Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: Childéric, Roi des Francs, (tome premier)
Author: Hautpoul, Anne-Marie de Beaufort d', 1763-1837
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Childéric, Roi des Francs, (tome premier)" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



(This file was produced from images generously made
available by the Bibliothèque nationale de France
(BnF/Gallica) at http://gallica.bnf.fr)



    Note sur la transcription: Les erreurs clairement introduites par
    le typographe ont été corrigées. L'orthographe d'origine a été
    conservée et n'a pas été harmonisée.



   CHILDÉRIC,

   ROI DES FRANCS.



   _Cet ouvrage se trouve aussi chez les Libraires
   suivans_:

   TREUTTEL et WURTZ, rue de Lille, nº 17.

   DONDEY-DUPRÉ et Cie, rue Neuve Saint-Marc, nº 10,
   près le Boulevard des Italiens.



   CHILDÉRIC,

   ROI DES FRANCS;

   PAR MADAME

   DE BEAUFORT D'HAUTPOUL.

   DÉDIÉ

   A SA MAJESTÉ L'IMPÉRATRICE REINE.


   Je suis venue vers vous, parce que je vous en crois le plus
     digne. Si j'eusse connu un plus grand roi, j'eusse traversé les
     mers pour aller le joindre.

     BAZINE.



   TOME PREMIER.

   PARIS,

   F. COCHERIS fils, libraire, successeur de CH. POUGENS,
   quai Voltaire, n 17.

   1806.



ÉPITRE DÉDICATOIRE

A

SA MAJESTÉ L'IMPÉRATRICE REINE.


   Mon héros ne dut qu'à ses armes,
   Et sa couronne et ses grandeurs;
   Vous devez la vôtre à vos charmes,
   Et vous la tenez de nos coeurs.
   Si Bazine lui parut belle,
   C'est qu'elle posséda vos traits;
   Il soumit un peuple rebelle,
   Et vous n'en trouverez jamais.



Rome avoit perdu ses anciennes vertus, et avec elles sa puissance et
sa gloire; ses provinces étoient devenues la proie des barbares qui
vengeoient les Grecs et les Carthaginois. Parmi ces barbares nommés
Goths, Alains, Vandales, on distingue d'abord les Francs (_ce nom
veut dire indomptable et libre_): dès qu'ils se montrent dans
histoire, on admire déjà leurs succès, et ce courage au-dessus des
revers, maîtrisant partout la fortune. Ce peuple sorti des forêts de
la Germanie, avide de périls et se confiant en sa valeur, attaqua
les Romains dans les Gaules; l'Empire tourna toutes ses forces
contre un ennemi aussi audacieux que redoutable. Aurélien, en 270,
parvint à le repousser, et sa réputation guerrière étoit déjà si
bien établie, que l'on chanta dans tout l'Empire une espèce de
romance, dont voici le refrain:

   Mille Francos et mille Sarmatas, semel, semel occidimus.

_Gallien_ exposa dans un spectacle, à la curiosité, trois cents
Français faits prisonniers. Quelle étoit déjà la gloire de ce
peuple, à peine sorti de ses déserts, puisque de si légers avantages
étoient célébrés avec tant d'éclat!

       *       *       *       *       *

L'an 258, sous _Valérien_, un gros des Francs traversa toutes les
Gaules, passa en Espagne, se fit une place forte de Tarragone, d'où
il pilla l'Espagne durant douze années. Un détachement osa même
passer en Afrique, en revint chargé de butin, et retourna dans ses
forêts, traversant encore impunément toutes les Gaules.

       *       *       *       *       *

_Probus_, l'an 279, repoussa les Francs au-delà du Rhin; mais un
d'eux, nommé _Magnance_, parvint par son courage au trône des
Césars, et ses compatriotes faisoient la plus grande force de ses
armées. _Sylanus_, autre franc, poussé par les injustices de
_Constance_, qu'il avoit servi avec autant de zèle que de fidélité,
se fit proclamer empereur: cependant _Julien_ et _Valentinien_
eurent plusieurs avantages sur ces braves.

       *       *       *       *       *

_Stilicon_ sut les maintenir au-delà du Rhin; mais _Honorius_ ayant
fait massacrer ce grand homme, _Alaric_ l'en punit, et s'empara de
Rome en 410.

       *       *       *       *       *

Jusques-là les Francs s'étoient contentés de ravager les Gaules, et
de s'y établir passagèrement, tantôt par force et en conquérans,
d'autrefois comme alliés et tributaires; mais lassés des marais
incultes de la Germanie, qui n'offroient aucune ressource à leurs
besoins sans cesse renaissans, pressés sans doute par le génie
ardent qui devoit porter au plus haut degré de gloire cette nation
courageuse et superbe, ils repassèrent le Rhin en 420, sous la
conduite de _Pharamond_, prince saxon, d'une figure noble et d'un
caractère déterminé: ce fut sous les ordres de ce général qu'ils
quittèrent à jamais leur patrie, et s'établirent dans les Gaules, en
s'emparant de la Toxandrie, aujourd'hui pays de Liége et de l'île
Batave, où se trouvoient renfermées les villes de Bois-le-duc, Breda
et Anvers.

Les Francs devoient à _Pharamond_ des conquêtes rapides, un état
certain, de riches possessions; il falloit lui devoir plus encore,
les lois, l'ordre et la paix intérieure. Il fut nommé roi; mais
cette monarchie naissante devoit se ressentir long-tems de la
barbarie et de l'esprit turbulent d'un peuple toujours sous les
armes, et amant de la liberté: s'il éprouvoit le besoin d'un chef,
il ne désiroit pas moins ardemment conserver son indépendance; et
les premières lois tinrent long-tems de ce mélange de soumission, de
révolte, d'obéissance et d'insubordination. Le peuple voulut rester
maître d'élire ses rois, de nommer ses généraux ou chefs. On élevoit
sur un pavois, large bouclier, le roi que l'on s'étoit choisi; on le
montroit ainsi au peuple assemblé, et cette cérémonie simple et
guerrière étoit suivie de respect et d'amour. Le roi avoit des
braves ou forts qui lui étoient particulièrement attachés, et
tellement dévoués, qu'ils mouroient souvent pour lui ou avec lui; il
leur distribuoit des terres en raison de leur valeur et de leurs
services; de là vinrent sans doute les bénéfices militaires et
amovibles. L'aspirant au rang de _brave_ étoit présenté au roi par
un parent, et dans l'assemblée générale, il recevoit des mains de
son maître la lance et le bouclier; le roi lui adressoit ces mots:
_Je te tiens pour brave et à jamais._ De là sans doute naquit la
chevalerie.

       *       *       *       *       *

Le roi devoit être choisi parmi la noblesse, qui se composoit des
princes et des ducs; il commandoit les armées, mais soumettoit les
lois à l'acceptation du peuple assemblé, qui demeuroit maître de les
rejeter.

       *       *       *       *       *

Les Francs suivoient la religion des Gaulois; leur mythologie étoit
celle des Grecs, à laquelle ils avoient joint l'Odin du Nord; leurs
prêtres se nommoient Druides, et tous, jusqu'au monarque,
trembloient devant eux. Ministres des autels, médecins, magistrats
et instituteurs de la jeunesse, ils avoient une influence d'autant
plus grande, que les hommes n'en mesuroient ni la force ni
l'étendue. Célibataires et retirés dans les forêts, cette vie
mystérieuse et chaste étonnoit ce peuple toujours charmé du
merveilleux, et qui, adorateur des femmes, portant l'amour jusqu'au
délire, admiroit ce refus volontaire d'un bien qui lui sembloit si
doux.

       *       *       *       *       *

Les Francs n'aimoient pas moins leurs poëtes qu'ils appeloient
_Bardes_; ce nom en langue celtique veut dire _chantre_: c'étoient
eux qui dans les combats ranimoient par leurs chants belliqueux le
courage des combattans, et éternisoient une belle action par des
vers qui en transmettoient le souvenir. En leur présence le brave
levoit audacieusement sa tête, tandis que le lâche la cachoit avec
honte. Dans les festins, ils chantoient les louanges du maître, en
s'accompagnant sur des harpes légères. On les appeloit encore
_parasites_; ce nom, devenu depuis une injure, signifioit en langue
celtique _désirable_ et _dévoué_.

       *       *       *       *       *

Les Francs n'estimoient que la profession des armes; ils laissoient
l'agriculture et les métiers aux esclaves; tout citoyen étoit soldat
et se présentoit toujours armé; ils se servoient de lances, de
javelots, de haches, d'épées, qu'ils appeloient francisques, de
casques et de boucliers. Au signal du combat, ils s'élançoient avec
une telle impétuosité, que rien ne résistoit à leur choc. Souvent
ils brisoient à coups de hache le bouclier de leur ennemi, et
sautant sur lui l'épée à la main, ils le tuoient. Ne reconnoît-on
pas à cette peinture les Français si redoutables à l'attaque, à
l'abordage, à l'arme blanche? L'ardeur de ce grand peuple ne le
laissoit jamais jouir de la paix; il se battoit en duel pour les
sujets les plus légers, aimoit le jeu, les festins, les chants,
étoit hospitalier, curieux, exact à remplir ses sermens et à payer
les dettes du jeu. Les Francs étoient de haute taille, leur
chevelure étoit blonde, abondante et naturellement bouclée; les rois
seuls la laissoit croître. Leur physionomie étoit douce et riante,
leur esprit fin, délicat, enjoué, ardent; enfin ils étoient alors ce
qu'ils sont de nos jours, courageux, légers, téméraires et
inconstans. Les femmes comptoient avec orgueil les blessures de
leurs époux, combattoient à leurs côtés, et vengeoient leur mort;
elles étoient fières, sensibles et fidelles: les Francs avoient pour
elles autant de respect que d'amour; au temple on croyoit à leurs
oracles, au conseil on déféroit à leurs avis.

       *       *       *       *       *

Telle fut à sa naissance cette nation belliqueuse, et ce grand
peuple vainqueur de Rome, qui par de si rapides victoires, préludoit
glorieusement à la puissance, à la splendeur dont il étonne
aujourd'hui l'univers. _Pharamond_ laissa le trône en 428 à son fils
_Clodion_, dit _le Chevelu_, qui habita le château de Dispargum,
aujourd'hui Duisbourg. Ce roi ayant traversé secrètement la forêt
charbonnière, aujourd'hui le Hainaut, s'empara de Tournay, Bavay,
Cambrai; mais repoussé par Aëtius, général romain, il le défit
complètement en 444, prit l'Artois, s'empara d'Amiens, étendit son
royaume jusqu'à la Somme, et mourut en 448, laissant trois fils,
Clodebaud, Clodomir et Mérovée. Le peuple, assemblé au champ de
Mars, préféra _Mérovée_ à ses frères, que leur mère emmena au-delà
du Rhin. A peine sur le trône, le nouveau roi signala son règne par
d'éclatans succès; il s'empara de toute la Germanie première, ou
territoire de Mayence, de ce que l'on nomma depuis Picardie et
Normandie, et de presque toute l'Ile-de-France; mais un terrible
ennemi vint lui offrir des dangers et des triomphes, et répandre
sur des jours jusque là si heureux, ces douleurs dont le rang ni la
gloire ne peuvent consoler ou même distraire une ame sensible.



CHILDÉRIC.

LIVRE PREMIER.

SOMMAIRE

DU PREMIER LIVRE.

  Childéric annonce, dès son enfance, les vertus qu'il doit
    développer un jour. Les Huns attaquent les Francs; ce
    qu'étoient ces peuples. Portrait d'Attila. Childéric, âgé de
    douze ans, s'arme secrètement du javelot de Pharamond, et se
    cache parmi les guerriers. Il ne se découvre à son père que
    loin de Tournay; il en obtient la permission d'assister au
    combat. Mérovée le confie aux soins de son ami Viomade. Le roi,
    attaqué par un gros d'ennemis, est secouru par Viomade qui
    reçoit le coup destiné à son maître, et tombe baigné dans son
    sang. Mérovée poursuit la victoire. Il chasse les Huns, et
    revient dans sa tente, où l'on a transporté le _brave_. Son
    inquiétude sur son fils, qui ne paroît point. Recherches
    inutiles. Mérovée reprend avec tristesse la route de Tournay.
    La reine vole à sa rencontre, et n'apercevant pas son fils,
    tombe évanouie; rendue à la vie, elle se livre à toute sa
    douleur.



LIVRE PREMIER.


Aboflède étoit l'heureuse et sensible épouse que le ciel avoit
accordée à Mérovée; belle et vertueuse, elle adoucissoit pour lui
les fatigues de la guerre, les soins du gouvernement; partageoit ses
triomphes, le consoloit dans ses revers, portoit à ses pieds la
plainte de la timide infortune et l'hommage de sa reconnoissance. De
cette union heureuse étoit né un fils, l'espoir et l'amour des
auteurs de sa naissance. Childéric, à peine âgé de douze ans, flatte
déjà l'orgueil d'un père. A sa chevelure blonde, à ses yeux d'azur,
on reconnoît le descendant d'un Germain; à son coeur avide de
gloire, on reconnoît un Français: tandis que la justesse de son
esprit charme les Druides qui l'instruisent, sa beauté ravit sa
mère, et ses nobles vertus remplissent d'une orgueilleuse joie l'ame
superbe de Mérovée.

Aboflède en est plus chère à son époux et à son peuple, elle-même
s'applaudit d'un si bel ouvrage. O mon fils! se disoit-elle
quelquefois; ô vous! objet de crainte et d'espoir! que d'attachement
vous auriez pour moi, si vous pouviez sentir ce trouble sans cesse
renaissant que l'amour plaça dans le coeur de votre mère prévoyante;
si vous pouviez connoître ces soins toujours actifs et jamais
_lassés_, cette tendresse constante et nouvelle, qui naquit avec
vous et ne finira qu'avec moi. Childéric répondoit à une si vive
amitié par un égal attachement, adoroit sa mère, admiroit les
exploits et le grand coeur de Mérovée, se promettoit de le prendre
pour modèle, révéroit les dieux et se sentoit impatient de courage.
Un bonheur si constant et si pur ne devoit pas durer toujours, et
la sensible Aboflède alloit voir se changer en une douleur mortelle
les douces jouissances d'une mère.

Les Huns, peuple hideux et féroce, sans civilisation comme sans
industrie, habitoient au Nord de la Chine, plus de deux mille ans
avant notre ère. Sans cesse en guerre avec les Chinois, ils avoient
été chassés par eux loin des frontières de leur empire, vers le
quatrième siècle, et repoussés jusques sur les bords du Jaïk, d'où
les Alains étoient partis avant eux; de là ils descendirent vers
l'Orient du Palus-Méotides. Sortant tout-à-coup du Palus, ils
précipitèrent les Alains sur les Ostrogoths; bientôt ils repassèrent
le Tanaïs, tournèrent le Pont-Euxin, ravagèrent l'Asie, et
s'établirent tumultueusement de l'autre côté du Danube et du Rhin,
non loin du Volga; là, divisés en familles ou hordes, ils se
bâtissoient des huttes grossières, dans lesquelles ils se tenoient
renfermés pendant la mauvaise saison; ils les quittoient
impétueusement au printems, ravageant tout ce qui s'offroit sur leur
passage, et chargés du fruit de leurs rapines, ils retournoient avec
la même rapidité dans les forêts qui leur servoient d'asile; ce
peuple sauvage et guerrier méprisoit la foiblesse, et abandonnoit
aux monstres des bois les vieillards qui ne pouvoient plus
combattre; les femmes marchoient à la tête des armées, conduisant
leurs enfans, et chargées de ceux qui ne les suivoient pas encore:
dès leur naissance, elles les plongeoient dans l'onde glacée des
fleuves, les exposoient aux ardeurs du soleil, les exerçoient à la
chasse, à la course et à la lutte, et quand l'âge, anéantissant
leurs forces, les menaçoit du mépris et des maux attachés à la
décrépitude, elles recevoient la mort de la main de leurs propres
enfans; le fils qu'une tendre mère avoit nourri croyoit, en la
délivrant d'une vie qui alloit lui devenir douloureuse et importune,
acquitter la dette de la reconnoissance; ils massacroient également
leurs blessés après la bataille. En 450, Attila, roi de ces
sauvages, après avoir assassiné son frère Bleda, auquel il ravit le
trône, voulut saccager l'Occident, et ayant traversé la Franconie et
la Germanie, à la tête de cinq cent mille combattans, il entra dans
les Gaules sous le prétexte d'aller attaquer les Visigoths dans
l'Aquitaine; mais après avoir ravagé et brûlé Metz, Trèves, Tongres,
Bar, Arras, il continua sa marche, passa près de Paris, et vint
assiéger Orléans. La ville avoit déjà capitulé, quand Aëtius,
général des Romains, ayant appelé à son secours Théodoric, roi des
Visigoths, Mérovée et sa redoutable armée, attaqua ce terrible
ennemi, qu'il défit complètement, et le força à une prompte fuite,
laissant deux cent mille morts sur le champ de bataille. Ce fut en
Sologne, près d'Orléans, que cette grande victoire fut remportée;
elle coûta la vie à Théodoric. Son fils Trasimond fut élu après sa
mort. Attila, de retour dans ses forêts, contemploit avec plus
d'espoir que de douleur les débris encore menaçans de son immense
armée: on pouvoit le repousser, non l'abattre; il se promettoit de
le prouver. Ce Hun trop célèbre par ses crimes et son indomptable
courage, se faisoit appeler le _fléau de Dieu_; il étoit d'une
stature au-dessous de la médiocre, avoit une tête d'une grosseur
démesurée, le nez extrêmement large et écrasé, le front applati, la
barbe claire et entrecoupée de cicatrices, dont ses joues étoient
couvertes; ses yeux petits, et qu'il ne fixoit jamais, étoient
toujours en mouvement comme son corps. Cette figure hideuse sembloit
dire au monde qu'il étoit destiné à en troubler le repos; son palais
étoit une cabane, son trône une chaise de bois placée sous un arbre,
et son drapeau flottant lui servoit de tente. Tel étoit l'ennemi qui
devoit porter au coeur d'Aboflède une blessure si profonde.

A peine les glaces qu'avoit durcies le sombre hiver se
détachoient-elles des monts, les vents toujours irrités troubloient
le calme des forêts, la douce approche du printems ne ranimoit
point encore la nature mourante, et cependant l'impatient Attila
devançant la saison guerrière, assemble déjà son armée. Clodebaud,
qu'irrite la gloire d'un frère, presse lui-même l'ardeur du Hun, et
s'il pouvoit triompher des obstacles que lui opposent les terribles
avantages d'un long hiver, il seroit déjà vengé de sa dernière et
sanglante défaite; enfin les vents sont enchaînés; la terre
raffermie offre à la marche des troupes un terrain solide. Attila, à
la tête des siens, s'avance sur les bords du Rhin, ils construisent
à la hâte une quantité innombrable de petites barques, et s'élançant
du milieu de l'onde, ils marchent jusqu'à Cologne. Mérovée apprend
les victoires de son ennemi en apprenant son attaque: alarmé d'un si
rapide avantage, il assemble promptement ses troupes, et entouré de
ses braves, il alloit quitter encore la tremblante reine, dont il
recevoit les tendres adieux. Childéric, témoin des craintes de sa
mère, ne put voir ses pleurs sans désirer suivre et défendre l'objet
chéri qui les faisoit couler; le chant des _Bardes_, l'aspect des
armes, le noble courage qui s'imprimoit en traits augustes sur le
front du roi, l'ardeur guerrière qui animoit l'armée, le secret
sentiment de sa valeur, tout inspire et entraîne l'enfant aimable et
sensible; saisissant d'une main téméraire le javelot révéré, sceptre
et arme du grand Pharamond, il l'agite avec audace, le baise avec
respect, jure sur cette arme sacrée de s'en servir pour défendre le
roi, et de ne l'abandonner qu'avec la vie. Cependant il craint les
refus d'un père, les défenses d'une mère timide: à l'idée des
alarmes qu'il va lui causer, des pleurs s'échappent de ses yeux et
coulent sur ses joues vermeilles; mais tandis que Mérovée reçoit son
casque et son épée des mains d'Aboflède baignée de ses larmes,
tandis qu'il lui jette un dernier regard et s'élance au milieu d'une
armée sûre de vaincre, et qu'Aboflède évanouie ne peut s'apercevoir
de sa fuite, Childéric se mêle parmi les soldats, se dérobe aux yeux
d'un père dont il redoute la prudence, et ne s'offre à ses regards
qu'aux portes de Cologne, quand il ne craint plus d'être rendu à
Aboflède. Le roi, surpris et charmé, l'admire avec un orgueil mêlé
de crainte. O mon fils! lui dit-il en l'embrassant, et votre mère?
Cependant Childéric a l'air si fier et si heureux, sa physionomie
douce a dans le moment tant de noblesse et d'audace, ses yeux
brillans de courage, sont si expressifs, son geste si animé, que
Mérovée cédant à son tour, lui permet d'assister au combat, et
recommande l'objet de son amour à Viomade, le plus cher de ses
braves; rassuré par la confiance que lui inspirent et l'air
majestueux de son fils et la fidélité de son ami, il vole où
l'appelle la victoire.

Dans ces premiers tems de simplicité, le trône ne s'environnoit
point encore des prestiges brillans qui l'entourent aujourd'hui; le
roi n'étoit que le premier soldat de son armée, le butin se
partageoit au sort, on n'avoit de rang que celui que l'on tenoit de
la gloire, la voix publique en décidoit, non la volonté du prince;
l'intrigue et la flatterie ne rampoient point pour s'élever, on
aimoit la personne du roi, non sa grandeur; on chérissoit ses
vertus, non sa puissance; il comptoit sur ses _braves_ qu'aucun
intérêt ne portoit à feindre; le roi étoit aimé, le roi aimoit, et
la défiance n'obscurcissoit point pour lui l'éclat du trône; la
noblesse, fière de sa gloire déjà acquise par des ancêtres respectés
des nations, s'efforçoit de surpasser encore l'éclat d'un nom déjà
fameux, on la reconnoissoit à ses actions comme à ses vertus, et le
roi, au milieu des fermes défenseurs de sa couronne et de sa vie,
trouvoit dans chaque brave un soutien, un ami, un héros. Qu'elle est
belle cette noblesse antique, cette vertu qui, transmise pure et
d'âge en âge, enrichie sans cesse et de siècle en siècle, de faits
héroïques ou généreux, répand autour du nouveau rejeton qui va
l'honorer encore, cette gloire dont l'éclat le guide, et doit le
forcer à l'imiter! Osera-t-il donc être un lâche, montrer un coeur
coupable, celui pour qui le nom d'un père est une leçon, un exemple,
et deviendroit un reproche? Non, sans doute, et notre histoire en
est la preuve auguste, puisqu'on y retrouve sans cesse les mêmes
noms s'inscrivant, de nouveau, glorieux et sans tache dans le temple
de mémoire.

Mais déjà Mérovée a repris Cologne, et poursuivant sa victoire, il
attaque l'ennemi en pleine campagne. Plusieurs fois Ulric, Arthaut,
Amblar, Mainfroy se sont placés entre le roi et le danger; lui-même
a reçu une légère blessure en détournant le trait prêt à percer
Ulric. O bon tems! où de pareils traits n'étonnoient personne, où
l'admiration ne le répétoit même pas, et laissoit à la seule
reconnoissance le soin d'en perpétuer le souvenir!

Mais les Huns, ralliés par Attila, s'élancèrent de nouveau sur
l'armée française, en jetant d'horribles cris; ce choc imprévu
ébranla l'armée, et ce rare avantage animant les ennemis, ils
chargèrent en furieux; Mérovée contenant l'ardeur de ses troupes,
attaqua à son tour avec sang-froid et en bon ordre, et culbuta sans
peine une armée tumultueuse qui, plus téméraire qu'habile, ignoroit
l'art de se défendre; cependant quelques-uns de ces barbares
déploient un courage presque inouï; la mort suit par-tout leurs
traits, ils pressent Mérovée lui-même, et on reconnoit Attila à sa
force, à sa rage, à son adresse. Viomade voit le danger de son
maître, et oubliant pour un moment le dépôt trop cher qui lui a été
confié, il s'élance en s'écriant: A moi, braves! On entoure le roi,
on le suit, lui seul eut la gloire de recevoir dans la poitrine le
coup de hache dont Mérovée alloit être la victime; le roi le voit
tomber baigné dans son sang, il se précipite vers lui, le relève,
mais appelé au combat, il le confie aux soins d'Ulric, et court le
venger par une éclatante victoire. Les Huns, vaincus et poursuivis
jusqu'au fleuve, se rembarquent à la hâte et en désordre; les Francs
dédaignant l'ennemi qui fuit, cessent de combattre; le roi
triomphant revient à Cologne, et vole plein d'une double inquiétude
auprès de son ami dont on a déjà pansé la profonde blessure. Rassuré
sur ses jours, ô Viomade! où est mon fils, s'écrie-t-il? Hélas!
Viomade l'ignore, un long évanouissement a suivi sa blessure, et il
n'a pu, malgré ce zèle pur, ardent et sans égal, veiller au dépôt
sacré qui lui avoit été remis. Ciel! ô ciel! que me dis-tu, répond
Mérovée; ô Childéric! ô mon Aboflède! Mais les braves se sont
dispersés, on cherche le jeune prince dans la ville, dans l'armée,
au bord du fleuve, sur le champ de bataille, parmi les blessés, au
milieu des morts; on interroge les soldats, les habitans, les
prisonniers, par-tout un silence terrible jette l'alarme dans les
coeurs; de fidèles sujets traversent le fleuve, ils pénétreront dans
les forêts, jusqu'au camp même d'Attila; toutes les récompenses leur
sont promises, mais la seule qu'ils désirent, c'est de ramener le
fils des rois.

Qui cependant apprendra à la plus tendre mère, à cette reine adorée,
une absence si alarmante? Qui aura le féroce courage de déchirer ce
coeur sensible, douce retraite de vertu, de paix et d'amour? Qui
pourra faire couler ces larmes abondantes, dont la seule idée est
déjà un supplice pour tous les Francs? Mérovée, plongé dans sa
muette douleur, la tête appuyée sur sa main, les yeux baissés,
ajoute à ses terribles inquiétudes par l'idée des maux qui vont
accabler l'objet de sa tendresse; il en prévoit l'excès, il en est
déchiré, et Viomade en soupirant regarde la blessure qui l'excuse,
et le roi qui ne vivroit plus sans elle. Sa faute est grande, mais
sauver la vie à Mérovée est une action plus grande encore; il gémit,
il s'afflige; cependant il ne peut pas plus se repentir, que le roi
n'ose lui adresser un reproche. Pour la première fois Mérovée craint
de revoir Aboflède, et ce moment qui fut toujours le plus doux prix
de sa victoire, trouble et effraie sa grande ame.

Depuis le départ de son époux, depuis celui de son fils, la tendre
reine, livrée à toutes les alarmes, a gémi comme épouse et comme
mère. O mon fils! ô mon Childéric! s'écrioit-elle, pourquoi fuir
loin de mes bras caressans? pourquoi m'abandonner? Hélas! je
comptois encore, avec une douce sécurité, les années de bonheur que
m'accordoit ta jeunesse! Pourquoi, cher et cruel enfant, hâter les
instans du danger? pourquoi, plus barbare que le devoir, me ravir
déjà mon fils? Cependant la renommée, prompte à célébrer la
victoire, a déjà porté jusqu'au palais de la reine le bruit glorieux
des triomphes de son époux, et la nouvelle de son retour. Aboflède
ne peut contenir sa trop vive impatience; pleine de joie et d'amour,
elle relève ses beaux cheveux en désordre, essuie ses pleurs, et
n'écoutant que les douces émotions qui agitent si délicieusement son
coeur, court au-devant de son époux et de son fils; de loin elle
entend les chants guerriers, son ame s'exhale et s'unit aux chants
des héros; elle presse sa marche et vole au-devant de l'armée; déjà
elle distingue le casque éclatant du roi, son oeil maternel cherche
près de lui cet autre objet de ses alarmes, il ne paroît point;
tremblante, elle en accuse encore sa taille enfantine; elle
distingue Viomade appuyé sur le bras glorieux de son maître;
l'armée chante la victoire, le roi ne s'unit point à ses chants; il
approche, elle cherche en vain Childéric, Childéric ne se montre
point à sa mère. Mérovée l'a aperçue, son sang s'est glacé dans ses
veines, il a pâli. A ce signal de détresse pour un si grand courage,
Aboflède a déjà deviné son malheur, elle tombe évanouie en nommant
son fils. Mérovée la voit chanceler; mais il soutient son ami, il
contient sa douleur, son impatience, et renferme avec effort dans
son sein le cri prêt à s'en échapper. Viomade, affoibli par ses
souffrances, déchiré par ses regrets, marche lentement et les yeux
baissés; il ne s'attend pas au spectacle douloureux dont il va être
le témoin; ils approchent enfin de la belle reine, que les femmes de
sa suite ont relevée, et qu'elles soutiennent dans leurs bras. La
pâleur couvre ses traits, elle est glacée, immobile, et sans aucun
sentiment; la mort semble avoir déjà frappé cette tendre victime;
insensible aux soins qui lui sont prodigués, elle reste plongée dans
un évanouissement qui lui dérobe au moins la connoissance de ses
malheurs; transportée jusques dans son palais, tous les secours lui
sont prodigués; elle renaît enfin à la vie, mais pour apprendre,
mais pour sentir tout l'excès de son infortune: pour la première
fois, la voix toute-puissante d'un époux adoré ne porte point dans
son ame le bonheur ou la consolation, ses caresses ne la touchent
point, son retour ne lui suffit pas, elle ne songe, ne demande, ne
semble aimer que son fils. Le roi lui dit tout ce qui peut la
rassurer, lui nomme les fidèles émissaires envoyés à la recherche du
prince, lui répète qu'il ne s'est trouvé ni parmi les morts, ni
parmi les blessés, que son javelot si remarquable n'est point resté
sur le champ de bataille; l'infortunée l'écoute, lui fait redire ce
qu'elle vient déjà d'entendre. Hélas! elle a trop besoin d'espérance
pour la rejeter, mais elle aime avec trop d'ardeur pour s'en
contenter long-tems; occupée d'un seul objet, possédée d'une seule
idée, elle interroge tout ce qui l'approche, le silence l'inquiète,
aucune réponse ne la satisfait, les jours lui semblent des siècles,
l'incertitude la tue, et cependant l'incertitude soutient sa vie; si
le roi s'absente un moment, à son retour elle pâlit de crainte et
frémit d'espoir; dans son sommeil agité, elle revoit et embrasse
son fils; le réveil lui rend son absence, et elle pleure sur son
heureux songe. O amour maternel! sentiment pur, vrai, constant,
hélas! que souvent vous êtes cruellement récompensé! Plusieurs
émissaires étoient déjà revenus, le roi seul leur avoit parlé; ils
ignoroient tous la destinée du jeune prince; on cachoit leur retour
à la malheureuse mère. O Viomade! pourquoi ta blessure retient-elle
tes pas, et met-elle des bornes à un zèle qui, sans cet obstacle
insurmontable, n'en auroit point connu? pourquoi, ami dévoué, ne
peux-tu voler toi-même sur les traces du fils de ton maître? Ah! si
cet effort étoit en ta puissance, qui oseroit te disputer l'avantage
de servir encore ton roi? mais tu es foible, mourant, ton coeur seul
rempli d'ardeur, partage et adoucit les tourmens de ta reine; ou tu
portes à son ame les paroles consolantes de l'espérance, ou tu gémis
avec elle, quand sa douleur trop vive ferme son coeur à tes sages
discours.

FIN DU PREMIER LIVRE.



CHILDÉRIC.

LIVRE SECOND.

SOMMAIRE

DU LIVRE SECOND.

  Le bruit de la mort de Childéric s'est répandu. Désespoir du roi.
    Ulric, de retour du camp d'Attila, confirme ces tristes
    nouvelles. On les cache à la reine, toujours livrée à sa
    douleur. Attila attaque de nouveau les Francs. Mérovée marche à
    sa rencontre. Aboflède le suit. Son projet. Elle profite de la
    nuit pour l'exécuter; elle est chargée de chaînes. Le roi qui
    découvre sa démarche vole à son secours, la délivre à la faveur
    des ténèbres, ainsi que tous les prisonniers. Attila veut s'en
    venger, il est vaincu, demande et obtient la paix. Mérovée
    toujours vainqueur rentre dans sa capitale, et y ramène son
    épouse désespérée. Après de longues souffrances, elle expire.
    Ses funérailles. Douleur du roi.



LIVRE SECOND.


Une année entière s'étoit écoulée sans apporter aucune lumière sur
le sort de Childéric; le tems sembloit emporter sur ses ailes le
bonheur et l'espoir: déjà Ulric, celui des braves qui tient la
seconde place dans le coeur du roi, est revenu des bords du
Pont-Euxin avec tous ceux qu'il a dispersés adroitement autour du
camp d'Attila; mais il n'a pu ni détruire, ni confirmer la crainte
du monarque. Aboflède, renfermée au fond de son palais avec ses
chagrins et ses souvenirs, ignore son arrivée, on la lui dérobe avec
soin; il est depuis long-tems dans Tournay, et l'infortunée l'attend
encore. Un bruit, d'abord léger, mais qui peu-à-peu se répand et
s'accrédite, jette un nouveau désespoir dans le coeur du roi. On
assure que le jeune prince ayant suivi l'armée qui poursuivoit les
Huns, et s'étant laissé entraîner par l'inexpérience de son âge,
étoit tombé dans le fleuve en essayant de passer sur une des barques
ennemies. L'apparence et le tems semblent confirmer ce récit.
Mérovée craint, doute, et s'abandonne à la douleur qui le déchire;
mais il épargne encore le coeur de la reine, il lui laisse ses
fugitives espérances, et l'ame dévorée d'inquiétudes, il sourit aux
douces pensées de retour que sa tendre mère exprime quelquefois. Il
gémit seul ou dans les bras de Viomade; mais près d'Aboflède, il
reprend son courage et son front serein. La reine se confiant à la
tendresse d'un père, se rassure de la tranquillité de son époux;
elle ne croit pas qu'une douleur violente puisse se contraindre,
elle sent trop bien qu'un tel effort seroit au-dessus d'elle; la
nature, l'amour et son coeur dans ce moment s'accordent avec le roi
pour la mieux tromper. Cependant Ulric tarde bien selon elle à
revenir; ce délai commence à l'inquiéter; Aboflède voit chaque jour
renaître et finir, et Ulric ne paroît point; la reine ne peut
soupçonner son zèle, le danger s'offre à sa pensée sous mille formes
effrayantes. Attila, fier d'un si illustre prisonnier, aura sans
doute refusé les échanges et le prix qu'Ulric devoit lui offrir;
une idée plus terrible encore glace tout-à-coup ses esprits,
Clodebaud, ce frère irrité, exerçant sur le fils la vengeance qu'il
méditoit contre le père. Elle voit Childéric réduit par la haine de
Clodebaud au plus cruel, au plus honteux esclavage. Peut-être, ô
ciel! a-t-il porté plus loin sa fureur.... Un jour même son
imagination frappée lui fait apercevoir son fils pâle, baigné dans
son sang; elle croit entendre ses longs gémissemens et recevoir son
dernier soupir... Tremblante, éperdue, elle jette des cris
douloureux, ses larmes sont taries, son sang ne circule plus, un
froid mortel la saisit, elle tombe évanouie, et l'on doute long-tems
de sa vie.

Cependant, l'intrépide Attila supportoit avec une égale peine, et sa
honte et la longue paix où l'a réduit sa dernière défaite. Étonné de
son inaction, indigné de ses revers, et retenu depuis deux ans dans
ses forêts, il n'a pu revoir la _saison guerrière_, sans resaisir
son arme terrible; les premiers feux de l'astre du jour ont ranimé
toute son ardeur; il assemble son armée, et quittant encore ses
déserts, il va pour la troisième fois traverser ce fleuve
majestueux, barrière antique et naturelle de la France. Mais ses
revers multipliés ont découragé ses soldats; il ne lit plus sur
leurs fronts mornes et sourcilleux l'audacieuse espérance; il ne
voit plus en eux cette impatience du combat, présage certain de la
victoire ou d'une glorieuse résistance; sa voix formidable se fait
entendre sans ranimer l'ardeur éteinte; il commande, on obéit, mais
en silence, et sans cette joie martiale qu'il a si souvent admirée.
Il revoit avec rage ces plaines fameuses par ses malheurs; son
courroux valeureux s'en augmente, tandis que ces sanglans souvenirs
affligent et effrayent ses troupes naguères si valeureuses. Les
Francs, au contraire, volent avec transport au-devant d'un ennemi
dévastateur et qu'ils sont sûrs de repousser; ils chantent d'avance
une victoire certaine.

Au nom d'Attila, Aboflède a joint dans son ame celui de ravisseur,
d'assassin de son fils; elle sait qu'il marche contre son peuple,
elle sait encore que ces barbares traînent à leur suite tous les
prisonniers de guerre; elle conçoit un projet hardi: le coeur seul
d'une mère est capable de le former, de l'entreprendre, de
l'exécuter! Elle annonce au roi surpris qu'elle va le suivre au
combat, et en disant ces mots, ses yeux cessent de verser des
larmes, et l'espérance jette une légère teinte de joie sur sa figure
douloureuse. Mérovée s'oppose en vain à un désir dont il ne connoît
pas encore le vrai motif; la raison ni la prudence ne peuvent rien
contre tant d'amour. Hélas! Aboflède est mère, et elle a perdu son
fils! que peut-elle craindre encore? Deux seules pensées lui
restent, le retrouver ou mourir. La reine, montée sur un char, se
mêle aux combattans et s'expose sans en être émue; son ame n'est
troublée ni par le bruit des armes, ni par les horribles cris que
jettent les Huns pendant les batailles, ni par le spectacle sanglant
dont elle est environnée. Elle ne voit point voler le trait
homicide, elle n'entend point les gémissemens des blessés; elle
seule, au milieu de ce règne de la mort, conserve l'oubli
d'elle-même, et porte au loin sa pensée et ses regards, sans
chercher à défendre ou à conserver une vie dont elle cesse de
s'occuper. Il paroît enfin à ses yeux ce groupe d'infortunés chargés
de fers; ils sont peu éloignés des Huns, des gardes nombreuses les
environnent. A peine cet objet de douleur et d'espoir a-t-il frappé
la reine, que son regard et son coeur ne s'en écartent plus. Sans
doute c'est là, c'est parmi les malheureux captifs qu'elle trouvera
son fils; elle s'assure du chemin qui conduit à cette partie séparée
du camp; on peut s'en approcher par un bois voisin. Aboflède a tout
vu et n'oubliera rien. La nuit abaissant sur la terre ses voiles
épais, force enfin les combattans à se séparer. Aboflède invoque
depuis long-tems les ténèbres dont la favorable obscurité servira sa
téméraire entreprise. A peine la tranquille déesse a-t-elle enchaîné
dans un doux sommeil les fiers enfans de Mars, que revêtue d'habits
guerriers, cachant ses membres délicats et la beauté de son sexe
sous le casque et l'armure, Aboflède, jusque-là craintive, échappant
à ses gardes, et guidée par son amour, s'avance vers le camp ennemi;
son coeur palpite d'une joie vive, elle ne sent ni le poids du
casque qui la blesse, ni celui de ses armes si étrangères à ses
belles mains; aucun danger n'effraie sa pensée, un seul sentiment la
soutient et l'entraîne, tout disparoît devant lui. La reine, malgré
l'obscurité que l'ombrage du bois rend plus profonde encore, ne
s'est point égarée, elle est parvenue au but désiré de son voyage;
elle aperçoit les prisonniers attachés les uns aux autres, la
plupart sont couchés, et la nuit est trop obscure pour qu'elle
puisse les reconnoître. Aboflède s'approche; les gardes, surpris de
tant d'audace, vont la saisir. Loin d'en être alarmée, leur cruauté
semble obéir à ses voeux, elle tend ses beaux bras aux chaînes
qu'elle va partager avec son fils. Pressée de les obtenir, elle se
livre sans résistance, et se mêle avec transport parmi les
infortunés qui sont pour la plupart ses sujets. Éclairée par les
feux du camp, la reine a reconnu Mainfroy, ce fidèle général pris
devant Cologne qu'il défendoit; elle s'approche de lui, et d'une
voix basse, elle lui dit: Mainfroy, reconnois une mère à ma démarche
audacieuse, je suis Aboflède, et je cherche mon fils prisonnier
d'Attila; rends-moi mon fils! je veux mon fils! Mainfroy admire la
mère, et tombe respectueusement aux genoux de la reine; mais ce ne
sont point des hommages, du respect qu'elle attend de lui, c'est un
fils qu'il faut lui rendre; le général l'assure vainement qu'il n'en
sait aucune nouvelle, et qu'il n'a pas été fait prisonnier; il le
jure à la reine désolée, et lui ravit ainsi sa dernière espérance;
mais elle doute encore et interroge plusieurs Francs; leur réponse
est la même, et elle perd l'espoir qui soutenoit sa vie. Aboflède
alors s'arrête immobile en s'appuyant sur Mainfroy, ses larmes ne
coulent point, un froid mortel la saisit, une sueur glacée découle
de son front, un silence effrayant répond assez aux discours
terribles qu'elle vient d'entendre. Mainfroy, n'ose lui offrir du
secours, il craint d'exposer son sexe et son rang; retenu par ses
chaînes, il ne sait ce qu'il doit faire. Aboflède penche sa belle
tête, son casque se détache, elle tombe dans les bras de ses
sujets enchaînés à ses genoux. Que feront-ils? à qui confier
ces jours sacrés, ce dépôt si cher à la France? le barbare Attila
respectera-t-il l'épouse auguste de son ennemi? Tandis qu'ils
délibèrent, incertains, ils sont tout-à-coup enveloppés, leurs
gardes saisis jettent d'horribles cris auxquels tous les Huns
répondent promptement; mais plus promptement encore, une troupe
nombreuse et hardie pénètre jusqu'à eux, brise leurs chaînes en
s'écriant: A nous, Francs! Aboflède est enlevée des bras de Mainfroy
et placée sur un char; la troupe se rallie, mêlée aux prisonniers,
et tous reprennent le chemin du camp de Mérovée avec tant de
précipitation, que les Huns, trompés d'ailleurs par les ténèbres,
n'ont pu porter aucun secours à leurs gardes, ni défendre leurs
prisonniers. Attila, furieux d'une attaque qu'il regarde comme une
trahison, attend impatiemment que le jour éclaire sa vengeance; et
Mérovée, que l'amour a entraîné et qui prévoit sa rage impétueuse,
se prépare au combat avec autant de courage et plus de prudence.
Après la fuite d'Aboflède, le roi n'avoit pas tardé à s'apercevoir
de son absence: trop sûr du chemin qu'elle avoit pris, tremblant sur
les dangers qui alloient l'entourer, il l'avoit suivie avec l'élite
de son armée; et certain que l'espoir de retrouver Childéric
l'auroit décidée à pénétrer jusqu'aux prisonniers, parmi lesquels
elle le croyoit toujours, Mérovée s'étoit décidé à les délivrer
tous, afin de sauver la reine de la captivité, de la mort, et de
tous les excès terribles qui la menaçoient. Revenue dans son camp et
privée de tout avenir, muette et la vue égarée, à peine elle a
reconnu son époux. Après un long silence, elle a fixé sur lui ses
yeux éteints, et d'une voix mourante, elle a prononcé ces mots: Il
n'est donc plus! Retombant dans sa morne tristesse, elle a cessé
d'écouter, de répondre. Déjà l'étoile du matin, avant-coureur de
l'aurore, avertit les guerriers de se tenir prêts: ils sont déjà
sous les armes, brillans de jeunesse, de santé, de valeur, ceux-là
qui ne verront pas se coucher le soleil qui commence à les éclairer.
O mort! ô toi à qui on ne peut échapper! toi qui dévores toutes les
générations, avois-tu donc besoin pour assurer ton terrible empire,
du secours de la guerre!

Attila, fier de venger une injure, et d'avoir, pour la première
fois, un juste motif de prendre les armes, fut cependant encore
surpris par l'active sagesse de son ennemi. La victoire ne fut pas
longue à se décider, et Mérovée offrit la paix qui fut acceptée; il
renvoya à Attila tous les prisonniers, en mémoire de la délivrance
d'Aboflède, y joignit de riches présens; mais sa clémence n'adoucit
point la haine de son ennemi, et ne calma point sa honte; il en
conserva même une si vive douleur, qu'à peine de retour dans ses
bois, on le trouva mort dans son lit à côté de son épouse. Ainsi
finit ce guerrier qui coûta tant de sang à sa patrie et à ses
ennemis. Mérovée, couvert d'une gloire nouvelle, rentra dans Tournay
aux acclamations du peuple, et ramenant la malheureuse Aboflède,
qui, de retour dans son palais, reprit sa vie solitaire et
silencieuse. Plongée dans une tristesse destructive, ses traits en
reçoivent la douloureuse empreinte, et cette tête si belle se penche
déjà flétrie comme le lis superbe détaché de la tige qui le nourrit.
L'aspect du malheur, si puissant sur l'ame tendre de la reine, ne
l'émeut plus; la bienfaisance a perdu pour elle tous ses charmes.
Aboflède n'est plus belle, n'est plus reine, n'est plus épouse,
n'est plus amante; elle n'est plus, hélas! qu'une mère en deuil,
descendant au tombeau par la route lente et pénible de la douleur.
En vain tout s'empresse encore autour d'elle; préoccupée et isolée
au milieu de tous, elle ne s'aperçoit d'aucun soin; le désespoir de
son époux, jadis si aimé, ne pénètre plus jusqu'à son coeur fermé à
jamais. L'amour de son peuple, l'amitié, tout a perdu son empire sur
cette ame tendre. Puissance de la douleur, que vous avez de force
sur le coeur d'une mère! Chaque jour semble l'entraîner vers la
tombe, son unique désir. C'est là, c'est près du trône de Teutatès
qu'elle espère retrouver son fils, pour ne plus le quitter jamais.
C'est dans ces célestes demeures, où la mort est sans puissance,
dans ces champs toujours verds, au pied de l'éternel, et dans un
bonheur ineffable et constant, qu'Aboflède, dégagée des liens
terrestres, demande aux dieux de la recevoir promptement. Et tandis
que le roi et son peuple surchargent les autels de victimes et
demandent aux dieux de prolonger ses jours, elle seule, formant des
voeux contraires, élève au ciel ses mains pures et le conjure de
terminer sa vie. Ils vont être exaucés ces cruels voeux du
désespoir; Aboflède sent les approches de la mort, comme on
entrevoit le moment de sa délivrance; son ame s'exhale comme la
fumée de l'encens s'élève vers les cieux. Le roi, qui devoit prévoir
depuis long-tems ce nouveau malheur, n'en est pas moins frappé comme
d'un coup inattendu; le deuil est général; Viomade a l'emploi triste
et flatteur de recevoir les plaintes, de partager la douleur de son
maître; s'il ne le console pas, du moins il pleure avec lui.

Les obsèques de la reine furent ordonnées. Ce dernier hommage du
regret, qui tient du sentiment et de la religion, s'il ne soulage
point le coeur, adoucit son désespoir. Ce fut aux bords de l'Escaut
que les restes glacés de la reine furent conduits. On creusa d'abord
une fosse ronde, où l'on plaça, selon l'usage, tout ce qui pouvoit
être utile à la vie. Etrange superstition de ces tems, qui alloit
même jusqu'à immoler des esclaves, afin que les morts fussent servis
par eux dans un autre monde! Mais Aboflède, prête à mourir, avoit
exigé que l'on ne suivit point cette barbare coutume, et Mérovée
voulut qu'elle fût obéie. La fosse creusée, on amena une charrue
dont le soc étoit d'airain; elle étoit attelée de deux boeufs
blancs; on traça d'un sillon le tour de la tombe, et à mesure que la
charrue ouvroit la terre, on remplissoit de fleurs le sillon qu'elle
avoit formé; on eut soin de la relever à l'entrée de la tombe, sans
en continuer la trace. Après cette cérémonie, on plaça le corps dans
la fosse, et revêtu de ses plus riches ornemens; chaque assistant
eut soin de jeter sur ces restes sacrés une poignée de la terre
natale de la reine; on la recouvrit de fleurs, de gazons, puis de
terre, et enfin d'une grande table de plomb sur laquelle on grava
ces mots:

   PLEUREZ LA REINE ABOFLEDE,
         AMOUR ET EXEMPLE
             DU MONDE.

Les Druides assistèrent à cette lugubre fête couverts de longues
tuniques de lin; ils versèrent sur la tombe l'eau lustrale du guy de
chêne, invoquant les dieux pour qu'ils accordassent sans délai
l'entrée céleste à la victime de l'amour et du malheur. Mérovée
n'assista point à ces funérailles, le deuil étoit trop avant dans
son coeur; il n'eût pu soutenir ce terrible spectacle. Privé d'une
épouse et d'un fils, le voilà seul sur le trône déjà isolé; il va
marcher sans compagne dans les routes épineuses de la vie, et quand
l'ange de la mort développera sur lui ses ailes glacées, il ne
laissera pas, aux mains d'un fils adoré, le sceptre des rois qu'il a
illustré, et son glorieux héritage; il ne revivra pas dans une
nombreuse postérité. Ah! s'il gémit de la mort d'Aboflède, c'est sur
lui seul qu'il répand des larmes; il sent trop que le seul
malheureux est celui qui survit à ce qu'il aime.

FIN DU LIVRE SECOND.



CHILDÉRIC.

LIVRE TROISIÈME.

SOMMAIRE

DU TROISIÈME LIVRE.

  Mérovée s'abandonne à sa douleur. Ses blessures se r'ouvrent. On
    craint pour sa vie. Egidius, qui aspire au trône, en conçoit
    une espérance nouvelle; il craint Viomade, et cherche à
    l'écarter. Draguta sert ses projets, et trompe ce brave par un
    faux rapport, qui décide Viomade à suivre le traître jusque
    dans le camp des Huns. Le roi, à la nouvelle qu'il reçoit du
    départ prochain de son ami, et de l'espoir qui le détermine,
    éprouve autant de joie que d'inquiétude. Viomade lui conseille
    de se montrer à l'armée. Mérovée se rend à cet avis. Il
    harangue les troupes, et ordonne un sacrifice. Description du
    sacrifice. L'oracle est favorable, il promet le retour de
    Childéric. Un festin termine cette journée.



LIVRE TROISIÈME.


Le tems ne consoloit point Mérovée. De tous les biens dont l'amour
l'a fait jouir, le souvenir seul lui reste, il le conserve comme le
dernier trésor de son coeur; le regret, qui le suit par-tout, charme
douloureusement sa solitude, et quand il a perdu tout ce qu'il aime,
les tendres images d'Aboflède, de Childéric, ne s'effacent point de
sa pensée; il chérit sa mélancolie, et refuseroit de se consoler: il
n'a plus que sa douleur, il craindroit de la perdre et même de
l'affoiblir; mais il cherche et soulage les malheureux, il a besoin
du bonheur des autres quand il n'en existe plus pour lui; l'accent
de la joie, celui de la reconnoissance, jettent encore un son doux
au fond de son ame. Blessé dans plusieurs batailles, le roi ne
s'étoit que foiblement occupé de ses souffrances légères; mais les
chagrins, les fatigues, les années, avoient enflammé son sang; une
cicatrice mal fermée s'étoit r'ouverte, et le peu de soin apporté à
un mal d'abord sans danger, avoit envenimé la blessure au point que
sa vie étoit menacée; les remèdes pourront la prolonger, mais ils
laissent craindre une mort prochaine ou des souffrances habituelles;
le monarque s'affoiblit de jour en jour; Viomade en est troublé,
tandis que l'ambitieux Egidius jouit en secret et s'abandonne à une
grande espérance. Egidius, général de la milice romaine, et
gouverneur pour les Romains dans la Gaule, commandoit à Soissons, et
avoit la faveur de l'armée; brave et adroit, il s'étoit fait une
reputation guerrière, et passoit également pour réunir toutes les
vertus: il savoit se montrer aux hommes sous l'aspect le plus
favorable à ses projets, et cachoit avec art son vrai caractère et
ses desseins. Depuis la perte du jeune prince, il s'étoit toujours
flatté de succéder à Mérovée; c'étoit dans cette pensée qu'il avoit
répandu le bruit de la mort de Childéric, passant dans une barque
ennemie; un roi sans héritier, et mourant lui-même, n'étoit plus
qu'un foible obstacle à son ambition; il se plaît à répandre dans
l'armée de secrètes inquiétudes sur la santé chancelante du
souverain, sur l'inaction dans laquelle il va tenir ses troupes si
accoutumées à combattre et à vaincre, sur la nécessité d'élire un
chef pour le remplacer pendant les combats; mais son parti n'est pas
assez fort: il craint l'horreur qu'inspire le nom romain, l'amour du
peuple pour son roi, les Druides dont il ne suit pas la religion, et
dont il redoute l'empire; mais ce qu'il craint bien plus encore que
la haine ou l'amour léger d'un peuple inconstant, extrême, facile à
émouvoir, à contenir, à exciter, qui n'ayant pas de volonté qui lui
soit propre, cède à tout ce qui le maîtrise, et semblable à cette
même onde qui s'irrite, se soulève, déborde au gré du vent qui
l'agite, se calme et s'écoule lentement, sans que sa fureur ni sa
tranquillité viennent d'elle-même; ce qu'il craint enfin plus que
les Druides, le roi et toute l'armée, c'est Viomade, ce brave
toujours occupé de son maître, déjouant les projets, et le
surveillant avec autant de zèle que d'activité et d'intelligence,
aimé du monarque comme de la France entière. Egidius n'a pas de plus
forte barrière entre lui et le trône; la renverser paroît
impossible, la force du moins seroit impuissante; Egidius aura
recours à la ruse, arme du lâche, et l'ingrat Draguta va servir ses
odieux projets. Draguta, né parmi les Huns, avoit poursuivi Viomade
avec audace et témérité devant Cologne; blessé dangereusement, il
étoit tombé parmi les morts, on l'avoit trouvé pendant la cérémonie
funèbre qui suit les sanglans exploits, il respiroit encore, il fut
transporté parmi les blessés par ordre de Viomade, il fut traité
avec soin et générosité. Sa blessure étoit si dangereuse, qu'il fut
plus d'une année sans se rétablir entièrement; par reconnoissance il
témoigna le désir de rester encore près de son bienfaiteur. Egidius
l'ayant souvent aperçu, crut démêler dans ses regards l'ame d'un
traître, et l'ayant fait sonder adroitement, il vit qu'il ne s'étoit
point abusé, et que Draguta joignoit aux connoissances qu'il avoit
su acquérir depuis son arrivée en France, et pendant un séjour de
plusieurs années, la férocité de sa patrie, et la haine du nom des
Francs, que des secours et tant de bienfaits n'avoient pu éteindre.

Instruit des volontés d'Egidius, flatté des récompenses énormes qui
lui sont promises, heureux surtout de satisfaire sa fureur et
d'assouvir sa vengeance, Draguta se présente à son bienfaiteur; il
s'efforce de donner à ses traits plus de douceur, à son sourire
moins de perfidie; mais il n'a rien à redouter du coeur franc et
sans défiance du plus vertueux des braves, qui, incapable de
feindre, l'est aussi de soupçonner. Je vous dois, lui dit le fourbe,
le bonheur et la vie, m'acquitter est un devoir et un besoin; je
viens satisfaire mon coeur, en rendant au vôtre et la joie et
l'espoir. Viomade l'écoute, et lui tendant la main avec cette
franchise d'une grande ame: Parle, ami, lui répond-il, mais crois
qu'en te conservant le jour, j'ai déjà reçu ma récompense.

Draguta, loin d'être attendri par ces paroles et l'air plein de
douceur dont elles furent accompagnées, s'applaudit au contraire
d'avoir à tromper un si facile ennemi, et reprenant son discours, il
dit: Vous pleurez Childéric depuis cinq années; mon amour pour
Attila, mes sermens de fidélité, mon devoir, m'ont défendu de vous
instruire de sa destinée; mais mon roi n'est plus, et ce que je vous
dois m'ordonne aujourd'hui de vous révéler ce que j'ai dû vous
taire: Childéric est prisonnier. Clodebaud l'ayant aperçu pendant la
terrible bataille qui coûta tant de sang à ma malheureuse patrie,
nous ordonna de nous emparer du jeune prince, et je fus du nombre de
ceux qui l'enlevèrent; je le remis à Clodebaud, qui fier et heureux
d'une si belle proie, jura d'épargner ses jours, mais de le vouer à
un éternel esclavage.

Après avoir ainsi obéi à mon général, je revins au combat, où je
vous attaquai avec une rage dont je fus puni; vos soins généreux
ouvrirent mon ame au repentir, et souvent en voyant les douleurs que
vous causoit l'absence du prince, je fus sur le point de vous tout
avouer; retenu par mon attachement pour Attila, je résistai au
mouvement qui m'entraînoit; j'ignorois d'ailleurs si Clodebaud avoit
réellement laissé la vie au prince; mais depuis qu'Attila n'est
plus, j'ai su par ceux qui sont venus apporter la nouvelle de sa
mort, que Childéric étoit vivant, et réduit à la plus honteuse
servitude; que Clodebaud, qui conserve le commandement d'une partie
des troupes, insulte sans cesse à son malheur, et qu'il n'est pas
impossible de le délivrer, si vous voulez suivre mes avis et
accompagner mes pas. Je le veux! s'écria Viomade en se levant et
avec une noble vivacité; ô Draguta! je le veux, sois mon guide, mon
interprète, mon bienfaiteur; ma reconnoissance sera sans bornes
comme tes bienfaits, compte sur celle d'un grand roi, d'un père à
qui tu rendras le bonheur. Eh bien! reprit Draguta, partons
promptement et sans suite, car nous serions arrêtés, et le nombre ne
nous sauveroit pas; je vous promets le secours de mes frères, tous
jeunes, vaillans et hardis; je vous conduirai par de secrètes
routes, qui nous éviteront des rencontres fâcheuses. Au reste, je
répondrai de vous, et vous n'aurez rien à craindre. Je ne crains
rien non plus, lui dit Viomade, ma vie est à mon roi; vivre et
mourir pour lui, voilà ma noble destinée; mais retire-toi, Draguta,
je vais porter à mon auguste maître l'espérance que tu as répandue
dans mon coeur; reçois cette bourse d'or, non comme une récompense;
ah! Draguta, qui jamais pourra te récompenser! Le brave à ces mots
embrasse avec attendrissement le perfide qui, sans repentir et sans
trouble, approche de ce coeur d'où s'émanent tant de vertus.

Viomade, l'ame ouverte à la plus vive joie, s'empresse de verser
dans le sein paternel l'espoir dont lui-même est enivré, et vole
rejoindre son maître; sa physionomie exprime tant de bonheur, que
Mérovée en est frappé, et sourit à la félicité d'un ami. Quelle fut
son émotion au récit animé et consolateur de Viomade! Childéric
esclave et malheureux! quelle pensée pour un père et pour un roi!
Mais Childéric vivant! et rendu à son amour! Hélas! pourquoi ce
bonheur ne peut-il plus être partagé par Aboflède? A cette triste
pensée, le front de Mérovée s'obscurcit, et la douce joie dont il
rayonnoit s'est éteinte. Ah! sans le douloureux mélange de regrets
et d'espoir, le bonheur inespéré du roi seroit trop vif, il auroit
peine à le supporter. Viomade ne trouble point les méditations de
son maître, il lit dans son ame, il voit se succéder les sentimens
tristes et doux, et attend que le calme y renaisse pour lui parler
avec cette franchise qui le distingue. Mérovée, reprenant bientôt un
noble empire sur lui-même, lève sur son ami des regards paisibles,
et Viomade lui parle ainsi:

Je n'ai pas besoin de dire au plus aimé des rois que je suis prêt à
partir; mais je dois l'instruire qu'Egidius agite l'armée
turbulente, et que la paix dont nous jouissons, après tant de
combats et de victoires, est déjà le sujet d'audacieux murmures. Cet
ambitieux romain, que nous avons tant de fois vaincu et repoussé,
s'est fait de ses défaites même un titre à la gloire; son adresse
égare les troupes, et vous dépeint, accablé par les chagrins et les
souffrances, incapable de combattre, anéanti sous le poids des maux;
il annonce que les Saxons sont prêts à vous attaquer; un mot de vous
peut détruire ses orgueilleuses espérances; le danger s'accroît: ô
mon roi! épargnez aux Francs l'ingratitude et le repentir; daignez
assembler votre armée, et vous montrer à elle plein d'espérance.
Annoncez le retour du descendant de Pharamond; le peuple aime
l'aspect du roi, et vos malheurs ont trop long-tems privé les Francs
de votre auguste présence.

Mérovée, à ce discours, reconnoît la prudence et l'amitié de
Viomade; il donne à l'instant ses ordres pour que l'armée soit
assemblée le lendemain au champ de Mars, et pour qu'un grand
sacrifice soit préparé: il veut, et remercier les dieux du bonheur
qu'il éprouve, et attirer leur toute puissante protection sur le
voyage que médite son généreux ami, et sur ce fils qui semble déjà
lui être rendu. L'armée apprend avec joie qu'elle reverra le héros
sous lequel elle a si souvent triomphé, et le grand Diticas prépare
la fête solennelle qui doit suivre la cérémonie guerrière.

Déjà l'armée est assemblée, et attend impatiemment le roi: il
paroît, son front auguste ne porte point l'empreinte de l'abattement
et de la tristesse, il se montre fier et animé comme aux jours du
combat. L'armée pousse des cris de joie, et frappe à grands coups
les boucliers retentissans; Mérovée, ému par ces témoignages
d'affection, promène ses regards bienveillans sur cette troupe
valeureuse, et que l'amour anime.

Soldats! leur dit-il, braves amis, chers compagnons de mes
victoires, cessez de gémir sur les malheurs qui m'ont accablé, et
partagez en ce grand jour la joie dont mon coeur est rempli. Ce fils
que je regrette depuis plus de cinq années, ce Childéric, mon
espérance et la vôtre, qui, encore enfant, osa se mêler parmi vous,
que j'ai cru mort, et dont l'absence a coûté la vie à votre reine, ô
mes amis! il existe, il vit pour combattre au milieu de vous, pour
vous aimer et vous défendre. Mon fidèle Viomade va partir pour la
contrée lointaine où les hasards de la guerre l'ont conduit; dans
peu ils seront de retour, dans peu nous reverrons ce descendant du
grand Pharamond; et si Odoacre, envieux de notre puissance, ose
attaquer nos armées victorieuses, nous irons l'en faire repentir;
mon fils apprendra de moi comment on guide les Francs valeureux et
dévoués; comment on défend sa patrie!.... De nouveaux cris de joie
interrompent le monarque, son nom, réuni à celui de Childéric,
retentit dans les airs. Qu'il est doux de régner sur ces coeurs
enthousiastes et pleins d'amour! Pourquoi, également barbares,
passent-ils si facilement de cette ardente fidélité à la révolte
cruelle?

Le roi, après avoir donné à l'armée le tems d'exhaler ses
transports, lui annonce le sacrifice préparé sous les chênes sacrés,
et le long et joyeux festin qui terminera cette journée. Il retourne
à son palais, suivi d'un peuple immense, et aux acclamations
répétées. A l'heure fixée pour le sacrifice, le roi revêtu d'habits
royaux, la couronne sur la tête et tenant son sceptre, entouré de
ses braves, suivi de l'armée, se rendit au lieu choisi pour cette
solennité. C'étoit dans un bois sombre, épais et mystérieux, que la
cérémonie sanglante et religieuse étoit préparée. Le célèbre
Diticas, grand prêtre des Druides, parut d'abord; ses cheveux blancs
étoient couronnés de feuilles de chêne, arbre des dieux; sa tunique
blanche étoit serrée d'une ceinture d'or, le plus pur des métaux. De
jeunes et belles vierges, les cheveux épars et le front couvert d'un
voile léger, suivent le grand prêtre, et s'occupent des apprêts du
sacrifice. Trois d'entre elles, les yeux baissés, belles de jeunesse
et de pudeur, portent un autel; sa forme est celle d'un trépied,
soutenu sur trois consoles, dont le bas a la figure d'un pied de
lion, le milieu celle d'un poisson qui étend ses nageoires, et le
haut une tête de serpent qui se recourbe. Le dessus de l'autel est
un bassin rond, propre à recevoir le sang des victimes; derrière les
vierges qui soutiennent l'autel, marchent celles qui doivent
présenter au grand prêtre la cuiller d'argent à manche pointu, dont
il se servira pour prendre l'encens et les autres parfums, l'acarra,
ou coffret rond, orné de deux anneaux d'or, enclavés l'un dans
l'autre pour le lever et l'ouvrir, et qui renferme l'encens et le
succin jaune; la péréficule à anse qui contient le vin et autres
liqueurs que l'on versoit sur les victimes; enfin la patère et
l'amula, vases d'airain qui servoient à renfermer l'eau lustrale, et
à cuire les victimes après le sacrifice. Les chastes prêtresses,
ayant placé au pied d'un chêne choisi pour l'auguste fête, les
divers instrumens destinés à la cérémonie, se retirent dans leur
temple, et laissent aux seuls Druides consommer le sacrifice. Ils
approchent alors de l'autel; dans la main d'un des plus renommés,
brille le superbe sespiéta ou coutelas, qui sert à égorger les
victimes. A la suite d'une invocation, après avoir brûlé l'encens,
Diticas invite le roi à s'approcher. Le monarque s'abaissant devant
les dieux, auxquels cède toute puissance mortelle, se dépouillant
des augustes marques de la royauté, place au pied de l'autel sa
couronne, son manteau, son sceptre et sa redoutable épée: recevant
alors des mains de ses braves deux jeunes taureaux blancs qui n'ont
pas encore subi le joug, il les présente respectueusement au grand
prêtre, qui les immole en les frappant à la jugulaire. Les Druides
entourent l'autel, reçoivent le sang dans un bassin, interrogent
leurs entrailles, invoquent et consultent les dieux; un silence
profond règne dans le reste de l'assemblée; on craindroit
d'interrompre ou de profaner d'aussi augustes mystères. Les Druides
se séparent en deux files éloignées l'une de l'autre: Diticas paroît
au milieu; à son regard élevé et prophétique, à ses traits animés,
au désordre de ses pas, on pressent que l'esprit divin l'agite, et
qu'organe des dieux, il va annoncer aux hommes les oracles qui
fixeront leur destinée. Le coeur palpitant et rempli d'une
religieuse terreur, l'armée se courbe vers la terre; le roi, le
front baissé, imite sa respectueuse attitude. Diticas parle enfin.
Les dieux sont satisfaits; ils promettent à Viomade le succès de son
entreprise, au roi un fils, aux Francs un roi; et après avoir
répandu sur tous l'eau lustrale, il rend à Mérovée sa couronne et
ses armes, en lui disant: Souvenez-vous que vous les tenez des
dieux. Le roi les reçoit avec respect, et plein de confiance dans
les paroles favorables de l'oracle, il rend grace au ciel de tant de
bienfaits, et sort du bois sacré, mais en se reculant et sans perdre
de vue l'autel, les Druides et les victimes; ce ne fut que dans la
plaine et loin de l'enceinte consacrée, qu'il marcha la tête ornée
de sa couronne, et suivi du peuple. Les festins l'attendoient:
assises autour de cent tables dressées devant les portes du palais
et des chefs, les troupes animées par la gaieté et le vin d'Italie
qu'elles aimoient passionnément, s'abandonnoient à la joie; tous
chantoient l'amour et la gloire, et une heureuse ivresse termina une
journée qui sembloit fatale à l'ambitieux Egidius, mais qui ne
détruisit point ses espérances.

FIN DU LIVRE TROISIÈME.



CHILDÉRIC.

LIVRE QUATRIÈME.

SOMMAIRE

DU LIVRE QUATRIÈME.

  Départ de Viomade. Son arrivée dans les forêts de la Germanie.
    Dangers de sa route. Alarmes que lui inspire Draguta. Un songe
    l'inquiète. Viomade sauve la vie à Draguta. Il en est
    abandonné. Orage terrible. Viomade reprend sa route. Le chemin.
    La tombe. Chant franc. Le vieillard.



LIVRE QUATRIÈME.


Mérovée et son ami ont assisté à ces festins, mais sans en partager
le délire; impatiens de se retrouver seuls, et de donner à la
confiance le peu d'heures qui leur reste avant le départ de Viomade,
fixé à la prochaine aurore, ils n'ont plus qu'une nuit, et l'amitié
la disputera au sommeil. Le roi voudroit qu'au moins Ulric, Amblar,
Arthaut accompagnassent Viomade; il s'y refuse. S'il étoit possible,
disoit-il, que je fusse attaqué, ce seroit par un si grand nombre,
que vous exposeriez sans aucun avantage les nobles défenseurs de
votre couronne. Seul avec Draguta je n'inspirerai aucune défiance,
et si je devois périr, conservez au moins vos plus fidèles sujets.
Cette pensée jettoit un trouble extrême dans l'ame du roi. Toi
périr! disoit-il; ô toi! mon ami, toi qui seul peut m'aider à
supporter les orages de la vie; toi qui en partageant mes maux, en
diminue toujours le poids! Je ne périrai point, reprit Viomade, les
dieux l'ont promis: en douter est une impiété. Je reviendrai
bientôt remettre Childéric dans vos bras. Mérovée, malgré la juste
impatience d'un père, voudroit que Viomade attendit au moins le
printems; l'hiver déjà est avancé; mais cette saison qui retient les
Huns dans l'inaction, offre à Viomade plus d'espérance de retrouver
le jeune prince. Il combat la résistance du roi, qui redoute la
rigueur de la saison; il calme les craintes du monarque, excite ses
espérances, et verse des torrens de bonheur dans cette ame si
long-tems la proie des souffrances. Le roi veut du moins
l'accompagner jusqu'au bord du fleuve; des barques sont préparées;
plusieurs braves les suivront même jusqu'au château de Clodion,
situé sur l'autre bord du fleuve: là, Viomade devoit se séparer
d'eux, et monté sur de forts chevaux chargés de provisions, il
s'arme de flèches, ainsi que Draguta. C'est ainsi qu'il devoit
revoir, et suivi seulement du Hun, cette Germanie, antique berceau
de ses pères. Au premier rayon du jour, les deux amis se sont
regardés et se sont précipités dans les bras l'un de l'autre.
Mérovée craindroit de retarder le départ, et cependant il sent
toute l'amertume d'une telle séparation; Viomade se reprocheroit le
moindre délai, mais il quitte avec peine son auguste maître. Tous
deux émus et opressés se tiennent long-tems embrassés; tout est prêt
pour le départ; déjà le farouche Draguta, revêtu de ses sauvages
vêtemens, paroît et s'unit aux guerriers qui attendent le roi. Ses
cheveux noirs, frisés, inégaux et épars, couvrent une partie de son
visage, et ajoutent, dans leur désordre, à la férocité de ses
traits; la jeunesse est sans grace sur le front sourcilleux du Hun;
son courage est celui d'un barbare, et sa joie celle du crime. Sur
ses épaules nues sont attachés son arc et ses flèches, armes
légères, et les seules qui puissent leur être utiles dans les forêts
qu'ils ont à traverser, soit qu'ils s'en servent pour se défendre
contre leurs dangereux habitans, soit qu'ils recourent à la chasse
pour suppléer à leurs provisions épuisées. Le roi et Viomade ne se
font pas attendre long-tems; déjà ils atteignent les antiques
ombrages de la forêt des Ardennes; ses arbres dépouillés de verdure,
offrent aux regards qu'ils attristent, les sombres ravages de
l'hiver. Viomade n'en est point ému; le roi seul éprouve d'avance
toutes les fatigues que ce brave est loin de calculer. Quelques
tentes dressées sous les arbres servent à reposer la troupe, et en
peu de jours elle découvre ce fleuve superbe qui sépare les Gaules
de la Germanie. C'est-là que Mérovée quitte à regret un ami dévoué
et cher; leurs adieux honorèrent également l'amitié et le courage
qui les distinguoient. Oh! qu'elles sont unies ces grandes ames,
qu'aucun vice ne sépare! Les barques ont reçu Viomade, Amblar,
Ulric, Arthaut, Draguta; les tranquilles ondes obéissent aux rames
qui fendent leur sein et soutiennent la fragile nacelle qui les
sillonne. Parvenus au pied de Dispach, les voyageurs abordent ces
rives paisibles et débarquent. Pendant le trajet, Mérovée, entouré
de ses gardes, a long-tems suivi de l'oeil la barque qui entraînoit
son ami, et quand il ne l'avoit plus distinguee, son coeur et sa
pensée la suivoient encore. Enfin, il avoit repris le chemin de son
palais, dont la solitude troubla son ame; tous les dangers d'une
aussi hardie entreprise s'offrirent devant lui; mais les dieux
avoient parlé, et Mérovée espéroit. Ses braves, à leur retour, lui
apprirent que Viomade et son guide, pourvus de trois chevaux, dont
un portoit une tente et des provisions, traversoient déjà la
Germanie, et que Viomade, plein de force et de joie, marchoit avec
rapidité sous la conduite d'un guide fidèle et intrépide. En effet,
Viomade avoit déjà traversé heureusement une partie de la Germanie,
quand ils furent tout-à-coup arrêtés par des marais que les pluies
d'hiver avoient rendus impraticables; il fallut abandonner la route
connue, chercher à travers les forêts. Cet obstacle ralentissoit
leur marche; par-tout ils le retrouvoient, et s'égarant dans de
nouveaux détours, s'éloignoient au lieu d'avancer. Mais la bise, qui
descendue des montagnes du nord, souffle avec fureur dans ces
climats voisins du Danube, a glacé ces eaux stagnantes. Viomade
propose à son guide de se hasarder sur cette surface solide. Un
renard qu'a tué Draguta, et qu'ils dépouillent de la peau dont ils
environnent leurs pieds, rend cette entreprise facile; les chevaux
seuls les embarrassent; ils craignent de s'en séparer, et n'osent
hasarder de les conduire sur la glace qui va se briser sous leurs
pieds; ils essaient d'en conduire un qui glisse bientôt, malgré
toutes les précautions qu'ils prennent; sa chute brise le fragile
appui qui supportoit à peine ses pas; il disparoît sous la glace et
s'enfonce sous les eaux. Cette expérience effraye les voyageurs;
mais Viomade, qui s'aperçoit que tant de détours l'égarent, se
décide à renoncer aux chevaux, qui déjà las, et ne trouvant pour se
nourrir que des joncs secs et mal sains, retardent plus leur marche
qu'ils ne la favorisent. Appuyés sur leur arc, et les pieds
enveloppés de fourrures, ils traversent les marais dont l'étendue
est immense. Viomade, chargé comme Draguta des provisions qui leur
restoient, a peine à se soutenir; le froid glace ses veines; son
coeur palpite, et ses membres s'engourdissent, tandis que Draguta,
né sur les bords toujours glacés du Palus, sourit à la foiblesse de
son compagnon, et s'élance gaiement de l'autre côté des marais.
Viomade, épuisé de fatigue, mourant, et hors d'état de faire un seul
pas, arrive long-tems après lui: il se couche un moment sur la
terre; mais sentant le froid s'augmenter, craignant de s'abandonner
au dangereux sommeil qu'il provoque, et qui n'est d'ordinaire que
l'avant-coureur de la mort, il se relève avec effort, rassemble du
bois, frappe le caillou qui jaillit en étincelles, et allume un feu
brillant qui le réchauffe et redonne à son sang sa circulation.
Draguta ne veut point s'en approcher; il semble défier la douleur de
l'atteindre, et triompher de la nature. Que votre mère étoit peu
prévoyante, disoit-il au brave; que n'a-t-elle eu le courage de la
mienne; que ne vous a-t-elle exposé aux glaces des fleuves, au
soleil devorant, comme je l'ai été; que ne vous a-t-elle habitué à
combattre les monstres des bois, et formé à la lutte, à la course, à
l'extrême fatigue: loin d'être accablé comme un foible enfant, vous
supporteriez sans les sentir le froid et les maux qui vous
accablent. Sans doute, Draguta, reprenoit avec douceur Viomade, mon
enfance fut moins exercée que la tienne, et les moeurs, comme l'air
de ma patrie, sont différens de ceux dont tu t'enorgueillis; mais
songe, ami, que si plus de force arme ton bras, plus d'amitié
remplit mon coeur. Tandis que vous égorgez vos blessés, nous
secourons nos ennemis mêmes. Pardonne à ces hommes à qui tu dois la
vie, une sensibilité dont ils s'honorent, puisqu'elle ne leur dicte
que des bienfaits. La vie! reprit Draguta, est-ce un si grand bien
que de vivre? Mais n'en sens-tu pas le prix aujourd'hui, que tu
t'acquittes envers un ami; que tu me guides, que tu me conduis au
bonheur? Ton ame n'est-elle pas émue de l'idée décevante de faire
tant d'heureux, de rendre un fils à son père, un roi à ses peuples,
un maître à ses serviteurs brûlans de zèle et d'amour pour son
prince? Draguta ne répondit rien à ce discours; les provisions
furent étalées devant le feu que Viomade entretenoit soigneusement.
Un roc creusé par le tems lui offrit un abri pour la nuit; enveloppé
d'un manteau, il s'endormit. Draguta, loin de regretter la tente
qu'il a laissée avec les chevaux, se jette sans précaution sur la
terre humide et dort paisiblement. O Dieu! le méchant peut donc
dormir!

Viomade, éveillé par les premiers rayons du jour, quitte sa roche
protectrice, non sans remercier la divinité qui y préside, non sans
élever jusqu'aux voûtes célestes ses voeux et sa reconnoissance. Un
spectacle s'offrit à ses yeux; derrière lui d'immenses forêts; à sa
droite et tournant devant lui, paroissoit au loin le Danube, ce
fleuve superbe, qui prenant sa source en Souabe, parcourt un
territoire de deux cent quarante lieues, et va par plusieurs bouches
se jeter dans la mer Noire; ce fleuve qui eut la gloire, entre tous
les fleuves, de voir sur ses ondes rivales des mers, plusieurs
combats entre les Turcs et les Chrétiens. Le soleil qui se levoit
derrière la forêt, n'éclairoit encore que foiblement cette
magnifique surface; les oiseaux, que la froidure retenoit cachés
dans le creux des rocs ou des troncs des arbres, ne chantoient pas;
un silence auguste régnoit sur toute la nature. Viomade seul, dans
cette déserte contrée, admire la profonde solitude qui l'environne,
et se livre aux méditations animées qui rapprochent l'homme de son
créateur. Plongé dans ce songe pieux, il n'a pas vu que Draguta, de
retour, prépare le gibier qu'il rapporte de la chasse où il a été
avant le réveil de son compagnon. Tiré de sa rêverie par la voix qui
l'appelle et l'invite au repas, Viomade rallume les feux éteints, et
se prépare à faire cuire les animaux; mais Draguta les dévore sans
tant d'apprêts, et Viomade détourne les yeux du repas sanglant de
son compagnon. La faim satisfaite, tous deux reposés de leurs
fatigues, reprirent leur route entre le Danube et les bois, mais
dans un chemin sablonneux, humide et qui s'enfonce à chaque pas.
Viomade s'aperçoit avec émotion que cette route devient impraticable,
il en avertit son guide; celui-ci l'engage à la continuer jusqu'à
une chaîne de montagnes qu'il lui montre: mais la route est encore
plus longue; la journée est prête à finir, les provisions
consommées, la faim commence à se faire sentir; la soif, besoin
dévorant, et plus insupportable encore, brûle et épuise le brave. Eh
quoi! se disoit-il à lui-même, la nature met donc des bornes à mon
zèle, et je succomberai dans une si grande entreprise! O Hésus! dieu
du courage, ranime mes forces abattues, que je meure après le
succès! Quelques racines sauvages lui offrent une ressource contre
la mort; il les reçoit du ciel comme un bienfait, remercie les
dieux, et par de nouveaux efforts, en obtient enfin de pénétrer dans
les montagnes du Witoska. Là une source qui s'échappe en cascade du
sein d'une roche immense, le désaltère. Draguta s'éloigne et revient
chargé d'oiseaux inconnus à son compagnon; un repas, désiré depuis
long-tems, calme une partie de ses maux, et Draguta l'assure que
derrière ces montagnes, dont ils vont suivre les différentes
sinuosités, ils parviendront au but qu'ils se proposent. Cet espoir
rend à Viomade un nouveau courage: chargés des restes du repas
qu'ils viennent de prendre, ils continuent leur route, et
rencontrent encore quelques chèvres sauvages qu'ils tuent à coups de
flèches. Les nuits ils se couchoient sur la terre, à l'abri des
monts sourcilleux. Ils parvinrent ainsi à une forêt que Draguta
sembla reconnoître avec une joie féroce. C'est ici, dit-il, en
fixant ses regards sur Viomade. Reposez-vous, ajouta-t-il, dans
cette caverne tapissée d'une mousse épaisse, et avant deux jours...
Il s'arrête à ces mots, et semble préoccupé d'une idée sinistre.
Viomade le regarde avec surprise; une secrète inquiétude saisit son
coeur; cependant il s'endort, et d'heureux songes charment son
sommeil. Il voit Aboflède s'élever dans une nuée transparente; elle
applaudit à sa démarche, et la voix du grand Teutatès l'assure de
cette divine protection sans laquelle il n'est point de succès, avec
laquelle il n'est point de revers. Ces flatteuses illusions, que
lui retrace le réveil, le pénètrent d'une religieuse confiance; et
il revoit, plein d'espoir, naître un jour pur, et qui semble
répondre par son éclat à la joie dont son coeur est rempli. O
divinité de ces monts orgueilleux! dit-il, et vous, Naïade
bienfaisante, dont l'onde a rafraîchi mes sens dévorés d'une ardeur
douloureuse, recevez l'hommage de ma pieuse reconnoissance. Et toi,
Dieu puissant! ame du monde! souverain des airs! ô grand Teutatès,
qui dans l'erreur d'un songe, apparut à ce foible mortel indigne de
ta divine présence, achève ton ouvrage, rends Childéric à mes voeux,
rends-le au père qui l'attend! Draguta paroît prêt à marcher, et
lance au brave un coup d'oeil de mépris et de haine; il semble qu'en
approchant des lieux où il reçut le jour, il en retrouve toute la
barbarie; ce n'est plus ce guerrier, jadis si farouche, mais adouci
par la reconnoissance; à présent on le prendroit pour un ennemi qui
entraîne sa victime. Le bois où ils pénètrent est épais, aucune
route n'est frayée, le terrain en est humide, et plus ils avancent,
moins il a de solidité. On entend de tous côtés les rugissemens des
ours, les hurlemens des loups; quelques oiseaux de proie remplissent
l'air de leurs cris aigus, et l'aigle au regard altier, s'abat sur
les arbres ébranlés par sa chute. Viomade voit arriver la nuit avec
inquiétude, il redoute les monstres des forêts; il ne sait pas que
l'homme qui cache un coeur méchant, est alors le plus dangereux
ennemi de l'homme et le plus cruel. Pour éviter d'être surpris
pendant le sommeil, ils dormiront tour-à-tour, et ils allumeront de
grands feux qui écarteront les bêtes féroces. Draguta ayant
rassemblé avec le bout de son arc, un amas de feuilles sèches,
invite insolemment le brave à s'y coucher et à se livrer au sommeil.
Viomade, que le changement qui s'est opéré dans son guide remplit de
crainte et de surprise, a peine à trouver le repos. S'il alloit le
trahir, le livrer à Clodebaud! Ah! ce ne sont pas les supplices qui
l'effrayent, ce n'est pas la mort; l'inquiétude seule du roi, son
espoir trompé, sa douleur, voilà ce qui alarme son ame. Ces idées
sinistres le poursuivent dans son sommeil; il croit entendre le roi
lui redemander son fils, il croit entendre Childéric l'appelant à
son secours, il croit voler vers lui, et prêt à l'atteindre, se
sentir percé d'une flèche que lui lance Draguta. Ce songe affreux
l'agite; la sueur découle de son front; il croit encore arracher de
son sein le trait qui le déchire, et s'élancer vers son prince,
quand une seconde flèche plus aiguë le blesse de nouveau; la douleur
de ce songe l'éveille tout-à-coup, et il se relève animé d'un
trouble extraordinaire; il voit devant lui Draguta pâle et en
désordre, ses cheveux sont hérissés, son air est celui du repentir;
le feu qui brûle devant lui jette sur sa figure une lueur sombre,
qui ajoute une expression plus farouche à ses traits. Le barbare
avoit promis à Egidius de conduire Viomade dans ces lieux, et là de
lui donner la mort. L'instant choisi pour le crime étoit arrivé, et
Draguta alloit percer de flèches le coeur du brave, lorsqu'agité par
un songe, secret avis de la providence, il avoit prononcé le nom du
perfide et s'étoit éveillé. Surpris, le Hun pâlit, et laisse tomber
ses armes. Le souvenir des bienfaits de Viomade l'avoit frappé; il
eut horreur du sang qu'il alloit répandre, et resta muet et
combattu. Viomade s'étonnoit de plus en plus et perdoit sa sécurité;
tous deux passent le reste de la nuit en silence, mais sans se
livrer au sommeil. Draguta, aux premiers rayons du jour, propose
brusquement de partir. Il se lève et marche agité d'un trouble
visible; Viomade le suit; l'heure du repas les force à s'arrêter,
mais Draguta a l'air rêveur et sombre, il ne mange point. Viomade
l'interroge sur le mal qu'il semble éprouver, mais il ne lui répond
pas et reprend sa route. Le terrain, constamment humide, devient si
fangeux que l'on ne peut plus avancer; Viomade s'arrête et regarde
Draguta, dont les traits altérés et inquiets sont loin de le
rassurer. Nous ne marchons, lui dit il, vers aucun séjour habitable;
tu t'es égaré, Draguta, car me préservent les dieux de t'accuser!
reprenons vers la gauche du bois, le chemin paroît plus solide; nous
attendrons le jour sous quelqu'abri, et montés sur un arbre élevé,
nous chercherons à découvrir la fumée des habitations. Sans écouter
la réponse du Hun, Viomade, revenant sur ses pas et tirant vers la
gauche, s'avançant avec rapidité, parvint, suivi de Draguta toujours
en silence, jusqu'à une petite esplanade où plusieurs chênes verds
leur offrent une constante et noire verdure. La lune, astre
mystérieux et doux, commençoit alors sa silencieuse carrière, et
jettoit sur les sombres bois cet éclat pur et argenté, si cher à
l'ame sensible. Viomade, ému par sa beauté, par l'aspect de la voûte
des cieux semée d'étoiles, et que parcourt l'astre lumineux, sent
s'éteindre ses soupçons; il plaint les maux dont Draguta semble
déchiré, et se livre aux plus douces pensées, tandis que le Hun,
lassé de ses combats intérieurs, cède à la nature et dort sur la
mousse verdâtre. Viomade le considère, prie les dieux d'appaiser les
tempêtes de son ame; et tandis qu'il les invoque en faveur de celui
qui au fond du coeur médite sa ruine, un loup furieux et affamé
s'approche de Draguta et va le dévorer. Viomade saisit son arc et sa
flèche, qu'il tenoit près de lui dans la crainte d'être surpris,
lance le trait d'une main généreuse et sûre, perce le coeur du
monstre, qui tombe et meurt en se débattant aux pieds de Draguta,
que le bruit réveille. Le Hun voit le danger et le bienfait; il
paroît ému, tend sa main au brave et jette un douloureux soupir;
puis le pressant de se reposer, promet de ne plus s'endormir et de
le défendre à son tour. Viomade, que le plaisir qui suit une bonne
action a rendu au bonheur, accepte son offre, et se livre au sommeil
paisible dont jouit la seule vertu. Draguta ne peut plus supporter
son sort; il a promis la mort du brave, mais il lui doit la vie une
seconde fois, et la voix de la reconnoissance parle à son barbare
coeur. Viomade commence à le soupçonner. Doit-il se laisser
pénétrer? lui avouer le complot odieux dans lequel il a trempé?
Doit-il le ramener en France? tromper l'espoir d'Egidius, manquer à
ses promesses et servir l'ennemi triomphant de sa patrie? Draguta
hésite: la reconnoissance comme le bienfait, sont de tous les pays,
de tous les climats. Le sauvage habitant des déserts, possède même
peut-être mieux ces vertus naturelles que l'homme civilisé, et le
Hun reconnoît leur empire: tremper ses mains dans le sang de son
bienfaiteur n'est plus en sa puissance, son coeur s'y refuse, il a
horreur de cette seule pensée. Tu dors, vertueux Viomade, ton ame
est en paix, aucune crainte ne la trouble, aucun songe ne l'avertit:
tu dors, et le lâche veille autour de toi; il va te trahir sans
doute. Ah! prolonge long-tems ce doux sommeil. Il est troublé
pourtant; Viomade s'éveille, mais sa belle ame conserve sa sérénité;
il voit encore étendu ce loup terrible dont il délivra son guide; il
jouit du bonheur de lui avoir sauvé la vie; il se reproche les
soupçons dont, depuis quelques jours, il s'est senti agité. Draguta,
sans doute, se disoit-il à lui-même, est encore à la chasse, et
s'occupe de conserver mes jours, comme j'ai sauvé les siens. O
soupçons injustes! sombres et légères vapeurs qui obscurcissez mon
ame, fuyez à jamais! Et toi, jeune Draguta, pardonne à l'erreur qui
m'a égaré, et puissent les dieux que j'implore pour toi, te payer de
tes services et m'acquitter de tes bienfaits! Que la matinée est
belle! ajoutoit Viomade; que les arbres verds, et seuls couronnés de
leur noire verdure au milieu de ces bois dépouillés, produisent un
effet doux et consolateur! De quels dons immenses le ciel
n'enrichit-il pas les hommes; pourquoi n'en savent-ils pas mieux
jouir? pourquoi, ingrats envers la nature, cruels envers eux-mêmes,
cherchent-ils, dans de vains désirs, des regrets et des tourmens,
quand ils pourroient être si facilement heureux? Le brave tomba
bientôt dans une douce rêverie, s'y abandonna, oublia les heures,
et s'aperçut avec inquiétude que celle du retour de Draguta étoit
passée depuis long-tems. Il ne lui restoit aucune provision; la faim
qu'il éprouvoit ajoutoit à sa crainte. Sans doute, se disoit-il, la
chasse l'a entraîné, égaré peut-être: peut-être attaqué de nouveau
par quelque monstre, a-t-il succombé? peut-être même a-t-il besoin
de mon secours? A ces mots, cédant à l'humanité qui lui parle, et ne
lui parle jamais en vain, Viomade se lève et cherche son arc et ses
flèches. Mais, ô trahison! ô barbarie! ses armes, sa seule défense,
sa seule ressource pour se nourrir; ses armes, dont il vient de se
servir pour lui sauver la vie, dont il alloit se servir encore pour
le défendre, le cruel les a enlevées! Que reste-t-il au brave dans
ce désert, sans armes et sans alimens? que lui reste-t-il? son
courage, sa grande ame, ses vertus et sa confiance en la divinité.
Avec de tels secours, l'homme s'élève au-dessus de l'infortune; il
peut mourir, mais non se laisser accabler; tel est Viomade; il se
rasseoit pourtant et délibère avec lui-même; il ne doute plus que
Draguta, rendu à la barbarie de sa patrie, à la haine, ne l'ait
abandonné à dessein, et loin de tout secours. Mais l'a-t-il aussi
trompé sur le sort de Childéric? médidoit-il à Tournay cette action
coupable? est-elle le fruit d'un complot raisonné ou d'un mouvement
criminel? Voilà ce qu'il ignore, ce qu'il ne peut pas même
éclaircir, ce qui trouble son esprit, détruit son espoir, ou du
moins le rend incertain. Où va-t-il porter ses pas? Le voilà sans
guide dans la solitude, sans interprète parmi les hommes étrangers à
sa patrie, et vers lesquels il s'avance, en qui seulement il espère
encore! Où trouvera-t-il des ressources contre la faim? il ne
découvre aucune racine, il n'entend le bruit d'aucune cascade; le
murmure d'aucun ruisseau ne l'invite à venir s'y désaltérer. Malgré
la faim qui le presse et l'affoiblit, il quitte promptement son
azile, et se livrant au hasard, ou plutôt à la volonté des dieux, il
marche à travers les bois, suivant toujours le cours du Danube et
remontant vers sa source. Sa faim augmentoit, il craignoit de ne
pouvoir vaincre ses souffrances; mais les dieux ne l'ont point
abandonné: un arbrisseau couvert de fruits sauvages, et mûris
sous les neiges, s'offre à ses yeux. O Mérovée! s'écrie-t-il,
en étendant les bras vers l'arbre nourricier; mais il ne connoît
point ces fruits; sont-ils amis de l'homme? Est-ce la vie ou la
mort qu'il va recevoir? Il hésite; le besoin l'emporte, ses lèvres
sont rafraîchies des sucs doux et balsamiques qui sortent en
abondance de ces fruits; ils le désaltèrent, le fortifient, et
ce secours inattendu semble le présage de plus grands bienfaits.
Abandonnera-t-il le buisson couvert encore de cette précieuse
richesse? doit-il s'y arrêter et s'épuiser dans une inaction
coupable? Non sans doute: Viomade saura et profiter des dons du
ciel, et suivre la route qu'il semble lui-même lui indiquer par ses
bienfaits. Riche de ce butin inespéré, il marche légèrement et plein
de joie: mais tout-à-coup le ciel s'obscurcit; de sombres nuages
descendus précipitamment des hautes montagnes du nord, assombrissent
les airs; les vents impétueux agitent la cime altière des chênes;
une horrible tempête se prépare; en peu de momens l'univers paroît
ébranlé: la pluie tombe abondante et glacée, elle forme des
ruisseaux qui sillonnent par-tout la forêt, et les cascades
éloignées se répandent de tous côtés; la pluie irrite et soulève un
torrent déjà furieux, et dont les flots vagabonds et rapides
entraînent avec fracas les roches et les arbres qu'ils déracinent.
Tout cède à la nature en courroux. Viomade sans abri, les vêtemens
percés par la pluie qui tombe avec violence, repoussé par le vent
qui souffle avec fureur, sent son ame prête à quitter son enveloppe
fragile. O Mérovée! disoit-il, si je succombe, j'aurai combattu;
je te dévoue ma vie, mais je la défendrai comme un bien qui
t'appartient. Alors, écartant de lui ce désespoir insensé qui
n'enfante que le découragement ou l'imprudente témérité, il s'arme
d'une forte branche qu'il arrache, s'en sert comme d'un appui, et
marche encore à travers les racines des bois et les rameaux enlacés
qui embarrassent ses pas et les arrêtent. Le bois semble s'épaissir,
le jour baisse de plus en plus, le froid augmente et glace l'eau
dont ses vêtemens sont trempés; la ronce rampante s'attache à ses
pieds et les déchire; il chancelle et tombe; sa tête frappe sur un
tronc d'arbre que l'obscurité ne lui a pas laissé distinguer; il
jette un cri douloureux, l'écho le redit aux cavernes, qui le
répètent à leur tour, et Viomade s'effraie de sa propre plainte;
mais le sang qui coule de sa blessure et la douleur l'ont affoibli;
il reste sans mouvement sur la terre. Son évanouissement fut si
long, que l'orage étoit déjà passé depuis long-tems, la nuit même
étoit entièrement écoulée et le jour dans tout son éclat, quand il
r'ouvrit les yeux, reprit ses esprits, le sentiment et la vie. Ce
fut lentement et par degrés que Viomade se retraça sa position et
ses malheurs. Sa mémoire, quelque tems incertaine, ne lui rappela
que peu-à-peu et successivement les faits; mais le sang qui a
découlé de son front et baigné la terre, la douleur qu'il éprouve,
les épines qui déchirent ses pieds, le désordre qui suit la tempête
et dont il voit autour de lui les tristes effets, tout lui peint son
isolement et sa détresse. Viomade n'étoit jamais plus grand qu'au
comble de l'infortune; jamais il ne croyoit se devoir à lui-même
plus de force et de prudence, que lorsqu'il restoit seul: alors,
rempli d'audace, il se disputoit au malheur, et plus il en étoit
accablé, plus il s'armoit contre lui. Déterminé, il se relève,
contemple ces lieux, il s'approche d'un ruisseau qu'a formé la
pluie, lave la blessure de son front, cueille des herbes dont il
connoît l'usage, en exprime les sucs sur sa plaie, arrache de ses
pieds les nombreuses épines qui les blessent, les plonge dans le
ruisseau, allume un grand feu, se dépouille entièrement de ses
habits, les sèche à la flamme brillante, se réchauffe lui-même, et
revêtu de ses vêtemens secs, il recourt à ses fruits, son heureuse
fortune, remercie les dieux, et souriant au sort qui lui ménage
encore tant de biens, il se rassure et espère.

Reposé de ses fatigues, revenu de ses premières douleurs, Viomade
marche encore, et du haut des airs la nuit s'approche, les cieux lui
montrent la lune dans toute sa pompe, aucun nuage n'obscurcit de son
voile transparent le bel astre qui sort des monts et s'élance
majestueusement. Viomade, qu'un nouveau jour éclaire, s'aperçoit
avec ravissement que les arbres sont moins rapprochés, que sa marche
devient plus facile; il redouble d'ardeur jusqu'au moment, où
disparoissant à ses yeux, le flambeau qui l'éclaire cède aux
ténèbres des airs. Alors Viomade va s'arrêter, mais il a senti sous
ses pieds un chemin battu; s'est-il flatté d'un vain espoir? Il
essaie encore quelques pas; est-ce erreur, désir, pressentiment,
vérité? Il craint, s'il marche encore, de quitter la trace en
laquelle il met dans ce moment tout son bonheur; il attendra que le
jour confirme ou détruise une aussi chère espérance. L'aurore paroît
à peine à travers l'obscure nuit, elle jette à peine sur la terre
ses premiers rayons pâles et incertains, Viomade interroge déjà le
sentier qu'il croit avoir découvert. Il répond à ses voeux, et le
jour en s'élevant met le comble aux bienfaits de l'aurore: on
distingue parfaitement sur le sentier, les pas de l'homme, il
conduit sans doute à un séjour habité, et déjà Viomade n'est plus
seul: comment peindre sa joie, surtout sa reconnoissance! Il suit
avec une douce ivresse les pas dont l'empreinte lui est si chère, il
aperçoit sous quelques arbres rapprochés un banc de mousse, elle est
foulée à deux places peu distinctes l'une de l'autre, et atteste que
deux êtres s'y sont souvent reposés ensemble; à ces traces d'amitié
son coeur s'émeut et palpite: Oh! s'écrie-t-il, ici deux amis
échangeant leurs plaisirs ou leurs peines, se sont reposés dans une
heureuse confiance. Oh! que puis-je craindre dans des lieux
consacrés à l'amitié? Arbres, et vous vertes hamadryades, qui
présidâtes à leur naissance, et vous jouez dans leurs rameaux;
gazons, que l'homme sensible a foulés, non, ce n'est point un
étranger qui pénètre dans vos retraites; son coeur est de tous les
climats où l'on aime, où l'on est généreux; mais qu'aperçois-je à
travers les branches et près de ce ruisseau? une tombe élevée comme
le sont celles de ma patrie! approchons. O ciel! une inscription la
décore, et elle est écrite dans la même langue que je parle, je lis
ces mots:

   PLEUREZ LA JEUNE TALAÏS.

Quels événemens semblent m'attendre dans ces lieux, où je découvre
déjà tant d'objets d'espoir et de mélancolie? mais je ne veux pas
quitter cet asile de la mort, sans l'orner de quelques fleurs telles
que me les offrent la saison et ces lieux. Bientôt il découvrit la
hâtive primevère, la feuille piquante du houx toujours verd, les
grappes du buisson ardent que rougissent les gelées; et formant une
guirlande bigarrée, il dépose ce don de la sensibilité sur la froide
et dernière demeure de Talaïs. Après avoir satisfait à ce devoir de
la douce piété, après avoir adressé à Teutatès la prière funèbre, il
suivit de nouveau le sentier qui l'avoit conduit vers la tombe, et
qui parut se diviser en deux petites routes bordées de gazon; l'une
descendoit dans une vallée sombre et boisée; l'autre conduisoit, en
serpentant, sur une petite monticule couronnée d'arbres verds.
Viomade, incertain d'abord entre les deux routes, préféra bientôt
celle qui conduisoit sur la petite colline si bien cultivée, et d'où
il espéroit découvrir quelque habitation; le chemin étoit bordé
d'arbrisseaux enlacés, il étoit tortueux et agréable; parvenu sur la
cime de cette élévation, Viomade y vit un siége, des fleurs
sauvages, enfin tout lui assura qu'une main soigneuse la cultivoit
chaque jour; son oreille fut bientôt frappée par les sons d'un
instrument qui lui étoit inconnu, et qu'il apprit par la suite être
un instrument chinois; il écouta, et fut encore plus surpris, quand
il entendit une voix, qui encore forte, quoique déjà cassée par
l'âge, chantoit en langue latine, commune à toutes les Gaules comme
à l'Italie, ces paroles guerrières:

   CHANTS GUERRIERS.

   Où sont-ils ces beaux jours de gloire,
   Ces jours de force, de valeur,
   Où digne enfant de la victoire,
   Des miens je surpassois l'ardeur?
   Pourquoi faut-il de la vieillesse,
   Eprouvant la lâche foiblesse,
   Loin des combats et des dangers,
   N'attendre la mort qu'avec peine,
   Et tomber ainsi qu'un vieux chêne
   Que déracine un vent léger?

   Honneur au héros qui succombe,
   Et qui, vainqueur dans les combats,
   Descend fièrement vers la tombe
   Où la valeur guide ses pas.
   Il ne verra point sa vieillesse
   Dans une honteuse foiblesse,
   Loin de la gloire et du danger,
   N'attendre la mort qu'avec peine,
   Et tomber ainsi qu'un vieux chêne
   Que déracine un vent léger.

FIN DU LIVRE QUATRIÈME.



CHILDÉRIC.

LIVRE CINQUIÈME.

SOMMAIRE

DU LIVRE CINQUIÈME.

  Viomade reconnoît dans le vieillard, qui est aveugle, un des
    compagnons de Draguta; il demande l'hospitalité, qu'il
    n'obtient qu'avec peine; il est conduit par Gelimer dans sa
    grotte, où il fait un repas depuis long-tems nécessaire.
    L'espoir se glisse dans son coeur; il découvre le javelot de
    Childéric; sa joie égale sa surprise. Son entretien avec
    Gelimer sous les chênes. Un jeune chasseur paroît, c'est
    Childéric, qui s'élance dans les bras de Viomade. Leurs
    transports. Alarmes de Gelimer. Le jeune prince, dont il
    ignoroit la naissance, lui expose les motifs de son silence, et
    le rassure. Ils rentrent dans la grotte; là Viomade raconte à
    Childéric tous les événemens qui l'intéressent, lui fait sentir
    combien son retour en France est nécessaire pour contenir les
    troupes et l'ambition d'Egidius; lui peint la douleur que son
    absence cause au roi, la mort d'Aboflède. Childéric verse des
    larmes, et l'heure du sommeil interrompant cet entretien, le
    prince conduit Gelimer sur la couche sauvage, et partage la
    sienne avec Viomade.



LIVRE CINQUIÈME.


Tandis que le vieillard chantoit, Viomade qui suivoit sa voix,
s'étoit approché et l'examinoit; à son habillement, à ses traits, il
reconnut bientôt un des compatriotes de Draguta, succombant sous le
poids des années, et réchauffant aux rayons du soleil ses membres
glacés. Comment a-t-il pu apprendre la langue inusitée dans sa
patrie? sans doute c'est lui qui a gravé l'inscription que vient de
lire Viomade; un sentiment confus s'empare de son coeur; cependant
il demande avec confiance l'hospitalité. Aux premiers sons de sa
voix, le vieillard a frémi, un terrible courroux a enflammé tous
ses traits. Qui es-tu? s'écrie le Hun palissant; qui es-tu, ô toi
qui osa approcher de la caverne de Gelimer? Viens-tu pour en
troubler la paix? viens-tu persécuter un malheureux vieillard
que le tems accable, privé de la clarté des cieux et sans défense?
Rassurez-vous, reprit Viomade; je suis moi-même un malheureux égaré;
la faim me tue; secourez ma misère; accordez-moi un peu de
nourriture et quelques heures de repos, ensuite je continuerai ma
route. Oh! reprit Gelimer, il fut un tems où la plainte du
malheureux parvenoit vîte à mon coeur, où je lui tendois les bras,
plein de confiance et d'humanité. Dans ce tems, je ne les
connoissois pas encore ces hommes si méchans; ils ne m'avoient point
banni de ma patrie comme un criminel, séparé de mon épouse et de mon
fils; je n'avois pas, sur une autre terre, retrouvé d'autres
barbares. J'avois encore des yeux pour interroger ceux de l'homme,
pour lire sur son front, siége de l'ame. Tu me trompes, cruel
étranger; ta voix me semble celle des destins, et tes paroles ont
l'accent sinistre du chant de mort; oui, tu viens ici conduit par la
haine, tu viens me dérober mon trésor! O vieillesse douloureuse!
odieuse impuissance! ô rage et désespoir inutiles! A ces mots,
Gelimer penche sa tête et paroît accablé de sensations terribles;
Viomade respectant sa douleur, en laisse calmer les trop vifs
ressentimens. Alors le vieillard reprenant la parole ajouta: Ces
lieux sont éloignés de toute habitation, aucune route n'y conduit;
comment, malheureux, les as-tu découverts? Parle; quel étoit ton
dessein? Ah! si tu es un Franc, si tu viens dans de barbares
projets, fuis cruel, fuis la caverne de Gelimer! il recevroit plutôt
tous les monstres affamés des bois, qu'un de ces Francs qu'il
abhorre. D'où venois-tu, quand tu as parcouru la route ignorée de ma
sombre retraite? Pourquoi, comment se peut-il que tu y sois parvenu?
que venois-tu y chercher? Hélas! j'aurai confié mes jours et mon
bonheur aux entrailles de la terre, et les hommes ne me laisseront
pas mourir paisible! J'aurai creusé le sein des rochers pour y
cacher mes derniers jours, et leur barbarie viendra m'y poursuivre!
Eloigne-toi, te dis-je; ne m'adresse pas des paroles trompeuses; on
ne trompe plus Gelimer. Je ne puis m'éloigner, reprit Viomade,
décidé à demeurer auprès de cet homme extraordinaire, et à se
procurer, par adresse ou par force, une nourriture dont il a besoin,
et des renseignemens auxquels il a confiance, sans trop s'en rendre
raison. Je ne puis m'éloigner; mes forces sont épuisées par la faim,
j'ai perdu mes flèches pendant le dernier orage, et je n'ai pu
chasser; j'expire, si tu me refuses des secours; je vais attendre
la mort à tes côtés. Oh! cruel, dit Gelimer avec un geste passionné,
tu le sais, tu le sais donc que le mortel jeune et bienfaisant doit
venir bientôt, qu'il aura pitié de ta peine et horreur de mes refus?
Eh bien! puisqu'il le faut, aide-moi à me soulever, et regarde
là-bas; en face de ces chênes qu'entoure un banc de mousse, tu dois
apercevoir l'entrée d'une caverne dont les arbrisseaux cachent une
partie; c'est-là qu'il faut guider mes pas, c'est-là que je
t'offrirai la nourriture des sauvages habitans des cavernes et des
déserts. Viomade, toujours appuyé sur la branche d'arbre qu'il a
arrachée pendant l'orage, soutient les pas chancelans du vieillard,
et parvient à une grotte spacieuse et charmante, qu'il trouve
remplie de meubles et d'objets inconnus dans ces climats. Sur une
table sont des viandes cuites; dans un vase d'une terre argileuse et
durcie au feu, il trouve un vin de fruit excellent, des gâteaux
faits de différentes sortes d'amandes, du miel et des fruits secs.
Viomade s'attendoit peu à des mets si abondans, et qui lui
paroissent si étrangers à ces climats; il admiroit l'intérieur de la
grotte, que tapissoient les longs rameaux toujours verds du Tuga de
Chine, les branches piquantes et ornées de leurs grappes rouges du
buisson ardent; un ruisseau limpide traversoit la grotte et
murmuroit sur de petits cailloux, légers obstacles qui s'opposent
foiblement à son cours et irritent ses flots volontaires; deux
cavités pratiquées dans l'enfoncement, renferment deux lits de peaux
d'ours: ils sont deux, cela est certain. Viomade excité par une
secrète espérance, mêle adroitement à l'expression de la
reconnoissance, des témoignages d'étonnement sur la langue que parle
Gelimer. Je l'appris, lui répondit le Hun, d'un prisonnier fait
devant Cologne, à cette fameuse journée qui coûta tant de sang à ma
triste patrie. Ce combat fut le dernier où ma valeur s'est signalée.
Hélas! depuis ce tems, enchaîné par la douloureuse vieillesse,
inutile à ma patrie, séparé de tous les miens, poids honteux que la
terre porte à regret, sans la pitié d'un enfant, j'aurois depuis
long-tems succombé, et cette terre qui autrefois m'a vu levé, fier
et superbe, auroit reçu mes restes inanimés et abandonnés aux
monstres des forêts. O empire du tems! que n'ai-je pu t'échapper par
une mort glorieuse au milieu des combats, et avant d'être devenu,
de vaillant et robuste, foible et languissant. Viomade qui a
recueilli chaque parole du Hun, en a reçu une vie nouvelle; l'espoir
remplit son coeur: une secrète inquiétude l'agite, il se lève de
table, examine chaque meuble, interroge chaque objet, il sent qu'il
a raison d'espérer. Cependant rien ne lui avoit encore répondu; il
cherche dans les cavités qui recèlent les couches sauvages; celle
qu'il examine d'abord n'offre rien à sa curiosité; il s'approche de
la seconde, et tombe à genoux muet de surprise, d'admiration; la
joie inonde son ame. Là, suspendu à la roche, il voit le javelot
même de Childéric; il n'en croit pas ses yeux seuls, ses mains le
détachent, ses lèvres le pressent, et des larmes qu'il ne peut
retenir tombent brûlantes sur l'arme sacrée. Les mouvemens de
Viomade ont échappé à Gelimer; mais surpris et inquiet du silence
qu'observe l'étranger, il lui demande fièrement à quoi il s'occupe,
et Viomade rougissant du mensonge qu'il prononce, s'excuse en
tremblant sur la fatigue et sur le besoin de sommeil qu'il éprouve.
Gelimer lui montre son lit; mais avant qu'il y cherche le repos, il
se fait conduire sur le banc de mousse et sous les chênes. Viomade
libre de s'abandonner aux pensées qui le ravissent, rentre
promptement dans cette grotte où il a trouvé le bonheur; il prend
encore ce javelot, signal de sa prochaine félicité; il cherche à
découvrir quelque autre objet qui confirme son espoir, mais rien ne
se présente à ses yeux. Où est-il, ce fils du roi? pourquoi ne se
montre-t-il point encore? Gelimer n'a point fixé l'heure de son
retour, il l'attendoit pourtant; mais il tarde trop à l'impatience
de Viomade: il ne peut demeurer plus long-tems dans l'inaction, il
sort de la grotte et va voler sur les pas du jeune prince; mais s'il
s'égare, si en s'éloignant il perdoit l'instant du retour? Ces
craintes l'arrêtent, il revient sur ses pas et va s'asseoir près de
Gelimer, dont il espère obtenir quelques détails. Mais à son
approche le Hun a frissonné, une vive terreur s'est peinte sur son
visage, il est demeuré triste et rêveur; revenant à lui: Etranger,
dit-il, te voilà reposé, prends dans ma caverne tout ce qui peut
t'être nécessaire, prends mon arc et mes flèches, choisis dans tout
ce que je possède ce qui peut servir à ton voyage; mais au nom de
l'hospitalité même, quitte ces lieux dans l'instant. En vérité, je
ne le puis, répondit Viomade; mes pieds sont tellement douloureux,
qu'il me seroit impossible de suivre mon chemin. Ah! Gelimer,
permettez que je reste encore. Fatal étranger, reprit le vieillard,
tu abuses de mon triste sort. O dieux de ma patrie! protégez-moi.
Alors s'éloignant de Viomade autant que le permet le banc sur lequel
ils sont assis, posant sa tête sur ses mains, il paroît réfléchir
profondément. Interrompant tout-à-coup sa rêverie: Quel âge as-tu,
dit-il à Viomade? J'ai vu cinquante fois la saison de Mars, reprit
le brave. Age terrible, s'écria Gelimer avec violence; âge où
l'homme est ennemi cruel de l'homme, où il a déjà perdu sa
franchise, sa candeur; où le feu des passions délicieuses ne le
brûle plus, où il connoît et jouit de la vengeance, de la rapacité,
de l'ambition; âge où encore dans toute sa force, il n'est plus
sensible, où tous les secrets mobiles des hommes lui sont connus, où
enfin, refroidi par la jouissance, détaché par la réflexion, il
cesse d'espérer, parce qu'il a cessé de croire; il cesse d'aimer,
parce qu'il n'estime plus; où il cesse d'être heureux, parce que,
privé des illusions qui enchantent les premières années de la
jeunesse, il marche avec la vérité austère, vers le triste but de la
vie. Mais, ô dieux! ajoutoit-il avec une émotion plus douce, et se
parlant à lui-même: il ne vient point, celui dont l'approche éloigne
de moi les souvenirs déchirans et les noirs soucis, tel qu'un vent
léger écarte loin du soleil les sombres nuages; il ne vient pas
celui dont la voix douce comme le chant de l'oiseau matinal, réjouit
mon coeur, y porte la paix, le réchauffe d'une vive amitié. Tcie, ô
mon cher Tcie! où es-tu? O toi! encore aux beaux jours de la candeur
et de la bonté, hélas! tu subiras la loi immuable du tems, de ce
tems qui détruira tes vertus, comme il altèrera ta beauté; tu seras
coupable, tu deviendras vieux. Oh! puisse l'ange de la mort te
frapper brillant encore de jeunesse et d'innocence!

Viomade écoutoit cet homme extraordinaire, il s'étonnoit de ses
discours; il étoit surpris qu'au fond des bois, il eût acquis une si
profonde et si triste connoissance des hommes. Il réfléchissoit sur
ce qu'il venoit d'entendre, lorsqu'un léger bruit fixa l'attention
du Hun; il se leva et étendit les bras vers le petit monticule avec
un mouvement passionné. Viomade jeta les yeux sur l'endroit d'où le
bruit partoit; il distingua celui d'une marche rapide qui froissoit
les feuilles desséchées, et se sentit l'ame bouleversée; cet instant
alloit décider de son sort. Bientôt il voit paroître sur la hauteur
un jeune homme d'une figure mâle et douce, ses cheveux blonds et
bouclés flottent au gré des vents, son arc et ses flèches sont
attachés sur ses épaules; il tient deux louveteaux qu'il vient de
dérober à leur mère. La jeunesse dans toute sa fraîcheur brille sur
son front et anime ses joues vermeilles; c'est Bélénus lui-même qui
se montre aux mortels surpris et charmés. Mais Viomade a déjà
reconnu Childéric; le jeune prince, frappé à l'aspect d'un étranger,
s'étoit arrêté dans le chemin et l'examinoit; tout-à-coup, jetant
les louveteaux dont il est chargé, il s'élance, et plus léger que la
flèche qui poursuit et atteint l'oiseau, il tombe dans les bras de
Viomade en s'écriant: ô Viomade! ô tendre et fidèle ami de mon père!
est-ce bien toi que j'embrasse? ô jour heureux qui te conduit vers
nous, qu'il soit à jamais cher et sacré! Le brave, trop ému, ne
peut répondre; il a voulu se jeter aux pieds du fils des rois, mais
Childéric l'a retenu contre son coeur, et l'amour l'emportant sur le
respect, le brave a osé presser dans ses bras vainqueurs et fidèles,
celui pour qui ils ont combattu, pour qui ils combattront encore. O
Viomade! reprit le prince, rassure-moi promptement: comment se porte
la reine et mon père? Hélas! que j'ai dû leur coûter de larmes! Le
brave, qui veut éloigner encore le récit de la mort d'Aboflède,
répondit: Vous connoissez leur amour, vous devinez leur douleur.
Mérovée est toujours le plus grand comme le meilleur des rois. J'en
rends grace aux dieux qui le protègent, reprit le prince. Mais
pendant cet entretien, que devenoit Gelimer? L'infortuné!... il se
livroit à la plus profonde douleur. Childéric s'en aperçut, s'avança
vers lui, lui prit la main avec tendresse: ô fils des rois! lui dit
Gelimer, tu m'as caché ta naissance; pourquoi? Mon ami, lui répondit
Childéric, avant de vous connoître, je craignis d'être livré à
Claudebaud; depuis que je vous aime, j'ai cru devoir vous laisser
ignorer de quel rang, de quelle fortune je me privois pour vous.
Oh! oui, dit Gelimer en l'embrassant, c'étoit bien là ta pensée; ton
ame est pure comme le cristal des fontaines; ta bouche n'a jamais
proféré le mensonge, la vertu habite ton coeur, un rayon divin
t'anime. Ah! tous les hommes naissent bons, ajouta-t-il avec
douleur, et se jetant sur son banc de mousse; c'est le tems qui
détruit tout.

Viomade, l'heureux Viomade admiroit en silence le jeune et beau
prince; on voyoit réunis en lui les traits superbes de Mérovée aux
graces d'Aboflède; c'étoit bien le front auguste du roi, ses yeux
bleus, altiers et brillans; mais les belles paupières de la reine en
voiloient l'éclat, en modéroient l'ardeur; c'est son teint délicat
et frais, sa bouche, son délicieux sourire. Childéric a la taille
majestueuse du roi, sa marche noble; mais ses mouvemens gracieux et
doux rappellent encore Aboflède; il a atteint sa dix-huitième année;
il est à cet âge où la beauté s'épanouit chaque jour, où, conservant
encore sa fraîcheur et ses graces, l'homme annonce déjà ce qu'il
sera dans peu d'années; semblable à la fleur du pommier, qui à peine
épanouie, laisse déjà entrevoir le fruit.

Les vents du soir commençoient à agiter la cime des arbres, le jour
étoit sur son déclin; Childéric offrit à Gelimer de rentrer dans la
grotte; il l'y conduisit lui-même, près de la table où Viomade avoit
déjà pris un premier repas; alors Childéric alluma un grand feu
devant l'entrée de la caverne, dont il éclairoit et réchauffoit tout
l'intérieur; ensuite, ayant couvert la table de différens gibiers et
de fruits secs, il se plaça entre Viomade et Gelimer. Ami, dit-il au
vieillard, mangez avec nous sans inquiétude; je suis toujours Tcie,
le fidèle Tcie. Va, reprit le Hun, je te connois mieux que toi-même,
je ne crains rien de toi, ni près de toi; le son de ta voix
rafraîchit mon coeur, comme l'eau qui désaltère le voyageur égaré.
Près de toi je suis en paix, comme le timide oiseau sous l'aile de
sa mère; tu fus le charme de mes yeux, je t'aime avec idolatrie,
mais je t'enlève à ton père, au trône. Cher Tcie, voilà à quoi je
pense! N'y pensez-pas, mon ami, je vous dois tout; que ce sacrifice
est déjà payé! Permettez qu'avant l'heure du sommeil, l'ami de mon
père nous raconte comment et par quel événement il a pu parvenir
jusqu'à nous. Le Hun y consentit, malgré l'horreur que lui inspire
toujours le brave, et la haine qu'il a conçue pour lui.

Viomade commença sa narration au moment où Childéric se présenta à
Mérovée devant Cologne; il parla peu de la victoire par égard pour
Gelimer, encore moins de la blessure qu'il avoit reçue en sauvant le
roi; peignit la douleur de ce tendre père, de la reine, celle de
l'armée, la sienne, quand on se fut aperçu de la perte du prince;
les soins et les recherches inutiles, la démarche tendrement
téméraire de la belle reine, son retour, sa douleur et sa mort. A ce
récit, Childéric versa des larmes abondantes; Gelimer en laissa
tomber de ses yeux depuis long-tems fermés; il se reprochoit les six
années de bonheur dont il avoit joui; tous ces maux étoient son
ouvrage, Gelimer le sent et gémit. Viomade reprit son récit, peignit
Mérovée souffrant, Egidius aspirant au trône, la trahison de
Draguta; enfin, son abandon, la joie qu'il avoit éprouvée en
trouvant un chemin, l'hommage qu'il a rendu à la tombe, sa surprise
en entendant chanter Gelimer, l'hospitalité qu'il en a reçue. Mais
il manqua d'expressions quand il voulut peindre l'émotion que lui
avoit causée la vue du javelot qui lui annonçoit son jeune maître;
il put encore moins exprimer ce qu'il éprouva à sa vue, ce qu'il
éprouve encore de joie et d'amour. On aime les rois, comme on ne
peut aimer un homme ordinaire. Il règne autour d'eux une
magnificence auguste, un rayon de gloire presque divin. Le coeur se
plaît à s'élever avec cet objet qu'il déifie; l'exaltation de ce
sentiment, son idolatrie même, ont quelque chose qui entraîne et
enflamme; cet amour a un langage particulier, il est plus dévoué,
n'ose être tendre, mais il est courageux, intrépide; il sait
vaincre, il sait mourir. Tel est Viomade, telles sont les émotions
qu'il éprouve, et qu'il n'essaye pas même d'exprimer. Childéric a
souvent interrompu son récit; Gelimer s'est tu constamment. L'heure
du repos est arrivée; Childéric éteint les feux, ferme la grotte
d'une pierre taillée pour cet usage, conduit Gelimer sur la couche
sauvage, l'invite au sommeil, lui répète qu'il ne l'abandonnera
jamais, et partageant avec son ami son lit de plumes d'oiseaux, et
recouvert de peaux d'ours, ils se livrent tous deux au bonheur
d'être réunis. Viomade n'eût pas donné l'honneur d'être aussi près
de son maître pour toutes les fortunes du monde, et Childéric sent
avec joie à ses côtés l'ami de son père. Cependant, ils s'endorment,
et le plus profond silence règne dans la grotte.

FIN DU LIVRE CINQUIÈME.



CHILDÉRIC.

LIVRE SIXIÈME.

SOMMAIRE

DU LIVRE SIXIÈME.

  Gelimer se reproche d'avoir enlevé Childéric à tant de gloire; il
    l'aime avec tendresse, son coeur est combattu par la générosité
    et l'amour que lui inspire son élève; il hait Viomade.
    Childéric raconte ses aventures depuis le jour où il suivit son
    père à la défense de Cologne. Il dit comment ayant été renversé
    par le mouvement que fit une partie de l'armée pour voler au
    secours de son roi, il étoit resté long-tems évanoui, et
    n'avoit repris ses sens que la nuit; qu'alors il s'étoit trouvé
    dans une barque. Arrivé sur le bord du fleuve, et éclairé des
    rayons du jour, il avoit reconnu son ravisseur pour un des
    ennemis de son père, avoit sollicité sa liberté par des signes,
    voyant qu'ils ne parloient pas la même langue. L'étranger étoit
    demeuré inflexible, et l'avoit conduit dans cette grotte, après
    plusieurs jours de marche. Portrait du généreux Hun. Education
    du jeune prince. Gelimer obtient de sa pitié et de sa tendresse
    le serment de ne jamais le quitter, et de ne jamais l'arracher
    à ses forêts. Childéric passe plusieurs années dans l'espoir de
    revoir un jour sa patrie. Quels sont ses études et ses
    plaisirs. Gelimer est tourmenté par ses pensées; il ne sait qui
    l'emportera dans son coeur de tous les sentimens qui le
    dévorent. La nuit interrompt le récit du prince.



LIVRE SIXIÈME.


Les rayons du jour pénétroient à peine dans la caverne, que déjà ses
trois habitans s'étoient éveillés. Gelimer agité avoit moins dormi
que les autres, il sentoit la faute qu'il avoit commise,
s'affligeoit; mais il aimoit si tendrement Childéric, qu'il ne
pouvoit se repentir d'une action coupable sans doute, mais autorisée
par les lois de la guerre. Viomade seul réunissoit son courroux, sa
haine, et tout en admirant son dévouement, il voyoit en lui la cause
de son malheur; injuste comme la passion, il le charge de son
infortune: un grand trouble l'agite, il est peint sur son visage
décomposé. Childéric lui reproche ce qu'il prend pour un soupçon qui
l'outrage. Moi t'outrager! lui dit Gelimer; ô mon cher Tcie! car tu
l'es toujours pour mon coeur, ne sais-tu déjà plus lire dans mon
ame? Le prince se jeta dans ses bras, et le conduisit, ainsi que
Viomade, sur la colline; là, les bras élevés vers les cieux, ils
implorèrent la divinité. Après ce juste hommage, auquel sembloit
s'unir toute la nature, ils firent un léger repas, vinrent ensuite
s'asseoir sous les chênes, et Childéric commença, à son tour, le
récit des événemens qui, depuis six années, le tenoient séparé de
son père et de sa patrie. Gelimer appuya tristement sa tête sur ses
mains en écoutant, et Viomade, l'oeil avide de voir son maître,
l'oreille attentive, sembloit avoir son ame suspendue aux lèvres du
prince.

Je commencerai comme toi mon récit, dit-il. A la journée de Cologne,
mon père, inquiet de ma grande jeunesse, me confia à tes soins, et
tu m'éloignas du danger, jusqu'au moment où tu vis le roi entouré;
plus prompt que la foudre, tu cours à sa défense, les braves te
suivent. Je veux me mêler à eux; le mouvement qui se fit autour de
moi, fut si violent et si rapide, que j'en fus renversé; foulé aux
pieds, je m'évanouis, et j'ignore ce que je devins, jusqu'à
l'instant où je repris mes esprits. C'étoit au milieu de la nuit,
elle étoit calme, le ciel étincelloit du feu des étoiles, et je me
sentis dans une petite barque qui voguoit légèrement sur le fleuve.
Le bruit des rames, cette barque, objet qui m'étoit encore inconnu,
le spectacle qui s'offroit pour la première fois à ma curiosité
enfantine, me causèrent une innocente joie: cependant je demandai où
j'allois, avec qui j'étois; une voix étrangère me répondit dans une
langue que je n'entendis pas: on me présenta du pain, des fruits,
j'acceptai gaiement sans m'inquiéter. Cependant le lever du jour me
faisant apercevoir que j'étois avec un de nos ennemis, et que
j'abordois sur une rive opposée à la notre, je conçus quelques
alarmes, et conjurai mon guide de me ramener. Je vis avec joie que
je n'avois pas perdu mon javelot, et que le Hun qui étoit avec moi
ne s'en étoit point emparé; j'en conclus qu'il n'étoit point
méchant, et quand nous fûmes débarqués, voyant qu'il ne m'entendoit
pas, je me jetai à genoux, en lui faisant signe de me ramener; je
lui montrai le ciel comme récompense, mon coeur comme reconnoissant;
je lui offris une pièce d'or, en lui faisant entendre que mon père
lui en donneroit beaucoup. Il secoua la tête, je compris qu'il me
refusoit, je me mis à pleurer; il parut ému, me tendit les bras. Je
m'y jetai tout en pleurs, je le caressai d'un air suppliant, il
détourna la tête, je vis qu'il hésitoit; je joignis les mains; il
me regarda un moment, puis comme triomphant de sa propre émotion,
m'entraîna avec rapidité loin de la rive. Ce Hun étoit le même
vieillard que tu vois sous tes yeux; mais avant de continuer cette
narration, je veux te faire connoître, ami, ses aventures, quoiqu'il
ne me les ait confiées que plus de deux ans après notre arrivée dans
ces lieux.

Gelimer est Hun d'origine; sa nation, long-tems voisine des Chinois,
fit de fréquentes incursions sur leur territoire, plusieurs familles
même se divisèrent, et tandis qu'une partie demeuroit attachée aux
Huns, l'autre s'allioit aux Chinois, et s'établissoit dans leur
pays. Ainsi s'étoit divisée la famille de Gelimer; son père même
avoit été mandarin et favori de l'empereur. Gelimer s'étoit marié à
Pékin; il étoit père d'un fils encore en bas âge, quand la dynastie
venant à changer, il passa de l'état le plus doux et le plus fait
pour son ame tendre, à l'état le plus cruel, à l'isolement le plus
affreux. Pardonnez, mon ami, dit en l'interrompant Childéric à
Gelimer, si je vous rappelle dans ce moment de douloureux souvenirs;
mais je ne puis laisser ignorer à Viomade les vertus et les
malheurs de celui que j'honore et que j'aime.

Le père de Gelimer devoit de fortes sommes au dernier empereur, qui
lui avoit dit plusieurs fois qu'il les lui abandonnoit, et il en
avoit disposé; son successeur, déjà prévenu contre le favori, exigea
si promptement le remboursement de ces sommes, que le vieillard ne
put y satisfaire; il fut d'après la loi condamné au bannissement,
hors de la grande muraille qui sépare la Chine de la Tartarie. Un
jugement si terrible ôta au père de Gelimer tout son courage déjà
affoibli par les années; sa santé s'altéra, et l'approche du jour
marqué pour son arrêt, le jetoit dans le désespoir. Gelimer ne put
sans être ému et entraîné, voir couler les larmes de son père; il
courut réclamer l'indulgente modification, qui permet en Chine
l'échange du fils lorsqu'il s'offre volontairement pour subir la
condamnation infligée à son père; cette faveur terrible lui fut
accordée. Séparé d'une épouse qu'il adoroit, d'un fils qui venoit
par sa naissance de resserrer d'aussi doux noeuds, et qu'il ne
pouvoit entraîner l'un et l'autre dans les fatigues, la honte et la
misère auxquelles il s'étoit condamné, il vit arriver l'instant de
consommer son sacrifice. Conduit en coupable au-delà de la grande
muraille, il sentit renaître toutes ses forces en pensant à son
père; dépouillé de tous ses biens, séparé de tout ce qu'il aime, il
emportoit cependant un trésor au fond de son coeur, le sentiment
sublime de l'action magnanime qu'il venoit de faire, l'approbation
de sa conscience! Rejeté de sa vraie patrie, car c'est où l'homme
est fils, époux et père, c'est là où il a formé tous les doux liens
de la nature et de l'amour, qu'il a une patrie chère à son ame,
errant dans les vastes déserts de la Tartarie, il s'abandonnoit
alors à des regrets trop justes pour n'être pas excusés. Cependant,
relevant son ame abattue, se sentant fier de lui-même, il eut honte
de son désespoir, et prenant le chemin qu'avoient jadis choisi ses
aïeux, il suivit les bords du Jaïck, ceux du Palus-Méotides, et
enfin se réunit à la partie de sa famille qui servoit sous les
ordres d'Attila: il lui offrit son bras, qui fut accepté. Mais la
barbarie de ce peuple indignoit la grande ame d'un disciple de
Confucius: le meurtre de Bleda, frère d'Attila, lui fit horreur; il
gémissoit de ne pouvoir faire passer au coeur de ses frères une
étincelle de ce feu pur qui le brûloit. Fatigué des hommes, dégoûté
de la vie, il chercha une retraite qui leur fût inconnue; il
découvrit cette grotte, à laquelle il travailla avec soin; il venoit
s'y dérober aux regards, quand, l'ame trop oppressée, il avoit
besoin d'être seul avec son Dieu et son coeur; calmé par la
méditation, il retournoit combattre pour sa patrie, jusqu'au moment
où redevenu inutile, il pouvoit se dérober à elle sans lâcheté et
sans ingratitude. C'étoit ici qu'il pensoit à son épouse bien-aimée,
à son fils, qu'il faisoit ses meubles, ses instrumens sonores qu'il
mêloit aux sons de sa voix; c'étoit ici qu'il suivoit sa religion,
s'attachoit à ses principes, s'encourageoit contre les souffrances.
Mais sa raison, sa piété, sa force, ne purent l'armer contre la
crainte de la vieillesse abhorée des Huns: il ne pouvoit sans frémir
se figurer cette époque de la vie, où déjà malheureux par les
souffrances, il seroit encore méprisé et abandonné par les hommes,
où foible et ayant besoin de secours, il seroit livré à lui-même et
en opprobre à sa patrie. En Chine, il étoit père; dans ce pays,
l'amour filial égale presque l'amour paternel; dans ce pays,
l'adoption répare les erreurs de la nature, et donne au père
généreux un fils sensible et tendre: mais chez les Huns barbares
l'adoption ne sauve pas des cruautés, auxquelles même condamne la
paternité. Insensiblement Gelimer vit s'altérer sa santé et son
noble caractère; réduit à ne rien aimer, et possédant une ame de
feu, il en étoit dévoré; cet asile lui devint plus cher, et la
vieillesse l'inquiéta davantage. Sa religion lui défendoit de
recourir à une mort volontaire; il courut la chercher dans les
combats, et ne put y rencontrer que la gloire. Le tems fuyoit à pas
précipités, sa marche rapide effrayoit Gelimer, et la tristesse de
son coeur ajoutant au poids des années, on lui déclara, lors de la
bataille de Cologne, que ce seroit le dernier jour qu'il auroit
l'honneur de se mêler aux guerriers. C'étoit la seconde fois que les
hommes jugeoient Gelimer, et la seconde fois qu'ils se montroient
cruels et injustes. Son ame vive, expansive et tendre, en fut
révoltée; elle se ferma à son tour à la douce pitié qu'elle n'avoit
jamais pu attirer à elle, il se promit de devenir féroce, et
s'élança dans la mêlée, plein d'une rage qu'il perdit en
m'apercevant évanoui, prêt à être écrasé sous les nombreux chariots
qui suivoient et embarrassoient notre armée: l'aspect de mes dangers
détruisit toutes les résolutions de sa colère; plein d'une tendre
compassion, il me souleva, m'entraîna hors de la mêlée, et me donna
des secours. Un sentiment généreux l'avoit seul inspiré, un
sentiment personnel, un retour sur lui-même lui succéda; il m'avoit
vu abandonné et ne soupçonnoit guère que cet enfant, laissé sans
secours sur le champ de bataille, étoit le fils du grand Mérovée.
Une idée subite s'éleva dans son coeur, il y céda promptement,
craignant ou, que reprenant mes sens, je ne refusasse de le suivre,
ou que je ne fusse réclamé; telle fut la pensée qui le décida à
s'embarquer avec moi à la hâte; il se proposoit de m'aimer, de
retrouver en moi tous les objets de sa tendresse, de m'asservir
d'abord, de m'enchaîner après par le sentiment. Toutes ces idées
vinrent en foule s'offrir à son coeur, elles l'enivrèrent d'une
délicieuse félicité; il renonça dès-lors à sa seconde patrie, au
monde entier, et résolut de vivre avec moi dans cette grotte; il en
prit la route secrète, m'entraînant à sa suite, soit en me montrant
quelque objet nouveau, soit en me faisant entendre que si je
l'abandonnois, je mourrois de faim, soit en prenant un air farouche,
soit en me tendant les bras: la nuit, il me couchoit sur sa poitrine
pour me garantir de l'humidité. Nous parvînmes ainsi à un
souterrain; je ne voulois pas y entrer, parce qu'il étoit obscur;
mais Gelimer, ayant frappé des cailloux et fait du feu, alluma une
branche de pin qu'il venoit de couper, et marcha devant moi; je le
suivis sans répugnance, et après avoir marché long-tems ainsi
éclairés, nous nous arrêtâmes; il me donna à manger des oeufs
d'oiseaux, que j'aimois beaucoup, quelques fruits, et je m'endormis
dans ses bras comme à l'ordinaire; mais quelle fut ma douleur le
lendemain en me trouvant dans l'obscurité! je poussai des cris
affreux. Gelimer me caressa, m'encouragea de la voix, reprit la
route en me tenant par la main; mais je n'étois point rassuré. Nous
dormîmes encore une fois dans ce souterrain; mon sommeil fut si
agité, que Gelimer, qui me sentit brûlant, se décida à hâter notre
marche, et à m'arracher promptement de ce séjour malsain, et qui
lui parut altérer ma santé. Il m'a dit depuis que jamais il n'avoit
autant souffert que cette nuit, en me voyant si inquiet, sentant sa
poitrine baignée de mes pleurs, ma tête brûlante, il croyoit déjà me
voir tomber mourant dans ses bras. Son coeur étoit déchiré, il
s'affligeoit immodérément. Nous reprîmes notre route, il voulut me
porter sur ses épaules, je ne le voulus pas, et je m'obstinai à
marcher; mais bientôt quelle fut ma joie, quand j'aperçus une vive
clarté paroître à l'extrémité du souterrain; j'oubliai tout-à-coup
mes chagrins, mes maux, mes alarmes, et courant vers l'endroit que
le jour m'indiquoit, je sortis avec une joie inexprimable de cette
retraite des ténèbres, et me trouvai dans une prairie délicieuse,
toute couverte de fleurs: les gouttes de rosée suspendues aux
feuilles, aux brins d'herbes, aux différentes plantes des prés,
brilloient de mille couleurs qu'elles recevoient du soleil; des
chèvres bondissoient, mille oiseaux chantoient dans les airs: aussi
innocent qu'eux même, j'avois retrouvé toute l'insouciance de mon
âge, sa gaieté, sa joie; les chagrins et ma nuit étoient à un siècle
de moi; je ne me lassois point d'admirer le jour et les lieux
charmans qui m'environnoient; j'apercevois de loin un grand fleuve,
je crus revoir le Rhin, revenir dans ma patrie, et retrouver bientôt
ma mère et le roi. Gelimer jouissoit de ma joie, de ma santé, et me
regardoit avec l'expression de la tendresse; j'entendois ses
regards: le sentiment sait toujours s'exprimer quand il est vrai,
l'ame parle à l'ame, et si l'homme n'étoit que bienfaisance et
qu'amour, comme sans doute ce fut sa première destinée, il eût pu se
passer du langage. Nous restâmes tout le jour dans le lieu que
j'aimois tant; le lendemain je le quittai avec regret; nous
marchâmes encore deux jours dans les bois, et nous parvînmes le
troisième dans cette grotte, que je trouvai délicieuse. J'étois
extrêmement fatigué; Gelimer tira d'une des cavités un vase rempli
de vin, de fruits secs; il avoit tué plusieurs animaux à coups de
flèches, il les fit cuire, et ayant paîtri une farine qu'il prit
dans un vase de la même matière que celui qui contenoit le vin, il
fit un espèce de gâteau; tous ces apprêts m'amusèrent beaucoup.
Gelimer me fit coucher sur un lit qui se trouvoit dans une autre
cavité; je dormis profondément; le lendemain il me fit baigner dans
ma jolie fontaine, me mena à la chasse, et cette vie active et
nouvelle m'enchantoit. Je n'oubliois pourtant ni ma mère, ni le roi,
ni la France; me confiant en leur amour, je m'attendois chaque jour
à voir arriver quelqu'un pour me chercher, et j'attendois sans
impatience, sûr de leurs soins et de leur tendresse. Gelimer ne me
laissoit jamais sortir sans lui, mais il étoit d'une complaisance
infatiguable; il avoit appris à m'entendre avec une étonnante
facilité, ses progrès étoient pour moi une source de plaisirs
toujours nouveaux; j'attendois impatiemment qu'il pût me parler, et
avant l'hiver j'eus cette satisfaction. Le changement qu'opéra cette
saison ne fut pour moi qu'une variété de plaisirs. Gelimer m'avoit
enseigné sa langue en apprenant la mienne, et je parlois
indifféremment l'une et l'autre. Comme nous ne sortions que
rarement, et seulement pour quelques heures, il profita des longues
soirées pour m'apprendre à faire différens meubles, des flèches d'un
bois dur et qui supplée au fer, des vases d'argile; il m'enseigna à
cultiver des plantes qui fleurissent dans l'hiver, à jouer d'un
instrument bizarre et sonore, que j'aimois beaucoup. Il me nomma
_Tcie_, nom chinois, qui veut dire réunion, mélange, parce qu'il
trouvoit en moi différens objets qui lui étoient chers. Le printems
nous rendit nos premiers plaisirs. Gelimer étoit, quoique âgé,
encore léger à la course, adroit à la chasse; mais il ne vouloit pas
me confier son arc, et malgré mes prières, il ne me laissoit ni
chasser ni sortir sans lui. Je voyois qu'il craignoit de me perdre,
et se faisoit un bonheur de me conserver près de lui; je riois en
moi-même de cette pensée, car je m'attendois toujours à voir arriver
un des braves de mon père: je t'attendois surtout, mon cher Viomade,
et souvent même dans mes songes, je croyois te voir, t'entendre,
partir avec toi, et m'élancer dans les bras de mon père; je croyois
couvrir de mes tendres baisers les mains de la reine, et me
retrouver au milieu de vous. Gelimer, qui avoit rapporté de la Chine
de grandes connoissances en agriculture, m'apprit à multiplier les
fleurs du printems, les grains et les fruits de l'automne; il ne
borna point à ces légères instructions les leçons qu'il me donna, il
m'enseigna à connoître le cours des astres, la forme et la
description de la terre, les maximes de Confucius; je lui
communiquois ce que j'avois appris du sage Diticas; il admira sa
morale, sa religion: sous d'autres noms il adoroit les mêmes dieux
que moi, chérissoit et honoroit surtout la vertu, et s'efforçoit
d'en remplir mon jeune coeur. Je répondois à ses soins, le tems
s'écouloit sans que je m'en aperçusse, je grandissois; l'air,
l'exercice, une nourriture frugale, des jours sereins, tout
contribuoit à ma santé; et lorsque plus pressé de vous revoir, un
léger nuage de tristesse obscurcissoit mes traits, Gelimer
l'effaçoit promptement en m'enseignant une chose nouvelle, qui
s'emparoit tout-à-la fois de mon tems et de mes pensées. Cependant
mon ami devenoit triste, languissant, il s'affoiblissoit, je
m'affligeois de ses souffrances, je cherchois à les adoucir; je le
questionnois sur ce qui pouvoit les causer.

Une belle matinée de printems, après avoir salué l'aurore, invoqué
les dieux, respiré l'air parfumé des bois, je conjurai Gelimer, que
j'entendois soupirer, de m'ouvrir son coeur; nous nous assîmes sur
ce même banc de mousse. Tcie, me dit le sage vieillard, m'aimes-tu?
Je le lui jurai. Sais-tu bien que je t'ai sauvé la vie? tu périssois
sans moi sous des chariots prêts à t'écraser... Je ne l'avois pas
oublié, et je lui témoignai ma reconnoissance. Eh bien! me dit-il,
je vais te dire tous mes secrets; mais une promesse encore, et je te
rends ta liberté, je te donnerai mes armes, tu seras plus maître
dans ma caverne que moi-même; tout ce que j'ai t'appartiendra; loin
de me devoir encore de la reconnoissance, c'est moi qu'elle engagera
à jamais. Jure moi sur l'honneur, serment si sacré dans ta patrie,
jure moi à la face du ciel qui t'éclaire, de ne point m'abandonner,
de protéger mes derniers jours, de me laisser mourir dans cette
grotte paisible, et lorsque mon ame s'envolant vers les cieux, ou
s'emparant d'un autre corps, aura quitté sa demeure passagère,
promets moi d'ensevelir ma dépouille mortelle dans cette même grotte
où je t'ai prodigué tant de soins. J'hésitois à prendre un tel
engagement; j'avois toujours conservé le vague espoir de retourner
dans ma patrie, j'allois pour ainsi dire y renoncer, j'étois ému,
attendri; mais je me taisois. Eh quoi! cher Tcie, reprit Gelimer,
pourrois-tu m'abandonner vieux et mourant, et me refuser
quelques-uns de ces nombreux instans que te prépare la nature? A
peine aux portes de la vie, une longue carrière est devant toi,
tandis que je touche à ma dernière heure; bouton naissant, tu vas
croître encore plus d'un printems avant de fleurir, et moi, déjà
flétri, je suis penché vers la terre; demain je tomberai, demain on
dira de Gelimer: Il a vécu; et j'aurai disparu comme mes ancêtres. O
enfant digne d'amour! prends pitié de ma dernière heure; déjà mes
yeux commencent à se fermer à la clarté du jour, déjà un voile épais
s'étend pour moi sur toute la nature; ah! veux-tu donc m'abandonner!
Il dit, et tendit vers moi ses mains tremblantes, quelques larmes
tombèrent de ses yeux: c'en étoit trop, je me jetai à genoux, et
m'écriai! O dieux! qui punissez le parjure, recevez le serment que
je fais d'aimer, de servir Gelimer, et de n'abandonner ces lieux que
lorsqu'il sera endormi du sommeil éternel. Gelimer me serra dans ses
bras, me pressa sur son coeur, je lui rendis ses caresses. Ce jour
fut un jour bien intéressant pour tous deux. Gelimer, sans crainte
pour l'avenir, venoit d'acquérir un fils, et moi je venois
d'assurer son bonheur. Bientôt après, il me fit part de sa
naissance, et du sacrifice qu'il avoit fait à son père; enfin de
tout ce que je vous ai raconté. Il m'avoua qu'après m'avoir secouru,
le désir d'échapper aux lois barbares des Huns, le besoin surtout
d'aimer encore, l'avoient décidé à s'emparer de moi; j'admirai son
dévouement, l'essor de sa vertu éleva mon ame, je fus heureux
d'embellir les jours d'un fils généreux, de consoler sa vieillesse.
Il me demanda alors qui étoit mon père; jamais il ne m'avoit fait
cette question, il craignoit trop de me rendre à cette idée. Je lui
répondis que je devois la vie à un grand guerrier, et que je le
priois de ne plus m'en rappeler le souvenir. Il se soumit, me donna
un arc, des flèches, vint encore quelques fois à la chasse, plus
souvent m'y laissa aller seul, et enfin n'y vint plus du tout. A
force de m'exercer, mon adresse surpassa mon espérance; j'atteignois
l'oiseau dans son vol, et à la course tous les animaux les plus
agiles. Le soir, Gelimer continuoit à m'instruire de l'histoire des
hommes, j'écoutois surtout celle des rois, la chute de Rome, la
destruction des empires, les grands changemens de dominations, tous
les effets immenses du génie souvent d'un seul homme, frappoient mon
coeur: combien, sans se douter qu'il me parloit de mon père, Gelimer
me vanta le courage et la sagesse de Mérovée! Ces entretiens chaque
jour me plaisoient d'avantage; mais en revenant de la chasse une
belle soirée d'automne, je trouvai Gelimer assis devant la grotte,
et dans une attitude mélancolique; il me parut frappé d'une grande
douleur; alarmé, je me précipitai vers lui: Qu'avez-vous, mon ami,
lui dis je? O Tcie! me répondit-il, je ne verrai plus ce soleil, les
fleurs ni la verdure; je ne verrai plus ton riant visage, plus doux
pour moi que le printems dans toute sa pompe; c'en est fait,
d'épaisses, d'éternelles ténèbres enveloppent Gelimer, je suis
aveugle! Un cri m'échappa, je m'attendois chaque jour à cette
nouvelle, et pourtant elle m'atteignit au coeur. Depuis ce jour,
Gelimer fut l'objet de mes plus tendres soins, de mon culte, de ma
vive amitié. Je l'aimai avec excès, je craignois de m'en éloigner,
je ne chassois que pour nous nourrir; j'aurois juré dès-lors de ne
jamais le quitter, si déjà je n'en eusse fait le serment. Il
redevint calme enfin, je le consolai, et au bout de quelques mois,
il s'étoit accoutumé à son sort. Mais, ajouta le prince, ce récit a
r'ouvert toutes les blessures de mon ami. Interrompons-nous ici, il
est tems d'ailleurs de nous reposer; ce qui me reste à dire,
renferme un triste événement qui a troublé la paix de mes jours;
demain je vous raconterai cette douloureuse histoire, demain nous
donnerons des pleurs à la jeune Talaïs. Ce soir, retirons-nous, et
cherchons à oublier dans un doux sommeil les sombres idées qu'a fait
naître mon récit. O mon ami! disoit-il à Gelimer, chassez
l'inquiétude empreinte sur votre front, ne gémissez point comme le
font les infortunés, Childéric n'est point un parjure, et tous les
trônes du monde ne peuvent le séduire ni changer son coeur. Gelimer
poussa un profond soupir, et s'appuya sur le bras du prince; ils
rentrèrent dans la grotte, éclairée comme la veille. Viomade
regardoit avec respect le sensible Gelimer; il admiroit les soins
que Childéric prenoit, soit pour rassurer son ame troublée, soit
pour lui servir de guide, le nourrir, veiller sur ses jours.
Cependant le serment qu'avoit prononcé le prince l'alarmoit, il ne
peut le trahir; Gelimer consentiroit-il volontairement à se séparer
de ce dernier objet de tendresse? Viomade ne peut le croire, il
s'inquiète et n'ose exprimer son inquiétude. Gelimer, plus tourmenté
par ses pensées, se taisoit également: Childéric seul ne dissimuloit
rien; et soit que le souvenir d'Aboflède excitât sa tristesse, soit
que la gloire dont s'étoit couvert Mérovée exaltât son ame, soit que
l'ambition et l'audace d'Egidius l'enflamassent de courroux, soit
qu'il parlât de sa tendresse pour Gelimer, de la joie qu'il
éprouvoit d'avoir retrouvé Viomade, son coeur l'inspiroit; la vérité
toute entière s'en échappoit, se peignoit sur son visage charmant,
et donnoit à sa voix mélodieuse un accent plus persuasif. Après le
repas, ayant fermé la grotte, et conduit Gelimer sur sa couche,
Childéric et le brave se retirèrent de leur côté. Gelimer passa la
nuit dans la plus terrible agitation; il chérissoit trop ardemment
Childéric pour lui enlever plus long-tems le rang suprême où
l'appeloit la destinée; il n'aimoit pourtant plus le monde, et
n'estimoit plus les hommes; mais Childéric étoit dans l'âge des
riantes pensées, des délicieuses espérances; les plaisirs alloient
l'environner, l'enivrer, le ravir. Ces instans passagers
dédommagent l'homme des pleurs de l'enfance, de la prévoyante
inquiétude de l'âge mur, de l'infirme vieillesse, de la douloureuse
mort. Doit-il lui enlever sa part des biens de la terre, et ne lui
en laisser que les maux? mais peut-il vivre sans Childéric! Ces
combats le déchirent, sa belle ame ne peut encore se résigner.

FIN DU LIVRE SIXIÈME.



CHILDÉRIC

LIVRE SEPTIÈME.

SOMMAIRE

DU LIVRE SEPTIÈME.

  Childéric, forcé d'aller à la chasse, et inquiet de l'état dans
    lequel étoit plongé le vieillard, l'avoit recommandé aux soins
    de Viomade. Gelimer à son réveil jette un cri d'effroi, en
    reconnoissant le brave au lieu de son cher élève; mais il se
    rassure, et le retour du prince le console bientôt. Il veut
    s'asseoir sous les chênes. Childéric reprend son récit, et
    raconte avec sensibilité la rencontre qu'il fit à la pêche,
    d'une jeune fille nommée Talaïs, leurs jeux, leurs plaisirs,
    l'amour qu'elle conçut pour lui, le trouble qu'il en ressentit;
    les conseils de Gelimer en garantissent. Progrès de la passion
    de Talaïs; son désespoir; sa mort. C'est sa tombe que Viomade a
    aperçue, et sur laquelle il a déjà placé la guirlande
    funéraire. Childéric y conduit de nouveau ce brave, et dépose
    le tribut du regret et de la piété sur la pierre funèbre. De
    retour dans la grotte, le prince engage Viomade à partir
    promptement pour la France, afin de rassurer le roi, et le
    charge de lui dire qu'un serment sacré l'enchaîne dans ces
    lieux. Gelimer est agité. Viomade refuse de partir sans le fils
    du roi. Childéric ordonne. Le brave offre de remplacer le
    prince auprès du vieillard, qui le repousse, et promet de lui
    rendre réponse le lendemain. Il gémit sur sa couche; en vain le
    prince le rassure. Le jour renaît, Gelimer n'est plus, il s'est
    percé le coeur du javelot même du prince. Juste douleur.
    Cérémonie funèbre. Adieux éternels à la grotte, aux forêts, à
    la tombe de Talaïs. Childéric part suivi du brave.



LIVRE SEPTIÈME.


Childéric s'étoit levé dès le point du jour pour aller à la chasse,
car les provisions alloient manquer; il avoit défendu à Viomade de
le suivre. Le chagrin qu'éprouvoit Gelimer l'affligeoit, il ne
voulut pas le laisser seul, et recommanda au brave de ne point
s'éloigner de son vieil ami, de pourvoir à ses besoins, sur-tout de
ne lui rien dire qui pût exciter sa tristesse. Songe que je l'aime,
disoit ce prince; que sa peine est ma peine, que le rendre
malheureux, c'est me déchirer le coeur. Viomade promit d'obéir aux
ordres du prince, celui-ci s'éloigna doucement pour ne pas troubler
le repos de Gelimer, qui s'étoit endormi depuis quelques momens.
Viomade attendit silencieusement son réveil; mais Gelimer jeta un
cri d'effroi en le reconnoissant. Où est Childéric? dit-il, avec
impétuosité; où est-il? A la chasse, reprit Viomade; il m'a ordonné
de rester près de vous jusqu'à son retour. Gelimer parut frappé
d'une vive douleur; mais revenant à lui, et étendant les bras avec
passion, il s'écria: Oh! pardonne, ô toi! dont l'ame est innocente;
ô toi! l'ange tutélaire de mes jours, pardonne au soupçon injurieux
qui vient de s'élever dans mon coeur. Ah! je l'abjure; et plein de
confiance, je t'aime et t'admire. Alors le vieillard quitta sa
couche; Viomade lui présenta le repas que Childéric lui avoit
préparé; il le repoussa, sortit de la grotte, se plaça sous les
chênes, et tomba dans une sombre rêverie, dont rien ne put le tirer.
En vain on l'auroit entrepris, ses idées s'étoient emparées de
toutes ses facultés; il parloit avec lui-même, se répondoit,
s'accusoit de foiblesse, cherchoit à ranimer l'étincelle de
générosité qu'il sentoit dans son coeur; mais l'amour de la vie, la
crainte de perdre ce qu'il aimoit, le faisoit retomber dans ses
premières perplexités. Childéric ne se fit pas long-tems attendre,
il revint chargé de différens gibiers. A son approche, le front
sourcilleux de Gelimer s'épanouit, le sourire reparut sur ses
lèvres, le bonheur rentra dans son ame. Les soins qu'exigeoient les
provisions achevèrent d'employer la matinée; le jour étoit froid et
pluvieux: cependant l'hiver étoit écoulé, et le printems alloit
prendre lentement sa place, réparer ses ravages, et préparer les
fleurs de l'été, les fruits de l'automne. Il fallut passer dans la
grotte cette journée destinée à terminer le récit de Childéric:
après le repas, il commença en ces termes.

J'étois depuis quatre années dans ce séjour, et rien n'avoit troublé
le cours paisible de ma vie; les leçons de Gelimer avoient fortifié
mon ame contre mes secrets chagrins; je m'affligeois pourtant de
l'abandon dans lequel me laissoit le roi; je songeois aux larmes que
répandoit sans doute ma mère; ma pensée, plus formée, me retraçoit
mieux mes malheurs; mais j'avois aussi plus d'attachement pour
Gelimer, plus de respect, et mes sermens me sembloient chaque jour
plus sacrés. Loin de renoncer à ma patrie, je me peignois le moment
où privé de mon ami, fuyant des lieux qu'il auroit cessé de me
rendre chers, je volerois dans les bras de mon père. Cette pensée
donnoit le change à mes désirs; heureux du présent, sûr de l'avenir,
je me livrois à l'étude et à la chasse, sans négliger mes plantes,
mon chemin, mes bancs de mousse, notre colline, et les soins plus
utiles à notre subsistance. En chassant j'avois poursuivi près d'une
journée un oiseau qui m'étoit inconnu, et que je n'avois pu
atteindre; il m'avoit mené si loin, que je craignis de ne pouvoir
retrouver la grotte avant la nuit; je me reprochai mon étourderie en
pensant à Gelimer, à ses inquiétudes, à l'abandon où je l'avois
laissé; et quoiqu'accablé de fatigue, je me condamnai moi-même à le
rejoindre à quelque prix que ce fût. En vain je me hâtai, il étoit
nuit quand j'arrivai, et j'entendis de loin l'instrument chinois que
vous connoissez; Gelimer, qui me croyoit égaré, faisoit retentir les
airs de ces sons, pour qu'ils me servissent de guide dans
l'obscurité; j'arrivai hors d'haleine, ne pouvant plus me soutenir,
et je tombai dans les bras de mon ami en m'accusant d'imprudence, en
le suppliant de me pardonner; il m'embrassa tendrement, ne se
plaignit point, m'invita au repos. Je lui contai pourtant mon
aventure; après quoi nous nous mîmes à table, et la nuit je dormis
profondément; le lendemain je ne le quittai point, mais il exigea
que je reprisse mes exercices, me promit de ne plus s'inquiéter de
mes absences prolongées; je promis de mon côté de ne plus
m'écarter. Cependant la partie du bois que j'avois découverte dans
ma dernière chasse m'avoit parue charmante, elle entouroit un beau
lac dont les eaux paisibles offroient une pêche facile. Ce nouvel
amusement me plût beaucoup, et tandis que je m'en occupois, je
remarquai qu'un jeune homme, du moins je le crus d'abord,
m'examinoit attentivement, et qu'il me suivit quand je m'éloignai;
c'étoit une heureuse rencontre pour moi que celle d'un compagnon de
mon âge; je résolus de retourner au lac et de m'approcher de lui
quand il me suivroit; mais dès que je marchai vers lui, il s'enfuit
rapidement, et le lendemain il en fit autant. Chaque jour je
retrouvois le jeune chasseur qui m'évitoit en me cherchant, et je
crus à sa taille, à sa couronne de fleurs dont depuis peu il ornoit
sa chevelure, que ce n'étoit point un homme, mais une femme. J'eusse
mieux aimé d'abord un compagnon de mon sexe; il me sembloit que,
plus fort et plus agile, il partageroit mieux mes plaisirs; bientôt
l'idée d'une femme me parut plus douce; mais surpris de son
empressement à me suivre et à me fuir, je n'essayai point de la
poursuivre, comme elle m'a dit depuis qu'elle l'avoit espéré. Lassé
même de cette singularité, craignant de me laisser encore entraîner
et d'inquiéter Gelimer, je n'allai plus au lac, je renonçai à mon
nouveau plaisir, et ne m'occupai que de ma chasse. Mon indifférence
l'emporta sur la ruse de la jeune fille; ne me voyant plus vers le
lac, elle me chercha dans les bois, et m'ayant rencontré, elle
s'avança vers moi en souriant. Elle étoit vêtue d'un habit de toile
de coton d'une couleur éclatante, son corsage laissoit voir ses
bras, ses épaules et son sein, ses cheveux noirs et frisés étoient
mêlés de feuillages et de fleurs, ses jambes et ses pieds étoient
nuds. Son teint étoit brun et animé de vives couleurs; ses yeux
extrêmement noirs, ardens, et son regard audacieux, sa bouche
grande, ses dents blanches et bien rangées: telle étoit Talaïs;
c'est ainsi que j'appris d'elle-même qu'elle s'appeloit. Hélas! pour
son malheur, l'infortunée m'avoit aperçu près de ce lac, où elle
cherchoit des perles qui y sont abondantes; ma chevelure blonde
l'avoit frappée, elle m'avoit suivi, entraînée par sa curiosité.
Depuis elle m'avoit revu, et si elle avoit fui, c'étoit pour
m'attirer jusqu'à son habitation; mais ne pouvant me décider à la
suivre, elle étoit venue, disoit-elle, pour me voir. Elle parloit le
même langage que Gelimer m'avoit enseigné; je l'entendis donc sans
peine, je lui répondis également. L'expression de ses traits me
parut vive et hardie. Talaïs ne connoissoit point l'art, et
s'abandonnait à la nature; ses charmes sans pudeur, ses mouvemens
sans graces, ne firent aucune impression sur mon ame. Nous chassâmes
le reste du jour; le lendemain elle vint encore partager mes jeux; à
la course, elle l'emporta pendant quelque tems, mais je devins plus
agile qu'elle; elle m'apprit à découvrir les perles dans leur
coquillage, à prendre du poisson sans le tuer à coup de flèches,
comme je le faisois d'abord; j'avois fait part de cette rencontre à
Gelimer; il m'avoit recommandé de ne pas m'écarter avec elle,
d'éviter l'habitation de ses parens, de crainte qu'ils ne me
gardassent de force parmi eux; mais il ne s'opposa pas à ce qu'elle
se mêlât à mes plaisirs. L'hiver je la vis moins; cependant elle
venoit quelquefois sur la colline, j'allois l'y joindre et nous
courions en riant sur les neiges. Le printems revint, et tous nos
jeux recommencèrent avec lui. Je m'apercevois que Talaïs devenoit
rêveuse, elle tressailloit à mon approche, soupiroit, me tendoit les
bras, ses regards enflammés avoient souvent une expression que je ne
pouvois soutenir; je baissois les yeux en rougissant; loin d'elle,
j'en étois encore troublé; mon sommeil étoit inquiet, mes songes me
rendoient Talaïs. La hardiesse de ses mouvemens, l'audace de ses
traits, sa parure, si contraire à celle de la chaste Aboflède, et
qui d'abord m'avoient repoussé, me firent tout-à-coup une impression
bien différente. Le printems, en ranimant toute la nature, offroit
de nouveaux piéges à ma raison déjà troublée, et je n'abordois plus
Talaïs qu'avec un coeur palpitant. Elle s'aperçut de son ouvrage et
résolut de m'enchaîner pour toujours; elle ignoroit que j'avois dans
mon ami une seconde prudence, qui veilloit encore quand la mienne
étoit endormie; elle me proposa de la suivre, de venir habiter avec
elle; enfin, d'être son époux; elle m'y invita par les plus tendres
caresses; mon trouble s'en augmenta, un feu brûlant circuloit dans
mes veines et me dévoroit. Pourquoi, lui dis-je, éloigner l'instant
du bonheur? pourquoi te suivre? n'avons-nous pas ici un abri assez
paisible et ne sommes-nous pas deux? Talaïs crut que dans ce moment
je ne lui refuserois rien; elle me pressa de la suivre, et s'arracha
de mes bras. Abandonner Gelimer n'étoit pas un sacrifice que l'amour
même pût obtenir, et je n'avois que des désirs; je refusai Talaïs,
elle devint pâle de fureur, m'accusa d'indifférence, m'accabla de
reproches, m'assura de sa haine, me dit adieu et me quitta
brusquement. Je m'étois calmé pendant qu'elle s'abandonnoit à la
colère, je ne cherchai ni à l'appaiser ni à la suivre; content de
moi, en paix avec ma conscience, je rejoignis Gelimer avec plus de
plaisir encore: je lui contai ce qui venoit de se passer entre
Talaïs et moi; il m'écouta attentivement. Mon ami, me dit-il, les
passions sont les maladies de l'ame, la morale et la religion en
sont les seuls remèdes; heureux qui y a recours avant que leurs
progrès soient tels, que rien ne puisse les guérir! Talaïs, simple
élève d'une nature toujours sauvage quand la raison ne l'a point
adoucie, se livre sans détour et sans crainte; c'est à toi, éclairé
par des principes, à l'écarter de l'erreur qui la séduit. Elle te
veut pour époux; ce noeud peut-il faire ton bonheur? Le mariage,
sans doute, est le lien unique de félicité pour l'homme pur et
sensible; le plaisir l'enflamme, l'entraîne et l'abuse; mais il ne
le satisfait que pendant sa courte durée; veux-tu faire ton épouse
de Talaïs? Non, sans doute, répondis-je à Gelimer, je ne renonce
point à ma patrie, je ne veux point former, loin de mon père, ces
noeuds saints et éternels. Eh! que feras-tu de ton amie, me dit-il
alors, si tu l'as séduite, si elle s'est donnée à toi, si tu lui as
ravi sa pureté? Abandonneras-tu celle qui aura été la tienne? la
laisseras-tu pleurer jusqu'à la mort, sur l'instant qui l'aura unie
à toi? Je ne veux point séduire Talaïs, répondis-je; ses caresses me
troublent, mais elle n'a point enflammé mon coeur. Eh bien! fuis-là,
me dit Gelimer, crains la jeunesse et la nature; fuis la vierge
brûlante qui fera passer dans tes veines le feu qui la consume; les
dieux, l'honneur, l'humanité t'en conjurent. N'excite point son
amour par ta vue, sois son défenseur contre toi-même; protège l'être
foible que l'amour te livre. Gelimer continua long-tems à
m'entretenir; je l'écoutois avec admiration; je sentois s'éteindre
la flamme passagère des désirs; je me disois, la paix seule est un
bien pur et parfait; je me promis de ne point chercher à troubler le
repos qui rentroit si doucement dans mes sens, et d'éviter Talaïs.
Je ne sortis point dans la matinée, et le soir je chassai d'un côté
opposé à celui de nos rendez-vous. Ma chasse ne fut point heureuse,
le tems étoit sombre, je rentrai plutôt que de coutume, et je parlai
beaucoup moins qu'à l'ordinaire; j'écoutois même avec distraction;
j'attendois impatiemment l'heure du sommeil, elle arriva sans
m'apporter le repos que j'espérois; je revis le jour sans plaisir,
il s'écoula comme la veille, et plus tristement encore; en vain un
ciel pur et serein, le charme d'un beau jour, le chant des oiseaux,
la fraîcheur des vents, le parfum des fleurs, tout m'invitoit à un
doux ravissement: je ne voyois autour de moi que l'absence de
Talaïs. De son côté, elle me cherchoit, l'amour l'avoit emporté,
elle s'étoit reproché sa fureur, elle vouloit me trouver,
m'appaiser, car elle me croyoit offensé, sur-tout ne m'ayant point
trouvé à nos rendez-vous accoutumés. Elle étoit venue jusqu'à la
grotte, et s'étoit enfuie en ne trouvant que Gelimer. Enfin, elle
m'aperçut comme je revenois lentement et livré à une mélancolie
profonde; un cri qu'elle jeta ranima en un moment toute mon ame;
elle s'élança vers moi, se jeta à mes pieds, me conjura d'oublier
ses emportemens, me jura de m'aimer, de m'obéir, de m'être à jamais
esclave soumise. Attendri par des expressions si touchantes, je la
relevai avec empressement, je la fis asseoir près de moi sur un banc
de mousse. Là, sans lui avouer la grandeur de ma naissance, je lui
confiai les événemens qui m'avoient conduit dans ce séjour, mon
intention de m'en éloigner dès que je le pourrois, pour me réunir à
mon père. J'eus le courage de lui dire que ma religion, mes devoirs,
les moeurs de ma patrie, s'opposoient à mon union avec elle; je lui
conseillai de me fuir et de m'oublier. Mais la crainte de l'affliger
me fit mêler à mes sages discours, des expressions si tendres, des
soupirs si passionnés, que Talaïs y puisa de nouvelles espérances.
Nous nous séparâmes contens tous deux, moi d'avoir été sincère et de
la trouver si résignée, elle de m'avoir vu si tendre. Elle me promit
même de vaincre son amour, si je consentois à la revoir comme avant
notre querelle; j'y consentis et elle s'éloigna; je revins dans la
grotte avec toute ma sécurité. Gelimer la troubla de nouveau, et
m'effraya sur le piége caché que j'étois loin d'apercevoir;
cependant Talaïs remplit sa promesse, et ne prononça plus les noms
d'hymen ni d'amour; ses yeux seuls m'en parloient encore, sa bouche
observoit le silence, et je ne paroissois pas entendre ce qu'elle se
défendoit de me dire. Mais ces efforts lui coutoient beaucoup, et
insensiblement devinrent si pénibles, qu'ils altérèrent sa santé et
presque sa raison; elle versoit des pleurs et sourioit tout-à-coup.
A mon aspect, elle devenoit pâle et rougissoit au même moment; elle
ne pouvoit ni demeurer près de moi ni me quitter; si ses regards
rencontroient les miens, elle en étoit comme blessée. Elle ne
chassoit plus, et négligeoit jusqu'au soin de sa vie, passoit
quelquefois la nuit dans les bois, sans abri et sans nourriture; je
la retrouvois le matin à la place où je l'avois laissée la veille,
immobile et baignée de pleurs. Sa douleur, son abandon, un amour si
vrai, si soumis, un malheur si profond et si tendrement exprimé ne
pouvoient pas m'être indifférens, j'en fus ému jusqu'au désespoir.
Elle se meurt! disois-je à Gelimer; hélas! elle périt comme la
plante délicate exposée au soleil ardent; elle se meurt, et je
pourrois lui sauver la vie; la raison doit-elle ordonner sa mort?
Gelimer trouvoit dans la religion des armes puissantes contre ma
foiblesse; son flambeau sacré dont il m'éclairoit, me fit voir la
corruption et le vice, là où je n'avois entrevu que la tendre
compassion; m'arrêta prêt à tomber, et me soutint au bord du
précipice. Talaïs lassée de souffrir et de combattre, Talaïs cessa
tout-à-coup de venir me joindre. Gelimer profita de cet éloignement
pour me retracer mes devoirs; il ne savoit pas qu'il en existoit un
encore dans ma naissance et mon glorieux espoir, dans l'image que je
conservois des graces de ma mère, des vertus modestes dont elle
embellissoit l'amour, l'hymen et le trône; c'étoit comme elle que
devoit être mon épouse, la mère de mes fils, et non comme
l'infortunée Talaïs. Sa vue me rendoit mes désirs, son absence seule
me laissoit ma raison. Depuis long-tems je ne l'avois pas revue, et
j'étois tranquille; mais un matin, comme j'écartois la pierre qui
ferme l'entrée de la grotte, je l'aperçus assise sous ces chênes.
Hélas! la malheureuse attendoit depuis long-tems mon réveil; je
frissonnai à sa vue, elle me fit signe d'approcher, je courus lui
dire que Gelimer avoit besoin encore de ma présence. Je t'attendrai,
me répondit-elle avec un profond soupir; libre d'aller la rejoindre,
je ne pouvois m'y déterminer; un secret pressentiment retenoit mes
pas, et je me sentois agité de sombres pensées; enfin, je marchai
vers elle, elle paroissoit tranquille; mais en l'examinant, je la
trouvai languissante et abattue, sa main étoit brûlante, l'approche
de la mienne la fit tressaillir, ses cheveux étoient en désordre et
couvroient son visage; elle essaya de se lever et retomba sur le
gazon. O ciel! je n'en puis plus, dit-elle: je l'aidai à se relever,
elle pouvoit à peine se soutenir, elle s'arrêta incertaine et reprit
sa marche comme par une réflexion déterminée; elle trembloit, sa
respiration étoit pénible, son sein palpitant, j'étois moi-même
violemment agité. Mais observant qu'elle chanceloit à chaque pas, je
passai mon bras autour d'elle pour la soutenir, elle se laissa aller
sur mon épaule, un froid mortel la saisit, elle demeura comme
évanouie; peu-à-peu elle reprit ses sens, continua sa marche lente
et dans un profond silence. Son regard austère s'élevoit jusqu'aux
cieux et retomboit vers la terre; une fièvre brûlante la dévoroit;
le souffle de son haleine sembloit un air embrâsé. A ces terribles
effets, on reconnoissoit la passion dans toute sa violence; j'en
étois effrayé autant qu'ému, et je n'osois troubler la méditation
dans laquelle elle étoit plongée. Nous fîmes ainsi une assez longue
route, et nous parvînmes à un charmant bocage, au milieu duquel
s'élevoit une roche couverte de pampres; du sein de cette roche
s'élançoit en cascade une onde abondante et limpide qui, tombant
dans un bassin profond, contrastoit par le bruit de sa chûte, avec
la paix de ces lieux si rians et si calmes. La fraîcheur des ondes
conservoit encore au feuillage et aux gazons toute leur beauté
printannière, quoique nous fussions aux premiers jours de l'automne.
Arrivés sur la cime de la roche, Talaïs me fit signe de m'asseoir;
elle se plaça près de moi, passa un de ses bras autour de mon col,
appuya sa tête sur ma poitrine, et demeura en silence; je me sentis
baigné de ses pleurs, mon agitation étoit à son comble; Talaïs
sembloit réfléchir profondément. Après s'être ainsi doucement
reposée, elle parut plus calme; bientôt elle releva sa tête et me
regarda. Son visage pâle et décoloré étoit baigné de larmes, ses
yeux remplis de tristesse, tous ses traits peignoient la désolation;
je pressentois une partie de ce que préparoit si lentement son
désespoir. Ah! me dit-elle, avec un accent inexprimable, et qui
retentit encore autour de moi, je suis venue pour t'offrir encore
l'infortunée Talaïs... Dis, oh! dis-moi que tu la veux pour épouse!
O ma bien aimée, lui répondis-je, en passant mes bras autour d'elle;
oh! écoute-moi, tu ne sais pas tous mes secrets; tu ignores...
Barbare! me dit-elle, en m'interrompant et s'arrachant de mes bras,
garde tes funestes secrets; si je n'ai pas su plaire, je sais
mourir. A ces mots, plus prompte que le regard, elle s'élance du
rocher dans l'abîme, j'entendis le bruit de sa chûte... Je volai à
son secours, hélas! tous mes soins furent inutiles, le rocher étoit
élevé et l'abîme étoit profond. En vain je m'élançai dans l'onde, en
vain j'eus recours à tous les moyens que m'inspira mon coeur; la
nuit et la pénible certitude de la mort de l'infortunée,
m'arrachèrent de ce lieu funeste. Gelimer partagea mes justes
regrets. Le lendemain je courus vers l'abîme qui renfermoit la
tendre victime de l'amour; je ne m'en éloignai que le soir; j'y
retournai jusqu'à ce que son corps reparut sur les ondes; alors je
l'emportai jusqu'à la grotte; je lui avois destiné pour dernière
demeure le lieu consacré à nos entretiens; j'y creusai une large
fosse, que je remplis de fleurs et d'herbes odoriférantes; j'y
plaçai le corps de Talaïs, que je recouvris de fleurs, de
feuillages, de gazon; j'y plaçai une pierre gravée. Gelimer vint y
chanter l'hymne de la mort; et depuis j'y retourne chaque jour gémir
sur son sort et appaiser son ombre. Une perte aussi cruelle a jeté
dans mon ame une profonde amertume; mes premiers plaisirs ont cessé
de me plaire; ces bois sont déserts pour moi, ou ne m'offrent que
Talaïs mourante; mon seul bonheur est d'écouter Gelimer, de lui
prodiguer mes soins, de m'instruire à supporter les revers, à
combattre, à surmonter la douleur, à triompher d'un souvenir qui a
troublé mes sens et mon ame. Childéric se tut, on vit qu'il pensoit
à Talaïs, chacun respecta son silence. On approchoit de l'heure
destinée au sommeil; Childéric en avertit Gelimer. Ce ne fut que le
lendemain qu'il conduisit Viomade sur la tombe de Talaïs; celui-ci
lui raconta comment il l'avoit découverte, et montra au prince la
guirlande flétrie qu'il y avoit déposée lui-même. Childéric
renouvella le simple hommage qu'il avoit coutume d'offrir à la tombe
de sa malheureuse amante. De retour dans la grotte, le jeune prince
s'assit à table entre ses deux amis; il voyoit sur le front de
Gelimer la douleur et l'inquiétude, et dans les yeux de Viomade une
secrete espérance mêlée d'alarmes; il sentoit lui-même combien ces
déserts alloient devenir affreux pour le vieillard; mais Childéric
n'hésitoit point, il vouloit seulement rassurer Gelimer et donner
ses ordres à Viomade. A peine eurent-ils achevé leur repas, que
Childéric dit au brave: Je te dois, ami, une bien vive reconnoissance,
tu as traversé pour moi les déserts et les sombres bois, tu as
souffert, tu as exposé ta vie, et au milieu de tous les périls,
tu es venu me parler de mon père... Reçois les remercîmens que
je te dois, mais prépare-toi à recevoir bientôt ceux de Mérovée.
Demain, dès l'aurore, tu quitteras ces lieux, et je t'enseignerai
une route sûre et peu longue; le printems qui commence, embellira
ton voyage, je t'armerai de mes meilleures flèches, tu porteras à
mon père des tablettes sur lesquelles j'écrirai tout ce que je
croirai propre à le consoler de mon absence. Mais quand il apprendra
que la reconnoissance, la tendre amitié, dit-il, en se jetant dans
les bras de Gelimer et le pressant sur son coeur; quand il saura que
des sermens sacrés me retiennent ici, son noble coeur sera
satisfait; un fils ingrat, insensible et parjure ne seroit plus
digne de lui. O dieux! s'écrioit Gelimer, ne permettez pas que
j'accepte son sacrifice. Viomade, emporté par son zèle et sa
guerrière franchise, osa refuser de partir, représenta au jeune
prince que son retour sans lui couteroit la vie au monarque;
qu'Egidius, profitant de cet instant favorable, monteroit sur le
trône, que la couronne seroit à jamais perdue pour lui. Viomade, lui
dit le prince avec fierté, vous peignez mon père comme un roi sans
courage et sans vertu. Heureusement le ciel m'a fait un plus auguste
présent. Mérovée a survécu à la nouvelle de ma mort, à la perte
d'Aboflède, il ne succombera point, quand il sera sûr que je vis
pour l'aimer, et me rendre, s'il est possible, le digne héritier de
sa valeur et de ses vertus. Viomade désolé, offrit de conduire avec
eux Gelimer. Barbare! dit le prince, veux-tu donc sa mort? Comment,
tu peux proposer à un vieillard aveugle et mourant de l'arracher de
sa retraite, pour traverser un pays immense, accablé par l'âge,
exposé à la pluie, au vent, aux ardeurs du soleil, couchant sur la
terre, quand il ne peut faire un pas sans un appui! Tu veux
l'entraîner des Palus dans les Gaules! Eh bien! dit Viomade, qu'il
reçoive mes soins, mes services; je m'engage, par tous les sermens,
à vous remplacer près de lui. Le remplacer! remplacer Tcie! ô dieux!
s'écrie Gelimer, l'univers entier ne le pourroit pas. Mais,
ajouta-t-il, d'un air sinistre et terrible, demain je vous
répondrai. Non, mon ami, reprit le prince avec douceur, j'ai répondu
et Viomade m'entend; c'est comme fils de Mérovée que je lui ordonne
de renfermer à l'avenir un noble zèle que j'admire, tant qu'il ne
sort pas des bornes que je dois lui prescrire. Demain il partira, il
ira remplir de joie l'ame de mon père. J'ai encore des tablettes que
j'ai apportées de France; je sors pour écrire plus librement sous
ces chênes; venez, mon cher Gelimer, le tems est calme et doux;
venez, appuyez-vous sans crainte sur le bras de votre cher Tcie,
toujours votre fidèle appui. O Tcie! disoit Gelimer, que tu es beau
aux yeux de la divinité! qu'ils seront heureux les peuples gouvernés
par toi! Oh! si ta sensibilité ne t'égare point, si tu peux résister
aux passions du monde, quel roi sera plus grand, et quels peuples
seront mieux gouvernés! O moeurs pures de nos bois solitaires! ô vie
simple! et qui ne laisse point d'amertume, paix de l'ame,
n'abandonnez jamais celui pour qui je forme mes derniers voeux!
Childéric entraîna Gelimer hors de la grotte, et s'éloigna de lui et
de Viomade pour écrire au roi. Le jeune prince étoit plus ému qu'il
n'avoit voulu le paroître; il chérissoit son père, et ce n'étoit pas
sans effort qu'il avoit ordonné le départ du brave; il lui sembloit
aussi qu'il porteroit avec gloire le sceptre des rois, et il
connoissoit toute l'étendue de son sacrifice. Il se peignoit le
moment où tombant aux pieds de son père, il recevroit encore ses
douces caresses si chères à son souvenir; ce moment où, au milieu
des siens, entouré de sujets fidèles, il verroit dans tous les yeux
la joie de son retour. Il ignoroit quand un jour si beau se
leveroit pour lui; il sentoit ce que le tems pouvoit lui coûter. En
écrivant au roi, ses larmes coulèrent, son coeur fut déchiré; mais
il ne lui vint pas même à l'esprit qu'il fût possible de changer son
sort. Pendant qu'il écrit, Gelimer défend à Viomade de troubler ses
méditations, et reste sous les arbres. La nuit les réunit dans la
grotte, et Childéric éloigne tout entretien affligeant. Le vieillard
presse sur son coeur le jeune prince, l'embrasse et gagne son lit.
Childéric ferme la grotte et s'éloigne avec Viomade; il ne songe
point encore au repos, et remet ses tablettes à l'ami fidèle qui les
reçoit à regret; déjà il a tout préparé, jusqu'à l'arc, jusqu'aux
flèches dont il doit l'armer; il se propose même de l'accompagner
quelques heures, si Gelimer l'approuve. Childéric ne cesse de
répéter à Viomade tout ce dont il le charge pour son père, pour
Ulric, pour son fils Eginard, ami de son enfance et compagnon de ses
jeux. Une partie de la nuit s'est écoulée avant qu'il cherche le
sommeil; aussi étoit-il grand jour depuis long-tems lorsque les deux
amis s'éveillèrent. Surpris de voir déjà la matinée si avancée, et
étonnés du silence de Gelimer, ils se levèrent à la hâte; Viomade
courut ouvrir l'entrée de la grotte, et le prince s'approcha
doucement du vieillard; il paroissoit dormir profondément: hélas!
c'étoit du sommeil de la mort. Le généreux Gelimer, ne pouvant
supporter la vie loin de l'objet de sa vive et unique affection, ne
voulant pas l'arracher plus long-tems au bonheur et à la gloire,
s'étoit percé le coeur du javelot même du jeune prince; le trait
étoit encore dans son sein. A ce spectacle, digne d'admiration et de
larmes, Childéric jeta un grand cri; Viomade s'approcha avec
empressement, et le prince lui montra en silence le corps glacé de
son généreux ami. En vain ils retirèrent l'arme meurtrière du sein
vertueux qu'elle déchiroit; la mort avoit saisi sa proie; les soins
tardifs et impuissans ne rappelleront point son ame déjà parvenue
aux demeures célestes. O Gelimer! disoit Childéric, tu revis encore
dans mon coeur; puissent tes leçons n'en sortir jamais, et cette
action sublime et cruelle m'apprendre à mourir! Triste et désolé,
Childéric resta tout le jour près du corps de son ami; il y passa la
nuit entière, et le lendemain il songea à lui obéir. Terribles et
derniers devoirs!... Tous deux creusent au milieu de la grotte la
tombe que le sage a ordonnée. Childéric ne put l'y placer sans
verser des pleurs; il contempla encore cet ami qu'il alloit cesser
de voir. O mort! disoit-il, mort cruelle! déjà deux fois ma main,
innocemment coupable, t'a livré deux victimes. O Gelimer! ô Talaïs!
Le corps est recouvert de gazon; à mesure qu'il disparoît, la
douleur du prince est plus violente. Viomade place une large pierre
qu'il a trouvée près de la grotte, et qui recouvre la tombe; il y
grave ces mots:

   HONNEUR AUX MANES
      DE GELIMER.

La nuit le surprit encore occupé à graver cette inscription simple,
et au point du jour, armés de flèches, sur-tout de ce javelot qui
n'est, hélas! que trop cher à son triste possesseur, ils vont
quitter des lieux devenus si funestes; mais ce ne fut pas sans
adresser à la tombe les plus tendres adieux. Childéric salua les
chênes et les hamadryades, remonta sa petite colline, jeta sur
chaque arbrisseau, sur chaque fleur un regard attendri, redescendit
lentement ce petit sentier tortueux et bordé de gazon. Ces lieux qui
l'avoient vu grandir, penser, aimer, lui retraçoient à-la-fois tous
les premiers mouvemens de son ame. Il alla encore sur la tombe de
Talaïs porter des regrets et des fleurs, et ne quitta sa retraite
qu'après avoir payé à tous ces objets, qui la lui rendirent si
chère, le tribut d'une juste douleur.

FIN DU LIVRE SEPTIÈME.



CHILDÉRIC.

LIVRE HUITIÈME.

SOMMAIRE

DU LIVRE HUITIÈME.

  Mérovée, trompé par Draguta, pleure et son fils et son ami; tant
    de maux l'entraînent vers la tombe; il est mourant, et l'armée
    qu'excite Egidius, demande un chef. Elle le choisit, c'est
    Egidius; il doit recevoir le commandement de Mérovée même; le
    jour est choisi pour son triomphe, et l'armée s'assemble au
    champ de Mars. Déjà Egidius va recevoir la lance et le
    bouclier. Ulric aperçoit dans le lointain voler la poussière,
    et distingue deux hommes à cheval; il croit les reconnoître, il
    s'écrie. Childéric s'élance dans les bras de son père, et
    Viomade presse les genoux de son roi. L'armée en tumulte
    partage la joie de son maître; on entoure, on écoute, on admire
    Childéric. Egidius est oublié, et va cacher sa fureur. Mérovée
    rentre dans la ville suivi de son fils, de son ami, et de toute
    son armée. Il ordonne un pompeux sacrifice, et Diticas, après
    la cérémonie, annonce au peuple la fête du Guy, et ordonne de
    la part des dieux de choisir le jour pour élever Childéric sur
    le pavois; l'armée y consent avec transport, et des prières
    solennelles terminent le sacrifice.



LIVRE HUITIÈME.


Tandis que Mérovée, plein de confiance dans les paroles de l'oracle
et dans les soins d'un ami, attend avec une impatience mêlée
d'espoir, et compte les momens, Egidius qui a obtenu des secours de
Rome, et à qui Odoacre, roi des Saxons, en promet de nouveaux
encore, augmente chaque jour son parti. Il accuse déjà de lenteur le
traître Draguta; mais il est de retour, et se présente aux yeux du
roi, qui le voyant seul et accablé d'une feinte douleur, se sent
frappé, prêt à mourir. Le Hun, les regards baissés, le front abattu,
restoit en silence. Oh! parle, parle, malheureux! dit le roi,
quoique je ne t'entende déjà que trop. O père infortuné! dit
Draguta; écoutez ce triste récit.... Nous arrivâmes sans accident
jusqu'à l'habitation de ma nombreuse famille; je retrouvai encore
mon père plein de force et de santé, je lui avouai le motif de mon
voyage; je l'instruisis que je devois la vie à mon compagnon: mais
mon père en un moment détruisit mes espérances.... il m'apprit.... ô
ciel!... il m'apprit qu'Attila, furieux de sa dernière défaite,
avoit fait massacrer tous les prisonniers, sans en excepter votre
fils. Mon père m'assura l'avoir vu périr!... Je résolus de
n'apprendre cette affreuse nouvelle à Viomade que lentement et avec
précaution; mais son zèle impatient hâta mon aveu. Ah! comment vous
peindre sa douleur? jugez-en par les effets. Son sang déjà échauffé
par la fatigue d'une aussi longue route, s'enflamma; une fièvre
ardente le dévoroit: il tomba dans un affreux délire, nous lui
prodiguâmes inutilement nos soins; tout-à-coup la raison lui revint,
et il me fit appeler. Pars, Draguta, me dit-il, va porter au roi,
mon maître, ces tristes détails; dis-lui que Viomade est mort de
douleur, porte-lui mes flèches, et donne-moi mes tablettes, je veux
y tracer un dernier adieu. Mais tandis que je les lui présente... il
expire en nommant son roi.... Voici ses tablettes et ses flèches....
Depuis long-tems Mérovée n'écoutoit plus, et Draguta auroit pu
parler long-tems encore, sans être interrompu. Le roi immobile et
glacé, l'oeil fixe et l'ame suspendue, cessoit de le voir et même de
l'entendre; sa douleur trop vive avoit comme anéanti tout son être,
il ne la sentoit plus. Ceux qui l'entouroient en furent effrayés,
sa blessure se r'ouvrit, il tomba baigné dans son sang, on craignit
pour sa raison et pour sa vie; plus malheureux il vécut, et se
rappella tous ses revers. Draguta, satisfait du succès de sa
trahison, courut en recevoir le prix. Egidius lui remit la somme
qu'il lui avoit promise, et le nomma au grade dont il l'avoit
flatté; mais sachant que l'homme qui s'est déjà vendu au crime est
toujours prêt à se vendre de nouveau, et à trahir celui qu'il a
servi, il le fit empoisonner dans un festin. Récompense digne d'un
traître.

Egidius, délivré de ceux qu'il redoutoit le plus, apprit avec une
extrême joie, que la santé de Mérovée laissoit peu d'espoir de le
conserver long-tems. La paix étoit loin de disposer les Francs à se
nommer un chef qui pût remplacer le roi mourant, et les conduire aux
combats; mais Egidius annonçoit toujours les Saxons, et le seul
espoir des batailles suffisoit pour enflammer ces Francs valeureux.
Ce bruit d'ailleurs n'étoit pas sans fondement: Odoacre menaçoit
Angers; dans ce moment, attaqué lui-même par les Visigoths, il ne
songeoit qu'à se défendre; mais il étoit facile de déterminer les
troupes à ne pas attendre l'ennemi, elles furent assemblées
tumultueusement et sans connoître elles-mêmes la main qui les
faisoit agir. Bientôt l'air retentit de leurs murmures; elles
osèrent accuser le roi d'inaction, d'oisiveté, et enfin demander à
haute voix un chef et la guerre. Mérovée mourant, ignoroit ces
clameurs séditieuses, mais il fallut l'instruire du voeu de ce
peuple barbare et insensé. Egidius avoit été nommé au champ de Mars;
il devoit commander les armées sous les ordres du monarque; de là au
trône il n'étoit qu'un pas; ce pas Egidius comptoit le faire
bientôt. L'armée, cruelle jusques dans ses respects, voulut que
l'ambitieux romain reçût le commandement des mains du roi: on
choisit le jour le plus prochain, et les plus hardis parmi les
mutins se chargèrent de porter au monarque le voeu du peuple. Ce
voeu pourtant n'étoit pas général; les guerriers qui avoient marché
contre les Romains, se voyoient avec honte sous les ordres d'un
ennemi vaincu par eux. Mérovée ne put, sans surprise, apprendre un
choix si humiliant pour les Français. Quoi, leur dit-il, c'est le
stipendiaire des Romains qui va conduire mes guerriers! c'est celui
à qui j'ai enlevé la moitié des Gaules, qui va commander les mêmes
troupes qui l'ont renfermé dans Soissons! N'est-il donc parmi vous
aucun soldat courageux, aucun général vainqueur? Prêt à descendre
vers la tombe, accablé de douleur, aurois-je celle de prévoir
l'instant où mon peuple, libre du joug romain, dont il fut délivré
par les Mérovingiens, ira de lui-même s'offrir à ses ennemis? Ce
discours jeta le désespoir dans le coeur des braves qui
l'entendirent; mais il ne toucha point les rebelles, qui se
retirèrent, en suppliant respectueusement le roi de consentir à
paroître au champ de Mars. Cette démarche révoltoit sa noble fierté,
affligeoit son ame; cependant le conseil l'engagea à conserver par
là l'apparence du commandement, et quoique avec une profonde
tristesse, il s'y décida.

Mérovée cependant ne tenoit plus à sa grandeur; il n'avoit plus de
fils à qui la transmettre; il ne tenoit pas plus à la vie, il
n'avoit plus d'épouse, plus d'ami pour l'embellir;... mais il
chérissoit son peuple, et aimoit sa gloire.

Il parut ce jour que hâtoient les voeux d'Egidius. On étoit dans le
plus beau mois de l'année, et le soleil fier d'éclairer le monde,
planoit du haut des airs, brillant et couronné de ses rayons; les
troupes déjà revêtues de leurs armes qui étinceloient frappées des
feux du dieu du jour, se rendoient au champ de Mars, et se livroient
à cette joie immodérée que cause toujours au peuple un spectacle,
quel qu'en soit l'effet ou la cause. Mérovée parut entouré de ses
braves, qui pouvoient à peine contenir leur indignation; il étoit
sur un char traîné par des taureaux superbes, revêtu de ses habits
royaux; la majesté de son visage n'étoit point éteinte par la
douleur dont il conservoit la trace; son aspect noble et touchant
émut tous les coeurs; on voyoit tomber des yeux des plus grands
guerriers, ces pleurs qui honorent le courage. Les cris de vive le
roi! ces cris si chers aux Français, se firent entendre, et Mérovée,
malgré les maux sans nombre dont il étoit dévoré, ne les entendit
pas sans émotion; il sentit qu'il étoit aimé, ce mouvement fut doux
pour son ame. Un trône élevé attend le roi; Egidius, palpitant
d'impatience et de joie, comptoit les instans; agité d'une secrète
inquiétude, il voudroit encore presser son triomphe qui s'apprête.
L'armée se range en bataille, chacun reprend son rang. Le roi monte
sur son trône; déjà on lui présente la lance et l'épée dont il doit
armer Egidius, déjà le perfide romain enlève fièrement son casque,
va le remettre à Valérius, et pour la dernière fois se prosterne
devant le roi, qu'il se propose de renverser; les braves détournent
les yeux d'un spectacle qui les désespère, l'armée attentive observe
un profond silence. Ulric porte au loin ses regards,... un objet l'a
frappé, son coeur en est ému;... il fixe encore ses yeux sur l'objet
qui s'approche, il ne s'est pas trompé!... S'élançant tout-à-coup,
repoussant Egidius, et paroissant au milieu de l'armée... Soldats!
arrêtez, arrêtez! s'écria-t-il; voici Childéric; voici Viomade,
voici le fils du roi! et tombant aux genoux de Mérovée: O roi! digne
d'un si grand bienfait, voilà votre fils... En croira-t-il ce
discours? ah! s'il en doute, ce doute fera bientôt place à la plus
délicieuse certitude. Mérovée, à peine descendu de son trône, voit
sauter de cheval, légèrement à terre, le plus beau des hommes, et
sent dans ses bras le plus tendre des fils; Viomade se présente à
son tour; Mérovée le presse contre son coeur, l'armée partage
l'attendrissement et la joie de son maitre. La beauté, dont l'empire
est si prompt et si assuré, leur parle déjà en faveur de Childéric;
on le presse, on l'entoure; Egidius est oublié, il le voit, il le
sent, pâlit de fureur, et frémit de rage.... O traître Draguta!
osoit-il dire: c'est à présent qu'il regrette que la tombe où il l'a
précipité, le dérobe à sa vengeance. Childéric se rend aux voeux du
peuple, impatient de le voir; il se mêle à l'armée. Le tems qui a
développé ses traits ne les a point changés, mais son vêtement
sauvage donne à ce visage doux et riant, une grace inconnue qui
entraîne. Les Francs admirent surtout sa belle chevelure blonde et
bouclée, ornemens des rois... Lui-même reconnoît une foule de
guerriers, il les nomme, se rappelle leurs exploits, revoit grands
et hardis ceux qu'il a laissés enfans comme lui; enfin il aperçoit
le jeune et charmant Eginard, le fils du brave Ulric, celui qu'il
aima dès le berceau; Eginard attendoit un souvenir de son maître, il
reçut les caresses de son ami; Childéric parut transporté de joie en
le voyant; tant de marques de sensibilité ravirent les coeurs. La
mémoire est sans doute le présent le plus magique que le ciel puisse
faire aux grands de la terre, celui qui leur attire le plus d'amour.
Quand un regard est une faveur, un mot une distinction, combien un
souvenir honore! combien cette marque de bienveillance flatte le
sujet qu'elle énorgueillit! O rois, qu'il vous est facile d'être
aimés, et d'être aimés avec idolâtrie! O vous! qui entourés de la
majesté du trône, de ces rayons presque divins, paroissez déjà à nos
yeux si imposans et si fiers, quand vous adoucissez pour nous cette
effrayante splendeur, que nous passons rapidement du respect à
l'amour! mais, hélas! pourquoi ne suffit-il pas que vous soyez
sensibles pour nous rendre heureux? pourquoi les rois bons, ne
furent-ils jamais les bons rois? pourquoi, enfant mutin et
indiscipliné, l'homme abuse-t-il de tout, et a-t-il besoin d'un
frein sévère?

Le retour de Viomade n'est pas moins cher à l'armée; ce brave qui a
combattu tant de fois au milieu de ces rangs, et dont on déploroit
la mort, lui est rendu. Les soldats veulent connoître par quels
miraculeux événemens le prince a disparu, comment Viomade l'a
retrouvé; chacun l'interroge, il répond: ce qu'il dit vole de bouche
en bouche; le jour se passe tout entier dans ce désordre heureux.
Childéric s'est rapproché plusieurs fois de son père, de ce tendre
père, qui le contemple avec cette joie paternelle que son coeur ne
peut contenir; il croit, lorsqu'il sourit, revoir Aboflède, il
croit l'entendre, c'est sa voix douce et persuasive. Egidius, qui
n'a pu détourner l'attention du peuple des objets qui le captivent,
va cacher sa honte auprès d'Egésippe qu'il adore; et le roi,
accompagné de son fils, reprend le chemin de Tournay. Viomade,
entouré des braves, suit le char royal, et le roi rentre dans son
palais, aux acclamations générales. En revoyant sa famille, chacun
raconta ce dont il avoit été témoin, ce qu'il avoit entendu.
Childéric, si visiblement protégé par les dieux, échappé
miraculeusement aux barbares, après avoir vécu dans les forêts;
Childéric, si sensible à l'amitié, si beau sous ces vêtemens de peau
d'ours, armé de ses flèches légères, et porteur du javelot;
Childéric enfin étoit l'objet de tous les discours; déjà on
l'aimoit, déjà on l'élevoit en pensée sur le pavois; le peuple se
précipite en foule par-tout où il porte ses pas; plus il se montre,
plus on est impatient de le voir encore. Amiens, cette première
capitale de la France, supplia Mérovée de revenir dans ses murs; il
y consentit, et fier de son bonheur, il accompagna Childéric dans
les différentes villes où il se fit voir aux peuples, charmés de sa
présence. Childéric avoit déjà quitté les vêtemens qu'il portoit
dans les bois, et revêtu ceux d'un guerrier français; tous deux le
parent également, et cette main qui lançoit adroitement la flèche de
Bélénus, brandit avec grace la lance de Mars. Le casque brille sur
ce front rempli de candeur, ses yeux si beaux en paroissent plus
fiers, et les boucles blondes, qui voltigent autour du casque,
mêlent leurs ondulations à l'éclat guerrier des armes; c'est ainsi
que le jeune prince paroît formé pour la gloire et pour l'amour.

Mérovée, impatient de connoître à quels événemens il devoit le
retour inespéré d'un fils et d'un ami, n'avoit pas attendu si
long-tems pour s'en instruire; dès le soir même de leur arrivée, il
avoit interrogé Viomade et son fils. Mérovée admiroit moins les
circonstances extraordinaires du récit de Childéric, que la
vivacité, l'éloquence de ses discours. Ce n'étoit point le farouche
élève de la nature, le sauvage enfant du désert qui s'exprimoit,
mais un prince noble et rempli de grace, qui développoit à ses yeux
une ame pure, des sentimens délicats, des pensées sublimes. Malgré
tous les maux que lui a causés Gelimer, le roi sent combien il doit
révérer la mémoire de l'homme vertueux, qui a semé dans le coeur du
prince de si précieux principes, et il adresse à son ombre un pieux
hommage. Ce n'est point assez encore, Mérovée ordonne un pompeux
sacrifice pour remercier les dieux protecteurs de son fils; mais il
ordonne aussi qu'il soit célébré en l'honneur de Gelimer. Les Bardes
consacrèrent dans leurs vers sa vie sublime et sa mort généreuse:
c'est ainsi que son histoire, transmise d'âge en âge, nous est
parvenue.

Le jour fixé pour le sacrifice, Diticas le célébra selon l'usage
accoutumé. Après la cérémonie, il monta sur une élévation
triangulaire, dont chaque côté portoit un des noms des trois plus
puissans dieux des Druides, Teutatès, Taranis, Esus: de cette
élévation, il félicita le roi, loua Viomade, et versa sur le prince
l'eau lustrale. Mais alors, prenant une voix terrible, et que
l'armée crut être celle des dieux mêmes, il reprocha aux Francs
d'avoir douté du retour de Childéric, quoique lui-même, inspiré du
divin esprit, le leur eût annoncé; il leur reprocha d'avoir cru les
perfides paroles d'un traître, de préférence à celles des oracles,
dont lui-même avoit été l'interprète; il les menaça du courroux
céleste, lança l'imprécation contre ceux qui vouloient confier le
commandement à Egidius; annonça les ténèbres éternelles, fit
trembler les soldats, par-tout ailleurs intrépides, et qui,
prosternés devant le ministre d'un dieu terrible, se croyoient déjà
précipités dans les abîmes du monde. Diticas voyant la consternation
générale, s'arrêta, puis d'une voix plus douce, conjura les dieux de
s'apaiser, et s'adressant encore au peuple muet et effrayé, il lui
promit de ne pas quitter le pied des autels sans avoir obtenu leur
pardon. Je vous annonce, ajouta-t-il, que je célébrerai, la sixième
lune du solstice d'hiver, la fête du Guy de chêne, cette fête si
chère à vos coeurs, et qui est toujours suivie d'une heureuse année;
que ce jour soit beau pour tous les Francs, que ce jour soit
consacré par tout ce qui peut le rendre auguste, qu'il répare vos
fautes et assure votre bonheur, qu'il soit enfin le jour choisi pour
donner à Mérovée un successeur, et la récompense de son courage et
de ses vertus; enfin, qu'en sortant de la cérémonie qui vous
réconciliera tous avec vos dieux outragés, nous volions au champ de
Mars élever Childéric sur le pavois: puisse-t-il, sous l'exemple du
meilleur des rois, apprendre long-tems encore à gouverner!...
Est-ce là votre volonté, reprit Diticas, Francs, acceptez-vous ce
que je vous propose? Depuis son arrivée, Childéric étoit l'amour de
tout le peuple; l'offre de Diticas étoit déjà le voeu de l'armée, le
consentement fut général. Diticas promit qu'à ce prix les dieux
seroient satisfaits, et congédia l'armée; le roi quitta aussi le
bois sacré, et se retira rempli de reconnoissance envers les dieux,
leur demandant encore de prolonger sa vie, jusqu'à l'instant où il
auroit vu élever sur le pavois ce fils qu'il aimoit, chaque jour,
avec plus d'ardeur. L'heureux Viomade jouissoit du bonheur de son
roi, du fruit de ses travaux, de la reconnoissance du jeune prince,
et de l'estime de toute la France, récompense méritée, mais la seule
digne de ce coeur généreux.

FIN DU LIVRE HUITIÈME.



CHILDÉRIC.

LIVRE NEUVIÈME.

SOMMAIRE

DU LIVRE NEUVIÈME.

  Egidius espère encore. Mérovée, ranimé par le bonheur, retrouve
    des forces momentanées, et instruit son fils des devoirs des
    rois. La fête du Guy est célébrée, et après la cérémonie, le
    grand prêtre, suivi du roi, du prince, des braves et de
    l'armée, se rend au champ de Mars. Fureur d'Egésippe. Elle vole
    au champ de Mars. Trouble de Childéric à la vue de la belle
    romaine. Premiers mouvemens d'un amour extrême. Egésippe voit
    son triomphe et se promet une grande vengeance. Viomade lit
    dans le coeur du jeune prince, et s'afflige; il essaie en vain
    de l'éclairer. La fête est achevée; Childéric n'a vu
    qu'Egésippe, et ne songe qu'à elle. Mérovée s'affoiblit et
    expire dans les bras de son fils. Il est regretté de tous les
    Francs; son corps est réuni à celui de la reine Aboflède. La
    douleur de Childéric est vive et constante. Il paroît même
    oublier Egésippe. La gloire l'entraîne encore loin d'elle; il
    combat Odoacre, il est vainqueur; et prêt à rentrer dans
    Tournay, il est reçu par Egésippe, qui, entourée des épouses
    des guerriers, porte comme elles des couronnes aux vainqueurs.
    Une fête superbe attend le roi. Egésippe y développe autant
    d'art que de charmes; la nuit se passe dans les jeux, et
    Childéric, entièrement livré à l'amour, ne quitte Egésippe
    qu'avec effort et plein du désir de la revoir. Il évite tout
    entretien avec Viomade. Le brave désespéré se tait; le sommeil
    fuit l'un et l'autre.



LIVRE NEUVIÈME.


La fête du Guy étoit la plus agréable aux Francs; l'année où l'on
pouvoit le découvrir étoit ordinairement abondante; le peuple, loin
de voir dans cette fertilité une suite naturelle des combinaisons du
tems et des saisons, la croyoit au contraire un effet particulier
attaché à la religieuse cérémonie. Egidius espéroit en vain
s'opposer à cette journée redoutable; il lui reste des partisans, de
l'or, une armée; le prince est jeune et sans défiance, son coeur
s'ouvre facilement à l'amitié, il est ardent et sensible; Egidius
compte sur ses ressources, se flatte encore, et va cacher dans
Soissons son inquiétude et ses espérances, après avoir dispersé et
instruit de nouveau tous ceux dont il connoît l'adresse, l'intrigue,
la fidélité et les moyens.

Mérovée, pour qui le bonheur est une nouvelle source de vie, a
retrouvé ses forces épuisées; il sent que ce nouvel effort du
flambeau prêt à s'éteindre, ne fera qu'en hâter la fin, et il
profite de ses derniers instans pour instruire son fils de ses
devoirs si pénibles et si grands; de l'état de son royaume, de ses
ressources, et des imperfections du gouvernement. Childéric s'étonne
que l'autorité royale ait tant de bornes. Ce n'est pas ainsi que
commande l'empereur à Pékin, il s'en indigne; cette dépendance du
trône, qui s'oppose à la force du gouvernant en la divisant, à sa
paix intérieure en multipliant les pouvoirs et les volontés, irrite
son génie et son ame. Mérovée essaie en vain de lui faire sentir que
ces lois, suite d'un établissement encore peu assuré, ont été
nécessaires; Childéric a peine à y soumettre sa raison, encore moins
son coeur. Gardez-vous, disoit Mérovée, de tenir vos peuples dans
une longue paix, ils tourneroient leur activité contre vous et
contre eux. Vos troupes, par-tout triomphantes, remplissent de
terreur leurs ennemis. Profitez de l'instant que vous ménage la
victoire. Le meurtre d'Aëtius, la mort de Valentinien, celle de
Maximus, les ravages de Genseric, la division des chefs de l'empire,
l'ignorance de leurs généraux, l'expérience et les victoires des
vôtres, les revers qui ont découragé vos ennemis; tout enfin vous
dit de combattre. Tournez d'abord vos armes contre Odoacre;
réduisez-le à une retraite prompte; attaquez-le avant qu'il ne soit
reposé de ses combats; chassez-le des îles de la Loire; repoussez
les Allemands qui se préparent à envahir les Gaules; chassez les
Romains loin de vous, et étendez votre royaume sur l'Oise et la
Seine: ensuite soyez législateur; car les sages lois font plus pour
le bonheur des peuples que les grandes conquêtes.

Ainsi parloit Mérovée, et Childéric, impatient de se distinguer
aussi, attendoit la saison guerrière pour marcher contre les Saxons;
mais l'hiver commençoit à peine, et il falloit qu'il s'écoulât tout
entier. La fête du Guy devoit se célébrer, et Childéric devoit être
élevé sur le pavois. Ce jour mémorable que redoute Egidius, paroît
enfin, et déjà l'entrée du bois est remplie d'un peuple immense;
toutes les prêtresses avoient le droit d'assister à ces fêtes; mais
les vierges s'y distinguoient par leur voile et les apprêts de la
cérémonie, qui n'étoient confiés qu'à elles. Le grand prêtre, revêtu
de ses plus magnifiques habits d'un lin éclatant et parsemé d'or,
couronné de feuilles de chênes, parut au milieu des vierges
qu'entouroient les prêtresses et les Druides; la foule sainte marche
pompeusement jusqu'à l'arbre possesseur du Guy sacré. Diticas,
soutenu par ses Druides, monte sur l'arbre, grave sur son tronc et
sur deux de ses plus belles branches, le nom des dieux; alors,
recevant des mains d'une des vierges, la serpe d'or destinée à
couper le Guy, il chante plusieurs fois ces paroles que répètent les
vierges, les prêtresses, les Druides, et toute l'armée:

   AU GUY L'AN NEUF.

Ensuite il coupe le Guy, que les vierges reçoivent dans le sagum
blanc qu'elles tiennent étendu. Le grand prêtre redescendu, plonge
le Guy dans l'amula rempli d'eau, et prenant l'aspersoir des mains
virginales qui le lui présentent, il répand au loin l'eau lustrale.
Le peuple croyoit alors être délivré de tous maux, et surtout des
sortiléges qu'il redoutoit beaucoup.

Cette cérémonie eut lieu l'an 458, la sixième lune du solstice. A
peine fut-elle terminée, que Diticas promit aux Francs les
bienfaits du ciel, et marcha vers le champ de Mars, suivi des
Druides et de toute l'armée. Mérovée, toujours languissant, fut
transporté sur un brancard formé de lances croisées et de drapeaux
conquis. Ce moment étoit le plus beau de sa vie; il remercioit les
dieux de l'en avoir rendu témoin, et jetoit un regard satisfait sur
le sceptre qu'il alloit déposer dans de si chères mains.

La renommée, toujours prompte à parler des rois, a déjà porté le
désespoir et la fureur dans l'ame d'Egésippe. L'altière romaine,
venue dans les Gaules pour retrouver Egidius qu'elle aime, et à qui
sa main est promise, avoit espéré le trône, et ne peut voir sans une
secrète rage le jour qui doit le lui ravir. Elle habitoit un château
près de Tournay, et c'étoit pour servir son amant qu'elle ne l'avoit
pas rejoint. A une rare et majestueuse beauté, Egésippe joignoit un
esprit adroit, un caractère violent, mais dissimulé. Eloquente, elle
séduisoit par ses discours ceux qui échappoient à ses charmes;
habile à lire dans les coeurs, prompte à changer de formes, elle
empruntoit jusqu'au caractère même de ceux qu'elle vouloit
subjuguer, sûre de les vaincre. Egidius ne devoit ses partisans
qu'aux graces ou à l'adresse de son amante; elle seule avoit
entraîné les volontés en charmant les coeurs. Le retour de Childéric
avoit déjà détruit une partie des espérances de l'ambitieuse; le
jour qui va le couronner les anéantit; elle voue une éternelle haine
à cet ennemi, qu'elle ne connoît pas encore. Tout-à-coup, un vague
espoir de vengeance la ranime; elle ordonne que son char soit
attelé, elle-même conduira ses coursiers dociles et impatiens; elle
sera témoin de cette fête, dont la seule pensée l'enflamme de
courroux; elle monte sur le char léger, qu'entraînent rapidement
deux chevaux superbes; debout, elle tient les rênes, et s'élance
vers le champ de Mars. Telle étoit Diane avant qu'Endimion eût
touché son ame, et avant que l'amour eût adouci son sourire.

L'auguste cérémonie étoit commencée, et Childéric élevé sur le
pavois; une brillante couronne ornoit sa tête, le manteau royal
étoit attaché sur ses épaules, un riche baudrier ceignoit sa taille
élégante; il tenoit en main le javelot, sceptre de Pharamond, et que
l'amitié sanctifia si cruellement. La joie prêtoit à ses traits
nobles et réguliers, un nouvel éclat; la reconnoissance, plus de
douceur: il promenoit sur toute l'armée ses regards attendris; on
voyoit dans ses yeux tout ce qui se passoit dans son coeur; il étoit
beau de ses traits, de sa jeunesse et de son ame... Egésippe le
voit, s'étonne, et le hait encore davantage; plus elle le trouve
supérieur à son amant, plus sa jalouse envie s'en accroît; elle fait
le tour de l'enceinte, y pénètre, et vient se placer en face du
pavois. Le murmure qu'excite son audace, se change en admiration;
Childéric l'aperçoit et rougit, il la regarde, il pâlit et
chancelle. Egésippe jouit de son triomphe, un léger sourire
l'embellit. Ce n'est pas une ame pure et neuve encore, qui pourroit
échapper à sa beauté; sur son front, d'une éclatante blancheur, sont
tressés des cheveux d'ébène que réunissent des liens de pourpre et
d'or; ses yeux fiers et indifférens commandent l'amour; cette bouche
fraîche et vermeille laisse entrevoir les plus belles dents, et ce
col d'albâtre, qui porte avec grace cette tête magnifique, s'entoure
de ces riches parures qui n'ont jamais frappé les regards du jeune
prince, accoutumé aux sauvages couronnes de Talaïs; une légère
tunique blanche, serrée d'une riche ceinture, couvre des charmes
qu'elle laisse deviner; un manteau de pourpre, et qu'agite les
vents, flotte avec grace autour de sa taille majestueuse. Jamais une
semblable divinité ne parut aux yeux du jeune monarque; il ne peut
les en détacher, oublie le pavois, le trône et sa grandeur. Viomade,
qui près de son maître et heureux comme lui, suit tous les mouvemens
du jeune roi, a vu le trouble qu'excitoient en lui les charmes
d'Egésippe; il a senti avec effroi tout ce que sa fatale beauté
prenoit d'empire sur un coeur ardent et tourmenté du besoin d'aimer.
Viomade sait que l'on ne s'oppose qu'en vain à l'amour, qu'il
s'irrite même des obstacles, qu'enfant léger des désirs, il meurt
avec lui trop souvent, dès qu'ils sont satisfaits, mais qu'il
s'enflamme par la résistance. Cependant le caractère et l'ambition
d'Egésippe, effraient Viomade; il n'ose inquiéter le roi de ses
tristes réflexions, et les renferme dans son coeur. La cérémonie
s'est achevée, Childéric est descendu de dessus le pavois; rappelé à
lui-même par le mouvement qui se fait autour de lui: Soldats,
dit-il, je jure de vivre pour vous aimer, et de mourir, s'il le
faut, pour vous défendre. Volant alors vers le roi, se jetant à ses
genoux, ôtant promptement la couronne de dessus sa tête, et la
plaçant sur celle de son père: Grand roi, dit-il, portez la
long-tems pour le bonheur des Francs et pour le mien. Détachant de
même son manteau et toutes les marques extérieures de la royauté, il
se revêtit de l'armure d'un simple soldat, et prenant des mains d'un
d'entre eux le brancard qu'il portoit à l'aide de plusieurs autres,
le jeune roi marcha chargé d'un fardeau glorieux et cher, de son
auguste père. Le peuple versa des larmes, Viomade adoroit son jeune
maître, Ulric ne pouvoit retenir son admiration, tous les braves
vouloient mourir pour lui. O sensibilité! premier et précieux don
que Dieu fit à l'homme dans un jour tout de bienveillance, source
des douces larmes et des plaisirs parfaits! ô bien de l'ame et
charme de la vie! pourquoi le méchant peut-il abuser de votre
abandon, emprunter vos traits et déchirer le coeur que vous lui
ouvrez?

De retour au palais, où s'apprête un somptueux festin, Childéric
paroît distrait et rêveur; ses regards inquiets s'égarent sans
espoir: Viomade sait ce qu'ils cherchent vaguement; il croit qu'en
ôtant l'espérance au prince, il arrêtera ce sentiment dès sa
naissance; il ne connoît pas encore le coeur brûlant de Childéric,
il ne sait pas que l'amour espère, malgré l'amour même. Enfin
s'étant approché du jeune roi, il le félicita sur les événemens du
jour, et celui-ci lui répondit avec grace, que c'étoit lui surtout
qu'il falloit en féliciter, puisque ce jour étoit son ouvrage.
Avez-vous pu remarquer, continua Viomade, votre superbe ennemie,
l'ambitieuse Egésippe, l'amante et bientôt l'épouse d'Egidius? son
adresse vous eût enlevé le trône sans votre retour. Que de haine
remplissoit ses yeux à votre aspect! que de courroux éclatoit dans
ses regards!... Childéric rougit, et se tut; la haine, il ne l'a
jamais conçue, et cependant il sent qu'il peut haïr Egidius. Le
prince, agité de ce qu'il apprend comme de ce qu'il éprouve, tombe
dans une profonde rêverie; Viomade seul en connoît la cause, et
cherche à l'en distraire par son entretien, par le chant des Bardes,
et en lui présentant tour-à-tour les braves dont il reçoit
l'hommage. Childéric se rappelant Eginard, s'approche avec respect
du roi, et lui demande de vouloir bien admettre ce jeune soldat au
rang des braves. Mérovée y consent avec joie; c'étoit récompenser
Ulric dans ce qui lui étoit le plus cher; il avoit encore d'autres
fils plus jeunes qu'Eginard, qui touchoit à sa vingtième année, et
qui joignoit au courage d'un Français, la gaieté, les graces, la
franchise et la légèreté de sa nation. Eginard avoit des yeux
spirituels, un sourire fin, la fraîcheur de son âge, une taille
élégante, dansoit, chantoit, montoit bien à cheval, se battoit
encore mieux, aimoit, plaisoit surtout, et paroissoit s'attacher
plus sérieusement à la tendre Grislidis, fille de Mainfroy. Ulric
apprit de Mérovée l'honneur qu'alloit recevoir son fils; il
s'empressa de le chercher, de le présenter lui-même à Childéric, qui
le conduisant aux pieds du roi, remit au monarque la lance et le
bouclier dont il devoit armer Eginard. En vain Mérovée se
défendit-il de recevoir les hommages, en vain pressa-t-il Childéric
d'armer lui-même son ami.--Non, non, répondit le jeune prince, ce
n'est pas à ce bras sans gloire qu'appartient un tel avantage;
faites plus, ô mon père! dit-il en se jetant à genoux, acceptez mes
services, que je sois du nombre de vos plus dévoués sujets; si je
n'ai pas encore, comme eux, l'honneur d'avoir vaincu sous vos
ordres, je vous porte un coeur aussi fidèle que le leur... Mérovée,
attendri de ces marques de respect et d'amour, ne put refuser à son
fils une demande si modeste; il le reçut avec les cérémonies
accoutumées, ainsi qu'Eginard, et tous deux se tenant par la main,
allèrent embrasser les compagnons d'armes, parmi lesquels ils
venoient d'être admis. Depuis ce jour, Childéric ne parut à la cour
du roi que comme les autres braves, n'accepta aucune distinction,
refusa tout autre hommage, et fut le plus empressé comme le plus
respectueux de tous. Ces soins cependant ne pouvoient distraire
entièrement sa pensée de la superbe romaine; l'ambition qui l'a
séduite n'étonne pas le prince, elle est faite pour le trône, se
disoit-il. Ah! qui n'obéiroit à ses lois?... Mais cette couronne
qu'elle envie, ne puis-je pas la lui promettre, la lui donner?...
Elle aime, hélas! elle aime l'heureux Egidius! Et qu'importe un
trône, quand on aime? Childéric, depuis l'instant où Viomade lui a
parlé d'Egésippe, craint tout entretien avec lui; il redoute
d'entendre encore nommer Egidius, il craint d'entendre redire ce
qu'il s'efforce d'oublier. Eginard, plus jeune, sera sans doute
moins sévère; mais Eginard est l'ennemi du nom romain, il connoît
les séductions de l'ambitieuse, il aime trop son maître pour ne pas
haïr Egésippe, et Childéric voyant tant de coeurs irrités contre ce
qu'il aime, sent l'amour l'enflammer davantage encore; il croit se
devoir à lui-même de venger au fond de son ame l'objet de son
délire; il cherche en vain à la voir: renfermée dans son château,
elle médite en secret et espère encore, rien ne la désarme, et ce
jeune roi, dont on lui redit les actions modestes et généreuses, ce
prince, paré de tant de vertus, n'est pour elle qu'une victime
qu'elle veut immoler à son ambition et à son amant.

Le bonheur sembloit retenir encore l'ame fugitive de Mérovée; mais
la mort réclamoit sa proie, et il sentoit sa fin s'approcher.
Childéric n'entrevoyoit ce moment qu'avec une vive douleur; les
braves, désolés, le voyoient approcher avec effroi. Mérovée seul
étoit tranquille, et attendoit la mort comme le repos de la vie: il
prioit souvent Viomade de conserver à Childéric l'amitié qu'il
avoit eue pour lui-même, le conjuroit de l'éclairer de ses conseils,
de l'environner de sa prudence; il adressoit la même demande à
Ulric, il recommandoit à son fils de voir en Viomade un second père.
Childéric à genoux pressoit tendrement les mains glacées du roi,
prioit les dieux de le lui conserver encore; mais il s'éteignit dans
ses bras, dans ceux de Viomade qui couvrirent de pleurs ce corps
inanimé. La douleur fut générale, le deuil éclatant et sincère.
Grand guerrier, roi juste, homme sensible, Mérovée, craint et admiré
des ennemis, étoit encore le père aimé de ses sujets. C'est à la
mort d'un roi que l'on juge tout-à-coup son règne; la crainte ne
retient plus la vérité, l'ambition ni l'intérêt ne dictent plus la
flatterie, l'envie même ne distille plus son venin, toutes les
passions qu'excitoit la grandeur expirent avec elle, l'auguste
renommée plane sur la tombe. O rois! mortels comme les sujets qui
vous sont soumis, méritez que la reconnoissance éternise votre
glorieuse mémoire; écoutez ce peuple entier qui chante encore: _Vive
Henri quatre!_

De vifs regrets, une profonde douleur, le respect le plus pur,
éloignent du coeur du nouveau roi toute idée étrangère à son auguste
père. Ses restes sacrés sont réunis à ceux d'Aboflède; tous les
derniers ordres qu'a donnés Mérovée sont exécutés; Viomade et tous
les braves conservent leur rang auprès du trône et du souverain:
quand Mérovée n'est plus, il gouverne encore. La gloire, rivale de
l'amour, va entraîner Childéric loin des piéges que lui prépare
Egésippe. Joint à Trasimond, roi des Visigoths, il marche contre
Odoacre. Ses premières armes furent heureuses, il fit des prodiges
de valeur, ménageant ses troupes, s'exposant le premier, cherchant
sans cesse l'ennemi, et rencontrant par-tout la victoire; il ramena
son armée triomphante, et fière de son général. Près de Tournay, un
groupe charmant attendoit les combattans; c'étoient leurs épouses,
leurs filles, leurs soeurs, celles qui leur étoient promises. Elles
portoient des branches de lauriers, des couronnes, semoient des
feuillages sur les pas des vainqueurs, et voloient au devant d'eux.
Parmi cette troupe aimable, on distinguoit sans peine la ravissante
Egésippe; tel brille le lys audacieux au milieu des fleurs d'un
parterre. Childéric, à sa vue, sentit renaître tous ses premiers
feux; mais que devint-il, dans quel délire s'égara son ame, dans
quelle région divine crut-il être transporté, lorsqu'Egésippe,
imitant ses compagnes qui offrent leurs dons aux guerriers, lui
présenta, à lui-même, une simple couronne de feuillage, en lui
disant: O roi des Francs! recevez-la, puisque vous la méritez.
Tremblant d'amour, éperdu, le roi reçoit la couronne des belles
mains qui la lui présentent. Oh! combien il la préfère à celle qu'il
tient de la fortune! Une fête charmante étoit préparée dans le
château de l'enchanteresse; elle invite le roi à s'y rendre, ainsi
que ses braves et les généraux. Childéric accepte avec empressement,
et suit la belle romaine, qui le conduit dans un jardin décoré, où
plusieurs tables sont dressées; des instrumens se font entendre; les
Bardes chantent la gloire du jeune roi; on danse; à l'heure du
festin, cent flambeaux remplacent le jour; au parfum des fleurs,
s'unissent les parfums d'Arabie, brûlant dans des cassolettes
embrasées. Egésippe, ornement de ces beaux lieux, s'est entourée,
sans les craindre, des plus belles comme des plus jeunes compagnes
qu'elle a pu réunir; aucune ne l'efface: on admiroit pourtant la
voluptueuse langueur de Grisledis, la taille parfaite de Lantilde,
les cheveux d'un blond argenté d'Ingonde, les graces innocentes
d'Astregilde, la danse légère d'Amalasuinte; mais Egésippe
réunissoit tous ces charmes, dont un seul suffisoit pour être belle.

A la table, placée près celle du roi, sont assis ses généraux; de
l'autre côté sont ses braves; Viomade, Ulric et Mainfroy occupent
les premières places; Amblare, Arthaut, Recimer, l'aimable Eginard,
tous jeunes et courageux, sont placés au dessous, le roi est seul au
milieu des dames, qui s'empressent de le servir; le vin d'Italie
remplit les coupes dorées; les vieux généraux, couverts de lauriers
et de blessures, retrouvent une nouvelle gaieté et l'oubli des ans
dans les dons de Bacchus; la joie, ame des festins, ranime les yeux
et les discours. Mais Childéric n'a vu que la maîtresse de ces lieux
charmans; l'art qu'elle emploie pour le séduire étoit inutile, il
suffisoit qu'elle se laissât admirer. Le jeune roi, dans toute la
simplicité d'un coeur qui s'ignore, ne sait ni taire, ni
contraindre, ni exprimer ce qu'il éprouve; l'amour est dans ses
yeux, dans son air, dans ses discours, dans ses mouvemens, il
embrâse tout son être. Egésippe a reçu sans courroux, mais avec un
trouble adroit, l'aveu répété qu'elle brûloit d'entendre. Childéric
n'a point recours aux sermens; mais qui peut douter de la vérité de
ses paroles? leur désordre, l'expression de sa douce et tendre
physionomie, l'oubli entier de tout ce qui n'est pas celle qu'il
aime, cet empressement qui ne connoît plus la prudence, tout peint à
Egésippe son empire, et l'assure de sa puissance. Viomade n'a point
partagé les plaisirs de cette soirée décisive; il voit les dangers
du roi, il s'afflige, et l'adroite romaine interprète ses regards,
qu'elle suit comme malgré elle. Viomade étoit là comme une seconde
conscience, à laquelle elle ne pouvoit échapper. Souvent elle fixoit
ses yeux sur lui avec une espèce de terreur; mais sûre enfin de son
triomphe, ne redoutant plus rien de sa prudence ni de ses conseils,
elle porta sur lui des regards satisfaits et menaçans. Viomade les
entendit, n'osa leur répondre, et conjura les dieux de l'inspirer.

En vain la nuit devoit terminer des jeux, dont la ruse et l'amour
mettent les instans à profit; ils se prolongent encore, et
Childéric s'étonne que le jour ose interrompre une si belle nuit. Il
faut la quitter, celle qui captive toute son ame; il faudra vivre
loin d'elle des heures entières, des heures qui d'avance effrayent
le roi; ses adieux sont aussi pénibles que s'il craignoit de ne la
revoir jamais. Il part enfin, suivi de ses compagnons d'armes;
rentré dans son palais, il se hâte de se mettre au lit, pour
échapper à Viomade qui ne le quitte point, et couche dans sa chambre
royale, comme du vivant de Mérovée. Childéric feint de dormir, pour
éviter tout entretien, et le brave qui sent lui-même combien ce
qu'il a à dire est inutile, soupire et se tait. Comment persuader au
prince, ce dont lui seul est convaincu, qu'Egésippe le trompe?
Comment se flatter qu'il croira une vérité si cruelle, prononcée par
lui, de préférence aux doux mensonges dont elle l'enivre elle-même?
Mais comment le défendre d'un si dangereux ennemi? Voilà ce que
Viomade ne peut décider, ce qui l'agite et lui ravit le repos. Il
sait trop, hélas! qu'Egésippe n'aime point le roi; il n'a vu, dans
sa conduite, qu'un manége adroit, le désir et l'orgueil de plaire,
non ce trouble de l'ame qui s'accroît de celui qu'il fait naître.
Childéric est trop jeune, trop ignorant encore de tout ce qui tient
à l'art, trop amoureux sur-tout pour s'en douter; il s'est enivré
d'espérance; Egésippe elle-même auroit peine à la lui ravir. Oh!
combien la prévoyance stérile de Viomade le désespère!

FIN DU LIVRE NEUVIÈME.



CHILDÉRIC.

LIVRE DIXIÈME.

SOMMAIRE

DU LIVRE DIXIÈME.

  Childéric a moins de confiance en Viomade. L'Empire d'Egésippe
    s'étend chaque jour. Valérius est reçu parmi les braves.
    Mécontentement du conseil. Ulric est dépouillé du champ qui lui
    appartient. Murmures du peuple. Egésippe l'excite, et s'en
    plaint au roi qu'elle irrite. Elle accuse Ulric, il est chargé
    de fers. L'armée se soulève. Viomade l'appaise et obtient du
    roi la liberté d'Ulric. Crime de Valérius impuni. Fureur du
    peuple. Egésippe en profite pour accuser Viomade. Les
    injustices se multiplient. Le roi propose un impôt, le conseil
    s'y oppose; le peuple le rejette et s'irrite. Egidius travaille
    les esprits. Egésippe, par ses artifices, charme et égare
    Childéric. Elle obtient enfin l'exil de Viomade.



LIVRE DIXIÈME.


Cependant le partage du butin, les rangs à accorder après la
victoire, l'assemblée générale du peuple occupèrent fortement le
jeune monarque. Il consultoit Viomade avec respect, suivoit ses
avis, mais n'avoit plus en lui cette confiance abandonnée, qu'un
seul secret altère, et qu'il eût si bien méritée. Les paroles de
Viomade contre Egésippe ne s'effaçoient point du souvenir du roi; et
quoiqu'il cessât de les croire, il renonçoit même à désabuser
Viomade, et à défendre celle qu'il aimoit, dans la crainte de
l'entendre l'accuser de nouveau. Cependant il la voyoit sans cesse,
et loin d'elle il s'en occupoit; c'étoit pour lui plaire qu'il
n'attaquoit point Egidius: Viomade ne cessoit de l'inviter à le
chasser de la Champagne, de Soissons, enfin, de bannir loin de lui
cet ennemi trop voisin: retenu par les charmes d'Egésippe, par la
crainte d'une éternelle séparation dont elle le menaçoit, il
n'écoutoit ni Viomade ni ses braves. A sa prière même, Valérius,
jeune romain qu'elle avoit présenté au roi, fut admis dans son
conseil secret et parmi ses braves. Jamais un étranger ne devoit
obtenir un tel honneur; les murmures furent sans effet; Viomade osa
s'élever avec force contre cette infraction aux lois. J'en
renverserai bien d'autres, lui dit fièrement Childéric. Viomade,
blessé au coeur, sortit du conseil, Ulric l'imita; Valérius fut armé
des mains du roi. Valérius, à un caractère faux et intriguant,
joignoit l'adresse d'un courtisan et des moeurs corrompues. Egésippe
l'employoit avec succès, quand elle avoit besoin d'un secours
artificieux; elle le plaça auprès du monarque, moins encore pour
l'environner, que pour épier Viomade qu'elle redoutoit, que pour
être instruite des délibérations du conseil. Valérius lui fit part
de la réponse de Childéric à Viomade; du mécontentement du brave, de
celui d'Ulric, et ces heureux commencemens la flattèrent d'un succès
plus prompt qu'elle ne l'avoit d'abord espéré. De nouvelles fêtes
furent préparées; Egésippe enivroit le souverain de mille plaisirs
inconnus pour lui; chaque jour plus charmé de sa présence, plus
enflammé, plus épris, tout à l'amour, il étoit prêt à laisser
échapper les rênes du gouvernement, que déjà il ne tenoit plus d'une
main ferme et assurée. Oh! qu'est devenu ce grand caractère, ces
projets glorieux? Comme il est tombé, ce noble descendant de
Pharamond, ce vertueux élève de Gelimer, ce protecteur de
l'innocence de Talaïs! Un regard l'a vaincu, l'amour en a fait un
esclave. Valérius, par des conseils trop d'accord avec son coeur, y
verse chaque jour le poison; et Viomade, livré à la plus profonde
douleur, voit s'évanouir ses espérances. Mais a-t-il donc perdu tous
ses droits sur l'ame du prince? n'y reste-t-il aucune étincelle
d'amitié, de reconnoissance? Viomade va bientôt s'en assurer.
Valérius a envahi un champ qu'Ulric avoit reçu de Mérovée; le
vieillard en porta des plaintes au conseil: mais Egésippe avoit déjà
prévenu l'esprit du roi. Ulric n'obtint point justice; furieux, il
s'exprima en soldat outragé; ses paroles téméraires, prononcées dans
un premier mouvement, désavouées par son coeur, expiées par vingt
blessures qu'il avoit reçues, offensèrent le roi, qui lui ordonna de
sortir du conseil. Eginard suivit son père, et ne reparut plus à la
suite de Childéric. Cette nouvelle marque de ressentiment d'Ulric,
fut représentée comme un nouveau crime. Jusques à quand, lui disoit
Egésippe, vous laisserez-vous ainsi gouverner? est-ce donc pour
obéir à Viomade, à Ulric, que vous êtes roi? Au nom de Viomade,
Childéric a fait un mouvement; Egésippe a pressenti que l'instant de
l'écarter n'étoit pas venu. Cependant on répand dans l'armée tous
les bruits propres à l'inquiéter; on alarme le peuple sur sa
liberté; on lui peint le monarque comme un prince léger, injuste,
livré à ses passions, et sans respect pour les lois. On assure qu'il
doit rendre aux Romains une partie de ses conquêtes; qu'Egésippe,
qui seule règne sous son nom, dissipe en fêtes les trésors, et
entraîne l'esprit du roi. On murmure; ces plaintes, que recueille
Egésippe, et qu'elle répète elle-même au monarque, blessent son
amour, irritent sa fierté; la belle bouche de la romaine accuse
Ulric; Ulric est arrêté, chargé de fers, honte que jamais brave
n'avoit subie. Eginard éclate, il porte dans tous les coeurs son
séditieux courroux: l'armée, qu'il excite, s'assemble, et veut
demander la liberté d'Ulric. Viomade, toujours fidèle, toujours
prudent, toujours dévoué, toujours tel enfin que doit être un
brave, marche au-devant des mutins et les arrête. A son aspect les
clameurs cessent: il va parler, on écoute.

Soldats, dit-il, mes compagnons, mes amis, qu'est devenue votre
vertueuse obéissance? Est-ce ainsi, est-ce avec des cris séditieux
que vous devez demander la grace d'Ulric; d'Ulric, coupable des
mêmes murmures; d'Ulric, qui a lui-même provoqué le courroux de son
maître par un ressentiment inconsidéré? Nous sentons le besoin d'un
chef, nous l'avons choisi, notre obéissance fait sa force, comme sa
force fait notre sûreté. Ne retombons plus dans ces tems malheureux,
où le chemin ouvert jusqu'au trône, laissoit à chacun le droit d'y
monter; ces tems, où nous étions tous rivaux; ces tems, où désunis,
on nous chassa au-delà du Rhin: rappellons-nous quelle gloire suit
nos armes depuis l'établissement de l'empire, et soyons soumis à ces
lois qui nous rendent heureux et invincibles. O mes amis!
retirez-vous, je vais tomber aux pieds du roi, je vais lui demander,
au nom du peuple, la grace d'Ulric; je vais lui porter vos respects
et vos voeux; j'espère tout obtenir de sa clémence. Ces paroles
calmèrent les esprits; ils en attendirent l'effet, et Viomade
supplia le roi de rendre à Ulric sa liberté; il osa lui rappeler ses
longs services, l'attachement de Mérovée; il osa même lui faire
sentir son injustice en faveur de Valérius. Childéric étoit jeune et
bouillant, il étoit fier, mais son ame étoit pure, son esprit juste,
son coeur sensible; il ouvrit ses bras à son cher Viomade, rendit à
Ulric sa liberté, le reçut avec bienveillance, pardonna même à
Eginard. Childéric, plus content de lui, se trouva mieux avec
Viomade, et se décida à lui confier son secret. Son secret, ah! les
rois ne peuvent en avoir; l'éclat suit de trop près la grandeur,
pour lui laisser le doux mystère; esclaves de leur brillante
destinée, comment échapperoient-ils aux regards, lorsque tout les
décèle? Childéric, cependant, se livre aux charmes de la confiance;
il aime, il est aimé, mais il désire en vain; toujours attiré et
repoussé, il a fait inutilement l'offre de partager son trône; il
n'a point été accepté, et sa couronne ne s'embellit point encore de
cet heureux partage. Viomade aime le roi avec cette franchise qui
peut tout et ose tout; il rend hommage aux beautés d'Egésippe, à
son esprit et à ses graces, mais il doute de sa sincérité, il doute
de son amour. Si Egésippe aimoit le roi, pourquoi éloigneroit-elle
le jour de son bonheur et de son brillant hyménée? pourquoi
s'opposeroit-elle à ce qu'il marchât vers Soissons pour punir
Egidius de ses ambitieux desseins? pourquoi, si elle l'aime enfin,
lui dicter des injustices, et mettre des bornes à sa gloire? Les
femmes, plus sensibles, portent l'exaltation plus loin que les
hommes; l'amour en elle est généreux et fier, il ne leur inspire que
de grandes actions, et ne leur dicte aucune foiblesse; une femme
n'aima jamais un lâche, et fière de la gloire de son amant, elle la
préfère toujours au bonheur, à sa vie même. Eh bien! ô roi! disoit
Viomade, quels faits d'armes, quelle glorieuse journée, quels traits
vertueux avez-vous offert à l'amour? Hélas! rien de grand, de noble,
de généreux, de digne enfin de Childéric montant au trône, ne vous
distingue. Egésippe, loin d'exciter en vous les mouvemens sublimes
que l'amour développeroit d'un regard, semble enchaîner votre belle
ame. Déjà les trésors, que la sage prévoyance de Mérovée avoit
amassés pendant la guerre, sont dissipés malgré la paix. On a vu
s'élever à des postes distingués, ceux que la gloire n'en avoit
point déclarés dignes; rester dans l'oubli ceux dont les actions
avoient parlé; par-tout les Romains l'emportent. Qui sait, ô mon
roi! jusqu'où l'adresse se propose de vous entraîner? qui sait, si
elle n'espère point altérer l'amour de vos peuples, ranimer le parti
d'Egidius, et... Childéric l'interrompant: C'est assez, Viomade,
dit-il, je connois votre ame et vos longs services; je viens de vous
prouver ma reconnoissance, en écoutant un discours qui outrage celle
que j'aime; vous seul pouviez le faire impunément. Valérius a
entendu ces dernières paroles, il les répète à Egésippe, qui peut à
peine contenir sa colère contre Viomade. Elle le hait, parce qu'elle
le craint; mais que peut craindre la plus belle des mortelles,
bravant l'amour, et d'autant plus sûre de ses succès, qu'aucun
sentiment ne l'entraîne? Elle revoit son amant, et lit avec peine
dans ses yeux, l'effet qu'ont produit les conseils qu'il a en vain
repoussés. Il n'a plus cet air de triomphe et de bonheur; ses
empressemens mêmes sont moins ardens, une inquiète mélancolie
l'oppresse, non cette douce langueur de l'ame qui s'abandonne, mais
cette sombre rêverie qui peint la défiance. Egésippe va la dissiper;
elle ne se plaindra point de la liberté rendue à Ulric; un doux
sourire va embellir ses traits, un tendre regard, un mot échappé au
coeur, un instant de ce trouble délicieux qui semble annoncer à
l'amant sa victoire, et implorer sa clémence, rendent au roi sa
confiance et son bonheur. Il accuse Viomade d'injustice, et il
enfonce le trait qui le blesse. Valérius entretient son espoir,
irrite ses feux par tout ce qui peut les accroître, et Childéric
reprendroit sa sécurité, si Egésippe acceptoit sa main. Elle ne l'a
point refusée, mais elle ne fixe point l'instant du bonheur, et cet
injuste caprice réveille les soupçons du roi. Malheureux, il ne sait
où porter ses alarmes; l'amour le ramène aux pieds de celle qui fait
son tourment; plus il souffre, plus il cherche celle qui le tue,
plus il a besoin de la voir et de l'entendre. Indigné pourtant de
son malheur et de sa foiblesse, un noble dépit va l'arracher à ses
fers. Egésippe le prévoit, l'enchanteresse le rattache par
l'espérance; et d'un amant mécontent, jaloux, honteux d'un esclavage
sans récompense, elle sait d'un mot, d'un regard, en faire l'amant
le plus fier et le plus heureux. Mais ce n'est point assez pour elle
que d'exciter à son gré sa joie ou ses larmes: Egidius l'accuse de
lenteur; il fait plus encore, il devient jaloux; déguisé, il
parvient jusqu'auprès de la perfide, se plaint, s'irrite, menace et
parle en amant sûr d'être aimé; ce n'est plus ce prince soumis,
respectueux et tendre, aimant jusqu'aux rigueurs de celle qu'il
adore, c'est un maître audacieux qui ordonne et qui prétend être
obéi. Egésippe, si fière, tremble à son tour devant l'arbitre de son
bonheur, et promet une prompte et éclatante preuve de son amour.
Egidius se retire, après lui avoir fait de nouvelles menaces; il a
revu les chefs de son parti; l'orage s'apprête de toutes parts, et
la victime qu'elle doit frapper est loin d'en prévoir les coups.
Valérius, en sortant d'un festin, animé par la joie, entraîné par
l'ivresse, a rencontré sur ses pas la jeune Valderade, promise au
courageux Rodéric: animé par les feux du vin, il a osé s'approcher
d'elle, et la vierge effrayée l'a repoussé; plus téméraire, il l'a
prise dans ses bras; Valderade, troublée, s'est évanouie, et le
monstre en a profité pour son éternelle honte. Valderade, privée à
jamais de son éclat virginal, se livre au désespoir. En vain le
coupable, revenu de son délire, cherche à l'apaiser, elle lui
échappe, et court demander vengeance à son père et à son amant, non
moins désespérés qu'elle-même. La loi étoit terrible, et condamnoit
le coupable à la mort et à une réparation publique. Valérius alla
chercher un azile dans le château d'Egésippe, qui obtint du roi
qu'il seroit respecté. En vain le peuple en tumulte demanda
Valérius; en vain la loi parloit, il fut sauvé. Les secrets
émissaires d'Egidius se répandirent dans toute la France; par-tout
on peignit le jeune roi sous les plus odieuses couleurs; par-tout on
agite le peuple; on lui fait voir son prince esclave de l'amour,
encourageant la licence, protégeant le vice auquel lui-même
s'abandonne. Viomade entend ces clameurs, son coeur se déchire; il
se jette aux pieds du roi, qui le relève avec émotion; il alloit
triompher peut-être. On lui remet des tablettes, elles sont
d'Egésippe; il vole lui répondre. Dieu! quel spectacle l'attendoit!
elle est triste, abattue, celle qui d'un regard fait sa destinée;
jamais l'amour ne se peignit si tendrement dans ses yeux; un mot
dit en tremblant, une douce plainte qui échappe à son coeur,
remplissent d'émotion le jeune monarque. Egésippe craint de n'être
plus aimée; pour la première fois elle frémit et soupire; pour la
première fois, les sons enchanteurs d'une voix entrecoupée par des
pleurs, expriment une flatteuse inquiétude. Oh! dans quel transport
elle jeta le roi! Il aime, et il veut en convaincre; c'est à présent
le premier, le seul de ses désirs; il tombe aux genoux de cette
maîtresse de sa vie, n'aime qu'elle, ne veut aimer qu'elle, ne veut
obéir qu'à ses lois, ne posséder que son coeur, dût-il lui en coûter
et le trône et la vie. La perfide Egésippe paroît peu-à-peu se
rassurer, le calme renaît par degrés dans ses traits, bientôt le
bonheur les anime, et Childéric rend grace à l'amour. Egésippe,
assurée de son empire, avertit secrètement Egidius; elle va frapper
enfin un dernier coup. Ses demandes indiscrètes, ses profusions ont
dissipé le trésor royal; elle persuade au roi de lever un impôt; il
le propose au conseil; Viomade s'y oppose avec force. Que fera-t-on
pendant la guerre, dit-il, si on met des impôts pendant la paix?
Ménageons le cultivateur, lui seul nourrit le peuple et le roi,
gardons ces dernières ressources, toujours pénibles à employer, pour
l'instant où nous attaquerons les Romains. Ulric appuya l'avis de
Viomade: mais le roi exigea que sa demande fut soumise à l'assemblée
du peuple, et chargea Viomade de l'y porter. Ce fidèle serviteur y
consentit, afin de juger par lui-même de l'effet qu'elle produiroit,
et de calmer le ressentiment du peuple, si les circonstances
l'exigeoient. L'impôt fut rejeté d'une voix unanime; on accusoit
Egésippe; on se plaignoit du roi; Viomade ne put contenir la
révolte, elle éclatoit dans tous les yeux, se communiquoit,
s'étendoit, et alloit devenir générale: cependant, la modération, la
sagesse de ses discours, son amour pour la patrie, son dévouement
pour son roi, eurent tant d'ascendant sur le peuple, qu'il prit un
maintien plus tranquille, se contenta de rejeter l'impôt, et de
demander le départ d'Egésippe. Viomade, chargé d'une telle réponse,
ne craignit pas de la transmettre avec fidélité; mais il savoit
qu'elle seroit sans effet. Childéric est courageux, fier, amant et
roi; il ne sacrifiera point ce qu'il aime, et tandis que le brave
délibère sur ce qu'il va dire, qu'il cherche dans sa pensée les
paroles qui iront au coeur du prince, et le toucheront sans
l'offenser, éveilleront la fierté sans irriter l'orgueil,
éclaireront les yeux sans les blesser, Egésippe, déjà prévenue de ce
qui se passe, renverse ses projets, détruit ses plans et anéantit
son espoir. Childéric mandé chez elle, y vole avec empressement; des
femmes éplorées l'introduisent dans l'appartement où il est attendu;
leur abattement, leur trouble, l'ont déjà frappé. Mais qui pourra
peindre sa douleur à la vue d'Egésippe mourante; ses beaux cheveux,
détachés, flottent sur ses épaules et tombent en anneaux autour de
sa taille; son sein, baigné de larmes, se soulève et palpite; le
désordre de sa parure, les sanglots qui s'échappent de sa poitrine,
son silence, ses pleurs, tout prépare le roi à la plus terrible
nouvelle; il s'approche en tremblant, s'assied près d'elle et la
conjure de s'expliquer. Les larmes d'Egésippe redoublent, et le roi
éperdu, la supplie, la presse de lui répondre. Elle essaye de
parler, sa voix s'y refuse, les paroles expirent sur ses lèvres, sa
tête se penche, elle tombe dans les bras de son amant; ses voiles se
sont détachés, mille charmes nouveaux, et toujours cachés à ses
yeux, se laissent entrevoir. Childéric presse contre son coeur la
beauté, trop foible et trop languissante, qui cesse de le repousser.
Surpris, charmé, il n'ose, et cependant jamais il n'éprouva tant
d'ardeur. Mais revenue à elle comme d'un songe, Egésippe le
repousse, et levant sur lui des yeux trop sûrs de leur empire: Où
m'emportent, dit-elle, et l'amour et la douleur? est-ce ainsi que je
dois vous dire adieu et retrouver le courage de vous quitter? Me
quitter! reprit Childéric, me quitter, ô ciel! et qu'osez-vous
penser? Il le faut, reprit-elle avec anxiété, il le faut, cédons au
peuple, ou plutôt à Viomade. Hélas! il me hait, je le sais, et sa
haine a passé dans tous les coeurs. Déjà l'impôt est rejeté, et ma
perte est promise; déjà votre peuple attend mon départ. Que
dites-vous, ô ciel! s'écrie le prince. La vérité, répond la perfide.
Vous le savez depuis long-tems; Viomade, jaloux peut-être de votre
coeur.... Oh! madame, n'accusez point Viomade, si vous voulez que
j'en croye vos discours... Eh bien! reprit fièrement Egésippe, n'en
parlons plus, j'y consens; mais souffrez, je vous prie, que je parte
à l'instant même, et que je n'attende point l'ordre odieux:
aujourd'hui, je pars libre et sans honte; demain, chassée par un
peuple en fureur... Adieu, ô roi! dit-elle, en s'abandonnant de
nouveau au désespoir; adieu, je vais porter au fond de ma patrie le
trait qui m'a blessée, et implorer une mort prochaine, qui seule
peut mettre un terme à mes regrets; puissiez-vous, heureux loin
d'Egésippe... De grace, cessez de tels discours, s'écria Childéric;
est-ce bien vous qui voulez me quitter? est-ce à moi qu'un peuple
insolent viendroit enlever celle que j'aime? ne suis-je donc plus
son roi?--Viomade l'a promis, lui-même vous cherche pour vous
l'annoncer.--Ah! s'il l'osoit...--Il l'osera.--Non, non, je ne puis
le croire. Egésippe, ô belle Egésippe! calmez-vous et demeurez: mon
bras saura vous défendre; acceptez mon trône; daignez y monter;
venez régner sur des rebelles, qui tomberont à vos pieds; venez
assurer mon bonheur. Allons répondre à ces clameurs en allumant les
flambeaux d'hyménée, en plaçant ma couronne sur votre front.
Egésippe parut attendrie; elle se laissa aller un moment à une
profonde méditation, et regardant le roi, elle lui dit: mes chars
sont prêts, ma suite m'attend; ce moment va décider de mon sort. Ou
je reste, et je suis à vous, ou je pars à l'instant même et pour
toujours; mais j'exige que Viomade me soit livré, et je reste à ce
prix. O ciel! s'écria le roi en s'éloignant d'Egésippe, livrer
Viomade, l'ami de mon père, mon libérateur! jamais, jamais, dût
m'accabler l'amour de toutes ses rigueurs: et il cacha son visage
dans ses mains. Il dit qu'il m'aime, il prétend qu'il m'aime, et il
me refuse, s'écrie Egésippe, c'en est assez, adieu, adieu,
séparons-nous. Elle se lève; Childéric ne la retient pas, il
souffre, il gémit, mais il ne dit rien; Egésippe frémit: Tu hésites,
barbare! s'écrie-t-elle, en tombant à ses genoux, tu veux ma mort!
Ah! me crois-tu moins de courage et d'amour qu'à Talaïs? Childéric
ne sait plus ce qu'il veut, ce qu'elle exige, ce qu'il éprouve. O
ciel! disoit-il, inspirez-moi: comment les sauver tous deux? Eh
bien! reprit Egésippe, je veux encore te prouver que je t'aime; le
roi la relevoit avec empressement; elle résiste et demeure à ses
pieds: laisse-moi, dit elle, t'implorer contre l'ennemi qui nous
désunit, contre celui qui me dispute ton coeur, qui promet aux
Francs mon départ, irrite le peuple, et veut ma mort: accorde-moi
seulement son exil et je suis à toi; mais je ne puis combattre sans
cesse sa haine, ni réprimer la mienne; car, je te l'avoue, je hais
Viomade; cède au nom de l'amour, vois mes pleurs, cède, dit-elle, en
se levant, en l'entourant de ses beaux bras, cède une fois, pour
régner toujours. En disant ces mots, elle presse sur son coeur cet
amant jeune et sensible; ses yeux se confondent avec les siens, elle
attend la vie ou la mort. Qui résisteroit à sa beauté, à sa
séduction, à ses caresses, à ses larmes? Childéric est vaincu, et
Valérius est chargé de porter à Viomade l'ordre de son exil. Mais le
roi peut se repentir, il faut l'enivrer de bonheur, charmer sa
raison, écarter toute idée étrangère à l'amour. Egésippe lui peint
sa joie, sa vive reconnoissance: je suis aimée autant que j'aime,
disoit-elle, rien n'égale mon bonheur et mon amour. Alors,
s'apercevant du désordre de sa parure, elle le répare avec lenteur;
les mains guerrières du roi rattachent, avec une heureuse
maladresse, ses voiles légers, ses longues tresses qui lui échappent
cent fois; il craint de blesser mille charmes qu'il touche à peine,
sourit en admirant son ouvrage, et se livre à cette innocente joie
de l'amour qui espère encore: ces légères faveurs le contentent; il
attend de l'hymen un dernier bienfait; ils en fixent le jour; ils en
projettent les fêtes; il faut que tous les coeurs soient heureux de
sa félicité. Cette journée et une partie de la nuit se sont écoulés;
une des femmes d'Egésippe entre, et lui parle bas; elle sourit,
avertit le roi qu'il est l'heure de se retirer. Il reprend le chemin
de son palais, entouré de ses gardes, et encore enivré de son
bonheur et de ses espérances.

FIN DU LIVRE DIXIÈME.





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Childéric, Roi des Francs, (tome premier)" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home