Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: Paternité
Author: Du Veuzit, Max, 1886-1952
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Paternité" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



[Transcriber's note: Max du Veuzit (pseudonyme d'Alphonsine
Vavasseur-Acher Mme François Simonet) (1876-1952), Paternité (1912)]



Max du VEUZIT



PATERNITE



COMEDIE EN UN ACTE



Représentée pour la première fois au GRAND THEATRE DU HAVRE



PARIS

C. JOUBERT, Editeur, 25 rue d'Hauteville



Répertoire de la Société Dramatique

Tous droits de traduction,de reproduction et de représentation réservés
pour tous pays y compris la Suède, la Norvège et le Danemark

Copyright By. Joubert 1912.



Extraits de presse :



"...L'auteur vise aussi une autre thèse--et cette idée est haute et
noble en soi par sa justice et sa générosité. Elle défend ardemment la
cause qui veut que les enfants soient moins étroitement liés par les
liens du sang que par ceux qu'ont formés entre eux et leurs éducateurs,
les témoignages répétés d'affectueuse confiance et de tendresse
éprouvée.

Cette pièce n'est pas sans valeur. Une âme féminine y flotte, délicate
et sensible. Elle y a mis le meilleur de son sentiment ému." (Albert
HERRENSCHMIDT, Petit Havre)



"...Max du Veuzit ainsi qu'il l'avait déjà fait dans C'est la loi!...
met la loi en contradiction avec les sentiments et les situations de
tous les jours." (Georges RIMAY, Cloche illustrée)



Paternité



Pièce en un acte



PERSONNAGES:



LUCIENNE VILLERS... 16 ans.

JULIA...

MAURICE VILLERS, père de Lucienne... 48 ans.

PAUL ROMAGNY, beau-père de Lucienne... 45 ans.



La scène représente un salon de gens riches: fauteuils, guéridon,
bureau; au premier plan, à gauche, un canapé. Porte à droite; double
porte au fond. Beaucoup de fleurs partout. Un grand portrait de femme
au mur. Sur le guéridon, un écrin vide; sur le bureau un encrier. Au
lever du rideau, Lucienne brode silencieusement, assise sur le canapé,
sa corbeille à ouvrage auprès d'elle.



SCENE PREMIERE



LUCIENNE, JULIA



JULIA, entrant, un bouquet de roses rouges dans les bras.

Mademoiselle doit être contente. Ce ne sont pas les fleurs qui lui
manquent! Depuis le matin, il en arrive à chaque instant.



LUCIENNE, cessant de broder

On en a encore apporté?



JULIA

A la minute, ce gros bouquet!



LUCIENNE, se levant

Oh, mais il est joli! Qui l'envoie?



JULIA

C'est une commissionnaire qui me l'a remis... Il y a une carte.



LUCIENNE

Ah!... voyons... (elle cherche dans les fleurs). Voici. (lisant)
Monsieur Fernand Desmoulins. (joyeuse) Oh!



JULIA

Monsieur Desmoulins ne pouvait pas oublier mademoiselle.



LUCIENNE

Naturellement... un ami d'enfance! (prenant le bouquet). Elles sont
jolies ces fleurs.



JULIA

Des roses rouges, c'est significatif!



LUCIENNE

Significatif?



JULIA

Dame!... le langage des fleurs...



LUCIENNE

Tu connais ça, toi?



JULIA

Un peu.



LUCIENNE

Alors... des roses rouges... ça veut dire?



JULIA

Que mademoiselle me pardonne... ça veut dire: violent amour.



LUCIENNE

Bah! (elle rit) ah! ah!... quelle idée! (rendant les fleurs  à Julia).
Tiens, mets ces fleurs dans l'eau.



JULIA

Bien (elle va à la porte. Se retournant). Faut-il les laisser aussi
dans le salon, celles-là?



LUCIENNE

Non, non!... Porte-les dans ma chambre.



JULIA, riant

Ah! ah! Mademoiselle voit bien.

(Elle se sauve).



SCENE II



LUCIENNE, puis PAUL ROMAGNY



LUCIENNE

Quelle sotte! Elle s'imagine... Il est vrai qu'il n'est pas marié,
monsieur Fernand... et très joli garçon!... On jouait au petit mari et
à la petite femme autrefois! (Elle sourit, prend la carte et
l'examine). J'aimerais m'appeler madame Fernand Desmoulins... ça
m'irait très bien ce nom-là!...

Oui, mais voilà: je suis jeune... trop jeune! Ses parents ne voudraient
pas... Bah! attendons!



ROMAGNY, entrant

Eh bien, fillette, es-tu contente?



LUCIENNE

Si je suis contente! (lui sautant au cou) Oh, papa, comme tu es gentil!



ROMAGNY

Alors, mon cadeau t'a fait plaisir?



LUCIENNE

Mais beaucoup, beaucoup!... Quand j'ai ouvert l'écrin, j'ai poussé un
cri de joie... Tiens, vois... (elle montre un bracelet autour de son
bras) Je l'ai mis tout de suite... (gravement) pour aujourd'hui
seulement... Je sais bien, nous sommes en deuil (elle regarde le
portrait) Pauvre maman!... (un temps).

Mais j'étais si heureuse, j'ai voulu l'essayer. Il est joli, hein? Il
fait très bien... C'est le premier bijou sérieux que tu me donnes... Il
faut que je t'embrasse encore. (elle l'embrasse) Mon papa chéri!



ROMAGNY, rendant le baiser

Ma petite fille! (il s'asseoit sur le canapé).



LUCIENNE

Maintenant, je vais le retirer et le serrer précieusement avec les
bijoux de maman... dans son coffret (elle défait le bracelet et le
serre dans l'écrin).

J'ai déjà beaucoup de choses, tu sais! Vous m'avez toujours très gâtée,
tous les deux.



ROMAGNY, tristement

Elle t'aimait tant ta pauvre maman!



LUCIENNE, émue

Oui, elle m'aimait... elle était si bonne et si douce! (après un
silence très triste, elle se penche vers Romagny). Il ne faut pas
pleurer, papa... sois moins triste... surtout aujourd'hui... (un
temps). Voyons, fais risette à ta petite Lucienne... une grosse
risette... (Romagny sourit) Là!... Oh! mon papa chéri, comme je t'aime!
(câlinement) Tu m'aimes bien aussi, toi, dis?



ROMAGNY

Mais, oui, je t'aime, ma fillette... Et pourtant!...



LUCIENNE

Comment, tu m'aimes et pourtant! il faut m'aimer tout court, moi!...
vilain papa qui dit des choses... (elle l'examine et change de voix
brusquement). Mais qu'est-ce que tu as?... Pourquoi me regardes-tu
ainsi? Qu'est-ce qu'il y a?



ROMAGNY

Rien.



LUCIENNE

Mais si... je vois bien, je te connais tant! Tu es soucieux?



ROMAGNY

Eh bien, oui!... J'ai des ennuis.



LUCIENNE

Tu as des ennuis!... dans tes affaires!...



ROMAGNY

Non, malheureusement... Si c'était une perte d'argent, je ne me
tracasserais pas tant[.]



LUCIENNE

C'est autre chose de plus pénible?



ROMAGNY

Oui... C'est à cause de toi.



LUCIENNE

De moi! Comment cela? (Elle s'asseoit auprès de lui).



ROMAGNY

Maurice Villers m'a écrit ce matin.



LUCIENNE

Mon père?



ROMAGNY

Oui, ton père.



LUCIENNE

Qu'est-ce qu'il veut?



ROMAGNY

Il dit que maintenant, ta mère étant morte, il tient à t'avoir auprès
de lui.



LUCIENNE

Ce n'est pas possible!



ROMAGNY

Si, malheureusement.



LUCIENNE

Mais alors, toi, papa?



ROMAGNY

Moi, je ne suis que ton beau-père, le second mari de ta mère après son
divorce avec Maurice Villers... Et voilà bien ce qui me tracasse: je
t'ai élevée, aimée, vue grandir; j'ai vécu de ta vie depuis treize
ans!... et aujourd'hui, je ne suis rien... L'autre peut t'enlever à moi
quand il voudra.



LUCIENNE

Comment? Il peut! Il a le droit!



ROMAGNY

Il est ton père, ton vrai père, il a la loi pour lui... les enfants
appartiennent au père.



LUCIENNE

Pourtant lorsque maman vivait?



ROMAGNY

Il n'usait pas de ses droits... par délicatesse envers ta mère,
dit-il... peut-être aussi parce qu'il était toujours absent de Paris.
Je ne crois pas d'ailleurs qu'il eût pu se charger de ton éducation...
Il n'est pas riche!... De mauvaises spéculations... un caractère un peu
léger, volage... des goûts trop dispendieux... Enfin, il s'est ruiné
très jeune.



LUCIENNE

Et j'aurais été une lourde charge pour lui jusqu'ici?



ROMAGNY

Oui, je crois.



LUCIENNE, se levant brusquement

Ah, je devine! Il t'a laissé le soin de mon entretien, de mon éducation
et maintenant que je suis élevée, que tu as payé tous les frais, il
vient te dire: rendez-moi ma fille!



ROMAGNY

Je n'ai pas dit...



LUCIENNE

J'ai compris, va!



ROMAGNY

Non, vraiment, je ne puis croire... d'un père...



LUCIENNE

Comment expliquer autrement son silence jusqu'à ce jour? (Un temps.
Changeant de ton) Il veut me reprendre! oh! cela ne sera pas! Il faut
lutter, me refuser à lui... Il ne faut pas que tu consentes.



ROMAGNY

S'il veut te prendre, je n'ai pas le pouvoir de l'en empêcher... Je ne
suis rien, moi!



LUCIENNE

Mais c'est abominable, cela! (Elle éclate en sanglots). Je ne veux pas
aller avec lui! Je ne veux pas te quitter, moi, papa.



ROMAGNY, l'attirant contre lui

Ma petite Lucienne... Voyons, ma chérie, ne pleure pas... Il faut être
bien raisonnable, bien forte, pour ne pas m'enlever mon courage... Et
puis, le dernier mot n'est pas dit. Tu penses bien que je ne vais pas
te laisser partir comme cela. Je vais le prier, le convaincre, essayer
de tous les moyens.



LUCIENNE

Oh, oui! tu vas l'empêcher, n'est-ce pas... Il ne faut pas qu'il me
prenne. Qu'est-ce que je ferais sans toi? j'ai l'habitude... je te dis
tout... je me sens vivre à tes côtés. Auprès de lui, je serais toute
seule, je le connais à peine: je ne l'ai vu que deux fois à la
pension!... Je n'oserais même pas lui parler de maman!... Aucun
souvenir qui nous lierait, aucune douleur commune qui nous
rapprocherait... ce serait atroce!



ROMAGNY

Pour moi aussi ce serait dur! Pourtant, si le sacrifice de mes
sentiments devait assurer ton bonheur, je le ferais volontiers...
J'accepterais tout pour que tu sois heureuse! Mais voilà: le seras-tu
seulement ensuite?



LUCIENNE

Non, non. Je ne puis être heureuse loin de toi... Pour moi, tu es mon
vrai papa; celui que toute petite, on m'a appris à aimer et à
respecter; celui qui m'a toujours entourée de soins et comblée de
caresses... Te quitter! Ne plus te voir! oh, comme je m'ennuierais!...
(un temps). Ecoute, tu lui diras que je veux rester ici, que maman m'a
confiée à toi et qu'elle m'a recommandé de t'aimer toujours comme un
père.



ROMAGNY

Pauvre femme!... Elle ne se doutait guère que sa mort ferait changer si
vite d'attitude Monsieur Villers... Trois mois seulement, qu'elle n'est
plus là et déjà il te réclame.



LUCIENNE

Oui, mais tu vas lui écrire...



ROMAGNY

Il va venir lui-même chercher ma réponse.



LUCIENNE

Ici?



ROMAGNY

Oui!



LUCIENNE

Quand?



ROMAGNY

Aujourd'hui... cet après-midi à trois heures.



LUCIENNE

Déjà!



ROMAGNY

C'est pourquoi je t'en ai parlé si tôt. Je n'avais pas le temps de
différer.



LUCIENNE

Trois heures! mais, alors, c'est tout de suite!



ROMAGNY, consultant sa montre

L'heure approche effectivement.



LUCIENNE

Il nous donne à peine le temps de réfléchir... C'est ce matin que tu as
reçu sa lettre?



ROMAGNY

Oui. (Il cherche dans sa poche). Tiens, la voici. Lis-la. (Il lui donne
la lettre).



LUCIENNE, lisant

"Monsieur,

"Je désire reprendre ma fille auprès de moi. Sa mère est morte depuis
trois mois. D'un autre côté, je compte me fixer définitivement à Paris;
rien ne m'oblige donc plus à vivre séparé de mon enfant. Je me
présenterai chez vous, demain mardi, vers trois heures.

"Veuillez agréer, etc."



ROMAGNY

Il ne tergiverse pas.



LUCIENNE

Non, c'est net!



ROMAGNY

Il ne semble pas admettre la possibilité que je te dispute à lui.



LUCIENNE

Il est fort de ses droits.



ROMAGNY

Je serai fort de ma tendresse, moi!



LUCIENNE

Et aussi de la mienne... de mon désir de ne pas te quitter. Ma volonté
doit bien compter pour quelque chose... Il faut le lui dire!



ROMAGNY

Oui, oui! je lui dirai tout ça... et encore autre chose! Depuis ce
matin, je me suis renseigné... je crois savoir à présent quelle musique
il faut chanter pour plaire à ses oreilles... J'userai de tous les
moyens, sois tranquille! Je ne me rendrai pas facilement.



LUCIENNE

C'est ça! ne cédons pas! (Elle écoute) On a sonné, je crois.



ROMAGNY

Serait-ce déjà lui... il est trois heures, c'est le moment.



(La bonne entre).



SCENE III



LES MEMES, JULIA



JULIA, entrant

Monsieur... c'est un Monsieur.



ROMAGNY

Il a donné son nom?



JULIA

Non, mais il m'a dit que Monsieur devait l'attendre.



ROMAGNY

Bon! Faites entrer... (Julia sort. -- A Lucienne). Et toi, ma fillette,
éloigne-toi.



LUCIENNE

Comme je vais être inquiète!... Tu me diras...



ROMAGNY

Je t'appellerai aussitôt.



LUCIENNE

Refuse surtout!



ROMAGNY

Oui, oui, Va!



(Elle sort emportant sa corbeille à ouvrage).



SCENE IV



ROMAGNY, puis MAURICE VILLERS



ROMAGNY

Pauvre petite! Jamais je ne pourrai me séparer d'elle...



JULIA, à la cantonade

Oui, oui, Monsieur est seul.



ROMAGNY, se tournant vers la porte

Le voici.



VILLERS, entrant

Monsieur.



ROMAGNY, s'inclinant

Monsieur.



VILLERS

C'est à Monsieur Paul Romagny que j'ai l'honneur de parler.



ROMAGNY

A lui-même... Monsieur Mauriec Villers sans doute?



VILLERS

Oui, monsieur...



ROMAGNY, désignant un siège

Veuillez vous asseoir, je vous prie.



VILLERS

Merci. Vous avez reçu ma lettre?



ROMAGNY

Oui, ce matin... je vous attendais.



VILLERS

Alors, vous savez...



ROMAGNY

Quelle est votre intention? Parfaitement.



VILLERS

Je veux reprendre ma fille auprès de moi.



ROMAGNY

Vous me l'avez écrit, mais...



VILLERS

C'est mon plus vif désir.



ROMAGNY

J'ai cru le comprendre. Cependant, j'avoue que ce désir si vite exprimé
m'a un peu surpris.



VILLERS, simplement

Pourquoi? C'est tout naturel que je reprenne ma fille puisque sa mère
est morte...

Je dois même m'excuser auprès de vous d'avoir attendu jusqu'à ce jour
pour régler la situation... J'étais loin, il y a trois mois... en
Egypte. Je n'ai appris la mort de madame Romagny que six semaines après
l'événement. Je me suis mis en route aussitôt et me voici... Je suis à
Paris depuis deux jours seulement. Pardonnez-moi donc ce retard
absolument involontaire.



ROMAGNY

Oh, monsieur!



VILLERS

Vous aviez peut-être pensé que je me désintéressais du sort de Lucienne?



ROMAGNY

Je n'ai pas supposé un instant...



VILLERS

Le doute était possible. Mon silence, mon absence permettaient toutes
les suppositions... Enfin me voici! Il me reste à vous remercier
d'avoir bien voulu garder ma fille jusqu'à ce jour.



ROMAGNY

Ne me remerciez pas! Je considère Lucienne comme ma propre fille. Ici,
auprès de moi, elle est chez elle, et elle peut y rester aussi
longtemps qu'il lui plaira.



VILLERS, un peu embarrassé

Je suis vivement touché, monsieur...



ROMAGNY, un temps. Changeant de ton

Ainsi vous comptez la reprendre? Votre intention est bien arrêtée.



VILLERS

Sans doute... C'est tout indiqué! Tant que la mère a vécu, par
délicatesse, pour racheter quelques-uns des torts que j'ai eus
vis-à-vis d'elle, j'ai pu accepter de vivre complètement séparé de mon
enfant. Mais à présent, rien ne s'oppose plus à ce que je goûte enfin,
aux joies de la paternité.



ROMAGNY

Je comprends vos sentiments. Pourtant, avez-vous réfléchi aux
difficultés que votre décision allait soulever?



VILLERS, surpris

Quelles difficultés?



ROMAGNY

Lucienne ne vous connaît pas.



VILLERS

Elle apprendra à me connaître et j'espère à m'aimer.



ROMAGNY

A son âge, un nouveau visage...



VILLERS

Elle n'est plus une enfant: elle prend seize ans aujourd'hui.
(Gaiement). Je ne pense pas qu'elle voit en moi un croquemitaine
disposé à la dévorer.



ROMAGNY, hochant la tête

Elle a ses habitudes: ce changement va bouleverser sa vie.



VILLERS, un peu étonné

Mon Dieu, je ne vois pas. Elle va être comme tous les enfants élevés
loin de leurs parents. A un certain âge, on les retire de pension. Je
n'ai jamais entendu dire qu'aucun d'eux ait souffert de ce changement
d'habitudes.



ROMAGNY, arpentant la scène

Ce n'est pas tout à fait la même chose. Il ne s'agit pas pour elle de
quitter une pension étroite où l'on étouffe entre les murs... C'est le
foyer où elle a été élevée, où elle a grandi, c'est la vie large et
facile qu'elle y a trouvée, qu'il lui faudra abandonner...
Pardonnez-moi d'entrer dans ces détails, mais vous devez comprendre...
le bonheur de Lucienne m'oblige à toucher certaines questions...



VILLERS

N'insistez pas, j'ai compris! Vous voulez parler de ma situation
modeste relativement à la vôtre.



ROMAGNY

Justement.



VILLERS

Je n'ai jamais fait l'injure à ma fille de croire qu'elle pouvait
rougir de se trouver chez son père dans une position plus précaire que
celle où elle a vécu jusqu'ici.



ROMAGNY, vivement

Vous m'avez mal compris. Loin de moi, l'idée d'une pareille
insinuation. Lucienne est trop droite, trop bonne et trop fière pour
ressentir un sentiment aussi bas.



VILLERS

Je l'espère bien.



ROMAGNY

En évoquant ce sujet, c'était à vous, à vos sentiments paternels que je
faisais appel... Avant votre propre satisfaction, vous cherchez surtout
le bonheur de votre fille?



VILLERS

Sans doute.



ROMAGNY

Or, la richesse ne le donne pas toujours mais elle est tout au moins un
puissant auxiliaire.



VILLERS

Ce qui veut dire?



ROMAGNY, appuyant

Que tant que Lucienne vivra au près de moi, sa situation, son avenir,
seront complètement assurés. (Après un temps, changeant de ton) Votre
intention est de la reprendre. Vous voulez qu'elle vive à vos côtés,
qu'elle partage votre existence, mais avez-vous réfléchi à toutes les
conséquences, aux devoirs, aux charges que vous assumiez du même coup?
En un mot, pouvez-vous lui donner une situation équivalente à celle que
vous allez lui faire perdre.



VILLERS, froissé

Monsieur, cette insistance...



ROMAGNY, vivement

Serait très indiscrète et très maladroite s'il ne s'agissait pas du
bonheur de Lucienne. (S'excusant). Avant de commencer, je vous ai prié
de m'excuser si je touchais certains sujets... Il faut bien que nous
envisagions la question sous toutes ses faces... (Le priant). C'est moi
qui ai élevé l'enfant, vous ne pouvez me refuser aujourd'hui le droit
de savoir ce qu'elle va devenir?



VILLERS

Soit... Je comprends les sentiments qui vous guident et je veux bien y
faire droit.



ROMAGNY

Eh bien?



VILLERS

Rassurez-vous! ma fille peut me suivre sans inquiétude. Je ne la
reprends pas pour la voir souffrir ni pour la rendre malheureuse et
j'espère qu'auprès de moi, elle continuera d'ignorer la gêne.



ROMAGNY

Comment ferez-vous? Vous êtes sans fortune.



VILLERS, un peu gêné

Mais pas complètement... j'ai des ressources.



ROMAGNY

Aucune. Inutile de chercher... Je me suis renseigné et je sais quelle
est exactement votre situation... Vous comptiez beaucoup sur vos
chemins de fer égyptiens. Mais vous avez été trompé, volé plutôt, comme
vous avez pu vous en rendre compte, vous-même, en allant là-bas... Pour
sauver votre signature de certaines promiscuités, vous avez dû
sacrifier tout ce qui vous restait. Vos terres de Blagny elles-mêmes,
sont hypothéquées pour une somme supérieure à leur réelle valeur.



VILLERS, amèrement

Vous êtes bien renseigné!



ROMAGNY

C'est pourquoi je m'étonne que vous cherchiez à reprendre Lucienne...
Le moment pour vous est plutôt mal choisi.



VILLERS

Ce n'est pas moi qui ai dirigé les événements... Je regrette que la
mort de madame Romagny corresponde avec les pertes d'argent que je
viens de subir, mais mes droits et mes devoirs de père n'en sont pas
diminués pour ça. (Un temps. Doucement) A mes côtés, ma fille ne
manquera de rien. Je me priverai plutôt du nécessaire pour satisfaire
tous ses désirs.



ROMAGNY

Mais son avenir? Avez-vous réfléchi à son avenir.



VILLERS

Son avenir?  je l'assurerai.



ROMAGNY

Comment?



VILLERS

Par mon travail.



ROMAGNY, haussant les épaules

Travailler! A votre âge! Vous n'avez jamais rien fait!



VILLERS

Parce que ma vie n'avait pas de but, parce que j'étais seul monde
jusqu'ici. (Avec feu) Ah, vous vous étonnez que je veuille reprendre
mon enfant alors que dans ma situation, mes sentiments paternels sont
presque un luxe! Mais ne comprenez-vous donc pas que c'est justement
parce que je suis malheureux qu'il me faut Lucienne. Elle sera ma
richesse comme elle sera tout mon courage et tout mon espoir!...
Travailler pour moi seul? oui, vous avez raison, j'en suis incapable.
(Avec force) Mais travailler pour elle, pour la rendre heureuse, pour
assurer son avenir! Ah, cela c'est autre chose!... Elle sera ma force,
mon but, le talisman qui me donnera le courage de persévérer et de
vaincre, l'aimant qui me guidera vers le succès final.



ROAGNY

Prenez garde de ne trop vous illusionner. Vous courez après un mirage,
car ce gain que vous envisagez, cette richesse future que vous espérez
sont tellement problématiques!... Dans toutes les entreprises on
escompte toujours la réussite: il serait beaucoup plus sage de prévoir
le contraire.



VILLERS, un peu ironique

Alors, vous pouvez tout aussi bien redouter pour vous la ruine
matérielle.



ROMAGNY, souriant

Mes chances de misère sont moins grandes que vos chances d'insuccès. La
situation que je ferai à Lucienne si elle reste avec moi, est moins
aléatoire que celle que vous comptez lui donner, voyons?



VILLERS

J'en conviens.



ROMAGNY, changeant de ton

Tenez... jouons franchement, cartes sur table. (Un temps) Vous ne
connaissez pas Lucienne... ou si peu! Vous voulez la reprendre parce
que, surtout, vous espérez puiser à ses côtés, le courage qui vous
manque pour recommencer tout seul votre vie... (Avec une émotion
grandissante) Moi, j'ai élevé l'enfant, je l'ai vue grandir, pendant
treize ans, j'ai vécu de sa vie, formant son intelligence et pétrissant
son coeur. Je l'aime autant que si elle était vraiment ma fille. La
pensée de la perdre me cause un déchirement profond. Ce m'est atroce de
songer que je puis cesser de la voir... Je ne sais si vous comprenez
tout mon affolement. Vous avez vécu seul, vous ignorez ce que c'est que
d'avoir toujours eu un être chéri auprès de soi... Mais moi!... (il
regarde le portrait tristement) En trois mois, perdre la mère, perdre
l'enfant... C'est ma vie complètement brisée.



VILLERS, gêné du désespoir qu'il cause

Vous saviez bien que Lucienne n'était pas réellement votre fille...
vous n'ignoriez pas mon existence... ce qui arrive aujourd'hui était
prévu.



ROMAGNY, même air

Non, je n'avais pas prévu!... Votre long silence... vous vous êtes si
peu occupé de Lucienne jusque-là... J'avais fini par vous oublier...
(Un temps. S'animant) Mais, voyons! il doit y avoir un moyen... Je suis
riche, très riche! Outre le bonheur de votre fille, je puis aussi faire
le vôtre... Votre fortune est compromise, je puis vous fournir les
moyens de la rétablir et vous assurer une nouvelle existence sans
soucis matériels.



VILLERS, sans comprendre

M'assurer une nouvelle existence?



ROMAGNY, fébrilement

Oui, vous faire riche, tout de suite... un chèque... cent mille francs!
Deux cent mille francs, tenez! Avec cette somme, vous payez vos
créanciers et vous vous remettez à flot. C'est la vie large et facile,
à la minute même, comprenez bien!... C'est plus sûr que votre travail
cela! (Il va à son bureau, prend un carnet de chèques dans un tiroir et
vivement, en griffonne une page). Vous acceptez, n'est-ce pas?...
(Villers le regarde agir sans répondre) Deux cent mille francs. Il vous
faudrait plusieurs années pour gagner cette somme en admettant que vous
réussissiez... (cessant d'écrire) Tenez, c'est fait!... (Il revient
vers Villers) Vous n'avez plus qu'à me signer un reçu... Lisez...



(Villers lit, puis fixe longuement Romagny).



VILLERS, très calme

Vous voulez?... Quoi?...



ROMAGNY, nettement

Je veux garder Lucienne.



VILLERS

Et moi?



ROMAGNY, avec brusquerie

Vous aurez les deux cent mille francs, vous! C'est bien payé, il me
semble!



VILLERS, secoue lentement la tête, puis dépose le chèque sur le
guéridon.

Simplement.

Votre chagrin vous égare, monsieur; autrement, je m'expliquerais mal
votre offre injurieuse.



ROMAGNY, décontenancé

Vous refuser?... Comment!... C'est la fortune que je vous donne.



VILLERS, sourire hautain

Je ne vous demande que ma fille.



ROMAGNY, suppliant

Mais puisque pour moi, elle est tout... que vous ne la connaissez pas,
vous!



VILLERS

Je n'en suis pas moins son père.



ROMAGNY, s'énervant

Vous ne l'aimez pas comme moi!



VILLERS, vivement

Qu'est-ce qui vous fait croire que je n'aime pas mon enfant?



ROMAGNY, même ton

Votre indifférence depuis treize ans.



VILLERS, calme

Je vous ai déjà donné les motifs qui ont dicté ma conduite jusqu'à ce
jour.

Faut-il vous les répéter?



ROMAGNY, avec rage

Comment vous croire, avec la vie que vous avez toujours menée!



VILLERS, froidement

Je pourrais vous répondre, monsieur, que ma conduite passée ne regarde
que moi. Mais tout à l'heure, comme beau-père de Lucienne, je vous ai
reconnu certains droits. Je prendrai donc la peine, sinon de me
disculper, du moins de remettre les choses au point. (S'échauffant)
Parce que j'ai mené jusqu'ici une vie joyeuse de plaisirs, de fêtes,
d'aventures, parce qu'en un mot, j'ai fait la noce, pour me servir de
l'expression courante, s'ensuit-il que je sois incapable de ressentir
les mêmes sentiments qu'un autre mortel plus sage et plus calme que
moi?... d'après vous, le rire exclurait les larmes, le bonheur
ignorerait l'inquiétude et les soirs de folies ne seraient jamais
suivis d'amertumes matinales! A l'homme rangé, seulement, les
sensations du coeur et le pouvoir d'aimer; aux autres, la froideur, la
sécheresse et l'indifférence, alors!!... (plus doucement) Non,
l'humanité n'est pas si compliquée que ça: elle pleure quand elle
souffre, elle rit quand elle est heureuse. Dans tous les coeurs, il y a
place pour ces deux sentiments: la joie et la tristesse, qu'on soit
léger, volage, sérieux ou grave. (Un temps. Il réfléchit, puis a un
rire nerveux) Ah! ah! j'ignore ce que c'est que d'avoir eu toujours un
être chéri auprès de moi! Mais vous, monsieur, avez-vous connu la
tristesse de la solitude?



ROMAGNY, amèrement

Je vais l'apprendre si vous m'enlevez Lucienne.



VILLERS

Vous ignorerez quand même l'intime et indicible mélancolie de ceux dont
le foyer a été brisé par leur faute, de ceux qui, après avoir connu les
joies de la famille, sentent le vide de l'abandon moral autour d'eux...
(Avec ironie et avec tristesse) On est jeune et le plus souvent
orgueilleux; on ne veut pas avouer sa souffrance, et pour la cacher ou
ne pas la sentir, on rit, on joue, on fait la noce... comme moi!... La
pente est dangereuse quand aucune main amie n'est là pour vous
retenir... Ca va vite! On commence pour s'étourdir, pour oublier, et
c'est par faiblesse qu'on continue... Mais la nature ne perd pas ses
droits pour ça et le moi intérieur n'en est pas émoussé au point de
rester neutre lorsqu'il s'agit de son enfant, de sa race... (Emu, à
mi-voix) Sous le sourire railleur du blasé, se cache une âme qui se
souvient, qui pense... et quand on a quitté le masque, de commande, que
nul témoin ne nous observe, on soupire, on regrette et parfois, on
pleure... (Après un temps, il reprend le chèque, le froisse légèrement,
puis le rejette. Assez brusquement:) Comment avez-vous osé m'offrir de
l'argent pour que j'abdique mes droits de père, pour que je renonce à
la douceur d'être aimé de ma fille?



ROMAGNY, embarrassé

J'espérais... Je ne m'attendais pas à votre révolte paternelle...



VILLERS, avec force

Parce que je suis ruiné vous me supposiez capable de toutes les
bassesses!



ROMAGNY

Non, non! ne croyez pas!... Ce n'est pas ça... (tristement) Si vous
saviez combien j'aime Lucienne! Pour la conserver près de moi, il me
semblait que tous les moyens étaient bons... Vous m'auriez demandé la
moitié de ma fortune, je vous l'aurais donnée... (Il s'accoude la tête
dans ses mains) Vous venez de m'enlever mon dernier espoir... Ne plus
voir ma fille autour de moi!... après treize ans!... Pauvre petite...
comme elle va pleurer...



VILLERS, inquiet

Lucienne va pleurer?



ROMAGNY

Hélas!



VILLERS

Sait-elle que je veux la reprendre avec moi?



ROMAGNY

Oui. Je le lui ai appris.



VILLERS, hésitant

Alors... que dit-elle?



ROMAGNY

Elle ne veut pas (vivement) Elle ne nous connaît pas, c'est un peu
naturel.



VILLERS, amèrement

Je lui fais peur... A ses yeux, je suis un étranger qui veut troubler
sa vie.



ROMAGNY

Mon Dieu!... Il ne faut pas lui en vouloir. Elle ne m'a jamais quitté,
n'est-ce pas...



VILLERS, réfléchissant

Elle va pleurer... Je ne voulais pas la faire pleurer... Pourtant.



ROMAGNY

Voulez-vous la voir?



VILLERS

Volontiers.



ROMAGNY

Vous pourrez lui expliquer...



VILLERS

Lui expliquer?... Non! C'est vous qui lui parlerez... je préfère.



ROMAGNY

Qu'est-ce que je lui dirai?



VILLERS

Vous lui direz.. que... (Il réfléchit, puis tristement:) Tenez, vous
lui direz que je la laisse libre. C'est elle qui choisira entre nous
deux.



ROMAGNY, joyeusement

Oh, merci!... Je n'osais pas vous le demander, mais il faut bien que la
volonté de la petite compte un peu pour quelque chose. (il sonne).



VILLERS, soupirant

Votre joie me fait pressentir ma défaite.



ROMAGNY, gravement

Je vous donne ma parole, monsieur, que je ne vais pas influencer
Lucienne... Avant votre arrivée, je lui ai dit seulement mon vif désir
de ne pas me séparer d'elle, mais le choix qu'elle va faire tout à
l'heure, sera librement consenti. Je vous l'affirme.



VILLERS

Je vous crois.



(La bonne entre).



SCENE V



LES MEMES, JULIA



JULIA

Monsieur a sonné?



ROMAGNY

Priez mademoiselle de venir ici.



JULIA

Bien, monsieur.

(Elle sort).



SCENE VI



VILLERS, ROMAGNY, puis LUCIENNE



(Jusqu'à l'arrivée de Lucienne, les deux hommes gardent le silence).



VILLERS, entendant des pas

La voici. (Il va s'accouder à la cheminée).



ROMAGNY

Oui.



(Lucienne entre. Elle s'arrête gênée près de la porte après avoir salué
Villers).



LUCIENNE, à Romagny

Vous me demandez, mon père?



ROMAGNY

Oui, ma chérie. Approche, là, près de moi... (Un temps. Lucienne
s'avance vers lui. Lentement et avec émotion:) Je t'ai fait connaître
tantôt la situation telle qu'elle se présente aujourd'hui pour nous
tous. Ton père désire te reprendre avec lui... Tu sais que s'il ne
tenait qu'à moi, je te garderais toujours ici... mais je ne suis que
ton beau-père, moi! Monsieur Villers est ton père, ton vrai père! Il
t'aime et il souffre d'être séparé de toi. (Lucienne pleure
silencieusement) Cependant, il ne veut pas user de ses droits pour
contraindre ta volonté. Il te laisse le droit de choisir entre lui et
moi... Réfléchis bien, Lucienne. La minute est grave... Tous les deux
nous t'aimons vraiment, chacun pour des raisons personnelles... Mais
moi, je ne suis presque rien! L'affection et l'habitude m'unissent
seulement à toi... Tandis que lui! (Chaleureusement) Lui, c'est ton
sang, c'est ta race, c'est l'hérédité, l'atavisme, c'est tout, quoi!...
(Un temps) Eh bien? Nous attendons, Lucienne?... Que décides-tu?



(Villers écoute avec angoisse).



LUCIENNE, éclatant en sanglots

Je ne veux pas te quitter, moi, papa!



ROMAGNY, faiblement

Ma petite Lucienne! Je sais bien... Mais ton père! Regarde-le... Il
souffre!



LUCIENNE, se serrant contre lui

Je ne veux pas te quitter. Non! non!



VILLERS, après un silence pénible

Ne pleurez pas, Lucienne. Je ne suis pas venu vers vous pour vous faire
de la peine... Votre désir est un ordre pour moi... Restez auprès de
votre... père. Moi, je vais partir.



ROMAGNY, se levant vivement

Monsieur, je...



VILLERS, l'interrompant d'un geste

Non! ne vous excusez pas... J'aurais dû prévoir... C'est si naturel!
(Il prend son chapeau). Adieu!



(Comme il se dirige vers la porte, Lucienne a un geste pour le retenir.
Un sanglot convulsif souligne son geste).



ROMAGNY, bouleversé

C'est terrible! (à Villers) Ne partez pas comme ça. Ce n'est pas
possible!... Vous allez être très malheureux... (Il regarde le portrait
et hésite) Avant, ça n'aurait pas été possible... mais aujourd'hui!...
Ce n'est qu'un préjugé à vaincre... (A Villers). J'ai besoin d'un
associé, soyez-le. Restez. Voulez-vous?... Notre fille aura deux pères.



LUCIENNE, à travers ses larmes

Oh, oui! (Elle a un élan vers Villers comme pour le supplier
d'accepter).



VILLERS

Rester?... moi?



ROMAGNY

Oui: demeurez ici, avec nous.



LUCIENNE

Oh, oui!



VILLERS

Rester? Oh non! ce n'est pas possible!



LUCIENNE

Oh!



ROMAGNY

Pourquoi?



VILLERS

Parce que... demain... plus tard... vous regretteriez la généreuse
proposition que la pitié vous arrache en ce moment.



ROMAGNY

Mais non!



VILLERS

Si. Entre nous, il y a un passé que nous ne pouvons abolir ni l'un ni
l'autre et qui se dressera toujours pour nous séparer.



ROMAGNY

Nous avons de la volonté...



VILLERS, l'interrompant

Oh! il ne suffit pas de vouloir pour ne pas penser...



ROMAGNY

Lucienne serait là pour nous rapprocher.



LUCIENNE

Oui...



VILLERS

Au contraire, c'est sa présence qui nous rappellerait sans cesse ce que
nous voudrions oublier... Ce sont ses baisers et ses caresses dont nous
deviendrions jaloux... Ce sont surtout les souvenirs intimes qu'elle
éveillerait en nous que nous nous reprocherions mutuellement au point
d'en éprouver de la haine l'un pour l'autre.



ROMAGNY

Mais alors?



VILLERS

Je vais m'éloigner.



LUCIENNE

Oh!



ROMAGNY

L'enfant vous appartient autant... plus qu'à moi...



VILLERS

Non... elle est à vous surtout.



ROMAGNY

Mais...



VILLERS

Elle est à vous plus qu'à moi, oui!... Je comprends bien à présent...
Je lui ai donné la vie, c'est vrai, mais c'est vous qui m'avez remplacé
auprès d'elle. C'est vous qui avez assumé la tâche de l'élever. Vous
avez rempli envers elle tous les devoirs que j'aurais dû accomplir...
Aujourd'hui, l'enfant vous préfère à moi, c'est tout naturel... c'est
son droit, c'est même son devoir... Je recueille maintenant le fruit de
ma négligence et de mon indifférence... (avec force) Un homme ne
devrait jamais oublier qu'il est père ni momentanément abdiquer ses
droits au profit d'un autre.



ROMAGNY

Il y avait le divorce.



VILLERS

Le divorce n'est pas en cause. Le divorce sépare l'homme et la femme,
le père et la mère, mais il ne diminue pas les devoirs de ceux-ci
vis-à-vis de leurs enfants... leurs charges restent les mêmes... Pour
l'avoir oublié ou pour ne pas y avoir pensé plus tôt, je paye
cruellement aujourd'hui mon erreur... Enfin! le châtiment doit
atteindre le coupable... Gardez l'enfant! C'est à moi de me priver de
ses baisers et de ses caresses.



LUCIENNE, à Villers

Mon père.



VILLERS, la regarde et va vers elle.

Merci, Lucienne... merci de ce cri-là. (Il l'embrasse longuement)
Adieu! (Il se dégage et sort brusquement pour cacher son émotion).



LUCIENNE

Oh! (Elle tombe assise sur un canapé et pleure la tête dans ses mains).



ROMAGNY, l'examine un moment avec tristesse, puis à mi-voix Lucienne...



(Elle le regarde, se lève, se jette dans ses bras. Le rideau tombe
lentement pendant qu'elle continue de pleurer sur l'épaule de Romagny).



FIN



Grande Imp du Centre -- Herbin, Montluçon.





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Paternité" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home