Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: Le Tour du Monde; Afrique Orientale - Journal des voyages et des voyageurs; 2. sem. 1860
Author: Various
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Le Tour du Monde; Afrique Orientale - Journal des voyages et des voyageurs; 2. sem. 1860" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



(This file was produced from images generously made
available by the Bibliothèque nationale de France
(BnF/Gallica) at http://gallica.bnf.fr)



[Note au lecteur de ce fichier digital:

Ce fichier est un extrait du recueil du journal "Le Tour du monde:
Journal des voyages et des voyageurs" (2ème semestre 1860).

Les articles ont été regroupés dans des fichiers correspondant
aux différentes zones géographiques, ce fichier contient les articles
sur l'Afrique Orientale.

Chaque fichier contient l'index complet du recueil dont ses
articles sont originaires.]



                    LE TOUR DU MONDE



            IMPRIMERIE GÉNÉRALE DE CH. LAHURE
               Rue de Fleurus, 9, à Paris



                    LE TOUR DU MONDE

               NOUVEAU JOURNAL DES VOYAGES

                PUBLIÉ SOUS LA DIRECTION

                 DE M. ÉDOUARD CHARTON

        ET ILLUSTRÉ PAR NOS PLUS CÉLÈBRES ARTISTES



                         1860
                   DEUXIÈME SEMESTRE

            LIBRAIRIE DE L. HACHETTE ET Cie
         PARIS, BOULEVARD SAINT-GERMAIN, No 77
          LONDRES, KING WILLIAM STREET, STRAND
              LEIPZIG, 15, POST-STRASSE

                         1860



TABLE DES MATIÈRES.


UN MOIS EN SICILE (1843.--Inédit.), par M. Félix BOURQUELOT.

  Arrivée en Sicile. -- Palerme et ses habitants. -- Les monuments
    de Palerme. -- La cathédrale de Monreale. -- De Palerme à
    Trapani. -- Partenico. -- Alcamo. -- Calatafimi. -- Ruines de
    Ségeste. -- Trapani. -- La sépulture du couvent des capucins. --
    Le mont Éryx. -- De Trapani à Girgenti. -- La Lettica. --
    Castelvetrano. -- Ruines de Sélinonte. -- Sciacca. -- Girgenti
    (Agrigente). -- De Girgenti à Castrogiovanni. -- Caltanizzetta.
    -- Castrogiovanni. -- Le lac Pergusa et l'enlèvement de
    Proserpine. -- De Castrogiovanni à Syracuse. -- Calatagirone. --
    Vezzini. -- Syracuse. -- De Syracuse à Catane. -- Lentini. --
    Catane. -- Ascension de l'Etna. -- Taormine. -- Messine. --
    Retour à Naples.                                                 1


VOYAGE EN PERSE, fragments par M. le comte A. de GOBINEAU (1855-1858),
dessins inédits de M. Jules LAURENS.

  Arrivée à Ispahan. -- Le gouverneur. -- Aspect de la ville. -- Le
    Tchéhar-Bâgh. -- Le collége de la Mère du roi. -- La mosquée du
    roi. -- Les quarante colonnes. -- Présentations. -- Le pont du
    Zend-è-Roub. -- Un dîner à Ispahan. -- La danse et la comédie. --
    Les habitants d'Ispahan. -- D'Ispahan à Kaschan. -- Kaschan. --
    Ses fabriques. -- Son imprimerie lithographique. -- Ses
    scorpions. -- Une légende.. -- Les bazars. -- Le collége. -- De
    Kaschan à la plaine de Téhéran. -- Koum. -- Feux d'artifice. --
    Le pont du Barbier. -- Le désert de Khavèr. -- Houzé-Sultan. --
    La plaine de Téhéran. -- Téhéran. -- Notre entrée dans la ville.
    -- Notre habitation.                                            16

  Une audience du roi de Perse. -- Nouvelles constructions à
    Téhéran. -- Température. -- Longévité. -- Les nomades. -- Deux
    pèlerins. -- Le culte du feu. -- La police. -- Les ponts. -- Le
    laisser aller administratif. -- Les amusements d'un bazar persan.
    -- Les fiançailles. -- Le divorce. -- La journée d'une Persane.
    -- La journée d'un Persan. -- Les visites. -- Formules de
    politesses. -- La peinture et la calligraphie persanes. -- Les
    chansons royales. -- Les conteurs d'histoires. -- Les spectacles:
    drames historiques. -- Épilogue. -- Le Démavend. -- L'enfant qui
    cherche un trésor.                                              34


VOYAGES AUX INDES OCCIDENTALES, par M. Anthony TROLLOPE
(1858-1859); dessins inédits de M. A. de BÉRARD.

  L'île Saint-Thomas. -- La Jamaïque: Kingston; Spanish-Town; les
    _réserves_; la végétation. -- Les planteurs et les nègres. --
    Plaintes d'une Ariane noire. -- La toilette des négresses. --
    Avenir des mulâtres. -- Les petites Antilles. -- La Martinique.
    -- La Guadeloupe. -- Grenada. -- La Guyane anglaise. -- Une
    sucrerie. -- Barbados. -- La Trinidad. -- La Nouvelle-Grenade. --
    Sainte-Marthe. -- Carthagène. -- Le chemin de fer de Panama. --
    Costa Rica: San José; le Mont-Blanco. -- Le Serapiqui. --
    Greytown.                                                       49


VOYAGE DANS LES ÉTATS SCANDINAVES, par M. Paul RIANT. (Le
Télémark et l'évêché de Bergen.) (1858.--Inédit.)

  LE TÉLÉMARK. -- Christiania. -- Départ pour le Télémark. -- Mode
    de voyager. -- Paysage. -- La vallée et la ville de Drammen. --
    De Drammen à Kongsberg. -- Le cheval norvégien. -- Kongsberg et
    ses gisements métallifères. -- Les montagnes du Télémark. --
    Leurs habitants. -- Hospitalité des _gaards_ et des _sæters_. --
    Une sorcière. -- Les lacs Tinn et Mjös. -- Le Westfjord. -- La
    chute du Rjukan. -- Légende de la belle Marie. -- Dal. -- Le
    livre des étrangers. -- L'église d'Hitterdal. -- L'ivresse en
    Norvège. -- Le châtelain aubergiste. -- Les lacs Sillegjord et
    Bandak. -- Le ravin des Corbeaux.                               65

  --_Le Saint-Olaf_ et ses pareils. -- Navigation intérieure. --
    Retour à Christiania par Skien.                                 82

  L'ÉVÊCHÉ DE BERGEN. -- La presqu'île de Bergen. -- Lærdal. -- Le
    Sognefjord. -- Vosse-Vangen. -- Le Vöringfoss. -- Le
    Hardangerfjord. -- De Vikoër à Sammanger et à Bergen.           85


VOYAGE DE M. GUILLAUME LEJEAN DANS L'AFRIQUE ORIENTALE
(1860.--Texte et dessins inédits.)--Lettre au Directeur du _Tour
du monde_ (Khartoum, 10 mai 1860).

  D'ALEXANDRIE À SOUAKIN. -- L'Égypte. -- Le désert. -- Le simoun.
    -- Suez. -- Un danger. -- Le mirage. -- Tor. -- Qosséir. --
    Djambo. -- Djeddah.                                             97


VOYAGE AU MONT ATHOS, par M. A. PROUST (1858.--Inédit.)

  Salonique. -- Juifs, Grecs et Bulgares. -- Les mosquées. --
    L'Albanais Rabottas. -- Préparatifs de départ. -- Vasilika. --
    Galatz. -- Nedgesalar. -- L'Athos. -- Saint-Nicolas. -- Le P.
    Gédéon. -- Le couvent russe. -- La messe chez les Grecs. --
    Kariès et la république de l'Athos. -- Le voïvode turc. -- Le
    peintre Anthimès et le pappas Manuel. -- M. de Sévastiannoff.  103

  Ermites indépendants. -- Le monastère de Koutloumousis. -- Les
    bibliothèques. -- La peinture. -- Manuel Panselinos et les
    peintres modernes. -- Le monastère d'Iveron. -- Les carêmes. --
    Peintres et peintures. -- Stavronikitas. -- Miracles. -- Un
    Vroukolakas. -- Les bibliothèques. -- Les mulets. -- Philotheos.
    -- Les moines et la guerre de l'Indépendance. -- Karacallos. --
    L'union des deux Églises. -- Les pénitences et les fautes.     114

  La légende d'Arcadius. -- Le pappas de Smyrne. -- Esphigmenou. --
    Théodose le Jeune. -- L'ex-patriarche Anthymos et l'Église
    grecque. -- L'isthme de l'Athos et Xerxès. -- Les monastères
    bulgares: Kiliandari et Zographos. -- La légende du peintre. --
    Beauté du paysage. -- Castamoniti. -- Une femme au mont Athos. --
    Dokiarios. -- La secte des Palamites. -- Saint-Xénophon. -- La
    pêche aux éponges. -- Retour à Kariès. -- Xiropotamos, le couvent
    du Fleuve Sec. -- Départ de Daphné. -- Marino le chanteur.     130


VOYAGE D'UN NATURALISTE (Charles DARWIN).--L'archipel Galapagos
et les attoles ou îles de coraux.--(1838).

  L'ARCHIPEL GALAPAGOS. -- Groupe volcanique. -- Innombrables
    cratères. -- Aspect bizarre de la végétation. -- L'île Chatam. --
    Colonie de l'île Charles. -- L'île James. -- Lac salé dans un
    cratère. -- Histoire naturelle de ce groupe d'îles. --
    Mammifères; souris indigène. -- Ornithologie; familiarité des
    oiseaux; terreur de l'homme; instinct acquis. -- Reptiles;
    tortues de terre; leurs habitudes.                             139

  Encore les tortues de terre; lézard aquatique se nourrissant de
    plantes marines; lézard terrestre herbivore, se creusant un
    terrier. -- Importance des reptiles dans cet archipel où ils
    remplacent les mammifères. -- Différences entre les espèces qui
    habitent les diverses îles. -- Aspect général américain.       146

  LES ATTOLES OU ÎLES DE CORAUX. -- Île Keeling. -- Aspect
    merveilleux. -- Flore exiguë. -- Voyage des graines. -- Oiseaux.
    -- Insectes. -- Sources à flux et reflux. -- Chasse aux tortues.
    -- Champs de coraux morts. -- Pierres transportées par les
    racines des arbres. -- Grand crabe. -- Corail piquant. --
    Poissons se nourrissant de coraux. -- Formation des attoles. --
    Profondeur à laquelle le corail peut vivre. -- Vastes espaces
    parsemés d'îles de corail. -- Abaissement de leurs fondations. --
    Barrières. -- Franges de récifs. -- Changement des franges en
    barrières et des barrières en attoles.                         151


BIOGRAPHIE.--Brun-Rollet.                                          159


VOYAGE AU PAYS DES YAKOUTES (Russie asiatique), par OUVAROVSKI
(1830-1839).

  Djigansk. -- Mes premiers souvenirs. -- Brigandages. -- Le
    paysage de Djigansk. -- Les habitants. -- La pêche. -- Si les
    poissons morts sont bons à manger. -- La sorcière Agrippine. --
    Mon premier voyage. -- Killæm et ses environs. -- Malheurs. --
    Les Yakoutes. -- La chasse et la pêche. -- Yakoutsk. -- Mon
    premier emploi. -- J'avance. -- Dernières recommandations de ma
    mère. -- Irkoutsk. -- Voyage. -- Oudskoï. -- Mes bagages. --
    Campement. -- Le froid. -- La rivière Outchour. -- L'Aldan. --
    Voyage dans la neige et dans la glace. -- L'Ægnæ. -- Un Tongouse
    qui pleure son chien. -- Obstacles et fatigues. -- Les guides. --
    Ascension du Diougdjour. -- Stratagème pour prendre un oiseau. --
    La ville d'Oudskoï. -- La pêche à l'embouchure du fleuve Ut. --
    Navigation pénible. -- Boroukan. -- Une halte dans la neige. --
    Les rennes. -- Le mont Byraya. -- Retour à Oudskoï et à
    Yakoutsk.                                                      161

  Viliouisk. -- Sel tricolore. -- Bois pétrifié. -- Le Sountar. --
    Nouveau voyage. -- Description du pays des Yakoutes. -- Climat.
    -- Population. -- Caractères. -- Aptitudes. -- Les femmes
    yakoutes.                                                      177


DE SYDNEY À ADÉLAÏDE (Australie du Sud), notes extraites d'une
correspondance particulière (1860).

  Les Alpes australiennes. -- Le bassin du Murray. -- Ce qui reste
    des anciens maîtres du sol. -- Navigation sur le Murray. --
    Frontières de l'Australie du Sud. -- Le lac Alexandrina. -- Le
    Kanguroo rouge. -- La colonie de l'Australie du Sud. -- Adélaïde.
    -- Culture et mines.                                           182


VOYAGES ET DÉCOUVERTES AU CENTRE DE L'AFRIQUE, journal du docteur
BARTH (1849-1855).

  Henry Barth. -- But de l'expédition de Richardson. -- Départ. --
    Le Fezzan. -- Mourzouk. -- Le désert. -- Le palais des démons. --
    Barth s'égare; torture et agonie. -- Oasis. -- Les Touaregs. --
    Dunes. -- Afalesselez. -- Bubales et moufflons. -- Ouragan. --
    Frontières de l'Asben. -- Extorsions. -- Déluge à une latitude où
    il ne doit pas pleuvoir. -- La Suisse du désert. -- Sombre vallée
    de Taghist. -- Riante vallée d'Auderas. -- Agadez. -- Sa
    décadence. -- Entrevue de Barth et du sultan. -- Pouvoir
    despotique. -- Coup d'oeil sur les moeurs. -- Habitat de la
    girafe. -- Le Soudan; le Damergou. -- Architecture. -- Katchéna;
    Barth est prisonnier. -- Pénurie d'argent. -- Kano. -- Son
    aspect, son industrie, sa population. -- De Kano à Kouka. -- Mort
    de Richardson. -- Arrivée à Kouka. -- Difficultés croissantes. --
    L'énergie du voyageur en triomphe. -- Ses visiteurs. -- Un vieux
    courtisan. -- Le vizir et ses quatre cents femmes. -- Description
    de la ville, son marché, ses habitants. -- Le Dendal. --
    Excursion. -- Angornou. -- Le lac Tchad.                       193

  Départ. -- Aspect désolé du pays. -- Les Ghouas. -- Mabani. -- Le
    mont Délabéda. -- Forgeron en plein vent. -- Dévastation. --
    Orage. -- Baobab. -- Le Mendif. -- Les Marghis. -- L'Adamaoua. --
    Mboutoudi. -- Proposition de mariage. -- Installation de vive
    force chez le fils du gouverneur de Soulleri. -- Le Bénoué. --
    Yola. -- Mauvais accueil. -- Renvoi subit. -- Les Ouélad-Sliman.
    -- Situation politique du Bornou. -- La ville de Yo. -- Ngégimi
    ou Ingégimi. -- Chute dans un bourbier. -- Territoire ennemi. --
    Razzia. -- Nouvelle expédition. -- Troisième départ de Kouka. --
    Le chef de la police. -- Aspect de l'armée. -- Dikoua. -- Marche
    de l'armée. -- Le Mosgou. -- Adishen et son escorte. -- Beauté du
    pays. -- Chasse à l'homme. -- Erreur des Européens sur le centre
    de l'Afrique. -- Incendies. -- Baga. -- Partage du butin. --
    Entrée dans le Baghirmi. -- Refus de passage. -- Traversée du
    Chari. -- À travers champs. -- Défense d'aller plus loin. --
    Hospitalité de Bou-Bakr-Sadik. -- Barth est arrêté. -- On lui met
    les fers aux pieds. -- Délivré par Sadik. -- Maséna. -- Un
    savant. -- Les femmes de Baghirmi. -- Combat avec des fourmis. --
    Cortége du sultan. -- Dépêches de Londres.                     209

  De Katchéna au Niger. -- Le district de Mouniyo. -- Lacs
    remarquables. -- Aspect curieux de Zinder. -- Route périlleuse.
    -- Activité des fourmis. -- Le Ghaladina de Sokoto. -- Marche
    forcée de trente heures. -- L'émir Aliyou. -- Vourno. --
    Situation du pays. -- Cortége nuptial. -- Sokoto. -- Caprice
    d'une boîte à musique. -- Gando. -- Khalilou. -- Un chevalier
    d'industrie. -- Exactions. -- Pluie. -- Désolation et fécondité.
    -- Zogirma. -- La vallée de Foga. -- Le Niger. -- La ville de
    Say. -- Région mystérieuse. -- Orage. -- Passage de la Sirba. --
    Fin du rhamadan à Sebba. -- Bijoux en cuivre. -- De l'eau
    partout. -- Barth déguisé en schérif. -- Horreur des chiens. --
    Montagnes du Hombori. -- Protection des Touaregs. -- Bambara. --
    Prières pour la pluie. -- Sur l'eau. -- Kabara. -- Visites
    importunes. -- Dangereux passage. -- Tinboctoue, Tomboctou ou
    Tembouctou. -- El Bakay. -- Menaces. -- Le camp du cheik. --
    Irritation croissante. -- Sus au chrétien! -- Les Foullanes
    veulent assiéger la ville. -- Départ. -- Un preux chez les
    Touaregs. -- Zone rocheuse. -- Lenteurs désespérantes. -- Gogo.
    -- Gando. -- Kano. -- Retour.                                  226


VOYAGES ET AVENTURES DU BARON DE WOGAN EN CALIFORNIE
(1850-1852.--Inédit).

  Arrivée à San-Francisco. -- Description de cette ville. -- Départ
    pour les placers. -- Le claim. -- Première déception. -- La
    solitude. -- Mineur et chasseur. -- Départ pour l'intérieur. --
    L'ours gris. -- Reconnaissance des sauvages. -- Captivité. --
    Jugement. -- Le poteau de la guerre. -- L'Anglais chef de tribu.
    -- Délivrance.                                                 242


VOYAGE DANS LE ROYAUME D'AVA (empire des Birmans), par le
capitaine Henri YULE, du corps du génie bengalais (1855).

  Départ de Rangoun. -- Frontières anglaises et birmanes. -- Aspect
    du fleuve et de ses bords. -- La ville de Magwé. -- Musique,
    concert et drames birmans. -- Sources de naphte; leur
    exploitation. -- Un monastère et ses habitants. -- La ville de
    Pagán. -- Myeen-Kyan. -- Amarapoura. -- Paysage. -- Arrivée à
    Amarapoura.                                                    258

  Amarapoura; ses palais, ses temples. -- L'éléphant blanc. --
    Population de la ville. -- Recensement suspect. -- Audience du
    roi. -- Présents offerts et reçus. -- Le prince héritier
    présomptif et la princesse royale. -- Incident diplomatique. --
    Religion bouddhique. -- Visites aux grands fonctionnaires. -- Les
    dames birmanes.                                                273

  Comment on dompte les éléphants en Birmanie. -- Excursions autour
    d'Amarapoura. -- Géologie de la vallée de l'Irawady. -- Les
    poissons familiers. -- Le serpent hamadryade. -- Les Shans et
    autres peuples indigènes du royaume d'Ava. -- Les femmes chez les
    Birmans et chez les Karens. -- Fêtes birmanes. -- Audience de
    congé. -- Refus de signer un traité. -- Lettre royale. -- Départ
    d'Amarapoura et retour à Rangoun. -- Coup d'oeil rétrospectif sur
    la Birmanie.                                                   280


VOYAGE AUX GRANDS LACS DE L'AFRIQUE ORIENTALE, par le capitaine
BURTON (1857-1859).

  But de l'expédition. -- Le capitaine Burton. -- Zanzibar. --
    Aspect de la côte. -- Un village. -- Les Béloutchis. -- Ouamrima.
    -- Fertilité du sol. -- Dégoût inspiré par le pantalon. -- Vallée
    de la mort. -- Supplice de M. Maizan. -- Hallucination de
    l'assassin. -- Horreur du paysage. -- Humidité. -- Zoungoméro. --
    Effets de la traite. -- Personnel de la caravane. -- Métis
    arabes, Hindous, jeunes gens mis en gage par leurs familles. --
    Ânes de selle et de bât. -- Chaîne de l'Ousagara. --
    Transformation du climat. -- Nouvelles plaines insalubres. --
    Contraste. -- Ruine d'un village. -- Fourmis noires. -- Troisième
    rampe de l'Ousagara. -- La Passe terrible. -- L'Ougogo. --
    L'Ougogi. -- Épines. -- Le Zihoua. -- Caravanes. -- Curiosité des
    indigènes. -- Faune. -- Un despote. -- La plaine embrasée. --
    Coup d'oeil sur la vallée d'Ougogo. -- Aridité. -- Kraals. --
    Absence de combustible. -- Géologie. -- Climat. -- Printemps. --
    Indigènes. -- District de Toula. -- Le chef Maoula. -- Forêt
    dangereuse.                                                    305

  Arrivée à Kazeh. -- Accueil hospitalier. -- Snay ben Amir. --
    Établissements des Arabes. -- Leur manière de vivre. -- Le Tembé.
    -- Chemins de l'Afrique orientale. -- Caravanes. -- Porteurs. --
    Une journée de marche. -- Costume du guide. -- Le Mganga. --
    Coiffures. -- Halte. -- Danse. -- Séjour à Kazeh. -- Avidité des
    Béloutchis. -- Saison pluvieuse. -- Yombo. -- Coucher du soleil.
    -- Jolies fumeuses. -- Le Mséné. -- Orgies. -- Kajjanjéri. --
    Maladie. -- Passage du Malagarazi. -- Tradition. -- Beauté de la
    Terre de la Lune. -- Soirée de printemps. -- Orage. -- Faune. --
    Cynocéphales, chiens sauvages, oiseaux d'eau. -- Ouakimbou. --
    Ouanyamouézi. -- Toilette. -- Naissances. -- Éducation. --
    Funérailles. -- Mobilier. -- Lieu public. -- Gouvernement. --
    Ordalie. -- Région insalubre et féconde. -- Aspect du Tanganyika.
    -- Ravissements. -- Kaouélé.                                   321

    Tatouage. -- Cosmétiques. -- Manière originale de priser. --
    Caractère des Ouajiji; leur cérémonial. -- Autres riverains du
    lac. -- Ouatata, vie nomade, conquêtes, manière de se battre,
    hospitalité. -- Installation à Kaouélé. -- Visite de Kannéna. --
    Tribulations. -- Maladies. -- Sur le lac. -- Bourgades de
    pêcheurs. -- Ouafanya. -- Le chef Kanoni. -- Côte inhospitalière.
    -- L'île d'Oubouari. -- Anthropophages. -- Accueil flatteur des
    Ouavira. -- Pas d'issue au Tanganyika. -- Tempête. -- Retour.  337


FRAGMENT D'UN VOYAGE AU SAUBAT (affluent du Nil Blanc), par M.
Andrea DEBONO (1855)                                               348


VOYAGE À L'ÎLE DE CUBA, par M. Richard DANA (1859).

  Départ de New-York. -- Une nuit en mer. -- Première vue de Cuba.
    -- Le Morro. -- Aspect de la Havane. -- Les rues. -- La volante.
    -- La place d'Armes. -- La promenade d'Isabelle II. -- L'hôtel Le
    Grand. -- Bains dans les rochers. -- Coolies chinois. -- Quartier
    pauvre à la Havane. -- La promenade de Tacon. -- Les surnoms à la
    Havane. -- Matanzas. -- La Plaza. -- Limossar. -- L'intérieur de
    l'île. -- La végétation. -- Les champs de canne à sucre. -- Une
    plantation. -- Le café. -- La vie dans une plantation de sucre.
    -- Le Cumbre. -- Le passage. -- Retour à la Havane. -- La
    population de Cuba. -- Les noirs libres. -- Les mystères de
    l'esclavage. -- Les productions naturelles. -- Le climat.      353


EXCURSIONS DANS LE DAUPHINÉ, par M. Adolphe JOANNE (1850-1860).

  Le pic de Belledon. -- Le Dauphiné. -- Les Goulets.              369

  Les gorges d'Omblèze. -- Die. -- La vallée de Roumeyer. -- La
    forêt de Saou. -- Le col de la Cochette.                       385


EXCURSIONS DANS LE DAUPHINÉ, par M. Élisée RECLUS (1850-1860).

  La Grave. -- L'Aiguille du midi. -- Le clapier de
    Saint-Christophe. -- Le pont du Diable. -- La Bérarde. -- Le col
    de la Tempe. -- La Vallouise. -- Le Pertuis-Rostan. -- Le village
    des Claux. -- Le mont Pelvoux. -- La Balme-Chapelu. -- Moeurs des
    habitants.                                                     402


LISTE DES GRAVURES.                                                417

LISTE DES CARTES.                                                  422

ERRATA.                                                            427



[Illustration: Le marché aux grains.--Dessin de Karl Girardet
d'après un dessin de M. Guillaume Lejean.]



VOYAGE DE M. GUILLAUME LEJEAN,

DANS L'AFRIQUE ORIENTALE[1].

1860.--TEXTE ET DESSINS INÉDITS.

                   [Note 1: Nous sommes obligé de nous contenter
                   de cette indication générale, l'itinéraire que
                   se propose de suivre M. Lejean ne nous étant
                   pas encore bien connu.]

LETTRE AU DIRECTEUR DU TOUR DU MONDE.

Khartoum, 10 mai 1860.

D'ALEXANDRIE À SOUAKIN.

     L'Égypte. -- Le désert. -- Le simoun. -- Suez. -- Un danger.
     -- Le mirage. -- Tor. -- Qosséir. -- Djambo. -- Djeddha.


Mon cher Directeur,

Je pars après-demain pour l'intérieur de la Nubie, et je viens régler
avec vous un premier compte de souvenirs de voyage que j'aurai bien
vite oubliés, si je ne vous les écris, tant j'ai l'esprit préoccupé de
cette Éthiopie mystérieuse que je vais aborder.

Je n'ai guère fait que traverser l'Égypte, qui est aujourd'hui, grâce
à la transformation opérée par Méhémet-Ali, une sorte de tête de pont
de la civilisation européenne. Je ne vous reparlerai pas d'Alexandrie,
du Caire, et des Pyramides après l'excellent livre de Maxime Du Camp,
mais laissez-moi vous dire, au courant de la plume, mes impressions
morales sur ce beau pays d'Égypte et sur quelques aspects de sa
situation actuelle.

Vous connaissez cette curieuse légende du roi Chilpéric à qui une
vision prophétique montre ses descendants sous la forme successive de
lions, de loups et de petits chiens. Je crois que le père de
Méhémet-Ali eût pu avoir une pareille vision, et que son rêve n'eût
guère menti. Le lion, ç'a été le _grand pacha_, l'un des plus
puissants _pétrisseurs_ de nations que les temps modernes aient vus.
Méhémet-Ali a eu un grand malheur, c'est d'avoir eu pour panégyristes
ses fonctionnaires européens, qui, n'ayant pas la liberté de blâmer
certains faits et certains hommes, ont eu, à mon sens, le tort de ne
pas se taire à propos. Le public d'Europe a répondu à un excès de
louanges par une incrédulité excessive. J'avais besoin de voir
l'Égypte pour apprécier Méhémet-Ali. Les trois piles du pont de
Trajan, que j'ai admirées il y a trois ans en descendant le Danube,
étonnent le voyageur plus encore peut-être que ne le ferait le
monument s'il était resté entier: l'oeuvre colossale du destructeur
des mameluks impose encore une admiration du même genre, même après
les ruines entassées par Abbas et Saïd-Pacha.

Méhémet-Ali a été par moments un souverain d'Orient; c'est dans un de
ces moments-là qu'il a exterminé les mameluks, qui d'ailleurs le
méritaient bien et qui avaient le tort de la provocation: ils avaient
essayé de l'assassiner dans l'Hedjaz. On lui a reproché l'oppression
des fellahs et les violences qui ont parfois signalé ses réformes, et
deux grands écrivains, MM. de Chateaubriand et de Lamartine, sous
l'impulsion d'une indignation plus généreuse qu'impartiale, ont
dénoncé à l'Europe ce prétendu réformateur qui broyait les peuples
sous prétexte de les civiliser. Je ne veux pas excuser ces violences,
surtout envers ces doux et laborieux fellahs, qui sont vraiment les
Bulgares de l'Afrique; mais il faut bien se dire que l'Égypte n'a
jamais été gouvernée autrement depuis les Pharaons; qu'aujourd'hui,
sous le philanthrope Saïd-Pacha, le fellah vit exactement sous le même
régime que sous le _vieux_, et que le courbach sera longtemps encore,
je le crains bien, une nécessité gouvernementale pour la race
indolente et passive de l'Égypte. C'est dans ses admirables
institutions qu'il faut étudier Méhémet-Ali; dans ses écoles d'où sont
sortis ces médecins et ces savants qui honorent la jeune Égypte; dans
ses établissements de bienfaisance, dans ses lois dont je ne citerai
qu'une seule: «Quiconque achètera un esclave devra, au bout de neuf
ans, lui donner la liberté, _après lui avoir fait apprendre au moins à
lire_.»

Après le lion, le loup, qui est Abbas-Pacha; puis est venu un charmant
homme, tout imprégné de civilisation, doux, pacifique, d'humeur gaie
et d'habitudes indolentes, fait pour vivre d'un million de rentes dans
un palais du Nil, mais l'homme le moins propre au gouvernement d'un
État en crise de transition. J'ai nommé Saïd-Pacha. Sous son règne,
l'émancipation de l'Égypte a reculé, le commerce et le crédit public
ont décliné, le budget a été mis au pillage pendant que les
traitements des employés de tout grade, devenus flottants et
illusoires, ont obligé nombre de fonctionnaires à vivre de concussion;
le Soudan, la plus belle, comme avenir, des conquêtes de Méhémet-Ali,
a été désorganisé et presque abandonné; les Abyssins et les bandits de
toute nation insultent impunément les frontières, et l'Égypte va
doucement à sa ruine sous la main d'un brave homme qui joue au soldat,
donne des fêtes, et semble, en affaires, avoir pris pour devise la
maxime anglaise: «Les soucis tueraient un chat.»

N'ayant pas un livre à faire sur l'Égypte, je me hâte de vous dire que
le 7 février au matin je quittai le Caire, par la gare de Bal-el-Had,
en compagnie de Georges, ce compatriote avec lequel j'avais d'abord
projeté le voyage de la basse Nubie. Vous avez entrevu à Paris ce
charmant garçon dont l'esprit ouvert à toute belle impression, la
cordialité et l'inaltérable bonne humeur ont réalisé pour moi le type
véritable du Français en voyage. Nous prenons nos billets et nous
sommes poursuivis dans la gare par un employé arabe qui nous demande
un _bakchich_ pour nous avoir passé nos billets; déjà ruinés de
pourboire, nous refusons et nous recevons, dans le pur arabe d'Égypte,
une malédiction que je me fais consciencieusement traduire: «Que les
os de leurs pères brûlent en enfer!» Georges est tout fier d'avoir été
maudit dans la langue des kalifes, et dit avec raison que ce souhait
est sinon plus aimable, du moins plus poétique que celui d'un cocher
parisien en pareil cas.

Nous voilà, cinq minutes après, lancés en plein désert, à la vitesse
très-modérée de six lieues à l'heure. Les chameliers arabes qui
conduisent le long de la voie leurs lentes bêtes chargées de _guerbes_
d'eau ou de _couffes_ de sésame, n'en regardent pas moins avec
stupéfaction cette file de quarante wagons emportés rapidement vers la
mer Rouge par une force invisible et murmurent: «_Blis_ (le diable)!»
Pour nous plus encore peut-être que pour eux, il y a dans ces _chars
de feu_ qui sillonnent le plus désolé et le plus immobile des déserts,
une antithèse que toutes les phrases du monde ne feraient
qu'affaiblir. Je me récite à demi-voix, comme une musique, les
admirables strophes des _Orientales_ qui commencent ainsi:

  L'Égypte! elle étalait, toute blonde d'épis,
  Ses champs bariolés comme un riche tapis.
    Plaine que des plaines prolongent;
  L'eau vaste et froide au nord, au sud le sable ardent,
  Se disputent l'Égypte: elle rit cependant
    Entre ces deux mers qui la rongent....

Georges regarde le désert avec une attention silencieuse et passionnée
que je ne tarde pas à partager. Ceux qui n'ont jamais vu le désert se
figurent quelque chose comme une immense grève, et rien de plus
inexact que cette comparaison. C'est bien une surface plate et
sablonneuse, mais solidifiée par les pluies et balayée par les vents:
elle présente au regard une croûte grise ou noirâtre que mon compagnon
comparait assez justement à un immense dallage en bitume. Les lits de
torrents desséchés (_ouadi_) qui rayent cette surface ne sont pas plus
profonds que les sillons dessinés par la pluie sur la poussière de nos
chemins. Partout, du reste, la stérilité et le silence formidable du
néant. Les vrais voyageurs se sont justement moqués du _lion du
désert_ et autres images de la même force: on ne conçoit guère que le
lion habite de préférence des lieux où il ne trouverait pas à croquer
un scarabée.

Pour compléter la mise en scène, le vent fraîchit, des nuages de sable
s'élèvent des montagnes couleur de cendre qui bornent l'horizon au
nord, une nuée d'un rouge de brique, coupée par le panache blanc de la
locomotive, enveloppe la terre et le ciel, des milliers de petits
cailloux viennent grésiller contre les portières du wagon: c'est un
coup de _simoun_ qui nous arrive. Confortablement pelotonnés sur nos
banquettes, nous sommes à l'abri des dangers du fameux _vent-poison_
si redouté des caravanes; mais à la place du danger, qui a au moins de
belles émotions, nous avons les inconvénients vulgaires qui ne donnent
que l'impatience. Le sable entre par nos portières closes, comme si
elles étaient grandes ouvertes; nos malles, bien fermées, sont
remplies, nos vêtements en sont tout imprégnés. Les Arabes disent de
ce sable «qu'il traverse la coque d'un oeuf.» M. Du Camp affirme qu'il
en a trouvé dans les rouages de sa montre fermée à double boîtier. Le
spirituel voyageur aura probablement ouvert sa montre pendant le coup
de vent, sans y faire grande attention.

Cependant la route devient sinueuse, et nous voyons se profiler sur
notre droite la masse noire-violette du superbe Djebel-Attaka, dont le
pied baigne dans la mer Rouge. Un quart d'heure après, nous nous
arrêtons sur la grève même, en face du «transit,» et nous courons,
tête baissée, fouettés au visage par le sable, la pluie et les
cailloux, nous réfugier à l'_hôtel de France_, sur la place du Marché
aux grains. À l'extérieur, cet hôtel est une sorte d'échoppe arabe
dont l'aspect ferait reculer le touriste le plus intrépide; mais à
l'intérieur, l'industrie de l'hôtelier actuel a créé une _locanda_
assez confortable. Nous constatons avec une volupté plus aisée à
comprendre qu'à décrire que la salle à manger, grâce à des croisées
vitrées, est parfaitement à l'abri de tous les _simoun_ possibles.
C'est une particularité assez rare en Égypte pour être signalée, et au
risque de paraître faire une réclame à l'_hôtel de France_,
j'ajouterai que la table est satisfaisante et que les prix le sont
encore plus.

Nous sortons pour jeter un coup d'oeil sur la ville dont le nom, grâce
à M. de Lesseps, retentit aux oreilles de tous les politiques
européens depuis trois ans. Suez, sans le canal qui n'existe pas
encore, mais qui y amène à flots des touristes anglais, des ingénieurs
et des commerçants français, ne serait qu'une ruine fort désagréable à
habiter. Elle a une enceinte irrégulière qu'un homme vigoureux
renverserait à coups de pied, quelques habitations modernes
confortables, toutes voisines de la gare et du port, notamment
l'agence anglaise du transit (_Peninsular Company_), quelques mosquées
sans caractère monumental et deux ou trois places, dont la plus petite
et la plus pittoresque est celle du Marché aux grains, dont j'ai pris
le croquis joint à ces notes. À l'angle d'une ruelle qui mène au
bazar, ruelle obscure et sale, mais d'un ton superbe pour un
admirateur des effets vigoureux de lumière, s'élève une maison d'un
riche négociant (grec, si je ne me trompe) aussi curieuse dans son
genre que le sont chez nous les vieilles maisons de Gand ou de
Nuremberg.

Une dernière curiosité de Suez, c'est la maison qu'habitait le général
Bonaparte quand il vint à la mer Rouge. C'est une habitation qui fait
face à la mer, sans aucun caractère monumental et que Clot-Bey trouva,
il y a plusieurs années, en possession d'un brave musulman passionné
pour la mémoire de son illustre locataire d'un jour. «Abounarberdi,
dit-il au docteur, était assez puissant pour brûler toutes les
mosquées; il ne l'a pas fait; que son nom soit béni! Les rois du Garb
(d'Occident) l'ont enfermé dans une île où il est mort; _mais on dit
que la nuit son âme vient se poser sur le fil de son sabre._»

Suez a succédé à une ancienne ville romaine dont nous cherchons les
ruines; elles se réduisent à une grosse colline de sable et de
poteries sans valeur archéologique, véritable _Monte Testaccio_
égyptien appelé aujourd'hui la colline de Mouchelet-Bey, du nom d'un
ingénieur qui y a établi sa tente. Pour nous dédommager, je propose à
Georges une excursion aux ruines indiquées par la carte de M.
Linant-Bey, comme étant celles d'une antique ville juive, à deux
bonnes heures au nord-est et au delà de la baie. Des ruines juives! Il
y a de quoi affriander des amateurs même beaucoup plus étrangers aux
antiquités hébraïques que M. de Saulcy. Nous voilà partis le matin,
traversant le port à mer basse, et arpentant, les jambes nues, la
vaste plage coupée de flaques limpides. Le but semble s'éloigner
toujours; ces plages unies sont si trompeuses à la vue. Nous nous
décidons à rétrograder; mais à la première flaque où je mets le pied,
je constate un courant de menaçant augure.... Il faut savoir que dans
cette baie étranglée de Suez, la marée monte comme un vrai mascaret:
on dirait nos grèves du mont Saint-Michel. Nous pressons le pas pour
arriver en vue de la ville, de manière à pouvoir héler une barque. Si
nous n'y réussissons pas, nous sommes rejetés vers le désert
montagneux de la côte d'Asie, et cela peut devenir inquiétant. Georges
se livre, sur le sort de l'armée de Pharaon, à des plaisanteries que
je trouve un peu inopportunes; mais tout en riant, il trouve un
passage, et nous gagnons un îlot d'où nous hélons les barques du port.
La canaille arabe qui encombre le _divarf_ fait de grands gestes et
semble discuter vivement la taille, l'âge et le sexe des deux êtres
égarés sur l'îlot; mais nul ne bouge. À un appel plus furieux, un
batelier démarre sa barque, et met le cap sur nous. L'eau monte,
l'îlot décroît, l'homme arrive.... il n'est que temps. Nous sautons à
bord: le fils d'Ismaël tend la main: «_El felous, haouagh_ (l'argent,
seigneurs)!» Georges veut payer sans compter; je trouve amusant de
discuter le prix de notre sauvetage, et nous nous arrangeons à six
piastres courantes (vingt-deux sols). On ne peut pas sauver les gens à
meilleur marché.

[Illustration: Port de Suez.--Dessin de Karl Girardet d'après un
dessin de M. Guillaume Lejean.]

Georges part le surlendemain pour remonter le Nil; j'ai encore trois
jours à passer à Suez avant le départ du vapeur _Hedjaz_, qui doit
m'emmener à Souakin. Je passe ces trois jours à flâner au désert et à
observer pour la première fois des effets de mirage assez curieux.
Tous les jours, dans l'après-midi, je suis certain de trouver le fort
d'Aggeroud reflété dans les eaux d'un lac imaginaire. Un train vient à
passer, la ligne noire des wagons, la ligne blanche de la fumée se
réfléchissent également dans la nappe limpide. J'ai vu assez
fréquemment se former le mirage; on voit d'abord passer un nuage
invisible,--ici le lecteur m'arrête: _voir_ passer un nuage
_invisible_? Oui, et je vais tâcher de me faire comprendre par une
image très-familière. Avez-vous vu quelquefois, au-dessus d'une
marmite en ébullition, la vapeur d'eau parfaitement translucide et
invisible signaler sa présence par le _flottement_ qu'elle semble
imprimer aux objets devant lesquels elle passe? Voilà le commencement
du mirage. Quand ce nuage, à la fois invisible et ondé, devient
opaque, son mouvement cesse, et vous n'avez plus sous les yeux qu'une
belle nappe argentée qui réfléchit les objets les plus voisins,
arbres, villages, rochers. Voilà le mirage simple. Quant à celui qui
nous met sous les yeux des villes ou des forêts, soit imaginaires,
soit hors de la portée de la vue, je n'ai jamais eu la chance d'en
être témoin.

[Illustration: Cimetière européen à Suez.--Dessin de Karl Girardet
d'après un dessin de M. Guillaume Lejean.]

Enfin, le 14, je monte à bord de l'_Hedjaz_, beau bateau à vapeur de
la compagnie Medjidié, que je trouve encombré de _hadjis_ allant à la
Mecque; principalement de la suite de la princesse Nezli, tante du
vice-roi et veuve du fameux Defterdar, dont j'aurai plus tard occasion
de parler. Cette suite se compose de cent vingt à en grande majorité.
La vertu du troupeau est sous la garde d'une douzaine d'eunuques
noirs, et le _kirlar-aga_ (capitaine des filles) est à la fois le chef
de cette garde indispensable et le premier officier de la petite cour;
c'est un long nègre de plus de six pieds, d'une laideur inouïe, mais
se faisant pardonner le scandale de son importance par ses allures
_bon enfant_. Nous mettons de longues heures à sortir de la
baie-impasse de Suez; le 15, au matin, nous fouillons d'un regard
curieux et admiratif les dures arêtes des derniers contre-forts du
Sinaï, qui se perdent et se volatilisent en quelque sorte dans un ciel
de saphir. Pas un brin d'herbe, du reste, sur ces côtes qui entourent,
nous dit-on, quelques vallées intérieures d'un charme d'autant plus
saisissant qu'il est plus inattendu. Le mont divin, vu de loin, n'a
rien de cet aspect sourcilleux et formidable que l'imagination, pleine
des récits de Moïse, aimerait à lui prêter: il a les lignes pures,
froides et fières que j'ai admirées ailleurs, en Albanie par exemple.

[Illustration: Qosséir.--Dessin de Karl Girardet d'après un dessin de
M. Guillaume Lejean.]

[Illustration: Djeddah.--Dessin de Karl Girardet d'après un dessin de
M. Guillaume Lejean.]

[Illustration: Port de Souakin.--Dessin de Karl Girardet d'après un
dessin de M. Guillaume Lejean.]

À l'entrée de la baie se voit une petite ville, Tor, habitée par des
Coptes (et non par des Grecs, comme l'a dit par inadvertance M.
Charles Didier). Les deux peuples n'ont guère de commun que le culte
et la finesse mercantile. À première vue et à part le costume, un
habitant de l'Orient ne confondra jamais la longue figure à lame de
couteau du paisible et un peu servile descendant des Pharaons avec le
profil d'aigle des fils de Thémistocle. La population de Tor vit
principalement d'un assez singulier commerce: elle vend aux pèlerins
l'eau qu'elle tire des fontaines de Moïse et du Sinaï.

_L'Hedjaz_ a le temps de flâner et ne le prouve que trop en s'arrêtant
successivement à Qosséir et à Djambo. Qosséir est une petite ville de
mine assez peu engageante, mais elle a beaucoup de barques, et
quelques arbres qui ombragent un village voisin reposent l'oeil fort
agréablement. C'est, avec Suez, le seul port que possède l'Égypte sur
la mer Rouge, depuis qu'elle a perdu l'Arabie. Méhémet-Ali avait de
grands desseins sur Qosséir: il voulait en faire le débouché de toute
la haute Égypte par Khéné, et avait commencé à faire creuser des puits
entre les deux villes, mais on ne trouva que de l'eau saumâtre et le
projet fut abandonné.

J'ai moins encore à dire de Djambo, où nous perdons un jour entier.
Djambo est en terre arabe, même _en terre sainte_, et j'avoue que je
ne vois pas sans émotion sortir des flots cette côte basse et un peu
verdoyante, foyer d'une des plus brillantes civilisations qui aient
éclairé le globe. Hélas! qu'est devenue l'Arabie des kalifes? Il ne
reste aujourd'hui que les Arabes, c'est-à-dire une race belle,
distinguée, brave, spirituelle, intelligente, romanesque, paresseuse
et passablement anarchique. Aussi les Turcs, peuple d'esprit plus
lourd, mais de bon sens pratique, ont mis la main sur le peuple arabe
et l'ont soumis partout où ils s'en sont donné la peine. L'Égypte
moderne est arabe, mais la forte main qui l'a lancée dans la brillante
voie qu'elle parcourt aujourd'hui est celle d'un Turc de Macédoine, ce
qui n'empêche pas d'ailleurs que l'impulsion une fois donnée, beaucoup
d'Arabes (et j'en connais) ne soient les agents les plus énergiques et
les plus intelligents de cette civilisation.

Terre sainte, ici, c'est malheureusement terre de fanatiques: on nous
avertit de ne pas descendre à terre, ou nous serons assommés, même
sous les yeux des kavas du gouverneur. Le Français étant, comme on
sait, le brave des braves, un des nôtres, M. M..., se costume en
Robinson, _empistoletté_ de la tête aux pieds et veut descendre. Il
est obligé de rentrer à bord, sans avoir occis de croquemitaines
musulmans. Ceci nous fait faire des réflexions peu rassurantes sur
Djeddah, la fameuse ville du massacre, où nous arrivons le lendemain.
Nous jetons l'ancre à une heure de la ville, en dehors de récifs
coralliques, et nous nous empressons de _déballer_ la princesse et son
noir bétail qui a empesté l'arrière depuis huit jours. Un de nos
officiers, un jeune et aimable Vénitien, que l'irruption de ces dames
a chassé de sa cabine, a voulu poser sa couchette près d'un réduit où
cinq de ces femmes ont établi leur chambre à coucher avec des châles
tendus le long du bastingage. Je ris encore de la grimace effroyable
qu'il fait en emportant son lit loin de cette niche odorante:
_bestie_, _non donne_, s'écrie-t-il en jurant.

Suivant le rite consacré, les hadjis revêtent, pour toucher la terre
sacrée, un costume d'une éclatante blancheur, symbole de la pureté de
l'âme. C'est un usage dont on ne peut s'affranchir qu'en payant un
mouton, qui est donné aux pèlerins pauvres. Le médecin de la
princesse, homme instruit et distingué dont la conversation a été une
de nos meilleures distractions de voyage, musulman très-voltairien du
reste, est le seul à payer le mouton. À Qosséir, le docteur a présenté
un verre de vin à un noir _takrouri_, à dents aiguisées en pointe,
venu par curiosité, je crois, visiter la _barque du feu_; il lui a
offert cinq piastres s'il voulait en boire. «Tu pourrais bien m'en
offrir vingt-cinq, a répondu le noir, que je n en boirais pas
davantage.» Je ne discuterai point l'importance de ces prescriptions
d'abstinence, mais j'aime à constater tout triomphe de l'esprit sur
les appétits, et à qui connaît la pauvreté des noirs, d'une part, et
de l'autre leur passion pour les spiritueux, ce jeune nègre presque nu
qui obéit à sa foi sans phrase et sans pose héroïque, doit paraître
plus spiritualiste que le joyeux docteur. J'aurai plus tard occasion
de dire comment les noirs, assez récemment convertis à l'islamisme,
s'y attachent avec une ferveur devenue beaucoup plus rare chez les
Turcs et les Arabes.

Nous débarquons donc à Djeddah, et la première chose qui frappe nos
yeux, en touchant le quai, ce sont des notables indigènes à barbe
blanche, qui semblent venus là pour préparer une ovation à quelqu'un.
Ce n'est pas à la princesse déjà débarquée; ce n'est pas à nous à coup
sûr. Nous avons bientôt la clef du mystère: nous avions à bord, sans
nous en douter, quatre des accusés du fameux massacre, revenus
acquittés de Constantinople, faute de preuves.

C'est un début fort inquiétant; mais je dois déclarer que j'ai passé
huit jours à Djeddah, et que j'ai circulé fort librement sans être
jamais insulté. Les voyageurs n'ont guère à visiter, dans cette ville
et dans les environs, que le cimetière où l'on montre le tombeau de
notre mère Ève (_Turbe ommou Aoua_); ce sont deux sépultures
insignifiantes qui, selon les indigènes, marquent l'emplacement de la
tête et des pieds de la première femme. Si vous leur objectez que, vu
la distance de ces deux turbés, Ève aurait été assez grande pour
franchir le Nil en cinq enjambées et saisir délicatement un crocodile
entre deux doigts, ils vous répondront que la mère du genre humain
avait bien le droit d'avoir une stature un peu supérieure à celle de
leur femme ou de la vôtre. C'est assez logique pour des Arabes.

Je quitte Djeddah le 28 février, et le lendemain, mes yeux fatigués
des sables rougeâtres se reposent avec bonheur sur une plage basse,
verdoyante, où la mer vient presque baigner des tapis de hautes
graminées. Une jolie baie s'ouvre devant nous, le bateau double un cap
où s'élève le dôme blanc d'un santon, et une demi-heure après nous
débarquons sur le quai du Mufti, à Souakin, où la curiosité a attiré
une foule de spectateurs à tuniques aussi blanches que leur peau est
foncée.

                                        Guillaume LEJEAN.



VOYAGE AU MONT ATHOS,

PAR M. A. PROUST.

1858.--INÉDIT.

     Salonique. -- Juifs, Grecs et Bulgares. -- Les mosquées.
     -- L'Albanais Rabottas.


À l'extrémité de la péninsule Chalcidique, entre Orfano et le cap
Felice, s'élève au-dessus de la mer une montagne, connue chez les
anciens sous le nom d'_Athos_, et appelée depuis [Grec: Agionoros] ou
_Monte-Santo_, à cause de sa population exclusivement composée de
religieux. Ces religieux, sous les empereurs byzantins, ont aidé au
mouvement des lettres et des arts qui prépara la Renaissance, et
possèdent encore aujourd'hui de riches bibliothèques et une école de
peinture.

J'avais formé, pendant mon séjour en Grèce, le projet de visiter leurs
couvents, et, le 9 mai 1858, après m'être muni à Constantinople de
lettres patriarcales, sans lesquelles on court le risque d'être mal
accueilli des moines, je quittai Pera avec mon ami Schranz et le
drogman Voulgaris. Schranz devait m'aider à reproduire les peintures
par la photographie; Voulgaris se chargeait de la linguistique et de
la cuisine. Notre projet était de toucher à Salonique, et de là de
gagner l'Athos par terre.

Le 10 nous entrions dans le golfe Thermaïque, et le lendemain nous
doublions la pointe de Kara-Bournou.

Derrière cette pointe, au fond d'une large baie paisible comme un lac,
Salonique[2], ceinte d'un cordon de murs bastionnés, s'étage en
amphithéâtre sur les flancs arides du Cortiah. Cette ville, déchue de
sa splendeur, a un air de coquetterie surannée assez étrange; ses
maisons décrépites, ridées et replâtrées, semblent se pencher
complaisamment pour refléter leur image dans la mer; agaceries
perdues, car, à part quelques vieux courtisans qui viennent là par
habitude chercher les soies de _Serrès_ et le tabac de _Yenidjé_, la
rade est vide. Nulle part le proverbe grec: _Là où l'Osmanli met le
pied, la terre devient stérile_, ne trouverait une application plus
juste. Le sol est sans culture, coupé de flaques d'eaux croupissantes,
l'air chargé de miasmes putrides. Aussi, pendant les chaleurs de
l'été, un grand nombre des habitants, fuyant les fièvres, se retirent
à l'ouest de la ville dans un faubourg appelé Kalameria (beaux lieux).
De ce côté, en effet, de joyeuses touffes de platanes, groupées selon
le caprice des pentes, dessinent le cours du Vardar et respirent la
vie, tandis qu'au levant de maigres cyprès cachent mal les cimetières,
ce qui indique bien clairement que c'est de là que vient la mort.

                   [Note 2: Salonique, ancienne Thermès ou
                   Thessalonique. Philippe avait donné le nom de
                   Thessalonique à sa fille en mémoire d'une
                   victoire remportée sur les Thessaliens
                   ([Grec: Thesalos], Thessaliens; [Grec:
                   nikê], victoire), et Cassandre, gendre de
                   Philippe, fit donner le nom de sa femme à la
                   ville de Thermès.]

La ville est partagée en deux par une rue qui s'étend de l'est à
l'ouest, parallèlement à la mer. Cette rue est grande, régulière,
bordée de boutiques à auvents, et terminée à chacune de ses extrémités
par un arc de triomphe. C'est là l'endroit vivant, le quartier animé
de la ville; ailleurs le silence est complet, les rues sont désertes,
étroites et taillées à pic dans le rocher. On ne s'explique cette
préférence pour la ville basse que par la difficulté d'atteindre les
quartiers hauts; car les immondices entraînées par la pente naturelle
font de la première un véritable égout, et il n'est rien de plus sale
que cette large rue et le bazar qui l'avoisine, si ce n'est la
population qui l'anime. Cette population est en grande partie composée
de juifs. «Le grand nombre de juifs, dit naïvement Hadji-Kalfa[3], est
une tache pour la ville, mais le profit qu'on retire de leur commerce
fait fermer les yeux aux vrais croyants.»

                   [Note 3: _Hadji-Kalfa_, savant Turc de
                   Constantinople, grand trésorier d'Amurat IV, a
                   publié de nombreux ouvrages, entre autres une
                   _Géographie_ et une _Histoire de
                   Constantinople_.]

Au milieu des Bulgares et des Grecs, confondus par un costume noir
comme un vêtement de deuil, on reconnaît les juifs à leur coiffure
faite d'un mouchoir de coton roulé en turban, à leur veste bordée de
fourrures, et surtout à ce nez proéminent qu'ils ont conservé.

[Illustration: Zanzibar vue de la mer.--Dessin de E. de Bérard d'après
nature.]



VOYAGE AUX GRANDS LACS DE L'AFRIQUE OCCIDENTALE,

PAR LE CAPITAINE BURTON.

1857-1859

AVANT-PROPOS.

     But de l'expédition. -- Le capitaine Burton.


Détendue à l'est et à l'ouest par une côte aux effluves mortels, et
par une population que démoralise un commerce infâme, l'Afrique est
restée jusqu'à ces derniers temps ce qu'elle était pour les anciens:
une terre mystérieuse dont les tribus centrales sont encore
retranchées de la grande famille humaine. En vain la civilisation
antique s'est épanouie dans l'une de ses vallées fertiles, en vain
Carthage et Rome y ont établi leur puissance, l'Arabe ses mosquées, le
traitant ses comptoirs, cet isolement s'est maintenu jusqu'à nos
jours. Au delà du littoral conquis, le vainqueur ou le négociant a
trouvé le Sahara, le colon du sud les Karrous, et les chasseurs de la
Cafrerie se sont arrêtés aux marches du Kalahari. De tous ces récits
du désert qui, depuis l'anéantissement de l'armée de Cambyse, se
continuent chaque année au retour des caravanes, il résulte que toutes
les fois qu'on nomme l'Afrique, c'est un espace entièrement nu, un
flot de sable, une terre anhydre que l'on évoque dans la pensée de
l'auditeur: l'habitat du chameau et de l'autruche a fait oublier celui
de l'hippopotame et du crocodile; aussi accueillit-on avec surprise,
il y a quatre ans, l'annonce d'une mer intérieure, dont les
missionnaires de Mombaz avaient entendu parler dans leurs voyages[4].
Bien que l'existence de grands lacs équatoriaux en Afrique eût été
soupçonnée depuis deux mille ans, cette communication n'en eut pas
moins tout l'attrait de la nouveauté, et le mémoire que publièrent à
ce sujet le révérend Erhardt et le docteur Rebmann reportèrent
l'attention des géographes sur la partie est de l'Afrique, située
entre l'équateur et le quinzième degré de latitude méridionale. Les
hommes les plus compétents d'Europe ne crurent pas à la réalité de
cette Caspienne de trente mille lieues carrées, et pensèrent que M.
Erhardt confondait en un seul plusieurs lacs distincts, désignés sur
les anciennes cartes portugaises, et mentionnés par les nôtres.
Toutefois la question offrait trop d'intérêt pour qu'on ne cherchât
pas à la résoudre. D'ailleurs le problème toujours pendant des sources
du Nil, celui des neiges contestées du Kénia et du Kilimandjaro se
rattachaient à la vérification du rapport des révérends. Une
expédition fut donc résolue.

                   [Note 4: Voy. notre tome I, p. 12 et
                   suivantes.]

En 1856, la Société géographique de Londres confia au capitaine
Burton, officier à l'armée du Bengale, la mission d'atteindre les
grands lacs africains, d'en relever la position, de décrire le pays
situé entre la côte et les vastes nappes d'eau qu'il s'agissait de
reconnaître, d'en étudier l'ethnographie et les ressources
commerciales. Un voyage en Arabie, où l'aventureux capitaine avait
fait preuve d'autant de savoir que d'intrépidité, un séjour dans la
ville d'Harar, interdite jusqu'à lui aux chrétiens, un projet
d'exploration au centre de l'Afrique, arrêté au début par une attaque
des Somalis, avaient désigné Burton au choix de la Société, qu'il
justifiait amplement. Le capitaine, ne se dissimulant pas les
difficultés de l'entreprise, demanda qu'on lui adjoignît le capitaine
Speke, attaché, comme lui, à l'armée des Indes; et le 16 juin 1857, à
midi, ces courageux explorateurs se dirigeaient vers la côte
africaine, à bord d'une corvette de dix-huit canons, appartenant au
saïd Méjid, fils de l'iman de Mascate, allié de la France et de
l'Angleterre. Voici le récit du capitaine Burton.


RÉCIT.

     Zanzibar. -- Aspect de la côte. -- Un village. -- Les
     Béloutchis. -- Ouamrima. -- Fertilité du sol. -- Dégoût
     inspiré par le pantalon. -- Vallée de la mort. -- Supplice
     de M. Maizan. -- Hallucination de l'assassin. -- Horreur du
     paysage. -- Humidité. -- Zoungoméro. -- Effets de la traite.

«Après la dépense de poudre qui, dans ces parages, annonce tout ce qui
fait événement, depuis la naissance d'un prince jusqu'au départ d'un
évêque, nous quittons le port de Zanzibar. Plus sûre que rapide,
_l'Artémise_ nous permet de contempler pendant longtemps les mosquées
et les maisons blanches des Arabes, les cases des indigènes, les
cocotiers du rivage, et les plantations de girofliers qui zèbrent les
collines rutilantes. Le souffle embaumé de l'océan Indien pousse le
navire, le soleil fait étinceler autour de nous l'azur des flots où la
mer est profonde, et le vert brillant des canaux, situés entre les
îles de Koumbéni et de Choumbi, la première chargée de grands bois, la
seconde couverte d'un épais fourré. Puis la grève se confond avec
l'océan, la bande rouge des récifs disparaît sous les vagues, la terre
passe de l'émeraude au brun et au violet, la cime des arbres paraît
flotter sur l'onde, et, quand arrive le soir, une ligne obscure,
pareille au contour vaporeux d'un nuage, est tout ce que nous
apercevons de Zanzibar.

«Le lendemain (17 juin 1857), vers six heures de l'après-midi,
_l'Artémise_ jetait l'ancre à la hauteur de Wale-Point, promontoire
effilé, bas et sablonneux, situé à cent trente-cinq kilomètres de la
petite ville de Bagamayo, par six degrés vingt-trois minutes de
latitude sud. Il y a quelque chose qui vous intéresse dans l'aspect de
la Mrima, ainsi que les habitants de Zanzibar appellent cette portion
de la côte d'Afrique. L'océan Indien, que brise au couchant une raie
d'écume, chargée de détritus de coralines et de madrépores, découpe le
rivage, y forme des criques, des bayous, des marigots, où après avoir
épuisé leur furie contre des diabolitos, des banquettes de sable et de
rochers noirs, des masses d'un conglomérat bruni par le soleil, et de
fortes estacades disposées en croissant, les vagues s'endorment au
sein d'eaux mortes, pareilles à des nappes d'huile. Bien qu'à peine
au-dessus du niveau de la mer, les pointes et les îlots, formés par
ces courants, n'en sont pas moins chargés d'une végétation luxuriante.
Des forêts de mangliers couvrent les bords des lagunes; à la marée
basse, l'amas conique de racines qui supporte chaque arbre est mis à
nu, et montre les jeunes scions terminés par des grappes d'un vert
brillant. Les fleurs lilas, et les feuilles charnues d'une espèce de
convolvulus retiennent le sable qui est d'un blanc pur, et des huîtres
sont appendues à la base des palétuviers. Au-dessus de l'océan, le
rivage forme une épaisse muraille de verdure, et des groupes de vieux
arbres chauves, inclinés par les moussons, indiquent la position des
établissements qui s'éparpillent sur la côte. Çà et là des monticules
dénudés percent le manteau vert du sol, en varient la couleur uniforme
de leur teinte rubigineuse, et derrière l'alluvion qui, sur une
largeur de trois à cinq milles, compose le littoral, se dresse une
ligne bleue qu'on aperçoit même de Zanzibar: ce sont les dunes qui
constituaient jadis le fond de la baie, et qui maintenant servent de
frontière aux indigènes. À cette esquisse, ajoutez le bruit des
vagues, le cri des oiseaux de mer, le bourdonnement perpétuel des
insectes, qui s'apaise au coucher du soleil; et dans le profond
silence des nuits du tropique, le mugissement du crocodile, le cri du
héron nocturne, les clameurs et les coups de feu des habitants, qui,
aux grognements qui se font entendre, reconnaissent que l'hippopotame
franchit la berge, pour aller visiter leurs récoltes.

«Vous abordez au milieu des exclamations des hommes, des cris aigus
des femmes, des remarques naïves des enfants; un chemin étroit, frayé
au travers d'une jungle épaisse, entremêlée de champs de millet,
gravit une côte escarpée et vous conduit à une palissade; à
l'intérieur de cette enceinte, vous trouvez une douzaine de cases
faites avec de la boue et des branches de mangliers, divisées en
plusieurs compartiments, et séparées de leurs voisines par une série
de grandes cours, soigneusement closes, occupées par les enfants et
par les femmes. Il n'y a pas de fenêtres à ces cases, mais le toit,
composé de nattes grossières, est assez élevé pour que l'aération des
chambres soit tolérable; un hangar, formé à l'extérieur par la
projection de la couverture, abrite un large banc en pisé, recouvert
de nattes, et sert d'atelier, de boutique et de parloir. Autour des
habitations les plus considérables, une masse de cabanes constitue les
communs. Tel est Kaolé, type du village maritime de cette partie de la
côte, où depuis Mombaz, jusqu'au sud de Quiloa, chaque établissement
n'a d'autre édifice en maçonnerie qu'un fort quadrangulaire, bâti avec
de la coraline, et dont la partie basse, employée comme magasin par
les Banians, est couronnée d'une terrasse à créneaux, où veillent les
gens du guet.

«Dans les villes de garnison, la majeure partie des habitants se
compose de soldats et de leurs familles. Descendants de Béloutchis qui
vinrent s'établir à Maskate, mais pour la plupart natifs de l'Oman, où
ils étaient fakirs, marins, journaliers, portefaix, barbiers,
mendiants et voleurs, ces vauriens furent enrégimentés par Ben-Hamed,
l'aïeul du saïd actuel, et depuis lors ils sont employés à contenir la
partie la plus remuante des sujets de Sa Hautesse. Braillards et
turbulents, ces garnisaires, qui ont conservé le nom de Béloutchis,
sont une copie effacée des Bachi-Bouzouks, et bien inférieurs, comme
enfants perdus, aux Arnautes et aux Kourdes. Leur vie se passe à boire
tant qu'ils peuvent, à fumer, à jaser, à se disputer; les plus jeunes
se battent entre eux, brûlent de la poudre, et jouent tout ce qu'ils
possèdent; les barbes blanches racontent les merveilles du
Béloutchistan, dont les neiges, les fruits savoureux, les eaux
transparentes ne trouvent que des incrédules. Le reste de la
population est composée de Ouamrima[5], tribu de sang mêlé arabe et
africain, dont la vie s'écoule au milieu d'une abondance relative
ayant deux sources: le détroussement à l'amiable des caravanes qui
reviennent de l'intérieur, et le rapport de vastes champs de légumes
et de céréales dont les produits alimentent l'île de Zanzibar et
s'exportent jusqu'en Arabie[6].

                   [Note 5: Dans la langue des tribus de la côte
                   de Zanguebar, et dans les idiomes qui s'y
                   rattachent, le nom éveillant une idée première
                   ne s'emploie qu'avec un préfixe qui en modifie
                   l'acception: _Ou_ signifie région, contrée:
                   _Ouzaramo_, région de Zaramo; _M_ indique
                   l'individu: _Mzaramo_, un habitant de
                   l'Ouzaramo; pour former le pluriel, l'_M_ est
                   remplacé par _Oua_ (racine de _Ouatou_ qui
                   signifie peuple): _Ouazaramo_, tribu du
                   Zaramo; enfin la syllabe _Ki_ annonce quelque
                   chose appartenant à la contrée ou à la
                   peuplade qui l'habite, et désigne
                   principalement l'idiome: _Kizaramo_, langage
                   parlé dans l'Ouzaramo.]

                   [Note 6: Ces champs sont cultivés par des
                   esclaves, tandis que les maîtres se livrent à
                   la débauche; et la partie féminine de la
                   population étant beaucoup plus nombreuse que
                   la partie masculine; on comprend ce qui
                   advient de cette différence numérique. Les
                   Ouamrima sont, au demeurant, fort peu dignes
                   d'intérêt et ne valent guère mieux au physique
                   qu'au moral. Chez le métis arabe, la partie
                   supérieure du visage, y compris les narines,
                   appartient bien à la race sémitique; mais il a
                   la mâchoire proéminente et allongée, les
                   lèvres tuméfiées et pendantes, et le menton
                   faible et fuyant. Oisif et dissolu, quoique
                   intelligent et rusé, cet hybride a peu
                   d'instruction: on le met à l'école de sa
                   septième à sa dixième année, il y apprend à
                   déchiffrer le Coran, à tracer d'anciens
                   caractères arabes qu'il applique au langage de
                   la côte, et qui ne se rapportant pas à cet
                   idiome, sont inintelligibles. Quelques prières
                   complètent son bagage scientifique; c'est bien
                   le plus ignorant de tout l'Islam; néanmoins il
                   est assez fanatique pour être dangereux. Son
                   unique point d'honneur paraît être de porter
                   un turban et une longue tunique jaune en
                   témoignage de son origine arabe, origine dont
                   les caractères s'effacent chez lui avec tant
                   de rapidité, qu'à la troisième génération il
                   ne diffère presque plus du négroïde indigène,
                   et qu'il est traité de _gentil_ par les natifs
                   de l'Oman. Les Ouamrima purs, ceux chez qui a
                   disparu la trace du sang paternel, sont encore
                   plus apathiques et plus débauchés que ces
                   métis; leur peau est d'une couleur de bronze
                   obscur, lavé de jaune; ils portent le fez et
                   une draperie autour des reins qui leur descend
                   à mi-cuisse. Il est rare qu'ils paraissent en
                   public sans armes, tout au moins sans une
                   canne, et le parasol est pour eux un objet de
                   prédilection; on les voit rouler des tonneaux,
                   porter une caisse ou travailler sur la grève à
                   l'ombre de ce meuble favori. Les femmes sont
                   affublées de l'ancien fourreau des Européennes
                   qui leur écrase la poitrine, et qui a le tort
                   de ne pas remédier à l'étroitesse de leurs
                   hanches. Elles sortent le visage découvert,
                   ont des colliers de dents de requin, et, en
                   guise de boucles d'oreilles, un morceau de
                   bois, un cylindre de feuilles de coco, un
                   morceau de copal, voire des brins de paille;
                   enfin elles portent dans l'aile gauche du nez
                   soit une épingle, soit un fragment de racine
                   de manioc. Leur coiffure est des plus
                   compliquées, et leur tête ruisselle, ainsi que
                   leurs membres, d'huile de coco ou de sésame. À
                   l'époque où leur toison est douce, où les
                   contours de leurs visages sont arrondis, où
                   leur peau a cette vie, leur figure cette
                   expression qui n'appartiennent qu'à la
                   jeunesse, beaucoup d'entre elles ont des
                   traits chiffonnés, une grâce piquante, un
                   regard insouciant et joyeux, un quelque chose
                   qui pourrait devenir on ne peut plus
                   séduisant. Plus tard, elles sont en général
                   d'une laideur indescriptible. La plupart des
                   enfants ont le costume gracieux de l'Apollino,
                   et sont doués de cette gentillesse follichonne
                   et amusante que l'on trouve chez les jeunes
                   chiens. Les hommes ont une prudence qui va
                   jusqu'à la couardise, et un amour de la
                   dissimulation et de la ruse poussé à l'excès.
                   Ils mentent sans nécessité, sans but, avec la
                   certitude que la vérité sera découverte, et
                   quand même la franchise leur serait plus
                   profitable. Les serments les plus solennels
                   sont pour eux vides de sens, et l'épithète de
                   menteur, qui revient souvent dans leurs
                   discours, ne leur semble pas une insulte. Ils
                   sont aussi traîtres que fourbes, et ne
                   connaissent pas même le nom de la gratitude.]

[Illustration: CARTE du voyage de Burton et Speke AUX GRANDS LAC de
L'AFRIQUE ORIENTALE (Itinéraire de Zanzibar á Kazeh.) 1re. Partie.
Gravé chez Erhard R. Bonaparte 42.]

«Les Ouamrima sont gouvernés par des chefs dépendant de Zanzibar, et
dont le nombre est partout en raison inverse de l'importance des
localités qu'ils exploitent. Ces tyranneaux jouissent, à l'égard des
trafiquants, du privilége d'exaction dans toute son étendue, et le
concèdent à leurs administrés, qui pillent les caravanes déjà mises à
rançon, d'où l'horreur des étrangers qui, en modifiant les bases du
négoce, pourraient porter atteinte à ce régime lucratif. Il en résulte
qu'à peine étions-nous dans Kaolé, notre escorte fut saisie d'effroi
en pensant aux difficultés du voyage, et déclara qu'il ne nous fallait
pas moins de cent gardes, plusieurs canons et cent cinquante mousquets
pour pénétrer dans l'intérieur. Je ne partageais pas les craintes de
mes braves, mais je savais que nous entrerions sur cette terre
inconnue dans une saison fatale; chaque minute de retard augmentait
les chances de fièvre; et malgré cela nous n'étions, le 2 juillet,
qu'à notre première étape. Enfin, après avoir commencé avant le jour
nos préparatifs de départ, et cela pour la troisième fois, nous nous
trouvâmes, à huit heures du matin, sur un sentier qui traverse des
jungles, des champs de millet, des bourbiers noirs, couverts de riz ou
de roseaux, et qui, dans les endroits où le terrain s'élève, serpente
sur un sable rouge et copalifère. Des kraals, fortifiés par une
clôture d'épines, et la crainte que les caravanes ont de camper dans
les villages, témoignent du peu de sécurité du chemin. Le sentier
s'élargit, devient moins rude, quitte l'ancien littoral de la baie,
descend dans la vallée du Kingani, et remonte pour atteindre
l'établissement de Nzasa, premier district de l'Ouzaramo indépendant.
Nous y perdons trois jours. Le lendemain nouvelle halte à
Kiranga-Ranga. J'en profite pour visiter les environs. Partout une
fertilité incroyable: du riz, du maïs, du manioc en abondance, et dans
les endroits non cultivés, du smilax, des buissons de carissa, des
mûriers, des hibiscus. Près de la rivière, le mparamousi (_taxus
elongatus_) élève sa ramée dont la brise agite les tresses noueuses,
tandis que plus bas tout est paisible; des souches de bombax portent
jusqu'à cinq tiges, ayant chacune trois mètres de circonférence; le
msoukoulio, inconnu à Zanzibar, forme un amas de verdure auprès duquel
les plus beaux chênes d'Europe ne paraîtraient que des nains.

[Illustration: Portrait de feu l'iman de Zanzibar. Dessin de E. de
Bérard d'après nature.]

«À Kiranga, débutèrent les ondées qu'on essuie régulièrement entre les
deux saisons pluvieuses, et je refusai de m'y arrêter plus d'un jour,
malgré les instances des chefs, dont Saïd-ben-Sélim, qui dirigeait
notre caravane, satisfaisait tous les désirs. Le lendemain nous
entrions sur le territoire de Mouhogoué, l'un des plus redoutés de
l'effrayant Ouzaramo. Toutefois, notre passage n'eut d'autre résultat
que de faire accourir les femmes, très-curieuses de nous voir, et
très-surprises de notre aspect. «Voudriez-vous de ces blancs pour
maris? leur demanda notre orateur.--Avec de pareilles choses sur les
jambes! Fi donc!» répondaient-elles à l'unanimité.

«Après Mouhogoué, on ne sort des jungles que pour trouver des grands
arbres qui s'élèvent d'un sable rouge, et l'on ne débouche de la forêt
qu'en arrivant au district de Mouhonyéra, c'est-à-dire au bord du
plateau qui forme la terrasse méridionale du Kingani. L'homme est rare
dans cette région malsaine où abondent les animaux sauvages. Les
hyènes se font entendre aussitôt que le soleil est couché, et nos
guides se préoccupent des lions. Pendant le jour, de petits singes
gris, à face noire, nous regardent avec un sérieux imperturbable; puis
leur curiosité satisfaite, ils glissent de la branche où ils étaient
immobiles, et s'éloignent en bondissant comme des lévriers qui jouent.
La plaine, d'un vert sombre, et qui se déploie sous la brume, offre
les pires couleurs du Gujerat et du Téraï; à l'ouest un cône peu élevé
brise l'horizon qui est d'un bleu livide, et au nord de ce monticule
se dresse une muraille, coiffée de nuages, où l'oeil fatigué se
repose.

[Illustration: Port de la ville de Zanzibar.--Dessin de E. de Bérard
d'après nature.]

«L'endroit où nous arrivons le jour suivant est désigné par les Arabes
sous le nom de vallée de la mort et de séjour de la faim. Nous
descendons à travers un hallier où s'éparpillent quelques champs de
sorgho, et nous gagnons, après trois heures de marche, un affluent à
demi desséché du Kingani; l'eau en est détestable, une odeur putride
s'échappe de la terre brune et moite; de gros nuages, fouettés par
un vent furieux, lancent d'énormes gouttes de pluie qui s'enfoncent
comme des balles dans le sol détrempé; les arbres gémissent, en se
courbant sous la tempête, les oiseaux s'éloignent avec des cris
perçants, et les bêtes fauves se précipitent dans leurs tanières. Le
capitaine Speke a la fièvre; plusieurs de nos hommes sont malades,
nous sommes tous épuisés; cependant, en dépit de notre fatigue, nous
marchons le lendemain pendant sept heures. À la croisée de la route de
Mbouamaji, cinquante indigènes nous barrent le chemin, et sont appuyés
d'une réserve qu'on entrevoit sur la gauche. L'affaire s'arrange, nous
passons, et je ne peux qu'admirer les formes pures et athlétiques de
ces jeunes guerriers qui, dans l'attitude la plus martiale, tiennent
leur arc d'une main, et de l'autre un carquois rempli de flèches dont
le fer aigu vient de recevoir une nouvelle couche de poison.

«Après une nuit passée à Tounda, au milieu d'une végétation excessive,
je m'éveille abattu, la tête me fait mal, les yeux me brûlent, j'ai
dans les extrémités des frémissements douloureux; la fatigue, le
froid, le soleil, la pluie, la mal'aria, l'inquiétude, se réunissent
pour m'accabler. Saïd-ben-Sélim, pris d'un violent accès de fièvre,
implorait quelques heures de repos; un instant de plus à Tounda
pouvait nous être fatal; je fis placer le malade sur un âne, et donnai
l'ordre de ne s'arrêter qu'à Dégé-la-Mhora, village où fut assassiné
le premier Européen qui ait pénétré aussi avant sur cette côte
meurtrière. En 1845, M. Maizan débarquait à Bagamayo, en face de
Zanzibar; de là il se rendit presque seul à Dégé. Fort bien accueilli
d'abord par le chef Mazoungéra, celui-ci, quelques jours après, le fit
arrêter, et, lui reprochant les dons qu'il avait faits à d'autres
chefs, lui déclara qu'il allait mourir à l'instant même. L'intrépide
voyageur fut attaché à un baobab; Mazoungéra lui coupa les
articulations pendant que retentissait le chant de guerre, et que le
tambour battait une marche triomphale. Puis entamant la gorge de sa
victime, et trouvant que son couteau était émoussé, l'infâme s'arrêta
pour en aiguiser le tranchant, se remit à l'oeuvre, et arracha la tête
avant que la décollation fût complète. Ainsi mourut à vingt-six ans un
homme plein de coeur, de savoir et d'avenir, dont le seul défaut était
la témérité, ainsi qu'on appelle trop souvent l'esprit d'initiative,
quand la fortune ne sourit pas au courage.

«Malgré les efforts du saïd, pour satisfaire aux justes réclamations
de la France, on ne parvint pas à saisir le coupable. Mais dans la
croyance des indigènes, après la mort de M. Maizan, le chemin de la
côte à Déjé-la-Mhora fut intercepté par un dragon animé de l'esprit du
martyr, et le cruel Mazoungéra est, depuis lors, accompagné du spectre
de sa victime. Les tourments qu'il en éprouve l'ont poussé à fuir la
scène du meurtre; il erre maintenant sur les bords du grand lac, où il
a traîné sa folle douleur; et sa tribu, qui n'a cessé de décliner
depuis la mort du jeune Français, marche rapidement à une ruine
complète.»

Arrivés le 13 juillet sur un territoire où les Ouazaramo, se
confondant avec diverses tribus, ne sont plus à craindre, nos
voyageurs poursuivirent leur marche sous des averses diluviennes, des
brumes pénétrantes, déchirées par des coups de soleil foudroyants; ils
franchirent des halliers, des fondrières où l'on enfonce jusqu'aux
genoux, parfois jusqu'aux épaules, quittèrent le marécage pour des
savanes entrecoupées de ravines profondes, retrouvèrent la forêt et
les jungles, et accablés de fatigue, bourrelés d'inquiétudes, n'en
continuèrent pas moins leur route périlleuse. «Chaque matin, dit
Burton, m'apportait de nouveaux tourments, chaque jour me faisait
penser que le lendemain serait pire encore, mais l'espérance est au
fond du désespoir, et nous ne renonçâmes pas un instant à la mission
que nous avions acceptée.»

C'est ainsi que la caravane traversa le district de Douthoumi, arrosé
par la rivière du même nom, qui tombe dans le Mgazi. Une chaîne de
montagnes, dont la crête dentelée et les pics voilés de nuages
annoncent la formation primitive, s'élève au nord du district, et va
rejoindre, à quatre journées de marche, les montagnes de l'Ousagara.
Le vent du nord-est, comme celui du nord-ouest, se refroidit en
balayant cette crête nuageuse, et tombe en rafales glacées dans la
plaine, où le thermomètre descend à 18° pendant la nuit. Plus
malsains, dit-on, que la vallée même, les cônes situés au pied de la
montagne ne sont pas habités; la forêt en garnit le sol rocailleux, et
tout ce que le voyageur a pu rêver d'horrible sur l'Afrique, se
réalise: c'est un mélange confus de buissons épineux et de grands
arbres, couverts de la racine au sommet par de gigantesques épiphytes;
un amas d'herbes tranchantes, un réseau de lianes énormes qui rampent,
se courbent, se dressent dans tous les sens, étreignent tout, et
finissent par étouffer jusqu'au baobab.

«La terre exhale une odeur d'hydrogène sulfuré, et l'on peut croire,
en maint endroit, qu'un cadavre est derrière chaque buisson. Des
nuages livides, chassés par un vent froid, courent et se heurtent
au-dessus de vous, et crèvent en larges ondées; ou bien un ciel morne
couvre la forêt d'un voile funèbre; même par le beau temps,
l'atmosphère est d'une teinte blafarde et maladive. Enfin, pour
compléter cet odieux tableau qui, du centre du Khoutou, se déploie
jusqu'à la base des monts de l'Ousagara, de misérables cases, groupées
au fond des jungles, abritent quelques malheureux, amaigris par un
empoisonnement continu, et dont le corps ulcéré témoigne de
l'hostilité de la nature envers la race humaine.

«Dans le Zoungoméro, où commence la grande vallée de la Mgéta, les
premières lueurs du jour apparaissent à travers un brouillard laiteux.
Des cumulus et des nimbes viennent de l'est, envahissent les hauteurs
de Douthoumi, et quand la pluie est imminente, une ligne épaisse de
stratus coupe la montagne et s'étend au-dessus de la plaine. À toutes
les phases de la lune, il pleut deux fois par vingt-quatre heures, et
lorsque les nuages éclatent, un soleil ardent aspire la putridité du
sol. L'humidité imprègne, oxyde, corrode tout, depuis le papier
jusqu'au métal; le bois pourrit, le fer se ronge, les habits se
trempent, la poudre se délite, le cuir devient gélatineux et le carton
se liquéfie. Le Zoungoméro n'en est pas moins un centre commercial
important, et plusieurs milliers d'hommes le traversent chaque
semaine. Ses bourgades y sont formées de cases où l'eau s'infiltre, où
l'on est en compagnie de volailles, de pigeons, de rats, de souris, de
serpents, de lézards, de sauterelles, de blattes, de moustiques, de
mouches, d'araignées hideuses, sans parler des essaims d'abeilles qui
souvent en chassent les habitants, et de l'incendie que l'on peut
toujours y craindre. Mais le sorgho y abonde, par conséquent la bière;
le chanvre et le datura y croissent naturellement, et ajoutent leur
charme à ceux de l'ivresse. Il n'en faut pas davantage pour que le
Zoungoméro soit le rendez-vous d'une armée de flibustiers qui, le
sabre ou la lance au poing, l'arc tendu, ou le mousquet à l'épaule,
s'établissent dans les maisons, prennent les femmes, les enfants,
s'emparent de tout, mettent le feu aux villages et en vendent les
habitants à la première caravane qui passe. On est sur le sentier de
la traite, et quel que soit le degré de misère des indigènes, le
voyageur ne peut pas leur témoigner sa pitié: il ne trouve d'aliments
à aucun prix; s'il n'entre pas de vive force dans une case, il restera
sans abri malgré l'orage; s'il n'impose pas de corvée, on ne lui
prêtera nul secours; enfin, s'il ne brûle et ne pille, il mourra de
faim au milieu de l'abondance. Telle est la réaction de ce trafic
odieux, qui détruit tout ce qu'il y a de bon dans le coeur de
l'homme.»


     Personnel de la caravane. -- Métis arabes, Hindous, jeunes
     gens mis en gage par leurs familles. -- Ânes de selle et de
     bât. -- Chaîne de l'Ousagara. -- Transformation du climat.
     -- Nouvelles plaines insalubres. -- Contraste. -- Ruine d'un
     village. -- Fourmis noires. -- Troisième rampe de
     l'Ousagara. -- La Passe terrible. -- L'Ougogo. -- L'Ougogi.
     -- Épines. -- Le Zihoua. -- Caravanes. -- Curiosité des
     indigènes. -- Faune. -- Un despote. -- La plaine embrasée.

«Au moment de quitter le Zoungoméro, je passe en revue tous nos gens;
que le lecteur me permette de les lui présenter. Ils se composent de
Saïd-ben-Sélim, métis arabe de Zanzibar, qui a été chargé, malgré lui,
par Sa Hautesse, de conduire notre caravane. Il est suivi de quatre
esclaves, sans compter la jeune Halimah, dont l'embonpoint excessif et
la physionomie carline absorbent la pensée de notre chef, toutes les
fois que par hasard il la détourne de lui-même. Vient ensuite
Mabrouki, mon valet de pied, esclave d'un chef arabe qui me l'a prêté
moyennant cinq dollars par mois. C'est le type du nègre à encolure de
taureau: front bas, petits yeux, nez épaté, large mâchoire, pourvue de
cette force musculaire qui caractérise les puissants carnivores. Il
est à la fois le plus laid et le plus vain de toute la bande, et sa
passion pour la parure est sans borne; maladroit et paresseux, d'un
caractère détestable, il passe d'un excès de colère ou d'orgueil à un
excès d'abattement et de servilisme. Bombay, son compatriote, après
des lubies infiniment trop prolongées, revint à ce qu'il était au
début: un serviteur actif et honnête. Valentin et Gaétano, métis
hindous et portugais, appartiennent à cette race de parias qui, dès
leur enfance, s'en vont gagner quelques roupies en qualité de bonnes
d'enfants et de marmitons dans les cités opulentes de l'Inde anglaise.
Ces deux hybrides ont pour défauts un orgueil de caste et un mépris
des hérétiques et des infidèles, qui les mettent souvent en péril, le
besoin de paraître et de dominer, un penchant irrésistible au vol et
au mensonge, une prodigalité du bien d'autrui excessive et une
ténacité particulière à tout ce qui leur appartient, une faiblesse
physique déplorable et une voracité qui les conduit à l'indigestion
quotidienne. Mais tous deux ont leur mérite: il n'a fallu que quelques
jours à Valentin pour connaître la langue du pays, pour apprendre à se
servir du chronomètre et du thermomètre, de manière à nous être utile;
et non moins adroit qu'intelligent, il fait aussi bien une couture
qu'une sauce au carri. Gaétano a des soins curieux auprès d'un malade,
et un mépris absolu du danger; il retournera seul, pendant la nuit,
chercher sa clef qu'il aura laissée dans les jungles; il se jette dans
une mêlée d'indigènes, sans s'inquiéter de leur fureur et ne manque
jamais de transformer leur colère en gaieté. Certes il m'a causé bien
de l'exaspération; mais il avait eu d'horribles accès de fièvre, qui
avaient pris la forme cérébrale; et comme il devenait chaque jour plus
étourdi, plus sale, plus prodigue, plus enclin à faire prendre le feu,
et à l'entretenir avec mon beurre fondu, objet précieux et rare, je ne
peux m'empêcher de l'absoudre en mettant ses torts sur le compte de la
fièvre.

«Sa Hautesse nous a donné huit Béloutchis qui sont responsables de nos
jours et de nos biens. Ils portent l'ancien mousquet, le sabre du
Katch, le bouclier hindou, orné de son clinquant, une dague acérée,
une provision de mèches, de briquets, de poudre et de plomb,
judicieusement distribuée sur leur personne. Leur chef, le jémadar
Mallok, est privé d'un oeil, et justifie le proverbe qui suspecte la
loyauté des borgnes. Il a de beaux traits, mais quelque chose autour
des lèvres qui inspire la défiance, un oeil qui ne regarde jamais en
face, et qui répand des larmes de crocodile. Parmi les Béloutchis sont
deux vétérans. Sans barbes grises, une caravane se considère comme
n'étant pas en règle; mais je ne sais pas à quoi servent les nôtres,
si ce n'est à paralyser l'élan de notre jeunesse. De plus, j'ai huit
esclaves appartenant à M. Ramji, qui me les a loués, et qui nous
servent d'interprètes, de guides et de soldats; ils ne quittent jamais
leurs mousquets, ni leurs vieux sabres qui ont appartenu jadis à la
cavalerie allemande. Tous les huit s'intitulent _mouinyi_,
c'est-à-dire maîtres, parce que dans le principe ils ont été donnés en
gage au banian Ramji par leurs familles, et que si leurs parents ont
oublié de les racheter, ils n'ont cependant pas été vendus. Mal-appris
et vaniteux, ils refusent toute besogne, excepté l'achat des vivres;
s'arrogent le droit de commander aux porteurs, et le privilège de
voler tout ce qui les tente. Ils boivent sec, nous ont mis plus d'une
fois dans l'embarras par leurs façons cavalières avec les femmes, et
ne répondent à la moindre observation que par la menace de déserter.

«Nos cinq âniers sont encore de plus tristes sujets.

«Au dernier rang, fort peu au dessus des ânes, même de leur propre
aveu, sont les trente-cinq Ouanyamouézi qui forment le corps des
porteurs; garçons efflanqués pour la plupart et difficiles à bâter.
Chacun d'eux a son caprice, tous ont horreur des caisses, à moins
qu'elles ne soient assez légères pour qu'on puisse en mettre une à
chaque bout d'une longue perche, ou bien assez lourde pour exiger deux
hommes, et se balancer entre eux. Du calicot, de l'indienne, des
étoffes de soie et coton aux couleurs voyantes, des grains de verre et
de porcelaine[7], du fil de laiton forment la majeure partie du
chargement.

                   [Note 7: Il existe quatre cents variétés de
                   ces perles, dont plusieurs ont chacune trois
                   ou quatre noms différents. Les plus communes,
                   celles qui font l'office de la monnaie de
                   billon, sont en porcelaine bleue; les plus
                   recherchées sont rouges (de l'écarlate
                   recouvert d'émail blanc) et s'appellent
                   samsam; on les nomme aussi _kimaraphamba_ (qui
                   rassasie), parce que les hommes cèdent leur
                   dîner pour les obtenir, et
                   _ravageurs-des-villes_, parce que les femmes
                   ruinent leurs maris pour en avoir. Il est
                   difficile de deviner ce que deviennent ces
                   ornements; depuis des siècles on a importé des
                   milliers de tonnes dans le pays; chaque
                   indigène a sur lui tout son avoir, et
                   cependant le tiers à peine de la population en
                   possède une quantité suffisante.]

[Illustration: Un village de la Mrima, page 306.--Dessin de Eug.
Lavieille d'après Burton.]

«Enfin, au départ, trente ânes, cinq de selle, vingt cinq de bât,
complétaient la caravane. Il n'en reste plus que vingt, et leur
décroissement rapide commence à nous inspirer de graves inquiétudes.
Ce n'est pas qu'il soit agréable de les monter; en Afrique, maître
aliboron joint à son entêtement proverbial les quatre péchés capitaux
de la race chevaline: il bronche, s'effraye, se cabre et se dérobe.
Saisi d'impatience dès qu'il vous a sur le dos, il rue, pirouette,
s'emporte, se gonfle et se dresse jusqu'à ce qu'il ait rompu ses
sangles; il est affolé par le vent, et se précipite sous les arbres
dès que le soleil prend de la force. Livré à lui-même, il dédaigne le
sentier, recherche les trous avec obstination, et si vous avez besoin
de faire plus de deux milles à l'heure, ce n'est pas assez de l'homme
qui le tire par la bride, il en faut un second pour le frapper jusqu'à
ce que l'on arrive. La rondeur de ses flancs, la brévité de son
échine, son manque d'épaules, joints à la roideur de ses jambes
droites, et au maigre bât sur lequel vous êtes perché, en font bien la
plus détestable monture qu'on puisse imaginer. Ce n'est rien encore
auprès des tribulations que nous causent les ânes de somme. Mal
chargés par les esclaves, qui ne se donnent pas la peine d'équilibrer
les fardeaux, ces derniers tombent dans chaque fondrière, roulent au
fond de chaque ravin; et les Béloutchis s'asseyent en murmurant au
lieu de venir à notre aide.»

Le 7 août 1857, l'expédition se remettait en marche, et se dirigeait
vers les montagnes dont le premier gradin est à cinq heures du
Zoungoméro central. À quatre ou cinq milles, sur la gauche de la
route, s'élèvent des cônes disposés en ligne irrégulière; au pied de
l'un de ces cônes jaillit une source thermale, désignée sous le nom de
_Fontaine qui bout_. L'eau jaillit d'un sable blanc, çà et là tacheté
de rouille, parsemé de gâteaux et de feuillets de tuf calcaire, et où
gisent des blocs erratiques, noircis probablement par les vapeurs de
la source. Le terrain environnant est brun, jonché de fragments de
grès et de quartzite. Un rideau boisé ferme à l'horizon une vaste
plaine, dont le sol bourbeux, tapissé d'herbe, est aussi mobile que
l'onde. L'aire de la fontaine a environ soixante mètres de diamètre,
et la chaleur et la mobilité du sol empêchent d'approcher du point
d'ébullition. D'après les indigènes, il arrive parfois que l'eau
s'élance en jets puissants, et que des pierres calcaires sont
projetées à une grande hauteur.

[Illustration: Jihoué la Mkoa ou la roche ronde.--D'après Burton.]

«Après avoir fait trois longues étapes, laissé derrière elle les
pauvres villages du Khoutou, salué le dernier cocotier, franchi neuf
fois le lit sableux, ou traversé les eaux bourbeuses de la Mgéta, la
caravane gravit le premier degré de la chaîne de l'Ousagara. Aucune
voix humaine, aucun vestige d'habitation: l'infernal trafic de l'homme
a fait de ces lieux un désert, où l'on n'entend que les cris et les
rugissements des bêtes sauvages, la transformation du climat est
cependant merveilleuse; la force et la santé nous revenaient comme par
magie. Plus de bourrasques fouettant des pluies diluviennes, plus de
brouillards voilant un sol putréfié, plus de vapeurs fétides: un ciel
bleu, un air balsamique à la fois doux et vivifiant, une végétation
d'un vert franc et varié, un horizon baigné d'azur. De beaux arbres,
parmi lesquels se remarque le tamarin, succèdent aux fourrés d'épines.
Le soleil est radieux, sa clarté s'épanche sur des blocs de quartz
blancs, jaunes et rouges, et la brise de mer agite le feuillage, où
des plantes grimpantes ont suspendu leurs girandoles. Une foule de
singes babillent et jouent à cache-cache derrière les troncs élancés,
tandis que l'iguane expose à la chaleur son armure écailleuse. Les
colombes roucoulent dans les bosquets, des faucons planent auprès des
nues, et, dans les airs au versant des collines au fond des plis de
terrain, la vie éclate et se révèle par des myriades de voix joyeuses.
Le soir, le murmure de l'eau se mêle aux soupirs de la brise, et le
mugissement de la grenouille-taureau, le jappement du renard, le cri
du héron nocturne retentissent de loin en loin à travers un silence
d'une mélancolie indicible; la lune répand sa douce lumière sur des
collines rougeâtres; des étoiles sans nombre scintillent au-dessus du
paysage endormi; et pour mieux faire sentir le charme de ce tableau
paisible, on entrevoit la ligne fangeuse du Zoungoméro, surplombé d'un
ciel morne, voilé de brume, tourmenté par le vent, inondé par des
nuages qui n'osent pas approcher de la montagne.»

Le lendemain, nos voyageurs reprennent leur course; le sentier se
dévide sur des coteaux escarpés, au sol rouge, parsemés de roches,
maigrement tapissés d'herbe, et dont l'aloès, le cactus, l'euphorbe,
l'asclépias géante et les mimosas rabougris annoncent l'aridité;
cependant le baobab y est encore majestueux, et l'on y voit de beaux
tamarins, qui ont donné leur nom à ce district. Des squelettes
parfaitement nettoyés, ça et là des cadavres tuméfiés de porteurs, qui
sont morts de faim ou de la petite vérole, attristent la route.

Quatre jours après, l'expédition atteignait le plateau qui couronne la
montagne, en descendait les douze étages, et retrouvait bientôt les
ravins fangeux, le sol fétide, les ondées et la fièvre, tandis que la
désertion se mettait dans les rangs des porteurs.

[Illustration: La fontaine qui bout. Source thermale dans le
Khoutou.--D'après Burton.]

Le 21 août, les voyageurs traversaient la plaine longitudinale qui,
s'inclinant à l'ouest, sépare le Roufouta de la chaîne du
Moukondokoua. Le 22, ils étaient frappés de l'un de ces contrastes qui
vous surprennent en Afrique, «où il est rare que la beauté et la grâce
ne soient pas brusquement remplacées par le hideux et le grotesque.
Cette fois de grandes lignes d'azur, brisées par les cimes castellées
des rocs, fermaient l'horizon; la plaine, dorée par le soleil,
ressemblait à un parc ayant ses feuilles d'automne; des groupes
d'indigènes s'occupaient d'agriculture, et quelques-uns de charmer
les nuages pour attirer la pluie. Des baobabs, des palmyras, des
tamarins, des sycomores[8] s'élevaient du milieu des massifs,
entretenus par la rosée; des tourterelles gémissaient sur les
branches, des pintades émaillaient la prairie; le pipit babillait dans
les chaumes; la plus mignonne, la plus jolie des hirondelles rasait la
terre, et opposait son vol rapide aux orbes du vautour. Des bandes de
zèbres, des troupeaux d'antilopes regardent curieusement la caravane,
et, terrifiés tout à coup, bondissent et s'enfuient comme dans un
rêve. Au détour du chemin, nous tombons au milieu d'une masse de
roseaux fétides, et le sentier, perçant le fouillis des jungles,
traîne ses replis tortueux vers le Myombo, qui vient des highlands du
Douthoumi. En sortant d'un hallier, nous trouvons les débris d'un
village; les huttes en sont fumantes; le sol est jonché de filets, de
tambours, d'ustensiles. Deux spectres, cachés dans les broussailles,
errent aux environs de ces ruines, où la veille était leur demeure, et
qu'ils n'osent plus visiter: le démon de l'esclavage règne dans cette
solitude qu'il a faite.

                   [Note 8: Le sycomore, dans l'Afrique
                   orientale, est un arbre magnifique; le tronc,
                   composé d'une réunion de tiges soudées entre
                   elles comme les piliers multiples d'une
                   cathédrale, supporte une cime étalée dont le
                   périmètre a quelquefois plus de cinq cents
                   pieds; dans l'Ousagara, au versant inférieur
                   des montagnes, son lieu de prédilection, un
                   régiment s'abriterait sous son épais
                   feuillage.]

[Illustration: Sycomore africain.--D'après Burton.]

«La rosée nous transit; la fange du sentier permet à peine de se
soutenir, et bêtes et gens sont affolés par la morsure d'une fourmi
noire qui a plus de vingt-cinq millimètres de longueur; sa tête de
bouledogue est pourvue de mâchoires puissantes qui lui donnent la
faculté de détruire les rats, les serpents et les lézards. Elle habite
les lieux humides, creuse ses galeries dans la vase, infeste les
chemins, et, comme toutes ses congénères, elle ne connaît ni la
crainte ni la fatigue. Rien ne peut lui faire lâcher prise lorsque,
ramassée sur elle-même, elle vous tord les chairs et vous transperce
de ses mandibules, qui vous lardent comme une aiguille rougie. La
tsétsé habite ces jungles; nous la rencontrerons jusqu'au bord du
Tanganyika, et son suçoir aigu traverse la toile de nos hamacs. Le
nombre de nos ânes diminue rapidement; nos bagages sont moisis, les
provisions manquent, la maladie s'aggrave; c'est tout ce que nous
pouvons faire que de nous tenir sur nos montures; bientôt il faudra
qu'on nous porte.»

Au bout de huit jours, la caravane ayant gagné la Roubého, troisième
rampe de la chaîne de l'Ousagara, trouve un endroit salubre, à sept
cent soixante mètres au-dessus des vallées pestilentielles; plus haut
la dyssenterie et la pleurésie affectent les indigènes. Mais, excepté
pour les termites, qui semblent n'être qu'une masse d'eau organisée,
la sécheresse ne permet pas qu'on y séjourne. Il faut poursuivre sa
marche; la lune est levée depuis longtemps lorsqu'on arrive exténué,
la figure lacérée par les épines, les membres coupés par le tranchant
des herbes, les pieds rompus et foulés par les chutes au fond des
trous de rats et d'insectes.

Le jour suivant, on fait encore double étape, et l'on gagne le bassin
d'Inengé, un entonnoir où s'engouffrent tantôt les rayons d'un soleil
dévorant, tantôt les vents glacés qui passent au-dessus des crêtes
brumeuses. «Tremblants de fièvre, saisis de vestige, nous contemplons
avec abattement le sentier perpendiculaire: une échelle dont les
racines et les quartiers de roche forment les degrés. Mon compagnon
est si faible qu'il lui faut trois personnes pour le soutenir; je n'ai
encore besoin que d'un seul appui. Les porteurs ressemblent à des
babouins escaladant les murs d'un précipice, les ânes tombent à chaque
pas; la soif, la toux et l'épuisement nous forcent à nous coucher,
tandis que le cri de guerre retentit de colline en colline, et que des
indigènes, armés de flèches et de lances, affluent comme un essaim de
fourmis noires. Après six heures d'efforts inouïs, le faîte de la
Passe terrible est gagné, et nous reprenons haleine au milieu de
plantes aromatiques et d'arbrisseaux verdoyants.»

Le 12 septembre, nouvelle ascension, moins longue mais aussi rude;
elle conduit au sommet du Petit-Roubého, qui s'élève à dix-sept cent
quarante mètres au-dessus du niveau de la mer, et qui forme la
séparation des eaux de cette région.

Le surlendemain, commença la descente de la chaîne; la piste borde une
côte boisée, franchit une savane, émaillée d'arbres plus sombres que
les ifs des cimetières. La vue s'étend sur des rochers, des crêtes,
des ravins; elle découvre l'Ougogo, et le désert qui le précède. Au
couchant sont des plaines brûlées par le soleil; une atmosphère
épaisse et mouvante les fait ressembler à une mer jaune, parsemée
d'îles, et zébrée par la ligne noire des jungles. «Rien d'attrayant
dans l'aspect de l'Ougogo: une terre sauvage, habitée par une
population menaçante, dont la pensée rembrunit l'horizon. Nos
Béloutchis sont d'une humeur atroce; gais comme des grives quand l'air
est tiède et qu'ils sont rassasiés, ils deviennent bourrus et
querelleurs dès qu'ils ont faim et froid, et nous sommes toujours
entre ces deux extrêmes: des journées étouffantes, des nuits
glaciales; un ciel de feu, un vent de bise qui vous transperce.»

Le district d'Ougogi, où entrait la caravane, forme la partie
orientale du plateau d'Ougogo, et se trouve à mi-chemin de la côte et
de la province d'Ounyanyembé. Sa population mixte est formée de
Ouahéhé, de Ouagogo et de Ouasagara, qui prétendent à la propriété du
sol. Le grain y abonde, ainsi que le bétail, quand les razzias ne
l'ont pas enlevé. On s'y procure facilement des vivres; mais le beurre
y est rance, le lait tourné, le miel aigri, l'oeuf gâté par suite de
l'incurie des naturels. Située à huit cent quarante mètres au-dessus
du niveau de la mer, cette province jouit d'un climat chaud et
salubre, qui, après le froid pénétrant et les coups de soleil de
l'Ousagara, parut délicieux à nos voyageurs. L'appétit leur revint,
les malades se débarrassèrent de la fièvre et des affections de
poitrine; mais le pays est sec, le manque d'eau ramena les marches
forcées, et les épines reparurent avec l'aridité du sol: les unes
molles et vertes, les autres droites et rudes, et qui servent
d'aiguilles aux indigènes; celles-ci courbées en croissant, dos à dos
comme les bras d'une ancre, celles-là courtes et trapues, barbelées
comme des hameçons, accrochent, déchirent, retiennent les habits les
plus forts, pénètrent les étoffes les plus épaisses.

Le 26 septembre, après une longue journée de marche, le capitaine
arrivait au Zihoua, dont le nom signifie étang[9]; on le lui avait
dépeint comme pouvant porter un vaisseau de ligne, il n'y trouva
qu'une nappe d'eau peu profonde, ayant environ deux cent cinquante
mètres de large, et dont le lit argileux est percé d'un côté par le
granit. L'année suivante, quand l'expédition repassa au mois de
décembre, le Zihoua n'offrait qu'un sol profondément craquelé par la
sécheresse. Toutefois c'est un lieu de rendez-vous pour les caravanes,
et le pays qui l'environne est plein d'éléphants, de girafes, de
zèbres, qui vont s'y abreuver la nuit. Dans le jour, des rémipèdes s'y
rassemblent, et le soir une quantité d'oiseaux le visitent. Lorsqu'il
est desséché, on en est réduit à une eau crue et bourbeuse, que l'on
puise à un ou deux milles dans des trous de six à huit mètres de
profondeur. Tant qu'il n'est pas à sec, on ne peut y boire qu'en
payant un droit assez élevé, et à dater de ses bords, le tribut qu'on
exige des voyageurs est frappé rigoureusement, d'après le caprice du
chef.

                   [Note 9: Situé à trois cent trente mètres
                   au-dessus du niveau de l'Océan, le Zihoua
                   occupe la partie la plus basse du
                   Marenga-Mkali, petit désert placé entre
                   l'Ougogi et l'Ougogo, et qu'il ne faut pas
                   confondre avec le district de l'Ousagara qui
                   porte le même nom.]

Comme elle débouchait sur le plateau d'Ougogo, l'expédition fut saluée
par le son du tambour et des clochettes, et par les cris frénétiques
de deux caravanes, arrêtées à Kifoukourou. L'une d'elles était
composée de mille porteurs, dirigés par quatre esclaves appartenant à
un Arabe; la seconde était celle de Saïd-Mohammed, qui avait rencontré
nos amis deux jours auparavant, et qui les attendait.

[Illustration: L'Ougogo.--D'après Burton.]

«Ces Arabes de la côte voyagent d'une façon confortable. Les chefs
avaient avec eux leurs femmes, beautés opulentes, vêtues, comme les
tulipes, d'étoffes jaunes panachées de rouge, et qui, lorsque nous
passions, tiraient leurs voiles sur des joues que nous n'avions nulle
envie de profaner. Une multitude d'esclaves portaient une masse
d'effets, de médicaments, de provisions de toute espèce; une
avant-garde nombreuse, toujours la pioche et la cognée à la main,
dressait les tentes, qu'elle entourait d'un fossé d'écoulement et d'un
rideau de feuillage. Leur literie était complète, et leurs volailles
mêmes les suivaient, portées dans des cages d'osier.»

Dès l'instant où nos voyageurs entrèrent dans l'Ougogo, ils furent
assaillis par un essaim de curieux; hommes, femmes et enfants se
pressaient sur leurs pas. «Quelques-uns, dit Burton, nous suivaient
pendant plusieurs milles en poussant des cris animés, parfois en nous
prodiguant les injures, et dans le costume le plus inconvenant. J'ai
su plus tard que des métis arabes, qui nous avaient précédés, avaient
répandu sur nous des propos qui nous valaient ces invectives. Suivant
nos détracteurs, nous laissions derrière nous la sécheresse, nous
jetions des sorts au bétail, nous semions la petite vérole, et nous
devions revenir l'année suivante prendre possession du pays.
Heureusement pour nous que plusieurs petits Ouagogo vinrent au monde
sains et saufs, pendant notre passage; si par malheur un enfant ou un
veau fût mal venu, je ne sais pas comment se serait opéré notre
retour.

«Le 5 octobre, nous partions de Kifoukourou et nous arrivions au
centre du Kanyényé, défrichement qui peut avoir dix milles de
diamètre; c'est une aire d'argile rouge, émaillée de petits villages,
d'énormes baobabs, de mimosas rabougris, où les troupeaux abondent, où
le sol est aussi cultivé que le permet son caractère nitreux, et où
l'eau potable est rare, la majeure partie de celle qu'on y trouve
étant imprégnée de soufre. Nous y passâmes quatre jours, dont la
caravane profita pour faire provision de sel, et le capitaine Speke
pour tuer quelques antilopes, des pintades et des perdrix. De nombreux
éléphants habitent la vallée qui sépare l'Ougogo des montagnes des
Ouahoumba; mais c'est en général un triste pays de chasse. Dans tous
les endroits cultivés la grosse bête a fui devant les flèches et la
cognée des habitants; elle abonde, il est vrai, dans les plaines
boisées du Douthoumi, dans les jungles et les forêts de l'Ougogi, les
steppes de l'Ousoukouma, les halliers de l'Oujiji; mais sans parler
des miasmes putrides qui s'y exhalent, le manque de nourriture, la
difficulté d'y avoir de l'eau ne permettent pas de séjourner dans ces
régions mortelles. Pas de chariots qui servent à la fois d'abri, de
véhicule et de magasins, comme dans les plaines du sud; pas de
vaisseaux du désert, pas d'autre moyen de transport que l'homme,
indocile, entêté, défiant et peureux, dont il faut supporter la
sottise et flatter les caprices; enfin vous ne trouvez pas dans
l'Afrique orientale cette variété qui distingue la faune du Cap. La
liste des animaux que nous rencontrâmes n'est pas longue: nous avons
aperçu les cornes du pazan, le caama, le steinbok, le springbok et le
pallah, qui furent tués de loin en loin; toutefois le souyia, une
petite antilope fauve, à cornes minuscules et de la taille d'un
lièvre, et le souangoura, un peu plus gros que le springbok, sont
moins rares. L'ornithologie ne se montre pas beaucoup plus riche; les
oiseaux qui la composent ont, pour la plupart, une livrée sombre, et
leur ramage, plus bruyant qu'harmonieux, est peu agréable pour un
Européen, peut-être parce qu'il lui est étranger.

[Illustration: Burton et ses compagnons en marche.--Dessin de Eug.
Lavieille d'après un croquis humoristique de Burton.]

«Le 10 octobre, nous nous trouvâmes sur une grande plaine herbeuse,
rayée de cours d'eau ensablés qui se dirigent vers le sud, et que
borde une végétation aromatique; le soir nous entrions sur un terrain
mouvementé qui limite la plaine à l'ouest, et gravissant une côte
pierreuse et couverte d'épines, nous nous arrêtions sur le plateau qui
la couronne. Les ânes tombaient, les gens maugréaient, la soif et le
manque d'eau avaient aigri tout le monde. Transis par le froid (le
thermomètre marquait à peine douze degrés centigrades), nous
repartîmes au point du jour, et nous nous arrêtâmes dans une clairière
du district de Khokho. Les Béloutchis refusaient d'escorter nos
bagages, et confiaient aux échos leurs griefs en quatre langues
différentes, pour que personne ne pût en ignorer; ils allaient même
jusqu'à parler de désertion.

«Suivant les Arabes, ce territoire est l'un des plus difficiles à
franchir, en raison des caprices de Mana-Miaha, son chef. Quand ce
tyranneau est à jeun, c'est un bourru intraitable; quand la boisson
l'a déridé, il ne veut plus s'occuper d'affaires. L'une de ses manies
est de faire travailler, à ses champs, les caravanes qui passent à
l'époque des semailles; il nous fit grâce de cette corvée; mais il
fallut cependant subir le délai de rigueur: l'étiquette s'opposait à
ce que nous pussions voir le despote le jour de notre arrivée; le
lendemain matin sa femme était souffrante; plus tard Sa Hautesse
faisait ses libations. Le troisième jour le sultan accorda une
audience à nos délégués, les reçut de très-mauvaise grâce, et me taxa,
pour ma part, à six charges de marchandises. La quatrième journée fut
employée par les Arabes à discuter le prix de leur passage avec les
courtisans; le tribut apporté, distribué, selon la coutume, en lots
séparés, ayant chacun leur destinataire, Sa Hautesse indignée du peu
de valeur d'un morceau d'indienne qu'on osait lui offrir, saisit une
grande cuiller de bois, et chassa les marchands de son auguste
présence. Le cinquième jour s'écoula dans une noble oisiveté; on vint
nous dire que Leurs Seigneuries étaient en face de leurs pots de
bière, et nous comprîmes que toute la cour était ivre, depuis le
sultan jusqu'aux ministres. Le lendemain on essaya du même procédé,
mais comme je déclarai que nous partirions le jour suivant, quelle que
fût la décision de Sa Hautesse, nos présents furent acceptés, et deux
ou trois coups de mousquet nous apprirent que nous étions libres de
continuer notre route. Je fus heureux de quitter cet endroit maudit:
pendant le jour nous souffrions d'une chaleur suffocante, nous étions
harcelés par la tsétsé, par des abeilles et des taons d'une
persistance incroyable, et assaillis par des légions de fourmis noires
que l'eau bouillante parvenait seule à écarter. Les nuits étaient
froides; chaque matin nous trouvions quelque objet de prix endommagé
par les termites, et ma pauvre monture, la seule qui eût survécu aux
fatigues de la route, fut tellement lacérée par une hyène que je fus
obligé de m'en défaire. Enfin quinze des porteurs que nous avions
loués et payés, à Ougogi, désertèrent en nous laissant, il est vrai,
la charge qui leur était confiée.

[Illustration: Chaîne côtière de l'Afrique occidentale.--Dessin de
Eug. Lavieille d'après Burton.]

«La marche suivante fut longue, et ce fut à grand'peine que nous
atteignîmes le kraal où nous dressâmes nos tentes; nous étions sur la
frontière du Mdabourou, le premier district important de l'Ounyanzi.
Le Mdabourou est une dépression fertile d'un rouge de brique,
traversée par une rivière profonde, coulant au sud, et où l'on trouve
cinq réservoirs, qui fournissent une eau copieuse, même en été.
Au-dessus des jungles qui entourent ce district, apparaissent des
cônes de médiocre hauteur, et plus loin à l'horizon, la crête ondulée
d'une rampe que la distance vaporise et fait ressembler à une mer
d'azur.

«De Mdabourou trois lignes principales traversent le désert qui sépare
l'Ougogo de l'Ounyamouézi, et qui a reçu des indigènes le nom de
plaine embrasée. On n'y trouve pas d'eau, si ce n'est après les
pluies; mais la torche et la cognée diminuent rapidement les
souffrances qu'il impose. Il fallait, il y a quinze ans, douze marches
ordinaires et plusieurs marches forcées pour le franchir; actuellement
on le traverse en une semaine. La première moitié est la plus
sauvage, et l'on dit que, même en cet endroit, des hameaux de
Ouakimbou s'élèvent tous les jours au nord et au sud de la route.
C'est le 20 octobre que nous commençâmes le transit de ce plateau
brûlant, dont la largeur est d'environ deux cent vingt-cinq kilomètres
de l'est à l'ouest, et que nous apercevions depuis notre départ de
Khokho. Dès les premiers pas, nous nous trouvâmes dans un fouillis de
gommiers et de mimosas, auxquels se mêlent le cactus, l'aloès,
l'euphorbe, une herbe rigide, que broutent les bestiaux quand elle est
verte, et que brûlent les caravanes quand elle est sèche, pour
favoriser la pousse nouvelle[10]. Le second jour nous atteignîmes le
ravin de Maboungourou, déchirure profonde, jonchée de blocs de
syénite, qui renferme parfois un torrent infranchissable; même à
l'époque de sécheresse où nous nous y arrêtâmes, elle contient des
auges remplies d'eau de pluie, où les crustacés abondent, ainsi que
plusieurs espèces de silures. On voit au midi cet horizon bleu qui
ressemble à l'océan; plus près de nous la preuve incontestable de
l'action plutonnienne qui se révèle dans toute la partie orientale de
l'Ounyamouézi, et qui se montre au nord jusqu'aux rives du lac Nyanza.
Des roches en dos d'âne, ayant tantôt quelques mètres de
circonférence, et tantôt plus d'un mille; des masses coniques, des
tours solitaires, formant de longues avenues, ou composant des groupes
nombreux, quelques-unes, droites et minces, sont plantées ça et là
comme des quilles de géants; quelques autres, fendues par la moitié,
surgissent de la plaine même, ou comme il arrive dans les formations
gypseuses, elles hérissent de petites crêtes ondulées, formées de
rocailles. L'une de ces aiguilles rendit, sous le choc, un son
métallique, et de nombreux quartiers de roche, placés en équilibre, me
rappelèrent la tradition des pierres branlantes. De loin, à travers le
hallier, on croit voir des édifices de construction cyclopéenne, et
quand la clarté de la lune se joue parmi ces roches couronnées de
cactus, dorées par le soleil, zébrées de noir par la pluie, entourées
de lianes rampantes, ces masses granitiques ajoutent puissamment à
l'effet du paysage.

                   [Note 10: Le sol de ce plateau est formé d'un
                   détritus de quartz jaunâtre, que blanchit
                   parfois du feldspath réduit en poudre. Dans
                   les endroits fertiles, la couche supérieure
                   est composée d'un terreau brun, parsemé de
                   galets; et près des crevasses et des torrents
                   abonde un conglomérat siliceux d'origine
                   moderne. Sur les plis du terrain, et dominant
                   les arbres, reposent des blocs de granit et de
                   syénite que l'on aperçoit de Mdabourou. Les
                   eaux y prennent leur pente vers le midi; elles
                   s'y accumulent dans des étangs peu profonds,
                   que la chaleur dessèche et transforme en
                   gâteaux de vase. Le transit de cette plaine
                   rayonnante et craquelée devient alors
                   excessivement pénible pour les caravanes, et
                   les animaux sauvages qui ne supportant pas la
                   soif, tels que les éléphants et les buffles, y
                   meurent en grand nombre à cette époque.]

«Nous marchions depuis le matin; c'était tout au plus si nous avions
pris deux ou trois heures de repos; l'ombre des collines s'allongea
sur la plaine, le soleil se coucha dans des flots de pourpre et
d'améthyste, la lune argenta le réseau de brindilles et d'épines que
déchire le sentier, nous franchîmes une clairière; peut-être
aurions-nous trouvé asile près d'un étang, où les grenouilles
chantaient l'hymne du soir; mais les cors et les cris des porteurs
nous annonçaient toujours que nous étions loin de l'avant-garde.
Enfin, doublant un amas fantastique de rochers, et franchissant une
petite crête rocailleuse, nous trouvâmes à sa base un _tembé_, ou
village quadrangulaire, près duquel brillaient les feux de la
caravane.

«Jihoué la Mkoa, dont le nom signifie roche ronde (c'est là que nous
étions arrivés), est la plus volumineuse des masses de syénite grise
que l'on trouve dans ce désert. Son grand axe n'a pas moins de trois
kilomètres, et le point culminant de son sommet, en dos d'âne, s'élève
à quatre-vingt-dix mètres au-dessus de la plaine. On trouve de l'eau
de mare au pied de son versant méridional; des trappes à éléphants,
recouvertes avec soin, entourent ces fosses, et le chef de nos
garnisaires y disparut comme par magie.

«Le lendemain, en dépit de la fatigue de la veille, le chef de la
caravane qui nous accompagnait proposa une marche forcée; les nuages
qui venaient de l'ouest présageaient de l'eau, et, disait-il,
annonçaient l'approche de la grande masika, ou saison pluvieuse. Nous
franchîmes donc la roche ronde, et, traversant une forêt parsemée de
quartz, nous atteignîmes, après trois heures de marche, quelques
villages nouvellement bâtis, où les caravanes s'approvisionnent à des
prix fabuleux. Nous étions le 25 à Mgongo-Thembo, nouveau
défrichement, où le commerce attire une population croissante; il
fallut s'y arrêter un jour; plusieurs de nos gens ne pouvaient plus
marcher, nos ânes ne se relevaient que sous le bâton, et nos mangeurs
les plus intrépides aimaient mieux le repos que la nourriture.

«Le 27, nous atteignîmes une grande plaine tapissée d'un pâturage
jauni, où l'avant-garde nous attendait, afin que la caravane apparût
dans toute sa puissance. Nous traversâmes une clairière émaillée de
grands villages, enclos d'euphorbe, entourés de champs de maïs, de
manioc, de millet, de gourdes, de pastèques, et dont les nombreux
troupeaux se rassemblaient autour des mares. Les habitants sortirent
en foule de leurs demeures, vieux et jeunes se coudoyèrent pour mieux
nous voir: l'homme abandonna son métier, la jeune fille suspendit son
piochage, et nous fûmes suivis d'une escorte nombreuse, qui piaillait,
criait, hurlait sur tous les tons. Les hommes presque nus, les femmes
vêtues d'une courte jupe, de la taille à mi-cuisse, la pipe à la
bouche et les mamelles flottantes, frappaient sur leurs houes avec des
pierres, demandaient des colliers, et manifestaient leur surprise par
un feu roulant d'exclamations aiguës: spectacle dégoûtant fait pour
vous rendre anachorète.

«Enfin le kirangosi agita son drapeau rouge, et les tambours, les
cors, les larynx de ceux qui le suivaient commencèrent un affreux
charivari. À mon grand étonnement (j'ignorais que ce fût la coutume
dans cette province), le guide entra sans façon dans le premier de ces
villages, et y fut suivi de tous les porteurs. Chacun se précipita
dans les divers logements qui divisaient le tembé, et s'y installa
avec autant d'égards pour soi-même que de mépris pour les
propriétaires peu satisfaits. Quant à nous, placés sous une remise
ouverte à tous les vents, nous remplîmes du matin jusqu'au soir le
rôle de bêtes curieuses.»


     Coup d'oeil sur la vallée d'Ougogo. -- Aridité. -- Kraals.
     -- Absence de combustible. -- Géologie. -- Climat. --
     Printemps. -- Indigènes. -- District de Toula. -- Le chef
     Maoula. -- Forêt dangereuse.

Le plateau que l'expédition venait de franchir s'étend de la vallée
d'Ougogi (trente-trois degrés cinquante-quatre minutes longitude est)
au district de Toula, qui constitue la marche orientale de
l'Ounyamouézi (trente et un degrés trente-sept minutes longitude est).
Située sous le vent d'une rampe, dont l'altitude force le mousson du
sud-est à déposer les vapeurs qu'il transporte, et placée trop loin
des grands lacs pour en ressentir l'influence, cette région est d'une
aridité qui rappelle les Karrous et la plaine du Kalahari. Pas de
rivières dans l'Ougogo; les eaux pluviales y sont emportées par de
larges _noullahs_, dont les bords d'argile se fendent pendant la
sécheresse, et forment des polygones pareils à ceux du basalte. Les
salines nitreuses et les plaines torréfiées y présentent quelques-uns
des effets de mirage observés dans l'Arabie déserte; les chemins n'y
sont que des pistes, frayées à travers les buissons et les champs; les
kraals de petits enclos malpropres, autour d'un arbre où s'appuient
les marchandises; les cabanes de ces kraals, de pauvres hangars faits
d'épines et couverts de chaume; le manque de bois empêche qu'il en
soit autrement, et, par le même motif, c'est la bouse de vache qui
sert de combustible dans le pays.

Le sous-sol y est presque partout composé de grès, souvent couvert
d'un sable rutilant, parfois d'une couche d'humus peu épaisse, et en
général d'une argile ferrugineuse, jonchée de nodules de quartz,
diversement colorées de masses de carbonate de chaux, ou de détritus
siliceux, qui offrent plus de ressemblance avec le sable d'une allée
qu'avec le riche terreau de la zone précédente. La manière dont l'eau
s'y distribue, ou plutôt s'y conserve après la saison des pluies,
divise cette région en trois grands districts: à l'est le
Marenga-Mkali, épais fourré, où de misérables villages s'éparpillent
au nord et au sud de la route. Au centre, l'Ougogo, le plus populeux
et le mieux cultivé de la province, divisé en nombreux établissements,
séparés les uns des autres par des buissons et des taillis, rempart
verdoyant dans la saison pluvieuse, épineux pendant la sécheresse, et
qui, dans tous les temps, s'oppose à la circulation de l'air. Enfin le
Mgounda-Mkali, partie déserte, où la végétation n'est abondante que
sur les collines, moins arides que les plaines.

Le vent d'est, qui vient des montagnes, souffle avec violence dans
l'Ougogo pendant presque toute l'année, et la température y change
brusquement sous l'influence des vents froids qui alternent avec des
courants d'une chaleur singulière. «En été, le climat ressemble à
celui du Sind: même ciel embrasé, mêmes nuits d'une fraîcheur
pénétrante, mêmes ouragans poudreux. Quand le vent du nord, passant
au-dessus de la chaîne des Ouahoumba, rencontre les rafales de
l'Ousagara, échauffées par un sol brûlant, les molécules argileuses et
siliceuses de cette terre désagrégée, les détritus des plantes
carbonisées par le soleil surgissent en puissants tourbillons, qui
parcourent la plaine avec la rapidité d'un cheval au galop, et qui,
chargés de sable et de cailloux, frappent comme la grêle tout ce
qu'ils rencontrent. Vers le milieu de novembre quelques ondées
préliminaires, accompagnées de bourrasques furieuses, s'abattent sur
cette région calcinée, et la vie qui paraissait éteinte renaît et
déborde: c'est la saison des semailles, des fleurs, des chants et des
nids.

«La caravane qui passe pour la première fois dans l'Ougogo se plaint
des trombes, des nuées d'insectes, des revirements de température
qu'elle y rencontre; mais l'air y est salubre, et ceux qui reviennent
de l'intérieur prodiguent leurs éloges au climat qu'ils avaient
maudit.

«Dans l'est et dans le nord de la province, la race est vigoureuse et
de couleur aussi claire que les Abyssiniens. La petitesse de la partie
postérieure de la tête, relativement à la largeur de la face, jointe à
la distension du lobe des oreilles, donne aux Ouagogo une physionomie
particulière. Ils s'arrachent les deux incisives du milieu de la
mâchoire inférieure; quelques-uns se rasent la tête, la plupart se
font une masse de petites nattes comme les anciens Égyptiens, et les
enduisent, ainsi que tout leur corps, de terre ocreuse et micacée; une
couche de beurre fondu, brochant sur le tout, fait l'orgueil des
puissants et des belles. Le haut du visage est souvent bien; mais les
lèvres sont épaisses et d'une expression brutale; le corps est
heureusement proportionné jusqu'aux hanches, le reste est défectueux.
Même chez les femmes la physionomie est sauvage, la voix forte,
stridente, impérieuse, et les paupières sont rougies et souvent
altérées par l'ivresse.

«Comparé à ceux de leurs voisins, le costume des Ouagogo leur donne un
certain air de civilisation; il est aussi rare de voir parmi eux un
vêtement de pelleterie, que de rencontrer plus à l'ouest quelque
lambeau de cotonnade. Enfin leur curiosité; même impudente, prouve
qu'ils sont perfectibles; le voyageur n'excite pas cette émotion chez
les peuplades abruties, dont rien n'excite l'intérêt.

«Bien qu'il soit occupé par les Ouakimbou, le district de Toula, où
entra la caravane au sortir de l'Ougogo, est regardé comme faisant
partie de l'Ounyamouézi, dont il forme la frontière orientale.

«Après les fourrés épineux du Mgounda-Mkali, dont les jungles vous
enserrent de tous côtés, cette vaste plaine, où se succèdent les
bourgs et les champs de légumes et de céréales, apparaît comme une
terre promise; le village insignifiant où nous arrivâmes fit à nos
hommes l'effet d'un paradis, et le 1er novembre ils se sentaient de
force à traverser le hallier qui nous séparait de Roubouga.

«Nous venions de nous arrêter à l'ombre, après avoir franchi ce
dernier territoire, lorsque je vis arriver Maoula, chef d'un gros
village voisin. Dans ses prétentions à l'homme policé, il ne pouvait
pas permettre à un blanc de passer sur ses domaines sans lui soutirer
un peu d'étoffe, sous prétexte de lui offrir un bouvillon. Comme la
plupart des chefs de la Terre de la Lune, c'était un grand vieillard
décharné, anguleux, ayant de gros membres, la peau noire, huileuse et
ridée; une quantité de petits tortillons enduits de graisse, de beurre
fondu, d'huile de ricin, pendillaient autour de sa tête chauve; une
odeur d'encens bouilli s'exhalait du vieux morceau d'indienne qui lui
enveloppait les hanches et de l'espèce de manteau qui lui tombait des
épaules. Une quantité d'anneaux de fil de laiton roulé autour d'une
masse de poil de buffle ou de zèbre, lui couvraient les deux jambes;
et quatre petits disques, taillés dans une coquille blanche, ornaient
les cothurnes de ses sandales. Il nous salua d'un air bienveillant,
nous conduisit à son village, donna des ordres pour qu'on nettoyât des
cases à notre intention, et nous quitta pour aller chercher son
bouvard. Il revint quelques instants après, nous faisant amener l'un
de ses taureaux, qui s'échappa, furieux comme un buffle, et dispersa
tout le monde sur sa route, jusqu'au moment où deux balles du
capitaine Speke l'étendirent sur le sable. Le vieux Maoula reçut en
échange un morceau d'étoffe rouge, deux pièces de calicot, et demanda
tout ce qu'il aperçut, y compris des capsules, bien qu'il n'eût pas de
fusil; en outre, il fit tous ses efforts pour nous retenir, dans
l'espérance que je guérirais son fils de la fièvre, et que je
jetterais un sort à l'un des chefs du voisinage, qui lui était
hostile. Le soir, on vint me dire que la palissade était entourée
d'une troupe de nègres furieux; je sortis du village, et découvris en
dehors de l'estacade une longue rangée d'hommes paisiblement assis,
bien qu'ils fussent armés en guerre. Je fis déposer nos marchandises
en lieu sûr, et me promis de quitter le lendemain notre vieux chef,
sans plus me mêler de ses querelles du voisinage que de la santé de
son fils.

[Illustration: Paysage dans l'Ousagara.--Dessin de Eug. Lavieille
d'après Burton.]

Depuis Zangomero jusqu'aux frontières de l'Ounyanyembé, sur une ligne
de plus de cent vingt lieues, nous avions traversé bien des têtes de
vallées s'ouvrant au sud, et portant leurs eaux au Loufidji, ce fleuve
que, dès 1811, le capitaine Hardi, de la marine de Bombay, a signalé
comme une des grandes artères de l'Afrique centrale. Que de fatigues
seront épargnées à ceux de nos successeurs qui pourront profiter de
cette voie naturelle!

                                   Traduit par Mme H. LOREAU.

  (_La suite à la prochaine livraison._)



[Illustration: Paysage dans l'Ouanyamouézi.--Dessin de Lavieille
d'après Burton.]



VOYAGE AUX GRANDS LACS DE L'AFRIQUE OCCIDENTALE,

PAR LE CAPITAINE BURTON[11].

1857-1859

                   [Note 11: Suite.--Voy. page 305.]

     Arrivée à Kazeh. -- Accueil hospitalier. -- Snay ben Amir.
     -- Établissements des Arabes. -- Leur manière de vivre. --
     Le Tembé. -- Chemins de l'Afrique orientale. -- Caravanes.
     -- Porteurs. -- Une journée de marche. -- Costume du guide.
     -- Le Mganga. -- Coiffures. -- Halte. -- Danse.


«Avant d'arriver dans l'Ounyanyembé, nous avions à franchir une forêt
que de nombreux vols et d'horribles assassinats ont rendue l'effroi
des caravanes. On y dévalisa l'un de nos porteurs qui était resté en
arrière, puis on lui cassa la tête à coups de bâton. Si triste que fût
l'événement, c'était nous en tirer à peu de frais, si l'on considère
qu'un seul Arabe se plaignait d'avoir perdu, à différentes reprises,
cinquante charges d'étoffes et cinquante porteurs.

«De cette forêt nous entrâmes dans les rizières des districts de
l'Ounyanyembé; et après avoir couché dans un sale petit village,
appelé Hanga, il ne nous resta plus que deux marches à faire pour nous
rendre à Kazeh.

«Quatre mois et demi après notre départ de la côte, le 7 novembre
1857, j'arrivai à Kazeh, principal établissement des Arabes dans ces
parages, et chef-lieu de l'Ounyanyembé.

«Nous étions partis au point du jour; les Béloutchis avaient leur
costume d'apparat, sans lequel il est rare qu'un Oriental voyage; mais
on devait bientôt remballer cette belle parure pour l'échanger plus
tard contre un nombre plus ou moins grand d'esclaves. À huit heures
nous fîmes halte près d'une petite bourgade, afin que les traînards
pussent nous rejoindre, et lorsque, drapeau au vent, la caravane
serpenta dans la plaine au son des cors, au bruit des voix, ou plutôt
des clameurs qui dominaient l'artillerie, elle présenta un coup d'oeil
vraiment splendide. La foule, qui se pressait aux deux côtés du chemin
et qui rivalisait avec nous d'acclamations bruyantes, était vêtue avec
un luxe auquel nous n'étions plus habitués. Quelques Arabes se
trouvaient au bord de la route; ils me saluèrent avec la gravité
musulmane, et nous accompagnèrent pendant quelques instants. Parmi eux
étaient les principaux négociants de l'endroit: Snay ben Amir, Seïd
ben Medjid, bel et jeune Omani de noble race, Mouhinna ben Soliman,
qui, malgré son éléphantiasis, pénétrait à pied, tous les ans,
jusqu'au centre de l'Afrique; enfin Seïd ben Ali qui, la taille mince,
les formes grêles, mais bien proportionnées, les traits fins, la barbe
blanche, la tête chauve, surmontée d'un fez rouge, offrait le type
accompli du vieil Arabe. Au lieu de nous conduire au tembé qui avait
été mis à ma disposition, le guide alla tout droit chez un négociant
indien pour lequel le Saïd de Zanzibar m'avait donné des lettres.
L'Indien était absent, mais Snay ben Amir vint à ma rencontre, et
m'installa dans la maison d'Abaïd, qui se trouvait en voyage. Après
m'avoir laissé un jour de repos, afin que je pusse régler avec mes
porteurs, dont l'engagement était fini, tous les marchands de Kazeh,
au nombre de dix ou douze, vinrent me faire une visite.

Comme le Zoungoméro dans le Khoutou, l'Ounyanyembé est un lieu de
réunion pour les trafiquants, et le point de départ des caravanes qui,
de là, se répandent dans l'intérieur. Sa position au centre de
l'Ounyamouézi (la célèbre Terre de la Lune), dont il forme le district
principal, la sécurité relative qu'il offre à ses habitants, ont
déterminé les Omanis à y fonder un entrepôt. Quelques-uns même y
séjournent parfois pendant plusieurs années, tandis que leurs agents
battent la campagne pour recueillir des marchandises.

«On m'avait prédit un mauvais accueil de la part de ces Arabes; la
façon dont ils me reçurent fut au contraire des plus encourageantes;
nous rencontrions enfin des coeurs de chair, après n'avoir trouvé que
des coeurs de roche. Tout ce dont j'avais besoin, tout ce que
j'indiquai, même d'une façon indirecte, me fut immédiatement envoyé,
et la moindre allusion au payement aurait été considérée comme une
injure. Snay ben Amir, surpassant tous les autres, joignit aux
citrons, au café, aux douceurs que dans ce pays on ne trouve que chez
les Arabes, deux chèvres et deux boeufs. Il avait commencé par être
confiseur à Mascate, et à l'époque dont nous parlons, c'est-à-dire
seize ans après ce début, il était l'un des plus riches négociants de
l'Afrique orientale. Contraint par sa santé de renoncer à la vie
active, il s'était fixé à Kazeh, où il remplissait les fonctions
d'agent commercial et de procureur civil, et ses magasins d'étoffes,
de rassade et d'ivoire, ses baracons à esclaves, composaient un
village. D'une extrême obligeance, ce fut lui qui me procura des
porteurs, qui les enrôla, qui se chargea de mes marchandises et fit
tout préparer pour mon départ; enfin je dois à sa conversation
instructive, une foule de renseignements sur la contrée que j'avais à
parcourir. Il avait navigué sur le Tanganyika, visité les royaumes de
Karagouah et d'Ouganda, situés au nord du lac, et l'ethnologie, les
moeurs, les différents idiomes de cette région ne lui étaient pas
moins familiers que ceux de l'Oman, son pays natal. C'était un homme
pâle, entre deux âges, avec de grands traits, les yeux caves, le
regard perçant, la taille haute, les membres décharnés: l'ensemble de
Don Quichotte. Il avait beaucoup lu; sa mémoire était miraculeuse, sa
pénétration excessive, et sa parole d'une facilité, d'une élégance
dont j'étais surpris et charmé; bref, il était du bois dont on fait
les amis; généreux et discret, à la fois plein de courage et de
prudence, toujours prêt à risquer sa vie pour sauvegarder l'honneur,
et ce qui est rare en Orient, aussi honnête que brave.

«Les Omanis ont, dans l'Ounyanyembé, une existence beaucoup plus
facile et plus large qu'on ne pourrait le croire; leurs maisons, bien
qu'à un seul étage, sont grandes et solidement construites; leurs
jardins spacieux et bien plantés; on leur envoie régulièrement de
Zanzibar, non-seulement tout ce qui est nécessaire à la vie, mais une
quantité d'objets de luxe. Ils vivent au milieu d'une foule de
concubines et d'esclaves parfaitement dressés au service; d'autres
esclaves de toutes les professions leur viennent de la côte avec les
caravanes; et comme en Orient les hommes les mieux élevés savent tous
manier l'aiguille, il est rare que le besoin d'un tailleur se fasse
sentir à Kazeh.

«L'habitation des Arabes, dans la Terre de la Lune, est tout
simplement le tembé africain, modifié d'après les exigences de la vie
musulmane. La verandah profonde et ombreuse, qui en ceint l'extérieur,
abrite une large banquette où les hommes vont jouir de la fraîcheur du
matin et de la sérénité du soir; c'est là qu'ils font la prière,
qu'ils travaillent et qu'ils reçoivent leurs connaissances; sous la
verandah est une porte semblable à une herse, qui donne accès dans un
vestibule, où deux divans en terre battue, ayant des coussins de même
matière, composent tout le mobilier; des nattes en recouvrent l'argile
et sont remplacées par des tapis lorsqu'on attend des visites. Un
couloir, qui tourne immédiatement pour tromper le regard des curieux,
conduit de ce vestibule dans une cour, entourée de chambres et qui,
chez les indigènes, est fermée par une estacade ou une palissade de
roseaux. Pas de fenêtres à ces chambres, où l'air pénètre seulement
par de petits oeils de boeuf, qui au besoin font l'office de
meurtrières. De la pièce d'honneur, où couche le maître du logis, on
passe dans une salle complètement noire qui sert de magasin; le harem
et les servitudes complètent ce genre d'habitation, le plus triste
assurément qu'ait inventé les hommes. De l'intérieur des cellules qui
le composent, le regard n'aperçoit que des murailles, et la petite
cour où l'eau ruisselle durant la saison des pluies. Pendant le jour,
une clarté douteuse contraste péniblement avec le rayon qui jaillit de
la porte; et le soir il n'est pas de luminaire qui puisse éclairer ces
murs terreux, gris ou rougeâtres. On y suffoque, ou l'on y subit les
rafales du vent qui s'y engouffre. Chez les indigènes, la toiture
laisse passer l'eau, et chaque solive du plafond, chacune des fentes
de la muraille est habitée par des myriades d'insectes.

«Toutefois, pour des hommes qui vivent sous la verandah, et qui ont
introduit le luxe dans la partie qui leur est personnelle, on conçoit
que le tembé ne soit pas désagréable; je me suis trouvé fort bien dans
celui d'Abaïd; et maintenant que le lecteur me sait confortablement
installé à un jet de pierre de mon ami Snay ben Amir, il ne sera
peut-être pas fâché d'avoir un aperçu des chemins que nous avons
suivis pour en arriver là. Depuis son enfance, il entend parler des
chameaux, des litières, des mules ou des ânes qui composent une
caravane; mais le transport à dos d'homme qui caractérise un voyage
dans cette partie de l'Afrique a été moins souvent décrit.

«Les routes, cette première attestation du progrès chez un peuple,
n'existent pas dans l'Afrique orientale; les plus fréquentées ne sont
que des pistes de vingt ou trente centimètres de large, tracées par
l'homme dans la saison des voyages, et qui, suivant l'expression
africaine, meurent pendant la saison des pluies, c'est-à-dire
s'effacent sous une végétation opulente. Dans la plaine déserte, le
sentier se divise en quatre ou cinq lignes tortueuses; dans les
jungles c'est un tunnel, dont la voûte branchue arrête le porteur en
accrochant son fardeau; près des villages, il est barré par une haie
d'euphorbe, une estacade, un amas de fascines. Où la terre est libre,
il s'allonge de moitié par mille détours. Dans l'Ouzarama et le
Khoutou, il se traîne au milieu de grandes herbes, versées pendant la
saison des pluies, brûlées pendant la sécheresse; il contourne des
enclos, traverse des marécages, des rivières au lit vaseux, aux berges
escarpées où l'eau vous monte jusqu'à la poitrine; partout il est miné
par les insectes et les rongeurs qui le transforment en un piège
perpétuel. Dans l'Ousagara, il disparaît au fond des ravins, s'arrête
en face de montagnes abruptes, où il se métamorphose en échelle de
racines et de quartiers de roche, que ne peuvent ni monter ni
descendre les bêtes de somme. Le plus mauvais est encore celui qui
borde les rivières, ou celui qui serpente sur le sol pierreux et
déchiré qu'on trouve à la base des collines; le premier, envahi par
une herbe touffue, est un repaire de voleurs; le second est une série
de crevasses profondes, renfermant un ruisseau engourdi, brisé par des
flaques de vase, et plus difficile à franchir qu'un torrent. De
l'Ousagara jusqu'à l'Ounyamouézi, le chemin perce des halliers,
parcourt des forêts, où les fondrières l'interrompent, et où la
plupart du temps on ne le reconnaîtrait plus sans les arbres écorcés
ou brûlés qui en marquent les bords. Ici est une barricade, plus loin
une plate-forme soutenue par des souches; là-bas un petit arbre,
arraché et replanté, couronné d'un croissant d'herbe, est coiffé
d'énormes coquilles d'escargots, et de tout ce que peut inventer une
imagination barbare. Dans l'Ouvinza et près de l'Oujiji, la piste
cumule tous les inconvénients à la fois; ruisseaux, ravins, halliers,
grandes herbes, rochers à pic, marais, crevasses et cailloux. On ne
sait laquelle choisir des voies transversales qui pullulent dans les
endroits habités; où elles n'existent pas, la jungle est impénétrable,
et le conseil donné au voyageur, de préférer les lieux élevés pour y
camper le soir, devient une ironie dans cette partie de l'Afrique; il
lui serait plus facile de se creuser un terrier que de s'ouvrir un
chemin dans ce réseau d'épines et de troncs d'arbres.

«On croit généralement dans l'île de Zanzibar que les caravanes ne
traversent pas cette région; l'idée est juste, si on entend par
caravanes ces longues files de chameaux et de mulets qui franchissent
les déserts de l'Arabie et de la Perse; elle est fausse, si l'on
applique cette qualification à une bande d'individus qui voyagent dans
un but commercial. Les Ouanyamouézi ont toujours visité la côte, et
lorsque la guerre ou les discordes de tribu à tribu leur en ont coupé
la route, une nouvelle ligne s'est ouverte sur un point différent.
Chez un peuple dont tout le confort et le luxe dépendent de l'échange,
le trafic ne s'étouffe pas plus que la vapeur ne se comprime. Jusqu'à
ces dernières années, tous les négociants faisaient porter leurs
marchandises par des mercenaires de la côte ou de l'île de Zanzibar;
le transport en est maintenant effectué par les Ouanyamouézi, qui
considèrent le portage comme une preuve de virilité. On les voit, dès
l'âge le plus tendre, se charger d'un petit morceau d'ivoire: porteurs
de naissance, comme les chiens chassent de race. «Il couve ses oeufs,»
disent-ils en parlant d'un homme dont la vie est sédentaire; et «qui a
vu le monde n'est pas vide de sens,» est de tous leurs proverbes celui
qu'ils répètent le plus souvent. Néanmoins, en dépit de cet amour des
voyages, ils ont la passion du sol natal, et rien ne prévaut contre le
désir du retour, quand une fois il s'est emparé de leur esprit. Un
Mnyamouézi débattra son engagement avec l'opiniâtreté d'un juif, et
après deux ou trois mois de fatigues, s'il rencontre une caravane qui
revienne à son village, un mot l'entraîne et lui fait abandonner tous
les fruits de son travail. Au départ, quel qu'ait été l'empressement
qu'ils aient mis à s'engager, la présence de nos hommes ne tient qu'à
un fil tant qu'ils ne sont pas loin de chez eux; ils ont toutefois
leur point d'honneur, et celui qui déserte laisse honnêtement à terre
le fardeau qui lui a été confié.

«Trois sortes de caravanes parcourent l'est de l'Afrique; les unes se
composent uniquement de Ouanyamouézi, d'autres sont dirigées et
accompagnées par des métis ou par des esclaves de confiance, tandis
que les troisièmes sont commandées par les Arabes. Dans les premières,
qui sont de beaucoup les plus nombreuses, il n'y a pas de désertion,
pas de murmures, et le trajet s'accomplit aussi vite que possible. On
marche depuis le lever du soleil jusqu'à dix ou onze heures du matin;
quelquefois même on continue la route dès que la grande chaleur est
passée. L'épaule des porteurs est mise au vif par le poids du fardeau,
leurs pieds sont déchirés; ils n'en vont pas moins, parfois tout à
fait nus, à travers les épines et les herbes tranchantes, réservant
leurs habits pour se parer en arrivant. Ils n'ont pas de couvertures,
et la plupart couchent par terre. Ceux qui ont le plus besoin de
confort emportent, en surcroît de leur charge et de leurs armes, une
peau de bête qui leur sert de tapis, une marmite, une caisse d'écorce
où leurs vêtements sont pliés, un tabouret et une petite calebasse de
beurre fondu. Ils ont à souffrir du climat, de la mauvaise nourriture,
de l'excès de fatigue; d'affreuses épidémies, surtout la petite
vérole, les déciment lorsqu'ils approchent de la côte, et cependant,
malgré leur aspect décharné, ils supportent mieux le voyage qu'on ne
pouvait s'y attendre.

[Illustration: Noirs de l'Ousumboua.--Dessin de Gustave Boulanger
d'après Burton.]

«Commandés par les Arabes, ces mêmes porteurs mangent beaucoup,
travaillent peu, désertent fréquemment, sont remplis d'insolence,
multiplient les haltes et se plaignent sans cesse. Réduits chez eux à
ne faire qu'un seul repas, dès que c'est le maître qui paye, ils
sont insatiables et emploient mille ruses pour extorquer des aliments.
Ils ont des fureurs de viande: on tue un boeuf, le guide réclame la
tête, la caravane s'empare du reste, à l'exception de la poitrine, qui
est pour le propriétaire. Puis, quand ils sont bien gorgés, les plus
hardis prennent la fuite, les autres ne tardent pas à les suivre, et
le chef de l'expédition échoue sur la route comme un vaisseau
désemparé.

«Entre ces deux extrêmes, sont les caravanes dirigées par les Ouamrima
et les esclaves du maître, qui ont avec les porteurs une confraternité
réelle. Ces caravanes ne sont jamais affamées comme les premières, ni
gorgées d'aliments comme les autres. On y endure moins de fatigues, on
y a plus de confort dans les haltes, et moins de mortalité dans les
rangs.

«La nôtre se rapproche beaucoup de celle des Arabes, avec cette
différence que nous ne sommes pas suivis et soutenus comme ces
derniers, par les gens de notre maison. À quatre heures du matin, l'un
de nos coqs bat des ailes et salue le point du jour; tous les autres
lui répondent. J'appelle mes Goanais pour qu'ils me fassent du feu;
ils sont transis (le thermomètre indique à peu près quinze degrés
centigrades), et ils s'empressent de m'obéir. Nous prenons du thé, du
café quand il s'en trouve, des gâteaux avec de l'eau de riz, ou bien
encore un potage qui ressemble à du gruau. Les Béloutchis, pendant ce
temps-là, chantent leurs hymnes autour d'un chaudron placé sur un
grand feu, et se réconfortent avec une espèce de couscouss ou des
fèves grillées et du tabac.

[Illustration: Huttes à Mséné.--Dessin de Lavieille d'après Burton.]

«À cinq heures, le murmure des voix commence; c'est un moment
critique: les porteurs ont promis la veille de partir de grand matin
et de faire une marche pénible; mais, par cette froide matinée, ce ne
sont plus les hommes qui avaient trop chaud le soir précédent;
peut-être, d'ailleurs, plus d'un a-t-il la fièvre. Puis, dans toutes
les caravanes, il y a de ces paresseux à la voix haute, à l'esprit de
travers, dont le plus grand plaisir est de contrecarrer toute chose;
s'ils ont résolu de ne pas bouger, ils resteront devant les tisons à
se chauffer les pieds et les mains, sans détourner la tête, ou à fumer
en vous regardant sous cape. Si la bande est unanime, vous n'avez plus
qu'à rentrer sous votre tente. Si au contraire il s'y manifeste
quelque division, vous parviendrez à galvaniser vos gens; le caquet
s'anime, les voix s'élèvent, et bientôt les cris volent de toute part:
«Chargeons! en route! en voyage!» et les fanfarons d'ajouter: «Je suis
un âne! un boeuf! un chameau!» le tout accompagné du bruit des
tambours, des flûtes, des sifflets et des cors. Au milieu de ce
vacarme, les Ramji lèvent nos tentes, reçoivent quelques légers
paquets et s'enfuient quand ils peuvent. Kidogo me fait l'honneur de
me demander le programme du jour, et la caravane se répand dans le
village. Nous montons sur nos ânes, mon compagnon et moi, si nous en
avons la force; quand il nous est impossible de nous soutenir, deux
hommes nous portent dans nos hamacs suspendus à de longues perches.
Les Béloutchis, veillant sur leurs esclaves, arrivent les uns après
les autres, et ne songent qu'à s'épargner une heure de soleil. Le
jémadar a mission de rassembler l'arrière-garde avec le concours de
ben Selin, qui, froid et bourru, est tout disposé à faire jouer son
rotin. Quatre ou cinq fardeaux déposés à terre par leurs porteurs, qui
ont déserté ou sont partis les mains vides, reviennent de droit aux
hommes de bon vouloir, c'est-à-dire aux plus faibles.

«Quand tout le monde est prêt, le guide se lève, prend sa charge qui
est l'une des plus légères, son drapeau rouge, déchiré par les épines,
et ouvre la marche, suivi du timbalier. Notre guide est splendidement
vêtu d'une bande écarlate de drap, fendue au milieu pour laisser
passage à la tête, et qui flotte au gré du vent. Un bouquet de plumes
de hibou, quelquefois de grue couronnée, surmonte la dépouille d'un
singe à camail, ou la peau d'un chat sauvage, qui lui couvre le chef
et lui retombe sur les épaules, après lui avoir entouré la gorge. La
queue d'un animal quelconque, attachée de manière à faire croire
qu'elle lui est naturelle, une broche en fer, terminée par un crochet,
décorée d'un fil de perles mi-parties, et une quantité de petites
gourdes huileuses contenant du tabac, des simples et des charmes, sont
les insignes de ses fonctions. Tous ceux qui composent la caravane lui
doivent obéissance, et pour s'assurer de leur docilité, il leur a fait
présent d'une brebis ou d'une chèvre, dont il ne tardera pas à
recouvrer la valeur: on lui doit la tête de chaque animal que l'on
tue, soit en chemin, soit au bivac, et tous les cadeaux qui se font à
la fin du voyage sont sa propriété exclusive. Quiconque passe devant
lui, quand l'expédition est en marche, est passible d'une amende, et
il enlève une flèche au délinquant pour le reconnaître à la fin de la
journée.

«La caravane s'ébranle. En tête viennent les porteurs d'ivoire, les
plus chargés et les plus fiers de tous; à l'une des extrémités de
chaque défense est une clochette, à l'autre bout sont les bagages de
celui qui la porte. Après l'ivoire, l'étoffe et la rassade; puis la
plèbe des porteurs chargés de matières légères: dents de rhinocéros,
cuir, sel, tabac, houes en fer, caisses et ballots, etc. Avec ces
derniers, marchent les esclaves du Ramji, leur mousquet à l'épaule,
les femmes, les enfants qui ont toujours leur petite charge, ne
serait-elle que d'une livre; enfin les ânes, qui portent leur faix sur
un bât en peau de buffle ou de girafe. Il est rare de trouver une
caravane qui n'ait pas son mganga (sorcier, docteur et prêtre); le
saint personnage ne dédaigne pas les fonctions de porteur; mais en
vertu de son caractère sacré, il sollicite le plus mince de tous les
fardeaux; et comme tous ses pareils, mangeant beaucoup, travaillant
peu, c'est un homme gras et robuste, au crâne luisant, à la peau fine
et douce.

«Tout le monde est mal vêtu; qui voyagerait en toilette serait
certainement raillé. S'il vient à pleuvoir, chacun défait la peau de
chèvre qui lui sert de manteau, en fait un petit paquet, et la met
entre sa charge et son épaule. Au reste il y a dans leur costume
beaucoup moins de draperie que d'ornements, et c'est la coiffure qui
est leur plus grande préoccupation. Les uns s'entourent la tête de la
crinière d'un zèbre, dont les poils roides leur font une auréole;
d'autres préfèrent un morceau de queue de boeuf qui se dresse, comme
chez la licorne, à trente centimètres au-dessus du front; il y a les
coiffes en peau de félin ou de singe, les rouleaux, les bandelettes
d'étoffe rouge, blanche ou bleue, les touffes et les couronnes de
plumes d'autruche, de grue et de geai. Pour le reste du corps on a les
bracelets de toute espèce, les colliers et les ceintures; enfin les
petites clochettes, que la fine fleur des élégants porte aux genoux ou
à la cheville.

«Une fois en marche, le bruit est la distraction normale; c'est à qui
rivalisera avec le tambour et les cornets, et chacun de siffler, de
glapir, de hurler, d'imiter le chant des oiseaux, les cris des bêtes
féroces, et de proférer des paroles qui ne se disent qu'en voyage; le
tout avec redoublement aux environs des bourgades. Mais si en route on
fait le plus de bruit possible, afin d'imposer aux voleurs, on garde
le silence dans les kraals pour ne pas leur révéler sa présence.

«À huit heures, si l'on découvre une place ombreuse ou un étang, le
drapeau rouge se déploie et le son du barghoumi, qui ressemble de loin
à celui du cor de chasse, annonce une courte halte. Les fardeaux sont
déposés; on se couche ou l'on flâne, on jase, on boit, on fume, on
tousse, on crache, on suffoque, ainsi qu'il arrive à tous les fumeurs
de chanvre.

«Si la marche se prolonge jusqu'à midi, la caravane s'attarde, elle se
débande et souffre cruellement. Dès qu'on s'arrête, les premiers
cherchent l'ombre et se pelotonnent sous un buisson. Le murmure des
voix grossit; les clochettes, les tambours, les cors annoncent que
l'avant-garde est logée; le bourdonnement arrive à son comble, la
bande est au complet; on se précipite vers le kraal; les égoïstes
s'emparent des meilleures places ou des meilleures cases, si l'on est
dans un village; les querelles qui en résultent menacent d'être
sérieuses, mais le couteau rentre dans la gaîne sans avoir été rougi,
et la lance est employée en guise de bâton. Les plus énergiques,
pendant ce temps-là, abattent des arbres et réparent les abris.

«Quand les logements sont prêts, les ânes déchargés, les morceaux de
bois entassés pour le feu, les cruches remplies d'eau, on s'occupe du
dîner. C'est plaisir d'entendre le chant des marmitons, celui des
femmes qui écrasent ou décortiquent le grain, et le bruit que fait
l'esclave en pilant le café, dont il croque une bonne part. Trois
pierres ou trois mottes d'argile, placées en triangle, forment un
fourneau bien supérieur à ceux de nos camps et de nos pique-niques
champêtres; ce trépied supporte une marmite qu'entoure un petit groupe
de convives, en dépit du soleil. Dans leur pays nos hommes jeûnaient;
mais, comme tous les peuples sobres, ils ont la faculté de réparer le
temps perdu. La marmite ne s'emplit que pour se vider, se remplir et
se revider sans cesse. Ils dévorent en deux jours les provisions de la
semaine, puis ils font les mécontents. Je leur donnais double ration,
et les misérables, qui avaient l'air de chanoines à côté de leurs
confrères, osaient crier famine. Toutefois, quand ils auront la barbe
blanche, ils raconteront à la jeunesse surprise les prodigalités de
l'homme blanc qui les gorgea de grain pendant un long voyage, ils
vanteront ses monceaux d'étoffe et de rassade, parleront de ses
largesses, et regarderont en pitié les caravanes de la jeune Afrique.

«Entre leurs douze repas ils fument, chiquent, mâchent des cendres, ou
de la terre rouge qui provient d'une fourmilière. Ne leur demandez
rien au monde; celui que vous prieriez d'ouvrir un ballot se
plaindrait amèrement, et tous ceux qui n'auraient pas la bouche pleine
joindraient leurs murmures à ses cris. Donc la journée s'écoule autour
de la gamelle, à savourer une pâte épaisse qui colle aux dents, à
croquer du sorgho, à manger des rats cuits dans leur jus, des racines
grillées, des herbes bouillies, jusqu'à ce que la panse soit gonflée
comme le jabot d'une dinde à l'engrais.

«Quant à nous, le capitaine Speke et moi, notre menu alterne et va du
bifteck de chèvre et d'un pain détestable détrempé dans du bouillon de
haricots, à des tranches succulentes d'une venaison délicate, au riz
au lait, aux poulets gras, aux perdrix et aux jeunes pintades.

«Arrive le soir; on parque les vaches, on entrave les ânes, qui
s'égarent tous les deux jours, on fait le compte des fardeaux; puis
quand les vivres ont été abondants et que la lune brille, le tambour
fait rage, les mains battent avec force, et le chant monotone, que la
foule dit en choeur, appelle à la danse toute la jeunesse des
environs. L'exercice est laborieux; mais ces Africains ne sont jamais
las quand il s'agit de plaisir. C'est d'abord une simple ronde, où
chacun se balance avec lenteur; peu à peu le cercle s'anime, les bras
s'agitent, les corps se baissent, touchent le sol et rebondissent, le
groupe se condense, le mouvement s'accélère, et une sorte de galop
infernal emporte ce tourbillon satyriaque aux gestes délirants.
Lorsque la frénésie est à son comble, le chant s'arrête, et les
danseurs éclatant de rire, se jettent par terre pour reprendre haleine
et se reposer. Les vieillards regardent ce spectacle avec une
admiration profonde, et se rappellent l'époque où ils prenaient part à
la fête; trop émus pour applaudir ou pour crier leurs bravos, ils
laissent échapper des «très-bien! parfait!» qu'ils profèrent d'une
voix attendrie. Quant aux femmes, elles dansent entre elles et
refusent de se mêler au cercle des hommes, ce qui est facile à
concevoir.

«Lorsqu'on ne danse pas, et qu'il n'y a plus moyen de manger, les
porteurs chantent et babillent pendant que les Béloutchis et le reste
de l'escorte se disputent et parlent de bombance. À huit heures, le
cri «sommeil! sommeil!» se fait entendre, et chacun s'empresse
d'obéir, excepté les femmes, qui parfois se relèvent à minuit pour
jaser. Peu à peu la caravane s'endort, et le tableau devient imposant;
la flamme qui se projette au milieu des ténèbres dont la forêt
s'enveloppe, éclaire, parmi les troncs noueux et feuillus, des groupes
de bronze variés de forme et d'attitude; un ciel, d'un bleu foncé,
pailleté d'or, forme au-dessus de nos têtes une voûte profonde,
limitée par la nuit; à l'ouest, un croissant lumineux surmonté
d'Hespérus qui étincelle, renferme dans ses bras une sphère grise
qu'il entraîne. Tout est calme et revêtu de cette sublimité que la
nature imprime à ses oeuvres; c'est à de pareilles nuits que le
Byzantin a emprunté le croissant et l'étoile de ses armes.


     Séjour à Kazeh. -- Avidité des Béloutchis. -- Saison
     pluvieuse. -- Yombo. -- Coucher du soleil. -- Jolies
     fumeuses. -- Le Mséné. Orgies. -- Kajjanjéri. -- Maladie. --
     Passage du Malagarazi.

«Le lendemain de notre arrivée à Kazeh, les porteurs séparèrent leurs
bagages des nôtres, et sans nous dire un mot, sans nous faire un
signe, ils partirent pour se rendre dans leurs foyers. Le surlendemain
nos Béloutchis, leur jémadar en tête, se présentèrent en grand costume
et réclamèrent la gratification qu'ils ne devaient recevoir qu'à la
fin du voyage. Sur mon refus d'accéder à leur demande, ils se
rabattirent sur le sel et les épices, reçurent de moi plus qu'ils
n'avaient jamais possédé, se plaignirent de mon avarice et mendièrent
du tabac, une chèvre, de la poudre et des balles. Toutes ces choses
obtenues, ils me soutirèrent encore quelques pièces d'étoffe pour
payer l'étamage de leur marmite et la réparation de la batterie de
deux mousquets; puis n'étant pas contents, ils vendirent un baril de
poudre qui leur était confié.

«Les esclaves, à leur tour, établirent leurs prétentions; Ben Sélim et
Kidogo s'en mêlèrent; c'était à qui se montrerait le plus avide et le
moins soumis. Je réunis les Arabes pour en conférer avec eux;
l'affaire entendue, on me conseilla de temporiser. Sur ces
entrefaites, la pluie débuta par des torrents d'eau et une _averse de
pierres_; c'est ainsi que la grêle est nommée dans cette région. Tous
nos hommes tombèrent malades; j'étais moi-même plus mort que vif, et
ne savais plus quand nous pourrions nous en aller. Enfin, le 15
décembre, je me fis placer dans ma litière, et dis adieu à Snay ben
Amir, dont les bontés s'étaient accrues en raison de mes embarras.
Deux heures après j'arrivais à Yombo, petit village récemment établi
et formé de tentes circulaires entourées d'arbres, parmi lesquels je
revoyais le palmyra. Cette bourgade pittoresque est située dans un
endroit malsain, et l'on ne peut y avoir de vivres qu'à dose
homéopathique; mais le soir, toute la population revenait du travail
en chantant, et j'écoutais avec plaisir ce récitatif simple et doux.
Le coucher du soleil dans la Terre de la Lune est un instant plein de
charme; la brise s'épanche en ondes embaumées, comme si elle était
produite par un immense éventail, et partout la vie éclate et se
révèle avec douceur: les petits oiseaux chantent l'hymne du soir et
satinent leur plumage, les antilopes reviennent à leur buisson, le
bétail folâtre et bondit, et l'homme se livre au plaisir. Toutes les
femmes du village, depuis l'aïeule jusqu'à la jeune fille de douze
ans, s'asseyent en rond et prennent leurs grandes pipes à foyer noir;
elles paraissent y puiser de profondes jouissances; la fumée qu'elles
aspirent lentement s'exhale de leurs narines; de temps à autre elles
se rafraîchissent la bouche avec des tranches de manioc, ou un épi de
maïs vert, cuit sous la cendre; puis quelque sujet d'entretien fait
déposer les pipes, et un babil général brise tout à coup le silence.
Parmi ces fumeuses, j'en ai remarqué trois qui auraient été belles en
tous pays: le type grec dans toute sa pureté, le regard souriant, des
formes sculpturales, le buste de la Venus coulée en bronze. Un jupon
court de fibres de baobab est leur unique vêtement, et certes elles
ne perdent rien à ignorer l'usage de la crinoline et du corsage. Ces
ravissants animaux domestiques me souriaient avec grâce chaque fois
que je leur présentais mes hommages; et quelques feuilles de tabac que
je me plaisais à leur offrir m'assuraient une place d'honneur dans ce
cercle, auquel, comme à beaucoup d'autres mieux vêtus, la fumée du
narcotique tenait lieu d'idées, de contenance et de conversation.

«Le 30 décembre nous entrions dans le Mséné, lieu d'entrepôt des
Arabes de la côte, qui, par antipathie pour leurs frères de l'Oman,
ont déserté l'Ounyanyembé. Comme le nom de cette dernière province,
celui de Mséné désigne l'ensemble d'un certain nombre d'établissements
qui n'ont de commun entre eux que le voisinage. Au nord se trouvent
les bourgs de Kouihanga et d'Yovou, qui appartiennent aux indigènes.
Défendus par une forte estacade, un fossé profond et une épaisse haie
d'euphorbe, ces villages sont composés de cabanes pareilles à de
grandes ruches, et séparées les unes des autres par des champs
entourés de palissades.

[Illustration: Nègres porteurs.--Dessin de Gustave Boulanger d'après
Burton.]

«Le district de Mséné est doublement insalubre, en raison des eaux
stagnantes qui l'environnent et de la malpropreté de ses villages;
mais l'humidité du climat rend d'autant plus fertile ce sol gras et
noir, formé des débris d'une végétation exubérante; les fleurs y
croissent spontanément, les arbres y déploient leur plus riche
feuillage, le riz y pousse avec une rapidité inconnue dans l'est de la
province, et la quantité de manioc, de sorgho, de maïs et de millet
qu'on y récolte permet l'exploitation des grains; les tomates et le
piment s'y recueillent à l'état sauvage, ainsi qu'une quantité de
fruits prodigieuse; on s'y procure à bon marché des légumes d'espèces
diverses, des pastèques, d'excellents champignons, du lait, de la
volaille et du tabac. Quant à l'industrie des indigènes, elle se borne
à la fabrication de nattes communes, d'un peu de cotonnade, de
fourneaux de pipes et d'objets en fer.

«Comme on doit s'y attendre, d'après la population qui l'occupe, Mséné
est un lieu de débauche où l'orgie est en permanence. C'est l'unique
endroit de cette région où l'on tire du palmyra une boisson fermentée,
et chaque jour tout le monde y est ivre, depuis le chef et son
conseil, jusqu'au dernier esclave; le tambour ne cesse de battre, et
la danse remplit tous les instants que n'absorbe pas le festin. Les
gens de la côte ne peuvent pas s'arracher aux délices de cette Capoue
africaine, et ce fut avec une difficulté incroyable que je parvins à
remettre les nôtres en marche après douze jours de résidence. Chacun
d'ailleurs s'effrayait du voyage, et se sentait moins disposé que
jamais à en affronter les périls. Sur la route que nous allions
suivre, les villages sont plus rares, plus mal construits, et fermés
aux caravanes. Comme dans le Guzérat et le Deccan, la terre après la
pluie n'est plus qu'une fange noire et visqueuse; le ciel disparaît
sous des nuages violacés, qui fondent en averses torrentielles, et au
milieu de cette couche d'herbe en décomposition, les sentiers
linéaires sont criblés de trous qui, à chaque pas, menacent de vous
engloutir.

[Illustration: Noir de l'Ouganda.--Dessin de Gustave Boulanger d'après
Burton.]

«Huit jours après notre départ du Mséné, la caravane arrivait à
Kajjanjéri, l'effroi des voyageurs. Là, saisi de frisson, le corps
paralysé, les membres traversés d'aiguilles brûlantes et me refusant
leur concours, le tact perdu, tandis que la douleur s'exaspérait, je
vis s'entr'ouvrir les sombres portes qui mènent à l'inconnu. On se
procura néanmoins des hommes pour porter mon hamac, et le 3 février
nous nous arrêtions à Ougaga, petit bourg où nous avions à débattre le
passage du Malagarazi[12].

                   [Note 12: On a eu tort de représenter cette
                   rivière comme sortant du lac d'Oujiji; d'après
                   les voyageurs qui ont parcouru cette région,
                   elle prend sa source dans les monts
                   d'Ouroundi, à peu de distance de la rivière de
                   Karagouah; mais tandis que cette dernière va
                   tomber dans l'Oukéréoué, le Malagarazi prend
                   son cours vers le sud-est, jusqu'à ce que,
                   repoussé par la base de l'Ouroundi, il tourne
                   à l'ouest pour aller se jeter dans le
                   Tanganyika. Ainsi qu'il arrive généralement
                   dans les terrains primitifs et de transition,
                   le cours de cette rivière est brisé par des
                   rapides qui rendent impossible la navigation.
                   Au-dessous d'Ougaga sa pente devient plus
                   prononcée, des bancs de sable, des îlots
                   verdoyants le divisent, et comme à chaque
                   village on remarque un ou plusieurs canots, il
                   est probable qu'on ne peut pas le franchir à
                   gué.]

«Le moutouaré, ou seigneur des eaux, nous demanda un prix exorbitant,
renvoya ses pirogues, et finit par nous octroyer le droit que nous
réclamions, en échange de quatorze pièces d'étoffe et d'un bracelet
d'airain, c'est-à-dire de moitié des objets qu'il avait stipulés
d'abord; l'affaire conclue, on nous passa, et nous nous trouvâmes sur
la rive droite du Malagarazi.»


     Tradition. -- Beauté de la Terre de la Lune. -- Soirée de
     printemps. -- Orage. -- Faune. -- Cynocéphales, chiens
     sauvages, oiseaux d'eau. -- Ouakimbou. -- Ouanyamouézi. --
     Toilette. -- Naissances. -- Éducation. -- Funérailles. --
     Mobilier. -- Lieu public. -- Gouvernement. -- Ordalie.

«Une ancienne tradition nous représente l'Ounyamouézi ou Terre de la
Lune, comme ayant formé jadis un grand empire, sous l'autorité d'un
seul chef; d'après les indigènes, le dernier de ces empereurs mourut à
l'époque où vivaient les grands-pères de leurs grands-pères,
c'est-à-dire il y a environ cent cinquante ans, ce qui n'a rien
d'impossible. Aujourd'hui, ce n'est plus qu'un territoire morcelé,
dont chaque fraction est soumise à un tyranuscule indépendant. Mais si
les provinces qui la constituent n'ont plus entre elles de lien
politique, la Terre de la Lune n'en est pas moins restée le jardin de
cette région, et repose agréablement la vue par sa beauté paisible;
les villages y sont nombreux, les champs bien cultivés; de grands
troupeaux de bêtes bovines, à bosse volumineuse comme les races de
l'Inde, se mêlent à des bandes considérables de chèvres et de moutons,
et donnent à la campagne un air de richesse et d'abondance. Il y a peu
de scènes plus douces à contempler qu'un paysage de l'Ounyamouézi vu
par une soirée de printemps. À mesure que le soleil descend à
l'horizon, un calme d'une sérénité indescriptible se répand sur la
terre; pas une feuille ne s'agite, l'éclat laiteux de l'atmosphère
embrasée disparaît, le jour qui s'éloigne en rougissant couvre d'une
teinte rose les derniers plans du tableau que le crépuscule vient
enflammer; aux rayons de pourpre et d'or succède le jaune, puis le
vert tendre et le bleu céleste qui s'éteint dans l'azur assombri. Le
charme de cette heure est si profond, que les indigènes, assis au
milieu de leur village, ou couchés dans la forêt, en sont vivement
émus.

«La saison des pluies commence plus tôt dans l'Afrique centrale que
sur la côte, et débute, dans la Terre de la Lune par des orages d'une
violence excessive. Les éclairs d'une intensité aveuglante,
s'entre-croisent pendant des heures, dissipent entièrement les
ténèbres, et se colorent des nuances les plus vives, tandis que la
foudre, en ses roulements continus, semble venir de tous les points du
ciel. Quand la pluie doit se mêler de grêle, un bruit tumultueux se
fait entendre, l'air se refroidit subitement, et des nuages d'un brun
violet répandent une étrange obscurité. Les vents se répondent des
quatre coins de l'horizon, et l'orage se précipite vers les courants
inférieurs de l'atmosphère. Dans le Mozambique, les Portugais
attribuent ces foudres terribles à la quantité de substances minérales
qui sont éparses dans la contrée; mais cette région n'a pas besoin
d'autre batterie que son sol fumant pour produire ces décharges
électriques. On y éprouve dans la saison pluvieuse, la même sensation
qu'au bord de la Méditerranée lorsque règne le sirocco. Il est rare
que la pluie s'y prolonge plus de douze heures, elle tombe en général
pendant la nuit, et les averses du matin n'empêchent pas le jour
d'être brûlant et desséché.

«La faune de l'Ounyamouézi est la même que celle de l'Ousagara et de
l'Ougogo: le lion, le léopard, l'hyène d'Abyssinie, le chat sauvage en
habitent les forêts; l'éléphant, le rhinocéros, le buffle, la girafe,
le zèbre, le quagga y parcourent le fond des vallées et les plaines;
dans chaque étang de quelque étendue on trouve l'hippopotame et le
crocodile; les quadrumanes y sont nombreux dans les jungles; celles de
l'Ousoukouma renferment des cynocéphales jaunes, rouges et noirs, de
la taille d'un lévrier, et qui d'après les indigènes, sont la terreur
du voisinage; ils défient le léopard, et quand ils sont nombreux on
assure qu'ils n'ont pas peur d'un lion. Enfin le colobe à camail y
fait admirer sa palatine blanche, qu'il peigne et brosse
continuellement; très-glorieux de cette parure, dès qu'il est blessé,
prétendent les Arabes, il la met en pièces afin que le chasseur n'en
profite pas. On parle également de chiens sauvages qui habiteraient
les environs de l'Ounyanyembé, et, qui chassant par troupes
nombreuses, attaqueraient les plus grands animaux, et se jetteraient
même sur l'homme.

«Vers l'époque de l'année qui correspond à notre automne, les étangs
et leurs bords, sont fréquentés par des macreuses, des sarcelles
grasses, d'excellentes bécassines, des courlis et des grues, des
hérons et des jacanas; on trouve quelquefois dans le pays l'oie
d'Égypte et la grue couronnée qui paraît fournir aux Arabes un mets
favori; plusieurs espèces de calaos, le secrétaire, et de grands
vautours, probablement le condor du Cap, y sont protégés par le mépris
que les habitants font de leur chair. Le coucou indicateur y est
commun; des grillivores et une espèce de grive, de la taille d'une
alouette, y sont de passage, et rendent de grands services aux
agriculteurs par la guerre qu'ils font aux sauterelles. Un gros bec
sociable y groupe ses nids aux branches inférieures des arbres, et une
espèce de bergeronnette s'aventure dans les cases avec l'audace d'un
moineau de Paris ou de Londres. Différentes espèces d'hirondelles,
quelques-unes toutes mignonnes et d'une grâce particulière, y
séjournent pendant l'été. L'autruche, le faucon, le pluvier, le
corbeau, le gobe-mouche, la fauvette, le geai, la huppe, l'alouette,
le roitelet et le rossignol y sont représentés, mais en petit nombre,
ainsi que les chauves-souris. Quant aux ophidiens, outre le
dendrophis, l'expédition ne rencontra qu'un serpent gris ardoise, à
ventre argenté, qui abonde dans les cases, où il détruit les rats, et
n'est pas venimeux. Les marécages sont remplis de grenouilles, dont
l'affreux concert ressemble à celui qu'on entend dans le nouveau
monde; les lacs et les rivières contiennent des sangsues que les
indigènes regardent comme habitées par des esprits, et qui par ce
motif sont inviolables. Des myriapodes gigantesques sont communs dans
les forêts et dans les champs, surtout pendant les pluies, et rien
n'est plus hideux que l'aspect de ces articulés noirs à pieds rouges,
traînant la masse de parasites dont ils sont couverts. À certaines
époques il y a beaucoup de papillons dans le voisinage des eaux, où
abondent également les libellules. Des nuées de sauterelles s'abattent
de temps à autre sur le pays; mais leur apparition n'a rien de
régulier. Au printemps, des vols de criquets à ailes rouges s'élèvent
de terre, couvrent les plantes, et disparaissent au commencement des
pluies; la variété noire, que les Arabes appellent _âne de Satan_,
n'est pas rare, et sert comme aliment aux indigènes. Une mouche de la
taille d'une petite guêpe et fatale aux bestiaux, infeste les bois de
l'Ounyamouézi; enfin certaines parties de la contrée sont couvertes de
fourmilières, qui en vieillissant acquièrent la dureté du grès.

«Parmi les tribus qui occupent la Terre de la Lune deux seulement
méritent de fixer l'attention: les Ouakimbou, venus du sud-ouest, il y
a quelque vingt ans, et les Ouanyamouézi, originaires de la province.
Les premiers se livrent à l'agriculture, élèvent du bétail, joignent à
cela un peu de commerce, et quelques-uns font le voyage de la côte;
mais tous ces travaux ne parviennent pas à les enrichir.

«Les Ouanyamouézi, propriétaires du sol, industrieux et actifs, ont
sur leurs voisins une supériorité réelle et forment le type des
habitants de cette région. Leur peau, d'un brun de sépia foncé, a des
effluves qui établissent leur parenté avec le nègre; ils ont les
cheveux crépus, les divisent en nombreux tire-bouchons, et les font
retomber autour de la tête, comme les anciens Égyptiens; leur barbe
est courte et rare, et la plupart d'entre eux s'arrachent les cils.
D'une taille élevée, ils sont bien faits et leurs membres annoncent la
vigueur; on ne voit de maigres, dans la tribu, que les adolescents,
les affamés et les malades; enfin ils passent pour être braves et pour
vivre longtemps. Leur marque nationale consiste en une double rangée
de cicatrices linéaires, allant du bord externe des sourcils jusqu'au
milieu des joues, et qui parfois descendent jusqu'à la mâchoire
inférieure; chez quelques-uns une troisième ligne part du sommet du
front, et s'arrête à la naissance du nez. Ce tatouage est fait en noir
chez les hommes, en bleu chez les femmes; quelques élégantes y
ajoutent de petites raies perpendiculaires, placées au-dessous des
yeux; toutes s'arrachent deux incisives de la mâchoire inférieure; le
sexe fort se contente d'enlever le coin des deux médianes supérieures.
Hommes et femmes se distendent les oreilles par le poids des objets
qu'ils y insèrent. Quant au costume, les riches ont des vêtements
d'étoffe, les autres sont couverts de pelleteries. Les femmes, à qui
leur fortune le permet, portent la longue tunique de la côte, le plus
souvent attachée à la taille; celles des classes pauvres ont sur la
poitrine un plastron de cuir assoupli, et leur jupe, également en
cuir, s'arrête au-dessus du genou; chez les jeunes filles la poitrine
est toujours découverte, et il est rare que les enfants ne soient pas
entièrement nus. Des colliers nombreux, des fragments de coquillages,
et des croissants d'ivoire d'hippopotame qui ornent la poitrine, des
perles mi-parties, des grains de verre rouge enfilés dans la barbe
(quand elle est assez longue pour cela), des anneaux d'airain massif,
des bracelets de fil de laiton, de petites clochettes en fer, des
étuis d'ivoire, forment les divers compléments de la toilette, et sont
quelquefois réunis chez les merveilleux. En voyage, on porte une corne
à bouquin en bandoulière; au logis un petit cornet la remplace, et
contient des talismans consacrés par le mganga.

«Les Ouanyamouézi ont peu de formalités civiles ou religieuses. Quand
une femme est sur le point d'accoucher, elle se retire dans les
jungles, et revient au bout de quelques heures avec son enfant sur le
dos, et souvent une charge de bois sur la tête. Lorsque la couche est
double, ce qui heureusement est plus rare que chez les Cafres, l'un
des jumeaux est tué, et la mère emmaillotte une gourde qu'elle met
dormir avec le survivant. Si l'épouse meurt sans postérité, le veuf
réclame à son beau-père la somme qu'il avait donnée pour l'avoir; si
elle laisse un enfant, celui-ci hérite de la somme.

«La naissance, toutes les fois que les parents en ont le moyen, est
célébrée par une orgie; du reste, pas de cérémonies baptismales. Les
enfants appartiennent au père, qui a sur eux un droit absolu, et peut
les tuer ou les vendre sans encourir le moindre blâme. Ce sont les
bâtards qui succèdent au père, à l'exclusion des enfants légitimes,
qui, suivant l'opinion reçue, ayant une famille, ont moins besoin de
fortune. Aussitôt qu'un garçon peut marcher, on commence à lui faire
soigner le bétail; quand il a quatre ans on lui donne un arc et des
flèches, et on lui apprend à s'en servir; sa dixième année révolue, on
lui confie la garde du troupeau; il se considère comme majeur, se
cultive un carré de tabac, et rêve de se bâtir une cabane dont il sera
le propriétaire; il n'est pas dans la tribu un bambin de cet âge qui
ne puisse suffire à ses besoins. La position des filles n'est pas
moins remarquable; dès qu'elles ont passé l'enfance, elles quittent la
maison paternelle, se réunissent à leurs contemporaines, ce qui fait
par village un groupe de huit à douze, et s'occupent en commun de la
construction d'une grande case, où elles reçoivent qui bon leur
semble. S'il arrive que l'une d'elles soit sur le point d'être mère,
le coupable doit l'épouser sous peine d'amende. Si elle meurt en
couches avant le mariage, le père de la défunte exige que l'amant lui
paye sa fille. Tout jeune homme se marie dès qu'il a le moyen
d'acheter une femme, ce qui lui coûte d'une à dix vaches, et l'épouse
est tellement sa propriété qu'il a le droit, en cas d'adultère, de
réclamer des dommages-intérêts au séducteur; toutefois il ne peut
vendre sa femme que lorsque l'état de ses affaires l'exige. Après les
bacchanales des épousailles, le mari va s'établir chez la nouvelle
épouse, jusqu'à ce qu'il lui plaise d'habiter la demeure d'une autre,
car la polygamie est générale parmi ceux qui peuvent s'en donner le
luxe. On comprend qu'avec de pareilles moeurs les liens de famille
soient assez lâches et qu'il y ait peu d'affection entre les époux;
tel revient de la côte chargé d'étoffe, qui refusera un lambeau
d'indienne à sa femme; et celle-ci, malgré sa fortune personnelle,
laissera, s'il lui plaît, son mari mourir de faim. Dans la gestion des
affaires domestiques, l'homme est chargé des troupeaux et de la
basse-cour, la femme des champs et des jardins; mais chacun des deux
cultive sa provision de tabac, ayant peu d'espoir d'en obtenir de son
conjoint. Les veuves qui ont quelque fortune la dépensent gaiement à
satisfaire leurs caprices les plus extravagants; elles reçoivent des
cadeaux en échange, d'où il résulte que pas un esclave venu de la côte
ne possède un chiffon lorsqu'il quitte l'Ounyanyembé.

[Illustration: Habitation de Snay ben Amir à Kazeh.--Dessin de
Lavieille d'après Burton.]

«Le tembé, remplacé dans l'ouest par la hutte africaine, est
l'habitation ordinaire de l'Ounyamouézi oriental. On en trouve de
spacieux et d'assez bien construits; mais aucun n'est d'une propreté
satisfaisante. Les murs, tant à l'extérieur qu'à l'intérieur, sont
décorés de grandes lignes d'ovales faits avec un mortier de cendre,
d'argile rouge, ou de terre noire.

«Les Ouanyamouézi fabriquent avec l'argile de grossières figures
d'hommes et de serpents; on voit aussi dans leurs villages de rudes
essais de sculpture, et des croix dans certains districts; mais ces
objets qui au premier abord paraissent être des idoles, ne sont que de
pure ornementation. L'ameublement est le même que dans les autres
provinces: une couchette, formée de branches dépouillées de leur
écorce, soutenues par des fourches et recouvertes de nattes et de
peaux de vache, occupe la plus grande partie de la première pièce; le
foyer se trouve vis-à-vis de la porte, et à la muraille sont fixés de
grands coffres où l'on renferme le grain; on y voit en outre des
gourdes et de petites caisses de bois blanc suspendues au plafond, des
vases de terre noire, de grandes cuillères de bois, des pipes, des
nattes et des armes accrochées au tronc branchu d'un arbre placé dans
une encoignure à côté des pierres à moudre le grain. Mais ce qui
caractérise surtout les villages de la Terre de la Lune, ce sont deux
hiouanzas bâtis en général aux deux extrémités du bourg: l'un
appartient aux femmes, et l'on ne peut y pénétrer; l'autre est celui
des hommes, et les voyageurs y sont admis.

[Illustration: Jeunes dames à Kazeh.--Dessin de Gustave Boulanger
d'après Burton.]

«L'hiouanza est une case plus grande, plus solidement construite que
ses voisines, et dont les murailles sont mieux polies, mieux décorées.
Des talismans, suspendus au linteau de la porte, en protègent le
soleil. On retrouve à l'intérieur le lit de camp, fait cette fois avec
des planches, comme celui de nos corps de garde, les trois cônes du
foyer et la pierre à moudre; des flèches, des lances, des bâtons sont
attachés aux solives et remplissent les coins. C'est là que tous les
hommes du bourg vont passer leur journée, souvent la nuit, même après
leur mariage, et dépensent le temps à jouer, boire, manger, fumer du
tabac et du chanvre, à causer et à dormir entièrement nus, pêle-mêle
comme une meute dans un chenil.

«La séparation, comme on le voit, est complète entre les deux sexes;
ils ne mangent pas même ensemble; un bambin serait désolé qu'on lui
vît partager le repas de sa mère. Avant leurs étroites relations avec
les Arabes, les Ouanyamouézi ne goûtaient pas à la volaille, dont ils
mettaient la chair au nombre des viandes impures; aujourd'hui encore
ils ne mangent pas d'oeufs; mais il en est, parmi ces dégoûtés, qui
s'accommodent de charogne. Certains d'entre eux, qui ne voudraient pas
toucher à du mouton, se repaissent de léopard, de rhinocéros, de chat
sauvage et de rat; quant aux scarabées et aux termites, ils sont
appréciés de tout le monde. Du reste, il est rare que les Ouanyamouézi
mangent de la viande, à moins d'être en voyage; de la bouillie et
quelques plantes que leur fournissent les jungles forment leur
nourriture ordinaire; ils y ajoutent du miel et du petit-lait pendant
la belle saison. Les chefs se vantent néanmoins de ne consommer que
des aliments substantiels, entre autres du boeuf; et depuis le premier
jusqu'au dernier de la tribu, aucun ne s'avoue rassasié tant qu'il
n'est pas abruti par l'excès des aliments.

«L'extension que le commerce a prise depuis quelque temps dans ces
parages a modifié la manière de vivre des naturels, mais d'une manière
fâcheuse; ils ne sont plus aujourd'hui ni probes, ni hospitaliers, et
n'ont acquis aucune qualité en échange, de leurs vertus primitives;
leur industrie n'a fait aucun progrès, leur intelligence commerciale
ne s'est pas même développée au contact des Arabes, ils emploient
l'âne comme bête de somme, et n'ont pas encore eu l'idée de s'en
servir comme monture; pas un n'a su adopter la charrue, dont ils
connaissent l'usage, et bien que leur idiome soit riche, ils se
contentent, dans leurs chansons, d'une douzaine de mots qu'ils
répètent à satiété.

[Illustration: Coiffures des indigènes de l'Ounyanyembé.]

«Comme nous l'avons dit plus haut, la Terre de la Lune est gouvernée
par une foule de petits chefs dont le pouvoir est héréditaire, et qui,
assistés d'un conseil, n'en exercent pas moins une autorité
despotique. Outre les produits du domaine privé, ces chefs tirent leur
revenu des présents que leur font les voyageurs, de la confiscation
des biens, dans les cas de félonie et de sorcellerie, de la vente de
leurs sujets et du droit d'aubaine. C'est à eux qu'appartiennent
l'ivoire que l'on trouve dans les jungles, et tous les effets des
esclaves décédés. L'exemple suivant pourra donner un aperçu de leur
manière de vivre. Foundikira, l'un des principaux chefs de la
province, faisait partie d'une caravane, en qualité de porteur, et se
dirigeait vers la côte, lorsqu'il apprit la mort de son père; il
déposa immédiatement son fardeau et revint dans son pays, où il hérita
des biens paternels, y compris les veuves du défunt, eut trois cents
cases pour loger ses esclaves, et se trouva en outre possesseur de dix
épouses et de deux mille têtes de gros bétail. Dédaignant de réclamer
des étrangers le droit de passage que lui accordait la coutume, et
n'en recevant pas moins des cadeaux importants, il vécut avec une
certaine pompe jusqu'en 1858; à cette époque la bonne chère et les
années l'ayant rendu malade, toute sa famille fut accusée de tramer sa
mort par des procédés magiques. On eut recours au mganga. Celui-ci
prit une poule, lui tordit le cou, après lui avoir fait boire un
philtre mystérieux, l'ouvrit et en examina l'intérieur. Si, en
pareille épreuve, la chair noircit près des ailes, ce sont les enfants
et les petits-cousins du malade qu'elle dénonce; l'échine vient-elle à
s'altérer, prouve la culpabilité de la mère et de la grand'mère; la
queue celle de l'épouse; les cuisses accusent les concubines, et les
pattes condamnent les esclaves. Lorsque la catégorie qui renferme le
criminel est ainsi révélée, on rassemble les prévenus, on administre
une nouvelle dose d'élixir à une seconde poule, que le mganga jette
au-dessus du groupe incriminé; le malheureux sur qui elle tombe est
déclaré coupable, soumis à la torture, et, suivant le caprice du
docteur, il est tué à coups de lance, décapité ou assommé; le plus
souvent on lui serre la tête entre deux planches, jusqu'à ce que la
cervelle ait sauté; il existe pour les femmes un empalement spécial,
et d'une horreur sans nom. À la première atteinte du mal de
Foundikira, dix-huit individus périrent de la sorte. Si la maladie se
prolonge, d'autres victimes sont immolées par vingtaines, et si le
chef meurt, le magicien lui-même le suit dans la tombe.


     Région insalubre et féconde. -- Aspect du Tanganyika.
     Ravissements. -- Kaouélé.

«La route qui se déploie devant nous traverse un pays jadis populeux
et fertile, que les Ouatouta ont ravagé, et dont ils ont fait un
désert. On m'a prévenu que ce serait une rude épreuve; en effet, le
début est peu encourageant. Le district de Mpété, dans lequel nous
entrons, sur la rive droite du Malagarazi, est des plus insalubres;
les moustiques nous y attaquent, même pendant le jour; au bord de la
rivière nous ne traversons que des marécages, et les montagnes que
nous escaladons sont séparées les unes des autres par des torrents
fangeux. Impossible, néanmoins, de ne pas admirer la puissance féconde
de cette terre, toujours inondée de pluie ou de soleil. La province de
Jambého, située sur l'autre rive, est certainement l'une des plus
fertiles du globe; ses villages, dont les huttes ressemblent à des
nids, ses champs de patates et de millet qu'on aperçoit à la sortie
des jungles, produisent l'effet du jour après une nuit ténébreuse.
Nous passons le Malagarazi, et nous suivons la rive gauche de l'un de
ses affluents, le Rousougi, qui, à cette époque de l'année, peut avoir
cent mètres de large; un lit de terre rouge en forme le fond; et,
comme il arrive en général dans ces parages, les berges en sont
profondément déchirées par des ravins qui rendent la marche
excessivement pénible. Un gué se présente, nos hommes s'y précipitent
avec joie, et leurs cris et leur nombre les protègent contre les
crocodiles, qui prennent la fuite. Nous passons, comme à l'ordinaire,
assis sur les épaules de deux porteurs, les pieds sur celles d'un
troisième; et après avoir franchi de nouveaux marais, de nouveaux
torrents, de nouvelles jungles, gravi, descendu, escaladé une quantité
de roches, de côtes abruptes, de racines et de troncs d'arbres, nous
atteignons l'Ouvoungoué rivière basse et fangeuse, qui entoure une
végétation impénétrable. Il faut recommencer la lutte contre les
joncs, les roseaux, les herbes tranchantes, auxquels se joint une
variété de fougère que nous n'avions pas encore vue: sombre manteau
qui recouvre une série d'ondulations monotones, où le sentier s'égare
et se brise. Dans tous les endroits où le sol est à découvert, une
argile rouge, qui rappelle la surface du Londa, remplace les grès et
les granités de l'est, et l'inclinaison vers le lac devient sensible.
Des massifs de petits bambous et de rotin rabougri poussent dans ces
jungles; le bauhinia et le smilax y abondent; du raisin minuscule, de
la saveur la plus acerbe, y apparaît au versant des collines; en
certains endroits le sol présente des cavités d'où s'élancent des
arbres gigantesques; et bien qu'on n'aperçoive pas une âme, des
plantations et des champs de sorgho annoncent que les environs sont
habités.

«Le 10 février, vers la fin de l'après-midi, l'expédition, n'en
pouvant plus, s'arrêta au flanc d'une colline après avoir traversé un
marais. Le ciel, voilé d'un côté de nuées obscures, et de l'autre
resplendissant de lumière, nous annonçait un orage; mais à l'horizon
apparaissait une rampe azurée, dont le soleil dorait la crête, et qui
était pour nous ce qu'un phare est au marin en détresse. Le
surlendemain nous traversions une forêt peu épaisse; une montagne
pierreuse et maigrement couverte fut escaladée à grand'peine; l'âne de
mon compagnon y trouva la mort. Quand nous en eûmes gagné la cime:
«Quelle est cette ligne étincelante qu'on voit là-bas?» demandai-je à
Sidi-Bombay. «C'est de l'eau,» répondit-il. La disposition des arbres,
le soleil qui n'éclairait qu'une partie du lac, en réduisait tellement
l'étendue, que je me reprochai d'avoir sacrifié ma santé pour si peu
de chose; et maudissant l'exagération des Arabes, je proposai de
revenir sur nos pas, afin d'aller explorer le Nyanza. M'étant
néanmoins avancé, toute la scène se déploya devant nous et je tombai
dans l'extase.

[Illustration: Coiffures des indigènes de l'Oujiji.]

«Rien de plus saisissant que ce premier aspect du Tanganyika,
mollement couché au sein des montagnes, et se chauffant au soleil des
tropiques. À vos pieds des gorges sauvages, où le sentier rampe et se
déroule; une bande de verdure, qui ne se flétrit jamais, et s'incline
vers un ruban de sable frangé de roseaux, que déchirent les vagues.
Par delà cette bordure verdoyante, le lac étend, sur un espace de
vingt à vingt-cinq milles, ses eaux bleues, où le vent d'est forme des
croissants d'écume. À l'horizon, une muraille d'un gris d'acier,
coiffée de brume vaporeuse, détache sa crête déchiquetée sur un ciel
profond, et laisse voir entre ses déchirures des collines qui
paraissent plongées dans la mer. Au midi, le territoire et les caps de
l'Ougouha, dominés au loin par un groupe d'îlots, varient cette
perspective océanesque. Des villages, des champs cultivés, de
nombreuses pirogues, enfin le murmure des vagues, donnent le mouvement
et la vie au paysage. Pour rivaliser avec les plus beaux sites connus,
il ne manque à ce tableau que des villas et des jardins, où l'oeil
puisse se reposer de l'exubérance de la nature.

«J'oubliai tout: dangers, fatigue, incertitude du retour, et chacun
partagea mon ravissement. Le jour même je m'assurai d'une embarcation,
et le lendemain, 14 février, nous longeâmes la côte orientale du lac,
en nous dirigeant vers le district de Kaouélé.

«Impossible de décrire la beauté du paysage, les formes variées et
pittoresques des montagnes, que rougissaient les premières lueurs du
matin. Mais plus j'approchais de notre destination, plus j'étais
étonné de ne rien voir qui indiquât un centre populeux; c'était à
peine si je découvrais quelques misérables bouges, entourés de sorgho
et de cannes à sucre, et protégés contre le soleil par des massifs
d'élaïs et de bananiers. D'après ce que m'avaient dit les Arabes, je
m'attendais à trouver un port, un marché plus importants qu'à
Zanzibar, et je devais à la carte des missionnaires de Mombaz des
idées préconçues, relativement à la _ville d'Oujiji_. Peu à peu les
hippopotames se montrèrent plus timides, et les pirogues plus
nombreuses; notre barque fut poussée dans une trouée, faite au milieu
d'un fouillis de plantes aquatiques, et s'arrêta sur un fond de galets
où elle n'était plus à flots. Tel est le débarcadère, le quai du
_grand Oujiji_.

[Illustration: Maison des étrangers à Kaouélé.--Dessin de Lavieille
d'après Burton.]

«Nous fîmes à peu près cent pas au milieu d'un tumulte qui défie toute
description. Suivis d'une foule d'indigènes à peau noire, si surpris
que les yeux leur en sortaient de la tête, nous passâmes à côté du
bazar, c'est-à-dire d'un plateau dépouillé d'herbe et flanqué d'un
arbre tordu. Là, entre dix et trois heures, lorsque le temps le
permet, un certain nombre d'indigènes vendent et achètent en faisant
un bruit qui s'entend à plusieurs milles à la ronde, et souvent un
coup de dague ou de lame y fait éclater la guerre de tribu à tribu. On
y trouve du poisson, des légumes, des bananes, des melons d'eau,
surtout du vin de palme, quelquefois des chèvres, des moutons et de la
volaille; de temps en temps on y brocante un esclave, ou un morceau
d'ivoire. Les gens laborieux y apportent leur ouvrage, et filent ou
épluchent du coton en attendant les chalands. De ce plateau, on me
conduisit à une maison délabrée, que le propriétaire avait abandonnée
aux esclaves et aux tiquets. Toutefois, situé à huit cents mètres du
bourg, ce tembé avait le double avantage d'être à portée des vivres et
dans une position délicieuse. Le lac est agréable à contempler de ses
bords; il n'en est pas de même lorsqu'on navigue sur ses eaux; la
monotonie des nuances fatigue le regard, tout y est vert et azur, et
la ligne continue de montagnes fait naître une idée de réclusion.

«La capitale de l'Oujiji, qui est une province et non pas une ville,
ainsi qu'on l'avait cru d'abord, était en 1857 le bourg de Kaouélé.
Les Arabes le visitèrent pour la première fois en 1840, dix ans après
qu'ils eurent pénétré dans l'Ounyamouézi; leur intention était d'y
établir un centre commercial, mais ils trouvèrent le climat insalubre,
la population dangereuse, et l'Oujiji n'est fréquenté que pendant la
belle saison, de mai en septembre, par des caravanes qui n'y
séjournent pas.»

                                   Traduit par Mme LOREAU.

  (_La fin à la prochaine livraison._)



[Illustration: Navigation sur lac Tanganyika.--Dessin de
Lavieille d'après Burton.]



VOYAGE AUX GRANDS LACS DE L'AFRIQUE ORIENTALE,

PAR LE CAPITAINE BURTON[13].

1857-1859

                   [Note 13: Suite et fin.--Voy. pages 305 et
                   321.]

     Tatouage. -- Cosmétiques. -- Manière originale de priser. --
     Caractère des Ouajiji, leur cérémonial. -- Autres riverains
     du lac. Ouatouta, vie nomade, conquêtes, manière de se
     battre, hospitalité.


«Beaucoup de Ouajiji sont défigurés par la petite vérole; la plupart
ont la peau couverte d'ampoules et d'éruptions de différente nature,
et ils sont tous victimes d'une démangeaison chronique provenant,
d'après les Arabes, de ce qu'ils se nourrissent de poisson gâté. Ils
abusent du tatouage, sans doute pour se protéger contre l'humidité de
l'atmosphère et la fraîcheur des nuits; quelques-uns des chefs portent
les cicatrices d'affreuses brûlures faites avec intention, sans
préjudice des lignes, des cercles, des étoiles, qui décorent le dos,
les bras et la poitrine de la plèbe. Hommes et femmes mettent leur
joie et leur orgueil à ruisseler d'huile, et il est évident qu'ils
n'envisagent pas la propreté comme une vertu. Il est rare qu'ils
laissent pousser leur chevelure; quelquefois, la tête est complètement
nue; mais la suprême élégance est de tailler les cheveux en petites
houppes de fantaisie: croissants, pompons, cimiers et crêtes
surgissant d'un crâne bien rasé. Divers enjolivements s'ajoutent à ces
grains de beauté; une fontange faite d'un parfilage de bois est
très-bien portée par les deux sexes. Pas le moindre vestige de
moustaches ni de favoris, qui sont arrachés avec des pinces; il paraît
d'ailleurs que le climat de cette région ne convient pas à la barbe.
Celui qui peut avoir de la terre rouge, homme ou femme, s'en
barbouille le visage, et se badigeonne la tête d'une couche de chaux,
qui donne à la physionomie un cachet à la fois hideux et grotesque;
mais tout le monde n'est pas assez riche pour se procurer ces
cosmétiques. Les chefs portent des étoffes coûteuses, qu'ils soutirent
aux caravanes; les femmes riches affectionnent la tunique dont se
parent celles de la côte; quelques-unes l'ont en drap bleu ou rouge.
Dans la classe inférieure le costume des hommes se réduit à une peau
de chèvre, de mouton, de léopard, de daim ou de singe, nouée sur
l'épaule, et dont la queue et les jambes flottent au gré du vent. Les
femmes sans fortune suppléent à l'indienne qu'elles ne peuvent pas
acheter par une petite jupe de peau ou d'écorce; quelques-unes se
contentent, pour se voiler, d'un paquet de fibres végétales ou d'un
rameau feuillu. Toutefois la jupe est d'un usage plus général; c'est
même dans l'Oujiji que nous voyons ce vêtement devenir d'un emploi
régulier. Fait avec l'écorce intérieure de différents arbres, surtout
avec celle du mrimba et du sagouier raphia, on lui donne la teinte
chamois en l'aspergeant d'huile de palme, et on y fait des mouchetures
noires pour imiter celles de la robe du léopard ou du chat sauvage.
C'est surtout de l'Ouvira et de l'Ouroundi que les Ouajiji tirent ce
vêtement, qu'ils appellent _mbougou_. Bien qu'il soit très-solide, il
n'est jamais lavé; quand il est par trop sale, on enlève cet excès de
crasse avec du beurre ou de la graisse.

[Illustration: CARTE du voyage de Burton et Speke AUX GRANDS LACS DE
L'AFRIQUE ORIENTALE. 2e Partie. Gravé chez Erhard R. Bonaparte 42]

«Outre les ceintures et les bracelets de fil de fer et de laiton qui
couvrent les bras et les jambes, outre les colliers de rassade de
toute grosseur, les anneaux massifs de métal et d'ivoire, communs à
toutes ces tribus, les Ouajiji portent des chapelets de petites
coquilles roses, et comme tous les riverains du lac, des croissants,
des ronds, des cônes enfilés par la pointe, et qui, formés des dents
les plus blanches de l'hippopotame, produisent beaucoup d'effet sur
leur peau noire.

«Une autre particularité de leur costume est la petite pince en fer ou
en bois qu'ils suspendent à leur cou, et dont l'usage est vraiment
très-original. Il est rare que ces riverains du lac fument, prisent ou
chiquent à l'instar de tout le monde. Chacun d'eux porte une gourde ou
un pot minuscule de terre noire, qui renferme du tabac en poudre. Au
moment d'en user, le priseur met de l'eau dans son petit pot,
l'exprime du tabac qui s'en imprègne, verse le liquide dans sa main et
le renifle; c'est alors que la pince devient indispensable pour serrer
les narines; autrement on les boucherait avec les doigts. Il faut
beaucoup de pratique pour parler d'une manière intelligible avec cette
espèce de drogue, que l'on garde pendant quelques minutes.

«Presque amphibies, ces habitants des bords du lac sont parfaits
nageurs, pêcheurs habiles, et vigoureux ichthyophages. Il faut les
voir à l'air frais du matin, raser l'onde, comme des oiseaux d'eau qui
folâtrent, se tenir debout dans leur étroite pirogue, darder leur
esquif dans tous les sens, avancer, reculer, tourner, chavirer,
disparaître, et se retrouver en équilibre dans leur canot avec une
promptitude miraculeuse.

«Pour la pêche, ils ont une grande variété de filets, appropriés à
l'espèce et à la grosseur du poisson qu'ils désirent; le _crates_,
particulièrement cité dans un ancien périple, et toujours en usage sur
la côte de Zanguebar, se retrouve chez ces lagoniens. Ils emploient la
nasse avec succès, mais ils ne paraissent pas narcotiser le poisson
comme on le fait dans l'Ouzaramo, et près de la côte, où l'on emploie
pour cet objet le suc de l'asclépias et de l'euphorbe.

«Les Ouajiji passent pour les plus intraitables des habitants de cette
région; à l'exemple de leurs chefs, ils sont d'une insolence, d'une
cupidité révoltante; ils exigent un salaire pour le moindre service,
voire pour vous indiquer le chemin; et vous raillant à votre barbe,
ils vous singent avec une ironie sanglante. Rien ne se fait parmi eux
sans une querelle préliminaire; aussi prompts à frapper qu'à répondre,
ils se battent jusque dans leurs canots. Ils n'hésiteront pas à donner
un coup de dague ou de lance à un voyageur, à leur hôte même, et n'y
regarderont à deux fois, pour frapper un étranger, que si l'effusion
du sang peut allumer la guerre.

[Illustration: Le capitaine Burton sur le lac Tanganyika.--D'après
lui-même.]

«Ils ont néanmoins un curieux cérémonial. Dès que le chef apparaît, il
bat des mains, et les applaudissements éclatent parmi tous ceux qui
l'entourent. Les femmes se font mutuellement la révérence, et plient
le genou jusqu'à terre. Lorsque deux hommes se rencontrent, ils se
saisissent par les bras, se les frottent simultanément l'un à l'autre
en répétant à diverses reprises: «Es-tu bien? es-tu bien?» Les mains
descendent alors sur l'avant-bras, et les salueurs de s'écrier:
«Comment vas-tu? comment vas-tu?» Enfin les paumes des mains se
rejoignent et se frappent plusieurs fois, ce qui est une marque de
respect commune à ces tribus centrales. Les enfants ont les manières
et la physionomie peu attrayantes de leurs auteurs; ces affreux
bambins dédaignent toute civilité, et, passant leur vie en dispute,
ils égratignent et mordent comme des chats sauvages. Au demeurant,
c'est une race peu affectueuse, chez qui les relations de famille me
paraissent assez froides; la seule marque de tendresse que j'ai
observée entre père et fils, est de se gratter et de se pincer
mutuellement, sans doute à cause de cette démangeaison pandémique dont
j'ai parlé plus haut; comme chez les singes, toutes les fois que les
poings se reposent, les ongles s'exercent. Néanmoins, en un jour de
tempête, lorsqu'il y a danger de mort, le Mjiji rompt le silence de
ses compagnons, qui songent tous à leur foyer, et s'écrie: «Oh! ma
femme!»

«En aucun lieu du monde on ne voit autant d'individus des deux sexes
parcourir les villages en chancelant et en divaguant d'une langue
épaisse; quand ils ne sont pas ivres, c'est qu'ils n'ont rien à boire.
À l'ivresse produite par le vin de palme, qui est leur boisson
favorite, se joignent les effet du chanvre, dont l'usage est
universel, même à bord des pirogues; et la toux, les cris convulsifs
qui s'ensuivent, rapprochent beaucoup plus ces fumeurs avinés de la
bête que de l'homme.

«Malgré l'extension que le commerce a prise chez eux depuis quinze ou
vingt ans, les Ouajiji n'ont fait aucun progrès dans l'art des
échanges: ils ignorent les lois les plus simples de la vente et de
l'achat, et le crédit est pour eux lettre close. Ils ne marchandent
que ce qui frappe leurs regards, et en fixent le prix, non suivant la
valeur de l'objet, mais d'après le besoin ou le désir qu'ils en
éprouvent. Outre l'ivoire, les esclaves, les cotonnades, les jupes
d'écorce et l'huile de palme, on trouve sur leurs marchés des
faucilles de la même forme que les nôtres, de petites clochettes de
parure, des bracelets» des houes et des couteaux à double tranchant,
dont la gaîne en bois est proprement jointe avec des lanières de
rotin.

«Au sud des Ouajiji habitent les Ouakaranga, tribu moins énergique et
dont la condition sociale est inférieure à celle de leurs voisins,
tout en s'en rapprochant beaucoup.

«Les Ouavinza, qui semblent réunir les défauts des Ouanyamouézi à ceux
des Ouajiji, forment une peuplade fuligineuse de teint, maigre et de
mauvaise mine, pauvrement vêtue de petites jupes de cuir ou d'un
tablier infiniment trop étroit. Ils complètent ce costume en y
ajoutant par derrière un chasse-mouche, qui fait l'office de caparaçon
et leur donne l'air d'avoir une queue.

[Illustration: Habitation au bord du lac Tanganyika.--Dessin de
Lavieille d'après Burton.]

«Les Ouatouta, dont le nom seul éveille la terreur parmi les riverains
du lac, sont une horde pillarde qui s'établit dans l'origine au sud du
Tanganyika. Après avoir dévasté le Maroungou et l'Oufipa, dont ils
enlevèrent presque tous les bestiaux, ils tournèrent à l'est du lac et
se dirigèrent vers le nord. Appelés par le chef de l'Oungou pour
combattre le puissant chef des Ouarori, les Ouatouta vainquirent
non-seulement ces derniers, mais s'emparèrent du territoire de
l'imprudent qui avait imploré leur assistance. Chassés à leur tour de
l'Oungou par le fils du dépossédé, ils s'étaient retirés sur la rive
méridionale du Malagarazi, lorsqu'en 1855 le chef de l'Ouvinza réclama
leur aide pour s'emparer de l'Ouhha, dont le chef venait de mourir.
Les Ouatouta s'empressèrent de répondre à cette demande, franchirent
le Malagarazi et ravagèrent tout le territoire compris entre le fleuve
et la rive nord du lac; puis alléchés par l'espoir du butin, ils
attaquèrent le Mséné, l'un des centres commerciaux des Arabes, et il
ne fallut rien moins que le feu continu de ceux-ci pendant huit jours
pour repousser les assaillants. Malgré cet échec, les Ouatouta se
replièrent sur l'Ousoui, qu'ils attaquèrent au commencement de 1858.
Quelques mois plus tard, ils marchèrent sur l'Oujiji, après avoir
pillé le Goungou, et se disposaient à s'emparer de Kaouélé, dont les
Arabes étaient absents. Mais ces derniers revinrent en toute hâte
défendre leurs marchandises, et, grâce à leurs nombreux mousquets,
triomphèrent des envahisseurs. Aujourd'hui (1859) le territoire de
cette race turbulente est limité au nord par l'Outoumbara, au sud par
le district de Mséné, à l'ouest par le méridien de l'Ouilyankourou, à
l'ouest par les highlands de l'Ouroundi.

«D'après les Arabes, les Ouatouta dédaignent l'agriculture et n'ont
pas de résidence fixe. Ils errent d'un lieu à un autre, campent sous
les arbres, où ils déroulent tout simplement une natte, et recherchent
les pâturages les plus fertiles, afin d'y conduire leurs troupeaux. Un
petit nombre portent le vêtement d'écorce, mais ils se bornent en
général au plus humble tribut qu'on puisse payer à la décence. Pour
exécuter leurs razzias, ils se réunissent par bandes nombreuses, sont
suivis d'une quantité de boeufs chargés des femmes, des enfants, des
bagages, et dont les cornes sont ornées de bracelets et de fil de
laiton qui constituent l'avoir de leurs propriétaires. Les femmes
portent les armes de leurs maris et prennent, dit-on, part au combat.
D'une bravoure incontestable, ces bandits méprisent la javeline et les
flèches; ils se battent de près avec de courtes lances qu'ils gardent
à la main, et, suivant l'expression des Arabes, «ils manoeuvrent comme
«les Francs.» Formant un corps de plusieurs milliers d'individus, ils
marchent sur quatre ou cinq lignes de profondeur et s'efforcent
d'envelopper l'ennemi. Il est rare qu'ils se débandent; en cas
d'échec, ils se retirent, et leur défaite n'est jamais une déroute.
Pas de cri de guerre parmi eux, pas de tumulte au moment du combat;
les ordres se transmettent par le sifflet, et le silence est observé
dans les rangs. Le chef, dont l'enseigne est un tabouret d'airain,
s'assied pendant la bataille. Il est assisté d'un conseil de quarante
ou cinquante membres qui l'entourent pendant le combat; son pouvoir
est du reste fort limité, si l'on en croit la tribu, qui se vante de
son autonomie.

«Après la lutte, les Ouatouta ne s'occupent ni des blessés, ni des
morts, et n'emportent comme trophée de leur victoire aucun des restes
de leur ennemi. Hospitaliers en dépit de leurs brigandages, ils
accueillent l'étranger avec honneur, et lui demandent tout d'abord
s'il les a vus de loin, c'est-à-dire s'il a entendu parler de leurs
prouesses; la réponse négative est, dit-on, un _casus belli_ envers la
tribu à laquelle appartient l'ignorant.

[Illustration: Le bassin du Maroro (voir la carte).--Dessin de
Lavieille d'après Burton.]

«Citons pour mémoire, parmi cette population lacustre, les habitants
de l'Oubouha, gens inoffensifs dont le district est simplement une
clairière au milieu des jungles, et qui, malgré leur pauvreté,
préfèrent la rassade à toute autre chose. Ils sont laids, crépus et
noirs, s'habillent de peaux de bête ou d'écorce, et ne quittent jamais
leurs armes, ce qui ne les empêche pas d'être opprimés par leurs
voisins. Enfin il faut noter les Ouahha qui, dispersés par les
Ouatouta, se sont réfugiés les uns entre l'Ounyanyembé et le
Tanganyika, les autres dans les montagnes de l'Ouroundi. Beaucoup
mieux de visage que les précédents, la peau infiniment plus claire,
ils n'en sont pas moins méprisés. Suivant les Arabes, ils viennent des
régions du sud, où la traite a son siége le plus ancien dans l'est de
l'Afrique. Du reste, ils se vendent fort cher à Mséné, et leurs chefs
de noble origine descendent à ce qu'il paraît des rois de
l'Ounyamouézi[14].»

                   [Note 14: C'est parmi les sauvages riverains
                   de l'extrémité méridionale du Tanganyika que
                   le jeune voyageur allemand Roscher, qui venait
                   d'explorer les rives encore ignorées du Nyassa
                   et l'espace non moins inconnu qui sépare ce
                   lac du Tanganyika, a été lâchement assassiné
                   pendant son sommeil au commencement de la
                   présente année (1860).]


     Installation à Kaouélé. -- Visite de Kanéna. --
     Tribulations. -- Maladies -- Sur le lac. -- Bourgades de
     pêcheurs. -- Ouafanya -- Le chef Kanoni, -- Côte
     inhospitalière. -- L'île d'Oubouari. Anthropophages. --
     Accueil flatteur des Ouavira. -- Pas d'issue au Tanganyika.
     -- Tempête. -- Retour.

«Mon premier soin, dès que je fus installé dans la maison d'Hamid, à
Kaouélé, fut d'en purifier l'intérieur en y brûlant de la poudre et de
l'assa foetida; j'en réparai la toiture, et avec l'assistance d'un
ouvrier de la côte, je me fis en bois deux espèces de divans qui me
servirent de siège et de table; enfin j'établis une banquette d'argile
tout autour de la chambre. Mais ce dernier meuble ne fut qu'à l'usage
des fourmis, dont les légions s'y pressaient chaque matin; la toiture,
malgré la couche supplémentaire dont nous l'avions enduite, n'en
laissa pas moins filtrer l'eau comme une passoire, le plancher se
parsema de flaques profondes, des masses de boue se détachèrent du
plafond et des murailles, et la moitié de l'édifice s'écroula par une
violente averse.

«Le lendemain de mon installation dans cette demeure, j'avais reçu la
visite de Kannéna, chef de Kaouélé, feudataire de Rousimba, sultan de
l'Oujiji. Il y avait deux mois que le chef précédent était mort,
laissant un fils dans sa dixième année; Kannéna, l'un de ses esclaves,
avait su plaire aux nobles veuves et s'était fait adjuger la tutelle
du mineur. Il se présenta vêtu de drap fin, coiffé d'un turban de
soie, qu'il avait emprunté à l'un de mes Béloutchis, afin de produire
sur moi une impression favorable; il en fut pour ses frais; je n'ai
jamais vu personne qui me déplût davantage: un courtaud ramassé,
bouffi, la peau noire tatouée d'une façon grotesque, les pieds larges
et plats, emmanchés de gros moignons, le front bas, étroit, les
sourcils froncés, l'air maussade, un nez de silène, des lèvres
informes et pendantes, une bouche perfide. Cet ignoble personnage fut
néanmoins d'une politesse remarquable; il me présenta, comme délégués
du grand Rousimba, pour la perception du tribut, deux gentilshommes
couverts de tabliers d'écorce, les plus étroits, les plus crasseux
qu'on pût voir, et portant chacun une hache d'arme en miniature.

«Lorsque j'eus expédié le laiton et la rassade qui m'avaient été
demandés, et qu'en échange j'eus reçu du grain (environ le dixième de
la valeur de mes présents), Kannéna parla de commerce, et pour engager
les affaires, il me fit bientôt porter une dent d'éléphant de
soixante-dix à quatre-vingts livres. Je la lui renvoyai aussitôt, et
lui dis que je ne faisais pas de trafic. J'avais tort; je conseille à
mes successeurs de se faire passer pour négociants; c'est la seule
manière d'expliquer son voyage aux indigènes, qui autrement se perdent
en conjectures à votre égard, et s'effrayent de vos intentions; pas de
meilleur prétexte pour pénétrer dans des lieux inconnus, et c'est un
motif pour qu'on vous fasse bon accueil, puisqu'on a intérêt à vous
attirer dans le pays.

[Illustration: Instruments et ustensiles des Ouajiji.--D'après
Burton.]

«La réponse que je fis à Kannéna éveilla donc la défiance dans
l'esprit des Ouajiji: «Les fainéants!» s'écria ce peuple mercantile;
et je fus prié de déguerpir beaucoup plus vite que je ne l'aurais
voulu. J'offris de donner, pour ne rien vendre, ce que les autres
payaient pour droits de trafic; on exigea quatre bracelets et six
pièces de cotonnade; je m'exécutai; Kannéna et ses gens n'en
montrèrent pas moins de mauvaise humeur. Un vieillard qui me
renseignait sur le pays fut menacé de la verge; les deux ânes qui me
restaient reçurent maint et maint coup de lance; tous les effets du
jémadar furent volés impunément; les veuves du feu chef, à qui
appartenaient les seules vaches qu'il y eût dans le village, nous
retirèrent peu à peu la ration de lait qu'elles nous donnaient dans le
principe, et l'on en vint à dévaliser les Béloutchis eux-mêmes, pour
les punir de nous avoir amenés dans le pays. Nos héros parlèrent
d'abord de tout pourfendre, et mirent flamberge au vent; mais la
réflexion leur fit sentir les avantages de la paix, et ils finirent
par m'importuner, au point que je rachetai les objets qu'on leur avait
dérobés.

«Cela ne suffit pas: mes insatiables réclamèrent une gratification; je
la leur avais presque promise; d'ailleurs j'étais mécontent de la
plupart, et, dans ce pays exceptionnel, toute mauvaise action attend
sa récompense. On ne déplaît, disent les Orientaux, qu'à l'individu
qu'on a le pouvoir d'offenser, et qui n'a pas celui de vous punir:
premier mérite. Secondement, l'offenseur peut être amené à
résipiscence par les présents qu'il reçoit, tandis qu'un homme dont
vous êtes complétement satisfait ne peut qu'être gâté par les cadeaux
et les louanges. Il fallut donc se soumettre: les Béloutchis reçurent
quarante-cinq pièces de cotonnade, qui furent immédiatement converties
en esclaves; huit jours après, ceux-ci avaient pris la fuite, laissant
à leurs propriétaires le regret de les avoir perdus, et le vain désir
de les remplacer.

«Dès les premiers jours l'humidité du climat nous éprouva beaucoup;
peut-être aussi l'abondance des vivres entraîna-t-elle quelques excès
de notre part: toujours est-il que j'étais presque aveugle et d'une
faiblesse à ne pouvoir ni parler ni me soutenir; le capitaine Speke
joignait à une ophthalmie douloureuse une contraction des muscles du
visage qui le forçait à manger latéralement comme un boeuf qui rumine.
Valentin avait de même la bouche de travers, et presque perdu la vue;
Gaëtano s'était donné la fièvre à force d'indigestions; les
Béloutchis, trop paresseux pour se construire une case, se plaignaient
de grippe, de douleurs de poitrine, et avaient le caractère aussi
malade que les poumons et la gorge; mais nos travaux étaient en
souffrance, et il fallait secouer sa léthargie.

[Illustration: Riverains du Tanganyika, côté ouest.--D'après Burton.]

«D'après les renseignements qu'on nous avait donnés, les eaux du lac
se déchargeaient au nord par le canal d'une rivière importante; et
malgré l'effroi qu'inspiraient à Kannéna lui-même les peuplades qui
habitent ces parages, j'étais bien résolu à visiter cet intéressant
cours d'eau. Je finis par obtenir que le chef nous permît de
l'accompagner dans une croisière qu'il se disposait à entreprendre, et
je lui promis une récompense considérable s'il nous conduisait jusqu'à
l'issue en question; comme gage de cette promesse, je lui jetai sur
les épaules deux mètres de drap écarlate, qui firent trembler ses
lèvres de joie, en dépit de ses efforts pour cacher son ravissement.
J'avais loué deux canots, l'un de soixante pieds de longueur sur
quatre de large, l'autre à peu près le tiers de cette dimension; outre
la somme exorbitante que j'avais déboursée pour le loyer de ces
pirogues, il fallut donner au capitaine et à l'équipage, non-seulement
le pain quotidien, mais quatre-vingts pièces de cotonnade, et une
profusion de grains de verre bleus et de perles de porcelaine rouge,
qui sont les plus estimées dans le pays. Après des querelles sans
nombre, il fut décidé que nous aurions trente-trois hommes pour
manoeuvrer le grand canot, vingt-deux pour le second, beaucoup plus
qu'il n'en fallait pour notre agrément personnel; nous y ajoutâmes nos
deux Goanais, les deux porte-fusils, et trois Béloutchis. Le 9 avril
apparut Kannéna, suivi de ses gardes et de ses mariniers, accompagnés
de leurs femmes et de leurs filles, dont l'infernal charivari me
grince encore dans les oreilles. Les équipages avaient été réunis,
payés et rationnés, mais chacun ne pensant qu'à ses propres affaires,
on ne put s'entendre au sujet de la cargaison; il fallut charger et
décharger les pirogues, courir après les rameurs qui s'étaient
dispersés, attendre qu'on eût fait ses adieux aux parents, aux épouses
et au vin de palme, et ce ne fut que le 11, à quatre heures de
l'après-midi, que les pagaies nous éloignèrent de l'île de Bangoué, où
l'embarquement avait eu lieu. À peine avait-on quitté le rivage que
les expérimentés déclarèrent que les canots étaient trop chargés, et
nous fûmes ramenés au fond de la crique. On s'installa sur le sable;
vint une bourrasque effroyable qui renversa ma tente, sans réveiller
mes Goanais, dont ma voix, jointe au bruit du vent, ne put rompre le
sommeil, et je me rendormis moi-même en bénissant, sous mon enveloppe
imperméable, le nom de Mackintosh.

[Illustration: Riverains du Tanganyika, côté sud.--D'après Burton.]

«Le lendemain l'onde était calme, et la flottille se mit en marche à
sept heures du matin. Nous côtoyons d'abord un promontoire de terre
rouge, où des blocs de grès forment un immense poudingue; la côte
s'abaisse peu à peu, est couverte de galets, puis d'un sable doré, et
sur la pente qui descend au bord de l'eau apparaissent les bourgades
des pêcheurs. Placés à l'embouchure des ravins qui déchirent la
montagne, ces chétifs établissements sont loin d'être salubres; la
terre y est voilée d'une herbe épaisse et fétide; ici un bourbier
noir, là un ruisseau torrentiel, ou à demi desséché, traverse un
groupe de six ou huit cases en forme de ruches, crasseuses et humides,
dont les trois pierres du foyer, quelques nattes et des engins de
pêche composent l'ameublement. On les reconnaît de loin aux palmiers
et aux bananiers qui les entourent, et à de grands arbres, dont la
cime étalée supporte les filets et abrite les pirogues que l'on a
retirées de l'eau, par crainte de la tempête.

«Le 14, nous aperçûmes Ouafanya, situé à la limite méridionale de
l'Ouroundi, et qui, dans cette région inhospitalière, est le seul port
ouvert aux étrangers; nous y abordâmes, on tira nos canots sur la
grève, nos tentes furent plantées sous un arbre, au sommet d'un
monticule, et nous fûmes aussi bien que le permettait une foule
insolente et curieuse, dont les rires nous éclataient au visage. Comme
tous leurs voisins, les gens d'Ouafanya sont adonnés à la boisson, et
leur ivresse est querelleuse et violente; ils ont néanmoins pour chef
un nommé Kanoni qui les tient en respect, et qui au moment de notre
arrivée se rendait à sa case avec une certaine pompe. Il était précédé
de son étendard (une poignée de longue filasse attachée à une lance,
comme la queue de cheval des Turcs), et suivi de quarante ou cinquante
guerriers vigoureux, armés de piques, de fortes dagues à double
tranchant, d'arcs roides et lourds, et de flèches aiguës. Nous lui
payâmes le tribut d'usage et nous reçûmes en retour l'inévitable
chèvre.

«Malgré l'insalubrité du climat, qui passe alternativement d'un froid
humide à une chaleur moite et suffocante, les pirogues, dont
l'équipage est nombreux et bien armé, s'arrêtent à Ouafanya pour y
acheter des provisions; les chèvres et la volaille y sont grasses, le
manioc, le sorgho à bas prix, et l'huile de palme abondante. C'est là
qu'on trouve les meilleures pagaies, et l'on y achète les jupes
d'écorce un tiers de moins que dans l'Oujiji.

[Illustration: Le bassin du Kisanga (voir la carte).--Dessin de
Lavieille d'après Burton.]

«L'inhospitalité des peuplades qui habitent plus au nord ne permettant
pas d'ouvrir avec elles des relations commerciales, ni de franchir
leur territoire, c'est à Ouafanya qu'on s'éloigne de la côte pour
traverser le lac. À cette latitude le Tanganyika est divisé par l'île
d'Oubouari, celle que probablement a indiquée l'historien portugais de
Barros. On découvre cette île deux jours avant d'y arriver, mais à
cette distance elle n'est qu'un point vaporeux, en raison de
l'humidité de l'atmosphère; d'Ouafanya, elle présente un profil clair
et net, dont la direction est au nord-est, et la pointe septentrionale
à quatre degrés sept minutes latitude sud. Oubouari est un rocher de
vingt à vingt-cinq milles géographiques de longueur, sur quatre ou
cinq de large à l'endroit de sa plus grande étendue; le grand axe en
est renflé à dos d'âne, et tantôt la roche s'incline en pente douce
vers la surface du lac, tantôt elle se dresse en falaise abrupte,
déchirée par des gorges plus ou moins étroites; verte du sommet à la
base, l'Oubouari est enveloppée d'une végétation peut-être encore plus
riche que celle du rivage; en maint endroit le sol y paraît
soigneusement cultivé; mais les étrangers n'y abordent qu'avec
défiance: ils croient toujours que les fourrés y cachent d'âpres
chasseurs en quête de proie humaine. Néanmoins le 19 avril nous en
gagnâmes la côte orientale; nous descendîmes sur la ligne étroite de
sable jaune qui borde tous les rivages de cette région, et nous étant
dirigés vers Mzimou, nous y trouvâmes une foule d'insulaires accourus
pour échanger de l'ivoire, des esclaves, des chèvres, du grain et des
légumes, contre du sel, des colliers, du cuivre et de l'étoffe. Les
Ouabouari forment une race particulière et peu avenante; un manteau
d'écorce, imitant la peau du léopard, couvre l'épaule des hommes, dont
les cheveux sont retenus par une torsade faite avec de l'herbe, et
qui, au lieu du fil de laiton en usage parmi toutes ces tribus,
portent des bracelets et des ceintures d'écorce de rotang. Les femmes
séparent leur chevelure en deux touffes latérales, et sont vêtues
d'une peau de chèvre ou d'un petit jupon d'écorce; celles des chefs
sont chargées d'ornements, et comme les dames d'Ouafanya, elles ne
sortent pas sans une canne à pomme de bois ou d'ivoire, et qui a cinq
pieds de long.

[Illustration: Végétation de l'Ougogi.--Dessin de Lavieille d'après
Burton.]

«Dans la soirée, nous doublâmes la pointe septentrionale de l'île, et
le lendemain, après avoir relâché à Mtouhoua, nous nous dirigeâmes
vers la côte occidentale du lac, située environ à quinze milles
d'Oubouari. À Mourivoumba, l'endroit où nos canots abordèrent, les
montagnes, les crocodiles, la mal'aria et les indigènes sont également
redoutés; trop indolent pour tirer parti du sol le plus fertile du
monde, ces malheureux sont anthropophages; ils se nourrissent de
charogne, de vermine, de larves et d'insectes, plutôt que de se livrer
à l'agriculture ou à l'élève du bétail, et poussent la paresse jusqu'à
manger l'homme cru; au moins sur la côte les Ouadoé le rôtissent.

«Le 24 avril, nous quittions ces cannibales, que leur faiblesse et
leur timidité rendent moins dangereux pour les vivants que pour les
morts, et nous continuâmes à longer la côte occidentale du lac. Après
dix heures de course nous atteignîmes la partie sud de l'Ouvira, dont
les habitants sont polis, et où le négoce reprend son cours. La foule
salua notre arrivée par des chants et des acclamations accompagnés du
son des cors, des tambours, des flûtes et des timbales. Les capitaines
de nos pirogues répondirent à cet accueil flatteur par une danse
analogue à celle des ours, qu'ils exécutèrent sur la grève, tapissée
de nattes pour la solennité. Nos rameurs, pendant ce temps-là,
découvrant leurs mâchoires par une grimace qui voulait être un
sourire, frottaient leurs pagaies contre les flancs des pirogues. Cet
usage vient sans doute de l'habitude où l'on est dans cette région de
se saluer en se frictionnant les côtes avec les coudes.

«Nous avions atteint la dernière station où les marchands arabes aient
pénétré. En face de nous, se dressaient les montagnes inhospitalières
de l'Ouroundi, qui paraissent se prolonger au delà des bords du lac,
et c'est à peine si le Tanganyika avait encore sept ou huit milles de
largeur. Les trois fils du chef étant venus me visiter, je les
questionnai au sujet de la rivière; ils la connaissaient tous les
trois, et voulaient m'y conduire, mais ils m'affirmèrent, avec tous
ceux qui étaient présents, que le Rousizi, au lieu de sortir du lac, y
apporte ses eaux; ainsi tombait l'espoir que j'avais eu de découvrir
en cet endroit la source cachée du Nil. Je ne renonçais pas,
cependant, à l'intention d'explorer la côte septentrionale du lac;
mais lorsque je voulus réaliser ce désir, personne ne consentit à
venir avec moi; les fils du chef se récusèrent quand je les mis en
demeure d'exécuter leur promesse, et Kannéna s'enfuit de ma tente dès
que je lui rappelai ses engagements. Il fallait s'y résigner et
revenir au point de départ.

[Illustration: Passage de l'Ouzagara.--D'après Burton.]

«Le 5 mai nous touchions à la côte orientale de l'île. Le 10, le ciel
était sombre, la chaleur étouffante, de sourds grondements accompagnés
d'éclairs livides s'échappaient des nuages, serrés en ligne vers le
nord, et qui, à l'ouest, décrivaient un arc au-dessus des montagnes.
Le tonnerre seul interrompait le silence; tout présageait la tempête.
Nous n'en quittâmes pas moins la baie de Mzimou au coucher du soleil;
pendant deux heures nous côtoyâmes le rivage, puis nos pirogues furent
lancées hardiment vers la rive opposée, et les montagnes de l'ouest
diminuèrent rapidement à nos yeux. Un vent froid traversa tout à coup
l'obscurité croissante, et les éclairs de plus en plus vifs semblèrent
rendre les ténèbres palpables; le tonnerre, répété par les mille échos
des gorges voisines, éclata et rugit de tous les points du ciel; les
faisceaux de lances, plantées dans les pirogues, la pointe haute,
appelaient la foudre; les vagues se soulevèrent, la pluie tomba en
larges gouttes, puis en nappes torrentielles. Les rameurs, bien
qu'aveuglés par les éclairs et l'averse, n'en restèrent pas moins
fermes à leur poste; mais de temps à autre le cri: «Oh! ma femme!»
proféré d'une voix gémissante, annonçait l'agonie intérieure; Bombay,
voltairien quand le ciel était calme, passa la nuit à se rappeler ses
prières; et protégé par mon mackintosh, je me demandais avec Hafin
quel souci avaient de notre péril ceux qui en toute sécurité dormaient
sur le rivage. Par bonheur, la pluie fit tomber le vent et les vagues,
sans quoi notre esquif eût infailliblement sombré.

«Le Tanganyika, dont le nom signifie réunion des eaux, s'étend du
troisième degré vingt-cinq minutes au septième degré vingt minutes
latitude sud. Sa longueur totale est d'environ deux cent cinquante
milles géographiques, et sa plus grande largeur de vingt à vingt-cinq
milles. D'une forme irrégulière, il suit une ligne parallèle à celle
de l'action volcanique, dont l'effet s'est manifesté de Gondar au mont
Njésa, paroi extérieure du Nyassa. Les montagnes qui l'entourent
forment une enceinte continue, dont l'élévation peut varier de six
cents à neuf cents mètres, et dont les versants inférieurs sont
couverts d'une végétation épaisse. Situé à cinq cent soixante-quatre
mètres au-dessus du niveau de la mer, il se trouve à six cents mètres
au-dessous du plateau adjacent (l'Ounyamouézi) et de la surface du
Nyanza d'Oukéréoué, différence de niveau qui empêcherait toute
connexion entre ces deux lacs, alors même qu'ils ne seraient pas
séparés par des montagnes. L'eau du Tanganyika paraît douce et pure au
voyageur, qui a été pendant longtemps réduit à l'eau saumâtre ou
fangeuse de la route; mais les riverains lui préfèrent celle des
fontaines qui sourdent sur ses bords. Ils prétendent que l'eau du lac
n'étanche pas leur soif; ils ajoutent qu'elle corrode le cuir et le
métal avec une puissance exceptionnelle. La teinte de cette masse
transparente est normalement de deux couleurs: l'une, un vert de mer;
l'autre, un bleu tendre. Pendant le jour, la nuance en est
généralement claire et laiteuse, comme on le remarque dans les mers
des tropiques; le vent s'élève-t-il, bientôt les vagues se gonflent,
écument, surgissent d'un fond trouble et verdâtre, et l'aspect en est
aussi menaçant que possible. Les vents périodiques qui soufflent sur
le Tanganyika sont le sud-est et le sud-ouest. La brise de terre et de
mer s'y fait sentir presque aussi distinctement que sur les rivages de
l'océan Indien. Le vent du matin vient du nord, pendant le jour il est
variable, et le soir un souffle léger s'élève des eaux. Les courants
de l'atmosphère y sont nombreux, et leur action brusque est souvent
désastreuse; les rafales, qui se heurtent en se croisant, gonflent les
vagues et les entraînent en certains endroits à six, ou sept mètres du
point ordinaire; c'est peut-être ce phénomène que les Arabes ont pris
pour des effets de marée. Les indigènes n'ont pas trouvé le fond du
lac; les Arabes n'y sont parvenus que près des rives. Ces dernières
plongent dans l'eau bleue par une pente rapide et forment sous l'eau
des bords une couche de sable et de galets. On aperçoit quelques
récifs dans le voisinage de la côte, mais on ne rencontre ni écueils,
ni bas-fonds une fois qu'on est en pleine eau; et bien que les îles
soient assez nombreuses à la marge du lac, il paraît ne s'en trouver
qu'une seule dans la nappe centrale.»

[Illustration: Rocher de l'Éléphant près du cap Gardafui.]

Trois jours après, toute la flottille arrivait saine et sauve à
Kaouélé, d'où nos voyageurs partaient le 26 mai pour reprendre la
route qui les avait amenés de la côte. Le 20 juin ils rentraient à
Kazeh, où Snay ben Amir les recevait avec sa générosité ordinaire. Là,
tous les membres de la caravane subirent l'influence du climat: fièvre
tierce ou quotidienne, maladies de foie et de poitrine, rhumatismes,
ophthalmies, surdité, ulcérations, prurigo. Burton, cependant, payant
à chacun de ces maux un tribut plus fort qu'aucun de ses compagnons,
fut cloué pendant plusieurs mois sur un lit de douleurs. Le délai qui
s'ensuivit forcément permit au capitaine Speke de pousser une pointe
de trois cent soixante kilomètres, droit au nord, jusqu'au Nyanza
d'Oukéréoué, qui, d'après les Arabes, est plus étendu que le
Tanganyika. Speke était de retour le 25 août, et le 26 septembre la
caravane se remettait en marche à travers les jungles, les marais, les
torrents, les forêts, les déserts, les vallées et les montagnes où
serpente le sentier que nous connaissons. Enfin le 3 février les
voyageurs se retrouvaient au bord de l'Océan, et ils débarquaient à
Zanzibar le 4 mars 1859.

                                   Traduit par Mme H. LOREAU.

       *       *       *       *       *

Bien que dans la relation dont nous venons d'offrir un extrait aux
lecteurs du _Tour du monde_, le capitaine Burton, cédant à un
sentiment dont nous ne sommes ni les appréciateurs ni les juges, ait
cru devoir garder le silence sur les découvertes personnelles, du
capitaine Speke, ce sont celles-ci surtout qui ont éveillé l'attention
du monde savant; car, plus spécialement que les autres résultats de
l'expédition des deux Anglais, elles se rattachent au problème imposé
depuis deux mille ans aux investigations des géographes: _la recherche
des sources du Nil._

Lorsque le 3 août 1858, après vingt-cinq jours de marche pénible, à
travers une région que jamais encore n'avait foulée un pied européen,
le capitaine Speke, du haut d'une colline, découvrit l'immense nappe
d'eau de l'Oukéréoué, il put, d'un seul coup d'oeil, reconnaître la
véracité des assertions de ses guides arabes. Il avait devant lui _un
lac beaucoup plus vaste que le Tanganyika, si large, de l'est à
l'ouest, qu'on ne pouvait en distinguer les deux rives, et si étendu,
du sud au nord, que personne n'en connaissait la longueur_.

Le capitaine Speke trouva deux degrés trente minutes pour la latitude
de l'extrémité sud de cette mer intérieure, et s'assura que son niveau
dépassait de onze cent quarante mètres celui de l'Océan. D'après des
renseignements obtenus d'un grand nombre de ces riverains, son
extension au nord de l'équateur ne peut être non plus au-dessous de
deux degrés et demi, et de cette extrémité septentrionale s'échappe un
cours d'eau qui, prolongé d'un degré ou deux encore, doit forcément
rejoindre soit le Nil Blanc dans les environs de Kondokoro ou de
Bélénia, derniers points atteints par les voyageurs venus d'Égypte et
de Nubie, soit un des nombreux canaux encore inexplorés qui viennent
rejoindre le Bahr-el-Abiad, dans le voisinage du lac Nu. La relation
suivante, qui nous est adressée de Khartoum par notre collaborateur M.
Lejean, se relie à cette hypothèse, en réduisant le Saubat, dans
lequel pendant longtemps on a voulu voir un des bras principaux du
haut Nil, aux proportions d'un affluent assez modeste.



FRAGMENT D'UN VOYAGE AU SAUBAT

(AFFLUENT DU NIL BLANC)

PAR M. ANDRÉA DEBONO[15].

1855


                   [Note 15: «Je vous envoie Je fragment d'un
                   voyage sur le Saubat (affluent de droite du
                   Nil Blanc), par M. Andréa Debono, négociant
                   maltais établi à Khartoum pour la traite de
                   l'ivoire. Il y a deux ans, les Annales des
                   Voyages ont publié une relation de ce voyage
                   écrite par M. Terranova, agent de M. Debono:
                   mais vous pourrez voir, en comparant les deux
                   relations, que le genre d'intérêt qu'elles
                   offrent est tout à fait différent.

                   «Je regrette de ne pouvoir vous envoyer le
                   journal entier de M. Debono, quoique je l'aie
                   entre les mains: l'ensemble présente un
                   caractère très-curieux et très-dramatique. M.
                   Debono, surpris par la baisse subite des eaux
                   et emprisonné par ce contre-temps, pendant
                   onze mois, parmi des tribus peu sûres, harcelé
                   et attaqué par les noirs, a failli plusieurs
                   fois périr avec la jeune femme et l'enfant qui
                   partageaient sa vie aventureuse. Sa relation,
                   que j'ai dû abréger beaucoup en la traduisant,
                   est proprement un journal de commerce écrit au
                   jour le jour, et sans prétention à la
                   publicité; il offre par cela même une haute
                   garantie de sincérité et d'exactitude.

                   «Le Saubat, sur lequel tous les géographes ont
                   jusqu'ici adopté l'hypothèse qui l'identifie
                   avec le fleuve d'Énaréa (S. d'Abyssinie), est
                   le moins connu des grands affluents du fleuve
                   Blanc. Tous les renseignements que j'ai pu
                   avoir sur ce grand cours d'eau me confirment
                   dans une pensée: c'est qu'il a sa source fort
                   loin au sud-sud-est, qu'il reçoit une grande
                   partie de ses eaux d'un ou deux canaux de
                   dérivation du fleuve Blanc, et qu'il n'a aucun
                   rapport avec le fleuve précité d'Énaréa, que
                   je regarde, jusqu'à preuve du contraire, comme
                   se rendant dans la mer des Indes sous les noms
                   de Djouba (Ouebi Sidama, Jub, etc.).»

                            Khartoum, août 1860.       G. LEJEAN.]

.... Le 23 décembre 1854, je quittai Khartoum avec une _duhabié_ et un
_sandal_ montés par soixante-sept personnes, pour tenter la fortune au
Saubat, jusqu'alors à peu près inconnu. J'arrivai le 1er janvier,
après une navigation absolument dépourvue d'incidents, à l'embouchure
de cette rivière. Le vent était favorable, mais le Saubat fait tant de
détours qu'il me fallut plusieurs fois marcher à la cordelle. Nous
voyageâmes toute la nuit, et le 2 à midi j'atteignais l'établissement
que j'avais formé l'année précédente, et où m'attendait mon agent, M.
Terranova. Après avoir réglé en cet endroit mes affaires commerciales,
je repartis le 4, et naviguai trois jours dans les mêmes conditions
que j'ai dites en commençant, tantôt à la voile, tantôt à la cordelle.
Les villages des Dinkas, qu'on ne voit pas à l'entrée du fleuve, parce
que les marais empêchent les noirs d'habiter sur cette partie du
Saubat, commencèrent le 4 et les jours suivants à se montrer sur la
droite.

[Illustration: Dernier établissement égyptien dans le Fazogl.--Dessin
de Lancelot d'après Russegger.]

Le 8, les villages dinkas disparurent pour faire place à ceux des
Schelouks, peuples qu'il ne faut pas confondre avec ceux qui habitent
sur le fleuve Blanc. Ceux du Saubat obéissent à un sultan qui demeure
dans la tribu même: ils ont des cases en paille et des pirogues faites
d'un seul tronc d'arbre, qui leur servent, lors des incursions de
leurs terribles voisins les Nouers, à se sauver sur le fleuve avec
leurs familles et leur mobilier, tant que dure la razzia.

Le 10, les nombreux détours du fleuve, qui avaient presque cessé
depuis deux jours, recommencèrent à ralentir notre navigation. Le
lendemain, je trouvai sur la rive gauche un grand rassemblement de
Nouers, et comme j'entrai en relation avec eux pour un achat de
bétail, ils me proposèrent de me réunir à eux pour écraser toutes les
autres tribus du Saubat, leur enlever leurs enfants et leurs
troupeaux, et partager les profits. Ils prétendaient former une masse
de cinquante mille guerriers, et ajoutaient qu'ils pouvaient sextupler
ce nombre, sans compter les femmes et les enfants qui les suivent
toujours à la guerre, suivant l'usage du pays. Il est vrai qu'alors le
vaincu perd non-seulement la bataille, mais encore sa famille et son
bétail. Sans discuter leurs exagérations, je leur répondis que je
n'étais pas venu au Saubat pour faire la guerre, mais pour acheter de
l'ivoire; et me voyant résolu à refuser leur étrange proposition, ils
se bornèrent à me demander ma neutralité dans la guerre qu'ils
allaient faire aux Schelouks, ce que je leur promis aisément. Ils
étaient persuadés qu'avec le secours d'une troupe d'hommes armés de
fusils ils seraient invincibles.

[Illustration: Contrée des Schelouks sur le Saubat.--Dessin de
Lancelot d'après Russegger.]

Nous continuâmes à voyager sans autres incidents, le cours du fleuve
continuant à être sinueux. Le 15, le chef d'un village où je m'arrêtai
pour acheter une dent d'éléphant me dit qu'un des hommes du sandal,
que j'avais envoyé en avant, avait tué involontairement d'un coup de
feu un de ses hommes, et il me pria de donner quelques verroteries au
père du défunt, qu'il me présenta. Cet homme me parut médiocrement
affligé, et je soupçonnai une fraude, d'autant plus qu'une femme dit à
mon drogman que le défunt avait été frappé par les Nouers, et non par
mes hommes. Je donnai cependant les verroteries demandées, et le
soir, ayant rejoint le sandal, je pris des informations qui me
convainquirent que la réclamation était fondée. La femme qui avait dit
le contraire avait probablement obéi à un sentiment de jalousie.

_15 janvier._--Arrivée chez le _Djak_ ou chef de la tribu; il me fit
présent d'une dent d'éléphant du poids de vingt livres, et d'une peau
de tigre. Pour ne pas demeurer en reste de politesse, je lui donnai
sur-le-champ un habillement complet, c'est-à-dire une chemise, un
tarbouch et une paire de chaussures. Je restai quelques jours chez ce
chef, qui me pria instamment de lui laisser un poste permanent pour le
protéger contre les Nouers. Je lui promis de satisfaire à son voeu
lorsque je repasserais en cet endroit, à mon retour, mais j'ajoutai
qu'en ce moment j'avais besoin de tout mon monde pour aller en avant.
Il m'en dissuada en me disant que plus loin je risquerais de trouver
le fleuve à sec; mais, comme je savais le penchant des noirs à mentir
à tout propos, je n'en crus rien, et l'on verra plus loin si j'eus
raison.

_19 janvier._--Départ après midi, avec la _dahabié_, pour me rendre
chez le vieux sultan des Schelouks. Le soir, je laisse à gauche le
premier affluent du fleuve, nommé _Nùol Dei_.

_20 janvier._--Nous continuons à marcher tout le jour par un bon vent,
en laissant à droite les Nouers, à gauche les villages des Schelouks.
Le bras du fleuve appelé _Djibba_ reste sur notre droite. Le
lendemain, à onze heures, nous rencontrons le troisième bras, nommé
_Nikana_, et une heure plus loin un village, où nous nous arrêtons un
instant pour faire nos achats.

_22 janvier._--Nous arrivons chez le vieux sultan Luol Anian, et je
trouve le sandal, que j'avais envoyé en avant. Ce n'est que le jour
suivant que je puis voir le roi: vers midi, il arrive près de la
barque portant à la main une branche verte et suivi de beaucoup de ses
gens. Il ne se prête qu'avec défiance à entrer dans la dahabié,
n'ayant jamais vu jusque-là de barques de cette espèce. Ici, comme
chez le Djak, le chef échangea avec moi quelques présents et me
demanda de l'aider contre les Nouers qui faisaient des razzias
terribles sur son territoire, enlevant les boeufs et massacrant tout
ce qui était capable de porter une lance. J'éludai sa demande, et il
me répéta ce qui m'avait déjà été dit de la prochaine baisse des eaux.
Mais d'une part il y avait plus de dix pieds d'eau à l'endroit où je
me trouvais, et il me semblait impossible qu'un pareil fleuve pût se
dessécher tout à coup; d'autre part, je voulais arriver aux montagnes
des Berris, qui, selon mon estimation, ne devaient pas être fort loin.
Je savais qu'en 1852 le missionnaire D. Angelo Vinco y était allé de
Bélénia, et rapportait avoir passé un fleuve étroit et profond, qui ne
pouvait être que le Saubat; et ce fut cette idée fixe d'aller chez les
Berris qui me décida à partir sans retard.

_26 janvier._--Arrivée chez le second sultan, nommé _Adam Adaboukadj_.
Je m'y arrête deux jours, nous échangeons les présents d'usage, et le
28, je continue ma route. Je passe devant un bras du fleuve qui va
rejoindre le _Nikana_; le lendemain, je me trouve en face de deux
autres bras considérables, remontant l'un vers les Djebbas, l'autre
dans la direction des Bondjaks. Je suis ce dernier.

_1er février._--À peine arrivé dans le _Bondjak_, je rencontrai
successivement plusieurs écluses faites par les noirs en travers de la
rivière, et garnies de nasses pour prendre le poisson. L'eau avait,
dans cette partie, six à sept brasses de profondeur. Les noirs
essayèrent de me détourner de franchir les écluses, en me disant
qu'avant un mois je me trouverais à sec dans ce canal; mais leur
intérêt était trop évident pour me permettre de croire à leur dire.
J'aurais voulu éviter de détruire les travaux de ces braves gens:
cependant j'avais besoin de passer à tout prix; je fis donc faire à la
première écluse une ouverture suffisante pour donner passage aux deux
barques et rien de plus, et je la franchis, poursuivi par les clameurs
des noirs, qui s'empressèrent de rétablir la clôture derrière nous.

Les écluses suivantes furent franchies de même. Nous naviguâmes ainsi
du 1er au 9 février, et à cette dernière date nous atteignîmes les
derniers villages des Bondjaks, au delà desquels j'appris qu'il n'y
avait plus d'habitations sur le fleuve. J'ouvris des relations avec
les chefs de la tribu, et en même temps je fis demander l'autorisation
d'envoyer un agent au sultan des Bondjaks, qui demeurait dans
l'intérieur, au village de Nikana. Je passai plusieurs jours au même
lieu dans une inaction forcée.

_1er mars._--Je reçois un chef qui me dit: «Entre nous autres rois, on
se fait des présents et non des achats.» Et il m'offrit en effet
quelques présents, que je rendis généreusement. Il m'apportait en
outre une réponse affirmative à ma demande, et je fis immédiatement
choix des gens qui devaient accompagner à Nikana mon agent Terranova.

Mon «ambassadeur» et sa suite se mirent en route au matin,
traversèrent plusieurs villages, et le soir ils arrivèrent au village
royal. Le sultan leur assigna immédiatement un terrain pour planter
leur camp, et fit défense à tous ses sujets d'aller voir les étrangers
avant qu'il ne leur eût fait lui-même sa visite. Ils n'en furent pas
moins assiégés par des curieux qui n'avaient jamais vu de blancs, et
qui exprimaient par leurs gestes à quel point la couleur et le costume
des nouveaux venus leur paraissaient étranges et même ridicules; mais
le roi, informé de cette curiosité indiscrète, en punit les auteurs
par la perte de tous leurs bestiaux.

Au matin, le sultan fit envoyer à Terranova et à ses gens une grande
jarre de lait et un boeuf pour leur nourriture, et fit tendre de peaux
de panthères tout l'espace compris entre la tente de mes hommes et sa
case royale. Puis il arriva avec une suite de deux cents hommes, dont
quelques-uns portaient des sièges pour son usage; il s'assit en
appuyant ses deux pieds sur deux de ses chefs couchés à terre, et leur
cracha à la figure. Bien loin de s'offenser, les deux sièges vivants
se frottèrent respectueusement toute la figure avec le royal
cosmétique; puis l'autocrate daigna demander à mon agent par quel
motif il avait quitté son pays pour venir jusque chez les Bondjaks.
Terranova lui répondit qu'il n'avait eu d'autre intention que de venir
faire le commerce avec sa tribu. «Les sultans font des présents et pas
de commerce,» répondit le roi, comme l'avait déjà fait son subordonné
les jours précédents; et il accompagna cette fière parole du don de
deux fort belles dents d'éléphant, en retour desquelles Terranova lui
fit quelques cadeaux. Mon agent crut l'occasion favorable pour lui
demander l'autorisation d'établir dans le village un poste fixe pour
le commerce de l'ivoire; le roi lui dit que cette denrée manquerait
jusqu'à la saison prochaine, et lui fit comprendre qu'il ne tenait
nullement à avoir près de lui un établissement permanent de ce genre.

_1er avril._--J'essaye de sortir de l'espèce de prison où la baisse
des eaux m'a enfermé; mais à peine avons-nous commencé à marcher que
nous touchons à un banc de sable. La barque, remise à flot avec
beaucoup de peine, touche une seconde, puis une troisième fois; nous
sommes forcés de passer la nuit à l'endroit où nous sommes restés
ensablés.

Le lendemain 2, grands débats avec les noirs que j'ai réunis pour
dégager les barques; ils demandent à être payés d'avance. L'arrivée
d'un chef envoyé par le sultan complique encore les difficultés: ce
digne homme va trouver un des chefs réunis en face de nous et l'engage
à tomber avec tous ses hommes sur ma troupe pendant qu'elle est dans
l'eau, occupée à dégager la barque, lui promettant une victoire facile
et de gros profits. Le chef, loin d'écouter ce conseil de brigand, en
avertit notre drogman; je fais aussitôt mettre mon monde sous les
armes, et pointer ostensiblement un canon chargé à mitraille pour
effrayer les groupes, qui, en effet, se reculent un peu, et j'obtiens
pour ce jour un peu de tranquillité.

_3 avril._--Les noirs, en tenue de guerre, continuent à s'attrouper
autour des barques. Je ne voulais nullement ouvrir le feu contre eux,
mais d'autre part il m'importait beaucoup de les intimider. Voici le
parti auquel je m'arrêtai: je leur fis dire que j'étais venu pour
faire le commerce et nullement pour me battre, mais que j'avais des
armes à feu plus redoutables que leurs lances, car elles perçaient
leurs boucliers; et pour en donner la preuve, je fis poser deux
boucliers l'un sur l'autre, et je fis tirer un coup de fusil. La balle
les traversa tous deux. Je pus constater avec plaisir que cet
avertissement leur inspirait des réflexions salutaires, et je n'eus
plus à craindre de trahison. Je maintins cependant bonne garde toutes
les nuits; mon agent et moi nous faisions nous-mêmes le quart pour
empêcher nos Barbarins de s'endormir, car, musulmans et par conséquent
fatalistes, ces gens ne prennent aucune précaution et laissent tout
aller, comme ils le disent, «à la garde de Dieu.»

Nous perdîmes en ce lieu plusieurs jours, et ce fut seulement le 8 que
je pus faire exécuter, par nos hommes et par les noirs payés à grand
renfort de verroteries, un barrage à travers la rivière pour maintenir
nos barques à flot. Voici l'opération que j'exécutai, et dont je donne
ici le détail pour ne pas avoir à y revenir. Mon dessein était
d'arriver, de quelque manière que ce fût, au point de la rivière où
les eaux étaient encore assez hautes pour me permettre de passer. Pour
cela, je m'imaginai de faire un premier barrage, puis un second
au-dessous, et de rompre ensuite le premier pour faire passer par la
brèche mes deux barques au courant de l'eau. Du second barrage, je
passai à un troisième, et ainsi de suite, comme à travers autant
d'écluses. Un travail aussi colossal m'eût été impossible à exécuter
dans tout autre pays; mais à cette époque la verroterie n'était pas
encore aussi dépréciée parmi les noirs qu'elle l'est aujourd'hui; il
ne m'en coûta qu'un certain nombre de caisses de cette denrée, ce qui
ne laissa pas que d'être encore extrêmement ruineux pour moi. En
outre, tant de dépenses et d'efforts furent en pure perte.

_9 avril._--La solitude s'est faite autour de nos barques: je ne vois
plus à peu près personne. Je ne tarde pas à en apprendre la cause. Les
Nouers ont exécuté une razzia sur les Bondjaks, et leur ont enlevé du
bétail; à l'approche de ces terribles ennemis, les Bondjaks se sont
retirés sans essayer de résistance. Ces Nouers sont la terreur de tous
les riverains du fleuve Blanc, même des Schelouks, et il suffit de
deux Nouers pour mettre en fuite la population d'un village tout
entier.

_12 avril._--Première pluie attendue avec bien de l'impatience: les
eaux montent d'une demi-brasse, mais cette hausse ne se soutient pas,
les eaux redescendent, et j'en suis pour ma fausse espérance. Les
jours suivants se passent dans les mêmes alternatives.

Le 1er mai, je me décide à aller à la découverte; je remonte le fleuve
par terre, et au bout d'une demi-heure je trouve un lit parfaitement à
sec: le peu d'eau qui fait flotter mes barques n'est retenu que par
mon dernier barrage. Je visite nos magasins: nous n'avons de vivres
que pour un mois, et nul espoir de sortir de cette impasse avant bien
longtemps!

Tel est, en définitive, l'aspect réel du Saubat, de ce fleuve que
l'Allemand Russegger, voyageur exact et consciencieux pourtant, a
confondu avec le vrai Nil Blanc, et que des géographes encore plus
récents regardent comme le cours inférieur du Godjob de l'Énaréa. Il
est difficile de concevoir comment ce dernier fleuve, qui roule déjà
dans ses montagnes natales une plus grande masse d'eau que le Nil
d'Abyssinie, pourrait, après avoir recueilli les tributs que doivent
lui verser les hautes régions de Singiro et de Kaffa, devenir, dans
les plaines des Schelouks, ce chenal épuisé où mes embarcations sont
restées engravées tant de mois!

_4 mai._--J'ai reçu une visite inattendue, celle du chef qui, le mois
précédent, avait conseillé à ses compatriotes de m'attaquer et de
piller mes barques. Il arriva sans armes, dans une barque montée par
trois hommes seulement. Je prenais mon repas quand il se présenta, et
j'affectai de ne faire aucune attention à lui. Cette réception
inaccoutumée l'inquiéta: je le vis changer de couleur, son visage
passant du noir à une teinte plombée. Quand j'eus fini, je me tournai
vers lui en demandant au drogman ce que pouvait vouloir cet homme. Il
prit alors la parole pour me dire qu'il était venu se justifier de
certains mauvais bruits et notamment des intentions qui lui avaient
été imputées d'avoir voulu me faire la guerre. Je lui répondis que je
ne voulais pas entendre parler de semblable chose, que je ne craignais
pas la guerre, mais que j'étais venu pour trafiquer paisiblement, et
pour lui prouver qu'il n'était pas de taille à m'effrayer, je fis
tirer un de mes canons chargé d'une pièce de bois en guise de boulet.
Les noirs ayant ramassé ce projectile, que l'explosion avait lancé
fort loin, j'interpellai le chef et lui demandai si les lances de ses
hommes portaient à pareille distance. Son attitude me prouva qu'il
avait compris la leçon et en profiterait.

Il entreprit une longue justification pour me persuader qu'il était
resté étranger à un complot tramé par les autres chefs, qu'il révéla à
mon drogman, et qui consistait tout simplement à tomber sur nous
durant la saison des pluies, lorsque l'humidité empêcherait nos
terribles fusils de faire feu, et à nous massacrer sans danger. (Pour
parer à ce péril, je fis soigneusement envelopper de peaux les
batteries de nos fusils pendant que durèrent les pluies.)

[Illustration: Belénia, village berri sur le fleuve Blanc.--Dessin de
Lancelot d'après Werne.]

Mon conspirateur avait été trahi de la façon la plus inattendue. Une
esclave dinka qu'il avait s'était empressée de tout révéler à mon
drogman; c'était le roi lui-même qui avait donné l'ordre de tomber sur
nous, de nous égorger tous, sans excepter Terranova, son hôte; de
brûler nos corps et d'en jeter les cendres au vent; «afin que nos
cadavres ne restassent pas dans sa terre.» Sachant que ces noirs
croient à la sorcellerie, je lui déclarai que je savais tout cela par
des moyens magiques, et que je voulais bien lui pardonner ses
perfidies passées, mais qu'il eût à y regarder à deux fois si, à
l'avenir, il s'avisait encore de conspirer contre moi. Il me fit, pour
me rassurer, le serment le plus solennel en usage chez ces peuples,
«sur la race de ses boeufs,» et nous nous séparâmes assez bons amis
pour la forme....

                                   Andréa DEBONO.



GRAVURES.

                                                      Dessinateurs.
  Chapelle de Sainte-Rosalie (près Palerme)              Rouargue      1
  Types et costumes siciliens                            Rouargue      4
  Ruines à Girgenti (Agrigente)                          Rouargue      5
  Vue de Syracuse                                        Rouargue      8
  Taormine et l'Etna                                     Rouargue      9
  La Marine à Messine                                    Rouargue     12
  Rocher de Scylla                                       Rouargue     13
  Stromboli                                              Rouargue     16
  Pigeonnier près d'Ispahan                         Jules Laurens     17
  Pont d'Allah-Verdi-Khan sur le Zend-è-Roud,
    à Ispahan                                       Jules Laurens     21
  Collége de la Mère du roi, à Ispahan              Jules Laurens     24
  Une peinture indienne dans le palais des
    Quarante-Colonnes, à Ispahan                    Jules Laurens     25
  Entrée de Kaschan                                 Jules Laurens     28
  Une caravane persane au repos                     Jules Laurens     29
  Types persans                                     Jules Laurens     32
  Faubourg de Téhéran                               Jules Laurens     33
  La porte de Schah-Abdoulazim                      Jules Laurens     36
  Dans une cour, à Téhéran                          Jules Laurens     37
  Types et portraits persans                        Jules Laurens     40
  Groupe de Persans                                 Jules Laurens     41
  Dans l'Enderoun (appartement intérieur
    -- Costumes d'intérieur et de sortie)           Jules Laurens     44
  Choix d'armes, d'instruments et objets divers
    persans                                         Jules Laurens     45
  Le Démavend                                       Jules Laurens     48
  Vue de l'île Saint-Thomas                             de Bérard     49
  Saint-Pierre, à la Martinique                         de Bérard     52
  Cataracte de Weinachts (Guyane anglaise)              de Bérard     53
  Une sucrerie à la Guadeloupe                          de Bérard     56
  La Pointe-à-Pître, à la Guadeloupe                    de Bérard     57
  Le port d'Espagne, à la Trinidad                      de Bérard     60
  La baie de Panama                                     de Bérard     61
  Vue des Bermudes                                      de Bérard     64
  Costumes norvégiens d'Hitterdal                          Pelcoq     65
  La vallée de Bolkesjö                                      Doré     68
  Costumes du Télémark                                     Pelcoq     69
  La vallée de Vestfjordal                                   Doré     72
  Intérieur d'auberge à Bolkesjö                         Lancelot     73
  Église d'Hitterdal                                      Wormser     75
  Le Rjukandfoss                                             Doré     76
  Un chalet à Bamble                                     Lancelot     77
  Vue du lac Bandak                                          Doré     80
  Le lac Flatdal                                             Doré     81
  Fjord de Gudvangen                                         Doré     84
  Église de Bakke                                            Doré     85
  Route de Stalheim                                          Doré     88
  Le Vöringfoss                                              Doré     89
  Vallée de l'Heimdal                                        Doré     92
  Femme du Sogn                                            Pelcoq     93
  Une noce en Norvége                                      Pelcoq     96
  Le marché aux grains (Suez)                       Karl Girardet     97
  Port de Suez                                      Karl Girardet    100
  Cimetière européen à Suez                         Karl Girardet    100
  Qosséir                                           Karl Girardet    101
  Djeddah                                           Karl Girardet    101
  Port de Souakin                                   Karl Girardet    101
  Mosquée de Salonique                              Karl Girardet    104
  Femmes albanaises, près d'un arabas,
    à Vasilika                                       Villevieille    105
  Un Juif de Salonique                                       Bida    108
  Une Juive de Salonique                                     Bida    109
  Sceau du monastère de Kariès                                       111
  Vue générale de mont Athos                         Villevieille    112
  Le Conseil des Épistates au mont Athos                Boulanger    113
  Saint Georges (fresque de Panselinos dans le
    Catholicon de Kariès)                                  Pelcoq    116
  Monastère d'Iveron                                Karl Girardet    117
  L'higoumène d'Iveron                                     Pelcoq    120
  La Phiale ou le Baptistère du couvent de Lavra         Lancelot    121
  Croix sculptée en bois dans le trésor de Kariès         Thérond    124
  Coffret dans le trésor de Kariès                        Thérond    125
  Peinture de la trapeza de Lavra: les trois patriarches  Thérond    128
  La confession                                              Bida    129
  Bas-relief du couvent de Vatopédi                     A. Proust    130
  Albanais, soldat de la garde des Épistates         Villevieille    132
  Vue du couvent d'Esphigmenou                      Karl Girardet    133
  Intérieur de la cour principale du couvent slave
    de Kiliandari                                        Lancelot    136
  La récolte des noisettes au mont Athos             Villevieille    137
  L'île Chatam, dans l'archipel Galapagos            E. de Bérard    140
  Baie de la Poste, dans l'île Floriana
    (archipel Galapagos)                             E. de Bérard    140
  L'île Charles, dans l'archipel Galapagos           E. de Bérard    141
  Aiguade de l'île Charles (archipel Galapagos)      E. de Bérard    144
  Oiseaux et reptile (archipel Galapagos)                  Rouyer    145
  Côtes de l'île Albermale, dans l'archipel
    Galapagos                                        E. de Bérard    148
  Oeno, dans l'archipel Pomotou (îles à coraux)      E. de Bérard    149
  Village de Vanou, dans l'île de Vanikoro
    (îles à coraux)                                  E. de Bérard    149
  Baie de Manevai, dans l'île de Vanikoro
    (îles à coraux)                                  E. de Bérard    152
  Récifs et piton de l'île de Borabora
    (îles à coraux)                                  E. de Bérard    153
  Rade et pic de l'île de Borabora (îles à coraux)   E. de Bérard    156
  Île de Whitsunday, dans l'archipel Pomotou
    (îles à coraux)                                  E. de Bérard    157
  Brun-Rollet                                                Fath    160
  Traîneau yakoute                                    Victor Adam    161
  Une sorcière tongouse                               Victor Adam    164
  Port d'Okhotsk                                      Victor Adam    165
  Bazar de Nertchinsk                                 Victor Adam    168
  Colonie ou village yakoute                          Victor Adam    169
  Voyageur russe en Sibérie                           Victor Adam    172
  Argali (mouton sauvage)                             Victor Adam    173
  Campement de Tongouses                              Victor Adam    176
  Chamans yakoutes                                    Victor Adam    177
  Femme yakoute                                       Victor Adam    180
  Poteaux des frontières du pays des Yakoutes et
    de la Chine                                       Victor Adam    181
  Types indigènes (Australie du Sud)                      G. Fath    184
  Sépultures australiennes dans les bois                 Lancelot    185
  Sépulture australienne au désert                           Doré    189
  Restes d'un voyageur retrouvés par ses compagnons
    dans les déserts du lac Torrens                          Doré    192
  Oasis d'Éderi (Fezzan)                                 Rouargue    193
  Mourzouk (capitale du Fezzan)                          Rouargue    196
  Gorge d'Agueri                                         Lancelot    197
  Vallée d'Auderaz                                       Rouargue    200
  Vue d'Agadez                                           Lancelot    201
  Vue de Kano (entrepôt du Soudan central)               Lancelot    204
  Dendal ou boulevard de Kouka (capitale du Bornou)      Lancelot    205
  Vue du lac Tchad                                       Rouargue    208
  Village marghi                                         Rouargue    209
  Halte dans une forêt du Marghi                         Rouargue    212
  Village mosgou                                         Rouargue    213
  Chef mosgovien                                         Rouargue    216
  Intérieur d'une habitation mosgovienne                 Rouargue    217
  Chef kanembou                                          Rouargue    220
  Entrée du sultan de Baghirmi dans Maséna
    (sa capitale)                                        Rouargue    221
  Une razzia à Barea (Mosgou)                            Rouargue    224
  Vue du marché de Sokoto                                Hadamard    225
  Bac sur le Niger, à Say                                Rouargue    228
  Vue des monts Homboris                                 Lancelot    229
  Village sonray                                         Lancelot    232
  Vue de Kabra (port de Tembouctou)                      Rouargue    233
  Camp touareg                                           Lancelot    236
  Arrivée à Tembouctou                                   Lancelot    237
  Vue générale de Tembouctou                             Lancelot    240
  Portrait en pied du baron de Wogan en costume
    de voyage                                           J. Pelcoq    241
  Grass-Valley                                          J. Pelcoq    244
  Un claim ou atelier de mineur                         J. Pelcoq    245
  Forêt de _taxodium giganteum_ ou pins géants           Lancelot    248
  Un cañon ou passage de la Sierra-Wah                   Lancelot    249
  La case du jugement                                   J. Pelcoq    252
  Le poteau de la guerre                                J. Pelcoq    253
  Types d'Indiennes du Rio-Colorado                     J. Pelcoq    256
  Grande pagode de Rangoun                               Français    257
  Bateau à voile sur l'Irawady                     Cliché anglais    258
  Canot de parade                                  Cliché anglais    259
  Bateau de commerce                               Cliché anglais    259
  Birmans dans une forêt                                J. Pelcoq    261
  Pattshaing ou tambour-harmonica                  Cliché anglais    262
  Pattshaing à baguettes                           Cliché anglais    262
  Harpe birmane                                    Cliché anglais    263
  Harmonica birman                                 Cliché anglais    263
  Pagode à Pagán                                   Cliché anglais    264
  Représentation théâtrale dans le royaume d'Ava         Hadamard    265
  Dagobah ou pagode en forme de cloche             Cliché anglais    266
  Intérieur d'une pagode                           Cliché anglais    267
  Maison de l'ambassade à Amarapoura               Cliché anglais    268
  Vallée des puits de bitume                        Karl Girardet    269
  Types de grands seigneurs et hauts fonctionnaires
    birmans                                                 Morin    272
  Le palais du roi et l'éléphant blanc                     Navlet    273
  Sculptures comiques dans le monastère royal à
    Amarapoura                                           Lancelot    276
  Vue du Maha-Toolut-Boungyo (monastère royal à
    Amarapoura)                                          Lancelot    277
  Détails intérieurs du Maha-comiye-peima à Amarapoura     Navlet    281
  Une porte à Amarapoura                           Cliché anglais    284
  Canon birman                                     Cliché anglais    284
  Danse des éléphants                              Cliché anglais    284
  Canal d'irrigation dans le royaume d'Ava         Cliché anglais    285
  Jeunes dames birmanes                                     Morin    288
  Le temple du Dragon                                    Lancelot    289
  Rives de l'Irawady (près des mines de rubis)     Cliché anglais    292
  Petite pagode à Mengoun                          Cliché anglais    292
  Grand temple de Mengoun (depuis le tremblement
    de terre de 1839)                               Karl Girardet    293
  Vallée de l'Irawady au confluent du Myit-Nge          Paul Huet    297
  Temple ruiné à Pagán                                   Lancelot    300
  Salces ou volcans de boue à Membo                Cliché anglais    301
  Cônes volcaniques dans la plaine de Membo        Cliché anglais    301
  Paysans birmans en voyage                        Cliché anglais    302
  Statue gigantesque de Bouddha à Amarapoura             Lancelot    304
  Zanzibar vue de la mer                             E. de Bérard    305
  Portrait de feu l'iman de Zanzibar                 E. de Bérard    308
  Port de la ville de Zanzibar                       E. de Bérard    309
  Un village de la Mrima                                Lavieille    312
  Jihoué la Mkoa ou la roche ronde                 Cliché anglais    313
  La fontaine qui bout (source thermale dans le
    Khoutou)                                       Cliché anglais    313
  Sycomore africain                                Cliché anglais    314
  L'Ougogo                                         Cliché anglais    315
  Burton et ses compagnons en marche                    Lavieille    316
  Chaîne côtière de l'Afrique occidentale               Lavieille    317
  Passe dans l'Ousagara                                 Lavieille    320
  Paysage dans l'Ounyamouézi                            Lavieille    321
  Noirs de l'Ousumboua                               G. Boulanger    324
  Huttes à Mséné                                        Lavieille    325
  Nègres porteurs                                    G. Boulanger    328
  Noir de l'Ouganda                                  G. Boulanger    329
  Habitation de Snay ben Amir à Kazeh                   Lavieille    332
  Jeunes dames à Kazeh                               G. Boulanger    333
  Coiffures des indigènes de l'Ounyanyembé         Cliché anglais    334
  Coiffures des indigènes de l'Oujiji              Cliché anglais    335
  Maison des étrangers à Kaouélé                        Lavieille    336
  Navigation sur le lac Tanganyika                      Lavieille    337
  Le capitaine Burton sur le lac Tanganyika             Lavieille    339
  Habitation au bord du lac Tanganyika                  Lavieille    340
  Le bassin du Maroro                                   Lavieille    341
  Instruments et ustensiles des Ouajiji            Cliché anglais    342
  Riverains du Tanganyika (côté ouest)             Cliché anglais    343
  Riverains du Tanganyika (côté sud)               Cliché anglais    343
  Le bassin du Kisanga                                  Lavieille    344
  Végétation de l'Ougogi                                Lavieille    345
  Passe de l'Ouzagara                              Cliché anglais    346
  Rocher de l'Éléphant près du cap Gardafui        Cliché anglais    347
  Dernier établissement égyptien dans le Fazogl          Lancelot    348
  Contrée des Shelouks sur le Saubat                     Lancelot    349
  Bélénia (village bari sur le fleuve Blanc)             Lancelot    352
  Habitants de la Havane                                    Potin    353
  Coolies chinois à Cuba                                   Pelcoq    356
  Vue générale de la Havane (capitale de Cuba)           Lancelot    357
  Avenue de palmiers devant une habitation de Cuba   E. de Bérard    360
  Cathédrale de la Havane                                  Navlet    361
  La volante (voiture de la Havane)                   Victor Adam    363
  Vue de Matanzas                                        Lancelot    364
  Paysage dans l'île de Cuba: Loma (coteau)
    de Candela                                          Paul Huet    365
  Paysage dans l'île de Cuba (Loma de la Givora)        Paul Huet    368
  Grenoble et les Alpes dauphinoises                Karl Girardet    369
  Les Grands Goulets                                Karl Girardet    372
  Pont-en-Royans                                             Doré    373
  Sainte-Croix et les ruines du château de Quint    Karl Girardet    376
  Die et la vallée de Roumeyer (vue prise des
    hauteurs de Saint-Justin)                            Français    377
  Le Mont-Aiguille (vu de Clelles)                       Daubigny    380
  Pontaix                                           Karl Girardet    381
  Roumeyer et le mont Glandaz                            Français    384
  Entrée de la vallée de Roumeyer                   Karl Girardet    385
  La vallée de Léoncel                              Karl Girardet    388
  La vallée de la Véoure et de la plaine du Rhône
    (vue prise des hauteurs de la Vacherie)         Karl Girardet    389
  Beaufort                                               Français    392
  La forêt de Saou                                       Sabatier    394
  Poët-Cellard                                      Karl Girardet    395
  Bourdeaux                                         Karl Girardet    396
  Le Velan et Plan-de-Baix (vue des sources
    du Ruïdoux)                                     Karl Girardet    397
  Cascade de la Druïse                              Karl Girardet    398
  La gorge de Trente-Pas                            Karl Girardet    400
  Le mont Viso                                           Sabatier    401
  Le pont du Diable                                      Sabatier    405
  Le lac de l'Échauda                                    Sabatier    408
  Le Pelvoux                                             Sabatier    409
  Le mont Aurouze                                        Français    412
  Les montagnes du Devoluy                          Karl Girardet    413
  Ruines de la Chartreuse de Durbon                 Karl Girardet    416



CARTES ET PLANS.


  Carte de la Sicile, par M. A. Vuillemin.                             3
  Carte de la Perse, par M. A. Vuillemin.                             19
  Carte des grandes et petites Antilles, par M. A. Vuillemin.         51
  Carte du haut Télémark (Norvége méridionale), d'après
    M. Paul Riant.                                                    67
  Carte de la presqu'île de Bergen, d'après M. Paul Riant.            83
  Carte de la Chalcidique, par M. A. Vuillemin.                      115
  Partie du gouvernement d'Yakoutsk, par Piadischeff.                167
  Carte de l'Australie, par M. A. Vuillemin.                         187
  Carte des voyages du docteur Henri Barth en Afrique (partie
    orientale) d'après M. de Lanoye.                                 195
  Voyage du docteur Barth (Itinéraire de Sokoto à Tembouctou),
    par M. A. Vuillemin.                                             234
  Carte du cours inférieur de l'Irawady comprenant les possessions
    britanniques et la partie sud du royaume d'Ava, d'après le
    capitaine H. Yule.                                               260
  Plan d'Amarapoura et de sa banlieue, d'après les relevés du
    major Grant Allan.                                               280
  Carte du cours supérieur de l'Irawady et partie nord du royaume
    d'Ava, d'après le cap. Yule.                                     296
  Carte du voyage de Burton et Speke aux grands lacs de l'Afrique
    orientale (Itinéraire de Zanzibar à Kazeh).                      307
  Carte du voyage de Burton et Speke aux grands lacs de l'Afrique
    orientale (2e partie).                                           338
  Carte de l'île de Cuba, par M. A. Vuillemin.                       355
  Carte du Dauphiné (partie occidentale: Isère et Drôme),
    par M. A. Vuillemin.                                             371
  Carte du Dauphiné (partie orientale: Isère et Hautes-Alpes),
    par M. A. Vuillemin.                                             404



ERRATA.

I. Sous le titre _Voyage d'un naturaliste_, pages 139 et 146, on a
imprimé: (1858.--INÉDIT).--Cette date et cette qualification ne
peuvent s'appliquer qu'à la traduction.

La note qui commence la page 139 donne la date du voyage (1838) et
avertit les lecteurs que le texte a été publié en anglais.


II. Dans un certain nombre d'exemplaires, le voyage du capitaine
Burton AUX GRANDS LACS DE L'AFRIQUE ORIENTALE, 1re partie, 46e
livraison, le mot ORIENTALE se trouve remplacé par celui
d'OCCIDENTALE.


III. On a omis, sous les titres de _Juif_ et _Juive de Salonique_,
dessins de Bida, pages 108 et 109, la mention suivante: d'après M. A.
Proust.


IV. On a également omis de donner, à la page 146, la description des
oiseaux et du reptile de l'archipel des Galapagos représentés sur la
page 145. Nous réparons cette omission:

1º _Tanagra Darwinii_, variété du genre des _Tanagras_ très-nombreux
en Amérique. Ces oiseaux ne diffèrent de nos moineaux, dont ils ont à
peu près les habitudes, que par la brillante diversité des couleurs et
par les échancrures de la mandibule supérieure de leur bec.

2º _Cactornis assimilis:_ Darwin le nomme _Tisseim des Galapagos_, où
l'on peut le voir souvent grimper autour des fleurs du grand cactus.
Il appartient particulièrement à l'île Saint-Charles. Des treize
espèces du genre _pinson_, que le naturaliste trouva dans cet
archipel, chacune semble affectée à une île en particulier.

3º _Pyrocephalus nanus_, très-joli petit oiseau du sous-genre
_muscicapa_, gobe-mouches, tyrans ou moucherolles. Le mâle de cette
variété a une tête de feu. Il hante à la fois les bois humides des
plus hautes parties des îles _Galapagos_ et les districts arides et
rocailleux.

4º _Sylvicola aureola._ Ce charmant oiseau, d'un jaune d'or,
appartient aux îles Galapagos.

5º Le _Leiocephalus grayii_ est l'une des nombreuses nouveautés
rapportées par les navigateurs du _Beagle_. Dans le pays on le nomme
_holotropis_, et moins curieux peut-être que l'_amblyrhinchus_, il est
cependant remarquable en ce que c'est un des plus beaux sauriens,
sinon le plus beau saurien qui existe.

Le saurien _amblyrhinchus cristatus_, que nous reproduisons ici, est
décrit dans le texte, page 147.

[Illustration: _Amblyrhinchus cristatus_, iguane des îles Galapagos.]

       *       *       *       *       *

IMPRIMERIE GÉNÉRALE DE CH. LAHURE
Rue de Fleurus, 9, à Paris

       *       *       *       *       *





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Le Tour du Monde; Afrique Orientale - Journal des voyages et des voyageurs; 2. sem. 1860" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home