les dames
disaient: «Ah! on ferait bien mieux de s'occuper de ce qui se passe dans
les casernes que dans nos boudoirs.»

Dans tous les temps du monde, les battus ont toujours payé l'amende, il
ne me fallait qu'un peu moins d'honneur pour en faire supporter les
frais à un autre.

Mais l'occasion était trop belle pour se venger de la découverte faite
dans les bureaux de la guerre, de l'espionnage de la légation russe, et
on la saisit. J'aurais pu, quelques mois après, en tirer une
satisfaction éclatante, comme on le verra par la suite de ces Mémoires,
et ne le fis pas. Je fus plaint, parce que l'opinion m'était redevenue
favorable, et que je n'avais fait de mal à personne, mais qu'au
contraire j'avais obligé beaucoup de monde. On fut fâché de ce qui
m'était arrivé, mais on n'en crut pas moins que le premier courrier de
l'empereur allait annoncer la nomination de mon successeur; on se
conduisit donc en conséquence, et les intrigues s'agitèrent pour
partager ma dépouille. Je n'eus pas l'air de m'en apercevoir, et je
profitai de cette occasion pour apprendre à reconnaître mes amis.



CHAPITRE VI.

Les Russes ne veulent entendre à aucune proposition.--Anxiété de la
capitale.--Retraite simultanée des armées russe et française à
Mojaïsk.--Départ de l'empereur.--Considérations qui le
déterminent.--Arrivée à Paris.--Audience des ministres.--Attitude des
courtisans à mon égard.--L'empereur prend une idée juste de la tentative
de Mallet.--Mon crédit est assuré.--Mes amis me reviennent.


Pendant cette fin d'octobre, nous étions dans la persuasion que
l'empereur passerait l'hiver à Moscou; mais nous reçûmes bientôt les
bulletins qui annonçaient la retraite de l'armée, et les événements qui
y avaient donné lieu.

Les Russes, ayant fait le sacrifice de Moscou, n'écoutèrent aucune
proposition d'armistice. Ils étaient bien placés à Kalouga. Nos
communications étaient impossibles à entretenir; les troupes légères
ennemies ne laissaient que des villages brûlés aux nôtres, elles
enveloppaient Moscou; l'armée y aurait été enfermée et étrangère à tout
ce qui aurait pu se passer derrière elle, où il y avait encore de quoi
faire une puissante armée.

Les privations avaient introduit le désordre dans tous les corps
auxquels on ne pouvait point faire de distributions. L'empereur, par
beaucoup d'autres considérations, s'était décidé à la retraite, bien
mécontent que notre cavalerie n'eût pas su garder les traces des Russes.
S'il eût connu leur marche, il aurait été les éparpiller après la
bataille de la Moskowa, au lieu de pousser à Moscou.

À Paris, tout le monde avait des cartes de Russie, sur lesquelles on
pointait avec des épingles les lieux cités dans les bulletins; il n'y
avait guère de salons, dans toutes les classes de la société, où l'on ne
recherchât avec avidité des nouvelles d'une armée dans laquelle chacun
avait un frère, un fils ou un ami. La distance qu'elle avait à parcourir
pour retrouver des quartiers d'hiver à l'époque où l'on se trouvait,
donnait de vives alarmes, qui n'étaient que trop fondées, ainsi que le
désastreux vingt-neuvième bulletin ne tarda pas à l'apprendre.

L'arrivée de l'empereur à Paris acheva de ruiner l'opinion publique. Une
fois que l'on eut commencé à faire des calculs noirs, l'imagination ne
s'arrêta plus, et on ne voyait plus dans l'armée qu'une immense caravane
de gens transis de froid et épuisés de besoin, au lieu de cette masse de
bouillantes cohortes qui, depuis tant d'années, étaient l'admiration des
contemporains, et fournissaient une multitude de faits d'armes glorieux
à l'histoire.

L'on allait ainsi se tourmentant l'imagination, qui ne rencontrait pas
de point d'arrêt, lorsque l'on apprit l'arrivée à Wilna des débris de
notre armée, qui avait perdu tous ses chevaux, par conséquent toute son
artillerie, et qui était revenue jusqu'à la Bérésina, successivement
coupée et flanquée par les corps de l'armée russe, partie de Kalouga
pour intercepter la route de Smolensk à Moscou. À la Bérésina, elle
avait trouvé la rive droite de cette rivière occupée par l'armée russe
qui était revenue de Moldavie après le traité de Jassy. Ce contre-temps
acheva de détruire les espérances des débris de notre armée. L'empereur
ne pouvait pas comprendre comment le prince Schwartzenberg et le général
Reynier ne l'avaient pas garantie de la marche de cette armée russe. Il
fallut bien la combattre, et il n'y avait pas beaucoup de moments
accordés par la fortune pour ouvrir le passage de la Bérésina, ou pour
voir arriver l'autre armée russe, qui suivait à la queue de la colonne.

En partant de Moscou, l'empereur avait prévu tout ce que l'armée aurait
à souffrir en traversant un pays que les passages successifs de deux
armées aussi considérables avaient déjà dévasté. C'est pourquoi, en
quittant Moscou, il prit la route de Kalouga, à travers un pays neuf
dans lequel l'armée eût trouvé de quoi satisfaire ses besoins.

Mais les Russes l'avaient devancé; il les attaqua, les battit, sans
pouvoir les mettre en déroute. Ils se retiraient cependant sur
Malojaroslavetz. Malheureusement l'empereur ne fut pas averti. Il crut
ne pouvoir les débusquer qu'à l'aide de combinaisons que le temps ne lui
permettait pas de faire. Il rétrograda sur Mojaïsk. Les Russes revinrent
occuper les positions qu'ils avaient abandonnées; et nos malheurs
commencèrent. Enfin l'armée atteignit la Bérésina. Les ponts de Borisow
étaient détruits; l'ennemi nous attendait sur la rive opposée; notre
perte semblait inévitable: mais l'empereur veillait sur nos débris.
Wittgenstein fut enfoncé, et les lieux qui devaient être témoins de
notre défaite virent fuir ceux qui devaient l'assurer. Nous franchîmes
cette funeste rivière; mais le froid, les privations, la fatigue,
continuaient leurs ravages. Il fallait courir au-devant des malheurs
dont nous étions menacés. L'empereur les mesurait dans toute leur
étendue. Il savait les sentiments que nous portait l'Allemagne, les
espérances que nos revers allaient réveiller. Il résolut de les prévenir
et de s'assurer du moins des moyens capables de les comprimer. Une autre
considération contribua à le déterminer. Il venait d'apprendre les
détails de l'affaire de Mallet, et malgré les contes divers que chacun
lui adressait là-dessus, selon sa manière de voir, ses rivalités, où
même son ambition [2], la vérité ne lui avait pas échappé. Il avait le
tact si juste, qu'il la démêla lui-même, et jugea le danger mieux que
personne, non pas par ce que Mallet avait fait, mais par ce que
n'avaient pas fait ceux qu'il avait investis de sa confiance dans
différentes parties de l'administration. Cette idée le frappa, et
ramenait son esprit à de tristes réflexions sur ce qu'il croyait avoir
déjà donné de solidité à son système. Cette considération ne contribua
pas peu à lui faire hâter son retour à Paris où il supposait bien que la
nouvelle du désastre de l'armée porterait la terreur.

[2: Tout ce qui briguait le ministère et la préfecture de police lui
écrivait pour le porter à changer ceux qui en étaient pourvus.]

Il arriva le 19 décembre à huit heures du soir, et fit demander les
ministres pour le lendemain à dix heures du matin.

J'allai voir M. de Caulincourt le soir même du 19. Il m'apprit la ruine
absolue de tout ce qui avait été à Moscou, et comme il venait de passer
quinze jours en tête à tête avec l'empereur, qui avait lu vingt fois
tout ce qu'on lui avait mandé sur l'affaire du 23 octobre, il ne me
cacha point que, quoique l'empereur mît une grande partie de cela sur le
compte de l'animosité, il avait encore passablement d'indisposition
contre moi. Il avait trouvé ma défense faible, il supposait qu'il y
avait quelque raison pour cela. Je ne pouvais pas désirer mieux que de
voir l'empereur un peu indisposé, parce que, avec des rapports clairs et
naturels, on le ramenait toujours à la vérité, et alors on était près de
lui dans une meilleure position qu'avant qu'on eût cherché à vous y
nuire. L'empereur avait causé avec l'aide-de-camp que le duc de Feltre
lui avait envoyé; et il revenait avec l'opinion du ministre de la
guerre. Caulincourt m'avait servi de son mieux, et je lui en dois
obligation.

Le lendemain, 20 décembre, les salons de l'empereur étaient remplis dès
le matin; tous ceux qui s'y trouvaient n'y étaient pas venus aussi
contents les uns que les autres.

L'empereur reçut d'abord l'archi-chancelier et ensuite les ministres,
l'un après l'autre, en suivant l'ordre de leur ancienneté d'exercice, en
sorte que le grand-juge et tous les autres ministres, celui du commerce
excepté, passèrent avant moi.

De tous ceux qui étaient là, pas un n'eût voulu être à ma place: on
avait l'air de ne pas oser me parler, pour ne pas me faire une doléance.
L'empereur n'avait pas gardé chaque ministre longtemps, hormis celui de
la guerre, en sorte que je ne tardai pas à être introduit. Lorsque je
traversai la foule qui était à la porte du salon dans lequel était
l'empereur, elle s'écarta comme pour laisser passer un convoi funèbre,
qui allait prendre congé de la cour. Ce qui avait beaucoup contribué à
établir cette opinion, c'était le retour à Paris du duc d'Otrante, que
l'empereur avait rappelé d'Aix en Provence, où il se trouvait; tout le
monde le regardait déjà comme mon successeur. Quelques amis de ma
première prospérité ne m'ont rien laissé ignorer de tout ce qui s'était
dit là pendant que j'étais chez l'empereur.

J'y restai deux heures moins quelques minutes, qui furent bien
exactement comptées par des observateurs, qui n'étaient pas aussi
bienveillants pour moi que l'archi-chancelier, qui resta dans le salon
jusqu'à ma sortie.

L'empereur me demanda mille détails sur l'intérieur avant d'en venir à
l'affaire de Mallet. Comme je n'avais que de bons rapports à lui faire,
et que lui-même avait jugé de la vérité de ce que je lui disais par ce
qu'il avait vu en venant de Mayence à Paris, il fut fort content, et
particulièrement de ce que je ne lui disais de mal de personne. On n'a
jamais connu en France combien on rendait l'empereur heureux en ne lui
portant de plainte sur qui que ce fût. Lorsqu'il eut bien poussé à fond
tout ce qu'il voulait savoir, il commença le chapitre de Mallet; il
parla le premier, et d'après tout ce qu'il me disait, je jugeai par qui
il avait été informé. On y avait mis de la méchanceté, car on savait
toute la vérité sur des faits qu'on lui avait désignés; on n'avait
cherché qu'à surprendre son opinion, et on y était parvenu.

Il me disait: «Je conçois bien que vous ayez été arrêté par cinquante
hommes: il eût été à désirer pour vous que vous eussiez pu vous
défendre. Au reste, je suis moi-même à la merci du chef de bataillon qui
est de garde à ma porte, mais je ne comprends pas que vous n'ayez pas su
que Mallet et le colonel de la cohorte se voyaient depuis longtemps,
ainsi que Lahorie.»

Il était dans toutes ces idées que lui avait données la police
militaire; je lui en montrai l'inexactitude en lui faisant les
observations que j'ai rapportées plus haut.

Il ne voulait d'abord pas y croire, et me répétait: «Comment, avec de
l'esprit, pouvez-vous me faire un conte comme celui-là?» J'insistai, et
commençai à le persuader, lorsque je lui appris que le colonel de la 10e
cohorte n'était que depuis peu de jours à Paris, qu'il revenait de
Barcelone, où il s'était distingué, ce qui lui avait valu d'être appelé
au commandement de cette cohorte, et que non seulement il n'avait pas
donné de cartouches à ses soldats, mais qu'il ne leur avait pas fait
mettre de pierres à feu à leurs fusils; ce qu'il n'aurait pas omis de
faire, s'il avait eu part au complot. La police militaire n'avait pas
mis cela dans son rapport.

L'empereur était toujours dans l'opinion que le général Lamotte avait eu
part à l'entreprise de Mallet; il me désapprouvait de n'avoir pas été de
l'opinion du ministre de la guerre, qui l'avait fait arrêter, et le
tenait encore en prison. Je répondis à cette observation ce que j'ai dit
quelques pages plus haut. L'empereur ne voulut pas admettre cette
opinion sans en avoir parlé en conseil, et me dit: «Si cela est ainsi,
ce sera vous qui aurez vu juste sur cette affaire.»

Le ministre de la guerre ne lui avait pas parlé de l'adjudant-général
Doucet, qui avait marchandé Mallet, au lieu de courir au secours du
général Hullin: au contraire il le créa général de brigade; ce qui fit
dire que Doucet ne pouvait manquer de le devenir, puisque Mallet de son
côté, l'avait déjà nommé.

L'empereur ne me parla jamais avec plus de bonté; il regrettait
seulement que je n'eusse pu me défendre; il me disait: Cela est fâcheux;
mais il n'y a pas de votre faute.

Il me demanda aussi pourquoi l'on arrivait jusqu'à moi sans trouver
vingt gardes dans mes antichambres. S'il y avait eu seulement, me
disait-il, un coup de fusil de lâché, toute cette troupe se serait
retirée. Il avait raison; mais il fallait d'abord avoir les bras libres,
«et c'est bien, lui dis-je, parce que Lahorie me connaissait d'humeur à
ne pas me laisser saisir, qu'il avait pris cette précaution.

«Ensuite, lui observai-je, il y a toujours huit ou dix hommes chez moi
la nuit uniquement comme guet; mais au jour, ils s'en vont; et lorsque
les trois compagnies de la cohorte arrivèrent, ils venaient de sortir.»

Il ne revenait pas de ce que la garde de ma porte eût vu mettre en
pièces mon cabinet, m'eût laissé enlever sans faire la moindre
résistance.

Je voyais son opinion se redresser sur tout cela; il me congédia en me
disant de lui envoyer le soir même M. Réal avec lequel il était bien
aise de causer.

Lorsque je sortis de chez l'empereur, il fallait voir la curiosité des
courtisans qui cherchaient dans mes yeux s'ils devaient m'aborder.
Cependant ils auguraient bien d'une conversation qui avait été aussi
longue, et c'est de ce soir-là (car il était 4 ou 5 heures du soir) que
cessèrent les bruits ridicules dont j'étais le sujet depuis un mois.
J'ai eu depuis plusieurs belles occasions d'en faire repentir les
auteurs; je ne l'ai pas fait.

Avec la faveur reviennent les amis; je les reçus tous, et ne gardai de
rancune à aucun.

L'empereur m'avait paru indisposé contre M. Pasquier, préfet de police;
je le défendis courageusement, et lui fis obtenir la justice qu'il
méritait: je n'eus pas grand-peine, parce que l'empereur l'estimait
particulièrement.

L'empereur tint un conseil pour résoudre tout ce qui était relatif à
l'affaire du général Mallet; il se fit présenter l'exposé exact de tout
ce qui s'était passé, et prit la véritable opinion qu'il devait avoir de
cette entreprise. Il ordonna la mise en liberté du général Lamotte,
destitua cependant le préfet de la Seine, malgré tout ce que je pus dire
en sa faveur; enfin il cassa la garde soldée à pied et à cheval de la
ville de Paris.

Il m'ordonna dans le même conseil de lui présenter un projet
d'organisation d'un corps de gendarmerie pour Paris, et de le placer
entre l'autorité civile et l'autorité militaire, de manière à n'avoir
rien à redouter du mauvais emploi que l'une ou l'autre de ces autorités
pourrait en faire.

Le même jour, on avait reçu la nouvelle de la belle défense qu'avait
faite le château de Burgos, qui avait soutenu plusieurs assauts de la
part des Anglais, sans perdre un seul des ouvrages de la place. Il se
trouvait dans la garnison qui le défendait un détachement de la garde
soldée de Paris; le ministre de la guerre proposa à l'empereur de
recréer sur ce détachement les corps que l'on licenciait à Paris;
l'empereur ne le voulut pas, et me réitéra l'ordre de m'occuper sans
délai du projet qu'il m'avait demandé.



CHAPITRE VII.

Impôts.--Ressources à créer.--Nouvelle armée.--Mouvement
national.--Députations des départements.--Murat retourne à
Naples.--Défection de la Prusse.--Conseil privé.--Opinions qui y sont
émises.--Négociations par l'intermédiaire de l'Autriche.--M. de Bubna.


La malheureuse campagne de Russie était le premier événement fâcheux qui
arrivait à l'empereur et à la France depuis qu'il la gouvernait; on le
supporta avec courage, quoiqu'en en parlant beaucoup, et l'on fit avec
générosité tous les sacrifices que le besoin de réunir une armée
exigeait.

C'est à cette époque qu'on commença à voir établir des impôts qui furent
perçus par des moyens illégaux. C'est aussi de cette même époque que
l'on vit l'application de quelques mesures qui n'étaient pas moins
arbitraires; mais l'embarras de la situation du moment avait forcé à y
avoir recours.

Le mal était grand, et le temps pour le réparer était court; il fallait
faire vite pour arriver à temps.

Ce serait être sévère jusqu'à l'injustice, que de juger l'empereur par
les deux dernières années de son gouvernement, elles ont fourni des
armes à ses ennemis, mais nous ne devons pas les imiter. Ces deux
dernières années ont été remplies d'événements hors de la prévoyance
humaine, et l'on y employait des remèdes hors de toutes règles; on ne
s'attachait qu'à ce qui pouvait être exécuté le plus rapidement. Sans
les mesures arbitraires, on n'eût pas été en état de se remettre en
campagne avec autant de moyens qu'on le fit au mois de mai suivant. Il
n'y avait que l'empereur qui eût l'art de tirer parti des ressources
qu'il possédait et de créer celles qui lui manquaient.

Tous les convois d'armes et d'équipages militaires avaient été laissés
dans les canaux de la Prusse, ainsi que dans les rivières de la Pologne,
où ils étaient restés arrêtés par les glaces.

L'empereur eut à recréer un matériel d'artillerie complet avec les
attelages. Il eut toute la cavalerie à remonter et la moitié de son
infanterie à renouveler.

Cette situation aurait fait reculer un autre courage que le sien; mais
lorsqu'il eut bien lu dans ses états de situation (c'était son
expression), il mit la main à l'oeuvre, et en moins de quelques semaines
il eut rassemblé les matériaux d'une nouvelle armée.

L'artillerie existait dans les arsenaux; on n'eut à acheter que les
chevaux et qu'à les équiper.

On en trouva une suffisante quantité ainsi que pour remonter la
cavalerie. On doubla partout les ateliers de confection d'effets
militaires, et cette partie alla encore bien.

On prit les cent cohortes de la garde nationale ainsi que tout ce qui se
trouvait dans les dépôts des différends régiments. On joignit à cela une
levée d'hommes, et on reconstruisit une armée aussi nombreuse que
l'était la première, mais qui ne pouvait lui être comparée pour l'espèce
des hommes, leur force et surtout leur expérience.

L'empereur avait bien soin de faire placer dans chacun de ses nouveaux
bataillons des officiers et des sous-officiers anciens que l'on tirait
des corps de l'armée; mais comme cette opération avait déjà été faite
plusieurs fois, ces sous-officiers n'étaient plus eux-mêmes que de bons
soldats, parce que la classe des hommes de choix était épuisée. La
cavalerie particulièrement n'était composée que d'enfants montés sur des
chevaux aussi inexpérimentés que leurs cavaliers. La marine fut d'un
très grand secours dans cette occasion; en ce qu'elle donna de suite son
corps d'artillerie, qui était fort nombreux et compensa bien au-delà les
pertes que l'on avait faites dans cette arme; il fournit de plus une
belle division de bonne infanterie. Le mouvement national fut très beau
en France. Le Piémont aussi se distingua par le zèle qu'il mit à aller
au-devant de tout ce qu'on pouvait lui demander.

Il y eut de tous les points de la France des députations qui vinrent
présenter à l'empereur des assurances de dévouement. On semblait un peu
consolé du malheur survenu, par la pensée de saisir une occasion de
montrer le zèle dont on était animé. C'était à qui fournirait quelque
chose. À aucune époque de la révolution on ne fit des dons patriotiques
de meilleur coeur; on donna du mouvement à toutes les classes de la
population, à toutes les corporations et professions, qui contribuèrent
pour un nombre déterminé de chevaux et d'équipages de guerre.

Pendant que l'empereur se donnait ainsi beaucoup de peine à Paris, on
lui gâtait ses affaires à l'armée.

Le roi de Naples, non seulement n'avait pu parvenir à rallier l'armée à
Wilna, mais il avait évacué cette ville et ramené l'armée en troupeau
vers la Vistule. Il acheva ainsi de la perdre. On était dans le mois de
janvier, et le froid était des plus rigoureux. Arrivé à la Vistule, il
la quitta lui-même pour retourner à Naples, en laissant le commandement
au vice-roi d'Italie. L'empereur était bien mécontent de la conduite de
ce prince qui fit bien de ne pas passer par la France, car il aurait pu
y rencontrer une mauvaise réception: il se dirigea par la Saxe, la
Bavière et le Tyrol.

L'armée russe faisait suivre la nôtre par des nuées de Cosaques qui
passaient les rivières sur la glace, en sorte que l'on ne pouvait
prendre de position nulle part; aussi l'armée revint-elle successivement
sur Posen, puis sur l'Oder et sur l'Elbe, qu'on ne put même pas garder.

Le contingent prussien, sous les ordres du général Yorck, était à la
gauche du corps du maréchal Macdonald. Le général prussien traita
particulièrement pour son corps avec le général russe qui le suivait; il
conclut avec lui un armistice par lequel il mit ses troupes hors de
l'état d'hostilités, exposant ainsi le reste du corps d'armée à une
perte certaine. Il compromit par contre-coup le roi de Prusse son
maître, qui était dans sa capitale au milieu de notre armée.

Ce fut lors de cette première défection que nous sentîmes le poids de
l'ingratitude du maréchal Bernadotte, qui pouvait, en attaquant la
Finlande, retenir le corps qu'il avait laissé venir en Courlande. La
réunion des Suédois avec l'armée russe arriva fort mal à propos pour
nous, et eut lieu pour ainsi dire, au moment où les autres souverains
alliés s'empressaient de renouveler à l'empereur leurs sentiments pour
lui, en chargeant des ambassadeurs extraordinaires de lui en porter
l'assurance.

Le roi de Prusse désavoua la conduite de son général; il envoya un
ambassadeur à l'empereur au mois de janvier; il fit condamner le général
Yorck par un conseil de guerre, mais telle était la rapidité de la
marche des événements, que, moins de trente jours après, il était dans
les rangs de nos ennemis.

Le roi avait résisté longtemps aux instances dont il était obsédé en
Prusse pour se joindre aux Russes. La droiture de son caractère le
retenait encore dans notre alliance malgré les funestes résultats
qu'elle ne pouvait manquer de lui amener. Il fut contraint au parti
qu'il prit par les hommes de mouvement qui lui déclarèrent nettement,
mais avec respect, qu'ils étaient prêts à agir avec lui comme sans lui.
Le roi leur répondit alors: «Eh bien, messieurs, vous m'y forcez; mais
souvenez-vous qu'il faut vaincre ou être anéanti.»

Lorsque l'empereur apprit la défection du corps prussien, il assembla un
conseil privé, auquel assistèrent l'archi-chancelier, M. de Talleyrand,
les ministres, le président du sénat, des ministres d'État, ainsi que
plusieurs grands officiers de sa maison. Il exposa lui-même la situation
des choses, fit donner lecture des pièces relatives à cet événement, et
posa la question suivante: «Dans cette conjoncture, qui complique encore
notre mauvaise position, me conseillez-vous de négocier pour la paix ou
de faire de nouveaux efforts pour la guerre?»

J'étais en mon particulier très fâché de voir soumettre cette question
au jugement de tant de monde; elle aurait du être traitée dans le
cabinet de l'empereur, entre deux ou trois personnes qu'il y aurait
appelées l'une après l'autre. Les conseils trop nombreux ont
l'inconvénient de ne produire aucune résolution, parce que personne
n'ose y émettre une opinion courageuse. Aussi à celui-là c'était à qui
ne parlerait pas.

L'empereur demanda à l'archi-chancelier son opinion. Elle fut pour la
paix. Mais l'empereur était accoutumé à plaisanter avec Cambacérès
toutes les fois qu'il n'était pas question de législation ou de
jurisprudence; il s'adressa à M. de Talleyrand, il lui demanda son
opinion. M. de Talleyrand ne répondit pas aussi franchement que je
l'attendais. Soit qu'il ne voulût pas parler devant tant de monde, ou
qu'il eût un autre motif pour se taire, il fut de l'opinion de négocier.
L'empereur lui dit: «Voilà comme vous êtes toujours: vous allez disant
partout qu'il faut faire la paix; mais comment la faire? M. de
Talleyrand répliqua: «Votre majesté a encore entre les mains des effets
négociables: si elle attend davantage, et qu'elle vienne à les perdre,
elle ne pourra plus négocier.» L'empereur, s'impatientant un peu, lui
dit: «Mais expliquez-vous.» Et comme M. de Talleyrand hésitait à le
faire, il ajouta: «Vous n'avez pas changé.» Puis passant de suite au duc
de Feltre, quoiqu'il y eût deux ou trois personnes avant lui, il lui
demanda son opinion sur la question posée: s'il convenait de négocier,
ou de faire de nouveaux efforts. M. de Feltre répondit d'une voix ferme,
et après y avoir réfléchi: «Je regarderais votre majesté comme
déshonorée si elle consentait à l'abandon d'un seul village réuni à
l'empire français par un sénatus-consulte.» L'empereur reprit: «Voilà
qui est clair. Alors que faut-il faire?» dit l'empereur. «Il faut armer,
sire,» répondit M. de Feltre. L'empereur, continua à recueillir les
opinions, mais personne ne s'avisa d'être d'un sentiment opposé à celui
qui parut lui convenir.

M. de Feltre crut avoir décidé l'opinion du conseil. Il était dans
l'erreur; et dut voir comme moi, en sortant de ce conseil, combien
chaque membre en particulier désapprouvait qu'on n'eût pas adopté
l'opinion de Talleyrand. L'empereur avait bien raison de dire que
lorsqu'il demandait l'avis de tout le monde, personne ne voulait parler,
mais qu'à peine était-on sorti de chez lui tout le monde récusait ce
qu'il avait dit.

Il fut donc résolu à ce conseil que l'on armerait tout ce que l'on
pourrait. La corde de l'arc était déjà bien tendue, et certainement elle
se serait rompue en d'autres mains que dans celles de l'empereur. L'on
apprit peu de temps après la part que les Suédois prenaient à la
coalition, en même temps que l'entrevue de l'empereur de Russie et du
roi de Prusse, qui avait été à sa rencontre depuis Berlin jusqu'à
Breslaw.

Là, il renouvela avec lui tous les traités qui l'attachaient à
l'autocrate avant la guerre malheureuse qu'il nous avait faite en 1806
et 1807. Cette défection de toute la Prusse nous fit un grand mal dans
l'intérieur, surtout parce qu'on en entrevoyait d'autres, et qu'alors on
ferait une bien mauvaise paix, à moins qu'on achevât de ruiner la nation
en efforts qui devaient tous les jours devenir d'autant plus grands que
le mal augmentait, et que notre moral perdait sensiblement. Napoléon, en
passant à Dresde, avait réclamé l'exécution des promesses que lui avait
faites l'empereur d'Autriche. Il lui avait demandé de mobiliser un corps
de la Galice et de Transilvanie, de porter ce contingent à soixante
mille hommes et d'envoyer près de lui quelqu'un qui remplaçât le prince
Schwartzenberg, dont la présence était utile à l'armée. «L'alliance que
nous avons contractée, avait-il ajouté, forme un système permanent dont
nos peuples doivent retirer de si grands avantages, que je pense que V.
M. fera tout ce qu'elle m'a promis à Dresde, pour assurer le triomphe de
la cause commune, et nous conduire promptement à une paix convenable.»
L'Autriche, dont la jubilation s'était déjà trahie, se hâta de revenir
sur ses pas. Elle fit partir M. de Bubna en toute hâte, et le chargea de
fortes protestations pour Paris. Il devait prendre les idées de
l'empereur sur la réorganisation du contingent et s'entendre avec lui
sur les mesures qu'exigeait la mobilisation des troupes stationnées dans
les provinces qui touchaient au théâtre de la guerre. Quant à la paix
que voulait l'empereur, l'Autriche la désirait plus encore. «Ce n'était
pas néanmoins pour la France, elle savait que sa position était toujours
la plus brillante, c'était pour l'Europe, c'était pour elle-même. Les
progrès de la Russie, la prépondérance que cette puissance s'efforçait
de saisir l'alarmaient, et son système politique l'attachait plus
étroitement encore à l'alliance après nos revers. La France, de son
côté, avait aussi besoin de repos, son bonheur intérieur, celui de
l'impératrice altéré par les inquiétudes de la guerre, étaient des
considérations qu'un même intérêt rendait communes aux deux souverains.
L'Autriche désirait donc ardemment la paix qui la laisserait dans la
seule position qu'elle enviait en Europe, et qui ne pouvait que
consolider la puissance de son allié. Si on voulait qu'elle agît
officieusement, elle était prête, non qu'elle prétendît influer par son
importance propre, mais par la force que donne un esprit de
conciliation, aussi _désintéressé que le sien_. L'empereur Napoléon
n'avait qu'à faire connaître ses vues, elle les ferait valoir: lui seul
était intact, lui seul était en mesure de dicter la paix. Tout ce qu'on
lui demandait, c'était de _ne pas faire connaître les bases très
généreuses qu'il proposait_, de laisser faire le cabinet autrichien, et
de _presser les préparatifs pour une nouvelle campagne_.

L'empereur n'était pas trop dupe de ces protestations; mais il n'avait
rien de mieux à faire, il laissait dire et prenait ses mesures. Le
général Bubna, de son côté, ne se prêtait qu'avec peine aux déceptions
qu'il semait, et voyait semer parmi nous. Il répétait à tous ceux qui
voulaient l'entendre, qu'il fallait faire la paix; il me l'a dit à
moi-même sans doute pour que je le répétasse à l'empereur, et il
ajoutait: «Ceux d'entre vous qui l'aiment doivent le lui conseiller.» M.
de Bubna parlait comme un galant homme; il ne compromit rien de ce qu'il
ne devait pas dire, mais ce qu'il conseillait n'était pas facile. Il
était à Paris pendant que nous faisions tous les grands efforts qui ont
recréé l'armée. Il en était étonné et concevait lui-même quelques
espérances que l'on pourrait faire la paix.



CHAPITRE VIII.

Quelques mots sur les affaires d'Espagne.--Visite de l'empereur au
pape.--La culotte du pape.--Générosité de l'empereur avec ses
maréchaux.--M. de Narbonne nommé à l'ambassade de
Vienne.--Gardes-d'honneur.--Motifs de cette institution.--Insurrection
d'un de ces régiments à Tours.--Le colonel de Ségur.--M. de
Nétumière.--L'impératrice est nommée régente.--Confiance de l'empereur
dans M. de Menneval.--Vive apostrophe du ministre de la guerre.


L'hiver se passa en armements de toutes parts; on espérait quelque chose
des négociations de l'Autriche, mais pendant qu'elles marchaient, les
événements avançaient aussi.

L'empereur était encore à Paris, travaillant jour et nuit à tout ce qui
pouvait augmenter ses moyens pour la campagne suivante. Avant d'en
parler, je dois dire ce qui était arrivé en Espagne depuis la bataille
des Aropiles.

Le maréchal Soult avait rejoint, dans le royaume de Valence, l'armée
sous les ordres du maréchal Suchet, à laquelle se trouvait le roi
d'Espagne. Ils marchèrent tous deux sous les ordres du roi, d'abord par
Madrid, puis par le Guadarrama et Arevalo jusqu'à Salamanque, où ils
avaient atteint l'armée anglaise qui s'était retirée de Burgos au bruit
de la marche de ces deux armées. On dit que le soir du jour même de leur
arrivée, elles pouvaient attaquer l'armée anglaise avec succès, et
qu'elles ne voulurent le faire que le lendemain, mais que l'on trouva
l'armée ennemie partie.

On raisonne toujours des événements après qu'ils sont arrivés. Il semble
cependant que l'on ne peut adresser de grands reproches à des généraux
qui ont eu la prudence de ne pas vouloir engager une action sérieuse à
la fin du jour, et éviter un désordre dont ils n'auraient pas été les
maîtres pendant la nuit.

Quoique l'empereur fut revenu fort tard de Russie, il fit encore un
voyage à Fontainebleau où il alla voir le pape. Ils furent
réciproquement bien l'un envers l'autre; ils dînèrent ensemble, et
convinrent d'une partie de ce qu'on n'avait pu obtenir dans les
négociations de Savonne. Le pape céda en témoignant cependant des
scrupules sur les conséquences que pouvaient avoir ses concessions sur
les prétentions temporelles. L'empereur le rassura et lui adressa même,
pour le tranquilliser, une lettre spéciale [3]. Le saint Père parut
satisfait, mais le vieillard rusait. Il demanda son conseil,
c'est-à-dire les cardinaux dont il prétendait avoir besoin. L'empereur
ordonna qu'on les lui rendit; mais ils ne furent pas plutôt en liberté,
qu'ils remplirent de terreur la tête du saint-père et le firent revenir
sur le concordat qu'il avait consenti. Il protesta et adressa à
l'empereur une longue lettre pleine de componction et de réserve.
L'empereur, impatienté, prit de l'humeur et ordonna que, malgré ce
ridicule désaveu, le concordat fût promulgué partout et devînt loi de
l'état.

[3: Voyez à la fin du volume.]

Le pape était avare, et malgré que l'ont eût pourvu amplement à tous ses
besoins, il comptait fort exactement quelques douzaines de pièces d'or
qu'il avait dans son secrétaire.

Il suivait le compte des moindres objets de sa toilette, depuis ses
simarres jusqu'aux bas, et menu linge.

Il n'ouvrait pas un livre dans toute la journée; il s'occupait à des
choses que l'on aurait de la peine à croire, si on ne l'avait pas vu: il
cousait et raccommodait lui-même quelques petites déchirures qui se
faisaient à ses vêtements; par exemple, il remettait lui-même un bouton
à sa culotte, il lavait le devant de ses simarres, sur lesquelles il
avait l'habitude de laisser tomber beaucoup de tabac, dont il faisait un
grand usage [4].

[4: Voyez à la fin du volume.]

Il fallait avoir une bonne dose d'illusion pour croire à
l'infaillibilité d'un souverain pontife que l'on voyait si près des
misères humaines.

Il avait à Fontainebleau mille moyens d'employer son temps: il avait une
bibliothèque superbe, il n'y toucha pas et ne voulut, pour ainsi dire,
voir personne que les cardinaux qu'on lui avait rendus.

L'empereur fut si pressé par les événements, qu'il n'eut pas le temps de
terminer cette affaire avant d'être obligé de partir pour la campagne de
1813.

Il avait fait venir quelques maréchaux d'empire à Paris pour leur faire
prendre un peu de repos.

En les renvoyant prendre le commandement de leur corps, il fut, envers
eux, généreux jusqu'à la magnificence. Il donna au maréchal Ney cent
mille écus; au maréchal Oudinot cinq cent mille francs; celui-ci en eut
deux cent mille de plus, parce que sa maison venait d'être brûlée à
Bar-sur-Ornain.

À cette époque, on dénonça à l'empereur le général Lecourbe, comme
cherchant à vendre ses terres pour passer au service de Russie.

Comme cela pouvait être vrai, l'empereur ordonna d'y prendre garde;
c'est ce qui fit envoyer le général Lecourbe en surveillance en
Auvergne, au lieu de le laisser en Franche-Comté où il était. Pour plus
de précaution on mit entre les mains du général Dutailli une opposition
au paiement de la terre qu'il venait d'acheter du général Lecourbe.

Avant de commencer la campagne, l'empereur envoya M. de Narbonne à
Vienne, en qualité d'ambassadeur, en place de M. Otto, qui s'était un
peu trop laissé prendre aux protestations de M. Metternich.

Malheureusement, lorsque M. de Narbonne arriva, l'Autriche avait déjà
résolu de profiter de notre situation, pour revoir ses comptes avec
nous. Les armées combinées des Russes et des Prussiens s'approchaient;
nous venions de repasser l'Elbe; ils étaient entrés à Dresde, d'où le
roi de Saxe avait été obligé de se retirer en toute hâte; il était venu,
ainsi que ses troupes, en Bohême, sur les pressantes sollicitations de
l'empereur d'Autriche, qui ne négligeait aucun moyen de le surprendre,
pour le faire entrer dans la coalition contre la France.

L'empereur le voyait bien, et ce fut, je crois, particulièrement pour
retenir l'Autriche et la Saxe, qu'il se hâta de partir afin de ramener
la fortune de son côté. Il ne regrettait que de n'avoir pas eu un mois
de plus pour faire rejoindre tout ce qui était en chemin pour l'armée,
particulièrement sa cavalerie; il en avait tiré une bonne partie de
celle d'Espagne. C'est à cette époque que l'on créa les régiments des
gardes d'honneur, mesure contre laquelle on a cherché à soulever
l'opinion: il y avait, dans la levée de ces jeunes gens, deux buts que
je vais expliquer.

La nécessité d'avoir de la cavalerie était reconnue: on avait pris, pour
l'infanterie, tout ce qu'offraient encore de disponible les états de la
conscription; d'ailleurs les gens de la campagne ne pouvaient pas faire
de suite des cavaliers. Ils ont d'ailleurs besoin du manège et de tout
ce qui compose l'instruction du cavalier, que l'on n'avait pas le temps
de leur donner; la classe des jeunes gens aisés, au contraire, était
abondante en bons écuyers, auxquels il ne manquait que de la vocation
pour être de très bons cavaliers de guerre. On observait bien que la
plupart des familles auxquelles ces jeunes gens appartenaient les
avaient déjà rachetés du service militaire, où qu'ils avaient satisfait
entièrement à la conscription. Mais l'on révisait les listes de
conscription elles-mêmes, on rappelait au tirage des hommes qui y
avaient déjà satisfaits; pourquoi aurait-on ménagé la classe qui offrait
le plus d'hommes propres au service militaire, lorsque l'embarras de la
circonstance obligeait à être injuste envers celle qui avait moins de
moyens de supporter cette charge, qui est toujours ruineuse pour les
familles qui sont accoutumées à vivre du travail de leurs enfants.

Il eût sans doute mieux valu que l'on ne fût pas dans le cas d'avoir
recours à une telle mesure; mais puisqu'on ne pouvait pas sortir
d'embarras autrement, on était suffisamment autorisé à l'employer; elle
a beaucoup indisposé, parce que toute cette jeunesse avait une nombreuse
clientèle de parents qui jetèrent les hauts cris, tandis que les gens de
la campagne partaient sans mot dire. On eût pu demander aux
gardes-d'honneur ce qu'ils étaient de plus que les autres pour prétendre
rester chez eux, lorsque toute la France courait aux armes.

Le second but était de sortir de l'état d'oisiveté des jeunes gens dont
l'esprit ardent est toujours prêt aux entreprises hasardeuses, et qui
pouvaient devenir dangereux dans la main d'un homme entreprenant auquel
ils auraient accordé leur confiance.

Cette jeunesse des gardes-d'honneur ne fit de façons que pour quitter le
toit paternel; une fois enrégimentée elle prit l'esprit militaire au
plus haut degré de perfection, et hormis quatre ou cinq récalcitrants,
tout au plus, sur toute la quantité des jeunes gens appelés, il ne fut
besoin d'aucune mesure extraordinaire pour les faire rejoindre. On eut
beau crier à la tyrannie on leva au-delà de dix mille hommes de cette
classe, dont on fit quatre beaux régiments de deux mille cinq cents
hommes chacun.

Celui de ces régiments, qui s'organisait à Tours, fut le seul qui devint
l'objet d'une surveillance.

J'avais été informé qu'on excitait les jeunes gens qui le composaient à
l'insurrection, et qu'on leur donnait les plus coupables conseils.

M. de la Rochejacquelain, qui avait servi autrefois dans la Vendée,
allait et venait, paraissait souvent à Tours, dont cependant il
demeurait assez loin. J'avais des informations assez précises pour me
décider à prendre un parti.

J'écrivis au colonel de ce régiment des gardes-d'honneur, qui était M.
Philippe de Ségur, de faire arrêter un ou deux de ces jeunes gardes que
je lui désignai, et de me les envoyer à Paris.

Pendant qu'il se disposait à les faire partir, il éclata une petite
insurrection parmi cette jeunesse; desquels un nommé M. de Nétumière
vint chez M. de Ségur lui demander la liberté de son camarade; et sur le
refus du colonel, il lui tira un coup de pistolet à bout portant. Les
grains de poudre de la charge s'incrustèrent dans le visage de M. de
Ségur, la balle, lui perça sa cravate, mais il n'eut pas d'autre mal.

On m'envoya le jeune de Nétumière à Paris, ainsi que ceux des autres
jeunes gens que j'avais demandés: la position du premier était claire,
et il n'y avait aucun moyen de le sauver; au fond ce n'était qu'un
étourdi, mais il était incapable de méditer un crime. Je donnai à mes
recherches la suite que je voulais. M. le duc de Feltre m'écrivit
plusieurs fois de lui remettre le jeune Nétumière, afin de le faire
juger; je donne à penser ce qu'il serait devenu si j'y eusse consenti.
Je fus obligé, pour le sauver, de le comprendre dans l'information que
je faisais faire pour ses autres camarades; par ce moyen je le retins en
prison où il resta, à ma seule disposition.

Les événements de 1814 survinrent: le duc de Feltre lui eût alors plutôt
donné le commandement d'un régiment qu'il ne l'eût fait rechercher par
un conseil de guerre.

L'empereur, avant de quitter Paris, voulut prévenir les suites d'une
seconde entreprise comme celle de Mallet. Jusqu'alors, pendant ses
absences, le gouvernement avait résidé dans le conseil des ministres,
présidé par l'archi-chancelier, mais il pouvait arriver qu'un ministre
vînt à mourir ou à tomber malade au point de ne pouvoir s'occuper; dans
ce cas, personne n'était autorisé à prendre sa signature, à moins d'un
décret de l'empereur; faute de l'avoir, tout ce qui se serait ordonné
dans cette branche d'administration aurait couru risque de ne pas être
exécuté.

Pour obvier à cet inconvénient, il nomma l'impératrice régente, et lui
composa un conseil; de cette manière il y eut un pouvoir toujours
présent, qui pouvait déléguer celui dont on aurait besoin dans un cas
extraordinaire. L'empereur confia cette autorité à l'impératrice avec
beaucoup de grâce.

Il fit travailler pendant plusieurs jours à la rédaction d'une
organisation de régence; on compulsa tout ce qui avait été fait en
France aux différentes époques de l'histoire où des régentes avaient
gouverné l'état; lorsque tout fut prêt, il convoqua un conseil privé
auquel l'impératrice se rendit en cérémonie, accompagnée des personnes
de son service d'honneur: elle vint prendre place à côté de l'empereur.
Après un instant de silence on donna lecture du décret d'organisation de
la régence, et de l'étendue de son autorité; le même décret faisait
connaître qu'elle était confiée par l'empereur à l'impératrice. En
conséquence elle prêta serment d'administrer l'État selon les lois et la
constitution, et de remettre le pouvoir aussitôt que la volonté de son
époux lui serait notifiée.

Après cette cérémonie, elle rentra dans ses appartements où l'empereur
l'accompagna.

On fut généralement satisfait de voir l'impératrice Marie-Louise revêtue
de cette autorité; on la savait bonne et sensible, on l'aimait et on
l'estimait beaucoup; il ne revenait que de bonnes choses pour tout ce
qui avait des rapports avec son intérieur, et on pouvait avec raison
dire qu'elle avait conquis l'estime de la nation, qui avait beaucoup de
bienveillance pour elle. Cela provenait de ce que dans toutes les
occasions où elle devait paraître, elle ne se montrait jamais
qu'accompagnée de tout ce que la plus rigoureuse bienséance exigeait. En
montrant beaucoup d'égards pour le public, elle l'avait capté plus
sûrement que n'auraient pu le faire les soins administratifs. Pour
faciliter à l'impératrice le travail qu'allait lui donner la régence,
l'empereur plaça près d'elle l'homme dans la probité duquel il avait le
plus de confiance, son secrétaire intime M. de Menneval. Il s'imposa
cette privation et recommanda à ce dernier de lui écrire directement
tous les jours.

Avant de quitter Paris, l'empereur organisa définitivement la nouvelle
garde soldée de la capitale, telle qu'elle l'est encore aujourd'hui; il
fit un conseil des ministres lecture du projet d'organisation que je lui
avais présenté à cette occasion, et auquel il avait fait quelques
changements, puis il demanda au ministre de la guerre: «Que dites-vous
de cela, monsieur le ministre de la guerre?» Celui-ci lui répondit,
rouge de colère: «Sire, votre majesté est la maîtresse de faire ce
qu'elle veut, mais avec un projet comme celui-là, il ne me reste plus
aucun moyen d'empêcher M. le ministre de la police de se faire maire du
palais, et de détrôner vous ou le fils de votre majesté.--Oh! oh!
répliqua l'empereur, vous dites là une sottise, ce ne serait pas ce
ministre-ci qui pourrait faire cela; et lui-même il faut bien qu'il ait
des moyens contre vous, comme vous en demandez contre lui. Si vous
n'avez que cette objection-là à faire au projet, je ne l'admets pas.» Et
le projet passa.

Je pris la parole; je répondis au ministre de la guerre, que le premier
de nous deux qui abandonnerait l'empereur ou son fils, ne serait pas
moi, je ne me doutais pas que j'en verrais l'expérience aussitôt. M. de
Feltre ne pensait pas à ce qu'il disait, aussi ne lui en ai-je gardé
qu'une très-petite rancune; on en verra la preuve dans le chapitre
suivant.



CHAPITRE IX.

L'affaire de la capitulation de Baylen devant un conseil de
guerre.--Comment elle finit.--Vengeance que je tire du ministre de la
guerre.--Quelques indices de troubles dans la Vendée.--Grand zèle du duc
de Feltre.--La montagne accouche d'une souris.


C'est vers cette époque que l'empereur fit mettre en jugement l'affaire
du général Dupont (pour sa capitulation de Baylen), parce qu'il y avait
plusieurs généraux qui y étaient impliqués, et qu'il les aurait employés
si une fois ils avaient été hors de cette situation. D'ailleurs,
l'information de toute cette longue affaire était faite depuis
longtemps, et en tardant autant à la juger, on avait l'air de vouloir
agir despotiquement, en refusant aux prévenus de les mettre en présence
de la justice. Leur caractère ne les rendait justiciables que d'une
haute cour nationale, et avant de former ce tribunal, l'empereur voulut
savoir si les prévenus étaient véritablement coupables; il ne voulut pas
émettre d'opinion qui eût servi de règle à ce que chacun aurait eu à
dire. En conséquence il renvoya l'affaire devant le conseil-d'état pour
y être examinée, et entendre les prévenus dans leurs moyens de défense.
Il fit adjoindre (pour ce cas seulement), au conseil-d'état, tous les
maréchaux d'empire, qui se trouvaient à Paris. Cette cause excita
l'attention publique; les faits étaient clairs et positifs, et, malgré
que des relations de société eussent rendu de grands services au général
Dupont, en faisant supprimer, dans le dossier du procès-verbal,
plusieurs pièces qui pouvaient être à sa charge; les conséquences de
l'événement de Baylen avaient été si fatales, qu'il était difficile que
le ressentiment n'en fût pas vif; et il n'y a nul doute que si le
conseil-d'état avait émis l'opinion qui résultait de l'exposé des faits
eux-mêmes, les prévenus eussent été déclarés coupables, et conséquemment
exposés à toute la sévérité d'un jugement qui eût été un grand exemple.

Puisque le conseil-d'état ne prononça pas nettement la culpabilité, ce
ne pouvait être que parce qu'il avait reconnu l'impossibilité d'épargner
des hommes qui avaient été les camarades de plusieurs de ses membres; et
s'il les renvoya à la clémence de l'empereur, c'est qu'il était assuré
de son indulgence: autrement c'eût été l'équivalent d'une condamnation.

Effectivement l'empereur n'en envoya aucun devant les tribunaux; il se
contenta de faire enfermer le général Dupont, et de lui ôter les
honneurs qu'il avait obtenus par d'anciens services; il renvoya du
service militaire les généraux qui avaient participé à cette
capitulation de Baylen, regrettant toutefois le général Vedel, pour le
courage duquel il avait une estime particulière, et qu'il avait le
projet d'employer à la suite de ce procès. Ce ne fut que pour être
impartial qu'il le sacrifia.

Ainsi finit cette honteuse affaire de Baylen. Il faudrait être bien
impudent calomniateur pour trouver tyrannique la conduite de l'empereur
envers des généraux qui, hormis Vedel, avaient manqué aussi
essentiellement. On pourrait, à plus juste titre, lui reprocher une
bonté, qu'il a souvent poussée jusqu'à la faiblesse; il a toujours
pardonné: c'était un besoin de son coeur que d'être généreux; je suis
convaincu qu'il n'aurait jamais fait mourir un de ses ennemis. Et le
vit-on jamais faire de la fortune de ses armes l'usage que ses ennemis
ont fait de la leur contre lui? Je dois compte ici d'une anecdote qui
concerne M. de Feltre.

L'enlèvement des papiers du cabinet du général Dupont, avait porté à ma
connaissance plusieurs lettres du général Clarck (duc de Feltre) au
général Dupont. Elles étaient toutes d'une date fort ancienne et
d'Italie: en les examinant je vis qu'elles étaient des rapports que le
général Clarck adressait au général Dupont sur le général Bonaparte,
après que celui-ci se fut expliqué avec lui sur la nature de la mission
dont il était chargé en Italie.

On se rappelle que Dupont était alors chef du dépôt de la guerre, sous
le directeur Carnot, et que Clarck était sous le général Dupont, qui lui
avait fait donner une commission (qui n'était elle-même qu'un masque),
pour aller résider au quartier-général de l'armée d'Italie, et rendre
compte des démarches et des projets ultérieurs du général Bonaparte,
dans le cas sans doute où il aurait aspiré au suprême pouvoir. C'était
pendant ce séjour qu'il avait écrit les lettres dont je parle. Il était
encore observateur du directoire, près du général Bonaparte, lorsque le
18 fructidor renversa la faction du directoire, à laquelle il était
attaché, et lui fit perdre sa faveur avec son emploi. Ce fut cependant
ce général Bonaparte qu'il espionnait, même après que celui-ci eut eu
avec lui une explication sur la nature de sa mission, qui l'accueillit,
vint à son secours et le couvrit de sa puissance, lorsqu'il n'avait qu'à
retirer la main qui lui servait d'appui pour le perdre.

J'étais le maître de ces lettres, qui déshonoraient le caractère que M.
le duc de Feltre affectait de vouloir prendre exclusivement sur tout ce
qui faisait profession d'être attaché à l'empereur.

Je pouvais les communiquer, et lui nuire capitalement: non-seulement je
n'en ai point parlé, mais je les lui ai fait rendre. Je ne voulus ni
avoir l'air d'être dominé par des ressentiments, ni altérer la confiance
que l'empereur paraissait mettre dans un ministre qui lui était utile,
et qui professait tout haut un dévouement exclusif à sa personne.

Il le témoigna dans une autre occasion qui se présenta avant le départ
de l'empereur pour l'armée, et toujours en cherchant à prouver que sans
lui la tranquillité intérieure serait troublée, qu'il n'y avait que son
zèle pour le service de l'empereur dans lequel on pourrait avoir
confiance. Les demandes successives d'hommes qui avaient été répétées en
aussi peu de temps, avaient produit un très mauvais effet dans les
campagnes; celles de l'Ouest ne se soulevèrent pas, mais il y eut de
nouveau du brigandage, c'est-à-dire qu'une bande d'une quinzaine de
mauvais sujets se mit à courir les chemins, tirant sur la gendarmerie et
dépouillant tout ce qui possédait quelque chose. Ces misérables ayant
besoin d'exciter en leur faveur une partie de la population, afin d'en
être protégés, et d'en recevoir des informations sans lesquelles ils ne
pouvaient pas se soutenir, ni éviter les poursuites dont ils étaient
l'objet, imaginèrent de se dire royalistes, et envoyés par le roi pour
organiser une armée dans la Vendée.

Ils défendirent aux jeunes gens, appelés par la conscription, de
marcher, sons peine de voir les maisons de leurs parents brûlées, et
eux-mêmes fusillés si l'on parvenait à les prendre.

L'apparition subite de cette petite bande fut un coup de tocsin pour
toutes les branches de l'administration. On la signala de tous côtés,
mais en même temps l'on était complètement rassuré sur l'état de
tranquillité, que les campagnes étaient décidées à faire respecter. Il
n'y eut que le ministre de la guerre qui cria tolle jusques sur les
toits, disant que si on n'y prenait pas garde, les Bourbons viendraient
à Paris pendant que l'empereur irait faire la campagne; il ne craignit
pas de citer ce qu'un général qui commandait dans l'Ouest, lui avait
mandé, qu'un gentilhomme du pays avait parcouru la contrée à cheval en
cocarde blanche, cherchant, à enrôler, etc. Le bon sens suffisait pour
apercevoir le ridicule de ce rapport, d'un homme qui court la campagne
en cocarde blanche dans un temps où celui qui l'aurait portée n'aurait
pu faire quatre pas sans être mis en pièces.

L'empereur sans accorder beaucoup de confiance à cet avis, ne le méprisa
pas: il m'ordonna d'approfondir la vérité. J'appris que ce prétendu
gentilhomme était un fermier habitant sur la route d'Alençon au Mans;
c'était un ancien officier de la révolution, acquéreur des domaines
nationaux. L'empereur leva les épaules de pitié, en voyant avec quelle
crédulité on venait lui faire des rapports, qui ne tendaient à rien
moins qu'à lui faire prendre des mesures de sévérité envers des citoyens
paisibles, qui redoutaient plus qu'ils ne désiraient le retour des
divisions intestines; car enfin la conséquence de la délation du
ministre de la guerre aurait été l'arrestation de la presque totalité de
l'ancienne noblesse du Maine, de l'Anjou et du Perche.

Si cette mesure ne fut pas prise, c'est que toutes les fois que
l'empereur était exactement informé, il avait toujours la meilleure
idée, et il était naturellement porté à l'indulgence. Que voulait donc
le duc de Feltre, si lui-même n'était pas dupe du faux zèle de son
informateur? rien sans doute que de manifester le sien à l'empereur en
lui prouvant que, malgré l'excès de sa besogne, il portait ses regards
sur tout ce qui intéressait personnellement l'empereur; et que, sans sa
prodigieuse surveillance, l'empire serait à chaque moment bouleversé.

Pendant que le ministre de la guerre faisait ainsi des histoires, je
menais vivement la poursuite de cette bande, qui avait paru et commis
des assassinats dans le département de la Sarthe. On lui prit plusieurs
individus, et on amena le reste à la soumission, sous condition qu'ils
quitteraient le département. Ils y consentirent, et vinrent se rendre à
la préfecture du Mans, d'où ils furent conduits dans le département de
l'Yonne, et distribués dans des communes où ils se livrèrent au travail
de la campagne avec assiduité. Cette petite pacification prouva que
j'avais deviné juste, et que ces prétendus royalistes n'étaient autre
chose que des déserteurs qui fuyaient la poursuite de la gendarmerie,
contre laquelle ils se défendaient à coups de fusil.

La gendarmerie de ces contrées était excellente, et elle était commandée
par le colonel Henry, qui était un homme brave et juste tel qu'on
rencontre rarement. Il était propre à exécuter habilement tout ce qui
était droit et honnête. On lui dut beaucoup de bien, que son caractère
conciliant lui donnait le moyen de faire. Avant de partir pour l'armée,
l'empereur avait appris l'évacuation de Hambourg, par le général Carra
Saint-Cyr, le même qui fut malheureux à Wagram. Cet événement lui donna
beaucoup d'humeur parce qu'il fut suivi d'une irruption des troupes
légères ennemis qui vinrent jusque sur le Weser et l'Esler, qui les
passèrent sur plusieurs points. Il envoya le maréchal Davout commander
les troupes qui devaient reprendre Hambourg, et appela à l'armée le
général Lauriston, qu'il avait primitivement envoyé à Hambourg, puis à
Magdebourg. Les grandes armées russe et prussienne avaient passé l'Elbe
à Dresde et s'avançaient vers Leipzig.



CHAPITRE X.

L'empereur quitte Paris.--Position de l'armée.--Manoeuvres de
l'empereur.--Bataille de Lutzen.--Mort de Bessières.--Réflexions sur la
conduite de l'Autriche.--Le général Thielmann.


L'Autriche ne s'était point encore déclarée contre nous, mais elle avait
fait connaître que le contingent qu'elle avait eu dans notre armée
pendant la dernière campagne, ne prendrait aucune part aux hostilités,
en sorte, qu'en même temps que cela nous ôtait des moyens, les ennemis
pouvaient en réunir autant et plus contre nous.

Le temps était court; les insurrections commençaient en Westphalie et
dans le pays de Berg; les événements approchaient, lorsque l'empereur
partit pour aller se mettre à la tête de l'armée. Il avait donné le
commandement d'un corps au maréchal Marmont, et avait fait venir de
Leybach en Illyrie le général Bertrand avec le reste des troupes
françaises qui étaient dans son gouvernement: elles traversèrent par le
Tyrol, la Bavière, et se formèrent en corps d'armée à Augsbourg, d'où
elles se mirent en mouvement pour le pays de Bamberg et les bords de la
Saale.

Notre armée s'était successivement retirée jusque dans la Thuringe.
L'empereur la rejoignit et lui eut bientôt rendu sa première audace.

Il passa quelques jours à réunir ses différends corps d'armée, et
observer les projets des ennemis. Il eut bientôt jugé les généraux qu'il
avait en tête.

Il était de beaucoup inférieur en nombre; ses troupes étaient médiocres;
mais son génie compensait la supériorité du nombre: le succès n'était
pas douteux.

Il trouva son armée dans la position suivante:

Le vice-roi, qui commandait les débris de l'armée de la campagne
précédente, avait repassé l'Elbe à Magdebourg, et était venu se placer à
Mersbourg. Il avait éprouvé une perte assez considérable à Halle où il
repassa sur la rive gauche de la Saale. Il avait avec lui le maréchal
Macdonald et le maréchal Victor. Les troupes qui venaient de France
arrivaient par Weimar, et passaient la Saale sur le pont de Kësen près
de Naumbourg.

Celles qui venaient d'Italie arrivaient par la vallée du Mein, Cronach,
Schleist, Nauma et Géra.

L'empereur n'avait pas dix escadrons de cavalerie; les ennemis en
comptaient plus de six cents. En revanche, nous avions une artillerie
formidable.

L'empereur commença son mouvement dès qu'il apprit que l'armée russe
venait au-devant de lui. Il prit sa route par Leipzig, en faisant
marcher le vice-roi de Maesbourg à Marck Ranstadt, pendant qu'il suivait
lui-même le grand chemin de Weissenfels Leipzig à Lutzen.

Il faut observer que la manoeuvre de l'empereur avait pour but de
s'approcher des places de l'Elbe où il avait des ponts et des garnisons:
c'était Torgau, Wittemberg et Magdebourg.

Le 2 mai, toute l'armée était en marche entre Weissenfels et Leipzig; sa
tête avait déjà dépassé Lutzen, lorsqu'elle fut attaquée à Kaya, sur la
route de Lutzen à Pégan où avaient passé les deux armées russe et
prussienne, qui marchaient pour intercepter notre ligne de
communication, lorsqu'elles attaquèrent le maréchal Ney, qui se trouvait
posté à Kaya.

L'empereur forma sur-le-champ son armée en bataille dans l'ordre
suivant: le vice-roi à la gauche, appuyant à Marck Ranstadt, avait le
maréchal Macdonald avec lui. À la droite du prince, était le général
Lauriston qui commandait un corps d'armée; en revenant vers la droite,
se trouvaient le maréchal Marmont, puis le général Bertrand; le maréchal
Mortier était en réserve avec l'infanterie de la jeune garde; le
maréchal Oudinot n'était pas encore arrivé de France avec les troupes
qu'il en amenait, enfin le maréchal Ney était à Kaya. L'armée avait le
chemin de Weissenfels à Leipzig à dos, et le champ de bataille était
traversé diagonalement par un gros ruisseau, appelé dans le pays le
Flossgraben.

La clef de la position était le village de Kaya, qu'occupait le maréchal
Ney, par lequel passe le chemin qui vient de Pegau à Lutzen. Si les
ennemis eussent réussi à l'enlever, ils seraient venus à Lutzen, et
auraient ainsi coupé l'armée française en deux parties, qui n'auraient
pu se réunir que par l'autre rive de la Saale. Aussi fit-on de grands
efforts pour conserver le poste qui fut pris et repris plusieurs fois
dans la journée.

L'affaire avait commencé à onze heures du matin, le 2 mai 1813; à quatre
heures du soir le maréchal Ney fut forcé au village de Kaya. L'empereur
s'y porta lui-même, au milieu d'une grêle de mousqueterie; les troupes
n'étaient point en déroute, mais elles avaient affaire à trop forte
partie. Il les rallia, il se plaça à la droite du corps du maréchal Ney,
d'où il découvrit les colonnes d'infanterie ennemie, dont la terre était
noire. Elles marchaient de Pegau sur le chemin de Kaya, que les ennemis
occupaient déjà, et par où ils allaient déboucher sur Lutzen; ce
mouvement décidait de la victoire ou de la perte de la bataille:
l'empereur ordonna à son aide-de-camp, le général d'artillerie Drouot,
de réunir au plus vite soixante pièces de canon de la réserve, d'en
prendre le commandement et de se porter le plus près possible des
colonnes ennemies, de manière à les battre en écharpe par leur gauche
[5]. Cette disposition fut exécutée à la lettre, et fit un tel ravage
dans les colonnes ennemies, pendant une heure, qu'elles ne purent pas
résister à l'attaque vigoureuse que l'empereur fit renouveler sur Kaya,
par le corps du maréchal Mortier qu'il avait fait avancer de la réserve:
le village fut emporté, et décida de la retraite des deux armées russe
et prussienne, qui repassèrent l'Esler à Pégau et à Zwickau.

[5: Le cours du Flossgraben offrait une position avantageuse.]

Si l'empereur avait eu vingt mille hommes de cavalerie pour les faire
donner vigoureusement après la canonnade de ces soixante pièces de
canon, il n'y a nul doute qu'il aurait obtenu des succès qui eussent
décidé de toute la campagne; mais il n'en avait pas, il fut obligé de
suivre les armées ennemies en colonnes serrées.

Il était trop faible pour détacher aucun corps de son armée, sans quoi
il aurait fait marcher droit à Berlin; il fut donc obligé de subordonner
ses projets à ce que les ennemis pouvaient eux-mêmes entreprendre s'ils
avaient autant d'infanterie et d'artillerie que lui et de plus toute
leur immense cavalerie.

L'empereur fit à Lutzen, c'est-à-dire un jour auparavant, une perte qui
lui fut très sensible; celle du maréchal Bessières qui fut tué d'un coup
de canon à Posarna entre Weissenfels et Lutzen. Cette mort d'un aussi
ancien et aussi fidèle serviteur fut un vide pour l'âme de l'empereur
qui l'aimait; la fortune lui enlevait ses amis, comme si elle avait
voulu l'avertir des coups qu'elle lui préparait.

Le soir de la bataille de Lutzen on fit rester l'armée dans sa formation
de colonnes serrées: tant on avait peur de la cavalerie ennemie qui en
effet tenta plusieurs charges à travers l'obscurité, mais elle fut si
bien accueillie qu'elle ne jugea pas à propos de réitérer ses attaques.
La nuit était profondément obscure, l'on n'y voyait point à dix pas, et
il y avait si peu d'hommes à cheval dans l'armée, que les carrés
d'infanterie avaient ordre de faire feu sur tout ce qui paraîtrait à
cheval; tant on était persuadé que ce ne pouvait être que des ennemis.

Après cet événement, l'empereur renvoya de nouveau son aide-de-camp le
général Flahaut près du roi de Saxe pour lui en faire part. Lorsque ce
prince avait évacué Dresde, il s'était retiré à Prague et sur les
instances de la cour de Vienne, il avait résolu de se retirer en
Autriche, peut-être même à Vienne. L'empereur lui avait envoyé un de ses
aides-de-camp avant la campagne, pour le prévenir de ce qu'il allait
faire et l'engager à rester en Bohême, et y attendre les événements; cet
aide-de-camp de l'empereur avait joint le roi de Saxe à Lintz en
Autriche, et ce qu'il lui dit le détermina à revenir à Prague, où M. de
Flahaut le retrouva.

La bataille de Lutzen nous fit un bien incalculable; elle nous préserva
de nouvelles défections en Allemagne [6], et par là nous rendit une
confiance que l'on n'avait plus dans l'avenir. On chanta des _Te Deum_
partout; l'impératrice en fit chanter un à Notre-Dame, où elle se rendit
en grand cortège. Elle était accompagnée de sa cour et des troupes de la
garde; elle fut accueillie du public avec un enthousiasme qui tenait du
délire, et lorsqu'elle entra dans Notre-Dame, les applaudissements
fendaient la voûte de ce majestueux édifice.

[6: S. M. l'impératrice elle-même en témoignait une grande joie, parce
que, disait-elle, cela retiendrait ses compatriotes, qu'elle soupçonnait
d'être ébranlés.]

On revient vite d'une grande extrémité en France! tout le monde se
regardait comme perdu avant la bataille de Lutzen, et immédiatement
après l'on crut à la paix, du moins on avait l'espérance qu'elle
suivrait de près un aussi glorieux événement. Cette consolation donna du
courage; de tous côtés on n'admirait plus que l'habileté avec laquelle
l'empereur s'était relevé d'un péril aussi imminent, en sorte que
l'attachement qu'on lui vouait depuis si longtemps n'avait rien perdu de
sa force ni de sa sincérité.

C'est ici le cas d'observer que si les Autrichiens, au lieu de
tergiverser, nous eussent aidé du contingent qu'ils nous devaient,
d'après nos traités avec eux, et qu'ils avaient exactement observés
pendant notre prospérité, la paix se serait fait immédiatement après la
bataille de Lutzen; car les alliés n'eussent pas couru les chances d'une
nouvelle campagne, ou s'ils l'eussent faits, la cavalerie autrichienne
nous aurait donné les moyens de profiter de la victoire; mais ils
n'eussent eu garde de s'aventurer ainsi: s'ils n'eussent pas connu les
dispositions de l'Autriche, ils n'eussent pas passé l'Elbe, peut-être
même fussent-ils restés de l'autre côté de la Vistule. Ils recueillirent
le fruit de la conduite qu'ils avaient eux-mêmes tenue en 1809, en ne
prenant aucune part à la campagne; on appelle cela de la politique: il
n'y avait pas un monarque qui aurait osé la mettre en pratique au
quinzième siècle, il en aurait rougi; et il fallait arriver au
dix-huitième siècle pour en voir l'exemple souvent réitéré, et
perfectionné comme toutes les connaissances qui distingueront le siècle.

Il eût été plus noble à l'Autriche de refuser de marcher en Russie; elle
savait où on la menait, et pourquoi on l'y conduisait; certainement si
elle avait refusé de coopérer à cette entreprise; on ne l'y aurait pas
obligée.--Son refus eût été noble, et eût peut-être fait abandonner
l'entreprise.

Après la bataille de Lutzen, l'empereur fit marcher son armée sur
Dresde, où se retirait l'armée combinée russe et prussienne. Lorsque son
mouvement rétrograde fut bien prononcé, et qu'il devint évident qu'elle
n'accepterait point la bataille en avant de l'Elbe, l'empereur commença
à manoeuvrer pour approcher de ce fleuve sur plusieurs points. Le
maréchal Ney alla le passer à Wittenberg; après quoi il vint, par sa
droite, se placer à une marche en avant de Torgau. Il fut remplacé en
avant de Wittenberg par le maréchal Victor.

Le général Lauriston passa l'Elbe à Torgau. Il y avait dans cette place
une garnison saxonne, commandée par le général Thielmann, de la même
nation. Tout dévoué aux nouvelles doctrines qui couraient l'Allemagne,
cet officier refusa de livrer la forteresse aux alliés, mais courut, de
sa personne, se ranger sous leurs drapeaux, dès qu'il vit que son
souverain l'ouvrait aux Français.

L'empereur, avec le reste de l'armée, marcha sur Dresde, où il arriva le
9 ou le 10 de mai. Il avait été rejoint par le maréchal Soult, qu'il
avait rappelé d'Espagne depuis que l'armée d'Andalousie avait été
dissoute après sa réunion avec les troupes que commandait le roi Joseph.

Le pont de Dresde avait été coupé par nous dans la retraite de Varsovie
sur l'Elbe en venant de Russie; les ennemis l'avaient rétabli pour
passer le fleuve, et l'avaient ensuite rompu en se retirant. L'empereur
le fit à son tour réparer pour y faire passer son armée. Il resta à
Dresde une dizaine de jours, tant pour observer les ennemis que pour
manoeuvrer et attendre les troupes qui étaient en marche pour le
joindre. Le roi de Saxe revint de Prague, et entra dans sa capitale le
12 ou le 13 juin. Celui-là du moins nous resta fidèle dans la mauvaise
comme dans la bonne fortune.

L'empereur fit porter l'armée vers les frontières de Silésie. La gauche,
composée des corps du maréchal Ney et du général Lauriston, passa par
Dobrilugk et Hoyersverda, pendant que ce qui avait passé à Dresde se
portait sur Bischofsverda. Cette partie de l'armée était composée des
corps du maréchal Oudinot, qui avait rejoint l'armée, du maréchal
Marmont, du général Bertrand, de Macdonald, de la garde à pied et à
cheval, des Saxons, et de la cavalerie venue d'Espagne et de France. Le
vice-roi avait été envoyé de Dresde en Italie, où il devenait
indispensable de se mettre en mesure contre les mauvaises dispositions
qu'annonçait l'Autriche.



CHAPITRE XI.

Les ennemis se rapprochent des frontières de Bohême.--Armistice.--Duroc
blessé à mort.--Il refuse les Secours de l'art.--Ses derniers
moments.--Détails sur ce maréchal.--État des choses après la conclusion
de l'armistice.


L'armée ennemie avait pris la route de Silésie, et s'était postée à
Bautzen, qu'elle occupait ainsi qu'une double position en arrière,
beaucoup plus forte que la première.

L'empereur la fit reconnaître. Les officiers du génie la jugèrent
abordable, et rapportèrent que c'était celle-là même qu'avait autrefois
occupée le grand Frédéric. «Cela est vrai, répondit Napoléon, mais
Frédéric n'y est plus.»

L'armée se mit en mouvement par la gauche. L'action commença. Débordé
sur la droite, rompu au centre, l'ennemi fut obligé de nous abandonner
le champ de bataille.

Cette affaire, qui eut lieu dans les journées du 20 et du 21 mai, avait
été précédée d'une reconnaissance qui occasionna un engagement assez
sérieux entre le général Bertrand, le général Lauriston, et les corps
des généraux ennemis Kleist et Barclay de Tolli, qui étaient venus pour
reconnaître notre armée.

La bataille de Bautzen fut encore une action de guerre vigoureuse, en ce
qu'elle mit l'armée française dans l'obligation de ne présenter que des
masses d'infanterie au canon et à la mousqueterie des ennemis. Cependant
ils se retirèrent, nous laissant le champ de bataille, mais rien de
plus. En sorte que les affaires n'en étaient pas plus avancées.

L'armée russe et prussienne se retira par Gorlitz, Bunslau, Hanau et
Liegnitz, sur Schweidnitz. Cette singulière marche des ennemis vers la
frontière de Bohême était la preuve évidente qu'ils étaient en
intelligence avec les Autrichiens; autrement ils se seraient exposés à
une destruction complète, parce que, en nous abandonnant ainsi Breslau,
ils nous mettaient à même d'arriver ayant eux sur l'Oder, s'ils avaient
voulu le repasser sur le pont de cette ville. S'ils avaient eu dessein
de le franchir ailleurs, nous pouvions encore nous-mêmes les devancer
sur le point qu'ils auraient choisi; soit qu'ils eussent voulu défendre
la Prusse dont ils se trouvaient ainsi séparés; et où ils n'avaient
laissé que le corps du général Bulow pour couvrir Berlin; soit qu'ils
eussent voulu couvrir la Pologne; car il faut observer que nous avions
dans la place de Glogau (sur l'Oder) une garnison qui la défendait
toujours; en sorte que notre gauche, c'est-à-dire le maréchal Victor,
pouvait, comme je l'ai dit, arriver sur le fleuve avant les ennemis. Il
était donc facile de prévoir ce qui allait survenir, d'après la position
qu'avaient prise les armées russe et prussienne qui s'étaient mises à la
merci de l'Autriche, et avaient abandonné la Prusse à tout ce qui
pouvait être entrepris contre elle.

L'empereur ne s'abusait pas sur la position et la crise où était
l'Europe; il avait proposé l'ouverture d'un congrès, où chaque puissance
pût discuter ses intérêts, faire valoir ses prétentions. Ses
propositions étaient restées sans réponse; mais la victoire avait
tempéré les rêves de l'ambition. Les alliés acceptaient, après leur
défaite, les propositions qu'ils avaient repoussées auparavant. Il se
flatta qu'une trêve pourrait amener un rapprochement, et consentit à un
armistice. Il était très-affecté de la perte du grand maréchal, tué le
lendemain de la bataille de Bautzen. Duroc venait de le quitter pour
donner un ordre relatif à son service; il causait avec le général
Kirgener, lorsqu'un boulet perdu les atteignit l'un et l'autre. Il
abattit roide Kirgener, et ouvrit le bas-ventre au grand maréchal, qui
vécut encore trente heures, sans vouloir qu'on le pensât, disant que
cela était inutile, et ne pouvait que le faire souffrir davantage. Il
demandait avec instance qu'on lui donnât quelque chose pour l'aider à
mourir. Et en vérité il y aurait eu de l'humanité à le faire; mais
personne n'osa lui rendre ce triste service. L'empereur alla le voir et
lui dire adieu. Duroc causa avec lui sans paraître occupé de sa
situation. Il lui parla de la France, lui recommanda sa fille, ne
témoigna aucun regret de quitter la vie, et répéta plusieurs fois qu'il
n'avait rien à redouter du jugement de Dieu et des hommes; que l'on
trouverait tous les comptes de son administration dans le plus grand
ordre.

La visite se prolongeait; il pria l'empereur de se retirer, en lui
observant que le tableau qu'il avait sous les yeux était trop pénible,
et rendit l'âme quelques heures après. Le sort priva ainsi l'empereur de
l'homme qui lui était le plus nécessaire, dans une circonstance surtout
où son zèle, son esprit d'ordre, l'austère franchise de ses rapports,
pouvaient lui être si utiles. Cette perte fut grande, ainsi que celle du
maréchal Bessières; l'empereur ne la répara jamais, aussi l'entendait-on
souvent rendre hommage à la mémoire de cet officier; Duroc, Duroc,
s'écriait-il toutes les fois qu'une chose était mal faite ou lui
déplaisait. Duroc était un ancien élève de l'École-Militaire de Paris;
passé dans celle de Pont-à-Mousson lorsque la première fut supprimée, il
était rentré bientôt après dans l'artillerie; il commandait l'artillerie
de la place de Monaco lorsque l'empereur fut nommé au commandement en
chef de l'armée d'Italie. Le général eut occasion de voir le jeune
officier; il apprécia son mérite, l'emmena comme son aide-de-camp, et ne
s'en sépara plus. Peu de têtes étaient aussi bien organisées que celle
du maréchal Duroc; il avait un esprit prompt, analytique; il saisissait
avec une sagacité rare. Quelque mal arrangé que fût un rapport, il
démêlait sans effort ce qu'il renfermait.

Il avait tant d'ordre, qu'obligé de prescrire de l'armée diverses choses
qui devaient se faire à Paris, il indiquait les papiers de son cabinet
dans lesquels on trouverait les renseignements dont on aurait besoin
pour l'exécution de ce qu'il commandait.

C'était lui qui avait établi cet ordre admirable qui régnait dans les
palais impériaux, à la réparation et à l'ameublement desquels il avait
présidé. Le service économique de l'intérieur de la cour était réglé
comme la dépense d'une administration publique, et cependant le luxe et
la somptuosité étaient étalés partout.

En offrant de suspendre le mouvement de ses troupes, l'empereur espérait
se mettre en communication directe avec les Russes et se soustraire à
l'intervention d'une puissance dont les projets ne lui échappaient pas.
Il voulait la paix, mais il la voulait solide, honorable, fondée sur les
intérêts des divers états, et non sur les convenances de ses ennemis.
Aussi ne cessait-il, dans ses instructions comme dans sa correspondance,
de recommander à son plénipotentiaire d'aviser aux moyens de _préparer
quelque ouverture direct_. L'Autriche, à ses yeux, était déjà dans la
coalition, il s'adressait au chef et se souciait peu de passer par
l'intermédiaire d'un des membres de la ligue armée contre lui; mais tout
était déjà convenu entre les souverains: ils avaient _déféré la question
de paix au cabinet de Vienne_; c'était à lui qu'il fallait s'adresser.
Ainsi déçu dans ses espérances, Napoléon se résigna et accepta la
médiation. L'Autriche avait enfin obtenu ce qu'elle avait poursuivi à
travers tant de ruses et d'artifices; mais quelle était notre position
naturelle? Le traité de Paris subsistait-il? L'alliance était-elle
rompue? Voilà ce qu'il s'agissait de déterminer. Le duc de Bassano
demanda des explications à cet égard. Le comte de Metternich accourut et
s'épuisa à le convaincre qu'il n'y avait pas opposition entre ces deux
actes, qu'il s'agissait seulement de faire quelques réserves. Pressé de
s'expliquer sur la nature de ces réserves, il déclara modestement
qu'elles devaient s'étendre à toutes les stipulations qui pouvaient
affecter l'impartialité du médiateur. Il abusait des mots, car placer
toutes les stipulations dans les réserves, c'était annuler le traité.
L'empereur, blessé de ces bas artifices, offrit de briser les liens qui
paraissaient être à charge à l'Autriche. Metternich refusa; mais,
passant au mode de discussion qui devait être adopté au congrès, il ne
craignit pas d'afficher la prétention que la France n'y parût que par
l'intermédiaire du cabinet de Vienne. L'empereur repoussa bien loin une
inconvenance semblable et lui fit remettre un projet [7] où, cherchant à
replacer sur ses bases l'Europe ébranlée par trente ans de guerre, et à
substituer à la paix partielle une paix générale, négociée non dans le
cabinet, mais à la face de l'Europe, il appelait tous les peuples, tous
les partis, à débattre leurs intérêts respectifs, comme il en avait été
usé à Munster, à Nimègue, à Riswich, à Utrecht, etc. Metternich n'avait
pas d'objection bien plausible à opposer. Il élagua ce qu'il y avait de
plus généreux dans le projet, signa le reste et se retira.

[7: 1° S. M. l'empereur d'Autriche offre sa médiation pour la
pacification générale.

2° Sa dite majesté, en offrant sa médiation, n'entend pas se présenter
comme arbitre, mais comme un médiateur animé du plus parfait
désintéressement et de la plus entière impartialité, et ayant pour but
de concilier tous les différends, et de faciliter, autant qu'il dépendra
de lui, la pacification générale.

3° La médiation s'étend à l'Angleterre, aux États-Unis, au roi
d'Espagne, à la régence de Cadix et à toutes les puissances des deux
masses belligérantes.

S. M. l'empereur d'Autriche leur proposera les villes de Vienne ou de
Prague pour le lieu du congrès.

4° S. M. l'empereur des Français accepte pour lui et ses alliés la
médiation de S. M. l'empereur d'Autriche, telle qu'elle est proposée par
l'article ci-dessus.

Elle accepte également pour le lieu des congrès celle des deux villes de
Vienne ou de Prague qui sera le plus à la convenance des autres parties
belligérantes.

5° Les plénipotentiaires français, russes et prussiens se réuniront dans
lesdites villes, dans les cinq premiers jours de juillet, sous la
médiation de l'Autriche, afin de commencer les négociations, et soit par
des préliminaires, soit par une convention, soit par un traité de paix
particulier, de faire cesser l'effusion de sang qui afflige le
continent.

6° Si au 20 juillet l'une des deux parties belligérantes dénonce
l'armistice conformément à la convention du 4 juin, les négociations des
congrès n'éprouveront pour cela aucune interruption.]

L'empereur d'Autriche était venu se placer à Prague, sous prétexte
d'être plus près pour les communications qu'il avait à faire à l'un et à
l'autre parti, comme médiateur.

Le roi de Prusse et l'empereur de Russie avaient leurs quartiers à
Schweidnitz, ils pouvaient par conséquent communiquer avec Prague autant
que cela leur convenait. Cette époque aura une place si importante dans
l'histoire, que l'on ne saurait entrer dans trop de détails et
d'observations pour mettre le lecteur en état de juger comment sont
arrivés coup sur coup les malheurs qui ont détruit le plus bel édifice
de gloire qui ait été élevé par la puissance du génie.

Il y avait armistice; cette mesure était au moins la preuve que
l'empereur ne se refusait pas à faire la paix, puisqu'il était le maître
de ne pas accorder une suspension d'armes qui lui faisait perdre les
avantages qu'il avait pris sur les armées ennemies depuis l'ouverture
des hostilités. On ne pouvait pas douter, dit-on, du désir des Russes de
faire la paix; cependant elle ne s'est pas faite. Voyons comment.

Les Autrichiens avaient été nos alliés dès la campagne de 1812; si elle
eût réussi, elle aurait sans doute été suivie de quelques arrangements
politiques préjudiciables à la Russie, et favorables à la Prusse et à
l'Autriche.

Dans la situation où les choses étaient arrivées, il ne pouvait plus
être question de ce projet; la paix ne pouvait se faire que sur d'autres
bases; aussi il n'a jamais été dans les intentions de l'empereur de
reprendre les projets de la campagne précédente, les événements de
Lutzen et de Bautzen ne l'avaient pas assez avancé pour cela.

Mais si l'on croyait ne pas devoir demander de sacrifices aux Russes et
aux Prussiens, il devait paraître tout au moins injuste de songer à
demander à l'empereur d'en faire de son côté d'assez grands pour
satisfaire tout le monde; c'était cependant ce qu'on lui proposait: et
qui? des alliés qui non seulement avaient fui, et reconnu par des
traités la cession des provinces qu'ils redemandaient, qui avaient
marché sous ses drapeaux pour lui en acquérir de nouvelles, à la seule
condition qu'il leur en reviendrait quelque part.

Si les Autrichiens n'eussent voulu que faire faire la paix, ils
n'avaient autre chose à faire qu'à ne pas se mêler de la guerre, même
sans rester nos alliés, puisqu'ils avaient cru pouvoir honorablement
nous abandonner dans les circonstances où nous étions.

S'ils fussent restés neutres, la Prusse et la Russie étaient obligées de
faire la paix. Elles étaient déjà au bout de leurs ressources, et
avaient été obligées de prendre le parti de la retraite dès le début de
la campagne. Elles auraient traité sur l'Oder, pour avoir des conditions
plus raisonnables que celles qui leur auraient été imposées sur la
Vistule ou le Niémen.

Si donc elles n'ont pas traité pendant cet armistice, c'est qu'elles
étaient, comme je l'ai dit, assurées de l'Autriche. Et pourquoi
avaient-elles recherché l'Autriche? Ce n'était pas pour obtenir les
conditions qu'elles savaient bien qu'on ne leur refuserait pas, ni pour
rejeter celles qu'on ne pourrait plus leur proposer; mais parce que
l'empereur de Russie ne voulait pas s'exposer de nouveau au danger
auquel il avait échappé à Tilsit et dans la campagne d'hiver
précédente.

La meilleure preuve que la Russie et la Prusse étaient dans
l'impuissance de refuser de traiter, c'est qu'ils s'adressaient tous
deux à l'Autriche pour contre-balancer par son poids la prépondérance
que l'empereur avait déjà reprise sur eux.

On parlait sans cesse de cette prépondérance, et on ne permettait pas à
la France de faire d'objections à tout ce que ces mêmes puissances
avaient acquis pendant qu'elle faisait sa révolution.

L'empereur de Russie, en faisant déclarer l'Autriche, a fait quelque
chose de très-habile. S'il n'avait pas eu la fortune favorable, il
aurait repris le chemin de ses états avec son armée, bien persuadé que
les Français n'auraient pas la fantaisie de l'y suivre une autre fois,
et prendraient de préférence la route de Vienne, que la même
circonstance leur aurait ouverte.

Il aurait ainsi laissé ses alliés dérouler la fusée, et se serait mis
hors de cause. Si, au contraire, la fortune lui avait été favorable, il
aurait, au moment de traiter, ajouté à ses prétentions celles de ses
alliés, qui ne pouvaient plus alors être satisfaites qu'aux dépens de la
France. C'est-à-dire que cela amenait sa ruine, ce que la Russie voulait
pour n'avoir plus rien à en redouter, et que, devenant la plus forte des
puissances qui restaient intactes, elle était naturellement l'arbitre
des destinées du monde.

C'est assurément une grande monstruosité que cette conduite de la part
des gouvernements, qui n'eurent pour maximes d'État que la soumission
envers la prospérité et la mauvaise foi envers l'adversité. Ces
sentiments-là ne devraient jamais habiter sur les trônes, mais puisque
le malheur des temps avait porté la corruption jusque-là, il fallait
s'arranger de ce que l'on y rencontrait, sans chercher à triompher par
de l'équité, qu'on n'écoutait plus, de ce qu'on ne pouvait pas empêcher
par la force.



CHAPITRE XII.

Congrès de Prague.--Politique de l'Autriche.--L'empereur après ses
victoires.--M. de Metternich.--Résultat des conférences.


L'empereur, après Lutzen, avait écrit à l'empereur d'Autriche pour
proposer aux alliés la réunion d'un congrès à Prague.

Le congrès eut lieu; la Russie y envoya, comme son négociateur, un
Alsacien, que nos lois ne nous permettaient pas de reconnaître comme un
agent des puissances étrangères. La Prusse y envoya M. Trardenberg, qui
s'attacha à l'envoyé de Russie. La France y envoya M. de Caulaincourt et
M. de Narbonne, le même qui était ambassadeur à Vienne. L'Autriche y
envoya M. de Metternich. L'Angleterre fit mettre en route lord Aberdeen,
pour assister à ces conférences comme son ministre plénipotentiaire;
mais il n'arriva pas avant la rupture de l'armistice. Ce cas paraissait
avoir été prévu, car il avait aussi une mission d'envoyé près l'empereur
d'Autriche, dont il prit le caractère.

Napoléon avait agréé la médiation dès le moment où, après la bataille de
Lutzen, il proposa d'entrer en négociation pour la paix. Un mois s'était
écoulé depuis que l'empereur avait demandé l'ouverture d'un congrès. Il
faisait presser, le 15 juin, pour parvenir à la convention qui devait
régler l'offre et l'acceptation de la médiation, et déclarait qu'il
était prêt à la signer. Il faisait connaître en même temps, pour
prévenir toutes difficultés, qu'_il ne pouvait négocier que dans les
formes consacrées par l'usage, et par des plénipotentiaires qui, réunis
à ceux des autres puissances, échangeraient leurs pleins pouvoirs, et
entreraient en explication_, ce qui était une définition claire et
précise d'une négociation par conférences.

M. de Metternich adhéra assez exactement à ces dispositions par une note
datée du 22, qu'il remit lui-même à Dresde le 26. La question y fut de
nouveau traitée, comme tenant essentiellement à celle de la médiation.
On fut parfaitement d'accord. Ces mots, «Les plénipotentiaires français,
russes et prussiens se _réuniront_,» furent choisis d'un commun accord
pour instituer une négociation par des conférences, et éloigner l'idée
d'un arbitrage où chaque partie aurait plaidé séparément sa cause devant
le plénipotentiaire du médiateur, arbitrage contre lequel l'empereur
s'était justement et fortement prononcé, et dont M. de Metternich niait
que sa cour eût jamais eu la prétention. Les formes ainsi convenues
furent prescrites aux plénipotentiaires français dans leurs
instructions. Le comte de Narbonne était depuis longtemps à Prague: ses
pouvoirs lui avaient été expédiés le 16. Les procédés et les lenteurs
des ennemis et de l'Autriche, au sujet de la prolongation de
l'armistice, occasionnèrent un retard de quelques jours dans le départ
du duc de Vicence, qui, de son côté, jugeant sans doute les dispositions
de l'étranger, et prévoyant l'événement, ne se pressait pas de partir,
et élevait des incidents sur des demandes d'argent et sur d'autres
arrangements économiques. Il partit enfin le 27.

L'empereur, qui avait reçu sous le sceau du secret des notions sur les
engagements contractés à Trashenberg par l'Autriche avec les alliés,
était parti le 25, à quatre heures du matin, pour Mayence, afin d'y
régler les dispositions à faire en France, dans le cas, sinon certain,
au moins probable, de la guerre, et de se _mettre en mesure_, même
contre l'_Autriche_, comme il le dit, dans sa lettre du 29 juillet, au
duc de Vicence. L'on voit en effet l'influence qu'exerçait sur son
esprit l'aspect général des affaires.

M. de Metternich, à l'arrivée de M. de Vicence, savait l'empereur
absent, et n'ignorait pas que lui seul pouvait autoriser des
modifications aux formes convenues pour les négociations. Il fit son
plan en conséquence; au moment où il désespérait d'empêcher le congrès
de s'ouvrir, et où les plénipotentiaires français demandaient que les
pouvoirs fussent échangés en commun, il repoussa la forme convenue des
conférences, et mit en avant celle des transactions par écrit,
appliquant fort mal à propos l'exemple du congrès de Teschen, exception
unique à l'usage général, où il y avait _deux médiateurs_, au lieu d'un,
qui négociaient ensemble, chacun représentant l'intérêt de la partie qui
l'avait choisi, et où il ne s'agissait pas, comme à Prague, d'une
négociation générale des grands intérêts du droit public de l'Europe,
mais de la succession de Bavière. M. de Metternich, douze jours avant la
déclaration de l'armistice, arrêtait ainsi dans le premier pas la
négociation, par une difficulté au moyen de laquelle il forçait les
plénipotentiaires français à attendre les ordres de l'empereur, qui
était en France. L'Autriche, dans son manifeste écrit par M. de Gentz,
avoue en quelque sorte l'artifice de son cabinet. «La forme dans
laquelle les pleins pouvoirs devaient être réunis, et les déclarations
réciproques entamées, objets sur lesquels il y avait déjà eu des
pourparlers de tous les côtés, devint la matière d'une discussion qui
fit échouer tous les efforts du ministre médiateur.»

Au reste la conduite que cette puissance tint à Prague était digne de
celle qu'elle avait tenue depuis le commencement des négociations. Elle
commença par mêler ses prétentions particulières à celles des autres
alliés, puis elle voulut se constituer arbitre des contestations qui les
divisaient, en sorte qu'il n'était plus question de terminer la première
guerre, mais d'en commencer une nouvelle, en revenant sur tout ce qui
avait été conclu dans les traités qui avaient suivi celui de Lunéville.
Elle s'intitulait médiatrice, c'est-à-dire que, placée entre les deux
parties, elle ne s'occupa des intérêts d'aucune, mais songea aux siens,
se ménageant la faculté de prendre parti avec la puissance qui lui
offrirait des facilités pour recouvrer à bon marché ce qui faisait
l'objet de son ambition. Or, comme tout ce qu'elle avait perdu pendant
les guerres qu'elle avait eues avec nous était, ou entre nos mains, ou
dans celles de nos alliés, il n'en coûtait rien à l'empereur de Russie
de lui en promettre le recouvrement, parce que, dans tous les cas, il
n'aurait pas été forcé de le garantir, si les affaires militaires
avaient mal tourné, ainsi que cela faillit arriver.

L'Autriche savait bien qu'elle n'avait de droits à ce qu'elle demandait,
que par l'impuissance dans laquelle nous jetait sa conduite. Elle était
forte de cela d'une part; elle l'était, de l'autre, de ce que la Russie
et la Prusse n'auraient pu faire qu'une mauvaise paix sans son concours.
Elle eut cela de supérieur, qu'elle connut bien sa situation et en tira
parti, parce que, faisant la guerre pour la guerre, il était raisonnable
de suivre le parti où il y avait le plus à gagner. On devait connaître
tout cela avant d'aller à Prague combattre des arguments, et réfuter des
propositions qui, quoique déloyales et même peu raisonnables, étaient
celles du plus fort. Ou il ne fallait pas y aller, ou bien il fallait y
porter en habileté ce qu'on n'en avait plus de prestige pour triompher
de l'astuce de M. de Metternich. Mais nous étions dans une position
difficile; nous devions être accablés, et pourtant l'empereur, loin
d'outrer la victoire, avait toujours refusé d'accabler les vaincus.
Toujours il arrêta ses triomphes, ne voulant pas, comme il le disait
lui-même, pousser une nation au désespoir. Ce fut lui qui fit en Italie
la première démarche pour réconcilier la révolution française avec
l'Europe, et qui jeta les bases de la paix qui fut signée à
Campo-Formio. Ce fut lui qui s'arrêta après les batailles de Marengo et
de Hohenlinden, qui pouvaient le rendre maître de Vienne, il s'arrêta de
même après la bataille d'Austerlitz, où il avait confondu la plus
honteuse des agressions. Il en fit autant après Friedland, à Tilsit, de
douloureuse mémoire, où il renonça à tous les avantages d'une guerre
plus heureuse encore que la première, et ne poursuivit pas ses succès
contre une puissance qui n'avait plus d'armée, afin de rendre la paix
moins difficile, et d'assurer enfin d'une manière stable le repos de
toute l'Europe. Tant de magnanimité ne méritait pas qu'on l'oubliât.

Une autre considération encore n'eût pas dû être perdue pour les
souverains. Il avait calmé la fièvre révolutionnaire, et donné des lois
à la démagogie qui les avait si longtemps menacés. On parlait de son
insatiable ambition de gloire, de la fureur des batailles qui le
tourmentait; mais il avait donné un gage de son désir de vivre en paix,
en s'alliant avec la maison qui devait avoir contre lui le plus de
ressentiments, et qui était celle dont il lui était le moins difficile
de consommer la ruine.

Une dernière chose qu'on n'eût pas dû perdre de vue, c'est que
Metternich se trouvait dans une position toute particulière. Placé entre
les reproches de l'empereur d'Autriche, pour lui avoir conseillé la
guerre de 1809, que la France lui attribuait aussi, et ceux de sa
nation, qui avait été victime des calamités qu'elle avait attirées sur
elle, il ne pouvait se dissimuler que, tôt ou tard, il éprouverait le
ressentiment de la France, si jamais elle reprenait de l'influence à
Vienne. Ce qu'il venait de faire, et ce qu'il avait fait en 1809, lui
avait été trop préjudiciable pour qu'elle l'oubliât jamais. Il refit sa
position avec son maître, en menant chaudement la négociation qui avait
été commencée sans son insinuation, pour faire conclure le mariage de
l'archiduchesse avec l'empereur. Il fit par là croire à la France qu'il
disposait de tout à Vienne; et à Vienne, qu'il était agréable à la
France. Cela fini, il eut quittance de la France; mais comme cela
n'avait rien fait sur l'opinion publique en Autriche, où l'on savait
qu'il n'avait pas eu la pensée du mariage, il regagna celle-ci en
saisissant l'occasion de faire recouvrer à l'Autriche tout ce qu'elle
avait perdu depuis dix et vingt ans.

Il ne devait pas compte des moyens qu'il employait pour y parvenir; il
ne faut juger que du résultat, et il a été le plus habile.



CHAPITRE XIII.

Prétentions des alliés.--Mesures que prend l'empereur.--Le roi de Naples
revient à l'armée.--M. Fouché à Dresde.--Conduite de
l'impératrice-régente.--Sa recommandation au sujet des cas non
graciables.


Les ennemis de l'empereur se sont plu à répandre qu'il avait été le
maître de faire la paix moyennant l'abandon de Dantzig et de Hambourg.
Cette assertion est fausse; les alliés redemandaient à peu près tout ce
qu'ils avaient perdu, les uns par le traité de Tilsit, et les autres par
le traité de Vienne, sans compter ce qu'ils n'avaient point reconnu, tel
que la réunion de la Hollande, des villes hanséatiques et autres objets.
Aucun d'eux ne parlait des compensations qu'ils avaient reçues, car
enfin tout n'avait pas été des pertes pour eux, puisqu'ils avaient reçu
des indemnités dans les mêmes traités qui concernaient ces concessions.
À la vérité, ils avaient fini par être obligés de les recéder par une
conséquence des autres malheurs qu'ils avaient éprouvés à la suite de
nouvelles agressions de leur part; mais puisqu'il était question de
rétablir l'équilibre de puissance entre les différents États, ce n'était
pas le moyen d'y parvenir, car les uns auraient non seulement recouvré
ce qu'ils avaient, mais même ce qu'ils n'avaient pas avant le
bouleversement général dont ils avaient été les moteurs.

Je ne suis entré dans tous ces détails que pour prouver que l'empereur
n'a pas eu pour faire la paix autant de facilité que ses ennemis se sont
plu à le répandre et qu'on l'a forcé de faire la guerre, en ne lui
offrant pas une paix complète et durable pour lui; aucune espèce de
sacrifice ne lui eût coûté pour obtenir celle-là. Il avait d'ailleurs
remis le soin des négociations à son ministre, et ne s'occupait
principalement que de renforcer son armée, parce qu'il avait bien jugé
que ses ennemis avaient résolu de miner sa puissance par la guerre. Il
fortifiait Dresde, dont il avait fait sa capitale, et autour de laquelle
il avait le projet de manoeuvrer, si une reprise d'hostilités suivait
l'armistice; il pressurait tout ce qui pouvait lui donner un homme ou un
cheval.

Il faisait fortifier Hambourg, et en tirait à peu près toutes les
troupes qu'il y avait, pour les approcher de Dresde; elles furent
remplacées à Hambourg par les troupes danoises, dont le gouvernement
était rentré dans notre alliance depuis les batailles de Lutzen et de
Bautzen.

L'empereur fit faire les plus grands efforts à tous les princes
confédérés qui lui étaient encore attachés, et ne négligea rien de ce
qui pouvait augmenter sa puissance physique pour qu'il en rejaillît
quelque chose sur sa puissance morale.

Il rappela le roi de Naples à l'armée. Ce prince avait cru l'empereur
perdu sans ressource, lorsque les batailles de Lutzen et de Bautzen le
ramenèrent à son devoir. Après la campagne de Russie, il avait abandonné
l'armée dont l'empereur lui avait confié le commandement, pour courir en
toute hâte à Naples s'occuper de ses propres affaires; il avait eu la
bonne foi de croire qu'il pourrait rester roi sans l'appui de
l'empereur: l'expérience a prouvé, comme on le verra, que déjà à ce
voyage qu'il fit à Naples il avait eu des rapports avec les ennemis.

La reine de Naples avait été déclarée régente du royaume avant le départ
du roi pour la campagne de Russie. Elle aimait l'autorité, et avait eu
besoin de celle de l'empereur pour prendre à Naples le titre qui était
l'objet de son ambition. Elle faisait un bon usage du pouvoir, et eut le
rare talent de l'employer à se faire aimer; elle avait la main ferme,
mais le coeur si généreux, que son gouvernement n'était qu'une suite de
bienfaits répandus autour d'elle; elle estimait et respectait son mari,
mais elle aurait volontiers conservé son autorité sans partage, en sorte
qu'elle ne nuisit point au retour du roi son époux, à un commandement
qui rendait au sien toute l'étendue qu'il avait primitivement. Le roi de
Naples rejoignit l'empereur à Dresde pendant l'armistice, et reprit le
commandement du peu de cavalerie que nous y avions.

L'empereur avait également appelé de Paris à Dresde le duc d'Otrante (M.
Fouché): on augurait de là qu'il voulait l'employer aux négociations. Je
savais le contraire, l'empereur n'avait appelé M. Fouché que pour être
dispensé de s'occuper de lui encore une fois d'une manière désagréable,
car il était informé qu'il commençait à intriguer à Paris, et qu'il y
aurait infailliblement fait faire quelques sottises, pour faire dire
ensuite que, durant son administration, pareille chose ne serait pas
arrivée. M Fouché était d'une nature impatiente, avait toujours besoin
d'être occupé de quelque chose, et le plus souvent contre quelqu'un. Il
s'était déjà rapproché de l'intérieur de l'impératrice, où il cherchait
à établir son crédit pour s'en servir lorsqu'il en serait temps.

Je ne fus personnellement pas fâché de cet éloignement, qui me
dispensait d'entendre davantage les condoléances des uns et des autres,
qui regardaient comme impossible que M. le duc d'Otrante ne revînt pas à
un poste auquel chacun le croyait exclusivement propre.

Si l'empereur ne l'eût pas appelé à Dresde, il est vraisemblable que
nous n'aurions pas vécu longtemps en bonne intelligence, car j'étais
bien résolu de lui faire un mauvais parti au premier pas que je lui
verrais faire dans une intrigue dont le but ne pouvait être que de jeter
du ridicule sur moi: nous aurions vu lequel des deux aurait gagné
l'autre de vitesse. J'étais bien éloigné de partager l'opinion de ceux
qui lui prêtaient tant d'habileté. Nous verrons si l'expérience a
justifié mon opinion.

Le gouvernement de l'impératrice-régente était doux, et semblait fait
pour la malheureuse circonstance dans laquelle nous nous trouvions. Elle
présidait le conseil des ministres, guidée de l'archi-chancelier. Ce
prince allait lui-même la prévenir dans son appartement, lorsque le
conseil était réuni, et il la suivait jusque dans la pièce où il avait
lieu.

L'impératrice avait fait ordonner que, dans le ministère du grand-juge,
qui rendait compte des opérations des tribunaux, on ne lui soumît pas de
cas non graciable, parce qu'elle ne voulait pas mettre son nom au bas
d'un jugement quelconque, si ce n'était pour faire grâce; effectivement,
elle l'a faite bien des fois; elle n'y mettait point d'ostentation; on
ne prenait aucun soin de lui en faire les honneurs en répandant partout
le bruit de sa bonté; on le savait par ce qui l'entourait et qui
l'aimait. Elle ne faisait point de frais pour conquérir; elle était
simple et naturelle; elle recevait tout ce qui cherchait à se rapprocher
d'elle, mais n'aurait jamais fait quoi que ce fût pour attirer ceux qui
n'y étaient pas portés naturellement.

Sans doute elle aurait eu aussi ses ennemis, comme toutes les
souveraines, mais jusqu'alors elle n'était l'objet que du plus profond
respect et de l'admiration générale. J'aime à répéter que, dans aucune
circonstance, je n'ai été dans le cas d'avoir recours à des moyens
particuliers pour la faire bien accueillir d'un public qui l'estimait
particulièrement, et qui était naturellement porté à l'aimer.

Tout allait fort bien en France; on s'y taisait sur les maux que l'on
avait soufferts, on comptait sur une heureuse issue des conférences de
Prague, qui étaient devenues le sujet de la sollicitude générale; on
était plein de l'espérance d'une paix prochaine, parce que l'armistice,
qui devait expirer le 8 juillet, avait été prolongé jusqu'au 17 août. Il
y avait tout lieu d'espérer que ce temps serait bien employé, et
suffisant pour régler et terminer des discussions sur lesquelles il
fallait bien finir par s'entendre.

C'est dans ces circonstances qu'il arriva en Espagne un désastre qui ne
pouvait que nuire aux espérances de l'opinion publique en France, et
embarrasser les négociations de Prague, en ce que les ennemis pouvaient
tirer avantage d'une position que nous n'occupions plus en Espagne.



CHAPITRE XIV.

Manoeuvres de l'armée anglaise.--Bataille de Vittoria.--Pertes immenses
de matériel.--Retraite.--L'empereur reçoit cette nouvelle à Dresde.--Le
général Moreau.--Bernadotte.--Madame de Staël.


Après la réunion des armées des maréchaux Soult et Suchet, l'armée
anglaise était retournée dans ses positions au-delà de Salamanque.

Après le départ du maréchal Soult pour Paris, son armée resta sous les
ordres du roi.

On retomba dans la même faute que l'année précédente, on ne s'occupa
point de l'armée anglaise, devant laquelle on aurait dû être campé à
vue, ou bien ne pas la combattre. Mais il y avait un mauvais génie qui
avait soufflé sur la direction de nos armes dans ce pays-là; chacun alla
reprendre sa petite vice-royauté, s'occupant peu de ce qui pourrait
arriver.

Le maréchal Suchet retourna en Catalogne. Le ministre de la guerre, le
duc de Feltre, auquel l'empereur avait laissé en partant la direction
des opérations en Biscaye et en Navarre, avait employé l'ancienne armée
du maréchal Marmont à parcourir les deux provinces en colonnes mobiles
pour poursuivre des guérillas qui ne méritaient assurément pas autant
d'importance que l'armée anglaise, en sorte qu'il ne restait réuni en
corps d'armée que ce qui était venu d'Andalousie. Le roi était, je
crois, à Valladolid ou même à Madrid lorsque l'armée anglaise se porta
en avant. Il suffira, pour donner une juste idée de la manière dont
l'empereur était servi, de dire que ce fut de Paris qu'on fit partir
l'ordre adressé au général Clausel, qui commandait l'armée qu'avait eue
Marmont, de se réunir à l'armée du roi. Ses troupes étaient en colonnes
mobiles dans la Navarre lorsqu'il le reçut. L'on peut juger du temps qui
fut perdu pour la marche des troupes, par celui qui fut employé à faire
parvenir depuis le point menacé, d'abord à Madrid ou à Valladolid,
l'avis de l'approche des Anglais, ensuite à en faire part à Paris, et y
demander l'emploi des troupes qui étaient en Navarre, enfin à faire
recevoir à celles-ci l'ordre de marcher; il y avait en sus une ligne
d'échelons très-forte pour maintenir la communication entre Bayonne et
le quartier du roi.

On avait accumulé à Vittoria un matériel immense d'artillerie, provenant
de toutes les évacuations successives auxquelles on avait été forcé;
tout ce matériel aurait dû être renvoyé, ou à Bayonne, ou au moins mis
dans une autre place d'Espagne; mais faute de chevaux ou d'autre chose,
il avait été laissé à Vittoria. La situation de notre armée était à peu
près telle que je viens de le dire. Pendant que tout ce temps se perdait
dans l'armée française, l'armée anglaise commençait un grand mouvement,
qu'elle exécuta avec autant de tranquillité que si elle n'avait point eu
d'ennemis devant elle.

Le général anglais avait sans doute bien calculé tout ce qui était à
l'avantage de ses projets, et une fois qu'il eut pris l'initiative des
mouvements, il la conserva jusqu'au moment où la fortune couronna ses
efforts dans les champs de Vittoria.

La reddition d'Astorga et l'évacuation de tout le royaume de Léon lui
donnèrent la possibilité de manoeuvrer avec toute son armée (après avoir
rallié la division espagnole qui venait de la Galice), et de la conduire
par le revers des montagnes en prolongeant la route de France, de
manière à venir menacer la communication de Bayonne avec notre armée, en
débouchant sur Biviesca, Miranda ou Vittoria, selon ce que la fortune
lui offrirait de plus avantageux à faire.

Ce mouvement, qu'il n'aurait osé entreprendre devant un ennemi actif et
manoeuvrier, s'exécuta sans coup férir, comme une marche simple en
pleine paix.

Lorsque l'armée française en fut informée, il était déjà trop tard pour
rallier toutes les troupes avec lesquelles on pouvait combattre le
général anglais, qui, ne dépendant de personne, était absolu dans tout
ce qu'il entreprenait.

L'armée française prit le parti de se retirer successivement du Douro
sur Burgos, puis sur l'Ebre, et enfin sur Vittoria, parce que l'armée
anglaise, de beaucoup supérieure à elle, prolongeait notre droite, sur
laquelle elle avait de l'avance. On arriva ainsi jusqu'à Vittoria, où
l'on comptait attendre la réunion des troupes qui devaient venir joindre
l'armée du roi; mais l'armée anglaise arriva avant nous, déboucha sur la
droite de la nôtre, qui combattit ayant Vittoria en arrière de sa
droite, et faisant face à l'ouest: le succès ne fut pas longtemps
indécis.

Des troupes que l'on ramenait ainsi en retraite depuis Cadix jusqu'aux
frontières de France, voyaient, aussi bien que leurs généraux, qu'elles
auraient beau faire des efforts, qu'elles n'empêcheraient pas l'armée
anglaise de les repousser, parce qu'elle était éminemment plus forte.

Pendant que l'action était engagée sur toute la ligne, l'armée anglaise
fit déboucher un corps de cavalerie par sa gauche, et se porta jusque
sur la route de Vittoria à Bayonne. Ce mouvement mit le désordre dans
l'armée française, parce que cette troupe de cavalerie poussa jusqu'au
parc d'artillerie et à celui des voitures de tous les réfugiés qui la
suivaient. Chacun ne pensa plus qu'à son bagage, en un instant cette
armée fut mise dans une déroute complète. Voilà comment des troupes qui,
quelques années auparavant, étaient supérieures à ce que furent jamais
les armées romaines, perdirent par la licence, et le peu de soin que
l'on eut d'elles, cette discipline et cette élévation de courage sans
laquelle les peuples les plus belliqueux ne parviendraient jamais à la
supériorité qu'ils obtiennent sur les autres.

La bataille de Vittoria fut une faute: elle ne devait être ni donnée, ni
l'être où elle le fut, ni enfin engagée comme elle le fut, et par-dessus
tout cela, elle ne fut qu'une fuite honteuse.

On y perdit cent cinquante pièces de canon, et le triple ou le quadruple
de voitures tant d'artillerie que d'équipages; les troupes revinrent par
la route de Navarre, n'emmenant avec elles qu'une pièce de canon et pas
une seule voiture. Elles se rallièrent, et prirent la route de France
par Pampelune, sans même songer à ce qu'allait devenir le corps du
général Clausel, qui avait reçu l'ordre de joindre l'armée du roi. Ce
général était déjà arrivé en Aragon, et remontait le long des bords de
l'Ebre par Tudela, pour gagner Miranda, d'où il aurait été en
communication avec cette armée; heureusement une de ses reconnaissances
ayant poussé jusque sur la grande route de Miranda à Vittoria, à un lieu
nommé la Puebla, y fit quelques prisonniers anglais, qu'elle ramena au
général Clausel, à qui ils apprirent l'événement arrivé la veille à
notre armée, et à la suite duquel elle s'était retirée par la route de
Pampelune, où l'armée anglaise la suivait.

Le général Clausel fut en conséquence obligé de retourner sur ses pas,
et de descendre le cours de l'Ebre pour aller se mettre en communication
avec le maréchal Suchet en Catalogne, et lui faire part de ce qui était
arrivé; il put ensuite exécuter l'ordre qu'il avait reçu, de rejoindre
l'armée du roi, en passant par Jaca et Yverdun. Nous étions ainsi hors
de toute l'Espagne de ce côté-là, et il semblait que l'on eût fait
exprès de faire naître toutes les occasions de fonder la gloire de
l'armée anglaise, qui, pour la troisième fois, remportait un succès
complet sur la nôtre, laquelle, quoique composée des mêmes troupes qui
avaient vaincu les Russes, les Prussiens, fut battue par celles des
Anglais. Mais le général anglais doit convenir lui-même que ce n'était
ni le nombre ni la qualité des troupes qui nous manquait en Espagne; il
n'y fallait qu'un homme qui, sans même avoir une capacité
extraordinaire, eût été actif, ferme, probe, sévère jusqu'à la rigueur
et prudent.

Personne n'eût osé piller, ni manquer à son devoir, et lorsqu'il aurait
commandé à ses lieutenants de se réunir à lui, ils n'auraient été
occupés que du soin d'obéir promptement, et non pas de chercher des
prétextes pour éluder ses ordres, ou justifier des retards qui nous ont
successivement conduits au bord de l'abîme.

Cette affligeante nouvelle vint bouleverser toutes les têtes à Paris; il
y en avait qui allaient jusqu'à en être bien aises, sous prétexte que
cela hâterait le dénouement d'une guerre qui était insupportable à la
nation.

L'empereur reçut cette nouvelle à Dresde, lorsque l'armistice était déjà
renouvelé, sans quoi les hostilités eussent peut-être recommencé de
suite. On doit penser comment il accueillit cette nouvelle, et quelles
tristes réflexions il dut faire.

Ce fut à peu près à la même époque que le général Moreau parut en
Prusse. Son arrivée au milieu de nos ennemis surprit tout le monde; car
que venait-il faire dans le camp des Russes? pourquoi lui avaient-ils
envoyé une frégate? à quoi le destinaient-ils? Ce n'était pas à
commander ni diriger leurs armées. Sans faire tort aux talents du
général Moreau, il n'en avait pas déployé de si extraordinaires à la
tête des armées françaises, pour qu'ils allassent le chercher au fond de
l'Amérique, et le prier de leur donner des leçons. Je rends plus de
justice à l'armée russe, que j'ai connue. Elle a un bon nombre
d'officiers-généraux auxquels il ne manque que des occasions pour égaler
au moins le général Moreau. Ce n'était pas de sa réputation militaire
que les Russes avaient besoin; ils ne voulaient que tirer parti de la
célébrité que ses malheurs lui avaient donnée. C'était un moyen nouveau
que l'empereur de Russie mettait en usage; il espérait, avec le général
Moreau, mettre de la division dans notre armée. Et comment douter qu'il
n'eût déjà alors des projets de bouleversement, et de substituer le
général Moreau à l'empereur, en cas de succès? Que doit-on penser des
sentiments dans lesquels on recherchait l'alliance de l'empereur
d'Autriche, avec une arrière-pensée de flétrir sa fille, et enfin de ses
ministres, qui lui firent contracter cette alliance sans demander ce que
signifiait la présence du général Moreau à Prague, où il venait
d'arriver? On devait le deviner à l'étiquette du sac. J'ai toujours cru
particulièrement que cette idée d'envoyer chercher le général Moreau en
Amérique avait été suggérée à l'empereur de Russie par le maréchal
Bernadotte, à la conférence d'Abo, qui avait eu lieu l'année précédente.
Je ne serais même pas surpris qu'Alexandre se fût servi de Bernadotte
pour écrire au général Moreau, et le décider à accepter ce qu'il lui
proposait.

Je crois d'autant plus que l'idée première vient de Bernadotte, qu'il
n'y avait guère que lui qui alors pouvait avoir démontré à l'empereur de
Russie les facilités qu'offrait l'exécution d'un pareil projet, en le
mettant au fait des antécédents qu'il y avait entre Moreau et Fouché,
auxquels Bernadotte lui-même n'avait pas été étranger, et que l'empereur
Alexandre ne connaissait pas, du moins aussi bien que lui. À son tour,
Bernadotte n'avait pas trouvé cette idée tout seul, et je crois que ce
fut madame de Staël qui la lui donna à son passage en Suède pour se
rendre en Angleterre, lorsque, croyant devoir fuir la _tyrannie_, elle
quitta Coppet vers le commencement de 1812.

Puisque l'occasion s'en présente, qu'on me permette de dire quelques
mots sur madame de Staël, qui a jugé convenable d'en dire tant de moi.

Elle a cru bien faire en n'épargnant, dans un de ses ouvrages, ni
l'injure ni la calomnie, et cependant un esprit éclairé comme le sien ne
pouvait pas ignorer que ce sont des moyens faibles. Toutefois elle est
peut-être excusable, parce que, vivant loin de la scène dont elle a
voulu retracer le tableau, ses ombres ont pu la tromper, et d'après ce
qu'elle ajoute elle-même, que, dans ces temps-là, «hors de Paris, elle
ne voyait ni n'apprenait rien,» on peut penser que, faute d'avoir vu le
grand jour à cette époque, il ne lui a pas été possible de mieux juger
ce qu'elle ne pouvait pas pénétrer. Tout ce qu'elle dit à ce sujet est
plein d'aigreur, et cette aigreur vient des mesures sévères qui furent
prises contre elle. Peut-être bien aussi vient-elle d'une vanité
offensée qui donne à sa vengeance tout l'éclat de sa célébrité.

Toute injure qui porte sur un fait faux ne blesse pas; elle ne doit et
ne peut nuire qu'à celui qui n'a pas rougi de la prononcer.

Madame de Staël m'a fait l'honneur de me distinguer pour m'insulter
exclusivement. Je suis sensible à cette bienveillance, et je suis
seulement surpris qu'elle n'ait pas remarqué que cette préférence de sa
part pouvait me sortir de l'obscurité qu'elle me reproche. C'est du
reste le moindre des cas où son animosité ait égaré sa raison.

Si j'aimais à me venger, j'aurais ici une belle occasion de le faire, et
pour cela, plus heureux que madame de Staël, qui a été obligée d'avoir
recours à son imagination, je n'aurais qu'à raconter. Son esprit fort
s'oubliait parfois, Corinne avait ses faiblesses, et j'ai bonne mémoire.

Je me renfermerai donc dans mon sujet, et je ne dirai que quelques mots
sur son voyage dans le Nord. Suivant elle, c'était une fuite pour se
soustraire à la _tyrannie_. Elle manifesta le désir de se rendre en
Amérique; on n'y apporta aucun obstacle; de là elle eût pu se rendre en
Angleterre, puisqu'elle ne voulait que respirer un _air libre_. Elle a
cependant préféré aller à Coppet. Quelle _tyrannie_ pouvait-elle y
craindre? De Coppet, qui pouvait l'empêcher d'aller au bout du monde?
Coppet, d'ailleurs, était en Suisse alors comme aujourd'hui, et on y
respirait un _air libre_. Mais ce n'était pas la tyrannie impériale que
fuyait madame de Staël; ce n'était pas celle qu'elle redoutait le plus,
et nous eussions pu même lui en faire trouver le poids léger. L'espèce
humaine est si méchante et si imparfaite, qu'elle semble chercher à se
venger de toute supériorité qu'elle est forcée de reconnaître; or, celle
de madame de Staël était incontestable, aussi n'a-t-on pas manqué les
occasions de s'égayer, et on n'a guère ménagé les défauts de la
cuirasse. Le meilleur remède à de semblables positions, c'est un voyage;
mais c'est le comble du bien joué dans une femme quand elle peut, d'un
seul coup, sauver les apparences et se venger.

C'est elle qui, en passant à Saint-Pétersbourg, se chargea d'amener
Bernadotte à ce que désirait alors l'empereur Alexandre, qui, dans ce
temps-là, avait bien autre chose à faire que de penser à des
constitutions, comme veut le faire croire madame de Staël. Elle a été le
chaînon de l'entrevue d'Abo où Bernadotte s'est livré à l'empereur
Alexandre: ce fut elle qui donna l'idée d'envoyer chercher Moreau en
Amérique.

Voilà comment madame de Staël a servi la restauration; elle s'est bien
gardée de dire un mot de cela dans son ouvrage; on le conçoit aisément,
parce qu'elle aurait dû renoncer aux éloges qu'elle y répand sur un
dénouement qu'elle n'avait pas prévu, et tout-à-fait opposé à la
tournure qu'elle espérait faire prendre aux affaires. Il faut convenir
qu'elle avait bien des droits à la restitution des deux millions qu'on
lui a rendus, malgré la Charte, qui prononce l'irrévocabilité de la
vente des biens nationaux. M. Necker (son père) n'avait pas été plus
injustement saisi que tous ces malheureux paysans de la Vendée, que l'on
enterrait dans leurs propres champs pour se donner le droit de les
vendre au gré de convenances particulières, et M. Necker avait été une
des premières causes de tous ces malheurs publics. Mais madame de Staël
méritait à tous égards une préférence, et si le moment de la lui
accorder n'était pas favorable, elle a bien saisi celui de la demander.

Si j'avais connu madame de Staël, nous y aurions gagné tous deux; je
vois maintenant la sorte d'ennemis qui la tourmentaient, c'étaient des
rivaux qui craignaient qu'elle ne les surpassât en talent, ou d'anciens
entrepreneurs politiques, qui, ayant renoncé à un métier devenu
dangereux, redoutaient les moindres rapports avec elle.

À l'époque où elle me sollicitait, je n'étais pas encore assez étayé
pour me charger de ses ennemis réunis aux miens; elle ne m'aurait
apporté de force que celle qu'elle aurait reçue de moi, et il m'aurait
fallu la soutenir lorsque je me conduisais à peine seul: je ne pouvais
donc faire qu'un mauvais marché; elle crut me pétrir comme un novice, et
m'a su mauvais gré de m'en être méfié. Je vois maintenant que son fils
avait raison en m'assurant que sa mère n'avait que du dépit contre
l'empereur, et que rien n'aurait été si facile que de la mettre à ses
pieds, parce qu'au fond elle en était l'admiratrice sincère. Je n'y ai
pas cru, parce qu'il n'y avait qu'un cri contre elle, lancé même par
ceux qu'elle croyait ses amis, et assurément il en est quelques-uns qui
n'ont pas été étrangers à son exil.

Je reconnais aujourd'hui qu'elle avait moins d'inconvénients que
beaucoup d'hommes; je suis même sûr que c'est elle qui a fait faire dans
le temps la paix entre la république et la Suède, uniquement pour rester
à Paris et y établir sa puissance au milieu des ruines de la bonne
compagnie.

Madame de Staël traite mal l'empereur; mais elle ne l'atteint pas,
tandis qu'elle prouve avoir été la plus malheureuse femme du monde de se
voir dédaignée par celui qu'elle aurait voulu servir. Elle aurait
effectivement tiré un bien meilleur parti pour sa gloire de tous les
matériaux qu'une autre conduite de sa part eût pu mettre à sa
disposition, que des basses calomnies auxquelles elle n'a pas craint de
descendre.

Puisque je viens de parler du général Moreau, c'est le cas de dire qu'en
cette occasion l'empereur fut si mal servi par ses agents diplomatiques,
que le général Moreau était déjà arrivé à Berlin sous un nom supposé,
lorsqu'il m'écrivit de Dresde pour que je cherchasse à approfondir quel
était ce personnage mystérieux qui était arrivé à Berlin.

Je lui répondis courrier par courrier que c'était le général Moreau, et
que je lui avais envoyé quelque temps auparavant l'avis de son départ
d'Amérique, qui m'avait été apporté par un bâtiment américain entré dans
les ports de France.

L'empereur n'avait point lu mon rapport; et, lorsque le second lui
parvint, l'armistice de Dresde était dénoncé. Ce qui me porte à croire
que l'idée d'envoyer chercher Moreau avait le but que je suppose à
l'empereur de Russie, c'est qu'en se reportant à la situation dans
laquelle étaient alors les affaires des Russes (au moment de la
conférence d'Abo), il n'est pas déraisonnable de penser que le réveil du
trouble et de l'anarchie en France était le maximum des succès que
l'empereur Alexandre pouvait se flatter d'obtenir pour opérer une
diversion qui lui était si nécessaire dans ce moment-là. Il était bien
loin encore, à cette époque, d'envisager comme possible tout ce qu'il
vit depuis par lui-même après son entrée à Paris.

On doit se rappeler qu'à l'époque où Moreau était à l'armée alliée, M.
le comte d'Artois se rendit d'Angleterre, par mer, dans la Baltique, et
que Bernadotte lui refusa de le laisser descendre à terre: il s'en
retourna en Angleterre. Bernadotte ne lui avait refusé le passage que
parce qu'il voulait être favorable au général Moreau. Jusqu'alors on
n'avait pas osé admettre la supposition que les souverains alliés
projetaient la chute de l'empire, en sorte qu'on n'avait pas de raison
de s'expliquer le voyage du comte d'Artois, qui n'était
vraisemblablement venu se présenter à l'armée alliée que parce qu'il
savait que ce principe de subversion avait été adopté.

Je dirai, en suivant l'ordre que je me suis prescrit, toutes les raisons
que j'ai à l'appui de mon opinion. Je les ai prises dans la conversation
qu'eut avec l'empereur de Russie feu le général Reynier, qui avait été
fait prisonnier à Leipzig et échangé à Troyes, où l'empereur Alexandre
lui donna son audience de congé.

La bataille de Vittoria produisit partout l'effet le plus nuisible à nos
intérêts; elle embarrassait notre position à Prague, et achevait
d'ébranler la confiance de ceux de nos alliés qui nous étaient encore
fidèles.



CHAPITRE XV.

Le maréchal Soult va prendre le commandement de l'armée
d'Espagne.--L'impératrice se rend près de l'empereur à Mayence.--Je
demande à l'accompagner.--Mes motifs.--Réponse de l'empereur.--M. de
Cazes.--Reprise des hostilités.--Le général Jomini.


L'empereur envoya en toute hâte le maréchal Soult, qu'il avait près de
lui, prendre le commandement des troupes qui revenaient avec le roi
d'Espagne. À cette occasion, il chargea le duc de Feltre d'écrire à ce
prince pour le prévenir de cette disposition, afin qu'il fît aucune
difficulté de remettre le commandement de l'armée au maréchal contre
lequel on le savait personnellement indisposé depuis l'occupation de
l'Andalousie.

Le maréchal Soult arriva à Paris avec la rapidité d'un trait, ne s'y
arrêta que quelques heures pour prendre connaissance des ressources que
le ministre de la guerre pouvait mettre à sa disposition, et courut
prendre le commandement de l'armée, qui était à peu près sous les murs
de Bayonne, où elle vint s'établir presque aussitôt. Le mois de juillet
était écoulé, et on ne voyait pas encore les conférences de Prague
suivies de quelque résultat; on n'osait plus se flatter de voir finir la
guerre, et on aurait pu dire avec justesse que l'impatience publique
s'était fait un calus qui la rendait insensible au mal.

Les espérances de paix achevèrent de s'évanouir, lorsque l'on vit que
l'empereur appelait l'impératrice à Mayence, au lieu d'annoncer qu'il
allait lui-même revenir à Paris; elle partit effectivement pour cette
ville, où elle ne resta que très peu de jours avec l'empereur, qui n'y
fut accompagné que par le général Drouot.

J'avais saisi cette occasion de donner à l'empereur une marque de
dévouement à sa personne, en lui demandant la permission d'aller le voir
à Mayence. Je voulais l'entretenir de tout ce que je remarquais, et qui
n'était pas de nature à faire la matière de rapports écrits; j'insistai
vivement pour obtenir ce que je désirais, en lui observant que je
regardais cela comme si nécessaire, que j'avais pris des mesures pour
que mon administration n'en souffrît point, et que mes dispositions
étaient faites pour être en chemin une heure après avoir reçu sa
permission, que je le priais de me faire transmettre par le télégraphe.

Je n'avais pas d'autres projets que de l'entretenir de tous les dangers
que je prévoyais, et du besoin que l'on avait de la paix; je ne voulais
que lui parler de ce qu'il avait fait lui-même dans tant d'autres
circonstances contre ces mêmes ennemis, en s'arrêtant à propos, et le
supplier de ne pas leur fournir l'occasion de satisfaire tous leurs
ressentiments à la fois. J'aurais été inépuisable dans toutes les
raisons que j'aurais prises au dedans et au dehors pour faire conclure
la paix, même à tout prix, parce que je sentais vivement le besoin que
l'on en avait, et je ne me serais laissé rebuter par aucune
considération, parce que je n'aurais été dirigé par aucun projet
d'ambition; d'ailleurs je savais que l'empereur voulait la paix, il
m'avait même fait l'honneur de me l'écrire; il n'y avait que sur les
sacrifices qu'il était difficile, aussi n'était-ce que sur ce point que
je m'attendais à le trouver déterminé à ne pas céder. Peu m'importaient
ses répugnances, j'en aurais triomphé, parce que le besoin de la paix
une fois reconnu, les sacrifices pour l'obtenir n'étaient rien; je lui
aurais cité ses propres ennemis, qui recouvraient aujourd'hui tous ceux
qu'ils avaient faits depuis quinze ans. L'habileté ne devait consister
en ce moment qu'à céder, parce que la force physique que l'on pouvait
perdre, n'était rien en comparaison de la puissance morale que l'on
recouvrait en ramenant la tranquillité. Je n'aurais pas promené les
regards de l'empereur sur un champ de bataille gagnée, mais j'eusse mis
sans cesse devant ses yeux les détails et le tableau d'un revers, qui ne
pouvait être que proportionné aux efforts qu'il ferait sans doute pour
le prévenir. L'empereur me répondit qu'il m'aurait fait venir à Mayence,
s'il avait eu un peu plus de temps à y rester; mais qu'il était trop
tard, puisqu'il devait en partir le lendemain ou le surlendemain; il
ajoutait des choses obligeantes à sa lettre, mais elles ne diminuèrent
pas le chagrin que me fit éprouver la résolution que je ne voyais que
trop que l'on avait prise.

M. de Cazes, instruit que l'empereur devait venir jusqu'à Mayence,
s'était hâté de s'y rendre pour le solliciter en faveur d'un
fonctionnaire dont il était parent, et qui se trouvait gravement
compromis. Avant de quitter Paris, il s'était muni de deux lettres,
l'une de l'archi-chancelier, l'autre de moi pour appuyer sa demande.
L'empereur le reçut et lui donna sur sa cassette 250,000 francs pour
arranger des affaires qui, quoique étrangères à M. de Cazes, l'avaient
déterminé à aller jusqu'à Mayence. L'empereur, toujours bon et généreux,
ne s'en tint pas là, il m'écrivit d'employer toute mon influence à
faciliter à M. de Cazes la conclusion des affaires désagréables dans
lesquelles il allait s'engager. Je lui permis en conséquence de
s'établir dans un de mes bureaux, d'où il envoyait lui-même mes propres
agents chercher les personnes avec lesquelles il avait à traiter. Il fit
tant et si bien, que la somme que l'empereur lui avait donnée suffit à
tout. Je ne fus pas étranger au succès qu'il obtint, et j'aime à penser
qu'il en a conservé le souvenir.

L'impératrice revint à Paris à peu près en même temps que l'empereur
rentrait à Dresde, et l'armistice fut rompu le 17 août, d'après les
conditions sous lesquelles il avait été conclu, c'est-à-dire qu'il ne
fut point renouvelé, et que les hostilités furent permises. La destinée
n'avait pas voulu que l'on détournât les événements qui en peu de temps
ont achevé notre destruction; la fin des grandes choses s'approchait, il
n'y eut plus de moyens de conjurer l'orage qui était prêt à fondre sur
nous.

Voilà donc l'armistice dénoncé, et en même temps la notification de
l'Autriche envoyée à l'empereur, par laquelle elle déclarait que, dans
l'intention de hâter la fin de la guerre, elle portait le poids de ses
armes du côté des alliés, qui reçurent par cette réunion un surcroît de
forces de plus de deux cent mille hommes, tandis que l'empereur n'en
recevait pas un. Malgré cette prodigieuse disproportion de troupes entre
lui et ses ennemis, on verra combien peu il s'en est fallu qu'il ne
sortît victorieux de sa position, et que, si, au lieu d'avoir une armée
composée de soldats aussi jeunes, il en avait eu une de l'espèce de ceux
d'Austerlitz, il aurait étonné les siècles à venir par ce qu'on lui
aurait vu exécuter de prodigieux. Mais déjà les officiers-généraux de
l'armée étaient atteints d'un dégoût qui ne se laissait que trop
apercevoir.

On a beaucoup comparé l'empereur à Louis XIV. Tous deux en effet ont eu
leur temps de prospérité, tous deux ont eu leur temps de revers. Louis
XIV n'a été trahi que par la fortune, et Napoléon l'a été par ceux sur
lesquels il devait le plus compter.

On pourrait répondre avec avantage à ceux qui s'obstinent à vanter les
temps passés aux dépens des temps modernes, et le règne de Napoléon a
effacé le siècle de Louis XIV.

Si on parle d'hommes de lettres, de poètes, d'écrivains célèbres, sans
doute que le règne de Louis XIV en a fourni en grand nombre; mais le
règne de Napoléon a été remarquable par les progrès des sciences et des
idées positives. C'est sous Napoléon que le savoir s'est répandu, que le
peuple a connu sa dignité, et que les honneurs et la fortune ont été le
prix du talent et des services rendus.

Napoléon, qu'on dit avoir été si despote, l'a-t-il jamais été autant que
Louis XIV, et a-t-on vu à sa cour des maîtresses titrées ou des princes
légitimés?

Je laisse à d'autres le soin de compléter le parallèle, je me borne à
dire que dans mon opinion, et malgré les calomnies et les passions,
Napoléon a surpassé Louis XIV et tous ceux qui pourraient lui être
comparés.

Sans doute aucun des lieutenants de l'empereur n'a pu l'égaler, et aucun
sans doute n'a eu la prétention qu'on le pensât; aussi n'est-ce pas avec
lui qu'il faudrait les mettre en parallèle. Mais qu'on les compare aux
hommes de guerre de l'histoire, Ney, Masséna, Soult, Lannes, Davout,
Suchet, Macdonald, et tant d'autres généraux que je pourrais citer,
soutiendront la comparaison avec avantage.

Pourquoi donc avec tant d'hommes habiles les revers se sont-ils succédé?
ne s'était-il donc formé à la plus grande école de guerre qui fut
jamais, aucun homme capable d'embrasser l'ensemble des opérations d'une
armée dont les corps avaient à agir dans plusieurs directions? Néanmoins
qu'on me permette de le dire, et en cela je ne crois point diminuer la
juste renommée de nos généraux, mais avec l'empereur ils ont perdu leur
éclat, comme ces diamants qui, loin de la lumière, ne jettent plus de
feux.

Les troupes commencèrent à se réunir; le corps du maréchal Ney était à
Liegnitz, et il commençait son mouvement de concentration, lorsque le
général Jomini, qui était chef de l'état-major de ce corps d'armée,
passa à l'armée ennemie. Il justifia par cette désertion tous les
soupçons que l'on avait eus de ses rapports avec l'aide-de-camp de
l'empereur de Russie, rapports dont il a été question au commencement du
volume précédent.

Il est à présumer que le général Jomini, qui était Suisse, et au service
de France, avait jugé l'empereur comme devant succomber contre autant
d'ennemis, et qu'alors se trouvant sans état, il avait préféré saisir
l'occasion d'une nouvelle fortune, qui lui semblait aussi assurée que la
première lui avait paru l'être, au moment où il s'y était attaché.

S'il a eu quelques motifs particuliers pour prendre ce parti, je ne les
ai point connus.

Le corps du maréchal Oudinot, qui était dans la direction de Glogau, se
concentra et prit sa direction par Cotbus, Enbenau et Cossen; il avait
avec lui le corps saxon commandé par le général Reynier, et celui du
général Bertrand; le tout faisait un total de plus de quatre-vingt mille
hommes, qui devaient marcher sur Berlin, et attaquer le corps ennemi qui
était commandé par Bernadotte, arrivé depuis peu avec ses Suédois; il
avait avec lui le corps du général prussien Bulow, et beaucoup de
milices de cette nation avec quelques troupes russes.

On évaluait ce corps à une centaine de mille hommes; il était posté à
quelques lieues en avant de Potsdam.

Le corps du maréchal Macdonald se concentra dans les environs du
Loewemberg en Silésie, sur le Bober; il avait avec lui le corps du
général Lauriston.

Les corps des maréchaux Marmont et Mortier se concentrèrent dans les
environs de Dresde, ainsi que le corps organisé avec des troupes
nouvellement arrivées, et qui étaient commandées par le maréchal
Gouvion-Saint-Cyr, aussi nouvellement arrivé à l'armée.

Le maréchal Augereau avait été envoyé avec une seule division en Bavière
pour soutenir le corps bavarois qui s'était organisé dans l'Inn-Firteld,
après la déclaration de guerre des Autrichiens, à laquelle on s'était
attendu [8].

[8: Je prie le lecteur de considérer que je ne parle sommairement des
évènements militaires, que parce qu'ils font partie de l'époque dont
j'écris l'histoire. N'ayant plus été à l'armée depuis 1809, je ne puis
prononcer sans appel sur tout ce qui est mouvement d'armée; je renvoie
mes lecteurs que cela peut intéresser aux auteurs militaires qui ont
traité avec la plus scrupuleuse exactitude des mouvements de nos troupes
en 1812, 1813, 1814 et 1815. Placé comme je l'étais alors, je n'ai pu en
apercevoir que les conséquences sur l'opinion publique.]

Je ne me souviens pas où était le maréchal

Victor, je crois qu'il était sur la rive gauche de l'Elbe, dans la
direction de Vittenberg ou de Torgau, mais il se réunit aussi à Dresde.
Le général Vandamme commandait le corps du maréchal Davout, qui avait
été envoyé à Hambourg comme gouverneur général, et où l'empereur avait
de grands projets; le maréchal Davout avait avec lui les troupes
danoises, et de nombreux détachements de conscrits venus de France, dont
il fit un magnifique corps d'armée.

Depuis la nouvelle occupation de Hambourg par nos troupes, on avait mis
cette portion de territoire hors du régime constitutionnel; on s'est
beaucoup élevé contre cette mesure, mais l'on n'a pas considéré qu'elle
ne fut prise que pour retenir les peuples de ces contrées dans
l'obéissance, et arrêter des projets d'insurrection.

L'empereur avait le projet d'ouvrir les hostilités en pénétrant par la
Silésie en Bohême, où les trois armées combinées étaient amoncelées, et
formaient une multitude si considérable, qu'il fallait un grand talent
et une grande habitude du mécanisme des masses pour être en état de
déployer tous les moyens qu'offraient celles de cette armée.

Les militaires, de quelque nation qu'ils soient, qui ont fait la guerre
d'Italie, ainsi que celles de 1805 et de 1807, doivent convenir que, si
l'empereur avait eu en Saxe une armée composée de soldats aguerris et
rompus à la marche, comme l'étaient ceux qui l'ont suivi dans ses
immortelles campagnes, il eût dispersé toutes les armées autrichienne,
russe et prussienne, en très peu de temps. Il les aurait obligées à
manoeuvrer sans cesse, et à cette partie-là les Français auraient
infailliblement été les plus forts; malheureusement il n'avait que des
soldats peu exercés, et nullement formés à la marche, aussi la fortune
l'abandonna-t-elle bien vite.

Il ne laissa sur la rive gauche de l'Elbe que le corps du maréchal
Saint-Cyr, qui se plaça à Pirna pour couvrir Dresde, que l'on avait
fortifié par six bonnes redoutes.

Pendant qu'il faisait marcher le corps du maréchal Oudinot sur Berlin,
il se porta avec le reste de son armée, par Dresde et Bautzen, sur le
Bober; mais à peine était-il arrivé à Loewemberg, qu'il eut connaissance
du mouvement qu'avaient fait les armées ennemies, elles étaient passées
de Silésie en Bohême, par Schweidnitz, et avaient pris la route de
Teplitz et de Peterswald, pour se porter sur Dresde, par la rive gauche
de l'Elbe. Le maréchal Saint-Cyr, qui était à Pirna, s'était retiré dans
la ville, dont il garnissait l'enceinte. L'empereur ramena toute l'armée
sur Dresde, à marches forcées, excepté le corps de Macdonald, qu'il
laissa sur le Bober. Le 26 août, il parut à Dresde au moment même où les
ennemis forçaient les redoutes dont il avait entouré la ville.

Il était temps que l'armée arrivât. Elle déboucha, attaqua sur-le-champ,
reprit les redoutes qui avaient été emportées, et se déploya en avant de
Dresde. Ce fut la jeune garde qui frappa ce coup de vigueur. L'armée se
plaça le soir, ainsi que pendant la nuit du 26 au 27 août, de la manière
suivante: son aile droite, où se trouvaient les corps des maréchaux Ney
et Victor, était à la droite de Dresde, adossée à l'Elbe, et ayant en
réserve toute la garde ainsi que la cavalerie. Dresde formait le centre
de la position. L'aile gauche avait la route de Pirna en avant de son
front, appuyant la droite à Dresde. Cette aile gauche était composée des
corps de Vandamme et de Saint-Cyr, et, je crois, du maréchal Marmont.

L'armée ennemie formait la circonvallation parfaite; les Russes ainsi
que les Prussiens composaient sa droite, la gauche était presque
entièrement formée d'Autrichiens.



CHAPITRE XVI.

Bataille de Dresde.--Mort du général Moreau.--Retraite des
alliés.--Échec du corps de Vandamme.--Ce général est fait
prisonnier.--Revers.--L'empereur est forcé de changer ses premières
combinaisons.--La fortune cesse de nous être favorable.


Le 27 août, l'empereur fit commencer l'attaque par son aile droite, où
j'ai dit qu'était placée toute sa cavalerie. Il fit déborder l'extrême
gauche des Autrichiens, et en suivant la ligne de circonvallation que
formait cette immense armée ennemie, il combattit avec des forces
supérieures chacune de ses parties, sans que les masses énormes par
lesquelles elles auraient pu être secourues, se missent en mouvement. Le
bonheur voulut encore que le temps, qui était couvert, amenât un orage
qui versa des torrents de pluies, au point que le feu de la mousqueterie
ne prenait pas. On profita de cette circonstance pour faire charger
toutes les masses ennemies par notre cavalerie, qui n'était presque
composée que de très jeunes gens. Elle les rompit et fit autant de
prisonniers que l'on en avait fait dans nos plus brillantes batailles.

C'est dans cette journée que le général Moreau, qui suivait l'empereur
Alexandre, eut les deux cuisses emportées d'un coup de canon. On a
prétendu que cet accident lui était arrivé en portant un ordre de
l'empereur de Russie, mais je n'ai pas entendu deux versions semblables
à ce sujet.

Ce n'est pas la mort du général Moreau qui mit du désordre dans l'armée
ennemie, elle ne contraria qu'une partie des projets de l'empereur de
Russie, qui substitua bientôt une autre idée à celle qu'il avait eue en
appelant le général Moreau près de lui.

Nous avions si bien profité du moment de l'orage pour nous étendre et
prendre une position qui non seulement débordait la gauche des ennemis,
mais qui de plus nous permettait de côtoyer toute leur ligne par
derrière, qu'ils furent obligés de changer leur position; c'est alors
que le désordre se mit parmi leurs innombrables colonnes. Elles prirent
le mouvement qu'on leur faisait faire pour un mouvement de retraite qui,
du reste, paraissait commandé par le revers qu'elles venaient d'essuyer.

Les chemins, naturellement mauvais dans ce pays, étaient devenus
impraticables; la pluie avait surtout gâté les traverses. Les
différentes colonnes ennemies étaient trop éloignées du défilé de
Peterswald dont nous étions maîtres, et notre cavalerie les suivait de
si près qu'elle ne leur laissa pour rentrer en Bohême que des défilés
pénibles et jusqu'alors peu pratiqués. Les alliés perdirent un matériel
énorme en voitures de toute espèce, et un personnel considérable,
puisque nous comptâmes trente-deux ou trente-trois mille prisonniers de
guerre. Jusque-là tout allait à merveille.

Lorsque l'armée ennemie fit son mouvement de retraite, les corps qui
composaient sa droite étaient trop éloignés des défilés de la Bohême
pour qu'ils pussent y arriver sans tomber dans les mains de notre
cavalerie qui côtoyait déjà l'armée ennemie en la remontant derrière sa
gauche; mais ils étaient assez près du défilé de Pirna pour qu'il ne fût
pas déraisonnable, de la part du général ennemi, de leur ordonner de se
retirer par ce point. Il n'y en eut que deux qui purent y arriver: le
premier était composé de Russes sous les ordres du général
Osterman-Tolstoi, qui tenait l'extrême droite de l'armée ennemie; le
deuxième était composé de Prussiens sous les ordres du général Kleist,
qui était à la gauche de celui du premier.

L'empereur, en voyant le mouvement rétrograde des armées ennemies, avait
bien pensé qu'une bonne partie de leurs troupes, c'est-à-dire leur
droite, ne pouvait rentrer en Bohême que par Peterswald. Il avait en
conséquence ordonné le mouvement suivant. Son extrême gauche était,
comme l'on sait, composée du corps de Vandamme. Il avait à sa droite le
maréchal Saint-Cyr, et celui-ci à la sienne le maréchal Marmont, qui
s'appuyait sur Dresde. Ces trois corps avaient l'Elbe derrière, et la
route de Pirna à Dresde devant eux.

L'empereur ordonna à ces trois corps de marcher par leur gauche et de
suivre la route de Pirna. Le général Vandamme se trouvait ainsi en tête;
il était suivi par le maréchal Saint-Cyr, qui lui-même l'était par le
maréchal Marmont.

La tête de cette colonne ne put arriver au défilé de Peterswald, que
lorsque le corps russe du général Tolstoi l'eut passé; mais le général
Vandamme, ne pouvant se persuader qu'il ne serait pas suivi, ne balança
pas à pénétrer dans le défilé, et à suivre le corps du général russe.
Malheureusement, en descendant ainsi en Bohême, il ne fit pas garder le
défilé de Peterswald, qu'il laissait derrière lui; à la vérité, il
comptait sur la marche du maréchal Saint-Cyr et du maréchal Marmont
qu'il dit avoir prévenus du mouvement qu'il faisait en avant. Mais
n'importe qui a failli dans cette occasion, le fait est que Vandamme ne
fut pas soutenu, et que le défilé étant ainsi resté libre, le corps du
général Kleist qui suivait celui du général Osterman, passa, sans se
douter de cette circonstance [9], entre le corps du maréchal Saint-Cyr
et celui du général Vandamme, qui se trouvait ainsi en avant de lui. On
entendit bientôt le bruit du canon; c'était le général Vandamme qui
était aux prises avec le général Osterman, et qui, pendant le plus fort
de l'action, vit déboucher derrière lui des troupes qu'il prit d'abord
pour celles du maréchal Saint-Cyr, mais par lesquelles il ne tarda pas à
être attaqué. Ne pouvant s'expliquer comment cela avait pu arriver, il
fit ses dispositions pour se défendre en avant et en arrière, ce qui
l'affaiblit sur tous les points à la fois. Le moral de ses jeunes
soldats n'était pas à la hauteur d'une position aussi difficile; il les
forma vainement en carré; il fut enfoncé, perdit son artillerie avec
sept ou huit mille prisonniers parmi lesquels il était lui-même. Le
reste s'éparpilla, gagna les bords de l'Elbe à la faveur des bois, et
rejoignit l'armée.

[9: Ce fait m'a été attesté par des officiers-généraux en 1822.]

On marcha tant que l'on put au bruit du canon du général Vandamme; mais
on ne put pas arriver avant sa défaite, et voilà comment le corps
prussien du général Kleist, qui aurait dû être pris, décida la
dispersion de celui de Vandamme; chose qui ne serait pas arrivée, si, au
lieu de descendre en Bohême, ce général était resté au défilé de
Peterswald, où il aurait intercepté les Prussiens, ou si, lorsqu'il eut
fait son mouvement, le maréchal Saint-Cyr fût venu le remplacer.

Lorsqu'on vint annoncer cet événement à l'empereur, il était à Dresde,
tourmenté par des coliques violentes que lui avait occasionnées la pluie
froide qu'il avait reçue sur le corps pendant toute la bataille du 27.
Il en eut de l'humeur, mais le mal était sans remède; il ordonna à son
aide-de-camp, le comte de Lobau, de prendre le commandement des débris
du corps du général Vandamme. On rassembla quinze à vingt mille hommes;
on les réarma, on les équipa, et en très peu, de temps, ce corps se
trouva remis, au moral, de la perte qu'il avait éprouvée. Elle n'aurait
eu qu'un bien faible effet sur le reste de la campagne sans deux
événements qui la suivirent coup sur coup.

La bataille de Dresde avait eu des effets si surprenants, que l'empereur
avait songé à leur donner toute la suite que rendait possible le vaste
plan sur lequel les opérations des alliés paraissaient basées. Les
masses énormes de leurs troupes rentraient en Bohême par des chemins
déjà difficiles, et gâtés par le mauvais temps.

Elles ne pouvaient y arriver qu'en désordre, et, avant que toute cette
multitude eût été ralliée et reformée d'après un nouveau plan,
l'initiative des mouvements ne pouvait lui être contestée.

Avant le malheur arrivé à Vandamme, il voulait marcher lui-même par la
route de Pirna avec le corps de ce général, ceux de Saint-Cyr et de
Marmont, qu'il aurait fait suivre par la garde; de cette manière, il
serait arrivé, avec la plus grande partie de l'armée, sur n'importe quel
point de l'intérieur de la Bohême, longtemps avant la réunion des
colonnes ennemies. De plus, il entrait en communication naturelle avec
le corps du maréchal Macdonald, qui était resté sur le Bober. Si ce
mouvement eût réussi, il aurait été bientôt suivi d'un événement de
guerre qui aurait surpassé tout ce que l'empereur avait fait
jusqu'alors, et ses ennemis eussent éprouvé une défaite d'autant plus
grande, que leur nombre les rendait moins mobiles. Mais le temps qu'il
fallut pour réorganiser le corps du général Vandamme fit perdre des
moments précieux que les ennemis mirent à profit.

La fortune avait cessé de nous être favorable. Le maréchal Macdonald,
qui avait reçu ordre de déboucher du Bober, et de passer cette rivière,
éprouva un échec encore plus grave que celui de Vandamme; il fut obligé
de se retirer en désordre, ayant perdu beaucoup de monde, ainsi qu'un
matériel d'artillerie énorme.

Le maréchal Oudinot avait reçu ordre de se porter sur Berlin, qui était
couvert par le corps du général Bulow, lequel venait d'être rejoint par
les Suédois, commandés par Bernadotte.

Le maréchal Oudinot avait avec lui les corps du général Bertrand et du
général Reynier, qui commandait les Saxons: il avait encore d'autres
troupes; son corps dépassait quatre-vingt mille hommes; il marcha jusque
près de Potsdam. Le général Reynier faisait tête de colonne; il
rencontra les ennemis, et les attaqua, à ce que l'on dit, assez
précipitamment, afin d'agir hors de l'influence de son général en chef,
ce qui était devenu un peu trop ordinaire dans l'armée. Mais toujours
est-il vrai que le maréchal Oudinot aurait pu et dû arriver plus tôt sur
le champ de bataille. C'était à lui à empêcher le général Reynier de
s'engager seul, ou à le faire soutenir par ses autres corps, une fois
qu'il fut engagé. Au lieu de cela, il ne fit rien; Reynier combattit
avec ses seuls Saxons contre tout le corps de Bulow. Ses troupes, voyant
qu'elles étaient inhumainement sacrifiées sans qu'on s'occupât à les
appuyer, plièrent bientôt, et prirent la fuite. On essaya de les
rallier, on voulut faire donner les troupes du général Bertrand; mais le
mouvement était imprimé, la confusion fut bientôt extrême. Le maréchal
Oudinot éprouva des pertes considérables en tout genre, et fit à la hâte
sa retraite sur l'Elbe, dans la direction de Torgau. Il vint jusque sous
le canon de cette place.

Ce funeste événement, arrivé en même temps que celui qu'avait éprouvé le
maréchal Macdonald, dérangea totalement les projets de l'empereur. Au
lieu de chercher à profiter des succès de la journée du 27, il fallut
songer à défendre la rive droite de l'Elbe.

L'empereur répara les pertes du maréchal Oudinot en le faisant joindre
par des troupes que lui conduisit le maréchal Ney, qui était dans les
environs de Wittemberg. Ce maréchal prit le commandement de tout ce
corps, nouvellement réorganisé; il reporta en avant son armée, qui
n'était pas encore remise du coup qu'elle avait essuyé: son mouvement
coïncidait avec celui que l'empereur faisait lui-même sur le Bober, où
il s'était porté avec la meilleure partie de l'armée pour réparer
l'échec qu'y avait reçu le maréchal Macdonald.

Si ces deux mouvements avaient réussi, la conséquence raisonnable qui
aurait pu en résulter aurait été d'obliger la majeure partie des forces
des alliés qui étaient en Bohême, de repasser en Silésie pour venir
s'opposer à l'empereur; mais la fortune en ordonna autrement.

Les choses allaient bien sur le Bober où l'empereur s'était porté de sa
personne, lorsqu'un nouveau malheur, arrivé au maréchal Ney, vint encore
lui faire abandonner ses premiers projets.

Le maréchal, ne consultant que son ardeur, marcha droit devant lui sur
une très grande profondeur; il fut attaqué pendant son mouvement, tant
en tête que par son flanc gauche, sur lequel Bulow donna avec ses
Prussiens. Il rompit ainsi la ligne d'opérations du maréchal Ney, et y
mit un tel désordre, que toute cette armée revint à la hâte sur l'Elbe,
d'où elle était à peine partie; elle éprouva une perte encore plus
grande que la première fois. Cet événement ramena l'empereur sur Dresde,
et l'obligea d'abandonner toute espèce de plan d'opérations sur la rive
droite de l'Elbe pour concentrer ses troupes sur la rive gauche. Il
avait toujours les places situées sur le cours de ce fleuve et espérait
former quelque combinaison nouvelle pour améliorer une situation de
choses que cette suite d'accidents avait successivement aggravée. Il se
trouvait dans la même position que Frédéric dans sa dernière campagne;
mais il était moins heureux que ce grand roi, en ce que là où il n'était
pas en personne, on n'éprouvait que des revers, tandis que Frédéric
avait quelques généraux qui savaient gagner des batailles.

Le moral était rentré dans l'armée ennemie qui s'accroissait de tous les
revers partiels de la nôtre. L'empereur n'avait plus de troupes à
appeler à lui, et celles qu'il avait commençaient à souffrir des
privations de vivres, qui devenaient plus rares à mesure que le cercle
du terrain qu'elles occupaient se rétrécissait.



CHAPITRE XVII.

Marche du maréchal Augereau.--Défection de la Bavière.--Irruption des
alliés en Saxe.--Mouvement de l'empereur.--Bataille de
Leipzig.--Défection des Saxons.--Passage de l'Elster.--Mort du prince
Poniatowski.


Depuis la bataille du 27, l'empereur avait songé à appeler à lui le peu
de troupes françaises qui, sous les ordres du maréchal Augereau, étaient
réunies à l'armée bavaroise sur les bords de l'Inn. Ces troupes
formaient deux petites divisions. Si les succès de la bataille gagnée à
Dresde le 27 rendaient leur présence inutile sur l'Inn, les revers dont
elle fut suivie rendaient impérieux l'appel de ces troupes à l'armée;
sans ces revers, la réunion des deux divisions du maréchal Augereau à la
grande armée eût été une imprévoyance, parce qu'indubitablement les
ennemis auraient été obligés de se renforcer de tout le corps autrichien
qui était commandé par le général Frimont dans les environs de Lintz et
de Wels aux frontières de la Bavière. Alors l'armée française et
bavaroise combinée sur l'Inn, devenait inutile. L'arrivée de cette
petite armée fit beaucoup de bien, mais n'était pas, à beaucoup près,
proportionnée au besoin que l'on éprouvait partout de voir paraître de
quoi ranimer les espérances.

Son départ livra la Bavière aux intrigues qui l'agitaient. Le général de
Wrede se trouva affranchi de toute contrainte, jeta l'effroi partout, et
bientôt la nouvelle de nos désastres, qui y arriva promptement,
détermina ce pays à suivre le parti que lui commandait notre mauvaise
fortune. Je reviendrai sur ce point tout à l'heure.

L'empereur était avec toute son armée sur la rive gauche de l'Elbe,
menaçant toujours de porter l'offensive sur la rive droite, lorsque
toute la grande armée ennemie sortit une seconde fois de la Bohême, où
on avait été obligé de la laisser se réorganiser, au lieu d'aller la
disperser comme cela avait été le premier plan de l'empereur.

Elle entra en Saxe, et vint, par l'intérieur de ce pays, occuper toutes
les communications que l'empereur pouvait avoir avec la Saale et
Leipzig; elle s'étendait beaucoup par sa gauche pour donner la main au
corps de Bernadotte, qui, après avoir battu le maréchal Ney, avait passé
l'Elbe un peu au-dessus de Magdebourg. La grande armée ennemie exécuta
cette marche en évitant toute espèce d'action entre elle et l'armée que
commandait l'empereur. Si ce prince était resté sur les bords de l'Elbe,
l'armée ennemie eût effectué son mouvement sans coup férir, et l'eût
infailliblement affamé dans son camp, en le resserrant successivement,
et en évitant les batailles, ce qu'elle pouvait faire, puisque ses
derrières étaient libres.

L'empereur, pour déjouer ce projet, quitta les bords de l'Elbe et vint
se placer en avant de Leipzig, ayant l'Elster à dos, et comme il ne
cherchait qu'une bataille générale, à la suite de laquelle il voulait
reprendre tous les projets qu'il avait après celle de Dresde, il laissa
le corps du général Saint-Cyr à Dresde, ainsi que de bonnes garnisons
dans Torgau et Wittemberg.

À la guerre, les plus vastes combinaisons sont taxées d'extravagances,
lorsqu'elles ne sont pas couronnées par le succès; il faut réussir,
c'est là la condition indispensable. Mais quelle que soit la sévérité du
jugement de l'histoire sur les événements de cette époque, il est juste
de dire que, si cette célèbre bataille de Leipzig avait été gagnée par
l'empereur comme l'avait été celle de Dresde, rien ne s'opposait à ce
qu'il remarchât vivement sur cette place, ou sur un des autres points
qu'il occupait sur l'Elbe, selon la direction que l'armée ennemie aurait
donnée à sa retraite. Placé par cette manoeuvre sur la corde de l'arc
que les ennemis auraient eu à parcourir pour arriver à un appui qui ne
pouvait se trouver qu'en Bohême, rien, dis-je, ne s'opposait à ce que
l'empereur y arrivât avant eux, et ne réparât par un coup d'éclat tous
les malheurs de cette campagne. Si cela était arrivé ainsi, on aurait
manqué d'expressions pour le louer, et il n'y a nul doute qu'avec
l'armée d'Austerlitz et l'espèce de troupes qu'il eut jusqu'au fatal
hiver de 1812, il eût vu son audacieuse conception couronnée du succès
qu'elle méritait. Quant à moi qui l'ai servi dans les glorieuses années
de sa carrière, je ne me permets de blâmer son entreprise à Leipzig que
parce qu'il jouait sa dernière ressource; je voyais bien ce qu'il
pouvait gagner, mais je ne le trouvais pas proportionné à ce qu'il
courait le risque de perdre, surtout ayant des troupes médiocres, et
ayant déjà appris la guerre à ses ennemis. Néanmoins beaucoup de
considérations, étaient en sa faveur.

En se retirant de Dresde à Leipzig, il avait emmené avec lui le roi de
Saxe et sa famille. Les princes qui composaient la confédération du Rhin
étaient ébranlés, mais aucun n'avait encore abandonné son alliance; il
recevait au contraire de leur part des assurances d'un constant
attachement dans sa mauvaise comme dans sa bonne fortune. En se retirant
de la Saxe, il perdait d'abord l'armée de ce pays, et avec elle
successivement les contingents de tous les autres, dont les armées
alliées se seraient grossies, c'est-à-dire que le résultat de sa
retraite eût égalé les pertes de la bataille sans en entraîner aucune
pour l'ennemi.

Bien plus, s'il s'était retiré, tout ce qu'il avait laissé sur l'Elbe
était perdu. Un malheur de la situation de l'empereur, c'est que, parmi
tant de guerriers éprouvés sur les champs de bataille dans mille
occasions difficiles, pas un ne se fût élevé jusqu'aux hautes
conceptions à l'exécution desquelles ils ont si noblement concouru.

Pendant qu'après la perte de la bataille de Leipzig, l'empereur ramenait
les débris de son armée vers le Rhin, il y avait dans Dresde trente
mille hommes, dans Torgau et Wittemberg, vingt-cinq mille au moins, dix
à douze mille dans Magdebourg, plus de trente mille dans Hambourg. Tout
ce monde devint inutile, on n'en tira aucun parti.

Malgré toutes les considérations qui semblaient porter l'empereur à
risquer encore le sort des armes dans une bataille rangée, l'on ne peut
penser, lorsqu'on l'a connu particulièrement, qu'il ne l'eût pas évitée,
s'il avait été informé, comme il devait l'être, que tout ce qu'il
pouvait craindre, soit après l'avoir perdue, soit en se retirant sans la
livrer, était déjà arrivé d'un côté, et se préparait de l'autre.

Assurément, s'il avait su qu'aussitôt le départ des divisions du
maréchal Augereau des bords de l'Inn, l'armée bavaroise avait ouvert des
communications avec l'armée autrichienne, et que, par suite des fâcheux
effets que nos malheurs avaient produits sur les princes confédérés
d'Allemagne, le gouvernement bavarois, oubliant tout ce qu'il devait à
l'empereur, avait signé presque aussitôt un traité d'alliance avec
l'Autriche; s'il avait su qu'en conséquence de ce traité, les trois
divisions bavaroises, qui, quelques jours auparavant, étaient campées à
côté de celles du maréchal Augereau, s'étaient aussitôt mises en
mouvement avec l'armée autrichienne qui leur était opposée, pour venir à
marches forcées lui couper la retraite par la rive gauche du Mein,
qu'elles passèrent à Asschaffembourg, il eût sans doute regardé comme
inutile de combattre pour prévenir ce qui était déjà effectué. Il fut on
ne peut pas plus mal servi, sous ce rapport, pendant toute la campagne.

Il y avait encore dans l'armée même une division bavaroise, sur laquelle
il n'était plus permis de compter.

Mais ce qui ne peut s'expliquer, c'est que ses agents diplomatiques lui
aient laissé ignorer que toutes les cours des princes confédérés se
communiquaient déjà leurs intentions réciproques, en sorte que le parti
de chacune d'elles était pris; il ne leur fallait que l'occasion
d'éclater sans trop se compromettre.

L'armée saxonne, qui était campée avec la nôtre, était travaillée
sourdement, et montrait les dispositions les plus hostiles; il n'y avait
que les Polonais qui fussent inébranlables. Ils restaient ce qu'ils
avaient constamment été, toujours prêts à verser leur sang pour celui
auquel ils s'étaient attachés.

Les fonctionnaires qui, par état, devaient avoir un oeil vigilant sur
ces relations, sont bien à plaindre d'avoir été abusés, ou bien
coupables de n'avoir pas tout bravé, pour découvrir ces pénibles
vérités, et n'avoir pas averti du danger que l'on courait. On avait
l'habitude de se retrancher derrière l'empereur, il était le remède et
la consolation à tout; personne ne l'aidait, il fallait qu'il pensât,
devinât et agît pour tous.

Il vit cependant, quelques jours avant la bataille, toutes les chances
défavorables qu'il avait à la livrer. Mais il n'était plus possible de
l'éviter; d'une part, l'armée ennemie s'était tellement avancée, qu'une
marche de retraite eût été bien difficile, quoiqu'elle n'eût jamais été
comparable à la défaite qui suivit la fatale journée de Leipzig: on ne
dérange pas aisément le plan d'opérations d'une armée entière, pour la
faire agir dans un sens diamétralement opposé à ce que l'on avait
projeté: il eût fallu pouvoir disposer de quelques jours, pour tenter de
retirer au moins ce que l'on avait laissé sur l'Elbe; et déjà les heures
que la fortune se lassait de nous accorder étaient comptées. Je n'étais
pas à l'armée, et n'ai su que sommairement les incidents et les
résultats de la bataille de Leipzig, dont les suites ont été immenses.
L'empereur avait pris position en avant de la place, avec le projet de
prendre l'offensive dans l'attaque, aussitôt que les armées ennemies se
seraient assez approchées pour lui faciliter l'exécution de ses vues,
qui demandaient une grande rapidité de mouvements décisifs. Mais
indépendamment de ce que les incidents dont je viens de parler
apportèrent une grande différence entre ce qu'il voulait entreprendre et
ce qu'il lui fut possible d'exécuter, il eut encore le désavantage
d'être prévenu dans l'attaque.

La veille du jour décisif, il y eut un combat extrêmement meurtrier qui
acheva la destruction du maréchal Ney. Les troupes y combattirent avec
leur valeur accoutumée, mais elles épuisèrent cette dose de moral dont
les courages les plus héroïques même ont toujours besoin. Enfin dans
l'événement qui suivit, elles furent mises dans un état de décomposition
complet. L'armée fit son devoir, mais elle fut écrasée par le nombre, et
surtout par une quantité prodigieuse d'artillerie. Cette méthode avait
été introduite dans les armées depuis la guerre de 1809, où l'espèce
médiocre des troupes que nous avions avait obligé d'y suppléer par le
nombre des pièces de canon. L'artillerie fut augmentée au point que, sur
le champ de bataille de Wagram, nous eûmes jusqu'à sept cent
cinquante-six bouches à feu, y comprenant les pièces de position qui
avaient protégé le passage du Danube [10].

[10: Je tiens ce détail du général Lariboissière, qui commandait
l'artillerie de l'armée en 1809.]

Les ennemis, qui, depuis plusieurs années, imitaient l'empereur en tout,
avaient aussi accru leurs forces dans cette arme; comme lui, ils avaient
pris l'habitude de réorganiser l'artillerie étrangère, et de la faire
servir sur le champ de bataille, en sorte que celle que les trois
puissances déployèrent à Leipzig surpasse l'imagination.

Le grand usage de cette arme terrible rend en général les batailles peu
décisives; mais lorsqu'elle est appuyée par une forte cavalerie, comme
l'était celle que les puissances alliées déployèrent, elle devient un
moyen de victoire assuré, surtout lorsqu'il est question de combattre en
force double une armée qui a une rivière à dos, comme l'avait l'année
française à Leipzig.

Dans l'affaire qui avait eu lieu la veille ou l'avant-veille, on avait
fait prisonnier le général autrichien Meerfeldt; l'empereur le reçut au
bivouac, eut avec lui un long entretien, et le renvoya avec des
propositions pacifiques. Il était trop tard, les ennemis avaient la
conscience de leurs forces; ils voyaient que la fortune nous avait
tout-à-fait abandonnés. Ils ne pouvaient plus craindre un revers,
particulièrement les Russes, dans les bras desquels toutes les
puissances d'Allemagne s'étaient jetées; une victoire leur livrait le
monde, tandis qu'une bataille perdue n'entraînait que des résultats
médiocres, attendu la disproportion du nombre qu'il y avait entre eux et
nous.

Il n'y a nul doute que si l'empereur avait eu avec lui les corps qu'il
avait laissés sur l'Elbe, il aurait abandonné l'Allemagne. Il a fallu
qu'une suite d'incidents fâcheux le missent dans la nécessité de jouer
le tout pour le tout, ce qu'il n'a jamais fait depuis les belles époques
de sa gloire.

Les ennemis attaquèrent l'armée en avant de Leipzig, je crois, le 18
octobre; le feu fut meurtrier. On fit de part et d'autre des prodiges de
valeur. Ils devaient surprendre davantage de la part des troupes
françaises, dont les plus vieux corps étaient les cohortes de gardes
nationaux, qui avaient été mobilisées et mises en campagne depuis le
mois de mars. La cavalerie n'était non plus composée que de recrues; les
hommes et les chevaux étaient aussi neufs les uns que les autres; il n'y
avait que l'artillerie qui fût en bon état. Quel que fût néanmoins
l'appui qu'elle tirait de cette arme, l'armée n'eût pas résisté quelques
heures à une attaque aussi vigoureuse sans la présence de l'empereur,
qui se reproduisait partout.

Les ennemis étaient si nombreux, qu'ils apercevaient à peine les pertes
qu'ils essuyaient. Leurs masses nous pressaient dans tous les sens; la
victoire ne pouvait leur échapper. Elle aurait cependant été plus
indécise sans la défection des Saxons. Au milieu de la bataille, ces
troupes s'ébranlèrent, marchèrent à l'ennemi, comme si elles eussent
voulu l'attaquer, et, faisant tout à coup volte-face, elles ouvrirent un
feu violent d'artillerie et de mousqueterie sur les colonnes à côté
desquelles elles combattaient quelques instants auparavant. Je ne sais à
quelle page de l'histoire il faudrait remonter pour trouver un semblable
trait. Cet événement apporta tout à coup une grande différence dans nos
affaires, qui déjà allaient mal. C'est ici le moment de rappeler
qu'avant la bataille, l'empereur avait renvoyé la division bavaroise qui
était avec lui; il parla aux officiers en des termes qui sortiront
difficilement de leur mémoire. Il leur dit que «les lois de la guerre
les rendaient ses prisonniers, puisque leur gouvernement avait pris
parti contre lui, mais qu'il ne pouvait pas oublier les services qu'ils
lui avaient rendus; qu'en conséquence ils étaient libres de retourner
chez eux.» Ces troupes quittèrent l'armée, où on les aimait, et prirent
la route de la Bavière.

Le passage des Saxons dans l'armée ennemie obligea l'empereur à des
mouvements qu'il n'aurait pas faits, surtout au milieu d'une action
aussi chaude. Ces mouvements jetèrent le désordre parmi les troupes,
dans un moment où on ne pouvait désirer trop de calme et de ce silence
froid qui peut remédier à tout quand une bataille se décide. Il fallut
bientôt songer à la retraite, qui s'exécutait déjà par suite de
l'épuisement des forces physiques et morales des troupes, qui
combattaient depuis le matin avec un désavantage marqué.

Les ennemis s'en aperçurent bientôt. Leurs attaques n'en devinrent que
plus vives; il n'y avait plus que par le pont de Leipzig que la retraite
pouvait s'effectuer, et l'on ne conçoit pas que l'état-major de l'armée
eût négligé de faire construire plusieurs ponts: la chose aurait été
d'autant plus facile, qu'une ville comme Leipzig offrait plus de
matériaux et d'ouvriers qu'il n'en fallait, si ceux de l'armée n'avaient
pas été suffisants.

Le prince de Neufchâtel dit avoir donné des ordres; l'artillerie et le
génie soutiennent n'en avoir pas reçu. Oubli ou négligence, les
conséquences n'en furent pas moins désastreuses.

Presque toute la gauche et une partie du centre étaient déjà retirées,
et avaient repassé l'Elster, lorsque l'empereur le repassa lui-même. Il
recommanda à l'officier d'artillerie qui était de garde au pont, où l'on
avait préparé des artifices pour le détruire, de ne pas s'absenter, et
de ne mettre le feu que lorsque les dernières troupes seraient en
sûreté.

Les corps s'écoulèrent d'abord sans incident fâcheux; mais le désordre
était tel que personne ne pouvait dire si sa colonne était ou n'était
pas la dernière. Les tirailleurs ennemis avançaient; on se pressait sur
le pont, la confusion était au comble.

L'officier, ne sachant pas quel était l'état des choses sur la rive
ennemie, court à un officier-général pour s'en assurer. La foule le
porte au loin, il ne peut revenir sur ses pas; ses artilleurs, qui
voient déboucher des Allemands, des cosaques, mettent le feu aux
artifices; le pont s'écroule, et le corps de droite, qui contenait les
masses ennemies, est coupé.

Le bruit de ce malheureux événement lui arriva bientôt. Il se mit à son
tour en désordre, et vint chercher un passage à travers champs et
marais. Ce fut là le comble du désastre: les troupes furent prises en
entier, et avec elles les généraux Lauriston et Reynier. Le prince
Joseph Poniatowski, qui venait d'être fait maréchal de France, gagnait
en ce moment les bords de l'Elster; il était blessé, mais ne consultant
que son courage, il se jeta à cheval dans la rivière, où il périt
malheureusement. On n'était pas plus brave que ce prince; impétueux,
magnanime, plein d'aménité, il fut aussi regretté du parti qu'il servait
qu'estimé de celui qu'il avait combattu.

Ainsi finit cette fatale journée de Leipzig, qui fit perdre à la France
une belle et nombreuse armée et tous ses alliés.



CHAPITRE XVIII.

Position du roi de Saxe.--Part que Bernadotte prend à la défection des
Saxons.--État de l'opinion.--Mesures diverses.--Murat, ses intrigues et
son départ.--Le général de Wrede.--Bataille de Hanau.--Irruption des
cosaques à Cassel.--Arrivée de nos troupes à Mayence.--Déplorable état
des choses et de l'opinion.


Le roi de Saxe était resté dans Leipzig; l'empereur alla lui dire adieu,
et lui témoigna de sincères regrets de ce qu'il l'enveloppait dans sa
mauvaise fortune. La position de ce prince était d'autant plus mauvaise,
qu'il se trouvait exposé à tous les ressentiments des puissances qui
avaient tenu une conduite moins estimable que la sienne. Son armée passa
de nos rangs dans ceux des ennemis, mais ce ne fut ni par son ordre ni
avec sa participation. On se servit cependant de son nom pour la
séduire; on lui dit que le roi était entré dans l'alliance contre la
France, et on l'enleva. Il n'y avait sorte de petits moyens de cette
espèce que la Russie ne mît en jeu pour détruire l'influence de la
France sur les armées des princes d'Allemagne. Mais celui de tous les
coalisés qui abusa le plus de ces indignes moyens, fut Bernadotte. Il
avait commandé les Saxons pendant qu'il combattait dans nos rangs, il se
servit des relations que cette circonstance lui avait données parmi eux
pour les égarer; correspondances, proclamations, séductions de toute
espèce, rien ne fut épargné.

Après l'affaire de Leipzig, qui fut une véritable destruction, il ne
restait pas d'autre parti à prendre à l'empereur que de regagner les
bords du Rhin. L'armée prit la route d'Erfurth, Gotha, Fulde et Hanau;
mais les subsistances manquaient partout. Cette fâcheuse circonstance
acheva de mettre le désordre dans les troupes; je ne sais comment cela
arriva, mais tous les frais qui avaient été faits pour remonter les
équipages des vivres furent en pure perte. L'armée, ne trouvant pas de
quoi vivre dans les villages situés sur la route qu'elle suivait, se
répandit dans les terres, où elle croyait trouver de quoi satisfaire ses
besoins. Il résulta de là qu'elle ne présentait plus d'organisation;
c'était une multitude harcelée par les troupes légères ennemies, et qui
se rapprochait presque par instinct de la frontière.

En passant à Erfurth, l'empereur laissa une garnison dans la place, afin
de retarder la poursuite des ennemis, en les obligeant à aller prendre
un détour pour venir rejoindre la route de Hanau, où se dirigeait notre
armée.

L'on sut bientôt à Paris la nouvelle de l'état déplorable dans lequel
étaient nos affaires: ce fut pour l'opinion publique un coup de massue
qui acheva de détruire ses espérances de repos et de bonheur. On avait
su la défection de la Bavière avant même que l'empereur en fût informé,
et, qui plus est, on avait appris la marche de l'armée combinée de
Bavarois et d'Autrichiens sous les ordres du général bavarois de Wrede,
que l'empereur avait tant affectionné dans les campagnes précédentes. Il
arriva à marches forcées à Hanau avant nos colonnes, et se préparait à
donner le coup de grâce à l'armée française, qui avait si généreusement
combattu pour l'indépendance de son pays, et qui en même temps avait
fondé sa gloire et sa fortune particulière. Quand on est ingrat, on ne
l'est jamais à demi. Il ne lui suffisait pas d'avoir soulevé son pays
contre la France, il voulait donner le coup de mort à nos débris. Les
Bavarois devinrent en un jour nos ennemis les plus implacables. Au lieu
de combattre pour leur indépendance, ils oublièrent que, si l'empereur
eût voulu les sacrifier à l'Autriche, il aurait éteint tous les
ressentiments de cette puissance, et aurait, une bonne fois pour toutes,
terminé avec elle.

Cette bataille de Leipzig augmentait prodigieusement la puissance morale
des alliés; leurs forces physiques se grossirent encore des armées
bavaroise, wurtembergeoise, enfin de tous les princes confédérés du
Rhin.

Le ministre de la guerre servait encore l'empereur avec beaucoup de
zèle; il jugea le danger que courait l'armée, et fit fort sagement
marcher sur Francfort tout ce qu'il put rassembler de troupes à Mayence:
en même temps, il proposa à l'impératrice, qui présidait le conseil des
ministres, de lever et d'organiser promptement la garde nationale de la
Lorraine, de l'Alsace, des bords du Rhin et de la Franche-Comté. Cette
proposition fut adoptée, mais elle présentait mille difficultés dans son
exécution, en ce que les arsenaux étaient dépourvus d'armes, qui avaient
été envoyées en Pologne, avant le désastreux hiver de 1812, où elles
tombèrent au pouvoir des ennemis.

On s'aperçut des embarras qu'on allait avoir pour subvenir aux besoins
de l'armée. La position qu'avaient prise les Bavarois interceptait les
communications de l'empereur avec la France, en sorte que l'on était
livré aux conjectures; et lorsqu'une fois l'on pense en noir,
l'imagination ne trouve plus de bornes qui l'arrêtent. La consternation
était partout, on ne prévoyait plus que des malheurs, qui ne tardèrent
pas à arriver.

C'est ici le moment de parler d'une anecdote qui mérite une place dans
l'histoire.

Depuis quelque temps, la police de Rome avait rendu compte que, d'après
des bruits publics, qui venaient de Naples, le gouvernement de ce pays
avait prêté l'oreille aux propositions des Anglais, et se préparait à
suivre le parti de la coalition. Quelque absurde que parût un semblable
bruit, on le répandait avec tant de détails et de circonstances, qu'il
était bien difficile de ne pas reconnaître qu'il y avait eu au moins
quelques rapports entre le ministère napolitain et les agents du
gouvernement britannique. Il fallait donc que le roi de Naples, qui
était près de l'empereur à l'armée, où il commandait la cavalerie, eût
donné des instructions particulières pour ouvrir ces négociations, ou
qu'il ne se fût pas opposé à ce que la reine régente les ouvrît en son
absence. De quelque manière que la chose se fût passée, le fait n'en
était pas moins criminel, en ce qu'il donnait aux ennemis une idée de
plus de l'état désespéré dans lequel étaient les affaires de l'empereur,
que le roi de Naples lui-même abandonnait. On trouvait cela si coupable
en France, que l'opinion en était soulevée; on se refusait à le croire,
parce que le roi de Naples y avait la réputation d'un homme brave et
loyal. Cependant rien n'était plus vrai, comme on va le voir.

Pendant que ces bruits s'établissaient à Rome, où ils ruinaient la
confiance publique, l'on me rendait compte de Florence du passage par
cette ville d'un personnage napolitain de haute considération, le duc de
Rocca-Romana, grand écuyer de la cour de Naples, qui allait rejoindre
son souverain à l'armée.

En comparant l'époque du passage de cet individu par les départements
français au-delà des Alpes, avec la défection du gouvernement
napolitain, on voit évidemment qu'il en était le messager, et qu'il
n'avait pas d'autre mission que de prévenir le roi que tout était prêt,
et qu'on n'attendait plus que lui.

Il passa par Lyon, gagna de là Strasbourg et Mayence, d'où il rejoignit
l'armée au-delà de Hanau qu'il traversa avant qu'il fût occupé par les
Bavarois. Il trouva le roi de Naples à Eisnach, où était son
quartier-général; et, sur le rapport qu'il reçut, le prince partit
précipitamment. Avait-il eu l'ordre de se porter en avant pour éclairer
la marche de l'armée, dont la retraite était déjà menacée d'assez près
pour que l'on ne pût plus en douter, ou bien se tenait-il loin de
l'empereur pour pouvoir lui échapper, soit qu'il craignît qu'on fût
informé de ses projets, ou que le moment de se dérober à ses regards fût
arrivé? Je n'en sais rien, mais j'appris presque en même temps le
passage par Mayence de M. de la Romana, et le départ du roi de Naples.
Il traversa Mayence, Strasbourg, et les Alpes, qu'il franchit par le
Simplon.

Il eut aussi le bonheur de passer par Hanau avant l'arrivée de
l'avant-garde bavaroise, qui intercepta cette route presque aussitôt
après, en sorte que l'empereur ne put lire tous les détails qu'on lui
avait envoyés à ce sujet que lorsqu'il n'était plus temps.

Le passage subit du roi de Naples par la France surprit tout le monde.
La première pensée qui se présenta fut que l'empereur l'envoyait en
toute hâte en Italie pour réunir son armée et la joindre à celle du
vice-roi, afin de préserver l'Italie d'une invasion dont elle paraissait
menacée; cela semblait d'autant plus vraisemblable, qu'on savait les
troupes anglaises de Sicile en mouvement. On n'attribuait pas le voyage
du roi de Naples à un autre but; on était bien loin de la vérité.

Joachim passa par Turin, Florence et Rome, sans laisser échapper un mot
qui trahît ses projets. Le prince Borghèse, qui gouvernait en Piémont,
ni la princesse de Lucques, qui gouvernait la Toscane, n'en eurent le
moindre soupçon. On s'en douta encore moins à Rome, où commandait le
général Miolis. L'arrivée du roi de Naples fut bientôt suivie d'un
nouveau danger pour l'Italie, où il ouvrit peu de temps après les
hostilités contre les troupes françaises.

Ce fut dans le même temps qu'arriva la défection de la Westphalie. Les
malheurs qu'avait éprouvés l'armée la rendait inévitable; mais, hâtée
comme elle le fut par une irruption subite de cosaques, elle produisit
en France une impression fâcheuse en ce qu'elle portait le cachet d'un
abandon général de tous les alliés de l'empereur. On y était bien
préparé, mais l'on avait de la peine à se persuader qu'une simple
apparition de troupes légères pût le consommer. Voici comment cet
événement eut lieu.

Pendant que l'armée de l'empereur était encore près de Leipzig, un corps
de cosaques passa l'Elbe au-dessous de Magdebourg, marcha par le
Hanovre, et vint avec une grande rapidité jusque près de Cassel, où le
roi de Westphalie était encore.

La sécurité y était telle que l'officier-général russe qui commandait
les cosaques arriva jusqu'aux lieux où l'artillerie westphalienne
faisait l'exercice du tir du canon. Il y trouva quelques pièces avec
leurs munitions qu'on avait crues suffisamment gardées par le voisinage
de la capitale; il les emmena et poussa sur Cassel, que les cosaques
traversèrent au galop.

Dans le premier moment, tout prit la fuite. Le roi fut obligé de se
retirer, mais il fut fidèlement accompagné par les troupes de sa garde;
il n'alla qu'à très peu de distance de sa capitale. Il apprit bientôt la
force du corps qui l'attaquait.

L'infanterie qui était en garnison dans la ville s'était renfermée dans
la citadelle. Les ennemis furent obligés de se retirer presque aussitôt
qu'ils furent entrés; mais cela n'avança pas beaucoup les affaires du
roi de Westphalie, qui fut obligé de suivre le mouvement de la grande
armée et de venir derrière le Rhin, qu'il passa à Bonne ou Cologne. Ses
gardes le suivirent jusque sur les bords du fleuve, où il les congédia;
la plus grande partie retourna à Cassel, et les autres se retirèrent
chez eux. Le roi vint à Paris ainsi que la reine, avec les personnes qui
suivaient leurs destinées.

Il y avait déjà plusieurs jours que l'on était sans nouvelles de
l'empereur. On n'en avait pas eu depuis que la communication était
interceptée par la prise de Hanau. Ce prince était bien mécontent de la
conduite du gouvernement bavarois, et cette mauvaise disposition de sa
part était aigrie encore en reconnaissant combien il avait été mal servi
sous le rapport des informations extérieures; il reçut presque en même
temps l'avis de l'arrivée du corps du général de Wrede à Hanau, et un
rapport de son ministre à Munich, qui lui rendait compte que la Bavière
resterait dans son alliance, malgré les revers de sa fortune; et ce qui
paraîtra plus extraordinaire encore, c'est que cette lettre du ministre
de France à Munich était datée du jour même que fut signé le traité qui
fut conclu à Ried [11], et d'après lequel les troupes bavaroises et
autrichiennes réunies se mirent en marche pour les bords du Rhin.

[11: Ried est un village d'Autriche à quatre lieues au-delà de Brannau,
sur la frontière d'Autriche et de Bavière.]

Il fallait ou que le ministre de France eût écrit bien précipitamment,
ou qu'il eût été singulièrement trompé, car il était trop homme
d'honneur pour être suspecté.

La tête de l'armée qui revenait de Leipzig déboucha enfin par la route
de Fulde à Hanau, où elle trouva les Bavarois en position depuis
plusieurs jours. On ne les marchanda pas, on les attaqua avec furie, et
les soldats firent un traitement impitoyable à tous ceux qui leur
tombèrent dans les mains. Ils ne revenaient pas de voir que des troupes
pour lesquelles ils avaient combattu en 1805 et 1809 eussent tourné
aussi perfidement leurs armes contre eux.

Le passage fut bientôt ouvert. L'armée bavaroise reprit la route du
Mein, où on ne pouvait pas perdre à la poursuivre un temps trop précieux
pour la retraite de la grande armée; on en hâta la marche autant qu'on
le put, et on ramena enfin à Mayence cette grande multitude qui
n'offrait que du désordre, et n'avait plus rien d'une armée. La
dispersion des soldats des différends régiments était au comble, et pour
surcroît de malheur, l'administration, accoutumée à compter sur des
succès, n'avait aucun magasin à Mayence, ce qui obligea de disperser
l'armée dans les villages, où on la fit vivre chez les habitants; cette
mesure, qui aurait été bonne si les corps avaient été réorganises,
devint désastreuse en ce qu'elle retarda la réunion des soldats épars.
Les revers, les fatigues et la misère les avaient abattus au point
qu'ils étaient devenus indifférents à tout. Ils s'arrêtaient dans les
premiers lieux qu'ils rencontraient, et s'y établissaient. Combien l'on
regretta de n'avoir pas fait des approvisionnements de tous genres à
Mayence, où l'on aurait pu tenir l'armée réunie sur un terrain assez
rétréci pour visiter souvent les troupes et les ravitailler! On serait
alors indubitablement parvenu à les remettre en ordre, et à leur faire
reprendre une attitude respectable. Au lieu de cela, leur dispersion
rendit l'activité du chef presque inutile, les ordres restaient pour la
plupart sans exécution, et l'état de l'armée, loin de s'améliorer,
empira; les maladies contagieuses se mirent parmi les troupes et
achevèrent de les ruiner. Jamais les armées françaises n'avaient offert
un si triste tableau: on appelait la paix à grands cris, comme le seul
remède qui pût donner le temps nécessaire pour réparer tant de maux;
mais nous allons voir combien il était difficile de la faire.

L'empereur était arrivé à Mayence; il avait le coeur déchiré de cet état
de choses, mais il n'adressait de reproches à personne: sa situation
était affreuse. Il avait une avant-garde à Hocheim, sur la rive droite
du Rhin; une garnison dans Dantzick, à l'embouchure de la Vistule; une
dans chacune des places de Stettin, de Custrin, et, je crois, de Glogau,
sur l'Oder, et une à Spandau près Berlin.

Sur l'Elbe, il avait, comme je l'ai déjà dit, trente mille hommes dans
Dresde, environ dix-huit mille dans Torgau, cinq à six dans Wittemberg,
environ dix mille dans Magdebourg, et trente mille dans Hambourg. Il en
avait aussi laissé quatre ou cinq mille dans Erfurth en se retirant.

Toutes ces garnisons lui auraient donné une armée fraîche s'il avait
gagné la bataille de Leipzig; il la perdit, et non seulement ces troupes
lui devinrent inutiles, mais leur absence acheva de ruiner ses affaires.
Le système de guerre avait changé depuis que les armées que l'on mettait
en campagne étaient devenues aussi considérables. On ne faisait plus de
sièges, on bloquait une place avec des troupes légères, et l'on
attendait paisiblement que la garnison eût mangé son dernier boisseau de
farine. Pendant ce temps les grandes armées agissaient offensivement
l'une contre l'autre, et celle des deux qui gagnait la dernière bataille
faisait Charlemagne.



CHAPITRE XIX.

Mesures de défense.--L'impératrice au sénat.--Ouvertures des
alliés.--Artifices de Metternich.--Le maréchal Soult--Beau
mouvement.--Comment il échoue.


Tels étaient les affligeants résultats de la bataille de Leipzig, dont
les conséquences ne pouvaient jamais être pour les ennemis, s'ils
l'avaient perdue, ce qu'elles devinrent pour nous.

J'ai déjà dit qu'avant de la livrer, l'empereur avait eu des
pressentiments de ce qui pouvait arriver. Il avait même prévu que, s'il
la gagnait, il ne lui resterait pas des moyens suffisants pour donner à
son succès des suites capables de faire conclure la paix. C'est pourquoi
il voulut faire déployer à la France de nouvelles forces, proportionnées
à la masse énorme d'ennemis que l'adversité avait réunis contre nous.
Dans ce but, il envoya ordre à l'impératrice régente de convoquer
extraordinairement le sénat, et d'aller y faire elle-même l'exposition
des malheurs dont la France était menacée par toutes les défections de
ses alliés. Elle parla à cette assemblée d'un ton digne et élevé, qui
donnait à sa jeunesse un lustre encore plus grand que l'éclat de son
rang et de sa naissance; elle partageait vivement les malheurs d'un pays
qu'elle avait adopté franchement; elle croyait que chaque Français en
particulier était intéressé à ne point compter des sacrifices qui
devaient empêcher la ruine de l'édifice national.

Elle fut attentivement écoutée et pénétra tout le monde du plus vif
intérêt pour elle; elle sortit de la salle du sénat au milieu du plus
respectueux enthousiasme de toute cette assemblée. M. Regnault de
Saint-Jean-d'Angely, dont le zèle était infatigable comme le talent,
développa les motifs de la démarche du gouvernement, qui demandait
encore une levée d'hommes. Les dangers pressants ne permettaient aucune
réflexion; elle fut approuvée, parce que l'on consulta moins
l'impossibilité de l'effectuer, que la nécessité impérieuse où l'on
était de ne rien refuser de tout ce qui pouvait préserver le territoire
d'une invasion contre laquelle il se trouvait presque sans défense; il
n'était d'ailleurs plus question de faire des conquêtes, mais d'empêcher
d'être conquis à son tour.

Cette démarche de l'impératrice régente au sénat eut lieu avant
l'arrivée de l'armée à Mayence, et par conséquent avant qu'elle eût
éprouvé les pertes qui l'avaient rendue nécessaire, de sorte que la
première réflexion que fit faire cette levée d'hommes, c'est qu'elle ne
suffirait pas, et qu'infailliblement il en faudrait une seconde avant
peu pour mettre l'armée au point où on avait voulu la porter avant de
tenter le sort des armes à Leipzig. Cette idée navrait tous les coeurs,
la confiance s'éclipsa, on n'apercevait plus de consolation dans
l'avenir, et les esprits se livrèrent à toutes sortes de conjectures sur
des changements que l'on prévoyait devoir arriver par l'impuissance où
l'on était tombé de les empêcher.

Il n'y a nul doute que le voeu national ne demandait que la paix; telle
qu'elle eût été, elle eût comblé tous les désirs, mais il n'était encore
dans la pensée de personne de sacrifier celui dont l'amour et la
reconnaissance nationale n'étaient pas complètement détachés.

Des incidents qui survinrent firent successivement changer ces
dispositions: je vais en rendre compte en suivant l'ordre dans lequel
ils sont arrivés. Aussitôt que je sus l'empereur arrivé à Mayence, je
lui écrivis pour lui faire connaître tout ce que j'apercevais de sombre,
et je le pressai de venir lui-même à Paris pour imprimer le mouvement
national, sans quoi on ne se sauverait pas.

Le temps pressait, et la malveillance, jointe au découragement, aurait
été plus puissante qu'une impulsion qui aurait été donnée de Mayence.
L'empereur arriva à Paris dans les premiers jours de novembre, et fut
suivi de tout ce qu'il avait emmené avec lui à l'armée.

Un incident qui survint presque aussitôt fit un instant trêve aux
sombres idées qui remplissaient les esprits. Le ministre de France près
du duc de Saxe-Weimar avait été enlevé par un détachement ennemi, qui
viola la résidence de ce prince. Il fut envoyé à Toeplitz, rappelé au
quartier-général des alliés, et mandé par M. de Metternich, avec lequel
il eut une longue conversation, dont il rendit compte lui-même à son
retour.

«Après avoir été, dit M. de Saint-Aignan dans son rapport, traité
pendant deux jours comme prisonnier de guerre à Weimar, où se trouvait
le quartier-général des empereurs d'Autriche et de Russie, je reçus
l'ordre, le jour suivant, de partir pour la Bohême avec un convoi de
prisonniers. Jusque-là je n'avais vu personne ni fait aucune
réclamation, pensant que le titre dont j'étais revêtu était une
réclamation suffisante. Outre cela, j'avais déjà protesté contre le
traitement qu'on me faisait éprouver. Cependant je crus, dans ces
circonstances, devoir écrire au prince de Schwartzenberg et au comte de
Metternich, pour leur représenter l'inconvenance d'un pareil procédé. Le
prince de Schwartzenberg m'envoya sur-le-champ le comte Paar, son
premier aide-de-camp, pour excuser la méprise commise à mon égard, et
m'inviter soit chez lui, soit chez le comte de Metternich. Je me rendis
de suite chez ce dernier, parce que le prince de Schwartzenberg n'était
pas chez lui. Le prince de Metternich me reçut avec des égards
distingués; il me dit quelques mots sur ma position, dont il se chargea
de me tirer, s'estimant heureux, me dit-il, de me rendre ce service, et
de me témoigner, en même temps l'estime que l'empereur d'Autriche a pour
le duc de Vicence. Ensuite il me parla du congrès, sans que je lui aie
fourni matière à ce nouveau tour de conversation. «Nous désirons
sincèrement la paix, me dit-il, et nous la conclurons. Il s'agit de
saisir la chose ouvertement et sans détour. La coalition restera unie:
les moyens indirects que l'empereur Napoléon pourrait employer pour
parvenir à la paix ne peuvent plus avoir d'effet. Que toutes les parties
s'expliquent clairement l'une envers l'autre, et la paix pourra être
conclue.» Après cette conversation, le comte de Metternich me dit que je
devais me rendre à Toeplitz, où j'aurais dans peu de ses nouvelles, et
qu'il espérait me voir à mon retour. Je partis le 27 octobre pour
Toeplitz, où j'arrivai le 30. Le 2 novembre, je reçus une lettre du
comte de Metternich, d'après laquelle je quittai Toeplitz le 3, et me
rendis au quartier-général de l'empereur d'Autriche, à Francfort, où
j'arrivai le 8. Je fus le même jour chez le comte de Metternich. Il me
parla de suite des succès des puissances alliées, de la révolution qui
se passait en Allemagne, et de la nécessité de faire la paix. Il me dit
que les alliés, longtemps avant la déclaration de l'Autriche, avaient
salué l'empereur François du titre d'empereur d'Allemagne, mais qu'il
n'avait point accepté ce titre insignifiant, et que l'_Allemagne, de
cette manière, lui appartenait plus qu'auparavant_; qu'il désirait que
l'empereur Napoléon se persuadât que la plus grande impartialité et la
plus grande modération régnaient dans les conseils des alliés, mais
qu'ils se sentaient d'autant plus forts qu'ils étaient plus modérés; que
_personne n'avait des projets contre la dynastie de l'empereur
Napoléon_; que l'Angleterre était bien plus modérée qu'on ne croyait;
que jamais il n'y avait eu un moment plus favorable pour traiter avec
cette puissance; que, si l'empereur Napoléon voulait réellement conclure
une paix durable, il épargnerait de grands maux à l'humanité, et de
grands dangers à la France, en ne retardant pas les négociations; qu'on
était prêt à s'entendre; que les idées qu'on s'était formées de la paix
étaient de nature à poser à l'Angleterre des bornes équitables, et
assurer par mer à la France toutes les libertés auxquelles pouvaient
prétendre les autres puissances de l'Europe; que l'Angleterre était
prête à rendre à la Hollande, comme état indépendant, bien des choses
qu'elle ne lui rendrait pas comme province de l'empire français; que ce
que M. de Meerfeldt avait été chargé de dire de la part de l'empereur
Napoléon pouvait donner lieu à plusieurs déclarations, qu'il me prierait
de rapporter; qu'il ne demandait de moi que de les rendre exactement,
sans y rien changer; que l'empereur Napoléon ne voulait pas concevoir
l'idée d'un équilibre entre les puissances de l'Europe; que cet
équilibre cependant était non seulement possible, mais nécessaire; que
la proposition avait été faite à Dresde de prendre en compensation
différends pays que l'empereur ne possédait plus, comme, par exemple, le
duché de Varsovie, et que, dans le cas présent, on pouvait encore donner
de semblables compensations. Le comte de Metternich me fit prier de me
rendre chez lui le 9 au soir. Il venait du palais de l'empereur
d'Autriche, et me remit la lettre de S. M. à l'impératrice. Le comte me
dit que le comte de Nesselrode allait venir à l'instant chez lui, et
qu'en sa présence il me chargerait de ce que je devais annoncer à
l'empereur. Il me chargea de dire au duc de Vicence qu'il avait toujours
pour lui les mêmes sentiments d'estime que lui avait en tout temps
inspirés son caractère noble. Peu d'instants après, le comte de
Nesselrode entra. Celui-ci me répéta en peu de mots ce que le comte de
Metternich m'avait déjà dit sur la mission dont j'étais invité à me
charger; il y ajouta qu'on pouvait considérer M. de Hardenberg comme
présent et agréant tout ce qui avait été dit. Ici M. de Metternich
développa les intentions des alliés, ainsi que je devais en rendre
compte à l'empereur. Après que je l'eus entendu, je répliquai que,
puisque mon rôle ici n'était que d'écouter sans parler, je n'avais rien
à faire que de répéter mot à mot ses paroles, et que, pour en être plus
sûr, je demandais la permission de les écrire, simplement pour mon
usage, et de les lui mettre après sous les yeux. Le comte de Nesselrode
proposa que j'écrivisse cette note sur-le-champ, et le comte de
Metternich me conduisit seul dans un cabinet où j'écrivis la note qui
suit [12]. Lorsque je l'eus terminée, je rentrai dans l'appartement. M.
de Metternich dit: Vous voyez lord Aberdeen, l'ambassadeur anglais; nos
intentions sont les mêmes, ainsi nous pouvons continuer à nous
entretenir en sa présence. Alors il demanda que je lusse ce que j'avais
écrit. Lorsque j'en vins à l'article concernant l'Angleterre, lord
Aberdeen parut ne pas m'avoir bien compris; je le lus encore une fois,
et alors il observa que les expressions _liberté du commerce et droit de
navigation_ étaient très vagues. Je répondis que j'avais écrit ce que M.
de Metternich m'avait chargé de dire. M. de Metternich ajouta que ces
expressions pouvaient en effet embrouiller la question, et qu'il serait
mieux d'en mettre d'autres à la place. Il prit la plume, et écrivit:
_que l'Angleterre ferait les plus grands sacrifices pour une paix fondée
sur ces bases_ (celles énoncées plus haut). Je fis l'observation que ces
expressions étaient tout aussi vagues que celles qu'on avait
retranchées. Lord Aberdeen fut de la même opinion, et dit qu'il serait
mieux de rétablir ce que j'avais écrit d'abord: en même temps, il répéta
l'assurance que l'Angleterre était prête aux plus grands sacrifices;
qu'elle possédait beaucoup et rendrait à pleines mains. Le reste de la
note ayant été trouvé conforme à ce que j'avais entendu, la conversation
tomba sur des objets indifférents. Alors entra le prince de
Schwartzenberg: tout ce qui avait été traité fut répété. Le comte de
Nesselrode, qui s'était éloigné un instant pendant la conversation,
revint, et me chargea, de la part de l'empereur Alexandre, de dire au
duc de Vicence qu'il ne changerait jamais d'opinion sur son caractère et
sa loyauté, et que tout serait bientôt arrangé, s'il était chargé d'une
négociation. Je devais partir le lendemain, 10 novembre, au matin; mais
le prince de Schwartzenberg me fit prier d'attendre jusqu'au soir,
n'ayant pas encore eu le temps d'écrire au prince de Neufchâtel. Dans la
nuit, il m'envoya le comte Woyna, son aide-de-camp, qui me remit cette
lettre, et me conduisit aux avant-postes. J'arrivai le 11 au matin à
Mayence.»

[12: _Note de M. de Saint-Aignan._

Le comte de Metternich me dit que la circonstance qui m'avait conduit au
quartier-général pouvait être utilisée, en me chargeant de porter à S.
M. l'empereur la réponse aux propositions qu'il avait fait faire par le
comte de Meerfeldt. En conséquence, le comte de Metternich et le comte
de Nesselrode m'ont invité d'annoncer à S. M. que les puissances alliées
s'étaient unies par des liens indissolubles, par lesquels elles étaient
puissantes, et auxquels elles ne renonceraient jamais. Que, d'après les
engagements qu'elles avaient contractés, elles avaient pris la décision
de ne point conclure d'autre paix qu'une paix générale. Qu'au temps du
congrès de Prague, il était encore possible de penser à une paix
continentale, parce que, d'après les circonstances, on n'avait pas
encore eu le temps de s'entendre sur une autre négociation; mais que,
depuis, les intentions des puissances et de l'Angleterre étaient
connues, et qu'il serait en conséquence inutile de penser à un armistice
ou à une négociation qui n'aurait pas pour but une paix générale. Que
les souverains coalisés, sous le rapport de la puissance et de la
prépondérance, sont unanimement d'accord _que la France doit être
conservée dans son intégrité et dans ses limites naturelles, le Rhin,
les Alpes et les Pyrénées_. Que l'indépendance de l'Allemagne était une
condition _sine quâ non_, et qu'en conséquence la France devait
renoncer, non pas à l'influence que tout grand État a nécessairement sur
un État moins puissant, mais à toute espèce de souveraineté sur
l'Allemagne; que S. M. avait elle-même posé en principe que les grands
États doivent être séparés par de plus faibles. Que du côté des
Pyrénées, l'indépendance de l'Espagne et le rétablissement de l'ancienne
dynastie étaient également une condition _sine quâ non_. Qu'en Italie,
l'Autriche devait obtenir une frontière qui serait un des objets de la
négociation, et que le Piémont, ainsi que l'État italien, offrait
plusieurs lignes qui pourraient être un objet de négociation, pourvu que
l'Italie, ainsi que l'Allemagne, fût gouvernée dans l'indépendance de la
France et de toute autre grande puissance. Que de même l'État de la
Hollande serait un objet de négociation, toujours en partant du principe
qu'elle doit être libre. Que l'Angleterre était disposée à faire les
plus grands sacrifices pour une paix établie sur ces bases, et à
reconnaître la liberté du commerce et de la navigation, que la France à
le droit de demander. Que si S. M. _adopte ces bases d'une paix
générale, on pourrait déclarer neutre une ville jugée convenable, sur la
rive droite du Rhin, où les plénipotentiaires de toutes les puissances
belligérantes se réuniraient, sans que le cours des événements de la
guerre soit arrêté par ces négociations_.]

Ainsi il fallait abandonner ce qui nous restait de nos conquêtes,
sanctionner les conséquences que nos revers avaient entraînées, livrer
l'Italie, évacuer la Hollande, et tout cela pour obtenir, non pas la
paix, mais l'ouverture de négociations qui ne sauveraient pas la France
des ravages dont elle était menacée. On ne pouvait faire de
communications plus dures ni plus suspectes. On ne les repoussa pas
néanmoins.

Elles avaient été transmises le 15 novembre, le 16, M. de Bassano
répondit qu'une _paix fondée sur l'indépendance de toutes les nations_,
tant sous le point de vue continental que sous celui des relations
maritimes, avait toujours été l'objet des voeux de l'empereur; que ce
prince acceptait la réunion d'un congrès à Manheim. Mais l'horizon
politique avait changé; la réponse ne parut ni assez claire, ni assez
précise; le cabinet des Tuileries n'admettait pas assez nettement les
bases qu'on lui proposait. C'était jouer sur les mots, mais les
circonstances étaient trop graves pour le remarquer. Le duc de Vicence,
qui avait succédé au duc de Bassano, réitéra l'adhésion dans les termes
qu'exigeait Metternich. Ce furent alors d'autres difficultés. Les
souverains n'étaient pas tous à Francfort; les négociations ne pouvaient
s'ouvrir qu'ils ne se fussent entendus.

L'empereur voyait la déception et la ressentait d'une manière cruelle.
Mais tout se réunissait pour nous accabler. L'épidémie s'était mise
parmi nos troupes. Les fatigues, les besoins, et, plus que tout cela,
l'impression morale de nos désastres, avaient semé les maladies dans nos
cantonnements. Les hôpitaux étaient encombrés, et nos soldats,
habituellement si fiers devant l'ennemi, étaient sans force contre les
dégoûts et les privations. Ils succombaient à leurs misères; chaque jour
voyait affaiblir des rangs que le fer avait déjà tant éclaircis. Les
affaires n'allaient pas mieux en Espagne. Le maréchal Soult avait été
prendre le commandement de l'armée battue à Vittoria. Parvenu, à force
de soins et de peine, à la réorganiser, il résolut de tenter un coup
capable de rétablir les affaires au-delà des Pyrénées.

L'armée anglaise et espagnole, qui s'était avancée sur la Bidassoa,
bloquait Pampelune avec une division, en même temps qu'avec le gros de
ses forces elle pressait le siège de Saint-Sébastien. Le maréchal Soult
saisit avec beaucoup de sagacité le parti qu'il pouvait tirer de cette
circonstance pour la couper. Il marcha par la gauche, et arriva devant
Pampelune, que Wellington était encore sous les murs de Saint-Sébastien.
L'attaque commençait, le succès allait couronner cette belle
combinaison, lorsqu'une averse affreuse, versant des torrents de pluie
sur les montagnes, le força à rappeler ses colonnes. Les Anglais ne
furent pas arrêtés par les mêmes obstacles. Ils n'avaient ni cols, ni
ravins à franchir; ils arrivèrent à la course et se trouvèrent en ligne
lorsque nous fûmes en mesure de reprendre notre opération. Un autre
contre-temps encore: le maréchal avait ordonné au général Drouet, qui
occupait une position intermédiaire de laquelle il contenait un corps
anglais aux ordres du général Picton, de marcher pour venir le joindre
en dérobant son mouvement; ce fut justement le contraire qui arriva: le
corps anglais aux ordres du général Picton rejoignit celui du général
Wellington, devant Pampelune, au moment où le maréchal Soult
l'attaquait, et le général Drouet ne parut que lorsque tout était fini.
Le corps qu'il devait contenir avait pénétré dans le flanc droit du
maréchal, et l'avait obligé à se mettre en retraite après avoir essuyé
une perte notable. Le mal était désormais irréparable, les troupes que
Drouet amenait se mirent même en désordre; il n'y eut d'autre parti à
prendre que celui d'une prompte retraite pendant laquelle le soldat
éprouva toute sorte de privations.

L'armée anglaise une fois réunie sous les murs de Pampelune, il n'était
plus possible d'intercepter sa ligne d'opérations; mais la concentration
faite, le maréchal eût encore réussi à dégager la place, si le général
Drouet était venu le joindre, ainsi qu'on devait l'espérer, au moins
quand le corps du général Picton se présenta sur le champ de bataille.
Cet effort n'ayant été suivi d'aucun succès, Pampelune capitula, et nous
perdîmes la dernière place que nous occupassions sur cette partie du
territoire espagnol.

Ce triste événement ne pouvait arriver dans une circonstance plus
fâcheuse; il acheva de détruire les faibles espérances qu'on nourrissait
encore de sortir de la cruelle position où tant de revers nous avaient
placés. Une autre conséquence non moins grave, c'est qu'il contribua
beaucoup à changer les dispositions que les alliés avaient manifestées
par l'organe de M. de Saint-Aignan. On blâma beaucoup le duc de Bassano
de n'avoir pas accepté dans toute leur étendue les bases qu'ils avaient
posées. L'accusation était injuste. Le projet de la lettre qu'il écrivit
le 16 novembre à M. de Metternich renfermait, conformément à l'intention
manifestée d'abord par Napoléon, l'acceptation explicite des bases de
Francfort. Cette partie fut supprimée, et en lisant la lettre [13] avec
attention, on voit bien qu'elle a été tronquée. Elle le fut à dessein.
Napoléon, qui avait reconnu à Prague le degré de confiance que
méritaient les alliés lorsqu'ils parlaient de paix, jugeait qu'il leur
serait très facile de désavouer ce qui aurait été dit dans un entretien
confidentiel à une personne sans mission et sans caractère spécial, et
qu'il serait plus habile de les amener à donner à leurs propositions une
consistance officielle. Son ministre lui proposait, à cet effet, de
renvoyer à Francfort M. de Saint-Aignan, avec autorisation de faire et
de signer en son nom une déclaration d'acceptation des bases, en
présence des ministres qui les avaient dictées. Cette déclaration, si
elle n'avait pas été éludée, aurait nécessairement été reçue par une
note écrite, et le terrain de la négociation se serait ainsi trouvé
établi diplomatiquement; mais Napoléon préféra le moyen d'une lettre par
laquelle les bases de la négociation seraient acceptées implicitement
par la nomination d'un plénipotentiaire pour négocier. Il connaissait
assez le comte de Metternich, et sa politique, qui le portait à saisir
toutes les occasions de se donner un vernis de bonne foi, pour ne pas
douter qu'il ne répondît par la demande de l'acceptation formelle des
bases proposées, lesquelles recevraient de cette réponse le caractère
officiel et irrévocable qui leur manquait. «J'en suis si convaincu,
disait Napoléon à son ministre, que je dicterais sa lettre dès
aujourd'hui.» Il ne cherchait pas, comme on le répandit alors, à gagner
du temps, puisqu'il était convenu que les négociations n'arrêteraient
pas le cours des opérations militaires. La lettre attendue [14] combla
les espérances qu'on en avait conçues; car elle engageait les _hautes
puissances alliées_ de la manière la plus formelle: «Leurs Majestés,
disait M. de Metternich, sont prêtes à entrer en négociation dès
qu'elles auront la certitude que Sa Majesté l'empereur des Français
admet les bases générales et sommaires que j'ai indiquées dans mon
entretien avec le baron de Saint-Aignan.» Ce qui ne l'empêcha pas,
lorsque cette certitude lui eut été donnée [15] de dire, dans une lettre
tardive, que les puissances alliées n'étaient plus prêtes _à négocier
les bases générales, et qu'il fallait les consulter_ [16].

[13: _Au comte de Metternich._

    Paris, le __ novembre 1813.

Monsieur, le baron de Saint-Aignan est arrivé hier ici à midi, et il
annonce que, d'après les communications faites par V. Exc., l'Angleterre
accède à la proposition relative à l'ouverture d'un congrès pour la paix
générale, et que les puissances sont portées à déclarer neutre une ville
sur la rive droite du Rhin, pour la réunion des plénipotentiaires. S. M.
désire que celle ville puisse être Manheim. Le duc de Vicence, qu'elle
nomme son plénipotentiaire, s'y rendra aussitôt que V. Exc. me fera
connaître le jour que les puissances fixent pour l'ouverture du congrès.
Il paraît convenable, monsieur, et même conforme à l'usage, qu'il n'y
ait point de troupes à Manheim, et que le service soit fait par la
bourgeoisie, pendant que la police serait confiée à un employé du
grand-duché de Baden. Si on jugeait convenable d'y avoir des piquets de
cavalerie, leur force doit être égale de part et d'autre. À l'égard des
communications du plénipotentiaire anglais avec son gouvernement, elles
pourraient avoir lieu par la France et par Calais. _Une paix fondée sur
l'indépendance de toutes les nations, tant sous le point de vue du
continent que sous celui du commerce maritime_, a toujours été l'objet
des voeux de l'empereur. S. M. conçoit un heureux présage du rapport que
le baron de Saint-Aignan lui a fait sur les assurances du ministère
anglais.

J'ai l'honneur, etc.

      Le duc de BASSANO.]


[14: _Au duc de Bassano._

     Francfort-sur-le-Mein, 25 novembre 1813.

Monsieur le duc, le courrier que V. Exc. a expédié de Paris le 16 est
arrivé ici hier. Je me suis empressé de mettre sous les yeux de LL. MM.
II. et de S. M. le roi de Prusse la dépêche dont vous m'avez honoré. LL.
MM. ont vu avec plaisir que l'entretien confidentiel avec M. de
Saint-Aignan a été considéré par S. M. l'empereur des Français comme une
preuve des intentions pacifiques des hautes puissances alliées. Animées
des mêmes intentions, constantes dans leurs vues et inséparables dans
leur alliance, elles sont prêtes à entrer en négociation, aussitôt
qu'elles auront la certitude que S. M. l'empereur des Français reconnaît
les bases générales et sommaires que j'ai indiquées dans ma conférence
avec le baron de Saint-Aignan. Il n'est pas fait mention de ces bases
dans la dépêche de V. Exc. Elle se borne à énoncer un principe auquel
tous les gouvernements européens prennent part, et qui forme le premier
objet de leurs voeux. Mais enfin ce principe, étant trop général, ne
peut pas remplacer les bases énoncées. LL. MM. désirent donc que S. M.
l'empereur Napoléon veuille se déclarer sur ces bases, afin d'empêcher
que des difficultés insurmontables n'arrêtent les négociations dès leur
ouverture. Les alliés n'ont aucune difficulté à admettre le choix de la
ville de Manheim. Sa neutralisation, et les règles de la police, telles
que V. Exc. les propose, sont parfaitement conformes à l'usage, et
peuvent avoir lieu en tout cas.

Agréez, etc.

     METTERNICH.]


[15: _Au prince de Metternich._

     Paris, le 2 décembre 1813.

Prince, j'ai mis sous les yeux de S. M. la lettre que V. Exc. a adressée
au duc de Bassano. La France, en acceptant sans restriction comme bases
de la paix, l'indépendance des nations, tant sous le point de vue du
continent que sous celui des mers, a _déjà reconnu en principe ce que
les alliés paraissent encore trouver manquant_; S. M. accédait par là à
toutes les conséquences de ce principe, dont le résultat final doit être
une paix basée sur l'équilibre de l'Europe, sur la reconnaissance de
l'intégrité des nations dans leurs limites naturelles, et de
l'indépendance totale des États, en sorte que personne ne puisse
prétendre à une domination ou à une suprématie, sous quelque forme que
ce soit, sur les autres. Cependant c'est avec la plus vive satisfaction
que j'annonce à V. Exc. que je suis autorisé par l'empereur, mon auguste
souverain, à déclarer que S. M. accepte les bases générales et sommaires
qui ont été communiquées par M. de Saint-Aignan. Elles entraîneront de
grands sacrifices du côté de la France; mais S. M. les fera sans peine,
si après cela l'Angleterre fournit les moyens d'arriver à une paix
générale et honorable pour chacun, qui, ainsi que V. Exc. l'assure, est
le voeu non seulement des puissances coalisées, mais même de
l'Angleterre.

Agréez, etc.

     Le duc de VICENCE.]


[16: _Au duc de Vicence._

     Francfort-sur-le-Mein, 10 décembre 1813.

Monsieur le duc, la note officielle dont V. Exc. m'a honoré en date du 2
décembre, m'est arrivée de Cassel par nos avant-postes. Je n'ai pas
tardé à la mettre sous les yeux de LL. MM. Elles y ont vu avec plaisir
que S. M. l'empereur des Français a adopté les bases essentielles pour
le rétablissement d'un état d'équilibre, et pour la tranquillité future
de l'Europe. Elles ont décidé de communiquer sans délai cette pièce
officielle à leurs coalisés. LL. MM. II. et RR. sont convaincues
qu'aussitôt après la réception de leurs réponses, les négociations
pourront être ouvertes. Nous nous hâterons alors d'en prévenir V. Exc,
et de concerter avec vous les mesures qui paraîtront les plus propres à
atteindre le but qu'on se propose.

Je vous prie, etc.

     Le prince de METTERNICH.]


L'empereur ne s'était pas laissé abuser par les artifices des alliés: il
avait poussé ses préparatifs avec vigueur. Si les propositions qu'on lui
transmettait étaient sincères, l'attitude qu'il cherchait à prendre ne
pouvait nuire aux négociations. En conséquence, il fit un appel à la
nation pour la déterminer à prendre les armes; quoique cette mesure fût
commandée par une impérieuse nécessité, elle devint le prétexte que les
ennemis saisirent pour revenir sur les dispositions qu'ils avaient
manifestées dans les ouvertures dont ils avaient rendu porteur M. de
Saint-Aignan. Ils firent paraître une déclaration imprimée [17] qui fut
répandue avec profusion. Cette pièce, rédigée avec beaucoup d'art,
présentait l'empereur comme un éternel artisan de troubles, comme un
furieux qui ne répondait à des ouvertures de paix que par des levées de
conscription. On cherchait à l'isoler; on annonçait que c'était à lui,
et non à la nation, qu'on faisait la guerre. On la flattait de l'espoir
de ne perdre aucune de ses conquêtes. On caressait son orgueil, on lui
disait qu'une nation ne perd pas ses droits à l'estime de ses rivales,
qu'elle ne doit pas cesser d'être grande pour avoir à son tour éprouvé
des malheurs.

[17: Le gouvernement français vient d'arrêter une nouvelle levée de
trois cent mille conscrits; les motifs du sénatus-consulte renferment
une provocation aux puissances alliées. Elles se trouvent appelées de
nouveau à promulguer à la face du monde les vues qui les guident dans la
présente guerre, les principes qui font la base de leur conduite, leurs
voeux et leurs déterminations. Les puissances alliées ne font point la
guerre à la France, mais à cette prépondérance hautement annoncée, à
cette prépondérance que, pour le malheur de l'Europe et de la France,
l'empereur Napoléon a trop longtemps exercée hors des limites de son
empire.

La victoire a conduit les armées alliées sur le Rhin. Le premier usage
que LL. MM. II. et RR. ont fait de la victoire a été d'offrir la paix à
S.M. l'empereur des Français. Une attitude renforcée par l'accession de
tous les souverains et princes de l'Allemagne, n'a pas eu d'influence
sur les conditions de la paix. Ces conditions sont fondées sur
l'indépendance de l'empire français, comme sur l'indépendance des autres
États de l'Europe. Les vues des puissances sont justes dans leur objet,
généreuses et libérales dans leur application, rassurantes pour tous,
honorables pour chacun.

Les souverains alliés désirent que la France soit grande, forte et
heureuse, parce que la puissance grande et forte est une des bases
fondamentales de l'édifice social. Ils désirent que la France soit
heureuse, que le commerce français renaisse, que les arts, ces bienfaits
de la paix, refleurissent, parce qu'un grand peuple ne saurait être
tranquille qu'autant qu'il est heureux. Les puissances confirment à
l'empire français une étendue de territoire que n'a jamais connue la
France sous ses rois, parce qu'une nation valeureuse ne déchoit pas pour
avoir à son tour éprouvé des revers dans une lutte opiniâtre et
sanglante, où elle a combattu avec son audace accoutumée.

Mais les puissances aussi veulent être heureuses et tranquilles. Elles
veulent un état de paix qui, par une sage répartition de forces, par un
juste équilibre, préserve désormais leurs peuples des calamités sans
nombre qui, depuis vingt ans, ont pesé sur l'Europe.

Les puissances alliées ne poseront pas les armes sans avoir atteint ce
grand et bienfaisant résultat, noble objet de leurs efforts. Elles ne
poseront pas les armes avant que l'état politique de l'Europe ne soit de
nouveau raffermi, avant que des principes immuables n'aient repris leurs
droits sur de vaines prétentions, avant que la sainteté des traités
n'ait enfin assuré une paix véritable à l'Europe.]



CHAPITRE XX.

Alexandre refuse de passer le Rhin.--Communication qui le
décide.--Artifices des alliés.--Défaut de ressources.--Le corps
législatif.--Disposition des esprits.--L'histoire jugera.--Insurrection
de la Hollande.--Encore le roi de Naples.


Le ton de bonne foi qui était adroitement répandu dans cette pièce
artificieuse ne pouvait pas manquer de faire bien des dupes dans un pays
où l'on n'apercevait plus de portes de salut.

Cependant l'empereur de Russie refusait de passer outre. La France était
humiliée, il avait atteint son but, il ne voulait pas courir de
nouvelles chances qui ne devaient profiter qu'aux Anglais. Mais la
conspiration de l'intérieur s'agitait déjà à Francfort. Un homme connu
par les malheurs qu'il attira sur son pays, et l'inquiétude qu'il
promena de Pétersbourg à Paris, la représentait dans cette place. Il
avait inutilement usé un reste de crédit, et n'avait recueilli de ses
instances que l'annonce bien positive qu'on ne passerait pas le Rhin.
Mais un incident survint qui fit évanouir cette résolution. La Suisse
correspondait avec un brouillon comme lui, qui, tout couvert des
bienfaits de l'empereur, ne respirait que sa ruine. Celui-ci lui avait
dépêché son secrétaire, il le conduisit chez Alexandre, livra son
chiffre à ce prince avec les données que l'émissaire apportait. Elles
étaient si détaillées, si précises, que l'autocrate n'hésita plus.

Nous étions au mois de décembre, on venait de convoquer le corps
législatif, et pour surcroît de malheur, on ajourna successivement de
plusieurs semaines l'ouverture de la session, ce qui donna à tous les
députés de cette assemblée le temps de se gâter l'opinion par les
lamentations dont retentissait la capitale. Elles se répandaient dans
les départements, abattaient le peu d'énergie qu'ils conservaient
encore, et revenaient dans la capitale où elles achevaient de tout
perdre, de tout troubler; de sorte que l'on vivait dans une atmosphère
d'inquiétudes et de mauvais bruits qui anéantissaient les restes de
l'esprit public. La déclaration de Francfort parvint à Paris; elle y
trouva des hommes crédules qui eurent la simplicité d'ajouter foi à ses
promesses. On se flatte aisément de ce que l'on espère, on s'accoutuma à
croire à la sincérité des alliés; on ne les regarda plus comme des
ennemis de la nation, on alla même jusqu'à admirer leur magnanimité, et
à vanter une modération dont on reprochait à nos généraux d'avoir
manqué.

L'empereur luttait seul contre ce funeste aveuglement; il avait trop de
connaissance des hommes pour être dupe de l'artifice: mais aussi on le
croyait trop intéressé à le combattre, pour lui accorder la confiance
qu'on n'aurait jamais dû cesser d'avoir en lui. Il s'en plaignait
quelquefois dans son intérieur, et disait à ceux qui l'écoutaient: «Vous
verrez, messieurs, ce qu'il en coûte pour croire à la foi punique,» et
il citait la fable du traité des loups avec les brebis.

Son courage et le calme de son esprit étaient intacts. Il travaillait à
toute heure du jour et de la nuit à se créer une armée avec laquelle il
pût défendre le territoire; mais les tableaux de la conscription ne
présentaient plus d'hommes disponibles; les états des arsenaux
n'offraient que des ressources insignifiantes: tout avait été épuisé
pour la campagne de 1812 et pour celle de Saxe. L'on avait très peu
travaillé dès-lors; les fusils, entre autres choses, manquaient
totalement. Depuis plusieurs années, on avait suggéré à l'empereur de
retirer ceux que l'on avait donnés à la garde nationale: c'était à peu
près tout ce que contenaient les arsenaux; mais ces armes étaient dans
un si mauvais état, que l'on dût établir partout des ateliers pour les
réparer. Cette situation était cruelle. Aussi l'empereur répétait-il
fréquemment: «Mais pourquoi ne m'a-t-on pas dit tout cela? pourquoi
m'a-t-on caché l'état des arsenaux?»

Les besoins de chevaux de toute espèce étaient immenses, et cette
branche n'était pas moins épuisée que les autres. On se flattait d'y
pourvoir avec de l'argent. L'empereur avait une forte épargne, fruit de
ses économies. Il fit porter 30 millions au trésor; mais cette ressource
était loin de suffire aux besoins. Le crédit du gouvernement était
ébranlé, on ne pouvait sans argent comptant assurer aucun service; c'est
ce qui fit recourir à la mesure de la vente des biens communaux. Cette
ressource aurait été suffisante, mais quoiqu'elle fût exploitée de suite
administrativement, elle n'en devint pas moins un des griefs dont le
corps législatif se servit pour achever de priver le gouvernement du
dernier appui qui lui restait.

Le corps législatif était depuis longtemps à Paris, et on n'ouvrait pas
la session. Quelle responsabilité ne pèse pas sur ceux qui en
détournaient l'empereur, pour servir de petits intérêts particuliers!
Déjà la malveillance et les brouillons s'occupaient de machinations. Ils
s'attachaient aux députés, qui étaient déjà mécontents de leur oisiveté,
et surtout d'un état de choses qu'ils s'exagéraient encore, parce qu'on
ne le leur exposait pas. Il s'éleva bientôt parmi eux toute sorte de
réflexions, entre autres, que si la constitution était plus forte, et
que si les ressources, tant de la population que des finances, n'étaient
pas livrées à l'arbitraire du gouvernement, de pareils malheurs
n'arriveraient pas, et ne pourraient pas arriver. À ces réflexions
vinrent se mêler des ressentiments particuliers. Le corps législatif
renfermait quelques anciens fonctionnaires publics qui imaginaient avoir
à se plaindre à l'empereur, ceux surtout qui n'avaient obtenu ni faveur,
ni distinction; ils crurent le moment favorable pour compter
rigoureusement avec lui. Ils se laissèrent aller à leurs passions
particulières, au lieu d'envisager le danger où se trouvait l'État. Tous
avaient encensé le gouvernement de l'empereur pendant sa prospérité; ils
s'étaient répandus en éloges sur tous les actes de son administration,
lorsqu'il n'avait que faire de leur assentiment; ils lui avaient fait
mille protestations de fidélité et de dévouement, lorsqu'il était le
maître du monde; et dans la seule circonstance peut-être où il eût
besoin de leur concours pour tirer l'État d'un péril qui devait les
engloutir eux-mêmes, ils se montrèrent difficiles, et choisirent ce
moment pour régler les limites d'un pouvoir qui ne pouvait être trop
absolu dans la circonstance où l'on se trouvait, et dont ils auraient
eux-mêmes reculé les bornes dans un temps où l'on pouvait véritablement
en abuser.

Cette conduite du corps législatif mit le comble au mal, et il arrivera
un jour où le temps, qui éclaire et analyse tout, donnera à l'histoire
la force de reprocher à chacun de ces mauvais citoyens d'avoir prostitué
le caractère dont la confiance de leurs compatriotes les avait investis,
et d'avoir trahi le pays pour satisfaire des passions particulières.

Les mois de novembre et de décembre de cette année furent féconds en
événements. Le premier qui arriva fut la capitulation du corps qui était
resté dans Dresde pendant la bataille de Leipzig. Il avait obtenu de
sortir avec les honneurs de la guerre pour rentrer en France avec armes
et bagages, mais après quelques jours de marche on le désarma, au mépris
des conventions stipulées.

Peu de temps après arriva l'insurrection de la Hollande; l'empereur
avait été obligé d'en retirer les troupes pour les réunir à un corps
d'armée qu'il organisait dans la Belgique. Le pays se trouvant sans
autre défense que les garnisons du Helder et de Gorcum, un corps russe
arriva des bords de l'Ems à ceux du Wall, passa ce fleuve, et vint
offrir aux nombreux mécontents de la Hollande un appui dont ils
profitèrent. L'insurrection éclata à Amsterdam et à Rotterdam presque en
même temps; elle se fit, pour ainsi dire, sans effusion de sang; on mit
en fuite les autorités françaises, et surtout les employés des douanes
contre lesquels la haine était plus prononcée.

On cria partout _vive Orange_, et les anciennes couleurs du stathouder
furent arborées. Jamais un pays ne rentra avec si peu d'effort sous la
domination de ses anciens chefs; le corps russe qui protégeait ce
mouvement s'avança jusqu'à la frontière du côté de Gorcum. Le prince
d'Orange arriva d'Angleterre presque aussitôt, et tout fut fini pour la
Hollande, c'est-à-dire que nous en fûmes complètement expulsés. Si le
corps du général Davout, qui était dans Hambourg, avait eu ordre de
quitter les bords de l'Elbe, lorsque l'armée revenait sur le Rhin, et
qu'on l'eût fait passer en Hollande, bien certainement l'insurrection
n'eût pas éclaté, et la guerre eût peut-être eu une tout autre issue.

La position de l'empereur était terrible, et cependant il ne faisait que
préluder aux malheurs qui devaient l'accabler.

Depuis son retour, le roi de Naples avait rassemblé son armée, et
s'était mis en communication immédiate avec les agents anglais. Comme il
était trop faible pour faire respecter son indépendance, et que sa
coopération changeait totalement la position des Autrichiens en Italie,
il était bien évident que la première condition qui lui serait imposée
pour mériter les bonnes grâces des alliés serait d'abord d'abandonner
l'empereur, puis enfin de tourner ses armes contre lui; ce qu'il fit,
comme on le verra tout à l'heure.

L'empereur, qui connaissait toute l'inconstance d'esprit de ce prince,
prévit ce qu'il allait faire. Déjà l'armée autrichienne avait renforcé
le corps qu'elle avait en Italie. Il était devenu si supérieur à celui
que nous y avions, que la lutte ne pouvait être incertaine. Il pénétra
d'abord en Illyrie, dont on se souvient que M. Fouché avait été nommé
gouverneur pendant l'armistice de Neumarck.

Le pays s'insurgea à l'approche des Autrichiens, et M. Fouché fut obligé
de se retirer. L'empereur le chargea de se rendre à Naples pour diriger
le roi, dont la position devenait délicate; mais au lieu de s'occuper
des intérêts de la France, M. Fouché s'occupa des siens. Il négocia, usa
le temps pour obtenir le paiement de quelques réclamations qu'il avait
sur le duché d'Otrante. Si on l'en croit, il fit pis encore, puisqu'il
se vantait d'avoir fixé les irrésolutions de Murat, et de l'avoir décidé
en faveur de la coalition.

Si, au lieu d'employer l'ascendant qu'il avait sur ce prince à vaincre
la pudeur qui le retenait encore, il l'eût engagé à marcher contre ses
ennemis et les nôtres, qui sait la tournure qu'eussent pris les
affaires? Qui sait si les alliés eussent même osé franchir le Rhin?
Cette détermination n'eût-elle d'ailleurs rien changé à la marche des
affaires, ils eussent du moins fait l'un et l'autre ce qu'ils devaient
faire, Murat surtout: car ce prince était du nombre de ceux auxquels
leur position avait tellement tracé leur devoir, que toute conduite même
équivoque était une lâche trahison.

On ne garde pas plus un trône après la perte de l'honneur, qu'on ne
reste sur un trône déshonoré.



CHAPITRE XXI.

Considérations que je présente à l'empereur.--Elles paraissent faire
impression.--M. de Talleyrand est sur le point de rentrer au
ministère.--Condition qu'y met l'empereur.--Wellington doit aspirer à la
couronne d'Angleterre.--Il faut appuyer ses prétentions.--Réponse de
l'empereur.--Changement de ministère.--Le duc de Vicence aux relations
extérieures.


Je voyais de tous côtés le danger si pressant, et en même temps, je
voyais faire si peu d'efforts pour en triompher, que je me décidai à en
parler à l'empereur.

Il m'en fournit lui-même l'occasion après un lever à Saint-Cloud. Il me
demanda mon opinion sur l'état des affaires; je lui répondis qu'elles ne
pouvaient pas être plus mauvaises, et, qui plus est, que les intentions
des alliés étaient visibles, qu'il n'y avait pas à s'y méprendre, que sa
perte était résolue.--«Vous le croyez? me dit-il avec un regard
animé.--Je le sais, sire, Votre Majesté est nécessaire au repos de
l'Europe; mais les passions ne voient pas l'avenir, tout leur est bon;
pourvu qu'elles se satisfassent, peu leur importe ce qui vient après.
Assurément l'Autriche ne devrait pas tremper dans ces complots; mais
Metternich sait à quelles conditions il a pactisé avec l'Angleterre, il
sait que vous ne l'ignorez pas. C'est aussi son trône qu'il défend, pour
son pouvoir qu'il combat; il poussera tout à l'extrême, si Votre Majesté
ne se hâte de le prévenir.» L'empereur écoutait, avait l'air d'attendre
les moyens que j'allais indiquer. J'ajoutai: «Il n'y en a qu'un, sire;
ils sont là-bas un tripot de diplomates à traditions communes, il faut
les mettre aux prises avec un des leurs.--M. de Talleyrand?--Oui, sire;
mêmes antécédents, mêmes moeurs, même religion; vous ne pouvez mieux
faire.--Mais le duc de Bassano?--Le duc de Bassano vous est tout dévoué,
mais il appartient à une autre école.» Ici l'empereur m'interrompit pour
faire l'éloge de toutes les bonnes qualités du duc. «Je sais, lui
dis-je, tout ce que Votre Majesté me fait l'honneur de me dire, et c'est
parce que je le sais que je conseille à Votre Majesté le choix que je
lai proposé.» Il me comprit alors, m'ordonna de partir pour Paris, et
lui envoyer M. de Talleyrand. Je montai en voiture, je me rendis chez ce
diplomate pour lui transmettre les ordres dont j'étais chargé, mais
apparemment que ce que j'avais dit à l'empereur avait fait impression
sur son esprit, car j'étais encore chez le prince de Bénévent, qu'un
page lui apporta l'invitation de se rendre à Saint-Cloud.

J'étais persuadé que M. de Talleyrand allait rentrer au ministère; mais,
retourné au château le soir, j'appris par l'empereur lui-même, qui eut
la bonté de me le dire, comment les choses s'étaient passées. Il avait
assez goûté tout ce que M. de Talleyrand lui avait dit, et lui proposa,
après une longue conversation, de reprendre la direction des affaires
étrangères, à la condition cependant qu'il donnerait sa démission de la
charge de vice-grand-électeur. M. de Talleyrand accepta la direction des
affaires, mais ne voulut pas donner la démission qu'on lui demandait. Il
observa que c'était le priver d'un moyen de bien servir, que de diminuer
sa considération en le portant à une place à laquelle on le rappelait
dans un moment où elle était plus difficile à faire que jamais; il
hésita, et l'empereur ne conclut rien.

La conversation continua; M. de Talleyrand, qui avait vu le but de
toutes les coalitions précédentes, ne s'abusait point sur les vues de
celle-ci. Il m'a rapporté avoir dit à l'empereur: «Voilà votre ouvrage
détruit; vos alliés, en vous abandonnant successivement, ne vous ont
laissé d'autre alternative que de traiter sans perdre de temps, de
traiter à leurs dépens, et à tout prix. Une mauvaise paix ne pourra pas
nous devenir aussi funeste que la suite d'une guerre qui ne peut plus
nous être favorable; le temps et les moyens de ramener la fortune vous
manquent, et vos ennemis ne vous laisseront pas respirer.

«Il y a parmi eux des intérêts différends qu'il faudrait faire parler:
les ambitions particulières sont les moyens que l'on peut saisir pour
préparer une diversion.»

Ici l'empereur le força de s'expliquer. M. de Talleyrand continua:
«Voilà en Angleterre une famille qui acquiert une gloire favorable à
tous les genres d'ambition; il est naturel de lui en supposer, ou du
moins il est permis de penser qu'en lui montrant l'intention de la
seconder, on ferait naître en elle le désir de s'élever, et qu'elle
trouverait en Angleterre assez d'hommes aventureux pour courir les
chances de sa fortune; en tout cas, cette proposition ne peut pas nous
nuire. Bien plus, si elle est écoutée, elle peut amener des changements
tels que nous n'ayons bientôt plus que peu de chose à réparer. Une autre
considération: vos alliés vous ayant manqué, vous ne pourrez rien faire
de solide qu'avec des hommes nouveaux, liés d'origine à la conservation
de votre système.»

L'empereur écoutait M. de Talleyrand et lui disait encore de
s'expliquer, en lui reprochant qu'il était toujours le même, qu'on ne
pouvait pas le deviner. Ainsi pressé, Talleyrand nomma la famille
Wellesley, en ajoutant: «Voilà un Wellington qui doit avoir quelque
arrière-pensée. S'il se résigne à vivre sur sa réputation, il ne peut
pas ignorer qu'il ne sera bientôt plus question de lui; il a plusieurs
modèles devant les yeux, et un talent comme le sien ne s'arrêtera pas
tant qu'il y aura quelque chose à convoiter.»

L'empereur n'adopta pas ces suggestions; il observa qu'avant de songer à
favoriser l'ambition des autres, il fallait être en état de se faire
respecter chez soi. Il ajouta même que, pour le moment, c'était la seule
chose à laquelle il fallait penser. M. de Talleyrand me rapporta qu'il
avait vu l'empereur fort pénétré de ce qu'il lui avait dit; il espérait
qu'il lui en reparlerait.

On a blâmé M. de Talleyrand de ne s'être pas sacrifié dans une
circonstance comme celle-là. On a prétendu que c'était un crime de faire
des conditions, lorsqu'on avait besoin du concours de son talent. Le
blâme est facile à répandre, mais dans ce cas-là il n'était pas mérité.
M. Talleyrand connaissait sa position; il craignait que les haines qui
le poursuivaient depuis longtemps ne parvinssent encore à le faire
éloigner. Démis alors de sa place de vice-grand-électeur, il se serait
trouvé sans appui et même sans argent, car il avait éprouvé une faillite
énorme l'année précédente.

Il observait avec raison que, si l'empereur n'avait pas d'arrière-pensée
en lui rendant sa confiance, il ne devait pas lui en refuser le
témoignage, qu'il devait lui accorder tout ce qui pouvait lui donner de
la sécurité.

Dans le cas contraire, il devait prendre garde à lui, afin d'éviter de
se trouver en spectacle d'une manière trop fâcheuse. Il ne voulut pas se
dessaisir du titre qui était sa sauvegarde, et le projet de lui rendre
le portefeuille en resta là. Le choix tomba sur le duc de Vicence, à qui
l'on attribuait une sorte d'ascendant sur la cour de Russie.

L'empereur retira aussi le ministère de la justice au duc de Massa (M.
Régnier), et celui de l'administration de la guerre au comte de Cessac.

Il n'était mécontent ni de l'un ni de l'autre; mais le premier était
fort âgé, il avait déjà eu une attaque d'apoplexie sérieuse, et était
menacé d'en avoir une seconde. L'empereur craignait qu'elle ne lui
arrivât pendant qu'il serait absent; il le nomma président du corps
législatif, et le fit remplacer dans son ministère par M. le comte Molé,
qui était alors inspecteur-général des ponts-et-chaussées.

L'empereur aimait M. Molé. Il y avait longtemps qu'il cherchait à le
rapprocher de lui, et quoiqu'il fût étranger à la connaissance des lois,
il le mit à la tête de la magistrature, parce qu'il y a des places qui
semblent faites pour les noms, comme il y a des noms qui semblent
convenir aux places; c'était le cas de M. Molé. Sa nomination fut le
sujet de quelques réflexions, car la place avait plusieurs prétendants;
lorsque les malheurs arrivèrent, M. Molé justifia l'opinion que
l'empereur avait conçue de lui.

L'empereur n'avait non plus aucun grief contre M. de Cessac; mais M. de
Bassano était rentré à la secrétairerie d'État, il fallait pourvoir M.
le comte Daru: il le fit ministre de l'administration de la guerre. M.
Daru, qui s'était toute sa vie occupé d'administration militaire, était
particulièrement propre à gérer ce ministère. Il avait suivi les armées,
et connaissait parfaitement le mécanisme des troupes; il était
d'ailleurs plus jeune que M. de Cessac, auquel l'empereur donna pour
retraite le titre et les émoluments de ministre d'État.

Ces trois changements eurent lieu le même jour à la fin de novembre; ils
ne soutinrent pas longtemps l'espérance du public, qui vit cependant
avec plaisir le choix de M. le duc de Vicence, qu'on lui présentait
comme l'homme de la paix. Celui-ci se mit, comme je l'ai, dit, aussitôt
en communication avec M. de Metternich; il donna aux bases transmises
par M. de Saint-Aignan une adhésion aussi explicite que ce ministre le
désirait; mais la réponse se faisait attendre, le temps coulait,
l'avenir se présentait chaque jour sous un aspect plus menaçant.



CHAPITRE XXII.

L'empereur ne désespère pas.--Activité avec laquelle il pousse ses
préparatifs.--Manie de délations.--Les flatteurs.--L'empereur se décide
à négocier avec Valencey.--Intrigues de ce château.--Passion subite de
Ferdinand pour le cheval.--Comment je réussis à la calmer.


L'empereur, qui n'avait pas pris le change sur les vues des alliés,
employait à assembler des moyens de défense le temps qu'on perdait à
espérer autour de lui. Il s'occupait sans relâche à réunir une armée, à
l'équiper et à la mettre en état de prendre la campagne. Il faisait
approvisionner les places de l'ancienne frontière auxquelles on ne
pensait plus depuis 1795; mais ses ordres, ses mesures de prévoyance
même ne servaient qu'à faire sentir la pénurie de nos moyens.

Toute cette formidable ligne de forteresses qui faisaient une ceinture à
la France était à peu près désarmée. L'artillerie dont elle était
autrefois pourvue avait été transportée dans les places de la nouvelle
frontière, et conduite de place en place jusqu'à l'embouchure de l'Elbe
et de la Vistule. On se donna des peines incroyables pour créer ce qui
n'existait pas, et pour porter ce que l'on avait sur les points où il
était nécessaire. L'administration déploya une grande activité que la
population seconda généralement de son mieux; mais son zèle se rebutait
lorsque le tableau de nos dangers s'offrait à ses yeux. On demandait des
armes d'un bout de la France à l'autre, et, au lieu d'en donner, l'on
retirait des mains de la garde nationale le peu de fusils qu'elle avait
encore, pour en faire un magasin, afin d'être en état de subvenir aux
besoins de l'armée.

Le manque de chevaux de traits pour l'artillerie se fit sentir, et
apporta de nouveaux embarras. On fut obligé d'avoir recours à l'emploi
de toute sorte de moyens vexatoires pour accélérer des fournitures qui
ne pouvaient être faites assez tôt en suivant les formes prescrites par
les règlements. Les plaintes se firent entendre de tous côtés, et l'on
opposa partout la force d'inertie.

L'empereur ne s'abusait pas sur les événements qui s'approchaient; je
crois fermement que, dans ces instants pénibles, il jugea bien ces
hommes qui, six mois auparavant, lui disaient en plein conseil «qu'ils
le considéreraient comme déshonoré, s'il faisait la cession d'un seul
village réuni à l'empire par un sénatus-consulte,» ainsi que ceux qui
lui dissimulaient le véritable état des choses. Ces hommes savaient
cependant dans quelle situation était la France. Si, au lieu d'écouter
les inspirations d'un fol orgueil ou d'un zèle intéressé, ils eussent
fait entendre les plaintes qui retentissaient à leurs oreilles, ils nous
eussent épargné bien des maux.

Mais ils n'ont jamais ambitionné que la faveur exclusive de l'empereur:
ils avaient la fièvre lorsqu'ils le voyaient parler deux fois de suite
avec une personne qui avait la réputation de leur être supérieure en
talents. Aussitôt ils prenaient leurs mesures pour écarter l'importun,
ils n'avaient pas de repos qu'ils ne l'eussent éconduit. Cette funeste
tactique porta bientôt son fruit, la vérité fit place à la flatterie, et
l'empire succomba. Il n'y eut plus alors ni zèle ni dévouement. Nos
malheurs n'étaient pas l'ouvrage de ceux qui les avaient causés, mais
les résultats d'une opiniâtreté qu'ils n'avaient pu vaincre. Ils se
targuent d'une rudesse qu'ils n'ont jamais eue; ils se donnent un vernis
d'opposition qu'on ne leur connut jamais; ils auront beau faire, leurs
noms sont inséparables des calamités publiques, nos neveux sauront par
quelles mains a péri un édifice de gloire que nous comptions avec
orgueil leur transmettre en héritage.

Ce sont toujours les hommes dont le métier n'est pas de se trouver sur
le champ de bataille qui sont les plus avides de guerre; ils cherchent à
s'attribuer les honneurs et la considération dont on récompense ceux qui
courent les dangers.

Entendez-les, ils tranchent sur le mérite des généraux, pèsent leurs
talents et leur courage; s'ils ne peuvent en faire des hommes médiocres
ou lâches, ils en font des hommes immoraux ou des spoliateurs. Combien
j'en ai vu accuser près de l'empereur, parce qu'on lui savait de
l'estime pour eux! et lorsqu'on était parvenu à leur nuire, on cherchait
à leur persuader qu'on leur était favorable, mais que l'empereur avait
sur eux des rapports dont on n'avait pu triompher. J'ai vu souvent
l'empereur obligé d'imposer silence à la malveillance, et se plaindre
avec amertume du besoin que l'on avait de se nuire les uns aux autres;
je l'ai vu quelquefois entrer en fureur en lisant des rapports faits par
des officiers-généraux qui croyaient lui donner des preuves de
dévouement en calomniant leurs camarades. J'ai connu une grande partie
de toutes ces infâmes délations, et le seul reproche qu'on puisse faire
à l'empereur, c'est d'avoir été bon jusqu'à la faiblesse pour des hommes
qui ne recherchaient que la faveur. Ils l'obsédaient pour faire leur
fortune particulière, mais ils étaient sans affection pour lui, ou du
moins ils n'avaient rien de cette exaltation, de ce dévouement dont ils
ne cessaient de se targuer.

J'ai dit que l'empereur, en voyant tant de difficultés, ne s'en faisait
point accroire sur les résultats dont sa pénible situation pouvait être
suivie; en voici la preuve.

Il n'avait aucune confiance dans les sentiments manifestés par les
déclarations des alliés. Il avait dit depuis longtemps, en parlant
d'eux: «Ils se sont donné rendez-vous sur ma tombe, mais aucun d'eux
n'ose y arriver le premier.» Il ajoutait dans cette circonstance: «Le
moment de leur rendez-vous est arrivé; ils regardent le lion comme mort,
c'est à qui lui donnera le coup de pied de l'âne: si la France
m'abandonne, je ne puis rien; mais l'on ne tardera pas à se repentir de
ce que l'on aura fait.»

Il jugeait bien qu'il était impossible que les alliés ne sussent pas à
peu près d'une manière exacte tous les embarras dans lesquels il était
plongé. Il ne se dissimulait pas que cette circonstance, loin de leur
donner des dispositions pacifiques, ne les rendrait que plus exigeants;
mais au lieu de l'abattre, cette circonstance ne fit que redoubler son
activité.

On vit, dans cette occasion, ce que peut un génie comme le sien. On
jugera de ce qu'il aurait fait, s'il avait été secondé: il semblait que
l'infortune, en l'accablant de ses rigueurs, les eût proportionnées à la
force de son âme; rien ne l'étonnait ni ne l'ébranlait.

L'empereur résolut de terminer les affaires d'Espagne. S'il l'avait fait
deux mois plus tôt, il n'y a nul doute qu'il était sauvé; car l'armée
d'Espagne aurait pu se trouver en Bourgogne lorsque celle des alliés
arrivait sur les frontières de Suisse. Il parla de ce projet à
Cambacérès, qui l'approuva fortement. Le ministre des relations
extérieures eut ordre de s'en occuper sur-le-champ. Celui-ci me demanda
un permis d'entrée et de séjour à Valancey, tant que bon lui semblerait,
pour M. de la Forest, qui était attaché aux relations extérieures, ainsi
qu'un passeport pour le duc de San-Carlos, qui avait été séparé du
prince des Asturies sous l'administration de M. Fouché, et résidait à
Lons-le-Saulnier, en Franche-Comté.

Les princes d'Espagne vivaient dans un isolement absolu à Valencey. On
n'ignorait cependant rien de ce qui se passait dans leur intérieur, et
il ne faut qu'avoir connu les moeurs espagnoles pour croire que l'on
était dispensé de recourir à des moyens vexatoires pour être informé de
ce que l'on désirait savoir. Il y avait autant d'intrigues à cette
petite cour qu'il y en a jamais eu à celle de Madrid. On s'y disputait
la confiance du prince comme la vice-royauté du Mexique; celui qui avait
le plus d'ambition était toujours prêt à sacrifier son rival, comme
celui-ci était disposé à éloigner celui qu'il redoutait.

Les princes d'Espagne n'ont jamais été surveillés par moi que de cette
manière, il suffisait d'ouvrir les yeux et de faire parler. J'ai
toujours recommandé qu'on les laissât aller et venir. Je m'en suis bien
trouvé, car cela m'a dispensé de recourir à l'emploi des moyens
coercitifs, que l'embarras des affaires générales aurait peut-être
excusé.

Je n'eus d'inquiétude que dans une occasion. Le prince des Asturies se
prit tout à coup de belle passion pour le cheval, tandis qu'auparavant
il ne sortait presque pas, ou s'il le faisait, c'était en calèche.
J'étais un peu embarrassé, parce que je ne voulais ni être sa dupe ni
lui manquer d'égards, en le privant avec violence d'un amusement qui
paraissait lui plaire. Je pris mes mesures en conséquence: ses chevaux
de selle se trouvèrent tout à coup détestables; chaque fois qu'il
voulait les monter, ils étaient encloués ou boiteux. Comme il n'était
pas très bon écuyer, on mettait sur son compte une foule de petits
accidents qui étaient le fait d'un homme stationné sur les lieux pour
tenir ses chevaux dans un état de clopection continuel. Je fis si bien,
que l'envie de l'équitation lui passa. J'avoue que j'en fus fort aise.

Du reste, je ne laissais échapper aucune occasion de lui faire part de
tout ce qui pouvait l'intéresser. Je veillais surtout à éloigner
l'intrigue qui s'attache toujours au malheur, et qui aurait pu lui
attirer quelques désagréments. L'empereur m'avait particulièrement
recommandé d'agir, vis-à-vis de ce prince, avec beaucoup de respect et
d'égards, en faisant cependant concorder le tout avec les devoirs qui
m'étaient imposés.



CHAPITRE XXIII.

Conventions de Valencey.--Elles ne s'exécutent pas.--Parti qu'il eût
fallu prendre au sujet du pont de Bâle.--Je propose que les
fonctionnaires restent à leurs postes.--Mes motifs.--Envoi de
commissaires extraordinaires.--État de l'opinion.--Artifices des
alliés.--Ouverture du corps législatif.


On disputait à Valancey sur des misères, et on était d'accord sur le
point principal. On avait bien eu la pensée de demander au prince des
Asturies l'abandon de la Catalogne; mais on jugea sagement qu'abuser de
sa situation pour exiger des sacrifices contraires à sa dignité, et qui
décèleraient la contrainte, ce serait lui fournir, une fois rentré chez
lui, un prétexte pour annuler tout ce qu'il aurait fait. En conséquence,
il fut arrêté que les princes de la maison de Bourbon d'Espagne
retourneraient en Espagne, et que le roi Joseph, frère de l'empereur, se
désisterait de toutes les prétentions qu'il pouvait avoir sur le
royaume, en vertu des actes antérieurs qui avaient été reconnus par
toutes les puissances de l'Europe, hormis l'Angleterre. Le prince des
Asturies s'engagea, de son côté, à maintenir la paix entre la nation
espagnole et la France, et à retirer par conséquent toutes les troupes
espagnoles qui se trouvaient à l'armée anglaise; enfin à ne pas donner
passage par ses États aux troupes étrangères pour attaquer la frontière
de France.

Cet arrangement fut signé, et l'on a toujours ignoré la bonne foi avec
laquelle l'empereur le concluait: il ne faudrait, pour en être
convaincu, qu'avoir connu ce qu'il lui en coûta de soins et d'instances
près de son frère pour lui faire faire la pure et simple renonciation au
trône d'Espagne. L'empereur, qui me fit l'honneur de me parler de cela,
me disait que, dans une discussion pendant laquelle son frère lui
résistait, il lui avait dit: «Mais en vérité, ne dirait-on pas que je
vous enlève votre portion de l'héritage du feu roi notre père?» Il n'y
avait que le maréchal Berthier qui connaissait tous ces détails, parce
que c'était lui que l'empereur avait chargé de suivre les négociations
avec Joseph. Ce que l'on ne peut pas comprendre, c'est que lorsque l'on
fut d'accord sur tout, et qu'après avoir mis autant de chaleur à faire
conclure un arrangement qui permettait de disposer de forces presque
doubles de celles qu'avait l'empereur, on ait mis tout à coup de la
lenteur dans son exécution, au point qu'il devint de nul effet dans nos
affaires.

M. de San-Carlos était venu de Valancey rapporter le traité, et voilà en
quel état les choses se trouvaient tombées depuis l'ouverture de ces
négociations.

Jamais le temps ne fut aussi précieux qu'il l'était alors, ni le danger
si pressant. Quelques mois auparavant, on n'avait pas craint de perdre
la confédération du Rhin en retirant le corps du maréchal Augereau de la
frontière de Bavière pour le réunir à l'armée; et dans cette occasion,
où il y allait de la France, on négligea de faire faire le même
mouvement à l'armée d'Espagne, qui pouvait encore arriver sur le théâtre
des événements, où sa présence eût tout changé.

On ne saurait trop regretter que les ordres de l'empereur aient été mal
exécutés, ou même éludés dans un intérêt particulier. Je dirai à ce
sujet ce que j'ai appris par mes canaux d'informations, afin de rendre
cette énigme claire ou au moins compréhensible; l'on verra que
l'intrigue marchait toujours, et que l'on était occupé de toute autre
chose que du salut de l'État.

L'empereur m'avait ordonné de ne rien négliger pour lui procurer des
informations, certaines sur les projets des armées alliées. Je me
trouvai avoir un moyen naturel de mettre une personne qui m'était
attachée, en relation avec un de ses amis qui suivait le
quartier-général de la coalition, et qui avait accès à la chancellerie
du prince de Schwartzenberg. En conséquence, je l'envoyai par la Suisse
jusqu'à l'armée ennemie, dont la réunion générale dans le Brisgaw
décelait bien assez les projets.

Cette personne m'écrivit de Bâle d'employer toute mon influence pour
faire, sans délai, détruire le pont que cette ville possède sur le Rhin,
soit en l'achetant aux Suisses, soit de toute autre manière. Le temps
était trop court pour faire de cette idée l'objet d'une négociation,
d'autant plus qu'elle se serait ressentie de l'influence des ennemis,
qui ne l'auraient pas vue avec indifférence. Il aurait fallu acheter le
pont immédiatement après la défection de la Bavière, et le faire
détruire sur-le-champ.

Cette même personne revint en poste à Paris m'apporter tout ce qu'elle
avait appris à l'armée ennemie, qui commençait son mouvement offensif
vers la frontière.

Je crus alors de mon devoir de me rendre importun, jusqu'à ce que
l'empereur eût pris des mesures et donné des instructions sur ce
qu'auraient à faire les autorités locales en cas d'une invasion que je
regardais comme imminente. Je mis tant d'instances à cette affaire,
qu'enfin je fus écouté; il y eut un conseil à ce sujet. Indépendamment
des ministres qui avaient des départements, l'empereur y fit appeler les
ministres d'État et les grands dignitaires.

Je rappelai le souvenir des dangers qu'avait courus le territoire aux
premières époques de la révolution, et que ce n'était qu'aux mesures
énergiques du gouvernement d'alors que l'on avait dû le déploiement des
forces gigantesques qui avaient sauvé l'État.

Je m'étendis beaucoup sur le danger, qui ne pouvait être plus grand, ni,
je crois, le temps plus court, et j'insistai pour l'emploi prompt de
tout ce qui pouvait exciter un mouvement national, sans lequel il
fallait s'attendre aux plus grands malheurs.

Je citai la conduite des Autrichiens, lorsque nous avions occupé leurs
provinces; ils avaient eu la bonne politique de donner des instructions
à tous leurs employés civils, et de les faire rester à leurs postes.
Ceux-ci régularisaient tout; à la vérité, ils nous étaient utiles, mais
ils préservaient le pays de plus grands maux, et surtout observaient
leurs administrés, que leur présence et leur autorité contenaient dans
le devoir.

Ici je fus interrompu par une observation que me fit un membre du
conseil: il me dit que les Autrichiens ne nous avaient jamais rendu
l'occupation de leur pays plus facile qu'en laissant chaque
administrateur à sa place, qu'il fallait bien se garder de les imiter,
qu'ils seraient obligés de tout désorganiser, et seraient ainsi
embarrassés, à chaque pas lorsqu'ils trouveraient les administrations
parties.

J'insistai, malgré cette observation, pour que les administrateurs
restassent à leurs places et eussent des instructions pour faire de
bonne grâce ce que l'on ne pouvait refuser de force. J'ajoutai que le
pays y gagnerait, qu'il éviterait le pillage, et qu'en second lieu, si
la fortune amenait une occasion favorable à un mouvement national, on
pourrait le tenter, car on saurait à qui s'adresser. Aucun fonctionnaire
n'oserait alors méconnaître l'autorité qui lui écrirait, quelle que fût
la direction dans laquelle on voudrait le faire agir.

J'observai que la position dans laquelle nous nous trouvions était bien
différente de celle dans laquelle s'était trouvée l'Autriche; il était
bien vrai que, si le gouvernement de ce pays avait retiré ses employés
civils à notre approche, il nous aurait embarrassés pour pourvoir à leur
remplacement, parce que sa population offrait moins de gens lettrés que
la nôtre, mais c'était précisément une raison pour ne pas imiter sa
conduite. En retirant nos autorités, nous nous priverions de beaucoup de
moyens d'informations et de leviers pour mettre la population en
mouvement, si l'occasion s'en présentait, tandis que nous n'arrêterions
pas les progrès des ennemis, parce que le premier conseiller de
préfecture, ou même le premier employé de bureaux qui se trouverait sur
les lieux, serait suffisant pour faire marcher la machine autant que les
ennemis auraient besoin de la faire aller. J'ajoutai que ces
fonctionnaires provisoires ne s'exposeraient pas à perdre la vie pour
nous servir, d'autant plus qu'ils auraient toujours une excuse à donner
pour se refuser à ce qu'on serait dans le cas de leur demander, en
supposant même que l'on parvînt à les connaître. Enfin je conclus à ce
que le moindre désavantage pour nous était de laisser les
administrations à leur place. Cette partie de mon opinion ne prévalut
pas: on persista à croire que leur éloignement, au moment de l'approche
des ennemis, embarrasserait leur marche; on leur donna l'ordre d'évacuer
successivement leur résidence à mesure que les alliés s'avanceraient. Je
fus particulièrement très fâché de cette disposition, parce que je ne
m'abusais pas sur les projets des souverains, et que je voyais que cette
mesure leur était moins nuisible que favorable.

On résolut, dans le même conseil, d'envoyer un commissaire du
gouvernement dans chaque division militaire, pour y exciter l'émulation
et réchauffer, s'il était possible, l'ancienne énergie nationale, qui
avait fait tant de prodiges. Ces commissaires trouvèrent partout de la
bonne volonté, mais de l'espérance nulle part; or, sans elle, point
d'enthousiasme: l'énergie était usée; on se résignait à ce que le sort
déciderait. Il y eut cependant quelques parties de la France où l'on vit
encore briller des étincelles du feu sacré; mais c'était le même cri
d'un bout du territoire à l'autre: des armes! des armes! On entendait de
tous côtés crier à la trahison; on accusait le ministre de la guerre, et
il m'en coûta quelques soins pour lui rendre l'opinion de beaucoup de
monde moins défavorable. À la vérité, les fabriques d'armes ne
travaillaient pas, et tout le monde se demandait comment, dans un moment
aussi pressant, on n'avait pas songé à faire monter une manufacture
d'armes à Paris, ainsi que cela avait eu lieu dans la révolution;
comment celles de Liège, de Charleville, de Maubeuge et d'Alsace
n'avaient pas été dirigées sur Paris pour n'en faire qu'une générale. Si
cette mesure avait été prise immédiatement après la perte de la bataille
de Leipzig, la manufacture de Paris, aidée de la quantité d'ouvriers
dont cette ville fourmille, aurait donné deux ou trois mille fusils par
jour. Cela seul aurait sauvé la France; et puisque le ministre de la
guerre s'était prononcé pour la continuation des hostilités, il devait
au moins aviser au moyen de les pousser avec vigueur. Il faut dire
cependant que le temps lui manquait plus que la besogne, et qu'il était
difficile de prévoir que les événements marcheraient aussi vite. Je lui
ai souvent entendu dire qu'il regardait comme une folie de ne pas faire
la paix; il se repentait alors de l'avis qu'il avait ouvert au retour de
la campagne de Russie.

Les commissaires du gouvernement ne purent pas tous se rendre à leur
destination, quelques-uns rencontrèrent l'ennemi en chemin.

Quelque faibles qu'ils fussent, nos préparatifs n'avaient pas laissé de
faire impression sur les alliés. Ils tremblaient que la nation ne prît
fait et cause dans la querelle qui se débattait, et ne négligeaient
aucun moyen de répandre partout la déception. Les mesures de défense qui
avaient été prises furent taxées de projets de conquêtes. Ils
affectaient de la modération, avec une armée sextuple de tout ce que
l'empereur pouvait réunir; ils venaient au coeur de la France l'accuser
d'ambition, et lui faire un crime d'avoir appelé les Français à la
défense de leurs domiciles et de leurs familles.

La tête avait tourné à tout le monde. On crut aux paroles artificieuses
des ennemis, et on repoussa les prévisions de l'empereur.

L'ouverture du corps législatif, qui avait été successivement ajournée,
fut enfin fixée au 20 décembre; l'empereur voulait donner à cette
assemblée une communication de la réponse des alliés; c'était un des
motifs qui avaient tant retardé la session. Cette cérémonie eut lieu
dans les formes accoutumées jusqu'alors; l'empereur prononça le discours
d'usage. Je trouvai qu'il ne s'étendit pas assez sur les événements qui
avaient amené la situation actuelle. On était trop occupé en France du
passé et de l'avenir pour se contenter d'un exposé aussi simple que
celui qui fut fait au corps législatif, et j'ai toujours pensé qu'il eût
mieux valu ne lui en point faire du tout, que de lui cacher quelque
chose, ou pour mieux dire de ne pas lui montrer une confiance entière;
car le moindre des inconvénients qui pouvait résulter d'une telle
réticence, c'était de s'en faire un ennemi qui saisirait la première
occasion de restreindre un pouvoir qui lui portait ombrage, et de le
soumettre à l'empire de l'opinion.

Les membres du corps législatif étaient depuis un mois à Paris, où ils
étaient rassasiés de tous les mauvais bruits qui y étaient répandus. Ils
s'attendaient à une communication qui redresserait leur opinion formée
sur tout ce qu'ils avaient entendu; faute de cela, ils restèrent dans
leurs préventions. Ils furent toutefois flattés qu'on leur eût
communiqué l'état de la négociation, mais ils surent qu'on leur avait
caché quelques pièces; la chose était peu importante, et cependant elle
devint le prétexte qu'ils saisirent pour rester dans leur état de
méfiance. Il faut convenir qu'il n'y avait rien d'aussi facile que
d'influencer cette assemblée, parce qu'elle n'était pas encore
indisposée personnellement contre l'empereur, et encore moins disposée à
refuser ce qui serait en son pouvoir de faire pour sortir de la crise où
l'on se trouvait. Je le répète, le corps législatif n'était point
mauvais; il renfermait bien quelques mécontents, mais la plupart étaient
flattés de se trouver dans une session qui promettait aux uns des
occasions de faveur, et aux autres celles de montrer leur patriotisme,
ou de faire remarquer leurs talents. Il ne fallait que de l'habileté
pour démêler ces dispositions-là. Ceci a besoin d'être expliqué.



CHAPITRE XXIV.

Intrigues pour s'interposer entre le gouvernement et le corps
législatif.--Préventions qu'on inspire à l'empereur.--Communications
diplomatiques.--L'assemblée montre de l'indépendance dans le choix de la
commission.--Inconvenance du rapport.--M. Lainé.--Conseil privé pour
aviser aux moyens qu'exige la circonstance.--Avis divers.--Le corps
législatif est ajourné.--Combien il eût été facile de tirer parti de
cette assemblée.


L'empereur avait, comme je l'ai dit, nommé président du corps législatif
M. le duc de Massa, auquel il avait depuis peu retiré le portefeuille de
la justice.

Les sessions du corps législatif ont toujours été des circonstances de
crédit pour les intrigants; ils ont soin de semer à l'avance de
l'inquiétude parmi les membres qui le composent, et, après avoir récolté
les fruits de ce qu'ils ont semé, ils viennent sonner l'alarme auprès
des personnes qui approchent du gouvernement. Celles-ci, qui sont
immédiatement intéressées au succès des affaires, ne manquent pas d'en
faire un rapport confidentiel, dans lequel elles nomment leurs auteurs.

C'est une manière de faire parvenir au souverain une preuve du zèle dont
on est animé pour son service, ou de se faire inscrire au bureau des
grâces.

Le séjour qu'avaient fait à Paris les députés du corps législatif avait
fourni un vaste champ aux intrigants; et comme l'ordinaire de ces hommes
est d'être jaloux de tout le monde, cette année-là ils eurent encore
soin de faire rejeter sur l'influence des individus qu'ils redoutaient,
ou qu'ils voulaient perdre, toutes les mauvaises dispositions qu'ils
croyaient apercevoir parmi quelques membres du corps législatif.

J'observais exactement la marche que prenaient les affaires sans
chercher à donner une direction à qui que ce fût, parce qu'avant
d'essayer de remettre les gens en bon chemin, il faut s'assurer qu'ils
se trompent. Souvent, en voulant lui faire prendre une route, on rend
méfiant celui que l'on prétend conduire; il en suit une autre par esprit
d'opposition: c'est ce qui arriva dans la circonstance dont il s'agit.
On avait peint à l'empereur le duc de Massa comme incapable de diriger
l'assemblée dans une circonstance aussi difficile. On alléguait que les
suites des deux attaques d'apoplexie dont il avait été frappé avaient
affaibli ses facultés. S'il en avait été ainsi, on aurait au moins dû en
faire l'observation avant sa nomination à la présidence; mais
probablement on n'était pas prêt à saisir l'influence qu'on voulait
avoir, ou bien on craignait qu'un autre président fût moins facile.

Ils réussirent, à l'aide de quelques rapports, à se faire charger par
l'empereur de se mêler des agitations qu'ils lui disaient exister dans
le corps législatif.

Ces messieurs avaient tellement pris la besogne à coeur, qu'ils
redoutaient jusqu'à ce qui n'existait pas. Ils me firent donner l'ordre
positif, qui me fut même exprimé sèchement, de m'abstenir de toute
démarche vis-à-vis du corps législatif, dans lequel je n'avais aucune
pratique que la surveillance ordinaire qu'il était dans mon devoir d'y
exercer; et je dois dire à la louange de cette assemblée, que je n'y
remarquais encore que des sentiments qu'il était bien facile de faire
tourner à l'avantage du grand intérêt national.

Les premières démarches des hommes qui voulaient ainsi diriger le corps
législatif se firent apercevoir dans la formation du bureau, dans la
nomination des questeurs et autres charges dont la nomination est
soumise à l'élection. L'assemblée vit de suite qu'on voulait la mener,
et aux mouvements que se donnaient certains individus dont la livrée
était connue, elle aperçut sous quelle influence on voulait la ranger.

Un mouvement naturel à l'homme est de repousser tout ce qui attaque sa
dignité, et un corps principalement se trouve toujours blessé qu'on
veuille le conduire dans un chemin qu'il connaît aussi bien que celui
qui prétend être son mentor. Mais les hommes habitués au mouvement ont
un besoin continuel d'être comme la mouche du coche, autrement ils
n'auraient point de mérite, on ne leur tiendrait aucun compte d'efforts
superflus, et pour lesquels ils se promettaient cependant de demander
des récompenses. Ils auraient au moins dû ne pas se laisser apercevoir
en se servant d'orateurs connus pour leur appartenir; leur maladresse
gâta une assemblée qui pouvait faire tant de bien, et dont la
dissolution combla les vues des alliés, qui cherchaient à séparer
l'empereur de la nation.

L'assemblée céda à l'influence qui pesait sur elle, et nomma pour
questeurs les individus qui avaient été désignés à son choix; mais elle
reprit son caractère, repoussa nettement tout ce qui sentait l'officiel,
et nomma M. Lainé son vice-président [18]. Dès ce moment, les intrigants
furent aux abois. Par suite des communications que l'empereur fit faire
au corps législatif sur l'état des affaires, celui-ci nomma une
commission pour examiner les pièces du portefeuille des relations
extérieures que l'on portait à sa connaissance, et prouva par les choix
qu'il fit qu'il voulait rester indépendant. On ne pouvait pas le blâmer
en cela; il ne fallait pas l'assembler, ou lui faire connaître
franchement la position dans laquelle on était, parce que d'abord on le
devait, et qu'ensuite il était lui-même intéressé à ce qu'on sortît
d'embarras; aurait-il même demandé des concessions injustes, il fallait
encore les lui accorder: il ne pouvait rien y avoir de déshonorant à
céder à la nation. D'ailleurs cette assemblée ne demandait rien de
déraisonnable; il y avait très peu de distance entre ce qu'elle
réclamait, et ce que l'empereur a toujours été dans l'intention
d'accorder. On pouvait donc s'entendre, il n'y avait même au fond qu'à
faire prendre au discours une forme moins choquante, ce que les
ressources de notre langue donnaient mille moyens de faire, et tout
était aplani. Au lieu de cela, on peignit à l'empereur le rapport de
cette commission du corps législatif comme une attaque personnelle
dirigée contre lui, en même temps comme un coup de cloche qui allait
faire surgir de tous côtés des assemblées populaires. On lui dit que de
cette manière on ruinerait insensiblement son pouvoir, qu'il n'y avait
pas un moment à perdre pour se mettre en garde contre les suites de vues
aussi hostiles. Je ne puis disconvenir qu'il y avait dans cette opinion
quelque chose de vrai, mais ce n'était pas le moment de compter.

[18: M. Lainé, alors avocat de Bordeaux, était considéré comme
républicain de bonne foi; c'est ce qui décida le choix qu'on fit de
lui.]

L'empereur m'écrivit de me procurer le rapport de la commission du corps
législatif, qui était imprimé et devait être distribué à la séance du
lendemain.

Il m'avait défendu de m'immiscer en rien dans ce qui concernait cette
assemblée, je me l'étais tenu pour dit. Je n'avais voulu ni m'exposer à
lui déplaire, ni contrarier ce qu'il voulait faire faire par d'autres
voies. Cependant ces messieurs, qu'animait tant de zèle, auraient bien
pu se procurer le rapport avant de laisser aller les choses aussi loin;
mais ils n'en faisaient pas d'autres dans toutes les occasions.

J'avais heureusement ce rapport; je l'envoyai à l'instant même aux
Tuileries. Comme il devait paraître le lendemain, on convoqua le soir
même un conseil privé extraordinaire auquel assistèrent le roi Joseph,
les dignitaires de l'État, les ministres et les ministres d'état. Le
président du corps législatif s'y trouva en cette dernière qualité.

Il y avait dans la composition de ce conseil tout ce que l'on pouvait
désirer, soit comme réunion des lumières, soit comme dévouement à
l'empereur.

M. de Bassano, en sa qualité de secrétaire d'État, donna lecture du
rapport de la commission du corps législatif. Il est bon d'observer que
les jours précédents, on avait mis toute sorte de moyens en oeuvre pour
faire connaître à cette commission ce que l'on désirait qu'elle dît,
tant dans son exposé que dans ses conclusions. On avait échoué, et son
rapport était en ce moment l'objet de la délibération du conseil privé.
Il faut convenir que cette pièce avait quelque chose de choquant pour le
gouvernement, et pourtant ce n'était qu'une première attaque.

L'empereur laissa parler tout le monde; on lui donna de fortes raisons
en faveur du corps législatif, particulièrement l'archi-chancelier; mais
personne ne voulait s'engager à lui répondre qu'il n'y avait pas quelque
arrière-pensée de raviver des principes dont la profession avait causé
tant de désordres [19]. Lorsque, dans le discours, on arrivait à ce
point, chacun faisait un pas en arrière et témoignait de l'inquiétude,
en disant qu'il ne répondait pas de ce qui pouvait être la suite de
telle ou telle chose, etc.

[19: On redoutait de la part du vice-président, M. Lainé, une direction
révolutionnaire.]

L'empereur s'était plaint souvent que toutes les discussions des
conseils qu'il assemblait finissaient par prendre cette tournure; mais
dans le cas dont il s'agit, la chose fut pire encore. Il semblait que
l'on prévoyait une catastrophe, et que chacun cherchât autant à n'y
point attacher son nom, qu'à se garantir de ses effets.

L'empereur résuma la question, et demanda si, dans l'état des choses, la
direction que prenait le corps législatif pouvait amener plus de mal que
de bien. Il alla jusqu'à demander s'il pouvait être à craindre que, dans
un cas de revers éprouvé à l'armée, ou de l'approche de la capitale par
les ennemis, cette assemblée se déclarât permanente et s'emparât du
gouvernement. Il demanda si on la croyait à l'abri d'une influence
ennemie au dedans aussi bien qu'au dehors, et il ajouta ces paroles:
«Parlez, messieurs, vous avez l'expérience de la révolution, vous avez
vu où nous ont mené les bonnes intentions qu'avait l'Assemblée
Constituante; celle-ci a-t-elle plus de moyens d'éviter de tomber dans
des erreurs que n'en avait la première?»

Personne n'osa l'affirmer, mais tout le monde la défendit contre la
possibilité qu'elle cédât à une influence venant du dehors; que quant à
une influence intérieure, elle existerait toujours; les événements seuls
détermineraient la direction qu'elle prendrait.

«Alors, repartit l'empereur, je n'ai aucun secours à en espérer,
puisqu'elle-même attendra pour se décider que la fortune prononce.

Qu'ai-je besoin de cette assemblée, si, au lieu de me donner de la
force, elle ne me présente que des difficultés? C'est bien le moment,
lorsque l'existence nationale est menacée, de venir me parler de
constitutions et de droits du peuple. Dans un cas semblable à celui où
se trouve l'État, les anciens étendaient le pouvoir du gouvernement, au
lieu de le restreindre: ici au contraire on va perdre son temps en
puérilités, pendant que l'ennemi s'approche. Je ne voulais pas m'en
rapporter à mon opinion, mais puisque je vous vois pour la plupart du
même avis que moi, mon parti est pris, et je vais ajourner une assemblée
qui se montre si peu disposée à me seconder.»

Il en signa le décret sur-le-champ, et me donna l'ordre de saisir tous
les exemplaires du discours de la commission du corps législatif.

Cette mesure fut prise un vendredi soir, et le lendemain samedi il en
fut donné connaissance à chaque membre du corps législatif.

D'après les ordres de l'empereur, je vis les membres de la commission.
Ils vinrent sans doute chez moi avec de l'inquiétude, parce que l'on ne
manqua sûrement pas de leur dire qu'ils allaient être victimes de
quelques violences. J'avais un tout autre langage à leur tenir, et j'eus
occasion de me convaincre que, si l'on en avait usé autrement qu'on
avait fait, non seulement on aurait prévenu ce malheur, mais l'on aurait
fait imprimer un grand mouvement à la nation au moyen d'un levier comme
le corps législatif. On eût même découvert parmi ses membres beaucoup
d'hommes à talents, dont l'administration publique commençait à éprouver
le besoin, parce que la coterie qui disposait des places ne faisait de
choix que dans le cercle de ses amis; ceux-ci amenaient les leurs, et
ainsi de suite. J'étais déjà convaincu de cet abus depuis longtemps. Je
fus particulièrement fort content des membres de la commission du corps
législatif, il n'y avait pas de mauvaises intentions parmi eux. Il était
bien déplorable qu'on eût manqué d'une aussi petite dose d'habileté que
celle qu'il fallait pour rapprocher des idées, qui différaient si peu
les unes des autres.

L'ajournement du corps législatif produisit dans Paris autant d'effets
divers qu'il y avait de cercles. Cet événement aurait paru inouï même
dans des circonstances ordinaires, il le parut bien plus dans celles-ci.
On avait rattaché quelques espérances à cette assemblée, on les voyait
s'évanouir; tout le monde fut navré. On cherchait ce qui avait pu donner
lieu à cette mesure, et comme on ne communiquait aucun détail qui en
expliquât les motifs, les imaginations divaguèrent, ainsi que cela
arrive toujours. On se disait: Il faut donc qu'il y ait quelque chose
que nous ne savons pas, et que l'empereur ait eu avis de quelques
projets semblables à celui du 23 octobre; autrement il n'aurait pas
renoncé à tous les avantages qu'il pouvait retirer de cette assemblée.
Cette opinion fut la plus commune; elle contribua à terrorifier les
esprits qui avaient conservé quelque espoir.

Le dimanche suivant, les membres du corps législatif vinrent prendre
congé de l'empereur, dans les formes accoutumées, ainsi que cela était
d'usage dans les cas ordinaires de session de clôtures.

Ils furent introduits dans la pièce ou se trouvait l'empereur par M.
l'archi-chancelier; l'on venait d'entendre la messe.

L'empereur était descendu de l'estrade sur laquelle le trône était
placé, pour s'approcher d'eux; il leur parla sans aigreur, et leur tint
à peu près ce discours:

«Messieurs les députés, vous allez retourner dans vos départements.
C'est avec beaucoup de regret que j'ai reconnu que l'esprit d'agitation
qui s'est manifesté parmi vous ne pouvait qu'aggraver les maux de
l'État, au lieu de me donner les moyens d'en triompher. Je vous avais
assemblés avec confiance, et comptais sur votre concours pour illustrer
cette époque de notre histoire. Vous pouviez faire un grand bien en ne
vous séparant pas de moi, et en me donnant toute la force dont j'ai
besoin, au lieu de vous occuper de me disputer le pouvoir, ou de vouloir
me renfermer dans des bornes que vous viendriez vous-mêmes me prier de
reculer, lorsque vous auriez reconnu les funestes effets de vos
discordes.

«Le temps prouvera si les hommes qui vous ont poussés dans cette
direction étaient mus par leur intérêt particulier ou par l'amour du
bien général; je n'ai jamais été inaccessible à tout ce qui m'a été
demandé en faveur de ce dernier, et si vous aviez des observations à me
faire concernant les libertés publiques, ce n'était pas le moment d'en
faire le sujet d'une question qui suspendait l'élan national dans une
occasion où il était aussi essentiel de l'exciter.

«D'ailleurs, qui vous a donné le droit de borner l'action du
gouvernement dans un moment comme celui-ci? Avez-vous reçu de vos
commettants le droit de mettre la légitimité du pouvoir en question?
Est-ce de vous que je tiens celui dont je suis investi? Je ne tiens mon
autorité que de Dieu et du peuple. Avez-vous oublié comment je suis
monté sur ce trône que vous attaquez? Il y avait à cette époque-là une
assemblée comme la vôtre; et si j'avais cru son autorité et son élection
suffisante, pensez-vous que je manquasse de moyens pour réunir ses
suffrages? Je n'ai jamais pensé qu'un souverain pût être légitimement
élu de cette manière; c'est pourquoi j'ai voulu que le voeu qui m'était
généralement exprimé, de revêtir l'autorité suprême, fût soumis à un
vote national, donné par chaque individu; c'est comme cela que j'ai
voulu monter au trône. Ce droit-là est bien autre chose que celui que je
pourrais tenir de vous; et dans aucun cas il ne peut vous être permis
d'en mettre l'authenticité en délibération; vos pouvoirs me sont
subordonnés lorsque vous tendez à outrepasser ceux que vous avez reçus.
Les droits du trône sont hors de vos atteintes, parce que le trône est
indépendant de vous. Croyez-vous que j'appelle le trône un morceau de
velours étendu sur des tréteaux? Vous êtes dans l'erreur: le trône
consiste dans le voeu unanime de la nation. Je suis, comme empereur, le
garant de son intégrité; je veux le conserver tel que je l'ai reçu,
autrement il cesserait de me convenir, et ne serait plus fait pour moi.
Si jamais il doit cesser d'en être ainsi, vous vous gouvernerez comme
vous l'entendrez. Jugez-vous, et voyez quelles circonstances vous
choisissez pour me susciter des embarras. N'aurait-on pas le droit de
penser que vous servez nos ennemis? La position dans laquelle nous nous
trouvons est difficile. Vous eussiez pu m'être d'un grand secours en ne
vous séparant pas de moi. J'espère cependant qu'avec l'aide de Dieu et
l'armée je m'en tirerai, si l'on me reste fidèle. Si je succombe, vous
aurez de grands reproches à vous faire, et l'on ne pourra attribuer qu'à
vous les malheurs qui désoleront la patrie. Vous verrez ce qu'il en
coûte pour se fier à la foi punique: vous pourrez alors rappeler les
Bourbons, il n'y a qu'eux qui pourront vous gouverner; puisque vous
renoncez à défendre votre indépendance, ils ne seront pas obligés de la
faire respecter.»

Il y eut quelques députés qui répliquèrent à plusieurs parties du
discours de l'empereur; il les écouta, mais ne reçut point leurs
excuses, et persista dans ce qu'il leur avait dit.

Cette audience dura un grand quart d'heure: ce fut la dernière qu'il
donna au corps législatif.



CHAPITRE XXV.

Opinion de l'archi-chancelier sur le renvoi du corps législatif.--Ce que
Fouché pensait des corps délibérants.--Violation du territoire
helvétique.--Les armées alliées pénètrent en France.--Genève.--Marche
générale de l'invasion.--Il manque deux mois à l'empereur.


L'empereur étant rentré dans ses appartements, fit appeler
l'archi-chancelier, M. de Bassano et moi. Il n'était pas du tout animé
contre le corps législatif; il se plaignait d'une manière générale que
l'on ne pût parvenir à composer une assemblée qui marchât franchement
dans le même sens que le gouvernement, qu'elle envisageait toujours
comme ennemi, et il faisait remarquer que c'était en manifestant aussi
les meilleures intentions au roi Louis XVI que petit à petit on l'avait
conduit à l'échafaud. Il disait qu'il fallait que l'on eût perdu
l'esprit, ou que l'on voulût amener les ennemis en France, pour se
conduire ainsi; que, dans l'un comme dans l'autre cas, il était
dangereux de laisser derrière soi un semblable état de choses, lorsqu'on
était au moment de partir pour l'armée, où il y avait bien assez à faire
sans se donner encore l'embarras de diriger une telle assemblée. Ayant
demandé à l'archi-chancelier son avis, celui-ci lui répondit qu'il
avait, depuis longtemps, manifesté son opinion sur les corps constitués,
et qu'il persistait à croire qu'on aurait bien de la peine à s'en
passer, mais qu'il n'approuvait pas l'opposition qu'avait montrée une
partie du corps législatif; comme aussi il était d'avis que, si l'on s'y
fût pris différemment, on aurait pu éviter une mésintelligence qui ne
pouvait amener que des malheurs. Je n'avais pas la même expérience que
M. l'archi-chancelier; l'empereur se souciait peu de mon opinion sur
cette matière: aussi ne me la demanda-t-il point.

Il répondit à l'archi-chancelier: «Que vouliez vous que je fisse avec un
corps qui n'attend que le moment favorable pour troubler l'État? Il ne
me laissait aucun côté par lequel je pusse éclairer les opinions; il ne
m'offrait que de la mauvaise volonté. D'ailleurs, ajoutait-il, je me
rappelle que M. Fouché, qui était lié avec tout ce monde-là, en avait
cette opinion. Il m'a longtemps parlé de la nécessité de supprimer le
corps législatif; il me disait que ses membres ne venaient à Paris que
pour obtenir quelques faveurs pour lesquelles ils importunaient les
ministres du matin au soir, se plaignant de n'être pas servis
sur-le-champ; que, quand on les invitait à dîner, ils crevaient de
jalousie en voyant l'opulence des maisons dans lesquelles ils étaient
reçus, et qu'à la suite de tout cela, ils s'en retournaient dans leurs
départements, persuadés que le gouvernement volait tout pour enrichir
des favoris; que c'était là le langage qu'ils tenaient dans leurs
sociétés, où ils étaient regardés comme des oracles au moment de leur
retour.»

L'empereur ajouta que M. Fouché ne pouvait pas être suspect lorsqu'il
émettait une opinion comme celle-là, puisqu'il avait toujours professé
des principes républicains. Néanmoins l'archi-chancelier persista dans
son opinion.

Le corps législatif avait ouvert la session le 21 décembre, et ce fut,
je crois, le 1er janvier que son ajournement fut prononcé. Pendant ce
court laps de temps, on avait appris la violation de la neutralité de la
Suisse, et l'entrée des troupes de nos ennemis sur son territoire pour
venir envahir le nôtre; la nouvelle en arriva vite à Paris par des
courriers du commerce de Bâle. C'est le moment de rapporter que, lors de
l'accumulation des troupes alliées dans le Brisgaw, les cantons suisses,
auxquels la France avait demandé une explication sur la conduite qu'ils
se proposaient de tenir dans le cas où les ennemis demanderaient le
passage à travers le territoire helvétique, avaient répondu qu'ils
feraient respecter leur neutralité, et avaient envoyé une députation
pour assurer l'empereur de la fidélité de la Suisse, et de la résolution
où elle était de ne pas souffrir qu'on violât son territoire. Cette
députation était encore à Paris lorsqu'on y apprit ce qui s'était passé
à Bâle.

Les alliés avaient en effet donné au corps helvétique l'assurance qu'ils
respecteraient ses frontières; mais l'intrigue était en mouvement là
comme ailleurs. Elle tendit paisiblement ses réseaux; et, quand tout fut
prêt, l'explosion eut lieu. La Suisse apprit tout à coup qu'elle n'était
pas libre, mais que la coalition, jalouse de lui rendre son
indépendance, allait la fouler avec un million de soldats [20]. Le
général qui devait faire respecter le territoire des cantons, trouva que
c'était peine superflue. «Les hautes puissances alliées avaient déclaré
que la neutralité de la Suisse ne pouvait pas être reconnue dans les
circonstances présentes, et que l'acte de médiation était annulé, avec
toutes ses conséquences; des lors, l'objet par lequel l'armée fédérative
avait été réunie n'existait plus. Il licencia ses troupes, et leur
ordonna de rentrer dans leurs foyers.» L'acte était inouï, mais les
contingents durent se retirer, et nous fûmes assaillis par la partie la
plus vulnérable de nos frontières.

[20: Les soussignés ont reçu l'ordre de leurs cours, de remettre à S.
Exc. le landammann de la Suisse la déclaration suivante:

La Suisse jouissait depuis plusieurs siècles d'une indépendance
bienfaisante pour elle, utile à ses voisins, et nécessaire pour le
maintien de l'équilibre politique. Le fléau de la révolution française,
les guerres, qui depuis vingt ans ont détruit le bonheur de tous les
états de l'Europe, n'ont pas épargné la Suisse. Ébranlée dans son
intérieur, affaiblie par d'inutiles efforts pour s'opposer aux effets
destructeurs du torrent, elle fut dépouillée par la France, qui se
disait son amie, des plus importants boulevards de son indépendance.
L'empereur Napoléon fonda enfin sur les ruines de la constitution
fédérative helvétique, et sous un titre jusqu'alors inconnu, une
puissance suprême formelle et permanente, incompatible avec la liberté
de la confédération: avec cette antique liberté, respectée par toutes
les puissances de l'Europe, le premier garant des relations amicales que
la Suisse a entretenues jusqu'au jour de son oppression avec les autres
puissances de l'Europe, la première condition d'une véritable
neutralité. Les principes qui animent les souverains coalisés dans la
guerre présente sont connus. Tout peuple qui n'a pas perdu le souvenir
de son indépendance doit les reconnaître. Les souverains veulent que la
Suisse participe de nouveau, avec l'Europe entière, à ce premier droit
national, et obtienne, en recouvrant ses anciennes limites, le moyen de
le soutenir. Mais ils ne peuvent reconnaître une neutralité qui, dans
les relations actuelles de la Suisse, n'est que purement nominale. Les
armées des puissances coalisées espèrent, en entrant sur le territoire
suisse, ne rencontrer que des amis. LL. MM. s'engagent à ne pas poser
les armes sans avoir assuré à la Suisse la restitution des pays arrachés
par la France. Elles ne se mêleront pas de sa constitution intérieure,
mais elles ne peuvent permettre qu'elle demeure soumise à une influence
étrangère. Elles reconnaîtront sa liberté du jour où elle sera libre et
indépendante; et elles attendent du patriotisme d'une nation
respectable, que, fidèle aux principes qui, dans les siècles passés
fondèrent sa gloire, elle ne refusera pas son accession aux nobles et
généreuses entreprises, pour lesquelles les souverains et tous les
peuples de l'Europe se sont réunis en cause commune. Les soussignés sont
en même temps chargés de communiquer à S. Exc. le landammann, la
proclamation et l'ordre du jour que le général commandant en chef la
grande armée coalisée publiera, en entrant sur le territoire suisse. Ils
se flattent que S. Exc. ne méconnaîtra pas, dans cette publication, les
véritables intentions de LL. MM. II. envers la confédération helvétique.

_Signé_, LEBZELTERN, Capo d'ISTRIA.

20 décembre 1813.]

Le prince Schwartzenberg commandait en chef les armées alliées; il avait
amené avec lui la plus grande partie des troupes des ci-devant princes
confédérés du Rhin, afin d'en tirer un meilleur parti; cette nombreuse
armée arriva des plaines de Friedling en face de Huningue, à la tête du
pont de Bâle, le 20 ou 21 décembre au matin, dans le moment même où
l'empereur se rendait au corps législatif à Paris. Les Suisses n'avaient
pas détruit le pont de Bâle, ils en avaient seulement enlevé les
madriers, mais sans faire tomber les poutres dans le courant,
c'est-à-dire, qu'en deux heures on pouvait tout rétablir; c'est ce qui
arriva.

Le prince Schwartzenberg se présenta lui-même à la tête du pont sur la
rive droite, et demanda le passage au nom des souverains alliés.

Il somma les Suisses de rétablir leur pont sous peine de voir incendier
leur ville; il fut obéi: on replaça les madriers, on livra passage, et,
pendant huit jours consécutifs, Bâle vit traverser son territoire par
cette innombrable quantité de troupes qui venaient dévaster la France,
tout en proclamant des principes de modération et d'humanité.

Une partie de l'armée alliée, composée d'Autrichiens, traversa la Suisse
pour venir déboucher par Genève; elle arriva devant cette place le jour
même où le brave officier-général qui la commandait était attaqué
d'apoplexie; la garnison n'était que de quinze cents hommes mal armés et
la plupart vétérans. La population était nombreuse et une de celles qui
accordaient le plus de confiance au langage des ennemis, en sorte qu'il
fallait que la garnison contînt cette population, toute disposée à
ouvrir ses portes.

Les malveillants de Genève voyaient bien son impuissance; ils ne
restèrent pas inactifs, et mirent tout en oeuvre pour déterminer
l'officier qui commandait la garnison, à la place du général, à accepter
une capitulation qui lui permettait de sortir avec les honneurs de la
guerre; les autorités civiles étaient déjà retirées, l'officier céda, et
la frontière se trouva de ce côté reculée jusqu'au fort de l'Écluse.

L'empereur Alexandre, de son côté, établit d'abord son quartier-général
à Bâle, et poussa un corps en Alsace; c'étaient les Bavarois qui nous
témoignaient leur reconnaissance en venant rouvrir les blessures que
nous avions reçues pour défendre leur indépendance.

Ce corps bavarois était commandé par le même général Wrede, celui des
officiers de toute l'armée bavaroise que l'empereur avait le plus
affectionné. Il lui avait donné une terre de trente mille livres de
rentes, qui se trouvait à sa disposition par suite du traité de paix de
1809, et avait l'avantage d'être située dans la portion du territoire
autrichien qu'acquit alors la Bavière.

Wrede était un des hommes dont le caractère avait particulièrement plu à
l'empereur; il aimait à le voir et à lui faire du bien. Le corps
bavarois vint sommer Huningue, qui ne voulut entendre à aucune
proposition; les ennemis en firent le blocus, et poussèrent une
reconnaissance jusque vers Colmar, pendant que leur armée principale
pénétrait en France par Alkirck, Béfort et Vesoul. Il y avait une
garnison très faible dans Béfort, mais, en revanche, la population était
très martiale: cette petite place fit une belle et vigoureuse défense.
L'armée ennemie se porta de Vesoul à Langres, et attendit dans cette
position que l'armée prussienne, qui avait passé le Rhin au-dessus et
au-dessous de Mayence, c'est-à-dire à Oppenheim, à Worms et Manheim,
pour la partie au-dessus, et depuis Bingen jusqu'à Coblentz, pour la
partie au-dessous, fût réunie et arrivée sur la Moselle, et la
communication établie entre elles pour se porter en avant.

Cette armée prussienne, qui marchait sous les ordres du général Blucher,
s'avança par Kaiserlautern, Saarbruck, Château-Salins, Saint-Avold; elle
laissa Metz à sa droite, se porta par Vic sur Nancy, Pont-à-Mousson et
Toul. Dans cette position, les armées ennemies étaient en ligne: elles
n'auraient jamais osé faire un tel mouvement à travers tant de places,
si l'empereur avait seulement eu le tiers de leurs forces, et que cette
masse d'hommes eût été assez disponible pour qu'il pût de suite prendre
l'offensive, en se jetant avec elle au milieu de ces mêmes places. Si la
fortune lui avait laissé cette ressource, nous aurions vu bien des
gloires anéanties, et ce triumvirat d'aigles qui venaient dévorer le
nôtre, chassé par autant de routes qu'il était venu.

Il faut convenir que l'empereur pouvait avoir cette armée, si l'on avait
donné aux négociations d'Espagne l'activité qu'exigeait le danger qui
avait déterminé à les ouvrir. On avait encore le temps de conclure et
faire arriver les troupes; pourquoi ne saisit-on pas cette dernière
planche de salut? on le verra tout à l'heure.

L'empereur reçut la nouvelle de l'envahissement du territoire sur autant
de points à la fois avec une fermeté imperturbable: «Il me manque deux
mois, nous dit-il; si je les avais eus, ils ne l'auraient pas passé (le
Rhin). Ceci peut devenir sérieux; mais je ne puis rien seul. Si l'on ne
m'aide pas, je succomberai. L'on verra alors si c'est à moi que l'on en
veut.»

L'activité était grande partout; on travaillait de tous côtés; mais rien
n'était achevé nulle part. L'envahissement vint glacer tous les
courages. Ce ne fut pas tout; outre l'effet moral qu'il produisit, il
eut encore l'inconvénient de diminuer nos moyens de toutes les
ressources qu'offrent les populations belliqueuses de l'Alsace, de la
Franche-Comté et de la Lorraine. C'était là le plus grand mal, et celui
qui fut le plus vivement senti.

La France entière était dans le plus grand calme; il n'y avait aucune
étincelle d'agitation sur quelque point que ce fût: on souffrait, mais
on était patient; on désirait la fin de tant de maux, sans que personne
songeât aux désordres.

L'empereur était satisfait de cet état de choses au dedans; mais il ne
voyait pas les bataillons se grossir, et les ennemis s'avançaient.

Il fit réunir sur Châlons-sur-Marne les troupes qui se retiraient par
les deux routes de Metz et de Strasbourg, et en même temps il fit partir
la garde impériale pour Arcis-sur-Aube.

Le théâtre des opérations ne présentait pas encore d'autres points
intéressants, comme cela eut lieu dans le courant de février et de mars.

L'empereur était dans une position bien extraordinaire. Il avait de quoi
former une bonne armée dans les places d'Allemagne qu'il occupait
encore. Il avait des troupes dans quelques-unes de celles de la Hollande
et de la Belgique, et depuis l'envahissement du territoire, on avait mis
autant de garnisons que l'on avait pu dans les places de l'ancienne
frontière. Indépendamment de huit mille hommes qui étaient dans Anvers,
il y en avait dix mille dans Wesel, douze ou quinze dans Mayence. Il y
avait en outre, en Italie, une armée qui était à peine assez forte pour
se défendre; un petit corps occupait Rome, un autre défendait Florence;
deux corps luttaient sur la frontière d'Espagne, l'un en Roussillon et
l'autre sous Bayonne; enfin l'empereur, à la tête d'une petite armée,
défendait Paris contre toute l'Europe, et faisait échec au roi presqu'à
chacun de ses mouvements.

Il n'y a que les premières puissances de l'Europe qui aient sous les
armes autant de troupes que l'empereur en avait encore, éparses sur tous
les points que je viens de nommer; s'il avait pu prendre l'offensive
plus tôt, il se serait successivement fait joindre par toutes les
garnisons, hormis celles qui se trouvaient si éloignées, qu'elles
étaient devenues étrangères à la guerre.

Il est triste qu'un héros qui luttait avec tant de force contre les
revers n'ait pas été mieux secondé. J'ai déjà dit qu'on avait pris
l'habitude de se reposer sur l'empereur du soin de tout faire et de
penser à tout; il avait lui-même accoutumé tout le monde à cette manière
de servir, de telle sorte que le plus souvent on agissait machinalement,
parce qu'on ne faisait qu'exécuter à la lettre ce qu'il avait ordonné;
cela plaisait d'autant plus que l'on était dispensé de travaux d'esprit
et de combinaisons, et qu'il suffisait d'une prompte exactitude.

Si l'empereur avait été aidé par un esprit capable de s'élever jusqu'à
ses conceptions, toutes les troupes qu'il avait dans les places au-delà
du Rhin auraient été mises en mouvement dès le mois de décembre, lorsque
l'armée alliée s'approchait de la Suisse. Elles l'eussent été par une
conséquence du principe qui a établi que les garnisons des places fortes
sont destinées à tenir l'armée ennemie en échec, à la suite d'une
bataille perdue, ou à favoriser un mouvement de l'armée qui agit pour
elles. Il était raisonnable de supposer que les garnisons de toutes ces
places auraient été réunies. Si cela eût été fait, elles eussent
présenté une masse qui eût été suffisante pour attirer l'attention de
l'armée ennemie et la rendre circonspecte, puisqu'elle n'avait accordé
aucune considération à ces places prises isolément, et qu'elle les avait
laissées derrière elle.

Le ministre de la guerre n'ignorait pas que, depuis la perte de la
bataille de Leipzig, il m'avait remis des lettres importantes pour les
faire parvenir au maréchal Davout, à Hambourg, et que j'avais réussi en
les faisant passer par l'Angleterre.

Il n'était pas besoin d'un grand génie pour juger de ce qu'il y avait à
faire dans cette circonstance pour servir l'empereur et la France; il ne
fallait que se rappeler que ce prince avait mis moins de deux mois, en
1806, pour se porter des bords du Mein sur l'Oder; qu'après avoir fait
capituler en rase campagne l'armée prussienne entière, il était arrivé
au-delà de la Vistule avant la fin du troisième mois de campagne, depuis
son départ de Mayence.

Il n'était donc pas impossible à ceux qui se trouvaient sur l'Oder et
l'Elbe d'arriver sur le Rhin pendant les mois de décembre, janvier et
février; la liberté des communications n'avait pas été assez gênée pour
l'empêcher. Pourquoi ne le fit-on pas? c'est à ceux qui dirigeaient à
répondre; quant à moi, je sais qu'il était tellement dans l'intention de
l'empereur de faire faire ce mouvement, qu'il crut l'avoir ordonné, et
qu'au mois de mars il me fit l'honneur de m'écrire et de me mander qu'on
ne lui obéissait plus. C'est après avoir reçu cette lettre que le
ministre de la guerre, M. le duc de Feltre, m'envoya des petites boules
de papier à faire passer à tous les commandants des garnisons enfermées
dans ces places. Ces ordres étaient écrits sur des bandelettes si
petites, que, roulées, elles n'étaient pas plus grosses qu'une fève;
j'eus l'indiscrétion d'en ouvrir une, elle ne contenait que ces mots:
«Monsieur le général, l'empereur trouve que vous n'occupez pas assez les
ennemis.» Je l'avoue, j'eus un chagrin mortel qu'on ne mandât que de
pareilles choses à des généraux dont on eût pu tirer d'autres services.



CHAPITRE XXVI.

Le duc de Vicence est refusé aux avant-postes ennemis.--Des
plénipotentiaires se réunissent à Châtillon-sur-Seine.--Murat.--Opinion
de Napoléon sur ce prince; il ne peut croire à sa défection.--M. de La
Vauguyon.--M. de Laharpe.--Conversation sur son élève.--Organisation de
la garde nationale.


Malgré toutes ces imprévoyances, l'armée alliée, à la tête de laquelle
étaient les trois souverains principaux, ne s'approchait qu'avec une
extrême circonspection, tant elle craignait que quelque manoeuvre
imprévue ne vînt tout à coup porter la désorganisation dans ses
colonnes. L'empereur resta encore un mois à Paris, où certainement il
serait arrivé en quinze jours s'il avait été à la place des chefs de la
coalition. Pendant ce temps, il acheva de réunir tous les moyens sur
l'emploi desquels il pouvait compter; en même temps il fit partir M. le
duc de Vicence pour le quartier-général de l'empereur Alexandre, plutôt
pour satisfaire l'impatience de ceux qui étaient dans l'opinion qu'il ne
tenait qu'à lui de faire la paix, que dans l'espérance que le duc
parviendrait à ouvrir des négociations. Il lui donna des instructions
qui peignent à la fois le désir qu'il avait de mettre fin à une guerre
malheureuse, et la résolution bien arrêtée de descendre du trône plutôt
que de souscrire une paix honteuse: «Monsieur le duc de Vicence, lui
disait-il, je pense qu'il est douteux que les alliés soient de bonne
foi, et que l'Angleterre veuille la paix; moi je la veux, mais solide et
honorable. La France sans ses limites naturelles, sans Ostende, sans
Anvers, ne serait plus en rapport avec les autres états de l'Europe.
L'Angleterre et toutes les puissances ont reconnu ces limites à
Francfort. Les conquêtes au-delà du Rhin et des Alpes, ne peuvent
compenser ce que l'Autriche, la Russie, la Prusse ont acquis en Pologne,
en Finlande, ce que l'Angleterre a envahi en Asie. La politique de
l'Angleterre, la haine de l'empereur de Russie, entraîneront l'Autriche.
J'ai accepté les bases de Francfort, mais il est plus que probable que
les alliés ont d'autres idées. Leurs propositions n'ont été qu'un
masque. Les négociations une fois placées sous l'influence des
événements militaires, on ne peut prévoir les conséquences d'un tel
système. Il faut tout écouter, tout observer. Il n'est pas certain qu'on
vous reçoive au quartier-général: les Russes et les Anglais voudront
écarter d'avance tous les moyens de conciliation et d'explication avec
l'empereur d'Autriche. Il faut tâcher de connaître les vues des alliés
et me faire connaître jour par jour ce que vous apprendrez, afin de me
mettre dans le cas de vous donner des instructions que je ne saurais sur
quoi baser aujourd'hui. Veut-on réduire la France à ses anciennes
limites? C'est l'avilir.........

«On se trompe si on croit que les malheurs de la guerre puissent faire
désirer à la nation une telle paix. Il n'est pas un coeur français qui
n'en sentît l'opprobre au bout de six mois, et qui ne la reprochât au
gouvernement assez lâche pour la signer. L'Italie est intacte, le
vice-roi a une belle armée; avant huit jours j'aurai réuni de quoi
livrer plusieurs batailles, même avant l'arrivée de mes troupes
d'Espagne. Les dévastations des cosaques armeront les habitants et
doubleront nos forces. Si la nation me seconde, l'ennemi marche à sa
perte; si la fortune me trahit, mon parti est pris, _je ne tiens pas au
trône_. Je n'avilirai ni la nation, ni moi, en souscrivant à des
conditions honteuses. Il faut savoir ce que veut Metternich. Il n'est
pas dans l'intérêt de l'Autriche de pousser les choses à bout; encore un
pas, et le premier rôle lui échappera. Dans cet état de choses, je ne
puis rien vous prescrire. Bornez-vous pour le moment à tout entendre et
à me rendre compte. Je pars pour l'armée. Nous serons si près, que vos
premiers rapports ne seront pas un retard pour les affaires. Envoyez-moi
fréquemment des courriers. Sur ce, etc.

     NAPOLÉON.»

     «Paris, le 4 janvier 1814»

L'empereur avait deviné juste, les alliés ne voulaient qu'un simulacre
de négociations. Le duc de Vicence ne put se faire admettre. Il s'arrêta
à Lunéville, où étaient déjà les troupes ennemies, se mit en
communication avec Metternich, et insista vainement pour obtenir d'aller
plus loin. On allégua la marche que devaient suivre les affaires; on se
retrancha sur la nécessité de s'entendre, de consulter, et on laissa le
plénipotentiaire français se morfondre seize jours à Lunéville.

Cependant l'empereur d'Autriche continuait de correspondre avec
Marie-Louise, il l'assurait toujours de toute sa tendresse, et
protestait que _quels que fussent les événement, il ne séparerait jamais
la cause de sa fille et de son petit-fils, de celle de la France_. Comme
cela pouvait avoir trait à des projets conçus par d'autres puissances en
faveur des Bourbons, l'empereur chargea le duc de Vicence de faire une
démarche confidentielle auprès de Metternich, et lui exposa de nouveau
les vues, les considérations qui devaient le guider dans la discussion
des grands intérêts qui lui étaient confiés. «La France devait conserver
ses limites naturelles. C'était une condition _sine quâ non_. Toutes les
puissances, l'Angleterre, continuait-il, avaient reconnu ces bases à
Francfort. La France, réduite à ses anciennes limites, n'aurait pas
aujourd'hui les deux tiers de la puissance relative qu'elle avait il y a
vingt ans; ce qu'elle a acquis du côté des Alpes et du Rhin ne compense
pas ce que la Russie, l'Autriche et la Prusse ont acquis par le seul
démembrement de la Pologne; tous ces états se sont agrandis. Vouloir
ramener la France à son ancien état, ce serait la faire déchoir et
l'avilir. La France sans les départements du Rhin, sans la Belgique,
sans Ostende, sans Anvers, ne serait rien. Le système de ramener la
France à ses anciennes limites est inséparable du rétablissement des
Bourbons, parce qu'eux seuls pourraient offrir une garantie du maintien
de ce système, et l'Angleterre le sentait bien. Avec tout autre, la paix
sur une telle base serait impossible, et ne pourrait durer. Ni
l'empereur, ni la république, si des bouleversements la faisaient
renaître, ne souscriraient jamais à une telle condition. Pour ce qui est
de S. M., sa résolution est bien prise; elle est immuable. Elle ne
laisserait pas la France aussi grande qu'elle l'avait reçue. Si donc les
alliés voulaient changer les bases acceptées et proposer les anciennes
limites, elle ne voyait que trois partis: ou combattre et vaincre, ou
combattre et mourir glorieusement; ou enfin, si la nation ne le
soutenait pas, abdiquer. Elle ne tenait pas aux grandeurs, elle n'en
achèterait jamais la conservation par l'avilissement. Les Anglais
pouvaient désirer de lui ôter Anvers, mais ce n'était pas l'intérêt du
continent, car la paix ainsi faite ne durerait pas trois ans. Elle
sentait que les circonstances étaient critiques, mais elle n'accepterait
jamais une paix honteuse. En acceptant les bases proposées, elle avait
fait tous les sacrifices absolus qu'elle pouvait faire; s'il en fallait
d'autres, ils ne pouvaient porter que sur l'Italie et la Hollande. Elle
désirait sûrement exclure le stathouder, mais la France conservant ses
limites naturelles, tout pourrait s'arranger, rien ne ferait un obstacle
insurmontable.»

Les armées ennemies avaient continué leur mouvement, un tiers de la
France était envahi, le duc de Vicence reçut du quartier-général ennemi
l'autorisation de se rendre à Châtillon-sur-Seine, où s'acheminèrent
aussi les ministres des souverains alliés, savoir: les lords Aberdeen,
Cathcarsteward pour l'Angleterre, M. le comte Razoumowski pour la
Russie, M. de Stadion pour l'Autriche, et M. de Humboldt pour la Prusse.

L'empereur, comme je l'ai dit, s'attendait à la difficulté qui avait été
opposée à M. de Caulaincourt; il hasarda cependant une démarche, et fit
proposer une suspension d'armes. La coalition refusa, il ne fallut dès
lors rien attendre que de son courage. L'empereur se disposa à prendre
l'offensive avec une armée d'à peu près 60,000 hommes, contre environ 4
à 500,000 qui agissaient sur le point où il se trouvait. Pour surcroît
de malheur, le roi de Naples venait de jeter le masque. Cet événement
fut accompagné de circonstances si pénibles qu'on ne peut se dispenser
de les rapporter.

Depuis le retour subit du roi de Naples dans ses États, la
correspondance de ce pays, comme celle de Rome, ne parlait que des
intelligences du gouvernement napolitain avec les agents du gouvernement
anglais. L'empereur avait-il demandé des éclaircissements sur ces bruits
étranges? je l'ignore, mais je le crois. Quant à moi, je ne lui laissai
pas ignorer la moindre des particularités qui me venaient de tous côtés
à ce sujet. Il répugnait à y croire; il me fit même un jour l'honneur de
me dire qu'il ne pouvait pas ajouter foi à tout ce qu'on me rapportait,
car M. Fouché, qu'il avait envoyé près du roi de Naples, non-seulement
ne parlait pas dans ce sens, mais rendait au contraire témoignage des
bons sentiments du roi, qu'il y ajoutait foi, d'autant plus que le
prince lui écrivait et lui protestait de sa constance et de sa fidélité.

L'empereur ajoutait: «Il n'a pas beaucoup d'esprit, mais il faudrait
qu'il fût bien aveugle pour s'imaginer qu'il puisse rester là lorsque je
ne serai plus, ou lorsqu'il m'aura manqué si je triomphe de tout ceci.»

Néanmoins les lettres de Rome ne tardèrent pas à apprendre le passage
par cette ville de M. Fouché, qui se rendait de Naples en Toscane, près
de la princesse Éliza: très peu de jours après, elles annoncèrent
l'entrée des troupes napolitaines à Rome, ayant à leur tête le général
Carascosa, et le général La Vauguyon, qui commandait la garde du roi de
Naples.

Ce dernier signifia aux autorités françaises l'ordre de cesser leurs
fonctions, qu'il prenait possession de la ville de Rome et de son
territoire au nom du roi de Naples.

Les autorités civiles évacuèrent Rome, et se retirèrent sur Florence; le
général Miollis, qui gouvernait la place, se renferma dans le château
Saint-Ange, avec une partie des troupes qui occupaient les états
romains: le reste prit la route de Toscane.

Le général La Vauguyon, qui figurait dans cette défection, est fils de
l'ancien ambassadeur de France en Espagne sous Louis XVI.

Le roi d'Espagne donna l'hospitalité à cette famille, et la combla de
biens pendant les orages révolutionnaires. Il avait placé ce général La
Vauguyon, encore enfant, dans ses armées. En 1807 celui-ci quitta le
service d'Espagne; il vint joindre l'armée française après la bataille
d'Eylau, et demanda du service. On ne lui devait rien assurément;
cependant l'empereur le fit placer comme aide-de-camp à la suite du roi
de Naples, qui était alors grand-duc de Berg; il lui rendit une portion
des biens de sa famille qui n'avaient pas été vendus, et, qui plus est,
fit des avantages pécuniaires considérables à M. de Carignan, parce
qu'il épousait une demoiselle de La Vauguyon. L'année suivante, M. de La
Vauguyon suivit le grand-duc de Berg à Naples, et témoigna enfin à
l'empereur sa reconnaissance en se mettant à la tête des troupes qui
marchaient contre nous.

Le roi de Naples ne s'en tint pas à l'occupation de Rome; il poussa en
Italie, joignit ses troupes à celles des Autrichiens qui attaquaient le
prince Eugène, et n'eut pas honte de souiller, par cette conduite
sacrilège, le territoire qui avait été le berceau de sa gloire.

Ce prince voulait passer pour un Bayard; il affectait la loyauté,
courait après le danger, prodiguait sa vie, et cherchait à fixer
l'attention jusque par son costume. Jamais acteur tragique n'eut de mise
semblable: les habits à la Henri IV, à la Tancrède, ne lui suffisaient
pas; il fallait chaque jour qu'il imaginât quelque accoutrement nouveau.
Il était malheureux qu'une soeur de l'empereur, belle, spirituelle, qui
savait se faire aimer, eût voulu, presque malgré sa famille, unir sa
destinée à celle d'un homme dont le mérite ni la réputation, à l'époque
où elle l'épousa, n'avaient rien de bien transcendant. Cette alliance
l'avait élevé à la couronne, et cependant il n'était pas satisfait. Que
lui fallait-il donc? qu'espérait-il en s'armant contre son bienfaiteur?

Les événements commençaient à se presser; l'empereur jugea qu'il ne
pouvait plus longtemps rester à Paris. Avant son départ, j'eus à
l'entretenir d'une demande de passeport qui m'avait été faite par M. de
La Harpe, ancien instituteur de l'empereur Alexandre, puis membre du
directoire de la république helvétique, qui désirait aller en Suisse. Je
lui en rendis compte, et fus autorisé à le délivrer.

M. de La Harpe vint me voir; nous causâmes beaucoup de la Russie et de
son élève. Je ne lui cachai point que j'étais persuadé qu'il le verrait
en passant par Troyes, où il serait probablement lorsqu'il y arriverait
lui-même. Je lui dis que la guerre semblait avoir réservé un beau rôle à
l'empereur Alexandre, et lui avait ménagé une occasion d'offrir une paix
aussi généreuse que celle qu'il avait reçue à Tilsit, lorsque la
position de ses affaires était désespérée; qu'il ne pouvait pas ignorer
que c'était le voeu du pays qu'il avait inondé de ses soldats, et qu'à
moins d'être insensé on ne pouvait pas croire que l'empereur Napoléon ne
désirât pas mettre fin à la guerre; sans doute, il ne se fiait pas
beaucoup au langage dont les armées ennemies se faisaient précéder; mais
que moi qui connaissais particulièrement la sincérité de ses voeux pour
la paix, je ne pouvais concevoir que le plus mauvais augure du peu de
grâce avec laquelle on avait accueilli M. le duc de Vicence, lorsque
l'Europe se souvenait encore de la manière dont l'empereur avait agi
avec Alexandre, lorsque celui-ci, après avoir repassé le Niémen, à la
suite de la bataille de Friedland, crut n'avoir eu rien de mieux à faire
qu'à demander la paix.

Je dis entre autres choses à M. de La Harpe que je souhaitais me
tromper, mais que je ne pouvais me défendre de la pensée que l'empereur
Alexandre avait banni de son coeur tout sentiment de générosité, qu'il
avait épousé de nouveau tous les projets qu'il avait formés en 1805,
lorsqu'il s'était fait le moteur de l'agression dont nous avions failli
être les victimes, et que, quoi qu'il m'eût paru les avoir franchement
abandonnés après Tilsit, il était à croire qu'il les avait repris.
J'ajoutai qu'avant de faire la guerre de 1812, l'empereur Napoléon
n'avait pas cessé de témoigner à l'empereur Alexandre son désir de ne
pas rompre une harmonie qui avait été heureusement rétablie, et
qu'assurément, dans la situation où les événements l'avaient jeté, ce ne
serait pas lui qui apporterait des obstacles à la paix.

M. de La Harpe défendait l'empereur Alexandre d'un soupçon aussi
injurieux; il en disait sa manière de penser franchement, et a dû bien
réfléchir à notre entretien depuis que les événements ont justifié mes
conjectures.

Avant de quitter la capitale, l'empereur voulut terminer l'organisation
de la garde nationale de Paris, qu'il s'était décidé à appeler aux
armes. Cette question était le sujet de fréquentes discussions et de
beaucoup d'objections, en ce que tout le monde observait que la garde
nationale de Paris avait été le moyen le plus puissant dont les
agitateurs politiques n'avaient cessé de disposer pendant la révolution,
et qu'il était dangereux de le leur remettre de nouveau entre les mains.
À la vérité la situation n'était pas la même; de plus on se flattait que
les temps étaient changés. Sous ce dernier rapport on était dans une
trop grande sécurité; mais la nécessité où l'on était d'avoir recours à
la population pour la défense de la capitale, faisait que l'on s'abusait
sur quelques vérités dont au fond l'on était convaincu; d'ailleurs on
était moins opposé à la levée de la garde nationale de Paris,
qu'embarrassé de la composer d'hommes qui ne laissassent rien à craindre
en cas d'agitation, et qui fussent disposés à la fois à défendre leurs
murailles et à faire respecter leurs domiciles.

Ces deux qualités étaient à peu près impossibles à réunir, parce que
l'espèce d'hommes qui convenait à la défense de la ville, était celle
qui est toujours généreuse, qui prodigue ses efforts et son sang; c'est
la moins opulente, celle qui n'a rien à perdre, et chez laquelle
l'honneur national parle toujours haut; mais on la considérait comme
dangereuse pour la classe opulente et les propriétaires, et on était
d'avis de l'éloigner de la formation des cadres.

Les opinions étaient tellement partagées là-dessus que l'empereur ne
voulut ni renoncer à l'emploi d'un moyen dont il avait besoin, ni le
mettre en usage sans avoir entendu d'avance tous les avis et jugé
lui-même les différences qu'il y avait entre toutes les opinions. Il
réunit à ce sujet un conseil privé qui était composé comme ceux dont
j'ai déjà eu occasion de parler; il était d'environ dix-huit ou vingt
personnes [21]. L'empereur y posa la question de la nécessité de lever
la garde nationale de Paris, et laissa un libre cours à toutes les
observations qui furent développées sur les inconvénients qui pourraient
résulter du réarmement de cette partie de la population. On parla
beaucoup sur ce point; on rappela tout ce que la garde nationale de
Paris avait fait aux époques marquantes de la révolution, et l'on était
généralement de l'avis de ne la point armer, à quoi l'empereur répondait
qu'il y avait nécessité absolue, que conséquemment les observations ne
devaient porter que sur le choix à mettre dans sa composition, mais que
sa réunion était urgente.

[21: Les princes de la famille, les trois dignitaires, les ministres,
les ministres d'État, les présidents des sections du conseil d'État, le
président du sénat, le grand-maître de l'université, le premier
inspecteur de la gendarmerie.]

Il laissa encore parler une bonne heure, puis il mit la proposition aux
voix; une chose remarquable, c'est que tous les membres du conseil, qui
avaient acquis de la célébrité dans la révolution, furent d'abord d'avis
de ne point lever la garde nationale de Paris, et qu'ensuite, obligés de
se rendre sur ce point, ils conseillèrent de ne point mettre de choix
dans la composition des cadres. Les autres membres du conseil opinèrent
pour la levée de la garde nationale, en surveillant la nomination des
chefs qui devaient commander cette milice urbaine. L'empereur adopta cet
avis; il ordonna en conséquence la mise en activité de la garde
nationale de Paris: je n'eus plus qu'à exécuter des dispositions qui
avaient été prises à l'avance. Il était trois heures du matin lorsque le
conseil se sépara.



CHAPITRE XXVII.

M. de Talleyrand.--L'empereur refuse de le faire enfermer.--Propos qu'on
lui attribue.--Présentation des officiers de la garde nationale.--Le roi
de Rome.--Allocution de l'empereur aux officiers de la garde
nationale.--Effet qu'elle produit.


On ne cessait d'entretenir l'empereur des menées de M. de Talleyrand; on
précisait des faits, on indiquait des intrigues; on faisait remarquer
les fatales conséquences que trop de longanimité pouvait avoir.
L'empereur écoutait, s'indignait de l'audace du diplomate, sans pouvoir
se décider à sévir. La question lui paraissait trop grave pour être
résolue autrement que par la victoire, il crut sans doute pouvoir
laisser aller des intrigues que la fortune étoufferait. Un homme qui lui
était tout dévoué, essaya de le faire revenir de cette erreur. «Vous
n'avez pas de faits, à la bonne heure; mais vous ne pouvez, lui dit-il,
vous faire illusion sur les projets qui roulent dans sa tête. L'occasion
est trop forte, il y succombera. Quand M. de Sartine voyait approcher
une fête, une cérémonie qui devait attirer la foule, il mandait les
personnages équivoques que contenait sa vigilance: «Je n'ai pas de
reproche à vous faire, leur disait-il, mais demain peut-être vous en
mériteriez. L'habitude pourrait reprendre son empire, vous succomberiez
à la tentation; je serais obligé de sévir; pour vous et pour moi,
prévenez une chute fâcheuse, et rendez-vous à telle maison d'arrêt.» Ils
obéissaient, tout se passait avec calme, et personne n'était compromis.
L'empereur applaudit à l'expédient sans vouloir l'employer. «Jamais,
dit-il au dignitaire qui le lui insinuait, jamais je ne donnerai les
mains à la perte d'un homme qui m'a longtemps servi.» En revanche, il ne
lui épargna pas les reproches. Un jour, après la messe, M. de Talleyrand
étant dans le salon où étaient aussi M. l'archi-chancelier, le prince de
Neufchâtel et moi, l'empereur s'échauffa, et lui dit les choses les plus
amères. M. de Talleyrand soutint cette pénible scène avec sang-froid;
l'empereur fut sur le point d'adopter les mesures violentes qu'il avait
repoussées jusque-là. «Nous allons voir, dit-il dans un mouvement de
vivacité: faites entrer M. de Bassano.»

Malheureusement le duc était sorti; on ne le trouva point, l'empereur se
calma, et le prince de Bénévent en fut quitte pour l'orage qu'il venait
d'essuyer. Mais le souverain avait laissé échapper des paroles de colère
contre lui: les rapports ne s'arrêtèrent plus; chaque jour, il lui
revenait quelque propos coupable. La chose en était venue au point que,
le lendemain du jour où l'on avait tenu le conseil relatif à la mise en
activité de la garde nationale, on lui rapporta un prétendu propos de
bourse qui avait fait un moment baisser les fonds. On racontait
qu'immédiatement après la sortie du conseil, il avait été dit chez M. de
Talleyrand, qu'il n'y avait que les jacobins qui n'avaient pas voulu que
l'on armât les citoyens de Paris, parce qu'ils se proposaient encore de
faire des leurs. Ce propos pouvait bien être vrai; mais il n'avait
certainement pas été tenu par M. de Talleyrand, dans la circonstance où
on le lui attribuait. Je voulus m'assurer du fait, et il fut constaté
que, lorsqu'il était rentré, c'est-à-dire à trois heures du matin, il
n'y avait plus personne chez lui [22], qu'il se coucha en arrivant, et
que le lendemain la bourse était fermée avant que l'on eût ouvert les
rideaux de son lit.

[22: Ce fut madame de Brignolet qui sortit la dernière du salon de M. de
Talleyrand, plus d'une heure avant qu'il revînt des Tuileries.]

Après la scène dont je viens de rendre compte, M. de Talleyrand ne fut
plus autorisé à rien attendre de l'empereur. Il brûla ses papiers, fit
disparaître tout ce qui pouvait le compromettre, et redoubla d'efforts
pour échapper au sort que ses menées lui avaient fait.

L'empereur resta encore dix ou douze jours à Paris pour recevoir le
serment de fidélité des officiers de la garde nationale. La cérémonie
eut lieu dans le salon dit des Maréchaux.

Pendant la messe, madame de Montesquiou, gouvernante du roi de Rome,
reçut ordre de porter ce jeune prince dans l'appartement de l'empereur.
Elle le fit; l'office divin continua, et, quand il fut près de sortir de
la chapelle, l'empereur l'envoya de nouveau avertir d'amener l'enfant
jusqu'à la porte du salon qui communique immédiatement à celui des
Maréchaux, et de faire en sorte d'entrer dans celui-ci en même temps
qu'il y entrerait lui-même, en venant de la chapelle par la porte
opposée.

La messe achevée, l'empereur emmena l'impératrice, qui d'ordinaire
marchait avant lui. Il entra dans le salon des Maréchaux; la porte
opposée à celle par laquelle il arrivait s'ouvrit, et l'on vit entrer
madame de Montesquiou, qui portait le jeune roi sur ses bras; personne
n'était prévenu, et on ne devinait pas ce que cela voulait dire.

L'empereur le fit poser à terre, et le prenant par une main, tandis que
sa mère le tenait de l'autre, il s'avança au milieu du cercle des
officiers de la garde nationale, qui garnissaient le pourtour du salon
des Maréchaux; la singularité de ce spectacle, autant que le respect
qu'il imprimait, avait établi un silence absolu.

L'empereur parla en ces termes: «Messieurs les officiers de la garde
nationale de la ville de Paris, j'ai du plaisir à vous voir réunis
autour de moi. Je compte partir cette nuit pour aller me mettre à la
tête de l'armée. En quittant la capitale, je laisse avec confiance au
milieu de vous ma femme et mon fils, sur lesquels sont placés tant
d'espérances. Je devais ce témoignage de confiance à tous ceux que vous
n'avez cessé de me donner dans les époques principales de ma vie. Je
partirai avec l'esprit dégagé d'inquiétudes, lorsqu'ils seront sous
votre garde. Je vous laisse ce que j'ai au monde de plus cher après la
France, et le remets à vos soins.

«Il pourrait arriver toutefois que, par les manoeuvres que je vais être
obligé de faire, les ennemis trouvassent le moment de s'approcher de vos
murailles. Si la chose avait lieu, souvenez-vous que ce ne pourra être
l'affaire que de quelques jours, et que j'arriverai bientôt à votre
secours. Je vous recommande d'être unis entre vous, et de résister à
toutes les insinuations qui tendraient à vous diviser. On ne manquera
pas de chercher à ébranler votre fidélité à vos devoirs, mais je compte
sur vous pour repousser toutes ces perfides instigations.»

L'empereur était ému en parlant aux officiers de la garde nationale, et
il était au moment de terminer son discours, lorsque, prenant lui-même
son fils entre ses bras, il le promena ainsi devant le cercle des
officiers de la garde nationale, qui ne purent résister à ce spectacle,
et qui éclatèrent par des milliers de cris de _vive l'empereur! vive
l'impératrice! vive le roi de Rome!_ Il resta longtemps au milieu d'eux
après que l'impératrice et le roi de Rome furent rentrés dans leur
appartement; il ne pouvait qu'être satisfait et plein d'espérances, en
voyant tant d'élan; dans le fait, les idées de tout ce qui était là
étaient bien éloignées de ce qu'on a vu arriver moins de deux mois et
demi plus tard.

Le soir, l'empereur avait chez lui les personnes qui jouissaient de la
faveur des entrées particulières, c'était le 21 janvier 1814; il se
retira de bonne heure, en disant à ceux qui étaient près de lui: «Au
revoir, messieurs; nous nous reverrons peut-être.» J'avais l'honneur
d'être chez lui ce soir-là: il m'accabla de tristesse, parce qu'il me
fit l'effet de quelqu'un qui fait un dernier adieu.

La régence et son conseil avaient été organisés dans la même forme que
pendant la campagne précédente; l'empereur partit à minuit pour se
rendre à Châlons-sur-Marne.

À aucune époque de l'histoire, la France ne s'était trouvée dans une
position aussi critique; il est inconcevable qu'avec une armée aussi peu
considérable, l'empereur ait tenu en échec pendant autant de temps des
forces ennemies qui n'avaient qu'à marcher franchement pour arriver à la
capitale, et il faut croire que si elles ne l'ont pas fait d'abord,
c'est parce qu'elles voulaient faire concorder les progrès de leurs
opérations militaires avec quelques projets de désorganisation du
système de gouvernement qui était établi en France. J'ai toujours cru
particulièrement que l'empereur avait pénétré leurs desseins sous ce
rapport, et que c'était là en grande partie la raison pour laquelle il
n'avait jamais voulu croire à aucune disposition de paix de leur part,
comme aussi j'ai cru m'apercevoir que c'était alors qu'il regrettait de
ne l'avoir pas faite à Dresde avant que l'empereur de Russie eût acquis
cette influence qui l'avait rendu l'arbitre des volontés de toutes les
puissances de l'Europe.

À peine le ministre anglais Castlereagh avait-il quitté l'Angleterre
pour se rendre à l'armée alliée, que l'on vit les princes de la maison
de Bourbon se mettre en mouvement. M. le comte d'Artois suivit la même
route que M. Castlereagh, et vint jusqu'à Vesoul, en Franche-Comté; son
fils aîné, M. le duc d'Angoulême, vint par mer au quartier-général du
marquis de Wellington, qui était à Saint-Jean-de-Luz, près Bayonne; et
son second fils, M. le duc de Berry, vint à l'île de Jersey sur la côte
de Normandie et de Bretagne. La présence de ces princes sur le
territoire donna à penser sérieusement sur les projets des ennemis,
comme aussi elle fournit la preuve de la résolution où l'on était de ne
point se prêter aux instances des ennemis pour un changement de
gouvernement.

Il y avait avec chacun des princes un ou deux Français émigrés, qui
essayaient de leur faire des partisans, et de réchauffer dans les
esprits l'ancien attachement des Français pour la maison de Bourbon;
mais ils n'obtenaient aucun succès, comme on le verra par les détails
que je vais donner.

Ils avaient si peu de partisans en France, que tout le monde
s'empressait de les desservir sous main. M. de Talleyrand lui-même était
un de ceux qui étaient le plus assidus à m'envoyer tout ce qu'il
apprenait des alentours de M. le comte d'Artois, et des mouvements que
se donnait le marquis de Lasalle, qui était en exil à
Châtillon-sur-Seine, d'où il courait toute la Bourgogne pour l'agiter.

J'étais parvenu à avoir un agent très près du duc d'Angoulême, et
j'avais connaissance de presque tous les rapports qu'il adressait au
roi; assurément ils n'étaient pas satisfaisants, et ne présentaient pas
grande espérance. L'empereur fut informé de cet état de choses, et il
fit sans doute demander à Châtillon des explications sur une conduite
qui devait faire suspecter les intentions où on lui disait être de
vouloir la paix. Il paraît qu'il fut écouté, puisqu'on lui fit répondre
que les alliés avaient signifié aux princes de la maison de Bourbon
l'ordre de se retirer. Ces menées eurent un effet fâcheux pour les
alliés; on entrevit leurs intentions, on perdit la confiance que l'on
avait eue jusque-là dans leur langage, et vraisemblablement si l'on
avait obtenu un succès, que l'on eût eu un peu de temps, on aurait
réveillé la nation, qui commençait à s'apercevoir que les ennemis la
trompaient.

Schwartzenberg s'avançait sur Paris par la route de Bourgogne, Blucher
arrivait par celle de la Champagne. J'eus peur pour le pape, qui était
encore à Fontainebleau, et je me hâtai de demander à l'empereur la
conduite que je devais tenir dans cette circonstance.

L'empereur venait d'apprendre de nouveaux détails sur la conduite du roi
de Naples, qui avait joint ses troupes à celles des Autrichiens, et qui
marchait lui-même contre le vice-roi d'Italie. Il m'ordonna de faire de
suite repartir le pape et les cardinaux pour Rome, en évitant de les
faire passer par des contrées déjà occupées par les alliés, et d'écrire
au vice-roi d'Italie, ainsi qu'au prince Borghèse, pour leur faire part
de cette disposition. Le saint Père passa par le Berri et Toulouse, puis
Avignon, Grenoble, Chambéry. Les cardinaux le suivirent. Tout ce cortège
fut remis aux avant-postes autrichiens vers Parme, et arriva juste à
Rome pour en expulser toutes les autorités napolitaines; l'opération
était bonne, mais elle aurait dû être faite deux mois plus tôt.



CHAPITRE XXVIII.

Arrivée de l'empereur à l'armée.--Affaire de Brienne, de Champeaubert,
etc.--Prise de La Fère, de Soissons.--Le maréchal Victor.--Conséquences
de son inaction.--Nouvelle députation des traîtres à l'empereur
Alexandre.--Situation de Paris.


L'empereur, en arrivant à Châlons, avait fait attaquer de suite l'armée
prussienne, qui s'avançait par la route de Toul, et il l'avait menée
battant jusqu'au-delà de Saint-Dizier; mais pendant ce mouvement,
l'armée russe et autrichienne qui s'avançait par la route de Troyes,
poussa jusqu'au confluent de l'Yonne et de la Seine, passa la première
de ces rivières sur le pont de Montereau, et poussa un corps de huit à
dix mille hommes jusqu'à Fontainebleau, où il entra.

Les troupes que l'on avait tirées de l'armée d'Espagne se trouvaient
heureusement au moment d'arriver. On leur envoya l'ordre de traverser
Orléans et Étampes, pour passer sur la route de Paris à Fontainebleau;
les ennemis ne les attendirent pas, ils se retirèrent par le même chemin
qu'ils étaient venus.

L'empereur, après avoir poussé au-delà de Saint-Dizier, fit une marche
par sa droite pour venir tomber sur les derrières de tout ce qui s'était
avancé sur Paris par la route de la Bourgogne; les ennemis avaient
eux-mêmes fait un mouvement pour venir à sa rencontre, et il y eut un
combat très sérieux à Brienne, qui fut emporté sur les ennemis, qui le
reprirent presque aussitôt. Il y eut un désordre et un incendie presque
total de Brienne, à la manière des Russes. La résistance que l'on trouva
à Brienne fit perdre à l'empereur un temps qu'il espérait employer à
d'autres opérations. Le corps du général Blucher s'était réorganisé; il
n'avait pas été très maltraité, il se porta de nouveau sur Châlons, où
il prit l'ancienne route de Paris, qui mène par Étoge et Montmirail.
Cela obligea l'empereur à se rapprocher de la Seine, pour avoir au moins
un de ses flancs à couvert. Dans cette position, il fut joint par les
troupes qui venaient d'Espagne; c'est avec elles et sa garde qu'il
partit à l'improviste, en laissant les maréchaux Macdonald et Oudinot
pour imposer aux ennemis. Il passa par la traverse de Coulommiers à
Sézanne, et vint prendre en flanc les corps russe et prussien qui
étaient en pleine marche sur Paris. Ce fut ce mouvement qui donna lieu
aux deux actions de Champeaubert et de Montmirail, où l'empereur mit en
pièces le corps russe de Sacken, ainsi qu'un corps prussien, qui sans
cela auraient pu être à Paris le 15 février. Il les poursuivit
jusqu'au-delà de Château-Thierry. On fit, dans ces deux journées, dix à
douze mille prisonniers, que l'on amena à Paris. La population des
cantons sur lesquels on s'était battu se livra à toute sorte de fureurs
et de vengeances sur les ennemis épars; elle en fit un grand massacre,
et il n'y a nul doute que, si l'on avait eu des armes à donner, il en
aurait été de même d'un bout de la France à l'autre.

Les ennemis se retirèrent de Château-Thierry, partie sur Épernay, d'où
ils gagnèrent Châlons, et partie sur Soissons, qui venait d'être enlevé.
Les troupes ennemies qui avaient passé le Rhin vers Wesel et Cologne,
après avoir traversé la Belgique, étaient entrées en France par Liège et
Beaumont, s'avançaient par Rethel, Reims et Soissons. L'empereur avait
ordonné qu'on armât cette dernière place, qui depuis plus de deux
siècles n'était plus regardée comme un poste militaire. On y avait mis à
la hâte quelques pièces de canon que l'on avait tirées de La Fère, et, à
l'aide de quelques palissades, on avait organisé une défense passable;
mais déjà le mauvais génie était dans nos armées: partout où l'empereur
n'était pas, nous ressemblions aux armées que nous avions si souvent
dissipées comme de la poussière.

Les ennemis s'approchèrent de l'Aisne; ils sommèrent la place de La
Fère, qui se rendit en effet, sous le prétexte inconcevable qu'elle
n'était point une place de guerre, mais une école d'artillerie; qu'elle
ne devait pas compromettre les habitants ni leurs propriétés par une
défense que ne comportaient ni le rang ni l'état de la place. Les
ennemis y trouvèrent de quoi venir réduire Soissons, qu'ils prirent de
vive force et livrèrent au plus affreux pillage. Cet événement contraria
beaucoup l'empereur; il y marcha sur-le-champ, parce qu'il était encore
sur les lieux. Il y remit une garnison avec du canon, et partit de suite
à marches forcées pour déborder le flanc droit de la grande armée
ennemie, qui s'était portée en avant aussitôt qu'elle avait su
l'empereur parti pour Montmirail. Les deux maréchaux chargés de la
contenir avaient sagement pris le parti de se retirer sans se
compromettre. L'empereur les joignit vers Provins; il fit attaquer
Montereau-sur-Yonne, l'emporta de vive force, fit rétablir le pont et
poursuivre l'ennemi avec vigueur sur la route de Sens. Pendant ce
temps-là, le corps du maréchal Victor, qui, par la direction qu'on lui
avait donnée, arrivait à Bray-sur-Seine, au-dessous de Nogent, avait
ordre de passer la rivière tout en arrivant, et de se porter sur la
grande route de Sens, déjà obstruée par les colonnes ennemies, qui se
retiraient. Il n'y a nul doute que, si ce corps d'armée avait exécuté ce
qui lui avait été ordonné, la grande armée ennemie aurait été mise dans
un désordre affreux, et aurait perdu un nombre prodigieux de
prisonniers. Les officiers d'état-major de l'armée ennemie en sont
convenus eux-mêmes quelque temps après, et ont même ajouté qu'il y avait
eu un moment d'hésitation si l'on n'ordonnerait pas de se rapprocher du
Rhin; mais que, lorsqu'on vit que les troupes françaises qui devaient
agir sur la haute Seine ne la passaient pas, on avait pris le parti de
suspendre toute résolution de retraite, et que l'on était parvenu à
remettre de l'ordre dans l'armée.

On m'a rapporté depuis que ce fut à ce moment-là qu'il arriva au
quartier-général de l'empereur Alexandre une nouvelle députation des
traîtres dont une ville comme Paris a toujours le malheur d'être
empoisonnée; on m'a dit que l'empereur Alexandre avait hésité à se
prêter aux vues qu'on lui proposait, tant cela lui paraissait odieux.

Pourquoi le corps du maréchal Victor n'a-t-il pas fait son devoir? Ce
n'est pas sans doute par mauvaise intention, mais bien probablement, ou
pour le dire sans contester aucune des bonnes qualités de ce général,
parce qu'il n'était pas pénétré de la position des ennemis, ni de celle
de l'empereur, ni par conséquent de l'importance du service qu'il
pouvait rendre. En portant rapidement ses troupes au-delà de la Seine,
sur la ligne de retraite des ennemis, il aurait décidé leur mouvement
rétrograde: en suspendant le sien, il a arrêté celui des ennemis, et
rendu celui de l'empereur sans effet.

Il faut aussi compter pour quelque chose la lassitude universelle où
chacun était, laquelle faisait que l'on était devenu insensible à tout;
l'on ne jugeait plus de ce qu'on pouvait faire, on ne comptait plus que
le temps que pouvait durer encore une agonie à laquelle on ne voyait
aucun remède.

Cette inactivité du corps du maréchal Victor donna de l'humeur à
l'empereur, qui disait tout haut: «On ne m'obéit plus, on ne me craint
plus, il faudrait que je fusse partout.»

Elle eut encore une conséquence plus funeste, non seulement en ce
qu'elle rendit de nul effet le mouvement offensif dans lequel ce corps
jouait un rôle principal, mais encore parce qu'il restait à l'empereur
si peu d'occasions pour combiner d'autres opérations décisives, qu'il
était doublement à regretter que le corps d'armée n'eût pas été confié à
des mains plus habiles dans la circonstance qui venait d'échapper. La
non réussite de cette entreprise sur la haute Seine était le cachet de
notre impuissance, parce que les derniers moyens qui nous restaient y
avaient été employés. Aussi on se hâta de conclure un armistice qui ne
devait durer que quelques jours, et, comme l'on n'apercevait pas du côté
des ennemis la nécessité d'une mesure semblable, on se berça encore de
nouvelles espérances de paix. On se flatte aisément de ce que l'on
désire, et on ne voyait pas un individu qui ne la demandât à grands
cris. J'ai ouï dire à l'officier-général français qui avait été chargé
de régler les conditions de cet armistice, que, s'il avait eu là les
pouvoirs de traiter la paix, il aurait encore obtenu la frontière du
Rhin et les sommités des Alpes. Pendant cet armistice, on ramassait les
jeunes soldats épars qui, pendant les mouvements perpétuels de ces
marches forcées, avaient quitté les colonnes; on rassemblait tout ce qui
se trouvait dans les dépôts, en un mot on réorganisait le mieux possible
tout ce qui avait besoin de l'être.

C'est le moment de parler de l'état politique dans lequel se trouvait
Paris.

Nous étions alors dans les premiers jours de mars; nos troupes étaient,
à peu de chose près, sur l'Oise d'un côté, et sur l'Aube de l'autre.

Cette occupation du territoire national par les troupes étrangères avait
fait refluer sur Paris une quantité prodigieuse de monde: 1° tous les
fonctionnaires et employés des administrations; 2° les familles
françaises qui, ayant cru pouvoir s'établir dans des pays réunis à la
France depuis près de quinze ans, en étaient parties à l'approche des
ennemis, et s'étaient successivement retirées jusque sur la capitale; 3°
les indigènes de ces mêmes pays qui, ayant épousé chaudement les
intérêts de la France, pensaient avoir quelque chose à craindre de
l'esprit de parti et de réaction, et avaient suivi les premiers.

La terreur dont il n'était pas possible de guérir l'esprit de ceux qui
en étaient atteints en avait aussi poussé un grand nombre d'autres sur
leurs traces; tous les individus qui avaient été éloignés de Paris par
des mesures administratives y étaient rentrés à la faveur de ce
désordre, en alléguant avec raison qu'on aurait pu leur imputer à crime
d'être restés dans un pays occupé par les ennemis, et saisir ce prétexte
pour rendre leur position plus mauvaise encore. Ce fut là le motif dont
se servit M. l'archevêque de Malines pour quitter son diocèse, et il
avait raison, cela lui était d'ailleurs ordonné. En même temps que les
individus qui avaient été éloignés de Paris y rentraient, ceux qui
avaient reçu ordre de quitter la Belgique pour des motifs semblables
profitaient de cette occasion pour y rentrer aussi; de manière qu'il en
résultait un double mal. Les départements de l'est et du midi où les
troupes ennemies avaient pénétré offraient les mêmes inconvénients.
L'administration était à peu près sans force; on lui rendait compte de
tout, mais on éludait ceux de ses ordres qui pouvaient engager une
responsabilité que l'on craignait déjà de compromettre, tant l'on
regardait la chute de l'empereur comme probable; les esprits
s'occupaient moins de la position des affaires intérieures que de
chercher à démêler leur avenir à la suite des progrès des ennemis,
auxquels on ne voyait plus de moyens de résister.

L'arrivée du comte d'Artois à Vesoul paraissait avec raison ne devoir
pas être étrangère aux projets ultérieurs des alliés, et quoique l'on
eût dit qu'il avait été invité par ces mêmes alliés à s'éloigner, l'on
ne fut pas plus calme, parce que l'on apprit presque aussitôt son retour
dans cette ville. L'on savait de même la présence du duc d'Angoulême au
quartier-général de l'armée anglaise à Saint-Jean-de-Luz; mais le peu
d'égards qu'avait pour lui le général en chef de cette armée, chose dont
tous les habitants de ces contrées étaient témoins, suffisait pour
empêcher que l'on crût qu'il entrait dans les projets des puissances
étrangères de renverser le gouvernement établi en France, pour y
replacer l'ancienne dynastie, dont on n'avait l'air de se servir que
comme d'un moyen politique.

Un hasard extraordinaire avait mis à ma disposition un agent français,
que M. de Blacas, qui était à Londres, avait envoyé à travers la France
à M. le duc d'Angoulême. J'avais eu avis de son voyage par Londres même,
je l'avais fait arrêter; il avoua tout, et, pour se mieux sauver, il
prit le parti de gagner de l'argent des deux côtés. Je le laissai aller
et venir autant qu'il voulut, mettant beaucoup plus d'importance à
savoir ce qui se rattachait au duc d'Angoulême, qu'à ce qu'il pouvait
lui rapporter de l'intérieur de la France. Cela ne pouvait pas avoir un
grand intérêt pour un prince qui n'avait de moyens que l'armée ennemie.
C'est par cette voie que j'ai eu connaissance de la plupart des rapports
que le duc d'Angoulême adressait au roi, à Londres, où ce prince était
encore, et comme je ne pouvais pas supposer qu'il le trompait, je voyais
par ces rapports combien le duc d'Angoulême avait peu d'espoir de
réussir, et combien il se louait peu de l'accueil qu'il rencontrait
partout, sans omettre même le général en chef Wellington. C'est par ces
mêmes rapports que j'appris que MM. Ravez et Lainé n'osaient même pas
aller chez M. le duc d'Angoulême pendant le jour, et que, si M. de la
Rochejaquelein ne leur eût ménagé une entrée furtive la nuit, par une
fenêtre, ils n'auraient osé le faire. Ce qui me faisait prendre
confiance dans ces rapports, c'est que le général Wellington lui-même
avait dit à Saint-Jean-de-Luz, en parlant du duc d'Angoulême, qu'il
n'avait reçu aucune instruction de son gouvernement pour favoriser la
guerre civile en France, qu'il ne prêterait jamais les mains à
l'exécution d'un projet qui exposait particulièrement les citoyens aux
plus grands malheurs, d'autant plus que l'on traitait toujours à
Châtillon; mais que, si la paix ne suivait pas cet armistice, ce serait
alors que l'on ferait bonne guerre à l'empereur.

Je laissais parvenir très exactement à Londres les rapports qui étaient
adressés de Saint-Jean-de-Luz au roi, après toutefois en avoir tiré des
copies que j'envoyais à l'empereur. Par toute la France on gémissait,
mais l'on était tranquille; on attendait tout des événements contre le
cours desquels on ne pouvait rien.

En Bretagne, et même dans les départements de l'ouest, il ne se passait
rien contre l'ordre de choses sous lequel on vivait depuis la fin de la
guerre civile, ni contre l'obéissance que l'on devait au gouvernement.
Cependant M. le duc de Berri était à Jersey, près des côtes de Bretagne;
et comme depuis longtemps il y avait un espionnage organisé entre les
côtes de Saint-Malo et les îles soumises à l'Angleterre, on aurait connu
d'une manière positive tout ce qui aurait pu se pratiquer autour de ce
prince de la part des anciens chefs du parti royaliste dans cette
province: mais, d'après ce que j'ai appris depuis, il y avait longtemps
que le commissaire général de police trahissait son devoir, et néanmoins
il ne sut point exciter de mouvement. Là, comme ailleurs, on attendait
les événements, et on ne se souciait pas de s'exposer à des malheurs
particuliers avant de savoir quelles seraient les probabilités du succès
d'une nouvelle entreprise.

La province même, dans laquelle se trouvait M. le comte d'Artois ne
s'agitait point, et les hommages qu'on lui rendait n'étaient que ceux
qu'on ne pouvait pas lui refuser sans se compromettre, parce que, dans
cette province, où l'on avait vu défiler les armées ennemies, on pouvait
juger bien mieux que partout ailleurs de leur supériorité; et si l'on ne
se déclarait pas davantage en faveur de l'ancienne dynastie, c'est que
les souverains alliés ne s'étaient pas encore prononcés. Paris était
alors livré à des inquiétudes beaucoup plus grandes que celles qu'il
avait jamais connues. Comment la politique n'aurait-elle pas été le
sujet de toutes les conversations? Dans cette circonstance, pouvait-on
cacher à cette nombreuse population ce dont elle était menacée? En
s'entretenant de ce sujet, on exagérait les dangers de la mauvaise
situation dans laquelle on se trouvait, et l'on ne s'arrêtait à rien de
constant, parce que l'on n'entrevoyait point de moyen de salut.

Il y avait des réunions partout, depuis les salons jusqu'aux boutiques
et aux lieux publics; ce n'était qu'un colportage continuel de tout ce
qui pouvait le plus détériorer le peu d'espoir qui restait peut-être
encore. Toutes ces différentes classes dans lesquelles on a continué de
diviser la population, en réagissant les unes sur les autres, avaient
fait disparaître jusqu'aux traces de l'énergie dont on avait si grand
besoin.



CHAPITRE XXIX.

État de la capitale.--Contes divers.--Comités.--Complot contre la vie de
l'empereur.--Le secrétaire de M. d'Albert.--M. de Vitrolle.--Calcul de
M. Anglès.--L'empereur Alexandre et le général Raynier.


La capitale, comme je l'ai dit, était devenue à peu près le seul point
où on était encore à l'abri des irruptions des troupes légères et de
tous les maux qui les accompagnent. Dans un rayon de plus de trente
lieues autour de Paris, on était venu y mettre à couvert sa famille, son
mobilier et tout ce que l'on avait de précieux, et enfin les habitants
des campagnes les plus voisines avaient fait entrer en ville jusqu'à
leur bétail; les faubourgs en étaient remplis. Les logements étaient
devenus rares; dans toutes les maisons, on pratiquait des cachettes où
l'on enfermait tout ce que l'on croyait exposé à une spoliation.

Que l'on se figure les contes vrais et faux qui circulaient au milieu
d'un tel état de choses, que l'on y ajoute les propos des halles et
marchés, des rues, des places publiques et des oisifs, et l'on aura une
juste idée de la situation dans laquelle était Paris. La surveillance
était inutile, parce que l'action des surveillants ne pouvait être
suivie d'aucun effet. Les mesures coercitives eussent fait éclater une
insurrection; et c'était bien le moindre soulagement que l'on pouvait
donner à tant de monde qui souffrait, que de lui laisser le droit de se
plaindre. Il y avait plus de motifs qu'il n'en fallait pour justifier
des arrestations; mais pour être juste, il aurait fallu arrêter tant de
monde que les prisons, eussent-elles été doubles, n'auraient pas suffi
pour contenir tout ce qui aurait plus ou moins mérité d'y être enfermé.

D'ailleurs j'ai toujours été persuadé que la multitude n'est jamais à
craindre tant qu'il reste une ombre d'autorité. Il y avait quelque chose
qui occupait davantage mon attention.

J'avais appris qu'à l'armée même, et après les succès de Champeaubert,
il s'était manifesté de très mauvais desseins parmi des officiers
supérieurs. Cela était parvenu jusqu'à Paris, où l'on n'espérait déjà
presque plus; c'est seulement depuis ce moment que les hommes,
accoutumés depuis vingt-cinq ans à fomenter des révolutions et à donner
le mouvement dans tous les grands désordres, commencèrent à concevoir de
l'espoir pour l'exécution de ce qu'ils rêvaient depuis nos désastres, et
qu'enfin ils mirent de nouveau les fers au feu, comme ils l'avaient fait
à différentes époques de la révolution, jusqu'au 18 brumaire. Ils
s'occupèrent dès lors à rechercher les éléments de trouble; ils les
échauffèrent; ils recueillaient les mauvaises nouvelles, les
exagéraient, et les répandaient avec art sur les différends points de la
capitale; tout cela était connu de l'administration de la police. Les
mauvaises dispositions étaient trop générales pour qu'elles échappassent
aux esprits les plus bornés, mais aussi elles offraient un champ si
libre aux excitateurs, qu'elles les dispensaient de se faire remarquer
par aucune démarche ou fait particulier qui aurait donné occasion de les
saisir, et de commencer une information qui aurait pu produire un
résultat.

On voyait bien que l'on abandonnait l'empereur, mais on ne remarquait
pas de quel côté ceux-là mêmes qui l'abandonnaient tournaient leurs
regards; ils ne laissaient rien apercevoir parce que l'on traitait
encore à Châtillon, et qu'un mot de là aurait pu détruire tous leurs
projets et les jeter dans la plus fâcheuse des positions.

Je n'ignorais pas l'existence de quelques petits comités dans lesquels
se rendaient M. le duc d'Alberg ainsi que M. Anglès, qui était le chef
du quatrième arrondissement de la police, et qui, au conseil de police,
était celui qui poussait aux mesures extrêmes de répression. Il ne
m'avait pas dit un mot de cette association, mais je n'eus pas besoin de
lui pour être informé que l'on ne faisait qu'y parler, et que l'on
n'agissait pas.

Il n'y avait chez ces messieurs que de la bonne volonté, de laquelle
bien certainement je leur aurais demandé compte, si les choses avaient
pris une tournure différente. Le seul fait duquel ce comité se soit
rendu coupable, c'est, je crois, l'envoi de M. de Vitrolle à l'armée
alliée, pour connaître si, en travaillant pour les Bourbons, on pouvait
espérer d'être appuyé, et ne pas être exposé à perdre la tête.

Cette démarche était prudente, puisque tout ce que l'on pouvait faire
était subordonné à ce que décideraient les alliés, et ce n'était
qu'après s'être mis en communication avec eux, que l'on pouvait
commencer à travailler avec quelque espoir de succès.

J'ai pensé que M. Anglès n'était entré dans cette association qu'avec le
projet de m'en rendre compte, si M. de Vitrolle avait apporté une
réponse peu favorable, et avec celui de profiter de ce que cela aurait
eu d'avantageux dans la supposition opposée. Avant cela M. d'Alberg
avait déjà envoyé son secrétaire particulier à l'armée russe, pour y
joindre M. *** et le général Jomini, avec qui ce secrétaire était lié.
Il arriva au général russe, lorsqu'il était encore à
Francfort-sur-le-Mein, et il marcha avec l'armée ennemie jusqu'au moment
où elle passa le Rhin. Je fus avisé de son retour et je l'envoyai
chercher; il me rapporta beaucoup de particularités qui, sans mériter
une foi absolue, me laissaient suffisamment apercevoir que les ennemis
allaient de nouveau organiser des communications régulières avec Paris.
Mais en même temps je remarquai que ce secrétaire de M. d'Alberg, qui
avait quitté le quartier-général russe, avant l'arrivée de lord
Castlereagh, ne croyait nullement à des projets favorables à la maison
de Bourbon, de laquelle on ne parlait point au quartier-général de
l'empereur Alexandre.

Ce n'était que depuis l'arrivée du ministre anglais que ce projet-là
avait été adopté; c'était aussi pour s'en assurer que M. d'Alberg se
décida à faire partir M. de Vitrolle. M. Anglès savait ce départ, et me
le laissa ignorer. Je fus averti cependant le jour même de son départ,
que l'on envoyait un émissaire au comte d'Artois, mais l'on ne me disait
pas son nom [23]. Il était bien difficile de l'apprendre et de le saisir
en aussi peu de temps. On m'a assuré que le rapport que fit M. de
Vitrolle aux alliés ne fut pas sans influence sur la résolution que prit
l'empereur Alexandre de précipiter du trône l'empereur Napoléon.

[23: La personne qui me dénonçait le départ de Vitrolle, en s'exprimant
ainsi, ne disait pas son nom; seulement elle rendait compte du fait;
cependant elle avait vu M. de Vitrolle, et elle savait toute sa mission;
mais cette personne, qui se disait mon amie, qui reconnaissait tout haut
les obligations qu'elle m'avait, ne voulait pas en dire davantage, parce
qu'elle voyait que l'édifice s'écroulait; et elle voulait se retirer de
dessous, en se réservant les moyens de venir m'achever la dénonciation,
si les affaires eussent mieux tourné.

Ce faux ami a été un des plus acharnés à ma perte, après les événements
du 22 juin 1815, et je l'avais protégé de mon pouvoir et aidé de ma
bourse en 1812.]

M. de Vitrolle était un agent des postes que M. de Lavalette avait placé
par égard pour quelques-uns de ses amis. Depuis l'envahissement de la
France il était devenu pour ainsi dire impossible de communiquer avec
l'Italie, où était encore l'armée du vice-roi. M. de Lavalette avait
imaginé de charger M. de Vitrolle, sur la reconnaissance duquel il
comptait, d'aller organiser une communication régulière avec l'Italie,
en passant par la Suisse et les derrières des armées ennemies.

Vitrolle, qui avait été témoin de l'état d'anxiété de Paris, accepta la
double commission que lui donnèrent Lavalette et le duc d'Alberg qu'il
connaissait; en conséquence, il se chargea de passer d'abord au
quartier-général ennemi, où on l'avait bien adressé, et d'y prendre des
informations précises sur les intentions des souverains alliés, après
quoi il devait, suivant les circonstances, aller exécuter les ordres de
M. de Lavalette, ou se rendre au quartier de M. le comte d'Artois, qui
était alors à Vesoul; dans tous les cas, c'était la route qu'il devait
prendre. C'est en revenant de cette mission qu'il tomba entre les mains
des troupes françaises, d'où il se tira par subterfuge, et fit bien;
mais il ne put être utile à ses commettants, parce qu'il ne rentra à
Paris que lorsque le sort avait déjà prononcé sur l'avenir. Il s'en
fallut peu qu'il ne payât cher la démarche dont il s'était chargé; il
fut arrêté sous le déguisement d'un domestique, que lui avait fait
prendre le prince de Wurtemberg, commandant de l'avant-garde russe, à
laquelle il s'était présenté pour être conduit près de l'empereur
Alexandre. Le prince Paul le faisait conduire par un officier, dont il
passait pour être le domestique, lorsqu'ils furent pris par le général
Piré, qui commandait nos avant-postes; il ne connaissait pas Vitrolle,
et il les envoya au grand quartier-général, où on ne les reconnut pas
non plus d'abord; on n'y avait aucune idée d'une trame de cette espèce.
On venait d'envoyer les prisonniers, lorsqu'arriva au grand
quartier-général M. de Saint-Dizier, officier de la maison de
l'empereur, qui connaissait Vitrolle. Si celui-ci était parti une heure
plus tard, c'en était fait de lui.

Les journaux anglais avaient rendu compte, dans les premiers jours de
mars, de la mission d'un gentilhomme du Dauphiné, envoyé à M. le comte
d'Artois; ils avaient tiré ces détails de la correspondance du
quartier-général russe, où l'on exaltait cette circonstance comme le
présage d'un heureux succès dans les projets ultérieurs, mais ils
avaient mal rendu le nom de Vitrolle; ils l'avaient écrit Vitrieux ou
Vitreux; je cherchai dans tous les cahiers de statistique du Dauphiné,
je ne trouvai pas un nom semblable. Je ne doutais déjà plus que ce ne
fût l'émissaire dont on m'avait annoncé le départ, mais ma pensée ne
s'arrêta pas sur M. de Vitrolle, que je savais être employé aux postes,
et en commerce de société assez habituel avec M. de Lavalette et M.
Pasquier, qu'il voyait chez madame de Vaudemont.

Dans tous les cas, la prise d'un tel homme n'aurait pas produit un bien
grand résultat; sa mission ne pouvait être d'aucune utilité; elle ne
tenait encore qu'à de l'obscure intrigue. J'ai toujours cru que M. de
Talleyrand en avait été instruit, mais il ne l'avait pas vu avant son
départ; j'expliquerai cela tout à l'heure.

Au milieu de cet état de dissolution apparente et déjà réelle, le
général Reynier rentra à Paris; il avait été, comme l'on sait, fait
prisonnier à la bataille de Leipzig, et venait d'être échangé; il avait
passé par le quartier-général des souverains alliés, auxquels il avait
eu l'honneur d'être présenté avant d'être renvoyé au quartier-général de
notre armée.

L'empereur d'Autriche, en l'accueillant, lui avait dit de conseiller à
l'empereur de profiter des leçons que lui-même avait reçues de lui; de
suivre son exemple, en traitant à tout prix, qu'autrement lui, empereur
d'Autriche, ne pourrait plus rien en faveur de sa fille et de son
petit-fils.

L'empereur Alexandre fit particulièrement beaucoup d'accueil au général
Reynier. Celui-ci lui demanda, dans la conversation, s'il ne le
chargerait pas de quelque chose pour l'empereur Napoléon, près de qui il
allait se rendre, et qui saurait qu'il avait eu l'honneur de le voir.
L'empereur Alexandre lui répondit que non, qu'il avait à se plaindre de
lui personnellement, et qu'il ne se sentait aucunement disposé à un
rapprochement de quelque nature qu'il fût.

La conversation s'engagea plus avant, et sur les observations du général
Reynier, que l'empereur était le chef de l'État, l'empereur Alexandre
lui répliqua: Mais ce chef, c'est vous (l'armée) qui l'avez fait, et si
l'on exige de vous que vous en preniez un autre, pourquoi ne le
feriez-vous pas pour vivre en paix avec tout le monde? Le général
Reynier répliqua qu'indépendamment de ce que l'on ne trouverait personne
qui pût remplacer l'empereur, les souverains alliés seraient autorisés à
concevoir bien peu d'estime pour une nation qui abandonnerait si
légèrement un prince qu'elle avait si solennellement proclamé.
L'empereur de Russie répondit qu'il n'y aurait aucun reproche à faire à
la nation puisqu'elle aurait cédé à la force des circonstances; que
quant au choix, il semblait déjà indiqué par le suffrage accordé par
l'empereur à celui de l'armée qu'il considérait, sans doute, comme le
plus capable de gouverner, et il désigna nominativement Bernadotte. Le
général Reynier répondit comme il le devait, sans se permettre aucune
réflexion défavorable au maréchal Bernadotte: il demanda congé, et
revint à Paris, où il me raconta lui-même cette conversation:
Assurément, d'après le rapport du général Reynier, on peut croire sans
invraisemblance que l'empereur de Russie voulait abattre l'empereur
Napoléon. Le langage pacifique qu'on prêtait aux alliés, à Châtillon
n'était qu'une feinte, et il n'est pas juste de dire qu'il a été au
pouvoir de l'empereur d'obtenir la paix à ces conférences. J'en rendis
compte à l'empereur le jour même, et il me fit l'honneur de me répondre
qu'il désirait voir le général Reynier. Ce général partit à franc-étrier
pour arriver plus tôt près de l'empereur [24], mais à la deuxième poste,
il fut attaqué d'un accès de fièvre si violent, qu'on fut obligé de le
ramener à Paris dans un état de transpiration qui fut suivi d'un
refroidissement, et enfin il eut une maladie inflammatoire qui l'emporta
en très peu de jours, en sorte que l'empereur ne le vit pas.

[24: Un autre individu, nommé Thurot, se rendit au quartier-général
russe, et s'y fit passer pour un envoyé du parti ennemi de l'empereur;
on l'y accueillit, et, comme cet homme joignait à la plus honteuse
immoralité beaucoup de perfidie d'esprit, il se fit écouter. Ce Thurot
avait été secrétaire général du ministère de la police, sous le
directoire, jusqu'au 18 brumaire; M. Fouché le renvoya peu après cette
époque: depuis lors, il vécut dans l'intrigue. En 1809, il fut condamné
aux fers pour des affaires d'administration dans la grande armée; peu
après avoir été relevé de ce jugement, il vint à Paris, où il s'était
attaché à M. Anglès. De là il se mit à écrire au cabinet de l'empereur,
sans y être autorisé, sur toutes sortes de matières et d'individus.
L'empereur, révolté de son impudence, me demanda sur ce Thurot un
rapport; pour le faire complet, je le fis arrêter et enlever ses
papiers; ce qui s'y trouva était de nature à être soumis à un conseil
privé, qui le condamna à être détenu dans une prison d'état, comme homme
immoral et dangereux. On le conduisait au lieu de sa détention,
lorsqu'il s'échappa en chemin, et alla au quartier-général ennemi se
donner pour un envoyé du parti ennemi de l'empereur. En 1815, ce même
homme resta à Paris, et s'attacha à un des chefs de l'administration,
pendant que M. Anglès était à Gand. Quel parti servait-il ou
trahissait-il? Je n'en sais rien; mais voilà l'espèce d'hommes qui a eu
une influence sur nos destinées.]

Les armées ennemies étaient si rapprochées de Paris qu'il était
impossible d'empêcher les allées et venues continuelles qui ont lieu à
la faveur des désordres qui accompagnent une armée; d'ailleurs les
communications entre Londres et Châtillon passaient par Paris, d'après
un accord qui avait été fait. On n'ignorait donc guère la supériorité
des alliés ni leurs projets; tout cela rendait la malveillance active,
et rejaillissait sur les provinces. Je n'avais pas attendu que le mal
fût sans remède pour rendre compte à l'empereur de ce que je voyais, de
ce que l'on me rapportait, et de ce que je pressentais, s'il ne faisait
pas la paix à tout prix.

L'armistice n'était point encore conclu, je pouvais craindre que mon
rapport ne tombât entre les mains des ennemis et ne portât à leur
connaissance un état de choses qu'il était du plus grand intérêt de leur
cacher; aussi je n'écrivis point sur une matière aussi délicate, je me
servis de l'occasion du retour à l'armée d'un officier du premier
mérite, connu de l'empereur particulièrement, et je lui répétai jusqu'à
satiété tout ce que je le priai de dire de ma part à ce prince; il
remplit exactement sa commission, j'en ai la preuve.

Enfin, voyant que cela ne produisait rien, je me décidai à écrire à
l'empereur pour lui faire part de mes inquiétudes que je ne croyais que
trop fondées, et je le priai de me permettre de lui donner la dernière
marque de dévouement qu'il allait bientôt être en mon pouvoir de lui
offrir, en le priant de me permettre de rester comme son commissaire à
Paris pendant le séjour que les alliés allaient y faire.

Je lui disais qu'il était inutile de s'abuser sur la suite de ce funeste
événement, mais qu'un homme qui se dévouerait pourrait par son exemple
encourager tous ceux qui ayant la possibilité de mettre leur
responsabilité à couvert derrière son autorité, opposerait du moins de
l'inertie à ce que l'on se proposait de faire, et qu'une première
opposition courageuse dans une pareille circonstance retiendrait bien du
monde dans la voie de l'honneur et ferait parler le devoir. Je fis voir
ma lettre à M. l'archi-chancelier et je la fis aussi voir à M. Pasquier,
qui vint chez moi au moment où je la fermais; j'avais causé avec lui de
tout ce que je craignais, il était persuadé comme moi de tout ce qui
allait arriver; l'empereur me fit l'honneur de me répondre d'une manière
flatteuse sur la proposition que je lui avais faite, mais il ne
partageait pas mes opinions sur ce que je me flattais de pouvoir faire.
Il me disait même que dans mon intérêt il m'ordonnait de ne pas rester à
Paris, et ajoutait que je m'exposerais au plus grand malheur personnel
si je me mettais à la discrétion des ennemis. Je dus donc abandonner mon
projet, parce que si je n'avais pas réussi je n'aurais eu aucune excuse
à donner après avoir éludé un ordre qui m'avait été adressé directement.
Je voyais de tout côté que chacun songeait à soi; on plaignait
l'empereur, mais l'on prenait petit à petit congé de lui. Quelques-uns
des commissaires qui avaient été envoyés dans les départements pour y
réchauffer l'esprit public, ne correspondaient déjà plus, et ne disaient
que ce qu'ils ne pouvaient plus faire. Il n'y avait plus d'énergie nulle
part, l'agonie était complète, il y a même eu de ces messieurs qui ont
cherché à se préparer une position nouvelle en se faisant un mérite
d'avoir éludé les ordres qu'ils avaient reçus des ministres.



CHAPITRE XXX.

Le marquis de Rivière.--Comment on avait songé à lui.--Joseph, ses
communications avec Bernadotte.--Folies qui remplissent la tête des
frères de l'empereur.--Intrigue qui empêche l'armée d'Espagne
d'accourir.--M. de la Besnardière.--M. de Talleyrand, ses menées, ses
insinuations.


Pendant ces pénibles moments, je reçus l'ordre de mettre le marquis de
Rivière en arrestation. Cette mesure était probablement la conséquence
de quelques rapports qui avaient été adressés du Berry, où M. de
Sémonville avait été envoyé comme commissaire. J'ai toujours cru que
c'était lui qui avait provoqué cette mesure, en s'adressant directement
au cabinet de l'empereur; car, en vérité, on avait bien autre chose à
faire à l'armée, qu'à penser à ce que faisait M. de Rivière. Depuis
longtemps on était attentif à saisir toutes les occasions de faire voir
à l'empereur que la surveillance de son ministre de la police était en
défaut, afin que, dans un moment favorable, que l'on guettait, on eût
une masse de petites anecdotes qui déterminassent ce prince à le
changer. J'avais cependant entendu parler de tout ce que faisait M. de
Rivière en Berry, et j'en avais écrit à M. de Sémonville, et à M.
Didelot, qui y était préfet. C'est, je crois, lorsque le premier vit que
j'avais les yeux ouverts qu'il se décida à écrire, pour éviter un
reproche; mais lorsqu'il reçut l'ordre qui en fut la suite, d'arrêter M.
de Rivière, les choses étaient tout-à-fait désespérées: il ne l'exécuta
pas. Je ne cite cette anecdote que parce qu'elle vient à l'appui de ce
que j'ai dit plus haut, et que j'ai lu écrit de la main de M. de
Rivière, «que M. de Sémonville aurait exécuté mon ordre s'il ne lui
avait démontré qu'il servait la cause de Dieu et de la justice.»

J'avoue aussi que je faisais peu d'attention à M. de Rivière, parce que
m'ayant lui-même donné sa parole d'honneur qu'il ne vivrait qu'en
paisible citoyen, je croyais qu'il la tiendrait. Je devais le croire
d'autant plus que, dans le temps de ses plus grands malheurs, il m'avait
dit ces propres paroles: «Monsieur, je me regarde comme tellement obligé
envers l'empereur, que si M. le comte d'Artois lui-même arrivait demain
dans la plaine de Grenelle, à la tête de cent mille hommes, je n'irais
pas le joindre.»

C'est cette réponse de M. de Rivière, que je rapportai à l'empereur, qui
lui valut tous les adoucissements que sa malheureuse position reçut
successivement; car l'empereur a toujours cru à l'honneur de ceux qui
savaient en donner des preuves; il croyait à celui d'un homme qui, après
avoir servi sa cause avec autant de dévouement, disait lui-même qu'il
s'en détachait de bonne foi; dès lors toute espèce de mauvais traitement
n'eût été que barbarie.

Cependant M. de Rivière n'avait pas attendu que M. le comte d'Artois eût
cent mille hommes, ni qu'il fût dans la plaine de Grenelle, puisqu'il
avouait que s'il n'avait pas démontré à M. de Sémonville qu'il servait
la cause de Dieu et de la justice, il aurait été arrêté.

Vers les premiers jours de mars, le prince Joseph avait envoyé (avec la
permission de l'empereur) un agent au prince de Suède, qui venait
d'arriver avec son armée dans les environs de Maubeuge ou de Liège. Il
l'avait envoyé, afin de savoir de lui par quel moyen on pourrait porter
les alliés à accorder la paix à des conditions supportables. Cet agent
était revenu avec une réponse qui ne confirmait que trop les mauvais
pressentiments que l'on avait déjà. Bernadotte annonçait qu'il était
question d'ôter le pouvoir à l'empereur; il engageait à traiter sur ces
bases-là, parce que si les ennemis mettaient le pied à Paris, alors il
n'y aurait plus rien à faire, parce que l'on rétablirait les Bourbons
[25].

[25: Il circula à cette époque des bruits étranges sur le prince Joseph.
On prétendait lui avoir entendu dire que l'empereur ne pouvait plus
faire la paix, mais que lui, Joseph, pouvait l'obtenir avec
l'impératrice. Je n'y ajoutai foi que parce que ce n'était pas la
première fois que je voyais les frères de l'empereur se persuader qu'ils
pouvaient être quelque chose sans lui. Ce qui me surprenait dans la
circonstance dont il s'agit, c'était de voir le prince Joseph donner
dans des illusions de cette espèce; il était moins avantageux que les
autres, et puis il aimait sincèrement son frère. Cependant l'intrigue
s'agitait vivement autour de lui; il me parla lui-même d'un projet dont
on l'avait entretenu. On voulait le faire proclamer régent par le sénat,
qui aurait prononcé la déchéance de l'empereur. Joseph voyait bien que,
si cela avait lieu, il serait à la merci des ennemis, après leur avoir
ouvert le chemin de Paris, qu'un reste de prestige attaché au nom de
l'empereur leur fermait encore; mais j'ai cru qu'en quittant la
capitale, les meneurs ne l'avaient pas laissé partir sans lui donner des
espérances.]

Le message de cet homme resta secret; mais il fut transmis à l'empereur,
qui déjà ne doutait plus du projet des souverains alliés. Il voyait que,
tout en l'accusant de ne vouloir pas faire la paix, on lui présentait
des conditions qui n'étaient que des sources de guerre, ou plutôt qui ne
faisaient que donner aux ennemis le temps de reprendre haleine pour
achever, la campagne suivante, ce qu'ils n'avaient pas la possibilité de
terminer dans celle-ci.

Toutefois l'empereur ne se décida pas seul, car je me rappelle qu'il
envoya à son frère Joseph les conditions qu'on lui imposait. Il lui
manda d'assembler un conseil (je ne me souviens pas si ce fut celui de
la régence ou celui des ministres), de les lui communiquer, de
recueillir ensuite les avis et de les lui envoyer. Je ne pus assister au
conseil pour cause d'indisposition, mais M. Molé, qui vint me voir à la
sortie de la séance, me dit sommairement de quoi il avait été question.
Je ne puis que le rapporter de même: les ennemis, en proposant le
démembrement de toutes les conquêtes achetées par la France au prix de
tant de sang, demandaient encore des sûretés, comme Besançon, et je
crois quelques autres places de première ligne qui ouvraient tout-à-fait
la frontière; on ne pouvait pas appeler cela faire la paix, ce fut
l'opinion du conseil.

L'empereur ne se dissimulait pas que ces propositions n'étaient qu'un
piège. Il était convaincu que les souverains alliés avaient déjà
prononcé, et que tout ce qu'ils lui proposaient n'était que des
subterfuges imaginés pour l'humilier aux yeux de la nation. Il aima
mieux tomber que de se prêter à une transaction ignominieuse, qui
peut-être, ne se consommerait pas. C'était vraisemblablement aussi parce
qu'on lui connaissait un caractère incompatible avec l'idée d'un outrage
qu'on lui proposait des conditions inadmissibles, mais propres à
accréditer l'opinion qu'il ne voulait pas la paix. On s'apercevait bien
que les ennemis eux-mêmes n'avaient pas une grande confiance dans
l'exécution d'un plan qu'ils faisaient marcher si lentement; néanmoins
ils n'avaient pas encore osé s'expliquer nettement sur leurs projets de
changement de dynastie.

Si dans ce moment-là l'empereur avait été bien servi, comme il devait
l'être, il aurait dû avoir près de lui, ou du moins sur la haute Loire,
les différends corps qui composaient l'armée d'Espagne. S'il les avait
eus, il aurait pulvérisé les Russes, les Prussiens, ainsi que tous ses
anciens confédérés; alors les Autrichiens auraient traité séparément
pour eux, car l'on avait acquis la certitude que l'empereur d'Autriche
ne voulait point que l'on allât à Paris; c'était vraisemblablement par
intérêt pour sa fille. Le malheur voulut qu'à la suite du mouvement
offensif de notre armée sur la haute Seine, il quittât le
quartier-général des alliés pour se retirer en Bourgogne, et ne reparût
plus à l'armée: en sorte que l'empereur Alexandre et le roi de Prusse
restèrent les arbitres de l'avenir, et soumirent à leurs vues les
ministres et les généraux de l'empereur d'Autriche. On a été fondé à
croire que cette absence de l'empereur d'Autriche avait été calculée,
car un reste d'affection pour l'impératrice se montrait encore dans les
pièces qui émanaient de son cabinet. Il n'avait cessé de protester
«qu'il ne séparerait pas la cause de sa fille et de son petit-fils de
celle de la France.» Il avait confié au souverain qui régnait sur ce
pays «son enfant de prédilection, il chérissait sa fille, il gémissait
de la voir exposée à de nouvelles inquiétudes, il souffrait que Napoléon
méconnût les intentions de son cabinet.» Ces expressions d'intérêt,
cette tendre commisération avaient sûrement effrayé ceux qui avaient
arrêté la perte de Napoléon; ils ne voulurent pas s'exposer aux retours
d'un père prêt à immoler sa fille, ils trouvèrent plus prudent de
l'éloigner.

J'ai dit que l'empereur pouvait avoir l'armée d'Espagne; il me reste à
raconter comment il ne l'eut pas.

Le duc de Bassano avait, comme je l'ai rapporté, entamé des négociations
avec Valencey; elles ne pouvaient réussir qu'à la faveur du secret,
toutes les mesures avaient été prises pour que rien ne transpirât.
Cependant la transaction n'avait pas été mise à fin, qu'elles étaient
déjà divulguées. Le parti qui conspirait prit l'alarme, et tel était son
ascendant, qu'il réussit à présenter cette mesure de salut comme le coup
de grâce de nos institutions. Le ministre qui eût dû le surveiller
épousa ses inspirations, et poussa l'aveuglement au point de se jeter
aux pieds de l'empereur pour lui faire abandonner un projet qui,
disait-il, allait achever de détruire le prestige qui nous protégeait.
L'empereur le traita durement: mais il était la clef de la politique de
l'État, les Anglais avaient pris l'éveil; il était difficile désormais
de faire réussir une combinaison qui d'abord ne présentait pas
d'obstacles. Les événements se pressaient, on ne doutait pas que tout ne
fût disposé au-delà des Pyrénées pour paralyser une transaction qui
devait être fatale aux alliés. On n'accorda pas assez d'importance à un
acte dont on eût dû presser l'exécution.

Le temps de l'expiration de l'armistice approchait, et l'on ne donnait
aucune suite au traité. J'en écrivis à l'empereur; je lui marquai qu'en
voyant commencer les négociations de Valencey, tout le monde avait conçu
l'espoir qu'il en résulterait au moins l'avantage de pouvoir appeler à
lui l'armée d'Espagne, mais que l'on avait abandonné cette espérance,
puisque rien, pas même le départ des princes, ne s'effectuait.

Je ne sais si ce fut ma lettre qui produisit cet effet, mais, courrier
pour courrier, l'empereur donna ordre de faire partir Ferdinand; ce qui
prouve combien ce départ entrait dans son projet, et que, si on l'avait
entretenu de cette affaire comme on le devait, elle aurait été terminée
de manière à ce qu'il pût disposer de son armée qui était à la frontière
d'Espagne.

Ce fut le 19 mars que les princes espagnols quittèrent Valencey pour se
rendre en Espagne par Perpignan, et ce fut le 22 du même mois que
l'armistice fut dénoncé. Jusqu'à ce moment, l'intrigue s'était tenue
muette à Paris, ou du moins s'était beaucoup observée; elle avait pu
toutefois se mettre en communication avec les alliés, peut-être les
engagea-t-elle à rompre à Châtillon, et à marcher sur Paris. Plus je
cherchais à la pénétrer, et plus je trouvais de preuves qu'elle
attendait la certitude d'être appuyée pour développer ses projets, qui
ne pouvaient qu'être subordonnés à la volonté des souverains alliés;
tant que ceux-ci pouvaient traiter, elle ne s'était pas prononcée. Le
moment arriva enfin; l'on vit rentrer à Paris tous les employés du
ministre des relations extérieures qui avaient été appelés tant à
Châtillon qu'au quartier-général de l'empereur pendant tout le temps
qu'avaient duré ces conférences.

Parmi eux se trouvait M. de La Besnardière, qui avait dirigé la
négociation. Habitué comme il l'était aux affaires, il n'avait pu se
méprendre sur les véritables intentions des alliés. Ce fut par lui que
M. de Talleyrand eut connaissance de tout ce qui se fit à Châtillon.
J'ai su plus tard que ce diplomate avait eu des communications directes
avec quelqu'un de plus élevé, mais ce qu'il avait appris de M. de La
Besnardière, la rupture de l'armistice, celle des conférences, lui
prouvèrent que les paroles qu'il avait reçues n'étaient pas vaines.
Dès-lors il prit plus d'assurance, et ne songea qu'à précipiter une
révolution dont il avait longuement préparé les éléments, mais dont il
n'avait pas arrêté la direction, quoique bien déterminé cependant à la
faire servir à la chute de l'empire.

Il n'y avait rien dans les provinces; tout se passait à Paris, et tout
attendait le signal des alliés. S'ils ont été bien servis, on peut se
demander avec raison comment ils n'y sont pas arrivés plus tôt.

Quant à nous, nous avions déjà éprouvé les funestes effets de la mesure
que nous avions prise à l'égard des administrations, auxquelles on avait
ordonné de se retirer à l'approche des ennemis. Nous étions presque
étrangers à la partie du territoire qui était envahie. La chose était au
point que, lorsqu'il fallut faire parvenir aux places bloquées les
ordres que le ministre de la guerre leur adressait le 19 mars, on fut
obligé d'employer des transfuges; au reste, ces ordres ne signifiaient
rien, car en supposant que le duc de Feltre eût pris sur lui d'indiquer
un rendez-vous général aux troupes qui défendaient nos places, le temps
dont elles avaient besoin pour y arriver n'existait pas [26]. C'était au
moment du passage du Rhin par les armées ennemies qu'il fallait appeler
ces garnisons, les réunir, les mettre en ligne, puisque les alliés ne
s'occupaient pas de nos places.

[26: Les ordres du ministre de la guerre, qui ne partirent de Paris que
le 20 mars, n'avaient pas encore dépassé la frontière, que déjà le sort
de Paris était décidé.]

Je me mis à observer de plus près M. de Talleyrand, qui avait plusieurs
langages, et qui était d'ailleurs le seul autour duquel pouvaient se
grouper les hommes de mouvement. Sa position était déterminée par une
suite d'intrigues sur lesquelles il ne pouvait se promettre de donner le
change. On n'avait pas à la vérité de données assez précises pour sévir
contre un homme qui avait le rang qu'il occupait dans l'État. Mais la
paix eût fait éclore les révélations, et M. de Talleyrand était trop
habile pour ne pas voir qu'il n'y avait désormais que péril à s'arrêter.
Je le considérais donc comme celui qui allait devenir le chef d'un parti
contre l'empereur, mais non pas contre la dynastie qui était le résultat
de la révolution à laquelle il avait eu tant de part.

Il était dispensé de s'envelopper de mystère, s'il avait eu besoin de se
donner du mouvement, parce qu'il voyait bien que l'événement venait le
trouver. Il connaissait la résolution des souverains alliés, il
observait, attendait de quel côté s'écroulerait l'édifice. Il venait me
voir quelquefois, m'attendait si j'étais sorti, et se répandait en
conversations dans lesquelles il déplorait la situation où se trouvait
la France. Il la comparait à celle de Tilsit, et s'écriait: «Et cela en
six ans!» Puis il se déchaînait contre le duc de Bassano, parlait
d'adulation, de flatterie, et arrivant enfin où il en voulait venir, il
me disait: «Mais que faire dans des circonstances aussi fâcheuses? Il ne
convient pas à tout le monde de rester dans une maison qui brûle; prenez
garde à vous, il vous arrivera encore une scène comme celle du 23
octobre. Vous le savez, il y a en Bourgogne un certain marquis de La
Salle qui se donne beaucoup d'activité et qui fait des prosélytes: cet
exemple gagnera d'autres provinces.»

M. de Talleyrand avait raison en ce qui concernait le marquis de La
Salle. J'étais informé de ses tentatives comme du peu de succès qu'il
obtenait. Sans l'arrivée des ennemis à Paris, et ce qui en a été la
suite, des moyens semblables à ceux du marquis de La Salle n'auraient
pas fait broncher un homme de tant soit peu d'importance. M. de
Talleyrand ne le désirait pas, il avait bien d'autres projets que celui
à l'exécution duquel il a été obligé de concourir par une suite de
circonstances que j'expliquerai.

Je me doutais bien qu'il n'était si exactement informé des démarches du
marquis que parce qu'il était en relation d'amitié avec quelqu'un qui en
avait eu de très intimes avec M. de La Salle; et comme en révolution,
lorsqu'on n'a plus à penser à soi, on s'occupe de ses amis, il ne
voulait plus me laisser faire naufrage et me tendait la main. J'avais
l'ordre positif de ne pas sévir, je ne pouvais que laisser dire.
J'affectai de ne pas comprendre, et ne me montrai que plus curieux; mais
il avait trop d'expérience pour se laisser prendre à l'amorce. Je ne pus
rien obtenir de précis.

Je savais exactement tout ce qu'il recevait, mais il avait tant d'art
dans sa conduite, qu'il savait la rendre naturelle, en voyant
successivement des hommes de toutes les opinions et de différends
caractères. Je me gardai bien d'en faire aborder un seul; la position de
nos affaires était trop désespérée pour qu'aucun d'eux renonçât aux
faveurs qu'il entrevoyait déjà pouvoir obtenir. D'ailleurs que
m'aurait-il dit? Une conversation dans laquelle on n'aurait pu trouver
aucun fait, ou bien il m'eût donné son opinion particulière sur les
dispositions de M. de Talleyrand, desquelles je me doutais bien.

J'étais dans cette inquiétude, lorsque, me promenant à cheval,
j'imaginai de passer près de l'hôtel de ce prince. Je vis la voiture de
l'archevêque de Malines à sa porte; je l'avais aperçue d'assez loin: je
pensai qu'ils étaient en conférence. Résolu de m'en assurer, au lieu de
me faire ouvrir la porte cochère, je descendis dans la rue, et entrai
rapidement à pied. Le portier, qui me reconnut, n'osa m'arrêter. Je
montai lestement l'escalier, et j'arrivai au cabinet de M. de Talleyrand
sans avoir rencontré âme qui vive à l'antichambre: il était en tête à
tête avec l'archevêque. J'entrai si brusquement, que je produisis sur
eux le même effet que si je me fusse introduit par la fenêtre.

Leur conversation, qui était animée, s'arrêta net; l'un et l'autre
semblaient avoir subitement perdu la parole. La figure de l'archevêque
était néanmoins celle des deux qui était la plus décomposée. Je devinai
à ce trouble le sujet de l'entretien, et ne pus m'empêcher de leur dire:
«Pour cette fois, vous ne vous en défendrez pas; je vous prends à
conspirer.» J'avais deviné juste, ils se mirent à rire, essayèrent de me
donner le change; mais j'eus beau les prier de continuer leur
conversation ils ne purent pas la ressaisir. Je me retirai, avec la
conviction qu'ils tramaient quelque complot, mais sans savoir au juste
en quoi il consistait.



CHAPITRE XXXI.

Rupture des conférences de Lusigny.--Proclamation de Louis XVIII.--Les
intrigues de l'époque n'avaient rien de royaliste.--M. Fouché, son
expédient pour en finir.--Opérations de l'empereur.--Il se jette sur les
derrières des alliés.--Sa lettre à l'impératrice est
interceptée.--Angoisses de cette princesse.


L'on se rappellera que ce ne fut que le 20 mars que les conférences
furent rompues. On en reçut la nouvelle à Paris le 22 ou le 23, avant
que l'on eût pu y être d'accord sur la démarche qu'il convenait de faire
près des alliés. Il eût fallu quelques jours; on regardait sans doute la
chose comme inutile, puisque l'on pouvait calculer le nombre de jours
dont les ennemis avaient besoin pour être aux portes de la capitale. Je
fus cependant averti de l'arrivée soudaine à Paris de M. Adrien de
Montmorency, sur lequel j'avais les yeux, et qui habitait, depuis ces
événements, chez M. de Chevreuse, à son château de Dampierre, dans les
environs de Rambouillet; je l'envoyai chercher, mais il éluda le
rendez-vous. On me rapporta qu'il avait vu M. de Talleyrand, après quoi
il était, disait-on, reparti pour Dampierre. Il n'en était rien: il
s'était mis en route pour se rendre, par un grand détour, auprès du
comte d'Artois. Il était trop tard pour que le message pût amener
quelque résultat; celui qui en était chargé était d'ailleurs d'un
naturel trop prudent pour courir de nouveaux hasards, et s'aventurer
sans avoir des chances à peu près sûres. Il n'y avait que son retour qui
pouvait fournir la matière d'une observation sérieuse; or les événements
amenèrent les ennemis à Paris avant qu'il y pût rentrer. Je restai ainsi
dans l'opinion que tout était subordonné aux événements, et que le
volcan ne ferait explosion qu'après la décision des souverains alliés.
Les intrigues continuèrent: les uns y prenaient part pour les livrer à
la police, si elles ne réussissaient pas; les autres pour se faire une
position de faveur, si elles réussissaient. Tous ensemble n'avaient
d'autres projets que d'adorer le chef nouveau qui leur serait présenté
[27].

[27: Les projets des intrigants étaient tellement circonscrits à
eux-mêmes, qu'ils prenaient les plus grandes précautions pour se dérober
aux recherches de la police. Ce ne fut qu'à la fin de février, et dans
le courant de mars, qu'ils osèrent faire circuler la proclamation du roi
aux Français. Elle était datée de Londres, et de l'époque à laquelle les
princes de Bourbon en partirent pour venir sur le continent,
c'est-à-dire de près d'un an. S'ils avaient eu un comité ou des
intelligences avec les meneurs du jour, ils auraient reçu cette pièce
presque aussitôt qu'elle eût paru en Angleterre. La vérité est cependant
que ce fut l'empereur qui la reçut le premier pendant le dernier séjour
qu'il fit à Trianon.

Je m'étais tellement rendu maître de toutes les voies de communication
avec l'Angleterre et les pays étrangers jusqu'au moment de
l'envahissement de la France, que ce ne fut, comme je l'ai su depuis,
que par l'un de mes subordonnés que l'archevêque de Malines se procura
les gazettes anglaises où cette proclamation se trouvait. C'est aussi
depuis ce moment que l'on commença à répandre dans Paris de petites
copies imprimées de cette pièce; on les semait le soir dans les rues; on
les glissait sous les portes, afin que les agents de police ne pussent
pas les ramasser. On avait mis un tel mystère à les imprimer, que l'on
ne s'était servi que d'une presse de cabinet; les caractères étaient en
désordre au point que les mots d'une même ligne étaient plus hauts ou
plus bas l'un que l'autre, ce qui dénotait une grande circonspection de
la part de ceux qui répandaient cet imprimé. On n'osa pas en hasarder un
seul écrit à la main; on aurait été bien plus hardi, si l'on avait été
appuyé. Presque toutes les maisons où on les jetait les renvoyaient à la
police.]

Ce déplorable état de choses était la conséquence de celui où l'on était
tombé, et qui était hors de la portée des intelligences ordinaires. Dans
une circonstance comme celle-là, je me félicitais de n'avoir pas M.
Fouché à Paris, parce qu'il n'aurait pas manqué d'entrer en
accommodement avec celui qui lui aurait paru être le plus fort, et de
lui livrer tout le reste pour se faire à lui-même un sort particulier.
Le hasard avait voulu qu'à la suite des événements qui avaient eu lieu
en Italie, il fût revenu avec la princesse Élisa dans les départements
méridionaux, je crois à la sénatorerie d'Arles, où il attendait le
dénouement de tout ce qui obscurcissait l'horizon politique [28].

[28: Je tiens d'un témoin auriculaire qui se trouvait chez la princesse
Élisa, avant que Paris fût occupé, que M. Fouché osa dire à la propre
soeur de l'empereur: Madame, il n'y a qu'un moyen de nous sauver, c'est
de tuer l'empereur sur-le-champ.]

La rupture des conférences, en jetant l'épouvante dans les esprits,
amena encore dans Paris une surabondance de population qui provenait de
tout ce qui avait été atteint de la peur dans les campagnes. Chacun y
débitait les contes qui pouvaient justifier sa frayeur, et il ne
manquait pas de sots pour y croire. Il y aurait eu de la démence à
vouloir empêcher cela: je laissai aller les propos, car comment les
eussé-je arrêtés? Si les mécontents avaient entrepris quelque chose,
j'étais sans moyens de leur résister, et la moindre mesure de rigueur
qui aurait été déployée eût été le signal d'un soulèvement.

Paris était devenu le seul point où l'on se croyait à couvert; partout
ailleurs, l'on craignait de se trouver au milieu des ennemis extérieurs
ou des troubles qui semblaient devoir être la conséquence de leur
approche.

Les premières opérations qui suivirent la reprise des hostilités
commencèrent par un mouvement vers l'Oise.

Les ennemis s'étaient renforcés dans cette partie par l'arrivée de
différends corps de leurs troupes, qui avaient successivement passé le
Rhin, depuis la Hollande jusque vers Coblentz.

L'empereur fit un mouvement offensif sur Soissons; il poussa vivement
les alliés, les culbuta en avant de Craonne, et les suivit jusque sous
les murs de Laon, où il eut une affaire malheureuse. Après une marche et
des engagements qui avaient duré toute la journée, nos troupes se
remettaient de leurs fatigues, lorsque la cavalerie ennemie fondit sur
elles à la faveur de l'obscurité. Elles ne purent résister au choc; le
désordre gagna. Le corps du maréchal Marmont et celui du duc de Padoue
éprouvèrent des pertes considérables: on hasarda néanmoins le combat, il
ne réussit pas; il fallut se retirer. L'empereur marcha sur Reims, où il
entra après avoir culbuté les Russes. Mais pendant ce temps-là la grande
armée ennemie s'était remise en marche en descendant la Seine, pour nous
resserrer sur Paris.

L'empereur avait été rejoint, dans la première de ces villes, par
quelques troupes qu'il avait tirées de la garnison de Mézières et de
celles des places environnantes. Il se rapprocha de la Marne, pour être
à même de se porter vers la rivière d'Aisne à sa gauche, et sur la Seine
à sa droite. Comme je n'étais point à l'armée, je n'ai qu'imparfaitement
connu la série des mouvements par lesquels l'empereur contenait, depuis
le mois de janvier, une armée qui était plus du quintuple de la sienne.
On comptait les jours qu'il pourrait résister encore; on plaignait un
héros auquel il ne manquait que des forces physiques pour étonner le
monde par de nouveaux prodiges.

En quittant les bords de l'Aisne pour se porter sur la Marne, il laissa
les deux corps des maréchaux Marmont et Mortier sur cette rivière, et il
se dirigea par Meaux pour venir joindre la portion de son armée qui se
retirait par la rive droite en descendant la Seine, et cela par suite du
mouvement de la grande armée ennemie, à la tête de laquelle se
trouvaient l'empereur Alexandre et le roi de Prusse. L'empereur
d'Autriche était resté en Bourgogne, où on lui avait sans doute suggéré
de se fixer, afin de lui épargner l'odieux des mesures qu'on allait
prendre.

Le mal était si pressant, que de tous côtés on sollicitait l'empereur de
prévoir le moment où les ennemis entreraient à Paris. Chacun lui
demandait des instructions pour ce qui le concernait; il répondait aux
uns et aux autres de manière à leur persuader ce qu'il ne croyait pas
lui-même. La sécurité qu'il affectait ne rassurait plus, et chaque jour
amenait de nouvelles alarmes.

Il paraît cependant qu'il avait été persuadé de tout ce qu'on lui avait
écrit, et qu'il avait donné au prince Joseph des ordres précis pour le
cas qu'il avait prévu lui-même, comme on le verra ci-après.

Les maréchaux Mortier et Marmont, qui s'étaient retirés sur Meaux,
venaient d'y être attaqués par des forces supérieures, et avaient été
contraints de se retirer. Quelque fâcheuse que fût la situation où
étaient les affaires, l'empereur conçut un plan d'opérations qui pouvait
remédier à tout. Il aurait en effet déconcerté tous ses ennemis, et
aurait probablement eu d'heureux résultats sans l'incident dont je vais
rendre compte.

L'empereur, reconnaissant l'inégalité de ses forces, imagina de
concentrer son armée, et de faire une percée à travers les ennemis, de
manière à se porter au milieu de ses places, dont il se proposait de
rallier les garnisons; une fois arrivé à Verdun, il pouvait communiquer
avec elles et tout ce qui était intermédiaire entre cette place, Metz et
Strasbourg, qui n'étaient bloquées que par des troupes peu redoutables.

Il marchait à l'exécution de ce projet dont il avait fait part à son
frère Joseph, et en même temps il avait donné ordre aux deux corps des
maréchaux Mortier et Marmont de le suivre en traversant la Champagne.
Ceux-ci devaient le joindre, au-delà de Vitry, par la rive gauche de la
Marne. En faisant ce mouvement, l'empereur avait donné des ordres à
Paris pour que l'on y retînt toutes les troupes qu'on aurait pu lui
envoyer, et il avait recommandé que l'on s'y préparât à une défense de
quelques jours, parce que faisant son mouvement dans l'espoir que toute
l'armée ennemie le suivrait, il croyait pouvoir revenir assez tôt à
Paris; s'il en arrivait autrement, il était évident que l'on ne se
battait plus que pour Paris, et que l'empereur ne s'en éloignerait pas
trop, afin de pouvoir le secourir: nous allons voir ce qui arriva.

L'empereur avait coutume d'écrire à l'impératrice, et depuis que les
communications étaient devenues aussi difficiles, il se servait d'un
chiffre. En commençant son mouvement, il voulut la rassurer sur les
résultats dont il pourrait être suivi; il lui écrivit pour l'en
prévenir, et lui dire en même temps de ne pas s'étonner si elle restait
quelques jours sans recevoir de ses nouvelles. Le malheur voulut que
cette lettre, au lieu d'être chiffrée, ne le fût point, et par une
fatalité encore plus grande, le courrier qui en était porteur, croyant
que les troupes françaises occupaient toujours Meaux, se dirigea sur
cette ville, où il tomba avec ses dépêches au pouvoir des alliés.

Le même jour, le maréchal Blucher envoya un parlementaire aux
avant-postes avec une lettre pour l'impératrice, à laquelle il adressait
celle de l'empereur, qui avait été décachetée. Il lui exprimait combien
il s'estimait heureux que cette circonstance lui eût fourni l'occasion
de mettre à ses pieds l'hommage de son profond respect, etc.; mais la
lettre de l'empereur n'en avait pas été moins lue. Elle contenait la
pensée de son mouvement et finissait par cette phrase: Cette manoeuvre
me sauve ou me perd.

L'impératrice, qui était très maîtresse d'elle-même, ne laissa pas
apercevoir d'abord tout ce que la lecture de cette lettre lui avait fait
éprouver; elle n'en parla pas aux personnes qui se trouvaient chez elle
lorsqu'elle la reçut, mais le soir, quand je me présentai dans son
salon, elle me fit l'honneur de me désigner pour sa partie. On s'était
assis, et contre son habitude elle ne permit pas qu'on rompît
l'enveloppe des cartes, ce qui était une preuve qu'elle n'était point
disposée à jouer. Elle attendit un moment que le salon eût prit son
assiette ordinaire, et lorsque l'attention ne fut plus uniquement fixée
sur elle, elle commença la conversation. Elle parla d'abord de choses
indifférentes, et revint petit à petit sur l'empereur, dont elle parlait
toujours avec un vif intérêt. Elle cherchait, près de ceux qu'elle
savait lui être attachés, à se rassurer contre des pressentiments qui
chaque jour devenaient plus sinistres. Elle me demanda si j'avais reçu
des lettres de l'empereur, je lui répondis que non. Eh bien! me
dit-elle, je puis vous donner de ses nouvelles, j'en ai reçu ce matin.
Je ne pus m'empêcher de témoigner ma surprise, et de lui observer qu'il
n'était pas arrivé de courrier. «Cela est vrai, me dit-elle, il n'est
pas arrivé de courrier, et je vous étonnerai encore davantage en vous
disant que c'est le maréchal Blucher qui m'a envoyé une lettre de
l'empereur, laquelle, à ce qu'il me dit, a été trouvée parmi plusieurs
autres dont un courrier était porteur au moment où il a été pris par les
ennemis. À vous dire vrai, je suis dans des inquiétudes très vives
depuis que j'ai réfléchi aux conséquences qui peuvent résulter de cet
accident; l'empereur m'a toujours écrit en chiffres; depuis son départ,
toutes les lettres ainsi chiffrées sont arrivées à bon port, celle-ci,
qui ne l'est point, est la seule dans laquelle il me parle de son
projet, et il faut qu'elle tombe entre les mains des ennemis! Il y a là
une fatalité qui m'attriste.»

Le bon jugement de cette princesse lui avait fait saisir sur-le-champ
les conséquences fâcheuses que pouvait avoir cet incident, et elle ne se
faisait point illusion, tout en ayant l'air de se laisser persuader de
ce qu'on lui disait pour la rassurer. Je crois que l'on peut trouver
dans cet accident l'explication de ce qu'a voulu dire M. de Castlereagh,
au parlement d'Angleterre, lorsqu'en rendant compte à cette assemblée
des opérations des armées alliées en France, il dit que l'on était
indécis si l'on marcherait sur Paris, lorsqu'on reçut au
quartier-général des communications tellement précises et si
importantes, que l'on se décida à s'approcher de cette capitale.

Si ce n'est pas de la lettre de l'empereur à l'impératrice que parle le
diplomate, ce ne peut être que des communications apportées par M. de
Vitrolle, qui allait faire part aux ennemis, de l'état dans lequel était
Paris, et du point où MM. de Talleyrand, Dalberg, etc., avaient amené
les affaires. Paris, la France entière lui doivent une véritable
reconnaissance.

On eut pendant quelques jours à Paris l'espérance que les ennemis
s'attacheraient uniquement au mouvement de l'empereur, parce qu'en effet
ils agissaient lentement; mais l'on fut bientôt dissuadé en apprenant la
marche de la grande armée ennemie à travers la Brie. On voulait encore
espérer, lorsque l'on sut que l'empereur Alexandre et le roi de Prusse
avaient couché à Coulommiers, à environ quatorze lieues de Paris, sur la
route qui, après avoir traversé la Brie, vient joindre la Marne à Lagny.
Il n'y avait plus moyen d'en douter, car des habitants de Coulommiers
étaient partis, pour rentrer à Paris après l'arrivée de ces deux
souverains dans leur commune.

La foule des gens de la campagne fuyait de toutes parts à l'approche des
ennemis, et revenait sur Paris, dont la nombreuse population était
presque la seule sauvegarde qui restait. Le danger était imminent; le
ministre de la guerre, que cela regardait plus particulièrement, demanda
à la régente de convoquer un conseil pour y exposer la situation où l'on
était, et mettre du moins sa responsabilité à couvert pour ce qui le
regardait. Il se fit autoriser par la régente à rappeler sur Paris les
corps des maréchaux Mortier et Marmont, qui étaient déjà en marche pour
rejoindre l'empereur; l'ordre qu'on leur envoya put recevoir son
exécution, et ces deux corps arrivèrent à Charenton le jour où la grande
armée ennemie poussait en arrière de Claye sur la route de Meaux, à six
lieues de Paris, le faible corps que nous avions dans cette direction.

Le conseil dont le ministre de la guerre avait demandé la convocation
fut assemblé le même soir au château des Tuileries. Comme cette séance
est celle où l'on a pris la résolution qui a perdu la France, il est
important de n'en omettre aucun détail.



CHAPITRE XXXII.

Conseil de régence.--L'impératrice doit-elle ou non quitter Paris?--M.
Boulay de la Meurthe propose de l'installer à l'Hôtel-de-Ville.--Le
conseil adopte cette opinion.--Le duc de Feltre.--Joseph se range à son
avis.--Le départ est arrêté.--On me propose d'insurger Paris.--Motifs
qui m'arrêtent.--Les intrigues dont j'étais l'objet m'inspirent de la
circonspection.--Encore M. de Talleyrand.


Les ennemis, instruits par la lettre de l'empereur du danger qui les
menaçait, assemblèrent un conseil où la situation des choses fut
vivement discutée: les uns voulaient marcher sur Paris, les autres
opinaient pour se retirer sur le Rhin; chacun faisait valoir des
considérations qui lui étaient propres. On balançait, on ne savait que
résoudre, lorsqu'un nouvel émissaire vint fixer toutes les indécisions.
Alexandre annonça la résolution de tenter la fortune. Tout se mit
aussitôt en mouvement, au lieu de se replier sur Chaumont, comme
l'empereur se l'était promis. Schwartzenberg avait passé l'Aube, Blucher
avait franchi l'Aisne, les armées alliées avaient opéré leur jonction,
elles s'avancèrent en masse sur Paris; ce qu'elles n'auraient jamais osé
faire, si l'armée d'Espagne avait été seulement en marche pour venir
joindre l'empereur. Si, au lieu de disséminer nos troupes sur les
différends points du territoire, on les eût serrées en masse, on eût
rassemblé une armée plus formidable encore que celle des alliés, et qui
eût été composée de troupes accoutumées depuis longtemps à les battre;
c'est en cela que l'empereur fut mal servi. On devait lui réunir une
armée, et l'on aurait vu comme les ennemis auraient été traités.

Le conseil qui fut réuni ce soir-là aux Tuileries était composé de:

L'impératrice.
Le prince Joseph.
Le prince de Bénévent.
L'archi-chancelier.
L'archi-trésorier.
Le grand-juge, M. Molé.
_Intérieur._--M. de Montalivet.
_La guerre._--Le duc de Feltre.
_Cultes._--Bigot de Préameneu.
_Commerce._--M. de Sussy.
Le duc de Cadore, comme secrétaire d'État.
_Finances._--Le duc de Gaëte.
_Trésor public._--M. Mollien.
_Administration de la guerre._--M. Daru.
_Police._--Le duc de Rovigo.
_Marine._--Le duc Decrès.

_Ministres d'État._

Le duc de Massa.
M. Regnault de Saint-Jean-d'Angély.
M. Boulay de la Meurthe.
M. Merlin (de Douay).
M. Muraire.
Le comte de Cessac.
M. de Fermont.
Le président du sénat, M. de Lacépède.

Je crois que les maréchaux Moncey et Serrurier assistèrent au conseil,
mais je ne puis l'assurer.

Il était huit heures et demie lorsque le conseil s'assembla. La régente
occupait le fauteuil; le prince Joseph, après lui en avoir demandé
l'autorisation, fit connaître au conseil le motif de sa convocation,
puis donna la parole au duc de Feltre, ministre de la guerre. Celui-ci
fit un exposé exact des dangers dont la capitale était menacée, et qui
étaient si pressants, qu'il avait cru, comme je l'ai dit, de son devoir
d'en rendre compte à la régente, ne voulant pas prendre sur lui la
responsabilité des événements. En comparant le temps qu'il fallait à
l'empereur pour arriver, et la proximité à laquelle se trouvaient les
ennemis, il ne voyait aucun moyen de leur résister. Il fit l'énumération
de ce qu'il y avait de troupes, tant à Paris que dans les environs, et
exposa que les corps des maréchaux Mortier et Marmont n'étaient pas
encore arrivés. S'il n'ajouta rien à ce qui pouvait augmenter les
inquiétudes, il ne dit rien non plus de propre à rassurer. Il découvrait
attentivement tout ce qui pouvait alarmer, mais il était muet sur ce
qu'il nous restait de ressources, et ne trouva rien de ce qui pouvait
consoler. Il ne dit pas un mot de plus de dix mille hommes de troupes
qui occupaient la route de Versailles à Vendôme, où il les avait envoyés
d'avance, ayant sans douta arrêté le départ de l'impératrice. Il ne dit
pas, entre autres choses, un mot de la situation de l'arsenal de Paris,
dans lequel il y avait cinquante-quatre mille fusils de munition réparés
à neuf. Il garda le même silence sur un parc d'artillerie de deux cent
cinquante pièces de canon de différends calibres qui étaient montées sur
leurs affûts, et accompagnées de leurs caissons de munitions, chargés et
rangés avec les pièces dans le Champ-de-Mars, et cela, indépendamment de
l'artillerie qui se trouvait aux barrières; mais il prévint
soigneusement que l'empereur n'avait pas laissé un seul cheval
d'artillerie dont on pût disposer, qu'il avait successivement appelé à
l'armée tous ceux que l'on était parvenu à réunir. En cela le ministre
n'accusait pas vrai: les chevaux d'artillerie que l'empereur avait fait
venir de Paris à l'armée avaient été réunis par les soins du préfet du
département de la Seine pour le service de l'artillerie des barrières,
si l'on avait eu besoin de la mouvoir; mais le ministre de la guerre, à
qui aucun moyen de témoigner plus de zèle qu'un autre n'échappait, ne
négligeait rien de tout ce qui pouvait faire croire à l'empereur que lui
seul savait le servir, et enlevait d'autorité à la préfecture de la
Seine les chevaux de trait qu'elle parvenait à réunir.

En écoutant parler le ministre de la guerre, il était difficile de se
défendre de mauvais pressentiments: c'était un mélange de loyauté, de
prudence, d'adulation et d'indépendance auquel on ne comprenait rien; il
semblait vouloir dire: Je vous ai prévenus de tout, je me lave les mains
du reste.

Un tel exposé n'était pas propre à inspirer de la confiance à ceux qui
étaient étrangers aux opérations militaires. En voyant le duc de Feltre
désespérer des ressources qui lui restaient, qui pouvait se rassurer? Je
ne sais quelles considérations le portèrent à rembrunir un tableau par
lui-même assez sombre. Il fallait cependant qu'il en eût, car la
conséquence naturelle de son exposé était de mettre en discussion la
nécessité du départ de l'impératrice et de son fils, qu'il venait de
faire voir comme entourés de dangers.

Effectivement, l'on se borna à ouvrir la discussion sur la question de
savoir si l'impératrice devait rester à Paris, ou s'éloigner. Les débats
s'ouvrirent; les membres du conseil parlèrent comme de bons Français et
des hommes attachés à l'empereur et à son ouvrage. Ils développèrent
tous le danger qu'il y avait d'abandonner la capitale à l'influence
ennemie, en désintéressant les citoyens de Paris à sa défense; ce qui
arriverait dès qu'ils verraient que l'on manquait de confiance en eux
pour la conservation de l'impératrice et du petit roi de Rome, que
l'empereur leur avait fait jurer de défendre, et au nom desquels on
avait armé la garde nationale de Paris.

On observa que la puissance qui nous restait était dans Paris, que la
force de celle-ci consistait dans la présence de la souveraine au milieu
de la population, qui se dévouerait lorsqu'elle verrait qu'on lui
accordait de la confiance.

On proposa d'emmener l'impératrice à l'Hôtel-de-Ville au moment du
danger, et de la montrer au peuple dans les rues, dans les faubourgs et
sur les boulevards. Cet avis courageux, ouvert par M. Boulay de la
Meurthe, fut appuyé par tout le conseil. M. de Talleyrand lui-même opina
dans ce sens; il développa les motifs de son opinion, et ne cacha point
la possibilité d'un bouleversement que la présence seule de
l'impératrice pouvait arrêter. Le duc de Massa prit la parole après lui;
il présenta des considérations tout opposées, et fut très énergique dans
son opinion. Je parlai à mon tour, et insistai fortement sur le danger
que l'impératrice s'éloignât. Je motivai particulièrement mon opinion
sur les bonnes dispositions dans lesquelles je savais être la portion de
la population que l'on prise le moins, et qui est celle qui ne met
jamais de bornes à ses sacrifices. Il se fit quelques minutes de
silence, l'archi-chancelier recueillit les voix; toutes, hors celle du
ministre de la guerre, furent pour que l'impératrice restât à Paris. M.
le duc de Feltre demanda la parole; il commença un long discours qui ne
peut être sorti de la mémoire d'aucun de ceux qui l'ont entendu; il a eu
trop d'influence sur nos destinées pour ne pas en rapporter les
principaux traits. Après un exorde assez long dans lequel il rappela
quelques faits d'histoire, et cita des traits de fidélité tirés de la
même source, il fit une application de la situation du moment à celle
dans laquelle s'étaient trouvés les souverains que des événements de
guerre avaient obligé de quitter leur capitale. Il dit que c'était une
erreur de regarder Paris comme le centre de la puissance de l'empereur,
que le pouvoir de ce prince le suivait partout, et que tant qu'il
resterait un village où lui ou bien son fils seraient reconnus, c'était
là que devaient se rallier tous les Français, là qu'était la capitale;
qu'il ne fallait pas désespérer aussi vite du salut de l'État. Quant à
lui, il ne concevait pas comment des hommes qui faisaient depuis si
longtemps profession d'attachement à la personne de l'empereur pouvaient
proposer d'exposer son fils à tomber entre les mains des ennemis; il n'y
avait plus que ce lien qui intéressât l'Autriche; il ne resterait plus
de ressource, lorsqu'on se serait laissé aller à la perfide insinuation
de livrer le fils d'Hector aux Grecs.

Le duc de Feltre était très échauffé; on voyait qu'il cherchait des
tournures de phrases et des expressions pour marquer son dévouement à
l'empereur, en présence de l'impératrice, devant laquelle il ne
craignait pas d'être d'un avis opposé à tout le conseil; du reste, son
discours ne resta pas sans réplique. On répondit aux différends tableaux
qu'il avait faits, et, malgré le ton d'assurance avec lequel il s'était
annoncé, le conseil, dont on recueillit de nouveau les suffrages, fut de
l'avis que l'impératrice devait rester à Paris; il n'y eut pas une seule
voix de moins que dans le vote précédent.

Le prince Joseph opinait pour la retraite, mais on s'apercevait aisément
qu'il combattait la résolution, moins parce qu'il l'improuvait que pour
s'assurer de la franchise d'opinion de tous les membres du conseil.
Obligé à la fin de voter à son tour, il appuya l'opinion du ministre de
la guerre, en exhibant une lettre de l'empereur, qui lui avait marqué
qu'il ne pouvait pas, à cause de la difficulté des communications, lui
dire ce qu'il conviendrait de faire dans les cas qui pourraient
survenir; que c'était à lui à prendre conseil des circonstances et à se
conduire d'après les événements; mais que le plus grand malheur qui
pourrait arriver, était que le roi de Rome tombât au pouvoir des
ennemis; que, dans ce cas, il lui ordonnait positivement de faire partir
l'impératrice et son fils pour Rambouillet, d'où il les dirigerait sur
Tours. Je crois même que l'empereur ajoutait dans sa lettre que ce
serait une trahison que d'exposer le roi de Rome à tomber entre les
mains des ennemis. La communication de cette lettre atterra les membres
du conseil, et expliqua l'opinion qu'avait émise le duc de Feltre, qui
en avait sans doute eu connaissance; car depuis longtemps il sollicitait
l'empereur de donner des instructions pour le cas qui était
malheureusement arrivé. Il faut en convenir, l'empereur ne pouvait
donner un ordre plus favorable à ceux qui aiment à recueillir des
honneurs sans courir de dangers.

Malgré les intentions formelles manifestées dans la lettre de
l'empereur, le conseil ne changea point d'avis; le duc de Cadore proposa
même de passer outre, et de faire rester l'impératrice à Paris. Tout le
monde pensa que si l'opinion des membres du conseil devait décider la
question qui était en délibération, l'impératrice ni le gouvernement ne
devaient pas quitter la capitale; mais que, si l'on voulait donner à
l'ordre de l'empereur son exécution, il était inutile de les assembler,
car on ne devait pas penser qu'ils eussent l'intention de désobéir à
l'empereur; c'était à ceux qu'il avait investis de son pouvoir à juger
si le moment que ce prince avait indiqué pour la retraite du
gouvernement était arrivé.

M. de Talleyrand observa encore que tout était perdu si l'on quittait
Paris; néanmoins on déclara, à une troisième épreuve, que, puisqu'il y
avait un ordre de l'empereur, on devait y obtempérer, mais que cela
était bien malheureux. M. l'archi-chancelier, après avoir recueilli
toutes les voix, se déclara aussi pour le départ, en annonçant que S. M.
partirait le lendemain, à huit heures du matin, pour Rambouillet, où
elle emmènerait son fils.

Cette décision prise, chaque ministre demanda des instructions pour son
département, et il fut résolu, 1° que le prince Joseph resterait à
Paris, et que l'archi-chancelier seul accompagnerait l'impératrice et le
roi de Rome; 2° que les autres dignitaires, avec les ministres,
resteraient à Paris jusqu'à ce que le prince Joseph leur eût signifié
l'ordre de partir, que, pour éviter toute équivoque, il ferait parvenir
à chacun d'eux par le grand-juge, M. Molé; 3° il fut arrêté que le
président du sénat accompagnerait l'impératrice, et qu'avant de partir,
il écrirait à tous les membres de ce corps de ne se rendre à aucune
convocation illégale, c'est-à-dire qui ne serait pas faite dans les
formes prescrites par les constitutions.

Ces dispositions arrêtées, la séance fut levée: il était deux heures du
matin.

Les membres qui composaient le conseil s'arrêtèrent dans la pièce
voisine, déplorant la résolution qui venait d'être prise. Plusieurs me
disaient: «Si j'étais ministre de la police, Paris serait insurgé demain
matin, et l'impératrice ne partirait pas.»

Paris sans doute était [29] disposé à s'insurger; je n'avais pas été
jusqu'à ce moment sans m'apercevoir qu'il était facile de le mettre en
mouvement, et que cela dépendait de moi. «Mais, leur dis-je, quel est
celui d'entre vous qui voudrait prendre la responsabilité des événements
dont ce mouvement peut être suivi, surtout après ce dont vous venez
d'être les témoins, c'est-à-dire, lorsque vous venez de décider qu'il
fallait obéir aux ordres de l'empereur. Vous me conseillez de prendre
sur moi ce que vous n'avez pas cru pouvoir faire. Mais connais-je les
projets de l'empereur? Suis-je même assuré que ce mouvement ne les
contrarierait pas? et si je venais à échouer, à quoi auraient servi le
meurtre, le pillage, tous les désordres dont peut être suivi un appel à
la multitude? Est-il sûr, est-il même probable que le souverain qui
refusa de couvrir sa défaite par l'incendie de Leipzig, voulût régner au
prix des malheurs qu'une telle résolution peut attirer sur la capitale?
Que répondrais-je à ses reproches? Qu'opposerais-je aux plaintes de cent
mille familles, dont l'une me demandera son chef, l'autre ses
habitations, sa fortune, que je lui aurais ravis? Ce serait trop de
victimes, trop de larmes; je ne puis prendre sur moi de lancer toute une
population dans un abîme. D'ailleurs, quand j'en aurais la force,
l'esprit de mes instructions le défend. Loin de vouloir que je
compromette la population, l'empereur m'ordonne de quitter Paris si les
alliés pénètrent dans la capitale. Je puis bien empêcher l'impératrice
de partir; mais il n'y a qu'un fou qui osât se flatter de maîtriser les
événements dont cette violence pourrait être suivie. En voulant servir
l'empereur, je puis détruire les chances qui lui restent, et faire
tourner au profit d'un parti les espérances qu'il peut conserver. Passe
cependant si je n'avais pas d'ordres, que le cas fût fortuit; mais tout
à été prévu: il ne me reste qu'à m'y conformer. Je déplore, comme tout
le monde, la funeste résolution qui vient d'être arrêtée; mais je ne
veux pas me charger seul de ce que vous n'avez pas osé faire tous
ensemble.»

[29: L'empereur avait été exactement instruit par moi des dispositions
des citoyens de Paris, qui ne demandaient que des armes qu'on leur
refusait.]

J'avais plus d'un motif pour ne pas me rendre au conseil qu'on me
donnait, et je vais les exposer. Je m'étais aperçu depuis longtemps que
l'empereur, sans cesser de croire à mon dévouement pour lui, n'avait pas
été inaccessible aux insinuations qui lui avaient été faites sur mon
compte: que je ne travaillais pas; que j'étais mené par mes bureaux;
qu'une intrigue me dirigeait; que j'avais les meilleures intentions
possibles, mais que j'étais au-dessous de cette place, et étranger à la
révolution qu'il importait éminemment de connaître pour la bien remplir.

La cabale qui avait été contrariée de ma nomination au ministère,
n'avait pas perdu l'espérance de m'en éloigner pour y porter un des
siens, comme elle faisait depuis quinze ans dans les sept huitièmes des
places administratives. Je n'avais pu méconnaître, à l'occasion de
l'affaire du 23 octobre, que si l'empereur ne m'avait pas sacrifié après
les calomnies du ministre de la guerre, c'est que la turpitude des
rapports qui lui étaient parvenus lui avait été tellement démontrée,
qu'il ne put disconvenir que je n'avais aucun tort dans cette affaire;
mais comme il avait d'abord donné une sorte de sanction à ce qu'on lui
dit, il ne voulut pas tout de suite en revenir. Le ministre de la guerre
avait fait ses preuves dans les intrigues de la révolution; quelques
frères et amis de l'époque s'étaient joints à lui, et tous ensemble
tentaient tous les moyens imaginables pour me donner un successeur. Je
voyais tout cela, on me le disait, je le croyais, et je n'en servais que
mieux; mais aussi j'avais renoncé à compter jamais sur les effets de
cette bienveillance que l'empereur avait pour moi, quand j'étais son
aide-de-camp; j'étais persuadé au contraire qu'il compterait plus
rigoureusement avec moi qu'avec tout autre, non pas qu'au fond il ne
m'estimât, mais parce qu'on lui avait persuadé que j'étais disposé à me
targuer d'une bienveillance particulière de sa part, et que je me
permettais une foule de choses, parce que je me croyais sûr de
l'impunité.

Depuis son voyage en Hollande, pendant lequel la reine de Naples vint à
Paris, et surtout depuis son retour de Russie, j'avais eu lieu de me
convaincre que j'avais baissé dans son opinion.

Je m'observai dès-lors, mais j'éprouvai constamment le chagrin d'un
homme que l'on considère comme mal à sa place, et qui est obligé de se
replier sur lui-même pour se consoler de l'injustice qu'il essuie. Je
regrettais l'état militaire, et je sentais de l'aversion pour ces
guerres continuelles qui n'étaient plus qu'un métier, au lieu d'être une
carrière de gloire, comme dans les premières années du règne de
l'empereur.

Dans la position ou je me trouvais placé, sachant, comme je viens de le
dire, toutes les intrigues dont j'étais l'objet, j'avais tout à craindre
en traversant l'opinion du ministre de la guerre. En effet, il aurait
sûrement rejeté sur moi toute la responsabilité de l'entreprise, et,
pour, être conséquent avec lui-même, et mettre sa responsabilité, à
couvert, autant que pour céder à un mouvement assez naturel au coeur
humain, il n'aurait pas manqué de faire connaître aux troupes ce dont il
aurait été question. Les généraux qui commandaient celles-ci m'eussent
dès-lors abandonné, et je ne devenais plus qu'un chef de factieux. Or,
qu'est un chef de parti au moment du danger, lorsque les troupes
l'abandonnent? Les maréchaux Marmont et Mortier, instruits par le
ministre de la guerre, eussent-ils voulu prendre part à une insurrection
dans laquelle ils n'auraient pas même eu le premier rôle, tandis que
leur responsabilité était à couvert en suivant la direction donnée par
le ministre de la guerre.

Que me serait-il resté alors pour parti? Les hommes qui venaient de
reconnaître qu'il fallait obéir à l'ordre que le prince Joseph avait
exhibé? Ils n'auraient pas manqué de m'abandonner, d'autant plus qu'ils
voyaient bien que cet ordre de l'empereur n'avait été donné que sur les
remontrances et les sollicitations réitérées du ministre de la guerre.

En supposant que j'eusse mis en mouvement ce qu'on appelle vulgairement
les hommes de la république, quels moyens me seraient restés pour
prévenir leurs écarts? Ce parti était pour le moins aussi dangereux pour
l'empereur que les ennemis. N'ayant aucun antécédent avec lui, je
m'exposais à devenir sa victime dès qu'il serait réuni. Que n'aurait-on
pas dit si les choses avaient pris cette tournure, comme cela pouvait
arriver? On m'aurait couvert de ridicule; car, enfin, les alliés, qui ne
voulaient que la chute de l'empereur, pouvaient s'arranger avec un parti
auquel ils auraient fait accepter ce qu'ils auraient voulu; ils se
seraient même fait remettre l'impératrice et son fils. Une fois qu'ils
auraient traité sur des bases opposées, ils étaient les maîtres, et en
promettant de ménager Paris, ils auraient obtenu tout ce qu'ils auraient
proposé. Il ne faut que se reporter au temps et aux circonstances
d'alors pour ne pas trouver ces observations déraisonnables.

L'expérience des hommes que j'avais acquise m'avait assez pénétré de
cette opinion, pour que je n'accordasse aucune confiance aux
démonstrations que me faisaient ceux qui n'avaient pas l'ombre du
courage indispensable pour ce qu'ils me proposaient.

Je me décidai donc à obéir et à suivre l'opinion émise dans le conseil.
Dès-lors je ne me considérai plus que comme un administrateur de la
tranquillité publique. En sortant du château des Tuileries, M. de
Talleyrand s'approcha de moi, et me parla en ces termes: «Eh bien! voilà
donc la fin de tout ceci; n'est-ce pas aussi votre opinion? Ma foi,
c'est perdre une partie à beau jeu. Voyez un peu où mène la sottise de
quelques ignorants qui exercent avec persévérance une influence de
chaque jour. Pardieu! l'empereur est bien à plaindre, et on ne le
plaindra pas, parce que son obstination à garder son entourage n'a pas
de motif raisonnable; ce n'est que de la faiblesse qui ne se comprend
pas dans un homme tel que lui. Voyez, monsieur, quelle chute dans
l'histoire! donner son nom à des aventures, au lieu de le donner à son
siècle! Quand je pense à cela, je ne puis m'empêcher d'en gémir.
Maintenant quel parti prendre? Il ne convient pas à tout le monde de se
laisser engloutir sous les ruines de cet édifice; allons, nous verrons
ce qui arrivera. L'empereur, au lieu de me dire des injures, aurait
mieux fait de juger ceux qui lui inspiraient des préventions; il aurait
vu que des amis comme cela sont plus à craindre que des ennemis. Que
dirait-il d'un autre, s'il s'était laissé mettre dans cet état?»

Il ajouta encore plusieurs autres phrases qui étaient à peu près la
répétition des premières, et nous nous quittâmes [30].

[30: J'expédiai un exprès à l'empereur à la sortie de ce conseil, et je
lui détaillai dans ma lettre tout ce qui s'était passé, ainsi que tout
ce que je prévoyais devoir en être la suite avant quarante-huit heures.
Je fis partir successivement jusqu'à quatre copies de ma lettre dans la
même journée; j'avais depuis longtemps fait usage des moyens usités dans
les correspondances clandestines pour soustraire mes lettres aux
événements de guerre, et cela m'avait réussi.]

Il n'y eut presque aucun des membres de ce conseil qui, en sortant des
Tuileries, ne dît un sincère adieu à son camarade, tant il était
persuadé que c'était le dernier acte du gouvernement auquel il avait été
associé.



PIÈCES
JUSTIFICATIVES.

       *       *       *       *       *

_Lettre de M. de Metternich à M. de Bassano._

     Prague, le 22 juillet 1813.

     MONSIEUR LE DUC,

M. le comte de Narbonne m'a communiqué la dépêche que votre excellence
lui a adressée, en date du 19 de ce mois, ainsi que les pièces y
annexées, concernant les discussions qui ont eu lieu à Neumarck
relativement à l'armistice.

J'ai rendu compte à l'empereur du nouveau retard qu'éprouve l'arrivée de
M. le duc de Vicence. C'est d'ordre de sa majesté impériale que j'écris
directement à votre excellence pour la prier de porter à la connaissance
de S. M. l'empereur des Français la pénible impression que ce retard a
produite sur elle.

L'empereur, en adressant l'offre de sa médiation aux puissances
belligérantes, n'a pas été seulement mû par le désir de la paix; il y a
été également déterminé par le besoin de faire cesser le plus tôt
possible les charges qui, souvent plus que la guerre même,
s'appesantissent sur les peuples pendant cet état intermédiaire qui
n'est ni la guerre ni la paix.

Sa majesté impériale n'a pas demandé la prolongation de l'armistice de
Pleisswitz. Elle n'a cependant pas hésité à employer ses bons offices
pour faire admettre par les puissances alliées un terme additionnel de
vingt jours à ajouter au terme présumé des négociations, lesquels,
attendu les distances des quartiers-généraux respectifs, et les
pourparlers nécessaires pour faire agréer à ces mêmes puissances la
prolongation de l'armistice, ne pouvaient guère s'ouvrir que le 12
juillet.

L'engagement que, par l'article 4 de la convention du 30 juin dernier,
S. M. l'empereur des Français avait pris envers la puissance médiatrice,
de ne pas dénoncer avant le 10 août l'armistice existant, fut transmis
par nous aux puissances alliées. LL. MM. l'empereur de toutes les
Russies et le roi de Prusse accédèrent à la proposition de l'Autriche,
et nous n'avons pas tardé à faire parvenir à S. M. l'empereur des
Français l'information officielle de leur engagement formel à ce sujet.
Que pouvait-il rester à désirer aux puissances belligérantes pour entrer
en négociation à Prague? Par quelle autre voie plus légale l'engagement
de la France et de contr'engagement des alliés de ne pas dénoncer
l'armistice avant le 10 août pouvaient-ils être même rendus obligatoires
de part et d'autre? Quel surcroît d'assurances la France pouvait-elle
attendre sur la détermination des puissances alliées? Quelle garantie
plus certaine pouvait-elle enfin recevoir d'une sincérité entière et
parfaitement réciproque jusqu'au terme convenu?

Des ordres cependant furent expédiés au quartier-général français, aux
commissaires à Neumarck. Une nouvelle discussion s'établit, de cette
manière, à côté des garanties les plus formelles. Ce fait avait de quoi
surprendre, mais nous étions loin de soupçonner qu'il entraînât les
retards les plus précieux à la cause de la paix. Comment prévoir la
possibilité que les plénipotentiaires de la puissance médiatrice et des
puissances alliées, réunis à Prague dès le 12 juillet, jour convenu pour
l'arrivée des plénipotentiaires de part et d'autre, s'y trouveraient le
22 du mois, non seulement sans que le plénipotentiaire français y fût,
mais même dans l'incertitude la plus complète sur l'époque de son
arrivée?

Un office que vient de m'adresser le baron d'Anstett ne me laisse point
de doute qu'à Neumarck même le différent qui s'était élevé entre les
commissaires doit y être aplani. Dix jours précieux ne sont pas moins
perdus pour les négociations de Prague; ils ne pourront être mis ni sur
le compte de la puissance médiatrice, qui a rempli dans la plus grande
étendue les engagements qu'elle avait contractés envers la France, ni
imputés aux alliés, qui ont accepté, dans les formes diplomatiques, la
prolongation de l'armistice, et dont les négociateurs sont arrivés ici
le jour convenu.

La réunion des plénipotentiaires respectifs eût sans doute suffi pour ne
pas laisser s'établir ailleurs des discussions sur des questions
décidées d'avance entre les cabinets.

Il me reste à prier votre excellence de vouloir bien me faire connaître,
le plus tôt possible, le terme auquel seront rendus ici les
plénipotentiaires français, sa majesté impériale désirant vivement de ne
plus voir de nouveaux incidents servir de motif à une perte de temps
irréparable.

Je prie votre excellence, etc.

     _Signé_ METTERNICH.

       *       *       *       *       *

_Réponse du duc de Bassano_.

    MONSIEUR LE COMTE,

M. le général de Bubna vient de me faire remettre la lettre de votre
excellence, en date du 22 de ce mois. Ayant envoyé le même jour à M. de
Narbonne ses pouvoirs et ses instructions, j'avais satisfait d'avance à
la demande que vous me faites l'honneur de m'adresser par cette lettre.
Elle se trouvait ainsi sans objet, et je n'ai point été dans le cas de
la placer sous les yeux de sa majesté.

Quant aux détails dans lesquels vous avez jugé à propos d'entrer,
monsieur le comte, je prie votre excellence d'agréer que je me borne,
pour y répondre, à lui rappeler les faits au moyen de la notice
ci-joint.

J'ai l'honneur de vous offrir, etc.

     Dresde, le 24 juillet 1813, au soir.

     _Signé_ le duc de BASSANO.


1813

30 juin. Convention qui fixe au 5 juillet le jour de la réunion des
plénipotentiaires et la prolongation de l'armistice au 10 août.

3 juillet. Lettre de M. le comte de Metternich. Son excellence propose
que la réunion n'ait lieu que le 8.

8 _id._ Lettre du même. Son excellence propose que la réunion n'ait lieu
que le 12.

9 _id._ Départ de M. le comte de Narbonne pour presser les réponses sur
tout ce qui avait été convenu avec M. le comte de Metternich.

9 _id._ Lettre du duc de Bassano à M. le comte de Metternich. Il annonce
la démarche faite à Neumarck.

12 juillet. Lettre de M. le comte de Metternich. Il donne avis de la
nomination des plénipotentiaires russe et prussien, et de leur arrivée à
Prague.

12 _id._ Lettre du même à M. le général de Bubna. Il voit avec plaisir
l'ordre donné à Neumarck.

15 _id._ Envoi des déclarations des ministres russe et prussien, sur la
prolongation de l'armistice.

16 _id._ Lettre du duc de Bassano, annonçant à M. le comte de Metternich
la nomination du duc de Vicence et du comte de Narbonne comme
plénipotentiaires français.

17 _id._ Correspondance de Neumarck. Les commissaires russe et prussien
ne veulent prolonger l'armistice que jusqu'au 4 août.

19 _id._ Lettre d'envoi de ces pièces à M. le comte de Narbonne, pour
les communiquer à M. le comte de Metternich.

22 _id._ Correspondance de Neumarck. Les commissaires russe et prussien
annoncent qu'ils sont autorisés à convenir de la prolongation de
l'armistice, aux termes de la convention du 30 juin. Ils élèvent des
difficultés sur l'envoi d'officiers français aux gouverneurs des
forteresses, et sur la fixation des quotités pour l'approvisionnement
des places.

22 juillet. Envoi des pouvoirs et des instructions de M. le comte de
Narbonne.

23 _id._ Envoi à M. le comte de Narbonne de la correspondance de
Neumarck et des instructions du prince de Neufchâtel, pour lever les
dernières difficultés existantes.

25 _id._ Signature présumée des arrangements à Neumarck.

26 _id._ Départ du duc de Vicence pour Prague, en conséquence de la
conclusion desdits arrangements.

       *       *       *       *       *

_Note de M. de Metternich aux plénipotentiaires français._

Le soussigné, ministre d'État et des affaires étrangères de sa majesté
impériale et royale apostolique, désirant voir ouvrir dans le plus court
délai les négociations qui, d'ici au terme très-rapproché de
l'armistice, doivent conduire à la pacification des puissances
belligérantes, a l'honneur de s'adresser à LL. EExc. MM. le duc de
Vicence et le comte de Narbonne, plénipotentiaires de S. M. l'empereur
des Français, roi d'Italie, en les invitant à se concerter avec lui sur
le mode à adopter pour les négociations.

Il ne s'en présente que deux: celui des conférences et celui des
transactions par écrit. Le premier, où les négociateurs s'assemblent en
séances réglées, retardent par les embarras d'étiquette, par les
longueurs inséparables des discussions verbales, par la rédaction et la
confrontation des procès verbaux, et autres difficultés, la conclusion
bien au-delà du temps nécessaire; l'autre, qui a été suivi au congrès de
Teschen, d'après lequel chacune des cours belligérantes adresse ses
projets et propositions en forme de notes au plénipotentiaire de la
puissance médiatrice, qui les communique à la partie adverse, et
transmet de même et dans la même forme la réponse à ces projets et
propositions, évite tous ces inconvénients. L'extrait ci-joint en copie
fera connaître à LL. EExc. MM. le duc de Vicence et le comte de
Narbonne, la marche qu'on a observée dans cette occasion.

Sans préjuger les instructions que leurs excellences les
plénipotentiaires de France peuvent avoir reçues sur un objet sur lequel
l'Autriche a déjà d'avance fixé l'attention de leur cour, le soussigné a
l'honneur de proposer de son côté ce mode, par le double motif de
l'avantage énoncé plus haut, et de la brièveté du temps fixé pour la
durée des négociations. La cour médiatrice se trouve surtout portée à
préférer cette voie abrégée, par la considération que les hautes
puissances actuellement en négociation sont les mêmes dont les
plénipotentiaires ont été réunis pour le congrès de Teschen, et elle se
plaît à voir dans l'heureuse issue des transactions d'alors, le gage
d'un résultat satisfaisant des présentes.

Le soussigné saisit avec empressement cette première occasion d'offrir à
LL. EExc. MM. le duc de Vicence et le comte de Narbonne, les assurances
de sa haute considération.

     Prague, le 29 juillet 1813.

     _Signé_ le comte de METTERNICH.

À LL. EExc. le duc de Vicence et le comte de
Narbonne, plénipotentiaires de France.

       *       *       *       *       *

_Note des plénipotentiaires français à M. de Metternich._

Les soussignés, plénipotentiaires de S. M. l'empereur et roi, ont
l'honneur de répondre aux notes qui leur ont été remises par S. Exc. M.
le comte de Metternich, ministre d'État des affaires étrangères de S. M.
I. l'empereur d'Autriche, plénipotentiaire de la puissance médiatrice.

La convention du 30 juin, par laquelle la France accepte la médiation de
l'Autriche, a été signée après que l'on fut convenu des deux points
suivants:

1° Que le médiateur serait impartial; qu'il n'avait conclu et ne
conclurait aucune convention, même éventuelle, avec une puissance
belligérante, pendant tout le temps que dureraient les négociations;

2° Que le médiateur ne se présenterait pas comme arbitre, mais comme
conciliateur, pour arranger les différends et rapprocher les parties.

La forme des négociations fut en même temps l'objet d'une explication
entre M. le comte de Metternich et M. le duc de Bassano. Il fut jugé
convenable de s'entendre d'avance à cet égard, parce que, dès la
négociation de l'armistice du 4 juin, la Russie avait manifesté ses
intentions et donné à connaître qu'elle voulait ouvrir des négociations,
non dans le but de la paix, mais dans la vue de compromettre l'Autriche
et d'étendre les malheurs de la guerre. On s'arrêta à la forme des
conférences.

Les soussignés ne peuvent que témoigner leur étonnement et leurs regrets
de ce que, depuis plusieurs jours qu'ils sont à Prague, ils n'ont pas
encore vu les ministres russe et prussien, et que les conférences n'ont
pas encore été ouvertes par l'échange des pouvoirs respectifs, et enfin
de ce qu'un temps précieux a été employé à discuter des idées aussi
imprévues qu'incompatibles avec le but de la réunion d'un congrès,
puisqu'elles tendent à établir que les plénipotentiaires doivent
négocier sans se connaître, sans se voir et sans se parler.

La question posée par le plénipotentiaire du médiateur, dans sa note du
29 juillet, lorsqu'il invite les soussignés à se concerter avec lui sur
le mode à adopter pour la négociation, soit celui des conférences, soit
celui des transactions par écrit, a été résolue d'avance par les
explications qui ont accompagné la convocation du 30 juin.

Toutefois voulant, autant que cela dépend d'eux, lever toutes les
difficultés et concilier les prétentions, même les moins fondées, les
soussignés proposent au plénipotentiaire du médiateur de n'exclure ni
l'un ni l'autre mode de négociations, et de les adopter concurremment
tous les deux.

À cet effet, on traiterait dans des conférences régulières, qui auraient
lieu une ou deux fois par jour, soit par notes remises en séance, soit
par des explications verbales qui seraient ou ne seraient pas insérées
au protocole, selon la demande ou la réquisition des plénipotentiaires
respectifs. Par ce moyen, l'usage de tous les temps serait suivi, et si
le plénipotentiaire russe persistait à vouloir négocier la paix sans
parler, il en serait le maître et pourrait faire connaître par des notes
les intentions de sa cour.

Les soussignés se flattent que leur proposition conciliera tout, et que
les conférences ne tarderont plus à s'ouvrir.

     Prague, le 6 août 1813

     _Signé_ CAULAINCOURT, duc de Vicence;
             L. NARBONNE.

       *       *       *       *       *

_Réponse des plénipotentiaires français_.

Les soussignés, plénipotentiaires de S. M. l'empereur des Français, ont
reçu, avec les deux notes que S. Exc. M. le comte de Metternich,
ministre d'État et des affaires étrangères, plénipotentiaire de la cour
médiatrice, leur a fait l'honneur de leur adresser hier, les copies de
celles de MM. les plénipotentiaires russe et prussien. Pénétrés de
l'obligation sacrée que leur impose la nature même de leur mission,
celle d'écarter toute discussion qui n'aurait pas pour but de réaliser
les plus chères espérances des peuples, les soussignés ne considéreront,
dans les notes qui leur ont été remises, que les points qui ont un
rapport direct à l'oeuvre de la pacification. Ils éviteront également de
s'étendre en protestations de leur désir de la paix, parce que, quelque
naturel qu'il soit de s'en honorer, ce désir règle l'esprit des
négociations, mais non la marche des affaires, qui doivent se traiter
suivant les usages reçus, dans leur ordre, et en levant les difficultés
à mesure qu'elles se rencontrent.

C'est avec autant de surprise que de regret que les soussignés ont vu
que ces notes avaient pour but de rejeter une proposition qui leur avait
paru, et qui est en effet la seule propre à concilier la diversité
d'opinion qui s'est élevée sur la forme des négociations.

Dans cet état de choses, ils s'adressent avec confiance au médiateur
pour lui représenter, ce qu'il est impossible de ne pas reconnaître, que
la seule ouverture qui ait tendu réellement à entamer la négociation, a
été faite par eux. En effet, les dissentiments des deux parties laissant
la question indécise, et l'opinion du médiateur, quelque poids que lui
donne sa sagesse et ses lumières, n'ayant pas pu la décider, les
soussignés, autant par déférence pour le médiateur que par le désir
d'aplanir toutes les difficultés, ont consenti à adopter entièrement le
mode qu'il avait proposé, en demandant simplement qu'on admît aussi leur
proposition.

C'était donc un pas de fait; car il serait injuste de ne regarder comme
tel, en négociation, que le sacrifice total de ses prétentions qu'une
des parties ferait à l'autre. Ils devraient espérer qu'après cette
démarche de leur part, faite dans la forme que le médiateur avait
désirée, il se déciderait enfin à faire valoir les motifs, non moins
fondés sur la raison que sur l'usage, dont ils ont appuyé leur
proposition dans les fréquentes conférences officielles qu'ils ont eues
à ce sujet avec M. le comte de Metternich. Cependant ils voient que les
plénipotentiaires alliés, sans combattre cette proposition, sans
répondre aux considérations qui l'ont dictée, sans alléguer même d'autre
raison que leur seule volonté, persistent dans leur prétention, et que
le plénipotentiaire de la cour médiatrice se range entièrement de leur
avis, quoiqu'on ne puisse se dissimuler que le seul motif qu'il ait fait
valoir pour justifier cette préférence ne se trouve plus fondé depuis
que les soussignés ont admis la forme qu'il proposait.

Toutes les objections que l'on peut faire contre le mode qu'ils ont
indiqué dans leur note du 6, tombent d'elles-mêmes, si l'on réfléchit
qu'il concilie toutes les prétentions, qu'il réunit tous les avantages
des différentes formes, l'authenticité de la négociation par écrit, et
la facilité et la célérité de la négociation verbale.

Il serait superflu de s'attacher à relever l'étrange assertion que ce
mode est inusité, puisque le plus simple examen des faits suffit pour la
détruire. Personne n'ignore que dans les principaux congrès dont
l'histoire fait mention, dans ceux où, comme à présent, on a eu à
débattre des intérêts aussi compliqués que variés, à Munster, à Nimègue,
à Ryswich, cette double forme a toujours été employée. S'y refuser
aujourd'hui, n'est-ce pas évidemment montrer que le but pacifique qu'on
met tant de soins à annoncer, n'est pas celui qu'on se propose
réellement? On affecte de nommer Teschen, de prendre pour règle ce qui a
été une exception, et d'invoquer à l'appui le résultat de cette
négociation, comme si celles qui viennent d'être citées en avaient eu un
moins heureux, comme si elles n'avaient pas également réglé les intérêts
des souverains, et assuré la tranquillité des États. Quel peut être, on
le demande encore, le motif qui fait préférer une forme qu'on a suivie
seulement dans une circonstance où il n'y avait qu'un objet à traiter,
et où les bases étaient même posées d'avance?

Il est facile de juger par l'état actuel de la question, qui l'on doit
accuser des retards apportés à la négociation, ou ceux qui, élevant une
prétention opposée à l'usage, repoussent une proposition qui leur assure
tous les avantages qu'ils réclament, ou ceux qui, ayant pour eux l'usage
universellement suivi, consentent à adopter en entier la forme choisie
par leur partie adverse, et se bornent à demander qu'on n'exclue pas une
manière de traiter qui, malgré toutes les allégations contraires, peut
seule amener de prompts résultats.

Les soussignés se flattent que ces considérations seront d'autant mieux
senties par S. Exc. M. le comte de Metternich, qu'il n'aura pu lui
échapper que si la forme exclusive des négociations par écrit offre
quelques avantages, ce n'est pas, à en juger du moins par les notes
qu'il a communiquées aux soussignés, celui d'aider à concilier les
esprits. Il remarquera sans doute aussi que les propositions des
soussignés ont été, au contraire, une nouvelle preuve de leur constant
désir d'aplanir toutes les difficultés pour arriver à la paix, lors même
que leurs adversaires paraissent y avoir renoncé. Ils renouvellent donc
la proposition qu'ils n'ont cessé de faire, d'échanger leurs pleins
pouvoirs, afin d'ouvrir à l'instant les négociations selon la forme
proposée par le médiateur, sans exclure, néanmoins la forme des
conférences, pour conserver les moyens de s'expliquer de vive voix.

Les soussignés ont l'honneur, etc.

     Prague, le 9 août 1813.

     _Signé_ CAULAINCOURT, duc de Vicence;
             L. NARBONNE.

       *       *       *       *       *

_Déclaration de guerre de l'Autriche._

Le soussigné, ministre d'État et des affaires étrangères, est chargé,
par ordre exprès de son auguste maître, de faire la déclaration suivante
à son excellence M. le comte de Narbonne, ambassadeur de S. M.
l'empereur des Français, roi d'Italie.

Depuis la dernière paix signée avec la France, en octobre 1809, S. M.
impériale et royale apostolique a voué toute sa sollicitude, non
seulement à établir des relations d'amitié et de confiance dont elle
avait fait la base de son système politique, mais à faire servir ces
relations au maintien de la paix et de l'ordre en Europe. Elle s'était
flattée que ce rapprochement intime, cimenté par une alliance de famille
contractée avec S. M. l'empereur des Français, contribuerait à lui
donner, sur sa marche politique, la seule influence qu'elle soit jalouse
d'acquérir, celle qui tend à communiquer aux cabinets de l'Europe
l'esprit de modération, le respect pour les droits et les possessions
des États indépendants, qui l'animent elle-même.

S. M. impériale n'a pu se livrer longtemps à de si belles espérances; un
an était à peine écoulé depuis l'époque qui semblait mettre le comble à
la gloire militaire du souverain de la France, et rien ne paraissait
plus manquer à sa prospérité, pour autant qu'elle dépendait de son
attitude et de son influence au dehors, quand de nouvelles réunions au
territoire français, d'États jusqu'alors indépendants, de nouveaux
morcellements et déchirements de l'empire d'Allemagne [31], vinrent
réveiller les inquiétudes des puissances, et préparer, par leur funeste
réaction sur le nord de l'Europe, la guerre qui devait s'allumer en 1812
entre la France et la Russie [32].


[31: _Observations dictées par Napoléon_.

L'Autriche a de plein gré renoncé à l'empire d'Allemagne. Elle a reconnu
les princes de la confédération, elle a reconnu le protectorat de
l'empereur. Si le cabinet autrichien a conçu le projet de rétablir
l'empire d'Allemagne, de revenir sur tout ce que la victoire a fondé et
que les traités ont consacré, il a formé une entreprise qui prouve mal
_l'esprit de modération et le respect pour les droits des États
indépendants_ dont il se dit animé.]

[32: Le cabinet de Vienne met en oubli le traité d'alliance qu'il a
conclu le 14 mars 1812. Il oublie que, par ce traité, la France et
l'Autriche se sont garanti réciproquement l'intégrité de leurs
territoires actuels; il oublie que, par ce traité, l'Autriche s'est
engagée à défendre le territoire de la France tel qu'il existait alors,
et qui n'a depuis reçu aucun agrandissement; il oublie que, par ce
traité, il ne s'est pas borné à demander pour l'Autriche l'intégrité de
son territoire, mais les agrandissements que les circonstances
pourraient lui procurer; il oublie que, le 14 mars 1812, toutes les
questions qui devaient amener la guerre étaient connues et posées, et
que c'est volontairement et en connaissance de cause qu'il prit parti
contre la Russie. Pourquoi, s'il avait alors les sentiments qu'il
manifeste aujourd'hui, n'a-t-il pas fait alors cause commune avec la
Russie? Pourquoi du moins, au lieu de s'unir à ce qu'il présente
aujourd'hui comme une cause injuste, n'a-t-il pas adopté la neutralité?
La Prusse fit à la même époque une alliance avec la France, qu'elle a
violée depuis; mais ses forteresses et son territoire étaient occupés.
Placée entre deux grandes puissances en armes, et théâtre de la guerre,
la neutralité était de fait impossible. Elle se rangea du côté du plus
fort. Lorsqu'ensuite la Russie occupa son territoire, elle reçut la loi
et fut l'alliée de la Russie. Aucune des circonstances qui ont réglé les
déterminations de la Prusse n'ont existé en 1812, et n'existent en 1813
pour l'Autriche. Elle s'est engagée de plein gré en 1812 à la cause
qu'elle croyait la plus juste, à celle dont le triomphe importait le
plus à ses vues et aux intérêts de l'Europe dont elle se montre
protecteur si inquiet et défenseur si généreux. Elle a versé son sang
pour soutenir la cause de la France; en 1813, elle le prodigue pour
soutenir le parti contraire. Que doivent penser les peuples? Quel
jugement ne porteront-ils pas d'un gouvernement qui, attaquant
aujourd'hui ce qu'il défendait hier, montre que ce n'est ni la justice
ni la politique qui règlent les plus importantes déterminations de son
cabinet.]

Le cabinet français sait mieux qu'aucun autre combien S. M. l'empereur
d'Autriche a eu à coeur d'en prévenir l'éclat par toutes les voies que
lui dictait son intérêt pour les deux puissances, et pour celles qui
devaient se trouver entraînées dans la grande lutte qui se préparait. Ce
n'est pas elle que l'Europe accusera jamais des maux incalculables qui
en ont été la suite [33].

[33: Le cabinet français sait mieux qu'aucun autre que l'Autriche a
offert son alliance, lorsqu'on n'avait pas même conçu l'espérance de
l'obtenir; il sait que si quelque chose avait pu le porter à la guerre,
c'était la certitude que non-seulement l'Autriche n'y prendrait aucune
part contre lui, mais qu'elle y prendrait part pour lui. Il sait que,
loin de déconseiller la guerre, l'Autriche l'a excitée; que, loin de la
craindre, elle l'a désirée; que, loin de vouloir s'opposer à de nouveaux
morcellements d'États, elle a conçu de nouveaux déchirements dont elle
voulait faire son profit.]

Dans cet état de choses, S. M. l'empereur ne pouvant conserver à ses
peuples le bienfait de la paix, et maintenir une heureuse neutralité au
milieu du vaste champ de bataille qui, de tous côtés, environnait ses
états, ne consulta, dans le parti qu'elle adopta, que sa fidélité à des
relations si récemment établies, et l'espoir qu'elle aimait à nourrir
encore que son alliance avec la France, en lui offrant des moyens plus
sûrs de faire écouter les conseils de la sagesse, mettrait des bornes à
des maux inévitables, et servirait la causé du retour de la paix en
Europe [34].

[34: Le cabinet de Vienne ne pouvait, dit-il, maintenir une heureuse
neutralité au milieu du vaste champ de bataille qui l'environnait de
tous les côtés.--Les circonstances n'étaient-elles donc pas les mêmes
qu'en 1806? De sanglants combats ne se livrèrent-ils pas en 1806 et en
1807, près des limites de son territoire, et ne conserva-t-il pas aux
peuples le bienfait de la paix, et ne se maintint-il pas dans une
heureuse neutralité?--Mais le gouvernement de l'Autriche, en prenant le
parti de la guerre, en combattant pour la cause de la France,
_consulta_, dit-il, _sa fidélité à des relations nouvellement établies_;
fidélité qui ne mérite plus d'être consultée lorsque ces relations sont
devenues plus anciennes d'une année et plus étroites par une alliance
formelle. S'il faut l'en croire aujourd'hui, ce n'était pas pour
s'assurer des agrandissements qu'il s'alliait à la France en 1812, qu'il
lui garantissait toutes ses possessions, et qu'il prenait part à la
guerre: c'était pour servir la cause du retour de la paix, et pour faire
écouter les conseils de la sagesse. Quelle logique! quelle modestie!]

Il n'en a malheureusement pas été ainsi: ni les succès brillants de la
campagne de 1812, ni les désastres sans exemple qui en ont marqué la fin
n'ont pu ramener dans les conseils du gouvernement français l'esprit de
modération qui aurait mis à profit les uns, et diminué l'effet des
autres [35].

[35: Comment le cabinet de Vienne a-t-il appris que les succès brillants
de la campagne de 1812 n'ont pas ramené la modération dans les conseils
du gouvernement français? S'il avait été bien informé, il aurait su que
les conseils de la France, après la bataille de la Moscowa, ont été
modérés et pacifiques, et que tout ce qui pouvait ramener la paix fut
alors tenté.]

S. M. n'en saisit pas moins le moment où l'épuisement réciproque avait
ralenti les opérations actives de la guerre, pour porter aux puissances
belligérantes des paroles de paix, qu'elle espérait encore voir
accueillir de part et d'autre avec la sincérité qui les lui avait
dictées.

Persuadée toutefois qu'elle ne pourrait les faire écouter qu'en les
soutenant de forces qui promettraient au parti avec lequel elle
s'accorderait de vues et de principes l'appui de sa coopération active,
pour terminer la grande lutte [36]; en offrant sa médiation aux
puissances, elle se décida à l'effort, pénible pour son coeur, d'un
appel au courage et au patriotisme de ses peuples. Le congrès, proposé
par elle et accepté par les deux partis, s'assembla au milieu des
préparatifs militaires que le succès des négociations devait rendre
inutiles, si les voeux de l'empereur se réalisaient, mais qui devaient,
dans le cas contraire, conduire par de nouveaux efforts au résultat
pacifique que S. M. impériale eût préféré d'atteindre sans effusion de
sang [37].

[36: Le cabinet de Vienne met de la suite dans ses inconséquences. Il
fait cause commune avec la France en 1812; et c'était, dit-il
aujourd'hui, pour l'empêcher de faire la guerre à la Russie. Il arme en
1813 pour la Prusse et la Russie, et c'est, dit-il, pour leur inspirer
le désir de la paix. Ces puissances, d'abord exaltées par des progrès
qu'elles devaient au hasard des circonstances, avaient été rendues à des
sentiments plus calmes par les revers éclatants du premier mois de la
campagne: affaiblies, vaincues, elles allaient revenir de leurs
illusions. Le gouvernement autrichien leur déclare qu'il arme pour
elles: il leur montre ses armées prêtes à prendre leur défense, et en
leur offrant de nouvelles chances dans la continuation de la guerre, il
prétend leur inspirer le désir de la paix! Qu'aurait-il fait, s'il avait
voulu les encourager à la guerre? Il a offert à la Russie d'en prendre
sur lui le fardeau; il a offert à la Prusse d'en changer le théâtre, il
a appelé sur son propre territoire les troupes de ses alliés et toutes
les calamités qui pesaient sur celui de la Prusse. Il a enfin offert au
cabinet de Pétersbourg le spectacle le plus agréable pour un empereur de
Russie, de l'Autriche, son ennemie naturelle, combattant la France, son
ennemie actuelle. Si le cabinet de Vienne avait demandé les conseils de
la sagesse, elle lui aurait dit qu'on n'arrête pas un incendie en lui
donnant un nouvel aliment, qu'il n'est pas sage de s'y précipiter pour
un peuple dont les intérêts sont contraires ou étrangers; enfin qu'il y
a de la folie à exposer à toutes les chances de la guerre une nation
qui, après de si longs malheurs, pouvait continuer à jouir des douceurs
de la paix. Mais l'ambition n'est pas un conseiller qu'avoue la
sagesse.]

[37: L'auteur de cette déclaration ne sort pas du cercle vicieux dans
lequel il s'est engagé. La Russie et la Prusse savaient fort bien que le
gouvernement autrichien armait contre la France. Dès ce moment elles ne
pouvaient pas vouloir la paix. Ce résultat des dispositions du cabinet
de Vienne était trop évident pour qu'il n'y eût pas compté.]

En obtenant, de la confiance qu'elles avaient vouée à S. M. impériale,
le consentement des puissances à la prolongation de l'armistice que la
France jugeait nécessaire pour les négociations, l'empereur acquit, avec
cette preuve de leurs vues pacifiques, celle de la modération de leurs
principes et de leurs intentions [38].

[38: Le cabinet de Vienne avait fait perdre le mois de juin tout entier,
en ne remplissant aucune des formalités préalables à l'ouverture du
congrès. La France ne demanda point que l'armistice fût prolongé, mais
elle y consentit. Ce qu'elle désirait, ce qu'elle demanda, c'est qu'il
fût convenu que les négociations continueraient pendant les hostilités.
Mais le cabinet de Vienne s'y refusa; l'Autriche aurait été liée, comme
médiatrice, pendant les négociations; il préféra une prolongation
d'armistice qui lui donnait le temps d'achever ses armements, et dont la
durée limitée lui offrait un terme fatal pour rompre les négociations et
pour se déclarer.]

Il y reconnut les siens, et se persuada, de ce moment, que ce serait de
leur côté qu'il rencontrerait des dispositions sincères à concourir au
rétablissement d'une paix solide et durable. La France, loin de
manifester des intentions analogues, n'avait donné que des assurances
générales, trop souvent démenties par des déclarations publiques qui ne
fondaient aucunement l'espoir qu'elle porterait à la paix les sacrifices
qui pourraient la ramener en Europe [39].

[39: Comment le cabinet de Vienne s'est-il assuré _que la France ne
porterait pas à la paix les sacrifices qui pourraient la ramener en
Europe_? Avant le moment qu'il avait fixé pour la guerre, a-t-il proposé
un _ultimatum_ et fait connaître ce qu'il voulait?--Il a déclaré la
guerre parce qu'il ne voulait que la guerre. Il l'a déclarée, sans
s'assurer si elle pouvait être évitée, et avec une précipitation à
laquelle il est difficile de reconnaître l'influence des conseils de la
sagesse.]

La marche du congrès ne pouvait laisser de doutes à cet égard; le retard
de l'arrivée de MM. les plénipotentiaires français, sous des prétextes
que le grand but de sa réunion aurait dû faire écarter [40],
l'insuffisance de leurs instructions sur les objets de forme qui
faisaient perdre un temps irréparable, lorsqu'il ne restait que peu de
jours pour la plus importante des négociations [41]; toutes ces
circonstances réunies ne démontraient que trop que la paix, telle que la
désiraient l'Autriche et les souverains alliés, était étrangère aux
voeux de la France [42]; et qu'ayant accepté pour la forme, et pour ne
pas s'exposer aux reproches de la prolongation de la guerre, la
proposition d'une négociation, elle voulait en éluder l'effet [43], ou
s'en prévaloir peut-être uniquement pour séparer l'Autriche des
puissances qui s'étaient déjà réunies avec elle de principe, avant même
que les traités eussent consacré leur union pour la cause de la paix et
du bonheur du monde [44].

[40: C'est par le fait de l'Autriche et des alliés que l'arrivée des
plénipotentiaires a été retardée; cependant des difficultés suscitées à
dessein n'étaient pas levées, que M. le comte de Narbonne était déjà à
Prague. Ses pouvoirs, communs aux deux plénipotentiaires, l'autorisaient
à agir concurremment ou séparément. M. le duc de Vicence arriva plus
tard, parce que de nouvelles difficultés, où la dignité de la France
était compromise, furent élevées par les ennemis. Mais à quoi bon ces
observations? Qu'aurait fait un retard de quelques jours à un médiateur
qui n'aurait pas voulu la guerre, et quel motif de guerre qu'un retard
de quelques jours?]

[41: Les plénipotentiaires avaient pour instructions d'adhérer à toutes
les formes de négociation consacrées par l'usage. Le médiateur proposa
des formes inusitées, et qui tendaient à empêcher tout rapprochement des
plénipotentiaires, tout rapport entre eux, toute négociation. Il
introduisit une discussion qu'avec une volonté sincère de la paix le
médiateur n'aurait jamais occasionnée. _Il ne restait_, dit-il, _que peu
de jours pour la plus importante des négociations_. Eh! pourquoi ne
restait-il que peu de jours? qu'avait de commun la négociation avec
l'armistice? ne pouvait-on pas négocier en se battant? Qu'importe
quelques jours de plus ou de moins quand il s'agit de la paix? Si le
cabinet de Vienne ne voulait pas la négocier, mais la dicter, comme on
dicte des conditions à une place assiégée, peu de jours à la vérité
pouvaient suffire; mais alors pourquoi n'a-t-il pas même proposé une
capitulation? _Il ne restait que peu de jours pour la plus importante
des négociations!_ Quelle est donc la négociation qui a été faite en peu
de jours? Le temps est l'élément le plus nécessaire quand il s'agit de
s'entendre; le temps est un élément inutile pour un médiateur qui a pris
d'avance son parti. Cependant lorsque c'est contre la France qu'il
s'agit de se déclarer, une telle détermination n'est pas de si peu de
conséquence qu'il soit indifférent d'employer quelques jours de plus ou
de moins à y penser.]

[42: Il faut rendre ici justice à la pénétration du cabinet de Vienne.
Sans doute la paix telle que la voulaient les souverains alliés était
étrangère aux voeux de la France, de même que la paix telle que la
voulait la France devait être étrangère aux voeux des alliés. Toute
puissance qui entre en négociation veut tout ce qu'elle peut obtenir.
Lorsqu'il y a un médiateur, il s'interpose entre les volontés opposées,
afin de les rapprocher. Telle est sa mission: sa gloire est d'y réussir.
Mais tel n'était pas le rôle que le cabinet autrichien s'était donné; il
n'a jamais été médiateur, il a été ennemi dès le moment où, selon son
aveu, il n'a voulu d'autre paix que celle que voulait une seule des
parties. Mais quelle était cette paix que voulait le cabinet de Vienne?
S'il voulait en effet la paix, une paix quelconque, pourquoi ne s'est-il
pas expliqué? Pourquoi? parce qu'il avait adopté toutes les prétentions
de la Russie, de la Prusse et de l'Angleterre; parce qu'il avait de plus
ses prétentions propres sur lesquelles il ne voulait pas céder; enfin
parce qu'il était résolu à la guerre.]

[43: La France a proposé l'ouverture d'un congrès, parce qu'elle voulait
sincèrement la paix; parce qu'elle se flattait que ses
plénipotentiaires, mis en présence de ceux de la Russie et de la Prusse,
parviendraient à s'entendre avec eux, parce qu'un congrès, même sous la
médiation de l'Autriche, était un moyen d'échapper aux dangers des
insinuations que le cabinet de Vienne répandait.

La France a accepté la médiation de l'Autriche, parce qu'en supposant au
cabinet de Vienne les vues ambitieuses sur lesquelles nous n'avions pas
de doutes, on devait croire qu'il se trouverait gêné par son rôle de
médiateur, et qu'il n'oserait pas, dans une négociation publique et pour
son seul intérêt, repousser nos vues modérées et les sacrifices que nous
étions disposés à faire à la paix; parce qu'enfin, s'il en était
autrement, et si le médiateur et nos ennemis étaient d'accord sur leurs
prétentions réciproques, le cabinet de Vienne proposerait un _ultimatum_
qui soulèverait l'indignation de la France et de ses alliés.]

[44: Ainsi l'_Autriche était déjà réunie de principes avec les ennemis
de la France!_ Qui lui demandait cet aveu?

Le cabinet de Vienne craignait que la France ne se prévalût d'une
négociation pour séparer l'Autriche des puissances ennemies! Sans doute,
si l'Autriche s'était unie à elles pour les empêcher de faire la paix et
avec la ferme résolution de nous faire la guerre, elle devait craindre
une négociation où notre modération pouvait leur offrir des chances plus
avantageuses dans la paix que dans la guerre; mais pourquoi donc le
cabinet de Vienne a-t-il offert sa médiation et fait retentir l'Europe
de ses voeux pour la paix?]

L'Autriche sort de cette négociation, dont le résultat a trompé ses
voeux les plus chers, avec la conscience de la bonne foi qu'elle y a
portée. Plus zélée que jamais pour le noble but qu'elle s'était proposé,
elle ne prend les armes que pour l'atteindre, de concert avec les
puissances animées des mêmes sentiments. Toujours également disposée à
prêter la main au rétablissement d'un ordre de choses qui, par une sage
répartition de forces, place la garantie de la paix sous l'égide d'une
association d'états indépendants, elle ne négligera aucune occasion de
parvenir à ce résultat; et la connaissance qu'elle a acquise des
dispositions des cours devenues désormais ses alliées lui donne la
certitude qu'elles coopéreront avec sincérité à un but aussi salutaire
[45].

[45: L'Autriche veut _établir un ordre de choses qui, par une sage
répartition de forces, place la garantie de la paix sous l'égide d'une
association d'états indépendants_. Elle ne fera la paix que quand une
égale répartition de forces garantira l'indépendance de chaque état.
Pour y parvenir, elle doit d'abord agrandir à ses dépens la Bavière et
la Saxe, car c'est aux grandes puissances à descendre pour que les
puissances du second ordre deviennent leurs égales; lorsqu'elle aura
donné l'exemple, elle sera en droit de demander qu'il soit imité. Ainsi
le cabinet de Vienne veut combattre pour faire de toutes les puissances
une république de souverains dont les éléments seront parfaitement
égaux; et c'est à de telles rêveries qu'il faudrait sacrifier le repos
du monde! Peut-on se jouer plus ouvertement de la raison publique, de
l'opinion de l'Europe? En rédigeant des manifestes, comme en réglant sa
conduite, le cabinet de Vienne n'a pas _écouté les conseils de la
sagesse_.]

En déclarant, d'ordre de l'empereur, à M. le comte de Narbonne, que ses
fonctions d'ambassadeur viennent à cesser de ce moment, le soussigné met
à la disposition de S. Exc. les passeports dont elle aura besoin pour
elle et pour sa suite.

Les mêmes passeports seront remis à M. de La Blanche, chargé d'affaires
de France à Vienne, ainsi qu'aux autres individus de l'ambassade.

Il a l'honneur d'offrir, etc.

     Prague, le 12 août 1813.

     _Signé_ METTERNICH.


_Dernière note de M. de Bassano à M. de Metternich._

Le soussigné, ministre des relations extérieures, a mis sous les yeux de
S. M. l'empereur et roi la déclaration du 11 août, par laquelle
l'Autriche dépose le rôle de médiateur dont elle avait couvert ses
desseins.

Depuis le mois de février, les dispositions hostiles du cabinet de
Vienne envers la France étaient connues de toute l'Europe. Le Danemark,
la Saxe, la Bavière, le Wurtemberg, Naples et la Westphalie ont dans
leurs archives des pièces qui prouvent combien l'Autriche, sous les
fausses apparences de l'intérêt qu'elle prenait à son allié et de
l'amour de la paix, nourrissait de jalousie contre la France. Le
soussigné se refuse à retracer le système de protestations prodiguées
d'un côté, et d'insinuations répandues de l'autre, par lequel le cabinet
de Vienne compromettait la dignité de son souverain, et qui, dans son
développement, à prostitué ce qu'il y a de plus sacré parmi les hommes,
un médiateur, un congrès et le nom de la paix.

Si l'Autriche voulait faire la guerre, qu'avait-elle besoin de se parer
d'un faux langage, et d'entourer la France de pièges mal tissus qui
frappaient tous les regards?

Si le médiateur voulait la paix, aurait-il prétendu que des transactions
si compliquées s'accomplissent en quinze ou vingt jours? Était-ce une
volonté pacifique celle qui consistait à dicter la paix à la France en
moins de temps qu'il n'en faut pour conclure la capitulation d'une place
assiégée? La paix de Teschen exigea plus de quatre mois de négociation.
Plus de six semaines furent employées à Sistow avant que la discussion,
même sur les formes, fût terminée. La négociation de la paix de Vienne,
en 1809, lorsque la plus grande partie de la monarchie autrichienne
était entre les mains de la France, à duré deux mois.

Dans ces diverses transactions, les intérêts et le nombre des parties
étaient circonscrits; et lorsqu'il s'agissait, à Prague, de poser, dans
un congrès, les bases de la pacification générale, de concilier les
intérêts de la France, de l'Autriche, de la Russie, de la Prusse, du
Danemark, de la Saxe et de tant d'autres puissances; lorsqu'aux
complications qui naissent de la multiplicité et de la diversité des
intérêts, se joignirent les difficultés résultant des prétentions
ouvertes et cachées du médiateur, il était dérisoire de prétendre que
tout fût terminé, montre en main, en quinze jours. Sans la funeste
intervention de l'Autriche, la paix entre la Russie, la France et la
Prusse serait faite aujourd'hui.

L'Autriche, ennemie de la France, et couvrant son ambition du masque de
médiatrice, compliquait tout, et rendait toute conciliation impossible.
Mais l'Autriche s'étant déclarée en état de guerre est dans une position
plus vraie et toute simple. L'Europe est ainsi plus près de la paix; il
y a une complication de moins.

Le soussigné a donc reçu l'ordre de proposer à l'Autriche de préparer
dès aujourd'hui les moyens de parvenir à la paix, d'ouvrir un congrès où
toutes les puissances, grandes et petites, seront appelées, où toutes
les questions seront solennellement posées, où l'on n'exigera point que
cette oeuvre, aussi difficile que salutaire, soit terminée ni dans une
semaine ni dans un mois; où l'on procédera avec la lenteur inséparable
de toute opération de cette nature, avec la gravité qui appartient à un
si grand but et à de si grands intérêts. Les négociations pourront être
longues: elles doivent l'être. Est-ce en peu de jours que les traités
d'Utrecht, de Nimègue, de Ryswick, d'Aix-la-Chapelle ont été conclus?

Dans la plupart des discussions mémorables, la question de la paix fut
toujours indépendante de celle de la guerre: on négociait sans savoir si
l'on se battait ou non; et puisque les alliés fondent tant d'espérances
sur les chances du combat, rien n'empêche de négocier, aujourd'hui comme
alors, en se battant.

Le soussigné propose de neutraliser un point sur la frontière pour le
lieu des conférences; de réunir les plénipotentiaires de la France, de
l'Autriche, de la Russie, de la Prusse, de la Saxe; de convoquer tous
ceux des puissances belligérantes, et de commencer, dans cette auguste
assemblée, l'oeuvre de la paix, si vivement désirée par toute l'Europe.
Les peuples éprouveront une consolation véritable en voyant les
souverains s'occuper à mettre un terme aux calamités de la guerre, et
confier à des hommes éclairés et sincères le soin de concilier les
intérêts, de compenser les sacrifices, et de rendre la paix avantageuse
et honorable à toutes les nations.

Le soussigné ne s'attache point à répondre au manifeste de l'Autriche et
au seul grief sur lequel il repose. Sa réponse serait complète en un
seul mot. Il citerait la date du traité d'alliance conclu le 14 mars
1812 entre les deux puissances, et la garantie, stipulée par le traité,
du territoire de l'empire tel qu'il était le 14 mars 1812.

Le soussigné, etc.

     Dresde, le 18 août 1813.

     _Signé_ le duc de BASSANO.

_Dernière note de M. de Metternich à M. de Bassano_

Le soussigné, ministre secrétaire d'État et des affaires étrangères, a
reçu hier l'office que S. Exc. M. le duc de Bassano lui a fait l'honneur
de lui adresser le 18 août dernier.

Ce n'est pas après que la guerre a éclaté entre l'Autriche et la France
que le cabinet autrichien croit devoir relever les inculpations
gratuites que renferme la note de M. le duc de Bassano. Forte de
l'opinion générale, l'Autriche attend avec calme le jugement de l'Europe
et celui de la postérité.

La proposition de S. M. l'empereur des Français offrant encore à
l'empereur une lueur d'espoir de parvenir à la pacification générale, sa
majesté impériale a cru pouvoir la saisir. En conséquence, elle a
ordonné au soussigné de porter à la connaissance des cabinets russe et
prussien la demande de l'ouverture d'un congrès qui, pendant la guerre
même, s'occuperait des moyens d'arriver à une pacification générale. LL.
MM. l'empereur Alexandre et le roi de Prusse, animés des mêmes
sentiments que leur auguste allié, ont autorisé le soussigné à déclarer
à S. Exc. M. le duc de Bassano que, _ne pouvant point décider sur un
objet d'un intérêt tout-à-fait commun, sans en avoir préalablement
conféré avec les autres alliés, les trois cours vont porter incessamment
à leur connaissance la proposition de la France_.

Le soussigné les a chargés de transmettre, dans le plus court délai
possible, au cabinet français, les ouvertures de toutes les cours
alliées, en réponse à la susdite proposition.

Le soussigné a l'honneur, etc.

     Prague, le 21 août 1813.

     _Signé_ le prince de METTERNICH.



FIN DU SIXIÈME VOLUME.





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Mémoires du duc de Rovigo, pour servir à l'histoire de l'empereur Napoléon - Tome Sixième" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home