Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: Histoire de la Révolution française, Tome 4
Author: Thiers, Adolphe, 1797-1877
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Histoire de la Révolution française, Tome 4" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



made available by the Biblioth que nationale de France (BnF/Gallica)
at http://gallica.bnf.fr.



HISTOIRE DE LA RÉVOLUTION FRANÇAISE


PAR M.A. THIERS


DE L'ACADÉMIE FRANÇAISE



TOME QUATRIÈME



CONVENTION NATIONALE.


CHAPITRE VII.


SUITE DE NOS REVERS MILITAIRES; DÉFAITE DE NERWINDE.--PREMIÈRES
NÉGOCIATIONS DE DUMOURIEZ AVEC L'ENNEMI.--SES PROJETS DE CONTRE-ÉVOLUTION;
IL TRAITE AVEC L'ENNEMI.--ÉVACUATION DE LA BELGIQUE.--PREMIERS TROUBLES DE
L'OUEST; MOUVEMENTS INSURRECTIONNELS DANS LA VENDÉE.--DÉCRETS
RÉVOLUTIONNAIRES.--DÉSARMEMENT DES _suspects_.--ENTRETIEN DE DUMOURIEZ
AVEC DES ÉMISSAIRES DES JACOBINS.--IL FAIT ARRÊTER ET LIVRE AUX
AUTRICHIENS LES COMMISSAIRES DE LA CONVENTION.--DÉCRET CONTRE LES
BOURBONS.--MISE EN ARRESTATION DU DUC D'ORLÉANS ET DE SA FAMILLE.
--DUMOURIEZ, ABANDONNÉ DE SON ARMÉE APRÈS SA TRAHISON, SE RÉFUGIE DANS LE
CAMP DES IMPÉRIAUX; OPINION SUR CE GÉNÉRAL.--CHANGEMENTS DANS LES
COMMANDEMENTS DES ARMÉES DU NORD ET DU RHIN.--BOUCHOTTE EST NOMMÉ MINISTRE
DE LA GUERRE À LA PLACE DE BEURNONVILLE DESTITUÉ.


On a vu, dans le précédent chapitre, dans quel état d'exaspération se
trouvaient les partis de l'intérieur, et les mesures extraordinaires que
le gouvernement révolutionnaire avait prises pour résister à la coalition
étrangère et aux factions du dedans. C'est au milieu de ces circonstances,
de plus en plus imminentes, que Dumouriez, revenu de Hollande, rejoignit
son armée à Louvain. Nous l'avons vu déployant son autorité contre les
commissaires du pouvoir exécutif, et repoussant de toutes ses forces le
jacobinisme qui tâchait de s'introduire en Belgique. A toutes ces
démarches il en ajouta une plus hardie encore, et qui devait le conduire à
la même fin que Lafayette. Il écrivit, le 12 mars, une lettre à la
convention, dans laquelle, revenant sur la désorganisation des armées
opérée par Pache et les jacobins, sur le décret du 15 décembre, sur les
vexations exercées contre les Belges, il imputait tous les maux présens à
l'esprit désorganisateur qui se répandait de Paris sur la France, et de la
France dans les pays affranchis par nos armées. Cette lettre, pleine
d'expressions audacieuses, et surtout de remontrances, qu'il n'appartenait
pas à un général de faire, arriva au comité de sûreté générale, au moment
même où de si nombreuses accusations s'élevaient contre Dumouriez, et où
l'on faisait de continuels efforts pour lui conserver la faveur populaire,
et l'attacher lui-même à la république. Cette lettre fut tenue secrète, et
sur-le-champ on lui envoya Danton pour l'engager à la rétracter.

Dumouriez rallia son armée en avant de Louvain, ramena ses colonnes
dispersées, jeta un corps vers sa droite pour garder la Campine, et pour
lier ses opérations avec les derrières de l'armée hasardée en Hollande.
Aussitôt après, il se décida à reprendre l'offensive pour rendre la
confiance à ses soldats. Le prince de Cobourg, après s'être emparé du
cours de la Meuse depuis Liége jusqu'à Maëstrich, et s'être porté au-delà
jusqu'à Saint-Tron, avait fait occuper Tirlemont par un corps avancé.
Dumouriez fit reprendre cette ville; et, voyant que l'ennemi n'avait pas
songé à garder la position importante de Goidsenhoven, laquelle domine
tout le terrain entre les deux Gettes, il y dirigea quelques bataillons,
qui s'y établirent sans difficulté. Le lendemain, 16 mars, l'ennemi voulut
recouvrer cette position perdue, et l'attaqua avec une grande vigueur.
Dumouriez, qui s'y attendait, la fit soutenir, et s'attacha à ranimer ses
troupes par ce combat. Les Impériaux repoussés, après avoir perdu sept à
huit cents hommes, repassèrent la petite Gette et allèrent se poster entre
les villages de Neerlanden, Landen, Nerwinden, Overwinden et Racour. Les
Français, encouragés par cet avantage, se placèrent de leur côté en avant
de Tirlemont et dans plusieurs villages situés à la gauche de la petite
Gette, devenue la ligne de séparation des deux armées.

Dumouriez résolut dès lors de donner une grande bataille, et cette pensée
était aussi sage que hardie. La guerre méthodique ne convenait pas à ses
troupes peu disciplinées encore. Il fallait redonner de l'éclat à nos
armes, rassurer la convention, s'attacher les Belges, ramener l'ennemi
au-delà de la Meuse, le fixer là pour un temps, ensuite voler de nouveau
en Hollande, pénétrer dans une capitale de la coalition, et y porter la
révolution. A ces projets Dumouriez ajoutait encore, dit-il, le
rétablissement de la constitution de 1791, et le renversement des
démagogues, avec le secours des Hollandais et de son armée. Mais cette
addition était une folie, ici comme au moment où il était sur le Moerdik:
ce qu'il y avait de sage, de possible et de vrai dans son plan, c'était de
recouvrer son influence, de rétablir nos armes, et d'être rendu à ses
projets militaires par une bataille gagnée. L'ardeur renaissante de son
armée, sa position militaire, tout lui donnait une espérance fondée de
succès; d'ailleurs il fallait beaucoup hasarder dans sa situation, et il
ne devait pas hésiter.

Notre armée s'étendait sur un front de deux lieues, et bordait la petite
Gette, de Neer-Heylissem à Leaw. Dumouriez résolut d'opérer un mouvement
de conversion, qui ramènerait l'ennemi entre Leaw et Saint-Tron. Sa gauche
étant appuyée à Leaw comme sur un pivot, sa droite devait tourner par
Neer-Heylissem, Racour et Landen, et obliger les Autrichiens à reculer
devant elle jusqu'à Saint-Tron. Pour cela il fallait traverser la petite
Gette, franchir ses rives escarpées, prendre Leaw, Orsmaël, Neerwinden,
Overwinden et Racour. Ces trois derniers villages, faisant face à notre
droite, qui devait les parcourir dans son mouvement de conversion,
formaient le principal point d'attaque. Dumouriez, divisant sa droite en
trois colonnes aux ordres de Valence, leur enjoignit de passer la Gette au
pont de Neer-Heylissem: l'une devait déborder l'ennemi, l'autre prendre
vivement la tombe élevée de Middelwinden, foudroyer de cette hauteur le
village d'Overwinden et s'en emparer, la troisième attaquer le village de
Neerwinden par sa droite. Le centre, confié au duc de Chartres, et composé
de deux colonnes, avait ordre de passer au pont d'Esemaël, de traverser
Laer, et d'attaquer de front Neerwinden, déjà menacé sur son premier flanc
par la troisième colonne. Enfin, la gauche, aux ordres de Miranda, devait
se diviser en deux et trois colonnes, occuper Leaw et Orsmaël, et s'y
maintenir, tandis que le centre et la droite, marchant en avant après la
victoire, opéreraient le mouvement de conversion, qui était le but de
la bataille.

Ces dispositions furent arrêtées le 17 mars au soir. Le lendemain 18, dès
neuf heures du matin, toute l'armée s'ébranla avec ordre et ardeur. La
Gette fut traversée sur tous les points. Miranda fit occuper Leaw par
Champmorin, il s'empara lui-même d'Orsmaël, et engagea une canonnade avec
l'ennemi, qui s'était retiré sur les hauteurs de Halle, et s'y était
fortement retranché. Le but se trouvait atteint sur ce point. Au centre et
à droite, le mouvement s'opéra à la même heure, les deux parties de
l'armée traversèrent Elissem, Esemaël, Neer-Heylissem, et, malgré un feu
meurtrier, franchirent avec beaucoup de courage les hauteurs escarpées qui
bordaient la Gette. La colonne de l'extrême droite traversa Racour,
déborda dans la plaine, et au lieu de s'y étendre, comme elle en avait
l'ordre, commit la faute de se replier sur Overwinden pour chercher
l'ennemi. La seconde colonne de la droite, après avoir été retardée dans
sa marche, se lança avec une impétuosité héroïque sur la tombe élevée de
Middelwinden, et en chassa les impériaux; mais au lieu de s'y établir
fortement, elle ne fit que la traverser, et s'empara d'Overwinden. La
troisième colonne entra dans Neerwinden, et commit une autre faute par
l'effet d'un malentendu, celle de s'étendre trop tôt hors du village, et
de s'exposer par là à en être expulsée par un retour des Impériaux.
L'armée française touchait cependant à son but; mais le prince de Cobourg
ayant d'abord commis la faute de ne pas attaquer nos troupes à l'instant
où elles traversaient la Gette, et gravissaient ses bords escarpés, la
réparait en donnant un ordre général de reprendre les positions
abandonnées. Des forces supérieures étaient portées sur notre gauche
contre Miranda. Clerfayt, profitant de ce que la première colonne n'avait
pas persisté à le déborder, de ce que la seconde ne s'était pas établie
sur la tombe de Middelwinden, de ce que la troisième et les deux composant
le centre s'étaient accumulées confusément dans Neerwinden, traversait la
plaine de Landen, reprenait Racour, la tombe de Middelwinden, Overwinden
et Neerwinden. Dans ce moment, les Français étaient dans une position
désastreuse. Chassés de tous les points qu'ils avaient occupés, rejetés
sur le penchant des hauteurs, débordes par leur droite, foudroyés sur leur
front par une artillerie supérieure, menacés par deux corps de cavalerie,
et ayant une rivière à dos, ils pouvaient être détruits, et l'auraient été
certainement si l'ennemi, au lieu de porter la plus grande partie de ses
forces sur leur gauche, eût poussé plus vivement leur centre et leur
droite. Dumouriez, accourant alors sur ce point menacé, rallie ses
colonnes, fait reprendre la tombe de Middelwinden, et marche lui-même sur
Neerwinden, déjà pris deux fois par les Français, et repris deux fois
aussi par les Impériaux. Dumouriez y rentre pour la troisième fois, après
un horrible carnage. Ce malheureux village était encombré d'hommes et de
chevaux, et dans la confusion de l'attaque, nos troupes s'y étaient
accumulées et débandées. Dumouriez, sentant le danger, abandonne ce champ
embarrassé de débris humains, et recompose ses colonnes à quelque distance
du village. Là, il s'entoure d'artillerie, et se dispose à se maintenir
sur ce champ de bataille. Dans ce moment, deux colonnes de cavalerie
fondent sur lui; l'une de Neerwinden, l'autre d'Overwinden. Valence
prévient la première à la tête de la cavalerie française, la charge
impétueusement, la repousse, et, couvert de glorieuses blessures, est
obligé de céder son commandement au duc de Chartres. Le général Thouvenot
reçoit la seconde avec calme, la laisse s'engager au sein de notre
infanterie, dont il fait ouvrir les rangs, puis il ordonne tout à coup une
double décharge de mitraille et de mousqueterie, qui, faite à bout
portant, accable la cavalerie impériale et la détruit presque entièrement.
Dumouriez reste ainsi maître du champ de bataille, et s'y établit pour
achever le lendemain son mouvement de conversion.

La journée avait été sanglante; mais le plus difficile semblait exécuté.
La gauche, établie dès le matin à Leaw et Orsmaël, devait n'avoir plus
rien à faire, et le feu ayant cessé à deux heures après midi, Dumouriez
croyait qu'elle avait conservé son terrain. Il se regardait comme
victorieux, puisqu'il occupait tout le champ de bataille. Cependant la
nuit approchait, la droite et le centre allumaient leurs feux, et aucun
officier n'était venu apprendre à Dumouriez, de la part de Miranda, ce qui
se passait sur son flanc gauche. Alors il conçoit des doutes, et bientôt
des inquiétudes. Il part à cheval avec deux officiers et deux domestiques,
et trouve le village de Laer abandonné par Dampierre, qui commandait sous
le duc de Chartres l'une des deux colonnes du centre. Dumouriez apprend là
que la gauche, entièrement débandée, avait repassé la Gette, et avait fui
jusqu'à Tirlemont; et que Dampierre, se voyant alors découvert, s'était
reporté en arrière, au poste qu'il occupait le matin avant la bataille. Il
part aussitôt ventre à terre, accompagné de ses deux domestiques et de ses
deux officiers, manque d'être pris par les hulans autrichiens, arrive vers
minuit à Tirlemont, et trouve Miranda qui s'était replié à deux lieues du
champ de bataille, et que Valence, transporté là par suite de ses
blessures, engageait vainement à se reporter en avant. Miranda, entré à
Orsmaël dès le matin, avait été attaqué au moment où les Impériaux
reprenaient toutes leurs positions. La plus grande partie des forces de
l'ennemi avait porté sur son aile, qui formée en partie des volontaires
nationaux, s'était débandée et avait fui jusqu'à Tirlemont. Miranda,
entraîné, n'avait eu ni le temps ni la force de rallier ses soldats,
quoique Miacsinsky fût venu à son secours avec un corps de troupes
fraîches; il ne songea même pas à en faire prévenir le général en chef.
Quant à Champmorin, placé à Leaw avec la dernière colonne, il s'y était
maintenu jusqu'au soir, et n'avait songé à rentrer à Bingen, son point de
départ, que vers la fin de la journée.

L'armée française se trouva ainsi détachée, partie en arrière de la Gette,
partie en avant; et si l'ennemi, moins intimidé par une action aussi
opiniâtre, eût voulu pousser ses avantages, il pouvait couper notre ligne,
anéantir notre droite campée à Neerwinden, et mettre en fuite la gauche
déjà repliée. Dumouriez, sans s'épouvanter, se décide froidement à la
retraite, et dès le lendemain matin il se prépare à l'exécuter. Pour cela,
il s'empare de l'aile de Miranda, tâche de lui rendre quelque courage, et
veut la reporter en avant pour arrêter l'ennemi sur la gauche de la ligne,
tandis que le centre et la droite, faisant leur retraite, essaieront de
repasser la Gette. Mais cette portion de l'armée, abattue par sa défaite
de la veille, n'avance qu'avec peine. Heureusement Dampierre, qui avait
repassé la Gette le jour même avec une colonne du centre, appuie le
mouvement de Dumouriez, et se conduit avec autant d'intelligence que de
courage. Dumouriez, toujours au milieu de ses bataillons, les soutient, et
veut les conduire sur la hauteur de Wommersem, qu'ils avaient occupée la
veille avant le commencement de la bataille. Les Autrichiens y avaient
placé des batteries, et faisaient de ce point un feu meurtrier. Dumouriez
se met à la tête de ces soldats abattus, leur fait sentir qu'il vaut mieux
tenter l'attaque que de recevoir un feu continu, qu'ils en seront quittes
pour une charge, bien moins meurtrière pour eux que cette froide
immobilité en présence d'une artillerie foudroyante. Deux fois il les
ébranle, et deux fois, comme découragés par le souvenir de la veille, ils
s'arrêtent; et tandis qu'ils supportent avec une constance héroïque le feu
Des hauteurs de Wommersem, il n'ont pas le courage beaucoup plus facile de
charger à la baïonnette. Dans cet instant un boulet emporte le cheval de
Dumouriez: il est renversé et couvert de terre. Ses soldats épouvantés
sont prêts à fuir à cette vue, mais il se relève avec une extrême
promptitude, remonte à cheval, et continue à les maintenir sur le champ de
bataille.

Pendant ce temps, le duc de Chartres opérait la retraite de la droite et
de la moitié du centre. Conduisant ses quatre colonnes avec autant
d'intrépidité que d'intelligence, il se retire froidement en présence d'un
ennemi formidable, et traverse les trois ponts de la Gette sans avoir été
entamé. Dumouriez replie alors son aile gauche, ainsi que la colonne de
Dampierre, et rentre dans les positions de la veille, en présence d'un
ennemi saisi d'admiration pour sa belle retraite. Le 19, l'armée se
trouvait, comme le 17, entre Hackenhoven et Goidsenhoven, mais avec une
perte de quatre mille morts, avec une désertion de plus de dix mille
fuyards, qui couraient déjà vers l'intérieur, et avec le découragement
d'une bataille perdue.

Dumouriez, dévoré de chagrins, agité de sentimens contraires, songeait
tantôt à se battre à outrance contre les Autrichiens, tantôt à détruire la
faction des jacobins, auxquels il attribuait la désorganisation et les
revers de son armée. Dans les accès de sa violente humeur, il parlait tout
haut contre la tyrannie de Paris, et ses propos, répétés par son
état-major, circulaient dans toute l'armée. Néanmoins, quoique livré à un
singulier désordre d'esprit, il ne perdit pas le sang-froid nécessaire
dans une retraite, et il fit les meilleures dispositions pour occuper
long-temps la Belgique par les places fortes, s'il était obligé de
l'évacuer avec ses armées. En conséquence il ordonna au général d'Harville
de jeter une forte garnison dans le château de Namur, et de s'y maintenir
avec une division. Il envoya le général Ruault à Anvers pour recueillir
les vingt mille hommes de l'expédition de Hollande, et garder l'Escaut,
Tandis que de bonnes garnisons occuperaient Breda et Gertruydenberg. Son
but était de former ainsi un demi-cercle de places fortes, passant par
Namur, Mons, Tournay, Courtray, Anvers, Breda et Gertruydenberg; de se
placer au centre de ce demi-cercle, et d'y attendre les renforts
nécessaires pour agir plus énergiquement. Le 22, il livra, devant Louvain,
un combat de position aux Impériaux, qui fut aussi grave que celui de
Goidsenhoven, et leur coûta autant de monde. Le soir, il eut une entrevue
avec le colonel Mack, officier ennemi qui exerçait une grande influence
sur les opérations des coalisés, par la réputation dont il jouissait en
Allemagne. Ils convinrent de ne plus livrer de combats décisifs, de se
suivre lentement et en bon ordre, pour épargner le sang des soldats et
ménager les pays qui étaient le théâtre de la guerre. Cette espèce
d'armistice, toute favorable aux Français, qui se seraient débandés s'ils
avaient été attaqués vivement, convenait aussi parfaitement au timide
système de la coalition, qui, après avoir recouvré la Meuse, ne voulait
plus rien tenter de décisif avant la prise de Mayence. Telle fut la
première négociation de Dumouriez avec l'ennemi. La politesse du colonel
Mack, ses manières engageantes, purent disposer l'esprit si agité du
général à recourir à des secours étrangers. Il commençait à ne plus
apercevoir d'avenir dans la carrière où il se trouvait engagé: si quelques
mois auparavant il prévoyait succès, gloire, influence, en commandant les
armées françaises, et si cette espérance le rendait plus indulgent pour
les violences révolutionnaires, aujourd'hui battu, dépopularisé,
attribuant la désorganisation de son armée à ces mêmes violences, il
voyait avec horreur des désordres qu'il avait pu autrefois ne considérer
qu'avec indifférence. Élevé dans les cours, ayant vu de ses yeux quelle
machine fortement organisée il fallait pour assurer la durée d'un état, il
ne pouvait concevoir que des bourgeois soulevés pussent suffire à une
opération aussi compliquée que celle du gouvernement. Dans une telle
situation, si un général, administrateur et guerrier à la fois, tient la
force dans ses mains, il est difficile que l'idée ne lui vienne pas de
l'employer pour terminer des désordres qui épouvantent sa pensée et
menacent même sa personne. Dumouriez était assez hardi pour concevoir une
pareille idée; et, ne voyant plus d'avenir en servant la révolution par
des victoires, il songea à s'en former un autre en ramenant cette
révolution à la constitution de 1791, et en la réconciliant à ce prix avec
toute l'Europe. Dans ce plan, il fallait un roi, et les hommes importaient
assez peu à Dumouriez pour qu'il ne s'inquiétât pas beaucoup du choix. On
lui reprocha alors de vouloir placer sur le trône la maison d'Orléans. Ce
qui porta à le croire, c'est son affection pour le duc de Chartres, auquel
il avait ménagé à l'armée le rôle le plus brillant. Mais cette preuve
était fort insignifiante, car le jeune duc avait mérité tout ce qu'il
avait obtenu, et d'ailleurs rien ne prouvait dans sa conduite un concert
avec Dumouriez. Une autre considération persuada tous les esprits: c'est
que, dans le moment, il n'y avait pas d'autre choix possible, si l'on
voulait créer une dynastie nouvelle. Le fils du roi mort était trop jeune,
et d'ailleurs le régicide n'admettait pas une réconciliation aussi prompte
avec la dynastie. Les oncles étaient en état d'hostilité; et il ne restait
que la branche d'Orléans, aussi compromise dans la révolution que les
jacobins eux-mêmes, et seule capable d'écarter toutes les craintes des
révolutionnaires. Si l'esprit agité de Dumouriez s'arrêta à un choix, il
ne put en former d'autre alors, et ce fut cette nécessité qui le fit
accuser de songer à mettre la famille d'Orléans sur le trône. Il le nia
dans l'émigration; mais cette dénégation intéressée ne prouve rien; et il
ne faut pas plus le croire sur ce point que sur la date antérieure qu'il a
prétendu donner à ses desseins. Il a voulu dire en effet que son projet de
résistance contre les jacobins était plus ancien, mais ce fait est faux.
Ce n'est qu'alors, c'est-à-dire lorsque la carrière des succès lui fut
fermée, qu'il songea à s'en ouvrir une autre. Dans ce projet, il entrait
du ressentiment personnel, du chagrin de ses revers, enfin une indignation
sincère, mais tardive, contre les désordres sans issue qu'il prévoyait
maintenant sans aucune illusion.

Le 22, il trouva à Louvain Danton et Lacroix qui venaient lui demander
raison de la lettre écrite le 12 mars à la convention, et tenue secrète
par le comité de sûreté générale. Danton, avec lequel il sympathisait,
espérait le ramener à des sentimens plus calmes, et le rattacher à la
cause commune. Mais Dumouriez traita les deux commissaires et Danton
lui-même avec beaucoup d'humeur, et leur laissa découvrir les plus
sinistres dispositions. Il se répandit en nouvelles plaintes contre la
convention et les jacobins, et ne voulut pas rétracter sa lettre.
Seulement il consentit à écrire deux mots, pour dire qu'il en donnerait
plus tard l'explication. Danton et Lacroix partirent sans avoir rien pu
obtenir, et le laissant dans la plus violente agitation.

Le 23, après une résistance assez vive pendant toute la journée, plusieurs
corps abandonnèrent leurs postes, et il fut obligé de quitter Louvain en
désordre. Heureusement l'ennemi n'aperçut rien de ce mouvement, et n'en
profita pas pour achever de jeter la confusion dans notre armée, en la
poursuivant. Dumouriez sépara alors la troupe de ligne des volontaires, la
réunit à l'artillerie, et en composa un corps d'élite de quinze mille
Hommes, avec lequel il se plaça lui-même à l'arrière-garde. Là, se
montrant au milieu de ses soldats, escarmouchant tous les jours avec eux,
il parvint à donner à sa retraite une attitude plus ferme. Il fit évacuer
Bruxelles avec beaucoup d'ordre, traversa cette ville le 25, et le 27 vint
camper à Ath. Là, il eut de nouvelles conférences avec le colonel Mack, en
fut traité avec beaucoup de délicatesse et d'égards; et cette entrevue,
qui n'avait pour objet que de régler les détails de l'armistice, se
changea bientôt en une négociation plus importante. Dumouriez confia tous
ses ressentimens au colonel étranger, et lui découvrit ses projets de
renverser la convention nationale. Ici, abusé par le ressentiment,
s'exaltant sur l'idée d'une désorganisation générale, le sauveur de la
France dans l'Argonne obscurcit sa gloire en traitant avec un ennemi dont
l'ambition devait rendre toutes les intentions suspectes, et dont la
puissance était alors la plus dangereuse pour nous. Il n'y a, comme nous
l'avons déjà dit, qu'un choix pour l'homme de génie dans ces situations
difficiles: ou se retirer et abdiquer toute influence, pour ne pas être
complice d'un système qu'il désapprouve; ou s'isoler du mal qu'il ne peut
empêcher, et faire une chose, une seule chose, toujours morale, toujours
glorieuse, travailler à la défense de son pays.

Dumouriez convint avec le colonel Mack qu'il y aurait une suspension
d'armes entre les deux armées; que les Impériaux n'avanceraient pas sur
Paris, pendant qu'il y marcherait lui-même, et que l'évacuation de la
Belgique serait le prix de cette condescendance; il fut aussi stipulé que
la place de Condé serait temporairement donnée en garantie, et que, dans
le cas où Dumouriez aurait besoin des Autrichiens, ils seraient à ses
ordres. Les places fortes devaient recevoir des garnisons composées d'une
moitié d'impériaux et d'une moitié de Français, mais sous le commandement
de chefs français, et à la paix toutes les places seraient rendues. Telles
furent les coupables conventions faites par Dumouriez avec le prince de
Cobourg, par l'intermédiaire du colonel Mack.

On ne connaissait encore à Paris que la défaite de Neerwinden et
l'évacuation successive de la Belgique. La perte d'une grande bataille,
une retraite précipitée, concourant avec les nouvelles qu'on avait reçues
de l'Ouest, y causèrent la plus grande agitation. Un complot avait été
découvert à Rennes, et il paraissait tramé par les Anglais, les seigneurs
bretons et les prêtres non assermentés. Déjà des mouvemens avaient éclaté
dans l'Ouest, à l'occasion de la cherté des subsistances et de la menace
de ne plus payer le culte; maintenant c'était dans le but avoué de
défendre la cause de la monarchie absolue. Des rassemblemens de paysans,
demandant le rétablissement du clergé et des Bourbons, s'étaient montrés
aux environs de Rennes et de Nantes. Orléans était en pleine insurrection,
et le représentant Bourdon avait manqué d'y être assassiné. Les révoltés
s'élevaient déjà à plusieurs milliers d'hommes. Il ne fallait rien moins
que des armées et des généraux pour les réduire. Les grandes villes
dépêchaient leurs gardes nationales; le général Labourdonnaie avançait
avec son corps, et tout annonçait une guerre civile des plus sanglantes.
Ainsi, d'une part, nos armées se retiraient devant la coalition, de
l'autre la Vendée se levait, et jamais la fermentation ordinairement
produite par le danger n'avait dû être plus grande.

A peu près à cette époque, et à la suite du 10 mars, on avait imaginé de
réunir les chefs des deux opinions au comité de sûreté générale, pour
qu'ils pussent s'y expliquer sur les motifs de leurs divisions. C'est
Danton qui avait provoqué l'entrevue.

Les querelles de tous les jours ne satisfaisaient point des haines qu'il
n'avait pas, l'exposaient à une discussion de conduite qu'il redoutait,
et arrêtaient l'oeuvre de la révolution qui lui était si chère. Il en
désirait donc la fin. Il avait montré une grande bonne foi dans les
différens entretiens, et s'il prenait l'initiative, s'il accusait les
girondins, c'était pour écarter les reproches dont il aurait pu être
l'objet. Les girondins, tels que Buzot, Guadet, Vergniaud, Gensonné, avec
leur délicatesse accoutumée, se justifiaient comme si l'accusation eût été
sérieuse, et prêchaient un converti en argumentant avec Danton. Il n'en
était pas de même avec Robespierre: on l'irritait en voulant le
convaincre, et on cherchait à lui démontrer ses torts, comme si cette
démonstration avait dû l'apaiser. Pour Marat, qui s'était cru nécessaire à
ces conférences, personne n'avait daigné lui donner une explication, et
ses amis mêmes, pour n'avoir pas à se justifier de cette alliance, ne lui
adressaient jamais la parole. De pareilles conférences devaient aigrir
plutôt que radoucir les chefs opposés: fussent-ils parvenus à se prouver
réciproquement leurs torts, une telle démonstration ne les eût
certainement pas conciliés. Les choses en étaient à ce point, lorsque les
évènemens de la Belgique furent connus à Paris.

Sur-le-champ on s'accusa de part et d'autre; on se reprocha de contribuer
aux désastres publics, les uns en désorganisant le gouvernement, les
autres en voulant ralentir son action. On demanda des explications sur la
conduite de Dumouriez. On lut la lettre du 12 mars, qui avait été tenue
secrète, et à cette lecture on s'écria que Dumouriez trahissait, que bien
évidemment il tenait la conduite de Lafayette, et qu'à son exemple il
commençait sa trahison par des lettres insolentes à l'assemblée. Une
seconde lettre, écrite le 27 mars, et plus hardie que celle du 12, excita
encore davantage les soupçons. De tous côtés on pressa Danton d'expliquer
ce qu'il savait de Dumouriez. Personne n'ignorait que ces deux hommes
avaient du goût l'un pour l'autre, que Danton avait insisté pour tenir
secrète la lettre du 12 mars, et qu'il était parti pour en obtenir la
rétractation. On disait même qu'ils avaient malversé ensemble dans la
riche Belgique. Aux Jacobins, dans le comité de défense générale, dans
l'assemblée, on somma Danton de s'expliquer. Celui-ci, embarrassé des
soupçons des girondins et des doutes des montagnards eux-mêmes, éprouva
pour la première fois quelque peine à répondre. Il dit que les grands
talens de Dumouriez avaient paru mériter des ménagemens; qu'on avait cru
convenable de le voir, avant de le dénoncer, afin de lui faire sentir ses
torts, et le ramener, s'il était possible, à de meilleurs sentimens; que
jusqu'ici les commissaires n'avaient vu dans sa conduite que l'effet de
mauvaises suggestions, et surtout le chagrin de ses derniers revers; mais
qu'ils avaient cru, et qu'ils croyaient encore, pouvoir conserver ses
talens à la république.

Robespierre dit que, s'il en était ainsi, il ne fallait pas le ménager, et
qu'il était inutile de garder tant de mesure avec lui. Il renouvela en
outre la motion que Louvet avait faite contre les Bourbons restés en
France, c'est-à-dire contre les membres de la famille d'Orléans; et il
parut étrange que Robespierre, qui, en janvier, les avait si fortement
défendus contre les girondins, les attaquât maintenant avec tant de
fureur. Mais son âme soupçonneuse avait tout de suite supposé de sinistres
complots. Il s'était dit: Un ancien prince du sang ne peut se résigner à
son nouvel état, et bien qu'il s'appelle _Égalité_, son sacrifice ne peut
être sincère; il conspire donc, et en effet tous nos généraux lui
appartiennent: Biron, qui commande aux Alpes, est son intime; Valence,
général de l'armée des Ardennes, est gendre de son confident Sillery; ses
deux fils occupent le premier rang dans l'armée de la Belgique; Dumouriez
enfin leur est ouvertement dévoué, et il les élève avec un soin
particulier: les girondins ont attaqué en janvier la famille d'Orléans;
mais c'est une feinte de leur part qui n'avait d'autre but que d'écarter
tout soupçon de connivence: Brissot, ami de Sillery, est l'intermédiaire
de la conspiration: voilà le complot découvert; le trône est relevé et la
France perdue, si on ne s'empresse de proscrire les conjurés. Telles
étaient les conjectures de Robespierre; et, ce qu'il y a de plus effrayant
dans cette manière de raisonner, c'est que Robespierre, inspiré par la
haine, croyait à ses calomnies. La Montagne étonnée repoussa sa
proposition. «Donnez donc des preuves, lui disaient ceux qui étaient assis
à ses côtés.--Des preuves, répondait-il, des preuves! je n'en ai pas, mais
j'ai la _conviction morale!_»

Sur-le-champ on songea, comme on le faisait toujours dans les momens de
danger, à accélérer l'action du pouvoir exécutif et celle des tribunaux,
pour se garantir à la fois de ce qu'on appelait l'ennemi extérieur et
intérieur.

On fit donc partir à l'instant même les commissaires nommés pour le
recrutement, et on examina la question de savoir si la convention ne
devait pas _prendre une plus grande part à l'exécution des lois_. La
manière dont le pouvoir exécutif était organisé paraissait insuffisante.
Des ministres placés hors de l'assemblée, agissant de leur chef et sous sa
surveillance très éloignée, un comité chargé de faire des rapports sur
toutes les mesures de sûreté générale, toutes ces autorités se contrôlant
les unes les autres, délibérant éternellement sans agir, paraissaient très
au-dessous de l'immense tâche qu'elles avaient à remplir. D'ailleurs ce
ministère, ces comités, étaient composés de membres suspects, parce qu'ils
étaient modérés; et dans ce temps où la promptitude, la force, étaient des
conditions indispensables de succès, toute lenteur, toute modération était
suspecte de conspiration. On songea donc à établir un comité qui réunirait
à la fois les fonctions du comité diplomatique, du comité militaire, du
comité de sûreté générale, qui pourrait au besoin ordonner et agir de son
chef, et arrêter ou suppléer l'action ministérielle. Divers projets
d'organisation furent présentés pour remplir cet objet, et confiés à une
commission chargée de les discuter. Immédiatement après, on s'occupa des
moyens d'atteindre l'ennemi intérieur, c'est-à-dire _les aristocrates, les
traîtres_, dont on se disait entouré. La France, s'écriait-on, est pleine
de prêtres réfractaires, de nobles, de leurs anciennes créatures, de leurs
anciens domestiques, et cette clientèle, encore considérable, nous
entoure, nous trahit, et nous menace aussi dangereusement que les
baïonnettes ennemies. Il faut les découvrir, les signaler, et les entourer
d'une lumière qui les empêche d'agir. Les jacobins avaient donc proposé,
et la convention avait décrété que, d'après une coutume empruntée à la
Chine, le nom de toutes les personnes habitant une maison serait inscrit
sur leurs portes[1].

[Note 1: Décret du 29 mars.]

On avait ensuite ordonné le désarmement de tous les citoyens _suspects_,
et on avait qualifié tels, les prêtres non assermentés, les nobles, les
ci-devant seigneurs, les fonctionnaires destitués, etc. Le désarmement
devait s'opérer par la voie des visites domiciliaires; et le seul
adoucissement apporté à cette mesure fut que les visites ne pouvaient
avoir lieu la nuit. Après s'être ainsi assuré le moyen de poursuivre et
d'atteindre tous ceux qui donnaient le moindre ombrage, on avait enfin
ajouté celui de les frapper de la manière la plus prompte, en installant
le tribunal révolutionnaire. C'est sur la proposition de Danton que ce
terrible instrument de la défiance révolutionnaire fut mis en exercice.
Cet homme redoutable en avait compris l'abus, mais avait tout sacrifié au
but. Il savait que frapper vite, c'est examiner moins attentivement;
qu'examiner moins attentivement, c'est s'exposer à se tromper, surtout en
temps de partis; et que se tromper, c'est commettre une atroce injustice.
Mais, à ses yeux, la révolution était la société accélérant son action en
toutes choses, en matière de justice, d'administration et de guerre. En
temps calme, la société aime mieux, disait-il, laisser échapper le
coupable que frapper l'innocent, parce que le coupable est peu dangereux,
mais à mesure qu'il le devient davantage, elle tend davantage aussi à le
saisir; et lorsqu'il devient si dangereux qu'il pourrait la faire périr,
ou du moins quand elle le croit ainsi, elle frappe tout ce qui excite ses
soupçons, et préfère alors atteindre un innocent que laisser échapper un
coupable. Telle est la dictature, c'est-à-dire l'action violente dans
les sociétés menacées; elle est rapide, arbitraire, fautive, mais
irrésistible.

Ainsi la concentration des pouvoirs dans la convention, l'installation du
tribunal révolutionnaire, le commencement de l'inquisition contre les
suspects, un redoublement de haine contre les députés qui résisteraient à
ces moyens extraordinaires, furent le résultat de la bataille de Nerwinde,
de la retraite de la Belgique, des menaces de Dumouriez, et des mouvements
de la Vendée.

L'humeur de Dumouriez s'était accrue avec ses revers. Il venait
d'apprendre que l'armée de Hollande se retirait en désordre, abandonnait
Anvers et l'Escaut, en laissant dans Breda et Gertruydenberg les deux
garnisons françaises; que d'Harville n'avait pu garder le château de
Namur, et se repliait sur Givet et Maubeuge; que Neuilly enfin, loin de
pouvoir se maintenir à Mons, s'était vu obligé de se retirer sur Condé et
Valenciennes, parce que sa division, au lieu de prendre position sur les
hauteurs de Nimy, avait pillé les magasins et pris la fuite. Ainsi, par
suite des désordres de cette armée, il voyait s'évanouir le projet de
former en Belgique un demi-cercle de places fortes, qui aurait passé de
Namur en Flandre et en Hollande,  et au centre duquel il se serait placé
pour agir avec plus d'avantage. Il n'avait bientôt plus rien à offrir en
échange aux Impériaux, et il tombait  sous leur dépendance en
s'affaiblissant. Sa colère augmentait en approchant de la France, en
voyant les désordres de plus près, et en entendant les cris qui
s'élevaient contre lui. Déjà il ne se cachait plus; et ses paroles,
proférées en présence de son état-major, et répétées dans l'armée,
annonçaient les projets qui fermentaient dans sa tête. La soeur du duc
d'Orléans et Mme de Sillery, fuyant les proscriptions qui les menaçaient,
s'étaient rendues en Belgique pour chercher une protection auprès de leurs
frères. Elles étaient à Ath, et ce fut un nouvel aliment donné aux
soupçons.

Trois envoyés jacobins, un nommé Dubuisson, réfugié de Bruxelles, Proly,
fils naturel de Kaunitz, et Pereyra, juif portugais, se rendirent à Ath,
sous le prétexte faux ou vrai d'une mission de Lebrun. Ils se
transportèrent auprès du général en espions du gouvernement, et n'eurent
aucune peine à découvrir des projets que Dumouriez ne cachait plus. Ils le
trouvèrent entouré du général Valence et des fils d'Orléans, furent fort
mal reçus, et entendirent les paroles les moins flatteuses pour les
jacobins et la convention. Cependant le lendemain ils revinrent et
obtinrent un entretien secret. Cette fois Dumouriez se décela entièrement:
Il commença par leur dire qu'il était assez fort pour se battre devant et
derrière; que la convention était composée de deux cents brigands et de
Six cents imbéciles, et qu'il se moquait de ses décrets, qui bientôt
n'auraient plus de valeur que dans la banlieue de Paris. «Quant au
tribunal révolutionnaire, ajouta-t-il avec une indignation croissante, je
saurai l'empêcher, et tant que j'aurai trois pouces de fer à mes côtés,
cette horreur n'existera jamais.» Ensuite il s'emporta contre les
volontaires, qu'il appelait des lâches; il dit qu'il ne voulait plus que
des troupes de ligne, et qu'avec elles il irait mettre fin à tous les
désordres de Paris. «Vous ne voulez donc pas de constitution? lui
demandent alors les trois interlocuteurs.--La  nouvelle constitution
imaginée  par Condorcet est trop sotte.--Et que mettrez-vous à la place?
--L'ancienne de 1791, toute mauvaise qu'elle est.--Mais il faudra un roi,
et le nom de Louis fait horreur.--Qu'il s'appelle Louis ou Jacques, peu
importe.--Ou Philippe, reprend l'un des envoyés. Mais comment
remplacerez-vous l'assemblée actuelle?» Dumouriez cherche un moment, puis
ajoute: «Il y a des administrations locales, toutes choisies par la
confiance de la nation; et les cinq cents présidens de districts seront
les cinq cents représentans.--Mais avant leur réunion, qui aura
l'initiative de cette révolution?--Les Mameluks, c'est-à-dire mon armée.
Elle émettra ce voeu, les présidens de district le feront confirmer, et je
ferai la paix avec la coalition, qui, si je ne m'y oppose, est à Paris
dans quinze jours.»

Les trois envoyés, soit, comme l'a cru Dumouriez, qu'ils vinssent le
sonder dans l'intérêt des jacobins, soit qu'ils voulussent l'engager à se
dévoiler davantage, lui suggèrent alors une idée. Pourquoi, lui
disent-ils, ne mettrait-il pas les jacobins, qui sont un corps délibérant
tout préparé, à la place de la convention? Une indignation mêlée de mépris
éclate à ces mots sur le visage du général, et ils retirent leur
proposition. Ils lui parlent alors du danger auquel son projet exposerait
les Bourbons qui sont détenus au Temple, et auxquels il paraît
s'intéresser. Dumouriez réplique aussitôt que, périraient-ils tous
jusqu'au dernier, à Paris et à Coblentz, la France trouverait un chef et
serait sauvée; qu'au reste, si Paris commettait de nouvelles barbaries sur
les infortunés prisonniers du Temple, il y serait sur-le-champ, et qu'avec
douze mille hommes il en serait le maître. Il n'imiterait pas l'imbécile
de Broglie, qui, avec trente mille hommes, avait laissé prendre la
Bastille; mais avec deux postes, à Nogent et à Pont-Saint-Maxence, il
ferait mourir les Parisiens de faim. «Au reste, ajoute-t-il, vos jacobins
peuvent expier tous leurs crimes; qu'ils sauvent les infortunés
prisonniers, et chassent les sept cent quarante-cinq tyrans de la
convention, et ils sont pardonnés.»

Ses interlocuteurs lui parlent alors de ses dangers. «Il me reste
toujours, dit-il, un temps de galop vers les Autrichiens.--Vous voulez
donc partager le sort de Lafayette?--Je passerai à l'ennemi autrement que
lui; et d'ailleurs les puissances ont une autre opinion de mes talens, et
ne me reprochent pas les 5 et 6 octobre.»

Dumouriez avait raison de ne pas redouter le sort de Lafayette; on
estimait trop ses talens, et on n'estimait pas assez la fermeté de ses
principes, pour l'enfermer à Olmütz. Les trois envoyés le quittèrent en
lui disant qu'ils allaient sonder Paris et les jacobins sur ce sujet.

Dumouriez, tout en croyant ses interlocuteurs de purs jacobins, ne s'en
était pas exprimé avec moins d'audace. Dans ce moment en effet ses projets
devenaient évidens. Les troupes de ligne et les volontaires s'observaient
avec défiance, et tout annonçait qu'il allait lever le drapeau de la
révolte.

Le pouvoir exécutif avait reçu des rapports alarmans, et le comité de
sûreté générale avait proposé et fait rendre un décret par lequel
Dumouriez était mandé à la barre. Quatre commissaires, accompagnés du
ministre de la guerre, étaient chargés de se transporter à l'armée pour
notifier le décret et amener le général à Paris. Ces quatre commissaires
étaient Bancal, Quinette, Camus et Lamarque. Beurnonville s'était joint à
eux, et son rôle était difficile à cause de l'amitié qui l'unissait à
Dumouriez.

Cette commission partit le 30 mars. Le même jour Dumouriez se porta au
champ de Bruille, d'où il menaçait à la fois les trois places importantes
de Lille, Condé et Valenciennes. Il était fort incertain sur le parti
qu'il devait prendre, car son armée était partagée. L'artillerie, la
troupe de ligne, la cavalerie, tous les corps organisés lui paraissaient
dévoués; mais les volontaires nationaux commençaient à murmurer et à se
séparer des autres. Dans cette situation, il ne lui restait qu'une
ressource, c'était de désarmer les volontaires. Mais il s'exposait à un
combat, et l'épreuve était difficile, parce que les troupes de ligne
pouvaient avoir de la répugnance à égorger des compagnons d'armes.
D'ailleurs, parmi ces volontaires il y en avait qui s'étaient fort bien
battus, et qui paraissaient lui être attachés. Hésitant sur cette mesure
de rigueur, il songea à s'emparer des trois places au centre desquelles il
s'était porté. Par leur moyen il se procurait des vivres, et il avait un
point d'appui contre l'ennemi, dont il se défiait toujours. Mais l'opinion
était divisée dans ces trois places. Les sociétés populaires, aidées des
volontaires, s'y étaient soulevées contre lui, et menaçaient la troupe de
ligne. A Valenciennes et à Lille, les commissaires de la convention
excitaient le zèle des républicains, et dans Condé seulement l'influence
de la division Neuilly donnait l'avantage à ses partisans. Parmi les
généraux de division, Dampierre se conduisait à son égard, comme lui-même
avait fait à l'égard de Lafayette après le 10 août; et plusieurs autres,
sans se déclarer encore, étaient prêts à l'abandonner.

Le 31, six volontaires, portant sur leur chapeau ces mots écrits avec de
la craie: _République ou la mort_, l'abordèrent dans son camp, et firent
mine de vouloir s'emparer de sa personne. Aidé de son fidèle Baptiste, il
les repoussa et les livra à ses hussards. Cet événement causa une grande
rumeur dans l'armée; les divers corps lui firent dans la journée des
adresses qui ranimèrent sa confiance. Il leva aussitôt l'étendart, et
détacha Miacsinsky avec quelques mille hommes pour marcher sur Lille.
Miacsinsky s'avança sur cette place, et confia au mulâtre Saint-George,
qui commandait un régiment de la garnison, le secret de son entreprise.
Celui-ci engagea Miacsinsky à se présenter dans la place avec une légère
escorte. Le malheureux général se laissa entraîner, et une fois entré dans
Lille, il fut entouré et livré aux autorités. Les portes furent fermées,
et la division erra sans général sur les glacis de Lille. Dumouriez envoya
aussitôt un aide-de-camp pour la rallier. Mais l'aide-de-camp fut pris
aussi, et la division, dispersée, fut perdue pour lui. Après cette
tentative malheureuse, il en essaya une pareille sur Valenciennes, où
commandait le général Ferrand, qu'il croyait très-bien disposé en sa
faveur. Mais l'officier chargé de surprendre la place trahit ses projets,
s'unit à Ferrand et aux commissaires de la convention, et il perdit encore
Valenciennes. Il ne lui restait donc plus que Condé. Placé entre la France
et l'étranger, il n'avait que ce dernier point d'appui. S'il le perdait,
il fallait qu'il se soumît aux Impériaux, qu'il se remît entièrement
dans leurs mains, et qu'il s'exposât à indigner son armée, en les faisant
marcher avec elle.

Le 1er avril, il transporta son quartier-général aux Boues de Saint-Amand,
pour être plus rapproché de Condé. Il fit arrêter le fils de Lecointre,
député de Versailles, et l'envoya comme otage à Tournay, en priant
l'Autrichien Clerfayt de le faire garder en dépôt dans la citadelle. Le 2
au soir, les quatres députés de la convention, précédés de Beurnonville,
arrivèrent chez Dumouriez. Les hussards de Berchiny étaient en bataille
devant sa porte, et tout son état-major était rangé autour de lui.
Dumouriez embrassa d'abord son ami Beurnonville, et demanda aux députés
l'objet de leur mission. Ils refusèrent de s'expliquer devant cette foule
d'officiers dont les dispositions leur paraissaient peu rassurantes, et
ils voulurent passer dans un appartement voisin. Dumouriez y consentit,
mais les officiers exigèrent que la porte en restât ouverte. Camus lui lut
alors le décret, en lui enjoignant de s'y soumettre. Dumouriez répondit
que l'état de son armée exigeait sa présence, et que, lorsqu'elle serait
réorganisée, il verrait ce qu'il aurait à faire. Camus insista avec force;
mais Dumouriez répondit qu'il ne serait pas assez dupe pour se rendre à
Paris, et se livrer au tribunal révolutionnaire; que des tigres
demandaient sa tête, mais qu'il ne voulait pas la leur donner. Les quatre
commissaires l'assurèrent en vain qu'on n'en voulait pas à sa personne,
qu'ils répondaient de lui, que cette démarche satisferait la convention,
et qu'il serait bientôt rendu à son armée. Il ne voulut rien entendre, il
les pria de ne pas le pousser à l'extrémité, et leur dit qu'ils feraient
mieux de prendre un arrêté modéré, par lequel ils déclareraient que dans
le moment le général Dumouriez leur avait paru trop nécessaire pour
l'arracher à son armée. Il sortit en achevant ces mots, et leur enjoignit
de se décider. Il repassa alors avec Beurnonville dans la salle où se
trouvait l'état-major, et attendit au milieu de ses officiers l'arrêté des
commissaires. Ceux-ci, avec une noble fermeté, sortirent un instant après,
et lui réitérèrent leur sommation. «Voulez-vous obéir à la convention? lui
dit Camus.--Non, répliqua le général.--Eh bien! reprit Camus, vous êtes
suspendu de vos fonctions; vos papiers vont être saisis et votre personne
arrêtée.--C'est trop fort, s'écria Dumouriez; à moi, hussards!» Les
hussards accoururent. «Arrêtez ces gens-là, leur dit-il en allemand; mais
qu'on ne leur fasse aucun mal.» Beurnonville le pria de lui faire partager
leur sort. «Oui, lui répondit-il, et je crois vous rendre un véritable
service; je vous arrache au tribunal révolutionnaire.»

Dumouriez leur fit donner à manger, et les envoya ensuite à Tournay, pour
être gardés en otage par les Autrichiens. Dès le lendemain matin, il monta
à cheval, fit une proclamation à l'armée et à la France, et trouva dans
ses soldats, surtout ceux de la ligne, les dispositions en apparence les
plus favorables.

Toutes ces nouvelles étaient successivement arrivées à Paris. On y avait
connu l'entrevue de Dumouriez avec Proly, Dubuisson et Pereyra, ses
tentatives sur Lille et Valenciennes, et enfin l'arrestation des quatre
commissaires. Sur-le-champ la convention, les assemblées municipales, les
sociétés populaires, s'étaient déclarées permanentes, la tête de Dumouriez
avait été mise à prix, tous les parens des officiers de son armée avaient
été mis en arrestation pour servir d'otages. On ordonna dans Paris et les
villes voisines la levée d'un corps de quarante mille hommes pour couvrir
La capitale, et Dampierre reçut le commandement général de l'armée de la
Belgique. A ces mesures d'urgence se joignirent, comme toujours, des
calomnies. Partout on rangeait ensemble Dumouriez, d'Orléans, les
girondins, et on les déclarait complices. Dumouriez était, disait-on, un
de ces aristocrates militaires, un membre de ces anciens états-majors,
dont on ne cessait de dévoiler les mauvais principes; d'Orléans était le
premier de ces grands qui avaient feint pour la liberté un faux
attachement, et qui se démasquaient après une hypocrisie de quelques
années; les girondins enfin n'étaient que des députés devenus infidèles
comme tous les membres de tous les côtés droits, et qui abusaient de leurs
mandats pour perdre la liberté. Dumouriez ne faisait, un peu plus tard,
que ce que Bouillé et Lafayette avaient fait plus tôt; d'Orléans tenait la
même conduite que les autres membres de la famille des Bourbons, et il
avait seulement persisté dans la révolution un peu plus long-temps que le
comte de Provence; les girondins, comme Maury et Cazalès dans la
constituante, comme Vaublanc et Pastoret dans la législative, trahissaient
leur patrie aussi visiblement, mais seulement à des époques différentes.
Ainsi, Dumouriez, d'Orléans, Brissot, Vergniaud, Guadet, Gensonné, etc.,
tous complices, étaient les traîtres de cette année.

Les girondins répondaient en disant qu'ils avait toujours poursuivi
d'Orléans, et que c'étaient les montagnards qui l'avaient défendu; qu'ils
étaient brouillés avec Dumouriez et sans relation avec lui, et qu'au
contraire ceux qui avaient été envoyés auprès de lui dans la Belgique,
ceux qui l'avaient suivi dans toutes ses expéditions, ceux qui s'étaient
toujours montrés ses amis, et qui avaient même pallié sa conduite, étaient
des montagnards. Lasource, poussant la hardiesse plus loin, eut
l'imprudence de désigner Lacroix et Danton, et de les accuser d'avoir
arrêté le zèle de la convention, en déguisant la conduite de Dumouriez. Ce
reproche de Lasource réveillait les soupçons élevés déjà sur la conduite
de Lacroix et de Danton dans la Belgique. On disait en effet qu'ils
avaient échangé l'indulgence avec Dumouriez: qu'il avait supporté leurs
rapines, et qu'ils avaient excusé sa défection. Danton, qui ne demandait
aux girondins que le silence, fut rempli de fureur, s'élança à la tribune,
leur jura une guerre à mort. «Plus de paix ni de trêve, s'écria-t-il,
entre vous et nous!» Agitant son visage effrayant, menaçant du poing le
côté droit de l'assemblée: «Je me suis retranché, dit-il, dans la
citadelle de la raison; j'en sortirai avec le canon de la vérité, et je
pulvériserai les scélérats qui ont voulu m'accuser.»

Le résultat de ces accusations réciproques fut: 1° la nomination d'une
commission chargée d'examiner la conduite des commissaires envoyés dans la
Belgique; 2° l'adoption d'un décret qui devait avoir des conséquences
funestes, et qui portait que, sans avoir égard à l'inviolabilité des
représentans, ils seraient mis en accusation dès qu'ils seraient fortement
présumés de complicité avec les ennemis de l'état; 3° enfin, la mise en
arrestation et la translation dans les prisons de Marseille, de Philippe
d'Orléans et de toute sa famille[1]. Ainsi, la destinée de ce prince,
jouet de tous les partis, tour à tour suspect aux jacobins et aux
girondins, et accusé de conspirer avec tout le monde parce qu'il ne
conspirait avec personne, était la preuve qu'aucune grandeur passée ne
pouvait subsister au milieu de la révolution actuelle, et que le plus
profond, et le plus volontaire abaissement ne pourrait ni calmer les
défiances, ni conjurer l'échafaud.

[Note 1: Décret du 6 avril.]

Dumouriez ne crut pas devoir perdre un moment. Voyant Dampierre et
plusieurs généraux de division l'abandonner, d'autres n'attendre que le
moment favorable, et une foule d'émissaires travailler ses troupes, il
pensait qu'il fallait les mettre en mouvement, pour entraîner ses
officiers et ses soldats, et les soustraire à toute autre influence que la
sienne. D'ailleurs, le temps pressait,  il fallait agir. En conséquence,
il fit fixer un rendez-vous avec le prince de Cobourg, pour le 4 avril au
matin, afin de régler définitivement avec lui et le colonel Mack les
opérations qu'il méditait. Le rendez-vous devait avoir lieu près de Condé.
Son projet était d'entrer ensuite dans la place, de purger la garnison, et
se portant avec toute son armée sur Orchies, de menacer Lille, et de
tâcher de la réduire en déployant toutes ses forces.

Le 4 au matin, il partit pour se rendre au lieu du rendez-vous, et de là à
Condé. Il n'avait commandé qu'une escorte de cinquante chevaux, et comme
elle tardait d'arriver, il se mit en route, ordonnant qu'on l'envoyât à sa
suite. Thouvenot, les fils d'Orléans, quelques officiers et un certain
nombre de domestiques l'accompagnaient. A peine arrivé sur le chemin de
Condé, il rencontre deux bataillons de volontaires, qu'il est fort étonné
d'y trouver. N'ayant pas ordonné leur déplacement, il veut mettre pied à
terre auprès d'une maison, pour écrire l'ordre de les faire retourner,
lorsqu'il entend pousser des cris et tirer des coups de fusil. Ces
bataillons en effet se divisent, et les uns le poursuivent en criant
_arrêtez!_ les autres veulent lui couper la fuite vers un fossé. Il
s'élance alors avec ceux qui l'accompagnaient, et devance les volontaires
courant à sa poursuite. Arrivé sur le bord du fossé, et son cheval se
refusant à le franchir, il se jette dedans, arrive à l'autre bord au
milieu d'une grêle de coups de fusil, et, acceptant un cheval d'un
domestique, s'enfuit à toute bride vers Bury. Après avoir couru toute la
journée, il y arrive le soir, et est rejoint par le colonel Mack, averti
de ce qui s'était passé. Il emploie toute la nuit à écrire, et à convenir
avec le colonel Mack et le prince de Cobourg de toutes les conditions
de leur alliance, et il les étonne par le projet de retourner au milieu de
son armée après ce qui venait d'arriver.

Dès le matin en effet, il remonta à cheval, et, accompagné par des
cavaliers impériaux, il rentra par Maulde au milieu de son armée. Quelques
troupes de ligne l'entourèrent et lui donnèrent encore des démonstrations
d'attachement; cependant beaucoup de visages étaient mornes. La nouvelle
de sa fuite à Bury, au milieu des armées ennemies, et la vue des dragons
impériaux, avaient produit une impression funeste pour lui, honorable pour
nos soldats, et heureuse pour la fortune de la France. On lui apprit en
effet que l'artillerie, sur la nouvelle qu'il avait passé aux Autrichiens,
venait de quitter le camp, et que la retraite de cette portion de l'armée
si influente avait découragé le reste. Des divisions entières se rendaient
à Valenciennes, et se ralliaient à Dampierre. Il se vit alors obligé de
quitter définitivement son armée, et de repasser aux Impériaux. Il y fut
suivi par un nombreux état-major, dans lequel se trouvaient les deux
jeunes d'Orléans, et Thouvenot, et par les hussards de Berchiny, dont le
régiment tout entier voulut l'accompagner.

Le prince de Cobourg et le colonel Mack, dont il était devenu l'ami, le
traitèrent avec beaucoup d'égards, et on voulut renouveler avec lui les
projets de la veille, en le faisant le chef d'une nouvelle émigration qui
serait autre que celle de Coblentz. Mais après deux jours, il dit au
prince autrichien que c'était avec les soldats de la France, et en
acceptant les Impériaux seulement comme auxiliaires, qu'il avait cru
exécuter ses projets contre Paris; mais que sa qualité de Français ne lui
permettait pas de marcher à la tête des étrangers. Il demanda des
passeports pour se retirer en Suisse. On les lui accorda sur-le-champ. Le
grand cas qu'on faisait de ses talens, et le peu de cas qu'on faisait de
ses principes politiques, lui valurent des égards que n'avait pas obtenus
Lafayette, qui, dans ce moment, expiait dans les cachots d'Olmutz sa
constance héroïque. Ainsi finit la carrière de cet homme supérieur, qui
avait montré tous les talens, ceux du diplomate, de l'administrateur, du
capitaine; tous les courages, celui de l'homme civil qui résiste aux
orages de la tribune, celui du soldat qui brave le boulet ennemi, celui du
général qui affronte et les situations désespérées et les hasards des
entreprises les plus audacieuses; mais qui, sans principes, sans
l'ascendant moral qu'ils procurent, sans autre influence que celle du
génie, bientôt usée dans cette rapide succession de choses et d'hommes,
essaya fortement de lutter avec la révolution, et prouva par un éclatant
exemple, qu'un individu ne prévaut contre une passion nationale que
lorsqu'elle est épuisée. En passant à l'ennemi, Dumouriez n'eut pour
excuse ni l'entêtement aristocratique de Bouillé, ni la délicatesse de
principes de Lafayette, car il avait toléré tous les désordres, jusqu'au
moment où ils avaient contrarié ses projets. Par sa défection, il peut
s'attribuer d'avoir accéléré la chute des girondins  et la grande crise
révolutionnaire. Cependant il ne faut pas oublier que cet homme, sans
attachement pour aucune cause, avait pour la liberté une préférence de
raison; il ne faut pas oublier qu'il chérissait la France; que, lorsque
personne ne croyait à la possibilité de résister à l'étranger, il
l'essaya, et crut en nous plus que nous-mêmes; qu'à Saint-Menehould, il
nous apprit à envisager l'ennemi de sang-froid; qu'à Jemmapes, il nous
enflamma, et nous replaça au rang des premières puissances: il ne faut pas
oublier enfin que, s'il nous abandonna, il nous avait sauvés. D'ailleurs
il a tristement vieilli loin de sa patrie, et on ne peut se défendre d'un
profond regret, à la vue d'un homme dont cinquante années se passèrent
dans les intrigues de cour, trente dans l'exil, et dont trois seulement
furent employées sur un théâtre digne de son génie.

Dampierre reçut le commandement en chef de l'armée du Nord, et retrancha
ses troupes au camp de Famars, de manière à secourir celles de nos places
qui seraient menacées. La force de cette position et le plan de campagne
même des coalisés, d'après lequel ils ne devaient pas pénétrer plus avant
jusqu'à ce que Mayence fût reprise, retardaient nécessairement de ce côté
les événemens de la guerre. Custine, qui, pour expier ses fautes, n'avait
pas cessé d'accuser ses collègues et les ministres, fut écouté avec faveur
en parlant contre Beurnonville, que l'on regardait comme complice de
Dumouriez, quoique livré par lui aux Autrichiens; et il obtint tout le
commandement du Rhin, depuis les Vosges et la Moselle jusqu'à Huningue.
Comme la défection de Dumouriez avait commencé par des négociations, on
décréta la peine de mort contre le général qui écouterait les propositions
de l'ennemi sans que préalablement la souveraineté du peuple et la
république eussent été reconnues. On nomma ensuite Bouchotte ministre de
la guerre, et Monge, quoique très agréable aux jacobins par sa
complaisance, fut remplacé comme ne pouvant suffire à tous les détails de
son immense ministère. Il fut décidé encore que trois commissaires de la
convention résideraient constamment auprès des armées, et que chaque mois
il y en aurait un de renouvelé.



CHAPITRE VIII.


ÉTABLISSEMENT DU _comité de Salut public_.--L'IRRITATION DES PARTIS
AUGMENTE A PARIS.--RÉUNION DÉMAGOGIQUE DE L'ÉVÊCHÉ; PROJETS DE PÉTITIONS
INCENDIAIRES.--RENOUVELLEMENT DE LA LUTTE ENTRE LES DEUX CÔTÉS DE
L'ASSEMBLÉE.--DISCOURS ET ACCUSATION DE ROBESPIERRE CONTRE LES COMPLICES
DE DUMOURIEZ ET LES GIRONDINS.--RÉPONSE DE VERGNIAUD.--MARAT EST DÉCRÉTÉ
D'ACCUSATION ET ENVOYÉ DEVANT LE TRIBUNAL RÉVOLUTIONNAIRE.--PÉTITION DES
SECTIONS DE PARIS DEMANDANT L'EXPULSION DE 22 MEMBRES DE LA CONVENTION.
--RÉSISTANCE DE LA COMMUNE A L'AUTORITÉ DE L'ASSEMBLÉE.--ACCROISSEMENT DE
SES POUVOIRS.--MARAT EST ACQUITTÉ ET PORTÉ EN TRIOMPHE.--ÉTAT DES OPINIONS
ET MARCHE DE LA RÉVOLUTION DANS LES PROVINCES.--DISPOSITIONS DES
PRINCIPALES VILLES, LYON, MARSEILLE, BORDEAUX, ROUEN.--POSITION
PARTICULIÈRE DE LA BRETAGNE ET DE LA VENDÉE.--DESCRIPTION DE CES PAYS;
CAUSES QUI AMENÈRENT ET ENTRETINRENT LA GUERRE CIVILE.--PREMIERS SUCCÈS
DES VENDÉENS; LEURS PRINCIPAUX CHEFS.


La défection de Dumouriez, le fâcheux état de nos armées, et les dangers
imminens où se trouvaient exposés et la révolution et le territoire,
nécessitèrent toutes les mesures violentes dont nous venons de parler, et
obligèrent la convention à s'occuper enfin du projet si souvent renouvelé
de donner plus de force à l'action du gouvernement, en la concentrant dans
l'assemblée. Après divers plans, on s'arrêta à celui d'un comité _de salut
public_, composé de neuf membres. Ce comité devait délibérer en secret. Il
était chargé de surveiller et d'accélérer l'action du pouvoir exécutif, il
pouvait même suspendre ses arrêtés quand il les croirait contraires à
l'intérêt général, sauf à en instruire la convention. Il était autorisé
à prendre, dans les circonstances urgentes, des mesures de défense
intérieure et extérieure, et les arrêtés signés de la majorité de ses
membres devaient être exécutés sur-le-champ par le pouvoir exécutif. Il
n'était institué que pour un mois, et ne pouvait délivrer de mandat
d'amener que contre les agens d'exécution[1].

[Note 1: Le comité de salut public fut décrété dans la séance du 6 avril.]

Les membres désignés pour en faire partie étaient, Barrère, Delmas,
Bréard, Cambon, Jean Debry, Danton, Guithon Morveaux, Treilhard, Lacroix
d'Eure-et-Loir[2].

[Note 2: Il fut adjoint à ces membres trois suppléans, Robert-Lindet,
Isnard et Cambacérès.]

Ce comité, quoiqu'il ne réunît pas encore tous les pouvoirs, avait
cependant une influence immense: il correspondait avec les commissaires de
là convention, leur donnait leurs instructions, pouvait substituer aux
mesures dès ministres toutes celles qu'il lui plaisait d'imaginer.

Par Cambon il avait les finances, et avec Danton il devait acquérir
l'audace et l'influence de ce puissant chef de parti. Ainsi, par l'effet
croissant du danger, on marchait vers la dictature.

Revenus de la terreur causée par la désertion de Dumouriez, les partis
songeaient maintenant à s'en imputer la complicité, et le plus fort devait
nécessairement accabler le plus faible. Les sections, les sociétés
populaires, par lesquelles tout commençait ordinairement, prenaient
l'initiative et dénonçaient les girondins par des pétitions et des
adresses.

Il s'était formé, d'après une doctrine de Marat, une nouvelle réunion plus
violente encore que toutes les autres. Marat avait dit que jusqu'à ce jour
on n'avait fait que _bavarder_ sur la souveraineté du peuple; que d'après
cette doctrine bien entendue chaque section était souveraine dans son
étendue, et pouvait à chaque instant révoquer les pouvoirs qu'elle avait
donnés. Les plus forcenés agitateurs, s'emparant de ce principe, s'étaient
en effet prétendus députés par les sections, pour vérifier l'usage qu'on
faisait de leurs pouvoirs, et aviser au salut de la chose publique. Ils
s'étaient réunis à l'Évêché, et se disaient autorisés à correspondre avec
toutes les municipalités de la république. Aussi se nommaient-ils _Comité
central de salut public_. C'est de là que partaient les propositions les
plus incendiaires. On y avait résolu d'aller en corps à la convention, lui
demander si elle avait des moyens de sauver la patrie. Cette réunion, qui
avait fixé les regards de l'assemblée, attira aussi ceux de la commune et
des jacobins. Robespierre, qui sans doute désirait le résultat de
l'insurrection, mais qui redoutait l'emploi de ce moyen, et qui avait eu
peur à la veille de chaque mouvement, s'éleva contre les résolutions
violentes discutées dans ces réunions inférieures, et persista dans sa
politique favorite, qui consistait à diffamer les députés prétendus
infidèles, et à les perdre dans l'opinion, avant d'employer contre eux
aucune autre mesure. Aimant l'accusation, il redoutait l'usage de la
force, et préférait aux insurrections les luttes des tribunes, qui étaient
sans danger, et dont il avait tout l'honneur. Marat, qui avait parfois la
vanité de la modération, comme toutes les autres, dénonça la réunion de
l'Evêché, quoiqu'il eût fourni les principes d'après lesquels on l'avait
formée. On envoya des commissaires pour s'assurer si les membres qui la
composaient étaient des hommes d'un zèle outré, ou bien des agitateurs
payés. Après s'être convaincue que ce n'était que des patriotes trop
ardens, la société des jacobins, ne voulant pas les exclure de son sein,
comme on l'avait proposé, fit dresser une liste de leurs noms pour pouvoir
les surveiller, et elle proposa une désapprobation publique de leur
conduite, parce que, suivant elle, il ne devait pas y avoir d'autre centre
de salut public qu'elle-même. Ainsi s'était préparée, et avait été
critiquée d'avance, l'insurrection du 10 août. Tous ceux qui n'ont pas
l'audace d'agir, tous ceux qui sont fâchés de se voir devancés,
désapprouvent les premières tentatives, tout en désirant leur résultat.
Danton seul gardait sur ces mouvemens un profond silence, et ne désavouait
ni ne désapprouvait les agitateurs subalternes. Il n'aimait point à
triompher à la tribune par de longues accusations, et il préférait les
moyens d'action qui, dans ses mains, étaient immenses, car il avait à sa
disposition tout ce que Paris renfermait de plus immoral et de plus
turbulent. On ne sait cependant s'il agissait secrètement, mais il gardait
un silence menaçant.

Plusieurs sections condamnèrent la réunion de l'Évêché; et celle du Mail
fit, à ce sujet, une pétition énergique à la convention. Celle de
Bonne-Nouvelle vint, au contraire, lire une adresse dans laquelle elle
dénonçait, comme amis et complices de Dumouriez, Brissot, Vergniaud,
Guadet, Gensonné, etc., et demandait qu'on les frappât du glaive des lois.
Après de vives agitations, en sens contraires, les pétitionnaires reçurent
les honneurs de la séance; mais il fut déclaré qu'à l'avenir l'assemblée
n'entendrait plus d'accusation contre ses membres, et que toute
dénonciation de ce genre serait déposée au comité de salut public.

La section de la Halle-aux-Blés, qui était l'une des plus violentes, fit
une nouvelle pétition, sous la présidence de Marat, et l'envoya aux
Jacobins, aux sections et à la commune, pour qu'elle reçût leur
approbation, et que, sanctionnée ainsi par toutes les autorités de la
capitale, elle fût solennellement présentée par le maire Pache à la
convention. Dans cette pétition, colportée de lieux en lieux, et
universellement connue, on disait qu'une partie de la convention était
corrompue, qu'elle conspirait avec les accapareurs, qu'elle était complice
de Dumouriez, et qu'il fallait la remplacer par les suppléans. Le 10
avril, tandis que cette pétition circulait de section en section, Pétion,
indigné, demande la parole pour une motion d'ordre. Il s'élève, avec une
véhémence qui ne lui était pas ordinaire, contre les calomnies dont une
partie de la convention est l'objet, et il demande des mesures de
répression. Danton, au contraire, réclame une mention honorable en faveur
de la pétition qui se prépare. Pétion, révolté, veut qu'on envoie ses
auteurs au tribunal révolutionnaire. Danton répond que de vrais
Représentans, forts de leur conscience, ne doivent pas craindre la
calomnie, qu'elle est inévitable dans une république, et que d'ailleurs on
n'a encore ni repoussé les Autrichiens, ni fait une constitution, et que
par conséquent il est douteux que la convention ait mérité des éloges. Il
insiste ensuite pour qu'on cesse de s'occuper de querelles particulières,
et pour que ceux qui se croient calomniés s'adressent aux tribunaux. On
écarte donc la question; mais Fonfrède la ramène, et on l'écarte encore.
Robespierre, passionné pour les querelles personnelles, la reproduit de
nouveau, et demande à déchirer le voile. On lui accorde la parole, et il
commence contre les girondins la plus amère, la plus atroce diffamation
qu'il se fût encore permise. Il faut s'arrêter à ce discours, qui montre
comment la conduite de ses ennemis se peignait dans sa sombre
intelligence[1].

[Note 1: Voyez la note 5 à la fin du troisième volume, qui peint le
caractère de Robespierre.]

Suivant lui, il existait au-dessous de la grande aristocratie, dépossédée
en 1789, une aristocratie bourgeoise, aussi vaniteuse et aussi despotique
que la précédente, et dont les trahisons avaient succédé à celle de la
noblesse. La franche révolution ne lui convenait pas, et il lui fallait un
roi avec la constitution de 1791, pour assurer sa domination. Les
girondins en étaient les chefs. Sous la législative, ils s'étaient emparés
des ministères par Roland, Clavière et Servan; après les avoir perdus, ils
avaient voulu se venger par le 20 juin; et à la veille du 10 août, ils
traitaient avec la cour, et offraient la paix à condition qu'on leur
rendrait le pouvoir. Le 10 août même, ils se contentaient de suspendre le
roi, n'abolissaient pas la royauté, et nommaient un gouverneur au prince
royal. Après le 10 août, ils s'emparaient encore des ministères, et
calomniaient la commune pour ruiner son influence et s'assurer une
domination exclusive. La convention formée, ils envahissaient les comités,
continuaient de calomnier Paris, de présenter cette ville comme le foyer
de tous les crimes, pervertissaient l'opinion publique par le moyen de
leurs journaux, et des sommes immenses que Roland consacrait à la
distribution des écrits les plus perfides. En janvier, enfin, ils
s'opposaient à la mort du tyran, non par intérêt pour sa personne, mais
par intérêt pour la royauté. «Cette faction, continuait Robespierre, est
seule cause de la guerre désastreuse que nous soutenons maintenant. Elle
l'a voulue pour nous exposer à l'invasion de l'Autriche, qui promettait un
congrès avec la constitution bourgeoise de 1791. Elle l'a dirigée avec
perfidie, et après s'être servie du traître Lafayette, elle s'est servie
depuis du traître Dumouriez, pour arriver au but qu'elle poursuit depuis
si long-temps. D'abord, elle a feint d'être brouillée avec Dumouriez, mais
la brouillerie n'était pas sérieuse, car autrefois elle l'a porté au
ministère par Gensonné, son ami, et elle lui a fait allouer six millions
de dépenses secrètes. Dumouriez, s'entendant avec la faction, a sauvé les
Prussiens dans l'Argonne, tandis qu'il aurait pu les anéantir. En
Belgique, à la vérité, il a remporté une grande victoire, mais il lui
fallait un grand succès pour obtenir la confiance publique, et dès qu'il a
eu cette confiance, il en a abusé de toutes les manières. Il n'a pas
envahi la Hollande, qu'il aurait pu occuper dès la première campagne; il a
empêché la réunion à la France des pays conquis, et le comité
diplomatique, d'accord avec lui, n'a rien négligé pour écarter les députés
belges qui demandaient la réunion. Ces envoyés du pouvoir exécutif, que
Dumouriez avait si mal traités parce qu'ils vexaient les Belges, ont tous
été choisis par les girondins, et ils étaient convenus d'envoyer des
désorganisateurs contre lesquels on sévirait publiquement, pour déshonorer
la cause républicaine. Dumouriez, après avoir tardivement attaqué la
Hollande, revient en Belgique, perd la bataille de Nerwinde, et c'est
Miranda, l'ami de Pétion et sa créature, qui, par sa retraite, décide la
perte de cette bataille. Dumouriez se replie alors, et lève l'étendard de
la révolte, au moment même où la faction excitait les soulèvemens du
royalisme dans l'Ouest. Tout était donc préparé pour ce moment. Un
ministre perfide avait été placé à la guerre pour cette circonstance
importante; le comité de sûreté générale, composé de tous les girondins,
excepté sept ou huit députés fidèles qui n'y allaient pas, ce comité ne
faisait rien pour prévenir les dangers publics. Ainsi rien n'avait été
négligé pour le succès de la conspiration. Il fallait un roi, mais les
généraux appartenaient tous à Égalité. La famille _Égalité_ était rangée
autour de Dumouriez; ses fils, sa fille et jusqu'à l'intrigante Sillery,
se trouvaient auprès de lui. Dumouriez commence par des manifestes, et que
dit-il? tout ce que les orateurs et les écrivains de la faction disaient à
la tribune et dans les journaux: que la convention était composée de
scélérats, à part une petite portion saine; que Paris était le foyer de
tous les crimes; que les jacobins étaient des désorganisateurs qui
répandaient le trouble et la guerre civile, etc.»

Telle est la manière dont Robespierre explique et la défection de
Dumouriez, et l'opposition des girondins. Après avoir longuement développé
cet artificieux tissu de calomnies, il propose d'envoyer au tribunal
révolutionnaire les complices de Dumouriez, tous les d'Orléans et leurs
amis. «Quant aux députés Guadet, Gensonné, Vergniaud, etc., ce serait,
dit-il avec une méchante ironie, un sacrilège que d'accuser d'aussi
honnêtes gens, et sentant mon impuissance à leur égard, je m'en remets à
la sagesse de l'assemblée.»

Les tribunes et la Montagne applaudirent leur _vertueux_ orateur. Les
girondins étaient indignés de cet infâme système, auquel une haine perfide
avait autant de part qu'une défiance naturelle de caractère, car il y
avait dans ce discours un art singulier à rapprocher les faits, à prévenir
les objections, et Robespierre avait montré dans cette lâche accusation
plus de véritable talent que dans toutes ses déclamations ordinaires.
Vergniaud s'élance à la tribune, le coeur oppressé, et demande la parole
avec tant de vivacité, d'instance, de résolution, qu'on la lui accorde, et
que les tribunes et la Montagne finissent par la lui laisser sans trouble.
Il oppose au discours médité de Robespierre un discours improvisé avec la
chaleur du plus éloquent et du plus innocent des hommes.

«Il osera, dit-il, répondre à monsieur Robespierre, et il n'emploiera ni
temps ni art pour répondre, car il n'a besoin que de son âme. Il ne
parlera pas pour lui, car il sait que dans les temps de l'évolution, la
lie des nations s'agite, et domine un instant les hommes de bien, mais
pour éclairer la France. Sa voix, qui plus d'une fois a porté la terreur
dans ce palais, d'où elle a concouru à précipiter la tyrannie, la portera
aussi dans l'âme des scélérats qui voudraient substituer leur propre
tyrannie à celle de la royauté.»

Alors il répond à chaque inculpation de Robespierre, ce que chacun y peut
répondre d'après la simple connaissance des faits. Il a provoqué la
déchéance par son discours de juillet. Un peu avant le 10 août, doutant du
succès de l'insurrection, ne sachant même pas si elle aurait lieu, il a
indiqué à un envoyé de la cour ce qu'elle devait faire pour se réconcilier
avec la nation et sauver la patrie. Le 10 août, il a siégé au bruit du
canon, tandis que monsieur Robespierre était dans une cave. Il n'a pas
fait prononcer la déchéance, parce que le combat était douteux; et il a
proposé de nommer un gouverneur au dauphin, parce que, dans le cas où la
royauté eût été maintenue, une bonne éducation donnée au jeune prince
assurait l'avenir de la France. Lui et ses amis ont fait déclarer la
guerre, parce qu'elle l'était déjà de fait, et qu'il valait mieux la
déclarer ouvertement, et se défendre, que la souffrir sans la faire. Lui
et ses amis ont été portés au ministère et dans les comités par la voix
publique. Dans la commission des vingt et un de l'assemblée législative,
ils se sont opposés à ce qu'on quittât Paris, et ils ont préparé les
moyens que la France a déployés dans l'Argonne. Dans le comité de sûreté
générale de la convention, ils ont travaillé constamment, et à la face de
leurs collègues qui pouvaient assister à leurs travaux. Lui, Robespierre,
a déserté le comité et n'y a jamais paru. Ils n'ont pas calomnié Paris,
mais combattu les assassins qui usurpaient le nom de Parisiens, et
déshonoraient Paris et la république. Ils n'ont pas perverti l'opinion
publique, car pour sa part il n'a pas écrit une seule lettre, et ce que
Roland a répondu est connu de tout le monde. Lui et ses amis ont demandé
L'appel au peuple dans le procès de Louis XVI, parce qu'ils ne croyaient
pas que, dans une question aussi importante, on pût se passer de
l'adhésion nationale. Pour lui personnellement, il connaît à peine
Dumouriez, et ne l'a vu que deux fois; la première à son retour de
l'Argonne, la seconde à son retour de la Belgique; mais Danton, Santerre,
le voyaient, le félicitaient, le couvraient de caresses, et le faisaient
dîner tous les jours avec eux. Quant à Égalité, il ne le connaît pas
davantage. Les montagnards seuls l'ont connu et fréquenté; et, lorsque les
girondins l'attaquaient, les montagnards l'ont constamment défendu. Ainsi,
que peut-on reprocher à lui et à ses amis?... D'être des meneurs, des
intrigans? Mais ils ne courent pas les sections pour les agiter; ils ne
remplissent pas les tribunes pour arracher des décrets par la terreur; ils
n'ont jamais voulu laisser prendre les ministres dans les assemblées dont
ils étaient membres. Des modérés?... Mais ils ne l'étaient pas au 10 août,
lorsque Robespierre et Marat se cachaient; ils l'étaient en septembre,
lorsqu'on assassinait les prisonniers et qu'on pillait le Garde-Meuble.

«Vous savez, dit en finissant Vergniaud, si j'ai dévoré en silence les
amertumes dont on m'abreuve depuis six mois, si j'ai su sacrifier à ma
patrie les plus justes ressentimens; vous savez si, sous peine de lâcheté,
sous peine de m'avouer coupable, sous peine de compromettre le peu de bien
qu'il m'est encore permis de faire, j'ai pu me dispenser de mettre dans
tout leur jour les impostures et la méchanceté de Robespierre. Puisse
cette journée être la dernière que nous perdions en débats scandaleux!»
Vergniaud demande ensuite qu'on mande la section de la Halle-aux-Blés,
et qu'on se fasse apporter ses registres.

Le talent de Vergniaud avait captivé jusqu'à ses ennemis. Sa bonne foi, sa
touchante éloquence, avaient intéressé et entraîné la grande majorité de
l'assemblée, et on lui prodiguait de toutes parts les plus vifs
témoignages. Guadet demande la parole; mais à sa vue la Montagne
silencieuse s'ébranle, et pousse des cris affreux. La séance fut
suspendue, et ce ne fut que le 12 que Guadet obtint à son tour la faculté
de répondre à Robespierre, et le fit de manière à exciter les passions
bien plus vivement que Vergniaud. Personne, selon lui, n'avait conspiré;
mais les apparences, s'il y en avait, étaient bien plus contre les
montagnards et les jacobins qui avaient eu des relations avec Dumouriez et
Égalité, que contre les girondins qui étaient brouillés avec tous deux.
«Qui était, s'écrie Guadet, qui était avec Dumouriez aux Jacobins, aux
spectacles? Votre Danton.--Ah! tu m'accuses, s'écrie Danton; tu ne connais
pas ma force!»

La fin du discours de Guadet est remise au lendemain. Il continue à
rejeter toute conspiration, s'il y en a une, sur les Montagnards. Il lit,
en finissant, une adresse qui, comme celle de la Halle-aux-Blés, était
signée par Marat. Elle était des jacobins, et Marat l'avait signée comme
président de la société. Elle renfermait ces paroles que Guadet lit à
l'assemblée: _Citoyens, armons-nous! La contre-révolution est dans le
gouvernement, elle est dans le sein de la convention. Citoyens,
marchons-y, marchons!_

«Oui, s'écrie Marat de sa place, oui, marchons!» A ces mots, l'assemblée
se soulève, et demande le décret d'accusation contre Marat. Danton s'y
oppose, en disant que des deux côtés de l'assemblée on paraissait d'accord
pour accuser la famille d'Orléans, qu'il fallait donc l'envoyer devant les
tribunaux, mais qu'on ne pouvait accuser Marat pour un cri jeté au milieu
d'une discussion orageuse. On répond à Danton que les d'Orléans ne doivent
plus être jugés à Paris, mais à Marseille. Il veut parler encore, mais,
sans l'écouter, on donne la priorité au décret d'accusation contre Marat,
et Lacroix demande qu'il soit mis sur-le-champ en arrestation. «Puisque
mes ennemis, s'écrie Marat, ont perdu toute pudeur, je demande une chose:
le décret est fait pour exciter un mouvement; faites-moi donc accompagner
par deux gendarmes aux Jacobins, pour que j'aille leur recommander la
paix.» Sans écouter ces ridicules boutades, il est mis en arrestation, et
on ordonne la rédaction de l'acte d'accusation pour le lendemain à midi.

Robespierre courut aux Jacobins exprimer son indignation, célébrer
l'énergie de Danton, la modération de Marat, et leur recommander d'être
calmes, afin qu'on ne pût pas dire que Paris s'était insurgé pour délivrer
un jacobin.

Le lendemain, l'acte d'accusation fut lu et approuvé par l'assemblée, et
l'accusation, tant de fois proposée contre Marat, fut sérieusement
poursuivie devant le tribunal révolutionnaire.

C'était le projet d'une pétition contre les girondins qui avait amené ces
violentes explications entre les deux côtés de l'assemblée; mais il ne fut
rien statué à cet égard, et on ne pouvait rien statuer en effet, puisque
l'assemblée n'avait pas la force d'arrêter les mouvemens qui produisaient
les pétitions. On suivit avec activité le projet d'une adresse générale de
toutes les sections, et on convint d'une rédaction uniforme; sur
quarante-trois sections, trente-cinq y avaient adhéré; le conseil général
de la commune l'approuva, et le 15 avril les commissaires des trente-cinq
sections, ayant le maire Pache à leur tête, s'étaient présentés à la
barre. C'était en quelque sorte le manifeste par lequel la commune de
Paris déclarait ses intentions, et menaçait de l'insurrection en cas de
refus. Ainsi elle avait fait avant le 10 août, ainsi elle faisait à la
veille du 31 mai. Rousselin, orateur et commissaire de l'une des sections,
en fit la lecture. Après avoir retracé la conduite criminelle d'un certain
nombre de députés, la pétition demandait leur expulsion de la convention,
et les énumérait l'un après l'autre. Ils étaient vingt-deux: Brissot,
Guadet, Vergniaud, Gensonné, Grangeneuve, Buzot, Barbaroux, Salles,
Biroteau, Pontécoulant, Pétion, Lanjuinais, Valazé, Hardy, Louvet,
Lehardy, Gorsas, Fauchet, Lanthénas, Lasource, Valady, Chambon.

Les tribunes applaudissent à la lecture de ces noms. Le président avertit
les pétitionnaires que la loi les oblige à signer leur pétition. Ils
s'empressent de le faire. Pache seul, essayant de prolonger sa neutralité,
demeure en arrière. On lui demande sa signature; il répond qu'il n'est pas
du nombre des pétitionnaires, et qu'il a seulement été chargé par le
conseil général de les accompagner. Mais, voyant qu'il ne peut pas
reculer, il s'avance et signe la pétition. Les tribunes l'en récompensent
par de bruyans applaudissemens.

Boyer-Fonfrède se présente aussitôt à la tribune, et dit que si la
modestie n'était pas un devoir, il demanderait à être ajouté à la
glorieuse liste des vingt-deux députés. La majorité de l'assemblée, saisie
d'un mouvement généreux, s'écrie: «Qu'on nous inscrive tous, tous!»
Aussitôt on accourt auprès dès vingt-deux députés, on leur donne les
témoignages les plus expressifs d'intérêt, on les embrasse, et la
discussion, interrompue par cette scène, est renvoyée aux jours suivans.

La discussion s'engage à l'époque fixée. Les reproches et les
justifications recommencent entre les deux côtés de l'assemblée. Des
députés du centre, profitant de quelques lettres écrites sur l'état des
armées, proposent de s'occuper des intérêts généraux de la république, et
de négliger les querelles particulières. On y consent, mais le 18 une
nouvelle pétition contre le côté droit ramène à celle des trente-cinq
sections. On dénonce en même temps divers actes de la commune: par l'un,
elle se déclare en état continuel de révolution, et par un autre, elle
établit dans son sein un comité de correspondance avec toutes les
municipalités du royaume. Depuis long-temps elle cherchait en effet à
donner à son autorité toute locale un caractère de généralité, qui lui
permit de parler au nom de la France, et de rivaliser d'autorité avec la
convention. Le comité de l'Évêché, dissous de l'avis des jacobins, avait
aussi eu pour objet de mettre Paris en communication avec les autres
villes; et maintenant la commune y voulait suppléer, en organisant cette
correspondance dans son propre sein. Vergniaud prend la parole, et
attaquant à la fois la pétition des trente-cinq sections, les actes qu'on
impute à la commune, et les projets que sa conduite décèle, demande que la
pétition soit déclarée calomnieuse, et que la municipalité soit tenue
d'apporter ses registres à l'assemblée pour faire connaître les arrêtés
qu'elle a pris. Ces propositions sont admises, malgré les tribunes et le
côté gauche. Dans ce moment, le côté droit, soutenu par la Plaine,
commençait à emporter toutes les décisions. Il avait fait nommer pour
président Lasource, l'un de ses membres les plus chauds; et il avait
encore la majorité, c'est-à-dire la légalité, faible ressource contre la
force, et qui sert tout au plus à l'irriter davantage.

Les officiers municipaux, mandés à la barre, viennent hardiment soumettre
leurs registres des délibérations, et semblent attendre l'approbation de
leurs arrêtés. Ces registres portaient, 1º que le conseil-général se
déclarait en état de révolution, tant que les subsistances ne seraient pas
assurées; 2º que le comité de correspondance avec les quarante-quatre
mille municipalités serait composé de neuf membres, et mis incessamment en
activité; 3º que douze mille exemplaires de la pétition contre les
vingt-deux seraient imprimés, et distribués par le comité de
correspondance; 4º enfin, que le conseil général se regarderait comme
frappé lorsqu'un de ses membres, ou bien un président, un secrétaire de
section ou de club, seraient poursuivis pour leurs opinions. Ce dernier
arrêté avait été pris pour garantir Marat, qui était accusé pour avoir
signé, en qualité de président de section, une adresse séditieuse.

La commune, comme on le voit, résistait pied à pied à l'assemblée, et sur
chaque point débattu prenait une décision contraire à la sienne.
S'agissait-il des subsistances, elle se constituait en révolution,
si les moyens violens étaient refusés. S'agissait-il de Marat, elle le
couvrait de son égide. S'agissait-il des vingt-deux, elle en appelait aux
quarante-quatre mille municipalités, et se mettait en correspondance avec
elles, pour leur demander en quelque sorte des pouvoirs généraux contre la
convention. L'opposition était complète sur tous les points, et de plus
accompagnée de préparatifs d'insurrection.

A peine la lecture des registres est-elle achevée, que Robespierre jeune
demande aussitôt les honneurs de la séance pour les officiers municipaux.
Le côté droit s'y oppose; la Plaine hésite, et dit qu'il serait peut-être
dangereux de déconsidérer les magistrats aux yeux du peuple, en leur
refusant un honneur banal qu'on ne refusait pas même aux plus simples
pétitionnaires. Au milieu de ces débats tumultueux, la séance se prolonge
jusqu'à onze heures du soir; le côté droit, la Plaine, se retirent, et
cent quarante-trois membres restent seuls à la Montagne pour admettre aux
honneurs de la séance la municipalité parisienne. Dans le même jour,
déclarée calomniatrice, repoussée par la majorité, et admise seulement aux
honneurs de la séance par la Montagne et les tribunes, elle devait être
profondément irritée, et devenir le point de ralliement de tous ceux qui
voulaient briser l'autorité de la convention.

Marat avait été enfin déféré au tribunal révolutionnaire, et ce fut
l'énergie du côté droit, qui, en entraînant la Plaine, décida son
accusation. Tout mouvement d'énergie honore un parti qui lutte contre un
mouvement supérieur, mais hâte sa chute. Les girondins, en poursuivant
courageusement Marat, n'avaient fait que lui préparer un triomphe. L'acte
portait en substance, que Marat ayant dans ses feuilles provoqué le
meurtre, le carnage, l'avilissement et la dissolution de la convention
nationale, et l'établissement d'un pouvoir destructeur de la liberté, il
était décrété d'accusation, et déféré au tribunal révolutionnaire. Les
jacobins, les cordeliers, tous les agitateurs de Paris, s'étaient mis en
mouvement pour ce _philosophe austère, formé_, disaient-ils, _par le
malheur et la méditation, joignant à une âme de feu une grande sagacité,
une profonde connaissance du coeur humain, sachant pénétrer les traîtres
sur leur char de triomphe, dans le moment où le stupide vulgaire les
encensait encore!--Les traîtres_, s'écriaient-ils, _les traîtres
passeront, et la réputation de Marat commence!_

Quoique le tribunal révolutionnaire ne fût pas composé alors comme il le
fut plus tard, néanmoins Marat n'y pouvait être condamné. La discussion
dura à peine quelques instans. L'accusé fut absous à l'unanimité, aux
applaudissemens d'une foule nombreuse accourue pour assister à son
jugement. C'était le 24 avril. Il est aussitôt entouré par un cortège
nombreux composé de femmes, de sans-culottes à piques, et de détachemens
des sections armées. On se saisit de lui, et on se rend à la convention
pour le replacer sur son siège de député. Deux officiers municipaux
ouvrent la marche. Marat, élevé sur les bras de quelques sapeurs, le front
ceint d'une couronne de chêne, est porté en triomphe au milieu de la
salle. Un sapeur se détache du cortège, se présente à la barre et dit:
«Citoyen président, nous vous amenons le brave Marat. Marat a toujours été
l'ami du peuple, et le peuple sera toujours l'ami de Marat! S'il faut que
la tête de Marat tombe, la tête du sapeur tombera avant la sienne.» En
disant ces mots, l'horrible pétitionnaire agitait sa hache, et les
tribunes applaudissaient avec un affreux tumulte. Il demande, pour le
cortège, la permission de défiler dans la salle. «Je vais consulter
l'assemblée,» répond le président Lasource, consterné de cette scène
hideuse. Mais on ne veut pas attendre qu'il ait consulté l'assemblée, et
de toute part la foule se précipite dans la salle. Des femmes, des hommes,
se répandent dans l'enceinte, occupent les places vacantes par le départ
des députés, révoltés de ce spectacle. Marat arrive enfin, transmis de
mains en mains et couvert d'applaudissemens. Des bras des pétitionnaires
il passe dans ceux de ses collègues de la Montagne, et on l'embrasse avec
les plus grandes démonstrations de joie. Il s'arrache enfin du milieu de
ses collègues, court à la tribune, et déclare aux législateurs qu'il vient
leur offrir un coeur pur, un nom justifié, et qu'il est prêt à mourir pour
défendre la liberté et les droits du peuple.

De nouveaux honneurs l'attendaient aux Jacobins. Les femmes avaient
préparé une grande quantité de couronnes. Le président lui en offre une.
Un enfant de quatre ans, monté sur le bureau, lui en place une sur la
tête. Marat écarte les couronnes avec un dédain insolent. «Citoyens,
s'écrie-t-il, indigné de voir une faction scélérate trahir la république,
j'ai voulu la démasquer, et _lui mettre la corde au cou_. Elle m'a résisté
en me frappant d'un décret d'accusation. Je suis sorti victorieux. La
faction est humiliée, mais n'est pas écrasée. Ne vous occupez point de
décerner des triomphes, défendez-vous d'enthousiasme. Je dépose sur le
bureau les deux couronnes que l'on vient de m'offrir, et j'invite mes
concitoyens à attendre la fin de ma carrière pour se décider.»

De nombreux applaudissemens accueillent cette impudente modestie.
Robespierre était présent à ce triomphe, dont il dédaignait sans doute le
caractère trop populaire et trop bas. Cependant il allait subir comme tout
autre la vanité du triomphateur. Les réjouissances achevées, on se hâte de
revenir à la discussion ordinaire, c'est-à-dire aux moyens de purger le
gouvernement, et d'en chasser les traîtres, les Rolandins, les Brissotins,
etc.... On propose pour cela de composer une liste des employés de toutes
les administrations, et de désigner ceux qui ont mérité leur renvoi.
«Adressez-moi cette liste, dit Marat, je ferai choix de ceux qu'il faut
renvoyer ou conserver, et je le signifierai aux ministres.» Robespierre
fait une observation; il dit que les ministres sont presque tous complices
des coupables, qu'ils n'écouteront pas la société, qu'il vaut mieux
s'adresser au comité de salut public, placé par ses fonctions au-dessus du
pouvoir exécutif, et que d'ailleurs la société ne peut sans se
compromettre communiquer avec des ministres prévaricateurs. «Ces raisons
sont frivoles, réplique Marat avec dédain; un patriote aussi pur que moi
_pourrait communiquer avec le diable_; je m'adresserai aux ministres,
et je les sommerai de nous satisfaire au nom de la société.»

Une considération respectueuse entourait toujours _le vertueux,
l'éloquent_ Robespierre; mais l'audace, le cynisme insolent de Marat
étonnaient et saisissaient toutes les têtes ardentes. Sa hideuse
familiarité lui attachait quelques forts des halles, qui étaient flattés
de cette intimité avec _l'ami du peuple_, et qui étaient tous disposés à
prêter à sa chétive personne le secours de leurs bras et de leur influence
dans les places publiques.

La colère de la Montagne provenait des obstacles qu'elle rencontrait; mais
ces obstacles étaient bien plus grands encore dans les provinces qu'à
Paris, et les contrariétés qu'allaient éprouver sur leur route ses
commissaires envoyés pour presser le recrutement, devaient bientôt pousser
son irritation au dernier terme. Toutes les provinces étaient parfaitement
disposées pour la révolution, mais toutes ne l'avaient pas embrassée avec
autant d'ardeur, et ne s'étaient pas signalées par autant d'excès que la
ville de Paris. Ce sont les ambitions oisives, les esprits ardens, les
talens supérieurs, qui les premiers s'engagent dans les révolutions; une
capitale en renferme toujours beaucoup plus que les provinces, parce
qu'elle est le rendez-vous de tous les hommes qui, par indépendance ou
ambition, abandonnent le sol, la profession et les traditions de leurs
pères. Paris devait donc produire les plus grands révolutionnaires. Placée
en outre à peu de distance des frontières, but de tous les coups de
l'ennemi, cette ville avait couru plus de danger qu'aucune cité de la
France: siège des autorités, elle avait vu s'agiter dans son sein toutes
les grandes questions. Ainsi le danger, la dispute, tout s'était réuni
pour produire chez elle l'emportement et les excès. Les provinces, qui
n'étaient pas soumises aux mêmes causes d'agitation, avaient vu ces excès
avec effroi, et partageaient les sentimens du côté droit et de la Plaine.
Mécontentes surtout des traitemens essuyés par leurs députés, elles
croyaient voir dans la capitale, outre l'exagération révolutionnaire,
l'ambition de dominer la France, comme Rome dominait les provinces
conquises. Telles étaient les dispositions de la masse calme,
industrieuse, modérée, à l'égard des révolutionnaires de Paris. Cependant
ces dispositions étaient plus ou moins prononcées suivant les
circonstances locales. Chaque province, chaque cité avait aussi ses
révolutionnaires emportés, parce qu'en tous lieux se trouvent des esprits
aventureux, des caractères ardens. Presque tous les hommes de cette espèce
s'étaient emparés des municipalités, et ils avaient profité pour cela du
renouvellement général des autorités, ordonné par la législative après le
10 août. La masse inactive et modérée cède toujours le pas aux plus
empressés, et il était naturel que les individus les plus violens
s'emparassent des fonctions municipales, les plus difficiles de toutes, et
qui exigeaient le plus de zèle et d'activité. Les citoyens paisibles, qui
forment le grand nombre, s'étaient retirés dans les sections, où ils
allaient donner quelquefois leurs votes, et exercer leurs droits civiques.
Les fonctions départementales avaient été conférées aux notables les plus
riches et les plus considérés, et par cela même les moins actifs et les
moins énergiques des hommes. Ainsi tous les chauds révolutionnaires
étaient retranchés dans les municipalités, tandis que la masse moyenne et
riche occupait les sections et les fonctions départementales.

La commune de Paris, sentant cette position, avait voulu se mettre en
correspondance avec toutes les municipalités. Mais, comme on l'a vu, elle
en avait été empêchée par la convention. La société-mère des jacobins y
avait suppléé par sa propre correspondance, et la relation qui n'avait pas
pu s'établir encore de municipalité à municipalité, existait de club à
club, ce qui revenait à peu près au même, car les mêmes hommes qui
Délibéraient dans les clubs jacobins, allaient agir ensuite dans les
conseils généraux des communes. Ainsi tout le parti jacobin de la France,
réuni dans les municipalités et dans les clubs, correspondant d'un bout du
territoire à l'autre, se trouvait en présence de la masse moyenne, masse
immense, mais divisée dans une multitude de sections, n'exerçant pas de
fonctions actives, ne correspondant pas de ville en ville, formant çà et
là quelques clubs modérés, et se réunissant quelquefois dans les sections
ou dans les conseils de départemens pour donner un vote incertain et
timide.

C'est cette différence de position qui pouvait faire espérer aux
révolutionnaires de dominer la masse de la population. Cette masse
admettait la république, mais la voulait pure d'excès, et dans le moment
elle avait encore l'avantage dans toutes les provinces. Depuis que les
municipalités, armées d'une police terrible, ayant la faculté de faire des
visites domiciliaires, de rechercher les étrangers, de désarmer les
suspects, pouvaient vexer impunément les citoyens paisibles, les sections
avaient essayé de réagir, et elles s'étaient réunies pour imposer aux
municipalités. Dans presque toutes les villes de France, elles avaient
pris un peu de courage, elles étaient en armes, résistaient aux
municipalités, s'élevaient contre leur police inquisitoriale, soutenaient
le côté droit, et réclamaient avec lui l'ordre, la paix, le respect des
Personnes et des propriétés. Les municipalités et les clubs jacobins
demandaient, au contraire, de nouvelles mesures de police, et
l'institution de tribunaux révolutionnaires dans les départemens. Dans
certaines villes on était prêt à en venir aux mains pour ces questions.
Cependant les sections étaient si fortes par le nombre, qu'elles
dominaient l'énergie des municipalités. Les députés montagnards, envoyés
pour presser le recrutement et ranimer le zèle révolutionnaire,
s'effrayaient de cette résistance, et remplissaient Paris de leurs
alarmes.

Telle était la situation de presque toute la France, et la manière dont
elle était partagée. La lutte se montrait plus ou moins vive, et les
partis plus ou moins menaçans, selon la position et les dangers de chaque
ville. Là où les dangers de la révolution paraissaient plus grands, les
jacobins étaient plus portés à employer des moyens violens, et par
conséquent la masse modérée plus disposée à leur résister. Mais ce qui
exaspérait surtout les passions révolutionnaires, c'était le danger des
trahisons intérieures, plus encore que le danger de la guerre étrangère.
Ainsi sur la frontière du Nord, menacée par les armées ennemies, et peu
travaillée par l'intrigue, on était assez d'accord; les esprits se
réunissaient dans le voeu de la défense commune, et les commissaires
envoyés depuis Lille jusqu'à Lyon, avaient fait à la convention des
rapports assez satisfaisans. Mais à Lyon, où des menées secrètes
concouraient avec la position géographique et militaire de cette ville
pour y rendre le péril plus grand, on avait vu s'élever des orages aussi
terribles que ceux de Paris. Par sa position à l'est, et par son voisinage
du Piémont, Lyon avait toujours fixé les regards de la contre-révolution.
La première émigration de Turin voulut y opérer un mouvement en 1790, et y
envoyer même un prince français. Mirabeau en avait aussi projeté un à sa
manière. Depuis que la grande émigration s'était transportée à Coblentz,
un agent avait été laissé en Suisse pour correspondre avec Lyon, et par
Lyon avec le camp de Jallès et les fanatiques du midi. Ces menées
provoquèrent une réaction de jacobinisme, et les royalistes firent naître
à Lyon des montagnards. Ceux-ci occupaient un club appelé _club central_,
et composé des envoyés de tous les clubs de quartier. A leur tête se
trouvait un Piémontais qu'une inquiétude naturelle avait entraîné de pays
en pays, et fixé enfin à Lyon, où il avait dû à son ardeur révolutionnaire
d'être nommé successivement officier municipal, et président du tribunal
civil. Son nom était _Chalier_. Il tenait dans le _club central_ un
langage qui, chez les jacobins de Paris, l'aurait fait accuser par Marat
de tendre au bouleversement, et d'être payé par l'étranger. Outre ce club,
les montagnards lyonnais avaient toute la municipalité, excepté le maire
Nivière, ami et disciple de Roland, et chef à Lyon du parti girondin.
Fatigué de tant d'orages, Nivière avait comme Pétion donné sa démission,
et comme Pétion il avait été aussi réélu par les sections, plus puissantes
et plus énergiques à Lyon que dans tout le reste de la France. Sur onze
mille votans, neuf mille avaient obligé Nivière à reprendre la mairie;
mais il s'était démis de nouveau, et cette fois la municipalité
montagnarde avait réussi à se compléter en nommant un maire de son choix.
A cette occasion on en était venu aux mains; la jeunesse des sections
avait chassé Chalier du _club central_, et dévasté la salle où il exhalait
son fanatisme. Le départemens effrayé avait appelé des commissaires de la
convention, qui, en se prononçant d'abord contre les sections, puis contre
les excès de la commune, déplurent à tous les partis, se firent dénoncer
par les jacobins et rappeler par la convention. Leur tâche s'était bornée
à recomposer le _club central_, à l'affilier aux jacobins, et, en lui
conservant son énergie, à le délivrer de quelques membres trop impurs. Au
mois de mai, l'irritation était arrivée au plus haut degré. D'un côté, la
commune, composée entièrement de jacobins, et le _club central_ présidé
par Chalier, demandaient pour Lyon un tribunal révolutionnaire, et
promenaient sur les places publiques une guillotine envoyée de Paris, et
qu'on exposait aux regards publics pour effrayer les _traîtres_ et les
aristocrates, etc.; de l'autre côté, les sections en armes étaient prêtes
à réprimer la municipalité, et à empêcher l'établissement du sanglant
tribunal que les girondins n'avaient pu épargner à la capitale. Dans cet
état de choses, les agens secrets du royalisme, répandus à Lyon,
attendaient le moment favorable pour profiter de l'indignation des
Lyonnais, prête à éclater.

Dans tout le reste du Midi jusqu'à Marseille, l'esprit républicain modéré
régnait d'une manière plus égale, et les girondins possédaient
l'attachement général de la contrée. Marseille jalousait la suprématie de
Paris, était irritée des outrages faits à son député chéri, Barbaroux, et
prête à se soulever contre la convention, si on attaquait la
représentation nationale. Quoique riche, elle n'était pas située d'une
manière favorable pour les contre-révolutionnaires du dehors, car elle ne
touchait qu'à l'Italie, où rien ne se tramait, et son port n'intéressait
pas les Anglais comme celui de Toulon. Les menées secrètes n'y avaient
donc pas autant effarouché les esprits qu'à Lyon et Paris, et la
municipalité, faible et menacée, était près d'être destituée par les
sections toutes puissantes. Le député Moïse-Bayle, assez mal reçu, avait
trouvé là beaucoup d'ardeur pour le recrutement, mais un dévouement absolu
pour la Gironde.

A partir du Rhône, et de l'est à l'ouest jusqu'aux bords de l'Océan,
cinquante ou soixante départemens manifestaient les mêmes dispositions. A
Bordeaux enfin l'unanimité était complète. Là, les sections, la
municipalité, le club principal, tout le monde était d'accord pour
combattre la violence montagnarde et pour soutenir cette glorieuse
députation de la Gironde, à laquelle on était si fier d'avoir donné le
jour. Le parti contraire n'avait trouvé d'asile que dans une seule
section, et partout ailleurs il se trouvait impuissant et condamné au
silence. Bordeaux ne demandait ni taxe, ni denrées, ni tribunal
révolutionnaire, et préparait à la fois des pétitions contre la commune de
Paris, et des bataillons pour le service de la république.

Mais le long des côtes de l'Océan, en tirant de la Gironde à la Loire, et
de la Loire aux bouches de la Seine, se présentaient des opinions bien
différentes et des dangers bien plus grands. Là, l'implacable Montagne ne
rencontrait pas seulement pour obstacle le républicanisme clément et
généreux des girondins, mais le royalisme constitutionnel de 89, qui
repoussait la république comme illégale, et le fanatisme des temps
féodaux, qui était armé contre la révolution de 93, contre la révolution
de 89, et qui ne reconnaissait que l'autorité temporelle des châteaux, et
l'autorité spirituelle des églises.

Dans la Normandie, et particulièrement à Rouen, qui était la principale
ville, on avait voué un grand attachement à Louis XVI, et la
constitution de 1790 avait réuni tous les vœux qu'on formait pour la
liberté et pour le trône. Depuis l'abolition de la royauté et de la
constitution de 1790, c'est-à-dire depuis le 10 août, il régnait en
Normandie un silence improbateur et menaçant. La Bretagne offrait des
dispositions encore plus hostiles, et le peuple y était dominé par
l'influence des prêtres et des seigneurs. Plus près des rives de la Loire,
cet attachement allait jusqu'à l'insurrection, et enfin sur la rive gauche
de ce fleuve, dans le Bocage, le Loroux, la Vendée, l'insurrection était
complète, et de grandes armées de dix et vingt mille hommes tenaient la
campagne.

C'est ici le lieu de faire connaître ce pays singulier, couvert d'une
population si obstinée, si héroïque, si malheureuse, et si fatale à la
France, qu'elle manqua perdre par une funeste diversion, et dont elle
aggrava les maux en irritant au dernier point la dictature
révolutionnaire.

Sur les deux rives de la Loire, le peuple avait conservé un grand
attachement pour son ancienne manière d'être, et particulièrement pour ses
prêtres et pour son culte. Lorsque, par l'effet de la constitution civile,
les membres du clergé se trouvèrent partagés, un véritable schisme
s'établit. Les curés qui refusaient de se soumettre à la nouvelle
circonscription des églises, et de prêter serment, furent préférés par le
peuple; et lorsque, dépossédés de leurs curés, ils furent obligés de se
retirer, les paysans les suivirent dans les bois, et se regardèrent comme
persécutés eux et leur culte. Ils se réunirent par petites bandes,
poursuivirent les curés constitutionnels comme intrus, et commirent les
plus graves excès à leur égard. Dans la Bretagne, aux environs de Rennes,
il y eut des révoltes plus générales et plus imposantes, qui avaient pour
cause la cherté des subsistances, et la menace de détruire le culte,
contenue dans ces paroles de Cambon: _Ceux qui voudront la messe la
paieront_. Cependant le gouvernement était parvenu à réprimer ces
mouvemens partiels de la rive droite de la Loire, et il n'avait à redouter
que leur communication avec la rive gauche, où s'était formée la grande
insurrection.

C'est particulièrement sur cette rive gauche, dans l'Anjou, le bas et le
haut Poitou, qu'avait éclaté la fameuse guerre de la Vendée. C'était la
partie de la France où le temps avait le moins fait sentir son influence,
et le moins altéré les anciennes moeurs. Le régime féodal s'y était
empreint d'un caractère tout patriarcal, et la révolution, loin de
produire une réforme utile dans ce pays, y avait blessé les plus douces
habitudes, et y fut reçue comme une persécution. Le Bocage et le Marais
composent un pays singulier, qu'il faut décrire pour faire comprendre les
moeurs et l'espèce de société qui s'y étaient formées. En partant de
Nantes et Saumur, et en s'étendant depuis la Loire jusqu'aux sables
d'Olonne, Luçon, Fontenay et Niort, on trouve un sol inégal, ondulant,
coupé de ravins, et traversé d'une multitude de haies, qui servent de
clôture à chaque champ, et qui ont fait appeler cette contrée le _Bocage_.
En se rapprochant de la mer, le terrain s'abaisse, se termine en marais
salans, et se trouve coupé partout d'une multitude de petits canaux, qui
en rendent l'accès presque impossible. C'est ce qu'on a appelé le
_Marais_. Les seuls produits abondans dans ce pays sont les pâturages, et
par conséquent les bestiaux. Les paysans y cultivaient seulement la
quantité de blé nécessaire à leur consommation, et se servaient du produit
de leurs troupeaux comme moyen d'échange. On sait que rien n'est plus
simple que les populations vivant de ce genre d'industrie. Peu de grandes
villes s'étaient formées dans ces contrées; on n'y trouvait que de gros
bourgs de deux à trois mille âmes. Entre les deux grandes routes qui
conduisent l'une de Tours à Poitiers, et l'autre de Nantes à La Rochelle,
s'étend un espace de trente lieues de largeur, où il n'y avait alors que
des chemins de traverse, aboutissant à des villages et à des hameaux. Les
Terres étaient divisées en une multitude de petites métairies de cinq à
six cents francs de revenu, confiées chacune à une seule famille, qui
partageait avec le maître de la terre le produit des bestiaux. Par cette
division du fermage, les seigneurs avaient à traiter avec chaque famille,
et entretenaient avec toutes des rapports continuels et faciles. La vie la
plus simple régnait dans les châteaux: on s'y livrait à la chasse à cause
de l'abondance du gibier; les seigneurs et les paysans la faisaient en
commun, et tous étaient célèbres par leur adresse et leur vigueur. Les
prêtres, d'une grande pureté de moeurs, y exerçaient un ministère tout
paternel. La richesse n'avait ni corrompu leur caractère, ni provoqué la
critique sur leur compte. On subissait l'autorité du seigneur, on croyait
les paroles du curé, parce qu'il n'y avait ni oppression ni scandale.
Avant que l'humanité se jette dans la route de la civilisation, il y a
pour elle une époque de simplicité, d'ignorance et de pureté, au milieu de
laquelle on voudrait l'arrêter, si son sort n'était pas de marcher à
travers le mal, vers tous les genres de perfectionnement.

Lorsque la révolution, si bienfaisante ailleurs, atteignit ce pays avec
son niveau de fer, elle y causa un trouble profond. Il aurait fallu
qu'elle s'y modifiât, mais c'était impossible. Ceux qui l'ont accusée de
ne pas s'adapter aux localités, de ne pas varier avec elles, n'ont pas
compris l'impossibilité des exceptions et la nécessité d'une règle
uniforme et absolue dans les grandes réformes sociales. On ne savait donc,
au milieu de ces campagnes, presque rien de la révolution; on savait
seulement ce que le mécontentement des seigneurs et des curés en avait
appris au peuple. Quoique les droits féodaux fussent abolis, on ne cessa
pas de les payer. Il fallut se réunir, nommer des maires; on le fit, et on
pria les seigneurs de l'être. Mais lorsque la destitution des prêtres non
assermentés priva les paysans des curés qui jouissaient de leur confiance,
ils furent fort irrités, et, comme dans la Bretagne, ils coururent dans
les bois, et allèrent à de grandes distances assister aux cérémonies du
culte, seul véritable à leurs yeux. Dès ce moment une haine violente
s'alluma dans les âmes, et les prêtres n'oublièrent rien pour l'exciter
davantage. Le 10 août rejeta dans leurs terres quelques nobles poitevins;
le 21 janvier les révolta, et ils communiquèrent leur indignation autour
d'eux. Cependant ils ne conspirèrent pas, comme on l'a cru; mais les
dispositions connues du pays inspirèrent à des hommes qui lui étaient
étrangers des projets de conspiration. Il s'en était tramé un en Bretagne,
mais aucun dans le Bocage; il n'y avait là aucun plan arrêté; on s'y
laissait pousser à bout. Enfin la levée de trois cent mille hommes excita
au mois de mars une insurrection générale. Au fond, peu importait aux
paysans du Bas-Poitou ce qui se faisait en France; mais la dispersion de
leur clergé, et surtout l'obligation de se rendre aux armées, les
exaspéra. Dans l'ancien régime, le contingent du pays n'était fourni que
par ceux que leur inquiétude naturelle portait à quitter la terre natale;
mais aujourd'hui la loi les frappait tous, quels que fussent leurs goûts
personnels. Obligés de prendre les armes, ils préférèrent se battre contre
la république que pour elle. Presque en même temps, c'est-à dire au
commencement de mars, le tirage fut l'occasion d'une révolte dans le haut
Bocage et dans le Marais. Le 10 mars, le tirage devait avoir lieu à
Saint-Florent, près d'Ancenis en Anjou: les jeunes gens s'y refusèrent. La
garde voulut les y obliger; le commandant militaire fit pointer une pièce
et tirer sur les mutins. Ils s'élancèrent alors avec leurs bâtons,
s'emparèrent de la pièce, désarmèrent la garde, et furent cependant assez
étonnés de leur témérité. Un voiturier, nommé Cathelineau, homme très
considéré dans les campagnes, très brave, très persuasif, quitta sa ferme
à cette nouvelle, accourut au milieu d'eux, les rallia, leur rendit le
courage, et donna quelque consistance à l'insurrection en sachant la
maintenir. Le jour même il voulut attaquer un poste républicain, composé
de quatre-vingts hommes. Les paysans le suivirent avec leurs bâtons et
leurs fusils. Après une première décharge, dont chaque coup portait parce
qu'ils étaient grands tireurs, ils s'élancèrent sur le poste, le
désarmèrent, et se rendirent maîtres de la position. Le lendemain,
Cathelineau se porta sur Chemillé, et l'enleva encore, malgré deux cents
républicains et trois pièces de canon. Un garde-chasse du château de
Maulevrier, nommé Stofflet, et un jeune paysan du village de Chanzeau,
avaient réuni de leur côté une troupe de paysans. Ils vinrent se joindre
à Cathelineau, qui osa concevoir le projet d'attaquer Cholet, la ville la
plus considérable du pays, chef-lieu de district, et gardée par cinq cents
républicains. Leur manière de combattre fut la même. Profitant des haies,
des inégalités du terrain, ils entourèrent le bataillon ennemi, et se
mirent à tirailler à couvert et à coup sûr. Après avoir ébranlé les
républicains par ce feu terrible, ils profitèrent du premier moment
d'hésitation qui se manifesta parmi eux, s'élancèrent en poussant de
grands cris, renversèrent leurs rangs, les désarmèrent, et les assommèrent
avec leurs bâtons. Telle fut depuis toute leur tactique militaire; la
nature la leur avait indiquée, et c'était la mieux adaptée au pays. Les
troupes qu'ils attaquaient, rangées en ligne et à découvert, recevaient un
feu auquel il leur était impossible de répondre, parce qu'elles ne
pouvaient ni faire usage de leur artillerie, ni marcher à la baïonnette
contre des ennemis dispersés. Dans cette situation, si elles n'étaient pas
vieillies à la guerre, elles devaient être bientôt ébranlées par un feu si
continu et si juste, que jamais les feux réguliers des troupes de ligne
n'ont pu l'égaler. Lorsqu'elles voyaient surtout fondre sur elles ces
furieux, poussant de grands cris, il leur était difficile de ne pas
s'intimider et de ne pas se laisser rompre. Alors elles étaient perdues,
car la fuite, si facile aux gens du pays, était impraticable pour la
troupe de ligne. Il aurait donc fallu les soldats les plus intrépides pour
lutter contre tant de désavantages, et ceux qui dans le premier moment
furent opposés aux rebelles, étaient des gardes nationaux de nouvelle
levée, qu'on prenait dans les bourgs, presque tous très républicains, et
que leur zèle conduisait pour la première fois au combat.

La troupe victorieuse de Cathelineau entra donc dans Cholet, s'empara de
toutes les armes qu'elle y trouva, et fit des cartouches avec les
gargousses des canons. C'est toujours ainsi que les Vendéens se sont
procuré des munitions. Leurs défaites ne donnaient rien à l'ennemi, parce
qu'ils n'avaient rien qu'un fusil ou un bâton qu'ils emportaient à travers
les champs, et chaque victoire leur valait toujours un matériel de guerre
considérable. Les insurgés, victorieux, célébrèrent leurs succès avec
l'argent qu'ils trouvèrent, et ensuite brûlèrent tous les papiers des
administrations, dans lesquelles ils voyaient un instrument de tyrannie.
Ils rentrèrent ensuite dans leurs villages et dans leurs fermes, qu'ils ne
voulaient jamais quitter pour long-temps.

Une autre révolte bien plus générale avait éclaté dans le Marais et le
départemens de la Vendée. A Machecoul et à Challans, le recrutement fut
l'occasion d'un soulèvement universel. Un nommé Gaston, perruquier, tua un
officier, prit son uniforme, se mit à la tête des mécontens, et s'empara
de Challans, puis de Machecoul, où sa troupe brûla tous les papiers des
administrations, et commit des massacres dont le Bocage n'avait pas donné
l'exemple. Trois cents républicains furent fusillés par bandes de vingt et
trente. Les insurgés les faisaient confesser d'abord, et les conduisaient
ensuite au bord d'une fosse, à côté de laquelle ils les fusillaient pour
n'avoir pas la peine de les ensevelir. Nantes envoya sur-le-champ quelques
cents hommes à Saint-Philibert; mais, apprenant qu'il y avait du mouvement
à Savenay, elle rappela ses troupes, et les insurgés de Machecoul
restèrent maîtres du pays conquis.

Dans le départemens de la Vendée, c'est-à-dire vers le midi du théâtre de
cette guerre, l'insurrection prit encore plus de consistance.

Les gardes nationales de Fontenay, sorties pour marcher sur Chantonnay,
furent repoussées et battues, Chantonnay fut pillé. Le général Verteuil,
qui commandait la onzième division militaire, en apprenant cette défaite,
envoya le général Marcé avec douze cents hommes, partie de troupes de
ligne, partie de gardes nationales. Les rebelles, rencontrés à
Saint-Vincent, furent repoussés. Le général Marcé eut le temps d'ajouter
encore à sa petite armée douze cents hommes et neuf pièces de canon. En
marchant sur Saint-Fulgent, il rencontra de nouveau les Vendéens dans un
fond, et s'arrêta pour rétablir un pont qu'ils avaient détruit. Vers les
quatre heures d'après midi, le 18 mars, les Vendéens, prenant
l'initiative, vinrent l'attaquer. Profitant encore des avantages du sol,
ils commencèrent à tirailler avec leur supériorité ordinaire, cernèrent
peu à peu l'armée républicaine, étonnée de ce feu si meurtrier, et réduite
à l'impuissance d'atteindre un ennemi caché, dispersé dans tous les replis
du terrain. Enfin ils l'assaillirent, répandirent le désordre dans ses
rangs, et s'emparèrent de l'artillerie, des munitions et des armes que les
soldats jetaient en se retirant, pour ètre plus légers dans leur fuite.

Ces succès, plus prononcés dans le départemens de la Vendée proprement
dit, valurent aux insurgés le nom de _Vendéens_, qu'ils conservèrent
depuis, quoique la guerre fût bien plus active hors de la Vendée. Les
brigandages commis dans le Marais leur firent donner le nom de _brigands_,
quoique le plus grand nombre ne méritât pas ce titre. L'insurrection
s'étendait dans le Marais, depuis les environs de Nantes jusqu'aux Sables,
et dans l'Anjou et le Poitou, jusqu'aux environs de Vihiers et de
Parthenay. La cause des succès des Vendéens était dans le pays, dans sa
configuration, dans leur adresse et leur courage à profiter de ces
avantages naturels, enfin dans l'inexpérience et l'imprudente ardeur des
troupes républicaines, qui, levées à la hâte, venaient les attaquer
précipitamment, et leur procurer ainsi des victoires, et tout ce qui en
est la suite, c'est-à-dire des munitions, de la confiance et du courage.

La pâque avait ramené tous les insurgés dans leurs demeures, d'où ils ne
consentaient jamais à s'éloigner long-temps. La guerre était pour eux une
espèce de chasse de quelques jours; ils y portaient du pain pour le temps
nécessaire, et revenaient ensuite enflammer leurs voisins par leurs
récits. Il y eut des rendez-vous donnés pour le mois d'avril.
L'insurrection fut alors générale, et s'étendit sur toute la surface du
pays. On pourrait comprendre ce théâtre de la guerre dans une ligne qui,
en partant de Nantes, passerait par Pornic, l'île de Noirmoutiers, les
Sables, Luçon, Fontenay, Niort, Parthenay, et reviendrait par Airvault,
Thouars, Doué et Saint-Florent jusqu'à la Loire. L'insurrection, commencée
par des hommes qui n'étaient supérieurs aux paysans qu'ils commandaient
que par leurs qualités naturelles, fut continuée bientôt par des hommes
d'un rang supérieur. Les paysans allèrent dans les châteaux, et forcèrent
les nobles à se mettre à leur tête. Tout le Marais voulut être commandé
par Charette. Il était d'une famille d'armateurs de Nantes; il avait servi
dans la marine, où il était devenu lieutenant de vaisseau, et à la paix il
s'était retiré dans un château appartenant à un oncle, où il passait sa
vie à chasser. D'une complexion faible et délicate, il semblait peu propre
aux fatigues de la guerre; mais, vivant dans les bois, où il passait des
mois entiers, couchant à terre avec les chasseurs, il s'était renforcé,
avait acquis une parfaite habitude du pays, et s'était fait connaître de
tous les paysans par son adresse et son courage. Il hésita d'abord à
accepter le commandement, en faisant sentir aux insurgés les dangers de
l'entreprise. Cependant il se rendit à leurs instances, et en leur
laissant commettre tous les excès, il les compromit et les engagea
irrévocablement à son service. Habile, rusé, d'un caractère dur et d'une
opiniâtreté indomptable, il devint le plus terrible des chefs vendéens.
Tout le Marais lui obéissait, et avec quinze et quelquefois vingt mille
hommes, il menaçait les Sables et Nantes. A peine tout son monde fut-il
réuni, qu'il s'empara de l'île de Noirmoutiers, île importante dont il
pouvait faire sa place de guerre, et son point de communication avec les
Anglais.

Dans le Bocage, les paysans s'adressèrent à MM. de Bonchamps, d'Elbée, de
La Rochejaquelein, et les arrachèrent de leurs châteaux pour les mettre à
leur tête. M. de Bonchamps avait autrefois servi sous M. de Suffren, était
devenu un officier habile, et réunissait à une grande intrépidité un
caractère noble et élevé. Il commandait tous les révoltés de l'Anjou et
des bords de la Loire. M. d'Elbée avait servi aussi, et joignait à une
dévotion excessive un caractère obstiné, et une grande intelligence de ce
genre de guerre. C'était dans le moment le chef le plus accrédité de cette
partie du Bocage. Il commandait les paroisses autour de Cholet et de
Beaupréau. Cathelineau et Stofflet gardèrent leur commandement dû à la
confiance qu'ils avaient inspirée, et se réunirent à MM. De Bonchamps et
d'Elbée, pour marcher sur Bressuire, où se trouvait le général Quétineau.
Celui-ci avait fait enlever du château de Clisson la famille de Lescure,
qu'il soupçonnait de conspiration, et la détenait à Bressuire. Henri de La
Rochejaquelein, jeune gentilhomme autrefois enrôlé dans la garde du roi,
et maintenant retiré dans le Bocage, se trouvait à Clisson chez son cousin
de Lescure. Il s'évada, souleva les Aubiers, où il était né, et toutes les
paroisses autour de Châtillon. Il se joignit ensuite aux autres chefs,
avec eux força le général Quétineau à s'éloigner de Bressuire. M. de
Lescure fut alors délivré avec sa famille. C'était un jeune homme de l'âge
de Henri de La Rochejaquelein. Il était calme, prudent, d'une bravoure
froide mais inébranlable, et joignait à ces qualités un rare esprit de
justice. Henri, son cousin, avait une bravoure héroïque et souvent
emportée; il était bouillant et généreux. M. de Lescure se mit alors à la
tête de ses paysans, qui vinrent se réunir à lui, et tous ensemble se
rendirent à Bressuire pour marcher de là sur Thouars. Les femmes de tous
les chefs distribuaient des cocardes et des drapeaux; on s'exaltait par
des chants, on marchait comme à une croisade. L'armée ne traînait point
avec elle de bagages; les paysans, qui ne voulaient jamais rester
long-temps absens, portaient avec eux le pain nécessaire à la durée de
chaque expédition, et, dans les cas extraordinaires, les paroisses
averties préparaient des vivres pour ceux qui en manquaient. Cette armée
se composait d'environ trente mille hommes, et fut appelée la grande armée
royale et catholique. Elle faisait face à Angers, Saumur, Doué, Thouars et
Parthenay. Entre cette armée et celle du Marais, commandée par Charette,
se trouvaient divers rassemblemens intermédiaires, dont le principal, sous
les ordres de M. de Royrand, pouvait s'élever à dix ou douze mille hommes.

Le grand rassemblement commandé par MM. De Bonchamps, d'Elbée, de Lescure,
de la Rochejaquelein, Cathelineau, Stofflet, arriva devant Thouars le 3
mai, et se prépara à l'attaquer dès le 4 au matin. Il fallait traverser le
Thoué, qui entoure la ville de Thouars presque de toutes parts. Le général
Quétineau fit défendre les passages. Les Vendéens canonnèrent quelque
temps avec l'artillerie qu'ils avaient prise aux républicains, et
tiraillèrent sur la rive avec leur succès accoutumé. M. de Lescure voulant
alors décider le passage, s'avance au milieu des balles dont son habit est
criblé, et ne peut entraîner qu'un seul paysan. Mais La Rochejaquelein
accourt, ses gens le suivent; on passe le pont, et les républicains sont
refoulés dans la place. Il fallait pratiquer une brèche, mais on manquait
des moyens nécessaires. Henri de La Rochejaquelein se fait élever sur les
épaules de ses soldats, et commence à atteindre les remparts. M. d'Elbée
attaque vigoureusement de son côté, et Quétineau, ne pouvant résister,
consent à se rendre pour éviter des malheurs à la ville. Les Vendéens,
grâce à leurs chefs, se conduisirent avec modération; aucun excès ne fut
commis envers les habitans, et on se contenta de brûler l'arbre de la
liberté et les papiers des administrations. Le généreux Lescure rendit à
Quétineau les égards qu'il en avait reçus pendant sa détention à
Bressuire, et voulut l'engager à rester dans l'armée vendéenne, pour le
soustraire aux sévérités du gouvernement, qui, ne lui tenant pas compte de
l'impossibilité de la résistance, le punirait peut-être de s'être rendu.
Quétineau refusa généreusement, et voulut retourner aux républicains pour
demander des juges.



CHAPITRE IX.


LEVÉE D'UNE ARMÉE PARISIENNE DE DOUZE MILLE HOMMES; EMPRUNT FORCÉ;
NOUVELLES MESURES RÉVOLUTIONNAIRES CONTRE LES SUSPECTS.--EFFERVESCENCE
CROISSANTE DES JACOBINS A LA SUITE DES TROUBLES DES DÉPARTEMENS.--CUSTINE
EST NOMMÉ GÉNÉRAL EN CHEF DE L'ARMÉE DU NORD.--ACCUSATIONS ET MENACES DES
JACOBINS; VIOLENTE LUTTE DES DEUX CÔTÉS DE LA CONVENTION.--FORMATION D'UNE
COMMISSION DE DOUZE MEMBRES, DESTINÉE A EXAMINER LES ACTES DE LA COMMUNE.
--ASSEMBLÉE INSURRECTIONNELLE A LA MAIRIE. MOTIONS ET COMPLOTS CONTRE LA
MAJORITÉ DE LA CONVENTION ET CONTRE LA VIE DES DÉPUTÉS GIRONDINS; MÊMES
PROJETS DANS LE CLUB DES CORDELIERS.--LA CONVENTION PREND DES MESURES POUR
SA SÛRETÉ.--ARRESTATION D'HÉBERT, SUBSTITUT DU PROCUREUR DE LA COMMUNE.
--PÉTITIONS IMPÉRIEUSES DE LA COMMUNE. TUMULTE ET SCÈNES DE DÉSORDRE DANS
TOUTES LES SECTIONS.--ÉVÉNEMENS PRINCIPAUX DES 28, 29 ET 30 MAI 1793.
--DERNIÈRE LUTTE DES MONTAGNARDS ET DES GIRONDINS.--JOURNÉES DU 31 MAI ET
DU 2 JUIN.--DÉTAILS ET CIRCONSTANCES DE L'INSURRECTION  DITE DU 31 MAI.
--VINGT-NEUF REPRÉSENTANS GIRONDINS SONT MIS EN ARRESTATION.--CARACTÈRE ET
RÉSULTATS POLITIQUES DE CETTE JOURNÉE.--COUP D'OEIL SUR LA MARCHE DE LA
RÉVOLUTION.--JUGEMENT SUR LES GIRONDINS.


Les nouvelles des désastres de la Vendée concourant avec celles venues du
Nord, qui annonçaient les revers de Dampierre, avec celles venues du Midi,
qui portaient que les Espagnols devenaient menaçans sur les Pyrénées, avec
tous les renseignemens arrivant de plusieurs provinces, où se
manifestaient les dispositions les moins favorables, ces nouvelles
répandirent la plus grande fermentation. Plusieurs départemens voisins de
la Vendée, en apprenant le succès des insurgés, se crurent autorisés à
envoyer des troupes pour les combattre. Le départemens de l'Hérault leva
six millions et six mille hommes, et envoya une adresse au peuple de
Paris, pour l'engager à en faire autant. La convention, encourageant cet
enthousiasme, approuva la conduite du départemens de l'Hérault, et
autorisa par là toutes les communes de France à faire des actes de
souveraineté, en levant des hommes et de l'argent.

La commune de Paris ne resta pas en arrière. Elle prétendait que c'était
au peuple parisien à sauver la France, et elle se hâta de prouver son
zèle, et de déployer son autorité en organisant une armée. Elle arrêta
que, d'après _l'approbation solennelle donnée par la convention à la
conduite du départemens de l'Hérault_, il serait levé dans l'enceinte de
Paris une armée de douze mille hommes, pour marcher contre la Vendée. A
l'exemple de la convention, la commune choisit dans le conseil général des
commissaires pour accompagner cette armée. Ces douze mille hommes devaient
être pris dans les compagnies des sections armées, et sur chaque compagnie
de cent vingt-six il devait en partir quatorze. Suivant la coutume
révolutionnaire, une espèce de pouvoir dictatorial était laissé au comité
révolutionnaire de chaque section, pour désigner les hommes dont le départ
était sujet à moins d'inconvéniens. «En conséquence, disait l'arrêté de la
commune, tous les commis non mariés de tous les bureaux existant à Paris,
excepté les chefs et sous-chefs, les clercs de notaires et d'avoués, les
commis de banquiers et de négocians, les garçons marchands, les garçons de
bureaux, etc. ... pourront être requis d'après les proportions ci-après:
sur deux, il en partira un; sur trois, deux; sur quatre, deux; sur cinq,
trois; sur six, trois, sur sept, quatre; sur huit, quatre; et ainsi de
suite. Ceux des commis de bureaux qui partiront conserveront leurs places
et le tiers de leurs appointemens. Nul ne pourra refuser de partir. Les
citoyens requis feront connaître au comité de leur section ce qui manque à
leur équipement, et il y sera pourvu sur-le-champ. Ils se réuniront
immédiatement après pour nommer leurs officiers, et se rendront tout de
suite à leurs ordres.»

Mais ce n'était pas tout que de lever une armée, et de la former aussi
violemment, il fallait pourvoir aux dépenses de son entretien; et pour
cela, il fut convenu de s'adresser aux riches. Les riches, disait-on, ne
voulaient rien faire pour la défense du pays et de la révolution; ils
vivaient dans une heureuse oisiveté, et laissaient au peuple le soin
de verser son sang pour la patrie; il fallait les obliger à contribuer au
moins de leurs richesses au salut commun. Pour cela, on imagina un emprunt
forcé, fourni par les citoyens de Paris, suivant la quotité de leurs
revenus. Depuis le revenu de mille francs jusqu'à celui de cinquante
mille, ils devaient fournir une somme proportionnelle qui s'élevait depuis
trente francs jusqu'à vingt mille. Tous ceux dont le revenu dépassait
cinquante mille francs devaient s'en réserver trente mille, et abandonner
tout le reste. Les meubles et immeubles de ceux qui n'auraient point
satisfait à cette patriotique contribution, devaient être saisis et vendus
à la réquisition des comités révolutionnaires, et leurs personnes
regardées comme suspectes.

De telles mesures, qui atteignaient toutes les classes, soit en
s'adressant aux personnes pour les obliger à prendre les armes, soit en
s'adressant aux fortunes pour les faire contribuer, devaient éprouver une
forte résistance dans les sections. On a déjà vu qu'il existait entre
elles des divisions, et qu'elles étaient plus ou moins agitées suivant la
proportion dans laquelle s'y trouvait le bas peuple. Dans quelques-unes,
et notamment celles des Quinze-Vingts, des Gravilliers, de la
Halle-aux-Blés, on déclara qu'on ne partirait pas, tant qu'il resterait à
Paris des fédérés et des troupes soldées, lesquelles servaient, disait-on,
de _gardes-du-corps_ à la convention. Celles-ci résistaient par esprit de
jacobinisme, mais beaucoup d'autres résistaient pour une cause contraire.
La population des clercs, des commis, des garçons de boutique, reparut
dans les sections, et montra une forte opposition aux deux arrêtés de la
commune. Les anciens serviteurs de l'aristocratie en fuite, qui
contribuaient beaucoup à agiter Paris, se réunirent à eux; on se rassembla
dans les rues et sur les places publiques, on cria _à bas les jacobins! à
bas la Montagne!_ et les mêmes obstacles que le système révolutionnaire
rencontrait dans les provinces, il les rencontra cette fois à Paris.

Ce fut alors un cri général contre l'aristocratie des sections. Marat dit
que MM. les épiciers, les procureurs, les commis, conspiraient avec MM. du
côté droit et avec MM. les riches, pour combattre la révolution; qu'il
fallait les arrêter tous comme suspects, et les réduire à la classe des
sans-culottes, _en ne pas leur laissant de quoi se couvrir le derrière_.

Chaumette, procureur de la commune, fit un long discours où il déplora les
malheurs de la patrie, provenant, disait-il, de la perfidie des
gouvernans, de l'égoïsme des riches, de l'ignorance du peuple, de la
fatigue et du dégoût de beaucoup de citoyens pour la chose publique. Il
proposa donc et fit arrêter qu'on demanderait à la convention des moyens
d'instruction publique, des moyens de vaincre l'égoïsme des riches, et de
venir au secours des pauvres; qu'on formerait une assemblée composée des
présidents des comités révolutionnaires, des sections, et des députés de
tous les corps administratifs; que cette assemblée se réunirait les
dimanches et jeudis à la commune, pour aviser aux dangers de la chose
publique; qu'enfin on inviterait tous les bons citoyens à se rendre dans
les assemblées de section, pour y faire valoir leur patriotisme.

Danton, toujours prompt à trouver des ressources dans les moments
difficiles, imagina de composer deux armées de sans-culottes, dont l'une
marcherait sur la Vendée, tandis que l'autre resterait dans Paris pour
contenir l'aristocratie, et de les solder toutes deux aux dépens des
riches; et enfin, pour s'assurer la majorité dans les sections, il proposa
de payer les citoyens qui perdraient leur temps pour assister à leurs
séances. Robespierre, empruntant les idées de Danton, les développa aux
Jacobins, et proposa en outre de former de nouvelles classes de suspects,
de ne plus les borner aux ci-devant nobles, ou prêtres, ou financiers,
mais à tous les citoyens qui avaient de quelque manière fait preuve
d'incivisme; de les enfermer jusqu'à la paix; d'accélérer encore l'action
du tribunal révolutionnaire, et de contre-balancer par de nouveaux moyens
de communication l'effet des mauvais journaux. Avec toutes ces ressources,
on pouvait, disait-il, sans moyen illégal, sans violation des lois,
résister au côté droit et à ses machinations.

Toutes les idées se dirigeaient donc vers un but, qui était d'armer le
peuple, d'en placer une partie au dedans, d'en porter une autre au dehors;
de l'équiper aux frais des riches, de le faire même assister à leurs
dépens à toutes les assemblées délibérantes; d'enfermer tous les ennemis
de la révolution sous le nom de _suspects_, bien plus largement défini
qu'il ne l'avait été jusqu'ici; d'établir entre la commune et les sections
un moyen de correspondance, et pour cela de créer une nouvelle assemblée
révolutionnaire qui prît des moyens nouveaux de salut, c'est-à-dire
l'insurrection. L'assemblée de l'Évêché, précédemment dissoute, et
maintenant renouvelée, sur la proposition de Chaumette, et avec un
caractère bien plus imposant, était évidemment destinée à ce but.

Du 8 au 10 mai, des nouvelles alarmantes se succèdent. Dampierre a été tué
à l'armée du Nord. Dans l'intérieur, les provinces continuent de se
révolter. La Normandie tout entière semble prête à se joindre à la
Bretagne. Les insurgés de la Vendée se sont avancés de Thouars vers Loudun
et Montreuil, ont pris ces deux villes, et ont ainsi presque atteint les
bords de la Loire. Les Anglais débarquant sur les côtes de la Bretagne
vont, dit-on, se joindre à eux et attaquer la république au cœur. Des
citoyens de Bordeaux, indignés des accusations portées contre leurs
députés, et montrant l'attitude la plus menaçante, ont désarmé une section
où s'étaient retirés les jacobins. A Marseille, les sections sont en
pleine insurrection. Révoltées des excès commis sous le prétexte du
désarmement des suspects, elles se sont réunies, ont destitué la commune,
transporté ses pouvoirs à un comité, dit comité central des sections, et
institué un tribunal populaire, pour rechercher les auteurs des meurtres
et des pillages. Après s'être ainsi conduites dans leur cité, elles ont
envoyé des députés aux sections de la ville d'Aix, et s'efforcent de
propager leur exemple dans tout le départemens. Ne respectant pas même les
commissaires de la convention, elles ont saisi leurs papiers et les ont
sommés de se retirer. A Lyon, le désordre est aussi grave. Les corps
administratifs unis aux jacobins ayant ordonné, à l'imitation de Paris,
une levée de six millions et de six mille hommes, ayant en outre voulu
exécuter le désarmement des suspects, et instituer un tribunal
révolutionnaire, les sections se sont révoltées, et sont prêtes à en venir
aux mains avec la commune. Ainsi, tandis que l'ennemi avance vers le Nord,
l'insurrection partant de la Bretagne et de la Vendée, et soutenue par les
Anglais, peut faire le tour de la France par Bordeaux, Rouen, Nantes,
Marseille et Lyon. Ces nouvelles arrivant l'une après l'autre dans
l'espace de deux ou trois jours, du 12 au 15 mai, font naître les plus
sinistres présages dans l'esprit des montagnards et des jacobins. Les
propositions déjà faites se renouvellent encore avec plus de fureur; on
veut que tous les garçons des cafés et des traiteurs, que tous les
domestiques partent sur-le-champ; que les sociétés populaires marchent
tout entières, que des commissaires de l'assemblée se rendent aussitôt
dans les sections pour les décider à fournir leur contingent; que trente
mille hommes partent en poste dans les voitures de luxe; que les riches
contribuent sans délai et donnent le dixième de leur fortune; que les
suspects soient enfermés et gardés en otages; que la conduite des
ministres soit examinée; que le comité de salut public soit chargé de
rédiger une instruction pour les citoyens dont l'opinion est égarée; que
toute affaire civile cesse, que l'activité des tribunaux civils soit
suspendue, que les spectacles soient fermés, que le tocsin sonne, et que
le canon d'alarme soit tiré.

Danton, pour apporter quelque assurance au milieu de ce trouble général,
fait deux remarques; la première, c'est que la crainte de dégarnir Paris
des bons citoyens qui sont nécessaires à sa sûreté, ne doit pas empêcher
le recrutement, car il restera toujours à Paris cent cinquante mille
hommes, prêts à se lever, et à exterminer les aristocrates qui oseraient
s'y montrer; la seconde, c'est que l'agitation des guerres civiles, loin
d'être un sujet d'espoir, doit être au contraire un sujet de terreur pour
les ennemis extérieurs. «Montesquieu, dit-il, l'a déjà remarqué en parlant
des Romains; un peuple dont tous les bras sont armés et exercés, dont
toutes les âmes sont aguerries, dont tous les esprits sont exaltés, dont
toutes les passions sont changées en fureur de combattre, un tel peuple
n'a rien à craindre du courage froid et mercenaire des soldats étrangers.
Le plus faible des deux partis que la guerre civile mettrait aux prises,
serait toujours assez fort pour détruire des automates à qui la discipline
ne tient pas lieu de vie et de feu.»

Il est ordonné aussitôt que quatre-vingt-seize commissaires se rendront
dans les sections pour obtenir leur contingent, et que le comité de salut
public continuera ses fonctions pendant un mois de plus. Custine est nommé
général de l'armée du Nord, Houchard de celle du Rhin. On fait la
distribution des armées autour des frontières. Cambon présente un projet
d'emprunt forcé d'un milliard, qui sera rempli par les riches et
hypothéqué sur les biens des émigrés. «C'est un moyen, dit-il, d'obliger
les riches à prendre part à la révolution, en les réduisant à acquérir une
partie des biens nationaux, s'ils veulent se payer de leur créance sur le
gage lui-même.»

La commune, de son côté, arrête qu'une seconde armée de sans-culottes sera
formée dans Paris pour contenir l'aristocratie, tandis que la première
marchera contre les rebelles; qu'il sera fait un emprisonnement général de
tous les suspects, et que l'assemblée centrale des sections, composée des
autorités administratives, des présidens des sections, des membres des
comités révolutionnaires, se réunira au plus tôt pour faire la répartition
de l'emprunt forcé, pour rédiger les listes des suspects, etc.

Le trouble était au comblé. D'une part, on disait que les aristocrates du
dehors et ceux du dedans étaient d'accord; que les conspirateurs de
Marseille, de la Vendée, de la Normandie, se concertaient entre eux; que
les membres du côté droit dirigeaient cette vaste conjuration, et que le
tumulte des sections n'était que le résultat de leurs intrigues dans
Paris; d'autre part, on attribuait à la Montagne tous les excès commis sur
tous les points, et on lui imputait le projet de bouleverser la France, et
d'assassiner vingt-deux députés. Des deux côtés, on se demandait comment
on sortirait de ce péril, et ce qu'on ferait pour sauver la république.
Les membres du côté droit s'excitaient au courage, et se conseillaient
quelque acte d'une grande énergie. Certaines sections, telles que celles
du Mail, de la Butte-des-Moulins, et plusieurs autres, les appuyaient
fortement, et refusaient d'envoyer des commissaires à l'assemblée centrale
formée à la mairie. Elles refusaient aussi de souscrire à l'emprunt forcé,
disant qu'elles pourvoiraient à l'entretien de leurs volontaires, et
s'opposaient à de nouvelles listes de suspects, disant encore que leur
comité révolutionnaire suffisait pour faire la police dans leur ressort.
Les montagnards, au contraire, les jacobins, les cordeliers, les membres
de la commune criaient à la trahison, répétaient en tous lieux qu'il
fallait en finir, qu'on devait se réunir, s'entendre, et sauver la
république de la conspiration des vingt-deux. Aux Cordeliers, on disait
ouvertement qu'il fallait les enlever et les égorger. Dans une assemblée
où se réunissaient des femmes furieuses, on proposait de saisir l'occasion
du premier tumulte à la convention, et de les poignarder. Ces forcenées
portaient des poignards, faisaient tous les jours grand bruit dans les
tribunes, et disaient qu'elles sauveraient elles-mêmes la république. On
parlait partout du nombre de ces poignards, dont un seul armurier du
faubourg Saint-Antoine avait fabriqué plusieurs centaines. De part et
d'autre, on marchait en armes, et avec tous les moyens d'attaquer et de se
défendre. Il n'y avait encore aucun complot d'arrêté, mais les passions en
étaient à ce point d'exaltation où le moindre événement suffit pour amener
une explosion. Aux Jacobins, on proposait des moyens de toute espèce. On
prétendait que les actes d'accusation dirigés par la commune contre les
vingt-deux ne les empêchaient pas de siéger encore, et que, par
conséquent, il fallait un acte d'énergie populaire; que les citoyens
destinés à la Vendée ne devaient pas partir avant d'avoir sauvé la patrie;
que le peuple pouvait la sauver, mais qu'il était nécessaire de lui en
indiquer les moyens, et que pour cela il fallait nommer un comité de cinq
membres, auquel la société permettrait d'avoir des secrets pour elle.
D'autres répondaient qu'on pouvait tout dire dans la société, qu'il était
inutile de vouloir rien cacher, et qu'il était temps d'agir à découvert.
Robespierre, qui trouvait ces déclarations imprudentes, s'opposait à ces
moyens illégaux; il demandait si on avait épuisé tous les moyens utiles et
plus sûrs qu'il avait proposés. «Avez-vous organisé, leur disait-il, votre
armée révolutionnaire? Avez-vous fait ce qu'il fallait pour payer les
sans-culottes appelés aux armes ou siégeant dans les sections? Avez-vous
arrêté les suspects? avez-vous couvert vos places publiques de forges et
d'ateliers? Vous n'avez donc employé aucune des mesures sages et
naturelles qui ne compromettraient pas les patriotes, et vous souffrez que
des hommes qui n'entendent rien à la chose publique vous proposent des
mesures qui sont la cause de toutes les calomnies répandues contré vous!
Ce n'est qu'après avoir épuisé tous les moyens légaux, qu'il faut recourir
aux moyens violens, et encore ne faut-il pas les proposer dans une société
qui doit être sage et politique. Je sais, ajoutait Robespierre, qu'on
m'accusera de _modérantisme_, mais je suis assez connu pour ne pas
craindre, de telles imputations.»

Ici, comme avant le 10 août, on sentait le besoin de prendre un parti, on
errait de projets en projets, on parlait d'un lieu de réunion pour
parvenir à s'entendre. L'assemblée de la mairie avait été formée, mais le
départemens n'y était pas présent; un seul de ses membres, le jacobin
Dufourny, s'y était rendu; plusieurs sections y manquaient; le maire n'y
avait pas encore paru, et on s'était ajourné au dimanche 19 mai, pour s'y
occuper de l'objet de la réunion. Malgré le but, en apparence assez
circonscrit, que l'arrêté de la commune fixait à cette assemblée, on y
avait tenu les propos qui se tenaient partout, et on y avait dit, comme
ailleurs, qu'il fallait un nouveau 10 août. Cependant on s'était borné à
de nouveaux propos, à des exagérations de club; il s'y était trouvé des
femmes mêlées aux hommes, et ce tumultueux rassemblement n'avait offert
que le même désordre d'esprit et de langage que présentaient tous les
lieux publics. Le 15, le 16 et le 17 mai se passent en agitations, et tout
devient une occasion de querelle et de tumulte dans l'assemblée. Les
Bordelais envoient une adresse, dans laquelle ils annoncent qu'ils vont se
lever pour soutenir leurs députés; ils déclarent qu'une partie d'entre eux
marchera sur la Vendée, pour combattre les rebelles, tandis que l'autre
marchera sur Paris, pour exterminer les anarchistes qui oseraient attenter
à la représentation nationale. Une lettre de Marseille annonce que les
sections de cette ville persistent dans leur résistance. Une pétition de
Lyon réclame du secours pour quinze cents détenus, enfermés sous le nom de
suspects, et menacés du tribunal révolutionnaire par Chalier et les
jacobins. Ces pétitions excitent un tumulte épouvantable. Dans
l'assemblée, dans les tribunes, on semble prêt à en venir aux mains.
Cependant le côté droit, s'animant par le danger, communique son courage à
la Plaine, et on décrète à une grande majorité que la pétition des
Bordelais est un modèle de patriotisme; on casse tout tribunal
révolutionnaire érigé par des autorités locales, et on autorise les
citoyens qu'on voudrait y traduire à repousser la force par la force. Ces
décisions exaltent à la fois l'indignation de la Montagne et le courage du
côté droit. Le 18, l'irritation est portée au comble. La Montagne, privée
d'un grand nombre de ses membres, envoyés comme commissaires dans les
départemens et les armées, crie à l'oppression. Guadet demande aussitôt la
parole pour une application historique aux circonstances présentes, et il
semble prophétiser d'une manière effrayante la destinée des partis.
«Lorsqu'en Angleterre, dit-il, une majorité généreuse voulut résister aux
fureurs d'une minorité factieuse, cette minorité cria à l'oppression, et
parvint avec ce cri à mettre en oppression la majorité elle-même. Elle
appela à elle les patriotes _par excellence_. C'est ainsi que se
qualifiait une multitude égarée, à laquelle on promettait le pillage et le
partage des terres. Cet appel continuel aux patriotes _par excellence_,
contre l'oppression de la majorité, amena l'attentat connu sous le nom de
_purgation du parlement_, attentat dont _Pride_, qui de boucher était
devenu colonel, fut l'auteur et le chef. Cent cinquante membres furent
chassés du parlement, et la minorité, composée de cinquante ou soixante
membres, resta maîtresse de l'état.

«Qu'en arriva-t-il? Ces patriotes par excellence, instrumens de Cromwell,
et auxquels il fit faire folies sur folies, furent chassés à leur tour.
Leurs propres crimes servirent de prétexte à l'usurpateur.» Ici Guadet
montrant le boucher Legendre, Danton, Lacroix, et tous les autres députés
accusés de mauvaises moeurs et de dilapidations, ajoute: «Cromwell entra
un jour au parlement, et s'adressant à ces mêmes membres, qui seuls, à les
entendre, étaient capables de sauver la patrie, il les en chassa en disant
à l'un: Toi, tu es un voleur; à l'autre: Toi, tu es un ivrogne; à
celui-ci: Toi, tu es gorgé des deniers publics; à celui-là: Toi, tu es un
coureur de filles et de mauvais lieux. Fuyez donc, dit-il à tous, cédez la
place à des hommes de bien. Ils la cédèrent, et Cromwell la prit.»

Cette allusion grande et terrible touche profondément l'assemblée, qui
demeure silencieuse. Guadet continue, et pour prévenir cette _purgation
pridienne_, propose divers moyens de police que l'assemblée adopte au
milieu des murmures. Mais, tandis qu'il regagne sa place, une scène
scandaleuse éclate dans les tribunes. Une femme veut en enlever un homme
pour le mettre hors de la salle; on la seconde de toutes parts, et le
malheureux qui résiste est près d'être accablé par toute la population des
tribunes. La garde fait de vains efforts pour rétablir le calme. Marat
s'écrie que cet homme qu'on veut chasser est un aristocrate....
L'assemblée s'indigne contre Marat de ce qu'il augmente le danger de ce
malheureux, exposé à être assassiné. Il répond qu'on ne sera tranquille
Que lorsqu'on sera délivré des aristocrates, des complices de Dumouriez,
des _hommes d'état_ ... c'est ainsi qu'il nommait les membres du côté
droit, à cause de leur réputation de talent.

Aussitôt le président Isnard se découvre, et demande à faire une
déclaration importante. Il est écouté avec le plus grand silence, et, du
ton de la plus profonde douleur, il dit: «On m'a révélé un projet de
l'Angleterre que je dois faire connaître. Le but de Pitt est d'armer une
partie du peuple contre l'autre, en le poussant à l'insurrection. Cette
insurrection doit commencer par les femmes;  on se portera contre
plusieurs députés, on les égorgera, on dissoudra la convention nationale,
et ce moment sera choisi pour faire une descente sur nos côtes.

«Voilà, dit Isnard, la déclaration que je devais à mon pays.»

La majorité applaudit Isnard. On ordonne l'impression de sa déclaration;
on décrète de plus que les députés ne se sépareront point, et que tous les
dangers leur seront communs. On s'explique ensuite sur le tumulte des
tribunes. On dit que ces femmes qui les troublent appartiennent à une
société dite de la _Fraternité_, qu'elles viennent occuper la salle, en
exclure les étrangers, les fédérés des départemens, et y troubler les
délibérations par leurs huées. Il est question alors des sociétés
populaires, et les murmures éclatent aussitôt. Marat, qui n'a cessé de
parcourir les corridors et de passer d'un banc de la salle à l'autre,
parlant toujours des _hommes d'état_, désigne l'un des membres du côté
droit, en lui disant: _Tu en es un, toi, mais le peuple fera justice de
toi et des autres_. Guadet s'élance alors à la tribune, pour provoquer au
milieu de ce danger une détermination courageuse. Il rappelle tous les
troubles dont Paris est le théâtre, les propos tenus dans les assemblées
populaires, les affreux discours proférés par les jacobins, les projets
exprimés dans l'assemblée, réunie à la mairie; il dit que le tumulte dont
on est témoin n'a pour but que d'amener une scène de confusion, au milieu
de laquelle on exécutera les assassinats qu'on médite. A chaque instant
interrompu, il parvient néanmoins à se faire entendre jusqu'au bout, et
propose deux mesures d'une énergie héroïque mais impossible.

«Le mal, dit-il, est dans les autorités anarchiques de Paris; je vous
propose donc de les casser, et de les remplacer par tous les présidens
de sections.

«La convention n'étant plus libre, il faut réunir ailleurs une autre
assemblée et décréter que tous les suppléans se réuniront à Bourges, et
seront prêts à s'y constituer en convention, au premier signal que vous
leur donnerez, ou au premier avis qu'ils recevront de la dissolution de la
convention.»

A cette double proposition, un désordre épouvantable éclate dans
l'assemblée. Tous les membres du côté droit se lèvent en criant que c'est
là le seul moyen de salut, et semblent remercier l'audacieux génie de
Guadet, qui a su le découvrir. Le côté gauche se lève de son côté, menace
ses adversaires, crie à son tour que la conspiration est enfin découverte,
que les conjurés se dévoilent, et que leurs projets contre l'unité de la
république sont avoués. Danton veut se précipiter à la tribune, mais on
l'arrête, et on laisse Barrère l'occuper au nom du comité de salut public.

Barrère, avec sa finesse insinuante et son ton conciliateur, dit que si on
l'avait laissé parler, il aurait depuis plusieurs jours révélé beaucoup de
faits sur l'état de la France. Il rapporte alors, que partout on parle
d'un projet de dissoudre la convention, que le président de sa section a
recueilli de la bouche du procureur Chaumette des propos qui annonceraient
cette intention; qu'à l'Évêché, et dans une autre assemblée de la mairie,
il a été question du même objet; que pour arriver à ce but, on a projeté
d'exciter un tumulte, de se servir des femmes pour le faire naître, et
d'enlever vingt-deux têtes à la faveur du désordre. Barrère ajoute que le
ministre des affaires étrangères et le ministre de l'intérieur doivent
s'être procuré à cet égard des renseignemens, et qu'il faut les entendre.
Passant ensuite aux mesures proposées, il est, ajoute-t-il, de l'avis de
Guadet sur les autorités de Paris; il trouve un départemens faible, des
sections agissant en souveraines, une commune excitée à tous les
débordemens par son procureur Chaumette, ancien moine, et suspect comme
tous les ci-devant prêtres et nobles; mais il croit que la dissolution de
ces autorités causerait un tumulte anarchique. Quant à la réunion des
suppléans à Bourges, elle ne sauverait pas la convention, et ne pourrait
pas la suppléer. Il y a, suivant lui, un moyen de parer à tous les dangers
réels dont on est entouré, sans se jeter dans de trop grands inconvéniens;
c'est de nommer une commission composée de douze membres, qui sera chargée
de vérifier les actes de la commune depuis un mois, de rechercher les
complots tramés dans l'intérieur de la république, et les projets formés
contre la représentation nationale; de prendre auprès de tous les comités,
de tous les ministres, de toutes les autorités, les renseignemens dont
elle aura besoin, et autorisée enfin à disposer de tous les moyens,
nécessaires pour s'assurer de la personne des conspirateurs.

Le premier élan d'enthousiasme et de courage passé, la majorité est trop
heureuse d'adopter le projet conciliateur de Barrère. Rien n'était plus
ordinaire que de nommer des commissions: à chaque événement, à chaque
danger, pour chaque besoin, on créait un comité chargé d'y pourvoir, et
dès que des individus étaient nommés pour exécuter une chose, l'assemblée
semblait croire que la chose serait exécutée, et que des comités auraient
pour elle ou du courage, ou des lumières, ou des forces. Celui-ci devait
ne pas manquer d'énergie, et il était composé de députés appartenant
presque tous au côté droit. On y comptait entre autres Boyer-Fonfrède,
Rabaut Saint-Étienne, Kervélégan, Henri Larivière, tous membres de la
Gironde. Mais l'énergie même de ce comité allait lui être funeste.
Institué pour mettre la convention à couvert des mouvemens des jacobins,
il allait les exciter davantage, et augmenter le danger même qu'il était
destiné à écarter. Les jacobins avaient menacé les girondins par leurs
cris de chaque jour; les girondins rendaient la menace, en instituant une
commission, et à cette menace les jacobins  allaient répondre enfin, par
un coup fatal, en faisant le 31 mai et le 2 juin.

A peine cette commission fut-elle instituée, que les sociétés populaires
et les sections crièrent, comme d'usage, à l'inquisition et à la loi
martiale. L'assemblée de la mairie, ajournée au dimanche 19, se réunit en
effet, et fut plus nombreuse que dans les séances précédentes. Cependant
le maire n'y était pas, et un administrateur de police présidait. Quelques
sections manquaient au rendez-vous, et il n'y en avait guère que
trente-cinq qui eussent envoyé leurs commissaires. L'assemblée se
qualifiait de _comité central révolutionnaire_. On y convient d'abord de
ne rien écrire, de ne tenir aucun registre, et d'empêcher quiconque voudra
se retirer de sortir avant la fin de la séance. On songe ensuite à fixer
les objets dont il faut s'occuper. L'objet réel et annoncé était l'emprunt
et la liste des suspects; néanmoins, dès les premières paroles, on
commence à dire que les patriotes de la convention sont impuissans pour
sauver la chose publique, qu'il est nécessaire de suppléer à leur
impuissance, et qu'il faut pour cela rechercher les hommes suspects, soit
dans les administrations, soit dans les sections, soit dans la convention
elle-même, et s'emparer d'eux pour les mettre dans l'impossibilité de
nuire. Un membre, parlant froidement et lentement, dit qu'il ne connaît de
suspects que dans la convention, et que c'est là qu'il faut frapper. Il
propose donc un moyen fort simple: c'est d'enlever vingt-deux députés, de
les transporter dans une maison des faubourgs, de les égorger, et de
supposer des lettres, pour faire accroire qu'ils ont émigré. «Nous ne
ferons pas cela nous-mêmes, ajoute cet homme, mais, en payant, il nous
sera facile de trouver des exécuteurs.»  Un autre membre répond aussitôt
que cette mesure est inexécutable, et qu'il faut attendre que Marat et
Robespierre aient proposé aux Jacobins leurs moyens d'insurrection, qui
sans doute vaudront mieux. «Silence! s'écrient plusieurs voix, on ne doit
nommer personne.» Un troisième membre, député de la section de 92,
représente qu'il ne convient pas d'assassiner, et qu'il y a des tribunaux
pour juger les ennemis de la révolution. A cette observation, un grand
tumulte s'élève; on se récrie contre la doctrine de celui qui vient de
parler; on dit qu'il ne faut souffrir que des hommes qui soient à la
hauteur des circonstances, et que chacun doit dénoncer son voisin s'il en
suspecte l'énergie. Sur-le-champ celui qui a voulu parler des lois et des
tribunaux est chassé de l'assemblée. On s'aperçoit en même temps qu'un
membre de la section de la Fraternité, section assez mal disposée pour les
jacobins, prenait des notes, et il est expulsé comme le précédent. On
continue sur le même ton à s'occuper de la proscription des députés, du
lieu à choisir pour cette _septembrisation_, et pour l'emprisonnement des
autres suspects, soit de la commune, soit des sections. Un membre veut que
l'exécution se fasse cette nuit même; on lui répond que ce n'est pas
possible; il réplique qu'on a des hommes tout prêts, et il ajoute qu'à
minuit Coligny était à la cour, et qu'à une heure il était mort.

Cependant le temps s'écoule; on renvoie au lendemain l'examen de ces
divers objets, et on convient de s'occuper de trois choses: 1° de
l'enlèvement des députés; 2° de la liste des suspects; 3° de l'épurement
de tous les bureaux et comités. On s'ajourne au lendemain six heures du
soir.

Le lendemain lundi 20, l'assemblée se réunit de nouveau. Cette fois Pache
était présent; on lui présente plusieurs listes portant des noms de toute
espèce. Il observe qu'on ne doit pas les nommer autrement que listes de
suspects, ce qui était légal, puisque les listes étaient ordonnées.
Quelques membres observent qu'il ne faut pas que l'écriture d'aucun membre
soit connue, et qu'il faut faire recopier les listes. D'autres disent que
des républicains ne doivent rien craindre. Pache ajoute que peu lui
importe qu'on le sache muni de ces listes, car elles concernent la police
de Paris, dont il est chargé. Le caractère fin et réservé de Pache ne se
démentait pas, et il voulait faire entrer tout ce qu'on exigeait de lui
dans la limite des lois et de ses fonctions.

Un membre, voyant ces précautions, lui dit alors que sans doute il n'est
pas instruit de ce qui s'est passé dans la séance de la veille, qu'il ne
connaît pas l'ordre des questions, qu'il faut le lui faire connaître, et
que la première a pour objet l'enlèvement de vingt-deux députés. Pache
fait observer alors que la personne de tous les députés est confiée à la
ville de Paris; que porter atteinte à leur sûreté serait compromettre la
capitale avec les départemens, et provoquer la guerre civile. On lui
demande alors comment il se fait qu'il ait signé la pétition présentée le
15 avril au nom des quarante-huit sections de Paris, contre les
vingt-deux. Pache répond qu'alors il fit son devoir en signant une
pétition qu'on l'avait chargé de présenter, mais qu'aujourd'hui la
question proposée sort des attributions de l'assemblée, réunie pour
s'occuper de l'emprunt et des suspects, et qu'il sera obligé de lever la
séance, si on persiste à s'occuper de pareilles discussions. Sur de telles
observations, il s'élève une grande rumeur, et comme on ne peut rien faire
en présence de Pache, et qu'on n'a aucun goût à s'occuper de simples
listes de suspects, on se sépare sans ajournement fixe.

Le mardi 21, il ne se trouva qu'une douzaine de membres présens à
l'assemblée. Les uns ne voulaient plus se rendre dans une réunion aussi
tumultueuse et aussi violente; les autres trouvaient qu'il n'était pas
possible d'y délibérer avec assez d'énergie.

Ce fut aux Cordeliers qu'alla se décharger, le lendemain 22, toute la
fureur des conjurés. Femmes et hommes poussèrent d'horribles
vociférations. C'était une prompte insurrection qu'il fallait, et
il ne suffisait plus du sacrifice de vingt-deux députés; on en demandait
maintenant trois cents. Une femme, parlant avec l'emportement de son sexe,
proposa d'assembler tous les citoyens sur la place de la Révolution;
d'aller porter en corps une pétition à la convention, et de ne pas
désemparer qu'on ne lui eût arraché les décrets indispensables au salut
public. Le jeune Varlet, qui se montrait depuis si long-temps dans toutes
les émeutes, présenta en quelques articles un projet d'insurrection. Il
proposait de se rendre à la convention, en portant les Droits de l'Homme
voilés d'un crêpe, d'enlever tous les députés ayant appartenu aux
assemblées législative et constituante, de supprimer tous les ministres,
de détruire tout ce qui restait de la famille des Bourbons, etc. Legendre
se hâte de le remplacer à la tribune pour s'opposer à ces propositions.
Toute la force de sa voix put à peine couvrir les cris et les huées qui
s'élevaient contre lui, et il parvint avec la plus grande peine à
combattre les motions incendiaires du jeune Varlet. Cependant on voulait
assigner un terme fixe à l'insurrection, et prendre jour pour aller exiger
de la convention ce qu'on désirait d'elle; mais la nuit étant déjà
avancée, chacun finit par se retirer sans aucune décision prise.

Tout Paris était déjà instruit de ce qui s'était dit, soit dans les deux
réunions de la mairie, le 19 et le 20, soit dans la séance des Cordeliers
du 21. Une foule de membres du _comité central révolutionnaire_ avaient
eux-mêmes dénoncé les propos qui s'y étaient tenus, les propositions qu'on
y avait faites, et le bruit d'un complot contre un grand nombre de
citoyens et de députés était universellement répandu. La commission des
douze en était informée avec le plus grand détail, et se préparait à agir
contre les auteurs désignés des propositions les plus violentes.

La section de la Fraternité les dénonça formellement le 24 par une adresse
à la convention; elle rapporta tout ce qui s'était dit et fait dans
l'assemblée de la mairie, et accusa hautement le maire d'y avoir assisté.
Le côté droit couvrit d'applaudissemens cette courageuse dénonciation, et
demanda que Pache fût appelé à la barre. Marat répondit que les membres du
côté droit étaient eux-mêmes les seuls conspirateurs; que Valazé, chez
lequel ils se réunissaient tous les jours, leur avait donné avis de
s'armer, et qu'ils s'étaient rendus à la convention avec des pistolets.
«Oui, réplique Valazé, j'ai donné cet avis, parce qu'il devenait
nécessaire de défendre notre vie, et certainement nous l'aurions
défendue.---Oui, oui, s'écrient énergiquement tous les membres du côté
droit.» Lasource ajoute un fait des plus graves, c'est que les conjurés,
croyant apparemment que l'exécution était fixée pour la nuit dernière,
s'étaient rendus chez lui pour l'enlever.

Dans ce moment, on apprend que la commission des douze est munie de tous
les renseignemens nécessaires pour découvrir le complot et en poursuivre
les auteurs, et on annonce un rapport de sa part pour le lendemain. La
convention déclare en attendant que la section de la Fraternité a bien
mérité de la patrie.

Le soir du même jour, grand tumulte à la municipalité contre la section de
la Fraternité, qui a, dit-on, calomnié le maire et les patriotes, en
supposant qu'ils veulent égorger la représentation nationale. De ce que le
projet n'avait été qu'une proposition, combattue d'ailleurs par le maire,
Chaumette et la commune induisaient que c'était une calomnie que de
supposer une conspiration réelle. Sans doute ce n'en était pas une dans le
vrai sens du mot, ce n'était pas une de ces conspirations profondément et
secrètement ourdies comme on les fait dans les palais, mais c'était une de
ces conspirations telles que la multitude d'une grande ville en peut
former; c'était le commencement de ces mouvemens populaires,
tumultueusement proposés, et tumultueusement exécutés par la foule
entraînée, comme au 14 juillet et au 10 août. En ce sens, il s'agissait
d'une véritable conspiration. Mais celles-là, il est inutile de vouloir
les arrêter, car elles ne surprennent pas l'autorité ignorante et
endormie, mais elles emportent ouvertement et à la face du ciel l'autorité
avertie et éveillée.

Le lendemain 24, deux autres sections, celles des Tuileries et de la
Butte-des-Moulins, se joignirent à celle de la Fraternité pour dénoncer
les mêmes faits. «Si la raison ne peut l'emporter, disait la
Butte-des-Moulins, faites un appel aux bons citoyens de Paris, et d'avance
nous pouvons vous assurer que notre section ne contribuera pas peu à faire
rentrer dans la poussière ces royalistes déguisés qui prennent insolemment
le titre de _sans-culottes_.» Le même jour, le maire écrivit à l'assemblée
pour expliquer ce qui s'était passé à la mairie. «Ce n'était pas,
disait-il, un complot, c'était une simple délibération sur la composition
de la liste des suspects. Quelques _mauvaises têtes_ avaient bien
interrompu la délibération par quelques propositions déraisonnables, mais
lui, Pache, avait rappelé à l'ordre ceux qui s'en écartaient, et ces
mouvemens d'imagination n'avaient eu aucune suite.» On tint peu de compte
de la lettre de Pache, et on écouta la commission des douze, qui se
présenta pour proposer un décret de sûreté générale. Ce décret mettait la
représentation nationale, et les dépôts renfermant le trésor public, sous
la sauvegarde des bons citoyens. Tous devaient, à l'appel du tambour, se
rendre au lieu du rassemblement de la compagnie du quartier, et marcher au
premier signal qui leur serait donné. Aucun ne pouvait manquer au
rendez-vous; et, en attendant la nomination d'un commandant-général, en
remplacement de Santerre, parti pour la Vendée, le plus ancien chef de
légion devait avoir le commandement supérieur. Les assemblées de section
devaient être fermées à dix heures du soir; les présidens étaient rendus
responsables de l'exécution de cet article. Le projet de décret fut adopté
en totalité, malgré quelques débats, et malgré Danton, qui dit qu'en
mettant ainsi l'assemblée et les établissemens publics sous la sauvegarde
des citoyens de Paris, on _décrétait la peur_.

Immédiatement après avoir proposé ce décret, la commission des douze fit
arrêter à la fois les nommés Marino et Michel, administrateurs de
police, accusés d'avoir fait à l'assemblée de la mairie les propositions
qui causaient tant de rumeur. Elle fit arrêter en outre le substitut du
procureur de la commune, Hébert, lequel écrivait, sous le nom du _père
Duchêne_, une feuille encore plus ordurière que celle de Marat, et mise,
par un langage hideux et dégoûtant, à la portée de la plus basse populace.
Hébert, dans cette feuille, imprimait ouvertement tout ce que les nommés
Marino et Michel étaient accusés d'avoir verbalement proposé à la mairie.
La commission crut donc devoir poursuivre à la fois et ceux qui prêchaient
et ceux qui voulaient exécuter une nouvelle insurrection. A peine l'ordre
d'arrestation était-il lancé contre Hébert, qu'il se rendit en toute hâte
à la commune pour annoncer ce qui lui arrivait, et montrer au conseil
général le mandat d'arrêt dont il était frappé. On l'arrachait, disait-il,
à ses fonctions, mais il allait obéir. La commune ne devait pas oublier le
serment qu'elle avait fait de se regarder comme frappée lorsqu'un de ses
membres le serait. Il n'invoquait pas ce serment pour lui, car il était
prêt à porter sa tête sur l'échafaud, mais pour ses concitoyens menacés
d'un nouvel esclavage. De nombreux applaudissemens accueillent Hébert.
Chaumette, le procureur en chef, l'embrasse; le président lui donne
l'accolade au nom de tout le conseil. La séance est déclarée permanente
jusqu'à ce qu'on ait des nouvelles d'Hébert. Les membres du conseil sont
invités à porter des consolations et des secours aux femmes et aux enfans
de tous ceux qui sont ou seront détenus.

La séance fut permanente, et d'heure en heure on envoyait à la commission
des douze pour avoir des nouvelles du magistrat arraché, disait-on, à ses
fonctions. A deux heures et demie de la nuit, on apprit qu'il subissait un
interrogatoire, et que Varlet avait été arrêté aussi. A quatre heures, on
annonça qu'Hébert avait été mis en état d'arrestation à l'Abbaye. A cinq
heures, Chaumette se rendit dans sa prison pour le voir, mais il ne put
être introduit. Le matin, le conseil général rédigea une pétition à la
convention, et la fit porter par des cavaliers dans les sections, afin
d'avoir leur adhésion. Presque dans toutes les sections on se battait; on
voulait changer à chaque instant les bureaux et les présidens, empêcher ou
faire des arrestations, adhérer ou s'opposer au système de la commune,
signer ou rejeter la pétition qu'elle proposait. Enfin cette pétition,
approuvée par un grand nombre de sections, fut présentée dans la journée
du 25 à la convention. La députation de la commune se plaignait des
calomnies répandues contre les magistrats du peuple; elle demandait que la
pétition de la section de la Fraternité fût remise à l'accusateur public,
pour que les coupables, s'il en existait, ou les calomniateurs, fussent
punis. Elle demandait enfin justice de la commission des douze, qui avait
commis un attentat sur la personne d'un magistrat du peuple, en le faisant
enlever à ses fonctions, et enfermer à l'Abbaye. Isnard présidait en ce
moment, et devait répondre à la députation. «Magistrats du peuple, dit-il
d'un ton grave et sévère, il est urgent que vous entendiez des vérités
importantes. La France a confié ses représentans à la ville de Paris, et
elle veut qu'ils y soient en sûreté. Si la représentation nationale était
violée par une de ces conspirations dont nous avons été entourés depuis le
10 mars, et dont les magistrats ont été les derniers à nous avertir, je le
déclare au nom de la république, Paris éprouverait la vengeance de la
France, et serait rayé de la liste des cités.» Cette réponse solennelle et
grande produisit sur l'assemblée une impression profonde. Une foule de
voix en demandaient l'impression. Danton soutint qu'elle était faite pour
augmenter la division qui commençait à éclater entre Paris et les
départemens, et qu'il ne fallait rien faire qui pût accroître ce malheur.
La convention, croyant que c'était assez de l'énergie de la réponse, et de
l'énergie de la commission des douze, passa à l'ordre du jour, sans
ordonner l'impression proposée.

Les députés de la commune furent donc congédiés sans avoir rien obtenu.
Tout le reste de la journée du 25 et toute la journée du lendemain 26, se
passèrent en scènes tumultueuses dans les sections. On se battait de
toutes parts, et les deux opinions avaient alternativement le dessus,
suivant l'heure du jour, et suivant le nombre variable des membres de
chaque parti. La commune continuait d'envoyer des députés pour s'enquérir
de l'état d'Hébert. Une fois on l'avait trouvé reposant; une autre fois il
avait prié la commune d'être tranquille sur son compte. On se plaignait
qu'il fût sur un misérable grabat. Des sections le prenaient sous leur
protection; d'autres se préparaient à demander de nouveau son
élargissement, et avec plus d'énergie que ne l'avait fait la municipalité;
enfin des femmes, courant les carrefours avec un drapeau, voulaient
entraîner le peuple à l'Abbaye pour délivrer son magistrat chéri.

Le 27, le tumulte fut poussé à son comble. On se portait d'une section à
l'autre pour y décider l'avantage en s'y battant à coups de chaise. Enfin
vers le soir, à peu près vingt-huit sections avaient concouru à émettre le
voeu de l'élargissement d'Hébert, et à rédiger une pétition impérative à
la convention. La commission des douze, voyant quel désordre se préparait,
avait signifié au commandant de service de requérir la force armée de
trois sections, et elle avait eu soin de désigner les sections de la
Butte-des-Moulins, de Lepelletier et du Mail, qui étaient les plus
dévouées au côté droit, et prêtes même à se battre pour lui. Ces trois
sections s'empressèrent d'accourir, et se placèrent, vers les six heures
du soir, 27 mai, dans les cours du Palais-National, du côté du Carrousel,
avec leurs armes et leurs canons, mèches allumées. Elles composaient ainsi
une force imposante, et capable de protéger la représentation nationale.
Mais la foule qui se pressait autour de leurs rangs et aux diverses portes
du palais, le tumulte qui régnait, la difficulté qu'on avait à pénétrer
dans la salle, donnaient à cette scène les apparences d'un siège. Quelques
députés avaient eu de la peine à entrer, avaient même essuyé quelques
insultes au milieu de cette populace, et ils étaient venus répandre le
trouble dans l'assemblée, en disant qu'elle était assiégée. Il n'en était
rien pourtant, et si les portes étaient obstruées, elles n'étaient
cependant pas interdites. Mais les apparences suffisaient aux imaginations
irritées, et le désordre régnait dans l'assemblée. Isnard présidait. La
section de la Cité se présente, et demande la liberté de son président,
nommé Dobsen, arrêté par ordre de la commission des douze, pour avoir
refusé de lui communiquer les registres de sa section. Elle demande en
outre la liberté des autres détenus, la suppression de la commission des
douze, et la mise en accusation des membres qui la composent. «La
convention, répond Isnard, pardonne à votre jeunesse; elle ne se laissera
jamais influencer par aucune portion du peuple.» La convention approuve la
réponse. Robespierre veut au contraire la blâmer. Le côté droit s'y
oppose, une lutte des plus vives s'engage, et le bruit du dedans, celui du
dehors, concourent à produire un tumulte épouvantable. Dans ce moment, le
maire et le ministre de l'intérieur arrivent à la barre, croyant, comme on
le disait dans Paris, que la convention était assiégée. A la vue du
ministre de l'intérieur, un cri général s'élève de tous côtés, pour lui
demander compte de l'état de Paris et des environs de la salle. La
situation de Garat était embarrassante, car il fallait se prononcer entre
les deux partis, ce qui ne convenait pas plus à la douceur de son
caractère qu'à son scepticisme politique. Cependant ce scepticisme
provenant d'une grande impartialité d'esprit, il eût été heureux qu'on
pût, dans le moment, l'écouter et le comprendre. Il prend la parole, et
remonte à la cause des troubles. La première cause, selon lui, est le
bruit qui s'est répandu d'un conciliabule formé à la mairie pour comploter
contre la représentation nationale. Garat répète alors, d'après Pache, que
ce conciliabule n'était point une réunion de conspirateurs, mais une
réunion légale, ayant un but connu; que si, en l'absence du maire,
quelques esprits ardens avaient fait des propositions coupables, ces
propositions, repoussées avec indignation lorsque le maire était présent,
n'avaient eu aucune suite, et qu'on ne pouvait voir là un véritable
complot; que l'institution de la commission des douze pour la poursuite de
ce prétendu complot, et les arrestations qu'elle avait faites, étaient
devenues la cause du trouble actuel; qu'il ne connaissait pas Hébert;
qu'il n'avait reçu aucun renseignement défavorable sur son compte; qu'il
savait seulement qu'Hébert était l'auteur d'un genre d'écrit méprisable
sans doute, mais regardé à tort comme dangereux; que la constituante et
l'assemblée législative dédaignèrent toujours les écrits dégoûtans
répandus contre elles, et que la rigueur exercée contre Hébert avait dû
paraître nouvelle et peut-être intempestive; que la commission des douze,
composée d'hommes de bien et d'excellens patriotes, était dans de
singulières préventions, qu'elle paraissait trop dominée du désir de
montrer une grande énergie. Ces paroles sont fort applaudies par le côté
gauche et la Montagne. Garat, arrivant ensuite à la situation présente,
assure que la convention n'est point en danger, que les citoyens qui
l'entourent sont pleins de respect pour elle. A ces mots, un député
l'interrompt, en disant qu'il a été insulté. «Soit, reprend Garat, je ne
réponds pas de ce qui peut arriver à un individu, au milieu d'une foule
renfermant des hommes de toute espèce; mais que la convention tout entière
se montre à la porte, et je réponds pour elle que tout le peuple s'ouvrira
devant elle avec respect, qu'il saluera sa présence et obéira à sa voix.»

Garat termine en présentant quelques vues conciliatoires, et en indiquant,
avec le plus d'adresse possible, que c'est en voulant réprimer les
violences des jacobins qu'on s'exposait à les exciter davantage. Garat
avait raison, sans doute; c'est en voulant se mettre en défense contre un
parti qu'on l'irrite davantage, et qu'on précipite la catastrophe; mais
quand la lutte est inévitable, faut-il succomber sans résistance?... Telle
était la situation des girondins; leur institution de la commission des
douze était une imprudence, mais une imprudence inévitable et généreuse.

Garat, après avoir achevé, se place noblement au côté droit, qui était
réputé en danger, et la convention vote l'impression et la distribution de
son rapport. Pache est entendu après Garat. Il présente les choses à peu
près sous le même jour; il rapporte que l'assemblée était gardée par trois
sections dévouées, et convoquées par la commission des douze elle-même; il
indique aussi qu'en cela la commission des douze avait transgressé ses
pouvoirs, car elle n'avait pas le droit de requérir la force armée; il
ajoute qu'un fort détachement avait mis les prisons de l'Abbaye à l'abri
de toute infraction des lois, que tout danger était dissipé, et que
l'assemblée pouvait se regarder comme entièrement en sûreté. Il demande,
en finissant que la convention veuille bien entendre des citoyens qui
demandent l'élargissement des détenus.

A ces mots, il s'élève une grande rumeur dans l'assemblée. «Il est dix
heures, s'écrie-t-on à droite; président, levez la séance!--Non, non,
répondent des voix de gauche, écoutez les pétitionnaires.» Henri Larivière
s'obstine à occuper la tribune. «Si vous voulez, dit-il, entendre
quelqu'un, il faut écouter votre commission des douze, que vous accusez de
tyrannie, et qui doit vous faire connaître ses actes pour vous mettre à
même de les apprécier.» De grands murmures couvrent sa voix. Isnard, ne
pouvant plus tenir à ce désordre, quitte le fauteuil, et il est remplacé
par Hérault-Séchelles, qui est accueilli par les applaudissemens des
tribunes. Il consulte l'assemblée, qui, entraînée par les menaces et le
bruit, vote, au milieu de cette confusion, que la séance sera continuée.

On introduit les orateurs à la barre; ils sont suivis d'une nuée de
pétitionnaires. Ils demandent insolemment la suppression d'une commission
odieuse et tyrannique, l'élargissement des détenus et _le triomphe de la
vertu_. «Citoyens, leur répond Hérault-Séchelles, _la force de la raison
et la force du peuple sont la même chose._» De bruyans applaudissemens
accueillent cette dogmatique absurdité. «Vous demandez justice,
ajoute-t-il; la justice est notre premier devoir, elle vous sera rendue.»

D'autres pétitionnaires succèdent aux précédens. Divers orateurs prennent
ensuite la parole, et on rédige un projet de décret, par lequel les
citoyens incarcérés par la commission des douze sont élargis, la
commission des douze est dissoute, et sa conduite livrée à l'examen du
comité de sûreté générale. La nuit était avancée; les pétitionnaires
s'étaient introduits en foule et obstruaient la salle. La nuit, les cris,
le tumulte, la foule, tout contribuait à augmenter la confusion. Le décret
est mis aux voix, et il est rendu sans qu'on puisse savoir s'il a été
voté. Les uns disent que le président n'a pas été entendu; d'autres, que
les votes n'ont pas été en nombre suffisant; d'autres enfin, que les
pétitionnaires ont pris la place des députés absens, et que le décret est
nul. Néanmoins il est proclamé, et les tribunes et les pétitionnaires
s'échappent, et vont annoncer à la commune, aux sections, aux Jacobins,
aux Cordeliers, que les prisonniers sont élargis et que la commission est
cassée.

Cette nouvelle répandit une grande joie populaire et un moment de calme
dans Paris. Le visage même du maire sembla respirer un contentement
sincère de voir les troubles apaisés! Cependant les girondins, décidés à
combattre en désespérés, et à ne pas céder la victoire à leurs
adversaires, se réunissent le lendemain avec la plus brûlante indignation.
Lanjuinais surtout, qui n'avait pris aucune part aux haines d'orgueil qui
divisaient les deux côtés de la convention, et à qui on pardonnait son
opiniâtreté, parce qu'aucun ressentiment personnel ne semblait l'animer,
Lanjuinais arrive plein de chaleur et de résolution pour faire honte à
l'assemblée de sa faiblesse de la veille. A peine Osselin a-t-il demandé
la lecture du décret et sa rédaction définitive, pour qu'on puisse élargir
sur-le-champ les détenus, que Lanjuinais s'élance à la tribune, et demande
la parole pour soutenir que le décret est nul et n'a pas été rendu. Des
murmures violens l'interrompent. «Accordez-moi du silence, dit-il à la
gauche, car je suis décidé à rester ici jusqu'à ce que vous m'ayez
entendu.» On ne veut entendre Lanjuinais que sur la rédaction du décret;
cependant, après des épreuves douteuses, il est décidé que, dans le doute,
il sera entendu. Il s'explique alors, et soutient que la question qui
s'agite est l'une des plus importantes pour la sûreté générale. «Plus de
cinquante mille citoyens, dit-il, ont été enfermés dans toute la France
par vos commissaires; on a fait plus d'arrestations arbitraires en un mois
que sous l'ancien régime dans un siècle, et vous vous plaignez de ce qu'on
ait enfermé deux ou trois hommes qui prêchent le meurtre et l'anarchie à
deux sous la feuille? Vos commissaires sont des proconsuls qui agissent
loin de vos yeux, et que vous laissez agir; et votre commission, placée à
côté de vous, sous votre surveillance immédiate, vous vous en défiez, vous
la supprimez! Dimanche dernier, on a proposé dans la Jacobinière de faire
un massacre dans Paris, on recommence ce soir la même délibération à
l'Évêché, on vous en fournit les preuves, on vous les offre, et vous les
repoussez! Vous protégez les hommes de sang!»

Le trouble éclate à ces paroles et couvre la voix de Lanjuinais. «On ne
peut plus délibérer, s'écrie Chambon, il n'y a plus qu'à nous retirer dans
nos départements.--On assiège vos portes, reprend Lanjuinais.--C'est faux,
crie la gauche.--Hier, ajoute Lanjuinais de toutes ses forces, vous
n'étiez pas libres, vous étiez maîtrisés par les prédicateurs du meurtre.»
Legendre, de sa place, élevant alors la voix, dit: «On veut nous faire
perdre la séance; je déclare que si Lanjuinais continue à mentir, je vais
le jeter à bas de la tribune.» A cette scandaleuse menace, l'assemblée se
soulève, et les tribunes applaudissent. Aussitôt Guadet demande que les
paroles de Legendre soient conservées dans le procès-verbal, et connues de
toute la France, pour qu'elle sache comment sont traités ses députés.
Lanjuinais, continuant, soutient que le décret de la veille n'a pas été
rendu, car les pétitionnaires ont voté avec les députés, ou que s'il a été
rendu, il doit être rapporté, parce que l'assemblée n'était pas libre.
«Quand vous êtes libres, ajoute Lanjuinais, vous ne votez pas l'impunité
du crime.» A gauche, on affirme que Lanjuinais altère les faits; que les
pétitionnaires n'ont pas voté, qu'ils se sont retirés dans les couloirs. A
droite, on assure le contraire, et, sans s'être entendu à cet égard, on
met aux voix le rapport du décret. A une majorité de cinquante-une voix,
le décret est rapporté. «Vous avez fait, dit alors Danton, un grand acte
de justice, et j'espère qu'il sera reproduit avant la fin de la séance;
mais si la commission que vous venez de réintégrer conserve ses pouvoirs
tyranniques, si les magistrats du peuple ne sont pas rendus à la liberté
et à leurs fonctions, alors je vous déclare qu'après avoir prouvé que nous
passons nos ennemis en prudence et en sagesse, nous _prouverons que nous
les passons en audace et en vigueur révolutionnaire_.» On met alors aux
voix l'élargissement provisoire des détenus, et il est prononcé à
l'unanimité. Rabaut Saint-Étienne veut être entendu au nom de la
commission des douze, invoque l'attention au nom du salut public, et ne
peut se faire écouter; enfin il donne sa démission.

Le décret avait été ainsi rapporté, et la majorité, revenue au côté droit,
semblait prouver que les décrets n'appartiendraient au côté gauche que
dans quelques momens de faiblesse. Quoique les magistrats réclamés eussent
été élargis, quoique Hébert fût rendu à la commune, où il recevait des
couronnes, néanmoins le rapport du décret avait soulevé toutes les
passions, et l'orage, qui semblait s'être dissipé un moment, allait enfin
éclater d'une manière plus terrible.

Le jour même, l'assemblée qui s'était tenue à la mairie, et qui ne s'y
réunissait plus depuis que le maire avait interdit les propositions dites
de _salut public_, fut renouvelée à l'Évêché, dans le club électoral, où
se rendaient parfois quelques électeurs. Elle fut composée de commissaires
des sections, choisis dans les comités de surveillance, de commissaires de
la commune, du départemens et des divers clubs. Les femmes mêmes y étaient
représentées, et sur cinq cents personnes on comptait cent femmes, à la
tête desquelles s'en trouvait une, fameuse par ses emportemens politiques
et son éloquence populaire. Le premier jour, il ne parut à cette réunion
que les envoyés de trente-six sections; il en restait douze qui n'avaient
pas député de commissaires, et on leur adressa une nouvelle convocation.
On s'occupa ensuite de nommer une commission de six membres, chargée
d'imaginer et de présenter le lendemain les moyens de salut public. On se
sépara après cette mesure préliminaire, et on s'ajourna pour le lendemain
29.

Le même soir, grand tumulte dans les sections. Malgré le décret de la
convention qui les ferme à dix heures, elles se prolongent bien après, se
constituent à cette heure en _sociétés patriotiques_, et, sous ce nouveau
titre, continuent leurs séances fort avant dans la nuit. Dans les unes, on
prépare de nouvelles adresses contre la commission des douze; dans les
autres, on fait des pétitions à l'assemblée, pour lui demander
l'explication de ces paroles d'Isnard: _Paris sera rayé de la liste des
cités_.

A la commune, long discours de Chaumette sur la conspiration évidente qui
se trame contre la liberté, sur les ministres, sur le côté droit, etc.
Hébert arrive, raconte sa détention, reçoit une couronne qu'il dépose sur
le buste de J.-J. Rousseau, et retourne ensuite à sa section, accompagné
par des commissaires de la commune, qui ramènent en triomphe le magistrat
délivré de ses fers.

Le lendemain 29, la convention est affligée de deux nouvelles fâcheuses
venant des deux points militaires les plus importans, le Nord et la
Vendée. L'armée du Nord a été repoussée entre Bouchain et Cambray;
Valenciennes et Cambray sont privées de toute communication. A Fontenay,
les troupes républicaines ont été complètement battues par M. de Lescure,
qui s'est emparé de Fontenay même. Ces nouvelles répandent la plus grande
consternation, et rendent plus dangereuse la situation du parti modéré.
Les sections se succèdent, avec des bannières portant ces mots:
_Résistance à l'oppression_. Les unes demandent, comme elles l'avaient
annoncé la veille, l'explication des paroles d'Isnard; les autres
déclarent qu'il n'y a plus d'autre inviolabilité que celle du peuple, que
par conséquent les députés qui ont cherché à armer les départemens contre
Paris, doivent être mis en accusation, que la commission des douze doit
être cassée, qu'une armée révolutionnaire doit être organisée.

Aux Jacobins, la séance n'était pas moins significative. De toutes parts,
on disait que le moment était arrivé, qu'il fallait enfin sauver le
peuple; et dès qu'un membre se présentait pour détailler les moyens à
employer, on le renvoyait à la commission des six, nommée au club central.
Celle-là, disait-on, est chargée de pourvoir à tout, et de rechercher les
moyens de salut public. Legendre, voulant parler sur les dangers du jour,
et sur la nécessité d'épuiser les moyens légaux, avant de recourir aux
moyens extrêmes, fut traité d'_endormeur_. Robespierre, ne s'expliquant
pas, dit que c'était à la commune _à s'unir intimement au peuple_; que,
pour lui, il était incapable de prescrire les moyens de salut: que cela
n'était pas donné à un seul homme, et moins encore à lui qu'à tout autre,
épuisé qu'il était par quatre ans de révolution, et consumé d'une fièvre
lente et mortelle.

Ces paroles du tribun firent un grand effet, provoquèrent de vifs
applaudissemens. Elles indiquaient assez qu'il s'en remettait, comme tout
le monde, à ce que feraient les autorités municipales à l'Évêché. Cette
assemblée de l'Évêché s'était encore réunie, et, comme la veille, elle
avait été mêlée de beaucoup de femmes. On s'occupa d'abord de rassurer les
propriétaires, en jurant respect aux propriétés. L'on a respecté,
s'écria-t-on, les propriétés au 10 août et au 14 juillet; et sur-le-champ
on prêta le serment de les respecter au 31 mai 1793. Après quoi Dufourny,
membre de la commission des six, dit que, sans un commandant-général de la
garde parisienne, il était impossible de répondre d'aucun résultat, et
qu'il fallait demander à la commune d'en nommer un sur-le-champ.

Une femme, la célèbre Lacombe, prenant la parole, insista sur la
proposition de Dufourny, et déclara que, sans des mesures promptes et
vigoureuses, il était impossible de se sauver. Aussitôt on fit partir des
commissaires pour la commune, et celle-ci répondit, à la manière de Pache,
que le mode pour la nomination d'un commandant général était fixé par les
décrets de la convention, et que ce mode lui interdisant de le nommer
elle-même, il ne lui restait que des voeux à former à ce sujet. C'était
inviter le club à ranger cette nomination au nombre des mesures
extraordinaires de salut public, dont il devait se charger. L'assemblée
résolut ensuite d'inviter tous les cantons du départemens à s'unir à elle,
et envoya des députés à Versailles. Une confiance aveugle fut demandée
au nom des six, et on exigea la promesse d'exécuter sans examen tout ce
qu'ils proposeraient. Le silence fut prescrit sur tout ce qui regardait la
grande question _des moyens_, et on s'ajourna au lendemain matin neuf
heures, pour commencer une séance permanente, qui devait être décisive.

La commission des douze avait été instruite de tout dans la soirée même;
le comité de salut public l'avait été aussi, et il soupçonna en outre,
d'après un placard imprimé dans la journée, qu'il y avait eu à Charenton
des conciliabules où se trouvaient Danton, Marat et Robespierre. Le comité
de salut public, profitant d'un moment où Danton était absent de son sein,
ordonna au ministre de l'intérieur de faire les perquisitions les plus
actives pour découvrir ce conciliabule secret. Rien ne fut découvert, et
tout prouve que le bruit était faux. Il paraît que tout se faisait dans
l'assemblée de la commune. Robespierre désirait vivement une révolution
manifestement dirigée contre ses antagonistes, les girondins, mais il
n'avait pas besoin de se compromettre pour la produire; il lui suffisait
de ne plus s'y opposer, comme il l'avait fait plusieurs fois, pendant le
mois de mai. En effet, son discours aux jacobins, où il avait dit que la
commune devait s'unir au peuple et trouver les moyens que lui ne pouvait
pas découvrir, était un véritable consentement à l'insurrection[1].

[Note 1: Voir la note à la fin du volume.]

Cette approbation était suffisante, et il y avait assez d'ardeur au club
central pour qu'il s'en mêlât. Pour Marat, il favorisait le mouvement par
ses feuilles, par ses scènes de tous les jours à la convention, mais il
n'était pas membre de la commission des six, véritablement chargée de
l'insurrection. Le seul homme qu'on pourrait croire l'auteur caché de ce
mouvement, c'est Danton; mais il était incertain; il désirait l'abolition
de la commission des douze, et cependant il n'aurait pas voulu qu'on
touchât encore à la représentation nationale. Meilhan, le rencontrant dans
la journée au comité de salut public, l'aborda, l'entretint amicalement,
lui fit sentir quelle différence les girondins mettaient entre lui et
Robespierre, quelle considération ils avaient pour ses grands moyens, et
finit par lui dire qu'il pourrait jouer un grand rôle en usant de sa
puissance au profit du bien, et pour le soutien des honnêtes gens. Danton,
que ces paroles touchaient, releva brusquement la tête, et dit à Meilhan:
«Vos girondins n'ont point de confiance en moi.» Meilhan voulut insister
de nouveau: «Ils n'ont point de confiance,» répéta Danton; et il s'éloigna
sans vouloir prolonger l'entretien. Ces paroles peignent parfaitement les
dispositions de cet homme. Il méprisait cette populace municipale, il
n'avait aucun goût pour Robespierre ni pour Marat, et il eût bien mieux
aimé se mettre à la tête des girondins, mais ils n'avaient point de
confiance en lui. Une conduite et des principes différents les séparaient
entièrement.

D'ailleurs, Danton ne trouvait, ni dans leur caractère, ni dans leur
opinion, l'énergie nécessaire pour sauver la révolution, grand but qu'il
chérissait par dessus toutes choses. Danton, indifférent pour les
personnes, ne cherchait qu'à distinguer celui des deux partis qui devait
assurer à la révolution les progrès les plus sûrs et les plus rapides.
Maître des cordeliers et de la commission des six, il est présumable qu'il
avait une grande part au mouvement qui se préparait, et il paraît qu'il
voulait d'abord renverser la commission des douze, sauf à voir ensuite ce
qu'il faudrait faire à l'égard des girondins.

Enfin le projet d'insurrection fut arrêté dans la tête des conjurés du
club central révolutionnaire. Ils ne voulaient pas, suivant leur
expression, faire une insurrection _physique_, mais _toute morale_,
respecter les personnes, les propriétés, violer enfin avec le plus grand
ordre les lois, et la liberté de la convention. Leur but était de
constituer la commune en insurrection, de convoquer en son nom toute la
force armée, qu'elle avait le droit de requérir, d'en entourer la
convention, et de lui présenter une adresse qui, en apparence, ne serait
qu'une pétition, et qui en réalité serait un ordre véritable. Ils
voulaient en un mot prier le fer à la main.

Le jeudi 30, en effet, les commissaires des sections s'assemblent à
l'Évêché, et ils forment ce qu'ils appellent l'_union républicaine_.
Revêtus des pleins pouvoirs de toutes les sections, ils se déclarent en
insurrection pour sauver la chose publique, menacée par _la faction
aristocratique et oppressive de la liberté_. Le maire, persistant dans ses
ménagemens ordinaires, fait quelques représentations sur le caractère de
cette mesure, s'y oppose doucement, et finit par obéir aux insurgés, qui
lui ordonnent de se rendre à la commune pour annoncer ce qu'ils viennent
de décider. Il est ensuite résolu que les quarante-huit sections seront
réunies pour émettre, dans la journée même, leur voeu sur l'insurrection,
et qu'immédiatement après, le tocsin sonnera, les barrières seront
fermées, et la générale battra dans toutes les rues. Les sections se
réunissent en effet, et la journée se passe à recueillir tumultueusement
le voeu de l'insurrection. Le comité de salut public, la commission des
douze, mandent les autorités pour obtenir des renseignements. Le maire
fait connaître, avec un regret du moins apparent, le plan arrêté à
l'Évêché. L'Huillier, procureur-syndic du départemens, déclare
ouvertement, et avec une assurance tranquille, le projet d'une
insurrection _toute morale_, et il se retire paisiblement auprès de ses
collègues.

La journée s'achève ainsi, et dès le commencement de la nuit le tocsin
retentit, la générale se bat dans toutes les rues, les barrières sont
fermées, et les citoyens étonnés se demandent si de nouveaux massacres
vont ensanglanter la capitale. Tous les députés de la Gironde, les
ministres menacés, passent la nuit hors de leur demeure. Roland va se
cacher chez un ami; Buzot, Louvet, Barbaroux, Guadet, Bergoing, Rabaut
Saint-Etienne, se retranchent dans une chambre écartée, munis de bonnes
armes, et prêts, en cas d'attaque, à se défendre jusqu'à la dernière
goutte de leur sang. A cinq heures du matin, ils en sortent pour se rendre
à la convention, où, à la faveur du jour naissant, se réunissaient déjà
quelques membres, appelés par le tocsin. Leurs armes, qui étaient
apparentes, les font respecter de quelques groupes qu'ils traversent, et
ils arrivent à la convention, où se trouvaient déjà quelques montagnards,
et où Danton s'entretenait avec Garat. «Vois, dit Louvet à Guadet, quel
horrible espoir brille sur ces visages!--Oui, répond Guadet, c'est
Aujourd'hui que Clodius exile Cicéron.» De son côté, Garat, étonné de voir
Danton rendu si matin à l'assemblée, l'observait avec attention. «Pourquoi
tout ce bruit, lui dit Garat, et que veut-on?--Ce ne sera rien, répond
froidement Danton. Il faut leur laisser briser quelques presses, et les
renvoyer avec cela.» Vingt-huit députés étaient présents. Fermont occupe
momentanément le fauteuil; Guadet siège courageusement comme secrétaire.
Le nombre des députés augmente, et on attend le moment d'ouvrir la séance.

Dans cet instant, l'insurrection se consommait à la commune. Les envoyés
du comité central révolutionnaire, ayant à leur tête le président Dobsen,
se présentent à l'Hôtel-de-Ville, munis de pleins pouvoirs
révolutionnaires. Dobsen prend la parole, et déclare au conseil général
que le peuple de Paris, blessé dans ses droits, vient annuler toutes les
autorités constituées. Le vice-président du conseil demande à connaître
les pouvoirs du comité. Il les vérifie, et y trouvant exprimé le voeu de
trente-trois sections de Paris, il déclare que la majorité des sections
annule les autorités constituées. En conséquence, le conseil général, le
bureau, se retirent. Dobsen, avec les commissaires, prend la place vacante
aux cris de _vive la république!_ Il consulte ensuite la nouvelle
assemblée, et lui propose de réintégrer la municipalité et le conseil
général dans leurs fonctions, vu que l'un et l'autre n'ont jamais manqué à
leurs devoirs envers le peuple. Aussitôt en effet on réintègre l'ancienne
municipalité avec l'ancien conseil général, au milieu des plus vifs
applaudissements. Ces formalités apparentes n'avaient d'autre but que de
renouveler les pouvoirs municipaux, et de les rendre illimités et
suffisants pour l'insurrection. Immédiatement après, on désigne un nouveau
commandant-général provisoire: c'est le nommé Henriot, homme grossier,
dévoué à la commune, et commandant du bataillon des sans-culottes. Pour
s'assurer ensuite le secours du peuple, et le maintenir sous les armes
pendant ces momens d'agitation, on arrête qu'il sera donné quarante sous
par jour à tous les citoyens peu aisés qui seront de service, et que ces
quarante sous seront pris immédiatement sur le produit de l'emprunt forcé
sur les riches. C'était un moyen assuré d'appeler au secours de la
commune, et contre la bourgeoisie des sections, tous les ouvriers qui
aimaient mieux gagner quarante sous en prenant part à des mouvemens
révolutionnaires, que d'en gagner trente en se livrant à leurs travaux
accoutumés.

Pendant qu'on prenait toutes ces déterminations à la commune, les citoyens
de la capitale se réunissaient au bruit du tocsin, et se rendaient en
armes autour du drapeau, placé à la porte de chaque capitaine de section.
Un grand nombre étaient incertains de ce qu'il fallait penser de ces
mouvemens; beaucoup d'entre eux même se demandaient pourquoi on les
réunissait, et ignoraient les mesures prises la nuit dans les sections
et à la commune. Dans cette disposition, ils étaient incapables d'agir et
de résistera ce qui se ferait contre leur opinion, et ils devaient, tout
en désapprouvant l'insurrection, la seconder de leur présence. Plus de
quatre-vingt mille hommes en armes parcouraient Paris avec la plus grande
tranquillité, et se laissaient conduire avec docilité par l'autorité
audacieuse qui avait pris le commandement.

Les seules sections de la Butte-des-Moulins, du Mail et des
Champs-Elysées, prononcées depuis long-temps contre la commune et la
Montagne, et un peu encouragées par l'appui des girondins dont elles
partageaient les dangers, étaient prêtes à résister. Elles s'étaient
réunies en armes, et attendaient l'événement, dans l'attitude de gens
menacés et prêts à se défendre. Les jacobins, les sans-culottes, effrayés
de ces dispositions, et se les exagérant, couraient dans le faubourg
Saint-Antoine, disant que ces sections révoltées allaient arborer la
cocarde et le drapeau blancs, et qu'il fallait courir au centre de Paris
pour arrêter une explosion des royalistes. Pour exciter un mouvement plus
général, on voulait faire tirer le canon d'alarme. Il était placé au
Pont-Neuf, et il y avait peine de mort contre celui qui le tirerait sans
un décret de la convention. Henriot avait ordonné de tirer; mais le
commandant du poste avait résisté à cet ordre, et demandait un décret. Les
envoyés d'Henriot étaient revenus en force, avaient vaincu la résistance
du poste, et dans le moment, le bruit du canon d'alarme se joignait à
celui du tocsin et de la générale.

La convention, réunie dès le matin, comme on l'a vu, avait mandé
sur-le-champ toutes les autorités, pour savoir quelle était la situation
de Paris. Garat, présent dans la salle, et occupé à observer Danton,
paraît le premier à la tribune, et rapporte ce que tout le monde connaît,
c'est qu'une assemblée a été tenue à l'Évêché, qu'elle demande une
réparation des injures faites à Paris, et l'abolition de la commission des
douze. A peine Garat a-t-il achevé de parler, que les nouveaux
commissaires, se qualifiant administration du départemens de la Seine, se
présentent à la barre, et déclarent qu'il ne s'agit que d'une insurrection
_toute morale_, ayant pour but la réparation des outrages faits à la ville
de Paris. Ils ajoutent que le plus grand ordre est observé, que chaque
citoyen a juré de respecter les personnes et les propriétés, que les
sections armées parcourent la ville avec calme, et que toutes les
autorités réunies viendront dans la journée faire à la convention leur
profession de foi et leurs demandes.

Le président Mallarmé fait immédiatement connaître un billet du commandant
de poste au Pont-Neuf, rapportant la contestation qui s'est élevée à
l'occasion du canon d'alarme. Dufriche-Valazé demande aussitôt qu'on
s'enquière des auteurs de ce mouvement, qu'on recherche les coupables qui
ont sonné le tocsin, et qu'on arrête le commandant-général, assez
audacieux pour faire tirer le canon d'alarme sans décret de la convention.
A cette demande, les tribunes et le côté gauche poussent des cris auxquels
il était naturel de s'attendre. Valazé ne se décourage pas; il dit qu'on
ne le fera pas renoncer à son caractère, qu'il est le représentant de
vingt-cinq millions d'hommes, et qu'il fera son devoir jusqu'au bout; il
demande enfin qu'on entende sur-le-champ cette commission des douze si
calomniée, et qu'on écoute son  rapport, car ce qui arrive est la preuve
des complots qu'elle n'a cessé de dénoncer. Thuriot veut répondre à
Valazé, la lutte s'engage et le tumulte commence. Mathieu et Cambon
tâchent de se porter pour médiateurs; ils réclament le silence des
tribunes, la modération des orateurs de la droite, et s'efforcent de faire
sentir que dans le moment actuel un combat dans la capitale serait mortel
pour la cause de la révolution, que le calme est le seul moyen de
maintenir la dignité de la convention, et que la dignité est pour elle le
seul moyen de se faire respecter par les malveillans. Vergniaud, disposé
comme Mathieu et Cambon à employer les moyens conciliatoires, dit qu'il
regarde aussi comme mortel à la liberté et à la révolution le combat prêt
à s'engager; il se borne donc à reprocher modérément à Thuriot d'avoir
aggravé les dangers de la commission des douze, en la peignant comme le
fléau de la France dans un moment où tous les mouvemens populaires sont
dirigés contre elle. Il pense qu'il faut la dissoudre si elle a commis des
actes arbitraires, mais l'entendre auparavant; et, comme son rapport
serait inévitablement de nature à exciter les passions, il demande qu'on
en renvoie l'audition et la discussion à un jour plus calme. C'est, selon
lui, le seul moyen de maintenir la dignité de l'assemblée et de prouver sa
liberté. Pour le moment, il importe avant tout de savoir qui a donné dans
Paris l'ordre de sonner le tocsin et de tirer le canon d'alarme; on ne
peut donc se dispenser de mander à la barre le commandant-général
provisoire. «Je vous répète, s'écria Vergniaud en finissant, que, quelle
que fût l'issue du combat qui s'engagerait aujourd'hui, il amènerait la
perte de la liberté; jurons donc de rester fermes à notre devoir, et de
mourir tous à notre poste plutôt que d'abandonner la chose publique!» On
se lève aussitôt avec des acclamations, et on prête le serment proposé par
Vergniaud. On dispute ensuite sur la proposition de mander le
commandant-général à la barre. Danton, sur lequel tousvles regards étaient
fixés dans cet instant, et à qui les girondins et les montagnards
semblaient demander s'il était l'auteur des mouvemens de la journée, se
présente à la tribune, et obtient aussitôt une profonde attention. «Ce
qu'il faut avant tout, dit-il, c'est de supprimer la commission des douze.
Ceci est bien autrement important que de mander à la barre le
commandant-général. C'est aux hommes doués de quelques vues politiques que
je m'adresse. Mander Henriot ne fera rien à l'état des choses, car il ne
faut pas s'adresser à l'instrument, mais à la cause des troubles. Or la
cause est cette commission des douze. Je ne prétends pas juger sa conduite
et ses actes; ce n'est pas comme ayant commis des arrestations arbitraires
que je l'attaque, c'est comme impolitique  que je vous demande de la
supprimer.--Impolitique! s'écrie-t-on à droite, nous ne comprenons pas
cela!--Vous ne le comprenez pas! reprend Danton; il faut donc vous
l'expliquer. Cette commission n'a été instituée que pour réprimer
l'énergie populaire; elle n'a été conçue que dans cet esprit de
_modérantisme_ qui  perdra la révolution et la France. Elle s'est attachée
à poursuivre des magistrats énergiques dont tout le tort était de
réveiller l'ardeur du peuple. Je n'examine pas encore si elle a dans ses
poursuites  obéi à des ressentimens personnels, mais elle a montré des
dispositions qu'aujourd'hui nous devons condamner. Vous-mêmes, sur le
rapport de votre ministre de l'intérieur, dont le caractère est si doux,
dont l'esprit est si impartial, si éclairé, vous avez élargi des hommes
que la commission des douze avait renfermés. Que faites-vous donc de la
commission elle-même, puisque vous annulez ses actes?... Le canon a tonné,
le peuple s'est soulevé, mais il faut remercier le peuple de son énergie,
dans l'intérêt de la cause même que nous défendons; et, si vous êtes des
_législateurs politiques_, vous applaudirez vous-mêmes à son ardeur, vous
réformerez vos propres erreurs, et vous abolirez votre commission. Je ne
m'adresse, répète encore Danton, qu'à ces hommes qui ont quelque
intelligence de notre situation, et non à ces êtres stupides qui, dans ces
grands mouvemens, ne savent écouter que leurs passions. N'hésitez donc pas
à satisfaire ce peuple....--Quel peuple? s'écrie-t-on à droite.--Ce
peuple, répond Danton, ce peuple immense qui est notre sentinelle avancée,
qui hait fortement la tyrannie et le lâche _modérantisme_ qui doit la
ramener. Hâtez-vous de le satisfaire, sauvez-le des aristocrates,
sauvez-le de sa propre colère; et si, lorsqu'il sera satisfait, des hommes
pervers, n'importe à quel parti ils appartiennent, voulaient prolonger un
mouvement devenu inutile, Paris lui-même les ferait rentrer dans le
néant.»

Rabaut Saint-Étienne veut justifier la commission des douze sous le
rapport politique, et s'attache à prouver que rien n'était plus politique
que de créer une commission pour découvrir les complots de Pitt et de
l'Autriche, qui paient tous les désordres de la France. «A bas!
s'écrie-t-on; ôtez la parole à Rabaut!--Non, s'écrie Bazire,
laissez-la-lui, c'est un menteur; je prouverai que sa commission a
organisé dans Paris la guerre civile.» Rabaut veut continuer; Marat
Demande qu'on introduise une députation de la commune. «Laissez-moi donc
achever, dit Rabaut.--La commune!--La commune! la commune! s'écrie-t-on
dans les tribunes et à la Montagne.--Je déclarerai, reprend Rabaut, que,
lorsque j'ai voulu dire la vérité, vous m'avez interrompu.--Eh bien!
concluez, lui dit-on.» Rabaut finit par demander que la commission soit
supprimée, si l'on veut, mais que le comité de salut public soit
immédiatement chargé de poursuivre toutes les recherches qu'elle avait
commencées.

La députation de la commune insurrectionnelle est introduite. «Un grand
complot a été formé, dit-elle, mais il est découvert. Le peuple qui s'est
soulevé au 14 juillet et au 10 août pour renverser la tyrannie, se lève de
nouveau pour arrêter la contre-révolution. Le conseil général nous envoie
pour vous faire connaître les mesures qu'il a prises. La première a été de
mettre les propriétés  sous la sauvegarde des républicains; la seconde de
donner quarante sous par jour aux républicains qui resteront en armes; la
troisième de former une commission qui corresponde avec la convention,
dans ce moment d'agitation. Le conseil général vous demande de fixer à
cette commission une salle voisine de la vôtre, où elle puisse siéger et
se concerter avec vous.»

A peine la députation a-t-elle cessé de parler, que Guadet se présente
pour répondre à ses demandes. Ce n'était pas celui des girondins dont la
vue était le plus propre à calmer les passions. «La commune, dit-il, en
prétendant qu'elle a découvert un complot, ne s'est trompée que d'un
mot, c'est qu'elle l'a exécuté.» Les cris des tribunes l'interrompent.
Vergniaud demande qu'elles soient évacuées. Un horrible tumulte s'élève,
et pendant longtemps on n'entend que des cris confus. Le président
Mallarmé répète en vain que, si la convention n'est pas respectée, il
usera de l'autorité que la loi lui donne. Guadet occupe toujours la
tribune, et parvient à peine à faire entendre une phrase, puis une autre,
dans les intervalles de ce grand désordre. Enfin il demande que la
Convention interrompe ses délibérations jusqu'à ce que sa liberté soit
assurée, et que la commission des douze soit chargée de poursuivre
sur-le-champ ceux qui ont sonné le tocsin et tiré le canon d'alarme. Une
telle proposition n'était pas faite pour apaiser le tumulte. Vergniaud
veut reparaître à la tribune pour ramener un peu de calme, mais une
nouvelle députation de la municipalité vient reproduire les réclamations
déjà faites. La convention pressée de nouveau ne peut plus résister, et
décrète que les ouvriers requis pour veiller au respect de l'ordre public
et des propriétés, recevront quarante sous par jour, et qu'une salle sera
donnée aux commissaires des autorités de Paris, pour se concerter avec le
comité de salut public.

Après ce décret, Couthon veut répondre à Guadet, et la journée déjà fort
avancée se consume en discussions sans résultat. Toute la population de
Paris, réunie sous les armes, continue de parcourir la ville avec le plus
grand ordre, et dans la même incertitude. La commune s'occupe à rédiger de
nouvelles adresses relatives à la commission des douze, et l'assemblée ne
cesse pas de s'agiter pour ou contre cette commission. Vergniaud, qui
venait de sortir un moment de la salle, et qui avait été témoin du
singulier spectacle de toute une population ne sachant quel parti prendre
et obéissant aveuglément à la première autorité qui s'en emparait, pense
qu'il faut profiter de ces dispositions, et il fait une motion qui a pour
but d'établir une distinction entre les agitateurs et le peuple parisien,
et de s'attacher celui-ci par un témoignage de confiance. «Je suis loin,
dit-il à l'assemblée, d'accuser la majorité ni la minorité des habitans de
Paris; ce jour servira à faire voir combien Paris aime la liberté. Il
suffit de parcourir  les rues, de voir l'ordre qui y règne, les nombreuses
patrouilles qui y circulent; il suffit de voir ce beau spectacle pour
décréter que «Paris a bien mérité de la patrie!» A ces mots, toute
l'assemblée se lève et déclare par acclamation que Paris a bien mérité de
la patrie. La Montagne et les tribunes applaudissent, surprises de voir
une telle proposition sortir de la bouche de Vergniaud. Cette motion était
fort adroite sans doute, mais ce n'était pas avec un témoignage flatteur
qu'on pouvait réveiller le zèle des sections, rallier celles qui
désapprouvaient la commune, et leur donner le courage et l'ensemble
nécessaires pour résister à l'insurrection.

Dans ce moment, la section du faubourg Saint-Antoine, excitée par les
émissaires qui étaient venus lui dire que la Butte-des-Moulins avait
arboré la cocarde blanche, descend dans l'intérieur de Paris avec ses
canons, et s'arrête à quelques pas du Palais-Royal, où la section de la
Butte-des-Moulins s'était retranchée. Celle-ci s'était mise en bataille
dans le jardin, avait fermé toutes les grilles, et se tenait prête, avec
ses canons, à soutenir un siège en cas d'attaque. Au dehors on continuait
à répandre le bruit qu'elle avait la cocarde et le drapeau blancs, et on
excitait la section du faubourg Saint-Antoine à l'attaquer. Cependant
quelques officiers de cette dernière représentent qu'avant d'en venir à
des extrémités, il faut s'assurer des faits et tâcher de s'entendre. Ils
se présentent aux grilles et demandent à parler aux officiers de la
Butte-des-Moulins. On les reçoit, et ils ne trouvent partout que les
couleurs nationales. Alors on s'explique, on s'embrasse de part et
d'autre. Les officiers retournent à leurs bataillons, et bientôt les deux
sections réunies se confondent et parcourent ensemble les rues de Paris.

Ainsi la soumission devenait de plus en plus générale, et on laissait la
nouvelle commune poursuivre ses débats avec la convention. Dans ce moment,
Barrère, toujours prêt à fournir les projets moyens, proposait au nom du
comité de salut public d'abolir la commission des douze, mais en même
temps de mettre la force armée à la disposition de la convention. Tandis
qu'il développe son projet, une nouvelle députation vient pour la
troisième fois exprimer ses dernières intentions à l'assemblée, au nom du
départemens, de la commune, et des commissaires des sections
extraordinairement réunis à l'Évêché.

Le procureur-syndic du départemens, l'Huillier, a la parole.
«Législateurs, dit-il, depuis longtemps la ville et le départemens de
Paris sont calomniés aux yeux de l'univers. Les mêmes hommes qui ont voulu
perdre Paris dans l'opinion  publique sont les fauteurs des massacres de
la Vendée; ce sont eux qui flattent et soutiennent les espérances de nos
ennemis; ce sont eux qui avilissent les autorités constituées, qui
cherchent à égarer le peuple pour avoir le droit de s'en plaindre; ce sont
eux qui vous dénoncent des complots imaginaires pour en créer de réels; ce
sont eux qui vous ont demandé le comité des douze pour opprimer la liberté
du peuple; ce sont eux enfin qui, par une fermentation criminelle, par des
adresses controuvées, par leur correspondance, entretiennent les haines et
les divisions dans votre sein, et privent la patrie du plus grand des
bienfaits, d'une bonne constitution  qu'elle a achetée par tant de
sacrifices.»

Après cette véhémente apostrophe, l'Huillier dénonce des projets de
fédéralisme, déclare que la ville de Paris veut périr pour le maintien de
l'unité républicaine; et demande justice des paroles fameuses d'Isnard,
_Paris sera rayé de la liste des cités_.

«Législateurs, s'écrie-t-il, le projet de détruire Paris serait-il bien
formé! voudriez-vous dissoudre ce dépôt sacré des arts et des
connaissances humaines!» Après ces lamentations affectées, il demande
vengeance contre Isnard, contre les douze, et contre _beaucoup d'autres
coupables_, tels que Brissot, Guadet, Vergniaud, Gensonné, Buzot,
Barbaroux, Roland, Lebrun, Clavière, etc.

Le côté droit garde le silence. Le côté gauche et les tribunes
applaudissent. Le président Grégoire répond à l'Huillier par des éloges
emphatiques de Paris, et invite la députation aux honneurs de la séance.
Les pétitionnaires qui la composaient étaient mêlés à une foule de gens du
peuple. Trop nombreux pour rester tous à la barre, ils vont se placer du
côté de la Montagne, qui les accueille avec empressement et leur ouvre ses
rangs. Alors une multitude inconnue se répand dans la salle, et se confond
avec l'assemblée. Les tribunes, à ce spectacle de _fraternité_ entre les
représentans et le peuple, retentissent d'applaudissemens. Osselin demande
aussitôt que la pétition soit imprimée, et qu'on délibère sur son contenu,
rédigé en projet par Barrère: «Président, s'écrie Vergniaud, consultez
l'assemblée pour savoir si elle veut délibérer dans l'état où elle se
trouve!--Aux voix le projet de Barrère! s'écrie-t-on à gauche.--Nous
protestons, s'écrie-t-on à droite, contre toute délibération.--La
convention n'est pas libre, dit Doulcet.---Eh bien, reprend Levasseur, que
les membres du côté gauche se portent vers la droite, et alors la
convention sera distincte des pétitionnaires, et pourra délibérer.» A
cette proposition, la Montagne s'empresse de passer à droite. Pour un
moment les deux côtés se confondent et les bancs de la Montagne sont
entièrement abandonnés aux pétitionnaires. On met aux voix l'impression de
l'adresse, et elle est décrétée. «Aux voix! répète-t-on ensuite, le projet
de Barrère!--Nous ne sommes pas libres, répondent plusieurs membres de
l'assemblée.--Je demande, s'écrie Vergniaud, que la convention aille se
réunir à la force armée qui l'entoure, pour y chercher protection contre
la violence qu'elle subit.» En achevant ces mots, il sort suivi d'un grand
nombre de ses collègues. La Montagne et les tribunes applaudissent avec
ironie au départ du côté droit; la Plaine reste indécise et effrayée. «Je
demande, dit aussitôt Chabot, qu'on fasse l'appel  nominal pour signaler
les absens qui désertent  leur poste.» Dans ce moment, Vergniaud et ceux
qui l'avaient suivi rentrent avec un air de douleur et comme tout-à-fait
accablés; car cette démarche, qui pouvait être grande, si elle eût été
secondée, devenait petite et ridicule en ne l'étant pas. Vergniaud essaie
de parler, mais Robespierre ne veut pas lui céder la tribune qu'il
occupait. Il y reste, et réclame des mesures promptes et énergiques pour
satisfaire le peuple; il demande qu'à la suppression de la commission des
douze on joigne des mesures sévères contre ses membres; il s'étend ensuite
longuement sur la rédaction du projet de Barrère, et s'oppose à l'article
qui attribuait la disposition de la force armée à la convention. «Concluez
donc, lui dit Vergniaud impatient.--Oui,  reprend Robespierre, je vais
conclure et contre vous! Contre vous, qui, après la révolution du 10 août,
avez voulu conduire à l'échafaud ceux qui l'ont faite! contre vous, qui
n'avez cessé de provoquer la destruction de Paris! contre vous, qui avez
voulu sauver le tyran! contre vous, qui avez conspiré avec Dumouriez! Ma
conclusion, c'est le décret d'accusation contre tous les complices de
Dumouriez, et contre ceux désignés par les pétitionnaires.»

Après de longs et nombreux applaudissemens, un décret est rédigé, mis aux
voix, et adopté au milieu d'un tumulte qui permet à peine de distinguer
s'il a réuni un nombre suffisant de suffrages. Il porte: que la commission
des douze est supprimée; que ses papiers seront saisis pour en être fait
le rapport sous trois jours; que la force armée est en réquisition
permanente; que les autorités constituées rendront compte à la convention
des moyens pris pour assurer la tranquillité publique; que les complots
dénoncés seront poursuivis, et qu'une proclamation sera faite pour donner
à la France une juste idée de cette journée, que les malveillans
chercheront sans doute à défigurer.

Il était dix heures du soir, et déjà les jacobins, la commune, se
plaignaient de ce que la journée s'écoulait sans produire de résultat. Ce
décret rendu, quoiqu'il ne décide encore rien quant à la personne des
girondins, est un premier succès dont on se réjouit, et dont on force la
convention opprimée à se réjouir aussi. La commune ordonne aussitôt
d'illuminer la ville entière; on fait une promenade civique aux flambeaux;
les sections marchent confondues, celle du faubourg Saint-Antoine avec
celles de la Butte-des-Moulins et du Mail. Des députés de la Montagne et
le président sont obligés d'assister à ce cortège, et les vainqueurs
forcent les vaincus eux-mêmes à célébrer leur victoire.

Le caractère de la journée était assez évident. Les insurgés avaient
prétendu faire toutes choses avec des formes. Ils ne voulaient point
dissoudre la convention, mais en obtenir ce qu'ils exigeaient, en
paraissant lui conserver leur respect. Les faibles membres de la Plaine se
prêtaient volontiers à ce mensonge, qui tendait à les faire regarder
encore comme libres, quoique en fait ils obéissent. On avait en effet
aboli la commission des douze, et renvoyé l'examen de sa conduite à trois
jours, afin de ne pas avoir l'air de céder. On n'avait pas attribué à la
convention la disposition de la force armée, mais on avait décidé qu'il
lui serait rendu compte des mesures prises, pour lui conserver ainsi les
apparences de la souveraineté. On ordonnait enfin une proclamation, pour
répéter officiellement que la convention n'avait pas peur, et qu'elle
était parfaitement libre.

Le lendemain, Barrère fut chargé de rédiger la proclamation, et il
travestit les événemens du 31 mai avec cette rare dextérité qui le faisait
toujours rechercher quand il s'agissait de fournir aux faibles un prétexte
honnête de céder aux forts. Des mesures trop rigoureuses avaient excité,
disait-il, du mécontentement; le peuple s'était levé avec énergie, mais
avec calme, s'était montré toute la journée couvert de ses armes, avait
proclamé le respect des propriétés, avait respecté la liberté de la
convention, la vie de chacun de ses membres, et demandé une justice qu'on
s'était empressé de lui rendre. C'est ainsi que Barrère s'exprimait à
l'égard de l'abolition de cette commission des douze, dont il était
lui-même l'auteur.

Le 1er juin, la tranquillité était loin d'être rétablie; la réunion à
l'Évêché continuait ses délibérations; le départemens, la commune,
toujours convoqués extraordinairement, étaient en séance; le bruit n'avait
pas cessé dans les sections; et de toutes part on disait qu'on n'avait
obtenu que la moitié de ce qu'on désirait, puisque les vingt-deux
siégeaient encore dans la convention. Le trouble régnait donc toujours
dans Paris, et on s'attendait à de nouvelles scènes pour le lendemain
dimanche, 2 juin.

Toute la force positive et matérielle se trouvait dans la réunion
insurrectionnelle de l'Évêché, et la force légale dans le comité de salut
public, revêtu de tous les pouvoirs extraordinaires de la convention. Une
salle avait été assignée dans la journée du 31 mai, pour que les autorités
constituées y vinssent correspondre avec le comité de salut public.
Pendant toute la journée du 1er juin, le comité de salut public ne cessa
de demander les membres de l'assemblée insurrectionnelle, pour savoir ce
que voulait encore cette commune révoltée. Ce qu'elle voulait était trop
évident: c'était ou l'arrestation ou la destitution des députés qui lui
avaient si courageusement résisté. Tous les membres du comité de salut
public étaient profondément affectés de ce projet. Delmas, Treilhard,
Bréard, s'en affligeaient sincèrement. Cambon, grand partisan, comme il le
disait toujours, _du pouvoir révolutionnaire_, mais scrupuleusement
attaché à la légalité, s'indignait de l'audace de la commune, et disait à
Bouchotte, successeur de Beurnonville, et comme Pache, complaisant des
jacobins: «Ministre de la guerre, nous ne sommes pas aveugles; je vois
très bien que des employés de vos bureaux sont parmi les chefs et les
meneurs  de tout ceci.» Barrère, malgré ses ménagemens accoutumés,
commençait aussi à s'indigner, et à le dire: «Il faudra voir, répétait-il,
dans cette triste journée, si c'est la commune de Paris qui représente la
république française, ou si c'est la convention.» Le jacobin Lacroix, ami
et lieutenant de Danton, paraissait embarrassé aux yeux de ses collègues
de l'attentat qui se préparait contre les lois et la représentation
nationale. Danton, qui s'était borné à approuver et à désirer fortement
l'abolition de la commission des douze, parce qu'il ne voulait rien de ce
qui arrêtait l'énergie populaire, Danton aurait souhaité qu'on respectât
la représentation nationale; mais il prévoyait de la part des girondins de
nouveaux éclats et une nouvelle résistance à la marche de la révolution,
et eût désiré trouver un moyen de les éloigner sans les proscrire. Garat
lui en offrit un, qu'il saisit avec empressement. Tous les ministres
étaient présens au comité; Garat s'y trouvait avec ses collègues.
Profondément affligé de la situation où se trouvaient, les uns à l'égard
des autres, les chefs de la révolution, il conçut une idée généreuse qui
aurait pu ramener la concorde. «Souvenez-vous, dit-il aux membres du
comité, et particulièrement à Danton, des querelles de Thémistocle et
d'Aristide, de l'obstination de l'un à refuser ce qui était proposé par
l'autre, et des dangers qu'ils firent courir à leur patrie. Souvenez-vous
de la générosité d'Aristide, qui, profondément pénétré des maux qu'ils
causaient tous deux à leur pays, eut la magnanimité de s'écrier: O
Athéniens, vous ne pouvez être tranquilles et heureux, que lorsque vous
nous aurez jetés, Thémistocle et moi, dans le Barathre! Eh bien! ajoute
Garat, que les chefs des deux côtés de l'assemblée se répètent les paroles
d'Aristide, et qu'ils s'exilent volontairement, et en nombre égal, de
l'assemblée. Dès ce jour les discordes se calmeront; il restera dans
l'assemblée assez de talens pour sauver la chose publique, et la patrie
bénira, dans leur magnifique ostracisme, ces hommes qui se seront annulés
pour la pacifier.» A cette idée généreuse, tous les membres du comité sont
émus. Delmas, Barrère, le chaud Cambon, sont enchantés de ce projet.
Danton, qui était ici le premier sacrifié, Danton se lève, les larmes aux
yeux, et dit à Garat: «Vous avez raison, je vais à la convention proposer
cette idée, et je m'offrirai à me rendre le premier en otage à Bordeaux.»
On se sépare tout pleins de ce noble projet, pour aller le communiquer aux
chefs des deux partis. On s'adresse particulièrement à Robespierre, à qui
une telle abnégation ne pouvait convenir, et qui répond que ce n'est là
qu'un piège tendu à la Montagne pour écarter ses plus courageux
défenseurs. De ce projet il ne reste plus alors qu'une seule partie
exécutable, c'est l'exil volontaire des girondins, les montagnards
Refusant de s'y soumettre eux-mêmes. C'est Barrère qui est chargé, au nom
du comité de salut public, de proposer aux uns un sacrifice que les autres
n'avaient pas la générosité d'accepter. Barrère rédige donc un projet pour
proposer aux vingt-deux et aux membres de la commission des douze de se
démettre volontairement de leurs fonctions.

Dans ce moment, le projet définitif de la seconde insurrection s'arrêtait
à l'assemblée de l'Évêché. On se plaignait, là, ainsi qu'aux Jacobins, de
ce que l'énergie de Danton s'était ralentie depuis l'abolition de la
commission des douze. Marat proposait d'aller exiger de la convention la
mise en accusation des vingt-deux, et conseillait de l'exiger par force.
On rédigeait même une pétition courte et énergique pour cet objet. On
arrêtait le plan de l'insurrection, non dans l'assemblée, mais dans le
comité d'exécution, chargé de ce qu'on appelait _les moyens de salut
public_, et composé des Varlet, des Dobsen, des Gusman, et de tous ces
hommes qui s'étaient constamment agités depuis le 21 janvier. Ce comité
décida de faire entourer la convention par la force armée, et de consigner
ses membres dans la salle, jusqu'à ce qu'elle eût rendu le décret exigé.
Pour cela, on devait faire rentrer dans Paris les bataillons destinés pour
la Vendée, qu'on avait eu soin de retenir, sous divers prétextes, dans les
casernes de Courbevoie. On croyait pouvoir obtenir de ces bataillons, et
de quelques autres dont on disposait, ce qu'on n'aurait peut-être pas
obtenu de la garde des sections. En entourant le Palais-National de ces
hommes dévoués, et en maintenant, comme au 31 mai, le reste de la force
armée dans la docilité et l'ignorance, on devait facilement venir à bout
de la résistance de la convention. C'est Henriot qui fut encore chargé de
commander les troupes autour du Palais-National.

C'était là ce qu'on s'était promis pour le lendemain dimanche 2 juin; mais
dans la soirée du samedi on voulait voir si une dernière démarche ne
suffirait pas, et essayer quelques nouvelles sommations. Dans cette
soirée, en effet, on fait battre la générale et sonner le tocsin, et le
comité de salut public s'empresse de convoquer la convention, pour siéger
au milieu de cette nouvelle tempête.

Dans ce moment, les girondins, réunis une dernière fois, dînaient
ensemble, pour se consulter sur ce qui leur restait à faire. Il était
évident à leurs yeux que l'insurrection actuelle ne pouvait plus avoir
pour objet, ni _des presses à briser_, comme avait dit Danton, ni une
commission à supprimer, et qu'il s'agissait définitivement de leurs
personnes. Les uns conseillaient de rester fermes à leur poste, et de
mourir sur la chaise curule, en défendant jusqu'au bout le caractère dont
ils étaient revêtus. Pétion, Buzot, Gensonné, penchaient pour cette grave
et magnanime résolution. Barbaroux, sans calculer les résultats, ne
suivant que les inspirations de son âme héroïque, voulait aller braver ses
ennemis par sa présence et son courage. D'autres enfin, et Louvet était le
plus ardent à soutenir cette dernière opinion, proposaient d'abandonner
sur-le-champ la convention, où ils n'avaient plus rien à faire d'utile, où
la Plaine n'avait plus assez de courage pour leur donner ses suffrages, et
où la Montagne et les tribunes étaient résolues à couvrir leurs voix par
des huées. Ils voulaient se retirer dans leurs départemens, fomenter
l'insurrection déjà presque déclarée, et revenir en force à Paris venger
les lois et la représentation nationale. Chacun soutenait son avis, et on
ne savait auquel s'arrêter. Le bruit du tocsin et de la générale oblige
les infortunés convives à quitter la table, et à chercher un asile avant
d'avoir pris une résolution. Ils se rendent alors chez l'un d'eux, moins
compromis que les autres, et non inscrit sur la fameuse liste des
vingt-deux, chez Meilhan, qui les avait déjà reçus, et qui habitait, rue
des Moulins, un logement vaste, où ils pouvaient se réunir en armes. Ils
s'y rendent en hâte, à part quelques-uns qui avaient d'autres moyens de se
mettre à couvert.

La convention s'était réunie au bruit du tocsin. Très peu de membres
étaient présens, et tous ceux du côté droit manquaient. Lanjuinais seul,
empressé de braver tous les dangers, s'y était rendu pour dénoncer le
complot, dont la révélation n'apprenait rien à personne. Après une séance
assez orageuse et assez courte, la convention répondit aux pétitionnaires
de l'Évêché, que, vu le décret qui enjoignait au comité de salut public de
lui faire un rapport sur les vingt-deux, elle n'avait pas à statuer sur la
nouvelle demande de la commune. On se sépara en désordre, et les conjurés
renvoyèrent au lendemain matin l'exécution définitive de leur projet.

La générale et le tocsin se firent entendre toute la nuit du samedi au
dimanche matin, 2 juin 1793. Le canon d'alarme gronda, et toute la
population de Paris fut en armes dès la pointe du jour. Près de
quatre-vingt mille hommes étaient rangés autour de la convention, mais
plus de soixante-quinze mille ne prenaient aucune part à l'événement, et
se contentaient d'y assister l'arme au bras. Quelques bataillons dévoués
de canonniers étaient rangés sous le commandement de Henriot, autour du
Palais-National. Ils avaient cent soixante-trois bouches à feu, des
caissons, des grils à rougir les boulets, des mèches allumées, et tout
l'appareil militaire capable d'imposer aux imaginations. Dès le matin on
avait fait rentrer dans Paris les bataillons dont le départ pour la Vendée
avait été retardé; on les avait irrités en leur persuadant qu'on venait de
découvrir des complots dont les chefs étaient dans la convention, et qu'il
fallait les en arracher. On assure qu'à ces raisons on ajouta des
assignats de cent sous. Ces bataillons, ainsi entraînés, marchèrent des
Champs-Elysées à la Madeleine, de la Madeleine au boulevard, et du
boulevard au Carrousel, prêts à exécuter tout ce que les conjurés
voudraient leur prescrire.

Ainsi la convention, serrée à peine par quelques forcenés, semblait
assiégée par quatre-vingt mille hommes. Mais quoiqu'elle ne fût réellement
pas assiégée, elle n'en courait pas moins de danger, car les quelques
mille hommes qui l'entouraient étaient disposés à se livrer contre elle
aux derniers excès.

Les députés de tous les côtés se trouvaient à la séance. La Montagne, la
Plaine, le côté droit, occupaient leurs bancs. Les députés proscrits,
réunis en grande partie chez Meilhan, où ils avaient passé la nuit,
voulaient se rendre aussi à leur poste. Buzot faisait des efforts pour se
détacher de ceux qui le retenaient, et aller expirer au sein de la
convention. Cependant on était parvenu à l'en empêcher. Barbaroux seul,
réussissant à s'échapper, vint à la convention pour déployer dans cette
journée un sublime courage. On engagea les autres à rester réunis dans
leur asile en attendant l'issue de cette séance terrible.

La séance de la convention commence, et Lanjuinais, résolu aux derniers
efforts pour faire respecter la représentation nationale, Lanjuinais, que
ni les tribunes, ni la Montagne, ni l'imminence du danger, ne peuvent
intimider, est le premier à demander la parole. A sa demande, les murmures
les plus violens retentissent. «Je viens, dit-il, vous occuper des moyens
d'arrêter les nouveaux mouvemens qui vous menacent!--A bas! à bas!
s'écrie-t-on, il veut amener la guerre civile.--Tant qu'il sera permis,
Reprend Lanjuinais, de faire entendre ici ma voix, je ne laisserai pas
avilir dans ma personne le caractère de représentant du peuple! Jusqu'ici,
vous n'avez rien fait, vous avez tout souffert; vous avez sanctionné tout
ce qu'on a exigé de vous. Une assemblée insurrectionnelle se réunit, elle
nomme un comité chargé de préparer la révolte, un commandant provisoire
chargé de commander les révoltés; et cette assemblée, ce comité, ce
commandant, vous souffrez tout cela!» Des cris épouvantables interrompent
à chaque instant les paroles de Lanjuinais; enfin la colère qu'il inspire
devient telle, que plusieurs députés de la Montagne, Drouet, Robespierre,
Lejeune, Julien, Legendre, se lèvent de leurs bancs, courent à la tribune,
et veulent l'en arracher. Lanjuinais résiste et s'y attache de toutes ses
forces. Le désordre est dans toutes les parties de l'assemblée, et les
hurlemens des tribunes achèvent de rendre cette scène la plus effrayante
qu'on eût encore vue. Le président se couvre et parvient à faire entendre
sa voix. «La scène qui vient d'avoir lieu, dit-il, est des plus
affligeantes. La liberté périra si vous continuez à vous conduire de même;
je vous rappelle à l'ordre, vous qui vous êtes ainsi portés à cette
tribune!» Un peu de calme se rétablit, et Lanjuinais, qui ne craignait
pas les propositions chimériques, quand elles étaient courageuses, demande
qu'on casse les autorités révolutionnaires de Paris, c'est-à-dire que ceux
qui sont désarmés sévissent contre ceux qui sont en armes. A peine a-t-il
achevé, que les pétitionnaires de la commune se présentent de nouveau.
Leur langage est plus bref et plus énergique que jamais. _Les citoyens de
Paris n'ont point quitté les armes depuis quatre jours. Depuis quatre
jours, ils réclament auprès de leurs mandataires leurs droits indignement
violés, et depuis quatre jours leurs mandataires se rient de leur calme et
de leur inaction.... Il faut qu'on mette les conspirateurs en état
d'arrestation provisoire, il faut qu'on sauve le peuple sur-le-champ, ou
il _va se sauver lui-même!_ A peine les pétitionnaires ont-ils achevé de
parler que Billaud-Varennes et Tallien demandent le rapport sur cette
pétition, séance tenante et sans désemparer. D'autres en grand nombre
demandent l'ordre du jour. Enfin, au milieu du tumulte, l'assemblée,
animée par le danger, se lève, et vote l'ordre du jour, sur le motif qu'un
rapport a été ordonné au comité de salut public sous trois jours. A cette
décision, les pétitionnaires sortent en poussant des cris, en faisant des
menaces, et en laissant apercevoir des armes cachées. Tous les hommes qui
étaient dans les tribunes se retirent comme pour aller exécuter un projet,
et il n'y reste que les femmes. Un grand bruit se fait au dehors, et on
entend crier _aux armes! aux armes!_ Dans ce moment plusieurs députés
veulent représenter à l'assemblée que la détermination qu'elle a prise est
imprudente, qu'il faut terminer une crise dangereuse, en accordant ce qui
est demandé, et en mettant en arrestation provisoire les vingt-deux
députés accusés. «Nous irons tous, tous en prison,» s'écrie
Larevellière-Lépaux. Cambon annonce alors que, dans une demi-heure, le
comité de salut public fera son rapport. Le rapport était ordonné sous
trois jours, mais le danger, toujours plus pressant, avait engagé les
comités à se hâter. Barrère se présente en effet à la tribune, et propose
l'idée de Garat, qui la veille avait ému tous les membres du comité, que
Danton avait embrassée avec chaleur, que Robespierre avait repoussée, et
qui consistait en un exil volontaire et réciproque des chefs des deux
partis. Barrère, ne pouvant pas la proposer aux montagnards, la propose
aux vingt-deux. «Le comité, dit-il, n'a eu le temps d'éclaircir aucun
fait, d'entendre aucun témoin; mais, vu l'état politique et moral de la
convention, il croit que la suspension volontaire des députés désignés
produirait le plus heureux effet, et sauverait la république d'une crise
funeste, dont l'issue est effrayante à prévoir.»

A peine a-t-il achevé de parler, qu'Isnard se rend le premier à la
tribune, et dit que, dès qu'on mettra en balance un homme et la patrie, il
n'hésitera jamais, et que non seulement il renonce à ses fonctions, mais à
la vie, s'il le faut. Lanthenas imite l'exemple d'Isnard, et abdique ses
fonctions. Fauchet offre sa démission et sa vie à la république.
Lanjuinais, qui ne pensait pas qu'il fallût céder, se présente à la
tribune, et dit: «Je crois que jusqu'à ce moment j'ai montré assez
d'énergie pour que vous n'attendiez de moi ni suspension, ni
démission....» A ces mots des cris éclatent dans l'assemblée. Il promène
un regard assuré sur ceux qui l'interrompent. «Le sacrificateur,
s'écrie-t-il, qui traînait jadis une victime à l'autel la couvrait de
fleurs et de bandelettes, et ne l'insultait pas.... On veut le sacrifice
de nos pouvoirs, mais les sacrifices doivent être libres, et nous ne le
sommes pas! On ne peut ni sortir d'ici, ni se mettre aux fenêtres; les
canons sont braqués, on ne peut émettre aucun voeu, et je me tais.»
Barbaroux succède à Lanjuinais, et refuse avec autant de courage la
démission qu'on lui demande. «Si la convention, dit-il, ordonne ma
démission, je me soumettrai; mais comment puis-je me démettre de mes
pouvoirs, lorsqu'une foule de départemens m'écrivent et m'assurent que
j'en ai bien usé, et m'engagent à en user encore? J'ai juré de mourir à
mon poste, et je tiendrai mon serment.» Dusaulx offre sa démission. «Quoi!
s'écrie Marat, doit-on donner à des coupables l'honneur du dévouement? Il
faut être pur pour offrir des sacrifices à la patrie; c'est à moi, vrai
martyr, à me dévouer; j'offre donc ma suspension du moment que vous aurez
ordonné la mise en arrestation des députés accusés. Mais, ajoute Marat, la
liste est mal faite; au lieu du vieux radoteur Dusaulx, du pauvre d'esprit
Lanthenas, et de Ducos, coupable seulement de quelques opinions erronées,
il faut y placer Fermont et Valazé, qui méritent d'y être et qui n'y sont
pas.»

Dans le moment, un grand bruit se fait entendre aux portes de la salle.
Lacroix entre tout agité, et poussant des cris; il dit lui-même qu'on
n'est plus libre, qu'il a voulu sortir de la salle, et qu'il ne l'a pu.
Quoique montagnard et partisan de l'arrestation des vingt-deux, Lacroix
était indigné de l'attentat de la commune, qui faisait consigner les
députés dans le Palais-National.

Depuis le refus de statuer sur la pétition de la commune, la consigne
avait été donnée, à toutes les portes, de ne plus laisser sortir un seul
député. Plusieurs avaient vainement essayé de s'évader; Gorsas seul était
parvenu à s'échapper, et il était allé engager les girondins, restés chez
Meilhan, à se cacher où ils pourraient, et à ne pas se rendre à
l'assemblée. Tous ceux qui essayèrent de sortir furent forcément retenus.
Boissy-d'Anglas se présente à une porte, reçoit les plus mauvais
traitemens, et rentre en montrant ses vêtemens déchirés. A cette vue,
toute l'assemblée s'indigne, et la Montagne elle-même s'étonne. On mande
les auteurs de cette consigne, et on rend un décret illusoire qui appelle
à la barre le commandant de la force armée.

Barrère prenant alors la parole, et s'exprimant avec une énergie qui ne
lui était pas ordinaire, dit que l'assemblée n'est pas libre, qu'elle
délibère sous l'empire de tyrans cachés, que dans le comité
insurrectionnel se trouvent des hommes dont on ne peut pas répondre, des
étrangers suspects, tels que l'Espagnol Gusman et autres; qu'à la porte
de la salle on distribue des assignats de cinq livres aux bataillons
destinés pour la Vendée, et qu'il faut s'assurer si la convention est
respectée encore ou ne l'est plus. En conséquence, il propose à
l'assemblée de se rendre tout entière au milieu de la force armée, pour
s'assurer qu'elle n'a rien à craindre, et que son autorité est encore
reconnue. Cette proposition, déjà faite par Garat le 25 mai, renouvelée
par Vergniaud le 31, est aussitôt adoptée. Hérault-Séchelles, dont on se
servait dans toutes les occasions difficiles, est mis à la tête de
l'assemblée comme président, et tout le côté droit et la Plaine se lèvent
pour le suivre. La Montagne seule reste à sa place. Alors les derniers
députés de la droite reviennent, et lui reprochent de ne pas partager le
danger commun. Les tribunes au contraire engagent avec des signes les
montagnards à rester sur leurs bancs, comme si un grand péril les menaçait
au dehors. Cependant les montagnards cèdent par un sentiment de pudeur, et
toute la convention, ayant à sa tête Hérault-Séchelles, se présente dans
les cours du Palais-National, et du côté du Carrousel. Les sentinelles
s'écartent et laissent passer l'assemblée. Elle arrive en présence des
canonniers, à la tête desquels se trouvait Henriot. Le président lui
signifie d'ouvrir passage à l'assemblée. «Vous ne sortirez pas, leur dit
Henriot, que vous n'ayez livré les vingt-deux.--Saisissez ce rebelle,» dit
le président aux soldats. Alors Henriot faisant reculer son cheval, et
s'adressant à ses canonniers, leur dit: «Canonniers, à vos pièces!»
Quelqu'un aussitôt saisit fortement Hérault-Séchelles par le bras, et le
ramène d'un autre côté. On se rend dans le jardin pour renouveler la même
expérience. Quelques groupes criaient _vive la nation!_ d'autres _vive la
convention! vive Marat! à bas le côté droit!_ Hors du jardin, des
bataillons, autrement disposés que ceux qui entouraient le Carrousel,
faisaient signe aux députés de venir les joindre. La convention, pour s'y
rendre, s'avance vers le Pont-Tournant, mais là elle trouve un nouveau
bataillon qui lui ferme la sortie du jardin. Dans ce moment, Marat,
entouré de quelques enfans qui criaient _vive Marat!_ s'approche du
président, et lui dit: «Je somme les députés qui ont abandonné leur poste
d'y retourner.»

L'assemblée en effet, dont ces épreuves répétées ne faisaient que
prolonger l'humiliation, rentre dans la salle de ses séances, et chacun
reprend sa place. Couthon monte alors à la tribune. «Vous voyez bien,
dit-il avec une assurance qui confond l'assemblée, que vous êtes
respectés, obéis par le peuple; vous voyez que vous êtes libres, et que
vous pouvez voter sur la question qui vous est soumise; hâtez-vous donc de
satisfaire aux voeux du peuple.» Legendre propose de retrancher de la
liste des vingt-deux ceux qui ont offert leur démission, et d'excepter de
la liste des douze Boyer-Fonfrède et Saint-Martin, qui se sont opposés aux
arrestations arbitraires; il propose de les remplacer par Lebrun et
Clavière. Marat insiste pour qu'on raie de la liste Lanthenas, Ducos et
Dusaulx, et qu'on y ajoute Fermont et Valazé. Ces propositions sont
adoptées; et on est prêt à passer aux voix. La Plaine intimidée commençait
à dire qu'après tout les députés mis en arrestation chez eux ne seraient
pas tant à plaindre, et qu'il fallait mettre fin à cette scène terrible.
Le côté droit demande l'appel nominal pour faire honte aux membres du
_ventre_ de leur faiblesse; mais l'un d'eux fournit à ses collègues un
moyen honnête pour sortir de cette situation difficile. Il ne vote pas,
dit-il, parce qu'il n'est pas libre. A son exemple, les autres refusent de
voter. Alors la Montagne seule, et quelques autres membres, décrètent la
mise en arrestation des députés dénoncés par la commune.

Tel fut le célèbre événement du 2 juin, plus connu sous le nom du 31 mai.
Ce fut contre la représentation nationale un vrai 10 août; car, les
députés une fois en arrestation chez eux, il ne restait plus qu'à les
faire monter sur l'échafaud, et c'était peu difficile. Ici finit une ère
principale de la révolution, qui a servi de préparation à la plus terrible
et à la plus grande de toutes, et dont il faut se rappeler l'ensemble pour
la bien apprécier. Au 10 août, la révolution, ne contenant plus ses
défiances, attaque le palais du monarque, pour se délivrer de craintes
insupportables. La première idée qu'on a, c'est de suspendre Louis XVI,
et d'ajourner son sort à la réunion de la prochaine convention nationale.
Le monarque suspendu, et le pouvoir restant aux mains des différentes
autorités populaires, naît la question de savoir comment on usera de ce
pouvoir. Alors les divisions qui s'étaient déjà prononcées entre les
partisans de la modération et ceux d'une énergie inexorable, éclatent sans
ménagement: la commune, composée de tous les hommes ardens, attaque la
législative et l'insulte en la menaçant du tocsin. Dans ce moment, la
coalition, ranimée par le 10 août, se presse d'avancer; le danger
augmente, provoque de plus en plus la violence, décrie la modération, et
poussé les passions aux plus grands excès. Longwy, Verdun tombent au
pouvoir de l'ennemi. En voyant approcher Brunswick, on devance les
cruautés qu'il annonce dans ses manifestes, et on frappe de terreur ses
partisans cachés, par les épouvantables journées de septembre. Bientôt,
sauvée par le beau sang-froid de Dumouriez, la France a le temps de
s'agiter encore pour cette grande question de l'usage modéré ou
impitoyable du pouvoir. Septembre devient un pénible sujet de reproches:
les modérés s'indignent; les violens veulent qu'on se taise sur des maux
qu'ils disent inévitables et irréparables. De cruelles personnalités
ajoutent les haines individuelles aux haines d'opinion; la discorde est
excitée au plus haut point. Alors arrive le moment de statuer sur le sort
de Louis XVI. On fait sur sa personne l'application des deux systèmes;
celui de la modération est vaincu, celui de la violence l'emporte; et, en
immolant le roi, la révolution rompt définitivement avec la royauté et
avec tous les trônes.

La coalition, ranimée encore par le 21 janvier, comme elle l'avait été
déjà par le 10 août, réagit de nouveau et nous fait essuyer des revers.
Dumouriez, arrêté dans ses progrès par des circonstances contraires et par
le désordre de toutes les administrations, s'irrite contre les jacobins
auxquels il impute ses revers, sort alors de son indifférence politique,
se prononce tout à coup pour la modération, la compromet en employant pour
elle son épée et l'étranger, et échoue enfin contre la révolution, après
avoir mis la république dans le plus grand péril. Dans ce même moment la
Vendée se lève; les départemens, tous modérés, deviennent menaçans; jamais
le danger ne fut plus grand pour la révolution. Des revers, des trahisons,
fournissent aux jacobins un prétexte pour calomnier les républicains
modérés, et un motif pour demander la dictature judiciaire et exécutive.
Ils proposent un essai de tribunal révolutionnaire et de comité de salut
public. Vive dispute à ce sujet. Les deux partis en viennent, sur ces
questions, aux dernières extrémités; ils ne peuvent plus demeurer en
présence. Au 10 mars, les jacobins tentent de frapper les chefs des
girondins, mais leur tentative, trop prématurée, échoue. Alors ils se
préparent mieux; ils provoquent des pétitions, soulèvent des sections et
s'insurgent légalement. Les girondins résistent en instituant une
commission chargée de poursuivre les complots de leurs adversaires; cette
commission agit contre les jacobins, les soulève et est emportée dans un
orage. Replacée le lendemain, elle est emportée de nouveau dans l'horrible
tempête du 31 mai. Enfin, le 2 juin, ses membres et les députés qu'elle
devait défendre, sont enlevés du sein de la représentation nationale, et,
comme Louis XVI, la décision de leur sort est ajournée à une époque où la
violence sera suffisante pour les conduire à l'échafaud.

Tel est donc l'espace que nous avons parcouru depuis le 10 août jusqu'au
31 mai. C'est une longue lutte entre les deux systèmes sur l'emploi des
moyens. Le danger toujours croissant a rendu la dispute toujours plus
vive, plus envenimée, et la généreuse députation de la Gironde, épuisée
Pour avoir voulu sauver septembre, pour avoir voulu empêcher le 21
janvier, le tribunal révolutionnaire et le comité de salut public, expire
lorsque le danger plus grand a rendu la violence plus urgente et la
modération moins admissible. Maintenant, toute légalité étant vaincue,
toute réclamation étouffée avec la suspension des girondins, et le péril
devenant plus effrayant que jamais par l'insurrection même qui s'efforcera
de venger la Gironde, la violence va se déployer sans obstacle et sans
mesure, et la terrible dictature du tribunal révolutionnaire et du comité
de salut public va se compléter. Ici commencent des scènes plus grandes et
plus horribles cent fois que toutes celles qui ont indigné les girondins.
Pour eux leur histoire est finie; il ne reste plus à y ajouter que le
récit de leur mort héroïque. Leur opposition a été dangereuse,
leur indignation impolitique, ils ont compromis la révolution, la liberté
et la France; ils ont compromis même la modération en la défendant avec
aigreur, et en mourant ils ont entraîné dans leur chute tout ce qu'il y
avait de plus généreux et de plus éclairé en France. Cependant, qui ne
voudrait avoir rempli leur rôle? qui ne voudrait avoir commis leurs
fautes? Est-il possible, en effet, de laisser couler le sang sans
résistance et sans indignation?



CHAPITRE X.


PROJETS DES JACOBINS APRÈS LE 31 MAI.--RENOUVELLEMENT DES COMITÉS ET DU
MINISTÈRE.--DISPOSITIONS DES DÉPARTEMENS APRÈS LE 31 MAI. LES GIRONDINS
PROSCRITS VONT LES SOULEVER CONTRE LA CONVENTION,--DÉCRETS DE LA
CONVENTION CONTRE LES DÉPARTEMENS INSURGÉS.--ASSEMBLÉES ET ARMÉES
INSURRECTIONNELLES EN BRETAGNE ET EN NORMANDIE.--ÉVÉNEMENS MILITAIRES SUR
LE RHIN ET AU NORD.--ENVAHISSEMENT DES FRONTIÈRES DE L'EST PAR LES
COALISÉS; RETRAITE DE CUSTINE.--SIÈGE DE MAYENCE PAR LES PRUSSIENS.
--ÉCHECS DE L'ARMÉE DES ALPES. SITUATION DE L'ARMÉE DES PYRÉNÉES.--LES
VENDÉENS S'EMPARENT DE FONTENAY ET DE SAUMUR.--DANGERS IMMINENS DE LA
RÉPUBLIQUE A L'INTÉRIEUR ET A L'EXTÉRIEUR.--TRAVAUX ADMINISTRATIFS DE LA
CONVENTION; CONSTITUTION DE 1793.--ÉCHECS DES INSURGÉS FÉDÉRALISTES A
ÉVREUX.--DÉFAITE DES VENDÉENS DEVANT NANTES.--VICTOIRE CONTRE LES
ESPAGNOLS DANS LE ROUSSILLON.--MARAT EST ASSASSINÉ PAR CHARLOTTE CORDAY;
HONNEURS FUNÈBRES RENDUS A SA MÉMOIRE; JUGEMENT ET EXÉCUTION DE CHARLOTTE
CORDAY.


Le décret rendu le 2 juin contre les vingt-deux députés du côté droit, et
contre les membres de la commission des _douze_, portait qu'ils seraient
détenus chez eux, et gardés à vue par des gendarmes. Quelques-uns se
soumirent volontairement à ce décret, et se constituèrent en état
d'arrestation, pour faire preuve d'obéissance à la loi, et pour provoquer
un jugement qui démontrât leur innocence. Gensonné, Valazé, pouvaient très
facilement se soustraire à la surveillance de leurs gardiens, mais ils se
refusèrent constamment à chercher leur salut dans la fuite. Ils restèrent
prisonniers avec leurs collègues Guadet, Pétion, Vergniaud, Biroteau,
Gardien, Boileau, Bertrand, Mollevaut et Gommaire. Quelques autres, ne
croyant devoir aucune obéissance à une loi arrachée par la force, et
n'espérant aucune justice, s'éloignèrent de Paris, ou s'y cachèrent en
attendant de pouvoir en sortir. Leur projet était de se rendre dans les
départemens, pour exciter un soulèvement contre la capitale. Ceux qui
prirent cette résolution étaient Brissot, Gorsas, Salles, Louvet, Chambon,
Buzot, Lydon, Rabaut Saint-Étienne, Lasource, Grangeneuve, Lesage, Vigée,
Larivière et Bergoing. Les deux ministres Lebrun et Clavière, destitués
immédiatement après le 2 juin, furent frappés d'un mandat d'arrêt par la
commune. Lebrun parvint à s'y soustraire. La même mesure fut prise contre
Roland, qui, démissionnaire depuis le 21 janvier, demandait en vain à
rendre ses comptes. Il échappa aux recherches de la commune, et alla se
cacher à Rouen. Madame Roland, poursuivie aussi, ne songea qu'à favoriser
l'évasion de son mari; remettant ensuite sa fille aux mains d'un ami sûr,
elle se livra avec une noble indifférence au comité de sa section, et fut
jetée dans les prisons avec une multitude d'autres victimes du 31 mai.

La joie était grande aux Jacobins. On s'y félicitait de l'énergie du
peuple, de sa belle conduite dans les dernières journées, et du
renversement de tous les obstacles que le côté droit n'avait cessé
d'opposer à la marche de la révolution. On convint en même temps, comme
c'était l'usage après tous les grands événements, de la manière dont on
présenterait la dernière insurrection. «Le peuple, dit Robespierre, a
confondu tous ses calomniateurs par sa conduite. Quatre-vingt mille hommes
ont été debout pendant près d'une semaine, sans qu'une propriété ait été
violée, sans qu'une goutte de sang ait été répandue, et ils ont fait voir
par là si leur but était, comme on le disait, de profiter du désordre pour
se livrer au meurtre et au pillage. Leur insurrection a été spontanée,
parce qu'elle était l'effet de la conviction générale; et la Montagne
elle-même, faible, étonnée en voyant ce mouvement, a prouvé qu'elle
n'avait pas concouru à le produire. Ainsi cette insurrection a été _toute
morale_ et toute populaire.»

C'était là tout à la fois donner une couleur favorable à l'insurrection,
adresser une censure indirecte à la Montagne, qui avait montré quelque
hésitation le 2 juin, repousser le reproche de conspiration adressé aux
meneurs du côté gauche, et flatter agréablement le parti populaire qui
avait tout fait, et si bien, par lui-même. Après cette interprétation,
reçue avec acclamation par les jacobins, et depuis répétée par tous les
échos du parti victorieux, on se hâta de demander compte à Marat d'un mot
qui faisait beaucoup de bruit. Marat, qui ne trouvait jamais qu'un moyen
de terminer les hésitations révolutionnaires, la dictature, Marat, voyant
qu'on tergiversait encore le 2 juin, avait répété, ce jour-là comme tous
les autres: _Il nous faut un chef_. Sommé d'expliquer ce propos, il le
justifia à sa manière, et les jacobins s'en contentèrent bien vite,
satisfaits d'avoir prouvé leurs scrupules et la sévérité de leurs
principes républicains. On présenta aussi quelques observations sur la
tiédeur de Danton, qui semblait s'être amolli depuis la suppression de la
commission des douze, et dont l'énergie, soutenue jusqu'au 31 mai, n'était
pas allée jusqu'au 2 juin. Danton était absent; Camille Desmoulins, son
ami, le défendit chaudement, et on se hâta de mettre fin à cette
explication, par ménagement pour un personnage aussi important, et pour
éviter des discussions trop délicates; car, bien que l'insurrection fût
consommée, elle était loin d'être universellement approuvée dans le parti
victorieux.

On savait en effet que le comité de salut public, et beaucoup de
montagnards, avaient vu avec effroi ce coup d'état populaire. La chose
faite, il fallait en profiter, sans la remettre en discussion. On s'occupa
donc aussitôt d'user promptement et utilement de la victoire.

Il y avait pour cela différentes mesures à prendre. Renouveler les comités
où s'étaient placés tous les partisans du côté droit, s'emparer par les
comités de la direction des affaires, changer les ministres, surveiller la
correspondance, arrêter à la poste les écrits dangereux, ne laisser
arriver dans les provinces que les écrits reconnus utiles (car, disait
Robespierre, la liberté de la presse doit être entière, sans doute, mais
ne pas être employée à perdre la liberté), former sur-le-champ l'armée
révolutionnaire dont l'institution avait été décrétée, et dont
l'intervention était indispensable pour faire exécuter à l'intérieur les
décrets de la convention, effectuer l'emprunt forcé d'un milliard sur les
riches: tels furent les moyens proposés et adoptés unanimement par les
jacobins. Mais une mesure dernière fut jugée plus nécessaire encore que
toutes les autres, c'était la rédaction, sous huit jours, de la
constitution républicaine. Il importait de prouver que l'opposition des
girondins avait seule empêché l'accomplissement de cette grande tâche, de
rassurer la France par de bonnes lois, et de lui présenter un pacte
d'union autour duquel elle pût se rallier tout entière. Tel fut le voeu
émis à la fois par les jacobins, les cordeliers, les sections et la
commune.

La convention, docile à ce voeu irrésistible et répété sous tant de
formes, renouvela tous ses comités de sûreté générale, des finances, de la
guerre, de législation, etc. Le comité de salut public, déjà chargé de
trop d'affaires et qui n'était point encore assez suspect pour qu'on osât
en destituer brusquement tous les membres, fut seul maintenu. Lebrun fut
remplacé aux relations extérieures par Deforgues, et Clavière aux finances
par Destournelles. On regarda comme non avenu le projet de constitution
présenté par Condorcet, d'après les vues des girondins; le comité de salut
public dut en présenter un autre sous huit jours. On lui adjoignit cinq
membres pour ce travail. Enfin il reçut ordre de préparer un mode
d'exécution pour l'emprunt forcé, et un projet d'organisation pour l'armée
révolutionnaire.

Les séances de la convention avaient un aspect tout nouveau depuis le 31
mai. Elles étaient silencieuses, et presque tous les décrets étaient
adoptés sans discussion. Le côté droit et une partie du centre ne votaient
plus; ils semblaient protester par leur silence contre toutes les
décisions prises depuis le 2 juin, et attendre les nouvelles des
départemens. Marat avait cru devoir par justice se suspendre lui-même,
jusqu'à ce que ses adversaires les girondins fussent jugés. En attendant,
il renonçait, disait-il, à ses fonctions, et se bornait à éclairer la
convention dans sa feuille. Les deux députés Doulcet et Fonfrède de
Bordeaux rompirent seuls le silence de l'assemblée. Doulcet dénonça le
comité d'insurrection, qui n'avait pas cessé de se réunir à l'Évêché, et
qui, arrêtant les paquets à la poste, les décachetait, et les renvoyait
décachetés à leur adresse, avec son timbre, portant ces mots: _Révolution
du 31 mai_. La convention passa à l'ordre du jour. Fonfrède, membre de la
commission des douze, mais excepté du décret d'arrestation, parce qu'il
s'était opposé aux mesures de cette commission, Fonfrède monta à la
tribune, et demanda l'exécution du décret qui ordonnait sous trois jours
le rapport sur les détenus. Cette réclamation excita quelque tumulte. «Il
faut, dit Fonfrède, prouver au plus tôt l'innocence de nos collègues. Je
ne suis resté ici que pour les défendre, et je vous déclare qu'une force
armée s'avance de Bordeaux pour venger les attentats commis contre eux.»
De grands cris s'élevèrent à ces paroles, l'ordre du jour repoussa la
proposition de Fonfrède, et on retomba aussitôt dans un silence profond.
Ce sont, dirent les jacobins, _les derniers cris des crapauds du marais_.

La menace faite par Fonfrède du haut de la tribune n'était point vaine, et
non seulement les Bordelais, mais les habitans de presque tous les
départemens étaient prêts à prendre les armes contre la convention. Leur
mécontentement datait de plus loin que le 2 juin; il avait commencé avec
les querelles entre les montagnards et les girondins. On doit se souvenir
que, dans toute la France, les municipalités et les sections étaient
divisées. Les partisans du système montagnard occupaient les municipalités
et les clubs; les républicains modérés, qui, au milieu des crises de la
révolution, voulaient conserver l'équité ordinaire, s'étaient tous
retirés, au contraire, dans les sections. Déjà la rupture avait éclaté
dans plusieurs villes. A Marseille, les sections avaient dépouillé la
municipalité de ses pouvoirs, pour les transporter à un _comité central_;
elles avaient en outre institué de leur chef un tribunal populaire pour
juger les patriotes accusés d'excès révolutionnaires. Les commissaires
Bayle et Boisset cassèrent en vain ce comité et ce tribunal; leur autorité
fut toujours méconnue, et les sections étaient restées en insurrection
permanente contre la révolution. A Lyon, il y avait eu un combat sanglant.
Il s'agissait de savoir si un arrêté municipal, portant l'institution
d'une armée révolutionnaire et d'une taxe de guerre sur les riches, serait
exécuté. Les sections qui s'y refusaient s'étaient déclarées en
permanence: la municipalité avait voulu les dissoudre; mais, aidées du
directoire de départemens, elles avaient résisté. Le 29 mai, on en était
venu aux mains, malgré la présence des deux commissaires de la convention,
qui firent de vains efforts pour empêcher le combat. Les sections
victorieuses, après avoir pris d'assaut l'arsenal et l'hôtel-de-ville,
avaient destitué la municipalité, fermé le club jacobin, où Chalier
excitait les plus grands orages, et s'étaient emparées de la souveraineté
de Lyon. Il y avait eu quelques centaines de morts dans ce combat. Les
représentans Nioche et Gauthier restèrent détenus tout un jour; délivrés
ensuite, ils se retirèrent auprès de leurs collègues Albite et
Dubois-Crancé, qui, comme eux, avaient une mission pour l'armée des Alpes.

Telle était la situation de Lyon et du Midi dans les derniers jours de
mai. Bordeaux n'offrait pas un aspect plus rassurant. Cette ville, avec
toutes celles de l'Ouest, de la Bretagne et de la Normandie, attendait
pour agir que les menaces, si long-temps répétées contre les députés des
provinces, fussent réalisées. C'est dans ces dispositions que les
départemens apprirent les événemens de la fin de mai. La journée du 27, où
la commission des douze avait été supprimée une première fois, causa déjà
beaucoup d'irritation, et de toutes parts il fut question de prendre des
arrêtés improbateurs de ce qui se passait à Paris. Mais le 31 mai, le 2
juin, mirent le comble à l'indignation. La renommée, qui grossit toute
chose, exagéra les faits. On répandit que trente-deux députés avaient été
massacrés par la commune; que les caisses publiques étaient livrées au
pillage; que les brigands de Paris s'étaient emparés du pouvoir, et
allaient le transmettre ou à l'étranger, ou à Marat, ou à d'Orléans. On
s'assembla pour faire des pétitions, et pour se disposer à prendre les
armes contre la capitale. Dans ce moment les députés fugitifs vinrent
rapporter eux-mêmes ce qui s'était passé, et donner plus de consistance
aux mouvemens qui éclataient de toutes parts.

Outre ceux qui s'étaient déjà évadés, plusieurs échappèrent encore aux
gendarmes; d'autres même quittèrent l'assemblée pour aller fomenter
l'insurrection. Gensonné, Valazé, Vergniaud, s'obstinèrent à demeurer,
disant que, s'il était bon qu'une partie d'entre eux allât réveiller le
zèle des départemens, il était utile aussi que les autres restassent en
otages dans les mains de leurs ennemis, pour y faire éclater par un
procès, et au péril de leur tête, l'innocence de tous. Buzot, qui n'avait
jamais voulu se soumettre au décret du 2 juin, se transporta dans son
départemens de l'Eure pour y exciter un mouvement parmi les Normands;
Gorsas l'y suivit dans la même intention. Brissot se rendit à Moulins.
Meilhan, qui n'était point arrêté, mais qui avait donné asile à ses
collègues dans les nuits du 31 mai au 2 juin; Duchâtel, que les
montagnards appelaient le revenant du 21 janvier, parce qu'il était sorti
de son lit pour voter en faveur de Louis XVI, quittèrent la convention
pour aller remuer la Bretagne. Biroteau échappa aux gendarmes, et alla
avec Chasset diriger les mouvemens des Lyonnais. Rebecqui, devançant
Barbaroux, qui était encore retenu, se rendit dans les Bouches-du-Rhône.
Rabaut Saint-Étienne accourut à Nîmes, pour faire concourir le Languedoc
au mouvement général contre les oppresseurs de la convention.

Dès le 13 juin, le départemens de l'Eure s'assembla et donna le premier le
signal de l'insurrection. La convention, disait-il, n'étant plus libre, et
le devoir de tous les citoyens étant de lui rendre la liberté, il arrêtait
qu'une force de quatre mille hommes serait levée pour marcher sur Paris,
et que des commissaires envoyés à tous les départemens voisins iraient les
engager à imiter leur exemple, et à concerter leurs opérations. Le
départemens du Calvados, séant à Caen, fit arrêter les deux députés, Romme
et Prieur de la Côte-d'Or, envoyés par la convention pour presser
l'organisation de l'armée des côtes de Cherbourg. Il fut convenu que les
départemens de la Normandie s'assembleraient extraordinairement à Caen
pour se fédérer. Tous les départemens de la Bretagne, tels que ceux des
Côtes-du-Nord, du Finistère, du Morbihan, d'Ille-et-Vilaine, de la
Mayenne, de la Loire-Inférieure, prirent des arrêtés semblables, et
députèrent des commissaires à Rennes, pour y établir l'autorité centrale
de la Bretagne. Les départemens du bassin de la Loire, excepté ceux qui
étaient occupés par les Vendéens, suivirent l'exemple général, et
proposèrent même d'envoyer des commissaires à Bourges, d'y former une
convention composée de deux députés de chaque départemens, et d'aller
détruire la convention usurpatrice ou opprimée, siégeant à Paris.

A Bordeaux, la sensation fut extrêmement vive. Toutes les autorités
constituées se réunirent en assemblée, dite _commission populaire de salut
public_, déclarèrent que la convention n'était plus libre, et qu'il
fallait lui rendre la liberté; en conséquence, elles arrêtèrent qu'une
force armée serait levée sur-le-champ, et qu'en attendant, une pétition
serait adressée à la convention nationale, pour qu'elle s'expliquât et fît
connaître la vérité sur les journées de juin. Elles dépêchèrent ensuite
des commissaires à tous les départemens, pour les inviter à une coalition
générale. Toulouse, ancienne ville parlementaire, où beaucoup de partisans
de l'ancien régime se cachaient derrière les girondins, avaient déjà
institué une force départementale de mille hommes. Ses administrations
déclarèrent, en présence des commissaires envoyés à l'armée des Pyrénées,
qu'elles ne reconnaissaient plus la convention: elles élargirent beaucoup
d'individus emprisonnés, en firent incarcérer beaucoup d'autres accusés
d'être montagnards, et annoncèrent ouvertement qu'elles étaient prêtes à
se fédérer avec les départemens du Midi. Les départemens supérieurs du
Tarn, de Lot-et-Garonne, de l'Aveyron, du Cantal, du Puy-de-Dôme, de
l'Hérault, suivirent l'exemple de Toulouse et de Bordeaux. Nîmes se
déclara en état de résistance; Marseille rédigea une pétition foudroyante,
remit en activité son tribunal populaire, commença une procédure contre
les _tueurs_, et prépara une force de six mille hommes. A Grenoble, les
sections furent convoquées, et leurs présidens, réunis aux autorités
constituées, s'emparèrent de tous les pouvoirs, envoyèrent des députés à
Lyon, et voulaient faire arrêter Dubois-Crancé et Gauthier, commissaires
de la convention à l'armée des Alpes. Le départemens de l'Ain adopta la
même marche. Celui du Jura, qui avait déjà levé un corps de cavalerie et
une force départementale de huit cents hommes, protesta de son côté contre
l'autorité de la convention. A Lyon enfin, où les sections régnaient en
souveraines depuis le combat du 29 mai, on reçut et on envoya des députés
pour se concerter avec Marseille, Bordeaux et Caen; on instruisit
sur-le-champ une procédure contre Chalier, président du club Jacobin, et
contre plusieurs autres montagnards. Il ne restait donc sous l'autorité
de la convention que les départemens du Nord, et ceux qui composaient le
bassin de la Seine. Les départemens insurgés s'élevaient à soixante ou
soixante-dix, et Paris devait, avec quinze ou vingt, résister à tous les
autres, et continuer la guerre avec l'Europe.

A Paris, les avis étaient partagés sur les moyens à prendre dans ce péril.
Les membres du comité de salut public, Cambon, Barrère, Bréard, Treilhard,
Mathieu, patriotes accrédités, quoiqu'ils eussent improuvé le 2 juin,
auraient voulu qu'on employât les voies de conciliation. Il fallait,
suivant eux, prouver la liberté de la convention par des mesures
énergiques contre les agitateurs, et, au lieu d'irriter les départemens
par des décrets sévères, les ramener en leur montrant le danger d'une
guerre civile en présence de l'étranger. Barrère proposa, au nom du comité
de salut public, un projet de décret tout à fait conçu dans cet esprit.
Dans ce projet, les comités révolutionnaires, qui s'étaient rendus si
redoutables par leurs nombreuses arrestations, devaient être cassés dans
toute la France, ou ramenés au but de leur institution, qui était la
surveillance des étrangers suspects; les assemblées primaires devaient
être réunies à Paris pour nommer un autre commandant de la force armée, à
la place d'Henriot, qui était de la nomination des insurgés; enfin, trente
députés devaient être envoyés aux départemens comme otages. Ces mesures
semblaient propres à calmer et à rassurer les départemens. La suppression
des comités révolutionnaires mettait un terme à l'inquisition exercée
contre les suspects; le choix d'un bon commandant assurait l'ordre à
Paris; les trente députés envoyés devaient servir à la fois d'otages et de
conciliateurs. Mais la Montagne n'était pas du tout disposée à négocier.
Usant avec hauteur de ce qu'elle appelait l'autorité nationale, elle
repoussa tous les moyens de conciliation. Robespierre fit ajourner le
projet du comité. Danton, élevant encore sa voix dans cette circonstance
périlleuse, rappela les crises fameuses de la révolution, les dangers de
septembre au moment de l'invasion de la Champagne et de la prise de
Verdun; les dangers de janvier, avant que la condamnation du dernier roi
fût décidée; enfin les dangers bien plus grands d'avril, alors que
Dumouriez marchait sur Paris, et que la Vendée se soulevait. La
évolution, suivant lui, avait surmonté tous ces périls; elle était sortie
victorieuse de toutes ces crises, elle sortirait victorieuse encore de la
dernière. «C'est au moment, s'écria-t-il, d'une grande production que les
corps politiques, comme les corps physiques, paraissent toujours menacés
d'une destruction prochaine. Eh bien! la foudre gronde, et c'est au milieu
de ses éclats que le grand oeuvre, qui établira le bonheur de vingt-quatre
millions d'hommes, sera produit.» Danton voulait que, par un décret commun
à tous les départemens, il leur fût enjoint de se rétracter vingt-quatre
heures après sa réception, sous peine d'être mis hors la loi. La voix
puissante de Danton, qui n'avait jamais retenti dans les grands périls
sans ranimer les courages, produisit son effet accoutumé. La convention,
quoiqu'elle n'adoptât pas exactement les mesures proposées, rendit
néanmoins les décrets les plus énergiques. Premièrement, elle déclara,
quant au 31 mai et au 2 juin, que le peuple de Paris, en s'insurgeant,
avait bien mérité de la patrie[1]; que les députés,

[Note 1: Décret du 13 juin.]

qui d'abord devaient être mis en arrestation chez eux, et dont
quelques-uns s'étaient évadés, seraient transférés dans une maison de
force, pour y être détenus comme les prisonniers ordinaires; qu'un appel
de tous les députés serait fait, et que les absens sans commission ou sans
autorisation, seraient déchus et remplacés par leurs suppléans; que les
autorités départementales ou municipales ne pourraient ni se déplacer, ni
se transporter d'un lieu dans un autre; qu'elles ne pourraient
correspondre entre elles, et que tous commissaires envoyés de départemens
à départemens, dans le but de se coaliser, devaient être saisis
sur-le-champ par les bons citoyens, et envoyés à Paris sous escorte. Après
ces mesures générales, la convention cassa l'arrêté du départemens de
l'Eure; elle mit en accusation les membres du départemens du Calvados, qui
avaient arrêté deux de ses commissaires; elle se conduisit de même à
l'égard de Buzot, instigateur de la révolte des Normands; elle fit partir
deux députés, Mathieu et Treilhard, pour les départemens de la Gironde, de
la Dordogne, de Lot-et-Garonne, qui demandaient des explications avant de
s'insurger. Elle manda les autorités de Toulouse, cassa le tribunal et le
comité central de Marseille; décréta Barbaroux, et mit les patriotes
incarcérés sous la sauvegarde de la loi. Enfin, elle envoya Robert Lindet
à Lyon, pour y aller prendre connaissance des faits, et y faire un rapport
sur l'état de cette ville.

Ces décrets, rendus successivement dans le courant de juin, ébranlèrent
beaucoup de départemens, peu habitués à lutter avec l'autorité centrale.
Intimidés, incertains, ils résolurent d'attendre l'exemple que leur
donneraient des départemens plus puissans, ou plus engagés dans la
querelle.

Les administrations de la Normandie, excitées par la présence des députés
qui s'étaient joints à Buzot, tels que Barbaroux, Guadet, Louvet, Salles,
Pétion, Bergoing, Lesage, Cussy, Kervélégan, poursuivirent leurs premières
démarches, et fixèrent à Caen le siège d'un comité central des
départemens. L'Eure, le Calvados, l'Orne, y envoyèrent des commissaires.
Les départemens de la Bretagne, qui s'étaient d'abord confédérés à Rennes,
décidèrent qu'ils se joindraient à l'assemblée centrale de Caen, et qu'ils
y dépêcheraient des députés. Le 30 juin, en effet, les envoyés du
Morbihan, du Finistère, des Côtes-du-Nord, de la Mayenne,
d'Ille-et-Vilaine, de la Loire-Inférieure, réunis à ceux du Calvados, de
l'Eure et de l'Orne, se constituent en _assemblée centrale de résistance à
l'oppression_, promettent de maintenir l'égalité, l'unité,
l'indivisibilité de la république, mais jurent haine aux anarchistes, et
s'engagent à n'employer leurs pouvoirs que pour assurer le respect des
personnes, des propriétés et de la souveraineté du peuple. Après s'être
ainsi constitués, ils décident qu'il sera fourni par chaque départemens
des contingens destinés à composer une force armée suffisante pour aller à
Paris rétablir la représentation nationale dans son intégrité. Félix
Wimpffen, général de l'armée qui devait s'organiser le long des côtes de
Cherbourg, est nommé commandant de l'armée départementale. Il accepte, et
se revêt aussitôt du titre qu'il vient de recevoir. Mandé à Paris par le
ministre de la guerre, il répond qu'il n'y a qu'un moyen de faire la paix,
c'est de révoquer tous les décrets rendus depuis le 31 mai; qu'à ce prix
les départemens fraterniseront avec la capitale, mais que, dans le cas
contraire, il ne peut aller à Paris qu'à la tête de soixante mille
Normands et Bretons.

Le ministre, en même temps qu'il appelait Wimpffen à Paris, ordonnait au
régiment des dragons de la Manche, stationné dans la Normandie, de partir
sur-le-champ pour se rendre à Versailles. A cette nouvelle, tous les
fédérés déjà rassemblés à Évreux se mirent en bataille, la garde nationale
se joignit à eux, et on ferma aux dragons le chemin de Versailles.
Ceux-ci, ne voulant pas en venir aux mains, promirent de ne pas partir, et
fraternisèrent en apparence avec les fédérés. Les officiers écrivirent
secrètement à Paris qu'ils ne pouvaient obéir sans commencer la guerre
civile. On leur permit alors de rester.

L'assemblée de Caen décida que les bataillons bretons déjà arrivés
seraient dirigés de Caen sur Évreux, rendez-vous général de toutes les
forces. On expédia sur ce point des vivres, des armes, des munitions, des
fonds pris dans les caisses publiques. On y envoya des officiers gagnés à
la cause du fédéralisme, et beaucoup de royalistes cachés qui se jetaient
dans tous les soulèvemens, et prenaient le masque du républicanisme pour
combattre la révolution. Parmi les contre-révolutionnaires de cette espèce
était le nommé Puisaye, qui affichait un grand zèle pour la cause des
girondins, et que Wimpffen, royaliste déguisé, nomma général de brigade,
et chargea du commandement de l'avant-garde déjà réunie à Évreux. Cette
avant-garde pouvait s'élever à cinq ou six mille hommes, et s'augmentait
tous les jours de nouveaux contingens. Les braves Bretons accouraient de
toutes parts, et annonçaient d'autres bataillons qui devaient les suivre
en plus grand nombre. Une circonstance les empêchait de venir tous en
masse, c'était la nécessité de garder les côtes de l'Océan contre les
flottes anglaises, et d'envoyer des bataillons contre la Vendée, qui
débordait déjà jusqu'à la Loire, et semblait prête à la franchir. Quoique
les Bretons des campagnes fussent dévoués au clergé, ceux des villes
étaient républicains sincères, et, tout en combattant Paris, ils n'en
voulaient pas moins continuer une guerre opiniâtre contre la Vendée.

Telle était la situation des choses dans la Bretagne et la Normandie, vers
les premiers jours de juillet. Dans les départemens voisins de la Loire,
on s'était ralenti; des commissaires de la convention, qui se trouvaient
alors sur les lieux pour diriger les nouvelles levées sur la Vendée,
avaient engagé les administrateurs à attendre les événemens avant de se
compromettre davantage. Là, pour le moment, on ne songeait plus à envoyer
des députés à Bourges, et on observait une grande réserve.

A Bordeaux, l'insurrection était permanente et énergique. Les députés
Treilhard et Mathieu furent gardés à vue dès leur arrivée, et il fut
question d'abord de les garder comme otages; cependant, sans en venir à
cette extrémité, on les somma de comparaître devant la commission
populaire, où les bourgeois, qui les regardaient comme des envoyés
_maratistes_, les accueillirent assez mal. On les interrogea sur ce qui
s'était passé à Paris; et, après les avoir entendus, la commission déclara
que, d'après leur déposition même, la convention n'avait pas été libre au
2 juin, ne l'était plus depuis cette époque; qu'ils n'étaient eux-mêmes
que les envoyés d'une assemblée sans caractère légal, et qu'en conséquence
ils n'avaient qu'à sortir du départemens.

Ils furent en effet reconduits sur les limites, et immédiatement après on
décréta à Bordeaux les mesures qui venaient d'être prises à Caen. On
prépara des subsistances et des armes; on détourna les fonds publics, et
une avant-garde fut portée à Langon, en attendant le corps principal qui
devait partir sous peu de jours. Ceci se passait encore dans les derniers
jours de juin et les premiers de juillet.

Les députés Mathieu et Treilhard, trouvant moins de résistance, et pouvant
mieux se faire entendre dans les départemens de la Dordogne, de la Vienne,
de Lot-et-Garonne, parvinrent à calmer les esprits, et réussirent, par
leur caractère conciliateur, à empêcher des mesures hostiles et à gagner
du temps dans l'intérêt de la convention. Mais dans les départemens plus
élevés, dans les montagnes de la Haute-Loire, et sur leur revers, dans
l'Hérault, le Gard, sur tous les bords du Rhône, l'insurrection fut
générale: le Gard et l'Hérault mirent leurs bataillons en marche, et les
envoyèrent au Pont-Saint-Esprit, pour y occuper les passages du Rhône, et
y faire leur jonction avec les Marseillais qui devaient remonter ce
fleuve. Les Marseillais, en effet, refusant d'obtempérer aux décrets de la
convention, maintinrent leur tribunal, n'élargirent point les patriotes
incarcérés, et firent même commencer les exécutions.

Ils formèrent une armée de six mille hommes, qui s'avança d'Aix sur
Avignon, et qui, se liant aux Languedociens réunis au Pont-Saint-Esprit,
devait soulever dans sa marche les rives du Rhône, de l'Isère et de la
Drôme, et se coaliser enfin avec les Lyonnais et avec les montagnards de
l'Ain et du Jura. A Grenoble, les administrations fédéralisées luttaient
contre Dubois-Crancé, et menaçaient même de l'arrêter. N'osant encore
lever des troupes, elles avaient envoyé des députés pour fraterniser avec
Lyon. Dubois-Crancé, avec l'armée désorganisée des Alpes, se trouvait au
milieu d'une ville presque révoltée, qui lui disait chaque jour que le
Midi pouvait se passer du Nord; il avait à garder la Savoie, où les
illusions inspirées d'abord par la liberté et par là domination française
étaient dissipées, où l'on se plaignait des levées d'hommes et des
assignats, et où l'on ne comprenait rien à cette révolution si agitée et
si différente de ce qu'on l'avait crue d'abord. Il avait sur ses côtés la
Suisse, où les émigrés s'agitaient, et où Berne voulait de nouveau envoyer
garnison à Genève; et sur ses derrières, enfin, Lyon, qui interceptait sa
correspondance avec le comité de salut public.

A Lyon on avait reçu Robert Lindet; mais on avait prêté en sa présence
même le serment fédéraliste: UNITÉ, INDIVISIBILITÉ DE LA RÉPUBLIQUE; HAINE
AUX ANARCHISTES, ET REPRÉSENTATION NATIONALE TOUT ENTIÈRE. Loin d'envoyer
à Paris les patriotes arrêtés, on avait continué les procédures commencées
contre eux. Une nouvelle autorité, composée des députés des communes et
des membres des corps constitués, s'était formée sous le titre de
_Commission populaire et républicaine de salut public de Rhône-et-Loire_.
Cette assemblée venait de décréter l'organisation d'une force
départementale, pour se coaliser avec les frères du Jura, de l'Isère, des
Bouches-du-Rhône, de la Gironde et du Calvados. Cette force était déjà
toute prête; on avait décidé en outre la levée d'un subside; et là, comme
dans tous les autres départemens, on n'attendait plus qu'un signal pour se
mettre en mouvement. Dans le Jura, dès qu'on apprit la nouvelle que les
deux députés Bassal et Garnier de Troyes, envoyés pour rétablir
l'obéissance envers la convention, avaient réuni à Dôle quinze cents
hommes de troupe de ligne, plus de quatorze mille montagnards avaient pris
les armes, et se disposaient à les envelopper.

Si l'on considère l'état de la France dans les premiers jours de juillet
1793[1], on verra qu'une colonne sortie de la Bretagne et de la Normandie,

[Note 1: Rapport de Cambon sur les travaux du comité de salut public,
depuis le 10 avril jusqu'au 10 juillet.]

et portée jusqu'à Evreux, ne se trouvait qu'à quelques lieues de Paris;
qu'une autre s'avançait de Bordeaux, et pouvait entraîner à sa suite tous
les départemens du bassin de la Loire, encore incertains; que six mille
Marseillais, postés à Avignon, en attendant les Languedociens au
Pont-Saint-Esprit, occupé déjà par huit cents Nîmois, étaient à portée de
se réunir à Lyon avec tous les fédérés de Grenoble, de l'Ain et du Jura,
pour fondre, à travers la Bourgogne, sur Paris. En attendant cette
jonction générale, les fédéralistes prenaient tous les fonds dans les
caisses, interceptaient les subsistances et les munitions envoyées aux
armées, et remettaient en circulation les assignats rentrés par la vente
des biens nationaux. Une circonstance remarquable, et qui caractérise bien
l'esprit des partis, c'est que les deux factions s'adressaient les mêmes
reproches et s'attribuaient le même but. Le parti de Paris et de la
Montagne imputait aux fédéralistes de vouloir perdre la république en la
divisant, et de s'entendre avec les Anglais pour faire un roi, qui serait
ou le duc d'Orléans, ou Louis XVII, ou le duc d'York. De son côté, le
parti des départemens et des fédéralistes accusait la Montagne de vouloir
amener la contre-révolution par l'anarchie, et disait que Marat,
Robespierre, Danton, étaient vendus à l'Angleterre ou à d'Orléans. Ainsi
des deux côtés, c'était la république qu'on prétendait sauver, et la
monarchie dont on croyait combattre le retour. Déplorable et ordinaire
aveuglement des partis!

Mais ce n'était là qu'une portion des dangers de notre malheureuse patrie.
L'ennemi du dedans n'était à craindre qu'à cause de l'ennemi du dehors,
devenu plus redoutable que jamais. Tandis que des armées de Français
s'avançaient des provinces vers le centre, des armées d'étrangers
entouraient de nouveau la France et la menaçaient d'une invasion presque
inévitable. Depuis la bataille de Nerwinde et la défection de Dumouriez,
une suite effrayante de revers nous avait fait perdre nos conquêtes et
notre frontière du Nord. On se souvient que Dampierre, nommé général en
chef, avait rallié l'armée sous les murs de Bouchain, et lui avait rendu
là un peu d'ensemble et de courage. Heureusement pour la révolution, les
Coalisés, fidèles au plan méthodique arrêté au commencement de la
campagne, ne voulaient percer sur aucun point, et ne devaient pénétrer en
France que lorsque le roi de Prusse, après avoir pris Mayence, pourrait
s'avancer dans le coeur de nos provinces. S'il s'était trouvé chez les
généraux de la coalition un peu de génie ou un peu d'union, la cause de la
révolution était perdue. Après Nerwinde et la défection de Dumouriez, ils
auraient dû marcher en avant, ne laisser aucun repos à notre armée battue,
divisée et trahie; et, soit qu'on la fît prisonnière, soit qu'on la
rejetât dans les places fortes, nos campagnes restaient ouvertes à
l'ennemi victorieux. Mais les alliés tinrent un congrès à Anvers pour
régler les opérations ultérieures de la guerre. Le duc d'York, le prince
de Cobourg, le prince d'Orange et divers généraux décidèrent entre eux ce
qu'il convenait de faire. On résolut de prendre Condé et Valenciennes,
pour donner à la maison d'Autriche de nouvelles places fortes dans les
Pays-Bas, et de s'emparer de Dunkerque, pour assurer à l'Angleterre ce
port si désiré sur le continent. Ces conventions faites, on recommença les
opérations. Les Anglais, les Hollandais étaient arrivés en ligne. Le duc
d'York commandait vingt mille Autrichiens et Hanovriens; le prince
d'Orange quinze mille Hollandais; le prince de Cobourg avait quarante-cinq
Mille Autrichiens et huit mille Hessois. Le prince de Hohenlohe occupait
avec trente mille Autrichiens Namur et Luxembourg, et liait l'armée
coalisée des Pays-Bas avec l'armée prussienne chargée du siège de Mayence.
Ainsi quatre-vingt ou quatre-vingt dix mille hommes menaçaient le Nord.

Déjà les coalisés faisaient le blocus de Condé, et la plus grande ambition
du gouvernement français était de débloquer cette place. Dampierre, brave,
mais se défiant de ses soldats, n'osait pas attaquer ces masses
formidables. Cependant, pressé par les commissaires de la convention, il
ramène notre armée au camp de Famars sous Valenciennes, et le 1er mai il
attaque sur plusieurs colonnes les Autrichiens retranchés dans les bois de
Vicogne et de Saint-Amand. Les combinaisons militaires étaient timides
encore; former une masse, saisir le point faible de l'ennemi, et le
frapper hardiment, était une tactique inconnue aux deux partis. Dampierre
se jette avec bravoure, mais en petites masses, sur un ennemi divisé
lui-même, et qu'il eût été facile d'accabler sur un point; puni de sa
faute, il est repoussé après un combat acharné. Le 9 mai il recommence
l'attaque; il était moins divisé que la première fois, mais les ennemis
avertis l'étaient moins aussi; et, tandis qu'il fait des efforts héroïques
pour décider de la prise d'une redoute qui devait déterminer la jonction
de deux de ses colonnes, il est atteint d'un boulet de canon, et blessé à
mort. Le général Lamarche, revêtu du commandement provisoire, ordonne la
retraite, et ramène l'armée dans le camp de Famars.

Le camp de Famars, situé sous les murs de Valenciennes, et lié à cette
place, empêchait d'en faire le siège. Les coalisés résolurent de
l'attaquer le 23 mai. Ils éparpillèrent leurs troupes, suivant leur
méthode accoutumée, en dispersèrent inutilement une partie sur une foule
de points que la prudence autrichienne voulait tous garder, et
n'attaquèrent pas le camp avec toute la puissance qu'ils auraient pu
déployer. Arrêtés une journée entière par l'artillerie, honneur de l'armée
française, il ne passèrent que vers le soir la Ronelle, qui défendait le
front du camp. Lamarche décampa la nuit en bon ordre, et vint se poster au
camp de César, qui se liait à la place de Bouchain, comme celui de Famars
à Valenciennes. Ici encore il fallait nous poursuivre et nous disperser;
mais l'égoïsme et la méthode fixèrent les coalisés autour de Valenciennes.
Une partie de leur armée, disposée en corps d'observation, se plaça entre
Valenciennes et Bouchain, et fit face au camp de César. Une autre division
entreprit le siège de Valenciennes, et le reste continua le blocus de
Condé, qui manquait de vivres, et qu'on espérait réduire sous peu de
jours. Le siège régulier de Valenciennes fut commencé. Cent quatre-vingts
bouches à feu venaient de Vienne, et cent autres de Hollande;
quatre-vingt-treize mortiers étaient déjà préparés. Ainsi en juin et en
juillet on affamait Condé, on incendiait Valenciennes, et nos généraux
occupaient le camp de César avec une armée battue et désorganisée. Condé
et Valenciennes réduits, tout devenait à craindre.

L'armée de la Moselle, liant l'armée du Nord à celle du Rhin, avait passé
sous les ordres de Ligneville, quand Beurnonville fut nommé ministre de la
guerre. Elle se trouvait en présence du prince de Hohenlohe, et n'en avait
rien à craindre, car ce prince, occupant à la fois Namur, Luxembourg et
Trêves, avec trente mille hommes au plus, ayant devant lui les places de
Metz et Thionville, ne pouvait rien tenter de dangereux. On venait de
l'affaiblir encore en détachant sept à huit mille hommes de son corps pour
les joindre à l'armée prussienne. Dès lors il devenait plus facile et plus
convenable que jamais de joindre l'armée active de la Moselle à celle du
Haut-Rhin, pour tenter des opérations importantes.

Sur le Rhin, la campagne précédente s'était terminée à Mayence. Custine,
après ses ridicules démonstrations autour de Francfort, avait été
contraint de se replier et de s'enfermer à Mayence, où il avait rassemblé
une artillerie assez considérable, tirée de nos places fortes, et
particulièrement de Strasbourg. Là, il formait mille projets; tantôt il
voulait prendre l'offensive, tantôt garder Mayence, tantôt même abandonner
cette place. Enfin il fut résolu qu'il la garderait et il contribua même à
décider le conseil exécutif à prendre cette détermination. Le roi de
Prusse se vit alors forcé d'en faire le siège, et c'était la résistance
qu'il rencontrait sur ce point, qui empêchait les coalisés d'avancer au
Nord.

Le roi de Prusse passa le Rhin à Bacharach, un peu au-dessous de Mayence;
Wurmser, avec quinze mille Autrichiens et quelques mille hommes de Condé,
le franchit un peu au-dessus: le corps hessois de Schoenfeld resta sur la
rive droite devant le faubourg de Cassel. L'armée prussienne n'était pas
encore aussi forte qu'elle devait l'être d'après les engagements qu'avait
pris Frédéric-Guillaume. Ayant envoyé un corps considérable en Pologne, il
ne lui restait que cinquante-cinq mille hommes; en y comprenant les
différens contingents, Hessois, Saxons et Bavarois. Ainsi, en comptant les
sept à huit mille Autrichiens détachés de Hohenlohe, les quinze mille
Autrichiens de Wurmser, les cinq ou six mille émigrés de Condé, et les
cinquante-cinq mille hommes du roi de Prusse, on peut évaluer à près de
quatre-vingt mille soldats l'armée qui menaçait la frontière de l'Est. Nos
places fortes du Rhin renfermaient à peu près trente-huit mille hommes de
garnison; l'armée active était de quarante à quarante-cinq mille hommes,
celle de la Moselle de trente; et si l'on avait réuni ces deux dernières
sous un seul commandement, et avec un point d'appui comme celui de
Mayence, on aurait pu aller chercher le roi de Prusse lui-même et
l'occuper au-delà du Rhin.

Les deux généraux de la Moselle et du Rhin auraient dû au moins
s'entendre, ils auraient pu disputer, empêcher même le passage du fleuve,
mais ils n'en firent rien. Dans le courant du mois de mars, le roi de
Prusse traversa impunément le Rhin, et ne rencontra sur ses pas que des
avant-gardes qu'il repoussa sans peine. Pendant ce temps, Custine était à
Worms. Il n'avait pris soin de défendre ni les bords du Rhin, ni les
revers des Vosges, qui, formant le pourtour de Mayence, auraient pu
arrêter la marche des Prussiens. Il accourut, mais s'alarma subitement des
échecs essuyés par ses avant-gardes; il crut avoir cent cinquante mille
hommes sur les bras, il se figura surtout que Wurmser, qui devait
déboucher par le Palatinat et au-dessus de Mayence, était sur ses
derrières, et allait le séparer de l'Alsace; il demanda des secours à
Ligneville, qui, tremblant de son côté, n'osa pas déplacer un régiment;
alors il se mit à fuir, se retira tout d'un trait sur Landau, puis sur
Wissembourg, et songea même à chercher une protection sous le canon de
Strasbourg. Cette inconcevable retraite ouvrit tous les passages aux
Prussiens, qui vinrent se grouper sous Mayence, et l'investirent sur les
deux rives.

Vingt mille hommes s'étaient enfermés dans la place, et si c'était
beaucoup pour la défense, c'était beaucoup trop pour l'état des vivres,
qui ne pouvaient pas suffire à une garnison aussi considérable.
L'incertitude de nos plans militaires avait empêché de prendre aucune
mesure pour l'approvisionnement de la ville. Heureusement elle renfermait
deux représentants du peuple, Rewbell et l'héroïque Merlin de Thionville,
Les généraux Kléber, Aubert-Dubayet et l'ingénieur Meunier, enfin une
garnison qui avait toutes les vertus guerrières, la bravoure, la sobriété,
la constance. L'investissement commença en avril. Le général Kalkreuth
formait le siège avec un corps prussien. Le roi de Prusse et Wurmser
étaient en observation au pied des Vosges, et faisaient face à Custine. La
garnison renouvelait fréquemment ses sorties et étendait fort loin sa
défense. Le gouvernement français, sentant la faute qu'il avait commise en
séparant les deux armées de la Moselle et du Rhin, les réunit sous
Custine. Ce général, disposant de soixante à soixante-dix mille hommes,
ayant les Prussiens et les Autrichiens éparpillés devant lui, et au-delà
Mayence, gardée par vingt mille Français, ne songeait pas à fondre sur le
corps d'observation, à le disperser, et à venir joindre la brave garnison
qui lui tendait la main. Vers le milieu de mai, sentant le danger de son
inaction, il fit une tentative mal combinée, mal secondée et qui dégénéra
en une déroute complète. Suivant son usage, il se plaignit des
subordonnés, et fut transporté à l'armée du Nord pour rendre
l'organisation et le courage aux troupes retranchées au camp de César.
Ainsi la coalition qui faisait les sièges de Valenciennes et de Mayence,
pouvait, après deux places prises, avancer sur notre centre, et effectuer
sans obstacle l'invasion.

Du Rhin aux Alpes et aux Pyrénées, une chaîne de révoltes menaçait les
derrières de nos armées et interrompait leurs communications. Les Vosges,
le Jura, l'Auvergne, la Lozère, forment, du Rhin aux Pyrénées, une masse
presque continue de montagnes de différente étendue et de diverse hauteur.
Les pays de montagnes sont, pour les institutions, les moeurs et les
habitudes, des lieux de conservation. Dans presque toutes celles que nous
venons de désigner, la population gardait un reste d'attachement pour son
ancienne manière d'être, et, sans être aussi fanatisée que la Vendée, elle
était néanmoins assez disposée à s'insurger. Les Vosges, à moitié
allemandes, étaient travaillées par les nobles, par les prêtres, et
montraient des dispositions d'autant plus menaçantes, que l'armée du Rhin
chancelait davantage. Le Jura était tout entier insurgé pour la Gironde;
et si dans sa rébellion il montrait plus d'esprit de liberté, il n'en
était pas moins dangereux, car quinze à vingt mille montagnards se
rassemblaient autour de Lons-le-Saulnier, et se liaient aux révoltés de
l'Ain et du Rhône. On a vu dans quel état se trouvait Lyon. Les montagnes
de la Lozère, qui séparent la Haute-Loire du Rhône, se remplissaient de
révoltés à la manière des Vendéens. Commandés par un ex-constituant nommé
Charrier, ils s'élevaient déjà au nombre de trente mille, et pouvaient se
joindre par la Loire à la Vendée. Après, venaient les insurgés
fédéralistes du midi. Ainsi, de vastes révoltes, différentes de but et de
principes, mais également formidables, menaçaient les derrières des armées
du Rhin, des Alpes et des Pyrénées.

Le long des Alpes, les Piémontais étaient en armes, et voulaient reprendre
sur nous la Savoie et le comté de Nice. Les neiges empêchaient le
commencement des hostilités le long du Saint-Bernard, et chacun gardait
ses postes dans les trois vallées de Sallenche, de la Tarentaise et de la
Maurienne. Aux Alpes maritimes et à l'armée dite d'Italie, il en était
autrement. Là les hostilités avaient été reprises de bonne heure, et dès
le mois de mai on avait recommencé à se disputer le poste si important de
Saorgio, duquel dépendait la tranquille possession de Nice. En effet, ce
poste une fois occupé, les Français étaient maîtres du Col de Tende, et
tenaient la clef de la grande chaîne. Aussi les Piémontais avaient mis
autant d'énergie à le défendre que nous à l'attaquer. Ils avaient, tant en
Savoie que du côté de Nice, quarante mille hommes, renforcés par huit
mille Autrichiens auxiliaires. Leurs troupes, disséminées en plusieurs
corps d'égale force depuis le col de Tende jusqu'au grand Saint-Bernard,
avaient suivi, comme toutes celles de la coalition, le système des
cordons, et gardaient toutes les vallées. L'armée française d'Italie était
dans le plus déplorable état; composée de quinze mille hommes au plus,
dénuée de tout, faiblement commandée, il n'était pas possible d'en obtenir
de grands efforts. Le général Biron, qui l'avait commandée un instant,
l'augmenta de cinq mille hommes, mais il ne put la pourvoir de tout ce qui
lui était nécessaire. Si une de ces grandes pensées qui nous auraient
perdus au Nord s'était élevée au Midi, notre ruine n'eût pas été moins
certaine de ce côté. Les Piémontais pouvaient, à la faveur des glaces qui
paralysaient forcément toute action du côté des grandes Alpes, transporter
toutes leurs forces aux Alpes du Midi, et, débouchant sur Nice avec une
masse de trente mille hommes, culbuter notre armée d'Italie, la refouler
sur les départemens insurgés, la disperser entièrement, favoriser le
soulèvement des deux rives du Rhône, s'avancer peut-être jusqu'à Grenoble
et Lyon, prendre là par derrière notre armée engagée dans les plaines de
la Savoie, et envahir ainsi toute une partie de la France. Mais il n'y
avait pas plus un Amédée chez eux qu'un Eugène chez les Autrichiens, ou
qu'un Marlborough chez les Anglais. Ils s'étaient donc bornés à la défense
de Saorgio.

Brunet, qui succéda à Anselme, avait fait, sur le poste de Saorgio, les
mêmes efforts que Dampierre du côté de Condé. Après plusieurs combats
inutiles et sanglans, on en livra enfin un dernier, le 12 juin, qui fut
suivi d'une déroute complète. Alors encore, si l'ennemi eût puisé dans son
succès un peu d'audace, il aurait pu nous disperser, nous faire évacuer
Nice et repasser le Var. Kellermann était accouru de son quartier-général
des Alpes, avait rallié l'armée au camp de Donjon, fixé des positions
défensives, et ordonné, en attendant de nouvelles forces, une inaction
absolue. Une circonstance rendait encore plus dangereuse la situation de
cette armée, c'était l'apparition dans la Méditerranée de l'amiral anglais
Hood, sorti de Gibraltar avec trente-sept vaisseaux, et de l'amiral
Langara, venu avec des forces à peu près égales des ports d'Espagne. Des
troupes de débarquement pouvaient occuper la ligne du Var et prendre les
Français par derrière. La présence des escadres empêchait en outre les
approvisionnemens par mer, favorisait la révolte du midi, et encourageait
la Corse à se jeter dans les bras des Anglais. Nos flottes réparaient dans
Toulon les dommages qu'elles avaient essuyés dans l'expédition si
malheureuse de Sardaigne, et osaient à peine protéger les caboteurs qui
apportaient des grains d'Italie. La Méditerranée n'était plus à nous, et
le commerce du Levant passait de Marseille aux Grecs et aux Anglais. Ainsi
l'armée d'Italie avait en face les Piémontais victorieux en plusieurs
combats, et à dos la révolte du Midi et deux escadres.

Aux Pyrénées, la guerre avec l'Espagne, déclarée le 7 mars, à la suite de
la mort de Louis XVI, venait à peine de commencer. Les préparatifs avaient
été longs des deux côtés, parce que l'Espagne, lente, paresseuse et
misérablement administrée, ne pouvait se hâter davantage, et parce que la
France avait sur les bras d'autres ennemis qui occupaient toute son
attention. Servan, général aux Pyrénées, avait passé plusieurs mois à
organiser son armée, et à accuser Pache avec autant d'amertume que le
faisait Dumouriez. Les choses étaient restées dans le même état sous
Bouchotte, et, lorsque la campagne s'ouvrit, le général se plaignait
encore du ministre, qui, disait-il, le laissait manquer de tout. Les deux
pays communiquent l'un avec l'autre par deux points, Perpignan et Bayonne.
Porter vigoureusement un corps d'invasion sur Bayonne et Bordeaux, et
aboutir ainsi à la Vendée, était une tentative trop hardie pour ce
temps-là; d'ailleurs l'ennemi nous supposait de ce côté de plus grands
moyens de résistance; il lui aurait fallu traverser les Landes, la Garonne
et la Dordogne, et de pareilles difficultés auraient suffi pour détourner
de ce plan, si on y avait songé. La cour de Madrid préféra une attaque par
Perpignan, parce qu'elle avait de ce côté une base plus solide en places
fortes, parce qu'elle comptait sur les royalistes du Midi, d'après les
promesses des émigrés, parce qu'enfin elle n'avait pas oublié ses
anciennes prétentions sur le Roussillon. Quatre ou cinq mille hommes
furent laissés à là garde de l'Aragon; quinze ou dix-huit mille, moitié de
troupes réglées et moitié de milices, durent guerroyer sous le général
Caro dans les Pyrénées-Occidentales; enfin le général Ricardos, avec
vingt-quatre mille hommes, fut chargé d'attaquer sérieusement le
Roussillon.

Deux vallées principales, celle du Tech et celle de la Tet, se détachent
de la chaîne des Pyrénées, et débouchant vers Perpignan forment nos deux
premières lignes défensives. Perpignan est placé sur la seconde, celle de
la Tet. Ricardos, instruit de la faiblesse de nos moyens, débute par une
pensée hardie, il masque les forts Bellegarde et les Bains, situés sur la
première ligne, et s'avance hardiment avec le projet de faire tomber tous
nos détachemens épars dans les vallées, en les dépassant. Cette tentative
lui réussit. Il débouche le 15 avril, bat les détachemens envoyés sous le
général Villot pour l'arrêter, et répand une terreur panique sur toute la
frontière. En avançant avec dix mille hommes, il était maître de
Perpignan, mais il n'avait pas assez d'audace; d'ailleurs tous ses
préparatifs n'étaient pas faits, et il laissa aux Français le temps de se
reconnaître.

Le commandement, qui paraissait trop vaste, fut divisé. Servan eut les
Pyrénées-Occidentales, et le général Deflers, qu'on a vu employé à
l'expédition de Hollande, les Pyrénées-Orientales. Celui-ci rallia l'armée
en avant de Perpignan dans une position dite _le Mas d'Eu_. Le 19 mai,
Ricardos étant parvenu à réunir dix-huit mille hommes, attaqua le camp
français. Le combat fut sanglant. Le brave général Dagobert, conservant
dans un âge avancé toute la fougue d'un jeune homme, et joignant à son
courage une grande intelligence, réussit à se maintenir sur le champ de
bataille. Deflers arriva avec dix-huit cents hommes de réserve, et le
terrain fut conservé. La fin du jour approchait et le combat paraissait
devoir être heureux; mais vers la nuit nos soldats, accablés par la
fatigue d'une longue résistance, cèdent tout à coup le terrain et se
réfugient en désordre sous Perpignan. La garnison effrayée ferme les
portes et tire sur nos troupes, qu'elle prend pour des Espagnols. C'était
encore le cas de fondre hardiment sur Perpignan et de s'emparer de cette
place, qui n'eût pas résisté; mais Ricardos, qui n'avait fait que masquer
Bellegarde et les Bains, ne crut pas devoir pousser la hardiesse plus
loin, et revint faire le siège de ces deux petites forteresses. Il s'en
empara vers la fin de juin, et se porta de nouveau en présence de nos
troupes, ralliées à peu près dans les mêmes positions qu'auparavant.
Ainsi, en juillet, un combat malheureux pouvait nous faire perdre le
Roussillon.

Nous voyons les calamités s'augmenter en nous approchant d'un autre
théâtre de guerre, plus sanglant, plus terrible que tous ceux qu'on a déjà
parcourus. La Vendée, en feu et en sang, allait vomir au-delà de la Loire
une colonne formidable. Nous avons laissé les Vendéens enflammés par des
succès inespérés, maîtres de la ville de Thouars, qu'ils avaient prise sur
Quétineau, et commençant à méditer de plus grands projets.
Au lieu de marcher sur Doué et Saumur, ils s'étaient rabattus au sud du
théâtre de la guerre, et avaient voulu dégager le pays du côté de Fontenay
et de Niort. MM. de Lescure et de Larochejacquelein, chargés de cette
expédition, s'étaient portés sur Fontenay le 16 mai. Repoussés d'abord par
le général Sandos, ils se replièrent à quelque distance; bientôt,
profitant de la confiance aveugle que le général républicain venait de
concevoir d'un premier succès, ils reparurent au nombre de quinze à vingt
mille, s'emparèrent de Fontenay, malgré les efforts que le jeune Marceau
déploya dans cette journée, et obligèrent Chalbos et Sandos à se retirer à
Niort dans le plus grand désordre. Là, ils trouvèrent des armes, des
munitions en grande quantité, et s'enrichirent de nouvelles ressources,
qui, jointes à celles qu'ils s'étaient procurées à Thouars, leur
permettaient de pousser la guerre avec l'espérance de nouveaux succès.
Lescure fit une proclamation aux habitans et les menaça des plus terribles
peines s'ils donnaient des secours aux républicains. Après quoi, les
Vendéens se séparèrent suivant leur coutume, pour retourner aux travaux
des champs, et un rendez-vous fut fixé pour le 1er juin dans les environs
de Doué.

Dans la Basse-Vendée, où Charette dominait seul, sans lier encore ses
mouvemens avec ceux des autres chefs, les succès avaient été balancés.
Canclaux, commandant à Nantes, s'était maintenu à Machecoul, mais avec
peine; le général Boulard qui commandait aux Sables, grâce à ses bonnes
dispositions et à la discipline de son armée, avait occupé pendant deux
mois la Basse-Vendée, et avait même conservé des postes très avancés
jusqu'aux environs de Palluau. Le 17 mai cependant, il fut obligé de se
retirer à la Motte-Achard, très près des Sables, et il se trouvait dans le
plus grand embarras, parce que ses deux meilleurs bataillons, tous
composés de citoyens de Bordeaux, voulaient se retirer pour retourner à
leurs affaires, qu'ils avaient quittées au premier bruit des succès
remportés par les bandes vendéennes.

Les travaux des champs avaient amené quelque repos, dans la basse comme
dans la haute Vendée, et, pour quelques jours, la guerre fut un peu moins
active, et ajournée au commencement de juin.

Le général Berruyer, dont les ordres s'étendaient dans l'origine sur tout
le théâtre de la guerre, avait été remplacé, et son commandement se
trouvait divisé entre plusieurs généraux. Saumur, Niort, les Sables,
composèrent l'armée dite des côtes de la Rochelle, qui fut confiée à
Biron; Angers, Nantes et la Loire-Inférieure, formèrent l'armée dite des
côtes de Brest, qu'on remit à Canclaux, général à Nantes. Enfin, les côtes
de Cherbourg avaient été données à Wimpffen, devenu ensuite, comme on l'a
vu, général des insurgés du Calvados.

Biron, transporté de la frontière du Rhin à celle d'Italie, et de cette
dernière en Vendée, ne se rendit qu'avec répugnance sur ce théâtre de
dévastations, et devait s'y perdre par son aversion à partager les fureurs
de la guerre civile. Il arriva le 27 mai à Niort, et trouva l'armée dans
un désordre affreux. Elle était composée de levées en masse, faites par
force ou par entraînement dans les contrées voisines, et confusément
jetées sur la Vendée, sans instruction, sans discipline, sans
approvisionnemens. Formées de paysans et de bourgeois industrieux des
villes, qui avaient quitté à regret leurs occupations, elles étaient
prêtes à se dissoudre au premier accident. Il eût beaucoup mieux valu les
renvoyer pour la plupart, car elles faisaient faute dans les campagnes et
dans les villes, encombraient inutilement le pays insurgé, l'affamaient
par leur masse, y répandaient le désordre, les terreurs paniques,
etentraînaient souvent dans leur fuite des bataillons organisés, qui,
livrés à eux-mêmes, auraient beaucoup mieux résisté. Toutes ces bandes
arrivaient avec leur chef, nommé dans la localité, qui se disait général,
parlait de son armée, ne voulait pas obéir, et contrariait toutes les
dispositions des chefs supérieurs. Du côté d'Orléans, on formait des
bataillons, connus dans cette guerre sous le nom de _bataillons
d'Orléans_. On les composait avec des commis, des garçons de boutique,
des domestiques, avec tous les jeunes gens enfin recueillis dans les
sections de Paris, et envoyés à la suite de Santerre. On les amalgamait
avec des troupes tirées de l'armée du Nord, dont on avait détaché
cinquante hommes par bataillon. Mais il fallait associer ces élémens
hétérogènes, trouver des armes et des vêtemens. Tout manquait, la paie
même ne pouvait être fournie, et comme elle était inégale entre la troupe
de ligne et les volontaires, elle occasionnait souvent des révoltes.

Pour organiser cette multitude, la convention envoyait commissaires sur
commissaires. Il y en avait à Tours, à Saumur, à Niort, à la Rochelle, à
Nantes. Ils se contrariaient entre eux et contrariaient les généraux. Le
conseil exécutif y entretenait aussi des agens, et le ministre Bouchotte
avait inondé le pays de ses affidés, choisis tous parmi les jacobins et
les cordeliers. Ceux-ci se croisaient avec les représentans, croyaient
faire preuve de zèle en accablant le pays de réquisitions, et accusaient
de despotisme et de trahison les généraux qui voulaient arrêter
l'insubordination des troupes, ou empêcher des vexations inutiles. Il
résultait de ce conflit d'autorités un chaos d'accusations et un désordre
de commandement effroyable. Biron ne pouvait se faire obéir, et il n'osait
mettre en marche son armée, de peur qu'elle ne se débandât au premier
mouvement, ou pillât tout sur son passage. Tel est le tableau exact des
forces que la république avait à cette époque dans la Vendée.

Biron se rendit à Tours, arrêta un plan éventuel avec les représentans,
qui consistait, dès qu'on aurait un peu réorganisé cette multitude
confuse, à porter quatre colonnes de dix mille hommes chacune de la
circonférence au centre. Les quatre points de départ étaient les ponts de
Cé, Saumur, Chinon et Niort. En attendant, il alla visiter la
Basse-Vendée, où il supposait le danger plus grand que partout ailleurs.
Biron craignait avec raison que des communications ne s'établissent entre
les Vendéens et les Anglais. Des munitions et des troupes débarquées dans
le Marais pouvaient aggraver le mal et rendre la guerre interminable. Une
flotte de dix voiles avait été signalée, et on savait que les émigrés
bretons avaient reçu l'ordre de se rendre dans les îles de Jersey et
Guernesey. Ainsi tout justifiait les craintes de Biron, et sa visite dans
la Basse-Vendée.

Sur ces entrefaites, les Vendéens s'étaient réunis le 1er juin. Ils
avaient introduit quelque régularité chez eux, et nommé un conseil pour
gouverner le pays occupé par leurs armées. Un aventurier, qui se faisait
passer pour évêque d'Agra et envoyé du pape, présidait ce conseil, et, en
bénissant des drapeaux, en célébrant des messes solennelles, excitait
l'enthousiasme des Vendéens, et leur rendait ainsi son imposture très
utile. Ils n'avaient pas encore choisi un généralissime; mais chaque chef
commandait les paysans de son quartier, et il était convenu qu'ils se
concerteraient entre eux dans toutes leurs opérations. Ces chefs avaient
fait une proclamation au nom de Louis XVII et du comte de Provence, régent
du royaume en la minorité du jeune prince, et ils s'appelaient _commandans
des armées royales et catholiques_. Ils projetèrent d'abord d'occuper la
ligne de la Loire, et de s'avancer sur Doué et Saumur. L'entreprise était
hardie, mais facile en l'état des choses. Le 7 ils entrèrent à Doué, et
arrivèrent le 9 devant Saumur. Dès que leur marche fut connue, le général
Salomon, qui était à Thouars avec trois mille hommes de bonnes troupes,
reçut l'ordre de marcher sur leurs derrières. Salomon obéit, mais les
trouva trop en force; il n'aurait pu essayer de les entamer sans se faire
écraser; il revint à Thouars, et de Thouars à Niort. Les troupes de Saumur
avaient pris position aux environs de la ville, sur le chemin de
Fontevrault, dans les retranchements de Nantilly et sur les hauteurs de
Bournan. Les Vendéens s'approchent, attaquent la colonne de Berthier, sont
repoussés par une artillerie bien dirigée, mais reviennent en force, et
font plier Berthier, qui est blessé. Les gendarmes à pied, deux bataillons
d'Orléans et les cuirassiers résistent encore; mais ceux-ci perdent leur
colonel; alors la défaite commence, et tous sont ramenés dans la place, où
les Vendéens pénètrent à leur suite. Il restait encore en dehors le
général Coustard, commandant les bataillons postés sur les hauteurs de
Bournan. Il se voit séparé des troupes républicaines, qui avaient été
refoulées dans Saumur, et forme la résolution hardie d'y rentrer, en
prenant les Vendéens par derrière. Il fallait traverser un pont où les
vainqueurs venaient de placer une batterie. Le brave Coustard ordonne à un
corps de cuirassiers qu'il avait à ses ordres, de charger sur la batterie.
«Où nous envoyez-vous? disent ceux-ci.--A la mort, répond Coustard; le
salut de la république l'exige.» Les cuirassiers s'élancent, mais les
bataillons d'Orléans se débandent, et abandonnent le général et les
cuirassiers qui chargent la batterie. La lâcheté des uns rend inutile
l'héroïsme des autres, et Coustard ne pouvant rentrer dans Saumur, se
retire à Angers.

Saumur fut occupé le 9 juin, et le lendemain le château se rendit. Les
Vendéens, étant maîtres du cours de la Loire, pouvaient marcher ou sur
Nantes, ou sur la Flèche, le Mans et Paris. La terreur les précédait, et
tout devait céder devant eux. Pendant ce temps, Biron était dans la
Basse-Vendée, où il croyait, en s'occupant des côtes, parer aux dangers
les plus réels et les plus graves.

Tous les périls nous menaçaient à la fois. Les coalisés faisant les sièges
de Valenciennes, de Condé, de Mayence, étaient à la veille de prendre ces
places, boulevards de nos frontières. Les Vosges en mouvement, le Jura
révolté, ouvraient l'accès le plus facile à l'invasion du côté du Rhin.
L'armée d'Italie, repoussée par les Piémontais, avait à dos la révolte du
Midi et les escadres anglaises. Les Espagnols, en présence du camp
français sous Perpignan, menaçaient de l'enlever par une attaque, et de se
rendre maîtres du Roussillon. Les révoltés de la Lozère étaient prêts à
donner la main aux Vendéens le long de la Loire, et c'était le projet de
l'auteur de cette révolte. Les Vendéens, maîtres de Saumur et du cours de
la Loire, n'avaient qu'à vouloir, et possédaient tous les moyens
d'exécuter les plus hardies tentatives sur l'intérieur. Enfin les
fédéralistes, marchant de Caen, de Bordeaux et de Marseille, se
disposaient à soulever la France sur leurs pas.

Notre situation, dans le mois de juillet 1793, était d'autant plus
désespérante, qu'il y avait sur tous les points un coup mortel à porter à
la France. Les coalisés du Nord, en négligeant les places fortes,
n'avaient qu'à marcher sur Paris, et ils auraient rejeté la convention sur
la Loire, où elle aurait été reçue par les Vendéens. Les Autrichiens et
les Piémontais pouvaient exécuter une invasion par les Alpes-Maritimes,
anéantir notre armée et remonter tout le Midi en vainqueurs. Les Espagnols
étaient en position de s'avancer par Bayonne et d'aller joindre la Vendée;
ou bien, s'ils préféraient le Roussillon, de marcher hardiment vers la
Lozère, peu distante de la frontière, et de mettre le Midi en feu. Enfin
les Anglais, au lieu de croiser dans la Méditerranée, avaient le moyen de
débarquer des troupes dans la Vendée, et de les conduire de Saumur à
Paris.

Mais les ennemis extérieurs et intérieurs de la Convention n'avaient point
ce qui assure la victoire dans une guerre de révolution. Les coalisés
agissaient sans union, et, sous les apparences d'une guerre sainte,
cachaient les vues les plus personnelles. Les Autrichiens voulaient
Valenciennes; le roi de Prusse, Mayence; les Anglais, Dunkerque; les
Piémontais aspiraient à recouvrer Chambéry et Nice; les Espagnols, les
moins intéressés de tous, songeaient néanmoins quelque peu au Roussillon;
les Anglais enfin pensaient plutôt à couvrir la Méditerranée de leurs
flottes, et à y gagner quelque port, que de porter d'utiles secours dans
la Vendée. Outre cet égoïsme universel qui empêchait les coalisés
d'étendre leur vue au-delà de leur utilité immédiate, ils étaient tous
méthodiques et timides à la guerre, et défendaient avec la vieille routine
militaire les vieilles routines politiques pour lesquelles ils s'étaient
armés. Quant aux Vendéens, insurgés en hommes simples contre le génie de
la révolution, ils combattaient en tirailleurs braves, mais bornés. Les
fédéralistes répandus sur tout le sol de la France, ayant à s'entendre à
de grandes distances pour concentrer leurs opérations, ne se soulevant
qu'avec timidité contre l'autorité centrale, et n'étant animés que de
passions médiocres, ne pouvaient agir qu'avec incertitude et lenteur.
D'ailleurs ils se faisaient un reproche secret, celui de compromettre leur
patrie par une diversion coupable. Ils commençaient à sentir qu'il était
criminel de discuter s'il fallait être révolutionnaire comme Pétion et
Vergniaud, ou comme Robespierre et Danton, dans un moment où toute
l'Europe fondait sur nous; et ils s'apercevaient que, dans de telles
circonstances, il n'y avait qu'une bonne manière de l'être, c'est-à-dire
la plus énergique. Déjà en effet toutes les factions, surgissant autour
d'eux, les avertissaient de leur faute. Ce n'étaient pas seulement les
constituants, c'étaient les agents de l'ancienne cour, les sectateurs de
l'ancien clergé, tous les partisans, en un mot, du pouvoir absolu, qui se
levaient à la fois, et il devenait évident pour eux que toute opposition à
la révolution tournait au profit des ennemis de toute liberté et de toute
nationalité.

Telles étaient les causes qui rendaient les coalisés si malhabiles et si
timides, les Vendéens si bornés, les fédéralistes si incertains, et qui
devaient assurer le triomphe de la convention sur les révoltes intérieures
et sur l'Europe. Les montagnards, animés seuls d'une passion forte, d'une
pensée unique, le salut de la révolution, éprouvant cette exaltation
d'esprit qui découvre les moyens les plus neufs et les plus hardis, qui ne
les croit jamais ni trop hasardeux, ni trop coûteux, s'ils sont
salutaires, devaient déconcerter, par une défense imprévue et sublime, des
ennemis lents, routiniers, décousus, et étouffer des factions qui
voulaient de l'ancien régime à tous les degrés, de la révolution à tous
les degrés, et qui n'avaient ni accord ni but déterminé.

La convention, au milieu des circonstances extraordinaires où elle était
placée, n'éprouva pas un seul instant de trouble. Pendant que des places
fortes ou des camps retranchés arrêtaient un moment les ennemis sur les
différentes frontières, le comité de salut public travaillait jour et nuit
à réorganiser les armées, à les compléter au moyen de la levée de trois
cent mille hommes décrétée en mars, à envoyer des instructions aux
généraux, à dépêcher des fonds et des munitions. Il parlementait avec
toutes les administrations locales qui voulaient retenir, au profit de la
cause fédéraliste, les approvisionnemens destinés aux armées, et parvenait
à les faire désister par la grande considération du salut public.

Pendant que ces moyens étaient employés à l'égard de l'ennemi du dehors,
la convention n'en prenait pas de moins efficaces à l'égard de l'ennemi du
dedans. La meilleure ressource contre un adversaire qui doute de ses
droits et de ses forces, c'est de ne pas douter des siens. C'est ainsi que
se conduisit la convention. On a déjà vu les décrets énergiques qu'elle
avait rendus au premier mouvement de révolte. Beaucoup de villes n'ayant
pas voulu céder, l'idée ne lui vint pas un instant de transiger avec
celles dont les actes prenaient le caractère décidé de la rébellion. Les
Lyonnais ayant refusé d'obéir, et de renvoyer à Paris les patriotes
incarcérés, elle ordonna à ses commissaires près l'armée des Alpes
d'employer la force, sans s'inquiéter ni des difficultés, ni des périls
que ces commissaires couraient à Grenoble, où ils avaient les Piémontais
en face, et tous les révoltés de l'Isère et du Rhône sur leurs derrières.
Elle leur prescrivit de faire rentrer Marseille dans le devoir. Elle ne
laissa que trois jours à toutes les administrations pour rétracter leurs
arrêtés équivoques, et enfin elle envoya à Vernon quelques gendarmes et
quelques mille citoyens de Paris, pour soumettre sur-le-champ les insurgés
du Calvados, les plus rapprochés de la capitale.

La grande ressource de la constitution ne fut pas négligée, et huit jours
suffirent pour achever cet ouvrage, qui était plutôt un moyen de
ralliement qu'un véritable plan de législation. Hérault de Séchelles en
avait été le rédacteur. D'après ce projet, tout Français âgé de vingt-un
ans était citoyen, et pouvait exercer ses droits politiques, sans aucune
condition de fortune ni de propriété. Les citoyens réunis nommaient un
député par cinquante mille âmes. Les députés, composant une seule
assemblée, ne pouvaient siéger qu'un an. Ils faisaient des décrets pour
tout ce qui concernait les besoins pressans de l'état, et ces décrets
étaient exécutoires sur-le-champ. Ils faisaient des lois pour tout ce qui
concernait les matières d'un intérêt général et moins urgent, et ces lois
n'étaient sanctionnées que lorsque, dans un délai donné, les assemblées
primaires n'avaient pas réclamé. Le premier jour de mai, les assemblées
primaires se formaient de droit et sans convocation, pour renouveler la
députation. Les assemblées primaires pouvaient demander des conventions
pour modifier l'acte constitutionnel. Le pouvoir exécutif était confié à
vingt-quatre membres nommés par des électeurs, et c'était la seule
élection médiate. Les assemblées primaires nommaient les électeurs, ces
électeurs nommaient des candidats, et le corps législatif réduisait par
élimination les candidats à vingt-quatre. Ces vingt-quatre membres du
conseil choisissaient les généraux, les ministres, les agens de toute
espèce, et les prenaient hors de leur sein. Ils devaient les diriger, les
surveiller, et ils étaient continuellement responsables. Le conseil
exécutif se renouvelait tous les ans par moitié. Enfin, cette
constitution, si courte, si démocratique, où le gouvernement se réduisait
à un simple commissariat temporaire, respectait cependant un seul vestige
de l'ancien régime, les communes, et n'en changeait ni la circonscription
ni les attributions. L'énergie dont elles avaient fait preuve leur avait
valu d'être conservées sur cette table rase, où ne subsistait pas une
seule trace du passé. Presque sans discussion, et en huit jours, cette
constitution fut adoptée,

[Note: Elle fut décrétée le 24 juin. Le projet avait été présenté le 10.]

et à l'instant où l'ensemble en fut voté, le canon retentit dans Paris, et
des cris d'allégresse s'élevèrent de toutes parts. Elle fut imprimée à des
milliers d'exemplaires pour être envoyée à toute la France. Elle n'essuya
qu'une seule contradiction. Ce fut de la part de quelques-uns des
agitateurs qui avaient préparé le 31 mai.

On se souvient du jeune Varlet, pérorant sur les places publiques, du
jeune Lyonnais Leclerc, si violent dans ses discours aux Jacobins, et
suspect même à Marat par ses emportements; de ce Jacques Roux, si dur
envers l'infortuné Louis XVI qui voulait lui remettre son testament; tous
ces hommes s'étaient signalés dans la dernière insurrection, et avaient
une grande influence au comité de l'Évêché et aux Cordeliers. Ils
trouvèrent mauvais que la constitution ne renfermât rien contre les
accapareurs; ils rédigèrent une pétition, la firent signer dans les rues,
et coururent soulever les cordeliers, en disant que la constitution était
incomplète, puisqu'elle ne contenait aucune disposition contre les plus
grands ennemis du peuple. Legendre voulut en vain résister à ce mouvement;
on le traita de modéré, et la pétition, adoptée par la société, fut
présentée par elle à la convention. A cette nouvelle, toute la Montagne
fut indignée. Robespierre, Collot-d'Herbois, s'emportèrent, firent
repousser la pétition, et se rendirent aux jacobins pour montrer le danger
de ces exagérations perfides, qui ne tendaient, disaient-ils, qu'à égarer
le peuple, et ne pouvaient être que l'ouvrage d'hommes payés par les
ennemis de la république. «La constitution la plus populaire qui ait
jamais été, dit Robespierre, vient de sortir d'une assemblée jadis
contre-révolutionnaire, mais purgée maintenant des hommes qui
contrariaient sa marche et mettaient obstacle à ses opérations.
Aujourd'hui pure, cette assemblée a produit le plus bel ouvrage, le plus
populaire qui ait jamais été donné aux hommes; et un individu couvert du
manteau du patriotisme, qui se vante d'aimer le peuple plus que nous,
ameute des citoyens de tout état, et veut prouver qu'une constitution, qui
doit rallier toute la France, ne leur convient pas! Défiez-vous de telles
manoeuvres, défiez-vous de ces ci-devant prêtres coalisés avec les
Autrichiens! Prenez garde au nouveau masque dont les aristocrates vont se
couvrir! J'entrevois un nouveau crime dans l'avenir, qui n'est peut-être
pas loin d'éclater; mais nous le dévoilerons, et nous écraserons les
ennemis du peuple sous quelque forme qu'ils puissent se présenter.»
Collot-d'Herbois parla aussi vivement que Robespierre; il soutint que les
ennemis de la république voulaient pouvoir dire aux départements: «_Vous
voyez, Paris approuve le langage de Jacques Roux!_»

Des acclamations unanimes accueillirent les deux orateurs. Les jacobins,
qui se piquaient de réunir la politique à la passion révolutionnaire, la
prudence à l'énergie, envoyèrent une députation aux cordeliers.
Collot-d'Herbois en était l'orateur. Il fut reçu aux Cordeliers avec la
considération qui était due à l'un des membres les plus renommés des
Jacobins et de la montagne. On professa pour la société qui l'envoyait un
respect profond. La pétition fut rétractée, Jacques Roux et Leclerc furent
exclus. Varlet n'obtint son pardon qu'en raison de son âge, et Legendre
reçut des excuses pour les paroles peu convenables qu'on lui avait
adressées dans la séance précédente. La constitution ainsi vengée fut
envoyée à la France pour être sanctionnée par toutes les assemblées
Primaires.

Ainsi la Convention présentait aux départements, d'une main la
Constitution, de l'autre le décret qui ne leur donnait que trois jours
pour se décider. La Constitution justifiait la Montagne de tout projet
d'usurpation, fournissait un prétexte de se rallier à une autorité
justifiée; et le décret des trois jours ne donnait pas le temps d'hésiter,
et obligeait à préférer le parti de l'obéissance.

Beaucoup de départements en effet cédèrent, et d'autres persistèrent dans
leurs premières démarches. Mais ceux-ci, échangeant des adresses,
s'envoyant des députations, semblaient s'attendre les uns les autres pour
agir. Les distances ne permettaient pas de correspondre rapidement et de
former un ensemble. En outre, le défaut de génie révolutionnaire empêchait
de trouver les ressources nécessaires pour réussir. Quelque bien disposées
que soient les masses, elles ne sont jamais prêtes à tous les sacrifices,
si des hommes passionnés ne les y obligent pas. Il aurait fallu des moyens
violents pour soulever les bourgeois modérés des villes, pour les obliger
à marcher, à contribuer, à se hâter. Mais les girondins, qui condamnaient
tous ces moyens chez les montagnards, ne pouvaient les employer eux-mêmes.
Les négociants bordelais croyaient avoir beaucoup fait quand ils avaient
parlé avec un peu de vivacité dans les sections, mais il n'étaient pas
sortis de leurs murs. Les Marseillais, un peu plus prompts, avaient envoyé
six mille hommes à Avignon, mais ils ne composaient pas eux-mêmes cette
petite armée; ils s'étaient fait remplacer par des soldats payés. Les
Lyonnais attendaient la jonction des Provençaux et des Languedociens; les
Normands paraissaient un peu refroidis; les Bretons seuls ne s'étaient pas
démentis, et avaient rempli eux-mêmes les cadres de leurs bataillons.

On s'agitait beaucoup à Caen, centre principal de l'insurrection.
C'étaient les colonnes parties de ce point qui devaient rencontrer les
premières les troupes de la Convention, et ce premier engagement ne
pouvait qu'avoir une grande importance. Les députés proscrits et assemblés
Autour de Wimpffen se plaignaient de ses lenteurs, et croyaient entrevoir
en lui un royaliste. Wimpffen, pressé de toutes parts, ordonna enfin à
Puisaye de porter, le 13 juillet, son avant-garde à Vernon, et annonça
qu'il allait marcher lui-même avec toutes ses forces. Le 13, en effet,
Puisaye s'avança vers Pacy, et rencontra les levées de Paris, accompagnées
de quelques centaines de gendarmes. Quelques coups de fusil furent tirés
de part et d'autre dans les bois. Le lendemain 14, les fédéralistes
occupèrent Pacy et parurent avoir un léger avantage. Mais le jour suivant
les troupes de la Convention se montrèrent avec du canon. À la première
décharge, la terreur se répandit dans les rangs des fédéralistes; ils se
dispersèrent et s'enfuirent confusément à Évreux. Les Bretons, plus
fermes, se retirèrent avec moins de désordre, mais ils furent entraînés
dans le mouvement rétrograde des autres. A cette nouvelle, la
consternation se répandit dans le Calvados, et toutes les administrations
commencèrent à se repentir de leurs imprudentes démarches. Dès qu'on
apprit cette déroute à Caen, Wimpffen assembla les députés, leur proposa
de se retrancher dans cette ville, et d'y faire une résistance opiniâtre.
Wimpffen, s'ouvrant ensuite davantage, leur dit qu'il ne voyait qu'un
moyen de soutenir cette lutte, c'était de se ménager un allié puissant, et
que, s'ils voulaient, il leur en procurerait un; il leur laissa même
deviner qu'il s'agissait du cabinet anglais. Il ajouta qu'il croyait la
république impossible, et qu'à ses yeux le retour à la monarchie ne serait
pas un malheur. Les girondins repoussèrent avec force toute offre de ce
genre, et témoignèrent la plus franche indignation. Quelques-uns
Commencèrent à sentir alors l'imprudence de leur tentative, et le danger
de lever un étendard quelconque, puisque toutes les factions venaient s'y
rallier pour renverser la république. Ils ne perdirent cependant pas tout
espoir, et songèrent à se retirer à Bordeaux, où quelques-uns croyaient
pouvoir opérer un mouvement sincèrement républicain, et plus heureux que
celui du Calvados et de la Bretagne. Il partirent donc avec les bataillons
bretons qui retournaient chez eux, et projetèrent d'aller s'embarquer à
Brest. Ils prirent l'habit de soldat, et se confondirent dans les rangs du
bataillon du Finistère. Il avaient besoin de se cacher depuis l'échec de
Vernon, parce que toutes les administrations, empressées de se soumettre
et de donner des preuves de zèle à la convention, auraient pu les faire
arrêter. Ils parcoururent ainsi une partie de la Normandie et de la
Bretagne au milieu de dangers continuels et de souffrances affreuses, et
vinrent se cacher aux environs de Brest, pour se rendre ensuite à
Bordeaux. Barbaroux, Pétion, Salles, Louvet, Meilhan, Guadet, Kervélégan,
Gorsas, Girey-Dupré, collaborateur de Brissot, Marchenna, jeune Espagnol
qui était venu chercher la liberté en France, Riouffe, jeune homme attaché
par enthousiasme aux girondins, composaient cette troupe d'illustres
fugitifs, poursuivis comme traîtres à la patrie, quoique tout prêts
cependant à donner leur vie pour elle, et croyant même encore la servir
alors qu'ils la compromettaient par la plus dangereuse diversion.

Dans la Bretagne, dans les départemens de l'Ouest et du bassin supérieur
de la Loire, les administrations s'empressèrent de se rétracter pour
éviter d'être mises hors la loi. La constitution, transportée en tous
lieux, était le prétexte d'une soumission nouvelle. La convention,
disait-on, n'entendait ni s'éterniser, ni s'emparer du pouvoir,
puisqu'elle donnait une constitution; cette constitution devait terminer
bientôt le règne des factions, et paraissait contenir le gouvernement le
plus simple qu'on eût jamais vu. Pendant ce temps, les municipalités
montagnardes, les clubs jacobins, redoublaient d'énergie, et les honnêtes
partisans de la Gironde cédaient devant une révolution qu'ils n'avaient
pas assez de force pour combattre, et qu'ils n'auraient pas eu assez de
force pour défendre. Dès ce moment, Toulouse chercha à se justifier. Les
Bordelais, plus prononcés, ne se soumirent pas formellement, mais ils
firent rentrer leur avant-garde, et cessèrent d'annoncer leur marche sur
Paris. Deux autres événemens importans vinrent terminer les dangers de la
Convention, dans l'Ouest et le Midi: ce fut la défense de Nantes, et la
dispersion des rebelles de la Lozère.

On a vu les Vendéens à Saumur, maîtres du cours de la Loire, et pouvant,
s'ils avaient apprécié leur position, faire sur Paris une tentative qui
eût peut-être réussi, car la Flèche et le Mans étaient sans aucun moyen de
résistance. Le jeune Bonchamps, qui portait seul ses vues au-delà de la
Vendée, aurait voulu qu'on fît une incursion en Bretagne, pour se donner
un port sur l'Océan, et marcher ensuite sur Paris. Mais il n'y avait pas
assez de génie chez ses compagnons d'armes pour qu'il fût compris. La
véritable capitale, sur laquelle il fallait marcher, selon eux, c'était
Nantes: ni leur esprit ni leurs voeux n'allaient au-delà. Il y avait
cependant plusieurs raisons d'en agir ainsi; car Nantes ouvrait les
communications avec la mer, assurait la possession de tout le pays, et
rien n'empêchait les Vendéens, après la prise de cette ville, de tenter
des projets plus hardis: d'ailleurs ils n'arrachaient pas leurs soldats de
chez eux, considération importante avec des paysans qui ne voulaient
jamais perdre leur clocher de vue. Charrette, maître de la Basse-Vendée,
après avoir fait une fausse démonstration sur les Sables, s'était emparé
de Machecoul, et se trouvait aux portes de Nantes. Il ne s'était jamais
concerté avec les chefs de la Haute-Vendée, mais il offrait cette fois de
s'entendre avec eux. Il promettait d'attaquer Nantes par la rive gauche,
tandis que la grande armée l'attaquerait par la rive droite, et il
semblait difficile de ne pas réussir avec un tel concours de moyens.

Les Vendéens évacuèrent donc Saumur, descendirent vers Angers et se
disposèrent à marcher d'Angers sur Nantes, en filant le long de la rive
droite de la Loire. Leur armée était fort diminuée, parce que beaucoup de
paysans ne voulaient pas s'engager dans une expédition aussi longue;
cependant elle se composait encore de trente mille hommes à peu près. Ils
nommèrent un généralissime, et firent choix du voiturier Cathelineau, pour
flatter les paysans et se les attacher davantage. M. de Lescure, blessé,
dut rester dans l'intérieur du pays pour faire de nouveaux rassemblemens,
pour tenir les troupes de Niort en échec, et empêcher que le siège de
Nantes ne fût troublé.

Pendant ce temps, la commission des représentans, séant à Tours, demandait
des secours à tout le monde, et pressait Biron, qui visitait la côte, de
se porter en toute hâte sur les derrières des Vendéens. Ne se contentant
même pas de rappeler Biron, elle ordonnait des mouvemens en son absence,
et faisait marcher vers Nantes toutes les troupes qu'on avait pu réunir à
Saumur. Biron répondit aussitôt aux instances de la commission. Il
consentait, disait-il, au mouvement exécuté sans ses ordres, mais il était
obligé de garder les Sables et la Rochelle, villes plus importantes à ses
yeux que Nantes; les bataillons de la Gironde, les meilleurs de l'armée,
allaient le quitter, et il fallait qu'il les remplaçât; il lui était
impossible de mouvoir son armée sans la voir se débander et se livrer au
pillage, tant elle était indisciplinée: il pouvait donc tout au plus en
détacher trois mille hommes organisés, et il y aurait de la folie,
ajoutait-il, à marcher sur Saumur, et à s'enfoncer dans le pays avec des
forces si peu considérables. Biron écrivit en même temps au comité de
salut public qu'il donnait sa démission, puisque les représentans
voulaient ainsi s'arroger le commandement. Le comité lui répondit qu'il
avait toute raison, que les représentans pouvaient conseiller ou proposer
certaines opérations, mais ne devaient pas les ordonner, et que c'était à
lui seul à prendre les mesures  qu'il croirait convenables pour conserver
Nantes, la Rochelle et Niort. Biron n'en fit pas moins tous ses efforts
pour se composer une petite armée plus mobile, et avec laquelle il pût
aller au secours de la ville assiégée.

Les Vendéens, dans cet intervalle, quittèrent Angers le 27, et se
trouvèrent le 28 en vue de Nantes. Ils firent une sommation menaçante qui
ne fut pas même écoutée, et se préparèrent à l'attaque. Elle devait avoir
lieu sur les deux rives le 29, à deux heures du matin. Canclaux n'avait,
pour garder un espace immense, coupé par plusieurs bras de la Loire, que
cinq mille hommes de troupes réglées, et à peu près autant de gardes
nationales. Il fit les meilleures dispositions, et communiqua le plus
grand courage à la garnison. Le 29, Charette attaqua, à l'heure convenue,
du côté des ponts; mais Cathelineau, qui agissait par la rive droite, et
avait la partie la plus difficile de l'entreprise, fut arrêtée par le
poste de Nort, où quelques cents hommes firent la résistance la plus
héroïque. L'attaque retardée de ce côté en devint plus difficile.
Cependant les Vendéens se répandirent derrière les haies et les jardins,
et serrèrent la ville de très près. Canclaux, général en chef, et Beysser,
commandant de la place, maintinrent partout les troupes républicaines. De
son côté, Cathelineau redoubla d'efforts; déjà il s'était fort avancé dans
un faubourg, lorsqu'une balle vint le frapper mortellement. Ses soldats se
retirèrent consternés en l'emportant sur leurs épaules. Dès ce moment,
l'attaque se ralentit. Après dix-huit heures de combat, les Vendéens se
dispersèrent, et la place fut sauvée.

Tout le monde dans cette journée avait fait son devoir. La garde nationale
avait rivalisé avec les troupes de ligne, et le maire lui-même reçut une
blessure. Le lendemain, les Vendéens se jetèrent dans des barques, et
rentrèrent dans l'intérieur du pays. Dès ce moment, l'occasion des grandes
entreprises fut perdue pour eux; ils ne devaient plus aspirer à exécuter
rien d'important, et ne pouvaient espérer tout au plus que d'occuper leur
propre pays. Dans ce moment, Biron, se hâtant de secourir Nantes, arrivait
à Angers avec ce qu'il avait pu réunir de troupes, et Westermann se
rendait dans la Vendée avec sa légion germanique.

Nantes était à peine délivrée, que l'administration, disposée en faveur
des girondins, voulut se réunir aux insurgés du Calvados. Elle rendit en
effet une arrêté hostile contre la convention, Canclaux s'y opposa de
toutes ses forces, et réussit à ramener les Nantais à l'ordre.

Les dangers les plus graves étaient donc surmontés de ce côté. Un
événement non moins important se passait dans la Lozère; c'était la
soumission de trente mille révoltés, qui auraient pu communiquer avec les
Vendéens, ou avec les Espagnols par le Roussillon.

Par une circonstance des plus heureuses, le député Fabre, envoyé à l'armée
des Pyrénées-Orientales, se trouvait sur les lieux au moment de la
révolte; il y déploya l'énergie qui plus tard lui fit chercher et trouver
la mort aux Pyrénées. Il s'empara des administrations, mit la population
entière sous les armes, et appela à lui toutes les forces des environs en
gendarmerie et troupes réglées; il souleva le Cantal, la Haute-Loire, le
Puy-de-Dôme; et les révoltés frappés, dès le premier moment, poursuivis de
toutes parts, furent dispersés, rejetés dans les bois, et leur chef,
l'ex-constituant Charrier, tomba lui-même au pouvoir des vainqueurs. On
acquit, par ses papiers, la preuve que son projet était lié à la grande
conspiration découverte six mois auparavant en Bretagne, et dont le chef,
La Rouarie, était mort sans pouvoir réaliser ses projets. Dans les
montagnes du Centre et du Midi, la tranquillité était donc assurée, les
derrières de l'armée des Pyrénées étaient garantis, et la vallée du Rhône
n'avait plus l'un de ses flancs couvert par des montagnes insurgées.

Une victoire inattendue sur les Espagnols dans le Roussillon achevait
d'assurer la soumission du Midi. On les a vus, après leur première marche
dans les vallées du Tech et de la Tet, rétrograder pour prendre Bellegarde
et les Bains, et revenir ensuite se placer devant le camp français. Après
l'avoir long-temps observé, ils l'attaquèrent le 17 juillet. Les Français
avaient à peine douze mille jeunes soldats: les Espagnols au contraire
comptaient quinze ou seize mille hommes parfaitement aguerris. Ricardos,
dans l'intention de nous envelopper, avait trop divisé son attaque. Nos
jeunes volontaires, soutenus par le général Barbantane et le brave
Dagobert, tenaient ferme dans leurs retranchemens, et après des efforts
inouïs, les Espagnols parurent décidés à se retirer. Dagobert, qui
attendait ce moment, se précipite sur eux, mais un de ses bataillons se
débande tout à coup, et se laisse ramener en désordre. Heureusement à
cette vue, Deflers, Barbantane, viennent au secours de Dagobert, et tous
s'élancent avec tant de violence, que l'ennemi est culbuté au loin. Ce
combat du 17 juillet releva le courage de nos soldats, et, suivant le
témoignage d'un historien, produisit aux Pyrénées l'effet que Valmy avait
produit dans la Champagne l'année précédente.

Du côté des Alpes, Dubois-Crancé, placé entre la Savoie mécontente, la
Suisse incertaine, Grenoble et Lyon révoltés, se conduisait avec autant de
force que de bonheur. Tandis que les autorités sectionnaires prêtaient
devant lui le serment fédéraliste, il faisait prêter le serment opposé au
club et à son armée, et attendait le premier mouvement favorable pour
agir. Ayant saisi en effet la correspondance des autorités, il y trouva la
preuve qu'elles cherchaient à se coaliser avec Lyon; alors il les dénonça
au peuple de Grenoble comme voulant amener la dissolution de la république
par une guerre civile, et profitant d'un moment de chaleur, il les fit
destituer, et rendit tous les pouvoirs à l'ancienne municipalité. Dès ce
moment, tranquille sur Grenoble, il s'occupa de réorganiser l'armée des
Alpes, afin de conserver la Savoie et de faire exécuter les décrets de la
convention contre Lyon et Marseille. Il changea tous les états-majors,
rétablit l'ordre dans ses bataillons, incorpora les recrues provenant de
la levée des trois cent mille hommes; et quoique les départemens de la
Lozère, de la Haute-Loire, eussent employé leur contingent à étouffer la
révolte de leurs montagnes, il tâcha d'y suppléer par des réquisitions.
Après ces premiers soins, il fit partir le général Carteaux avec quelques
mille hommes d'infanterie, et avec la légion levée en Savoie sous le nom
de légion des Allobroges, pour se rendre à Valence, y occuper le cours du
Rhône, et empêcher la jonction des Marseillais avec les Lyonnais.
Carteaux, parti dans les premiers jours de juillet, se porta rapidement
sur Valence, et de Valence sur le Pont-Saint-Esprit, où il enleva le corps
des Nîmois, dispersa les uns, s'incorpora les autres, et s'assura les deux
rives du Rhône. Il se jeta immédiatement après sur Avignon, où les
Marseillais s'étaient établis quelque temps auparavant.

Tandis que ces événemens se passaient à Grenoble, Lyon affectant toujours
la plus grande fidélité à la république, promettant de maintenir son
_unité_, son _indivisibilité_, n'obéissait pourtant pas au décret de la
convention, qui évoquait au tribunal révolutionnaire de Paris les
procédures intentées contre divers patriotes. Sa commission et son
état-major se remplissaient de royalistes cachés. Rambaud, président de la
commission, Précy, commandant de la force départementale, étaient
secrètement dévoués à la cause de l'émigration. Égarés par de dangereuses
suggestions, les malheureux Lyonnais allaient se compromettre avec la
convention qui, désormais obéie et victorieuse, devait faire tomber sur la
dernière ville restée en révolte tout le châtiment réservé au fédéralisme
vaincu. En attendant, ils s'armaient à Saint-Etienne, réunissaient des
déserteurs de toute espèce; mais, cherchant toujours à ne pas se montrer
en révolte ouverte, ils laissaient passer les convois destinés aux
frontières, et ordonnaient l'élargissement des députés Noël Pointe,
Santeyra et Lesterpt-Beauvais, arrêtés par les communes environnantes.

Le Jura était un peu calmé; les représentans Bassal et Garnier, qu'on y a
vus avec quinze cents hommes enveloppés par quinze mille, avaient éloigné
leurs forces trop insuffisantes, et tâché de négocier. Ils réussirent, et
les administrations révoltées leur avaient promis de mettre fin à ce
mouvement par l'acceptation de la constitution.

Près de deux mois s'étaient écoulés depuis le 2 juin (car on touchait à la
fin de juillet); Valenciennes et Mayence étaient toujours menacées; mais
la Normandie, la Bretagne et presque tous les départemens de l'Ouest
étaient rentrés sous l'obéissance. Nantes venait d'être délivrée des
Vendéens, les Bordelais n'osaient pas sortir de leurs murs, la Lozère
était soumise; les Pyrénées se trouvaient garanties pour le moment,
Grenoble était pacifiée, Marseille était isolée de Lyon, par les succès de
Carteaux, et Lyon, quoique refusant d'obéir aux décrets, n'osait cependant
pas déclarer la guerre. L'autorité de la convention était donc à peu près
rétablie dans l'intérieur. D'une part, la lenteur des fédéralistes, leur
défaut d'ensemble, leurs demi-moyens; de l'autre, l'énergie de la
convention, l'unité de sa puissance, sa position centrale, son habitude du
commandement, sa politique tour à tour habile et forte, avaient décidé le
triomphe de la Montagne sur ce dernier effort des girondins.
Applaudissons-nous de ce résultat, car dans un moment où la France était
attaquée de toutes parts, le plus digne de commander c'était le plus fort.
Les fédéralistes vaincus se condamnaient par leurs propres paroles: Les
honnêtes gens, disaient-ils, n'ont jamais su avoir de l'énergie.

Mais tandis que les fédéralistes succombaient de tous côtés, un dernier
accident allait exciter contre eux les plus grandes fureurs.

A cette époque vivait dans le Calvados une jeune fille, âgée de vingt-cinq
ans, réunissant à une grande beauté un caractère ferme et indépendant.
Elle se nommait Charlotte Corday d'Armans. Ses moeurs étaient pures, mais
son esprit était actif et inquiet. Elle avait quitté la maison paternelle
pour aller vivre avec plus de liberté chez une de ses amies à Caen. Son
père avait autrefois, par quelques écrits, réclamé les privilèges de sa
province, à l'époque où la France était réduite encore à réclamer des
privilèges de villes et de provinces. La jeune Corday s'était enflammée
pour la cause de la révolution, comme beaucoup de femmes de son temps, et,
de même que madame Roland, elle était enivrée de l'idée d'une république
soumise aux lois et féconde en vertus. Les girondins lui paraissaient
vouloir réaliser son rêve; les montagnards semblaient seuls y apporter des
obstacles; et, à la nouvelle du 31 mai, elle résolut de venger ses
orateurs chéris. La guerre du Calvados commençait; elle crut que la mort
du chef des anarchistes, concourant avec l'insurrection des départemens,
assurerait la victoire de ces derniers; elle résolut donc de faire un
grand acte de dévouement, et de consacrer à sa patrie une vie dont un
époux, des enfans, une famille, ne faisaient ni l'occupation ni le charme.
Elle trompa son père, et lui écrivit que les troubles de la France
devenant tous les jours plus effrayans, elle allait chercher le calme et
la sécurité en Angleterre. Tout en écrivant cela, elle s'acheminait vers
Paris. Avant son départ, elle voulut voir à Caen les députés, objets de
son enthousiasme et de son dévouement. Pour parvenir jusqu'à eux, elle
imagina un prétexte, et demanda à Barbaroux une lettre de recommandation
auprès du ministre de l'intérieur, ayant, disait-elle, des papiers à
réclamer pour une amie, ancienne chanoinesse. Barbaroux lui en donna une
pour le député Duperret, ami de Garat. Ses collègues, qui la virent comme
lui, et comme lui l'entendirent exprimer sa haine contre les montagnards,
et son enthousiasme pour une république pure et régulière, furent frappés
de sa beauté et touchés de ses sentimens. Tous ignoraient ses projets.

Arrivée à Paris, Charlotte Corday songea à choisir sa victime. Danton et
Robespierre étaient assez célèbres dans la Montagne pour mériter ses
coups, mais Marat était celui qui avait paru le plus effrayant aux
provinces, et qu'on regardait comme le chef des anarchistes. Elle voulait
d'abord frapper Marat au faîte même de la Montagne et au milieu de ses
amis; mais elle ne le pouvait plus, car Marat se trouvait dans un état qui
l'empêchait de siéger à la convention. On se rappelle sans doute qu'il
s'était suspendu volontairement pendant quinze jours; mais, voyant que le
procès des girondins ne pouvait être vidé encore, il mit fin à cette
ridicule comédie, et reparut à sa place.

Bientôt une de ces maladies inflammatoires qui, dans les révolutions,
terminent ces existences orageuses que ne termine pas l'échafaud,
l'obligea à se retirer et à rentrer dans sa demeure. Là, rien ne pouvait
calmer sa dévorante activité; il passait une partie du jour dans son bain,
entouré de plumes et de papiers, écrivant sans cesse, rédigeant son
journal, adressant des lettres à la convention, et se plaignant de ce
qu'on ne leur donnait pas assez d'attention. Il en écrivit une dernière,
disant que, si on ne la lisait pas, il allait se faire transporter malade
à la tribune, et la lire lui-même. Dans cette lettre, il dénonçait deux
généraux, Custine et Biron. «Custine, disait-il, transporté du Rhin au
Nord, y faisait comme Dumouriez, il médisait des _anarchistes_, il
composait ses états-majors à sa fantaisie, armait certains bataillons,
désarmait certains autres, et les distribuait conformément à ses plans,
qui, sans doute, étaient ceux d'un conspirateur.» (On se souvient que
Custine profitait du siège de Valenciennes pour réorganiser l'armée du
Nord au camp de César.) «Quant à Biron, c'était un ancien valet de cour;
il affectait une grande crainte des Anglais pour se tenir dans la
Basse-Vendée, et laisser à l'ennemi la possession de la Vendée supérieure.
Évidemment il n'attendait qu'une descente, pour lui-même se réunir aux
Anglais et leur livrer notre armée. La guerre de la Vendée aurait dû être
déjà finie. Un homme judicieux, après avoir vu les Vendéens se battre une
fois, devait trouver le moyen de les détruire. Pour lui, qui possédait
aussi la science militaire, il avait imaginé une manoeuvre infaillible, et
si son état de santé n'avait pas été aussi mauvais, il se serait fait
transporter sur les bords de la Loire pour mettre lui-même ce plan à
exécution. Custine et Biron étaient les deux Dumouriez du moment; et,
après les avoir arrêtés, il fallait prendre une dernière mesure qui
répondrait à toutes les calomnies, et engagerait tous les députés sans
retour dans la révolution, c'était de mettre à mort les Bourbons
prisonniers, et de mettre à prix la tête des Bourbons fugitifs. De cette
manière on n'accuserait plus les uns de destiner Orléans au trône, et on
empêcherait les autres de faire leur paix avec la famille des Capet.

C'était toujours, comme on le voit, la même vanité, la même fureur, et la
même promptitude à devancer les craintes populaires. Custine et Biron, en
effet, allaient devenir les deux objets de la fureur générale, et c'était
Marat qui, malade et mourant, avait encore eu l'honneur de l'initiative.

Charlotte Corday, pour l'atteindre, était donc obligée d'aller le chercher
chez lui. D'abord elle remit la lettre qu'elle avait pour Duperret,
remplit sa commission auprès du ministre de l'intérieur, et se prépara à
consommer son projet. Elle demanda à un cocher de fiacre l'adresse de
Marat, s'y rendit, et fut refusée. Alors elle lui écrivit, et lui dit
qu'arrivée du Calvados, elle avait d'importantes choses à lui apprendre.
C'était assez pour obtenir son introduction. Le 13 juillet, en effet, elle
se présente à huit heures du soir. La gouvernante de Marat, jeune femme de
vingt-sept ans, avec laquelle il vivait maritalement, lui oppose quelques
difficultés; Marat, qui était dans son bain, entend Charlotte Corday, et
ordonne qu'on l'introduise. Restée seule avec lui, elle rapporte ce
qu'elle a vu à Caen, puis l'écoute, le considère avant de le frapper.
Marat demande avec empressement le nom des députés présens à Caen; elle
les nomme, et lui, saisissant un crayon, se met à les écrire, en ajoutant:
«C'est bien, ils iront tous à la guillotine.--A la guillotine!...» reprend
la jeune Corday indignée; alors elle tire un couteau de son sein, frappe
Marat sous le téton gauche, et enfonce le fer jusqu'au coeur. «_A moi!_
s'écrie-t-il, _à moi, ma chère amie!_» Sa gouvernante s'élance à ce cri;
un commissionnaire qui ployait des journaux accourt de son côté; tous deux
trouvent Marat plongé dans son sang, et la jeune Corday calme, sereine,
immobile. Le commissionnaire la renverse d'un coup de chaise, la
gouvernante la foule aux pieds. Le tumulte attire du monde, et bientôt
tout le quartier est en rumeur. La jeune Corday se relève, et brave avec
dignité les outrages et les fureurs de ceux qui l'entourent. Des membres
de la section, accourus à ce bruit, et frappés de sa beauté, de son
courage, du calme avec lequel elle avoue son action, empêchent qu'on ne la
déchire, et la conduisent en prison, où elle continue à tout confesser
avec la même assurance.

Cet assassinat, comme celui de Lepelletier, causa une rumeur
extraordinaire. On répandit sur-le-champ que c'étaient les girondins qui
avaient armé Charlotte Corday. On avait dit la même chose pour
Lepelletier, et on le répétera dans toutes les occasions semblables. Une
opinion opprimée se signale presque toujours par un coup de poignard; ce
n'est qu'une âme plus exaspérée qui a conçu et exécuté l'acte, on l'impute
cependant à tous les partisans de la même opinion, et on s'autorise ainsi
à exercer sur eux de nouvelles vengeances, et à faire un martyr. On était
embarrassé de trouver des crimes aux députés détenus; la révolte
départementale fournit un premier prétexte de les immoler, en les
déclarant complices des députés fugitifs; la mort de Marat servit de
complément à leurs crimes supposés, et aux raisons qu'on voulait se
procurer pour les envoyer à l'échafaud.

La Montagne, les jacobins, et surtout les cordeliers, qui se faisaient
gloire d'avoir possédé Marat les premiers, d'être demeurés plus
particulièrement liés avec lui, et de ne l'avoir jamais désavoué,
témoignèrent une grande douleur. Il fut convenu qu'il serait enterré dans
leur jardin, et sous les arbres mêmes où le soir il lisait sa feuille au
peuple. La convention décida qu'elle assisterait en corps à ses
funérailles. Aux Jacobins, on proposa de lui décerner des honneurs
extraordinaires; on voulut lui donner le Panthéon, bien que la loi ne
permît d'y transporter un individu que vingt ans après sa mort. On
demandait que toute la société se rendît en masse à son convoi; que les
presses de l'Ami du Peuple fussent achetées par la société, pour qu'elles
ne tombassent pas en des mains indignes; que son journal fût continué par
des successeurs capables, sinon de l'égaler, du moins de rappeler son
énergie et de remplacer sa vigilance. Robespierre, qui s'attachait à
rendre les jacobins toujours plus imposans, en s'opposant à toutes leurs
vivacités, et qui d'ailleurs voulait ramener à lui l'attention trop fixée
sur le martyr, prit la parole dans cette circonstance. «Si je parle
aujourd'hui, dit-il, c'est que j'ai le droit de le faire. Il s'agit des
poignards, ils m'attendent, je les ai mérités, et c'est l'effet du hasard
si Marat a été frappé avant moi. J'ai donc le droit d'intervenir dans la
discussion, et je le fais pour m'étonner que votre énergie s'épuise ici en
vaines déclamations, et que vous ne songiez qu'à de vaines pompes. Le
meilleur moyen de venger Marat, c'est de poursuivre impitoyablement ses
ennemis. La vengeance qui cherche à se satisfaire en vains honneurs
funéraires s'apaise bientôt, et ne songe plus à s'exercer d'une manière
plus réelle et plus utile. Renoncez donc à d'inutiles discussions, et
vengez Marat d'une manière plus digne de lui.» Toute discussion fut
écartée par ces paroles, et on ne songea plus aux propositions qui avaient
été faites. Néanmoins, les jacobins, la convention, les cordeliers, toutes
les sociétés populaires et les sections, se préparèrent à lui décerner des
honneurs magnifiques. Son corps resta exposé pendant plusieurs jours; Il
était découvert, et on voyait la blessure qu'il avait reçue. Les sociétés
populaires, les sections venaient processionnellement jeter des fleurs sur
son cercueil. Chaque président prononçait un discours. La section de la
République vient la première: «il est mort, s'écrie son président, il est
mort l'ami du peuple.... Il est mort assassiné!... Ne prononçons point son
éloge sur ses dépouilles inanimées. Son éloge c'est sa conduite, ses
écrits, sa plaie sanglante, et sa mort!... Citoyennes, jetez des fleurs
sur le corps pâle de Marat! Marat fut notre ami, il fut l'ami du peuple,
c'est pour le peuple qu'il a vécu, c'est pour le peuple qu'il est mort.»
Après ces paroles, des jeunes filles font le tour du cercueil, et jettent
des fleurs sur le corps de Marat. L'orateur reprend: «Mais c'est assez se
lamenter; écoutez la grande âme de Marat, qui se réveille et vous dit:
Républicains, mettez un terme à vos pleurs.... Les républicains ne doivent
verser qu'une larme, et songer ensuite à la patrie. Ce n'est pas moi qu'on
a voulu assassiner, c'est la république: ce n'est pas moi qu'il faut
venger, c'est la république, c'est le peuple, c'est vous!»

Toutes les sociétés, toutes les sections vinrent ainsi l'une après l'autre
autour du cercueil de Marat; et si l'histoire rappelle de pareilles
scènes, c'est pour apprendre aux hommes à réfléchir sur l'effet des
préoccupations du moment, et pour les engager à bien s'examiner eux-mêmes
lorsqu'ils pleurent les puissances ou maudissent les vaincus du jour.

Pendant ce temps, le procès de la jeune Corday s'instruisait avec la
rapidité des formes révolutionnaires. On avait impliqué dans son affaire
deux députés; l'un était Duperret, avec lequel elle avait eu des rapports,
et qui l'avait conduite chez le ministre de l'intérieur; l'autre était
Fauchet, ancien évêque, devenu suspect à cause de ses liaisons avec le
côté droit, et qu'une femme, ou folle ou méchante, prétendait faussement
avoir vu aux tribunes avec l'accusée.

Charlotte Corday, conduite en présence du tribunal, conserve le même
calme. On lui lit son acte d'accusation, après quoi on procède à
l'audition des témoins: Corday interrompt le premier témoin, et ne
laissant pas le temps de commencer sa déposition: «C'est moi, dit-elle,
qui ai tué Marat.--Qui vous a engagée à commettre cet assassinat? lui
demande le président.--Ses crimes.--Qu'entendez-vous par ses crimes?--Les
malheurs dont il est cause depuis la révolution.--Qui sont ceux qui vous
ont engagée à cette action?--Moi seule, reprend fièrement la jeune fille.
Je l'avais résolu depuis long-temps, et je n'aurais jamais pris conseil
des autres pour une pareille action. J'ai voulu donner la paix à mon
pays.--Mais croyez-vous avoir tué tous les Marat?--Non, reprend tristement
l'accusée, non.» Elle laisse ensuite achever les témoins, et après chaque
déposition, elle répète chaque fois: «C'est vrai, le déposant a raison.»
Elle ne se défend que d'une chose, c'est de sa prétendue complicité avec
les girondins. Elle ne dément qu'un seul témoin, c'est la femme qui
implique Duperret et Fauchet dans sa cause; puis elle se rassied et écoute
le reste de l'instruction avec une parfaite sérénité. «Vous le voyez, dit
pour toute défense son avocat Chauveau-Lagarde, l'accusée avoue tout avec
une inébranlable assurance. Ce calme et cette abnégation, sublimes sous un
rapport, ne peuvent s'expliquer que par le fanatisme politique le plus
exalté. C'est à vous de juger de quel poids cette considération morale
doit être dans la balance de la justice.»

Charlotte Corday est condamnée à la peine de mort. Son beau visage n'en
paraît pas ému; elle rentre dans sa prison avec le sourire sur les lèvres;
elle écrit à son père pour lui demander pardon d'avoir disposé de sa vie;
elle écrit à Barbaroux, auquel elle raconte son voyage et son action dans
une lettre charmante, pleine de grâce, d'esprit et d'élévation; elle lui
dit que ses amis ne doivent pas la regretter, car une imagination vive, un
coeur sensible, promettent une vie bien orageuse à ceux qui en sont doués.
Elle ajoute qu'elle s'est bien vengée de Pétion, qui à Caen suspecta un
moment ses sentimens politiques. Enfin elle le prie de dire à Wimpffen
qu'elle l'a aidé à gagner plus d'une bataille. Elle termine par ces mots:
«Quel triste peuple pour former une république! il faut au moins fonder la
paix; le gouvernement viendra comme il le pourra.»

Le 15, Charlotte Corday subit son jugement avec le calme qui ne l'avait
pas quittée. Elle répondit par l'attitude la plus modeste et la plus digne
aux outrages de la vile populace. Cependant tous ne l'outrageaient pas;
beaucoup plaignaient cette fille si jeune, si belle, si désintéressée dans
son action, et l'accompagnaient à l'échafaud d'un regard de pitié et
d'admiration.

Marat fut transporté en grande pompe au jardin des Cordeliers. «Cette
pompe, disait le rapport de la commune, n'avait rien que de simple et de
patriotique: le peuple, rassemblé sous les bannières des sections,
arrivait paisiblement. Un désordre en quelque sorte imposant, un silence
respectueux, une consternation générale, offraient le spectacle le plus
touchant. La marche a duré depuis six heures du soir jusqu'à minuit; elle
était formée de citoyens de toutes les sections, des membres de la
convention, de ceux de la commune et du départemens, des électeurs et des
sociétés populaires. Arrivé dans le jardin des Cordeliers, le corps de
Marat a été déposé sous les arbres, dont les feuilles, légèrement agitées,
réfléchissaient et multipliaient une lumière douce et tendre. Le peuple
environnait le cercueil en silence. Le président de la convention a
d'abord fait un discours éloquent, dans lequel il a annoncé que le temps
arriverait bientôt où Marat serait vengé, mais qu'il ne fallait pas, par
des démarches hâtives et inconsidérées, s'attirer des reproches des
ennemis de la patrie. Il a ajouté que la liberté ne pouvait périr, et que
la mort de Marat ne ferait que la consolider. Après plusieurs discours qui
ont été vivement applaudis, le corps de Marat a été déposé dans la fosse.
Les larmes ont coulé, et chacun s'est retiré l'âme navrée de douleur.»

Le coeur de Marat, disputé par plusieurs sociétés, resta aux Cordeliers.
Son buste, répandu partout avec celui de Lepelletier et de Brutus, figura
dans toutes les assemblées et les lieux publics. Le scellé mis sur ses
papiers fut levé; on ne trouva chez lui qu'un assignat de cinq francs, et
sa pauvreté fut un nouveau sujet d'admiration. Sa gouvernante, qu'il
avait, selon les paroles de Chaumette, prise pour épouse, _un jour de beau
temps, à la face du soleil_, fut appelée sa veuve, et nourrie aux frais de
l'état.

Telle fut la fin de cet homme, le plus étrange de cette époque si féconde
en caractères. Jeté dans la carrière des sciences, il voulut renverser
tous les systèmes; jeté dans les troubles politiques, il conçut tout
d'abord une pensée affreuse, une pensée que les révolutions réalisent
chaque jour, à mesure que leurs dangers s'accroissent, mais qu'elles ne
s'avouent jamais, la destruction de tous leurs adversaires. Marat, voyant
que, tout en les condamnant, la révolution n'en suivait pas moins ses
conseils, que les hommes qu'il avait dénoncés étaient dépopularisés et
immolés au jour qu'il avait prédit, se regarda comme le plus grand
politique des temps modernes, fut saisi d'un orgueil et d'une audace
extraordinaires, et resta toujours horrible pour ses adversaires, et au
moins étrange pour ses amis eux-mêmes. Il finit par un accident aussi
singulier que sa vie, et succomba au moment même où les chefs de la
république, se concertant pour former un gouvernement cruel et sombre, ne
pouvaient plus s'accommoder d'un collègue maniaque, systématique et
audacieux, qui aurait dérangé tous leurs plans par ses saillies.
Incapable, en effet, d'être un chef actif et entraînant, il fut l'apôtre
de la révolution; et lorsqu'il ne fallait plus d'apostolat, mais de
l'énergie et de la tenue, le poignard d'une jeune fille indignée vint à
propos en faire un martyr, et donner un saint au peuple, qui fatigué de
ses anciennes images, avait besoin de s'en créer de nouvelles.



CHAPITRE XI


DISTRIBUTION DES PARTIS DEPUIS LE 31 MAI, DANS LA CONVENTION, DANS LE.
COMITÉ DE SALUT PUBLIC ET LA COMMUNE.--DIVISIONS DANS LA _Montagne_.
--DISCRÉDIT DE DANTON.--POLITIQUE DE ROBESPIERRE.--ÉVÉNEMENS EN VENDÉE.
--DÉFAITE DE WESTERMANN A CHATILLON, ET DU GÉNÉRAL LABAROLIÈRE A VIHIERS.
--SIÈGE ET PRISE DE MAYENCE PAR LES PRUSSIENS ET LES AUTRICHIENS.--PRISE
DE VALENCIENNES.--DANGERS EXTRÊMES DE LA RÉPUBLIQUE EN AOUT 1793.--ÉTAT
FINANCIER.--DISCRÉDIT DES ASSIGNATS.--ÉTABLISSEMENT DU _maximum_.
--DÉTRESSE PUBLIQUE.--AGIOTAGE.


Des triumvirs si fameux, il ne restait plus que Robespierre et Danton.
Pour se faire une idée de leur influence, il faut voir comment s'étaient
distribués les pouvoirs, et quelle marche avaient suivie les esprits
depuis la suppression du côté droit.

Dès le jour même de son institution, la convention fut en réalité saisie
de tous les pouvoirs. Elle ne voulut cependant pas les garder
ostensiblement dans ses mains, afin d'éviter les apparences du despotisme;
elle laissa donc exister hors de son sein un fantôme de pouvoir exécutif,
et conserva des ministres. Mécontente de leur administration, dont
l'énergie n'était pas proportionnée aux circonstances, elle établit,
immédiatement après la défection de Dumouriez, un comité de salut public,
qui entra en fonctions le 10 avril, et qui eut sur le gouvernement une
inspection supérieure. Il pouvait suspendre l'exécution des mesures prises
par les ministres, y suppléer quand il les jugeait insuffisantes, ou les
révoquer lorsqu'il les croyait mauvaises. Il rédigeait les instructions
des représentans envoyés en mission, et pouvait seul correspondre avec
eux. Placé de cette manière au-dessus des ministres et des représentans,
qui étaient eux-mêmes placés au-dessus des fonctionnaires de toute espèce,
il avait sous sa main le gouvernement tout entier. Quoique, d'après son
titre, cette autorité ne fût qu'une simple inspection, en réalité elle
devenait l'action même, car un chef d'état n'exécute jamais rien lui-même,
et se borne à tout faire faire sous ses yeux, à choisir les agens, à
diriger les opérations. Or, par son seul droit d'inspection, le comité
pouvait tout cela, et il l'accomplit. Il régla les opérations militaires,
commanda les approvisionnemens, ordonna les mesures de sûreté, nomma les
généraux et les agens de toute espèce, et les ministres tremblans se
trouvaient trop heureux de se décharger de toute responsabilité en se
réduisant au rôle de simples commis. Les membres qui composaient le comité
de salut public étaient Barrère, Delmas, Bréard, Cambon, Robert Lindet,
Danton, Guyton-Morveau, Mathieu et Ramel. Ils étaient reconnus pour des
hommes habiles et laborieux, et quoiqu'ils fussent suspects d'un peu de
modération, on ne les suspectait pas au point de les croire, comme les
girondins, complices de l'étranger. En peu de temps, ils réunirent dans
leurs mains toutes les affaires de l'état, et bien qu'ils n'eussent été
nommés que pour un mois, on ne voulut pas les interrompre dans leurs
travaux, et on les prorogea de mois en mois, du 10 avril au 10 mai, du
10 mai au 10 juin, du 10 juin au 10 juillet. Au-dessous de ce comité, le
comité de sûreté générale exerçait la haute police, chose si importante en
temps de défiance; mais, dans ses fonctions mêmes, il dépendait du comité
de salut public, qui, chargé en général de tout ce qui intéressait le
salut de l'état, devenait compétent pour rechercher les complots contre la
république.

Ainsi, par ses décrets, la convention avait la volonté suprême; par ses
représentans et son comité, elle avait l'exécution; de manière que, tout
en ne voulant pas réunir les pouvoirs dans ses mains, elle y avait été
invinciblement conduite par les circonstances, et par le besoin de faire
exécuter, sous ses yeux et par ses propres membres, ce qu'elle croyait mal
fait par des agens étrangers.

Cependant, quoique toute l'autorité s'exerçât dans son sein, elle ne
participait aux opérations du gouvernement que par son approbation, et ne
les discutait plus. Les grandes questions d'organisation sociale étaient
résolues par la constitution, qui établissait la démocratie pure. La
question de savoir si on emploierait, pour se sauver, les moyens les plus
révolutionnaires, et si on s'abandonnerait à tout ce que la passion
pourrait inspirer, était résolue par le 31 mai. Ainsi la constitution
de l'état et la morale politique se trouvaient fixées. Il ne restait donc
plus à examiner que des mesures administratives, financières et
militaires. Or, les sujets de cette nature peuvent rarement être compris
par une nombreuse assemblée, et sont livrés à l'arbitraire des hommes qui
s'en occupent spécialement. La convention s'en remettait volontiers à cet
égard aux comités qu'elle avait chargés des affaires. Elle n'avait à
soupçonner ni leur probité, ni leurs lumières, ni leur zèle. Elle était
donc réduite à se taire; et la dernière révolution, en lui ôtant le
courage de discuter, lui en avait enlevé l'occasion. Elle n'était plus
qu'un conseil d'état, où des comités, chefs des travaux, venaient rendre
des comptes toujours applaudis, et proposer des décrets toujours adoptés.
Les séances, devenues silencieuses, sombres, et assez courtes, ne se
prolongeaient plus, comme auparavant, pendant les journées et les nuits.

Au-dessous de la convention, qui s'occupait des matières générales de
gouvernement, la commune s'occupait du régime municipal, et y faisait une
véritable révolution. Ne songeant plus, depuis le 31 mai, à conspirer et à
se servir de la force locale de Paris contre la convention, elle
s'occupait de la police, des subsistances, des marchés, des cultes, des
spectacles, des filles publiques même, et rendait, sur tous ces objets de
régime intérieur et privé, des arrêtés, qui devenaient bientôt modèles
dans toute la France. Chaumette, procureur général de la commune, était,
par ses réquisitoires toujours écoutés et applaudis par le peuple, le
rapporteur de cette législature municipale. Cherchant sans cesse de
nouvelles matières à régler, envahissant continuellement sur la liberté
privée, ce législateur des halles et des marchés devenait chaque jour plus
importun et plus redoutable. Pache, toujours impassible, laissait tout
faire sous ses yeux, donnait son approbation aux mesures proposées, et
abandonnait à Chaumette les honneurs de la tribune municipale.

La convention laissait agir librement ses comités, et la commune étant
exclusivement occupée de ses attributions, la discussion sur les matières
de gouvernement était restée aux jacobins; seuls, ils discutaient avec
leur audace accoutumée les opérations du gouvernement, et la conduite de
chacun de ses agens. Depuis longtemps, comme on l'a vu, ils avaient acquis
une très grande importance par leur nombre, par l'illustration et le haut
rang de la plupart de leurs membres, par le vaste cortège de leurs
sociétés affiliées, enfin par leur ancienneté et leur longue influence sur
la révolution. Mais depuis le 31 mai, ayant fait taire le côté droit de
l'assemblée, et fait prédominer le système d'une énergie sans bornes, ils
avaient acquis une puissance d'opinion immense, et avaient hérité de la
parole abdiquée en quelque sorte par la convention. Ils poursuivaient les
comités d'une surveillance continuelle, examinaient leur conduite ainsi
que celle des représentans, des ministres, des généraux, avec cette fureur
de personnalités qui leur était propre: ils exerçaient ainsi sur tous les
agens une censure inexorable, souvent inique, mais toujours utile par la
terreur qu'elle inspirait et le dévouement qu'elle imposait à tous. Les
autres sociétés populaires avaient aussi leur liberté et leur influence,
mais se soumettaient cependant à l'autorité des jacobins. Les cordeliers,
par exemple, plus turbulens, plus prompts à agir, reconnaissaient
néanmoins la supériorité de raison de leurs aînés, et se laissaient
ramener par leurs conseils, quand il leur arrivait de devancer le moment
d'une proposition, par excès d'impatience révolutionnaire. La pétition de
Jacques Roux contre la constitution, rétractée par les cordeliers à la
voix des jacobins, était une preuve de cette déférence.

Telle était, depuis le 31 mai, la distribution des pouvoirs et des
influences: on voyait à la fois un comité gouvernant, une commune occupée
de règlemens municipaux, et des jacobins exerçant sur le gouvernement une
censure continuelle et rigoureuse.

Deux mois ne s'étaient pas écoulés sans que l'opinion s'exerçât sévèrement
contre l'administration actuelle. Les esprits ne pouvaient pas s'arrêter
au 31 mai; leur exigence devait aller au-delà, et il était naturel qu'ils
demandassent toujours et plus d'énergie, et plus de célérité, et plus de
résultats. Dans la réforme générale des comités, réclamée le 2 juin, on
avait épargné le comité de salut public, rempli d'hommes laborieux,
étrangers à tous les partis, et chargés de travaux qu'il était dangereux
d'interrompre; mais on se souvenait qu'il avait hésité au 31 mai et au 2
juin, qu'il avait voulu négocier avec les départemens, et leur envoyer des
otages, et on ne tarda pas à le trouver insuffisant pour les
circonstances. Institué dans le moment le plus difficile, on lui imputait
des défaites qui étaient le malheur de notre situation et non sa faute.
Centre de toutes les opérations, il était encombré d'affaires, et on lui
reprochait de s'ensevelir dans les papiers, de s'absorber dans les
détails, d'être en un mot usé et incapable. Établi cependant au moment de
la défection de Dumouriez, lorsque toutes les armées étaient
désorganisées, lorsque la Vendée se levait et que l'Espagne commençait la
guerre, il avait réorganisé l'armée du Nord et celle du Rhin, et il avait
créé celles des Pyrénées et de la Vendée, qui n'existaient pas, et
approvisionné cent vingt-six places ou forts; et quoiqu'il restât encore
beaucoup à faire pour mettre nos forces sur le pied nécessaire, c'était
beaucoup d'avoir exécuté de pareils travaux en si peu de temps et à
travers les obstacles de l'insurrection départementale. Mais la défiance
publique exigeait toujours plus qu'on ne faisait, plus qu'on ne pouvait
faire, et c'est en cela même qu'on provoquait une énergie si grande et
proportionnée au danger. Pour augmenter la force du comité, et remonter
son énergie révolutionnaire, on avait adjoint à ses membres Saint-Just,
Jean-Bon-Saint-André et Couthon. Néanmoins, on n'était pas satisfait
encore, et on disait que les derniers venus étaient excellens sans doute,
mais que leur influence était neutralisée par les autres.

L'opinion ne s'exerçait pas moins sévèrement contre les ministres. Celui
de l'intérieur, Garat, d'abord assez bien vu à cause de sa neutralité
entre les girondins et les jacobins, n'était plus qu'un modéré depuis le 2
juin. Chargé de préparer un écrit pour éclairer les départemens sur les
derniers événemens, il avait fait une longue dissertation, où il
expliquait et compensait tous les torts avec une impartialité très
philosophique sans doute, mais peu appropriée aux dispositions du moment.
Robespierre, auquel il communiqua cet écrit beaucoup trop sage, le
repoussa. Les jacobins en furent bientôt instruits, et ils reprochèrent à
Garat de n'avoir rien fait pour combattre le poison répandu par Roland. Il
en était de même du ministre de la marine, d'Albarade, qu'on accusait de
laisser dans les états-majors des escadres tous les anciens aristocrates.
Il est vrai en effet qu'il en avait conservé beaucoup, et les événemens de
Toulon le prouvèrent bientôt; mais les épurations étaient plus difficiles
dans les armées de mer que dans celles de terre, parce que les
connaissances spéciales qu'exigé la marine ne permettaient pas de
remplacer les vieux officiers par de nouveaux, et de faire, en six mois,
d'un paysan un soldat, un sous-officier, un général. Le ministre de la
guerre, Bouchotte, s'était seul conservé en faveur, parce que, à l'exemple
de Pache, son prédécesseur, il avait livré ses bureaux aux jacobins et aux
cordeliers, et avait calmé leur défiance en les appelant eux-mêmes dans
son administration. Presque tous les généraux étaient accusés, et
particulièrement les nobles; mais deux surtout étaient devenus
l'épouvantail du jour: Custine au Nord, et Biron à l'Ouest. Marat, comme
on l'a vu, les avait dénoncés quelques jours avant sa mort; et depuis
cette accusation, tous les esprits se demandaient pourquoi Custine restait
au camp de César sans débloquer Valenciennes? pourquoi Biron, inactif dans
la Basse-Vendée, avait laissé prendre Saumur et assiéger Nantes?

La même défiance régnait à l'intérieur: la calomnie errait sur toutes les
têtes et s'égarait sur les meilleurs patriotes. Comme il n'y avait plus de
côté droit auquel on pût tout attribuer, comme il n'y avait plus un
Roland, un Brissot, un Guadet, à qui on pût, à chaque crainte, imputer une
trahison, le reproche menaçait les républicains les plus décidés. Il
régnait une fureur incroyable de soupçons et d'accusations. La vie
révolutionnaire la plus longue et la mieux soutenue n'était plus une
garantie, et on pouvait, en un jour, en une heure, être assimilé aux plus
grands ennemis de la république. Les imaginations ne pouvaient pas se
désenchanter si tôt de ce Danton, dont l'audace et l'éloquence avaient
soutenu les courages, dans toutes les circonstances décisives; mais Danton
portait dans la révolution la passion la plus violente pour le but, sans
aucune haine contre les individus, et ce n'était pas assez. L'esprit d'une
révolution se compose de passion pour le but, et de haine pour ceux qui
font obstacle: Danton n'avait que l'un de ces deux sentimens. En fait de
mesures révolutionnaires tendant à frapper les riches, à mettre en action
les indifférens, et à développer les ressources de la nation, il n'avait
rien ménagé, et avait imaginé les moyens les plus hardis et les plus
violens; mais, tolérant et facile pour les individus, il ne voyait pas des
ennemis dans tous; il y voyait des hommes divers de caractère, d'esprit,
qu'il fallait ou gagner, ou accepter avec le degré de leur énergie. Il
n'avait pas pris Dumouriez pour un perfide, mais pour un mécontent poussé
à bout. Il n'avait pas vu dans les girondins les complices de Pitt, mais
d'honnêtes gens incapables, et il aurait voulu qu'on les écartât sans les
immoler. On disait même qu'il s'était offensé de la consigne donnée par
Henriot le 2 juin. Il touchait la main à des généraux nobles, dînait avec
des fournisseurs, s'entretenait familièrement avec les hommes de tous les
partis, recherchait les plaisirs, et en avait beaucoup pris dans la
Révolution. On savait tout cela, et on répandait sur son énergie et sa
probité les bruits les plus équivoques. Un jour, on disait que Danton ne
paraissait plus aux Jacobins; on parlait de sa paresse, de ses
continuelles distractions, et on disait que la révolution n'avait pas été
une carrière sans jouissances pour lui. Un autre jour, un jacobin disait à
la tribune: «Danton m'a quitté pour aller toucher la main à un général.»
Quelquefois on se plaignait des individus qu'il avait recommandés aux
ministres. N'osant pas toujours l'attaquer lui-même, on attaquait ses
amis. Le boucher Legendre, son collègue dans la députation de Paris, son
lieutenant dans les rues et les faubourgs, et l'imitateur de son éloquence
brute et sauvage, était traité de modéré par Hébert et les autres
turbulens des Cordeliers. «Moi un modéré! s'écriait Legendre aux Jacobins,
quand je me fais quelquefois des reproches d'exagération; quand on écrit
de Bordeaux que j'ai assommé Guadet; quand on met dans tous les journaux
que j'ai saisi Lanjuinais au collet, et que je l'ai traîné sur le pavé!»
On traitait encore de modéré un autre ami de Danton patriote aussi connu
et aussi éprouvé, Camille Desmoulins, l'écrivain à la fois le plus naïf,
le plus comique et le plus éloquent de la révolution. Camille connaissait
beaucoup le général Dillon, qui, placé par Dumouriez au poste des Islettes
dans l'Argonne, y avait déployé tant de fermeté et de bravoure. Camille
s'était convaincu par lui-même que Dillon n'était qu'un brave homme, sans
opinion politique, mais doué d'un grand instinct guerrier, et ne demandant
qu'à servir la république. Tout à coup, par l'effet de cette incroyable
défiance qui régnait, on répand que Dillon va se mettre à la tête d'une
conspiration pour rétablir Louis XVII sur le trône. Le comité de salut
public le fait aussitôt arrêter. Camille, qui s'était convaincu par ses
yeux qu'un tel bruit n'était qu'une fable, veut défendre Dillon devant la
convention. Alors de toutes parts on lui dit: «Vous dînez avec les
aristocrates.» Billaud-Varennes, en lui coupant la parole, s'écrie: «Qu'on
ne laisse pas Camille se déshonorer.--On me coupe la parole, répond alors
Camille, eh bien! à moi mon écritoire!» Et il écrit aussitôt un pamphlet
intitulé _Lettre à Dillon_, plein de grâce et de raison, où il frappe dans
tous les sens et sur toutes les têtes. Il dit au comité de salut public:
«Vous avez usurpé tous les pouvoirs, amené toutes les affaires à vous, et
vous n'en terminez aucune. Vous étiez trois chargés de la guerre; l'un est
absent, l'autre malade, et le troisième n'y entend rien; vous laissez à la
tête de nos armées les Custine, les Biron, les Menou, les Berthier, tous
aristocrates, ou fayettistes, ou incapables.» Il dit à Cambon: «Je
n'entends rien à ton système de finances, mais ton papier ressemble fort à
celui de Law, et court aussi vite de mains en mains.» Il dit à
Billaud-Varennes: «Tu en veux à Arthur Dillon, parce qu'étant commissaire
à son armée, il te mena au feu;» à Saint-Just: «Tu te respectes, et portes
ta tête comme un _Saint-Sacrement_;» à Bréard, à Delmas, à Barrère et
autres: «Vous avez voulu donner votre démission le 2 juin, parce que vous
ne pouviez pas considérer cette révolution de sang-froid, tant elle vous
paraissait affreuse.» Il ajoute que Dillon n'est ni républicain, ni
fédéraliste, ni aristocrate, qu'il est soldat, et qu'il ne demande qu'à
servir; qu'il vaut en patriotisme le comité de salut public et tous les
états-majors conservés à la tête des armées; que du moins il est grand
militaire, qu'on est trop heureux d'en pouvoir conserver quelques-uns, et
qu'il ne faut pas s'imaginer que tout sergent puisse être général.
«Depuis, ajoute-t-il, qu'un officier inconnu, Dumouriez, a vaincu malgré
lui à Jemmapes, et a pris possession de toute la Belgique et de Breda,
comme un maréchal-des-logis _avec de la craie_, les succès de la
république nous ont donné la même ivresse que les succès de son règne
donnèrent à Louis XIV. Il prenait ses généraux dans son anti-chambre,
et nous croyons pouvoir prendre les nôtres dans les rues; nous sommes même
allés jusqu'à dire que nous avions trois millions de généraux.»

On voit, à ce langage, à ces attaques croisées, que la confusion régnait
dans la Montagne. Cette situation est ordinairement celle de tout parti
qui vient de vaincre, qui va se diviser, mais dont les fractions ne sont
pas encore clairement détachées. Il ne s'était pas formé encore de nouveau
parti dans le parti vainqueur. L'accusation de modéré ou d'exagéré planait
sur toutes les têtes, sans se fixer positivement sur aucune. Au milieu de
ce désordre d'opinions, une réputation restait toujours inaccessible aux
attaques, c'était celle de Robespierre. Il n'avait certainement jamais eu
de l'indulgence pour les individus; il n'avait aimé aucun proscrit, ni
frayé avec aucun général, avec aucun financier ou député. On ne pouvait
l'accuser d'avoir pris aucun plaisir dans la révolution, car il vivait
obscurément chez un menuisier, et entretenait, dit-on, avec une de ses
filles un commerce tout à fait ignoré. Sévère, réservé, intègre, il était
et passait pour incorruptible. On ne pouvait lui reprocher que l'orgueil,
espèce de vice qui ne souille pas comme la corruption, mais qui fait de
grands maux dans les discordes civiles, et qui devient terrible chez les
hommes austères, chez les dévots religieux ou politiques, parce qu'étant
leur seule passion, ils la satisfont sans distraction et sans pitié.

Robespierre était le seul individu qui pût réprimer certains mouvemens
d'impatience révolutionnaire, sans qu'on imputât sa modération à des
liaisons de plaisir ou d'intérêt. Sa résistance, quand il en opposait,
n'était jamais attribuée qu'à de la raison. Il sentait cette position, et
il commença alors, pour la première fois, à se faire un système.
Jusque-là, tout entier à sa haine, il n'avait songé qu'à pousser la
révolution sur les girondins; maintenant, voyant, dans un nouveau
débordement des esprits, un danger pour les patriotes, il pensa qu'il
fallait maintenir le respect pour la convention et le comité de salut
public, parce que toute l'autorité résidait en eux, et ne pouvait passer
en d'autres mains sans une confusion épouvantable.

D'ailleurs il était dans cette convention, il ne pouvait manquer d'être
bientôt dans le comité de salut public, et, en les défendant, il soutenait
à la fois une autorité indispensable, et une autorité dont il allait faire
partie. Comme toute opinion se formait d'abord aux Jacobins, il songea à
s'en emparer toujours davantage, à les rattacher autour de la convention
et des comités, sauf à les déchaîner ensuite s'il le jugeait nécessaire.
Toujours assidu, mais assidu chez eux seuls, il les flattait de  sa
présence; ne prenant plus que rarement la parole à la convention, où,
comme nous l'avons dit, on ne parlait presque plus, il se faisait souvent
entendre à leur tribune, et ne laissait jamais passer une proposition
importante sans la discuter, la modifier ou la repousser. En cela, sa
conduite était bien mieux calculée que celle de Danton. Rien ne blesse les
hommes et ne favorise les bruits équivoques comme l'absence. Danton,
négligent comme un génie ardent et passionné, était trop peu chez les
jacobins. Quand il reparaissait, il était réduit à se justifier, à assurer
qu'il serait toujours bon patriote, à dire que «si quelquefois il usait de
certains ménagemens pour ramener des esprits faibles, mais excellens, on
pouvait être assuré que son énergie n'en était pas diminuée; qu'il
veillait toujours avec la même ardeur aux intérêts de la république, et
qu'elle serait victorieuse.» Vaines et dangereuses excuses! Dès qu'on
s'explique, dès qu'on se justifie, on est dominé par ceux auxquels on
s'adresse. Robespierre, au contraire, toujours présent, toujours prêt à
écarter les insinuations, n'était jamais réduit à se justifier, il prenait
au contraire le ton accusateur; il gourmandait ses fidèles jacobins et il
avait justement saisi le point où la passion qu'on inspire, étant bien
prononcée, on ne fait que l'augmenter par des rigueurs.

On a vu de quelle manière il traita Jacques Roux, qui avait proposé une
pétition contre l'acte constitutionnel; il en faisait de même dans toutes
les circonstances où il s'agissait de la convention. Cette assemblée était
épurée, disait-il; elle ne méritait que des respects; quiconque l'accusait
était un mauvais citoyen. Le comité de salut public n'avait sans doute pas
fait tout ce qu'il devait faire (car tout en les défendant, Robespierre ne
manquait pas de censurer ceux qu'il défendait); mais ce comité était dans
une meilleure voie; l'attaquer, c'était détruire le centre nécessaire de
toutes les autorités, affaiblir l'énergie du gouvernement, et compromettre
la république. Quand on voulait fatiguer le comité ou la convention de
pétitions trop répétées, il s'y opposait en disant qu'on usait l'influence
des jacobins, et qu'on faisait perdre le temps aux dépositaires du
pouvoir. Un jour, on voulait que les séances du comité fussent publiques;
il s'emporta contre cette proposition; il dit qu'il y avait des ennemis
cachés, qui, sous le masque du patriotisme, faisaient les propositions les
plus incendiaires, et il commença à soutenir que l'étranger payait deux
espèces de conspirateurs en France; les exagérés, qui poussaient tout au
désordre, et les modérés, qui voulaient tout paralyser par la mollesse.

Le comité de salut public avait été prorogé trois fois; le 10 juillet, il
devait être prorogé une quatrième, ou renouvelé. Le 8, grande séance aux
Jacobins. De toutes parts, on dit que les membres du comité doivent être
changés, et qu'il ne faut pas les proroger de nouveau, comme on l'a fait
trois mois de suite. «Sans doute, dit Bourdon, le comité a de bonnes
intentions; je ne veux pas l'inculper; mais un malheur attaché à l'espèce
humaine est de n'avoir d'énergie que quelques jours seulement. Les membres
actuels du comité ont déjà passé cette époque; ils sont usés:
changeons-les. Il nous faut aujourd'hui des hommes révolutionnaires, des
hommes à qui nous puissions confier le sort de la république, et qui nous
en répondent corps pour corps.»

L'ardent Chabot succède à Bourdon. «Le comité, dit-il, doit être
renouvelé, et il ne faut pas souffrir une nouvelle prorogation. Lui
adjoindre quelques membres de plus, reconnus bons patriotes,
ne suffirait pas, car on en a la preuve dans ce qui est arrivé. Couthon,
Saint-Just, Jean-Bon-Saint-André, adjoints récemment, sont annulés par
leurs collègues. Il ne faut pas non plus qu'on renouvelle le comité au
scrutin secret, car le nouveau ne vaudrait pas mieux que l'ancien, qui ne
vaut rien du tout. J'ai entendu Mathieu, poursuit Chabot, tenir les
discours les plus inciviques à la société des femmes révolutionnaires.
Ramel a écrit à Toulouse que les propriétaires pouvaient seuls sauver la
chose publique, et qu'il fallait se garder de remettre les armes aux mains
des sans-culottes. Cambon est un fou qui voit tous les objets trop gros;
et s'en effraie cent pas à l'avance. Guyton-Morveau est un honnête homme,
un quaker qui tremble toujours. Delmas, qui avait la partie des
nominations, n'a fait que de mauvais choix, et a rempli l'armée de
contre-révolutionnaires; enfin ce comité était l'ami de Lebrun, et il est
ennemi de Bouchotte.»

Robespierre s'empresse de répondre à Chabot. «A chaque phrase, à chaque
mot, dit-il, du discours de Chabot, je sens respirer le patriotisme le
plus pur; mais j'y vois aussi le patriotisme trop exalté qui s'indigne que
tout ne tourne pas au gré de ses désirs, qui s'irrite de ce que le comité
de salut public n'est pas parvenu dans ses opérations à une perfection
impossible, et que Chabot ne trouvera nulle part.

«Je le crois comme lui, ce comité n'est pas composé d'hommes également
éclairés, également vertueux; mais quel corps trouvera-t-il composé de
cette manière? Empêchera-t-il les hommes d'être sujets à l'erreur?
N'a-t-il pas vu la convention, depuis qu'elle a vomi de son sein les
traîtres qui la déshonoraient, reprendre une nouvelle énergie, une
grandeur qui lui avait été étrangère jusqu'à ce jour, un caractère plus
auguste dans sa représentation? Cet exemple ne suffit-il pas pour prouver
qu'il n'est pas toujours nécessaire de détruire, et qu'il est plus prudent
quelquefois de s'en tenir à réformer?

«Oui, sans doute, il est dans le comité de salut public des hommes
capables de remonter la machine et de donner une nouvelle force à ses
moyens. Il ne faut que les y encourager. Qui oubliera les services que ce
comité a rendus à la chose publique, les nombreux complots qu'il a
découverts, les heureux aperçus que nous lui devons, les vues sages et
profondes qu'il nous a développées!

«L'assemblée n'a point créé un comité de salut public pour l'influencer
elle-même, ni pour diriger ses décrets; mais ce comité lui a été utile
pour démêler, dans les mesures proposées, ce qui était bon d'avec ce qui,
présenté sous une forme séduisante, pouvait entraîner les conséquences les
plus dangereuses; mais il a donné les premières impulsions à plusieurs
déterminations essentielles qui ont sauvé peut-être la patrie; mais il lui
a sauvé les inconvéniens d'un travail pénible, souvent infructueux, en lui
présentant les résultats, déjà heureusement trouvés, d'un travail quelle
ne connaissait qu'à peine, et qui ne lui était pas assez familier.

«Tout cela suffit pour prouver que le comité de salut public n'a pas été
d'un si petit secours qu'on voudrait avoir l'air de le croire. Il a fait
des fautes sans doute; est-ce à moi de les dissimuler? Pencherais-je vers
l'indulgence, moi qui crois qu'on n'a point assez fait pour la patrie
quand on n'a pas tout fait? Oui, il a fait des fautes, et je veux les lui
reprocher avec vous; mais il serait impolitique en ce moment d'appeler la
défaveur du peuple sur un comité qui a besoin d'être investi de toute sa
confiance, qui est chargé de grands intérêts, et dont la patrie attend de
grands secours; et quoiqu'il n'ait pas l'agrément des citoyennes
républicaines révolutionnaires, je ne le crois pas moins propre à ses
importantes opérations.»

Toute discussion fut fermée après les réflexions de Robespierre. Le
surlendemain, le comité fut renouvelé et réduit à neuf individus, comme
dans l'origine. Ses nouveaux membres étaient Barrère, Jean-Bon-Saint-André,
Gasparin, Couthon, Hérault-Séchelles, Saint-Just, Thuriot, Robert Lindet,
Prieur de la Marne. Tous les membres accusés de faiblesse étaient congédiés,
excepté Barrère, à qui sa grande facilité à rédiger des rapports, et à se
plier aux circonstances, avait fait pardonner le passé. Robespierre n'y
était pas encore, mais avec quelques jours de plus, avec un peu plus de
danger sur les frontières, et de terreur dans la convention, il allait y
arriver.

Robespierre eut encore plusieurs autres occasions d'employer sa nouvelle
politique. La marine commençant à donner des inquiétudes, on ne cessait
de se plaindre du ministre d'Albarade, de son prédécesseur Monge, de
l'état déplorable de nos escadres, qui, revenues de Sardaigne dans les
chantiers de Toulon, ne se réparaient pas, et qui étaient commandées par
de vieux officiers presque tous aristocrates. On se plaignait même de
quelques individus nouvellement agrégés au bureau de la marine. On
accusait beaucoup entre autres un nommé Peyron, envoyé pour réorganiser
l'armée à Toulon. Il n'avait pas fait, disait-on, ce qu'il aurait dû
faire: on en rendait le ministre responsable, et le ministre rejetait la
responsabilité sur un grand patriote, qui lui avait recommandé Peyron. On
désignait avec affectation ce patriote célèbre sans oser le nommer. «Son
nom! s'écrient plusieurs voix.--Eh bien! reprend le dénonciateur, ce
patriote célèbre, c'est Danton!» A ces mots, des murmures éclatent.
Robespierre accourt: «Je demande, dit-il, que la farce cesse et que la
séance commence.... On accuse d'Albarade; je ne le connais que par la voix
publique, qui le proclame un ministre patriote; mais que lui reproche-t-on
ici? une erreur. Quel homme n'en est pas capable? Un choix qu'il a fait
n'a pas répondu à l'attente générale! Bouchotte et Pache aussi ont fait
des choix défectueux, et cependant ce sont deux vrais républicains, deux
sincères amis de la patrie. Un homme est en place, il suffit, on le
calomnie. Eh! quand cesserons-nous d'ajouter foi aux contes ridicules ou
perfides dont on nous accable de toutes parts?

«Je me suis aperçu qu'on avait joint à cette dénonciation assez générale
du ministre une dénonciation particulière contre Danton. Serait-ce lui
qu'on voudrait nous rendre suspect? Mais si, au lieu de décourager les
patriotes en leur cherchant avec tant de soin des crimes où il existe à
peine une erreur légère, on s'occupait un peu des moyens de leur faciliter
leurs opérations, de rendre leur travail plus clair et moins épineux, cela
serait plus honnête, et la patrie en profiterait. On a dénoncé Bouchotte,
on a dénoncé Pache, car il était écrit que les meilleurs patriotes
seraient dénoncés. Il est bien temps de mettre fin à ces scènes ridicules
et affligeantes; je voudrais que la société des jacobins s'en tînt à une
série de matières qu'elle traiterait avec fruit; qu'elle restreignît le
grand nombre de celles qui s'agitent dans son sein, et qui, pour la
plupart, sont aussi futiles que dangereuses.»

Ainsi, Robespierre, voyant le danger d'un nouveau débordement des esprits,
qui aurait anéanti tout gouvernement, s'efforçait de rattacher les
jacobins autour de la convention, des comités et des vieux patriotes. Tout
était profit pour lui dans cette politique louable et utile. En préparant
la puissance des comités, il préparait la sienne propre; en défendant les
patriotes de même date et de même énergie que lui, il se garantissait, et
empêchait l'opinion de faire des victimes à ses côtés; il plaçait fort
au-dessous de lui ceux dont il devenait le protecteur; enfin il se
faisait, par sa sévérité même, adorer des jacobins, et se donnait une
haute réputation de sagesse. En cela, Robespierre ne mettait d'autre
ambition que celle de tous les chefs révolutionnaires, qui jusque-là
avaient voulu arrêter la révolution au point où ils s'arrêtaient
eux-mêmes; et cette politique, qui les avait tous dépopularisés, ne devait
pas le dépopulariser lui, parce que la révolution approchait du terme de
ses dangers et de ses excès.

Les députés détenus avaient été mis en accusation immédiatement après la
mort de Marat, et on préparait leur jugement. On disait déjà qu'il fallait
faire tomber les têtes des Bourbons qui restaient encore, quoique ces
têtes fussent celles de deux femmes, l'une épouse, l'autre soeur du
dernier roi; et celle de ce duc d'Orléans, si fidèle à la révolution, et
aujourd'hui prisonnier à Marseille, pour prix de ses services.

On avait ordonné une fête pour l'acceptation de la constitution. Toutes
les assemblées primaires devaient envoyer des députés qui viendraient
exprimer leur voeu, et se réuniraient au champ de la fédération dans une
fête solennelle. La date n'en était plus fixée au 14 juillet, mais au 10
août, car la prise des Tuileries avait amené la république, tandis que la
prise de la Bastille, laissant subsister la monarchie, n'avait aboli que
la féodalité. Aussi les républicains et les royalistes constitutionnels
se distinguaient-ils, en ce que les uns célébraient le 10 août, et les
autres le 14 juillet.

Le fédéralisme expirait, et l'acceptation de la constitution était
générale. Bordeaux gardait toujours la plus grande réserve, ne faisait
aucun acte décisif ni de soumission ni d'hostilité, mais acceptait la
constitution. Lyon poursuivait les procédures évoquées au tribunal
révolutionnaire; mais, rebelle en ce point seul, il se soumettait quant
aux autres, et adhérait aussi à la constitution. Marseille seule refusait
son adhésion. Mais sa petite armée, déjà séparée de celle du Languedoc,
venait, dans les derniers jours de juillet, d'être chassée d'Avignon, et
de repasser la Durance. Ainsi le fédéralisme était vaincu, et la
constitution triomphante. Mais le danger s'aggravait sur les frontières;
il devenait imminent dans la Vendée, sur le Rhin et dans le Nord: de
nouvelles victoires dédommageaient les Vendéens de leur échec devant
Nantes; et Mayence, Valenciennes, étaient pressées plus vivement que
jamais par l'ennemi.

Nous avons interrompu notre récit des événemens militaires au moment où
les Vendéens, repoussés de Nantes, rentrèrent dans leur pays, et nous
avons vu Biron arriver à Angers, après la délivrance de Nantes, et
convenir d'un plan avec le général Canclaux. Pendant ce temps, Westermann
s'était rendu à Niort avec la légion germanique, et avait obtenu de Biron
la permission de s'avancer dans l'intérieur du pays. Westermann était ce
même Alsacien qui s'était distingué au 10 août, et avait décidé le succès
de cette journée; qui, ensuite, avait servi glorieusement sous Dumouriez,
s'était lié avec lui et avec Danton, et fut enfin dénoncé par Marat, qu'il
avait bâtonné, dit-on, pour diverses injures. Il était du nombre de ces
patriotes dont on reconnaissait les grands services, mais auxquels on
commençait à reprocher les plaisirs qu'ils avaient pris dans la
révolution, et dont on se dégoûtait déjà, parce qu'ils exigeaient de la
discipline dans les armées, des connaissances dans les officiers, et ne
voulaient pas exclure tout général noble, ni qualifier de traître tout
général battu. Westermann avait formé une légion dite _germanique_, de
quatre ou cinq mille hommes, renfermant infanterie, cavalerie et
artillerie. A la tête de cette petite armée, dont il s'était rendu maître,
et où il maintenait une discipline sévère, il avait déployé la plus grande
audace et fait des exploits brillans. Transporté dans la Vendée avec sa
légion, il l'avait réorganisée de nouveau, et en avait chassé les lâches
qui étaient allés le dénoncer. Il témoignait un mépris très haut pour ces
bataillons informes qui pillaient et désolaient le pays; il affichait les
mêmes sentimens que Biron, et était rangé avec lui parmi les aristocrates
militaires. Le ministre de la guerre Bouchotte avait, comme on l'a vu,
répandu ses agens jacobins et cordeliers dans la Vendée. Là, ils
rivalisaient avec les représentans et les généraux, autorisaient les
pillages et les vexations sous le titre de réquisitions de guerre, et
l'indiscipline sous prétexte de défendre le soldat contre le despotisme
des officiers. Le premier commis de la guerre, sous Bouchotte, était
Vincent, jeune cordelier frénétique, l'esprit le plus dangereux et le plus
turbulent de cette époque; il gouvernait Bouchotte, faisait tous les
choix, et poursuivait les généraux avec une rigueur extrême. Ronsin, cet
ordonnateur envoyé à Dumouriez, lorsque ses marchés furent annulés,
était l'ami de Vincent et de Bouchotte, et le chef de leurs agens dans la
Vendée, sous le titre d'adjoint-ministre. Sous lui se trouvaient les
nommés Momoro, imprimeur, Grammont, comédien, et plusieurs autres qui
agissaient dans le même sens et avec la même violence. Westermann, déjà
peu d'accord avec eux, se les aliéna tout à fait par un acte d'énergie. Le
nommé Rossignol, ancien ouvrier orfèvre, qui s'était fait remarquer au 20
juin et au 10 août, et qui commandait l'un des bataillons de la formation
d'Orléans, était du nombre de ces nouveaux officiers favorisés par le
ministère cordelier. Étant un jour à boire avec des soldats de Westermann,
il disait que les soldats ne devaient pas être les esclaves des officiers,
que Biron était un _ci-devant_, un traître, et que l'on devait chasser les
bourgeois des maisons pour y loger les troupes. Westermann le fit arrêter,
et le livra aux tribunaux militaires. Ronsin se hâta de le réclamer, et
envoya tout de suite à Paris une dénonciation contre Westermann.

Westermann, sans s'inquiéter de cet événement, se mit en marche avec sa
légion pour pénétrer jusqu'au coeur même de la Vendée. Partant du côté
oppose à la Loire, c'est-à-dire du midi du théâtre de la guerre, il
s'empara d'abord de Parthenay, puis entra dans Amaillou, et mit le feu
dans ce dernier bourg, pour user de représailles envers M. de Lescure.
Celui-ci, en effet, en entrant à Parthenay, avait exercé des rigueurs
contre les habitans, qui étaient accusés d'esprit révolutionnaire.
Westermann fit enlever tous les habitans d'Amaillou, et les envoya à ceux
de Parthenay, comme dédommagement; il brûla ensuite le château de Clisson,
appartenant à Lescure, et répandit partout la terreur par sa marche rapide
et le bruit exagéré de ses exécutions militaires. Westermann n'était pas
cruel, mais il commença ces désastreuses représailles qui ruinèrent les
pays neutres, accusés par chaque parti d'avoir favorisé le parti
contraire. Tout avait fui jusqu'à Châtillon, où s'étaient réunies les
familles des chefs vendéens et les débris de leurs armées. Le 3 juillet,
Westermann, ne craignant pas de se hasarder au centre du pays insurgé,
entra dans Châtillon, et en chassa le conseil supérieur et l'état-major,
qui y siégeaient comme dans leur capitale. Le bruit de cet exploit
audacieux se répandit au loin; mais la position de Westermann était
hasardée. Les chefs vendéens s'étaient repliés, avaient sonné le tocsin,
rassemblé une armée considérable, et se disposaient à surprendre
Westermann du côté où il s'y attendait le moins. Il avait placé sur un
moulin et hors de Châtillon un poste qui commandait tous les environs. Les
Vendéens, s'avançant à la dérobée, suivant leur tactique ordinaire,
entourent ce poste et se mettent à l'assaillir de toutes parts.
Westermann, averti un peu tard, s'empresse de le faire soutenir, mais les
détachemens qu'il envoie sont repoussés et ramenés dans Châtillon.
L'alarme se répand alors dans l'armée républicaine; elle abandonne
Châtillon en désordre; et Westermann lui-même, après avoir fait des
prodiges de bravoure, est emporté dans la fuite, et obligé de se sauver à
la hâte, en laissant derrière lui un grand nombre d'hommes morts ou
prisonniers. Cet échec causa autant de découragement dans les esprits, que
la témérité et le succès de l'expédition avaient causé de présomption et
d'espérance.

Pendant que ces choses se passaient à Châtillon, Biron venait de convenir
d'un plan avec Canclaux. Ils devaient descendre tous deux jusqu'à Nantes,
balayer la rive gauche de la Loire, tourner ensuite vers Machecoul, donner
la main à Boulard, qui partirait des Sables, et, après avoir ainsi séparé
les Vendéens de la mer, marcher vers la Haute-Vendée pour soumettre tout
le pays. Les représentans ne voulurent pas de ce plan; ils prétendirent
qu'il fallait partir du point même où l'on était, pour pénétrer dans le
pays, marcher en  conséquence sur les ponts de Cé avec les troupes réunies
à Angers, et se faire appuyer vis-à-vis par une colonne qui s'avancerait
de Niort. Biron, se voyant contrarié, donna sa démission. Mais, dans ce
moment même, on apprit la déroute de Châtillon, et on imputa tout à Biron.
On lui reprocha d'avoir laissé assiéger Nantes, et de n'avoir pas secondé
Westermann. Sur la dénonciation de Ronsin et de ses agens, il fut mandé à
la barre: Westermann fut mis en jugement, et Rossignol élargi
sur-le-champ. Tel était le sort des généraux dans la Vendée au milieu des
agens jacobins.

Le général Labarolière prit le commandement des troupes laissées à Angers
par Biron, et se disposa, selon le voeu des représentans, à s'avancer dans
le pays par les ponts de Cé. Après avoir laissé quatorze cents hommes à
Saumur, et quinze cents aux ponts de Cé, il se porta vers Brissac, où il
plaça un poste pour assurer ses communications. Cette armée indisciplinée
commit les plus affreuses dévastations sur un pays dévoué à la république.
Le 15 juillet, elle fut attaquée au camp de Fline par vingt mille
Vendéens. L'avant-garde, composée de troupes régulières, résista avec
vigueur. Cependant le corps de bataille allait céder, lorsque les
Vendéens, plus prompts à lâcher le pied, se retirèrent en désordre. Les
nouveaux bataillons montrèrent alors un peu plus d'ardeur; et, pour les
encourager, on leur donna des éloges qui n'étaient mérités que par
l'avant-garde. Le 17, on s'avança près de Vihiers; et une nouvelle
attaque, reçue et soutenue avec la même vigueur par l'avant-garde, avec la
même hésitation par la masse de l'armée, fut repoussée de nouveau. On
arriva dans le jour à Vihiers même. Plusieurs généraux, pensant que ces
bataillons d'Orléans étaient trop mal organisés pour tenir la campagne, et
qu'on ne pouvait pas avec une telle armée rester au milieu du pays,
étaient d'avis de se retirer. Labarolière décida qu'il fallait attendre à
Vihiers, et se défendre si on y était attaqué. Le 18, à une heure après
midi, les Vendéens se présentent; l'avant-garde républicaine se conduit
avec la même valeur; mais le reste de l'armée chancelle à la vue de
l'ennemi, et se replie malgré les efforts des généraux. Les bataillons de
Paris, aimant mieux crier à la trahison que se battre, se retirent en
désordre. La confusion devient générale. Santerre, qui s'était jeté dans
la mêlée avec le plus grand courage, manque d'être pris. Le représentant
Bourbotte court le même danger; et l'armée fuit si vite, qu'elle est en
quelques heures à Saumur. La division de Niort, qui allait se mettre en
mouvement, s'arrêta; et le 20, il fut décidé qu'elle attendrait la
réorganisation de la colonne de Saumur. Comme il fallait que quelqu'un
répondît de la défaite, Ronsin et ses agens dénoncèrent le chef
d'état-major Berthier et le général Menou, qui passaient tous deux pour
être aristocrates, parce qu'ils recommandaient la discipline. Berthier et
Menou furent aussitôt mandés à Paris, comme l'avaient été Biron et
Westermann.

Tel avait été jusqu'à cette époque l'état de cette guerre. Les Vendéens se
levant tout à coup en avril et en mai, avaient pris Thouars, Loudun, Doué,
Saumur, grâce à la mauvaise qualité des troupes composées de nouvelles
recrues. Descendus  jusqu'à Nantes en juin, ils avaient été repoussés de
Nantes par Canclaux, des Sables par Boulard, deux généraux qui avaient su
introduire parmi leurs soldats l'ordre et la discipline. Westermann,
agissant avec audace, et ayant quelques bonnes troupes, avait pénétré
jusqu'à Châtillon vers les premiers jours de juin; mais, trahi par les
habitans, surpris par les insurgés, il avait essuyé une déroute; enfin la
colonne de Tours, voulant s'avancer dans le pays avec les bataillons
d'Orléans, avait éprouvé le sort ordinaire aux armées désorganisées. A la
fin de juillet, les Vendéens dominaient donc dans toute l'étendue de leur
territoire. Quant au brave et malheureux Biron, accusé de n'être pas à
Nantes, tandis qu'il visitait la Basse-Vendée, de n'être pas auprès de
Westermann, tandis qu'il arrêtait un plan avec Canclaux, contrarié,
interrompu dans toutes ses opérations, il venait d'être enlevé à l'armée
sans avoir eu le temps d'agir, et il n'y avait paru que pour y être
continuellement accusé. Canclaux restait à Nantes; mais le brave Boulard
ne commandait plus aux Sables, et les deux bataillons de la Gironde
venaient de se retirer. Tel est donc le tableau de la Vendée en juillet:
déroute de toutes les colonnes dans le haut pays; plaintes, dénonciations
des agens ministériels contre les généraux prétendus aristocrates, et
plaintes des généraux contre les désorganisateurs envoyés par le ministère
et les jacobins.

A l'Est et au Nord, les sièges de Mayence et de Valenciennes faisaient des
progrès alarmans.

Mayence, placée sur la rive gauche du Rhin, du côté de la France, et
vis-à-vis l'embouchure du Mein, forme un grand arc de cercle dont le Rhin
peut être considéré comme la corde. Un faubourg considérable, celui de
Cassel, jeté sur l'autre rive, communique avec la place par un pont de
bateaux. L'île de Petersau, située au-dessous de Mayence, remonte dans le
fleuve, et sa pointe s'avance assez haut pour battre le pont de bateaux,
et prendre les défenses de la place à revers. Du côté du fleuve, Mayence
n'est protégée que par une muraille en briques; mais du côté de la terre,
elle est extrêmement fortifiée. En partant de la rive, à la hauteur de la
pointe de Petersau, elle est défendue par une enceinte et par un fossé,
dans lequel le ruisseau de Zalbach coule pour se rendre dans le Rhin. A
l'extrémité de ce fossé, le fort de Haupstein prend le fossé en long, et
joint la protection de ses feux à celle des eaux. A partir de ce point,
l'enceinte continue et va rejoindre le cours supérieur du Rhin; mais le
fossé se trouve interrompu, et il est remplacé par une double enceinte
parallèle à la première. Ainsi, de ce côté, deux rangs de murailles
exigent un double siège. La citadelle, liée à la double enceinte, vient
encore en augmenter la force.

Telle était Mayence en 1793, avant même que les fortifications en eussent
été perfectionnées. La garnison s'élevait à vingt mille hommes, parce que
le général Schaal, qui devait se retirer avec une division, avait été
rejeté dans la place et n'avait pu rejoindre l'armée de Custine. Les
vivres n'étaient pas proportionnés à cette garnison. Dans l'incertitude de
savoir si on garderait ou non Mayence, on s'était peu hâté de
l'approvisionner. Custine en avait enfin donné l'ordre. Les juifs
s'étaient présentés, mais ils offraient un marché astucieux; ils voulaient
que tous les convois arrêtés en route par l'ennemi leur fussent payés.
Rewbell et Merlin refusèrent ce marché, de crainte que les juifs ne
fissent eux-mêmes enlever les convois. Néanmoins les grains ne manquaient
pas; mais on prévoyait que si les moulins placés sur le fleuve étaient
détruits, la mouture deviendrait impossible. La viande était en petite
quantité, et les fourrages surtout étaient absolument insuffisans pour les
trois mille chevaux de la garnison. L'artillerie se composait de cent
trente pièces en bronze, et de soixante en fer, qu'on avait trouvées, et
qui étaient fort mauvaises; les Français en avaient apporté quatre-vingts
en bon état. Les pièces de rempart existaient donc en assez grand nombre,
mais la poudre n'était pas en quantité suffisante. Le savant et héroïque
Meunier, qui avait exécuté les travaux de Cherbourg, fut chargé de
défendre Cassel et les postes de la rive droite; Doyré dirigeait les
travaux dans le corps de la place; Aubert-Dubayet et Kléber commandaient
les troupes; les représentans Merlin et Rewbell. animaient la garnison de
leur présence. Elle campait dans l'intervalle des deux enceintes, et
occupait au loin des postes très avancés. Elle était animée du meilleur
esprit, avait grande confiance dans la place, dans ses chefs, dans ses
forces; et de plus, elle savait qu'elle avait à défendre un point très
important pour le salut de la France.

Le général Schoenfeld, campé sur la rive droite, cernait Cassel avec dix
mille Hessois: Les Autrichiens et les Prussiens réunis faisaient la grande
attaque de Mayence. Les Autrichiens occupaient la droite des assiégeans.
En face de la double enceinte, les Prussiens formaient le centre de
Marienbourg; là, se trouvait le quartier-général du roi de Prusse. La
gauche, composée encore de Prussiens, campait en face du Haupstein, et du
fossé inondé par les eaux du ruisseau de Zalbach. Cinquante mille hommes à
peu près composaient cette armée  de siège. Le vieux Kalkreuth la
dirigeait. Brunswick commandait le corps d'observation du côté des Vosges,
où il s'entendait avec Wurmser pour protéger cette grande opération. La
grosse artillerie de siège manquant, on négocia avec les états de
Hollande, qui vidèrent encore une partie de leurs arsenaux pour aider les
progrès de leurs voisins les plus redoutables.

L'investissement commença en avril. En attendant les convois d'artillerie,
l'offensive appartint à la garnison, qui ne cessa de faire les sorties les
plus vigoureuses. Le 11 avril, et quelques jours après l'investissement,
nos généraux résolurent d'essayer une surprise contre les dix mille
Hessois, qui s'étaient trop étendus sur la rive droite. Le 11, dans la
nuit, ils sortirent de Cassel sur trois colonnes. Meunier marcha devant
lui sur Hochein; les deux autres colonnes descendirent la rive droite vers
Biberik; mais un coup de fusil, parti à l'improviste dans la colonne du
général Schaal, répandit la confusion. Les troupes, toutes neuves encore,
n'avaient pas l'aplomb qu'elles acquirent bientôt sous leurs généraux. Il
fallut se retirer. Kléber, avec sa colonne, protégea la retraite de la
manière la plus imposante. Cette sortie valut aux assiégés quarante boeufs
ou vaches, qui furent salés.

Le 16, les généraux ennemis voulaient faire enlever le poste de Weissenau
qui, placé près du Rhin et à la droite de leur attaque, les inquiétait
beaucoup. Les Français, malgré l'incendie du village, se retranchèrent
dans un cimetière; le représentant Merlin s'y plaça avec eux, et, par des
prodiges de valeur, ils conservèrent le poste.

Le 26, les Prussiens dépêchèrent un faux parlementaire, qui se disait
envoyé par le général de l'armée du Rhin pour engager la garnison à se
rendre. Les généraux, les représentans, les soldats déjà attachés à la
place, et convaincus qu'ils rendaient un grand service en arrêtant l'armée
du Rhin sur la frontière, repoussèrent toute proposition. Le 3 mai, le roi
de Prusse voulut faire prendre un poste de la rive droite vis-à-vis
Cassel, celui de Kosteim. Meunier le défendait. L'attaque, tentée le 3 mai
avec une grande opiniâtreté, et recommencée le 8, fut repoussée avec une
perte considérable pour les assiégeans. Meunier, de son côté, essaya
l'attaque des îles placés à l'embouchure du Mein; il les prit, les perdit
ensuite, et déploya à chaque occasion la plus grande audace.

Le 30 mai, les Français résolurent une sortie générale sur Marienbourg, où
était le roi Frédéric-Guillaume. Favorisés par la nuit, six mille hommes
pénétrèrent à travers la ligne ennemie, s'emparèrent des retranchemens, et
arrivèrent jusqu'au quartier-général. Cependant l'alarme répandue leur mit
toute l'armée sur les bras; ils rentrèrent après avoir perdu beaucoup de
leurs braves. Le lendemain, le roi de Prusse, courroucé, fit couvrir la
place de feux. Ce même jour, Meunier faisait une nouvelle tentative sur
l'une des îles du Mein. Blessé au genou, il expira, moins de sa blessure
que de l'irritation qu'il éprouvait d'être obligé de quitter les travaux
du siège. Toute la garnison assista à ses funérailles; le roi de Prusse
fit suspendre le feu pendant qu'on rendait les derniers honneurs à ce
héros, et le fit saluer d'une salve d'artillerie. Le corps fut déposé à la
pointe du bastion de Cassel, qu'il avait fait élever.

Les grands convois étaient arrivés de Hollande. Il était temps de
commencer les travaux du siège. Un officier prussien conseillait de
s'emparer de l'île de Petersau, dont la pointe remontait entre Cassel et
Mayence, d'y établir des batteries, de détruire le pont de bateaux et les
moulins, et de donner l'assaut à Cassel, une fois qu'on l'aurait isolé et
privé des secours de la place. Il proposait ensuite de se diriger vers le
fossé où coulait la Zalbach, de s'y jeter sous la protection des batteries
de Petersau qui enfileraient ce fossé, et de tenter un assaut sur ce front
qui n'était formé que d'une seule enceinte. Le projet était hardi et
périlleux, car il fallait débarquer à Petersau, puis se jeter dans un
fossé au milieu des eaux et sous le feu du Haupstein; mais aussi les
résultats devaient être très prompts. On aima mieux ouvrir la tranchée du
côté de la double enceinte, et vis-à-vis la citadelle, sauf à faire un
double siège. Le 16 juin, une première parallèle fut tracée à huit cents
pas de la première enceinte. Les assiégés mirent le désordre dans les
travaux; il fallut reculer. Le 18, une autre parallèle fut tracée beaucoup
plus loin, c'est-à-dire à quinze cents pas, et cette distance excita les
sarcasmes de ceux qui avaient proposé l'attaque hardie par l'île de
Petersau. Du 24 au 25, on se rapprocha; on s'établit à huit cents pas, et
on éleva des batteries. Les assiégés interrompirent encore les travaux et
enclouèrent les canons; mais ils furent enfin repoussés et accablés de
feux continuels. Le 18 et le 19, deux cents pièces étaient dirigées sur la
place, et la couvraient de projectiles de toute espèce. Des batteries
flottantes, placées sur le Rhin, incendiaient l'intérieur de la ville par
le côté le plus ouvert, et lui causaient un dommage considérable.

Cependant la dernière parallèle n'était pas encore ouverte, la première
enceinte n'était pas encore franchie, et la garnison pleine d'ardeur ne
songeait point à se rendre. Pour se délivrer des batteries flottantes, de
braves Français se jetaient à la nage, et allaient couper les câbles des
bateaux ennemis. On en vit un amener à la nage un bateau chargé de
quatre-vingts soldats, qui furent faits prisonniers.

Mais la détresse était au comble. Les moulins avaient été incendiés, et il
avait fallu recourir, pour moudre le grain, à des moulins à bras. Encore
les ouvriers ne voulaient-ils pas y travailler, parce que l'ennemi,
averti, ne manquait pas d'accabler d'obus le lieu où ils étaient placés.
D'ailleurs on manquait presque tout à fait de blé; depuis long-temps on
n'avait plus que de la chair de cheval; les soldats mangeaient des rats,
et allaient sur les bords du Rhin pêcher les chevaux morts que le fleuve
entraînait. Cette nourriture devint funeste à plusieurs d'entre eux; il
fallut la leur défendre, et les empêcher même de la rechercher, en plaçant
des gardes au bord du Rhin. Un chat valait six francs; la chair de cheval
Mort quarante-cinq sous la livre. Les officiers ne se traitaient pas mieux
que les soldats, et Aubert-Dubayet, invitant à dîner son état-major, lui
fit servir comme régal, un chat flanqué de douze souris. Ce qu'il y avait
de plus douloureux pour cette malheureuse garnison, c'était la privation
absolue de toute nouvelle. Les communications étaient si bien
interceptées, que depuis trois mois elle ignorait absolument ce qui se
passait en France. Elle avait essayé de faire connaître sa détresse,
tantôt par une dame qui allait voyager en Suisse, tantôt par un prêtre qui
avait pris le chemin des Pays-Bas, tantôt enfin par un espion qui devait
traverser le camp ennemi. Mais aucune de ces dépêches n'était parvenue.
Espérant que peut-être on songerait à leur envoyer des nouvelles du
Haut-Rhin, au moyen de bouteilles jetées dans le fleuve, les assiégés y
placèrent des filets. Ils les levaient chaque jour, mais ils n'y
trouvaient jamais rien. Les Prussiens, qui avaient pratiqué toute espèce
de ruses, avaient fait imprimer à Francfort de faux _Moniteurs_, portant
que Dumouriez avait renversé la convention, et que Louis XVII régnait avec
une régence. Les Prussiens placés aux avant-postes transmettaient ces faux
_Moniteurs_ aux soldats de la garnison; et cette lecture répandait les
plus grandes inquiétudes, et ajoutait aux souffrances qu'on endurait déjà,
la douleur de défendre peut-être une cause perdue. Cependant on attendait
en se disant: L'armée du Rhin va bientôt arriver. Quelquefois on disait:
Elle arrive. Pendant une nuit, on entend une canonnade vigoureuse très
loin de la place. On s'éveille avec joie, on court aux armes, et on
s'apprête à marcher vers le canon français, et à mettre l'ennemi entre
deux feux. Vain espoir! le bruit cesse, et l'armée libératrice ne paraît
pas. Enfin la détresse était devenue si insupportable, que deux mille
habitans demandèrent à sortir. Aubert-Dubayet le leur permit; mais ils ne
furent pas reçus par les assiégeans; restèrent entre deux feux et périrent
en partie sous les murs de la place. Le matin, on vit les soldats
rapporter dans leurs manteaux des enfans blessés.

Pendant ce temps, l'armée du Rhin et de la Moselle ne s'avançait pas.
Custine l'avait commandée jusqu'au mois de juin. Encore tout abattu de sa
retraite, il n'avait cessé d'hésiter pendant les mois d'avril et de mai.
Il disait qu'il n'était pas assez fort; qu'il avait besoin de beaucoup de
cavalerie pour soutenir, dans les plaines du Palatinat, les efforts de la
cavalerie ennemie; qu'il n'avait point de fourrages pour nourrir ses
chevaux; qu'il lui fallait attendre que les seigles fussent assez avancés
pour en faire du fourrage, et qu'alors il marcherait au secours de
Mayence[1]. Beauharnais, son successeur, hésitant comme lui, perdit
l'occasion de sauver la place.

[Note 1: Voyez le procès de Custine.]

La ligne des Vosges, comme on sait, longe le Rhin, et vient finir non loin
de Mayence. En occupant les deux versans de la chaîne et ses principaux
passages, on a un avantage immense, parce qu'on peut se porter ou tout
d'un côté ou tout d'un autre, et accabler l'ennemi de ses masses réunies.
Telle était la position des Français. L'armée du Rhin occupait le revers
oriental, et celle de la Moselle le revers occidental; Brunswick et
Wurmser étaient disséminés, à la terminaison de la chaîne, sur un cordon
fort étendu. Disposant des passages, les deux armées françaises pouvaient
se réunir sur l'un ou l'autre des versans, accabler ou Brunswick ou
Wurmser, venir prendre les assiégeans par derrière et sauver Mayence.
Beauharnais, brave, mais peu entreprenant, ne fit que des mouvemens
incertains, et ne secourut pas la garnison.

Les représentans et les généraux enfermés dans Mayence, pensant qu'il ne
fallait pas pousser les choses au pire; que si on attendait huit jours de
plus, on pourrait manquer de tout, et être obligé de rendre la garnison
prisonnière; qu'au contraire, en capitulant, on obtiendrait la libre
sortie avec les honneurs de la guerre, et que l'on conserverait vingt
mille hommes, devenus les plus braves soldats du monde sous Kléber et
Dubayet, décidèrent qu'il fallait rendre la place. Sans doute, avec
quelques jours de plus, Beauharnais pouvait la sauver, mais, après avoir
attendu si long-temps, il était permis de ne plus penser à un secours et
les raisons de se rendre étaient déterminantes. Le roi de Prusse fut
facile sur les conditions; il accorda la sortie avec armes et bagages, et
n'imposa qu'une condition, c'est que la garnison ne servirait pas d'une
année contre les coalisés. Mais il restait assez d'ennemis à l'intérieur
pour utiliser ces admirables soldats, nommés depuis les _Mayençais_. Ils
étaient tellement attachés à leur poste, qu'ils ne voulaient pas obéir à
leurs généraux lorsqu'il fallut sortir de la place: singulier exemple de
l'esprit de corps qui s'établit sur un point, et de l'attachement qui se
forme pour un lieu qu'on a défendu quelques mois! Cependant la garnison
céda; et, tandis qu'elle défilait, le roi de Prusse, plein d'admiration
pour sa valeur, appelait par leur nom les officiers qui s'étaient
distingués pendant le siège, et les complimentait avec une courtoisie
chevaleresque. L'évacuation eut lieu le 25 juillet.

On a vu les Autrichiens bloquant la place de Condé et faisant le siège
régulier de Valenciennes. Ces opérations, conduites simultanément avec
celles du Rhin, approchaient de leur terme. Le prince de Cobourg, à la
tête du corps d'observation, faisait face au camp de César; le duc d'York
commandait le corps de siège. L'attaque, d'abord projetée sur la
citadelle, fut ensuite dirigée entre le faubourg de Marly et la porte de
Mons. Ce front présentait beaucoup plus de développement, mais il était
moins défendu, et fut préféré comme plus accessible. On se proposa de
battre les ouvrages pendant le jour, et d'incendier la ville pendant la
nuit, afin d'augmenter la désolation des habitans et de les ébranler plus
tôt. La place fut sommée le 14 juin. Le général Ferrand et les
représentans Cochon et Briest répondirent avec la plus grande dignité. Ils
avaient réuni une garnison de sept mille hommes, inspiré de très bonnes
dispositions aux habitans, dont ils organisèrent une partie en compagnies
de canonniers, qui rendirent les plus grands services.

Deux parallèles furent successivement ouvertes dans les nuits des 14 et 19
juin, et armées de batteries formidables. Elles causèrent dans la place
des ravages affreux. Les habitans et la garnison répondirent à la vigueur
de l'attaque, et détruisirent plusieurs fois tous les travaux des
assiégeans. Le 25 juin surtout fut terrible. L'ennemi incendia la place
jusqu'à midi, sans qu'elle répondît de son côté; mais à cette heure un feu
terrible, parti des remparts, plongea dans les tranchées, y mit la
confusion, et y reporta la terreur et la mort qui avaient régné dans la
ville. Le 28 juin, une troisième parallèle fut tracée, et le courage des
habitans commença à s'ébranler. Déjà une partie de cette ville opulente
était incendiée. Les enfans, les vieillards et les femmes avaient été mis
dans des souterrains. La reddition de Condé, qui venait d'être pris par
famine, augmentait encore le découragement des assiégés. Des émissaires
avaient été envoyés pour les travailler. Des rassemblemens commencèrent à
se former et à demander une capitulation. La municipalité partageait les
dispositions des habitans, et s'entendait secrètement avec eux. Les
représentans et le général Ferrand répondirent avec la plus grande vigueur
aux demandes qui leur furent adressées; et avec le secours de la garnison,
dont le courage était parvenu au plus haut degré d'exaltation, ils
dissipèrent les rassemblemens.

Le 25 juillet, les assiégeans préparèrent leurs mines et se disposèrent à
l'assaut du chemin couvert. Par bonheur pour eux, trois globes de
compression éclatèrent au moment même où les mines de la garnison allaient
jouer et détruire leurs ouvrages. Ils s'élancèrent alors sur trois
colonnes, franchirent les palissades, et pénétrèrent dans le chemin
couvert. La garnison effrayée se retirait, abandonnant déjà ses batteries;
mais le général Ferrand la ramena sur les remparts. L'artillerie, qui
avait fait des prodiges pendant tout le siège, causa encore de grands
dommages aux assiégeans, et les arrêta presque aux portes de la place. Le
lendemain 26, le duc d'York, somma le général Ferrand de se rendre; il
annonça qu'après la journée écoulée, il n'écouterait plus aucune
proposition, et que la garnison et les habitans seraient passés au fil de
l'épée. A cette menace, les attroupemens devinrent considérables; une
multitude, où se trouvaient en grand nombre des hommes armés de pistolets
et de poignards, entoura la municipalité. Douze individus prirent la
parole pour tous, et firent la réquisition formelle de rendre la place. Le
conseil de guerre se tenait au milieu du tumulte; aucun des membres ne
pouvait en sortir, et ils étaient tous consignés jusqu'à ce qu'ils eussent
décidé la reddition. Deux brèches, des habitans mal disposés, un
assiégeant vigoureux, ne permettaient plus de résister. La place fut
rendue le 28 juillet. La garnison sortit avec les honneurs de la guerre,
fut contrainte de déposer les armes, mais put rentrer en France, avec la
seule condition de ne pas servir d'un an contre les coalisés. C'était
encore sept mille braves soldats, qui pouvaient rendre de grands services
contre les ennemis de l'intérieur. Valenciennes avait essuyé quarante-un
jours de bombardement, et avait été accablée de quatre-vingt-quatre mille
boulets, de vingt mille obus, et de quarante-huit mille bombes. Le général
et la garnison avaient fait leur devoir, et l'artillerie s'était couverte
de gloire.

Dans ce même moment, la guerre du fédéralisme se réduisait à ces deux
calamités réelles: la révolte de Lyon d'une part; celle de Marseille et
de Toulon de l'autre.

Lyon consentait bien à reconnaître la convention, mais refusait
d'obtempérer à deux décrets, celui qui évoquait à Paris les procédures
commencées contre les patriotes, et celui qui destituait les autorités et
ordonnait la formation d'une nouvelle municipalité provisoire. Les
aristocrates cachés dans Lyon effrayaient cette ville du retour de
l'ancienne municipalité montagnarde, et, par la crainte de dangers
incertains, l'entraînaient dans les dangers réels d'une révolte ouverte.
Le 15 juillet, les Lyonnais firent mettre à mort les deux patriotes
Chalier et Riard, et dès ce jour ils furent déclarés en état de rébellion.
Les deux girondins Chasset et Biroteau, voyant surgir le royalisme, se
retirèrent. Cependant le président de la commission populaire, qui était
dévoué aux émigrés, ayant été remplacé, les déterminations étaient
devenues un peu moins hostiles. On reconnaissait la constitution, et on
offrait de se soumettre, mais toujours à condition de ne pas exécuter les
deux principaux décrets. Dans cet intervalle, les chefs fondaient des
canons, accaparaient des munitions, et les difficultés ne semblaient
devoir se terminer que par la voie des armes.

Marseille était beaucoup moins redoutable. Ses bataillons, rejetés au-delà
de la Durance par Carteaux, ne pouvaient opposer une longue résistance;
mais elle avait communiqué à la ville de Toulon, jusque-là si
républicaine, son esprit de révolte. Ce port, l'un des premiers du monde,
et le premier de la Méditerranée, faisait envie aux Anglais, qui
croisaient devant ses rivages. Des émissaires de l'Angleterre y
intriguaient sourdement, et y préparaient une trahison infâme. Les
sections s'y étaient réunies le 13 juillet, et, procédant comme toutes
celles du Midi, avaient destitué la municipalité et fermé le club jacobin.
L'autorité, transmise aux mains des fédéralistes, risquait de passer
successivement, de factions en factions, aux émigrés et aux Anglais.
L'armée de Nice, dans son état de faiblesse, ne pouvait prévenir un tel
malheur. Tout devenait donc à craindre, et ce vaste orage, amoncelé sur
l'horizon, du Midi, s'était fixé sur deux points, Lyon et Toulon.

Depuis deux mois, la situation s'était donc expliquée, et le danger, moins
universel, moins étourdissant, était mieux déterminé et plus grave. A
l'Ouest, c'était la plaie dévorante de la Vendée; à Marseille, une
sédition obstinée; à Toulon, une trahison sourde; à Lyon, une résistance
ouverte et un siège. Au Rhin et au Nord, c'était la perte des deux
boulevarts qui avaient si long-temps arrêté la coalition et empêché
l'ennemi de marcher sur la capitale. En septembre 1792, lorsque les
Prussiens marchaient sur Paris et avaient pris Longwy et Verdun; en avril
1793, après la retraite de la Belgique, après la défaite de Nerwinde, la
défection de Dumouriez et le premier soulèvement de la Vendée; au 31 mai
1793, après l'insurrection universelle des départemens, l'invasion du
Roussillon par les Espagnols, et la perte du camp de Famars; à ces trois
époques, les dangers avaient été effrayans, sans doute, mais jamais
peut-être aussi réels qu'à cette quatrième époque d'août 1798. C'était la
quatrième et dernière crise de la révolution. La France était moins
ignorante et moins neuve à la guerre qu'en septembre 1792, moins effrayée
de trahisons qu'en avril 1793, moins embarrassée d'insurrections qu'au
31 mai et au 12 juin; mais, si elle était plus aguerrie et mieux obéie,
elle était envahie à la fois sur tous les points, au Nord, au Rhin, aux
Alpes, aux Pyrénées.

Cependant on ne connaîtrait pas encore tous les maux qui affligeaient
alors la république, si on se bornait à considérer seulement les cinq ou
six champs de bataille sur lesquels ruisselait le sang humain. L'intérieur
offrait un spectacle tout aussi déplorable. Les grains étaient toujours
chers et rares. Oh se battait à la porte des boulangers pour obtenir une
modique quantité de pain. On se disputait en vain avec les marchands pour
leur faire accepter les assignats en échange des objets de première
nécessité. La souffrance était au comble. Le peuple se plaignait des
accapareurs qui retenaient les denrées, des agioteurs qui les faisaient
renchérir, et qui discréditaient les assignats par leur trafic. Le
gouvernement, tout aussi malheureux que le peuple, n'avait, pour exister
aussi, que les assignats, qu'il fallait donner en quantité trois ou quatre
fois plus considérable pour payer les mêmes services, et qu'on n'osait
plus émettre, de peur de les avilir encore davantage. On ne savait donc
plus comment faire vivre ni le peuple ni le gouvernement.

La production générale n'avait pourtant pas diminué. Bien que la nuit du 4
août n'eût pas encore produit ses immenses effets, la France ne manquait
ni de blé, ni de matières premières, ni de matières ouvrées; mais la
distribution égale et paisible en était devenue impossible, par les effets
du papier-monnaie. La révolution qui, en abolissant la monarchie, avait
voulu néanmoins payer sa dette; qui, en détruisant la vénalité des
offices, s'était engagée à en rembourser la valeur; qui, en défendant
enfin le nouvel ordre de choses contre l'Europe conjurée, était obligée de
faire les frais d'une guerre universelle, avait, pour suffire à toutes ces
charges, les biens nationaux enlevés au clergé et aux émigrés. Pour mettre
En circulation la valeur de ces biens, elle avait imaginé les assignats,
qui en étaient la représentation, et qui, par le moyen des achats,
devaient rentrer au trésor et être brûlés. Mais comme on doutait du succès
de la révolution et du maintien des ventes, on n'achetait pas les biens.
Les assignats restaient dans la circulation, comme une lettre de change
non acceptée, et s'avilissaient par le doute et par la quantité.

Le numéraire seul restait toujours comme mesure réelle des valeurs; et
rien ne nuit à une monnaie contestée, comme la rivalité d'une monnaie
certaine et incontestée. L'une se resserre et refuse de se donner, tandis
que l'autre s'offre en abondance et se discrédite en s'offrant. Tel était
le sort des assignats par rapport au numéraire. La révolution, condamnée à
des moyens violens, ne pouvait plus s'arrêter. Elle avait mis en
circulation _forcée_ la valeur anticipée des biens nationaux; elle devait
essayer de la soutenir par des moyens _forcés_. Le 11 avril, malgré les
girondins qui luttaient généreusement, mais imprudemment, contre la
fatalité de cette situation révolutionnaire, la convention punit de six
ans de fers quiconque vendrait du numéraire, c'est-à-dire échangerait une
certaine quantité d'argent ou d'or contre une quantité nominale plus
grande d'assignats. Elle punit de la même peine quiconque stipulerait pour
les marchandises un prix différent, suivant que le paiement se ferait en
numéraire ou en assignats.

Ces moyens n'empêchaient pas la différence de se prononcer rapidement. En
juin, un franc métal valait trois francs assignats; et en août, deux mois
après, un franc argent valait six francs assignats. Le rapport de
diminution, qui était de un à trois, s'était donc élevé de un à six.

Dans une pareille situation, les marchands refusaient de donner leurs
marchandises au même prix qu'autrefois, parce que la monnaie qu'on leur
offrait n'avait plus que le cinquième ou le sixième de sa valeur. Ils les
resserraient donc, et les refusaient aux acheteurs. Sans doute, cette
diminution de valeur eût été pour les assignats un inconvénient absolument
nul, si tout le monde, ne les recevant que pour ce qu'ils valaient
réellement, les avait pris et donnés au même taux. Dans ce cas, ils
auraient toujours pu faire les fonctions de signe dans les échanges, et
servir à la circulation comme toute autre monnaie; mais les capitalistes
qui vivaient de leurs revenus, les créanciers de l'état qui recevaient ou
une rente annuelle ou le remboursement d'un office, étaient obligés
d'accepter le papier suivant sa valeur nominale. Tous les débiteurs
s'empressaient de se libérer, et les créanciers, forcés de prendre une
valeur fictive, ne touchaient que le quart, le cinquième ou le sixième de
leur capital. Enfin le peuple ouvrier, toujours obligé d'offrir ses
services, de les donner à qui veut les accepter, ne sachant pas se
concerter pour faire augmenter les salaires du double, du triple, à mesure
que les assignats diminuaient dans la même proportion, ne recevait qu'une
partie de ce qui lui était nécessaire pour obtenir en échange les objets
de ses besoins. Le capitaliste, à moitié ruiné, était mécontent et
silencieux; mais le peuple furieux appelait accapareurs les marchands qui
ne voulaient pas lui vendre au prix ordinaire, et demandait qu'on envoyât
les accapareurs à la guillotine.

Cette fâcheuse situation était un résultat nécessaire de la création des
assignats, comme les assignats eux-mêmes furent amenés par la nécessité
de payer des dettes anciennes, des offices et une guerre ruineuse; et, par
les mêmes causes, le _maximum_ devait bientôt résulter des assignats. Peu
importait en effet qu'on eût rendu cette monnaie forcée, si le marchand,
en élevant ses prix, parvenait à se soustraire à la nécessité de la
recevoir. Il fallait rendre le taux des marchandises forcé comme celui de
la monnaie. Dès que la loi avait dit: Le papier vaut six francs, elle
devait dire: Telle marchandise ne vaut que six francs; car autrement le
marchand, en la portant à douze, échappait à l'échange.

Il avait donc fallu encore, malgré les girondins, qui avaient donné
d'excellentes raisons puisées dans l'économie ordinaire des choses,
établir le _maximum_ des grains. La plus grande souffrance pour le peuple,
c'est le défaut de pain. Les blés ne manquaient pas, mais les fermiers,
qui ne voulaient pas affronter le tumulte des marchés, ni livrer leur blé
au taux des assignats, se cachaient avec leurs denrées. Le peu de grain
qui se montrait était enlevé rapidement par les communes, et par les
individus que la peur engageait à s'approvisionner. La disette se faisait
encore plus sentir à Paris que dans aucune autre ville de France, parce
que les approvisionnemens pour cette cité immense étaient plus difficiles,
les marchés plus tumultueux, la peur des fermiers plus grande. Les 3 et 4
mai, la convention n'avait pu s'empêcher de rendre un décret par lequel
tous les fermiers ou marchands de grains étaient obligés de déclarer la
quantité de blés qu'ils possédaient, de faire battre ceux qui étaient en
gerbes, de les porter dans les marchés, et exclusivement dans les marchés,
et de les vendre à un prix moyen fixé par chaque commune, et basé sur les
prix antérieurs du 1er janvier au 1er mai. Personne ne pouvait acheter
pour suffire à ses besoins au-delà d'un mois; ceux qui avaient vendu ou
acheté à un prix au-dessus du _maximum_, ou menti dans leurs déclarations,
étaient punis de la confiscation et d'une amende de 300 à 1,000 francs.
Des visites domiciliaires étaient ordonnées pour vérifier la vérité; de
plus, le tableau de toutes les déclarations devait être envoyé par les
municipalités au ministre de l'intérieur, pour faire une statistique
générale des subsistances de la France. La commune de Paris, ajoutant ses
arrêtés de police aux décrets de la convention, avait réglé en outre la
distribution du pain dans les boulangeries. On ne pouvait s'y présenter
qu'avec des cartes de sûreté. Sur cette carte, délivrée par les comités
révolutionnaires, était désignée la quantité de pain qu'on pouvait
demander, et cette quantité était proportionnée au nombre d'individus dont
se composait chaque famille. On avait réglé jusqu'à la manière dont on
devait _faire queue_ à la porte des boulangers. Une corde était attachée à
leur porte; chacun la tenait par la main, de manière à ne pas perdre son
rang et à éviter la confusion. Cependant de méchantes femmes coupaient
souvent la corde; un tumulte épouvantable s'ensuivait, et il fallait la
force armée pour rétablir l'ordre. On voit à combien d'immenses soucis est
condamné un gouvernement, et à quelles mesures vexatoires il se trouve
entraîné, dès qu'il est obligé de tout voir pour tout régler. Mais, dans
cette situation, chaque chose s'enchaînait à une autre. Forcer le cours
des assignats avait conduit à forcer les échanges, à forcer les prix, à
forcer même la quantité, l'heure, le mode des achats; le dernier fait
résultait du premier, et le premier avait été inévitable comme la
révolution elle-même.

Cependant le renchérissement des subsistances qui avait amené leur
_maximum_, s'étendait à toutes les marchandises de première nécessité.
Viandes, légumes, fruits, épices, matières à éclairer et à brûler,
boissons, étoffes pour vêtement, cuirs pour la chaussure, tout avait
augmenté à mesure que les assignats avaient baissé, et le peuple
S'obstinait chaque jour davantage à voir des accapareurs là où il n'y
avait que des marchands qui refusaient une monnaie sans valeur. On se
souvient qu'en février il avait pillé chez les épiciers d'après l'avis de
Marat. En juillet, il avait pillé des bateaux de savon qui arrivaient par
la Seine à Paris. La commune, indignée avait rendu les arrêtés les plus
sévères, et Pache imprima cet avis simple et laconique:

LE MAIRE PACHE A SES CONCITOYENS.

«Paris contient sept cent mille habitans: le sol de Paris ne produit rien
pour leur nourriture, leur habillement, leur entretien; il faut donc que
Paris tire tout des autres départemens et de l'étranger.

«Lorsqu'il arrive des denrées et des marchandises à Paris, si les habitans
les pillent, on cessera d'en envoyer.

«Paris n'aura plus rien pour la nourriture, l'habillement, l'entretien de
ses nombreux habitans.

«Et sept cent mille hommes dépourvus de tout s'entre-dévoreront.»

Le peuple n'avait plus pillé; mais il demandait toujours des mesures
terribles contre les marchands, et on a vu le prêtre Jacques Roux ameuter
les cordeliers, pour faire insérer dans la constitution un article relatif
aux accapareurs. On se déchaînait beaucoup aussi contre les agioteurs, qui
faisaient, dit-on, augmenter les marchandises, en spéculant sur les
assignats, l'or, l'argent et le papier étranger.

L'imagination populaire se créait des monstres et partout voyait des
ennemis acharnés, tandis qu'il n'y avait que des joueurs avides, profitant
du mal, mais ne le produisant pas, et n'ayant certainement pas la
puissance de le produire. L'avilissement des assignats tenait à une foule
de causes: leur quantité considérable, l'incertitude de leur gage qui
devait disparaître si la révolution succombait; leur comparaison avec le
numéraire qui ne perdait pas sa réalité, et avec les marchandises qui,
conservant leur valeur, refusaient de se donner contre une monnaie qui
n'avait plus la sienne. Dans cet état de choses, les capitalistes ne
voulaient pas garder leurs fonds sous forme d'assignats, parce que sous
cette forme ils dépérissaient tous les jours. D'abord ils avaient cherché
à se procurer de l'argent; mais six ans de gène effrayaient les vendeurs
et les acheteurs de numéraire. Ils avaient alors songé à acheter des
marchandises; mais elles offraient un placement passager, parce qu'elles
ne pouvaient se garder long-temps, et un placement dangereux parce que la
fureur contre les accapareurs était au comble. On cherchait donc des
sûretés dans les pays étrangers. Tous ceux qui avaient des assignats
s'empressaient de se procurer des lettres de change sur Londres, sur
Amsterdam, sur Hambourg, sur Genève, sur toutes les places de l'Europe;
ils donnaient, pour obtenir ces valeurs étrangères, des valeurs nationales
énormes, et avilissaient ainsi les assignats en les abandonnant.
Quelques-unes de ces lettres de change étaient réalisées hors de France,
et la valeur en était touchée par les émigrés. Des meubles magnifiques,
dépouilles de l'ancien luxe, consistant en ébénisterie, horlogerie,
glaces, bronzes dorés, porcelaines, tableaux, éditions précieuses,
payaient ces lettres de change qui s'étaient transformées en guinées ou en
ducats. Mais on ne cherchait à en réaliser que la plus petite partie.
Recherchées par des capitalistes effrayés qui ne voulaient point émigrer,
mais seulement donner une garantie solide à leur fortune, elles restaient
presque toutes sur la place, où les plus alarmés se les transmettaient les
uns aux autres. Elles formaient ainsi une masse particulière de capitaux,
garantie par l'étranger, et rivale de nos assignats. On a lieu de croire
que Pitt avait engagé les banquiers anglais à signer une grande quantité
de ce papier, et leur avait même ouvert un crédit considérable pour en
augmenter la masse, et contribuer, de cette manière, toujours davantage au
discrédit des assignats.

On mettait encore beaucoup d'empressement à se procurer les actions des
compagnies de finances, qui semblaient hors des atteintes de la révolution
et de la contre-révolution, et qui offraient en outre un placement
avantageux. Celles de la compagnie d'escompte avaient une grande faveur,
mais celles de la compagnie des Indes étaient surtout recherchées avec la
plus grande avidité, parce qu'elles reposaient en quelque sorte sur un
gage insaisissable, leur hypothèque consistant en vaisseaux et en magasins
situés sur tout le globe. Vainement les avait-on assujetties à un droit de
transfert considérable: les administrateurs échappaient à la loi en
abolissant les actions, et en les remplaçant par une simple inscription
sur les registres de la compagnie, qui se faisait sans formalité. Ils
fraudaient ainsi l'état d'un revenu considérable, car il s'opérait
plusieurs milliers de transmissions par jour, et ils rendaient inutiles
les précautions prises pour empêcher l'agiotage. Vainement encore, pour
diminuer l'attrait de ces actions, avait-on frappé leur produit d'un droit
de cinq pour cent: les dividendes étaient distribués aux actionnaires
comme remboursement d'une partie du capital: et par ce stratagème les
administrateurs échappaient encore à la loi. Aussi de 600 francs ces
actions s'élevèrent à 1,000, 1,200, et même 2,000 francs. C'étaient autant
de valeurs qu'on opposait à la monnaie révolutionnaire, et qui servaient à
la discréditer.

On opposait encore aux assignats non seulement toutes ces espèces de
fonds, mais certaines parties de la dette publique, et même d'autres
assignats particuliers. Il existait en effet des emprunts souscrits à
toutes les époques, et sous toutes les formes. Il y en avait qui
remontaient jusqu'à Louis XIII. Parmi les derniers, souscrits sous Louis
XVI, il y en avait de différentes créations. On préférait généralement
ceux qui étaient antérieurs à la monarchie constitutionnelle à ceux qui
avaient été ouverts pour le besoin de la révolution. Tous étaient opposés
aux assignats hypothéqués sur les biens du clergé et des émigrés. Enfin,
entre les assignats eux-mêmes, on faisait des différences. Sur cinq
milliards environ émis depuis la création, un milliard était rentré par
les achats de biens nationaux; quatre milliards à peu près restaient en
circulation; et sur ces quatre milliards, on en pouvait compter cinq cents
millions créés sous Louis XVI, et portant l'effigie royale. Ces derniers
seraient mieux traités, disait-on, en cas de contre-révolution, et admis
pour une partie au moins de leur valeur. Aussi gagnaient-ils 10 ou 15 pour
cent sur les autres. Les assignats, républicains, seule ressource du
gouvernement, seule monnaie du peuple, étaient donc tout à fait
discrédités, et luttaient à la fois contre le numéraire; les marchandises,
les papiers étrangers, les actions des compagnies de finances, les
diverses créances sur l'état, et enfin contre les assignats royaux.

Le remboursement des offices, le paiement des grandes fournitures faites à
l'état pour les besoins de la guerre, l'empressement de beaucoup de
débiteurs à se libérer, avaient produit de grands amas de fonds dans
quelques mains. La guerre, la crainte d'une révolution terrible, avaient
interrompu beaucoup d'opérations commerciales, amené de grandes
liquidations, et augmenté encore la masse des capitaux stagnans et
cherchant des sûretés. Ces capitaux, ainsi accumulés, étaient livrés à un
agiot perpétuel sur la bourse de Paris, et se changeaient tour à tour en
or, argent, denrées, lettres de change, actions des compagnies, vieux
contrats sur l'état, etc. Là, comme d'usage, intervenaient ces joueurs
aventureux, qui se jettent dans toutes les espèces de hasard, qui
spéculent sur les accidents du commerce, sur l'approvisionnement des
armées, sur la bonne foi des gouvernements, etc. Placés en observation à
la bourse, ils faisaient le profit de toutes les hausses sur la baisse
constante des assignats. La baisse de l'assignat commençait d'abord à la
bourse par rapport au numéraire et à toutes les valeurs mobiles. Elle
avait lieu ensuite par rapport aux marchandises, qui renchérissaient dans
les boutiques et les marchés. Cependant les marchandises ne montaient pas
aussi rapidement que le numéraire, parce que les marchés sont éloignés de
la bourse, parce qu'ils ne sont pas aussi sensibles, et que d'ailleurs les
marchands ne peuvent pas se donner le mot aussi rapidement que des
agioteurs réunis dans une salle. La différence, déterminée d'abord à la
bourse, ne se prononçait donc ailleurs qu'après un temps plus ou moins
long; l'assignat de 5 francs, qui déjà n'en valait plus que 2 à la bourse,
en valait encore 3 dans les marchés, et les agioteurs avaient ainsi
l'intervalle nécessaire pour spéculer. Ayant leurs capitaux tout prêts,
ils prenaient du numéraire avant la hausse; dès qu'il montait par rapport
aux assignats, ils l'échangeaient contre ceux-ci; ils en avaient une plus
grande quantité, et, comme la marchandise n'avait pas eu le temps de
monter encore, avec cette plus grande quantité d'assignats ils se
procuraient une plus grande quantité de marchandises, et la revendaient
quand le rapport s'était rétabli. Leur rôle consistait à occuper le
numéraire et la marchandise pendant que l'un et l'autre s'élevaient par
rapport à l'assignat. Leur profit n'était donc que le profit constant de
la hausse de toutes choses sur l'assignat, et il était naturel qu'on leur
en voulût de ce bénéfice toujours fondé sur une calamité publique. Leur
jeu s'étendait sur la variation de toutes les espèces de valeurs, telles
que le papier étranger, les actions des compagnies, etc. Ils profitaient
de tous les accidens qui pouvaient produire des différences, tels qu'une
défaite, une motion, une fausse nouvelle. Ils formaient une classe assez
considérable. On y comptait des banquiers étrangers, des fournisseurs, des
usuriers, d'anciens prêtres ou nobles, de récens parvenus
révolutionnaires, et quelques députés qui, pour l'honneur de la
convention, n'étaient que cinq ou six, et qui avaient l'avantage perfide
de contribuer à la variation des valeurs par des motions faites à propos.
Ils vivaient dans les plaisirs avec des actrices, des ci-devant
religieuses ou comtesses, qui, du rôle de maîtresses, passaient
quelquefois à celui de négociatrices d'affaires. Les deux principaux
députés engagés dans ces intrigues étaient Julien, de Toulouse, et
Delaunay, d'Angers, qui vivaient, le premier avec la comtesse de Beaufort,
le second avec l'actrice Descoings. On prétend que Chabot, dissolu comme
un ex-capucin, et s'occupant quelquefois des questions financières, se
livrait à cet agiotage, de compagnie avec deux frères, nommés Frey,
expulsés de Moravie pour leurs opinions révolutionnaires, et venus à Paris
pour y faire le commerce de la banque. Fabre d'Eglantine s'en mêlait
aussi, et on accusait Danton, mais sans aucune preuve, de n'y être pas
étranger.

L'intrigue la plus honteuse fut celle que lia le baron de Batz, banquier
et financier habile, avec Julien, de Toulouse, et Delaunay, d'Angers, les
députés les plus décidés à faire fortune. Ils avaient le projet de
dénoncer les malversations de la compagnie des Indes, de faire baisser ses
actions, de les acheter aussitôt, de les relever ensuite au moyen de
motions plus douces, et de réaliser ainsi les profits de la hausse.
D'Espagnac, cet abbé délié, qui fut fournisseur de Dumouriez dans la
Belgique, qui avait obtenu depuis l'entreprise générale des charrois, et
dont Julien protégeait les marchés auprès de la convention, devait fournir
en reconnaissance les fonds de l'agiotage. Julien se proposait d'en
traîner encore dans cette intrigue Fabre, Chabot, et autres, qui pouvaient
devenir utiles comme membres de divers comités.

La plupart de ces hommes étaient attachés à la révolution, et ne
cherchaient pas à la desservir mais, à tout événement, ils voulaient
s'assurer des jouissances et de la fortune. On ne connaissait pas toutes
leurs trames secrètes; mais, comme ils spéculaient sur le discrédit des
assignats, on leur imputait le mal dont ils profitaient. Comme ils avaient
dans leurs rangs beaucoup de banquiers étrangers, on les disait agens de
Pitt et de la coalition; et on croyait encore voir ici l'influence,
mystérieuse et si redoutée, du ministère anglais. On était, en un mot,
également indigné contre les agioteurs et les accapareurs, et on demandait
contre les uns et les autres les mêmes supplices.

Ainsi, tandis que le Nord, le Rhin, le Midi, la Vendée, étaient envahis
par nos ennemis, nos moyens de finances consistaient dans une monnaie non
acceptée, dont le gage était incertain comme la révolution elle-même, et
qui, à chaque accident, diminuait d'une valeur proportionnée au péril.
Telle était cette situation singulière: à mesure que le danger augmentait
et que les moyens auraient dû être plus grands, ils diminuaient au
contraire; les munitions s'éloignaient du gouvernement, et les denrées du
peuple. Il fallait donc à la fois créer des soldats, des armes, une
monnaie pour l'état et pour le peuple, et après tout cela s'assurer des
victoires.



CHAPITRE XII.


ARRIVÉE ET RÉCEPTION A PARIS DES COMMISSAIRES DES ASSEMBLÉES PRIMAIRES.
--RETRAITE DU CAMP DE CÉSAR PAR L'ARMÉE DU NORD.--FÊTE DE L'ANNIVERSAIRE
DU 10 AOUT, ET INAUGURATION DE LA CONSTITUTION DE 1793.--MESURES
EXTRAORDINAIRES DE SALUT PUBLIC.--DÉCRET ORDONNANT LA LEVÉE EN MASSE.
--MOYENS EMPLOYÉS POUR EN ASSURER L'EXÉCUTION.--INSTITUTION DU _Grand
Livre_; NOUVELLE ORGANISATION DE LA DETTE PUBLIQUE.--EMPRUNT FORCÉ.
--DÉTAILS SUR LES OPÉRATIONS FINANCIÈRES A CETTE ÉPOQUE.--NOUVEAUX DÉCRETS
SUR LE _maximum_--DÉCRETS CONTRE LA VENDÉE, CONTRE LES ÉTRANGERS ET CONTRE
LES BOURBONS.


Les commissaires envoyés par les assemblées primaires pour célébrer
l'anniversaire du 10 août, et accepter la constitution au nom de toute la
France, venaient d'arriver à Paris. On voulait saisir ce moment pour
exciter un mouvement d'enthousiasme, réconcilier les provinces avec la
capitale, et provoquer des résolutions héroïques. On prépara une réception
brillante. Des marchands furent appelés de tous les environs. On amassa
des subsistances considérables pour qu'une disette ne vînt pas troubler
ces fêtes, et que les commissaires jouissent à la fois du spectacle de la
paix, de l'abondance et de l'ordre; on poussa les égards jusqu'à ordonner
à toutes les administrations des voitures publiques de leur céder des
places, même celles qui seraient déjà retenues par des voyageurs.
L'administration du départemens, qui avec celle de la commune rivalisait
d'austérité dans son langage et ses proclamations, fit une adresse _aux
frères_ des assemblées primaires. «Ici, leur disait-elle, des hommes
couverts du masque du patriotisme vous parleront avec enthousiasme de
liberté, d'égalité, de république une et indivisible, tandis qu'au fond de
leur coeur ils n'aspirent et ne travaillent qu'au rétablissement de la
royauté et au déchirement de leur patrie. Ceux-là sont les riches; et les
riches dans tous les temps ont abhorré les vertus et tué les moeurs. Là,
vous trouverez des femmes perverses, trop séduisantes par leurs attraits,
qui s'entendront avec eux pour vous entraîner dans le vice.... Craignez,
craignez surtout le ci-devant Palais-Royal, c'est dans ce jardin que vous
trouverez ces perfides. Ce fameux jardin, berceau de la révolution,
naguère l'asile des amis de la liberté, de l'égalité, n'est plus
aujourd'hui, malgré notre active surveillance, que l'égout fangeux de la
société, le repaire des scélérats, l'antre de tous les conspirateurs....
Fuyez ce lieu empoisonné; préférez au spectacle dangereux du luxe et de la
débauche les utiles tableaux de la vertu laborieuse; visitez les
faubourgs, fondateurs  de notre liberté; entrez dans les ateliers où des
hommes actifs, simples et vertueux comme vous, comme vous prêts à défendre
la patrie, vous attendent depuis long-temps pour serrer les liens de la
fraternité. Venez surtout dans nos sociétés populaires. Unissons-nous,
ranimons-nous aux nouveaux dangers de la patrie, et jurons pour la
dernière fois la mort et la destruction des tyrans!»

Le premier soin fut de les entraîner aux Jacobins, qui les reçurent avec
le plus grand empressement, et leur offrirent leur salle pour s'y réunir.
Les commissaires acceptèrent cette offre, et il fut convenu qu'ils
délibéreraient dans le sein même de la société, et se confondraient avec
elle pendant leur séjour. De cette manière, il n'y avait à Paris que
quatre cents jacobins de plus. La société, qui siégeait tous les deux
jours, voulut alors se réunir tous les jours pour délibérer avec les
commissaires des départemens, sur les mesures de salut public. On disait
que, dans le nombre de ces commissaires, quelques-uns penchaient pour
l'indulgence, et qu'ils avaient la mission de demander une amnistie
générale le jour de l'acceptation de la constitution. En effet, quelques
personnes songeaient à ce moyen de sauver les girondins prisonniers, et
tous les autres détenus pour cause politique. Mais les jacobins ne
voulaient aucune composition, et il leur fallait à la fois énergie et
vengeance. On avait calomnié les commissaires des assemblées primaires,
dit Hassenfratz, en répandant qu'ils voulaient proposer une amnistie; ils
en étaient incapables, et s'uniraient aux jacobins pour demander, avec les
mesures urgentes de salut public, la punition de tous les traîtres. Les
commissaires se tinrent pour avertis, et si quelques-uns, du reste peu
nombreux, songeaient à une amnistie, aucun n'osa plus en faire la
proposition.

Le 7 août, au matin, ils furent conduits à la commune, et de la commune à
l'Evêché, où se tenait le club des électeurs, et où s'était préparé le 31
mai. C'est là que devait s'opérer la réconciliation des départemens avec
Paris, puisque c'était de là qu'était partie l'attaque contre la
représentation nationale. Le maire Pache, le procureur Chaumette et toute
la municipalité, marchant à leur tête, introduisent les commissaires à
l'Evêché. De part et d'autre, on s'adresse des discours; les Parisiens
déclarent qu'ils n'avaient jamais voulu ni méconnaître, ni usurper les
droits des départemens; les commissaires reconnaissent à leur tour qu'on a
calomnié Paris; ils s'embrassent alors les uns les autres y et se livrent
au plus vif enthousiasme. Tout à coup l'idée leur vient d'aller à la
convention pour lui faire part de cette réconciliation. Ils s'y rendent en
effet, et sont introduits sur-le-champ. La discussion est interrompue,
l'un des commissaires prend la parole. «Citoyens représentans, dit-il,
nous venons vous faire part de la scène attendrissante qui vient de se
passer dans la salle des électeurs, où nous sommes allés donner le baiser
de paix à nos frères de Paris. Bientôt, nous l'espérons, la tête des
calomniateurs de cette cité républicaine tombera sous le glaive de la loi.
Nous sommes tous montagnards, vive la Montagne!» Un autre demande que les
représentans donnent aux commissaires le baiser fraternel. Aussitôt les
membres de l'assemblée quittent leurs places, et se jettent dans les bras
des commissaires des départements. Après quelques instans d'une scène
d'attendrissement et d'enthousiasme, les commissaires défilent dans la
salle, en poussant les cris de vive la Montagne! vive la république! et en
chantant:

La Montagne nous a sauvés
En congédiant Gensonné....
La Montagne nous a sauvés
En congédiant Gensonné.
Au diable les Buzot,
Les Vergniaud, les Brissot!
Dansons la carmagnole, etc.

Ils se rendent ensuite aux Jacobins, où ils rédigent, au nom de tous les
envoyés des assemblées primaires, une adresse pour déclarer aux
départemens que Paris a été calomnié. «Frères et amis, écrivent-ils,
calmez, calmez vos inquiétudes. Nous n'avons tous ici qu'un sentiment.
Toutes nos âmes sont confondues, et la liberté triomphante ne promène plus
ses regards que sur des jacobins, des frères et des amis. Le _Marais_
n'est plus. Nous ne formons ici qu'une énorme et terrible MONTAGNE qui va
vomir ses feux sur tous les royalistes et les partisans de la tyrannie.
Périssent les libellistes infâmes qui ont calomnié Paris!... Nous veillons
tous ici jour et nuit, et nous travaillons, de concert avec nos frères de
la capitale, au salut commun.... Nous ne rentrerons dans nos foyers que
pour vous annoncer que la France est libre et que la patrie est sauvée.»
Cette adresse, lue, applaudie avec enthousiasme, est envoyée à la
convention pour qu'elle soit insérée sur-le-champ dans le bulletin de la
séance. L'ivresse devient générale; une foule d'orateurs se précipitent à
la tribune du club, les têtes commencent à s'égarer. Robespierre, en
voyant ce trouble, demande aussitôt la parole. Chacun la lui cède avec
empressement. Jacobins, commissaires, tous applaudissent le célèbre
orateur, que quelques-uns n'avaient encore ni vu ni entendu.

Il félicite les départemens qui viennent de sauver la France. «Ils la
sauvèrent, dit-il, une première fois en 89, en s'armant spontanément; une
seconde fois, en se rendant à Paris pour exécuter le 10 août; une
troisième, en venant donner au milieu de la capitale le spectacle de
l'union et de la réconciliation générale. Dans ce moment, de sinistres
événemens ont affligé la république, et mis son existence en danger; mais
des républicains ne doivent rien craindre; et ils ont à se défier d'une
émotion qui pourrait les entraîner à des désordres. On voudrait dans le
moment produire une disette factice et amener un tumulte; on voudrait
porter le peuple à l'Arsenal, pour en disperser les munitions, ou y mettre
le feu, comme il vient d'arriver dans plusieurs villes; enfin, on ne
renonce pas à causer encore un événement dans les prisons, pour calomnier
Paris, et rompre l'union qui vient d'être jurée. Défiez-vous de tant de
pièges, ajoute Robespierre; soyez calmes et fermes; envisagez sans crainte
les malheurs de la patrie, et travaillons tous à la sauver.»

On se calme à ces paroles, et on se sépare après avoir salué le sage
orateur d'applaudissemens réitérés.

Aucun désordre ne vint troubler Paris pendant les jours suivans, mais rien
ne fut oublié pour ébranler les imaginations et les disposer à un généreux
enthousiasme. On ne cachait aucun danger, on ne dérobait aucune nouvelle
sinistre à la connaissance du peuple; on publiait successivement les
déroutes de la Vendée, les nouvelles toujours plus alarmantes de Toulon,
le mouvement rétrograde de l'armée du Rhin, qui se repliait devant les
vainqueurs de Mayence, et enfin le péril extrême de l'armée du Nord, qui
était retirée au camp de César, et que les Impériaux, les Anglais, les
Hollandais, maîtres de Condé, de Valenciennes, et formant une masse
double, pouvaient enlever en un coup de main. Entre le camp de César et
Paris, il y avait tout au plus quarante lieues, et pas un régiment, pas un
obstacle qui pût arrêter l'ennemi. L'armée du Nord enlevée, tout était
perdu, et on recueillait avec anxiété les moindres bruits arrivant de
cette frontière.

Les craintes étaient fondées, et dans ce moment en effet le camp de César
se trouvait dans le plus grand péril. Le 7 août, au soir, les coalisés y
étaient arrivés, et le menaçaient de toutes parts. Entre Cambray et
Bouchain, s'étend une ligne de hauteurs. L'Escaut les protège en les
parcourant. C'est là ce qu'on appelle le camp de César, appuyé sur deux
places, et bordé par un cours d'eau. Le 7 au soir, le duc d'York, chargé
de tourner les Français, débouche en vue de Cambray, qui formait la droite
du camp de César. Il somme la place; le commandant répond en fermant ses
portes et en brûlant les faubourgs. Le même soir, Cobourg, avec une masse
de quarante mille hommes, arrive sur deux colonnes aux bords de l'Escaut,
et bivouaque en face de notre camp. Une chaleur étouffante paralyse les
forces des hommes et des chevaux; plusieurs soldats, frappés des rayons du
soleil, ont expiré dans la journée. Kilmaine, nommé pour remplacer
Custine, et n'ayant voulu accepter le commandement que par intérim, ne
croit pas pouvoir tenir dans une position aussi périlleuse. Menacé, vers
sa droite, d'être tourné par le duc d'York, ayant à peine trente-cinq
mille hommes découragés à opposer à soixante-dix mille hommes victorieux,
il croit plus prudent de songer à la retraite, et de gagner du temps en
allant chercher un autre poste. La ligne de la Scarpe, placée derrière
celle de l'Escaut, lui paraît bonne à occuper. Entre Arras et Douay, des
hauteurs bordées par la Scarpe forment un camp semblable au camp de César,
et comme celui-ci appuyé par deux places, et bordé par un cours d'eau,
Kilmaine prépare sa retraite pour le lendemain matin 8.

Son corps d'armée traversera la Cense, petite rivière longeant les
derrières du terrain qu'il occupe, et lui-même se portera, avec une forte
arrière-garde, vers la droite, où le duc d'York est tout près de
déboucher. Le lendemain, en effet, à la pointe du jour, la grosse
artillerie, les bagages et l'infanterie se mettent en mouvement,
traversent la Cense, et détruisent tous les passages. Une heure après,
Kilmaine, avec quelques batteries d'artillerie légère, et une forte
division de cavalerie, se porte vers la droite, pour protéger la retraite
contre les Anglais. Il ne pouvait arriver plus à propos. Deux bataillons,
égarés dans leur route, se trouvaient engagés dans le petit village de
Marquion, et faisaient une forte résistance contre les Anglais.
Malgré leurs efforts, ils étaient près d'être enveloppés. Kilmaine,
arrivant aussitôt, place son artillerie légère sur le flanc des ennemis,
lance sur eux sa cavalerie, et les force à reculer; les bataillons sont
alors dégagés, et peuvent rejoindre le reste de l'armée. Dans ce moment,
les Anglais et les Impériaux, débouchant à la fois sur la droite et sur le
front du camp de César, le trouvent entièrement évacué. Enfin, vers la
chute du jour, les Français sont réunis au camp de Gavrelle, appuyés sur
Arras et Douay, et ayant la Scarpe devant eux.

Ainsi, le 8 août, le camp de César est évacué comme l'avait été celui de
Famars; Cambray et Bouchain sont abandonnés à leurs propres forces, comme
Valenciennes et Condé. La ligne de la Scarpe, placée derrière celle de
l'Escaut, n'est pas, comme on sait, entre Paris et l'Escaut, mais entre
l'Escaut et la mer. Kilmaine vient donc de marcher sur le côté, au lieu de
marcher en arrière; et une partie de la frontière se trouve ainsi
découverte. Les coalisés peuvent se répandre dans tout le départemens du
Nord. Que feront-ils? Iront-ils, marchant une journée de plus, attaquer le
camp de Gavrelle, et enlever l'ennemi qui leur a échappé? Marcheront-ils
sur Paris; ou reviendront-ils à leur ancien projet sur Dunkerque? En
attendant ils poussent des partis jusqu'à Péronne et Saint-Quentin, et
l'alarme se communique à Paris, où l'on répand avec effroi que le camp de
César est perdu, comme celui de Famars; que Cambray est livré comme
Valenciennes. De toutes parts, on se déchaîne contre Kilmaine, oubliant le
service immense qu'il vient de rendre par sa belle retraite.

La fête solennelle du 10 août, destinée à électriser tous les esprits, se
prépare au milieu de ces bruits sinistres. Le 9, on fait à la convention
le rapport sur le recensement des votes. Les quarante-quatre mille
municipalités ont accepté la constitution. Il ne manque dans le nombre des
votes que ceux de Marseille, de la Corse et de la Vendée. Une seule
commune, celle de Saint-Tonnant, départemens des Côtes-du-Nord, a osé
demander le rétablissement des Bourbons sur le trône.

Le 10, la fête commence avec le jour. Le célèbre peintre David a été
chargé d'en être l'ordonnateur. A quatre heures du matin, le cortège est
réuni sur la place de la Bastille. La convention, les envoyés des
assemblées primaires, parmi lesquels on a choisi les quatre-vingt-six
doyens d'âge, pour représenter les quatre-vingt-six départemens, les
sociétés populaires, et toutes les sections armées, se rangent autour
d'une grande fontaine, dite de la _Régénération_. Cette fontaine est
formée par une grande statue de la Nature, qui de ses mamelles verse l'eau
dans un vaste bassin. Dès que le soleil a doré le faîte des édifices, on
le salue en chantant des strophes sur l'air de la Marseillaise. Le
président de la convention prend une coupe, verse sur le sol l'eau de la
régénération, en boit ensuite, et transmet la coupe aux doyens des
départemens, qui boivent chacun à leur tour. Après cette cérémonie, le
cortège s'achemine le long des boulevarts. Les sociétés populaires, ayant
une bannière où est peint l'oeil de la surveillance, s'avancent les
premières. Vient ensuite la convention tout entière. Chacun de ses membres
tient un bouquet d'épis de blé, et huit d'entre eux, placés au centre,
portent sur une arche l'Acte constitutionnel et les Droits de l'homme.
Autour de la convention, les doyens d'âge forment une chaîne, et marchent
unis par un cordon tricolore. Ils tiennent dans leurs mains un rameau
d'olivier, signe de la réconciliation des provinces avec Paris, et une
pique destinée à faire partie du faisceau national formé par les
quatre-vingt-six départemens. A la suite de cette portion du cortège,
viennent des groupes de peuple, avec les instrumens des divers métiers.
Au milieu d'eux, s'avance une charrue qui porte un vieillard et sa vieille
épouse, et qui est traînée par leurs jeunes fils. Cette charrue est
immédiatement suivie d'un char de guerre sur lequel repose l'urne
cinéraire des soldats morts pour la patrie. Enfin la marche est fermée par
des tombereaux chargés de sceptres, de couronnes, d'armoiries et de tapis
à fleurs de lys.

Le cortège parcourt les boulevarts et s'achemine vers la place de la
Révolution. En passant au boulevart Poissonnière, le président de la
convention donne une branche de laurier aux héroïnes des 5 et 6 octobre,
assises sur leurs canons. Sur la place de la Révolution, il s'arrête de
nouveau, et met le feu à tous les insignes de la royauté et de la
noblesse, traînés dans les tombereaux. Ensuite il déchire un voile jeté
sur une statue, qui apparaissant à tous les yeux, laisse voir les traits
de la Liberté. Des salves d'artillerie marquent l'instant de son
inauguration; et, au même moment, des milliers d'oiseaux, portant de
légères banderoles, sont délivrés, et semblent annoncer, en s'élançant
dans les airs, que la terre est affranchie.

On se rend ensuite au Champ-de-Mars par la place des Invalides, et on
défile devant une figure colossale, représentant le peuple français qui
terrasse le fédéralisme et l'étouffe dans la fange d'un marais. Enfin on
arrive au champ même de la fédération. Là, le cortège se divise en deux
colonnes, qui s'allongent autour de l'autel de la patrie. Le président de
la convention et les quatre-vingt-six doyens occupent le sommet de
l'autel; les membres de la convention et la masse des envoyés des
assemblées primaires en occupent les degrés. Chaque groupe de peuple vient
déposer alternativement autour de l'autel les produits de son métier, des
étoffes, des fruits, des objets de toute espèce. Le président de la
convention, recueillant ensuite les actes sur lesquels les assemblées
primaires ont inscrit leurs votes, les dépose sur l'autel de la patrie.
Une décharge générale d'artillerie retentit aussitôt; un peuple immense
joint ses cris aux éclats du canon, et on jure, avec le même enthousiasme
qu'aux 14 juillet 1790 et 1792, de défendre la constitution: serment bien
vain, si on considère la lettre de la constitution, mais bien héroïque et
bien observé, si on ne considère que le sol et la révolution elle-même!
Les constitutions en effet ont passé, mais le sol et la révolution furent
défendus avec une constance héroïque.

Après cette cérémonie, les quatre-vingt-six doyens d'âge remettent leurs
piques au président; celui-ci en forme un faisceau, et le confie, avec
l'acte constitutionnel, aux députés des assemblées primaires, en leur
recommandant de réunir toutes leurs forces autour de l'arche de la
nouvelle alliance. On se sépare ensuite; une partie du cortège accompagne
l'urne cinéraire des Français morts pour la patrie, dans un temple destiné
à la recevoir; le reste va déposer l'arche de la constitution dans un lieu
où elle doit rester en dépôt jusqu'au lendemain, pour être rapportée
ensuite dans la salle de la convention. Une grande représentation,
figurant le siège et le bombardement de Lille, et la résistance héroïque
de ses habitans, occupe le reste de la journée, et dispose l'imagination
du peuple aux scènes guerrières.

Telle fut cette troisième fédération de la France républicaine. On n'y
voyait pas, comme en 1790, toutes les classes d'un grand peuple, riches et
pauvres, nobles et roturiers, confondus un instant dans une même ivresse,
et fatigués de se haïr, se pardonnant pour quelques heures leurs
Différences de rang et d'opinion; on y voyait un peuple immense, ne
parlant plus de pardon, mais de danger, de dévouement, de résolutions
désespérées, et jouissant avec ivresse de ces pompes gigantesques, en
attendant de courir le lendemain sur les champs de bataille. Une
circonstance relevait le caractère de cette scène, et couvrait ce que des
esprits dédaigneux ou hostiles pourraient y trouver de ridicule, c'est le
danger, et l'entraînement avec lequel on le bravait. Au premier 14 juillet
1790, la révolution était innocente encore et bienveillante, mais elle
pouvait n'être pas sérieuse, et être mise à fin comme une farce ridicule,
par les baïonnettes étrangères; en août 1793, elle était tragique, mais
grande, signalée par des victoires et des défaites, et sérieuse comme une
résolution irrévocable et héroïque.

Le moment de prendre de grandes mesures était arrivé. De toutes parts
fermentaient les idées les plus extraordinaires: on proposait d'exclure
tous les nobles des emplois, de décréter l'emprisonnement général des
suspects contre lesquels il n'existait pas encore de loi assez précise, de
faire lever la population en masse, de s'emparer de toutes les
subsistances, de les transporter dans les magasins de la république, qui
en ferait elle-même la distribution à chaque individu; on cherchait enfin,
sans savoir l'imaginer, un moyen qui fournît sur-le-champ des fonds
suffisans. On exigeait surtout que la convention restât en fonctions,
qu'elle ne cédât pas ses pouvoirs à la nouvelle législature qui devait lui
succéder, et que la constitution fût voilée comme la statue de la Liberté,
jusqu'à la défaite générale des ennemis de la république.

C'est aux Jacobins que furent successivement proposées toutes ces idées.
Robespierre, ne cherchant plus à modérer l'élan de l'opinion, l'excitant
au contraire, insista particulièrement sur la nécessité de maintenir la
convention nationale dans ses fonctions, et il donnait là un sage conseil.
Dissoudre dans ce moment une assemblée qui était saisie du gouvernement
tout entier, dans le sein de laquelle les divisions avaient cessé, et la
remplacer par une assemblée neuve, inexpérimentée, et qui serait livrée
encore aux factions, était un projet désastreux. Les députés des provinces
entourant Robespierre, s'écrièrent qu'ils avaient juré de rester réunis
jusqu'à ce que la convention eût pris des mesures de salut public, et ils
déclarèrent qu'ils l'obligeraient à rester en fonctions. Audouin, gendre
de Pache, parla ensuite, et proposa de demander la levée en masse et
l'arrestation générale des suspects. Aussitôt, les commissaires des
assemblées primaires rédigent une pétition, et, le lendemain 12, viennent
la présenter à la convention. Ils demandent que la convention se charge de
sauver elle-même la patrie, qu'aucune amnistie ne soit accordée, que les
suspects soient arrêtés, qu'ils soient envoyés les premiers à l'ennemi, et
que le peuple levé en masse marche derrière eux. Une partie de ces
propositions  est adoptée. L'arrestation des suspects est décrétée en
principe; mais le projet d'une levée en masse, qui paraissait trop
violent, est renvoyé à l'examen du comité de salut public. Les jacobins,
peu satisfaits, insistent, et continuent de répéter dans leur club, qu'il
ne faut pas un mouvement partiel, mais universel.

Les jours suivans, le comité fait son rapport, et propose un décret trop
vague, et des proclamations trop froides.

«Le comité, s'écrie Danton, n'a pas tout dit: il n'a pas dit que si la
France est vaincue, que si elle est déchirée, les riches seront les
premières victimes de la rapacité des tyrans; il n'a pas dit que les
patriotes vaincus déchireront et incendieront cette république, plutôt que
de la voir passer aux mains de leurs insolens vainqueurs! Voilà ce qu'il
faut apprendre à ces riches égoïstes.»--«Qu'espérez-vous, ajoute Danton,
vous qui ne voulez rien faire pour sauver la république? Voyez quel serait
votre sort si la liberté succombait! Une régence dirigée par un imbécile,
un roi enfant dont la minorité serait longue, enfin le morcellement de nos
provinces, et un déchirement épouvantable! Oui, riches, on vous
imposerait, on vous pressurerait davantage et mille fois davantage que
vous n'aurez à dépenser pour sauver votre pays et éterniser la liberté!...
La convention, ajoute Danton, a dans les mains les foudres populaires;
qu'elle en fasse usage et les lance à la tête des tyrans. Elle a les
commissaires des assemblées primaires, elle a ses propres membres; qu'elle
envoie les uns et les autres exécuter un armement général!»

Les projets de loi sont encore renvoyés au comité. Le lendemain, les
jacobins dépêchent de nouveau les commissaires des assemblées primaires à
la convention. Ceux-ci viennent demander encore une fois, non un
recrutement partiel, mais la levée en masse, parce que, disent-ils, les
demi-mesures sont mortelles, parce que la nation entière est plus facile à
ébranler qu'une partie de ses citoyens! «Si vous demandez, ajoutent-ils,
cent mille soldats, ils ne se trouveront point; mais des millions d'hommes
répondront à un appel général. Qu'il n'y ait aucune dispense pour le
citoyen physiquement constitué pour les armes, quelques fonctions qu'il
exerce; que l'agriculture seule conserve les bras indispensables pour
tirer de la terre les productions alimentaires; que le cours du commerce
soit arrêté momentanément, que toute affaire cesse; que la grande,
l'unique et universelle affaire des Français, soit de sauver la
république!»

La convention ne peut plus résister à une sommation aussi pressante.
Partageant elle-même l'entraînement des pétitionnaires, elle enjoint à son
comité de se retirer pour rédiger, dans l'instant même, le projet de la
levée en masse. Le comité revient quelques minutes après, et présente le
projet suivant, qui est adopté au milieu d'un transport universel:

ART. 1er. Le peuple français déclare, par l'organe de ses représentans,
qu'il va se lever tout entier pour la défense de sa liberté, de sa
constitution, et pour délivrer enfin son territoire de ses ennemis.

2. Le comité de salut public présentera demain le mode d'organisation de
ce grand mouvement national.

Par d'autres articles, il était nommé dix-huit représentans chargés de se
répandre sur toute la France, et de diriger les envoyés des assemblées
primaires dans leurs réquisitions d'hommes, de chevaux, de munitions, de
subsistances. Cette grande impulsion donnée, tout devenait possible. Une
fois qu'il était déclaré que la France entière, hommes et choses,
appartenait au gouvernement, ce gouvernement, suivant le danger, ses
lumières et son énergie croissante, pouvait tout ce qu'il jugerait utile
et indispensable. Sans doute il ne fallait pas lever la population en
masse, et interrompre la production, et jusqu'au travail nécessaire à la
nutrition, mais il fallait que le gouvernement pût tout exiger, sauf à
n'exiger que ce qui serait suffisant pour les besoins du moment.

Le mois d'août fut l'époque des grands décrets qui mirent toute la France
en mouvement, toutes ses ressources en activité, et qui terminèrent à
l'avantage de la révolution sa dernière et sa plus terrible crise.

Il fallait à la fois mettre la population debout, la pourvoir d'armes, et
fournir, par une nouvelle mesure financière, à la dépense de ce grand
déplacement; il fallait mettre en rapport le papier-monnaie avec le prix
des subsistances et des denrées; il fallait distribuer les armées, les
généraux, d'une manière appropriée à chaque théâtre de guerre, et enfin,
satisfaire la colère révolutionnaire par de grandes et terribles
exécutions. On va voir ce que fit le gouvernement pour suffire à la fois à
ces besoins urgens et à ces mauvaises passions qu'il devait subir,
puisqu'elles étaient inséparables de l'énergie qui sauve un peuple en
danger.

Exiger de chaque localité un contingent déterminé en hommes, ne convenait
pas aux circonstances, c'eût été douter de l'enthousiasme des Français en
ce moment, et on devait supposer cet enthousiasme pour l'inspirer. Cette
manière germanique d'imposer à chaque contrée les hommes comme l'argent,
était d'ailleurs en contradiction avec le principe de la levée en masse.
Un recrutement général par voie de tirage ne convenait pas davantage. Tout
le monde n'étant pas appelé, chacun aurait songé alors à s'exempter, et se
serait plaint du sort qui l'eût obligé à servir. La levée en masse
exposait, il est vrai, la France à un désordre universel, et excitait les
railleries des modérés et des contre-révolutionnaires. Le comité de salut
public imagina le moyen le plus convenable à la circonstance, ce fut de
mettre toute la population en disponibilité, de la diviser par
générations, et de faire partir ces générations par rang d'âge, au fur et
à mesure des besoins. «Dès ce moment, portait le décret[1], jusqu'à celui
où les ennemis auront été chassés du territoire de la république, tous les
Français seront en réquisition permanente pour le service des armées.

[Note 1: 23 août.]

Les jeunes gens iront au combat; les hommes mariés forgeront des armes et
transporteront les subsistances; les femmes feront des tentes, des habits,
et serviront dans les hôpitaux; les enfans mettront le vieux linge en
charpie; les vieillards se feront porter sur les places publiques pour
exciter  le courage des guerriers, prêcher la haine des rois, et l'amour
de la république.»

Tous les jeunes gens non mariés, ou veufs sans enfans, depuis l'âge de
dix-huit ans jusqu'à celui de vingt-cinq ans, devaient composer la
première levée, dite la _première réquisition_. Ils devaient se réunir
sur-le-champ, non dans les chefs-lieux de départemens, mais dans ceux de
district, car, depuis le fédéralisme, on craignait ces grandes réunions
par départemens, qui leur donnaient le sentiment de leurs forces et l'idée
de la révolte. D'ailleurs, il y avait un autre motif pour agir ainsi,
c'était la difficulté d'amasser dans les chefs-lieux des subsistances et
des approvisionnemens suffisans pour de grandes masses. Les bataillons
formés dans les chefs-lieux de district devaient commencer sur-le-champ
les exercices militaires, et se tenir prêts à partir au premier jour. La
génération de vingt-cinq ans à trente était avertie de se préparer, et, en
attendant, elle était chargée de faire le service de l'intérieur. Le reste
enfin, de trente jusqu'à soixante, était disponible au gré des
représentans envoyés pour opérer cette levée graduelle. Malgré ces
dispositions, la levée en masse et instantanée de toute la population
était ordonnée de droit dans certains lieux plus menacés, comme la Vendée,
Lyon, Toulon, le Rhin, etc.

Les moyens employés pour armer les levées, les loger, les nourrir, étaient
analogues aux circonstances. Tous les chevaux et bêtes de somme, dont
l'agriculture et les fabriques pouvaient se passer, étaient requis et mis
à la disposition des ordonnateurs des armées. Les armes de calibre
devaient être données à la génération qui partait; les armes de chasse et
les piques étaient réservées au service de l'intérieur. Dans les
départemens où des manufactures d'armes pouvaient être établies, les
places, les promenades publiques, les grandes maisons comprises dans les
biens nationaux, devaient servir à construire des ateliers. Le principal
établissement se trouvait à Paris. On plaçait les forges dans les jardins
du Luxembourg, les machines à forer les canons sur les bords de la Seine.
Tous les ouvriers armuriers étaient requis, ainsi que les ouvriers en
horlogerie, qui, dans le moment, avaient peu de travail, et qui pouvaient
être employés à certaines parties de la fabrication des armes. Trente
millions étaient mis, pour cette seule manufacture, à la disposition du
ministre de là guerre. Ces moyens extraordinaires seraient employés
jusqu'à ce qu'on eût porté la fabrication à mille fusils par jour. On
plaçait ce grand établissement à Paris, parce que là, sous les yeux du
gouvernement et des jacobins, toute négligence devenait impossible, et
tous les prodiges de rapidité et d'énergie étaient assurés. Cette
manufacture ne tarda pas en effet à remplir sa destination.

Le salpêtre manquant, on songea à l'extraire du sol des caves. On imagina
donc de les faire visiter toutes, pour juger si la terre dans laquelle
elles étaient creusées en contenait quelques parties. En conséquence,
chaque particulier dut souffrir la visite et la fouille des caves, pour en
lessiver la terre lorsqu'elle contiendrait du salpêtre. Les maisons
devenues nationales furent destinées à servir de casernes et de magasins.

Pour procurer les subsistances à ces grandes masses armées, on prit
diverses mesures qui n'étaient pas moins extraordinaires que les
précédentes. Les jacobins auraient voulu que la république, faisant
achever le tableau général des subsistances, les achetât toutes, et s'en
fît ensuite la distributrice, soit en les donnant aux soldats armés pour
elle, soit en les vendant aux autres citoyens à un prix modéré. Ce
penchant à vouloir tout faire, à suppléer la nature elle-même, quand elle
ne marche pas à notre gré, ne fut point aussi aveuglément suivi que
l'auraient désiré les jacobins. Cependant il fut ordonné que les tableaux
des subsistances, déjà commandés aux municipalités, seraient promptement
terminés, et envoyés au ministère de l'intérieur, pour faire la
statistique générale des besoins et des ressources; que le battage des
grains serait achevé là où il ne l'était pas, et que les municipalités les
feraient battre elles-mêmes si les particuliers s'y refusaient; que les
fermiers ou propriétaires des grains paieraient en nature leurs
contributions arriérées, et les deux tiers de celles de l'année 1793;
qu'enfin les fermiers et régisseurs des biens devenus nationaux en
déposeraient les revenus aussi en nature.

L'exécution de ces mesures extraordinaires ne pouvait être
qu'extraordinaire aussi. Des pouvoirs limités, confiés à des autorités
locales qui auraient été à chaque instant arrêtées par des résistances,
qui, d'ailleurs, n'auraient pas eu toutes la même énergie et le même
dévouement, ne convenaient ni à la nature des mesures décrétées ni à leur
urgence. La dictature des commissaires de la convention était encore ici
le seul moyen dont on pût faire usage. Ils avaient été employés déjà pour
la première levée des trois cent mille hommes, décrétée en mars, et ils
avaient promptement et complètement rempli leur mission. Envoyés aux
armées, ils surveillaient les généraux et leurs opérations, quelquefois
contrariaient des militaires consommés, mais partout ranimaient le zèle,
et communiquaient une grande vigueur de volonté. Enfermés dans les places
fortes, ils avaient soutenu des sièges héroïques à Valenciennes et à
Mayence; répandus dans l'intérieur, ils avaient puissamment contribué à
étouffer le fédéralisme. Ils furent donc encore employés ici, et reçurent
des pouvoirs illimités, pour exécuter cette réquisition des hommes et des
choses. Ayant sous leurs ordres les commissaires des assemblées primaires,
pouvant les diriger à leur gré, leur confier une partie de leurs pouvoirs,
ils tenaient sous leur main des hommes dévoués, parfaitement instruits de
l'état de chaque localité, et n'ayant d'autorité que ce qu'ils leur en
donneraient eux-mêmes pour le besoin de ce service extraordinaire.

Il y avait déjà différens représentans dans l'intérieur, soit dans la
Vendée, soit à Lyon et à Grenoble, pour détruire les restes du
fédéralisme; il en fut nommé encore dix-huit, chargés de se partager la
France, et de se concerter avec ceux qui étaient déjà en mission pour
faire mettre en marche les jeunes gens de la première réquisition, pour
les armer, les approvisionner, et les diriger sur les points convenables,
d'après l'avis et les demandes des généraux. Ils devaient en outre achever
la complète soumission des administrations fédéralistes.

Il fallait à ces mesures militaires joindre des mesures financières pour
fournir aux dépenses de la guerre. On connaît l'état de la France sous ce
rapport. Une dette en désordre, composée de dettes de toute espèce, de
toute date, et qui étaient opposées aux dettes contractées sous la
république; les assignats discrédités, auxquels on opposait le numéraire,
le papier étranger, les actions des compagnies financières, et qui ne
pouvaient plus servir au gouvernement pour payer les services publics, ni
au peuple pour acheter les marchandises dont il avait besoin; telle était
alors notre situation. Que faire dans de pareilles conjonctures?
Fallait-il emprunter, ou émettre des assignats? Emprunter était impossible
dans le désordre où se trouvait la dette, et avec le peu de confiance
qu'inspiraient les engagemens de la république. Emettre des assignats
était facile, et il suffisait pour cela de l'imprimerie nationale. Mais,
pour fournir aux moindres dépenses, il fallait émettre des quantités
énormes de papier, c'est-à-dire cinq ou six fois plus que sa valeur
nominale, et par là on augmentait nécessairement la grande calamité de son
discrédit, et on amenait un nouveau renchérissement dans les marchandises.
On va voir ce que le génie de la nécessité inspira aux hommes qui
s'étaient chargés du salut de la France.

La première et la plus indispensable mesure était de mettre de l'ordre
dans la dette, et d'empêcher qu'elle ne fût divisée en contrats de toutes
les formes, de toutes les époques, et qui, par leurs différences d'origine
et de nature, donnaient lieu à un agiotage dangereux et
contre-révolutionnaire. La connaissance de ces vieux titres, leur
vérification, leur classement, exigeaient une science particulière, et
introduisaient une effrayante complication dans la comptabilité. Ce
n'était qu'à Paris que chaque rentier pouvait se faire payer, et
quelquefois la division de sa créance en plusieurs portions l'obligeait à
se présenter chez vingt payeurs différens. Il y avait la dette constituée,
la dette exigible à terme fixe, la dette exigible provenant de la
liquidation; et, de cette manière, le trésor était exposé tous les jours à
des échéances, et obligé de se procurer des capitaux pour rembourser des
sommes échues. «Il faut uniformiser et républicaniser la dette,» dit
Cambon; et il proposa de convertir tous les contrats des créanciers de
l'état en une inscription sur un grand livre, qui serait appelé
_Grand-Livre de la dette publique_. Cette inscription et l'extrait qu'on
en délivrerait aux créanciers, seraient désormais leurs seuls titres. Pour
les rassurer sur la conservation de ce livre, il devait en être déposé un
double aux archives de la trésorerie; et, du reste, le feu et les autres
accidens ne le menaçaient pas plus que les registres des notaires. Les
Créanciers devaient donc, dans un délai déterminé, remettre leurs titres
pour qu'ils fussent inscrits et brûlés ensuite. Les notaires avaient ordre
d'apporter tous les titres dont ils étaient dépositaires, et on les
punissait de dix ans de fers si, avant la remise, ils en gardaient ou
délivraient des copies. Si le créancier laissait écouler six mois pour se
faire inscrire, il perdait les intérêts; s'il laissait écouler un an, il
était déchu, et perdait le capital. «De cette manière, disait Cambon, la
dette contractée par le despotisme ne pourra plus être distinguée de celle
contractée depuis la révolution; et je défie _monseigneur le despotisme_,
s'il ressuscite, de reconnaître son ancienne dette lorsqu'elle sera
confondue avec la nouvelle. Cette opération faite, vous verrez le
capitaliste qui désire un roi parce qu'il a un roi pour débiteur, et qui
craint de perdre sa créance si son débiteur n'est pas rétabli, désirer la
république qui sera devenue sa débitrice, parce qu'il craindra de perdre
son capital en la perdant.»

Ce n'était pas là le seul avantage de cette institution; elle en avait
d'autres encore tout aussi grands, et elle commençait le système du crédit
public. Le capital de chaque créance était converti en une rente
perpétuelle, au taux de cinq pour cent. Ainsi le créancier d'une somme de
1,000 francs se trouvait inscrit sur le Grand-Livre pour une rente de 50
francs. De cette manière, les anciennes dettes, dont les unes portaient
des intérêts usuraires, dont les autres étaient frappées de retenues
injustes, ou grevées de certains impôts, étaient ramenées à un intérêt
uniforme et équitable. L'état, changeant sa dette en une rente
perpétuelle, n'était plus exposé à des échéances, et ne pouvait jamais
être obligé à rembourser le capital, pourvu qu'il servit les intérêts. Il
trouvait en outre un moyen facile et avantageux de s'acquitter, c'était de
racheter la rente sur la place, lorsqu'elle viendrait à baisser au-dessous
de sa valeur: ainsi, quand une rente de 50 livres de revenu et de 1,000
francs de capital ne vaudrait que neuf ou huit cents livres, l'état
gagnerait, disait Cambon, un dixième ou un cinquième du capital en
rachetant sur la place. Ce rachat n'était pas encore organisé au moyen
d'un amortissement fixe, mais le moyen était entrevu, et la science du
crédit public commençait à se former.

Ainsi l'inscription sur le Grand-Livre simplifiait la forme des titres,
rattachait l'existence de la dette à l'existence de la république, et
changeait les créances en une rente perpétuelle, dont le capital était non
remboursable, et dont l'intérêt était le même pour toutes les portions
d'inscriptions. Cette idée était simple et empruntée en partie aux
Anglais; mais il fallait un grand courage d'exécution pour l'appliquer à
la France, et il y avait un grand mérite d'à-propos à le faire dans le
moment. Sans doute, on peut trouver quelque chose de forcé à une opération
destinée à changer ainsi brusquement la nature des titres et des créances,
à ramener l'intérêt à un taux unique, et à frapper de déchéance les
créanciers qui se refuseraient à cette conversion; mais, pour un état, la
justice est le meilleur ordre possible; et cette grande et énergique
uniformisation de la dette convenait à une révolution hardie, complète,
qui avait pour but de tout soumettre au droit commun.

Le projet de Cambon joignait à cette hardiesse un respect scrupuleux pour
les engagemens pris à l'égard des étrangers, qu'on avait promis de
rembourser à des époques fixes. Il portait que les assignats n'ayant pas
cours hors de France, les créanciers étrangers seraient payés en
numéraire, et aux époques déterminées. En outre, les communes ayant
contracté des dettes particulières, et faisant souffrir leurs créanciers
qu'elles ne payaient pas, l'état se chargeait de leurs dettes, et ne
s'emparait de leurs propriétés que jusqu'à concurrence des sommes
employées au remboursement. Ce projet fut adopté[1] en entier, et aussi
bien exécuté qu'il était bien conçu.

[Note 1: 24 août.]

Le capital de la dette ainsi uniformisée fut converti en une masse de
rentes de 200 millions par an. On crut devoir, pour remplacer les anciens
impôts de différente espèce dont elle était grevée, la frapper d'une
imposition foncière d'un cinquième, ce qui réduisait le service des
intérêts à 160 millions. De cette manière tout était simplifié, éclairci;
une grande source d'agiotage se trouvait détruite, et la confiance
renaissait, parce qu'une banqueroute partielle, à l'égard de telle ou
telle espèce de créance, ne pouvait plus avoir lieu, et qu'une banqueroute
générale pour toute la dette n'était pas supposable.

Dès ce moment, il devenait plus facile de recourir à un emprunt. On va
voir de quelle manière on se servit de cette mesure pour soutenir les
assignats.

La valeur dont la révolution disposait pour ses dépenses extraordinaires
consistait toujours uniquement dans les biens nationaux. Cette valeur,
représentée par les assignats, flottait dans la circulation. Il fallait
favoriser les ventes pour faire rentrer les assignats, et les relever en
les rendant plus rares. Des victoires étaient le meilleur moyen, mais non
le plus facile, de hâter les ventes. Pour y suppléer, on imagina divers
expédiens. Par exemple, on avait permis aux acquéreurs de diviser leurs
paiemens en plusieurs années. Mais cette mesure, inventée pour favoriser
les paysans et les rendre propriétaires, était plus propre à provoquer
des ventes qu'à faire rentrer des assignats. Afin de diminuer plus
sûrement leur quantité circulante, on avait décidé de faire le
remboursement des offices, partie en assignats, partie en _reconnaissances
de liquidation_. Les remboursements s'élevant à moins de 3,000 francs
devaient être soldés en assignats, les autres devaient l'être en
_reconnaissances de liquidation_, qui n'avaient pas cours de monnaie, qui
ne pouvaient pas être divisées en sommes moindres de 10,000 livres, ni
autrement transmises que les autres effets au porteur, et qui étaient
reçues en paiement des biens nationaux. De cette manière, on diminuait la
portion des biens nationaux convertis en monnaie forcée; tout ce qui était
transformé en _reconnaissances de liquidation_ consistait en sommes peu
divisées, difficilement transmissibles, fixées dans les mains des riches,
et éloignées de la circulation et de l'agiotage.

Pour contribuer encore à la vente des biens nationaux, on déclara, en
créant le Grand-Livre, que les inscriptions de rentes seraient reçues pour
moitié dans le paiement de ces biens. Cette facilité devait amener de
nouvelles ventes et de nouvelles rentrées d'assignats.

Mais tous ces moyens adroits ne suffisaient pas, et la masse de
papier-monnaie était encore beaucoup trop considérable. L'assemblée
constituante, l'assemblée législative, et la convention, avaient décrété
successivement la création de 5 milliards et 100 millions d'assignats: 484
millions n'avaient pas encore été émis et restaient dans les caisses; il
n'avait donc été mis en circulation que 4 milliards 616 millions. Une
partie était rentrée par les ventes; les acheteurs pouvant prendre des
termes pour le paiement, il était dû encore, pour les acquisitions faites,
12 à 15 millions. Il était rentré en tout 840 millions d'assignats qui
avaient été brûlés: il en restait donc en circulation, au mois d'août
1793, 3 milliards 776 millions.

Le premier soin fut de démonétiser les assignats à effigie royale, qui
étaient accaparés, et nuisaient aux assignats républicains par la
confiance supérieure qu'ils inspiraient. Quoique démonétisés, ils ne
cessèrent pas d'avoir une valeur; ils furent transformés en effets au
porteur, et purent être reçus ou en paiement des contributions, ou en
paiement des domaines nationaux, jusqu'au 1er janvier suivant. Passé cette
époque, ils ne devaient plus avoir aucune espèce de valeur. Ces assignats
s'élevaient à 558 millions. Cette mesure les faisait nécessairement
disparaître de la circulation avant quatre mois, et comme on les savait
tous dans les mains des spéculateurs contre-révolutionnaires, on faisait
preuve de justice en ne les annulant pas et en les obligeant seulement à
rentrer au trésor.

On se souvient que, pendant le mois de mai, lorsqu'il fut déclaré en
principe qu'il y aurait des armées dites révolutionnaires, on décréta en
même temps qu'il serait établi un emprunt forcé d'un milliard sur les
riches, pour subvenir aux frais d'une guerre dont ils étaient, comme
aristocrates, réputés les auteurs, et à laquelle ils ne voulaient
consacrer ni leurs personnes, ni leurs fortunes. Cet emprunt, réparti
comme on va le voir, fut consacré, d'après le projet de Cambon, à faire
rentrer un milliard d'assignats en circulation. Pour laisser le choix aux
citoyens de meilleure volonté, et leur assurer quelques avantages, il
était ouvert un emprunt volontaire; ceux qui se présentaient pour le
remplir recevaient une inscription de rente au taux déjà décrété de 5 pour
cent, et obtenaient ainsi un intérêt de leurs fonds. Ils pouvaient, avec
cette inscription, s'exempter de contribuer à l'emprunt forcé, ou du moins
jusqu'à concurrence de la valeur placée dans le prêt volontaire. Les
riches de mauvaise volonté, qui attendaient l'exécution de l'emprunt
forcé, recevaient un titre qui ne portait aucun intérêt, et qui n'était,
comme l'inscription de rente, qu'un titre républicain avec 5 pour cent de
moins. Enfin, comme, d'après la nouvelle loi, les inscriptions pouvaient
servir pour moitié dans le paiement des biens nationaux, les prêteurs
volontaires, recevant une inscription de rente, avaient la faculté de se
rembourser immédiatement en biens nationaux; tandis qu'au contraire les
certificats de l'emprunt forcé ne devaient être pris en paiement des
domaines acquis que deux ans après la paix. Il fallait, disait le projet,
intéresser les riches à la prompte fin de la guerre et à la pacification
de l'Europe.

L'emprunt forcé ou volontaire devait faire rentrer un milliard d'assignats
qui seraient brûlés. Il devait en rentrer, en outre, par les contributions
arriérées, 700 millions, dont 558 millions en assignats royaux déjà
démonétisés, et reçus seulement pour le paiement des impôts. On était donc
assuré, en deux ou trois mois, d'avoir enlevé à la circulation, d'abord le
milliard de l'emprunt, puis 700 millions de contributions. La somme
flottante de 3 milliards 776 millions se trouverait donc réduite à 2
milliards 76 millions. En supposant, ce qui était probable, que la faculté
de changer les inscriptions de la dette en biens nationaux amènerait de
nouvelles acquisitions, on pouvait par cette voie faire rentrer peut-être
5 à 600 millions. La masse totale se trouverait donc encore peut-être
réduite par-là à 15 ou 16 cents millions. Ainsi, pour le moment, en
réduisant la masse flottante de plus de moitié, on rendait aux assignats
Leur valeur; les 484 millions restant en caisse devenaient disponibles.
Les 700 millions rentrés par les impôts, et dont 558 devaient recevoir
l'effigie républicaine et être remis en circulation, recouvraient aussi
leur valeur, et pouvaient être employés l'année suivante. On avait donc
relevé les assignats pour le moment, et c'était là l'essentiel. Si l'on
parvenait à se sauver, la victoire les relèverait tout à fait, permettrait
de faire de nouvelles émissions, et de réaliser le reste des biens
nationaux,  reste qui était considérable et qui s'augmentait chaque jour
par l'émigration.

Le mode d'exécution de cet emprunt forcé était, de sa nature, prompt et
nécessairement arbitraire. Comment évaluer les fortunes sans erreur, sans
injustice, même à des époques de calme, en prenant le temps nécessaire, et
en consultant toutes les probabilités? Or, ce qui n'est pas possible, même
avec les circonstances les plus propices, devait l'être bien moins encore
dans un temps de violence et de précipitation. Mais lorsqu'on était obligé
de troubler tant d'existences, de frapper tant de têtes, pouvait-on
s'inquiéter beaucoup d'une méprise sur les fortunes, et de quelques
inexactitudes de répartition? On institua donc pour l'emprunt forcé, comme
pour les réquisitions, une espèce de dictature, et on l'attribua aux
communes. Chaque individu était obligé de déclarer l'état de ses revenus.
Dans chaque commune, le conseil général nommait des vérificateurs; ces
vérificateurs décidaient, d'après leurs connaissances des localités, si
les déclarations étaient vraisemblables; et s'ils les supposaient fausses,
ils avaient le droit de les porter au double. Dans le revenu de chaque
famille, il était prélevé 1,000 francs par individu, mari, femme et
enfants; tout ce qui excédait constituait le revenu superflu, et, comme
tel, imposable. De 1,000 fr. à 10,000 fr. de revenu imposable, la taxe
était d'un dixième. 1,000 fr. de superflu payaient 100 fr.; 2,000 fr. de
superflu payaient 200 fr., et ainsi de suite. Tout revenu superflu
excédant 10,000 fr. était imposé d'une somme égale à sa valeur. De cette
manière, toute famille qui, outre les 1,000 fr. accordés par individu,
et les 10,000 de superflu frappés d'un dixième, jouissait encore d'un
revenu supérieur, devait donner à l'emprunt tout cet excédant. Ainsi, une
famille composée de cinq individus, et riche à 50,000 livres de rentes,
avait 5,000 fr. réputés nécessaires, 10,000 fr. imposés d'un dixième, et
réduits à neuf, ce qui faisait en tout quatorze; et elle devait pour cette
année abandonner les 36,000 fr. restants à l'emprunt forcé ou volontaire.
Prendre une année de superflu à toutes les classes opulentes n'était
certainement pas une si grande rigueur, lorsque tant d'individus allaient
expirer sur les champs de bataille; et cette somme, que du reste on aurait
pu prendre sans condition, comme taxe indispensable de guerre, on
l'échangeait contre un titre républicain, conversible ou en rentes sur
l'état, ou en portions de biens nationaux[1].

[Note 1: Le décret sur l'emprunt forcé est du 3 septembre.]

Cette grande opération consistait donc à tirer de la circulation un
milliard d'assignats en le prenant aux riches; d'ôter à ce milliard sa
qualité de monnaie et de valeur circulante, et d'en faire une simple
délégation sur les biens nationaux, que les riches échangeraient ou non en
une portion correspondante de ces biens. De cette manière, on les
obligeait de devenir acquéreurs, ou du moins à fournir la même somme
d'assignats qu'ils auraient fournie s'ils l'étaient devenus. C'était, en
un mot, le placement forcé d'un milliard d'assignats.

A ces mesures, destinées à soutenir le papier monnaie, on en joignit
d'autres encore. Après avoir détruit la rivalité des anciens contrats sur
l'état, celle des assignats à l'effigie royale, il fallait détruire la
rivalité des actions des compagnies de finances. On décréta donc
l'abolition de la compagnie d'assurances à vie, de la compagnie de la
caisse d'escompte, de toutes celles enfin dont le fonds consistait en
actions au porteur, en effets négociables, en inscriptions sur un livre,
et transmissibles à volonté. Il fut décidé que leur liquidation serait
faite dans un court délai, et que le gouvernement pourrait seul à l'avenir
créer de ces sortes d'établissemens. On ordonna un prompt rapport sur la
compagnie des Indes, qui, par son importance, exigeait un examen
particulier. On ne pouvait pas empêcher l'existence des lettres de change
sur l'étranger, mais on déclara traîtres à la patrie les Français qui
plaçaient leurs fonds sur les banques ou comptoirs des pays avec lesquels
la république était en guerre. Enfin on eut recours à de nouvelles
sévérités contre le numéraire, et le commerce qui s'en faisait. Déjà on
avait puni de six ans de gêne quiconque vendrait ou achèterait du
numéraire, c'est-à-dire qui le recevrait ou le donnerait pour une somme
différente d'assignats; on avait de même soumis à une amende tout vendeur
ou acheteur de marchandises, qui traiterait à un prix différent, suivant
que le paiement serait stipulé en numéraire ou en assignats. De pareils
faits étant difficiles à atteindre, on s'en vengea en augmentant la peine.
Tout individu convaincu d'avoir refusé en paiement des assignats, de les
avoir donnés ou reçus à une perte quelconque, fut condamné à une amende de
3,000 liv., et à six mois de détention pour la première fois; et en cas de
récidive, à une amende double et à vingt ans de fer. Enfin, comme la
monnaie de billon était indispensable dans les marchés, et ne pouvait être
facilement suppléée, on ordonna que les cloches seraient employées à
fabriquer des décimes, des demi-décimes, etc., valant deux sous, un sou.
etc.

Mais quelques moyens qu'on employât pour faire remonter, les assignats et
détruire les rivalités qui leur étaient si nuisibles, on ne pouvait pas
espérer de les remettre au niveau du prix des marchandises, et il fallait
forcément rabaisser le prix de celles-ci. D'ailleurs le peuple croyait à
de la malveillance de la part des marchands, il croyait à des
accaparemens, et quelle que fût l'opinion des législateurs, ils ne
pouvaient modérer, sous ce rapport, un peuple qu'ils déchaînaient sur tous
les autres. Il fallut donc faire pour toutes les marchandises ce qu'on
avait déjà fait pour le blé. On rendit un décret qui rangeait
l'accaparement au nombre des crimes capitaux, et le punissait de mort.
Était considéré comme accapareur _celui qui dérobait à la circulation les
marchandises de première nécessité_, sans qu'il les mît publiquement en
vente. Les marchandises déclarées _de première nécessité_ étaient le pain,
la viande, les grains, la farine, les légumes, les fruits, les charbons,
le bois, le beurre, le suif, le chanvre, le lin, le sel, le cuir, les
boissons, les salaisons, les draps, la laine, et toutes les étoffes,
excepté les soieries. Les moyens d'exécution, pour un pareil décret,
étaient nécessairement inquisitoriaux et vexatoires. Il devait être fait
par chaque marchand des déclarations préalables de ce qu'il possédait en
magasin. Ces déclarations devaient être vérifiées au moyen de visites
domiciliaires. Toute fraude ou complicité était, comme le fait lui-même,
punie de mort. Des commissaires, nommés par les communes, étaient chargés
de faire exhiber les factures, et d'après ces factures, de fixer un prix
qui, en laissant un profit modique au marchand, n'excédât pas les moyens
du peuple. Si pourtant, ajoutait le décret, le haut prix des factures
rendait le profit des marchands impossible, la vente n'en serait pas moins
effectuée, à un prix auquel l'acheteur pût atteindre. Ainsi, dans ce
décret, comme dans celui qui ordonnait la déclaration des blés et leur
_maximum_, on laissait aux communes le soin de taxer les prix suivant
l'état des choses dans chaque localité. Bientôt on allait être conduit à
généraliser encore ces mesures, et à les rendre plus violentes en les
étendant davantage.

Les opérations militaires, administratives et financières de cette époque
étaient donc aussi habilement conçues que la situation le permettait, et
aussi vigoureuses que l'exigeait le danger. Toute la population, divisée
en générations, était à la disposition des représentans, et pouvait être
appelée, soit à se battre, soit à fabriquer des armes, soit à panser les
blessés. Toutes les anciennes dettes, converties en une seule dette
républicaine, étaient exposées à partager le même sort, et à n'avoir pas
plus de valeur que les assignats. On détruisait les rivalités multipliées
des anciens contrats, des assignats royaux, des actions des compagnies; on
empêchait les capitaux de se retirer sur ces valeurs privilégiées, en les
assimilant toutes; les assignats ne rentrant pas, on en prenait un
milliard sur les riches, qu'on faisait passer de l'état de monnaie à
l'état d'une simple délégation sur les biens nationaux. Enfin, pour
établir un rapport forcé entre les monnaies et les marchandises de
première nécessité, on laissait aux communes le soin de rechercher toutes
les subsistances, toutes les marchandises, et de les faire vendre à un
prix convenable dans chaque localité. Jamais aucun gouvernement ne prit à
la fois des mesures ni plus vastes ni plus hardiment imaginées, et pour
accuser leurs auteurs de violence, il faudrait oublier le danger d'une
invasion universelle, et la nécessité de vivre sur les biens nationaux
sans acheteurs. Tout le système des moyens forcés dérivait de ces deux
causes. Aujourd'hui, une génération superficielle et ingrate critique ces
opérations, trouve les unes violentes, les autres contraires aux bons
principes d'économie, et joint le tort de l'ingratitude à l'ignorance du
temps et de la situation. Qu'on revienne aux faits, et qu'enfin on soit
juste pour des hommes auxquels il en a coûté tant d'efforts et de périls
pour nous sauver.

Après ces mesures générales de finances et d'administration, il en fut
pris d'autres plus spécialement appropriées à chaque théâtre de la guerre.
Les moyens extraordinaires, depuis longtemps résolus à l'égard de la
Vendée, furent enfin décrétés. Le caractère de cette guerre était
maintenant bien connu. Les forces de la rébellion ne consistaient pas dans
des troupes organisées qu'on pût détruire par des victoires, mais dans une
population qui, en apparence paisible et occupée de ses travaux agricoles,
se levait tout à coup à un signal donné, accablait de sa masse, surprenait
de son attaque imprévue les troupes républicaines, et, en cas de défaite,
se cachait dans ses bois, dans ses champs, et reprenait ses travaux sans
qu'on pût distinguer celui qui avait été soldat de celui qui n'avait pas
cessé d'être paysan. Une lutte opiniâtre de plus de six mois, des
soulèvements qui avaient été quelquefois de cent mille hommes, des actes
de la plus grande témérité, une renommée formidable, et l'opinion établie
que le plus grand danger de la révolution était dans cette guerre civile
dévorante, devaient appeler toute l'attention du gouvernement sur la
Vendée, et provoquer à son égard les mesures les plus énergiques et les
plus colères. Depuis longtemps on disait que le seul moyen de soumettre ce
malheureux pays était, non de le combattre, mais de le détruire, puisque
ses armées n'étaient nulle part et se trouvaient partout. Ces voeux furent
exaucés par un décret formidable[1], où la Vendée, les derniers Bourbons,
les étrangers, étaient frappés tous à la fois d'extermination.

[Note 1: 1er août.]

En conséquence de ce décret, il fut ordonné au ministre de la guerre
d'envoyer dans les départemens révoltés des matières combustibles pour
incendier les bois, les taillis et les genêts. «Les forêts, était-il dit,
seront abattues, les repaires des rebelles seront détruits, les récoltes
seront coupées par des compagnies d'ouvriers, les bestiaux seront saisis,
et le tout transporté hors du pays. Les vieillards, les femmes, les
enfants, seront conduits hors de la contrée, et il sera pourvu à leur
subsistance avec les égards dus à l'humanité.» Il était enjoint en outre
aux généraux et aux représentans en mission de faire tout autour de la
Vendée les approvisionnements nécessaires pour nourrir de grandes masses,
et, aussitôt après, de provoquer dans les départemens environnants, non
pas une levée graduelle, comme dans les autres parties de la France, mais
une levée subite et générale, et de verser ainsi toute une population sur
une autre. Le choix des hommes répondit à la nature de ces mesures. On a
vu Biron, Berthier, Menou, Westermann, compromis et destitués pour avoir
soutenu le système de la discipline, et Rossignol, infracteur de cette
discipline, tiré de prison par les agents du ministère. Le triomphe du
système jacobin fut complet. Rossignol, de simple chef de bataillon, fut
tout à coup nommé général en chef de l'armée des côtes de La Rochelle.
Ronsin, le chef de ces agents du ministère qui portaient dans la Vendée
toutes les passions des jacobins et soutenaient qu'il ne fallait pas des
généraux expérimentés, mais des généraux franchement républicains; non pas
une guerre régulière, mais exterminatrice; que tout homme de nouvelle
levée était soldat, que tout soldat pouvait être général; Ronsin, le chef
de ces agents, fut fait en quatre jours capitaine, chef d'escadron,
général de brigade, et fut adjoint à Rossignol avec tous les pouvoirs du
ministère lui-même pour présider à l'exécution de ce nouveau système de
guerre. On ordonna en même temps que la garnison de Mayence fût conduite
en poste du Rhin dans la Vendée. La méfiance était si grande, que les
généraux de cette brave garnison avaient été mis en arrestation pour avoir
capitulé. Heureusement, le brave Merlin, toujours écouté avec la
considération due à un caractère héroïque, vint rendre témoignage de leur
dévouement et de leur bravoure. Kléber, Aubert-Dubayet, furent rendus à
leurs soldats, qui voulaient les délivrer de vive force, et ils se
rendirent dans la Vendée, où ils devaient, par leur habileté, réparer les
désastres causés par les agents du ministère. Il est une vérité qu'il faut
répéter toujours: la passion n'est jamais ni sage, ni éclairée, mais c'est
la passion seule qui peut sauver les peuples dans les grandes extrémités.
La nomination de Rossignol était une hardiesse étrange, mais elle
annonçait un parti bien pris, elle ne permettait plus les demi-mesures
dans cette funeste guerre de la Vendée, et elle obligeait toutes les
administrations locales qui étaient encore incertaines à se prononcer. Ces
jacobins fougueux, répandus dans les armées, les troublaient souvent, mais
ils y communiquaient cette énergie de résolution sans laquelle il n'y
aurait eu ni armement, ni approvisionnement, ni moyens d'aucune espèce.
Ils étaient d'une injustice inique envers les généraux, mais ils ne
permettaient à aucun de faiblir ou d'hésiter. On verra bientôt leur folle
ardeur, se combinant avec la prudence d'hommes plus calmes, produire les
plus grands et les plus heureux résultats.

Kilmaine, auteur de la belle retraite qui avait sauvé l'armée du Nord, fut
aussitôt remplacé par Houchard, ci-devant général de l'armée de la
Moselle, et jouissant d'une assez grande réputation de bravoure et de
zèle. Dans le comité de salut public, quelques changements eurent lieu.
Thuriot et Gasparin, malades, donnèrent leur démission. L'un d'eux fut
remplacé par Robespierre, qui pénétra enfin dans le gouvernement, et dont
la puissance immense fut ainsi reconnue et subie par la convention, qui
jusqu'ici ne l'avait nommé d'aucun comité. L'autre eut pour successeur le
célèbre Carnot, qui déjà, envoyé à l'armée du Nord, avait donné de lui
l'idée d'un militaire savant et habile.

A toutes ces mesures administratives et militaires, furent ajoutées des
mesures de vengeance, suivant l'usage de faire suivre les actes d'énergie
par des actes de cruauté. On a déjà vu que, sur la demande des envoyés des
assemblées primaires, une loi avait été résolue contre les suspects. Il
restait à en présenter le projet. On le demandait chaque jour, parce que
ce n'était pas assez, disait-on, du décret du 27 mars, qui mettait les
aristocrates hors la loi. Ce décret exigeait un jugement, et on en
souhaitait un qui permît d'enfermer, sans les juger et seulement pour
s'assurer de leur personne, les citoyens suspects par leurs opinions. En
attendant ce décret, on décida que les biens de tous ceux qui étaient mis
hors la loi appartiendraient à la république. On exigea ensuite des
dispositions plus sévères envers les étrangers. Déjà ils avaient été mis
sous la surveillance des comités qui s'étaient intitulés révolutionnaires;
mais on voulait davantage. L'idée d'une conspiration étrangère, dont Pitt
était supposé le moteur, remplissait plus que jamais tous les esprits. Un
portefeuille trouvé sur les murs de l'une de nos villes frontières
renfermait des lettres qui étaient écrites en anglais, et que des agens
anglais en France s'adressaient entre eux. Il était question dans ces
lettres de sommes considérables envoyées à des agens secrets répandus dans
nos camps, nos places fortes et nos principales villes. Les uns étaient
chargés de se lier avec les généraux pour les séduire, de prendre des
renseignemens exacts sur l'état de nos forces, de nos places et de nos
approvisionnemens; les autres avaient mission de s'introduire dans les
arsenaux, dans les magasins, avec des mèches phosphoriques, et d'y mettre
le feu. «Faites hausser, disaient encore ces lettres, le change jusqu'à
deux cents livres pour une livre sterling. Il faut discréditer le plus
possible les assignats, et refuser tous ceux qui ne porteront pas
l'effigie royale. Faites hausser le prix de toutes les denrées. Donnez les
ordres à vos marchands d'accaparer tous les objets de première nécessité.
Si vous pouvez persuader à Cott....i  d'acheter le suif et la chandelle à
tout prix, faites-la payer au public jusqu'à cinq francs la livre. Milord
est très-satisfait pour la manière dont B--t--z a agi. Nous espérons que
les assassinats se feront avec prudence. Les prêtres déguisés et les
femmes sont les plus propres à cette opération.»

Ces lettres prouvaient seulement que l'Angleterre avait quelques espions
militaires dans nos armées, quelques agens dans nos places de commerce
pour y aggraver les inconvéniens de la disette, et que peut-être
quelques-uns se faisaient donner de l'argent sous prétexte de commettre à
propos des assassinats. Mais tous ces moyens étaient fort peu redoutables,
et étaient certainement exagérés par la vanterie ordinaire des agens
employés à ce genre de manoeuvres. Il est vrai que des incendies avaient
éclaté à Douai, à Valenciennes, à la voilerie de Lorient, à Bayonne, et
dans les parcs d'artillerie près Chemillé et Saumur. Il est possible que
ces agens fussent les auteurs de ces incendies; mais certainement ils
n'avaient dirigé ni le poignard du garde-du-corps Pâris contre
Lepelletier, ni celui de Charlotte Corday contre Marat; et s'ils
agiotaient sur le papier étranger et les assignats, s'ils achetaient
quelques marchandises moyennant les crédits ouverts à Londres par Pitt,
ils n'avaient qu'une médiocre influence sur notre situation commerciale et
financière, qui tenait à des causes bien plus générales et plus majeures
que ces viles intrigues. Cependant, ces lettres, concourant avec quelques
incendies, deux assassinats, et l'agiotage du papier étranger, excitèrent
une indignation universelle. La convention, par un décret, dénonça le
gouvernement anglais à tous les peuples, et déclara Pitt l'ennemi du genre
humain. En même temps elle ordonna que tous les étrangers domiciliés en
France depuis le 14 juillet 1789, seraient sur-le-champ mis en état
d'arrestation (Décret du 1er août).

Enfin on décréta le prompt achèvement du procès de Custine. On mit en
jugement Biron et Lamarche. L'acte d'accusation des girondins fut pressé
de nouveau, et ordre fut donné au tribunal révolutionnaire de se saisir de
leur procès dans le plus bref délai. Enfin la colère se porta sur les
restes des Bourbons, et sur la famille infortunée qui déplorait, dans la
tour du Temple, la mort du dernier roi. Il fut décrété que tous les
Bourbons qui restaient en France seraient déportés, excepté ceux qui
étaient sous le glaive des lois[1]; que le duc d'Orléans, qui avait été
transféré, dans le mois de mai, à Marseille, et que les fédéralistes
n'avaient pas voulu faire juger, serait reconduit à Paris, pour y
comparaître devant le tribunal révolutionnaire.

[Note 1: 1er août.]

Sa mort devait servir de réponse à ceux qui accusaient la Montagne de
vouloir en faire un roi. L'infortunée Marie-Antoinette, malgré son sexe,
fut, comme son époux, vouée à l'échafaud. Elle passait pour l'instigatrice
de tous les complots de l'ancienne cour, et était regardée comme beaucoup
plus coupable que Louis XVI. Elle avait le malheur surtout d'être fille de
l'Autriche, qui était dans ce moment la plus redoutable de toutes les
puissances ennemies. Suivant la coutume de braver plus audacieusement
l'ennemi le plus dangereux, on voulut, au moment même où les armées
impériales s'avançaient sur notre territoire, faire tomber la tête de
Marie-Antoinette. Elle fut donc transférée à la Conciergerie pour être
jugée comme une accusée ordinaire par le tribunal révolutionnaire. Madame
Elisabeth, destinée à la déportation, fut retenue pour déposer contre sa
soeur.

Les deux enfans devaient être élevés et gardés par la république, qui
jugerait, à l'époque de la paix, ce qu'il conviendrait de statuer à leur
égard. Jusques alors, la dépense du Temple avait été faite avec une
certaine somptuosité qui rappelait le rang de la famille prisonnière. Il
fut décrété qu'elle serait réduite au nécessaire. Enfin, pour consommer
tous ces actes de la vengeance révolutionnaire, on décréta que les tombes
royales de Saint-Denis seraient détruites.

Telles furent les mesures que les dangers imminens du mois d'août 1798
provoquèrent pour la défense et pour la vengeance de la révolution.


FIN DU TOME QUATRIÈME.



NOTE
ET
PIÈCES JUSTIFICATIVES
DU TOME QUATRIÈME.


NOTE PAGE 143.

Les véritables dispositions de Robespierre, à l'égard du 31 mai, sont
manifestées par les discours qu'il a tenus aux Jacobins, où on parlait
beaucoup plus librement qu'à l'assemblée, et où l'on conspirait hautement.
Des extraits de ce qu'il a dit aux diverses époques importantes prouveront
la marche de ses idées à l'égard de la grande catastrophe des 31 mai et 2
juin. Son premier discours prononcé sur les pillages du mois de février
donne une première indication.

(_Séance du 25 février 1793._)

_Robespierre_: «Comme j'ai toujours aimé l'humanité et que je n'ai jamais
cherché à flatter personne, je vais dire la vérité. Ceci est une trame
ourdie contre les patriotes eux-mêmes. Ce sont les intrigans qui veulent
perdre les patriotes; il y a dans le coeur du peuple un sentiment juste
d'indignation. J'ai soutenu, au milieu des persécutions et sans appui, que
le peuple n'a jamais tort; j'ai osé proclamer cette vérité dans un temps
où elle n'était pas encore connue; le cours de la révolution l'a
développée.

«Le peuple a entendu tant de fois invoquer la loi par ceux qui voulaient
le mettre sous son joug, qu'il se méfie de ce langage.

«Le peuple souffre; il n'a pas encore recueilli le fruit de ses travaux;
il est encore persécuté par les riches, et les riches sont encore ce
qu'ils furent toujours, c'est-à-dire durs et impitoyables. (_Applaudi_.)
Le peuple voit l'insolence de ceux qui l'ont trahi, il voit la fortune
accumulée dans leurs mains, il ne sent pas la nécessité de prendre les
moyens d'arriver au but; et, lorsqu'on lui parle le langage de la raison,
il n'écoute que son indignation contre les riches, et il se laisse
entraîner dans de fausses mesures par ceux qui s'emparent de sa confiance
pour le perdre.

«Il y a deux causes: la première, une disposition naturelle dans le peuple
à chercher les moyens de soulager sa misère, disposition naturelle et
légitime en elle-même; le peuple croit qu'au défaut des lois protectrices,
il a le droit de veiller lui-même à ses propres besoins.

«Il y a une autre cause. Cette cause, ce sont les desseins perfides des
ennemis de la liberté, des ennemis du peuple, qui sont bien convaincus que
le seul moyen de nous livrer aux puissances étrangères, c'est d'alarmer le
peuple sur ses subsistances, et de le rendre victime des excès qui en
résultent. J'ai été témoin moi-même des mouvemens. A côté des citoyens
honnêtes, nous avons vu des étrangers et des hommes opulens, revêtus de
l'habit respectable des sans-culottes. Nous avons entendu dire: On nous
promettait l'abondance après la mort du roi, et nous sommes plus
malheureux depuis que ce pauvre roi n'existe plus. Nous en avons entendu
déclamer non pas contre la portion intrigante et contre-révolutionnaire de
la convention, qui siège où siégeaient les aristocrates de l'assemblée
constituante, mais contre la Montagne, mais contre la députation de Paris
et contre les jacobins, qu'ils représentaient comme accapareurs.

«Je ne vous dis pas que le peuple soit coupable; je ne vous dis pas que
ses mouvemens soient un attentat; mais quand le peuple se lève, ne doit-il
pas avoir un but digne de lui? Mais de chétives marchandises doivent-elles
l'occuper? Il n'en a pas profité, car les pains de sucre ont été
recueillis par les mains des valets de l'aristocratie; et en supposant
qu'il en ait profité, en échange de ce modique avantage, quels sont les
inconvéniens qui peuvent en résulter? Nos adversaires veulent effrayer
tout ce qui a quelque propriété; ils veulent persuader que notre système
de liberté et d'égalité est subversif de tout ordre, de toute sûreté.

«Le peuple doit se lever, non pour recueillir du sucre, mais pour
terrasser les brigands. (_Applaudi_.) Faut-il vous retracer vos dangers
passés? Vous avez pensé être la proie des Prussiens et des Autrichiens; il
y avait une transaction; et ceux qui avaient alors trafiqué de votre
liberté, sont ceux qui ont excité les troubles actuels. J'articule à la
face des amis de la liberté et de l'égalité, à la face de la nation, qu'au
mois de septembre, après l'affaire du 10 août, il était décidé à Paris que
les Prussiens arriveraient sans obstacle à Paris.»

(_Séance du mercredi 8 mai 1793._)

_Robespierre_: «Nous avons à combattre la guerre extérieure et intérieure.
La guerre civile est entretenue par les ennemis de l'intérieur. L'armée de
la Vendée, l'armée de la Bretagne et l'armée de Coblentz, sont dirigées
contre Paris, cette citadelle de la liberté. Peuple de Paris, les tyrans
s'arment contre vous, parce que vous êtes la portion la plus estimable de
l'humanité: les grandes puissances de l'Europe se lèvent contre vous: tout
ce qu'il y a en France d'hommes corrompus secondent leurs efforts.

«Après avoir conçu ce vaste plan de vos ennemis, vous devez deviner
aisément le moyen de vous défendre. Je ne vous dis point mon secret; je
l'ai manifesté au sein de la convention.

«Je vais vous révéler ce secret, et, s'il était possible que ce devoir
d'un représentant d'un peuple libre pût être considéré comme un crime, je
saurais braver tous les dangers pour confondre les tyrans et sauver la
liberté.

«J'ai dit ce matin à la Convention que les partisans de Paris iraient
au-devant des scélérats de la Vendée, qu'ils entraîneraient sur leur route
tous leurs frères des départemens, et qu'ils extermineraient tous, oui,
tous les rebelles à la fois.

«J'ai dit qu'il fallait que tous les patriotes du dedans se levassent, et
qu'ils réduisissent à l'impuissance de nuire, et les aristocrates de la
Vendée et les aristocrates déguisés sous le masque du patriotisme.

«J'ai dit que les révoltés de la Vendée avaient une armée à Paris; j'ai
dit que le peuple généreux et sublime, qui depuis cinq ans supporte le
poids de la révolution, devait prendre les précautions nécessaires pour
que nos femmes et nos enfans ne fussent pas livrés au couteau
contre-révolutionnaire des ennemis que Paris renferme dans son sein.
Personne n'a osé contester ce principe. Ces mesures sont d'une nécessité
Pressante, impérieuse. Patriotes! volez à la rencontre des brigands de la
Vendée.

«Ils ne sont redoutables que parce qu'on avait pris la précaution de
désarmer le peuple. Il faut que Paris envoie des légions républicaines;
mais quand nous ferons trembler nos ennemis intérieurs, il ne faut pas que
nos femmes et nos enfans soient exposés à la fureur de l'aristocratie.
J'ai proposé deux mesures: la première, que Paris envoie deux légions
suffisantes pour exterminer tous les scélérats qui ont osé lever
l'étendard de la révolte. J'ai demandé que tous les aristocrates, que tous
les feuillans, que tous les modérés fussent bannis des sections qu'ils ont
empoisonnées de leur souffle impur. J'ai demandé que tous les citoyens
suspects fussent mis en état d'arrestation.

«J'ai demandé que la qualité de citoyen suspect ne fût pas déterminée par
la qualité de ci-devant nobles, de procureurs, de financiers, de
marchands. J'ai demandé que tous les citoyens qui ont fait preuve
d'incivisme fussent incarcérés jusqu'à ce que la guerre soit terminée, et
que nous ayons une attitude imposante devant nos ennemis. J'ai dit qu'il
fallait procurer au peuple les moyens de se rendre dans les sections sans
nuire à ses moyens d'existence, et que, pour cet effet, la convention
décrétât que tout artisan vivant de son travail fût soldé, pendant tout le
temps qu'il serait obligé de se tenir sous les armes pour protéger la
tranquillité de Paris. J'ai demandé qu'il fût destiné des millions
nécessaires pour fabriquer des armes et des piques, pour armer tous les
sans-culottes de Paris.

«J'ai demandé que des fabriques et des forges fussent élevées dans les
places publiques, afin que tous les citoyens fussent témoins de la
fidélité et de l'activité des travaux. J'ai demandé que tous les
fonctionnaires publics fussent destitués par le peuple.

«J'ai demandé qu'on cessât d'entraver la municipalité, et le départemens
de Paris, qui a la confiance du peuple.

«J'ai demandé que les factieux qui sont dans la convention cessassent de
calomnier le peuple de Paris, et que les journalistes qui pervertissent
l'opinion publique fussent réduits au silence. Toutes ces mesures sont
nécessaires, et en me résumant, voici l'acquit de la dette que j'ai
contractée envers le peuple:

«J'ai demandé que le peuple fît un effort pour exterminer les aristocrates
qui existent partout. (_Applaudi_.)

«J'ai demandé qu'il existât au sein de Paris une armée, une armée non pas
comme celle de Dumouriez, mais une armée populaire qui soit
continuellement sous les armes pour imposer aux feuillans et aux modérés.
Cette armée doit être composée de sans-culottes payés; je demande qu'il
soit assigné des millions suffisans pour armer les artisans, tous les
bons patriotes; je demande qu'ils soient à tous les postes, et que leur
majesté imposante fasse pâlir tous les aristocrates.

«Je demande que dès demain les forges s'élèvent sur toutes les places
publiques, où l'on fabriquera des armes pour armer le peuple. Je demande
que le conseil exécutif soit chargé d'exécuter ces mesures sous sa
responsabilité. S'il en est qui résistent, s'il en est qui favorisent
les ennemis de la liberté, il faut qu'ils soient chassés dès demain.

«Je demande que les autorités constituées soient chargées de surveiller
l'exécution de ces mesures, et qu'elles n'oublient pas qu'elles sont les
mandataires d'une ville qui est le boulevart de la liberté, et dont
l'existence rend la contre-révolution impossible.

«Dans ce moment de crise, le devoir impose à tous les patriotes de sauver
la patrie par les moyens les plus rigoureux; si vous souffrez qu'on égorge
en détail les patriotes, tout ce qu'il y a de vertueux sur la terre sera
anéanti; c'est à vous de voir si vous voulez sauver le genre humain.

(Tous les membres se lèvent par un élan simultané, et crient en agitant
leurs chapeaux: _Oui, oui, nous le voulons!_)

«Tous les scélérats du monde ont dressé leurs plans, et tous les
défenseurs de la liberté sont désignés pour victimes.

«C'est parce qu'il est question de votre gloire, de votre bonheur; ce
n'est que par ce motif que je vous conjure de veiller au salut de la
patrie. Vous croyez peut-être qu'il faut vous révolter, qu'il faut vous
donner un air d'insurrection? point du tout, c'est la loi à la main qu'il
faut exterminer tous nos ennemis.

«C'est avec une impudence insigne que des mandataires infidèles ont voulu
séparer le peuple de Paris des départemens, qu'ils ont voulu séparer le
peuple des tribunes du peuple de Paris, comme si c'était notre faute à
nous, qui avons fait tous les sacrifices possibles pour étendre nos
tribunes pour tout le peuple de Paris. Je dis que je parle à tout le
peuple de Paris, et s'il était assemblé dans cette enceinte, s'il
m'entendait plaider sa cause contre Buzot et Barbaroux, il est indubitable
qu'il se rangerait de mon côté.

«Citoyens, on grossit les dangers, on oppose les armées étrangères réunies
aux révoltés de l'intérieur; que peuvent leurs efforts contre des millions
d'intrépides sans-culottes? Et, si vous suivez cette proposition, qu'un
homme libre vaut cent esclaves, vous devez calculer que votre force est
au-dessus de toutes les puissances réunies.

«Vous avez dans les lois tout ce qu'il faut pour exterminer légalement nos
ennemis. Vous avez des aristocrates dans les sections: chassez-les. Vous
avez la liberté à sauver: proclamez les droits de la liberté, et employez
toute votre énergie. Vous avez un peuple immense de sans-culottes, bien
purs, bien vigoureux; ils ne peuvent pas quitter leurs travaux: faites-les
payer par les riches. Vous avez une convention nationale; il est très
possible que les membres de cette convention ne soient pas également amis
de la liberté et de l'égalité, mais le plus grand nombre est décidé à
soutenir les droits du peuple et à sauver la république. La portion
gangrenée de la convention n'empêchera pas le peuple de combattre les
aristocrates. Croyez vous donc que la Montagne de la convention n'aura pas
assez de force pour contenir tous les partisans de Dumouriez, de
d'Orléans, de Cobourg? En vérité, vous ne pouvez pas le penser.

«Si la liberté succombe, ce sera moins la faute des mandataires que du
souverain. Peuple, n'oubliez pas que votre destinée est dans vos mains;
vous devez sauver Paris et l'humanité; si vous ne le faites pas, vous êtes
coupable.

«La Montagne a besoin du peuple; le peuple est appuyé sur la Montagne. On
cherche à vous effrayer de toutes les manières; on veut nous faire croire
que les départements méridionaux sont les ennemis des Jacobins. Je vous
déclare que Marseille est l'amie éternelle de la Montagne; qu'à Lyon les
patriotes ont remporté une victoire complète.

«Je me résume et je demande, 1° que les sections lèvent une armée
suffisante pour former le noyau d'une armée révolutionnaire qui entraîne
tous les sans-culottes des départemens pour exterminer les rebelles; 2°
qu'on lève à Paris une armée de sans-culottes pour contenir
l'aristocratie; 3° que les intrigans dangereux, que tous les aristocrates
soient mis en état d'arrestation, que les sans-culottes soient payés aux
dépens du trésor public, qui sera alimenté par les riches, et que cette
mesure s'étende dans toute la république.

«Je demande qu'il soit établi des forges sur toutes les places publiques.

«Je demande que la commune de Paris alimente de tout son pouvoir le zèle
révolutionnaire du peuple de Paris.

«Je demande que le tribunal révolutionnaire fasse son devoir, qu'il
punisse ceux qui, dans les derniers jours, ont blasphémé contre la
république.

«Je demande que ce tribunal ne tarde pas à faire subir une punition
exemplaire à certains généraux pris en flagrant délit, et qui devraient
être jugés.

«Je demande que les sections de Paris se réunissent à la commune de Paris,
et qu'elles balancent par leur influence les écrits perfides des
journalistes alimentés par les puissances étrangères.

«En prenant toutes ces mesures, sans fournir aucun prétexte de dire que
vous avez violé les lois, vous donnerez l'impulsion aux départemens, qui
s'uniront à vous pour sauver la liberté.»

(_Séance du dimanche 12 mai 1793._)

_Robespierre_: «Je n'ai jamais pu concevoir comment, dans des momens
critiques, il se trouvait tant d'hommes pour faire des propositions qui
compromettent les amis de la liberté, tandis que personne n'appuie celles
qui tendent à sauver la république. Jusqu'à ce qu'on m'ait prouvé qu'il
n'est pas nécessaire d'armer les sans-culottes, qu'il n'est pas bon de les
payer pour monter la garde et assurer la tranquillité de Paris, jusqu'à ce
qu'on m'ait prouvé qu'il n'est pas bon de changer nos places en ateliers
pour fabriquer des armes, je croirai et je dirai que ceux qui, mettant ces
mesures à l'écart, ne vous proposent que des mesures partielles, quelque
violentes qu'elles soient, je dirai que ces hommes n'entendent rien au
moyen de sauver la patrie; car ce n'est qu'après avoir épuisé toutes les
mesures qui ne compromettent pas la société, qu'on doit avoir recours aux
moyens extrêmes; encore ces moyens ne doivent-ils pas être proposés au
sein d'une société qui doit être sage et politique. Ce n'est pas un
moment, d'effervescence passagère qui doit sauver la patrie. Nous avons
pour ennemis les hommes les plus fins, les plus souples, qui ont à leur
disposition tous les trésors de la république.

«Les mesures que l'on a proposées n'ont et ne pourront avoir aucun
résultat; elles n'ont servi qu'à alimenter la calomnie, elles n'ont servi
qu'à fournir des prétextes aux journalistes de nous représenter sous les
couleurs les plus odieuses.

«Lorsqu'on néglige les premiers moyens que la raison indique, et sans
lesquels le salut public ne peut être opéré, il est évident qu'on n'est
point dans la route. Je n'en dirai pas davantage; mais je déclare que je
proteste contre tous les moyens qui ne tendent qu'à compromettre la
société sans contribuer au salut public. Voilà ma profession de foi: le
peuple sera toujours en état de terrasser l'aristocratie; il suffit que la
société ne fasse aucune faute grossière.

«Quand je vois qu'on cherche à faire inutilement des ennemis à la société,
à encourager les scélérats qui veulent la détruire, je suis tenté de
croire qu'on est aveugle ou malintentionné.

«Je propose à la société de s'arrêter aux mesures que j'ai proposées, et
je regarde comme très-coupables les hommes qui ne les font pas exécuter.
Comment peut-on se refuser à ces mesures? comment n'en sent-on pas la
nécessité? et, si on la sent, pourquoi balance-t-on à les appuyer et à les
faire adopter? Je proposerai à la société d'entendre une discussion sur
les principes de constitution qu'on prépare à la France; car il faut bien
embrasser tous les plans de nos ennemis. Si la société peut démontrer le
machiavélisme de nos ennemis, elle n'aura pas perdu son temps. Je demande
donc que, écartant les propositions déplacées, la société me permette de
lui lire mon travail sur la constitution.»

(_Séance du dimanche 26 mai 1793._)

_Robespierre:_ «Je vous disais que le peuple doit se reposer sur sa force;
mais, quand le peuple est opprimé, quand il ne lui reste plus que
lui-même, celui-là serait un lâche qui ne lui dirait pas de se lever.
C'est quand toutes les lois sont violées, c'est quand le despotisme est à
son comble, c'est quand on foule aux pieds la bonne foi et la pudeur, que
le peuple doit s'insurger. Ce moment est arrivé: nos ennemis oppriment
ouvertement les patriotes; ils veulent, au nom de la loi, replonger le
peuple dans la misère et dans l'esclavage. Je ne serai jamais l'ami de ces
hommes corrompus, quelques trésors qu'ils m'offrent. J'aime mieux mourir
avec les républicains, que de triompher avec ces scélérats. (_Applaudi_.)

«Je ne connais pour un peuple que deux manières d'exister: ou bien qu'il
se gouverne lui-même, ou bien qu'il confie ce soin à des mandataires.
Nous, députés républicains, nous voulons établir le gouvernement du
peuple, par ses mandataires, avec la responsabilité; c'est à ces principes
que nous rapportons nos opinions, mais le plus souvent on ne veut pas nous
entendre. Un signal rapide, donné par le président, nous dépouille du
droit de suffrage. Je crois que la souveraineté du peuple est violée,
lorsque ses mandataires donnent à leurs créatures les places qui
appartiennent au peuple. D'après ces principes, je suis douloureusement
affecté....»

L'orateur est interrompu par l'annonce d'une députation. (_Tumulte_).

«Je vais, s'écrie Robespierre, continuer de parler, non pas pour ceux qui
m'interrompent, mais pour les républicains.

«J'exhorte chaque citoyen à conserver le sentiment de ses droits; je
l'invite à compter sur sa force et sur celle de toute la nation; j'invite
le peuple à se mettre, dans la convention nationale, en insurrection
contre tous les députés corrompus. (_Applaudi_.) Je déclare qu'ayant reçu
du peuple le droit de défendre ses droits, je regarde comme mon oppresseur
celui qui m'interrompt, ou qui me refuse la parole, et je déclare que, moi
seul, je me mets en insurrection contre le président, et contre tous les
membres qui siègent dans la convention. (_Applaudi._) Lorsqu'on affectera
un mépris coupable pour les sans-culottes, je déclare que je me mets en
insurrection contre les députés corrompus. J'invite tous les députés
montagnards à se rallier et à combattre l'aristocratie, et je dis qu'il
n'y a pour eux qu'une alternative: ou de résister de toutes leurs forces,
de tout leur pouvoir, aux efforts de l'intrigue, ou de donner leur
démission.

«Il faut en même temps que le peuple français connaisse ses droits; car
les députés fidèles ne peuvent rien sans la parole.

«Si la trahison appelle les ennemis étrangers dans le sein de la France;
si, lorsque nos canonniers tiennent dans leurs mains la foudre qui doit
exterminer les tyrans et leurs satellites, nous voyons l'ennemi approcher
de nos murs, alors je déclare que je punirai moi-même les traîtres, et je
promets de regarder tout conspirateur comme mon ennemi, et de le traiter
comme tel.» (_Applaudi_.)


FIN DE LA NOTE ET DES PIÈCES JUSTIFICATIVES.



TABLE DES CHAPITRES CONTENUS DANS LE TOME QUATRIÈME.



CHAPITRE VII.


Suite de nos revers militaires; défaite de Nerwinde.--Premières
négociations de Dumouriez avec l'ennemi; ses projets de contre-révolution;
il traite avec l'ennemi.--Évacuation de la Belgique.--Premiers troubles de
l'Ouest; mouvemens insurrectionnels dans la Vendée.--Décrets
révolutionnaires. Désarmement des _suspects_.--Entretien de Dumouriez avec
des émissaires des jacobins. Il fait arrêter et livre aux Autrichiens les
commissaires de la convention.--Décret contre les Bourbons.--Mise en
arrestation du duc d'Orléans et de sa famille.--Dumouriez, abandonné de
son armée après sa trahison, se réfugie dans le camp des Impériaux;
opinion sur ce général. Changements dans les commandements des armées du
Nord et du Rhin. Bouchotte est nommé ministre de la guerre à la place de
Beurnonville destitué.



CHAPITRE VIII.


Etablissement du _comité de salut public_.--L'irritation des partis
augmente à Paris. Réunion démagogique de l'Évêché; projets de pétitions
incendiaires.--Renouvellement de la lutte entre les deux côtés de
l'assemblée.--Discours et accusation de Robespierre contre les complices
de Dumouriez et les girondins.--Réponse de Vergniaud.--Marat est décrété
d'accusation et envoyé devant le tribunal révolutionnaire.--Pétition des
sections de Paris demandant l'expulsion de vingt-deux membres de la
Convention.--Résistance de la commune à l'autorité de l'assemblée.
Accroissement de ses pouvoirs.--Marat est acquitté et porté en triomphe.
--Etat des opinions et marche de la révolution dans les provinces.
Disposition des principales villes, Lyon, Marseille, Bordeaux, Rouen.
--Position particulière de la Bretagne et de la Vendée. Description de ces
pays; causes qui amenèrent et entretinrent la guerre civile. Premiers
succès des Vendéens, leurs principaux chefs.



CHAPITRE IX.


Levée d'une armée parisienne de 12,000 hommes; emprunt forcé; nouvelles
mesures révolutionnaires contre les suspects.--Effervescence croissante
des jacobins à la suite des troubles des départements.--Custine est nommé
général en chef de l'armée du Nord.--Accusations et menaces des jacobins;
violente lutte des deux côtés de la convention.--Formation d'une
commission de douze membres, destinée à examiner les actes de la commune.
--Assemblée insurrectionnelle à la mairie. Motions et complots contre la
majorité de la convention et contre la vie des députés girondins; mêmes
projets dans le club des Cordeliers.--La convention prend des mesures pour
sa sûreté.--Arrestation d'Hébert, substitut du procureur de la commune.
--Pétitions impérieuses de la commune.--Tumulte et scènes de désordres
dans toutes les sections.--Evénements principaux des 28, 29 et 30 mai
1793. Dernières luttes des montagnards et des girondins.--Journées du 31
mai et du 2 juin. Détails et circonstances de l'insurrection dite du 31
mai.--Vingt-neuf représentants girondins sont mis en arrestation.
--Caractère et résultats politiques de cette journée. Coup d'oeil sur la
marche de la révolution. Jugement sur les girondins.



CHAPITRE X.


Projets des jacobins après le 31 mai.--Renouvellement des comités et du
ministère.--Dispositions des départemens après le 31 mai. Les girondins
proscrits vont les soulever contre la convention.--Décrets de la
convention contre les départemens insurgés.--Assemblées et armées
insurrectionnelles en Bretagne et en Normandie.--Evènemens militaires sur
le Rhin et au Nord. Envahissement des frontières de l'Est par les
coalisés; retraite de Custine. Siège de Mayence par les Prussiens. Echecs
de l'armée des Alpes. Situation de l'armée des Pyrénées.--Les Vendéens
s'emparent de Fontenay et de Saumur.--Dangers imminens de la république à
l'intérieur et à l'extérieur.--Travaux administratifs de la convention;
constitution de 1793.--Echecs des insurgés fédéralistes à Evreux.--Défaite
des Vendéens devant Nantes.--Victoire contre les Espagnols dans le
Roussillon.--Marat est assassiné par Charlotte Corday; honneurs funèbres
rendus à sa mémoire; jugement et exécution de Charlotte Corday.



CHAPITRE XI.


Distribution des partis depuis le 31 mai, dans la convention, dans le
comité de salut public et la commune.--Divisions dans la _Montagne_.
--Discrédit de Danton.--Politique de Robespierre.--Evènements en Vendée.
Défaite de Westermann à Châtillon, et du général Labarolière à Vihiers.
--Siège et prise de Mayence par les Prussiens et les Autrichiens.--Prise
de Valenciennes.--Dangers extrêmes de la république en août 1793.--Etat
financier.--Discrédit des assignats.--Etablissement du _maximum_.
--Détresse publique.--Agiotage.



CHAPITRE XII.


Arrivée et réception à Paris des commissaires des assemblées primaires.
--Retraite du camp de César par l'armée du Nord.--Fête de l'anniversaire
du 10 août, et inauguration de la constitution de 1793.--Mesures
extraordinaires de salut public. Décret ordonnant la levée en masse.
--Moyens employés pour en assurer l'exécution.--Institution du
_Grand-Livre_; nouvelle organisation de la dette publique.--Emprunt forcé.
--Détails sur les opérations financières à cette époque.--Nouveaux décrets
sur le _maximum_.--Décrets contre la Vendée, contre les étrangers et
contre les Bourbons.


FIN DE LA TABLE.





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Histoire de la Révolution française, Tome 4" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home