Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: Histoire de la Révolution française, Tome 8
Author: Thiers, Adolphe, 1797-1877
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Histoire de la Révolution française, Tome 8" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



made available by the Bibliothèque nationale de France (BnF/Gallica)
at http://gallica.bnf.fr.



HISTOIRE DE LA RÉVOLUTION FRANÇAISE

_PAR M.A. THIERS_ DE L'ACADÉMIE FRANÇAISE

NEUVIÈME EDITION

TOME HUITIÈME

MDCCCXXXIX



HISTOIRE DE LA RÉVOLUTION FRANÇAISE.

DIRECTOIRE.


CHAPITRE PREMIER.

NOMINATION DES CINQ DIRECTEURS.--INSTALLATION DU COUPS LÉGISLATIF ET DU
DIRECTOIRE.--POSITION DIFFICILE DU NOUVEAU GOUVERNEMENT.--DÉTRESSE
DES FINANCES; DISCRÉDIT DU PAPIER-MONNAIE.--PREMIERS TRAVAUX DU
DIRECTOIRE.--PERTE DES LIGNES DE MAYENCE.--REPRISE DES HOSTILITÉS EN
BRETAGNE ET EN VENDÉE.--APPROCHE D'UNE NOUVELLE ESCADRE ANGLAISE SUR LES
CÔTES DE L'OUEST.--PLAN DE FINANCES PROPOSÉ PAR LE DIRECTOIRE; NOUVEL
EMPRUNT FORCÉ,--CONDAMNATION DE QUELQUES AGENS ROYALISTES.--LA FILLE DE
LOUIS XVI EST RENDUE AUX AUTRICHIENS EN ÉCHANGE DES REPRÉSENTANS LIVRÉS
PAR DUMOURIEZ.--SITUATION DES PARTIS A LA FIN DE 1795.--ARMISTICE
CONCLU SUR LE RHIN,--OPÉRATIONS DE L'ARMÉE D'ITALIE.--BATAILLE
DE LOANO.--EXPÉDITION DE L'ÎLE-DIEU.--DÉPART DE L'ESCADRE
ANGLAISE.--DERNIERS EFFORTS DE CHARETTE; MESURES DU GÉNÉRAL HOCHE POUR
OPÉRER LA PACIFICATION DE LA VENDÉE.--RÉSULTATS DE LA CAMPAGNE DE 1795.

Le 5 brumaire an IV (27 octobre 1795) était le jour fixé pour la mise en
vigueur de la constitution directoriale. Ce jour-là, les deux tiers de
la convention, conservés au corps législatif, devaient se réunir au
tiers nouvellement élu par les assemblées électorales, se diviser en
deux conseils, se constituer, et procéder ensuite à la nomination des
cinq directeurs chargés du pouvoir exécutif. Pendant ces premiers
instans consacrés à organiser le corps législatif et le directoire,
les anciens comités de gouvernement devaient demeurer en activité, et
conserver le dépôt de tous les pouvoirs. Les membres de la convention,
envoyés soit aux armées, soit dans les départemens, devaient continuer
leur mission jusqu'à ce que l'installation du directoire leur fût
notifiée.

Une grande agitation régnait dans les esprits. Les patriotes modérés et
les patriotes exaltés montraient une même irritation contre le parti qui
avait attaqué la convention au 13 vendémiaire; ils étaient remplis de
craintes; ils s'encourageaient à s'unir, à se serrer pour résister au
royalisme; ils disaient hautement qu'il ne fallait appeler au directoire
et à toutes les places que des hommes engagés irrévocablement à la cause
de la révolution; ils se défiaient beaucoup des députés du nouveau
tiers, et recherchaient avec inquiétude leurs noms, leur vie passée, et
leurs opinions connues ou présumées.

Les sectionnaires, mitraillés le 13 vendémiaire, mais traités avec la
plus grande clémence après la victoire, étaient redevenus insolens.
Fiers d'avoir un instant supporté le feu, ils semblaient croire que
la convention, en les épargnant, avait ménagé leurs forces et reconnu
tacitement la justice de leur cause. Ils se montraient partout,
vantaient leurs hauts faits, débitaient dans les salons les mêmes
impertinences contre la grande assemblée qui venait d'abandonner le
pouvoir, et affectaient de compter beaucoup sur les députés du nouveau
tiers.

Ces députés, qui devaient venir s'asseoir au milieu des vétérans de la
révolution, et y représenter la nouvelle opinion qui s'était formée en
France à la suite de longs orages, étaient loin de justifier toutes
les défiances des républicains et toutes les espérances des
contre-révolutionnaires. On comptait parmi eux quelques membres des
anciennes assemblées, tels que Vaublanc, Pastoret, Dumas, Dupont (de
Nemours), et l'honnête et savant Tronchet, qui avait rendu de si grands
services à notre législation. On y voyait ensuite beaucoup d'hommes
nouveaux, non pas de ces hommes extraordinaires qui brillent au début
des révolutions, mais quelques-uns de ces mérites solides qui, dans la
carrière de la politique, comme dans celle des arts, succèdent au
génie; et par exemple des jurisconsultes, des administrateurs, tels que
Portalis, Siméon, Barbé-Marbois, Tronçon-Ducoudray. En général, ces
nouveaux élus, à part quelques contre-révolutionnaires signalés,
appartenaient à cette classe d'hommes modérés qui, n'ayant pris aucune
part aux événemens, et n'ayant pu par conséquent ni mal faire ni se
tromper, prétendaient aimer la révolution, mais en la séparant de ce
qu'ils appelaient ses crimes. Naturellement ils devaient être assez
disposés à censurer le passé; mais ils étaient déjà un peu réconciliés
avec la convention et la république par leur élection; car on pardonne
volontiers à un ordre de choses dans lequel on a trouvé place. Du reste,
étrangers à Paris et à la politique, timides encore sur ce théâtre
nouveau, ils recherchaient, ils visitaient les membres les plus
considérés de la convention nationale.

Telle était la disposition des esprits le 5 brumaire an IV. Les membres
de la convention réélus se rapprochaient, et cherchaient à concerter
les nominations qui restaient à faire, afin de rester maîtres du
gouvernement. En vertu des célèbres décrets des 5 et 13 fructidor, le
nombre des députés dans le nouveau corps législatif devait être de
cinq cents. Si ce nombre n'était pas complété par les réélections, les
membres présens le 5 brumaire devaient se former en corps électoral pour
le compléter. On arrêta un projet de liste au comité de salut public,
dans laquelle on fit entrer beaucoup de montagnards prononcés. La liste
ne fut pas approuvée en entier. Cependant on n'y plaça que des patriotes
connus. Le 5, tous les députés présens, réunis en une seule assemblée,
se constituèrent en corps électoral. D'abord ils complétèrent les deux
tiers de conventionnels qui devaient siéger dans le corps législatif;
ensuite ils formèrent une liste de tous les députés mariés et âgés de
plus de quarante ans, et en prirent au sort deux cent cinquante, pour
composer le conseil des anciens.

Le lendemain, le conseil des cinq-cents réuni au Manège, dans l'ancienne
salle de l'assemblée constituante, choisit Daunou pour président, et
Rewbell, Chénier, Cambacérès et Thibaudeau, pour secrétaires. Le conseil
des anciens se réunit dans l'ancienne salle de la convention, appela
Larévellière-Lépaux au fauteuil, et Baudin, Lanjuinais, Bréard, Charles
Lacroix au bureau. Ces choix étaient convenables et prouvaient que, dans
les deux conseils, la majorité était acquise à la cause républicaine.
Les conseils déclarèrent qu'ils étaient constitués, s'en donnèrent
avis réciproquement par des messages, confirmèrent provisoirement
les pouvoirs des députés, et en renvoyèrent la vérification après
l'organisation du gouvernement.

La plus importante de toutes les élections restait à faire, c'était
celle des cinq magistrats chargés du pouvoir exécutif. De ce choix
dépendaient à la fois le sort de la république et la fortune des
individus. Les cinq directeurs, en effet, ayant la nomination de tous
les fonctionnaires publics, de tous les officiers des armées, pouvaient
composer le gouvernement à leur gré, et le remplir d'hommes attachés ou
contraires à la république. Ils étaient maîtres en outre de la destinée
des individus; ils pouvaient leur ouvrir ou leur fermer la carrière des
emplois publics, récompenser ou décourager les talens fidèles à la
cause de la révolution. L'influence qu'ils devaient exercer était donc
immense. Aussi les esprits étaient-ils singulièrement préoccupés du
choix qu'on allait faire.

Les conventionnels se réunirent pour se concerter sur ce choix. Leur
avis à tous fut de choisir des régicides, afin de se donner plus de
garanties. Les opinions, après avoir flotté quelque temps, se réunirent
en faveur de Barras, Rewbell, Sieyès, Larévellière-Lépaux et Letourneur.
Barras avait rendu de grands services en thermidor, prairial et
vendémiaire; il avait été en quelque sorte le législateur général opposé
à toutes les factions; la dernière bataille du 13 vendémiaire lui avait
surtout donné une grande importance, quoique le mérite des dispositions
militaires de cette journée appartînt au jeune Bonaparte. Rewbell,
enfermé à Mayence pendant le siége, et souvent appelé dans les comités
depuis le 9 thermidor, avait adopté l'opinion des thermidoriens, montré
de l'aptitude et de l'application aux affaires, et une certaine vigueur
de caractère. Sieyès était regardé comme le premier génie spéculatif
de l'époque. Larévellière-Lépaux s'était volontairement associé aux
girondins le jour de leur proscription, était revenu le 9 thermidor au
milieu de ses collègues, et y avait combattu de tous ses moyens les deux
factions qui avaient alternativement attaqué la convention. Patriote
doux et humain, il était le seul girondin que la Montagne ne suspectât
pas, et le seul patriote dont les contre-révolutionnaires n'osassent
pas nier les vertus. Il n'avait qu'un inconvénient au dire de certaines
gens: c'était la difformité de son corps; on prétendait qu'il porterait
mal le manteau directorial. Letourneur enfin, connu pour patriote,
estimé pour son caractère, était un ancien officier du génie qui avait,
dans les derniers temps, remplacé Carnot au comité de salut public, mais
qui était loin d'en avoir les talens. Quelques conventionnels auraient
voulu qu'on plaçât parmi les cinq directeurs l'un des généraux qui
s'étaient le plus distingués à la tête des armées, comme Kléber, Moreau,
Pichegru ou Hoche; mais on craignait de donner trop d'influence aux
militaires, et on ne voulut en appeler aucun au pouvoir suprême. Pour
rendre les choix certains, les conventionnels convinrent entre eux
d'employer un moyen qui, sans être illégal, ressemblait fort à une
supercherie. D'après la constitution, le conseil des cinq-cents devait,
pour tous les choix, présenter une liste décuple de candidats au conseil
des anciens. Ce dernier, sur dix candidats, en choisissait un. Pour les
cinq directeurs, il fallait donc présenter cinquante candidats. Les
conventionnels, qui avaient la majorité dans les cinq-cents, convinrent
de placer Barras, Rewbell, Sieyès, Larévellière-Lépaux et Letourneur en
tête de la liste, et d'y ajouter ensuite quarante-cinq noms inconnus,
sur lesquels il serait impossible de fixer un choix. De cette
manière, la préférence était forcée pour les cinq candidats que les
conventionnels voulaient appeler au directoire.

Ce plan fut fidèlement suivi; seulement un nom venant à manquer sur les
quarante-cinq, on ajouta Cambacérès, qui plaisait fort au nouveau tiers
et à tous les modérés. Quand la liste fut présentée aux anciens, ils
parurent assez mécontens de cette manière de forcer leur choix. Dupont
(de Nemours), qui avait déjà figuré dans les précédentes assemblées, et
qui était un adversaire déclaré, sinon de la république, au moins de la
convention, Dupont (de Nemours) demanda un ajournement. «Sans doute,
dit-il, les quarante-cinq individus qui complètent cette liste, ne sont
pas indignes de votre choix, car, dans le cas contraire, on conviendrait
qu'on a voulu vous faire violence en faveur de cinq personnages. Sans
doute ces noms, qui arrivent pour la première fois jusqu'à vous,
appartiennent à des hommes d'une vertu modeste, et qui sont dignes
aussi de représenter une grande république; mais il faut du temps pour
parvenir à les connaître. Leur modestie même, qui les a laissés cachés,
nous oblige à des recherches pour apprécier leur mérite, et nous
autorise à demander un ajournement.» Les anciens, quoique mécontens de
ce procédé, partageaient les sentimens de la majorité des cinq-cents,
et confirmèrent les cinq choix qu'on avait voulu leur imposer.
Larévellière-Lépaux, sur deux cent dix-huit votans, obtint deux cent
seize voix, tant il y avait unanimité d'estime pour cet homme de
bien; Letourneur en obtint cent quatre-vingt-neuf, Rewbell cent
soixante-seize, Sieyès cent cinquante-six; Barras cent vingt-neuf. Ce
dernier, qui était plus homme de parti que les autres, devait exciter
plus de dissentimens, et réunir moins de voix.

Ces cinq nominations causèrent une grande satisfaction aux
révolutionnaires, qui se voyaient assurés du gouvernement. Il s'agissait
de savoir si les cinq directeurs accepteraient. Il n'y avait pas de
doute pour trois d'entre eux, mais il y en avait deux auxquels on
connaissait peu de goût pour la puissance. Larévellière-Lépaux, homme
simple, modeste, peu propre au maniement des affaires et des hommes, ne
trouvait et ne cherchait de plaisir qu'au Jardin des Plantes, avec
les frères Thouin; il était douteux qu'on le décidât à accepter les
fonctions de directeur. Sieyès, avec un esprit puissant qui pouvait tout
concevoir, une affaire comme un principe, était cependant incapable par
caractère des soins du gouvernement. Peut-être aussi, plein d'humeur
contre une république qui n'était pas constituée à son gré,
il paraissait peu disposé à en accepter la direction. Quant à
Larévellière-Lépaux, on fit valoir une considération toute-puissante sur
son coeur honnête: on lui dit que son association aux magistrats qui
allaient gouverner la république, était utile et nécessaire. Il céda.
En effet, parmi ces cinq individus, hommes d'affaires ou d'action, il
fallait une vertu pure et renommée; elle s'y trouva par l'acceptation de
Larévellière-Lépaux. Quant à Sieyès, on ne put vaincre sa répugnance; il
refusa, en assurant qu'il se croyait impropre au gouvernement.

Il fallut pourvoir à son remplacement. Il y avait un homme qui jouissait
en Europe d'une considération immense, c'était Carnot. On exagérait ses
services militaires, qui cependant étaient réels; on lui attribuait
toutes nos victoires; et bien qu'il eût été membre du grand comité de
salut public, collègue de Robespierre, de Saint-Just et de Couthon, on
savait qu'il les avait combattus avec une grande énergie. On voyait
en lui l'union d'un grand génie militaire à un caractère stoïque.
La renommée de Sieyès et la sienne étaient les deux plus grandes
de l'époque. On ne pouvait mieux faire, pour la considération du
directoire, que de remplacer l'une de ces deux réputations par l'autre.
Carnot fut en effet porté sur la nouvelle liste, à côté d'hommes qui
rendaient sa nomination forcée. Cambacérès fut encore ajouté à la liste,
qui ne renferma que huit inconnus. Les anciens cependant n'hésitèrent
pas à préférer Carnot; il obtint cent dix-sept voix sur deux cent
treize, et devint l'un des cinq directeurs.

Ainsi Barras, Rewbell, Larévellière-Lépaux, Letourneur et Carnot, furent
les cinq magistrats chargés du gouvernement de la république. Parmi ces
cinq individus, il ne se trouva aucun homme de génie, ni même aucun
homme d'une renommée imposante, excepté Carnot. Mais comment faire à la
fin d'une révolution sanglante, qui, en quelques années, avait dévoré
plusieurs générations d'hommes de génie en tout genre? Il n'y avait plus
dans les assemblées aucun orateur extraordinaire; dans la diplomatie,
il n'y avait encore aucun négociateur célèbre. Barthélemy seul, par
les traités avec la Prusse et l'Espagne, s'était attiré une espèce de
considération, mais il n'inspirait aucune confiance aux patriotes. Dans
les armées, il se formait déjà de grands généraux, et il s'en préparait
de plus grands encore; mais il n'y avait maintenant aucune supériorité
décidée, et on se défiait d'ailleurs des militaires. Il n'existait donc,
comme nous venons de le dire, que deux grandes renommées, Sieyès et
Carnot. Dans l'impossibilité d'avoir l'une, on avait acquis l'autre.
Barras avait de l'action; Rewbell, Letourneur, étaient des travailleurs;
Larévellière-Lépaux était un homme sage et probe. Il eût été difficile,
dans le moment, de composer autrement la magistrature suprême.

La situation dans laquelle ces cinq magistrats arrivaient au pouvoir
était déplorable; et il fallait aux uns beaucoup de courage et de vertu,
aux autres beaucoup d'ambition, pour accepter une semblable tâche. On
était au lendemain d'un combat dans lequel il avait fallu appeler une
faction pour en combattre une autre. Les patriotes qui venaient de
verser leur sang se montraient exigeans; les sectionnaires n'avaient
point cessé d'être hardis. La journée du 13 vendémiaire, en un mot,
n'avait pas été une de ces victoires suivies de terreur, qui, tout
en soumettant le gouvernement au joug de la faction victorieuse, le
délivrent au moins de la faction vaincue. Les patriotes s'étaient
relevés, les sectionnaires ne s'étaient pas soumis. Paris était rempli
des intrigans de tous les partis, agité par toutes les ambitions, et
livré à une affreuse misère.

Aujourd'hui, comme en prairial, les subsistances manquaient dans toutes
les grandes communes; le papier-monnaie apportait le désordre dans les
transactions, et laissait le gouvernement sans ressources. La convention
n'ayant pas voulu céder les biens nationaux pour trois fois leur valeur
de 1790, en papier, les ventes avaient été suspendues; le papier, qui ne
pouvait rentrer que par les ventes, était resté en circulation, et sa
dépréciation avait fait d'effrayans progrès. Vainement avait-on imaginé
l'échelle de proportion pour diminuer la perte de ceux qui recevaient
les assignats: cette échelle ne les réduisait qu'au cinquième, tandis
qu'ils ne conservaient pas même le cent cinquantième de leur valeur
primitive. L'état, ne percevant que du papier par l'impôt, était ruiné
comme les particuliers. Il percevait, il est vrai, une moitié de la
contribution foncière en nature, ce qui lui procurait quelques denrées
pour nourrir les armées; mais souvent les moyens de transport lui
manquaient, et ces denrées pourrissaient dans les magasins. Pour
surcroît de dépenses, il était obligé, comme on sait, de nourrir Paris.
Il livrait la ration pour un prix en assignat, qui couvrait à peine le
centième des frais. Ce moyen, du reste, était le seul possible, pour
fournir au moins du pain aux rentiers et aux fonctionnaires publics
payés en assignats; mais cette nécessité avait porté les dépenses à un
taux énorme. N'ayant que du papier pour y suffire, l'état avait émis des
assignats sans mesure, et avait porté en quelques mois l'émission de 12
milliards à 29. Par les anciennes rentrées et les encaisses, la somme en
circulation réelle s'élevait à 19 milliards, ce qui dépassait tous
les chiffres connus en finances. Pour ne pas multiplier davantage les
émissions, la commission des cinq, instituée dans les derniers jours de
la convention, pour proposer des moyens extraordinaires de police et
de finances, avait fait décréter en principe une contribution
extraordinaire de guerre de vingt fois la contribution foncière et dix
fois l'impôt des patentes, ce qui pouvait produire de 6 à 7 milliards
en papier. Mais cette contribution n'était décrétée qu'en principe; en
attendant on donnait aux fournisseurs des inscriptions de rentes, qu'ils
recevaient à un taux ruineux. Cinq francs de rente étaient reçus pour
dix francs de capital. On essayait en outre d'un emprunt volontaire à
trois pour cent, qui était ruineux aussi et mal rempli.

Dans cette détresse épouvantable, les fonctionnaires publics, ne pouvant
pas vivre de leurs appointemens, donnaient leur démission; les soldats
quittaient les armées, qui avaient perdu un tiers de leur effectif,
et revenaient dans les villes, où la faiblesse du gouvernement leur
permettait de rester impunément. Ainsi, cinq armées et une capitale
immense à nourrir, avec la simple faculté d'émettre des assignats sans
valeur; ces armées à recruter, le gouvernement entier à reconstituer
au milieu de deux factions ennemies, telle était la tâche des cinq
magistrats qui venaient d'être appelés à l'administration suprême de la
république.

Le besoin d'ordre est si grand dans les sociétés humaines, qu'elles se
prêtent elles-mêmes à son rétablissement, et secondent merveilleusement
ceux qui se chargent du soin de les réorganiser; il serait impossible
de les réorganiser si elles ne s'y prêtaient pas, mais il n'en faut pas
moins reconnaître le courage et les efforts de ceux qui osent se
charger de pareilles entreprises. Les cinq directeurs, en se rendant au
Luxembourg, n'y trouvèrent pas un seul meuble. Le concierge leur prêta
une table boiteuse, une feuille de papier à lettre, une écritoire,
pour écrire le premier message, qui annonçait aux deux conseils que le
directoire était constitué. Il n'y avait pas un sou en numéraire à
la trésorerie. Chaque nuit on imprimait les assignats nécessaires au
service du lendemain, et ils sortaient tout humides des presses de
la république. La plus grande incertitude régnait sur les
approvisionnemens, et pendant plusieurs jours on n'avait pu distribuer
que quelques onces de pain ou de riz au peuple.

La première demande fut une demande de fonds. D'après la constitution
nouvelle, il fallait que toute dépense fût précédée d'une demande de
fonds, avec allocation à chaque ministère. Les deux conseils accordaient
la demande, et alors la trésorerie, qui avait été rendue indépendante du
directoire, comptait les fonds accordés par le décret des deux conseils.
Le directoire demanda d'abord trois milliards en assignats, qu'on lui
accorda, et qu'il fallut échanger sur-le-champ contre du numéraire.
Était-ce la trésorerie ou le directoire qui devait faire la négociation
en numéraire? c'était là une première difficulté. La trésorerie, en
faisant elle-même des marchés, sortait de ses attributions de simple
surveillance. On résolut cependant la difficulté en lui attribuant la
négociation du papier. Les trois milliards pouvaient produire au plus
vingt ou vingt-cinq millions écus. Ainsi ils pouvaient suffire tout au
plus aux premiers besoins courans. Sur-le-champ on se mit à travailler à
un plan de finances, et le directoire annonça aux deux conseils qu'il
le leur soumettrait sous quelques jours. En attendant il fallait faire
vivre Paris, qui manquait de tout. Il n'y avait plus de système organisé
de réquisition; le directoire demanda la faculté d'exiger, par voie
de sommation, dans les départemens voisins de celui de la Seine, la
quantité de deux cent cinquante mille quintaux de blé, à compte sur
l'impôt foncier payable en nature. Le directoire songea ensuite à
demander une foule de lois pour la répression des désordres de toute
espèce, et particulièrement de la désertion, qui diminuait chaque jour
la force des armées. En même temps il se mit à choisir les individus
qui devaient composer l'administration. Merlin (de Douai) fut appelé
au ministère de la justice; on fit venir Aubert-Dubayet de l'armée des
côtes de Cherbourg pour lui donner le portefeuille de la guerre; Charles
Lacroix fut placé aux affaires étrangères; Faypoult aux finances;
Benezech, administrateur éclairé, à l'intérieur. Le directoire s'étudia
ensuite à trouver, dans la multitude de solliciteurs qui l'assiégeaient,
les hommes les plus capables de remplir les fonctions publiques. Il
n'était pas possible que dans cette précipitation il ne fît de très
mauvais choix. Il employa surtout beaucoup de patriotes, trop signalés
pour être impartiaux et sages. Le 13 vendémiaire les avait rendus
nécessaires, et avait fait oublier la crainte qu'ils inspiraient. Le
gouvernement entier, directeurs, ministres, agens de toute espèce, fut
donc formé en haine du 13 vendémiaire, et du parti qui avait provoqué
cette journée. Les députés conventionnels eux-mêmes ne furent pas encore
rappelés de leurs missions; et pour cela le directoire n'eut qu'à ne pas
leur notifier son installation; il voulait ainsi leur donner le temps
d'achever leur ouvrage. Fréron, envoyé dans le Midi pour y réprimer
les fureurs contre-révolutionnaires, put continuer sa tournée dans ces
contrées malheureuses. Les cinq directeurs travaillaient sans relâche,
et déployaient dans ces premiers momens le même zèle qu'on avait vu
déployer aux membres du grand comité de salut public, dans les jours à
jamais mémorables de septembre et octobre 1793.

Malheureusement, les difficultés de cette tâche étaient aggravées par
des défaites. La retraite à laquelle l'armée de Sambre-et-Meuse avait
été obligée donnait lieu aux bruits les plus alarmans. Par le plus
vicieux de tous les plans, et la trahison de Pichegru, l'invasion
projetée en Allemagne n'avait pas du tout réussi, comme on l'a vu. On
avait voulu passer le Rhin sur deux points, et occuper la rive droite
par deux armées. Jourdan, parti de Dusseldorf, après avoir passé le
fleuve avec beaucoup de bonheur, s'était trouvé sur la Lahn, serré entre
la ligne prussienne et le Rhin, et manquant de tout dans un pays neutre,
où il ne pouvait pas vivre à discrétion. Cependant cette détresse
n'aurait duré que quelques jours s'il avait pu s'avancer dans le pays
ennemi, et se joindre à Pichegru, qui avait trouvé, par l'occupation de
Manheim, un moyen si facile et si peu attendu de passer le Rhin. Jourdan
aurait réparé, par cette jonction, le vice du plan de campagne qui lui
était imposé; mais Pichegru, qui débattait encore les conditions de sa
défection avec les agens du prince de Condé, n'avait jeté au-delà du
Rhin qu'un corps insuffisant. Il s'obstinait à ne pas passer le fleuve
avec le gros de son armée, et laissait Jourdan seul en flèche au milieu
de l'Allemagne. Cette position ne pouvait pas durer. Tous ceux qui
avaient la moindre notion de la guerre tremblaient pour Jourdan. Hoche,
qui, tout en commandant en Bretagne, jetait un regard d'intérêt sur les
opérations des autres armées, en écrivait à tout le monde. Jourdan fut
donc obligé de se retirer et de repasser le Rhin; et il agit en cela
avec une grande sagesse, et mérita l'estime par la manière dont il
conduisit sa retraite.

Les ennemis de la république triomphaient de ce mouvement rétrograde,
et répandaient les bruits les plus alarmans. Leurs malveillantes
prédictions se réalisèrent au moment même de l'installation du
directoire. Le vice du plan adopté par le comité de salut public
consistait à diviser nos forces, à laisser ainsi à l'ennemi, qui
occupait Mayence, l'avantage d'une position centrale, et à lui inspirer
par là l'idée de réunir ses troupes, et d'en porter la masse entière sur
l'une ou l'autre de nos deux armées. Le général Clerfayt dut à cette
situation une inspiration heureuse, et qui attestait plus de génie
qu'il n'en avait montré jusqu'ici, et qu'il n'en montra aussi dans
l'exécution. Un corps d'environ trente mille Français bloquait Mayence.
Maître de cette place, Clerfayt pouvait en déboucher, et accabler
ce corps de blocus, avant que Jourdan et Pichegru eussent le temps
d'accourir. Il saisit, en effet, l'instant convenable avec beaucoup
d'à-propos. A peine Jourdan s'était-il retiré sur le Bas-Rhin, par
Dusseldorf et Neuwied, que Clerfayt, laissant un détachement pour
l'observer, se rendit à Mayence, et y concentra ses forces, pour
déboucher subitement sur le corps de blocus. Ce corps, sous les ordres
du général Schaal, s'étendait en demi-cercle autour de Mayence, et
formait une ligne de près de quatre lieues. Quoiqu'on eût mis beaucoup
de soin à la fortifier, son étendue ne permettait pas de la fermer
exactement. Clerfayt, qui l'avait bien observée, avait découvert
plus d'un point facilement accessible. L'extrémité de cette ligne
demi-circulaire, qui devait s'appuyer sur le cours supérieur du Rhin,
laissait entre les derniers retranchemens et le fleuve une vaste
prairie. C'est sur ce point que Clerfayt résolut de porter son principal
effort. Le 7 brumaire (29 octobre), il déboucha par Mayence avec des
forces imposantes, mais point assez considérables cependant pour rendre
l'opération décisive. Les militaires lui ont reproché, en effet, d'avoir
laissé sur la rive droite un corps qui, employé à agir sur la rive
gauche, aurait inévitablement amené la ruine d'une partie de l'armée
française. Clerfayt dirigea, le long de la prairie qui remplissait
l'intervalle entre le Rhin et la ligne de blocus, une colonne qui
s'avança l'arme au bras. En même temps, une flottille de chaloupes
canonnières remontait le fleuve pour seconder le mouvement de cette
colonne. Il fit marcher le reste de son armée sur le front des lignes,
et ordonna une attaque prompte et vigoureuse. La division française
placée à l'extrémité du demi-cercle, se voyant à la fois attaquée de
front, tournée par un corps qui filait le long du fleuve, et canonnée
par une flottille dont les boulets arrivaient sur ses derrières, prit
l'épouvante et s'enfuit en désordre. La division de Saint-Cyr, qui était
placée immédiatement après celle-ci, se trouva découverte alors, et
menacée d'être débordée. Heureusement l'aplomb et le coup d'oeil de son
général la tirèrent de péril. Il fit un changement de front en arrière,
et exécuta sa retraite en bon ordre, en avertissant les autres divisions
d'en faire autant. Dès cet instant, tout le demi-cercle fut abandonné;
la division Saint-Cyr fit son mouvement de retraite sur l'armée du
Haut-Rhin; les divisions Mengaud et Renaud, qui occupaient l'autre
partie de la ligne, se trouvant séparées, se replièrent sur l'armée de
Sambre-et-Meuse, dont, par bonheur, une colonne, commandée par Marceau,
s'avançait dans le Hunde-Ruck. La retraite de ces deux dernières
divisions fut extrêmement difficile, et aurait pu devenir impossible, si
Clerfayt, comprenant bien toute l'importance de sa belle manoeuvre, eût
agi avec des masses plus fortes et avec une rapidité suffisante. Il
pouvait, de l'avis des militaires, après avoir rompu la ligne française,
tourner rapidement les divisions qui descendaient vers le Bas-Rhin, les
envelopper, et les renfermer dans le coude que le Rhin forme de Mayence
à Bingen.

La manoeuvre de Clerfayt n'en fut pas moins très-belle, et regardée
comme la première de ce genre exécutée par les coalisés. Tandis qu'il
enlevait ainsi les lignes de Mayence, Wurmser, faisant une attaque
simultanée sur Pichegru, lui avait enlevé le pont du Necker, et l'avait
ensuite repoussé dans les murs de Manheim. Ainsi, les deux armées
françaises ramenées au-delà du Rhin, conservant à la vérité Manheim,
Neuwied et Dusseldorf, mais séparées l'une de l'autre par Clerfayt, qui
avait chassé tout ce qui bloquait Mayence, pouvaient courir de grands
dangers devant un général entreprenant et audacieux. Le dernier
événement les avait fort ébranlées; des fuyards avaient couru jusque
dans l'intérieur, et un dénûment absolu ajoutait au découragement de
la défaite. Clerfayt, heureusement, se hâtait peu d'agir, et employait
beaucoup plus de temps qu'il n'en aurait fallu pour concentrer toutes
ses forces.

Ces tristes nouvelles, arrivées du 11 au 12 brumaire à Paris, au moment
même de l'installation du directoire, contribuèrent beaucoup à augmenter
les difficultés de la nouvelle organisation républicaine. D'autres
événemens moins dangereux en réalité, mais tout aussi graves en
apparence, se passaient dans l'Ouest. Un nouveau débarquement d'émigrés
menaçait la république. Après la funeste descente de Quiberon, qui ne
fut tentée, comme on l'a vu, qu'avec une partie des forces préparées
par le gouvernement anglais, les débris de l'expédition avaient été
transportés sur la flotte anglaise, et déposés ensuite dans la petite
île d'Ouat. On avait débarqué là les malheureuses familles du Morbihan
qui étaient accourues au-devant de l'expédition, et le reste des
régimens émigrés. Une épidémie et d'affreuses discordes régnaient sur ce
petit écueil. Au bout de quelque temps, Puisaye, rappelé par tous les
chouans qui avaient rompu la pacification, et qui n'attribuaient qu'aux
Anglais, et non à leur ancien chef, le malheur de Quiberon, Puisaye
était retourné en Bretagne, où il avait tout préparé pour un
redoublement d'hostilités. Pendant l'expédition de Quiberon, les chefs
de la Vendée étaient demeurés immobiles, parce que l'expédition ne se
dirigeait pas chez eux, parce qu'ils avaient défense des agens de Paris
de seconder Puisaye, et enfin parce qu'ils attendaient un succès avant
d'oser encore se compromettre. Charette seul était entré en contestation
avec les autorités républicaines, au sujet de différens désordres commis
dans son arrondissement, et de quelques préparatifs militaires qu'on lui
reprochait de faire, et il avait presque ouvertement rompu. Il venait de
recevoir, par l'intermédiaire de Paris, de nouvelles faveurs de Vérone,
et d'obtenir le commandement en chef des pays catholiques; ce qui était
le but de tous ses voeux. Cette nouvelle dignité, en refroidissant le
zèle de ses rivaux, avait singulièrement excité le sien. Il espérait une
nouvelle expédition dirigée sur ses côtes; et le commodore Waren lui
ayant offert les munitions restant de l'expédition de Quiberon, il
n'avait plus hésité; il avait fait sur le rivage une attaque générale,
replié les postes républicains, et recueilli quelques poudres et
quelques fusils. Les Anglais débarquèrent en même temps sur la côte du
Morbihan les malheureuses familles qu'ils avaient traînées à leur suite,
et qui mouraient de faim et de misère dans l'île d'Ouat. Ainsi, la
pacification était rompue et la guerre recommencée.

Depuis long-temps les trois généraux républicains, Aubert-Dubayet, Hoche
et Canclaux, qui commandaient les trois armées dites de Cherbourg,
de Brest et de l'Ouest, regardaient la pacification comme rompue,
non-seulement dans la Bretagne, mais aussi dans la Basse-Vendée. Ils
s'étaient réunis tous trois à Nantes, et n'avaient rien su résoudre.
Ils se mettaient néanmoins en mesure d'accourir individuellement sur le
premier point menacé. On parlait d'un nouveau débarquement; on disait,
ce qui était vrai, que la division de Quiberon n'était que la première,
et qu'il en arrivait encore une autre. Averti des nouveaux dangers
qui menaçaient les côtes, le gouvernement français nomma Hoche au
commandement de l'armée de l'Ouest. Le vainqueur de Wissembourg et de
Quiberon était l'homme en effet auquel, dans ce danger pressant, était
due toute la confiance nationale. Il se rendit aussitôt à Nantes pour
remplacer Canclaux. Les trois armées destinées à contenir les provinces
insurgées avaient été successivement renforcées par quelques détachemens
venus du Nord, et par plusieurs des divisions que la paix avec l'Espagne
rendait disponibles. Hoche se fit autoriser à tirer de nouveaux
détachemens des deux armées de Brest et de Cherbourg, pour en augmenter
celle de la Vendée, qu'il porta ainsi à quarante-quatre mille hommes. Il
établit des postes fortement retranchés sur la Sèvre Nantaise qui coule
entre les deux Vendées, et qui séparait le pays de Stofflet de celui de
Charette. Il avait pour but d'isoler ainsi ces deux chefs, et de les
empêcher d'agir de concert. Charette avait entièrement levé le masque,
et proclamé de nouveau la guerre. Stofflet, Sapinaud, Scépeaux,
jaloux de voir Charette nommé généralissime, intimidés aussi par les
préparatifs de Hoche, et incertains de l'arrivée des Anglais, ne
bougeaient point encore. L'escadre anglaise parut enfin, d'abord dans
la baie de Quiberon, et puis dans celle de l'Ile-Dieu, en face de la
Basse-Vendée. Elle portait deux mille hommes d'infanterie anglaise, cinq
cents cavaliers tout équipés, des cadres de régimens émigrés, grand
nombre d'officiers, des armes, des munitions, des vivres, des vêtemens
pour une armée considérable, des fonds en espèces métalliques, et enfin
le prince tant attendu. Des forces plus considérables devaient suivre si
l'expédition avait un commencement de succès, et si le prince prouvait
son désir sincère de se mettre à la tête du parti royaliste. A peine
l'expédition fut signalée sur les côtes, que tous les chefs royalistes
avaient envoyé des émissaires auprès du prince, pour l'assurer de leur
dévouement, pour réclamer l'honneur de le posséder, et concerter leurs
efforts. Charette, maître du littoral, était le mieux placé pour
concourir au débarquement, et sa réputation, ainsi que le voeu de toute
l'émigration, attirait l'expédition vers lui. Il envoya aussi des agens
pour arrêter un plan d'opérations.

Hoche, pendant ce temps, faisait ses préparatifs avec son activité et sa
résolution accoutumées. Il forma le projet de diriger trois colonnes,
de Challans, Clisson et Sainte-Hermine, trois points placés à la
circonférence du pays, et de les porter sur Belleville, qui était le
quartier-général de Charette. Ces trois colonnes, fortes de vingt à
vingt-deux mille hommes, devaient, par leur masse, imposer à la contrée,
ruiner le principal établissement de Charette, et le jeter, par une
attaque brusque et vigoureuse, dans un désordre tel qu'il ne pût
protéger le débarquement du prince émigré. Hoche, en effet, fit
partir ces trois colonnes, et les réunit à Belleville sans y trouver
d'obstacles. Charette, dont il espérait rencontrer et battre le
principal rassemblement, n'était point à Belleville; il avait réuni neuf
à dix mille hommes, et s'était dirigé du côté de Luçon pour porter
le théâtre de la guerre vers le midi du pays, et éloigner des côtes
l'attention des républicains. Son plan était bien conçu, mais il manqua
par l'énergie qui lui fut opposée. Tandis que Hoche entrait à Belleville
avec ses trois colonnes, Charette était devant le poste de Saint-Cyr,
qui couvre la route de Luçon aux Sables. Il attaqua ce poste avec toutes
ses forces; deux cents républicains retranchés dans une église y firent
une résistance héroïque, et donnèrent à la division de Luçon, qui
entendait la canonnade, le temps d'accourir à leur secours. Charette,
pris en flanc, fut entièrement battu, et obligé de se disperser avec son
rassemblement pour rentrer dans l'intérieur du Marais.

Hoche, ne trouvant pas l'ennemi devant lui, et découvrant la véritable
intention de son mouvement, ramena ses colonnes aux points d'où elles
étaient parties, et s'occupa d'établir un camp retranché à Soullans,
vers la côte, pour fondre sur le premier corps qui essaierait de
débarquer. Dans cet intervalle, le prince émigré, entouré d'un nombreux
conseil et des envoyés de tous les chefs bretons et vendéens, continuait
de délibérer sur les plans de débarquement, et laissait à Hoche le temps
de préparer ses moyens de résistance. Les voiles anglaises, demeurant en
vue des côtes, ne cessaient de provoquer les craintes des républicains
et les espérances des royalistes.

Ainsi, dès les premiers jours de l'installation du directoire, une
défaite devant Mayence, et un débarquement imminent dans la Vendée,
étaient des sujets d'alarme dont les ennemis du gouvernement se
servaient avec une grande perfidie pour rendre son établissement plus
difficile. Il fit expliquer ou démentir une partie des bruits
qu'on répandait sur la situation des deux frontières, et donna des
éclaircissemens sur les événemens qui venaient de se passer. On ne
pouvait guère dissimuler la défaite essuyée devant les lignes de
Mayence; mais le gouvernement fit répondre aux discours des alarmistes
que Dusseldorf et Neuwied nous restaient encore; que Manheim était
toujours en notre pouvoir; que par conséquent l'armée de Sambre-et-Meuse
avait deux têtes de pont, et l'armée du Rhin une, pour déboucher quand
il leur conviendrait au-delà du Rhin; que notre situation était donc
la même que celle des Autrichiens, puisque, s'ils étaient maîtres
par Mayence d'agir sur les deux rives, nous l'étions nous aussi par
Dusseldorf, Neuwied et Manheim. Le raisonnement était juste; mais il
s'agissait de savoir si les Autrichiens, poursuivant leurs succès, ne
nous enlèveraient pas bientôt Neuwied et Manheim, et ne s'établiraient
pas sur la rive gauche, entre les Vosges et la Moselle. Quant à la
Vendée, le gouvernement fit part des dispositions vigoureuses de
Hoche, qui étaient rassurantes pour les esprits de bonne foi, mais qui
n'empêchaient pas les patriotes exaltés de concevoir des craintes, et
les contre-révolutionnaires d'en répandre.

Au milieu de ces dangers, le directoire redoublait d'efforts pour
réorganiser le gouvernement, l'administration, et surtout les finances.
Trois milliards d'assignats lui avaient été accordés, comme on a vu,
et avaient produit tout au plus vingt et quelques millions en écus.
L'emprunt volontaire ouvert à trois pour cent, dans les derniers jours
de la convention, venait d'être suspendu; car pour un capital en papier,
l'état promettait une rente réelle, et faisait un marché ruineux. La
taxe extraordinaire de guerre proposée par la commission des cinq
n'avait pas encore été mise à exécution, et excitait des plaintes
comme un dernier acte révolutionnaire de la convention à l'égard des
contribuables. Tous les services allaient manquer. Les particuliers,
remboursés d'après l'échelle de proportion, élevaient des réclamations
si amères, qu'on avait été obligé de suspendre les remboursemens. Les
maîtres de poste, payés en assignats, annonçaient qu'ils allaient se
retirer; car les secours insuffisans du gouvernement ne couvraient
plus leurs pertes. Le service des postes allait manquer sous peu,
c'est-à-dire que toutes les communications, même écrites, allaient
cesser dans toutes les parties du territoire. Le plan des finances
annoncé sous quelques jours devait donc être donné sur-le-champ. C'était
là le premier besoin de l'état et le premier devoir du directoire. Il
fut enfin communiqué à la commission des finances.

La masse des assignats circulans pouvait être évaluée à environ 20
milliards. Même en supposant les assignats encore au centième de leur
valeur, et non pas au cent cinquantième, ils ne formaient pas une valeur
réelle de plus de 200 millions: il est certain qu'ils ne figuraient pas
pour davantage dans la circulation, et que ceux qui les possédaient ne
pouvaient les faire accepter pour une valeur supérieure. On aurait pu
tout à coup revenir à la réalité, ne prendre les assignats que pour ce
qu'ils valaient véritablement, ne les admettre qu'au cours, soit dans
les transactions entre particuliers, soit dans l'acquittement des
impôts, soit dans le paiement des biens nationaux. Sur-le-champ alors,
cette grande et effrayante masse de papier, cette dette énorme aurait
disparu. Il restait à peu près sept milliards écus de biens nationaux,
en y comprenant ceux de la Belgique et les forêts nationales; on avait
donc d'immenses ressources pour retirer ces 20 milliards, réduits à 200
millions, et pour faire face à de nouvelles dépenses. Mais cette grande
et hardie détermination était difficile à prendre; elle était repoussée
à la fois par les esprits scrupuleux, qui la considéraient comme une
banqueroute, et par les patriotes, qui disaient qu'on voulait ruiner les
assignats.

Les uns et les autres se montraient peu éclairés. Cette banqueroute,
si c'en était une, était inévitable, et s'accomplit plus tard. Il
s'agissait seulement d'abréger le mal, c'est-à-dire la confusion, et de
rétablir l'ordre dans les valeurs, seule justice que doive l'état à tout
le monde. Sans doute, au premier aspect, c'était une banqueroute que de
prendre aujourd'hui pour 1 franc, un assignat qui, en 1790, avait été
émis pour 100 francs, et qui contenait alors la promesse de 100 francs
en terre. D'après ce principe, il aurait donc fallu prendre les 20
milliards de papier pour 20 milliards écus, et les payer intégralement;
mais les biens nationaux auraient à peine payé le tiers de cette somme.
Dans le cas même où l'on aurait pu payer la somme intégralement, il faut
se demander combien l'état avait reçu en émettant ces 20 milliards? 4 ou
5 milliards peut-être. On ne les avait pas pris pour davantage en les
recevant de ses mains, et il avait déjà remboursé par les ventes une
valeur égale en biens nationaux. Il y aurait donc eu la plus cruelle
injustice à l'égard de l'état, c'est-à-dire de tous les contribuables, à
considérer les assignats d'après leur valeur primitive. Il fallait donc
consentir à ne les prendre que pour une valeur réduite: on avait même
commencé à le faire, en adoptant l'échelle de proportion.

Sans doute, s'il y avait encore des individus portant les premiers
assignats émis, et les ayant gardés sans les échanger une seule fois,
ceux-là étaient exposés à une perte énorme; car les ayant reçus presque
au pair, ils allaient essuyer aujourd'hui toute la réduction. Mais
c'était là une fiction tout à fait fausse. Personne n'avait gardé les
assignats en dépôt, car on ne thésaurise pas le papier: tout le monde
s'était hâté de les transmettre, et chacun avait essuyé une portion de
la perte. Tout le monde avait souffert déjà sa part de cette prétendue
banqueroute, et dès lors ce n'en était plus une. La banqueroute d'un
état consiste à faire supporter à quelques individus, c'est-à-dire
aux créanciers, la dette qu'on ne veut pas faire supporter à tous les
contribuables; or, si tout le monde avait du plus au moins souffert sa
part de la dépréciation des assignats, il n'y avait banqueroute pour
personne. On pouvait enfin donner une raison plus forte que toutes les
autres. L'assignat n'eût-il baissé que dans quelques mains, et perdu de
son prix que pour quelques individus, il avait passé maintenant dans les
mains des spéculateurs sur le papier, et c'eût été cette classe beaucoup
plus que celle des véritables lésés, qui aurait recueilli l'avantage
d'une restauration insensée de valeur. Aussi Calonne avait-il écrit
à Londres une brochure, où il disait avec beaucoup de sens, qu'on se
trompait en croyant la France accablée par le fardeau des assignats,
que ce papier-monnaie était un moyen de faire la banqueroute sans la
déclarer. Il aurait dû dire, pour s'exprimer avec plus de justice, que
c'était un moyen de la faire porter sur tout le monde, c'est-à-dire de
la rendre nulle.

Il était donc raisonnable et juste de revenir à la réalité, et de ne
prendre l'assignat que pour ce qu'il valait. Les patriotes disaient que
c'était ruiner l'assignat, qui avait sauvé la révolution, et regardaient
cette idée comme une conception sortie du cerveau des royalistes. Ceux
qui prétendaient raisonner avec plus de lumières et de connaissance
de la question, soutenaient qu'on allait faire tomber tout à coup le
papier, et que la circulation ne pourrait plus se faire, faute du papier
qui aurait péri, et faute des métaux qui étaient enfouis, ou qui
avaient passé à l'étranger. L'avenir démentit ceux qui faisaient ce
raisonnement; mais un simple calcul aurait dû tout de suite les mettre
sur la voie d'une opinion plus juste. En réalité, les 20 milliards
d'assignats représentaient moins de 200 millions; or, d'après tous les
calculs, la circulation ne pouvait pas se faire autrefois sans moins de
2 milliards, or ou argent. Si donc aujourd'hui les assignats n'entraient
que pour 200 millions dans la circulation, avec quoi se faisait le reste
des transactions? Il est bien évident que les métaux devaient circuler
en très-grande quantité, et ils circulaient en effet, mais dans les
provinces et les campagnes, loin des yeux du gouvernement. D'ailleurs
les métaux, comme toutes les marchandises, viennent toujours là où le
besoin les appelle, et, en chassant le papier, ils seraient revenus,
comme ils revinrent en effet quand le papier périt de lui-même.

C'était donc une double erreur, et très-enracinée dans les esprits, que
de regarder la réduction de l'assignat à sa valeur réelle, comme une
banqueroute et comme une destruction subite des moyens de circulation.
Elle n'avait qu'un inconvénient, mais ce n'était pas celui qu'on lui
reprochait, comme on va le voir bientôt. La commission des finances,
gênée par les idées qui régnaient, ne put adopter qu'en partie les vrais
principes de la matière. Après s'être concertée avec le directoire, elle
arrêta le projet suivant.

En attendant que, par le nouveau plan, la vente des biens et la
perception des impôts fissent rentrer des valeurs non pas fictives, mais
réelles, il fallait se servir encore des assignats. On proposa de porter
l'émission à 30 milliards, mais en s'obligeant à ne pas la porter
au-delà. Au 30 nivôse, la planche devait être solennellement brisée.
Ainsi on rassurait le public sur la quantité des nouvelles émissions. On
consacrait aux 30 milliards émis un milliard écus de biens nationaux.
Par conséquent, l'assignat qui, dans la circulation, ne valait
réellement que le cent cinquantième et beaucoup moins, était liquidé
au trentième; ce qui était un assez grand avantage fait au porteur du
papier. On consacrait encore un milliard écus de terres à récompenser
les soldats de la république, milliard qui leur était promis depuis
long-temps. Il en restait donc cinq, sur les sept dont on pouvait
disposer. Dans ces cinq se trouvaient les forêts nationales, le mobilier
des émigrés et de la couronne, les maisons royales, les biens du clergé
belge. On avait donc encore cinq milliards écus disponibles. Mais la
difficulté consistait à disposer de cette valeur. L'assignat, en effet,
avait été le moyen de la mettre en circulation d'avance, avant que les
biens fussent vendus. Mais l'assignat étant supprimé, puisqu'on ne
pouvait ajouter que 10 milliards aux 20 existans, somme qui, tout au
plus, représentait 100 millions écus, comment réaliser d'avance la
valeur des biens, et s'en servir pour les dépenses de la guerre? C'était
là la seule objection à faire à la liquidation du papier et à sa
suppression. On imagina les cédules hypothécaires, dont il avait été
parlé l'année précédente. D'après cet ancien plan, on devait emprunter,
et donner aux prêteurs des cédules portant hypothèque spéciale sur les
bien désignés. Afin de trouver à emprunter, on devait recourir à des
compagnies de finances qui se chargeraient de ces cédules. En un mot, au
lieu d'un papier dont la circulation était forcée, qui n'avait qu'une
hypothèque générale sur la masse des biens nationaux, et qui changeait
tous les jours de valeur, on créait par les cédules un papier
volontaire, qui était hypothéqué nommément sur une terre ou sur une
maison, et qui ne pouvait subir d'autre changement de valeur que celui
de l'objet même qu'il représentait. Ce n'était pas proprement un
papier-monnaie. Il n'était pas exposé à tomber, parce qu'il n'était pas
forcément introduit dans la circulation; mais on pouvait aussi ne pas
trouver à le placer. En un mot, la difficulté consistant toujours,
aujourd'hui comme au début de la révolution, à mettre en circulation la
valeur des biens, la question était de savoir s'il valait mieux forcer
la circulation de cette valeur, ou la laisser volontaire. Le premier
moyen étant tout à fait épuisé, il était naturel qu'on songeât à essayer
l'autre.

On convint donc qu'après avoir porté le papier à 30 milliards, qu'après
avoir désigné un milliard écus de biens pour l'absorber, et réservé un
milliard écus de biens aux soldats de la patrie, on ferait des cédules
pour une somme proportionnée aux besoins publics, et qu'on traiterait de
ces cédules avec des compagnies de finances. Les forêts nationales ne
devaient pas être cédulées; on voulait les conserver à l'état.
Elles formaient à peu près 2 milliards, sur les 5 milliards restant
disponibles. On devait traiter avec des compagnies pour aliéner
seulement leur produit pendant un certain nombre d'années.

La conséquence de ce projet, fondé sur la réduction des assignats à leur
valeur réelle, était de ne plus les admettre qu'au cours dans toutes les
transactions. En attendant que par la vente du milliard qui leur était
affecté, ils pussent être retirés, ils ne devaient plus être reçus par
les particuliers et par l'état qu'à leur valeur du jour. Ainsi, le
désordre des transactions allait cesser, et tout paiement frauduleux
devenait impossible. L'état allait recevoir par l'impôt des valeurs
réelles, qui couvraient au moins les dépenses ordinaires, et il n'aurait
plus à payer avec les biens que les frais extraordinaires de la guerre.
L'assignat ne devait être reçu au pair que dans le paiement de l'arriéré
des impositions, arriéré qui était considérable, et s'élevait à 13
milliards. On fournissait ainsi aux contribuables en retard un moyen
aisé de se libérer, à condition qu'ils le feraient tout de suite; et la
somme de 30 milliards, remboursable en biens nationaux au trentième,
était diminuée d'autant. Ce plan, adopté par les cinq-cents, après une
longue discussion en comité secret, fut aussitôt porté aux anciens.
Pendant que les anciens allaient le discuter, de nouvelles questions
étaient soumises aux cinq-cents, sur la manière de rappeler sous les
drapeaux les soldats qui avaient déserté à l'intérieur; sur le mode de
nomination des juges, officiers municipaux, et fonctionnaires de toute
espèce, que les assemblées électorales, agitées par les passions de
vendémiaire, n'avaient pas eu le temps ou la volonté de nommer. Le
directoire travaillait ainsi sans relâche, et fournissait de nouveaux
sujets de travail aux deux conseils.

Le plan de finances déféré aux anciens reposait sur de bons principes;
il présentait des ressources, car la France en avait encore d'immenses;
malheureusement il ne surmontait pas la véritable difficulté, car il ne
rendait pas ces ressources assez actuelles. Il est bien évident que la
France, avec des impôts qui pouvaient suffire à sa dépense annuelle dès
que le papier ne rendrait plus la recette illusoire, avec 7 milliards
écus de biens nationaux pour rembourser les assignats et pourvoir aux
dépenses extraordinaires de la guerre, il est bien évident que la France
avait des ressources. La difficulté consistait, en fondant un plan sur
de bons principes, et en l'adaptant à l'avenir, de pourvoir surtout au
présent.

Or, les anciens ne crurent pas qu'il fallût sitôt renoncer aux
assignats. La faculté d'en créer encore 10 milliards présentait tout au
plus une ressource de 100 millions écus, et c'était peu pour attendre
les recettes que devait procurer le nouveau plan. D'ailleurs
trouverait-on des compagnies pour traiter de l'exploitation des forêts
pendant vingt ou trente ans? En trouverait-on pour accepter des cédules,
c'est-à-dire des assignats libres? Dans l'incertitude où l'on était
de pouvoir se servir des biens nationaux par les nouveaux moyens,
fallait-il renoncer à l'ancienne manière de les dépenser, c'est-à-dire
aux assignats forcés? Le conseil des anciens, qui apportait une grande
sévérité dans l'examen des résolutions des cinq-cents, et qui en avait
déjà rejeté plus d'une, apposa son _veto_ sur le projet financier, et
refusa de l'admettre.

Ce rejet laissa les esprits dans une grande anxiété, et on retomba dans
les plus grandes incertitudes. Les contre-révolutionnaires, joyeux de
ce conflit d'idées, prétendaient que les difficultés de la situation
étaient insolubles, et que la république allait périr par les finances.
Les hommes les plus éclairés, qui ne sont pas toujours les plus résolus,
le craignaient. Les patriotes, arrivés au plus haut degré d'irritation,
en voyant qu'on avait eu l'idée d'abolir les assignats, criaient qu'on
voulait détruire cette dernière création révolutionnaire qui avait sauvé
la France; ils demandaient que, sans tâtonner si long-temps, on rétablît
le crédit des assignats par les moyens de 93, le _maximum_, les
_réquisitions_ et la _mort_. C'était une violence et un emportement qui
rappelaient les années les plus agitées. Pour comble de malheur, les
événemens sur le Rhin s'étaient aggravés: Clerfayt, sans profiter en
grand capitaine de la victoire, en avait cependant retiré de nouveaux
avantages. Ayant appelé à lui le corps de La Tour, il avait marché sur
Pichegru, l'avait attaqué sur la Pfrim et sur le canal de Frankendal,
et l'avait successivement repoussé jusque sous Landau. Jourdan s'était
avancé sur la Nahe à travers un pays difficile, et mettait le plus noble
dévouement à faire la guerre dans des montagnes épouvantables, pour
dégager l'armée du Rhin; mais ses efforts ne pouvaient que diminuer
l'ardeur de l'ennemi, sans réparer nos pertes.

Si donc la ligne du Rhin nous restait dans les Pays-Bas, elle était
perdue à la hauteur des Vosges, et l'ennemi nous avait enlevé autour de
Mayence un vaste demi-cercle.

Dans cet état de détresse, le directoire envoya une dépêche des plus
pressantes au conseil des cinq-cents, et proposa une de ces résolutions
extraordinaires qui avaient été prises dans les occasions décisives de
la révolution. C'était un emprunt forcé de six cents millions en valeur
réelle, soit numéraire, soit assignats au cours, réparti sur les classes
les plus riches. C'était donner ouverture à une nouvelle suite d'actes
arbitraires, comme l'emprunt forcé de Cambon sur les riches; mais, comme
ce nouvel emprunt était exigible sur-le-champ, qu'il pouvait faire
rentrer tous les assignats circulans, et fournir encore un surplus de
trois ou quatre cents millions en numéraire, et qu'il fallait enfin
trouver des ressources promptes et énergiques, on l'adopta.

Il fut décidé que les assignats seraient reçus à cent capitaux pour un:
200 millions de l'emprunt suffisaient donc pour absorber 20 milliards de
papier. Tout ce qui rentrerait devait être brûlé. On espérait ainsi que
le papier retiré presque entièrement se relèverait, et qu'à la rigueur
on pourrait en émettre encore et se servir de cette ressource. Il devait
rester à percevoir, sur les 600 millions, 4oo millions en numéraire, qui
suffiraient aux besoins des deux premiers mois, car on évaluait à 1,500
millions les dépenses de cette année (an IV--1795, 1796).

Certains adversaires du directoire, qui, sans s'inquiéter beaucoup de
l'état du pays, voulaient seulement contrarier le nouveau gouvernement
à tout prix, firent les objections les plus effrayantes, Cet emprunt,
disaient-ils, allait enlever tout le numéraire de la France; elle n'en
aurait pas même assez pour le payer! comme si l'état, en prenant 400
millions en métal, n'allait pas les reverser dans la circulation en
achetant des blés, des draps, des cuirs, des fers, etc. L'état n'allait
brûler que le papier. La question était de savoir si la France pouvait
donner sur-le-champ 400 millions en denrées et marchandises, et brûler
200 millions en papier, qu'on appelait fastueusement 20 milliards. Elle
le pouvait certainement. Le seul inconvénient était dans le mode de
perception qui serait vexatoire, et qui par là deviendrait moins
productif, mais on ne savait comment faire. Arrêter les assignats à 30
milliards, c'est-à-dire ne se donner que 100 millions réels devant
soi, détruire ensuite la planche, et s'en fier du sort de l'état
à l'aliénation du revenu des forêts et au placement des cédules,
c'est-à-dire à l'émission d'un papier volontaire, avait paru trop hardi.
Dans l'incertitude de ce que feraient les volontés libres, les conseils
aimèrent mieux forcer les Français à contribuer extraordinairement.

Par l'emprunt forcé, se disait-on, une partie au moins du papier
rentrera; il rentrera avec une certaine quantité de numéraire; puis
enfin on aura toujours la planche, qui aura acquis plus de valeur par
l'absorption de la plus grande partie des assignats. On ne renonça pas
pour cela aux autres ressources; on décida qu'une partie des biens
serait cédulée, opération longue, car il fallait mentionner le détail de
chaque bien dans les cédules, et que l'on ferait ensuite marché avec des
compagnies de finances. On décréta la mise en vente des maisons sises
dans les villes, celle des terres au-dessous de trois cents arpens, et
enfin celle des biens du clergé belge. On résolut aussi l'aliénation de
toutes les maisons ci-devant royales, excepté Fontainebleau, Versailles
et Compiègne. Le mobilier des émigrés dut être aussi vendu sur-le-champ.
Toutes ces ventes devaient se faire aux enchères.

On n'osa pas décréter encore la réduction des assignats au cours, ce qui
aurait fait cesser le plus grand mal, celui de ruiner tous ceux qui les
recevaient, les particuliers comme l'état. On craignait de les détruire
tout à coup par cette mesure si simple. On décida que, dans l'emprunt
forcé, ils seraient reçus à cent capitaux pour un; que dans l'arriéré
des contributions ils seraient reçus pour toute leur valeur, afin
d'encourager l'acquittement de cet arriéré, qui devait faire rentrer
13 milliards; que les remboursemens des capitaux seraient toujours
suspendus; mais que les rentes et les intérêts de toute espèce seraient
payés à dix capitaux pour un, ce qui était encore fort onéreux pour ceux
qui recevaient leur revenu à ce prix. Le paiement de l'impôt foncier
et des fermages fut maintenu sur le même pied, c'est-à-dire moitié en
nature, moitié en assignats. Les douanes durent être payées moitié en
assignats, moitié en numéraire. On fit cette exception pour les douanes,
parce qu'il y avait déjà beaucoup de numéraire aux frontières. Il y eut
aussi une exception à l'égard de la Belgique. Les assignats n'y avaient
pas pénétré; on décida que l'emprunt forcé, et les impôts, y seraient
perçus en numéraire.

On revenait donc timidement au numéraire, et on n'osait pas trancher
hardiment la difficulté, comme il arrive toujours dans ces cas-là.
Ainsi, l'emprunt forcé, les biens mis en vente, l'arriéré, en amenant de
considérables rentrées de papier, permettaient d'en émettre encore. On
pouvait compter en outre sur quelques recettes en numéraire.

Les deux déterminations les plus importantes à prendre après les lois de
finances, étaient relatives à la désertion, et au mode de nomination des
fonctionnaires non élus. L'une devait servir à recomposer les armées,
l'autre à achever l'organisation des communes et des tribunaux.

La désertion à l'extérieur, crime fort rare, fut punie de mort. On
discuta vivement sur la peine à infliger à l'embauchage. Il fut, malgré
l'opposition, puni comme la désertion à l'extérieur. Tout congé donné
aux jeunes gens de la réquisition dut expirer dans dix jours. La
poursuite des jeunes gens qui avaient abandonné les drapeaux, confiée
aux municipalités, était molle et sans effet; elle fut donnée à la
gendarmerie. La désertion à l'intérieur était punie de détention pour la
première fois, et des fers pour la seconde. La grande réquisition d'août
1793, qui était la seule mesure de recrutement qu'on eût adoptée,
atteignait assez d'hommes pour remplir les armées; elle avait suffi,
depuis trois ans, pour les maintenir sur un pied respectable, et elle
pouvait suffire encore, au moyen d'une loi nouvelle qui en assurât
l'exécution. Les nouvelles dispositions furent combattues par
l'opposition, qui tendait naturellement à diminuer l'action du
gouvernement; mais elles furent adoptées par la majorité des deux
conseils.

Beaucoup d'assemblées électorales, agitées par les décrets des 5 et
13 fructidor, avaient perdu leur temps, et n'avaient point achevé la
nomination des individus qui devaient composer les administrations
locales et les tribunaux. Celles qui étaient situées dans les provinces
de l'Ouest, ne l'avaient pas pu à cause de la guerre civile. D'autres y
avaient mis de la négligence. La majorité conventionnelle, pour assurer
l'homogénéité du gouvernement, et une homogénéité toute révolutionnaire,
voulait que le directoire eût les nominations. Il est naturel que le
gouvernement hérite de tous les droits auxquels les citoyens renoncent,
c'est-à-dire que l'action du gouvernement supplée à celle des
individus. Ainsi, là où les assemblées avaient outre-passé les délais
constitutionnels, là où elles n'avaient pas voulu user de leurs droits,
il était naturel que le directoire fût appelé à nommer. Convoquer
de nouvelles assemblées, c'était manquer à la constitution, qui le
défendait, c'était récompenser la révolte contre les lois, c'était enfin
donner ouverture à de nouveaux troubles. Il y avait d'ailleurs des
analogies dans la constitution qui devaient conduire à résoudre la
question en faveur du directoire. Ainsi, il était chargé de faire les
nominations dans les colonies, et de remplacer les fonctionnaires
morts ou démissionnaires dans l'intervalle d'une élection à l'autre.
L'opposition ne manqua pas de s'élever contre cet avis. Dumolard,
dans le conseil des cinq-cents, Portalis, Dupont (de Nemours),
Tronçon-Ducoudray, dans le conseil des anciens, soutinrent que c'était
donner une prérogative royale au directoire. Cette minorité, qui
secrètement penchait plutôt pour la monarchie que pour la république,
changea ici de rôle avec la majorité républicaine, et soutint avec la
dernière exagération les idées démocratiques. Du reste, la discussion
vive et solennelle ne fut troublée par aucun emportement. Le directoire
eut les nominations, à la seule condition de faire ses choix parmi
les hommes qui avaient déjà été honorés des suffrages du peuple. Les
principes conduisaient à cette solution; mais la politique devait la
conseiller encore davantage. On évitait pour le moment de nouvelles
élections, et on donnait à l'administration tout entière, aux tribunaux
et au gouvernement, une plus grande homogénéité.

Le directoire avait donc les moyens de se procurer des fonds, de
recruter l'armée, d'achever l'organisation de l'administration et de la
justice. Il avait la majorité dans les deux conseils. Une opposition
mesurée s'élevait, il est vrai, dans les cinq-cents et aux anciens;
quelques voix du nouveau tiers lui disputaient ses attributions, mais
cette opposition était décente et calme. Il semblait qu'elle respectât
sa situation extraordinaire, et ses travaux courageux. Sans doute elle
respectait aussi, dans ce gouvernement élu par les conventionnels et
appuyé par eux, la révolution toute puissante encore et profondément
courroucée. Les cinq directeurs s'étaient partagé la tâche générale.
Barras avait le personnel, et Carnot le mouvement des armées;
Rewbell, les relations étrangères; Letourneur et Larévellière-Lépaux,
l'administration intérieure. Ils n'en délibéraient pas moins en commun
sur toutes les mesures importantes. Ils avaient eu long-temps le
mobilier le plus misérable; mais enfin ils avaient tiré du Garde-Meuble
les objets nécessaires à l'ornement du Luxembourg, et ils commençaient
à représenter dignement la république française. Leurs antichambres
étaient remplies de solliciteurs, entre lesquels il n'était pas toujours
aisé de choisir. Le directoire, fidèle à son origine et à sa nature,
choisissait toujours les hommes les plus prononcés. Éclairé par la
révolte du 13 vendémiaire, il s'était pourvu d'une force considérable et
imposante pour garantir Paris et le siége du gouvernement d'un nouveau
coup de main. Le jeune Bonaparte, qui avait figuré au 13 vendémiaire,
fut chargé du commandement de cette armée, dite armée de l'intérieur. Il
l'avait réorganisée en entier et placée au camp de Grenelle. Il avait
réuni en un seul corps, sous le nom de légion de police, une partie
des patriotes qui avaient offert leurs services au 13 vendémiaire.
Ces patriotes appartenaient pour la plupart à l'ancienne gendarmerie
dissoute après le 9 thermidor, laquelle n'était remplie elle-même que
des anciens soldats aux gardes-françaises. Bonaparte organisa ensuite la
garde constitutionnelle du directoire et celle des conseils. Cette
force imposante et bien dirigée était capable de tenir tout le monde en
respect, et de maintenir les partis dans l'ordre.

Ferme dans sa ligne, le directoire se prononça encore davantage par
une foule de mesures de détail. Il persista à ne point notifier son
installation aux députés conventionnels qui étaient en mission dans les
départemens. Il enjoignit à tous les directeurs de spectacle de ne plus
laisser chanter qu'un seul air, celui de la _Marseillaise_. Le _Réveil
du peuple_ fut proscrit. On trouva cette mesure puérile; il est certain
qu'il y aurait eu plus de dignité à interdire toute espèce de chants;
mais on voulait réveiller l'enthousiasme républicain, malheureusement un
peu attiédi. Le directoire fit poursuivre quelques journaux royalistes
qui avaient continué à écrire avec la même violence qu'en vendémiaire.
Quoique la liberté de la presse fût illimitée, la loi de la convention
contre les écrivains qui provoquaient au retour de la royauté,
fournissait un moyen de répression dans les cas extrêmes. Richer-Serizy
fut poursuivi; le procès fut fait à Lemaître et à Brottier, dont les
correspondances avec Vérone, Londres et la Vendée, prouvaient leur
qualité d'agens royalistes, et leur influence dans les troubles de
vendémiaire. Lemaître fut condamné à mort comme agent principal;
Brottier fut acquitté. Il fut constaté que deux secrétaires du comité
de salut public leur avaient livré des papiers importans. Les trois
députés, Saladin, Lhomond et Rovère, mis en arrestation à cause du 13
vendémiaire, mais après que leur réélection avait été prononcée par
l'assemblée électorale de Paris, furent réintégrés par les deux
conseils, sur le motif qu'ils étaient déjà députés quand on avait
procédé contre eux, et que les formes prescrites par la constitution
à l'égard des députés, n'avaient pas été observées. Cormatin et les
chouans saisis avec lui comme infracteurs de la pacification, furent
aussi mis en jugement. Cormatin fut déporté comme ayant continué
secrètement de travailler à la guerre civile; les autres furent
acquittés, au grand déplaisir des patriotes, qui se plaignirent
amèrement de l'indulgence des tribunaux.

La conduite du directoire à l'égard du ministre de la cour de Florence,
prouva plus fortement encore la rigueur républicaine de ses sentimens.
On était enfin convenu avec l'Autriche de lui rendre la fille de Louis
XVI, seul reste de la famille qui avait été enfermée au Temple, à
condition que les députés livrés par Dumouriez seraient remis aux
avant-postes français. La princesse partit du Temple le 28 frimaire (19
décembre). Le ministre de l'intérieur alla la chercher lui-même, et la
conduisit avec les plus grands égards à son hôtel, d'où elle partit,
accompagnée des personnes dont elle avait fait choix. On pourvut
largement à son voyage, et elle fut ainsi acheminée vers la frontière.
Les royalistes ne manquèrent pas de faire des vers et des allusions sur
l'infortunée prisonnière, rendue enfin à la liberté. Le comte Carletti,
ce ministre de Florence qui avait été envoyé à Paris, à cause de son
attachement connu pour la France et la révolution, demanda au directoire
l'autorisation de voir la princesse, en sa qualité de ministre d'une
cour alliée. Ce ministre était devenu suspect, sans doute à tort, à
cause de l'exagération même de son républicanisme. On ne concevait pas
qu'un ministre d'un prince absolu, et surtout d'un prince autrichien,
pût être aussi exagéré. Le directoire, pour toute réponse, lui signifia
sur-le-champ l'ordre de quitter Paris, mais déclara en même temps que
cette mesure était toute personnelle à l'envoyé, et non à la cour de
Florence, avec laquelle la république française demeurait en relations
d'amitié.

Il y avait un mois et demi tout au plus que le directoire était
institué, et déjà il commençait à s'asseoir; les partis s'habituaient
à l'idée d'un gouvernement établi, et, songeant moins à le renverser,
s'arrangeaient pour le combattre dans les limites tracées par la
constitution. Les patriotes, ne renonçant pas à leur idée favorite de
club, s'étaient réunis au Panthéon; ils siégeaient déjà au nombre de
plus de quatre mille, et formaient une assemblée qui ressemblait fort
à celle des anciens jacobins. Fidèles cependant à la lettre de la
constitution, ils avaient évité ce qu'elle défendait dans les réunions
de citoyens, c'est-à-dire l'organisation en assemblée politique. Ainsi,
ils n'avaient pas un bureau; ils ne s'étaient pas donné des brevets; les
assistans n'étaient pas distingués en spectateurs et sociétaires; il
n'existait ni correspondance ni affiliation avec d'autres sociétés du
même genre. A part cela, le club avait tous les caractères de l'ancienne
société-mère, et ses passions, plus vieilles, n'en étaient que plus
opiniâtres.

Les sectionnaires s'étaient composé des sociétés plus analogues à leurs
goûts et à leurs moeurs. Aujourd'hui, comme sous la convention, ils
comptaient quelques royalistes secrets dans leurs rangs, mais en petit
nombre; la plupart d'entre eux, par crainte ou par bon ton, étaient
ennemis des terroristes et des conventionnels, qu'ils affectaient de
confondre, et qu'ils étaient fâchés de retrouver presque tous dans le
nouveau gouvernement. Il s'était formé des sociétés où on lisait les
journaux, où on s'entretenait de sujets politiques avec la politesse et
le ton des salons, et où la danse et la musique succédaient à la lecture
et aux conversations. L'hiver commençait, et ces messieurs se
livraient au plaisir, comme à un acte d'opposition contre le système
révolutionnaire, système que personne ne voulait renouveler, car les
Saint-Just, les Robespierre, les Couthon, n'étaient plus là pour nous
ramener par la terreur à des moeurs impossibles.

Les deux partis avaient leurs journaux. Les patriotes avaient _le Tribun
du Peuple, l'Ami du Peuple, l'Éclaireur du Peuple, l'Orateur plébéien,
le Journal des Hommes Libres_; ces journaux étaient tout à fait
jacobins. _La Quotidienne, l'Éclair, le Véridique, le Postillon, le
Messager, la Feuille du Jour_, passaient pour des journaux royalistes.
Les patriotes, dans leur club et leurs journaux, quoique le gouvernement
fût certes bien attaché à la révolution, se montraient fort irrités.
C'était, il est vrai, moins contre lui que contre les événemens, qu'ils
étaient en courroux. Les revers sur le Rhin, les nouveaux mouvemens de
la Vendée, l'affreuse crise financière, étaient pour eux un motif de
revenir à leurs idées favorites. Si on était battu, si les assignats
perdaient, c'est qu'on était indulgent, c'est qu'on ne savait pas
recourir aux grands moyens révolutionnaires. Le nouveau système
financier surtout, qui décelait le désir d'abolir les assignats, et
qui laissait entrevoir leur prochaine suppression, les avait beaucoup
indisposés.

Il ne fallait pas à leurs adversaires d'autre sujet de plaintes que
cette irritation même. La terreur, suivant ceux-ci, était prête à
renaître. Ses partisans étaient incorrigibles; le directoire avait
beau faire tout ce qu'ils désiraient, ils n'étaient pas contens, ils
s'agitaient de nouveau, ils avaient rouvert l'ancienne caverne des
jacobins, et ils y préparaient encore tous les crimes.

Tels étaient les travaux du gouvernement, la marche des esprits, et la
situation des partis en frimaire an IV (novembre et décembre 1795).

Les opérations militaires, continuées malgré la saison, commençaient
à promettre de meilleurs résultats, et à procurer à la nouvelle
administration quelques dédommagemens pour ses pénibles efforts. Le zèle
avec lequel Jourdan s'était porté dans le Hunds-Ruck à travers un pays
épouvantable, et sans aucune des ressources matérielles qui auraient pu
adoucir les souffrances de son armée, avait rétabli un peu nos affaires
sur le Rhin. Les généraux autrichiens, dont les troupes étaient aussi
fatiguées que les nôtres, se voyant exposés à une suite de combats
opiniâtres, au milieu de l'hiver, proposaient un armistice, pendant
lequel les armées impériale et française conserveraient leurs positions
actuelles. L'armistice fut accepté, à la condition de le dénoncer dix
jours avant la reprise des hostilités. La ligne qui séparait les deux
armées, suivant le Rhin, depuis Dusseldorf jusqu'au-dessus du Neuwied,
abandonnait le fleuve à cette hauteur, formait un demi-cercle de Bingen
à Manheim, en passant par le pied des Vosges, rejoignait le Rhin
au-dessus de Manheim, et ne le quittait plus jusqu'à Bâle. Ainsi nous
avions perdu tout ce demi-cercle sur la rive gauche. C'était du reste
une perte qu'une simple manoeuvre bien conçue pouvait réparer. Le plus
grand mal était d'avoir perdu pour le moment l'ascendant de la victoire.
Les armées, accablées de fatigues, entrèrent en cantonnemens, et on
se mit à faire tous les préparatifs nécessaires pour les mettre, au
printemps prochain, en état d'ouvrir une campagne décisive.

Sur la frontière d'Italie, la saison n'interdisait pas encore tout à
fait les opérations de la guerre. L'armée des Pyrénées orientales avait
été transportée sur les Alpes. Il avait fallu beaucoup de temps pour
faire le trajet de Perpignan à Nice, et le défaut de vivres et de
souliers avait rendu la marche encore plus lente. Enfin, vers le mois de
novembre, Augereau vint avec une superbe division, qui s'était illustrée
déjà dans les plaines de la Catalogne. Kellermann, comme on l'a vu,
avait été obligé de replier son aile droite et de renoncer à la
communication immédiate avec Gênes. Il avait sa gauche sur les grandes
Alpes, et son centre au col de Tende. Sa droite était placée derrière la
ligne dite de Borghetto, l'une des trois que Bonaparte avait reconnues
et tracées l'année précédente pour le cas d'une retraite. Dewins, tout
fier de son faible succès, se reposait dans la rivière de Gênes, et
faisait grand étalage de ses projets, sans en exécuter aucun. Le brave
Kellermann attendait avec impatience les renforts d'Espagne, pour
reprendre l'offensive et recouvrer sa communication avec Gênes. Il
voulait terminer la campagne par une action éclatante, qui rendît
la rivière aux Français, leur ouvrît les portes de l'Apennin et
de l'Italie, et détachât le roi de Piémont de la coalition. Notre
ambassadeur en Suisse, Barthélemy, ne cessait de répéter qu'une victoire
vers les Alpes maritimes nous vaudrait sur-le-champ la paix avec
le Piémont, et la concession définitive de la ligne des Alpes. Le
gouvernement français, d'accord avec Kellermann sur la nécessité
d'attaquer, ne le fut pas sur le plan à suivre, et lui donna pour
successeur Schérer, que ses succès à la bataille de l'Ourthe et en
Catalogne avaient déjà fait connaître avantageusement. Schérer arriva
dans le milieu de brumaire, et résolut de tenter une action décisive.

On sait que la chaîne des Alpes, devenue l'Apennin, serre la
Méditerranée de très-près, d'Albenga à Gênes, et ne laisse entre la mer
et la crête des montagnes que des pentes étroites et rapides, qui ont à
peine trois lieues d'étendue. Du côté opposé, au contraire, c'est-à-dire
vers les plaines du Pô, les pentes s'abaissent doucement, sur un espace
de vingt lieues. L'armée française, placée sur les pentes maritimes,
était campée entre les montagnes et la mer. L'armée piémontaise, sous
Colli, établie au camp retranché de Ceva, sur le revers des Alpes,
gardait les portes du Piémont contre la gauche de l'armée française.
L'armée autrichienne, partie sur la crête de l'Apennin, à
Rocca-Barbenne, partie sur le versant maritime dans le bassin de Loano,
communiquait ainsi avec Colli par sa droite, occupait par son centre
le sommet des montagnes, et interceptait le littoral par sa gauche, de
manière à couper nos communications avec Gênes. Une pensée s'offrait à
la vue d'un pareil état de choses. Il fallait se porter en forces sur
la droite et le centre de l'armée autrichienne, la chasser du sommet de
l'Apennin, et lui enlever les crêtes supérieures. On la séparait ainsi
de Colli, et, marchant rapidement le long de ces crêtes, on enfermait sa
gauche dans le bassin de Loano, entre les montagnes et la mer. Masséna,
l'un des généraux divisionnaires, avait entrevu ce plan, et l'avait
proposé à Kellermann. Schérer l'entrevit aussi, et résolut de
l'exécuter.

Dewins, après avoir fait quelques tentatives pendant les mois d'août et
de septembre sur notre ligne de Borghetto, avait renoncé à toute attaque
pour cette année. Il était malade, et s'était fait remplacer par Wallis.
Les officiers ne songeaient qu'à se livrer aux plaisirs de l'hiver, à
Gênes et dans les environs. Schérer, après avoir procuré à son armée
quelques vivres et vingt-quatre mille paires de souliers, dont elle
manquait absolument, fixa son mouvement pour le 2 frimaire (23
novembre). Il allait avec trente-six mille hommes en attaquer
quarante-cinq; mais le bon choix du point d'attaque compensait
l'inégalité des forces. Il chargea Augereau de pousser la gauche des
ennemis dans le bassin de Loano; il ordonna à Masséna de fondre sur leur
centre à Rocca-Barbenne, et de s'emparer du sommet de l'Apennin; enfin,
il prescrivit à Serrurier de contenir Colli, qui formait la droite, sur
le revers opposé. Augereau, tout en poussant la gauche autrichienne dans
le bassin de Loano, ne devait agir que lentement; Masséna, au contraire,
devait filer rapidement le long des crêtes, et tourner le bassin de
Loano, pour y enfermer la gauche autrichienne; Serrurier devait tromper
Colli par de fausses attaques.

Le 2 frimaire au matin (23 novembre 1795), le canon français réveilla
les Autrichiens, qui s'attendaient peu à une bataille. Les officiers
accoururent de Loano et de Finale se mettre à la tête de leurs troupes
étonnées. Augereau attaqua avec vigueur, mais sans précipitation. Il
fut arrêté par le brave Roccavina. Ce général, placé sur un mamelon, au
milieu du bassin de Loano, le défendit avec opiniâtreté, et se laissa
entourer par la division Augereau, refusant toujours de se rendre.

Quand il fut enveloppé, il se précipita tête baissée sur la ligne qui
l'enfermait, et rejoignit l'armée autrichienne, en passant sur le corps
d'une brigade française.

Schérer, contenant l'ardeur d'Augereau, l'obligea à tirailler devant
Loano, pour ne pas pousser les Autrichiens trop vite sur leur ligne de
retraite. Pendant ce temps, Masséna, chargé de la partie brillante du
plan, franchit, avec la vigueur et l'audace qui le signalaient dans
toutes les occasions, les crêtes de l'Apennin, surprit d'Argenteau qui
commandait la droite des Autrichiens, le jeta dans un désordre extrême,
le chassa de toutes ses positions, et vint camper le soir sur les
hauteurs de Melogno, qui formaient le pourtour du bassin de Loano, et
en fermaient les derrières. Serrurier, par des attaques fermes et bien
calculées, avait tenu en échec Colli et toute la droite ennemie.

Le 2 au soir, on campa, par un temps affreux, sur les positions qu'on
avait occupées. Le 3 au matin, Schérer continua son opération; Serrurier
renforcé se mit à battre Colli plus sérieusement, afin de l'isoler tout
à fait de ses alliés; Masséna continua à occuper toutes les crêtes
et les issues de l'Apennin; Augereau, cessant de se contenir, poussa
vigoureusement les Autrichiens dont on avait intercepté les derrières.
Dès cet instant, ils commencèrent leur retraite par un temps
épouvantable et à travers des routes affreuses. Leur droite et leur
centre fuyaient en désordre sur le revers de l'Apennin: leur gauche,
enfermée entre les montagnes et la mer, se retirait péniblement le long
du littoral, par la route de la Corniche. Un orage de vent et de neige
empêcha de rendre la poursuite aussi active qu'elle aurait pu l'être;
cependant cinq mille prisonniers, plusieurs mille morts, quarante pièces
de canon, et des magasins immenses, furent le fruit de cette bataille,
qui fut une des plus désastreuses pour les coalisés, depuis le
commencement de la guerre, et l'une des mieux conduites par les
Français, au jugement des militaires.

Le Piémont fut dans l'épouvante à cette nouvelle; l'Italie se crut
envahie, et ne fut rassurée que par la saison, trop avancée alors pour
que les Français donnassent suite à leurs opérations. Des magasins
considérables servirent à adoucir les privations et les souffrances
de l'armée. Il fallait une victoire aussi importante pour relever les
esprits et affermir un gouvernement naissant. Elle fut publiée et
accueillie avec une grande joie par tous les vrais patriotes.

Au même instant, les événemens prenaient une tournure non moins
favorable dans les provinces de l'Ouest. Hoche, ayant porté l'armée qui
gardait les deux Vendées à quarante-quatre mille hommes, ayant placé des
postes retranchés sur la Sèvre Nantaise, de manière à isoler Stofflet de
Charette, ayant dispersé le premier rassemblement formé par ce dernier
chef, et gardant au moyen d'un camp à Soullans toute la côte du Marais,
était en mesure de s'opposer à un débarquement. L'escadre anglaise,
qui mouillait à l'Île-Dieu, était au contraire dans une position fort
triste. L'île sur laquelle l'expédition avait si maladroitement pris
terre, ne présentait qu'une surface sans abri, sans ressource, et
moindre de trois quarts de lieue. Les bords de l'île n'offraient aucun
mouillage sûr. Les vaisseaux y étaient exposés à toutes les fureurs des
vents, sur un fond de rocs qui coupait les câbles, et les mettait chaque
nuit dans le plus grand péril. La côte vis-à-vis, sur laquelle on
se proposait de débarquer, ne présentait qu'une vaste plage, sans
profondeur, où les vagues brisaient sans cesse, et où les canots, pris
en travers par les lames, ne pouvaient aborder sans courir le danger
d'échouer. Chaque jour augmentait les périls de l'escadre anglaise et
les moyens de Hoche. Il y avait déjà plus d'un mois et demi que le
prince français était à l'Ile-Dieu. Tous les envoyés des chouans et des
Vendéens l'entouraient, et, mêlés à son état-major, présentaient à la
fois leurs idées, et tâchaient de les faire prévaloir. Tous voulaient
posséder le prince, mais tous étaient d'accord qu'il fallait débarquer
au plus tôt, n'importe le point qui obtiendrait la préférence.

Il faut convenir que, grâce à ce séjour d'un mois et demi à l'Ile-Dieu,
en face des côtes, le débarquement était devenu difficile. Un
débarquement, pas plus que le passage d'un fleuve, ne doit être précédé
de longues hésitations, qui mettent l'ennemi en éveil et lui font
connaître le point menacé. Il aurait fallu que, le parti d'aborder à la
côte une fois pris, et tous les chefs prévenus, la descente s'opérât à
l'improviste, sur un point qui permît de rester en communication avec
les escadres anglaises, et sur lequel les Vendéens et les chouans
pussent porter des forces considérables. Certainement, si on était
descendu à la côte sans la menacer si long-temps, quarante mille
royalistes de la Bretagne et de la Vendée auraient pu être réunis avant
que Hoche eût le temps de remuer ses régimens. Quand on se souvient de
ce qui se passa à Quiberon, de la facilité avec laquelle s'opéra
le débarquement, et du temps qu'il fallut pour réunir les troupes
républicaines, on comprend combien la nouvelle descente eût été facile
si elle n'avait pas été précédée d'une longue croisière devant les
côtes. Tandis que, dans la précédente expédition, le nom de Puisaye
paralysa tous les chefs, celui du prince les aurait, dans celle-ci,
ralliés tous, et aurait soulevé vingt départemens. Il est vrai que les
débarqués auraient eu ensuite de rudes combats à livrer; qu'il leur
aurait fallu courir les chances que Stofflet, Charette, couraient depuis
près de trois ans, se disperser peut-être devant l'ennemi, fuir comme
des partisans, se cacher dans les bois, reparaître, se cacher encore,
s'exposer enfin à être pris et fusillés. Les trônes sont à ce prix. Il
n'y avait rien d'indigne à _chouanner_ dans les bois de la Bretagne ou
dans les marais et les bruyères de la Vendée. Un prince, sorti de ces
retraites pour remonter sur le trône de ses pères, n'eût pas été moins
glorieux que Gustave Wasa, sorti des mines de la Dalécarlie. Du reste,
il est probable que la présence du prince eût réveillé assez de zèle
dans les pays royalistes, pour qu'une armée nombreuse, toujours présente
à ses côtés, lui permît de tenter la grande guerre. Il est probable
aussi que personne autour de lui n'aurait eu assez de génie pour battre
le jeune plébéien qui commandait l'armée républicaine; mais du moins on
se serait fait vaincre. Il y a souvent bien des consolations dans une
défaite; François Ier en trouvait de grandes dans celle de Pavie.

Si donc le débarquement était possible à l'instant où l'escadre arriva,
il ne l'était pas après avoir passé un mois et demi à l'Ile-Dieu. Les
marins anglais déclaraient que la mer n'était bientôt plus tenable, et
qu'il fallait prendre un parti; toute la côte du pays de Charette était
couverte de troupes; il n'y avait quelque possibilité de débarquement
qu'au-delà de la Loire, vers l'embouchure de la Vilaine, ou dans le pays
de Scépeaux, ou bien encore en Bretagne, chez Puisaye. Mais les émigrés
et le prince ne voulaient descendre que chez Charette, et n'avaient
confiance qu'en lui. Or, la chose était impossible sur la côte de
Charette. Le prince, suivant l'assertion de M. de Vauban, demanda au
ministère anglais de le rappeler. Le ministère s'y refusait d'abord, ne
voulant pas que les frais de son expédition fussent inutiles. Cependant
il laissa au prince la liberté de prendre le parti qu'il voudrait.

Dès cet instant, tous les préparatifs du départ furent faits. On rédigea
de longues et inutiles instructions pour les chefs royalistes. On leur
disait que des ordres supérieurs empêchaient pour le moment l'exécution
d'une descente; qu'il fallait que MM. Charette, Stofflet, Sapinaud,
Scépeaux, s'entendissent pour réunir une force de vingt-cinq ou trente
mille hommes au-delà de la Loire, laquelle, réunie aux Bretons, pourrait
former un corps d'élite de quarante ou cinquante mille hommes, suffisant
pour protéger le débarquement du prince; que le point de débarquement
serait désigné dès que ces mesures préliminaires auraient été prises, et
que toutes les ressources de la monarchie anglaise seraient employées à
seconder les efforts des pays royalistes. À ces instructions on joignit
quelques mille livres sterling pour chaque chef, quelques fusils et
un peu de poudre. Ces objets furent débarqués la nuit à la côte de
Bretagne. Les approvisionnemens que les Anglais avaient amassés sur
leurs escadres ayant été avariés, furent jetés à la mer. Il fallut y
jeter aussi les 500 chevaux appartenant à la cavalerie et à l'artillerie
anglaise. Ils étaient presque tous malades d'une longue navigation.

L'escadre anglaise mit à la voile le 15 novembre (26 brumaire), et
laissa, en partant, les royalistes dans la consternation. On leur dit
que c'étaient les Anglais qui avaient obligé le prince à repartir; ils
furent indignés, et se livrèrent de nouveau à toute leur haine contre
la perfidie de l'Angleterre. Le plus irrité fut Charette, et il avait
quelque raison de l'être, car il était le plus compromis. Charette avait
repris les armes dans l'espoir d'une grande expédition, dans l'espoir de
moyens immenses qui rétablissent l'égalité des forces entre lui et les
républicains; cette attente trompée, il devait ne plus entrevoir qu'une
destruction infaillible et très prochaine. La menace d'une descente
avait attiré sur lui toutes les forces des républicains; et, cette fois,
il devait renoncer à tout espoir d'une transaction; il ne lui restait
plus qu'à être impitoyablement fusillé, sans pouvoir même se plaindre
d'un ennemi qui lui avait déjà si généreusement pardonné.

Il résolut de vendre chèrement sa vie, et d'employer ses derniers momens
à lutter avec désespoir. Il livra plusieurs combats pour passer sur les
derrières de Hoche, percer la ligne de la Sèvre Nantaise, se jeter dans
le pays de Stofflet, et forcer ce collègue à reprendre les armes. Il ne
put y réussir, et fut ramené dans le Marais par les colonnes de Hoche.
Sapinaud, qu'il avait engagé à reprendre les armes, surprit la ville de
Montaigu, et voulut percer jusqu'à Châtillon; mais il fut arrêté devant
cette ville, battu, et obligé de disperser son corps. La ligne de
la Sèvre ne put pas être emportée. Stofflet, derrière cette ligne
fortifiée, fut obligé de demeurer en repos, et du reste il n'était
pas tenté de reprendre les armes. Il voyait avec un secret plaisir la
destruction d'un rival qu'on avait chargé de titres, et qui avait voulu
le livrer aux républicains. Scépeaux, entre la Loire et la Vilaine,
n'osait encore remuer. La Bretagne était désorganisée par la discorde.
La division du Morbihan, commandée par George Cadoudal, s'était révoltée
contre Puisaye, à l'instigation des émigrés qui entouraient le prince
français, et qui avaient conservé contre lui les mêmes ressentimens. Ils
auraient voulu lui enlever le commandement de la Bretagne; cependant
il n'y avait que la division du Morbihan qui méconnût l'autorité du
généralissime.

C'est dans cet état de choses que Hoche commença le grand ouvrage de la
pacification. Ce jeune général, militaire et politique habile, vit bien
que ce n'était plus par les armes qu'il fallait chercher à vaincre un
ennemi insaisissable, et qu'on ne pouvait atteindre nulle part. Il avait
déjà lancé plusieurs colonnes mobiles à la suite de Charette; mais des
soldats pesamment armés, obligés de porter tout avec eux, et qui ne
connaissaient pas le pays, ne pouvaient égaler la rapidité des paysans
qui ne portaient rien que leur fusil; qui étaient assurés de trouver des
vivres partout, et qui connaissaient les moindres ravins et la dernière
bruyère. En conséquence, il ordonna sur-le-champ de cesser les
poursuites, et il forma un plan qui, suivi avec constance et fermeté,
devait ramener la paix dans ces contrées désolées.

L'habitant de la Vendée était paysan et soldat tout à la fois. Au milieu
des horreurs de la guerre civile, il n'avait pas cessé de cultiver ses
champs et de soigner ses bestiaux. Son fusil était à ses côtés, caché
sous la terre ou sous la paille. Au premier signal de ses chefs, il
accourait, attaquait les républicains, puis disparaissait à travers les
bois, retournait à ses champs, cachait de nouveau son fusil; et les
républicains ne trouvaient qu'un paysan sans armes, dans lequel ils ne
pouvaient nullement reconnaître un soldat ennemi. De cette manière,
les Vendéens se battaient, se nourrissaient, et restaient presque
insaisissables. Tandis qu'ils avaient toujours les moyens de nuire et de
se recruter, les armées républicaines, qu'une administration ruinée ne
pouvait plus nourrir, manquaient de tout et se trouvaient dans le plus
horrible dénûment.

On ne pouvait faire sentir la guerre aux Vendéens que par des
dévastations; moyen qu'on avait essayé pendant la terreur, mais qui
n'avait excité que des haines furieuses sans faire cesser la guerre
civile.

Hoche, sans détruire le pays, imagina un moyen ingénieux de le réduire,
en lui enlevant ses armes, et en prenant une partie de ses subsistances
pour l'usage de l'armée républicaine. D'abord il persista dans
l'établissement de quelques camps retranchés, dont les uns, situés
sur la Sèvre, séparaient Charette de Stofflet, tandis que les autres
couvraient Nantes, la côte et les Sables. Il forma ensuite une ligne
circulaire qui s'appuyait à la Sèvre et à la Loire, et qui tendait à
envelopper progressivement tout le pays. Cette ligne était composée de
postes assez forts, liés entre eux par des patrouilles, de manière qu'il
ne restait pas un intervalle libre, à travers lequel pût passer un
ennemi un peu nombreux. Ces postes étaient chargés d'occuper chaque
bourg et chaque village, et de désarmer les habitans. Pour y parvenir,
ils devaient s'emparer des bestiaux, qui ordinairement paissaient en
commun, et des grains entassés dans les granges; ils devaient aussi
arrêter les habitans les plus notables, et ne restituer les bestiaux,
les grains, ni élargir les habitans pris en otage, que lorsque les
paysans auraient volontairement déposé leurs armes. Or, comme les
Vendéens tenaient à leurs bestiaux et à leurs grains beaucoup plus
qu'aux Bourbons et à Charette, il était certain qu'ils rendraient leurs
armes. Pour ne pas être induits en erreur par les paysans, qui pouvaient
bien donner quelques mauvais fusils et garder les autres, les officiers
chargés du désarmement devaient se faire livrer les registres
d'enrôlement tenus dans chaque paroisse, et exiger autant de fusils que
d'enrôlés. A défaut de ces registres, il leur était recommandé de faire
le calcul de la population, et d'exiger un nombre de fusils égal au
quart de la population mâle. Après avoir reçu les armes, on devait
rendre fidèlement les bestiaux et les grains, sauf une partie prélevée à
titre d'impôt, et déposée dans des magasins formés sur les derrières
de cette ligne. Hoche avait ordonné de traiter les habitans avec une
extrême douceur, de mettre une scrupuleuse exactitude à leur rendre
et leurs bestiaux et leurs grains, et surtout leurs otages. Il avait
particulièrement recommandé aux officiers de s'entretenir avec eux,
de les bien traiter, de les envoyer même quelquefois à son
quartier-général, de leur faire quelques présens en grains ou en
différens objets. Il avait prescrit aussi les plus grands égards pour
les curés. Les Vendéens, disait-il, n'ont qu'un sentiment véritable,
c'est l'attachement pour leurs prêtres. Ces derniers ne veulent que
protection et repos; qu'on leur assure ces deux choses, qu'on y ajoute
même quelques bienfaits, et les affections du pays nous seront rendues.

Cette ligne, qu'il appelait de désarmement, devait envelopper la
Basse-Vendée circulairement, s'avancer peu à peu, et finir par
l'embrasser tout entière. En s'avançant, elle laissait derrière elle le
pays désarmé, ramené, réconcilié même avec la république. De plus, elle
le protégeait contre un retour des chefs insurgés, qui, ordinairement,
punissaient par des dévastations la soumission à la république et la
remise des armes. Deux colonnes mobiles la précédaient pour combattre
ces chefs, et les saisir s'il était possible; et bientôt, en les
resserrant toujours davantage, elle devait les enfermer et les prendre
inévitablement. La plus grande surveillance était recommandée à tous
les commandans de poste, pour se lier toujours par des patrouilles, et
empêcher que les bandes armées ne pussent percer la ligne et revenir
porter la guerre sur ses derrières. Quelque grande que fût la
surveillance, il pouvait arriver cependant que Charette et quelques-uns
des siens trompassent la vigilance des postes et franchissent la ligne
de désarmement; mais, dans ce cas même, qui était possible, ils ne
pouvaient passer qu'avec quelques individus, et ils allaient se
retrouver dans des campagnes désarmées, rendues au repos et à la
sécurité, calmées par de bons traitemens, et intimidées d'ailleurs par
ce vaste réseau de troupes qui embrassait le pays. Le cas d'une révolte
sur les derrières était prévu. Hoche avait ordonné qu'une des colonnes
mobiles se reporterait aussitôt dans la commune insurgée, et que, pour
la punir de n'avoir pas rendu toutes ses armes et d'en avoir encore fait
usage, on lui enlèverait ses bestiaux et ses grains, et qu'on saisirait
les principaux de ses habitans. L'effet de ces châtimens était assuré;
et dispensés avec justice, ils devaient inspirer, non pas la haine, mais
une salutaire crainte.

Le projet de Hoche fut aussitôt mis à exécution dans les mois de
brumaire et frimaire (novembre, décembre). La ligne de désarmement,
passant par Saint-Gilles, Légé, Montaigu, Chantonay, formait un
demi-cercle dont l'extrémité droite s'appuyait à la mer, l'extrémité
gauche à la rivière du Lay, et devait progressivement enfermer Charette
dans des marais impraticables. C'était surtout par la sagesse de
l'exécution qu'un plan de cette nature pouvait réussir. Hoche dirigeait
ses officiers par des instructions pleines de sens et de clarté, et se
multipliait pour suffire à tous les détails. Ce n'était plus seulement
une guerre, c'était une grande opération politique, qui exigeait autant
de prudence que de vigueur. Bientôt les habitans commencèrent à rendre
leurs armes, et à se réconcilier avec les troupes républicaines. Hoche
puisait dans les magasins de l'armée pour accorder quelques secours aux
indigens; il voyait lui-même les habitans retenus comme otages, les
faisait garder quelques jours, et les renvoyait satisfaits. Aux uns il
donnait des cocardes, à d'autres des bonnets de police, quelquefois même
des grains à ceux qui en manquaient pour ensemencer leurs champs. Il
était en correspondance avec les curés, qui avaient une grande confiance
en lui, et qui l'avertissaient de tous les secrets du pays. Il
commençait ainsi à s'acquérir une grande influence morale, véritable
puissance avec laquelle il fallait terminer une guerre pareille.
Pendant ce temps, les magasins formés sur les derrières de la ligne de
désarmement se remplissaient de grains; de grands troupeaux de bestiaux
se formaient, et l'armée commençait à vivre dans l'abondance, par le
moyen si simple de l'impôt et des amendes en nature. Charette s'était
caché dans les bois avec cent ou cent cinquante hommes aussi désespérés
que lui. Sapinaud, qui à son instigation avait repris les armes,
demandait à les déposer une seconde fois à la simple condition d'obtenir
la vie sauve. Stofflet, enfermé dans l'Anjou avec son ministre Bernier,
y recueillait tous les officiers qui abandonnaient Charette et Sapinaud,
et tâchait de s'enrichir de leurs dépouilles. Il avait à son quartier du
Lavoir une espèce de cour composée d'émigrés et d'officiers. Il enrôlait
des hommes et levait des contributions, sous prétexte d'organiser les
gardes territoriales. Hoche l'observait avec une grande attention, le
resserrait toujours davantage par des camps retranchés, et le menaçait
d'un désarmement prochain, au premier sujet de mécontentement. Une
expédition que Hoche ordonna dans le Loroux, pays qui avait une sorte
d'existence indépendante, sans obéir ni à la république ni à aucun chef,
frappa Stofflet d'épouvante. Hoche fit faire cette expédition pour se
procurer les vins, les blés dont le Loroux abondait, et dont la ville de
Nantes était entièrement dépourvue. Stofflet s'effraya, et demanda
une entrevue à Hoche. Il voulait protester de sa fidélité au traité,
intercéder pour Sapinaud et pour les chouans, se faire en quelque sorte
l'intermédiaire d'une nouvelle pacification, et s'assurer par ce moyen
une continuation d'influence. Il voulait aussi deviner les intentions de
Hoche à son égard. Hoche lui exprima les griefs de la république; il
lui signifia que, s'il donnait asile à tous les brigands, que s'il
continuait à lever de l'argent et des hommes, que s'il voulait être
autre chose que le chef temporaire de la police de l'Anjou, et jouer le
rôle de prince, il allait l'enlever sur-le-champ, et désarmer ensuite sa
province. Stofflet promit la plus grande soumission, et se retira fort
effrayé sur son avenir.

Hoche avait, dans le moment, des difficultés bien plus grandes à
surmonter. Il avait attiré à son armée une partie des deux armées de
Brest et de Cherbourg. Le danger imminent d'un débarquement lui avait
valu ces renforts, qui avaient porté à quarante-quatre mille hommes les
troupes réunies dans la Vendée. Les généraux commandant les armées de
Brest et de Cherbourg réclamaient maintenant les troupes qu'ils avaient
prêtées, et le directoire paraissait approuver leurs réclamations.
Hoche écrivait que l'opération qu'il venait de commencer était des plus
importantes; que si on lui enlevait les troupes qu'il avait disposées
en réseau autour du Marais, la soumission du pays de Charette et la
destruction de ce chef qui étaient fort prochaines, allaient être
ajournées indéfiniment; qu'il valait bien mieux finir ce qui était si
avancé, avant de passer ailleurs, qu'il s'empresserait ensuite de rendre
les troupes qu'il avait empruntées, et fournirait même les siennes au
général commandant en Bretagne, pour y appliquer les procédés dont on
sentait déjà l'heureux effet dans la Vendée. Le gouvernement, qui était
frappé des raisons de Hoche, et qui avait une grande confiance en lui,
l'appela à Paris, avec l'intention d'approuver tous ses plans, de lui
donner le commandement des trois armées de la Vendée, de Brest et de
Cherbourg. Il y fut appelé à la fin de frimaire pour venir concerter
avec le directoire les opérations qui devaient mettre fin à la plus
calamiteuse de toutes les guerres.

Ainsi s'acheva la campagne de 1795. La prise de Luxembourg, le passage
du Rhin, les victoires aux Pyrénées, suivies de la paix avec l'Espagne,
la destruction de l'armée émigrée à Quiberon, en signalèrent le
commencement et le milieu. La fin fut moins heureuse. Le retour des
armées sur le Rhin, la perte des lignes de Mayence et d'une partie de
territoire au pied des Vosges, vinrent obscurcir un moment l'éclat de
nos triomphes. Mais la victoire de Loano, en nous ouvrant les portes de
l'Italie, rétablit la supériorité de nos armes; et les travaux de Hoche
dans l'Ouest commencèrent la véritable pacification de la Vendée, si
souvent et si vainement annoncée.

La coalition, réduite à l'Angleterre et à l'Autriche, à quelques princes
d'Allemagne et d'Italie, était au terme de ses efforts, et aurait
demandé la paix sans les dernières victoires sur le Rhin. On fit à
Clerfayt une réputation immense, et on sembla croire que la prochaine
campagne s'ouvrirait au sein de nos provinces du Rhin.

Pitt, qui avait besoin de subsides, convoqua un second parlement en
automne pour exiger de nouveaux sacrifices. Le peuple de Londres
invoquait toujours la paix avec la même obstination. La société dite
de correspondance s'était assemblée en plein air, et avait voté les
adresses les plus hardies et les plus menaçantes contre le système de
la guerre, et pour la réforme parlementaire. Quand le roi se rendit au
parlement, sa voiture fut assaillie de coups de pierres, les glaces en
furent brisées, on crut même qu'un coup de fusil à vent avait été tiré.
Pitt, traversant Londres à cheval, fut reconnu par le peuple, poursuivi
jusqu'à son hôtel, et couvert de boue. Fox, Sheridan, plus éloquens
qu'ils n'avaient jamais été, avaient des comptes rigoureux à demander.
La Hollande conquise, les Pays-Bas incorporés à la république française,
leur conquête rendue définitive en quelque sorte par la prise de
Luxembourg, des sommes énormes dépensées dans la Vendée, et de
malheureux Français exposés inutilement à être fusillés, étaient
de graves sujets d'accusation contre l'habileté et la politique du
ministère. L'expédition de Quiberon surtout excita une indignation
générale. Pitt voulut s'excuser en disant que le sang anglais n'avait
pas coulé: «Oui, repartit Sheridan avec une énergie qu'il est difficile
de traduire; oui, le sang anglais n'a pas coulé, mais l'honneur anglais
a coulé par tous les pores.» Pitt, aussi impassible qu'à l'ordinaire,
appela tous les événemens de l'année des malheurs auxquels on doit être
préparé quand on court la chance des armes; mais il fit valoir beaucoup
les dernières victoires de l'Autriche sur le Rhin; il exagéra beaucoup
leur importance, et les facilités qu'elles venaient de procurer pour
traiter avec la France. Comme d'usage, il soutint que notre république
touchait au terme de sa puissance; qu'une banqueroute inévitable allait
la jeter dans une confusion et une impuissance complètes; qu'on avait
gagné, en soutenant la guerre pendant une année de plus, de réduire
l'ennemi commun à l'extrémité. Il promit solennellement que, si le
gouvernement français paraissait s'établir et prendre une forme
régulière, on saisirait la première ouverture pour négocier. Il demanda
ensuite un nouvel emprunt de trois millions sterling, et des lois
répressives contre la presse et contre les sociétés politiques,
auxquelles il attribuait les outrages faits au roi et à lui-même.
L'opposition lui répondit que les prétendues victoires sur le Rhin
étaient de quelques jours; que des défaites en Italie venaient de
détruire l'effet des avantages obtenus en Allemagne; que cette
république, toujours réduite aux abois, renaissait plus forte à
l'ouverture de chaque campagne; que les assignats étaient depuis
long-temps perdus, qu'ils avaient achevé leur service, que les
ressources de la France étaient ailleurs, et que si du reste elle
s'épuisait, la Grande Bretagne s'épuisait bien plus vite qu'elle; que la
dette, tous les jours accrue, était accablante, et menaçait d'écraser
bientôt les trois royaumes. Quant aux lois sur la presse et sur les
sociétés politiques, Fox, dans un transport d'indignation, déclara que,
si elles étaient adoptées, il ne restait plus d'autre ressource au
peuple anglais que la résistance, et qu'il regardait la résistance, non
plus comme une question de droit, mais de prudence. Cette proclamation
du droit d'insurrection excita un grand tumulte, qui se termina par
l'adoption des demandes de Pitt; il obtint le nouvel emprunt, les
mesures répressives, et promit d'ouvrir au plus tôt une négociation. La
session du parlement fut prorogée au 2 février 1796 (13 pluviôse an IV).

Pitt ne songeait point du tout à la paix. Il ne voulait faire que des
démonstrations, pour satisfaire l'opinion et hâter le succès de son
emprunt. La possession des Pays-Bas par la France lui rendait toute idée
de paix insupportable. Il se promit, en effet, de saisir un moment pour
ouvrir une négociation simulée, et offrit des conditions inadmissibles.

L'Autriche, pour satisfaire l'Empire, qui réclamait la paix, avait fait
faire des ouvertures par le Danemarck. Cette puissance avait demandé,
de la part de l'Autriche, au gouvernement français, la formation d'un
congrès européen; à quoi le gouvernement français avait répondu avec
raison, qu'un congrès rendrait toute négociation impossible, parce qu'il
faudrait concilier trop d'intérêts; que si l'Autriche voulait la paix,
elle n'avait qu'à en faire la proposition directe: que la France voulait
traiter individuellement avec tous ses ennemis, et s'entendre avec
eux sans intermédiaire. Cette réponse était juste; car un congrès
compliquait la paix avec l'Autriche de la paix avec l'Angleterre et
l'Empire, et la rendait impossible. Du reste, l'Autriche ne désirait
pas d'autre réponse; car elle ne voulait pas négocier. Elle avait trop
perdu, et ses derniers succès lui faisaient trop espérer, pour qu'elle
consentît à déposer les armes. Elle tâcha de rendre le courage au roi
de Piémont, épouvanté de la victoire de Loano, et lui promit, pour la
campagne suivante, une armée nombreuse et un autre général. Les honneurs
du triomphe furent décernés à Clerfayt à son entrée à Vienne; sa voiture
fut traînée par le peuple, et les faveurs de la cour vinrent se joindre
aux démonstrations de l'enthousiasme populaire.

Ainsi s'acheva, pour toute l'Europe, la quatrième campagne de cette
guerre mémorable.



CHAPITRE II.

CONTINUATION DES TRAVAUX ADMINISTRATIFS DU DIRECTOIRE.--LES PARTIS SE
PRONONCENT DANS LE SEIN DU CORPS LÉGISLATIF.--INSTITUTION D'UNE FÊTE
ANNIVERSAIRE DU 21 JANVIER.--RETOUR DE L'EX-MINISTRE DE LA GUERRE
BEURNONVILLE, ET DES REPRÉSENTANS QUINETTE, CAMUS, BANCAL, LAMARQUE ET
DROUET, LIVRÉS A L'ENNEMI PAR DUMOURIEZ.--MÉCONTENTEMENT DES JACOBINS.
JOURNAL DE BABOEUF.--INSTITUTION DU MINISTÈRE DE LA POLICE.--NOUVELLES
MOEURS.--EMBARRAS FINANCIERS; CRÉATION DES MANDATS.--CONSPIRATION DE
BABOEUF.--SITUATION MILITAIRE. PLANS DU DIRECTOIRE.--PACIFICATION DE LA
VENDÉE; MORT DE STOFFLET ET DE CHARETTE.

Le gouvernement républicain était rassuré et affermi par les événemens
qui venaient de terminer la campagne. La convention, en réunissant
la Belgique à la France, et en la comprenant dans le territoire
constitutionnel, avait imposé à ses successeurs l'obligation de ne
pactiser avec l'ennemi qu'à la condition de la ligne du Rhin. Il fallait
de nouveaux efforts, il fallait une nouvelle campagne, plus décisive que
les précédentes, pour contraindre la maison d'Autriche et d'Angleterre à
consentir à notre agrandissement. Pour parvenir à ce but, le directoire
travaillait avec énergie à compléter les armées, à rétablir les
finances, et à réprimer les factions.

Il mettait le plus grand soin à l'exécution des lois relatives aux
jeunes réquisitionnaires; et les obligeait à rejoindre les armées, avec
la dernière rigueur. Il avait fait annuler tous les genres d'exceptions,
et avait formé dans chaque canton des commissions de médecins, pour
juger les cas d'infirmité. Une foule de jeunes gens s'étaient fourrés
dans les administrations, où ils pillaient la république, et montraient
le plus mauvais esprit. Les ordres les plus sévères furent donnés pour
ne souffrir dans les bureaux que des hommes qui n'appartinssent pas à la
réquisition. Les finances attiraient surtout l'attention du directoire:
il faisait percevoir l'emprunt forcé de 600 millions avec une extrême
activité. Mais il fallait attendre les rentrées de cet emprunt,
l'aliénation du produit des forêts nationales, la vente des biens de
trois cents arpens, la perception des contributions arriérées, et, en
attendant, il fallait pourtant suffire aux dépenses, qui malheureusement
se présentaient toutes à la fois, parce que l'installation du
gouvernement nouveau était l'époque à laquelle on avait ajourné toutes
les liquidations, et parce que l'hiver était le moment destiné aux
préparatifs de campagne. Pour devancer l'époque de toutes ces rentrées,
le directoire avait été obligé d'user de la ressource qu'on avait tenu à
lui laisser, celle des assignats. Mais il en avait déjà émis en un
mois près de 12 ou 15 milliards, pour se procurer quelques millions en
numéraire; et il était déjà arrivé au point de ne pouvoir les faire
accepter nulle part. Il imagina d'émettre un papier courant et à
prochaine échéance, qui représentât les rentrées de l'année, comme on
fait en Angleterre avec les bons de l'échiquier, et comme nous faisons
aujourd'hui avec les bons royaux. Il émit en conséquence, sous le titre
de rescriptions, des bons au porteur, payables à la trésorerie avec le
numéraire qui allait rentrer incessamment, soit par l'emprunt forcé,
qui, dans la Belgique, était exigible en numéraire, soit par les
douanes, soit par suite des premiers traités conclus avec les compagnies
qui se chargeraient de l'exploitation des forêts. Il émit d'abord pour
30 millions de ces rescriptions, et les porta bientôt à 60, en se
servant du secours des banquiers.

Les compagnies financières n'étaient plus prohibées. Il songea à les
employer pour la création d'une banque qui manquait au crédit, surtout
dans un moment où l'on se figurait que le numéraire était sorti tout
entier de France. Il forma une compagnie, et proposa de lui abandonner
une certaine quantité de biens nationaux qui servirait de capital à une
banque. Cette banque devait émettre des billets, qui auraient des terres
pour gage, et qui seraient payables à vue, comme tous les billets de
banque. Elle devait en prêter à l'état pour une somme proportionnée à la
quantité des biens donnés en gage. C'était, comme on le voit, une autre
manière de tirer sur la valeur des biens nationaux; au lieu d'employer
le moyen des assignats, on employait celui des billets de banque.

Le succès était peu probable; mais dans sa situation malheureuse, le
gouvernement usait de tout, et avait raison de le faire. Son opération
la plus méritoire fut de supprimer les rations, et de rendre les
subsistances au commerce libre. On a vu quels efforts il en coûtait au
gouvernement pour se charger lui-même de faire arriver les grains à
Paris, et quelle dépense il en résultait pour le trésor, qui payait les
grains en valeur réelle, et qui les donnait au peuple de la capitale
pour des valeurs nominales. Il rentrait à peine la deux-centième partie
de la dépense, et ainsi, à très-peu de chose près, la république
nourrissait la population de Paris.

Le nouveau ministre de l'intérieur, Benezech, qui avait senti
l'inconvénient de ce système, et qui croyait que les circonstances
permettaient d'y renoncer, conseilla au directoire d'en avoir le
courage. Le commerce commençait à se rétablir; les grains reparaissaient
dans la circulation; le peuple se faisait payer ses salaires en
numéraire; et il pouvait dès lors atteindre au prix du pain, qui, en
numéraire, était modique. En conséquence, le ministre Benezech proposa
au directoire de supprimer les distributions de rations, qui ne se
payaient qu'en assignats, de ne les conserver qu'aux indigens, ou
aux rentiers et aux fonctionnaires publics dont le revenu annuel ne
s'élevait pas au-dessus de mille écus. Excepté ces trois classes, toutes
les autres devaient se pourvoir chez les boulangers par la voie du
commerce libre.

Cette mesure était hardie, et exigeait un véritable courage. Le
directoire la mit sur-le-champ à exécution, sans craindre les fureurs
qu'elle pouvait exciter chez le peuple, et les moyens de trouble qu'elle
pouvait fournir aux deux factions conjurées contre le repos de la
république.

Outre ces mesures, il en imagina d'autres qui ne devaient pas moins
blesser les intérêts, mais qui étaient aussi nécessaires. Ce qui
manquait surtout aux armées, ce qui leur manque toujours après de
longues guerres, ce sont les chevaux. Le directoire demanda aux deux
conseils l'autorisation de lever tous les chevaux de luxe, et de
prendre, en le payant, le trentième cheval de labour et de roulage.
Le récépissé du cheval devait être pris en paiement des impôts. Cette
mesure, quoique dure, était indispensable, et fut adoptée.

Les deux conseils secondaient le directoire, et montraient le même
esprit, sauf l'opposition toujours mesurée de la minorité. Quelques
discussions s'y étaient élevées sur la vérification des pouvoirs, sur la
loi du 3 brumaire, sur les successions des émigrés, sur les prêtres, sur
les événemens du Midi, et les partis avaient commencé à se prononcer.

La vérification des pouvoirs ayant été renvoyée à une commission qui
avait de nombreux renseignemens à prendre, relativement aux membres dont
l'éligibilité pouvait être contestée, son rapport ne put être fait que
fort tard, et après plus de deux mois de législature. Il donna lieu à
beaucoup de contestations sur l'application de la loi du 3 brumaire.
Cette loi, comme on sait, amnistiait tous les délits commis pendant la
révolution, excepté les délits relatifs au 13 vendémiaire; elle excluait
des fonctions publiques les parens d'émigrés, et les individus qui,
dans les assemblées électorales, s'étaient mis en rébellion contre les
décrets des 5 et 13 fructidor. Elle avait été le dernier acte d'énergie
du parti conventionnel, et elle blessait singulièrement les esprits
modérés, et les contre-révolutionnaires qui se cachaient derrière eux.
Il fallait l'appliquer à plusieurs députés, et notamment à un nommé Job
Aymé, député de la Drôme, qui avait soulevé l'assemblée électorale de
son département, et qu'on accusait d'appartenir aux compagnies de Jésus.
Un membre des cinq-cents osa demander l'abrogation de la loi même. Cette
proposition fit sortir tous les partis de la réserve qu'ils avaient
observée jusque-là. Une dispute, semblable à celles qui divisèrent si
souvent la convention, s'éleva dans les cinq-cents. Louvet, toujours
fidèle à la cause révolutionnaire, s'élança à la tribune pour défendre
la loi. Tallien, qui jouait un rôle si grand depuis le 9 thermidor, et
que le défaut de considération personnelle avait empêché d'arriver
au directoire, Tallien se montra ici le constant défenseur de la
révolution, et prononça un discours qui fit une grande sensation. On
avait rappelé les circonstances dans lesquelles la loi de brumaire fut
rendue; on avait paru insinuer qu'elle était un abus de la victoire de
vendémiaire à l'égard des vaincus; on avait beaucoup parlé des jacobins
et de leur nouvelle audace. «Qu'on cesse de nous effrayer, s'écria
Tallien, en parlant de terreur, en rappelant des époques toutes
différentes de celles d'aujourd'hui, en nous faisant craindre leur
retour. Certes, les temps sont bien changés: aux époques dont on affecte
de nous entretenir, les royalistes ne levaient pas une tête audacieuse;
les prêtres fanatiques, les émigrés rentrés n'étaient pas protégés; les
chefs de chouans n'étaient point acquittés. Pourquoi donc comparer des
circonstances qui n'ont rien de commun? Il est trop évident qu'on veut
faire le procès au 13 vendémiaire, aux mesures qui ont suivi cette
journée mémorable, aux hommes qui, dans ces grands périls, ont sauvé la
république. Eh bien! que nos ennemis montent à cette tribune; les
amis de la république nous y défendront. Ceux mêmes qui, dans ces
désastreuses circonstances, ont poussé devant les canons une multitude
égarée, voudraient nous reprocher les efforts qu'il nous a fallu faire
pour la repousser; ils voudraient faire révoquer les mesures que le
danger le plus pressant vous a forcés de prendre; mais non, ils ne
réussiront pas! La loi du 3 brumaire, la plus importante de ces mesures,
sera maintenue par vous, car elle est nécessaire à la constitution, et
certainement vous voulez maintenir la constitution.» Oui, oui, nous
le voulons! s'écrièrent une foule de voix. Tallien proposa ensuite
l'exclusion de Job Aymé. Plusieurs membres du nouveau tiers voulurent
combattre cette exclusion. La discussion devint des plus vives; la loi
du 3 brumaire fut de nouveau sanctionnée; Job Aymé fut exclu, et on
continua de rechercher ceux des membres du nouveau tiers auxquels les
mêmes dispositions étaient applicables.

Il fut ensuite question des émigrés, et de leurs droits à des
successions non encore ouvertes. Une loi de la convention, pour empêcher
que les émigrés ne reçussent des secours, saisissait leurs patrimoines,
et déclarait les successions auxquelles ils avaient droit, ouvertes par
avance, et acquises à la république. En conséquence le séquestre avait
été mis sur les biens des parens des émigrés. Une résolution fut
proposée aux cinq-cents pour autoriser le partage, et le prélèvement de
la part acquise aux émigrés, afin de lever le séquestre. Une opposition
assez vive s'éleva dans le nouveau tiers. On voulut combattre cette
mesure, qui était toute révolutionnaire, par des raisons tirées du
droit ordinaire; on prétendit qu'il y avait violation de la propriété.
Cependant cette résolution fut adoptée. Aux anciens, il n'en fut pas de
même. Ce conseil, par l'âge de ses membres, par son rôle d'examinateur
suprême, avait plus de mesure que celui des cinq-cents. Il en partageait
moins les passions opposées; il était moins révolutionnaire que
la majorité, et beaucoup plus que la minorité. Comme tout corps
intermédiaire, il avait un esprit moyen, et il rejeta la mesure, parce
qu'elle entraînait l'exécution d'une loi qu'il regardait comme injuste.
Les conseils décrétèrent ensuite que le directoire serait juge suprême
des demandes en radiation de la liste des émigrés. Ils renouvelèrent
toutes les lois contre les prêtres qui n'avaient pas prêté le serment,
ou qui l'avaient rétracté, et contre ceux que les administrations des
départemens avaient condamnés à la déportation. Ils décrétèrent que ces
prêtres seraient traités comme émigrés rentrés s'ils reparaissaient sur
le territoire. Ils consentirent seulement à mettre en réclusion ceux qui
étaient infirmes et qui ne pouvaient s'expatrier.

Un sujet agita beaucoup les conseils, et y provoqua une explosion.
Fréron continuait sa mission dans le Midi, et y composait les
administrations et les tribunaux de révolutionnaires ardens. Les membres
des compagnies de Jésus, les contre-révolutionnaires de toute espèce qui
avaient assassiné depuis le 9 thermidor, se voyaient à leur tour exposés
à de nouvelles représailles, et jetaient les hauts cris. Le député
Siméon avait déjà élevé des réclamations mesurées. Le député Jourdan
d'Aubagne, homme ardent, l'ex-girondin Isnard, élevèrent, aux
cinq-cents, des réclamations violentes, et remplirent plusieurs séances
de leurs déclamations. Les deux partis en vinrent aux mains. Jourdan
et Talot se prirent de querelle dans la séance même, et se permirent
presque des voies de fait. Leurs collègues intervinrent et les
séparèrent. On nomma une commission pour faire un rapport sur l'état du
Midi.

Ces différentes scènes portèrent les partis à se prononcer davantage. La
majorité était grande dans les conseils, et tout acquise au directoire.
La minorité, quoique annulée, devenait chaque jour plus hardie, et
montrait ouvertement son esprit de réaction. C'était la continuation du
même esprit qui s'était manifesté depuis le 9 thermidor, et qui d'abord
avait attaqué justement les excès de la terreur, mais qui, de jour en
jour plus sévère et plus passionné, finissait par faire le procès à la
révolution tout entière. Quelques membres des deux tiers conventionnels
votaient avec la minorité, et quelques membres du nouveau tiers avec la
majorité.

Les conventionnels saisirent l'occasion qu'allait leur fournir
l'anniversaire du 21 janvier, pour mettre leurs collègues suspects
de royalisme à une pénible épreuve. Ils proposèrent une fête, pour
célébrer, tous les 21 janvier, la mort du dernier roi, et ils firent
décider que, ce jour, chaque membre des deux conseils et du directoire
prêterait serment de haine à la royauté. Cette formalité du serment, si
souvent employée par les partis, n'a jamais pu être regardée comme une
garantie; elle n'a jamais été qu'une vexation des vainqueurs, qui ont
voulu se donner le plaisir de forcer les vaincus au parjure. Le projet
fut adopté par les deux conseils. Les conventionnels attendaient avec
impatience la séance du 1er pluviôse an IV (21 janvier), pour voir
défiler à la tribune leurs collègues du nouveau tiers. Chaque conseil
siégea ce jour-là avec un grand appareil. Une fête était préparée dans
Paris; le directoire et toutes les autorités devaient y assister. Quand
il fallut prononcer le serment, quelques-uns des nouveaux élus parurent
embarrassés. L'ex-constituant Dupont (de Nemours), qui était membre des
anciens, qui conservait dans un âge avancé une grande vivacité d'humeur,
et montrait l'opposition la plus hardie au gouvernement actuel, Dupont
(de Nemours) laissa voir quelque dépit, et, en prononçant les mots,
_je jure haine à la royauté_, ajouta ceux-ci, _et à toute espèce de
tyrannie_. C'était une manière de se venger, et de jurer haine au
directoire sous des mots détournés. Une grande rumeur s'éleva, et on
obligea Dupont (de Nemours) à s'en tenir à la formule officielle. Aux
cinq cents, un nommé André voulut recourir aux mêmes expressions que
Dupont (de Nemours); mais on le rappela de même à la formule. Le
président du directoire prononça un discours énergique, et le
gouvernement entier fit ainsi la profession de foi la plus
révolutionnaire.

A cette époque arrivèrent les députés qui avaient été échangés contre la
fille de Louis XVI. C'étaient Quinette, Bancal, Camus, Lamarque, Drouet
et l'ex-ministre de la guerre Beurnonville. Ils firent le rapport de
leur captivité; on l'écouta avec une vive indignation, on leur donna de
justes marques d'intérêt, et ils prirent, au milieu de la satisfaction
générale, la place que la convention leur avait assurée dans les
conseils. Il avait été décrété, en effet, qu'ils seraient de droit
membres du corps législatif.

Ainsi marchaient le gouvernement et les partis, pendant l'hiver de l'an
IV (1795 à 1796).

La France, qui souhaitait un gouvernement et le rétablissement des lois,
commençait à goûter le nouvel état de choses, et l'aurait même approuvé
tout à fait, sans les efforts qu'on exigeait d'elle pour le salut de
la république. L'exécution rigoureuse des lois sur la réquisition,
l'emprunt forcé, la levée du trentième cheval, l'état misérable des
rentiers payés en assignats, étaient de graves sujets de plaintes; sans
tous ces motifs, elle aurait trouvé le nouveau gouvernement excellent.
Il n'y a que l'élite d'une nation qui soit sensible à la gloire, à la
liberté, aux idées nobles et généreuses, et qui consente à leur faire
des sacrifices. La masse veut du repos, et demande à faire le moins
de sacrifices possible. Il est des momens où cette masse entière se
réveille, mue de passions grandes et profondes: on le vit, en 1789,
quand il avait fallu conquérir la liberté, et, en 1793, quand il avait
fallu la défendre. Mais, épuisée par ces efforts, la grande majorité de
la France n'en voulait plus faire. Il fallait un gouvernement habile et
vigoureux pour obtenir d'elle les ressources nécessaires au salut de
la république. Heureusement la jeunesse, toujours prête à une vie
aventurière, présentait de grandes ressources pour recruter les armées.
Elle montrait d'abord beaucoup de répugnance à quitter ses foyers; mais
elle cédait après quelque résistance. Transportée dans les camps, elle
prenait un goût décidé pour la guerre, et y faisait des prodiges de
valeur. Les contribuables, dont on exigeait des sacrifices d'argent,
étaient bien plus difficiles à soumettre et à concilier au gouvernement.

Les ennemis de la révolution prenaient texte des sacrifices nouveaux
imposés à la France, et déclamaient dans leurs journaux contre la
réquisition, l'emprunt forcé, la levée forcée des chevaux, l'état des
finances, le malheur des rentiers, et la sévère exécution des lois à
l'égard des émigrés et des prêtres. Ils affectaient de considérer le
gouvernement comme étant encore un gouvernement révolutionnaire, et en
ayant l'arbitraire et la violence. Suivant eux, on ne pouvait pas
se fier encore à lui, et se livrer avec sécurité à l'avenir. Ils
s'élevaient surtout contre le projet d'une nouvelle campagne; ils
prétendaient qu'on sacrifiait le repos, la fortune, la vie des citoyens,
à la folie des conquêtes; et semblaient fâchés que la révolution eût
l'honneur de donner la Belgique à la France. Du reste, il n'était point
étonnant, disaient-ils, que le gouvernement eût un pareil esprit et de
tels projets, puisque le directoire et les conseils étaient remplis des
membres d'une assemblée qui s'était souillée de tous les crimes.

Les patriotes, qui, en fait de reproches et de récriminations, n'étaient
jamais en demeure, trouvaient au contraire le gouvernement trop faible,
et se montraient déjà tout prêts à l'accuser de condescendance pour les
contre-révolutionnaires. Suivant eux, on laissait rentrer les émigrés et
les prêtres; on acquittait chaque jour les conspirateurs de vendémiaire;
les jeunes gens de la réquisition n'étaient pas assez sévèrement
ramenés aux armées; l'emprunt forcé était perçu avec mollesse. Ils
désapprouvaient surtout le système financier qu'on semblait disposé à
adopter. Déjà on a vu que l'idée de supprimer les assignats les
avait irrités, et qu'ils avaient demandé sur-le-champ les moyens
révolutionnaires qui, en 1793, ramenèrent le papier au pair. Le projet
de recourir aux compagnies financières et d'établir une banque réveilla
tous leurs préjugés. Le gouvernement allait, disaient-ils, se remettre
dans les mains des agioteurs; il allait, en établissant une banque,
ruiner les assignats, et détruire le papier-monnaie de la république,
pour y substituer un papier privé, de la création des agioteurs. La
suppression des rations les indigna. Rendre les subsistances au commerce
libre, ne plus nourrir la ville de Paris, était une attaque à la
révolution: c'était vouloir affamer le peuple et le pousser au
désespoir. Sur ce point, les journaux du royalisme semblèrent d'accord
avec ceux du jacobinisme, et le ministre Benezech fut accablé
d'invectives par tous les partis.

Une mesure mit le comble à la colère des patriotes contre le
gouvernement. La loi du 3 brumaire, en amnistiant tous les faits
relatifs à la révolution, exceptait cependant les crimes particuliers,
comme vols et assassinats, lesquels étaient toujours passibles de
l'application des lois. Ainsi les poursuites commencées pendant les
derniers temps de la convention contre les auteurs des massacres
de septembre, furent continuées comme poursuites ordinaires contre
l'assassinat. On jugeait en même temps les conspirateurs de vendémiaire,
et ils étaient presque tous acquittés. L'instruction contre les auteurs
de septembre était au contraire extrêmement rigoureuse. Les patriotes
furent révoltés. Le nommé Baboeuf, jacobin forcené, déjà enfermé en
prairial, et qui se trouvait libre maintenant par l'effet de la loi
d'amnistie, avait commencé un journal, à l'imitation de Marat, sous le
titre du _Tribun du Peuple_. On comprend ce que pouvait être l'imitation
d'un modèle pareil. Plus violent que celui de Marat, le journal de
Baboeuf n'était pas cynique, mais plat. Ce que des circonstances
extraordinaires avaient provoqué, était réduit ici en système, et
soutenu avec une sottise et une frénésie encore inconnues. Quand des
idées qui ont préoccupé les esprits touchent à leur fin, elles restent
dans quelques têtes, et s'y changent en manie et en imbécillité. Baboeuf
était le chef d'une secte de malades qui soutenaient que le massacre
de septembre avait été incomplet, qu'il faudrait le renouveler en le
rendant général, pour qu'il fût définitif. Ils prêchaient publiquement
la loi agraire, ce que les hébertistes eux-mêmes n'avaient pas osé, et
se servaient d'un nouveau mot, le _bonheur commun_, pour exprimer le
but de leur système. L'expression seule caractérisait en eux le dernier
terme de l'absolutisme démagogique. On frémit en lisant les pages de
Baboeuf. Les esprits de bonne foi en eurent pitié; les alarmistes
feignirent de croire à l'approche d'une nouvelle terreur, et il est
vrai de dire que les séances de la société du Panthéon fournissaient
un prétexte spécieux à leurs craintes. C'est dans le vaste local de
Sainte-Geneviève que les jacobins avaient recommencé leur club, comme
nous avons dit. Plus nombreux que jamais, ils étaient près de quatre
mille, vociférant à la fois, bien avant dans la nuit. Insensiblement ils
avaient outrepassé la constitution, et s'étaient donné tout ce qu'elle
défendait, c'est-à-dire un bureau, un président et des brevets; en un
mot, ils avaient repris le caractère d'une assemblée politique. Là,
ils déclamaient contre les émigrés et les prêtres, les agioteurs, les
sangsues du peuple, les projets de banque, la suppression des rations,
l'abolition des assignats, et les procédures instruites contre les
patriotes.

Le directoire, qui de jour en jour se sentait mieux établi, et redoutait
moins la contre révolution, commençait à rechercher l'approbation
des esprits modérés et raisonnables. Il crut devoir sévir contre ce
déchaînement de la faction jacobine. Il en avait les moyens dans la
constitution et dans les lois existantes; il résolut de les employer.
D'abord, il fit saisir plusieurs numéros du journal de Baboeuf, comme
provoquant au renversement de la constitution; ensuite il fit fermer la
société du Panthéon, et plusieurs autres formées par la jeunesse dorée,
dans lesquelles on dansait et où on lisait les journaux; ces dernières
étaient situées au Palais-Royal et au boulevart des Italiens, sous le
titre de _Société des Échecs, Salon des Princes, Salon des Arts_. Elles
étaient peu redoutables, et ne furent comprises dans la mesure que pour
montrer de l'impartialité. L'arrêté fut publié et exécuté le 8 ventôse
(27 février 1796). Une résolution demandée aux cinq-cents ajouta une
condition à toutes celles que la constitution imposait déjà aux sociétés
populaires: elles ne purent être composées de plus de soixante membres.

Le ministre Benezech, accusé par les deux partis, voulut demander sa
démission. Le directoire refusa de l'accepter, et lui écrivit une lettre
pour le féliciter de ses services. La lettre fut publiée. Le nouveau
système des subsistances fut maintenu; les indigens, les rentiers et les
fonctionnaires publics qui n'avaient pas mille écus de revenu, obtinrent
seuls des rations. On songea aussi aux malheureux rentiers qui étaient
toujours payés en papier. Les deux conseils décrétèrent qu'ils
recevraient dix capitaux pour un en assignats; augmentation bien
insuffisante, car les assignats n'avaient plus que la deux-centième
partie de leur valeur.

Le directoire ajouta aux mesures qu'il venait de prendre, celle de
rappeler enfin les députés conventionnels en mission. Il les remplaça
par des commissaires du gouvernement. Ces commissaires auprès des armées
et des administrations, représentaient le directoire, et surveillaient
l'exécution des lois. Ils n'avaient plus comme autrefois des pouvoirs
illimités auprès des armées; mais, dans un cas pressant, où le pouvoir
du général était insuffisant, comme une réquisition de vivres ou de
troupes, ils pouvaient prendre une décision d'urgence, qui était
provisoirement exécutée, et soumise ensuite à l'approbation du
directoire. Des plaintes s'étant élevées contre beaucoup de
fonctionnaires choisis par le directoire dans le premier moment de son
installation, il enjoignit à ses commissaires civils de les surveiller,
de recueillir les plaintes qui s'élèveraient contre eux, et de lui
désigner ceux dont le remplacement serait convenable.

Pour surveiller les factions, qui, obligées maintenant de se cacher,
allaient agir dans l'ombre, le directoire imagina la création d'un
ministère spécial de la police.

La police est un objet important dans les temps de troubles. Les trois
assemblées précédentes lui avaient consacré un comité nombreux; le
directoire ne crut pas devoir la laisser parmi les attributions
accessoires du ministère de l'intérieur, et proposa aux deux conseils
d'ériger un ministère spécial. L'opposition prétendit que c'était une
institution inquisitoriale, ce qui était vrai, et ce qui malheureusement
était inhérent à un temps de factions, et surtout de factions obstinées
et obligées de comploter secrètement. Le projet fut approuvé. On appela
le député Cochon aux fonctions de ce nouveau ministère. Le directoire
aurait voulu encore des lois sur la liberté de la presse. La
constitution la déclarait illimitée, sauf les dispositions qui
pourraient devenir nécessaires pour en réprimer les écarts. Les deux
conseils, après une discussion solennelle, rejetèrent tout projet de loi
répressive. Les rôles furent encore intervertis dans cette discussion.
Les partisans de la révolution, qui devaient être partisans de
la liberté illimitée, demandaient des moyens de répression; et
l'opposition, dont la pensée secrète inclinait plutôt à la monarchie
qu'à la république, vota pour la liberté illimitée; tant les partis sont
gouvernés par leur intérêt! Du reste, la décision était sage. La presse
peut être illimitée sans danger: il n'y a que la vérité de redoutable;
le faux est impuissant; plus il s'exagère, plus il s'use. Il n'y a pas
de gouvernement qui ait péri par le mensonge. Qu'importe qu'un Baboeuf
célébrât la loi agraire, qu'une _Quotidienne_ rabaissât la grandeur de
la révolution, calomniât ses héros et cherchât à relever les princes
bannis! Le gouvernement n'avait qu'à laisser déclamer: huit jours
d'exagération et de mensonge usent toutes les plumes des pamphlétaires
et des libellistes. Mais il faut bien du temps et de la philosophie à un
gouvernement pour qu'il admette ces vérités. Il n'était peut-être pas
temps pour la convention de les entendre. Le directoire, qui était plus
tranquille et plus assis, aurait dû commencer à les comprendre et à les
pratiquer.

Les dernières mesures du directoire, telles que la clôture de la société
du Panthéon, le refus d'accepter la démission du ministre Benezech,
le rappel des conventionnels en mission, le changement de certains
fonctionnaires, produisirent le meilleur effet; elles rassurèrent ceux
qui craignaient véritablement la terreur, condamnèrent au silence ceux
qui affectaient de la craindre, et satisfirent les esprits sages qui
voulaient que le gouvernement se plaçât au-dessus de tous les partis. La
suite, l'activité des travaux du directoire, ne contribuèrent pas moins
que tout le reste à lui concilier l'estime. On commençait à espérer le
repos et à supposer de la durée au régime actuel. Les cinq directeurs
s'étaient entourés d'un certain appareil. Barras, homme de plaisir,
faisait les honneurs du Luxembourg. C'est lui, en quelque sorte, qui
représentait pour ses collègues. La société avait à peu près le même
aspect que l'année précédente; elle présentait un mélange singulier
de conditions, une grande liberté de moeurs, un goût effréné pour les
plaisirs, un luxe extraordinaire. Les salons du directeur étaient pleins
de généraux dont l'éducation et la fortune s'étaient faites en deux ans,
de fournisseurs et de gens d'affaires qui s'étaient enrichis par les
spéculations et les rapines, d'exilés qui rentraient et cherchaient à se
rattacher au gouvernement, d'hommes à grands talens, qui, commençant à
croire à la république, désiraient y prendre place, d'intrigans enfin
qui couraient après la faveur. Des femmes de toute origine venaient
déployer leurs charmes dans ces salons, et user de leur influence, dans
un moment où tout était à demander et à obtenir. Si quelquefois les
manières manquaient de cette décence et de cette dignité dont on fait
tant de cas en France, et qui sont le fruit d'une société polie,
tranquille et exclusive, il y régnait une extrême liberté d'esprit, et
cette grande abondance d'idées positives que suggèrent la vue et la
pratique des grandes choses. Les hommes qui composaient cette société
étaient affranchis de toute espèce de routine; ils ne répétaient pas
d'insignifiantes traditions; ce qu'ils savaient ils l'avaient appris
par leur propre expérience. Ils avaient vu les plus grands événemens de
l'histoire, ils y avaient pris, ils y prenaient part encore; et il est
aisé de se figurer ce qu'un tel spectacle devait réveiller d'idées chez
des esprits jeunes, ambitieux et pleins d'espérance. Là brillait
au premier rang le jeune Hoche, qui, de simple soldat aux
gardes-françaises, était devenu en une campagne général en chef, et
s'était donné en deux ans l'éducation la plus soignée. Beau, plein de
politesse, renommé comme un des premiers capitaines de son temps, et
âgé à peine de vingt-sept ans, il était l'espoir des républicains, et
l'idole de ces femmes éprises de la beauté, du talent et de la gloire.
A côté de lui, on remarquait déjà le jeune Bonaparte, qui n'avait point
encore de renommée, mais dont les services à Toulon et au 13 vendémiaire
étaient connus, dont le caractère et la personne étonnaient par leur
singularité, et dont l'esprit était frappant d'originalité et de
vigueur. Dans cette société, où madame Tallien étalait sa beauté, madame
Beauharnais sa grâce, madame de Staël déployait tout l'éclat de son
esprit, agrandi par les circonstances et la liberté.

Ces jeunes hommes appelés à dominer dans l'état choisissaient leurs
épouses, quelquefois parmi des femmes d'ancienne condition, qui se
trouvaient honorées de leur choix, quelquefois dans les familles des
enrichis du temps, qui voulaient ennoblir la fortune par la réputation.
Bonaparte venait d'épouser la veuve de l'infortuné général Beauharnais.
Chacun songeait à faire sa destinée, et la prévoyait grande. Une foule
de carrières étaient ouvertes. La guerre sur le continent, la guerre sur
la mer, la tribune, les magistratures, une grande république en un mot à
défendre et à gouverner, c'étaient là de grands buts, dignes d'enflammer
les esprits! Le gouvernement avait fait récemment une acquisition
précieuse, celle d'un écrivain ingénieux et profond, qui consacrait
son jeune talent à concilier les esprits à la nouvelle république. M.
Benjamin Constant venait de publier une brochure intitulée: _De la
Force du gouvernement_, qui avait produit une grande sensation. Il y
démontrait la nécessité de se rattacher à un gouvernement qui était le
seul espoir de la France et de tous les partis.

C'était toujours le soin des finances qui occupait le plus le
gouvernement. Les dernières mesures n'étaient qu'un ajournement de la
difficulté. On avait donné au gouvernement une certaine quantité de
biens à vendre, la faculté d'engager les grandes forêts, l'emprunt
forcé, et on lui avait laissé la planche aux assignats comme ressource
extrême. Pour devancer le produit de ces différentes ressources, il
avait, comme on a vu, créé 60 millions de rescriptions, espèces de
bons de l'échiquier, ou de bons royaux, acquittables avec le premier
numéraire qui rentrerait dans les caisses. Mais ces rescriptions
n'avaient obtenu cours que très difficilement. Les banquiers réunis
pour concerter un projet de banque territoriale, fondée sur les biens
nationaux, s'étaient retirés en entendant les cris poussés par les
patriotes contre les agioteurs et les traitans. L'emprunt forcé se
percevait beaucoup plus lentement qu'on ne l'avait cru. La répartition
portait sur des bases extrêmement arbitraires, puisque l'emprunt devait
être frappé sur les classes les plus aisées; chacun réclamait, et
chaque part de l'emprunt à percevoir occasionnait une contestation
aux percepteurs. A peine un tiers était rentré en deux mois. Quelques
millions en numéraire et quelques milliards en papier avaient été
perçus. Dans l'insuffisance de cette ressource, on avait eu encore
recours au moyen extrême, laissé au gouvernement pour suppléer à tous
les autres, la planche aux assignats. Les émissions avaient été portées
depuis les deux derniers mois, à la somme inouïe de 45 milliards: 20
milliards avaient à peine fourni 100 millions, car les assignats ne
valaient plus que le deux-centième de leur titre. Décidément le public
n'en voulait plus du tout, car ils n'étaient plus bons à rien. Ils ne
pouvaient servir au remboursement des créances, qui était suspendu;
ils ne pouvaient solder que la moitié des fermages et de l'impôt, car
l'autre moitié se payait en nature; ils étaient refusés dans les marchés
ou reçus d'après leur valeur réduite; enfin, on ne les prenait dans
la vente des biens qu'au taux même des marchés, les enchères faisant
toujours monter l'offre à proportion de l'avilissement du papier. On
n'en pouvait donc faire aucun emploi capable de leur donner quelque
valeur. Une émission dont on ne connaissait pas le terme, faisait
prévoir encore des chiffres extraordinaires qui rendraient les sommes
les plus modiques. Les milliards signifiaient tout au plus des millions.
Cette chute, dont nous avons parlé[1] lorsqu'on refusa d'interdire les
enchères dans la vente des biens, était réalisée.

[Footnote 1: Voyez tom. VIII, page 191 et suiv.]

Les esprits dans lesquels la révolution avait laissé ses préjugés, car
tous les systèmes et toutes les puissances en laissent, voulaient qu'on
relevât les assignats, en affectant une grande quantité de biens à
leur hypothèque, et en employant des mesures violentes pour les faire
circuler. Mais il n'y a rien au monde de plus impossible à rétablir que
la réputation d'une monnaie: il fallait donc renoncer aux assignats.

On se demande pourquoi on n'abolissait pas tout de suite le
papier-monnaie, en le réduisant à sa valeur réelle, qui était de 20
millions au plus, et en exigeant le paiement des impôts et des biens
nationaux, soit en numéraire, soit en assignats au cours? Le numéraire
en effet reparaissait, et avec quelque abondance, surtout dans les
provinces; ainsi c'était une véritable erreur que de craindre sa rareté;
car le papier comptait pour 200 millions dans la circulation: mais une
autre raison empêcha de renoncer au papier-monnaie. La seule richesse,
il faut le dire toujours, consistait dans les biens nationaux. Leur
vente ne paraissait ni assurée ni prochaine. Ne pouvant donc attendre
que leur valeur vînt spontanément au trésor par les ventes, il fallait
la représenter d'avance en papier, et l'émettre pour la retirer ensuite;
en un mot, il fallait dépenser le prix avant de l'avoir reçu. Cette
nécessité de dépenser avant d'avoir vendu fit songer à la création d'un
nouveau papier.

Les cédules, qui étaient une hypothèque spéciale sur chaque bien,
entraînaient de longs délais, car il fallait qu'elles portassent
l'enonciation de chaque domaine; d'ailleurs elles dépendaient de la
volonté du preneur, et ne levaient pas la véritable difficulté. On
imagina un papier qui, sous le nom de mandats, représentait une valeur
fixe de bien. Tout domaine devait être délivré sans enchère et sur
simple procès-verbal, pour prix en mandats, égal à celui de 1790
(vingt-deux fois le revenu). On devait créer 2 milliards 400 millions de
ces mandats, et leur affecter sur-le-champ 2 milliards 400 millions de
biens, estimation de 1790. Ainsi, ces mandats ne pouvaient subir d'autre
variation que celle des biens eux-mêmes, puisqu'ils en représentaient
une quantité fixe. Ils ne pouvaient pas à la vérité se trouver au pair
de l'argent, car les biens ne valaient pas ce qu'ils valaient en 1790;
mais ils devaient avoir la valeur même des biens.

On résolut d'employer une partie de ces mandats à retirer les assignats.
La planche des assignats fut brisée le 30 pluviôse an IV (19 février).
45 milliards 500 millions avaient été émis. Par les différentes
rentrées, soit de l'emprunt, soit de l'arriéré, la quantité circulante
avait été réduite à 36 milliards, et devait l'être bientôt à 24. Ces 24
milliards, en les réduisant au trentième, représentaient 800 millions:
on décréta qu'ils seraient échangés contre 800 millions de mandats,
ce qui était une liquidation de l'assignat au trentième de sa valeur
nominale; 400 millions de mandats devaient être émis en outre pour le
service public, et les 1,200 millions restans enfermés dans la caisse à
trois clés, pour en sortir par décret, au fur et à mesure des besoins.

Cette création des mandats était une réimpression des assignats, avec un
chiffre moindre, une autre dénomination, et une valeur déterminée par
rapport aux biens. C'était comme si on eût créé, outre les 24 milliards
devant rester en circulation, 48 autres milliards, ce qui aurait fait
72; c'était comme si on eût décidé que ces 72 milliards seraient reçus
en paiement des biens, pour trente fois la valeur de 1790, ce qui
supposait 2 milliards 400 millions de biens affectés en hypothèque.
Ainsi, le chiffre était réduit, le rapport aux biens fixé, et le nom
changé.

Les mandats furent créés le 26 ventôse (16 mars). Les biens durent être
mis sur-le-champ en vente, et délivrés aux porteurs de mandats sur
simple procès-verbal. La moitié du prix devait être payée dans la
première décade, le reste dans trois mois. Les forêts nationales étaient
mises à part; et les 2 milliards 400 millions de biens étaient pris
sur les biens de moins de trois cents arpens. Sur-le-champ on prit les
mesures que nécessite l'adoption d'un papier-monnaie. Le mandat était la
monnaie de la république, tout devait être payé en mandats. Les créances
stipulées en numéraire, les baux, les fermages, les intérêts des
capitaux, les impôts, excepté l'impôt arriéré, les rentes sur l'état,
les pensions, les appointemens des fonctionnaires publics, durent être
payés en mandats. Il y eut de grandes discussions sur la contribution
foncière. Ceux qui prévoyaient que les mandats pourraient tomber comme
l'assignat, voulaient que, pour assurer à l'état une rentrée certaine,
on continuât de payer la contribution foncière en nature. On leur
objecta les difficultés de la perception, et on décida qu'elle
aurait lieu en mandats, ainsi que celle des douanes, des droits
d'enregistrement, de timbre, des postes, etc. On ne s'en tint pas là;
on crut devoir accompagner la création du nouveau papier des sévérités
ordinaires qui accompagnent l'emploi des valeurs forcées; on déclara
que l'or et l'argent ne seraient plus considérés comme marchandises, et
qu'on ne pourrait plus vendre le papier contre l'or, ni l'or contre le
papier. Après les expériences qu'on avait faites, cette mesure était
misérable. On venait d'en prendre en même temps une autre qui ne l'était
pas moins, et qui nuisit dans l'opinion au directoire: ce fut la clôture
de la Bourse. Il aurait dû savoir que la clôture d'un marché public
n'empêchait pas qu'il s'en établît des milliers ailleurs.

En faisant des mandats la monnaie nouvelle, et en les mettant partout à
la place du numéraire, le gouvernement commettait une erreur grave. Même
en se soutenant, le mandat ne pouvait jamais égaler le taux de l'argent.
Le mandat valait, si l'on veut, autant que la terre, mais il ne pouvait
valoir davantage. Or, la terre ne valait pas la moitié du prix de 1790;
un bien, même patrimonial, de 100,000 francs, ne se serait pas payé
50,000 en argent. Comment 100,000 francs en mandats en auraient-ils
valu 100,000 en numéraire? Il aurait donc fallu admettre au moins cette
différence. Le gouvernement devait donc, indépendamment de toutes les
autres causes de dépréciation, trouver un premier mécompte provenant de
la dépréciation des biens.

On était si pressé, qu'on fit circuler des promesses de mandats,
en attendant que les mandats eux-mêmes fussent prêts à être émis.
Sur-le-champ ces promesses circulèrent à une valeur très-inférieure à
leur valeur nominale. On fut extrêmement alarmé, et on se dit que
le nouveau papier, duquel on espérait tant, allait tomber comme les
assignats, et laisser la république sans aucune ressource. Cependant il
y avait une cause de cette chute anticipée, et on pouvait bientôt la
lever. Il fallait rédiger des instructions à l'usage des administrations
locales, pour régler les cas extrêmement compliqués que ferait naître
la vente des biens sur simple procès-verbal; et ce travail exigeait
beaucoup de temps et retardait l'ouverture des ventes. Pendant cet
intervalle, le mandat tombait, et on disait que sa valeur baisserait si
rapidement, que l'état ne voudrait pas ouvrir les ventes et abandonner
les biens pour une valeur nulle; qu'il allait arriver aux mandats ce qui
était arrivé aux assignats; qu'ils se réduiraient successivement à rien,
et qu'alors on les recevrait en paiement des biens, non à leur valeur
d'émission, mais à leur valeur réduite. Les malveillans faisaient
entendre ainsi que le nouveau papier était un leurre, que jamais les
biens ne seraient aliénés, et que la république voulait se les réserver
comme un gage apparent et éternel de toutes les espèces de papier
qu'il lui plairait d'émettre. Cependant les ventes s'ouvrirent. Les
souscriptions furent nombreuses. Le mandat de 100 fr. était tombé à
15 fr. Il remonta successivement à 30, 40, et en quelques lieux à 88
francs. On espéra donc un instant le succès de la nouvelle opération.

C'était au milieu des factions secrètement conjurées contre lui que
le directoire se livrait à ces travaux. Les agens de la royauté
continuaient leurs secrètes menées. La mort de Lemaître ne les avait pas
dispersés. Brottier, acquitté, était devenu le chef de l'agence. Duverne
de Presle, Laville-Heurnois, Despomelles, s'étaient réunis à lui,
et formaient secrètement le comité royal. Ces misérables brouillons
n'avaient pas plus d'influence que par le passé; ils intriguaient,
demandaient de l'argent à grands cris, écrivaient de nombreuses
correspondances, et promettaient merveilles. Ils étaient toujours les
intermédiaires entre le prétendant et la Vendée, où ils avaient
de nombreux agens. Ils persistaient dans leurs idées, et voyant
l'insurrection comprimée par Hoche, et prête à expirer sous ses coups,
ils se confirmaient toujours davantage dans le système de tout faire à
Paris, même par un mouvement de l'intérieur. Ils se vantaient, comme
du temps de la convention, d'être en rapport avec plusieurs députés du
nouveau tiers, et ils prétendaient qu'il fallait temporiser, travailler
l'opinion par des journaux, déconsidérer le gouvernement, et tout
préparer pour que les élections de l'année suivante amenassent un
nouveau tiers de députés entièrement contre-révolutionnaires. Ils se
flattaient ainsi de détruire la constitution républicaine par les moyens
de la constitution même. Ce plan était certainement le moins chimérique,
et c'est celui qui donne l'idée la plus favorable de leur intelligence.

Les patriotes de leur côté préparaient des complots, mais autrement
dangereux par les moyens qu'ils avaient à leur disposition. Chassés du
Panthéon, condamnés tout à fait par le gouvernement, qui s'était séparé
d'eux, et qui leur retirait leurs emplois, ils s'étaient déclarés
contre lui, et étaient devenus ses ennemis irréconciliables. Se voyant
poursuivis et observés avec un grand soin, ils n'avaient plus trouvé
d'autre ressource que de conspirer très-secrètement, et de manière à ce
que les chefs de la conspiration restassent tout à fait inconnus. Ils
s'étaient choisis quatre pour former un directoire secret de salut
public; Baboeuf et Drouet étaient du nombre. Le directoire secret devait
communiquer avec douze agens principaux qui ne se connaissaient pas les
uns les autres, et chargés d'organiser des sociétés de patriotes dans
tous les quartiers de Paris. Ces douze agens, agissant ainsi chacun de
leur côté, avaient défense de nommer les quatre membres du directoire
secret; ils devaient parler et se faire obéir au nom d'une autorité
mystérieuse et suprême, qui était instituée pour diriger les efforts
des patriotes vers ce qu'ils appelaient le _bonheur commun_. De cette
manière les fils de la conspiration étaient presque insaisissables; car,
en supposant qu'on en saisît un, les autres restaient toujours inconnus.
Cette organisation s'établit, en effet, comme l'avait projeté Baboeuf;
des sociétés de patriotes existaient dans tout Paris, et, par
l'intermédiaire des douze agens principaux, recevaient l'impulsion d'une
autorité inconnue.

Baboeuf et ses collègues cherchaient quel serait le mode employé pour
opérer ce qu'ils appelaient _la délivrance_, et à qui on remettrait
l'autorité, quand on aurait égorgé le directoire, dispersé les conseils,
et mis le peuple en possession de sa souveraineté. Ils se défiaient déjà
beaucoup trop des provinces et de l'opinion pour courir la chance
d'une élection, et appeler une assemblée nouvelle. Ils voulaient tout
simplement en nommer une composée de jacobins d'élite, pris dans chaque
département. Ils devaient faire ce choix eux-mêmes, et compléter cette
assemblée en y ajoutant tous les montagnards de l'ancienne convention
qui n'avaient pas été réélus. Encore ces montagnards ne leur semblaient
pas donner de suffisantes garanties, car beaucoup avaient adhéré, dans
les derniers temps de la convention, à ce qu'ils appelaient les mesures
liberticides, et avaient même accepté des fonctions du directoire.
Cependant ils avaient fini par tomber d'accord sur l'admission dans la
nouvelle assemblée de soixante-huit d'entre eux, qui passaient pour
les plus purs. Cette assemblée devait s'emparer de tous les pouvoirs,
jusqu'à ce que le _bonheur commun_ fût assuré.

Il fallait s'entendre avec les conventionnels non réélus, dont la
plupart étaient à Paris. Baboeuf et Drouet entrèrent en communication
avec eux. Il y eut de grandes discussions sur le choix des moyens. Les
conventionnels trouvaient trop extraordinaires ceux que proposait le
directoire insurrecteur. Ils voulaient le rétablissement de l'ancienne
convention, avec l'organisation prescrite par la constitution de 1793.
Enfin on s'entendit, et l'insurrection fut préparée pour le mois de
floréal (avril-mai). Les moyens dont le directoire secret se proposait
d'user, étaient vraiment effrayans. D'abord il s'était mis en
correspondance avec les principales villes de France, pour que la
révolution fût simultanée et semblable partout. Les patriotes devaient
partir de leurs quartiers en portant des guidons sur lesquels seraient
écrits ces mots: _Liberté, Égalité, Constitution de 1793, Bonheur
commun_. Quiconque résisterait au peuple souverain serait mis à mort. On
devait égorger les cinq directeurs, certains membres des cinq-cents, le
général de l'armée de l'intérieur; on devait s'emparer du Luxembourg, de
la Trésorerie, du télégraphe, des arsenaux et du dépôt d'artillerie de
Meudon. Pour engager le peuple à se soulever et ne plus _le payer de
vaines promesses_, on devait obliger tous les habitans aisés de loger,
héberger et nourrir chaque homme qui aurait pris part à l'insurrection.
Les boulangers, les marchands de vin seraient tenus de fournir du pain
et des boissons au peuple, moyennant une indemnité que leur paierait la
république, et sous peine d'être pendus à la lanterne en cas de
refus. Tout soldat qui passerait du côté de l'insurrection aurait son
équipement en propriété, recevrait une somme d'argent, et aurait la
faculté de retourner dans ses foyers. On espérait gagner ainsi tous ceux
qui servaient à regret. Quant aux soldats de métier qui avaient pris
goût à la guerre, on leur donnait à piller les maisons des royalistes.
Pour tenir les armées au complet, et remplacer ceux qui rentreraient
dans leurs foyers, on se proposait d'accorder aux soldats des avantages
tels, qu'on ferait lever spontanément une multitude de nouveaux
volontaires.

On voit quelles combinaisons terribles et insensées avaient conçues
ces esprits désespérés. Ils désignèrent Rossignol, l'ex-général de la
Vendée, pour commander l'armée parisienne d'insurrection. Ils avaient
pratiqué des intelligences dans cette légion de police qui faisait
partie de l'armée de l'intérieur, et toute composée de patriotes, de
gendarmes des tribunaux, d'anciens gardes-françaises. Elle se mutina en
effet, mais trop tôt, et fut dissoute par le directoire. Le ministre de
la police Cochon, qui suivait les progrès de la conspiration, qui lui
fut dénoncée par un officier de l'armée de l'intérieur qu'on avait voulu
enrôler, la laissa se continuer pour en saisir tous les fils. Le 20
floréal (9 mai), Baboeuf, Drouet, et les autres chefs et agens devaient
se réunir rue Bleue, chez un menuisier. Des officiers de police, apostés
dans les environs, saisirent les conspirateurs, et les conduisirent
sur-le-champ en prison. On arrêta en outre les ex-conventionnels
Laignelot, Vadier, Amar, Ricard, Choudieu, le Piémontais Buonarotti,
l'ex-membre de l'assemblée législative Antonelle, Pelletier (de
Saint-Fargeau), frère de celui qui avait été assassiné. On demanda
aussitôt aux deux conseils la mise en accusation de Drouet, qui était
membre des cinq-cents, et on les envoya tous devant la haute cour
nationale, qui n'était pas encore organisée, et qu'on se mit à organiser
sur-le-champ. Baboeuf, dont la morgue égalait le fanatisme, écrivit
au directoire une lettre singulière, et qui peignait le délire de son
esprit. «Je suis une puissance, écrivait-il aux cinq directeurs; ne
craignez donc pas de traiter avec moi d'égal à égal. Je suis le chef
d'une secte formidable que vous ne détruirez pas en m'envoyant à la
mort, et qui, après mon supplice, n'en sera que plus irritée et plus
dangereuse. Vous n'avez qu'un seul fil de la conspiration; ce n'est rien
d'avoir arrêté quelques individus; les chefs renaîtront sans cesse.
Épargnez-vous de verser du sang inutile; vous n'avez pas encore fait
beaucoup d'éclat, n'en faites pas davantage, traitez avec les patriotes;
ils se souviennent que vous fûtes autrefois des républicains sincères;
ils vous pardonneront, si vous voulez concourir avec eux au salut de la
république.»

Le directoire ne fit aucun cas de cette lettre extravagante, et ordonna
l'instruction du procès. Cette instruction devait être longue, car on
voulait procéder dans toutes les formes. Ce dernier acte de vigueur
acheva de consolider le directoire dans l'opinion générale. La fin de
l'hiver approchait; les factions étaient surveillées et contenues;
l'administration était dirigée avec zèle et avec soin; le papier-monnaie
renouvelé donnait seul des inquiétudes; il avait fourni cependant
des ressources momentanées pour faire les premiers préparatifs de
la campagne qui allait s'ouvrir. En effet, la saison des opérations
militaires était arrivée. Le ministère anglais, toujours astucieux dans
sa politique, avait tenté auprès du gouvernement français la démarche
dont l'opinion publique lui faisait un devoir. Il avait chargé son agent
en Suisse, Wickam, d'adresser des questions insignifiantes au ministre
de France, Barthélémy. Cette ouverture, faite le 17 ventôse (7 mars
1796), avait pour but de demander si la France était disposée à la paix,
si elle consentirait à un congrès pour en discuter les conditions,
si elle voulait faire connaître à l'avance les bases principales sur
lesquelles elle était résolue à traiter. Une pareille démarche n'était
qu'une vaine satisfaction donnée par Pitt à sa nation, afin d'être
autorisé par un refus de la France à demander de nouveaux sacrifices.
Si en effet Pitt avait été sincère, il n'aurait pas chargé de cette
ouverture un agent sans pouvoirs; il n'aurait pas demandé un congrès
européen, qui, par la complication des questions, ne pouvait rien
terminer, et que la France d'ailleurs avait déjà refusé à l'Autriche par
l'intermédiaire du Danemarck; enfin il n'aurait pas demandé sur quelles
bases la négociation devait s'ouvrir, puisqu'il savait que, d'après
la constitution, les Pays-Bas étaient devenus partie du territoire
français, et que le gouvernement actuel ne pouvait consentir à les en
détacher. Le directoire, qui ne voulait pas être pris pour dupe, fit
répondre à Wickam que ni la forme ni l'objet de cette démarche n'étaient
de nature à faire croire à sa sincérité; que, du reste, pour démontrer
ses intentions pacifiques, il consentait à faire une réponse à des
questions qui n'en méritaient pas, et qu'il déclarait vouloir traiter
sur les bases seules fixées par la constitution. C'était annoncer d'une
manière définitive que la France ne renoncerait jamais à la Belgique. La
lettre du directoire, écrite avec convenance et fermeté, fut aussitôt
publiée avec celle de Wickam. C'était le premier exemple d'une
diplomatie franche et ferme sans jactance.

Chacun approuva le directoire, et de part et d'autre on se prépara en
Europe à recommencer les hostilités. Pitt demanda au parlement un nouvel
emprunt de 7 millions sterling, et il s'efforça d'en négocier un autre
de 3 millions pour l'empereur. Il avait beaucoup travaillé auprès du roi
de Prusse pour le tirer de sa neutralité et le faire rentrer dans la
lutte; il lui offrit des fonds, et lui représenta qu'arrivant à la fin
de la guerre, lorsque tous les partis étaient épuisés, il aurait une
supériorité assurée. Le roi de Prusse, ne voulant pas retomber dans
ses premières fautes, ne se laissa pas abuser et persista dans sa
neutralité. Une partie de son armée, stationnée en Pologne, veillait
à l'incorporation des nouvelles conquêtes; l'autre, rangée le long du
Rhin, était prête à défendre la ligne de neutralité contre celle des
puissances qui la violerait, et à prendre sous sa protection ceux des
états de l'Empire qui réclameraient la médiation prussienne. La Russie,
toujours féconde en promesses, n'envoyait pas encore de troupes, et
s'occupait à organiser la part de territoire qui lui était échue en
Pologne.

L'Autriche, enflée de ses succès à la fin de la campagne précédente, se
préparait à la guerre avec ardeur, et se livrait aux espérances les
plus présomptueuses. Le général auquel elle devait ce léger retour de
fortune, avait cependant été destitué, malgré tout l'éclat de sa
gloire. Clerfayt, ayant déplu au conseil aulique, fut remplacé dans le
commandement de l'armée du Bas-Rhin par le jeune archiduc Charles, dont
on espérait beaucoup sans cependant prévoir encore ses talens. Il avait
montré dans les campagnes précédentes les qualités d'un bon officier.
Wurmser commandait toujours l'armée du Haut-Rhin. Pour décider le roi de
Sardaigne à continuer la guerre, on avait envoyé un renfort considérable
à l'armée impériale qui se battait en Piémont; et on lui avait donné le
général Beaulieu, qui s'était acquis beaucoup de réputation dans les
Pays-Bas. L'Espagne, commençant à jouir de la paix, était attentive à la
nouvelle lutte qui allait s'ouvrir, et, maintenant mieux éclairée sur
ses véritables intérêts, faisait des voeux pour la France.

Le directoire, zélé comme un gouvernement nouveau, et jaloux d'illustrer
son administration, méditait de grands projets. Il avait mis ses armées
dans un état de force respectable; mais il n'avait pu que leur envoyer
des hommes, sans leur fournir les approvisionnemens nécessaires. Toute
la Belgique avait été mise à contribution pour nourrir l'armée de
Sambre-et-Meuse; des efforts extraordinaires avaient été faits pour
faire vivre celle du Rhin au milieu des Vosges. Cependant on n'avait pu
ni leur procurer des moyens de transport, ni remonter leur cavalerie.
L'armée des Alpes avait vécu des magasins pris aux Autrichiens après la
bataille de Loano; mais elle n'était ni vêtue, ni chaussée, et le prêt
était arriéré. La victoire de Loano était ainsi demeurée sans résultat.
Les armées des provinces de l'Ouest se trouvaient, grâce aux soins de
Hoche, dans un meilleur état que toutes les autres, sans être cependant
pourvues de tout ce dont elles avaient besoin. Mais, malgré cette
pénurie, nos armées, habituées à souffrir, à vivre d'expédiens, et
d'ailleurs aguerries par leurs belles campagnes, étaient disposées à de
grandes choses.

Le directoire méditait, disons-nous, de vastes projets. Il voulait finir
dès le printemps la guerre de la Vendée, et prendre ensuite l'offensive
sur tous les points. Son but était de porter les armées du Rhin en
Allemagne pour bloquer et assiéger Mayence, achever la soumission des
princes de l'Empire, isoler l'Autriche, transporter le théâtre de la
guerre au sein des états héréditaires, et faire vivre ses troupes aux
dépens de l'ennemi dans les riches vallées du Mein et du Necker. Quant à
l'Italie, il nourrissait de plus vastes pensées encore, suggérées par le
général Bonaparte. Comme on n'avait pas profité de la victoire de Loano,
il fallait, suivant ce jeune officier, en remporter une seconde, décider
le roi de Piémont à la paix, ou lui enlever ses états, franchir ensuite
le Pô, et venir enlever à l'Autriche le plus beau fleuron de sa
couronne, la Lombardie. Là était le théâtre des opérations décisives; là
on allait porter les coups les plus sensibles à l'Autriche, conquérir
des équivalens pour payer les Pays-Bas, décider la paix, et peut-être
affranchir la belle Italie. D'ailleurs on allait nourrir et restaurer la
plus pauvre de nos armées, au milieu de la contrée la plus fertile de la
terre.

Le directoire, s'arrêtant à ces idées, fit quelques changemens dans le
commandement de ses armées. Jourdan conserva le commandement qu'il avait
si bien mérité à la tête de l'armée de Sambre-et-Meuse. Pichegru, qui
avait trahi sa patrie, et dont le crime était déjà soupçonné, fut
remplacé par Moreau, qui commandait en Hollande. On offrit à Pichegru
l'ambassade en Suède, qu'il refusa. Beurnonville, venu récemment de
captivité, remplaça Moreau dans le commandement de l'armée française en
Hollande. Schérer, dont on était mécontent pour n'avoir pas su profiter
de la victoire de Loano, fut remplacé. On voulait un jeune homme
entreprenant pour essayer une campagne hardie. Bonaparte, qui s'était
déjà distingué à l'armée d'Italie, qui d'ailleurs paraissait si pénétré
des avantages d'une marche au-delà des Alpes, parut l'homme le plus
propre à remplacer Schérer. Il fut promu du commandement de l'armée de
l'intérieur à celui de l'armée d'Italie. Il partit sur-le-champ pour se
rendre à Nice. Plein d'ardeur et de joie, il dit en partant, que dans un
mois il serait à Milan ou à Paris. Cette ardeur paraissait téméraire;
mais chez un jeune homme, et dans une entreprise hasardeuse, elle était
de bon augure.

Des changemens pareils furent opérés dans les trois armées qui gardaient
les provinces insurgées. Hoche, mandé à Paris pour concerter avec le
directoire un plan qui mît fin à la guerre civile, y avait obtenu la
plus juste faveur, et reçu les plus grands témoignages d'estime. Le
directoire, reconnaissant la sagesse de ses plans, les avait tous
approuvés; et pour que personne n'en pût contrarier l'exécution, il
avait réuni les trois armées des côtes de Cherbourg, dés côtes de Brest
et de l'Ouest, en une seule, sous le titre d'armée des côtes de l'Océan,
et lui en avait donné le commandement supérieur. C'était la plus
grande armée de la république, car elle s'élevait à cent mille hommes,
s'étendait sur plusieurs provinces, et exigeait dans le chef une réunion
de pouvoirs civils et militaires tout à fait extraordinaires. Un
commandement aussi vaste était la plus grande preuve de confiance qu'on
pût donner à un général. Hoche la méritait certainement. Possédant
à vingt-sept ans une réunion de qualités militaires et civiles, qui
deviennent souvent dangereuses à la liberté, nourrissant même une grande
ambition, il n'avait pas cette coupable audace d'esprit qui peut porter
un capitaine illustre à ambitionner plus que la qualité de citoyen;
il était républicain sincère, et égalait Jourdan en patriotisme et en
probité. La liberté pouvait applaudir sans crainte à ses succès, et lui
souhaiter des victoires.

Hoche n'avait guère passé qu'un mois à Paris. Il était retourné
sur-le-champ dans l'Ouest, afin d'avoir achevé la pacification de la
Vendée à la fin de l'hiver ou au commencement du printemps. Son plan de
désarmement et de pacification fut rédigé en articles, et converti en
arrêté par le directoire. Il était convenu, d'après ce plan, qu'un
cordon de désarmement envelopperait toutes les provinces insurgées, et
les parcourrait successivement. En attendant leur complète pacification,
elles étaient soumises au régime militaire. Toutes les villes étaient
déclarées en état de siége. Il était reconnu en principe que l'armée
devait vivre aux dépens du pays insurgé; par conséquent Hoche était
autorisé à percevoir l'impôt et l'emprunt forcé soit en nature, soit
en espèces, comme il lui conviendrait, et à former des magasins et
des caisses pour l'entretien de l'armée. Les villes aux quelles les
campagnes faisaient la guerre des subsistances, en cherchant à les
affamer, devaient être approvisionnées militairement par des colonnes
attachées aux principales d'entre elles. Le pardon était accordé à tous
les rebelles qui déposeraient leurs armes. Quant aux chefs, ceux qui
seraient pris les armes à la main devaient être fusillés; ceux qui se
soumettraient seraient ou détenus ou en surveillance dans des villes
désignées, ou conduits hors de France. Le directoire, approuvant le
projet de Hoche, qui consistait à pacifier d'abord la Vendée avant de
songer à la Bretagne, l'autorisait à terminer ses opérations sur la rive
gauche de la Loire, avant de ramener ses troupes sur la rive droite.
Dès que la Vendée serait entièrement soumise, une ligne de désarmement
devait embrasser toute la Bretagne, depuis Granville jusqu'à la Loire,
et s'avancer ainsi, en parcourant la péninsule bretonne, jusqu'à
l'extrémité du Finistère. C'était à Hoche à fixer le moment où ces
provinces, lui paraissant soumises, seraient affranchies du régime
militaire et rendues au système constitutionnel.

Hoche, arrivé à Angers vers la fin de nivôse (mi-janvier), trouva ses
opérations fort dérangées par son absence. Le succès de son plan,
dépendant surtout de la manière dont il serait exécuté, exigeait
indispensablement sa présence. Le général Willot l'avait mal suppléé. La
ligne de désarmement faisait peu de progrès. Charette l'avait
franchie, et avait repassé sur les derrières. Le système régulier
d'approvisionnement étant mal suivi, et l'armée ayant souvent manqué du
nécessaire, elle s'était livrée de nouveau à l'indiscipline, et avait
commis des actes capables d'aliéner les habitans. Sapinaud, après avoir
fait, comme on l'a vu, une tentative hostile sur Montaigu, avait obtenu
du général Willot une paix ridicule, à laquelle Hoche ne pouvait pas
consentir. Enfin Stofflet, jouant toujours le prince, et Bernier le
premier ministre, se renforçaient des déserteurs qui abandonnaient
Charette, et faisaient des préparatifs secrets. Les villes de Nantes
et d'Angers manquaient de vivres. Les patriotes réfugiés des pays
environnans s'y étaient amassés, et se livraient, dans des clubs, à des
déclamations furibondes et dignes des jacobins. Enfin on répandait que
Hoche n'avait été rappelé à Paris que pour perdre son commandement. Les
uns le disaient destitué comme royaliste, les autres comme jacobin.

Son retour dissipa tous les bruits, et répara les maux causés par son
absence. Il fit recommencer le désarmement, remplir les magasins,
approvisionner les villes; il les déclara toutes en état de siége; et,
autorisé dès lors à y exercer la dictature militaire, il ferma les clubs
jacobins formés par les réfugiés, et surtout une société connue à Nantes
sous le titre de _Chambre ardente_. Il refusa de ratifier la paix
accordée à Sapinaud; il fit occuper son pays, et lui laissa à lui la
faculté de sortir de France, ou de courir les bois, sous peine d'être
fusillé s'il était pris. Il fit resserrer Stofflet plus étroitement
que jamais, et recommencer les poursuites contre Charette. il confia à
l'adjudant-général Travot, qui joignait à une grande intrépidité toute
l'activité d'un partisan, le soin de poursuivre Charette avec plusieurs
colonnes d'infanterie légère et de cavalerie, de manière à ne lui
laisser ni repos, ni espoir.

Charette, en effet, poursuivi jour et nuit, n'avait plus aucun moyen
d'échapper. Les habitans du Marais, désarmés, surveillés, ne pouvaient
plus lui être d'aucun secours. Ils avaient livré déjà plus de sept mille
fusils, quelques pièces de canon, quarante barils de poudre, et ils
étaient dans l'impossibilité de reprendre les armes. L'auraient-ils
pu d'ailleurs, ils ne l'auraient pas voulu, parce qu'ils se sentaient
heureux du repos dont ils jouissaient, et qu'ils craignaient de
s'exposer à de nouvelles dévastations. Les paysans venaient dénoncer aux
officiers républicains les chemins où Charette passait, les retraites où
il allait reposer un instant sa tête; et quand ils pouvaient s'emparer
de quelques-uns de ceux qui l'accompagnaient, ils les livraient à
l'armée. Charette, à peine escorté d'une centaine de serviteurs dévoués,
et suivi de quelques femmes qui servaient à ses plaisirs, ne songeait
pas cependant à se rendre. Plein de défiance, il faisait quelquefois
massacrer ses hôtes, quand il craignait d'en être trahi. Il fit,
dit-on, mettre à mort un curé qu'il soupçonnait de l'avoir dénoncé
aux républicains. Travot le rencontra plusieurs fois, lui tua une
soixantaine d'hommes, plusieurs de ses officiers, et entre autres son
frère. Il ne lui resta plus que quarante ou cinquante hommes.

Pendant que Hoche le faisait harceler sans relâche, et poursuivait son
projet de désarmement, Stofflet se voyait avec effroi entouré de toutes
parts, et sentait bien que Charette, Sapinaud, détruits, et tous les
chouans soumis, on ne souffrirait pas long-temps l'espèce de principauté
qu'il s'était arrogée dans le Haut-Anjou. Il pensa qu'il ne fallait
pas attendre, pour agir, que tous les royalistes fussent exterminés;
alléguant pour prétexte un règlement de Hoche, il leva de nouveau
l'étendard de la révolte, et reprit les armes. Hoche était en ce moment
sur les bords de la Loire, et il fallait se rendre dans le Calvados pour
juger de ses yeux l'état de la Normandie et de la Bretagne. Il ajourna
aussitôt son départ, et fit ses préparatifs pour enlever Stofflet avant
que sa révolte pût acquérir quelque importance. Hoche, du reste, était
charmé que Stofflet lui fournît lui-même l'occasion de rompre la
pacification. Cette guerre l'embarrassait peu, et lui permettait de
traiter l'Anjou comme le Marais et la Bretagne. Il fit partir ses
colonnes de plusieurs points à la fois, de la Loire, du Layon et de la
Sèvre Nantaise. Stofflet, assailli de tous les côtés, ne put tenir nulle
part. Les paysans de l'Anjou étaient encore plus sensibles aux douceurs
de la paix que ceux du Marais; ils n'avaient point répondu à l'appel
de leur ancien chef, et l'avaient laissé commencer la guerre avec les
mauvais sujets du pays et les émigrés dont son camp était rempli. Deux
rassemblemens qu'il avait formés furent dispersés, et lui-même se vit
obligé de courir, comme Charette, à travers les bois. Mais il n'avait ni
l'opiniâtreté, ni la dextérité de ce chef, et son pays n'était pas aussi
heureusement disposé pour cacher une troupe de maraudeurs. Il fut livré
par ses propres affidés. Attiré dans une ferme, sous prétexte d'une
conférence, il fut saisi, garrotté et abandonné aux républicains. On
assure que son fidèle ministre, l'abbé Bernier, prit part à cette
trahison. La prise de ce chef était d'une grande importance par l'effet
moral qu'elle devait produire sur ces contrées. Il fut conduit à Angers,
et après avoir subi un interrogatoire, il fut fusillé le 7 ventôse (26
février), en présence d'un peuple immense.

Cette nouvelle causa une joie des plus vives, et fit présager que
bientôt la guerre civile finirait dans ces malheureuses contrées. Hoche,
au milieu des soins si pénibles de ce genre de guerre, était abreuvé de
dégoûts de toute espèce. Les royalistes l'appelaient naturellement un
scélérat, un buveur de sang, quoiqu'il s'appliquât à les détruire
par les voies les plus loyales; mais les patriotes eux-mêmes le
tourmentaient de leurs calomnies. Les réfugiés de la Vendée et de la
Bretagne, dont il réprimait les fureurs, et dont il contrariait la
paresse, en cessant de les nourrir dès qu'il y avait sûreté pour eux
sur leurs terres, le dénonçaient au directoire. Les administrations
des villes qu'il mettait en état de siége, réclamaient contre
l'établissement du système militaire, et le dénonçaient aussi. Des
communes soumises à des amendes, ou à la perception militaire de
l'impôt, se plaignaient à leur tour. C'était un concert continuel de
plaintes et de réclamations. Hoche, dont le caractère était irritable,
fut plusieurs fois poussé au désespoir, et demanda formellement sa
démission. Mais le directoire la refusa, elle consola par de nouveaux
témoignages d'estime et de confiance. Il lui fit un don national de deux
beaux chevaux, don qui n'était pas seulement une récompense, mais un
secours indispensable. Ce jeune général, qui aimait les plaisirs, qui
était à la tête d'une armée de cent mille hommes, et qui disposait
du revenu de plusieurs provinces, manquait cependant quelquefois du
nécessaire. Ses appointemens payés en papier, se réduisaient à rien.
Il manquait de chevaux, de selles, de brides, et il demandait
l'autorisation de prendre, en les payant, six selles, six brides, des
fers de cheval, quelques bouteilles de rhum, et quelques pains de sucre,
dans les magasins laissés par les Anglais à Quiberon: exemple admirable
de délicatesse, que nos généraux républicains donnèrent souvent, et qui
allait devenir tous les jours plus rare, à mesure que nos invasions
allaient s'étendre, et que nos moeurs guerrières allaient se corrompre
par l'effet des conquêtes et des moeurs de cour!

Encouragé par le gouvernement, Hoche continua ses efforts pour finir son
ouvrage dans la Vendée. La pacification complète ne dépendait plus que
de la prise de Charette. Ce chef, réduit aux abois, fit demander à
Hoche la permission de passer en Angleterre. Hoche y consentit, d'après
l'autorisation qu'il en trouvait dans l'arrêté du directoire, relatif
aux chefs qui feraient leur soumission. Mais Charette n'avait fait
cette demande que pour obtenir un peu de répit, et il n'en voulait
pas profiter. De son côté, le directoire ne voulait pas faire grâce à
Charette, parce qu'il pensait a que ce chef fameux serait toujours un
épouvantail pour la contrée. Il écrivit à Hoche de ne lui accorder
aucune transaction. Mais lorsque Hoche reçut ces nouveaux ordres,
Charette avait déjà déclaré que sa demande n'était qu'une feinte pour
obtenir quelques momens de repos, et qu'il ne voulait pas du pardon des
républicains. Il s'était mis de nouveau à courir les bois.

Charette ne pouvait pas échapper plus longtemps aux républicains.
Poursuivi à la fois par des colonnes d'infanterie et de cavalerie,
observé par des troupes de soldats déguisés, dénoncé par les habitans,
qui voulaient sauver leur pays de la dévastation, traqué dans les
bois comme une bête fauve, il tomba le 2 germinal (22 mars) dans une
embuscade qui lui fut tendue par Travot. Armé jusqu'aux dents, et
entouré de quelques braves qui s'efforçaient de le couvrir de leurs
corps, il se défendit comme un lion, et tomba enfin frappé de plusieurs
coups de sabre. Il ne voulut remettre son épée qu'au brave Travot, qui
le traita avec tous les égards dus à un si grand courage. Il fut conduit
au quartier républicain, et admis à table auprès du chef de l'état-major
Hédouville. Il s'entretint avec une grande sérénité, et ne montra nulle
affliction du sort qui l'attendait. Traduit d'abord à Angers, il fut
ensuite transporté à Nantes, pour y terminer sa vie aux mêmes lieux qui
avaient été témoins de son triomphe. Il subit un interrogatoire auquel
il répondit avec beaucoup de calme et de convenance. On le questionna
sur les prétendus articles secrets du traité de La Jaunaye, et il avoua
qu'il n'en existait point. Il ne chercha ni à pallier sa conduite, ni
à excuser ses motifs; il avoua qu'il était serviteur de la royauté, et
qu'il avait travaillé de toutes ses forces à renverser la république. Il
montra de la dignité et une grande impassibilité. Conduit au supplice au
milieu d'un peuple immense, qui n'était point assez généreux pour lui
pardonner les maux de la guerre civile, il conserva toute son assurance.
Il était tout sanglant; il avait perdu trois doigts dans son dernier
combat, et portait le bras en écharpe. Sa tête était enveloppée d'un
mouchoir. Il ne voulut ni se laisser bander les yeux, ni se mettre à
genoux. Resté debout, il détacha son bras de son écharpe, et donna le
signal. Il tomba mort sur-le-champ. C'était le 9 germinal (29 mars.)
Ainsi finit cet homme célèbre, dont l'indomptable courage causa tant de
maux à son pays, et méritait de s'illustrer dans une autre carrière.
Compromis par la dernière tentative de débarquement qui avait été faite
sur ses côtes, il ne voulut plus reculer, et finit en désespéré. Il
exhala, dit-on, un vif ressentiment contre les princes qu'il avait
servis, et dont il se regardait comme abandonné.

La mort de Charette causa autant de joie que la plus belle victoire sur
les Autrichiens. Sa mort décidait la fin de la guerre civile. Hoche,
croyant n'avoir plus rien à faire dans la Vendée, en retira le gros
de ses troupes, pour les porter au-delà de la Loire, et désarmer la
Bretagne. Il y laissa néanmoins des forces suffisantes pour réprimer les
brigandages isolés, qui suivent d'ordinaire les guerres civiles, et pour
achever le désarmement du pays. Avant de passer en Bretagne, il eut
à comprimer un mouvement de révolte qui éclata dans le voisinage de
l'Anjou, vers le Berry. Ce fut l'occupation de quelques jours; il se
porta ensuite avec vingt mille hommes en Bretagne, et, fidèle à son
plan, l'embrassa d'un vaste cordon de la Loire à Granville. Les
malheureux chouans ne pouvaient pas tenir contre un effort aussi grand
et aussi bien concerté; Scépeaux, entre la Vilaine et la Loire, demanda
le premier à se soumettre. Il remit un nombre considérable d'armes. A
mesure qu'ils étaient refoulés vers l'Océan, les chouans devenaient plus
opiniâtres. Privés de munitions, ils se battaient corps à corps, à coups
de poignard et de baïonnette. Enfin on les accula tout à fait à la mer.
Le Morbihan, qui depuis long-temps s'était séparé de Puisaye, rendit ses
armes. Les autres divisions suivirent cet exemple les unes après les
autres. Bientôt toute la Bretagne fut soumise à son tour, et Hoche
n'eut plus qu'à distribuer ses cent mille hommes en une multitude de
cantonnemens pour surveiller le pays, et les faire vivre plus aisément.
Le travail qui lui restait à faire ne consistait plus qu'en des soins
d'administration et de police; il lui fallait quelques mois encore d'un
gouvernement doux et habile pour calmer les haines, et rétablir la paix.
Malgré les cris furieux de tous les partis, Hoche était craint, chéri,
respecté dans la contrée, et les royalistes commençaient à pardonner
à une république si dignement représentée. Le clergé surtout, dont il
avait su capter la confiance, lui était entièrement dévoué, et le
tenait exactement instruit de ce qu'il avait intérêt à connaître. Tout
présageait la paix et la fin d'horribles calamités. L'Angleterre ne
pouvait plus compter sur les provinces de l'Ouest pour attaquer la
république dans son propre sein. Elle voyait, au contraire, dans ces
pays cent mille hommes, dont cinquante mille devenaient disponibles, et
pouvaient être employés à quelque entreprise fatale pour elle. Hoche, en
effet, nourrissait un grand projet, qu'il réservait pour le milieu de
la belle saison. Le gouvernement, charmé des services qu'il venait de
rendre, et voulant le dédommager de la tâche dégoûtante qu'il avait su
remplir, fit déclarer pour lui, comme pour les armées qui remportaient
de grandes victoires, que l'armée de l'Océan et son chef avaient bien
mérité de la patrie. Ainsi la Vendée était pacifiée dès le mois de
germinal, avant qu'aucune des armées fût entrée en campagne. Le
directoire pouvait se livrer sans inquiétude à ses grandes opérations,
et tirer même des côtes de l'Océan d'utiles renforts.



CHAPITRE III.

CAMPAGNE DE 1796.---CONQUÊTE DU PIÉMONT ET DE LA LOMBARDIE PAR LE
GÉNÉRAL BONAPARTE. BATAILLE DE MONTENOTTE, MILLÉSIMO. PASSAGE DU PONT DE
LODI. ÉTABLISSEMENT ET POLITIQUE DES FRANÇAIS EN ITALIE.---OPÉRATIONS
MILITAIRES DANS LE NORD.---PASSAGE DU RHIN PAR LES GÉNÉRAUX JOURDAN ET
MOREAU. BATAILLE DE RADSTADT ET D'ETTLINGEN.--L'ARMÉE D'ITALIE PREND SES
POSITIONS SUR L'ADIGE ET SUR LE DANUBE.

La cinquième campagne de la liberté allait commencer; elle devait
s'ouvrir sur les plus beaux théâtres militaires de l'Europe, sur
les plus variés en obstacles, en accidens, en ligues de défense ou
d'attaque. C'étaient, d'une part, la grande vallée du Rhin et les deux
vallées transversales du Mein et du Necker; de l'autre, les Alpes, le
Pô, la Lombardie. Les armées qui allaient entrer en ligne étaient les
plus aguerries que jamais on eût vues sous les armes; elles étaient
assez nombreuses pour remplir le terrain sur lequel elles devaient agir,
mais pas assez pour rendre les combinaisons inutiles et réduire la
guerre à une simple invasion. Elles étaient commandées par de jeunes
généraux, libres de toute routine, affranchis de toute tradition,
mais instruits cependant, et exaltés par de grands événemens. Tout se
réunissait donc pour rendre la lutte opiniâtre, variée, féconde en
combinaisons, et digne de l'attention des hommes.

Le projet du gouvernement français, comme on l'a vu, était d'envahir
l'Allemagne pour faire vivre ses armées en pays ennemi, pour détacher
les princes de l'Empire, investir Mayence, et menacer les États
héréditaires. Il voulait en même temps essayer une tentative hardie
en Italie pour y nourrir ses armées et arracher cette riche contrée à
l'Autriche.

Deux belles armées, de soixante-dix à quatre-vingt mille hommes chacune,
étaient données sur le Rhin à deux généraux célèbres. Une trentaine de
mille soldats affamés étaient confiés à un jeune homme inconnu, mais
audacieux, pour tenter la fortune au-delà des Alpes.

Bonaparte arriva au quartier-général à Nice le 6 germinal an IV (26
mars). Tout s'y trouvait dans un état déplorable. Les troupes y étaient
réduites à la dernière misère. Sans habits, sans souliers, sans paie,
quelquefois sans vivres, elles supportaient cependant leurs privations
avec un rare courage. Grâce à cet esprit industrieux qui caractérise
le soldat français, elles avaient organisé la maraude, et descendaient
alternativement et par bandes dans les campagnes de Piémont pour s'y
procurer des vivres. Les chevaux manquaient absolument à l'artillerie.
Pour nourrir la cavalerie, on l'avait transportée en arrière sur les
bords du Rhône. Le trentième cheval et l'emprunt forcé n'étaient pas
encore levés dans le Midi, à cause des troubles. Bonaparte avait reçu
pour toute ressource deux mille louis en argent, et un million en
traites, dont une partie fut protestée. Pour suppléer à tout ce qui
manquait, on négociait avec le gouvernement génois, afin d'en obtenir
quelques ressources. On n'avait pas encore reçu de satisfaction pour
l'attentat commis sur la frégate _la Modeste_, et en réparation de cette
violation de neutralité, on demandait au sénat de Gênes de consentir un
emprunt et de livrer aux Français la forteresse de Gavi, qui commande
la route de Gênes à Milan. On exigeait aussi le rappel des familles
génoises, expulsées pour leur attachement à la France. Telle était la
situation de l'armée lorsque Bonaparte y arriva.

Elle présentait un tout autre aspect, sous le rapport des hommes.
C'étaient pour la plupart des soldats accourus aux armées à l'époque
de la levée en masse, instruits, jeunes, habitués aux privations, et
aguerris par des combats de géans, au milieu des Pyrénées et des Alpes.
Les généraux avaient les qualités des soldats. Les principaux étaient
Masséna, jeune Nissard, d'un esprit inculte, mais précis et lumineux
au milieu des dangers, et d'une ténacité indomptable; Augereau, ancien
maître d'armes, qu'une grande bravoure et l'art d'entraîner les soldats
avaient porté aux premiers grades; Laharpe, Suisse expatrié, réunissant
l'instruction au courage; Serrurier, ancien major, méthodique et brave;
enfin Berthier, que son activité, son exactitude à soigner les détails,
son savoir géographique, sa facilité à mesurer de l'oeil l'étendue d'un
terrain ou la force numérique d'une colonne, rendaient éminemment propre
à être un chef d'état-major utile et commode.

Cette armée avait ses dépôts en Provence; elle était rangée le long de
la chaîne des Alpes; se liant par sa gauche avec celle de Kellermann,
gardant le col de Tende, et se prolongeant vers l'Apennin. L'armée
active s'élevait au plus à trente-six mille hommes. La division
Serrurier était à Garessio, au-delà de l'Apennin, pour surveiller les
Piémontais dans leur camp retranché de Ceva. Les divisions Augereau,
Masséna, Laharpe, formant une masse d'environ trente mille hommes,
étaient en-deçà de l'Apennin.

Les Piémontais, au nombre de vingt ou vingt-deux mille hommes, sous
les ordres de Colli, campaient à Geva, sur les revers des monts. Les
Autrichiens, au nombre de trente-six ou trente-huit mille, s'avançaient
par les routes de la Lombardie vers Gênes. Beaulieu, qui les commandait,
s'était fait remarquer dans les Pays-Bas. C'était un vieillard que
distinguait une ardeur de jeune homme. L'ennemi pouvait donc opposer
environ soixante mille soldats aux trente mille que Bonaparte avait à
mettre en ligne; mais les Autrichiens et les Piémontais étaient peu
d'accord. Suivant l'ancien plan, Colli voulait couvrir le Piémont;
Beaulieu voulait se maintenir en communication avec Gênes et les
Anglais.

Telle était la force respective des deux partis. Quoique Bonaparte se
fût déjà fait connaître à l'armée d'Italie, on le trouvait bien jeune
pour la commander. Petit, maigre, sans autre apparence que des traits
romains, et un regard fixe et vif, il n'avait dans sa personne et sa
vie passée rien qui pût imposer aux esprits. On le reçut sans beaucoup
d'empressement. Masséna lui en voulait déjà pour s'être emparé de
l'esprit de Dumerbion en 1794. Bonaparte tint à l'armée un langage
énergique. «Soldats, dit-il, vous êtes mal nourris et presque nus. Le
gouvernement vous doit beaucoup, mais ne peut rien pour vous. Votre
patience, votre courage vous honorent, mais ne vous procurent ni
avantage ni gloire. Je vais vous conduire dans les plus fertiles plaines
du monde; vous y trouverez de grandes villes, de riches provinces;
vous y trouverez honneur, gloire et richesses. Soldats d'Italie,
manqueriez-vous de courage?» L'armée accueillit ce langage avec
plaisir: de jeunes généraux qui avaient tous leur fortune à faire, des
soldats aventureux et pauvres, ne demandaient pas mieux que de voir les
belles contrées qu'on leur annonçait. Bonaparte fit un arrangement avec
un fournisseur, et procura à ses soldats une partie du prêt qui était
arriéré. Il distribua à chacun de ses généraux quatre louis en or, ce
qui montre quel était alors l'état des fortunes. Il transporta
ensuite son quartier-général à Albenga, et fit marcher toutes les
administrations le long du littoral, sous le feu des canonnières
anglaises.

Le plan à suivre était le même qui s'était offert l'année précédente
à la bataille de Loano. Pénétrer par le col le plus bas de l'Apennin,
séparer les Piémontais des Autrichiens en appuyant fortement sur leur
centre, telle fut l'idée fort simple que Bonaparte conçut à la vue des
lieux. Il commençait les opérations de si bonne heure, qu'il avait
l'espoir de surprendre les ennemis et de les jeter dans le désordre.
Cependant il ne put les prévenir. Avant qu'il arrivât, on avait poussé
le général Cervoni sur Voltri, tout près de Gênes, pour intimider
le sénat de cette ville et l'obliger à consentir aux demandes du
directoire. Beaulieu, craignant le résultat de cette démarche, se hâta
d'entrer en action, et porta son armée sur Gênes, partie sur un versant
de l'Apennin, partie sur l'autre. Le plan de Bonaparte restait donc
exécutable, à l'intention près de surprendre les Autrichiens. Plusieurs
routes conduisaient du revers de l'Apennin sur son versant maritime:
d'abord celle qui aboutit par la Bocchetta à Gênes, puis celle d'Acqui,
et Dego, qui traverse l'Apennin au col de Montenotte, et débouche dans
le bassin de Savone. Beaulieu laissa son aile droite à Dego, porta son
centre sous d'Argenteau, au col de Montenotte, et se dirigea lui-même
avec sa gauche, par la Bocchetta et Gênes, sur Voltri, le long de la
mer. Ainsi sa position était celle de Dewins à Loano. Une partie de
l'armée autrichienne était entre l'Apennin et la mer; le centre, sous
d'Argenteau, était sur le sommet même de l'Apennin au col de Montenotte,
et se liait avec les Piémontais campés à Ceva, de l'autre côté des
monts.

Les deux armées s'ébranlant en même temps, se rencontrèrent en route
le 22 germinal (11 avril). Le long de la mer, Beaulieu donna contre
l'avant-garde de la division Laharpe, qui avait été portée sur Voltri,
pour inquiéter Gênes, et la repoussa. D'Argenteau, avec le centre,
traversa le col de Montenotte, pour venir tomber à Savone sur le centre
de l'armée française, pendant sa marche supposée vers Gênes. Il ne
trouva à Montenotte que le colonel Rampon, à la tête de douze
cents hommes, et l'obligea à se replier dans l'ancienne redoute de
Montelegino, qui fermait la route de Montenotte. Le brave colonel,
sentant l'importance de cette position, s'enferma dans la redoute, et
résista avec opiniâtreté à tous les efforts des Autrichiens. Trois
fois il fut attaqué par toute l'infanterie ennemie, trois fois il la
repoussa. Au milieu du feu le plus meurtrier, il fit jurer à ses soldats
de mourir dans la redoute, plutôt que de l'abandonner. Les soldats le
jurèrent, et demeurèrent toute la nuit sous les armes. Cet acte de
courage sauva les plans du général Bonaparte, et peut-être l'avenir de
la campagne.

Bonaparte, en ce moment, était à Savone. Il n'avait pas fait retrancher
le col de Montenotte, parce qu'on ne se retranche pas quand on est
décidé à prendre l'offensive. Il apprit ce qui s'était passé dans la
journée à Montelegino et à Voltri. Sur-le-champ il sentit que le
moment était venu de mettre son plan à exécution, et il manoeuvra en
conséquence. Dans la nuit même il replia sa droite, formée par la
division Laharpe, en cet instant aux prises le long de la mer avec
Beaulieu, et la porta par la route de Montenotte, au-devant de
d'Argenteau. Il dirigea sur le même point la division Augereau, pour
soutenir la division Laharpe. Enfin, il fit marcher la division Masséna
par un chemin détourné, au-delà de l'Apennin, de manière à la placer sur
les derrières même du corps de d'Argenteau. Le 23 (12 avril) au matin,
toutes ses colonnes étaient en mouvement; placé lui-même sur un tertre
élevé, il voyait Laharpe et Augereau marchant sur d'Argenteau, et
Masséna qui, par un circuit, cheminait sur ses derrières. L'infanterie
autrichienne résista avec bravoure; mais, enveloppée de tout côté par
des forces supérieures, elle fut mise en déroute, et laissa deux mille
prisonniers et plusieurs centaines de morts. Elle s'enfuit en désordre
sur Dego, où était le reste de l'armée.

Ainsi Bonaparte, auquel Beaulieu supposait l'intention de filer le long
de la mer sur Gênes, s'était dérobé tout à coup, et, se portant sur la
route qui traverse l'Apennin, avait enfoncé le centre ennemi, et avait
débouché victorieusement au-delà des monts.

Ce n'était rien à ses yeux que d'avoir accablé le centre, si les
Autrichiens n'étaient à jamais séparés des Piémontais. Il se porta le
jour même (23) à Carcare, pour rendre sa position plus centrale entre
les deux armées coalisées. Il était dans la vallée de la Bormida, qui
coule en Italie. Plus bas, devant lui, et au fond de la vallée, se
trouvaient les Autrichiens, qui s'étaient ralliés à Dego, gardant
la route d'Acqui en Lombardie. A sa gauche, il avait les gorges de
Millesimo, qui joignent la vallée de la Bormida, et dans lesquelles se
trouvaient les Piémontais, gardant la route de Ceva et du Piémont. Il
fallait donc tout à la fois, qu'à sa gauche il forçât les gorges de
Millesimo, pour être maître de la route du Piémont, et qu'en face il
enlevât Dego, pour s'ouvrir la route d'Acqui et de la Lombardie. Alors
maître des deux routes, il séparait pour jamais les coalisés, et pouvait
à volonté se jeter sur les uns ou sur les autres. Le lendemain 24 (13
avril), au matin, il porte son armée en avant; Augereau, vers la gauche,
attaque Millesimo, et les divisions Masséna et Laharpe s'avancent dans
la vallée sur Dego. L'impétueux Augereau aborde si vivement les gorges
de Millesimo, qu'il y pénètre, s'y engage, et en atteint le fond, avant
que le général Provera, qui était placé sur une hauteur, ait le temps
de se replier. Celui-ci était posté dans les ruines du vieux château de
Cossaria. Se voyant enveloppé, il veut s'y défendre; Augereau l'entoure
et le somme de se rendre prisonnier. Provera parlemente, et veut
transiger. Il était important de n'être pas arrêté par cet obstacle, et
sur-le-champ on monte à l'assaut de la position. Les Piémontais font
pleuvoir un déluge de pierres, roulent d'énormes rochers, et écrasent
des lignes entières. Néanmoins, le brave Joubert soutient ses soldats,
et gravit la hauteur à leur tête. Arrivé à une certaine distance, il
tombe percé d'une balle. A cette vue les soldats se replient. On est
forcé de camper le soir au pied de la hauteur; on se protège par
quelques abatis, et on veille pendant toute la nuit, pour empêcher
Provera de s'enfuir. De leur côté, les divisions chargées d'agir dans le
fond de la vallée de la Bormida ont marché sur Dego, et en ont enlevé
les approches. Le lendemain doit être la journée décisive.

En effet, le 25 (14 avril), l'attaque redevient générale sur tous les
points. A la gauche, Augereau, dans la gorge de Millesimo, repousse
tous les efforts que fait Colli pour dégager Provera, le bat toute la
journée, et réduit Provera au désespoir. Celui-ci finit par déposer les
armes à la tête de quinze cents hommes. Laharpe et Masséna, de leur
côté, fondent sur Dego, où l'armée autrichienne s'était renforcée, le
22 et le 23, des corps ramenés de Gênes. L'attaque est terrible; après
plusieurs assauts, Dego est enlevé; les Autrichiens perdent une
partie de leur artillerie, et laissent quatre mille prisonniers, dont
vingt-quatre officiers.

Pendant cette action, Bonaparte avait remarqué un jeune officier nommé
Lannes, qui chargeait avec une grande bravoure; il le fit colonel sur le
champ de bataille.

On se battait depuis quatre jours, et on avait besoin de repos; les
soldats se reposaient à peine des fatigues de la bataille, que le bruit
des armes se fait de nouveau entendre. Six mille grenadiers ennemis
entrent dans Dego, et nous enlèvent cette position qui avait coûté tant
d'efforts. C'était un des corps autrichiens qui étaient restés engagés
sur le versant maritime de l'Apennin, et qui repassaient les monts. Le
désordre était si grand que ce corps avait donné sans s'en douter au
milieu de l'armée française. Le brave Wukassovich, qui commandait ces
six mille grenadiers, croyant devoir se sauver par un coup d'audace,
avait enlevé Dego. Il faut donc recommencer la bataille, et renouveler
les efforts de la veille. Bonaparte s'y porte au galop, rallie ses
colonnes et les lance sur Dego. Elles sont arrêtées par les grenadiers
autrichiens; mais elles reviennent à la charge, et, entraînées enfin par
l'adjudant-général Lanusse, qui met son chapeau au bout de son épée,
elles rentrent dans Dego, et recouvrent leur conquête en faisant
quelques centaines de prisonniers.

Ainsi Bonaparte était maître de la vallée de la Bormida: les Autrichiens
fuyaient vers Acqui sur la route de Milan; les Piémontais, après avoir
perdu les gorges de Millesimo, se retiraient sur Ceva et Mondovi. Il
était maître de toutes les routes; il avait neuf mille prisonniers,
et jetait l'épouvante devant lui. Maniant habilement la masse de ses
forces, et la portant tantôt a Montenotte, tantôt à Millesimo et à Dego,
il avait écrasé partout l'ennemi, en se rendant supérieur à lui sur
chaque point. C'était le moment de prendre une grande détermination. Le
plan de Carnot lui enjoignait de négliger les Piémontais, pour courir
sur les Autrichiens. Bonaparte faisait cas de l'armée piémontaise, et ne
voulait pas la laisser sur ses derrières; il sentait d'ailleurs qu'il
suffisait d'un nouveau coup de son épée pour la détruire; et il trouva
plus prudent d'achever la ruine des Piémontais. Il ne s'engagea pas
dans la vallée de la Bormida pour descendre vers le Pô, à la suite des
Autrichiens; il prit à gauche, s'enfonça dans les gorges de Millesimo,
et suivit la route du Piémont. La division Laharpe resta seule au camp
de San-Benedetto, dominant le cours du Belbo et de la Bormida, et
observant les Autrichiens. Les soldats étaient accablés de fatigue; ils
s'étaient battus le 22 et le 23 à Montenotte, le 24 et le 25 à Millesimo
et Dego, avaient perdu et repris Dego le 26, s'étaient reposés seulement
le 27, et marchaient encore le 28 sur Mondovi. Au milieu de ces marches
rapides, on n'avait pas le temps de leur faire des distributions
régulières; ils manquaient de tout, et ils se livrèrent à quelques
pillages. Bonaparte indigné sévit contre les pillards avec une grande
rigueur, et montra autant d'énergie à rétablir l'ordre qu'à poursuivre
l'ennemi. Bonaparte avait acquis en quelques jours toute la confiance
des soldats. Les généraux divisionnaires étaient subjugués. On écoutait
avec attention, déjà avec admiration, le langage précis et figuré du
jeune capitaine. Sur les hauteurs de Monte-Zemoto, qu'il faut franchir
pour arriver à Ceva, l'armée aperçut les belles plaines du Piémont et
de l'Italie. Elle voyait couler le Tanaro, la Stura, le Pô, et tous ces
fleuves qui vont se rendre dans l'Adriatique; elle voyait dans le fond
les grandes Alpes couvertes de neige; elle fut saisie en contemplant ces
belles plaines de la _terre promise_[2]. Bonaparte était à la tête de
ses soldats; il fut ému. «Annibal, s'écria-t-il, avait franchi les
Alpes; nous, nous les avons tournées.» Ce mot expliquait la campagne
pour toutes les intelligences. Quelles destinées s'ouvraient alors
devant nous!

[Footnote 2: Expression de Bonaparte.]

Colli ne défendit le camp retranché de Ceva que le temps nécessaire pour
ralentir un peu notre marche. Cet excellent officier avait su raffermir
ses soldats, et soutenir leur courage. Il n'avait plus l'espoir de
battre son redoutable ennemi; mais il voulait faire sa retraite pied à
pied, et donner aux Autrichiens le temps de venir à son secours par
une marche détournée, comme on lui en faisait la promesse. Il s'arrêta
derrière la Cursaglia, en avant de Mondovi. Serrurier, qui, au début de
la campagne, avait été laissé à Garessio pour observer Colli, venait de
rejoindre l'armée. Ainsi elle avait une division de plus. Colli était
couvert par la Cursaglia, rivière rapide et profonde, qui se jette dans
le Tanaro. Sur la droite, Joubert essaya de la passer; mais il faillit
se noyer sans y réussir. Sur le front, Serrurier voulut franchir le pont
Saint-Michel. Il y réussit; mais Colli le laissant engager, fondit sur
lui à l'improviste avec ses meilleures troupes, le refoula sur le pont,
et l'obligea à repasser la rivière en désordre. La position de
l'armée était difficile. On avait sur les derrières Beaulieu, qui
se réorganisait; il importait de venir à bout de Colli au plus tôt.
Pourtant la position ne semblait pas pouvoir être enlevée, si elle était
bien défendue. Bonaparte ordonna une nouvelle attaque pour le lendemain.
Le 2 floréal (21 avril) on marchait sur la Cursaglia, lorsque l'on
trouva les ponts abandonnés. Colli n'avait fait la résistance de la
veille que pour ralentir la retraite. On le surprit en ligne à Mondovi.
Serrurier décida la victoire par la prise de la redoute principale,
celle de la Bicoque. Colli laissa trois mille morts ou prisonniers, et
continua à se retirer. Bonaparte arriva à Cherasco, place mal défendue,
mais importante par sa position au confluent de la Stura et du Tanaro,
et facile à armer avec l'artillerie prise à l'ennemi. Dans cette
position, Bonaparte était à vingt lieues de Savone, son point de départ,
à dix lieues de Turin, à quinze d'Alexandrie.

La confusion régnait dans la cour de Turin. Le roi, qui était fort
opiniâtre, ne voulait pas céder. Les ministres d'Angleterre et
d'Autriche l'obsédaient de leurs remontrances, l'engageaient à
s'enfermer dans Turin, à envoyer son armée au-delà du Pô, et à imiter
ainsi les grands exemples de ses aïeux. Ils l'effrayaient de l'influence
révolutionnaire que les Français allaient exercer dans le Piémont; ils
demandaient pour Beaulieu les trois places de Tortone, Alexandrie et
Valence, afin qu'il pût s'enfermer et se défendre dans le triangle
qu'elles forment au bord du Pô. C'était là ce qui répugnait le plus au
roi de Piémont. Donner ses trois premières places à son ambitieux voisin
de la Lombardie lui était insupportable. Le cardinal Costa le décida à
se jeter dans les bras des Français. Il lui fit sentir l'impossibilité
de résister à un vainqueur si rapide, le danger de l'irriter par une
longue résistance, et de le pousser ainsi à révolutionner le Piémont;
tout cela pour servir une ambition étrangère et même ennemie, celle
de l'Autriche. Le roi céda, et fit faire des ouvertures par Colli
à Bonaparte. Elles arrivèrent à Cherasco le 4 floréal (23 avril).
Bonaparte n'avait pas de pouvoir pour signer la paix; mais il était le
maître de signer un armistice, et il s'y décida. Il avait négligé le
plan du directoire, pour achever de réduire les Piémontais; il n'avait
pas eu cependant pour but de conquérir le Piémont, mais seulement
d'assurer ses derrières. Pour conquérir le Piémont, il fallait
prendre Turin, et il n'avait ni le matériel nécessaire, ni des forces
suffisantes pour fournir un corps de blocus et se réserver une armée
active. D'ailleurs la campagne se bornait dès lors à un siége. En
s'entendant avec le Piémont, avec des garanties nécessaires, il pouvait
fondre en sûreté sur les Autrichiens et les chasser de l'Italie. On
disait autour de lui qu'il fallait ne pas accorder de condition, qu'il
fallait détrôner un roi, le parent des Bourbons, et répandre dans le
Piémont la révolution française. C'était dans l'armée l'opinion de
beaucoup de soldats, d'officiers et de généraux, et surtout d'Augereau,
qui était né au faubourg Saint-Antoine, et qui en avait les opinions. Le
jeune Bonaparte n'était point de cet avis; il sentait la difficulté de
révolutionner une monarchie, qui était la seule militaire en Italie, et
où les anciennes moeurs s'étaient parfaitement conservées; il ne devait
pas se créer des embarras sur sa route; il voulait marcher rapidement à
la conquête de l'Italie, qui dépendait de la destruction des Autrichiens
et de leur expulsion au-delà des Alpes. Il ne voulait donc rien faire
qui pût compliquer sa situation et ralentir sa marche.

En conséquence il consentit à un armistice; mais il ajouta en
l'accordant, que, dans l'état respectif des armées, un armistice lui
serait funeste si on ne lui donnait des garanties certaines pour ses
derrières; en conséquence, il demanda qu'on lui livrât les trois
places de Coni, Tortone et Alexandrie, avec tous les magasins qu'elles
renfermaient, lesquels serviraient à l'armée, sauf à compter ensuite
avec la république; que les routes du Piémont fussent ouvertes aux
Français, ce qui abrégeait considérablement le chemin de la France aux
bords du Pô; qu'un service d'étape fût préparé sur ces routes pour les
troupes qui les traverseraient; et que enfin l'armée sarde fût dispersée
dans les places, de manière que l'armée française n'eût rien à en
craindre. Ces conditions furent acceptées, et l'armistice fut signé à
Cherasco, le 9 floréal (28 avril), avec le colonel Lacoste et le comte
Latour.

Il fut convenu que des plénipotentiaires partiraient sur-le-champ pour
Paris, afin de traiter de la paix définitive. Les trois places demandées
furent livrées, avec des magasins immenses. Dès ce moment l'armée avait
sa ligne d'opération couverte par les trois plus fortes places du
Piémont; elle avait des routes sûres, commodes, beaucoup plus courtes
que celles qui passaient par la rivière de Gênes, et des vivres en
abondance; elle se renforçait d'une quantité de soldats qui, au bruit
de la victoire, quittaient les hôpitaux; elle possédait une artillerie
nombreuse prise à Cherasco et dans les différentes places, et grand
nombre de chevaux; elle était enfin pourvue de tout, et les promesses
du général étaient accomplies. Dans les premiers jours de son entrée
en Piémont, elle avait pillé, parce qu'elle n'avait, dans ces marches
rapides, reçu aucune distribution. La faim apaisée, l'ordre fut rétabli.
Le comte de Saint-Marsan, ministre de Piémont, visita Bonaparte et sut
lui plaire; le fils même du roi voulut voir le jeune vainqueur, et lui
prodigua des témoignages d'estime qui le touchèrent. Bonaparte leur
rendit adroitement les flatteries qu'il avait reçues; il les rassura sur
les intentions du directoire, et sur le danger des révolutions. Il était
sincère dans ses protestations, car il nourrissait déjà une pensée qu'il
laissa percer adroitement dans ses différens entretiens. Le Piémont
avait manqué à tous ses intérêts en s'alliant à l'Autriche: c'est à
la France qu'il devait s'allier; c'est la France qui était son amie
naturelle, car la France, séparée du Piémont par les Alpes, ne pouvait
songer à s'en emparer; elle pouvait au contraire le défendre contre
l'ambition de l'Autriche, et peut-être même lui procurer des
agrandissemens. Bonaparte ne pouvait pas supposer que le directoires
consentît à donner aucune partie de la Lombardie au Piémont; car elle
n'était pas conquise encore, et on voulait d'ailleurs la conquérir
que pour en faire un équivalent des Pays-Bas; mais un vague espoir
d'agrandissement pouvait disposer le Piémont à s'allier à la France,
ce qui nous aurait valu un renfort de vingt mille hommes de troupes
excellentes. Il ne promit rien, mais il sut exciter par quelques mots la
convoitise et les espérances du cabinet de Turin.

Bonaparte, qui joignait à un esprit positif une imagination forte et
grande, et qui aimait à émouvoir, voulut annoncer ses succès d'une
manière imposante et nouvelle: il envoya son aide-de-camp Murat pour
présenter solennellement au directoire vingt-et-un drapeaux pris sur
l'ennemi. Ensuite il adressa à ses soldats la proclamation suivante:

«Soldats, vous avez remporté en quinze jours six victoires, pris
vingt-et-un drapeaux, cinquante-cinq pièces de canon, plusieurs places
fortes, et conquis la partie la plus riche du Piémont; vous avez fait
quinze mille prisonniers[3], tué ou blessé plus de dix mille hommes:
vous vous étiez jusqu'ici battus pour des rochers stériles, illustrés
par votre courage, mais inutiles à la patrie; vous égalez aujourd'hui,
par vos services, l'armée de Hollande et du Rhin. Dénués de tout, vous
avez suppléé à tout. Vous avez gagné des batailles sans canons, passé
des rivières sans ponts, fait des marches forcées sans souliers,
bivouaqué sans eau-de-vie et souvent sans pain. Les phalanges
républicaines, les soldats de la liberté, étaient seuls capables de
souffrir ce que vous avez souffert: grâces vous en soient rendues,
soldats! La patrie reconnaissante vous devra sa prospérité; et si,
vainqueurs de Toulon, vous présageâtes l'immortelle campagne de 1793,
vos victoires actuelles en présagent une plus belle encore. Les deux
armées qui naguère vous attaquaient avec audace, fuient épouvantées
devant vous; les hommes pervers qui riaient de votre misère, et se
réjouissaient dans leur pensée des triomphes de vos ennemis, sont
confondus et tremblans. Mais, soldats, vous n'avez rien fait puisqu'il
vous reste à faire. Ni Turin, ni Milan ne sont à vous: les cendres
des vainqueurs de Tarquin sont encore foulées par les assassins de
Basseville! On dit qu'il en est parmi vous dont le courage mollit, qui
préféreraient retourner sur les sommets de l'Apennin et des Alpes? Non,
je ne puis le croire. Les vainqueurs de Montenotte, de Millesimo,
de Dego, de Mondovi, brûlent de porter au loin la gloire du peuple
français.»

[Footnote 3: Ce n'est guère que dix à onze mille.]

Quand ces nouvelles, ces drapeaux, ces proclamations, arrivèrent coup
sur coup à Paris, la joie fut extrême. Le premier jour, c'était une
victoire qui ouvrait l'Apennin et donnait deux mille prisonniers;
le second jour, c'était une victoire plus décisive qui séparait les
Piémontais des Autrichiens, et donnait six mille prisonniers. Les jours
suivans apportaient de nouveaux succès: la destruction de l'armée
piémontaise à Mondovi, la soumission du Piémont à Cherasco, et la
certitude d'une paix prochaine qui en présageait d'autres. La rapidité
des succès, le nombre des prisonniers, dépassaient tout ce qu'on avait
encore vu. Le langage de ces proclamations rappelait l'antiquité, et
étonnait les esprits. On se demandait de toutes parts quel était ce
jeune général dont le nom, connu de quelques appréciateurs, et inconnu
de la France, éclatait pour la première fois. On ne le prononçait pas
bien encore, et on se disait avec joie que la république voyait s'élever
tous les jours de nouveaux talens pour l'illustrer et la défendre. Les
conseils décidèrent par trois fois que l'armée d'Italie avait bien
mérité de la patrie, et décrétèrent une fête à la Victoire pour célébrer
l'heureux début de la campagne. L'aide-de-camp envoyé par Bonaparte
présenta les drapeaux au directoire. La cérémonie fut imposante. On
reçut ce jour-là plusieurs ambassadeurs étrangers, et le gouvernement
parut entouré d'une considération toute nouvelle.

Le Piémont soumis, le général Bonaparte n'avait plus qu'à marcher à la
poursuite des Autrichiens et à courir à la conquête de l'Italie. La
nouvelle des victoires des Français avait profondément agité tous les
peuples de cette contrée. Il fallait que celui qui allait y entrer fût
aussi profond politique que grand capitaine, pour s'y conduire avec
prudence. On sait comment l'Italie se présente à qui débouche de
l'Apennin. Les Alpes, les plus grandes montagnes de notre Europe,
après avoir décrit un vaste demi-cercle au couchant, dans lequel elles
renferment la Haute-Italie, retournent sur elles-mêmes, et s'enfoncent
tout à coup en ligne oblique vers le midi, formant ainsi une longue
péninsule baignée par l'Adriatique et la Méditerranée. Bonaparte,
arrivant du couchant, et ayant franchi la chaîne au point où elle
s'abaisse, et va, sous le nom d'Apennin, former la péninsule, avait
en face le beau demi-cercle de la Haute-Italie, et à sa droite, cette
péninsule étroite et profonde qui forme l'Italie inférieure. Une foule
de petits états divisaient cette contrée qui soupira toujours après
l'unité, sans laquelle il n'y a pas de grande existence nationale.

Bonaparte venait de traverser l'état de Gênes, qui est placé de ce
côté-ci de l'Apennin, et le Piémont qui est au-delà. Gênes, antique
république, constituée par Doria, avait seule conservé une véritable
énergie entre tous les gouvernemens italiens. Placée entre les deux
armées belligérantes depuis quatre ans, elle avait su maintenir sa
neutralité, et s'était ménagé ainsi tous les profits du commerce.
Entre sa capitale et le littoral, elle comptait à peu près cent mille
habitans; elle entretenait ordinairement trois à quatre mille hommes de
troupes; elle pouvait au besoin armer tous les paysans de l'Apennin,
et en former une milice excellente; elle était riche en revenus.
Deux partis la divisaient: le parti contraire à la France avait eu
l'avantage, et avait expulsé plusieurs familles. Le directoire dut
demander le rappel de ces familles, et une indemnité pour l'attentat
commis sur la frégate _la Modeste_.

En quittant Gênes, et en s'enfonçant à droite dans la péninsule, le long
du revers méridional de l'Apennin, se présentait d'abord l'heureuse
Toscane, placée sur les deux bords de l'Arno, sous le soleil le plus
doux, et dans l'une des parties les mieux abritées de l'Italie. Une
portion de cette contrée formait la petite république de Lucques,
peuplée de cent quarante mille habitans; le reste formait le grand-duché
de Toscane, gouverné récemment par l'archiduc Léopold, et maintenant par
l'archiduc Ferdinand. Dans ce pays, le plus éclairé et le plus poli de
l'Italie, la philosophie du dix-huitième siècle avait doucement germé.
Léopold y avait accompli ses belles réformes législatives, et avait
tenté avec succès les expériences les plus honorables pour l'humanité.
L'évêque de Pistoie y avait même commencé une espèce de réforme
religieuse, en y propageant les doctrines jansénistes. Quoique la
révolution eût effrayé les esprits doux et timides de la Toscane,
cependant c'était là que la France avait le plus d'appréciateurs et
d'amis. L'archiduc, quoique Autrichien, avait été l'un des premiers
princes de l'Europe à reconnaître notre république. Il avait un million
de sujets, six mille hommes de troupes, et un revenu de quinze millions.
Malheureusement la Toscane était de toutes les principautés italiennes
la plus incapable de se défendre.

Après la Toscane venait l'État de l'Église. Les provinces soumises
au pape, s'étendant sur les deux versans de l'Apennin, du côté de
l'Adriatique et de la Méditerranée, étaient les plus mal administrées de
l'Europe. Elles n'avaient que leur belle agriculture, ancienne tradition
des âges reculés, qui est commune à toute l'Italie, et qui supplée aux
richesses de l'industrie bannie depuis long-temps de son sein. Excepté
dans les légations de Bologne et de Ferrare, où régnait un mépris
profond pour le gouvernement des prêtres, et à Rome, antique dépôt du
savoir et des arts, où quelques seigneurs avaient partagé la philosophie
de tous les grands de l'Europe, les esprits étaient restés dans la
plus honteuse barbarie. Un peuple superstitieux et sauvage, des moines
paresseux et ignorans, formaient cette population de deux millions et
demi de sujets. L'armée était de quatre à cinq mille soldats, on sait
de quelle qualité. Le pape, prince vaniteux, magnifique, jaloux de son
autorité et de celle du Saint-Siége, avait une haine profonde pour la
philosophie du dix-huitième siècle; il croyait rendre à la chaire de
saint Pierre une partie de son influence en déployant une grande pompe,
et il faisait exécuter des travaux utiles aux arts. Comptant sur la
majesté de sa personne, et le charme de ses paroles qui était grand, il
avait essayé jadis un voyage auprès de Joseph II, pour le ramener aux
doctrines de l'Église, et pour conjurer la philosophie qui semblait
s'emparer de l'esprit de ce prince. Ce voyage n'avait point été heureux.
Le pontife, plein d'horreur pour la révolution française, avait lancé
l'anathème contre elle, et prêché une croisade; il avait même souffert
à Rome l'assassinat de l'agent français Basseville. Excités par les
moines, ses sujets partageaient sa haine pour la France, et furent
saisis de fureurs fanatiques en apprenant le succès de nos armes.

L'extrémité de la péninsule et la Sicile composent le royaume de Naples,
le plus puissant de l'Italie, le plus analogue par l'ignorance et
la barbarie à l'état de Rome, et plus mal gouverné encore, s'il est
possible. Là régnait un Bourbon, prince doux et imbécile, voué à une
seule espèce de soin, la pêche. Elle absorbait tous ses momens, et
pendant qu'il s'y livrait, le gouvernement de son royaume était
abandonné à sa femme, princesse autrichienne, soeur de la reine de
France Marie-Antoinette. Cette princesse d'un esprit capricieux, de
passions désordonnées, ayant un favori vendu aux Anglais, le ministre
Acton, conduisait les affaires d'une manière insensée. Les Anglais, dont
la politique fut toujours de prendre pied sur le continent, en dominant
les petits états qui en bordent le littoral, avaient essayé de
s'impatroniser à Naples comme en Portugal et en Hollande. Ils excitaient
la haine de la reine contre la France, et lui soufflaient avec cette
haine l'ambition de dominer l'Italie. La population du royaume de Naples
était de six millions d'habitans; l'armée de soixante mille hommes; mais
bien différens de ces soldats dociles et braves du Piémont, les soldats
napolitains, vrais lazzaroni, sans tenue, sans discipline, avaient
la lâcheté ordinaire des armées privées d'organisation. Naples avait
toujours promis de réunir trente mille hommes à l'armée de Dewins, et
n'avait envoyé que deux mille quatre cents hommes de cavalerie, bien
montée et assez bonne.

Tels étaient les principaux états situés dans la péninsule, à la droite
de Bonaparte. En face de lui, dans le demi-cercle de la Haute-Italie,
il trouvait d'abord, sur le penchant de l'Apennin, le duché de Parme,
Plaisance et Guastalla, comprenant cinq cent mille habitans, entretenant
trois mille hommes de troupes, fournissant quatre millions de revenu, et
gouverné par un prince espagnol qui était ancien élève de Condillac, et
qui, malgré une saine éducation, était tombé sous le joug de moines et
des prêtres. Un peu plus à droite encore, toujours sur le penchant de
l'Apennin, se trouvaient le duché de Modène, Reggio, la Mirandole,
peuplé de quatre cent mille habitans, ayant six mille hommes sous les
armes, et placé sous l'autorité du dernier descendant de l'illustre
maison d'Est. Ce prince défiant avait conçu une telle crainte de
l'esprit du siècle, qu'il était devenu prophète à force de peur, et
avait prévu la révolution. On citait ses prédictions. Dans ses terreurs,
il avait songé à se prémunir contre les coups du sort, et avait amassé
d'immenses richesses en pressurant ses états. Avare et timide, il était
méprisé de ses sujets, qui sont les plus éveillés, les plus malicieux
de l'Italie, et les plus disposés à embrasser les idées nouvelles. Plus
loin, au-delà du Pô, venait la Lombardie, gouvernée pour l'Autriche par
un archiduc. Cette belle et fertile plaine, placée entre les eaux des
Alpes qui la fécondent, et celles de l'Adriatique qui lui apportent
les richesses de l'Orient, couverte de blés, de riz, de pâturages,
de troupeaux, et riche entre toutes les provinces du monde, était
mécontente de ses maîtres étrangers. Elle était guelfe encore, malgré
son long esclavage. Elle contenait douze cent mille habitans. Milan, la
capitale, fut toujours l'une des villes les plus éclairées de l'Italie:
moins favorisée sous le rapport des arts que Florence ou Rome, elle
était plus voisine cependant des lumières du Nord, et elle renfermait
grand nombre d'hommes qui souhaitaient la régénération civile et
politique des peuples.

Enfin le dernier état de la Haute-Italie était l'antique république de
Venise. Cette république, avec sa vieille aristocratie inscrite au Livre
d'or, son inquisition d'état, son silence, sa politique défiante et
cauteleuse, n'était plus pour ses sujets ni ses voisins une puissance
redoutable. Avec ses provinces de terre-ferme situées au pied du Tyrol,
et celles d'Illyrie, elle comptait à peu près trois millions de sujets.
Elle pouvait lever jusqu'à cinquante mille Esclavons, bons soldats,
parce qu'ils étaient bien disciplinés, bien entretenus et bien payés.
Elle était riche d'une antique richesse; mais on sait que depuis deux
siècles son commerce avait passé dans l'Océan et porté ses trésors
chez les insulaires de l'Atlantique. Elle conservait à peine quelques
vaisseaux; et les passages des lagunes étaient presque comblés.
Cependant elle était puissante encore en revenus. Sa politique
consistait à amuser ses peuples, à les assoupir par le plaisir et le
repos, et à observer la plus grande neutralité à l'égard des puissances.
Cependant les nobles de terre-ferme étaient jaloux du Livre d'or, et
supportaient impatiemment le joug de la noblesse retranchée dans les
lagunes. A Venise même, une bourgeoisie assez riche commençait à
réfléchir. En 1793, la coalition avait forcé le sénat à se prononcer
contre la France; il avait cédé, mais il revint à sa politique neutre,
dès qu'on commença à traiter avec la république française. Comme on l'a
vu précédemment, il s'était pressé autant que la Prusse et la Toscane
pour envoyer un ambassadeur à Paris. Maintenant encore, cédant aux
instances du directoire, il venait de signifier au chef de la maison de
Bourbon, alors Louis XVIII, de quitter Vérone. Ce prince partit, mais
en déclarant qu'il exigeait la restitution d'une armure donnée par son
aïeul Henri IV au sénat, et la suppression du nom de sa famille des
pages du Livre d'or.

Telle était alors l'Italie. L'esprit général du siècle y avait pénétré,
et enflammé beaucoup de têtes. Les habitans n'y souhaitaient pas tous
une révolution, surtout ceux qui se souvenaient des épouvantables scènes
qui avaient ensanglanté la nôtre; mais tous, quoique à des degrés
différens, désiraient une réforme; et il n'y avait pas un coeur qui ne
battît à l'idée de l'indépendance et de l'unité de la patrie italienne.
Ce peuple d'agriculteurs, de bourgeois, d'artistes, de nobles, les
prêtres exceptés qui ne connaissaient que l'Église pour patrie,
s'enflammait à l'espoir de voir toutes les parties du pays réunies en
une seule, sous un même gouvernement, républicain ou monarchique, mais
italien. Certes, une population de vingt millions d'âmes, des côtes et
un sol admirables, de grands ports, de magnifiques villes, pouvaient
composer un état glorieux et puissant! Il ne manquait qu'une armée. Le
Piémont seul, toujours engagé dans les guerres du continent, avait des
troupes braves et disciplinées. Sans doute la nature était loin d'avoir
refusé le courage naturel aux autres parties de l'Italie; mais le
courage naturel n'est rien sans une forte organisation militaire.
L'Italie n'avait pas un régiment qui pût supporter la vue des
baïonnettes françaises ou autrichiennes.

A l'approche des Français, les ennemis de la réforme politique furent
frappés d'épouvanté; ses partisans transportés de joie. La masse entière
était dans l'anxiété; elle avait des pressentimens vagues, incertains;
elle ne savait s'il fallait craindre ou espérer.

Bonaparte, en entrant en Italie, avait le projet et l'ordre d'en chasser
les Autrichiens. Son gouvernement voulant, comme on l'a dit, se procurer
la paix, ne songeait à conquérir la Lombardie que pour la rendre à
l'Autriche, et forcer celle-ci à céder les Pays-Bas. Bonaparte ne
pouvait donc guère songer à affranchir l'Italie; d'ailleurs avec trente
et quelques mille hommes pouvait-il afficher un but politique? Cependant
les Autrichiens une fois rejetés au-delà des Alpes, et sa puissance
bien assurée, il pouvait exercer une grande influence, et, suivant les
événemens, tenter de grandes choses. Si, par exemple, les Autrichiens
battus partout, sur le Pô, sur le Rhin et le Danube, étaient obligés
de céder même la Lombardie; si les peuples vraiment enflammés pour la
liberté se prononçaient pour elle à l'approche des armées françaises,
alors de grandes destinées s'ouvraient pour l'Italie! Mais en attendant,
Bonaparte devait n'afficher aucun but pour ne pas irriter tous les
princes qu'il laissait sur ses derrières. Son intention était donc de ne
montrer aucun projet révolutionnaire, mais de ne point contrarier non
plus l'essor des imaginations, et d'attendre les effets de la présence
des Français sur le peuple italien.

C'est ainsi qu'il avait évité d'encourager les mécontens du Piémont,
parce qu'il y voyait un pays difficile à révolutionner, un gouvernement
fort, et une armée dont l'alliance pouvait être utile.

L'armistice de Cherasco était à peine signé qu'il se mit en route.
Beaucoup de gens dans l'armée désapprouvaient une marche en avant. Quoi!
disaient-ils, nous ne sommes que trente et quelques mille, nous n'avons
révolutionné ni le Piémont ni Gênes, nous laissons derrière nous ces
gouvernemens, nos ennemis secrets, et nous allons essayer le passage
d'un grand fleuve comme le Pô! nous lancer à travers la Lombardie, et
décider, peut-être, par notre présence, la république de Venise à
jeter cinquante mille hommes dans la balance! Bonaparte avait l'ordre
d'avancer, et il n'était pas homme à rester en arrière d'un ordre
audacieux; mais il l'exécutait parce qu'il l'approuvait, et il
l'approuvait par des raisons profondes. Le Piémont et Gênes nous
embarrasseraient bien plus, disait-il, s'ils étaient en révolution:
grâce à l'armistice, nous avons une route assurée par trois places
fortes; tous les gouvernemens de l'Italie seront soumis, si nous savons
rejeter les Autrichiens au-delà des Alpes; Venise tremblera si nous
sommes victorieux à ses côtés, le bruit de notre canon la décidera même
à s'allier à nous; il faut donc s'avancer non pas seulement au-delà du
Pô, mais de l'Adda, du Mincio, jusqu'à la belle ligne de l'Adige; là
nous assiégerons Mantoue, et nous ferons trembler toute l'Italie sur nos
derrières. La tête du jeune général, enflammée par sa marche, concevait
même des projets plus gigantesques encore que ceux qu'il avouait à son
armée. Il voulait, après avoir anéanti Beaulieu, s'enfoncer dans le
Tyrol, repasser les Alpes une seconde fois, et se jeter dans la vallée
du Danube, pour s'y réunir aux armées parties des bords du Rhin. Ce
projet colossal et imprudent était un tribut qu'un esprit vaste et
précis ne pouvait manquer de payer à la double présomption de la
jeunesse et du succès. Il écrivit à son gouvernement pour être autorisé
à l'exécuter.

Il était entré en campagne le 20 germinal (9 avril); la soumission
du Piémont était terminée le 9 floréal (28 avril) par l'armistice de
Cherasco; il y avait employé dix-huit jours. Il partit sur-le-champ
afin de poursuivre Beaulieu. Il avait stipulé avec le Piémont qu'on lui
livrerait Valence pour y passer le Pô; mais cette condition était une
feinte, car ce n'est pas à Valence qu'il voulait passer ce fleuve.
Beaulieu, en apprenant l'armistice, avait songé à s'emparer, par
surprise, des trois places de Tortone, Valence et Alexandrie. Il ne
réussit à surprendre que Valence, dans laquelle il jeta les Napolitains;
voyant ensuite Bonaparte s'avancer rapidement, il se hâta de repasser le
Pô, pour mettre ce fleuve entre lui et l'armée française. Il alla camper
à Valeggio, au confluent du Pô et du Tésin, vers le sommet de l'angle
formé par ces deux fleuves. Il y éleva quelques retranchemens pour
consolider sa position, et s'opposer au passage de l'armée française.

Bonaparte, en quittant les états du roi de Piémont, et en entrant dans
les états du duc de Parme, reçut des envoyés de ce prince, qui venaient
intercéder la clémence du vainqueur. Le duc de Parme était parent de
l'Espagne; il fallait donc avoir à son égard des ménagemens qui, du
reste, entraient dans les projets du général. Mais on pouvait exercer
sur lui quelques-uns des droits de la guerre. Bonaparte reçut ses
envoyés au passage de la Trebbia; il affecta quelque courroux de ce que
le duc de Parme n'avait pas saisi, pour faire sa paix, le moment où
l'Espagne, sa parente, traitait avec la république française. Ensuite il
accorda un armistice, en exigeant un tribut de deux millions en argent,
dont la caisse de l'armée avait un grand besoin; seize cents chevaux
nécessaires à l'artillerie et aux bagages, une grande quantité de blé
et d'avoine; la faculté de traverser le duché, et l'établissement
d'hôpitaux pour ses malades, aux frais du prince. Le général ne se borna
pas là: il aimait et sentait les arts comme un Italien; il savait tout
ce qu'ils ajoutent à la splendeur d'un empire, et l'effet moral qu'ils
produisent sur l'imagination des hommes: il exigea vingt tableaux au
choix des commissaires français, pour être transportés à Paris. Les
envoyés du duc, trop heureux de désarmer, à ce prix, le courroux du
général, consentirent à tout, et se hâtèrent d'exécuter les conditions
de l'armistice. Cependant ils offraient un million pour sauver le
tableau de saint Jérôme. Bonaparte dit à l'armée: «Ce million, nous
l'aurions bientôt dépensé, et nous en trouverons bien d'autres à
conquérir. Un chef-d'oeuvre est éternel, il parera notre patrie.» Le
million fut refusé.

Bonaparte, après s'être donné les avantages de la conquête sans ses
embarras, continua sa marche. La condition contenue dans l'armistice
de Cherasco, relativement au passage du Pô à Valence, la direction des
principales colonnes françaises vers cette ville, tout faisait croire
que Bonaparte allait tenter le passage du fleuve dans ses environs.
Tandis que le gros de son armée était déjà réuni sur le point où
Beaulieu s'attendait au passage, le 17 floréal (6 mai), il prend,
avec un corps de trois mille cinq cents grenadiers, sa cavalerie et
vingt-quatre pièces de canon, descend le long du Pô, et arrive le 18 au
matin à Plaisance, après une marche de seize lieues et de trente-six
heures. La cavalerie avait saisi en route tous les bateaux qui se
trouvaient sur les bords du fleuve, et les avait amenés à Plaisance.
Elle avait pris beaucoup de fourrages, et la pharmacie de l'armée
autrichienne. Un bac transporte l'avant-garde commandée par le colonel
Lannes. Cet officier, à peine arrivé à l'autre bord, fond avec ses
grenadiers sur quelques détachemens autrichiens, qui couraient sur la
rive gauche du Pô, et les disperse. Le reste des grenadiers franchit
successivement le fleuve, et on commence à construire un pont pour le
passage de l'armée, qui avait reçu l'ordre de descendre à son tour sur
Plaisance. Ainsi, par une feinte et une marche hardie, Bonaparte se
trouvait au-delà du Pô, et avec l'avantage d'avoir tourné le Tésin. Si,
en effet, il eût passé plus haut, outre la difficulté de le faire en
présence de Beaulieu, il aurait donné contre le Tésin, et aurait eu
encore un passage à effectuer. Mais, à Plaisance, cet inconvénient
n'existait plus, car le Tésin est déjà réuni au Pô.

Le 18 mai, la division Liptai, avertie la première, s'était portée à
Fombio, à une petite distance du Pô, sur la route de Pizzighitone.
Bonaparte, ne voulant pas la laisser s'établir dans une position où
toute l'armée autrichienne allait se rallier, et où il pouvait être
ensuite obligé de recevoir la bataille avec le Pô à dos, se hâte de
combattre avec ce qu'il avait de forces sous la main. Il fond sur cette
division qui s'était retranchée, la déloge après une action sanglante,
et lui fait deux mille prisonniers. Le reste de la division, gagnant la
route de Pizzighitone, va s'enfermer dans cette place.

Le soir du même jour, Beaulieu, averti du passage du Pô à Plaisance,
arrivait au secours de la division Liptai. Il ignorait le désastre de
cette division; il donna dans les avant-postes français, fut accueilli
chaudement et obligé de se replier en toute hâte. Malheureusement le
brave général Laharpe, si utile à l'armée par son intelligence et sa
bravoure, fut tué par ses propres soldats, au milieu de l'obscurité de
la nuit. Toute l'armée regretta ce brave Suisse, que la tyrannie de
Berne avait conduit en France.

Le Pô franchi, le Tésin tourné, Beaulieu battu et hors d'état de tenir
la campagne, la route de Milan était ouverte. Il était naturel à un
vainqueur de vingt-six ans d'être impatient d'y entrer. Mais avant
tout, Bonaparte désirait achever de détruire Beaulieu. Pour cela, il ne
voulait pas se contenter de le battre, il voulait encore le tourner, lui
couper sa retraite, et l'obliger, s'il était possible, à mettre bas les
armes. Il fallait, pour arriver à ce but, le prévenir au passage des
fleuves. Une multitude de fleuves descendent des Alpes, et traversent la
Lombardie pour se rendre dans le Pô ou dans l'Adriatique. Après le Pô
et le Tésin, viennent l'Adda, l'Oglio, le Mincio, l'Adige et quantité
d'autres encore. Bonaparte avait maintenant devant lui l'Adda, qu'il
n'avait pas pu tourner comme le Tésin, parce qu'il aurait fallu ne
traverser le Pô qu'à Crémone. On passe l'Adda à Pizzighitone; mais les
débris de la division Liptai venaient de se jeter dans cette place.
Bonaparte se hâta de remonter l'Adda, pour arriver au pont de Lodi.
Beaulieu y était bien avant lui. On ne pouvait donc pas le prévenir
au passage de ce fleuve. Mais Beaulieu n'avait à Lodi que douze mille
hommes et quatre mille cavaliers. Deux autres divisions, sous Colli et
Wukassovich, avaient fait un détour sur Milan, pour jeter garnison dans
le château, et devaient revenir ensuite sur l'Adda pour le passer à
Cassano, fort au-dessus de Lodi. En essayant donc de franchir l'Adda à
Lodi, malgré la présence de Beaulieu, on pouvait arriver sur l'autre
rive avant que les deux divisions, qui devaient passer à Cassano,
eussent achevé leur mouvement. Alors, il y avait espoir de les couper.

Bonaparte se trouve devant Lodi le 20 floréal (9 mai). Cette ville
est placée sur la rive même par laquelle arrivait l'armée française.
Bonaparte la fait attaquer à l'improviste, et y pénètre malgré les
Autrichiens. Ceux-ci, quittant alors la ville, se retirent par le pont,
et vont se réunir sur l'autre rive au gros de leur armée. C'est sur ce
pont qu'il fallait passer, en sortant de Lodi, pour franchir l'Adda.
Douze mille hommes d'infanterie et quatre mille cavaliers étaient rangés
sur le bord opposé; vingt pièces d'artillerie enfilaient le pont; une
nuée de tirailleurs étaient placés sur les rives. Il n'était pas d'usage
à la guerre de braver de pareilles difficultés: un pont défendu par
seize mille hommes et vingt pièces d'artillerie était un obstacle qu'on
ne cherchait pas à surmonter. Toute l'armée française s'était mise à
l'abri du feu derrière les murs de Lodi, attendant ce qu'ordonnerait le
général. Bonaparte sort de la ville, parcourt tous les bords du fleuve
au milieu d'une grêle de balles et de mitraille, et, après avoir arrêté
son plan, rentre dans Lodi pour le faire exécuter. Il ordonne à sa
cavalerie de remonter l'Adda pour aller essayer de le passer à gué
au-dessus du pont; puis il fait former une colonne de six mille
grenadiers; il parcourt leurs rangs, les encourage, et leur communique,
par sa présence et par ses paroles, un courage extraordinaire. Alors il
ordonne de déboucher par la porte qui donnait sur le pont, et de marcher
au pas de course. Il avait calculé que, par la rapidité du mouvement,
la colonne n'aurait pas le temps de souffrir beaucoup. Cette colonne
redoutable serre ses rangs, et débouche en courant sur le pont. Un feu
épouvantable est vomi sur elle; la tête entière est renversée. Néanmoins
elle avance: arrivée au milieu du pont, elle hésite, mais les généraux
la soutiennent de la voix et de leur exemple. Elle se raffermit, marche
en avant, arrive sur les pièces et tue les canonniers qui veulent les
défendre. Dans cet instant, l'infanterie autrichienne s'approche à son
tour pour soutenir son artillerie; mais après ce qu'elle venait de
faire, la terrible colonne ne craignait plus les baïonnettes; elle fond
sur les Autrichiens au moment où notre cavalerie, qui avait trouvé un
gué, menaçait leurs flancs; elle les renverse, les disperse, et leur
fait deux mille prisonniers.

Ce coup d'audace extraordinaire avait frappé les Autrichiens
d'étonnement; mais malheureusement il devenait inutile. Colli et
Wukassovich étaient parvenus à gagner la chaussée de Brescia, et ne
pouvaient plus être coupés. Si le résultat était manqué, du moins la
ligne de l'Adda se trouvait emportée, le courage des soldats était au
plus haut point d'exaltation, leur dévouement pour leur général, au
comble.

Dans leur gaieté ils imaginèrent un usage singulier qui peint le
caractère national. Les plus vieux soldats s'assemblèrent un jour, et,
trouvant leur général bien jeune, imaginèrent de le faire passer par
tous les grades: à Lodi, ils le nommèrent caporal, et le saluèrent,
quand il parut au camp, du titre, si fameux depuis, de _petit caporal_.
On les verra plus tard lui en conférer d'autres, à mesure qu'il les
avait mérités.

L'armée autrichienne était assurée de sa retraite sur le Tyrol; il n'y
avait plus aucune utilité à la suivre. Bonaparte songea alors à
se rabattre sur la Lombardie, pour en prendre possession, et pour
l'organiser. Les débris de la division Liptai s'étaient retranchés à
Pizzighitone, et pouvaient en faire une place forte. Il s'y porta pour
les en chasser. Il se fit ensuite précéder par Masséna à Milan; Augereau
rétrograda pour occuper Pavie. Il voulait imposer à cette grande ville,
célèbre par son université, et lui faire voir l'une des plus belles
divisions de l'armée. Les divisions Serrurier et Laharpe furent laissées
à Pizzighitone, Lodi, Crémone et Cassano, pour garder l'Adda.

Bonaparte songea enfin à se rendre à Milan. A l'approche de l'armée
française, les partisans de l'Autriche, et tous ceux qu'épouvantait la
renommée de nos soldats, qu'on disait aussi barbares que courageux,
avaient fui, et couvraient les routes de Brescia et du Tyrol. L'archiduc
était parti, et on l'avait vu verser des larmes en quittant sa belle
capitale. La plus grande partie des Milanais se livraient à l'espérance
et attendaient notre armée dans les plus favorables dispositions. Quand
ils eurent reçu la première division commandée par Masséna, et qu'ils
virent ces soldats dont la renommée était si effrayante, respecter
les propriétés, ménager les personnes, et manifester la bienveillance
naturelle à leur caractère, ils furent pleins d'enthousiasme, et les
comblèrent des meilleurs traitemens. Les patriotes accourus de toutes
les parties d'Italie, attendaient ce jeune vainqueur dont les exploits
étaient si rapides, et dont le nom italien leur était si doux à
prononcer. Sur-le-champ on envoya le comte de Melzi au devant de
Bonaparte pour lui promettre obéissance. On forma une garde nationale,
et on l'habilla aux trois couleurs, vert, rouge et blanc; le duc de
Serbelloni fut chargé de la commander. On éleva un arc de triomphe pour
y recevoir le général français. Le 26 floréal (15 mai), un mois après
l'ouverture de la campagne, Bonaparte fit son entrée à Milan. Le
peuple entier de cette capitale était accouru à sa rencontre. La garde
nationale était sous les armes. La municipalité vint lui remettre les
clés de la ville. Les acclamations le suivirent pendant toute sa marche,
jusqu'au palais Serbelloni, où était préparé son logement. Maintenant
l'imagination des Italiens lui était acquise comme celle des soldats, et
il pouvait agir par la force morale, autant que par la force physique.

Son but n'était pas de s'arrêter à Milan plus qu'il n'avait fait à
Cherasco, après la soumission du Piémont. Il voulait y séjourner assez
pour organiser provisoirement la province, pour en tirer les ressources
nécessaires à son armée, et pour régler toutes choses sur ses derrières.
Son projet ensuite était toujours de courir à l'Adige et à Mantoue, et
s'il était possible, jusque dans le Tyrol et au-delà des Alpes.

Les Autrichiens avaient laissé deux mille hommes dans le château de
Milan. Bonaparte le fit investir sur-le-champ. On convint avec le
commandant du château qu'il ne tirerait pas sur la ville, car elle était
une propriété autrichienne qu'il n'avait pas intérêt à détruire. Les
travaux du siége furent commencés sur-le-champ.

Bonaparte, sans se trop engager avec les Milanais, et sans leur
promettre une indépendance qu'il ne pouvait pas leur assurer, leur donna
cependant assez d'espérances pour exciter leur patriotisme. Il leur tint
un langage énergique, et leur dit, que pour avoir la liberté, il fallait
la mériter, en l'aidant à soustraire pour jamais l'Italie à l'Autriche.
Il institua provisoirement une administration municipale. Il fit
former des gardes nationales partout, afin de donner un commencement
d'organisation militaire à la Lombardie. Il s'occupa ensuite des besoins
de son armée, et fut obligé de frapper une contribution de 20 millions
sur le Milanais. Cette mesure lui semblait fâcheuse, parce qu'elle
devait retarder la marche de l'esprit public; mais elle ne fut cependant
pas trop mal accueillie; d'ailleurs elle était indispensable. Grâce aux
magasins trouvés dans le Piémont, aux blés fournis par le duc de
Parme, l'armée était dans une grande abondance de vivres. Les soldats
engraissaient, ils mangeaient du bon pain, de la bonne viande, et
buvaient de l'excellent vin. Ils étaient contens, et commençaient à
observer une exacte discipline. Il ne restait plus qu'à les habiller.
Couverts de leurs vieux habits des Alpes, ils étaient déguenillés, et
n'étaient imposans que par leur renommée, leur tenue martiale, et leur
belle discipline. Bonaparte trouva bientôt de nouvelles ressources. Le
duc de Modène, dont les états longeaient le Pô, au-dessous de ceux du
duc de Parme, lui dépêcha des envoyés pour obtenir les mêmes conditions
que le duc de Parme. Ce vieux prince avare, voyant toutes ses
prédictions réalisées, s'était sauvé à Venise, avec ses trésors,
abandonnant le gouvernement de ses états à une régence. Ne voulant pas
cependant les perdre, il demandait à traiter. Bonaparte ne pouvait
accorder la paix, mais il pouvait accorder des armistices, qui
équivalaient à une paix, et qui le rendaient maître de toutes les
existences en Italie. Il exigea 10 millions, des subsistances de toute
espèce, des chevaux, et des tableaux.

Avec ces ressources obtenues dans le pays, il établit, sur les bords du
Pô, de grands magasins, des hôpitaux fournis d'effets pour quinze mille
malades, et remplit toutes les caisses de l'armée. Se jugeant même assez
riche, il achemina sur Gênes quelques millions pour le directoire. Comme
il savait en outre que l'armée du Rhin manquait de fonds, et que cette
pénurie arrêtait son entrée en campagne, il fit envoyer par la Suisse
un million à Moreau. C'était un acte de bon camarade, qui lui était
honorable et utile; car il importait que Moreau entrât en campagne pour
empêcher les Autrichiens de porter leurs principales forces en Italie.

A la vue de toutes ces choses, Bonaparte se confirmait davantage dans
ses projets. Il n'était pas nécessaire, selon lui, de marcher contre les
princes d'Italie; il ne fallait agir que contre les Autrichiens; tant
qu'on résisterait à ceux-ci, et qu'on pourrait leur interdire le retour
en Lombardie, tous les états italiens, tremblant sous l'ascendant de
l'armée française, se soumettraient l'un après l'autre. Les ducs de
Parme et de Modène s'étaient soumis. Rome, Naples, en feraient autant,
si l'on restait maître des portes de l'Italie. Il fallait de même
garder l'expectative à l'égard des peuples; et, sans renverser les
gouvernemens, attendre que les sujets se soulevassent eux-mêmes.

Mais, au milieu de ces pensées si justes, de ces travaux si vastes,
une contrariété des plus fâcheuses vint l'arrêter. Le directoire était
enchanté de ses services; mais Carnot, en lisant ses dépêches, écrites
avec énergie et précision, et aussi avec une imagination extrême, fut
épouvanté de ses plans gigantesques. Il trouvait avec raison, que
vouloir traverser le Tyrol, et franchir les Alpes une seconde fois,
était un projet trop extraordinaire, et même impossible; mais à son
tour, pour corriger le projet du jeune capitaine, il en concevait un
autre bien plus dangereux. La Lombardie conquise, il fallait se replier,
suivant Carnet, dans la péninsule, aller punir le pape et les Bourbons
de Naples, et chasser les Anglais de Livourne, où le duc de Toscane les
laissait dominer. Pour cela Carnot ordonnait, au nom du directoire, de
partager l'armée d'Italie en deux, d'en laisser une partie en Lombardie,
sous les ordres de Kellermann, et de faire marcher l'autre sur Rome
et sur Naples, sous les ordres de Bonaparte. Ce projet désastreux
renouvelait la faute que les Français ont toujours faite, de s'enfoncer
dans la péninsule avant d'être maîtres de la Haute-Italie. Ce n'est
pas au pape, au roi de Naples, qu'il faut disputer l'Italie, c'est aux
Autrichiens. Or, la ligne d'opération n'est pas alors sur le Tibre, mais
sur l'Adige. L'impatience de posséder nous porta toujours à Rome, à
Naples, et pendant que nous courions dans la péninsule, nous vîmes
toujours la route se fermer sur nous. Il était naturel à des
républicains de vouloir sévir contre un pape et un Bourbon; mais ils
commettaient la faute des anciens rois de France.

Bonaparte, dans son projet de se jeter dans la vallée du Danube, n'avait
vu que les Autrichiens; c'était en lui l'exagération de la vérité chez
un esprit juste, mais jeune; il ne pouvait donc, après une pareille
conviction, consentir à marcher dans la péninsule; d'ailleurs, sentant
l'importance de l'unité de direction dans une conquête qui exigeait
autant de génie politique que de génie militaire, il ne pouvait
supporter l'idée de partager le commandement avec un vieux général,
brave, mais médiocre, et plein d'amour-propre. C'était en lui l'égoïsme
si légitime du génie, qui veut faire seul sa tâche, parce qu'il se sent
seul capable de la remplir. Il se conduisit ici comme sur le champ de
bataille; il hasarda son avenir, et offrit sa démission dans une lettre
aussi respectueuse que hardie. Il sentait bien qu'on n'oserait pas
l'accepter; mais il est certain qu'il aimait encore mieux se démettre
qu'obéir, car il ne pouvait consentir à laisser perdre sa gloire et
l'armée, en exécutant un mauvais plan.

Opposant la raison la plus lumineuse aux erreurs du directeur Carnot,
il dit qu'il fallait toujours faire face aux Autrichiens, et s'occuper
d'eux seuls; qu'une simple division, s'échelonnant en arrière sur le Pô
et sur Ancône, suffirait pour épouvanter la péninsule, et obliger Rome
et Naples à demander quartier. Il se disposa sur-le-champ à partir
de Milan, pour courir à l'Adige et faire le siége de Mantoue. Il se
proposait d'attendre là les nouveaux ordres du directoire, et la réponse
à ses dépêches.

Il publia une nouvelle proclamation à ses soldats, qui devait frapper
vivement leur imagination, et qui était faite aussi pour agir fortement
sur celle du pape et du roi de Naples.

«Soldats, vous vous êtes précipités comme un torrent du haut de
l'Apennin; vous avez culbuté, dispersé tout ce qui s'opposait à votre
marche. Le Piémont, délivré de la tyrannie autrichienne, s'est livré à
ses sentimens naturels de paix et d'amitié pour la France. Milan est à
vous, et le pavillon républicain flotte dans toute la Lombardie. Les
ducs de Parme et de Modène ne doivent leur existence politique qu'à
votre générosité. L'armée qui vous menaçait avec orgueil ne trouve
plus de barrière qui la rassure contre votre courage; le Pô, le Tésin,
l'Adda, n'ont pu vous arrêter un seul jour; ces boulevarts tant vantés
de l'Italie ont été insuffisans; vous les avez franchis aussi rapidement
que l'Apennin. Tant de succès ont porté la joie dans le sein de la
patrie; vos représentans ont ordonné une fête dédiée à vos victoires,
célébrées dans toutes les communes de la république. Là, vos pères,
vos mères, vos épouses, vos soeurs, vos amantes, se réjouissent de vos
succès, et se vantent avec orgueil de vous appartenir. Oui, soldats,
vous avez beaucoup fait... mais ne vous reste-t-il donc plus rien à
faire?... Dira-t-on de nous que nous avons su vaincre, mais que
nous n'avons pas su profiter de la victoire? La postérité vous
reprochera-t-elle d'avoir trouvé Capoue dans la Lombardie? Mais je vous
vois déjà courir aux armes.... Eh bien! partons! Nous avons encore
des marches forcées à faire, des ennemis à soumettre, des lauriers à
cueillir, des injures à venger. Que ceux qui ont aiguisé les poignards
de la guerre civile en France, qui ont lâchement assassiné nos
ministres, incendié nos vaisseaux à Toulon, tremblent! L'heure de la
vengeance a sonné; mais que les peuples soient sans inquiétude; nous
sommes amis de tous les peuples, et plus particulièrement des descendans
de Brutus, des Scipion, et des grands hommes que nous avons pris pour
modèles. Rétablir le Capitole, y placer avec honneur les statues des
héros qui le rendirent célèbre; réveiller le peuple romain, engourdi par
plusieurs siècles d'esclavage, tel sera le fruit de nos victoires. Elles
feront époque dans la postérité: vous aurez la gloire immortelle de
changer la face de la plus belle partie de l'Europe. Le peuple français,
libre, respecté du monde entier, donnera à l'Europe une paix glorieuse,
qui l'indemnisera des sacrifices de toute espèce qu'il a faits depuis
six ans. Vous rentrerez alors dans vos foyers, et vos concitoyens diront
en vous montrant: _Il était de l'armée d'Italie_.»

Il n'était resté que huit jours à Milan; il en partit le 2 prairial (21
mai), pour se rendre à Lodi, et s'avancer vers l'Adige.

Tandis que Bonaparte poursuivait sa marche, un événement inattendu le
rappela tout à coup à Milan. Les nobles, les moines, les domestiques des
familles fugitives, une foule de créatures du gouvernement autrichien,
y préparaient une révolte contre l'armée française. Ils répandirent que
Beaulieu, renforcé, arrivait avec soixante mille hommes; que le prince
de Condé débouchait par la Suisse, sur les derrières des républicains,
et qu'ils allaient être perdus. Les prêtres, usant de leur influence
sur quelques paysans qui avaient souffert du passage de l'armée, les
excitèrent à prendre les armes. Bonaparte n'étant plus à Milan, on crut
que le moment était favorable pour opérer la révolte, et faire soulever
toute la Lombardie sur ses derrières. La garnison du château de Milan
donna le signal par une sortie. Aussitôt le tocsin sonna dans toutes les
campagnes environnantes; des paysans armés se transportèrent à Milan
pour s'en emparer. Mais la division que Bonaparte avait laissée pour
bloquer le château, ramena vivement la garnison dans ses murs, et
chassa les paysans qui se présentaient. Dans les environs de Pavie, les
révoltés eurent plus de succès. Ils entrèrent dans cette ville, et s'en
emparèrent malgré trois cents hommes que Bonaparte y avait laissés en
garnison. Ces trois cents hommes, fatigués ou malades, se renfermèrent
dans un fort, pour n'être pas massacrés. Les insurgés entourèrent le
fort, et le sommèrent de se rendre. Un général français, qui passait
dans ce moment à Pavie, fut entouré; on l'obligea, le poignard sur la
gorge, à signer un ordre pour engager la garnison à ouvrir ses portes.
L'ordre fut signé et exécuté.

Cette révolte pouvait avoir des conséquences désastreuses; elle pouvait
provoquer une insurrection générale, et amener la perte de l'armée
française. L'esprit public d'une nation est toujours plus avancé dans
les villes que dans les campagnes. Tandis que la population des villes
d'Italie se déclarait pour nous, les paysans, excités par les moines, et
foulés par le passage des armées, étaient fort mal disposés. Bonaparte
se trouvait à Lodi, lorsqu'il apprit, le 4 prairial (23 mai), les
événemens de Milan et de Pavie; sur-le-champ il rebroussa chemin
avec trois cents chevaux, un bataillon de grenadiers, et six pièces
d'artillerie. L'ordre était déjà rétabli dans Milan. Il continua sa
route sur Pavie, en se faisant précéder par l'archevêque de Milan. Les
insurgés avaient poussé une avant-garde jusqu'au bourg de Binasco.
Lannes la dispersa. Bonaparte, pensant qu'il fallait agir avec
promptitude et vigueur, pour arrêter le mal dans sa naissance, fit
mettre le feu à ce bourg, afin d'effrayer Pavie par la vue des flammes.
Arrivé devant cette ville, il s'arrêta. Elle renfermait trente mille
habitans, elle était entourée d'un vieux mur, et occupée par sept
ou huit mille paysans révoltés. Ils avaient fermé les portes, et
couronnaient les murailles. Prendre cette ville avec trois cents chevaux
et un bataillon, n'était pas chose aisée; et cependant il ne fallait pas
perdre de temps, car l'armée était déjà sur l'Oglio, et avait besoin de
la présence de son général. Dans la nuit, Bonaparte fit afficher aux
portes de Pavie une proclamation menaçante, dans laquelle il disait
qu'une multitude égarée et sans moyens réels de résistance bravait une
armée triomphante des rois, et voulait perdre le peuple italien; que,
persistant dans son intention de ne pas faire la guerre aux peuples,
il voulait bien pardonner à ce délire, et laisser une porte ouverte au
repentir; mais que ceux qui ne poseraient pas les armes à l'instant
seraient traités comme rebelles, et que leurs villages seraient brûlés.
Les flammes de Binasco, ajoutait-il, devaient leur servir de leçon.
Le matin, les paysans, qui dominaient dans la ville, refusaient de la
rendre; Bonaparte fit balayer les murailles par de la mitraille et des
obus, ensuite il fit approcher ses grenadiers, qui enfoncèrent les
portes à coups de hache. Ils pénétrèrent dans la ville, et eurent un
combat à soutenir dans les rues. Cependant on ne leur résista pas
long-temps. Les paysans s'enfuirent, et livrèrent la malheureuse Pavie
au courroux du vainqueur. Les soldats demandaient le pillage à grands
cris. Bonaparte, pour donner un exemple sévère, leur accorda trois
heures de pillage. Ils étaient à peine un millier d'hommes, et ils
ne pouvaient pas causer de grands désastres dans une ville aussi
considérable que Pavie. Ils fondirent sur les boutiques d'orfèvrerie, et
s'emparèrent de beaucoup de bijoux. L'acte le plus condamnable fut le
pillage du Mont-de-Piété; mais heureusement en Italie comme partout
où il y a des grands, pauvres et vaniteux, les monts-de-piété étaient
remplis d'objets appartenant aux plus hautes classes du pays. Les
maisons de Spallanzani et de Volta furent préservées par les officiers,
qui gardèrent eux-mêmes les demeures de ces illustres savans. Exemple
doublement honorable et pour la France et pour l'Italie!

Bonaparte lança ensuite dans la campagne ses trois cents chevaux, et fit
sabrer une grande quantité de révoltés. Cette prompte répression ramena
la soumission partout, et imposa au parti qui en Italie était opposé à
la liberté et à la France. Il est triste d'être réduit à employer des
moyens pareils; mais Bonaparte le devait sous peine de sacrifier son
armée et les destinées de l'Italie. Le parti des moines trembla; les
malheurs de Pavie, racontés de bouche en bouche, furent exagérés; et
l'armée française recouvra sa renommée formidable.

Cette expédition terminée, Bonaparte rebroussa chemin sur-le-champ pour
rejoindre l'armée qui était sur l'Oglio, et qui allait passer sur le
territoire vénitien.

A l'approche de l'armée française, la question, tant agitée à Venise, du
parti à prendre entre l'Autriche et la France, fut discutée de nouveau
par le sénat. Quelques vieux oligarques, qui avaient conservé de
l'énergie, auraient voulu qu'on s'alliât sur-le-champ à l'Autriche,
patronne naturelle de tous les vieux despotismes; mais on craignait
pour l'avenir l'ambition autrichienne, et dans le moment les foudres
françaises. D'ailleurs il fallait prendre les armes, résolution qui
coûtait beaucoup à un gouvernement énervé. Quelques jeunes oligarques
aussi énergiques, mais moins entêtés que les vieux, voulaient aussi
une détermination courageuse; ils proposaient de faire un armement
formidable, mais de garder la neutralité, et de menacer de cinquante
mille hommes celle des deux puissances qui violerait le territoire
vénitien. Cette résolution était forte, mais trop forte pour être
adoptée. Quelques esprits sages, au contraire, proposaient un troisième
parti, c'était l'alliance avec la France. Le sénateur Battaglia, esprit
fin, pénétrant et modéré, présenta des raisonnemens que la suite des
temps a rendus pour ainsi dire prophétiques. Selon lui, la neutralité,
même armée, était la plus mauvaise de toutes les déterminations. On
ne pourrait pas se faire respecter, quelque force qu'on déployât; et
n'ayant attaché aucun des deux partis à sa cause, on serait tôt ou tard
sacrifié par tous les deux. Il fallait donc se décider pour l'Autriche
ou pour la France. L'Autriche était pour le moment expulsée de l'Italie;
et même, en lui supposant les moyens d'y rentrer, elle ne le pourrait
pas avant deux mois, temps pendant lequel la république pourrait être
détruite par l'armée française; d'ailleurs, l'ambition de l'Autriche
était toujours la plus redoutable pour Venise. Elle lui avait toujours
envié ses provinces de l'Illyrie et de la Haute-Italie, et saisirait la
première occasion de les lui enlever. La seule garantie contre cette
ambition était la puissance de la France, qui n'avait rien à envier à
Venise, et qui serait toujours intéressée à la défendre. La France, il
est vrai, avait des principes qui répugnaient à la noblesse vénitienne;
mais il était temps enfin de se résigner à quelques sacrifices
indispensables à l'esprit du siècle, et de faire aux nobles de la
terre-ferme les concessions qui pouvaient seules les rattacher à la
république et au Livre d'or. Avec quelques modifications légères à
l'ancienne constitution, on pouvait satisfaire l'ambition de toutes les
classes de sujets vénitiens, et s'attacher la France; si de plus on
prenait les armes pour celle-ci, on pouvait espérer, peut-être, en
récompense des services qu'on lui aurait rendus, les dépouilles de
l'Autriche en Lombardie. Dans tous les cas, répétait le sénateur
Battaglia, la neutralité était le plus mauvais de tous les partis.

Cet avis, dont le temps a démontré la sagesse, blessait trop
profondément l'orgueil et les haines de la vieille aristocratie
vénitienne pour être adopté. Il faut dire aussi qu'on ne comptait point
assez sur la durée de la puissance française en Italie, pour s'allier à
elle. Il y avait un ancien axiome italien qui disait que l'_Italie était
le tombeau des Français_, et on craignait de se trouver exposé ensuite,
sans aucune défense, au courroux de l'Autriche.

A ces trois partis on préféra le plus commode, le plus conforme aux
routines et à la mollesse de ce vieux gouvernement, la neutralité
désarmée. On décida qu'il serait envoyé des provéditeurs au-devant de
Bonaparte pour protester de la neutralité de la république, et réclamer
le respect dû au territoire et aux sujets vénitiens. On avait une grande
terreur des Français, mais on les savait faciles et sensibles aux bons
traitemens. Ordre fut donné à tous les agens du gouvernement de les
traiter et de les recevoir à merveille, de s'emparer des officiers et
des généraux afin de capter leur bienveillance.

Bonaparte, en arrivant sur le territoire de Venise, avait tout autant
besoin de prudence que Venise elle-même. Cette puissance, quoique aux
mains d'un gouvernement affaibli, était grande encore; il fallait ne pas
l'indisposer au point de la forcer à s'armer; car alors la Haute-Italie
n'aurait plus été tenable pour les Français; mais il fallait cependant,
tout en observant la neutralité, obliger Venise à nous souffrir sur son
territoire, à nous y laisser battre, à nous y nourrir même s'il était
possible. Elle avait donné passage aux Autrichiens; c'était la raison
dont il fallait se servir pour tout se permettre et tout exiger, en
restant dans les limites de la neutralité.

Bonaparte en entrant à Brescia, publia une proclamation dans laquelle
il disait, qu'en traversant le territoire vénitien afin de poursuivre
l'armée impériale, qui avait eu la permission de le franchir, il
respecterait le territoire et les habitans de la république de Venise,
qu'il ferait observer la plus grande discipline à son armée, que tout ce
qu'elle prendrait serait payé, et qu'il n'oublierait point les antiques
liens qui unissaient les deux républiques. Il fut très-bien reçu par
le provéditeur vénitien de Brescia, et poursuivit sa marche. Il avait
franchi l'Oglio, qui coule après l'Adda; il arriva devant le Mincio, qui
sort du lac de Garda, circule dans la plaine du Mantouan, puis forme,
après quelques lieues, un nouveau lac, au milieu duquel est placé
Mantoue, et va enfin se jeter dans le Pô. Beaulieu, renforcé de dix
mille hommes, s'était placé sur la ligne du Mincio, pour la défendre[4].
Une avant-garde de quatre mille fantassins et de deux mille cavaliers
était rangée en avant du fleuve, au village de Borghetto. Le gros de
l'armée était placé au-delà du Mincio, sur la position de Valeggio; la
réserve était un peu plus en arrière à Villa-Franca; des corps détachés
gardaient le cours du Mincio, au-dessus et au-dessous de Valeggio. La
ville vénitienne de Peschiera est située sur le Mincio, à sa sortie du
lac de Garda. Beaulieu, qui voulait avoir cette place pour appuyer
plus solidement la droite de sa ligne, trompa les Vénitiens; et, sous
prétexte d'obtenir passage pour cinquante hommes, surprit la ville, et
y plaça une forte garnison. Elle avait une enceinte bastionnée et
quatre-vingts pièces de canon.

[Footnote 4: Voyez la carte à la fin du volume.]

Bonaparte, en avançant sur cette ligne, négligea tout à fait Mantoue,
qui était à sa droite, et qu'il n'était pas temps de bloquer encore,
et appuya sur sa gauche vers Peschiera. Son projet était de passer
le Mincio à Borghetto et Valeggio. Pour cela, il lui fallait tromper
Beaulieu sur son intention. Il fit ici comme au passage du Pô; il
dirigea un corps sur Peschiera et un autre sur Lonato, de manière à
inquiéter Beaulieu sur le Haut-Mincio, et à lui faire supposer qu'il
voulait ou passer à Peschiera, ou tourner le lac de Garda. En même
temps, il dirigea son attaque la plus sérieuse sur Borghetto. Ce
village, placé en avant du Mincio, était, comme on vient de dire, gardé
par quatre mille fantassins et deux mille cavaliers. Le 9 prairial (28
mai) Bonaparte engagea l'action. Il avait toujours eu de la peine à
faire battre sa cavalerie. Elle était peu habituée à charger, parce
qu'on n'en faisait pas autrefois un grand usage, et qu'elle était
d'ailleurs intimidée par la grande réputation de la cavalerie allemande.
Bonaparte voulait à tout prix la faire battre, parce qu'il attachait une
grande importance aux services qu'elle pouvait rendre. En avançant sur
Borghetto, il distribua ses grenadiers et ses carabiniers à droite et
à gauche de sa cavalerie, il plaça l'artillerie par derrière, et après
l'avoir ainsi enfermée, il la poussa sur l'ennemi. Soutenue de tous
côtés, et entraînée par le bouillant Murat, elle fit des prodiges, et
mit en fuite les escadrons autrichiens. L'infanterie aborda ensuite
le village de Borghetto, dont elle s'empara. Les Autrichiens, en se
retirant par le pont qui conduit de Borghetto à Valeggio, voulurent le
rompre. Ils parvinrent en effet à détruire une arche. Mais quelques
grenadiers, conduits par le général Gardanne, entrèrent dans les flots
du Mincio, qui était guéable en quelques endroits, et le franchirent en
tenant leurs armes sur leurs têtes, et en bravant le feu des hauteurs
opposées. Les Autrichiens crurent voir la colonne de Lodi, et se
retirèrent sans détruire le pont. L'arche rompue fut rétablie, et
l'armée put passer. Bonaparte se mit sur-le-champ à remonter le Mincio
avec la division Augereau, afin de donner la chasse aux Autrichiens;
mais ils refusèrent le combat toute la journée. Il laissa la division
Augereau continuer la poursuite, et il revint à Valeggio, où se trouvait
la division Masséna, qui commençait à faire la soupe. Tout à coup la
charge sonna, les hussards autrichiens fondirent au milieu du bourg;
Bonaparte eut à peine le temps de se sauver. Il monta à cheval, et
reconnut bientôt que c'était un des corps ennemis laissés à la garde
du Bas-Mincio, qui remontait le fleuve pour joindre Beaulieu, dans sa
retraite vers les montagnes. La division Masséna courut aux armes, et
donna la chasse à cette division, qui parvint cependant à rejoindre
Beaulieu.

Le Mincio était donc franchi. Bonaparte avait décidé une seconde fois la
retraite des Impériaux, qui se rejetaient définitivement dans le
Tyrol. Il avait obtenu un avantage important, celui de faire battre sa
cavalerie, qui maintenant ne craignait plus celle des Autrichiens. Il
attachait à cela un grand prix. On se servait peu de la cavalerie
avant lui, et il avait jugé qu'on pouvait en tirer un grand parti, en
l'employant à couvrir l'artillerie. Il avait calculé que l'artillerie
légère et la cavalerie, employées à propos, pouvaient produire l'effet
d'une masse d'infanterie dix fois plus forte. Il affectionnait déjà
beaucoup le jeune Murat, qui savait faire battre ses escadrons; mérite
qu'il regardait alors comme fort rare chez les officiers de cette arme.
La surprise qui avait mis sa personne en danger lui inspira une autre
idée: ce fut de former un corps d'hommes d'élite, qui, sous le nom de
guides, devaient l'accompagner partout. Sa sûreté personnelle n'était
qu'un objet secondaire à ses yeux; il voyait l'avantage d'avoir toujours
sous sa main un corps dévoué et capable des actions les plus hardies. On
le verra en effet décider de grandes choses, en lançant vingt-cinq de
ces braves gens. Il en donna le commandement à un officier de cavalerie,
intrépide et calme, fort connu depuis sous le nom de Bessières.

Beaulieu avait évacué Peschiera, pour remonter dans le Tyrol. Un combat
s'était engagé avec l'arrière-garde autrichienne, et l'armée française
n'était entrée dans la ville qu'après une action assez vive. Les
Vénitiens n'ayant pas pu la soustraire à Beaulieu, elle avait cessé
d'être neutre; et les Français étaient autorisés à s'y établir.
Bonaparte savait bien que les Vénitiens avaient été trompés par
Beaulieu, mais il résolut de se servir de cet événement pour obtenir
d'eux tout ce qu'il désirait. Il voulait la ligne de l'Adige et
particulièrement l'importante ville de Vérone qui commande le fleuve; il
voulait surtout se faire nourrir.

Le provéditeur Foscarelli, vieil oligarque vénitien, très-entêté dans
ses préjugés, et plein de haine contre la France, était chargé de se
rendre au quartier-général de Bonaparte. On lui avait dit que le général
était extrêmement courroucé de ce qui était arrivé à Peschiera, et la
renommée répandait que son courroux était redoutable. Binasco, Pavie,
faisaient foi de sa sévérité; deux armées détruites et l'Italie
conquise, faisaient foi de sa puissance. Le provéditeur vint
à Peschiera, plein de terreur, et en partant il écrivit à son
gouvernement: _Dieu veuille me recevoir en holocauste!_ Il avait pour
mission spéciale d'empêcher les Français d'entrer à Vérone. Cette ville,
qui avait donné asile au prétendant, était dans la plus cruelle anxiété.
Le jeune Bonaparte, qui avait des colères violentes, et qui en avait
aussi de feintes, n'oublia rien pour augmenter l'effroi du provéditeur.
Il s'emporta vivement contre le gouvernement vénitien, qui prétendait
être neutre et ne savait pas faire respecter sa neutralité; qui, en
laissant les Autrichiens s'emparer de Peschiera, avait exposé l'armée
française à perdre un grand nombre de braves devant cette place. Il dit
que le sang de ses compagnons d'armes demandait vengeance, et qu'il
la fallait éclatante. Le provéditeur excusa beaucoup les autorités
vénitiennes, et parla ensuite de l'objet essentiel, qui était Vérone. Il
prétendit qu'il avait ordre d'en interdire l'entrée aux deux puissances
belligérantes. Bonaparte lui répondit qu'il n'était plus temps; que déjà
Masséna s'y était rendu; que peut-être, en cet instant, il y avait mis
le feu pour punir cette ville qui avait eu l'insolence de se regarder un
moment comme la capitale de l'empire français. Le provéditeur supplia
de nouveau; et Bonaparte, feignant de s'adoucir un peu, répondit qu'il
pourrait tout au plus, si Masséna n'y était pas déjà entré de vive
force, donner un délai de vingt-quatre heures, après lequel il
emploierait la bombe et le canon.

Le provéditeur se retira consterné. Il retourna à Vérone, où il annonça
qu'il fallait recevoir les Français. A leur approche, les habitans
les plus riches, croyant qu'on ne leur pardonnerait pas le séjour
du prétendant dans leur ville, s'enfuirent en foule dans le Tyrol,
emportant ce qu'ils avaient de plus précieux. Cependant les Véronais
se rassurèrent bientôt en voyant les Français, et en se persuadant, de
leurs propres yeux, que ces républicains n'étaient pas aussi barbares
que le publiait la renommée.

Deux autres envoyés vénitiens arrivèrent à Vérone pour voir Bonaparte.
On avait fait choix des sénateurs Erizzo et Battaglia. Ce dernier était
celui dont nous avons parlé, qui penchait pour l'alliance avec la
France, et on espérait à Venise que ces deux nouveaux ambassadeurs
réussiraient mieux que Foscarelli à calmer le général. Il les reçut en
effet beaucoup mieux que Foscarelli; et, maintenant qu'il avait atteint
l'objet de ses voeux, il feignit de s'apaiser, et de consentir à
entendre raison. Ce qu'il voulait pour l'avenir, c'étaient des vivres,
et même, s'il était possible, une alliance de Venise avec la France. Il
fallait tour à tour imposer et séduire: il fit l'un et l'autre. «La
première loi, dit-il, pour les hommes est de vivre. Je voudrais épargner
à la république de Venise le soin de nous nourrir; mais puisque le
destin de la guerre nous a obligés de venir jusqu'ici, nous sommes
contraints de vivre où nous nous trouvons. Que la république de Venise
fournisse à mes soldats ce dont ils ont besoin; elle comptera ensuite
avec la république française.» Il fut convenu qu'un fournisseur juif
procurerait à l'armée tout ce qui lui serait nécessaire, et que Venise
paierait en secret ce fournisseur, pour qu'elle ne parût pas violer la
neutralité en nourrissant les Français. Bonaparte aborda ensuite la
question d'une alliance. «Je viens, dit-il, d'occuper l'Adige; je l'ai
fait parce qu'il me faut une ligne, parce que celle-ci est la meilleure,
et que votre gouvernement est incapable de la défendre. Qu'il arme
cinquante mille hommes, qu'il les place sur l'Adige, et je lui rends ses
places de Vérone et de Porto-Legnago. Du reste, ajouta-t-il, vous devez
nous voir ici avec plaisir. Ce que la France m'envoie faire dans ces
contrées, est tout dans l'intérêt de Venise. Je viens chasser les
Autrichiens au-delà des Alpes; peut-être constituer la Lombardie en état
indépendant; peut-on rien faire de plus avantageux à votre république?
Si elle voulait s'unir à nous, peut-être recevrait-elle un grand prix de
ce service. Nous ne faisons la guerre à aucun gouvernement: nous sommes
les amis de tous ceux qui nous aideront à renfermer la puissance
autrichienne dans ses limites.»

Les deux Vénitiens sortirent frappés du génie de ce jeune homme, qui,
tour à tour menaçant ou caressant, impérieux ou souple, et parlant de
tous les objets militaires et politiques avec autant de profondeur que
l'éloquence, annonçait que l'homme d'état était aussi précoce en lui que
le guerrier. _Cet homme_, dirent-ils en écrivant à Venise, _aura un jour
une grande influence sur sa patrie_[5].

[Footnote 5: Cette prédiction est du 5 juin 1796.]

Bonaparte était maître enfin de la ligne de l'Adige, à laquelle il
attachait tant d'importance. Il attribuait toutes les fautes comprises
dans les anciennes campagnes des Français en Italie, au mauvais choix de
la ligne défensive. Les lignes sont nombreuses dans la Haute-Italie,
car une multitude de fleuves la parcourent des Alpes à la mer. La
plus grande et la plus célèbre, la ligne du Pô, qui traverse toute
la Lombardie, lui paraissait mauvaise comme trop étendue. Une armée,
suivant lui, ne pouvait pas garder cinquante lieues de cours. Une feinte
pouvait toujours ouvrir le passage d'un grand fleuve. Lui-même avait
franchi le Pô à quelques lieues de Beaulieu. Les autres fleuves, tels
que le Tésin, l'Adda, l'Oglio, tombant dans le Pô, se confondaient avec
lui, et avaient les mêmes inconvéniens. Le Mincio était guéable, et
d'ailleurs tombait aussi dans le Pô. L'Adige seul, sortant du Tyrol et
allant se jeter dans la mer, couvrait toute l'Italie. Il était profond,
n'avait qu'un cours très peu étendu des montagnes à la mer. Il était
couvert par deux places, Vérone et Porto-Legnago, très voisines l'une
de l'autre, et qui, sans être fortes, pouvaient résister à une
première attaque. Enfin il parcourait, à partir de Legnago, des marais
impraticables, qui couvraient la partie inférieure de son cours. Les
fleuves plus avancés dans la Haute-Italie, tels que la Brenta, la Piave,
le Tagliamento, étaient guéables, et tournés d'ailleurs par la grande
route du Tyrol, qui débouchait sur leurs derrières, L'Adige, au
contraire, avait l'avantage d'être placé au débouché de cette route, qui
parcourt sa propre vallée.

Telles étaient les raisons qui décidèrent Bonaparte pour cette ligne,
et une immortelle campagne a prouvé la justesse de son jugement. Cette
ligne occupée, il fallait songer maintenant à commencer le siége de
Mantoue. Cette place, située sur le Mincio, était en arrière de l'Adige,
et se trouvait couverte par ce fleuve. On la regardait comme le
boulevart de l'Italie. Assise au milieu d'un lac formé par les eaux du
Mincio, elle communiquait avec la terre ferme par cinq digues. Malgré
sa réputation, cette place avait des inconvéniens qui en diminuaient la
force réelle. Placée au milieu d'exhalaisons marécageuses, elle était
exposée aux fièvres; ensuite, les têtes de chaussées enlevées, l'assiégé
se trouvait rejeté dans la place, et pouvait être bloqué par un corps
très-inférieur à la garnison. Bonaparte comptait la prendre avant qu'une
nouvelle armée pût arriver au secours de l'Italie. Le 15 prairial (3
juin), il fit attaquer les têtes de chaussées, dont une était formée par
le faubourg de Saint-George, et les enleva. Dès cet instant, Serrurier
put bloquer, avec huit mille hommes, une garnison qui se composait de
quatorze, dont dix mille étaient sous les armes, et quatre mille dans
les hôpitaux. Bonaparte fit commencer les travaux du siége, et mettre
toute la ligne de l'Adige en état de défense. Ainsi, dans moins de
deux mois, il avait conquis l'Italie. Il s'agissait de la garder. Mais
c'était là ce dont on doutait, et c'était l'épreuve sur laquelle on
voulait juger le jeune général.

Le directoire venait de répondre aux observations faites par Bonaparte
sur le projet de diviser l'armée et de marcher dans la péninsule. Les
idées de Bonaparte étaient trop justes pour ne pas frapper l'esprit
de Carnot, et ses services trop éclatans pour que sa démission fût
acceptée. Le directoire se hâta de lui écrire pour approuver ses
projets, pour lui confirmer le commandement de toutes les forces
agissant en Italie, et l'assurer de toute la confiance du gouvernement.
Si les magistrats de la république avaient eu le don de prophétie, ils
auraient bien fait d'accepter la démission de ce jeune homme, quoiqu'il
eût raison dans l'avis qu'il soutenait, quoique sa retraite fit perdre à
la république l'Italie et un grand capitaine; mais dans le moment on ne
voyait en lui que la jeunesse, le génie, la victoire, et on éprouvait
l'intérêt, on avait les égards que toutes ces choses inspirent.

Le directoire n'imposait à Bonaparte qu'une seule condition, c'était de
faire sentir à Rome et à Naples la puissance de la république. Tout ce
qu'il y avait de patriotes sincères en France le désirait. Le pape, qui
avait anathématisé la France, prêché une croisade contre elle, et laissé
assassiner dans sa capitale notre ambassadeur, méritait certes un
châtiment. Bonaparte, libre d'agir maintenant comme il l'entendait,
prétendait obtenir tous ces résultats sans quitter la ligne de l'Adige.
Tandis qu'une partie de l'armée gardait cette ligne, qu'une autre
assiégeait Mantoue et le château de Milan, il voulait, avec une simple
division échelonnée en arrière sur le Pô, faire trembler toute la
péninsule, et amener le pontife et la reine de Naples à implorer la
clémence républicaine. On annonçait l'approche d'une grande armée,
détachée du Rhin pour venir disputer l'Italie à ses vainqueurs. Cette
armée, qui devait traverser la Forêt-Noire, le Voralberg, le Tyrol, ne
pouvait arriver avant un mois. Bonaparte avait donc le temps de tout
terminer sur ses derrières, sans trop s'éloigner de l'Adige, et de
manière à pouvoir, par une simple marche rétrograde, se retrouver en
face de l'ennemi.

Il était temps en effet qu'il songeât au reste de l'Italie. La présence
de l'armée française y développait les opinions avec une singulière
rapidité. Les provinces vénitiennes ne pouvaient plus souffrir le joug
aristocratique. La ville de Brescia manifestait un grand penchant à la
révolte. Dans toute la Lombardie, et surtout à Milan, l'esprit public
faisait des progrès rapides. Les duchés de Modène et Reggio, les
légations de Bologne et Ferrare, ne voulaient plus ni de leur vieux
duc, ni du pape. En revanche, le parti contraire devenait plus hostile.
L'aristocratie génoise était fort indisposée, et méditait de mauvais
projets sur nos derrières. Le ministre autrichien Gérola était
l'instigateur secret de tous ces projets. L'état de Gênes était rempli
de petits fiefs relevant de l'Empire. Les seigneurs génois revêtus de
ces fiefs réunissaient les déserteurs, les bandits, les prisonniers
autrichiens qui avaient réussi à s'échapper, les soldats piémontais
qu'on avait licenciés, et formaient des bandes de partisans connus sous
le nom de _Barbets_. Ils infestaient l'Apennin par où l'armée française
était entrée; ils arrêtaient les courriers, pillaient nos convois,
massacraient les détachemens français quand ils n'étaient pas assez
nombreux pour se défendre, et répandaient l'inquiétude sur la route de
France. En Toscane, les Anglais s'étaient rendus maîtres du port de
Livourne, grâce à la protection du gouverneur, et le commerce français
était traité en ennemi. Enfin Rome faisait des préparatifs hostiles;
l'Angleterre lui promettait quelques mille hommes; et Naples, toujours
agitée par les caprices d'une reine violente, annonçait un armement
formidable. Le faible roi, quittant un instant le soin de la pêche,
avait publiquement imploré l'assistance du ciel; il avait, dans une
cérémonie solennelle, déposé ses ornemens royaux, et les avait consacrés
au pied des autels. Toute la populace napolitaine avait applaudi
et poussé d'affreuses vociférations; une multitude de misérables,
incapables de manier un fusil et d'envisager une baïonnette française,
demandaient des armes et voulaient marcher contre notre armée.

Quoique ces mouvemens n'eussent rien de bien alarmant pour Bonaparte,
tant qu'il pouvait disposer de six mille hommes, il devait se hâter de
les réprimer avant l'arrivée de la nouvelle armée autrichienne, qui
exigeait la présence de toutes nos forces sur l'Adige. Bonaparte
commençait à recevoir de l'armée des Alpes quelques renforts, ce qui lui
permettait d'employer quinze mille hommes au blocus de Mantoue et du
château de Milan, vingt mille à la garde de l'Adige, et de porter une
division sur le Pô pour exécuter ses projets sur le midi de l'Italie.

Il se rendit sur-le-champ à Milan pour faire ouvrir la tranchée autour
du château, et hâter sa reddition. Il ordonna à Augereau, qui était sur
le Mincio, très près du Pô, de passer ce fleuve à Borgo-Forte, et de se
diriger sur Bologne. Il enjoignit à Vaubois de s'acheminer de Tortone à
Modène, avec quatre ou cinq mille hommes arrivant des Alpes. De cette
manière il pouvait diriger huit à neuf mille hommes dans les légations
de Bologne et de Ferrare, et menacer de là toute la péninsule.

Il attendit pendant quelques jours la fin des inondations sur le Bas-Pô,
avant de mettre sa colonne en mouvement. Mais la cour de Naples, faible
autant qu'elle était violente, avait passé de la fureur à l'abattement.
En apprenant nos dernières victoires dans la Haute-Italie, elle avait
fait partir le prince de Belmonte-Pignatelli pour se soumettre au
vainqueur. Bonaparte renvoya pour la paix au directoire, mais crut
devoir accorder un armistice. Il ne lui convenait pas de s'enfoncer
jusqu'à Naples avec quelques mille hommes, et surtout dans l'attente de
l'arrivée des Autrichiens. Il lui suffisait pour le moment de désarmer
cette puissance, d'ôter son appui à Rome, et de la brouiller avec la
coalition. On ne pouvait pas, comme aux autres petits princes qu'on
avait sous la main, lui imposer des contributions, mais elle s'engageait
à ouvrir tous ses ports aux Français, à retirer à l'Angleterre cinq
vaisseaux et beaucoup de frégates qu'elle lui fournissait, enfin à
priver l'armée autrichienne des deux mille quatre cents cavaliers qui
servaient dans ses rangs. Ce corps de cavalerie devait rester séquestré
sous la main de Bonaparte, qui était maître de le faire prisonnier à la
première violation de l'armistice. Bonaparte savait très bien que de
pareilles conditions ne plairaient pas au gouvernement, mais dans le
moment il lui importait d'avoir du repos sur ses derrières, et il
n'exigeait que ce qu'il croyait pouvoir obtenir. Le roi de Naples
soumis, le pape ne pouvait pas résister; alors l'expédition sur la
droite du Pô se réduisait, comme il le voulait, à une expédition de
quelques jours, et il revenait à l'Adige.

Il signa cet armistice, et partit ensuite pour passer le Pô et se mettre
à la tête des deux colonnes qu'il dirigeait sur l'État de l'Église,
celle de Vaubois qui arrivait des Alpes pour le renfoncer, et celle
d'Augereau qui rétrogradait du Mincio sur le Pô. Il attachait beaucoup
d'importance à la situation de Gênes, parce qu'elle était placée sur
l'une des deux routes qui conduisaient en France, et parce que son
sénat avait toujours montré de l'énergie. Il sentait qu'il aurait fallu
demander l'exclusion de vingt familles feudataires de l'Autriche et de
Naples, pour y assurer la domination de la France; mais il n'avait pas
d'ordres à cet égard, et d'ailleurs il craignait de révolutionner. Il se
contenta donc d'écrire une lettre au sénat, dans laquelle il demandait
que le gouverneur de Novi, qui avait protégé les brigands, fût puni
d'une manière exemplaire, et que le ministre autrichien fût chassé de
Gênes; il voulait ensuite une explication catégorique. «Pouvez-vous,
disait il, ou ne pouvez-vous pas délivrer votre territoire des assassins
qui l'infestent? Si vous ne pouvez pas prendre des mesures, j'en
prendrai pour vous; je ferai brûler les villes et les villages où se
commettra un assassinat; je ferai brûler les maisons qui donneront
asile aux assassins, et punir exemplairement les magistrats qui les
souffriront. Il faut que le meurtre d'un Français porte malheur aux
communes entières qui ne l'auraient pas empêché.» Comme il connaissait
les lenteurs diplomatiques, il envoya son aide-de-camp Murat, pour
porter sa lettre, et la lire lui-même au sénat. «Il faut, écrivait-il
au ministre Faypoult, un genre de communication qui électrise ces
messieurs.» Il fit partir en même temps Lannes avec douze cents hommes,
pour aller châtier les fiefs impériaux. Le château d'Augustin Spinola,
le principal instigateur de la révolte, fut brûlé. Les Barbets saisis
les armes à la main furent impitoyablement fusillés. Le sénat de Gênes
épouvanté destitua le gouverneur de Novi, congédia le ministre Gérola,
et promit de faire garder les routes par ses propres troupes. Il envoya
à Paris M. Vincent Spinola, pour s'entendre avec le directoire sur tous
les objets en litige, sur l'indemnité due pour la frégate _la Modeste_,
sur l'expulsion des familles feudataires, et sur le rappel des familles
exilées.

Bonaparte s'achemina ensuite sur Modène, où il arriva le 1er messidor
(19 juin), tandis qu'Augereau entrait à Bologne le même jour.

L'enthousiasme des Modénois fut extrême. Ils vinrent à sa rencontre,
et lui envoyèrent une députation pour le complimenter. Les principaux
d'entre eux l'entourèrent de sollicitations, et le supplièrent de les
affranchir du joug de leur duc, qui avait emporté leurs dépouilles à
Venise. Comme la régence laissée par le duc s'était montrée fidèle aux
conditions de l'armistice, et que Bonaparte n'avait aucune raison pour
exercer les droits de conquête sur le duché, il ne pouvait satisfaire
les Modénois; c'était d'ailleurs une question que la politique
conseillait d'ajourner. Il se contenta de donner des espérances, et
conseilla le calme. Il partit pour Bologne. Le fort d'Urbin était sur
sa route, et c'était la première place appartenant au pape. Il la fit
sommer; le château se rendit. Il renfermait soixante pièces de canon de
gros calibre, et quelques cents hommes. Bonaparte fit acheminer cette
grosse artillerie sur Mantoue, pour y être employée au siége. Il arriva
à Bologne, où l'avait précédé la division Augereau. La joie des habitans
fut des plus vives. Bologne est une ville de cinquante mille ames,
magnifiquement bâtie, célèbre par ses artistes, ses savans et son
université. L'amour pour la France et la haine pour le Saint-Siége y
étaient extrêmes. Ici Bonaparte ne craignait pas de laisser éclater les
sentimens de liberté, car il était dans les possessions d'un ennemi
déclaré, le pape, et il lui était permis d'exercer le droit de conquête.
Les deux légations de Ferrare et de Bologne l'entourèrent de leurs
députés: il leur accorda une indépendance provisoire, en promettant de
la faire reconnaître à la paix.

Le Vatican était dans l'alarme, et il envoya sur-le-champ un négociateur
pour intercéder en sa faveur. L'ambassadeur d'Espagne, d'Azara, connu
par son esprit et par son goût pour la France, et ministre d'une
puissance amie, fut choisi. Il avait déjà négocié pour le duc de Parme.
Il arriva à Bologne, et vint mettre la tiare aux pieds de la république
victorieuse. Fidèle à son plan, Bonaparte, qui ne voulait rien abattre
ni rien édifier encore, exigea d'abord que les légations de Bologne
et de Ferrare restassent indépendantes, que la ville d'Ancône reçût
garnison française, que le pape donnât 21 millions, des blés, des
bestiaux, et cent tableaux ou statues: ces conditions furent acceptées.
Bonaparte s'entretint beaucoup avec le ministre d'Azara, et le laissa
plein d'enthousiasme. Il écrivit une lettre au célèbre astronome Oriani,
au nom de la république, et demanda à le voir. Ce savant modeste fut
interdit en présence du jeune vainqueur, et ne lui rendit hommage que
par son embarras. Bonaparte ne négligeait rien pour honorer l'Italie,
pour réveiller son orgueil et son patriotisme. Ce n'était point un
conquérant barbare qui venait la ravager, c'était un héros de la
liberté venant ranimer le flambeau du génie dans l'antique patrie de la
civilisation. Il laissa Monge, Bertholet et les frères Thouin, que le
directoire lui avait envoyés, pour choisir les objets destinés aux
musées de Paris.

Le 8 messidor (26 juin), il passa l'Apennin avec la division Vaubois, et
entra en Toscane. Le duc, épouvanté, lui envoya son ministre Manfredini.
Bonaparte le rassura sur ses intentions, qu'il laissa secrètes. Pendant
ce temps, sa colonne se porta à marches forcées sur Livourne, où
elle entra à l'improviste, et s'empara de la factorerie anglaise. Le
gouverneur Spannochi fut saisi, enfermé dans une chaise de poste, et
envoyé au grand-duc avec une lettre, dans laquelle on expliquait les
motifs de cet acte d'hostilité commis chez une puissance amie. On disait
au grand-duc que son gouverneur avait manqué à toutes les lois de la
neutralité, en opprimant le commerce français, en donnant asile aux
émigrés et à tous les ennemis de la république; et on ajoutait que, par
respect pour son autorité, on lui laissait à lui-même le soin de punir
un ministre infidèle. Cet acte de vigueur prouvait à tous les états
neutres que le général français ferait la police chez eux, s'ils ne
savaient l'y faire. On n'avait pas pu saisir tous les vaisseaux des
Anglais, mais leur commerce fit de grandes pertes. Bonaparte laissa
garnison à Livourne, et désigna des commissaires pour se faire livrer
tout ce qui appartenait aux Anglais, aux Autrichiens et aux Russes. Il
se rendit ensuite de sa personne à Florence, où le grand-duc lui fit une
réception magnifique. Après y avoir séjourné quelques jours, il repassa
le Pô pour revenir à son quartier-général de Roverbella, près Mantoue.
Ainsi, une vingtaine de jours, et une division échelonnée sur la droite
du Pô, lui avaient suffi pour imposer aux puissances de l'Italie, et
pour s'assurer du calme pendant les nouvelles luttes qu'il avait encore
à soutenir contre la puissance autrichienne.

Tandis que l'armée d'Italie remplissait avec tant de gloire la tâche
qui lui était imposée dans le plan général de campagne, les armées
d'Allemagne n'avaient pas pu encore se mettre en mouvement. La
difficulté d'organiser leurs magasins et de se procurer les chevaux les
avait jusqu'ici retenues dans l'inaction. De son côté, l'Autriche, qui
aurait eu le plus grand intérêt à prendre brusquement l'initiative,
avait mis une inconcevable lenteur à faire ses préparatifs, et ne
s'était mise en mesure de commencer les hostilités que pour le milieu
de prairial (commencement de juin). Ses armées étaient sur un pied
formidable, et de beaucoup supérieures aux nôtres. Mais nos succès en
Italie l'avaient obligée à détacher Wurmser avec trente mille hommes de
ses meilleures troupes du Rhin, pour aller recueillir et réorganiser les
débris de Beaulieu. Ainsi, outre ses conquêtes, l'armée d'Italie rendait
l'important service de dégager les armées d'Allemagne. Le conseil
aulique, qui avait résolu de prendre l'offensive, et de porter le
théâtre de la guerre au sein de nos provinces, ne songea plus dès lors
qu'à garder la défensive et à s'opposer à notre invasion. Il aurait
même voulu laisser subsister l'armistice; mais il était dénoncé, et les
hostilités devaient commencer le 12 prairial (31 mai).

Déjà nous avons donné une idée du théâtre de la guerre. Le Rhin et le
Danube sortis, l'un des grandes Alpes, l'autre des Alpes de Souabe,
après s'être rapprochés dans les environs du lac de Constance, se
séparent pour aller, le premier vers le nord, le second vers l'orient de
l'Europe. Deux vallées transversales et presque parallèles, celles du
Mein et du Necker, forment en quelque sorte deux débouchés, pour aller,
à travers le massif des Alpes de Souabe, dans la vallée du Danube, ou
pour venir de la vallée du Danube dans celle du Rhin.

Ce théâtre de guerre, et le plan d'opérations qu'il comporte, n'étaient
point connus alors comme ils le sont aujourd'hui grâces à de grands
exemples. Carnot, qui dirigeait nos plans, s'était fait une théorie
d'après la célèbre campagne de 1794, qui lui avait valu tant de gloire
en Europe. A cette époque, le centre de l'ennemi, retranché dans la
forêt de Mormale, ne pouvant être entamé, on avait filé sur ses ailes,
et en les débordant, on l'avait obligé à la retraite. Cet exemple
s'était gravé dans la mémoire de Carnot. Doué d'un esprit novateur, mais
systématique, il avait imaginé une théorie d'après cette campagne, et il
était persuadé qu'il fallait toujours agir à la fois sur les deux ailes
d'une armée, et chercher constamment à les déborder. Les militaires
ont regardé cette idée comme un progrès véritable et comme déjà bien
préférable au système des cordons, tendant à attaquer l'ennemi sur tous
les points, mais elle s'était changée dans l'esprit de Carnot en un
système arrêté et dangereux. Les circonstances qui s'offraient ici
l'engageaient encore davantage à suivre ce système. L'armée de
Sambre-et-Meuse et celle de Rhin-et-Moselle étaient placées toutes deux
sur le Rhin, à deux points très distans l'un de l'autre: deux vallées
partaient de ces points pour déboucher sur le Danube. C'étaient là
des motifs bien suffisans pour Carnot de former les Français en deux
colonnes, dont l'une remontant par le Mein, l'autre par le Necker,
tendraient ainsi à déborder les ailes des armées impériales, et à les
obliger de rétrograder sur le Danube. Il prescrivit donc aux généraux
Jourdan et Moreau de partir, le premier de Dusseldorf, le second de
Strasbourg, pour s'avancer isolément en Allemagne. Comme l'ont remarqué
un grand capitaine et un grand critique, et comme les faits l'ont prouvé
depuis, se former en deux corps, c'était sur-le-champ donner à l'ennemi
la faculté et l'idée de se concentrer, et d'accabler avec la masse
entière de ses forces l'un ou l'autre de ces deux corps. Clerfayt
avait fait à peu près cette manoeuvre dans la campagne précédente, en
repoussant d'abord Jourdan sur le Bas-Rhin, et en venant ensuite se
jeter sur les lignes de Mayence. Le général ennemi ne fût-il pas un
homme supérieur, on le forçait par là à suivre ce plan, et on lui
suggérait la pensée que le génie aurait dû lui inspirer.

L'invasion fut donc concertée sur ce plan vicieux. Les moyens
d'exécution étaient aussi mal conçus que le plan lui-même. La ligne qui
séparait les armées, remontait le Rhin de Dusseldorf jusqu'à Bingen,
décrivait un arc de Bingen à Manheim, par le pied des Vosges, et
rejoignait le Rhin jusqu'à Bâle. Carnot voulait que l'armée de Jourdan,
débouchant par Dusseldorf et la tête du pont de Neuwied, se portât au
nombre de quarante mille hommes sur la rive droite, pour y attirer
l'ennemi; que le reste de cette armée, forte de vingt-cinq mille hommes,
partant de Mayence sous les ordres de Marceau, remontât le Rhin, et,
filant par les derrières de Moreau, allât passer clandestinement le
fleuve aux environs de Strasbourg. Les généraux Jourdan et Moreau se
réunirent pour faire sentir au directoire les inconvéniens de ce projet.
Jourdan, réduit à quarante mille hommes sur le Bas-Rhin, pouvait être
accablé et détruit, pendant que le reste de son armée perdrait un temps
incalculable à remonter depuis Mayence jusqu'à Strasbourg. Il était bien
plus naturel de faire exécuter le passage vers Strasbourg, par l'extrême
droite de Moreau. Cette manière de procéder permettait tout autant de
secret que l'autre, et ne faisait pas perdre un temps précieux aux
armées. Cette modification fut admise. Jourdan, profitant des deux têtes
de pont qu'il avait à Dusseldorf et à Neuwied, dut passer le premier
pour attirer l'ennemi à lui, et détourner ainsi l'attention du
Haut-Rhin, où Moreau avait un passage de vive force à exécuter.

Le plan étant ainsi arrêté, on se prépara à le mettre à exécution. Les
armées des deux nations étaient à peu près égales en forces. Depuis le
départ de Wurmser, les Autrichiens avaient sur toute la ligne du Rhin
cent cinquante et quelques mille hommes, cantonnés depuis Bâle jusqu'aux
environs de Dusseldorf. Les Français en avaient autant, sans compter
quarante mille hommes consacrés à la garde de la Hollande, et entretenus
à ses frais. Il y avait cependant une différence entre les deux armées.
Les Autrichiens, dans ces cent cinquante mille hommes, comptaient à peu
près trente-huit mille chevaux, et cent quinze mille fantassins; les
Français avaient plus de cent trente mille fantassins, mais quinze ou
dix-huit mille chevaux tout au plus. Cette supériorité en cavalerie
donnait aux Autrichiens un grand avantage, surtout pour les retraites.
Les Autrichiens avaient un autre avantage, celui d'obéir à un seul
général. Depuis le départ de Wurmser, les deux armées impériales avaient
été placées sous les ordres suprêmes du jeune archiduc Charles, qui
s'était déjà distingué à Turcoing, et des talens duquel on augurait
beaucoup. Les Français avaient deux excellens généraux, mais agissant
séparément, à une grande distance l'un de l'autre, et sous la direction
d'un cabinet placé à deux cents lieues du théâtre de la guerre.

L'armistice expirait le 11 prairial (30 mai). Les hostilités
commencèrent par une reconnaissance générale sur les avant-postes.
L'armée de Jourdan s'étendait, comme on sait, des environs de Mayence
jusqu'à Dusseldorf. Il avait à Dusseldorf une tête de pont pour
déboucher sur la rive droite; il pouvait ensuite remonter entre la ligne
de la neutralité prussienne et le Rhin, jusqu'aux bords de la Lahn, pour
se porter de la Lahn sur le Mein. Les Autrichiens avaient quinze ou
vingt mille hommes disséminés sous le prince de Wurtemberg, de Mayence à
Dusseldorf. Jourdan fit déboucher Kléber par Dusseldorf avec vingt-cinq
mille hommes. Ce général replia les Autrichiens, les battit le 16
prairial (4 juin) à Altenkirchen, et remonta la rive droite entre la
ligne de neutralité et le Mein. Quand il fut parvenu à la hauteur de
Neuwied, et qu'il eut couvert ce débouché, Jourdan, profitant du pont
qu'il avait sur ce point, passa le fleuve avec une partie de ses
troupes, et vint rejoindre Kléber sur la rive droite. Il se trouva ainsi
avec quarante-cinq mille hommes à peu près, sur la Lahn, le 17 (5
juin). Il avait laissé Marceau avec trente mille hommes devant Mayence.
L'archiduc Charles, qui était vers Mayence, en apprenant que les
Français recommençaient l'excursion de l'année précédente, et
débouchaient encore par Dusseldorf et Neuwied, se reporta avec une
partie de ses forces sur la rive droite pour s'opposer à leur marche.
Jourdan se proposait d'attaquer le corps du prince de Wurtemberg avant
qu'il fût renforcé; mais obligé de différer d'un jour, il perdit
l'occasion, et fut attaqué lui-même à Wetzlar, le 19 (7 juin). Il
bordait la Lahn, ayant sa droite au Rhin, et sa gauche à Wetzlar.
L'archiduc, donnant avec la masse de ses forces sur Wetzlar, battit
son extrême gauche, formée par la division Lefèvre, et l'obligea à se
replier. Jourdan, battu sur la gauche, était obligé d'appuyer sur sa
droite, qui touchait au Rhin, et se trouvait ainsi poussé vers ce
fleuve. Afin de n'y être pas jeté, il devait attaquer l'archiduc. Pour
cela, il fallait livrer bataille, le Rhin à dos. Il pouvait s'exposer
ainsi, dans le cas d'une défaite, à regagner difficilement ses ponts de
Neuwied et Dusseldorf, et peut-être à essuyer une déroute désastreuse.
Une bataille était donc dangereuse, et même inutile, puisqu'il avait
rempli son but en attirant l'ennemi à lui, et en amenant une dérivation
des forces autrichiennes du Haut sur le Bas-Rhin. Il pensa donc qu'il
fallait se replier, et ordonna la retraite, qui se fit avec calme et
fermeté. Il repassa à Neuwied et prescrivit à Kléber de redescendre
jusqu'à Dusseldorf, pour y revenir sur la rive gauche. Il lui avait
recommandé de marcher lentement, mais de n'engager aucune action
sérieuse. Kléber, se sentant trop pressé à Ukerath, et emporté par son
instinct guerrier, fit volte-face un instant, et frappa sur l'ennemi un
coup vigoureux, mais inutile; après quoi il regagna son camp retranché
de Dusseldorf. Jourdan, en avançant pour reculer encore, avait exécuté
une tâche ingrate, dans l'intérêt de l'armée du Rhin. Les gens mal
instruits pouvaient en effet regarder cette manoeuvre comme une
défaite; mais le dévouement de ce brave général ne connaissait aucune
considération, et il attendit, pour reprendre l'offensive, que l'armée
du Rhin eût profité de la diversion qu'il venait d'opérer. Moreau, qui
avait montré une prudence, une fermeté, un sang-froid rares, dans les
opérations auxquelles il avait été précédemment employé vers le Nord,
disposait tout pour remplir dignement sa tâche. Il avait résolu de
passer le Rhin à Strasbourg. Cette grande place était un excellent
point de départ. Il pouvait y réunir une grande quantité de bateaux, et
beaucoup de vivres et de troupes. Les îles boisées, qui coupent le cours
du Rhin sur ce point, en favorisaient le passage. Le fort de Kehl, placé
sur la rive droite, était facile à surprendre; une fois occupé, on
pouvait le réparer, et s'en servir pour protéger le pont qui serait jeté
devant Strasbourg.

Tout étant disposé pour cet objet, et l'attention des ennemis étant
dirigée sur le Bas-Rhin, Moreau ordonna, le 26 prairial (14 juin), une
attaque générale sur le camp retranché de Manheim. Cette attaque avait
pour but de fixer sur Manheim l'attention du général Latour, qui
commandait les troupes du Haut-Rhin sous l'archiduc Charles, et de
resserrer les Autrichiens dans leur ligne. Cette attaque, dirigée avec
habileté et vigueur, réussit parfaitement. Immédiatement après, Moreau
dirigea une partie de ses troupes sur Strasbourg; on répandit le bruit
qu'elles allaient en Italie, pour en renforcer l'armée, et on leur fit
préparer des vivres à travers la Franche-Comté, afin d'accréditer cette
opinion. D'autres troupes partirent des environs de Huningue, pour
descendre à Strasbourg; et, quant à celles-ci, on prétendit qu'elles
allaient en garnison à Worms. Ces mouvemens furent concertés de manière
que toutes les troupes fussent arrivées au point désigné le 5 messidor
(23 juin). Ce jour-là, en effet, vingt-huit mille hommes se trouvèrent
réunis, soit dans le polygone de Strasbourg, soit dans les environs,
sous le commandement du général Desaix. Dix mille hommes devaient
essayer de passer au-dessous de Strasbourg, dans les environs de
Gabsheim; quinze mille hommes devaient passer de Strasbourg à Kehl. Le 5
au soir (23 juin), on ferma les portes de Strasbourg, pour que l'avis
du passage ne pût pas être donné à l'ennemi. Dans la nuit les troupes
s'acheminèrent en silence vers le fleuve. Les bateaux furent conduits
dans le bras Mabile, et du bras Mabile dans le Rhin. La grande île
d'Ehrlen-Rhin présentait un intermédiaire favorable au passage. Les
bateaux y jetèrent deux mille six cents hommes. Ces braves gens ne
voulant pas donner l'éveil par l'explosion des armes à feu, fondirent à
la baïonnette sur les troupes répandues dans l'île, les poursuivirent,
et ne leur donnèrent pas le temps de couper les petits ponts qui
aboutissaient de cette île sur la rive droite. Ils passèrent ces ponts
à leur suite; et quoique l'artillerie ni la cavalerie ne pussent les
suivre, ils osèrent déboucher seuls dans la grande plaine qui borde le
fleuve, et s'approchèrent de Kehl. Le contingent des Souabes était campé
à quelque distance de là, à Wilstett. Les détachemens qui en arrivaient,
surtout en cavalerie, rendaient périlleuse la situation de l'infanterie
française qui avait osé déboucher sur la rive droite. On n'hésita pas à
renvoyer les bateaux qui l'avaient transportée, et à compromettre ainsi
sa retraite, pour aller lui chercher du secours. D'autres troupes
arrivèrent; on s'avança sur Kehl, on aborda les retranchemens à la
baïonnette, et on les enleva. L'artillerie trouvée dans le fort fut
tournée aussitôt sur les troupes ennemies arrivant de Wilstett, et elles
furent repoussées. Alors un pont fut jeté entre Strasbourg et Kehl, et
achevé le lendemain 7 (25 juin). L'armée y passa toute entière. Les dix
mille hommes envoyés à Gambsheim n'avaient pu tenter le passage, à cause
de la crue des eaux. Ils remontèrent à Strasbourg, et franchirent le
fleuve sur le pont qu'on venait d'y jeter.

Cette opération avait été exécutée avec secret, précision et hardiesse.
Cependant le disséminement des troupes autrichiennes depuis Bâle jusqu'à
Manheim, en diminuait beaucoup la difficulté et le mérite. Le prince de
Condé se trouvait avec trois mille huit cents hommes vers le Haut-Rhin,
à Brissac; le contingent de Souabe, au nombre de sept mille cinq cents,
était à Wilstett, à la hauteur de Strasbourg; et huit mille hommes, à
peu près, sous Starrai, campaient depuis Strasbourg jusqu'à Manheim.
Les forces ennemies étaient donc peu redoutables sur ce point; mais
cet avantage lui-même était dû au secret du passage, et le secret à la
prudence avec laquelle il avait été préparé.

Cette situation présentait l'occasion des plus beaux triomphes. Si
Moreau avait agi avec la rapidité du vainqueur de Montenotte, il pouvait
fondre sur les corps disséminés le long du fleuve, les détruire l'un
après l'autre, et venir même accabler Latour, qui repassait de Manheim
sur la rive droite, et qui, dans le moment, comptait tout au plus
trente-six mille hommes. Il aurait pu mettre ainsi hors de combat toute
l'armée du Haut-Rhin, avant que l'archiduc Charles pût revenir des bords
de la Lahn. L'histoire fait voir que la rapidité est toute puissante
à la guerre, comme dans toutes les situations de la vie. Prévenant
l'ennemi, elle détruit en détail; frappant coup sur coup, elle ne lui
donne pas le temps de se remettre, le démoralise, lui ôte la pensée
et le courage. Mais cette rapidité, dont on vient de voir de si beaux
exemples sur les Alpes et le Pô, suppose plus que la simple activité;
elle suppose un grand but, un grand esprit pour le concevoir, de grandes
passions pour oser y prétendre. On ne fait rien de grand au monde sans
les passions, sans l'ardeur et l'audace qu'elles communiquent à la
pensée et au courage. Moreau, esprit lumineux et ferme, n'avait pas
cette chaleur entraînante, qui, à la tribune, à la guerre, dans toutes
les situations, enlève les hommes, et les conduit malgré eux à de vastes
fins.

Moreau employa l'intervalle du 7 au 10 messidor (25, 28 juin) à réunir
ses divisions sur la rive droite du Rhin. Celle de Saint-Cyr, qu'il
avait laissée à Manheim, arrivait à marches forcées. En attendant cette
division, il avait sous sa main cinquante-trois mille hommes, et il en
voyait une vingtaine de mille disséminés autour de lui. Le 10 (28 juin),
il fit attaquer dix mille Autrichiens retranchés sur le Renchen, les
battit, et leur fit huit cents prisonniers. Les débris de ce corps se
replièrent sur Latour, qui remontait la rive droite. Le 12 (30 juin),
Saint-Cyr étant arrivé, toute l'armée se trouva au-delà du fleuve. Elle
présentait une masse de soixante-onze mille hommes, dont soixante-trois
mille d'infanterie, six mille chevaux, etc. Moreau donna la droite à
Férino, le centre à Saint-Cyr, la gauche à Desaix. Il se trouvait au
pied des Montagnes Noires.

Les Alpes de Souabe forment un massif qui rejette, comme on sait, le
Danube à l'orient, le Rhin au nord: c'est à travers ce massif que
serpentent le Necker et le Mein pour se jeter dans le Rhin. Ce sont
des montagnes de médiocre hauteur, couvertes de bois, et traversées de
défilés étroits. La vallée du Rhin est séparée de celle du Necker par
une chaîne qu'on appelle les Montagnes Noires. Moreau, transporté sur la
rive droite, était à leur pied. Il devait les franchir pour déboucher
dans la vallée du Necker. Le contingent des Souabes et le corps de Condé
remontaient vers la Suisse pour garder les passages supérieurs des
Montagnes Noires. Latour, avec le corps principal, revenait de Manheim,
pour garder les passages inférieurs par Rastadt, Ettlingen et Pforzheim.
Moreau pouvait sans inconvénient négliger les détachemens qui se
retiraient du côté de la Suisse, et se porter, avec la masse entière de
ses forces, sur Latour; il l'aurait infailliblement accablé. Alors il
aurait débouché en vainqueur dans la vallée du Necker, avant l'archiduc
Charles. Mais, en général prudent, il confia à Férino le soin de suivre
avec sa droite les corps détachés des Souabes et de Condé; il dirigea
Saint-Cyr avec le centre, directement vers les montagnes, pour occuper
certaines hauteurs, et il longea lui-même leur pied pour descendre à
Rastadt au-devant de Latour. Cette marche était le double résultat de sa
circonspection et du plan de Carnot. Il voulait se couvrir partout, et
en même temps étendre sa ligne vers la Suisse, pour être prêt à soutenir
par les Alpes l'armée d'Italie. Moreau se mit en mouvement le 12 (30
juin). Il marchait entre le Rhin et les montagnes, dans un pays
inégal, coupé de bois et creusé par des torrens. Il s'avançait avec
circonspection, et n'arriva que le 15 à Rastadt (3 juillet). Il était
temps encore d'accabler Latour, qui n'avait pas été rejoint par
l'archiduc Charles. Ce prince, en apprenant le passage, arrivait à
marches forcées avec vingt-cinq mille hommes de renfort. Il en laissait
trente-six mille sur la Lahn, et vingt-sept mille devant Mayence, pour
tenir tête à Jourdan, le tout sous les ordres du général Wartensleben.
Il se hâtait le plus qu'il pouvait; mais ses têtes de colonnes étaient
encore fort éloignées. Latour, après avoir laissé garnison dans Manheim,
comptait au plus trente-six mille hommes. Il était rangé sur la Murg,
qui va se jeter dans le Rhin, ayant sa gauche à Gernsbach, dans les
montagnes; son centre, à leur pied, vers Kuppenheim, un peu en avant de
la Murg; sa droite dans la plaine, le long des bois de Niederbulh, qui
s'étendent au bord du Rhin; sa réserve à Rastadt. Il était imprudent à
Latour de s'engager avant l'arrivée de l'archiduc. Mais sa position
le rassurant, il voulait résister pour couvrir la grande route qui de
Rastadt va déboucher sur le Necker.

Moreau n'avait avec lui que sa gauche; son centre, sous Saint-Cyr, était
resté en arrière, pour s'emparer de quelques postes dans les Montagnes
Noires. Cette circonstance compensait l'inégalité des forces. Le 17 (5
juillet), il attaqua Latour. Ses troupes se conduisirent avec une grande
valeur, enlevèrent la position de Gernsbach, sur le haut de la Murg, et
pénétrèrent à Kuppenheim, vers le centre de la position ennemie. Mais,
dans la plaine, ses divisions eurent de la peine à déboucher sous le feu
de l'artillerie, et en présence de la nombreuse cavalerie autrichienne.
Néanmoins, on aborda Niederbulh et Rastadt, et on parvint à se rendre
maître de la Murg sur tous les points. On fit un millier de prisonniers.

Moreau s'arrêta sur le champ de bataille, sans vouloir poursuivre
l'ennemi. L'archiduc n'était point arrivé, et il aurait encore pu
accabler Latour; mais il trouvait ses troupes fatiguées, il sentait la
nécessité d'amener Saint-Cyr à lui, pour agir avec une plus grande masse
de forces, et il attendit jusqu'au 21 (9 juillet), avant de livrer une
nouvelle attaque. Cet intervalle de quatre jours permit à l'archiduc
d'arriver avec un renfort de vingt-cinq mille hommes, et à l'ennemi de
combattre à chance égale.

La position respective des deux armées était à peu près la même. Elles
étaient toutes deux en ligne perpendiculaire au Rhin, une aile dans
les montagnes, le centre au pied, la gauche dans la plaine boisée et
marécageuse qui longe le fleuve. Moreau, qui s'éclairait lentement,
mais toujours à temps, parce qu'il conservait le calme nécessaire pour
rectifier ses fautes, avait senti, en combattant à Rastadt, l'importance
de porter son effort principal dans les montagnes. En effet, celui qui
en était maître, avait les débouchés de la vallée du Necker, objet
principal qu'on se disputait; il pouvait en outre déborder son
adversaire, et le pousser dans le Rhin, Moreau avait une raison de plus
de combattre dans les montagnes: c'était sa supériorité en infanterie,
et son infériorité en cavalerie. L'archiduc sentait comme lui
l'importance de s'y établir, mais il avait, dans ses nombreux escadrons,
une raison de tenir aussi la plaine. Il rectifia la position prise par
Latour; il jeta les Saxons dans les montagnes pour déborder Moreau;
il fit renforcer le plateau de Rothensol, où s'appuyait sa gauche; il
déploya son centre au pied des montagnes en avant de Malsch, et sa
cavalerie dans la plaine. Il voulait attaquer le 22 (10 juillet): Moreau
le prévint, et l'attaqua le 21 (9 juillet).

Le général Saint-Cyr, que Moreau avait ramené à lui, et qui formait la
droite, attaqua le plateau de Rothensol. Il déploya là cette précision,
cette habileté de manoeuvres, qui l'ont distingué pendant sa belle
carrière. N'ayant pu déloger l'ennemi d'une position formidable, il
l'entoura de tirailleurs, puis il fit essayer une charge, et feindre une
fuite, pour engager les Autrichiens à quitter leur position, et à
se jeter à la poursuite des Français. Cette manoeuvre réussit: les
Autrichiens, voyant les Français s'avancer, puis s'enfuir en désordre,
se jetèrent après eux. Le général Saint-Cyr, qui avait des troupes
préparées, les lança alors sur les Autrichiens, qui avaient quitté leur
position, et se rendit maître du plateau. Dès ce moment, il s'avança,
intimida les Saxons destinés à déborder notre droite, et les obligea
à se replier. A Malsch, au centre, Desaix s'engagea vivement avec les
Autrichiens, prit et perdit ce village, et finit la journée en se
portant sur les dernières hauteurs, qui longent le pied des montagnes.
Dans la plaine, notre cavalerie ne s'était point engagée, et Moreau
l'avait tenue à la lisière des bois.

La bataille était donc indécise, excepté dans les montagnes. Mais
c'était le point important, car, en poursuivant son succès, Moreau
pouvait étendre son aile droite autour de l'archiduc, lui enlever les
débouchés de la vallée du Necker, et le pousser dans le Rhin. Il est
vrai qu'à son tour, l'archiduc, s'il perdait les montagnes, qui étaient
sa base, pouvait faire perdre à Moreau le Rhin, qui était la nôtre;
il pouvait renouveler son effort dans la plaine, battre Desaix, et,
s'avançant le long du Rhin, mettre Moreau en l'air. Dans ces occasions,
c'est le moins hardi qui est compromis: c'est celui qui se croit coupé,
qui l'est en effet. L'archiduc crut devoir se retirer pour ne pas
compromettre, par un mouvement hasardé, la monarchie autrichienne, qui
n'avait plus que son armée pour appui. On a blâmé cette résolution, qui
entraînait la retraite des armées impériales, et exposait l'Allemagne
à une invasion. On peut admirer ces belles et sublimes hardiesses du
génie, qui obtiennent de grands résultats au prix de grands périls; mais
on ne saurait en faire une loi. La prudence est seule un devoir, dans
une situation comme celle de l'archiduc, et on ne peut le blâmer d'avoir
battu en retraite pour devancer Moreau dans la vallée du Necker et pour
protéger ainsi les états héréditaires. Sur-le-champ, en effet, il forma
la résolution d'abandonner l'Allemagne, qu'aucune ligne ne pouvait
couvrir, et de se porter, en remontant le Mein et le Necker, à la grande
ligne des états héréditaires, celle du Danube. Ce fleuve, couvert par
les deux places de Ulm et Ratisbonne, était le plus sûr rempart de
l'Autriche. En y concentrant ses forces, l'archiduc était là chez lui, à
cheval sur un grand fleuve, avec des forces égales à celles de l'ennemi,
avec la faculté de manoeuvrer sur les deux rives, et d'accabler l'une
des deux armées envahissantes. L'ennemi, au contraire, se trouvait
fort loin de chez lui, à une distance immense de sa base, sans cette
supériorité de forces qui compense le danger de l'éloignement, avec le
désavantage d'un pays affreux à traverser pour envahir et pour s'en
retourner, et enfin avec l'inconvénient d'être divisé en deux corps, et
d'être commandé par deux généraux. Ainsi les Impériaux gagnaient, en se
rapprochant du Danube, tout ce que perdaient les Français. Mais, pour
s'assurer tous ces avantages, l'archiduc devait arriver sans défaite
au Danube; et, dès lors, il devait se retirer avec fermeté, mais sans
s'exposer à aucun engagement.

Après avoir laissé garnison à Mayence, à Ehrenbreistein, à Cassel, à
Manheim, il ordonna à Wartensleben de se retirer pied à pied par la
vallée du Mein, et de gagner le Danube, en s'engageant tous les jours
assez pour soutenir le moral de ses troupes, mais pas assez pour les
compromettre dans une action générale. Lui-même en fit autant avec son
armée; il la porta de Pforzheim dans la vallée du Necker, et ne s'y
arrêta que le temps nécessaire pour réunir ses parcs et leur donner
le temps de se retirer. Wartensleben se repliait avec trente mille
fantassins et quinze mille chevaux; l'archiduc avec quarante mille
hommes d'infanterie et dix-huit de cavalerie; ce qui faisait cent trois
mille hommes en tout. Le reste était dans les places, ou avait filé par
le Haut-Rhin en Suisse, devant le général Férino, qui commandait la
droite de Moreau.

Dès que Moreau eut décidé la retraite des Autrichiens, l'armée de
Jourdan passa de nouveau le Rhin à Dusseldorf et Neuwied, en manoeuvrant
comme elle l'avait toujours fait, et se porta sur la Lahn, pour
déboucher ensuite dans la vallée du Mein. Les armées françaises
s'avancèrent donc en deux colonnes, le long du Mein et du Necker,
suivant les deux armées impériales, qui faisaient une très belle
retraite. Les nombreux escadrons des Autrichiens, voltigeant à
l'arrière-garde, imposaient par leur masse, couvraient leur infanterie
de nos insultes, et rendaient inutiles tous nos efforts pour l'entamer.
Moreau, qui n'avait point eu de place à masquer, en se détachant du
Rhin, marchait avec soixante-onze mille hommes. Jourdan, ayant dû
bloquer Mayence, Cassel, Ehrenbreistein, et consacrer vingt-sept mille
hommes à ces opérations, ne marchait qu'avec quarante-six mille, et
n'était guère supérieur à Wartensleben.

D'après le plan vicieux de Carnot, il fallait toujours déborder les
ailes de l'ennemi, c'est-à-dire, s'éloigner du but essentiel, la réunion
des deux armées. Cette réunion aurait permis de porter sur le Danube
une masse de cent quinze ou cent vingt mille hommes, masse écrasante,
énorme, qui aurait trompé tous les calculs de l'archiduc, déjoué tous
ses efforts pour se concentrer, passé le Danube sous ses yeux,
enlevé Ulm, et, de cette base, eût menacé Vienne et ébranlé le trône
impérial[6].

[Footnote 6: Il faut lire à cet égard les raisonnemens qu'a faits
Napoléon, et qu'il a appuyés de si grands exemples.]

Conformément au plan de Carnot, Moreau devait appuyer sur le Haut-Rhin
et le Haut-Danube, et Jourdan vers la Bohême. On donnait à Moreau
une raison de plus d'appuyer sur ce point, c'était la possibilité
de communiquer avec l'armée d'Italie par le Tyrol, ce qui supposait
l'exécution du plan gigantesque de Bonaparte, justement désapprouvé
par le directoire. Comme Moreau voulait en même temps ne pas être trop
détaché de Jourdan, et lui donner la main gauche tandis qu'il tendait la
droite à l'armée d'Italie, on le vit sur les bords du Necker, occuper
une ligne de cinquante lieues. Jourdan, de son côté, chargé de
déborder Wartensleben, était forcé de s'éloigner de Moreau; et comme
Wartensleben, général routinier, ne comprenant en rien la pensée de
l'archiduc, au lieu de se rapprocher du Danube, se portait vers la
Bohême pour la couvrir, Jourdan, pour le déborder, était forcé de
s'étendre toujours davantage. On voyait ainsi les armées ennemies faire,
chacune de leur côté, le contraire de ce qu'elles auraient dû. Il y
avait cependant cette différence entre Wartensleben et Jourdan, que le
premier manquait à un ordre excellent, et que le second était obligé
d'en suivre un mauvais. La faute de Wartensleben était à lui, celle de
Jourdan au directeur Carnot.

Moreau livra un combat à Canstadt pour le passage du Necker, et
s'enfonça ensuite dans les défilés de l'Alb, chaîne de montagnes qui
sépare le Necker du Danube, comme les Montagnes Noires le séparent du
Rhin. Il franchit ces défilés et déboucha dans la vallée du Danube,
vers le milieu de thermidor (fin de juillet), après un mois de marche.
Jourdan, après avoir passé des bords de la Lahn sur ceux du Mein,
et avoir livré un combat à Friedberg, s'arrêta devant la ville
de Francfort, qu'il menaça de bombarder si on ne la lui livrait
sur-le-champ. Les Autrichiens n'y consentirent qu'à la condition d'une
suspension d'armes de deux jours. Cette suspension leur permettait de
franchir le Mein, et de se donner une avance considérable; mais elle
sauvait une ville intéressante, et dont les ressources pouvaient être
utiles à l'armée: Jourdan y consentit. La place fut remise le 28
messidor (16 juillet). Jourdan frappa des contributions sur cette ville,
mais y mit une grande modération, et déplut même à l'armée par les
ménagemens qu'il montra pour le pays ennemi. Le bruit de l'opulence
au milieu de laquelle vivait l'armée d'Italie, avait excité les
imaginations, et on voulait vivre de même en Allemagne. Jourdan remonta
ensuite le Mein, s'empara de Wurtzbourg le 7 thermidor (27 juillet),
puis déboucha au-delà des montagnes de Souabe, sur les bords de la Naab,
qui tombe dans le Danube. Il était à peu près sur la hauteur de
Moreau, et à la même époque, c'est-à-dire vers le milieu de thermidor
(commencement d'août). La Souabe et la Saxe avaient accédé à la
neutralité, envoyé des agens à Paris pour traiter de la paix, et
consenti à des contributions. Les troupes saxonnes et souabes se
retirèrent, et affaiblirent ainsi l'armée autrichienne d'une douzaine de
mille hommes, à la vérité peu utiles et se battant sans zèle.

Ainsi, vers le milieu de l'été, nos armées, maîtresses de l'Italie,
qu'elles dominaient tout entière, maîtresses d'une moitié de
l'Allemagne, qu'elles avaient envahie jusqu'au Danube, menaçaient
l'Europe. Depuis deux mois la Vendée était soumise. Des cent mille
hommes répandus dans l'Ouest, on pouvait en détacher cinquante mille
pour les porter où l'on voudrait. Les promesses du gouvernement
directorial ne pouvaient être plus glorieusement accomplies.



CHAPITRE IV.

ÉTAT INTÉRIEUR DE LA FRANCE VERS LE MILIEU DE L'ANNÉE 1796 (AN IV).
--EMBARRAS FINANCIERS DU GOUVERNEMENT, CHUTE DES MANDATS ET DU
PAPIER-MONNAIE.--ATTAQUE DU CAMP DE GRENELLE PAR LES JACOBINS.
--RENOUVELLEMENT DU PACTE DE FAMILLE AVEC L'ESPAGNE, ET PROJET DE
QUADRUPLE ALLIANCE.--PROJET D'UNE EXPÉDITION EN IRLANDE.--NÉGOCIATIONS
EN ITALIE.--CONTINUATION DES HOSTILITÉS; ARRIVÉE DE WURMSER SUR L'ADIGE;
VICTOIRES DE LONATO ET DE CASTIGLIONE.--OPÉRATIONS SUR LE DANUBE;
BATAILLE DE NERESHEIM; MARCHE DE L'ARCHIDUC CHARLES CONTRE
JOURDAN.--MARCHE DE BONAPARTE SUR LA BRENTA; BATAILLES DE ROVEREDO,
BASSANO ET SAINT-GEORGE; RETRAITE DE WURMSER DANS MANTOUE. RETOUR DE
JOURDAN SUR LE MEIN; BATAILLE DE WURTZBOURG; RETRAITE DE MOREAU.

La France n'avait jamais paru plus grande au dehors que pendant cet été
de 1796; mais sa situation intérieure était loin de répondre à son éclat
extérieur. Paris offrait un spectacle singulier: les patriotes, furieux
depuis l'arrestation de Baboeuf, de Drouet et de leurs autres chefs,
exécraient le gouvernement, et ne souhaitaient plus les victoires de
la république, depuis qu'elles profitaient au directoire. Les ennemis
déclarés de la révolution les niaient obstinément; les hommes fatigués
d'elle n'avaient pas l'air d'y croire. Quelques nouveaux riches, qui
devaient leurs trésors à l'agiotage ou aux fournitures, étalaient un
luxe effréné, et montraient la plus grande indifférence pour cette
révolution qui avait fait leur fortune; Cet état moral était le résultat
inévitable d'une fatigue générale dans la nation, de passions invétérées
chez les partis, et de la cupidité excitée par une crise financière.
Mais il y avait encore beaucoup de Français républicains et
enthousiastes, dont les sentimens étaient conservés, dont nos victoires
réjouissaient l'âme, qui, loin de les nier, en accueillaient au
contraire la nouvelle avec transport, et qui prononçaient avec affection
et admiration les noms de Hoche, Jourdan, Moreau et Bonaparte. Ceux-là
voulaient qu'on fît de nouveaux efforts, qu'on obligeât les malveillans
et les indifférens à contribuer de tous leurs moyens à la gloire et à la
grandeur de la république.

Pour obscurcir l'éclat de nos conquêtes, les partis s'attachaient à
décrier les généraux. Ils s'étaient surtout acharnés contre le plus
jeune et le plus brillant, contre Bonaparte, dont le nom, en deux mois,
était devenu si glorieux. Il avait fait au 13 vendémiaire une grande
peur aux royalistes, et ils le traitaient peu favorablement dans leurs
journaux. On savait qu'il avait déployé un caractère assez impérieux en
Italie; on était frappé de la manière dont il en agissait avec les états
de cette contrée, accordant ou refusant à son gré des armistices, qui
décidaient de la paix ou de la guerre; on savait que, sans prendre
l'intermédiaire de la trésorerie, il avait envoyé des fonds à l'armée du
Rhin. On se plaisait donc à dire malicieusement qu'il était indocile,
et qu'il allait être destitué. C'était un grand général perdu pour la
république, et une gloire importune arrêtée tout à coup. Aussi les
malveillans s'empressèrent-ils de répandre les bruits les plus absurdes;
ils allèrent jusqu'à prétendre que Hoche, qui était alors à Paris,
allait partir pour arrêter Bonaparte au milieu de son armée. Le
gouvernement écrivit à Bonaparte une lettre qui démentait tous ces
bruits, et dans laquelle il lui renouvelait le témoignage de toute sa
confiance. Il fit publier la lettre dans tous les journaux. Le brave
Hoche, incapable d'aucune basse jalousie contre un rival qui, en deux
mois, s'était placé au-dessus des premiers généraux de la république,
écrivit de son côté pour démentir le rôle qu'on lui prêtait. Il faut
citer cette lettre si honorable pour ces deux jeunes héros; elle était
adressée au ministre de la police, et fut rendue publique.

«Citoyen ministre, des hommes qui, cachés ou ignorés pendant les
premières années de la fondation de la république, n'y pensent
aujourd'hui que pour chercher les moyens de la détruire, et n'en parlent
que pour calomnier ses plus fermes appuis, répandent depuis quelques
jours les bruits les plus injurieux aux armées et à l'un des
officiers-généraux qui les commandent. Ne leur est-il donc plus
suffisant, pour parvenir à leur but, de correspondre ouvertement avec la
horde conspiratrice résidante à Hambourg? Faut-il que, pour obtenir la
protection des maîtres qu'ils veulent donner à la France, ils avilissent
les chefs des armées? Pensent-ils que ceux-ci, aussi faibles qu'au temps
passé, se laisseront injurier sans oser répondre, et accuser sans se
défendre? Pourquoi Bonaparte se trouve-t-il donc l'objet des fureurs de
ces messieurs? Est-ce parce qu'il a battu leurs amis et eux-mêmes en
vendémiaire? est-ce parce qu'il dissout les armées des rois, et qu'il
fournit à la république les moyens de terminer glorieusement cette
honorable guerre? Ah! brave jeune homme, quel est le militaire
républicain qui ne brûle du désir de t'imiter? Courage, Bonaparte!
conduis à Naples, à Vienne, nos armées victorieuses; réponds à tes
ennemis personnels en humiliant les rois, en donnant à nos armes un
lustre nouveau; et laisse-nous le soin de ta gloire!

«J'ai ri de pitié en voyant un homme, qui d'ailleurs a beaucoup
d'esprit, annoncer des inquiétudes, qu'il n'a pas sur les pouvoirs
accordés aux généraux français. Vous les connaissez à peu près tous,
citoyen ministre. Quel est celui qui, en lui supposant même assez de
pouvoir sur son armée pour la faire marcher sur le gouvernement, quel
est celui, dis-je, qui jamais entreprendrait de la faire, sans être,
sur-le-champ accablé par ses compagnons? A peine les généraux se
connaissent-ils, à peine correspondent-ils ensemble! leur nombre doit
rassurer, sur les desseins que l'on prête gratuitement à l'un d'eux.
Ignore-t-on ce que peuvent sur les hommes, l'envie, l'ambition, la
haine, je puis ajouter, je pense, l'amour de la patrie et l'honneur?
Rassurez-vous donc, républicains modernes.

«Quelques journalistes ont poussé l'absurdité au point de me faire
aller en Italie pour arrêter un homme que j'estime, et dont le
gouvernement a le plus à se louer. On peut assurer qu'au temps où
nous vivons, peu d'officiers généraux se chargeraient de remplir les
fonctions de gendarmes, bien que beaucoup soient disposés à combattre
les factions et les factieux.

«Depuis mon séjour à Paris, j'ai vu des hommes de toutes les opinions:
j'ai pu en apprécier quelques-uns à leur juste valeur. Il en est qui
pensent que le gouvernement ne peut marcher sans eux: ils crient pour
avoir des places. D'autres, quoique personne ne s'occupe d'eux, croient
qu'on a juré leur perte: ils crient pour se rendre intéressans. J'avais
vu des émigrés, plus Français que royalistes, pleurer de joie au récit
de nos victoires; j'ai vu des Parisiens les révoquer en doute. Il m'a
semblé qu'un parti audacieux, mais sans moyens, voulait renverser le
gouvernement actuel, pour y substituer l'anarchie; qu'un second, plus
dangereux, plus adroit, et qui compte des amis partout, tendait au
bouleversement de la république, pour rendre à la France la constitution
boiteuse de 1791, et une guerre civile de trente années; qu'un troisième
enfin, s'il sait mépriser les deux autres, et prendre sur eux l'empire
que lui donnent les lois, les vaincra, parce qu'il est composé de
républicains vrais, laborieux et probes, dont les moyens sont les talens
et les vertus, parce qu'il compte au nombre de ses partisans tous les
bons citoyens, et les armées, qui n'auront sans doute pas vaincu depuis
cinq ans pour laisser asservir la patrie.»

Ces deux lettres firent taire tous les bruits, et imposèrent silence aux
malveillans.

Au milieu de sa gloire, le gouvernement faisait pitié par son indigence.
Le nouveau papier-monnaie s'était soutenu peu de temps, et sa chute
privait le directoire d'une importante ressource. On se souvient que le
26 ventôse (16 mars) 2 milliards 400 millions de mandats avaient été
créés, et hypothéqués sur une valeur correspondante de biens. Une
partie de ces mandats avait été consacrée à retirer les 24 milliards
d'assignats restant en circulation, et le reste à pourvoir à de
nouveaux besoins. C'était en quelque sorte, comme nous l'avons dit, une
réimpression de l'ancien papier, avec un nouveau titre et un nouveau
chiffre. Les 24 milliards d'assignats étaient remplacés par 800 millions
de mandats; et au lieu de créer encore 48 autres milliards d'assignats,
on créait 1600 millions de mandats. La différence était donc dans
le titre et le chiffre. Elle était aussi dans l'hypothèque; car les
assignats, par l'effet des enchères, ne représentaient pas une valeur
déterminée de biens; les mandats, au contraire, devant procurer les
biens sur l'offre simple du prix de 1790, en représentaient bien
exactement la somme de 2 milliards 400 millions. Tout cela n'empêcha
pas leur chute, qui fut le résultat de différentes causes. La France ne
voulait plus de papier, et était décidée à n'y plus croire. Or, quelque
grandes que soient les garanties, quand on n'y veut plus regarder, elles
sont comme si elles n'étaient pas. Ensuite le chiffre du papier, quoique
réduit, ne l'était pas assez. On convertissait 24 milliards d'assignats
en 800 millions de mandats; on réduisait donc l'ancien papier au
trentième, et il aurait fallu le réduire au deux-centième pour être dans
la vérité; car 24 milliards valaient tout au plus 120 millions. Les
reproduire dans la circulation pour 800 millions, en les convertissant
en mandats, c'était une erreur. Il est vrai qu'on leur affectait une
pareille valeur de biens; mais une terre qui en 1790 valait 100 mille
francs, ne se vendait aujourd'hui que 30 ou 25 mille francs; par
conséquent le papier portant ce nouveau titre et ce nouveau chiffre,
eût-il même représenté exactement les biens, ne pouvait valoir comme eux
que le tiers de l'argent. Or, vouloir le faire circuler au pair,
c'était encore soutenir un mensonge. Ainsi, quand même il y aurait eu
possibilité de rendre la confiance au papier, la supposition exagérée
de sa valeur devait toujours le faire tomber. Aussi, bien que sa
circulation fût forcée partout, on ne l'accepta qu'un instant. Les
mesures violentes qui avaient pu imposer en 1793, étaient impuissantes
aujourd'hui. Personne ne traitait plus qu'en argent. Ce numéraire, qu'on
avait cru enfoui ou exporté à l'étranger, remplissait la circulation.
Celui qui était caché se montrait, celui qui était sorti de France y
rentrait. Les provinces méridionales étaient remplies de piastres, qui
venaient d'Espagne, appelées chez nous par le besoin. L'or et l'argent
vont, comme toutes les marchandises, là où la demande les attire;
seulement leur prix est plus élevé, et se maintient jusqu'à ce que
la quantité soit suffisante, et que le besoin soit satisfait. Il se
commettait bien encore quelques friponneries, par les remboursemens en
mandats, parce que les lois donnant cours forcé de monnaie au papier,
permettaient de l'employer à l'acquittement des engagemens écrits;
mais on ne l'osait guère, et quant à toutes les stipulations, elles se
faisaient en numéraire. Dans tous les marchés on ne voyait que l'argent
ou l'or; les salaires du peuple ne se payaient pas autrement. On aurait
dit qu'il n'existait point de papier en France. Les mandats ne se
trouvaient plus que dans les mains des spéculateurs, qui les recevaient
du gouvernement, et les revendaient aux acquéreurs de biens nationaux.

De cette manière, la crise financière, quoique existant encore pour
l'état, avait presque cessé pour les particuliers. Le commerce et
l'industrie, profitant d'un premier moment de repos, et de quelques
communications rouvertes avec le continent, par l'effet de nos
victoires, commençaient à reprendre quelque activité.

Il ne faut point, comme les gouvernemens ont la vanité de le dire,
encourager la production pour qu'elle prospère; il faut seulement ne pas
la contrarier. Elle profite du premier moment pour se développer avec
une activité merveilleuse. Mais si les particuliers recouvraient un peu
d'aisance, le gouvernement, c'est-à-dire, ses chefs, ses agens de toute
espèce, militaires, administrateurs ou magistrats, ses créanciers
étaient réduits à une affreuse détresse. Les mandats qu'on leur donnait
étaient inutiles dans leurs mains; ils n'en pouvaient faire qu'un
seul usage, c'était de les passer aux spéculateurs sur le papier, qui
prenaient 100 francs pour cinq ou six, et qui revendaient ensuite ces
mandats aux acquéreurs de biens nationaux. Aussi les rentiers mouraient
de faim; les fonctionnaires donnaient leur démission; et, contre
l'usage, au lieu de demander des emplois, on les résignait. Les armées
d'Allemagne et d'Italie vivant chez l'ennemi, étaient à l'abri de la
misère commune; mais les armées de l'intérieur étaient dans une détresse
affreuse. Hoche ne faisait vivre ses soldats que de denrées perçues dans
les provinces de l'Ouest, et il était obligé d'y maintenir le régime
militaire, pour avoir le droit de lever en nature les subsistances.
Quant aux officiers et à lui-même, ils n'avaient pas de quoi se vêtir.
Le service des étapes établi dans la France, pour les troupes qui la
parcouraient, avait manqué souvent, parce que les fournisseurs ne
voulaient plus rien avancer. Les détachemens partis des côtes de l'Océan
pour renforcer l'armée d'Italie, étaient arrêtés en route. On avait
vu même des hôpitaux fermés, et les malheureux soldats qui les
remplissaient, expulsés de l'asile que la république devait à leurs
infirmités, parce qu'on ne pouvait plus leur fournir ni remèdes ni
alimens. La gendarmerie était entièrement désorganisée. N'étant ni
vêtue, ni équipée, elle ne faisait presque plus son service. Les
gendarmes, voulant ménager leurs chevaux qu'on ne remplaçait pas, ne
protégeaient plus les routes; les brigands, qui abondent à la suite des
guerres civiles, les infestaient. Ils pénétraient dans les campagnes, et
souvent dans les villes, et y commettaient le vol et l'assassinat avec
une audace inouïe.

Tel était donc l'état intérieur de la France. Le caractère particulier
de cette nouvelle crise, c'était la misère du gouvernement au milieu
d'un retour d'aisance chez les particuliers. Le directoire ne vivait
que des débris du papier, et de quelques millions que ses armées lui
envoyaient de l'étranger. Le général Bonaparte lui avait déjà envoyé 30
millions, et cent beaux chevaux de voiture pour contribuer un peu à ses
pompes.

Il s'agissait de détruire maintenant tout l'échafaudage du
papier-monnaie. Il fallait pour cela que le cours n'en fût plus forcé,
et que l'impôt fût reçu en valeur réelle. On déclara donc, le 28
messidor (16 juillet), que tout le monde pourrait traiter comme il
lui plairait, et stipuler en monnaie de son choix; que les mandats ne
seraient plus reçus qu'au cours réel, et que ce cours serait tous les
jours constaté et publié par la trésorerie. On osa enfin déclarer que
les impôts seraient perçus en numéraire ou en mandats au cours; on ne
fit d'exception que pour la contribution foncière. Depuis la création
des mandats on avait voulu la percevoir en papier, et non plus en
nature. On sentit qu'il aurait mieux valu la percevoir toujours en
nature, parce qu'au milieu des variations du papier, on aurait au moins
recueilli des denrées. On décida donc, après de longues discussions, et
plusieurs projets successivement rejetés chez les anciens, que, dans les
départemens frontières ou voisins des armées, la perception pourrait
être exigée en nature; que dans les autres elle aurait lieu en mandats
aux cours des grains. Ainsi, on évaluait le blé en 1790 à 10 fr. le
quintal; on l'évaluait aujourd'hui à 80 fr. en mandats. Chaque dix
francs de cotisation, représentant un quintal de blé, devait se payer
aujourd'hui 80 fr. en mandats. Il eût été bien plus simple d'exiger le
paiement en numéraire ou mandats au cours; mais on ne l'osa pas encore;
on commençait donc à revenir à la réalité, mais en hésitant.

L'emprunt forcé n'était point encore recouvré. L'autorité n'avait plus
l'énergie d'arbitraire qui aurait pu assurer la prompte exécution d'une
pareille mesure. Il restait près de 300 millions à percevoir. On décida
qu'en acquittement de l'emprunt et de l'impôt, les mandats seraient
reçus au pair, et les assignats à cent capitaux pour un, mais pendant
quinze jours seulement; et qu'après ce terme, le papier ne serait plus
reçu qu'au cours. C'était une manière d'encourager les retardataires à
s'acquitter.

La chute des mandats étant déclarée, il n'était plus possible de les
recevoir en paiement intégral des biens nationaux qui leur étaient
affectés; et la banqueroute qu'on leur avait prédite comme aux
assignats, devenait inévitable. On avait annoncé, en effet, que les
mandats émis pour 2 milliards 400 millions, tombant fort au-dessous de
cette valeur, et ne valant plus que 2 à 3 cents millions, l'état ne
voudrait plus donner la valeur promise des biens, c'est-à-dire 2
milliards 400 millions. On avait soutenu le contraire dans l'espoir que
les mandats se maintiendraient à une certaine valeur; mais 100 francs
tombant à 5 ou 6 fr., l'état ne pouvait plus donner une terre de 100
francs, en 1790, et de 30 à 40 francs aujourd'hui, pour 5 ou 6 fr.
C'était là l'espèce de banqueroute qu'avaient subie les assignats, et
dont nous avons expliqué plus haut la nature. L'état faisait là ce que
fait aujourd'hui une caisse d'amortissement qui rachète au cours de la
place, et qui, dans le cas d'une baisse extraordinaire, rachèterait
peut-être à 50 ce qui aurait été émis à 80 ou 90. En conséquence, il fut
décidé le 8 thermidor (26 juillet) que le dernier quart des domaines
nationaux soumissionnés depuis la loi du 26 ventôse (celle qui créait
les mandats), serait acquitté en mandats au cours, et en six paiemens
égaux. Comme il avait été soumissionné pour 800 millions de biens, ce
quart était de 200 millions.

On touchait donc à la fin du papier-monnaie; On se demandera pourquoi
on fit ce second essai des mandats, qui eurent si peu de durée et de
succès. En général on juge trop les mesures de ce genre indépendamment
des circonstances qui les ont commandées. La crainte de manquer de
numéraire avait sans doute contribué à la création des mandats; et,
si on n'avait pas eu d'autre raison, on aurait eu grand tort, car le
numéraire ne peut pas manquer; mais on avait été poussé surtout par la
nécessité impérieuse de vivre avec les biens et d'anticiper sur leur
vente. Il fallait mettre leur prix en circulation avant de l'avoir
retiré, et pour cela l'émettre en forme de papier. Sans doute la
ressource n'avait pas été grande, puisque les mandats étaient si vite
tombés, mais enfin on avait vécu encore quatre ou cinq mois. Et n'est-ce
rien que cela? Il faut considérer les mandats comme un nouvel escompte
de la valeur des biens nationaux, comme un expédient, en attendant que
ces biens pussent être vendus. On va voir que de momens de détresse le
gouvernement eut encore à traverser, avant de pouvoir en réaliser la
vente en numéraire.

Le trésor ne manquait pas de ressources prochainement exigibles; mais
il en était de ces ressources comme des biens nationaux: il fallait les
rendre actuelles. Il avait encore à recevoir 300 millions de l'emprunt
forcé; 300 millions de la contribution foncière de l'année, c'est-à-dire
toute la valeur de cette contribution; 25 millions de la contribution
mobilière; tout le fermage des biens nationaux, et l'arriéré de ce
fermage s'élevant en tout à 60 millions; différentes contributions
militaires; le prix du mobilier des émigrés; divers arriérés; enfin 80
millions de papier sur l'étranger. Toutes ces ressources, jointes aux
200 millions du dernier quart du prix des biens, s'élevaient à 1100
millions, somme énorme, mais difficile à réaliser. Il ne lui fallait,
pour achever son année, c'est-à-dire pour aller jusqu'au 1er
vendémiaire, que 400 millions; il était sauvé s'il pouvait les réaliser
immédiatement sur les 1100. Pour l'année suivante, il avait les
contributions ordinaires qu'on espérait percevoir toutes en numéraire,
et qui, s'élevant à 500 et quelques millions, couvraient ce qu'on
appelait la dépense ordinaire. Pour les dépenses de la guerre, dans le
cas d'une nouvelle campagne, il avait le reste des 1100 millions dont
il ne devait absorber cette année que 400 millions; il avait enfin les
nouvelles soumissions des biens nationaux. Mais le difficile était
toujours la rentrée de ces sommes. Le comptant ne se compose jamais que
des produits de l'année; or, il était difficile de tout prendre à la
fois par l'emprunt forcé, par la contribution foncière et mobilière, par
la vente des biens. On se mit de nouveau à travailler à la perception
des contributions, et on donna au directoire la faculté extraordinaire
d'engager des biens belges pour cent millions de numéraire. Les
rescriptions, espèces de bons royaux, ayant pour but d'escompter les
rentrées de l'année, avaient partagé le sort de tout le papier. Ne
pouvant pas faire usage de cette ressource, le ministre payait les
fournisseurs en ordonnances de liquidation, qui devaient être acquittées
sur les premières recettes.

Telles étaient les misères de ce gouvernement si glorieux au dehors. Les
partis n'avaient pas cessé de s'agiter intérieurement. La soumission de
la Vendée avait beaucoup réduit les espérances de la faction royaliste;
mais les agens de Paris n'en étaient que plus convaincus du mérite de
leur ancien plan, qui consistait à ne pas employer la guerre civile,
mais à corrompre les opinions, à s'emparer peu à peu des conseils et des
autorités. Ils y travaillaient par leurs journaux. Quant aux patriotes,
ils étaient arrivés au plus haut point d'indignation. Ils avaient
favorisé l'évasion de Drouet, qui était parvenu à s'échapper de prison,
et ils méditaient de nouveaux complots, malgré la découverte de celui
de Baboeuf. Beaucoup d'anciens conventionnels et de thermidoriens, liés
naguère au gouvernement qu'ils avaient formé eux-mêmes le lendemain du
13 vendémiaire, commençaient à être mécontens. Une loi ordonnait, comme
on a vu, aux ex-conventionnels non réélus, et à tous les fonctionnaires
destitués, de sortir de Paris. La police, par erreur, envoya des mandats
d'amener à quatre conventionnels, membres du corps législatif. Ces
mandats furent dénoncés avec amertume aux cinq-cents. Tallien, qui, lors
de la découverte du complot de Baboeuf, avait hautement exprimé son
adhésion au système du gouvernement, s'éleva avec aigreur contre la
police du directoire, et contre les défiances dont les patriotes étaient
l'objet. Son adversaire habituel, Thibaudeau, lui répondit, et, après
une discussion assez vive et quelques récriminations, chacun se renferma
dans son humeur. Le ministre Cochon, ses agens, ses mouchards, étaient
surtout l'objet de la haine des patriotes, qui avaient été les premiers
atteints par sa surveillance. La marche du gouvernement était du reste
parfaitement tracée; et s'il était tout à fait prononcé contre les
royalistes, il était tout aussi séparé des patriotes, c'est-à-dire
de cette portion du parti révolutionnaire qui voulait revenir à une
république plus démocratique, et qui trouvait le régime actuel trop doux
pour les aristocrates. Mais, sauf l'état des finances, cette situation
du directoire, détaché de tous les partis, les contenant d'une main
forte, et s'appuyant sur d'admirables armées, était assez rassurante et
assez belle.

Les patriotes avaient déjà fait deux tentatives, et subi deux
répressions, depuis l'installation du directoire. Ils avaient voulu
recommencer le club des jacobins au Panthéon, et l'avaient vu fermer par
le gouvernement. Ils avaient ensuite essayé un complot mystérieux sous
la direction de Baboeuf; ils avaient été découverts par la police, et
privés de leurs nouveaux chefs. Ils s'agitaient cependant encore, et
songeaient à faire une dernière tentative. L'opposition, en attaquant
encore une fois la loi du 3 brumaire, excita chez eux un redoublement de
colère, et les poussa à un dernier éclat. Ils cherchaient à corrompre
la légion de police. Cette légion avait été dissoute, et changée en un
régiment qui était le 21e de dragons. Ils voulaient tenter la fidélité
de ce régiment, et ils espéraient, en l'entraînant, entraîner toute
l'année de l'intérieur, campée dans la plaine de Grenelle. Ils se
proposaient en même temps d'exciter un mouvement, en tirant des coups
de fusil dans Paris, en jetant des cocardes blanches dans les rues, en
criant _Vive le Roi!_ et en faisant croire ainsi que les royalistes
s'armaient pour détruire la république. Ils auraient alors profité de ce
prétexte, pour accourir en armes, s'emparer du gouvernement, et faire
déclarer en leur faveur le camp de Grenelle.

Le 12 fructidor (29 août), ils exécutèrent une partie de leurs projets,
tirèrent des pétards, et jetèrent quelques cocardes blanches dans les
rues. Mais la police avertie avait pris de telles précautions, qu'ils
furent réduits à l'impossibilité de faire aucun mouvement. Ils ne se
découragèrent pas, et, quelques jours après, le 22 (9 septembre), ils
décidèrent de consommer leur complot. Trente des principaux se
réunirent au Gros-Caillou, et résolurent de former dans la nuit même un
rassemblement dans le quartier de Vaugirard. Ce quartier, voisin du
camp de Grenelle, était plein de jardins, et coupé de murailles; il
présentait des lignes derrière lesquelles ils pourraient se réunir, et
faire résistance, dans le cas où ils seraient attaqués. Le soir, en
effet, ils se trouvèrent réunis au nombre de sept ou huit cents, armés
de fusils, de pistolets, de sabres, de cannes à épée. C'était tout ce
que le parti renfermait de plus déterminé. Il y avait parmi eux quelques
officiers destitués, qui se trouvaient à la tête du rassemblement avec
leurs uniformes et leurs épaulettes. Il s'y trouvait aussi quelques
ex-conventionnels en costume de représentans, et même, dit-on, Drouet,
qui était resté caché dans Paris depuis son évasion. Un officier de la
garde du directoire, à la tête de dix cavaliers, faisait patrouille dans
Paris, lorsqu'il fut averti du rassemblement formé à Vaugirard. Il y
accourut à la tête de ce faible détachement; mais à peine arrivé, il fut
accueilli par une décharge de coups de fusil, et assailli par deux cents
hommes armés, qui l'obligèrent à se retirer à toute bride. Il alla
sur-le-champ faire mettre sous les armes la garde du directoire, et
envoya un officier au camp de Grenelle pour y donner l'éveil. Les
patriotes ne perdirent pas de temps, et, l'éveil donné, se rendirent en
toute hâte à la plaine de Grenelle, au nombre de quelques cents. Ils se
dirigèrent vers le quartier du vingt-et-unième de dragons, ci-devant
légion de police, et essayèrent de le gagner, en disant qu'ils venaient
fraterniser avec lui. Le chef d'escadron Malo, qui commandait ce
régiment, sortit aussitôt de sa tente, se lança à cheval, moitié
habillé, réunit autour de lui quelques officiers et les premiers dragons
qu'il rencontra, et chargea à coups de sabre ceux qui lui proposaient
de fraterniser. Cet exemple décida les soldats; ils coururent à leurs
chevaux, fondirent sur le rassemblement, et l'eurent bientôt dispersé.
Ils tuèrent ou blessèrent un grand nombre d'individus, et en arrêtèrent
cent trente-deux. Le bruit de ce combat éveilla tout le camp, qui se
mit aussitôt sous les armes, et jeta l'alarme dans Paris. Mais on fut
bientôt rassuré en apprenant le résultat et la folie de la tentative. Le
directoire fit aussitôt enfermer les prisonniers, et demanda aux deux
conseils l'autorisation de faire des visites domiciliaires pour saisir,
dans certains quartiers, beaucoup de séditieux que leurs blessures
avaient empêchés de quitter Paris. Ayant fait partie d'un rassemblement
armé, ils étaient justiciables des tribunaux militaires, et furent
livrés à une commission, qui commença à en faire fusiller un certain
nombre. L'organisation de la haute-cour nationale n'était point encore
achevée; on en pressa de nouveau l'installation, pour commencer le
procès de Baboeuf.

Cette échauffourée fut prise pour ce qu'elle valait, c'est-à-dire pour
une de ces imprudences qui caractérisent un parti expirant. Les ennemis
seuls de la révolution affectèrent d'y attacher une grande importance,
pour avoir une nouvelle occasion de crier à la terreur, et de répandre
des alarmes. On fut peu épouvanté en général, et cette vaine attaque
prouva mieux encore que tous les autres succès du directoire, que son
établissement était définitif, et que les partis devaient renoncer à le
détruire. Tels étaient les événemens qui se passaient à l'intérieur.

Pendant qu'au dehors on allait livrer de nouveaux combats, d'importantes
négociations se préparaient en Europe. La république française était en
paix avec plusieurs puissances, mais n'avait d'alliance avec aucune. Les
détracteurs qui avaient dit qu'elle ne serait jamais reconnue, disaient
maintenant qu'elle serait à jamais sans alliés. Pour répondre à ces
insinuations malveillantes, le directoire songeait à renouveler le pacte
de famille avec l'Espagne, et projetait une quadruple alliance entre
la France, l'Espagne, Venise et la Porte. Par ce moyen, la quadruple
alliance, composée de toutes les puissances du Midi, contre celles du
Nord, dominerait la Méditerranée et l'Orient, donnerait des inquiétudes
à la Russie, menacerait les derrières de l'Autriche, et susciterait une
nouvelle ennemie maritime à l'Angleterre. De plus, elle procurerait
de grands avantages à l'armée d'Italie, en lui assurant l'appui des
escadres vénitiennes et trente mille Esclavons.

L'Espagne était parmi les puissances la plus facile à décider. Elle
avait contre l'Angleterre des griefs qui dataient du commencement de la
guerre. Les principaux étaient la conduite des Anglais à Toulon, et le
secret gardé à l'amiral espagnol lors de l'expédition en Corse. Elle
avait des griefs plus grands encore, depuis la paix avec la France; les
Anglais avaient insulté ses vaisseaux, arrêté des munitions qui lui
étaient destinées, violé son territoire, pris des postes menaçans pour
elle en Amérique, violé les lois de douanes dans ses colonies, et
cherché ouvertement à les soulever. Ces mécontentemens joints aux offres
brillantes du directoire, qui lui faisait espérer des possessions en
Italie, et aux victoires qui permettaient de croire à l'accomplissement
de ses offres, décidèrent enfin l'Espagne à signer, le 2 fructidor (19
août), un traité d'alliance offensive et défensive avec la France, sur
les bases du pacte de famille. D'après ce traité, ces deux puissances se
garantissaient mutuellement toutes leurs possessions en Europe et dans
les Indes; elles se promettaient réciproquement un secours de dix-huit
mille hommes d'infanterie, et de six mille chevaux, de quinze vaisseaux
de haut bord, de quinze vaisseaux de 74 canons, de six frégates
et quatre corvettes. Ce secours devait être fourni à la première
réquisition de celle des deux puissances qui était en guerre.

Des instructions furent envoyées à nos ambassadeurs, pour faire sentir à
la Porte et à Venise les avantages qu'il y aurait pour elles à concourir
à une pareille alliance.

La république française n'était donc plus isolée, et elle avait suscité
à l'Angleterre une nouvelle ennemie. Tout annonçait que la déclaration
de guerre de l'Espagne à l'Angleterre allait bientôt suivre le traité
d'alliance avec la France.

Le directoire préparait en même temps à Pitt des embarras d'une autre
nature. Hoche était à la tête de cent mille hommes, répandus sur les
côtes de l'Océan. La Vendée et la Bretagne étant soumises, il brûlait
d'employer ces forces d'une manière plus digne de lui, et d'ajouter de
nouveaux exploits à ceux de Wissembourg et de Landau. Il suggéra au
gouvernement un projet qu'il méditait depuis long-temps, celui d'une
expédition en Irlande. Maintenant, disait-il, qu'on avait repoussé la
guerre civile des côtes de France, il fallait reporter ce fléau sur
les côtes de l'Angleterre, et lui rendre, en soulevant les catholiques
d'Irlande, les maux qu'elle nous avait faits en soulevant les Poitevins
et les Bretons. Le moment était favorable: les Irlandais étaient plus
indisposés que jamais contre l'oppression du gouvernement anglais; le
peuple des trois royaumes souffrait horriblement de la guerre, et une
invasion, s'ajoutant aux autres maux qu'il endurait déjà, pouvait le
porter au dernier degré d'exaspération. Les finances de Pitt étaient
chancelantes; et l'entreprise dirigée par Hoche pouvait avoir les plus
grandes conséquences. Le projet fut aussitôt accueilli. Le ministre
de la marine Truguet, républicain excellent, et ministre capable, le
seconda de toutes ses forces. Il rassembla une escadre dans le port
de Brest, et fit pour l'armer convenablement tous les efforts que
permettait l'état des finances. Hoche réunit tout ce qu'il avait de
meilleures troupes dans son armée, et les rapprocha de Brest, pour
les embarquer. On eut soin de répandre différens bruits, tantôt d'une
expédition à Saint-Domingue, tantôt d'une descente à Lisbonne, pour
chasser les Anglais du Portugal, de concert avec l'Espagne.

L'Angleterre, qui se doutait du but de ces préparatifs, était dans de
sérieuses alarmes. Le traité d'alliance offensive et défensive entre
l'Espagne et la France lui présageait de nouveaux dangers; et les
défaites de l'Autriche lui faisaient craindre la perte de son puissant
et dernier allié. Ses finances étaient surtout dans un grand état
de détresse; la Banque avait resserré ses escomptes; les capitaux
commençaient à manquer, et on avait arrêté l'emprunt ouvert pour
l'empereur, afin de ne pas faire sortir de nouveaux fonds de Londres.
Les ports d'Italie étaient fermés aux vaisseaux anglais; ceux d'Espagne
allaient l'être; ceux de l'Océan l'étaient jusqu'au Texel. Ainsi le
commerce de la Grande-Bretagne se trouvait singulièrement menacé. A
toutes ces difficultés se joignaient celles d'une élection générale; car
le parlement, touchant à sa septième année, était à réélire tout entier.
Les élections se faisaient au milieu des cris de malédiction contre Pitt
et contre la guerre.

L'empire avait abandonné presque en entier la cause de la coalition. Les
États de Bade et de Wurtemberg venaient de signer la paix définitive,
en permettant aux armées belligérantes le passage sur leur territoire.
L'Autriche était dans les alarmes, en voyant deux armées françaises sur
le Danube, et une troisième sur l'Adige, qui semblait fermer l'Italie.
Elle avait envoyé Wurmser, avec trente mille hommes, pour recueillir
plusieurs réserves dans le Tyrol, rallier et réorganiser les débris
de l'armée de Beaulieu, et descendre en Lombardie avec soixante mille
soldats. De ce côté, elle se croyait moins en danger, et était rassurée;
mais elle était fort effrayée pour le Danube, et y portait toute son
attention. Pour empêcher les bruits alarmans, le conseil aulique avait
défendu à Vienne de parler des événemens politiques; il avait organisé
une levée de volontaires, et travaillait avec une activité remarquable
à équiper et armer de nouvelles troupes. Catherine, qui promettait
toujours et ne tenait jamais, rendit un seul service: elle garantit les
Gallicies à l'Autriche, ce qui permit d'en retirer les troupes qui s'y
trouvaient, pour les acheminer vers les Alpes et le Danube.

Ainsi, la France effrayait partout ses ennemis, et on attendait avec
impatience ce qu'allait décider le sort des armes le long du Danube
et de l'Adige. Sur la ligne immense qui s'étend de la Bohême à
l'Adriatique, trois armées allaient se choquer contre trois autres, et
décider du sort de l'Europe.

En Italie, on avait négocié en attendant la reprise des hostilités. On
avait fait la paix avec le Piémont, et depuis deux mois un traité avait
succédé à l'armistice. Ce traité stipulait la cession définitive du
duché de Savoie et du comté de Nice à la France; la destruction
des forts de Suze et de la Brunette, placés au débouché des Alpes;
l'occupation, pendant la guerre, des places de Coni, Tortone et
Alexandrie; le libre passage, pour les troupes françaises, dans les
états du Piémont, et la fourniture de ce qui était nécessaire à ces
troupes pendant le trajet. Le directoire, à l'instigation de Bonaparte,
aurait voulu de plus une alliance offensive et défensive avec le roi de
Piémont, pour avoir dix ou quinze mille hommes de son armée. Mais ce
prince, en retour, demandait la Lombardie, dont la France ne pouvait
pas disposer encore, et dont elle songeait toujours à se servir comme
équivalent des Pays-Bas. Cette concession étant refusée, le roi ne
voulut pas consentir à une alliance.

Le directoire n'avait encore rien terminé avec Gênes; on disputait
toujours sur le rappel des familles exilées, sur l'expulsion des
familles feudadataires de l'Autriche et de Naples, et sur l'indemnité
pour la frégate _la Modeste_.

Avec la Toscane, les relations étaient amicales; cependant, les moyens
qu'on avait employés à l'égard des négocians livournais, pour obtenir
la déclaration des marchandises appartenant aux ennemis de la France,
semaient des germes de mécontentement. Naples et Rome avaient envoyé
des agens à Paris, conformément aux termes de l'armistice; mais la
négociation de la paix souffrait de grands retards. Il était évident que
les puissances attendaient, pour conclure, la suite des événemens de
la guerre. Les peuples de Bologne et de Ferrare étaient toujours aussi
exaltés pour la liberté, qu'ils avaient reçue provisoirement. La régence
de Modène et le duc de Parme étaient immobiles. La Lombardie attendait
avec anxiété le résultat de la campagne. On avait fait de vives
instances auprès du sénat de Venise, dans le double but de le faire
concourir au projet de quadruple alliance, et de procurer un utile
auxiliaire à l'armée d'Italie. Outre les ouvertures directes, nos
ambassadeurs à Constantinople et à Madrid en avaient fait d'indirectes,
et avaient fortement insisté auprès des légations de Venise, pour leur
démontrer les avantages du projet; mais toutes ces démarches avaient été
inutiles. Venise détestait les Français, depuis qu'elle les voyait sur
son territoire, et que leurs idées se répandaient dans les populations.
Elle ne s'en tenait plus à la neutralité désarmée; elle armait au
contraire avec activité. Elle avait donné ordre aux commandans des îles
d'envoyer dans les lagunes les vaisseaux et les troupes disponibles;
elle faisait venir des régimens esclavons de l'Illyrie. Le provéditeur
de Bergame armait secrètement les paysans superstitieux et braves
du Bergamasque. Des fonds étaient recueillis par la double voie des
contributions et des dons volontaires.

Bonaparte pensa que, dans le moment, il fallait dissimuler avec tout
le monde, traîner les négociations en longueur, ne rien chercher à
conclure, paraître ignorer toutes les démarches hostiles, jusqu'à ce que
de nouveaux combats eussent décidé en Italie, ou notre établissement ou
notre expulsion. Il fallait ne plus agiter les questions qu'on avait
à traiter avec Gênes, et lui persuader qu'on était content des
satisfactions obtenues, afin de la retrouver amie en cas de retraite.
Il fallait ne pas mécontenter le duc de Toscane par la conduite qu'on
tenait à Livourne. Bonaparte ne croyait pas sans doute qu'il convînt de
laisser un frère de l'empereur dans ce duché, mais il ne voulait point
l'alarmer encore. Les commissaires du directoire, Garreau et Sallicetti,
ayant rendu un arrêté pour faire partir les émigrés français des
environs de Livourne, Bonaparte leur écrivit une lettre, où, sans égard
pour leur qualité, il les réprimandait sévèrement d'avoir enfreint leurs
pouvoirs, et d'avoir mécontenté le duc de Toscane en usurpant dans ses
états l'autorité souveraine. A l'égard de Venise, il voulait aussi
garder le _statu quo_. Seulement il se plaignait très hautement de
quelques assassinats commis sur les routes, et des préparatifs qu'il
voyait faire autour de lui. Son but, en entretenant querelle ouverte,
était de continuer à se faire nourrir, et de se ménager un motif de
mettre la république à l'amende de quelques millions, s'il triomphait
des Autrichiens. «Si je suis vainqueur, écrivait-il, il suffirai d'une
simple estafette pour terminer toutes les difficultés qu'on me suscite.»

Le château de Milan était tombé en son pouvoir. La garnison s'était
rendue prisonnière; toute l'artillerie avait été transportée devant
Mantoue, où il avait réuni un matériel considérable. Il aurait
voulu achever le siége de cette place, avant que la nouvelle armée
autrichienne arrivât pour la secourir; mais il avait peu d'espoir
d'y réussir, il n'employait au blocus que le nombre de troupes
indispensablement nécessaire, à cause des fièvres qui désolaient les
environs. Cependant il serrait la place de très près, et il allait
essayer une de ces surprises qui, suivant ses expressions, dépendent
_d'une oie ou d'un chien_; mais la baisse des eaux du lac empêcha le
passage des bateaux qui devaient porter des troupes déguisées. Dès lors,
il renonça pour le moment à se rendre maître de Mantoue; d'ailleurs
Wurmser arrivait, et il fallait courir au plus pressant.

L'armée, entrée en Italie avec trente et quelques mille hommes environ,
n'avait reçu que de faibles renforts pour réparer ses pertes. Neuf mille
hommes lui étaient arrivés des Alpes. Les divisions tirées de l'armée de
Hoche n'avaient point encore pu traverser la France. Grâce à ce renfort
de neuf mille hommes, et aux malades qui étaient sortis des dépôts de la
Provence et du Var, l'armée avait réparé les effets du feu, et s'était
même renforcée. Elle comptait à peu près quarante-cinq mille hommes,
répandus sur l'Adige et autour de Mantoue, au moment où Bonaparte revint
de sa marche dans la Péninsule. Les maladies que gagnèrent les soldats
devant Mantoue la réduisirent à quarante ou quarante-deux mille hommes
environ. C'était là sa force au milieu de thermidor (fin de juillet).
Bonaparte n'avait laissé que des dépôts à Milan, Tortone, Livourne. Il
avait déjà mis hors de combat deux armées, une de Piémontais et une
d'Autrichiens; et maintenant il avait à en combattre une troisième, plus
formidable que les précédentes.

Wurmser arrivait à la tête de soixante mille hommes. Trente mille
étaient tirés du Rhin, et se composaient de troupes excellentes. Le
reste était formé des débris de Beaulieu, et de bataillons venus de
l'intérieur de l'Autriche. Plus de dix mille hommes étaient enfermés
dans Mantoue, sans compter les malades. Ainsi l'armée entière se
composait de plus de soixante-dix mille hommes. Bonaparte en avait près
de dix mille autour de Mantoue, et n'en pouvait opposer qu'environ
trente mille aux soixante qui allaient déboucher du Tyrol. Avec une
pareille inégalité de forces, il fallait une grande bravoure dans les
soldats, et un génie bien fécond dans le général, pour rétablir la
balance.

La ligne de l'Adige, à laquelle Bonaparte attachait tant de prix, allait
devenir le théâtre de la lutte. Nous avons déjà donné les raisons pour
lesquelles Bonaparte la préférait à toute autre. L'Adige n'avait pas la
longueur du Pô, ou des fleuves qui, se rendant dans le Pô, confondent
leur ligne avec la sienne; il descendait directement dans la mer, après
un cours de peu d'étendue; il n'était pas guéable, et ne pouvait être
tourné par le Tyrol, comme la Brenta, la Piave, et les fleuves plus
avancés vers l'extrémité de la Haute-Italie. Ce fleuve a été le théâtre
de si magnifiques événemens, qu'il faut en décrire le cours avec quelque
soin[7].

[Footnote 7: Voyez la carte jointe à ce volume.]

Les eaux du Tyrol forment deux lignes, celle du Mincio et celle de
l'Adige, presque parallèles, et s'appuyant l'une l'autre. Une partie de
ces eaux forme dans les montagnes un lac vaste et allongé, qu'on appelle
le lac de Garda; elles en sortent à Peschiera pour traverser la plaine
du Mantouan, deviennent le Mincio, forment ensuite un nouveau lac autour
de Mantoue, et vont se jeter enfin dans le Bas-Pô. L'Adige, formé des
eaux des hautes vallées du Tyrol, coule au-delà de la ligne précédente;
il descend à travers les montagnes parallèlement au lac de Garda,
débouche dans la plaine aux environs de Vérone, court alors
parallèlement au Mincio, se creuse un lit large et profond jusqu'à
Legnago, et, à quelques lieues de cette ville, cesse d'être encaissé,
et peut se changer en inondations impraticables, qui interceptent tout
l'espace compris entre Legnago et l'Adriatique. Trois routes s'offraient
à l'ennemi: l'une, franchissant l'Adige à la hauteur de Roveredo, avant
la naissance du lac de Garda, tournait autour de ce lac, et venait
aboutir sur ses derrières à Salo, Gavardo et Brescia. Deux autres routes
partant de Roveredo, suivaient les deux rives de l'Adige, dans son cours
le long du lac de Garda. L'une, longeant la rive droite, circulait
entre ce fleuve et le lac, passait à travers des montagnes, et venait
déboucher dans la plaine entre le Mincio et l'Adige. L'autre, suivant la
rive gauche, débouchait dans la plaine vers Vérone, et aboutissait ainsi
sur le front de la ligne défensive. La première des trois, celle
qui franchit l'Adige avant la naissance du lac de Garda, présentait
davantage de tourner à la fois les deux lignes du Mincio et de l'Adige,
et de conduire sur les derrières de l'armée qui les gardait. Mais elle
n'était pas très praticable; elle n'était accessible qu'à l'artillerie
de montagne, et dès lors pouvait servir à une diversion, mais non à une
opération principale. La seconde, descendant des montagnes entre le lac
et l'Adige, passait le fleuve à Rivalta ou à Dolce, point où il était
peu défendu; mais elle circulait dans les montagnes, à travers des
positions faciles à défendre, telles que celles de la Corona et de
Rivoli. La troisième enfin, circulant au-delà du fleuve jusqu'au milieu
de la plaine, débouchait extérieurement, et venait tomber vers la partie
la mieux défendue de son cours, de Vérone à Legnago. Ainsi les trois
routes présentaient des difficultés fort grandes. La première ne pouvait
être occupée que par un détachement; la seconde, passant entre le lac
et le fleuve, rencontrait les positions de la Corona et de Rivoli; la
troisième venait donner contre l'Adige, qui, de Vérone à Legnago, a un
lit large et profond, et est défendu par deux places, à huit lieues
l'une de l'autre.

Bonaparte avait placé le général Sauret avec trois mille hommes à Salo,
pour garder la route qui débouche sur les derrières du lac de Garda.
Masséna, avec douze mille, interceptait la route qui passe entre le
lac de Garda et l'Adige, et occupait les positions de la Corona et de
Rivoli. Despinois, avec cinq mille, était dans les environs de Vérone;
Augereau, avec huit mille, à Legnago; Kilmaine, avec deux mille chevaux
et l'artillerie légère, était en réserve dans une position centrale, à
Castel-Novo. C'est là que Bonaparte avait placé son quartier-général,
pour être à égale distance de Salo, Rivoli et Vérone. Comme il tenait
beaucoup à Vérone, qui renfermait trois ponts sur l'Adige, et qu'il
se défiait des intentions de Venise, il songea à en faire sortir les
régimens esclavons. Il prétendit qu'ils étaient en hostilité avec les
troupes françaises, et, sous prétexte de prévenir les rixes, il les fit
sortir de la place. Le provéditeur obéit, et il ne resta dans Vérone que
la garnison française.

Wurmser avait porté son quartier-général à Trente et Roveredo. Il
détacha vingt mille hommes sous Quasdanovich, pour prendre la route qui
tourne le lac de Garda et vient déboucher sur Salo. Il en prit quarante
mille avec lui, et les distribua sur les deux routes qui longent
l'Adige. Les uns devaient attaquer la Corona et Rivoli, les autres
déboucher sur Vérone. Il croyait envelopper ainsi l'armée française,
qui, étant attaquée à la fois sur l'Adige, et par derrière le lac de
Garda, se trouvait exposée à être forcée sur son front, et à être coupée
de sa ligne de retraite.

La renommée avait devancé l'arrivée de Wurmser. Dans toute l'Italie on
attendait sa venue, et le parti ennemi de l'indépendance italienne se
montrait plein de joie et de hardiesse. Les Vénitiens laissèrent
éclater une satisfaction qu'ils ne pouvaient plus contenir. Les soldats
esclavons couraient les places publiques, et, tendant la main aux
passans, demandaient le prix du sang français qu'ils allaient répandre.
A Rome, les agens de la France furent insultés; le pape, enhardi par
l'espoir d'une délivrance prochaine, fit rétrograder les voitures
portant le premier à-compte de la contribution qui lui était imposée; il
renvoya même son légat à Ferrare et Bologne. Enfin, la cour de
Naples, toujours aussi insensée, foulant aux pieds les conditions de
l'armistice, fit marcher des troupes sur les frontières des États
romains. La plus cruelle anxiété régnait au contraire dans les villes
dévouées à la France et à la liberté. On attendait avec impatience les
nouvelles de l'Adige. L'imagination italienne, qui grossit tout, avait
exagéré la disproportion des forces. On disait que Wurmser arrivait avec
deux armées, l'une de soixante, et l'autre de quatre-vingt mille hommes.
On se demandait comment ferait cette poignée de Français pour résister
à une si grande masse d'ennemis; on se répétait le fameux proverbe, que
l'_Italie était le tombeau des Français_.

Le 11 thermidor an IV (29 juillet), les Autrichiens se trouvèrent en
présence de nos postes et les surprirent tous. Le corps qui avait tourné
le lac de Garda arriva sur Salo, d'où il repoussa le général Sauret. Le
général Guyeux y resta seul avec quelques cents hommes, et s'enferma
dans un vieux bâtiment, d'où il refusa de sortir, quoiqu'il n'eût ni
pain ni eau, et à peine quelques munitions. Sur les deux routes qui
longent l'Adige, les Autrichiens s'avancèrent avec le même avantage; ils
forcèrent l'importante position de la Corona, entre l'Adige et le lac
de Garda; ils franchirent également la troisième route, et vinrent
déboucher devant Vérone. Bonaparte, à son quartier-général de
Castel-Novo, recevait toutes ces nouvelles. Les courriers se succédaient
sans relâche, et dans la journée du lendemain, 12 thermidor (30
juillet), il apprit que les Autrichiens s'étaient portés de Salo sur
Brescia, et qu'ainsi sa retraite sur Milan était fermée, que la position
de Rivoli était forcée comme celle de la Corona, et que les Autrichiens
allaient passer l'Adige partout. Dans cette situation alarmante, ayant
perdu sa ligne défensive et sa ligne de retraite, il était difficile
qu'il ne fût pas ébranlé. C'était la première épreuve du malheur. Soit
qu'il fût saisi par l'énormité du péril, soit que, prêt à prendre une
détermination téméraire, il voulût partager la responsabilité avec ses
généraux, il leur demanda leur avis pour la première fois, et assembla
un conseil de guerre. Tous opinèrent pour la retraite. Sans point
d'appui devant eux, ayant perdu l'une des deux routes de France, il n'en
était aucun qui crût prudent de tenir. Augereau seul, dont ces journées
furent les plus belles de sa vie, insista fortement pour tenter la
fortune des armes. Il était jeune, ardent; il avait appris dans les
faubourgs à bien parler le langage des camps, et il déclara qu'il avait
de bons grenadiers qui ne se retireraient pas sans combattre. Peu
capable de juger les ressources qu'offraient encore la situation des
armées et la nature du terrain, il n'écoutait que son courage, et
il échauffa de son ardeur guerrière le génie de Bonaparte. Celui-ci
congédia ses généraux sans exprimer son avis, mais son plan était
arrêté. Quoique la ligne de l'Adige fût forcée, et que celle du Mincio
et du lac de Garda fût tournée, le terrain était si heureux, qu'il
présentait encore des ressources à un homme de génie résolu.

Les Autrichiens, partagés en deux corps, descendaient le long des deux
rives du lac de Garda: leur jonction s'opérait à la pointe du lac, et,
arrivés là, ils avaient soixante mille hommes pour en accabler trente.
Mais, en se concentrant à la pointe du lac, on empêchait leur jonction.
En formant assez rapidement une masse principale, on pouvait accabler
les vingt mille qui avaient tourné le lac, et revenir aussitôt après
vers les quarante mille qui avaient filé entre le lac et l'Adige. Mais
pour occuper la pointe du lac, il fallait y ramener toutes les troupes
du Bas-Adige et du Bas-Mincio; il fallait retirer Augereau de Legnago,
et Serrurier de Mantoue, car on ne pouvait plus tenir une ligne aussi
étendue. C'était un grand sacrifice, car on assiégeait Mantoue depuis
deux mois, on y avait transporté un grand matériel; la place allait se
rendre, et en la laissant ravitailler, on perdait le fruit de longs
travaux et une proie presque assurée. Bonaparte cependant n'hésita
pas, et, entre deux buts importans, sut saisir le plus important et y
sacrifier l'autre; résolution simple, et qui décèle non pas le grand
capitaine, mais le grand homme. Ce n'est pas à la guerre seulement,
c'est aussi en politique, et dans toutes les situations de la vie qu'on
trouve deux buts, qu'on veut les tenir l'un et l'autre, et qu'on les
manque tous les deux. Bonaparte eut cette force si grande et si rare du
choix et du sacrifice. En voulant garder tout le cours du Mincio, depuis
la pointe du lac de Garda jusqu'à Mantoue, il eût été percé; en se
concentrant sur Mantoue pour la couvrir, il aurait eu soixante-dix mille
hommes à combattre à la fois, dont soixante mille de front, et dix mille
à dos. Il sacrifia Mantoue, et se concentra à la pointe du lac de Garda.
Ordre fut donné sur-le-champ à Augereau de quitter Legnago, à Serrurier
de quitter Mantoue, pour se concentrer vers Valeggio et Peschiera, sur
le Haut-Mincio. Dans la nuit du 13 thermidor (31 juillet), Serrurier
brûla ses affûts, encloua ses canons, enterra ses projectiles, et jeta
ses poudres à l'eau, pour aller joindre l'armée active.

Bonaparte, sans perdre un seul instant, voulut marcher d'abord sur le
corps ennemi le plus engagé, et le plus dangereux par la position qu'il
avait prise. C'étaient les vingt mille hommes de Quasdanovich, qui
avaient débouché par Salo, Gavardo et Brescia, sur les derrières du lac
de Garda, et qui menaçaient la communication avec Milan. Le jour même où
Serrurier abandonnait Mantoue, le 13 (31 juillet), Bonaparte rétrograda
pour aller tomber sur Quasdanovich, et repassa le Mincio, à Peschiera,
avec la plus grande partie de son armée. Augereau le repassa à
Borghetto, à ce même pont témoin d'une action glorieuse au moment de
la première conquête. On laissa des arrière-gardes pour surveiller
la marche de l'ennemi, qui avait passé l'Adige. Bonaparte ordonna au
général Sauret d'aller dégager le général Guyeux, qui était enfermé dans
un vieux bâtiment avec dix-sept cents hommes, sans avoir ni pain ni eau,
et qui se battait héroïquement depuis deux jours. Il résolut de marcher
lui-même sur Lonato, où Quasdanovich venait déjà de pousser une
division, et il ordonna à Augereau de se porter sur Brescia, pour
rouvrir la communication avec Milan. Sauret réussit en effet à dégager
le général Guyeux, repoussa les Autrichiens dans les montagnes, et leur
fit quelques cents prisonniers. Bonaparte, avec la brigade d'Allemagne,
n'eut pas le temps d'attaquer les Autrichiens à Lonato; il fut prévenu.
Après un combat des plus vifs, il repoussa l'ennemi, entra à Lonato,
et fit six cents prisonniers: Augereau, pendant ce temps, marchait sur
Brescia; il y entra le lendemain 14 (1er août), sans coup férir, délivra
quelques prisonniers qu'on nous y avait faits, et força les Autrichiens
à rebrousser vers les montagnes. Quasdanovich, qui croyait arriver sur
les derrières de l'armée française et la surprendre, fut étonné de
trouver partout des masses imposantes, et faisant front avec tant de
vigueur. Il avait perdu peu de monde, tant à Salo qu'à Lonato; mais il
crut devoir faire halte, et ne pas s'engager davantage avant de savoir
ce que devenait Wurmser avec la principale masse autrichienne. Il
s'arrêta.

Bonaparte s'arrêta aussi de son côté. Le temps était précieux: sur ce
point il ne fallait pas pousser un succès plus qu'il ne convenait.
C'était assez d'avoir imposé à Quasdanovich; il fallait revenir
maintenant pour faire face à Wurmser. Il rétrograda avec les divisions
Masséna et Augereau. Le 15 (2 août), il plaça la division Masséna
à Pont-San-Marco, et la division Augereau à Monte-Chiaro. Les
arrière-gardes qu'il avait laissées sur le Mincio devinrent ses
avant-gardes. Il était temps d'arriver; car les quarante mille hommes
de Wurmser avaient franchi non-seulement l'Adige, mais le Mincio. La
division Bayalitsch ayant masqué Peschiera par un détachement, et passé
le Mincio, s'avançait sur la route de Lonato. La division Liptai avait
franchi le Mincio à Borghetto, et repoussé de Castiglione le général
Valette. Wurmser était allé, avec deux divisions d'infanterie et une
de cavalerie, débloquer Mantoue. En voyant nos affûts en cendres, nos
canons encloués, et les traces d'une extrême précipitation, il n'y vit
point le calcul du génie, mais un effet de l'épouvante; il fut plein de
joie, et entra en triomphe dans la place qu'il venait délivrer: c'était
le 15 thermidor (2 août).

Bonaparte, revenu à Pont-San-Marco et à Monte-Chiaro, ne s'arrêta pas un
instant. Ses troupes n'avaient cessé de marcher: lui-même avait toujours
été à cheval; il résolut de les faire battre dès le lendemain matin. Il
avait devant lui Bayalitsch à Lonato, Liptai à Castiglione, présentant à
eux un front de vingt-cinq mille hommes. Il fallait les attaquer
avant que Wurmser revînt de Mantoue. Sauret venait une seconde fois
d'abandonner Salo; Bonaparte y envoya de nouveau Guyeux, pour reprendre
la position et contenir toujours Quasdanovich. Après ces précautions sur
sa gauche et ses derrières, il résolut de marcher devant lui à Lonato,
avec Masséna, et de jeter Augereau sur les hauteurs de Castiglione,
abandonnées la veille par le général Valette. Il destitua ce général
devant l'armée, pour faire à tous ses lieutenans un devoir de la
fermeté. Le lendemain 16 (3 août), toute l'armée s'ébranla; Guyeux
rentra à Salo, ce qui rendit encore plus impossible toute communication
de Quasdanovich avec l'armée autrichienne. Bonaparte s'avança sur
Lonato, mais son avant-garde fut culbutée, quelques pièces furent
prises, et le général Pigeon resta prisonnier. Bayalitsch, fier de ce
succès, s'avança avec confiance, et étendit ses ailes autour de la
division française. Il avait deux buts en faisant cette manoeuvre,
d'abord d'envelopper Bonaparte, et puis de s'étendre par sa droite, pour
entrer en communication avec Quasdanovich, dont il entendait le canon
à Salo. Bonaparte, ne s'effrayant point pour ses derrières, se laisse
envelopper avec un imperturbable sang-froid; il jette quelques
tirailleurs sur ses ailes menacées, puis il saisit les dix-huitième et
trente-deuxième demi-brigades d'infanterie, les range en colonne serrée,
les fait appuyer par un régiment de dragons, et fond, tête baissée, sur
le centre de l'ennemi, qui s'était affaibli pour s'étendre. Il
renverse tout avec cette brave infanterie, et perce ainsi la ligne des
Autrichiens. Ceux-ci, coupés en deux corps, perdent aussitôt la tête;
une partie de cette division Bayalitsch se replie en toute hâte vers
le Mincio; mais l'autre, qui s'était étendue pour communiquer avec
Quasdanovich, se trouve rejetée vers Salo, où Guyeux se trouvait dans le
moment. Bonaparte la fait poursuivre sans relâche, pour la mettre entre
deux feux. Il lance Junot à sa poursuite avec un régiment de cavalerie.
Junot se précipite au galop, tue six cavaliers de sa main, et tombe
blessé de plusieurs coups de sabre. La division fugitive, prise entre
le corps qui était à Salo et celui qui la poursuivait de Lonato,
s'éparpille, se met en déroute, et laisse à chaque pas des milliers de
prisonniers. Pendant qu'on achevait la poursuite, Bonaparte se porte sur
sa droite, à Castiglione, où Augereau combattait depuis le matin avec
une admirable bravoure. Il lui fallait enlever des hauteurs où la
division Liptai s'était placée. Après un combat opiniâtre plusieurs fois
recommencé, il en était enfin venu à bout, et Bonaparte, en arrivant,
trouva l'ennemi qui se retirait de toutes parts. Telle fut la bataille
dite de Lonato, livrée le 16 thermidor (3 août).

Les résultats en étaient considérables. On avait pris vingt pièces de
canon, fait trois mille prisonniers à la division coupée et rejetée sur
Salo, et l'on poursuivait les restes épars dans les montagnes. On avait
fait mille ou quinze cents prisonniers à Castiglione; on avait tué
ou blessé trois mille hommes; donné l'épouvante à Quasdanovich, qui,
trouvant l'armée française devant lui à Salo, et l'entendant au loin
à Lonato, la croyait partout. On avait ainsi presque désorganisé les
divisions Bayalitsch et Liptai, qui se repliaient sur Wurmser. Ce
général arrivait en ce moment avec quinze mille hommes, pour rallier
à lui les deux divisions battues, et commençait à s'étendre dans les
plaines de Castiglione. Bonaparte le vit, le lendemain matin 17 (4
août), se mettre en ligne pour recevoir le combat. Il résolut de
l'aborder de nouveau, et de lui livrer une dernière bataille, qui
devait décider du sort de l'Italie. Mais pour cela il fallait réunir à
Castiglione toutes les troupes disponibles. Il remit donc au lendemain
18 (5 août) cette bataille décisive. Il repartit au galop pour Lonato,
afin d'activer lui-même le mouvement de ses troupes. Il avait en
quelques jours crevé cinq chevaux. Il ne s'en fiait à personne de
l'exécution de ses ordres; il voulait tout voir, tout vérifier de ses
yeux, tout animer de sa présence. C'est ainsi qu'une grande âme se
communique à une vaste masse, et la remplit de son feu. Il arriva à
Lonato au milieu du jour. Déjà ses ordres s'exécutaient; une partie des
troupes était en marche sur Castiglione; les autres se portaient vers
Salo et Gavardo. Il restait tout au plus mille hommes à Lonato. A peine
Bonaparte y est-il entré, qu'un parlementaire autrichien se présente, et
vient le sommer de se rendre. Le général surpris ne comprend pas
d'abord comment il est possible qu'il soit en présence des Autrichiens.
Cependant il se l'explique bientôt. La division coupée la veille à la
bataille de Lonato, et rejetée sur Salo, avait été prise en partie; mais
un corps de quatre mille hommes à peu près avait erré toute la nuit dans
les montagnes, et voyant Lonato presque abandonné, cherchait à y rentrer
pour s'ouvrir une issue sur le Mincio. Bonaparte n'avait qu'un millier
d'hommes à lui opposer, et surtout n'avait pas le temps de livrer
un combat. Sur-le-champ il fait monter à cheval tout ce qu'il avait
d'officiers autour de lui. Il ordonne qu'on amène le parlementaire, et
qu'on lui débande les yeux. Celui-ci est saisi d'étonnement en voyant ce
nombreux état-major. «Malheureux, lui dit Bonaparte, vous ne savez donc
pas que vous êtes en présence du général en chef, et qu'il est ici avec
toute son armée! Allez dire à ceux qui vous envoient, que je leur donne
cinq minutes pour se rendre, ou que je les ferai passer au fil
de l'épée, pour les punir de l'outrage qu'ils osent me faire.»
Sur-le-champ il fait approcher son artillerie, menaçant de faire feu
sur les colonnes qui s'avancent. Le parlementaire va rapporter cette
réponse, et les quatre mille hommes mettent bas les armes devant
mille[8]. Bonaparte, sauvé par cet acte de présence d'esprit, donna
ses ordres pour la lutte qui allait se livrer. Il joignit de nouvelles
troupes à celles qui étaient déjà dirigées sur Salo. La division
Despinois fut réunie à la division Sauret, et toutes deux profitant de
l'ascendant de la victoire, durent attaquer Quasdanovich, et le
rejeter définitivement dans les montagnes. Il ramena tout le reste à
Castiglione. Il y revint dans la nuit, ne prit pas un instant de repos,
et après avoir changé de cheval, courut sur le champ de bataille, afin
de faire ses dispositions. Cette journée allait décider du destin de
l'Italie.

[Footnote 8: Ce fait a été révoqué en doute par un historien, M.
Botta, mais il est confirmé par toutes les relations, et j'ai reçu
l'attestation de son authenticité, de l'ordonnateur en chef de l'armée
active, M. Aubernon, qui a passé les quatre mille prisonniers en revue.]

C'était dans la plaine de Castiglione qu'on allait combattre. Une suite
de hauteurs, formées par les derniers bancs des Alpes, se prolongent de
la Chiesa au Mincio, par Lonato, Castiglione, Solférino. Au pied de ces
hauteurs s'étend la plaine qui allait servir de champ de bataille. Les
deux armées y étaient en présence, perpendiculairement à la ligne des
hauteurs, à laquelle toutes deux appuyaient une aile. Bonaparte y
appuyait sa gauche, Wurmser sa droite. Bonaparte avait vingt-deux mille
hommes au plus; Wurmser en comptait trente mille. Ce dernier avait
encore un autre avantage; son aile qui était dans la plaine, était
couverte par une redoute placée sur le mamelon de Medolano. Ainsi il
était appuyé des deux côtés. Pour balancer les avantages du nombre et de
la position, Bonaparte comptait sur l'ascendant de la victoire, et sur
ses manoeuvres. Wurmser devait tendre à se prolonger par sa droite, qui
s'appuyait à la ligne des hauteurs, pour s'ouvrir une communication vers
Lonato et Salo. C'est ainsi qu'avait fait Bayalitsch l'avant-veille, et
c'est ainsi que devait faire Wurmser, dont tous les voeux devaient avoir
pour but la réunion avec son grand détachement. Bonaparte résolut de
favoriser ce mouvement dont il espérait tirer un grand parti. Il avait
maintenant sous sa main la division Serrurier, qui, poursuivie par
Wurmser depuis qu'elle avait quitté Mantoue, n'avait pu jusqu'ici
entrer en ligne. Elle arrivait par Guidizzolo. Bonaparte lui ordonna de
déboucher vers Cauriana, sur les derrières de Wurmser. Il attendait son
feu pour commencer le combat.

Dès la pointe du jour, les deux armées entrèrent en action. Wurmser,
impatient d'attaquer, ébranla sa droite le long des hauteurs; Bonaparte,
pour favoriser ce mouvement, replia sa gauche, qui était formée par
la division Masséna; il maintint son centre immobile dans la plaine.
Bientôt il entendit le feu de Serrurier. Alors, tandis qu'il continuait
à replier sa gauche, et que Wurmser continuait à prolonger sa droite,
il fit attaquer la redoute de Medolano. Il dirigea d'abord vingt pièces
d'artillerie légère sur cette redoute, et, après l'avoir vivement
canonnée, il détacha le général Verdier, avec trois bataillons de
grenadiers, pour l'emporter. Ce brave général s'avança, appuyé par
un régiment de cavalerie, et enleva la redoute. Le flanc gauche des
Autrichiens fut alors découvert, à l'instant même où Serrurier, arrivé à
Cauriana, répandait l'alarme sur leurs derrières. Wurmser jeta aussitôt
une partie de sa seconde ligne à sa gauche, privée d'appui, et la plaça
en potence pour faire face aux Français qui débouchaient de Medolano. Il
porta le reste de sa seconde ligne en arrière, pour couvrir Cauriana, et
continua ainsi à faire tête à l'ennemi. Mais Bonaparte, saisissant le
moment avec sa promptitude accoutumée, cesse aussitôt de refuser sa
gauche et son centre; il donne à Masséna et Augereau le signal qu'ils
attendaient impatiemment. Masséna, avec la gauche, Augereau, avec le
centre, fondent sur la ligne affaiblie des Autrichiens, et la chargent
avec impétuosité. Attaquée si brusquement sur tout son front, menacée
sur sa gauche et ses derrières, elle commence à céder le terrain.
L'ardeur des Français redouble. Wurmser, voyant son armée compromise,
donne alors le signal de la retraite. On le poursuit en lui faisant
des prisonniers. Pour le mettre dans une déroute complète, il fallait
redoubler de célérité, et le pousser en désordre sur le Mincio. Mais,
depuis six jours, les troupes marchaient et se battaient sans relâche;
elles ne pouvaient plus avancer, et couchèrent sur le champ de bataille.
Wurmser n'avait perdu que deux mille hommes ce jour-là, mais il n'en
avait pas moins perdu l'Italie.

Le lendemain Augereau se porta au pont de Borghetto, et Masséna devant
Peschiera. Augereau engagea une canonnade qui fut suivie de la retraite
des Autrichiens; et Masséna livra un combat d'arrière-garde à la
division qui avait masqué Peschiera. Le Mincio fut abandonné par
Wurmser; il reprit la route de Rivoli, entre l'Adige et le lac de Garda,
pour rentrer dans le Tyrol. Masséna le suivit à Rivoli, à la Corona, et
reprit ses anciennes positions. Augereau se présenta devant Vérone. Le
provéditeur vénitien, pour donner aux Autrichiens le temps d'évacuer la
ville et de sauver leurs bagages, demandait deux heures de temps avant
d'ouvrir les portes; Bonaparte les fit enfoncer à coups de canon. Les
Véronais, qui étaient dévoués à la cause de l'Autriche, et qui avaient
manifesté hautement leurs sentimens au moment de la retraite des
Français, craignaient le courroux du vainqueur; mais il fit observer à
leur égard les plus grands ménagemens.

Du côté de Salo et de la Chiesa, Quasdanovich faisait une retraite
pénible par derrière le lac de Garda. Il voulut s'arrêter et défendre
le défilé dit la Rocca-d'Anfo; mais il fut battu, et perdit douze cents
hommes. Bientôt les Français eurent repris toutes leurs anciennes
positions.

Cette campagne avait duré six jours; et dans ce court espace de temps,
trente et quelques mille hommes en avaient mis soixante mille hors de
combat. Wurmser avait perdu vingt mille hommes, dont sept à huit mille
tués ou blessés, et douze ou treize mille prisonniers. Il était rejeté
dans les montagnes, et réduit à l'impossibilité de tenir la campagne.
Ainsi s'était évanouie cette formidable expédition, devant une poignée
de braves. Ces résultats extraordinaires et inouïs dans l'histoire
étaient dus à la promptitude et à la vigueur de résolution du jeune
chef. Tandis que deux armées redoutables couvraient les deux rives du
lac de Garda, et que tous les courages étaient ébranlés, il avait su
réduire toute la campagne à une seule question, la jonction de ces
deux armées à la pointe du lac de Garda; il avait su faire un grand
sacrifice, celui du blocus de Mantoue, pour se concentrer au point
décisif; et, frappant alternativement des coups terribles sur chacune
des masses ennemies, à Salo, à Lonato, à Castiglione, il les avait
successivement désorganisées et rejetées dans les montagnes d'où elles
étaient sorties.

Les Autrichiens étaient saisis d'effroi; les Français transportés
d'admiration pour leur jeune chef. La confiance et le dévouement en lui
étaient au comble. Un bataillon pouvait en faire fuir trois. Les
vieux soldats qui l'avaient nommé caporal à Lodi, le firent sergent
à Castiglione. En Italie la sensation fut profonde. Milan, Bologne,
Ferrare, les villes du duché de Modène, et tous les amis de la liberté,
furent transportés de joie. La douleur se répandit dans les couvens et
chez toutes les vieilles aristocraties. Les gouvernemens qui avaient
fait des imprudences, Venise, Rome, Naples, étaient épouvantés.

Bonaparte, jugeant sainement sa position, ne crut pas la lutte terminée,
quoiqu'il eût enlevé à Wurmser vingt mille hommes. Le vieux maréchal se
retirait dans les Alpes avec quarante mille. Il allait les reposer, les
rallier, les recruter, et il était à présumer qu'il fondrait encore
une fois sur l'Italie. Bonaparte avait perdu quelques mille hommes,
prisonniers, tués ou blessés; il en avait beaucoup dans les hôpitaux: il
jugea qu'il fallait temporiser encore, avoir toujours les yeux sur
le Tyrol, et les pieds sur l'Adige, et se contenter d'imposer aux
puissances italiennes, en attendant qu'il eût le temps de les châtier.
Il se contenta d'apprendre aux Vénitiens qu'il était instruit de leurs
armemens, et continua à se faire nourrir à leurs frais, ajournant encore
les négociations pour une alliance. Il avait appris l'arrivée à Ferrare
d'un légat du pape, qui était venu pour reprendre possession des
légations; il le manda à son quartier-général. Ce légat, qui était le
cardinal Mattei, tomba à ses pieds en disant: _Peccavi_. Bonaparte le
mit aux arrêts dans un séminaire. Il écrivit à M. d'Azara, qui était son
intermédiaire auprès des cours de Rome et de Naples; il se plaignit à
lui de l'imbécillité et de la mauvaise foi du gouvernement papal, et lui
annonça son intention de revenir bientôt sur ses derrières, si on
l'y obligeait. Quant à la cour de Naples, il prit le langage le plus
menaçant. «Les Anglais, dit-il à M. d'Azara, ont persuadé au roi de
Naples qu'il était quelque chose; moi, je lui prouverai qu'il n'est
rien. S'il persiste, au mépris de l'armistice, à se mettre sur les
rangs, je prends l'engagement, à la face de l'Europe, de marcher contre
ses prétendus soixante-dix mille hommes avec six mille grenadiers,
quatre mille chevaux, et cinquante pièces de canon.»

Il écrivit une lettre polie, mais ferme, au duc de Toscane, qui avait
laissé occuper aux Anglais Porto-Ferrajo, et lui dit que la France
pourrait le punir de cette négligence en occupant ses états, mais
qu'elle voulait bien n'en rien faire, en considération d'une ancienne
amitié. Il changea la garnison de Livourne, afin d'imposer à la Toscane
par un mouvement de troupes. Il se tut avec Gênes. Il écrivit une lettre
vigoureuse au roi de Piémont, qui souffrait les Barbets dans ses états,
et fit partir une colonne de douze cents hommes avec une commission
militaire ambulante, pour saisir et fusiller les Barbets trouvés sur
les routes. Le peuple de Milan avait montré les dispositions les plus
amicales aux Français. Il lui adressa une lettre délicate et noble, pour
le remercier. Ses dernières victoires lui donnant des espérances plus
fondées de conserver l'Italie, il crut pouvoir s'engager davantage avec
les Lombards; il leur accorda des armes, et leur permit de lever une
légion à leur solde, dans laquelle s'enrôlèrent en foule les Italiens
attachés à la liberté, et les Polonais errans en Europe depuis le
dernier partage. Bonaparte témoigna sa satisfaction aux peuples de
Bologne et de Ferrare. Ceux de Modène demandaient à être affranchis de
la régence établie par leur duc; Bonaparte avait déjà quelques motifs
de rompre l'armistice, car la régence avait fait passer des vivres à la
garnison de Mantoue. Il voulut attendre encore. Il demanda des secours
au directoire pour réparer ses pertes, et se tint à l'entrée des gorges
du Tyrol, prêt à fondre sur Wurmser, et à détruire les restes de son
armée, dès qu'il apprendrait que Moreau avait passé le Danube.

Pendant que ces grands événemens se passaient en Italie, il s'en
préparait d'autres sur le Danube. Moreau avait poussé l'archiduc pied
à pied, et était arrivé dans le milieu de thermidor (premiers jours
d'août) sur le Danube. Jourdan se trouvait sur la Naab, qui tombe dans
ce fleuve. La chaîne de l'Alb, qui sépare le Necker du Danube, se
compose de montagnes de moyenne hauteur, terminées en plateaux,
traversées par des défilés étroits comme des fissures de rochers. C'est
par ces défilés que Moreau avait débouché sur le Danube, dans un pays
inégal, coupé de ravins et couvert de bois. L'archiduc, qui nourrissait
le dessein de se concentrer sur le Danube, et de reprendre force sur
cette ligne puissante, forma tout à coup une résolution qui faillit
compromettre ses sages projets. Il apprenait que Wartensleben, au lieu
de se replier sur lui, le plus près possible de Donawert, se repliait
vers la Bohême, dans la sotte pensée de la couvrir; il craignait que,
profitant de ce faux mouvement, qui découvrait le Danube, l'armée de
Sambre-et-Meuse ne voulût en tenter le passage. Il voulait donc le
passer lui-même, pour filer rapidement sur l'autre rive, et aller faire
tête à Jourdan. Mais le fleuve était encombré de ses magasins, et il
lui fallait encore du temps pour les faire évacuer; il ne voulait pas
d'ailleurs exécuter le passage sous les yeux de Moreau et trop près de
ses coups, et il songea à l'éloigner en lui livrant la bataille avec le
Danube à dos: mauvaise pensée dont il s'est blâmé sévèrement depuis,
car elle l'exposait à être jeté dans le fleuve, ou du moins à ne pas y
arriver entier, condition indispensable pour le succès de ses projets
ultérieurs.

Le 24 thermidor (11 août), il s'arrêta devant les positions de Moreau,
pour lui livrer une attaque générale. Moreau était à Neresheim, tenant
les positions de Dunstelkingen et de Dischingen par sa droite et son
centre, et celle de Nordlingen par sa gauche. L'archiduc, voulant
d'abord l'écarter du Danube, puis le couper, s'il était possible, des
montagnes par lesquelles il avait débouché, et enfin l'empêcher de
communiquer avec Jourdan, l'attaqua, pour arriver à toutes ses fins, sur
tous les points à la fois. Il parvint à tourner la droite de Moreau, en
dispersant ses flanqueurs; il s'avança jusqu'à Heidenheim, presque
sur ses derrières, et y jeta une telle alarme, que tous les parcs
rétrogradèrent. Au centre, il tenta une attaque vigoureuse, mais qui
ne fut pas assez décisive. A la gauche, vers Nordlingen, il fit des
démonstrations menaçantes. Moreau ne s'intimida ni des démonstrations
faites à sa gauche, ni de l'excursion derrière sa droite; et, jugeant
avec raison que le point essentiel était au centre, fit le contraire de
ce que font les généraux ordinaires, toujours alarmés lorsqu'on menace
de les déborder; il affaiblit ses ailes au profit du centre. Sa
prévision était juste; car l'archiduc, redoublant d'efforts au centre
vers Dunstelkingen, fut repoussé avec perte. On coucha de part et
d'autre sur le champ de bataille.

Le lendemain, Moreau se trouva fort embarrassé par le mouvement
rétrograde de ses parcs, qui le laissait sans munitions. Cependant il
pensa qu'il fallait payer d'audace, et faire mine de vouloir attaquer.
Mais l'archiduc, pressé de repasser le Danube, n'avait nulle envie de
recommencer le combat: il fit sa retraite avec beaucoup de fermeté sur
le fleuve, le repassa sans être inquiété par Moreau, et en coupa les
ponts jusqu'à Donawerth. Là, il apprit ce qui s'était passé entre les
deux armées qui avaient opéré par le Mein. Wartensleben ne s'était pas
jeté en Bohême comme il le craignait, il était resté sur la Naab, en
présence de Jourdan. Le jeune prince autrichien forma une résolution
très belle, qui était la conséquence de sa longue retraite, et qui était
propre à décider la campagne. Son but, en se repliant sur le Danube,
avait été de s'y concentrer, pour être en mesure d'agir sur l'une ou sur
l'autre des deux armées françaises, avec une masse supérieure de forces.
La bataille de Neresheim aurait pu compromettre ce plan, si, au lieu
d'être incertaine, elle avait été tout à fait malheureuse. Mais
s'étant retiré entier sur le Danube, il pouvait maintenant profiter de
l'isolement des armées françaises, et tomber sur l'une des deux. En
conséquence, il résolut de laisser le général Latour avec trente-six
mille hommes pour occuper Moreau, et de se porter de sa personne avec
vingt-cinq mille vers Wartensleben, afin d'accabler Jourdan par cette
réunion de forces. L'armée de Jourdan était la plus faible des deux. A
une aussi grande distance de sa base, elle ne comptait guère plus de
quarante-cinq mille hommes. Il était évident qu'elle ne pourrait
pas résister, et qu'elle allait même se trouver exposée à de grands
désastres. Jourdan, étant battu et ramené sur le Rhin, Moreau, de son
côté, ne pouvait rester en Bavière, et l'archiduc pouvait même se porter
sur le Necker et le prévenir sur sa ligne de retraite. Cette conception
si juste a été regardée comme la plus belle dont puissent s'honorer les
généraux autrichiens pendant ces longues guerres; comme celles qui dans
le moment signalaient le génie de Bonaparte en Italie, elle appartenait
à un jeune homme.

L'archiduc partit d'Ingolstadt le 29 thermidor (16 août), cinq jours
après la bataille de Neresheim. Jourdan, placé sur la Naab, entre
Naabourg et Schwandorff, ne s'attendait pas à l'orage qui se préparait
sur sa tête. Il avait détaché le général Bernadotte à Neumark, sur sa
droite, de manière à se mettre en communication avec Moreau; objet
impossible à remplir, et pour lequel un corps détaché était inutilement
compromis. Ce fut contre ce détachement que l'archiduc, arrivant du
Danube, devait donner nécessairement. Le général Bernadotte, attaqué par
des forces supérieures, fit une résistance honorable, mais fut obligé de
repasser rapidement les montagnes par lesquelles l'armée avait débouché
de la vallée du Mein dans celle du Danube. Il se retira à Nuremberg.
L'archiduc, après avoir jeté un corps à sa poursuite, se porta avec le
reste de ses forces sur Jourdan. Celui-ci, prévenu de l'arrivée d'un
renfort, averti du danger qu'avait couru Bernadotte, et de sa retraite
sur Nuremberg, se disposa à repasser aussi les montagnes. Au moment où
il se mettait en marche, il fut attaqué à la fois par l'archiduc et par
Wartensleben; il eut un combat difficile à soutenir à Amberg, et perdit
sa route directe vers Nuremberg. Jeté avec ses parcs, sa cavalerie
et son infanterie, dans des routes de traverse, il courut de grands
dangers, et fit, pendant huit jours, une retraite des plus difficiles et
des plus honorables pour les troupes et pour lui. Il se retrouva sur
le Mein, à Schweinfurt, le 12 fructidor (29 août), se proposant de se
diriger sur Wurtzbourg, pour y faire halte, y rallier ses corps, et
tenter de nouveau le sort des armes.

Pendant que l'archiduc exécutait ce beau mouvement sur l'armée de
Sambre-et-Meuse, il fournissait à Moreau l'occasion d'en exécuter un
pareil, aussi beau et aussi décisif. L'ennemi ne tente jamais une
hardiesse sans se découvrir, et sans ouvrir de belles chances à son
adversaire. Moreau, n'ayant plus que trente-huit mille hommes devant
lui, pouvait facilement les accabler, en agissant avec un peu de
vigueur. Il pouvait mieux (au jugement de Napoléon et de l'archiduc
Charles), il pouvait tenter un mouvement dont les résultats auraient été
immenses. Il devait lui-même suivre la marche de l'ennemi, se rabattre
sur l'archiduc, comme ce prince se rabattait sur Jourdan, et arriver
à l'improviste sur ses derrières. L'archiduc, pris entre Jourdan et
Moreau, eût couru des dangers incalculables. Mais, pour cela, il
fallait exécuter un mouvement très étendu, changer tout à coup sa ligne
d'opération, se jeter du Necker sur le Mein; il fallait surtout manquer
aux instructions du directoire, qui prescrivaient de s'appuyer au Tyrol,
afin de déborder les flancs de l'ennemi et de communiquer avec l'armée
d'Italie. Le jeune vainqueur de Castiglione n'aurait pas hésité à faire
cette marche hardie, et à commettre une désobéissance, qui aurait décidé
la campagne d'une manière victorieuse; mais Moreau était incapable
d'une pareille détermination. Il resta plusieurs jours sur les bords
du Danube, ignorant le départ de l'archiduc, et explorant lentement un
terrain qui était alors peu connu. Ayant appris enfin le mouvement
qui venait de s'opérer, il conçut des inquiétudes pour Jourdan; mais,
n'osant prendre aucune détermination vigoureuse, il se décida à franchir
le Danube, et à s'avancer en Bavière, pour essayer par là de ramener
l'archiduc à lui, tout en restant fidèle au plan du directoire. Il était
cependant aisé de juger que l'archiduc ne quitterait pas Jourdan avant
de l'avoir mis hors de combat, et ne se laisserait pas détourner de
l'exécution d'un vaste plan, par une excursion en Bavière. Moreau n'en
passa pas moins le Danube, à la suite de Latour, et s'approcha du Lech.
Latour fit mine de disputer le passage du Lech; mais, trop étendu pour
s'y soutenir, il fut obligé de l'abandonner, après avoir essuyé un
combat malheureux à Friedberg. Moreau s'approcha ensuite de Munich; il
se trouvait le 15 fructidor (1er septembre) à Dachau, Pfaffenhofen et
Geisenfeld.

Ainsi la fortune commençait à nous être moins favorable en Allemagne,
par l'effet d'un plan vicieux qui, séparant nos armées, les exposait
à être battues isolément. D'autres résultats se préparaient encore en
Italie.

On a vu que Bonaparte, après avoir rejeté les Autrichiens dans le Tyrol,
et repris ses anciennes positions sur l'Adige, méditait de nouveaux
projets contre Wurmser, auquel il n'était pas content d'avoir détruit
vingt mille hommes, et dont il voulait ruiner entièrement l'armée. Cette
opération était indispensable pour l'exécution de tous ses desseins en
Italie. Wurmser détruit, il pourrait faire une pointe jusqu'à Trieste,
ruiner ce point si important pour l'Autriche, revenir ensuite sur
l'Adige, faire la loi à Venise, à Rome et à Naples, dont la malveillance
était toujours aussi manifeste, et donner enfin le signal de la liberté
en Italie, en constituant la Lombardie, les légations de Bologne et de
Ferrare, peut-être même le duché de Modène, en république indépendante.
Il résolut donc, pour accomplir tous ces projets, de monter dans le
Tyrol, certain aujourd'hui d'être secondé par la présence de Moreau sur
l'autre versant des Alpes.

Pendant que les troupes françaises employaient une vingtaine de jours à
se reposer, Wurmser réorganisait et renforçait les siennes. De nouveaux
détachemens venus de l'Autriche, et les milices tyroliennes, lui
permirent de porter son armée à près de cinquante mille hommes. Le
conseil aulique lui envoya un autre chef d'état-major, le général du
génie Laüer, avec de nouvelles instructions sur le plan à suivre pour
enlever la ligne de l'Adige. Wurmser devait laisser dix-huit ou vingt
mille hommes sous Davidovich, pour garder le Tyrol, et descendre avec le
reste, par la vallée de la Brenta, dans les plaines du Vicentin et du
Padouan. La Brenta prend naissance non loin de Trente, s'éloigne de
l'Adige en forme de courbe, redevient parallèle à ce fleuve dans la
plaine, et va finir dans l'Adriatique. Une chaussée, partant de Trente,
conduit dans la vallée de la Brenta, et vient aboutir, par Bassano, dans
les plaines du Vicentin et du Padouan. Wurmser devait parcourir cette
vallée pour déboucher dans la plaine, et venir tenter le passage de
l'Adige, entre Vérone et Legnago. Ce plan n'était pas mieux conçu que le
précédent, car il avait toujours l'inconvénient de diviser les forces en
deux corps, et de mettre Bonaparte au milieu.

Wurmser entrait en action, dans le même moment que Bonaparte. Celui-ci
ignorant les projets de Wurmser, mais prévoyant avec une sagacité rare,
que, pendant son excursion au fond du Tyrol, il serait possible que
l'ennemi vînt tâter la ligne de l'Adige, de Vérone à Legnago, laissa
le général Kilmaine à Vérone avec une réserve de près de trois mille
hommes, et avec tous les moyens de résister pendant deux jours au moins.
Le général Sahuguet resta avec une division de huit mille hommes devant
Mantoue. Bonaparte partit avec vingt-huit mille, et remonta par les
trois routes du Tyrol, celle qui circule derrière le lac de Garda, et
les deux qui longent l'Adige. Le 17 fructidor (3 septembre), la division
Sauret, devenue division Vaubois, après avoir circulé par derrière le
lac de Garda, et livré plusieurs combats, arriva à Torbole, la pointe
supérieure du lac. Le même jour, les divisions Masséna et Augereau, qui
longeaient d'abord les deux rives de l'Adige, et qui s'étaient ensuite
réunies sur la même rive par le pont de Golo, arrivèrent devant
Seravalle. Elles livrèrent un combat d'avant-garde, et firent quelques
prisonniers à l'ennemi.

Les Français avaient à remonter maintenant une vallée étroite et
profonde: à leur gauche était l'Adige, à leur droite des montagnes
élevées. Souvent le fleuve, serrant le pied des montagnes, ne laissait
que la largeur de la chaussée, et formait ainsi d'affreux défilés à
franchir. Il y en avait plus d'un de ce genre, pour pénétrer dans le
Tyrol. Mais les Français, audacieux et agiles, étaient aussi propres à
cette guerre qu'à celle qu'ils venaient de faire dans les vastes plaines
du Mantouan. Davidovich avait placé deux divisions, l'une au camp de
Mori, sur la rive droite de l'Adige, pour faire tête à la division
Vaubois qui remontait la chaussée de Salo à Roveredo, par derrière le
lac de Garda: l'autre à San-Marco, sur la rive gauche, pour garder le
défilé contre Masséna et Augereau. Le 18 fructidor (4 septembre), on se
trouva en présence. C'était la division Wukassovich qui défendait le
défilé de San-Marco. Bonaparte, saisissant sur-le-champ le genre de
tactique convenable aux lieux, forme deux corps d'infanterie légère,
et les distribue à droite et à gauche, sur les hauteurs environnantes;
puis, quand il a fatigué quelque temps les Autrichiens, il forme la
dix-huitième demi-brigade en colonne serrée par bataillons, et ordonne
au général Victor de percer avec elle le défilé. Un combat violent
s'engage; les Autrichiens résistent d'abord; mais Bonaparte décide
l'action, en ordonnant au général Dubois de charger à la tête des
hussards. Ce brave général fond sur l'infanterie autrichienne, la rompt,
et tombe percé de trois balles. On l'emporte expirant. «Avant que je
meure, dit-il à Bonaparte, faites-moi savoir si nous sommes vainqueurs.
» De toutes parts les Autrichiens fuient et se retirent à Roveredo,
situé à une lieue de Marco; on les poursuit au pas de course. Roveredo
est à une certaine distance de l'Adige; Bonaparte dirige Rampon, avec
la trente-deuxième, vers l'espace qui sépare le fleuve de la ville; il
porte Victor, avec la dix-huitième, sur la ville même. Celui-ci entre
au pas de charge dans la grande rue de Roveredo, balaie les Autrichiens
devant lui, et arrive à l'autre extrémité de la ville, à l'instant où
Rampon en achevait le circuit extérieur. Pendant que l'armée principale
emportait ainsi San-Marco et Roveredo, la division Vaubois arrivait à
Roveredo par l'autre rive de l'Adige. La division autrichienne de Reuss
lui avait disputé le camp de Mori, mais Vaubois venait de l'emporter à
l'instant même, et toutes les divisions se trouvaient réunies maintenant
au milieu du jour à la hauteur de Roveredo, sur les deux rives du
fleuve. Mais le plus difficile restait à faire.

Davidovich avait rallié ses deux divisions sur sa réserve, dans le
défilé de Calliano, défilé redoutable et bien autrement dangereux
que celui de Marco. Sur ce point, l'Adige, serrant les montagnes, ne
laissait, entre son lit et leur pied, que la largeur de la chaussée.
L'entrée du défilé était fermée par le château de la Pietra, qui
joignait la montagne au fleuve, et qui était couronné d'artillerie.

Bonaparte, persistant dans sa tactique, distribue son infanterie légère
à droite, sur les escarpemens de la montagne, et à gauche, sur les bords
du fleuve. Ses soldats, nés sur les bords du Rhône, de la Seine ou de la
Loire, égalent l'agilité et la hardiesse des chasseurs des Alpes.
Les uns gravissent de rochers en rochers, atteignent le sommet de la
montagne, et font un feu plongeant sur l'ennemi; les autres, non moins
intrépides, se glissent le long du fleuve, appuient le pied partout où
ils peuvent se soutenir, et tournent le château de la Pietra. Le général
Dammartin place avec bonheur une batterie d'artillerie légère qui
fait le meilleur effet; le château est enlevé. Alors l'infanterie le
traverse, et fond en colonne serrée sur l'armée autrichienne amassée
dans le défilé. Artillerie, cavalerie, infanterie, se confondent, et
fuient dans un désordre épouvantable. Le jeune Lamarois, aide-de-camp du
général en chef, veut prévenir la fuite des Autrichiens; il se précipite
au galop à la tête de cinquante hussards, traverse dans toute sa
longueur la masse autrichienne, et, tournant bride sur-le-champ, fait
effort pour en arrêter la tête. Il est renversé de cheval, mais il
répand la terreur dans les rangs autrichiens, et donne le temps à la
cavalerie, qui accourait, de recueillir plusieurs mille prisonniers.
Là finit cette suite de combats, qui valurent à l'armée française les
défilés du Tyrol, la ville de Roveredo, toute l'artillerie autrichienne,
quatre mille prisonniers, sans compter les morts et les blessés.
Bonaparte appela cette journée bataille de Roveredo.

Le lendemain 19 fructidor (5 septembre), les Français entrèrent à
Trente, capitale du Tyrol italien. L'évêque avait fui. Bonaparte, pour
calmer les Tyroliens, qui étaient fort attachés à la maison d'Autriche,
leur adressa une proclamation, dans laquelle il les invitait à poser
les armes, et à ne point commettre d'hostilités contre son armée, leur
promettant qu'à ce prix leurs propriétés et leurs établissements publics
seraient respectés. Wurmser n'était plus à Trente. Bonaparte l'avait
surpris à l'instant où il se mettait en marche pour exécuter son
plan. En voyant les Français s'engager dans le Tyrol pour communiquer
peut-être avec l'Allemagne, Wurmser n'en fut que plus disposé à
descendre par la Brenta, pour emporter l'Adige pendant leur absence.
Il espérait même, par ce circuit rapide, qui allait l'amener à Vérone,
enfermer les Français dans la haute vallée de l'Adige, et, tout à
la fois, les envelopper et les couper de Mantoue. Il était parti
l'avant-veille et devait être déjà rendu à Bassano; Bonaparte forme
sur-le-champ une résolution des plus hardies: il va laisser Vaubois à
la garde du Tyrol, et se jeter à travers les gorges de la Brenta, à la
suite de Wurmser. Il ne peut emmener avec lui que vingt mille hommes, et
Wurmser en a trente; il peut être enfermé dans ces gorges épouvantables,
si Wurmser lui tient tête; il peut aussi arriver trop tard pour tomber
sur les derrières de Wurmser, et celui-ci peut avoir eu le temps de
forcer l'Adige: tout cela est possible. Mais ses vingt mille hommes en
valent trente; mais si Wurmser veut lui tenir tête et l'enfermer dans
les gorges, il lui passera sur le corps; mais s'il a vingt lieues à
faire, il les fera en deux jours, et arrivera dans la plaine aussitôt
que Wurmser. Alors il le rejettera ou sur Trieste, ou sur l'Adige. S'il
le rejette sur Trieste, il le poursuivra et ira brûler ce port sous ses
yeux; s'il le rejette sur l'Adige, il l'enfermera entre son armée et ce
fleuve, et enveloppera ainsi l'ennemi, qui croyait le prendre dans les
gorges du Tyrol.

Ce jeune homme, dont la pensée et la volonté sont aussi promptes que la
foudre, ordonne à Vaubois, le jour même de son arrivée à Trente, de se
porter sur le Lavis, pour enlever cette position à l'arrière-garde de
Davidovich. Il fait exécuter cette opération sous ses yeux, indique à
Vaubois la position qu'il doit garder avec ses dix mille hommes, et part
ensuite avec les vingt autres, pour se jeter à travers les gorges de la
Brenta.

Il part le 20 au matin (6 septembre); il couche le soir à Levico. Le
lendemain 21 (7), il se remet en marche le matin, et arrive devant un
nouveau défilé, dit de Primolano, où Wurmser avait placé une division.
Bonaparte emploie les mêmes manoeuvres, jette des tirailleurs sur les
hauteurs et sur le bord de la Brenta, puis fait charger en colonne sur
la route. On enlève le défilé. Un petit fort se trouvait au delà, on
l'entoure et on s'en rend maître. Quelques soldats intrépides courant
sur la route, y devancent les fugitifs, les arrêtent, et donnent à
l'armée le temps d'arriver pour les prendre. On fait trois mille
prisonniers. On arrive le soir à Cismone, après avoir fait vingt lieues
en deux jours. Bonaparte voudrait avancer encore, mais les soldats
n'en peuvent plus; lui-même est accablé de fatigue. Il a devancé son
quartier-général, il n'a ni suite ni vivres; il partage le pain de
munition d'un soldat, et se couche, en attendant avec impatience le
lendemain.

Cette marche foudroyante et inattendue frappe Wurmser d'étonnement. Il
ne conçoit pas que son ennemi se soit jeté dans ces gorges, au risque
d'y être enfermé; il se propose de profiter de la position de Bassano
qui les ferme, et d'en barrer le passage avec toute son armée. S'il
réussit à y tenir, Bonaparte est pris dans la courbe de la Brenta. Déjà
il avait envoyé la division De Mezaros pour tâter Vérone, mais il la
rappelle pour lutter ici avec toutes ses forces; cependant il n'est pas
probable que l'ordre arrive à temps. La ville de Bassano est située sur
la rive gauche de la Brenta. Elle communique avec la rive droite par un
pont. Wurmser place les deux divisions Sebottendorff et Quasdanovich
sur les deux rives de la Brenta, en avant de la ville. Il dispose six
bataillons en avant garde dans les défilés qui précèdent Bassano, et qui
ferment la vallée.

Le 22 (8 septembre), au matin, Bonaparte part de Cismone, et s'avance
sur Bassano; Masséna marche sur la rive droite, Augereau sur la gauche.
On emporte les défilés, et on débouche en présence de l'armée ennemie,
rangée sur les deux rives de la Brenta. Les soldats de Wurmser,
déconcertés par l'audace des Français, ne résistent pas avec le courage
qu'ils ont montré en tant d'occasions; ils s'ébranlent, se rompent,
et entrent dans Bassano. Augereau se présente à l'entrée de la ville.
Masséna, qui est sur la rive opposée, veut pénétrer par le pont; il
l'enlève en colonne serrée, comme celui de Lodi, et entre en même temps
qu'Augereau. Wurmser, dont le quartier-général était encore dans la
ville, n'a que le temps de se sauver, en nous laissant quatre mille
prisonniers et un matériel immense. Le plan de Bonaparte était donc
réalisé; il avait débouché dans la plaine aussitôt que Wurmser, et il
lui restait maintenant à l'envelopper, en l'acculant sur l'Adige.

Wurmser, dans le désordre d'une action si précipitée, se trouve séparé
des restes de la division Quasdanovich. Cette division se retire vers le
Frioul, et lui, se voyant pressé par les divisions Masséna et Augereau,
qui lui ferment la route du Frioul et le replient vers l'Adige, forme
la résolution de passer l'Adige de vive force, et d'aller se jeter dans
Mantoue. Il avait rallié à lui la division De Mezaros, qui venait de
faire de vains efforts pour emporter Vérone. Il ne comptait plus que
quatorze mille hommes, dont huit d'infanterie et six de cavalerie
excellente. Il longe l'Adige, et fait chercher partout un passage.
Heureusement pour lui, le poste qui gardait Legnago avait été transporté
à Vérone, et un détachement, qui devait venir occuper cette place,
n'était point encore arrivé. Wurmser, profitant de ce hasard, s'empare
de Legnago. Certain maintenant de pouvoir regagner Mantoue, il accorde
quelque repos à ses troupes, qui étaient abîmées de fatigue.

Bonaparte le suivait sans relâche: il fut cruellement déçu en apprenant
la négligence qui sauvait Wurmser; cependant il ne désespéra pas encore
de le prévenir à Mantoue. Il porta la division Masséna sur l'autre rive
de l'Adige par le bac de Ronco, et la dirigea sur Sanguinetto, pour
barrer le chemin de Mantoue, il dirigea Augereau vers Legnago même.
L'avant-garde de Masséna, devançant sa division, entra dans Céréa le 25
(11 septembre), au moment où Wurmser y arrivait de Legnago avec tout son
corps d'armée. Cette avant-garde de cavalerie et d'infanterie légère,
commandée par les généraux Murat et Pigeon, fit une résistance des
plus héroïques, mais fut culbutée: Wurmser lui passa sur le corps, et
continua sa marche. Bonaparte arrivait seul au galop au moment de cette
action: il manqua être pris, et se sauva en toute hâte.

Wurmser passa à Sanguinetto; puis, apprenant que tous les ponts de la
Molinella étaient rompus, excepté celui de Villimpenta, il descendit
jusqu'à ce pont, y franchit la rivière, et marcha sur Mantoue. Le
général Charton voulut lui résister avec trois cents hommes formés en
carré; ces braves gens furent sabrés ou pris. Wurmser arriva ainsi à
Mantoue le 27 (13). Ces légers avantages étaient un adoucissement aux
malheurs du vieux et brave maréchal. Il se répandit dans les environs de
Mantoue, et tint un moment la campagne, grâce à sa nombreuse et belle
cavalerie.

Bonaparte arrivait à perte d'haleine, furieux contre les officiers
négligens qui lui avaient fait manquer une si belle proie. Augereau
était rentré dans Legnago, et avait fait prisonnière la garnison
autrichienne, forte de seize cents hommes. Bonaparte ordonna à Augereau
de se porter à Governolo, sur le Bas-Mincio. Il livra ensuite de petits
combats à Wurmser, pour l'attirer hors de la place; et, dans la nuit
du 28 au 29 (14-15 septembre), il prit une position en arrière, pour
engager Wurmser à se montrer en plaine. Le vieux général, alléché
par ses petits succès, se déploya en effet hors de Mantoue, entre
la citadelle et le faubourg de Saint-George. Bonaparte l'attaqua le
troisième jour complémentaire an IV (19 septembre). Augereau, venant de
Governolo, formait la gauche; Masséna, partant de Due-Castelli, formait
le centre, et Sahuguet, avec le corps de blocus, formait la droite.
Wurmser avait encore vingt-un mille hommes en ligne. Il fut enfoncé
partout, et rejeté dans la place avec une perte de deux mille hommes.
Quelques jours après, il fut entièrement renfermé dans Mantoue. La
nombreuse cavalerie qu'il avait ramenée ne lui servait à rien, et ne
faisait qu'augmenter le nombre des bouches inutiles; il fit tuer et
saler tous les chevaux. Il avait vingt et quelques mille hommes de
garnison, dont plusieurs mille aux hôpitaux.

Ainsi, quoique Bonaparte eût perdu en partie le fruit de sa marche
audacieuse sur la Brenta, et qu'il n'eût pas fait mettre bas les armes
au maréchal, il avait entièrement ruiné et dispersé son armée. Quelques
mille hommes étaient rejetés dans le Tyrol sous Davidovich; quelques
mille fuyaient en Frioul sous Quasdanovich. Wurmser, avec douze ou
quatorze mille, s'était enfermé dans Mantoue. Treize ou quatorze mille
étaient prisonniers, six ou sept mille tués ou blessés. Ainsi cette
armée venait des perdre encore une vingtaine de mille hommes en dix
jours, outre un matériel considérable. Bonaparte en avait perdu sept ou
huit mille, dont quinze cents prisonniers, et le reste tué, blessé, ou
malade. Ainsi, aux armées de Colli et de Beaulieu, détruites en entrant
en Italie, il fallait ajouter celle de Wurmser, détruite en deux fois,
d'abord dans les plaines de Castiglione, et ensuite sur les rives de la
Brenta. Aux trophées de Montenotte, de Lodi, de Borghetto, de Lonato, de
Castiglione, il fallait donc joindre ceux de Roveredo, de Bassano et de
Saint-George. A quelle époque de l'histoire avait-on vu de si grands
résultats, tant d'ennemis tués, tant de prisonniers, de drapeaux, de
canons enlevés! Ces nouvelles répandirent de nouveau la joie dans la
Lombardie, et la terreur dans le fond de la péninsule. La France fut
transportée d'admiration pour le général de l'armée d'Italie.

Nos armes étaient moins heureuses sur les autres théâtres de la guerre.
Moreau s'était avancé sur le Lech, comme on l'a vu, dans l'espoir que
ses progrès en Bavière ramèneraient l'archiduc et dégageraient
Jourdan. Cet espoir était peu fondé, et l'archiduc aurait mal jugé de
l'importance de son mouvement, s'il se fût détourné de son exécution
pour revenir vers Moreau. Toute la campagne dépendait de ce qui allait
se passer sur le Mein. Jourdan battu, et ramené sur le Rhin, les progrès
de Moreau ne faisaient que le compromettre davantage, et l'exposer à
perdre sa ligne de retraite. L'archiduc se contenta donc de renvoyer
le général Nauendorff, avec deux régimens de cavalerie et quelques
bataillons, pour renforcer Latour, et continua sa poursuite de l'armée
de Sambre-et-Meuse.

Cette brave armée se retirait avec le plus vif regret, et en conservant
tout le sentiment de ses forces. C'est elle qui avait fait les plus
grandes et les plus belles choses, pendant les premières années de la
révolution; c'est elle qui avait vaincu à Watignies, à Fleurus, aux
bords de l'Ourthe et de la Roër. Elle avait beaucoup d'estime pour son
général, et une grande confiance en elle-même. Cette retraite ne l'avait
point découragée, et elle était persuadée qu'elle ne cédait qu'à des
combinaisons supérieures, et à la masse des forces ennemies. Elle
désirait ardemment une occasion de se mesurer avec les Autrichiens et
de rétablir l'honneur de son drapeau. Jourdan le désirait aussi. Le
directoire lui écrivait qu'il fallait à tout prix se maintenir en
Franconie, sur le Haut-Mein, pour prendre ses quartiers d'hiver en
Allemagne, et surtout pour ne pas découvrir Moreau, qui s'était avancé
jusqu'aux portes de Munich. Moreau, de son côté, venait d'apprendre à
Jourdan, à la date du 8 fructidor (25 août), sa marche au-delà du Lech,
les avantages qu'il y avait remportés, et le projet qu'il avait de
s'avancer toujours davantage pour ramener l'archiduc. Toutes ces raisons
décidèrent Jourdan à tenter le sort des armes, quoiqu'il eût devant lui
des forces très supérieures. Il aurait cru manquer à l'honneur s'il eût
quitté la Franconie sans combattre, et s'il eût laissé son collègue
en Bavière. Trompé d'ailleurs par le mouvement du général Nauendorff,
Jourdan croyait que l'archiduc venait de partir pour regagner les bords
du Danube. Il s'arrêta donc à Wurtzbourg, place dont il jugeait la
conservation importante, mais dont les Français n'avaient conservé que
la citadelle. Il y donna quelque repos à ses troupes, fit quelques
changemens dans la distribution et le commandement de ses divisions, et
annonça l'intention de combattre. L'armée montra la plus grande ardeur à
enlever toutes les positions que Jourdan croyait utile d'occuper avant
d'engager la bataille. Il avait sa droite appuyée à Wurtzbourg, et le
reste de sa ligne sur une suite de positions qui s'étendent le long du
Mein jusqu'à Schveinfurt. Le Mein le séparait de l'ennemi. Une partie
seulement de l'armée autrichienne avait franchi ce fleuve, ce qui le
confirmait dans l'idée que l'archiduc avait rejoint le Danube. Il laissa
à l'extrémité de sa ligne la division Lefebvre, à Schveinfurt, pour
assurer sa retraite sur la Saale et Fulde, dans le cas où la bataille
lui ferait perdre la route de Francfort. Il se privait ainsi d'une
seconde ligne et d'un corps de réserve; mais il crut devoir ce sacrifice
à la nécessité d'assurer sa retraite. Il se décida à attaquer, le 17
fructidor (3 septembre), au matin.

Dans la nuit du 16 au 17, l'archiduc, averti du projet de son
adversaire, fit rapidement passer le reste de son armée au-delà du Mein,
et déploya aux yeux de Jourdan des forces très supérieures. La bataille
s'engagea d'abord avec succès pour nous; mais notre cavalerie, assaillie
dans les plaines qui s'étendent le long du Mein par une cavalerie
formidable, fut rompue, se rallia, fut rompue de nouveau, et ne trouva
d'abri que derrière les lignes et les feux bien nourris de notre
infanterie. Jourdan, si sa réserve n'avait pas été si éloignée de lui,
aurait pu remporter la victoire; il envoya à Lefebvre des officiers qui
ne purent percer à travers les nombreux escadrons ennemis. Il espérait
cependant que Lefebvre, voyant que Schveinfurt n'était pas menacé,
marcherait au lieu du péril; mais il attendit vainement, et replia son
armée pour la dérober à la redoutable cavalerie de l'ennemi. La retraite
se fit en bon ordre sur Arnstein. Jourdan, victime du mauvais plan du
directoire, et de son dévouement à son collègue, dut dès lors se replier
sur la Lahn. Il continua sa marche sans aucun relâche, donna ordre à
Marceau de se retirer de devant Mayence, et arriva derrière la Lahn
le 24 fructidor (10 septembre). Son armée, dans cette marche pénible
jusqu'aux frontières de la Bohême, n'avait guère perdu que cinq à six
mille hommes. Elle fit une perte sensible par la mort du jeune Marceau,
qui fut frappé d'une balle par un chasseur tyrolien, et qu'on ne put
emporter du champ de bataille. L'archiduc Charles le fit entourer de
soins; mais il expira bientôt. Ce jeune héros, regretté des deux armées,
fut enseveli au bruit de leur double artillerie.

Pendant que ces choses se passaient sur le Mein, Moreau, toujours
au-delà du Danube et du Lech, attendait impatiemment des nouvelles de
Jourdan. Aucun des officiers détachés pour lui en donner n'était arrivé.
Il tâtonnait sans oser prendre un parti. Dans l'intervalle, sa gauche,
sous les ordres de Desaix, eut un combat des plus rudes à soutenir
contre la cavalerie de Latour, qui, réunie à celle de Nauendorff,
déboucha à l'improviste par Langenbruck. Desaix fit des dispositions si
justes et si promptes, qu'il repoussa les nombreux escadrons ennemis,
et les dispersa dans la plaine après leur avoir fait subir une perte
considérable. Moreau, toujours dans l'incertitude, se décida enfin,
après une vingtaine de jours, à tenter un mouvement pour aller à la
découverte. Il résolut de s'approcher du Danube, pour étendre son aile
gauche jusqu'à Nuremberg, et avoir des nouvelles de Jourdan, ou lui
apporter des secours. Le 24 fructidor (10 septembre), il fit repasser le
Danube à sa gauche et à son centre, et laissa sa droite seule au-delà
de ce fleuve, vers Zell. La gauche, sous Desaix, s'avança jusqu'à
Aichstett. Dans cette situation singulière, il étendait sa gauche vers
Jourdan, qui dans le moment était à soixante lieues de lui; il avait son
centre sur le Danube, et sa droite au-delà, exposant l'un des corps à
être détruits, si Latour avait su profiter de leur isolement. Tous
les militaires ont reproché à Moreau ce mouvement, comme un de ces
demi-moyens qui ont tous les dangers des grands moyens, sans en avoir
les avantages. Moreau n'ayant pas, en effet, saisi l'occasion de se
rabattre vivement sur l'archiduc, lorsque celui-ci se rabattait sur
Jourdan, ne pouvait plus que se compromettre en se plaçant ainsi à
cheval sur le Danube.

Enfin, après quatre jours d'attente dans cette position singulière,
il en sentit le danger, se reporta au-delà du Danube, et songea à le
remonter pour se rapprocher de sa base d'opération. Il apprit alors la
retraite forcée de Jourdan sur la Lahn, et ne douta plus qu'après avoir
ramené l'armée de Sambre-et-Meuse, l'archiduc ne volât sur le Necker,
pour fermer le retour à l'armée du Rhin. Il apprit aussi une tentative
faite par la garnison de Manheim sur Kehl, pour détruire le pont par
lequel l'armée française avait débouché en Allemagne. Dans cet état de
choses, il n'hésita plus à se mettre en marche pour regagner la France.
Sa position était périlleuse. Engagé au milieu de la Bavière, obligé de
repasser les Montagnes-Noires pour revenir sur le Rhin, ayant en tête
Latour avec quarante mille hommes, et exposé à trouver l'archiduc
Charles avec trente mille sur ses derrières, il pouvait prévoir des
dangers extrêmes. Mais s'il était dépourvu du vaste et ardent génie que
son émule déployait en Italie, il avait une âme ferme et inaccessible à
ce trouble dont les âmes vives sont quelquefois saisies. Il commandait
une superbe armée, forte de soixante et quelques mille hommes, dont le
moral n'avait été ébranlé par aucune défaite, et qui avait dans son
chef une extrême confiance. Appréciant une pareille ressource, il ne
s'effraya pas de sa position, et résolut de reprendre tranquillement sa
route. Pensant que l'archiduc, après avoir replié Jourdan, reviendrait
probablement sur le Necker, il craignit de trouver ce fleuve déjà
occupé; il remonta donc la vallée du Danube, pour aller joindre
directement celle du Rhin, par la route des villes forestières. Ces
passages étant les plus éloignés du point où se trouvait actuellement
l'archiduc, lui parurent les plus sûrs.

Il resta au-delà du Danube, et le remonta tranquillement, en appuyant
une de ses ailes au fleuve. Ses parcs, ses bagages marchaient devant
lui, sans confusion, et tous les jours ses arrière-gardes repoussaient
bravement les avant-gardes ennemies. Latour, au lieu de passer le
Danube, et de tâcher de prévenir Moreau à l'entrée des défilés, se
contentait de le suivre pas à pas, sans oser l'entamer. Arrivé auprès du
lac de Fédersée, Moreau crut devoir s'arrêter. Latour s'était partagé
en trois corps: il en avait donné un à Nauendorff, et l'avait envoyé à
Tubingen, sur le Haut-Necker, par où Moreau ne voulait pas passer; il
était lui-même avec le second à Biberach; et le troisième se trouvait
fort loin, à Schussenried. Moreau, qui approchait du Val-d'Enfer, par où
il voulait se retirer, qui ne voulait pas être trop pressé au passage de
ce défilé, qui voyait devant lui Latour isolé, et qui sentait ce qu'une
victoire devait donner de fermeté à ses troupes pour le reste de la
retraite, s'arrêta le 11 vendémiaire an V (2 octobre) aux environs du
lac de Fédersée, non loin de Biberach. Le pays était montueux, boisé,
et coupé de vallées. Latour était rangé sur différentes hauteurs, qu'on
pouvait isoler et tourner, et qui, de plus, avaient à dos un ravin
profond, celui de la Riss. Moreau l'attaqua sur tous les points, et,
sachant pénétrer avec art à travers ses positions, abordant les unes de
front, tournant les autres, l'accula sur la Riss, le jeta dedans, et
lui fit quatre mille prisonniers. Cette victoire importante, dite de
Biberach, rejeta Latour fort loin, et raffermit singulièrement le moral
de l'armée française. Moreau reprit sa marche et s'approcha des défilés.
Il avait déjà dépassé les routes qui traversent la vallée du Necker pour
déboucher dans celle du Rhin; il lui restait celle qui, passant par
Tuttlingen et Rottweil, vers les sources même du Necker, suit la vallée
de la Kintzig, et vient aboutir à Kehl; mais Nauendorff l'avait déjà
occupée. Les détachemens sortis de Manheim s'étaient joints à ce
dernier, et l'archiduc s'en approchait. Moreau aima mieux remonter
un peu plus haut, et passer par le Val-d'Enfer, qui, traversant la
Forêt-Noire, formait un coude plus long, mais aboutissait à Brissach,
beaucoup plus loin de l'archiduc. En conséquence, il plaça Desaix et
Férino avec la gauche et la droite vers Tuttlingen et Rottweil, pour se
couvrir du côté des débouchés, où se trouvaient les principales forces
autrichiennes, et il envoya son centre, sous Saint-Cyr, pour forcer le
Val-d'Enfer. En même temps, il fit filer ses grands parcs sur Huningue,
par la route des villes forestières. Les Autrichiens l'avaient entouré
d'une nuée de petits corps, comme s'ils avaient espéré l'envelopper, et
ne s'étaient mis nulle part en mesure de lui résister. Saint-Cyr trouva
à peine un détachement au Val-d'Enfer, passa sans peine à Neustadt,
et arriva à Fribourg. Les deux ailes le suivirent immédiatement, et
débouchèrent à travers cet affreux défilé, dans la vallée du Rhin,
plutôt avec l'attitude d'une armée victorieuse qu'avec celle d'une armée
en retraite. Moreau était rendu dans la vallée du Rhin le 21 vendémiaire
(12 octobre). Au lieu de repasser le Rhin au pont de Brissach, et de
remonter, en suivant la rive française, jusqu'à Strasbourg, il voulut
remonter la rive droite jusqu'à Kehl, en présence de toute l'armée
ennemie. Soit qu'il voulût faire un retour plus imposant, soit qu'il
espérât se maintenir sur la rive droite, et couvrir Kehl en s'y portant
directement, ces raisons ont paru insuffisantes pour hasarder une
bataille. Il pouvait, en repassant le Rhin à Brissach, remonter
librement à Strasbourg, et déboucher de nouveau par Kehl. Cette tête
de pont pouvait résister assez longtemps pour lui donner le temps
d'arriver. Vouloir marcher au contraire en face de l'armée ennemie, qui
venait de se réunir tout entière sous l'archiduc, et s'exposer ainsi
à une bataille générale, avec le Rhin à dos, était une imprudence
inexcusable, maintenant qu'on n'avait plus le motif, ni de l'offensive à
prendre, ni d'une retraite à protéger. Le 28 vendémiaire (19 octobre),
les deux armées se trouvèrent en présence sur les bords de l'Elz, de
Valdkirch à Emmendingen. Après un combat sanglant et varié, Moreau
sentit l'impossibilité de percer jusqu'à Kehl, en suivant la rive
droite, et résolut de passer sur le pont de Brissach. Ne croyant pas
néanmoins pouvoir faire passer toute son armée sur ce pont, de peur
d'encombrement, et voulant envoyer au plus tôt des forces à Kehl, il fit
repasser Desaix avec la gauche par Brissach, et retourna vers Huningue
avec le centre et la droite. Cette détermination a été jugée non moins
imprudente que celle de combattre à Emmendingen; car Moreau, affaibli
d'un tiers de son armée, pouvait être très compromis. Il comptait, il
est vrai, sur une très belle position, celle de Schliengen, qui couvre
le débouché d'Huningue, et sur laquelle il pouvait s'arrêter et
combattre, pour rendre son passage plus tranquille et plus sûr. Il s'y
replia en effet, s'y arrêta le 3 brumaire (24 octobre), et livra un
combat opiniâtre et balancé. Après avoir, par cette journée de combat,
donné à ses bagages le temps de passer, il évacua la position pendant la
nuit, repassa sur la rive gauche, et s'achemina vers Strasbourg.

Ainsi finit cette campagne célèbre, et cette retraite plus célèbre
encore. Le résultat indique assez le vice du plan. Si, comme l'ont
démontré Napoléon, l'archiduc Charles et le général Jomini, si au
lieu de former deux armées, s'avançant en colonnes isolées, sous deux
généraux différens, dans l'intention mesquine de déborder les flancs de
l'ennemi, le directoire eût formé une seule armée de cent soixante mille
hommes, dont un détachement de cinquante mille aurait assiégé Mayence,
et dont cent dix mille, réunis en un seul corps, auraient envahi
l'Allemagne par la vallée du Rhin, le Val-d'Enfer et la Haute-Bavière,
les armées impériales auraient été réduites à se retirer toujours, sans
pouvoir se concentrer avec avantage contre une masse trop supérieure.
Le beau plan du jeune archiduc serait devenu impossible, et le drapeau
républicain aurait été porté jusqu'à Vienne. Avec le plan donné, Jourdan
était une victime forcée. Aussi sa campagne, toujours malheureuse, fut
toute de dévouement, soit lorsqu'il franchit le Rhin la première fois,
pour attirer à lui les forces de l'archiduc, soit lorsqu'il s'avança
jusqu'en Bohême et qu'il combattit à Wurtzbourg. Moreau seul, avec sa
belle armée, pouvait réparer en partie les vices du plan, soit en se
hâtant d'écraser tout ce qui était devant lui, au moment où il déboucha
par Kehl, soit en se rabattant sur l'archiduc Charles, lorsque celui-ci
se porta sur Jourdan. Il n'osa ou ne sut rien faire de tout cela; mais
s'il ne montra pas une étincelle de génie, si à une manoeuvre décisive
et victorieuse il préféra une retraite, du moins il déploya dans cette
retraite un grand caractère et une rare fermeté. Sans doute elle n'était
pas aussi difficile qu'on l'a dit, mais elle fut conduite néanmoins de
la manière la plus imposante.

Le jeune archiduc dut au vice du plan français une belle pensée, qu'il
exécuta avec prudence; mais, comme Moreau, il manqua de cette ardeur,
de cette audace, qui pouvaient rendre la faute du gouvernement français
mortelle pour ses armées. Conçoit-on ce qui serait arrivé, si d'un côté
ou de l'autre s'était trouvé le génie impétueux qui venait de détruire
trois armées au-delà des Alpes! Si les soixante-dix mille hommes de
Moreau, à l'instant où ils débouchèrent de Kehl, si les Impériaux, à
l'instant où ils quittèrent le Danube pour se rabattre sur Jourdan,
avaient été conduits avec l'impétuosité déployée en Italie, certainement
la guerre eût été terminée sur-le-champ, d'une manière désastreuse pour
l'une des deux puissances.

Cette campagne valut en Europe une grande réputation au jeune archiduc.
En France, on sut un gré infini à Moreau d'avoir ramené saine et
sauve l'armée compromise en Bavière. On avait eu sur cette armée des
inquiétudes extrêmes, surtout depuis le moment où Jourdan s'étant
replié, où le pont de Kehl ayant été menacé, où une nuée de petits
corps ayant intercepté les communications par la Souabe, on ignorait ce
qu'elle était devenue et ce qu'elle allait devenir. Mais quand, après de
vives inquiétudes, on la vit déboucher dans la vallée du Rhin, avec
une si belle attitude, on fut enchanté du général qui l'avait si
heureusement ramenée. Sa retraite fut exaltée comme un chef-d'oeuvre de
l'art, et comparée sur-le-champ à celle des Dix mille. On n'osait rien
mettre sans doute à côté des triomphes si brillans de l'armée d'Italie;
mais comme il y a toujours une foule d'hommes que le génie supérieur,
que la grande fortune offusquent, et que le mérite moins éclatant
rassure davantage, ceux-là se rangeaient tous pour Moreau, vantaient sa
prudence, son habileté consommée, et la préféraient au génie ardent du
jeune Bonaparte. Dès ce jour-là, Moreau eut pour lui tout ce qui préfère
les facultés secondaires aux facultés supérieures; et, il faut l'avouer,
dans une république on pardonne presque à ces ennemis du génie, quand on
voit de quoi le génie peut se rendre coupable envers la liberté qui l'a
enfanté, nourri, et porté au comble de la gloire.



CHAPITRE V.

SITUATION INTÉRIEURE ET EXTÉRIEURE DE LA FRANCE APRÈS LA RETRAITE DES
ARMÉES D'ALLEMAGNE AU COMMENCEMENT DE L'AN V.--COMBINAISONS DE PITT;
OUVERTURE D'UNE NÉGOCIATION AVEC LE DIRECTOIRE; ARRIVÉE DE LORD
MALMESBURY A PARIS.--PAIX AVEC NAPLES ET AVEC GÊNES; NÉGOCIATIONS
INFRUCTUEUSES AVEC LE PAPE; DÉCHÉANCE DU DUC DE MODÈNE; FONDATION DE LA
RÉPUBLIQUE CISPADANE.--MISSION DE CLARKE A VIENNE.--NOUVEAUX EFFORTS DE
L'AUTRICHE EN ITALIE; ARRIVÉE D'ALVINZY; EXTRÊMES DANGERS DE L'ARMÉE
FRANÇAISE; BATAILLE D'ARCOLE.

L'issue que venait d'avoir la campagne d'Allemagne était fâcheuse pour
la république. Ses ennemis, qui s'obstinaient à nier ses victoires, ou
à lui prédire de cruels retours de fortune, voyaient leurs pronostics
réalisés, et ils en triomphaient ouvertement. Ces rapides conquêtes en
Allemagne, disaient-ils, n'avaient donc aucune solidité. Le Danube et le
génie d'un jeune prince y avaient bientôt mis un terme. Sans doute la
téméraire armée d'Italie, qui semblait si fortement établie sur l'Adige,
en serait arrachée à son tour, et rejetée sur les Alpes, comme les
armées d'Allemagne sur le Rhin. Il est vrai, les conquêtes du général
Bonaparte semblaient reposer sur une basé un peu plus solide. Il ne
s'était pas borné à pousser Colli et Beaulieu devant lui; il les avait
détruits: il ne s'était pas borné à repousser la nouvelle armée de
Wurmser; il l'avait d'abord désorganisée à Castiglione, et anéantie
enfin sur la Brenta. Il y avait donc un peu plus d'espoir de rester en
Italie que de rester en Allemagne; mais on se plaisait à répandre des
bruits alarmans. Des forces nombreuses arrivaient, disait-on, de la
Pologne et de la Turquie pour se porter vers les Alpes, les armées
impériales du Rhin pourraient faire maintenant de nouveaux détachemens,
et, avec tout son génie, le général Bonaparte, ayant toujours de
nouveaux ennemis à combattre, trouverait enfin le terme de ses succès,
ne fût-ce que dans l'épuisement de son armée. Il était naturel que,
dans l'état des choses, on formât de pareilles conjectures, car les
imaginations, après avoir exagéré les succès, devaient aussi exagérer
les revers.

Les armées d'Allemagne s'étaient retirées sans de grandes pertes, et
tenaient la ligne du Rhin. Il n'y avait en cela rien de trop malheureux;
mais l'armée d'Italie se trouvait sans appui, et c'était un inconvénient
grave. De plus, nos deux principales armées, rentrées sur le territoire
français, allaient être à la charge de nos finances, qui étaient
toujours dans un état déplorable: et c'était là le plus grand mal. Les
mandats, ayant cessé d'avoir cours forcé de monnaie, étaient tombés
entièrement; d'ailleurs ils étaient dépensés, et il n'en restait presque
plus à la disposition du gouvernement. Ils se trouvaient à Paris, dans
les mains de quelques spéculateurs, qui les vendaient aux acquéreurs
de biens nationaux. L'arriéré des créances de l'état était toujours
considérable, mais ne rentrait pas; les impôts, l'emprunt forcé, se
percevaient lentement; les biens nationaux soumissionnés n'étaient payés
qu'en partie; les paiemens qui restaient à faire n'étaient pas encore
exigibles d'après la loi; et les soumissions qui se faisaient encore
n'étaient pas assez nombreuses pour alimenter le trésor. Du reste, on
vivait de ces soumissions, ainsi que des denrées provenant de l'emprunt,
et des promesses de paiement faites par les ministres. On venait de
faire le budget pour l'an V, divisé en dépenses ordinaires et en
dépenses extraordinaires. Les dépenses ordinaires montaient à 450
millions; les autres à 550. La contribution foncière, les douanes,
le timbre et tous les produits annuels, devaient assurer la dépense
ordinaire. Les 550 millions de l'extraordinaire étaient suffisamment
couverts par l'arriéré des impôts de l'an IV et de l'emprunt forcé, et
par les paiements qui restaient à faire sur les biens vendus. On avait
en outre la ressource des biens que la république possédait encore; mais
il fallait réaliser tout cela, et c'était toujours la même difficulté.
Les fournisseurs non payés refusaient de continuer leurs avances, et
tous les services manquaient à la fois. Les fonctionnaires publics, les
rentiers n'étaient pas payés, et mouraient de faim.

Ainsi l'isolement de l'armée d'Italie, et nos finances, pouvaient donner
de grandes espérances à nos ennemis. Du projet de quadruple alliance,
formé par le directoire, entre la France, l'Espagne, la Porte et Venise,
il n'était résulté encore que l'alliance avec l'Espagne. Celle-ci,
entraînée par nos offres et notre brillante fortune au milieu de l'été,
s'était décidée, comme on l'a vu, à renouveler avec la république le
pacte de famille, et elle venait de faire sa déclaration de guerre à
la Grande-Bretagne. Venise, malgré les instances de l'Espagne et les
invitations de la Porte, malgré les victoires de Bonaparte en Italie,
avait refusé de s'unir à la république. On lui avait vainement
représenté que la Russie en voulait à ses colonies de la Grèce, et
l'Autriche à ses provinces d'Illyrie; que son union avec la France et
la Porte, qui n'avaient rien à lui envier, la garantirait de ces deux
ambitions ennemies; que les victoires réitérées des Français sur l'Adige
devaient la rassurer contre un retour des armées autrichiennes et contre
la vengeance de l'empereur; que le concours de ses forces et de sa
marine rendrait ce retour encore plus impossible; que la neutralité au
contraire ne lui ferait aucun ami, la laisserait sans protecteur, et
l'exposerait peut-être à servir de moyens d'accommodement entre les
puissances belligérantes. Venise, pleine de haine contre les Français,
faisant des armemens évidemment destinés contre eux, puisqu'elle
consultait le ministère autrichien sur le choix d'un général, refusa
pour la seconde fois l'alliance qu'on lui proposait. Elle voyait bien le
danger de l'ambition autrichienne; mais le danger des principes français
était le plus pressant, le plus grand à ses yeux, et elle répondit
qu'elle persistait dans la neutralité désarmée, ce qui était faux, car
elle armait de tous côtés. La Porte, ébranlée par le refus de Venise,
par les suggestions de Vienne et de l'Angleterre, n'avait point accédé
au projet d'alliance. Il ne restait donc que la France et l'Espagne,
dont l'union pouvait contribuer à faire perdre la Méditerranée aux
Anglais, mais pouvait aussi compromettre les colonies espagnoles. Pitt,
en effet, songeait à les faire insurger contre la métropole, et il avait
déjà noué des intrigues dans le Mexique. Les négociations avec Gênes
n'étaient point terminées; car il s'agissait de convenir avec elle à la
fois d'une somme d'argent, de l'expulsion de quelques familles, et du
rappel de quelques autres. Elles ne l'étaient pas davantage avec Naples,
parce que le directoire aurait voulu une contribution, et que la reine
de Naples, qui traitait avec désespoir, refusait d'y consentir. La
paix avec Rome n'était pas faite, à cause d'un article exigé par le
directoire; il voulait que le Saint-Siége révoquât tous les brefs
rendus contre la France depuis le commencement de la révolution, ce qui
blessait cruellement l'orgueil du vieux pontife. Il convoqua un concile
de cardinaux, qui décidèrent que la révocation ne pouvait pas avoir
lieu. Les négociations furent rompues. Elles recommencèrent à Florence;
un congrès s'ouvrit. Les envoyés du pape ayant répété que les brefs
rendus ne pouvaient pas être révoqués, les commissaires français ayant
répondu de leur côté que la révocation était la condition _sine quâ
non_, on se sépara après quelques minutes. L'espoir d'un secours du roi
de Naples et de l'Angleterre soutenait le pontife dans ses refus. Il
venait d'envoyer le cardinal Albani à Vienne, pour implorer le secours
de l'Autriche, et se concerter avec elle dans sa résistance.

Tels étaient les rapports de la France avec l'Europe. Ses ennemis, de
leur côté, étaient fort épuisés. L'Autriche se sentait rassurée, il est
vrai, par la retraite de nos armées qui avaient passé jusqu'au Danube;
mais elle était fort inquiète pour l'Italie, et faisait de nouveaux
préparatifs pour la recouvrer. L'Angleterre était réduite à une
situation fort triste: son établissement en Corse était précaire, et
elle se voyait exposée à perdre bientôt cette île. On voulait lui fermer
tous les ports d'Italie, et il suffisait d'une nouvelle victoire du
général Bonaparte pour décider son entière expulsion de cette contrée.
La guerre avec l'Espagne allait lui interdire la Méditerranée, et
menacer le Portugal. Tout le littoral de l'Océan lui était fermé
jusqu'au Texel. L'expédition que Hoche préparait en Bretagne l'effrayait
pour l'Irlande; ses finances étaient en péril, sa banque était ébranlée,
et le peuple voulait la paix; l'opposition était devenue plus forte par
les élections nouvelles. C'étaient là des raisons assez pressantes de
songer à la paix, et de profiter des derniers revers de la France pour
la lui faire accepter. Mais la famille royale et l'aristocratie avaient
une grande répugnance à traiter avec la France, parce que c'était à
leurs yeux traiter avec la révolution. Pitt, beaucoup moins attaché aux
principes aristocratiques, et uniquement préoccupé des intérêts de la
puissance anglaise, aurait bien voulu la paix, mais à une condition,
indispensable pour lui et inadmissible pour la république, la
restitution des Pays-Bas à l'Autriche. Pitt, comme nous l'avons déjà
remarqué, était tout Anglais par l'orgueil, l'ambition et les
préjugés. Le plus grand crime de la révolution était moins à ses yeux
l'enfantement d'une république colossale, que la réunion des Pays-Bas à
la France.

Les Pays-Bas étaient en effet une acquisition importante pour notre
patrie. Cette acquisition lui procurait d'abord la possession des
provinces les plus fertiles et les plus riches du continent, et surtout
des provinces manufacturières; elle lui donnait l'embouchure des fleuves
les plus importans au commerce du Nord, l'Escaut, la Meuse et le Rhin;
une augmentation considérable de côtes, et par conséquent de marine;
des ports d'une haute importance, celui d'Anvers surtout; enfin un
prolongement de notre frontière maritime, dans la partie la plus
dangereuse pour la frontière anglaise, vis-à-vis les rivages sans
défense d'Essex, de Suffolk, de Norfolk, d'Yorkshire. Outre cette
acquisition positive, les Pays-Bas avaient pour nous un autre avantage:
la Hollande tombait sous l'influence immédiate de la France, dès qu'elle
n'en était plus séparée par des provinces autrichiennes. Alors la ligne
française s'étendait, non pas seulement jusqu'à Anvers, mais jusqu'au
Texel, et les rivages de l'Angleterre étaient enveloppés par une
ceinture de rivages ennemis. Si à cela on ajoute un pacte de famille
avec l'Espagne, alors puissante et bien organisée, on comprendra que
Pitt eût des inquiétudes pour la puissance maritime de l'Angleterre. Il
est de principe, en effet, pour tout Anglais bien nourri de ses idées
nationales, que l'Angleterre doit dominer à Naples, à Lisbonne, à
Amsterdam, pour avoir pied sur le continent, et pour rompre la longue
ligne des côtes qui lui pourraient être opposées. Ce principe était
aussi enraciné en 1796, que celui qui faisait considérer tout dommage
causé à la France comme un bien fait à l'Angleterre. En conséquence,
Pitt, pour procurer un moment de répit à ses finances, aurait bien
consenti à une paix passagère, mais à condition que les Pays-Bas
seraient restitués à l'Autriche. Il songea donc à ouvrir une négociation
sur cette base. Il ne pouvait guère espérer que la France admît une
pareille condition, car les Pays-Bas étaient l'acquisition principale de
la révolution, et la constitution ne permettait même pas au directoire
de traiter de leur aliénation. Mais Pitt connaissait peu le continent;
il croyait sincèrement la France ruinée, et il était de bonne foi quand
il venait, tous les ans, annoncer l'épuisement et la chute de notre
république. Il pensait que si jamais la France avait été disposée à
la paix, c'était dans le moment actuel, soit à cause de la chute des
mandats, soit à cause de la retraite des armées d'Allemagne. Du reste,
soit qu'il crût la condition admissible ou non, il avait une raison
majeure d'ouvrir une négociation; c'était la nécessité de satisfaire
l'opinion publique, qui demandait hautement la pais. Pour obtenir en
effet la levée de soixante mille hommes de milice, et de quinze mille
marins, il lui fallait prouver, par une démarche éclatante, qu'il avait
fait son possible pour traiter. Il avait encore un autre motif non
moins important; en prenant l'initiative, et en ouvrant à Paris une
négociation solennelle, il avait l'avantage d'y ramener la discussion de
tous les intérêts européens, et d'empêcher l'ouverture d'une négociation
particulière avec l'Autriche. Cette dernière puissance en effet tenait
beaucoup moins à recouvrer les Pays-Bas, que l'Angleterre ne tenait à
les lui rendre. Les Pays-Bas étaient pour elle une province lointaine,
qui était détachée du centre de son empire, exposée à de
continuelles invasions de la France, et profondément imbue des idées
révolutionnaires; une province que plusieurs fois elle avait songé à
échanger contre d'autres possessions en Allemagne ou en Italie, et
qu'elle n'avait gardée que parce que la Prusse s'était toujours opposée
à son agrandissement en Allemagne, et qu'il ne s'était pas présenté de
combinaisons qui permissent son agrandissement en Italie. Pitt pensait
qu'une négociation solennelle, ouverte à Paris pour le compte de tous
les alliés, empêcherait les combinaisons particulières, et préviendrait
tout arrangement relatif aux Pays-Bas. Il voulait enfin avoir un agent
en France, qui pût la juger de près, et avoir des renseignemens certains
sur l'expédition qui se préparait à Brest. Telles étaient les raisons
qui, même sans l'espoir d'obtenir la paix, décidaient Pitt à faire
une démarche auprès du directoire. Il ne se borna pas, comme l'année
précédente, à une communication insignifiante de Wickam à Barthélémy; il
fit demander des passe-ports pour un envoyé revêtu des pouvoirs de la
Grande-Bretagne. Cette éclatante démarche du plus implacable ennemi
de notre république, avait quelque chose de glorieux pour elle.
L'aristocratie anglaise était ainsi réduite à demander la paix à la
république régicide. Les passe-ports furent aussitôt accordés. Pitt fit
choix de lord Malmesbury, autrefois sir Harris, et fils de l'auteur
d'Hermès. Ce personnage n'était pas connu pour ami des républiques; il
avait contribué à l'oppression de la Hollande en 1787. Il arriva à Paris
avec une nombreuse suite, le 2 brumaire (23 octobre 1796).

Le directoire se fit représenter par le ministre Delacroix. Les deux
négociateurs se virent à l'hôtel des Affaires-Étrangères, le 3 brumaire
an V (24 octobre 1796). Le ministre de France exhiba ses pouvoirs.
Lord Malmesbury s'annonça comme envoyé de la Grande-Bretagne et de ses
allies, afin de traiter de la paix générale. Il exhiba ensuite ses
pouvoirs, qui n'étaient signés que par l'Angleterre. Le ministre
français lui demanda alors s'il avait mission des alliés de la
Grande-Bretagne, pour traiter en leur nom. Lord Malmesbury répondit
qu'aussitôt la négociation ouverte, et le principe sur lequel elle
pouvait être basée admis, le roi de la Grande-Bretagne était assuré
d'obtenir le concours et les pouvoirs de ses alliés. Le lord remit
ensuite à Delacroix une note de sa cour, dans laquelle il annonçait le
principe sur lequel devait être basée la négociation. Ce principe était
celui des compensations de conquêtes entre les puissances. L'Angleterre
avait fait, disait cette note, des conquêtes dans les colonies: la
France en avait fait sur le continent aux alliés de l'Angleterre; il y
avait donc matière à restitutions de part et d'autre. Mais il fallait
convenir d'abord du principe des compensations, avant de s'expliquer
sur les objets qui seraient compensés. On voit que le cabinet anglais
évitait de s'expliquer positivement sur la restitution des Pays-Bas, et
énonçait un principe général pour ne pas faire rompre la négociation dès
son ouverture. Le ministre Delacroix répondit qu'il allait en référer au
directoire.

Le directoire ne pouvait pas abandonner les Pays-Bas; ce n'était pas
dans ses pouvoirs, et l'aurait-il pu, il ne le devait pas. La France
avait envers ces provinces des engagements d'honneur, et ne pouvait
pas les exposer aux vengeances de l'Autriche en les lui restituant.
D'ailleurs, elle avait droit à des indemnités pour la guerre inique
qu'on lui faisait depuis si long-temps; elle avait droit à des
compensations pour les agrandissemens de l'Autriche, la Prusse et la
Russie en Pologne, par les suites d'un attentat; elle devait enfin
tendre toujours à se donner sa limite naturelle, et, par toutes ces
raisons, elle devait ne jamais se départir des Pays-Bas, et maintenir
les dispositions de la constitution. Le directoire, bien résolu à
remplir son devoir à cet égard, pouvait rompre sur-le-champ une
négociation dont le but évident était de nous proposer l'abandon des
Pays-Bas et de prévenir un arrangement avec l'Autriche; mais il aurait
ainsi donné lieu de dire qu'il ne voulait pas la paix, il aurait
rempli l'une des principales intentions de Pitt, et lui aurait fourni
d'excellentes raisons pour demander au peuple anglais de nouveaux
sacrifices. Il répondit le lendemain même. La France, dit-il, avait déjà
traité isolément avec la plupart des puissances de la coalition,
sans qu'elles invoquassent le concours de tous les alliés; rendre la
négociation générale, c'était la rendre interminable, c'était donner
lieu de croire que la négociation actuelle n'était pas plus sincère que
l'ouverture faite l'année précédente par l'intermédiaire du ministre
Wickam. Du reste, le ministre anglais n'avait pas de pouvoir des alliés,
au nom desquels il parlait. Enfin, le principe des compensations était
énoncé d'une manière trop générale et trop vague, pour qu'on pût
l'admettre ou le rejeter. L'application de ce principe dépendait
toujours de la nature des conquêtes, et de la force qui restait aux
puissances belligérantes pour les conserver. Ainsi, ajoutait le
directoire, le gouvernement français pourrait se dispenser de répondre;
mais pour prouver son désir de la paix, il déclare qu'il sera prêt à
écouter toutes les propositions, dès que le lord Malmesbury sera muni
des pouvoirs de toutes les puissances, au nom desquelles il prétend
traiter.

Le directoire qui, dans cette négociation, n'avait rien à cacher, et
qui pouvait agir avec la plus grande franchise, résolut de rendre la
négociation publique, et de faire imprimer dans les journaux les notes
du ministre anglais et les réponses du ministre français. Il fit
imprimer en effet sur-le-champ le mémoire de lord Malmesbury, et la
réponse qu'il y avait faite. Cette manière d'agir était de nature à
déconcerter un peu la politique tortueuse du cabinet anglais; mais elle
ne dérogeait nullement aux convenances, en dérogeant aux usages. Lord
Malmesbury répondit qu'il allait en référer à son gouvernement. C'était
un singulier plénipotentiaire que celui qui n'avait que des pouvoirs
aussi insuffisans, et qui, à chaque difficulté, était obligé d'en
référer à sa cour. Le directoire aurait pu voir là un leurre, et
l'intention de traîner en longueur pour se donner l'air de négocier; il
aurait pu surtout ne pas voir avec plaisir le séjour d'un étranger dont
les intrigues pouvaient être dangereuses, et qui venait pour
découvrir le secret de nos armemens; il ne manifesta néanmoins aucun
mécontentement; il permit à lord Malmesbury d'attendre les réponses de
sa cour, et, en attendant, d'observer Paris, les partis, leur force et
celle du gouvernement. Le directoire n'avait du reste qu'à y gagner.

Pendant ce temps notre situation devenait périlleuse en Italie, malgré
les récens triomphes de Roveredo, de Bassano et de Saint-George.
L'Autriche redoublait d'efforts pour recouvrer la Lombardie. Grâces aux
garanties données par Catherine à l'empereur pour la conservation des
Gallicies, les troupes qui étaient en Pologne avaient été transportées
vers les Alpes. Grâces encore à l'espérance de conserver la paix avec la
Porte, les frontières de la Turquie avaient été dégarnies, et toutes
les réserves de la monarchie autrichienne dirigées vers l'Italie. Une
population nombreuse et dévouée fournissait en outre de puissans moyens
de recrutement. L'administration autrichienne déployait un zèle et une
activité extraordinaires pour enrôler de nouveaux soldats, les encadrer
dans les vieilles troupes, les armer et les équiper. Une belle armée se
préparait ainsi dans le Frioul, avec les débris de Wurmser, avec les
troupes venues de Pologne et de Turquie, avec les détachemens du Rhin,
et les recrues. Le maréchal Alvinzy était chargé d'en prendre le
commandement. On espérait que cette troisième armée serait plus heureuse
que les deux précédentes, et qu'elle finirait par arracher l'Italie à
son jeune conquérant.

Dans cet intervalle, Bonaparte ne cessait de demander des secours, et de
conseiller des négociations avec les puissances italiennes qui étaient
sur ses derrières. Il pressait le directoire de traiter avec Naples,
de renouer les négociations avec Rome, de conclure avec Gênes, et de
négocier une alliance offensive et défensive avec le roi de Piémont,
pour lui procurer des secours en Italie, si on ne pouvait pas lui
en envoyer de France. Il voulait qu'on lui permît de proclamer
l'indépendance de la Lombardie, et celle des états du duc de Modène,
pour se faire des partisans et des auxiliaires fortement attachés à sa
cause. Ses vues étaient justes, et la détresse de son armée légitimait
ses vives instances. La rupture des négociations avec le pape avait fait
rétrograder une seconde fois la contribution imposée par l'armistice de
Bologne. Il n'y avait eu qu'un paiement d'exécuté. Les contributions
frappées sur Parme, Modène, Milan, étaient épuisées, soit par les
dépenses de l'armée, soit par les envois faits au gouvernement. Venise
fournissait bien des vivres; mais le prêt était arriéré. Les valeurs
à prendre sur le commerce étranger à Livourne étaient encore en
contestation. Au milieu des plus riches pays de la terre, l'armée
commençait à éprouver des privations. Mais son plus grand malheur était
le vide de ses rangs, éclaircis par le canon autrichien. Ce n'était pas
sans de grandes pertes qu'elle avait détruit tant d'ennemis. On l'avait
renforcée de neuf à dix mille hommes depuis l'ouverture de la campagne,
ce qui avait porté à cinquante mille à peu près le nombre des Français
entrés en Italie; mais elle en avait tout au plus trente et quelques
mille dans le moment; le feu et les maladies l'avaient réduite à
ce petit nombre. Une douzaine de bataillons de la Vendée venaient
d'arriver, mais singulièrement diminués par les désertions; les autres
détachemens promis n'arrivaient pas. Le général Willot, qui commandait
dans le Midi, et qui était chargé de diriger sur les Alpes plusieurs
régimens, les retenait pour apaiser les troubles que sa maladresse et
son mauvais esprit provoquaient dans les provinces de son commandement.
Kellermann ne pouvait guère dégarnir sa ligne, car il devait toujours
être prêt à contenir Lyon et les environs, où les compagnies de
Jésus commettaient des assassinats. Bonaparte demandait la
quatre-vingt-troisième et la quarantième brigade, formant à peu près six
mille hommes de bonnes troupes, et répondait de tout si elles arrivaient
à temps.

Il se plaignait qu'on ne l'eût pas chargé de négocier avec Rome, parce
qu'il aurait attendu, pour signifier l'ultimatum, le paiement de la
contribution. «Tant que votre général, disait-il, ne sera pas le
centre de tout en Italie, tout ira mal. Il serait facile de m'accuser
d'ambition; mais je n'ai que trop d'honneur; je suis malade, je puis
à peine me tenir à cheval, il ne me reste que du courage, ce qui est
insuffisant pour le poste que j'occupe. On nous compte, ajoutait-il; le
prestige de nos forces disparaît. Des troupes, ou l'Italie est perdue!»

Le directoire, sentant la nécessité de priver Rome de l'appui de Naples,
et d'assurer les derrières de Bonaparte, conclut enfin son traité avec
la cour des Deux-Siciles. Il se désista de toute demande particulière,
et de son côté, cette cour, que nos dernières victoires sur la Brenta
avaient intimidée, qui voyait l'Espagne faire cause commune avec la
France, et qui craignait de voir les Anglais chassés de la Méditerranée,
accéda au traité. La paix fut signée le 19 vendémiaire (10 octobre). Il
fut convenu que le roi de Naples retirerait toute espèce de secours aux
ennemis de la France, et qu'il fermerait ses ports aux vaisseaux armés
des puissances belligérantes. Le directoire conclut ensuite son traité
avec Gênes. Une circonstance particulière en hâta la conclusion: Nelson
enleva un vaisseau français à la vue des batteries génoises; cette
violation de la neutralité compromit singulièrement la république de
Gênes; le parti français qui était chez elle se montra plus hardi, le
parti de la coalition plus timide; il fut arrêté qu'on s'allierait à la
France. Les ports de Gênes furent fermés aux Anglais. Deux millions nous
furent payés en indemnité pour la frégate _la Modeste_, et deux autres
millions fournis en prêt. Les familles feudataires ne furent pas
exilées, mais tous les partisans de la France expulsés du territoire
et du sénat furent rappelés et réintégrés. Le Piémont fut de nouveau
sollicité de conclure une alliance offensive et défensive. Le roi actuel
venait de mourir; son jeune successeur Charles-Emmanuel montrait d'assez
bonnes dispositions pour la France, mais il ne se contentait pas des
avantages qu'elle lui offrait pour prix de son alliance. Le directoire
lui offrait de garantir ses états, que rien ne lui garantissait dans
cette conflagration générale, et au milieu de toutes les républiques qui
se préparaient. Mais le nouveau roi, comme le précédent, voulait qu'on
lui donnât la Lombardie, ce que le directoire ne pouvait pas promettre,
ayant à se ménager des équivalens pour traiter avec l'Autriche. Le
directoire permit ensuite à Bonaparte de renouer les négociations avec
Rome, et lui donna ses pleins pouvoirs à cet égard.

Rome avait envoyé le cardinal Albani à Vienne; elle avait compté
sur Naples, et dans son emportement elle avait offensé la légation
espagnole. Naples lui manquant, l'Espagne lui manifestant son
mécontentement, elle était dans l'alarme, et le moment était convenable
pour renouer avec elle. Bonaparte voulait d'abord son argent; ensuite,
quoiqu'il ne craignît pas sa puissance temporelle, il redoutait son
influence morale sur les peuples. Les deux partis italiens, enfantés par
la révolution française, et développés par la présence de nos armées,
s'exaspéraient chaque jour davantage. Si Milan, Modène, Reggio, Bologne,
Ferrare, étaient le siége du parti patriote, Rome était celui du parti
monacal et aristocrate. Elle pouvait exciter les fureurs fanatiques, et
nous nuire beaucoup, dans un moment surtout où la question n'était pas
résolue avec les armées autrichiennes. Bonaparte pensa qu'il fallait
temporiser encore. Esprit libre et indépendant, il méprisait tous
les fanatismes qui restreignent l'intelligence humaine; mais, homme
d'exécution, il redoutait les puissances qui échappent à la force, et il
aimait mieux éluder que de lutter avec elles. D'ailleurs, quoique élevé
en France, il était né au milieu de la superstition italienne; il ne
partageait pas ce dégoût de la religion catholique, si profond et si
commun chez nous à la suite du dix-huitième siècle; et il n'avait pas,
pour traiter avec le Saint-Siége, la même répugnance qu'on avait à
Paris. Il songea donc à gagner du temps, pour s'éviter une marche
rétrograde sur la péninsule, pour s'épargner des prédications
fanatiques, et, s'il était possible, pour regagner les 16 millions
ramenés à Rome. Il chargea le ministre Cacault de désavouer les
exigences du directoire en matière de foi, et de n'insister que sur les
conditions purement matérielles. Il choisit le cardinal Mattei, qu'il
avait enfermé dans un couvent, pour l'envoyer à Rome; il le délivra, et
le chargea d'aller parler au pape. «La cour de Rome, lui écrivit-il,
veut la guerre, elle l'aura; mais avant, je dois à ma nation et à
l'humanité de faire un dernier effort pour ramener le pape à la raison.
Vous connaissez, monsieur le cardinal, les forces de l'armée que je
commande: pour détruire la puissance temporelle du pape, il ne me
faudrait que le vouloir. Allez à Rome, voyez le Saint-Père, éclairez-le
sur ses vrais intérêts; arrachez-le aux intrigans qui l'environnent, qui
veulent sa perte et celle de la cour de Rome. Le gouvernement français
permet que j'écoute encore des paroles de paix. Tout peut s'arranger. La
guerre, si cruelle pour les peuples, a des résultats terribles pour les
vaincus. Évitez de grands malheurs au pape. Vous savez combien je désire
finir par la paix une lutte que la guerre terminerait pour moi sans
gloire comme sans péril.»

Pendait qu'il employait ces moyens pour _tromper_, disait-il, _le vieux
renard_, et se garantir des fureurs du fanatisme, il songeait à exciter
l'esprit de liberté dans la Haute-Italie, afin d'opposer le patriotisme
à la superstition. Toute la Haute-Italie était fort exaltée: le
Milanais, arraché à l'Autriche, les provinces de Modène et de Reggio,
impatientes du joug que faisait peser sur elles leur vieux duc absent,
les légations de Bologne et Ferrare, soustraites au pape, demandaient
à grands cris leur indépendance, et leur organisation en républiques.
Bonaparte ne pouvait pas déclarer l'indépendance de la Lombardie, car la
victoire n'avait pas encore assez positivement décidé de son sort; mais
il lui donnait toujours des espérances et des encouragemens. Quant aux
provinces de Modène et de Reggio, elles touchaient immédiatement les
derrières de son armée, et confinaient avec Mantoue. Il avait à se
plaindre de la régence, qui avait fait passer des vivres à la garnison;
il avait recommandé au directoire de ne pas donner la paix au duc de
Modène, et de s'en tenir à l'armistice, afin de pouvoir le punir au
besoin. Les circonstances devenant chaque jour plus difficiles; il se
décida, sans en prévenir le directoire, à un coup de vigueur. Il était
constant que la régence venait récemment encore de se mettre en faute,
et de manquer à l'armistice en fournissant des vivres à Wurmser, et
en donnant asile à un de ses détachemens: sur-le-champ il déclara
l'armistice violé, et en vertu du droit de conquête, il chassa la
régence, déclara le duc de Modène déchu, et les provinces de Reggio
et de Modène libres. L'enthousiasme des Reggiens et des Modénois fut
extraordinaire. Bonaparte organisa un gouvernement municipal pour
administrer provisoirement le pays, en attendant qu'il fût constitué.
Bologne et Ferrare s'étaient déjà constituées en république, et
commençaient à lever des troupes. Bonaparte voulait réunir ces
deux légations aux états du duc de Modène, pour en faire une seule
république, qui, située tout entière en-deçà du Pô, s'appellerait
_République cispadane_. Il pensait que si, à la paix, on était obligé de
rendre la Lombardie à l'Autriche, on pourrait éviter de rendre, au duc
de Modène et au pape, le Modénois et les légations, qu'on pourrait
ériger ainsi une république, fille et amie de la république française,
qui serait au-delà des Alpes le foyer des principes français, l'asile
des patriotes compromis, et d'où la liberté pourrait s'étendre un jour
sur toute l'Italie. Il ne croyait pas que l'affranchissement de l'Italie
pût se faire d'un seul coup; il croyait le gouvernement français trop
épuisé pour l'opérer maintenant, et il pensait qu'il fallait au moins
déposer les germes de la liberté dans cette première campagne. Pour cela
il fallait réunir Bologne et Ferrare à Modène et Reggio. L'esprit de
localité s'y opposait, mais il espérait vaincre cette opposition par son
influence toute puissante. Il se rendit dans ces villes, y fut reçu avec
enthousiasme, et les décida à envoyer à Modène cent députés de toutes
les parties de leur territoire, pour y former une assemblée nationale,
qui serait chargée de constituer la république cispadane. Cette réunion
eut lieu le 25 vendémiaire (16 octobre) à Modène. Elle se composait
d'avocats, de propriétaires, de commerçans. Contenue par la présence de
Bonaparte, dirigée par ses conseils, elle montra la plus grande sagesse.
Elle vota la réunion en une seule république des deux légations et du
duché de Modène; elle abolit la féodalité, et décréta l'égalité civile;
elle nomma un commissaire chargé d'organiser une légion de quatre mille
hommes, et arrêta la formation d'une seconde assemblée, qui devait se
réunir le 5 nivôse (25 décembre), pour délibérer une constitution. Les
Reggiens montrèrent le plus grand dévouement. Un détachement autrichien
étant sorti de Mantoue, ils coururent aux armes, l'entourèrent, le
firent prisonnier, et l'amenèrent à Bonaparte. Deux Reggiens furent
tués dans l'action, et furent les premiers martyrs de l'indépendance
italienne.

La Lombardie était jalouse et alarmée des faveurs accordées à la
Cispadane, et crut y voir pour elle un sinistre présage. Elle se dit que
puisque les Français constituaient les légations et le duché sans la
constituer elle-même, ils avaient le projet de la rendre à l'Autriche.
Bonaparte rassura de nouveau les Lombards, leur fit sentir les
difficultés de sa position, et leur répéta qu'il fallait gagner
l'indépendance en le secondant dans cette terrible lutte. Ils décidèrent
de porter à douze mille hommes les deux légions italienne et polonaise,
dont ils avaient déjà commencé l'organisation.

Bonaparte s'était ménagé ainsi autour de lui des gouvernemens amis, qui
allaient faire tous leurs efforts pour l'appuyer. Leurs troupes sans
doute ne pouvaient pas grand'chose; mais elles étaient capables de
faire la police du pays conquis, et de cette manière elles rendaient
disponibles les détachemens qu'il y employait. Elles pouvaient, appuyées
de quelques centaines de Français, résister à une première tentative du
pape, s'il avait la folie d'en faire une. Bonaparte s'efforça en même
temps de rassurer le duc de Parme, dont les états confinaient à la
nouvelle république; son amitié pouvait être utile, et sa parenté
avec l'Espagne commandait des ménagemens. Il lui laissa entrevoir la
possibilité de gagner quelques villes, au milieu de ces démembremens de
territoires. Il usait ainsi de toutes les ressources de la politique,
pour suppléer aux forces que son gouvernement ne pouvait pas lui
fournir; et, en cela, il faisait son devoir envers la France et
l'Italie, et le faisait avec toute l'habileté d'un vieux diplomate.

La Corse venait d'être affranchie par ses soins. Il avait réuni les
principaux réfugiés à Livourne, leur avait donné des armes et des
officiers, et les avait jetés hardiment dans l'île pour seconder la
rébellion des habitans contre les Anglais. L'expédition réussit; sa
patrie était délivrée du joug anglais, et la Méditerranée allait bientôt
l'être. On pouvait espérer qu'à l'avenir les escadres espagnoles,
réunies aux escadres françaises, fermeraient le détroit de Gibraltar aux
flottes de l'Angleterre, et domineraient dans toute la Méditerranée.

Il avait donc employé le temps écoulé depuis les événemens de la Brenta
à améliorer sa position en Italie; mais s'il avait un peu moins à
craindre les princes de cette contrée, le danger du côté de l'Autriche
ne faisait que s'accroître, et ses forces pour y parer étaient toujours
aussi insuffisantes. La quatre-vingt-troisième demi-brigade et la
quarantième étaient toujours retenues dans le Midi. Il avait douze mille
hommes dans le Tyrol sous Vaubois, rangés en avant de Trente sur le bord
du Lavis; seize ou dix-sept mille à peu près sous Masséna et Augereau,
sur la Brenta et l'Adige; huit ou neuf mille enfin devant Mantoue; ce
qui portait son armée à trente-six ou trente-huit mille hommes environ.
Davidovich, qui était resté dans le Tyrol après le désastre de Wurmser,
avec quelques mille hommes, en avait maintenant dix-huit mille. Alvinzy
s'avançait du Frioul sur la Piave avec environ quarante mille. Bonaparte
était donc fort compromis; car, pour résister à soixante mille hommes,
il n'en avait que trente-six mille, fatigués par une triple campagne,
et diminués tous les jours par les fièvres qu'ils gagnaient dans les
rizières de la Lombardie. Il l'écrivait avec chagrin au directoire, et
lui disait qu'il allait perdre l'Italie.

Le directoire, voyant le péril de Bonaparte, et ne pouvant pas arriver
assez tôt à son secours, songea à suspendre sur-le-champ les hostilités
par le moyen d'une négociation. Malmesbury était à Paris, comme on
vient de le voir. Il attendait la réponse de son gouvernement aux
communications du directoire, qui avait exigé qu'il eût des pouvoirs
de toutes les puissances, et qu'il s'exprimât plus clairement sur le
principe des compensations de conquêtes. Le ministère anglais, après
dix-neuf jours, venait enfin de répondre le 24 brumaire (14 novembre)
que les prétentions de la France étaient inusitées, qu'il était permis à
un allié de demander à traiter au nom de ses alliés, avant d'avoir leur
autorisation en forme; que l'Angleterre était assurée de l'obtenir, mais
qu'auparavant il fallait que la France s'expliquât nettement sur le
principe des compensations, principe qui était la seule base sur
laquelle la négociation pût s'ouvrir. Le cabinet anglais ajoutait que la
réponse du directoire était pleine d'insinuations peu décentes sur les
intentions de sa majesté britannique, qu'il était au-dessous d'elle d'y
répondre, et qu'elle voulait ne pas s'y arrêter, pour ne pas entraver
la négociation. Lejour même, le directoire, qui voulait être prompt et
catégorique, répondit à lord Malmesbury qu'il admettait le principe des
compensations, mais qu'il eût à désigner sur-le-champ les objets sur
lesquels porterait ce principe.

Le directoire pouvait faire cette réponse sans se trop engager,
puisqu'en refusant de céder la Belgique et le Luxembourg, il avait à
sa disposition la Lombardie et plusieurs autres petits territoires. Du
reste, cette négociation était évidemment illusoire; le directoire ne
pouvait rien en attendre, et il résolut de déjouer les finesses de
l'Angleterre, en envoyant directement un négociateur à Vienne, chargé
de conclure un arrangement particulier avec l'empereur. La première
proposition que le négociateur devait faire était celle d'un armistice
en Allemagne et en Italie, qui durerait six mois au moins. Le Rhin et
l'Adige sépareraient les armées des deux puissances. Les siéges de Kelh
et de Mantoue seraient suspendus. On ferait entrer chaque jour
dans Mantoue les vivres nécessaires pour remplacer la consommation
journalière, de manière à replacer les deux partis dans leur état actuel
à la fin de l'armistice. La France gagnait ainsi la conservation de
Kehl, et l'Autriche celle de Mantoue. Une négociation devait s'ouvrir
immédiatement pour traiter de la paix. Les conditions offertes par
la France étaient les suivantes: l'Autriche cédait la Belgique et le
Luxembourg à la France; la France restituait la Lombardie à l'Autriche,
et le Palatinat à l'Empire; elle renonçait ainsi, sur ce dernier point,
à la ligne du Rhin; elle consentait en outre, pour dédommager l'Autriche
de la perte des Pays-Bas, à la sécularisation de plusieurs évêchés de
l'Empire. L'empereur ne devait nullement se mêler des affaires de la
France avec le pape, et devait prêter son entremise en Allemagne
pour procurer des indemnités au stathouder. C'était une condition
indispensable pour assurer le repos de la Hollande, et pour satisfaire
le roi de Prusse, dont la soeur était épouse du stathouder. Ces
conditions étaient fort modérées, et prouvaient le désir qu'avait le
directoire de faire cesser les horreurs de la guerre, et ses inquiétudes
pour l'armée d'Italie.

Le directoire choisit pour porter ces propositions le général Clarke,
qui était employé dans les bureaux de la guerre auprès de Carnot. Ses
instructions furent signées le 26 brumaire (16 novembre). Mais il
fallait du temps pour qu'il se mît en route, qu'il arrivât, qu'il fût
reçu et écouté; et, pendant ce temps, les événemens se succédaient en
Italie avec une singulière rapidité.

Le 11 brumaire (1er novembre) le maréchal Alvinzy ayant jeté des ponts
sur la Piave, s'était avancé sur la Brenta. Le plan des Autrichiens,
cette fois, était d'attaquer à la fois par les montagnes du Tyrol et
par la plaine. Davidovich devait chasser Vaubois de ses positions, et
descendre le long des deux rives de l'Adige jusqu'à Vérone. Alvinzy, de
son côté, devait passer la Piave et la Brenta, s'avancer sur l'Adige,
entrer à Vérone avec le gros de l'armée, et s'y réunir à Davidovich. Les
deux armées autrichiennes devaient partir de ce point, pour marcher de
concert au déblocus de Mantoue et à la délivrance de Wurmser.

Alvinzy, après avoir passé la Piave, s'avança sur la Brenta, où Masséna
était posté avec sa division; celui-ci ayant reconnu la force de
l'ennemi, se replia. Bonaparte marcha à son appui avec la division
Augereau. Il prescrivit en même temps à Vaubois de contenir Davidovich
dans la vallée du Haut-Adige, et de lui enlever, s'il le pouvait, sa
position du Lavis. Il marcha lui-même sur Alvinzy, résolu, malgré la
disproportion des forces, de l'attaquer impétueusement, et de le rompre
dès l'ouverture même de cette nouvelle campagne. Il arriva le 16
brumaire au matin (6 novembre) à la vue de l'ennemi. Les Autrichiens
avaient pris position en avant de la Brenta, depuis Carmignano jusqu'à
Bassano; leurs réserves étaient restées en arrière, au-delà de la
Brenta. Bonaparte porta sur eux toutes ses forces. Masséna attaqua
Liptai et Provera devant Carmignano; Augereau attaqua Quasdanovich
devant Bassano. L'affaire fut chaude et sanglante; les troupes
déployèrent une grande bravoure. Liptai et Provera furent rejetés
au-delà de la Brenta par Masséna; Quasdanovich fut repoussé sur Bassano
par Augereau. Bonaparte aurait voulu entrer le jour même dans Bassano,
mais l'arrivée des réserves autrichiennes l'en empêcha. Il fallut
remettre l'attaque au lendemain. Malheureusement il apprit dans la nuit
que Vaubois venait d'essuyer un revers sur le Haut-Adige. Ce général
avait bravement attaqué les positions de Davidovich, et avait obtenu un
commencement de succès; mais une terreur panique s'était emparée de ses
troupes malgré leur bravoure éprouvée, et elles avaient fui en désordre.
Il les avait enfin ralliées dans ce fameux défilé de Calliano, où
l'armée avait déployé tant d'audace dans l'invasion du Tyrol; il
espérait s'y maintenir, lorsque Davidovich, dirigeant un corps sur
l'autre rive de l'Adige, avait débordé Calliano, et tourné la position.
Vaubois annonçait qu'il se retirait pour n'être pas coupé, et exprimait
la crainte que Davidovich ne l'eût devancé aux importantes positions de
la Corona et de Rivoli, qui couvrent la route du Tyrol, entre l'Adige et
le lac de Garda.

Bonaparte sentit dès lors le danger de s'engager davantage contre
Alvinzy, lorsque Vaubois, qui était avec sa gauche dans le Tyrol,
pouvait perdre la Corona, Rivoli, et même Vérone, et être rejeté dans la
plaine. Bonaparte eût alors été coupé de son aile principale, et placé
avec quinze ou seize mille hommes entre Davidovich et Alvinzy. En
conséquence il résolut de se replier sur-le-champ. Il ordonna à un
officier de confiance de voler à Vérone, d'y réunir tout ce qu'il
pourrait trouver de troupes, de les porter à Rivoli et à la Corona, afin
d'y prévenir Davidovich et de donner à Vaubois le temps de s'y retirer.

Le lendemain 17 brumaire (7 novembre), il rebroussa chemin, et traversa
la ville de Vicence, qui fut étonnée de voir l'armée française se
retirer après le succès de la veille. Il se rendit à Vérone, où il
laissa toute son armée. Il remonta seul à Rivoli et à la Corona, où très
heureusement il trouva les troupes de Vaubois ralliées, et en mesure de
tenir tête à une nouvelle attaque de Davidovich. Il voulut donner une
leçon aux trente-neuvième et quatre-vingt-cinquième demi-brigades, qui
avaient cédé à une terreur panique. Il fit assembler toute la division,
et, s'adressant à ces deux demi-brigades, il leur reprocha leur
indiscipline et leur fuite. Il dit ensuite au chef d'état-major:
«Faites écrire sur les drapeaux que la trente-neuvième et la
quatre-vingt-cinquième ne font plus partie de l'armée d'Italie.» Ces
expressions causèrent aux soldats de ces deux demi-brigades le plus
violent chagrin; ils entourèrent Bonaparte, lui dirent qu'ils s'étaient
battus un contre trois, et lui demandèrent à être envoyés à son
avant-garde, pour faire voir s'ils n'étaient plus de l'armée d'Italie.
Bonaparte les dédommagea de sa sévérité par quelques paroles
bienveillantes, qui les transportèrent, et les laissa disposés à venger
leur honneur par une bravoure désespérée.

Il ne restait plus à Vaubois que huit mille hommes, sur les douze mille
qu'il avait avant cette échauffourée. Bonaparte les distribua le mieux
qu'il put dans les positions de la Corona et de Rivoli, et, après s'être
assuré que Vaubois pourrait tenir là quelques jours, et couvrir notre
gauche et nos derrières, il retourna à Vérone pour opérer contre
Alvinzy. La chaussée qui conduit de la Brenta à Vérone, en suivant
le pied des montagnes, passe par Vicence, Montebello, Villa-Nova et
Caldiero. Alvinzy, étonné de voir Bonaparte se replier le lendemain d'un
succès, l'avait suivi de loin en loin, se doutant que les progrès de
Davidovich avaient pu seuls le ramener en arrière. Il espérait que son
plan de jonction à Vérone allait se réaliser. Il s'arrêta à trois lieues
à peu près de Vérone, sur les hauteurs de Caldiero, qui en dominent la
route. Ces hauteurs présentaient une excellente position pour tenir
tête à l'armée qui sortait de Vérone. Alvinzy s'y établit, y plaça des
batteries, et n'oublia rien pour s'y rendre inexpugnable. Bonaparte en
fit la reconnaissance, et résolut de les attaquer sur-le-champ; car la
situation de Vaubois à Rivoli était très précaire, et ne lui laissait
pas beaucoup de temps pour agir sur Alvinzy. Il marcha contre lui le 21
au soir (11 novembre), repoussa son avant-garde, et bivouaqua avec les
divisions Masséna et Augereau au pied de Caldiero. A la pointe du jour,
il s'aperçut qu'Alvinzy, fortement retranché, acceptait la bataille. La
position était abordable d'un côté, celui qui appuyait aux montagnes, et
qui n'avait pas été assez soigneusement défendu par Alvinzy. Bonaparte
y dirigea Masséna, et chargea Augereau d'attaquer le reste de la ligne.
L'action fut vive. Mais la pluie tombait par torrens, ce qui donnait un
grand avantage à l'ennemi, dont l'artillerie était placée d'avance sur
de bonnes positions, tandis que la nôtre, obligée de se mouvoir dans des
chemins devenus impraticables, ne pouvait pas être portée sur les points
convenables, et manquait tout son effet. Néanmoins Masséna parvint à
gravir la hauteur négligée par Alvinzy. Mais tout à coup la pluie se
changea en une grelasse froide, qu'un vent violent portait dans le
visage de nos soldats. Au même instant, Alvinzy fit marcher sa réserve
sur la position que Masséna lui avait enlevée, et reprit tous ses
avantages. Bonaparte voulut en vain renouveler ses efforts, il ne put
réussir. Les deux armées passèrent la nuit en présence. La pluie ne
cessa pas de tomber, et de mettre nos soldats dans l'état le plus
pénible. Le lendemain 23 brumaire (13 novembre), Bonaparte rentra dans
Vérone.

La situation de l'armée devenait désespérante. Après avoir inutilement
poussé l'ennemi au-delà de la Brenta, et sacrifié sans fruit une foule
de braves; après avoir perdu à la gauche le Tyrol et quatre mille
hommes, après avoir livré une bataille malheureuse à Caldiero, pour
éloigner Alvinzy de Vérone, et s'être encore affaibli sans succès, toute
ressource semblait perdue. La gauche, qui n'était plus que de huit
mille hommes, pouvait à chaque instant être culbutée de la Corona et
de Rivoli, et alors Bonaparte se trouvait enveloppé à Vérone. Les deux
divisions Masséna et Augereau, qui formaient l'armée active opposée à
Alvinzy, étaient réduites, par deux batailles, à quatorze ou quinze
mille hommes. Que pouvaient quatorze ou quinze mille soldats contre
près de quarante mille? L'artillerie, qui nous avait toujours servi à
contre-balancer la supériorité de l'ennemi, ne pouvait plus se mouvoir
au milieu des boues; il n'y avait donc aucun espoir de lutter avec
quelque chance de succès. L'armée était dans la consternation.
Ces braves soldats, éprouvés par tant de fatigues et de dangers,
commençaient à murmurer. Comme tous les soldats intelligens, ils étaient
sujets à de l'humeur, parce qu'ils étaient capables de juger. «Après
avoir détruit, disaient-ils, deux armées dirigées contre nous, il nous a
fallu détruire encore celles qui étaient opposées aux troupes du Rhin.
A Beaulieu a succédé Wurmser; à Wurmser succède Alvinzy: la lutte se
renouvelle chaque jour. Nous ne pouvons pas faire la tâche de tous. Ce
n'est pas à nous à combattre Alvinzy, ce n'était pas à nous à combattre
Wurmser. Si chacun avait fait sa tâche comme nous, la guerre serait
finie. Encore, ajoutaient-ils, si on nous donnait des secours
proportionnés à nos périls! mais on nous abandonne au fond de l'Italie,
on nous laisse seuls aux prises avec deux armées innombrables. Et quand,
après avoir versé notre sang dans des milliers de combats, nous serons
ramenés sur les Alpes, nous reviendrons sans honneur et sans gloire,
comme des fugitifs qui n'auraient pas fait leur devoir.» C'étaient là
les discours des soldats dans leurs bivouacs. Bonaparte, qui partageait
leur humeur et leur mécontentement, écrivait au directoire le même jour
24 brumaire (14 novembre): «Tous nos officiers supérieurs, tous nos
généraux d'élite sont hors de combat; l'armée d'Italie, réduite à une
poignée de monde, est épuisée. Les héros de Millesimo, de Lodi, de
Castiglione, de Bassano, sont morts pour leur patrie, ou sont à
l'hôpital: il ne reste plus aux corps que leur réputation et leur
orgueil. Joubert, Lannes, Lamare, Victor, Murat, Charlot, Dupuis,
Rampon, Pigeon, Ménard, Chabrand, sont blessés. Nous sommes abandonnés
au fond de l'Italie: ce qui me reste de braves voit la mort infaillible,
au milieu de chances si continuelles, et avec des forces si inférieures.
Peut-être l'heure du brave Augereau, de l'intrépide Masséna, est près de
sonner... Alors! alors que deviendront ces braves gens? Cette idée me
rend réservé, je n'ose plus affronter la mort, qui serait un sujet de
découragement pour qui est l'objet de mes sollicitudes. Si j'avais reçu
la quatre-vingt-troisième, forte de trois mille cinq cents hommes connus
à l'armée, j'aurais répondu de tout! Peut-être sous peu de jours, ne
sera-ce pas assez de quarante mille hommes!--Aujourd'hui, ajoutait
Bonaparte, repos aux troupes; demain, selon les mouvemens de l'ennemi,
nous agirons.»

Cependant, tandis qu'il adressait ces plaintes amères au gouvernement,
il affectait la plus grande sécurité aux yeux de ses soldats; il leur
faisait répéter, par ses officiers, qu'il fallait faire un effort, et
que cet effort serait le dernier; qu'Alvinzy détruit, les moyens de
l'Autriche seraient épuisés pour jamais, l'Italie conquise, la paix
assurée, et la gloire de l'armée immortelle. Sa présence, ses paroles
relevaient les courages. Les malades, dévorés par la fièvre, en
apprenant que l'armée était en péril, sortaient en foule des hôpitaux,
et accouraient prendre leur place dans les rangs. La plus vive et la
plus profonde émotion était dans tous les coeurs. Les Autrichiens
s'étaient approchés le jour même de Vérone, et montraient les échelles
qu'ils avaient préparées pour escalader les murs. Les Véronais
laissaient éclater leur joie en croyant voir, sous quelques heures,
Alvinzy réuni dans leur ville à Davidovich, et les Français détruits.
Quelques-uns d'entre eux, compromis pour leur attachement à notre cause,
se promenaient tristement en comptant le petit nombre de nos braves.

L'armée attendait avec anxiété les ordres du général, et espérait à
chaque instant qu'il commanderait un mouvement. Cependant la journée du
24 s'était écoulée, et, contre l'usage, l'ordre du jour n'avait rien
annoncé. Mais Bonaparte n'avait point perdu de temps; et, après avoir
médité sur le champ de bataille, il venait de prendre une de ces
résolutions que le désespoir inspire au génie. Vers la nuit, l'ordre est
donné à toute l'armée de prendre les armes; le plus grand silence est
recommandé; on se met en marche; mais au lieu de se porter en avant, on
rétrograde, on repasse l'Adige sur les ponts de Vérone, et on sort de
la ville par la porte qui conduit à Milan. L'armée croit qu'on bat en
retraite, et qu'on renonce à garder l'Italie: la tristesse règne dans
les rangs. Cependant à quelque distance de Vérone, on fait un à-gauche;
au lieu de continuer à s'éloigner de l'Adige, on se met à le longer, et
à descendre son cours. On le suit pendant quatre lieues. Enfin, après
quelques heures de marche, on arrive à Ronco, où un pont de bateaux
avait été jeté par les soins du général; on repasse le fleuve; et, à
la pointe du jour, on se trouve de nouveau au-delà de l'Adige, qu'on
croyait avoir abandonné pour toujours. Le plan du général était
extraordinaire; il allait étonner les deux armées. L'Adige, en sortant
de Vérone, cesse un instant de couler perpendiculairement des montagnes
à la mer, et il oblique vers le levant: dans ce mouvement oblique, il se
rapproche de la route de Vérone à la Brenta, sur laquelle était campé
Alvinzy. Bonaparte, arrivé à Ronco, se trouvait donc ramené sur les
flancs et presque sur les derrières des Autrichiens. Au moyen de ce
pont, il se trouvait placé au milieu des vastes marais. Ces marais
étaient traversés par deux chaussées, dont l'une à gauche, remontant
l'Adige par Porcil et Gombione, allait rejoindre Vérone; dont l'autre,
à droite, passait sur une petite rivière, qu'on appelle l'Alpon, au
village d'Arcole, et allait rejoindre la route de Vérone vers Villa-Nova
sur les derrières de Caldiero.

Bonaparte tenait donc à Ronco deux chaussées, qui toutes deux allaient
rejoindre la grande route occupée par les Autrichiens, l'une entre
Caldiero et Vérone, l'autre entre Caldiero et Villa-Nova. Voici quel
avait été son calcul: au milieu de ces marais, l'avantage du nombre
était tout à fait annulé; on ne pouvait se déployer que sur les
chaussées, et sur les chaussées le courage des têtes de colonnes devait
décider de tout. Par la chaussée de gauche qui allait rejoindre la route
entre Vérone et Caldiero, il pouvait tomber sur les Autrichiens, s'ils
tentaient d'escalader Vérone. Par celle de droite, qui passe l'Alpon au
pont d'Arcole, et aboutit à Villa-Nova, il débouchait sur les derrières
d'Alvinzy, il pouvait enlever ses parcs et ses bagages, et intercepter
sa retraite. Il était donc inattaquable à Ronco, et il étendait ses deux
bras autour de l'ennemi. Il avait fait fermer les portes de Vérone, et
y avait laissé Kilmaine avec quinze cents hommes, pour résister à un
premier assaut. Cette combinaison si audacieuse et si profonde frappa
l'armée, qui sur-le-champ en devina l'intention, et en fut remplie
d'espérance.

Bonaparte plaça Masséna sur la digue de gauche pour remonter sur
Gombione et Porcil, et prendre l'ennemi en queue, s'il marchait sur
Vérone. Il dirigea Augereau à droite pour déboucher sur Villa-Nova. On
était à la pointe du jour. Masséna se mit en observation sur la digue
de gauche; Augereau, pour parcourir celle de droite, avait à franchir
l'Alpon sur le pont d'Arcole. Quelques bataillons croates s'y trouvaient
détachés pour surveiller le pays. Ils bordaient la rivière, et avaient
leur canon braqué sur le pont. Ils accueillirent l'avant-garde
d'Augereau par une vive fusillade, et la forcèrent à se replier.
Augereau accourut et ramena ses troupes en avant; mais le feu du pont et
de la rive opposée les arrêta de nouveau. Il fut obligé de céder devant
cet obstacle, et de faire halte.

Pendant ce temps, Alvinzy, qui avait les yeux fixés sur Vérone, et
qui croyait que l'armée française s'y trouvait encore, était surpris
d'entendre un feu très-vif au milieu des marais. Il ne supposait pas que
le général Bonaparte pût choisir un pareil terrain, et il croyait que
c'était un corps détaché de troupes légères. Mais bientôt sa cavalerie
revient l'informer que l'engagement est grave, et que des coups de fusil
sont partis de tous les côtés. Sans être éclairci encore, il envoie deux
divisions; l'une sous Provera suit la digue de gauche, l'autre sous
Mitrouski suit la digue de droite, et s'avance sur Arcole. Masséna,
voyant approcher les Autrichiens, les laisse avancer sur cette digue
étroite, et quand il les juge assez engagés, il fond sur eux au pas de
course, les refoule, les rejette dans les marais, en tue, en noie un
grand nombre. La division Mitrouski arrive à Arcole, débouche par le
pont et suit la digue comme celle de Provera. Augereau fond sur elle,
l'enfonce, et en jette une partie dans les marais. Il la poursuit, et
veut passer le pont après elle; mais le pont était encore mieux gardé
que le matin; une nombreuse artillerie en défendait l'approche, et tout
le reste de la ligne autrichienne était déployé sur la rive de l'Alpon,
fusillant sur la digue, et la prenant en travers. Augereau saisit un
drapeau et le porte sur le pont; ses soldats le suivent, mais un feu
épouvantable les ramène en arrière. Les généraux Lannes, Verne, Bon,
Verdier, sont gravement blessés. La colonne se replie, et les soldats
descendent à côté de la digue, pour se mettre à couvert du feu.

Bonaparte voyait de Ronco s'ébranler toute l'armée ennemie, qui, avertie
enfin du danger, se hâtait de quitter Caldiero pour n'être pas prise par
derrière à Villa-Nova. Il voyait avec douleur de grands résultats lui
échapper. Il avait bien envoyé Guyeux avec une brigade, pour essayer de
passer l'Alpon au-dessous d'Arcole; mais il fallait plusieurs heures
pour l'exécution de cette tentative; et cependant il était de la
dernière importance de franchir Arcole sur-le-champ, afin d'arriver à
temps sur les derrières d'Alvinzy, et d'obtenir un triomphe complet: le
sort de l'Italie en dépendait. Il n'hésite pas, il s'élance au galop,
arrive près du pont, se jette à bas de cheval, s'approche des soldats
qui s'étaient tapis sur le bord de la digue, leur demande s'ils
sont encore les vainqueurs de Lodi, les ranime par ses paroles, et,
saisissant un drapeau, leur crie: «Suivez votre général!» A sa voix un
certain nombre de soldats remontent sur la chaussée, et le suivent;
malheureusement le mouvement ne peut pas se communiquer à toute la
colonne dont le reste demeure derrière la digue. Bonaparte s'avance, le
drapeau à la main, au milieu d'une grêle de balles et de mitraille. Tous
ses généraux l'entourent. Lannes, blessé déjà de deux coups de feu dans
la journée, est atteint d'un troisième. Le jeune Muiron, aide-de-camp
du général, veut le couvrir de son corps, et tombe mort à ses pieds.
Cependant la colonne est près de franchir le pont, lorsqu'une dernière
décharge l'arrête, et la rejette en arrière. La queue abandonne la tête.
Alors les soldats restés auprès du général le saisissent, l'emportent au
milieu du feu et de la fumée, et veulent le faire remonter à cheval. Une
colonne autrichienne, qui débouche sur eux, les pousse en désordre dans
le marais. Bonaparte y tombe, et y enfonce jusqu'au milieu du
corps. Aussitôt les soldats s'aperçoivent de son danger: En avant!
s'écrient-ils, pour sauver le général. Ils courent à la suite de Béliard
et Vignolles, pour le délivrer. On l'arrache du milieu de la fange, on
le remet à cheval, et il revient à Ronco.

Dans ce moment, Guyeux était parvenu à passer au-dessous d'Arcole, et à
enlever le village par l'autre rive. Mais il était trop tard. Alvinzy
avait déjà fait filer ses parcs et ses bagages; il était déployé dans
la plaine, et en mesure de prévenir les desseins de Bonaparte. Tant
d'héroïsme et de génie étaient donc devenus inutiles. Bonaparte aurait
bien pu s'éviter l'obstacle d'Arcole, en jetant un pont sur l'Adige un
peu au-dessous de Ronco, c'est-à-dire à Albaredo, point où l'Alpon est
réuni à l'Adige. Mais alors il débouchait en plaine, ce qu'il importait
d'éviter; et il n'était pas en mesure de voler par la digue gauche au
secours de Vérone[9]. Il avait donc eu raison de faire ce qu'il avait
fait; et, quoique le succès ne fût pas complet, d'importans résultats
étaient obtenus. Alvinzy avait quitté sa redoutable position de
Caldiero; il était redescendu dans la plaine; il ne menaçait plus
Vérone; il avait perdu beaucoup de monde dans les marais. Les deux
digues étaient devenues le seul champ de bataille intermédiaire entre
les deux armées, ce qui assurait l'avantage à la bravoure et l'enlevait
au nombre. Enfin les soldats français, animés par la lutte, avaient
recouvré toute leur confiance.

[Footnote 9: Je rapporte ici une critique souvent adressée à Bonaparte
sur cette célèbre bataille, et la réponse qu'il y a faite lui-même dans
ses Mémoires.]

Bonaparte, qui avait à songer à tous les périls à la fois, devait
s'occuper de sa gauche, laissée à la Corona et à Rivoli. Comme à chaque
instant elle pouvait être culbutée, il voulait être en mesure de voler
à son secours. Il pensa donc qu'il fallait se replier de Gombione et
d'Arcole, repasser l'Adige à Ronco, et bivouaquer en deçà du fleuve,
pour être à portée de secourir Vaubois, si, dans la nuit, on apprenait
sa défaite. Telle fut cette première journée du 25 brumaire (15
novembre).

La nuit se passa sans mauvaise nouvelle. On sut que Vaubois tenait
encore à Rivoli. Les exploits de Castiglione couvraient Bonaparte de ce
côté. Davidovich, qui commandait un corps dans l'affaire de Castiglione,
avait reçu une telle impression de cet événement, qu'il n'osait avancer
avant d'avoir des nouvelles certaines d'Alvinzy. Ainsi le prestige du
génie de Bonaparte était là où il n'était pas lui-même. La journée du
26 (16 novembre) commence; on se rencontre sur les deux digues. Les
Français chargent à la baïonnette, enfoncent les Autrichiens, en jettent
un grand nombre dans les marais, et font beaucoup de prisonniers. Ils
prennent des drapeaux et du canon. Bonaparte fait tirailler encore sur
la rive de l'Alpon, mais ne tente aucun effort décisif pour le passer.
La nuit arrivée, il replie encore ses colonnes, les ramène de dessus
les digues, et les rallie sur l'autre rive de l'Adige, content d'avoir
épuisé l'ennemi toute la journée, en attendant des nouvelles plus
certaines de Vaubois. La seconde nuit se passe encore de même: les
nouvelles de Vaubois sont rassurantes. On peut consacrer une troisième
journée à lutter définitivement contre Alvinzy. Enfin le soleil se lève
pour la troisième fois sur cet épouvantable théâtre de carnage. C'était
le 27 (17 novembre 1796). Bonaparte calcule que l'ennemi, en morts,
blessés, noyés ou prisonniers, doit avoir perdu près d'un tiers de son
armée. Il le juge harassé, découragé, et il voit ses soldats pleins
d'enthousiasme; il se décide alors à quitter ces digues, et à porter le
champ de bataille dans la plaine, au-delà de l'Alpon. Comme les
jours précédens, les Français, débouchant de Ronco, rencontrent les
Autrichiens sur les digues. Masséna occupe toujours la digue gauche;
sur celle de droite, c'est le général Robert qui est chargé d'attaquer,
tandis qu'Augereau va passer l'Alpon près de son embouchure dans
l'Adige. Masséna éprouve d'abord une vive résistance, mais il met son
chapeau à la pointe de son épée, et marche ainsi à la tête des soldats.
Comme les jours précédens, beaucoup d'ennemis sont tués, noyés ou pris.
Sur la digue de droite, le général Robert s'avance d'abord avec succès;
mais il est tué, sa colonne est repoussée presque jusque sur le pont de
Ronco.

Bonaparte, qui voit le danger, place la trente-deuxième dans un bois de
saules qui longe la digue. Tandis que la colonne ennemie, victorieuse de
Robert, s'avance, la trente-deuxième sort tout à coup de son embuscade,
la prend en flanc, et la jette dans un désordre épouvantable. C'étaient
trois mille Croates; le plus grand nombre sont tués ou prisonniers. Les
digues ainsi balayées, Bonaparte se décide à franchir l'Alpon: Augereau
l'avait passé à l'extrême droite. Bonaparte ramène Masséna de la digue
gauche sur la digue droite, le dirige sur Arcole, qui était évacué, et
porte ainsi toute son armée en plaine devant celle d'Alvinzy. Bonaparte,
avant d'ordonner la charge, veut semer l'épouvante au moyen d'un
stratagème. Un marais, plein de roseaux, couvrait l'aile gauche de
l'ennemi: il ordonne au chef de bataillon Hercule de prendre avec lui
vingt-cinq de ses guides, de filer à travers les roseaux, et de charger
à l'improviste avec un grand bruit de trompettes. Ces vingt-cinq braves
s'apprêtent à exécuter l'ordre, Bonaparte donne alors le signal à
Masséna et à Augereau. Ceux-ci chargent vigoureusement la ligne
autrichienne, qui résiste; mais tout à coup on entend un grand bruit de
trompettes; les Autrichiens, croyant être chargés par toute une division
de cavalerie, cèdent le terrain. Au même instant, la garnison de
Legnago, que Bonaparte avait fait sortir pour circuler sur leurs
derrières, se montre au loin, et ajoute à leurs inquiétudes. Alors ils
se retirent; et, après soixante-douze heures de cet épouvantable combat,
découragés, accablés de fatigue, ils cèdent la victoire à l'héroïsme de
quelques mille braves, et au génie d'un grand capitaine.

Les deux armées, épuisées de leurs efforts, passèrent la nuit dans la
plaine. Dès le lendemain matin, Bonaparte fit recommencer la poursuite
sur Vicence. Arrivé à la hauteur de la chaussée qui mène de la Brenta
à Vérone, en passant par Villa-Nova, il laissa à la cavalerie seule le
soin de poursuivre l'ennemi, et songea à rentrer à Vérone par la route
de Villa-Nova et de Caldiero, afin de venir au secours de Vaubois.
Bonaparte apprit en route que Vaubois avait été obliger d'abandonner
la Corona et Rivoli, et de se replier à Castel-Novo. Il redoubla de
célérité, et arriva le soir même à Vérone, en passant sur le champ de
bataille qu'avait occupé Alvinzy. Il entra dans la ville, par la porte
opposée à celle par laquelle il en était sorti. Quand les Véronais
virent cette poignée d'hommes, qui étaient sortis en fugitifs par la
porte de Milan, rentrer en vainqueurs par la porte de Venise, ils furent
saisis de surprise. Amis et ennemis ne purent contenir leur admiration
pour le général et les soldats qui venaient de changer si glorieusement
le destin de la guerre. Dès ce moment, il n'entra plus dans les craintes
ni dans les espérances de personne, qu'on pût chasser les Français de
l'Italie. Bonaparte fit marcher sur-le-champ Masséna à Castel-Novo, et
Augereau sur Dolce, par la rive gauche de l'Adige. Davidovich, attaqué
de toutes parts, fut promptement ramené dans le Tyrol, avec perte de
beaucoup de prisonniers. Bonaparte se contenta de faire réoccuper les
positions de la Corona et de Rivoli, sans vouloir remonter jusqu'à
Trente et rentrer en possession du Tyrol. L'armée française était
singulièrement affaiblie par cette dernière lutte. L'armée autrichienne
avait perdu cinq mille prisonniers, huit ou dix mille morts et blessés,
et se trouvait encore forte de plus de quarante mille hommes, compris
le corps de Davidovich. Elle se retirait dans le Tyrol et sur la Brenta
pour s'y reposer, elle était loin d'avoir souffert comme les armées
de Wurmser et de Beaulieu. Les Français, épuisés, n'avaient pu que la
repousser sans la détruire. Il fallait donc renoncer à la poursuivre,
tant que les renforts promis ne seraient pas arrivés. Bonaparte se
contenta d'occuper l'Adige de Dolce à la mer.

Cette nouvelle victoire causa en Italie et en France une joie extrême.
On admirait de toutes parts ce génie opiniâtre qui, avec quatorze ou
quinze mille hommes, devant quarante mille, n'avait pas songé à se
retirer; ce génie inventif et profond, qui avait su découvrir dans
les digues de Ronco un champ de bataille tout nouveau qui annulait le
nombre, et donnait dans les flancs de l'ennemi. On célébrait surtout
l'héroïsme déployé au pont d'Arcole, et partout on représentait le jeune
général, un drapeau à la main, au milieu du feu et de la fumée. Les deux
conseils, en déclarant, suivant l'usage, que l'armée d'Italie avait
encore bien mérité de la patrie, décidèrent de plus que les drapeaux
pris par les généraux Bonaparte et Augereau sur le pont d'Arcole, leur
seraient donnés pour être conservés dans leurs familles: belle et noble
récompense, digne d'un âge héroïque, et bien plus glorieuse que le
diadème décerné plus tard par la faiblesse au génie tout puissant!



CHAPITRE VI.

CLARKE AU QUARTIER-GÉNÉRAL DE L'ARMÉE D'ITALIE.--RUPTURE DES
NÉGOCIATIONS AVEC LE CABINET ANGLAIS. DÉPART DE MALMESBURY.--EXPÉDITION
D'IRLANDE.--TRAVAUX ADMINISTRATIFS DU DIRECTOIRE DANS L'HIVER DE L'AN
V. ÉTAT DES FINANCES. RECETTES ET DÉPENSES.--CAPITULATION DE
KEHL.--DERNIÈRES TENTATIVES DE L'AUTRICHE SUR L'ITALIE. VICTOIRES DE
RIVOLI ET DE LA FAVORITE. PRISE DE MANTOUE.--FIN DE LA MÉMORABLE
CAMPAGNE DE 1796.

Le général Clarke venait d'arriver au quartier-général de l'armée
d'Italie, d'où il devait partir pour se rendre à Vienne. Sa mission
avait perdu son objet essentiel, car la bataille d'Arcole rendait
l'armistice inutile. Bonaparte, que le général Clarke avait ordre de
consulter, désapprouvait tout à fait l'armistice et ses conditions. Les
raisons qu'il donnait étaient excellentes. L'armistice ne pouvait plus
avoir qu'un objet, celui de sauver le fort de Kehl sur le Rhin, que
l'archiduc Charles assiégeait avec une grande vigueur; et pour cet objet
très accessoire, il sacrifiait Mantoue. Kehl n'offrait qu'une tête de
pont qui n'était point indispensable pour déboucher en Allemagne. La
prise de Mantoue au contraire entraînait la conquête définitive de
l'Italie, et permettait d'exiger en retour Mayence et toute la ligne du
Rhin. L'armistice compromettait évidemment cette conquête; car Mantoue,
remplie de malades, et réduite à la demi-ration, ne pouvait pas différer
plus d'un mois d'ouvrir ses portes. Les vivres qu'on y ferait entrer
rendraient à la garnison la santé et les forces. La quantité n'en
pourrait pas être exactement fixée, et Wurmser, en faisant des
économies, se ménagerait des approvisionnemens pour recommencer sa
résistance, en cas d'une reprise d'hostilités. La suite de batailles
livrées pour couvrir le blocus de Mantoue deviendraient donc inutiles,
et il faudrait recommencer sur nouveaux frais. Ce n'était pas tout. Le
pape ne pouvait manquer d'être compris dans l'armistice par l'Autriche,
et alors on perdait le moyen de le punir, et de lui arracher vingt ou
trente millions, dont on avait besoin pour l'armée, et qui serviraient
à faire une nouvelle campagne. Bonaparte enfin, perçant dans l'avenir,
conseillait, au lieu de suspendre les hostilités, de les continuer au
contraire avec vigueur, mais de porter la guerre sur son véritable
théâtre, et d'envoyer en Italie un renfort de trente mille hommes. Il
promettait à ce prix de marcher sur Vienne, et d'avoir en deux mois la
paix, la ligne du Rhin, et une république en Italie. Sans doute, cette
combinaison plaçait dans ses mains toutes les opérations militaires et
politiques de la guerre; mais, qu'elle fût intéressée ou non, elle était
juste et profonde, et l'avenir en prouva la sagesse.

Cependant, par obéissance pour le directoire, on écrivit aux généraux
autrichiens sur le Rhin et l'Adige, pour leur proposer l'armistice, et
pour obtenir à Clarke des passeports. L'archiduc Charles répondit à
Moreau qu'il ne pouvait entendre aucune proposition d'armistice, que
ses pouvoirs ne le lui permettaient pas, et qu'il fallait en référer au
conseil aulique. Alvinzy répondit de même, et fit partir un courrier
pour Vienne. Le ministère autrichien, secrètement dévoué à l'Angleterre,
était peu disposé à écouter les propositions de la France. Le cabinet de
Londres lui avait fait part de la mission de lord Malmesbury; il
s'était efforcé de lui persuader que l'empereur obtiendrait bien plus
d'avantages en prenant part à la négociation ouverte à Paris, qu'en
faisant des conquêtes séparées, puisque les conquêtes anglaises dans
les deux Indes étaient sacrifiées pour lui procurer la restitution des
Pays-Bas. Outre les insinuations de l'Angleterre, le cabinet de Vienne
avait d'autres raisons de repousser les propositions du directoire. Il
se flattait de s'emparer du fort de Kehl sous très peu de temps;
les Français, contenus le long du Rhin, ne pourraient plus alors
le franchir; on pourrait donc sans danger en retirer de nouveaux
détachemens, pour les porter sur l'Adige. Ces détachemens, joints à
de nouvelles levées qui se faisaient dans toute l'Autriche avec une
merveilleuse activité, permettraient encore un effort sur l'Italie; et
peut-être cette terrible armée, qui avait tant anéanti de bataillons
autrichiens, finirait par succomber sous des efforts réitérés.

La constance allemande ne se démentait donc pas ici, et, malgré tant de
revers, elle ne renonçait pas encore à la belle Italie. En conséquence,
il fut résolu de refuser l'entrée de Vienne à Clarke. On craignait
d'ailleurs un observateur au milieu de la capitale de l'empire, et on
ne voulait pas de négociation directe. Quant à l'armistice, on aurait
consenti à l'admettre sur l'Adige, mais non sur le Rhin. On répondit à
Clarke que, s'il voulait se rendre à Vicence, il y trouverait le baron
de Vincent, et qu'il pourrait y conférer avec lui. La réunion eut lieu
en effet à Vicence. Le ministre autrichien prétendit que l'empereur
ne pouvait recevoir un envoyé de la république, parce que c'était la
reconnaître; et, quant à l'armistice, il déclara qu'on ne pouvait
l'admettre qu'en Italie. Cette proposition était ridicule, et on ne
conçoit pas que le ministère autrichien pût la faire, car elle sauvait
Mantoue sans sauver Kehl, et il fallait supposer les Français bien sots
pour l'accepter. Cependant le ministère autrichien, qui voulait au
besoin se ménager le moyen d'une négociation séparée, fit déclarer par
son envoyé que si le commissaire français avait des propositions à
faire relativement à la paix, il n'avait qu'à se rendre à Turin, et les
communiquer à l'ambassadeur autrichien auprès du Piémont. Ainsi, grâce
aux suggestions de l'Angleterre et aux folles espérances de la cour de
Vienne, ce dangereux projet d'armistice fut écarté. Clarke s'en alla à
Turin, pour profiter au besoin de l'intermédiaire qui lui était offert
auprès de la cour de Sardaigne. Il avait encore une autre mission:
c'était celle d'observer le général Bonaparte. Le génie de ce jeune
homme avait paru si extraordinaire, son caractère si absolu, si
énergique, que sans aucun motif précis, on lui supposa de l'ambition. Il
avait voulu conduire la guerre à son gré, et avait offert sa démission
quand on lui traça un plan qui n'était pas le sien; il avait agi
souverainement en Italie, accordant aux princes la paix ou la guerre,
sous prétexte des armistices; il s'était plaint avec hauteur de ce que
les négociations avec le pape n'avaient pas été conduites par lui seul,
et il avait exigé qu'on lui en remît le soin; il traitait fort durement
les commissaires Gareau et Salicetti, quand ils se permettaient des
mesures qui lui déplaisaient, et il les avait obligés de quitter le
quartier-général; il s'était permis d'envoyer des fonds aux différentes
armées sans se faire autoriser par le gouvernement, et sans
l'intermédiaire indispensable de la trésorerie. Tous ces faits
annonçaient un homme qui aimait à faire seul ce qu'il croyait être seul
capable de bien faire. Ce n'était encore que l'impatience du génie,
qui n'aime pas à être contrarié dans ses oeuvres; mais c'est par cette
impatience que commence à se manifester une volonté despotique. En le
voyant soulever la Haute-Italie contre ses anciens maîtres, et créer ou
détruire des états, on disait qu'il voulait se faire duc de Milan. On
pressentait-son ambition, et il en pressentait lui-même le reproche. Il
se plaignait d'être accusé, puis se justifiait lui-même, sans qu'un seul
mot du directoire lui en eût fourni l'occasion.

Clarke avait donc, outre la mission de négocier, celle de l'observer.
Bonaparte en fut averti, et agissant ici avec la hauteur et l'adresse
qui lui étaient ordinaires, il lui laissa voir qu'il connaissait l'objet
de sa mission, le subjugua bientôt par son ascendant et sa grâce, aussi
puissante, dit-on, que son génie, et en fit un homme dévoué. Clarke
avait de l'esprit, trop de vanité pour être un espion adroit et souple.
Il resta en Italie, tantôt à Turin, tantôt au quartier-général, et
bientôt il appartint plus à Bonaparte qu'au directoire.

A Paris, le cabinet anglais faisait, autant qu'il le pouvait, traîner
en longueur la négociation; mais le cabinet français par des réponses
promptes et claires, obligea enfin lord Malmesbury à s'expliquer.
Ce ministre, comme on l'a vu, avait posé d'abord le principe d'une
négociation générale, et de la compensation des conquêtes; de son côté,
le directoire avait exigé des pouvoirs de tous les alliés, et une
explication plus claire du principe des compensations. Le ministre
anglais avait mis dix-neuf jours à répondre; il avait répondu enfin que
les pouvoirs étaient demandés, mais qu'avant de les obtenir, il fallait
que le gouvernement français admît positivement le principe des
compensations. Le directoire avait alors demandé qu'on lui énonçât
sur-le-champ les objets sur lesquels porteraient les compensations. Tel
est le point où la négociation en était restée. Lord Malmesbury écrivit
de nouveau à Londres, et après douze jours, répondit, le 6 frimaire (26
novembre), que sa cour n'avait rien à ajouter à ce qu'elle avait dit, et
qu'elle ne pouvait pas s'expliquer davantage, tant que le gouvernement
français n'admettrait pas formellement le principe proposé. C'était là
une subtilité; car, en demandant l'énonciation des objets qui seraient
compensés, la France admettait évidemment le principe des compensations.
Écrire à Londres, et employer encore douze jours pour cette subtilité,
c'était se jouer du directoire. Il répondit, comme il faisait toujours,
le lendemain même, et par une note de quatre lignes il dit que sa
précédente note impliquait nécessairement l'admission du principe
des compensations, mais que du reste il l'admettait formellement,
et demandait sur-le-champ la désignation des objets sur lesquels ce
principe devait porter. Le directoire s'informait en outre si à chaque
question lord Malmesbury serait obligé d'écrire à Londres. Lord
Malmesbury répondit vaguement qu'il serait obligé d'écrire toutes les
fois que la question exigerait des instructions nouvelles. Il écrivit
encore, et resta vingt jours avant de répondre. Il était évident cette
fois qu'il fallait sortir du vague où l'on s'était enfermé, et aborder
enfin la redoutable question des Pays-Bas. S'expliquer sur cet objet,
c'était rompre la négociation, et on conçoit que le cabinet anglais mît
les plus longs délais possibles à la rompre. Enfin, le 28 frimaire (18
décembre), lord Malmesbury eut une entrevue avec le ministre Delacroix,
et lui remit une note dans laquelle les prétentions du cabinet anglais
étaient exposées. Il voulait que la France restituât aux puissances du
continent tout ce qu'elle avait conquis; qu'elle rendît à l'Autriche la
Belgique et le Luxembourg, à l'Empire les états allemands de la rive
gauche; qu'elle évacuât toute l'Italie, et la replaçât dans le _statu
quo ante bellum_; qu'elle restituât à la Hollande certaines portions
de territoire, telles que la Flandre maritime, par exemple, afin de la
rendre indépendante; et enfin, que des changemens fussent faits à sa
constitution actuelle. Le cabinet anglais ne promettait de rendre
les colonies de la Hollande que dans le cas du rétablissement du
stathoudérat; encore ne les rendrait-il jamais toutes: il devait en
garder quelques-unes comme indemnité de guerre; le Cap était du nombre.
Pour tous ces sacrifices, il offrait de rendre deux ou trois îles que
la guerre nous avait fait perdre dans les Antilles, la Martinique,
Sainte-Lucie, Tobago,et à condition encore que Saint-Domingue ne nous
resterait pas en entier. Ainsi la France, après une guerre inique, où
elle avait eu toute justice de son côté, où elle avait dépensé des
sommes énormes, et dont elle était sortie victorieuse, la France
n'aurait pas gagné une seule province, tandis que les puissances du Nord
venaient de se partager un royaume, et que l'Angleterre venait de faire
dans l'Inde des acquisitions immenses! La France, qui occupait encore la
ligne du Rhin, et qui était maîtresse de l'Italie, aurait évacué le
Rhin et l'Italie sur la simple sommation de l'Angleterre! De pareilles
conditions étaient absurdes et inadmissibles; la seule proposition en
était offensante, et elles ne devaient pas être écoutées. Le ministre
Delacroix les écouta cependant avec une politesse qui frappa le ministre
anglais, et qui lui fit même espérer qu'on pourrait poursuivre la
négociation.

Delacroix donna une raison qui était mauvaise, c'est que les Pays-Bas
étaient déclarés territoire national par la constitution; et le ministre
anglais lui répondit par une raison qui ne valait pas mieux, c'est que
le traité d'Utrecht les attribuait à l'Autriche. La constitution pouvait
être obligatoire pour la nation française, mais elle ne concernait ni
n'obligeait les nations étrangères. Le traité d'Utrecht était, comme
tous les traités du monde, un arrangement de la force, que la force
pouvait changer. La seule raison que le ministre français devait donner,
c'est que la réunion des Pays-Bas à la France était juste, fondée sur
toutes les convenances naturelles et politiques, et légitimée par la
victoire. Après une longue discussion sur tous les points accessoires de
la négociation, les deux ministres se séparèrent. Le ministre Delacroix
vint en référer au directoire, qui, s'irritant à bon droit, résolut de
répondre au ministre anglais comme il le méritait. La note du ministre
anglais n'était pas signée, elle était seulement contenue dans une
lettre signée. Le directoire exigea, le jour même, qu'elle fût revêtue
des formes nécessaires, et lui demanda son _ultimatum_ sous vingt-quatre
heures. Lord Malmesbury, embarrassé, répondit que la note était
suffisamment authentique, puisqu'elle était contenue dans une lettre
signée, et que quant à un _ultimatum_, il était contre tous les usages
de l'exiger aussi brusquement. Le lendemain, 29 frimaire (19 décembre),
le directoire lui fit déclarer qu'il n'écouterait jamais aucune
proposition contraire aux lois et aux traités qui liaient la république;
il fit ajouter que lord Malmesbury ayant besoin de recourir à chaque
instant à son gouvernement, et remplissant un rôle purement passif dans
la négociation, sa présence à Paris était inutile; qu'en conséquence il
avait ordre de se retirer, lui et toute sa suite, sous quarante-huit
heures; que d'ailleurs des courriers suffiraient pour négocier, si
le gouvernement anglais adoptait les bases posées par la république
française.

Ainsi finit cette négociation, dans laquelle le directoire, loin de
manquer aux formes, comme on l'a dit, donna un véritable exemple de
franchise dans ses rapports avec les puissances ennemies. Il n'y eut
point ici d'usage violé. Les communications des puissances portent,
comme toutes les relations entre les hommes, le caractère du temps, de
la situation, des individus qui gouvernent. Un gouvernement fort et
victorieux parle autrement qu'un gouvernement faible et vaincu; et il
convenait à une république, appuyée sur la justice et la victoire, de
rendre son langage prompt, net, et public.

Pendant cet intervalle, le grand projet de Hoche sur l'Irlande
s'effectuait. C'était là ce que redoutait l'Angleterre, et ce qui
pouvait, en effet, la mettre dans un grand péril. Malgré les bruits
adroitement semés d'une expédition en Portugal ou en Amérique,
l'Angleterre avait bien compris l'objet des préparatifs qui se faisaient
à Brest. Pitt avait fait lever les milices, armer les côtes, et donner
l'ordre de tout évacuer dans l'intérieur, si les Français débarquaient.

L'Irlande, à laquelle on destinait l'expédition, était dans une
situation propre à inspirer de graves inquiétudes. Les partisans de la
réforme parlementaire et les catholiques présentaient dans cette île une
masse suffisante pour opérer un soulèvement. Ils auraient volontiers
adopté un gouvernement républicain, sous la garantie de la France, et
ils avaient envoyé des agens secrets à Paris pour s'entendre avec le
directoire. Ainsi tout présageait qu'une expédition pourrait causer de
cruels embarras à l'Angleterre, et la réduire à accepter une toute autre
paix que celle qu'elle venait d'offrir. Hoche, qui avait consumé les
deux plus belles années de sa vie dans la Vendée, et qui voyait les
grands théâtres de la guerre occupés par Bonaparte, Moreau et Jourdan,
brillait de s'en ouvrir un en Irlande. L'Angleterre était un aussi noble
adversaire que l'Autriche, et il n'y avait pas moins d'honneur à la
combattre et à la vaincre. Une république nouvelle s'élevait en Italie,
et allait y devenir le foyer de la liberté. Hoche croyait beau et
possible d'en élever une pareille en Irlande, à côté de l'aristocratie
anglaise. Il s'était lié beaucoup avec l'amiral Truguet, ministre de la
marine, et ministre à grandes vues. Ils s'étaient promis tous deux de
donner une haute importance à la marine, et de faire de grandes choses;
car alors toutes les têtes étaient en travail, toutes méditaient des
prodiges pour la gloire et la félicité de leur patrie. L'alliance
offensive et défensive conclue avec l'Espagne à Saint-Ildefonse, offrait
de grandes ressources, et permettait de vastes projets. En réunissant la
flotte de Toulon aux flottes de l'Espagne, en les concentrant dans
la Manche avec celle que la France avait dans l'Océan, on pouvait
rassembler des forces formidables, et tenter de délivrer les mers par
une bataille décisive; on pouvait du moins jeter un incendie en Irlande,
et aller interrompre les succès de l'Angleterre dans l'Inde. L'amiral
Truguet, qui sentait l'importance de porter de rapides secours dans
l'Inde, voulait que l'escadre de Brest, sans attendre la réunion
des flottes française et espagnole dans la Manche, mît à la voile
sur-le-champ, jetât l'armée de Hoche en Irlande, gardât quelques mille
hommes à bord, fît voile ensuite pour l'Ile-de-France, allât y prendre
les bataillons de noirs qu'on y organisait, et transportât ces secours
dans l'Inde pour soutenir Tippo-Saïb. Cette grande expédition avait
l'inconvénient de ne porter en Irlande qu'une partie de l'armée
d'expédition, et de la laisser exposée à de grandes chances, en
attendant la réunion très éventuelle de l'escadre de l'amiral Villeneuve
qui devait partir de Toulon, de l'escadre espagnole qui était dispersée
dans les ports d'Espagne, et de l'escadre de Richery qui revenait
d'Amérique. Cette expédition ne fut pas exécutée. On attendit l'arrivée
d'Amérique de Richery, et on fit, malgré l'état des finances, des
efforts extraordinaires pour achever l'armement de l'escadre de Brest.
Elle se trouva en frimaire (décembre) en état de mettre à la voile. Elle
se composait de quinze vaisseaux de haut bord, de vingt frégates, de
six gabares, et cinquante bâtimens de transport. Elle pouvait porter
vingt-deux mille hommes. Hoche ne pouvant s'entendre avec l'amiral
Villaret-Joyeuse, on remplaça ce dernier par Morard-de-Galles.
L'expédition dut débarquer dans la baie de Bantry. On assigna à chaque
capitaine de vaisseau, dans un ordre cacheté, la direction qu'il devait
suivre, et le mouillage qu'il devait choisir en cas d'accident.

L'expédition mit à la voile le 26 frimaire (16 décembre). Hoche et
Morard-de-Galles étaient montés sur une frégate. L'escadre française,
grâce à une brume épaisse, échappa aux croisières anglaises, et traversa
la mer sans être aperçue. Mais, dans la nuit du 26 au 27, une
tempête affreuse la dispersa. Un vaisseau fut englouti. Cependant le
contre-amiral Bouvet manoeuvra pour rallier l'escadre, et après deux
jours, parvint à la réunir tout entière, à l'exception d'un vaisseau
et de trois frégates. Malheureusement la frégate qui portait Hoche et
Morard-de-Galles était du nombre de ces dernières. L'escadre cingla vers
le cap Clear, et manoeuvra là plusieurs jours pour attendre les deux
chefs. Enfin, le 4 nivôse (24 décembre), elle entra dans la baie de
Bantry. Un conseil de guerre décida le débarquement; mais il devint
impossible par l'effet du mauvais temps; l'escadre fut de nouveau
éloignée des côtes d'Irlande. Le contre-amiral Bouvet, effrayé par tant
d'obstacles, craignant de manquer de vivres, et séparé de ses chefs,
crut devoir regagner les côtes de France. Hoche et Morard-de-Galles
arrivèrent enfin dans la baie de Bantry, et apprirent là le retour de
l'escadre française. Ils revinrent à travers des périls inouïs. Battus
par la mer, poursuivis par les Anglais, ils ne furent rendus aux rivages
de France que par une espèce de miracle. Le vaisseau _les Droits de
l'homme_, capitaine La Crosse, se trouva séparé de l'escadre, et fit
des prodiges: attaqué par deux vaisseaux anglais, il en détruisit un,
échappa à l'autre; mais, tout mutilé, privé de mâts et de voiles,
il succomba à la violence de la mer. Une partie de l'équipage fut
engloutie, l'autre fut sauvée à grand'peine.

Ainsi finit cette expédition, qui jeta une grande alarme en Angleterre,
et qui révéla son point vulnérable. Le directoire ne renonça pas à
revenir plus tard à ce projet, et tourna dans le moment toutes ses
idées du côté du continent, pour se hâter de faire déposer les armes
à l'Autriche. Les troupes de l'expédition avaient peu souffert; elles
furent débarquées. On laissa sur les côtes les forces nécessaires pour
faire la police du pays, et on achemina vers le Rhin la majeure partie
de l'armée qui avait porté le titre d'armée de l'Océan. Les deux Vendées
et la Bretagne étaient, du reste, tout à fait soumises, par les soins
et la présence continuelle de Hoche. On préparait à ce général un grand
commandement, pour le récompenser de ses ingrats et pénibles travaux.
La démission de Jourdan, que la mauvaise issue de la campagne avait
dégoûté, et qu'on avait provisoirement remplacé par Beurnonville,
permettait d'offrir à Hoche un dédommagement qui, depuis long-temps,
était dû à son patriotisme et à ses talens.

L'hiver, déjà fort avancé (on était en nivôse,--janvier 1797), n'avait
point interrompu cette campagne mémorable. Sur le Rhin, l'archiduc
Charles assiégeait Kehl et la tête de pont d'Huningue; sur l'Adige,
Alvinzy préparait un nouvel et dernier effort contre Bonaparte.
L'intérieur de la république était assez calme: les partis avaient les
yeux fixés sur les différens théâtres de la guerre. La considération et
la force du gouvernement augmentaient ou diminuaient selon les chances
de la campagne. La dernière victoire d'Arcole avait répandu un grand
éclat et réparé le mauvais effet produit par la retraite des armées du
Rhin. Mais cependant cet effort d'une bravoure désespérée ne rassurait
pas entièrement sur la possession de l'Italie. On savait qu'Alvinzy
se renforçait, et que le pape faisait des armemens; les malveillans
disaient que l'armée d'Italie était épuisée; que son général, accablé
par les travaux d'une campagne sans exemple, et consumé par une maladie
extraordinaire, ne pouvait plus tenir à cheval. Mantoue n'était pas
encore prise, et on pouvait concevoir des inquiétudes pour le mois de
nivôse (janvier).

Les journaux des deux partis, profitant sans mesure de la liberté de
la presse, continuaient à se déchaîner. Ceux de la contre-révolution,
voyant approcher le printemps, époque des élections, tâchaient de remuer
l'opinion, et de la disposer en leur faveur. Depuis les désastres des
royalistes de la Vendée, il devenait clair que leur dernière ressource
était de se servir de la liberté elle-même pour la détruire, et
d'envahir la république en s'emparant des élections. Le directoire, en
voyant leur déchaînement, était saisi de ces mouvemens d'impatience
dont le pouvoir même le plus éclairé ne peut pas toujours se défendre.
Quoique fort habitué à la liberté, il s'effrayait du langage qu'elle
prenait dans certains journaux; il ne comprenait pas encore assez qu'il
faut laisser tout dire, que le mensonge n'est jamais à redouter,
quelque publicité qu'il acquière, qu'il s'use par sa violence, et
qu'un gouvernement périt par la vérité seule, et surtout par la vérité
comprimée. Il demanda aux deux conseils des lois sur les abus de la
presse. On se récria; on prétendit que, les élections approchant, il
voulait en gêner la liberté; on lui refusa les lois qu'il demandait. On
accorda seulement deux dispositions: l'une, relative à la répression
de la calomnie privée; l'autre, aux crieurs de journaux, qui, dans les
rues, au lieu de les annoncer par leur titre, les annonçaient par des
phrases détachées, et souvent fort inconvenantes. Ainsi on vendait un
pamphlet, en criant dans les rues: _Rendez-nous nos myriagrammes, et
f....-nous le camp, si vous ne pouvez faire le bonheur du peuple._ Il
fut décidé, pour éviter ce scandale, qu'on ne pourrait plus crier les
journaux et les écrits que par un simple titre. Le directoire aurait
voulu l'établissement d'un journal officiel du gouvernement. Les
cinq-cents y consentirent; les anciens s'y opposèrent. La loi du 3
brumaire, mise une seconde fois en discussion en vendémiaire, et
devenue le prétexte de la ridicule attaque des patriotes sur le camp
de Grenelle, avait été maintenue après une discussion solennelle.
Elle était en quelque sorte le poste autour duquel ne cessaient de se
rencontrer les deux partis. C'était surtout la disposition qui excluait
les parens des émigrés des fonctions publiques, que le côté droit
voulait détruire, et que les républicains voulaient conserver. Après une
troisième attaque, il fut décidé que cette disposition serait maintenue.
On ne fit qu'un seul changement à cette loi. Elle excluait de l'amnistie
générale, accordée aux délits révolutionnaires, les délits qui se
rattachaient au 13 vendémiaire; cet événement était déjà trop loin pour
ne pas amnistier les individus qui avaient pu y prendre part, et qui,
d'ailleurs, étaient tous impunis de fait: l'amnistie fut donc appliquée
aux délits de vendémiaire, comme à tous les autres faits purement
révolutionnaires.

Ainsi le directoire, et tous ceux qui voulaient la république
directoriale, conservaient la majorité dans les conseils, malgré les
cris de quelques patriotes follement emportés, et de quelques intrigans
vendus à la contre-révolution.

L'état des finances avait l'effet ordinaire de la misère dans les
familles, il troublait l'union domestique du directoire avec le corps
législatif. Le directoire se plaignait de ne pas voir ses mesures
toujours accueillies par les conseils; il leur adressa un message
alarmant, et il le publia, comme pour faire retomber sur eux les
malheurs publics, s'ils ne s'empressaient d'adopter ses propositions. Ce
message du 25 frimaire (15 décembre) était conçu en ces termes: «Toutes
les parties du service sont en souffrance. La solde des troupes est
arriérée; les défenseurs de la patrie sont livrés aux horreurs de la
nudité, leur courage est énervé par le sentiment douloureux de leurs
besoins; le dégoût, qui en est la suite, entraîne la désertion.
Les hôpitaux manquent de fournitures, de feu, de médicamens. Les
établissemens de bienfaisance, en proie au même dénuement, repoussent
l'indigent et l'infirme dont ils étaient la seule ressource. Les
créanciers de l'état, les entrepreneurs qui, chaque jour, contribuent à
fournir aux besoins des armées, n'arrachent que de faibles parcelles
des sommes qui leur sont dues; leur détresse écarte des hommes qui
pourraient faire les mêmes services avec plus d'exactitude, ou à de
moindres bénéfices. Les routes sont bouleversées, les communications
interrompues. Les fonctionnaires publics sont sans salaires; d'un bout
à l'autre de la république, on voit les juges, les administrateurs,
réduits à l'horrible alternative, ou de traîner dans la misère leur
existence et celle de leur famille, ou de se déshonorer en se vendant
à l'intrigue. Partout la malveillance s'agite; dans bien des lieux
l'assassinat s'organise, et la police sans activité, sans force, parce
qu'elle est dénuée de moyens pécuniaires, ne peut arrêter ce désordre.»

Les conseils furent irrités de la publication de ce message, qui
semblait faire retomber sur eux les malheurs de l'état, et censurèrent
vivement l'indiscrétion du directoire. Cependant ils se mirent à
examiner sur-le-champ ses propositions. Le numéraire abondait partout,
excepté dans les coffres de l'état. L'impôt, actuellement percevable en
numéraire ou en papier au cours, ne rentrait que lentement. Les biens
nationaux soumissionnés étaient payés en partie; les paiemens restant
à faire n'étaient pas échus. On vivait d'expédiens, on donnait
aux fournisseurs des ordonnances de ministres, des bordereaux de
liquidation, espèces de valeurs d'attente, qui n'étaient reçues que pour
une valeur inférieure, et qui faisaient monter considérablement le prix
des marchés. C'était donc toujours la même situation que nous avons déjà
exposée si souvent.

De grandes améliorations furent apportées aux finances pour l'an V.
On divisa le budget en deux parties, comme on a déjà vu: la dépense
ordinaire de 450 millions, et la dépense extraordinaire de 550. La
contribution foncière, portée à 250 millions, la contribution somptuaire
et personnelle à 50, les douanes, le timbre, l'enregistrement à
150, durent fournir les 450 millions de la dépense ordinaire.
L'extraordinaire dut être couvert par l'arriéré de l'impôt et par
le produit des biens nationaux. L'impôt était désormais entièrement
exigible en numéraire. Il restait encore quelques mandats et quelques
assignats, qui furent annulés sur-le-champ, et reçus au cours pour le
paiement de l'arriéré. De cette manière on fit cesser totalement les
désordres du papier-monnaie. L'emprunt forcé fut définitivement fermé.
Il avait produit à peine 400 millions valeur effective. Les impositions
arriérées durent être entièrement acquittées avant le 15 frimaire de
l'année actuelle (5 décembre). Les garnisaires furent institués pour
hâter la perception. On ordonna la confection des rôles, pour percevoir
sur-le-champ le quart des impôts de l'an V. Restait à savoir comment on
userait de la valeur des biens nationaux, n'ayant plus le papier-monnaie
pour la mettre d'avance en circulation. On avait encore à toucher
le dernier sixième sur les biens soumissionnés. On décida que,
pour devancer ce dernier paiement, on exigerait des acquéreurs des
obligations payables en numéraire, échéant à l'époque même à laquelle
la loi les obligeait de s'acquitter, et entraînant, en cas de protêt,
l'expropriation du bien vendu. Cette mesure pouvait faire rentrer
quatre-vingts et quelques millions d'obligations, dont les fournisseurs
annonçaient qu'ils se paieraient volontiers. On n'avait plus de
confiance dans l'état, mais on en avait dans les particuliers; et les 80
millions de ce papier personnel avaient une valeur que n'aurait pas eue
un papier émis et garanti par la république. On décida que les biens
vendus à l'avenir se paieraient comme il suit: un dixième comptant en
numéraire; cinq dixièmes comptant, en ordonnances des ministres, ou en
bordereaux de liquidation délivrés aux fournisseurs; quatre dixièmes
enfin, en quatre obligations, payables une par an.

Ainsi, n'ayant plus de crédit public, on se servait du crédit privé;
ne pouvant plus émettre du papier-monnaie hypothéqué sur les biens, on
exigeait des acquéreurs de ces biens une espèce de papier qui, portant
leur signature, avait une valeur individuelle; enfin on permettait aux
fournisseurs de se payer de leurs services sur les biens eux-mêmes.

Ces dispositions faisaient donc espérer un peu d'ordre et quelques
rentrées. Pour suffire aux besoins pressans du ministère de la guerre,
on lui adjugea sur-le-champ, pour les mois de nivôse, pluviôse, ventôse
et germinal, mois consacrés, aux préparatifs de la nouvelle campagne,
la somme de 120 millions, dont 33 millions devaient être pris sur
l'ordinaire, et 87 sur l'extraordinaire. L'enregistrement, les postes,
les douanes, les patentes, la contribution foncière allaient fournir ces
33 millions: les 87 de l'extraordinaire devaient se composer du produit
des bois, de l'arriéré des contributions militaires, et des obligations
des acquéreurs de biens nationaux. Ces valeurs étaient assurées, et
allaient rentrer sur-le-champ. On paya tous les fonctionnaires publics
en numéraire. On décida de payer les rentiers de la même manière; mais
ne pouvant encore leur donner de l'argent, on leur donna des billets
au porteur, recevables en paiement des biens nationaux, comme les
ordonnances des ministres et les bordereaux de liquidation délivrés aux
fournisseurs.

Tels furent les travaux administratifs du directoire pendant l'hiver de
l'an V (1796 à 1797), et les moyens qu'il se prépara pour suffire à la
campagne suivante. La campagne actuelle n'était pas terminée, et tout
annonçait que malgré dix mois de combats acharnés, malgré les glaces et
les neiges, on allait voir encore de nouvelles batailles. L'archiduc
Charles s'opiniâtrait à enlever les têtes de pont de Kehl et d'Huningue,
comme si, en les enlevant, il eût à jamais interdit aux Français le
retour sur la rive droite. Le directoire avait une excellente raison de
l'y occuper, c'était de l'empêcher de se porter en Italie. Il passa près
de trois mois devant le fort de Kehl. De part et d'autre, les troupes
s'illustrèrent par un courage héroïque, et les généraux divisionnaires
déployèrent un grand talent d'exécution. Desaix surtout s'immortalisa
par sa bravoure, son sang-froid, et ses savantes dispositions autour de
ce fort misérablement retranché. La conduite des deux généraux en chef
fut loin d'être aussi approuvée que celle de leurs lieutenans. On
reprocha à Moreau de n'avoir pas su profiter de la force de son armée,
et de n'avoir pas débouché sur la rive droite pour tomber sur l'armée
de siége. On blâma l'archiduc d'avoir dépensé tant d'efforts contre une
tête de pont. Moreau rendit Kehl le 20 nivôse an V (9 janvier 1797);
c'était une légère perte. Notre longue résistance prouvait la solidité
de la ligne du Rhin. Les troupes avaient peu souffert; Moreau avait
employé le temps à perfectionner leur organisation; son armée présentait
un aspect superbe. Celle de Sambre-et-Meuse, passée sous les ordres de
Beurnonville, n'avait pas été employée utilement pendant ces derniers
mois, mais elle s'était reposée, et renforcée de détachemens nombreux
venus de la Vendée; elle avait reçu un chef illustre, Hoche, qui était
enfin appelé à une guerre digne de ses talens. Ainsi, quoiqu'il ne
possédât pas encore Mayence, et qu'il fût privé de Kehl, le directoire
pouvait se regarder comme puissant sur le Rhin. Les Autrichiens, de leur
côté, étaient fiers d'avoir pris Kehl, et ils dirigeaient maintenant
tous leurs efforts sur la tête de pont d'Huningue. Mais tous les voeux
de l'empereur et de ses ministres se portaient sur l'Italie. Les travaux
de l'administration pour renforcer l'armée d'Alvinzy, et pour essayer
une dernière lutte, étaient extraordinaires. On avait fait partir les
troupes en poste. Toute la garnison de Vienne avait été acheminée sur le
Tyrol. Les habitans de la capitale, pleins de dévouement pour la
maison impériale, avaient fourni quatre mille volontaires, qui furent
enrégimentés, sous le nom de _volontaires de Vienne_. L'impératrice leur
donna des drapeaux brodés de ses mains. On avait fait une nouvelle
levée en Hongrie, et on avait tiré du Rhin quelques mille hommes des
meilleures troupes de l'empire. Grâce à cette activité, digne des plus
grands éloges, l'armée d'Alvinzy se trouva renforcée d'une vingtaine de
mille hommes, et portée à plus de soixante mille. Elle était reposée et
réorganisée; et quoique renfermant quelques recrues, elle se composait
en majeure partie de troupes aguerries. Le bataillon des volontaires de
Vienne était formé de jeunes gens, étrangers, il est vrai, à la guerre,
mais appartenant à de bonnes familles, animés de sentiments élevés,
très dévoués à la maison impériale, et prêts à déployer la plus grande
bravoure.

Les ministres autrichiens s'étaient entendus avec le pape, et l'avaient
engagé à résister aux menaces de Bonaparte. Ils lui avaient envoyé Colli
et quelques officiers pour commander son armée, en lui recommandant de
la porter le plus près possible de Bologne et de Mantoue. Ils avaient
annoncé à Wurmser un prochain secours, avec ordre de ne pas se rendre,
et s'il était réduit à l'extrémité, de sortir de Mantoue avec tout ce
qu'il aurait de troupes, et surtout d'officiers, de se jeter à travers
le Bolonais et le Ferrarais dans les états romains, pour se réunir à
l'armée papale, qu'il organiserait et porterait sur les derrières de
Bonaparte. Ce plan, fort bien conçu, pouvait réussir avec un général
aussi brave que Wurmser. Ce vieux maréchal tenait toujours dans Mantoue
avec une grande fermeté, quoique sa garnison n'eût plus à manger que de
la viande de cheval salée et de la _poulenta_.

Bonaparte s'attendait à cette dernière lutte, qui allait décider pour
jamais du sort de l'Italie, et il s'y préparait. Comme le répandaient à
Paris les malveillans qui souhaitaient l'humiliation de nos armes, il
était malade d'une gale mal traitée, et prise devant Toulon en chargeant
un canon de ses propres mains. Cette maladie, mal connue, jointe aux
fatigues inouïes de cette campagne, l'avait singulièrement affaibli. Il
pouvait à peine se tenir à cheval; ses joues étaient caves et livides;
sa personne paraissait chétive; ses yeux seuls, toujours aussi vifs et
aussi perçants, annonçaient que le feu de son ame n'était pas éteint.
Ses proportions physiques formaient même avec son génie et sa renommée
un contraste singulier et piquant pour des soldats à la fois gais
et enthousiastes. Malgré le délabrement de ses forces, ses passions
extraordinaires le soutenaient, et lui communiquaient une activité qui
se portait sur tous les objets à la fois. Il avait commencé ce qu'il
appelait _la guerre aux voleurs_. Les intrigans de toute espèce étaient
accourus en Italie, pour s'introduire dans l'administration des armées,
et y profiter de la richesse de cette belle contrée. Tandis que la
simplicité et l'indigence régnaient dans les armées du Rhin, le luxe
s'était introduit dans celle d'Italie; il y était aussi grand que la
gloire. Les soldats, bien vêtus, bien nourris, bien accueillis par les
belles Italiennes, y vivaient dans les plaisirs et l'abondance. Les
officiers, les généraux participaient à l'opulence générale, et
commençaient leur fortune. Quant aux fournisseurs, ils déployaient un
faste scandaleux, et ils achetaient avec le prix de leurs exactions les
faveurs des plus belles actrices de l'Italie. Bonaparte, qui avait en
lui toutes les passions, mais qui, dans le moment, était livré à une
seule, la gloire, vivait d'une manière simple et sévère, ne cherchait de
délassement qu'auprès de sa femme, qu'il aimait avec tendresse, et
qu'il avait fait venir à son quartier-général. Indigné des désordres de
l'administration, il portait un regard sévère sur les moindres détails,
vérifiait lui-même la gestion des compagnies, faisait poursuivre les
administrateurs infidèles, et les dénonçait impitoyablement. Il leur
reprochait surtout de manquer de courage, et d'abandonner l'armée les
jours de péril. Il recommandait au directoire de choisir des hommes
d'une énergie éprouvée; il voulait l'institution d'un syndicat, qui
jugeant comme un jury, pût, sur sa simple conviction, punir des délits
qui n'étaient jamais prouvables matériellement. Il pardonnait volontiers
à ses soldats et à ses généraux des jouissances qui n'étaient pas pour
eux les délices de Capoue; mais il avait une haine implacable pour tous
ceux qui s'enrichissaient aux dépens de l'armée, sans la servir de leurs
exploits ou de leurs soins.

Il avait apporté la même attention et la même activité dans ses
relations avec les puissances italiennes. Dissimulant toujours avec
Venise, dont il voyait les armemens dans les lagunes et les montagnes du
Bergamasque, il différa toute explication jusqu'après la reddition de
Mantoue. Provisoirement il fit occuper par ses troupes le château de
Bergame, qui avait garnison vénitienne, et donna pour raison qu'il ne
le croyait pas assez bien gardé pour résister à un coup de main des
Autrichiens. Il se mit ainsi à l'abri d'une perfidie, et imposa aux
nombreux ennemis qu'il avait dans Bergame. Dans la Lombardie et la
Cispadane, il continua à favoriser l'esprit de liberté, réprimant le
parti autrichien et papal, et modérant le parti démocratique, qui, dans
tous les pays, a besoin d'être contenu. Il se maintint en amitié avec
le roi de Piémont et le duc de Parme. Il se transporta de sa personne
à Bologne, pour terminer une négociation avec le duc de Toscane, et
imposer à la cour de Rome. Le duc de Toscane était incommodé par la
présence des Français à Livourne; de vives discussions s'étaient élevées
avec le commerce livournais sur les marchandises appartenant aux
négocians ennemis de la France. Ces contestations produisaient beaucoup
d'animosité; d'ailleurs les marchandises, qu'on arrachait avec peine,
étaient ensuite mal vendues, et par une compagnie qui venait de voler
cinq à six millions à l'armée. Bonaparte aima mieux transiger avec le
grand-duc. Il fut convenu que, moyennant deux millions, il évacuerait
Livourne. Il y trouva de plus l'avantage de rendre disponible la
garnison de cette ville. Son projet était de prendre les deux légions
formées par la Cispadane, de les réunir à la garnison de Livourne, d'y
ajouter trois mille hommes de ses troupes, et d'acheminer cette petite
armée vers la Romagne, et la Marche d'Ancône. Il voulait s'emparer
encore de deux provinces de l'état romain, y mettre la main sur les
propriétés du pape, y arrêter les impôts, se payer par ce moyen de la
contribution qui n'avait pas été acquittée, prendre des otages choisis
dans le parti ennemi de la France, et établir ainsi une barrière entre
les états de l'Église et Mantoue. Par là, il rendait impossible le
projet de jonction entre Wurmser et l'armée papale; il pouvait imposer
au pape, et l'obliger enfin à se soumettre aux conditions de la
république. Dans son humeur contre le Saint-Siége, il ne songeait même
plus à lui pardonner, et voulait faire une division toute nouvelle de
l'Italie. On aurait rendu la Lombardie à l'Autriche; on aurait composé
une république puissante, en ajoutant au Modénois, au Boulonnais et au
Ferrarais, la Romagne, la Marche d'Ancône, le duché de Parme, et on
aurait donné Rome au duc de Parme, ce qui aurait fait grand plaisir
à l'Espagne, et aurait compromis la plus catholique de toutes les
puissances. Déjà il avait commencé à exécuter son projet; il s'était
porté à Bologne avec trois mille hommes de troupes, et de là il menaçait
le Saint-Siége, qui avait déjà formé un noyau d'armée. Mais le pape,
certain maintenant d'une nouvelle expédition autrichienne, espérant
communiquer par le Bas-Pô avec Wurmser, bravait les menaces du général
français, et témoignait même le désir de le voir s'avancer encore
davantage dans ses provinces. Le saint-père, disait-on au Vatican,
quittera Rome, s'il le faut, pour se réfugier à l'extrémité de ses
états. Plus Bonaparte s'avancera, et s'éloignera de l'Adige, plus il se
mettra en danger, et plus les chances deviendront favorables à la cause
sainte. Bonaparte, qui était tout aussi prévoyant que le Vatican,
n'avait garde de marcher sur Rome; il ne voulait que menacer, et il
avait toujours l'oeil sur l'Adige, s'attendant à chaque instant à une
nouvelle attaque. Le 19 nivôse (8 janvier 1797), en effet, il apprit
qu'un engagement avait eu lieu sur tous ses avant-postes; il repassa
le Pô sur-le-champ avec deux mille hommes, et courut de sa personne à
Vérone.

Son armée avait reçu depuis Arcole les renforts qu'elle aurait dû
recevoir avant cette bataille. Ses malades étaient sortis des hôpitaux
avec l'hiver; il avait environ quarante-cinq mille hommes présens sous
les armes. Leur distribution était toujours la même. Dix mille hommes
à peu près bloquaient Mantoue sous Serrurier; trente mille étaient en
observation sur l'Adige. Augereau gardait Legnago, Masséna Vérone;
Joubert, qui avait succédé à Vaubois, gardait Rivoli et la Corona. Rey,
avec une division de réserve, était à Dezenzano, au bord du lac de
Garda. Les quatre à cinq mille hommes restans étaient, soit dans les
châteaux de Bergame et de Milan, soit dans la Cispadane. Les Autrichiens
s'avançaient avec soixante et quelques mille hommes, et en avaient vingt
dans Mantoue, dont douze mille au moins sous les armes. Ainsi, dans
cette lutte, comme dans les précédentes, la proportion de l'ennemi était
du double. Les Autrichiens avaient cette fois un nouveau projet. Ils
avaient essayé de toutes les routes pour attaquer la double ligne du
Mincio et de l'Adige. Lors de Castiglione, ils étaient descendus le long
des deux rives du lac de Garda, par les deux vallées de la Chiesa et de
l'Adige. Plus tard, ils avaient débouché par la vallée de l'Adige et
par celle de la Brenta, attaquant par Rivoli et Vérone. Maintenant ils
avaient modifié leur plan conformément à leurs projets avec le
pape. L'attaque principale devait se faire par le Haut-Adige, avec
quarante-cinq mille hommes sous les ordres d'Alvinzy. Une attaque
accessoire, et indépendante de la première, devait se faire avec vingt
mille hommes à peu près, sous les ordres de Provera, par le Bas-Adige,
dans le but de communiquer avec Mantoue, avec la Romagne, avec l'armée
du pape.

L'attaque d'Alvinzy était la principale; elle était assez forte pour
faire espérer un succès sur ce point, et elle devait être poussée sans
aucune considération de ce qui arriverait à Provera. Nous avons décrit
ailleurs les trois routes qui sortent des montagnes du Tyrol. Celle qui
tournait derrière le lac de Garda avait été négligée depuis l'affaire
de Castiglione; on suivait maintenant les deux autres. L'une circulant
entre l'Adige et le lac de Garda, passait à travers les montagnes qui
séparent le lac du fleuve, et y rencontrait la position de Rivoli;
l'autre longeait extérieurement le fleuve, et allait déboucher dans la
plaine de Vérone, en dehors de la ligne française. Alvinzy choisit celle
qui passait entre le fleuve et le lac, et qui pénétrait dans la ligne
française. C'est donc sur Rivoli que devaient se diriger ses coups.
Voici quelle est cette position à jamais célèbre. La chaîne du
Monte-Baldo sépare le lac de Garda et l'Adige. La grande route circule
entre l'Adige et le pied des montagnes, dans l'étendue de quelques
lieues. A Incanale, l'Adige vient baigner le pied même des montagnes, et
ne laisse plus de place pour longer sa rive. La route alors abandonne
les bords du fleuve, s'élève par une espèce d'escalier tournant dans les
flancs de la montagne, et débouche sur un vaste plateau, qui est celui
de Rivoli. Il domine l'Adige d'un côté, et de l'autre il est entouré
par l'amphithéâtre du Monte-Baldo. L'armée qui est en position sur ce
plateau menace le chemin tournant par lequel on y monte, et balaie au
loin de son feu les deux rives de l'Adige. Ce plateau est difficile
à emporter de front, puisqu'il faut gravir un escalier étroit pour y
arriver. Aussi ne cherche-t-on pas à l'attaquer par cette seule voie.
Avant de parvenir à Incanale, d'autres routes conduisent sur le
Monte-Baldo, et, gravissant ses croupes escarpées, viennent aboutir au
plateau de Rivoli. Elles ne sont praticables ni à la cavalerie ni à
l'artillerie, mais elles donnent un facile accès aux troupes à pied, et
peuvent servir à porter des forces considérables d'infanterie sur
les flancs et les derrières du corps qui défend le plateau. Le plan
d'Alvinzy était d'attaquer la position par toutes les issues à la fois.

Le 23 nivôse (12 janvier), il attaqua Joubert, qui tenait toutes les
positions avancées, et le resserra sur Rivoli. Le même jour Provera
poussait deux avant-gardes, l'une sur Vérone, l'autre sur Legnago, par
Caldiero et Bevilaqua. Masséna, qui était à Vérone, en sortit,
culbuta l'avant-garde qui s'était présentée à lui, et fit neuf cents
prisonniers. Bonaparte y arrivait de Bologne dans le moment même. Il fit
replier toute la division dans Vérone pour la tenir prête à marcher.
Dans la nuit, il apprit que Joubert était attaqué et forcé à Rivoli,
qu'Augereau avait vu, devant Legnago, des forces considérables. Il ne
pouvait pas juger encore le point sur lequel l'ennemi dirigeait sa
principale masse. Il tint toujours la division Masséna prête à marcher,
et ordonna à la division Rey, qui était à Dezenzano, et qui n'avait vu
déboucher aucun ennemi par derrière le lac de Garda, de se porter à
Castel-Novo, point le plus central entre le Haut et le Bas-Adige. Le
lendemain 24 (13 janvier), les courriers se succédèrent avec rapidité.
Bonaparte apprit que Joubert, attaqué par des forces immenses, allait
être enveloppé, et qu'il devait à l'opiniâtreté et au bonheur de sa
résistance, de conserver encore le plateau de Rivoli. Augereau lui
mandait du Bas-Adige, qu'on se fusillait le long des deux rives, sans
qu'il se passât aucun événement important. Bonaparte n'avait guère
devant lui à Vérone que deux mille Autrichiens. Dès cet instant, il
devina le projet de l'ennemi, et vit bien que l'attaque principale se
dirigeait sur Rivoli. Il pensait qu'Augereau suffisait pour défendre
le Bas-Adige; il le renforça d'un corps de cavalerie, détaché de la
division Masséna. Il ordonna à Serrurier, qui bloquait Mantoue,
de porter sa réserve à Villa-Franca, pour qu'elle fût placée
intermédiairement à tous les points. Il laissa à Vérone un régiment
d'infanterie et un de cavalerie; et il partit, dans la nuit du 24 au
25 (13 à 14 janvier), avec les dix-huitième, trente-deuxième,
soixante-quinzième demi-brigades de la division Masséna, et deux
escadrons de cavalerie. Il manda à Rey de ne pas s'arrêter à
Castel-Novo, et de monter tout de suite sur Rivoli. Il devança ses
divisions, et arriva de sa personne à Rivoli à deux heures du matin. Le
temps, qui était pluvieux les jours précédens, s'était éclairci. Le
ciel était pur, le clair de lune éclatant, le froid vif. En arrivant,
Bonaparte vit l'horizon embrasé des feux de l'ennemi. Il lui supposa
quarante-cinq mille hommes; Joubert en avait dix mille au plus: il était
temps qu'un secours arrivât. L'ennemi s'était partagé en plusieurs
corps. Le principal, composé d'une grosse colonne de grenadiers, de
toute la cavalerie, de toute l'artillerie, des bagages, suivait sous
Quasdanovich la grande route, entre le fleuve et le Monte-Baldo, et
devait déboucher par l'escalier d'Incanale. Trois autres corps, sous
les ordres d'Ocskay, de Koblos et de Liptai, composés d'infanterie
seulement, avaient gravi les croupes des montagnes, et devaient arriver
sur le champ de bataille en descendant les degrés de l'amphithéâtre que
le Monte-Baldo forme autour du plateau de Rivoli. Un quatrième corps,
sous les ordres de Lusignan, circulant sur le côté du plateau, devait
venir se placer sur les derrières de l'armée française, pour la couper
de la route de Vérone. Alvinzy avait enfin détaché un sixième corps,
qui, par sa position, était tout à fait en dehors de l'opération. Il
marchait de l'autre côté de l'Adige, et suivait la route qui, par
Roveredo, Dolce et Vérone, longe le fleuve extérieurement. Ce corps,
commandé par Wukassovich, pouvait tout au plus envoyer quelques boulets
sur le champ de bataille, en tirant d'une rive à l'autre. Bonaparte
sentit sur-le-champ qu'il fallait garder le plateau à tout prix. Il
avait en face l'infanterie autrichienne, descendant l'amphithéâtre,
sans une seule pièce de canon; il avait à sa droite les grenadiers,
l'artillerie, la cavalerie, longeant la route du fleuve, et venant
déboucher par l'escalier d'Incanale sur son flanc droit. A sa gauche,
Lusignan tournait Rivoli. Les boulets de Wukassovich, lancés de l'autre
rive de l'Adige, arrivaient sur sa tête. Placé sur le plateau, il
empêchait la jonction des différentes armes, il foudroyait l'infanterie
privée de ses canons; il refoulait la cavalerie et l'artillerie,
engagées dans un chemin étroit et tournant. Peu lui importait alors
que Lusignan fît effort pour le tourner, et que Wukassovich lui lançât
quelques boulets.

Son plan arrêté avec sa promptitude accoutumée, il commença l'opération
avant le jour. Joubert avait été obligé de se resserrer pour n'occuper
qu'une étendue proportionnée à ses forces; et il était à craindre que
l'infanterie, descendant les degrés du Monte-Baldo, ne vînt faire sa
jonction avec la tête de la colonne gravissant par Incanale. Bonaparte,
bien avant le jour, donna l'éveil aux troupes de Joubert, qui, après
quarante-huit heures de combat, prenaient un peu de repos. Il fit
attaquer les postes avancés de l'infanterie autrichienne, les replia, et
s'étendit plus largement sur le plateau.

L'action devint extrêmement vive. L'infanterie autrichienne, sans
canons, plia devant la nôtre, qui était armée de sa formidable
artillerie, et recula en demi-cercle vers l'amphithéâtre du Monte-Baldo.
Mais un événement fâcheux arrive dans l'instant à notre gauche. Le corps
de Liptai, qui tenait l'extrémité du demi-cercle ennemi, donne sur la
gauche de Joubert, composée des quatre-vingt-neuvième et vingt-cinquième
demi-brigades, les surprend, les rompt, et les oblige à se retirer
en désordre. La quatorzième, venant immédiatement après ces deux
demi-brigades, se forme en crochet pour couvrir le reste de la ligne, et
résiste avec un admirable courage. Les Autrichiens se réunissent contre
elle, et sont près de l'accabler. Ils veulent surtout lui enlever ses
canons, dont les chevaux ont été tués. Déjà ils arrivent sur les
pièces, lorsqu'un officier s'écrie: «Grenadiers de la quatorzième,
laisserez-vous enlever vos pièces?» Sur-le-champ cinquante hommes
s'élancent à la suite du brave officier, repoussent les Autrichiens,
s'attellent aux pièces, et les ramènent.

Bonaparte, voyant le danger, laisse Berthier sur le point menacé,
et part au galop pour Rivoli, afin d'aller chercher du secours. Les
premières troupes de Masséna arrivaient à peine, après avoir marché
toute la nuit. Bonaparte se saisit de la trente-deuxième, devenue
fameuse par ses exploits durant la campagne, et la porte à la gauche,
pour rallier les deux demi-brigades qui avaient plié. L'intrépide
Masséna s'avance à sa tête, rallie derrière lui les troupes rompues,
et renverse tout ce qui se présente à sa rencontre. Il repousse les
Autrichiens, et vient se placer à côté de la quatorzième, qui n'avait
cessé de faire des prodiges de valeur. Le combat se trouve ainsi rétabli
sur ce point, et l'armée occupe le demi-cercle du plateau. Mais l'échec
momentané de la gauche avait obligé Joubert à se replier avec la droite;
il cédait du terrain, et déjà l'infanterie autrichienne se rapprochait
une seconde fois du point que Bonaparte avait mis tant d'intérêt à lui
faire abandonner; elle allait joindre le débouché par lequel le chemin
tournant d'Incanale aboutissait sur le plateau. Dans ce même instant, la
colonne composée d'artillerie et de cavalerie, et précédée de plusieurs
bataillons de grenadiers, gravissait le chemin tournant, et, avec des
efforts incroyables de bravoure, en repoussait la trente-neuvième.
Wukassovich, de l'autre rive de l'Adige, lançait une grêle de boulets
pour protéger cette espèce d'escalade. Déjà les grenadiers avaient gravi
le sommet du défilé, et la cavalerie débouchait à leur suite sur le
plateau. Ce n'était pas tout: la colonne de Lusignan, dont on avait
vu au loin les feux, et qu'on avait aperçue à la gauche tournant la
position des Français, venait se mettre sur leurs derrières, intercepter
la route de Vérone, et barrer le chemin à Rey, qui arrivait de
Castel-Novo avec la division de réserve. Déjà les soldats de Lusignan,
se voyant sur les derrières de l'armée française, battaient des mains,
et la croyaient prise. Ainsi sur ce plateau, serré de front par un
demi-cercle d'infanterie, tourné à gauche par une forte colonne,
escaladé à droite par le gros de l'armée autrichienne, et labouré par
les boulets qui portaient de la rive opposée de l'Adige sur ce plateau,
Bonaparte était isolé avec les seules divisions Joubert et Masséna, au
milieu d'une nuée d'ennemis. Il était avec seize mille hommes enveloppé
par quarante au moins.

Dans ce moment si redoutable, il n'est pas ébranlé. Il conserve toute
la chaleur et toute la promptitude de l'inspiration. En voyant les
Autrichiens de Lusignan, il dit: _Ceux-là sont à nous_, et il les laisse
s'engager sans s'inquiéter de leur mouvement. Les soldats, devinant leur
général, partagent sa confiance, et se disent aussi: _Ils sont à nous_.

Dans cet instant, Bonaparte ne s'occupe que de ce qui se passe devant
lui. Sa gauche est couverte par l'héroïsme de la quatorzième et de la
trente-deuxième; sa droite est menacée à la fois par l'infanterie qui
a repris l'offensive, et par la colonne qui escalade le plateau. Il
ordonne sur-le-champ des mouvemens décisifs. Une batterie d'artillerie
légère, deux escadrons, sous deux braves officiers, Leclerc et Lasalle,
sont dirigés sur le débouché envahi. Joubert, qui, avec l'extrême
droite, avait ce débouché à dos, fait volte-face avec un corps
d'infanterie légère. Tous chargent à la fois. L'artillerie mitraille
d'abord tout ce qui a débouché; la cavalerie et l'infanterie légère
chargent ensuite avec vigueur. Joubert a son cheval tué; il se relève
plus terrible, et s'élance sur l'ennemi un fusil à la main. Tout ce
qui a débouché, grenadiers, cavalerie, artillerie, tout est précipité
pêle-mêle dans l'escalier tournant d'Incanale. Un désordre horrible
s'y répand; quelques pièces, plongeant dans le défilé, y augmentent
l'épouvante et la confusion. A chaque pas on tue, on fait des
prisonniers. Après avoir délivré le plateau des assaillans qui l'avaient
escaladé, Bonaparte reporte ses coups sur l'infanterie, qui était rangée
en demi-cercle devant lui, et jette sur elle Joubert avec l'infanterie
légère, Lasalle avec deux cents hussards. A cette nouvelle attaque,
l'épouvante se répand dans cette infanterie, privée maintenant de tout
espoir de jonction; elle fuit en désordre. Alors toute notre ligne
demi-circulaire s'ébranle de la droite à la gauche, jette les
Autrichiens contre l'amphithéâtre du Monte-Baldo, et les poursuit à
outrance dans les montagnes. Bonaparte se reporte ensuite sur ses
derrières, et vient réaliser sa prédiction sur le corps de Lusignan.
Ce corps, en voyant les désastres de l'armée autrichienne, s'aperçoit
bientôt de son sort. Bonaparte, après l'avoir mitraillé, ordonne à la
dix-huitième et à la soixante-quinzième demi-brigade de le charger. Ces
braves demi-brigades s'ébranlent en entonnant le _Chant du départ_, et
poussent Lusignan sur la route de Vérone, par laquelle arrivait Rey avec
la division de réserve. Le corps autrichien résiste d'abord, puis se
retire, et vient donner contre la tête de la division Rey. Epouvanté à
cette vue, il invoque la clémence du vainqueur, et met bas les armes, au
nombre de quatre mille soldats. On en avait pris déjà deux mille dans le
défilé de l'Adige.

Il était cinq heures, et on peut dire que l'armée autrichienne était
anéantie. Lusignan était pris; l'infanterie, qui était venue par les
montagnes, fuyait à travers des rochers affreux; la colonne principale
était engouffrée sur le bord du fleuve; le corps accessoire de
Wukassovich assistait inutilement à ce désastre, séparé par l'Adige du
champ de bataille. Cette admirable victoire n'étourdit point la pensée
de Bonaparte; il songe au Bas-Adige qu'il a laissé menacé; il juge que
Joubert, avec sa brave division, et Rey avec la division de réserve,
suffiront pour porter les derniers coups à l'ennemi, et pour lui enlever
des milliers de prisonniers. Il rallie la division Masséna, qui s'était
battue le jour précédent à Vérone, qui avait ensuite marché toute la
nuit, s'était battue tout le jour du 25 (14), et il part avec elle pour
marcher encore toute la nuit qui va suivre, et voler à de nouveaux
combats. Ces braves soldats, le visage joyeux, et comptant sur de
nouvelles victoires, semblent ne pas sentir les fatigues. Ils volent
plutôt qu'ils ne marchent pour aller couvrir Mantoue, dont quatorze
lieues les séparent.

Bonaparte apprend en route ce qui s'est passé sur le Bas-Adige. Provera,
se dérobant à Augereau, a jeté un pont à Anghuiari, un peu au-dessus
de Legnago: il a laissé Hoënzolern au-delà de l'Adige, et a marché sur
Mantoue avec neuf ou dix mille hommes. Augereau, averti trop tard, s'est
jeté cependant à sa suite, l'a pris en queue, et lui a fait deux mille
prisonniers. Mais avec sept à huit mille soldats, Provera marche sur
Mantoue pour se joindre à la garnison. Bonaparte apprend ces détails à
Castel-Novo. Il craint que la garnison avertie ne sorte pour donner la
main au corps qui arrive, et ne prenne le corps de blocus entre deux
feux. Il a marché toute la nuit du 25 au 26 (14-15) avec la division
Masséna; il la fait marcher encore tout le jour du 26 (15), pour qu'elle
arrive le soir devant Mantoue. Il y dirige en outre les réserves qu'il
avait laissées intermédiairement à Villa-Franca, et y vole de sa
personne pour y faire ses dispositions.

Ce jour même du 26 (15), Provera était arrivé devant Mantoue. Il se
présente au faubourg de Saint-George, dans lequel était placé Miollis
avec tout au plus quinze cents hommes. Provera le somme de se rendre. Le
brave Miollis lui répond à coups de canon. Provera repoussé se porte du
côté de la citadelle, espérant une sortie de Wurmser; mais il trouve
Serrurier devant lui. Il s'arrête au palais de la Favorite, entre
Saint-George et la citadelle, et lance une barque à travers le lac,
pour faire dire à Wurmser de déboucher de la place le lendemain matin.
Bonaparte arrive dans la soirée, dispose Augereau sur les derrières de
Provera, Victor et Masséna sur ses flancs, de manière à le séparer de
la citadelle par laquelle Wurmser doit essayer de déboucher. Il oppose
Serrurier à Wurmser. Le lendemain 27 nivôse (16 janvier) à la pointe du
jour, la bataille s'engage. Wurmser débouche de la place, et attaque
Serrurier avec furie; celui-ci lui résiste avec une bravoure égale, et
le contient le long des lignes de circonvallation. Victor, à la tête de
la cinquante-septième, qui dans ce jour reçut le nom de la _Terrible_,
s'élance sur Provera, et renverse tout ce qui se présente devant lui.
Après un combat opiniâtre, Wurmser est rejeté dans Mantoue. Provera,
traqué comme un cerf, enveloppé par Victor, Masséna, Augereau, inquiété
par une sortie de Miollis, met bas les armes avec six mille hommes.
Les jeunes volontaires de Vienne en font partie. Après une défense
honorable, ils rendent leurs armes, et le drapeau brodé par les mains de
l'impératrice.

Tel fut le dernier acte de cette immortelle opération, jugée par
les militaires une des plus belles et des plus extraordinaires dont
l'histoire fasse mention. On apprit que Joubert, poursuivant Alvinzy,
lui avait enlevé encore sept mille prisonniers. On en avait pris six le
jour même de la bataille de Rivoli, ce qui faisait treize; Augereau
en avait fait deux mille; Provera en livrait six mille; on en avait
recueilli mille devant Vérone, et encore quelques centaines ailleurs,
ce qui portait le nombre, en trois jours, à vingt-deux ou vingt-trois
mille. La division Masséna avait marché et combattu sans relâche, depuis
quatre journées, marchant la nuit, combattant le jour. Aussi Bonaparte
écrivait-il avec orgueil que ses soldats avaient surpassé la rapidité
tant vantée des légions de César. On comprend pourquoi il attacha plus
tard au nom de Masséna celui de Rivoli. L'action du 25 (14 janvier)
s'appela bataille de Rivoli, celle du 27 (16), devant Mantoue, s'appela
de la Favorite.

Ainsi, en trois jours encore, Bonaparte avait pris ou tué une moitié
de l'armée ennemie, et l'avait comme frappée d'un coup de foudre.
L'Autriche avait fait son dernier effort, et maintenant l'Italie était
à nous. Wurmser, rejeté dans Mantoue, était sans espoir; il avait
mangé tous ses chevaux, et les maladies se joignaient à la famine pour
détruire sa garnison. Une plus longue résistance eût été inutile et
contraire à l'humanité. Le vieux maréchal avait fait preuve d'un noble
courage et d'une rare opiniâtreté, il pouvait songer à se rendre. Il
envoya un de ses officiers à Serrurier pour parlementer; c'était Klenau.
Serrurier en référa au général en chef, qui se rendit à la conférence.
Bonaparte, enveloppé dans son manteau, et ne se faisant pas connaître,
écouta les pourparlers entre Klenau et Serrurier. L'officier autrichien
dissertait longuement sur les ressources qui restaient à son général,
et assurait qu'il avait encore pour trois mois de vivres. Bonaparte,
toujours enveloppé, s'approche de la table auprès de laquelle avait
lieu cette conférence, saisit le papier sur lequel étaient écrites les
propositions de Wurmser, et se met à tracer quelques lignes sur les
marges, sans mot dire, et au grand étonnement de Klenau, qui ne
comprenait pas l'action de l'inconnu. Puis, se levant et se découvrant,
Bonaparte s'approche de Klenau: «Tenez, lui dit-il, voilà les
conditions que j'accorde à votre maréchal. S'il avait seulement pour
quinze jours de vivres, et qu'il parlât de se rendre, il ne mériterait
aucune capitulation honorable. Puisqu'il vous envoie, c'est qu'il est
réduit à l'extrémité. Je respecte son âge, sa bravoure et ses malheurs.
Portez-lui les conditions que je lui accorde; qu'il sorte de la
place demain, dans un mois ou dans six, il n'aura des conditions ni
meilleures, ni pires. Il peut rester tant qu'il conviendra à son
honneur.»

A ce langage, à ce ton, Klenau reconnut l'illustre capitaine, et courut
porter à Wurmser les conditions qu'il lui avait faites. Le vieux
maréchal fut plein de reconnaissance, en voyant la générosité dont usait
envers lui son jeune adversaire. Il lui accordait la permission de
sortir librement de la place avec tout son état-major; il lui accordait
même deux cents cavaliers, cinq cents hommes à son choix, et six pièces
de canon, pour que sa sortie fût moins humiliante. La garnison dut
être conduite à Trieste, pour y être échangée contre des prisonniers
français. Wurmser se hâta d'accepter ces conditions; et pour témoigner
sa gratitude au général français, il l'instruisit d'un projet
d'empoisonnement tramé contre lui dans les États du pape. Il dut sortir
de Mantoue le 14 pluviôse (2 février). Sa consolation, en quittant
Mantoue, était de remettre son épée au vainqueur lui-même; mais il ne
trouva que le brave Serrurier, devant lequel il fut obligé de défiler
avec tout son état-major; Bonaparte était déjà parti pour la Romagne,
pour aller châtier le pape et punir le Vatican. Sa vanité, aussi
profonde que son génie, avait calculé autrement que les vanités
vulgaires; il aimait mieux être absent que présent sur le lieu du
triomphe.

Mantoue rendue, l'Italie était définitivement conquise, et cette
campagne terminée.

Quand on en considère l'ensemble, l'imagination est saisie par la
multitude des batailles, la fécondité des conceptions et l'immensité
des résultats. Entré en Italie avec trente et quelques mille hommes,
Bonaparte sépare d'abord les Piémontais des Autrichiens à Montenotte et
Millesimo, achève de détruire les premiers à Mondovi, puis court après
les seconds, passe devant eux le Pô à Plaisance, l'Adda à Lodi, s'empare
de la Lombardie, s'y arrête un instant, se remet bientôt en marche,
trouve les Autrichiens renforcés sur le Mincio, et achève de les
détruire à la bataille de Borghetto. Là, il saisit d'un coup d'oeil le
plan de ses opérations futures: c'est sur l'Adige qu'il doit s'établir,
pour faire front aux Autrichiens; quant aux princes qui sont sur ses
derrières, il se contentera de les contenir par des négociations et des
menaces. On lui envoie une seconde armée sous Wurmser; il ne peut la
battre qu'en se concentrant rapidement, et en frappant alternativement
chacune de ses masses isolées en homme résolu, il sacrifie le blocus de
Mantoue, écrase Wurmser à Lonato, Castiglione, et le rejette dans le
Tyrol. Wurmser est renforcé de nouveau, comme l'avait été Beaulieu;
Bonaparte le prévient dans le Tyrol, remonte l'Adige, culbute tout
devant lui à Roveredo, se jette à travers la vallée de la Brenta, coupe
Wurmser qui croyait le couper lui-même, le terrasse à Bassano, et
l'enferme dans Mantoue. C'est la seconde armée autrichienne détruite
après avoir été renforcée.

Bonaparte, toujours négociant, menaçant des bords de l'Adige, attend la
troisième armée. Elle est formidable, elle arrive avant qu'il ait reçu
des renforts, il est forcé de céder devant elle; il est réduit au
désespoir, il va succomber, lorsqu'il trouve, au milieu d'un marais
impraticable, deux lignes débouchant dans les flancs de l'ennemi, et s'y
jette avec une incroyable audace. Il est vainqueur encore à Arcole. Mais
l'ennemi est arrêté, et n'est pas détruit; il revient une dernière
fois, et plus puissant que les premières. D'une part, il descend des
montagnes; de l'autre, il longe le Bas-Adige. Bonaparte découvre le seul
point où les colonnes autrichiennes, circulant dans un pays montagneux,
peuvent se réunir, s'élance sur le célèbre plateau de Rivoli, et, de ce
plateau, foudroie la principale armée d'Alvinzy; puis, reprenant son
vol vers le Bas-Adige, enveloppe tout entière la colonne qui l'avait
franchi. Sa dernière opération est la plus belle, car ici, le bonheur
est uni au génie. Ainsi, en dix mois, outre l'armée piémontaise, trois
armées formidables, trois fois renforcées, avaient été détruites par une
armée qui, forte de trente et quelques mille hommes à l'entrée de la
campagne n'en avait guère reçu que vingt pour réparer ses pertes. Ainsi,
cinquante-cinq mille Français avaient battu plus de deux cent mille
Autrichiens, en avaient pris plus de quatre-vingt mille, tué ou blessé
plus de vingt mille; ils avaient livré douze batailles rangées, plus de
soixante combats, passé plusieurs fleuves, en bravant les flots et
les feux ennemis. Quand la guerre est une routine purement mécanique,
consistant à pousser et à tuer l'ennemi qu'on a devant soi, elle est peu
digne de l'histoire; mais quand une de ces rencontres se présente, où
l'on voit une masse d'hommes mue par une seule et vaste pensée, qui se
développe au milieu des éclats de la foudre avec autant de netteté que
celle d'un Newton ou d'un Descartes dans le silence du cabinet, alors le
spectacle est digne du philosophe, autant que de l'homme d'état et du
militaire: et, si cette identification de la multitude avec un seul
individu, qui produit la force à son plus haut degré, sert à protéger,
à défendre une noble cause, celle de la liberté, alors la scène devient
aussi morale qu'elle est grande.

Bonaparte courait maintenant à de nouveaux projets; il se dirigeait vers
Rome, pour terminer les tracasseries de cette cour de prêtres, et pour
revenir, non plus sur l'Adige, mais sur Vienne. Il avait, par ses
succès, ramené la guerre sur son véritable théâtre, celui de l'Italie,
d'où l'on pouvait fondre sur les états héréditaires de l'empereur. Le
gouvernement, éclairé par ses exploits, lui envoyait des renforts, avec
lesquels il pouvait aller à Vienne dicter une paix glorieuse, au nom de
la république française. La fin de la campagne avait relevé toutes les
espérances que son commencement avait fait naître.

Les triomphes de Rivoli mirent le comble à la joie des patriotes. On
parlait de tous côtés de ces vingt-deux mille prisonniers, et on citait
le témoignage des autorités de Milan, qui les avaient passés en revue,
et qui en avaient certifié le nombre, pour répondre à tous les doutes
de la malveillance. La reddition de Mantoue vint mettre le comble à
la satisfaction. Dès cet instant, on crut la conquête de l'Italie
définitive. Le courrier qui portait ces nouvelles arriva le soir à
Paris. On assembla sur-le-champ la garnison, et on les publia à la lueur
des torches, au son des fanfares, au milieu des cris de joie de tous
les Français attachés à leur pays. Jours à jamais célèbres et à jamais
regrettables pour nous! A quelle époque notre patrie fut-elle plus belle
et plus grande? Les orages de la révolution paraissaient calmés; les
murmures des partis retentissaient comme les derniers bruits de la
tempête. On regardait ces restes d'agitation comme la vie d'un état
libre. Le commerce et les finances sortaient d'une crise épouvantable;
le sol entier, restitué à des mains industrielles, allait être fécondé.
Un gouvernement composé de bourgeois, nos égaux, régissait la république
avec modération; les meilleurs étaient appelés à leur succéder. Toutes
les voies étaient libres. La France, au comble de la puissance, était
maîtresse de tout le sol qui s'étend du Rhin aux Pyrénées, de la mer aux
Alpes. La Hollande, l'Espagne, allaient unir leurs vaisseaux aux
siens, et attaquer de concert le despotisme maritime. Elle était
resplendissante d'une gloire immortelle. D'admirables armées faisaient
flotter ses trois couleurs à la face des rois qui avaient voulu
l'anéantir. Vingt héros, divers de caractère et de talent, pareils
seulement par l'âge et le courage, conduisaient ses soldats à la
victoire. Hoche, Kléber, Desaix, Moreau, Joubert, Masséna, Bonaparte, et
une foule d'autres encore s'avançaient ensemble. On pesait leurs mérites
divers; mais aucun oeil encore, si perçant qu'il pût être, ne voyait
dans cette génération de héros les malheureux ou les coupables; aucun
oeil ne voyait celui qui allait expirer à la fleur de l'âge, atteint
d'un mal inconnu, celui qui mourrait sous le poignard musulman, ou sous
le feu ennemi, celui qui opprimerait la liberté, purs, heureux, pleins
d'avenir! Ce ne fut là qu'un moment; mais il n'y a que des momens
dans la vie des peuples, comme dans celle des individus. Nous allions
retrouver l'opulence avec le repos; quant à la liberté et à la gloire,
nous les avions!... «Il faut, a dit un ancien, que la patrie soit
non seulement heureuse, mais suffisamment glorieuse.» Ce voeu était
accompli. Français, qui avons vu depuis notre liberté étouffée,
notre patrie envahie, nos héros fusillés ou infidèles à leur gloire,
n'oublions jamais ces jours immortels de liberté, de grandeur et
d'espérance!



FIN DU TOME HUITIÈME.



TABLE DES CHAPITRES CONTENUS DANS LE TOME HUITIÈME.


CHAPITRE I.

Nomination des cinq directeurs.--Installation du corps législatif et du
directoire.--Position difficile du nouveau gouvernement. Détresse
des finances; discrédit du papier-monnaie.--Premiers travaux du
directoire.--Perte des lignes de Mayence.--Reprise des hostilités en
Bretagne et en Vendée. Approche d'une nouvelle escadre anglaise sur les
côtes de l'Ouest.--Plan de finances proposé par le directoire; nouvel
emprunt forcé.--Condamnation de quelques agens royalistes.--La fille de
Louis XVI est rendue aux Autrichiens en échange des représentans livrés
par Dumouriez.--Situation des partis à la fin de 1795.--Armistice
conclu sur le Rhin.--Opérations de l'armée d'Italie. Bataille de
Loano.--Expédition de l'Île-Dieu. Départ de l'escadre anglaise.
Derniers efforts de Charette; mesures du général Hoche pour opérer la
pacification de la Vendée--Résultats de la campagne de 1795.


CHAPITRE II.

Continuation des travaux administratifs du directoire.--Les partis se
prononcent dans le sein du corps législatif.--Institution d'une fête
anniversaire du 21 janvier.--Retour de l'ex-ministre de la guerre
Beurnonville et des représentans Quinette, Camus, Bancal, Lamarque et
Drouet, livrés à l'ennemi par Dumouriez.--Mécontentement des jacobins.
Journal de Baboeuf.--Institution du ministère de la police.--Nouvelles
moeurs.--Embarras financiers; création des mandats.--Conspiration de
Baboeuf.--Situation militaire. Plans du directoire.--Pacification de la
Vendée; mort de Stofflet et de Charette.


CHAPITRE III.

Campagne de 1796. Conquête du Piémont et de la Lombardie par le général
Bonaparte. Batailles de Montenotte, Millesimo. Passage du pont de
Lodi.--Etablissement et politique des Français en Italie.--Opérations
militaires dans le Nord.--Passage du Rhin par les généraux Jourdan et
Moreau. Batailles de Rastadt et d'Ettlingen.--L'armée d'Italie prend ses
positions sur l'Adige et sur le Danube.


CHAPITRE IV.

Etat intérieur de la France vers le milieu de l'année 1796
(an IV).--Embarras financiers du gouvernement. Chute des mandats et
du papier-monnaie.--Attaque du camp de Grenelle par les
jacobins--Renouvellement du pacte de famille avec l'Espagne, et
projet de quadruple alliance.--Projet d'une expédition en
Irlande.--Négociations en Italie.--Continuation des hostilités;
arrivée de Wurmser sur l'Adige; victoires de Lonato et de Castiglione.
--Opérations sur le Danube; bataille de Neresheim; marche de l'archiduc
Charles contre Jourdan.--Marche de Bonaparte sur la Brenta; batailles
de Roveredo, Bassano et Saint-George; retraite de Wurmser dans
Mantoue.--Retour de Jourdan sur le Mein; bataille de Wurtzbourg;
retraite de Moreau.


CHAPITRE V.

Situation intérieure et extérieure de la France après la retraite des
armées d'Allemagne au commencement de l'an V.--Combinaisons de Pitt;
ouverture d'une négociation avec le directoire; arrivée de lord
Malmesbury à Paris.--Paix avec Naples et avec Gênes; négociations
infructueuses avec le pape; déchéance du duc de Modène; fondation de la
république cispadane.--Mission de Clarke à Vienne.--Nouveaux efforts
de l'Autriche en Italie; arrivée d'Alvinzy; extrêmes dangers de l'armée
française; bataille d'Arcole.


CHAPITRE VI.

Clarke au quartier-général de l'armée d'Italie.--Rupture des
négociations avec le cabinet anglais. Départ de Malmesbury.--Expédition
d'Irlande.--Travaux administratifs du directoire dans l'hiver de
l'an v. Etat des finances. Recettes et dépenses.--Capitulation de
Kehl.--Dernière tentative de l'Autriche sur l'Italie. Victoires de
Rivoli et de la Favorite; prise de Mantoue. Fin de la mémorable campagne
de 1796.





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Histoire de la Révolution française, Tome 8" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home