Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: Mémoires authentiques de Latude, - écrites par lui au donjon de Vincennes et à Charenton
Author: Latude, Jean Henri, 1725-1805
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Mémoires authentiques de Latude, - écrites par lui au donjon de Vincennes et à Charenton" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



produced from images available at the Bibliothèque nationale
de France (BnF/Gallica) at http://gallica.bnf.fr)



[Illustration]

ÉDITION ILLUSTRÉE PRIX: 1 fr. 50 net.

MÉMOIRES ET SOUVENIRS

publiés sous la direction de

F. FUNCK-BRENTANO

MÉMOIRES AUTHENTIQUES

DE

LATUDE

ÉCRITS PAR LUI AU DONJON DE VINCENNES ET A CHARENTON

Publiés d'après le manuscrit de SAINT-PÉTERSBOURG

_Avec une Introduction_

PAR

F. FUNCK-BRENTANO.

ARTHÈME FAYARD, ÉDITEUR

18-20, RUE DU SAINT-GOTHARD 18-20

PARIS



MÉMOIRES AUTHENTIQUES
DE
LATUDE

[Illustration: LE DOCTEUR QUESNAY

(Fondateur de la doctrine des physiocrates et médecin de Mme de
Pompadour)

(Peint par Chevallier (1745), gravé par Will) (Bibl. de l'Arsenal)]

[Illustration: MÉMOIRES AUTHENTIQUES

de

LATUDE

ÉCRITS PAR LUI AU DONJON DE VINCENNES ET À CHARENTON

_Publiés d'après le manuscrit_

de

SAINT PETERSBOURG

AVEC UNE INTRODUCTION

par

F. FUNCK-BRENTANO]

[Illustration: M. Masers dit Latude

    Victime du pouvoir injust et criminel,
    Masers dans le Cahots eût terminé sa vie,
    Si l'art du despotisme, aussi fin que cruel,
    Avoit pu dans ses fers enchaînés son genie

Des. et Gravé avec le Phisionotrace par Quesndey, rue Croix des petits
Champs 11º 1º à Paris

JEAN HENRY, DIT DANRY, DIT MASERS DE LATUDE

(Bibl. nat., estampes)

Au témoignage des contemporains ce portrait est le plus ressemblant de
ceux qui ont été faits du célèbre prisonnier.]

[Illustration]



LA VIE DE LATUDE


Peu de figures historiques ont pris dans l'imagination populaire une
plus grande place que Masers de Latude. Le célèbre prisonnier semble
avoir résumé dans sa vie de souffrances les iniquités d'un gouvernement
arbitraire. Les romanciers et les dramaturges du XIXe siècle ont fait
de lui un héros, les poètes ont drapé ses malheurs de crêpes étoilés,
nos plus grands historiens lui ont consacré leurs veilles, de nombreuses
éditions de ses _Mémoires_ se sont succédé jusqu'à nos jours. Les
contemporains de Latude le regardaient déjà comme un martyr, et la
postérité n'a pas découronné sa tête blanchie dans les prisons de cette
lumineuse auréole. Sa légende Latude l'a formée lui-même. Lorsqu'en 1790
il racontera l'histoire de sa vie, il se servira de son imagination
méridionale plus que de ses souvenirs. Mais à la Bibliothèque impériale
de Saint-Pétersbourg sont conservés les mémoires qu'il écrivit dans sa
prison avec une sincérité qui fait défaut à ceux qu'il dictera plus tard
à l'usage du public: nous les imprimons plus loin. D'autre part, les
documents qui composaient son dossier dans les Archives de la Bastille
sont conservés à l'Arsenal, à Carnavalet. Il est, grâce à eux, facile de
rétablir la vérité.


I

Le 23 mars 1725, à Montagnac, en Languedoc, une pauvre fille, Jeanneton
Aubrespy, mettait au monde un enfant qui fut baptisé trois jours plus
tard. Jean Bonhour et Jeanne Boudet, les parrain et marraine, donnèrent
au nouveau-né les prénoms de Jean-Henri. Quant à un nom de famille, le
pauvret n'en avait pas, enfant d'un père inconnu.

Jeanneton venait de passer la trentaine. Elle était de famille
bourgeoise et demeurait près de la porte de Lom, dans une petite maison
qui semble lui avoir appartenu. Plusieurs de ses cousins occupaient des
grades dans l'armée. Mais, du jour où elle fut devenue mère, sa famille
la repoussa. Son existence devint misérable. Femme vaillante, cousant et
filant, elle éleva son gamin, qui poussait intelligent, vif, très
ambitieux. Elle parvint à lui faire donner quelque instruction, et nous
trouvons Jean-Henri, à l'âge de dix-sept ans, garçon chirurgien dans
l'armée du Languedoc. Au XVIIIe siècle, les chirurgiens n'étaient
pas, à vrai dire, de grands personnages: leurs fonctions consistaient
surtout à faire la barbe, à arracher les dents et à pratiquer les
saignées. Néanmoins la place était bonne. «Les garçons chirurgiens des
armées, écrit l'exemple du guet Saint-Marc, qui ont travaillé de leur
profession, ont gagné beaucoup d'argent.» Dès cette époque, ne voulant
pas porter le nom de sa mère, le jeune homme avait ingénieusement
transformé son double prénom en Jean Danry. C'est ainsi qu'il est déjà
désigné dans un passeport à destination de l'Alsace, délivré le 25 mars
1743 par le commandant des armées royales en Languedoc. Danry suivit, en
cette année 1743, les troupes du maréchal de Noailles dans leurs
opérations sur le Main et le Rhin et, vers la fin de la saison, le
maréchal lui donna un certificat attestant qu'il l'avait bien et
fidèlement servi.

En 1747, Danry est à Bruxelles employé dans l'hôpital ambulant des
armées de Flandre, aux appointements de 50 livres par mois. Il assista
au fameux assaut de Berg-op-Zoom, que les colonnes françaises enlevèrent
avec tant de bravoure sous le commandement du comte de Lœwendal. Mais
la paix d'Aix-la-Chapelle fut signée, les armées furent licenciées et
Danry vint à Paris. Il avait en poche une recommandation pour le
chirurgien du maréchal de Noailles, Descluzeaux, et un certificat signé
par Guignard de la Garde, commissaire des guerres, qui témoignait de la
bonne conduite et des capacités «du nommé Dhanry, garçon chirurgien».
Ces deux certificats composaient le plus clair de sa fortune.

Danry arriva à Paris à la fin de l'année 1748. On le voyait se promener
les après-midi au Tuileries en habit gris et veste rouge, portant bien
ses vingt-trois ans. De moyenne taille, un peu fluet, ses cheveux bruns
«en bourse», il avait l'œil vif et la physionnomie intelligente.
Peut-être aurait-il été joli garçon si des traces de petite vérole
n'eussent grêlé sa figure. Une pointe d'accent gascon assaisonnait son
langage, et nous voyons, par l'orthographe de ses lettres, que, non
seulement il n'avait guère d'éducation littéraire, mais qu'il parlait à
la manière du peuple. Néanmoins, actif, habile dans son métier, bien vu
de ses chefs, il était en passe de se faire une situation honorable et
d'arriver à soutenir sa mère, qui vivait délaissée à Montagnac
concentrant sur lui dans son abandon, son affection et tout son espoir.

Paris, retentissant et joyeux, éblouit le jeune homme. La vie brillante
et luxueuse, les robes de soie et de dentelles le faisaient rêver. Il
trouvait les Parisiennes charmantes. Il leur donnait de son cœur sans
compter et, de sa bourse, sans compter aussi. Le cœur était riche: la
bourse l'était moins. Danry eut bientôt dépensé ses modestes économies
et tomba dans la misère. Il fit de mauvaises connaissances. Son meilleur
ami, un nommé Binguet, garçon apothicaire, partage avec lui un taudis,
cul-de-sac du Coq, chez Charmeleux, qui tient chambres garnies. On ne
trouverait pas plus grands coureurs, libertins et mauvais sujets que nos
deux amis. Danry, colère, fanfaron, batailleur, s'est rapidement fait
connaître de tout le quartier. Mourant de faim, menacé d'être jeté à la
porte du logement dont il ne paie pas les termes, il écrit à sa mère
pour demander quelque argent; mais à peine la pauvre fille peut-elle se
suffire à elle-même.

Nous sommes loin, comme on voit, du bel officier de génie que chacun a
dans sa mémoire, loin aussi du brillant tableau que Danry tracerait plus
tard de ces années de jeunesse pendant lesquelles il aurait reçu, «par
les soins du marquis de la Tude, son père, l'éducation d'un gentilhomme
destiné à servir sa patrie et son roi.»

Dénué de toute ressource, Danry imagina qu'au siège de Berg-op-Zoom des
soldats l'avaient dépouillé tout nu, hors la simple chemise, et volé de
678 livres. Il fit une lettre à l'adresse de Moreau de Séchelles,
intendant des armées de Flandre, espérant la faire signer par Guignard
de la Garde, commissaire des guerres, sous lequel il avait servi. Danry
demandait à être indemnisé de ces pertes qu'il aurait faites tandis
qu'il s'exposait, sous le feu de l'ennemi, à soigner des blessés. Mais
nous lisons, dans les _Mémoires_ écrit plus tard par Danry, que, loin
d'avoir été, à Berg-op-Zoom, «dépouillé tout nu et volé de 678 livres»,
il y acheta une quantité considérable d'effets de tout genre qui se
vendirent à bas prix au pillage de la ville. Quoi qu'il en soit, la
tentative ne réussit pas. Danry était homme de ressources; à peine
quelques jours étaient-ils passés, qu'il avait imaginé un autre
expédient.

Chacun parlait de la lutte entre le ministre et la marquise de
Pompadour. Celle-ci venait de triompher, Maurepas partait en exil; mais
on le croyait homme à tirer vengeance de son ennemie. La favorite
elle-même avouait sa crainte d'être empoisonnée. Une lueur se fit dans
l'esprit du garçon chirurgien: il se vit tout à coup, lui aussi, en
habit doré, roulant carrosse sur la route de Versailles.

Le 27 avril 1749, sous l'arcade du Palais-Royal attenant le grand
escalier, il acheta à un marchand, qui étalait en cet endroit, six de
ces petites bouteilles, appelées larmes bataviques, dont s'amusaient les
enfants. C'étaient des bulles de verre fondu qui, jetées dans l'eau
froide, y avaient pris la forme de petites poires. Elles éclatent avec
bruit quand on en brisait la queue en crochet. Il en disposa quatre dans
une boîte de carton et en relia les petites queues par une ficelle fixée
au couvercle. Il répandit par-dessus de la poudre à poudrer, qu'il
recouvrit d'un lit de poussière de vitriol et d'alun. Le paquet fut
entouré d'une double enveloppe. Sur la première il écrivit: «Je vous
prie, madame, d'ouvrir le paquet en particulié»; et, sur la seconde, qui
recouvrait la première: «A Mme la marquise de Pompadour, en cour».

Puis il courut jeter son paquet, le 28 avril, à huit heures du soir, à
la grand'poste, et partit immédiatement pour Versailles. Il espérait
parvenir jusqu'à la favorite, mais fut arrêté par son premier valet,
Gourbillon. D'une voix émue, Danry conta une histoire effrayante: il
s'était trouvé aux Tuilleries et avait aperçu deux hommes qui causaient
avec animation; il s'était approché et les avait entendus proférer
contre Mme de Pompadour des menaces effroyables; les hommes levés, il
les avait suivis; ils s'en étaient allés droit à la grand'poste, où ils
avaient jeté un paquet dans la grille. Quels étaient ces hommes? quel
était ce paquet?--Il ne pouvait le dire. Mais, dévoué aux intérêts de la
marquise, il était accouru immédiatement pour révéler ce qu'il avait
vu.

[Illustration: COUVERCLE DE LA BOITE ENVOYÉE PAR LATUDE A LA MARQUISE DE
POMPADOUR, LE 28 AVRIL 1749

(Les lignes _Signée et paraphée au désir de la déclaration du sr Jean
Danry de ce jour d'huy quatorze juin mil sept cent quarante-neuf_,
signé: Berryer lieut. de Police et Danry ont été ajoutées lors de
l'interrogatoire)

(Bibl. de l'Arsenal, archives de la Bastille, nos 11.692-11.693)]

Pour comprendre l'impression produite par la dénonciation du jeune
homme, il faut se rappeler l'état ou les esprits étaient en ce moment à
la cour. Maurepas, le ministre enjoué et spirituel que Louis XV, l'homme
ennuyé, aimait pour le charme qu'il savait donner à l'expédition des
affaires, venait d'être exilé à Bourges. «Pontchartrain, lui mandait le
roi, est trop près.» La lutte entre le ministre et la favorite avait été
d'une violence extrême. Maurepas chansonnait la fille montée sur les
marches du trône, la poursuivait de ses réparties hautaines et cruelles.
Sa muse ne reculait pas devant les insultes les plus brutales. La
marquise ne ménageait pas davantage son adversaire, elle le traitait
ouvertement de menteur et de fripon et déclarait à tous qu'il cherchait
à la faire empoisonner. Aussi fallait-il qu'un chirurgien fût toujours
auprès d'elle, qu'elle eût toujours du contrepoison à portée de la main.
A table, elle ne mangeait rien la première; et, dans sa loge, à la
comédie, elle n'acceptait de limonade que si elle avait été préparée par
son chirurgien.

Le paquet, mis à la poste par Danry, arriva à Versailles le 29 avril.
Quesnay, médecin du roi et de la marquise,--le célèbre fondateur de la
doctrine des physiocrates--fut prié de l'ouvrir. Il le fit avec une
grande prudence, reconnut la poudre à poudrer, le vitriol et l'alun, et
déclara que toute cette machine n'avait rien de redoutable; que,
néanmoins, le vitriol et l'alun était matières pernicieuses, et qu'il
était possible que l'on se trouvât en face d'une tentative criminelle
maladroitement exécutée.

[Illustration: LE COMTE DE MAUREPAS, MINISTRE DE LA MAISON DU ROI

(Bibli. nat., estampes)]

Il n'est pas douteux que Louis XV et sa maîtresse aient été terrifiés.
D'Argenson, qui avait soutenu Maurepas contre la favorite, avait
lui-même grand intérêt a éclaircir au plus tôt cette affaire. Le premier
mouvement fut tout en faveur du dénonciateur. D'Argenson écrivit à
Berryer qu'il méritait récompense.

Aussitôt l'on chercha à découvrir les auteurs du complot. Le lieutenant
de police choisit le plus habile, le plus intelligent de ses officiers,
l'exempt du guet Saint-Marc et celui-ci se mit en rapport avec Danry.
Mais Saint-Marc n'avait pas passé deux jours en compagnie du garçon
chirurgien, qu'il rédigeait un rapport demandant son arrestation. «Il
n'est pas indifférent de remarquer que Danry est chirurgien et que son
meilleur ami est apothicaire. Je crois qu'il serait essentiel, sans
attendre plus longtemps, d'arrêter Danry et Binguet, en leur laissant
ignorer qu'ils ont tous deux arrêtés, et, en même temps, de faire
perquisition dans leurs chambres.»

Danry fut mené à la Bastille le 1er mai 1749; on s'était assuré de
Binguet le même jour. Saint-Marc avait pris la précaution de demander au
garçon chirurgien d'écrire le récit de son aventure. Il remit ce texte à
un expert, qui en compara l'écriture avec l'adresse du paquet envoyé à
Versailles: Danry était perdu. Les perquisitions opérées dans sa chambre
confirmèrent les soupçons. Enfermé à la Bastille, Danry ignorait ces
circonstances, et quand, le 2 mai, le lieutenant général de police vint
l'interroger, il ne répondit que par des mensonges.

Le lieutenant de police, Berryer, était un homme ferme, mais honnête et
bienveillant. «Il inspirait la confiance, écrit Danry lui-même, par sa
douceur et sa bonté.» Berryer se chagrinait de l'attitude que prenait
Danry, il lui montrait le danger auquel il s'exposait, le conjurait de
dire la vérité. Dans un nouvel interrogatoire Danry persista à mentir.
Puis, tout à coup, il changea de tactique et refusa de répondre aux
questions qu'on lui posait. «Danry, lui disait le lieutenant de police
pour lui donner du courage, ici nous rendons justice à tout le monde.»
Mais les prières ne firent pas mieux que les menaces; l'accusé gardait
un silence obstiné. D'Argenson écrivait à Berryer: «Cette affaire est
trop importante à éclaircir pour ne pas suivre toutes les indications
qui peuvent faire parvenir à cet objet».

Danry, par ses mensonges, puis par son silence, avait trouvé le moyen de
donner un air de complot ténébreux à une tentative d'escroquerie sans
grande conséquence.

Il ne se décida que le 15 juin à faire un récit à peu près exact, dont
le procès-verbal fut immédiatement envoyé au roi, qui le relut plusieurs
fois et «pocheta» toute la journée. Ce détail montre l'importance que
l'affaire avait prise. Les soupçons ne furent pas dissipés par la
déclaration du 15 juin. Danry avait altéré la vérité dans les deux
premiers interrogatoires, on avait lieu de croire qu'il l'altérait
également dans le troisième. Ce fut ainsi que son silence et ses
dépositions contradictoires le perdirent. Six mois plus tard, le 7
octobre 1749, le docteur Quesnay, qui avait témoigné beaucoup d'intérêt
au jeune chirurgien, fut envoyé auprès de lui à Vincennes afin qu'il lui
révélât le nom de celui qui l'avait poussé au crime. Au retour, le
docteur écrit à Berryer: «Mon voyage n'a été d'aucune utilité; je n'ai
vu qu'un hébété, qui cependant a toujours persisté à me parler
conformément à sa déclaration.» Et deux années se sont écoulées que le
lieutenant de police écrira encore à Quesnay: «25 février 1751.--Vous
feriez grand plaisir à Danry si vous vouliez lui rendre une visite, et
par cette complaisance vous pourriez peut-être l'engager à vous
découvrir entièrement son intérieur, et à vous faire un aveu sincère de
ce qu'il m'a voulu cacher jusqu'à présent.»

Quesnay se rend immédiatement à la Bastille, promet au prisonnier la
liberté. Danry se désespère, jure que «toutes ses réponses au lieutenant
de police sont conformes à la vérité». Quand le docteur a pris congé de
lui, il écrit au ministre: «M. Quesnay, qui m'est venu voir plusieurs
fois dans ma misère, m'a dit que Votre Grandeur croyait qu'il y avait
quelqu'un de complice avec moi quand j'ai commis mon péché, et que je ne
voulais pas le dire, et, par cette raison, que Monseigneur ne me voulait
point donner la liberté que je ne l'eusse dit. A cela, Monseigneur, je
souhaiterais du profond de mon cœur que votre croyance fût véritable,
en ce qu'il me serait bien plus avantageux de jeter ma faute sur un
autre, soit pour m'avoir induit à commettre mon péché, ou ne m'avoir pas
empêché de le commettre.»

[Illustration: LETTRE DE CACHET DATÉE DU 1er MAI 1769 QUI ENVOYA A LA
BASTILLE LATUDE (DANRY) ET SON AMI LE GARÇON APOTHICAIRE BINGUET

(Bibl. de l'Arsenal, archives de l'Arsenal, ms. 11.692)]

Dans la pensée des ministres, Danry, avait été l'agent d'un complot
contre la vie de la marquise de Pompadour dirigé par quelque grand
personnage; au dernier moment il aurait pris peur, ou bien, dans
l'espoir de tirer profit des deux côtés à la fois, il serait venu à
Versailles se dénoncer lui-même. Il faut tenir exactement compte de ces
faits pour comprendre la vraie cause de sa détention. Danry fut donc
maintenu à la Bastille. Il subit des interrogatoires dont les
procès-verbaux furent rédigés régulièrement et signés par le lieutenant
de police. Nous avons vu que celui-ci, sous l'ancien régime, était un
véritable magistrat--les documents de l'époque ne le désignent pas
autrement,--il rendait des arrêts et punissait au nom de la coutume qui,
à cette époque, comme aujourd'hui encore en Angleterre, faisait loi.

[Illustration: ENVELOPPE EXTÉRIEURE DE LA BOITE ENVOYÉE PAR LATUDE A
MADAME DE POMPADOUR, LE 28 AVRIL 1749

Les mots _Signé et paraphé au désir de la déclaration, etc._, ont été
ajoutés lors des interrogatoires, avec les signatures du lieutenant de
police Berryer, et de Latude (Danry) (Bibl. de l'Arsenal, arch. de la
Bastille, ms. 11.692-11.693)]

L'apothicaire Binguet avait été remis en liberté immédiatement après la
déclaration faite par Danry, le 14 juin. A la Bastille celui-ci ne
laissait pas d'être entouré d'égards. Les ordres de Berryer sur ce sujet
étaient formels. On lui avait donné livres, pipe et tabac; on lui
permettait de jouer de la flûte; et, comme il exprimait son ennui de
vivre seul, on lui donnait deux compagnons de chambre. Il recevait
chaque jour la visite des officiers du château. Le 25 mai, le
lieutenant du roi vint lui répéter les ordres du Magistrat: «On aurait
en conséquence bien soin de lui; s'il avait besoin de quelque chose, on
le priait de le dire, on ne le laisserait manquer de rien». Le
lieutenant de police espérait sans doute, à force de bontés, le
déterminer à dévoiler les auteurs du malheureux complot qu'il avait
imaginé lui-même.

Danry ne demeura pas longtemps dans la prison du faubourg Saint-Antoine;
dès le 28 juillet, Saint-Marc le transféra à Vincennes, et nous voyons,
par le rapport que l'exempt rédigea, combien le marquis Du Châtelet,
gouverneur du donjon, s'étonna «que la Cour se fût déterminée de lui
envoyer un pareil sujet». C'est que Vincennes était, comme la Bastille,
réservé aux prisonniers de bonne société: notre compagnon y fut mis par
faveur. Le chirurgien qui a soin de lui le lui répète pour le consoler.
«On ne met dans le donjon de Vincennes que des personnes nobles et de la
première distinction.» Danry est, en effet, traité comme un gentilhomme.
La meilleure chambre lui est réservée, il peut jouir du parc, où il se
promène chaque jour deux heures. Lors de son entrée à la Bastille, il
souffrait d'une infirmité, dont il attribua plus tard la cause à sa
longue détention. A Vincennes il s'en plaignit, il prétendit également
que le chagrin l'avait rendu malade. Un spécialiste et le chirurgien du
donjon le soignèrent.

[Illustration: GRILLE D'ENTRÉE DE LA BASTILLE

Croquis de l'architecte Palloy (Bibl. nat. ms. nouv. acq. franç. 3242)]

Cependant le lieutenant de police revenait le voir, lui renouvelait
l'assurance de sa protection et lui conseillait d'écrire directement à
Mme de Pompadour. Voici la lettre du prisonnier:

A Vincennes, 4 novembre 1749.

«Madame,

«Si la misère, pressé par la faim, m'a fait commettre une faute contre
votre chère personne, ça n'a point été dans le dessin de vous faire
aucun mal. Dieu m'est témoin. Si sa divine bonté voulait aujourd'hui, en
ma faveur, vous faire connaître mon âme repentante de sa très grande
faute et les larmes que je répands depuis cent quatre-vingt-huit jours,
à l'aspect des grilles de fer, vous auriez pitié de moi. Madame, au nom
de Dieu qui vous éclaire, que votre juste courroux daigne s'apaiser sur
mon repentir, sur ma misère, sur mes pleurs; un jour Dieu vous
récompensera de votre humanité. Vous pouvez tout, Madame. Dieu vous a
donné pouvoir auprès du plus grand roi de la terre, son bien-aimé: il
est miséricordieux, il n'est point cruel, il est chrétien. Si sa divine
puissance me fait la grâce d'obtenir de votre générosité la liberté, je
mourrais plutôt et mangerais que des racines, avant de l'exposer une
seconde fois. J'ai fondé toutes mes espérances sur votre charité
chrétienne, soyez sensible à ma prière, ne m'abandonnez point à mon
malheureux sort. J'espère en vous, Madame, et Dieu me fera la grâce que
toutes mes prières seront exaucées pour accomplir tous les désirs que
votre chère personne souhaite.

«J'ai l'honneur d'être, avec un repentir digne de grâce, Madame, votre
très humble et très obéissant serviteur.»

«DANRY.»

Nous avons cité cette lettre avec plaisir; elle se distingue
avantageusement de celles que le prisonnier écrirait plus tard et que
l'on a publiées. Il est vrai que Danry ne voulait pas attenter aux jours
de la favorite. Bientôt, devenant plus hardi, il écrira à Mme de
Pompadour que, s'il lui a adressé cette boîte à Versailles, c'était par
dévoûment pour elle, pour la mettre en garde contre les entreprises de
ses ennemis, «pour lui sauver la vie».

La lettre du prisonnier fut remise à la marquise, mais demeura sans
effet. Danry perdit patience, il résolut de se procurer lui-même la
liberté qu'on lui refusait: le 15 juin 1750, il s'était évadé.

[Illustration: PLAN DE LA BASTILLE]


II

Dans les _Mémoires_ publiés sous son inspiration à l'époque de la
Révolution, Danry a raconté cette première évasion du donjon de
Vincennes d'une manière aussi spirituelle que fantaisiste. Il échappa à
ses geôliers le plus simplement du monde. Etant descendu au jardin, à
l'heure de sa promenade, il y trouva un épagneul noir qui faisait des
bonds. Il arriva que le chien se dressa contre la porte d'entrée et la
poussa de ses pattes. La porte était ouverte. Danry sortit et courut
devant lui, «jusqu'à ce qu'il fût tombé par terre de fatigue, du côté de
Saint-Denis, vers les quatre après midi.»

Il resta dans cette situation jusqu'à neuf heures du soir. Puis il prit
le chemin de Paris et passa la nuit sur le bord de l'aqueduc du côté de
la porte Saint-Denis. Au point du jour il entra dans la ville.

Nous savons quelle importance la cour attachait à la détention du
prisonnier: elle espérait encore qu'il se déciderait à parler de ce
grave complot dont il possédait le secret. D'Argenson écrit
immédiatement à Berryer: «Rien n'est plus important ni plus pressé que
d'user de toutes les voies imaginables pour tâcher de rattraper le
prisonnier.» Et toute la police se met sur pied: le signalement du
fugitif est imprimé à grand nombre d'exemplaires. L'inspecteur Rulhière
l'envoie à toutes les maréchaussées.

Danry se logea chez Cocardon, au _Soleil d'or_; mais il n'osa demeurer
plus de deux jours dans la même auberge. Il pensa que son camarade lui
viendrait en aide; mais Binguet ne se soucie plus de la Bastille. C'est
une jolie fille, Anne Benoist, que Danry avait connue au temps où il
logeait chez Charmeleux, qui se dévoue à lui toute entière. Elle sait
qu'elle risque d'être mise en prison, et, déjà des inconnus de mauvaise
mine sont venus demander au _Soleil d'or_ qui elle était. Qu'importe!
elle trouve assistance chez des compagnes; les jeunes filles portent les
lettres, se mettent en quête d'un gîte sûr. En attendant, Danry va
passer la nuit sous les aqueducs; dès le lendemain il va s'enfermer dans
le logement que ces demoiselles lui ont choisi, il y demeure deux jours
sans sortir: Annette lui vient tenir compagnie. Mais le jeune homme n'a
plus d'argent, comment paiera-t-il son écot? «Que faire, que devenir?
dirait-il plus tard; j'étais sûr d'être découvert si je me montais, si
je fuyais je courais également des risques.» Il écrit au docteur
Quesnay, qui lui témoigna tant de bontés à Vincennes, mais la police a
vent de cette correspondance, et Saint-Marc vient saisir le fugitif dans
l'auberge où il est caché. Le malheureux est ramené à la Bastille.
Annette est arrêtée chez Cocardon au moment où elle demandait les
lettres venues pour Danry; elle est enfermée à la Bastille aussi. Les
porte-clés et les sentinelles de Vincennes, de service le jour de
l'évasion, sont jetés au cachot.

En se sauvant de Vincennes, Danry avait doublé la gravité de sa faute.
Les règlements voulaient qu'il fût descendu au cachot, réservé aux
prisonniers insubordonnés. «M. Berryer vint encore adoucir mes maux, au
dehors il demandait pour moi justice ou clémence, dans ma prison il
cherchait à calmer ma douleur, elle me paraissait moins vive quand il
m'assurait qu'il la partageait.» Le lieutenant de police ordonna que le
prisonnier fût nourri aussi bien que par le passé, qu'on lui laissât ses
livres, du papier, ses bibelots, et les deux heures de promenade dont il
jouissait à Vincennes. En retour de ces bontés, le garçon chirurgien
envoya au magistrat «un remède contre les accès de goutte». Il demandait
en même temps qu'on lui permît d'élever des petits oiseaux dont le
gazouillis et l'animation le distrairaient. La demande fut accordée;
Mais au lieu de prendre sa peine en patience, Danry s'irritait de jour
en jour, il se laissait aller à sa nature violente, faisait du vacarme,
criait, se démenait, à faire croire qu'il devenait fou. Sur les livres
de la bibliothèque de la Bastille, qui passaient de chambre en chambre,
il écrivait des poésies injurieuses contre la marquise de Pompadour. Il
prolongeait ainsi son séjour dans le cachot. Peu à peu ses lettres
changeaient de ton. «C'est un peu fort qu'on me laisse quatorze mois en
prison et une année entière qui finit aujourd'hui dans un cachot où je
suis encore.»

Cependant Berryer le remit dans une bonne chambre vers la fin de l'année
1751. En même temps, il lui donna, aux frais du roi, un domestique pour
le servir. Quant à Annette Benoit, elle avait été mise en liberté après
quinze jours de détention. Le domestique de Danry tomba malade; comme on
voulait pas que le prisonnier manquât de société, on lui donna un
compagnon de chambre. C'était un nommé Antoine Allègre, détenu depuis le
29 mai 1750. Les circonstances qui avaient déterminé son incarcération
avaient été à peu près les mêmes que celles qui avaient fait enfermer
Danry. Allègre était maître de pension à Marseille lorsqu'il apprit que
les ennemis de la marquise de Pompadour cherchaient à la faire périr. Il
imagina un complot où il mêla Maurepas, l'archevêque d'Albi et l'évêque
de Lodève, envoya la dénonciation de ce complot à Versailles, et, pour y
donner de la vraisemblance, adressa au valet de la favorite une lettre
d'une écriture contrefaite, qui commençait par ces mots: «Foy de
gentilhomme, il y a 100.000 écus pour vous si vous empoisonnez votre
maîtresse...» Il espérait obtenir par ce moyen un bon emploi ou la
réussite d'un projet qu'il avait fait sur le commerce.

Intelligents l'un et l'autre, instruits et entreprenants, Danry et
Allègre étaient faits pour s'entendre, d'autant mieux que le maître de
pension, très supérieur à son camarade, le dirigeait. Les années que
Danry passa en compagnie d'Allègre exercèrent sur toute sa vie une
influence si grande, que le lieutenant de police Lenoir pourrait dire un
jour: «Danry est le tome II d'Allègre». Les lettres de ce dernier qui
nous sont conservées en grand nombre, témoignent de l'originalité et de
la vivacité de son esprit: le style en est fin et rapide, du français le
plus pur, les idées exprimées ont de la distinction et sont parfois
singulières sans être extravagantes. Il travaillait sans cesse et fut,
tout d'abord, ennuyé d'avoir un compagnon. «Donnez-moi, je vous prie,
une chambre en particulier, écrit-il à Berryer, même sans feu; j'aime à
être seul, je me suffis à moi-même, parce que je sais m'occuper et semer
pour l'avenir.» C'était une nature mystique, mais de ce mysticisme froid
et amer que nous trouvons quelquefois chez les hommes de science, les
mathématiciens en particulier. Car Allègre étudiait principalement les
mathématiques, la mécanique, la science des ingénieurs. Le lieutenant de
police lui fit acheter des ouvrages traitant des fortifications, de
l'architecture civile, de la mécanique, des travaux hydrauliques. Le
prisonnier les consultait pour rédiger des mémoires sur les questions
les plus diverses, qu'il envoyait au lieutenant de police dans l'espoir
qu'ils lui procureraient sa liberté. Ces mémoires, que nous possédons,
montrent encore l'étendue de son intelligence et de son instruction.
Danry l'imita dans la suite, en cela comme en tout le reste, mais
grossièrement. Allègre était également très habile de ses doigts, dont
il faisait, disent les officiers du château, tout ce qu'il voulait.

[Illustration: PUITS PLACÉ DANS LA DERNIÈRE COUR DE LA BASTILLE, APPELÉ
DE CE FAIT: LA COUR DU PUITS, L'UNE DES HUIT TOURS DE LA BASTILLE EN
RECEVAIT ÉGALEMENT SON NOM.

(Croquis de l'architecte Palloy)

(Bibl. nat., ms. nouv. acq. fran. 3.241)]

Allègre était un homme dangereux: les porte-clés en avaient peur.
Quelque temps après son entrée à la Bastille il tomba malade; un garde
fut placé près de lui; les deux hommes firent mauvais ménage. Allègre
envoyait à la lieutenance de police plaintes sur plaintes. On fit une
enquête qui ne fut pas défavorable au garde-malade, et celui-ci fut
laissé auprès du prisonnier; lorsqu'un matin, le 8 septembre 1751, les
officiers de la Bastille entendirent dans la tour du Puits des cris et
du bruit. Ils montèrent en hâte et trouvèrent Allègre occupé à percer
d'un couteau son compagnon, qu'il tenait à la gorge, renversé dans son
sang, le ventre ouvert. Si Allègre n'avait été à la Bastille, le
Parlement l'aurait fait rouer en place de Grève; la Bastille le sauva;
mais il ne pouvait plus espérer que sa liberté fût prochaine.

Quant à Danry, il lassa à son tour la patience de ses gardiens. Le major
Chevalier, qui était la bonté même, écrivit au lieutenant de police: «Il
ne vaut pas mieux qu'Allègre, mais il est cependant, quoique plus
turbulent et colère, beaucoup moins à craindre, en tout genre que lui.»
Le médecin de la Bastille, le docteur Boyer, membre de l'Académie, écrit
également: «J'ai lieu de me méfier du personnage». Le caractère de Danry
s'aigrissait. Il injuriait ses porte-clés. Un matin, on est obligé de
lui enlever un couteau et des instruments tranchants qu'il a dérobés. Il
se sert du papier qu'on lui donne pour se mettre en relation avec
d'autres détenus et des personnes du dehors. Le papier est supprimé:
Danry écrit avec son sang sur des mouchoirs; le lieutenant de police lui
fait défendre de lui écrire avec du sang: Danry écrit sur des tablettes
de mie de pain qu'il fait presser furtivement entre deux assiettes.

L'usage du papier lui fut rendu, ce qui ne l'empêche pas d'écrire à
Berryer: «Monseigneur, je vous écris avec de mon sang sur du linge,
parce que messieurs les officiers me refusent d'encre et du papier;
voilà plus de six fois que je demande à leur parler inutilement.
Qu'est-ce donc, Monseigneur, avez-vous résolu? Ne me poussez pas à bout.
Au moins ne me forcez pas à être mon bourreau moi-même. Envoyez-moi une
sentinelle pour me casser la tête, c'est bien la moindre grâce que vous
puissiez m'accorder.» Berryer, surpris de cette missive, fait des
observations au major, qui lui répond: «Je n'ai pas refusé de papier à
Danry».

Ainsi le prisonnier faisait croire de plus en plus qu'il n'était qu'un
fou. Le 13 octobre 1753, il écrivait au docteur Quesnay pour lui dire
qu'il lui voulait grand bien, mais qu'étant trop pauvre pour lui rien
donner, il lui faisait cadeau de son corps, qui allait périr, dont il
pourrait faire un squellette. Au papier de la lettre, Danry avait cousu
un petit carré de drap et il ajoutait: «Dieu a donné aux habits des
martyrs la vertu de guérir toutes de maladies. Voilà cinquante-sept mois
qu'on me fait souffrir le martyr. Ainsi il est sans doute qu'aujourd'hui
le drap de mon habit fera des miracles: en voilà un morceau.» Cette
lettre revint à la lieutenance de police au mois de décembre, et nous y
trouvons une apostille de la main de Berryer: «Lettre bonne à garder,
elle fait connaître l'esprit du personnage». Or nous savons de quelle
façon on traitait encore les fous au XVIIIe siècle.

Mais subitement, au grand étonnement des officiers du château, nos deux
amis améliorent leur caractère et leur conduite. On n'entendait plus de
bruit dans leur chambre, et quand on leur venait parler ils répondaient
poliment. En revanche, ils étaient d'allure plus bizarre encore que par
le passé. Allègre se promenait dans sa chambre, à moitié nu, pour
ménager ses hardes, disait-il, et adressait lettres sur lettres à son
frère et au lieutenant de police pour qu'on lui envoyât des nippes, des
chemises surtout et des mouchoirs. Danry de même. «Ce prisonnier, mande
Chevalier au lieutenant de police, demande du linge; je ne vous écrirai
pas, parce qu'il a sept chemises très bonnes, dont quatre neuves; cet
article le met aux champs.» Mais pourquoi refuser à un prisonnier de lui
passer ses fantaisies? Et le commissaire de la Bastille fit
confectionner deux douzaines de chemises de prix--chacune revint à
vingt livres, plus de quarante francs de notre monnaie, et des mouchoirs
de la batiste la plus fine.

[Illustration: LETTRE DE LATUDE AU DOCTEUR QUESNAY, ÉCRITE A LA BASTILLE

LE 18 OCTOBRE 1753

Il lui envoie un morceau de son habit qui fera sans doute des miracles
étant donné que le propriétaire en est un martyr

(Bibl. nat., Archives de la Bastille, nº 11.692)]

[Illustration: ÉCHELLE DE CORDE FABRIQUÉE A LA BASTILLE PAR LATUDE ET
ALLÈGRE, ET A L'AIDE DE LAQUELLE ILS SE SAUVÈRENT DANS LA NUIT DU 25 AU
26 FÉVRIER 1756

(Musée Carnavalet)]

Si la lingère du château avait fait attention, elle aurait remarqué que
les serviettes et les draps qui entraient dans la chambre des deux
compagnons, en sortaient raccourcis dans tous les sens. Nos amis
s'étaient mis en rapport avec leurs voisins de prison, qui demeuraient
en-dessous et au-dessus d'eux, mendiant des ficelles et du fil, donnant
du tabac en échange. Ils étaient parvenus à desceller les barres de fer
qui empêchaient de grimper dans la cheminée; la nuit, ils montaient
jusque sur les plates-formes, d'où ils conversaient par les cheminées,
avec les prisonniers des autres tours. L'un de ces malheureux se croyait
prophète de Dieu: il entendit la nuit ce bruit de voix qui tombait sur
le foyer éteint; il révéla le prodige aux officiers qui le regardèrent
comme plus fou encore qu'auparavant. Sur la terrasse, Allègre et Danry
trouvèrent les outils que des maçons et des herbiers employés au château
y laissaient le soir. Ils se procurèrent ainsi un maillet, une tarière,
deux espèces de moufles et des morceaux de fer pris aux affûts des
canons. Ils cachaient le tout dans le tambour existant entre le plancher
de leur chambre et le plafond de la chambre inférieure.

Allègre et Danry se sauvèrent de la Bastille dans la nuit du 25 au 26
février 1756. Ils grimpèrent par la cheminée jusque sur la plate-forme
des tours et descendirent par la fameuse échelle de corde attachée à
l'affût d'un canon. Une muraille séparait le fossé de la Bastille de
celui de l'Arsenal. Ils parvinrent, à l'aide d'une barre de fer, à en
détacher une grosse pierre, et s'échappèrent par la haie ainsi
pratiquée. L'échelle de corde était une œuvre de longue patience et
de grande habileté. Plus tard, Allègre deviendrait fou, alors Danry
tirerait à lui tout le mérite de cette entreprise que son ami avait
conçue et dirigée.

Au moment de partir, Allègre avait écrit sur un chiffon de papier, pour
les officiers de la Bastille, la note suivante, qui marque bien son
caractère:

«Nous n'avons causé aucun dommage aux meubles de M. le gouverneur, nous
ne nous sommes servis que de quelques lambeaux de couvertures qui ne
pouvaient être d'aucune utilité, les autres sont dans leur entier. S'il
manque quelques serviettes, on les trouvera au-delà de l'eau, dans le
grand fossé, où nous les emportons pour essuyer nos pieds: «_Non nobis,
Domine, non nobis, sed nomini tuo da gloriam!_»

«_Scilo cor nostrum et cognosce semitos nostras._»

«Ce n'est pas sur nous, Seigneur, ce n'est pas sur nous, mais sur ton
nom, qu'il faut répandre la gloire; regarde notre cœur et connais les
voies où nous marchons.»

Nos deux compagnons s'étaient pourvus d'un portemanteau, et ils
s'empressèrent de changer de vêtements dès qu'ils eurent franchi
l'enceinte du château. Un metteur en œuvre, Fraissinet, que Danry
connaissait, s'intéressa à eux et les conduisit chez le tailleur Rouit,
qui les logea quelque temps. Rouit prêta même à Danry 48 livres que
celui-ci s'engagea à renvoyer dès son arrivée à Bruxelles. Un mois
passé, nos deux amis étaient au-delà des frontières.

[Illustration]


III

Il nous est très difficile de savoir ce qu'il advient de Danry depuis le
moment où il quitta Rouit, jusqu'au moment de sa réintégration à la
Bastille. Il nous a, il est vrai, laissé deux relations de son séjour en
Flandre et en Hollande; mais ces relations diffèrent entre elles, et
elles diffèrent, l'une et l'autre, de quelques documents originaux que
nous avons conservés.

Allègre et Danry avaient jugé prudent de ne pas partir ensemble. Allègre
arriva le premier à Bruxelles, d'où il écrivit à Mme de Pompadour une
lettre injurieuse. Cette lettre le fit découvrir. A Bruxelles, Danry
apprit l'arrestation de son camarade. Il se hâta de gagner la Hollande,
vint à Amsterdam, où il entra en service chez un nommé Paulus Melenteau.
De Rotterdam il avait écrit à sa mère; la pauvre fille, réunissant ses
petites économies, lui envoya par la poste 200 livres. Mais Saint-Marc
s'était mis en route pour rejoindre le fugitif. «Les bourgmestres
d'Amsterdam accordèrent sans difficulté et avec plaisir la réquisition
que Saint-Marc fit au nom du roi, de la part de son ambassadeur, pour
l'arrêt et l'extradition de Danry.» Louis XV se contentait de réclamer
celui-ci comme un de ses sujets. Saint-Marc, déguisé en marchand
arménien, le découvrit dans sa retraite. Danry fut arrêté à Amsterdam le
1er juin, conduit dans un cachot de l'hôtel de ville, de là, ramené
en France et mis à la Bastille le 9 juin 1756. On mandait de Hollande:
«Saint-Marc est ici regardé sur le pied de sorcier».

Par cette nouvelle évasion, le malheureux avait achevé de rendre son cas
très grave, au XVIIIe siècle, l'évasion d'une prison d'Etat pouvait
être punie de mort. Les Anglais, grands apôtres de l'humanité, n'étaient
pas plus indulgents que nous; et l'on connaît le traitement infligé par
Frédéric II au baron de Trenck. Celui-ci ne devait rester en prison
qu'une année. Après sa seconde tentative d'évasion, il fut enchaîné dans
une casemate obscure; à ses pieds était la tombe où il devait être
enterré, on y avait gravé son nom et une tête de mort. Quant aux
hommes de la Révolution ils devaient par la loi du 23 ventôse an 11 (13
mars 1794), condamner à mort ceux qui seraient tentés de s'évader de
leurs geôles.

[Illustration: CACHOTS DE LA BASTILLE OU LES PRISONNIERS ÉTAIENT MIS PAR
PUNITION

(La gravure représente les vainqueurs du 14 Juillet découvrant le
célèbre comte de Larges qui n'a jamais existé) (Coll. Edm. de
Rothschild)]

Le gouvernement de Louis XV ne punissait pas avec une semblable rigueur.
L'évadé était simplement mis au cachot pour quelque temps. Les cachots
de la Bastille étaient des basses-fosses froides et humides. Danry
laisse dans les _Mémoires_ qu'il fera rédiger en 1790, une relation des
quarante mois passés en ce triste lieu, qui fait dresser les cheveux sur
la tête, mais son récit est rempli d'exagération. Danry dit qu'il passa
ces trois années les fers aux pieds et aux mains: dès le mois de
novembre 1756, Berryer lui offrit de lui faire ôter les fers des pieds
ou des mains, à son choix, et nous voyons, par une apostille du major
Chevalier, qu'on lui enleva les fers des pieds. Danry ajoute qu'il
coucha tout l'hiver sur la paille, sans couverture: il y avait si bien
des couvertures qu'il écrit à Berryer pour demander qu'on lui en donne
d'autres. A l'en croire, lors des crues de la Seine, l'eau lui serait
montée jusqu'à la taille: dès que l'eau menaça d'envahir le cachot, on
en fit sortir le prisonnier. Il dit encore qu'il passa ces quarante mois
dans une obscurité complète: la lumière de la prison n'était
certainement pas très vive, mais elle était suffisante pour permettre à
Danry de lire et d'écrire, et nous apprenons par les lettres que
celui-ci adressait au lieutenant de police, qu'il voyait de son cachot
tout ce qui se passait dans la cour de la Bastille. Enfin, il nous parle
d'un certain nombre d'infirmités qu'il aurait contractées à cette
époque, et cite à ce propos le rapport d'un occuliste qui vint lui
donner ses soins, mais, ce rapport, Danry l'a fabriqué lui-même et il a
inventé le reste à l'avenant.

Dans ce cachot, où il aurait été traité d'une manière si barbare, Danry
se montre d'ailleurs assez difficile. Nous en jugeons par les rapports
de Chevalier. «Danry est de fort mauvaise humeur: il nous envoie
chercher à huit heures du soir pour nous dire que nous envoyions son
porte-clés à la halle pour lui acheter du poisson, disant qu'il ne mange
point d'œufs, d'artichauts, ni d'épinards, et qu'il veut manger du
poisson absolument, et comme on ne le veut pas, il se met dans des
fureurs extrêmes.» Voilà pour les jours maigres, voici pour les jours
gras. «Danry a juré comme un diable, c'est-à-dire à son ordinaire et,
après la cérémonie faite, il dit: «Monsieur le major, au moins quand on
me donne de la volaille, qu'elle soit piquée». C'est qu'il n'était pas
lui, Danry, un homme du vulgaire, «de ces gens que l'on met à Bicêtre».
Et il prétendait qu'on la traitât d'une manière qui lui convînt.

Il en était de même pour les vêtements. On s'étonne devant les listes de
hardes que la lieutenance de police lui faisait confectionner. Pour le
satisfaire, l'administration ne reculait pas devant les dépenses les
plus déraisonnables, et ce fut en vendant ses effets que Danry se
procura, dans ses évasions, une partie de l'argent qui lui était
nécessaire. Il souffrait de rhumatismes, aussi lui est-il fourni des
robes de chambres doublées de peau de lapin, des vestes doublées de
peluches de soie, des gants et des bonnets fourrés et de bonnes culottes
en peau épaisse. Dans ses _Mémoires_ imprimés, Danry traite tout cela de
«lambeaux à moitié pourris». Le commissaire de Rochebrune, chargé des
fournitures aux prisonniers, ne sait comment le contenter: «Vous m'avez
chargé, écrit-il au major, de faire faire une robe de chambre au sieur
Danry, qui veut une calemande fond bleu à raies rouges. J'en ai fait
chercher chez douze marchands qui n'en ont point et qui se garderaient
bien d'en avoir parce que ces sortes de calamandes ne seraient point de
débit. Je ne vois point de raison de satisfaire les goûts fantasques
d'un prisonnier qui doit se contenter d'une robe de chambre chaude et
commode.» Une autre fois, c'est le major qui écrit: «Le nommé Danry n'a
jamais voulu, jusqu'à présent, recevoir la culotte que lui a fait faire,
M. de Rochebrune, qui est très bonne, doublée de peau excellente, avec
des jarretières de soie et conditionnée au mieux.» D'ailleurs Danry sait
se plaindre lui-même. «Je vous prie, mande-t-il au gouverneur, d'avoir
la bonté de dire mot pour mot à M. de Sartine, que les quatre mouchoirs
qu'il m'a envoyés sont bons pour donner à des galériens et que je n'en
veux point; mais que je le prie d'avoir la bonté de m'accorder six
mouchoirs d'indienne à fond bleu et grands et deux cravates de
mousseline.» Il ajoute: «S'il n'y a pas d'argent au trésor, qu'on en
demande à la marquise de Pompadour.»

Un jour Danry déclara qu'il avait une maladie. Grandjean, oculiste du
roi, vint le voir à plusieurs reprises, lui fit faire des fumigations
aromatiques, lui donna des baumes et des collyres; mais bientôt l'on
s'aperçut que le mal du prisonnier consistait dans le désir d'obtenir
des lunettes d'approche et de faire passer au dehors, par
l'intermédiaire du médecin, des mémoires et des billets.

Le 1er septembre 1759, Danry fut tiré du cachot et remis dans une
chambre aérée. Il écrivit aussitôt à Bertin pour le remercier et lui
annoncer qu'il lui envoyait deux colombes.

«Vous avez du plaisir à faire le bien, je n'en aurai pas moins que vous,
Monseigneur, si vous m'accordez le bonheur de recevoir cette faible
marque de ma grande reconnaissance.

«Tamerlan se laissa désarmer par un panier de figues que les habitants
d'une ville qu'il allait assiéger lui firent présent. Mme la marquise
de Pompadour est chrétienne, je vous supplie de me permettre de lui en
envoyer aussi à elle une paire, peut-être qu'elle se laissera toucher
par ces deux innocents pigeons.»

«Voici la copie de la lettre qui les accompagnera:

«Madame, deux pigeons venaient tous les jours manger le grain de ma
paille, je les pris, ils m'ont fait des petits. J'ose prendre la liberté
de vous en présenter cette paire, comme une marque de mon respect et de
mon amitié. Je vous supplie en grâce d'avoir la bonté de les recevoir
avec autant de plaisir comme j'en ai à vous les offrir. J'ai l'honneur
d'être, avec un très profond respect, madame, votre très humble et très
obéissant serviteur.

«Danry, à la Bastille depuis onze ans.»

Pourquoi Danry n'a-t-il pas toujours usé d'une manière aussi charmante
de la permission qu'on lui donnait d'écrire au ministre, au lieutenant
de police, à la marquise de Pompadour, au docteur Quesnay et à sa mère?
Il écrivait sans cesse et nous avons de ses lettres par centaines. Elles
sont bien différentes les unes des autres. Celles-ci sont suppliantes et
plaintives: «Par les larmes et le sang mon corps dépérit tous les jours,
je n'en puis plus.» Il écrit à la marquise de Pompadour: «Madame, je ne
vous ai jamais souhaité que du bien, soyez donc sensible à la voix des
larmes, de mon innocence et d'une pauvre mère désolée de soixante-six
ans. Madame, vous êtes instruite de mon martyre, je vous supplie au nom
de Dieu de m'accorder ma chère liberté, je n'en puis plus, je me meurs,
mon sang s'est tout brûlé à force de gémir, vingt fois dans la nuit je
suis obligé d'humecter ma bouche et mes narines pour pouvoir respirer.»
On connaît la célèbre lettre qui commence par ces mots: «Voilà cent
mille heures que je souffre!» Il écrit à Quesnay: «Je me présente devant
vous avec un charbon de feu ardent sur ma tête qui vous marque ma
pressante nécessité.» Les images dont il se sert ne sont pas toujours
aussi heureuses: «Écoutez, dit-il à Berryer, la voix des entrailles
équitables dont vous êtes revêtu.»

Dans d'autres lettres, le prisonnier change de ton. Aux plaintes
succèdent les cris de rage et de colère, «il trempe sa plume dans le
fiel dont son âme est abreuvée». Il ne supplie plus, il menace. On ne
saurait louer le style de ces épîtres, il est incorrect et vulgaire,
mais, par moments, vigoureux et coloré d'images vives. Il dit au
lieutenant de police: «Quand il faut punir dans cette maudite prison,
tout est en l'air, le tonnerre ne marche pas aussi vite que les
punitions; il s'agit de soulager un homme qui n'est pas heureux, je ne
vois que des écrevisses»; et il lui adresse ces vers de Voltaire:

    Périssent les cœurs durs et nés pour les forfaits
    Que les malheurs d'autrui n'attendrissent jamais.

Il prédit aux ministres, aux magistrats, à la marquise de Pompadour des
châtiments terribles. Il écrit à cette dernière: «Vous vous verrez un
jour comme ce hibou du parc de Versailles; tous les oiseaux lui jetaient
de l'eau pour l'étouffer, pour le noyer: si le roi venait à mourir, on
ne passerait pas deux heures sans mettre cinq ou six personnes à vos
trousses, vous iriez vous-même à la Bastille.» L'accusé se transforme
peu à peu en accusateur. Il écrit à Sartine: «Je ne suis ni un chien ni
un scélérat, mais un homme comme vous!» Et le lieutenant de police, qui
le prend en pitié, écrit au-dessus d'une de ces lettres envoyées au
ministre de Paris: «Lorsque Danry écrit ainsi, ce n'est pas qu'il soit
fol, mais désespéré de sa prison.» Le Magistrat conseille au prisonnier
«de ne pas mettre d'aigreur dans ses lettres, cela ne peut que lui
nuire». Bertin corrige de sa propre main les suppliques que Danry
adresse à la marquise de Pompadour, nous lisons en marge de l'une
d'elles: «Je croirais lui porter préjudice à lui-même et à son véritable
intérêt si je remettais à Mme la marquise de Pompadour une lettre où
il ose lui reprocher _d'avoir abusé de sa bonne foi et de sa
confiance_.» La lettre corrigée, le lieutenant de police la porta
lui-même à Versailles.

Loin que les années de captivité le rendent plus humble, abaissent son
orgueil, le prisonnier se redresse de plus en plus; de jour en jour son
audace grandit, il ne craint pas de parler aux lieutenants de police
eux-mêmes, qui connaissent son histoire, de sa fortune qu'on a ruinée,
de sa carrière brillante qu'on a entravée, de toute sa famille qu'on a
plongée dans le désespoir. Les premières fois, le Magistrat hausse les
épaules, insensiblement il se laisse gagner par ces affirmations d'une
fermeté inébranlable, par cet accent de conviction; il finit par croire,
lui aussi, à cette noblesse, à cette fortune, à ce génie, auxquels Danry
en est peut-être venu à croire lui-même. Et Danry s'élève encore: il
réclame non seulement sa liberté, mais des indemnités, des sommes
considérables et des honneurs. N'allez cependant pas penser que ce soit
par un sentiment de cupidité indigne de lui: «Si je propose un
dédommagement, monseigneur, ça n'est point pour avoir de l'argent, ça
n'est que pour aplanir toutes les difficultés qui peuvent s'opposer à
la fin de ma longue misère.»

Il veut bien, en retour, donner au lieutenant de police des conseils,
lui indiquer les moyens d'avancer dans sa carrière, lui enseigner
comment il doit s'y prendre pour se faire nommer secrétaire d'État et
lui composer le discours qu'il devra tenir au roi à la première
audience. Il ajoute: «Ce temps-cy, précisément, vous est extrêmement
favorable, c'est le quart d'heure du berger, profitez-en. Avant que de
monter à cheval, le jour qu'on va faire la réjouissance de la paix, vous
devez être conseiller d'Etat.»

Il veut bien, également, envoyer au roi les projets qu'il a conçus dans
sa prison pour le bien du royaume. Il s'agit de faire porter des fusils
aux sergents et aux officiers, les jours de bataille, en place de
spontons et de hallebardes, ce qui renforcerait les armées françaises de
vingt-cinq mille bons fusiliers. Il s'agit encore d'augmenter le port
des lettres, ce qui accroîtrait les ressources du Trésor de plusieurs
millions chaque année. Il conseille de créer dans les principales villes
des greniers d'abondance et dessine des plans de bataille qui donnent à
une colonne de trois hommes de profondeur une force inconnue. Nous en
passons et des meilleurs. Ces idées sont délayées dans un déluge de
mots, une abondance de phrases inimaginables, accompagnées de
comparaisons tirées de l'histoire de tous les temps et de tous les pays.
Les manuscrits sont illustrés de dessins à la plume. Danry les copie et
recopie sans cesse, les envoie à tout le monde, sous toutes les formes,
persuade aux sentinelles que ces hautes conceptions intéressent le salut
de l'État et lui procureront une fortune immense. Il détermine ainsi ces
braves gens, qui compromettent leur position, à les porter secrètement
aux ministres, aux membres du parlement, aux maréchaux de France, il les
jette par les fenêtres de sa chambre et du haut des tours enveloppés
dans des boules de neige. Ces mémoires sont l'œuvre d'un homme dont
l'esprit ouvert et actif, d'une activité incroyable, projette,
construit, invente, sans cesse ni repos.

Dans ces liasses de papiers, nous avons trouvé une lettre bien
touchante, elle est de la mère du prisonnier, Jeanneton Aubrespy, qui
écrivait à son fils, de Montagnac, le 14 juin 1759:

«Ne me faites pas l'injustice de croire que je vous ai oublié, mon cher
fils, mon tendre fils. Seriez-vous exclu de ma pensée, vous que je porte
dans mon cœur? J'ai toujours eu un grand désir de vous revoir, mais
aujourd'hui, j'en ai encore plus d'envie; je suis sans cesse occupée de
vous, je ne pense qu'à vous, je suis toute remplie de vous. Ne vous
chagrinez pas, mon cher fils, c'est la seule grâce que je vous demande.
Vos malheurs auront une fin et peut-être qu'elle n'est pas éloignée.
J'espère que Mme de Pompadour vous fera grâce, j'intéresse pour cela
le ciel et la terre. Le Seigneur veut encore éprouver ma soumission et
la vôtre pour mieux faire sentir le prix de ses faveurs. Ne vous
inquiétez pas, mon fils, j'espère d'avoir le bonheur de vous revoir et
de vous embrasser plus tendrement que jamais. Adieu, mon fils, mon cher
fils, mon tendre fils, je vous aime et je vous aimerai tendrement
jusqu'au tombeau. Je vous recommande de me donner des nouvelles de votre
santé. Je suis et serai toujours votre bonne mère,

«DAUBRESPI, _veuve_.»

Cette lettre n'est-elle pas belle dans sa douleur si simple? La réponse
faite par le fils, est émouvante également; mais, en la relisant, on
sent qu'elle devait passer sous les yeux du lieutenant de police; en
l'examinant de près, on voit entre les lignes grimacer les sentiments.

Nul n'a su, mieux que Danry, jouer de l'âme des autres, éveiller en eux,
à son gré, la pitié, la tendresse, l'étonnement, l'admiration. Nul ne
l'a surpassé dans l'art, difficile assurément, d'apparaître en héros, en
homme de génie et en martyr; rôle que nous le verrons soutenir pendant
vingt ans sans défaillance.

En 1759, était arrivé à la lieutenance de police un homme qui,
désormais, occupera Danry presque exclusivement,--Gabriel de Sartine.
C'était un fin sceptique, de caractère aimable et de manières
gracieuses. Il était aimé de la population parisienne, qui vantait ses
qualités d'administrateur et son esprit de justice. Il s'efforça à son
tour de rendre à Danry moins cruelles les années de captivité. «Il
m'accorda, écrit celui-ci, ce qu'aucun prisonnier d'État n'a jamais
obtenu: la promenade sur le haut des tours, au grand air, pour conserver
ma santé.» Il soutenait le prisonnier de bonnes paroles, l'engageait à
se bien conduire, à ne plus remplir ses lettres d'injures: «Votre sort,
lui disait-il, est entre vos mains». Il prenait connaissance de son
projet pour la construction de greniers d'abondance et, après l'avoir
lu: «Vraiment, il y a de bonnes choses, de très bonnes choses
là-dedans». Il le venait voir dans sa prison et lui promettait de faire
son possible pour obtenir sa liberté. Il remettait lui-même entre les
mains de la marquise de Pompadour le _Grand Mémoire_ que Danry avait
rédigé pour elle. Dans ce factum, le prisonnier disait à la favorite
qu'en retour d'un service qu'il lui avait rendu, en lui adressant un
«symbole hiéroglyphique» pour la mettre en garde contre les entreprises
de ses ennemis, elle l'avait fait souffrir pendant douze années
injustement. Aussi, à présent, n'accepterait-il la liberté qu'avec une
indemnité de «60.000 livres». Il ajoutait: «Soyez sur vos gardes!...
Quand vos prisonniers sortiront et qu'ils divulgueront vos cruautés, ils
vous rendront haïssable au ciel et à toute la terre.» On ne s'étonnera
pas que ce «grand mémoire» ait produit un médiocre effet. Sartine promit
au prisonnier de revenir à la charge: «Si malheureusement, lui écrit
Danry, vous trouviez quelque résistance aux prières que vous allez faire
pour moi, je prends la précaution de vous envoyer la copie du projet que
j'ai envoyé au roi,--c'était le mémoire qui proposait de donner des
fusils aux officiers et aux sergents. Or, le roi s'est servi de mon
projet pendant cinq années de suite et s'en servira encore
perpétuellement toutes les fois que nous serons en guerre.» Sartine se
rendit à Versailles, ce merveilleux projet en poche. Il le montra aux
ministres, parla en faveur de son protégé, qui, du fond des cachots, se
rendait utile à son pays. Mais, au retour, il écrivit au major de la
Bastille, pour Danry, une note où nous lisons: «On n'a point fait usage,
comme il le croit, de son projet militaire.»

Danry avait demandé plusieurs fois qu'on l'envoyât aux colonies. En
1763, le gouvernement s'occupait beaucoup de la colonisation de la
Désirade. Nous trouvons une lettre du 23 juin 1763 par laquelle Sartine
propose d'envoyer Danry à la Désirade «en le recommandant à l'officier
commandant». Ces tentatives demeurèrent infructueuses.

Danry chercha toute sa vie à réussir par les femmes. Il savait fort bien
tout ce qu'il y a de tendresse et de dévouement dans ces têtes légères
et qu'en elles le sentiment est toujours plus fort que la raison: «Je
cherchais surtout des femmes et je désirais les trouver jeunes, leur âme
aimante et douce est plus susceptible de pitié: l'infortune les émeut,
les intéresse plus vivement, leur sensibilité s'altère moins vite et les
rend capables de plus d'efforts.»

Tandis qu'il se promenait sur les tours de la Bastille, à l'air frais du
matin, il tentait de se mettre en relation, par signes et signaux, avec
les gens du voisinage. «Je remarquai deux jeunes personnes seules dans
une chambre, où elles travaillaient: leur physionomie me parut douce et
jolie, je ne me trompais pas. L'une d'elles, ayant jeté les yeux de mon
côté, je lui fis avec ma main un salut que je cherchai à rendre honnête
et respectueux; elle avertit d'abord sa sœur, qui me fixa
sur-le-champ. Je les saluai alors toutes les deux de la même manière et
elles me répondirent toutes les deux avec un air d'intérêt et de bonté.
Dès ce moment, nous établîmes entre nous une sorte de correspondance.»
C'étaient deux gentilles blanchisseuses, nommées Lebrun, filles d'un
perruquier. Et notre compère, pour mieux stimuler les petites folles à
le servir avec enthousiasme, frappait à la porte de leur jeune cœur
qui ne demandait qu'à s'ouvrir. Il leur parlait de jeunesse, de malheur
et d'amour et aussi de sa fortune, très grande, disait-il, et dont il
leur offrait la moitié. Remplies d'ardeur, les jeunes filles
n'épargnèrent pour lui ni leur temps, ni leurs peines, ni le peu
d'argent qu'elles pouvaient avoir.

Le prisonnier leur avait fait parvenir plusieurs de ses projets, entre
autres le projet militaire, avec des lettres pour quelques écrivains et
grands personnages, en outre, pour le roi, un mémoire «terrible» contre
la marquise de Pompadour, où «sa naissance et son opprobe, toutes ses
voleries, ses cruautés étaient exposés». Il pria les jeunes filles d'en
faire tirer plusieurs copies qu'elles enverraient aux adresses
indiquées. Bientôt de grandes croix noires sur une muraille du voisinage
apprennent au prisonnier que ses instructions sont exécutées. Danry
semble ne plus douter que ses maux vont prendre fin, les portes de la
Bastille vont s'ouvrir devant lui et, triomphalement, il sortira de la
prison pour entrer dans les palais de la fortune: _Parta victoria!_
s'écrie-t-il dans un mouvement de bonheur.

Nous arrivons ainsi à une des actions les plus surprenantes de cette vie
étrange.

En décembre 1763, la marquise de Pompadour tomba gravement malade.

«Un officier de la Bastille monta dans ma chambre et me dit: «Monsieur,
écrivez quatre paroles à Mme la marquise de Pompadour et vous pouvez
être certain qu'en moins de huit jours votre liberté vous sera rendue.»
Je répondis au major que les prières et les larmes ne faisaient
qu'endurcir le cœur de cette cruelle femme et que je ne voulais point
lui écrire. Cependant, il revint le lendemain et il me tint le même
langage, et moi je lui répondis les mêmes paroles que le jour
auparavant. A peine fut-il sorti que Daragon, mon porte-clés, entra dans
ma chambre en me disant: «Croyez M. le major, quand il vous dit qu'avant
huit jours votre liberté vous sera rendue; s'il vous le dit, c'est qu'il
en est bien certain.» Le surlendemain, cet officier revint encore pour
la troisième fois. «Pourquoi vous obstinez-vous?» Je remerciai cet
officier, c'est-à-dire M. Chevalier, major de la Bastille, pour la
troisième fois, en lui disant que j'aimerais mieux mourir que d'écrire
encore à cette implacable mégère.

«... Six ou huit jours après, mes deux demoiselles vinrent me saluer et,
en même temps, elles déployèrent un rouleau de papier où il y avait en
gros caractères ces mots: «Mme de Pompadour est morte.»--La marquise
de Pompadour mourut le 19 d'avril 1764, et deux mois après, c'est-à-dire
le 19 juin, M. de Sartine vint à la Bastille, m'accorda audience, et la
première parole qu'il me dit fut: de ne plus parler du passé et qu'au
premier jour il irait à Versailles et demanderait au ministre la justice
qui m'était due.» Et nous trouvons, en effet, à la date du 18 juin 1764,
dans les papiers du lieutenant de police, la note suivante: «M.
Duval--c'était l'un des secrétaires de la lieutenance--proposer la
liberté de Danry au premier travail, en l'exilant dans son pays.»

Rentré dans sa chambre, Danry réfléchit sur ce qui se passait: si le
lieutenant de police mettait tant d'empressement à le délivrer, c'est,
évidemment, qu'il avait peur de lui, que ses mémoires étaient arrivés à
destination et avaient produit leur effet. Mais lui, Danry, serait bien
sot de se contenter d'une simple mise en liberté: «100.000 livres»
devaient à peine suffire à lui faire oublier les injustices dont il
avait été accablé.

[Illustration: LE MARQUIS DE MARIGNY, FRÈRE DE LA MARQUISE DE POMPADOUR

(Dessin de Carmontelle) (Musée Condé à Chantilly)]

Il roula ces pensées dans sa tête durant plusieurs jours. Accepter la
liberté de la main de ses persécuteurs serait pardonner le passé, faute
qu'il ne commettrait jamais. La porte s'ouvrit, le major entra, il avait
à la main un billet écrit par Sartine. «Vous direz à la 4e Comté que
je travaille à le délivrer efficacement.» L'officier sortit. Danry se
mit immédiatement à sa table et écrivit au lieutenant de police une
lettre pleine d'expressions grossières, de menaces et d'injures.
L'original s'est perdu, nous avons une analyse faite par Danry lui-même.
Il terminait en laissant à Sartine «le choix ou de n'être qu'un fou ou
de s'être laissé corrompre comme un misérable par les écus du marquis de
Marigny, frère de la marquise de Pompadour».

Dès que Sartine eut reçu ma lettre, il m'en écrivit une que le major
vint me lire, où il y avait les propres paroles que voici:

«Que j'avais tort de l'accuser de la longueur de ma prison, que, s'il en
avait été le maître, il y aurait longtemps qu'il m'aurait rendu la
liberté, et il finissait sa lettre en me disant qu'il y avait des
petites maisons pour y mettre les fous. A quoi je dis au major: «Nous
verrons si dans quelques jours il aura le pouvoir de m'y mettre.» Il ne
m'ôta pas la promenade de dessus les tours; neuf jours après, il me mit
au cachot, au pain et à l'eau.» Mais Danry ne se laissait pas démonter
facilement. On ne voulait sans doute qu'éprouver son assurance. C'est en
chantant qu'il descendit au cachot, où il continua pendant quelques
jours à donner les marques de la gaîté la mieux assurée.

De ce moment le prisonnier se rendit insupportable à ses gardiens. Ce
n'étaient que cris et violences. Il remplissait la Bastille des éclats
de «sa voix de tonnerre». Le major Chevalier écrit à Sartine: «Le
prisonnier userait la patience du plus sage capucin»; une autre fois «Il
est rempli de fiel et d'amertume, c'est un venin tout pur»; ou bien
encore: «Ce prisonnier est enragé».

Le lieutenant de police proposa au ministre Saint-Florentin le transfert
de Danry au donjon de Vincennes. Le prisonnier y fut conduit dans la
nuit du 15 au 16 septembre 1764. Nous allons entrer dans une nouvelle
phase de sa vie. Nous le trouverons plus misérable encore que par le
passé, mais agrandissant encore ses exigences et ses prétentions;
d'ailleurs avec raison, puisque le voilà anobli. Il avait appris d'une
sentinelle de la Bastille la mort de Henri Vissec de la Tude,
lieutenant-colonel d'un régiment de dragons, décédé à Sedan le 31
janvier 1761. De ce jour il résolut qu'il était le fils de cet officier.
Quelles raisons avait-il pour cela? Vissec de la Tude était de son pays,
il était gentilhomme et riche, et il était mort. Danry trouvait ces
raisons excellentes. Il est d'ailleurs dans une ignorance complète de
tout ce qui concerne son père et sa nouvelle famille: il ignore jusqu'à
ce nom de «Vissec de la Tude», dont il fait «Masers de la Tude»; Masers
était le nom d'une terre appartenant au baron des Fontès, parent de
Henri de Vissec. Celui-ci n'était pas marquis, comme le croit Danry,
mais simplement chevalier; il mourut laissant six fils, tandis que Danry
le présente mourant sans postérité. Il va sans dire que tout ce que
notre héros raconte de son père dans ses _Mémoires_ est pure invention.
Le chevalier de la Tude ignora toujours l'existence du fils de Jeanneton
Aubrespy; et quand, plus tard, Danry demanda aux enfants de le
reconnaître pour leur frère naturel, ses prétentions furent repoussées.
Cependant notre homme signera désormais ses lettres et mémoires «Danry,
ou mieux Henri Masers d'Aubrespy», puis «de Masers d'Aubrespy», «puis de
Masers de la Tude». Lorsque Danry s'était mis une idée dans la tête, il
ne l'abandonnait plus. Il la répétait sans trêve jusqu'à ce qu'il l'eût
fait entrer dans la conviction de tous ceux qui l'entouraient: ténacité
qui doit faire notre admiration. Dans le brevet de 400 livres de pension
que Louis XVI donnera à Danry, en 1784, le roi appellera le fils de la
pauvre Jeanneton: Vicomte Masers de la Tude!

Comme bien on pense, le vicomte de la Tude ne pouvait plus accepter sa
liberté aux mêmes conditions que Danry. Celui-ci s'était contenté de
«60.000 livres»; le vicomte de la Tude exige «150.000 livres», plus la
croix de saint Louis. Il l'écrit au lieutenant de police. Quant à
Sartine, il était trop homme d'esprit pour tenir longtemps rigueur au
prisonnier de ses extravagances. «Je fus transféré dans le donjon de
Vincennes la nuit du 15 au 16 septembre 1764. Environ neuf heures après,
feu M. de Guyonnet, lieutenant de roi, vint me voir en compagnie du
major et des trois porte-clés, et il me dit: «M. de Sartine m'a ordonné
de venir vous dire, de sa part, que pourvu que vous fussiez un peu
tranquille, qu'il vous accorderait votre liberté. Vous lui avez écrit
une lettre extrêmement forte, il faut lui faire des excuses.» Danry
ajoute: «Au surplus, M. de Sartine me traitait bien». Il lui accordait
pour deux heures chaque jour «la promenade extraordinaire des
fossés».--«Quand un lieutenant de police, dit Danry, accordait cette
promenade à un prisonnier, c'était pour lui rendre promptement sa
liberté». Le 23 novembre 1765, Danry se promenait ainsi, en compagnie
d'une sentinelle, en dehors du donjon de Vincennes. Le brouillard était
intense. Il se retourna tout à coup vers son gardien: «Comment
trouvez-vous ce temps ci?--Fort mauvais.--Et moi je le trouve fort bon
pour m'échapper». Il n'avait pas fait cinq pas qu'il était hors de vue.
«Je me suis échappé du donjon de Vincennes, écrit Danry, sans malice, un
bœuf en aurait fait autant que moi». Mais, dans le discours qu'il
prononcerait plus tard à l'Assemblée nationale, la scène changerait de
caractère. «Regardez, s'écrie-t-il, l'infortuné Latude, dans sa
troisième évasion de la tour de Vincennes, poursuivi par plus de vingt
soldats, s'arrêter et désarmer à leur vue la sentinelle qui l'avait mis
en joue!»

[Illustration]


IV

Lorsque Latude fut en liberté, il se trouva sans ressource, comme lors
sa première évasion. «Je m'étais échappé avec des pantoufles à mes pieds
et pas un sou dans ma poche; j'étais dénué de tout.» Ses jeunes amies,
les demoiselles Lebrun, lui donnèrent asile.

Il retrouva chez elles une partie de ses papiers, plans et projets,
mémoires et dissertations, dont il envoya «un panier» au maréchal de
Noailles; il le priait de lui continuer l'honneur de sa protection et
lui faisait part de «quatre grandes découvertes qu'il venait de faire:
la première, la véritable cause du flux et du reflux de l'Océan; la
deuxième, la cause des montagnes, sans lesquelles le globe de la terre
serait immobilisé et en peu de temps vitrifié; la troisième, la cause
qui fait tourner sans cesse le même globe; la quatrième, la cause de la
salure des eaux de toutes les mers». Il écrivit également au duc de
Choiseul, ministre de la guerre, afin d'obtenir la récompense de son
projet militaire; il écrivit à Sartine pour lui faire des propositions
de paix: en retour de 10.000 écus, avancés sur les 150.000 livres qui
lui étaient dues, il oublierait le passé: «J'étais, dit-il, résolu de
jouer le tout pour le tout». En réponse, il reçut une lettre qui lui
désignait une maison où il trouverait 1.200 livres obtenues pour lui par
le docteur Quesnay. Il se rendit à l'adresse indiquée, où il fut saisi.

Il fut aussitôt ramené à Vincennes. Danry avoue qu'il allait être mis en
liberté au moment où il s'évada: c'était une nouvelle détention à
recommencer. Nous ne raconterons pas ici le détail de l'existence qu'il
va mener. On en trouvera le récit dans les mémoires imprimés ci-après.
Matériellement, il continue d'être bien traité, mais son esprit tourne
à la folie, ses colères deviennent de plus en plus violentes, en
arrivent au paroxysme de la fureur. Voici quelques extraits des lettres
et mémoires envoyés à Sartine: «Par tous les diables, cela est un peu
fort de café! Il est vrai, monsieur, qu'à ne vous vanter que
médiocrement, on pourrait défier les plus scélérats diables de tout
l'enfer de vous donner des leçons de cruauté.» Il écrit une autre fois;
«Notre crime à nous tous est d'être instruits de vos friponneries: il
faut que nous périssions! quelle joie pour vous si l'on venait vous
apprendre que nous nous sommes étranglés dans nos cachots!» Danry
rappelle au lieutenant de police les supplices d'Enguerrand de Marigni,
et il ajoute: «Sachez qu'on en a rompu plus de mille au milieu de la
place de grève de Paris qui n'avaient pas commis la centième partie de
vos crimes».--«Il ne se trouverait pas une seule personne d'étonnée en
te voyant écorcher tout vif, tanner ta peau et jeter ton corps à la
voirie pour être dévoré par les chiens.»--«Mais monsieur se rit de tout,
monsieur ne craint ni Dieu, ni le roi, ni le diable, monsieur avale les
crimes comme du petit-lait!»

Latude écrivait dans sa prison des mémoires qu'il remplissait de
calomnies sur les ministres et la Cour. Ces mémoires étaient composés
sur le ton le plus dramatique, avec un accent de sincérité inimitable.
On savait que le prisonnier trouvait mille moyens de les faire passer à
l'extérieur, et on craignait qu'ils ne se répandissent dans la foule où
les esprits--nous sommes en 1775--commençaient à être excités. Latude
venait d'être descendu au cachot à la suite d'une nouvelle algarade à
ses geôliers. «Le 19 de ce mois de mars 1775, le lieutenant de roi
entra, accompagné du major et de trois porte-clés, il me dit:--J'ai
obtenu qu'on vous fît sortir du cachot, mais à la condition que vous me
remettiez vos papiers.

«--Que je vous remette mes papiers! Sachez, monsieur, que j'aimerais
mieux crever dans ce cachot que de faire une pareille lâcheté!

«--Votre malle est là-haut, dans votre chambre, il ne dépend que de moi
d'en faire sauter les cachets que vous y avez mis et de prendre vos
papiers.

«Je répliquai:--Monsieur, il y a des formalités de justice auxquelles
vous devez vous conformer, et il ne vous est point permis de faire de
pareilles violences.

«Il sort cinq ou six pas hors du cachot, et, comme je ne le rappelais
pas, il rentre en me disant:--Remettez-les-moi tant seulement pour dix
jours pour les examiner, et je vous donne ma parole d'honneur qu'au bout
de ce temps je vous les ferai rapporter dans votre chambre.

«Je lui répliquai:--Je ne vous les livrerai pas tant seulement pour deux
heures.

«--Hé bien! me dit-il, puisque vous ne voulez point me les confier, vous
n'avez qu'à rester ici.»

Latude raconte dans ces _Mémoires_, avec grande indignation, l'histoire
d'une flûte qu'il s'était faite, dont il jouait, c'était sa seule
distraction durant les longues heures de solitude; ses geôliers eurent
la barbarie de lui enlever. Le gouverneur du donjon, par compassion,
offrit de la lui rendre. «Mais ce ne sera qu'à la condition que vous
n'en jouerez point la nuit, et rien que le jour.» A cet article, écrit
Latude dans ses _Rêveries_, je ne pus éviter de le tourner en ridicule,
en lui disant: «Mais y pensez-vous, monsieur? il suffit que ça me soit
défendu pour m'en donner envie[1].»

Aussi à Vincennes, comme à Paris en vint-on à considérer Danry comme un
fou. Parmi les livres qu'on lui donnait pour le distraire, il s'en
trouva quelques-uns traitant de sorcellerie. Il les lut et relut, et vit
plus dès lors, dans sa vie, que la perpétuelle intervention des démons
évoqués par la magicienne Pompadour et son frère le magicien, marquis de
Marigny.

Sartine revint voir le prisonnier le 8 novembre 1772. Danry le pria de
lui envoyer un exempt, pour prendre copie d'un mémoire qu'il avait
composé pour sa justification; de lui envoyer également un avocat pour
l'aider de ses conseils, et un médecin, pour examiner l'état de sa
santé.

L'exempt arriva le 24. Le 29, il écrivit au lieutenant de police: «J'ai
l'honneur de vous rendre compte qu'en conséquence de vos ordres je me
suis rendu au château de Vincennes, le 24 courant, pour entendre ce que
Danry prétend intéresser le ministre, et il n'est pas possible
d'entendre chose qui l'intéresse si peu. Il a débuté par me dire qu'il
fallait, pour que j'écrive tout ce qu'il avait à me dire, que je reste
trois semaines avec lui. Il doit me faire l'histoire de cent
quatre-vingts ensorcellements et me faire copier cette histoire, d'après
lui, dans un tas de papiers qu'il a tirés d'un sac, dont le caractère
est indéchiffrable.»

Nous savons par Danry comment se passa la visite de l'avocat. Celui-ci
entra dans la chambre du prisonnier sur le midi.

Danry lui présente les deux mémoires qu'il a rédigés et lui en explique
le contenu. «Sur-le-champ, il me coupa court, en me disant: «Monsieur,
je ne crois point du tout aux ensorcellements.»

«Je ne perdis point courage, et je lui dis: «Monsieur, il ne m'est point
possible de vous faire voir le corps du démon, mais je suis très certain
de vous convaincre, par le contenu de ce mémoire, que feu la marquise de
Pompadour était une magicienne, et que le marquis de Marigny, son frère,
est encore aujourd'hui même en commerce avec les démons.»

A peine l'avocat eut-il lu quelques pages, qu'il s'arrêta tout court,
posa le cahier sur la table et me dit, comme s'il s'était éveillé d'un
profond sommeil: «N'est-ce pas que vous voudriez sortir de prison?» Je
repris: «Cela n'est point douteux.--Et comptez-vous rester dans Paris ou
retourner chez vous?--«Quand je serai libre, je retournerai chez
moi.--Mais avez-vous de quoi?» A ce mot, je le pris par la main et je
lui dis: «Monsieur l'avocat, je vous prie de ne pas vous fâcher des
paroles que je vais vous dire.--Parlez, me dit-il, dites tout ce qu'il
vous plaira, je ne me fâcherai point.--Hé bien, c'est que je me suis
aperçu très distinctement que le démon s'est déjà emparé de vous.»

La même année, Malesherbes fit sa célèbre inspection des prisons. «Ce
ministre vertueux vint me voir dans le commencement du mois d'août 1775,
il m'écouta avec le plus vif intérêt.» L'historien qui a le mieux connu
tout ce qui se rapporte à la Bastille, François Ravaisson, a cru que
Malesherbes laissa le malheureux en prison par égard pour son collègue
Maurepas. «On aurait dit que le premier acte de Maurepas, en reprenant
le ministère, avait été de faire sortir son ancien complice.» Une
lettre de Malesherbes au gouverneur de Vincennes détruit cette
supposition: «Je m'occupe, monsieur, de l'examen des pièces qui
concernent vos différents prisonniers. Danry, Thorin et Maréchal sont
tout à fait fols suivant les notes qu'on m'a données, et les deux
premiers en ont donné des marques indubitables en ma présence.»

Danry fut, en conséquence, transféré à Charenton le 27 septembre 1774,
«pour cause de dérangement de tête, en vertu d'un ordre du Roy du 23
dudit mois, contresigné de Lamoignon (Malesherbes). Le Roy paiera sa
pension.» Au moment d'entrer dans sa nouvelle demeure, Latude prit la
précaution de changer de nom une troisième fois et signa sur les
registres «Danger».

En passant du donjon de Vincennes dans la maison de Charenton, Danry ne
jugea pas inutile de s'élever encore en dignité. Aussi le voyons-nous
s'intituler dorénavant «ingénieur, géographe, pensionnaire du roi à
Charenton.» Sa situation s'améliora sensiblement. Il parle des bontés
qu'avaient pour lui les Pères de la Charité. Il avait des compagnons
dont la société lui plaisait. Des salles où l'on jouait au billard, au
trictrac, aux cartes, étaient mises à la disposition des pensionnaires.
Il prenait ses repas et se promenait en compagnie. Il revit Allègre, son
ancien confrère de captivité, qu'il retrouva dans les catacombes parmi
les forcenés: on l'avait fait sortir, en 1763, de la Bastille où il
cassait et brisait tout. A présent Allègre se croyait Dieu. Quant à
Danry, il était si bien entré dans son rôle de gentilhomme, qu'à voir
son air de noblesse et d'aisance, à entendre sa conversation pleine de
souvenirs de famille et de jeunesse, nul ne pouvait douter qu'il n'eût
été, en effet, ce brillant officier du génie, tombé, dans la fleur de
l'âge, victime des intrigues de la favorite. Il fréquentait la partie
aristocratique de la société de Charenton, et se lia intimement avec un
de ses compagnons, le chevalier de Moyria, fils d'un lieutenant-colonel,
chevalier de saint Louis.

Cependant le Parlement, qui envoyait chaque année une commission faire
l'inspection de la maison de Charenton, commission devant laquelle Danry
comparut à deux reprises différentes, ne jugea pas qu'il dût être mis en
liberté. Mais, un beau jour du mois de septembre 1776, le Père prieur,
qui s'intéressait tout particulièrement au sort de son pensionnaire, le
rencontrant dans le jardin, lui dit brusquement: «Nous attendons la
visite de M. le lieutenant de police, préparez un discours court et
bon». Le lieutenant de police, Lenoir, vit Danry, l'écouta
attentivement, et comme le Père prieur ne donnait que de bons
témoignages, le magistrat promit la liberté. «Alors le Père Prudence,
directeur, qui était derrière moi, me tira par le bras pour me faire
sortir, par crainte que, par quelque parole indiscrète, je ne gâtasse le
bien qui avait été résolu.» C'est un trait charmant tout à l'honneur du
Père Prudence.

Mais, réflexion faite, il parut dangereux de rejeter ainsi, du jour au
lendemain, dans la société un homme qui ne saurait comment y vivre,
n'ayant ni parents ni fortune, n'ayant plus les moyens de gagner sa vie,
et dont on n'avait d'ailleurs que trop de raisons de se défier. Le Noir
fit demander si le prisonnier trouverait, une fois en liberté, de quoi
assurer son existence, s'il avait quelque bien, s'il pouvait donner les
noms de quelques personnes prêtes à répondre de lui.

Comment, s'il avait quelque bien! comment, s'il trouverait des personnes
prêtes à répondre de lui! Lui, Maser de Latude! Mais toute sa famille,
quand la marquise de Pompadour le fit embastiller, occupait une
situation brillante! Mais sa mère, dont il avait eu la douleur
d'apprendre la mort, il avait laissé une maison et des biens-fonds
considérables! Latude prit la plume et, sans hésiter, écrivit à M.
Caillet, notaire royal à Montagnac:

[Illustration: J.-CH. P. LE NOIR, LIEUTENANT GÉNÉRAL DE POLICE

(Bibl. de l'Arsenal)]

«Mon cher ami, je parierais dix contre un que tu me crois mort, vois
comme tu t'es trompé!... Il ne dépend que de toi qu'avant ce carnaval
passé nous mangions un bon levraut ensemble.»

Et il parle à son ami le notaire de la fortune laissée par sa mère, de
toute sa famille qui ne peut manquer de s'intéresser à lui. Latude ne
fut peut-être pas très étonné de ne pas recevoir de réponse à cette
épître, mais elle devait passer sous les yeux du lieutenant de police.

Le nouvel ami de Latude, le chevalier de Moyria, était en liberté depuis
quelque temps déjà. Le prisonnier s'empressa de lui envoyer la copie de
sa lettre au notaire.

«La réponse se faisait attendre, M. Caillet était mort sans doute. Que
devenir? ces vingt-huit années de captivité avaient compromis sa
fortune, lui avaient fait perdre ses amis; comment retrouver les débris
de sa famille dispersée? Heureusement qu'il lui restait une amitié, une
amitié jeune encore, mais déjà forte, en laquelle il mettait sa
confiance.

«Chevalier, il ne dépendrait que de vous de me délivrer, en engageant
votre bonne maman à écrire à M. Le Noir. «Le chevalier de Moyria
répondit aimablement, Danry écrivit une nouvelle lettre plus pressante
et fit si bien que, non seulement la mère du chevalier, mais encore un
vieil ami de la famille de Moyria, Mercier de Saint-Vigor, chef
d'escadre, contrôleur général de la maison de la reine, intervinrent,
firent des démarches à Versailles. «Le 5 du moi de juin 1777, le roi
Louis XVI me rendit ma liberté, j'ai l'ordre de sa main dans ma poche!»

[Illustration: LA CHAPELLE DE LA BASTILLE]


V

En sortant de Charenton, Danry avait signé l'engagement de partir
immédiatement pour le Languedoc, engagement qu'il n'eut garde de tenir.
Paris était la seule ville de France où un homme comme lui pouvait se
pousser. Il avait alors cinquante-deux ans, mais se trouvait jeune
encore, plein d'entrain et de vigueur; ses cheveux, aussi abondants que
dans sa jeunesse, n'avaient pas blanchi. Bientôt il eut trouvé le moyen
d'emprunter de l'argent, et le voilà en campagne, s'efforçant
d'approcher les ministres, gagnant la protection du prince de Beauvau,
distribuant des mémoires où il réclame la récompense de grands services
rendus, où il se répand en invectives contre ses oppresseurs, contre
Sartine en particulier. Le ministre Amelot le fit appeler, et, d'une
voix sévère, lui intima l'ordre de partir sur-le-champ. Latude ne se le
fit pas répéter. Il se trouvait à Saint-Bris, à quarante-trois lieues de
la capitale, quand il se vit appréhendé par l'exempt Marais. Ramené à
Paris, il fut écroué au Châtelet le 16 juillet 1777, et, le 1er août,
conduit à Bicêtre. A peine en liberté, il s'était introduit chez une
dame de qualité et lui avait extorqué de l'argent par des menaces.
L'exempt le trouva porteur d'une somme assez forte.

Bicêtre n'était plus une prison d'État comme la Bastille et Vincennes,
ou une maison de santé comme Charenton: c'était la prison des voleurs.
Danry prit la précaution, en y entrant, de changer de nom une quatrième
fois, il se fit appeler Jedor. Il a d'ailleurs soin de nous donner dans
ses _Mémoires_ la raison de cette nouvelle métamorphose: «Je ne voulais
pas souiller le nom de mon père en le mettant sur le registre de ce lieu
infâme». De ce jour commence pour lui une existence vraiment misérable:
confondu avec les scélérats, au pain et à l'eau, il a un cabanon pour
demeure. Mais son long martyre est terminé: voici l'heure de
l'apothéose!

Louis XVI règne depuis plusieurs années et la France est devenue la
nation la plus _sensible_ de l'univers. Tout le monde pleure et à tout
propos. Est-ce la littérature sentimentale mise à la mode par J.-J.
Rousseau qui a amené ce résultat touchant, ou bien, au contraire, cette
littérature a-t-elle eu du succès parce qu'elle était dans le goût du
jour? Quoi qu'il en soit, Latude venait à son moment. Sa récente
mésaventure n'était pas faite pour le décourager. Au contraire, c'est
avec une énergie plus grande, une plus poignante émotion et des cris
plus déchirants qu'il reprend l'histoire de son interminable souffrance.
Victime d'oppresseurs cruels, de lâches ennemis qui ont intérêt à
étouffer sa voix, les mauvais traitements ne courberont pas sa tête, il
restera fier, sûr de lui, debout devant ceux qui le chargent de fers.

Lors de la naissance du dauphin, Louis XVI voulut faire partager sa
joie aux misérables et prononcer un grand nombre de grâces. Une
commission spéciale, présidée par le cardinal de Rohan, composée de huit
conseillers au Châtelet, vint siéger à Bicêtre. Danry comparut devant
elle le 17 mai 1782. Ses nouveaux juges, comme il en témoigne,
l'écoutèrent avec intérêt. Mais la décision de la commission ne lui fut
pas favorable. Cela ne l'étonna pas autant que nous pourrions le croire.
«Le souffle impur du vice, écrit-il au marquis de Conflans, n'a jamais
gâté mon cœur; mais il y a des magistrats qui aiment mieux faire
grâce en pardonnant à des hommes coupables, que de s'exposer au reproche
mérité d'avoir commis l'injustice la plus révoltante, en retenant
l'innocence pendant trente-trois ans dans les fers.»

Pour donner carrière à l'incroyable activité de son cerveau, il compose
à Bicêtre de nouveaux projets, mémoires et relations de ses malheurs. Il
envoie au marquis de Conflans un projet de presse hydraulique, «hommage
d'un gentilhomme infortuné qui a vieilli dans les fers»; il fait porter
des mémoires par le porte-clés à toutes les personnes qui pouvaient
s'intéresser à lui. La première qui le prit en compassion est un prêtre,
l'abbé Legal, de la paroisse de Saint-Roch, vicaire de Bicêtre. Il vint
le voir, le consoler, lui donner des soins et de l'argent. Le cardinal
de Rohan lui témoigna également beaucoup d'intérêt, il lui envoya des
secours par son secrétaire. Nous arrivons enfin à Mme Legros. Cette
merveilleuse histoire est connue, nous la conterons brièvement. Un
porte-clés ivre perd l'un des mémoires de Latude au coin d'une borne de
la rue des Fossés-Saint-Germain-l'Auxerrois; une femme, une petite
mercière, le ramasse, elle l'ouvre: son cœur se serre à la lecture de
ces souffrances horribles décrites en traits de feu. Elle fait partager
son émotion à son mari[2], tous les soins de ces braves gens vont tendre
à la délivrance de l'infortuné, et Mme Legros se consacre à la tâche
entreprise avec une ardeur, un courage, un dévoûment infatigables.
«Grand spectacle, s'écrie Michelet, de voir cette femme pauvre, mal
vêtue, qui s'en va de porte en porte, faisant la cour aux valets pour
entrer dans les hôtels, plaider sa cause devant les grands, leur
demander leur appui!» En bien des maisons elle trouve bon accueil, le
président de Gourgues, le président de Lamoignon, le cardinal de Rohan,
l'aident de leur influence. Sartine lui-même fait des démarches en
faveur du malheureux. Deux avocats du parlement de Paris, Lacroix et
Comeyras, se dévouent à la cause. Des copies sont tirées des mémoires du
prisonnier, elles se répandent dans tous les salons, elles pénètrent
jusque dans le cabinet de la reine. Tous les cœurs s'émeuvent aux
accents de cette voix déchirante.

Le marquis de Villette, devenu célèbre par l'hospitalité qu'il donna à
Voltaire mourant, se prend de passion pour l'infortuné; il envoie son
intendant à Bicêtre offrir à Latude une pension de 600 livres, à la
seule condition que le prisonnier lui laissera l'honneur de le délivrer.
Latude reçut cette singulière proposition comme il le devait. «Voilà
deux ans qu'une pauvre femme se dévoue à ma délivrance, je serais un
ingrat en ne laissant pas mon sort entre ses mains.» Il savait que cette
pension ne lui échapperait pas, et ce n'est pas pour 600 livres qu'il
aurait consenti à laisser dépouiller son histoire du caractère
romanesque et touchant qu'elle prenait de plus en plus.

Voici du reste l'Académie française qui intervient. D'Alembert est feu
et flammes. Et c'est dorénavant dans la prison infâme un flot de
visiteurs de la plus haute distinction. Enfin, le roi lui-même est amené
à s'occuper de l'affaire. Il se fait apporter le dossier, il l'examine
soigneusement. Avec quelle anxiété on attend sa décision! Mais Louis
XVI, qui connaît à présent l'affaire, répondit que Latude ne sortira
_jamais_. A cet arrêt, qui paraît sans appel, tous les amis du
prisonnier perdent courage, excepté Mme Legros. La reine et Mme
Necker sont avec elle. En 1783, Breteuil, l'homme de la reine, arrive au
pouvoir; le 24 mars 1784, la mise en liberté est signée. Le vicomte de
Latude reçoit une pension de 400 livres, mais il est exilé dans son
pays. Nouvelles instances, nouvelles démarches: on obtient enfin que
Latude vivra libre à Paris!

Voici la plus belle époque de la vie d'un grand homme. Latude occupe, au
quatrième, un appartement modeste, mais propre et bien rangé. Il vit
entre ses deux bienfaiteurs, M. et Mme Legros, choyé, entouré de
mille gâteries. La duchesse de Beauvau a obtenu de Calonne pour Mme
Legros, sur les fonds destinés à soutenir les gentilshommes tombés dans
la misère, une pension de 600 livres; la duchesse de Kingston lui fait
une autre pension de 600 livres également; outre la pension royale,
Latude reçoit 500 livres par an du président Dupaty et 300 du duc
d'Agen. De plus, une souscription publique a été ouverte, elle s'est
couverte des plus grands noms de France. Une agréable aisance est
assurée aux époux Legros et à leur fils d'adoption. Dans la séance du 24
mars, l'Académie française a décerné solennellement à la vaillante
mercière le prix Montyon. «La dame Legros est venue recevoir la médaille
aux acclamations de toute l'assemblée.»

Le nom de Latude est sur toutes les lèvres, on l'admire, on le plaint.
Les dames de la plus haute société ne craignent pas de monter les quatre
étages, accompagnées de leurs filles, pour apporter à l'infortuné «avec
leurs larmes des secours en argent». C'est une affluence dont le héros
nous a laissé avec complaisance la description: duchesses, marquises,
grands d'Espagne, croix de saint Louis, présidents au Parlement, se
rencontrent chez lui. Il y a quelquefois six et huit personnes dans sa
chambre. Chacun entend son histoire, lui prodigue les témoignages de la
plus tendre compassion, et nul ne manque, avant de sortir, «de laisser
une marque de sa sensibilité». Les maréchales de Luxembourg et de
Beauvau, la duchesse de la Rochefoucauld, la comtesse de Guimont, sont
parmi les plus zélées. «D'ailleurs, dit notre homme, il me serait
extrêmement difficile de pouvoir connaître laquelle de ces comtesses,
marquises, duchesses et princesses a le cœur le plus humain, le plus
compatissant.»

Latude devient ainsi l'une des illustrations de Paris: les étrangers
affluent à son logis, les maîtresses de maison se l'arrachent. A table,
quand il parle, c'est un silence empreint de déférence et de respect; au
salon, près de la cheminée où flambent les grandes bûches, il est assis
dans un fauteuil doré, au milieu d'un bouquet de robes claires et
soyeuses qui frissonnent, pressées autour de lui. Le chevalier de
Pougens, fils du prince de Conti, lui demande avec insistance de lui
faire le plaisir de venir demeurer dans sa maison; Latude veut bien y
consentir. L'ambassadeur des États-Unis, l'illustre Jefferson, le prie à
dîner.

Latude a décrit lui-même cette vie enchantée: «Depuis ma sortie de
prison, les plus grands seigneurs de France m'ont fait l'honneur de
m'inviter à venir manger chez eux, mais je n'ai pas trouvé une seule
maison, excepté celle de M. le comte d'Angevillier, où l'on rencontre
les gens d'esprit et de science par douzaines, et toutes sortes
d'honnêtetés de la part de Mme la comtesse, et celle de M. Guillemot,
intendant des bâtiments du roi, l'une des plus charmantes familles que
l'on puisse trouver dans Paris,--où l'on soit plus à son aise que chez
le marquis de Villette.

«Quand on a, comme moi, éprouvé la rage de la faim, on commence toujours
par parler de la bonne chère. Le marquis de Villette a toujours un
cuisinier qui peut aller de pair avec le plus habile de son art,
c'est-à-dire en deux mots que sa table est excellente. A celle des ducs
et pairs et des maréchaux de France, c'est un cérémonial éternel, on n'y
parle que par sentences, au lieu qu'à celle du marquis de Villette[3],
fondamentalement il y a toujours des personnes d'esprit et de science.
Tous les musiciens de la première classe ont un couvert mis à sa table,
et de six jours de la semaine il y en a au moins trois où il y a un
petit concert.»

Le 26 août 1788, mourut une des bienfaitrices de Latude, la duchesse de
Kingston; elle ne manqua pas de faire à son protégé une bonne place dans
son testament, et nous voyons celui-ci assister pieusement à la vente
qui se fit des meubles et effets ayant appartenu à la bonne dame. Il
acheta même quelques objets et donna en paiement un louis d'or. Mais,
l'huissier-audiencier, M. de Villeneuve, le lui rendit: la pièce était
fausse. Le lendemain à une seconde vacation Latude ayant donné à nouveau
la même pièce, M. de Villeneuve la lui rendit pour la seconde fois en
lui faisant remarquer assez vivement, que la pièce était
fausse.--«Fausse? Hé! prenait-on le vicomte de Latude pour un escroc? La
pièce était fausse! Et qui donc avait l'audace d'émettre «une pareille
inculpation attentatoire à son honneur et à sa réputation»? Latude élève
la voix, l'huissier menace de le faire sortir de la salle. L'insolent!
«On met à la porte un polisson et non un gentilhomme!» Mais l'huissier
envoie chercher la garde à cheval, qui met «le sieur de la Tude
ignominieusement dehors». Celui-ci sortit avec calme, et, le jour même,
22 novembre 1788, attaqua l'huissier devant le tribunal du Châtelet
«pour avoir une réparation aussi authentique que la diffamation avait
été publique[4]».

L'année suivante (1789), Latude fit un voyage en Angleterre. Il avait
entrepris de poursuivre devant les tribunaux Sartine, Le Noir et les
héritiers de Mme de Pompadour, afin d'obtenir les indemnités qui lui
étaient dues. En Angleterre, Latude rédigea un mémoire à l'adresse de
Sartine, dans lequel il fait connaître à l'ancien lieutenant de police
les conditions auxquelles il se désisterait de ses poursuites. «M. de
Sartine, voulez-vous me donner, en forme de réparation de tous les
maux, dommages, que vous m'avez fait souffrir injustement, la somme de
900.000 livres; M. Le Noir, 600.000 livres, et les héritiers de feu la
marquise de Pompadour et du marquis de Menars 100.000 écus, ces trois
sommes ensemble font 1.800.000 livres», c'est-à-dire 4 millions
d'aujourd'hui.

[Illustration: LA BASTILLE VUE DU JARDIN DU GOUVERNEUR]


VI

La révolution éclata. Si l'époque de Louis XVI, tendre et compatissante,
avait été favorable à notre homme, la Révolution semble avoir été faite
pour lui. Le peuple se souleva contre le despotisme des rois; les tours
de la Bastille furent renversées. Latude, victime des rois, victime de
la Bastille et des ordres arbitraires, allait apparaître dans tout son
éclat.

Il s'empressa de jeter aux orties sa perruque poudrée et son habit de
vicomte; écoutez le révolutionnaire farouche, intègre, indomptable,
absolu: «Français! j'ai acquis le droit de vous dire la vérité; et, si
vous êtes libres, vous devez aimer à l'entendre.

«Je méditais depuis trente-cinq ans, dans les cachots, sur l'audace et
l'insolence des despotes; j'appelais à grands cris la vengeance, lorsque
la France, indignée, s'est levée tout entière, par un mouvement sublime,
et a écrasé le despotisme. Pour qu'une nation soit libre, il faut
qu'elle veuille le devenir, et vous l'avez prouvé. Mais, pour conserver
la liberté, il faut s'en rendre digne; et voilà ce qu'il vous reste à
faire!»

Au Salon de peinture de 1789, on vit deux portraits de Latude et la
fameuse échelle de cordes. Au bas de l'un de ces portraits[5], par
Vestier, membre de l'Académie royale, on avait gravé ces vers:

    Instruit par ses malheurs et sa captivité,
    A vaincre des tyrans les efforts et la rage,
    Il apprit aux Français comment le vrai courage
          Peut conquérir la liberté.

Dès l'année 1787, le marquis de Beaupoil-Saint-Aulaire avait écrit, sous
l'inspiration du martyr, l'histoire de sa captivité. Il parut de ce
livre, la même année, deux éditions différentes. En 1789, Latude publia
le récit de son évasion de la Bastille, ainsi que son _Grand Mémoire_ à
la marquise de Pompadour; enfin, en 1790, parut le _Despotisme dévoilé,
ou Mémoires de Henri Masers de Latude_, rédigé par un avocat nommé
Thierry[6].

Le livre est dédié à Lafayette. On voit, en première page, le portrait
du héros, la figure fière et énergique, une main sur l'échelle de corde,
l'autre étendue vers la Bastille, que des ouvriers sont occupés à
démolir. «Je jure, dit l'auteur en commençant, que je ne rapporterai pas
un fait qui ne soit une vérité.» L'ouvrage est un tissu de calomnies et
de mensonges; et, ce qui affecte de la manière la plus pénible, c'est de
voir cet homme renier sa mère, oublier les privations qu'elle a
supportées par amour pour son fils, et faire honneur du peu que la
pauvre fille a pu faire pour son enfant, à un marquis de la Tude,
chevalier de saint Louis, lieutenant-colonel au régiment
d'Orléans-dragons!

[Illustration: PRISE DE LA BASTILLE

(Coll. Edm. de Rothschild)]

Mais le livre vibrait d'un incomparable accent de sincérité et de cette
émotion profonde que Latude savait communiquer à tous ceux qui
l'approchaient. Le succès fut prodigieux. En 1793, vingt éditions
étaient épuisées, l'ouvrage était traduit en plusieurs langues; les
journaux n'avaient pas assez d'éloges pour l'audace et le génie de
l'auteur, le _Mercure de France_ proclamait que, désormais, le devoir
des parents était d'apprendre à lire à leurs enfants dans cette œuvre
sublime; un exemplaire en était envoyé à tous les départements,
accompagné d'une réduction de la Bastille par l'architecte Palloy, et
c'est avec raison que Latude pouvait s'écrier dans l'Assemblée
nationale: «Je n'ai pas peu contribué à la révolution et à l'affermir.»

Latude n'était pas homme à négliger des circonstances aussi favorables.
Il chercha tout d'abord à faire augmenter sa pension et présenta à la
Constituante une pétition qui fut appuyée par le représentant Bouche.
Mais Camus, l'«âpre Camus», président de la commission chargée
d'examiner l'affaire, conclut au rejet; et, dans la séance du 13 mars
1791, le député Voidel prononça un discours très vif: selon lui, la
Nation avait à soulager des malheureux plus dignes d'intérêt qu'un homme
de qui la vie avait commencé par une escroquerie et une lâcheté.
L'Assemblée se rangea à cet avis: non seulement la pension de Latude ne
fut pas augmentée, mais la délibération de la Constituante lui fit
supprimer la pension que lui avait accordée Louis XVI.

[Illustration: LES PRISONNIERS DE LA BASTILLE DÉLIVRÉS LE 14 JUILLET
1789

Dessiné par J. Bulthuis, gravé par Vinkeles et Vrydag (Musée
Carnavalet)]

Horreur et infamie! «Quelle démence s'est emparée de l'esprit des
représentants de la plus généreuse nation de l'univers!... Assassiner un
malheureux dont l'aspect seul éveille la pitié et échauffe la
sensibilité la moins expansive... car la mort n'est pas aussi terrible
que la perte de l'honneur!» Le vaillant Latude ne restera pas sous le
coup d'un pareil affront. Bientôt il a amené Voidel à se rétracter: il
gagne, au sein de l'Assemblée, un défenseur influent, le maréchal de
Broglie. L'Assemblée législative remplace la Constituante, Latude
revient à la charge. Il est admis à la barre le 26 janvier 1792;
l'affaire est renvoyée et examinée une seconde fois, le 25 février. Nous
voudrions pouvoir citer tout au long le discours que Latude composa
lui-même pour son rapporteur, voici un fragment de la péroraison:

«Qu'un homme, sans aucun secours étranger, ait pu s'échapper trois fois,
une fois de la Bastille et deux fois de la tour de Vincennes; oui,
messieurs, j'ose dire qu'il n'a pu en venir à bout que par un miracle
ou que Latude a un génie plus qu'extraordinaire. En effet, jetez les
yeux sur cette échelle de corde et de bois et sur tous les autres
instruments que Latude a fabriqués avec un simple briquet, que voilà au
milieu de cette chambre. J'ai voulu vous faire voir cet objet de
curiosité qui fera sans cesse l'admiration des gens d'esprit. Pas un
seul étranger ne vient dans Paris qui n'aille voir ce chef-d'œuvre
d'esprit et de génie, de même que sa généreuse libératrice, Mme
Legros. Nous avons voulu vous ménager, messieurs, le plaisir de voir
cette femme célèbre, qui, pendant quarante mois, sans relâche, a bravé
le despotisme, qu'elle a vaincu à force de vertu. La voilà à la barre
avec M. de Latude, voilà cette femme incomparable, que sans cesse elle
fera la gloire et l'ornement de son sexe!...»

[Illustration: TÊTES DU GOUVERNEUR DE LA BASTILLE ET DU MAJOR DE LOSME
PORTÉES LE 14 JUILLET 1789 PLACE DE GRÈVE

(Extrait des _Révolutions de Paris_)]

Ne nous étonnons pas que l'Assemblée législative se soit laissé émouvoir
par cette harangue éloquente et cette exhibition aussi touchante que
variée. Elle vota d'une seule voix une pension de 2.000 livres, sans
préjudice de la pension de 400 livres précédemment accordée. Désormais,
Latude pourra dire: «La Nation tout entière, m'a adopté.»

D'ailleurs, la petite mésaventure au sein de l'Assemblée constituante
devait être le seul échec que Latude essuya au cours de sa glorieuse
carrière de martyr. Présenté à la Société des «Amis de la
Constitution», il en fut nommé membre par acclamation, et la Société
envoya une délégation de douze membres porter a Mme Legros la
couronne civique. Le chef de la députation dit, d'une voix émue: «Ce
jour est le plus beau jour de ma vie.» Une délégation des principaux
théâtres de Paris offrit à Latude l'entrée gratuite à tous les
spectacles «afin qu'il pût aller souvent oublier les jours de sa
douleur». Une haute considération l'entourait et les plaideurs le
priaient d'appuyer leurs causes devant les tribunaux de l'autorité
morale que lui avait donnée sa vertu. Il en profita pour porter
définitivement en justice ses réclamations contre les héritiers de la
marquise de Pompadour. Le citoyen Mony plaida la cause une première fois
au tribunal du VIe arrondissement, le 16 juillet 1793; le 11
septembre, l'affaire revint devant les magistrats; les citoyens
Chaumette, Laurent et Legrand avaient été désignés par la Commune de
Paris comme défenseurs officieux, et toute la Commune vint assister à
l'audience. Latude obtint 60.000 livres, dont 10.000 furent payées en
espèces.

[Illustration: LA DÉMOLITION DE LA BASTILLE APRÈS LA PRISE

Dessiné par Tetar, gravé par Campion (Musée Carnavalet)]

A partir de ce moment, sa vie devint plus calme. Mme Legros
continuait à l'entourer de ses soins. Les 50.000 livres qui lui
restaient dues par les héritiers de la marquise lui furent payées en
bonnes métairies sises en Beauce, dont il touchait les revenus.

Il éprouvait du plaisir à aller dans les maisons d'arrêt, visiter les
prisonniers des comités révolutionnaires. Au Luxembourg il trouve
l'ancien ministre Amelot avec lequel il avait correspondu durant sa
détention à Vincennes. «A présent, écrit miss Williams, Latude goûtait
les douceurs de la liberté et, jusqu'au moment où les visites dans les
prisons furent interdites, il y vint fréquemment voir l'un de ses amis,
dans la chambre même où l'ancien ministre était enfermé».

Ajoutons que la France ne trouva pas en Latude un enfant ingrat. La
situation critique, dans laquelle le pays se débattait, le peinait
profondément. Il cherchait les moyens d'y porter remède et fit paraître,
en 1799, _un Projet d'évaluation des quatre-vingts départements de la
France pour sauver la République en moins de trois mois_, ainsi qu'un
_Mémoire sur les moyens de rétablir le crédit public et l'ordre dans les
finances de la France_.

Lorsque les biens ayant appartenu à la marquise de Pompadour furent
séquestrés, les métairies données à Latude lui furent enlevées; mais il
se les fit restituer par le Directoire. Il fut moins heureux dans une
demande de concession de théâtre et de maison de jeu. Il s'en consola.
Les secours qu'il ne cessait d'extorquer de droite et de gauche, le
revenu de ses métairies, la vente de ses livres et l'argent que lui
rapportait l'exhibition de son échelle, promenée par un imprésario dans
les différentes villes de France et d'Angleterre, lui procuraient une
large aisance.

La Révolution passa. Latude salua Bonaparte à son aurore, et quand
Bonaparte devint Napoléon, Latude acclama l'Empereur. Nous avons une
lettre bien curieuse dans laquelle il trace à Napoléon 1er les lignes
de conduite qu'il devra suivre pour son bien et celui de la France, elle
commence par ces mots:

«Sire,

«J'ai été enterré cinq fois tout vivant, et je connais le malheur. Pour
avoir un cœur plus compatissant que le général des hommes, il faut
avoir souffert de grands maux... J'ai eu la douce satisfaction, du temps
de la Terreur, d'avoir sauvé la vie à vingt-deux malheureux...
Solliciter Fouquet d'Étinville pour des royalistes, c'était le persuader
que j'en étais un moi-même. Que si j'ai bravé la mort pour sauver la vie
à vingt-deux citoyens, juge, grand Empereur, si mon cœur peut éviter
de s'intéresser pour toi, qui est le sauveur de ma chère patrie.»

D'autre part, il réclame de l'argent à Godoï, prince de la Paix,
ministre de Charles IV, sous prétexte qu'il est l'inventeur d'une sorte
de hallebarde en usage dans l'armée espagnole.

Nous avons des détails sur la fin de la vie de Latude par les _Mémoires_
de son ami le chevalier de Pougens et par les _Mémoires_ de la duchesse
d'Abrantès. Le chevalier nous dit qu'à l'âge de soixante-quinze ans il
était encore en bonne santé, «vif, enjoué, paraissant jouir avec
transport des charmes de l'existence. Chaque jour, il faisait de longues
courses dans Paris sans éprouver la moindre fatigue. On s'étonnait de ne
trouver en lui _aucun vestige_ des cruelles souffrances qu'il avait
éprouvées dans les cachots pendant trente-cinq années de détention[7].»
L'Empire ne lui avait pas fait perdre de sa faveur. Junot lui faisait
une pension sur des fonds dont il disposait. Un jour, il le présenta à
sa femme, avec Mme Legros, que Latude ne quittait plus.

«Lorsqu'il arriva, nous dit la duchesse d'Abrantès, je fus au-devant de
lui avec un respect et un attendrissement vraiment édifiants. Je le pris
par la main, je le conduisis à un fauteuil, je lui mis un coussin sous
les pieds; enfin, il aurait été mon grand-père que je ne l'aurais pas
mieux traité. A table, je le mis à ma droite.» Mais, ajoute la duchesse,
«mon enchantement dura peu. Il ne parlait que de ses aventures avec une
loquacité effrayante.»

Agé de quatre-vingts ans, le 25 juin 1804, quelques mois avant sa mort,
Latude écrit à son protecteur le chevalier de Pougens, membre de
l'Institut, qu'il tutoie: «Or, je viens te déclarer à haute et
intelligible voix que si, d'aujourd'hui, 11 messidor, en dix jours, tu
n'es pas rendu dans Paris, avec tout ton bétail (le chevalier de Pougens
était dans ses terres, à la campagne), que je partirai le lendemain, que
je porterai une faim démesurée et une soif de cocher de fiacre, et quand
j'aurai mis vos provisions et votre cave à sec, vous me verrez jouer le
second acte de la comédie de _Jocriste_: vous verrez voler les
assiettes, les plats, les marmites, les bouteilles--bien entendu,
vides--et jeter tous les meubles par la fenêtre!»

Le 20 juillet 1804, Latude rédigea encore une circulaire adressée aux
souverains de l'Europe, au roi de Prusse, au roi de Suède, au roi de
Danemark, à l'archiduc Charles, frère de l'empereur, ainsi qu'au
président des États-Unis. A chacun, il envoyait un exemplaire de ses
_Mémoires_ accompagné du célèbre projet qui avait fait remplacer par des
fusils les hallebardes dont les sergents étaient armés. Il expliquait à
chacun de ces souverains que, comme la nation qu'il gouvernait profitait
de ce projet, enfant de son génie, il était juste qu'il en reçût la
récompense.

Jean Henri, dit Danry, dit Danger, dit Jedor, dit Masers d'Aubrespy, dit
de Masers de la Tude, mourut à Paris, le 11 nivôse an XIII (1er
janvier 1805), d'une fluxion de poitrine, à l'âge de quatre-vingts ans.

[Illustration]


VII

Nous venons de dire le peu de confiance que doivent inspirer les
Mémoires que Latude fit rédiger au début de la Révolution, par l'avocat
Thierry qu'il publia en 1790. A la bibliothèque impériale de
Saint-Pétersbourg, est conservé un manuscrit autographe de Latude[8],
rédigé par lui dans sa prison, à Vincennes, puis à Charenton de 1775 à
1777. Ce manuscrit faisait partie des anciennes archives de la Bastille;
il y fut pris, avec d'autres papiers, lors du pillage du 14 juillet. Il
parvient entre les mains d'un amateur russe, d'où il passa dans la
bibliothèque du tzar. Ce mémoire offre infiniment plus de garanties de
sincérité et d'exactitude que le texte rédigé par Thierry. Latude le
destinait aux ministre et magistrats appelés à décider de son sort:
c'est une manière de plaidoyer, où les faits sont naturellement
présentés par l'auteur de la manière qui lui est la plus favorable; mais
où il entre dans les détails les plus circonstanciés, et où il lui
était relativement difficile de s'écarter de la vérité, son œuvre
étant destinée à des juges placés à même de la contrôler.

Du manuscrit de Saint-Pétersbourg la Bibliothèque de l'Arsenal a acquis
une copie en 1886 (Bibl. de l'Arsenal, ms. 12727, f. 618-837); d'après
laquelle a été établi le texte qui suit.

Le début de ces mémoires faisant défaut dans le manuscrit de
Saint-Pétersbourg, nous l'avons remplacé par la partie correspondante
des mémoires rédigés par Thierry: il s'agit des deux premiers chapitres.

Les mémoires rédigés par Thierry comprennent ce que l'on peut appeler
les deux détentions de Latude; la première du 1er mai 1749 au 5 juin
1777, ayant été occasionnée par l'envoi de la boîte explosive à Mme
de Pompadour, et la seconde, du 17 juillet 1776 au 24 mai 1784, par le
chantage à main armée, dont le héros s'était rendu coupable vis-à-vis
d'une dame de qualité. La relation de Saint-Pétersbourg publiée ici
s'arrête à la fin de sa première détention (juin 1771). Nous ne croyons
pas devoir réimprimer pour la suite, la relation Thierry. La fin de la
vie de Latude est racontée ci-dessus, dans l'introduction, d'après des
correspondances et des pièces d'archives, dont le témoignage est plus
exact que celui de notre «martyr» trop intéressé, quand il mettait sa
plume entre les mains de l'avocat Thierry, à tromper ses contemporains.

FRANTZ FUNCK-BRENTANO.

Montfermeil, novembre 1910.

[Illustration]

[Illustration:

PLAN EXACT DE LA BASTILLE TEL QU'IL FUT LEVÉ LE 16 JUILLET 1789,

DEUX JOURS APRÈS LA PRISE.

(Bibl. nat., manuscrits).]



MÉMOIRES AUTHENTIQUES DE LATUDE



I

MON INCARCÉRATION A LA BASTILLE

(1er mai 1749).


Je suis né, le 23 mars 1725, au château de Craiseih, près de Montagnac
en Languedoc, dans une terre appartenant au marquis de Latude, mon père,
chevalier de l'ordre royal et militaire de Saint-Louis,
lieutenant-colonel du régiment d'Orléans-Dragons, mort, depuis,
lieutenant de roi à Sedan[9]. Je n'entrerai point dans le détail de mes
premières années: la véritable histoire de ma vie n'est que celle de mes
malheurs. J'avais annoncé quelques dispositions et un goût décidé pour
les mathématiques: mes parents s'appliquèrent à les cultiver, et
favorisèrent mon inclination, qui me portait à entrer dans le génie. A
l'âge de vingt-deux ans, mon père m'adressa à M. Dumai, son ami,
ingénieur en chef à Berg-op-Zoom. Celui-ci m'accueillit, me reçut en
qualité de surnuméraire, et me fit prendre l'uniforme. J'allais être en
pied, lorsque, malheureusement pour moi, la paix de 1748 fut conclue
[traité d'Aix-la-Chapelle]. Mon père voulut que je misse à profit cet
instant de repos: il m'envoya à Paris pour suivre mes cours de
mathématiques et achever mon éducation. J'étais jeune, j'avais toute
l'activité de mon âge, et j'éprouvais sans cesse le tourment qu'elle
cause à ceux qui veulent jouer un rôle, et qui prennent pour du talent
l'agitation de leur esprit. J'aurais accepté, à quelque prix que ce fût,
le bonheur de parvenir; mais, pour cela, il fallait des protecteurs. Je
les voulais puissants, mon amour-propre les cherchait dans les premiers
rangs, ou plutôt l'amour de la gloire, car pourquoi dégrader cette
passion qui, dans un jeune homme, est toujours un sentiment noble et
digne de quelque estime? Quoi qu'il en soit, je n'étais pas connu, je
voulais l'être, et pour en chercher les moyens, je ne pris conseil que
de mon imagination.--Voici celui qu'elle me suggéra.

La marquise de Pompadour régnait alors. Cette femme impérieuse expiait
par la haine universelle le crime d'avoir fait perdre au roi le respect
et l'amour de son peuple; elle venait d'y ajouter celui d'avoir sacrifié
à sa vengeance un ministre chéri, dont elle avait puni une plaisanterie
ingénieuse par la disgrâce et l'exil. On ne prononçait son nom qu'avec
un mépris mêlé d'horreur, et l'on trouvait dans toutes les bouches
l'expression d'un sentiment qui remplissait tous les cœurs.

Un jour du mois d'avril 1749, j'étais aux Tuileries; deux hommes assis à
côté de moi se livraient, contre elle, à l'indignation la plus vive. Le
feu qui paraissait les enflammer échauffa mon esprit qui, toujours
dirigé vers le but auquel tendaient toutes mes méditations, crut trouver
dans un projet qu'il enfanta alors un moyen sûr d'opérer mon avancement
et d'assurer ma fortune. Il ne me paraissait pas suffisant d'avertir la
marquise de Pompadour de l'opinion publique: sans doute je ne lui aurais
rien appris qu'elle ne sût ou dont elle ne se doutât; j'imaginai de
signaler davantage mon zèle, et de l'intéresser à mon sort par la
reconnaissance. Après avoir jeté à la poste une petite boîte de carton à
son adresse, dans laquelle j'avais mis une poudre qui ne pouvait causer
aucun mal, je courus à Versailles: je lui racontai ce que j'avais
entendu; j'exagérai le désir que ces deux particuliers avaient montré de
disputer à d'autres la gloire d'en délivrer la France, et j'ajoutai que
je les avais suivis jusqu'à la grande poste où ils avaient porté un
paquet que, d'après leur discours, je devais soupçonner être pour elle,
et renfermer quelque poison très subtil.

Le premier mouvement de la marquise fut de m'exprimer la sensibilité la
plus vive, et de m'offrir une bourse pleine d'or, que je refusai en lui
disant que j'osais prétendre à une récompense plus digne d'elle et de
moi, d'après la connaissance que je lui donnai de mon état et de ma
bonne volonté[10].

Soupçonneuse et défiante, comme le sont les tyrans, elle voulut avoir de
mon écriture; et, sous prétexte de retenir et de conserver mon adresse,
elle me fit mettre à son bureau pour la lui donner. L'ivresse que me
causait la réussite de mon projet, la vivacité de mon caractère, ne me
permirent pas d'apercevoir le piège, et je ne réfléchis pas qu'en
traçant avec la même main les caractères des deux adresses, j'allais me
découvrir. Je revins chez moi fier de mon ouvrage, et calculant déjà
tous les degrés de ma grandeur future.

La marquise reçut le paquet. Elle fit faire sur divers animaux l'essai
de la poudre qu'on y trouva: voyant qu'elle n'avait rien de malfaisant,
et reconnaissant, à la vue des deux adresses, que c'était la même main
qui les avait écrites, elle regarda comme un outrage sanglant, ou plutôt
comme un crime, cette étourderie, et donna contre moi les ordres les
plus rigoureux.

Le 1er mai suivant, pendant que je me livrais aux rêveries les plus
brillantes, un exempt nommé Saint-Marc, suivi de quelques archers, vint
interrompre ce doux sommeil. J'étais alors dans un hôtel garni du
cul-de-sac du Coq où je logeais. On me jeta dans un fiacre, et je fus
conduit vers les huit heures du soir à la Bastille.

Je fus introduit dans une salle basse, appelée _chambre du conseil_, où
je trouvai tous les officiers du château qui m'attendaient. Je fus
fouillé de la tête aux pieds; on me dépouilla de tous mes vêtements, on
me prit tout ce que j'avais sur moi, argent, bijoux, papiers; on me
revêtit d'infâmes haillons, qui sans doute avaient été déjà imprégnés
des larmes d'une foule d'autres malheureux. Cette cérémonie, empruntée
de l'Inquisition et des voleurs de grand chemin, s'appelait à la
Bastille _faire l'entrée d'un prisonnier_. On me fit écrire sur un
registre que je venais d'entrer à la Bastille; ensuite on me conduisit
dans une chambre de la tour nommée _la Tour du coin_. On ferma sur moi
deux portes épaisses, et on me laissa seul sans m'avoir appris quel
était mon crime et quel allait être mon sort. Le lendemain, M. Berryer,
alors lieutenant de police, vint m'interroger. J'aurai plus d'une fois à
parler de ce magistrat respectable, et je dois en faire le portrait. Il
est heureux, quand on fatigue la compassion des hommes par le récit de
tant d'infortunes, de pouvoir s'arrêter un moment à l'idée d'un être
estimable, dont la touchante sensibilité les a adoucies quelquefois; je
n'aurai pas souvent à jouir de ce triste avantage.

M. Berryer inspirait la confiance par sa douceur et sa bonté. Il osait,
pour faire le bien, se mettre au-dessus des préjugés, et ne consultait
jamais, dans l'exercice de ses fonctions, que son cœur et son devoir.
Il est peu connu aujourd'hui. On ne doit pas en être surpris, il ne
l'était alors que des malheureux. Un pareil homme était déplacé dans la
Cour de la marquise.

Je ne lui dissimulai ni ce que j'avais fait ni le but que je m'étais
proposé. Ma candeur l'intéressa; il ne vit dans cette action qu'un trait
de jeunesse, excusable peut-être par son objet, digne au plus, en tout
cas, d'une légère correction. Il me promit d'être auprès de Mme de
Pompadour mon protecteur, et de lui demander ma liberté. Mais un homme
qui osait contrarier sa passion et ne pas venger sévèrement ses injures
jouissait d'un bien faible crédit sur son esprit. Il la trouva
inexorable, et fut obligé de me l'avouer.

Qu'on juge de mon état à cette nouvelle: seul, livré à mon imagination,
sans espoir, sans ressources, cherchant sans cesse à démêler dans
l'avenir quel serait mon sort, et n'y découvrant qu'un abîme affreux! M.
Berryer chercha à me procurer tous les soulagements qui dépendaient de
lui; il donna des ordres pour qu'on ne me laissât manquer de rien, et
m'envoya un compagnon d'infortune. Cet homme, nommé Joseph Abuzaglo,
juif, était à Paris l'agent secret du roi d'Angleterre. Ses lettres,
ouvertes à la poste, le trahirent, et il fut mis à la Bastille. Il avait
de l'esprit, et, dans toute autre situation, j'aurais trouvé de
l'agrément dans sa société et de la douceur à me lier avec lui; mais,
loin de nous soulager mutuellement, chacun de nous semblait accroître
ses maux et son désespoir de ceux de son ami. Abuzaglo avait une femme
et des enfants qu'il chérissait tendrement, et dont on avait la cruauté
d'intercepter toutes les lettres et de ne lui donner aucune nouvelle,
selon le régime atroce de la Bastille. Il supportait sa captivité avec
moins de courage et de force que moi. Il pouvait cependant concevoir
quelques espérances; il avait été recommandé d'une manière spéciale à M.
le prince de Conti, qui l'avait accueilli avec trop de bonté pour qu'il
ne se flattât pas qu'il s'emploierait pour lui obtenir sa liberté. Il
m'en promit aussi la protection, et nous jurâmes que le premier qui
sortirait s'occuperait, avant tout et sans relâche, de la délivrance de
l'autre. Déjà nous nous repaissions volontiers de cette idée, et elle
commençait à nous consoler; mais il n'entrait pas dans le plan de mes
persécuteurs de me laisser jouir même de l'espérance de voir changer mon
sort.

J'ignorais alors qu'une des fonctions principales des porte-clés était
d'épier les discours des prisonniers. Sans doute on eût désiré qu'ils
pussent pénétrer aussi dans leur âme et y lire leurs pensées. Je crois
être certain qu'on avait ouï les promesses qu'Abuzaglo m'avait faites et
comme il ne m'avait pas exagéré son crédit, et qu'infailliblement le
premier usage de sa liberté, qu'il ne tarda pas à recouvrer, eût été de
chercher à me procurer la mienne on résolut de nous séparer et de nous
tromper.

Dans le courant de septembre 1749, quatre mois environ après ma
détention, trois porte-clés entrèrent dans notre chambre, et l'un d'eux,
s'adressant à moi, me dit que l'ordre de mon élargissement venait
d'arriver. Abuzaglo se jeta à mon cou, m'embrassa tendrement, et me pria
de me souvenir de nos promesses. Je doute si mon premier sentiment alors
ne fut pas la joie de pouvoir briser ses fers; mais, hélas! cette
sensation délicieuse devait bientôt être elle-même un tourment de plus.

A peine eus-je passé le seuil de la porte de ma prison, que l'on
m'apprit que j'allais être transferé à Vincennes. Qu'on se peigne mon
désespoir à cette nouvelle, d'après l'horreur qu'elle inspire! O vous
qui me lisez! n'épuisez pas encore cette sensation, ce n'est là que le
prélude des horreurs que l'on n'a cessé d'accumuler pour me faire
souffrir. Les bourreaux ordinaires de cette inquisition étaient des
portes-clés, espèces de gens dignes de pareils emplois, et presque
toujours au-dessous de leurs fonctions par leurs procédés. Leur présence
était un supplice. Ils ne répondaient à la foule de questions qu'on leur
faisait que par un silence accablant ou par des mensonges. J'ai su
depuis qu'Abuzaglo avait obtenu, peu de temps après, son élargissement;
mais, me croyant libre, apprenant d'ailleurs que je ne m'étais nullement
occupé de lui, il chercha peu à s'informer de ce que je pouvais être
devenu, et sans doute il ne me crut digne que de l'oubli dont il
m'accusait lui-même.

On concevra facilement que je tombai malade dans ma nouvelle prison. Le
bon M. Berryer vint encore me consoler. Il fut indigné de la conduite
qu'on avait tenue envers moi; mais il ne pouvait changer ni le régime de
ces lieux ni l'âme de ceux qui étaient préposés pour le faire suivre. Il
me fit donner l'appartement le plus commode du donjon. Je jouissais
d'une superbe vue; mais que pouvait ce soulagement? l'idée que ma
translation devait me faire craindre une captivité très longue,
peut-être éternelle, eût empoisonné seule les jouissances les plus
douces. Mon courage ne se soutint que par l'espoir que je pourrais un
jour me procurer ma liberté: je conçus que je ne devais l'attendre que
de moi-même. Dès lors je ne m'occupai que des moyens d'y parvenir.

Je voyais tous les jours un ecclésiastique âgé se promener dans un
jardin qui fait partie du donjon. J'appris qu'il y était enfermé depuis
longtemps, pour cause de jansénisme. L'abbé de Saint-Sauveur, fils d'un
ancien lieutenant de roi, à Vincennes, avait la liberté de causer avec
lui dans ce jardin, et il en profitait souvent. Notre janséniste
d'ailleurs enseignait à lire aux enfants de plusieurs officiers du
château; l'abbé et les enfants allaient et venaient sans qu'on y fît
beaucoup d'attention. L'heure à laquelle se faisaient ces promenades
était à peu près celle à laquelle on me menait dans un jardin voisin,
qui est aussi dans l'enclos du château. M. Berryer avait ordonné qu'on
m'y laissât deux heures par jour, pour prendre l'air et rétablir ma
santé. Deux porte-clés venaient me prendre et me conduisaient.
Quelquefois le plus âgé allait m'attendre au jardin, et le plus jeune
venait seul ouvrir les portes de ma prison. Je l'habituai pendant
quelque temps à me voir descendre les escaliers plus vite que lui, et,
sans l'attendre, je rejoignais son camarade. Arrivé au jardin, il me
trouvait toujours avec ce dernier.

Un jour, résolu, à quelque prix que ce fût, de m'échapper, il eut à
peine ouvert la porte de ma chambre que je m'élançai sur l'escalier.
J'étais en bas avant qu'il eût pensé à me suivre. Je fermai au verrou
une porte qui s'y trouve, pour rompre toute communication entre les deux
porte-clés, pendant que j'exécuterais mon projet. Il y avait quatre
sentinelles à tromper; la première était à une porte qui conduisait hors
du donjon, et qui était toujours fermée; je frappe, la sentinelle ouvre,
je demande l'abbé de Saint-Sauveur avec vivacité: «_Depuis deux heures_,
dis-je, _notre prêtre l'attend au jardin, je cours après lui de tous
côtés sans pouvoir le rencontrer, mais, morbleu, il me paiera ma
course_.» En disant cela je continuais toujours à marcher avec la même
vitesse; à l'extrémité de la voûte qui est au-dessous de l'horloge, je
trouve une seconde sentinelle: je lui demande s'il y avait longtemps que
l'abbé de Saint-Sauveur était sorti; elle me répond qu'elle n'en sait
rien, et me laisse passer; même question à la troisième, qui était de
l'autre côté du pont-levis, et qui m'assure qu'elle ne l'a pas vu. «_Je
l'aurai bientôt trouvé_» m'écriai-je. Transporté de joie, je cours, je
saute comme un enfant; j'arrive dans cet état devant une quatrième
sentinelle, qui, bien éloignée de me soupçonner un prisonnier, ne trouve
pas plus surprenant que les autres de me voir courir après l'abbé de
Saint-Sauveur: je franchis le seuil de la porte, je m'élance, je me
dérobe à leurs regards, je suis libre.

C'est le 25 juin 1750, après neuf mois ou environ de détention à
Vincennes, que je fus assez heureux pour m'évader.

[Illustration:

NICOLAS-RENÉ BERRYER, LIEUTENANT GÉNÉRAL DE POLICE.

Peint par De Lyen, gravé par Wille. (Bibl. de l'Arsenal)]

Je courus à travers les champs et les vignes, en m'écartant le plus que
je le pouvais du grand chemin; je vins m'enfermer à Paris dans un hôtel
garni, et jouir enfin du bonheur de me retrouver libre, après quatorze
mois de captivité.

Ce premier moment fut délicieux, mais il ne dura pas longtemps;
l'inquiétude vint troubler bientôt ce calme heureux, il fallait prendre
parti; que faire, que devenir? Je ne doutais pas qu'on ne dût me
chercher, et que, dans le cas où je tomberais de nouveau entre les mains
desquelles je venais de m'échapper, on ne me punît de m'être soustrait à
la tyrannie d'une femme qui ne pardonnait pas. J'étais sûr d'être
découvert, si je me montrais; si je fuyais, je courais également des
risques. D'ailleurs mon état, mes goûts me retenaient dans la capitale;
fallait-il donc briser tous les liens qui m'enchaînaient? ou fallait-il
me soustraire à tous les regards, et me condamner moi-même à une
captivité plus cruelle que celle d'où je sortais?

J'ai dit que jusqu'à ce moment je n'avais pris conseil que de ma tête;
je devais m'en défier, et pour cette fois je consultai mon cœur; mais
il ne fut pas un guide plus heureux: jusque-là trop de vivacité ne
m'avait fait faire que des sottises; trop de candeur cette fois me
perdit et me replongea dans l'abîme. Je m'avisai de juger la marquise de
Pompadour d'après moi-même; je crus intéresser sa délicatesse en lui
montrant quelque confiance, ou au moins en ne paraissant pas la craindre
et douter de ses bontés: j'attendais mon pardon, parce que je sentais
qu'à sa place je l'aurais accordé; j'ignorais alors que les sentiments
et les passions diffèrent comme ceux qui les éprouvent, selon qu'ils se
meuvent dans une âme honnête, ou qu'ils agitent une âme corrompue.

Je rédigeai un mémoire, que j'adressai au roi; j'y parlai de Mme de
Pompadour avec respect, et de ma faute envers elle avec repentir; je
demandais qu'elle se contentât de la punition que j'avais subie, ou, en
tout cas, si on pensait que quatorze mois de prison n'avaient pas
suffisamment expié mes torts, j'osais implorer la clémence de celle que
j'avais offensée, et la miséricorde de mon roi. Je terminais ce mémoire
par indiquer l'asile que j'avais choisi, avec une ingénuité qui peignait
bien la franchise de mon caractère, et qui seule eût dû obtenir le
pardon d'un crime si j'en eusse été coupable.

J'avais connu au château de Vincennes le Dr Quesnay, médecin du roi
et de la marquise; il m'avait alors témoigné quelque intérêt et offert
ses services: je fus le trouver; je lui confiai mon mémoire, qu'il me
promit de remettre. Il n'a que trop tenu sa parole. Je ne doute pas que
le roi n'eût été touché de ma confiance en sa bonté, mais il lui
arrivait si rarement de suivre les impulsions de son âme; aurais-je dû
penser qu'il ne consulterait qu'elle, quand il s'agissait d'un fait qui
intéressait la femme à laquelle il rapportait toutes ses idées et ses
affections? et ne devais-je pas croire bien plutôt que celle-ci, irritée
de ce que je ne m'étais pas adressé à elle-même directement, ou
peut-être de ce que je l'exposais à rougir devant son souverain en
dévoilant son injustice et son atrocité envers moi, saurait venger son
orgueil si cruellement blessé? Mais, encore une fois, j'étais jeune, je
connaissais peu le cœur des hommes, bien moins encore celui des
tyrans; et j'étais loin d'imaginer que cette femme, dont l'âme devait
être épuisée chaque jour par tant de sensations diverses, aurait
conservé une haine assez active pour me poursuivre sans cesse, et punir
par tant de tourments une légère offense. J'ai payé bien cher ma funeste
inexpérience.

J'avais indiqué dans mon mémoire le lieu de ma retraite; on vint m'y
trouver, et on me reconduisit à la Bastille. A la vérité, dans le
premier moment on me dit que l'on ne m'arrêtait que pour savoir de
quelle manière je m'étais sauvé du donjon de Vincennes, parce qu'il
importait beaucoup d'ôter aux autres prisonniers les moyens de m'imiter,
ou de s'assurer de la fidélité de ceux qui veillaient à la garde de ce
château, s'ils avaient facilité mon évasion.

Sans doute on n'eût jamais arraché de moi ce dernier aveu, mais je ne
devais qu'à moi seul ma délivrance, et je racontai ingénument de quelle
manière je me l'étais procurée. J'attendais après ce récit l'effet de la
parole qu'on venait de me donner, que mon élargissement serait le prix
de ma véracité; je ne savais pas encore que toutes ces fausses
promesses étaient un protocole d'usage, dont on se servait envers tous
les prisonniers qu'on replongeait dans les fers; sans doute pour
froisser leur âme plus cruellement et jouir du plaisir de multiplier les
coups dont on l'accable; cet usage, auquel dans la suite on m'a habitué,
entrait dans le régime de la Bastille. Pour cette fois, loin de me
rendre la liberté dès que j'eus satisfait à la condition à laquelle elle
était attachée, on me jeta dans un cachot, et on me fit éprouver des
traitements affreux que jusque-là je n'avais pas connus. Mais,
n'anticipons pas sur les faits.

Mon ancien consolateur, M. Berryer, vint encore adoucir mes maux. Au
dehors il demandait pour moi justice ou clémence; dans ma prison, il
cherchait à calmer ma douleur: elle me paraissait moins vive quand il
m'assurait qu'il la partageait. Ses exhortations étaient si douces, que
sa voix semblait ouvrir un passage à son cœur.

Puissiez-vous concevoir, vous qui remplissez cet auguste ministère,
combien il vous serait facile de diminuer le poids des fers que ces
malheureux portent avec tant de peine! un mot peut-être ranimerait leurs
espérances et tarirait leurs larmes. Il vous en coûterait si peu de
leurs paraître des dieux! pourquoi donc n'êtes-vous si souvent à leurs
yeux que des bourreaux?

Mon protecteur, ne pouvant changer l'ordre qui était donné, me laissa
dans mon cachot; mais il veilla à ce que ma nourriture fût la même que
celle que j'avais auparavant, et comme il entrait par une meurtrière un
peu de jour dans mon souterrain, il ordonna qu'on me fournît, quand j'en
demanderais, des livres, des plumes, de l'encre et du papier.

Longtemps j'usai de ce remède pour distraire mes ennuis; mais au bout de
six mois il devint insuffisant contre le désespoir qui s'empara de moi.
Mon esprit révolté me rappelait sans cesse l'idée de ma persécutrice, et
ne la retraçait qu'avec horreur. Quoi! il ne devait donc plus y avoir de
terme à mes maux ni à sa vengeance! cette incertitude affreuse, le plus
intolérable de tous les tourments, troublait ma raison et déchirait mon
cœur. J'éprouvais dans tous mes sens la fermentation d'une rage trop
longtemps étouffée; et dans les accès de ce délire, mon premier besoin
était d'exhaler la trop juste indignation qui m'agitait; elle me dicta
quelques mauvais vers. J'eus l'imprudence d'écrire ceux-ci sur la marge
d'un des livres qu'on m'avait prêtés:

            Sans esprit et sans agréments,
            Sans être ni belle ni neuve,
    En France on peut avoir le premier des amants:
            La Pompadour en est la preuve.

J'étais loin de croire qu'on trouverait ces vers; j'avais assez déguisé
mon écriture pour qu'à l'avenir on ne pût découvrir quelle était la main
qui l'avait tracée. J'ignorais qu'un des ordres les plus impérieux et
les mieux exécutés à la Bastille, était de feuilleter avec la plus
scrupuleuse exactitude tous les livres qui sortaient des mains d'un
prisonnier: mon porte-clés, en faisant la visite de celui sur lequel
était écrit ce qu'on vient de lire, fut le montrer au gouverneur. Sans
doute cet homme, nommé Jean Lebel [Jean Baisle], pouvait facilement
supprimer toutes les traces de ce fait, et plaindre un malheureux, assez
aigri par ses maux pour ne pas sentir à quoi l'exposait une pareille
imprudence; le moindre mouvement d'humanité devait l'y porter sans
doute; mais comment attendre ce sentiment d'un gouverneur de la
Bastille, d'un être qui, par état, complice de toutes les atrocités qui
s'y commettent, doit nécessairement, par caractère, être insensible et
peut-être féroce? Car quel est l'homme honnête et généreux qui pourrait
consentir à repaître ses yeux toute sa vie du spectacle affreux de
l'infortune? Jean Lebel, digne sous tous les rapports de son emploi, fut
chercher près de Mme de Pompadour, en lui portant ce livre, la
récompense de son zèle et de sa fidélité; sans doute aussi il n'était
pas fâché de s'assurer qu'il jouirait plus longtemps de ma détention.
C'était le moindre calcul que se permissent tous ses collègues.
Intéressés à voir augmenter le nombre de leurs prisonniers, ils
n'avaient que la ressource de retenir ceux qu'on leur confiait, et ils
n'usaient que trop des facilités qu'ils avaient d'y parvenir.

D'après ce qu'on a vu du caractère de la marquise de Pompadour, qu'on
juge de sa fureur à la vue de cette insolence. Quoi! dans les fers,
accablé de sa haine et de sa vengeance, j'osais encore la braver et
l'insulter. Elle mande M. Berryer, lui montre mes vers, et, en bégayant
de rage, elle lui dit: «Connaissez votre protégé; osez encore solliciter
ma clémence.»

On conçoit que cet événement ne diminua rien à l'horreur de ma
situation; mais comme il était difficile qu'elle augmentât, cela ne
servit qu'à la prolonger. Je restai dix-huit mois au cachot. Ce ne fut
qu'au bout de ce temps que M. Berryer crut pouvoir prendre sur lui de
m'en faire sortir pour me placer dans une chambre. Il m'offrit aussi de
me procurer ce qu'on peut appeler dans cet enfer une consolation bien
douce, l'avantage d'avoir un domestique.

J'ai dit plus haut que les porte-clés ne répondent jamais à aucune des
questions qu'on leur fait; leur visage est toujours morne et leur langue
glacée; il leur est défendu expressément de proférer une seule parole,
excepté lorsqu'on veut tromper le malheureux prisonnier; mais alors on
compte les mots qu'ils sont chargés de prononcer, et chacun d'eux est
une bassesse et un mensonge. C'est donc une faveur bien précieuse que
d'obtenir la permission d'avoir dans sa chambre un homme à qui on puisse
parler de ses peines et confier sa douleur. Celui qui y trouverait, dans
un serviteur fidèle et sensible, un consolateur, un ami, pourrait au
moins goûter une jouissance bien douce; mais comment espérer ce bonheur?
j'éprouvai, au contraire, que ce que je croyais devoir me procurer
quelque adoucissement n'était qu'un tourment de plus.

Je profitai de l'offre généreuse de M. Berryer. Mon malheureux père, qui
gémissait autant que moi de mon infortune aurait sacrifié tout pour la
diminuer: il consentit avec joie à payer les gages et la pension d'un
domestique[11]. On me donna un nommé Cochar, natif de Rosny. Cet homme
eût été pour moi ce que j'ambitionnais de rencontrer; il était bon,
compatissant; il gémissait avec moi de mes maux, il les partageait, il
les diminuait. Je crus sentir un moment que mon cœur, moins oppressé,
pourrait, à la fin, abuser mon imagination, et que je finirais, au moyen
de ce secours, par être moins malheureux. Mais je conservai peu les
erreurs qui pouvaient adoucir mon sort. Le pauvre Cochar ne soutint pas
longtemps tout l'ennui de sa captivité: il était père, il avait une
femme et plusieurs enfants qu'on ne lui permettait pas de voir; il
pleurait, il gémissait et finit par tomber malade. Quand un domestique
entrait au service d'un prisonnier, à la Bastille, il s'attachait à son
sort, ne pouvait obtenir son élargissement qu'avec lui, ou mourait à ses
côtés dans la prison. Cet infortuné jeune homme n'avait besoin que de
respirer un air libre pour être rendu à la vie; et mes prières, les
siennes, nos gémissements ne purent obtenir son salut de nos assassins.
On voulut me rassasier du spectacle atroce des angoisses de ce
malheureux, expirant près de moi et pour moi; on ne l'ôta de ma chambre
qu'à l'instant où il allait rendre le dernier soupir. L'Inquisition
a-t-elle jamais entassé tant d'horreurs?...

O vous qui donnez au sort de cet infortuné des larmes et une pitié trop
légitimes, réfléchissez un moment sur le mien. Je n'étais pas plus
criminel que lui; il fut victime de sa cupidité, je l'étais de
l'injustice et d'une odieuse persécution. Sans doute le sentiment que
cette idée m'inspirait devait bien plus agiter et tourmenter mon âme: il
n'était pas libre, il est vrai, mais d'ailleurs rien ne lui manquait;
son esprit était calme, ses sens étaient tranquilles. Et moi, fatigué du
poids accablant de la haine j'éprouvais, à chaque aspiration de ma
poitrine, un supplice nouveau; ma sensibilité s'altérait, mon sang
s'aigrissait dans mes veines, et je sentais chaque jour mon existence se
dénaturer et s'anéantir. Cet homme cependant n'a pu supporter trois mois
de cette situation, et je l'ai dévorée pendant trente-cinq ans; que
dis-je, cette situation? Eh! ces mêmes trois mois ont été les plus
tranquilles de ceux que j'ai passés dans ma prison. Alors, au moins, je
n'étais pas enchaîné dans un cachot, étendu sur une paille infecte et
pourrie; alors je n'étais pas réduit à disputer aux animaux une
nourriture dégoûtante; alors mon corps n'était pas la pâture des
insectes qui l'ont rongé depuis...

L'incertitude du sort de l'infortuné Cochar m'avait accablé; j'étais
prêt à succomber à mes tourments. M. Berryer employa pour me distraire,
la ressource dont il avait déjà usé: il me donna pour compagnon un jeune
homme de mon âge à peu près, plein d'activité, d'esprit et de feu;
coupable du même crime que moi, et victime de la même persécution. Il
avait écrit à la marquise de Pompadour; dans sa lettre il lui parlait de
l'opinion publique, et lui traçait la marche qu'elle devait suivre pour
la reconquérir et conserver la confiance de son roi; et, puisque enfin
la nation était attachée à son char, il l'invitait à se rendre digne de
son estime et lui en indiquait les moyens.

Ce jeune homme, nommé d'Allègre, natif de Carpentras, déplorait depuis
trois ans, à la Bastille, le malheur d'avoir donné ces conseils: cette
orgueilleuse prostituée lui avait voué une haine aussi implacable qu'à
moi, et lui en faisait ressentir les mêmes effets.

D'Allègre avait aussi inspiré un tendre intérêt au compatissant Berryer;
nous lui montrions tous deux la même impatience, nous l'accablions de
lettres, de placets, sans jamais le lasser; il nous instruisait de ses
démarches, de ses efforts, et quelquefois de ses espérances. Enfin un
jour il vint nous donner l'affreuse nouvelle que notre persécutrice,
fatiguée de nos plaintes et des siennes, avait juré que sa vengeance
serait éternelle et avait défendu qu'on lui parlât de nous davantage; il
ne nous dissimula pas, lui-même, que la disgrâce ou la mort de cette
furie pouvait seule mettre un terme à nos maux.

Mon compagnon se laissa abattre par sa douleur; la mienne produisit en
moi un effet bien différent, elle me donna le courage et l'énergie du
désespoir. Il ne devait, dans de semblables circonstances, rester à des
jeunes gens que deux partis: mourir ou se sauver. Pour tout homme qui a
eu la plus légère idée de la situation de la Bastille, de son enceinte,
de ses tours, de son régime, et des précautions incroyables que le
despotisme avait multipliées pour y enchaîner plus sûrement ses
victimes, le projet, l'idée seule de s'en échapper ne peut paraître que
le fruit du délire, et semble n'inspirer que la pitié pour le malheureux
assez dénué de sens pour oser le concevoir. J'étais cependant maître de
mes esprits en m'y arrêtant, et l'on va juger qu'il fallait une âme peu
commune, et peut-être une tête bien forte pour méditer, concevoir,
exécuter un semblable projet.

Il ne fallait pas penser une minute à s'évader de la Bastille par les
portes, toutes les impossibilités physiques se réunissaient pour rendre
cette voie impraticable; restait donc la ressource des airs. Nous avions
bien dans notre chambre une cheminée dont le tuyau aboutissait au haut
de la tour; mais, comme toutes celles de la Bastille, elle était pleine
de grilles, de barreaux, qui, en plusieurs endroits, laissaient à peine
un passage libre à la fumée. Fussions-nous arrivés au sommet de la tour,
nous avions sous les pas un abîme de près de deux cents pieds de
hauteur; au bas un fossé dominé par un mur très élevé, qu'il fallait
encore franchir. Nous étions seuls, sans outils, sans matériaux, épiés à
chaque instant du jour et de la nuit; surveillés, d'ailleurs, par une
multitude de sentinelles qui entouraient la Bastille, et qui semblaient
l'investir.

Tant d'obstacles, tant de dangers ne me rebutèrent pas; je voulus
communiquer mon idée à mon camarade, il me regarda comme un insensé et
retomba dans son engourdissement. Il fallut donc m'occuper seul de ce
dessein, le méditer, prévoir la foule épouvantable d'inconvénients qui
s'opposaient à son exécution, et trouver les moyens de les lever tous.
Pour y parvenir, il fallait grimper au haut de la cheminée, malgré les
grilles de fer multipliées qui nous en empêchaient; il fallait, pour
descendre du haut de la tour dans le fossé une échelle de quatre-vingts
pieds au moins; une seconde, nécessairement de bois, pour en sortir; il
fallait, dans le cas où je me procurerais des matériaux, les dérober à
tous les regards; travailler sans bruit, tromper la foule de mes
surveillants, enchaîner tous leurs sens, et, pendant plusieurs mois
entiers, les empêcher de voir et d'entendre; que sais-je! il fallait
prévoir et arrêter la foule d'obstacles sans cesse renaissants qui
devaient tous les jours, et à chaque instant du jour, se succéder,
naître les uns des autres, arrêter et traverser l'exécution de ce plan,
un des plus hardis peut-être que l'imagination ait pu concevoir et
l'industrie humaine conduire à sa fin. Lecteur, voilà ce que j'ai fait;
encore une fois, je le jure, je ne vous dis que la plus exacte vérité.
Entrons dans le détail de toutes mes opérations.

Le premier objet dont il fallait s'occuper était de découvrir un lieu où
nous pussions soustraire à tous les regards nos outils et nos matériaux,
dans le cas où nous serions assez adroits pour nous en procurer. A force
de rêver, je m'arrêtai à une idée qui me parut fort heureuse. J'avais
habité plusieurs chambres diverses à la Bastille, et toutes les fois que
celles qui se trouvaient au-dessus et au-dessous de moi étaient
occupées, j'avais parfaitement distingué le bruit que l'on faisait dans
l'une et dans l'autre; pour cette fois j'entendais tous les mouvements
du prisonnier qui était au-dessus, et rien absolument de celui qui était
au-dessous; j'étais sûr cependant qu'il y en avait un. A force de
calculs, je crus entrevoir qu'il pourrait bien y avoir un double
plancher, séparé peut-être par quelque intervalle. Voici le moyen dont
j'usai pour m'en convaincre.

[Illustration: PORTE DE LA BASTILLE

Aquarelle de l'architecte Palloy (Bibl. nat., Ins. nouv. acq. franç.
3242)]

Il y avait à la Bastille une chapelle où tous les jours on disait la
messe et le dimanche trois. Dans cette chapelle étaient situés quatre
petits cabinets disposés de manière que le prêtre ne pouvait jamais voir
aucun prisonnier, et ceux-ci, à leur tour, au moyen d'un rideau qu'on
n'ouvrait qu'à l'élévation, ne voyaient jamais le prêtre en face. La
permission d'assister à la messe était une faveur spéciale que l'on
n'accordait que très difficilement. M. Berryer nous en faisait jouir,
ainsi que le prisonnier qui occupait la chambre nº 3, c'est-à-dire celle
au-dessous de la nôtre.

[Illustration:

PORTE DE LA BASTILLE

Aquarelle de l'architecte Palloy (Bibl. nat., ins. nouv. acq. franç.
3242)]

Je résolus de profiter, au sortir de la messe, d'un moment où celui-ci
ne serait pas encore renfermé, pour jeter un coup d'œil sur sa
chambre. J'indiquai à d'Allègre un moyen de me faciliter cette visite:
je lui dis de mettre son étui dans son mouchoir, et quand nous serions
au second étage, de tirer son mouchoir, de faire en sorte que l'étui
tombât le long des degrés, et de dire au porte-clés d'aller le ramasser.
Cet homme se nomme Daragon, il vit encore. Tout ce petit manège se
pratiqua à merveille. Pendant que Daragon courait après l'étui, je monte
vite au numéro 3, je tire le verrou de la porte, je regarde la hauteur
du plancher, je remarque qu'il n'avait pas plus de dix pieds et demi de
hauteur; je referme la porte, et, de cette chambre à la nôtre, je compte
trente-deux degrés; je mesure la hauteur de l'un d'eux et, par le
résultat de mon calcul, je trouve qu'il y avait, entre le plancher de
notre chambre et le plafond de celle au-dessous, un intervalle de cinq
pieds et demi. Il ne pouvait être comblé ni par des pierres ni par du
bois, le poids aurait été énorme. J'en conclus qu'il devait y avoir un
tambour, c'est-à-dire un vide de quatre pieds entre les deux planchers.
On nous renferme, on tire les verrous: je saute au cou de d'Allègre;
ivre de confiance et d'espoir, je l'embrasse avec transport. «Mon ami,
lui dis-je, de la patience et du courage; nous sommes sauvés.» Je lui
fais part de mes calculs et de mes observations. Nous pouvons cacher nos
cordes et nos matériaux; «C'est tout ce qu'il me fallait, continuai-je,
nous sommes sauvés.--Quoi! me dit-il, vous n'avez donc pas abandonné
vos rêveries; des cordes, des matériaux, où sont ils, où nous en
procurerons-nous?--Des cordes! nous en avons plus qu'il ne nous en faut;
cette malle (en lui montrant la mienne) en contient plus de mille
pieds.» Je lui parlais avec feu. Plein de mon idée, du transport que me
donnaient mes nouvelles espérances, je lui paraissais inspiré; il me
regarde fixement et, avec le ton le plus touchant et du plus tendre
intérêt il me dit: «Mon ami, rappelez vos sens, tâchez de calmer le
délire qui vous agite. Votre malle, dites-vous, renferme plus de mille
pieds de corde? je sais comme vous ce qu'elle contient: il n'y en a pas
un seul pouce.--Eh quoi! n'ai-je pas une grande quantité de linge, douze
douzaines de chemises, beaucoup de serviettes, de bas, de coiffes et
autres choses? ne pourront-ils pas nous en fournir? nous les effilerons,
et nous en aurons des cordes.»

[Illustration:

PORTE DE LA BASTILLE

Aquarelle de l'architecte Palloy (Bibl. nat., nouv. aq. franç. 3242)]

D'Allègre, frappé comme d'un coup de foudre, saisi sur-le-champ
l'ensemble de mon plan et de mes idées; l'espérance et l'amour de la
liberté ne meurent jamais dans le cœur de l'homme et ils n'étaient
qu'engourdis dans le sien. Bientôt je l'échauffai, je l'embrasai du même
feu. Mais il n'était pas encore si avancé que moi; il fallut combattre
la foule de ses objections et guérir toutes ses craintes. «Avec quoi, me
disait-il, arracherons-nous toutes ces grilles de fer qui garnissent
notre cheminée? où prendrons-nous des matériaux pour l'échelle de bois
qui nous sera nécessaire? où prendrons-nous des outils pour faire toutes
ces opérations? Nous ne possédons pas l'art heureux de créer.

--Mon ami, lui dis-je, c'est le génie qui crée, et nous avons celui que
donne le désespoir; il dirigera nos mains: encore une fois, nous serons
sauvés.»

Nous avions une table pliante, soutenue par deux fiches de fer: nous
leur fîmes un taillant en les repassant sur un carreau du plancher; d'un
briquet nous fabriquâmes en moins de deux heures, un bon canif avec
lequel nous fîmes deux manches à ces fiches, dont le principal usage
devait être d'arracher toutes les grilles de fer de notre cheminée.

Le soir, après que toutes les visites de la journée furent faites, nous
levâmes au moyen de nos fiches, un carreau du plancher, et nous nous
mîmes à creuser de telle sorte qu'en moins de six heures de temps nous
l'eûmes percé; nous vîmes alors que toutes mes conjectures étaient
fondées, et nous trouvâmes entre les deux planchers un vide de quatre
pieds. Nous remîmes le carreau, qui ne paraissait pas avoir été levé.

Ces premières opérations faites, nous décousîmes deux chemises et leurs
ourlets, et nous en tirâmes les fils l'un après l'autre; nous les
nouâmes tous, et nous en fîmes un certain nombre de pelotons que nous
réunîmes ensuite en deux grosses pelotes; chacune avait cinquante filets
de soixante pieds de longueur; nous les tressâmes, ce qui nous donna une
corde de cinquante-cinq pieds de long environ, avec laquelle nous fîmes
une échelle de vingt pieds, qui devait nous servir à nous soutenir en
l'air pendant que nous arracherions dans la cheminée toutes les barres
et les pointes de fer dont elle était armée. Cette besogne était la plus
pénible et la plus embarrassante: elle nous demanda six mois d'un
travail dont l'idée fait frémir. Nous ne pouvions y travailler qu'en
pliant le corps et en le torturant par les postures les plus gênantes;
nous ne pouvions résister plus d'une heure à cette situation, et nous ne
descendions jamais qu'avec les mains ensanglantées. Ces barres de fer
étaient clouées dans un ciment extrêmement dur, que nous ne pouvions
amollir qu'en soufflant de l'eau avec notre bouche dans les trous que
nous pratiquions.

Qu'on juge de tout ce que cette besogne avait de pénible, en apprenant
que nous étions satisfaits quand, dans une nuit entière, nous avions
enlevé l'épaisseur d'une ligne de ce ciment. A mesure que nous
arrachions une barre de fer, il fallait la replacer dans son trou pour
que, dans les fréquentes visites que nous essuyions, on ne s'aperçût de
rien, et de manière à pouvoir les enlever toutes au moment où nous
serions dans le cas de sortir.

Après six mois de ce travail opiniâtre et cruel, nous nous occupâmes de
l'échelle de bois qui nous était nécessaire pour nous monter du fossé
sur le parapet, et de ce parapet dans le jardin du gouverneur. Il lui
fallait vingt à vingt-cinq pieds de longueur. Nous y consacrâmes le bois
qu'on nous donnait pour nous chauffer: c'étaient des bûches de dix-huit
à vingt pouces. Il nous fallait aussi des moufles et beaucoup d'autres
choses pour lesquelles il était indispensable de nous procurer une scie;
j'en fis une avec un chandelier de fer, au moyen de la seconde partie du
briquet dont j'avais transformé la première en canif ou petit couteau.
Avec ce morceau de briquet, cette scie et les fiches, nous
dégrossissions nos bûches; nous leur faisions des charnières et des
tenons pour les emboîter les unes dans les autres, avec deux trous à
chaque charnière et à son tenon pour y passer un échelon, et deux
chevilles pour l'empêcher de vaciller. Nous ne fîmes à cette échelle
qu'un bras; nous y mîmes vingt échelons de quinze pouces chacun. Le bras
avait trois pouces de diamètre; par conséquent chaque échelon excédait
ce bras de six pouces de chaque côté. A chaque morceau de cette échelle,
nous avions attaché son échelon à sa cheville avec une ficelle, de
manière à pouvoir la monter facilement pendant la nuit. A mesure que
nous avions achevé et perfectionné un de ces morceaux, nous le cachions
entre les deux planchers.

C'est avec ces outils que nous garnîmes notre atelier; nous nous
procurâmes compas, équerre, règle, dévidoir, moufles, échelons, etc.,
tout cela, comme on le conçoit, toujours soigneusement caché dans notre
magasin. Il y avait un danger qu'il avait fallu prévoir, et auquel nous
ne pouvions nous soustraire qu'avec les précautions les plus attentives.
J'ai déjà prévenu qu'indépendamment des visites très fréquentes, que
faisaient les porte-clés et divers officiers de la Bastille au moment
ou l'on s'y attendait le moins, un des usages du lieu était d'épier les
actions et les discours des prisonniers. Nous pouvions nous soustraire
aux regards en ne faisant que la nuit nos principaux ouvrages, et en
évitant avec soin d'en laisser apercevoir les moindres traces, car un
copeau, le moindre débris pouvait nous trahir; mais il fallait tromper
aussi les oreilles de nos espions. Nous nous entretenions nécessairement
sans cesse de notre objet; il fallait donc éviter de donner des
soupçons, ou les détourner au moins, en confondant toutes les idées de
ceux qui nous auraient ouïs. Pour cela nous nous fîmes un dictionnaire
particulier, en donnant un nom à tous les objets dont nous servions.
Nous appelions la scie _faune_ le dévidoir _anubis_, les fiches
_tubalcaïn_, du nom du premier homme qui trouva l'art de se servir du
fer; le trou que nous avions fait à notre plancher pour cacher nos
matériaux dans le tambour, _polyphème_, par allusion à l'antre de ce
fameux cyclope; l'échelle de bois _jacob_, ce qui rappelait l'idée de
celle dont l'Ecriture sainte fait mention; les échelons, _rejetons_; nos
cordes, des _colombes_, à cause de leur blancheur; un peloton de fil,
_le petit frère_; le canif, le _toutou_, etc. Si quelqu'un entrait dans
notre chambre et que l'un des deux aperçût quelque chose qui ne fût pas
serré, il en prononçait le nom, _faune_, _anubis_, _jacob_, etc.:
l'autre jetait dessus son mouchoir ou une serviette, et faisait
disparaître cet objet.

Nous étions sans cesse sur nos gardes, et nous fûmes assez heureux pour
tromper la surveillance de tous nos argus.

[Illustration]



II

MON ÉVASION AVEC ALLÈGRE (25 février 1756)


Les premières opérations, dont j'ai parlé, étant achevées, nous nous
occupâmes de la grande échelle; elle devait avoir au moins cent
quatre-vingts pieds de longueur. Nous nous mîmes à effiler tout notre
linge, chemises, serviettes, coiffes, bas, caleçons, mouchoirs, tout ce
qui pouvait nous fournir du fil ou de la soie. A mesure que nous avions
fait un peloton, nous le cachions dans _Polyphème_; et lorsque nous en
eûmes une quantité suffisante, nous employâmes une nuit entière à
tresser cette corde; je défierais le cordier le plus adroit d'en
fabriquer une avec plus d'art.

Autour de la Bastille, à la partie supérieure, était un bord saillant de
trois ou quatre pieds, ce qui nécessairement devait faire flotter et
vaciller notre échelle pendant que nous descendrions; c'était plus qu'il
n'en eût fallu pour troubler et bouleverser la tête la mieux organisée.
Pour obvier à cet inconvénient et prévenir qu'un de nous tombât ou
s'écrasât en descendant, nous fîmes une seconde corde d'environ trois
cent soixante pieds de longueur. Cette corde devait être passée dans un
moufle, c'est-à-dire une espèce de poulie sans roue, pour éviter que
cette corde ne s'engrenât entre la roue et les côtés de la poulie et que
celui qui descendrait ne se trouvât suspendu en l'air sans pouvoir
descendre davantage. Après ces deux cordes, nous en fîmes plusieurs
autres de moindre longueur, pour attacher notre échelle à un canon et
pour d'autres besoins imprévus.

Quand toutes ces cordes furent faites, nous les mesurâmes; il y en avait
quatorze cents pieds; ensuite, nous fîmes deux cent huit échelons, tant
pour l'échelle de corde que pour celle de bois. Un autre inconvénient
qu'il fallait prévoir était le bruit que causerait le frottement des
échelons sur la muraille au moment où nous descendrions. Nous leur fîmes
à tous un fourreau avec les doublures de nos robes de chambre, de nos
vestes et de nos gilets.

Nous employâmes dix-huit mois entiers d'un travail continuel pour tous
ces préparatifs; mais ce n'était pas tout encore: nous avions bien
pourvu aux moyens d'arriver au haut de la tour et de descendre dans le
fossé; pour en sortir, nous avions deux moyens: l'un, de monter sur le
parapet, de ce parapet dans le jardin du gouverneur, et de là descendre
dans le fossé de la porte Saint-Antoine; mais ce parapet, qu'il nous
fallait traverser, était toujours garni de sentinelles. Nous pouvions
choisir une nuit très obscure et pluvieuse; alors, les sentinelles ne se
promènent pas et nous serions parvenus à leur échapper; mais il pouvait
pleuvoir à l'instant où nous monterions dans notre cheminée et le temps
devenir calme et serein au moment où nous arriverions sur le parapet;
nous pouvions nous rencontrer avec les rondes-majors qui, à chaque
instant, le visitent; il nous eût été impossible alors de nous cacher, à
cause des lumières qu'elles ont toujours, et nous étions perdus à
jamais.

[Illustration:

CLÉS DE LA BASTILLE

(Musée Carnavalet)]

L'autre parti augmentait les difficultés, mais il était moins dangereux;
il consistait à nous faire un passage à travers la muraille qui sépare
le fossé de la Bastille de celui de la porte Saint-Antoine; je réfléchis
que, dans la multitude des débordements de la Seine qui, dans ce cas,
remplissait ce fossé, l'eau avait dû dissoudre le sel contenu dans le
mortier et le rendre moins difficile à briser; que, par ce moyen, nous
pourrions parvenir à percer la muraille. Pour cela, il nous fallait une
virole au moyen de laquelle nous ferions des trous dans ce mortier pour
engrener les pointes des deux barres de fer que nous pourrions prendre
dans notre cheminée; avec ces deux barres, nous pouvions arracher des
pierres et nous faire un passage. Il fut décidé que nous préférerions ce
parti. Nous fîmes donc une virole avec la fiche d'un de nos lits, à
laquelle nous attachâmes un manche en forme de croix.

Le lecteur qui nous a suivis dans le détail de ces intéressantes
opérations partage sans doute tous les sentiments qui nous agitaient.
Oppressé comme nous par la crainte et l'espérance, il hâte l'instant où
nous pourrons enfin tenter notre fuite; nous la fixâmes au mercredi 25
février 1756, veille du jeudi gras. Alors, la rivière était débordée; il
y avait quatre pieds d'eau dans le fossé de la Bastille et dans celui de
la porte Saint-Antoine, où nous devions chercher notre délivrance. Je
remplis un portemanteau de cuir que j'avais d'un habillement complet
pour chacun de nous afin de pouvoir nous changer si nous étions assez
heureux pour nous sauver.

A peine nous eût-on servi notre dîner, que nous montâmes notre grande
échelle de corde, c'est-à-dire que nous y mîmes les échelons; nous la
cachâmes sous nos lits afin que le porte-clés ne pût l'apercevoir dans
les visites qu'il devait nous rendre encore pendant la journée.

Nous accommodâmes ensuite notre échelle de bois en trois morceaux, nous
mîmes nos barres de fer, nécessaires pour percer la muraille, dans leur
fourreau, pour empêcher qu'elles ne fissent du bruit. Nous nous munîmes
d'une bouteille de scubac [eau-de vie de grain], pour nous réchauffer et
nous rendre des forces quand nous aurions à travailler dans l'eau
jusqu'au cou pendant plus de neuf heures. Toutes ces précautions prises,
nous attendîmes l'instant où on nous aurait apporté notre souper. Il
arriva enfin.

Je montai le premier dans la cheminée. J'avais un rhumatisme au bras
gauche, mais j'écoutai peu cette douleur. J'en éprouvai bientôt une
autre plus aiguë. Je n'avais employé aucune des précautions que prennent
les ramoneurs; je faillis être étouffé par la poussière de la suie. Ils
garantissent leurs coudes et leurs genoux au moyen de défensives de
cuir, je n'en avais pas pris. Je fus écorché jusqu'au vif dans tous ces
membres; le sang ruisselait sur mes mains et sur mes jambes: c'est dans
cet état que j'arrivai au haut de la cheminée. Dès que j'y fus parvenu,
je fis couler une pelote de ficelle dont je m'étais muni; d'Allègre
attacha à l'extrémité le bout d'une corde à laquelle tenait mon
portemanteau; je le tirai à moi, je le déliai et je le jetai sur la
plate-forme de la Bastille. Nous montâmes de la même manière l'échelle
de bois, les deux barres de fer et tous nos autres paquets, nous finîmes
par l'échelle de corde, dont je laissai descendre une extrémité pour
aider Allègre à monter, pendant que je soutenais le reste au moyen d'une
grosse cheville que nous avions préparée exprès; je la fis passer dans
la corde et la posai en croix sur le tuyau de la cheminée, par ce moyen,
mon compagnon évita de se mettre en sang comme moi. Cela fini, je
descendis du haut de la cheminée, où je me trouvais dans une posture
fort gênante, et nous nous trouvâmes tous deux sur la plate-forme de la
Bastille.

Arrivés là, nous disposâmes tous nos effets; nous commençâmes par faire
un rouleau de notre échelle de corde, ce qui fit une masse de quatre
pieds de diamètre et d'un pied d'épaisseur. Nous la fîmes rouler sur la
tour, appelée _la Tour du Trésor_, qui nous avait paru la plus favorable
pour faire notre descente; nous attachâmes un des bouts de l'échelle à
une pièce de canon et nous la fîmes couler doucement le long de la tour,
ensuite nous attachâmes notre moufle et nous y passâmes la corde qui
avait trois cent soixante pieds de longueur; je m'attachai autour du
corps la corde passée dans la moufle, d'Allègre la lâchait à mesure que
je descendais; malgré cette précaution, je voltigeais dans l'air à
chaque mouvement que je faisais; qu'on juge de ma situation d'après le
frissonnement que cette idée seule fait éprouver. Enfin, j'arrivai, sans
aucun accident, dans le fossé. Sur-le champ, d'Allègre me descendit mon
portemanteau et tous les autres objets; je trouvai heureusement une
petite éminence qui dominait l'eau dont le fossé était rempli et je les
y plaçai. Ensuite, mon compagnon fit la même chose que moi, mais il eut
un avantage de plus; je tins de toutes mes forces le bout de l'échelle,
ce qui l'empêcha de vaciller autant. Arrivés tous deux au bas, nous ne
pûmes nous défendre d'un léger regret d'être hors d'état d'emporter avec
nous notre corde et les matériaux dont nous nous étions servis,
monuments rares et précieux de l'industrie humaine et des vertus
peut-être auxquelles peut conduire l'amour de la liberté.

Il ne pleuvait pas, nous entendions la sentinelle qui se promenait à six
toises au plus de nous; il fallait donc renoncer à monter sur le parapet
et à nous sauver par le jardin du gouverneur; nous prîmes le parti de
nous servir de nos barres de fer et de tenter le second moyen que j'ai
indiqué plus haut. Nous allâmes droit à la muraille qui sépare le fossé
de la Bastille de celui de la porte Saint-Antoine et, sans relâche, nous
nous mîmes au travail. Dans cet endroit précisément était un petit fossé
d'une toise de largeur et d'un pied et demi de profondeur, ce qui
augmentait la hauteur de l'eau. Partout ailleurs, nous n'en aurions eu
que jusqu'au milieu du corps, là, nous en avions jusque sous les
aisselles. Il dégelait seulement depuis quelques jours, en sorte que
l'eau était encore pleine de glaçons; nous y restâmes pendant neuf
heures entières, le corps épuisé par un travail excessivement difficile
et les membres engourdis par le froid.

A peine avions-nous commencé que je vis venir, à douze pieds au-dessus
de nos têtes, une ronde-major, dont le falot éclairait parfaitement le
lieu où nous étions; nous n'eûmes pas d'autre ressource, pour éviter
d'être découverts, que de faire le plongeon; il fallut recommencer cette
manœuvre toutes les fois que nous reçûmes cette visite, c'est-à-dire
à chaque demi-heure. On me pardonnera de raconter un autre événement du
même genre, qui, dans le premier moment, me causa une frayeur mortelle
et qui finit par me paraître plaisant. Je ne le rapporte que pour être
fidèle à la promesse que j'ai faite de ne passer sous silence aucun
détail; mon objet ne peut être que d'égayer ce récit et d'arracher un
sourire.

Une sentinelle qui se promenait à très peu de distance de nous, sur le
parapet, vint jusqu'à l'endroit où nous étions et s'arrêta tout court
au-dessus de ma tête; je crus que nous étions découverts et j'éprouvais
un saisissement affreux; mais bientôt j'entendis qu'elle ne s'était
arrêtée que pour lâcher de l'eau, ou plutôt je le sentis, car je n'en
perdis pas une goutte sur la tête et sur le visage; dès qu'elle se fut
retirée, je fus forcé de jeter mon bonnet et de laver mes cheveux.

Enfin, après neuf heures de travail et d'effroi, après avoir arraché les
pierres les unes après les autres avec une peine que l'on ne peut
concevoir, nous parvînmes à faire, dans une muraille de quatre pieds et
demi d'épaisseur, un trou assez large pour pouvoir passer; nous nous
traînâmes tous deux à travers. Déjà notre âme commençait à s'ouvrir à la
joie, lorsque nous courûmes un danger que nous n'avions pas prévu et
auquel nous faillîmes succomber. Nous traversions le fossé Saint-Antoine
pour gagner le chemin de Bercy; à peine eûmes-nous fait vingt-cinq pas
que nous tombâmes dans l'aqueduc qui est au milieu, ayant dix pieds
d'eau au-dessus de nos têtes et deux pieds de vase qui nous empêchaient
de nous mouvoir et de marcher pour gagner l'autre bord de l'aqueduc, qui
n'a que six pieds de largeur. D'Allègre se jeta sur moi et faillit me
faire tomber; nous étions perdus: il ne nous fût plus resté assez de
forces pour nous relever et nous périssions dans le bourbier. Me sentant
saisir, je lui donnai un coup de poing violent qui lui fit lâcher prise,
et du même mouvement je m'élançai et parvins à sortir de l'aqueduc;
j'enfonçai alors mon bras dans l'eau, je saisis d'Allègre par les
cheveux et le tirai de mon côté; bientôt nous fûmes hors du fossé, et au
moment où cinq heures sonnaient, nous nous trouvâmes sur le grand
chemin.

Transportés du même sentiment, nous nous précipitâmes dans les bras l'un
de l'autre; nous nous tînmes étroitement serrés et tous deux nous nous
prosternâmes pour exprimer au Dieu, qui venait de nous arracher à tant
de périls, notre vive reconnaissance. On conçoit de pareils mouvements,
mais on ne doit pas chercher à les décrire.

Ce dernier devoir rempli, nous pensâmes à changer de vêtements; c'est
alors que nous vîmes combien il était heureux d'avoir pris la précaution
de nous munir d'un portemanteau, qui en contenait de secs; l'humidité
avait engourdi nos membres et, ce que j'avais prévu, nous sentîmes le
froid bien plus que nous l'avions fait pendant les neuf heures
consécutives que nous avions passées dans l'eau et dans la glace; chacun
de nous eût été hors d'état de s'habiller et de se déshabiller lui-même
et nous fûmes obligés de nous rendre mutuellement ce service. Nous nous
mîmes enfin dans un fiacre et nous nous fîmes conduire chez M. de
Silhouette, chancelier de M. le duc d'Orléans; je le connaissais
beaucoup et j'étais sûr d'en être bien reçu; malheureusement, il était à
Versailles.

[Illustration:

CANONS PLACÉS SUR LE HAUT DES TOURS DE LA BASTILLE

(Dessin de l'architecte Palloy) (Bibl. nat. ms. nouv. acq. franç, 3422)]

Nous nous réfugiâmes chez un honnête homme, que je connaissais
également; c'était un orfèvre, nommé Fraissinet, natif de Béziers. Il
m'apprit qu'un sieur Dejean, natif comme moi de Montagnac, et notre ami
commun, était à Paris avec son épouse: cette nouvelle acheva de me
rendre à la vie. Dejean était fils d'un homme vénéré dans tout le
Languedoc par les protestants, qui le regardaient comme leur chef; mon
ami avait hérité des vertus de son père. J'éprouvai bientôt qu'elles lui
étaient communes avec son épouse. Ils s'occupèrent peu des dangers
qu'ils couraient en réfugiant deux hommes échappés de la Bastille,
échappés surtout à la vengeance de la favorite d'un roi; seulement, ils
prirent la précaution de nous loger chez leur tailleur, nommé Rouit,
parce qu'il demeurait à l'Abbaye Saint-Germain, où l'on était plus à
l'abri des recherches de la police. Là, Dejean et sa femme venaient tous
les jours nous secourir, nous consoler d'Allègre et moi. Chacun d'eux
fournissait à nos besoins et, ce qui est admirable, chacun d'eux nous
demandait de taire à l'autre ses bienfaits envers nous. Il semble que
cette famille respectable ait été destinée à adoucir toute ma vie les
amertumes dont elle n'a que trop été remplie, ou, dans des jours plus
heureux, à embellir mon existence. Dejean avait une fille âgée alors de
douze ans, épouse aujourd'hui du citoyen Arthur, homme respectable et
justement respecté, artiste célèbre, et tous deux amis sensibles et
généreux. Que ne puis-je laisser échapper ici le secret de mon âme
envers eux! Mais Arthur est Anglais, il pourrait lire cette page; il
croirait que je le loue et je dois craindre de l'offenser.

C'était trop pour la marquise de Pompadour de perdre à la fois deux
victimes; et puisque son cœur éprouvait un tel besoin de nous
tourmenter, elle dut ressentir une colère bien vive en apprenant que
nous venions, par notre fuite, de lui enlever cette précieuse
jouissance. Elle devait craindre, d'ailleurs, les effets de notre juste
ressentiment; nous pouvions dévoiler au public toutes les horreurs
qu'elle avait commises envers nous et dont tant d'autres malheureux
étaient encore les victimes; nous pouvions rendre tous nos concitoyens
confidents de nos peines et la France entière eût partagé nos
transports. Elle le savait; aussi n'a-t-elle jamais rendu, à ce que l'on
assure, la liberté à aucun de ceux qu'elle a précipités dans les fers;
elle concentrait à jamais dans l'enceinte des cachots leurs soupirs et
leur rage.

Instruits de ses craintes et des précautions ordinaires qu'elle
employait pour les calmer, nous ne doutions pas que l'on ne mît bien des
soins à nous découvrir. Je n'étais plus tenté, cette fois, de m'aller
jeter à ses pieds et je n'hésitai pas à m'expatrier, mais il eût été
trop imprudent de nous exposer dans ces premiers moments: nous restâmes
cachés près d'un mois sous la garde de l'amitié; il fut décidé que nous
ne partirions pas tous deux ensemble, afin que si l'un des deux était
découvert, son malheur pût profiter à l'autre.

D'Allègre partit le premier, déguisé en paysan, et se rendit à
Bruxelles, où il eut le bonheur d'arriver sans accident: il me l'apprit
de la manière dont nous étions convenus; alors, je me mis en route pour
le rejoindre.

Je pris l'extrait de baptême de mon hôte, qui était à peu près de mon
âge: je me munis des mémoires imprimés et des pièces d'un vieux procès,
pour pouvoir, dans le cas où j'aurais à rendre compte de mon voyage,
justifier un prétexte plausible.

Je m'habillai en domestique, je sortis de nuit de Paris et fus attendre,
à quelques lieues, la diligence de Valenciennes; il y avait une place,
je la pris; plusieurs fois, je fus fouillé, interrogé par des cavaliers
de maréchaussée; j'annonçais que j'allais à Amsterdam, porter au frère
du maître dont j'avais emprunté le nom les pièces dont j'étais muni, et
au moyen de toutes les précautions que j'avais prises, j'échappai à la
surveillance de tous ceux qui étaient chargés de m'arrêter.

Cependant, je ne me tirai pas toujours de ce pas avec autant de
facilité: à Cambrai, le brigadier qui m'interrogeait m'ayant demandé
d'où j'étais, sur la réponse que je lui fis que j'étais de Digne en
Provence, lieu indiqué sur l'extrait de baptême que j'avais emprunté, il
me reprit qu'il y avait vécu dix ans.

Je vis bien qu'il allait entamer, à ce sujet, une conversation dont les
suites pourraient me devenir fâcheuses; je conservai toute ma présence
d'esprit et, pour détourner les soupçons, je le prévins moi-même par
quelques questions relatives aux agréments dont on jouit dans ce pays et
à la gaîté presque constante de tous ses habitants. Mais, malgré toute
mon adresse, je ne pus échapper au danger que je redoutais; mon prétendu
compatriote me parla de quelques personnes fort remarquables du lieu et
dont il était difficile de n'avoir pas eu connaissance; mon embarras
retraça à mon esprit la fable du dauphin, sur le dos duquel un singe
avait cherché un asile au moment d'un naufrage. L'animal marin demanda à
l'autre s'il connaissait le Pirée; celui-ci répondit avec effronterie
que le Pirée était un de ses meilleurs amis: à ce mot le dauphin leva la
tête et, voyant qu'il ne portait qu'un singe, il le jeta à la mer. Je
profitai de cette leçon et, sans rien répondre de positif, je parus
chercher dans ma mémoire les noms des personnes dont mon interrogateur
me parlait, je montrai une grande surprise de ne pas les connaître. «Au
surplus, lui dis-je, de quel temps me parlez-vous?--De dix-huit ans», me
répondit-il. Ce mot me mit parfaitement à mon aise; je lui observai
qu'alors je n'étais qu'un enfant et que, sans doute, depuis longtemps
ces personnes étaient mortes. Cet homme me fit encore d'autres
questions; mais, craignant qu'il ne les portât trop loin, je saisis la
première occasion qui se présenta de rompre cet entretien, qui
commençait à me peser de plus en plus; j'appelai notre conducteur, que
je vis passer, et, sous prétexte de terminer avec lui quelques affaires,
je pris congé de cet homme et lui tirai ma révérence.



III

SÉJOUR EN BELGIQUE ET EN HOLLANDE

(mars-juin 1756)


Arrivé à Valenciennes, je pris le carrosse de Bruxelles. Entre cette
première ville et Mons, il y a sur le grand chemin un poteau où sont
d'un côté les armes de la France et de l'autre celles de l'Autriche,
c'est la limite des Etats. J'étais à pied quand nous y passâmes, je ne
pus résister au mouvement qui me précipita sur cette terre, que je
baisai avec transport. Je pouvais enfin, ou je croyais du moins respirer
en paix. Mes compagnons de voyage, étonnés de cette action, m'en
demandèrent la cause; je prétextai qu'à pareil instant, une des années
précédentes, j'avais échappé à un grand malheur et que je ne manquais
jamais, au moment même, d'en exprimer à Dieu toute ma reconnaissance.

Le lendemain, au soir, j'arrivai enfin à Bruxelles. J'avais passé, en
1747, un quartier d'hiver dans cette ville, je la connaissais déjà; je
fus descendre au Coffi, place de l'Hôtel-de-Ville, où d'Allègre m'avait
donné rendez-vous. Je le demandai[12] à l'aubergiste.

Sa femme me répondit: «Je ne sais où il est.» Je repris: «C'est moi qui
l'ai envoyé loger ici, et il n'y a pas encore huit jour qu'il m'a écrit
à Paris et chargé de votre part d'aller voir Lecour, ciseleur du roi,
pour lui demander l'argent qu'il vous doit. Vous ne devez pas me faire
un mystère de me dire où est d'Allègre.» A quoi elle me répondit: «Il
est bien: à bon entendeur demi-mot.» Par ces paroles, je compris bien
qu'il avait été arrêté. Cependant je ne fis pas semblant de m'apercevoir
de ce malheur. Je lui demandai s'il avait payé sa dépense. Elle me
répondit: «Tout est bien payé.» Alors l'hôte me demanda si je ne logerai
point chez lui? Je repris: «Cela n'est point douteux: vous n'avez qu'à
me préparer à souper et je reviendrai vers les neuf heures et demie, car
j'ai à voir plusieurs personnes.» «Cela suffit, me dit-il, je vais faire
écrire votre nom à l'hôtel de ville.» Je sortis vite de chez lui, bien
résolu de ne plus y retourner. Je ne fus voir qu'un de mes amis, nommé
l'avocat Scoüin, qui ne voulut pas croire que le prince Charles eût
consenti à l'enlèvement de d'Allègre. Je le chargeai d'aller le
lendemain s'informer de cela et de retirer mon portemanteau de la
diligence, et en le quittant je fus attendre le départ de la barque
d'Anvers qui partait à neuf heures du soir. Malheureusement pour moi, il
se trouva dans cette barque un Savoyard ramoneur, habillé en dimanche,
qui s'approcha de moi en me disant: «A votre air, je connais que vous
êtes Français: Allez-vous à Anvers?» Je lui répondis que j'allais à
Rotterdam. «Et moi aussi, me dit-il, nous ferons le voyage ensemble.»
Arrivés à Anvers, il me dit: «Il vous faut acheter des vivres pour cinq
à six jours, crainte que le vent ne devienne contraire.» Il vint
m'accompagner pour en faire l'achat. Cela fait il me dit: «Venez avec
moi. Je veux vous faire voir les beaux tableaux qu'il y a dans la grande
église.» Je le suivis et y étant entré, il vint me dire en confidence:
«Monsieur, il y a environ cinq jours qu'on a enlevé un Français dans
Bruxelles: c'était un homme comme il faut et de grand esprit. Il s'était
échappé d'une prison royale avec un autre prisonnier, et pour n'être pas
reconnu en chemin, il s'était habillé en pauvre, et il demandait
l'aumône. Arrivé dans Bruxelles, il s'était logé au Coffi, et
l'Aman--c'est le nom d'un officier de justice, c'est-à-dire une espèce
de prévôt qui arrête le monde--et l'Aman, sous prétexte d'écrire son
nom, l'avait mené dans sa maison, et enfermé dans une chambre; et le
lendemain on l'a mis dans une chaise de poste et reconduit en France, et
il n'y a que moi dans tout Bruxelles qui sache cette nouvelle; et c'est
le domestique de l'Aman, qui est mon bon ami, qui me l'a apprise et bien
défendu de la dire à personne.» Je repris: «A-t-on arrêté l'autre?

--Pas encore, me dit-il, mais on ne le manquera pas.»

J'ai l'esprit assez présent; or, je dis en moi-même: «Si le prince
Charles a donné les mains à cet enlèvement, que je reconnus bien que
c'était celui de d'Allègre, vu qu'on a écrit ton nom à l'hôtel de ville
et que tu n'es point allé coucher au Coffi, ni dans aucune auberge de la
ville, les personnes qui sont à l'affût pour t'arrêter ne manqueront pas
de croire et de se dire qu'il faut que tu te sois mis dans la barque
d'Anvers pour passer de là en Hollande. Présentement il n'est pas encore
huit heures du matin et la barque ne doit partir qu'à trois heures
précises du soir, et il ne faut que quatre heures de temps en poste pour
venir de Bruxelles aussi. Par conséquent, l'Aman peut avoir le temps de
venir t'arrêter avant que la barque de Hollande parte.» Or, pour éviter
ce malheur, je demandai si notre barque ne passait pas à Berg-op-Zoom.
Il me dit que non. Je fis l'étonné, quoique je le susse aussi bien que
lui, en lui disant qu'il fallait absolument que je passasse à
Berg-op-Zoom pour y recevoir le paiement d'une lettre de change, et en
même temps je lui dis: «Je vous fais présent de toutes les victuailles
que j'ai achetées.» C'est de quoi il fut fort content. Il me remercia
fort gracieusement et, en reconnaissance, il voulut m'accompagner
jusqu'au dehors de la ville.

[Illustration:

JEUNE SAVOYARD

(A. de St-Aubin del J.-B. Tillard sc.) (Coll. Rothschild)]

En moins de huit heures, j'arrivai dans Berg-op-Zoom. Y entrant, je
rencontrai un Suisse qui parlait français, et je le priai de m'enseigner
une petite auberge où je pourrais loger à bon marché, parce que l'argent
commençait à me manquer. En arrivant à Bruxelles, il ne me restait
qu'environ un louis d'or, et je comptais d'en toucher dans cette ville
par le moyen des lettres de change de d'Allègre, ou de celles que ma
mère devait m'y envoyer et qui nous furent enlevées par Saint-Marc,
exempt, et il me fallait encore au moins douze francs pour payer les
barques. Ce Suisse me logea chez La Salle, déserteur français, qui
s'était établi dans cette ville. Je me trouvai logé chez lui avec un
gagne petit et un guzas [un gueux], qui avait fait deux pèlerinages à
Rome, et prêt à en faire un troisième. Il se disait être arracheur de
dents. Il était tout déguenillé. Ses bas étaient tout percés, de sorte
qu'on lui voyait la chair de partout. C'était un homme âgé de
cinquante-cinq ans, et tout bouffi. Ce jour-là le curé avait fait dire à
La Salle de lui venir parler et ce guzas lui dit: «Je vous prie de ne
pas partir sans moi, car j'ai à parler à M. le curé», et je ne doute pas
que ce n'était que pour lui demander quelque aumône.

Dans Berg-op-Zoom, il y a toujours plusieurs régiments, et, dans chacun,
il y a un chirurgien major, et en outre il y a les maîtres chirurgiens
de la ville, et je crois qu'on aura lieu d'être étonné que le gouverneur
de cette ville, ce jour-là, eut eu recours à ce vilain pour lui arracher
des dents. Il lui fit présent d'un ducat, et c'est avec ce ducat que ce
guzas avalait de l'eau-de-vie, comme si elle n'avait été que de l'eau
simple. Etant ivre, il se mit à parler d'une aubergiste que l'hôte
connaissait. Elle demeurait dans un village à quelques lieues de
Rotterdam. Puis, tout d'un coup, il se lève de bout, appuyant ses deux
points sur ses côtés, et il se mit à dire en branlant la tête.

«Il faut que j'écrive à cette femme! Il faut que j'écrive à cette femme!
Oui, parbleu, il faut que je lui écrive!» Et puis, s'adressant à moi, il
me dit: «Monsieur, savez-vous écrire?» Je lui répondis que oui: «Oh! me
dit-il, je vous en prie, écrivez-moi cette lettre.--Avec plaisir, lui
dis-je alors.» L'hôte mit sur la table une feuille de papier, plume et
encre, et ce guzas me dicta les paroles que voici:

«Madame, je suis à Berg-op-Zoom, et je me porte très bien. Au premier
jour je viendrai vous voir. Faites mes compliments à votre mari. Je suis
votre, etc...»

[Illustration: JEUNE SAVOYARD

(A. de St-Aubin del J.-B. Tillard sc.) (Coll. Rothschild).]

J'ai oublié le nom de ce guzas et celui de la femme à laquelle il
écrivait; mais, après avoir cacheté sa lettre, il me dicta cette
adresse: «A Madame... Madame N..., à la poste restante, à Rotterdam.»
Mais je lui dis: «Cela n'est point ainsi que l'on adresse une lettre; il
faut mettre le nom du village où elle demeure, sans quoi cette lettre ne
lui sera point rendue.» Il me répondit: «Cela ne fait rien: quand elle
ira à Rotterdam, elle l'ira chercher à la poste.»

[Illustration: LA VILLE DE BRUXELLES]

[Illustration: LA VILLE BRUXELLES

(d'après une estampe conservée à la Bibliothèque nationale)]

Quant à moi, qui attendais d'être arrivé à Amsterdam pour envoyer mon
adresse à ma mère, je fus charmé de l'expédient que me suggérait
inconsciemment ce guzas, parce que j'avais grand besoin d'argent; et,
pour en avoir dix à douze jours plus tôt, sur-le-champ j'écrivis à ma
mère de m'envoyer une lettre de change et d'adresser ainsi ma lettre: «A
Monsieur d'Aubrespy, à la poste restante, à Amsterdam», et, par la
malédiction du démon, c'est là que cette lettre fut interceptée. Mais il
est certain que ce malheur ne me serait point arrivé, sans cet
ivrognasse qui fut cause que je fus arrêté, parce que je n'aurais écrit
à ma mère que d'Amsterdam, et je lui aurais dit, comme je fis dans la
seconde que je lui envoyai, d'adresser ma lettre à M. Clerque, ou enfin,
si je n'avais pas trouvé Clerque, je lui aurais dit d'adresser mes
lettres sous enveloppe à mon hôte, et par ce moyen je n'aurais point été
arrêté.

Le 13 d'avril 1756, j'arrivai dans Berg-op-Zoom, et je fus entraîné de
rester huit jours pour attendre une barque, qui partit le 18, jour de
Pâques, et j'arrivai le lendemain à Rotterdam, et, à midi, je me mis
dans une autre barque, et le lendemain matin j'arrivai dans Amsterdam,
qui était le 20 avril. Je me mis à chercher les adresses des gens de
chez moi. On me dit que M. Elie Angely, négociant, était diacre de
l'église wallonne, et qu'il avait chez lui un registre qui contenait les
noms et les adresses de tous les Français qui étaient établis dans cette
ville et qu'il demeurait tout auprès de l'hôtel de ville. Je fus chez
lui, et je le priai d'avoir la bonté de me donner les adresses des
personnes de Montagnac. Il me répondit: «Nous avons ici Cazelles,
Lardat, Clerque.» Je repris: «Je connais toutes ces personnes, et elles
me connaissent aussi.» Alors il me demanda si j'étais venu pour rester
dans cette ville ou si je ne faisais que passer. Je lui dis que j'y
étais venu jusqu'à ce que j'eusse accommodé une affaire qui m'était
arrivée en France. Il me demanda ce que c'était que cette affaire, et si
je ne pouvais l'en instruire. «Vous me paraissez être un honnête homme,
lui dis-je, et je n'ai rien de caché pour vous»; et je lui racontai tout
ce qui m'était arrivé et à d'Allègre aussi.

[Illustration: GAGNE-PETIT

par Duplessi-Bertaux (Coll. Georges Hartmann)]

Après avoir ouï tout, il me demanda si je n'avais point de lettres de
recommandation. Je lui répondis qu'ayant échappé de la Bastille, je
n'avais point osé aller voir aucun de mes amis, excepté un bijoutier de
Montagnac qui demeurait à Paris et que c'était lui qui m'avait prêté de
l'argent pour sortir du royaume de France. Alors il me dit: «Si celui-là
voulait m'écrire en votre faveur, non seulement nous nous emploierions
pour vous, mais même nous vous accorderions un secours d'argent.» Je
repartis: «Je suis bien certain que celui qui m'a prêté de l'argent vous
écrira en ma faveur, mais même qu'il vous priera très fortement de me
rendre service.»--«Eh bien, me dit-il, voilà mon adresse; vous n'avez
qu'à la lui envoyer.» Je la pris et en même temps je le priai de nouveau
de me donner les adresses de Cazelles, de Lardat et de Clerque. Il me
répondit: «Ces gens-là ne sont pas à leur aise.» A quoi je lui dis:
«Monsieur, je ne suis pas un homme à être à charge à personne, j'ai un
peu de bien en fonds, et quand j'aurais eu le malheur de perdre ma mère,
mes parents ne manqueraient point de me secourir avec mon propre bien,
et je suis très certain qu'avant que le mois prochain soit passé, ils ne
manqueront pas de m'envoyer des lettres de change qui pourront
m'acquitter des services qu'on m'aura rendus, et en outre je vous dirai
que j'ai plusieurs talents qui peuvent me tirer d'affaire: je sais les
mathématiques, c'est-à-dire que je puis être ingénieur où je veux, ou
architecte; je sais l'arpentage, la division des champs. J'entends un
peu la médecine, la chirurgie, et j'ai encore beaucoup de commis qui
peignent plus mal que moi. Quant à l'arithmétique, il n'y a aucune sorte
de règles que je ne fasse sur-le-champ, c'est-à-dire que je sais
l'addition, la soustraction, la multiplication, la division, la règle de
trois ou la règle d'or. Je sais les parties aliquotes et les fractions
des fractions, les règles inverses, l'extraction de la racine quarrée et
de la racine cube, les décimales et l'algèbre.

«Or, avec tous ces talents, par le moyen des personnes que vous venez de
me nommer, qu'il y a fort longtemps qu'elles sont ici, qu'elles doivent
connaître beaucoup de monde, je pourrai trouver à me placer et à me
tirer d'affaire sans les incommoder. Mais aujourd'hui je suis dans un
état pitoyable; c'est pourquoi je vous supplie en grâce de me donner
l'adresse d'un de mes pays.» Il me répondit: «Je ne vous donnerai
l'adresse d'un de vos pays que lorsque j'aurai reçu la lettre de Paris,
et avec un secours d'argent; que si quelque chose se tramait contre vous
aux Etats, j'en aurai vent et je vous en avertirai.» Je repris: «Mais
monsieur, il faut au moins quinze jours avant que de pouvoir recevoir
cette réponse; et comment puis-je passer tout ce temps-là? Il ne me
reste plus pour toute ressource que deux misérables sols, et je ne sais
où donner de la tête.» Il me répliqua: «Vous n'avez qu'à faire comme
vous pourrez, et je ne vous donnerai ces adresses qu'après avoir reçu la
lettre de recommandation de Paris.» Je sortis de sa maison, mais
intérieurement j'enrageais comme tous les diables contre lui d'un refus
si cruel.

[Illustration: ESCAMOTEURS ET ARRACHEURS DE DENTS

par Duplessi-Bertaux (Coll. Georges Hartmann)]

Dans cette grande perplexité je me ressouvins de Fraissinet, et je
pensai qu'il ne me serait point difficile de le trouver, étant banquier.
Effectivement, en peu de temps je trouvai son adresse au marché aux
fleurs. J'y fus, et ayant trouvé sa maison je frappai à sa porte. Un
jeune homme, que je croyais être son fils, vint m'ouvrir. Je lui
demandai si M. Fraissinet y était: Il me répondit que oui. «Je vous
prie, lui dis-je, de m'y faire parler.--Et que voulez-vous lui dire?» Je
repris: «Comme il est de Montpellier, je ne doute pas qu'il ne connaisse
Cazelles, Clerque et Lardat, qui sont de Montagnac comme moi, et je
viens le prier d'avoir la bonté de me donner une de ces adresses.» A
quoi il me répondit brutalement: «Hé! il a bien d'autres affaires qu'à
vous donner des adresses», et il me ferma rudement la porte au nez. Or,
voyant le refus injuste d'Elie Angely et la brutalité de ce commis, et
n'ayant pour toute ressource que deux misérables sols, et dans une ville
éloignée de plus de trois cents lieues de chez moi, il est vrai que si
Dieu ne m'avait retenu je me serais jeté dans un canal la tête la
première.

[Illustration: ROTTERDAM: GRANDE PLACE AVEC LA STATUE D'ERASME

Gravé par P. Schenk (Bibl. de l'Arsenal)]

Enfin, ne sachant où donner de la tête, je fus implorer la miséricorde
d'un Hollandais, avec qui j'étais venu de Berg-op-Zoom jusqu'à
Amsterdam. C'était un petit aubergiste qui demeurait dans une cave. Ce
réduit était composé de deux chambres: dans l'une il y avait trois
lits--c'était là où il faisait la cuisine--et dans l'autre un lit où il
couchait avec sa femme. Il s'appelait Jean Teerhoorst et avait pour
enseigne: _à la Villa de Groningue_. Il entendait quelques mots de
français; je fus donc le trouver et le priai de me faire le plaisir de
me prendre chez lui et de me faire crédit, et que bientôt je le paierais
bien. En lui disant ces paroles, les larmes qu'il vit couler de mes yeux
lui touchèrent le cœur; il me prit la main, il me la serra en me
disant: «Moi avoir pitié d'un chien et encore plus avoir pitié d'un
homme. Pour vous, venez, venez toujours manger ici. Moi connaître que
vous avez un bon cœur; mais tous mes lits sont pris. Pour vous,
cherchez à coucher, et venez manger ici.» Je mis ma main à ma poche, et
je lui fis voir que je n'avais que deux sous et que je ne savais où
aller chercher un lit. «Pour vous, me dit-il, vouloir coucher à mes
pieds et de ma femme, moi le veux bien.» Je lui répondis: «Moi être
content de coucher sur une chaise ou sur une table.--Eh bien, moi bien
vouloir que vous restiez ici... etc.» Enfin ce fut cet honnête homme qui
eut pitié de moi: il me fabriqua un lit d'une espèce d'armoire, et il me
donna à manger jusqu'à ce que j'eusse trouvé M. Clerque, c'est-à-dire
pendant plus d'un mois. Dans cet intervalle, c'est-à-dire vingt-trois
jours après avoir écrit à Paris, M. Élie Angely m'envoya chercher, et il
me dit qu'il avait reçu une lettre du bijoutier, et en même temps il me
fit présent de quinze florins, c'est-à-dire d'environ trente-une livres
de France.

[Illustration: ROTTERDAM: LES QUAIS

Gravé par P. Schenk (Bibl. de l'Arsenal)]

Je pris cet argent-là, que je rendrai bien vite, d'abord que je serai
sorti de prison, avec les intérêts. En même temps, il me remit une
lettre que ce bijoutier m'avait mise dans la sienne et me donna
l'adresse de Lardat, chirurgien, en me disant qu'il me mènerait chez mes
autres pays. Je fus donc chez Lardat, natif de Saint-Pargoire. Il me
dit: «Feu mon épouse était de Montagnac: elle était une Gelly. Je
connais toute votre famille, et je ne doute pas que cela ne fasse un
très sensible plaisir à M. Clerque de vous voir. Allons, mettons-nous à
table, et après dîner nous irons le voir. Cela fait le plus honnête
homme du monde et Dieu le bénit: il le comble de biens.» Le lendemain,
je fus encore chez Lardat, qui me proposa de retourner chez Clerque. Je
lui répondis que, dans le misérable état où je me trouvais, je craignais
qu'il ne crût que j'allais moins pour le voir que pour lui demander
quelque service, et que d'abord que j'aurais reçu l'argent que
j'attendais, nous l'irions voir ensemble. Il me répliqua que Clerque
était un fort galant homme, qu'il avait un esprit bien fait. Je repris:

«Deux ou trois jours sont bientôt passés.

--Comme il vous plaira, me dit-il.»

[Illustration: ROTTERDAM: QUAIS SUR LE MARCHÉ AUX POISSONS

(Gravé par P. Schenk) (Bibl. de l'Arsenal)]

Nous passâmes la demi-journée ensemble et il ne voulut pas me permettre
de sortir sans avoir soupé. Le lendemain j'y retournai, et je lus la
gazette qu'on lui portait tous les jours. Il voulut encore me retenir à
souper, mais je lui dis:

«Monsieur, je m'estime trop heureux de la bonté que vous avez de
souffrir que je vienne passer tous les jours deux ou trois heures chez
vous, et je prendrai pour une marque de votre ennui si vous me priez
encore de dîner ou de souper.

--Comment, me dit-il, je ne m'attendais point à un pareil compliment de
votre part. Et pourquoi voulez-vous me priver d'avoir le plaisir de vous
donner à manger?»

Je repris:

«Que je mange ou que je ne mange pas, je paie toujours de même à mon
auberge, et c'est à cause de cela que, sans aucune nécessité, je ne veux
pas vous être à charge.

--Si ce n'est que cela, me dit-il, plus de mauvais compliments:
mettons-nous à table.»

Cependant cinq à six jours après il rencontre Clerque et il lui dit:

«Il est arrivé ici un de vos pays, Masers d'Aubrespy.

--Où est-il?»

[Illustration: LA HAYE, VUE DE LA POISSONNERIE

Gravé par Anna Beck (Bibl. de l'Arsenal)]

Lardat lui répondit:

«Je sais où il loge, mais il vient me voir tous les jours chez moi, et
tel jour nous fûmes chez vous, mais vous étiez sorti.

--Oh! lui dit-il, je vous en prie, d'abord qu'il viendra menez-le-moi,
et si je suis sorti, vous n'avez qu'à m'attendre.»

Impatient de me voir, il fut le lendemain chez Lardat. Il dîna chez lui
et m'attendit jusqu'à neuf heures du soir. Le lundi je fus encore chez
Lardat; il me raconta ce qui s'était passé: «Allons, me dit-il, allons
vite le voir: il meurt d'impatience de vous embrasser.» Nous y fûmes et,
en entrant chez lui, il vint me sauter au cou, comme si j'eusse été son
frère ou son fils, et, croyant que je crevais de soif, il fallut boire à
la hollandaise. Il ne m'avait jamais vu; je me mis à lui parler de ma
famille: «Mais, me dit-il, nous sommes parents du côté de votre mère, et
ne saviez-vous pas ma maison?» Je lui répondis qu'il y avait neuf jours
que je la savais. «Et pourquoi n'êtes-vous pas venu plus tôt me voir?»
Je repris: «Dans le misérable état où je me trouve, je n'ai pas osé,
crainte que vous ne crussiez que je venais moins pour vous voir que pour
vous demander quelque service. Mais j'attendais de l'argent et alors je
n'aurais pas manqué de vous venir voir.--Comment! me dit-il, c'est bien
quand vous n'auriez plus eu besoin de rien qu'il fallait attendre de
venir me voir!» et, en jetant les yeux sur ma chemise qui était fort
noire, il me fit monter dans une belle chambre bien étoffée, pavée de
marbre à compartiment bleu et blanc, et me fit mettre une de ses
chemises. Il me mena chez son chapelier et me fit présent d'un chapeau
fin et de tous mes autres besoins, et il ne voulut plus absolument que
je retournasse dans mon auberge. Il me donna une chambre chez lui, et
toute la différence que lui et son épouse faisaient de moi et de trois
enfants qu'ils avaient, c'est qu'ils leur laissaient demander leurs
besoins et qu'à moi ils prévenaient jusqu'aux moindres de mes
fantaisies.

[Illustration: MATELOT HOLLANDAIS

(Bibl. de l'Arsenal)]

Je ne fis point un mystère à Clerque, ni à Elie Angely, ni à Lardat de
l'affaire qui m'avait forcé de venir en Hollande; mais tous haussaient
les épaules en me disant que cela n'était rien. Pourtant la crainte de
retomber dans de nouveaux malheurs me fit avoir recours aux conseils de
plusieurs personnes sages, et je leur dis les paroles que voici:

«Messieurs, je vous prie de m'assister de vos conseils sur la
malheureuse affaire qui est cause que je suis sorti de France et venu me
réfugier dans Amsterdam, et de me dire librement ce que vous pensez, et
soyez certains que je vais vous dire la vérité. Car si je disais un seul
mensonge ou si je cherchais à m'excuser, je ne vous tromperais pas vous
autres, mais je me tromperais moi-même. Or, voici le fait:

«En 1749, il y eut une révolution à la Cour de France, et tous les
esprits étaient animés contre Mme la marquise de Pompadour, parce
qu'on croyait qu'elle en était la cause, et en même temps on disait que
ses ennemis cherchaient à s'en venger en l'envoyant à l'autre monde, et
ce bruit était si vrai qu'il se répandit jusque dans Marseille, où mon
compagnon d'infortune, M. d'Allègre, un an après moi, vint à peu près
sur le même prétexte se faire fourrer à la Bastille. Mais, pour revenir
à mon affaire à moi, à force d'entendre dire partout que les ennemis de
Mme de Pompadour cherchaient à l'envoyer à l'autre monde, je crus lui
rendre un grand service et lui sauver la vie en lui envoyant un symbole
hiéroglyphique instructif et relatif à ce que j'avais ouï dire, afin de
la faire rester sur ses gardes contre leurs entreprises.

«Mon symbole hiéroglyphique était une boîte de carton, où j'avais mis
une poudre grotesque, que j'avais composée moi-même, qui n'avait aucune
vertu nuisible; ce qui fut prouvé par plusieurs expériences; et, en
outre, je m'offris sur-le-champ à en faire toutes sortes d'épreuves sur
moi-même. Cette boîte ayant été mise à la poste le 27 avril 1749, je fus
à Versailles dire ces propres paroles à Mme la marquise de Pompadour:
Qu'il y avait environ quatre heures qu'en me promenant aux Tuileries
deux personnes s'étaient rencontrées tout auprès de moi et qu'elles
s'étaient dit tout bas: «Eh bien, est-ce fait?» et que l'autre avait
répondu: «Je t'assure que demain elle ne couchera pas avec le roi», et
que, m'étant douté qu'il se passait quelque chose de mauvais contre
elle, je les avais suivies et vues mettre un paquet à la poste, et que
je venais l'avertir de se tenir sur ses gardes contre toutes sortes de
paquets. Ma boîte étant arrivée, je fus grandement remercié. L'on me
présenta un présent d'argent, mais je le refusai; je ne voulus pas le
recevoir absolument. Je dis à Mme de Pompadour que je m'estimais trop
récompensé d'avoir eu le bonheur de lui rendre service et en même temps
je lui recommandai fortement de se tenir sur ses gardes contre toutes
sortes de paquets. Je fus prié d'aller rendre compte de tout cela à M.
le comte d'Argenson [ministre de la Guerre, avec le département de
Paris], et elle me donna le sieur Quesnay, son médecin, pour m'y
accompagner. Après que je lui eus fait mon compte rendu, ce ministre
m'envoya à M. Berryer, lieutenant général de police, et celui-ci
m'envoya à la Bastille, où je lui déclarai tout ce qui s'était passé.
Quatre mois après, je fus transféré de la Bastille dans le donjon de
Vincennes, et quatorze mois après je m'échappai de cette prison, le 25
juin 1750, à une heure après midi, sans faire aucune fracture,
c'est-à-dire qu'ayant trouvé toutes les portes ouvertes je m'enfuis, et
au bout de six jours après, ne me sentant coupable d'aucun crime, je me
livrai moi-même, comme un agneau, entre les mains paternelles du roi,
par l'entremise du sieur Quesnay, son médecin ordinaire. Je ne croyais
pas, par cet acte de bonne foi, forcer Sa Majesté à me faire grâce, mais
à me rendre la justice qui m'était due. Sur mon adresse que j'avais
envoyée à Quesnay, je fus arrêté et mis à la Bastille, dans un cachot
pendant dix-huit mois, et ensuite dans une chambre ordinaire et mis en
compagnie avec M. d'Allègre; mais après sept années de souffrances, vu
qu'on avait abusé de la confiance que j'avais mise dans l'équité du roi,
et ne voyant aucune fin à mes maux, je m'échappai une seconde fois de la
Bastille avec d'Allègre, la nuit du 25 au 26 de février dernier, et suis
venu me réfugier en Hollande...

«Voilà, messieurs, leur dis-je, de point en point tout ce qui m'est
arrivé. Je vous prie de me dire nettement ce que vous pensez et ce que
vous me conseillez de faire.» Or, voici les paroles qu'ils me dirent:

[Illustration: FEMME DE MATELOT HOLLANDAIS

(Bibl. de l'Arsenal)]

«S'il y avait eu quelque chose de nuisible dans votre boîte, les
flatteurs pourraient vous faire une querelle d'Allemand, vous dire que
vous pouviez mourir en chemin, et lui arriver de mal à elle. _Secundo:_
Si vous aviez pris l'argent qui vous fut offert, on pourrait vous
traiter de fripon. _Tertio:_ Si vous aviez compromis quelqu'un, ce
serait un crime; mais n'y ayant rien de nuisible dans votre boîte et
l'ayant encore avertie à l'avance de son arrivée, et sans lui inspirer
aucun mauvais soupçon directement contre ses ennemis connus, et n'ayant
pas voulu recevoir des présents, et le bruit courant réellement qu'on
cherchait à l'envoyer à l'autre monde, cela n'est point un crime. C'est
un service, mais voici ce qui empoisonne votre service: Mme la
marquise de Pompadour a le pouvoir souverain en main; c'est elle qui
donne tous les emplois, et l'on peut croire aisément que, par le moyen
de votre boîte, vous vouliez vous introduire dans ses bonnes grâces et
par ce moyen obtenir quelque bonne charge. Cependant, vu toutes ces
circonstances et à prendre votre affaire par le plus mauvais côté, au
pis aller on ne peut vous accuser que d'avoir voulu surprendre son
amitié, vous introduire dans ses bonnes grâces par une fable officieuse,
et cela n'est pas un cas de sept années de prison. Mais ce qu'il y a de
surprenant et même qui étonne, c'est que, après votre première évasion,
après vous être livré généreusement vous-même entre les mains du roi, on
ait abusé de votre bonne foi et dans un temps où vous aviez déjà
souffert plus que vous n'aviez mérité. C'est indigne d'abuser ainsi de
la confiance.»

Généralement tous se récrièrent extrêmement sur ce point. Enfin leur
résultat fut «qu'à prendre mon affaire à la rigueur, en considérant la
raison qui m'avait fait agir, c'est-à-dire le bruit qui courait qu'on
cherchait à envoyer la marquise de Pompadour dans l'autre monde, et que
j'avais refusé le présent qui me fut offert, que cela n'était pas un cas
à mériter plus d'une année de prison, et par conséquent que je pouvais
équitablement demander à Mme la marquise de Pompadour le
dédommagement de la perte de mon temps et des maux qu'elle m'avait fait
souffrir injustement depuis six années». En même temps ils me
conseillèrent de commencer à demander cette réparation poliment, et que
si elle ne se rendait point à la prière et me forçât d'en venir aux
invectives, aux menaces de la décrier, qu'alors je devais me cacher avec
soin, crainte qu'elle ne me fît assassiner.

Tous les amis que j'avais consultés dans Paris m'avaient dit de même que
la marquise de Pompadour m'avait fort maltraité, et que si je pouvais
avoir le bonheur de sortir hors du royaume, je n'aurais pas de la peine
à me faire bien dédommager. Ainsi ceux de Paris et les personnes sages
d'Amsterdam, tous me conseillèrent de demander un dédommagement. Mais
moi, malgré les conseils, j'écrivis à Mme la marquise de Pompadour,
et, au lieu de lui demander un dédommagement de la perte de mon temps et
des maux qu'elle m'avait fait souffrir injustement, je lui demandai
humblement pardon du malheur que j'avais eu de lui avoir déplu; je la
priai de faire attention que si Dieu pouvait être trompé, il ne ferait
point un crime impardonnable à celui qui lui avait dit une fable
officieuse pour tâcher de mériter ses bonnes grâces, et que si elle
savait la raison qui m'avait fait agir, elle ne pouvait me faire un
crime que d'avoir aspiré à vouloir les siennes [ses bonnes grâces], et
que de tous les crimes il n'y en avait pas un seul qui méritât si bien
d'être pardonné que celui-là; qu'au reste j'étais fort jeune quand ce
malheur m'arriva, et que j'avais souffert sept années, et que je la
suppliais de grâce de vouloir bien oublier ce trait de jeunesse et de me
permettre de revenir tranquillement passer le reste de mes jours dans ma
patrie...

Cette lettre, bien loin de désarmer cette magicienne, ne servit qu'à
faire dépenser plus de cinquante à soixante mille livres au roi pour
venir me faire arrêter dans Amsterdam. Toutes les personnes à qui je
communiquai mes affaires dans Amsterdam, toutes m'assurèrent que les
Etats ne me livreraient pas et que je pouvais être fort tranquille. M.
Elie Angely, qui est dans les affaires d'Etat de cette république,
puisqu'il tient chez lui les registres de tous les Français qui sont
dans Amsterdam, comme j'ai déjà dit, me promit que s'il se tramait
quelque chose contre moi, il le saurait et il m'en instruirait.

[Illustration: AMSTERDAM: L'HÔTEL DE VILLE

(Bibl. de l'Arsenal)]

De plus étant sage et discret, j'avais lieu de croire que la marquise de
Pompadour m'ayant fort maltraité, elle ne me refuserait point
l'accommodement que je lui avais demandé ou enfin qu'elle me laisserait
tranquille; mais les remords et la crainte sont l'apanage des mauvaises
consciences. Dans le temps que je cherchais à faire la paix, d'un autre
côté cette implacable magicienne avait envoyé Saint-Marc en Hollande
pour m'y arrêter. Cet exempt ne savait point où je logeais, mais le
démon l'eut bientôt instruit, et voici comment. Je priai un jour le fils
aîné de Clerque d'aller à la poste pour voir si la lettre que
j'attendais de ma mère, où devait se trouver une lettre de change,
n'était point arrivée. Son père qui était présent me dit: «Cousin, le
facteur qui me porte mes lettres est un fort honnête homme; je le
connais: je vais le prier de retirer cette lettre.» Je repris: «N'en
faites rien, cousin, crainte de malheurs: j'aime mieux la recevoir deux
ou trois heures plus tard.»

Cependant, après que j'eusse été arrêté, Saint-Marc me dit: «Il y a tant
de jours que je savais que vous étiez logé chez Clerque. Dans la nuit
j'ai visité le dehors de sa maison: il y a deux issues.» Je lui demandai
comment est-ce qu'il avait pu me découvrir?--«C'est, me dit-il, un
facteur de la poste qui m'en a instruit, et par un des amis de Clerque
je voulus lui faire offrir cent louis d'or s'il voulait se prêter à vous
livrer, mais il me dit que c'était un honnête homme et qu'il ne vous
livrerait pas.»

[Illustration: AMSTERDAM: LE PORT

(Bibl. de l'Arsenal)]

Cependant dans cet intervalle, la lettre que j'attendais de ma mère à la
poste restante arriva, et me fut interceptée par ledit Saint-Marc,
exempt. Or, après avoir examiné cette lettre et reconnu le banquier qui
devait me compter l'argent de la lettre de change qu'il y avait dedans,
il remit le tout à la poste, et le fils de Clerque, à qui j'avais
recommandé d'aller tous les jours à la poste, la retira et me l'apporta.
J'en fis la lecture tout haut devant son père et un vieux Français nommé
Boissonnier, aveugle; mais, tout aveugle qu'il était, Boissonnier avait
de l'esprit et une bonne tête. Clerque parla le premier et me dit: «Marc
Fraissinet, qui doit faire le paiement de votre lettre de change, est de
chez nous, de Montpellier. C'est mon marchand de vin: demain je vous
accompagnerai chez lui.» Alors l'aveugle prit la parole et me dit:
«Monsieur, gardez-vous-en bien, d'aller chez Marc Fraissinet. Je sais
très certainement que les exempts, qui arrêtèrent ici le chevalier de la
Roche-Guérault furent plusieurs fois chez lui.» De plus, en adressant la
parole à Clerque: «Vous savez, dit-il, que c'est lui qui a fait arrêter
un tel juif.»

[Illustration: AMSTERDAM: LES MURS DE LA VILLE

(Gravé par Allard) (Bibl. de l'Arsenal)]

L'affaire de ce juif avait fait un bruit extraordinaire: il devait une
somme considérable à un Français. Celui-ci pria Marc Fraissinet de le
faire arrêter. Le juif, en ayant eu vent, laissa tout son argent à un
autre juif, qu'il croyait être son bon ami et fut vite se mettre dans
une barque. Etant en sûreté, il manda à son confrère de lui porter son
argent; mais celui-ci au lieu de lui envoyer la somme entière, qu'il lui
avait confiée, ne lui en envoya pas seulement le quart. Le juif ayant
compté son argent et s'étant aperçu de cette friponnerie, dans
l'espérance qu'il ne serait point arrêté, sort de la barque, rentre dans
Amsterdam pour se faire rendre le reste de son argent. Mais
malheureusement il fut arrêté et mis en prison. Ce trait fit beaucoup de
tort à la réputation de la nation juive. Mais en particulier on savait
fort mauvais gré à Marc Fraissinet de s'être chargé de faire arrêter ce
juif, parce qu'un honnête homme ne se charge jamais de pareilles
commissions, et c'est précisément à cause de ce dernier trait que
Boissonnier me dit: «Gardez-vous bien d'aller chez Marc Fraissinet, mais
vous n'avez qu'à agir de la manière suivante: Allez-vous-en, vous et
votre cousin, chez M. Elie Angely, c'est un homme d'une probité
reconnue. Il est intime ami avec Marc Fraissinet. Vous n'avez qu'à lui
passer votre lettre de change en son nom et il ira chercher votre argent
et par ce moyen vous ne risquerez rien.»

[Illustration: AMSTERDAM: QUAI SUR LE MARCHÉ AUX FLEURS

(Bibl. de l'Arsenal)]

Le lendemain, bien loin de me faire au moins accompagner par le cousin
Clerque, ce traître de banquier joua très bien son personnage: il
m'amusa pendant près d'une demi-heure, et dans ce temps-là sa femme
envoya chercher l'agent Saint-Marc, et je fus arrêté chez lui le 1er
ou le 2 juin 1756, et conduit dans un cachot de l'hôtel de ville.
Environ dix à douze jours après je fus conduit en France à la Bastille,
et en y arrivant [le 9 juin 1756] on me mit dans un cachot, les fers aux
pieds et aux mains, couché sur de la paille sans couverture pendant
quarante mois sans relâche.

De plus, par la lettre de ma mère, j'appris qu'elle était à Béziers
auprès d'une de mes tantes qui s'était cassé un bras.

Voilà les malheurs qui m'arrivèrent depuis le 3 avril 1756 jusqu'au 2 du
mois de juin suivant.



IV

PROJETS POUR LE BIEN DU ROYAUME, RÉDIGÉS A LA BASTILLE (1757-1762).


Comme vous venez de le voir dans la section précédente, en arrivant à la
Bastille, je fus mis dans un cachot avec les fers aux pieds et aux
mains, couché sur de la paille sans couverture pendant quarante mois
sans relâche. Les poils de ma barbe avaient treize pouces de longueur.

       *       *       *       *       *

Dans ce cruel état, je me mis à faire travailler mon esprit; je fis un
projet militaire pour faire prendre à tous les officiers et sergents des
fusils en place des espontons et de leurs hallebardes. J'envoyai ce
projet au roi le 14 avril 1758. Sur-le-champ il fus mis à exécution et
par conséquent je renforçai les armées du roi de plus de vingt-cinq
mille bons fusiliers. Ce projet, qui non seulement devait me faire
délivrer de prison en me faisant une fortune honnête, ne me tira pas
seulement des fers, ni du cachot où j'étais.

[Illustration: LETTRE DE CACHET FERMÉE

(Bibl. de l'Arsenal) (Archives de la Bastille)]

Quatre mois après, c'est-à-dire le 3 de juillet suivant 1758, j'envoyai
un second projet à Louis XV pour pensionner les pauvres veuves des
officiers et des soldats, surchargées d'enfants, qui avaient perdu leurs
maris à la défense du royaume, c'est-à-dire que je proposais au roi
d'augmenter le port de chaque lettre de la poste, venue de près ou de
loin, d'un liard de plus et c'est ce qui devait produire la somme de
1.346.153 lb. 16 s. 11-1/13 d. toutes les années. Or, je faisais voir à
Sa Majesté qu'il y avait d'argent plus qu'il n'en fallait pour
pensionner deux mille veuves d'officiers à deux cent cinquante livres
chacune, et huit mille veuves de soldats à cent francs. Mais il est sans
doute que ceux qui examinèrent ce projet, en voyant qu'en mettant un
seul liard sur chaque lettre, venue de loin ou de près, cela rapportait
1.346.153 lb. 16 s. 11-1/13 d. qu'en mettant deux liards cela
rapporterait le double et ainsi en proportion. Comme l'Etat avait besoin
d'argent on se servit de mon calcul, c'est-à-dire qu'au lieu de
n'augmenter le port des lettres de la poste venues de loin ou de près,
que d'un liard de plus et donner cet argent aux pauvres veuves, on les a
augmentées de plus d'un sol chacune et en suivant les proportions de
l'éloignement. Par conséquent vous devez voir qu'on n'a fait que changer
le sens de mon projet, et que c'est à moi-même à qui Sa Majesté doit
avoir l'obligation des douze millions de revenus de plus que ses fermes
de poste lui rapportaient toutes les années. Or, ce projet, encore bien
loin de me faire adoucir ma peine, ne servit qu'à me faire resserrer
plus étroitement, car sur le champ l'usage du papier me fut ôté. En même
temps le sieur Chevalier, major de la Bastille, qui est encore vivant,
vint me défendre, de la part du lieutenant général de police, de lui
envoyer encore des projets, sans doute pour m'empêcher de demander la
récompense de ces deux projets qui étaient en exécution. Cependant je ne
me rebutai point. Faute de papier, avec de la mie de pain je fis des
tablettes que je pétris avec de la salive et sur ces tablettes je
composai un système de finances.

[Illustration: LAURENT ANGLIVIEL DE LA BEAUMELLE

(Dessin de Carmontelle) (Musée Condé à Chantilly)]

[Illustration: LES CACHOTS DE LA BASTILLE (ENTRÉE DES VAINQUEURS LE 14
JUILLET 1789)

Dessiné par Houet, gravé par Huyot (Musée Carnavalet)]

Personne n'ignore que les jésuites ne reçoivent dans leur corps que des
gens d'esprit, et par conséquent que pour pouvoir s'avancer dans les
grades il fallait en avoir beaucoup. On n'ignore pas non plus que les
jésuites étaient les plus fins, les plus rusés politiques de toute
l'Europe, et l'on peut juger s'ils avaient choisi entre eux un sujet
médiocre pour le fourrer dans les affaires d'Etat, c'est-à-dire pour le
faire le confesseur des prisonniers d'Etat et savoir par ce moyen les
secrets et les affaires les plus importantes de tout le royaume et même
des pays étrangers. Ils élirent entre eux le père Griffet pour être
notre confesseur, qu'on disait être un des douze cordons bleus de
l'Ordre. Il fallait donc que ce Père eût beaucoup d'esprit et de
capacité. Or, je priai ce dernier d'examiner ce système de finances et
ce qu'il y a de certain, c'est que le Père Griffet me dit plus de cent
fois en le lisant: «Mais vous avez beaucoup d'esprit, mais il faut que
vous ayez bien lu, bien étudié» et en finissant de l'examiner: «Je ne
vous croyais pas tant d'esprit, me dit-il, j'irai demain sans faute voir
M. de Sartine pour le prier de vous accorder du papier, pour que vous
puissiez le lui envoyer.» Il y fut, et à son retour, voici la réponse
qu'il me fit: «J'ai parlé au lieutenant général de police; il m'a
répondu avec un ton de mépris: «Ah! nous n'avons pas besoin d'aller
chercher des systèmes de finances à la Bastille». Cependant j'ai
pourtant obtenu qu'il vous accordât du papier pour le lui envoyer.» Sur
le champ je le transcrivis sur du papier et le 13 février 1760, je
l'envoyai à M. de Sartine, et depuis ce jour-là on ne m'en a jamais dit
un seul mot. J'en ai gardé une copie et le temps fera connaître à tout
le monde si ce système est bon ou mauvais.

Sur plusieurs remarques que j'avais faites sur les horreurs de la
famine, je fis un quatrième projet pour prévenir ce terrible fléau,
c'est-à-dire que je proposai au roi de faire bâtir une abondance dans
chaque province et les remplir de blé, et voici le moyen que j'avais
trouvé pour lui fournir d'argent plus qu'il n'en fallait pour pouvoir
venir à bout de cette grande et importante entreprise. Pour cet effet je
proposais à Sa Majesté d'ordonner à tous les curés du royaume d'avoir,
chacun dans son église, quatre registres pour enregistrer les mariages;
que le premier serait relié en maroquin rouge, tranche dorée en or, et
intitulé: _Registre des gens de distinction_; le second relié en
maroquin vert et tranche dorée en argent et intitulé: _Registre de la
bourgeoisie_; le troisième relié en veau, tranche peinte de rouge et
intitulé: _Registre des artisans_, et le quatrième uniquement couvert de
parchemins et intitulé: _Registre des pauvres_, ou enfin, pour ne pas
blesser les conditions pauvres qu'on pouvait les intituler _Registre
d'or_, parce que la tranche de ce premier registre en devrait être
dorée; le second, _Registre d'argent_; le troisième _Registre de veau_,
et le quatrième intitulé _Registre de la Modestie_; ou qu'on les pouvait
intituler simplement _premier Registre_, _second Registre_, _troisième
Registre_, et _quatrième Registre_, et qu'en même temps quand on
viendrait pour se marier tous les curés tiendraient ce langage aux
nouveaux mariés: «La famine est rare, mais elle est fort cruelle. Depuis
que Louis XV règne, on en a senti plusieurs fois la cruauté. Sa Majesté
veut prévenir ce terrible fléau. Pour cet effet, le roi a ordonné
d'avoir dans chaque église les quatre Registres que voilà: dans le
premier, intitulé _Registre de distinction_, on donne tant pour pouvoir
y faire enregistrer son mariage. Cet argent n'est point destiné pour les
coffres du roi, ni pour le mien, mais il est destiné pour faire des
Abondances et les remplir de blé pour le donner gratuitement à tout le
monde en temps de calamité, et si Dieu vous donne des enfants, ce sera
dans ce Registre où on inscrira les baptêmes de même que les morts qui
arriveront dans votre famille. Dans le second, intitulé _Registre de la
bourgeoisie_ il en coûte tant. Dans le troisième, intitulé _Registre des
artisans_, tant, et dans le quatrième, intitulé _Registre des pauvres_
ou _de la modestie_, il n'en coûte rien du tout. Que si vous faites
enregistrer votre mariage dans l'un de ces trois premiers registres,
vous et vos enfants vous aurez part à une belle loterie royale, qui se
tirera toutes les années, c'est-à-dire que vous aurez l'espérance de
pouvoir gagner dix à douze ou quinze mille livres, et qu'un de vos
enfants sera fait gentilhomme, chevalier, à qui le roi donnera dix à
douze ou quinze cents livres de pension pour le reste de ses jours;
ainsi, vous n'avez qu'à choisir dans lequel des quatre registres vous
voulez faire inscrire votre mariage.» Par ce peu de paroles vous voyez
le point capital de ce projet et pour l'autoriser j'y ajoutai les
propres paroles que voici:

«Attention!--Le 25 du mois de janvier dernier 1761, je fis examiner ce
projet-ci au confesseur de la Bastille, qui est le père Griffet, qui a
eu l'honneur de prêcher devant Votre Majesté et voici les propres
paroles qu'il m'a dit: «Monsieur, le plus grand mal de la France, c'est
de ne point savoir prévenir les malheurs; il faut que nous soyons
plongés dedans pour y penser, car si aujourd'hui il nous survenait une
famine, dans les circonstances ou les affaires se trouvent, nous serions
tous perdus.»

Mais M. de Sartine... au lieu de faire servir la résolution de M.
Hérault pour autoriser mon projet, la mit en exécution en étouffant mon
projet, et par ce moyen il a fait faire par toutes les communautés de
Paris toutes les provisions de blé que vous voyez de faites
présentement, et c'est ce qui lui a fait beaucoup d'honneur, et l'on m'a
dit que pour le récompenser de ce service, le roi le fit conseiller
d'Etat. Ainsi pour se conserver un honneur et une récompense, qui ne lui
appartiennent point, il a pris la résolution de me faire périr entre
quatre murailles.

Un an après lui avoir envoyé ces quatre projets, je lui en envoyai un
cinquième le 15 août 1762, où je faisais voir très clairement au roi,
que, par le moyen d'un seul bataillon, il était très aisé de donner la
force à une colonne ordinaire, qui n'est composée que de huit rangs de
soldats, de seize hommes de hauteur dans toute son étendue de quelque
longueur qu'elle pût être. Or, dans ce projet j'avais offert au roi de
lui donner mon coup d'esprit qui était pour forcer nos soldats à vaincre
ou à mourir. Mais ce projet-ci ne m'a point été plus heureux que les
autres. M. de Sartine l'étouffa et c'est ce qui m'empêcha d'envoyer au
roi un sixième projet pour empêcher nos soldats de déserter. Ce
projet-ci a de quoi étonner tout le monde avant que d'en savoir le
nœud gordien, c'est dis-je, en accordant à nos soldats la permission
de déserter que j'ai trouvé le moyen de les en empêcher.

[Illustration]



V

«TERRIBLE MÉMOIRE» CONTRE Mme DE POMPADOUR, MORT DE CETTE DERNIÈRE.

(19 avril 1764)


Vu que par les prières et les larmes et surtout par les bonnes raisons,
ni par les différents services que j'avais rendus à l'Etat, je ne
pouvais m'arracher des implacables mains de la cruelle marquise de
Pompadour, je pris la résolution de l'attaquer d'une autre manière. Pour
cet effet je composai un mémoire terrible contre elle, où une grande
partie de ses cruautés et de ses voleries étaient prouvées à ne pouvoir
en douter, et ce mémoire était adressé au roi avec mes projets et
beaucoup d'autres pièces.

Quiconque aurait vu ce paquet dans la Bastille, de cent mille personnes
il ne s'en serait pas trouvé une seule qui ne m'eût dit: «Si vous avez
le bonheur de faire sortir ce paquet hors d'ici, à bon port, il est
certain qu'avant huit jours la marquise de Pompadour vous aura rendu
votre liberté et fait votre fortune.» Cependant le 21 de décembre 1763,
de dessus les tours de la Bastille je jetai ce paquet dans la rue
Saint-Antoine, et ce fut deux demoiselles, qui étaient sœurs, qui le
trouvèrent [il s'agit des demoiselles Lebrun, filles d'un perruquier].
Sur-le-champ elles le furent porter chez La Beaumelle, mais on leur
répondit qu'il était en Hollande. Mais comme j'avais prévu à toute sorte
de malheurs, au bas de son adresse, j'avais dit que si on ne le trouvait
point, de tirer cette enveloppe, et qu'on trouverait une seconde
adresse. On l'ôta et on trouva qu'il s'adressait en seconde main à M. le
chevalier de Paradilles (ce n'est pas le véritable nom de cette
personne). On le lui apporta, mais il ne voulut pas le lire. Les deux
demoiselles, vu qu'elles n'avaient point trouvé La Beaumelle, et que le
chevalier de Paradilles ne l'avait pas voulu recevoir, ou lire ces
papiers, s'en retournèrent à leur maison, et après avoir ôté la seconde
enveloppe, elles trouvèrent les instructions que voici:

«Que si malheureusement la personne, qui trouvera ce paquet, ne trouve
point ni la Beaumelle, ni Paradilles, que si elle sait écrire, je la
prie de tirer une certaine quantité de copies de mes écrits, et d'en
envoyer la première copie à la marquise de Pompadour et le reste aux
autres personnes que je leur ai indiquées. Que si cependant elle ne se
sent pas capable de diriger tout cela, elle doit en ce cas chercher une
personne d'esprit de sa connaissance, en lui promettant de ma part un
présent de vingt-cinq mille livres.» Ce dernier parti fut pris
c'est-à-dire que ces deux filles eurent recours à un homme d'esprit.
J'avais recommandé très expressément de travailler nuit et jour, mais à
peine cet homme eut-il mis la plume à la main pour tirer plusieurs
copies de mes écrits et en faire les envois qu'on vint le harceler pour
lui faire accepter un bon emploi qu'il y avait de vacant dans une
province. D'autre part, le père de ces demoiselles, fit dans ce moment
un faux pas qui faillit le faire tuer le long des degrés. Or, en voyant
leur malheureux père étendu dans un lit avec une côte enfoncée, vous
pouvez bien juger que ces deux pauvres filles furent toutes éperdues et
qu'elles ne purent plus quitter leur père... Dès lors, cet homme le
copiste ne pouvant plus aller travailler chez ces filles, ou ces filles
ne peuvent plus aller chez lui pour le presser de travailler pour moi,
cet homme ne se sentant plus pressé par ces deux filles, laissa là mon
ouvrage, et il accepta l'emploi.

[Illustration: ENVELOPPE D'UNE LETTRE ÉCRITE PAR LATUDE A LA MARQUISE DE
POMPADOUR

(Bibl. de l'Arsenal, archives de la Bastille, ms. 12692)]

Ces deux filles savaient l'heure précise où j'allais me promener sur les
tours de la Bastille et jamais l'une des deux ne manquait de venir me
saluer, et le plus souvent toutes deux ensemble et par les signes de
main et de leur tête qu'elles me faisaient, ils me paraissaient toujours
avantageux; car, quand par les signes que je leur faisais moi-même avec
ma main d'écrire vite et de faire les envois de mes paquets, il me
semblait qu'elles me répondaient qu'on y travaillait et qu'incessamment
on les allait envoyer. Enfin au bout de trois mois on m'instruisit
secrètement que la marquise de Pompadour était malade. Alors je ne
manquai pas de croire que c'était à cause de sa maladie qu'on était
resté si longtemps à faire l'envoi de mes paquets. Cependant dans ce
temps-là un officier de la Bastille monta dans ma chambre et me dit:
«Monsieur, écrivez quatre paroles à Mme la marquise de Pompadour, et
vous pouvez être certain qu'en moins de huit jours votre liberté vous
sera rendue.» Je répondis au major que les prières et les larmes ne
faisaient qu'endurcir le cœur de cette cruelle femme, et que je ne
voulais point lui écrire. Cependant il revint le lendemain, et il me
tint le même langage, et moi je lui répondis les mêmes paroles que le
jour auparavant. A peine fut-il sorti, que Daragon, mon porte-clefs,
entra dans ma chambre en me disant: «Croyez M. le major quand il vous
dit qu'avant huit jours votre liberté vous sera rendue, si vous lui
écrivez [à Mme de Pompadour]; c'est qu'il en est bien certain, et je
crois même qu'à cause que vous avez si longtemps souffert, elle vous
fera une pension de cinq à six mille livres de rente pour le reste de
vos jours, etc...»

[Illustration: LETTRE DE LATUDE (DANRY) AU LIEUTENANT DE POLICE, LUI
DEMANDANT DE FAIRE PASSER UNE LETTRE A LA MARQUISE DE POMPADOUR

(Bibl. de l'Arsenal, Archives de la Bastille, ms. 21692)]

Le surlendemain, cet officier vint encore pour la troisième fois me
dire: «Pourquoi vous obstinez-vous à ne vouloir écrire tant seulement
quatre paroles à Mme la marquise de Pompadour pour recouvrer votre
liberté dont vous êtes privé depuis si longtemps? Je vous réponds qu'en
moins de huit jours elle vous sera accordée.»

Je remerciai cet officier, c'est-à-dire M. Chevalier, major de la
Bastille, pour la troisième fois, en lui disant que j'aimerais mieux
mourir que d'écrire encore à cette implacable mégère. Il s'en fut, et,
sans me tromper, je puis dire aujourd'hui qu'il était fort irrité contre
moi de ce que je refusais de suivre son bon conseil, et il avait raison.
Cependant six à huit jours après, mes deux demoiselles vinrent me
saluer, et en même temps elles déployèrent un rouleau de papier où il y
avait en gros caractères ces mots d'écrits: «La marquise de Pompadour
est morte.»

A dire la vérité, je vous proteste que cette nouvelle me fâcha
extrêmement, car je ne souhaitais point la mort de cette méchante femme,
mais uniquement sa disgrâce, bien certain que je trouverais les moyens
de me faire bien payer les maux qu'elle m'avait fait souffrir
injustement. En outre, depuis plus de quinze années, tous les officiers
de la Bastille me promettaient sans cesse, d'abord, que le roi
changerait de maîtresse, sur-le-champ ma liberté me serait rendue. La
mort de mon ennemie, la marquise de Pompadour, était mille fois pire
qu'un changement, et, après avoir souffert dix-sept années injustement,
jugez si j'avais tort d'attendre qu'à tout instant on m'allait rendre ma
chère liberté.

[Illustration]



VI

SUR LE POINT D'ÊTRE MIS EN LIBERTÉ, LATUDE ÉCRIT UNE LETTRE D'INJURES AU
LIEUTENANT DE POLICE: IL EST TRANSFÉRÉ AU DONJON DE VINCENNES (16 août
1764).


La marquise de Pompadour mourut le 19 d'avril 1764, et deux mois après,
c'est-à-dire le 29 juin, M. de Sartine vint à la Bastille, m'accorda
audience, et dès l'abord, me dit de ne plus parler du passé, et qu'au
premier jour il irait à Versailles demander au ministre la justice qui
m'était due. Six semaines passèrent. Il y avait plus de trois mois que
ma partie était morte, et on ne me parlait pas plus de me rendre ma
liberté que d'abolir la taille et la capitulation. De mon côté je ne
dormais point. J'écrivais à M. de Sartine, ensuite j'envoyais chercher
tous les officiers les uns après les autres et je leur disais:
«Messieurs, tous vous m'avez assuré mille fois qu'au premier changement
de maîtresse ma liberté me serait rendue. Ceci est pire qu'un
changement: la marquise de Pompadour, ma partie, est morte depuis plus
de trois mois; la loi est expresse: à la mort de nos rois on ouvre les
portes de toutes les prisons royales. Cette loi a lieu à mon égard,
pourquoi donc ne me rend-on pas ma liberté?» Sans me dire mot, ils
haussaient les épaules, mais ils n'osaient point me parler, crainte de
quelque indiscrétion de ma part. Je me mis à écrire tous les jours, sans
en manquer un seul, au lieutenant-général de police; je lui envoyai
même jusqu'aux vingt-quatre lettres de l'alphabet, en le suppliant d'en
tirer des paroles qui pussent lui inspirer de la compassion pour moi.
Néanmoins à force de le conjurer, il me fit dire par le major qu'il
avait parlé, et que le ministre lui avait répondu qu'il n'était pas
encore temps.

Dans le paquet dont je vous ai parlé ci-dessus, que j'avais fait sortir
de la Bastille le 21 décembre 1763, j'y avais mis dedans plusieurs
copies de lettres raisonnées, mais fort aigres, que j'avais écrites à ce
magistrat, où je lui reprochais à lui-même bien des faits qu'il n'aurait
point voulu que personne en fût instruit, en recommandant à La Beaumelle
ou à Paradilles, ou à la personne qui trouverait ce paquet d'envoyer une
copie de tous les papiers qu'il contenait à M. de Sartine, pour
l'obliger à forcer la marquise de Pompadour d'accommoder cette affaire,
pour éviter qu'on ne fît les copies de ces lettres avec les autres
papiers qui concernaient cette femme. Ce paquet étant sorti heureusement
de la Bastille, je disais en moi-même: Ces deux filles assurément n'ont
pas manqué de chercher un homme d'esprit pour travailler pour toi. Cet
homme, pour si peu entendu qu'il soit, reconnaîtra l'importance de tous
ces papiers. Or, en lisant les copies des lettres que tu as envoyées à
M. de Sartine, il verra: 1º Que ce magistrat est cause de plus de seize
millions de perte pour avoir étouffé le projet des Abondances, que tu
lui as envoyé depuis quatre ans; 2º Par les remarques que tu as faites
au bas du projet pour pensionner les pauvres veuves de nos militaires,
surchargées d'enfants, il verra qu'on n'a fait que changer le sens de ce
projet, et par conséquent que tu as donné plus de douze millions de
revenus au roi, toutes les années, sur la ferme des postes; 3º Que par
ton projet militaire, qui est encore aujourd'hui même en usage dans
toute l'infanterie de France, tu as renforcé nos armées de plus de
vingt-cinq mille bons fusiliers pendant les cinq dernières années de
guerre, et que par les récompenses de ces projets, le ministre et le
lieutenant général de police auraient dû te rendre la liberté. Mais
encore pour si peu entendu que cet homme-là soit, il ne doit pas ignorer
qu'à la mort de nos rois, par l'autorité des lois du royaume, on ouvre
les portes des prisons royales, et par conséquent qu'à la mort de la
marquise de Pompadour, M. de Sartine t'aurait dû rendre la liberté, et
vu les reproches que tu lui as faits de sacrifier la gloire du roi, le
bien de l'Etat, et la conservation du peuple, pour plaire à cette femme,
il ne pourra pas manquer de connaître que M. de Sartine s'est laissé
corrompre par le marquis de Marigny pour te faire périr, vu que depuis
cinq mois que sa sœur est morte, il ne t'a point rendu encore ta
liberté; mais encore il suffit que cet homme ait les preuves de ton
innocence en main et des services que tu as rendus à l'Etat, en envoyant
une copie de tous ces écrits aux personnes que tu lui as indiquées, il
est certain qu'en peu de jours il t'aura délivré. Or, comme ces filles
ne manquaient jamais de venir me saluer, toutes les fois que j'allais me
promener sur les tours de la Bastille, parce que je leur en avais
indiqué l'heure; pour sortir de prison, avec ma main je leur fis signe
d'envoyer les copies de mes papiers aux personnes que je leur avais
indiquées dans les instructions que je leur avais données. Or, par leur
mouvement de tête et des mains, elles me firent connaître qu'elles
avaient compris les signes que je venais de leur faire. Le lendemain
elles vinrent; et d'abord que je parus sur les tours de la Bastille,
elles tirèrent un mouchoir de leurs poches et s'en frappèrent rudement
sur leurs jupes et ensuite elles jetèrent plusieurs poignées de feuilles
de fleurs par terre. Or, par ces feuilles de fleurs, par les gestes, par
les coups de mouchoir, je crus que celui qui avait entrepris mon affaire
leur avait dit qu'il allait envoyer une copie de mes écrits au tribunal
des maréchaux de France, une autre au Parlement, une troisième au
chancelier, aux princes du sang et aux autres personnes que je leur
avais indiquées, et que M. de Sartine allait être perdu, car il ne faut
pas avoir de l'esprit pour ne pas voir que ce magistrat insultait la
personne du roi en faisant périr sous ses propres yeux un infortuné qui
lui avait donné plus de douze millions de revenus toutes les années sur
la ferme des postes, et renforcé ses armées pendant les cinq dernières
années de guerre de plus de vingt-cinq mille bons fusiliers, et en outre
causé plus de seize millions de perte sur mon projet des Abondances...

Cependant, j'aurais bien voulu me tirer de la peine sans lui faire du
mal, car je lui pardonnais de bon cœur de m'avoir retenu dans les
fers pendant tout le temps que la marquise de Pompadour avait vécu, par
la crainte de déplaire à cette méchante femme en me rendant la justice
qui m'était due. D'un autre côté je lui savais bon gré de ce qu'environ
deux mois et demi après la mort de cette implacable mégère, sur une
lettre raisonnée que je lui avais écrite, il m'avait fait porter une
lettre de sa part par M. Chevalier, major de la Bastille, où il y avait
les propres paroles que voici:

«Vous direz à la quatrième Comté (à la Bastille on ne nomme les
prisonniers que par les noms des chambres qu'ils occupent)[13] que je
travaille à le délivrer efficacement...» et sur ce dernier mot le major
me dit plusieurs fois: «Faites bien attention à ces mots: que je
travaille à le délivrer efficacement. Ce mot efficacement signifie plus
que la liberté. A bon entendeur demi-mot.» Cela voulait dire qu'il
travaillait à me faire dédommager par le marquis de Marigny, frère de
Mme de Pompadour. Croyant que cela était véritable, je lui avais
autant d'obligation de sa bonne volonté que s'il m'avait fait réellement
dédommager. Ainsi, comme je n'ai pas un cœur ingrat, assurément
j'aurais bien voulu pouvoir sortir de prison sans lui faire aucun mal.
Mais je me trouvais fort embarrassé après avoir vu ces gestes du
mouchoir. Cela semblait m'annoncer sa perte certaine, car je sais que,
quoiqu'une parole ne soit pas véritable, très souvent elle suffit pour
perdre une personne, et cela aurait bien été des figues d'un autre
panier, si l'homme qui avait entrepris ma défense avait envoyé les
copies de mes papiers à toutes les personnes que je lui avais dit. Or je
dis en moi-même: «Si je l'instruis doucement de tout ce qui se passe
contre lui, c'est-à-dire des malheurs qui vont fondre sur sa tête, il
est certain qu'il ne te croira pas, et cependant il va être perdu»; mais
un honnête homme trouve toujours mille expédients pour éviter de faire
du mal à un autre, et c'est ce que je fis à l'égard de M. de Sartine, et
voici mon raisonnement: «Si je lui écris doucement, il ne te croira
point; mais en lui écrivant une lettre forte par les expressions
terribles et les menaces, tu pourras venir à bout de lui faire prendre
vite la résolution de te rendre promptement ta liberté, car Sartine a de
l'esprit, et il jugera aisément qu'un prisonnier ne serait jamais assez
hardi pour lui écrire pareille lettre, si les malheurs que je lui
annonçais n'étaient véritablement prêts à lui arriver, et je crus que
pour les éviter, étant en faute de son côté, qu'il me rendrait vite ma
liberté pour aller étouffer tout cela. D'un autre côté je me dis: «Si ta
lettre ne fait pas l'effet que tu en attends, il te mettra au cachot
pour quelques jours. Mais l'homme qui te secourt par l'envoi de tes
papiers, t'en aura bientôt délivré.» Mon choix fut bientôt fait. J'aimai
mieux m'exposer à être mis au cachot pendant quinze jours que de le
perdre, et en conséquence je lui écrivis cette lettre forte. Sartine
donna l'ordre de me mettre au cachot, au pain et à l'eau et, dès le même
moment, il m'écrivit une lettre, que le major vint me lire, où il y
avait les propres paroles que voici:

«... Que j'avais tort de l'accuser de la longueur de ma prison; que s'il
en avait été le maître, il y avait longtemps qu'il m'aurait rendu ma
liberté», et il finissait sa lettre en me disant qu'il y avait des
Petites-Maisons pour mettre les fous. A quoi je dis au major: «Nous
verrons si dans quelques jours il aura le pouvoir de m'y mettre.»

Il ne m'ôta pas la promenade de dessus les tours de la Bastille; mais il
est certain que, le dimanche après, quand il fut à Versailles pour
rendre compte à son ordinaire de toutes les affaires de Paris, il ne
manqua pas d'instruire, de toutes les menaces que je lui avais faites,
le comte de Saint-Florentin, duc de la Vrillière, et il n'est pas
douteux que ce ministre lui répondit que s'il était vrai que j'eusse
fait sortir tous ces papiers de la Bastille, et qu'on vînt à les envoyer
au parlement et au tribunal des maréchaux de France pour l'attaquer
juridiquement; il leur enlèverait toutes ces plaintes. Ainsi, M. de
Sartine, étant rassuré par le ministre, arriva de Versailles le lundi 3
août: il expédia un ordre et, le surlendemain, qui était le mercredi
5,[14] c'est-à-dire neuf jours après avoir reçu ma lettre forte, je fus
mis au cachot au pain et à l'eau. Cependant, loin de faire paraître que
j'en étais fâché, je me mis à chanter, parce que je croyais qu'on allait
faire l'envoi de mes papiers, qui assurément m'auraient arraché
infailliblement du cachot et de la prison, malgré l'assurance du
ministre, d'autant plus que le roi s'en serait pris à lui-même pour
m'avoir voulu faire périr après lui avoir rendu plusieurs services.

Il n'est point douteux que mon porte-clés rapportait aux officiers
toutes les paroles que je lui disais, et que ceux-ci ne manquaient pas
d'en instruire M. de Sartine; et cela acheva de lui mettre la peur au
ventre. En effet, la nuit du 15 au 16 septembre [lisez: août] 1764, à
minuit précis, on vint m'appeler dans le cachot et l'on me conduisit
dans la salle du gouvernement de la Bastille. Là je trouvai le major
avec le sieur Rouillé, exempt, qui me dit: «Monsieur, n'ayez point de
peur. M. de Sartine m'a chargé de vous dire de sa part que, pourvu que
vous soyez tranquille, au premier jour il vous rendrait votre liberté,
et comme il a vu que votre tête s'échauffait, il m'a chargé de vous
transférer à Midi-montant [sans doute pour Ménilmontant], dans un
couvent de moines pour vous faire prendre l'air. On aura bien soin de
vous, et ensuite on vous accordera votre liberté. Il faut, me dit-il,
que je m'assure de votre personne», et en conséquence il me fit
enchaîner, mes deux bras par derrière le dos, puis il me fit mettre les
fers aux mains, et l'on me conduisit dans un fiacre. Là on me mit encore
une autre chaîne de fer à mon cou. Ils la firent passer au-dessous de
mes deux jarrets, puis un des trois recors, qui était entré dans le
fiacre avec moi, tira un bout de cette chaîne, de sorte que mon visage
se trouva entre mes deux genoux, et avec une de leurs mains, ils me
fermèrent la bouche pour m'empêcher de crier et au lieu de me mener à
Midi-montant, ils me conduisirent dans le donjon de Vincennes.

[Illustration]

[Illustration:

LE DONJON DE VINCENNES

(Par Israël Silvestre) (Bibl. de l'Arsenal)]



VII

NOUVELLE ÉVASION DU DONJON DE VINCENNES

(23 novembre 1765).


Je fus donc transféré dans le donjon de Vincennes, la nuit du 15 au 16
de septembre [lisez août] 1764. Environ neuf heures après, feu M. de
Guyonnet, lieutenant de roi, vint me voir, accompagné du sieur
Laboissière, major, et de trois porte-clés, Desmarest, Monchalin et
Tranche, et il me dit les propres paroles que voici: «M. de Sartine m'a
ordonné de venir vous dire de sa part que pourvu que vous fussiez un peu
de temps tranquille, qu'il vous accorderait votre liberté. M. de Sartine
est un fort honnête homme: vous pouvez être certain qu'il vous tiendra
sa parole.» Et, en même temps, il me dit: «Vous lui avez écrit une
lettre extrêmement forte. Il vous faut lui faire des excuses; je vous
donnerai du papier tant que vous en voudrez, et pourvu que vous suiviez
mes conseils vous pouvez compter que vous serez bientôt délivré, etc.»

Comme je n'avais écrit cette lettre à M. de Sartine que par un trait
d'amitié, c'est-à-dire pour le garantir de malheur, sur-le-champ je mis
la main à la plume et lui fis voir les véritables raisons qui m'avaient
forcé à m'exposer à me faire mettre au cachot et à déranger même toutes
mes affaires pour le garantir de malheur, et en même temps je lui
demandai pardon de tous les mots qui avaient pu l'offenser, et que je le
reconnaissais pour un honnête homme et mon bienfaiteur. Cette lettre fit
tout l'effet que je pouvais souhaiter: sur-le-champ il m'accabla de ses
bontés. Que si je lui avais écrit cette lettre forte dans le dessein de
l'offenser, en le voyant se venger par tant de traits de générosité, je
ne me serais jamais pardonné à moi-même de l'avoir offensé par cette
lettre injurieuse.

Cependant, il se passa un ou deux mois sans que les personnes qui
avaient mes papiers fissent rien du tout de ce que je lui avais annoncé.
Cette négligence était capable de lui faire accroire que tout ce que je
lui avais dit n'était pas vrai. Or voici la cause de cet abandon: Après
ma troisième évasion, quand je fus voir les deux demoiselles, elles me
dirent que, ne m'ayant plus vu me promener sur les tours de la Bastille,
elles avaient cru que j'étais mort.

Au surplus M. de Sartine me traitait bien: je craignais que ces
personnes ne fissent l'envoi de mes papiers, et qu'ils ne le perdissent:
c'est pourquoi je le priai d'avoir la bonté de m'envoyer M. Duval [son
secrétaire], et que j'espérais, par certains signaux, lui faire envoyer
à lui-même une copie de ces papiers. Or, il eut la bonté de me l'envoyer
le 23 de novembre 1764. Nous dînâmes tous les deux. M. Duval était un
homme d'esprit. Je lui racontai tout et il trouva cette affaire fort
importante. Il me dit que si ces personnes envoyaient une copie de ces
écrits à M. de Sartine, il ne tarderait point à venir me voir et a me
rendre ma liberté. Je lui donnai plusieurs affiches qui furent
appliquées dans Paris, mais les demoiselles Lebrun me dirent qu'elles ne
les avaient point aperçues.

En dînant je demandai à M. Duval pourquoi M. de Sartine ne m'avait point
rendu ma liberté à la mort de la marquise de Pompadour, que la loi était
expresse à ce sujet. En haussant les épaules il me dit: «Je ne suis pas
le maître. A sa mort j'ai fait voir la loi à M. de Sartine; je lui ai
dit qu'il fallait qu'il rendit la liberté à tous les prisonniers de
cette femme.» Mais il me répondit: «Qu'est-ce que cela vous fait?» Je
repris: «Mais pourquoi donc ne me rend-il pas ma liberté? Je n'ai point
fait de mal à personne. Pourquoi me fait-on souffrir injustement? Je
vous supplie de m'en faire connaître la cause.» Voyant que je le
pressais vivement, il me répondit: «Si la marquise de Pompadour avait
vécu encore un an, il vous aurait bien fallu rester encore cette année.»

Mais encore cette année étant finie, le 19 avril 1765, pourquoi ne me
rendit-on pas ma liberté et aux autres prisonniers aussi? car je sais
bien que je n'ai point été le seul retenu en prison.

A Vincennes, je devins encore une fois très malade; toutes mes facultés
physiques et morales s'affaiblissaient de jour en jour davantage. Le
gouverneur M. de Guyonnet, eut pitié de moi. Il était honnête et
sensible. Il me fit donner une chambre commode et me procura une
promenade de deux heures par jour dans les jardins du château.

Cependant, ne voyant aucune fin à ma longue souffrance, j'avais pris la
résolution de me secourir moi-même. Certain que M. de Silhouette était
un homme de grand esprit et qu'il m'avait promis nombre de fois de me
rendre service, j'eus recours à lui, et en conséquence je lui envoyai de
fort bons papiers par un bas officier qui me paraissait être un homme
fort entendu, car il avait été pendant plusieurs années sergent
d'affaires dans un régiment. Je promis à celui-ci de lui donner mille
écus, et en outre un emploi, et pour lui faire voir que j'étais en état
de remplir ces deux promesses, je lui donnai le paquet tout décacheté,
et lui dis de l'examiner auparavant, et, après l'avoir cacheté, de le
porter à M. de Silhouette. Je lui remis ce paquet le 19 août 1765 et le
lendemain, il fut au Petit-Bry; mais son suisse lui dit que M. de
Silhouette était à une autre de ses maisons de campagne et qu'il ne
reviendrait que dans huit ou dix jours; mais au lieu de laisser ce
paquet à son suisse, qui le lui aurait envoyé, ou enfin qui le lui
aurait remis en arrivant, il remporta ce paquet chez lui. Je lui fis des
reproches de ce qu'il ne l'avait point laissé. Il me répondit que
c'étaient des papiers de trop grande conséquence et qu'il avait eu garde
de les laisser à son suisse.

[Illustration:

GABRIEL DE SARTINE, LIEUTENANT GÉNÉRAL DE POLICE

(Peint par L. Vigée, gravé par Littret) (Bibl. de l'Arsenal)]

Le suisse dit à mon bas officier que M. de Silhouette ne reviendrait que
dans huit à dix jours. Or, la veille du jour que mon bas officier devait
partir pour porter pour la seconde fois mon paquet à Petit-Bry, il était
de garde à la porte du petit parc. Le lieutenant de roi alla dîner chez
M. l'Archevêque de Paris à Conflans: en conséquence il monta dans son
carrosse et passa à la porte du parc. Mon bas officier crut qu'il ne
reviendrait que sur les trois ou quatre heures du soir, et par
conséquent qu'il n'avait rien à craindre d'aller dîner chez lui, sans
attendre qu'un autre de ses camarades vînt le remplacer. Mais à peine
fut-il sorti du corps de garde, que le lieutenant de roi retourna sur
ses pas parce qu'il apprit en chemin que M. l'Archevêque était à Paris.
Au travers de la portière de son carrosse, il aperçut qu'il manquait un
soldat de la garde. Il demanda où il était et on lui répondit qu'il
était allé dîner, et sur-le-champ il l'appointa de dix gardes. Or,
pendant ces dix gardes qui font onze jours, il ne fut pas possible à mon
bas officier d'aller porter mon paquet à Petit-Bry. L'envoi de mon
paquet en fut retardé pendant plus de vingt jours, parce qu'à son
premier voyage mon bas officier l'aurait dû laisser au suisse... Il faut
observer que M. le comte de Saint-Florentin venait de s'estropier par un
fusil qui avait crevé dans ses mains et qu'il était à l'extrémité, car
tout le monde croyait qu'à son âge, il n'aurait point la force de
résister à l'amputation de son bras. Or mon paquet était pour fournir
une occasion favorable à M. de Silhouette d'aller parler au roi et par
ce moyen de remonter sur l'eau, et ce grand retard renversa toute cette
affaire.

Toutes les fois que ce bas officier venait, je le pressais extrêmement
de travailler pour moi, et toujours je lui faisais de nouveaux présents.
Enfin certain jour il me dit: «La première copie est presque finie.»
Quatre jours après, qui était le 6, il me dit tout bas: «Hier au soir,
j'ai envoyé votre premier paquet à M. de Sartine par la petite poste.»
Alors je lui dis: «Quoiqu'il m'ôtera la promenade du fossé, n'ayez point
peur. Vous n'avez qu'à faire tout ce que je vous ai dit au pied de la
lettre, et soyez certain que tout ira bien.» Il me répondit qu'il le
ferait. Il me dit que, le 5 novembre 1765, il avait envoyé une copie de
mes papiers à M. de Sartine par la petite poste et qu'il avait donné
quatorze sous de port. Ce paquet n'arriva pas à destination, car il est
plus que certain que, dans l'espace de dix-huit jours que je restai
encore à m'échapper le 23 dudit mois, M. de Sartine m'aurait ôté la
promenade du fossé ou rendu ma liberté, parce que dans ce paquet je lui
faisais dire que, si avant huit jours il ne m'avait pas délivré, on
prendrait d'autres moyens pour me faire élargir. Or, il est évident que,
dans l'espace de dix-huit jours, M. de Sartine, soit en bien, soit en
mal, m'aurait fait sentir la réception de ce paquet; il était d'une trop
grande importance pour lui, pour ne pas en être ému.

Or pendant l'espace de dix-sept jours, car le dix-huitième je
m'échappai, qui était le 23 de novembre 1765, on doit bien s'imaginer
que j'étais dans des transes affreuses parce que ce paquet devait
décider de mon sort. Jugez de l'impatience que je devais avoir de parler
à mon bas officier pour savoir au vrai s'il avait envoyé le paquet à M.
de Sartine, ou s'il m'en avait imposé.

Or, il arriva que deux demoiselles le prièrent de venir chez elles pour
leur apprendre à écrire, et l'heure lui fut donnée entre deux et trois,
qui était précisément le seul moment qu'il pouvait me parler quand il
était de garde. Il est certain que ces deux demoiselles ne lui donnaient
tout au plus que quarante sols par mois chacune et moi je lui donnais en
présent plus d'un écu par semaine. En outre je lui avais promis mille
écus avec un bon emploi dans mon projet des Abondances, s'il était mis
en exécution...

Ce bas officier manqua trois gardes de suite de venir me parler pour
aller donner leçon à ces deux demoiselles.

Sur ces entrefaites, un démon s'empara de mes sens et m'entraîna comme
malgré moi hors du donjon de Vincennes, le 23 du mois de novembre 1765,
à 4 heures précises du soir.

M'échapper, c'était me replonger dans de nouveaux malheurs.

Le sieur Loyal était un bas officier, qui m'avait offert nombre de fois
tous ses services, même jusqu'à l'argent qu'il avait dans sa bourse,
mais je le remerciais de toutes ses offres, et pour répondre en quelque
sorte à toutes ses politesses, je ne manquais jamais, toutes les fois
qu'il venait me garder dans le fossé, de lui faire faire collation avec
du vin, des biscuits et autres choses semblables. Je ne manquais pas de
lui remplir de temps en temps sa tabatière de mon tabac et de lui faire
d'autres petits présents de cette nature. Ce fut lui qui se trouva de
garde le jour où je m'échappai.

Le 23 novembre 1765 je me promenais, sur les 4 heures du soir; le temps
était assez serein: tout à coup il s'élève un brouillard épais; l'idée
qu'il pouvait favoriser ma fuite se présente sur-le-champ à mon esprit;
mais comment me délivrer de mes gardiens, sans parler de plusieurs
sentinelles qui fermaient tous les passages? J'en avais deux à mes
côtés avec un sergent: ils ne me quittaient pas une seconde. Je ne
pouvais pas les combattre; leurs armes, leur nombre et leurs forces
physiques les rendaient supérieurs à moi: je ne pouvais me glisser
furtivement et m'éloigner d'eux; leurs fonctions étaient de
m'accompagner, et de suivre tous mes mouvements; il fallait un trait de
hardiesse qui les atterrât en quelque sorte, et qui me permît de
m'élancer pendant qu'ils chercheraient et rassembleraient leurs idées.
Je m'adresse impudemment au sergent; je lui fais remarquer ce brouillard
épais qui venait de s'élever si subitement: «Comment, lui dis-je,
trouvez-vous ce temps?--Fort mauvais, monsieur», me répondit-il; je
reprends à l'instant avec le ton le plus calme et le plus simple: «Et
moi, je le trouve excellent pour m'échapper.» En prononçant ces mots,
j'écarte avec chacun de mes coudes les deux sentinelles qui étaient à
mes côtés; je pousse avec violence le sergent, et je vole. J'avais déjà
passé près d'une troisième sentinelle qui ne s'en était aperçue que
lorsque je fus plus loin; toutes se réunissent, on entend crier de tous
côtés: Arrête! arrête! A ce mot les gardes s'assemblent, on ouvre les
fenêtres; tout le monde court; chacun crie et répète: Arrête! arrête! Je
ne pouvais échapper.

A l'instant même je conçois l'idée de profiter de cette circonstance
pour me frayer un passage à travers la foule de ceux qui s'apprêtaient à
m'arrêter. Je crie moi-même plus fort que les autres: Arrête! au voleur,
au voleur, arrête! Je fais avec la main le geste qui indique ce
mouvement que le voleur était devant; tous trompés par cette ruse et par
le brouillard qui la favorisait, m'imitent, courent et poursuivent avec
moi le fuyard que je paraissais indiquer. Je devançais beaucoup tous les
autres, je n'avais plus qu'un pas à franchir; déjà j'étais à l'extrémité
de la cour royale: il ne restait qu'une sentinelle, mais il était
difficile de la tromper, parce que nécessairement le premier qui se
présenterait devait lui paraître suspect, et son devoir était de
l'arrêter. Mon calcul n'était que trop juste: aux premiers cris qu'elle
avait entendus, elle s'était mise au milieu du passage qui était, à
cette place, très étroit: pour surcroît de malheur elle me connaissait,
elle se nommait Chenu. J'arrive, elle me barre le chemin, en me criant
d'arrêter ou qu'elle me passait sa baïonnette à travers le corps.
«Chenu, lui dis-je, votre consigne est de m'arrêter, et non de me tuer.»
Je ralentis ma course, je l'abordai lentement; lorsque je fus près de
lui, je m'élançai sur son fusil; je le lui arrachai des mains avec tant
de violence que ce mouvement, auquel il ne s'attendait pas, le fit
tomber par terre; je sautai par-dessus son corps en jetant son fusil à
dix pas de lui, dans la crainte qu'il ne le tirât sur moi et cette fois
encore je fus libre.

Je me cachai facilement dans le parc; je m'étais écarté du grand chemin,
je sautai par-dessus le mur, et j'attendis la nuit pour entrer dans
Paris. Je n'hésitai pas à me rendre chez les deux jeunes personnes avec
lesquelles j'avais lié connaissance du haut des tours de la Bastille, et
qui avaient paru me servir avec tant de zèle: elles me prouvèrent
bientôt qu'elles avaient puisé dans leur âme celui qu'elles m'avaient
montré, et que je leur avais réellement inspiré l'intérêt le plus tendre
et le plus pressant. Elles me reconnurent parfaitement bien, et me
reçurent avec affection; elles me croyaient mort, parce qu'elles ne
pouvaient penser que si j'eusse été libre, je n'aurais pas tardé à leur
faire donner de mes nouvelles. J'appris alors qu'elles se nommaient
_Lebrun_, que leur père était perruquier; l'une d'elles est morte
depuis, et à ce moment, un de leurs frères est établi dans le même
emplacement. Il y fait un commerce de parfumerie.

Dans la même minute que je fus échappé, un officier vint au corps de
garde du donjon: ce perfide Loyal fut au-devant de lui, et avec un
empressement extraordinaire il lui dit: «On n'a qu'à envoyer vite, vite,
à Petit-Bry, chez M. de Silhouette, il y est. Oui, monsieur, je suis sûr
qu'il y est, et on l'arrêtera là, ou tout au moins chez M. le maréchal
de Noailles; mais qu'on commence d'envoyer vite la maréchaussée chez M.
de Silhouette. C'est là qu'on le trouvera, j'en suis certain.»

Dans la minute, l'officier de garde fut rendre compte au lieutenant de
roi de tout ce que Loyal lui avait dit et M. de Guyonnet vint le rendre
à Sartine, qui, sur-le-champ, donna des ordres à la maréchaussée d'aller
au Petit-Bry, chez M. de Silhouette, pour m'arrêter et lui dire de vive
voix, ou par écrit par l'exempt, que c'était à sa considération qu'il
m'avait accordé la promenade du fossé, parce que je m'étais réclamé de
lui et qu'en échappant j'avais mis beaucoup de monde dans la peine et
qu'il le priait très instamment de me livrer à la maréchaussée.

Or, jugez de l'impression que cette fourbe dût faire contre moi dans
l'esprit de M. de Silhouette, à tous ses domestiques et aux gens du
village de voir dans sa cour une troupe d'archers et de s'entendre
demander par le prévôt... Aussi, le lendemain, quand je fus chez lui, il
me fut impossible de pouvoir lui parler et même de savoir des nouvelles
des papiers que je lui avais envoyés par mon bas officier...

J'avais également fait porter des paquets chez le maréchal de Noailles.

Comme je ne doutais pas que M. de Sartine ne manquerait pas de mettre
des espions à l'entour de l'hôtel de Noailles, je ne jugeai pas à propos
d'y aller. Mais j'envoyai chercher M. de Cluzeaux, qui était chirurgien
du roi et du maréchal de Noailles, qui logeait dans son hôtel. Le
lendemain d'après mon évasion, qui était le 24 novembre [lisez 14
octobre] 1765, il vint me voir chez un de ses amis. Je lui exposai
succinctement une partie de mes affaires et il me dit de lui envoyer mes
papiers et qu'il ferait tout son possible pour me rendre service. Je
promis de les lui envoyer pour lui faire voir plus amplement mon
innocence et les trois services que j'avais déjà rendus à la France.
Alors, il me dit: «Comme je ne suis pas toujours à l'hôtel et que M.
Houssé n'en sort presque jamais et qu'il est un de vos bons amis, vous
n'avez qu'à les lui envoyer et il me les remettra.» Nous nous quittâmes
et je fus chez les personnes qui me les gardaient. C'étaient les papiers
que j'avais fait sortir de la Bastille le 21 décembre 1763. Je priai les
demoiselles Lebrun d'aller les porter le lendemain à M. Houssé,
trésorier de M. le maréchal de Noailles, à son hôtel, rue Saint-Honoré.
Elles furent les lui porter, mais malgré toutes les instances que ces
deux demoiselles lui firent de recevoir ces papiers, ou seulement de les
lire, il s'obstina à ne pas vouloir recevoir ce paquet ni même à en lire
un seul mot.

Le 25 novembre 1765, j'écrivis à M. de Sartine une lettre et je lui
proposai l'accommodement que voici: «Le roi, monsieur, se sert de mon
projet militaire depuis l'année 1758 et si j'en demandais la récompense,
qui m'en est due, au ministre de la Guerre, assurément il ne me la
refuserait pas; mais j'ai réfléchi que je ne puis lui demander cette
récompense sans entrer dans un détail qui ne vous ferait point honneur,
et, pour éviter cela, je vous propose de m'avancer dix mille écus sur la
récompense qui m'est due de ce projet militaire avec votre parole
d'honneur par écrit que tout le passé sera enseveli dans un oubli
éternel, que, sur-le-champ, je viendrai moi-même à votre hôtel vous
porter tous mes papiers... et que si vous vouliez avoir la bonté de
consentir à cet accommodement, vous n'aviez qu'à faire faire deux croix
noires, une sur une des portes des Tuileries, c'est-à-dire sur celle qui
est vis-à-vis du pont Royal, et l'autre sur la porte du premier marchand
de bois qu'on trouve en sortant de Paris par la porte Saint-Antoine, sur
le chemin de Bercy, vis-à-vis la Bastille.»

Sur-le-champ, Sartine remit ma lettre à trois exempts en leur ordonnant
d'aller faire ces deux croix sur la porte et d'opérer de cette manière;
ils les font sur deux grandes feuilles de papier et vont les appliquer
sur ces deux portes en les laissant à la merci de tout le monde... A
peine ces exempts eurent-ils appliqué ces deux feuilles de papier,
qu'ils les virent arracher, de leurs propres yeux, car celle de la porte
des Tuileries, trente-neuf minutes après qu'elle fut appliquée, fut
enlevée par un vendeur d'eau-de-vie, et celle de l'écurie par le commis
du marchand de bois... et, au lieu de rappliquer ces deux feuilles de
papier, les exempts s'en retournèrent fort tranquillement à l'hôtel du
magistrat pour venir lui rendre compte de leur bêtise.

Les mille écus que M. de Sartine promit de donner à la personne qui lui
porterait mon adresse me forcèrent d'aller implorer la miséricorde du
magnanime prince de Conti. Tout le monde vante beaucoup les vertus de ce
héros, mais si tout le monde connaissait aussi bien que moi son
humanité, son bon cœur et surtout sa noble générosité, tout le monde
vanterait bien davantage cet illustre père des malheureux. J'échappai de
ma prison le 23 novembre 1765 et le 2 du mois suivant je fus à
l'Isle-Adam. Je me gardai bien d'en imposer à ce prince, car je n'aurais
point trompé Son Altesse, mais je me serais trompé moi-même. Instruit de
mes affaires par les papiers que je lui avais envoyés la veille de mon
départ, non seulement il me promit d'envoyer son secrétaire chez M. de
Sartine pour accommoder mes affaires, mais même, ce qui prouve encore
plus la grandeur de son âme bienfaisante, c'est qu'il me força à
recevoir deux présents en espèces d'or. Ce n'est pas par ingratitude que
j'ai tu ces deux traits de sa générosité dans mon premier Mémoire, mais
cela n'est que pour en mieux parler, si jamais Dieu me fait la grâce de
me délivrer de mon long martyre; car si je n'avais point de langue, je
ferais comme le barbier de Mydas, qui faisait dire aux roseaux: «Mydas,
le roi Mydas a des oreilles d'âne!» et moi, avec mon doigt, je graverais
sur toutes les pierres que si la fortune donnait une couronne aux hommes
de haute vertu, que quand elle donnerait un empire à l'auguste prince de
Conti elle lui donnerait pourtant beaucoup moins qu'il ne mérite.

En arrivant à l'Isle-Adam, je fus conduit chez son secrétaire, nommé M.
Le Blanc. Il me reçut fort gracieusement. Je lui communiquai mes
affaires, je lui fis lire plusieurs de mes ouvrages, et quand il fut à
mon projet militaire, il me dit: «On a fait prendre des fusils à tous
les officiers et sergents en place de leurs espontons et hallebardes,
dans le temps que M. le comte de Clermont commandait l'armée en 1758,
j'étais alors son secrétaire.» Je repris: «C'est précisément dans ce
temps-là que j'envoyai ce projet au roi, vous n'avez qu'à regarder la
date, et je n'ai point reçu encore aucune récompense; mais il n'est
point douteux que si vous vouliez me tendre une main secourable, il ne
vous serait point difficile de me faire obtenir de ce projet une
récompense proportionnée à ce service.»

Ensuite, je lui dis: «Voici mon projet des Abondances, je vous prie de
l'examiner avec attention et vous verrez clairement que ces deux projets
me feront une fortune honnête... Je croirais vous offenser si je vous
présentais de l'or ou de l'argent pour vous exciter à me secourir, mais
j'offre à vos entrailles de miséricorde une souffrance de dix-sept
années, en vous assurant que jusqu'à mon dernier soupir, nuit et jour,
la dernière goutte de mon sang sera à votre service.»

Il me répondit: «Je ne suis point intéressé; votre état me touche plus
que tout au monde, car il ne faudrait point avoir un cœur pour n'être
point touché de votre longue captivité... Le prince est fort humain, il
a des entrailles paternelles et de miséricorde et vous pouvez être
certain que je vais faire tout mon possible pour vous tirer d'affaire.
Vous n'avez qu'à écrire au bas officier de la garnison de Vincennes de
m'envoyer à moi-même vos autres papiers et je vais travailler pour vous
comme si c'était pour moi-même. A côté de moi, me dit-il, demeure une
dame qui est de tout auprès de chez vous, de Pézenas, je vous conduirai
chez elle.» J'ai oublié son nom et je ne lui demandai point le rang
qu'elle tenait auprès de ce prince, mais je m'imagine que c'est une dame
de condition et que, sans miracle, elle pourrait bien être alliée avec
MM. les barons de Fontès, de Miramont, d'Audiffret, de Vic, etc., qui
sont tous proches parents de mon père. Mais quand même il n'y aurait pas
d'alliance, je suis moralement certain que cette dame se serait fait un
sensible plaisir de me tendre une main secourable pour obliger les
principaux nobles de sa ville. Enfin, M. Le Blanc me dit: «J'irai tout à
l'heure parler au prince et, après dîner, vous n'avez qu'à revenir ici.»
Sur les trois heures, je ne manquai point de me rendre dans sa chambre,
et d'abord qu'il m'aperçut: «Je suis très charmé, me dit-il, de vous
apprendre cette bonne nouvelle. Le prince m'a chargé moi-même d'aller de
sa part chez M. de Sartine pour accommoder vos affaires par la douceur
et la modération. Ainsi, voilà vos affaires qui sont dans la meilleure
situation du monde. Cependant, le prince me recommande de vous dire de
faire en sorte de ne point vous laisser arrêter avant que je n'aie
parlé, et en même temps il m'a ordonné de vous donner tant de louis
d'or, et dans cinq à six jours, j'irai à Paris avec Son Altesse et c'est
alors que j'irai parler à M. de Sartine. Le prince m'a remis vos
papiers, il les a tous lus; voyez s'il n'y a rien d'égaré?» Je les
regardai et je lui dis que non...

Mais, malheureusement, je lui dis alors: «Voudriez-vous avoir la bonté
d'en faire une seconde lecture?» Quand il fut à mon dernier ouvrage, qui
est le meilleur, c'est-à-dire mon projet des Abondances, je lui dis: «Je
vais vous laisser ces papiers», il me répondit: «Je ne puis absolument
garder aucun de vos écrits.» Et vous venez de voir que, huit jours
auparavant, M. Houssé ne voulut point recevoir mon projet ni même le
lire, que quatre jours après, le chevalier de Paradilles se chargea de
me copier un Mémoire, et que le lendemain il me le fit rendre par son
épouse, sans l'avoir copié ni même lu...

A mon retour de l'Isle-Adam, par un petit billet je priai mon ami
Paradilles de venir dîner avec moi pour l'instruire de toutes les bontés
que le vertueux prince de Conti avait eues pour moi. Il vint, et comme
c'est un homme de lettres et qu'il a beaucoup d'esprit, je le priai
d'examiner quelques-uns de mes projets et de me dire, en bon ami, ce
qu'il en pensait, afin de m'épargner la honte de passer pour un sot en
les présentant au ministre. Après les avoir examinés, il me répondit que
mes projets étaient des diamants bruts, mais qu'ils n'en étaient pas
moins bons et qu'il ne leur manquait que le poli. Ensuite, en dînant,
nous nous mîmes à parler de mes affaires, et comme c'est un homme qui a
fort bon cœur, il m'offrit de nouveau ses services; il me dit qu'il
pouvait encore m'arriver quelque malheur que je ne pouvais pas prévoir
et que si je voulais lui donner une copie de mes papiers, il
travaillerait pour moi...

Je pris cet ami au mot. C'est un gentilhomme: il est cadet et par
conséquent il n'est pas riche, mais en revanche il a beaucoup d'esprit.
Or, pour l'exciter mieux encore à me secourir, je lui fis sentir d'une
manière délicate que je lui ferais un présent de douze mille livres.
Alors il me dit: «J'ai un bon ami, qui, s'il en est besoin, m'aidera à
tirer des copies de vos ouvrages pour les envoyer à la Cour et dans la
ville.» Je repris: «Si cet ami vous aide à travailler pour moi, vous
n'avez qu'à l'assurer de ma part que je lui ferai un présent de mille
écus.» A cette promesse il me dit: «Cinquante louis suffiront.»

Le lendemain au soir je fus chez lui, et je n'y trouvai encore que son
épouse tout effarouchée, et elle se mit à me dire: «Aujourd'hui avec mon
mari nous avons été dîner telle part chez un de nos amis, et il s'y est
trouvé à table avec nous un chanoine de la sainte chapelle de Vincennes.
Mais au récit qu'il nous a fait je reconnais que c'est vous-même qui
avez échappé de cette prison. Tenez, n'avez-vous pas dit ces paroles aux
soldats qui étaient à vous garder: _Comment trouvez-vous ce temps-ci_?
Et ils vous répondirent: _Fort mauvais_, et vous reprîtes: _Et moi, je
le trouve fort bon pour échapper_, et en même temps vous vous enfuîtes.
Tous les soldats qui vous ont laissé échapper sont au cachot... et ce
chanoine adressait toujours la parole à mon mari, en le regardant
fixement, comme s'il avait été instruit que mon mari savait où vous
étiez... Il nous a dit que M. de Sartine était fort en peine de vous et
qu'il vous faisait chercher dans Paris... Nous ne voudrions pas pour
tout au monde qu'il vous arrivât un malheur dans notre maison. C'est
pourquoi nous vous prions de ne pas y venir souvent»; et en même temps
elle me tendit la lettre toute cachetée que j'avais donnée la veille à
son mari pour aller chercher mes papiers à Vincennes; mais il fallait
voir cette dame, oui, il aurait fallu la voir pour pouvoir en juger
comme il faut: elle était hors d'elle-même, dans une épouvante terrible,
et les paroles qui sortaient de sa bouche étaient comme des coups de
foudre qui me perçaient de part en part. Je ne crois pas qu'on trouvât
quatre personnes dans tout Paris qui, pour tout l'or du monde,
voulussent descendre du haut des tours de la Bastille dans le fossé sur
une échelle de corde. J'en ai descendu moi-même à minuit, et j'ose dire
que j'avais mille fois moins peur de la mort que de l'épouvante horrible
que cette femme m'inspira...

Jamais je n'ai été peureux... Mais depuis le moment que cette dame m'eut
parlé avec ces transports extraordinaires, je ne pensai plus aux
promesses du vertueux prince de Conti, qui certainement m'aurait tiré
d'affaire, si le plus abominable de tous les malheurs ne m'avait conduit
entre les mains... de qui, grand Dieu? du duc de Choiseul, ministre de
la Guerre, qui, sans avoir écouté une seule de mes paroles, me fit
arrêter dans sa propre maison et conduire dans le plus affreux de tous
les cachots du donjon de Vincennes.

[Illustration: LE CHATEAU DE FONTAINEBLEAU

(Par Israël Silvestre) (Bibl. de l'Arsenal)]

Le duc de Choiseul eut la cruauté de me faire arrêter chez lui, à côté
de son suisse, le 17 de décembre 1765, par le sieur Fleuri, exempt des
hoquetons du roi.

[Illustration: PALAIS DE FONTAINEBLEAU: L'ESCALIER DU FER A CHEVAL

(Par Israël Silvestre) (Bibl. de l'Arsenal)]

Si je ne me trompe, ce fut le 10 de décembre que j'écrivis au duc de
Choiseul... Pour ne pas manquer à ma promesse, le 15, à dix heures du
soir, je partis de Paris, par les voitures ordinaires de la Cour, qu'on
appelle pots-de-chambre, et j'arrivai à la pointe du jour à
Fontainebleau. Je fus tout droit à l'appartement du duc de Choiseul, et
comme il n'était point levé encore, je me fis donner par son suisse une
feuille de papier, et je lui écrivis quatre mots pour lui apprendre que
j'étais arrivé et le prier de me faire appeler d'abord qu'il serait
levé. Avant que de partir de Paris j'avais cacheté mon projet des
Abondances et mis son adresse par-dessus, par raison que si je venais à
être arrêté le long du chemin, je dirais aux personnes qui
m'arrêteraient que j'étais porteur de ce paquet et que je devais le
remettre moi-même entre les propres mains du duc de Choiseul. Enfin je
donnai ce paquet avec la petite lettre à son suisse, et il fut dans sa
chambre lui porter le tout. A son retour, il me dit qu'à onze heures son
maître m'accorderait audience. Je sortis pour m'aller faire accommoder
et manger un morceau, et sur les dix heures, en retournant chez lui, je
le vis entrer dans sa chaise à porteurs et aller vers le château. En
attendant son retour, je me mis à parler avec son suisse et un officier,
et environ demi-heure après, le sieur Fleuri, exempt des hoquetons du
roi, que je ne connaissais pas, arriva en me disant: «M. le duc de
Choiseul m'a ordonné de venir vous chercher pour lui parler.» Je lui
répondis: «C'est ici que je dois lui parler et non ailleurs.--Il faut,
me dit-il, que vous ayez la bonté de me suivre», et il me prit par le
pan de ma redingote, qu'il lâcha tout de suite, en me disant: «N'ayez
point de peur... ce n'est que pour lui parler.» Alors, je tirai son
suisse à part et lui dis à l'oreille: «Si dans une heure je ne suis pas
de retour, vous n'avez qu'à dire à votre maître que je viens d'être
arrêté à votre côté.» Il me répondit qu'il ne l'oublierait pas, et je me
mis à suivre cet exempt qui me mena dans un lieu qui ne me parut pas
être une prison, et il me laissa dans cette maison sous la garde de deux
hoquetons. Il sortit ensuite pour aller faire son rapport, et à son
retour il me dit: «M. le comte de Saint-Florentin m'a chargé de vous
dire qu'il était bien fâché que vous n'ayez pas eu recours à lui, que si
vous lui aviez écrit de la prison où vous étiez, il vous aurait rendu la
justice qui vous était due, et que, comme vous étiez venu à
Fontainebleau pour demander au roi de vous livrer entre les mains de son
Parlement, il allait expédier un ordre pour vous y conduire.» Je lui
répondis: «Dites à M. le comte de Saint-Florentin que les méchants
fuient la justice, et que moi je la cherche, que j'étais venu à
Fontainebleau pour l'obtenir du roi même; que néanmoins je lui étais
bien obligé de m'expédier cet ordre; que volontairement, de moi-même
j'irais me constituer prisonnier dans la Conciergerie de Paris.» Ouï ces
paroles, il sortit. Cependant, un instant après, il entra un autre
exempt, nommé Le Vasseur, et il me dit d'un air courtois: «Monsieur,
c'est moi qui vais avoir l'honneur de vous conduire.»

Moi qui craignais quelque surprise, je lui dis: «Dans quelle prison
m'allez-vous mener?» Il fut tout interdit, en me disant: «Pourquoi me
demandez vous cela?» Je repartis: «Il est bien juste à moi de savoir
dans quelle prison vous m'allez mener...» Il reprit en cinq à six
pauses: «Mais je vous mène... Mais je vous mène... Mais je vous mène...
Mais pourquoi me demandez-vous cela?» Je lui répliquai: «Je vous le
demande pour le savoir.» Il reprit encore: «Mais je vous mène...» et à
chaque parole il s'arrêtait en regardant fixement les deux hoquetons qui
étaient à me garder, pour lire dans leurs yeux ce qu'il devait me
répondre, et toujours répétant: «Mais je vous mène... Mais je vous
mène...» Et puis tout à coup, comme un homme qui se dépite: «Mais je
vous mène à la Conciergerie.» A ce mot de Conciergerie, je lui dis:
«J'en suis charmé; au moins dans cette prison je pourrai me défendre, et
je ne périrai point faute de justice.» Alors cet exempt, prenant un air
enjoué, me dit en riant: «Ma foi, j'ai été bien embarrassé, car je
n'osais pas vous dire que j'avais ordre de vous mener dans la
Conciergerie de Paris; je croyais que cela vous ferait de la peine.»

Ainsi par le moyen de ce mensonge on évita tout éclat et on vint à bout,
à la faveur de la nuit, de me conduire dans le donjon de Vincennes sans
bruit. En y arrivant je fus mis dans le cachot noir. En entrant dans cet
endroit affreux, je me mis à dire tout haut: «Est-ce ainsi qu'on rend
justice à la Cour de France! O traître Choiseul, le roi ne nous a pas
donné un ministre dans ta personne, mais le plus scélérat des hommes.
Ame basse, est-ce ainsi que tu rends justice à un innocent? Est-ce ainsi
que tu dois traiter un infortuné qui a rendu trois services à la
France?» En entendant ces paroles, un porte-clés, nommé Monchalin, me
coupa tout court, en me disant d'un ton de bourreau: «On ne saurait trop
vous maltraiter, car vous êtes cause qu'on a pendu le sergent de garde
qui vous a laissé échapper!» O ciel! il ne m'aurait pas été si affreux
de voir entrer dans ce caveau un réchaud plein de charbons ardents pour
faire rougir des tenailles et m'en voir arracher les entrailles que
d'entendre cette horrible nouvelle que je crus véritable et qui pourtant
ne l'était pas. Sur-le-champ je perdis la parole et me fusse donné cent
coups de poignard moi-même dans mon sein, si j'en avais eu un, pour
avoir été cause qu'on avait pendu cet innocent qui avait fait assurément
son possible pour m'empêcher d'échapper.



VIII

LATUDE EST RÉINTÉGRÉ A VINCENNES.


Quatre jours après avoir été arrêté à Fontainebleau et mis dans le plus
affreux cachot du donjon de Vincennes, le lieutenant général de police
m'envoya trois exempts pour m'interroger sur ce qui s'était passé
pendant les vingt-cinq jours que j'avais été dehors, et ces messieurs
commencèrent à m'accabler de sottises: «Morbleu, me disent-ils, M. de
Sartine vous a fait un pont d'or! Car si vous vous étiez bien conduit,
vous auriez aujourd'hui trente mille livres avec votre liberté. Pourquoi
donc ne lui avez vous pas envoyé l'adresse d'un de vos amis, que vous
lui aviez promise, pour lui faire porter les dix mille écus que vous lui
aviez demandés avec sa parole d'honneur par écrit que tout le passé
était oublié?» Je leur répondis: «C'est parce qu'il ne m'a pas fait
faire les signaux que je lui avais demandés.» Sur-le-champ tous les
trois me dirent à la fois: «Vous en avez menti, car f....., c'est nous
autres mêmes qui avons fait ces deux croix noires sur deux grandes
feuilles de papier qu'on pouvait voir d'une lieue de loin, et nous les
avons appliquées toutes les deux à la pointe du jour, une à la porte
des Tuileries, et l'autre sur la porte de l'écurie d'un tel marchand de
bois. La première fut enlevée trente-neuf minutes après par un vendeur
d'eau-de-vie, et l'autre fut ôtée environ quarante-quatre minutes après
avoir été appliquée, par le commis du marchand de bois, en ouvrant la
porte du grand chantier. Je leur dis:

«Mais il fallait que vous eussiez totalement perdu l'esprit et le génie
pour avoir si mal fait ces signaux?

--Que nous ayons perdu l'esprit? C'est, mordieu, vous-même qui êtes un
fou et qui mériteriez d'être mis aux Petites-Maisons», et sans se donner
la patience d'attendre la fin de mon discours: «Vous demandez, me
dirent-ils, vingt-cinq mille écus de votre projet militaire, et, sacre!
ce n'est pas vous qui l'avez donné. Il y a plus de douze années qu'il
était en usage avant que vous l'eussiez envoyé, car, dans le temps du
siège de Prague, tous les trois nous étions sergents et nous avions des
fusils, et tous les officiers aussi!»

Je repris:

«J'ai aussi bien fait que vous toutes les campagnes d'Allemagne et de
Flandre, et je suis sûr et certain qu'alors tous les officiers et
sergents avaient des spontons et des hallebardes.» Ils me répondirent
encore fort poliment: «Vous en avez menti!» Je leur répliquai sur le
même ton:

«C'est vous autres qui en avez menti, et non pas moi, et dans la minute
je vais vous prouver, et sans réplique, que vous êtes trois sots et
trois imposteurs. Allez-vous-en, leur dis-je, au bureau de la Guerre, et
vous verrez que l'ordre du roi n'a été donné aux officiers et aux
sergents de prendre des fusils en place des spontons et des hallebardes
qu'après le 14 du mois d'avril 1758. Or je vous demande, cette année-là,
le roi ordonna-t-il de faire prendre des fusils aux soldats? Non
assurément parce que Sa Majesté savait bien que chaque soldat en avait
un. Or, si les officiers et les sergents en avaient eu de même que les
soldats, avant le mois d'avril 1758, il est certain et évident que le
roi ne leur aurait point donné cet ordre. A cette preuve qu'avez-vous à
répliquer?

--Qu'avons-nous à répliquer? me dirent-ils? C'est qu'on ne taxe pas le
roi. On prend ce qu'il donne.»

Enfin, après que ces trois exempts m'eurent bien dit des sottises, car
il me semble qu'ils n'étaient venus que pour insulter à ma misère, je
fus reconduit dans le cachot noir.

Un moment après ils y revinrent tous trois. En entrant dans ce lieu
affreux, ils me dirent: «Vous êtes bien mal ici. Cependant nous avons un
ordre de M. de Sartine pour vous en faire sortir sur-le-champ, si vous
voulez dire les noms des personnes à qui vous avez laissé vos papiers,
en vous protestant de sa part qu'il ne leur sera fait aucune peine.»
Voici la réponse que je leur fis: «Je suis entré ici honnête homme, et
j'aimerais mieux mourir mille fois que de faire une lâcheté. Allons,
f...-moi le camp!».....

       *       *       *       *       *

Le 19 d'avril 1766, je cachai dans mon paquet de linge sale une chemise,
où j'avais écrit sur le dos et dans les manches, et en même temps
j'avais prié la blanchisseuse de la porter à son adresse. Cette chemise
écrite fut aperçue par les porte-clés et portée chez M. de Guyonnet,
lieutenant de roi, qui refusa absolument de lire cet écrit, et sur le
champ il ordonna aux porte-clés de la blanchir eux-mêmes...

Enfin, vu que je ne pouvais écrire ni parler au lieutenant de roi, le 10
de juin 1766, je me mis à crier: «Miséricorde, qu'on me rende justice!»
Mais la justice qu'on me rendit fut de me mettre dans le cachot noir
pendant deux mois. L'année suivante 1767, le 3 de septembre, je chargeai
mon porte-clés de dire à M. de Guyonnet que ne pouvant venir me parler,
je le priais d'avoir la bonté de me permettre de lui écrire à lui-même.
Un moment après il revint tout effarouché dans ma chambre en me disant:
«Monsieur, je ne parlerai jamais plus de vous. J'ai failli à être mis au
cachot par M. de Guyonnet, pour lui avoir répété les quatre paroles que
vous m'aviez chargé de lui dire. Depuis douze années, oui, monsieur,
depuis douze années que je suis ici, je n'avais pas encore vu M. de
Guyonnet si furieux et si terrible qu'aujourd'hui.» Je repris: «Mais
cela n'est pas possible?--Comment, me dit-il, vous croyez que je vous
en impose. Attendez.» Il appela un de ses camarades nommé Tranche, qui
vint me dire: «Monsieur, mon camarade ne vous en impose pas, car j'étais
présent quand M. de Guyonnet l'a menacé de le fourrer au cachot...»

Le 23 juillet 1767, M. de Sartine, vint ici dans le donjon de Vincennes.
Le sieur Fontaillan, chirurgien, qui voyait mon martyre, le pria de
m'accorder un moment d'audience. Il lui répondit:

«Je ne veux plus, qu'on me parle de ce prisonnier!»

M. de Guyonnet, lieutenant de roi à Vincennes, mourut le 3 octobre 1766.

Le roi lui donna pour successeur, M. de Rougemont.

Deux mois après sa réception, c'est-à-dire le 21 décembre 1767, je le
priai d'examiner plusieurs de mes papiers, avec deux Mémoires... Je lui
remis encore en différentes reprises quatre autres Mémoires, et voici la
réponse qu'il me fit le 6 mars 1768:

«Par les obligations de ma charge j'ai été forcé de dire au ministre et
au lieutenant général de police, que vous m'aviez confié vos papiers;
mais n'ayez point de peur. Tous les deux en sont charmés, mais ils m'ont
défendu absolument de vous les rendre.»

Je crus rencontrer un moyen de distraire mes ennuis, et peut-être en
faisant des connaissances utiles, de trouver des amis qui pourraient me
tendre un jour une main secourable. C'était d'établir une correspondance
avec tous les prisonniers, sans sortir de ma chambre où j'étais
surveillé avec la plus grande attention. Ce projet n'était pas d'une
exécution facile, mais il me suffisait qu'elle ne fût pas impossible,
pour que j'osasse l'entreprendre.

Il fallait, pour parvenir à cette exécution, percer l'énorme muraille du
donjon du côté du jardin, où tous les prisonniers allaient prendre
l'air. Pour cela, je n'avais que mes mains. Je me rappelai bien qu'une
année auparavant, pendant une de mes promenades dans ce jardin, j'avais
ramassé un vieux tronçon d'épée et la verge de fer d'un seau qui
m'étaient tombés sous la main, et que je les avais soigneusement cachés
pour les trouver au besoin: mais ils étaient au jardin, et pour tout au
monde, les officiers du château ne m'auraient accordé la promenade dont
j'avais deux fois si adroitement abusé pour me soustraire à leur
surveillance et m'évader.

J'avais observé que lorsqu'il y avait une réparation à faire dans la
chambre d'un prisonnier, comme il était expressément défendu d'en
laisser voir aucun aux ouvriers, on le faisait sortir au moment où l'on
travaillait; et ordinairement, quand cela ne devait pas être long, on le
conduisait au jardin. Pour forcer mes geôliers à me faire sortir de ma
chambre, je cassai deux carreaux de ma vitre: j'eus grand soin
d'indiquer un accident qui avait occasionné cette étourderie; on n'eut
aucun soupçon, et tout arriva comme je l'avais prévu. On fit venir le
lendemain un vitrier: pendant qu'il réparait ce dommage, on me conduisit
au jardin, où l'on m'abandonna après avoir fermé sur moi la porte à
double tour. Je courus vite où j'avais caché mes outils; je les trouvai:
je mis le tronçon dans ma culotte, et la verge de fer autour de mon
corps sous ma chemise. Dès que les carreaux furent remis, on vint me
prendre; on me conduisit dans ma chambre, où je remontai avec l'air de
la plus grande tranquillité, mais au fond bien satisfait, et fort occupé
de savoir à quel usage j'allais employer mes deux instruments.

Les murs du donjon ont au moins cinq pieds d'épaisseur; ma verge de fer
en avait à peine trois de longueur. J'avais eu soin de l'aiguiser sur un
grès, et elle pouvait me servir à percer la pierre; mais il était
impossible qu'elle la perçât de part en part. Je n'entrerai pas dans le
détail de toutes les opérations que je fis pour y parvenir, des peines
inouïes que j'eus à surmonter, et de la douleur que je me causai plus
d'une fois avant de réussir à faire ce trou; qu'il me suffise de dire
que j'y employai vingt-six mois, pendant lesquels j'abandonnai, je
repris cent fois cet ouvrage; que j'usai de toutes les ressources que
m'avaient déjà procurées plus d'une fois mes connaissances dans les
mathématiques, et le génie de la liberté qui m'enflammait toujours:
enfin, j'en vins à bout. Ce trou existe encore dans le mur du donjon;
l'artiste qui veut apprécier les difficultés incompréhensibles de ce
travail, le regardera peut-être comme un des chefs-d'œuvre de
l'industrie: il est situé dans la cheminée à l'endroit que l'ombre du
manteau rendait le plus obscur; j'avais choisi cette place, parce
qu'elle m'exposait moins à être découvert dans les fréquentes visites
que l'on fait des chambres.

J'arrangeai avec du plâtre et du gravier une espèce de mastic, dont je
fis un bouchon. Il fermait ce trou si hermétiquement, qu'il était
impossible de rien soupçonner, avec quelque attention qu'on eût examiné
le mur: dans ce trou j'avais glissé une forte et longue cheville que
j'ôtais à volonté, et qui n'avait pas tout-à-fait la longueur du trou;
afin que si on venait à en remarquer dans le jardin l'embouchure que
j'avais eu l'attention d'ouvrir très peu à cette extrémité, on ne
trouvât, en sondant le trou, qu'une profondeur de deux ou trois pouces,
ce qui ôterait tout soupçon.

Ce grand œuvre, étonnant peut-être aux yeux de l'observateur, étant
achevé, je réunis plusieurs morceaux de bois, au moyen d'une ficelle que
m'avaient procurée encore les fils de mes chemises et de mes draps, et
je m'en fis un bâton long de six pieds. Je connaissais l'instant où l'on
conduisait les prisonniers au jardin; d'ailleurs, je pouvais, à travers
mes barreaux, apercevoir la porte; elle était toujours ouverte quand
personne n'était à la promenade, et je l'entendais fermer toutes les
fois qu'on y avait laissé un prisonnier.

Lorsque tout fut préparé, comme je viens de l'indiquer plus haut, je
saisis le premier moment où j'aperçus un prisonnier seul à la promenade.
Je passai dans le trou mon bâton au bout duquel j'avais attaché un
ruban; le prisonnier l'eut bientôt aperçu; il approche, il regarde, tire
la ficelle et le bâton qui débordait du trou; je le retenais fortement
de mon côté; il sent de la résistance: n'osant pas même soupçonner qu'un
prisonnier eût percé ainsi le mur de sa chambre, il ne savait ce que
cela pouvait signifier; je lui dis de s'approcher: «Est-ce le diable,
s'écria-t-il, qui me parle?» Je calmai ses frayeurs; je lui appris quel
était mon sort: il me dit à son tour qu'il se nommait le baron de Vénac,
capitaine au régiment de Picardie, fils du comte de Beluse, natif de
Saint-Chéli, précisément du même pays que moi. La conformité de nos
malheurs devait nous rapprocher encore davantage; ils avaient la même
cause. Depuis dix-neuf ans il expiait le tort d'avoir donné à la
marquise de Pompadour un avis qui, en intéressant son existence, pouvait
aussi humilier son orgueil. Nous convînmes des précautions à prendre
pour continuer à l'avenir ces délicieuses conférences.

Je parvins par les mêmes moyens à lier connaissance avec presque tous
les prisonniers du donjon.

Le premier que je connus, au moyen du trou et du bâton, fut un
gentilhomme de Montpellier; il se nommait le baron de Vissec; ce nom me
fit trembler, je crus que c'était un de mes frères: il me rassura. La
marquise de Pompadour le fit arrêter sur le soupçon qu'il avait mal
parlé d'elle; depuis dix-sept années il gémissait, dans cette prison, du
malheur de lui avoir inspiré des soupçons. Il était malade et très
faible, il pouvait à peine se tenir debout; notre conversation parut
l'intéresser et lui plaire; il me promit qu'il continuerait à venir le
plus assidûment que sa mauvaise santé le lui permettrait à nos
rendez-vous; je ne l'ai pas revu depuis: j'ignore s'il est mort peu de
temps après, si sa faiblesse l'a empêché de sortir de sa chambre, ou si
on lui a rendu sa liberté, ce qui est peu vraisemblable, car il paraît
qu'on l'avait aussi envoyé à Vincennes pour l'y oublier.

Je vis aussi un magistrat du parlement de Rennes qui était enfermé pour
avoir pris part à la trop fameuse affaire de M. de la Chalotais.

Un ecclésiastique nommé l'abbé Prieur, de Paris, s'était mis dans la
tête de faire une nouvelle orthographe, qui avait pour but d'écrire
beaucoup de mots de notre langue avec le moins de lettres possible; et
dont l'utilité, selon lui, consistait à ménager quelques rames de papier
à ceux qui en emploient.

Cet homme, plein de sens d'ailleurs, s'était avisé d'écrire au roi de
Prusse; il savait combien ce souverain accueillait et protégeait les
talents; il jugea les siens dignes de lui, et lui en offrit l'hommage.
Il forma sa lettre de mots de sa composition, ce qui sans doute devait
la rendre indéchiffrable; elle fut ouverte à la poste, selon l'usage
d'alors. Probablement les ministres, qui ne purent y rien comprendre,
crurent voir des hiéroglyphes dont le sens mystérieux les effraya; et
ils firent conduire le pauvre abbé Prieur à Vincennes, pour un fait pour
lequel il eût à peine mérité d'être enfermé aux Petites-Maisons, et
condamné à y apprendre notre dictionnaire. Ce malheureux y était depuis
sept années, j'ai appris par le porte-clés, nommé Bélard, qu'il y était
mort.

Je vis ensuite le chevalier de la Rochegérault, arrêté à Amsterdam,
parce qu'il était soupçonné d'être l'auteur d'un brochure qui avait paru
contre la marquise de Pompadour: il y avait vingt-trois années qu'il
était enfermé, et il m'a fait serment, par tout ce qu'il y a de plus
sacré, qu'il ne connaissait pas même cette malheureuse brochure. Non
seulement on ne lui opposait aucun fait, aucune preuve qui l'accusât,
mais on ne daignait pas même l'admettre à se justifier, on refusait de
l'entendre. C'est ainsi, au surplus, qu'on en agissait avec tous les
autres. Que venait donc faire, me dira-t-on, M. de Sartine dans tous ces
châteaux, si son devoir était de visiter les prisonniers, de les
entendre et de les juger? Oui, tel était son devoir, il est vrai; mais
il ne connaissait, il ne remplissait que ceux qui pouvaient lui attirer
les regards et l'admiration: il sacrifiait tout à ses passions, et
toutes ses passions à son amour-propre; ce sentiment ne pouvait
l'engager à faire le bien que lui seul eût connu. Que lui importait
d'être honnête homme dans l'enceinte d'une prison!

Il y venait souvent pour que le public sût qu'il y venait; pour qu'on
crût, d'après lui, qu'il en surveillait le régime, et qu'il adoucissait
les maux des infortunés qu'il y avait rencontrés.

Un autre prisonnier, nommé Pompignan de Mirabelle, qui causait aussi
quelquefois avec moi, le connaissait parfaitement bien.

J'étais entré en correspondance avec M. de Pompignan de Mirabelle, dans
l'espérance de pouvoir lui rendre quelque service. Cela fut au
commencement du mois de mai de l'an 1769, qu'à la faveur du trou que
j'avais fait à la muraille je lui tendis mon hameçon. Il l'aperçut, et
en voyant que ce billet s'adressait à lui-même, à sa seconde promenade
dans le jardin, qui arriva trois jours après, il me rendit sa réponse
qui était conçue dans ces termes: «...Quant à la proposition que vous me
faites d'entrer en correspondance avec vous, Dieu me préserve de faire
une pareille faute contre les règles de cette prison... ni de faire la
moindre œuvre qui puisse déplaire à M. de Sartine, qui a plus de
bontés pour moi que je ne mérite. Sachez, cher monsieur, que si je suis
en prison, ce n'est point pour avoir commis aucun crime et je n'ai point
de honte à vous en dire le sujet.

«J'étais dans un café. Il y eut une personne inconnue qui récita deux
vers. Pour mon malheur je les retins, et comme c'étaient deux vers
nouveaux, j'eus la faiblesse de les réciter à plusieurs personnes, sans
croire faire de mal. Cela fut rapporté à la police et je fus averti que
M. de Sartine me devait faire arrêter. Plein de confiance en sa probité,
en son honneur et en sa justice, je fus le trouver en son hôtel et lui
répétai ce qu'on m'avait dit, et en même temps je lui dis que j'étais
prêt à me rendre dans la prison qu'il m'indiquerait. Il m'ordonna de me
rendre dans cette prison-ci et sur-le-champ je m'y rendis tout seul.
Depuis ce jour-là, on m'a interrogé au sujet de ces deux vers; j'ai dit
la chose comme elle s'était passée, mais on me répond: «Vous en
connaissez l'auteur, et comme sans doute il est un de vos amis, vous
voulez l'épargner, vous ne voulez pas dire son nom, vous êtes un têtu.»
Hélas! Dieu m'est témoin que je leur ai dit la vérité. Mes juges ne
soupçonnent point que j'en sois l'auteur. Ils daignent au moins me
rendre cette justice qui me console beaucoup! Si je pouvais vous rendre
quelque service, je le ferais de bon cœur, mais par vous-même vous
pouvez juger de mon impuissance. Ainsi, ne pouvant vous être d'aucune
utilité, je ne dois pas, à mon âge, m'exposer mal à propos aux
mauvaises grâces de M. de Sartine, qui a mille bontés pour moi. C'est
pourquoi je vous prie de ne plus me présenter aucun de vos billets...
afin de ne pas me forcer à vous faire l'impolitesse de ne point le
prendre... Je crains bien que ce trou, quoique très petit, ne cache un
grand précipice. C'est pourquoi je vous conseille en bon ami de le bien
fermer et de ne jamais plus l'ouvrir, et vous n'en aurez point de
regret... etc...»

Sa lettre était beaucoup plus étendue et mille fois mieux écrite, mais
je ne répète que ce que je crois être nécessaire.

[Illustration: RÉDUCTION DE LA BASTILLE, TAILLÉE DANS L'UNE DES PIERRES
DU MONUMENT

(Par l'architecte Palley) (Musée Carnavalet)]

Comme par les rapports avantageux que j'avais entendu faire de lui et
que par sa lettre j'avais reconnu que ce prisonnier était un homme
vertueux, je ne perdis point de temps, je mis la main à la plume et lui
écrivis les paroles que voici: «Si M. de Sartine est si honnête homme,
si humain, si compatissant, si juste, si équitable que vous dites, il
est étonnant que, pour deux vers, un magistrat si vertueux vous ait
retenu pendant cinq ans et demi en prison... Comme il n'ignore point que
vous avez soixante-dix ans... vous devez croire qu'au premier jour il va
vous rendre votre liberté... et que, par conséquent, il est à présumer
que bientôt il pourra vous être possible de me rendre service dans le
malheur extrême où je me trouve... à moi qui suis un homme et qui
souffre depuis le 1er mai 1749...» En un mot, je remplis cette lettre
de toutes les plus tendres expressions que mon long martyre put me
suggérer; je la mis dans la sienne et je les lui donnai toutes les deux
à la fois.

Mon billet ne manqua pas de faire tout l'effet que je m'étais attendu,
car à sa première promenade il me fit le signal d'ouvrir mon trou pour
recevoir sa réponse, et voici les paroles qu'elle contenait:

«Mon cher monsieur, je n'ai pu lire votre lettre sans verser des larmes;
je suis homme comme vous et j'ai un cœur. Dites-moi donc tout ce que
vous croyez qu'il m'est possible de faire pour vous. Il n'y a aucun
péril où je ne me hasarde généreusement pour vous tirer du précipice où
vous êtes. Vous n'avez qu'à me donner vos adresses et de bonnes
instructions... Si vos instructions ne sont pas prêtes, je les prendrai
à la première promenade... Ce n'est pas dans la vue d'aucun intérêt que
j'entreprends de vous secourir, mais uniquement pour l'amour de Dieu, et
s'il m'arrive quelque malheur, il m'en tiendra compte, cela me suffit.»

Comme il me fallait plus de deux heures pour préparer toutes mes
instructions, je le remerciai de sa noble générosité et lui dis que la
première fois qu'il viendrait, je lui donnerais tous les papiers qui
étaient nécessaires pour me délivrer.

Trois jours après, qui était le 16 mai 1769, c'est-à-dire deux jours
après la Pentecôte, il me fit passer la réponse que voici:

«Mon cher monsieur, si ce qu'on est venu me dire hier est vrai, dans peu
de jours je ne serai point ici, car M. le lieutenant de roi vient de
m'annoncer ma liberté de la part de M. de Sartine. Que Dieu soit béni!
Que sa sainte volonté soit faite! Si vos instructions sont prêtes,
faites-les-moi passer vite et ensuite vous achèverez de lire ma lettre à
votre aise...»

Sur le-champ, je lui fis passer mon paquet, où j'avais mis de bonnes
instructions pour M. le comte de la Roche-Dumaine, qui était fort malade
dans ce temps-là, afin qu'il me secourût promptement. Cependant, à son
retour, M. de Pompignan me fit repasser tous les papiers que je lui
avais confiés trois jours auparavant, accompagnés d'une lettre où il me
disait:

«Mon cher monsieur, je ne suis pas curieux, assurément, mais si on n'a
point de confiance à un médecin, il ne faut pas se livrer entre ses
mains... Il est sans doute que les personnes à qui vous m'adressez sont
instruites de la cause de votre détention; en ce cas, je les exciterai
de tout mon pouvoir à vous secourir.»

Le 13 février 1769, M. de Sartine donna des ordres aux maçons de fermer
avec du plâtre tous les trous qu'ils apercevraient dans la muraille du
jardin, et quoique mon trou fût extrêmement petit, car à peine le petit
doigt y aurait entré dedans, il fut bientôt trouvé et bouché...

Ce petit trou fermé ne manqua pas de mettre l'alarme et la terreur dans
les cœurs de tous mes confrères. Tous croyaient que le mystère était
découvert, car il suffit d'être malheureux pour mettre les choses au
pire, et quoique je ne sois point peureux de mon naturel, je vous dirai
franchement que je ne tremblai guère moins que tous les autres, et après
fort longtemps que ce trou fut bouché, j'eus beaucoup de peine à me
décider si je percerais ce plâtras... Enfin, je pris la résolution de
percer ce bouchon de plâtre, en recommandant à mes confrères de le bien
boucher, après m'avoir parlé, avec un autre petit morceau de la même
matière, et tout cela fut fait dans la minute...

Mais la correspondance que j'avais établie avec les prisonniers fut,
certain jour, découverte. Des mesures nouvelles renversèrent toutes mes
affaires de fond en comble. Alors, je me vis réduit à attendre tout de
la miséricorde de Dieu, et comme très souvent elle est fort tardive, ma
peine n'en était pas moins grande. Enfin, dans le temps où je croyais
tout perdu, il vint un rayon de lumière, ou, si vous voulez, un rayon
d'espérance, c'est-à-dire que le 11 de février 1770, le lieutenant de
roi vint me voir dans ma chambre et il me dit: «M. de Sartine vous a
accordé la permission de lui écrire.»

Je le remerciai de cette bonne nouvelle, attendue depuis six ans, en lui
disant que quand j'aurais pensé, je lui ferais demander la quantité de
papier qui m'était nécessaire.

Dans la journée, je minutai dans ma tête ce que j'avais à écrire, et le
lendemain, je dis à mon porte-clés de lui demander deux feuilles de
papier à la tellière et une demi-feuille de papier commun pour faire un
brouillon, une plume neuve avec un canif, parce que je ne pouvais écrire
qu'avec les plumes que j'avais taillées moi-même.

Un moment après, il revint avec une seule feuille de papier à la main et
une plume taillée, qui peut-être aurait été excellente pour un autre,
mais pour moi, non, en me disant que M. le commandant ne m'en avait pas
voulu accorder davantage, qu'il s'était offert lui-même à répondre du
canif, mais qu'il n'avait pas voulu le lui donner.

Je lui envoyai dire que quand le Magistrat [lieutenant de police]
accordait la permission de lui écrire, il entendait qu'on donnât la
quantité de papier qui était nécessaire pour l'instruire de tous les
faits qu'il voulait savoir et que, pourvu que je lui en rendisse un
fidèle compte, il ne pouvait raisonnablement me refuser la quantité de
papier que je lui demandais pour me défendre et que je le priais de
m'envoyer le major, qui peut-être lui ferait mieux entendre raison que
le porte-clés. Il me fit répondre que M. de Sartine lui avait ordonné de
me donner une feuille de papier et qu'il ne m'en donnerait pas
davantage.

Quand cette feuille de papier fut écrite, je voulus y joindre une
seconde feuille de mon papier écrite que j'avais dans mon coffre, pièce
très importante à lui envoyer. Or, en voulant cacheter ces deux feuilles
ensemble, le porte-clés me dit: «Monsieur, cela ne se peut pas.» Je lui
répondis: «Je crois, par ma foi, que vous vous moquez de moi: j'écris au
Magistrat... Ce n'est point à vous à regarder ce que je mets dans sa
lettre... Eh bien! vous n'avez plus rien à redire.» Il répliqua:
«Monsieur, vous ne la cacheterez point. Il faut auparavant que j'en
demande la permission au commandant, sans quoi il me mettrait au cachot.

--Eh bien! lui dis-je, vous n'avez qu'à y aller.»

A son retour, il me dit: «M. le commandant m'a défendu absolument de
vous laisser mettre votre feuille de papier dans la lettre que vous
devez envoyer à M. de Sartine...»

Je pris la résolution de déclarer à M. de Sartine que j'avais percé la
terrible muraille du donjon et que par ce moyen j'étais entré en
correspondance avec une grande partie des prisonniers.

Cependant, comme il était défendu à mon porte-clés de sortir absolument
un seul mot d'écrit de ma chambre, je fis dire au lieutenant de roi de
venir me parler, que j'avais quelque chose d'important à lui
communiquer... Enfin, vu qu'il ne voulait pas venir absolument, je le
fis prier de m'envoyer au moins le major et, à force d'importunités, il
me l'envoya le 28 de septembre 1770. Mais ce fut véritablement un opéra
d'enfer pour faire sortir ce Mémoire, qui n'était alors que de vingt
cahiers, de ma chambre pour l'envoyer à M. de Sartine. Imaginez-vous
qu'il me fallut combattre un mois entier.

Il est certain que ce Mémoire devait faire décider du sort de plus de la
moitié des prisonniers qui sont dans le donjon, mais je dois croire
qu'il n'a point été remis au lieutenant général de police.

En conséquence, depuis le 1er de novembre que je l'avais envoyé
jusqu'au 9 de mars suivant 1771, je fis prier au moins plus de soixante
fois le lieutenant de roi de venir me parler ou de m'envoyer le
confesseur. En voyant son obstination à ne pas me répondre, je
m'imaginai que le lieutenant de roi ne faisait point son devoir, et...
le 9 de mars 1771, à huit heures précises du soir, je dis à la
sentinelle qui faisait la ronde les propres paroles que voici:

«Sentinelle, écoute: je te prie de faire savoir à M. de Sartine qu'il y
a cinq mois que le numéro premier demande le confesseur et qu'il le
supplie en grâce d'avoir la bonté de le lui envoyer.»

La sentinelle fut faire son rapport au lieutenant de roi et celui-ci,
sur-le-champ, envoya le major avec les trois porte-clés, qui vint me
tirer de ma chambre, et il me conduisit dans un caveau où il n'y avait
qu'une poignée de fumier pour me coucher et une simple couverture.

Cela fut dans ce lieu horrible où le confesseur vint me voir au bout de
16 jours, le 25 mars. En entrant, il me dit:

«O mon Dieu, que je suis fâché de vous voir dans ce lieu affreux!
Qu'avez-vous donc fait?» Je lui répondis que c'était à cause de ce que
j'avais dit à la sentinelle le 9 de ce mois à huit heures précises du
soir.

Il reprit alors: «Mais si ça n'est que cela, ça n'est rien.

--Quoique cela ne soit rien, voilà pourtant seize jours que je suis ici
au pain et à l'eau.

--Je vais, me dit-il, vous en faire sortir.»

Je repris: «Je crois que vous n'aurez pas grand'peine, en disant à M. de
Sartine que je ne suis dans ce lieu horrible que pour l'amour de lui,
c'est-à-dire pour lui rendre service. Je lui expliquai l'affaire et en
même temps je lui dis que le 1er novembre de l'année dernière 1770,
je lui avais envoyé un grand mémoire à ce sujet, et que je croyais qu'il
avait été étouffé.

Je commençais de lui expliquer ce que mon mémoire contenait, quand on
ouvrit la porte du caveau pour dire au confesseur qu'on le priait de se
dépêcher, et qu'il y avait plusieurs personnes à la porte dans un
carrosse qui l'attendaient pour partir.

Or, se voyant appeler, il me dit: «Vous voyez bien qu'on m'attend: je
n'ai pas le temps de rester davantage.»

Je l'arrêtai en lui disant: «Monsieur, encore un moment; j'ai à vous
remettre un petit mémoire pour M. de Sartine avec quelques autres
papiers.

--Faites donc vite, me dit-il, car je crève de froid, et en outre vous
voyez qu'on m'attend.» Je lui remis ce mémoire, daté du 6 mars 1771,
avec une copie de mon projet des abondances, de mon projet militaire et
des postes. Je le priai d'examiner lui-même tous ces papiers, et ensuite
de les porter à M. de Sartine...

Huit jours après, qui était le 2 avril, il vint me voir comme il me
l'avait promis et en entrant dans le caveau, il me dit: «Ah! mon Dieu,
que cela me fait de la peine de vous trouver encore ici!» Je lui
répondis: «Ma foi, monsieur, après vous avoir si bien instruit de tout,
je ne croyais pas que vous m'y trouveriez encore aujourd'hui. Est-ce que
vous n'avez point parlé à M. de Sartine?

--Je lui ai parlé, me dit-il, mais il m'a répondu que le lieutenant de
roi lui avait rapporté que vous faisiez du bruit, du tapage, et que par
vos cris vous troubliez tout l'ordre de la maison.

--Un petit moment», lui dis-je?

J'ouvre la porte du caveau, je fais entrer mon porte-clés et je lui dis:
«Tranche, je vous prie de dire la vérité devant monsieur... Avez-vous
jamais ouï faire une seule plainte contre moi?» Il me répondit: «Non,
monsieur.» Alors je lui dis de sortir du caveau et, en m'adressant au
confesseur, je lui dis: «Hé bien, monsieur, vous avez entendu cet homme:
il se garderait bien de dire un seul mensonge contre le lieutenant de
roi, car il serait perdu; ainsi vous voyez bien mon innocence et la
méchanceté de M. de Rougemont, lieutenant de roi.

--Oui, me dit-il, je vois tout cela.

--Enfin, lui dis-je, présentement parlons d'affaires... Qu'avez-vous
fait du mémoire que je vous ai remis il y a huit jours?

--J'en ai fait l'usage que je devais en faire.

--Comment, monsieur, est-ce ainsi qu'on en use? Devez-vous me faire un
mystère de cela à moi?

--Croyez-moi, parlons de sortir du cachot: je crève de froid... Vous me
faites pitié, je vous aime en Jésus-Christ.

--Monsieur, je vous suis bien obligé: encore une fois il n'est pas
difficile de me faire sortir de ce lieu horrible, y ayant été mis pour
rendre service à M. de Sartine. Car assurément, il ignore tout ce qui se
passe pour le perdre.

--Je n'oublierai rien de tout cela: je m'en vais, car je crève de
froid.»

Alors j'appelai le porte-clés, je lui fis sortir la chandelle hors du
caveau et tirer tout seulement une porte sur lui. Ensuite je dis au
confesseur: «Vous voyez bien, monsieur, que je n'ai pas une seule goutte
d'air, et qu'à midi je ne vois pas plus clair qu'à minuit.

--Hélas, monsieur, je vois l'horreur de votre situation: il n'est pas
besoin que vous m'en disiez davantage. J'ai un cœur, j'ai de la
compassion. Je vais vite parler à M. de Sartine pour vous tirer d'ici,
et à la fin de la semaine prochaine, je viendrai vous voir sans y
manquer.» Il m'embrassa et il s'en fut...

Le 2 avril, le confesseur, en me quittant me promit de venir me voir
sans faute à la fin de la semaine prochaine, et cependant ne vint-il que
cinquante jours après dans le caveau où j'étais encore au pain et à
l'eau...



IX

LATUDE DANS SON CACHOT SE CROIT ENSORCELÉ.


Cependant cinquante-trois jours après que je fus mis dans ce caveau,
c'est-à-dire le 1er mai 1771, contre mon attente le lieutenant de roi
vint m'y voir au travers du guichet. A voir sa contenance, il n'y eût
personne qui n'eût dit qu'il ne venait que pour insulter à ma misère.

«Eh bien, me dit-il, je vous avais bien fait avertir que si vous criiez,
vous seriez mis au cachot.» Je lui répondis: «Cela est vrai, monsieur,
mais si vous aviez fait votre devoir, je n'y aurais point été mis du
tout; car voilà plus de quinze mois que je n'ai pas passé une seule
semaine sans vous faire prier respectueusement d'avoir la bonté de venir
me voir. Et pourquoi ne venez-vous pas me voir, quand vous visitez les
autres?» Il me répondit: «Parce que vous parlez toujours de la même
chose»[15]. (Entendez qu'il voulait me dire que je lui parlais de ces
ensorcellements...)

... «Si vous me parlez encore une seule fois d'ensorcellement, vous
pouvez compter que je ne viendrai jamais plus vous voir.»

... Or, je demande si, sans avoir véritablement un démon horrible dans
le corps, M. de Sartine et M. de Rougemont, pour avoir demandé le
confesseur, m'auraient tenu pendant cent sept jours dans un caveau,
couché sur une poignée de fumier, avec une simple couverture, et
soixante-quatorze jours au pain et à l'eau. Il est réel que si le
chirurgien ne m'avait donné de temps en temps une petite fiole d'huile
pour mes coliques, dont j'avais soin de garder un peu pour en répandre
quelques gouttes sur mon pain, il est réel que je serais mort.

Le 8 du mois de novembre 1772, M. de Sartine vint ici dans le donjon de
Vincennes. Il y avait plus de six ans que je n'avais pu lui parler ni
même lui écrire. Ce jour-là, il m'accorda une audience de cinq à six
minutes. En me présentant devant lui je lui demandai la raison pourquoi
il me retenait en prison et de me faire voir le crime que j'avais
commis. Il me répondit que je le savais bien. Je repris: «Je l'ignore et
je vous prie de me le faire voir.»

--Je vous l'ai fait voir plusieurs fois.

--Vous, monsieur, vous m'avez fait voir que j'ai commis un crime?
Jamais. Mais, s'il est vrai que j'ai commis un crime, faites-le voir
devant ces trois messieurs que voilà. Pensez que votre silence va
prouver l'injustice affreuse dont vous m'accablez.» En se voyant ainsi
pressé, il me dit, en la présence du lieutenant de roi, du major et de
son commis:

«Vous avez dit des sottises affreuses contre le roi, contre le ministre
et contre moi!»

Je n'y pus tenir: «Moi, j'ai dit des sottises affreuses contre le roi?
Je vous défie, monsieur de me faire voir une seule personne au monde, ni
aucun écrit, qui puisse me convaincre d'avoir jamais dit une seule
parole qui ait pu déplaire à Sa Majesté, et comme il n'est pas de la
justice de faire périr un homme avant de l'avoir convaincu, vous me
ferez voir ces preuves, vous me les ferez voir.»

En voyant que j'allais entrer en fureur et le presser violemment de me
faire voir ces preuves, il me dit: «Vous demandez un avocat pour
examiner votre mémoire en votre présence? Au premier jour je vous
l'enverrai: soyez certain que je vous tiendrai ma parole.»

Cette promesse apaisa le courroux qui s'était emparé de moi, certain que
je suis que mon sort dépend de l'examen de ce mémoire et qu'en
m'envoyant cet avocat, dans peu de jours j'allais être libre, et c'est à
cause de cela que je ne le pressai pas de me faire voir les preuves de
son injuste accusation. Mais, prenant un ton plus doux, je lui dis:
«Puisque vous me promettez de m'envoyer un bon avocat, j'ose vous
représenter que cette affaire réussirait bien mieux en votre honneur et
gloire, si auparavant vous vouliez bien avoir la bonté de m'envoyer le
sieur Receveur, exempt, qui écrit extrêmement vite, pour tirer une copie
de ce mémoire sur du beau papier, afin que l'avocat le puisse examiner
avec plus de facilité.

--Eh bien, me dit-il, soyez certain qu'avant trois jours je vous
enverrai cet exempt.»

Dans cette audience, il ordonna au lieutenant de roi de me donner du
papier blanc pour m'occuper, et la permission de lui écrire toute les
fois que je le jugerais nécessaire. Enfin, six jours après, qui était le
14 dudit mois de novembre 1772, au lieu d'un exempt il m'en envoya deux.
Il est inutile de répéter ici toutes les paroles que je leur dis, et
celles qu'ils me répondirent, on trouve la substance dans les lettres
que j'ai écrites depuis au magistrat et que je vais transcrire ici:

Copie mot pour mot de la lettre que j'ai envoyée deux fois de suite à M.
de Sartine... datée du 25 de décembre 1772. Néanmoins, je ne pus la
faire cacheter et partir que le 10 de janvier de l'année suivante 1773,
et la seconde fois elle partit le 2 de février suivant, avec un
commencement différent:

«Monsieur,

«Vous êtes trop sage pour ignorer les devoirs de votre charge, qui sont
d'écouter sans cesse les plaintes et les prières des malheureux et s'il
s'en trouve sous le soleil un peu plus à plaindre et plus digne de votre
compassion que moi, c'est lui que vous devez secourir. Mais aussi, si
parmi tous les prisonniers qui sont sous votre juridiction, il ne s'en
trouve pas un seul qui ait été pendant des années entières, privé du feu
et de la lumière, soixante-neuf mois dans des cachots ou des caveaux
horribles, trois mois au pain et à l'eau, et quarante mois sans relâche
les fers aux pieds et aux mains, couché sur de la paille, sans
couverture--comptez que le tout fait vingt-quatre années de souffrances,
hélas! Un si cruel traitement semble digne de votre compassion. Mais,
monsieur, si la mort efface toutes sortes de crimes, quelle abomination
peut-on me convaincre d'avoir commise pour qu'une seule mort ne soit pas
capable de me faire expier ce prétendu forfait? Où sont mes accusateurs?
Où est le procès-verbal, signé de ma propre main, qui puisse prouver que
j'ai été convaincu d'avoir fait ou souhaité le moindre mal à qui que ce
soit au monde? Où sont les noms des juges qui ont entendu, qui ont
prononcé, ma sentence, mon arrêt? Mais encore si la mort expie toutes
sortes de crimes, pourquoi n'a-t-elle pas expié le mien? Et je puis
prouver incontestablement que j'ai souffert tous les douloureux
tourments non pas d'une mort, mais de mille... Par tout l'univers on met
des bornes aux punitions; pourquoi n'en met-on pas une à la mienne?
Cependant tout le monde dit que Louis XV a un cœur paternel pour tout
son peuple, qu'il est le plus doux, le plus humain et le mieux faisant
de tous les rois de la terre, et que vous, monsieur de Sartine... sur
qui il se repose pour rendre la justice qui est due à tous les
prisonniers qui sont dans ses secrets, vous êtes un homme d'honneur et
de probité, et que par votre douceur, par votre humanité, vous vous êtes
attiré l'amour et la vénération de tout le peuple. C'est pourquoi j'ai
tout lieu de croire que, depuis neuf ans, il y a certainement quelque
chose de surnaturel qui vous irrite et vous anime sans cesse injustement
contre moi... et que sans un ensorcellement évident, vous n'auriez pas
manqué assurément de m'envoyer l'avocat que vous m'avez promis...

«Un magistrat tel que vous ne doit point ignorer que, dans une si grande
et si longue souffrance, un homme n'est pas toujours maître de lui-même,
et par conséquent que si j'ai eu le malheur de vous offenser, vous devez
plutôt attribuer ces offenses à la violence des maux dont vous
m'accablez, et qui m'ont peut-être fait perdre quelquefois le jugement.

«Enfin, je vous conjure par les devoirs de vos charges, par la
compassion que vous inspire l'état misérable où vous me voyez depuis
vingt-quatre années, de me tenir la parole d'honneur que vous avez eu la
bonté de me donner, c'est-à-dire de m'envoyer le bon avocat que vous
m'avez promis, et en reconnaissance de cette grande grâce, je prierai
Dieu de répandre de plus en plus sa sainte bénédiction sur vous et sur
toutes les personnes qui vous sont chères. J'ai l'honneur d'être avec un
très profond respect, monsieur,

«Votre très humble et très obéissant serviteur.

«HENRI MASERS».

Pour la seconde fois j'envoyai cette lettre, le 2 février 1774. Je ne
transcrirai point ici la copie de la troisième lettre, que j'envoyai à
M. de Sartine le 28 février suivant, ni de la quatrième envoyée le 14 de
novembre de ladite année, ni de la cinquième envoyée le 26 de février
1775, parce que ce ne sont que des répétitions. Je vais tout seulement
transcrire ici celle du 14 mai 1774.

«Monsieur,

«Si par pure méchanceté j'avais eu le malheur d'offenser un aussi
honnête homme que vous, je ne me pardonnerais jamais moi-même. Vous
serait-il possible d'augmenter ma peine, je dirai toujours que ce n'est
point assez. Que dans une captivité de plus de trois cents mois de
durée, il est échappé de ma bouche ou de ma plume quelque parole qui ait
pu vous déplaire, daignez jeter les yeux sur mon misérable état... et
certainement un homme d'esprit comme vous n'aura pas de peine à
concevoir que, dans un aussi long martyre, on n'est pas toujours maître
de soi-même et par conséquent vous devez plutôt attribuer ces offenses à
la violence des maux dont je suis accablé qu'à la volonté de mon
cœur... C'est pourquoi je viens en esprit me jeter à vos pieds pour
renier mes fautes supposées, que dans l'excès de mes maux j'aurais pu
commettre à votre égard, car je ne m'en souviens pas, et en même temps
vous en demander pardon...

[Illustration: LE MARQUIS DE MARIGNY, FRÈRE DE LA MARQUISE DE POMPADOUR

(par Cochin) (Bibl. nat., estampes)]

«Monsieur, je n'en puis plus, je ne dors ni nuit, ni jour. Que si vous
n'avez pitié de moi dans l'ennui qui me presse, je vais perdre
certainement l'esprit. Eh, quel plaisir aurez-vous de me voir prendre
par les cheveux et traîner de force dans un cachot... Daignez donc
promptement m'envoyer ce bon avocat, ou M. de Lassaigne, notre médecin,
ou un de ses commis, ou M. Chevalier, major de la Bastille. Celui-ci est
un homme de bon sens. Je sais qu'il vous est fort attaché. De plus, il
est instruit de toutes mes affaires, et par conséquent vous pouvez vous
reposer sur lui comme sur vous-même.

«Monsieur de Sartine, imaginez-vous de me voir en votre présence, les
mains jointes et les larmes aux yeux, vous demander cette pitoyable
grâce. Miséricorde! miséricorde! miséricorde! Illustre père des
malheureux ne me désespérez point... Ne quittez donc pas cette lettre
d'entre vos mains, sans avoir ordonné de m'envoyer une de ces quatre
personnes, et un peu matin, afin qu'elle ait le temps d'écouter tout ce
que j'ai à lui dire pour vous en rendre compte à vous seul. Monsieur,
plus de vingt-cinq années de souffrances parlent pour moi à vos
entrailles paternelles et de miséricorde.

«J'ai l'honneur d'être, avec un très profond respect, monsieur.

«HENRI MASERS»

Dans le donjon de Vincennes, ce 14 mai 1774.

Par tous les démons de l'enfer, c'est M. de Rougemont, lieutenant de
roi, qui gouverne le donjon, et ses visites sont plus rares que les
éclipses du soleil. Quoique je le fasse prier fort souvent d'avoir la
bonté de venir me voir, je l'ai vu passer des quinze mois entiers sans
mettre le pied dans ma chambre. Excepté un seul porte-clés qui vient me
porter à manger, je ne vois uniquement que le chirurgien, une fois
toutes les semaines, quand il vient me raser. Ce fut par le moyen de
celui-ci que j'obtins une visite de M. de Lassaigne, notre médecin, le
15 février 1774. Il entra dans ma chambre à quatre heures et demie du
soir; accompagné du lieutenant de roi et du chirurgien. Après qu'ils
furent assis, je m'adressai au médecin, et lui dis les propres paroles
que voici:

«Monsieur, je vous ai demandé pour vous communiquer un cas très
extraordinaire, et je ne doute pas qu'en ouvrant la bouche vous ne me
preniez pour un homme qui a perdu l'esprit. Cependant, si vous voulez
vous donner la peine de m'écouter jusqu'à la fin, vous verrez assurément
que Dieu m'a fait la grâce de me conserver mon bon sens.» Il me dit:
«Vous n'avez qu'à parler, je vous écouterai.» Alors, je lui dis:
«Monsieur, je vous dirai que je suis détenu ici par un malheur horrible,
c'est-à-dire par un coup d'ensorcellement.» A ce mot le lieutenant de
roi prit la parole et me dit: «Monsieur, parlez de vos maladies.» Je lui
répondis: «C'est bien aussi d'une maladie que je parle à monsieur, qui
depuis neuf années m'empêche de dormir la nuit et le jour,» et comme
j'allais continuer mon discours, le lieutenant de roi me coupa encore
tout court, en me disant: Il est défendu à monsieur de prendre
connaissance de vos affaires.» Je lui répondis: «Monsieur, ce n'est
point de la cause de ma détention que je veux parler à M. le médecin,
mais d'un cas qui est véritablement du ressort de la médecine.--M. le
médecin ne vous doit écouter que quand vous lui parlerez de vos
maladies, et si vous lui parlez de toute autre chose, nous allons
sortir.--Mais, monsieur, doit-on laisser périr le monde, faute de les
écouter? Je ne veux parler à monsieur que des choses qui ne concernent
point du tout mes affaires.»

Alors le lieutenant de roi se leva, en disant au médecin: «Allons,
monsieur, allons-nous en.» Il obéit; moi, pour l'arrêter, je me jette à
genoux au-devant du médecin, en le conjurant au nom de Dieu de
m'écouter... Sans me donner le temps d'en dire davantage, le lieutenant
de roi passe entre le médecin et moi pour tenter de me l'arracher, en
lui disant: «Allons, sortons!» Moi, je repasse entre eux; en un mot, si
vous aviez vu le lieutenant de roi à me couper à tout instant la parole,
à passer entre M. de Lassaigne et moi, pour l'empêcher de m'écouter, et
moi entre lui et le médecin, que je tenais rencogné entre ma malle et la
porte pour l'empêcher de sortir, il est certain qu'il vous aurait été
impossible de pouvoir éviter de dire: «Mais ce n'est pas M. de
Rougemont, c'est un démon qui a pris sa figure, pour empêcher ce
prisonnier de découvrir ses ensorcellements à ce médecin.»

Enfin, le résultat de cette visite fut que ce médecin irait prier
fortement M. le lieutenant général de police de lui permettre à lui-même
de venir examiner mon mémoire, de m'envoyer l'avocat... J'oserai croire
enfin que ce même jour, ou au moins le lendemain, M. de Lassaigne fut
parler à M. de Sartine.

Le 3 juillet 1774, j'écrivis une longue lettre à M. de Sartine qui fit
effet, c'est-à-dire que neuf jours après, 12 dudit mois de juillet 1774,
M. de Sartine m'envoya cet avocat. Il entra dans ma chambre sur une
heure de l'après-midi.

En entrant il me dit les propres paroles que voici:

M. de Sartine me dit que vous lui avez demandé un avocat, et dans ma
personne il vous accorde la grâce que vous lui avez demandée. C'est un
très honnête homme toujours prêt à faire du bien. Ainsi, vous n'avez
qu'à me dire la cause de votre détention. Que si votre cas est d'une
nature à être pardonné, soyez certain que de mon côté je sonderai,
autant qu'il me sera possible, son humanité et les bonnes intentions
qu'il a de mettre fin à vos malheurs.»

Je lui répondis: «Je suis très obligé à M. de Sartine de la grâce qu'il
vient de me faire, en vous envoyant ici pour m'écouter. Mais je vous
dirai que je ne vous ai pas demandé directement pour examiner la cause
de ma détention, mais pour examiner une affaire qui est plus
qu'extraordinaire, et je ne doute pas qu'en ouvrant la bouche, vous ne
me preniez sur-le-champ pour un fou, et tout au moins pour un esprit
faible. Mais j'espère que vous aurez la bonté de m'écouter jusqu'à la
fin, et vous verrez assurément que je n'ai pas perdu l'esprit.

--Vous n'avez qu'à parler, me dit-il, j'ai ordre d'écouter jusqu'à la
fin, tout ce qu'il vous plaira de me dire.»

Alors je lui dis: «Monsieur, j'ai prié M. de Sartine de vous envoyer
ici, pour examiner en ma présence les deux mémoires que voilà, afin que
je puisse répondre à toutes les objections que vous pourrez me faire. Ce
mémoire-là contient les ensorcellements...

Sur-le-champ il me coupa tout court, en me disant: «Monsieur, je ne
crois point du tout aux ensorcellements. Dieu est maître, et le diable
n'a aucun pouvoir que de faire ce qu'il plaît à Dieu.»

Je ne perdis point courage et je lui dis: «Monsieur, il m'est impossible
de vous faire voir le corps du démon, mais je suis très certain, par le
contenu de ce mémoire, de vous convaincre que feu la marquise de
Pompadour était une magicienne, et que le marquis de Marigny, son frère,
est encore, aujourd'hui même, en commerce avec le démon.

--Hé bien, me dit-il, nous verrons cela tout à l'heure. Mais auparavant
examinons la cause de votre détention.»

A peine l'avocat eut-il lu les deux tiers de mon mémoire, qu'il s'arrêta
tout court, posa le cahier sur la table, et il me dit; comme s'il
s'était éveillé d'un profond sommeil: «N'est-ce pas que vous voudriez
sortir de prison? Je repris: «Cela n'est point douteux.»

--Et comptez-vous rester dans Paris ou retourner chez vous?

--Quand je serai libre, lui dis-je, je me propose de retourner chez moi.

--Mais avez-vous de quoi?»

A ce mot, je le pris par la main, et je lui dis: «Monsieur l'avocat, je
vous prie de ne pas vous fâcher des paroles que je vais vous dire, car
mon dessein n'est pas de vous fâcher, assurément.

--Parlez, me dit-il, dites tout ce qu'il vous plaira, je ne me fâcherai
point.

--Hé bien, c'est que je me suis aperçu très distinctement que le démon
s'est déjà emparé de vos sens.»

Il me parut surpris, et en reprenant ses esprits, il me dit: «J'ai saisi
tout cela en quatre paroles; mais je vous dirai que je ne comprends pas
comment le démon se peut emparer des sens des personnes, et leur faire
faire ce qu'il lui plaît.

--Monsieur, lui répondis-je, je me flatte de vous faire concevoir cela
très clairement.

--Hé bien, me dit-il, c'est bon; mais présentement je n'ai pas le temps
d'en dire davantage, car il est une heure et demie; je vais dîner, et
sur les trois heures et demie je serai de retour dans votre chambre, et
nous travaillerons trois ou quatre heures.»

Effectivement, il revint à l'heure qu'il m'avait promis. En entrant il
me dit: «Nous allons travailler jusqu'à cinq heures, car alors il faut
que je parte avec des dames qui m'attendent; voyons ce que nous avons à
faire d'ici à ce temps-là.» Je lui répondis: «Monsieur, je vous ai
préparé deux articles, c'est-à-dire le coup d'assassinat du roi par
Damiens, et la perte du bras de M. de la Vrillière. Mais en deux heures
vous n'aurez pas le temps de pouvoir examiner ces deux coups
d'ensorcellements, car celui du roi est fort étendu.»

Dans le même instant je lui remis une partie de mes Mémoires. Il la lut,
et dans tout cet examen, il ne me critiqua pas un seul mot.

Je lui fis voir ensuite mon projet militaire par lequel j'ai renforcé
nos armées de plus de vingt-cinq mille bons fusiliers. Après l'avoir lu,
il me dit: «Avec cette pièce et l'humanité de M. de Sartine, soyez
certain que je vous délivrerai; je vais lui demander l'ordre pour venir
coucher ici pour examiner ces deux Mémoires, et je reviendrai
incessamment; soyez-en très certain, je vous en donne ma parole... Je ne
vous promets pas de revenir demain; mais d'abord que je lui aurai
parlé,» et en me serrant la main, il me dit adieu. Il s'en fut, et
depuis le 12 juillet, je me dévore le corps et l'âme en l'attendant, et
je gagerais un de mes yeux qu'il ne reviendrait jamais, si je ne disais
rien... Vous direz sans doute que cette affaire ne presse point?
Effectivement il n'y a que vingt-six années que je suis ici, à périr
entre quatre murailles; cela n'est qu'une bagatelle; si d'Allègre n'est
point mort, vingt-cinq ans; le chevalier de la Rochegérault, vingt-deux
ans; le baron de Vénac, vingt ans; Pompignan de Mirabel, onze ans; le
comte de la Roche-Dumaine, dix ans; l'abbé Prieur, neuf ans; sans
compter les autres que je ne connais pas.

Cependant, dix jours s'étant écoulés sans voir revenir cet avocat, je
dis à mon porte-clés d'aller chez M. le lieutenant de roi pour le prier
de ma part d'avoir la bonté de venir me parler.

Mais je crois qu'il serait beaucoup plus facile par des prières de faire
venir le grand Mogol ou l'empereur de Chine dans le donjon de Vincennes,
que d'y faire venir dans une chambre M. de Rougemont, quand on a besoin
de lui.

Depuis le 22 juillet jusqu'au 10 août suivant, je ne manquai pas un seul
jour de le faire prier par mon porte-clés: «Si aujourd'hui (c'était le
10 août), vous ne me menez le lieutenant de roi ou le major, vous pouvez
être certain que je vais crier miséricorde de toutes mes forces, et que
le roi entendra mes cris de Versailles.» Il s'en fut faire son rapport,
et à une heure après-midi il m'amena le major: «Hé bien, lui dis-je,
monsieur, vous avez été témoin aux conférences que j'ai eues avec les
deux exempts et l'avocat, et vous avez vu assurément que je n'ai pas
fourni l'occasion à ces trois personnes de faire des rapports
désavantageux à M. de Sartine au sujet de ce que je leur ai fait
examiner en votre présence. Vous avez ouï leur promesse; je vous prie de
me dire la raison pourquoi ils ne sont point revenus.» Il me répondit:
«Je ne sais à quoi en attribuer la cause... M. de Rougemont est allé à
Paris chez de M. de Sartine: peut-être qu'à son retour il vous apportera
quelque bonne nouvelle; ainsi attendez jusqu'à demain. D'abord qu'il
sera revenu, j'irai lui parler.» J'attendis jusqu'au lendemain et sur
une heure de l'après-midi, je vis entrer les trois porte-clés dans ma
chambre, en me disant: «M. le commandant nous a ordonné de venir vous
dire que si vous vouliez aller dans le cachot, de vous y conduire.» Je
leur répondis: «Vous n'avez qu'à m'y mener,» et je les suivis sans faire
aucun bruit. Mais, en traversant la cour, le grand air me saisit, me
suffoqua, m'ôta la respiration, et je serais tombé par terre, s'ils ne
m'eussent soutenu par les bras, jusqu'à ce que je fusse dans le cachot
nº A, qui est le plus horrible caveau de cette prison. C'était le 11
août 1774.

Cependant quatre jours après, qui était le 15, jour de Notre-Dame, le
lieutenant de roi avec le major vinrent m'y voir au travers du guichet.
Je dis au premier la raison pourquoi j'y étais descendu volontairement.
Il me répondit: «Il faut absolument que l'avocat ait fait un mauvais
rapport à M. de Sartine.»

Sur-le-champ, en la présence du major, qui avait été témoin aux deux
conférences, je lui prouvai que les exempts et encore moins l'avocat
n'avaient pu faire ce mauvais rapport, et... je lui dis en présentant la
copie de mon mémoire: «...Je vous prie de le lire et vous verrez s'il a
été possible à cet avocat de faire un rapport désavantageux.

--Ce sont des matières, me répondit-il, qui sont au-dessus de ma portée.

J'eus beau le presser, il ne voulut pas le lire. Cependant, il fut
résolu que sur-le-champ il écrirait à M. de Sartine, pour le prier très
fortement de m'envoyer M. de Lassaigne, notre médecin, pour examiner en
ma présence les quatre articles que j'avais fait voir à l'avocat, et en
conséquence je promis de ne jamais plus parler du tout de cet
ensorcellement à M. de Sartine, ni à aucun d'eux, et que je serais
tranquille.

Or, après m'avoir promis d'écrire et de parler de vive voix au
lieutenant général de police, il sortit...

Le 18, je lui fis demander s'il n'avait pas encore reçu réponse du
magistrat [lieutenant de police], et que je le priais de lui écrire une
seconde fois: il me fit répondre qu'il n'avait encore reçu aucune
nouvelle. Le 19, je lui fis demander du papier pour écrire à M. de
Sartine; il me fit dire que les cachots étant des lieux de punition, on
n'accordait pas la permission d'écrire à ceux qui y étaient dedans.
Sur-le-champ, je dis à mon porte-clés. «Allez dire à M. de Rougemont que
je ne suis pas dans ce cachot pour avoir fait aucun mal, mais que j'y
suis descendu volontairement pour forcer la compassion de M. de Sartine
à faire vérifier un cas extraordinaire...» Voici la réponse que mon
porte-clés vint me faire de sa part le lendemain 20:

«M. le commandant m'a ordonné de venir vous dire qu'il ne voulait pas
vous accorder la permission d'écrire, ni venir vous voir, ni vous
envoyer le major...»

Cependant, pour comble de malheur, le 2 septembre, je perdis presque
toute la clarté de mon œil gauche, pendant quatorze jours. Je
m'aperçus de ce malheur dans le moment qu'on ouvrait le guichet pour me
donner à manger. Il est vrai que bien longtemps auparavant, j'avais déjà
perdu plus des trois quarts de ma chère vue, et je crus que j'allais la
perdre tout à fait. Je dis à mon porte-clés d'aller dire au chirurgien
de venir me voir. Il vint le 3, et, au travers du guichet, avec une
chandelle, il examina cet œil, et il me dit: «Il y a une petite
tumeur à la paupière supérieure avec un peu d'inflammation, mais cela
n'est rien.» Je lui dis: «Ce n'est point à la paupière, c'est dans le
globe; je n'y vois plus de cet œil-là.--Et comment pouvez-vous vous
en être aperçu? Ici on n'y voit goutte.» Je lui répliquai: «Mais je m'en
suis aperçu quand on me porta à manger.--Mais quel remède puis-je
apporter à cela?» Je lui dis: «Je ne suis pas plus savant que vous: vous
n'avez qu'à voir ce qu'il faut faire.» Il haussa les épaules sans me
dire mot. Sur quoi je lui dis: «Monsieur, dans le café il y a des sels
volatils qui dissolvent et fouettent les humeurs. Je vous serais bien
obligé de m'en donner un quarteron sans sucre, non pas pour le prendre
intérieurement, mais pour faire des fumigations...--Monsieur,
répliqua-t-il je ne vous l'accorderai pas sans la permission du
lieutenant de roi.»

Je dis alors à Fontélian: «Est-ce ainsi qu'on traite le monde? Dans le
temps où je perds un œil, pouvez-vous me refuser la misérable grâce
d'acheter avec mon argent un misérable quarteron de café, pour me faire
des fumigations? Jamais il n'a été fait mention d'une pareille cruauté;
c'est...» Il me coupa tout court en me disant: «Ce n'est pas en mon
pouvoir de vous l'accorder; il faut auparavant que je lui en demande la
permission...» Et il s'en fut. Deux heures après, mon porte-clés vint me
dire: «M. de Fontélian m'a chargé de vous dire que M. le lieutenant de
roi lui avait défendu de vous donner le café que vous lui avez demandé.»
Je lui répliquai: «Allez-vous en dire à M. de Rougemont que je ne
demande pas un quarteron de café pour délicatesse, mais pour un
remède....., que je le prie en grâce de me permettre de l'acheter avec
mon argent. Mon porte-clés y fut et, à son retour, il me dit: «Je lui ai
dit tout ce que vous m'avez commandé de lui dire, mais il ne m'a pas
répondu une seule parole.»

Or, voyez si dans les cachots de l'enfer, les diables traitent les
damnés avec autant de cruauté et de scélératesse qu'on traite ici les
innocents...

Il est certain que je serais devenu enragé, si mon porte-clés n'eût eu
pitié de moi. Je le priai de prendre un petit cornet de thé que j'avais
et d'en jeter deux ou trois bonnes pincées dans un petit pot d'eau
bouillante et de me le porter sur-le-champ. Je jetai le quart de cette
eau, et ensuite je mis le globe de mon œil sur la bouche de ce pot.
Cette fumée chaude le pénétra de telle sorte, qu'en cinq à six jours de
temps elle fit dissoudre l'humeur qui s'était épaissie au-devant de la
prunelle, et me rendit la clarté que j'avais perdue de cet œil.

Cependant je faisais prier tous les jours M. le lieutenant du roi de
venir me parler, ou de m'envoyer le major, ou du papier pour écrire à M.
de Sartine, ou de me faire remonter dans ma chambre. Vu que je ne
pouvais rien obtenir de lui, je déchirai ma chemise, et, sur un lambeau,
je lui écrivis, avec mon propre sang, la lettre la plus tendre et la
plus respectueuse qui me fût possible. M. de Rougemont m'a enlevé la
copie que j'avais gardée de cette lettre, ce dont je suis bien fâché,
car je l'aurais transcrite ici. Mais enfin, je mis ce petit morceau de
linge, écrit de mon sang, dans un petit sac, et je dis à mon porte-clés
de le porter au lieutenant de roi. Il me répondit que quand je lui
donnerais tout l'or du monde, il ne le lui porterait pas, et qu'il lui
avait fait des défenses horribles de recevoir aucun écrit de ma part.
«Eh bien, lui dis-je, puisque vous ne voulez pas le lui porter, un autre
lui portera.» Et je jetai ce petit sac hors du caveau le 18 septembre
1774. Le porte-clés fut faire son rapport, et le lieutenant de roi lui
ordonna de lui porter ce linge.

Tout le fruit que je retirai de cet écrit fut que jusqu'à ce jour on
m'avait donné un peu de lumière pour m'éclairer dans le temps que je
dînais et soupais, et qu'il défendit au porte-clés de m'en donner
davantage, de sorte que, dans la suite, ce bout de chandelle fut placé à
environ six pieds de distance du guichet hors du caveau.

Dans cette perplexité j'eus recours au chirurgien. Je priai mon
porte-clés de faire son possible pour me l'amener, et, le 22 de
septembre, il vint me voir au travers du guichet. Je lui exposai mon
état, et sur-le-champ, il me donna tort d'être descendu dans ce caveau,
et que si j'avais voulu croire ses bons conseils, je ne serais point
dans ce lieu affreux. Je lui répondis que cet état ne me faisait point
de peine, pourvu qu'il me fît voir le médecin... «Mais vous n'êtes pas
malade me dit-il, et le médecin ne peut rien faire pour vous.

--Je suis dans ce cachot affreux depuis quarante-trois jours, et c'est
beaucoup pire que la fièvre, et le médecin peut mettre fin à tous mes
malheurs, en examinant tant seulement quatre feuilles de papier que j'ai
là.

--Cela n'est point du ressort de la médecine.

--Mais, faites-vous attention à ce que vous dites? Car tous les faits de
cette nature passent à l'examen de la Faculté de médecine et des
docteurs de Sorbonne. Or, si notre médecin me donne tort sur les quatre
articles que j'ai fait voir à l'avocat, tout finit là.

--Je suis certain à l'avance qu'il vous donnera tort, car aujourd'hui
personne au monde ne croit plus aux ensorcellements.

--Mais si je suis un fou, on devrait au moins tenter ce remède pour
tâcher de me guérir, afin de n'avoir rien à se reprocher.

--Vous n'êtes point fou.

--Eh! monsieur, faites moi la grâce de me prendre pour un fou, car vous
voyez bien qu'en me laissant dans ce lieu affreux, avec cette idée noire
dans ma tête, sans m'accorder aucun secours, que c'est capable de me
faire devenir enragé.

--Quand le médecin viendra ici, je ferai mon possible pour vous le faire
voir. Mais pour lui mander de venir ici exprès pour vous, sans avoir la
fièvre, c'est ce qu'en conscience je ne ferai pas.»

Comme je sais que le roi donne à ce médecin deux mille quatre cents
livres par année pour avoir soin de la santé des prisonniers du donjon
de Vincennes et de ceux de la Bastille, et qu'il y a des années qu'il ne
fait pas seulement 15 visites, ce mot de «en conscience» me piqua. Je ne
pus plus me contraindre et je lui dis: «Vous êtes un méchant, un barbare
d'avoir la cruauté de me refuser une misérable visite d'un homme qui
est très bien payé pour la faire. Allez-vous en, et ne vous représentez
plus devant moi.» Et, sans se faire prier davantage, il s'en fut.

Mon porte-clés s'appelle Bellard, d'un caractère fort doux et fort poli.
Depuis plusieurs années qu'il me servait avant que j'eusse descendu dans
ce caveau, il ne m'avait jamais manqué de respect. Cependant le 4 du
mois d'octobre je lui dis: «Ma paille est toute pourrie: je vous prie
d'en demander trois ou quatre bottes.» Le surlendemain, à six heures
précises du soir, il entra dans mon caveau, accompagné de ses deux
camarades, La Visée et Piélian. Il en jeta trois bottes par terre, en me
disant d'un ton brutal: «Allons, vite, dépêchez-vous.

--Mais, lui répondis-je, vous me donnerez peut-être le temps de
l'accommoder.

--Si vous ne vous dépêchez, nous allons sortir tous trois avec la
chandelle.

--Si vous êtes si pressés, vous n'avez qu'à revenir demain ou un autre
jour que vous n'aurez rien à faire.

--Pas tant de raisons! Vous n'avez qu'à vous dépêcher, ou nous sortons.

--Eh! parbleu, voilà la porte ouverte, vous n'avez qu'à vous en
aller!...

--Cela suffit, me dit-il, et il s'en fut.»

Cependant il y avait soixante-quatorze jours que j'étais dans ce caveau
sans avoir reçu encore aucune nouvelle. Je déchirai encore un peu de ma
chemise, et avec mon propre sang j'écrivis le 22 octobre 1774, à M. de
Sartine, pour lui demander de m'envoyer le médecin ou un avocat, ou même
un de ses commis pour examiner mon Mémoire, en offrant de lui payer au
besoin pour sa peine «six francs pour le carrosse, et autant d'écus de
six livres qu'on mettrait d'heures à examiner les quatre articles en
question.»

L'original de cette lettre, écrit avec du sang sur un morceau de
chemise, est aujourd'hui conservé à la bibliothèque de l'Arsenal,
archives de la Bastille, nº 11693. En voici la transcription:

«A monseigneur de Sartine, conseiller
d'Etat, lieutenant général de police.

«Monseigneur,

«A la longue, la plus horrible de toutes les rages laisse des petits
intervalles de relâche à l'homme le plus violent pour pouvoir se
reconnaître, rentrer en lui-même ou mettre des bornes à sa punition ou
sa vengeance. Mais la rage qu'un magicien a inspirée dans le cœur
d'une personne contre une autre est bien d'une autre nature. La longueur
du temps qui efface, qui fait oublier tout, le repentir, les prières et
les larmes et sur [en outre] les bonnes raisons, bien loin de l'apaiser,
ne fait que la redoubler, et c'est très distinctement ce qu'on aperçoit
dans votre personne contre moi-même. Mais ce cas diabolique est facile à
prouver en mettant tant seulement sur une table la copie du mémoire que
je vous envoyai le 4 du mois d'août dernier, avec le morceau de linge
écrit de mon sang, faute de papier et d'encre, comme celui qu'on a dû
avoir remis le 28 de septembre dernier, au jugement de plusieurs
personnes sages; mais faute de leur secours, je vais entrer dans la
matière autant que ce morceau de linge me le peut permettre.

[Illustration: LETTRE DE LATUDE A SARTINE, LIEUTENANT DE POLICE, ÉCRITE
DU DONJON DE VINCENNES, LE 22 OCTOBRE 1774, AVEC SON SANG SUR UN MORCEAU
DE LINGE (1RE PARTIE)

(Bibl. de l'Arsenal, Archives de la Bastille, ms. 11693)]

«Le 18 du mois d'août dernier, M. le lieutenant de roi vint me voir dans
le cachot où je suis encore présentement et il me dit qu'il fallait
absolument que les deux exempts et l'avocat vous eussent fait un rapport
désavantageux. Sur-le-champ, je lui fis prouver le contraire par M. le
major, qui avait été présent à ces deux conférences. Sur quoi, il fut
résolu qu'il vous prierait de vive voix de m'envoyer M. de Lassaigne,
votre médecin, pour examiner les quatre articles que j'avais fait voir à
l'avocat, et je lui promis que s'il me prouvait mon erreur, que s'il me
donnait tort, je m'en tiendrais à son jugement et que je ne vous
parlerais plus à vous, monseigneur, de cet ensorcellement. Je ne doute
pas que M. de Rougemont ne se soit acquitté de sa promesse; cependant,
depuis soixante jours, je suis à pourrir dans le cachot noir sans voir
venir ici l'avocat, ni le médecin, et c'est ce qui fut cause que, le 15
du mois d'août, je me mis à crier «Miséricorde!» non pas dans le dessein
de vous déplaire, ni pour manquer contre les règles de la prison, mais
pour fournir une seconde occasion à M. le commandant de vous faire des
nouvelles instances. Mais au plus je fais des efforts, au plus je suis
accablé. Depuis le 25 août, je n'ai pas dit un seul mot, j'ai fait prier
plus de cent fois M. le lieutenant de roi d'avoir la bonté de venir me
parler ou de m'envoyer M. le major, ou de me permettre de vous écrire,
ou de me faire remonter dans ma chambre, mais c'est précisément comme si
je faisais prier un automate, une statue. Mais pourquoi ne
m'envoyez-vous pas au moins votre médecin? Que direz-vous, que je suis
un fou? Mais est-ce là le moyen de faire revenir le bon sens à un pauvre
malheureux que de le laisser pourrir dans un cachot noir sans lui
accorder la moindre de toutes les assistances? «Mais, direz-vous, c'est
lui-même qui s'y est fait mettre volontairement.» Cela est vrai; mais
avant que d'y descendre, je croyais que vous étiez un homme d'honneur et
de probité et qu'en me voyant dans ce lieu affreux, vous vous
dépêcheriez à me renvoyer plus vite l'avocat que vous ne l'envoyâtes ici
le 12 juillet. Cependant, contre la bonne idée que j'ai de votre bon
cœur, on me retient ici de force depuis le 20 du mois d'août. Je suis
un fou, mais la folie n'est pas une maladie incurable. En 1755, à la
Bastille, M. Berryer faisait dépouiller une femme de force et tenir dans
un bain pour lui rendre son bon sens. Si je suis un fou, à l'exemple de
cet illustre prédécesseur, daignez avoir pitié d'un pauvre malheureux
qui implore votre miséricorde, en m'envoyant promptement un avocat ou
votre médecin, que par un bon raisonnement il leur sera facile de
remettre mon esprit, supposé qu'il soit égaré dans son assiette. Daignez
faire attention que, dans ce refus, il y a plus que de la cruauté. Je
suis un fou? M'avez-vous ouï de vive voix? Ne me condamnez donc pas sans
m'avoir entendu.

«Mais enfin, voici le point capital qui est à discuter. Or, je vous
supplie en grâce d'avoir la bonté de m'envoyer M. de Lassaigne, votre
médecin, ou un officier de la maison sur qui vous pouvez vous reposer
comme en vous-même, ou, si vous voulez, un bon avocat, ou le plus
spirituel de vos hommes, pendant ce court espace de trois heures de
temps, pour examiner en ma présence les quatre articles que je fis voir
à l'avocat que vous m'envoyâtes le 12 de juillet, et s'il juge que je
suis dans l'erreur, que les quatre points sont faux, ridicules, je vous
proteste que je ne vous parlerai plus de cet ensorcellement, car je sais
que ce seul mot vous révolte par un effet de cet ensorcellement même, et
par ce moyen vous me rendrez à moi-même le repos que j'ai perdu depuis
neuf années; vous remettrez mon esprit dans son assiette, que l'avocat
avait égaré; car s'il ne m'avait pas flatté, en me donnant sa parole
d'honneur [en] présence de M. le major, qu'il reviendrait ici le même
moment qu'il vous aurait parlé; qu'il se faisait fort d'obtenir cette
permission en vous faisant connaître l'importance de mon mémoire, il est
bien certain que je ne serais point descendu de moi-même dans le cachot
noir où je suis depuis soixante-quatorze jours à pourrir.

«Or, voilà le point capital; voilà ma demande. Je vous prie de faire
voir s'il y a quelque chose contre les formalités de la justice, quelque
chose d'injuste. Mais si ma demande est juste, équitable, vu
l'importance de cette affaire qui concerne le roi et tout son royaume,
il est donc évident que, sans un ensorcellement horrible de la part du
marquis de Marigny, un magistrat juste et aussi sage que vous ne
s'obstinerait point, depuis plus de neuf années, sur cette affaire.

[Illustration: LETTRE DE LATUDE AU LIEUTENANT DE POLICE, ÉCRITE AVEC SON
SANG SUR UN MORCEAU DE LINGE (SUITE)]

«Monseigneur de Sartine, je vous prie de faire attention que, dans une
longue souffrance, un homme n'est pas toujours maître de lui-même, que
si malheureusement j'ai fait ou dit quelque chose qui ait pu vous
déplaire, je vous prie d'attribuer plutôt les fautes à l'excès des maux
dont je suis accablé qu'à la volonté de mon cœur. Néanmoins, je vous
en demande mille et mille fois pardon. Laissez-vous donc toucher par mon
repentir, il est digne de grâce. Imaginez-vous donc, Monseigneur, que je
suis en esprit à genoux, en votre présence, les mains jointes et les
larmes aux yeux. Je vous conjure donc par le précieux sang de
Notre-Seigneur Jésus-Christ d'avoir pitié de moi en m'envoyant
promptement votre médecin, ou un avocat, ou un de vos commis. Daignez
faire attention, Monseigneur, quand [sou]mettant le mémoire que je vous
envoyai le 4 d'août dernier, avec un morceau de linge écrit de mon
propre sang, faute de papier et d'encre, au jugement de plusieurs
personnes de haute science, qu'il est probable que, sans un
ensorcellement évident de la part du marquis de Marigny, que vous ne me
refuserez point cette pitoyable grâce, quand ce ne serait que pour vous
délivrer de ma grande importunité; mais il y a véritablement de
l'infernal dans ce refus, car on sait ce qu'un juge ne saurait refuser
au plus grand de tous les criminels. Mais je ne dors ni nuit ni jour, je
suis dévoré jusqu'au fond de l'âme; que si la pitié a du pouvoir sur les
cœurs vertueux, illustre père des malheureux, ayez compassion de moi,
je n'en puis plus. Miséricorde, Monseigneur de Sartine, miséricorde au
nom de Dieu! Ne quittez point cet écrit d'entre vos mains sans avoir
donné un ordre de m'envoyer M. de Lassaigne, votre médecin, ou un bon
avocat, ou enfin, dites à un de vos commis, à celui que vous croyez
avoir le plus d'esprit: «Un tel, demain à onze heures précises,
trouvez-vous dans le donjon de Vincennes pour examiner ce que le sieur
Henri Masers vous fera voir.» Que s'il le fait sur-le-champ, je paierai
sa peine, je lui donnerai six francs pour son carrosse et six livres par
heure qu'il restera à examiner ces quatre articles et je ferai venir un
dîner honnête de l'auberge, etc. Autrefois, du temps de MM. Berryer et
Berton, le donjon de Vincennes était un lieu de justice; on écoutait les
prisonniers, on leur donnait des consolations. Est-ce que vous,
Monseigneur de Sartine, avez-vous (sic) banni de cette prison l'équité,
la justice, la compassion, la pitié, la miséricorde? Me sera-t-il
impossible, par mes prières et mes larmes, par mon propre sang, que vous
voyez devant vos yeux, et surtout par mes bonnes raisons, d'obtenir la
moindre grâce de votre cœur, qu'autrefois il était plein de pitié et
de miséricorde? Pensez, Monseigneur, que vous serez mille fois plus
humain de me faire étrangler tout à l'heure que de me refuser de
m'envoyer ou votre médecin, ou l'avocat, ou un de vos commis. Je ne
souffrirai qu'un instant, au lieu que, par le refus, vous m'allez faire
avaler le fiel de la mort goutte à goutte, sans m'en faire sentir la
douceur, et c'est une vengeance indigne d'un homme tel que vous.

«J'ai l'honneur, etc., (_sic_).

«Danry, ou mieux Henry Masers, dans le cachot noir depuis 72 jours et 26
années de souffrance.

«Ce 22 octobre 1774.»

Le linge écrit avec mon sang, qui contenait ces paroles, sembla avoir
fait quelque impression sur l'esprit du lieutenant de roi, car il me fit
dire par mon porte-clefs que, si le chirurgien le jugeait à propos, il
me ferait voir le médecin. C'est ce qui me mit dans un grand embarras,
car, comme vous avez vu ci-dessus, le 22 de septembre, je m'étais
brouillé avec lui et lui avais défendu de jamais plus se présenter
devant moi, et quand j'ai fait tant que de dire une parole, la mort avec
ce qu'elle a de plus affreux n'est pas capable de m'en faire dédire.
Cependant; je me surmontai moi-même, et dis à mon porte-clés: «Vous
n'avez qu'à aller chez le chirurgien lui répéter les paroles que le
lieutenant de roi vous a ordonné de me dire, et que je le prie de venir
me parler.»

Il fut chez le chirurgien et me l'amena. Voici les propres paroles que
je lui dis et qu'il me répondit:

«Monsieur, autrefois je vous ai vu tout de feu, quand il s'agissait de
me rendre quelque service, et je ne sais pourquoi aujourd'hui vous
refusez de me tendre une main secourable?

--Moi, me dit-il, je ne vous refuse rien de tout ce qui est en mon
pouvoir. Je voudrais non seulement pouvoir vous faire sortir de ce lieu
affreux, mais même vous rendre votre liberté. Je vous proteste que
tout-à-l'heure je le ferai de bon cœur..., et je m'en vais faire
valoir vos raisons,» et il me quitta sur-le-champ.

Je ne puis douter qu'il fût trouver M. de Rougemont et lui parla de
telle sorte, qu'il obtint ce que je lui avais demandé, car en
conséquence, le lendemain 24 octobre, le lieutenant de roi me fit dire
par mon porte-clés qu'il se flattait d'obtenir de M. de Sartine la
permission de faire venir le médecin pour examiner ce que j'avais fait
voir à l'avocat, et qu'assurément cette consolation me serait accordée.
Cette promesse me remplit de joie. Mais hélas! ce ne fut que pour me
porter un plus terrible coup dans mon cœur, comme vous l'allez voir.

[Illustration: LETTRE DE LATUDE AU LIEUTENANT DE POLICE, ÉCRITE AVEC SON
SANG SUR UN MORCEAU DE LINGE (FIN)]

Quatre jours après, qui était le 28 dudit mois, jour de la Saint-Simon
et Saint-Jude, je vis entrer dans mon caveau le lieutenant du roi, le
médecin et le chirurgien... Après nous être salués, j'adressai la parole
à M. de Lassaigne, médecin, en lui disant: «Monsieur, vous voyez ici
dans ma personne le plus malheureux de tous les hommes. On me fait
passer pour un fou, et certainement je ne le suis pas. Car je vous dirai
que j'ai fait la découverte de la véritable cause qui fait tourner sans
cesse le globe de la terre. 2º La cause des montagnes, c'est-à-dire que
j'ai découvert la véritable raison pourquoi Dieu a formé tant de
montagnes sur la surface de la terre. 3º La véritable cause de la salure
de l'eau de la mer. 4º La véritable cause du flux et du reflux de
l'océan. Si vous en doutez, je m'en vais vous faire sur-le-champ la
démonstration de l'une de ces grandes découvertes. Vous n'avez qu'à
choisir.

--Il n'est pas question ici de parler de sciences, me répondit M. de
Lassaigne, venons au fait.

--Soit! Le 15 de février dernier, vous me vîntes voir dans ma chambre,
et vous me promîtes d'aller prier M. de Sartine de vous permettre de
revenir, ou de m'envoyer l'avocat qu'il m'avait promis.

--Eh bien, me dit-il, je le priai de vous envoyer un avocat, et il vous
l'envoya.

--Monsieur, ce fut dans le mois de février que vous le priâtes de
m'envoyer cet avocat, et le 11 de juillet suivant, il n'était pas encore
venu; c'est-à-dire que ce ne fut pas à votre prière, mais grâce à
plusieurs de mes lettres que je lui ai écrites depuis. Cependant il
suffit que vous l'ayez demandé pour que je vous en aie la même
obligation que si vous l'aviez obtenu vous-même par vos
représentations.» Et alors je sortis de ma poche le mémoire que j'ai
transcrit au commencement de cette section, en lui disant: «Monsieur,
voilà un mémoire qui doit décider de mon sort. C'est là où sont
contenues toutes les demandes et toutes les réponses au sujet des quatre
articles d'ensorcellement.»

A ce mot, le médecin me coupa tout court, en me disant: «Monsieur, je ne
crois pas du tout aux ensorcellements.

--Je vous crois, répliquai-je, mais... voilà, mot pour mot, la
conférence que j'ai eue avec l'avocat.»

Il me coupa encore tout court en me disant: «L'avocat a dit que vous
n'étiez pas en état de disputer, que vous étiez hors de vous-même.

--Cela est faux! Mais pour le coup, il n'y a plus à reculer. Voilà mon
mémoire... Ayez la bonté de le lire... et si vous me faites voir que je
suis dans l'erreur,... je vous promets de me tenir sans réplique à votre
jugement, et de ne plus parler du tout de ces ensorcellements.»

... Il me répondit: «Le ministre et le lieutenant général de police
m'ont défendu absolument de lire aucun écrit des prisonniers, mais je
vous promets, en sortant d'ici, d'aller leur en demander la permission.

--Voilà précisément ce que les exempts et l'avocat me promirent;
cependant ni les uns, ni l'autre ne sont revenus, et vous ferez de même.
Doit-on laisser périr un pauvre innocent faute de se donner la peine de
l'écouter? je vous supplie en grâce d'avoir la bonté d'examiner ce
mémoire.

--Je ne le puis, dit encore M. de Lassaigne, cela m'est défendu
absolument.»

Alors le lieutenant de roi se mit à parler, car jusqu'à ce moment, il
n'avait pas dit encore une seule parole: «Donnez-moi, dit-il, ce
mémoire, je le porterai moi-même à M. de Sartine... et je vous donne ma
parole d'honneur de vous le rendre dès qu'il aura été examiné.»

Le médecin m'en pressa aussi, mais je leur répondis à tous deux:
«Messieurs, n'est-ce pas précisément la même chose? Donnez-moi six
feuilles de papier pour en tirer une copie, et je vous livrerai
l'original pour toujours, et la difficulté que vous faites à une chose
si aisée à faire, prouve qu'un démon s'est emparé de vos sens, et qu'il
me veut enlever cette pièce qui est capable de découvrir ses mystères
diaboliques...»

Enfin, il est très certain que le médecin s'acquitta de sa promesse, et
on m'a dit qu'à peine eut-il proféré quatre paroles que le lieutenant
général de police lui tourna le dos, et voici la réponse que ce
magistrat me fit faire quatre jours après cette visite, le jour de la
Toussaint:

Mon porte-clés vint, et au travers du guichet il me dit: «M. le
lieutenant de roi m'a ordonné de venir vous dire que M. de Sartine lui
avait dit de vous faire savoir qu'il ne vous enverrait plus le médecin
que pour cause de maladie, et qu'il lui avait extrêmement défendu de
lire aucun de vos écrits, et qu'il vous conseillait très fort et très
fort de ne plus parler de cette affaire...»

Cent coups de poignard dans mon sein auraient été un coup de grâce en
comparaison d'une pareille réponse, car du moins je n'aurais souffert
qu'un seul instant.

Cependant, après avoir demandé mille fois inutilement le lieutenant de
roi, je le fis prier de m'envoyer au moins le chirurgien. Mais, comme
Fontélian a de l'esprit et un bon cœur, et qu'il n'aurait pas manqué
assurément de faire valoir mes bonnes raisons et de me tendre une main
secourable, voici sa réponse:

«Qu'il ne m'enverrait le chirurgien que quand je serais malade.»

Ce refus fut cause que j'eus recours encore à deux lambeaux de ma
chemise, et j'écrivis sur chacun d'eux, de mon propre sang, le 26
novembre 1774 à M. de Rougemont, pour le prier, après lui avoir exposé
mon misérable état, de faire tenir à M. de Sartine une lettre que je lui
écrivis le même jour.

Cette lettre était précédée de ces quelques mots en forme de prière:

«Bon Dieu, tu vois l'excès de mon martyre, après vingt-six années de
captivité. Ma misère est si extrême que je suis réduit, dans un cachot
noir, à écrire sur un morceau de linge avec mon propre sang. Daigne,
éternel Tout-Puissant, accompagner cet écrit entre les mains de M. de
Sartine, conseiller d'Etat, lieutenant général de police et lui toucher
son cœur!»

Je mis ces deux écrits dans un sac, et je dis à mon porte-clés de les
porter au lieutenant de roi: il me répondit qu'il s'en garderait bien,
qu'il n'avait pas envie de se faire fourrer au cachot; et moi, à mon
ordinaire, je le jetai [le paquet contenant les lettres] dehors en
présence de ses deux camarades. Sur-le-champ il en fut faire son
rapport, et il n'est point douteux que le lieutenant de roi lui dit
qu'il n'avait qu'à le laisser là, de sorte que, pendant plus de six
jours, je vis traîner ce paquet à leurs pieds, par terre. En un mot, je
ne sais quel fut le sort de ce paquet, mais au lieu de faire diminuer ma
peine, il ne fit que l'augmenter. Cependant je demandais à grande force
le lieutenant de roi, mais... j'avais beau le faire prier, au plus je
lui faisais donner de bonnes raisons, au plus son silence était grand.

Cependant, quand mon corps aurait été de fer, il est certain que, dans
un lieu pareil, où l'eau découle de toute part, il se serait rouillé, et
n'étant que de chair et d'os, comme celui de tous les autres hommes, et
qui plus est, étant déjà épuisé par vingt-six années de souffrances,
vous n'aurez pas de peine à croire assurément, qu'au bout de six mois
que je fus dans ce caveau horrible, où on ne m'avait donné uniquement
qu'une simple couverture, de laquelle j'avais fait une paillasse par des
raisons que je ne puis confier au papier, et par conséquent vous devez
voir que cette couverture ne pouvait me garantir ni du froid, ni de
l'humidité; que mon corps était accablé de rhumatismes; que je ne
pouvais plus me tenir debout. Il y avait cent quarante-six jours que je
n'avais pu passer ma culotte. Le manque d'air m'avait causé une
inflammation à mes parties, et il s'y était formé trois ulcères.

Cela fut cause que, le 3 de janvier 1775, jour de Sainte-Geneviève, je
dis à mon porte-clés d'instruire M. de Rougemont qu'il m'était venu du
mal, et que je le priais d'avoir la bonté de m'envoyer le chirurgien. Il
y fut, et à son retour il me dit: «J'ai représenté votre état à M. le
commandant; je lui ai répété mot pour mot tout ce que vous m'aviez
chargé de lui dire; il m'a regardé sans me répondre une seule parole.»

Le lendemain, quand les trois porte-clés vinrent à leur ordinaire et que
mon porte-clés fut sorti, car je n'osais parler devant lui, je dis aux
deux qui étaient restés pour me garder: «Vous avez entendu hier que je
fis dire à M. de Rougemont qu'il m'était venu du mal, et que je le
priais d'avoir la bonté de m'envoyer le chirurgien. Voyez, leur dis-je,
s'il serait possible de faire accroire dans le monde que, dans le
misérable état où je me trouve, on me refuse jusqu'à la visite du
chirurgien. Ne serait-il pas plus humain d'ôter tout à la fois la vie
d'un malheureux que de lui faire souffrir un si long et terrible
martyre?»

A ce dernier mot, mon porte-clés rentre dans le cachot avec mon pot à la
main, en disant:

«Eh! que ne se tue-t-il lui-même, ce f... homme!»

Accablé de tant de maux à la fois, sans espérance d'aucun secours
humain, ma vie me devint insupportable, et j'ose dire que je me serais
étranglé mille fois pour une, si une vie éternelle ne m'en avait
empêché.

Mais si Dieu nous défend le suicide,... il nous permet du moins, sans
nous en faire un crime, de demander la mort à nos persécuteurs. Je la
leur avais demandée par des expressions respectueuses. Vu que mes
prières ne pouvaient faire aucun effet, j'avais descendu de ma chambre
dans ce cachot noir une feuille de papier blanc. Avec cinq à six
morceaux de papier gris, et avec une plume de cuivre que j'avais faite
avec un liard, je composai un mémoire adressé à M. de Sartine,
conseiller d'Etat, lieutenant général de police, où j'écrivis toutes les
abominations imaginables qu'on peut écrire au plus injuste de tous les
juges, pour forcer sa rage à vous faire étrangler ou étouffer entre deux
matelas.

Je mis ce mémoire dans un petit sac de linge, et j'écrivis sur le dos de
ce sac: _Testament de mort_. Cependant, comme je m'étais déjà aperçu que
quand je jetais de semblables paquets hors de mon cachot, les porte-clés
les laissaient traîner par terre pendant plusieurs jours, pour prévenir
que celui-ci ne subît le même sort que les autres, le 22 de janvier de
cette année 1775, je le mis dans mon paquet de linge sale, bien certain
que mon porte-clés le trouverait, et c'est ce qui arriva effectivement.
Tout de suite il fut faire son rapport à M. de Rougemont qui lui ordonna
de le lui porter, et le lendemain, à une heure après midi, il m'envoya
les trois porte-clés, qui, en entrant dans mon caveau, me dirent: «Comme
vous avez mis sur l'écrit que nous trouvâmes hier dans votre linge:
_Testament de mort_, on ne veut pas que vous vous tuiez vous-même, et en
conséquence M. le lieutenant de roi nous a ordonné de venir vous
fouiller, et de prendre tout ce que vous avez ici dans le cachot, pour
être visité dehors, et vous ôter tout ce qui pourrait vous aider à vous
tuer. Mais dès le même moment qu'on vous aura ôté les choses nuisibles,
on vous rendra tous vos effets.» Et en conséquence La Visée saute sur
mon sac où j'avais mis une grande partie de mes papiers. Je l'arrête par
le bras, en lui disant: «Laissez-moi tirer mes papiers.» Il me répondit:
«Cela ne se peut. Nous avons ordre de sortir tout ce que vous avez ici
dans ce cachot; mais on va vous rendre tout, d'abord qu'il aura été
visité.»

Un autre porte-clés trouva un flageolet avec une flûte traversière, que
j'avais faits moi-même depuis longtemps. Quelquefois, j'en jouais dans
mes angoisses rongeantes, cela adoucissait ma peine. Ils me les prirent.
En un mot, ils ne me laissèrent dans ce cachot que la simple couverture
qu'on m'avait donnée le premier jour et dont j'avais fait ma paillasse.
Tout ce que j'avais descendu de ma chambre m'ayant été enlevé, jusqu'à
un petit morceau de planche sur lequel je posais mon pain, ils me
dirent: «Monsieur, il ne reste présentement qu'à fouiller les hardes que
vous avez sur votre corps.»

Comme je portais nuit et jour sur moi la copie du mémoire que j'avais
envoyé à M. de Sartine le 4 du mois d'août auparavant et que je conserve
comme la prunelle de mes yeux, je leur dis: «Messieurs, vous ne
trouverez sur moi qu'un mémoire que je garde dans mon sein.» Ils me
dirent: «Monsieur, il faut que vous nous remettiez cet écrit.» Je leur
répliquai: «Ce Mémoire doit décider de mon sort et je vous déclare que
vous ne sauriez venir à bout de me l'arracher d'entre mes mains, sans
auparavant m'avoir ôté la vie, et je vous conseille de ne pas me faire
de violence de votre chef. Mais allez chercher un officier et, en sa
présence, vous exécuterez ces ordres.»

Quand ils virent que j'étais résolu à mourir plutôt que de me laisser
enlever ce mémoire, ils ne me firent pas de violence, et quoiqu'ils
eussent ordre de me faire dépouiller tout nu, ils se contentèrent
pourtant de me fouiller les poches, de tâter ma culotte, mes bras et le
tour de mon corps. Enfin, avant que de sortir, je leur dis plus de vingt
fois de suite: «Je vous prie de dire au lieutenant de roi que, selon les
formes de la justice, je dois être présent quand il examinera mes
effets, et par conséquent que je le prie en grâce de ne pas faire cette
visite que je ne sois présent.» Tous me répondirent qu'ils n'y
manqueraient pas. Ils furent lui faire leur rapport et, assurément, ils
n'oublièrent pas de l'instruire de la résistance que je leur avais faite
de leur remettre les papiers que j'avais dans mon sein. Sur quoi, il
m'envoya mon porte-clés sur-le-champ me dire les propres paroles que
voici:

«Monsieur, le lieutenant de roi m'a ordonné de vous dire que si vous
vouliez me donner les papiers que vous avez ici pour les lui remettre,
il regarderait cela comme une preuve de la confiance que vous avez en
lui et qu'en peu de jours il vous ferait sortir de ce cachot.»

Je dis à mon porte-clés: «Vous n'avez qu'à dire à M. de Rougemont que je
n'ai rien de caché pour lui et que s'il veut se donner la peine de venir
ici, non seulement je lui laisserai examiner ce mémoire, mais même
qu'après en avoir pris une copie, je le lui donnerai.» Il me répondit:
«Il est malade.» Je repris: «En ce cas, vous n'avez qu'à lui dire de
m'envoyer le major et que je lui laisserai examiner ce mémoire pour lui
en rendre compte.»

Après avoir ouï ces paroles, il s'en fut et, une heure après, le major
vint, accompagné des trois porte-clés. Après nous être salués, il me
dit: «Où sont ces papiers que vous voulez me confier pour les remettre à
M. le commandant?» Je repris: «Monsieur, je vous ai demandé pour
examiner le mémoire que voici pour en rendre compte à M. de Rougemont.»
«Je n'ai pas assez d'esprit, me répondit-il, pour juger de ces sortes de
cas.--Il y a certaines choses, répliquai-je, qui sont si grossières,
qu'il suffit d'avoir le sens commun pour pouvoir en juger.--On me
couperait mille fois plutôt le cou, me dit-il, que de me faire, croire
aux ensorcellements. Est-ce que vous n'êtes pas encore guéri, depuis le
temps que vous êtes ici, dans ce cachot noir?...

--Croyez-nous, me dirent ensemble les trois porte-clés, remettez ces
papiers à M. le major. Cette soumission et surtout la confiance que vous
montrerez avoir envers M. le commandant vous fera bientôt sortir de ce
mauvais lieu.»

En les voyant crier et débattre tous les trois à mon entour comme trois
diables, je leur dis: «Mes amis, à votre empressement, à tous vos cris,
je reconnais très distinctement que des démons se sont emparés de vos
sens et qu'ils veulent m'arracher ce précieux écrit... Cependant, je
veux bien vous satisfaire tous à la fois. Donnez-moi du papier blanc,
j'en tirerai vite une copie, et sur-le-champ j'en donnerai l'original à
M. le major et... je regarderai le refus que vous m'allez faire de
m'accorder cette demande équitable comme une preuve de plus de cet
ensorcellement.»

En entendant ces paroles, tous les quatre sortirent du cachot.

Deux heures après, mon porte-clés vint m'apporter à souper; je lui
demandai quand est-ce qu'on visiterait mes effets et s'il s'était
souvenu de dire que je demandais à être présent et que j'avais besoin de
tels et tels effets. Il me répondit: «M. le commandant m'a défendu de
vous donner tant seulement une tête d'épingle et de ne vous donner une
chemise blanche que vous ne m'ayez rendu la sale; de plus, il m'a
ordonné de rester ici en votre présence, pendant le temps du dîner et du
souper, pour vous empêcher d'écrire dans le temps que vous mangez.

--Mais, lui dis-je, j'espère que vous me rendrez le sac que j'ai fait
avec une de mes chemises.

--C'est, me dit-il, ce que M. le commandant m'a bien défendu de faire.»

Me voilà donc dans ce lieu affreux à attendre la mort à tout instant,
car je n'entendais jamais les bruits des verrous que je ne crusse que
c'était pour venir m'étrangler ou m'étouffer, à cause des invectives
cruelles que j'avais écrites à M. de Sartine le 22 janvier.

[Illustration: PORTRAIT DE LA MARQUISE DE POMPADOUR

(par La Tour) (Musée du Louvre)]

Cependant, jusqu'au commencement de ce mois, quoique j'eusse perdu
totalement l'appétit depuis longtemps, je ne restais pas que de
manger de force pour ne pas succomber, mais le scorbut qui survint
m'empoisonna la bouche et je ne pus plus avaler. Mon porte-clés s'en
aperçut et il me dit: «Vous ne mangez plus? Etes-vous malade?» Je ne lui
répondis rien. «Ne croyez pas, me dit-il, avoir affaire à des gens sans
cœur! Vous ne sauriez croire combien mes deux camarades et moi nous
souffrons de vous voir depuis si longtemps dans ce lieu affreux, et tous
les efforts que nous avons faits auprès de M. le commandant pour vous en
tirer. Il ne faut pourtant pas vous désespérer; il faut prendre de la
nourriture.» Je lui répliquai: «Je ne saurais; il m'est survenu une
puanteur horrible dans la bouche, avec du mal à toutes les gencives. Je
ne puis plus avaler.

--Oh! me dit-il, c'est sans doute le scorbut, et c'est un bon prétexte
pour pouvoir obtenir une visite du chirurgien, et si je pouvais vous
l'amener, avec son secours nous pourrions bien vous arracher du
cachot... Laissez-moi, me dit-il, arranger cette affaire, j'en viendrai
à bout.»

Effectivement, six à sept jours après, il m'amena le chirurgien... Quand
Fontélian eut examiné ma bouche et mes autres infirmités, il me dit:
«Cela me suffit, je n'ai pas besoin que vous me disiez un seul mot.
Laissez-moi faire, je m'en vais travailler pour vous de toutes mes
forces.» Fontélian a de l'esprit, et il est sans doute que, par un bon
rapport, il force le lieutenant de roi à faire de grandes instances au
lieutenant général de police. Enfin, le 19 de ce mois de mars 1775, M.
de Rougemont entra dans mon cachot, accompagné du major et des trois
porte-clés, et il me dit les propres paroles que voici:

«J'ai obtenu qu'on vous fît sortir du cachot et qu'on vous remît dans
votre chambre, mais à cette condition que vous me remettrez vos
papiers... tant ceux que vous avez ici que tous ceux que vous avez dans
votre malle qui est en haut dans votre chambre.»

Je lui répliquai: «Que je vous remette tous mes papiers? Sachez,
monsieur, que j'aimerais mieux mille fois crever dans ce cachot que de
faire une pareille lâcheté.

--Votre malle est là-haut dans votre chambre, me dit le major, et il ne
dépend que de moi d'en faire sauter les cachets que vous y avez mis et
de les prendre tout à l'heure!

--Monsieur, répondis-je, il y a des formalités de justice auxquelles
vous devez vous conformer, et il ne vous est point permis de faire de
pareilles violences.

--Vous voulez donc périr ici? Vous en êtes le maître.»

Il sort cinq à six pas hors du cachot et, vu que je ne le rappelais
point, il rentre en me disant: «Remettez-les-moi tant seulement pour dix
jours pour les examiner, et je vous donne ma parole d'honneur qu'au bout
de ce temps-là je vous les ferai rapporter tous dans votre chambre, et
je vais dans l'instant vous faire sortir du cachot!»

Je lui répliquai: «Je ne vous les livrerai pas tant seulement pour deux
heures!

--Eh bien, me dit-il, puisque vous ne voulez point me les confier, vous
n'avez qu'à rester ici», et il fit encore semblant de sortir du cachot.
Mais vu que je tenais toujours ferme, après avoir fait quelques pas, il
rentra, et il me dit en soupirant:

«Je voudrais pourtant bien vous tirer de ce mauvais lieu. Faisons autre
chose. Puisque vous voulez absolument garder vos papiers dans votre
chambre, j'y consens. Mais ce sera à la condition que nous les
cachetterons dans votre malle avec votre cachet et le mien.»

En entendant ces paroles, je montai sur mes quatre chevaux blancs et je
lui répliquai: «A ce trait, je vois qu'un démon vous tient, vu que, ne
pouvant venir à bout de m'arracher mes papiers d'entre mes mains par vos
menaces, il fait maintenant des efforts pour m'empêcher de m'en
servir... C'est pourquoi je ne veux point que mes papiers soient
cachetés.

--Je voudrais bien vous rendre service, dit M. de Rougemont. Tenez,
permettez-moi tant seulement de prendre une liste de tous vos ouvrages,
en votre présence, et je vais vous faire sortir tout à l'heure du cachot
et remonter dans votre chambre. Vous ne me refuserez point cela?

--Oh! pour le coup, passe! Je vous permettrai non seulement d'en tirer
une liste, mais même de prendre une copie de tous mes écrits, si cela
vous fait plaisir.

--Cela suffit, me dit-il, mais j'ai une autre chose à vous dire. Je vous
ai fait ôter une flûte traversière avec un flageolet que vous aviez
descendus dans ce cachot. Je vous les rendrai, mais ce ne sera qu'à la
condition que vous n'en jouerez point la nuit et rien que le jour.»

A cet article, je ne pus éviter de le tourner en ridicule, en lui
disant: «Mais y pensez-vous, monsieur? Il suffit que ça me soit défendu
pour m'en donner envie, car j'en joue fort rarement, et je prétends en
jouer toutes les fois qu'il m'en prendra fantaisie.

--Mais, je ne vous les rendrai point.

--Eh bien, monsieur, vous n'avez qu'à les garder et j'en ferai
d'autres!»

Effectivement, il ne me les rendit point; mais cela lui coûta une
assiette d'étain, car dès le même moment que je fus remonté dans ma
chambre, j'en fendis une et j'en fis d'autres.

Enfin, avant que de me faire sortir du cachot, il me dit encore: «J'ai à
vous avertir que si vous faires le moindre bruit, si on entend la
moindre chose de vous, sur-le-champ vous serez descendu dans un cachot
et mis aux fers et que vous serez oublié là pour jamais.»

Après m'avoir averti de me tenir sur mes gardes contre cette correction
fraternelle, nous sortîmes du cachot et nous montâmes dans ma chambre,
et là, je lui fis passer en revue tous mes papiers et lui-même écrivit
la liste de tous les différents ouvrages que j'ai dans ma malle. Cela
fait, nous nous mîmes un peu à parler d'affaires; je commençai à lui
demander du papier pour écrire au lieutenant général de police. Il me
répondit: «On veut voir auparavant de la manière que vous vous
comporterez.» Je lui répondis: «Est-ce ainsi que l'on traite les gens de
mon âge? C'est affreux de parler à des personnes de cinquante et de
soixante ans et plus, comme si on parlait à des jeunes étourdis de
quinze à vingt ans.

--Ne vous fâchez pas, me dit-il, vous aurez bientôt cette permission...»

Ensuite, je lui demandai pourquoi le médecin n'était point revenu comme
il me l'avait promis. Il me dit: «Le médecin ne doit venir vous voir que
quand vous serez malade, et il a ordre de sortir sur-le-champ si vous
lui dites un seul mot de vos affaires.

--Hé! pouvez-vous croire, monsieur, que, sans ensorcellement, le
lieutenant général de police lui aurait donné un pareil ordre, et
surtout qu'il lui aurait refusé de venir examiner les quatre articles
que je fis voir à l'avocat?

--Je ne crois point aux ensorcellements, répondit le major.

--Je vous crois; mais si vous voyiez tous les faits qui sont contenus
dans mes écrits, je suis certain que vous changeriez de sentiment.

--Non, je n'en changerai jamais.

--N'importe!... Ne me refusez pas du moins d'examiner en ma présence le
petit mémoire qui concerne l'avocat.

--Eh bien, me dit M. de Rougemont, je viendrai l'examiner dans le
courant de ce mois... je vous en donne ma parole.»

C'était le 19 mars qu'il me fit cette promesse, en présence du major et
de mon porte-clés. Le 28 dudit mois, il me fit dire par ce dernier qu'il
viendrait après-demain, qui était le 31. Cependant il ne vint que le 2
du mois suivant, qui était un dimanche, après huit heures. Sur-le-champ,
je lui remis ce mémoire, mais à peine en eut-il lu la moitié, que
l'horloge sonna neuf heures. Sur-le-champ il se leva en me disant:

«Voilà neuf heures qui sonnent. Vous ne voudriez pas que j'interrompe
l'ordre du donjon? Il faut que je me trouve à la messe.

--Eh bien, lui dis-je, vous n'avez qu'à l'aller entendre et, après la
messe, vous reviendrez pour finir de l'examiner.

--Oh! me dit-il, je ne puis aujourd'hui. Voyez, j'en ai lu plus de la
moitié; je reviendrai dimanche prochain pour achever d'examiner le
reste.»

Je lui répliquai:

«Comment, monsieur, vous me remettez encore à dimanche? Est-ce ainsi
qu'on doit traîner une affaire de cette importance?

--Je ne puis revenir plus tôt, répondit M. de Rougemont... Vous pouvez
être certain que ça n'ira pas plus loin que dimanche. Je reviendrai sans
faute. Comptez là-dessus.»

Et, au lieu de me dire adieu, il me dit: «Ah çà! vous savez bien que
nous sommes convenus que j'examinerai ce mémoire, mais que je ne vous
dirai point ce que j'en pense», et sans me donner le temps d'ouvrir la
bouche, il tourna le dos et s'enfuit.

Le 9 avril, qui était le dimanche des Rameaux, et le jour que M. de
Rougemont m'avait promis de revenir pour achever d'examiner mon
mémoire... en sortant de la messe, il me fit dire ces paroles par mon
porte-clés:

«Vous n'avez qu'à dire au numéro X qu'aujourd'hui l'office a été fort
long, mais que j'irai le voir bientôt.» Quatre jours après, qui était le
jeudi, il dit encore à mon porte-clés: «Vous direz au numéro X que j'ai
mal à un pied, et que je ne puis l'aller voir aujourd'hui; j'irai
dimanche.»

Cependant le dimanche suivant, qui était le 16, au lieu de venir, mon
porte-clés vint me dire: «M. le commandant m'a très expressément défendu
de sortir un seul mot d'écrit de votre chambre. En conséquence, il m'a
ordonné, avant de sortir votre linge sale, de le bien examiner pièce par
pièce en votre présence, et de vous rendre les écrits que j'y trouverais
dedans.»

Ainsi, tout le fruit que j'ai tiré de la visite de l'avocat, ç'a été
d'être pendant huit mois dans un caveau véritablement infernal, car je
défie d'en trouver un seul sur le globe de la terre aussi exécrable que
celui-là; car il n'y a ni meurtrière, ni fenêtre, ni soupirail. Il y a
quatre portes, les unes sur les autres. La première est composée de
madriers qui ont plus d'un demi-pied d'épaisseur, et doublée de plaques
de fer avec plusieurs verrous aussi gros que mes jambes. Imaginez-vous
que quand cette porte est fermée, il serait impossible à dix hommes avec
des haches de pouvoir l'abattre; et quand ces quatre portes sont
fermées, à midi il est impossible de pouvoir distinguer une pièce de
drap blanc d'avec celle d'un drap noir; et comme il n'y a point de
soupirail, le patient ne reçoit d'air que celui qui peut passer entre
les interstices des engrenures de ces quatre portes et la muraille.

Alors le manque d'air fait gonfler les entrailles du malheureux qui est
dedans, de telle sorte qu'on dirait qu'elles veulent faire déchirer la
peau du ventre pour en sortir, et c'est ce qui cause des nausées et des
vents qui semblent qu'ils vont vous étouffer à tout instant. Alors un
pauvre malheureux ne peut ni rester couché sur la paille, ni se tenir
debout; il est forcé de se tenir, les trois quarts de la journée, la
tête et le dos appuyés à la muraille, pour faciliter à sortir les vents
qui l'étouffent. Vous le voyez haleter comme un chien qui vient de faire
une grande course. J'en ai fait l'expérience moi-même, et je puis dire
que le manque d'air est le plus abominable de tous les supplices, car un
homme ne peut ni vivre, ni mourir: il souffre un martyre au-dessus de
toute expression. Que si Dieu me faisait la grâce de sortir d'ici et de
pouvoir m'approcher du roi,--en sa présence on ne met qu'un genou à
terre, mais je les mettrais tous les deux pour supplier la miséricorde
de Sa Majesté d'envoyer un de ces médecins visiter ces deux exécrables
cachots; mais il y a un mal qu'il ne saurait connaître et le voici:
c'est que, quand il n'y a personne dans ces cachots, on en laisse les
portes ouvertes, et, en dix à douze jours, l'air les desséchant de même
que les portes, et alors il y entre un peu plus d'air par les
engrenures, et en voyant qu'il y a assez de place pour contenir un
homme, il ne manquerait point de rapporter que ces cachots sont
supportables. Mais pour lui faire connaître en plein qu'ils ne le sont
pas, il faudrait lui faire faire cette visite, immédiatement quand ils
sont occupés, où l'humidité est dans son plus haut degré, où l'urine et
même la simple haleine du prisonnier en a corrompu l'air, et l'enfermer
vingt-quatre heures dans chacun. Par ce moyen, il est certain qu'il
ferait un rapport au roi tel que ces lieux l'exigent.

On remarquera que les cachots et les chambres même n'étaient point ainsi
autrefois. Les personnes qui ont la direction de cette prison, d'un lieu
supportable en ont fait l'exécration de la malédiction. Elles ont fait
bâter tous les soupiraux des cachots, et maçonner la moitié des fenêtres
d'une grande quantité des chambres; en outre mettre des trémilles au
devant de ces fenêtres, puis entre les grilles de fer et les trémilles
des treillages de fil d'archal, où un cure-dent ne saurait passer entre
les mailles, ce sont de véritables toiles de fer; de plus, fait fermer
toutes les cheminées pour y mettre des poêles, et doubler et tripler les
portes des chambres et des cachots, pour empêcher d'entendre les cris de
l'innocence!

Pour le coup, me voilà encore revenu dans ma chambre numéro X, privé de
la vue du ciel et de la terre, et de tout secours humain. Je ne vois que
le porte-clés qui me porte à manger, et le chirurgien quand il vient me
raser une fois toutes les semaines. Celui-ci ne manque pas d'esprit, et
il a même un bon cœur; mais le lieutenant de roi qui me garde avec
autant de soin et de vigilance que le dragon qui gardait la Toison d'or,
lui a tant fait de défenses qu'il n'ose plus lever sa langue pour
répondre. Cependant, comme il ne saurait me faire cette petite opération
auparavant que je lui aie donné ma serviette, pris une prise de tabac et
défait mon col, je profite de cet instant pour lui dire quelques
paroles. En conséquence, le 3 de juin 1775, je lui dis:

«Monsieur, sans vous flatter, je vous dirai que j'ai reconnu que vous
avez un esprit au-dessus du commun. Or, pouvez-vous croire que, sans
quelque chose de surnaturel, M. de Sartine aurait refusé à notre médecin
la permission de venir lui-même examiner les quatre articles que j'ai
fait voir à l'avocat?

--C'est qu'aujourd'hui personne au monde ne croit plus aux
ensorcellements, me répondit mon barbier. D'ailleurs, le médecin vous
donnerait tort très certainement; mais vous êtes trop entêté, vous ne le
croiriez pas.

--Non, assurément je ne le croirais pas, s'il me donnait tort...»

Ici, il me coupa tout court pour me dire:

«Eh bien, vous voyez bien que cette visite vous serait inutile; vous le
dites vous-même.

--Mais, repris-je, vous ne me donnez point le temps d'achever mon
discours. Oui, je vous dis que je ne croirais point le médecin s'il me
donnait tort; mais, après m'avoir condamné, quand même je resterais
encore ici trente années, il est réel qu'on ne m'entendrait jamais plus
parler de cette affaire... Il est évident que si un démon ne vous tenait
en syncope toutes les fois que je vous parle, vous ne me tourneriez pas
en ridicule comme vous le faites, sans avoir examiné les faits...

--Moi! un démon me tient en syncope présentement que je vous parle, moi?

--Oui, oui, vous-même: un démon vous tient présentement en syncope, car
vous ne savez ce que vous dites.»

En haussant les épaules, il se mit à rire, et il s'en fut.

Quant à mon porte-clés, je ne puis non plus tirer aucun secours de lui,
car d'abord que j'ouvre la bouche pour lui faire remarquer des traits
qui prouvent cet ensorcellement, il ne me répond que par convulsion, et,
en levant le coude, il me dit que c'est fort ennuyeux d'entendre parler
toujours de la même chose, et il sort de ma chambre aussi vite qu'un
éclair.

A son retour, quand quelquefois je lui dis:

«Vous me traitez d'ennuyeux? Mais de quoi voulez-vous que je vous parle,
si ce n'est de ce qui me point?

--Eh! répond-il, faites-vous sorcier vous-même. Alors vous en saurez
autant qu'eux, et vous pourrez leur faire autant de mal qu'il vous en
font.»

Voyez si on peut faire de pareilles réponses, car quand même il serait
aussi facile à un homme de se faire magicien comme cordonnier ou
tailleur, peut-on conseiller à une personne de se donner à tous les
diables pour se venger?

Que faire donc avec ces possédés du démon qui ne demandent qu'un
prétexte pour me faire périr avec quelque apparence de justice? Mon
malheur est si grand que je ne puis avoir recours qu'à eux seuls, et
cependant je ne puis ni les voir, ni leur parler, ni leur écrire, et je
ne puis plus faire la moindre de toutes les instances pour faire
examiner mon mémoire, sans m'exposer à être mis dans un caveau et aux
fers, et à être là oublié pour jamais.

[Illustration]



X

CHANGEMENT DE RÈGNE: LATUDE EST TRANSFÉRÉ A CHARENTON


Le 26 de juillet 1775, mon porte-clés vint me dire: «Monsieur,
suivez-moi.» Je lui répondis: «Où m'allez-vous mener?--Dans la salle du
conseil», me dit-il.

Je crus que c'était la visite du lieutenant général de police, et en
conséquence je pris plusieurs papiers qui m'étaient nécessaires. Mais au
lieu de trouver M. de Sartine, je fus fort surpris de trouver un autre
lieutenant général de police, qu'on m'a dit qui se nommait M. d'Albert.
Je le saluai, et en même temps je le priai d'avoir la bonté de me rendre
la justice qui m'était due. Il me demanda la cause de ma détention: je
la lui donnai par écrit et, après l'avoir lue, il me dit: «S'il n'y a
que ça absolument, je vous rendrai la justice qui vous est due, mais
auparavant il faut que je voie s'il n'y a pas autre chose sur votre
compte.» Je repris:

«Monsieur, si je vous en imposais, je ne vous tromperais pas vous, mais
je me tromperais moi-même: je vous prie de vous décider.

--Il faut, me dit-il, que je parle au ministre, mais vous pouvez être
certain que je ne vous oublierai point.»

Comme j'allais remonter dans ma chambre, ne voilà-t-il pas Rougemont qui
se mit à dire au lieutenant général de police: «Monsieur, ce prisonnier
croit être ensorcelé. Il y a un temps infini qu'il demande le médecin
pour examiner un mémoire qui concerne cet ensorcellement.» Alors je lui
dis: «Je vous supplie en grâce d'avoir la bonté d'examiner tant
seulement un des quatre articles que je fis voir à un avocat que M. de
Sartine m'envoya l'année dernière.»

Il prit ce mémoire entre ses mains, et à peine eut-il lu le tiers de cet
article, qu'il jeta le mémoire sur la table, en me disant: «C'est trop
long, je vous enverrai le médecin pour l'examiner.» Je repris: «Mais,
monsieur, il n'est pas long; je vous supplie en grâce d'avoir la bonté
d'achever de le lire.» Il le reprit, mais quand il fut à l'endroit le
plus pressant, il le laissa encore tomber de ses mains sur la table, en
me disant: «Je n'ai pas le temps de l'examiner.» Je lui répliquai:
«Monsieur, il n'y a pas deux pages à lire. Devez-vous laisser périr un
homme, faute de vous donner la peine de l'écouter? Je vous supplie en
grâce d'achever de lire cet article.» Il le reprit pour la troisième
fois; mais à peine en eut-il lu encore quinze lignes, qu'il le jeta sur
la table en me disant: «Je vous enverrai le médecin pour l'examiner», et
en même temps il ordonna au lieutenant de roi de le faire venir. Je
remontai dans ma chambre fort fâché contre M. de Rougemont d'avoir fort
mal à propos parlé de cette affaire à ce nouveau lieutenant général de
police, qui me semblait disposé à me rendre ma liberté, et par
conséquent il n'était point nécessaire qu'il lui allât parler de cet
ensorcellement, qui ne pouvait pas manquer de me faire passer pour un
esprit faible, faute de faire examiner comme il faut cette affaire.

Cependant, six à sept jours après la visite de M. d'Albert, arriva dans
ma chambre le lieutenant de roi, avec M. de Lassaigne, médecin ordinaire
du roi, et M. Fontélian, chirurgien. Sur-le-champ je présentai au
médecin le petit mémoire en question, où sont contenus les quatre
articles que j'avais fait voir à l'avocat. Il me dit d'en faire la
lecture moi-même, et je commençai à lire l'article qui concerne le duc
de la Vrillière. A peine en eus-je lu la moité, qu'il me dit:

«Il n'est pas nécessaire que vous en lisiez davantage: cet article est
faux dans toute son étendue; il n'y a pas un mot de vrai. Ce ne fut pas
un garde-chasse du roi qui chargea son fusil, mais un de ses laquais
qu'il avait pris depuis fort peu de temps à son service. C'était un
homme qui sortait de mener la charrue, et ce butor mit trois charges de
poudre dans un canon.

Moi-même, j'ai été un des médecins qui ont assisté le duc de la
Vrillière dans sa maladie, et par conséquent vous pouvez juger que je
dois être instruit mieux que personne de toutes ces circonstances.

--Monsieur, lui répondis-je, je suis ici en prison, et c'est sur ce
qu'on me dit que je fais mes réflexions. Que si le fait avait été tel
qu'on me l'a exposé, il est sans doute que vous avoueriez que c'est par
un coup d'ensorcellement que ce ministre a été estropié.

--Les ensorcellements, dit le médecin, sont des erreurs populaires.
Aujourd'hui personne au monde n'y croit plus, et je vous conseille très
fort de vous ôter toutes ces mauvaises idées de votre esprit...»

Puis il me demanda de passer à un autre article. Sur-le-champ je pris la
section XXIV, mais à peine lui en eus-je lu cinq pages sur trente-six
qu'elle contient, que le médecin m'arrêta tout court, en me disant:
«Monsieur, n'en lisez pas davantage, cela suffit.

--Mais je ne vous en ai pas lu la sixième partie...

--N'importe; j'en ai entendu assez pour pouvoir juger du reste; je suis
pressé, j'ai des affaires.

--Mais le lieutenant général vous a envoyé ici pour examiner ce Mémoire,
et pouvez-vous me condamner sans avoir écouté toutes mes raisons jusqu'à
la fin?»

--Monsieur, tous les ensorcellements sont des erreurs populaires
auxquelles je ne croirai jamais.»

En un mot, j'eus beau lui donner des bonnes raisons et le prendre de
toutes sortes de côtés, il me fut impossible de lui faire entendre la
lecture au-delà de la cinquième page de la section XXIV; il s'en fut, et
je me trouvai plus reculé que je ne l'étais auparavant, parce qu'il ne
manqua pas de faire un rapport à M. d'Albert, qui n'était point à mon
avantage.

Cependant, au bout de vingt-sept années de captivité, après avoir été
privé pendant dix années entières de feu et de lumière, plus de quatre
mois au pain et à l'eau, après avoir été pendant soixante-dix-sept mois
dans des cachots et des caveaux horribles, dont quarante mois sans
relâche les fers aux pieds et aux mains, couché sur de la paille sans
couverture, où j'avais souffert un million de martyres par le froid et
la géhenne des fers, le 29 du mois d'août 1775, sur les dix heures du
matin, je vis entrer dix à douze personnes dans ma chambre, et M. de
Rougemont lieutenant de roi, me dit: «Voilà M. de Malesherbes qui a
remplacé M. le duc de la Vrillière dans sa place de ministre.» Je le
saluai profondément en lui disant: «Monseigneur, vous voyez dans ma
personne le plus malheureux de tous les hommes. Voilà vingt-sept années
que l'on fait pourrir mon corps entre quatre murailles. Au nom de Dieu,
daignez me rendre la justice qui m'est due.» Il me demanda la cause de
ma détention. Sur-le-champ je la lui donnai par écrit, et, après l'avoir
lue, il me dit: «Avez-vous du bien, de quoi vivre?» Je lui répondis:
«Monseigneur, après une captivité de vingt-sept années, je ne saurais
plus être malheureux, pourvu que je trouve de l'herbe et des racines!

--Mais avez-vous quelques talents?

--Monseigneur, j'en ai assez pour garder un troupeau, et j'aime mieux
garder des moutons que d'être ici.

--Je vous crois, me dit-il; mais que prétendez-vous en sortant d'ici?
Avez-vous des parents riches, des amis?

--Monseigneur, ne soyez point en peine de moi. Rendez-moi ma liberté; je
trouverai de tout.

--Mais enfin, avez-vous du bien, des parents riches, des amis?

--Avant que d'être mis en prison, j'avais du bien pour vivre
honnêtement, des parents riches et des amis. Mais quand même j'aurais
perdu tout, ne soyez point en peine de moi. Je vous prie de me rendre
promptement ma chère liberté.

--Cela est juste, me dit-il, et je vous proteste qu'en peu de jours je
vous rendrai la justice qui vous est due.»

Et, après m'avoir donné plusieurs marques de sa compassion en haussant
les épaules, et en disant: «Ah! ah! vingt-sept ans, vingt-sept ans,
vingt sept ans!... Je vous rendrai la justice qui vous est due»; il
sortit avec sa suite, en me disant: «Je ne vous oublierai point.»

Douze jours après cette visite, 10 de septembre 1775, ce ministre
m'envoya M. de Rougemont, lieutenant de roi. Il me fit venir dans la
salle de Conseil pour prendre par écrit les noms de mes protecteurs et
amis, l'état de mon bien et de mes espérances. Cet officier m'assura
encore qu'au premier jour ma liberté m'allait être rendue, et qu'il
n'était venu me faire ces demandes, que pour prendre des arrangements,
afin qu'il ne me manquât de rien, quand je serai sorti de prison.

Huit jours après, qui était le 18 dudit mois il reçut un second ordre
pour me demander le mémoire des hardes dont j'avais besoin pour ma
sortie.

Précisément onze jours après m'avoir fait demander le mémoire des hardes
pour ma sortie, c'est-à-dire le 27 de septembre, à onze heures et demie
du matin, le major entra dans ma chambre avec les trois porte-clés, en
me disant: «Monsieur, je ne saurais vous exprimer le plaisir que j'ai de
venir vous annoncer votre liberté. Elle est arrivée, dépêchez-vous. Il y
a là-bas à la porte des gens du ministre qui vous attendent pour vous
mener chez lui, qui veut vous voir en sortant de table: Dans un pareil
moment où la plus forte tête est sujette à manquer, pourtant je ne
perdis pas la mienne. Je pris mon mémoire avec tous mes autres papiers.
Je les mis dans un grand sac que j'emportai avec moi sous mon bras.
Etant descendu dans la cour, j'y trouvai un carrosse avec deux messieurs
qui m'attendaient à la portière, et qui me dirent fort poliment:
«Monsieur le ministre souhaite vous parler en sortant de table;
donnez-vous la peine de monter dans ce carrosse, et nous allons vous
conduire chez lui.»

Mais, au lieu de me conduire chez M. de Malesherbes, devinez où l'on me
conduisit, devinez-le? Je frémis, mais malgré la honte, il faut pourtant
que je vous le dise: dans la maison de force de la charité de Charenton,
où on ne met que des fous et des imbéciles, et dans l'une des plus
mauvaises chambres de la maison, où jamais le soleil n'est entré, à
double porte, à double grille de fer à la fenêtre, avec un treillage de
fil d'archal, sans vue et sans cheminée. Pendant vingt-sept années,
j'avais toujours été à la pension de quatorze cent soixante livres par
an, uniquement pour ma table[16]. En outre, le roi me donnait toutes les
années plus de cinq cents livres pour mes autres besoins, c'est-à-dire
pour les habillements, le linge, le thé, le sucre, l'huile,
l'eau-de-vie, le tabac, etc., et ici, dans la maison de force de
Charenton, je suis à la plus petite de toutes les pensions, qui est de
six cents livres, sur quoi les religieux sont tenus de me blanchir, de
me fournir un lit, des draps, et toutes les autres choses qui sont
indispensablement nécessaires, et payer le domestique qui me sert, de
sorte qu'à bien compter tout, je n'ai pas seulement dix sols par repas,
moi qui avais 4 livres par jour pour ma nourriture, et jugez ce que les
religieux peuvent me donner, pour dix misérables sous pour un dîner et
un souper, dans un temps où tout est si cher, de sorte que, pour ne pas
succomber à une misère si extrême, à l'insu des religieux, je me suis
réduit à vendre tous mes effets les uns après les autres, pour acheter
de temps en temps un peu de viande, du fruit, du sucre, du vin[17]... Me
voilà, dis-je, dans une chambre humide, accablé d'infirmités, où l'on
m'étouffe, au bout de vingt-sept années de martyre, moi qui ai rendu
trois services à l'Etat, qui, depuis plus de quinze années, me devraient
rapporter beaucoup plus de vingt mille livres de rente!

Cependant l'équité, le bon cœur, le désintéressement de M. de
Malesherbes sont connus de toute la France.

En arrivant dans la maison de force de Charenton, le lendemain je fus
mis dans le corridor des gens sages, dans la chambre numéro X. On m'y
enferma à tour de clé. Néanmoins, à ma prière, les pères de la Charité
eurent l'humanité de me laisser le guichet ouvert. Parmi une centaine de
fous et d'imbéciles, il se trouva y avoir alors huit à dix personnes
sages. Sur-le-champ tous ceux-ci vinrent me saluer et me faire mille
questions différentes. A mon tour, je leur demandai des nouvelles; mais
quel fut mon étonnement, quand ils me dirent qu'il y avait dix-sept mois
que Louis XV était mort; qu'il y avait plus d'un an que M. de Sartine
avait été fait ministre de la Marine, que M. Le Noir, qui avait été
lieutenant criminel, l'avait remplacé; que, huit mois après, celui-ci
avait été remercié, et M. d'Albert fait lieutenant général de police à
sa place? En apprenant ces grands événements, je tombai de plus haut que
des nues.

Pourquoi donc, à la mort de Louis XV, ou enfin au sacre de Louis XVI,
selon les lois et les coutumes du royaume, n'a-t-on point révoqué toutes
les lettres de cachet du règne précédent? Pourquoi n'a-t-on pas fait
ouvrir les portes de toutes les prisons royales?

Dieu nous donne un nouveau roi, qu'on voit avoir réellement un bon
cœur et des entrailles paternelles, avec un désir extrême de rendre
tous ses peuples heureux... Cependant dans le temps que nous prions le
ciel de le combler de toutes ses bénédictions, et que nous faisons des
prières pour sa conservation... comment peut-on voir sans horreur encore
aujourd'hui même pourrir dans les fers le malheureux chevalier de la
Rochegérault depuis vingt-trois années, d'Allègre depuis vingt-sept, et
moi Henri de Masers, ingénieur géographe, depuis vingt-huit ans, pour
avoir eu le malheur de déplaire à une méchante femme qui est morte
depuis près de douze années? Ce sont des cruautés abominables.

L'infortuné D'Allègre, que je croyais être dans le donjon de Vincennes,
aujourd'hui 28 septembre 1775, je viens d'apprendre qu'il y a plusieurs
années que sa cervelle a peté, c'est-à-dire qu'il a perdu totalement
l'esprit; que, de la Bastille il fut conduit ici dans la maison de force
de Charenton, et mis aux catacombes avec les enragés, où il est encore
présentement.

Le surlendemain de mon arrivée, comme il n'y avait que moi seul qui
fusse enfermé à clé dans sa chambre, plusieurs prisonniers vinrent me
tenir compagnie au travers de mon guichet, et m'instruire de tout ce qui
s'était passé dans le monde, et pour soulager ma peine, ils furent
chercher plusieurs fous qui jouaient des instruments. Mais à peine le
concert fut-il commencé, qu'un prisonnier vint, en courant de toutes ses
forces, et en fendant la presse pour me dire: «Réjouissez-vous, voilà M.
de Rougemont, lieutenant de roi de Vincennes, qui vient d'entrer ici. Il
est sans doute qu'il vient vous apporter votre délivrance!» Mais bien
loin de me réjouir, au seul nom de Rougemont je faillis me trouver mal.
Effectivement, ce ne fut pas sans raison, car, moins d'un quart d'heure
après qu'il fut arrivé, le garçon qui me servait vint chasser devant mon
guichet tous ces musiciens, et le ferma avec la double porte...

Cependant le 2 octobre, on me donna du papier et instruit que le
Parlement devait venir incessamment faire la visite de cette Maison de
force, je dressai un placet où j'avais mis la cause de ma détention, où
je faisais mention des trois services que j'avais rendus à l'Etat, et en
même temps je le priais de me rendre la justice qui m'était due. Le 6
dudit mois d'octobre, cette visite arriva. Elle était composée d'un
président à mortier, qui était M. de Lamoignon, neveu de M. de
Malesherbes, d'un conseiller, du substitut du procureur général et d'un
greffier. Je leur demandai justice, et je voulus parlementer avec eux,
mais ils me dirent qu'ils n'avaient pas le temps de m'entendre, que je
leur devais donner mes affaires par écrit, qu'ils les examineraient, et
qu'ils me rendraient justice.

En conséquence, je remis mon placet avec une copie de mon projet des
Abondances, du projet militaire, de celui pour pensionner les pauvres
veuves des officiers et des soldats qui avaient perdu leurs maris à la
défense du royaume, et une lettre pour M. de Malesherbes, ministre,
entre les propres mains du président. Il me promit qu'incessamment il me
renverrait mes papiers avec une réponse, et cependant voilà plus de onze
mois de passés, et cette réponse, ni mes papiers ne me sont pas arrivés
encore.

Néanmoins, malgré toutes ces promesses, je ne laissai pas moins que
d'écrire au ministre, M. de Malesherbes, une lettre que je terminai
ainsi:

«Miséricorde, monseigneur, miséricorde! Ayez pitié de moi. Les lois du
royaume, les trois services que j'ai rendus à l'Etat, et vingt-sept
années de martyre, terme qui fait frémir, parlent pour moi à vos
entrailles paternelles et de miséricorde.

[Illustration: J.-CH.-PIERRE LE NOIR, LIEUTENANT GÉNÉRAL DE POLICE

(Peint par Greuze, gravé par Chevillet) (Bibl. nat. estampes)]

«J'ai l'honneur d'être, avec un très profond respect, monseigneur,

«Votre très humble et très obéissant serviteur.

«HENRI MASERS.»

«Prisonnier depuis le 1er mai 1749. Quinze ans à la Bastille. Douze
ans au donjon de Vincennes, et présentement dans la maison de force de
la Charité de Charenton. Ce 12 octobre 1775.»

J'écrivis encore successivement à M. de Malesherbes et à M. d'Albert, le
19 novembre et le 17 décembre 1775, le 18 février, le 8 mars, et le 16
mars 1776.

A la suite de cinq nouvelles suppliques, qui restèrent d'ailleurs sans
réponse, j'envoyai au ministre et au lieutenant de police un placet que
je lui priai de transmettre au roi.

Il serait trop long de transcrire ici toutes les lettres que je leur ai
écrites. On n'aura pas de peine à croire que M. d'Albert, lieutenant
général de police, les a toutes étouffées, sans en excepter mon placet
au roi. Pourtant il n'aurait point été assez hardi assurément pour faire
une pareille action à un roi d'Angleterre, de Danemark, de Suède, de
Sardaigne, et surtout à un roi de Prusse, tel que celui d'aujourd'hui.
Mais la trop grande bonté de nos rois est l'unique cause qu'on fait
périr une quantité infinie de ses sujets à petit feu entre quatre
murailles.

Enfin, la visite de M. Le Noir, désirée depuis si longtemps, arriva le
27 d'octobre [1775]. La première audience me fut accordée à moi, dans la
grande salle. En me présentant à lui, voici le discours que je lui tins:

«Monseigneur, si la pitié a du pouvoir sur les cœurs vertueux, je ne
dois point douter que vous n'ayez compassion du plus malheureux de tous
les hommes... Au nom de Dieu, daignez me rendre justice.»

Il reprit en haussant les épaules: «Vingt-huit années, vingt-huit
années! Ah! mon Dieu, que c'est long, vingt-huit années! Mais
instruisez-moi de ce que vous avez fait.»

Alors, je tirai de ma poche la copie de mon placet au roi, et je la lui
remis entre les mains. Il se mit à lire la cause de ma détention, et à
la fin il me dit: «Vous n'étiez donc pas l'ennemi de Mme de
Pompadour?» Je lui répondis: «Non, monseigneur, bien loin de lui
souhaiter du mal, je m'intéressai pour sa conservation». En soupirant il
dit: «Ah! vingt-huit années!» Puis il se tourna vers les religieux et
leur dit: «Mais, ce prisonnier est-il sage?»

Sur-le-champ tous les Pères de la Charité lui dirent tous à la fois:
«Monseigneur, c'est un homme très raisonnable, très sage. Depuis qu'il
est ici il n'a pas donné un seul sujet de plainte.» Alors il se tourna
vers moi en me disant: «Monsieur, vous pouvez être certain que la
première fois que j'irai parler au ministre, je lui demanderai la
révocation de votre lettre de cachet. Mais avez-vous de quoi vivre?» Je
lui répondis: «Monseigneur, autrefois j'avais un bien honnête. Que si ma
mère a cru que je n'étais pas mort, avec l'espérance que je sortirais un
jour de prison, il est certain qu'elle aura pris des arrangements, pour
que je trouve le bien qu'elle avait avant de mourir.» Alors le Père
Prudence, directeur de la Charité, dit au lieutenant général de police:
«Monseigneur, sa mère vit encore, il trouvera de quoi...» M. Le Noir
répliqua: «Eh bien, vous pouvez être certain que la première fois que je
verrai le ministre, je lui demanderai la révocation de sa lettre de
cachet... je vous en donne ma parole.»

Cependant je vous dirai que j'avais une grande confiance en l'équité de
M. de Malesherbes, d'autant plus certainement que, d'après ce que tout
le monde m'assurait qu'il ne m'avait fait transférer ici que dans la
croyance que je serais moins mal et moins serré que dans les secrets du
roi, en attendant qu'il eût pris des arrangements pour nous assurer une
subsistance honnête.

On dit, du reste, qu'il n'a jamais proposé de faire du bien et de
réprimer le mal, sans que sur-le-champ il n'ait été contredit, et que,
quant aux lettres de cachet, qui sont la plus grande malédiction dont
l'enfer puisse accabler un peuple, malgré toutes les bonnes précautions
qu'il avait prises pour empêcher qu'on ne fît périr un nombre infini de
sujets injustement, comme on ne laissait pas moins l'an dernier comme
auparavant, pour éviter d'être complice de tout ce mal, il avait été
porter, le 14 mai 1776, les démissions de toutes ses charges au roi.

Depuis que j'ai mis le pied dans cette maison, je me suis conduit de
telle manière que j'ose me vanter de m'être attiré l'amitié de tout le
monde, particulièrement la compassion de tous les religieux... et il est
réel que je passe dans l'esprit de tous pour un homme raisonnable.
Cependant, si aujourd'hui je venais à dire au prieur ou au directeur...
etc., que la marquise de Pompadour était une magicienne, que le marquis
de Marigny est encore aujourd'hui même en commerce avec les démons qui
m'ont ensorcelé, et que je suis détenu par l'opération de ces démons,
comme on ne met actuellement dans cette prison que des fous ou des
imbéciles. Car actuellement il y a ici Saint-Arnoult qui dit être le
Père Eternel, le malheureux d'Allègre, avec qui j'ai échappé de la
Bastille la nuit du 25 au 26 février 1756; j'ai été le voir aux
catacombes; il me dit qu'il ne me connaissait point et qu'il était Dieu;
Saint-Philippe dit de même qu'il est Dieu, et Saint-Fabien dit qu'il est
le Saint-Esprit, Fasse se dit empereur d'Allemagne, Justin empereur de
la Chine, Agapit empereur de Russie, Nantes empereur des Turcs (un bain
à la glace qu'on donna à ce dernier a été cause qu'il a renoncé à cet
empire), Rochefort, Soissons, tous les deux se disent roi de France; de
Rennes, un parfumeur, dit qu'il devrait être roi et qu'il est contrôleur
général des finances; le Portugais dit qu'il est ensorcelé et se fait
donner des bénédictions par le Père Prudence pour chasser un diable
qu'il a dans son corps; Saint-Denis croit être pape, en un mot chacun a
sa manie et une croyance particulière. Ainsi, dis-je, si aujourd'hui je
venais à dire, moi, à un des Pères de la Charité, que je suis ensorcelé,
sur-le-champ ils se diraient entre eux: «Eh! parbleu, ce n'est pas sans
raison qu'on a mis Masers ici: il est fou...» et il est évident que tous
m'abandonneraient et ne diraient jamais plus une seule parole en ma
faveur....

Or, voyez s'il est possible de voir un ensorcellement mieux caractérisé
et mieux suivi de toutes sortes de côtés.

De tous les malheurs, il ne pouvait m'en arriver un plus grand que celui
que M. de Malesherbes quittât le ministère. Dès ce moment, je vis toutes
mes affaires renversées... Cependant les religieux de la Charité me
dirent que M. Amelot, qui l'avait remplacé, était un très honnête homme.
Mais écrire à ce ministre, comme toutes les lettres d'ici passent à la
police, c'était écrire véritablement au feu de M. d'Albert, car je
m'étais bien aperçu qu'il n'avait pas laissé passer une seule de mes
lettres à M. de Malesherbes, et encore moins celle que j'avais écrite au
roi.

J'essayai pourtant de sonder ses dispositions en lui demandant des
hardes dont j'avais un extrême besoin, mais il eut la bonté de me les
refuser. Imaginez-vous quelle devait être ma situation. Je crus pourtant
qu'elle allait devenir pire, quand un mois après on vint m'apprendre que
M. d'Albert avait été remercié, et M. Le Noir, intime ami de mon ennemi
M. de Sartine, remis en sa place. A vous dire vrai, je me crus perdu.
Néanmoins, tout le monde me dit tant de bien, et me fit tant de louanges
du bon cœur et de l'humanité de M. Le Noir que je me hasardai à lui
écrire quatre lettres, les 5 et 10 juillet, 2 et 16 août 1776. A la
lettre du 10 juillet j'ajoutai, ce post-scriptum:

«Mémoire des hardes dont le sieur de Masers, prisonnier à Charenton, a
besoin:

«Un chapeau, une perruque, un habit vert et culotte d'un drap honnête.
Je vous prie de m'en laisser choisir la couleur, parce que ça ne coûte
rien de plus.

«Une redingote, deux gilets de bazin de Flandre rayé, six chemises
garnies et qui soient d'une toile honnête.

«Deux cravates de mousseline, six coiffes de bonnet, deux paires de bas
à côtes, une de coton et l'autre de laine, deux paires de chaussettes de
coton, qui ne soient pas à l'étrier; deux bonnets de coton, six
mouchoirs d'indienne à fond bleu qui soient grands, parce que je prends
beaucoup de tabac, une veste et une culotte noire d'été de serge de
Roanne, une paire de souliers et des jarretières d'acier, une paire de
lunettes et son étui, un livre de prières où il y ait les offices, et
une tabatière doublée de carton. Monseigneur, je vous prie de ne pas
insulter à ma misère par des hardes grossières, et de ne pas me faire
languir, et je vous serai bien obligé»

_Signé_: «MASERS»

Selon l'ordre établi dans la maison de force de la Charité de Charenton,
cette année-ci 1776, M. Duchaine, commissaire, y est venu exprès pour
visiter les prisonniers, et, après y avoir resté plusieurs heures avec
les religieux, il s'en est retourné à Paris, sans avoir vu, ni parlé à
un seul. Or, vu son dessein, il est probable que M. Duchaine, étant
arrivé ici en parfaite santé, sans un ou plusieurs démons du magicien
marquis de Marigny, qui s'emparèrent des sens de ce commissaire ou des
religieux, il aurait rempli les devoirs de sa charge.

Au commencement de ce mois de septembre, le Père prieur me dit: «Nous
attendons à tout instant la visite de M. le lieutenant général de
police; préparez un discours court et bon!» Je n'avais pas besoin qu'il
me le recommandât, car dès longtemps auparavant mon discours était
préparé.

Mais, quelle fut ma surprise, le 18 dudit mois de septembre, quand, à
deux heures après-midi, au lieu de me voir annoncer la visite du
lieutenant général de police, on vint me dire que celle du Parlement
allait arriver dans un moment.

Environ une heure et demie après nous avoir annoncé cette visite, M.
Pignon, président à mortier, entra dans ma chambre, accompagné de trois
autres membres du Parlement, et me dit: «Avez-vous quelque plainte à
nous faire?

--Monseigneur, je crois que personne n'a un si grand sujet de se
plaindre que moi, de me voir en prison depuis le terrible espace de
vingt-huit années, pour avoir eu le malheur d'avoir déplu à une femme
morte depuis plus de douze ans. Cependant, sans avoir eu le malheur de
commettre un crime réel, pour mettre peut-être fin aux maux dont on
m'accable, je suis forcé de réclamer la prescription accordée par les
lois, qui est arrivée depuis plus de sept années, et... je vous prie en
vertu de cette loi de m'accorder mon élargissement.

--Nous ne pouvons pas, me répondit M. Pignon, présentement vous rendre
votre liberté, mais vous n'avez qu'à donner vos affaires par écrit et,
après les avoir examinées, nous vous rendrons la justice qui vous est
due.

Comment puis-je vous donner mes affaires par écrit? Il n'y a pas encore
deux heures seulement qu'on m'a annoncé votre visite, qui pour
l'ordinaire est toujours précédée de celle de M. le lieutenant général
de police. Vous allez trouver tout le monde en défaut. Car ceci n'est
pas une visite, mais une surprise, parce qu'en moins d'une heure et
demie de temps on ne saurait réfléchir et dresser des plaintes.

--Il est vrai que nous aurions dû vous faire plus tôt avertir.

--Mais, monseigneur, vous pouvez lire», et en même temps je lui
présentai la cause de ma détention.

--Présentement nous n'avons pas le temps d'examiner cela; il faut que
nous visitions tous les prisonniers qui sont ici.

--Mais, monseigneur lui répondis-je, devez-vous me laisser périr, faute
d'examiner mon affaire?»

Le Père prieur de la Charité, en voyant l'embarras du président, car il
ne savait quoi répondre, rompit le silence, en me disant à moi:
«Monsieur, vous n'avez qu'à écrire votre affaire et vos plaintes, et
quand vous l'aurez fait, je vous donne ma parole d'honneur que
j'enverrai le tout à M. le président que voilà.»

J'adressai de nouveau la parole à M. Pignon, et lui dis en ces termes:

«Monseigneur, comme j'attendais la visite de M. le lieutenant général de
police avant la vôtre, j'avais préparé le paquet que voilà pour le lui
remettre... et quoique le tout soit dressé pour le ministre et M. Le
Noir, il peut également servir pour vous éclairer vous-même.

--Vous pouvez sans aucune crainte me confier ces papiers; je les
examinerai avec beaucoup d'attention, et je vous promets de vous rendre
justice. Quant à vos papiers, soyez certain que je vous les renverrai.

--Monseigneur, l'année dernière j'en remis de semblables à M. de
Lamoignon, quand il fit sa visite ici le 6 octobre: il me promit, de
même que vous, de me rendre justice, et de me renvoyer mes papiers;
cependant il n'a fait ni l'un ni l'autre.

--Je vous promets qu'il ne sera pas de même de moi; je vous renverrai
tous vos papiers, et je ferai tout mon possible pour vous rendre
justice.»

Sur toutes ces assurances, je lui remis sur-le-champ mes papiers, en
présence des trois autres membres du Parlement... Après que ce président
m'eût donné sa parole, en présence de plus de dix personnes, qu'il me
rendrait justice, qu'il me renverrait mes papiers, qu'il me ferait
réponse, ils sortirent de ma chambre, et cependant M. le président
Pignon, malgré toutes ses protestations, a fait précisément comme M. de
Lamoignon, c'est-à-dire que non seulement il ne m'a point rendu justice,
mais même qu'il a gardé tous mes papiers, sans me faire aucune réponse.

Il est vrai que tous les prisonniers m'avaient averti que dans cette
maison de force, le Parlement ne rendait jamais justice à personne;
qu'il ne faisait ici une visite toutes les années, que pour se maintenir
en apparence dans l'ancien privilège qu'il avait autrefois de rendre
justice à tout le monde, et qu'il ne faisait sa visite que pour la
forme, ce qui n'est que trop véritable.

Je suis donc resté dans les fers.

Tous les chefs de la maison en furent indignés. Tous me promirent de
réunir leurs soins et leurs efforts pour me rendre à la liberté. Le
lieutenant de police devait venir peu de temps après faire aussi la
visite de ces prisons: ils me firent comparaître devant lui; nous étions
alors en octobre 1776; tous se réunirent pour attester ma bonne conduite
et ma rare docilité depuis que j'étais soumis à leur direction. M. Le
Noir, forcé de répondre à leurs instances, promit de me faire rendre au
premier jour ma liberté.

Alors, le Père Prudence, directeur, qui était derrière moi, me tira par
le bras pour me faire sortir, par la crainte qu'il avait que par quelque
parole indiscrète je ne gâtasse le bien qui avait été résolu.

En tirant ma révérence au lieutenant général de police, je lui demandai
s'il voulait garder la lettre que je lui avais donnée à lire, où il y
avait la cause de ma détention. Il me répondit: «Il faut que je la garde
pour la faire voir au ministre. Allez-vous en, et ne soyez plus en
peine.»

Précisément un mois après, M. Le Noir écrivit au Prieur, et voici la
réponse que je lui fis:

«Monseigneur,

«Il est sans doute que vous avez daigné jeter des yeux de compassion et
de miséricorde sur moi, puisqu'aujourd'hui 27 novembre, le révérend père
Prieur de la Charité de Charenton m'a fait monter dans sa chambre, pour
me communiquer une de vos lettres, par laquelle j'ai vu que vous
souhaitiez savoir ce que je prétendais faire en sortant de prison, si
j'avais de quoi vivre, et l'endroit où je dois me retirer. Monseigneur,
je viens vous satisfaire.

«Il y a trente ans, j'avais un bien honnête, qui fournissait à vivre à
ma mère et à moi. Si ma mère est encore en vie, je dois être certain de
trouver de quoi subsister, et si avant que de mourir elle a cru que je
n'étais pas mort en prison, et que j'en sortirais un jour, il est
certain qu'elle aura arrangé ses affaires, de manière que je trouverai
le bien qu'elle à laissé en mourant. Mais encore, quand même je n'aurais
rien du tout, monseigneur, que votre bon cœur ne soit pas en peine de
moi...

«Toute la grâce que je vous demande, c'est de me rendre promptement ma
chère liberté pour aller passer le reste de mes jours à Montagnac, lieu
de ma naissance, et en sortant de Charenton de venir embrasser vos
genoux, car dès aujourd'hui je vous regarde comme mon véritable père,
puisque vous daignez me redonner une seconde fois la vie que
j'emploierai à dire des louanges de vous et à prier Dieu de vous combler
de toutes ses bénédictions.

«J'ai l'honneur d'être, avec un très profond respect, monseigneur.

«Votre très humble et très obéissant serviteur.

«MASERS, prisonnier depuis vingt-huit
années, à Charenton, ce 27 novembre
1776.»

Le 27 du mois suivant [décembre 1776], le Père Prieur vint me visiter et
me dit: «Monsieur, il ne s'agit plus que d'une chose, et pourvu que vous
vouliez la faire, je vous réponds de la réussite. Il faut que vous
écriviez chez vous, à vos parents ou à quelqu'un de vos amis, et vous
leur direz de m'adresser la réponse à moi-même pour m'instruire si vous
avez de quoi vivre, ou enfin si vos parents veulent bien vous donner un
asile chez eux, en promettant de ne vous laisser manquer de rien, que si
leur réponse est favorable, je me charge de tout le reste.»

Sur-le-champ j'écrivis la lettre que voici, et moins de trois heures
après je l'envoyai au Prieur.

Copie de la lettre que j'ai envoyée à M. Caillet, notaire royal de
Montagnac... De la Maison de force de Charenton, le 29 décembre 1776.

«Mon cher ami.

«Je parierais dix contre un que tu me crois mort. Vois comme tu te
trompes: c'est que je suis encore en vie, et, qui plus est, il ne dépend
que de toi qu'avant ce carnaval soit passé, nous mangions un bon levraut
ensemble. Ah! que je serais content, si tu m'apprenais l'agréable
nouvelle que ma tendre mère vit encore; mais je ne dois pas me flatter
d'un si grand bonheur! Cependant, comme elle n'ignorait pas de son
vivant que nous étions fort bons amis, je ne saurais douter qu'elle ne
t'ait instruit de mon infortune, où tu peux mettre fin.

«Je te dirai que Dieu vient de me faire la grâce de me donner pour juges
Mgr Amelot, ministre du département de la maison du roi, et Mgr Le
Noir, conseiller d'Etat, lieutenant général de police. Ce sont deux
personnes d'honneur et de probité, justes et équitables. Ils daignent me
rendre la justice qui m'est due; mais, comme ils sont pleins de
compassion, ils ne voudraient point qu'après une captivité de vingt-huit
années, il me manquât de quelque chose en sortant d'une aussi longue
prison. Avant que de me relâcher ils veulent savoir si j'ai de quoi
vivre, ou des parents qui peuvent me tendre une main secourable. Tu es
instruit mieux que personne de toutes mes affaires, car c'est ton père
ou toi qui avez passé le contrat de la maison que ma mère a achetée à M.
Bouliex tout auprès de la Place. Tu sais de même qu'elle avait du bien
en fonds. Que si elle a cru que je n'étais pas mort en prison, avec
l'espérance que j'en sortirais un jour, je ne dois point douter qu'elle
n'ait accommodé ses affaires, de manière que je trouverai le bien
qu'elle a laissé en mourant. Mais j'ai à craindre que depuis vingt-huit
années que je suis en prison, elle ne m'ait cru mort, et en conséquence
qu'elle n'ait donné son bien aux enfants de ses sœurs, dont une avait
épousé Nourigat; on m'a dit que Grouillé avait épousé la fille de sa
sœur aînée, Marie d'Aubrespy.

«Enfin, je mets toutes les choses au pire. Tu n'as qu'à les assurer tous
de ma part que si ma mère leur a laissé mon bien, nous n'aurons point de
procès ensemble; tout ce que je leur demande, c'est de signer les quatre
paroles que voici, que tu dresseras toi-même.

«A Monsieur le Prieur de la maison des religieux de Charenton.

«Monsieur,

«Nous venons vous remercier de la bonté que vous avez eue de tendre une
main secourable à M. Henri Masers de Latude, notre parent, pensionnaire
dans votre maison. En même temps, tous les soussignés, nous venons vous
prier d'assurer de notre part nos seigneurs Amelot, ministre d'Etat, et
Le Noir, conseiller d'Etat, lieutenant général de police, que nous ne
laisserons manquer de rien notre parent; que nous les supplions en grâce
de lui rendre promptement sa liberté; que notre reconnaissance égalera
le profond respect avec lequel nous sommes les très humbles et très
obéissants serviteurs. D'Aubrespy, Grouillé, etc...»

«Avant que de partir, je sais que ma mère avait de l'argent monnayé. Que
si, avant de mourir, elle en avait encore, je n'aurais point de peine à
croire qu'elle l'aura confié à la probité de M. le baron de Fontès. Je
te serais bien obligé d'envoyer à son château Grouillé ou un d'Aubrespy,
mes parents, lui apprendre que je ne suis pas mort, et ce dont il
s'agit. Au reste tu n'as qu'à avertir mes parents que je ne leur serai
point à charge, que j'aimerais mieux servir le roi comme volontaire dans
quelque régiment ou me faire ermite, que de les importuner; que si je
les prie de signer, que ce n'est que pour me conformer à l'humanité du
ministre et du lieutenant général de police qui ne voudraient pas que je
fusse réduit à la mendicité, en sortant d'une aussi longue prison.

«Que si ma mère, avant de mourir, a arrangé les affaires, de manière que
tout son bien me soit rendu, dans ce dernier cas tu peux faire tout
toi-même, en écrivant à peu près les quatre paroles que voici:

«A Monsieur le Prieur de la Maison des Religieux à Charenton.

Nous soussigné, notaire royal de Montagnac, certifions que le sieur
Henri Masers de Latude a une maison qui n'est pas la moindre de la ville
avec du bien fonds en terre, qui peut lui donner de quoi à vivre.
Caillet etc...»

«Mon cher ami, je suis dans la peine. Je te prie de te dépêcher le plus
promptement que tu pourras d'envoyer un de ces deux actes au vertueux
religieux qui me secourt. Voici son adresse: A Monsieur le Prieur de la
Maison des Religieux de Charenton, à une lieue de Paris, à Charenton.
Mon cher ami, je ne te prie point, parce que j'espère que tu feras pour
moi ce que je ferais de bon cœur pour toi si tu étais à ma place. Je
te prie de saluer de ma part tous les parents et amis. En attendant que
je puisse t'embrasser, je suis très parfaitement,

«Mon cher ami,

«Ton très humble et très obéissant serviteur,

«Henry Masers de Latude, pensionnaire du roi à la Maison des religieux
de Charenton, ce 29 décembre 1776.»

Dans la même feuille j'écrivis la lettre ci-dessous au Prieur de chez
moi:

«Monsieur le Prieur actuel de Montagnac.

«Monsieur,

«En 1740, M. Maffre de Masselliau était notre Prieur. C'était un très
honnête homme, et j'ose vous dire qu'il était un de mes bons amis.
Cependant j'espère que Dieu nous a donné dans votre personne un pasteur
aussi vertueux qu'il l'était. Je suis une de vos ouailles, et je viens
vous prier, dans mon infortune, de me tendre une main secourable. Il est
inutile que je donne des conseils à un homme d'esprit sur la manière
qu'on doit prendre pour mettre fin à ma peine. Sûr de votre humanité, je
vous prierai tant seulement de faire attention que Mgr Le Noir,
conseiller d'Etat, lieutenant général de police, est l'homme le plus
juste, le plus humain et le plus compatissant du royaume, et que si
malheureusement pour moi il passait à quelque autre charge, malgré la
justice de ma cause, toutes mes affaires seraient renversées de fond en
comble. Par ces paroles vous entendez que je vous prie de presser mes
parents de répondre le plus promptement qu'il leur sera possible à cette
lettre. Vingt-huit années de captivité parlent pour moi à vos entrailles
paternelles et de miséricorde.

«J'ai l'honneur d'être avec un très profond respect,

«Monsieur,

«Votre très humble et très obéissant serviteur.

«Henry Masers de Latude, pensionnaire du roi à la Maison des religieux
de Charenton etc...»

«Voici de la manière que j'avais adressé cette lettre: à Monsieur
Caillet, notaire royal de la ville de Montagnac, et en cas de mort, à
Monsieur le Prieur, par Pézenas, à Montagnac.

Qui, selon les règles de la nature et de l'humanité, n'aurait pas cru
qu'avant un mois j'aurais reçu une réponse favorable de cette lettre?...

Connaissant le bon cœur qui règne dans ma famille, si, par un coup du
ciel, malgré le diable, ma lettre leur a été rendue, je suis prêt
cependant à gager un de mes propres yeux qu'elle a signé et envoyé
l'acte que vous avez vu plus haut, que si le Père Prieur de la Charité
ne l'a point reçu, comme il me l'a toujours attesté, c'est que
véritablement un démon l'a enlevé de la poste...

Cependant il semble qu'aujourd'hui 2 février 1777, Dieu commence de
m'assister de sa sainte miséricorde, car voici la copie d'une lettre que
le Père Prieur vient de me remettre, et qu'un gentilhomme de Béziers
lui a écrite à lui-même:

«A Béziers, ce 10 janvier 1777.

«Monsieur,

«Je saisis ce renouvellement de l'année pour vous en souhaiter une bonne
et heureuse. Les bontés que vous avez eues pour moi pendant ma détention
dans votre maison me rappellent toujours de former des vœux pour une
personne aussi méritante que la vôtre.

«Ayant été un des malheureux exilés, je me suis extrêmement lié avec un
de mes compatriotes, qui de nom de guerre s'appelle Dangers, et du nom
de famille Masers de Latude; c'est l'homme à projets dont je veux
parler. J'espère que vous ne refuserez pas de lui montrer la lettre qui
est ci-jointe à la vôtre. Ma mère forme pour vous les mêmes vœux. Je
vous prie d'en assurer les RR. PP. Prudence et Orlette.

«Je suis avec le plus profond respect,

Monsieur,

«Votre très humble et très obéissant serviteur.

«Chevalier de MOYRIA».

Voici les paroles contenues dans l'autre feuillet:

«Lettre pour M. Dangers, autrement
dit Masers.

«Monsieur,

«C'est votre cher Poitiers qui vous écrit la présente. Si j'avais pu
plus tôt, je l'aurais déjà fait. Dès que je suis sorti, j'ai de suite
pensé à vous. Une personne veut bien régler vos affaires, mais pour cela
il faut que vous donniez votre procuration d'abord à M. Facio, et puis
que vous en donniez une autre au procureur qui se chargera de vos
affaires. M. Fournier, le procureur qui demeure à la citadelle, se
trouve précisément être celui de ma famille. Demandez à M. Facio de me
faire une réponse, et alors je vous promets une bonne réussite dans la
rentrée de vos biens. Quand je suis passé à Montagnac, je n'ai pu rien
découvrir.

«Je suis avec le plus parfait attachement,

Monsieur,

Votre très humble et très obéissant serviteur.

«Chevalier de MOYRIA.»

«Recevez les vœux que je fais pour vous à ce renouvellement d'année.»

... Etant forcé de mettre ici les copies des lettres du chevalier de
Moyria, je crois devoir aussi y mettre les causes de sa détention.

Son frère aîné et lui sont tous deux officiers dans le régiment de l'Ile
de France. En 1775, ce régiment était en garnison à Belfort (Alsace).
Alors le chevalier n'était âgé que de 16 à 17 ans; son frère était
lieutenant et plus âgé que lui, et en conséquence il voulait gouverner,
et cela était juste. Que s'il avait pris son frère par les douceurs et
la remontrance, comme il a un fort bon naturel, il aurait fait de lui
tout ce qu'il aurait voulu. Mais il le commandait avec un ton de maître
insupportable, et pour des riens il le faisait mettre aux arrêts. Il se
plaignit de cette grande sévérité, et de ce qu'il ne lui communiquait
point les lettres de sa bonne maman, et qu'il avait donné à ses amis une
douzaine de paires de bas de soie et autres choses qu'elle lui avait
envoyées. De sorte que la conversation s'échauffa à tel point, que le
jeune chevalier, qui n'est pas moins brave que feu son père, voulut
faire mettre l'épée à la main à son frère unique. Celui-ci, pour éviter
un malheur affreux, qui ne pouvait manquer d'envoyer lui ou son frère
dans l'autre monde, et leur mère dans le tombeau, demanda une lettre de
cachet qu'il obtint, et il le fit mettre ici. Leur mère, dès le même
moment qu'elle fut instruite de leur différend, et qu'elle eut fait
faire la paix entre ses deux fils, avec promesse de leur part de ne
rompre jamais plus cette tendre amitié qui doit régner sans cesse entre
deux frères, demanda la révocation de la lettre de cachet, et le fit
sortir d'ici...

Bien que la lettre du chevalier de Moyria fût datée du 10 janvier, elle
ne me fut cependant remise que le 2 février, et le même jour je
l'envoyai au lieutenant général de police, accompagnée de celle que
voici, que je mis dans la même enveloppe:

«A Monseigneur Le Noir, conseiller
d'Etat, lieutenant général de police.

Monseigneur,

Depuis vingt-huit années que je suis en prison, je n'ai pas cessé un
seul jour de me faire la grâce d'embrasser ma tendre mère, avant de
mourir. Cependant, aujourd'hui 2 février, par la lettre que le révérend
Père Prieur vient de me communiquer, je viens d'apprendre qu'elle est
décédée. Pour le coup, je puis défier toutes les furies de l'enfer de
pouvoir augmenter ma peine. Que si la compassion a du pouvoir sur les
cœurs vertueux, illustre père des malheureux, ayez pitié de moi. Dans
l'ennui qui me presse, ne me réduisez pas encore à l'humiliation de
devoir ma liberté à tout autre qu'à vous seul. Que votre cœur
généreux daigne s'en tenir à la lettre que le révérend Père Facio, homme
de mérite et de grande probité, aura la bonté de vous remettre avec
celle-ci, qu'il a reçue d'un gentilhomme de Béziers, datée du 10 du mois
dernier.

«Je vous prie de faire attention que si je n'avais rien, il est sans
doute que cet ami ne me demanderait point une procuration, en me
protestant la réussite de me faire rentrer dans tous mes biens... En
attendant la réponse de mes parents, daignez au moins ordonner au Père
Prieur de me tirer de la Force pour me faire passer sur le devant. Que
si vous voyiez les larmes couler de mes yeux pour la mort de ma tendre
mère, eussiez-vous le cœur plus dur que les cailloux, je vous
l'attendrirais, et vous ne me refuseriez point de me rendre ma chère
liberté, que j'emploierais à dire des louanges de vous et à prier Dieu
de vous combler de toutes ses bénédictions.

«J'ai l'honneur d'être avec un très profond
respect,

«Monseigneur,

«Votre très humble et très obéissant serviteur,

«Masers, prisonnier depuis vingt-huit années, présentement à Charenton
ce 2 février 1777.»

Douze jours après avoir envoyé la lettre du chevalier de Moyria, à M. Le
Noir, on vint me dire que cette lettre ne suffisait pas, qu'il fallait
que j'écrivisse encore chez moi. Vu la bonne disposition que le
chevalier m'avait témoignée de me secourir, j'eus recours à lui, et en
conséquence je lui écrivis la lettre suivante:

«Ah! mon cher chevalier,

«Pour le coup, mon esprit me manque pour vous exprimer comme il faut la
joie extrême que je ressens, en voyant que non seulement vous me faites
l'honneur de me visiter par vos lettres, mais même que vous voulez me
tendre une main secourable. A ce trait je reconnais l'illustre sang de
Moyria. Que si c'est obliger une âme bien née que de lui fournir
l'occasion de faire des heureux, mon cher chevalier, vous trouvez
ci-joint la copie d'une lettre, datée du 29 décembre dernier 1776, que
j'ai envoyée à mes parents du côté de ma mère, qui jouissent de mon
bien. Que s'ils avaient répondu sur-le-champ, il est certain que je
n'aurais point resté jusqu'aujourd'hui à venir vous embrasser à Béziers.

«Ayant de l'esprit et un bon cœur, il est inutile que je vous donne
des conseils. Il suffira d'écrire à Montagnac, à Grouillé ou à un
d'Aubrespy, mes parents, de venir vous parler, et vous lui direz que je
suis extrêmement irrité contre tous de ce qu'ils n'ont pas secondé
l'humanité de notre vertueux Père Prieur Facio; que vous m'avez vu et
parlé, et que je ne suis pas encore si cassé que je ne puisse, avec mon
épée ou ma tête, gagner de quoi à subsister; qu'ils savaient bien que je
sais les mathématiques, et qu'avec ce talent, quand même je ne voudrais
me faire qu'un simple arpenteur, je pourrais gagner du pain; qu'en outre
ils ne peuvent pas ignorer que tous mes parents du côté de mon père ont
de très belles terres, et que si je voulais m'humilier jusqu'à leur
demander la table, pas un d'eux ne me la refuserait, ou tout au moins de
me faire un de leurs maîtres d'affaires, préférablement à un
indifférent. Mais enfin, mon cher chevalier, il ne dépendrait que de
vous de me délivrer, en engageant votre bonne maman à écrire les quatre
paroles que voici à Mgr Le Noir, conseiller d'Etat, lieutenant
général de police.

«Monseigneur, instruite que vous ne retenez le sieur Henri de Masers
dans la Maison des Religieux de Charenton, que par la crainte que vous
avez qu'après une captivité de vingt-huit années il ne trouve plus de
quoi subsister, Monseigneur, ne soyez plus en peine: je viens vous
assurer que si je ne puis venir à bout de lui faire rendre ses biens,
dont ses parents se sont emparés, chose qu'on m'a dit cependant n'être
pas difficile, que moi-même je lui donnerai un asile chez moi. Que si
malheureusement mon nom ne vous était présent, M. de Saint-Vigor,
contrôleur de la Maison de la reine, intime ami de feu mon époux, le
comte de Moyria, lieutenant-colonel, vous dira qui je suis, et même je
ne doute pas que son cœur, plein de compassion, ne joigne ses prières
aux miennes pour vous exciter à délivrer plus promptement un infortuné
qui gémit depuis si longtemps en prison. Sur les éloges qu'on fait de
vous, je ne dois point douter que vous serez sensible à ma prière, en
vous assurant que ma reconnaissance égalera le profond respect avec
lequel j'ai l'honneur d'être, Monseigneur, etc...»

«Mon cher chevalier, si Mme votre mère veut bien s'intéresser à mon
sort, il faudrait lui conseiller d'envoyer cette lettre dans une double
enveloppe à M. de Saint-Vigor, en le priant de la signer et de l'envoyer
sur-le-champ à M. Le Noir, conseiller d'Etat, lieutenant général de
police, et moyennant ce, vous pouvez être certain qu'en moins de six
jours après je serai libre. Mon cher chevalier, je vous prie de faire
une extrême attention aux quatre paroles que voici:

«_Nota._--Il est évident que non seulement M. Le Noir passe pour être
juste et équitable, mais même qu'il n'y a pas un seul homme en France
qui ait un cœur si humain, si compatissant et mieux faisant que le
sien. Que si malheureusement pour moi, aujourd'hui ou demain, le roi
venait à le faire ministre, comme cela est arrivé à MM. d'Argenson,
Berryer, Bertin, Sartine, etc..., malgré l'équité de ma cause, toutes
mes affaires seraient renversées de fond en comble, et je serais un
homme perdu. Par ces paroles vous entendez que je vous prie de me
secourir promptement.

«_Signé_: MASERS.

«A la maison des religieux de Charenton,
le 14 février 1777.»

Aujourd'hui, 16 mars, le Père Prieur vient de m'apporter la réponse à
cette lettre dont voici la copie:

«A Béziers, ce 2 mars 1777.

«J'ai reçu, mon cher Dangers, le paquet que votre vertueux prieur a eu
la bonté de m'envoyer. Je l'ai communiqué à ma mère. Il se trouve à
Béziers une dame de chez vous; elle est veuve d'un nommé d'Aubrespy,
lieutenant-colonel d'infanterie, chevalier de l'ordre royal et militaire
de Saint-Louis, chez qui je fus de suite prendre des informations, et
voici ce qu'elle me dit: que vous étiez le fils du marquis de Latude,
qu'elle ne vous connaissait pas, mais que sur l'ouï-dire, votre mère
avait acheté une maison sur la place, et qu'elle avait, outre cela,
plusieurs pièces de terre, qu'elle était alliée à M. le baron de Fontès
de Pézenas. Alors je lui communiquai vos lettres qui se trouvèrent se
rapporter avec ce que je vous marque. Je compte aller demain à Pézenas
où je verrai le baron de Fontès, avec lequel je prendrai des
arrangements nécessaires pour vous délivrer d'une aussi longue
captivité. De là j'irai à Montagnac, et je vous promets de forcer vos
parents naturels et le notaire royal du lieu, de signer les papiers que
vous leur avez envoyés à ce sujet, et pour qu'ils soient plus
authentiques, je le ferai faire sur du papier marqué. Vous me marquez
que j'intéresse ma mère à écrire à M. le lieutenant général de police:
ma mère y a consenti. Elle a fait plus: comme M. Amelot se trouve intime
ami de M. de Saint-Vigor, ainsi elle a jugé à propos de plutôt écrire à
ce ministre. J'ai écrit à M. de Saint-Vigor, en y mettant dedans une
lettre pour le ministre.

«_Signé_: Le chevalier de MOYRIA.»

M. de Saint-Vigor prit mon affaire à cœur et s'en occupa activement
le 18 avril 1777. J'écrivis à Mme de Moyria.

«Madame,

«Ce n'est pas par négligence, et encore moins par ingratitude que j'ai
tardé jusqu'aujourd'hui à venir vous faire mille et mille remerciements
de la généreuse protection que vous daignez m'accorder, et à vous
envoyer ma procuration.

«Je suis prisonnier... Par ce mot vous entendez que je ne suis pas le
maître d'exécuter mes volontés, dès le même moment que je le souhaite.
Par la lettre de votre aimable fils j'ai appris que non seulement vous
aviez écrit au ministre, mais même que vous poussez l'humanité jusqu'à
vouloir vous donner la peine de prendre soin de mon bien.

«Ah! madame, vous avez trop de vertu, pour ne pas pardonner à mon
esprit, accablé des expressions de reconnaissance telles que vous
m'évitez en me rendant de si grands services; je demeure confus.

«J'ai pris la liberté d'écrire à M. de Saint-Vigor: il m'a fait
l'honneur de me répondre le 13 de ce mois d'avril. Sur-le-champ,
c'est-à-dire le 16 qu'on me remit sa lettre, je lui ai envoyé tous les
renseignements qu'il souhaitait, et, vu la justice de ma cause et la
bonne disposition de M. de Saint-Vigor, qui semble être fort bon ami
avec M. Amelot, personne ne doute qu'avant la fin de ce mois cet honnête
homme n'ait obtenu ma liberté. J'attends sa réponse avec beaucoup
d'impatience pour faire de nouveaux efforts pour venir mettre à vos
pieds, madame, mon bien, mon corps et ma vie. Tout ce que j'ai est à
vous. Car, quand même il serait impossible à M. de Saint-Vigor de me
faire rendre ma liberté, sachez, ma généreuse protectrice, que je vous
tiendrai compte de votre bonne volonté, comme si vous étiez venue à bout
de me la faire rendre en effet, et qu'en reconnaissance jusqu'à mon
dernier soupir, je ne cesserai de faire des vœux au ciel, pour qu'il
daigne combler de toutes ses bénédictions un cœur aussi vertueux que
le vôtre.

«J'ai l'honneur d'être, avec un très profond respect,

«Votre très humble et très obéissant serviteur,

«MAZERS, ingénieur géographe, pensionnaire du roi dans la maison des
religieux de Charenton, ce 18 avril 1777.»

Le 19 de mai 1777, le Père Calliste a été élu notre prieur pour
remplacer le Père Facio. Vendredi 23, l'ancien et le nouveau prieur,
tous les deux à la fois vinrent me voir dans ma chambre, et me
protestèrent mutuellement qu'ils allaient faire leur possible pour me
délivrer...

[Latude sortit de Charenton le 10 juin 1777 et ne put par suite
continuer la rédaction de ses Mémoires, dont l'original fut saisi et
déposé à la Bastille, comme le témoigne le procès-verbal qui y est
annexé.

Ce procès-verbal est écrit sur une petite carte à jouer (un sept de
pique), et porte sur son revers la mention suivante:]

Paraphé par nous Commissaire.

Soussigné et par le sieur Masers De la Dude (_sic_), au désir de notre
procès-verbal du dix-neuf juillet 1777.

_Signé_: CHÉNON.
[Commissaire de police.]

MASERS DE LATUDE.
(Double cachet de cire rouge.)

FIN

DES MÉMOIRES RÉDIGÉS PAR LATUDE AU DONJON DE VINCENNES ET A CHARENTON

[Illustration]


MODERN-BIBLIOTHÈQUE

    PRIX DU VOLUME { Broché      0 fr. 95
                   { Cartonné    1 fr. 50

_Pour paraître le 1er Avril 1911_

LE CAVALIER MISEREY

par ABEL HERMANT

Illustrations de PAUL THIRIAT

DANS LA MÊME COLLECTION ONT PARU:

    Barbey d'AUREVILLY          Les Diaboliques.

    Maurice BARRES,             Le Jardin de Bérénice.
      de l'Académie française   Du Sang de la Volupté et de la Mort.

    Tristan BERNARD             Mémoires d'un Jeune Homme rangé.

    Jean BERTHEROY              La Danseuse de Pompéi.

    Louis BERTRAND.             Pépète le bien-aimé.

    Paul BOURGET,               Cruelle Enigme.
      de l'Académie française   Andre Cornelis.

    Henry BORDEAUX              L'Amour qui passe.
                                Le Pays Natal.

    René BOYLESVE               La Leçon d'Amour dans un Parc.

    Adolphe BRISSON             Florise Bonheur.

    Michel CORDAY               Venus ou les Deux Risques.
                                Les Embrasés.

    Alphonse DAUDET             L'Evangéliste.
                                Les Rois en exit.

    Léon DAUDET                 Les Deux Etreintes.

    Paul DÉROULÈDE              Chants du Soldat.

    Lucien DESCAVES             Sous-Offs.

    Georges d'ESPARBÈS          La Légende de l'Aigle.
                                La guerre en dentelles.

    Ferdinand FABRE             L'Abbé Tigrane.

    Claude FERVAL               L'Autre Amour.
                                Vie de Château.

    Léon FRAPIÉ                 L'Institutrice de Province.

    E et J. de GONCOURT         Renée Mauperin.

    Gustave GUICHES             Célèste Prudhomat.

    GYP                         Le Cœur de Pierrette.
                                La Bonne Galette.
                                Tolote.
                                La Fée.
                                Maman.

    Abel HERMANT                Les Transatlantiques.
                                Souvenirs de Vicomte de Courpière.
                                Monsieur de Courpière marié.
                                La Carrière.
                                Le Sceptre.

    Paul HERVIEU,               Flirt.
      de l'académie française   L'Inconnu.
                                L'Armature.
                                Peints par eux-mêmes.
                                Les Yeux verts et les Yeux bleus.
                                L'Alpe Homicide.
                                Le Petit Duc.

    Henri LAVEDAN,              Sire.
      de l'Académie française   Le Nouveau Jeu.
                                Leurs Sœurs.
                                Les Jeunes.
                                Le Lit.

    Jules LEMAITRE,             Un Martyr sans la Foi.
      de l'Académie française

    Pierre LOUŸS                Aphrodite.
                                Les Aventures du Roi Pausole.
                                Le Femme et le Pantin.
                                Contes Choisis.

    Paul MARGUERITTE            L'Avril.
                                Amants.
                                La Tourmente.
                                L'Essor.

    Octave MIRBEAU              L'Abbé Jules.

    Lucien MUHLFELD             La Carrière d'André Tourette.

    Marcel PREVOST,             L'Automne d'une Femme.
      de l'Académie française   Cousine Laura.
                                Chonchette.
                                Lettres de Femmes.
                                Le Jardin secret.
                                Mademoiselle Jaufra.
                                Les Demi-Vierges.
                                La Confession d'un Amant.
                                L'Heureux Ménage.
                                Nouvelles Lettres de Femmes.
                                Le Mariage de Julienne.
                                Lettres à Françoise.
                                Le Domino Jaune.
                                Dernières Lettres de Femmes.
                                La Princesse d'Erminge.
                                Le Scorpion.
                                M. et Mme Moloch.

    Michel PROVINS              Dialogues d'Amour.

    Henri de REGNIER            Le Bon Plaisir.
                                Le Mariage de Minuit.

    Jules RENARD                L'Ecornifleur.
                                Histoires Naturelles.

    Jean RICHEPIN,              La Glu.
      de l'Académie française   Les Débuts de César Borgia.

    Edouard ROD                 La Vie privée de Michel Tessier.
                                Les Roches blanches.

    André THEURIET,             La Maison des deux Barbeaux.
      de l'Académie française   Péché mortel.

    Pierre VEBER                L'Aventure.


LES INÉDITS de MODERN-BIBLIOTHÈQUE

    1 fr. 50 le Volume broché.          (1 fr. 90 franco)
    2 fr. 25 le Volume relié toile.     (2 fr. 75 franco)

Vient de paraître:

Histoire d'un Fils de Roi

par ABEL HERMANT Illustrations de Pierre BRISSAUD

VOLUMES DÉJA PARUS:

    Paul ACKER                  le Soldat Bernard.

    Maurice BARRES,             Au Service de l'Allemagne.
      de l'Académie Française.

    René BOYLESVE               La Jeune Fille bien élevée.

    Claude FARRÈRE              La Bataille.

    Myriam HARRY                L'Ile de Volupté.

    Abel HERMANT                Trains de Luxe.

    Paul MARGUERITTE            La Flamme.

    Eugène MONTFORT             La Chanson de Naples.

    Myriam HARRY                Mme Petit-Jardin.

    Paul ADAM                   Le Trust.

    Léon DAUDET                 Le Bonheur d'être riche.

    Lt-Colonel BARATIER         A travers l'Afrique.

    Pierre VALDAGNE             Les Bons Ménages.

    Louis BERTRAND              Les Bains de Phatère.

    Ch.-Henry HIRSCH            Le crime de Potru, soldat.


_MÉMOIRES & SOUVENIRS_

Collection Historique Illustrée

PUBLIÉE SOUS LA DIRECTION DE

M. FRANTZ FUNCK-BRENTANO, _chef de la section des manuscrits à la
Bibliothèque de l'Arsenal._

(Illustrations tirées des Musées et des Bibliothèques de France et de
l'Etranger et des collections de MM. =Victorien Sardou, le marquis de
Ségur, Henry Houssaye, le baron Ed. de Rothschild, le prince d'Essling,
Charamy, Georges Hartmann, Lécuyer=.)

POUR PARAITRE EN AVRIL:

_PARIS ROMANTIQUE_

Voyage en France de Mrs Trollope, traduit de l'anglais et publié avec
une introduction, par M. JACQUES BOULENGER

VOLUMES DÉJA PARUS:

     =Souvenirs de Mme de Caylus=, publ. avec une introduction de M. LE
     COMTE D'HAUSSONVILLE, de l'Académie française.

     =Les Mémoires de Mme Vigée-Le Brun=, publ. avec une introduction par
     M. DE NOLHAC, conservateur du palais de Versailles.

     =Le Règne de Louis XVI=, par le comte L.-Ph. de Ségur, publ. avec une
     introduction par M. LE MARQUIS DE SÉGUR, de l'Académie française.

     =Les Nuits révolutionnaires=, de Retif de la Bretonne, publ. avec une
     introduction par M. FUNCK-BRENTANO.

     =Le Règne de Robespierre=, par Hél.-Maria Williams, traduit pour la
     première fois de l'anglais par M. FUNCK-BRENTANO.

     =Journal de Gaspard Schumacher=, traduit et publié pour la première
     fois par M. PIERRE D'HUGUES.

     =La Révolution de Juiliet=: Mémoires de Mazas, chronique de Rozet,
     publ. par M. RAYMOND LÉCUYER.

     =Bayard, le Chevalier sans peur et sans reproche=, par le Loyal
     Serviteur, publ. avec une introduction par M. MAURICE MAINDRON.

     =Epopées centenaires: la Grande Armée=, récits de César Kangier,
     officier de la Garde Italienne, traduits pour la première fois de
     l'italien par M. HENRY LYONNET.

     =1830: Mémoires de la duchesse d'Abrantès=, publ. avec une
     introduction par M. LOUIS LOVIOZ, de la Bibliothèque de l'Arsenal.

     =Le Village=, par Retif de la Bretonne, publ. avec une introduction
     par M. FUNCK-BRENTANO.

     =Mandrin et les Contrebandiers=, mémoires inédits, publiés avec une
     introduction par F. FUNCK-BRENTANO.

     =La Bastille sous la Régence=, par Mme DE STAAL DE LAUNAY, publ.
     avec une introduction par M. F. FUNCK-BRENTANO.

     =Cahiers d'un Volontaire de 91.= par XAVIER VERNÈRE, publiés pour la
     première fois par GERIN-ROZE, son petit-fils.

     =La Société Française au XVIIIe siècle=, par CASANOVA, publiée
     avec une introduction, par M. le baron MARICOURT.

[Illustration]

Société Anon. des Imp. Wellhoff et ROCHE, 16-18, rue N.-D.-d.-Victoires
Paris Tél. 316-33. ANCEAU Directeur. 143


NOTES:

[1] Cette fameuse flûte est aujourd'hui la propriété de M. Émile Bazin,
à Reims. M. Bazin la conserve parmi des souvenirs de famille qui lui
viennent du chevalier de Pougens. La petite flûte--ronde, longue de 151
milimètres, percée de quatre trous par devant et d'un trou par
derrière--sert de fermoir, comme le crayon d'un carnet, à un exemplaire
des _Mémoires_ de Latude rédigés par Thiéry. A l'exemplaire de ces
_Mémoires_ sont joints plusieurs documents (lettre et notes provenant de
Mme Legros, de Latude, et de Théod. Lorin, secrétaire du chevalier de
Pougens). Ils ont été publiés dans la _Nouvelle Revue rétrospective_ du
10 janv. 1898, p. 48-56.

[2] Les historiens écrivent que M. et Mme Legros n'avaient pas
d'enfants. Parmi les notes de Théod. Lorin, secrétaire du chevalier de
Pougens, on lit: «M. de Pougens, qui avait joint ses efforts à ceux des
personnes dont le crédit procura la liberté à l'infortuné Latude, et qui
contribua à lui assurer une existence honorable, est resté, jusqu'à sa
mort, le bienfaiteur du fils et de la fille de Mme Legros, lesquels
existent encore (1851)». _Nouvelle Revue rétrospective_, 10 Janv. 1898,
p. 51.

[3] Parmi les documents concernant Latude, conservés à la Bibliothèque
de la Ville de Paris (nº 10.731), il y a, de la main du héros, un écrit,
qui constitue la plus abominable des tentatives de chantage contre le
marquis de Villette, son bienfaiteur. Ce trait infâme suffirait à faire
juger le personnage.

[4] Enquête faite par J.-J. Grandin, commissaire au Châtelet, 21 juill.
1789. Arch. nat. Y. 13.319 (Communication de M. Al. Tuetey).

[5] Aujourd'hui au Musée historique de la Ville de Paris (hôtel
Carnavalet).

[6] Thierry était un avocat du barreau de Nancy. A cette époque, il
quitta la carrière pour se livrer à des spéculations qui ne furent pas
toujours heureuses.

[7] Les notes de Théod. Lorin, publiées dans la _Nouvelle Revue
rétrospective_ (10 janvier 1898, p. 49-51) confirment ce témoignage de
la manière la plus complète. «Quoique très âgé, car il est mort à
quatre-vingts ans, M. de Latude avait conservé toute sa force, disons
même la verdeur de sa jeunesse.»

[8] Voy. Gustave Bertrand, _Catalogue des manuscrits français de la
Bibliothèque de Saint-Pétersbourg_, Paris, 1874, in-8.

[9] On a vu, par ce qui précède, que tout ceci n'est que mensonge
grossier.

[10] Comparer ces détails avec la partie correspondante de
l'introduction. Dans cette partie de ces mémoires Latude ne raconte que
des mensonges.

[11] Il n'y a rien de vrai dans ces affirmations: un domestique fut mis
auprès de Latude, pour le servir à la Bastille, mais par les soins et
aux frais du gouvernement.

[12] Latude, qui est des environs de Montpellier, écrit toujours «je
demanda», «je regarda», «j'observa»...

Ici commence la partie du mémoire rédigé par Latude lui-même dans sa
précision, dont l'original est conservé dans la Bibliothèque impériale
de Saint-Pétersbourg et qui mérite infiniment plus de confiance que les
mémoires rédigés par Thierry.

[13] Cette expression, «la quatrième Comté», désignait la quatrième
chambre de la tour de la Comté.

[14] En 1764 le 3 août tombait un vendredi et le 5 août un dimanche.

[15] Latude s'était mis dans la tête que Mme de Pompadour était une
magicienne qui avait ensorcelé le roi, tous ceux qui l'approchaient, et
tous ceux qui avaient à s'occuper de ses affaires à lui, Latude.

[16] Plus de quatre mille francs de valeur actuelle, uniquement pour la
table. En outre plus de 500 livres, près de 2 000 francs de valeur
actuelle, pour ses autres besoins.

[17] Latude écrit ces lignes étant à Charenton.





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Mémoires authentiques de Latude, - écrites par lui au donjon de Vincennes et à Charenton" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home