Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: L'enfant de ma femme
Author: Kock, Charles Paul de, 1794-1871
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "L'enfant de ma femme" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



produced from scanned images of public domain material


L'ENFANT

DE

MA FEMME,

PAR

CH. PAUL DE KOCK.

Casu magis et felicitate rem gerit,
quam virtute et consilio.

Bruxelles.

LIBRAIRIE UNIVERSELLE DE MARY-MÜLLER ET Cie.

ANCIENNE MAISON TARLIER ET MELINE,
RUE DE LA MONTAGNE, Nº 51.

1839



L'ENFANT DE MA FEMME.



CHAPITRE PREMIER.

VOYAGE, ACCIDENT, AVENTURES.


«Nous n'arriverons jamais ce soir à Strasbourg, Mullern!... Dis donc au
postillon de fouetter ces maudits chevaux.--Je le lui ai déjà dit plus
de vingt fois depuis une heure, mon colonel, et il m'a répondu qu'à
moins de nous casser le cou à tous les trois, nous ne pouvions pas aller
plus vite.--Henri ne sera plus à Strasbourg quand nous y
arriverons.--Alors, mon colonel, nous continuerons de courir après
lui.--Et peut-être ne l'atteindrons-nous pas assez à temps pour prévenir
le malheur que je redoute!...--Si cela arrive, mon colonel, vous n'aurez
rien à vous reprocher; car, en vérité, depuis six semaines que nous ne
faisons que courir, jour et nuit, de Framberg à Strasbourg, de
Strasbourg à Paris, et de Paris à Framberg, ma culotte s'est tellement
attachée à mes fesses, que je me verrai forcé, mon colonel, de montrer
mon derrière à la première auberge où nous nous arrêterons.--Si du
moins le but de ce voyage était rempli!--Ah! si quelque bonne bouteille
de vin pouvait dissiper l'engourdissement de mes membres!... Mais,
rien!... Pas même un mauvais verre de piquette pour apaiser la soif qui
me dévore! Ah! mon colonel, il faut que ce soit vous, pour que j'endure
aussi patiemment un pareil supplice!--Es-tu fâché de m'avoir suivi,
Mullern?--Moi, mon colonel, j'irais avec vous au bout du monde, mais je
voudrais au moins que cela ne fût point sans boire ni manger...» Ici la
conversation fut interrompue par un choc épouvantable qui brisa l'essieu
de la chaise de poste; bientôt le colonel Framberg et son compagnon de
voyage roulèrent tous deux dans un fossé qui bordait le chemin: tout
cela fut la faute du postillon, qui n'avait pas aperçu, dans la rapidité
de sa course, le fossé où tombèrent nos voyageurs.

Pendant que le postillon s'occupait des chevaux, Mullern courut relever
son colonel. «Ah! mille millions de cartouches! seriez-vous blessé, mon
colonel!--Ce n'est rien, Mullern; il n'y a que la jambe gauche qui me
fait un peu souffrir.--Morbleu! vous avez une forte contusion!...--Cela
ne sera rien, te dis-je; tâchons de découvrir un endroit où nous
puissions passer la nuit, car je vois bien qu'il faut renoncer à
l'espoir d'arriver aujourd'hui à Strasbourg...»

Le postillon accourut dire à ces messieurs qu'il y avait une auberge à
cinquante pas de là. «Comment, maroufle! tu oses verser dans un fossé le
colonel Framberg!» dit Mullern au postillon. Celui-ci s'excusa comme il
put, et l'on reprit le chemin de l'auberge, en soutenant le colonel sous
les bras.

Nos voyageurs n'avaient pas marché un demi-quart d'heure, lorsqu'ils
aperçurent une petite maison simple, mais de bon goût: un
rez-de-chaussée, un premier étage et des greniers, composaient toute son
étendue; des volets verts garantissaient les habitants de l'ardeur du
soleil, et plusieurs chênes touffus en ombrageaient l'entrée: tout enfin
semblait annoncer que le maître de cette demeure, fatigué des plaisirs
bruyants de la ville, s'était retiré dans cette solitude pour reposer
ses sens dans le calme et la méditation.

«Tu appelles cela une auberge! dit Mullern au postillon; je crois,
triple tonnerre! que tu veux faire promener mon colonel!...--Frappons
toujours, répondit le postillon, nous verrons bien mieux ce que c'est
lorsque nous serons dedans.»

Mullern frappe à coups redoublés à la porte: pas de réponse; on refrappe
encore, toujours inutilement. Pour comble de disgrâces, la nuit devenait
noire, et la blessure du colonel Framberg, irritée par la fatigue, le
faisait souffrir horriblement.

«Quand le diable s'en mêlerait, mon colonel, vous ne pouvez pas coucher
à la belle étoile, dans l'état où vous êtes; puisque les habitants de
cette maison sont sourds, il faut tâcher de nous passer d'eux.» En
disant cela, Mullern donne un violent coup de pied dans la croisée du
rez-de-chaussée qui se trouvait la plus proche de la porte; le volet,
qui n'était pas en état de soutenir l'assaut, se brise et tombe à ses
pieds; il casse avec son sabre deux carreaux, et entre dans la maison
sans faire attention aux ordres de son colonel, qui lui représente qu'on
ne doit pas ainsi violer le droit des gens, et que, si on l'apercevait,
on le prendrait plutôt pour un voleur de grands chemins que pour un
ancien maréchal des logis.

Sans s'arrêter dans son expédition, Mullern court à la porte d'entrée,
trouve une grosse clef pendue au mur, la prend, ouvre sans difficulté,
et introduit le colonel Framberg dans la maison abandonnée.

«Puisque nous sommes dedans, dit le colonel, tâchons au moins de nous
conduire avec circonspection.--C'est cela, mon colonel, donnez le bras à
ce maladroit postillon, qui est cause de notre mésaventure, et je vais
marcher devant vous, afin de vous prévenir en cas d'accident.»

Nos voyageurs se mirent en marche à tâtons, car l'obscurité était si
grande qu'on ne pouvait pas distinguer à côté de soi. Déjà ils avaient
parcouru plusieurs pièces sans rien découvrir, et Mullern, impatienté,
commençait à jurer entre ses dents, lorsque quelque chose passa devant
eux, et s'enfuit légèrement à leur approche. Mullern, intrigué, court
sans s'arrêter après ce qui fuit devant lui, mais ses pieds
s'embarrassent en rencontrant un tabouret: il perd l'équilibre, et tombe
la tête dans un baquet plein d'eau. Furieux, il se relève, ouvre une
porte, croit marcher de plain pied, et roule du haut en bas d'un
escalier, en entraînant dans sa chute un malheureux chat, cause
innocente de tout ce tapage.

Cependant, quoique très-étourdi par sa descente rapide, Mullern se
relève et procède cette fois avec plus de prudence à l'examen du lieu où
il est.

La fraîcheur de l'endroit, et diverses bouteilles qu'il rencontre sous
sa main, ne tardent pas à le convaincre qu'il est tombé dans la cave.
Rassuré par cette découverte, il cherche l'escalier par où il est
descendu si rapidement, et veut remonter, afin d'annoncer ses succès à
son colonel; mais, pour la troisième fois, ses pieds s'embarrassent dans
quelque chose; il tombe le visage sur le nez d'un individu qui dormait
tranquillement, et qui pousse un cri terrible en se sentant réveillé si
brusquement.



CHAPITRE II.

LES COMTES DE FRAMBERG.


Avant de tirer Mullern de la surprise que lui a causée sa nouvelle
rencontre, il est nécessaire d'apprendre au lecteur quel était le
colonel Framberg, et de lui faire connaître le motif de son voyage.

Le comte Hermann de Framberg, père du colonel, descendait d'une ancienne
famille d'Allemagne; de père en fils, les Framberg avaient passé leur
jeunesse à servir leur patrie, et le comte Hermann, après avoir
recueilli au champ d'honneur les lauriers de la gloire, s'était retiré
dans le domaine de ses aïeux; et là, auprès d'une épouse chérie, il
attendait avec impatience que la naissance de l'enfant qu'elle portait
dans son sein vînt mettre le comble à sa félicité.

Ce moment arriva; mais ce jour d'allégresse se changea en un jour de
deuil et d'affliction: la comtesse perdit la vie en mettant au monde un
fils.

Le comte ne se consola jamais entièrement de cette perte; mais, comme le
temps adoucit les peines les plus cuisantes, il se rappela qu'il avait
un fils, et se livra avec ardeur aux soins de son éducation.

Elle ressembla à celle de ses aïeux. Le jeune Framberg apprit de bonne
heure les exercices militaires; son père vit avec joie ses heureuses
dispositions, et, à l'âge de quinze ans, le jeune homme lui demanda la
permission de partir pour l'armée.

Le comte, quoique regrettant de se séparer de son fils, consentit à sa
demande; le jeune Framberg quitta le château de ses pères pour se rendre
au champ d'honneur, où, en très-peu de temps, ses belles actions lui
valurent le grade de colonel.

Le comte Hermann était fier d'un tel fils; et lorsque le colonel
Framberg venait passer ses quartiers d'hiver au château de son père, il
y était reçu avec tous les honneurs militaires, embellis encore par la
tendresse paternelle.

Ce fut sur le champ de bataille que le colonel fit connaissance avec
Mullern. Ce brave hussard se faisait remarquer par son courage, et de
plus par la singularité de son humeur. Il avait toute la franchise et la
rudesse d'un bon soldat. Toujours prêt à exposer sa vie pour la personne
qu'il aimait, il aurait aussi fait le tour du monde pour punir celui
dont il aurait reçu un affront. Il révérait son colonel comme son
supérieur, et l'aimait comme le plus brave de l'armée. A chaque
bataille, Mullern se trouvait à côté du colonel, combattait devant lui,
lui faisait souvent un rempart de son corps, et jamais il n'aurait
pardonné à celui qui lui aurait enlevé le plaisir de mourir pour le
sauver.

Le colonel, de son côté, s'attachait de plus en plus à Mullern; bientôt
ils devinrent inséparables; car le colonel, élevé au milieu des camps,
ne connaissait nullement les distances que le rang et la fortune
établissent dans le monde. Celui qu'il aimait, fût-il sans titre, sans
richesse, n'en était pas moins estimable à ses yeux, s'il possédait les
qualités qui lui faisaient rechercher son amitié; en un mot, le colonel
était au-dessus de tous les préjugés, et même, par sa conduite, il
blessait souvent les convenances sociales. La suite de cette histoire en
donnera des exemples fréquents.

Le comte Hermann, devenant vieux, désirait ardemment voir son fils lui
donner un héritier de son nom; et à chaque visite que le colonel faisait
au château (où depuis longtemps Mullern l'accompagnait), le vieux comte
lui renouvelait ses instances pour se marier. Pendant longtemps, le feu
de la gloire occupant seul l'esprit du colonel, il refusa à son père
cette satisfaction; mais lorsqu'il eut atteint sa trentième année, cette
humeur guerrière s'étant un peu refroidie, il consentit à se rendre à
ses désirs.

A une demi-lieue du château du comte Hermann, se trouvaient les domaines
du baron de Frobourg. Le baron, étant veuf, vivait retiré dans son
château, occupé de l'éducation de sa fille unique: la petite Clémentine
était l'idole de son père et l'objet de ses plus chères espérances.

Le comte et le baron, se trouvant voisins, ne tardèrent pas à se lier
intimement; ils étaient alternativement l'un chez l'autre une partie du
temps; passant les soirées d'hiver, l'un, à s'entretenir des hauts
faits et de la gloire dont son fils embellissait ses vieux jours;
l'autre à détailler les grâces enfantines de sa fille, son amour filial,
sa sensibilité pour les malheureux, et l'espoir qu'il avait qu'en ayant
un jour la beauté de sa mère, elle en aurait aussi les vertus.

Cependant le temps s'écoulait; le comte faisait part au baron du désir
qu'il avait de voir son fils marié; le baron lui confiait les craintes
qui l'agitaient, lorsqu'il songeait que, s'il venait à mourir, il
laisserait sa fille seule au monde, sans un ami pour la protéger, sans
un époux pour la chérir.

Il s'ensuivit de ces confidences ce qui devait nécessairement arriver;
le comte et le baron formèrent le projet d'unir leurs enfants; par ce
moyen, ils resserraient l'amitié qui les unissait, et mettaient fin aux
inquiétudes qui troublaient sans cesse leur vieillesse.

Ce fut à cette époque que le colonel se rendit aux désirs de son père:
alors celui-ci le conduisit au château du baron, afin de lui faire voir
la femme qu'il lui destinait.

Le colonel, dans ses fréquents voyages au château, y avait déjà vu
Clémentine; mais quelle différence! elle était enfant alors, et le temps
n'avait pas encore développé toutes ses grâces.

Lorsque le comte la présenta à son fils comme sa future épouse,
Clémentine venait d'avoir dix-huit ans; elle était jolie sans être
belle, mais chacun de ses mouvements respirait la volupté; ses grands
yeux noirs exprimaient la plus tendre langueur, et sa bouche ne
s'ouvrait que pour laisser entendre des accents enchanteurs qui
portaient le trouble et l'émotion dans le cœur de ceux qui
l'écoutaient.

Le caractère de Clémentine ne démentait pas la douceur de ses regards:
elle était douée de toutes les qualités; mais elle portait la
sensibilité jusqu'à l'excès. Cette passion, quand elle est outrée chez
les femmes, est souvent la cause de leur malheur, et les entraîne
quelquefois plus loin qu'elles ne voudraient.

Le colonel éprouva, à la vue de Clémentine, ce charme secret que fait
naître la présence d'une femme charmante, et il souhaita ardemment la
nommer bientôt son épouse, non qu'il éprouvât pour elle cette passion
violente, capable de tout sacrifier pour la possession de l'objet aimé;
le colonel Framberg, élevé dans les camps, ne connaissait nullement
l'amour, et sa brusque franchise était plus propre à faire de lui un ami
qu'un amant; mais il était fier du choix de son père, et satisfait de
pouvoir concilier en même temps ses désirs et son devoir.

Quant à Clémentine, lorsque le vieux baron lui apprit qu'elle devait
considérer le colonel Framberg comme son futur époux, elle pâlit, se
troubla, et se jeta aux genoux de son père, en le suppliant de ne point
la forcer à le quitter. Le baron lui représenta qu'elle ne le quitterait
pas; qu'il habiterait toujours avec elle; que d'ailleurs il lui fallait
un protecteur, un second père pour le remplacer lorsqu'il descendrait au
tombeau, et qu'il ne pouvait trouver un homme plus digne de remplir tous
ces devoirs que le fils du comte Hermann; enfin le baron fit entendre à
sa fille qu'il avait mis dans ce mariage sa plus chère espérance, et
qu'elle attristerait ses vieux jours en refusant de lui obéir.

Clémentine se tut, essaya de cacher ses larmes, et promit à son père de
se rendre à ses vœux.

Cependant elle obtint du baron un délai, afin, dit-elle, d'avoir le
temps de connaître son futur époux, et il fut décidé qu'on les marierait
au bout de trois mois.

D'où pouvait provenir la peine de Clémentine en apprenant son prochain
mariage? Si le colonel n'avait pas le ton doux et tendre que l'on désire
dans un amant, au moins possédait-il d'excellentes qualités; et
d'ailleurs le plaisir d'obéir à son père aurait dû engager Clémentine à
contracter sans chagrin l'hymen qu'il lui proposait. Il fallait donc que
quelque motif secret troublât la tranquillité de son âme.

C'est ce que nous allons apprendre sans doute dans le chapitre suivant.



CHAPITRE III.

CLÉMENTINE.


Non loin du château du baron de Frobourg était une petite chaumière,
entourée d'un joli jardin, et située sur une colline d'où l'on
découvrait les riches domaines du père de Clémentine. C'est dans ce
modeste asile que demeurait la nourrice de la fille du baron. Elle lui
avait toujours témoigné la tendresse d'une mère, et lui en avait
prodigué tous les soins. De son côté, Clémentine chérissait la bonne
Germaine, et ne passait pas un jour sans aller la visiter.

Dans une belle soirée du printemps, Clémentine se mit en route pour
aller à la chaumière. Le temps n'avait jamais été si beau; un air doux
et pur enivrait les sens, et le soleil, à son déclin, semblait ne
terminer qu'à regret le jour qu'il avait fait éclore.

Clémentine, entraînée par un penchant irrésistible, s'enfonça dans le
bois qu'il lui fallait traverser pour arriver à la chaumière de
Germaine. Bientôt, se sentant fatiguée, elle s'assit au pied d'un arbre,
et se laissa aller aux douces réflexions que lui inspirait le silence du
lieu où elle se trouvait.

Elle était assise depuis quelque temps, lorsqu'un coup de fusil, tiré
assez près d'elle, la fit sortir de sa rêverie: elle se retourne
vivement, et aperçoit un jeune chasseur. Le jeune homme, de son côté,
reste interdit à la vue de Clémentine; et, au lieu d'aller s'excuser de
la peur qu'il lui a faite, ne s'occupe qu'à contempler l'objet charmant
qu'il a devant les yeux.

Clémentine fut la première à s'apercevoir de la singularité de leur
situation; elle se leva, et allait s'éloigner, lorsque le jeune homme,
courant à elle, la retint doucement par le bras.

«Eh quoi! mademoiselle, vous aurais-je fait peur?--Ce n'est pas vous,
monsieur, c'est votre fusil...--Daignerez-vous recevoir mes excuses? je
ne vous avais pas aperçue, et certes, si je vous eusse vue plus tôt, il
ne m'aurait plus été possible de songer à la chasse...--Je serais
fâchée, monsieur, de troubler vos plaisirs...--Ah! mademoiselle, je
donnerais volontiers tous les autres pour celui que j'éprouve en ce
moment!...»

Clémentine rougit; le jeune homme se tut, et ils recommencèrent à rester
immobiles l'un devant l'autre.

Cependant la nuit approchait; Clémentine fit encore quelques pas. «Vous
vous éloignez, mademoiselle?--Oui, monsieur; la nuit vient, et il est
temps que je retourne au château.--Mademoiselle habite le château de
Frobourg?--Oui, monsieur.--Si mademoiselle voulait me permettre de la
reconduire?--Cela est inutile, monsieur, je connais fort bien les
chemins.» En disant ces mots, Clémentine s'échappa avec légèreté,
laissant le jeune homme la suivre des yeux jusqu'à la lisière du bois.

Clémentine rentra tout essoufflée au château; c'était la première fois
qu'elle passait une journée entière sans visiter sa bonne nourrice. Elle
oublia toute autre chose pour ne penser qu'à la rencontre qu'elle venait
de faire. En vain elle voulut chasser de son esprit l'idée qui
l'occupait, l'image du jeune chasseur se représentait sans cesse à sa
pensée et remplissait son âme d'un trouble inconnu.

Le lendemain, Clémentine se rendit à la même heure que la veille à la
chaumière de Germaine. Cependant, malgré le secret désir qu'elle avait
de rencontrer son inconnu, elle ne s'enfonça pas dans le bois, et alla
droit chez sa nourrice. La bonne femme, après l'avoir grondée de n'être
pas venue le jour précédent, la fit asseoir, et l'engagea à goûter avec
elle du lait et des fruits.

Cependant Clémentine n'était pas dans son état ordinaire; une secrète
inquiétude, un sentiment nouveau l'agitaient. Sa bonne nourrice,
s'apercevant du changement de ses manières, lui demanda quelle pouvait
en être la cause; et Clémentine, qui n'avait rien de caché pour elle,
lui fit part de sa rencontre de la veille et du sujet qui l'occupait;
chose qu'elle n'aurait jamais osé raconter à son père: tant il est vrai
que la douceur et la familiarité entraînent à la confiance, tandis que
le respect que l'on porte à ses parents est souvent la cause de la
réserve que l'on garde avec eux.

Germaine, qui ne vit dans cette rencontre qu'une chose toute naturelle,
sans en prévoir les conséquences, s'étonna de ce que cela pouvait tant
agiter Clémentine; elles étaient occupées à parler de ce sujet,
lorsqu'on frappa à la porte. Un battement de cœur avertit Clémentine
que c'était pour elle: effectivement, Germaine ouvrit, et le jeune homme
du bois entra dans la chaumière.

Il sourit en voyant Clémentine, qui devint rouge et tremblante. La bonne
Germaine, étonnée, restait la bouche béante à les regarder tous deux,
tenant encore la porte entr'ouverte, et ne sachant si elle devait se
taire ou parler.

Un léger prétexte fut le sujet de la visite du jeune homme; il dit à
Germaine que, la chasse l'ayant égaré sur la fin de la journée, il se
trouvait dans un grand embarras, lorsqu'il avait aperçu la chaumière. Il
la pria de vouloir bien lui procurer un peu de lait et des fruits,
n'ayant, disait-il, rien pris depuis le matin. Ensuite, se tournant vers
Clémentine, il la salua timidement, et lui dit qu'il s'estimait heureux
de ce que le hasard lui procurait le plaisir de la rencontrer une
seconde fois.

Clémentine sourit à son tour, car un secret pressentiment semblait lui
faire deviner que ce n'était pas le hasard qui avait conduit là le jeune
chasseur. Quant à Germaine, elle comprit que c'était celui que sa
demoiselle (c'est ainsi qu'elle appelait Clémentine) avait rencontré la
veille, et elle dit au jeune homme qu'il ne pouvait arriver plus à
propos, et que Clémentine parlait de lui au moment où il avait frappé.
Le jeune homme regarda tendrement la jeune personne; Clémentine rougit,
et Germaine resta encore tout étonnée à les considérer.

Cependant, peu à peu la contrainte se dissipa, la confiance s'établit,
et le jeune homme, qui était bien aise de n'être plus inconnu à
Clémentine, apprit à ces dames qu'il était Français, qu'il se nommait
d'Orméville, qu'il avait perdu de bonne heure ses parents, et que,
n'ayant que peu de fortune, il était entré au service; qu'après avoir
combattu quelque temps dans les troupes françaises, il avait eu une
affaire d'honneur avec un de ses camarades; il s'était battu et avait
tué son adversaire. La famille de celui-ci était riche, puissante;
d'Orméville était sans fortune et sans protection; il s'était vu forcé
de fuir pour éviter la mort, et avait passé en Allemagne, dans le
dessein d'entrer au service de l'Empereur. C'est dans ce voyage qu'il
s'était arrêté quelque temps dans un village situé près du château du
baron; et c'était en prenant le plaisir de la chasse qu'il avait
rencontré la charmante Clémentine.

La fille du baron lui demanda avec intérêt s'il était maintenant en
sûreté; d'Orméville lui répondit que depuis qu'il était en Allemagne, il
ne craignait plus rien; et il ajouta que son plus grand désir était
maintenant de séjourner longtemps dans les lieux qu'elle habitait.

C'est ainsi que cette rencontre inattendue devint pour Clémentine la
source de tant de maux. D'Orméville obtint d'abord avec difficulté la
permission de reconduire Clémentine une partie du chemin: à la vérité,
Germaine était toujours avec eux; mais la présence d'un tiers
suffit-elle pour empêcher l'amour de naître?

Clémentine ne manquait pas de se rendre tous les soirs à la chaumière;
et, de son côté, d'Orméville était aussi exact. Il trouvait toujours
quelque prétexte pour y être admis. La bonne Germaine ne voyait aucun
mal à ce que deux jeunes gens si aimables fussent souvent ensemble;
d'ailleurs, la douceur et les manières prévenantes de d'Orméville lui
avaient gagné son amitié, et personne, à ce qu'elle disait, n'était
mieux assorti avec sa demoiselle.

Nos jeunes gens furent bientôt d'intelligence. Le langage des yeux
n'était plus suffisant pour eux, et un jour, pendant que Germaine était
au jardin, d'Orméville se jeta aux pieds de Clémentine, en lui faisant
l'aveu de son amour.

Qu'aurait-elle pu répondre qu'il n'eût déjà deviné? Ils se jurèrent
mutuellement d'être l'un à l'autre, et de ne jamais cesser de s'adorer.
Cependant le destin, qui n'est pas toujours d'accord avec nos désirs,
semblait vouloir traverser ceux des deux amants. Clémentine avoua à
d'Orméville que son père n'aimait pas les Français, et qu'il
consentirait difficilement à leur union. D'Orméville lui fit entendre
qu'il allait entrer au service d'Allemagne, et que cette circonstance
pourrait peut-être engager son père à lui être plus favorable.
Clémentine le crut, on croit si facilement ce qu'on désire!...

Cependant le temps s'écoulait, et d'Orméville, qui aurait déjà dû être à
l'armée, ne pouvait se résoudre à se séparer de Clémentine. Tous les
soirs, assis autour d'une table, ayant près d'eux la bonne Germaine, qui
écoutait avec joie leurs discours, nos deux amants jouissaient du
plaisir si doux que l'on goûte auprès de l'objet aimé, et revenaient
ordinairement tous les trois jusqu'à la porte du parc du château, où
Clémentine rentrait, en promettant de revenir le lendemain.

Un jour pourtant, Germaine, se sentant malade, ne put accompagner
Clémentine à son retour. Il était tard; on avait oublié, en parlant
d'amour, que le temps s'écoulait, et Clémentine ne pouvait s'en aller
seule; il fallut bien qu'elle acceptât le bras de d'Orméville. La soirée
était superbe, et rappelait à nos jeunes amants le premier jour de leur
rencontre. En passant près du bois, ils s'arrêtèrent: mille sensations
délicieuses s'emparèrent de leur cœur. D'Orméville pressa son amante
dans ses bras: Clémentine s'abandonna à ses caresses, et ils oublièrent
tous deux le monde et ses convenances pour ne plus songer qu'à l'amour.

Comme, malheureusement, le plaisir le plus grand est celui qui dure le
moins, l'illusion se dissipa, les sens se calmèrent, et Clémentine vit
avec effroi l'abîme dans lequel elle était tombée. Cependant d'Orméville
était près d'elle, il calma sa douleur, sécha ses larmes, cela est
facile à un amant. Clémentine sourit... Quand l'amour reste après la
jouissance, on est encore heureux.

Il fallut pourtant se séparer; c'était le plus cruel!... Enfin
Clémentine rentra par la petite porte du parc; mais comme elle tremblait
en parcourant les appartements du château! Avec quel embarras elle
aborda l'auteur de ses jours! Ah! si le baron n'eût eu que vingt ans!...
Mais nos parents ne sont plus, comme nous, dans l'âge des passions;
voilà pourquoi il est facile de leur cacher celles qui nous agitent.

Cependant, plus nos amants faisaient l'amour, moins d'Orméville songeait
à s'éloigner, lorsqu'un événement inattendu, mais fort naturel, vint le
rappeler à son devoir: Clémentine s'aperçut qu'elle était enceinte.
Cette nouvelle, qui comblait d'Orméville de joie, lui fit pourtant
sentir qu'il était temps de prendre un parti.

On convint que d'Orméville partirait sur-le-champ pour l'armée: la
guerre venait de se déclarer entre la Russie et l'Autriche; c'était le
moment de se distinguer. Clémentine devait écrire à d'Orméville tout ce
qui se passerait au château. On espérait qu'il reviendrait avant la
naissance de l'enfant que Clémentine portait dans son sein; et, à son
retour, les deux amants devaient aller se jeter aux pieds du baron, lui
avouer leur faute et obtenir leur pardon. Ce plan une fois arrêté, on ne
songea plus qu'à l'exécution: d'Orméville s'éloigna de son amante, non
sans répandre bien des larmes; et Clémentine sentit ses forces
l'abandonner, en voyant partir celui qu'elle regardait comme son époux.



CHAPITRE IV.

L'HOMME COMME IL Y EN A PEU.


Ce fut deux mois après le départ de d'Orméville, que le baron de
Frobourg annonça à sa fille qu'elle devait regarder le colonel Framberg
comme son futur époux.

Que pouvait dire Clémentine? elle craignait trop son père pour oser lui
avouer sa faute. Nous avons vu que tout ce qu'elle put obtenir fut un
délai de trois mois. Elle alla pleurer dans le sein de sa bonne
nourrice, à laquelle elle avait depuis longtemps confié tous ses
chagrins. La vieille Germaine ne put que l'engager à prendre courage;
mais, pour comble de maux, depuis près d'un mois Clémentine ne recevait
plus de nouvelles de d'Orméville. Que pouvait-il lui être arrivé?...
Était-il prisonnier? avait-il été tué sur le champ de bataille? Toutes
ces idées étaient affreuses, et ne faisaient que rendre plus terrible sa
situation.

Un soir, que le comte Hermann et son fils étaient chez le baron, Mullern
entra pour donner à son colonel des nouvelles de la dernière affaire.

«Eh bien! Mullern, dit le colonel, qu'y a-t-il de nouveau?--Ah! mon
colonel, les ennemis ont joliment été frottés!...--En es-tu
certain?--Oui, mon colonel, car c'est le vieux Franck, qui arrive de
l'armée, qui me l'a raconté. Triple cartouche!... Il dit que l'affaire a
été chaude!... L'ennemi s'est vaillamment défendu; il nous a d'abord
fait du ravage: de toute notre première compagnie du 36e de hussards,
pas un n'est échappé...--Que dites-vous, s'écria Clémentine? Quoi! pas
même les officiers?...--Ah! mon Dieu, pas un!... Tout est resté sur la
place!...»

Clémentine n'en entendit pas davantage, elle s'évanouit: on courut la
secourir, tandis que Mullern, enflammé par le récit de la bataille, ne
s'apercevait pas de l'événement auquel il avait donné lieu.

On emporta Clémentine dans sa chambre, où elle ne reprit ses sens que
pour se livrer à la plus vive douleur. C'était dans la première
compagnie du 36e de hussards que servait d'Orméville; et la nouvelle
qu'elle venait d'apprendre, jointe au silence qu'il gardait depuis
longtemps, lui persuada aisément qu'il avait cessé de vivre.

Effectivement, depuis ce temps, aucune nouvelle de d'Orméville ne
parvint plus à Clémentine, qui passait ses journées dans les larmes, en
songeant à celui qu'elle avait perdu. Cependant le temps s'écoulait: les
trois mois, accordés pour délai à Clémentine, étaient sur le point
d'expirer; elle sentait aussi qu'elle serait bientôt mère, et chaque
instant ajoutait à l'embarras de sa position.

Il fallait prendre un parti: Clémentine se détermina à tenter le seul
moyen qui lui restait pour goûter, non le bonheur, elle y avait renoncé
depuis la mort de celui qu'elle adorait, mais au moins la tranquillité
et le repos dont elle était privée depuis longtemps.

Le caractère du colonel Framberg, que Clémentine avait su apprécier, lui
avait inspiré l'idée de lui avouer sa faute, et de se confier à sa
générosité. Un jour, peu de temps avant le terme fixé pour leur mariage,
Clémentine pria le colonel Framberg de lui accorder un moment
d'entretien; le colonel y consentit volontiers. Ils se rendirent dans un
endroit écarté du parc, et là, Clémentine lui confia son amour et ses
malheurs.

Le colonel demeura frappé d'étonnement lorsque Clémentine lui apprit
qu'elle serait bientôt mère.

«Eh quoi! madame, lui dit-il, vous que j'aurais crue la plus innocente
des femmes!...» Il s'arrêta: Clémentine devint rouge de honte... «Ah!
pardon, madame, ajouta-t-il, je ne connais pas l'amour, et j'ignore les
fautes qu'il fait faire. Mais parlez, ordonnez: qu'exigez-vous de moi?
Votre confiance mérite tout mon attachement et mon respect; elle est une
preuve de votre estime pour moi; et je vous prouverai que si le colonel
Framberg ne peut être votre amant, il mérite au moins votre amitié.»

Clémentine, enhardie par ce discours, lui dit qu'elle se confiait à sa
générosité, et que c'était à lui d'ordonner de son sort.

«Eh bien! madame, puisqu'il en est ainsi, si vous y consentez, nous ne
changerons rien à nos projets. Si celui qui possédait votre amour
existait encore, je me garderais bien de me proposer pour votre époux;
cela serait vouloir vous condamner à des regrets éternels; mais il n'est
plus, et vous êtes mère: votre enfant aura besoin d'un père; je lui en
tiendrai lieu, et j'aurai toujours pour lui la même tendresse que s'il
était mon véritable fils.--Quoi! colonel, vous consentiriez à m'épouser!
Oubliez-vous que les préjugés, l'honneur même vous défendent ce
mariage?...--Les préjugés, je ne les connais pas; et mon honneur à moi,
madame, est de secourir l'infortune et de servir de père à l'orphelin.
C'est à ce titre que je veux être votre époux; et si par la suite on
blâme ma conduite, on ne pourra pas au moins m'ôter la satisfaction
d'avoir agi en galant homme.--Ah! colonel, quel serait l'être assez
hardi pour censurer la conduite d'un homme qui ne se plaît qu'à faire le
bien?--D'ailleurs, madame, puisque les convenances l'exigent, je vous
réponds que le plus profond secret enveloppera cette aventure.»

C'est ainsi que se termina cet entretien, et, huit jours après,
Clémentine devint l'épouse du colonel. Si elle n'avait pas connu
d'Orméville, elle aurait trouvé le bonheur dans cet hymen; mais le
souvenir de celui qu'elle adorait venait sans cesse troubler son repos,
et elle retombait dans une triste mélancolie, qu'elle cherchait
vainement à cacher à son époux.

Un mois après ce mariage, le comte Hermann mourut; le colonel Framberg
donna les larmes d'un tendre fils à la mémoire de son père, et passa son
temps renfermé avec sa femme, et ne voyant que Mullern. C'est à cette
époque que la comtesse mit au monde un enfant, qui fut baptisé
secrètement, sous le nom de Henri d'Orméville, mais que le colonel éleva
et fit passer pour son fils.

Le vieux baron de Frobourg, qui était alors au château, n'eut pas
connaissance de cet événement, et il mourut peu de temps après le
mariage de sa fille, sans avoir deviné ce mystère.

Mullern fut le seul qui pénétra la vérité; mais il garda pour lui ses
réflexions, sans dire à son colonel ce qu'il pensait.

Le jeune Henri devint l'idole de sa mère; ses traits lui retraçaient
ceux de l'homme qu'elle avait tant aimé. Si Clémentine avait eu le
bonheur d'élever son fils, il est probable que notre jeune héros aurait
hérité de ses qualités douces et tendres; mais elle mourut lorsqu'il
n'avait encore que quatre ans, emportant avec elle les regrets et les
larmes de tous ceux qui l'avaient connue.

Le colonel Framberg, au désespoir de la mort de sa femme, fut obligé,
pour se distraire de son chagrin, de s'absenter pour quelque temps du
château. Il résolut de retourner à l'armée; mais comme le petit Henri
lui était bien cher, il voulut laisser auprès de lui quelqu'un qui pût
veiller assidûment sur sa jeunesse, et lui inculquer de bonne heure les
principes de la vertu; ce fut Mullern que le colonel choisit pour
remplir cet emploi. Il connaissait sa loyauté, sa franchise; et, certain
qu'il ne quitterait pas un instant son fils (c'est ainsi qu'il nommait
Henri), il ne balança pas à en faire son précepteur.

Mullern aurait bien autant aimé suivre son colonel à l'armée, que de
rester tranquillement au château de Framberg: mais comme les désirs de
son supérieur étaient des ordres pour lui, il jura de remplir fidèlement
ses intentions. Le colonel partit donc du château, y laissant commander
Mullern en son absence, et lui recommandant de faire de Henri un homme
brave et vertueux.



CHAPITRE V.

ÉDUCATION DE HENRI.


Voyons comment Mullern se tira de l'emploi qui lui était confié, et
quelle fut l'éducation du fils de Clémentine.

Mullern commença par établir son logement à côté de celui de son élève;
et, dès que le jour se levait, Mullern entrait dans la chambre de Henri,
le tirait brusquement de son lit, l'habillait et l'emmenait avec lui
faire un tour de promenade dans la campagne, présumant bien que cet
exercice rendrait son élève plus fort et plus robuste.

Ensuite ils rentraient; on déjeunait toujours avec quelques viandes
froides et du vin; Mullern pensait que cela valait mieux pour le corps
que tous les thés et les cafés possibles: peut-être n'avait-il pas tort;
mais je crois qu'au fond il n'était pas fâché de profiter lui-même de ce
déjeuner-là. Après le déjeuner, Mullern confiait, pour deux heures
seulement, son élève à un ancien précepteur qui habitait le château et
qui était chargé de lui enseigner l'écriture et les langues. Mullern
recommandait toujours à Henri de ne pas trop se casser la tête aux
études des sciences, parce qu'il pensait qu'il était plus nécessaire de
savoir bien tirer l'épée que de parler latin: et le jeune homme, fort de
l'approbation de Mullern, jetait quelquefois les livres au nez de M.
Bettemann (c'était le nom du maître), disant que cela l'ennuyait, et
qu'il aimait mieux apprendre à se battre. M. Bettemann criait; mais
Mullern était enchanté, et M. Bettemann avait toujours tort.

Lorsque cette leçon était finie, Mullern s'emparait de Henri, l'emmenait
dans la cour, le plaçait sur un cheval, et faisait galoper l'animal
pendant près d'une heure autour de l'entrée du château: aussi, à l'âge
de dix ans, le petit Henri connaissait mieux les chevaux que son
rudiment.

Après ce petit délassement, on passait à un autre plus important; il
fallait faire l'exercice et apprendre à manier le sabre avec honneur.
C'est dans cet emploi que Mullern se distinguait; et lorsqu'il était
satisfait de son élève, il le récompensait en le dispensant, pour le
lendemain, de toute leçon avec M. Bettemann.

Après l'escrime, ces messieurs se mettaient à table. Mullern avait pour
principe d'y rester aussi longtemps que possible; et c'était la seule
chose dans laquelle il s'accordait avec M. Bettemann, qui partageait
l'honneur de dîner avec ces messieurs, parce que Mullern était bien aise
de trouver quelqu'un qui pût lui tenir tête à table, en attendant que
son élève fût assez grand pour se griser avec lui.

Ordinairement, après le dîner, ces messieurs n'étaient plus en état de
rien faire. M. Bettemann, en voulant rivaliser avec Mullern, finissait
toujours par se laisser aller sous la table; et Mullern, ne trouvant
plus personne à qui parler, s'endormait alors au coin de la cheminée, en
fumant sa pipe et en chantonnant un petit refrain militaire.

C'était pendant le sommeil de ses précepteurs que Henri faisait des
siennes. N'ayant plus personne pour le surveiller, il allait courir dans
le château, dans les jardins, s'arrêtait à l'écurie, détachait les
chevaux, montait dessus sans selle, et ravageait le jardin en galopant à
tort et à travers dans les allées de gazon et dans les planches
d'épinards, malgré les cris du jardinier, qui se désespérait de voir que
ses légumes ne viendraient jamais à maturité.

Un jour cependant, ennuyé de voir que M. Henri détruisait tous les soirs
son travail du matin, le jardinier résolut de se venger; après avoir
bien mûri son plan, il acheta quelques pétards, qu'il plaça au pied d'un
arbre dans la belle allée que M. Henri se plaisait à dévaster le plus
souvent; et faisant une traînée de poudre jusqu'à un buisson, où il se
cacha, il attendit tranquillement l'ennemi, prêt à mettre le feu au
moment où il passerait, bien certain qu'au bruit de l'explosion le
cheval jouerait quelque tour à son cavalier.

L'événement justifia toutes les espérances du jardinier: dès que Henri
vit M. Bettemann sous la table et Mullern endormi, il descendit
lestement dans la cour, courut à l'écurie, en détacha le meilleur cheval
et monta dessus, se promettant bien ce jour-là de ravager les
plates-bandes du jardin tout autant que les jours précédents.

Il galope vers la fatale allée; mais, ô malheur inattendu!...
l'explosion a lieu, le cheval se cabre et jette son cavalier, qui était
lui-même trop effrayé de ce bruit soudain pour pouvoir se tenir ferme
sur sa monture, et qui va tomber à dix pas de là. Tous les gens du
château accourent aux cris de leur jeune maître; le jardinier est un des
premiers à se présenter: on court réveiller Mullern; celui-ci, effrayé
des cris qui frappent ses oreilles, renverse brusquement la table sur M.
Bettemann en voulant descendre plus vite au secours de Henri.

Notre jeune homme avait eu plus de peur que de mal; à quelques
contusions près, il ne lui était rien arrivé de fâcheux. Cependant,
interrogé sur la cause de sa chute, il apprend à Mullern ce qui lui est
arrivé; Mullern, furieux de ce qu'on ait osé tendre un piège à son
élève, jure que s'il vient à découvrir le drôle qui a fait ce coup-là,
il lui ôtera l'envie de recommencer. Tous les domestiques protestent de
leur innocence; et l'on rentre au château, en s'entretenant de cet
événement.

Mais une autre surprise y était préparée: du bas de l'escalier, Mullern
entend des cris confus partir de la pièce où ils ont dîné; il monte
quatre à quatre, et trouve M. Bettemann se débattant sous la table entre
les bouteilles, les plats, et faisant tous ses efforts pour retirer sa
tête d'un vase à punch. Il en vint enfin à bout avec le secours de
Mullern, en consentant toutefois à laisser sa perruque dans
l'eau-de-vie brûlée. Enfin, le calme étant un peu rétabli au château,
chacun se sépara pour aller se coucher.

Henri, corrigé par sa chute de cheval, fut quelque temps un peu plus
paisible, et se contentait de galoper dans la cour. Le jardinier se
félicitait du succès de son stratagème, et voyait avec ravissement ses
légumes croître en liberté.

Cependant l'effet de la chute se dissipa peu à peu, et Henri commença à
s'ennuyer du cercle étroit de son manége. Enfin ses contusions étant
guéries, il reprit le chemin du jardin, et recommença à faire donner au
diable le pauvre jardinier. Mullern, qui n'avait pas oublié le tour des
pétards, et brûlait du désir d'en connaître l'auteur, ne tarda pas à
concevoir de violents soupçons sur le jardinier, dont les plaintes
réitérées faisaient assez voir le dépit. Il résolut donc d'épier notre
homme et de tâcher d'acquérir la certitude de ce qu'il soupçonnait;
l'occasion ne tarda pas à se présenter.

Le jardinier, impatienté de voir que ses remontrances étaient sans
effet, résolut de renouveler son expérience, pour dégoûter tout à fait
le jeune Henri de ses courses à cheval; et, pour que cette fois l'envie
ne lui prît pas de recommencer, il pensa qu'il ne ferait pas mal de
tripler la dose, afin que la détonation fût plus efficace.

Mais comment faire? Le peu de poudre qu'il avait pu se procurer dans le
château avait été brûlé à la première explosion. Après y avoir bien
réfléchi, il pensa que Mullern devait en avoir chez lui une quantité
plus que suffisante pour mettre son projet à exécution, et résolut de
profiter d'un moment où il s'absenterait pour prendre ce qu'il lui en
fallait.

Effectivement, Mullern ne tarda pas à descendre; il aperçut notre homme
rôdant autour du château. Il feignit de s'éloigner sans se douter de
rien; mais après avoir fait quelques pas, il revint doucement derrière
le jardinier. Ce dernier entra dans la chambre, ne soupçonnant pas qu'il
était suivi, il prit la poudre qu'il crut nécessaire, et regagna bien
vite le jardin, en riant dans sa barbe du nouveau tour qu'il allait
jouer à l'élève de notre hussard.

Mais Mullern avait tout vu!... et, ayant acquis la preuve convaincante
du complot du jardinier, se promit d'en tirer une vengeance éclatante:
après avoir bien médité son plan, il laissa le jardinier préparer tout
pour rendre son explosion plus bruyante, et attendit avec impatience
l'instant fixé pour l'exécution de son projet.

Il arriva enfin ce moment si désiré par Mullern et par le jardinier. Ce
dernier, après avoir bien préparé son artifice, va se tapir dans le
buisson d'où il doit mettre le feu à la mèche. Il n'attend pas
longtemps: le galop d'un cheval se fait entendre... il approche...
Aussitôt il met le feu à la traînée de poudre... Mais, ô surprise! ô
désespoir!... il saute lui-même loin de son buisson, enlevé par la force
de la poudre, et retombe sur le gazon en poussant des cris aigus.

On se doute bien que c'était Mullern qui avait coupé la traînée de
poudre par une autre traînée qui aboutissait au buisson où le jardinier
était caché, et qu'il avait garni de poudre de manière à lui ôter
l'envie de faire sauter les autres.

Quant au cheval qui avait galopé, il n'était pas monté: Mullern avait eu
soin de retenir son élève, en l'avertissant du piège qu'on lui tendait.

«Ah! ah!... coquin, c'est donc toi qui veux faire sauter ton jeune
maître, parce qu'il lui plaît de labourer tes épinards avec les pieds de
son cheval!... Triple canonnade! je ne sais à quoi il a tenu que je ne
t'aie fait sauter aussi haut que le clocher du village!...--Mais M.
Mullern!... c'était pour le bien de M. de Framberg ce que j'en
faisions!... que dira not'maître quand il trouvera son jardin dans
l'état ous qu'il est?--Apprends, maroufle, que mon colonel aime mieux
son fils que ses légumes, et que tant qu'il plaira à mon élève de mettre
le château sens dessus dessous, ce n'est pas à toi qu'il appartient d'y
trouver à redire.»

Le jardinier se tut, et regagna clopin clopant sa maisonnette, en
envoyant au diable les jeunes gens, les chevaux et les hussards. Quant à
Mullern, fier de la réussite de son projet, il alla célébrer sa victoire
le verre à la main, et, cette fois, M. Bettemann passa la nuit sous la
table.



CHAPITRE VI.

LA FERME ET LE GRENIER A FOIN.


C'est ainsi que se passait la jeunesse de notre héros, et il atteignit
l'âge de quinze ans en continuant de faire enrager tous les habitants du
château. Mais il montait parfaitement à cheval, il se battait presque
aussi bien que son maître, et Mullern jurait par ses moustaches que son
élève lui ferait honneur.

A quinze ans, Henri avait l'air d'un homme, et les passions devaient
être aussi précoces chez lui que le physique; il était grand, bien fait,
d'une figure noble et agréable, aussi prompt à s'excuser d'une faute que
léger à la commettre; il était brave, humain, sensible, mais emporté,
violent, impétueux dans ses désirs, brusque dans ses actions, et ne
connaissant aucun frein, aucune modération. Avec un pareil caractère, et
gouverné par Mullern, il ne pouvait manquer de faire parler de lui en
bien et en mal.

Le séjour du château de Framberg commençait à ennuyer beaucoup notre
jeune homme, qui brûlait du désir de voyager et de connaître le monde.
Tous les jours Mullern lui faisait espérer que le colonel allait
arriver, et qu'alors il changerait de manière de vivre; mais le temps
s'écoulait, et le colonel n'arrivait pas.

Henri, las de se promener à cheval dans le château, étendait, depuis
quelque temps, ses courses dans la campagne, et ne revenait que lorsque
la fatigue ou le besoin le forçait à prendre du repos. Mullern, qui
n'était plus dans l'âge où l'on se fait un plaisir de s'éreinter,
laissait quelquefois son élève faire seul ses promenades lointaines, à
condition cependant qu'il reviendrait toujours avant la nuit.

Un jour il partit comme à son ordinaire, mais l'heure habituelle de son
retour se passa sans qu'il reparût au château. Mullern, occupé à vider
une vieille bouteille de rhum avec M. Bettemann, ne s'aperçut pas
d'abord de l'absence de Henri; cependant la nuit étant avancée, il
demanda si M. le comte était de retour, et on lui répondit que non;
alors il commença à éprouver quelques inquiétudes, mais il présuma que
Henri s'étant éloigné plus que de coutume, n'avait pas prévu que la nuit
le surprendrait avant d'arriver au château.

Cependant le temps se passait: minuit sonna, et Henri ne revenait pas;
Mullern, ne pouvant plus résister à son impatience et à la crainte qu'il
ne fût arrivé quelque malheur à son cher élève, fit seller un cheval, le
monta et ordonna aux autres domestiques de partir tous par différents
chemins pour aller à la recherche de leur jeune maître.

Le temps était sombre; Mullern laissa prendre à son cheval la première
route venue, en ayant soin de lui presser les flancs de manière à ce
qu'il ne s'endormît pas. Après avoir galopé assez longtemps sans
découvrir âme qui vive, Mullern aperçoit enfin une petite lumière dans
l'éloignement: aussitôt il dirige sa course de ce côté, espérant
apprendre enfin quelque chose touchant l'objet de ses recherches.

La lumière que Mullern avait aperçue venait de la croisée d'une ferme
située au milieu des champs. Mullern frappe rudement à la porte; un gros
dogue se fait entendre et répand l'alarme dans toute la maison. «Qui
frappe ainsi? demande une grosse voix partie du rez-de-chaussée.--Allons,
ouvre, butor, et on te l'apprendra.--Ouvrir à c't' heure-ci... oui-dà!
Voyez-vous c'malin qui croit qu'on laisse entrer comme ça les
voleux!...--Qu'appelles-tu voleur! apprends, manant, que c'est un ancien
maréchal des logis, le précepteur du fils du colonel Framberg, qui te
fait l'honneur de venir chez toi.--Oui!... va! j'donnons dans ces
gausses-là!...--Allons, ouvriras-tu? ou avec mon sabre je fais sauter la
serrure.--Ah! il est armé!... Holà, à moi, César, Castor! tombez-moi sur
c'coquin-là!...» En disant ces mots, le fermier ouvre la porte de la
cour et lâche les deux dogues, qui se jettent sur Mullern: celui-ci,
furieux de voir que le paysan n'a pas eu plus de respect en entendant
prononcer ses titres et qualités, entre à cheval dans la cour, coupe la
tête avec son sabre au premier dogue qui se présente à lui, saute à bas
de son cheval, se précipite dans la pièce où était le fermier, et
cherche celui sur lequel il veut exercer sa vengeance. Mais ce dernier,
saisi de crainte en voyant à quel démon il a affaire, prend la fuite
pour aller réveiller les garçons de ferme et toute la maison. Mullern,
que rien n'arrête, monte un escalier, puis un autre, et arrive au
grenier à foin. La porte était fermée. Présumant que son homme s'y est
réfugié, il la force, entre, la referme solidement, et s'occupe à faire
à tâtons l'examen de l'endroit où il est.

Le plus profond silence régnait en ce lieu; cependant, en retournant les
bottes de foin, Mullern croit entendre le bruit d'une respiration
entrecoupée; il s'avance, tâte doucement autour de lui, et reste fort
étonné de sentir sous sa main des appas tout à fait féminins. Il
continue à tâter; on ne bouge point; ce qu'il touche lui fait bien
augurer de ce qu'il ne voit pas; et, animé par la chaleur de son
opération, Mullern commence par se venger sur la femme du fermier de
l'affront que celui-ci lui a fait.

Mais comment la fermière se trouvait-elle là, au lieu d'être
tranquillement à dormir dans son lit?... C'est ce qu'il est bon
d'apprendre au lecteur.

Le fermier était un gros homme tout rond, qui avait dû valoir son prix
dans son temps; mais il commençait à n'être plus de la première
jeunesse, et la fermière, qui était une commère d'une humeur gaie et
d'un tempérament robuste, trouvait, depuis quelque temps, que son époux
n'était plus bon qu'à faire aller la ferme; c'est pourquoi elle avait
jugé à propos de loi adjoindre son premier garçon, jeune homme qui
promettait beaucoup, et qui soulageait le fermier dans ses fonctions
conjugales.

A cet effet, elle se rendait tous les soirs dans le grenier à foin,
pendant que son mari s'occupait en bas à faire ses comptes de la
journée, et le garçon de ferme, de son côté, était exact au rendez-vous.
Ils y étaient donc tous deux; et, dans le feu de leur conversation, ils
n'avaient pas entendu celle qui avait lieu entre Mullern et le fermier.
Ce n'est qu'au moment où celui-ci lâcha ses chiens que le garçon de
ferme avertit sa compagne qu'il se passait quelque chose en bas. La
fermière était d'avis de ne point se déranger pour si peu; mais le jeune
homme, qui ne se souciait pas d'être surpris par son adjoint supérieur,
laissa sa belle pour aller voir ce qui se passait. Il paraît que Mullern
se vengeait vigoureusement, et que la fermière prenait plaisir à
souffrir pour son mari, car notre hussard était encore en train
d'exhaler sa colère, lorsque le bruit que faisaient plusieurs hommes en
montant l'escalier, attira l'attention de la fermière, qui devait être
assez contente de sa nuit. «Il est là, disait le fermier à ses garçons,
j'en sommes sûr!... Gros-Jean, prépare ta fourche; et toi, Pierre, tu le
prendras par le milieu du corps.»

Mais Pierre, qui était le garçon en question, et qui craignait qu'on ne
trouvât la fermière dans le grenier, assurait à son maître que le voleur
n'était pas là, et qu'il l'avait vu se sauver dans la cave. «C'est égal,
dit le fermier, qui avait à cœur la mort de son chien, entrons
toujours là, et s'il n'y est pas, j'varrons toujours ben ailleurs par
après.» En disant ces mots, il se mit à taper sur la porte à coups de
fourche et de balai. La fermière, qui reconnut la voix de son époux,
engagea Mullern, auquel elle portait le plus tendre intérêt, à se sauver
sans délai, s'il ne voulait pas être étranglé par son mari. Mullern,
dont les sens étaient rafraîchis par la vengeance qu'il avait prise, ne
demandait pas mieux que de s'échapper, pensant avec raison que toute sa
valeur ne pourrait rien contre le nombre qu'il aurait à combattre; mais
par où fuir?... il n'y avait pour toute sortie au grenier que la porte
qui était déjà gardée, et une fenêtre donnant sur la cour: la sauter,
c'était éviter un péril pour tomber dans un autre; se cacher sous les
bottes de foin, on ne manquerait pas de les visiter: que faire?... Il
fallait de la présence d'esprit pour se tirer de là; ce fut la fermière
qui en trouva le moyen.

«Eh quoi!... s'écria-t-elle, not'homme, c'est toi qui es là!...--Tiens,
jarni! c'est Catherine! quoi que tu fais donc là?--Pardine, c'est tout
simple, quand j'ai entendu le tintamarre qui se faisait en bas, je
m'suis sauvée dans l'grenier d'peur des voleux...--Il n'y est donc pas,
l'coquin que j'cherchons?--Tiens, s'il y était, est-ce que j'serions
restée si tranquille, oui-dà!... Mais attends, j'vas t'ouvrir, tu verras
toi-même...»

En disant cela, la fermière fit cacher Mullern, et ouvrit la porte.
«Pardine, c'est ben inutile que j'y regardions, dit le fermier, puisque
tu y étais!...--Quand j'vous dis, not'maître, que j'lons vu se sauver à
la cave, reprit Pierre.--Eh bien, descendons-y tous, mes enfants; j'ons
pris ma carabine; et, morguenne, y passera un vilain quart d'heure.» En
disant ces mots, toute la troupe descendit l'escalier pour aller
visiter la cave; et Mullern, qui les suivait par derrière, arriva dans
la cour, y trouva son cheval, sauta dessus, et sortit de la ferme au
grand galop.

Comme le jour commençait à poindre, Mullern pensa qu'il ferait bien de
regagner le château, afin de voir si pendant son absence Henri ne serait
pas revenu. Il commençait à distinguer dans le lointain les tours du
château de Framberg, lorsque le bruit d'un cheval lui fait tourner la
tête; il s'arrête, regarde, et aperçoit Henri qui revenait
tranquillement rejoindre son précepteur.

«Ah! vous voilà donc, monsieur!... je vous retrouve enfin!... N'est-ce
pas une belle heure pour rentrer se coucher!--Eh! toi-même, mon cher
Mullern, d'où viens-tu?... Ah! ah! ah!... comme tu es fait!... où
t'es-tu donc fourré, mon ami, pour qu'on t'ait mis dans un pareil état.»
En effet, Mullern, qui n'avait pas eu le temps de se rajuster, était
couvert de foin depuis les pieds jusqu'à la tête.

«D'où je viens, monsieur! morbleu! vous êtes cause que, pour courir
après vous, je me suis fait de belles affaires; j'ai forcé une maison,
tué les chiens, rossé le fermier, et... un moment plus tard enfin,
j'allais être étranglé, sans la pitié d'une femme qui a trouvé
apparemment que j'étais encore trop jeune pour mourir, et qui m'a
procuré les moyens de m'échapper.--Ah! mon bon Mullern, que je suis
fâché d'être la cause!... Mais aussi, pourquoi vas-tu te mettre dans la
tête de courir après moi? Je ne suis plus un enfant, et je suis assez
grand pour aller tout seul.--Oh! oui, voilà un fier homme!... je
voudrais bien savoir comment, à ma place, vous vous en seriez tiré cette
nuit!... Mais il ne s'agit pas de cela. J'espère, monsieur, que vous
allez me dire ce que vous avez fait depuis hier.--Oui, mon ami, tu vas
tout savoir, et tu verras toi-même que je n'ai pas tort.--J'en doute
beaucoup, mais c'est égal, parlez.--Tu sauras donc qu'après avoir
longtemps parcouru la campagne, je me trouvai surpris par la nuit et
fort loin du château; comme j'étais incertain de la route qu'il me
fallait prendre pour y revenir, je m'adressai à un paysan, qui m'apprit
que je n'étais qu'à deux lieues d'Offembourg. J'avais donc fait près de
six lieues en m'éloignant du château. Je pouvais m'égarer en y
retournant; je pensai qu'il était plus sage d'aller passer la nuit à la
ville. J'en demandai le chemin au paysan, qui me l'indiqua, et je
partis. Mais je n'avais pas fait un quart de lieue, lorsque j'aperçus
une petite maison, simple, mais de bonne apparence; je m'approche. O
surprise!... des sons mélodieux parviennent jusqu'à moi; une musique
divine se fait entendre, et je reste près d'une heure immobile devant
cette habitation, écoutant une voix qui va jusqu'à mon cœur!--Ah,
diable!--Poussé enfin par la curiosité, ou plutôt par le sentiment
secret qui me maîtrisait, je résolus de connaître la personne qui
faisait naître en mon âme de si douces sensations!... Je frappe, une
bonne vieille m'ouvre la porte; je demande à parler à la maîtresse de la
maison. Elle m'introduit dans un petit salon; une dame d'un âge mûr
était occupée à lire, et auprès d'elle... Ah!... mon ami!... comment
pourrai-je te peindre ce que l'univers a de plus parfait!... ce que la
nature a formé de plus beau, un ange enfin!...--Et cet ange faisait de
la musique?--Oui, mon ami; c'était la personne que j'avais entendue. A
mon approche, elle se tut; la vieille dame se leva, et demanda ce qui
lui procurait l'honneur de me voir. Je me nommai, et je lui racontai
comment je m'étais égaré de ma route sans m'en apercevoir. Au nom du
comte de Framberg, je vis un sourire de bienveillance animer sa
physionomie.--Parbleu! je le crois bien.--Elle m'offrit d'attendre le
jour dans sa maison. Je lui exprimai mes craintes de la déranger.--Et
cependant vous restâtes?--Sans doute!... Je me plaçai à côté de ces
dames; la conversation s'engagea: la jeune personne paraissait timide et
réservée; mais la vieille dame, qui était un peu bavarde, m'apprit que,
depuis douze ans environ, elles habitaient la maison où je les avais
trouvées; qu'elles ne voyaient personne, parce que le père de Pauline
(c'est le nom de la jeune demoiselle) n'aimait pas la société; qu'il
était absent depuis quelque temps pour des affaires d'importance, et
qu'elles attendaient avec impatience son retour, qui devait leur
apprendre si le but de son voyage était rempli.--Oh! oh! voilà bien du
mystère!... Enfin?--Enfin, mon ami, tout en parlant ainsi, la nuit
s'écoula; dès que j'aperçus le point du jour, je me levai, en faisant
mes excuses à ces dames de les avoir fait veiller si tard...--Après?--Je
leur demandai la permission de venir quelquefois troubler leur
solitude; la bonne dame fit d'abord quelques difficultés...--Il fallait
lui dire que vous étiez mon élève.--Mais enfin elle consentit à me
recevoir quelquefois, afin d'égayer un peu la solitude de sa chère
Pauline, et parce qu'elle pensait que le fils du colonel Framberg était
digne de cette préférence. J'étais au comble de la joie! La jeune
personne ne me parut pas fâchée de la détermination de sa tutrice, et je
m'éloignai, emportant avec moi l'espoir de revoir bientôt celle qui
occupera désormais toutes mes pensées!--C'est très-bien, monsieur;
ainsi, à seize ans, vous voilà déjà amoureux!...--Oh! pour la vie,
Mullern!...--Vous avez joliment profité des leçons de sagesse que je
vous ai données!... Allons, croyez-moi, laissez là votre nouvelle
passion, qui ne vous conduira à rien de bon!... et qui vous fera faire
plutôt quelques sottises, si je n'y prends garde...--Tu n'y penses pas,
Mullern; que j'oublie cette femme adorable!... cette femme pour qui je
donnerais déjà ma vie!... Mais tu n'as donc jamais aimé?...--Pardonnez-moi,
monsieur; j'ai aimé la gloire, le vin et les femmes; mais quant à ces
dernières cependant, je ne m'y suis jamais livré que modérément, et j'ai
toujours eu soin d'éviter ces grandes passions qui vous écartent de vos
devoirs, vous font vivre en Don Quichotte, et vous donnent l'air d'un
imbécile!... Croyez-moi, c'est ainsi que l'on est heureux, et non pas en
se remplissant la tête de chimères qui ne deviennent jamais des
réalités!...--Malgré tous tes beaux discours et ta morale, dont je fais
beaucoup de cas, tu ne m'empêcheras pas, mon cher Mullern, de croire
que l'amour véritable est le seul bonheur sur la terre; et qu'importe
que ce soit une chimère, si elle nous rend heureux?--Allons, je vois
bien que je perdrais mon temps à vous moraliser, et j'y renonce; mais au
moins je voudrais que l'objet de votre transport en fût digne, et non
pas que vous vous livrassiez à une aventurière, comme un apprenti en
amour!...--Ah! garde-toi, Mullern, d'outrager celle que j'aime!...--Mais
savez-vous seulement le nom de son père?--Certainement; il se nomme
Christiern.--Christiern!... je n'ai jamais entendu ce nom-là sur le
champ de bataille!...--Et pourtant il est militaire.--Militaire! c'est
bien heureux.--Ainsi tu vois que ce sont des femmes...--Je vois... je
vois que nous voici au château, et qu'il est temps d'aller se coucher;
en vérité, monsieur, vous me faites mener une jolie vie!... Un maréchal
des logis se mettre au lit quand tout le monde se lève!...--Mais qui
t'empêche de rester debout?--C'est que je suis éreinté d'avoir galopé
toute la nuit!...--Et peut-être aussi de t'être tant roulé sur le foin,»
ajouta Henri en riant.

Ici Mullern se mordit les lèvres et rentra dans sa chambre, de peur que
ce ne fût au tour de son élève à lui donner des leçons.



CHAPITRE VII.

RÉCEPTION DU COLONEL.


Pendant près de six mois qui s'écoulèrent après l'aventure de Henri, il
se rendit tous les jours à la maison de sa belle, malgré les
représentations de Mullern, et la fatigue que lui occasionnaient ces
courses réitérées.

Un jour, pourtant, Mullern fut très-étonné, en se levant, de trouver
encore Henri au château. «Eh quoi! vous n'êtes pas parti?--Non, Mullern,
et je reste.--Bah! votre Dulcinée vous aurait-elle déjà joué quelques
tours de sa façon?--Ma Pauline est incapable de changer!...--Elle vous a
donc dit qu'elle vous aime?--Penses-tu que, depuis près de six mois que
je la vois, nos cœurs ne se soient pas entendus, et que nos yeux
n'ont pas exprimé notre amour?...--Oh! je vois bien que c'est une
demoiselle qui connaît le service!--Si je n'y suis pas allé ce matin,
c'est que la bonne dame Reinstard (c'est le nom de celle qui lui sert de
mère) m'a averti que le père de ma Pauline devait arriver d'un moment à
l'autre, et qu'il pourrait se formaliser de mes visites avant d'être
instruit du commencement de notre connaissance.--Ainsi vous voilà
séparé de votre belle pour longtemps.--Pour longtemps!... oh! j'espère
bien d'ici à quelques jours me présenter à son père; il me verra, il
m'aimera, et...--Et si c'est un homme raisonnable, il vous mettra à la
porte de chez lui.--En vérité, Mullern, tu me désespères avec tes
réflexions.--Ah! c'est que moi je ne suis pas amoureux, je dis ce que je
pense.»

Au bout de quinze jours, Henri, ne pouvant plus tenir à son impatience,
résolut d'aller à la demeure de son amante; mais cette fois Mullern
voulut accompagner son élève, car il était bien aise de voir le père de
la demoiselle, et de connaître aussi l'objet de ses affections. Henri
aurait préféré aller seul; mais Mullern lui objecta qu'il était plus
convenable qu'il l'accompagnât, et que si le père de Pauline était un
brave militaire, la vue d'un ancien maréchal des logis lui inspirerait
plus de confiance que celle d'un jeune étourdi. Ils partirent donc tous
deux. Henri, pressé par le désir de voir sa belle, faisait aller son
cheval ventre à terre; Mullern avait beau lui crier qu'il ne pouvait pas
le suivre, c'était une raison de plus pour que notre jeune homme ne
s'arrêtât pas.

Enfin, ils aperçoivent cette maison tant désirée. Henri est bientôt en
bas de son cheval; Mullern examine l'habitation, qui a peu d'apparence,
et branle la tête d'un air mécontent. Henri frappe. Au bout de quelques
minutes une vieille femme vient ouvrir la porte; mais Henri ne reconnaît
plus la domestique qu'il a coutume de voir; il demande, en tremblant:
«M. Christiern?--Il n'habite plus ici depuis huit jours,
monsieur.--Grand Dieu! et sa fille? et madame Reinstard?--Sa fille a
suivi son père, et madame Reinstard les a accompagnés.» Henri reste
comme frappé par la foudre; Mullern rit aux éclats.

«Ah! ah! ah! mille bombes! je suis bien aise que vous soyez débarrassé
de votre belle inconnue...--Non, fût-elle au bout de l'univers, je l'y
découvrirai!» s'écrie Henri; et il commence par interroger la bonne
femme sur le départ de M. Christiern; mais il ne peut rien en apprendre,
sinon que les trois personnes qui habitaient la maison sont parties sans
faire connaître le motif ni le but de leur voyage, et que la personne
qui y demeure maintenant ne connaît nullement ses prédécesseurs. En
disant ces mots, la vieille ferme la porte, et laisse nos voyageurs sur
le grand chemin.

Henri, désespéré, veut aller à Offembourg, parcourir les environs, se
mettre en quatre pour retrouver sa belle; mais Mullern n'entend pas
raison, et il le force à reprendre avec lui le chemin du château.

Ils y étaient depuis quelques jours, Henri ne rêvant que voyage et
enlèvements, et Mullern se félicitant du dénoûment de cette intrigue,
lorsqu'ils apprirent que le colonel Framberg serait sous peu de retour
au château.

Mullern ne se sent pas de joie. Il va revoir son colonel, son
bienfaiteur! Il met tout sens dessus dessous pour que le comte soit reçu
dans ses domaines avec les honneurs qui lui sont dus.

Tous ses vassaux prennent les armes; Mullern les exerce depuis le matin
jusqu'au soir, ordonne des combats, des évolutions. M. Bettemann
lui-même, qui, depuis quelque temps, n'était plus propre qu'à s'enivrer,
M. Bettemann est forcé de porter le mousquet, de prendre part aux
exercices, et de monter deux fois par jour la garde sur les remparts du
château, ce qui ne laisse pas de lui déplaire fort; mais Mullern pense
que c'est le meilleur moyen de le former.

Henri oublie un moment celle qui lui fait tourner la tête, et l'arrivée
de son père, qu'il n'a pas vu depuis longtemps, occupe tout à fait ses
esprits; il partage l'activité de Mullern, et attend avec impatience le
moment de presser son père dans ses bras. Il arrive enfin ce moment si
désiré. M. Bettemann, qui était en sentinelle ce jour-là, aperçoit de
loin la voiture du colonel. Suivant les ordres de Mullern, il tire son
coup de fusil pour annoncer son arrivée, et tombe par terre à la détente
de l'arme à feu.

Tout est bientôt en mouvement dans le château; Mullern court relever la
sentinelle; il fait baisser le pont-levis, tous les paysans se rangent
sur deux lignes. Mullern leur recommande de tirer tous ensemble dès que
la voiture entrera dans le château, et M. Bettemann se sauve à la cave
pour ne pas entendre ce bruit épouvantable; mais Mullern, qui ne le perd
pas de vue, court après lui, et le force à rentrer dans les rangs, en
lui donnant un vieux fusil, qui, lui assure-t-il, fera bien moins
d'effet que l'autre.

Enfin le bruit des chevaux se fait entendre, la voiture passe le
pont-levis, Mullern donne le signal: tous les paysans tirent à la fois.
M. Bettemann, effrayé ou électrisé par cette décharge soudaine, essaye
de faire comme les autres; mais le fusil, qui n'avait pas servi depuis
longtemps, se crève et éclate dans le nez de M. Bettemann, qui se roule
en hurlant sous les pieds des chevaux: ceux-ci, que les cris du
précepteur effarouchent, se mettent à galoper dans la cour à tort et à
travers, faisant fuir devant eux les vassaux du colonel; Mullern crie à
tue-tête pour rallier sa troupe; Henri court après les chevaux, qui,
stimulés par le vacarme, galopent de plus belle, et ne s'arrêtent que
devant une mare, dans laquelle ils font rouler la voiture, qui écrase,
en tombant, une demi-douzaine de canards.

Enfin les chevaux sont arrêtés, et Henri court relever son père qui a
roulé dans la mare, mais qui, heureusement, en est quitte pour son grand
uniforme couvert de fange, et pour avoir au derrière une oie qui avait
cherché son refuge près de lui, et qui s'était attachée à sa culotte.

Pendant que l'on s'occupe à ôter l'animal, qui ne voulait pas lâcher
prise, Mullern s'avance d'un air consterné. «Ah! mon colonel!...
daignerez-vous excuser... si la réception que je vous avais préparée a
manqué son effet!...--Ce n'est rien, mon cher Mullern, ton intention
était bonne et cela me suffit.--C'est la faute de ce b..... de
Bettemann; mon colonel!...--J'en serai quitte pour changer d'habit.--Et
lui pour un œil, mon colonel.--Mais où est mon fils!... Mon Henri,
viens donc dans mes bras!...» Le jeune homme se précipite dans les bras
du colonel, qui le regarde avec attendrissement, en s'écriant: «C'est
elle!... c'est ma Clémentine!...» Et il le serre tendrement contre son
cœur. Henri, de son côté, sentit naître dans son âme le sentiment
profond de respect et de reconnaissance qu'il devait à celui qu'il
regardait comme son père.

Après quelques instants donnés à la sensibilité, le colonel pensa qu'il
ne ferait pas mal d'aller se déshabiller; il engagea Henri à aller voir
si tout était rentré dans l'ordre au château, et il fit signe à Mullern
de le suivre dans son appartement.

«Eh bien! mon cher Mullern, dit le colonel lorsqu'ils furent seuls,
c'est à toi que j'ai confié mon cher Henri, il y a près de douze ans.
Pendant que j'ai employé ce temps à parcourir le monde, à battre les
ennemis, à me distraire enfin du souvenir déchirant de la perte d'une
femme qui méritait si bien mes larmes et mes regrets, comment l'as-tu
passé, toi, que j'ai chargé spécialement de former le cœur de mon
fils? Tu n'as pu encore me rendre compte de tes peines, de tes soins, et
de la manière dont tu t'y es pris pour faire de Henri un homme dont je
n'aie jamais à rougir; dis-moi, y as-tu réussi?--Oui, mon colonel, et
fièrement réussi, je m'en vante. Allez, le jeune homme est un gaillard
qui fera des siennes!...--Comment!...--C'est-à-dire, mon colonel, qu'il
fera parler de lui: d'abord, il est brave, j'en réponds!... et il se
bat! ah! j'espère que vous le verrez vous-même, et que vous m'en ferez
compliment!...--Ensuite?--Ensuite, il est humain, généreux, sensible!
Oh ça, pour sensible!...--Je vois qu'il aura toutes les vertus de sa
mère.--Oh! oui, mon colonel, je crains seulement que cette
sensibilité-là ne le mène trop loin!...--Que veux-tu dire?--Oh! c'est
que le jeune homme aura diablement de goût pour le sexe!...--Tu
crois?--Parbleu, si je le crois...» (Ici, Mullern s'arrêta, se rappelant
qu'il avait promis à Henri de cacher au colonel son aventure avec sa
belle.)

«Ainsi, Mullern, tu es donc entièrement satisfait de mon fils?--Oui, mon
colonel, très-satisfait; c'est un élève qui me fera honneur un jour,
j'en suis certain. Ce n'est pas qu'il n'ait bien aussi quelques petits
défauts... D'abord, il est violent, impatient, emporté...--Oh! oh! tu ne
m'avais pas dit cela!--Mais, soyez tranquille, mon colonel, ces défauts
se corrigent avec l'âge, et, lorsque le cœur est bon, il y a toujours
du remède, et le sien l'est! oh! j'en réponds, autant que le vôtre, mon
colonel!... il était digne d'être votre fils...--Que dis-tu, Mullern?»
s'écria vivement le colonel. Mullern se troubla, se gratta l'oreille, et
s'aperçut qu'il avait dit une bêtise; cependant il prit son parti, et
répondit: «Ma foi, mon colonel, puisque le mot est lâché, je ne
chercherai pas à me rétracter; d'ailleurs, tenez, je ne sais pas
dissimuler, et j'avoue que cela me coûtait d'avoir quelque chose à vous
cacher, mon colonel.--Eh bien! Mullern, puisque tu sais le secret de la
naissance de Henri, je ne veux plus feindre avec toi; d'ailleurs, le
hasard!... les événements me forceront peut-être un jour à tout lui
dire; et si je venais à perdre la vie avant de lui avoir révélé ce
secret, je ne serais pas fâché qu'un autre que moi en fût dépositaire.
Mais, songe bien, Mullern, à ne jamais divulguer à personne ce que je
vais t'apprendre, sans y être forcé par les circonstances les plus
impérieuses, ou sans un ordre de ma part!...--Soyez sans inquiétude, mon
colonel, je vous en donne ma parole; vous me connaissez, et vous savez
que Mullern est incapable de violer son serment.» Le colonel Framberg
apprit alors à Mullern tout ce qui concernait la naissance de Henri,
ainsi que le véritable nom de son père, que Clémentine lui avait dit.

Plusieurs mois s'écoulèrent. Le colonel Framberg aimait Henri comme son
fils; mais il s'aperçut cependant que l'élève de Mullern n'était pas
tout à fait aussi parfait que ce dernier le lui avait dit; Henri était,
malgré cela, beaucoup plus sage dans le château depuis que le colonel y
était de retour.

Un jour, le comte de Framberg fit venir Henri dans son appartement, et
lui parla en ces termes: «Mon cher fils, tu commences à être d'un âge où
le séjour d'un vieux château, habité seulement par ton père, n'est plus
suffisant pour toi. Tu n'as cependant que dix-sept ans, mais tu as l'air
d'un homme, et je crois que je puis, sans danger, te livrer pour quelque
temps à toi-même.--Comment! mon père? s'écria Henri.--Oui, mon ami, je
veux dire que tu vas voyager, tu vas apprendre à connaître le monde. Je
suis parti pour l'armée à quinze ans!... Ainsi tu vois que j'étais plus
jeune que toi.--C'est donc à l'armée que vous m'envoyez, mon
père?--Non, mon cher Henri; comme tu ne parais pas avoir un goût bien
décidé pour le métier des armes, malgré l'éducation que Mullern t'a
donnée, nous attendrons que le désir t'en vienne. Mais je ne veux pas
que tu passes ta jeunesse dans ce château; tu vas voyager, parcourir le
monde; cela te formera tout à fait.--Et vous, mon père?--Moi, mon ami,
je commence à être d'un âge où l'on préfère le repos à tous les
plaisirs; je reste donc dans ce château, et j'y attendrai tranquillement
ton retour, bien persuadé que la conduite que tu tiendras loin de moi ne
me forcera pas d'aller te chercher.--Ah! mon père!... soyez sûr que je
n'oublierai jamais vos leçons.--En ce cas, c'est donc une chose
arrangée; tu partiras dans huit jours. J'aurais bien voulu que Mullern
t'accompagnât dans tes voyages, mais ce bon hussard, dont je suis séparé
depuis longtemps, sera la seule personne qui partagera ma solitude
pendant ton absence; d'ailleurs, le repos lui devient nécessaire aussi,
et il restera auprès de moi. Tu prendras Franck, le fils du jardinier,
pour te servir de domestique; il m'a paru intelligent: je crois que tu
en seras content.»

Henri, enchanté de la détermination de son père, prépara tout pour son
voyage. Le souvenir de sa chère Pauline ne s'était jamais effacé de sa
mémoire, et il espérait, dans le cours de ses voyages, parvenir à savoir
ce qu'elle était devenue.

Le jour du départ arriva; Henri s'éloigna du château de Framberg,
accompagné de Franck, et bien pourvu de tout l'argent qui lui était
nécessaire. Le colonel pleura en voyant son Henri se séparer de lui, et
Mullern lui-même sentit quelques larmes couler sur ses joues, en
quittant celui dont il avait formé la jeunesse, et pour lequel il aurait
donné sa vie.

Dix-huit mois s'écoulèrent pendant lesquels Henri donna assez
régulièrement de ses nouvelles; mais, au bout de ce temps, les lettres
cessèrent. Le colonel et Mullern, alarmés tous deux de ce silence, ne
savaient qu'en conclure. Enfin le colonel se décida à faire prendre des
informations sur la conduite de son fils, et il apprit qu'elle n'était
pas aussi exemplaire qu'il s'était plu à le croire, et que le jeune
homme se livrait à toutes ses passions. D'abord Mullern prit le parti de
son élève, et chercha à l'excuser auprès de son colonel, en lui répétant
qu'il fallait que la jeunesse se passât, et que lui, étant jeune, en
avait fait bien d'autres. Le colonel finissait toujours par s'apaiser;
mais bientôt une nouvelle plus importante vint mettre fin aux discours
de Mullern: on apprit au colonel que son fils était à Strasbourg avec
une jeune personne inconnue, qu'il était sur le point d'épouser. Le
colonel pensa qu'il était de son devoir de prévenir la sottise que Henri
était prêt à faire, et se décida à partir pour Strasbourg avec Mullern.

«Ah! il a le diable au corps avec les femmes, ce jeune homme-là!...
s'écriait Mullern, en voyageant avec son colonel. Je lui avais bien dit
que cela lui jouerait de mauvais tours!... Mais, ventrebleu! j'aurais
plutôt arrêté un boulet que de lui faire entendre raison!»

Le colonel ne répondait rien, mais il commençait à croire que Mullern
était meilleur pour se mesurer avec l'ennemi que pour faire une
éducation.

Enfin, ils arrivèrent à Strasbourg, où ils apprirent que Henri était
parti depuis peu pour Paris. Le colonel, sans s'arrêter, prend la route
de la capitale avec Mullern; et, arrivés à Paris, ils sont informés que
Henri en est reparti la veille pour retourner à Strasbourg.

«Retournons aussi à Strasbourg, dit le colonel à Mullern.--Ah! mille
citadelles! mon colonel, répond Mullern, je crois que le jeune homme se
moque de nous.»

Nous avons vu comment, dans un chemin de traverse que le postillon avait
pris pour arriver plus vite, celui-ci versa dans un fossé Mullern et son
colonel; mais nous ne savons pas comment Mullern se tira de la cave où
nous l'avons laissé; il est temps d'aller à son secours.



CHAPITRE VIII.

L'HOMME MYSTÉRIEUX.


«Miséricorde!... au secours!... s'écrie la personne sur le nez de
laquelle Mullern était tombé.--Qui es-tu? parle! dit ce dernier, en lui
mettant son sabre sur la poitrine.--Ah! grand Dieu!... c'est un chef de
voleurs!...--Répondras-tu, Jeanfesse, au lieu de te lamenter? dis, qui
es-tu? que faisais-tu là?--Je suis le concierge de cette maison; et, en
l'absence de mon maître, j'étais descendu à la cave où je me suis
endormi en...--En buvant le vin qu'elle renferme. Ah! je commence à
comprendre!... Je te tiendrais bien volontiers compagnie, mon ami; mais
mon colonel est là-haut qui attend le résultat de mes recherches, et je
ne veux pas le laisser languir plus longtemps; allons donc lui donner de
la lumière; après cela, si tu veux, nous redescendrons ici, où je
t'aiderai avec plaisir à vider quelques flacons.»

En disant ces mots, Mullern pousse son hôte vers l'escalier. Celui-ci,
après avoir ramassé sa chandelle, monte en tremblant devant Mullern, ne
sachant encore que penser de cette aventure.

Arrivé dans une pièce du haut, Carll (c'est le nom du concierge) allume
sa chandelle sans oser lever les yeux sur la personne qui est avec lui.
«Allons, marche devant moi, lui dit Mullern, que nous retrouvions mon
colonel.»

Après avoir parcouru plusieurs chambres, ils rencontrent enfin le
colonel et le postillon, qui étaient très-inquiets de l'absence de
Mullern. «Tenez, mon colonel, dit ce dernier, voici le seul être vivant
de cette maison; je l'ai découvert à la cave!--Ah! brave homme, dit le
colonel à Carll, daignerez-vous excuser la manière dont nous nous sommes
introduits dans cette maison?» Carll, que la peur avait dégrisé,
écoutait avec attention le colonel. «Vous n'êtes donc pas des
voleurs?... s'écria-t-il, quand ce dernier eut fini de parler.--Qu'appelles-tu
des voleurs? dit Mullern.--Non, mon ami, reprit le colonel, nous sommes
des voyageurs. Je me rendais à Strasbourg avec ce brave militaire,
lorsque notre chaise a versé dans un fossé; je me suis blessé à la
jambe, et, n'apercevant nul abri pour passer la nuit, nous avons cherché
à entrer dans cette maison, dans l'espérance que nous y trouverions
quelque secours.--Oh! dès que vous êtes des voyageurs, je suis tout à
vot' service, monsieur. Mon maître est absent depuis quelques jours; en
attendant qu'il revienne, je vais vous conduire dans une chambre où vous
trouverez un bon lit.--A la bonne heure, mon vieux, dit Mullern, en
frappant sur l'épaule de Carll, voilà qui me réconcilie avec toi; je
vois que tu es un bon enfant, et que nous nous arrangerons
ensemble.--Mais, dit le colonel à Carll, vous m'avez dit que votre
maître était absent; s'il revenait, ne craignez-vous pas qu'il ne vous
gronde de votre généreuse hospitalité?--Non, monsieur, répond Carll, mon
maître est un homme singulier, quelquefois sombre et silencieux, ou bien
gai et causeur; mais, du reste, je l'ai toujours vu assez humain envers
tout le monde, et je ne doute pas qu'il n'approuve ma conduite à votre
égard.--Eh! morbleu! à moins que ce ne soit un ours, nous
l'apprivoiserons,» dit Mullern.

Le colonel, qui avait grand besoin de repos, pria le concierge de
vouloir bien le conduire dans l'endroit qu'il lui destinait. Carll
s'empressa de lui obéir; Mullern et le postillon portèrent le colonel
sur leurs bras; car sa blessure était empirée au point qu'il ne pouvait
plus se soutenir. Ils arrivèrent dans une chambre agréablement située,
ayant vue sur le jardin qui était derrière la maison. Le colonel se fit
mettre au lit, et engagea Mullern à aller aussi se reposer, l'assurant
qu'il l'appellerait dès qu'il aurait besoin de lui.

«Ah ça! mon brave, dit Mullern à Carll, en descendant de la chambre du
colonel, quoique nous soyons diablement fatigués, moi et ce grand
nigaud-là (en montrant le postillon) qui ne dit rien, mais qui n'en
pense pas plus, je crois qu'avant de nous coucher nous ne ferions pas
mal de nous restaurer un peu; car, depuis près de douze heures, nous
n'avons rien pris; et moi, je ne puis m'endormir quand j'ai le ventre
creux.--Voilà qui est bien parlé, M. Mullern, dit le postillon, et je
suis tout à fait de votre avis.--En ce cas, messieurs, je vais tâcher
de vous donner à souper, mais vous mangerez ce qu'il y aura!...--Oh,
nous ne sommes pas difficiles, à la guerre comme ailleurs, je mange ce
qu'on me donne; mais j'ai cru m'apercevoir que la cave était bien
garnie...» Carll se mit à rire, et ces messieurs s'occupèrent aussitôt
des préparatifs de leur souper.

Tout fut bientôt prêt, et ils se mirent à table. Mullern complimenta
Carll sur son vin; le postillon ne disait pas une parole, de peur de
perdre un coup de dent, et le concierge, qui avait un grand faible pour
le vin, et était enchanté de trouver des gens capables de lui tenir
tête, fut bientôt de très-belle humeur et fort en train de causer. Il se
mit à raconter à ses hôtes la manière de vivre de son maître. «C'est un
drôle d'homme, leur dit-il, que M. de Monterranville; il passe sa vie à
courir les champs, à voyager je ne sais où, ou à s'enfermer dans cette
maison, où il ne voit personne que moi et un grand diable que je ne
connais pas. Il est tantôt triste, tantôt gai; enfin, depuis près de dix
ans que j'habite avec lui cette demeure, je n'ai pas encore pu définir
son caractère, ni comprendre le motif de ses fréquentes
absences!...--C'est que tu n'es pas un malin, toi, triple cartouche! On
ne m'en a jamais fait accroire, à moi; et, en voyant un homme, j'ai
toujours deviné dans ses yeux ce qu'il était!...--Bah! dit le postillon,
il y a des figures où l'on ne comprend rien du tout!...--Il y en a aussi
de bien trompeuses! reprit Carll.--Tout cela ne fait rien, mes amis,
continue Mullern; un homme a beau vouloir cacher ce qui se passe dans
son âme, un coup d'œil pénétrant parviendra toujours à découvrir la
vérité; et je crois que, malgré toute l'astuce dont certaines gens sont
capables, la nature n'a pas donné le même regard au scélérat et à
l'homme vertueux: aussi, que je voie seulement une fois ton M. de
Monterranville, et je t'aurai bientôt dit ce qu'il est.»

Après avoir encore longtemps vanté sa pénétration en physionomie,
Mullern s'aperçut enfin que ses deux convives ne l'écoutaient plus, et
qu'ils dormaient profondément. S'étendant alors tout de son long dans un
fauteuil, il ne tarda pas à les imiter, et ils ronflèrent bientôt à
l'unisson.

Le lendemain, le colonel n'était pas en état de se lever; il avait mal
passé la nuit, et sa blessure, irritée par la fatigue qu'il avait
éprouvée depuis plusieurs jours, et par l'impatience qui échauffait son
sang, prenait un caractère fort alarmant. Le bon Carll, qui était un peu
médecin, lui mit un appareil sur la jambe, et lui ordonna la plus grande
tranquillité; c'était bien ce qui faisait le plus damner le colonel;
mais il fallut se soumettre à la nécessité.

Le postillon partit pour Strasbourg, avec ordre de ramener sous peu des
chevaux. Le colonel et Mullern étaient depuis huit jours dans la maison
isolée, lorsque le propriétaire revint de son voyage. Le colonel était
au désespoir d'être ainsi à la charge d'une personne qu'il ne
connaissait pas; mais M. de Monterranville, en apprenant ce qui s'était
passé dans sa maison, loua beaucoup la conduite de Carll, et monta dans
la chambre du colonel, afin de l'assurer du plaisir qu'il éprouvait
d'avoir pu lui être utile dans cette fâcheuse circonstance.

Le colonel était dans son lit, et s'entretenait avec Mullern de la
conduite de Henri, lorsque son hôte entra dans sa chambre; il s'approcha
du lit du colonel, en lui disant que, quoiqu'il fût désespéré de
l'accident qui lui était arrivé, il se félicitait de ce que c'était dans
sa maison qu'il avait trouvé du secours. Pendant que le colonel
répondait à ces discours obligeants, Mullern s'était retiré de côté, et
s'amusait à considérer les traits de ce nouveau personnage.

M. de Monterranville était un homme d'une cinquantaine d'années, grand,
maigre, d'un teint olivâtre, les yeux vifs et perçants lorsqu'il
regardait quelqu'un en face, mais il les tenait ordinairement baissés:
du reste, d'une figure assez belle et d'une tournure distinguée.

«Je n'aime pas cet homme-là, se dit en lui-même Mullern, après avoir
considéré M. de Monterranville; ou je me trompe fort, ou il n'est pas
franc dans ses discours.»

Quant au colonel, il remercia beaucoup le propriétaire de la maison, et
se félicita d'être si bien tombé. Ce dernier le quitta en le priant de
faire comme chez lui.

Lorsqu'il fut parti, Mullern fit part à son colonel de ses pensées
relativement à leur hôte; mais le colonel le traita de visionnaire, et
ne partagea pas son opinion.

La chambre où couchait Mullern se trouvait positivement en face de celle
du maître de la maison; seulement, comme elle était un étage plus haut,
il pouvait distinguer, par-dessus les demi-rideaux qui étaient aux
fenêtres, ce qui se passait dans l'appartement de ce dernier.

En rentrant se coucher, Mullern faisait ses conjectures sur la personne
chez laquelle ils étaient: tout en réfléchissant, l'heure s'écoula, et
il vit à sa montre qu'il était près de minuit. Il se leva pour éteindre
sa chandelle, et, en passant près de sa fenêtre, aperçut de la lumière
dans la chambre de M. de Monterranville; la curiosité et le désir de
voir s'il ne découvrirait pas quelque chose qui pût justifier ses idées,
l'engagèrent à regarder un moment chez son voisin. Il éteignit sa
chandelle pour qu'on le crût couché, et se posta doucement dans une
encoignure de sa croisée.

Il resta assez longtemps dans cette position sans rien voir; ennuyé
d'attendre inutilement, il allait se coucher, lorsqu'il aperçut M. de
Monterranville se promenant à grands pas dans sa chambre, comme un homme
absorbé dans ses réflexions; il le vit ensuite ouvrir son secrétaire, en
tirer plusieurs sacs d'argent, les examiner, en compter quelques-uns,
puis laisser tout cela pour retomber dans ses rêveries. Ennuyé de ne pas
en voir davantage, Mullern prit le parti de se coucher, fort mécontent
de ne pouvoir deviner ce que tout cela voulait dire.

Le lendemain, même manége de la part de Mullern, même conduite de M. de
Monterranville, si ce n'est qu'il ne toucha pas à son secrétaire; mais
il continua de se promener lentement, s'arrêtant quelquefois pour se
frapper le front, ou bien se jetant sur une chaise dans l'attitude du
plus violent désespoir.

Mullern finit par envoyer au diable son hôte et ses promenades
mystérieuses, et se coucha, en pensant que M. de Monterranville était
somnambule, ou qu'il avait des accès de folie.

Cependant le temps s'écoulait, la blessure du colonel se guérissait,
mais lentement. Ennuyé de ne point avoir de nouvelles de Henri, et
voyant bien qu'il ne pourrait courir de longtemps sur ses traces, il
résolut d'envoyer Mullern en avant, pour apprendre enfin où les choses
en étaient, et il le fit venir dans sa chambre pour lui faire part de
son projet.

«Mullern, lui dit-il, quand ils furent seuls, je ne puis résister à mon
impatience, il faut absolument que je sache ce que fait maintenant
Henri.--Mille bombes! mon colonel, croyez-vous que je ne le désire pas
autant que vous, et que je ne fume pas aussi de vous voir encloué dans
votre lit comme une vieille pièce de quarante-huit?... Mais que
voulez-vous, mon colonel! il faut prendre courage...--Écoute, Mullern,
si tu le veux, j'attendrai plus patiemment ma guérison.--Si cela dépend
de moi, mon colonel, vous savez que vous n'avez qu'à parler.--Eh bien,
en ce cas, mon cher Mullern, tu vas partir pour Strasbourg, et courir
sur les traces de Henri.--Quoi! mon colonel, vous voulez que je vous
laisse seul dans cette vieille citadelle démolie?...--Pourquoi
pas?--Ayant pour toute compagnie un homme qui ressemble assez à un
orang-outang?--Songe donc que bientôt je serai guéri, et qu'alors j'irai
te rejoindre.--Ce sera à regret que je vous quitterai, mon colonel; mais
cependant, puisque vous le voulez, je dois obéir.--N'oublie pas,
Mullern, que les moments sont précieux! Tu sais ce qu'on nous a dit de
Henri!... Je tremble qu'il ne soit déjà marié!...--Ah! laissez donc, mon
colonel; il n'osera jamais faire une telle sottise sans votre
consentement... D'ailleurs, si cela est...--Si cela est...--Oui, mon
colonel, qu'est-ce que je ferai, si cela est?--Ma foi!... tu feras... ce
que tu jugeras convenable; mais si, comme je l'espère, cela n'est pas,
alors fais en sorte de voir l'objet qui captive le cœur de notre
jeune homme, et surtout ne te laisse pas tromper par les
apparences!...--Soyez tranquille, mon colonel, ce n'est pas à moi qu'on
en revend, surtout en fait de femmes; et la prude la plus pincée ne me
prendrait pas dans ses filets.»

La chose une fois arrangée, Mullern s'occupa de son départ: le postillon
avait depuis longtemps ramené les chevaux qu'on lui avait demandés;
Mullern en monta un; et, après avoir bien recommandé son maître au vieux
Carll, qu'il aimait beaucoup mieux que le maître de la maison, et fait
ses adieux à son colonel, il prit au grand galop la route qui devait le
conduire près de son élève.

Nous allons laisser le colonel chez M. de Monterranville, et voir un peu
ce que fit Mullern à Strasbourg.



CHAPITRE IX.

ENCORE UN GRENIER.


Mullern arriva à Strasbourg sur les neuf heures du soir, et entra au
_Cheval blanc_, première auberge qui se trouva sur son passage. «Allons
vite, à souper pour moi et pour mon cheval, dit Mullern en entrant dans
une salle de l'auberge, où plusieurs voyageurs étaient rassemblés autour
d'une table.--Monsieur va être servi,» dit d'une petite voix flûtée une
grosse dondon qui paraissait supporter à elle seule toutes les fonctions
de la maison.

Mullern s'approche de la cheminée en attendant qu'on le serve; mais tout
d'un coup les voyageurs et les gens de l'auberge partent d'un éclat de
rire en regardant le nouvel arrivé. Celui-ci, qui n'était pas endurant,
et n'aimait pas qu'on lui rît au nez sans qu'il sût pourquoi, commença
par relever ses moustaches, et prenant un air rébarbatif: «Me
direz-vous, messieurs, quelle est la cause de vos ricanements?--Eh!
parbleu! vous devez bien voir que c'est vous,» répondit un homme à
moustaches, ayant une grande rouillarde à son côté, et offrant assez la
mine d'un recruteur ou de ces gens qui cherchent à dîner _gratis_, en
payant à coups de poing. «Ah! c'est moi, dit Mullern en le toisant de la
tête aux pieds; et que trouves-tu donc de risible dans ma
physionomie?--Regarde ta culotte par derrière, et tu verras que ce n'est
pas ta physionomie qui nous fait rire.»

Mullern regarda aussitôt, et vit que le mouvement du cheval et le galop
qu'il avait couru l'avaient tellement déchirée, qu'il montrait son
postérieur à tous les regards, ce qu'il aurait dû sentir; mais la
chaleur de sa course l'avait empêché de s'en apercevoir. «Comment, c'est
cela qui te fait rire? dit Mullern au recruteur; parbleu! il faut que tu
n'aies jamais vu de derrières de ta vie, pour rire ainsi en regardant le
mien!--Il est vrai qu'il n'en vaut pas la peine, répondit celui-ci.--Pas
la peine! reprit Mullern en le regardant de travers; je crois que tu te
trouverais bien content d'en avoir un pareil, et je ne te conseille pas
de t'en moquer.»

Mademoiselle Jeanneton, qui probablement se connaissait en postérieurs,
et trouvait celui de Mullern de son goût, s'empressa de venir mettre le
holà entre ces deux messieurs, qui commençaient à s'échauffer, et
entraîna Mullern devant une table sur laquelle était servi son souper,
en lui disant tout bas à l'oreille qu'elle se chargeait du soin de
raccommoder sa culotte; Mullern, qui comprit ce que cela voulait dire,
lui pinça agréablement la fesse, la regarda en dessous, et se jeta avec
avidité sur un morceau d'aloyau, afin de répondre à l'idée que
mademoiselle Jeanneton avait conçue de lui.

Je ne sais si le recruteur avait aussi ses vues sur la fille d'auberge;
mais, tout en fumant sa pipe et en mangeant sa côtelette, il regardait
avec beaucoup d'humeur les attentions que la demoiselle paraissait avoir
pour notre hussard; et celui-ci, fier de sa conquête, se retournait
quelquefois d'un air qui voulait dire: Tu vois que mon derrière fait
plus d'impression que tes yeux doux.

Lorsque l'heure d'aller se coucher fut arrivée, Jeanneton s'approcha de
Mullern, et, après lui avoir indiqué la chambre qu'il devait occuper,
lui dit à l'oreille: «Laissez la clef à votre porte, j'irai bientôt vous
rejoindre.--N'y manque pas, lui répondit Mullern, ou je mets la maison
sens dessus dessous.» Alors il prit une chandelle; et, laissant le
recruteur, qui paraissait s'endormir à côté de sa bouteille, il monta à
la chambre qui lui était destinée.

Il y était depuis plus d'une heure, attendant avec impatience que
Jeanneton accomplît sa promesse; cependant le temps s'écoulait; tout le
monde devait être couché depuis longtemps dans l'auberge; il avait suivi
de point en point le conseil de Jeanneton, et elle n'arrivait pas: qui
pouvait donc la retenir?... Ne pouvant plus résister à ses désirs et à
son impatience, Mullern se lève, passe simplement sa culotte, et se
décide à aller chercher mademoiselle Jeanneton dans toutes les parties
de la maison.

Après avoir parcouru, sa chandelle à la main, de grands corridors et
plusieurs chambres vides, Mullern monte un étage plus haut, et continue
ses recherches. Déjà il commençait à perdre l'espérance, lorsqu'en
passant près de la porte du grenier, il croit entendre quelque bruit; il
s'arrête, écoute; des soupirs étouffés, des sons mal articulés frappent
son oreille; bientôt il ne doute plus que Jeanneton ne soit occupée à
lui faire une infidélité. Ne pouvant contenir sa fureur, il pousse
rudement la porte, elle s'ouvre; et pour la seconde fois de sa vie, il
se trouve dans un grenier.

Mais quel objet frappe ses regards! En approchant des personnes sur
lesquelles il veut exercer sa colère, il reconnaît le recruteur se
démenant comme un enragé sur une vieille servante de soixante ans, qui
depuis longtemps ne s'était pas trouvée à pareille fête.

Comment le recruteur se trouvait-il là? c'est ce qu'il est bon
d'apprendre au lecteur. Ce drôle, qui lorgnait beaucoup les appas de
mademoiselle Jeanneton, avait résolu de souffler cette conquête à notre
hussard; à cet effet, il avait feint de s'endormir en buvant sa
bouteille; et lorsque Mullern et les autres voyageurs furent éloignés,
il s'empara de mademoiselle Jeanneton, qui eut toutes les peines du
monde à se débarrasser de lui.

Mais Jeanneton ne voulait pas du recruteur, et brûlait du désir d'aller
rejoindre le hussard; elle parvint donc à s'échapper; son brutal
amoureux la suit à tâtons, elle monte divers escaliers pour le dérouter;
mais il est toujours sur ses traces, lorsqu'au détour d'un corridor elle
rencontre une vieille servante de la maison qui allait se coucher;
Jeanneton la pousse au-devant du recruteur et se sauve. Celui-ci saisit
la servante par ses jupons, croyant tenir l'objet de ses vœux; la
vieille veut crier, il ne lui en donne pas le temps; une porte ouverte
est à côté d'eux; c'est celle du grenier. Le recruteur entraîne sa
belle, la jette sur la paille, et...

«Mille tonnerres!» s'écrie Mullern en contemplant la donzelle du
recruteur, «je ne te croyais pas des goûts si baroques... Ne te dérange
pas, l'ami!... Oh! je ne veux pas t'enlever une si bonne aubaine!...»

Le recruteur est furieux en voyant les traits et les appas de celle
qu'il a prise pour Jeanneton; Mullern rit aux éclats, ce qui augmente
encore son dépit. «Sac... mille morts! s'écrie-t-il, il faudra donc que
ce Jeanfesse-là vienne toujours fourrer son nez dans mes affaires.»

Mullern, qui lui en voulait beaucoup depuis l'aventure de sa culotte,
lui allonge, au nom de Jeanfesse, un coup de pied qui le fait retomber
sur le malheureux objet de sa méprise. Le recruteur se relève et saute
sur Mullern, en saisissant une fourche qui se trouve près de lui;
Mullern lâche sa chandelle pour attendre de pied ferme son adversaire,
et ces messieurs se tapent à qui mieux mieux. Mais, ô malheur imprévu!
pendant qu'ils s'exercent à se donner des coups de poing, ils ne
s'aperçoivent pas que la chandelle, en tombant, a mis le feu à une botte
de paille; cette botte communique à d'autres, et en un instant le
grenier est embrasé. La vieille, que les combattants avaient laissée
étendue sur la paille, est suffoquée par la fumée et fait retentir
l'auberge de ses cris. Tout le monde se lève: on va, on vient, on court
sans savoir pourquoi; mais bientôt les flammes qui sortent en
tourbillons du haut de la maison avertissent les spectateurs du danger
qui les menace. En vain l'aubergiste cherche à faire donner du secours,
le feu a déjà fait de tels progrès qu'il est impossible de l'éteindre.
Dans ce tumulte, Mullern abandonne son adversaire pour songer à la
fuite; il descend, court à sa chambre, mais le feu y est déjà: il va
s'en éloigner, lorsqu'il entend des cris partir de ce côté-là; il
rentre, et aperçoit cette pauvre Jeanneton qui était venue le trouver,
et qui, en l'attendant, s'était mise dans son lit.

Notre hussard, qui voit Jeanneton prête à périr pour lui, s'avance au
milieu des flammes, la prend en chemise, à demi-morte, dans ses bras, et
sort de l'auberge en courant avec son précieux fardeau.



CHAPITRE X.

LA TANTE DE JEANNETON.


«Où sommes-nous? mon ami, dit Jeanneton à son libérateur, en revenant à
elle.--Ma foi, je n'en sais rien, lui répondit Mullern, en la posant sur
un banc de pierre. Tout ce que je sais, c'est que je n'ai qu'une culotte
percée, que tu es en chemise, et que, s'il faisait jour, nous verrions
une partie des habitants de Strasbourg en contemplation devant nous.--Je
n'ai pas envie de les attendre, dit Jeanneton. Mais, quoi! le feu
aurait-il brûlé toute l'auberge?--Je le crois bien... Du train dont il
allait, il brûlera toute la ville, si on n'y prend garde.--Comment
faire? nous ne pouvons pas rester tout nus sur cette place.--Non, ça
serait trop hasarder.--Ah! il me vient une idée: j'ai une tante
blanchisseuse en fin dans ce quartier-ci; il faut l'aller trouver; c'est
une bonne femme, et elle nous recevra bien.--Soit, allons chez ta
tante.» Et voilà Mullern et Jeanneton, bras dessus, bras dessous, en
chemise, qui vont chez la blanchisseuse de fin.

Après avoir marché assez longtemps, ils arrivent dans une petite rue
étroite et sale, et s'arrêtent devant une allée: c'était là que
demeurait la tante de Jeanneton. Mullern frappe quatre coups, que la
bonne femme, qui demeurait au quatrième étage, n'entend pas. «C'est
qu'elle a l'oreille un peu dure, et qu'elle dort toujours comme un
sabot, dit Jeanneton.--En ce cas, répond Mullern, nous ne risquons rien
que d'entrer par la fenêtre.» Il frappe une seconde fois, puis une
troisième; pas plus de réponse. Mullern, impatient, était d'avis de
jeter des pierres dans les carreaux, lorsqu'un voisin du premier,
réveillé par le bruit, entr'ouvre sa fenêtre, et demande qui frappe de
la sorte au milieu de la nuit. «C'est moi, monsieur Grattelard, répond
Jeanneton. Je viens coucher chez ma tante; voudriez-vous m'ouvrir, s'il
vous plaît?--Ah! c'est vous, mademoiselle Jeanneton: comment! à cette
heure-ci?--Oui, monsieur Grattelard; c'est que le feu a pris chez M.
Boutmann, l'aubergiste où j'étais, et j'ai été obligée de me
sauver.--Ah! mon Dieu, est-il possible! que m'apprenez-vous là?...--Mais
que fais-tu donc à la fenêtre, Bibi? dit une petite voix grêle, qui
sortait du fond de l'alcôve du voisin. (C'était madame Grattelard qui,
ne sentant plus son époux auprès d'elle, se levait, fort inquiète de
savoir ce qui l'occupait.)--Ce n'est rien, ma petite chatte; c'est
mademoiselle Jeanneton qui vient coucher chez sa tante, et je vais lui
ouvrir la porte. Mais remets-toi au lit, mon raton, tu pourrais
t'enrhumer.»

En disant ces mots, M. Grattelard ferme sa fenêtre, et descend pour
ouvrir à Jeanneton. «Quel est cet original? demande Mullern à cette
dernière.--C'est un ancien charcutier retiré, qui vit de ses rentes
avec sa chaste moitié.--Mille bombes! il paraît qu'il a peur de se
casser le cou, car il ne se dépêche pas trop de descendre.»

Enfin M. Grattelard paraît, en pet-en-l'air et en bonnet de nuit, sa
chandelle à la main. En voyant Jeanneton en chemise, il redresse son
bonnet et retrousse sa robe de chambre; mais lorsqu'il aperçoit Mullern,
il reste immobile devant eux, ne comprenant pas ce que cela veut dire.
En deux mots Jeanneton le mit au fait de toute l'histoire, et quand il
eut appris que Mullern était son libérateur, il ne s'étonna plus de ce
qu'elle lui offrait un asile.

Ils montent tous les trois l'escalier, et rencontrent, sur le carré du
premier étage, madame Grattelard, qui était bien aise de s'assurer par
elle-même quelle était la personne à laquelle son mari ouvrait la porte.
«Ah! ciel!... un homme nu!» dit-elle en apercevant Mullern. Et, au lieu
de s'enfuir, elle s'avance pour le voir de plus près. «Va donc te
coucher, jojote, dit M. Grattelard; je le raconterai tout ce qui s'est
passé.» Mais madame Grattelard, qui avait aussi aperçu Jeanneton en
chemise, et qui craignait que ses appas, plus frais que les siens, ne
fissent faire des comparaisons à son mari, entraîna celui-ci chez lui,
en lui disant que, puisqu'il avait ouvert la porte, on n'avait plus
besoin de ses services. Jeanneton remercia M. Grattelard, et les deux
époux rentrèrent chez eux.

Voilà donc Mullern et Jeanneton devant la porte de la blanchisseuse. Ils
frappent tous deux de manière à l'enfoncer; mais la bonne femme
s'éveille, et vient en tremblant demander: «Qu'est-ce qui est là?--C'est
moi, ma tante, lui répond Jeanneton; ouvrez vite.» La vieille ouvre:
nouvelle surprise de sa part, en voyant Jeanneton en chemise, et un
homme avec elle dans le même état.

Mais Jeanneton l'a bientôt mise au fait de ce qui lui est arrivé, et
madame Tapin (c'était le nom de la tante) saute au cou de Mullern, et
l'embrasse à trois reprises, pour avoir sauvé sa nièce. Mullern se
serait bien passé de l'accolade, mais il fallut en passer par là.

Jeanneton et Mullern avaient besoin de repos; on avisa bien vite au
moyen de se faire des lits. Madame Tapin n'avait pour tout logement
qu'une grande chambre où elle couchait, et un petit cabinet à coté. On
fit un lit pour Jeanneton dans le cabinet, et Mullern dit qu'il
s'accommoderait d'une chaise pour passer la nuit. En disant cela, il
regardait Jeanneton, qui le comprenait très-bien, et madame Tapin
consentit à tout ce qu'on voulut.

Le lit fut bientôt prêt. Jeanneton se coucha, madame Tapin en fit
autant, et dès qu'elle fut endormie, Mullern alla partager le lit de
celle pour laquelle il avait fait violer une vieille femme, mis le feu à
une maison, battu un homme, réveillé les voisins, et... En vérité, il
l'avait bien gagné.

Le lendemain, lorsque chacun fut levé, Mullern pensa qu'un bon déjeuner
serait très-nécessaire pour réparer les fatigues de la veille; mais
Jeanneton n'avait pas le sou; madame Tapin n'était pas riche, et ne
pouvait guère leur offrir que du pain et du lait. Mullern se ressouvint
qu'il devait avoir dans sa culotte une bourse assez joliment garnie, car
le colonel Framberg voulait qu'il n'épargnât ni soins ni dépenses pour
retrouver son Henri. Alors la joie renaît dans tous les cœurs;
Jeanneton court chercher ce qu'il faut pour le déjeuner, ainsi qu'un
tailleur pour faire bien vite des habits à Mullern; et madame Tapin met
tout en l'air chez elle pour préparer le repas. Pendant ce temps,
Mullern réfléchit sur ce qu'il avait à faire: il pensa qu'il était aussi
bien chez madame Tapin qu'à l'auberge, qu'il pourrait de même faire ses
recherches en y logeant, et le résultat de ses réflexions fut qu'il
demeurerait avec Jeanneton tout le temps qu'il passerait à Strasbourg.

On déjeuna gaiement: Jeanneton ne se sentait pas de joie d'avoir trouvé
dans Mullern un homme tout à la fois riche et amoureux. Au demeurant,
c'était une bonne fille que Jeanneton, et qui n'avait d'autres défauts
que d'aimer un peu trop le sexe masculin.

Mullern leur raconta en deux mots ce qui l'amenait à Strasbourg, et
promit de rester chez ces dames tout le temps qu'il y séjournerait.
Madame Tapin en fut enchantée; elle voyait que Mullern aimait le bon vin
et la bonne chère, et pensa que, tant qu'il serait dans la maison, elle
ferait ce qu'elle appelait des repas de noces.

Après le déjeuner, Mullern partit pour commencer ses recherches. Il
parcourut presque toute la ville sans obtenir aucun renseignement sur
Henri, et revint le soir, près de sa Jeanneton, oublier les fatigues de
la journée. C'est ainsi que tous les jours s'écoulaient, et chacun était
satisfait; seulement madame Tapin ne comprenait pas comment un homme
comme Mullern, qui aimait tant à bien dîner, pouvait se contenter de
coucher toutes les nuits sur une chaise.

Au bout d'une dizaine de jours, Mullern commença à croire que l'objet de
ses recherches n'était plus à Strasbourg; car, après avoir en vain
parcouru toute la ville, visité tous les endroits publics, il n'avait pu
rencontrer Henri. Il était même déjà décidé à écrire à son colonel le
peu de succès de ses démarches, et à lui demander ce qu'il devait faire,
lorsqu'un soir, en entrant dans un café, Mullern reconnut Franck, le
domestique de Henri, occupé à boire de la bière à une table. Mullern se
garda bien de lui parler, se doutant que si Franck le voyait, il lui
conterait quelque mensonge pour lui donner le change; mais il sortit
aussitôt du café, et attendit patiemment à la porte que Franck s'en
allât, afin de le suivre sans en être aperçu.

Il n'attendit pas longtemps: au bout de quelques minutes, Franck sortit
du café; Mullern le suivit de manière à n'en pas être remarqué, sans
pourtant le perdre de vue. Franck enfile plusieurs rues détournées, et
Mullern voit avec étonnement qu'il sort de la ville. Il continue de le
suivre. Mais, à peu de distance de la ville, Franck s'arrête devant une
jolie petite maison, éloignée des autres habitations. Il frappe à la
porte, on lui ouvre, et il entre. Mullern s'avance, examine la maison,
autant que la nuit peut le lui permettre; et, pensant qu'il est trop
tard pour entrer en explication, se retire, bien décidé à revenir le
lendemain matin.

Mais, avant de suivre Mullern, revenons un peu à notre héros, que nous
avons abandonné depuis si longtemps.



CHAPITRE XI.

FLORENCE.


En sortant du château de Framberg, Henri et Franck prirent le chemin
d'Offembourg. Henri ne pensait qu'à sa chère Pauline; et il espérait,
comme c'était près d'Offembourg qu'il l'avait connue, qu'il apprendrait
dans cette ville quelque chose sur son sort.

Comme Henri était assez confiant, et qu'il brûlait d'ailleurs de
s'entretenir de sa belle, il eut bientôt mis Franck dans sa confidence:
et puis il était nécessaire que Franck fût instruit, afin de mieux
l'aider dans ses recherches.

Franck était un garçon intelligent, adroit, et plus propre enfin à
conduire une intrigue qu'à sarcler les allées du parc de Framberg.
Flatté de la confiance de son maître, il lui promit de s'en rendre
digne, et de tout faire pour l'aider à retrouver celle qu'il adorait.

Arrivés à Offembourg, Henri et Franck firent, sans aucun succès, toutes
les recherches possibles sur le nommé Christiern et sa fille. Las enfin
de ne rien découvrir, Henri résolut de voyager, pour se distraire, dans
quelques climats éloignés, s'en remettant au hasard du soin de retrouver
sa chère Pauline.

Henri pensa que l'Italie, dont il avait entendu vanter les beautés,
pourrait lui offrir plutôt qu'ailleurs des sujets de distraction; ils se
mirent donc en route pour Naples, voyageant à cheval, et s'arrêtant dans
tous les endroits qui méritaient de fixer leur attention. Il ne leur
arriva rien d'extraordinaire jusqu'à Florence, où Henri désira passer
quelque temps.

La situation charmante de cette ville, située sur les bords enchanteurs
de l'Arno, la beauté des édifices, les chefs-d'œuvre en tous genres
qu'elle renferme, tout enivra les sens de Henri, qui, n'étant jamais
sorti du château de Framberg que pour en visiter les environs, ne se
doutait pas qu'il existât dans le monde un endroit aussi délicieux.

Un soir, en se promenant aux environs de la ville, Henri entend une
musique mélodieuse partir d'une maison élégante, située sur les bords de
l'eau. «O mon ami!... c'est elle! elle est là!... dit Henri à Franck;
c'est la même musique que j'ai entendue près d'Offembourg!...--Vous
croyez, monsieur?--J'en suis sûr!... Eh! quelle autre que ma Pauline
pourrait tirer de son luth des sons aussi enchanteurs!...--Ah! monsieur,
il y a bien des femmes qui pincent de cet instrument-là.--N'importe, je
veux absolument connaître la personne qui habite cette maison.»

Quand Henri avait formé quelque projet, il fallait qu'il l'exécutât;
aussi commença-t-il par chanter sous les fenêtres de la maison, afin
d'attirer l'attention. Notre héros n'était pas musicien, mais il avait
une jolie voix, et le désir de plaire suppléait en lui au défaut de
savoir: aussi bientôt la musique cessa-t-elle, et on écouta le nouveau
chanteur. «Tu vois bien que c'est elle, dit Henri; elle a reconnu ma
voix, elle s'est tue pour m'entendre...--Ça n'est pas encore certain,
monsieur; vous ne savez donc pas qu'en Italie on ne fait l'amour que
comme ça, et qu'il n'y a rien d'étonnant à ce que l'on vous écoute.»

Malgré l'avis de Franck, Henri continua de chanter, et on continua de
l'écouter. Lorsqu'il eut fini, on entr'ouvrit la jalousie, et on jeta en
bas un billet attaché à un caillou. «C'est une lettre! s'écrie Henri en
ramassant le papier; quand je te disais que c'était elle!...--Ce n'est
pas encore sûr, monsieur,» répond Franck en secouant la tête. Henri
s'approche de la fenêtre, et à la faveur de quelques rayons de lumière,
il lit le billet suivant:

«Aimable étranger, le son de ta voix douce et tendre a pénétré jusqu'à
mon âme; je ne puis résister au désir de te connaître, et je cède aux
charmes de tes accents. Rends-toi donc ce soir à minuit devant la petite
porte du jardin, qui est au bord de l'eau, et l'on t'introduira près de
moi.»

Henri ne sait que penser après la lecture de ce billet. «Quand je vous
disais, moi, monsieur, que c'était quelque aventure galante que vous
vous prépariez.--Tu es fou, répond Henri à Franck; cette femme me
connaît sans doute, et elle a quelque chose à me dire.--Ah! vous
convenez donc à présent que ce n'est pas votre belle demoiselle?--Mais...
il est vrai que... Au surplus je verrai celle qui m'a écrit, et je
saurai ce que tout cela veut dire.--Comment, monsieur, vous voulez aller
à ce rendez-vous?--Pourquoi pas?--Mais, monsieur, c'est peut-être
quelque piège que l'on veut vous tendre; tenez, croyez-moi, mon cher
maître, n'y allez pas.--Allons, tais-toi!...» Franck se tut, voyant que
ce serait en vain qu'il voudrait détourner Henri de son projet, et
celui-ci alla se préparer à son rendez-vous nocturne.

A l'heure dite, il se rend seul à la petite porte du jardin: après avoir
attendu quelques minutes, il la voit s'ouvrir, une femme paraît; elle
prend Henri par la main, et lui dit de se laisser conduire. Le cœur
lui battait avec force en suivant sa conductrice: c'est ordinairement
l'effet que produit une première aventure galante; mais ce sentiment
nouveau, ce trouble inconnu sont de bien courte durée, et avec
l'habitude du plaisir on en voit diminuer la jouissance.

La conductrice de Henri, après lui avoir fait parcourir plusieurs allées
du jardin, l'introduit dans la maison; ils montent un petit escalier
dérobé, elle ouvre une chambre, y fait entrer Henri et se retire.

Notre héros reste quelques minutes immobile d'étonnement et
d'admiration; ce qu'il voyait était bien fait pour le surprendre. Il
était dans un boudoir charmant, décoré de tout ce que le luxe et le bon
goût peuvent inventer de plus séduisant, et éclairé par un nombre infini
de lustres dont la clarté éblouissante ajoutait à l'enchantement de cet
endroit délicieux. Mais quel objet séduisant attire les regards de
Henri? C'est une femme jeune et belle, parée des dons de la fortune et
de la nature, qui, nonchalamment couchée sur une ottomane, accueille le
jeune homme avec un sourire charmant.

«Eh bien! monsieur, vous ne me dites rien?--En vérité... madame...
j'avoue que je n'ose...--Allons; je vois bien que vous êtes un enfant,
et qu'il faut vous encourager...--Madame, il est vrai que la surprise...
l'admiration...--L'admiration!... vous êtes galant, monsieur. Mais venez
donc vous asseoir auprès de moi, au lieu de rester immobile à me
regarder.» Henri ne se le fit pas répéter deux fois, et fut bientôt sur
l'ottomane à côté de la charmante Italienne.

«C'est donc vous qui avez chanté, monsieur?--Oui, madame; et c'est aussi
vous, sans doute, que j'ai entendue?--Oui, et je suis flattée que mes
accents vous aient fait désirer de me connaître.--Ah! madame, lorsqu'on
vous voit, on sent encore redoubler le charme qu'ils inspirent!...--Vraiment,
vous dites cela d'un air à me le faire croire.» Et la jolie femme
abandonnait à Henri une main charmante qu'il baisait avec transport.
Bientôt il obtint d'autres faveurs que l'on n'avait ni la force ni le
dessein de lui refuser.

«Tu resteras ici, mon ami, dit Félicia (c'était le nom de la jolie
femme) à Henri, lorsqu'ils reprirent leur conversation.--Mais, ma bonne
amie, je n'ai pas prévenu mon domestique, et...--Eh bien! monsieur,
faut-il, pour votre domestique, que nous nous séparions si tôt, et que
je vous laisse retourner à Florence au milieu de la nuit?... Oh! non;
tu resteras, n'est-ce pas, mon ami?...» En disant cela, Félicia
entourait Henri de ses jolis bras, et celui-ci n'eut pas la force de
résister.

Félicia tira une sonnette, la femme qui avait introduit Henri parut.
«Lesbie, lui dit Félicia, tu vas nous apporter à souper.» Ensuite elle
s'approcha de sa suivante, et lui dit tout bas quelques mots que Henri
ne put entendre. Mademoiselle Lesbie, qui paraissait être au fait de ces
sortes d'aventures, fit lestement ce que sa maîtresse lui ordonna, et
une collation recherchée fut bientôt servie à nos deux amants.

Le lecteur se doute bien que la conquête de Henri était une de ces
femmes galantes dont l'Italie abonde. Félicia, après avoir été actrice
pendant longtemps, s'était retirée dans la jolie maison qu'elle occupait
près de Florence. Ses nombreuses conquêtes l'avaient comblée de
présents; et Félicia, plus sage que beaucoup de ses compagnes, avait
amassé une fortune brillante, et vivait presque en femme honnête au
moment où le hasard lui fit rencontrer Henri. Sa beauté, sa tournure peu
commune, la séduisirent, et elle résolut d'attacher ce bel étranger à
son char. Depuis longtemps elle suivait Henri partout; dans les bals,
dans les promenades, elle était toujours derrière lui sans qu'il s'en
doutât, et ce qui d'abord n'avait été qu'un simple goût devint bientôt
une forte passion.

Mais Félicia vit bien que Henri, novice en amour, et d'un caractère
romanesque, ne pouvait être séduit par des moyens ordinaires; c'est
pourquoi elle tâcha de fixer son attention avec son luth, dont elle
jouait fort bien. Nous avons vu comment elle réussit à enflammer
l'imagination de notre jeune voyageur; nous allons voir quelles furent
les suites de cette aventure.

Après une nuit passée dans les bras de sa tendre amie, Henri réfléchit à
sa situation; il aurait voulu connaître davantage cette Félicia qui
avait captivé ses sens. Il se reprochait même de s'être laissé entraîner
trop facilement. Mais quel autre à sa place, à moins d'être un Caton,
aurait été plus sage que lui? Ces réflexions raisonnables firent bientôt
place aux douces impressions du plaisir. Henri n'était d'ailleurs ni
d'un âge à être sage, ni d'un caractère à le vouloir.

Après avoir déjeuné près de sa belle, elle lui permit enfin de retourner
pour un moment à son auberge, afin de calmer les inquiétudes de son
valet.

Henri revint à Florence; mais chemin faisant, il n'était plus le même:
ce qui, la veille, avait à peine attiré ses regards, fixait son
attention, lui paraissait charmant; il ne pensait et ne respirait que
plaisir. Il trouva Franck fort peu inquiet de lui; car, ayant à peu près
deviné l'aventure de son maître, il ne s'était pas mis en peine de son
absence.

Henri ne tarda pas à retourner près de Félicia; il la trouva achevant sa
toilette. «Où allons-nous donc, ma bonne amie?--Mon ami, le temps est
superbe, nous allons dîner à la campagne, et ce soir nous reviendrons à
Florence: on donne au spectacle une pièce charmante, et nous irons la
voir.»

Félicia fut bientôt prête; et voilà nos jeunes gens qui s'en vont en
courant et faisant mille folies. Félicia n'avait pas voulu que Lesbie
l'accompagnât, et Henri avait ordonné à Franck de rester à Florence,
parce qu'on n'a pas besoin de domestique pour aller promener avec ce
qu'on aime.

La campagne est charmante lorsqu'on est heureux; chaque bosquet, chaque
site agréable semble inviter au plaisir; le silence des bois, la majesté
des forêts, répandent dans tout notre être une émotion qui élève notre
âme et fait doucement battre notre cœur. Si, au contraire, quelque
chagrin profond nous tourmente, la campagne ne calme pas notre douleur;
le silence de la nature ne fait qu'ajouter à notre mélancolie; l'œil
ne voit plus qu'avec indifférence toutes ces beautés qui s'offrent à nos
regards, et l'obscurité des forêts enfante dans notre tête mille pensées
sinistres, mille projets de destruction.

Henri et Félicia s'arrêtaient à tous les endroits qui leur plaisaient.
Félicia avait toujours envie de se reposer lorsqu'ils passaient sous
quelques bosquets bien sombres et bien touffus; Henri n'avait garde de
la refuser; mais, à force de s'asseoir et de se relever, ils finirent
enfin par avoir réellement besoin de repos. «En vérité, monsieur, je
puis à peine marcher!... Je ne pourrai jamais aller jusqu'à l'endroit où
nous devons dîner.--Mais, madame, est-ce ma faute? Vous ai-je refusé de
vous asseoir toutes les fois que cela vous a fait plaisir?--Oh! non, mon
ami... Mais, tiens, nous ne nous reposerons plus, parce que...--Parce
que?--Parce que tu... mais finis donc!... Tu vois bien... Oh! cette
fois-ci ce ne sera pas ma faute... Allons, monsieur, il faut nous
lever.--Oui, ma bonne amie.--Ah Dieu! que les reins me font mal!...--Et
moi, les genoux!--Je ne pourrai sortir de huit jours. Mon ami, une autre
fois j'emmènerai Lesbie.--Et moi, Franck.--C'est cela; mais, en
attendant, allons dîner.--Oh! volontiers, car j'ai une faim!...--Et moi,
donc!»

Nos jeunes gens se mirent à courir les champs pour chercher une
maisonnette où ils pussent trouver à dîner.

«Mais, mon ami, il faut que nous nous soyons égarés, car je ne vois pas
de maison.--Je le crains aussi, ma bonne amie.--Ah! mon Dieu! si la nuit
allait nous surprendre dans ces lieux!... Que veux-tu? ce serait un
malheur.--Mais, mon cher, c'est que je suis très-peureuse...--Eh bien!
ma bonne amie, je te défendrai si l'on nous attaque.--Voilà de belles
consolations!...»

Enfin, après avoir longtemps marché, ils se trouvèrent sur une route, et
aperçurent une maison isolée. Il était temps, car la nuit commençait à
tomber. Ils coururent du côté de l'habitation, et virent avec joie que
c'était justement une auberge, d'assez mince apparence à la vérité, mais
qui était pour eux la manne envoyée au peuple d'Israël.

L'aubergiste, qui ne paraissait pas habitué à voir du monde, les reçut
avec la plus grande politesse, leur offrant d'avance tout ce qu'ils
pourraient désirer, et leur assurant qu'ils seraient contents du souper.

«Mais que nous donnerez-vous? dit Henri à l'aubergiste.--Monsieur, vous
aurez du macaroni.--Je n'en veux pas, dit Félicia; on ne mange que de
cela dans ce vilain pays...--Eh bien, madame, je vous donnerai du
fromage et des galettes, dont vous me direz des nouvelles.--Comment!
s'écrie Henri, du fromage et des galettes pour se refaire l'estomac,
quand on n'a pas mangé depuis le matin!...--Et qu'on a bien gagné de
l'appétit! dit Félicia.--Que voulez-vous, monsieur, je vous offre ce que
j'ai de meilleur...--Quoi! vous n'avez pas autre chose dans toute votre
maison?...--Pardonnez-moi, monsieur; j'ai bien une petite volaille que
je conservais depuis quinze jours pour quelque occasion...--Diable! elle
doit être bien tendre!...--Délicieuse, monsieur! délicieuse!...--En ce
cas, faites-nous-la servir bien vite.--Ah! monsieur, c'est qu'il y a une
petite difficulté...--Laquelle?--C'est qu'elle est déjà retenue par deux
officiers qui sont arrivés ici avant vous, et qui sont là-haut à jouer
aux cartes en attendant leur souper.--Ah! diable... c'est désagréable,
dit Henri.--Mais, mon ami, dit Félicia, ces messieurs seront sans doute
assez galants pour ne point refuser de céder leur souper à une dame;
car, certainement, il est impossible qu'ils aient aussi faim que
nous...--Ah! madame, répond l'aubergiste, vous savez que les jeunes gens
ne se piquent plus de galanterie...--N'importe, monsieur l'aubergiste,
reprend Henri; faites-nous le plaisir d'aller parler à ces messieurs, et
tâchez de les faire consentir à notre demande.--J'y vais, monsieur, et
je ferai mon possible pour cela.»

L'aubergiste monta; pendant ce temps, Henri fit dresser une table pour
leur souper; il n'était pas moins impatient que Félicia de savoir le
résultat de la mission de leur hôte.

Ils commençaient à douter de son succès, lorsque le bruit que firent
plusieurs personnes en descendant l'escalier les avertit que ces
messieurs venaient répondre eux-mêmes à leur demande. «Voyons donc cette
dame, disait l'un deux.--Est-elle jolie?» disait l'autre. Henri regarda
en souriant Félicia, et il s'aperçut avec étonnement qu'elle changeait
de couleur.

Les deux militaires entrèrent en riant dans la salle; c'étaient deux
jeunes gens assez bien faits, mais ayant l'air de fort mauvais sujets.
«Pardon, madame, dit l'un deux en s'approchant de Félicia, si nous
prenons la liberté de vous offrir nous-mêmes... Mais que vois-je!... je
ne me trompe pas... c'est Félicia, s'écrie-t-il en s'adressant à son
camarade.--Eh oui, ma foi! c'est elle,» répond l'autre.

Henri devint rouge de colère; Félicia cherchait en vain à dérober ses
traits à ces messieurs, et ne savait plus quelle contenance tenir. L'un
des militaires s'avance, et, entourant cavalièrement Félicia de ses
bras: «Comment, ma belle!... c'est toi que je revois,» lui dit-il, et,
il veut prendre un baiser; mais Félicia le repousse avec force. «Eh
quoi! s'écrie-t-il, tu fais la cruelle!... mais, quand tu jouais les
reines au grand théâtre de Naples, tu n'étais pas si méchante que
cela.--Que veut dire ceci, monsieur? dit Henri, en s'approchant avec
fureur du militaire.--Parbleu! monsieur, vous le voyez bien ce que cela
veut dire.--C'est donc là ton nouvel amant, Félicia? reprend l'autre
militaire en ricanant, je t'en fais mon compliment, il est jeune encore,
tu le formeras.--Insolent! répond Henri, en regardant le jeune homme
avec des yeux étincelants de colère; je t'apprendrai que je n'ai pas
besoin de leçons pour châtier les gens de ton espèce.» En disant ces
mots, Henri donne un soufflet au militaire qui était le plus près de
lui. Celui-ci, furieux, tire son sabre, et va fondre sur Henri; mais il
pare le coup avec une table, dont il se sert comme d'un bouclier.
L'autre officier lâche bien vite Félicia pour venir se joindre à son
camarade. Pendant ce temps, la jeune femme s'échappe de la chambre. Les
deux militaires sont comme deux lions autour de Henri; mais celui-ci
fait des merveilles, et, tout en parant avec sa table les coups qu'ils
lui portent, il leur envoie encore tout ce qu'il trouve sous sa main;
les pots, les bouteilles, les chaises, les cruches, tout vole de part et
d'autre dans l'auberge. L'aubergiste cherche à mettre la paix et à
séparer les combattants; mais, en se mêlant parmi eux, il reçoit un coup
de sabre destiné à Henri, et roule sous les bancs et les tables en
criant qu'il est mort. Notre héros a le bonheur d'atteindre à la tête un
des officiers, en lui jetant une bouteille; le coup l'étourdit si bien
qu'il tombe sans connaissance à côté de l'aubergiste. Son camarade n'en
est que plus acharné contre Henri, qui, commençant à perdre ses forces,
allait peut-être succomber, si une foule de paysans, que la femme de
l'aubergiste était allée chercher, ne fût entrée fort à propos pour
mettre fin à ce combat. Henri profite du tumulte pour gagner la porte:
deux chevaux sont attachés dans la cour; il en prend un, monte dessus,
et arrive à Florence au grand galop.

«Comment, monsieur, c'est vous! Je croyais que vous ne coucheriez pas ce
soir ici.--Non, Franck, nous n'y coucherons pas non plus.--Que
voulez-vous dire, monsieur?--Va tout de suite payer notre hôte, selle
nos chevaux, et partons sur-le-champ.--Quoi! monsieur, au milieu de la
nuit?...--Allons, pas de réflexions, fais ce que je te dis.»

Franck se hâte d'obéir, car il voit que son maître n'est pas d'humeur à
écouter ses représentations. Les chevaux prêts, Henri et Franck montent
dessus, et sortent de Florence au milieu de la nuit.



CHAPITRE XII.

ROME.


«Il faut avouer, monsieur, que c'est une drôle de chose que la
destinée!... Souvent vous échouez dans vos projets au moment même de les
voir réussir... Une chance heureuse vous arrive quand vous avez perdu
tout espoir; et lorsque vous pensez aller au bal, crac! vous vous cassez
un bras ou une jambe, et vous voilà dans votre lit pour six mois!... En
vérité, monsieur, si l'on était raisonnable, on ne formerait jamais de
projets pour l'avenir, et l'on attendrait tranquillement que le livre
des destins se débrouillât devant soi.»

C'était M. Franck qui, tout en trottant à côté de son maître, s'amusait
à lui faire part de ses réflexions. Quoique simple valet, Franck avait
observé, réfléchi, et c'était d'après ce qu'il avait vu qu'il parlait à
Henri. Les raisonnements de bien des philosophes se réduisent souvent à
la destinée.

«A propos de quoi tout ce galimatias? dit Henri à Franck en sortant de
ses réflexions.--A propos, monsieur, que nous voici sur la route de Rome
au moment où j'y pensais le moins... et vous aussi, peut-être?...--Il a
raison,» dit Henri en lui-même; mais il ne voulut pas raconter à Franck
une aventure qui blessait son amour-propre et qu'il voulait oublier tout
à fait. «Ne sentez-vous pas qu'il pleut, monsieur? dit Franck à Henri
après une heure de silence.--C'est vrai; mais que veux-tu y faire?--Ma
foi, monsieur, je ne vois pas ce qui nous empêcherait de nous mettre à
l'abri, plutôt que de nous faire mouiller jusqu'aux os, car je crois que
c'est un orage qui se prépare.--Tu as raison: eh bien! cherchons un
endroit jusqu'à ce que l'orage soit passé.--C'est bien dit, monsieur,
mais c'est que je n'en vois pas.--Avançons encore.»

Après avoir longtemps cherché, Henri aperçut un vieux bâtiment tombant
en ruines, et qui paraissait totalement abandonné. «Tiens, Franck,
vois-tu ces vieux murs? c'est là que nous trouverons un abri.--J'en
doute, monsieur, car ce bâtiment m'a l'air en bien mauvais état, et ne
sert peut-être depuis longtemps que de retraite à des voleurs.--Aurais-tu
peur d'y entrer?--Ah! mon Dieu, non, monsieur; car si c'est ma destinée
d'y être assassiné, j'aurai beau faire, je ne pourrai l'éviter.--Allons,
je vois que ta philosophie est bonne à quelque chose; mais pressons nos
chevaux et hâtons-nous d'arriver, car l'orage augmente.»

Henri et Franck arrivèrent enfin devant le vieux bâtiment, qui
paraissait être un ancien couvent; ils traversèrent une cour remplie de
décombres, et entrèrent sous une vaste galerie que le temps avait un
peu plus ménagée. «Sais-tu bien, Franck, que cet endroit a quelque chose
de romantique, et que je ne serais pas surpris qu'il nous y arrivât
quelque aventure extraordinaire?--Ni moi non plus, monsieur; on dit
d'ailleurs qu'elles sont très-communes en ce pays.»

Ils avaient à peine fini de parler, lorsqu'un bruit sourd se fit
entendre au fond de la galerie. «As-tu entendu, Franck?--Oui, monsieur,
c'est quelqu'un qui nous écoutait.--Avançons, dit Henri; je suis curieux
de savoir ce que c'est.» Franck et son maître se mirent aussitôt en
marche; mais, à mesure qu'ils avançaient, il leur semblait que quelqu'un
s'éloignait devant eux. Au bout de la galerie, ils trouvèrent un
escalier et le montèrent en tâtonnant; la personne qui fuyait ayant fait
un faux pas en voulant se hâter, se laissa rouler le long des marches;
Henri la retint et la saisit au collet. «Ah! par grâce, ne me tuez pas,
monsieur le voleur! dit, en se jetant aux pieds de Henri, la personne
qu'il avait arrêtée.--Qui es-tu? lui demanda celui-ci.--Un pauvre
domestique qui n'a pas le sou.--Es-tu seul ici?--Non, monsieur le
voleur, je suis avec mes maîtres, qui m'ont envoyé à la
découverte.--Conduis-moi auprès d'eux.--Oui, monsieur le voleur,
volontiers.»

Henri tenait toujours l'inconnu, dont il soupçonnait la véracité;
celui-ci les conduisant dans une pièce au-dessus de la galerie, ouvrit
une porte et s'écria: «V'là le chef de la bande!»

Henri fut très-étonné de se trouver dans une pièce où l'on avait fait un
bon feu et allumé plusieurs torches, et dans laquelle était une dame
d'une trentaine d'années, avec une autre femme beaucoup plus jeune, et
quatre hommes en livrée, debout derrière elle. Au cri que jeta en
entrant le conducteur de Henri, la dame fit un mouvement d'effroi, et
les quatre hommes sautèrent sur leurs carabines.

«Pas tant de frayeur, messieurs, dit Henri en riant; je ne suis pas un
voleur, mais un voyageur, et voilà mon domestique. J'ai été bien aise de
voir où cet homme me mènerait, et de savoir enfin à qui j'avais
affaire.»

Henri s'approcha ensuite de la dame, en lui faisant ses excuses pour la
frayeur qu'il lui avait causée, et lui avoua qu'il ne croyait pas
trouver si grande société dans un endroit qui paraissait abandonné.

La dame lui apprit qu'elle se nommait la marquise de Belloni, qu'elle
venait de faire un voyage dans une de ses terres, près de Florence, et
retournait à Rome, lorsque l'orage les avait surpris devant le vieux
bâtiment, et qu'elle avait préféré y entrer plutôt que d'exposer les
jours de ses domestiques. «Je venais d'envoyer cet homme à la
découverte, ajouta-t-elle, en montrant à Henri celui qui lui avait servi
de guide; et comme je connais sa poltronnerie, je m'attendais bien à
quelques bévues de sa part; mais je suis charmée, monsieur, qu'il soit
cause de notre rencontre.»

Henri répondit à ce compliment de la manière la plus galante, et informa
aussi la marquise de son nom et du but de son voyage. Lorsque la
marquise apprit le nom et le titre de Henri, elle parut encore plus
flattée de cette aventure, et il s'établit entre eux une conversation
fort animée. Franck, de son côté, chercha à lier connaissance avec la
jeune personne, qui paraissait être la femme de chambre de la marquise;
mais mademoiselle Julia (c'était son nom) n'écoutait guère Franck, et
lorgnait beaucoup Henri.

La marquise et Henri oubliaient, en causant, que la nuit se passait;
mais les domestiques, qui probablement ne s'amusaient pas autant que
leur maîtresse, lui firent remarquer que le jour commençait à poindre.
La marquise s'informa du temps; on lui dit que l'orage était apaisé,
mais que la pluie tombait toujours avec violence: alors elle pria Henri
d'accepter une place dans sa voiture, puisqu'il se rendait à Rome ainsi
qu'elle. Henri, qui avait remarqué les œillades de Julia, et qui
trouvait la marquise fort belle femme, n'eut garde de refuser, et l'on
descendit dans la cour pour se remettre en voyage.

«Ah! disait Franck en lui-même en suivant son maître, je vois bien que
cette aventure, qui avait un air romanesque, finira aussi simplement
qu'une autre.»

Henri était dans la voiture avec les deux dames. La marquise voulut
qu'il occupât le fond avec elle; mademoiselle Julia se mit devant Henri,
en faisant une petite moue qui lui allait à ravir. C'était une jolie
petite femme que cette Julia: elle avait des yeux d'une expression
admirable, et elle les portait assez habituellement sur Henri,
lorsqu'elle voyait que sa maîtresse ne la regardait pas. Quant à la
marquise, c'était une femme parfaitement belle: sa taille noble et
élégante était encore relevée par une figure d'une beauté régulière; ses
cheveux étaient d'un noir éblouissant, et ses yeux, pleins de feu et de
vivacité, annonçaient une âme brûlante et un caractère impétueux.

Les voyageurs arrivèrent à Rome sans autre accident; et la marquise, en
quittant Henri, l'invita à venir souvent partager sa société. Henri le
promit en regardant Julia, qui ne paraissait pas désirer moins vivement
que sa maîtresse qu'il se rendît à son invitation.

«Au moins, disait en lui-même Henri en parcourant les rues de Rome pour
chercher à se loger, cette femme-là est bien une marquise, et n'a pas
fait les princesses sur aucun théâtre.»

Après avoir choisi l'auberge la plus élégante de la ville, Henri fit
venir divers marchands, afin de s'habiller dans le dernier goût et fort
richement. «Monsieur, dit Franck à son maître, savez-vous que cette
marquise-là vous ruinera, si cela continue.--Imbécile! crois-tu que mon
père refusera de m'envoyer tout l'argent dont j'aurai besoin?--Dame!
monsieur, il n'aurait qu'à se lasser de vos voyages, et vous ordonner de
retourner près de lui?--Eh bien! alors il sera temps de nous ranger.»

Le soir même de son arrivée, Henri se rendit chez la marquise de
Belloni. Elle demeurait dans le plus beau quartier de la ville; son
hôtel était de la dernière magnificence, et tout chez elle respirait le
luxe et la splendeur.

Une société brillante et nombreuse était réunie chez la marquise. Cette
dernière reçut Henri de la manière la plus gracieuse, et le présenta aux
personnes les plus distinguées, qui, sur la recommandation de la
marquise, comblèrent Henri de politesses et eurent pour lui tous les
égards.

Notre héros ne s'était pas encore trouvé dans un cercle aussi brillant.
Entouré de femmes charmantes qui semblaient se disputer sa conquête, et
flatté des attentions de la marquise, il se crut au plus haut degré des
honneurs.

Cependant, comme, au milieu de tant de monde, il ne pouvait pas souvent
entretenir la marquise, il se mit, pour passer le temps, à une table de
jeu. Bientôt la vue de l'or qui brillait devant lui échauffa son
imagination; voulant d'ailleurs imiter les personnes avec lesquelles il
jouait, il perdit en un moment tout ce qu'il avait sur lui.

Après s'être levé de table, il se promenait tranquillement dans le
salon, examinant les divers personnages qui le remplissaient, lorsqu'il
crut entrevoir à la porte d'entrée quelqu'un qui lui faisait signe de
venir à lui. L'idée de Julia, qu'il n'avait pas encore vue, se présenta
sur-le-champ à sa pensée; et, voulant s'assurer de la vérité, il
s'approcha de la marquise pour lui faire ses adieux. La marquise lui dit
qu'elle l'attendait le lendemain matin pour déjeuner: Henri promit, et
s'éloigna lentement du salon.

A peine avait-il franchi le seuil de la porte, qu'une femme le prit par
la main en lui disant de la suivre. Henri ne reconnut pas Julia, mais
cependant il se laissa conduire. La personne lui fit traverser une
longue enfilade de pièces qui n'étaient pas éclairées; ensuite,
s'arrêtant dans une plus petite que les autres, elle lui dit d'attendre
un moment, et le laissa seul dans l'obscurité.

«Que veut dire ceci? pensa Henri, quand il fut livré à lui-même. Cette
aventure prend une tournure tout à fait piquante. Mais n'oublions pas
que je suis en Italie, et que c'est le pays des prodiges.» Après s'être
préparé à tout événement, il s'assit sur un sopha, et s'endormit en
attendant la suite de son aventure.

«Comment! vous dormez! dit à Henri une petite voix douce, en le poussant
légèrement.--C'est vous, charmante Julia, répondit Henri en s'éveillant.
Il me semble que vous m'avez laissé dormir bien longtemps.» Julia (car
c'était elle) lui avoua qu'il y avait plus d'une heure qu'il était là,
et qu'elle avait même craint qu'il se fût éloigné. «Eh! où serais-je
allé, puisque je ne connais pas les détours de cet hôtel? Mais pourquoi
m'avez-vous laissé seul si longtemps?--Parce que madame la marquise m'a
fait appeler, et que je n'ai pu la quitter plus tôt... Mais, laissez-moi
donc, monsieur... je vous en prie; j'ai quelque chose de très-important
à vous dire.--Tu me le diras une autre fois.--Non, monsieur... Mais
finissez donc... Si madame la marquise venait...»

Malgré les grands efforts de Julia, Henri profita de l'obscurité pour
redoubler d'audace, et on lui céda une victoire qu'on n'avait jamais eu
l'intention de lui refuser.

«A présent vous m'écouterez, j'espère, monsieur.--Oh! oui, ma chère
Julia, je suis tout oreilles.--Vous saurez donc, monsieur, que... Ah!
grand Dieu! je crois que voilà madame la marquise...--Effectivement,
j'entends du bruit.--O ciel! il faut justement qu'elle passe par ici
pour entrer dans sa chambre à coucher.--Eh bien! quand elle me verrait,
quel mal y aurait-il?--Ah! monsieur, je serais perdue sans retour.--Je
dirai que je me suis égaré dans son hôtel en voulant m'en aller.--Oh!
vous ne connaissez pas le caractère soupçonneux de madame la marquise;
elle se douterait de quelque chose: elle vous aime, j'en suis certaine,
et nous serions perdus tous deux.--Que faire alors?--Elle approche...
j'entends sa voix; il faut vous cacher.--Mais où?--Tenez! dans cette
armoire, il y aura assez de place pour vous.--Mais j'étoufferai là
dedans.--Eh non! non... Ne bougez pas, et je viendrai vous délivrer
sitôt que madame sera couchée.»

Il était temps que Henri se cachât, car la marquise entra bientôt dans
le cabinet, tenant une bougie à la main. «Ah! vous voilà, Julia. Où
étiez-vous donc allée? depuis deux heures je vous cherche
partout.--Mais, madame... j'étais venue dans votre appartement voir si
rien ne vous manquait.--Comment donc étiez-vous sans lumière?--Madame...
c'est que... la mienne s'est éteinte...--Allons, il suffit; venez me
déshabiller.--Madame se couche déjà!--Comment! déjà; mais il est près de
trois heures du matin.--Ah! vous avez raison, madame.»

Julia suivit la marquise, en maudissant le sort qui la séparait de celui
qu'elle aimait, et dans un moment où il avait tant besoin d'elle.
Effectivement, Henri n'était pas du tout à son aise dans une armoire
faite, à la vérité, pour pendre les robes de madame, mais où il ne
pouvait changer de position, et où le défaut d'air augmentait son
martyre. En vain il voulut essayer d'entr'ouvrir la porte de sa cage;
Julia, pour plus de sûreté, en avait emporté la clef, et elle ne
s'ouvrait pas en dedans. «Ah! disait en lui-même Henri, mon précepteur
Mullern m'avait bien dit que les femmes me feraient faire des
sottises!...» Enfin, après une demi-heure d'anxiété, Henri résolut de
sortir d'une position qui devenait insupportable. D'ailleurs, il aurait
attendu en vain que Julia vînt à son secours: la marquise, qui
paraissait soupçonner quelque chose, conduisit Julia hors du cabinet qui
donnait dans sa chambre à coucher, et en referma la porte sur elle; de
sorte que la pauvre enfant fut obligée d'abandonner son amant à la merci
d'une autre femme; mais elle espéra que Henri, fatigué de sa soirée,
s'endormirait tranquillement où elle l'avait laissé.

«Ma foi, il en arrivera ce qu'il plaira au ciel, dit Henri, mais il faut
absolument que je sorte d'ici.» Il commença par ébranler la porte de
l'armoire; il s'aperçut avec joie qu'en la soulevant un peu elle sortait
de ses gonds; il profita de sa découverte et fut bientôt dehors; mais ce
n'était pas tout, il fallait sortir de l'hôtel, et c'était le plus
difficile.

Henri se trouva, en quittant sa cachette, dans la même obscurité où il
était auparavant. Comment retrouver son chemin?... comment ne pas
commettre quelque méprise?... «Allons tout droit devant nous, dit Henri,
cela me conduira toujours quelque part.» Après avoir marché à tâtons, il
trouva une porte ouverte, et entra dans une autre chambre. «Cherchons un
peu s'il n'y a pas ici quelque escalier,» disait en lui-même Henri. Et
tout en marchant le long du mur, au lieu de trouver un escalier, il
sentit un lit devant lui. «Diable! dit-il, c'est peut-être le lit de la
marquise!...» Un léger soupir qui se fit entendre l'avertit qu'il était
occupé; ne se souciant pas de la déranger, il s'éloignait
précipitamment, lorsqu'en passant près d'un guéridon, son habit accrocha
un cabaret de porcelaine qui se brisa en tombant sur le parquet.

«Qui est là?» dit une voix altérée que Henri reconnut pour celle de la
marquise. «Que faire?... Ma foi, pensa Henri, il vaut mieux passer pour
un amant que pour un voleur: d'ailleurs c'est le seul moyen qui me
reste, et je m'en tirerai comme je pourrai.» Ce parti pris, Henri
s'approcha du lit de la marquise, et lui dit: «Excuserez-vous ma
témérité, madame? Il n'y a qu'un amour tel que le mien qui puisse vous
faire pardonner ma démarche.--Quoi! monsieur de Framberg, c'est vous!...
à cette heure!... dans ma chambre!--Oui, madame, je suis parvenu à
gagner votre servante Julia; touchée de ma flamme pour sa maîtresse,
c'est elle qui m'a caché dans votre appartement...--Se pourrait-il!...
ah! je ne m'étonne plus maintenant de son embarras!... Mais c'est une
horreur!... une chose abominable!... Avoir eu l'audace de...--Quoi! vous
êtes insensible à l'amour le plus tendre!... Eh bien! je m'éloigne,
madame, je vous fuis pour toujours...--Arrêtez!... Et où allez-vous
maintenant? Si l'on vous voit sortir de chez moi, je suis perdue!...--Eh
bien! madame, qu'ordonnez-vous?--Restez donc! il le faut bien, puisque
c'est le seul moyen de sauver ma réputation!...» Henri resta, et fit si
bien, que le lendemain matin la marquise l'engageait encore à ne pas la
quitter.



CHAPITRE XIII.

SUITE DU PRÉCÉDENT.


Le lendemain matin, au petit jour, Henri parvint à faire consentir la
marquise à le laisser partir. Après lui avoir fait les plus tendres
adieux, il ouvrit doucement la porte du cabinet, et descendit
l'escalier; mais à peine avait-il fait quelques pas, qu'il se trouva nez
à nez avec Julia. «Comment! c'est vous, monsieur?--Oui, Julia, c'est
moi-même.--Et comment avez-vous fait pour sortir de l'armoire où vous
étiez?--J'ai fait comme j'ai pu; mais, en vérité, ma chère Julia, je
suis trop fatigué maintenant pour pouvoir te le raconter...--Si vous
vouliez monter à ma chambre, maintenant que madame la marquise
dort...--Non, ma bonne amie, il est temps que je retourne à mon auberge;
ce soir je te dirai tout ce que tu veux savoir.» En disant ces mots,
Henri descendit l'escalier, et sortit précipitamment de l'hôtel de la
marquise.

«En vérité, je n'y conçois rien, disait en elle-même Julia; et elle
attendit avec impatience le moment de se rendre près de sa maîtresse.
Vers midi, la marquise la sonna. Julia descendit en toute hâte, ne
sachant si elle devait craindre ou espérer; mais elle fut agréablement
surprise de voir la marquise d'une humeur charmante, et ne l'appelant
que sa chère, sa bonne Julia. Ne sachant qu'augurer d'un accueil si
flatteur, Julia finit par croire que sa maîtresse ne savait rien, et la
marquise s'en tint avec elle aux caresses et aux amitiés, sans vouloir
lui en dire davantage sur ce qu'elle pensait bien qu'elle devinait.

En rentrant chez lui, Henri écrivit au colonel pour lui demander de
l'argent, et il envoya Franck porter la lettre. Franck, qui vit sur
l'adresse pour qui elle était, regarda son maître en souriant, d'un air
qui voulait dire: Voilà mes prédictions accomplies. Mais Henri alla se
jeter sur son lit, sans s'amuser à lui répondre, et Franck dit en
lui-même: «Si c'est sa destinée de perdre son argent, il n'y a pas moyen
de l'en empêcher.»

Plusieurs mois s'écoulèrent de la même manière. Henri partageait son
temps entre la marquise, Julia et le jeu. Le colonel lui avait envoyé
l'argent qu'il avait demandé, et Henri se trouvait à même de continuer
le même train de vie; d'ailleurs la chance, qui d'abord lui avait été
contraire, lui était devenue plus favorable, et il se livrait avec
ardeur à une passion qui lui faisait parfois négliger la marquise et
Julia.

Les choses en étaient là, lorsqu'une jeune comtesse napolitaine parut
dans la société de la marquise. Henri ne put la voir sans ressentir pour
elle cet amour qu'il avait déjà éprouvé pour cette dernière. De son
côté, la jeune comtesse ne vit pas Henri avec indifférence; mais la
marquise, qui était jalouse à l'excès, lut dans les yeux de Henri sa
nouvelle passion, et résolut de se venger de l'infidèle.

L'occasion ne tarda pas à se présenter. Henri reçut un billet dans
lequel on l'engageait à se rendre devant la maison de la comtesse, et
qu'il serait introduit près de celle qu'il aimait. Ne doutant pas que ce
billet ne fût de la comtesse elle-même, Henri, au comble de ses vœux,
se prépara pour son rendez-vous, et envoya dire à la marquise, qui
l'attendait ce soir-là, qu'il était indisposé et ne pourrait se rendre
auprès d'elle.

L'heure du rendez-vous approchant, Henri se disposait à partir,
lorsqu'on frappa plusieurs coups à sa porte: «C'est peut-être la
marquise, dit Henri à Franck; il ne faut pas ouvrir.» Mais ces mots:
«Ouvrez, ouvrez sans crainte,» prononcés d'une voix altérée, engagèrent
Henri à voir qui ce pouvait être; il ouvrit, et vit Julia entrer dans
son appartement.

«Vous êtes étonné de ma visite, monsieur, dit Julia à Henri; mais,
lorsque vous en connaîtrez le motif, j'espère que vous me saurez gré de
vous l'avoir faite.--Que voulez-vous dire, Julia?--Je veux dire,
monsieur, que madame la marquise connaît votre nouvelle passion pour
cette jeune comtesse napolitaine qui vient depuis peu chez
elle...--Comment! Julia... tu peux penser...--Ah!... monsieur, ce n'est
pas moi que vous pourriez abuser, je sais lire dans votre cœur; mais
je vous aime trop pour vouloir me venger lors même que je le
pourrais!... Au contraire, c'est moi qui veux vous sauver du piège où
vous alliez tomber.--Que veux-tu dire, Julia?--Vous avez reçu un billet
ce matin.--Il est vrai.--On vous donne rendez-vous pour ce soir à minuit
devant la maison où demeure la comtesse.--Mais qui donc t'a appris tout
cela?--Eh! comment ne le saurais-je pas, puisque c'est madame la
marquise qui vous a fait écrire ce billet!--La marquise!...--Elle-même.--Et
quel est son dessein?--De voir si vous la trahirez en allant au
rendez-vous.--Et si j'y vais?--Elle est Italienne, c'est vous en dire
assez.--Quoi! tu penses qu'elle serait capable de...?--La jalousie la
rend furieuse contre vous, et, si vous m'en croyez, vous n'irez pas à ce
rendez-vous.--Sois tranquille, ma chère Julia, si j'y vais, je prendrai
mes précautions.--Au surplus, je vous ai prévenu; maintenant, je vous
laisse: votre sort est entre vos mains.--Adieu, ma chère Julia, crois
bien que de ma vie je n'oublierai ce que tu as fait pour moi.»

En disant ces mots Henri pressa tendrement Julia contre son cœur, et
elle s'éloigna précipitamment.

«C'est une bonne fille que cette Julia, dit Franck à son maître
lorsqu'elle fut partie; je n'ai pas entendu ce qu'elle vous a dit, et
cependant je suis sûr que c'est pour votre bien...--Franck!--Monsieur?--Tu
vas préparer deux chevaux, et faire nos valises...--Quoi! monsieur...
est-ce que nous partons?--Fais ce que je te dis, et attends-moi ici;
dans un instant je serai de retour.--Cela suffit, monsieur.»

En disant ces mots Henri s'enveloppa dans son manteau, et courut au
rendez-vous indiqué. Il était bien aise de s'assurer par lui-même
jusqu'où la marquise pousserait sa vengeance; mais il avait eu soin de
prendre sous son manteau une épée et une paire de pistolets.

Minuit venait de sonner quand Henri arriva devant la maison de la
comtesse. «Je suis peut-être venu trop tard, dit-il en lui-même, et le
coup prémédité n'aura pas lieu.» En attendant, il se promena devant la
maison qui faisait le coin d'une petite rue sombre, et qui, par sa
situation isolée, était bien propre à servir les desseins de la
marquise.

Il attendait depuis quelques minutes, lorsqu'un homme enveloppé dans un
manteau, et tenant une lanterne sourde, sortit de la petite rue et vint
droit à Henri. «Vous êtes exact, lui dit-il, c'est bien: suivez-moi, je
vais vous conduire chez la comtesse.--Et pourquoi n'entrons-nous pas par
cette porte? demande Henri à l'inconnu.--C'est parce que vous seriez vu
de tout le monde; et comme il y a une autre entrée secrète qui donne
dans la rue que vous voyez, madame la comtesse m'a dit de vous
introduire par là.--En ce cas, marchons, je vous suis.»

Henri eut l'air de suivre son guide sans défiance; mais il tira
doucement ses pistolets de dessous son manteau, et se tint prêt à tout
événement. A peine eurent-ils détourné le coin de la rue, que deux
autres hommes, sortant d'une embuscade où ils étaient cachés, fondirent
à l'improviste sur Henri; mais notre héros les reçut le pistolet au
poing; et, tirant sur eux à bout portant, les étendit tous deux sans vie
à ses pieds.

L'homme à la lanterne ne songea qu'à prendre la fuite en voyant tomber
ses camarades. Henri courut après lui, mais son assassin connaissait
mieux que lui les détours de la ville, et il échappa bientôt à ses
regards. Réfléchissant qu'en voulant poursuivre celui-là, il pourrait en
rencontrer un plus grand nombre, Henri pensa qu'il était plus prudent de
regagner son auberge, et, après bien des détours, il parvint à la
retrouver.

«Oh! oh! il paraît que la soirée a été chaude, dit Franck, en voyant
Henri poser ses pistolets déchargés sur une table.--Oui, mon cher
Franck, tiens, recharge mes armes.--Est-ce que vous allez recommencer,
monsieur?--Non, mais nous allons partir.--Ah! il me paraît que vous en
avez assez!... Et où allons-nous, monsieur? à Naples?--Non, j'ai assez
de l'Italie.--Tant mieux, ma foi; car ce pays m'ennuyait aussi,
moi...--Nous allons en France, à Paris; peut-être y serai-je plus
heureux que je ne l'ai été jusqu'à présent... et y retrouverai-je celle
pour laquelle je donnerais ma vie!...--Comment! monsieur, est-ce que
vous y pensez encore?--Si j'y pense!... ah!... Franck, crois-tu que ces
plaisirs bruyants, que ces passions d'un moment, qui, depuis mon départ,
ont occupé mon esprit, aient pu effacer de mon âme le souvenir de ma
chère Pauline?... Non; ces femmes si séduisantes ont rempli ma tête,
troublé mes sens, mais aucune n'est parvenue jusqu'à mon cœur.--En ce
cas, monsieur, je vois que c'est bien de l'amour que vous ressentez pour
votre inconnue...--Oh! oui!... l'amour le plus tendre!... le plus
sincère!...--Mais les chevaux sont prêts, monsieur.--Que ne le
disais-tu donc?...»

«Il est singulier, disait Franck en sortant de Rome avec son maître, que
ce soit toujours au milieu de la nuit que nous nous mettions en voyage;
ce que c'est que la destinée!...»



CHAPITRE XIV.

PARIS.


Henri et Franck arrivèrent à Paris, après s'être arrêtés quelque temps à
Turin et à Lyon, sans qu'il leur fût arrivé rien de remarquable.

«Ma foi, monsieur, dit Franck à son maître en entrant dans la capitale
des plaisirs et de la gaieté, au premier abord, cette ville me plaît
beaucoup plus que toutes celles que nous avons parcourues. Tenez, voyez
donc tout ce monde qui va et vient; c'est un mouvement perpétuel!... A
chaque pas je trouve des sujets de curiosité; on voudrait être triste
ici qu'on ne le pourrait pas. Et les femmes, monsieur!... Elles sont
charmantes... Franchement, dites-moi, en avons-nous vu ailleurs qui
aient cette tournure, cette grâce, cette élégance?... qui regardent les
hommes avec un sourire si flatteur, si expressif?... Ah! monsieur, je
suis dans l'enchantement!...--Diable!... Franck, tu deviens
éloquent!--C'est le site qui m'inspire, monsieur...--Laisse là ton site,
et occupons-nous de trouver un hôtel où je puisse demeurer
convenablement.»

Henri se logea dans le quartier de la Chaussée-d'Antin, et le soir même
de son arrivée, il alla courir les spectacles et les cafés les plus
fréquentés de la ville. Harassé de fatigue, il rentra à son hôtel sur
les deux heures du matin, et trouva Franck qui l'attendait d'un air un
peu moins gai que le matin. «Qu'as-tu donc, Franck? lui demanda Henri;
t'ennuierais-tu déjà à Paris?--Oh! non, monsieur, ce n'est pas
cela...--Eh bien, pourquoi donc as-tu, ce soir, un air si différent de
ce matin?--Ah! monsieur, c'est qu'il m'est arrivé une petite
aventure...--Une aventure!... voyons ce que c'est; raconte-moi
cela...--Je le veux bien, monsieur, si cela peut vous faire plaisir...
Vous saurez donc, qu'après que vous fûtes parti, je me rendis au
Palais-Royal, parce que l'on me dit que c'était l'endroit le plus
curieux de la ville. J'y étais depuis plus d'une heure, occupé à admirer
tout ce qu'il renferme, et m'extasiant devant chaque objet nouveau que
je voyais, lorsqu'un homme très-bien mis et d'un extérieur fort honnête
s'approcha de moi pour me demander le chemin de la rue de... d'une rue
enfin. Ma foi, monsieur, lui répondis-je, je ne le connais pas plus que
vous, car j'arrive dans cette ville où je suis tout à fait
étranger.--Vous êtes étranger, me dit-il, eh bien, moi aussi; et tenez,
puisque le hasard me fait vous rencontrer, si vous le voulez, nous
passerons la soirée ensemble. J'acceptai, n'étant pas fâché de trouver
quelqu'un avec qui causer, dans une ville où je ne connaissais personne.
Nous continuâmes donc de nous promener en causant, lorsque le diable, ou
plutôt le sort, voulut qu'il vînt à parler du jeu de billard... Vous
savez, monsieur, que c'est mon jeu favori, et que j'y suis même d'une
certaine force!...--Oh! tu me l'as déjà dit... eh bien, sans doute tu
auras voulu y jouer?--Justement, monsieur, c'est-à-dire, c'est mon homme
qui m'en proposa une partie, et je ne manquai pas d'accepter. Nous
entrâmes donc dans un café, et nous fûmes au billard: il était occupé;
mais comme la partie était sur le point de finir, nous restâmes à
regarder. Un des deux joueurs était beaucoup plus faible que l'autre, et
mon étranger le plaisantait sur son jeu. Je parie deux louis, lui
dit-il, à un coup, que vous ne faites pas cette bille-là (et la bille
était assez belle); la personne paria et gagna. Mon homme parut piqué
d'avoir perdu, et dit qu'il prendrait sa revanche; l'occasion se
présenta bientôt: c'était à la personne qui avait gagné les deux louis à
jouer. Elle n'avait absolument qu'à pousser un peu, pour mettre dans la
blouse une bille qui y était déjà à moitié: eh bien, mon homme eut
l'effronterie de dire que l'autre ne la ferait pas!... Moi je lui
répondis qu'il la ferait. Croiriez-vous, monsieur, qu'il osa me parier
vingt louis que non... J'acceptai sur-le-champ... J'avais
malheureusement tout mon argent sur moi!...--Et tu as gagné?--Au
contraire, monsieur!... le maladroit, qui avait déjà gagné un coup cent
fois plus difficile, prit si bien la bille en sens contraire, qu'au lieu
de la faire, il se mit lui-même dedans!... Alors, le désespoir dans
l'âme, je donnai tout ce que je possédais (j'avais les vingt louis moins
six francs). Mon gageur voulut bien me faire grâce du reste, et je
sortis du café en maudissant le destin qui m'avait fait rencontrer cet
étranger.»

Henri ne put s'empêcher de rire de l'aventure qui était arrivée à ce
pauvre Franck; cependant il le dédommagea de sa perte, et l'engagea à
être plus prudent une autre fois, et surtout à se défier de ces
prétendus étrangers, qui ne se font passer pour tels qu'afin de mieux
duper les véritables.

Henri était depuis quelques jours à Paris, lorsqu'un soir, au spectacle,
il se trouva placé derrière une dame qui lui parut mériter son
attention; effectivement, elle était grande, bien faite, d'une tournure
agréable, d'une figure expressive, et paraissant ne pas voir avec
indifférence les œillades que son voisin lui lançait. Henri, enchanté
de sa nouvelle conquête, aurait bien voulu lui parler; mais elle avait
avec elle un gros homme couvert de bijoux et de diamants, ayant assez
l'air d'un marchand de bœufs retiré, qui paraissait aussi embarrassé
de ses deux montres que de son gros ventre, et occupait à lui seul les
trois quarts de la loge où était Henri. Voyant bien qu'il ne pourrait
lui déclarer ses sentiments tant qu'elle aurait cet homme auprès d'elle,
Henri se contenta, au sortir du spectacle, d'ordonner à Franck de suivre
la voiture où elle montait, et de tâcher d'obtenir quelques
renseignements sur cette dame.

Henri attendait avec impatience le retour de son valet, lorsque celui-ci
arriva. «Eh bien! mon cher Franck, lui dit Henri en l'apercevant, as-tu
de bonnes nouvelles à m'apprendre?--Oui, monsieur, d'excellentes.--Tu
sais où demeure la dame en question?--Oui, monsieur; dans une superbe
maison sur le boulevard des Italiens.--Bon! et as-tu appris quelque
autre chose?--Oui, monsieur; le portier de la maison est justement fort
bavard, et il n'a pas fait difficulté de causer avec moi...--Bravo,
Franck! eh bien, cette dame?--C'est une danseuse de l'Opéra,
monsieur.--Une danseuse de l'Opéra... dit en lui-même Henri; diable!...
il y a beaucoup à gagner et à perdre avec ces femmes-là!...--Je sais de
plus, continua Franck, que le gros homme qui était avec elle est un
ancien fournisseur qui l'entretient comme une princesse!... parce que
vous saurez, monsieur, que c'est le bon ton d'entretenir une danseuse de
l'Opéra...--Ah! c'est le bon ton, Franck?--Oui, monsieur, aussi la vôtre
a-t-elle déjà eu pour amants deux princes russes, quatre financiers, six
Anglais, dix fermiers généraux, trois banquiers, et elle en est à son
neuvième fournisseur.--Tu plaisantes, Franck.--Non, monsieur; je vous
dis la vérité: c'est parce qu'elle est en vogue; c'est la femme à la
mode, la beauté du jour: ce sont les propres paroles du portier.--Ah!
c'est la femme à la mode! en ce cas, comme je veux suivre les modes, je
tâterai de la danseuse.--Vous avez raison, monsieur, c'est le meilleur
moyen de faire parler de vous. Je vous engage cependant à ne pas la
garder longtemps, car du train dont elle va, nous nous trouverions
bientôt sur la liste des réformés.--Sois tranquille, Franck; si cette
femme-là m'aime, elle ne me ruinera pas.--Ah! monsieur... chercher de
l'amour chez une danseuse, c'est trop exiger.» Le lendemain matin, Henri
écrivit un billet doux à sa belle, et le fit porter par Franck. Celui-ci
revint bientôt avec une réponse de la dame, qui engageait Henri à venir
prendre le café avec elle le lendemain.

«Eh bien, Franck, dit Henri, tu vois que j'ai touché son cœur.--C'est
possible, monsieur.--Mais, dis-moi, t'a-t-elle fait quelques
questions?--Certainement, monsieur; elle m'a demandé votre nom, vos
titres. Le comte de Framberg! a-t-elle dit quand je vous eus nommé; et
sur-le-champ elle vous a répondu le billet que je viens de vous
remettre.--C'est une femme qui ne reçoit pas le premier venu!...--C'est
une femme dans le dernier genre!...»

Henri, pour passer le temps jusqu'au lendemain, recommença ses courses
de la veille, et se mit à visiter tous les endroits publics. En passant
près d'une maison de jeu, le désir d'augmenter son argent, afin de faire
à Paris une brillante figure, le pousse à y monter. Il pose, en
tremblant, sur la rouge quelques louis qu'il s'attend bien à perdre:
mais il gagne; il continue de jouer, la fortune continue de lui sourire;
il voit qu'il a la veine, il joue plus gros jeu; et enfin, au bout d'une
heure, il sort de là avec trente mille francs de plus qu'il n'avait en
entrant.

C'est pour le coup qu'il veut être à la mode et éclipser tous les
élégants du jour. Il rentre à son hôtel, en courant comme un fou: Franck
reçoit l'ordre de louer le plus joli cabriolet, de lui envoyer tout de
suite un bijoutier, un marchand de chevaux, un maître de danse; Franck,
étonné, court de côté et d'autre sans savoir ce que cela veut dire, mais
en rendant grâce à la destinée qui vient de faire de son maître un
millionnaire.

Cependant avec trente mille francs on ne va pas loin à Paris: le
bijoutier et le marchand de chevaux lui avaient déjà vendu pour plus du
double; Henri vit bien qu'il n'était pas si riche qu'il le croyait; mais
il pensa qu'en retournant à la roulette, il pourrait en gagner
davantage. En attendant, il se contenta d'acheter un cheval pour son
cabriolet, et une épingle en brillants pour lui; puis il renvoya ses
marchands, en leur promettant de les revoir bientôt.

Enfin, le lendemain arriva, Henri l'attendait avec impatience; car,
quoique l'on soit riche, cela n'empêche pas de s'ennuyer. Après avoir
fait une toilette recherchée, Henri monta dans son cabriolet et prit le
chemin du boulevard des Italiens.

Il était près de midi; à cette heure-là, les rues de Paris sont remplies
de monde, surtout dans un quartier aussi fréquenté que celui où allait
Henri. Notre jeune homme, brûlant du désir d'arriver chez sa belle,
faisait aller son cheval comme un fou; déjà plusieurs fois il avait
manqué d'écraser quelqu'un, et il ne devait qu'à son adresse d'avoir
évité des malheurs; mais, en détournant une rue, il n'aperçut pas la
voiture d'un charretier, qui venait de son côté; le charretier, suivant
l'usage de ces messieurs, ne se dérange pas pour un cabriolet; Henri va
choquer avec violence contre les roues de la charrette; son léger
équipage n'était pas de force à lutter contre une pareille voiture; il
tombe sur le côté, et, dans sa chute, renverse une vieille femme qui
sortait d'une boutique où elle était allée chercher du mou pour son
chat.

Les cris: Au secours!... je suis morte!... et le cabriolet dans le
ruisseau, attirèrent bientôt une foule immense de ces flâneurs dont
Paris fourmille. «C'est une femme écrasée par un cabriolet que
conduisait un jeune homme, dit l'un. Ces freluquets-là n'en font pas
d'autre... le cabriolet est brisé, pourtant.--C'est étonnant, dit un
autre, que cette petite femme ait eu la force de jeter une voiture par
terre...» Et pendant que l'on discourait ainsi, le charretier avait jugé
à propos de s'en aller avec sa charrette, de peur qu'on ne lui fît payer
les pots cassés.

Henri sortit du cabriolet, en envoyant au diable les rouliers et les
badauds. Franck, qui était derrière le cabriolet, avait manqué perdre la
vie, mais il en fut quitte pour un œil poché et quelques bosses à la
tête. La vieille femme, qui avait eu plus de peur que de mal, mais qui
cependant voulait tirer parti de l'aventure, remplissait l'air de ses
cris et de ses gémissements.

Henri croyait s'en retourner tranquillement chez lui, et avait chargé
Franck de relever son cabriolet, lorsque la foule qui l'entourait,
conseilla à la vieille de le faire aller chez le commissaire. «Chez le
commissaire! s'écria Henri; et que voulez-vous que j'y fasse?--Ah! ah!
mon beau monsieur, vous croyez que l'on écrase ainsi le pauvre monde, et
puis qu'il n'est plus question de rien?--Mais, imbécile, c'est moi qui
suis la victime de tout cela, puisque c'est mon cabriolet qui a été
brisé.--Oui-dà! et cette pauvre femme que vous avez écrasée, croyez-vous
qu'il ne faudra pas lui donner de quoi se faire panser?--Si elle est
tuée, que voulez-vous que j'y fasse?--C'est égal, il faut une
consolation.

Henri vit bien que, pour sortir de là, il fallait de l'argent. Il
s'approcha de la vieille, lui mit une quinzaine de louis dans la main,
et de cette manière parvint à esquiver le commissaire. «Tiens! que c'te
vieille braillarde est heureuse! dit une commère à sa voisine.
J'voudrions ben que pour la moitié d'la somme il m'en arrivât tous les
jours autant.--Il y a des gens qui ont du bonheur, répondit l'autre.
C'est pourtant à son chat qu'elle doit cela.--Elle n'en sera pas plus
riche, dit une troisième; c'est une vieille joueuse, elle va mettre tout
cet argent à la loterie.»

Henri revint chez lui, crotté, fatigué, et surtout désespéré d'avoir
manqué son rendez-vous. Cependant il se rhabilla, fit venir une voiture,
et se hasarda à se présenter chez sa belle. Il fut agréablement surpris
en apprenant qu'elle y était encore; il ne savait pas qu'il est du bon
genre de se faire attendre deux heures partout où l'on va. Henri fut
reçu comme quelqu'un que l'on connaîtrait depuis longtemps. Il vit que
Franck ne l'avait pas trompé en remarquant l'élégance et la somptuosité
de la demeure de la belle danseuse. Il n'avait jamais rien vu en Italie
de comparable au boudoir d'une femme de l'Opéra.

L'aventure arrivée à Henri fit le sujet de l'entretien du déjeuner; la
dame en rit beaucoup, et lui promit que ce serait la nouvelle du jour.
Henri était étonné de trouver autant d'usage et d'esprit dans une femme
de théâtre; mais, ce qui le surprenait le plus, c'était la réserve de
ses manières et les obstacles que l'on opposait à ses transports
amoureux. Henri ignorait qu'une femme qui se vend est plus difficile à
vaincre qu'une femme qui se donne: l'une cède au penchant de son
cœur, tandis que l'autre diffère ses faveurs afin de les faire payer
davantage.

Henri et sa belle étaient à converser ensemble, lorsqu'on vint avertir
la dame que quelqu'un désirait lui parler. «J'avais déjà dit que je n'y
étais pour personne,» s'écrie-t-elle avec impatience. On lui répond que
c'est quelqu'un qui veut absolument entrer. Alors elle prie Henri de
passer dans son salon pour un moment, en lui disant que c'est sa
marchande de modes, et qu'elle va la renvoyer.

Henri parut consentir à s'éloigner; mais comme, pour aller au salon, il
fallait traverser un cabinet vitré qui donnait dans le boudoir de la
dame, il revint sur ses pas dès qu'il fut seul, afin de s'assurer par
ses yeux de ce qui se passait dans le boudoir.

Au lieu de la marchande de modes, Henri vit entrer un jeune officier,
qui se jeta dans un fauteuil, sans regarder la maîtresse de la maison.
«Comment! c'est vous, Floricourt? lui dit celle-ci d'un air moitié riant
moitié embarrassé.--Oui, c'est moi; et je trouve bien étonnant que tu me
fasses ainsi attendre dans ton antichambre.--Pouvais-je soupçonner que
ce fût vous, depuis huit jours que je ne vous ai vu?--Tu croyais, sans
doute, que c'était ton gros Mondor, et qu'il s'en irait tranquillement
dès qu'on lui aurait dit que tu n'y étais pas?... Mais je ne suis pas de
cette pâte-là, moi, et je me moque de tes consignes et de tes
entreteneurs!--Mais, monsieur, qu'est-ce c'est que ce ton-là!... il vous
appartient bien, à vous, que j'ai comblé de bienfaits, que j'ai rhabillé
des pieds à la tête, de me dire de pareilles sottises! Vous ne vous
moquiez pas alors de mes conquêtes... Pourquoi ai-je été assez bonne
pour me priver de tout pour monsieur! En vérité, les femmes sont bien
bêtes d'avoir quelquefois des faiblesses! on n'oblige jamais que des
ingrats!--Il s'agit aussi de vos dons, madame! vous m'en avez fait un
qui ne me plaît pas du tout.--Monsieur, quand on reçoit quelque chose
d'une femme, il faut prendre le bon comme le mauvais.--En vérité!... eh
bien! moi, je t'apprendrai à ne plus me jouer de ces tours-là, et je
veux faire payer le médecin à celui qui déjeunait avec toi.--Vous êtes
fou, Floricourt, j'étais seule, je vous assure.--Je ne donne pas dans
ces contes-là... Puisqu'il s'est caché, c'est que ce n'est pas un
payant, et je lui ôterai l'envie d'y revenir.»

En disant cela le jeune homme se met à regarder partout, à donner des
coups de pied sous toutes les tables. Enfin il aperçoit Henri qui était
resté immobile derrière la porte vitrée; il l'ouvre précipitamment et
lui donne un soufflet, avant que notre héros ait eu le temps de
l'éviter. Henri allait tomber sur son adversaire, lorsque la dame vint
se mettre entre eux pour les séparer.

«Monsieur, dit Henri à l'officier, si vous êtes homme de cœur, vous
me rendrez raison de l'insulte que vous m'avez faite.--Ah! monsieur
n'est pas content, répond celui-ci en ricanant; eh bien! je lui donnerai
une leçon plus forte.--Point de propos, monsieur, je ne les aime pas.
Voilà mon adresse; je vous attends demain chez moi, à quatre heures du
matin.» En disant ces mots, Henri sortit sans daigner jeter les yeux sur
la femme qui était auprès de lui.

«C'est ma faute aussi, se dit-il à lui-même en regagnant son hôtel, je
n'aurais pas dû aller chez cette femme-là... Mais, depuis que je voyage,
je ne fais que des sottises... Ah! mon père, si vous connaissiez la
conduite de votre fils, combien je vous causerais de chagrin!... Et toi,
bon Mullern, si j'avais mieux suivi tes conseils, je ne serais pas où
j'en suis... Mais puisque le destin m'est toujours contraire, puisque je
ne retrouve pas celle qui aurait fait le bonheur de ma vie, je jure de
retourner bientôt à Framberg.»

L'officier fut exact au rendez-vous, Henri prit ses armes, et sans se
dire un seul mot, ils se rendirent au bois de Boulogne. Là chacun d'eux
ôta son habit, et ils s'attaquèrent avec impétuosité.

Henri était moins fort sur les armes que son adversaire; mais il était
de sang-froid, et savait parer adroitement tous ses coups; bientôt
l'officier en voulant atteindre Henri s'enferra dans son épée, et tomba
sans vie à ses pieds. Henri retourna en courant à son hôtel; il lui
semblait que l'ombre de sa malheureuse victime était attachée à ses pas.
C'est une chose affreuse, en effet, de tuer un de ses semblables pour
une femme que l'on méprise!... Henri faisait mille réflexions, et son
âme était oppressée sous le poids du sang qu'il venait de répandre.

Franck fut effrayé, en voyant son maître dans un état d'abattement qui
ne lui était pas ordinaire. «Qu'avez-vous, monsieur? lui dit-il; vous
serait-il arrivé quelque malheur?--Oh! oui, Franck!... un malheur que je
ne me pardonnerai jamais!...--Que voulez-vous, monsieur, c'est au destin
qu'il faut vous en prendre!...--Prépare tout pour notre départ; nous
quitterons Paris ce matin même.--Puis-je savoir où nous allons,
monsieur?--Nous retournons à Framberg: il me tarde de revoir mon père et
ce bon Mullern qui m'aimait tant!--Ma foi, monsieur, j'en suis enchanté
aussi, car il n'y a rien au monde qui vaille la maison paternelle.»



CHAPITRE XV.

UNE AVENTURE D'UN AUTRE GENRE.


Henri et Franck cheminaient doucement sur la route d'Allemagne; le
premier réfléchissant sur le triste fruit qu'il avait retiré de ses
voyages. Que gagne-t-on en effet à parcourir le monde? la conviction du
peu de ressemblance qui existe entre le bonheur réel et celui qu'enfante
notre imagination. Quant à Franck, quoique moins sombre que son maître
dans ses réflexions, il trouvait qu'une vie douce et tranquille valait
bien le plaisir de courir les champs, et il félicitait ceux dont la
destinée est de vivre paisiblement dans les lieux qui les ont vus
naître.

A quelques lieues de Strasbourg, Henri s'arrêta dans la même forêt où,
quelques mois après, le colonel Framberg et Mullern trouvèrent un asile.
Désirant se reposer un moment sous son ombrage, il envoya Franck en
avant, et lui ordonna de l'attendre à la première auberge de Strasbourg.
La tranquillité du lien semblait inviter le voyageur au repos; Henri,
qui, depuis plusieurs jours, voyageait sans s'arrêter, sentit le besoin
de céder un moment à la fatigue qui l'accablait. Il s'assit contre un
épais buisson, ombragé d'un chêne majestueux, et le sommeil ne tarda pas
à venir fermer ses paupières.

Lorsqu'il se réveilla, le jour commençait à tomber; il allait se lever
pour continuer sa route, quand il entendit une voix de l'autre côté du
buisson où il était couché; il avança doucement la tête, et aperçut deux
hommes à quelques pas de lui. Leurs figures sinistres engagèrent Henri à
ne pas se montrer d'abord; et, comme ces deux hommes se croyaient
parfaitement seuls, il entendit aisément la conversation suivante:

«Tu es donc bien sur que c'est lui?--Oui, monsieur, j'en suis certain,
et quoiqu'il y ait diablement longtemps que je l'ai vu, sa figure m'a
trop frappé pour que je ne le reconnaisse pas! D'ailleurs j'ai pris,
dans l'auberge où il était, quelques renseignements sur son compte, et
je suis certain de ne pas m'être abusé.--Et tu dis qu'il va passer par
cette forêt?--Oui, monsieur, il ne peut pas prendre d'autre chemin, et
je me suis hâté d'aller vous trouver afin que nous ne laissions pas
échapper une aussi belle occasion...--Que penses-tu donc, Stoffar, que
nous devions faire?--Parbleu! il n'y a qu'un parti à prendre, c'est de
s'en débarrasser, afin qu'il ne nous inquiète plus.»

Ici Henri sentit son sang bouillonner dans ses veines, et il fut près de
se jeter sur les deux scélérats qui étaient devant lui; mais il songea
que ce ne serait peut-être pas le moyen de sauver leur victime, et il
s'efforça de modérer son indignation. «Mais, reprit celui qui paraissait
le maître, si nous nous contentions de nous saisir de sa personne et de
le tenir renfermé, nous saurions par là le forcer à nous dire ce qu'il a
fait de...--Non, monsieur, interrompit l'autre, cela ne vaudrait rien du
tout!... D'ailleurs, où l'enfermeriez-vous?... dans votre maison?...
D'un moment à l'autre on pourrait l'y découvrir, ou bien il n'aurait
qu'à se sauver!... cela nous ferait de belles affaires!... Croyez-moi,
dans une circonstance comme celle-ci, il ne faut pas employer de
demi-mesures. Une fois qu'il sera mort, vous serez tranquille;... car
lui seul est à craindre...--Tu as raison, Stoffar, et je suis décidé
à...» Le bruit du pas d'un cheval interrompit la conversation. «C'est
lui, monsieur, dit un des hommes en se levant; il approche...
préparons-nous à le bien recevoir.»

Il se placèrent tous deux derrière des arbres. Henri, de son côté, arma
ses pistolets, et, rendant grâce au ciel de ce qu'il l'avait choisi pour
être le défenseur d'un infortuné, se tint prêt à tout événement. Au bout
de quelques minutes, il aperçut un homme à cheval s'avancer du côté où
il était. Il ne faisait pas encore assez nuit pour qu'il ne pût
distinguer les traits du voyageur. C'était un homme d'une quarantaine
d'années, d'une taille avantageuse, et dont la figure, douce, mais
mélancolique, annonçait une âme oppressée sous le poids d'un profond
chagrin.

Henri sentait son cœur battre avec violence à mesure que l'inconnu
s'approchait de lui, et il oubliait, en contemplant ses traits, le
danger qui menaçait ses jours; mais il fut bientôt tiré de cet état par
le bruit que firent les deux hommes en courant, leur sabre à la main,
sur le voyageur qui, étourdi par cette brusque attaque, n'avait pas eu
le temps de prendre ses armes, et allait infailliblement succomber, si
Henri, aussi prompt que l'éclair, ne se fût élancé sur les assassins.
Les deux hommes, effrayés par cette subite apparition, lâchent leur
victime et ne songent plus qu'à la fuite. Henri tire sur eux ses deux
pistolets; l'un des deux scélérats tombe mort, l'autre n'est pas atteint
et s'enfuit dans l'intérieur de la forêt.

Henri pensa qu'il serait imprudent de le poursuivre, et retourna vers
celui qu'il avait sauvé. Le voyageur ne savait comment témoigner à son
libérateur toute sa reconnaissance. «Vous ne me devez rien, monsieur,
répondit Henri; en venant à votre secours, je n'ai fait que remplir le
devoir d'un galant homme, et je suis certain qu'à ma place vous en
eussiez fait autant. Mais, si vous m'en croyez, nous nous hâterons de
quitter cette forêt et de regagner une route fréquentée, car la nuit
devient sombre, et peut-être ne serions-nous pas toujours aussi
heureux.--Je suis de votre avis, monsieur, répondit l'inconnu à Henri;
mais, vous êtes à pied, à ce qu'il me paraît?--Il est vrai; j'ai envoyé
mon domestique en avant avec mon cheval, car je comptais arriver ce soir
à Strasbourg...--Eh bien, montez en croupe derrière moi, de cette
manière nous serons plus tôt sortis de la forêt.» Henri accepta la
proposition de l'inconnu, et ils s'éloignèrent au grand galop.

Chemin faisant, ils entrèrent dans des détails relatifs à l'événement
qui venait d'avoir lieu. «Je ne croyais pas, dit le voyageur à Henri,
que la forêt où je devais passer fût infestée par des brigands.--Vous
vous trompez, monsieur, en prenant pour tels les gens qui vous ont
attaqué; je suis certain, moi, que ce n'étaient pas des voleurs.» Alors
Henri raconta comment il avait tout entendu. Pendant son récit il
examina son compagnon, et s'aperçut qu'il y prêtait la plus grande
attention. «Se pourrait-il? s'écria le voyageur lorsque Henri eut fini
de parler; mais monsieur, n'avez-vous entendu que cela?--Pas davantage,
monsieur; mais je présume que cela suffit pour vous mettre sur la
voie.--Eh bien! monsieur, vous vous trompez, car je vous assure que je
ne comprends rien à ce que vous venez de me dire; je ne me connais pas
d'ennemis capables d'une pareille scélératesse.--Parbleu, voilà qui est
étonnant!...--Je n'ai jamais nui à personne et j'ai fait le plus de bien
que j'ai pu!...--C'est souvent en faisant le bien que l'on s'attire la
haine des méchants!...--Ah! vous avez raison, monsieur, et vous m'ouvrez
les yeux!...» Ici, le compagnon de Henri tomba dans une profonde
rêverie, et celui-ci n'osa pas se permettre de le questionner.

Nos deux voyageurs arrivèrent bientôt sur une route fréquentée, et,
comme la nuit devenait noire, Henri pensa qu'il ferait bien d'attendre
le lendemain pour se rendre à Strasbourg. Ils s'arrêtèrent devant la
première auberge. «Vous allez à Strasbourg, et moi j'en viens, dit le
voyageur à Henri; ainsi, puisque nous suivons une route opposée, je vais
vous faire mes adieux.--Quoi! vous ne vous arrêtez pas ici? lui
répondit Henri.--Non, car il me tarde d'arriver à Paris, où j'ai une
affaire importante à terminer; mais comme je compte retourner bientôt à
Strasbourg, j'espère que j'aurai le plaisir de vous y voir, et de faire
une connaissance plus intime avec celui qui m'a conservé l'existence.»
Henri lui répondit qu'il ne comptait pas y faire un long séjour; «mais,
ajouta-t-il, comme je désire autant que vous que nous nous retrouvions
un jour, je vous engage, si le hasard vous conduisait près des lieux que
j'habite, à ne pas oublier que vous avez dans Henri de Framberg un ami
qui s'estimerait heureux de pouvoir encore vous être utile.--Henri de
Framberg!... s'écria l'inconnu: quoi! vous seriez le fils du colonel
Framberg!--Sans doute, répondit Henri: pourquoi cet étonnement?
Connaîtriez-vous mon père?--J'en ai beaucoup entendu parler; le bruit de
sa bravoure et de ses exploits est venu jusqu'à moi.--Eh bien! c'est une
raison de plus pour venir au château, et je vous assure que vous y serez
bien reçu.»

L'étranger remercia Henri; le nom de Framberg l'avait jeté dans un
trouble extraordinaire, qui n'échappa pas aux regards de notre héros;
mais il n'osa lui demander la cause de son agitation, et ils se
séparèrent en se réitérant les assurances de la plus sincère amitié.

Henri entra dans l'auberge, où il se fit donner une chambre à part; là
il réfléchit à l'aventure extraordinaire qui lui était arrivée, et à la
nouvelle connaissance qu'il avait faite. Malgré la différence d'âge qui
existait entre Henri et l'étranger, il se sentait porté à l'aimer comme
un frère, et regretta d'avoir oublié de lui demander son nom. Il
s'endormit en faisant ces réflexions, et le lendemain de bonne heure il
prit la poste et partit pour Strasbourg.



CHAPITRE XVI.

IL LA RETROUVE.


Henri trouva Franck qui l'attendait à l'auberge où il lui avait donné
rendez-vous. Franck était inquiet de n'avoir pas vu arriver son maître
la veille; Henri lui raconta ce qui lui était arrivé.

«Vous conviendrez, monsieur, dit Franck à Henri, que vous ne vous
attendiez guère à une telle aventure!... Je suis sûr que celui que vous
avez sauvé a pour vous bien de la reconnaissance... mais c'est égal, si
sa destinée est d'être assassiné, il ne l'échappera pas une autre fois.»

Henri laissa Franck et sa destinée pour aller se promener dans la ville.
Depuis son aventure de la veille, ses sombres pensées s'étaient tout à
fait dissipées, et il ne lui restait plus, du souvenir de ses voyages et
de ses folies, que la ferme résolution de mieux se conduire à l'avenir.

Tout en faisant ces plans de sagesse, Henri s'aperçut qu'il était sorti
de la ville; il allait retourner sur ses pas, lorsqu'il crut entendre
crier au secours derrière lui; il se retourne et aperçoit une jeune
femme se débattant avec un soldat qui voulait l'entraîner malgré elle.
Il court sur le militaire qui, étant ivre, lâche sa proie, voyant venir
quelqu'un, puis va offrir ses services à la jeune dame: mais comment
peindre sa surprise, son ravissement, en reconnaissant sa chère Pauline
dans celle qu'il vient de délivrer.

«Quoi! c'est vous, mademoiselle!...--C'est vous, monsieur!...» Voilà
tout ce qu'ils purent se dire, tant ils étaient émus l'un et l'autre.
Henri contemplait les charmes de son amie, qui s'étaient encore
développés depuis qu'il ne l'avait vue; de son côté, Pauline ne pouvait
s'empêcher de partager le trouble et le plaisir de Henri.

«Ah! monsieur, dit-elle enfin, combien je rends grâce au ciel de ce
qu'il vous a envoyé si à propos pour me délivrer du péril que je
courais!--Monsieur! répondit Henri en soupirant; monsieur!... je ne suis
donc plus Henri pour vous?... Vous m'appeliez ainsi autrefois; le temps
vous a fait oublier ces jours heureux que je passais près de vous!...
ah! Pauline... ah! mademoiselle, j'ai donc gémi seul d'une si longue
séparation!... et, en vous retrouvant, n'aurai-je donc pas retrouvé le
bonheur!...--Henri, que vous êtes injuste!... mais l'on m'avait tant dit
que vous ne m'aimiez pas, que vous m'aviez oubliée!... votre longue
absence... le peu d'empressement que vous avez mis à savoir où
j'étais...--Que dites-vous, Pauline?... le ciel m'est témoin que depuis
notre séparation j'ai fait tout ce qu'il m'était possible pour connaître
l'endroit que vous habitiez!--Est-il bien vrai, Henri?... Ah! j'ai
besoin de vous croire! ce que vous me dites me fait trop de plaisir pour
que je veuille en douter.»

Nos deux amants oubliaient en se revoyant qu'il existât au monde autre
chose que leur amour. Pauline fut la première à s'apercevoir qu'il
fallait se séparer.

«Il faut nous quitter, Henri, j'oublie auprès de vous que ma bonne
madame Reinstard m'attend, et qu'elle est peut-être inquiète de ma
longue absence...--Où habitez-vous, Pauline?--Dans cette maison que vous
voyez là-bas, à la porte de la ville. J'étais sortie seule pour faire
quelques emplettes, car madame Reinstard est malade, et notre vieille
domestique ne pouvait pas la quitter.--Et votre père?--Mon père n'est
pas à Strasbourg en ce moment; mais son absence ne doit pas être
longue.--Eh bien! qu'est-ce qui m'empêche de me présenter chez
vous?--Pas ce soir, mon ami, il est trop tard pour que ma bonne mère
vous voie: demain vous viendrez, et nous aurons alors le temps de lui
parler.»

Henri consentit avec peine à quitter sa chère Pauline; mais l'espérance
du lendemain lui fit reprendre courage. Il reconduisit celle qu'il
adorait jusqu'à la porte de son habitation, et ne la quitta qu'avec la
permission de la revoir bientôt.

Henri retourna à son auberge, le cœur plein de son bonheur. Il ne fut
plus question de retourner chez son père; sa Pauline occupait toutes ses
pensées, toutes ses affections. Franck, en apprenant que son maître
avait retrouvé sa maîtresse, s'écria: «Eh bien!... monsieur, c'était
bien la peine que nous courussions si loin chercher une femme qui était
si près de nous! mais ça était écrit là-haut.»

Le lendemain, il faisait à peine jour, que Henri était déjà sous les
fenêtres de son amante. On était au mois de novembre, il commençait à
faire froid. Henri se promena sous la croisée de sa belle en attendant
qu'elle fût éveillée; mais Pauline, qui probablement n'avait pas
beaucoup dormi, entr'ouvrit bientôt sa jalousie. «Quoi! c'est vous, mon
ami? de si bonne heure!...--Ah! ma chère Pauline, pouvais-je dormir loin
de vous?--Je ne dormais pas non plus, vous le voyez bien; mais c'est
égal, il est de trop bonne heure, monsieur, il faut vous en aller.--Ah!
Pauline, vous ne m'aimez donc pas?--Mais, mon ami, madame Reinstard dort
encore.--Et moi je meurs de froid.--Vous ne pouvez cependant pas
entrer.--Vous aimez mieux que je gèle sous vos fenêtres!...--Méchant!...
Eh bien! attendez, je vais descendre.»

Pauline ne tarda pas à venir lui ouvrir. Qu'elle parut jolie aux yeux de
Henri! Un simple déshabillé du matin couvrait sa taille élégante; ses
cheveux, négligemment retroussés, venaient ombrager un front, siége de
la pudeur; ses yeux, pleins d'une douce langueur, paraissaient craindre
de se fixer sur ceux de son amant; tout en elle inspirait l'amour!
Comment Henri aurait-il pu ne pas adorer tant de charmes? Il resta
immobile d'admiration devant celle qui en était l'objet; Pauline rougit
de plaisir, devinant bien la cause du trouble de Henri. Quelle est la
femme qui ne s'aperçoit pas du sentiment qu'elle inspire?

Pauline conduisit Henri dans un petit salon donnant sur le jardin de la
maison; là ils attendirent le lever de madame Reinstard. Le temps ne
leur sembla pas long; on a tant de choses à se dire quand on s'aime!
Henri raconta à Pauline ses voyages et toutes les aventures qui lui
étaient arrivées, en glissant cependant sur celles qui n'étaient pas de
nature à être entendues par son amante.

Henri aurait bien voulu savoir ce qui était arrivé à Pauline pendant son
absence... où était son père... quel était le motif de son voyage, et
mille autres choses qui l'auraient mis au fait de l'origine de celle
qu'il aimait et de sa situation présente; mais il n'osa pas la
questionner, et il aima mieux attendre que le temps lui eût gagné sa
confiance que de paraître à ses yeux curieux et défiant.

Pauline s'aperçut enfin que l'heure était venue où celle qui lui tenait
lieu de mère avait coutume de se lever pour déjeuner. Elle quitta Henri
pour voler auprès de madame Reinstard, en lui promettant de revenir
bientôt le rechercher. Pendant son absence, celui-ci s'occupa à examiner
la demeure de son amie: tout y était de la plus grande simplicité, et
annonçait dans ceux qui l'habitaient plus de bon goût que de richesse.
«Ah! dit Henri en lui-même, elle n'est pas heureuse, j'en suis certain,
et elle n'a pas assez de confiance en moi pour me faire part de ses
chagrins!... mais je saurai bien la forcer à m'en faire la confidence;
j'adoucirai ses maux, et, sans blesser son orgueil, je trouverai le
moyen de partager avec elle des richesses qui n'ont quelque prix à mes
yeux que parce qu'elles pourront m'aider à la rendre heureuse!»

Ce que Henri appelait ses richesses, c'était l'argent qu'il avait gagné
au jeu à Paris, et qu'on se rappelle qu'il n'avait pas eu le temps de
dissiper, puisqu'il en était parti le surlendemain.

Pauline vint le tirer de ses réflexions en lui annonçant que madame
Reinstard l'attendait pour déjeuner. Il suivit son amie, et trouva la
bonne dame assise auprès de son feu; Henri fut vivement frappé du
changement que la maladie avait opéré en elle; la pâleur qui couvrait
son visage, et sa voix presque éteinte, lui firent craindre qu'elle
n'eût pas longtemps à vivre; mais il se garda bien de communiquer à
Pauline des idées qui n'auraient pu que redoubler son chagrin.

Madame Reinstard fit à Henri l'accueil le plus flatteur, et parut
charmée de le revoir. Le déjeuner se passa assez gaiement; Henri était
auprès de sa chère Pauline: que lui fallait-il de plus pour être
heureux! Quand par hasard son pied rencontrait celui de son amante,
quand sa main venait à se poser sur la sienne, et qu'il pouvait lire
dans les yeux de sa maîtresse le trouble qu'elle éprouvait, oh! alors,
il n'aurait pas changé contre tous les biens du monde le bonheur d'être
auprès de son amie! Henri obtint sans peine de madame Reinstard la
permission de venir quelquefois partager sa solitude: quelquefois! cela
voulait dire tous les jours, c'était bien ainsi que nos amants
l'entendaient. Pauline dit à Henri que depuis son absence elle avait
beaucoup négligé sa musique; Henri lui proposa de lui apporter le soir
même une collection des morceaux les plus nouveaux et les plus jolis;
Pauline lui serra doucement la main; madame Reinstard le remercia
d'avance du plaisir qu'il voulait procurer à sa chère fille, et Henri
s'en alla en promettant de revenir le soir même apporter à Pauline ce
qu'il lui avait promis.

Un mois s'écoula, pendant lequel Henri passait toutes ses matinées et
ses soirées auprès de celle qu'il aimait. L'habitude en était si bien
prise, que, lorsque à son heure ordinaire, Henri n'était pas chez madame
Reinstard, il trouvait sa Pauline dans l'inquiétude, et regardant
tristement à sa fenêtre si elle ne le verrait pas arriver. Henri était
au comble de ses vœux; il était aimé de son amie; Pauline n'essayait
plus de cacher à Henri tout l'amour qu'elle ressentait pour lui; et,
quand elle l'aurait voulu, chaque mot, chaque geste ne décelait-il pas
ce qui se passait dans son cœur. Madame Reinstard elle-même traitait
Henri comme son fils, et ressentait pour lui la plus tendre amitié. Mais
aussi Henri n'était plus ce jeune homme brusque, emporté, libertin,
joueur, mauvaise tête; l'amour qu'il éprouvait pour Pauline avait changé
tous ses sentiments, car une passion vertueuse peut seule dompter nos
autres passions.

Henri ne tarda pas cependant à s'apercevoir que sa Pauline était agitée
par quelque peine secrète; madame Reinstard elle-même paraissait
souvent triste et préoccupée.

Henri voyait avec chagrin la santé de cette bonne dame décliner de jour
en jour. Il entrevoyait pour sa Pauline mille dangers, mille embarras,
si celle qui lui tenait lieu de mère venait à mourir. En vain il
pressait son amante de lui avouer ses chagrins, de lui confier ses
inquiétudes, Pauline évitait toujours d'aborder une question qui
semblait augmenter sa douleur.

Un jour que Henri se rendait, selon sa coutume, chez celle qu'il aimait,
il fut effrayé de voir la vieille domestique lui ouvrir la porte en
pleurant amèrement. «Qu'est-il donc arrivé? s'écria-t-il aussitôt.--Ah!
monsieur, ma bonne maîtresse est bien mal... et n'a plus, je crois, que
peu de moments à vivre.»

Henri vole aussitôt dans la chambre de la malade; il trouve sa chère
Pauline noyée dans les larmes, auprès du lit de madame Reinstard. Cette
dernière, quoique faible et chancelant sur les bords du tombeau,
accueille Henri avec un doux sourire, et lui adresse ces paroles d'une
voix presque éteinte:

«Je vous attendais avec impatience, mon cher Henri; c'est à vous que je
remets ma fille chérie, c'est vous que je charge de la consoler. J'ai lu
dans votre âme, j'ai deviné le sentiment que vous éprouvez pour elle;
Pauline vous paye de retour: soyez donc unis, et ne vous quittez
jamais.»

Henri presse sa Pauline dans ses bras, en jurant de ne plus s'en
séparer; son amie n'avait pas la force de lui répondre, tant elle était
accablée par la douleur. Madame Reinstard surmonta sa faiblesse, et
continua en ces termes: «Vous avez dû être étonné, mon cher Henri, du
mystère qui semble envelopper toutes les actions du père de votre amie;
vous ne connaissez pas cet homme vertueux!... Quand vous apprendrez ses
malheurs, vous cesserez de condamner sa conduite. J'ai chargé ma Pauline
de vous instruire de tout; il n'est plus temps de vous rien cacher, et
c'est en vous seul qu'elle doit mettre toute son espérance.»

Ici madame Reinstard, affaiblie par l'effort qu'elle venait de faire,
éprouva une faiblesse qui indiquait qu'elle n'avait plus que quelques
instants à vivre. Henri et Pauline l'entourèrent de leurs bras; elle
rouvrit les yeux, prit la main de sa pupille qu'elle plaça dans celle de
Henri, et s'endormit du sommeil éternel.

Henri se hâta d'arracher son amie à cette scène de douleur; il la prit
dans ses bras et la porta dans sa chambre. Là, il ne chercha pas à
apaiser ses regrets; mais il pleura avec elle la femme estimable qu'ils
venaient de perdre; c'était la meilleure consolation qu'il pouvait lui
offrir.

Lorsque quelques jours eurent un peu calmé la douleur de Pauline, Henri
se hasarda à lui demander le récit qui lui était promis. Pauline
consentit à ce qu'il désirait; elle l'instruisit de la cause de
l'absence de son père et des motifs qui le faisaient si souvent voyager.

D'après le récit que lui fit son amante, Henri, sachant que la longue
absence de son père était la cause de son inquiétude, résolut de partir
pour Paris, afin de tâcher d'y découvrir celui auquel il s'intéressait
aussi vivement. Il partit donc, après avoir laissé Franck auprès de son
amie pour veiller à sa sûreté, et emportant avec lui les vœux les
plus ardents de Pauline pour le succès de son voyage.

Nous savons que c'est à cette époque que le colonel Framberg et Mullern
arrivèrent à Strasbourg, espérant y découvrir Henri, qui venait de
partir pour Paris, où ils le suivirent. Mais notre jeune homme ne fut
pas heureux dans ses recherches; il parcourut la capitale, sans
découvrir les traces de celui qu'il cherchait. Las enfin de tant de
courses inutiles, et pressé par le désir de revoir sa Pauline, il
repartit pour Strasbourg, toujours poursuivi par le colonel et Mullern,
qui l'auraient infailliblement atteint sans l'accident qui leur arriva
dans la forêt.

Henri trouva sa Pauline qui l'attendait avec la plus vive impatience.
Elle courut au-devant de lui, et dès qu'elle l'aperçut: «Eh bien! mon
ami, lui dit-elle, quelle nouvelle?--Aucune, ma bonne amie...--Quoi? mon
père...--Je n'ai pu rien découvrir sur son sort.--Que je suis
malheureuse! C'en est donc fait, je ne le verrai plus! je n'ai plus
personne sur la terre qui prenne pitié d'une malheureuse
orpheline!...--Que dis-tu? s'écrie Henri avec véhémence; tu n'as plus
personne sur la terre? Eh! ne suis-je pas ton amant... ton époux?--Ah!
mon cher Henri, j'ai réfléchi depuis ton absence, et j'ai pensé que je
ne devais pas prétendre à ce bonheur!... Moi!... orpheline, sans nom,
sans fortune, devenir l'épouse du comte de Framberg!... Ah! je ne vois
que trop la distance qui nous sépare!...--Est-ce bien toi que j'entends,
Pauline?... Je puis, d'un seul mot, te prouver que tu t'abuses. Dis-moi;
si le hasard t'avait fait plus riche que moi; m'aurais-tu pour cela
abandonné?...--Mon ami, c'est bien différent!...--Non, Pauline! je ne
serai pas assez orgueilleux pour préférer les richesses à la vertu et à
la beauté. Tu seras mon épouse; la bonne madame Reinstard a béni nos
serments, et tu n'as plus le droit de t'opposer à mon bonheur.»

Que pouvait répondre Pauline? Elle adorait Henri; elle cessa de résister
à ses prières, et elle consentit enfin à devenir son épouse.

Dès que Henri eut obtenu ce consentement, il s'occupa de hâter le jour
de son hymen. Il brûlait du désir de présenter sa Pauline au colonel.
«Dès que mon père te verra, lui disait-il, il ne pourra qu'approuver mon
choix.--Mais s'il en était autrement, mon ami? s'il allait briser nos
liens?...--Non, ma Pauline!... tu ne connais pas mon père! il est
brusque, mais bon, sensible. D'ailleurs il ne faut que te voir pour
t'aimer...» Pauline souriait, et commençait à espérer.

Henri fit aussitôt les préparatifs de son mariage. Franck fut chargé de
chercher un notaire et un chapelain; et, en attendant, Henri obtint de
Pauline la permission de ne plus la quitter. Il fit enlever ses effets
de son hôtel, et occupa l'appartement de madame Reinstard.

Franck exécuta ponctuellement les ordres de son maître; et, un soir que
Henri était assis auprès de sa Pauline, il vint les avertir que le
notaire viendrait le lendemain matin leur apporter leur contrat. Henri
sauta de joie à cette nouvelle; Pauline partageait ses transports;
Franck jouissait du bonheur de son maître.

«Ma foi, monsieur, lui dit-il, j'étais si content d'avoir terminé ma
commission, que je suis entré dans un café boire une bouteille de bière
pour célébrer votre prochain mariage.»

Henri embrassa Franck, embrassa la vieille domestique; il aurait
embrassé tout le monde, dans le délire qui le transportait. Pauline
prenait part à son bonheur, et ils se séparèrent en songeant déjà au
lendemain.

Pauvres enfants!... vous allez vous livrer au sommeil, en vous forgeant
mille chimères pour l'avenir! et vous ne songez pas, comme Franck,
combien la destinée est bizarre, et que c'est au moment où nous y
pensons le moins qu'elle nous frappe de ses plus rudes coups.



CHAPITRE XVII.

QUI S'EN SERAIT DOUTÉ?


Henri s'éveilla dès le point du jour: un grand plaisir rend matinal;
cependant, comme sa Pauline dormait encore, il descendit au jardin en
attendant son réveil. Avec quelle impatience il comptait les quarts
d'heure! les minutes!... il lui semblait que le temps aurait dû doubler
sa marche pour seconder ses désirs. Enfin, Pauline, qui probablement
n'avait pas beaucoup plus dormi que lui, vint l'engager à monter
déjeuner en attendant que le notaire arrivât. Henri la suit; il s'assied
auprès d'elle; ils forment ensemble leurs projets pour l'avenir, Henri
lui donne déjà le nom de son épouse... On frappe fortement à la porte.
«C'est lui!... c'est le notaire! s'écrie Henri... Franck, va lui
ouvrir.» Franck court à la porte, Henri entend monter... le cœur lui
bat de joie. La porte s'ouvre; il regarde... O surprise! au lieu du
notaire, c'est Mullern qu'il voit entrer dans l'appartement. «Ah! ah! je
vous trouve enfin, monsieur, dit Mullern sans faire attention à Pauline.
Sacré milles bombes!... vous faites diablement courir après
vous...--Comment, c'est toi, Mullern, répond Henri en cherchant à se
remettre.--Oui, monsieur, c'est moi. Oh! vous ne m'attendiez pas, j'en
suis sûr!...»

«Quel est cet homme? mon ami, dit Pauline à Henri, en le prenant à
part.--C'est un brave militaire qui m'aime beaucoup.--Ah! ah! dit
Mullern, en se retournant et en apercevant Pauline, c'est donc là
celle... Elle est, ma foi, jolie!... j'en conviens!...»

Pauline devint rouge jusqu'au blanc des yeux; et Henri, qui désirait
beaucoup terminer cette scène, la pria de passer un moment chez elle, et
de le laisser seul avec Mullern. Pauline y consentit, et s'éloigna,
encore tout étonnée des manières de celui qu'elle voyait pour la
première fois.

«Maintenant que nous sommes seuls, monsieur, dit Mullern à Henri,
j'espère que vous allez m'expliquer un peu votre nouvelle
conduite.--Comment se porte mon père, avant tout?--Fort bien, fort bien,
si ce n'est qu'il a manqué se tuer en courant après vous...--Comment
donc?--Mais ce n'est pas de cela qu'il est question. Dites-moi,
monsieur, que faites-vous dans cette maison? Quelle est cette femme que
je viens de voir tout à l'heure avec vous?--Cette femme? c'est la
mienne.--La vôtre...--Ou du moins à peu près, car elle le sera tout à
l'heure.--Bon, je vois qu'elle ne l'est pas encore!--Prétendrais-tu y
mettre obstacle, Mullern?--C'est possible, monsieur.--Je t'avertis alors
que tu aurais fait une démarche inutile, car rien au monde ne pourra
m'en séparer.--Voilà une belle conduite, monsieur. Dites-moi, est-ce à
votre âge que l'on doit se marier sans daigner consulter ses
parents?--Mais, dis-moi toi-même, ma Pauline n'est-elle pas
charmante?--Ah! pour jolie!... c'est vrai! je conviens qu'elle est fort
bien; mais il y a de jolies femmes qui n'en sont pas meilleurs sujets
pour ça.--Garde-toi, Mullern, d'outrager celle que j'aime!... elle est
aussi vertueuse que belle!--Eh bien! quand elle serait vertueuse, ce qui
est douteux, mais ce qui n'est pas impossible, est-ce une raison pour
que vous épousiez la première venue?... une femme dont vous ignorez la
naissance!--Tu te trompes, Mullern; je la connais, elle m'a tout appris.
Je connais son père, ses malheurs!...--Ouais! bamboches que tout cela,
monsieur.--Non, Mullern, ma Pauline ne connaît pas le mensonge; elle m'a
dit la vérité.--Eh bien! voyons donc ce récit merveilleux.--Je vais
t'apprendre tout ce qu'elle m'a dit. Le père de ma Pauline est
Français...--Français!... Le nom de Christiern n'est donc pas le
sien?--Non, mon ami, c'est un nom supposé que les circonstances
l'avaient forcé de prendre.--Et, au fait, comment se
nomme-t-il?--D'Orméville.--D'Orméville! s'écrie Mullern, (et il reste
frappé d'étonnement.)--Qu'as-tu donc? lui dit Henri.--Ce n'est rien;
continuez, je vous écoute.»

Henri reprit son discours en ces termes: «Tu sauras donc que le père de
mon amie, étant entré au service, eut, à l'âge de vingt ans, une
querelle avec un autre officier de son régiment; il se battit en duel,
et eut le malheur de tuer son adversaire: ce fut là la première cause
de toutes ses infortunes. La famille du jeune homme qu'il avait tué
était riche et puissante; d'Orméville fut obligé de fuir sa patrie, pour
échapper à l'arrêt qui le condamnait à perdre la vie. Il passa en
Allemagne dans l'intention d'y prendre du service; après s'être arrêté
quelque temps dans les domaines du baron de Frobourg...--Du baron de
Frobourg?...--Oui, mon ami; il a, dit-on, vu ma mère...--Ah! ah!--Il se
rendit à Vienne, et entra dans les troupes de l'Empereur; l'armée était
sur le point de se mettre en campagne; d'Orméville alla combattre les
Russes; mais à la première affaire, il reçut un coup de feu au travers
du corps, et fut laissé pour mort sur le champ de bataille; cependant un
homme, plus humain que les autres, s'aperçut qu'il respirait encore. Cet
homme était un pauvre paysan, que le hasard avait conduit sur les lieux
où l'on s'était battu. Il releva d'Orméville, et l'emporta dans sa
chaumière, où il parvint à le rappeler à la vie. D'Orméville resta plus
d'un an chez ce bon paysan; ce ne fut qu'au bout de ce temps que ses
blessures, parfaitement cicatrisées, lui permirent de chercher à
regagner le corps dans lequel il servait; mais, pendant sa longue
maladie, la victoire avait été peu favorable aux Autrichiens; et, au
moment où il voulut rejoindre l'armée, les Russes étaient les maîtres du
petit village dans lequel il était caché, en sorte qu'il ne pouvait
essayer d'en sortir sans craindre d'être reconnu comme ennemi, et mis à
mort par les Russes, qui ne faisaient pas de prisonniers. D'Orméville se
décida à attendre des circonstances plus favorables: il se déguisa en
simple villageois, et fut obligé de travailler à la terre pour soutenir
sa triste existence. C'est à cette époque qu'il fit connaissance de la
mère de ma chère Pauline. D'Orméville n'a pas appris à sa fille ce
qu'elle était ni comment il l'a connue; tout ce qu'il lui a dit, c'est
que son épouse mourut en lui donnant le jour. D'Orméville éleva sa fille
comme il put, attendant, avec impatience, le moment de repasser en
Autriche; enfin, le sort lui devint plus favorable, les Russes furent
battus. D'Orméville rejoignit l'armée; sa fille, cependant, était
l'objet de toute sa sollicitude; il ne savait à qui confier ce précieux
dépôt, lorsque le hasard lui fit connaître madame Reinstard. Cette bonne
dame venait de perdre son fils à l'armée, elle était accablée de
douleur. D'Orméville lui proposa de tenir lieu de mère à sa petite
Pauline, qui avait alors quatre ans. Madame Reinstard y consentit avec
joie, et, comme le théâtre de la guerre lui rappelait sans cesse la
perte qu'elle venait de faire, elle partit avec l'enfant pour aller
habiter une petite maison qu'elle avait auprès d'Offembourg, et
d'Orméville lui promit d'aller l'y rejoindre dès que son devoir le lui
permettrait. Ce fut là, mon cher Mullern, dans cette jolie maison où je
t'ai conduit une fois, que ma Pauline passa sa jeunesse sous les yeux de
madame Reinstard, qui l'aimait comme sa fille. D'Orméville venait, de
temps à autre, passer auprès d'elle le temps que lui laissait son état.
Sa valeur lui avait fait obtenir le grade de capitaine; n'étant pas
ambitieux, il ne désirait rien de plus. Tu sais, mon cher Mullern, de
quelle manière je fis la connaissance de Pauline...--Oui! oui! je le
sais, et je voudrais que le diable m'eût étouffé le jour où je fus assez
bête pour vous laisser aller seul!... Mais, continuez.--Eh bien, mon
ami, à cette époque, d'Orméville, tourmenté du désir de revoir sa
patrie, avait formé le projet de rentrer en France; Pauline ne voulut
pas quitter son père, et madame Reinstard consentit à les accompagner.
Ils partirent donc tous les trois pour Strasbourg, et vinrent se loger
dans la maison où nous sommes maintenant; ils y vécurent, assez
tranquilles, pendant dix-huit mois; mais au bout de ce temps,
d'Orméville, voulant reprendre son véritable nom, afin de pouvoir tirer
sa Pauline de la solitude dans laquelle ils vivaient, se décida à partir
pour Paris, espérant faire casser l'arrêt injuste qui le condamnait à
mort. C'est depuis mon absence que le hasard ou ma bonne
étoile!...--Dites plutôt l'enfer!...--M'a fait découvrir ma Pauline;
notre séparation n'avait fait qu'augmenter notre amour!...--Elle a fait
là une belle chose!...--La bonne madame Reinstard a béni notre
union!...--Les vieilles femmes font toujours des sottises!--Et nous nous
sommes livrés, sans réserve, au penchant qui nous entraîne l'un vers
l'autre!... Cependant, le ciel enleva cette bonne dame qui tenait lieu
de mère à ma Pauline; depuis longtemps elle ne recevait pas de nouvelles
de son père, et elle était dans la plus grande inquiétude sur son sort.
J'ai couru à Paris dans l'espoir de le retrouver, mais j'ai inutilement
fait toutes les recherches possibles! Et puisque le destin la prive de
ce dernier appui, c'est à moi, mon cher Mullern, à lui en servir; je
vais être son époux; ma Pauline m'a donné sa foi; elle a reçu mes
serments; et je ne puis croire que mon père, si bon, si sensible, puisse
blâmer le choix que j'ai fait.»

Mullern resta quelque temps absorbé dans ses réflexions, Henri, étonné
de ce long silence, allait lui en demander la cause, lorsque Mullern lui
dit: «J'en suis fâché, mon cher Henri, je vais vous affliger! Mais il
n'y a point de moyen de capituler, il faut renoncer à ce mariage!--Que
dis-tu, Mullern?... renoncer à ce mariage!...--Oui, vous dis-je, et me
suivre à l'instant loin de cette maison...--Et tu crois, Mullern, que je
vais t'obéir!...--Mais je l'espère!...--Eh bien! détrompe-toi; ce n'est
pas un feu passager, c'est une passion véritable qui m'unit à ma
Pauline, et aucune puissance sur la terre ne serait capable de m'en
séparer!...--Allons!..., dit Mullern en lui-même, je vois qu'il faut
lâcher le grand mot!...» Il s'approche de Henri, en lui prenant la main:
«Mon cher Henri, armez-vous de courage, je vois bien qu'il faut vous
dévoiler un mystère que j'aurais voulu vous cacher à jamais!...--Que
veux-tu dire?--Pauline est votre sœur!...--Grand Dieu!... se
pourrait-il?... mais, non, tu t'abuses, Mullern, tu veux me tromper
moi-même...--Non, mon cher Henri, je vous ai dit la vérité, celle que
vous aimez est votre sœur; car le colonel Framberg n'est pas votre
père, et c'est à d'Orméville que vous devez le jour.»

Henri tombe anéanti sur une chaise, et Mullern lui raconte en détail
tout ce qu'il sait sur sa naissance et la conduite noble et généreuse du
colonel Framberg. Henri écoute en silence le récit de Mullern; une
douleur muette, un abattement profond ont succédé à ses transports
violents. Mullern souffre presque autant que lui de le voir dans cet
état. «Allons, lui dit-il, soyez homme, mon cher Henri; ne vous laissez
pas abattre par les événements, et montrez des sentiments plus dignes de
celui qui vous a élevé. Les larmes ne servent à rien dans de telles
circonstances; c'est du caractère qu'il faut. D'abord vous devez me
suivre et quitter ces lieux...--Je te suivrai, Mullern; mais, dis-moi,
que deviendra-t-elle?--Soyez tranquille!... je sais ce que j'ai à faire.
Croyez-vous d'ailleurs que le colonel Framberg, après vous avoir servi
de père pendant dix-neuf ans, laissera votre sœur seule dans le
monde, exposée à la merci des événements!... Non, monsieur, rendez-lui
plus de justice; il vous aime trop pour ne pas l'aimer aussi!...--Ah!
Mullern, tu ranimes mon courage!... Mais qui se chargera d'apprendre à
ma chère Pauline... les liens qui nous unissaient?...--Qui? eh parbleu!
ce sera moi, et je vais le faire tout de suite; car, dans ces sortes de
crises, plus on diffère plus on envenime la blessure. Mais, avant tout,
monsieur, vous allez partir de cette maison...--Sans la voir?--Oui,
monsieur, sans la voir!... Parbleu! à quoi cela vous avancerait-il? à
augmenter votre désespoir, et ce n'est pas la peine...--Et où vais-je
aller, Mullern?--N'importe où, vous y serez toujours mieux qu'ici.
D'ailleurs je vais vous conduire; je ne veux pas vous laisser seul dans
cet état: ensuite je reviendrai moi-même ici, et, mille tonnerres!
j'espère bien que dans deux heures tout sera arrangé.»

Mullern entraîne Henri plutôt qu'il ne le conduit hors de la maison.
Henri lève les yeux sur cette demeure qui renferme ce qu'il a de plus
cher au monde, et sent son cœur se briser à chaque pas qui l'éloigne
de son amie. Le bon hussard le mène chez la tante de Jeanneton, et le
recommande aux soins de la bonne femme; mais Henri n'était pas en état
de s'apercevoir de ce qui se passait autour de lui. Ensuite Mullern
reprend le chemin de la demeure de Pauline, en s'efforçant d'étouffer au
fond de son cœur les sentiments qui l'agitaient.

Pauline attendait avec inquiétude le retour de Henri, qu'elle croyait
toujours avec Mullern dans la maison. Un secret pressentiment semblait
l'avertir de ce qui se passait; et lorsqu'elle vit Mullern entrer seul
dans sa chambre, elle sentit ses genoux fléchir, et une pâleur mortelle
couvrit son visage. Mullern s'avança lentement, ne sachant comment lui
apprendre le départ de son amant. «Je viens, lui dit-il, vous faire les
adieux de Henri...--Que dites-vous... monsieur? il est parti...--Oui,
mademoiselle.--Pour longtemps?--Je le crois.--Et sans me voir?--Il le
fallait.--Grand Dieu!... Il ne m'aime donc plus!...» Et Pauline tombe
sans connaissance dans les bras de Mullern. Le bon hussard la pose
doucement sur une ottomane; après qu'elle eut repris ses sens, ses
larmes coulèrent en abondance, et elle s'écria avec le sentiment de la
douleur la plus vive: «Il ne m'aime plus!...--Et si morbleu! il vous
aime, mademoiselle!... et c'est justement pour cela que je l'ai forcé à
partir.--Quoi! monsieur, c'est vous!...--Oui, mademoiselle; vous me
détestez, n'est-ce pas? eh bien! vous avez tort; je n'ai fait que mon
devoir: il fallait rompre votre mariage!...--Pourquoi cela,
monsieur?--Parce que, mademoiselle, il n'est pas dans l'usage qu'un
frère épouse sa sœur.--Que dites-vous? Henri serait mon
frère!...--Oui, mademoiselle: Henri n'est pas le fils du colonel
Framberg, comme il le croyait jusqu'à ce moment, mais bien celui du
capitaine d'Orméville.»

Mullern répète à Pauline ce qu'il avait dit à Henri. Pauline l'écoute en
silence, n'interrompant son récit que par ses sanglots. Quand Mullern
eut achevé, il se promena à grands pas dans la chambre en jurant entre
ses dents et en essuyant ses larmes. La vue de la douleur de Pauline lui
fendait le cœur. «Ah! mille bombes! disait-il par moment, si j'étais
pape! comme je leur donnerais bien vite une dispense pour se marier!...
mais je ne le suis pas, ni mon colonel non plus: ainsi, morbleu! trêve à
nos pleurs: n'ayons pas le cœur comme une pomme cuite, et tâchons
d'arranger les choses le mieux possible.»

«Mademoiselle, dit-il en s'approchant de Pauline, il faut prendre votre
parti; je sais bien que cela n'est pas aisé, mais où serait le mérite de
vaincre ses passions, s'il n'en coûtait rien pour cela!...--Mais,
monsieur, est-ce que je ne le verrai plus?--Si, mademoiselle, vous le
reverrez, mais lorsque le temps aura calmé dans vos cœurs une passion
criminelle, et lorsque l'amitié aura remplacé un amour sans
espoir.--Vous avez raison, monsieur, il fallait nous séparer!... mais,
hélas!... que vais-je devenir sans lui?... je n'ai plus d'amis... de
protecteurs!...--Vous vous trompez, mademoiselle, vous en aurez un qui
vous tiendra lieu de tout.--Qui donc, monsieur?--Celui qui a élevé votre
frère, qui l'aime comme son fils. Croyez-vous, mademoiselle, que le
colonel Framberg vous abandonnera!...--Je n'irai jamais, monsieur,
mendier les secours de personne...--Voilà un orgueil fort déplacé,
mademoiselle, et vous allez partir tout à l'heure pour le château de
Framberg.--Moi, monsieur?--Oui, vous, mademoiselle.--Et à quel titre,
monsieur?--Vous l'avez donc déjà oublié; c'est comme sœur de Henri
que vous irez. Croyez-vous, mademoiselle, que nous vous laisserons seule
dans le monde, quand votre frère jouira de titres et de richesses qu'il
doit partager avec vous?... Non, c'est une chose décidée, vous allez
partir pour le château; d'ailleurs cela rendra la tranquillité à votre
frère.--Mais, monsieur...--Quoi, mademoiselle?--Si le colonel
Framberg... ne m'aime pas?--Oh! il vous aimera, mademoiselle, j'en suis
sûr.--Mais si... je ne...--Ah! j'entends; si vous ne l'aimiez pas,
vous?... diable! vous seriez bien difficile!... Un homme qui a fait
vingt campagnes avec honneur! un homme dont le nom seul faisait trembler
les ennemis!... un homme, enfin, qui a élevé, adopté, chéri votre frère
comme son fils...--Ah! je l'aimerai, monsieur!--Oui, ventrebleu! vous
l'aimerez, et tout ira bien, je vous en réponds!»

Lorsque Mullern avait pris une résolution, il fallait qu'il l'exécutât
promptement: aussi engagea-t-il Pauline à faire sur-le-champ un paquet
de ce qui lui était nécessaire, et à se tenir prête à partir dans une
heure. «Mais, monsieur, lui dit Pauline, et ma vieille domestique?...--Vous
l'emmènerez avec vous, mademoiselle.--Mais, monsieur, je ne connais pas
le chemin du château.--Eh morbleu! mademoiselle, me prenez-vous pour un
enfant?... croyez-vous que je vais vous y envoyer seule? Franck vous y
conduira.--Franck! le domestique de... de mon frère?--Oui, le domestique
de votre frère. Ainsi voilà toutes les difficultés levées. Je vais
m'occuper de la chaise de poste, et ce soir, vous serez bien loin de
Strasbourg.--Et bien loin de Henri!...» pensait Pauline en regardant
Mullern s'éloigner. Cependant elle trouvait un charme secret à aller
habiter l'endroit où celui qu'elle aimait avait été élevé. Le château de
Framberg lui aurait paru un séjour délicieux, si elle y avait été avec
lui.

Mullern, après avoir quitté Pauline, fut trouver Franck et lui apprit ce
qu'il avait à faire. Franck, qui était devant Mullern comme un écolier
devant son précepteur, lui promit de remplir fidèlement ses intentions.
Mullern, après avoir retenu la chaise de poste, pensa qu'il était temps
d'écrire à son colonel, et de lui raconter tous les événements qui
venaient de se passer. Jusqu'alors la rapidité du temps ne lui avait
pas permis de le faire; il prit donc la plume et écrivit la lettre
suivante:



«Mon colonel,

»J'ai enfin découvert notre jeune homme, et je me vante que ce n'est pas
sans peine!... mais il était urgent que j'arrivasse. Mille bombes! une
heure plus tard, il n'était plus temps et la petite était... Mais
j'étais là, mon colonel, j'ai arrangé cela le mieux du monde. Henri sait
tout, mon colonel... il sait tout; il a bien fallu le lui apprendre, car
la petite est sa sœur; et si je ne lui avais pas tout dit, je vous
assure, mon colonel, qu'un régiment de hussards ne serait pas venu à
bout de les séparer. J'envoie la petite au château de Framberg, et je
vais vous amener Henri; ils sont tous les deux au désespoir, et pleurent
de manière à attendrir un boulet de quarante-huit!... Vous voyez, mon
colonel, que tout va bien, et j'espère que vous approuverez la conduite
que j'ai tenue. Je suis, mon colonel, votre fidèle soldat et serviteur,

»MULLERN.»



Mullern, après avoir cacheté cette épître, courte et énergique, l'envoya
au colonel Framberg, en recommandant à son messager de faire diligence,
et d'avertir le colonel de sa prochaine arrivée. Cette affaire une fois
terminée, il retourna vers Pauline, afin de hâter son départ.

Pauline, le cœur serré, attendait l'instant où Mullern devait
l'éloigner de ce qu'elle avait de plus cher! Mais notre hussard avait
pris un tel ascendant sur elle, que, dès qu'elle le vit arriver, elle se
leva en silence, et se disposa à partir. Mullern la conduisit dans la
chaise de poste avec sa vieille domestique, et lui serrant la main avec
force: «Du courage, lui dit-il; quand on a autant de résignation dans le
malheur, on en reçoit tôt ou tard la récompense.» Ensuite, se tournant
vers Franck, il lui ordonna de fouetter les chevaux, et la chaise de
poste s'éloigna avec rapidité.



CHAPITRE XVIII.

UN LISEUR DE ROMAN L'A DÉJA DEVINÉ.


«Ouf!... dit Mullern, en voyant la chaise de poste emmener Pauline, s'il
fallait souvent conduire de pareilles intrigues, j'aimerais mieux
essuyer le feu de la mousqueterie de mon régiment!... J'espère cependant
que je me tirerai de cette affaire-ci avec honneur. Le plus fort est
fait!... J'avais cru que le chagrin de Henri était ce qui devait me
faire le plus de mal!... mais, morbleu! je vois bien maintenant que les
larmes d'une femme connaissent mieux le chemin de notre cœur!... Je
ne me croyais pas si sensible!...»

Tout en faisant ces réflexions, Mullern prit la route qui conduisait
chez Jeanneton. Il la rencontra sur l'escalier, et l'arrêta: «Eh bien!
Jeanneton, comment va mon jeune homme?--Il est toujours dans le même
état que quand tu l'as amené.--Oh!... coquin d'amour!...--Dis-moi donc,
Mullern, pourquoi il se désole ainsi?--Eh! pour une femme!...--Est-ce
qu'elle ne l'aime pas? elle serait bien difficile!--Si parbleu, elle
l'aime!... mais ils ne peuvent pas s'épouser.--J'en suis fâchée; car ce
jeune homme m'intéresse... Il paraît si sensible!...--C'est moi qui
l'ai formé, c'est mon élève.--Je t'en fais mon compliment.»

Mullern s'empressa d'aller trouver Henri. Le jeune homme paraissait
absorbé dans sa douleur; mais, dès qu'il aperçut Mullern, il se leva
avec vivacité, et se jeta dans ses bras en versant un torrent de larmes.
«Que vous êtes enfant! lui dit ce dernier. Allons, morbleu! tête à
l'orage!--Où est-elle? Mullern, dis-moi, qu'en as-tu fait?--Elle est
partie, monsieur, et elle a montré dans cette occasion un courage
au-dessus de son sexe: imitez-la, mon cher Henri; ne restez pas
au-dessous d'un pareil modèle. Songez au chagrin que vous causeriez à
celui qui vous sert de père, en vous laissant aller à une douleur
inutile!... Je ne vous parle pas du vieux hussard qui a élevé votre
enfance, qui vous aime comme son fils, et que votre désespoir conduirait
au tombeau. Hélas! votre malheureuse passion étouffe dans votre âme tous
les autres sentiments; car, depuis que nous sommes réunis, après une
aussi longue séparation, vous ne m'avez pas seulement serré la main!...
vous n'avez pas daigné m'adresser le plus petit mot d'amitié!...»

Mullern ne put retenir les pleurs qui s'échappaient de ses yeux en
prononçant ces mots; Henri s'en aperçut; il se jeta à son cou,
l'embrassa, le pria de lui pardonner, et lui promit d'être plus
raisonnable. Mullern n'en demandait pas davantage, et la paix fut
bientôt faite.

«Allons, mon cher Henri, nous allons retrouver mon colonel; je suis sûr
qu'il nous attend avec impatience.--Mais pourquoi donc, Mullern,
n'est-il pas venu à Strasbourg avec toi?--Parce qu'un maladroit
postillon nous a versés dans la forêt, à six lieues d'ici, et que mon
colonel a eu le malheur de se blesser à une jambe.--Et où est-il
maintenant?--Dans une petite maison isolée au milieu de la forêt, chez
un homme dont la figure ne me revient pas du tout; mais il fallait bien
entrer quelque part!...»

Henri se rappela l'aventure qui lui était arrivée dans la même forêt, et
la raconta à Mullern. «Oh! oh!... si j'avais été là, dit ce dernier,
l'autre coquin ne se serait pas échappé!... Mais vous vous êtes
bravement conduit!... et j'en suis content.»

Mullern et Henri, étant prêts à partir, quittèrent la maison de madame
Tapin. Mullern eut aussi les larmes de Jeanneton à essuyer; mais il lui
glissa un double louis dans la main, et lui promit de revenir la voir
dès que ses affaires le lui permettraient.

Le colonel Framberg, que nous avons laissé depuis si longtemps dans la
maison de M. de Monterranville, était presque guéri de sa blessure, et
se disposait à aller rejoindre Mullern à Strasbourg, lorsqu'il reçut de
lui la lettre que le lecteur connaît déjà. On peut aisément se faire une
idée de sa surprise et de son inquiétude, en apprenant des événements
qui lui parurent inconcevables. Mais le style de Mullern était tellement
embrouillé, qu'il ne sut à quoi se fixer; et il attendit, dans la plus
grande agitation, l'arrivée de ceux qui devaient mettre fin à son
incertitude.

Mullern et Henri arrivèrent, le soir même, chez M. de Monterranville. Ce
fut Carll qui leur ouvrit la porte. Mullern lui frappa amicalement sur
l'épaule, et lui demanda si son maître, M. de Monterranville, était chez
le colonel. «Pas en ce moment, répondit Carll; mon maître est
sorti.--Tant mieux, dit Mullern à Henri; profitons de la circonstance.»
Ils montèrent rapidement l'escalier, et trouvèrent le colonel se
promenant dans sa chambre avec agitation. Dès qu'il aperçut Henri, il
lui ouvrit les bras, et Henri alla s'y précipiter.

«Je ne te ferai pas de reproches, mon cher fils, lui dit-il en
l'embrassant, quoique la légèreté de ta conduite et ton peu de confiance
en moi m'en donnent le droit; mais, tu es malheureux, d'après ce que
Mullern m'a dit, et je ne veux pas augmenter tes souffrances.--Et moi,
mon colonel, dit Mullern, en s'avançant, blâmerez-vous la conduite que
j'ai tenue?--Non, mon ami, quoique la lettre que tu m'as écrite m'ait
peu instruit de ce qui s'est passé, mais, j'espère que vous allez me
donner de plus amples détails.»

Pour satisfaire à la curiosité du colonel, Henri lui raconta
succinctement ce qui lui était arrivé depuis son départ du château,
ainsi que l'histoire de sa chère Pauline, et la manière dont il avait
appris qu'il n'était pas son fils. «Le hasard t'a rendu maître d'un
secret que je t'aurais caché toute ma vie, dit le colonel; tu dois donc
être persuadé que jamais je ne cesserai de te tenir lieu de père. Quant
à ta sœur, elle devient aussi ma fille: dès ce moment je l'adopte,
elle ne me quittera plus; lorsque le temps aura effacé de ton cœur
et du sien une passion qui n'eût jamais existé, si vous eussiez connu
les liens qui vous unissaient, tu viendras partager notre bonheur et
l'augmenter encore par ta présence. Mais, jusque-là, il faut de nouveau
que je me sépare de toi, mon fils, pour ne pas te rapprocher de celle
que tu dois fuir!... Tu vas encore t'éloigner du château de Framberg
pour quelque temps; mais cette fois Mullern t'accompagnera; ce n'est
qu'à lui seul que je veux confier le soin d'un être qui m'est si
cher!... Moi, pendant ton absence, j'essuierai les larmes d'une fille
que j'aime déjà, et qui me consolera de cette nouvelle séparation.»

Henri embrassa mille fois le colonel, et lui exprima toute la
reconnaissance que lui inspirait sa conduite noble et généreuse. Mullern
approuva beaucoup les arrangements de son colonel, et le plan qu'il
avait formé fut accueilli de chacun.

Comme la nuit s'avançait, et que le colonel, fatigué des diverses
sensations qu'il avait éprouvées, avait besoin de repos, ils songèrent à
se séparer; et il fut convenu que le lendemain matin, ils quitteraient
tous ensemble la maison des bois.

La chambre où couchait le colonel ne renfermant qu'un lit, Mullern
engagea Henri à venir passer la nuit dans la sienne. Celui-ci y
consentit; et, après avoir embrassé le colonel, ils le laissèrent se
livrer au repos.

En traversant un long corridor qui conduisait à l'escalier, ils
aperçurent, dans le lointain, un homme qui passait avec une lumière à
la main. «C'est M. de Monterranville, dit Mullern à Henri, passons,
passons, je n'aime point cet homme-là.» Mais Henri pensa que la
politesse ne lui permettait pas de passer la nuit dans sa maison sans
l'avoir salué auparavant; et que d'ailleurs il lui devait des
remercîments pour la généreuse hospitalité qu'il avait accordée au
colonel. D'après cela, il s'avança vers lui, et Mullern le suivit en
rechignant un peu, et en enrageant contre les usages du monde.

M. de Monterranville s'arrêta en voyant Henri s'avancer; celui-ci
l'aborda en le saluant, et allait lui adresser les remercîments qui lui
étaient dus, lorsqu'en levant les yeux il reconnut, dans M. de
Monterranville, un des deux assassins de la forêt.

La langue de Henri se glace! une pâleur subite couvre son visage; il
peut à peine articuler quelques sons confus, et il entraîne Mullern, qui
ne comprend pas la cause de ce trouble violent. Quant à M. de
Monterranville, il n'avait pu reconnaître Henri, puisqu'il s'était enfui
au premier bruit des armes à feu; mais comme les scélérats craignent
toujours de s'être trahis, M. de Monterranville, très-étonné du trouble
que le jeune homme venait d'éprouver à son approche, résolut d'en
connaître la cause, afin de se tenir en garde contre les événements.

Lorsque Henri fut arrivé dans la chambre de Mullern, il s'arrêta pour
respirer plus librement; ensuite, prenant la main de ce dernier:
«Partons, mon ami, lui dit-il d'une voix entrecoupée, courons réveiller
mon père, je ne veux point passer la nuit dans cette maison...--Ah ça!
morbleu! vous m'expliquerez ce que tout cela veut dire?... D'où vient ce
trouble... cette terreur?--Ah! Mullern! cette terreur est bien
naturelle?...--Craindriez-vous quelque chose?--Je ne crains rien pour
moi; mais je frémis d'horreur en pensant que je suis chez un
assassin!...--Chez un assassin!--Oui, Mullern, j'ai reconnu, dans ce M.
de Monterranville, un des deux hommes de la forêt!--Se pourrait-il,
mille bombes!... quoi, ce coquin serait...--Un de ceux qui voulaient
faire périr l'étranger que j'ai sauvé de leurs mains!--Ah! triple
canonnade!... s'écrie Mullern, en mettant la main sur la poignée de son
sabre, tombons sur ce coquin-là, morbleu!... et faisons justice de son
forfait!...» En disant ces mots, Mullern se préparait à sortir pour
exécuter son dessein; mais Henri le retint par le bras. «--Arrête,
Mullern, que vas-tu faire?--Eh! parbleu, délivrer la terre d'un
scélérat, il en restera encore assez!...--Pense donc que nous n'avons
aucune preuve à fournir de son crime!... et que nous serions punis
nous-mêmes pour avoir voulu en faire justice!...--Ah! morbleu! vous avez
raison!... mais, comment donc faire?...--Écoute, maintenant que j'ai
réfléchi, je pense qu'il serait imprudent de faire un éclat qui ne nous
conduirait à rien; attendons à demain, mon père réglera notre conduite;
nous n'avons rien à craindre de cet homme; car, il ne peut me
reconnaître; et ce n'est pas à nous qu'il en veut.--Allons!... morbleu,
puisqu'il le faut, je cède à vos avis; mais j'avoue que ce n'est pas
sans peine; car j'aurais eu bien du plaisir à dérouiller mon sabre sur
le corps de ce brigand!...»

Cette résolution prise, Mullern et Henri se jetèrent sur le lit tout
habillés; mais ils ne purent goûter un instant de sommeil; la pensée
qu'ils étaient chez un meurtrier révoltait leur âme franche et loyale.
Le lendemain, dès que le jour parut, ils pensèrent qu'ils pouvaient
aller réveiller le colonel sans donner de soupçons; mais ces précautions
étaient inutiles, car Monterranville savait tout. On se rappelle que le
trouble de Henri lui avait causé de l'effroi; aussi, dès que Mullern et
son compagnon furent enfermés dans leur chambre, il se rendit dans une
pièce qui touchait à la leur, ouvrit une armoire, se plaça contre la
cloison, et de là entendit parfaitement toute leur conversation.

On peut juger de sa terreur en sachant qu'il était reconnu; mais la fin
de leur discours le rassura un peu. Voyant qu'ils attendraient au
lendemain matin pour décider ce qu'ils avaient à faire, il pensa qu'il
serait prudent de ne pas attendre leur décision, et quitta promptement
la maison au milieu de la nuit.

Le colonel Framberg ouvrit à ses compagnons, étonné d'être réveillé de
si bon matin; mais encore plus en voyant avec quelles précautions
Mullern refermait la porte de sa chambre, et l'air de mystère qui était
répandu sur leurs physionomies. L'horreur et l'indignation succédèrent
bientôt à la surprise, lorsqu'il sut chez qui il était depuis si
longtemps; cependant, il ordonna à Mullern et à Henri de se contenir, et
de ne rien laisser paraître de leur agitation. «Quoi! mon colonel, dit
Mullern, est-ce que nous n'assommerons pas ce coquin-là?--Non, Mullern;
notre devoir s'y oppose; songe bien que, depuis près d'un mois, je
reçois l'hospitalité dans cette maison; le maître est un monstre; mais
ce n'est pas à moi à armer contre lui la justice; d'ailleurs, sois
tranquille, Mullern; et crois bien que, s'il échappe, pour un instant, à
la peine qui lui est due, ce n'est que pour tomber plus tard sous le
glaive des lois.--Vous le voulez, mon colonel, j'obéis.--Il le faut, car
dans toute autre circonstance, j'aurais été le premier, mes amis, à vous
engager à purger la terre de ce scélérat; mais, ne restons pas plus
longtemps dans ce repaire du crime; il me tarde d'aller respirer
ailleurs un air qui ne soit pas souillé par le souffle d'un brigand.»

En disant ces mots, le colonel Framberg sortit de sa chambre; Henri et
Mullern le suivirent. Ils trouvèrent Carll dans la cour, et apprirent
que son maître était sorti avant le jour. «Il a bien fait!... dit
Mullern entre ses dents; car, morbleu! si je l'avais vu, je n'aurais pas
été maître de mon indignation.»

Le colonel monta à cheval, Henri et Mullern en firent autant, et ils
pressèrent leurs chevaux, afin de s'éloigner plus rapidement d'une
maison qui leur faisait horreur.



CHAPITRE XIX.

ENCORE UN MOMENT DE GAIETÉ.


Nos trois voyageurs arrivèrent à Strasbourg et descendirent à la
meilleure auberge, afin de se reposer un moment avant de se séparer
encore une fois.

«Mon cher Henri, dit le colonel Framberg à notre héros, lorsqu'ils
furent seuls, je n'ai aucun ordre à te donner pour ta conduite future,
et je me repose entièrement sur Mullern du soin de ton bonheur; si
cependant tu te sens le désir d'entrer dans la carrière des armes, dans
l'espoir de trouver de plus promptes distractions, je ne contraindrai
point ton penchant, au contraire; je te prie cependant, lorsque tu
formeras un projet quelconque, de m'en prévenir d'avance.» Henri promit
au colonel de ne rien faire sans l'avoir consulté. Le chagrin secret
qu'il cachait au fond de son âme, et qu'il s'efforçait de dérober à ses
amis, le rendait incapable de former aucun plan de conduite, ni aucun
projet pour l'avenir. Un seul objet occupait sa pensée, malgré tous les
efforts qu'il faisait pour l'en bannir.

Quant à Mullern, il désirait avec ardeur que son cher élève prît le
parti des armes. «Ah! disait-il à Henri, après vingt ans de repos, je
reverrais encore avec joie le champ de bataille et les anciens
compagnons de ma gloire.» Henri ne répondait pas; mais Mullern espérait
que les fréquents tableaux militaires qu'il lui retracerait finiraient
par émouvoir son âme, et qu'il se rendrait à ses vœux. Dans cet
espoir, il engagea Henri à prendre la route de Vienne, et celui-ci y
consentit.

Le colonel Framberg fit ses adieux à Henri. Ce dernier lui demanda
pourquoi il ne l'accompagnait pas à Offembourg; mais le colonel s'en
excusa sous le prétexte de quelques affaires qui le retenaient encore en
France.

Ce n'était pourtant pas là son motif; mais il ne voulait pas faire part
à Henri du projet qu'il avait conçu, dans la crainte que la réussite ne
vînt pas couronner son entreprise. Cependant il confia son dessein à
Mullern, en lui ordonnant le plus profond secret. Celui-ci le lui promit
en admirant tout bas la conduite du colonel.

Henri, après avoir embrassé celui qui lui servait de père, partit
emportant le désir de le revoir bientôt; et, suivi de Mullern, prit de
nouveau la route de l'Allemagne.

Nous allons laisser le colonel Framberg se disposant à se rendre à
Paris, pour accomplir son noble projet, et nous nous mettrons en route
avec nos deux voyageurs, afin de voir de quelle manière Mullern s'y prit
pour guérir Henri du chagrin qui le consumait.

Notre hussard et son élève voyageaient à cheval: «C'est la meilleure
manière de trouver des distractions, disait Mullern à Henri; tenez,
monsieur, jetez un coup d'œil sur ce site superbe qui se présente à
nos regards!... voyez les vastes solitudes de la forêt Noire, qui
s'étend au loin du côté de Freudenstadt; de l'autre, la jolie ville
d'Offembourg que nous laissons derrière nous pour nous enfoncer dans
cette prairie verdoyante! les oiseaux qui chantent le retour du
printemps! les laboureurs qui reprennent lentement leurs travaux
rustiques!... En vérité, monsieur, tout cela élève l'âme, et me donne à
moi une éloquence dont je ne me serais jamais cru capable!...» Henri
souriait en écoutant Mullern; et celui-ci, charmé de l'avoir tiré pour
un instant de ses tristes réflexions, continuait son discours sur les
beautés de la nature.

Tout en écoutant les descriptions de Mullern, Henri s'aperçut que, sans
y faire attention, ils prenaient la route du château de Framberg. Il se
garda bien de le faire remarquer à son compagnon; mais celui-ci ne tarda
pas à s'en apercevoir. «Oh! oh! dit-il en arrêtant tout à coup son
cheval, je vois qu'avec mes beaux discours je ne vous conduis pas du
tout où il faut aller! Allons, morbleu! rebroussons chemin...--Pourquoi
cela, mon cher Mullern?--Parce que, monsieur, mon intention n'est pas de
vous conduire au château de mon colonel.--Ah! Mullern, j'aurais
cependant bien du plaisir à le revoir!--C'est impossible, monsieur, vous
le reverrez plus tard, mais maintenant ça ne se peut pas.--Et tu dis que
tu veux me distraire de mon chagrin, Mullern! Crois-tu donc qu'il
existe pour moi de plus agréables distractions que le plaisir que je
goûterais à revoir ces lieux chéris où j'ai passé mon enfance! ces lieux
où je recevais de toi les leçons qui m'ont appris à devenir un homme!...
ces lieux enfin que je n'ai pas vus depuis plus de deux ans!...»

Mullern, attendri par les discours de son Henri, ne savait comment lui
refuser ce qu'il lui demandait avec tant d'instance. «Mais, morbleu!
monsieur, dit-il enfin en prenant une voix sévère pour imposer à Henri,
ne savez-vous pas que votre sœur est maintenant dans ce château, et
que vous feriez une sottise en cherchant à la voir.--Eh! crois-tu donc,
Mullern, que ce soit là mon dessein?... Non: je veux seulement
m'approcher du château, en parcourir les environs, revoir ce parc, ces
jardins témoins de mes premiers plaisirs, et m'éloigner ensuite pour y
revenir dans un temps plus heureux.--Mais vous pouvez rencontrer votre
sœur...--Non, mon ami; il faudrait que le hasard la conduisît
justement où je serai, et cela n'est pas à présumer... Je l'éviterai, te
dis-je; d'ailleurs tu ne me quitteras pas.--Allons, vous le voulez...
j'y consens... mais, morbleu! à la première approche d'une femme, songez
que je vous fais partir ventre à terre.--Je ferai tout ce que tu
voudras.--Je suis, en vérité, trop complaisant... mais la nuit s'avance
déjà; vous conviendrez, monsieur, que ce n'est pas le moment de visiter
le parc et les jardins, d'autant mieux que nous avons encore près de
deux lieues à faire avant d'arriver au château.--Eh bien! Mullern,
passons la nuit aux environs... tiens, dans cette ferme que tu vois
là-bas; certainement on ne nous refusera pas à coucher pour cette nuit;
et demain matin, dès que le jour paraîtra, nous prendrons le chemin du
château...--Allons, soit, dit Mullern, allons coucher à la ferme.»

Nos voyageurs approchaient de la ferme, et Mullern crut reconnaître la
maison où, en cherchant une nuit son élève, il lui était arrivé une si
plaisante aventure; il résolut de s'assurer si ses conjectures étaient
fondées.

La nuit ne faisait que de tomber; la porte de la cour était encore
ouverte; Mullern entra le premier. Chaque objet qui frappait ses regards
confirmait ses soupçons; bientôt ils rencontrèrent le fermier occupé
dans l'étable; mais il quitta sa besogne dès qu'il les aperçut, et vint
au-devant d'eux en leur faisant de profondes révérences.

«Quoi qu'désirent ces messieurs?--A coucher, mon ami, si cela est
possible, dit Henri au fermier.--Tu vois devant toi, dit Mullern en
s'avançant, le fils du comte de Framberg, seigneur du château qui est à
deux lieues d'ici, et le maréchal des logis Mullern, servant
anciennement dans les hussards de l'Empereur, et maintenant gouverneur
de M. le comte...» Le fermier ouvrit de grands yeux en entendant tous
ces titres, quoiqu'il n'y comprît pas grand'chose, et fit un tapage du
diable pour appeler ses valets, afin qu'on préparât tout ce qu'il
fallait pour ces messieurs.

«Holà! eh! Gros-Jean!... Pierre!... arrivez donc, vous autres.»
Gros-Jean descendit aussitôt. «Où est donc Pierre? dit le fermier à
celui-ci.--Dame, not'maître, je n'savons pas?... peut-être ben qu'il
aide la bourgeoise!...» Mullern se rappela en effet que Pierre était le
garçon chargé des travaux extraordinaires, et présuma d'après le
discours de Gros-Jean, que la bourgeoise tenait à ses anciennes
habitudes.

Cependant, aux cris du fermier, dame Catherine et Pierre arrivèrent tous
deux par des chemins différents, et rouges comme des écrevisses.
«Allons, not'femme, remue-toi, dit le fermier, et tâche de bien faire
souper ces messieurs, tandis que Pierre préparera leurs lits.» La
fermière, qui était alerte, eut bientôt servi à souper. Mullern
examinait avec curiosité les appas de celle qu'il n'avait connue que
dans les ténèbres, et voyait avec plaisir que la dame avait bien son
mérite, et que, quoiqu'elle ne fût plus aussi jeune que Jeanneton, elle
valait encore la peine qu'on montât au grenier pour elle.

Catherine conduisit les voyageurs dans une salle basse, et, tout en
apprêtant leur souper, elle remarqua les œillades que Mullern lui
lançait en dessous. Un hussard de cinquante ans ne vaut pas un garçon de
ferme de vingt; mais quand on a le garçon de ferme sous la main tous les
jours, on est bien aise de tâter en passant d'un hussard, sans aucun
préjudice du courant.

Henri, qui n'existait plus que dans l'espérance du lendemain, mangea peu
et se retira dans sa chambre, afin de se livrer plus vite au sommeil;
mais Mullern, qui était bien aise de voir ce que cela deviendrait, resta
à table et invita le fermier à venir boire un coup avec lui, afin de
causer un moment.

Mullern, comme on sait, buvait sec. Le fermier voulut lui tenir tête, et
la conversation ne tarda pas à s'échauffer.--«Savez-vous ben, monsieur
le housard, que le titre qu'vous vous êtes donné de maréchaux des logis
du comte de Framberg me rappelle l'aventure qui m'est arrivée il y a
près de trois ans?... Dis donc, te souviens-tu, not'femme, de c'coquin
qui voulait se faire passer aussi pour un housard?...--Ah! oui!... oui!
j'm'en souviens, répond la fermière en souriant.--Qu'est-ce que cette
aventure-là, demande Mullern au fermier.--Ah! pardine! j'vas vous
compter ça!... Figurez-vous qu'c'est un voleux qu'est venu frapper à
not'porte au beau milieu d'la nuit... Ma femme était couchée, mes
garçons dormaient; il n'y avait que moi qu'étions dans c'te salle,
occupé à faire mes comptes. J'vas demander qu'est-ce qui frappe? Eh ben!
n'a-t-il pas eu l'effronterie de me répondre qu'il était maréchaux
d'logis, élève du comte de Framberg, enfin de se donner pour c'que vous
êtes, quoi?--Comment! dit la fermière à son mari, monsieur porte les
mêmes noms que le voleux?--Oui, Catherine; ainsi vois comme il mentait
l'gredin!»

La fermière se douta de ce qui en était, et un coup de genou de Mullern
l'avertit qu'elle avait deviné. Le fermier, voyant combien son histoire
amusait son hôte, se plaisait à l'assaisonner de tous les détails
possibles. Mullern n'avait garde de l'interrompre, et se contentait de
lui verser à boire à chaque minute; et la fermière, qui prévoyait où
cela aboutirait, reprochait à son mari d'être plus sobre qu'à son
ordinaire, et de ne pas faire honneur à leur hôte en se tenant sur la
réserve.

En voulant tenir tête au hussard, le fermier ne fut bientôt plus en état
de voir ce qui se passait autour de lui, il ronfla de manière à faire
croire qu'il n'était pas prêt à se réveiller. Mullern saisit l'instant
favorable pour donner un baiser militaire à dame Catherine, et je ne
sais pas si la présence du mari l'eût arrêté dans ses entreprises. Mais
la fermière, en ayant l'air de se défendre, se sauva dans sa chambre
sans lumière, de peur d'être rencontrée par Pierre, et le hussard l'y
suivit sans qu'elle appelât du secours.

Au point du jour, Mullern sortit de chez sa belle, et vint s'asseoir
auprès du fermier qui ronflait encore. La fatigue ne tarda pas à lui
fermer les yeux et à lui faire tenir compagnie à son hôte.

Henri, qui attendait avec impatience le moment où il reverrait le
château de Framberg, se leva dès qu'il aperçut le soleil éclairer
l'horizon. «Où est Mullern? demanda-t-il à un garçon de ferme qu'il
trouva dans la cour.--Oh! monsieur.... il ronfle d'une bonne manière!...
à côté d'not'bourgeois.--Quoi! il dort encore?--Oui, monsieur... Dame!
c'est qu'il paraît qu'ils ont bien soupé hier.--Je ne veux pas le
réveiller. Vous lui direz, mon ami, qu'il vienne me rejoindre au
château.--Cela suffit, monsieur.»

Henri, qui était bien aise que le hasard lui permît de courir au gré de
ses désirs, monta à cheval aussitôt et s'empressa de faire route pour le
château. A mesure qu'il approchait de ces lieux où il avait passé les
plus heureux instants de sa vie, il sentait son cœur battre
délicieusement; un sentiment nouveau agitait son âme; et son coursier,
semblant deviner les sentiments de son maître, ralentissait son pas,
afin de le faire jouir plus longtemps de ce moment de bonheur.

Arrivé à la grille du parc, Henri attache son cheval à un arbre, et
entre doucement dans l'enceinte de ses premiers plaisirs. Avec quelle
joie il revoit chaque bosquet, chaque allée, qui lui rappelle un temps
où il faisait consister son bonheur à bouleverser les couches et à
arracher les jeunes plantes du jardinier... Qu'ils sont doux les
souvenirs de notre enfance!... mais pourquoi portent-ils avec eux une
secrète mélancolie?... C'est parce que l'on sait que le temps que l'on
regrette ne renaîtra jamais.

Au détour d'une allée, Henri se trouva nez à nez avec le jardinier. Le
bonhomme reconnut son jeune maître, et se mit à pousser des cris de
joie. «Silence! lui dit Henri, je ne veux pas que les habitants du
château soient instruits de mon arrivée.--Ah! c'est différent, monsieur;
alors je m'taisons.--Où est ton fils?--Franck? monsieur, il est dans le
château, à ce que j'présume.--Eh bien! va le chercher, et dis-lui que je
l'attends ici.--Oui, monsieur, j'y vas.--Mais songe à être discret avec
tous les autres domestiques!...--Soyez tranquille, monsieur, j'vous
répondons, d'moi.»

Le jardinier court exécuter sa commission, et Henri attend avec
impatience l'arrivée de Franck. Il a tant de choses à lui demander! tant
de questions à lui faire! sa seule crainte est que Mullern ne vienne,
par sa présence, déranger tous ses projets; mais il voit enfin accourir
Franck, et vole au-devant de lui.

«Ah! te voilà, mon pauvre Franck... que j'éprouve de plaisir à te
revoir!--Et moi aussi, monsieur; j'avoue que je ne m'y attendais pas:
mais la destinée est si bizarre!... il s'est passé tant de choses depuis
que nous ne nous sommes vus...--Tu as raison, Franck, et j'attends de
toi le récit de tout ce qui vous est arrivé.--Volontiers, monsieur,» dit
Franck en soupirant, Henri remarque ce soupir; il s'aperçoit que Franck
a l'air triste, contraint. «Grand Dieu! s'écrie-t-il, qu'as-tu donc à
m'annoncer, Franck? serait-il arrivé quelque chose à ma Pauline... à ma
sœur?...--Il ne lui est rien arrivé positivement, monsieur, et
cependant...--Eh bien! cependant...--Dans ce moment...--Dans ce
moment..--C'est... que... elle...--Elle... mais parle donc, bourreau...
tu me fais mourir d'impatience!--Dame, monsieur, c'est que j'n'ose pas
vous dire».--Parle, ne me cache rien, je te l'ordonne.--Eh bien,
monsieur, mam'selle Pauline est très-malade, et dans c'moment même on
craint pour ses jours.--Grand Dieu! s'écrie Henri avec l'accent du
désespoir; ah! je cours... je vole...--Arrêtez, monsieur, dit Franck en
le retenant par son habit, à moins que vous ne vouliez la tuer tout de
suite; car, dans l'état où elle est, l'émotion que causerait votre
présence inattendue ne manquerait pas de la conduire au tombeau.--Ah!
Franck, je ne pourrai donc pas la voir?...--Si fait, monsieur, vous la
verrez; mais lorsqu'elle pourra supporter votre visite, et que je
l'aurai prévenue de votre retour.--Mais apprends-moi donc pourquoi je la
retrouve en cet état.--Volontiers, monsieur, ça n'sera pas long... Quand
nous quittâmes Strasbourg, mam'selle Pauline montrait une fermeté, une
résignation qui m'étonnaient moi-même; car je me doutais de ce qu'elle
souffrait au fond de son cœur; mais la présence et les discours de
Mullern lui avaient donné alors un courage qui ne pouvait toujours
durer; notre voyage fut bien triste, comme vous pouvez le croire; en
vain je cherchai à la distraire en lui adressant la parole, elle gardait
le plus profond silence; cependant, quand nous approchâmes du château de
Framberg, elle parut agitée d'un sentiment nouveau; elle me demanda si
c'était là que vous étiez né, s'il y avait beaucoup d'habitants au
château, si monsieur le colonel y était. Quand elle sut qu'il n'y était
pas, elle parut plus rassurée, et entra dans le château d'un air assez
tranquille. Je lui fis donner, suivant les ordres de Mullern, un des
appartements les plus agréables: je la conduisis dans le parc, dans les
jardins; enfin je lui fis voir tout ce qu'il y a de beau dans le
château. Elle me remerciait de ce qu'elle appelait ma complaisance, avec
ce sourire si doux que vous lui connaissez; mais tous ces soins n'ont
pu empêcher que, le lendemain de son arrivée, elle ne tombât malade.
Depuis ce jour, cela va de pis en pis, et, depuis hier surtout, elle est
dans un délire effrayant...--Dans le délire?... grand Dieu!... s'écrie
Henri, donne-moi la force de supporter tant de maux!... Mais, dis-moi,
Franck, prononce-t-elle alors quelques mots?--Parbleu! je le crois
bien!... tantôt c'est vous qu'elle appelle à grands cris, en vous
nommant son époux ou bien son frère; tantôt c'est son père qui est
l'objet de ses craintes et de ses vœux; mais le plus souvent c'est
vous, monsieur, qu'elle demande avec instance, et d'une manière si
triste, que ça fait mal à voir!...»

Henri, accablé par le récit de Franck, reste un instant sans pouvoir
proférer une seule parole; mais, au bout de quelques minutes, il se lève
avec précipitation de dessus le banc de gazon où il était assis, et
court de toutes ses forces vers le château. «Au nom du ciel! arrêtez,
lui dit Franck en courant après lui, et en le retenant par son
habit.--Laisse-moi, Franck, laisse-moi, te dis-je, il faut que je la
voie, je le veux.--Eh! mille tonnerres, vous ne la verrez pas,» dit une
voix rude qui fit tourner la tête à Henri; et il aperçut Mullern qui lui
barrait le passage et ne paraissait pas d'humeur à le lui céder.



CHAPITRE XX.

L'AMOUR NE CONDUIT PAS TOUJOURS AU BIEN.


En se réveillant, le fermier ne fut pas étonné de voir Mullern endormi à
côté de lui; mais quand celui-ci ouvrit les yeux, et qu'il apprit que
Henri était parti, il jura entre ses dents de ce qu'à son âge les femmes
lui faisaient encore faire des sottises et oublier son devoir, puis se
prépara à courir sur les traces de son élève.

«Dame!... disait le fermier, ce n'est pas étonnant que vous ayez dormi
si longtemps, j'avions bu sec hier soir.--C'est vrai, répondit Mullern,
mais aussi vous avez du vin qui porte diablement à la tête.» La fermière
descendit, et Mullern, craignant que sa vue ne vînt encore lui mettre le
diable au corps, s'empressa de monter à cheval. Le fermier l'engagea à
venir souvent trinquer avec lui, et la fermière joignit ses instances à
celles de son mari.

Mullern arriva au château peu de temps après Henri, et il se disposait
déjà à aller le chercher dans les environs, lorsqu'il l'aperçut venir de
son côté; en entendant les dernières paroles de Henri, il se douta de
ce dont il s'agissait, sans pourtant connaître la cause de son
désespoir.

«Où allez-vous, monsieur? dit-il à Henri en l'arrêtant.--Au château,
Mullern.--Pourquoi faire?--Pour la voir.--Vous n'irez pas, vous
dis-je.--Ah! mon ami, elle est mourante!...--Mourante!... c'est un peu
fort; est-ce vrai, Franck?--Oui, monsieur Mullern, c'est la vérité.--Je
vais m'en assurer par moi-même; mais il est inutile que vous me suiviez.
Si elle est telle que vous me le dites, vous ne pourrez la rappeler à la
vie; si elle est moins mal, au contraire, votre vue renouvellera son
chagrin sans y apporter de soulagement.--Ah! Mullern, laisse-moi te
suivre!...--Monsieur, vous oubliez que c'est de votre sœur qu'il
s'agit, et que votre conduite n'est pas telle qu'elle devrait
être!...--Malgré toutes tes remontrances, je ne m'éloignerai de ce
château que lorsque je serai certain de son sort.--Hom!... dit Mullern
en lui-même, il faut rompre cet amour-là! à quelque prix que ce soit.
Allez m'attendre chez le jardinier au bout du parc, dit-il à Henri;
j'irai vous y retrouver et vous apprendre ce que vous voulez à toute
force savoir.»

Henri n'osa résister, et suivit Franck, qui le conduisit à la
maisonnette de son père, située à l'autre extrémité des jardins, et
assez éloignée du château. Quant à Mullern, il regarda aller Henri, se
repentant de la faiblesse qu'il avait eue de le laisser venir au château
de Framberg, et cherchant dans sa tête par quel moyen il pourrait l'en
arracher.

Henri attendait le retour de Mullern dans une anxiété difficile à
décrire; cependant les heures s'écoulaient, et le hussard ne revenait
pas!... Henri, voyant la nuit s'approcher, ne put résister à son
inquiétude; il envoya Franck au château, afin de savoir la cause de ce
retard.

Franck venait de partir, lorsque Henri vit quelqu'un s'approcher de
l'endroit où il était. Malgré l'obscurité, il crut reconnaître Mullern
et vola à sa rencontre. Il ne se trompait pas, c'était notre hussard.
«Eh bien! Mullern, lui dit Henri en le reconnaissant, qu'as-tu donc fait
si longtemps au château?--Rien, répondit Mullern d'une voix sombre, en
continuant à marcher vers la maison du jardinier.--Au nom du ciel!
instruis-moi de ce qui s'est passé! Dans quel état as-tu laissé
Pauline?...--Elle n'a plus rien à craindre...--Que veux-tu dire?...
parle, ton silence me glace d'effroi!--Vous le voulez... eh bien!
armez-vous de courage, votre sœur... votre sœur... n'est plus...»

Henri n'en entendit pas davantage: il tomba privé de sentiment. «Allons,
la crise est forte, dit Mullern; mais elle en durera moins!...» et il
s'occupa du soin de rappeler Henri à la vie; aidé du jardinier, qui
accourut à ses cris, il le transporta dans la maisonnette et le mit au
lit. Le jeune homme ne rouvrit les yeux que pour retomber dans un état
plus alarmant que celui d'où il sortait; une fièvre ardente s'était
emparée de ses sens; un délire effrayant avait remplacé sa raison, il ne
voyait, ne reconnaissait plus personne. Mullern, effrayé de l'état de
Henri, se cognait la tête, s'arrachait les cheveux, et paraissait
s'attribuer à lui seul la cause du mal qui accablait son élève.

Notre héros resta cinq jours dans cet état, et Mullern passa tout ce
temps auprès de son lit. Enfin la nature, plus forte que le mal, rappela
Henri à l'existence; et le sixième jour il recouvra sa raison, et avec
elle un peu plus de tranquillité.

«Ouf!... voilà la crise passée!... dit Mullern en voyant Henri plus
calme. Ma foi, elle a été rude; et si vous aviez succombé, je n'avais
plus d'autre parti à prendre que d'aller tenir compagnie aux grenouilles
qui sont dans les fossés du château! Mais vous revenez à la vie, et je
me sens soulagé d'un boulet de trente-six que j'avais là, sur la
poitrine.--Mon pauvre Mullern, dit Henri en souriant, combien je te
cause de chagrin!...--Recouvrez la santé, le courage surtout, et je
serai payé de mes peines.» Henri promit tout, et Mullern l'embrassa en
pleurant de joie.

Henri fut encore quinze jours sans pouvoir quitter le lit. Mullern ne
perdait pas de vue son élève; mais Henri demandait quelquefois où était
Franck, et pourquoi il ne le voyait jamais auprès de lui. «J'ai dit à
Franck d'aller nous chercher une bonne voiture pour nous emmener quand
vous serez en état de partir: voilà pourquoi vous ne le voyez pas ici.
D'ailleurs, est-ce que vous n'êtes pas satisfait de mes soins, que vous
demandez votre domestique?--Que tu es injuste, mon cher Mullern! Si je
demande Franck, c'est afin que tu puisses à ton tour prendre le repos
dont tu as besoin.--Soyez tranquille; mon repos, à moi, c'est votre
santé, et je ne serai plus malade, quand vous vous porterez bien.--Bon
Mullern!...»

Lorsque Henri fut en état de sortir un peu, Mullern le conduisit dans la
campagne, par une petite porte qui était à deux pas de la maison du
jardinier. «Pourquoi sortons-nous du château? disait Henri à
Mullern.--Parce que la vue de la campagne vous distraira davantage que
celle d'un parc que vous avez parcouru cent fois.--Mais, Mullern, je
l'aurais revu avec tant de plaisir!...--Non, monsieur, cela vous aurait
affecté, et vous n'irez pas.» Henri n'osait résister; mais cependant il
sentait au fond de son cœur le plus vif désir de revoir les lieux
qu'il allait quitter de nouveau, et peut-être pour bien longtemps.

Lorsque Mullern crut voir que Henri était assez fort pour se mettre en
voyage, il lui annonça que dans deux jours ils quitteraient le château.
«Franck est donc de retour! dit Henri.--Oui, et la chaise de poste nous
attendra devant la petite porte qui est ici près, et qui donne sur la
grande route.--Quoi nous ne sortirons pas par le château?--Vous voyez
bien que cela est inutile.» Henri n'osa répliquer; mais il se promit
bien de ne pas partir sans avoir visité pour la dernière fois l'asile de
son enfance.

La veille du jour fixé pour leur départ, Mullern, qui était accablé par
la fatigue, engagea Henri à se coucher de bonne heure, afin d'être plus
tôt éveillé le lendemain matin. Henri, qui avait déjà son projet en
tête, feignit de consentir au désir de Mullern. Notre hussard se coucha,
et ne tarda pas à s'endormir profondément. Lorsque Henri fut certain
qu'il ne songeait plus à lui, il se leva avec précaution, sortit
doucement de la chaumière, et prit le chemin du château.

La soirée était superbe, un clair de lune magnifique répandait sur toute
la nature une teinte bleuâtre; et l'œil en se fixant sur un bosquet,
sur un arbrisseau, croyait distinguer une ombre immobile, une figure
bizarre; c'est alors que mille objets frappent notre vue, troublent
notre imagination, et ne sont pourtant produits que par le reflet de
l'astre de la nuit. Henri marchait d'un pas tremblant; son esprit,
affaibli par sa maladie, enfantait mille visions; à chaque objet qu'il
rencontrait, son cœur battait avec force; un secret pressentiment
semblait l'avertir que quelque chose d'extraordinaire allait s'offrir à
sa vue.

Il parvint enfin dans la partie des jardins qui était tout près du
château. Ne pouvant plus maîtriser son agitation, il entre dans un
bosquet pour s'asseoir un moment et reprendre un peu de calme... Mais
quelque chose frappe ses regards: sur le banc où il veut se reposer il
distingue une ombre blanche qui paraît immobile et ne s'aperçoit pas de
sa présence. Henri ne peut commander à son émotion, il est forcé de
s'appuyer contre un arbre; il cherche à surmonter sa faiblesse... Mais
l'ombre se lève, s'avance lentement vers lui; un rayon de la lune donne
sur sa figure; il la reconnaît: «Ombre de ma Pauline!... s'écrie-t-il en
tombant à genoux devant elle, aurais-tu quitté le séjour céleste pour
venir visiter celui qui ne peut plus désormais être heureux sur une
terre que tu n'habites plus avec lui!...»

«Henri!...» dit une voix faible, et Pauline (car c'était elle), tombe
sans connaissance devant son amant. «Grand Dieu!... s'écrie Henri,
est-ce une illusion... mais non, c'est bien elle! c'est ma Pauline!...
le ciel, touché de mon désespoir, me l'a rendue pour ne plus m'en
séparer.»

Henri s'empresse de secourir son amante; Pauline rouvre les yeux, elle
reconnaît Henri, elle lui sourit tendrement, elle est dans les bras de
celui dont elle s'est crue séparée pour toujours: Henri, au comble de la
joie, la presse contre son cœur, la couvre de baisers; Pauline, loin
de repousser ses transports, se livre à toute sa tendresse, et ils
oublient tous deux les liens qui les unissent pour ne plus songer qu'à
l'amour qui les égare et les entraîne dans l'abîme qu'ils n'ont pas eu
la force d'éviter.

Le repentir suivit de près la faute; mais cette faute-là n'était pas de
celles qu'un amant fait oublier par de nouvelles caresses!... Henri,
effrayé de l'énormité de son crime, n'ose plus lever les yeux sur celle
dont il a causé la perte. Pauline pleure, gémit et reste privée de
sentiment sur le gazon témoin de sa défaite. Henri ne songe pas à
secourir celle qu'il a mise dans cet état; il fuit avec rapidité le
fatal bosquet, s'enfonce dans le parc, gagne la campagne et disparaît du
château avant que le soleil vienne éclairer son forfait.

Pauvre Pauline! qui donc viendra sécher tes larmes... calmer ton
désespoir?... Il te quitte, celui qui seul pourrait alléger tes
souffrances! il te quitte en jurant de ne te revoir jamais!... mais le
ciel prendra pitié de tes maux... il t'enverra un ami, un consolateur,
dans le moment où tu murmures contre la Providence et contre la rigueur
de ta destinée.

Avant tout, il est bon d'expliquer au lecteur comment Pauline, qui
passait pour morte, s'était trouvée avec Henri dans le bosquet.

Nous avons vu combien Mullern fut contrarié de ce que Henri ne voulait
pas s'éloigner du château pendant la maladie de sa sœur. Le bon
hussard vit bien que le jeune homme conservait toujours dans le fond de
son cœur une passion qui devait faire le malheur du reste de sa vie,
et il résolut de l'éteindre par quelque moyen violent. En apprenant la
maladie de Pauline, il lui vint aussitôt dans l'idée de la faire passer
pour morte; il se rendit donc auprès de la jeune malade pour s'assurer
d'abord de sa situation; il trouva Pauline fort mal, et pensa que ce
qu'il avait imaginé comme un mensonge pourrait bien devenir la vérité.
Néanmoins, il ne voulut pas attendre l'événement, et, le même soir, il
se rendit auprès de Henri. Nous savons comment il mit son projet à
exécution. Cependant, malgré la douleur qu'il s'attendait à voir
éclater, il ne croyait pas que sa ruse produirait un effet si violent;
et, lorsqu'il vit son cher Henri aux portes du tombeau, il se repentit
du moyen qu'il avait employé pour le guérir de son amour. Enfin Henri
recouvra la santé, et Mullern commença à respirer. Pendant la maladie de
Henri, Mullern avait appris par Franck que Pauline était presque
entièrement rétablie; mais comme la crise était passée, il ne voulut pas
instruire Henri de cette nouvelle, et résolut de l'entretenir dans une
erreur qui devait lui rendre le repos. Voilà pourquoi il eut soin
d'éloigner Franck de son maître, en empêchant Henri de se promener dans
le château.

Le projet de Mullern était bien conçu; mais le destin ne permit pas
qu'il reçût son exécution. Pauline, qui, depuis quelques jours, allait
prendre l'air dans les jardins du château, attirée par la beauté de la
soirée, était allée s'asseoir sous un bosquet touffu, et avait oublié,
dans ses réflexions, que l'heure de se retirer était passée depuis
longtemps. Nous avons vu comment le diable s'y prit pour réunir les deux
amants, et pour renverser en une minute tous les plans de notre hussard.

Mais Mullern ne pouvait pas toujours dormir; le souvenir du voyage
qu'ils vont entreprendre l'éveille à la pointe du jour; il se lève, il
s'habille et court au lit de Henri pour savoir s'il a bien passé la
nuit. Quel est son étonnement... son inquiétude... en ne voyant plus
Henri dans la chaumière!... «Allons, dit-il, mon jeune homme a encore
fait des siennes! Ne perdons pas de temps, et mettons-nous vite sur ses
traces!...» Et déjà Mullern est dans le parc, qu'il parcourt dans tous
les sens; enfin, le hasard le conduit dans le bosquet fatal; il croit de
loin distinguer quelque chose; il approche, et voit Pauline étendue sur
la terre et privée de sentiment.

Notre hussard ne s'amuse pas à faire des conjectures. «Le diable s'en
mêle, dit-il; il se sont vus, parlé, et l'action a été chaude, à ce
qu'il me paraît. Mais, où donc est mon élève?...» En attendant, Mullern
charge Pauline sur ses épaules, et prend le chemin du château. Tout le
monde dormait encore; mais, au tapage qu'il fait, on est bientôt sur
pied; les domestiques viennent en chemise savoir ce qu'il y a de
nouveau. «Allons, mille bombes! mes amis, il faut vous mettre tous en
campagne, et sur-le-champ. Votre jeune maître a le diable au corps; je
vois bien qu'il est inutile de vous le cacher plus longtemps; courez sur
ses traces; que chacun se mette en route, et qu'on le ramène, fût-il au
bout du monde. J'irai bientôt moi-même me joindre à vous.» En finissant
ces paroles, Mullern les pousse les uns sur les autres dans la campagne;
quelques-uns veulent faire les mutins, et observent qu'ils ne peuvent
s'éloigner en chemise; mais Mullern les met à la porte à coups de pied
dans le derrière, et personne ne résiste à ce dernier argument.

Après avoir mis ses ambassadeurs en campagne, Mullern s'empressa de
retourner auprès de Pauline, et de lui prodiguer tous les secours que
réclamait sa situation. Après bien des peines, il parvint à lui faire
ouvrir les yeux. Henri fut le premier mot qu'elle prononça; ensuite elle
aperçut, avec étonnement, Mullern à ses côtés. «Oui, je vois bien que
vous êtes surprise de me voir, lui dit notre hussard, et je vous assure
que, de mon côté, j'aimerais autant être à cent lieues de vous!... Mais
enfin!... Franck avait bien raison de dire qu'il y a une destinée!...»

Pauline ne comprit pas grand'chose à ce discours; mais Mullern lui
expliqua ce qu'il voulait dire, et la manière dont il l'avait trouvée
dans le bosquet. «Et Henri, qu'est-il devenu? demanda Pauline.--Il aura
craint mes remontrances, et il a pris la fuite!... Il doit pourtant
savoir que, malgré mon air sévère, je n'ai pas un cœur de rocher!...»
Mais Mullern ne se doutait pas encore de l'énormité de la faute de
Henri.

Après avoir essayé de consoler Pauline, il la laissa dans son
appartement pour aller à la recherche du fugitif. Pauline, lorsqu'elle
fut seule, donna un libre cours à ses larmes; elle craignait et désirait
en même temps que Mullern parvînt à ramener Henri; quelquefois la raison
et le devoir lui faisaient appréhender son retour; mais l'amour, plus
fort que tous les raisonnements, reprenait toujours le dessus, et
finissait par l'emporter.

Cependant Mullern et tous les domestiques revinrent au château sans
apporter aucune nouvelle de Henri. Le lendemain, mêmes perquisitions,
sans avoir plus de succès. Les jours, les semaines s'écoulèrent, et
Henri ne revint pas!... Mullern ne perdait pas courage, et faisait
quelquefois des absences de huit jours, dans l'espérance d'être plus
heureux; mais lorsque deux mois furent écoulés, il commença à perdre
patience, et envoya au diable celui qu'au fond du cœur il désirait
tant retrouver.

«Mais enfin, pourquoi cette fuite? disait Mullern à Pauline, lorsqu'ils
étaient seuls ensemble; je lui avais défendu de vous voir, c'est vrai;
mais je ne lui avais pas conseillé de devenir fou.»

Pauline baissait les yeux et ne répondait rien. Mullern, voyant que ses
questions ne faisaient que redoubler son chagrin, changeait de
conversation, et s'efforçait de la distraire. La pauvre enfant
paraissait effectivement avoir grand besoin de distraction. Ce n'était
plus Pauline telle qu'elle était un an auparavant, si fraîche, si jolie,
et dont les yeux brillants annonçaient le plaisir et la santé!... Ses
larmes en avaient terni l'éclat, son teint pâle et flétri trahissait les
souffrances de son âme, et tout en elle annonçait une victime de
l'amour!

Plus le temps s'écoulait, plus le chagrin de Pauline semblait augmenter.
Elle passait les journées entières enfermée dans son appartement, ou à
pleurer au fond d'un bosquet solitaire. Mullern présumait que c'était la
peine qu'elle éprouvait de la fuite de Henri. Notre bon hussard n'était
guère plus gai qu'elle, et fort peu en état de la consoler.

Un soir que Mullern était sorti du château, pour respirer l'air frais de
la campagne, il aperçut de loin une femme, dont la démarche précipitée
annonçait quelque dessein extraordinaire. «Oh! oh!... dit Mullern,
quelle est cette femme?...» L'obscurité de la nuit l'empêchait de la
reconnaître; mais il résolut de la suivre afin de satisfaire sa
curiosité. L'inconnue traversa rapidement un petit bouquet de bois qui
conduisait au bord d'un étang situé à peu de distance du village; elle
prenait les sentiers les plus détournés, paraissait craindre d'être
aperçue, et s'arrêtait de temps à autre, comme pour écouter si elle
n'était pas suivie. Mullern alors se tenait caché derrière un arbre,
retenait son haleine, et ne faisait pas le moindre mouvement. C'est de
cette manière qu'ils arrivèrent tous deux au bord de l'eau. Alors
l'inconnue s'arrête sur une espèce de monticule qui dominait l'étang, et
se met à genoux. Mullern s'arrête aussi de son côté: une secrète terreur
s'était emparée de ses sens. Bientôt une voix plaintive fait entendre
les paroles suivantes: «O mon Dieu! pardonnez-moi l'action que je vais
commettre! prenez pitié de mon désespoir, et n'accablez pas de toute
votre colère celui qui a partagé mon crime et pour lequel je sacrifie
une existence que je n'ai plus la force de supporter!...»

Mullern n'en entendit pas davantage. Ayant reconnu la voix, il courut
vers celle qu'il voulait sauver; mais il n'était plus temps. Pauline,
car c'était elle, s'était déjà précipitée au milieu des eaux.

Notre hussard, sans perdre un seul instant, jette de côté son bonnet, sa
veste, tout ce qui aurait pu l'embarrasser; ensuite, se jetant à la
nage, il parvient à atteindre l'infortunée qui allait périr, la saisit
avec force, la ramène vers le rivage, et remercie le ciel d'avoir
secondé son entreprise.

Mullern avait étendu Pauline sur la terre; mais elle était inanimée, et
son état demandait de prompts secours. Comment faire cependant? Il était
tard, tous les villageois étaient livrés au repos. Il n'y avait qu'un
parti à prendre, celui de retourner au château, ils en étaient fort
éloignés, et le bon hussard se sentait harassé par toutes les secousses
qu'il avait éprouvées; mais le désir de faire une bonne action lui
rendit toutes ses forces; il mit Pauline sur ses épaules; et, chargé de
ce précieux fardeau, prit avec courage le chemin du château.

Après une heure d'une marche fatigante, Mullern vit enfin le terme de
son voyage. Tout le monde était déjà couché; mais il avait toujours sur
lui une clef de la petite porte du parc: il posa Pauline à terre, et
ouvrit cette porte. En reprenant Pauline dans ses bras, il sentit que
son cœur battait et qu'elle avait une légère respiration. «Allons,
dit-il, elle n'est pas morte, et je suis payé de ma peine.» Le mouvement
de la marche avait effectivement ranimé les sens de Pauline, et, lorsque
Mullern la déposa sur son lit, elle rouvrit les yeux, sans qu'il eût
besoin de chercher des secours étrangers.

«Où suis-je? dit-elle, en portant autour d'elle des regards où se
peignaient l'étonnement et la douleur?--Dans un lieu que vous ne
quitterez plus désormais sans ma permission, lui répondit Mullern d'un
ton sévère.--Quoi! c'est vous, Mullern!... Comment se fait-il?...--Comment
il se fait? C'est que je vous ai suivie, mademoiselle, et le ciel a
permis que j'arrivasse assez à temps pour prévenir votre forfait!...
Mais, me direz-vous, à votre tour, comment il se fait que vous ayez pu
vous porter à un tel excès de démence? Quel désespoir agitait donc votre
esprit? Quel égarement troublait votre raison?... Vous vous taisez.
Parlez, mademoiselle, ce n'est pas par le silence que l'on s'excuse d'un
pareil crime; oui, d'un crime, je le répète; et, quel qu'en soit le
motif, c'en est toujours un de se défaire de la vie; j'estime les
malheureux qui supportent leurs maux avec courage, mais je méprise ceux
qui s'en délivrent par une lâcheté.»

Pauline écoutait Mullern attentivement: son discours énergique fit sur
elle l'effet qu'il en attendait; il attendrit son âme, et elle versa un
torrent de larmes. Dès que Mullern la vit pleurer, il sentit sa sévérité
l'abandonner, et s'approcha d'elle pour la consoler. «Allons, je vous
pardonne, dit-il en lui prenant la main, mais c'est à une
condition...--Quelle est-elle?--C'est que vous allez me dire le motif de
votre désespoir; car enfin, il faut bien qu'il y en ait un.--Ah! ne me
forcez pas à rougir devant vous par le récit de ma honte!...--Il le
faut, vous dis-je; allons, morbleu, du courage.--Vous l'ordonnez!... O
mon Dieu! qu'il m'en coûte... Eh bien!...--Achevez.--Je suis...--Vous
êtes?...--Je suis enceinte!»

Mullern est anéanti; Pauline se cache le visage dans ses mains. «Vous
êtes enceinte!... dit enfin Mullern, en sortant de sa stupéfaction, et
vous vouliez vous donner la mort! Malheureuse! vous vouliez donc la
donner aussi à l'innocente victime que vous portez dans votre sein? Ah!
vous êtes bien plus coupable que je ne le pensais!--Je ne sens que trop
mon crime! Mais hélas! cette malheureuse créature que j'aurais privée de
la lumière, n'est-elle pas elle-même, avant sa naissance, vouée à la
honte et au mépris? Enfant du crime et du malheur, osera-t-elle jamais
nommer les auteurs de ses jours?...--Que voulez vous dire?...--Faut-il
donc vous apprendre quel est son père!...--Quoi!... Henri!... mon
élève! Ah! triple tonnerre! voilà qui me coule à fond! Je n'ai plus
d'autre parti à prendre que d'aller me faire friser les épaules par un
boulet de quarante-huit.»

L'aveu que Pauline venait de faire avait épuisé le reste de ses forces,
et elle retomba sans connaissance sur son lit. Quant à Mullern, ses
esprits étaient trop frappés de ce qu'il venait d'apprendre, pour qu'il
fût en état de s'apercevoir de ce qui se passait autour de lui. Immobile
devant la cheminée, il regardait sans voir, songeait sans penser,
souffrait sans sentir, et la nuit s'écoula pour lui sans qu'il fût
revenu de cette espèce d'anéantissement.

Des coups redoublés, qui se firent entendre à la porte du château,
rappelèrent Mullern à lui-même; il se frotte les yeux comme quelqu'un
qui sort d'un songe pénible, regarde autour de lui d'un air surpris, et
aperçoit Pauline qui était encore dans le même état. Cette vue lui
rappelle tout ce qui s'est passé; deux grosses larmes s'échappent de ses
yeux; il les essuie en soupirant, secoue la tête, relève sa moustache,
et descend l'escalier avec précipitation.

On continuait de frapper avec violence; le concierge s'habillait
lentement; Mullern, impatienté, va lui-même ouvrir la porte. Un courrier
lui remet une lettre, et s'éloigne rapidement, en disant qu'il n'y a pas
de réponse. Mullern tenait la lettre dans sa main, et pensait à autre
chose qu'à la lire, lorsqu'en jetant les yeux sur l'adresse, il reconnut
l'écriture de son colonel. «Oh! oh!... dit-il, en se frottant encore les
yeux pour s'assurer qu'il ne rêve pas... c'est bien de mon colonel, et
la lettre m'est adressée!... Par quel hasard sait-il que je suis dans le
château!... et cet animal de courrier qui est reparti comme une bombe!
J'aurais dû l'interroger; allons, lisons... Je crois que je tremble pour
la première fois de ma vie! si mon colonel sait tout ce qui s'est passé,
cette lettre est ma condamnation!... N'importe, j'ai mérité d'être puni,
et j'aurai le courage de m'exécuter moi-même si mon colonel me
l'ordonne.»

En finissant ces paroles, Mullern ouvre brusquement la lettre, et en
parcourt le contenu; bientôt un changement sensible s'opère sur son
visage à mesure qu'il lit: des larmes s'échappent des yeux du bon
hussard, mais ce sont des larmes de joie, de plaisir, d'attendrissement.
A peine a-t-il achevé sa lecture, qu'il se précipite, comme un fou, vers
l'escalier qui mène à l'appartement de Pauline. «_Vivat!_ victoire!»
crie Mullern, en enjambant, quatre à quatre, les marches de l'escalier.
Il arrive enfin dans la chambre de Pauline, que sa femme de chambre
avait fait revenir à elle. Elle regarde Mullern avec étonnement; elle ne
comprend rien à cette joie extraordinaire. «Tenez, lisez, lisez
vous-même, lui dit Mullern, en lui donnant la lettre qu'il vient de
recevoir, et vous verrez si j'ai tort d'être au comble de la joie!»
Mais, avant d'expliquer au lecteur le motif de la joie subite de
Mullern, et le contenu de la lettre qui en est la cause, il faut
rejoindre le colonel Framberg que nous avons laissé prêt à partir pour
Paris.



CHAPITRE XXI.

BONHEUR.


Le colonel avait écouté attentivement le récit que Henri lui avait fait
des aventures de d'Orméville. Son âme noble et généreuse conçut aussitôt
le projet de se rendre à Paris, et d'y faire toutes les démarches
nécessaires afin de savoir ce qu'était devenu le père de son cher Henri.
A la vérité, ce dernier avait déjà fait inutilement cette recherche.
Mais Henri ne connaissait personne à Paris; sa jeunesse, d'ailleurs,
devait inspirer peu de confiance: le colonel, au contraire, était d'un
âge et d'un rang à commander le respect et l'estime. Il se fit donner
des lettres pressantes pour les hommes en place, et il espéra obtenir
plus de succès dans son entreprise.

Le colonel Framberg fit diligence, et, à son arrivée à Paris, il se mit
sur-le-champ en mesure pour commencer les recherches nécessaires, et
tâcher de savoir ce qu'était devenu d'Orméville. Ses démarches eurent le
plus prompt succès; le ministre apprit au colonel que celui qu'il
cherchait était enfermé à la Force, une des principales prisons de la
capitale. D'Orméville avait été arrêté à son arrivée à Paris, et la
peine de mort, à laquelle il avait été condamné, avait été commuée en
dix années de prison, ce qui était déjà une grande faveur; et comme les
personnes qui en voulaient à d'Orméville n'existaient plus, il espérait
bientôt recouvrer sa liberté; mais il aurait fallu que le prisonnier eût
en France quelqu'un qui s'intéressât à lui et fît les démarches
nécessaires pour son élargissement: malheureusement il n'y connaissait
personne, et il aurait probablement passé en prison le temps qui lui
était fixé, si le hasard ne lui eût envoyé un protecteur puissant dans
la personne du colonel. Celui-ci s'occupa aussitôt de faire rendre la
liberté à d'Orméville, dont la faute n'avait pas été assez grave pour
lui mériter tant de rigueur, et qui avait assez souffert par un exil de
vingt ans.

Les démarches que le colonel fut obligé de faire traînèrent plus en
longueur qu'il ne l'aurait cru. On lui avait déjà accordé la permission
de voir d'Orméville; mais il ne voulait se présenter à lui qu'en lui
apportant sa grâce. Quelle conduite généreuse envers un homme qui avait
été son rival... qui l'avait privé de l'amour d'une femme qu'il adorait,
et qui allait encore lui enlever celui qu'il regardait comme son
fils!... Il existe peu d'hommes comme le colonel!

Enfin, après plus de trois mois passés en démarches et en
sollicitations, le colonel Framberg obtint la liberté du père de Henri.
Quel moment pour son âme généreuse! avec quelle ivresse il se rendit à
la prison! le sentiment d'une bonne action le paya amplement de toutes
les peines qu'il s'était données. D'Orméville n'attendait plus sa
grâce: le malheureux, assis dans un coin de sa prison, pensait à sa
Pauline; le chagrin qu'elle devait éprouver augmentait la tristesse de
sa situation. Tout à coup les portes de sa prison s'ouvrent; un homme
qu'il ne connaît pas, mais dont la figure annonce la bonté, se présente
devant lui, (le lecteur se doute bien que c'est le colonel); il se
jette, en entrant, dans les bras de d'Orméville; celui-ci, étonné, ne
sait que penser de tout ce qu'il voit. «Embrassons-nous d'abord, lui dit
le colonel, nous ferons connaissance après; en attendant, voici votre
liberté. Je suis le colonel Framberg, et c'est moi qui l'ai obtenue.»

D'Orméville ne sait s'il est bien éveillé; le nom du colonel, le mot de
liberté le frappent au point de le rendre immobile; mais le colonel, qui
s'est attendu à sa surprise, l'entraîne hors de la prison, le fait
monter avec lui dans sa voiture et se fait conduire à l'hôtel qu'il
habite. Pendant le chemin, d'Orméville revient à lui: «Ce n'est point un
songe! dit-il; je suis en liberté, et c'est à vous, monsieur le colonel,
à vous que je la dois!...--Je conçois votre étonnement, mon cher
d'Orméville, et je vais le faire cesser; mais comme le récit que j'ai à
vous faire est un peu long, attendons que nous soyons rendus à mon
hôtel; nous pourrons y causer sans être interrompus.» D'Orméville y
consent, ils arrivent enfin; le colonel fait défendre qu'on les
interrompe, et raconte à d'Orméville tous les événements que nous avons
déjà rapportés.

Qui pourrait peindre l'étonnement de d'Orméville en apprenant que son
fils existe, et qu'il va bientôt l'embrasser? Sa joie tient du délire:
il se jette dans les bras du colonel en le nommant son Dieu tutélaire;
tout d'un coup il s'arrête; et réfléchit profondément: «Qu'avez-vous?
lui dit le colonel; d'où naît votre étonnement?--Auriez-vous un autre
fils? lui dit d'Orméville.--Non, je n'ai jamais eu que Henri qui m'en a
tenu lieu.--Henri!... plus de doute! c'est lui.--Que voulez-vous
dire?--Je connais ce fils adoré!... et le ciel l'a choisi pour me sauver
l'existence!--Se pourrait-il?... Henri vous a sauvé la vie!--Dans une
forêt, à six lieues de Strasbourg; j'allais être la victime de deux
assassins, lorsque la Providence m'a envoyé mon fils pour me sauver la
vie.»

D'Orméville était effectivement ce voyageur que Henri avait sauvé. Le
colonel Framberg admira les décrets de la Providence, qui avait envoyé
le fils au secours du père; ensuite il continua son récit que
d'Orméville avait interrompu par ses exclamations. Lorsque ce dernier
apprit les amours de Pauline et de Henri, et le chagrin que le colonel
éprouvait de cette fatale passion, il l'interrompit en lui disant:
«Séchez vos pleurs, mon ami; nos enfants seront rendus au bonheur et à
l'amour: apprenez enfin que Pauline n'est pas ma fille.--Elle n'est pas
votre fille!... s'écrie le colonel ivre de joie; oh! pour le coup j'en
perdrai la tête!... ces chers enfants!... ils ont eu tant de chagrins!
Je n'ose encore croire à ce bonheur!...--C'est la vérité, mais je
conçois qu'elle a besoin d'explications. Écoutez-moi, et je vais, à mon
tour, vous faire le récit de tous les événements qui me sont arrivés
depuis le moment où je me séparai de celle que je comptais nommer mon
épouse.»

    _Histoire de d'Orméville._

«En quittant ma chère Clémentine, je me rendis à Vienne pour y offrir
mes services à l'Empereur. La guerre était déclarée entre la Russie et
l'Autriche. Je n'eus pas de peine à me faire agréer; et, en
considération de ma bonne volonté et de ma naissance, je fus bientôt
lieutenant dans un régiment de hussards qui allait se mettre en
campagne. Je partis avec ma compagnie. Nous rencontrâmes l'ennemi près
d'un village entre Novogrodeck et Wilna. La bataille fut sanglante, et
les Russes furent défaits, comme je l'appris par la suite; car, ayant
reçu un coup de feu au commencement de l'action, je tombai de cheval et
fus laissé pour mort sur le champ de bataille.

»Un paysan, qui passa près de moi longtemps après que les deux armées
furent éloignées, s'aperçut que je respirais encore; il eut l'humanité
de me charger sur son dos et de me porter dans sa chaumière, afin de m'y
donner tous les secours que réclamait ma situation.

»Je restai près d'un an chez ce bon villageois, car ce ne fut qu'au bout
de ce temps que mes blessures, parfaitement guéries, me permirent de
songer à regagner mes drapeaux. Mais pendant ma longue maladie, les
hasards de la guerre avaient rendu les Russes maîtres du lieu où
j'étais caché; ils avaient établi des postes dans tous les endroits
qu'il m'aurait fallu traverser pour retourner en Autriche, et je vis que
je ne pouvais quitter le village où j'étais, sans m'exposer à des
dangers presque inévitables.

»Que pouvais-je faire?... Ma situation était affreuse; je ne possédais
pas la plus petite somme d'argent, et je ne voulais pas être plus
longtemps à la charge du brave homme qui m'avait conservé la vie.

»Je n'avais qu'un parti à prendre, celui de travailler pour vivre, et je
m'y décidai promptement. Le bon paysan qui m'avait secouru me trouva de
l'ouvrage chez un fermier des environs. J'endossai l'habit qui convenait
à mon nouvel état, et je me mis à travailler à cette terre qui n'est
jamais ingrate envers ceux qui l'arrosent de leurs sueurs.

»Je vivais assez tranquillement depuis longtemps; je m'étais accoutumé à
ma nouvelle existence: d'ailleurs le souvenir de ma Clémentine et
l'espoir de la revoir un jour me faisaient supporter avec courage la
longueur de mon exil. Vous savez qu'en venant en Allemagne, je quittai
le nom de d'Orméville pour prendre celui de Christiern, et j'avais
conservé ce nom dans l'endroit où j'étais.

»A une demi-lieue de la ferme que j'habitais, était un petit château
appartenant à un nommé Droglouski. Ce Droglouski n'était pas aimé dans
les environs, et il circulait même sur son compte différents bruits
auxquels je faisais peu d'attention. Comme son château était sur une
élévation d'où l'on découvrait tous les pays d'alentour, lorsque mes
travaux me le permettaient, je dirigeais mes pas de ce côté, et,
tournant mes regards vers les lieux qui étaient embellis par ma chère
Clémentine, je demandais au ciel qu'il me permît bientôt de revoir celle
que j'adorais.

»J'avais remarqué dans mes promenades solitaires un homme que je
rencontrais souvent sur mon passage, et qui paraissait m'examiner
attentivement. Je n'y fis pas d'abord grande attention; mais cependant,
impatienté de voir toujours cet homme sur mes pas, je demandai au
fermier s'il le connaissait: sur le portrait que je lui en fis, il me
dit que ce ne pouvait être que le confident et le domestique de M.
Droglouski, et que même il se rappelait que cet homme était venu à la
ferme, et lui avait fait diverses questions à mon sujet. Curieux de
savoir ce qu'il pouvait me vouloir, je résolus de lui parler la première
fois que je le rencontrerais.

»L'occasion ne tarda pas à se présenter: quelques jours s'étaient à
peine écoulés, que, me trouvant un soir aux environs du château, je vis
mon homme à deux pas de moi; je l'abordai et lui dis que j'étais
très-étonné de le rencontrer sans cesse sur mes pas, et que je le priais
de m'en expliquer le motif.--«Vous le saurez, me répondit-il d'une voix
sombre; mais comme ce que j'ai à vous dire est très-important,
rendez-vous ce soir à minuit en ces lieux; nous ne craindrons pas d'être
surpris, et vous y apprendrez ce qui vous intéresse.--Pourquoi pas tout
de suite? lui dis-je, surpris du ton avec lequel il me parlait.--Non,
répondit-il; à minuit vous saurez tout; mais n'y manquez pas! il y va de
votre vie!...» Il s'éloigna en disant ces mots, et me laissa dans un
étonnement que je ne puis vous dépeindre.

»Serais-je découvert? me dis-je lorsque je fus seul; dois-je aller à ce
rendez-vous?... Je balançai longtemps; enfin, réfléchissant qu'il
m'avait dit que ma vie en dépendait, je présumais qu'il ne voulait me
livrer que dans le cas où je lui manquerais de parole, et je résolus
d'être exact à l'heure indiquée.

»A minuit j'étais au lieu dit, à cent pas du château; je ne tardai pas à
voir mon homme s'avancer vers moi. Il me mena sur un banc au pied d'un
arbre, et me tint ce discours:--«Vous êtes Autrichien, et par conséquent
en guerre avec les Russes; vous n'avez pas le sou, et vous n'attendez
qu'une occasion favorable pour retourner dans votre patrie. Si vous
étiez reconnu, vous seriez sur-le-champ mis à mort; je puis, moi, vous
livrer à vos ennemis et vous faire conduire au trépas; c'est ce que je
ferai, si vous ne consentez pas à ce que je vais vous proposer.»

»Je vis que j'avais affaire à un scélérat; mais ma vie était entre ses
mains, et il fallait dissimuler. «Qu'exigez-vous de moi? lui dis-je.--Le
voici, me répondit-il: il existe, dans ce château que vous voyez devant
nous, un enfant de trois à quatre ans; son existence contrarie diverses
personnes: nous aurions pu lui donner la mort nous-mêmes; mais j'ai jeté
les yeux sur vous, parce que ce meurtre, commis dans le château, aurait
peut-être donné des soupçons.»

»Je frémis d'horreur à ce discours; mais je cachai mon indignation, et
le scélérat continua: «Il est inutile que vous connaissiez les motifs de
cette vengeance, je vous engage même à ne jamais vous en informer, car
cette curiosité vous coûterait la vie; et, si dans quelques années vous
étiez tenté de revenir dans ce pays (car je présume que vous retournerez
en Autriche dès que la paix sera faite), je vous préviens que vous
feriez une démarche inutile, car ce château sera abandonné, et vous n'y
trouverez plus personne. Ainsi, décidez-vous et voyez si vous voulez
faire ce que j'exige de vous; vous en serez récompensé largement: si
vous refusez, au contraire, je vais vous dénoncer aux Russes qui
occupent ce pays, et vous ne pourrez échapper à la mort.--Il n'y a pas à
balancer, lui dis-je, j'accepte.--C'est fort bien; en ce cas,
suivez-moi, je vais vous livrer l'enfant.--Quoi! sur-le-champ?...--Sans
doute, le plus tôt sera le mieux.»

»Je suivis, en frémissant, le scélérat qui me jugeait capable de
seconder son odieux projet. Il me conduisit dans l'intérieur du château:
un silence profond y régnait. Arrivé dans une salle basse, il me laissa
en me disant d'attendre son retour. Je restai seul quelques minutes;
j'écoutais attentivement si je n'entendais rien qui pût m'instruire;
mais un calme profond et extraordinaire me fit juger que l'homme qui
m'avait introduit l'habitait seul, et j'avoue qu'alors je formai le
projet de délivrer la terre de ce monstre et de sauver son innocente
victime; mais je fus trompé dans mon espoir: mon homme revint tenant un
enfant dans ses bras: il était suivi d'un autre personnage qui était
masqué, et qui me regardait sans parler. «Tiens, voilà l'enfant et une
bourse pleine d'or, me dit mon premier introducteur; tu sais ce que tu
as à faire, va, sors de ce château, et songe bien que, si tu n'exécutes
pas nos ordres, la mort suivra de près ta trahison.»

»Je ne répondis rien; je pris l'enfant et la bourse, et mon homme
m'accompagna jusqu'à la porte du château: là, après avoir renouvelé ses
menaces, il me quitta, et je me vis seul avec l'enfant.

»Pauvre petite! dis-je en l'examinant, car je vis que c'était une petite
fille qui pouvait avoir tout au plus quatre ans: dussé-je y perdre la
vie, je te sauverai de la fureur de tes ennemis. Mon parti fut bientôt
pris; si je restais dans le village, je devais m'attendre à y être
arrêté; je résolus donc de chercher un autre asile; à la vérité, je
pouvais aussi être pris en fuyant; mais je pensai que le ciel
protégerait mon action, et cet espoir me donna du courage.
Effectivement, je fis plusieurs lieues sans aucun danger, et je parvins
enfin à une immense forêt, où je pensai que je ferais bien de rester
caché quelque temps.

»Le pauvre enfant, que le ciel m'avait confié, était l'objet de ma plus
tendre sollicitude. Hélas! privé de tout, j'étais obligé de lui faire
chaque soir un berceau avec des branches d'arbres; et le matin, avant
qu'elle ne fût réveillée, je me rendais, en tremblant, à la chaumière
d'un paysan, et j'y achetais les provisions nécessaires à notre
existence. La petite, par ses innocentes caresses, me faisait oublier
mes maux; elle m'appelait son père, et je résolus de lui en tenir lieu.
Je la nommai Pauline, et je souhaitai qu'avec un nom français elle eût
aussi la gaieté et la grâce des femmes de mon pays.

»Enfin je reçus la récompense qui suit toujours une bonne action: quinze
jours s'étaient à peine écoulés depuis que nous habitions la forêt,
lorsque j'appris que les Autrichiens s'avançaient à marches forcées vers
l'endroit où j'étais réfugié; les Russes fuyaient devant les vainqueurs,
et je me vis bientôt au milieu de mes camarades.

»Je repris dans les rangs le grade que j'y occupais; mais ma petite
Pauline m'embarrassait beaucoup, lorsque le hasard me fit connaître la
respectable madame Reinstard; elle avait suivi son fils à l'armée; il
avait été tué, et elle était livrée au plus profond désespoir; je lui
proposai de servir de mère à Pauline, que je lui dis être ma fille; elle
y consentit avec joie; et partit pour Offembourg, devant se loger aux
environs. Je comptais aller la rejoindre au bout de peu de temps, et
j'espérais revoir aussi ma Clémentine!... Mais, hélas!... un officier,
qui avait passé près du château de Framberg, m'apprit que celle que
j'adorais, m'ayant cru mort comme tout le monde, avait épousé le colonel
Framberg; qu'elle en avait eu un fils, et, qu'après quelques années de
mariage, elle venait de perdre la vie.

»Cette nouvelle anéantit tous mes projets de bonheur. Je ne songeai plus
qu'à mourir pour rejoindre ma Clémentine. Plusieurs batailles se
livrèrent; je cherchais la mort dans les rangs ennemis; mais elle fut
sourde à mes vœux, et je n'y trouvai que la gloire. Je fus fait
capitaine; et le temps, ainsi que le souvenir de ma petite Pauline,
parvinrent enfin à calmer mon désespoir, je venais passer tous mes
quartiers d'hiver auprès de celle qui me croyait son père, et je me
gardai bien de lui apprendre le contraire, afin de lui éviter des
chagrins qui n'auraient fait que répandre une teinte sombre sur les
beaux jours de sa jeunesse.

»J'étais aussi heureux que je pouvais l'être; je regardais Pauline comme
ma fille, et jamais il ne me vint dans l'idée que le fruit de mes amours
avec Clémentine pouvait être ce Henri de Framberg que chacun nommait
votre fils.

»Le désir de revoir ma patrie vint enfin troubler ma tranquillité. Vous
savez le reste, monsieur le colonel, et je ne puis assez vous exprimer
toute la reconnaissance que je vous dois.»



CHAPITRE XXII.

PEU INTÉRESSANT, MAIS NÉCESSAIRE.


Qui pourrait peindre la joie du colonel Framberg en apprenant que
Pauline n'est pas la sœur de Henri? «Ils pourront donc se livrer sans
remords à leur tendresse!... dit-il à d'Orméville; car je ne doute pas
que vous n'approuviez leur amour?--Ah! monsieur le colonel, répondit ce
dernier, croyez-vous que je retrouverais mon fils pour faire son
malheur! et d'ailleurs n'avez-vous pas toujours sur lui les droits d'un
père, puisque vous lui en avez tenu lieu si longtemps? vous les
conserverez ces droits respectables, et je regarderais Henri comme
indigne de ma tendresse, s'il n'avait pas toujours pour vous la même
affection.»

Les deux amis s'embrassèrent cordialement, en se jurant réciproquement
d'avoir toujours pour Henri et Pauline la tendresse d'un père. Mais, à
propos, dit le colonel, n'avez-vous jamais fait aucune démarche pour
découvrir quels étaient les parents de cette pauvre petite, et pour
savoir d'où venait la haine des monstres qui voulaient sa mort?--Jamais,
je vous l'avoue, je n'ai cherché à les découvrir; d'abord, j'ai pensé
que je prendrais une peine inutile; il m'aurait fallu retourner dans un
pays où je ne connais personne, pour y chercher des gens qui,
certainement, n'auront pas attendu mon retour pour fuir des lieux qu'ils
avaient tant d'intérêt d'abandonner, ainsi qu'ils me l'avaient dit;
ensuite j'ai réfléchi sur la situation de ma chère Pauline; elle était
heureuse, tranquille auprès de moi, et j'allais peut-être troubler son
repos, réveiller contre elle la haine de ses ennemis, en cherchant à lui
faire connaître des parents qui, sans doute, s'intéressent peu à elle,
puisqu'ils n'ont fait aucune démarche pour la retrouver.--Vous avez
raison relativement au premier point, mon cher d'Orméville; mais, quant
au second, je ne suis pas de votre avis; car, maintenant que Pauline a
en nous des protecteurs, des amis, qui sauront la garantir des pièges de
ses vils ennemis, que voulez-vous qu'elle craigne, si nous cherchions à
découvrir sa naissance pour lui faire rendre sa fortune? car elle doit
en avoir, n'en doutez pas, mon ami; c'est toujours pour de l'or qu'il y
a des êtres capables de se porter aux plus grands forfaits.--Je le pense
comme vous; mais que faire? quels moyens employer?--Nous y
réfléchirons... je me rappelle... oui, peut-être ceux que nous cherchons
ne me sont-ils pas inconnus.--Que voulez-vous dire?--Vous vous souvenez
de l'aventure qui vous est arrivée dans la forêt auprès de Strasbourg,
et où Henri vous sauva la vie?--Ah! je ne l'oublierai jamais!--N'avez-vous
pas réfléchi que ces deux hommes, qui n'étaient pas des assassins
ordinaires, pouvaient être des envoyés de ceux qui vous ont remis
l'enfant, et qui veulent vous punir de ne pas avoir obéi à leurs
ordres?--Je l'ai pensé dans le moment; mais comment supposer que je
retrouve en France, et auprès de moi, des gens qui ont tant d'intérêt à
me fuir?--Certes, ils ne vous y cherchaient pas; mais s'ils vous y ont
rencontré, ils auront cru nécessaire de vous sacrifier à leur sûreté.
Rappelez-vous qu'ils vous croient Autrichien d'origine, et que, ne
pensant pas vous trouver en France, c'était une raison de plus pour les
engager à venir y demeurer.--Vous m'ouvrez les yeux, mon cher colonel,
et je ne doute plus maintenant que les scélérats qui en voulaient à ma
vie ne soient les mêmes qui avaient juré la mort de ma chère
Pauline.--Apprenez donc comment j'espère les découvrir: Henri, en
écoutant la conversation de ces deux misérables, avait eu tout le temps
d'examiner leur visage; jugez de sa surprise, lorsqu'en se rendant à la
petite maison où j'avais trouvé l'hospitalité, justement au milieu de la
forêt, il reconnut dans le maître de cette habitation un de vos
assassins, celui qui a échappé à la juste punition qui lui était due, en
se sauvant à l'approche de Henri.--Se pourrait-il!... et cet homme?--Cet
homme n'a pu reconnaître Henri, qu'il n'avait pas eu le temps
d'examiner; mais, soit qu'il eût conçu des soupçons, le lendemain,
lorsque nous partîmes, il avait déjà quitté sa maison.--Je ne doute pas
qu'il ne puisse nous instruire de ce que nous avons tant d'intérêt à
savoir; mais où le trouver maintenant?--Nous y parviendrons, n'en doutez
pas. Dans le premier moment où Henri me le fit connaître, je refusai de
punir un homme à qui je devais l'hospitalité; mais à présent que je suis
instruit de tous ses crimes, je le découvrirai, dussé-je le chercher
jusqu'au bout du monde.--Je vous seconderai, colonel, et nous
parviendrons à démasquer les méchants.»

Les deux amis, d'accord sur ce point, songèrent que le plus pressé était
de rejoindre leurs enfants, et le colonel, qui avait appris que Mullern
et Henri étaient au château, écrivit au premier une lettre dans laquelle
il lui détaillait tout ce qui lui était arrivé; il le chargeait de
ménager à ses enfants le plaisir d'une nouvelle aussi heureuse, et, afin
d'être plus tôt réunis, il engageait Mullern à venir avec Henri et
Pauline au-devant d'eux. Cette lettre, une fois partie, le colonel et
son ami firent tout préparer pour leur départ, et se mirent bientôt en
route pour le château de Framberg. Laissons-les voyager, et revenons au
château.

Lorsque Pauline eut fini de lire la lettre du colonel, elle partagea les
transports de joie de Mullern, et son émotion fut si forte qu'elle pensa
lui être fatale, et qu'elle perdit de nouveau l'usage de ses sens.

«Allons! triple bourrade!... dit Mullern, en mettant tout sens dessus
dessous, voilà qu'avec ma diable de tête j'ai encore fait des bêtises,
et que, pour avoir voulu lui causer trop de plaisir, je vais l'envoyer
dans l'autre monde sans passe-port!...» Cependant, malgré les craintes
de Mullern, Pauline revint à elle, et se trouva mieux que jamais. «Ah!
mille bombes! lui dit notre hussard, ne recommencez plus vos
évanouissements, car je finirais par en perdre la tête.»

Pauline voulait s'habiller tout de suite, pour aller au-devant de ses
bienfaiteurs. «Un instant, dit Mullern, je n'ai pas envie que vous vous
trouviez encore mal en chemin, et comme cela pourrait arriver, nous ne
partirons qu'après-demain, parce que vous êtes trop faible pour vous
mettre en route.»

Malgré tout ce que Pauline put dire sur sa santé, Mullern fut
inexorable. «J'en suis aussi fâché que vous, lui dit-il, car je brûle de
revoir mon colonel; mais je suis devenu sage par expérience, et il faut
prendre patience.»

Après que le premier transport de joie fut passé, Pauline soupira et
regarda tristement le ciel; de son côté, Mullern devint rêveur et se mit
le poing sur l'oreille, comme c'était son habitude lorsque quelque chose
l'affectait. Au bout d'une demi-heure de silence, ils se regardèrent
tous deux.

«Je devine ce que vous allez me dire... dit Mullern à Pauline; nous
l'avions oublié dans le premier moment de notre joie; mais cela ne
pouvait pas durer.--Hélas!... où est-il maintenant?...--Il est à pleurer
sa faute dans quelque coin, comme un pénitent!... Oh! s'il avait eu le
courage d'attendre de pied ferme les événements, il ne nous aurait pas
mis dans l'embarras où nous sommes;... car, qu'irons-nous faire sans lui
devant ceux qui nous attendent?... Que dira mon colonel?--Que dira son
père? qui croit le presser bientôt dans ses bras...--Que dirons-nous, si
l'on nous demande le sujet de sa fuite?... Ah! mille escadrons! je crois
que je redoute autant de voir mon colonel que j'avais d'impatience, il
n'y a qu'un instant, d'aller me jeter à son cou.»

Enfin Mullern réfléchit qu'aidé du colonel et de d'Orméville, il
découvrirait plus aisément Henri, et qu'une fois retrouvé, ils seraient
tous parfaitement heureux. Tranquillisé par ces réflexions, il s'occupa
de consoler Pauline, et y parvint sans peine. Elle avait trop de plaisir
à le croire pour essayer de combattre ses raisons.

Les deux jours s'écoulèrent, et Franck, que Mullern avait chargé des
préparatifs du départ, vint lui dire que la chaise de poste les
attendait.

«Allons, partons, dit Mullern; et il envoya chercher Pauline. Pendant ce
temps, notre hussard préparait un discours pour son colonel; car il
redoutait le premier moment de l'entrevue. Il se promenait dans la cour,
allait sur la porte du château, regardait dans la campagne, et disait en
lui-même: «Où est-il, ce démon-là?... Que fait-il maintenant? Ah! s'il
connaissait son bonheur!... Mais non, il aime mieux courir les champs et
me faire damner, que de revenir vers moi... Cet élève-là m'a donné bien
du fil à retordre.»

Pauline ne tarda pas à descendre, elle jetait de tristes regards sur ce
château où, en si peu de temps, il lui était arrivé tant d'événements.
Mullern la fit monter dans la voiture, en lui disant: «Tenez, j'ai un
secret pressentiment que nous reviendrons bientôt ici plus contents que
nous n'en partons.--Puisses-tu dire vrai!...» répondit Pauline en
soupirant.

Mullern se plaça à côté d'elle, Franck monta en postillon, et ils
s'éloignèrent du château.

La chaise de poste ne s'arrêta qu'une fois pour changer de chevaux
jusqu'à Blamont; là, nos voyageurs descendirent à l'auberge de la poste,
dans le dessein d'y passer la nuit.



CHAPITRE XXIII.

ATTENTAT, COUP DU SORT.


L'auberge était remplie de voyageurs; les gens couraient de côté et
d'autre sans savoir à qui répondre; Mullern et ses compagnons eurent
bien de la peine à parvenir jusqu'à l'aubergiste; enfin ils le
rencontrèrent.

«Monsieur l'hôte, dit Mullern, donnez-nous vite des chambres avec des
lits, et à souper.--Mon... monsieur l'hus... l'hus... sard... ça
serait... ça serait... avec beau... beau... avec beaucoup de plaisir;
mais c'est que... c'est que...--Eh bien! c'est que? voyons, tâchez de
parler plus clairement.--Je... je, je n'en ai plus qu'une fort... fort
jolie, avec un lit.--Allons, voilà bien le diable!» dit Mullern; comment
allons-nous faire?... Cependant Pauline était trop fatiguée pour aller
plus loin, Mullern l'engagea à prendre la chambre qui restait, espérant
que lui et Franck trouveraient bien à se coucher quelque part, fût-ce
encore au grenier.

Il fit signe à l'aubergiste de le conduire à la chambre en question, car
il voulait éviter de lui parler, tant son bégayement l'impatientait.

Pauline fut conduite à une jolie pièce donnant sur la rue; et, comme
elle ne voulut rien prendre, Mullern lui souhaita le bonsoir en
l'avertissant qu'il viendrait la chercher le lendemain matin pour
partir.

Mullern et Franck, qui n'avaient pas envie de se coucher sans souper,
demandèrent à l'aubergiste où ils seraient servis le plus promptement:
«Si... si... ces messieurs veulent venir à la, la... à la,
la...--Allons, mille bombes! finirez-vous?...--A la ta... ta...--Au
diable le maudit bègue, avec sa ta ta, les si si et la la; je crois,
morbleu! qu'il s'amuse à nous solfier les psaumes du roi
David!...--Monsieur, plus vous vous impatienterez, moins il parlera
bien, dit Franck.--C'est fort agréable; en ce cas, charge-toi de le
faire expliquer, car il me prend envie de lui délier la langue à coups
de plat de sabre.»

Franck fut plus adroit que Mullern, car l'aubergiste les conduisit à la
table d'hôte, où l'on allait souper. «Allons, va pour la table d'hôte,
dit Mullern, nous verrons après à penser à nos lits.»

La chambre où l'on soupait était occupée par beaucoup de monde;
cependant, en y entrant, Mullern distingua un homme qui se leva de table
avec précipitation, et sortit de la chambre en mettant son mouchoir sur
sa figure; notre hussard n'y fit pas grande attention, et alla prendre à
table la place que le voyageur venait de quitter.

Mullern et Franck soupaient tranquillement depuis quelques minutes,
s'occupant peu des autres voyageurs qui causaient entre eux, lorsque
deux hommes, vêtus comme des rouliers, entrèrent dans la chambre, et
vinrent s'asseoir en face de Mullern et de son compagnon.

La conversation ne tarda pas à s'engager entre ceux-ci et les nouveaux
venus; ils paraissaient être de bons vivants, buvant sec et causant
beaucoup. Ils mirent Mullern sur le chapitre de ses batailles, et quand
une fois celui-ci était en train d'en parler, ce n'était pas pour peu de
temps; sa tête s'échauffait, et il se croyait encore au moment de
l'action. Les deux voyageurs paraissaient prendre beaucoup de plaisir à
l'entendre et l'excitaient à continuer; tout en parlant, on buvait, et
la conversation se prolongea tellement, que peut-être Mullern aurait
passé la nuit sous la table, s'il ne s'était aperçu que Franck ronflait
déjà à côté de lui.

«Il faut se coucher,» dit Mullern en se levant de table; il allait un
peu de travers, mais cependant il pouvait encore se soutenir. Les deux
voyageurs appelèrent l'aubergiste, et se donnèrent beaucoup de mal pour
trouver une chambre à Mullern et à son compagnon. Notre hussard les
remerciait en leur frappant amicalement sur l'épaule, et en jurant
qu'ils étaient de bons enfants.

Grâce aux soins des deux voyageurs, Mullern et Franck eurent une petite
chambre, à la vérité dans les mansardes; mais ils auraient dormi sur les
toits... On les conduisit, et ils ronflèrent bientôt à l'unisson.

Dix heures venaient de sonner lorsque Mullern s'éveilla le lendemain.
«Morbleu!... dit-il, voilà une belle conduite!... mais aussi je me
rappelle qu'hier au soir il y a eu deux diables d'hommes qui nous ont
fait boire comme des templiers. Allons, mille bombes! il faut réparer le
temps perdu.»

En disant cela, Mullern poussa Franck, qui dormait encore, et ils
s'habillèrent précipitamment. «Je suis certain, disait Mullern, que
mademoiselle Pauline nous attend depuis plus de deux heures! tâchons de
ne pas la laisser s'impatienter davantage.»

Il descend l'escalier quatre à quatre, et se rend au corps de logis où
avait couché Pauline. Il frappe plusieurs coups à la porte; point de
réponse. «Elle s'est ennuyée d'attendre, et elle est sans doute allée se
promener au jardin,» se dit Mullern; et il descend vite l'escalier et
traverse la cour pour aller au jardin. Chemin faisant, il rencontre
l'aubergiste qui l'arrête: «Où?... où?... va, va monsieur?--Parbleu! je
vais chercher la jeune dame qui a couché dans ce corps de logis, et qui
n'est pas dans sa chambre; elle est probablement au jardin.--Pas du...
pas du... pas du tout, monsieur sait bien qu'elle... elle... est
partie.--Comment partie!... non, triple tonnerre, je ne le sais pas;
mais cela ne se peut pas: voyons, quand? comment? avec qui?--Toutou...
toutou... tout à l'heure.--Se pourrait-il?--Avec un homme qui qui... qui
qui...--Allez au diable avec vos qui qui!» dit Mullern transporté de
colère, et il repousse rudement l'hôte, qui va tomber le derrière sur la
niche d'un gros dogue de basse-cour, lequel, effrayé de cette attaque
imprévue, mort la fesse à celui qui venait de troubler son repos.

Mullern, se doutant qu'il y a quelque chose d'extraordinaire dans tout
cela, prend le parti de courir après Pauline. «Quelle route a-t-elle
prise? demande-t-il à une jeune servante qui était assise devant la
porte.--La route de Lunéville, monsieur;» et aussitôt notre hussard
saute sur le premier cheval venu, et prend la route de Lunéville.

«Elle est partie tout à l'heure, m'a-t-on assuré, se disait Mullern en
galopant, ainsi elle ne peut être encore bien loin; j'aurais dû attendre
Franck, le prévenir!... mais aussi ce diable d'homme m'avait tant
impatienté!...»

Comme Mullern achevait ces réflexions, il lui sembla entendre des cris à
quelque distance; il court vers l'endroit d'où ils partaient, et
aperçoit une chaise de poste arrêtée. «Voyons, se dit Mullern: serait-ce
celle que je cherche?» Aussitôt il fait aller son cheval ventre à terre;
il approche et distingue une femme qui veut s'élancer hors de la
voiture, et qui en est empêchée par un homme qui s'oppose à sa fuite.
Cette femme c'est Pauline, et Mullern reconnaît dans cet homme un de
ceux qui, la veille, ont pris tant de plaisir à l'écouter. «Ah! double
traître! tu vas me le payer, dit notre hussard en s'avançant vers lui;
mais comment se fait-il que cette voiture soit arrêtée? Il faut qu'il y
ait un motif.» Le bruit de deux épées qui se croisent fait tourner la
tête à Mullern, et il voit deux hommes se battant avec acharnement.
«Bon! dit-il, un des deux est le défenseur de Pauline!...» Mais notre
hussard, embarrassé, ne sait de quel côté porter ses pas; enfin il pense
qu'il faut d'abord sauver celui qui expose sa vie pour protéger Pauline.
Il court donc du côté des combattants... Mais, ô nouvelle surprise! l'un
est M. de Monterranville que Mullern avait tant d'envie d'assommer, et
l'autre, bonheur inespéré! c'est son cher Henri, après lequel il
soupirait depuis si longtemps!

Par quel hasard se trouvait-il là, et si à propos, pour empêcher sa
Pauline d'être enlevée par un scélérat qui voulait sa perte? C'est ce
que nous allons apprendre au lecteur dans le chapitre suivant; mais,
pour cela, il faut remonter au moment où notre héros s'est éloigné si
brusquement du château.



CHAPITRE XXIV.

COURT ET TRISTE.


On doit se rappeler que Henri s'éloigna du château au milieu de la nuit,
et dans un état d'égarement qui ne lui permettait pas de réfléchir où il
allait, ni de songer à ce qu'il pourrait devenir.

Le souvenir de son crime troublait sa raison et oppressait son âme. «O
mon Dieu! disait-il, vous qui m'avez donné un cœur pour aimer avec
passion, et une âme trop faible pour surmonter une tendresse criminelle,
arrachez-moi la vie, ou éloignez de ma pensée l'image de celle qui fait
mon supplice et mon bonheur, et que ma faute conduira peut-être au
tombeau!»

Après avoir marché toute une journée à travers les champs, Henri, ne
pouvant plus résister à la fatigue, s'arrêta dans une cabane de
bûcheron. Il était alors au milieu de la forêt Noire, à peu de distance
de Freudenstadt. Le pauvre Henri, qui sortait d'une longue maladie,
n'était pas en état de supporter un aussi grand chagrin, et à peine
fut-il chez le bon paysan, qu'il retomba malade une seconde fois.
Cependant, en entrant chez son hôte, Henri lui avait défendu de dire
qu'il logeait un voyageur chez lui, et celui-ci avait religieusement
gardé son secret. Voilà pourquoi Mullern, dans ses fréquentes
excursions, n'avait pas découvert Henri chez le bûcheron.

Ce bon hussard ne se doutait guère que son cher élève était aussi près
de lui; qu'une fièvre brûlante le consumait, et qu'abattu par le chagrin
et les souffrances, il n'avait pour le soulager qu'un misérable
bûcheron, manquant lui-même de tout; Mullern aurait volé auprès de lui
afin de veiller sur ses jours, mais le destin en ordonnait autrement.

Au bout de six semaines, Henri se trouva en état de quitter la forêt
Noire. Il dit adieu à son hôte, et partit sans savoir où il irait.
Voulant pourtant s'éloigner du château de Framberg, il prit la route de
France, et s'arrêta quelque temps à Strasbourg. Il alla loger dans la
maison où il avait retrouvé sa chère Pauline, dans cette maison où il
avait passé les plus heureux instants de sa vie auprès de celle qu'il
nommait alors son épouse.

Après y être resté deux mois, notre jeune homme résolut, pour se
distraire, de se rendre à Paris. Son dessein était aussi de recommencer
dans cette ville ses recherches sur son père, qu'il brûlait de connaître
et d'embrasser. Il ignorait que son généreux bienfaiteur s'était chargé
de ce soin, et qu'il venait de réussir dans son entreprise.

Le hasard voulut que Henri s'arrêtât à Blamont, dans la même auberge où
vinrent loger Mullern et ses compagnons. C'est lui qui était assis à la
table d'hôte lorsqu'ils entrèrent dans la salle. Henri les reconnut
sur-le-champ, et, ne voulant pas être vu de Mullern, se hâta de sortir
en mettant son mouchoir devant sa figure.

Lorsqu'il fut dans sa chambre, il pensa que peut-être Pauline
accompagnait Mullern; ne pouvant résister à sa curiosité, il descendit
interroger une servante de l'auberge, qui lui apprit qu'effectivement
une jeune dame, telle qu'il la dépeignait, était arrivée avec le
hussard, et qu'elle couchait dans un appartement au premier.

Lorsque Henri fut certain que Pauline, Mullern et Franck voyageaient
ensemble, il chercha à deviner le motif de ce voyage, et ne put en
trouver d'autre, sinon qu'ils étaient encore à sa poursuite. Bien résolu
à ne pas se montrer, il remonta dans sa chambre, en réfléchissant à
cette rencontre; mais l'idée que sa Pauline reposait sous le même toit
que lui, ne lui permit pas de prendre un instant de repos.

Le lendemain matin, Henri se leva dès le point du jour. Ne pouvant
résister au désir de voir un instant sa Pauline, il alla se mettre en
embuscade devant la porte de l'auberge, attendant avec impatience le
moment où elle en sortirait. Après avoir attendu fort longtemps, il
commençait à perdre courage, et allait quitter la place, lorsqu'il vit
cette femme si désirée passer devant lui; mais Mullern et Franck
n'étaient pas avec elle: un seul homme, un homme que Henri ne connaît
pas, paraît la conduire. Étonné de ce qu'il voit, notre héros les suit
à une assez grande distance. Arrivés sur la lisière d'un bois, deux
hommes s'élancent sur Pauline et l'emportent dans une chaise de poste
qui est à deux pas; en vain Pauline se débat et appelle à son secours;
elle est bientôt dans la voiture, et l'homme qui l'avait amenée au
rendez-vous monte en postillon et fouette les chevaux qui s'éloignent
rapidement.

Henri avait couru au secours de Pauline; mais il était à une trop grande
distance pour espérer pouvoir la soustraire à son ravisseur. Cependant
l'amour et la fureur lui donnent des ailes; il court de telle force,
qu'il parvient à atteindre la voiture. Alors il crie au postillon
d'arrêter; celui-ci ne l'écoutant pas et continuant d'aller son train,
Henri emploie le seul moyen qui lui reste pour sauver son amie: il tire
un de ses pistolets sur le conducteur, qui tombe mort sur le grand
chemin.

Aussitôt la voiture s'arrête; un homme en descend comme un furieux et
court sur Henri l'épée à la main; Henri le reconnaît, c'est M. de
Monterranville, c'est l'assassin de la forêt. «Viens, misérable, lui
dit-il, viens recevoir la punition de tous tes crimes.»

Il attend de pied ferme son adversaire, et tous deux s'attaquent avec
une égale fureur; c'est alors que notre hussard se trouva sur le lieu du
combat.



CHAPITRE XXV.

HEUREUSE RENCONTRE.


«Ah! ah!... gibier de potence! dit Mullern en courant vers les
combattants, tu oses te frotter à mon élève! attends, attends, nous
allons te faire voir si nos sabres ont le fil.»

Mais Mullern arriva trop tard pour avoir le plaisir de sabrer lui-même,
car, au moment où il parlait, M. de Monterranville reçut de Henri un
coup d'épée qui l'étendit aux pieds de notre hussard.

«Bravo! bravo! mon cher Henri, dit Mullern en sautant au cou de son
élève: voilà qui vous rend tout à fait digne de moi; car le coquin y
allait comme un furibond. Mais j'en vois encore un qui se sauve. Ah!
pour celui-là, j'en fais mon affaire.»

En disant ces mots, Mullern galope vers l'homme qui avait gardé Pauline
pendant le combat, et qui s'était sauvé dès qu'il avait vu son maître
étendu par terre. Comme il avait beaucoup d'avance sur Mullern, il
allait lui échapper, lorsque notre hussard aperçut dans le lointain une
chaise de poste venant du côté par où son homme se sauvait. «Barrez-lui
le passage! arrêtez-moi ce coquin-là!...» se met aussitôt à crier
Mullern. Soit qu'on l'entendît ou que l'on devinât ce qu'il voulait
dire, la voiture s'arrête; deux hommes en descendent et barrent le
chemin au fuyard; bientôt on le saisit: Mullern s'avance pour remercier
les voyageurs, et saute à leur cou en reconnaissant le colonel Framberg
et son ami.

Le colonel et d'Orméville, surpris de cette rencontre, lui font mille
questions. «Venez, leur dit-il, suivez-moi, vous allez les voir, vous
allez en apprendre de belles sur ce coquin de Monterranville!... Mais ne
laissons pas échapper celui-ci!... Nous saurons de lui tous les détails
de cet enlèvement.»

Les deux amis ne comprennent rien à tout cela, mais n'en suivent pas
moins Mullern, qui les conduit sur le lieu du combat, où Henri était
occupé à calmer l'effroi de sa chère Pauline. Ce pauvre Henri était au
comble de la joie: un mot de Pauline avait suffi pour le rendre heureux:
elle lui avait déjà dit en se jetant dans ses bras: «Tu n'es pas mon
frère!»

«Tiens, voilà ton père, lui dit-elle en reconnaissant d'Orméville.--Se
pourrait-il? Grand Dieu!... c'est vous!...» Et Henri est déjà dans les
bras de l'auteur de ses jours.

La joie est portée jusqu'au délire: le colonel, d'Orméville, Henri,
Pauline, Mullern se précipitent dans les bras l'un de l'autre. Les voilà
réunis! ils peuvent donc s'aimer sans crime, après tant de chagrins,
après tant de traverses! Leur âme oppressée peut à peine supporter cet
excès de bonheur, et des larmes d'attendrissement viennent baigner leurs
paupières.

«Ah!... mille millions de cartouches, nous sommes vainqueurs!» dit
Mullern en faisant sauter son shako en l'air; mais ce n'est pas sans
peine, car la place a été longue à emporter.»

Lorsque les premiers transports furent un peu calmés, les voyageurs
songèrent à quitter l'endroit où ils étaient pour continuer leur route
jusqu'au château de Framberg; mais un gémissement qu'ils entendirent
leur fit tourner la tête; ils aperçurent que M. de Monterranville
respirait encore, et faisait signe pour que l'on vînt à son secours.

«Il ne faut pas abandonner cet homme, dit le colonel; ses aveux pourront
nous être d'une grande utilité, et nous apprendre enfin quelle est
l'origine de notre chère Pauline.»

Tout le monde approuva le colonel, et l'on se rendit auprès du blessé:
«Je sens, dit-il, que je n'ai plus que quelques instants à vivre; mais
comme mes déclarations rétabliront la fortune de cette jeune femme que
j'ai tant persécutée, conduisez-moi à l'endroit le plus prochain, et là,
devant un notaire, je vous ferai, si j'en ai la force, le récit de ma
malheureuse existence.» On s'empressa de faire ce que le mourant
désirait; Mullern et Franck formèrent un brancard sur lequel il fut
placé. Le postillon, qui était mort, fut laissé sur la place jusqu'à ce
que la justice se rendît sur les lieux; on emmena l'autre complice du
blessé, et on reprit le chemin de Blamont, dont les voyageurs n'étaient
pas éloignés.

Lorsqu'ils furent arrivés à l'auberge, le colonel fit chercher un
médecin, un notaire et des témoins. Le médecin ayant visité la blessure
de M. de Monterranville, annonça qu'il n'avait que peu d'instants à
vivre, et qu'il fallait en profiter si l'on avait besoin de ses
déclarations. Aussitôt tout le monde se réunit dans la chambre du
malade, qui fit entendre, non sans peine, le récit suivant:

    _Histoire de M. de Monterranville._

«Maintenant que la mort plane sur ma tête, que mon être approche de sa
dissolution, je frémis en me retraçant tous les forfaits que la jalousie
et la cupidité m'ont fait commettre!... Le bandeau qui couvrait mes yeux
est tombé... les remords viennent déchirer mon âme!... et je ne puis
plus me faire illusion!... Ah!... qu'ils sont terribles les derniers
moments du criminel!... il n'a plus aucune consolation!... le monde
qu'il quitte ne le regarde qu'avec horreur!... et le souvenir d'une
bonne action ne vient pas adoucir ses tourments.

»O vous que je persécute depuis l'enfance, femme intéressante!...
combien vous allez rougir en reconnaissant votre oncle dans le misérable
qui est devant vos yeux!...»

«--Mon oncle!...» s'écrie Pauline avec surprise. «--Son oncle!» disent
tous les assistants. Le blessé fit signe qu'on l'écoutât, et continua en
ces termes:

«Mon véritable nom est Droglouski; je suis né à Smolensko: le palatin
mon père était immensément riche, et n'avait d'enfant que moi et une
fille plus jeune de deux ans.

»Dès ma plus tendre enfance, je portai la haine la plus violente à cette
sœur, parce que je prévoyais qu'il faudrait partager avec elle le
riche héritage de notre père, que la cupidité me faisait désirer de
posséder entièrement.

»Le malheur voulut que je prisse à mon service un nommé Stoffar; cet
homme était le plus vil scélérat de la terre. S'apercevant de ma haine
pour ma sœur, il flatta mes passions, sut capter ma confiance, et
devint bientôt mon confident intime.

»Belliska, ma sœur, était chaque jour l'objet de ma jalousie et de ma
méchanceté; elle souffrait, sans se plaindre, tous les maux que je lui
faisais endurer. Mais, soit que mon père en fût instruit, soit qu'il
devinât mon odieux caractère, il me légua seulement le tiers de ses
biens, donna le reste à ma sœur, et m'ordonna de quitter le pays
qu'il habitait.

»Je m'éloignai, la rage dans le cœur, en jurant de me venger, et je
me rendis avec Stoffar dans un petit château isolé, que j'achetai près
de Wilna, et où je me retirai, afin de méditer en liberté sur les moyens
de perdre celle que je détestais.

»J'étais depuis près d'un an dans ce château, lorsque j'y appris la mort
de mon père. Cette nouvelle, loin de m'attrister, ne fit qu'augmenter ma
haine pour Belliska, et m'affermir dans le dessein de la perdre. Elle se
trouvait alors une des plus riches héritières de la Russie, et sa
fortune était l'objet de toutes mes espérances; car j'avais déjà
presque entièrement dissipé le bien qui m'était revenu.

»Pendant que je délibérais avec Stoffar sur le parti qu'il fallait
prendre, ma sœur se maria avec un jeune officier russe qu'elle
aimait. Cette nouvelle redoubla mon désespoir. «Nous avons trop tardé,
monsieur, me dit Stoffar; il faut agir et suivre mes conseils.
Rendez-vous d'abord auprès de votre sœur; feignez d'avoir oublié les
différends qui ont eu lieu entre vous, et marquez-lui la plus tendre
amitié.»

»Je suivis ses conseils, sans trop savoir quel était son projet. Ma
sœur, toujours bonne, me reçut à bras ouverts, et me présenta à son
époux, qui me fit aussi un accueil très-flatteur. Ils m'engagèrent à
rester quelque temps avec eux; j'y consentis.

»Bientôt cependant tous nos plans furent encore traversés par la
naissance d'une fille que ma sœur mit au monde, et que l'on nomma
Éliska. C'était vous, malheureuse Pauline!... et, dès votre entrée dans
le monde, je vous vouai la haine la plus implacable.

»Le hasard, qui semblait favoriser mes projets, permit que le comte
Beniouski, votre père, fût appelé à l'armée pour se mettre à la tête de
son régiment qui allait combattre les Suédois. Ma sœur ne se sépara
de son époux qu'en versant des larmes amères; celui-ci m'engagea à ne
point la quitter pendant son absence, et à être son protecteur. Je le
lui promis!... Hélas! il ne savait pas à quel monstre il se confiait.

»Le malheur qui poursuivait Belliska voulut que son époux fût tué à la
première bataille. Cette nouvelle me combla de joie. Je me voyais par
là débarrassé d'un obstacle à ma fortune; j'étais las de feindre pour ma
sœur une amitié que mon cœur était si loin de ressentir; je
voulais d'ailleurs jouir de ses richesses, et Stoffar me dit qu'il était
temps d'agir.

»C'est maintenant que vous allez frémir d'horreur!... Mais je ne puis
différer plus longtemps l'aveu d'un crime abominable. Sachez donc qu'un
breuvage empoisonné me débarrassa pour jamais de celle que je
détestais... Vous frémissez!... écoutez-moi jusqu'au bout.

»Afin d'éviter tout soupçon, j'avais eu soin de ne faire prendre qu'un
poison lent à ma victime. Elle traîna donc près de six mois avant de
mourir. Pendant ce temps, je redoublai de soin auprès d'elle pour mieux
gagner sa confiance.

»Ma sœur, sentant sa fin approcher, était persuadée que c'était la
douleur qu'elle ressentait de la mort de son époux qui la conduisait au
tombeau. Elle me fit venir auprès d'elle, me recommanda sa fille, en me
nommant son tuteur, et mourut sans avoir soupçonné que son frère était
son assassin.

»Il ne restait donc plus que la petite Éliska, dont l'existence
m'empêchait d'hériter des richesses de ma sœur. Je l'emmenai dans mon
château isolé, afin d'y décider de son sort. Stoffar me conseillait de
la faire périr; mais, par un excès de prudence qui me devint fatal, je
voulus qu'on chargeât quelque étranger malheureux, dont nous n'aurions
pas à redouter l'indiscrétion, de ce nouveau forfait.

»Vous vous rappelez, monsieur, dit Droglouski en s'adressant à
d'Orméville, comment Stoffar vous découvrit, et comment il jugea que
vous étiez celui qu'il nous fallait pour exécuter notre projet. Nous
savions que vous étiez au service de l'Autriche, nous vous crûmes
Autrichien. Mon dessein étant de passer en France, je n'appréhendais pas
de jamais vous y rencontrer; d'ailleurs vous ne me vîtes que masqué
lorsque l'on vous remit l'enfant.

»Une fois cette affaire terminée, je fis passer ma nièce pour morte, et
j'héritai de tous les biens de ma sœur. Comme mon plus ardent désir
était de quitter un pays qui me rappelait tous mes crimes, je vendis
promptement mes propriétés, et je passai en France avec Stoffar.

»J'achetai, près de Strasbourg, la petite maison que vous connaissez; sa
situation isolée me convenait, et je m'y retirais de temps en temps
lorsque j'étais las des plaisirs et des débauches auxquels je me livrais
sans cesse à Paris, avec mon digne confident.

»Je n'ai plus maintenant à vous raconter que les événements auxquels
vous avez pris part. Un jour Stoffar reconnut à Strasbourg, dans M.
d'Orméville, celui auquel nous avions confié l'enfant de ma sœur. «Il
faut nous en défaire, me dit-il aussitôt; car je pourrais tôt ou tard
être rencontré et reconnu par cet homme, et je serais perdu.» Mon âme
répugnait à ce nouvel attentat; mais je craignais trop Stoffar pour lui
résister, et votre mort fut résolue.

»Le ciel cependant ne permit pas que ce crime s'accomplît; vous fûtes
sauvé par ce jeune homme que vous nommez votre fils, et Stoffar reçut la
mort. Quant à moi, je me réfugiai dans ma demeure, assez content, je
l'avoue, d'être débarrassé de mon complice.

»Plusieurs mois après cet événement, vous vîntes, monsieur, dit-il à
Henri, dans ma maison pour chercher M. le colonel. Votre trouble, votre
émotion à ma vue ne m'échappèrent pas; je me doutai que vous me
connaissiez, et j'allai écouter votre conversation avec ce brave
hussard, afin d'éclaircir mes soupçons. A peine vous eus-je entendu que
je perdis la tête, et pris la fuite au milieu de la nuit.

»Lorsque je fus un peu remis de ma frayeur, je résolus de savoir ce que
vous feriez, et si vous ne cherchiez pas à me nuire. En conséquence, je
me déguisai en paysan, et je vous suivis dans votre voyage avec votre
ami Mullern.

»Vous vous rendîtes au château de Framberg, et moi je m'établis dans les
environs; j'y appris bientôt vos amours avec celle que vous croyiez
votre sœur; et lorsque je sus que le père de la jeune personne avait
porté le nom de Christiern, qu'il était officier, et qu'il l'avait
amenée de Russie, je ne doutai pas que ce ne fût ma nièce.

»Dès lors, madame, vous devîntes l'objet de toutes mes démarches, et je
jurai de vous avoir en ma puissance, craignant trop, si vous retrouviez
votre protecteur, qu'il ne parvînt à me perdre.

»J'avais gagné à force d'or deux misérables qui devaient servir mes
desseins; mais il n'était pas facile de vous enlever du château;
j'étais cependant sur le point d'y parvenir quand vous partîtes en
chaise de poste avec Mullern et Franck.

»Je vous suivis de fort près; mais ce ne fut que dans cette auberge que
je trouvai le moyen d'effectuer mon plan. Mes deux affidés se chargèrent
de faire boire vos compagnons qui auraient fait manquer notre
entreprise...»

«--Ah! les coquins! interrompit Mullern; qui s'en serait douté?...»

»Le lendemain matin, un d'eux alla frapper à votre porte; il était déjà
tard; et vous attendiez vos compagnons depuis longtemps: il vous dit
qu'ils avaient fait raccommoder la chaise de poste qui était un peu
endommagée, et qu'ils vous attendaient à deux pas d'ici. Vous le crûtes,
et vous vous laissâtes conduire dans le piège que je vous avais tendu,
et qui aurait réussi, si le ciel, lassé, de mes crimes, ne vous eût
envoyé des libérateurs!»



CHAPITRE XXVI.

CONCLUSION.


Ici M. de Monterranville, ou plutôt Droglouski, termina son récit, qui
avait vivement affecté ses auditeurs. Le notaire l'avait transcrit mot à
mot; le blessé le signa, en y faisant ajouter que sa nièce était sa
seule héritière, et qu'elle trouverait dans sa petite maison de la forêt
tout ce qui lui restait de son immense fortune dont il n'avait encore
dissipé que les trois quarts.

Cette affaire une fois terminée, nos amis quittèrent un homme dont la
vue ne pouvait que leur être pénible, surtout à Pauline, à laquelle il
tenait de si près. Mais à peine s'en étaient-ils éloignés qu'ils
apprirent qu'il venait de rendre le dernier soupir.

«Bien le bonsoir, dit Mullern, j'espère que nous ne nous rencontrerons
plus.» Pauline donna quelques soupirs à sa mémoire, non qu'elle pût
avoir pour lui la moindre affection, mais parce que c'était le seul
parent qu'elle eût jamais connu.

N'ayant plus rien qui les retînt à Blamont, nos amis prirent la route du
château de Framberg, où ils arrivèrent le lendemain.

Avec quelle ivresse ils revirent ces lieux où chacun d'eux trouvait des
souvenirs! Le colonel et d'Orméville unirent nos deux amants. L'hymen
cacha les fautes de l'amour. Henri et Pauline, parvenus enfin au
bonheur, ne quittèrent jamais leur père et leurs bienfaiteurs; le bon
Mullern passa sa vie auprès d'eux, s'enivrant quelquefois et jurant
toujours: mais il faut bien pardonner quelques défauts à celui dont
l'âme renferme de belles qualités.


FIN.



TABLE

DES CHAPITRES.


                                                      Pages.
CHAP.   Ier. Voyage, accident, aventures.                 5

         II. Les comtes de Framberg.                     10

        III. Clémentine.                                 16

         IV. L'homme comme il y en a peu.                24

          V. Éducation de Henri.                         30

         VI. La ferme et le grenier à foin.              37

        VII. Réception du colonel.                       48

       VIII. L'homme mystérieux.                         59

         IX. Encore un grenier.                          68

          X. La tante de Jeanneton.                      74

         XI. Florence.                                   81

        XII. Rome.                                       94

       XIII. Suite du précédent.                        106

        XIV. Paris.                                     113

         XV. Une aventure d'un autre genre.             126

        XVI. Il la retrouve.                            133

       XVII. Qui s'en serait douté?                     145

      XVIII. Un liseur de romans l'a déjà deviné.       159

       XIX. Encore un moment de gaieté.                 168

        XX. L'amour ne conduit pas toujours au bien.    180

       XXI. Bonheur.                                    197

      XXII. Peu intéressant, mais nécessaire.           209

     XXIII. Attentat, coup du sort.                     216

      XXIV. Court et triste.                            222

       XXV. Heureuse rencontre.                         226

      XXVI. Conclusion.                                 236





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "L'enfant de ma femme" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home