Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: Boy tar. French - A fond de cale
Author: Reid, Mayne, 1818-1883
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Boy tar. French - A fond de cale" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



by the Bibliothèque nationale de France (BnF/Gallica) at
http://gallica.bnf.fr)



BIBLIOTHÈQUE ROSE ILLUSTRÉE

CAPITAINE MAYNE-REID

À FOND DE CALE

VOYAGE D'UN JEUNE MARIN À TRAVERS LES TÉNÈBRES

TRADUIT DE L'ANGLAIS AVEC L'AUTORISATION DE L'AUTEUR PAR Mme HENRIETTE
LOREAU ET ILLUSTRÉ DE 12 GRANDES VIGNETTES

NOUVELLE ÉDITION

PARIS

LIBRAIRIE HACHETTE ET Cie 79, BOULEVARD SAINT-GERMAIN, 79

1894

PRIX: 2 FRANCS 25

Tous droits réservés



OUVRAGES DU MÊME AUTEUR PUBLIÉS DANS LA BIBLIOTHÈQUE ROSE ILLUSTRÉE PAR
LA LIBRAIRIE HACHETTE ET Cie


    À fond de cale, avec 12 vignettes. 1 volume.
    Bruin, ou les Chasseurs d'ours, avec 8 grandes vignettes. 1 volume.
    Les Chasseurs de plantes, avec 12 grandes vignettes. 1 vol.
    Les Chasseurs de girafes, avec 10 grandes vignettes. 1 volume.
    Les Exilés dans la forêt, avec 12 grandes vignettes. 1 volume.
    Les Grimpeurs de rochers, avec 20 grandes vignettes. 1 vol.
    Les Peuples étranges, avec 24 vignettes. 1 volume.
    Les Vacances des jeunes Boërs, avec 12 grandes vignettes. 1 volume.
    Les Veillées de chasse, avec 43 vignettes. 1 volume.
    L'Habitation du désert, avec 24 vignettes. 1 volume.
    La Chasse au Léviathan, avec 51 vignettes. 1 volume.
    Les Naufragés de la «Calypso», avec 55 vignettes. 1 volume.

Prix de chaque volume, broché: 2 fr. 25 c.

La reliure en percaline rouge se paye en sus: tranches jaspées, 1 fr.;
tranches dorées, 1 fr. 25

Coulommiers.--Imp. PAUL BRODARD.

[Illustration: Mon auditoire.]



À FOND DE CALE.



CHAPITRE I.

Mon auditoire.


Mon nom est Philippe Forster, et je suis maintenant un vieillard.
J'habite un petit village paisible, situé au fond d'une grande baie,
l'une des plus étendues qu'il y ait dans tout le royaume.

Bien que mon village se glorifie d'être un port de mer, j'ai eu raison
de le qualifier de paisible; jamais épithète ne fut plus méritée. On y
trouve cependant un môle de granit, et, en général, on remarque le long
de ce petit môle deux sloops[1], un ou deux schooners[2], et de temps en
temps un brick[3]. Les grands vaisseaux ne peuvent pas entrer dans le
port; mais on y voit toujours un grand nombre de barques, les unes
traînées sur la grève, les autres glissant sur l'onde, aux environs de
la baie. Vous en concluez sans doute que la pêche est la principale
industrie de mon village, et vous avez raison.

  [1] Sloop, qui se prononce _sloup_, est le nom d'un navire qui n'a
    qu'un mât, et qui, destiné au cabotage, est construit pour naviguer
    près des côtes.

  [2] Petit bâtiment ayant deux mâts et qui est gréé comme une goëlette.

  [3] Bâtiment ayant un grand mât et un mât de misaine, et qui porte des
    hunes.

C'est là que je suis né, et mon intention est d'y mourir.

Malgré cela, mes concitoyens savent très-peu de chose à mon égard. Ils
m'appellent capitaine Forster, ou plus spécialement capitaine, comme
étant la seule personne qui dans le pays ait quelque droit à cette
qualification.

Je ne la mérite même pas: je n'ai jamais été dans l'armée, et j'ai tout
simplement dirigé un navire du commerce; en d'autres termes je n'ai
droit qu'au titre de patron; mais la politesse de mes concitoyens me
donne celui de capitaine.

Ils savent que j'habite une jolie maisonnette à cinq cents pas du
village, en suivant la grève, et que je vis complétement seul, car ma
vieille gouvernante ne peut pas être considérée comme me tenant
compagnie, ils me voient tous les jours traverser leur bourgade, mon
télescope sous le bras, me rendre sur le môle, parcourir la mer jusqu'à
l'horizon avec ma lunette, et revenir chez moi, ou flâner sur la côte
pendant une heure ou deux. C'est à peu près tout ce que ces braves gens
connaissent de ma personne, de mes habitudes, et de mon histoire.

Le bruit court parmi eux que j'ai été un grand voyageur. Ils savent que
j'ai une bibliothèque nombreuse, que je lis beaucoup, et se sont mis
dans la tête que je suis un savant miraculeux.

J'ai fait de grands voyages, il est vrai, et je consacre à la lecture
une grande partie de mon temps; mais ces bons villageois se trompent
fort, quant à l'étendue de mon savoir. J'ai été privé des avantages
d'une bonne éducation; et le peu de connaissances que j'ai acquises l'a
été sans maître, pendant les courts loisirs que m'a laissés une vie
active.

Cela vous étonne que je sois si peu connu dans l'endroit où je suis né;
mais la chose est bien simple: je n'avais pas douze ans lorsque j'ai
quitté le pays, et j'en suis resté plus de quarante sans y remettre les
pieds.

J'étais parti enfant, je revenais la tête grise, et complétement oublié
de ceux qui m'avaient vu naître. C'est tout au plus s'ils avaient
conservé le souvenir de mes parents. Mon père, qui d'ailleurs était
marin, n'avait presque jamais été chez lui; et tout ce que je me
rappelle à son égard, c'est le chagrin que je ressentis lorsqu'on vint
nous apprendre qu'il avait fait naufrage, et que son bâtiment s'était
perdu corps et biens. Ma mère, hélas! ne lui survécut pas longtemps; et
leur mort était déjà si éloignée de nous, à l'époque de mon retour,
qu'on ne doit pas être surpris de ce qu'ils étaient oubliés. C'est ainsi
que je fus étranger dans mon pays natal.

Ne croyez pas néanmoins que je vive dans un complet isolement; si j'ai
quitté la marine avec l'intention de finir mes jours en paix, ce n'est
pas un motif pour que j'aie l'humeur taciturne et le caractère morose.
J'ai toujours aimé la jeunesse, et, bien que je sois vieux aujourd'hui,
la société des jeunes gens m'est extrêmement agréable, surtout celle des
petits garçons. Aussi puis-je me vanter d'être l'ami de tous les gamins
de la commune. Nous passons ensemble des heures entières à faire enlever
des cerfs-volants, et à lancer de petits bateaux, car je me rappelle
combien ces jeux m'ont donné de plaisir lorsque j'étais enfant.

Ces marmots joyeux ne se doutent guère que le vieillard qui les amuse,
et qui partage leur bonheur, a passé la plus grande partie de son
existence au milieu d'aventures effrayantes et de dangers imminents.

Toutefois il y a dans le village plusieurs personnes, qui connaissent
quelques chapitres de mon histoire; elles les tiennent de moi-même, car
je n'ai aucune répugnance à raconter mes aventures à ceux qu'elles
peuvent intéresser; et j'ai trouvé dans cet humble coin de terre un
auditoire qui mérite bien qu'on lui raconte quelque chose. Nous avons
près de notre bourgade une école, célèbre dans le canton; elle porte le
titre pompeux d'_établissement destiné à l'éducation des jeunes
gentlemen_, et c'est elle qui me fournit mes auditeurs les plus
attentifs.

Habitués à me voir sur le rivage, où ils me rencontraient dans leurs
courses joyeuses, et devinant à ma peau brune et à mes allures que
j'avais été marin, ces écoliers s'imaginèrent qu'il m'était arrivé mille
incidents étranges dont le récit les intéresserait vivement. Nous fîmes
connaissance, je fus bientôt leur ami, et à leur sollicitation je me mis
à raconter divers épisodes de ma carrière. Il m'est arrivé souvent de
m'asseoir sur la grève et d'y être entouré par une foule de petits
garçons, dont la bouche béante et les yeux avides témoignaient du
plaisir que leur faisait mon récit.

J'avoue sans honte que j'y trouvais moi-même une satisfaction réelle:
les vieux marins, comme les anciens soldats, aiment tous à raconter
leurs campagnes.

Un jour, étant allé sur la plage dès le matin, j'y trouvai mes petits
camarades, et je vis tout de suite qu'il y avait quelque chose dans
l'air. La bande était plus nombreuse que de coutume, et le plus grand de
mes amis tenait à la main un papier plié en quatre, et sur lequel se
trouvait de l'écriture.

Lorsque j'arrivai près de la petite troupe, le papier me fut offert en
silence; je l'ouvris, puisque c'était à moi qu'il était adressé, et je
reconnus que c'était une pétition, signée de tous les individus
présents; elle était conçue en ces termes:

«Cher capitaine, nous avons congé pour la journée entière, et nous ne
voyons pas de moyen plus agréable de passer notre temps que d'écouter
l'histoire que vous voudrez bien nous dire. C'est pourquoi nous prenons
la liberté de vous demander de vouloir bien nous faire le plaisir de
nous raconter l'un des événements de votre existence. Nous préférerions
que ce fût quelque chose d'un intérêt palpitant; cela ne doit pas vous
être difficile, car on dit qu'il vous est arrivé des aventures bien
émouvantes dans votre carrière périlleuse. Choisissez néanmoins, cher
capitaine, ce qui vous sera le plus agréable à raconter; nous vous
promettons d'écouter attentivement; car nous savons tous combien cette
promesse nous sera facile à tenir.

«Accordez-nous, cher capitaine, la faveur qui vous est demandée, et tous
ceux qui ont signé cette pétition vous en conserveront une vive
reconnaissance.»

Une requête aussi poliment faite ne pouvait être refusée; je n'hésitai
donc pas à satisfaire au désir de mes petits camarades, et je choisis,
entre tous, le chapitre de ma vie qui me parut devoir leur offrir le
plus d'intérêt, puisque j'étais enfant moi-même lorsque m'arriva cette
aventure. C'est l'histoire de ma première expédition maritime, et les
circonstances bizarres qui l'ont accompagnée me firent donner pour titre
à mon récit: _Voyage au milieu des ténèbres_.

J'allai m'asseoir sur la grève, en pleine vue de la mer étincelante, et
disposant mes auditeurs en cercle autour de moi, je pris la parole
immédiatement.



CHAPITRE II.

Sauvé par des cygnes.


Dès ma plus tendre enfance j'ai eu pour l'eau une véritable passion;
j'aurais été canard, ou chien de Terre-Neuve, que je ne l'aurais pas
aimée davantage. Mon père avait été marin, comme son père et son
grand'père, et il est possible que j'aie hérité de ce goût qui était
dans la famille. Toujours est-il que j'avais pour l'eau un amour aussi
passionné que si elle eût été mon élément. On m'a dit plus d'une fois
combien il fut difficile de m'éloigner des mares et des étangs dès que
j'eus la force de me traîner sur leurs bords. C'est en effet dans une
pièce d'eau que m'est arrivée ma première aventure; je me la rappelle
fort bien, et je vais vous la conter pour vous donner une preuve de mes
penchants aquatiques.

J'étais, à cette époque, un tout petit garçon, juste assez grand pour
courir de côté et d'autre, et à l'âge où l'on s'amuse à lancer des
bateaux de papier. Je construisais mes embarcations moi-même avec les
feuillets d'un vieux livre, ou un morceau de journal, et je portais ma
flotille sur la mare qui était mon océan. Je ne tardai pas néanmoins à
mépriser le bateau de papier; j'étais parvenu, après six mois d'épargne,
à pouvoir acquérir un sloop ayant tous ses agrès, et qu'un vieux pêcheur
avait construit pendant ses moments de loisir.

Mon petit vaisseau n'avait que quinze centimètres de longueur à la
quille, mais bien près de huit de large, et son tonnage pouvait être de
deux cent cinquante grammes. Chétif bâtiment, direz-vous; néanmoins il
me paraissait aussi grand, aussi beau qu'un trois-ponts.

La mare de la basse-cour me sembla trop étroite, et je me mis en quête
d'une pièce d'eau assez vaste pour que mon navire pût faire valoir la
supériorité de sa marche.

Je trouvai bien vite un grand bassin, que je me plus à nommer un lac, et
dont les ondes, aussi transparentes que le cristal, étaient ridées à la
surface par une brise imperceptible, mais cependant suffisante pour
gonfler les voiles de mon sloop, qui gagna l'autre bord avant que j'y
fusse arrivé pour le recevoir.

Que de fois nous avons lutté de vitesse, dans ces courses où j'étais
vainqueur ou vaincu, suivant que la brise était plus ou moins favorable
à mon embarcation!

Il faut vous dire que ce bel étang, près duquel j'ai passé les heures
les plus joyeuses de mon enfance, était situé dans un parc du voisinage,
et appartenait par conséquent au propriétaire du parc. Celui-ci
néanmoins était assez bon pour permettre aux habitants de la commune de
se promener chez lui autant que bon leur semblait, et n'empêchait ni les
petits garçons de faire naviguer leurs bateaux sur le bassin, ni les
hommes de jouer à la balle dans l'une de ses clairières, pourvu que l'on
ne touchât pas aux plantes qui tapissaient les murailles, et qu'on
respectât les arbrisseaux qui formaient les massifs. Tout le monde était
si reconnaissant de la bonté du propriétaire, que je n'ai jamais entendu
dire qu'on eût fait le moindre dégât chez lui.

Ce parc existe toujours, vous en connaissez les murs; mais l'excellent
homme qui le possédait autrefois est mort depuis de longues années; il
était déjà vieux à l'époque dont je vous parle, et qui date de soixante
ans.

Si mes souvenirs sont exacts, on voyait alors sur le bassin une
demi-douzaine de cygnes, et d'autres oiseaux aquatiques dont l'espèce
était rare. C'était pour les enfants un grand plaisir que de donner à
manger à ces jolies créatures; quant à moi je n'allais jamais au parc
sans avoir les poches pleines.

Il en résulta que ces oiseaux, particulièrement les cygnes, étaient
devenus si familiers qu'ils venaient chercher ce que nous leur
présentions, et nous mangeaient dans la main, sans la moindre frayeur.

Nous avions surtout une manière extrêmement amusante de leur donner la
pâture: le bord du petit lac s'élevait, d'un côté, à plus d'un mètre;
l'eau était profonde en cet endroit, et comme la rive se trouvait pour
ainsi dire à pic, il était presque impossible de la gravir. C'est là que
nous attirions les cygnes, qui, du reste, y venaient d'eux-mêmes
lorsqu'ils nous voyaient arriver. Nous placions un petit morceau de pain
au bout d'une baguette fendue, et tenant cette baguette au-dessus des
oiseaux, à la plus grande hauteur possible, nous avions la joie de voir
les cygnes allonger leur grand cou, et sauter en l'air de temps en temps
pour saisir la bouchée de pain, absolument comme un chien aurait pu le
faire.

Un jour, étant arrivé de très-bonne heure sur la bord du petit lac, je
n'y trouvai pas mes camarades. J'avais mon petit bateau sous le bras; je
le lançai comme d'habitude, et me disposai à le rejoindre sur l'autre
rive, au moment où il y aborderait.

C'était à peine s'il y avait un souffle dans l'air, et mon petit sloop
marchait avec lenteur; je n'étais donc pas pressé, et je me mis à flâner
sur le bord du bassin. En quittant la maison, je n'avais pas oublié les
cygnes; ils étaient mes favoris, et je crains bien, quand j'y pense, que
mon affection pour eux ne m'ait poussé plus d'une fois à commettre de
légers vols; il faut avouer que les tranches de pain qui remplissaient
mes poches avaient été, ce jour-là, prises en cachette au buffet.

Quelle que soit la manière dont je me les étais procurées, toujours
est-il que les tartines étaient nombreuses, et qu'en arrivant à
l'endroit où la berge s'élevait tout à coup, je m'y arrêtai pour
distribuer aux cygnes leur pitance quotidienne.

Tous les six, les ailes frémissantes, le cou fièrement arqué,
traversèrent le bassin pour venir à ma rencontre, et furent bientôt
devant la place que j'occupais. Le bec ouvert et tendu, les yeux
ardents, ils épièrent mes moindres gestes, et prirent une à une les
bouchées de pain que je tenais au-dessus de leurs têtes. J'avais presque
vidé mes poches, quand la motte de terre sur laquelle j'étais perché se
détacha brusquement et glissa dans le bassin.

Je tombai dans l'eau en faisant le même bruit qu'une pierre, et comme
elle, je serais allé au fond, si ma chute ne s'était faite au milieu des
cygnes, qui furent sans doute extrêmement étonnés.

Je ne savais pas nager; mais l'instinct de la conservation, qui se
retrouve chez toutes les créatures, me fit lutter contre le péril.
J'étendis les mains au hasard, et cherchant, comme tous les noyés, à
saisir un objet quelconque, ne fût-ce même qu'un brin de paille, je
rencontrai quelque chose dont je m'emparai vivement, et à laquelle je
m'attachai avec la force du désespoir.

À mon premier plongeon, mes yeux et mes oreilles avaient été pleins
d'eau, et je savais à peine ce qui se passait autour de moi. J'entendais
le bruit que faisaient les cygnes en fuyant avec terreur; mais ce n'est
qu'au bout d'un instant que j'eus conscience d'avoir saisi la patte du
plus gros et du plus vigoureux de la bande. La peur avait décuplé ses
forces et il me traînait rapidement vers l'autre bord, en agitant les
ailes comme s'il eût cherché à s'envoler. Je ne sais pas comment aurait
fini l'aventure, si le voyage que l'oiseau me faisait faire avait duré
longtemps. Quand je dis que je ne le sais pas. Il est facile de deviner
quel événement tragique eût terminé cet épisode; l'eau pénétrait dans ma
bouche, elle m'entrait dans les narines, je commençais à perdre
connaissance, et je serais mort en moins de quelques minutes.

Juste au moment critique où je sentais la vie m'abandonner, quelque
chose de rude me froissa les deux genoux; c'était le gravier qui se
trouvait au fond du lac, et je n'avais plus qu'à me relever pour avoir
la tête au-dessus de l'eau.

Je n'hésitai pas une seconde, ainsi que vous le pensez bien; j'étais
trop heureux de mettre un terme à cette promenade périlleuse, et je
lâchai la patte de mon cygne, qui s'envola immédiatement, et qui s'éleva
dans l'air en jetant des cris sauvages.

[Illustration: Je lâchai la patte de mon cygne qui s'envola
immédiatement.]

Quant à moi, j'étais debout, n'ayant plus d'eau que jusqu'à l'aisselle,
et après un nombre considérable d'éternuments, compliqués de toux et de
hoquets, je me dirigeai en chancelant vers la rive, où je remis pied à
terre avec satisfaction.

J'avais eu tellement peur que je ne pensais pas à regarder où pouvait
être mon sloop; je lui laissai finir paisiblement sa traversée, et
courant aussi vite que mes jambes pouvaient le faire, je ne m'arrêtai
qu'à la maison, où j'allai me mettre devant le feu pour sécher mes
habits.



CHAPITRE III.

Nouveau péril.


Vous croyez peut-être que la leçon que j'avais reçue, en tombant dans le
bassin, était assez forte pour qu'à l'avenir je craignisse d'approcher
de l'eau. Pas le moins du monde; à cet égard l'expérience ne me servit
pas, mais elle me fut utile sous un autre rapport: elle me fit
comprendre l'avantage que possède un bon nageur, et sous l'impression du
péril que je venais de courir dans le parc, je résolus de faire tous mes
efforts pour apprendre à nager.

Ma mère m'y encouragea vivement; et dans une de ses lettres, mon père,
qui était en voyage, approuva cette résolution; il désigna même la
méthode que je devais employer; je m'empressai de suivre ses conseils,
et je m'appliquai à le satisfaire, car je savais que l'un de ses voeux
était de me voir réussir. Tous les jours, en sortant de l'école, souvent
deux fois dans la journée, pendant les grandes chaleur, je me plongeais
dans la mer, où je battais l'eau, et me démenais avec l'animation d'un
jeune marsouin. Quelques-uns de mes camarades, plus âgés que moi, me
donnèrent une ou deux leçons, et j'eus bientôt le plaisir de faire la
planche sans le secours de personne. Je me rappelle combien je me sentis
fier lorsque j'eus accompli ce haut fait natatoire, et la sensation
délicieuse que j'éprouvai la première fois que je flottai sur le dos.

Permettez à ce sujet-là que je vous donne un conseil: croyez-moi, suivez
mon exemple, apprenez à nager. Vous pouvez en avoir besoin plus tôt que
vous ne le pensez. Demain, peut-être, vous regretterez votre impuissance
en voyant mourir le compagnon que vous auriez pu sauver; et qui vous dit
que tôt ou tard cela ne vous sauvera pas vous-même?

À présent que les voyages se multiplient chaque jour, on a bien plus de
chances de se noyer que l'on n'en avait autrefois: presque tout le monde
s'embarque, traverse la mer, descend les fleuves; le nombre des
individus qui, pour leurs affaires ou leur plaisir, s'exposent à tomber
dans l'eau est incroyable; et, parmi ces voyageurs, une proportion,
malheureusement bien grande, est noyée, surtout dans les années de
tempête. Je ne veux pas dire qu'un nageur, même le plus fort que l'on
connaisse, puisse gagner la terre s'il fait naufrage au milieu de
l'Atlantique, ou seulement du Pas-de-Calais, mais on peut gagner une
chaloupe, une cage à poules, une esparre, une planche ou un tonneau; les
faits sont là qui prouvent que bien des gens ont été sauvés par des
moyens aussi chétifs. Un navire peut être en vue, se diriger vers la
scène du désastre, et le bon nageur peut l'atteindre, ou se soutenir sur
les flots jusqu'à son arrivée, tandis que les malheureux qui ne savaient
pas nager sont tombés au fond de la mer.

Vous savez d'ailleurs que ce n'est pas au milieu des océans que se
perdent la plupart des vaisseaux; la tempête est rarement assez forte
pour briser un navire en pleine mer; il faut pour cela qu'elle ait,
suivant une expression de matelots, déchargé tous ses canons; c'est en
général en vue du port ou sur le rivage même que les bâtiments sont
détruits. Vous comprenez combien, en pareil cas, il est précieux de
savoir nager; il y a tous les ans plusieurs centaines d'individus qui
périssent à cent mètres d'une côte. De semblables catastrophes arrivent
dans les rivières: un bateau chavire, et les gens qui s'y trouvaient
sont noyés à quelques brasses de la rive.

Tous ces faits sont connus; ils se passent à la face de toute la terre,
et l'on se demande comment tout le monde ne se tient pas pour averti, et
n'apprend pas à nager.

On est surpris de ne pas voir les gouvernements pousser la jeunesse à
acquérir un talent aussi précieux.

Il serait tout au moins facile d'engager ceux qui voyagent sur mer à se
munir d'un appareil de sauvetage: ce serait une précaution à la fois
simple et peu coûteuse, et qui sauverait tous les ans plusieurs milliers
de personnes; je puis en donner la preuve.

Les gouvernements prennent le soin tout spécial de taxer les voyageurs,
en les obligeant à se munir d'un papier inutile; mais ils se soucient
fort peu, quand ils ont votre argent, que vous et votre passeport alliez
au fond de la mer.

Peu importe, jeune lecteur; que ce soit oui ou non le désir de ceux qui
vous gouvernent, croyez-moi, apprenez à nager; commencez dès
aujourd'hui, si la saison le permet, et ne manquez pas un seul jour de
vous y exercer, tant que le froid n'y mettra pas obstacle. Soyez bon
nageur avant d'arriver à l'âge où vous n'aurez plus de loisirs, où tous
vos instants seront consacrés aux exigences de la vie, aux devoirs d'une
profession, à tous ceux qui remplissent la carrière de l'homme; vous
courez d'ailleurs le risque d'être noyé, bien avant l'époque où poussera
votre moustache.

Quant à moi, j'ai failli bien souvent être victime de ma passion pour la
mer; les ondes que j'aimais tant semblaient désireuses de m'engloutir;
et je les aurais accusées d'ingratitude, si je n'avais su que les vagues
ne raisonnent pas, et sont dépourvues de responsabilité.

Quelques semaines s'étaient écoulées depuis mon plongeon dans l'étang,
et j'apprenais à nager depuis plusieurs jours, lorsque je fus sur le
point de terminer, par une catastrophe, mes exercices aquatiques.

Ce n'est pas dans la pièce d'eau où s'ébattaient les cygnes qu'arriva
cette aventure; car il n'était pas permis de se baigner dans l'intérieur
du parc; mais lorsqu'on vit au bord de la mer on n'a pas besoin d'un
étang pour s'ébattre dans l'eau; et c'est au sein des vagues que
j'appris à nager.

La baie où les habitants de notre village avaient coutume de se baigner
n'était pas précisément l'endroit qu'ils auraient dû choisir; non pas
que la grève n'y fût belle, avec son sable jaune et ses coquilles
blanches; mais on rencontrait sous le flot limpide un courant dont il
était dangereux d'approcher, à moins d'être un excellent et vigoureux
nageur.

Quelqu'un s'était noyé par l'effet de ce courant; toutefois, il y avait
si longtemps, que le fait était passé à l'état de légende; et si, plus
récemment, deux ou trois baigneurs avaient été entraînés vers la haute
mer, ils avaient été sauvés par les bateaux qu'on avait envoyés à leur
secours.

Les anciens du village, c'est-à-dire ceux dont l'opinion avait le plus
d'importance, n'aimaient pas qu'on racontât ces accidents, et haussaient
les épaules quand on en parlait devant eux. Je me rappelle avoir été
frappé de leur réserve à cet égard; quelques-uns allaient même jusqu'à
nier l'existence du courant, tandis que les autres se contentaient
d'affirmer qu'il était inoffensif. J'avais remarqué néanmoins qu'ils ne
permettaient pas à leurs enfants de se baigner à cet endroit.

Ce ne fut que plus tard, lorsqu'après quarante années d'aventures, je
revins au lieu de ma naissance, que je devinai le motif de la réserve de
mes concitoyens. Notre village est, comme vous savez, l'un des points de
la côte où l'on prend des bains de mer, et il doit une partie de sa
prospérité aux baigneurs qui viennent successivement y passer quelques
semaines. On conçoit dès lors que si la baie avait une mauvaise
réputation, on n'aurait plus personne, et il faudrait renoncer au
bénéfice que nous procurent les bains. C'est pourquoi les sages de la
commune vous estiment d'autant plus que vous parlez moins de leur
courant.

Toujours est-il qu'en dépit des négations de nos prudents villageois, il
m'arriva de me noyer dans la baie.

«Pas tout à fait, direz-vous, puisque vous n'êtes pas mort.» Je n'en
sais rien; la chose est fort douteuse. Je n'avais plus ni le sentiment
de la vie, ni celui de la douleur: on m'eût coupé en mille morceaux que
je ne l'aurais pas senti; et je ne serais plus de ce monde, à dater de
cette époque, si quelqu'un ne s'en était pas mêlé, un beau jeune homme
du village, un batelier qui s'appelait Henry Blou, et qui m'a rendu à
l'existence.

L'accident par lui-même n'a rien d'extraordinaire, et, si je le raconte,
c'est pour vous montrer comment je fis connaissance avec ce brave Henry,
dont les habitudes et l'exemple devaient tant influer sur mon avenir.

Je m'étais rendu sur la plage avec l'intention de me baigner, comme je
le faisais tous les jours, et, soit méprise, soit envie d'explorer un
nouveau coin de la baie, je me dirigeai précisément vers l'un des
endroits les plus mauvais du courant. À peine étais-je dans l'eau qu'il
me saisit et m'emporta vers la pleine mer, à une distance qu'il m'aurait
été impossible de franchir pour regagner la côte. Soit, en outre, que la
frayeur paralysât mes forces, car j'avais conscience du péril où je me
trouvais, soit que je fusse vraiment incapable de lutter plus longtemps,
je cessai mes efforts, et je coulai à fond comme une pierre.

Je me souviens confusément d'avoir aperçu un bateau près de l'endroit où
j'avais cessé de nager: un homme était dans ce bateau, puis tout a
disparu; un bruit semblable aux roulements du tonnerre emplissait mes
oreilles, et ma connaissance s'éteignit tout à coup, ainsi que la flamme
d'une bougie qu'on a soufflée.

Je ne sais plus ce qui arriva jusqu'au moment où je me sentis revivre.
Lorsque j'ouvris les yeux, un jeune nomme était penché au-dessus de moi;
il me frictionna tout le corps, me pétrit le ventre, me souffla dans la
bouche, exécuta diverses manoeuvres plus singulières les unes que les
autres, et me chatouilla les narines avec les barbes d'une plume.

C'était Henry Blou qui me rappelait à la vie. Dès qu'il m'eut sauvé, il
me prit dans ses bras et me porta chez ma mère, qui devint presque folle
en me recevant ainsi. On me versa un peu de vin dans la gorge, on
m'enveloppa de couvertures, on m'entoura de briques chaudes, de
bouteilles d'eau bouillante; on me fit respirer du vinaigre et des sels;
bref, on m'entoura des soins les plus minutieux et les plus tendres.

Au bout de vingt-quatre heures, j'étais sur pied, tout aussi vif, tout
aussi bien portant que jamais; et cette leçon, qui aurait dû servir à me
mettre en garde contre mon élément favori, fut entièrement perdue, comme
vous le montrera la suite de cette histoire.



CHAPITRE IV.

En mer.


Bien loin de me guérir de mes goûts nautiques, le péril auquel je venais
d'échapper ne fit qu'augmenter la passion que j'avais toujours eue pour
la mer.

Ma reconnaissance pour le jeune homme qui m'avait sauvé devint bientôt
une affection profonde. Henry n'était pas seulement courageux, mais
aussi bon qu'il était brave; et je n'ai pas besoin de vous dire que je
l'aimais de tout mon coeur. Du reste, il semblait bien me le rendre; car
il agissait à mon égard comme si les rôles avaient été changés, et que
ce fût moi qui l'eusse arraché à la mort. Que de peines il se donna pour
me rendre bon nageur, et pour m'enseigner à faire usage d'une rame! si
bien qu'en très-peu de temps j'appris à m'en servir, et que je ramais
beaucoup mieux que pas un enfant de mon âge. Mes progrès furent si
rapides que bientôt je pus manier les deux rames, et faire avancer ma
barque sans le secours de personne. J'étais fier de ce haut fait; et
jugez de mon orgueil lorsque, honoré de la confiance du maître, j'allais
prendre son bateau dans une petite anse où il était amarré, afin de le
conduire à quelque point de la côte, où Henry m'attendait. Il arriva
bien qu'en passant près du rivage ou d'un sloop immobile, j'entendais
certaines voix ironiques se récrier sur ma présomption apparente: «Un
beau gaillard pour manier une paire de rames! Ohé! vous autres,
regardez-moi ce bambin qui tette encore sa mère, et qui se mêle de
conduire un bateau!» Et les rires se joignaient aux railleries. Que me
faisaient ces insultes? Au lieu de me mortifier, elles doublaient mon
ardeur, et je montrais qu'en dépit de ma petitesse, je pouvais conduire
ma barque, non-seulement dans la direction voulue, mais encore aussi
vite que la plupart de ceux qui avaient deux fois ma taille.

Au bout de quelque temps, personne, excepté les étrangers, ne pensa plus
à se moquer de mon audace; chacun dans le village connaissait mon
adresse, et, malgré mon peu d'années, on me parlait avec respect.
Quelquefois ils m'appelaient en riant le petit marin ou le jeune
matelot; mais c'était avec bienveillance, et ils finirent par me
baptiser du nom de petit Loup de mer, qui prévalut sur tous les autres.

Ma famille avait d'ailleurs l'intention de me faire entrer dans la
marine: je devais accompagner mon père dans son prochain voyage, et,
toujours habillé en matelot, mon costume était irréprochable; vareuse de
drap bleu, large pantalon du même, cravate de soie noire et collet
rabattu. C'était sans doute à la manière dont je portais cet uniforme
que j'avais dû mon dernier sobriquet. J'aimais ce nom de petit Loup de
mer, qui flattait mon amour-propre; il me plaisait d'autant plus que
c'était Henry Blou qui me l'avait donné le premier.

À cette époque, Henry Blou commençait à prospérer: il avait deux
embarcations dont il était propriétaire. La plus grande, qu'il appelait
sa yole[4], lui servait lorsqu'il avait trois ou quatre personnes à
conduire. Il venait d'acheter l'autre, qui était beaucoup plus petite,
et ne la prenait que lorsqu'il n'avait qu'un passager. Dans la saison
des bains, où il y a chaque jour des parties de plaisir, la yole était
continuellement en réquisition, et le petit canot restait dans la crique
où il était amarré. J'avais alors la permission d'en user librement, et
de le manoeuvrer tout seul, ou d'emmener un camarade si la chose me
plaisait. Je ne manquais pas d'en profiter, ainsi que vous le pensez
bien. Dès que je sortais de l'école, je me rendais à l'endroit où se
trouvait le petit canot, et je me promenais dans le port, que je
parcourais dans tous les sens. Il était rare que je n'eusse pas un
compagnon; la plupart de mes camarades partageaient mes goûts maritimes,
et plus d'un parmi eux m'enviait le privilége d'être le maître d'un
bateau.

  [4] Embarcation légère, allant à la voile et avec des avirons, et qui
    dans la marine de l'État sert généralement aux officiers supérieurs.

Nous étions néanmoins assez sages pour ne sortir que lorsque la mer
était calme; Henry me l'avait bien recommandé; nos excursions d'ailleurs
ne s'étendaient pas au dehors de la baie, et je poussais même la
prudence jusqu'à ne pas m'éloigner de la côte, de peur que notre esquif
ne fût saisi par un coup de vent qui l'aurait mis en danger.

Cependant, à mesure que j'acquérais plus d'habitude, je devenais moins
timide. Je me sentais chaque jour plus à l'aise; et, voguant en pleine
eau, j'allai sans y penser à plus d'un mille du rivage. Henry m'aperçut,
et me répéta sur tous les tons qu'il fallait être prudent. J'écoutai ses
paroles avec la ferme intention de lui obéir; mais j'eus le malheur de
l'entendre, quelques instants après, dire à quelqu'un:

«Un brave enfant! n'est-ce pas, Bob? Il est sorti de la bonne souche, et
sera un fameux marin, s'il vit assez pour cela.»

Cette remarque me fit penser que mon audace n'avait pas déplu à mon
patron, et sa recommandation de ne pas quitter le rivage n'eut plus
d'effet sur moi.

Je ne tardai pas à lui désobéir, et vous allez voir que cela faillit me
coûter la vie.

Mais laissez-moi vous parler du malheur qui, à cette époque, vint
changer mon existence.

Je vous ai dit que mon père était patron d'un vaisseau marchand qui
faisait le commerce avec les îles d'Amérique. Il était si peu à la
maison que c'est tout au plus si je me le rappelle; je ne me souviens
que de l'ensemble de son visage: une belle et et bonne figure, au teint
bronzé par la tempête, mais pleine de franchise et d'enjouement.

Ma mère avait sans doute pour lui une affection bien vive, puisqu'à
dater du jour où elle apprit sa mort, elle ne cessa de décliner, et
mourut quelques semaines après, tout heureuse d'aller rejoindre son mari
dans l'autre monde.

J'étais donc orphelin, sans fortune, sans asile. Mon père, en se donnant
beaucoup de peine, gagnait bien juste de quoi subvenir aux dépenses de
la famille, et, malgré son rude travail, ne laissait pas la moindre
épargne. Que serait devenue ma mère? Combien de fois, au milieu des
regrets que je donnais à sa mémoire, n'ai-je pas remercié la Providence
de l'avoir rappelée de cette terre, où elle n'avait plus qu'à souffrir!
Il fallait tant d'années avant que je pusse lui être utile et pourvoir à
ses besoins!

Mais pour moi, qui restais seul et pauvre, la mort de mon père devait
avoir les plus sérieuses conséquences. Je trouvai bien un gîte; hélas!
qu'il était différent de l'intérieur auquel on m'avait habitué! Il
fallut aller chez mon oncle. C'était le frère de ma mère, et cependant
il n'avait rien des sentiments de sa soeur. D'un caractère morose, il
était brutal, grossier dans ses habitudes, et me traita comme le dernier
de ses domestiques, dont je partageai le travail.

Malgré mon âge et le besoin que j'avais de m'instruire, on ne m'envoya
plus à l'école. Mon oncle était cultivateur, et me trouva bientôt de la
besogne; tant et si bien qu'à soigner les moutons, à conduire les
chevaux, à courir après les cochons et les vaches, à faire mille autres
choses de cette espèce, j'étais occupé depuis le lever du soleil jusqu'à
la fin du jour. Par bonheur, on se reposait le dimanche: non pas que mon
oncle fût religieux le moins du monde, mais personne dans la paroisse ne
travaillait le jour du sabbat; c'était la coutume, et il fallait bien se
soumettre à la loi générale; sans cela, on aurait travaillé le dimanche
à la ferme, tout comme à l'ordinaire.

Mon oncle, ayant fort peu de religion, ne m'envoyait pas à l'église, et
j'étais libre d'employer le jour du Seigneur suivant mon bon plaisir.
Vous pensez bien que je ne m'amusais pas à rester dans les champs; la
mer, qui s'étendait à l'horizon, avait bien plus d'attrait pour moi que
les nids d'oiseaux, les haies et les fossés; et dès que je pouvais
m'échapper, j'allais rejoindre Henry Blou. Il m'emmenait dans sa yole,
ou je m'emparais du petit canot, dont les rames étaient disposées pour
moi.

Ma mère avait eu soin de m'apprendre qu'il était mal de passer le jour
du Seigneur dans la dissipation; mais l'exemple que j'avais chez mon
oncle changea bientôt mes idées sur cette matière, et j'en vins à
trouver que la dimanche ne différait des autres jours que par le plaisir
dont il était rempli.

Toutefois, l'un de ces dimanches fut loin d'être agréable; je ne crois
pas même avoir passé dans toute ma vie une journée aussi pénible, et où
la mort m'ait approché de plus près.



CHAPITRE V.

Le récif.


Nous étions au mois de mai, c'était un dimanche; l'un des plus beaux
dont j'aie gardé le souvenir. Le soleil brillait partout, et les oiseaux
remplissaient l'air de leurs chansons joyeuses. Le doux tirelire de
l'alouette se mêlait à la voix plus sonore de la grive et du merle, et
le coucou, volant sans cesse d'un buisson à l'autre, faisait retentir
les champs de son cri d'appel, fréquemment répété. Un doux parfum
d'amande s'échappait de l'aubépine, et la brise était juste assez forte
pour l'entraîner dans l'air. Avec ses haies fleuries, ses champs de blé
verdoyants, ses prés émaillés d'orchis et de boutons d'or, ses nids
d'oiseaux, ses bruits joyeux, la campagne aurait été bien attrayante
pour la plupart des petits garçons de mon âge; mais la plaine liquide,
où le ciel bleu se réfléchissait comme dans un vaste miroir, et dont le
soleil faisait étinceler la surface était pour moi bien autrement
séduisante; ses vagues me paraissaient plus belles que les sillons où la
brise courbait la pointe des blés, son murmure charmait plus mon oreille
que les chants de la grive ou de l'alouette, et je préférais son odeur
particulière au parfum des violettes et des roses.

C'est pourquoi lorsque, ayant quitté ma chambre, je jetai les yeux sur
cette mer étincelante, je n'aspirai plus qu'à me poser sur ses ondes et
à voguer sur ses flots. Pour satisfaire ce désir, dont je ne saurais
vous exprimer la force, je n'attendis pas même que l'on eût déjeuné; je
pris en cachette un morceau de pain, et je sortis en toute hâte pour me
diriger vers la grève.

J'eus cependant assez d'empire sur moi-même pour ne quitter la ferme
qu'à la dérobée; j'avais pour qu'on ne m'empêchât de réaliser mes voeux:
mon oncle pouvait me rappeler, m'ordonner quelque chose, ne pas vouloir
que je m'éloignasse de la maison; car s'il me permettait le dimanche de
courir dans les champs, il ne voulait pas que je me promenasse en
bateau, et me l'avait défendu de la manière la plus positive.

Il en résulta qu'au lieu de suivre l'avenue et d'aller par la grande
route, je pris un sentier qui me conduisit au rivage en faisant un
détour.

Je ne rencontrai personne de connaissance, et j'arrivai sur la grève
sans avoir été vu par aucun de ceux que mes démarches pouvaient
intéresser.

En arrivant à l'endroit où les bateaux d'Henry étaient toujours amarrés,
je vis tout de suite que la yole était prise; mais il restait le petit
canot qui était à mon service. C'était ce que je désirais; car
précisément, ce jour-là, j'avais formé le dessein de faire une grande
excursion.

J'entrai dans l'esquif; probablement on ne l'avait pas employé depuis
quelques jours, car il y avait au fond une assez grande quantité d'eau;
mais je trouvai par bonheur un vieux poêlon qui servait d'écope à Henry,
et après avoir travaillé pendant huit ou dix minutes, mon batelet me
parut suffisamment asséché pour ce que j'en voulais faire. Les rames
étaient sous un hangar attenant à la maison d'Henry Blou, située à peu
de distance; j'allai les prendre, comme je faisais toujours, sans avoir
besoin d'en demander la permission, que j'avais une fois pour toutes.

Revenu à mon batelet, je plaçai mes rames, je m'installai sur mon banc,
et je fis en sorte de m'éloigner du rivage. L'esquif répondit à mon
premier effort et glissa vivement à la surface de l'eau, dont il fendit
les ondes avec autant d'aisance que l'aurait fait un poisson. Jamais mon
coeur n'avait battu plus légèrement dans ma poitrine; la mer n'était pas
seulement brillante et bleue, mais aussi paisible qu'un lac; à peine si
elle offrait une ride, et sa transparence était si merveilleuse que je
voyais les poissons batifoler à plusieurs brasses[5] de profondeur.

  [5] La brasse est une ancienne mesure calculée d'après la longueur des
    bras d'un homme; elle n'est plus en usage que dans la marine, où
    l'on s'en sert pour indiquer la profondeur des eaux, les divisions
    de la ligne de sonde, la longueur des câbles, etc. Elle vaut, en
    France, un mètre soixante-deux centimètres; dans les autres pays
    elle est un peu plus longue. (_Note du traduct._)

Le fond de la mer est, dans notre baie, d'un blanc pur, avec des reflets
argentés, sur lequel se détachent les objets les plus minces, et je
distinguais parfaitement de petits crabes, à peine aussi larges qu'une
pièce d'or, qui se poursuivaient les uns les autres, ou qui couraient
sur le sable, afin d'y trouver les menues créatures dont ils voulaient
déjeuner. Puis c'étaient de larges plies, de grands turbots, des masses
de petits harengs, des maquereaux à la robe bleue et changeante, et
d'énormes congres de la taille du boa, qui tous étaient en quête de
leurs proies respectives.

Il est rare que sur nos côtes la mer soit aussi calme; et cette belle
journée paraissait faite pour moi; car, ayant l'intention, comme je l'ai
dit plus haut, de faire une assez grande course, je ne pouvais espérer
un temps plus favorable.

«À quel endroit vouliez-vous donc aller?» me demandez-vous. C'est
justement ce que je vais vous dire.

À peu près à trois milles[6] de la côte, où, s'apercevant du rivage, se
trouvait une île excessivement curieuse. Quand je dis une île, ce
n'était pas même un îlot; mais un amas de rochers d'une étendue fort
restreinte, et qui dépassaient à peine la surface de la mer; encore
fallait-il que la marée fût basse; car autrement les vagues en
couvraient le point le plus élevé. On n'apercevait alors qu'une perche
se dressant au-dessus de l'eau à une faible hauteur, et que surmontait
une espèce de boule, ou plutôt de masse oblongue dont je ne m'expliquais
pas la forme. Cette perche avait été plantée là pour désigner l'écueil
aux petits navires qui fréquentaient nos parages, et qui sans cela
auraient pu se briser sur le récif.

  [6] Le mille anglais a seize cent neuf mètres.

Lorsque la mer était basse, l'îlot était découvert; il paraissait en
général d'un beau noir; mais parfois il était blanc comme s'il eût été
revêtu d'un épais manteau de neige. Cette singulière métamorphose
n'avait pour moi rien d'incompréhensible; je n'ignorais pas que ce
manteau blanc, dont la roche se parait à divers intervalles, n'était ni
plus ni moins qu'une bande nombreuse d'oiseaux de mer qui s'abattaient
sur l'écueil, soit pour y prendre le repos dont ils avaient besoin, soit
pour y chercher les petits poissons et les crustacés que le reflux
déposait sur le roc.

Depuis longtemps ces rochers étaient pour moi l'objet d'un extrême
intérêt; leur éloignement du rivage, leur situation isolée préoccupaient
mon esprit; mais ce qui surtout à mes yeux leur donnait tant de
prestige, c'étaient ces oiseaux blancs qui s'y pressaient en si grand
nombre. Nulle part, aux environs, leur foule n'était si grande. Il
fallait que cet écueil fût leur endroit favori, puisqu'à la marée
descendante je les voyais accourir de tous les points de l'horizon,
planer autour de la perche, et descendre, et se poser les uns auprès des
autres jusqu'à ce que le rocher noir disparût sous la masse qu'ils
offraient à mes regards.

Je savais que ces oiseaux étaient des mouettes; mais elles paraissaient
être de différentes espèces; il y en avait de beaucoup plus grandes les
unes que les autres; et quelquefois il se mêlait à ces mouettes des
oiseaux d'un autre genre, tels que des grèbes et des sternes, ou grandes
hirondelles de mer. Du moins je le supposais, car du rivage, il était
difficile de déterminer à quelle espèce ils pouvaient appartenir. À
cette distance, les plus grands d'entre eux paraissaient à peine excéder
la taille d'un moineau, et s'ils avaient été seuls, ou s'ils ne
s'étaient pas envolés, personne, en se promenant sur la côte, n'aurait
remarqué leur présence.

Ces oiseaux prêtaient donc pour moi un intérêt puissant aux rochers qui
leur servaient de rendez-vous. J'ai toujours eu, dès ma plus tendre
jeunesse, un penchant très-marqué pour l'histoire naturelle; c'est un
goût qui est partagé par la plupart des enfants. Il peut exister des
sciences plus importantes, plus utiles au genre humain[7] que l'étude de
la nature, il n'y en a pas de plus séduisante pour la jeunesse et qui
réponde mieux à son activité physique et morale.

  [7] Beaucoup d'utilitaires ont l'habitude de considérer l'histoire
    naturelle comme une science d'agrément, propre à satisfaire une
    curiosité qui n'a rien de répréhensible, mais qui ne peut conduire à
    aucun résultat. Pourtant, si l'on y réfléchit, on voit que cette
    prétendue science de luxe embrasse tout ce qui nous alimente, nous
    désaltère et nous abrite; tout ce qui forme nos vêtements et nos
    parures, la matière de nos armes, de nos ustensiles, de nos
    instruments, de nos meubles, tout enfin jusqu'aux mystères de la
    vie, et l'on ne dit plus: «à quoi bon?» lorsqu'il s'agit d'étudier
    un métal, une plante ou un insecte. (_Note du traducteur._)

L'amour des oiseaux d'une part, la curiosité de l'autre, m'inspiraient
le plus vif désir d'aller visiter l'îlot. Mes regards ne se tournaient
jamais dans cette direction (et mes yeux n'y manquaient pas dès que
j'arrivais sur la grève) sans en avoir un désir plus vif. Je savais par
coeur la forme des rochers que la mer découvrait en se retirant, et
j'aurais pu en dessiner le profil sans avoir le modèle sous les yeux.
Leur sommet découvrait une ligne courbe, s'affaissant de chaque côté
d'une façon particulière; on aurait dit que c'était une énorme baleine,
gisant à la surface de l'eau, et conservant au milieu de son échine le
harpon qui l'avait fait échouer.

Cette perche ne m'attirait pas moins que le reste; j'avais besoin de la
toucher, de savoir de quoi elle était faite, et quelle pouvait être sa
dimension, car du rivage elle ne paraissait pas beaucoup plus haute
qu'une vergue. Je voulais voir cette espèce de boisseau qui en
couronnait la pointe, et apprendre comment cette perche était fixée dans
le roc. Il fallait que sa base y fût solidement attachée pour résister
aux vagues; plus d'une fois pendant la tempête, j'avais vu l'écume des
flots atteindre une si grande élévation qu'on n'apercevait rien du
récif, pas même l'espèce de boule qui surmontait la perche; et pourtant
celle-ci restait debout et se revoyait après l'orage.

Avec quelle impatience j'appelais l'instant où je pourrais visiter mon
flot; mais l'occasion ne s'en présentait jamais. C'était trop loin; je
n'osais pas y aller seul, et personne ne m'avait offert de m'y
accompagner. Henry Blou ne demandait pas mieux que de m'y conduire, mais
il n'y pensait pas; il était si loin de comprendre l'intérêt que ce
récif avait pour moi! Cependant il lui était facile de combler mon
désir: il lui arrivait souvent de passer auprès de ce récif; il y avait
abordé plus d'une fois sans aucun doute; peut-être avait-il amarré son
bateau à la perche, afin de tirer des mouettes, ou de pêcher aux abords
de recueil; mais c'était sans moi qu'il avait fait ces excursions, et je
ne comptais plus sur lui pour satisfaire mon ardente curiosité.
D'ailleurs à présent je ne pouvais sortir que le dimanche, et ce jour-là
mon ami avait trop de monde à promener pour qu'il pût s'occuper de moi.

J'étais las d'espérer vainement une occasion; je résolus de ne plus
attendre. Je m'y étais décidé le matin même, et j'étais parti avec la
ferme intention d'aller tout seul visiter le récif. Tel était mon but
lorsque, détachant le petit canot, je pris mes rames et le fis nager
rapidement sur l'eau brillante et bleue.

[Illustration: Je pris mes rames et je me dirigeai vers le récif.]



CHAPITRE VI.

Les mouettes.


L'entreprise, par elle-même, n'avait rien d'extraordinaire; mais elle
était audacieuse pour un enfant de mon âge. Il s'agissait de franchir un
espace de trois milles, et de le faire en eau profonde, à une distance
où le rivage était presque perdu de vue. Je n'avais jamais été si loin;
c'était à peine si j'avais fait un mille en dehors de la baie, à un
endroit où les eaux étaient basses. J'étais bien allé avec Henry dans
tous les environs, mais je ne dirigeais pas le bateau; et confiant dans
l'habileté du maître, je n'avais pas eu le moindre sujet d'inquiétude. À
présent que je me trouvais seul, la chose était différente; tout
dépendait de moi-même, et en cas de péril je n'avais personne pour me
donner des conseils et me prêter assistance.

À vrai dire, je n'étais pas à un mille de la grève que mon expédition
m'apparut sous un jour moins favorable, et il aurait fallu bien peu de
chose pour me faire virer de bord; mais il me vint à l'esprit qu'on
avait pu me voir du rivage, que certains de mes camarades, jaloux de mes
prouesses nautiques, avaient dû remarquer que je me dirigeais vers
l'îlot, qu'ils devineraient aisément pour quel motif j'étais revenu sans
avoir atteint mon but, et qu'ils m'accuseraient de poltronnerie. Bref,
sous l'influence de cette pensée, jointe au désir que j'avais de
réaliser mon rêve, je repris courage et poursuivis ma route.

Lorsque je ne fus plus qu'à environ huit cents mètres de l'écueil, je me
reposai sur mes rames et je jetai les yeux derrière moi, car c'était
dans cette direction que se trouvait mon récif. La marée était basse et
les rochers entièrement hors de l'eau; toutefois la pierre avait
complétement disparu sous la quantité de mouettes dont elle était
couverte. On aurait dit qu'une troupe de cygnes ou d'oies s'était
abattue sur l'écueil; mais je ne pouvais pas m'y tromper: un grand
nombre de ces oiseaux tournaient dans l'air au-dessus du récif, allaient
se reposer pour reprendre bientôt leur vol, et malgré la distance,
j'entendais distinctement leurs cris désagréables.

Je repris ma course, plus désireux que jamais d'atteindre l'île
rocailleuse, et d'examiner ces oiseaux. La plupart était en mouvement,
et je ne devinais pas le motif de leur agitation. Afin qu'ils me
permissent de les approcher de plus près, j'eus soin de faire le moins
de bruit possible et de plonger mes rames dans l'eau avec autant de
précaution qu'un chat, guettant une souris, pose les pattes sur le
plancher.

Après avoir fait de la sorte environ six cents mètres, je m'arrêtai une
seconde fois et retournai de nouveau la tête. Les oiseaux ne
paraissaient point alarmés. Je savais que les mouettes sont pourtant
assez farouches; mais elles connaissent parfaitement la portée d'une
arme de chasse, et ne quittent l'endroit où elles sont posées qu'au
moment où le plomb du chasseur peut arriver jusqu'à elles. Ensuite les
miennes voyaient fort bien que je n'avais pas de fusil et qu'elles
n'avaient rien à craindre. Ainsi que les pies et les corbeaux, elles
distinguent à merveille un bâton d'une arme à feu, dont l'emploi
meurtrier leur est parfaitement connu.

Je les regardai pendant longtemps, sans me lasser du spectacle qu'elles
m'offraient; et s'il m'avait fallu repartir immédiatement pour la côte,
je me serais cru suffisamment récompensé de la peine que j'avais prise.

Comme je l'ai dit dans une des pages précédentes, il y avait parmi cette
bande ailée des oiseaux de plusieurs genres. Tous ceux qui étaient
groupés sur les pierres étaient bien des mouettes, mais de deux espèces
différentes: les unes avaient la tête noire et les ailes grises, tandis
que les autres étaient presque entièrement d'un blanc pur; leur taille
différait ainsi que leur couleur, mais rien ne surpassait la propreté de
leur plumage, et leurs pattes, d'un beau rouge, avaient l'éclat du
corail. Elles étaient occupées, bien que de diverses façons;
quelques-unes cherchaient évidemment leur nourriture composée du fretin
des crabes, des crevettes, des homards et d'autres animaux curieux que
la mer avait laissés à nu en se retirant. Beaucoup d'autres se
contentaient de lisser leurs plumes blanches qui semblaient faire leur
orgueil.

Cependant, malgré le bonheur dont ces oiseaux paraissaient jouir, ils
n'étaient pas plus que les autres créatures exempts de mauvaises
passions et de soucis. Plus d'une querelle terrible s'éleva parmi eux
pendant que je les contemplais; était-ce par jalousie ou pour se
disputer un poisson? c'est ce que je ne saurais dire.

Mais qu'il était amusant de regarder ceux qui péchaient, de les voir se
lancer d'une hauteur de plus de cent mètres, disparaître presque sans
bruit au milieu des flots et surgir un instant après, ayant dans le bec
une proie brillante.

De tous les mouvements que font les oiseaux, je ne crois pas qu'il y eu
ait de plus intéressants à voir que ceux de la mouette pêcheuse en train
de chercher pâture. Le milan lui-même n'est pas plus gracieux dans son
vol. Les brusques détours de l'oiseau marin, la pause momentanée qu'il
fait dans l'air pour s'assurer de sa proie, l'écume des flots qui
l'environne, cet éclair qui disparaît au sein des vagues, et le retour
subit de l'oiseau blanc à la surface de l'eau transparente et bleue,
sont d'une beauté incomparable. Jamais l'homme, dans ses heures
d'invention les plus heureuses, ne produira de spectacle plus agréable à
contempler.

Après avoir regardé les mouettes, et déjà très-satisfait du résultat de
mon excursion, je repris mes rames afin d'atteindre mon but et de
réaliser mon rêve en abordant au récif.

Lorsque je fus près de la rive, les oiseaux s'envolèrent; mais sans
paraître me redouter, car ils restèrent au-dessus de ma tête, où ils
décrivirent leurs évolutions aériennes à une si faible distance que
j'aurais presque pu les frapper avec mes rames.

L'un d'eux, qui me semblait être le plus gros de la bande, avait été,
pendant tout le temps, au sommet de la perche qui surmontait le récif et
qui servait de signal. Peut-être m'avait-il paru plus grand parce qu'il
était plus en vue; mais j'observai qu'avant le départ de ses camarades,
il s'était envolé en jetant un cri perçant comme pour ordonner aux
autres de suivre son exemple. Il servait apparemment de vigie ou de chef
à toute la bande. J'avais déjà vu pratiquer cette tactique par les
corneilles, lorsqu'elles sont en train de piller un champ de fèves ou de
pommes de terre.

Le départ des oiseaux m'attrista et je me sentis découragé. Cet effet,
du reste, n'avait rien que de naturel; tout s'était assombri autour de
moi: à la la place du troupeau blanc dont mes yeux étaient remplis je ne
trouvais plus qu'un récif désolé, couvert de galets énormes, ou plutôt
de quartiers de roche, aussi bruns que si on les avait enduits de
goudron. Un nuage avait obscurci le soleil, la brise s'était levée tout
à coup, et la mer, jusqu'alors si transparente et si calme, était
devenue grisâtre par l'action pressée des flots.

Mais j'étais là pour explorer l'écueil; et malgré son aspect effrayant,
je ramai jusqu'à ce que la quille de mon batelet grinçât sur le rocher.

Une anse en miniature s'était offerte à mes yeux, j'y conduisis mon
canot; puis sautant sur le récif, je me dirigeai vers la perche qui
attirait mes regards depuis tant d'années, et que j'avais un si vif
désir de connaître plus intimement.



CHAPITRE VII.

À la recherche d'un oursin.


Je touchai bientôt de mes mains cette perche intéressante, et j'éprouvai
en ce moment autant d'orgueil que si elle eût été le pôle nord, et que
j'en eusse fait la découverte. Quelle surprise en voyant les dimensions
de cette pièce de bois? Combien la distance m'avait trompé à son égard!
Vue du rivage, elle ne paraissait pas plus grosse que le manche d'une
houe, et la protubérance dont elle était couronnée semblait à peine
égaler une betterave, ou un navet de belle taille. Jugez de mon
étonnement quand je trouvai mon bâton un peu plus gros que ma cuisse, et
le navet ayant deux fois la grosseur de mon corps. Ce n'était ni plus ni
moins qu'un baril de la contenance de quarante à cinquante litres. Posé
à l'extrémité de la pièce de bois, qui le traversait dans sa longueur,
ce petit tonneau était peint en blanc; ce que je savais du reste, car je
l'avais vu souvent briller au soleil, tandis que la perche restait
brune. Celle-ci avait été sans doute peinte autrefois, mais lavée
souvent par l'eau de mer, qui dans les tempêtes s'élançait jusqu'en haut
du baril, la couleur en avait disparu peu à peu.

Je ne m'étais pas moins trompé quant à son élévation: du rivage elle me
paraissait être de la taille d'un homme ordinaire, tandis qu'en réalité
elle se dressait au-dessus de ma tête comme le mat d'un sloop, et devait
bien avoir sept ou huit mètres de hauteur.

L'étendue de mon îlot me surprenait également, je le croyais à peine de
quelques pieds carrés, là il avait au moins un demi-hectare. Presque
toute et surface en était couverte de galets, depuis la grosseur d'un
caillou jusqu'à celle d'une futaille; et çà et là on y voyait des
quartiers de roche engagés dans les interstices du rocher fondamental.
Toutes ces pierres, quel que fût leur volume, étaient revêtues d'une
substance noirâtre et gluante, et supportaient, en divers endroits, un
lit d'herbes marines de différentes espèces. Quelques-unes de ces algues
m'étaient familières pour les avoir vues sur la côte, où elles sont
déposées par le flux; et depuis quelque temps j'avais fait avec elles
plus intime connaissance, en aidant à les répandre dans les champs de
mon oncle, où elles fumaient les pommes de terre.

Après avoir satisfait ma curiosité à l'égard de la pièce de bois qui
servait de signal, et fait mes conjectures relativement au volume du
baril, je commençai l'exploration de mon île. Je voulais non seulement
reconnaître les lieux, mais encore trouver un coquillage, une curiosité
quelconque, afin d'avoir un souvenir de cette excursion, aussi agréable
qu'aventureuse.

Il était moins facile de parcourir cet écueil bouleversé que je ne
l'avais cru d'abord: les pierres, recouvertes, ainsi que je l'ai dit
plus haut, d'une espèce de glu marine, étaient aussi glissantes que si
elles avaient été savonnées; et dès les premiers pas je fis une chute
assez cruelle, sans parler des efforts qu'il fallait faire pour gravir
les fragments de rochers qui se trouvaient sur mon passage.

Je tournais le dos à l'endroit où j'avais laissé mon batelet, et je me
demandai si je ne ferais pas mieux de revenir sur mes pas; mais en face
de moi une sorte de presqu'île s'avançait dans la mer, et il me semblait
voir à son extrémité un amas de coquillages précieux qui redoublèrent
mon envie d'en posséder plusieurs.

J'avais déjà remarqué différentes coquilles dans le sable qui se
trouvait entre les quartiers de roche; les unes étaient vides, les
autres habitées; mais elles me semblaient trop communes; je les avais
toujours vues depuis que j'allais sur la grève, et je les retrouvais
dans les pommes de terre de mon oncle, où elles étaient apportées avec
le varech. Du reste, elles n'avaient rien de curieux, ce n'étaient que
des moules, des manches de couteau et des pétoncles. Il n'y avait pas
d'huîtres, sans cela j'en aurais avalé une ou deux douzaines, car
l'appétit commençait à se faire sentir. Les crabes et les homards
étaient abondants, mais je ne voulais pas les manger crus, et il m'était
impossible de les faire cuire. D'ailleurs ma faim était encore très
supportable.

Ce qui me faisait aller au bout de cette pointe rocailleuse, où
j'apercevais des coquillages, c'était le désir de me procurer un oursin.
J'avais toujours eu envie de posséder un bel échantillon de cette
singulière coquille; je n'avais jamais pu m'en procurer une seule.
Quelques-uns de ces _échinodermes_ s'apercevaient bien de temps en temps
près du village, mais ils n'y restaient pas; c'était dans le pays un
objet assez rare, par conséquent d'une valeur relative, et qu'on posait
sur la cheminée, dont il faisait l'ornement. Comme on visitait fort peu
le récif, qui était assez loin de la côte, j'avais l'espoir d'y trouver
cette coquille, et je regardais avec attention dans toutes les
crevasses, dans toutes les cavités où mon oeil pouvait atteindre.

À mesure que j'avançais, les formes brillantes qui m'avaient attiré
devenaient de plus en plus distinctes, et j'étais sûr de trouver parmi
elles quelque chose de précieux. Je n'en marchais pas plus vite, sachant
bien qu'elles ne s'éloigneraient pas, car c'étaient d'anciennes demeures
abandonnées depuis longtemps; j'avais donc la certitude qu'elles
resteraient à la même place, et je ne voulais pas négliger ce qui
pouvait être sur ma route. Précaution inutile; je ne vis rien qui fût à
ma convenance tant que je n'arrivai pas à l'endroit en question; mais
alors quelle découverte! C'était le plus bel oursin qu'on eût jamais
rencontré; il était rond comme une orange, et sa couleur était d'un
rouge foncé; mais je n'ai pas besoin de vous le décrire; quel est celui
d'entre vous qui ne connaît pas l'oursin[8]?

  [8] L'oursin est un animal rayonné, c'est-à-dire qu'au lieu de
    présenter deux parties symétriques (côté droit, côté gauche), il
    offre un axe d'où rayonnent toutes les parties qui le composent. Sa
    forme est plus ou moins globuleuse, et il est de grosseur moyenne.
    Sa coquille présente des espèces de plaques, ou de mamelons,
    disposés régulièrement, ainsi qu'une infinité de petits trous. Au
    lieu d'être nue, comme chez les huîtres et les colimaçons, cette
    coquille est recouverte d'une membrane vivante, pourvue de cils
    vibratiles. Il en résulte que l'oursin est complétement ébouriffé;
    aussi l'a-t-on nommé vulgairement châtaigne ou hérisson de mer, et
    scientifiquement _échinide_, faisant partie du groupe des
    _échinodermes_, c'est-à-dire ayant la peau hérissée d'épines. Pourvu
    d'un certain nombre de pieds tubuleux, rétractiles, pouvant se fixer
    comme des ventouses à l'endroit où il veut s'attacher, l'oursin a la
    faculté de se mouvoir, mais assez difficilement; et nous croyons que
    s'il existait des échinides sur la côte où demeurait notre petit
    marin, ils devaient y rester, car ils sont d'une nature peu
    ambulante. On les trouve sous les pierres, entre les rochers, parmi
    les plantes marines dont ils paraissent se nourrir, et sur le sable,
    où quelquefois ils s'enfoncent. Très communs dans les régions
    chaudes, ils sont assez rares dans les mers tempérées. (_Note du
    traducteur._)

J'eus bientôt ramassé ma coquille, dont j'admirai avec joie les courbes
charmantes et les écussons qui la rendaient si jolie. C'était la plus
curieuse de toutes celles que j'avais vues, et je me félicitais d'avoir
à conserver de ma promenade un souvenir aussi précieux.

Quand, après l'avoir bien examinée à l'extérieur, j'eus lorgné la cavité
qu'elle présentait, et qui avait servi de logette à l'oursin même,
logette blanche et propre qui m'amusa par ses mille petits trous rangés
en lignes, je me rappelai que j'avais vu d'autres coquilles, et je me
mis en devoir d'en ramasser. Il y en avait de quatre espèces, toutes les
quatre fort jolies et complétement nouvelles pour moi. J'en mis dans mes
poches tant qu'elles purent en contenir, et les mains pleines je revins
sur mes pas avec l'intention de me rembarquer.

Mais, ô stupeur! les coquilles m'échappèrent des mains, et peu s'en
fallut que je ne les suivisse dans leur chute. Ô mon bateau, mon bateau!

[Illustration: Ô mon bateau! mon bateau!]



CHAPITRE VIII.

Perte du petit canot.


Vous jugez de ma surprise, ou plutôt de mon alarme.

«Qu'est-ce que c'était? demandez-vous; est-ce que l'esquif avait
disparu? Non; mais pour moi cela n'en valait guère mieux, il s'était
éloigné.

La crique où je l'avais mis était vide; en jetant les yeux sur la mer,
je vis mon canot voguant à l'aventure et déjà loin du rocher. Ce n'était
pas étonnant, j'avais oublié de l'amarrer; dans ma précipitation, je
n'avais pas pris le cordage qui devait me servir à le fixer au bord de
l'écueil; la brise, en fraîchissant, l'avait poussé hors de la crique,
et bientôt en pleine mer.

Vous comprenez ma position: comment ravoir mon canot, et sans lui
comment revenir à la côte? Je ne pouvais pas franchir à la nage les
trois milles qui me séparaient de la grève. Personne ne viendrait à mon
secours. Il était impossible que l'on pût me voir du rivage, ou que l'on
connût ma position. Le petit canot, lui-même, ne serait pas aperçu; je
savais maintenant combien le volume des objets est diminué par la
distance: le récif que je croyais s'élever à peine à trente centimètres
au-dessus de l'eau, y était à plus d'un mètre; et mon batelet devait
être invisible à tous les flâneurs qui se promenaient sur la grève, à
moins qu'on ne fût armé d'un télescope; mais quelle improbabilité!

Plus j'y réfléchissais, plus j'étais malheureux; plus je comprenais le
péril où m'avait placé ma négligence. Que faire, quel parti prendre? je
n'avais pas d'autre alternative que de rester où j'étais. Si je pouvais
néanmoins regagner mon canot à la nage? Il n'était pas encore assez loin
pour que je ne pusse pas l'atteindre; mais il s'éloignait toujours, et
je n'avais pas une minute à perdre, si je voulais mettre ce projet à
exécution.

Je me dépouillai de mes habits en toute hâte, et les jetai derrière moi,
ainsi que mes souliers, mes bas et ma chemise, afin d'avoir toute la
liberté de mes mouvements.

Une fois à la mer je me dirigeai vers mon bateau, sans me détourner de
la ligne droite; hélas! j'eus beau redoubler de vigueur, je ne voyais
pas diminuer la distance qui me séparait de l'embarcation. Je finis par
comprendre qu'il me serait impossible de la gagner de vitesse, et que
mes efforts étaient complétement inutiles. J'eus un instant de
désespoir; si je ne pouvais ressaisir mon canot, il me faudrait revenir
à l'écueil ou tomber au fond de la mer, puisqu'il m'aurait été aussi
difficile d'atteindre le rivage que de traverser l'Atlantique. J'étais
assez bon nageur pour ne pas m'inquiéter d'avoir un mille à franchir;
mais le triple était au-dessus de mes forces; et puis le vent ne
poussait pas le canot droit à la côte, et dans la direction que j'avais
prise pour le suivre, il y avait au moins dix milles entre la terre et
moi.

Découragé dans mon entreprise, il ne me restait plus qu'à me retourner
vers l'écueil, et j'allais m'y décider, lorsqu'il me sembla que le
batelet virait de bord, décrivait une ligne oblique, et revenait un peu
de mon côté, par suite d'une bouffée de vent qui soufflait d'un autre
point.

Je continuai ma route, et quelques minutes après j'eus la satisfaction
de poser les mains sur le bordage du bateau, ce qui me permit de
reprendre haleine et de me reposer un instant.

Dès que j'eus recouvré un peu de force j'essayai d'entrer dans le canot;
malheureusement j'étais trop lourd, en dépit de ma petite taille, et le
frêle esquif chavira en me faisant faire un plongeon. Bientôt revenu à
la surface de l'eau, je ressaisis mon batelet et je fis un effort pour
me hisser sur la quille, où je voulais me mettre à cheval. Cette
tentative ne fut pas plus heureuse; en me cramponnant au canot pour
faire mon escalade, je perdis l'équilibre, et tirai tellement à moi, que
l'esquif chavira de nouveau et se retrouva la face en l'air. J'en fus
d'abord satisfait; pourtant ma joie ne devait pas être de longue durée;
la barque en se retournant avait puisé beaucoup d'eau: il est vrai que
ce lest imprévu me donna le moyen d'entrer sain et sauf dans l'esquif,
devenu assez lourd pour rester sur sa quille; mais à peine y étais-je
entré que je sentis le canot s'enfoncer peu à peu sous le poids que
j'ajoutais à celui du liquide; j'aurais dû me replonger dans la mer,
afin d'empêcher le bateau de couler à fond; mais j'avais presque perdu
la tête; je restai dans la barque, l'eau me montait jusqu'aux genoux, je
pensai à vider le bateau; mais le poêlon qui me servait d'écope, avait
disparu en même temps que les rames, qui flottaient à une assez grande
distance.

Dans mon désespoir je mis à rejeter l'eau avec mes mains, c'était bien
inutile: à peine avais-je puisé cinq ou six fois que le bateau coula
tout à fait; je n'eus que le temps de sauter à la mer, et de m'éloigner
pour échapper au tourbillon que le canot produisit en sombrant.

Je jetai un regard sur l'endroit où il avait disparu, et je me dirigeai
vers le récif qui était mon seul refuge.



CHAPITRE IX.

Sur l'écueil.


J'atteignis enfin les rochers, non sans peine, car j'avais le courant
contre moi; ce n'était pas seulement la brise, mais encore la marée
montante qui avait entraîné mon bateau. Cependant j'arrivai au but;
l'effort qui me porta sur l'écueil était le dernier que j'aurais pu
faire, et je demeurai complétement épuisé sur le roc, où j'avais rampé
en sortant des flots.

Toutefois je ne restai pas dans l'inaction plus qu'il n'était
nécessaire; la marée ne badine pas; et dès que j'eus repris haleine, je
fus bientôt sur pied.

Chose étrange! mes regards se tournèrent du côté ou mon canot s'était
perdu; je ne saurais dire pourquoi; peut-être avais-je une vague
espérance de voir mon pauvre batelet surgir de l'eau, et se diriger vers
l'écueil; mais je n'aperçus que les rames, qui flottaient dans le
lointain, et qui dans tous les cas n'auraient pu me rendre aucun
service.

Je jetai les yeux vers la côte; mais c'est à peine si je distinguais les
maisons du village. Comme pour ajouter à l'horreur de ma situation, le
temps s'était couvert, et le ciel m'était caché par des nuées grises que
le vent chassait avec violence.

Je ne pouvais pas même crier pour demander du secours; à quoi bon? ma
voix que le bruit des vagues aurait étouffée, ne se serait pas entendue,
quand même il aurait fait beau; je le comprenais si bien que je restai
silencieux.

Et pas un navire, pas un bateau sur la baie! C'était le dimanche,
personne n'allait à la pêche; les seules embarcations qui fussent dehors
conduisaient leurs passagers à un phare célèbre, situé à quelques milles
du village, et qui servait de but de promenade à ceux qui voulaient
faire une partie de plaisir. Il était probable qu'Henry Blou s'y
trouvait avec les autres.

Pas une voile aux quatre points de l'horizon; la mer était déserte, et
je me sentais aussi abandonné que si j'avais été au fond d'un cercueil.

Je me rappelle encore l'effroi que j'éprouvai de cette solitude; et je
me souviens de m'être affaissé sur moi-même, en pleurant avec désespoir.

Les goëlands et les mouettes, probablement irrités de ma présence qui
avait troublé leur repas, arrivaient en foule et planaient au-dessus de
ma tête, en m'assourdissant de leurs cris odieux.

L'un ou l'autre s'abattait sur moi jusqu'à m'effleurer les mains, et ne
s'éloignait que pour revenir l'instant d'après en criant d'une façon qui
redoublait mon agonie. Je commençais à craindre que ces oiseaux sauvages
n'en vinssent à m'attaquer; mais je suppose que j'éveillais plutôt leur
curiosité que leur appétit vorace.

J'avais beau réfléchir; je ne voyais pas autre chose à faire que de
m'asseoir ou de rester debout, si je l'aimais mieux, en attendant qu'on
vînt à mon secours.

Mais quand y viendrait-on? Ce serait le plus grand des hasards si
quelqu'un tournait les yeux dans la direction du récif. À l'oeil nu
personne ne pouvait m'y découvrir. Deux bateliers, Henry Blou et un
autre, avaient bien un télescope, mais ce n'était que rarement qu'ils en
faisaient usage; et en supposant qu'ils s'en servissent, il était fort
douteux qu'ils prissent l'écueil pour point de mire. Aucun bateau ne
venait jamais de ce côté, et les navires qui se dirigeaient vers le port
ou qui en sortaient, passaient au large pour éviter le récif. J'avais
bien peu de chances d'être aperçu du rivage; peut-être moins encore de
voir passer un bateau assez près de moi pour que je pusse m'y faire
entendre.

C'est avec une tristesse indicible que j'allai m'asseoir sur un quartier
de roche, en attendant le sort qui m'était réservé.

Toutefois je ne pensais pas rester sur cet écueil assez longtemps pour y
mourir de faim. J'espérais qu'Henry, ne voyant pas revenir le canot,
finirait par se mettre à ma recherche. À vrai dire, il ne rentrerait que
le soir, et ne s'apercevrait de l'absence de son bateau qu'à la nuit
close. Mais il saurait bien qui l'avait pris; j'étais le seul du village
qui eût le privilége de s'en servir; dans son inquiétude Henry Blou
irait jusqu'à la ferme, et ne me trouvant pas chez mon oncle, il était
probable qu'il devinerait mon aventure, et saurait me retrouver.

Cette pensée me rendit toute ma confiance, et dès qu'elle se fut emparée
de mon esprit, je fus beaucoup moins troublé du péril de ma situation
que du dommage dont mon imprudence avait été la cause. Je pâlissais rien
que d'y songer: comment regarder en face mon ami Blou? Comment réparer
la perte que j'avais faite! La chose était sérieuse; je ne possédais pas
un farthing, et mon oncle payerait-il le canot? J'avais bien peur que
non. Il fallait pourtant qu'on dédommageât le batelier de cette perte
considérable; comment faire? Si mon oncle, pensais-je, voulait seulement
me permettre de travailler pour Henry, je m'acquitterais de cette façon;
mon ami Blou me retiendrait tant par semaine jusqu'à ce que le bateau
fût payé, en supposant qu'il eût quelque chose à me faire faire.

Je me mis à calculer approximativement ce que devait coûter un canot
pareil à celui que j'avais perdu, et combien il me faudrait de temps
pour me libérer de ma dette. Quant au reste, je ne pensais pas que ma
vie fût en péril. Je m'attendais, il est vrai, à souffrir de la faim et
du froid, à être plus ou moins mouillé, car je savais qu'à une certaine
heure, la mer couvrait l'écueil; et il était certain que je passerais la
nuit dans l'eau.

Mais quelle serait sa profondeur?

En aurais-je jusqu'aux genoux?

Je cherchai un indice qui pût me faire découvrir quelle était la hauteur
des marées ordinaires. Je savais que le rocher disparaissait
entièrement; on voyait du rivage les flots rouler sur lui; mais j'étais
persuadé avec beaucoup d'autres, que la mer le recouvrait seulement d'un
ou deux décimètres.

Je ne vis rien tout d'abord qui pût me renseigner sur ce que je voulais
savoir; à la fin cependant mes yeux rencontrèrent le poteau qui
supportait le signal; et je me dirigeai vers lui, bien certain d'y
trouver ce que je cherchais; on y voyait une ligne circulaire, peinte en
blanc, qui était sans doute une ligne d'eau; jugez de ma terreur quand
je découvris que cette ligne était à deux mètres au-dessus du roc.

Rendu à demi fou par cette découverte, je m'approchai du poteau, et
levai les yeux; hélas! je ne m'étais pas trompé; la ligne blanche était
bien loin au-dessus de ma tête; c'était tout ce que je pouvais faire, en
me mettant sur la pointe des pieds, que d'y atteindre du bout des
doigts.

Un frisson d'horreur parcourut tous mes membres; le péril était trop
clairement démontré: avant qu'on pût venir à mon secours, la marée
couvrirait tout l'écueil; je serais balayé du récif, et englouti par les
flots.



CHAPITRE X.

Escalade.


Ma vie n'était pas seulement en danger, la mort était presque certaine;
l'espérance que j'avais eue d'être sauvé était détruite; la marée serait
de retour avant le soir, dans quelques heures elle submergerait l'îlot,
tout serait fini pour moi. On ne s'apercevrait de mon absence qu'après
la fin du jour, et il serait trop tard: la marée n'attend pas.

Un profond désespoir s'était emparé de mon âme, qu'il paralysait
complétement. Je ne pouvais plus penser, je ne distinguais plus rien de
ce qui m'environnait. Mes yeux étaient attachés sur la mer, et je
regardais machinalement les vagues. De temps à autre la conscience se
réveillait à demi, je tournais la tête, je cherchais à découvrir quelque
voile se dirigeant de mon côté; mais rien n'interrompait la monotonie
des flots, si ce n'est parfois un goëland qui revenait planer autour du
récif, comme s'il avait été surpris de me voir à pareille place, et
qu'il se fût demandé si je n'allais pas bientôt partir.

Tout à coup mes yeux rencontrèrent le poteau dont l'examen avait causé
ma stupeur, et cette fois en le voyant j'eus un rayon d'espoir. Je
pouvais encore me sauver en grimpant à son sommet, et en m'installant
sur la futaille jusqu'à la marée descendante. La mer n'arrivait pas à la
moitié de ce poteau, et je n'aurais plus rien à craindre dès que je
serais perché sur la barrique.

Toute la question était d'y arriver; la chose me paraissait facile. Je
grimpais bien à un arbre, pourquoi n'aurais-je pas escaladé le support
de mon tonneau? Je passerais sur ma futaille une assez mauvaise nuit;
mais je serais à l'abri de tout péril, et le lendemain matin, je me
trouverais encore de ce monde, où je rirais de ma frayeur.

Ranimé par cette espérance, je m'approchai du poteau avec l'intention
d'y grimper; ce n'est pas que je voulusse m'établir à mon poste; il
serait bien temps de le faire quand l'îlot serait inondé; mais je
voulais être sûr de pouvoir accomplir mon escalade, au moment où il n'y
aurait plus moyen de la différer.

C'était beaucoup moins facile que je ne l'avais cru d'abord, surtout
pour commencer; la partie inférieure du poteau était enduite, jusqu'à
deux mètres au moins, de cette espèce de glu marine dont les rochers
étaient couverts, et cet enduit le rendait aussi glissant que les mâts
de cocagne que j'avais vus à la fête de notre village.

Il me fallut échouer plusieurs fois avant de réussir à dépasser la ligne
blanche; le reste fut plus aisé, et je ne tardai pas à être au bout du
poteau. Arrivé là, je me félicitai d'être parvenu à mon but, et
j'étendis la main pour saisir le bord de la futaille. Quelle amère
déception!

J'avais le bras trop court pour atteindre l'extrémité du tonneau; le
bout de mes doigts n'arrivait qu'au ventre de la barrique, où je n'avais
aucune prise, et il m'était impossible de gravir jusqu'au faîte.

Je ne pouvais pas davantage garder ma position; mes forces ne tardèrent
pas à s'épuiser, et l'instant d'après j'avais glissé malgré moi jusqu'en
bas du poteau.

Mes nouvelles tentatives ne furent pas plus heureuses; j'avais beau
étendre les bras, étirer les jambes, faire mille et un efforts pour me
hisser plus haut, je n'arrivais toujours qu'au milieu de la futaille; et
comme le poteau n'offrait pas la moindre saillie, je me retrouvais sur
le rocher plus vite que je ne voulais.

Malgré cela, je ne cédai point au désespoir; l'approche du péril tenait
au contraire mon esprit en éveil; et conservant tout mon sang-froid, je
me mis à chercher ce qu'il y avait de mieux à faire.

Si j'avais eu seulement un couteau, j'aurais pu entailler la pièce de
bois, et poser les pieds sur les crans que j'y aurais faits; mais je
n'avais pas même un canif, et à moins de ronger le poteau avec mes
dents, il fallait renoncer à l'entamer. Vous voyez que ma position était
critique.

J'en étais là, quand une idée lumineuse me traversa l'esprit. Pourquoi
ne ferais-je pas un tas de pierres à côté du poteau? Je pourrais
l'élever jusqu'à la ligne blanche, monter dessus et m'y trouver sain et
sauf. Quelques fragments de roche avaient été placés autour du signal
pour en consolider la base; il ne me restait plus qu'à poser des galets
sur cette première assise pour me bâtir un cairn[9], dont la plate-forme
me servirait de refuge.

  [9] Cairn, tas de pierres que les peuples du Nord élèvent sur la tombe
    de leurs chefs.

Ravi de ce nouvel expédient, je ne perdis pas une seconde, et je me mis
en devoir d'exécuter mon projet. Les pierres détachées étaient
nombreuses autour de moi, et je pensais qu'en moins d'un quart d'heure
j'aurais terminé mon édifice. Mais à peine à la besogne, je m'aperçus de
la difficulté de mon entreprise, et je vis qu'elle me demanderait plus
de temps que je ne l'avais supposé. Les pierres étaient glissantes,
elles m'échappaient des mains; les unes étaient trop lourdes, les
autres, que je croyais libres, étaient à demi enterrées dans le sable
d'où je ne pouvais les arracher.

Je n'en travaillai pas moins avec ardeur, appelant à mon aide toute
l'énergie dont j'étais susceptible. Avec le temps j'étais bien sûr de
réussir; mais aurais-je celui de terminer mon entreprise? c'était là
toute la question.

La marée montait lentement, mais avec certitude. Le flot s'avançait
d'une manière incessante: je le voyais venir, léchant l'écueil,
l'inondant de plus en plus, et il ne devait s'arrêter qu'après avoir
passé au-dessus de ma tête.

En vain j'essayai d'aller plus vite; je pouvais à peine me soutenir,
j'étais tombé vingt fois; mes genoux, écorchés par les pierres, étaient
sanglants, mais je ne songeais pas à mes blessures; il s'agissait de
perdre ou de conserver la vie, et dans cette lutte avec la mort,
j'oubliais la douleur.

Ma pile s'élevait à la hauteur de mon front avant que la marée eût
couvert la surface de l'écueil; mais ce n'était pas assez; il fallait,
pour qu'elle atteignît la ligne d'étiage, qu'elle eût encore plus de
cinquante centimètres, et je poursuivis mon travail avec une ferveur que
rien ne décourageait.

Malheureusement plus la besogne avançait, plus elle était difficile,
j'avais employé toutes les pierres qui se trouvaient près du poteau; il
fallait aller beaucoup plus loin pour s'en procurer d'autres; cela me
prenait du temps, occasionnait de nouvelles chutes, qui me retardaient
encore; puis j'avais bien plus de peine à me décharger de mes pierres, à
présent que ma pyramide était aussi haute que moi; la pose de chacune
d'elles exigeait plusieurs minutes, et quand j'avais réussi à mettre mon
galet à sa place, il arrivait souvent qu'il perdait l'équilibre, et
roulait jusqu'en bas, en menaçant de m'écraser.

Après deux heures de travail, j'arrivai au terme de mon ouvrage; non pas
que je l'eusse fini; mais la marée venait l'interrompre; la marée, qui
après avoir atteint le niveau du récif, en avait immédiatement couvert
toute la surface.

Il était cependant impossible de renoncer à ma dernière chance de salut;
j'avais de l'eau jusqu'aux genoux, il me fallait plonger pour détacher
les pierres que je portais à ma pile. L'écume salée me fouettait le
visage, de grandes lames s'élevaient au-dessus de ma tête, et
m'enveloppaient tout entier; mais je travaillais toujours.

La mer devint si profonde et si violente que je perdis pied sur le roc,
et c'est moitié à gué, moitié à la nage, que je transportai mon dernier
galet; dès qu'il fut à sa place, je me hissai bien vite sur la pile que
je venais d'ériger, et me serrant contre le poteau que j'embrassai avec
force, je regardai, en tremblant, la marée qui continuait à grandir.



CHAPITRE XI.

Marée montante.


Ce serait un mensonge de laisser croire que je contemplais ce spectacle
avec confiance; bien au contraire, j'étais rempli de frayeur. Si j'avais
eu le temps d'achever mon cairn, et surtout le moyen de lui donner plus
de solidité, mes appréhensions auraient été moins vives. Je n'avais pas
d'inquiétude à l'égard du poteau; depuis que j'étais au monde, je lui
avais vu braver la tempête; mais mon tas de pierres serait-il assez fort
pour résister aux vagues? Quant à sa hauteur, il ne s'en fallait que de
trente centimètres qu'il atteignît la ligne blanche. C'était peu de
chose, et il m'était indifférent d'avoir les jambes dans l'eau.
Toutefois, cette ligne était-elle bien exacte? Elle indiquait la hauteur
des marées ordinaires, mais seulement quand la mer était calme; et la
brise était alors assez forte pour soulever les vagues à plus de
cinquante centimètres. S'il en était ainsi, les deux tiers de mon corps
seraient submergés, sans compter la crête des lames qui lanceraient leur
écume au-dessus de ma tête. Supposez maintenant que la brise continuât à
fraîchir, supposez une tempête, même un simple coup de vent, à quoi me
servirait mon tas de pierres? J'avais vu plus d'une fois, quand la mer
était furieuse, ses lames fouetter l'écueil, et s'élancer au-dessus du
signal à une hauteur de plusieurs mètres.

J'étais perdu sans retour si le vent devenait plus fort.

Il est vrai que toutes les chances étaient en ma faveur. Nous étions au
mois de mai; le ciel avait été admirable pendant la matinée; mais il y a
des tempêtes, même dans les plus beaux jours, et le temps, qui paraît
doux et calme sur la grève, est souvent orageux en pleine mer. Du reste,
il n'était pas nécessaire qu'il y eût un ouragan; une brise un peu
fraîche suffirait à m'emporter du monceau de pierres qui me servaient de
point d'appui.

Et quand même le temps fût resté beau, la solidité de mon cairn
m'inspirait peu de confiance. J'en avais jeté les pierres au hasard;
elles s'étaient amoncelées comme elles me tombaient des mains, et je les
avais senties s'ébranler au moment où j'y avait mis les pieds. Que
deviendrais-je si elles étaient entraînées par le courant, ou dispersées
par les vagues?

Cette cruelle appréhension venait augmenter mes angoisses et me causait
de cruelles tortures. Je jetais vers la baie des regards avides, pensant
que peut-être un bateau venait à mon secours; mais, là comme ailleurs,
je ne rencontrais qu'une amère déception.

J'avais conservé ma première attitude, et me pressais contre le poteau,
que je serrais dans mes bras comme j'aurais fait d'un ami. À vrai dire,
c'était le seul qui me restât; sans lui je n'aurais pas pu élever mon
tas de pierres; et en supposant que j'eusse réussi dans cette
entreprise, il m'aurait été impossible de me maintenir sur mon étroite
plate-forme, si je n'avais pas eu le poteau pour soutien.

À peine osais-je faire un mouvement; j'avais peur qu'en bougeant l'un de
mes pieds, la secousse ne fût assez forte pour faire écrouler mes
pierres, que je n'aurais pas pu rétablir. L'eau qui entourait la base
était maintenant plus haute que moi, et j'y aurais été forcément à la
nage.

Bien que tout mon corps fut immobile, je tournais souvent la tête pour
interroger l'espace, tantôt à droite, tantôt à gauche, fouillant du
regard tous les points de l'horizon, et recommençant toujours, sans rien
voir qui répondît à mon attente. Puis, mes yeux rencontraient les flots,
que j'avais oubliés, en cherchant dans le lointain, et se fixaient sur
les vagues énormes qui, revenues de leur course vagabonde, se brisaient
contre l'écueil en roulant vers la plage. Elles paraissaient furieuses,
et grondaient en passant comme pour se plaindre de ma témérité. Qui
étais-je, moi, faible enfant, pour m'établir ainsi dans leur propre
domaine.

Leur voix rugit plus fort; il me sembla qu'elles me parlaient, je fus
saisi de vertige, et dans ma défaillance, je crus que j'allais
disparaître au fond de l'abîme.

Les vagues s'élevaient toujours; elles atteignirent les derniers galets,
couvrirent mes pieds, montèrent plus haut, toujours plus haut, me
frappèrent les genoux.... Ô mon Dieu! quand cesseront-elles de monter?

Pas encore. Elles m'arrivèrent à la ceinture, elles me baignèrent les
épaules, leur écume me fouetta le visage, m'entra dans la bouche, dans
les yeux, dans les oreilles; je fus à demi étouffé, à demi noyé. Ô père
miséricordieux!

La marée avait maintenant toute sa hauteur, et menaçait à chaque minute
de m'engloutir; mais, avec la ténacité que l'instinct de la vie donne au
moment suprême, je me cramponnai plus que jamais au poteau, et peut-être
aurais-je pu m'y maintenir jusqu'au matin, sans un accident qui vint
aggraver le péril.

Le jour avait disparu, et, comme si la nuit eût donné le signal de ma
destruction, le vent redoubla, les nuages se heurtèrent avec fureur, la
pluie tomba par torrents, les vagues se soulevèrent avec une nouvelle
puissance et faillirent m'entraîner.

Mon effroi était à son comble; je ne pouvais plus tenir contre les
lames.

À demi entraîné par les flots, j'avais perdu pied tout à fait. Je voulus
reprendre ma place sur le tas de pierres, ce qui était indispensable.
Afin d'y parvenir, je me soulevai à l'aide de mes bras, et je cherchais
du bout de mon soulier à me replacer sur le cairn, lorsqu'une vague
détacha mes jambes du poteau. Quand elle eut passé, après m'avoir
soutenu horizontalement, je cherchai de nouveau ma pile; j'en touchai
les galets; mais au moment où j'y posais les pieds, je la sentis crouler
sous moi comme si elle avait fondu tout à coup; et, ne pouvant plus me
soutenir, je suivis dans les flots mon support dont les débris s'y
étaient éparpillés.



CHAPITRE XII.

Le poteau.


Il était bien heureux pour moi que j'eusse appris à nager, surtout que
j'eusse profité des leçons de mon ami Blou; c'était le seul talent qui
put m'être utile en pareille circonstance; car, sans lui, je périssais
aussitôt. Je me trouvai soudain au milieu des quartiers de roche qui
couvraient tout l'écueil, et si je n'avais pas été bon plongeur, il est
probable que cette chute au fond de l'eau aurait causé ma mort.

Mais au lieu d'y rester, je reparus à la surface comme eût fait un
canard; puis, m'élevant avec la vague, je regardai autour de moi pour
découvrir mon poteau. Il était moins facile de l'apercevoir que vous ne
l'imaginez; l'eau m'aveuglait, en me fouettant la figure; et, comme un
chien de Terre-Neuve qui cherche quelque chose dans une rivière, je fus
obligé de faire deux ou trois tours avant de rien distinguer dans
l'ombre, car vous savez qu'il faisait nuit.

À la fin cependant mes yeux rencontrèrent ce mât de secours. Sans le
savoir, je m'en étais éloigné de plus de vingt mètres; et si j'avais
laissé faire le vent et la marée, ils m'auraient emporté en dix minutes
assez loin du récif pour qu'il me fût ensuite impossible d'y revenir.

Dès que je l'eus aperçu, j'allai droit au poteau; non pas que je vis
clairement à quoi il pourrait me servir; l'instinct seul me dirigeait
vers lui. Comme tous les malheureux qui, au moment de se noyer, se
rattachent à un brin de paille, je me portais, dans mon trouble, vers la
seule chose qui fût à ma portée, espérant sans doute que j'y trouverais
mon salut. Je n'avais plus ma raison, et cependant, quand j'approchai du
poteau, l'idée subite qu'il me serait inutile vint frapper mon esprit et
raviver mes angoisses.

Je pouvais bien franchir les cinq ou six mètres qui me séparaient de la
futaille, mais non pas gagner le faîte de cette dernière. Je l'avais
essayé plusieurs fois, à un moment où la fatigue n'avait pas réduit mes
forces; et, malgré le désespoir qui soutenait ma vigueur, j'étais sûr de
ne point y réussir.

Pourtant si j'avais pu m'installer sur le bout du tonneau, j'étais
sauvé, je n'avais plus rien à craindre; la surface en était assez large
pour me permettre d'y rester, même pendant la tempête. Ce n'est pas tout
encore; on m'aurait aperçu du rivage, et la fin de l'aventure n'avait
plus rien de tragique.

Mais à quoi bon ces pensées? Je n'avais pas même l'intention de tenter
cette escalade; une seule idée me préoccupait: c'était de savoir par
quel moyen je pourrais m'attacher à la pièce de bois de manière à ne pas
en descendre, comme je l'avais fait jusqu'ici, au bout de quelques
instants.

J'atteignis enfin mon but, et non sans peine; car je nageais contre le
vent, la marée et la pluie. C'est avec transport que je lançai mes bras
autour de mon poteau, de ce vieil ami auquel je devais l'existence; et
il me sembla que j'étais sauvé. Pendant quelques minutes, mon corps
flotta sur l'eau, grâce à l'appui que j'avais retrouvé; et si les flots
avaient été paisibles, il est probable que je me serais maintenu dans
cette position jusqu'à la marée descendante. Malheureusement, la mer
était loin d'être calme. Elle s'apaisa, il est vrai, pendant quelques
minutes; je repris haleine; mais ce moment de répit fut bien court; le
vent ne tarda pas à recouvrer toute sa violence, et les vagues, plus
furieuses qu'elles n'avaient encore été, m'enlevaient jusqu'au bord
inférieur de la barrique, me laissaient retomber tout à coup en se
dérobant sous moi, et, me reprenant en travers, me forçaient à nager
autour de mon support, comme un acrobate qui fait la roue, en se tenant
perpendiculairement à une perche qui lui sert de pivot.

Je soutins ce premier choc avec succès; mais je ne me fis pas illusion;
l'assaut recommencerait avant peu, et je savais trop bien quel serait le
résultat d'une pareille lutte.

Comment résister à cette force toute-puissante? comment ne pas être
arraché du poteau qui était mon seul appui? Si j'avais eu seulement une
corde! mais le plus petit bout de ficelle était aussi loin de ma portée
que le bateau de Henry, ou le fauteuil de mon oncle. Au même instant,
comme si un bon génie m'eût soufflé cette idée à l'oreille, je songeai,
non pas à une corde, mais à ce qui pouvait la remplacer. Oui, la chose
était claire et l'inspiration excellente.

«Qu'est-ce que c'est?» demandez-vous avec impatience. Attendez, je vais
vous le dire.

Je portais, ainsi que tous les enfants d'une humble condition, une
espèce de vareuse en grosse étoffe à côtes excessivement solide. C'était
autrefois mon habit de tous les jours; mais depuis la mort de ma mère,
je le mettais le dimanche tout aussi bien que dans la semaine. Pourtant
ne déprécions pas ma veste. Depuis lors, j'ai toujours été bien mis,
j'ai porté le drap le plus fin d'Angleterre, et toute la garde-robe que
j'ai jamais possédée est loin d'être aussi haut dans mon estime que ma
vareuse de grosse étoffe à côtes. C'est elle, je puis le dire, qui m'a
sauvé la vie.

Elle avait heureusement une belle rangée de boutons, solidement
attachés; non pas de ces petits brimborions de corne, de plomb ou d'os
comme vous en avez aujourd'hui, mais de gros boutons en fer, aussi
grands, aussi épais qu'un shilling, et dont la résistance était à toute
épreuve.

Il n'était pas moins heureux que j'eusse repris mes habits. Vous vous
rappelez qu'avant de me mettre à la nage pour rejoindre le canot,
j'avais jeté bas veste et culotte; mais à mon retour, le vent devenu
plus frais, m'avait obligé de me revêtir, et je m'en félicitais; sans
cela, ma veste aurait été perdue, et alors....

«Mais que vouliez-vous en faire? dira-t-on. Pensiez-vous à la déchirer,
à vous servir de ses lambeaux en guise de corde?» Pas du tout: il
m'aurait été bien difficile d'exécuter ce projet. En supposant que j'aie
pu déchirer ma vareuse, comment en aurais-je assemblé les morceaux! Je
n'avais qu'une main de libre, et la mer était si mauvaise qu'elle ne
m'aurait pas permis d'accomplir cette longue opération. D'ailleurs, il
m'aurait été impossible de me dépouiller de ma veste, dont l'étoffe
adhérait à ma peau comme si on l'y eût collée. Je ne pensai pas un
instant à la défaire; je me contentai de l'ouvrir, de me serrer contre
le poteau, d'y enfermer celui-ci, et de la reboutonner complétement.

Par bonheur, on avait prévu que je grossirais, et ma vareuse était assez
ample pour contenir deux personnes comme la mienne. Je me souviens d'en
avoir été peu satisfait la première fois que je l'endossai, ne me
doutant pas du service qu'elle me rendrait plus tard.

Quand elle fut boutonnée, j'eus un moment de répit; c'était le premier
depuis bien longtemps. Je n'avais plus à craindre d'être arraché du
poteau; je faisais partie de lui-même aussi bien que la futaille dont il
était couronné, mieux encore; et je ne pouvais être emporté par les
vagues que si, auparavant, elles le descellaient d'entre les rocs.

Il est certain que s'il m'avait suffi de tenir ferme au poteau pour être
hors de péril, j'avais lieu de me réjouir; mais, hélas! je ne tardai pas
à comprendre que tout danger n'était pas fini pour moi. Une lame énorme
vint se briser sur le récif et me passa par-dessus la tête; je voulus me
hisser plus haut, pour éviter les autres, impossible; j'étais trop bien
fixé pour changer de place, et le résultat de ces immersions successives
était facile à prévoir: je serais bientôt suffoqué, je lâcherais prise
et je glisserais jusqu'en bas du poteau, où ma mort était certaine.



CHAPITRE XIII.

Suspension.


Malgré cela, j'avais conservé toute ma présence d'esprit, et je cherchai
un nouveau moyen de me maintenir au-dessus des vagues. Il m'était facile
de déboutonner ma vareuse, de grimper au haut du mât, et de refermer mon
habit comme je l'avais fait d'abord. Mais la grosseur du poteau n'était
pas uniforme, elle était moindre vers son extrémité qu'à la base, et je
serais bientôt redescendu au point où je me trouvais alors. Si j'avais
eu un couteau pour y faire une entaille, ou seulement un clou pour y
accrocher ma vareuse! Hélas! je n'avais ni l'un ni l'autre. Et cependant
je me trompais, j'en eus bientôt la preuve: à l'endroit où la barrique
posait sur le poteau, celui-ci formait brusquement une espèce de fiche
qui traversait la futaille; il en résultait une sorte de mortaise,
laissant un vide assez léger, il est vrai, entre elle et son
couronnement vide qui pouvait me permettre d'y suspendre ma veste, et me
donner ainsi le moyen de ne pas glisser le long du poteau.

Que cela dût réussir ou non, il fallait essayer; ce n'était pas l'heure
de se montrer difficile en matière d'expédients, et je n'hésitai pas une
seconde à tenter l'ascension.

Je parvins facilement à mon but, j'y trouvai l'échancrure dont j'avais
gardé le souvenir; mais impossible d'y engager ma vareuse; et redescendu
à l'endroit que je venais de quitter, j'eus de nouveau à subir la douche
amère qui devait finir par me noyer.

Mon insuccès était facile à comprendre: je n'avais pas tiré assez haut
le collet de ma veste, et ma tête avait empêché qu'il n'atteignît
l'endroit où je voulais l'assujettir.

Me voilà regrimpant avec une nouvelle idée; j'espérais, cette fois,
pouvoir fixer quelque chose à l'entaille du poteau, et parvenir à m'y
suspendre.

Qu'est-ce que cela pouvait être? Le hasard voulait que j'eusse pour
bretelles deux bonnes courroies de buffle, et non pas de la drogue que
vendent pour cet usage les marchands d'aujourd'hui. Sans perdre de
temps, soutenu par ma vareuse, je détachai lesdites bretelles, et
prenant bien garde de les laisser tomber, je les nouai toutes deux
ensemble, ayant grand soin d'y employer le moins possible de ma
courroie, dont chaque centimètre était d'une valeur inappréciable.

Lorsque j'eus réuni mes deux lanières, je fis à l'une des extrémités de
ma bande de cuir une boucle dont le poteau remplissait l'intérieur;
cette opération terminée, je poussai mon noeud coulant jusqu'à la
mortaise, et je tirai sur la courroie. Il ne me restait plus qu'à
introduire l'autre bout dans l'une des boutonnières de ma veste, et à
l'y attacher solidement. J'y parvins après quelques minutes. Ce n'avait
pas été sans peine; mais peu importe, puisque j'avais réussi; pesant
alors sur ma lanière pour en essayer la force, elle m'inspira tant de
confiance, que je lâchai le poteau complétement, et me trouvai suspendu
sans que rien eût craqué, ni bretelles ni vareuse.

Je ne sais plus si dans l'état où je me trouvais alors, je fus frappé de
ce que ma position avait de bizarre. Il est probable que je ne songeai
pas à en rire, mais je me rappelle très-bien le sentiment de sécurité
qui remplaça ma frayeur dès que le succès eut couronné ce dernier
effort. Le vent pouvait souffler avec violence, la mer déferler avec
rage, peu m'importait leur fureur, elle ne m'enlèverait pas de la place
que j'avais enfin conquise.

Je trouvais certainement la position fort mauvaise; mes jambes étaient
si fatiguées que de temps en temps elles se détachaient du poteau, et je
reprenais mon attitude de pendu, ce qui n'était pas moins dangereux que
désagréable. Aussi, dès que je fus délivré de toute inquiétude
cherchai-je le moyen de m'installer un peu plus commodément. Je n'en
trouvai pas d'autre que de déchirer mon pantalon jusqu'aux genoux, de
prendre les lanières qui résultaient de cette déchirure, et de les nouer
fortement, après les avoir passées plusieurs fois autour du poteau;
j'eus alors une espèce de siége, et c'est de la sorte qu'à moitié assis,
à moitié suspendu, je passai le reste de la nuit.

[Illustration: C'est de la sorte que je passai la nuit.]

Enfin la marée se retira; vous supposez sans doute qu'en voyant les
galets à découvert, je m'empressai de descendre de mon perchoir; vous
vous trompez, je n'en fis rien; les rochers ne m'inspiraient pas de
confiance, et je craignais en abandonnant mon poste d'être obligé d'y
revenir. D'ailleurs c'était le moyen d'être aperçu de la côte; il était
probable qu'en me voyant, à la place que j'occupais, on devinerait ma
détresse, et qu'on m'enverrait du secours.

Il vint me trouver lui-même sans qu'on l'y envoyât. À peine l'aurore
avait-elle rougi l'horizon que je vis poindre un bateau qui, du rivage,
se dirigeait vers l'écueil, en nageant à toute vitesse. Quand il fut à
portée de mes yeux, je reconnus le rameur qui le conduisait vers moi;
c'était mon ami Blou, ainsi que je l'avais deviné.

Je ne vous peindrai pas les transports de Henry quand, approchant de
l'écueil, il me vit sain et sauf, Il riait et pleurait à la fois; il
levait ses rames, les agitait dans l'air, en poussant des cris joyeux,
et en m'adressant de bonnes paroles. Je ne vous dirai pas avec quelle
sollicitude il me détacha du poteau, avec quelle attention il me porta
dans sa barque. Puis, quand je lui eus tout raconté, quand il sut la
perte de son canot, au lieu d'être fâché contre moi, ainsi que je m'y
attendais, il répondit en riant que c'était un petit malheur, qu'il
était bien content qu'il n'en fut pas arrivé d'autre: et jamais un mot
de reproche ne lui est venu aux lèvres à propos de son batelet.



CHAPITRE XIV.

En partance pour le Pérou.


Même cette aventure où j'avais dû mille fois mourir ne me servit pas de
leçon; je crois au contraire qu'elle augmenta mon amour pour la vie
maritime, en me faisant connaître l'espèce d'enivrement qui accompagne
le danger. Bientôt un désir excessif de traverser la mer, de voir des
pays lointains s'empara de mon esprit; je ne pouvais plus jeter les yeux
sur la baie sans aspirer vers des régions inconnues qui passaient dans
mes rêves.

Avec quel sentiment d'envie je suivais du regard les navires dont les
voiles blanches disparaissaient à l'horizon; avec quel empressement
j'aurais accepté la plus rude besogne pour qu'on tolérât ma présence à
bord!

Peut-être n'aurais-je pas soupiré aussi ardemment après l'heure du
départ si j'avais été plus heureux, c'est-à-dire si j'avais eu mon père
et ma mère. Mais mon vieil oncle, taciturne et bourru, me portait peu
d'intérêt, et nulle affection réelle ne m'attachait au logis. De plus,
il me fallait travailler dans les champs, faire l'ouvrage de la ferme,
et la vie agricole me déplaisait par-dessus tout.

L'ennui que m'inspirait ce genre d'occupations ne fit qu'attiser mes
désirs. Je ne pensais qu'aux endroits merveilleux qui sont décrits dans
les livres, et dont les marins, qui revenaient au village, m'avaient
fait des récits encore plus miraculeux. Ils me parlaient de tigres, de
lions, d'éléphants, de crocodiles, de singes aussi grands que des
hommes; de serpents aussi longs que des tables; et les aventures qu'ils
avaient eues avec ces êtres surprenants, me faisaient souhaiter plus que
jamais d'aller voir de mes propres yeux ces animaux étranges, de les
poursuivre, de les capturer ainsi que l'avaient fait les matelots que
j'écoutais avec enthousiasme. Bref, il me devint presque impossible de
supporter la vie monotone que nous menions à la ferme, et que je croyais
particulière à notre pays, car suivant les marins qui nous visitaient
quelquefois toutes les autres parties du globe étaient remplies
d'animaux curieux, de scènes étranges, d'aventures plus extraordinaires
les unes que les autres.

Un jeune homme, qui n'était allé qu'à l'île de Man, je me le rappelle
comme si c'était hier, racontait des épisodes si remarquables de son
séjour parmi les nègres et les boas constricteurs, que je ne rêvais plus
que d'assister aux chasses mirobolantes qui s'étaient passées sous ses
yeux. Il faut vous dire que, pour certains motifs, on m'avait poussé
assez loin en écriture et en calcul, mais que je ne savais pas un mot de
géographie, étude qui était fort négligée dans notre école; voilà
pourquoi j'ignorais où était située l'île de Man, cette contrée
mystérieuse que j'étais bien résolu de visiter à la première occasion.

Malgré ce que cette entreprise avait pour moi d'aventureux, je caressais
l'espérance de l'exécuter un jour. Il arrivait parfois des cas
exceptionnels où un schooner sortait du port de notre village pour se
rendre à cette île renommée; et il était possible que j'eusse la chance
de me faire admettre à bord. Dans tous les cas j'étais décidé à tenter
l'aventure; je me mettrais en bons termes avec les matelots du schooner,
je les intéresserais en ma faveur, enfin j'obtiendrais qu'ils me
prissent avec eux.

Tandis que je guettais avec impatience cette occasion désirée, un
incident imprévu changea tous mes projets, et fit sortir de ma tête le
schooner, l'île de Man, ses nègres et ses boas.

À peu près à cinq milles de notre village, il y avait, en descendant la
côte, une ville importante, un vrai port de mer où abordaient de grands
vaisseaux, des trois-mâts qui allaient dans toutes les parties du monde,
et qui chargeaient d'énormes cargaisons.

Il arriva qu'un jour, par hasard, mon oncle me fit accompagner l'un des
domestiques de la ferme qui allait mener du foin à la ville; j'étais
envoyé pour tenir le cheval pendant que mon compagnon s'occuperait de la
vente du foin. Or, il se trouva que la charrette fut conduite sur l'un
des quais où les navires faisaient leur chargement: quelle belle
occasion pour moi de contempler ces grands vaisseaux, d'admirer leur
fine mâture, et l'élégance de leurs agrès!

[Illustration: La charrette fut conduite sur l'un des quais.]

Un surtout, qui était en face de moi, attira mon attention d'une manière
toute spéciale; il était plus grand que ceux qui l'environnaient, et ses
mâts élancés dominaient tous ceux du port. Mais ce n'était ni la
grandeur, ni les heureuses proportions de ce navire qui fixaient mes
regards sur lui. Ce qui le rendait si intéressant à mes yeux, c'est
qu'il allait partir, ainsi que vous l'apprenait l'inscription suivante,
placée dans l'endroit le plus visible du gréement:

          L'INCA
    _met à la voile demain
        pour le Pérou._

Mou coeur battait bruyamment dans ma poitrine, comme si j'avais été en
face d'un horrible danger; pourtant je ne craignais rien; c'était
l'irruption des pensées tumultueuses qui se pressaient dans mon cerveau,
tandis que mes yeux restaient fixés sur cette dernière partie de
l'annonce;

    _Demain, pour le Pérou._

Toutes mes idées, rapides comme l'éclair, surgissaient de cette
réflexion que j'avais faite tout d'abord: si j'allais au Pérou?

Et pourquoi pas?

Il y avait à cela bien des obstacles; le domestique de mon oncle était
responsable de ma personne, il devait me ramener à la ferme; et c'eût
été folie que de lui demander la permission de m'embarquer.

Il fallait ensuite que le patron du navire y consentît. Je n'étais pas
assez simple pour ignorer qu'un voyage au Pérou devait être une chose
coûteuse, et que même un enfant de mon âge ne serait pas emmené gratis.

Comme je n'avais pas d'argent, la difficulté de payer mon passage était
insurmontable, et je cherchai par quel moyen je pourrais m'en dispenser.

Mes réflexions, ai-je dit tout à l'heure, se succédaient avec rapidité;
bientôt les obstacles de tout genre, soit de la part du domestique, soit
du côté de la somme que je ne possédais pas, furent effacés de mon
esprit, et j'eus la confiance, presque la certitude de partir avec ce
beau vaisseau.

Quant à savoir dans quelle partie du monde était situé le Pérou, je
l'ignorais aussi complétement que si j'avais été dans la lune; peut-être
davantage; car les habitants de ce satellite peuvent y jeter un coup
d'oeil, par les nuits transparentes, quand leur globe est tourné vers
cette partie de la terre; mais je le répète je n'avais qu'un peu de
lecture, d'écriture et de calcul, et pas un atome de science
géographique.

Toutefois les marins susmentionnés m'avaient dit maintes choses du
Pérou; je savais, grâce à eux, que c'était un pays très-chaud, très-loin
de notre village, où l'on trouvait des mines d'or, d'une richesse
merveilleuse, des serpents, des nègres et des palmiers; précisément tout
ce que je désirais voir. J'allais donc partir le lendemain pour ce pays
enchanté, et partir à bord de _l'Inca_.

La chose était résolue; mais comment faire pour la mettre à exécution,
pour obtenir un passage gratuit, et pour échapper à la tutelle de mon
ami John, le conducteur de la charrette? La première de ces difficultés,
qui vous paraît peut-être la plus grande, était celle qui m'embarrassait
le moins. J'avais souvent entendu parler d'enfants qui avaient quitté la
maison paternelle, et s'étaient embarqués avec la permission du patron,
qui les avait pris en qualité de mousses, et plus tard comme matelots.
Cela me paraissait tout simple; j'étais persuadé qu'en allant à bord
pour y offrir ses services on devait être bien accueilli, dès l'instant
qu'on avait la taille voulue, et qu'on montrait de la bonne volonté.

Mais étais-je assez grand pour qu'on m'acceptât sur un brick? J'étais
bien fait, bien musclé, bien pris dans ma petite taille; mais enfin
j'étais petit, plus petit qu'on ne l'est à mon âge. On m'en avait raillé
plus d'une fois, et je craignais que cela ne devînt un obstacle à mon
engagement sur _l'Inca_.

Toutefois c'était à l'égard de John que mes appréhensions étaient les
plus sérieuses. Ma première pensée avait été de prendre la fuite, et de
le laisser partir sans moi. En y réfléchissant j'abandonnai ce projet;
le lendemain matin John serait revenu avec les gens de la ferme,
peut-être accompagné de mon oncle, pour se mettre en quête de moi; ils
arriveraient probablement avant que le navire mît à la voile, le crieur
public s'en irait, à son de cloche proclamer ma disparition, comme celle
d'un chien perdu, on me chercherait dans toute la ville, on fouillerait
peut-être le navire où je me serais réfugié, on me prendrait au collet,
je serais ramené au logis, et fouetté d'importance. Je connaissais assez
les dispositions de mon oncle à cet égard pour prédire avec certitude le
dénoûment de l'aventure. Non, non, ce serait un mauvais expédient que de
laisser partir John et sa charrette sans moi.

Toutes mes réflexions me confirmaient dans cette pensée; il fallait donc
chercher un autre moyen, et voici à quoi je m'arrêtai: je reviendrais
avec le domestique, et c'est de la maison même que je partirais le
lendemain.

Bref, les affaires de John terminées, je montai avec lui dans la
charrette, et nous trottâmes vers le village, en causant de différentes
choses, mais non pas de ce qui me préoccupait.



CHAPITRE XV.

Fuite.


Il était presque nuit quand nous arrivâmes à la maison, et j'eus soin,
pendant tout le reste de la soirée, d'agir avec autant de naturel que si
rien d'extraordinaire ne s'était passé dans mon esprit. Combien mon
oncle et les domestiques de la ferme étaient loin de se douter du projet
caché dans ma poitrine, et qui par intervalles me faisait bondir le
coeur.

Il y avait des instants où je me repentais d'avoir pris cette
résolution. Quand je regardais les figures qui m'étaient familières,
quand je me disais que je les voyais peut-être pour la dernière fois,
que plus d'une serait triste de mon départ, j'en étais certain, quand je
songeais à la déception de ces braves gens, qui m'accuseraient de les
avoir trompés, je déplorais ma passion maritime et j'aurais voulu ne pas
partir. Que n'aurais-je pas donné pour avoir quelqu'un à qui demander
conseil au milieu de toutes mes incertitudes! Si l'on m'avait donné
l'avis de renoncer à ce voyage, je suis sûr que je serais resté à la
maison, du moins pour cette fois-là; car à la fin mon esprit aventureux
et mes goûts nautiques m'auraient toujours entraîné à la mer.

Vous vous étonnez sans doute qu'en pareille circonstance je n'aie pas
été voir mon ami Blou, pour lui confier mon dessein et recevoir son
opinion; c'est bien ce que j'aurais fait si Henry avait encore été au
village; mais il n'y était plus; il avait vendu son bateau, et s'était
engagé dans la marine, il y avait déjà six mois. Peut-être que s'il fût
resté au pays, je n'aurais pas eu si grande envie de partir; mais depuis
qu'il nous avait quittés, je ne songeais plus qu'à suivre son exemple,
et chaque fois que je regardais la mer, mon désir de m'embarquer se
renouvelait avec une violence inexprimable.

Un prisonnier qui regarde à travers les barreaux de sa prison n'aurait
pas aspiré plus vivement après la liberté que je ne souhaitais d'être
bien loin, sur les vagues de l'Océan. Je le répète, si j'avais eu près
de moi mon ami Blou, il est possible que j'eusse agi différemment; mais
il n'y était pas, et je n'avais plus personne à qui faire part de mon
secret. Il y avait bien à la ferme un jeune homme que j'aimais beaucoup
et dont j'étais le favori; j'avais été vingt fois sur le point de tout
lui dire, et vingt fois les paroles s'étaient arrêtées sur mes lèvres.
Il ne m'aurait pas trahi, j'en avais la certitude, mais à condition que
je renoncerais à mon dessein; et je n'avais pas le courage de demander
un avis que je savais d'avance opposé à mes désirs.

On soupa; j'allai me coucher comme à l'ordinaire. Vous supposez que je
fus debout peu de temps après, et que je m'échappai pendant la nuit;
vous vous trompez; je ne quittai mon lit qu'au moment où chacun se
levait d'habitude. Je n'avais pas fermé l'oeil; les pensées qui se
pressaient dans ma tête m'avaient empêché de dormir; et je rêvais tout
éveillé, de grands vaisseaux ballottés sur les vagues, de grands mâts
touchant les nues, de cordages goudronnés que je maniais avec ardeur, et
qui me brisaient les doigts, et les couvraient d'ampoules.

J'avais d'abord songé à m'enfuir pendant la nuit, ce que je pouvais
faire aisément sans réveiller personne. De temps immémorial on ne se
rappelait pas qu'un vol eût été commis dans le village, et toutes les
portes, même celle de la rue, n'étaient fermées qu'au loquet. Cette
nuit-là, surtout, rien n'était plus facile que de s'échapper sans bruit;
mon oncle, trouvant la chaleur étouffante, avait laissé notre porte
entr'ouverte, et j'aurais pu sortir sans même la faire crier.

Mais après mûres réflexions, car j'avais plus de jugement qu'il n'est
ordinaire à mon âge, je compris que cette équipée aurait le même
résultat que si je n'étais pas revenu avec John. On s'apercevrait de mon
départ dès le matin, on se mettrait à ma poursuite; quelques-uns des
chercheurs se douteraient bien de la route que j'avais prise, et l'on me
trouverait à la ville, absolument comme si j'y avais passé la nuit. Il
était d'ailleurs bien inutile de quitter la ferme longtemps d'avance:
elle n'était qu'à huit ou neuf kilomètres du port; j'arriverais trop tôt
si je partais avant le jour; le capitaine ne serait pas levé, et je
serais obligé d'attendre son réveil pour me présenter à lui.

Je restai donc à la maison jusqu'au matin, bien que j'attendisse avec
impatience l'heure où je pourrais partir. À déjeuner quelqu'un fit
observer que j'étais pâle, et que je ne semblais pas dans mon assiette
ordinaire. John attribua mon malaise à la fatigue que j'avais eue la
veille par cette chaleur excessive, et chacun fut satisfait de
l'explication.

Je tremblais qu'en sortant de table on ne me donnât quelque ouvrage qui
ne me permît pas de m'échapper, tel que de mener un cheval en compagnie
d'un domestique, ou de servir d'aide à quelque travailleur. Mais, ce
jour-là, fort heureusement, il ne se trouva pas de besogne pour moi, et
je gardai ma liberté.

J'allais encore, de temps en temps, m'amuser avec mon sloop sur le
bassin du parc; d'autres enfants de mon âge avaient également de petits
bateaux, des schooners ou des bricks; et c'était pour nous un grand
plaisir de lancer nos esquifs, et de les faire jouter ensemble. Or, le
jour en question était précisément un samedi; l'école était fermée ce
jour-là, et je savais que la plupart de mes camarades se rendraient au
bassin dès qu'ils auraient déjeuné. Pourquoi n'y serais-je pas allé,
puisque je n'avais rien à faire? Le motif était plausible, et me
fournissait une excuse pour ne revenir que le soir. Je pris donc mon
sloop, que je portai visiblement pour qu'on sût où je me rendais. Je
traversai la cour sous les yeux des domestiques, et me dirigeai vers le
parc; il me sembla même prudent d'y entrer et de faire une apparition
près du bassin, où plusieurs de mes camarades étaient déjà réunis.

«Si je leur confiais mes intentions, s'ils pouvaient seulement s'en
douter, pensais-je, quelle surprise et quel tumulte cela produirait
parmi eux!»

Ils me dirent tous qu'ils étaient enchantés de me voir, et
m'accueillirent de manière à me le prouver. J'avais été pendant ces
derniers mois constamment occupé à la ferme, et les occasions où je
pouvais venir jouer avec eux étaient maintenant bien rares; aussi ma
présence leur fit-elle un vrai plaisir. Mais je ne restai au bord du
bassin que le temps nécessaire à la flottille pour faire sa traversée.
Je repris mon sloop, qui avait été vainqueur dans cette régate en
miniature, et le mettant sous mon bras, je souhaitai le bonjour à mes
amis. Chacun fut étonné de me voir partir sitôt; mais je leur donnai je
ne sais quelle excuse dont ils se contentèrent.

Au moment de franchir l'enceinte du parc, je jetai un dernier regard sur
mes compagnons d'enfance, et des larmes couvrirent mes yeux, lorsque je
me détournai pour continuer ma route.

Je rampai le long du mur, dans la crainte d'être aperçu, et me trouvai
bientôt sur le chemin qui conduisait à la ville; je me gardai bien d'y
rester, et pris à travers champs, afin de gagner un bois qui suivait la
même direction. Vous sentez de quelle importance il était pour moi de me
cacher le plus tôt possible; je pouvais rencontrer quelque habitant du
village qui m'aurait embarrassé en me demandant où j'allais, et qui du
reste, en cas de poursuites, aurait guidé les gens qui se seraient mis à
ma recherche.

Une autre inquiétude ne me tourmentait pas moins, j'ignorais à quel
moment on lèverait l'ancre de _l'Inca_, j'avais craint, en partant de
meilleure heure, d'arriver trop tôt, et de laisser aux gens, qui
s'apercevraient de mon absence, le temps nécessaire pour me rejoindre
avant qu'on eût mis à la voile. Mais si j'arrivais trop tard, mon
désappointement serait plus cruel que toutes les punitions que j'aurais
à subir au sujet de mon escapade.

Il ne me venait pas à l'idée qu'on pût refuser mes services; j'avais
oublié la petitesse de ma taille; la grandeur de mes desseins m'avait
élevé dans ma propre estime jusqu'aux dimensions d'un homme.

J'atteignis le bois dont j'ai parlé plus haut, et le traversai
complétement sans rien voir, ni garde, ni chasseur. Il fallut bien en
sortir, lorsque je fus arrivé au bout, et reprendre à travers champs;
mais j'étais loin du village, à une certaine distance de la route, et je
ne craignais plus de rencontrer personne de connaissance.

Bientôt j'aperçus les clochers de la ville qui m'indiquèrent la
direction qu'il fallait prendre; et franchissant des haies et des fossés
nombreux, suivant des chemins privés, des sentiers défendus, j'entrai
dans les faubourgs, je m'engageai au milieu de rues étroites, et finis
par en trouver une qui conduisait au port. Mon coeur battit vivement
lorsque mes yeux s'arrêtèrent sur le grand mât qui, de sa pointe,
dépassait tous les autres, et dont le pavillon flottait fièrement
au-dessus de la pomme de girouette.

Je courus devant moi sans regarder à mes côtés, je me précipitai sur la
planche qui aboutissait au navire, je traversai le passavant, et me
trouvai sur _l'Inca_.



CHAPITRE XVI.

_L'Inca_ et son équipage.


Je m'étais arrêté près de la grande écoutille, où cinq ou six matelots
entouraient une pile de caisses et de futailles qu'ils descendaient dans
la cale au moyen d'un palan. Ils étaient en manches de chemises,
portaient des blouses de Guernesey et de larges pantalons de toile, tout
barbouillés de graisse et de goudron. Au milieu de ce groupe de
travailleurs était un individu couvert d'une vareuse de drap bleu avec
un pantalon du même; je fus persuadé que c'était le capitaine, car je me
figurais que le chef d'un aussi beau navire devait être un homme de
grande taille et superbement vêtu.

Cet homme en drap bleu dirigeait les matelots et leur donnait des
ordres, auxquels je crus voir qu'on n'obéissait pas toujours; les
travailleurs se permettaient même d'émettre un avis contraire à celui du
chef, et parfois les opinions étaient si différentes qu'on finissait par
se disputer au sujet de ce qu'il y avait à faire.

Cela vous prouve que sur _l'Inca_ la discipline était peu observée,
ainsi qu'il arrive souvent dans la marine marchande. Les paroles des
uns, les cris des autres, le craquement des poulies, le choc des caisses
et des futailles, la chute des fardeaux qui tombaient sur le pont, tout
cela faisait un bruit dont on n'a pas d'idée: j'en fus littéralement
pris de vertige, et restai plusieurs minutes sans pouvoir distinguer ce
qui se passait autour de moi.

Au bout de quelques instants l'énorme tonneau qu'il s'agissait de
descendre ayant gagné le fond de la cale, et se trouvant mis en place,
le bruit s'apaisa et les hommes se reposèrent. C'est alors que je fus
aperçu par un matelot, qui s'écria en me regardant d'un air railleur:

«Ohé! petit épissoir[10], qu'y a-t-il pour ton service? Viens-tu pour
qu'on t'embarque?

  [10] Sorte de poinçon avec lequel on ouvre le bout des cordages que
    l'on veut _épisser_, c'est-à-dire rassembler en entrelaçant les
    torons qui les composent.

--Mais non, dit un autre, puisqu'il est capitaine et qu'il a son
navire.»

C'était une allusion au petit schooner que je tenais à la main.

«Ohé! du schooner, ohé! Pour quelle destination?» cria un troisième en
regardant de mon côté.

Chacun éclata de rire et attacha sur moi des regards à la fois curieux
et railleurs.

Déconcerté par cette réception peu bienveillante, je ne savais que dire
pour expliquer mon affaire, lorsque je fus tiré d'embarras par l'homme
en vareuse qui, s'étant approché, me demanda d'un air sérieux ce qui
m'amenait à bord.

[Illustration: Il me demanda d'un air sérieux ce qui m'amenait à bord.]

Je lui répondis que je voulais voir le capitaine. Je croyais toujours
qu'il était le chef du bâtiment, et que c'était à lui que je devais
présenter ma requête.

«Voir le capitaine! répéta-t-il d'un air surpris. Et qu'avez-vous à lui
demander? Je suis le second du navire, si pour vous c'est la même chose,
vous n'avez qu'à parler.»

J'hésitai d'abord à lui répondre; mais il représentait le capitaine et
je crus pouvoir lui déclarer mes intentions.

«Je voudrais être marin,» lui dis-je en m'efforçant d'empêcher ma voix
de trembler.

Si l'équipage avait ri tout à l'heure, il rit encore plus fort
maintenant, et le monsieur en vareuse joignit ses éclats de rire à ceux
de tous les matelots.

«Bill! cria l'un de ces derniers en s'adressant à un camarade qui se
trouvait à distance: ne vois-tu pas ce marmouset qui voudrait être
marin? Bonté divine! un petit bonhomme de deux liards, pas assez long
pour faire seulement un chevillot! un marin! Bonté du ciel!

--Est-ce que sa mère sait où il est? répondit le camarade.

--Oh! que non, dit un troisième, pas plus que son père, je le
garantirais bien; le fanfan leur a tiré la révérence. Tu les as plantés
là, n'est-ce pas, jeune épinoche.

--Écoutez-moi, dit l'homme habillé de bleu, retournez auprès de votre
mère; faites-lui mes compliments, et dites-lui de ma part de vous
attacher au pied d'une chaise avec les cordons de sa jupe; elle fera
bien de vous y tenir amarré pendant cinq ou six ans.»

Ces paroles excitèrent un nouvel éclat de rire. Dans mon humiliation, et
ne sachant que leur répondre:

«Je n'ai pas de mère, pas de chez nous,» balbutiai-je tout confus.

Le visage dur et grossier des hommes qui m'entouraient changea aussitôt
d'expression, et j'entendis autour de moi quelques mots de sympathie.

Cependant l'homme en vareuse conserva son air moqueur, et me dit sur le
même ton:

«Dans ce cas-là, mon bambin, allez trouver votre père, et dites-lui de
vous donner le fouet.

--Mon père est mort, répondis-je en baissant la tête.

--Pauvre petit diable! c'est tout de même un orphelin, dit un matelot
d'une voix compatissante.

--Si vous n'avez pas de père, continua l'homme en vareuse, qui
paraissait être une brute sans coeur, allez chez votre grand'mère, chez
votre oncle ou chez votre tante, allez où vous voudrez, mais partez
d'ici bien vite, ou je vous fais hisser au bout d'un câble, et donner
dix coups de corde; m'avez-vous entendu?»

Très-mortifié de cette menace, je m'éloignais sans mot dire; j'avais
gagné le passavant, et je mettais le pied sur la planche, lorsque je vis
un homme se diriger vers le navire que j'étais en train de quitter. Il
portait le costume de ville: habit noir et chapeau de castor; mais un je
ne sais quoi m'annonça qu'il appartenait à la marine; son teint bruni
par le vent et le soleil, quelque chose de particulier dans le regard,
dans la démarche, étaient pour moi des indices qui ne pouvaient pas me
tromper. Il avait un pantalon bleu, de drap pilote, qui ne pouvait
appartenir qu'à un homme de mer; et il me vint à l'idée que ce devait
être le capitaine.

J'en eus bientôt la certitude; il franchit le passavant, mit le pied sur
le pont de manière à montrer qu'il était le maître, et je l'entendis
aussitôt donner des ordres d'un ton d'autorité qui n'admettait pas de
réplique.

Il me sembla qu'en m'adressant à lui j'aurais encore la chance de
réussir, et je le suivis sans hésiter vers le gaillard d'arrière, dont
il avait pris le chemin.

En dépit des remontrances de deux ou trois matelots, je parvins à
rejoindre le capitaine, et j'arrivai près de lui, juste au moment où il
allait entrer dans sa cabine.

Je l'arrêtai par un pan de l'habit; il se retourna d'un air étonné, et
me demanda ce que je lui voulais.

Je lui adressai ma requête aussi brièvement que possible, et j'attendis
avec émotion. Pour toute réponse il se mit à rire, appela un de ses
hommes, et d'une voix qui n'avait rien de méchant:

«Waters, dit-il, prenez ce bambin sur vos épaules, et mettez-le sur le
quai.»

Il n'ajouta pas une parole, descendit l'échelle et disparut à mes yeux.

Au milieu de ma douleur je me sentis enlever par les bras vigoureux du
matelot, qui, après avoir franchi le bordage et la planche, fit quelques
pas et me déposa sur le pavé.

«Pauvre mignon! me dit-il avec douceur, écoute bien Jack Waters:
gare-toi de l'eau salée le plus longtemps que tu pourras; tu serais pris
par les requins, ils te mangeraient, et ne feraient qu'une bouchée de ta
personne.»

Il s'arrêta et sembla réfléchir.

«Ainsi, reprit-il d'une voix encore plus douce, tu es donc orphelin? Tu
n'as ni père, ni mère?

--Ni l'un ni l'autre, répondis-je.

--Quelle pitié! moi aussi j'ai été orphelin. C'est égal, tu es un brave
petit marmot; tu voudrais être marin, ça mérite quelque chose. Si
j'étais capitaine, moi, je te prendrais tout de même; seulement je ne le
suis pas et ne peux rien faire pour toi; mais je reviendrai un jour, et
tu auras peut-être grandi. En attendant, garde ça comme souvenir; à mon
retour n'oublie pas de me le montrer, ça te fera reconnaître; et qui
sait? j'aurai peut-être un cadre pour toi. Bonjour et que Dieu te
protége! Retourne au logis, comme un bon petit garçon, et n'en sors pas
que tu ne sois un peu plus grand.»

En disant ces paroles, l'excellent Jack Waters me donna son couteau;
puis il se dirigea vers le navire, et me laissa sur le quai.

Aussi touché que surpris de cet acte de bienveillance, je suivis le
marin des yeux, et mettant le couteau dans ma poche par un mouvement
machinal, je restai immobile à la place où m'avait quitté Jack Waters.



CHAPITRE XVII.

Pas assez grand.


Je n'avais jamais été aussi cruellement déçu. Tous mes rêves s'étaient
évanouis en moins de quelques minutes; moi qui croyais avant peu carguer
les voiles du grand perroquet, et visiter de nouveaux pays, j'étais
repoussé, chassé du navire où j'avais cru me faire admettre, et sur
lequel j'avais fondé tant d'espérances.

Mon premier sentiment fut une humiliation profonde; j'étais persuadé que
tous les passants devinaient ma déconvenue; et les matelots, dont je
voyais la figure se tourner de mon côté, me paraissaient avoir une
expression railleuse, qui mettait le comble à ma douleur. Je n'eus pas
la force d'endurer plus longtemps un pareil supplice, et je m'en fus de
l'endroit où il m'était imposé.

D'énormes caisses, des futailles, des ballots de marchandises étaient
rassemblés sur le quai, et laissaient entre eux un espace assez grand
pour qu'on pût s'y introduire; je me faufilai dans l'un de ces étroits
passages qui m'offraient un asile, et j'y fus caché à tous les gens du
port, qui, de leur coté, disparurent à mes yeux. Une fois à l'abri de
tous les regards, je ressentis le bien-être que l'on éprouve au sortir
du péril, tant il est agréable d'échapper au ridicule, alors même qu'on
est certain de ne pas l'avoir mérité.

Parmi les caisses au milieu desquelles je me trouvais, il y en avait une
assez petite pour me servir de siége; j'allai m'y asseoir, et me cachant
le visage dans mes mains, je m'abandonnai à mes tristes réflexions.

Que me restait-il à faire? Devais-je renoncer à la marine, retourner à
la ferme, et vivre chez mon oncle?

C'était, me direz-vous, le meilleur parti à prendre, le plus sage,
surtout le plus naturel. Peut-être avez-vous raison; mais si la pensée
en vint à mon esprit, elle s'éloigna aussitôt, et n'influa nullement sur
ma conduite.

«Je ne reculerai pas comme un lâche, me disais-je en moi-même; ils ne
m'ont pas abattu; je suis entré dans la voie que je veux suivre, et
j'irai jusqu'au bout. Ils ont refusé, il est vrai, de m'admettre sur
_l'Inca_, mais c'est un petit malheur; il y a d'autres vaisseaux dans le
port, on les compte par vingtaines, et il est possible que plus d'un
soit enchanté de m'avoir. Dans tous les cas, je ferai une nouvelle
tentative avant de renoncer à mes projets.

«Pourquoi me refuserait-on? continuai-je poursuivant mon monologue.
Pourquoi? je le demande. Quel motif aurait-on de repousser mes services?
je travaillerais de si bon coeur! Peut-être n'ai-je pas la taille
nécessaire? Les autres m'ont comparé à un épissoir, à un chevillot; je
ne sais pas ce que cela veut dire, mais il est certain que cette
comparaison injurieuse signifiait que je n'étais pas assez grand pour
être admis dans l'équipage. Pour faire un matelot, je le comprends; mais
un mousse! la chose est différente. J'ai entendu dire qu'il y en avait
de plus jeunes que moi; il est vrai qu'ils pouvaient être moins petits.
Quelle taille ai-je donc? Si j'avais seulement un mètre pour le savoir
au juste! Il faut que je sois bien distrait pour ne m'être pas mesuré
avant de quitter la ferme.»

Le cours de mes pensées fut interrompu en ce moment par la vue de
quelques chiffres grossièrement tracés à la craie sur l'une des caisses
voisines. Après les avoir examinés avec attention, je vis qu'ils
marquaient un mètre vingt centimètres, et je compris qu'ils se
rapportaient à la longueur de la caisse. Peut-être le charpentier les
avait-il faits pour se rendre compte de son ouvrage, peut-être pour
l'instruction des matelots qui devaient charger le navire.

Quoi qu'il en soit, ils me donnèrent le moyen de connaître ma taille à
deux centimètres près, et voici de quelle façon: je me couchai par
terre, en ayant soin de placer mes pieds de niveau avec l'une des
extrémités de la caisse, je m'étendis de tout mon long, et je posai ma
main à l'endroit où atteignait le dessus de ma tête. Hélas! il
n'arrivait pas à l'autre bout du colis; j'eus beau m'allonger de toutes
mes forces, tendre le cou, étirer mes jointures, il s'en fallait d'au
moins cinq centimètres que je n'eusse en hauteur la longueur de cette
caisse. J'avais donc à peine un mètre quinze; c'était bien peu pour un
garçon plein d'audace, et je me relevai tout confus de cette découverte.

Avant d'en acquérir la certitude, j'étais vraiment bien loin de me
croire d'aussi petite taille. Quel est celui qui, à douze ans, ne
s'imagine pas qu'il est bien près d'être un homme! Je ne pouvais plus me
faire illusion; un mètre quinze centimètres! Il n'était pas étonnant que
Jacques Waters m'eût appelé marmouset, et ses camarades épissoir et
chevillot.

Le découragement s'était emparé de mon âme; pouvais-je, en bonne
conscience, renouveler mes démarches? Quel est le capitaine qui voudrait
m'accepter? un vrai Lilliputien! Je n'avais jamais vu de mousse qui eût
un mètre quinze. À vrai dire, je n'en avais jamais vu absolument
parlant. Tous ceux qui en remplissaient les fonctions, à bord des
schooners qui visitaient notre port, avaient la taille d'un homme, et
pour ainsi dire en avaient l'âge. Il n'y avait donc plus d'espérance, et
rien autre chose à faire que de rentrer au logis.

Toutefois, j'allai me rasseoir sur ma petite caisse, afin de réfléchir à
ce parti désespéré. J'ai toujours eu l'esprit inventif, même dès ma plus
tendre enfance, et je trouvai bientôt de nouvelles combinaisons qui
devaient me permettre d'exécuter mes projets dans toute leur étendue. On
m'avait parlé d'hommes et d'enfants qui s'étaient cachés à bord d'un
vaisseau, et qui n'avaient abandonné leur refuge qu'au moment où l'on se
trouvait en pleine mer, c'est-à-dire quand on ne pouvait plus les
renvoyer.

À peine ces audacieux personnages m'étaient-ils revenus à l'esprit, que
je fus décidé à suivre leur exemple. Quoi de plus facile que d'entrer
furtivement dans l'un des navires dont le port était rempli, dans celui
même dont on m'avait chassé d'une façon si injurieuse. Il était le seul,
à vrai dire, qui parût sur le point de mettre à la voile; mais il y en
aurait par douzaines qui dussent partir en même temps que lui, que je
lui aurais encore donné la préférence.

Il est aisé de le comprendre; c'était me venger des railleries dont
j'avais été l'objet, surtout des insultes du second, que de jouer un
pareil tour à ces messieurs, et d'être embarqué sur _l'Inca_ en dépit de
leurs dédains. J'étais bien sûr qu'ils ne me jetteraient pas par-dessus
le bord; à l'exception de l'homme en vareuse, on n'avait pas été
méchant. Les matelots avaient ri, c'était bien naturel; mais ils avaient
fait entendre des paroles de pitié, dès qu'ils avaient su que je n'avais
ni père ni mère.

Il était donc résolu que je partais pour le Pérou; et cela dans le grand
vaisseau d'où l'on m'avait chassé.



CHAPITRE XVIII.

Entrée furtive.


Mais comment faire pour m'introduire à bord; comment surtout m'y cacher
à tous les yeux?

Telles étaient les difficultés qui s'offraient à mon esprit; rien
n'était plus facile que de me rendre sur le pont, comme je l'avais fait
une heure avant; mais je serais certainement vu par quelqu'un, peut-être
même par le second, et renvoyé à terre, ainsi que la première fois.

Si j'avais pu gagner l'un des matelots, obtenir qu'il me fourrât dans un
coin où personne ne serait allé? Mais comment acheter sa discrétion?
Avec quoi la payer? je n'avais pas du tout d'argent; mon sloop et mes
habits, qui ne valaient pas grand'chose, formaient tout mon avoir. Je
songeais à me défaire de mon navire; mais je pensai, en y réfléchissant,
qu'un matelot n'attacherait aucun prix à un objet qu'il pouvait faire
lui-même. Il n'y avait pas d'espoir de séduire un marin avec un pareil
joujou.

Mais attendez! j'avais une montre, une vieille montre en argent dont la
valeur ne devait pas être bien grande, quoiqu'elle fût assez bonne, et
qu'elle me vînt de ma mère. Celle-ci en avait laissé une autre
infiniment plus belle, une montre en or d'un prix considérable; mais mon
oncle se l'était appropriée, et m'avait permis en échange de me servir
de l'ancienne; par bonheur, je la portais tous les jours; elle se
trouvait dans mon gousset. N'était-ce pas un cadeau suffisant pour qu'un
matelot consentit à me passer en contrebande, et à me cacher dans un
coin du navire? La chose était possible; à tout hasard je résolus
d'essayer.

Il fallait pour cela que je pusse me trouver seul avec Jack, ou avec un
autre, afin de lui communiquer mes intentions, et ce n'était pas là ce
qu'il y avait de plus facile; cependant cela pouvait être et je ne
m'éloignai pas de _l'Inca_ dans la prévision qu'un des hommes de
l'équipage se rendrait à la ville, et que je trouverais le moyen de lui
parler.

Mais, en supposant que ma prévision ne se réalisât pas, il me restait
l'espoir de me faufiler à bord sans le secours de personne. À la chute
du jour, lorsque les matelots auraient quitté l'ouvrage et seraient dans
l'entre-pont, qui est-ce qui me verrait dans l'ombre? Je passerais
inaperçu auprès de la sentinelle, je me glisserais par l'une des
écoutilles, je descendrais dans la cale, et une fois au milieu des
tonneaux et des caisses, je ne redouterais plus rien.

Mais une double inquiétude se mêlait à cette combinaison et troublait
mon espoir: _l'Inca_ resterait-il jusqu'à la nuit, et ne serais-je pas
retrouvé par les domestiques de mon oncle avant que je me fusse
introduit dans ma cachette?

Je dois avouer que la première de ces craintes n'était pas des plus
vives; l'écriteau, qui la veille avait attiré mes regards, était au même
endroit, et c'était toujours _demain_ que le vaisseau devait partir. Il
y avait encore sur le quai une foule de marchandises qui appartenaient à
_l'Inca_, et je savais, pour l'avoir entendu dire, que les vaisseaux qui
doivent faire un long voyage partent rarement le jour qui avait été
fixé. J'avais donc à peu près l'assurance que mon navire ne mettrait à
la voile au plus tôt que le lendemain, et cela me donnait la chance d'y
entrer à la nuit close.

Restait l'autre danger; mais après y avoir réfléchi, la crainte qu'il
m'inspirait s'évanoui également. Les gens de la ferme ne s'apercevraient
de mon absence qu'après la journée faite; ils n'auraient pas
d'inquiétude avant que la nuit fût noire; puis le temps de se consulter,
d'arriver à la ville, en supposant qu'on devinât la route que j'avais
prise, et je serais embarqué depuis longtemps lorsque les domestiques de
mon oncle se mettraient sur ma piste.

Complétement rassuré à cet égard, je ne songeai plus qu'à prendre les
dispositions nécessaires à l'accomplissement de mon entreprise.

Je pensais qu'une fois installé dans le vaisseau, il me faudrait y
rester vingt-quatre heures, même davantage, sans révéler ma présence, et
je ne pouvais pas être jusque-là sans manger. Mais comment faire pour se
procurer des vivres? J'ai dit plus haut que je n'avais pas un sou, et
vous savez qu'on n'achète rien sans argent.

Tout à coup mes yeux tombèrent sur mon sloop: si je le vendais? On m'en
donnerait bien quelque chose. Il ne me serait plus d'aucun usage; autant
valait m'en séparer.

Je sortis du monceau de caisses et de futailles où j'avais trouvé asile,
et me promenai sur le quai, en cherchant un acheteur pour ma petite
embarcation. Un magasin de joujoux, rempli d'objets nautiques, s'offrit
bientôt à mes regards; j'y entrai avec empressement, et après avoir
débattu le prix pendant quelques minutes, je reçus un shilling; et ce
fut une affaire faite. Mon petit sloop, bien fait et bien gréé valait de
cinq à six shillings, et, dans toute autre circonstance, je ne m'en
serais pas défait, même pour une somme plus forte; mais le juif auquel
je m'étais adressé vit à mon premier mot que j'avais besoin d'argent, et
comme tous ses pareils il spécula sans honte sur l'embarras où je me
trouvais.

Peu importe, j'étais pourvu de fonds qui me paraissaient considérables,
et avisant une boutique de comestibles, j'y employai la somme entière:
j'achetai du fromage pour six pence, du biscuit de mer pour six et demi,
je bourrai mes poches de mon emplète, et je retournai m'asseoir au
milieu des colis où j'avais passé une partie du jour. C'était l'heure où
l'on dînait à la ferme, j'avais faim, et j'attaquai mon fromage et mon
biscuit de manière à singulièrement alléger ma cargaison.

Lorsque le soir approcha, il me parut convenable d'aller flâner aux
environs du vaisseau, afin de reconnaître les lieux; je voulais
m'assurer de l'endroit où il était le plus facile d'escalader le
bastingage, et combiner les moyens qui me permettraient le plus sûrement
d'arriver à mon but. Mais si les matelots m'apercevaient? Cela m'était
bien égal; ils ne pouvaient pas m'empêcher de me promener sur le quai,
et j'étais bien sûr qu'il ne soupçonneraient pas mes intentions. En
supposant qu'ils voulussent recommencer leurs railleries, j'en
profiterais pour leur répondre, et cela me donnerait le temps de mieux
voir ce que je voulais observer.

Je quittai de nouveau ma place, et me promenai çà et là, d'un air
d'indifférence. Tout en allant et venant, sans faire la moindre
attention à ce qui se passait autour de moi, j'arrivai en face de
_l'Inca_, et m'arrêtai pour en examiner la poupe. L'arrimage devait
toucher à sa fin; car le pont du navire était presque au niveau du quai,
preuve que son chargement était à peu près complet. Toutefois la hauteur
du plat-bord m'empêchait de distinguer ce qui se passait sur le pont. Je
vis néanmoins qu'il me serait facile de gagner les haubans d'artimon,
une fois que j'aurais franchi le plat-bord, et c'est à ce moyen que je
m'arrêtai, comme celui qui me paraissait le meilleur. À vrai dire, il me
faudrait mille précautions pour ne pas faire de bruit en exécutant mon
escalade; j'étais perdu si les ténèbres n'étaient pas assez profondes,
ou si j'éveillais l'attention du matelot faisant l'office de sentinelle;
je serais pris, soupçonné, peut-être châtié comme voleur. Mais j'étais
résolu à tout risquer, dans l'espoir de réussir.

Un calme profond régnait à bord de _l'Inca_. Pas une parole, pas l'ombre
d'un mouvement; quelques ballots qui gisaient encore sur le quai, me
tirent supposer que l'arrimage n'était pas terminé; mais personne ne
travaillait, les abords de l'écoutille et le passavant étaient déserts.
Où pouvaient être les matelots?

J'avançai tout doucement, et fis un pas sur la planche qui conduisait au
navire; de ce poste avancé j'aperçus la grande écoutille, ainsi qu'une
partie de l'embelle; mais je ne vis pas la vareuse du monsieur en drap
bleu, ni les vêtements tachés de graisse de l'équipage.

Je prêtai l'oreille en retenant mon haleine; un bruit confus m'arriva du
navire; je distinguai des voix, probablement celle des matelots qui
s'entretenaient de chose et d'autre. J'en étais là quand un individu
apparut tout à coup à l'ouverture du passavant. Il portait un vase
énorme où fumait quelque chose; c'était sans doute de la viande, et je
compris pourquoi on avait déserté l'embelle.

Moitié par curiosité, moitié pour obéir à l'idée qui me passait dans la
tête, je franchis l'embarcadère, et me glissai furtivement sur _l'Inca_.
J'aperçus les matelots à l'extrémité du navire: les uns assis sur le
tourniquet, les autres sur le pont même, tous ayant leur couteau à la
main et leur assiette sur les genoux. Grâce au plat fumant qu'apportait
le cuisinier, et sur lequel s'attachaient tous les regards, personne ne
tourna les yeux de mon côté.

«Maintenant ou jamais!» murmurai-je en moi-même; puis, entraîné par une
force irrésistible, je traversai le pont à la hâte, et me dirigeai vers
le grand mât.

J'étais maintenant sur le bord de la grande écoutille; c'est ce que
j'avais voulu. On en avait retiré l'échelle; mais il s'y trouvait la
corde qui avait servi à descendre les marchandises; elle était attachée
au palan, et atteignait au fond de la cale.

Je m'emparai de cette corde, et la saisissant à deux mains, je glissai
jusqu'en bas, aussi doucement que possible. Ma bonne étoile voulut que
je ne me brisasse pas les os; néanmoins je l'échappai belle; j'en fus
quitte pour une chute assez rude qui me fit toucher le fond de la cale
un peu plus tôt qu'il ne l'aurait fallu; malgré cela, je fus debout
immédiatement, et après avoir grimpé sur des ballots et des caisses qui
n'étaient pas encore à leur place, j'allai me cacher derrière une grosse
futaille, où je me blottis dans l'ombre.



CHAPITRE XIX.

Hourra! nous sommes partis!


À peine était-je accroupi derrière ma futaille que je tombai dans un
profond sommeil; toutes les cloches de Cantorbery ne m'auraient pas
réveillé. On sait combien ma nuit avait été mauvaise; la précédente
n'avait guère mieux valu; car John et moi, nous étions partis de grand
matin pour aller au marché. Puis la fatigue, surtout les émotions
m'avaient complétement épuisé; bref, je dormais comme un sabot, excepté
toutefois que je dormis bien plus longtemps.

On avait dû cependant faire assez de bruit pour réveiller un mort; les
poulies avaient grincé, les hommes crié, les caisses et les tonneaux
s'étaient heurtés avec violence, le tout à mes oreilles; mais je n'avais
rien entendu.

«La nuit doit toucher à sa fin,» pensai-je en m'éveillant. Je sentais
que mon sommeil avait été de longue haleine, et j'aurais cru que nous
étions au matin sans les profondes ténèbres qui m'environnaient de toute
part. Lorsqu'après être descendu je m'étais caché derrière le tonneau,
j'avais observé que la lumière pénétrait dans la cale, et maintenant je
ne distinguais plus rien autour de moi; il y faisait noir comme dans un
four; il fallait que la nuit fût terriblement sombre.

Mais quelle heure était-il? Chacun des matelots devait être dans son
hamac, et dormir du profond sommeil que donne un rude travail.

Je crus cependant qu'on remuait au-dessus de ma tête. J'écoutai, il
n'était pas besoin d'avoir l'ouïe fine pour en acquérir la certitude; on
jetait sur le pont des masses pesantes qui, en tombant, ébranlaient tout
le navire, et dont je ressentais le contrecoup. Enfin des voix confuses
parvinrent à mon oreille, je crus distinguer des paroles qui
ressemblaient à un signal, puis le refrain: «Enlève! ohé! enlève!» que
les matelots chantaient en choeur. Il n'y avait plus à en douter, on
finissait le chargement du navire.

Je n'en fus pas très-surpris: le capitaine faisait terminer l'arrimage
afin de pouvoir profiter du vent ou de la marée.

Je continuai de prêter l'oreille, et m'attendais à ce que le bruit
cessât bientôt; mais les heures se succédaient sans amener la fin de ce
tintamarre.

«Comme ils sont laborieux, pensai-je. Il faut qu'ils soient terriblement
pressés! Je le crois du reste; c'est aujourd'hui qu'ils auraient dû
partir, et ils veulent sans doute mettre à la voile de très-bonne heure.
Tant mieux pour moi; plus ils se dépêcheront, plus tôt je serai délivré
de cette position détestable. Dans quel mauvais lit j'ai couché;
cependant, je n'en ai pas perdu l'appétit, car déjà la faim me talonne.»

En disant ces mots, je lirai de ma poche mon biscuit et mon fromage,
auxquels je fis honneur, bien que je n'eusse pas l'habitude de manger
pendant la nuit.

Les caisses se remuaient toujours au-dessus de ma tête; loin de
diminuer, le bruit augmentait. «Quelle rude besogne pour ces pauvres
matelots! m'écriai-je; il est probable qu'ils auront double paye.»

Tout à coup les chants cessèrent; un profond silence régna sur le
navire; du moins je n'entendis plus aucun bruit.

«Ils seront allés se coucher, supposai-je; et cependant il va bientôt
faire jour. Mais puisqu'ils vont dormir, pourquoi ne pas faire comme
eux: ce sera toujours autant de gagné.»

Je m'étendis le mieux que je pus dans mon étroite cachette, où je
dormais parfaitement lorsqu'un nouveau tapage me réveilla en sursaut.

«Comment, encore! ce n'était pas la peine de se coucher, me dis-je à
moi-même; il n'y a pas plus d'une heure qu'ils sont allés trouver leurs
hamacs, et les voilà qu'ils retravaillent! c'est un singulier navire!
Peut-être la moitié de l'équipage a-t-elle dormi pendant que l'autre
veillait; et ce sont probablement ceux qui ont fini leur somme qui
viennent relever leurs camarades.»

Cette conjecture me laissa l'esprit en repos. Mais il m'était impossible
de me rendormir, et je continuai de prêter l'oreille.

Jamais nuit de décembre ne m'avait paru plus longue; les hommes
continuaient leur travail; ils se reposaient pendant une heure, se
remettaient à l'ouvrage et le jour ne paraissait pas.

Je commençai à croire que je rêvais, que je prenais les minutes pour des
heures. Mais j'avais alors un appétit féroce; car à trois reprises
différentes j'étais tombé sur mes provisions avec une faim qui les avait
épuisées.

Tandis que je finissais d'avaler mon biscuit et mon fromage, le bruit
cessa complétement; j'écoutai, rien ne frappa mes oreilles, et je
m'endormis au milieu du silence le plus complet.

Le navire était bruyant quand je m'éveillai; mais d'une manière bien
différente. C'était le cric-cric-cric d'un tourniquet, joint au
cliquetis d'une chaîne, dont le bruit m'emplissait d'aise. Vous
comprenez ma joie: du petit coin où je me trouvais à fond du cale, tout
cela ne m'arrivait qu'affaibli par la distance, mais néanmoins d'une
manière assez distincte pour m'apprendre qu'on levait l'ancre, et que le
navire allait s'éloigner du port.

J'eus de la peine à retenir un cri de joie; cependant je gardai le
silence dans la crainte d'être entendu; il n'était pas encore temps
d'annoncer ma présence, on m'aurait tiré de ma cachette, et renvoyé à
terre sans plus de cérémonie. Je restai donc aussi muet qu'un poisson,
et j'écoutai avec bonheur la grande chaîne racler rudement l'anneau de
fer de l'écubier.

Au bout d'un temps plus ou moins long, dont je n'appréciai pas la durée,
le cliquetis et le raclement cessèrent, et un bruit de nature différente
les remplaça tous deux; on aurait cru entendre le vent s'engouffrer et
gémir; mais on se serait trompé: c'était le murmure puissant des vagues
qui se brisaient contre les flancs du vaisseau. Jamais harmonie
délicieuse n'a produit sur moi d'impression plus agréable, car ce
murmure annonçait que _l'Inca_ était en mouvement. Nous étions donc
enfin partis!



CHAPITRE XX.

Mal de mer.


Le balancement du navire, le bouillonnement des flots, tout me donnait
la preuve que je ne m'étais pas trompé; nous allions quitter le port et
gagner la pleine mer. Combien j'étais heureux! Plus d'inquiétude, plus
de crainte d'être ramené à la ferme; dans vingt-quatre heures je serais
enfin sur l'Océan, loin de la terre, et ne pouvant plus être ni
poursuivi ni renvoyé. Le succès de mon entreprise me plongeait dans
l'extase.

Je trouvai bien un peu bizarre de partir pendant la nuit, car il ne
faisait pas encore jour; toutefois je présumai que le pilote avait une
si parfaite connaissance de la baie qu'il s'engageait à en sortir les
yeux fermés. Ce qui m'intriguait davantage, c'était la durée des
ténèbres: il y avait là quelque chose de mystérieux; je commençai à
croire que j'avais dormi pendant le jour, et que je ne m'étais réveillé
qu'après le coucher du soleil, ce qui m'avait fait deux nuits pour une;
ou bien c'était un rêve qui avait produit cette illusion. Quoi qu'il en
soit, j'étais trop heureux de notre mise à la voile pour rechercher le
motif de notre départ nocturne. Peu m'importait l'heure, pourvu que nous
pussions arriver sains et saufs en pleine mer, et je me recouchai en
attendant qu'il me fût permis de sortir de ma cachette.

Deux raisons surtout me faisaient appeler de tous mes voeux le moment de
la délivrance: la première c'est que j'avais une soif ardente. Il y
avait longtemps que je n'avais bu; le fromage et le biscuit m'avaient
encore altéré, et j'aurais donné toute une fortune, si je l'avais
possédée, pour me procurer un verre d'eau.

La seconde raison qui me faisait souhaiter de changer de place était la
courbature que j'avais gagnée dans mon petit coin, où j'étais forcé de
m'accroupir, n'ayant pour me reposer que des planches qui m'avaient tout
meurtri. C'est à peine si je pouvais remuer, tant la douleur était vive,
et je souffrais encore plus lorsque j'étais immobile, ce qui d'ailleurs,
n'arrivait pas souvent, tant l'instinct me poussait à changer d'attitude
pour diminuer mes crampes et me distraire de ma soif.

Il ne fallait rien moins que la crainte d'être renvoyé à la ferme pour
me donner la force de supporter ces tortures. Je savais que les navires
ne sortent guère d'un port sans avoir un pilote. Si j'avais eu le
malheur de révéler ma présence, avant le départ de celui que nous avions
probablement, on me jetait dans son bateau, et je perdais le fruit de
mes efforts, ce qui après l'heureux début de mon entreprise était une
humiliation que je ne pouvais accepter.

En supposant même qu'il n'y eût pas de pilote sur _l'Inca_, nous étions
encore dans les parages que fréquentent les bateaux-pêcheurs, ceux qui
font la côte; l'un d'eux, retournant au port, serait hélé facilement, et
l'on m'y descendrait comme un colis pour être déposé sur le quai.

J'étouffai donc ma soif, et me cuirassant contre la douleur, je pris la
résolution de rester dans ma cachette.

Le navire glissa tranquillement sur les flots pendant une heure ou deux;
sa marche était ferme, d'où je supposais que le temps était calme et que
nous étions toujours dans la baie. Comme je faisais cette réflexion, je
m'aperçus que le roulis devenait de plus en plus fort; les vagues
fouettaient les flancs du bâtiment avec une telle violence qu'elles en
faisaient craquer le bordage.

J'étais bien loin de m'en plaindre; c'était la preuve que nous nous
trouvions en pleine mer, où la brise était toujours plus forte, et les
lames plus puissantes. «Bientôt, pensai-je, on renverra le pilote, et je
pourrai sans inquiétude me montrer sur le pont.»

Quand je dis sans inquiétude, ce n'est pas tout à fait vrai; j'avais au
contraire des appréhensions assez vives au sujet de l'accueil qui
m'était réservé; je pensais à la brutalité du second, aux railleries de
l'équipage. Le capitaine ne serait-il pas indigné de mon audace; lui qui
avait si nettement refusé de me prendre à bord, que dirait-il de m'y
voir introduit par surprise? Il m'imposerait quelque punition
outrageante, peut-être le fouet. J'étais, je le confesse, très-peu
rassuré à cet égard, et j'aurais volontiers dissimulé ma présence
jusqu'à notre arrivée au Pérou.

Mais impossible; je ne pouvais pas rester dans ma cachette pendant six
mois; qui pouvait dire si la traversée ne durerait pas davantage? Je
n'avais pas à boire, presque rien à manger, il fallait bien tôt ou tard
remonter sur le pont, en dépit de la colère du capitaine.

Pendant que je faisais ces tristes réflexions, je me sentis envahir par
une angoisse étrange qui n'avait rien de commun avec mon inquiétude;
elle était toute physique et plus affreuse que ma soif et mes crampes.
Le vertige s'était emparé de moi, la sueur me couvrait la figure, elle
s'accompagnait d'horribles nausées, d'étranglement, de suffocation,
comme si mes poumons comprimés entre les côtes n'avaient pu se dilater,
et qu'une main de fer m'eût serré à la gorge. Une odeur fétide s'élevait
du fond de la cale, où j'entendais clapoter l'eau qui s'y était
introduite, sans doute depuis longtemps, odeur nauséabonde qui aggravait
mon agonie.

D'après ces divers symptômes, il n'était pas difficile de reconnaître ce
qui me faisait tant souffrir; ce n'était que le mal de mer. Je ne
m'alarmai pas des suites que cela pouvait avoir, mais j'endurai toutes
les tortures que vous impose cette atroce maladie. Il est certain que
dans la situation où j'étais, elle fut pour moi plus atroce qu'elle ne
l'est d'ordinaire. Il me semblait qu'un verre d'eau pure, en apaisant ma
soif, eût guéri mes nausées et diminué l'étreinte qui me serrait la
poitrine.

L'effroi que m'inspirait le bateau du pilote me fit d'abord endurer mon
supplice avec courage; mais à chaque instant le roulis devenait plus
fort, l'odeur du fond de cale plus pénétrante et plus fétide; la révolte
de mon estomac augmentait en proportion, et les maux de coeur finirent
par être intolérables.

Que le pilote fût parti ou resté, je ne pouvais plus y tenir; il fallait
monter sur le pont, avoir de l'air, une gorgée d'eau, ou c'en était fait
de moi.

Je me levai avec effort et me glissai hors de ma cachette, en m'appuyant
sur le tonneau, qui m'aidait à me conduire, car je marchais à tâtons.
Lorsque je fus au bout de la futaille, j'étendis la main pour retrouver
l'issue par laquelle j'étais entré; mais elle me parut close. Je n'en
pouvais croire mes sens; j'étendis la main de nouveau, et recommençai
vingt fois mon exploration, l'ouverture n'existait plus: une caisse
énorme fermait l'endroit par lequel je m'étais introduit, et le fermait
tellement bien que je pouvais à peine fourrer le bout de mon petit doigt
entre cette caisse et les ballots entassés qui la bloquaient de toute
part.

J'essayai de la mouvoir, mais elle ne bougea pas; j'y appuyai l'épaule,
j'y employai toute ma force, elle n'en fut pas même ébranlée.

Voyant que je ne pouvais y parvenir, je rentrai dans ma cachette avec
l'espoir de passer derrière la futaille et faire le tour de cette
malheureuse caisse; nouveau désappointement! il n'y avait pas de quoi
fourrer la main entre le fond de la barrique et une autre futaille
exactement pareille; une souris devait être obligée de s'aplatir pour se
glisser entre ces deux tonnes, dont la dernière s'appliquait exactement
à la paroi du vaisseau.

Je pensai alors à grimper sur la futaille, et à me faufiler au-dessus de
la caisse qui m'obstruait le passage; mais entre le point culminant du
tonneau et une grande poutre qui s'étendait en travers de la cale, c'est
tout au plus s'il y avait un espace de quelques centimètres, et si petit
que je pusse être, il ne fallait pas songer à m'y introduire.

Je vous laisse à imaginer quelle fut mon impression lorsque j'eus acquis
la certitude d'être enfermé dans la cale au milieu des marchandises,
emprisonné, muré par la cargaison tout entière.



CHAPITRE XXI.

Enseveli tout vivant!


Je comprenais maintenant pourquoi la nuit m'avait paru si longue. La
lumière avait brillé, mais je n'en avais rien su; les matelots avaient
travaillé pendant le jour, tandis que, plongé dans les ténèbres, je
croyais qu'il était nuit. Il y avait sans doute plus de trente-six
heures que je me trouvais à bord; voilà pourquoi j'avais eu faim,
pourquoi ma soif était si ardente, et mon corps si douloureux.

Les instants de repos qui, au milieu du bruit continuel, me paraissaient
revenir d'une façon méthodique, étaient les heures de repas; et le
silence qui avait précédé notre départ, silence dont la prolongation
m'avait frappé, était la deuxième nuit que je passais dans la cale.

J'y étais à peine installé que je m'étais endormi. C'était le soir. Il
est probable que, le lendemain matin, je ne m'éveillai pas de bonne
heure; et c'était pendant mon sommeil que les matelots, en arrangeant la
cale, avaient rempli les vides qui m'avaient permis d'y entrer.

Je ne compris pas d'abord toute l'horreur de ma situation. J'étais
enfermé, je savais de plus que tous mes efforts pour m'ouvrir un passage
seraient complétement inutiles; mais les hommes vigoureux qui avaient
empilé toutes ces caisses pouvaient les remuer une seconde fois, et je
n'avais qu'à les appeler pour qu'ils vinssent immédiatement.

J'étais loin, hélas! de penser que mes cris les plus forts ne pouvaient
être entendus; j'ignorais que l'écoutille, par laquelle je m'étais
introduit dans la cale, était maintenant couverte de ses panneaux,
recouverts à leur tour d'une épaisse toile goudronnée, qui devait
peut-être y rester jusqu'à la fin du voyage. Quand même l'écoutille
n'eût pas été fermée, il y avait peu de chances pour que ma voix fût
entendue; l'épaisseur de la cargaison l'aurait interceptée, ou elle
aurait été couverte par le bruit des flots et par celui du vent.

Comme je vous le disais, mon inquiétude fut d'abord peu sérieuse; je ne
me préoccupais que du temps plus ou moins long que j'aurais à passer
avant d'avoir de l'eau, car ma soif était vive. Pour que je pusse sortir
de la cale, il faudrait enlever les caisses qui se trouvaient au-dessus
de moi; cela devait demander beaucoup de travail, et jusque-là je
souffrirais énormément, car le besoin de boire devenait de plus en plus
impérieux.

Ce n'est qu'après avoir crié de ma voix la plus aiguë, frappé sur les
planches à coups redoublés, répété mes cris et mes coups mainte et
mainte fois, sans recevoir de réponse, que je compris ma situation. Elle
m'apparut dans toute son horreur: pas moyen de remonter sur le pont,
aucun espoir d'être secouru; j'étais enseveli tout vivant sous les
marchandises qui remplissaient la cale.

Je criai de nouveau, j'y employai toutes mes forces, et ne m'arrêtai
qu'au moment où ma gorge ne rendit plus aucun son. J'avais prêté
l'oreille à différents intervalles, espérant toujours une réponse; mes
cris éveillaient tous les échos de ma tombe; mais pas une voix ne
répondait à la mienne.

J'avais entendu chanter les matelots pendant qu'ils levaient l'ancre;
mais à présent tout était silencieux; le navire était immobile, les
vagues restaient muettes, et si, dans un calme pareil, les grosses voix
de l'équipage n'arrivaient pas jusqu'à moi, comment pouvais-je espérer
que mes cris d'enfant parvinssent aux oreilles de ceux qui ne
m'écoutaient pas?

C'était impossible; on ne pouvait pas m'entendre, et j'étais condamné à
mort, condamné sans appel.

J'en avais la conviction, et aux souffrances du mal de mer succédait un
affreux désespoir. Les douleurs physiques revinrent et, se joignant à la
torture morale, produisirent une agonie que je ne saurais vous
dépeindre. Je ne pus y résister; mes forces m'abandonnèrent, et je
tombai, comme atteint de paralysie.

Malgré ma stupeur, je n'avais pas perdu connaissance; il me semblait que
j'allais mourir, et je le désirais sincèrement. Puisque la mort est
inévitable, pensais-je, il valait mieux qu'elle mît le plus tôt possible
un terme à mes souffrances. Je suis persuadé que si je l'avais pu,
j'aurais hâté ma dernière heure; mais j'étais trop faible pour me tuer,
quand même j'aurais eu des armes à ma disposition. J'avais totalement
oublié que j'en possédais une, tant il y avait de confusion dans mon
esprit!

Vous êtes étonné d'apprendre que je désirais mourir; mais pour se faire
une juste idée de l'étendue de mon désespoir, il faudrait avoir passé
par la position où j'étais alors; et Dieu veuille qu'elle vous soit
épargnée!

Toutefois on ne meurt pas du mal de mer, et le désespoir ne suffit pas
pour tuer l'homme; il est plus difficile qu'on ne pense de sortir de ce
bas monde.

Ma torpeur augmenta de plus en plus; je devins complétement insensible,
et restai longtemps dans cet état voisin de la mort.

À la fin cependant, je repris connaissance; peu à peu je retrouvai une
partie de mes forces. Chose étrange! la faim se faisait vivement sentir;
car le mal de mer aiguise l'appétit d'une façon toute spéciale.
Néanmoins, la soif me torturait davantage, et ma souffrance était
d'autant plus vive que je ne voyais aucun moyen de la calmer. Il me
restait un peu de biscuit, je pouvais encore me rassasier une fois; mais
où trouver de l'eau pour éteindre le feu qui me desséchait les veines?

Il n'est pas nécessaire de vous rapporter les réflexions poignantes qui
me venaient à l'esprit; qu'il vous suffise de savoir que ce paroxysme
d'une douleur sans nom amena un délire dont j'eus un instant conscience,
et qui, à mon grand soulagement, se termina par un profond sommeil.

Le corps épuisé perdit le sentiment de ses douleurs, et l'esprit oublia
ses tourments.



CHAPITRE XXII.

Soif.


Cet instant de repos fut de bien courte durée, un cauchemar effroyable
ne tarda pas à troubler mon sommeil, et me réveilla brusquement, pour me
rendre à une réalité plus affreuse que mes rêves.

Il me fut d'abord impossible de deviner où j'étais; mais il me suffit
d'allonger les bras pour me rappeler toute l'horreur de ma situation. De
chaque côté, mes mains rencontraient les murailles de mon cachot; à
peine avais-je assez de place pour me retourner, et, si mince que je
fusse alors, un autre enfant de ma taille aurait empli tout le reste de
ma cellule.

Mon premier mouvement, dès que j'eus reconnu ma position, fut de crier
de toutes mes forces. Je conservais toujours l'espoir qu'on finirait par
m'entendre; j'ignorais, comme je l'ai dit plus haut, l'énorme quantité
de marchandises qui se trouvaient au-dessus de ma tête, et je ne savais
pas que toutes les écoutilles de l'entre-pont étaient fermées.

Il est heureux que je n'en aie pas su davantage, autrement je serais
devenu fou; mais les lueurs d'espérance qui, de temps en temps,
suspendaient mes tortures, soutinrent ma raison jusqu'au moment où il me
fut permis d'envisager mon sort avec calme, et de lutter contre le péril
qui me menaçait.

Comme avant de m'endormir, je jetai des cris perçants jusqu'à ce que la
voix me fît défaut; et lorsque j'eus désespéré de me faire entendre, je
retombai dans l'état d'atonie, puis de torpeur, où le sommeil m'avait
trouvé. Néanmoins cet engourdissement qui s'était emparé de mon esprit
laissait à la douleur physique tout ce qu'elle avait d'affreux; j'étais
dévoré par la soif, qui, arrivée à ce point d'exaspération, est
peut-être le plus grand de tous les supplices. Je n'aurais jamais pensé
que le manque d'un peu d'eau pût vous causer des tortures aussi vives.
En lisant que des naufragés ou des voyageurs égarés dans le désert
étaient morts de soif, après une horrible agonie, j'avais toujours cru à
l'exagération de l'auteur. Comme tous les enfants de l'Angleterre, né
dans un pays où l'on rencontre à chaque pas des sources et des
ruisseaux, je n'avais jamais eu soif. Peut-être, lorsqu'en été je jouais
au milieu d'un champ ou sur le bord de la mer, avais-je éprouvé cette
sensation bien connue qui vous fait souhaiter un verre d'eau; mais ce
n'est pas une douleur, et l'espèce de malaise que l'on ressent alors est
plus que compensé par la satisfaction que l'on éprouve en se
désaltérant. Il est rare que ce besoin soit assez impérieux pour vous
faire boire une eau marécageuse; la délicatesse de vos habitudes
conserve toutes ses répugnances: ceci n'est que le premier degré de la
soif, et moins une douleur qu'un plaisir, par la confiance où l'on est
de trouver bientôt à boire. Mais perdez cette conviction rassurante,
soyez certain, au contraire, qu'il n'y a dans les environs ni lac, ni
fleuve, ni ruisseau, ni fontaine, pas même de fossé bourbeux; que vous
êtes à cent kilomètres de la source la plus voisine, et la soif, que
vous supportez facilement, prendra un nouveau caractère et sera des plus
douloureuses.

Il est possible que j'eusse parfois été aussi longtemps sans boire, et
que je n'en eusse pas éprouvé la souffrance qui me torturait au moment
dont nous parlons; mais je n'avais jamais eu l'atroce perspective de
voir grandir ma soif et de rester dans l'impossibilité de la satisfaire:
c'est là ce qui était cause de mes angoisses.

Je n'avais pas une faim excessive, mes provisions, d'ailleurs, n'étaient
pas complétement épuisées; mais quand mon appétit aurait été plus fort,
j'aurais craint d'augmenter ma soif en mangeant. C'est ce qui m'était
arrivé lors de mon dernier repas; et ma gorge brûlante ne demandait
qu'un peu d'eau, ce qui, à cette heure me paraissait la chose du monde
la plus précieuse.

C'était le supplice de Tantale: je n'avais pas d'eau sous les yeux, mais
je l'entendais sans cesse battre les flancs du navire; de l'eau de mer,
j'en conviens, je n'aurais pas pu la boire, quand même elle eût été à ma
portée, mais c'était le murmure de l'eau qui frappait mes oreilles, et
il ajoutait à mes souffrances tout ce que la tentation a d'exaspérant.

Je ne doutais pas que la soif ne dût me tuer dans un délai plus ou moins
long. Combien durerait mon agonie? J'avais entendu parler d'hommes qui
étaient morts de soif après des tortures indicibles; j'essayai de me
rappeler le nombre de jours qu'ils avaient souffert, et je ne pus y
parvenir. Six ou sept, pensai-je. Cette idée m'épouvanta. Comment
supporter pendant une semaine l'angoisse que j'endurais? C'était
au-dessus de mes forces, et je demandai à la mort de mettre un terme
plus rapide à mes douleurs.

Mais l'espérance allait revenir. J'avais à peine cédé à cet accès de
découragement, lorsque j'entendis un son qui changea le cours de mes
pensées, et me causa autant de bonheur que j'avais eu d'angoisses.



CHAPITRE XXIII.

Son plein de charme.


J'étais accoudé à l'une des poutres du navire, qui traversait ma cabine,
et qui la divisait en deux parties presque égales. C'était simplement
pour changer de position que j'avais pris cette attitude, car j'étais
las d'être couché sur les planches; depuis l'heure de mon premier réveil
dans la cale j'avais essayé de toutes les postures, sans parvenir à me
trouver bien dans aucune; je m'étais levé, quoiqu'il me fallut courber
la tête; j'avais pris tous les degrés d'inclinaison, je m'étais allongé
sur le dos, sur le ventre, sur les côtés, je m'étais replié en Z, en S,
et je n'en étais pas moins courbaturé.

Je me trouvais donc soutenu par l'une des côtes du navire, et ma tête
penchée en avant, reposait presque sur la grande futaille où j'appuyais
la main.

Il en résultait que mon oreille effleurait les douelles de chêne; et
c'est de la sorte que j'entendis le son plein de douceur qui opéra chez
moi un revirement si prompt et si heureux.

Rien n'était plus facile à reconnaître que cette voix bénie qui frappait
mon oreille: c'était le glouglou d'un liquide remuant dans la futaille,
par suite des ondulations du navire.

À la première de ces notes harmonieuses que rendait le contenu de la
barrique, j'avais tressailli d'une joie facile à comprendre; mais
réprimant aussitôt mes transports, je voulus m'assurer du fait, dans la
crainte d'être le jouet d'une illusion.

La joue appliquée sur le bois de la grosse tonne, l'haleine suspendue,
toutes les facultés de mon être concentrées dans ma puissance auditive,
j'attendis que le bâtiment éprouvât une secousse assez grande pour la
communiquer au fluide que renfermait le tonneau.

L'attente me parut d'une longueur excessive, mais ma patience fut enfin
récompensée: _Glou, glou, gli, gli, glou, glou_; cela ne faisait pas le
moindre doute, la futaille était pleine d'eau!

Un cri de joie s'échappa de mes lèvres; j'éprouvais ce que ressent un
malheureux qui est en train de se noyer, et qui, au moment où il allait
rendre l'âme, se retrouve près du rivage.

La réaction fut si vive que je faillis m'évanouir; je serais tombé sans
la pièce de bois à laquelle je restai appuyé, dans un état de vertige
qui m'était jusqu'à la conscience de mon bonheur.

Toutefois je ne demeurai pas longtemps dans cette demi-insensibilité; la
soif me rappela bientôt à moi-même, et je me rapprochai de la futaille.

Dans quel but? Je voulais chercher la bonde, la retirer bien vite, et
boire; je ne pouvais avoir d'autre intention.

Hélas; ma joie devait s'éteindre aussi promptement qu'elle était née. Je
fus néanmoins quelque temps avant d'en arriver là; il me fallut d'abord
parcourir avec les mains toute la surface de la barrique, en palper
toutes les douelles, avec le tact soigneux qui caractérise les aveugles;
et je recommençai l'opération plus d'une fois avant d'accepter la triste
certitude que la bonde se trouvait du côté de la muraille, il m'était
impossible de l'atteindre, et la précieuse barrique m'était complétement
fermée.

Je savais que tous les tonneaux ont une seconde ouverture, située à l'un
des deux fonds, et je m'étais mis en quête de celle qui devait exister à
ma futaille; mais le premier mouvement que je fis m'annonça que les deux
bouts en étaient bloqués, l'un par une caisse, l'autre par la seconde
barrique mentionnée dans l'inventaire de ma cellule.

Il me vint à l'esprit que cette dernière pouvait également contenir de
l'eau, et j'en commençai l'inspection; mais je ne pus tâter qu'une
faible partie de son étendue, et n'y rencontrai que la surface unie du
chêne, qui m'opposait la résistance du roc.

C'est alors que je retombai dans ma misère, et que je me livrai à tout
ce que le désespoir a de plus cruel. Plus que jamais la tentation était
vive; j'entendais l'eau à trois centimètres de mes lèvres, et je ne
pouvais pas la goûter. Oh! si j'avais pu seulement en humecter ma gorge
brûlante!

S'il y avait eu près de moi une hache, et que ma prison eût été assez
haute pour que je pusse m'en servir, comme j'aurais largement ouvert
cette grande citerne pour m'abreuver de son contenu! Mais je n'avais pas
de hache, pas d'instruments tranchants, et sans une bonne lame comment
percer ou fendre ces douelles de chêne, aussi impénétrables pour moi que
du fer? Quand même j'aurais trouvé l'une ou l'autre des ouvertures de la
futaille, avec quoi en aurais-je ôté le bondon, arraché le fausset? Je
n'y avais pas songé dans mon élan de bonheur; mais il était impossible
de le faire avec mes doigts, sans tenailles, sans levier d'aucune
espèce.

Je crois m'être levé en chancelant, pour examiner de nouveau la
barrique; je n'en suis pas sûr, tant j'étais foudroyé par la déception
amère qui avait suivi ma joie; il m'est resté néanmoins un vague
souvenir d'avoir machinalement exploré le dessus du tonneau, essayé de
mouvoir la caisse; et plus consterné que jamais de l'inutilité de mes
efforts, d'être revenu me coucher, en proie au plus morne désespoir.

J'ignore combien de temps dura cette nouvelle crise; mais je me souviens
toujours du fait qui dissipa la fatale influence sous laquelle je
succombais, et qui me rendit toute mon activité.



CHAPITRE XXIV.

La barrique est mise en perce.


Étendu sur les planches de ma cellule, la tête reposant sur mon bras, je
sentis quelque chose me blesser à la cuisse; était-ce un noeud du bois
ou un caillou sur lequel j'étais couché? dans tous les cas c'était un
objet qui me faisait souffrir, et j'étendis la main pour l'éloigner. À
ma grande surprise je ne trouvai rien par terre, le plancher était
parfaitement uni, et l'objet qui me faisait mal se trouvait dans ma
poche.

Qu'est-ce que cela pouvait être? je ne me le rappelais nullement;
j'aurais pu croire que c'était un morceau de biscuit, si je n'avais été
sûr d'avoir placé mes provisions dans la poche de ma veste. Je palpai
celle de ma culotte, elle renfermait un objet allongé, aussi dur que le
fer, et je ne me rappelais pas avoir emporté autre chose que du biscuit
et du fromage.

Je me mis à mon séant pour fouiller dans ma poche, car il m'était
impossible de deviner ce qui s'y trouvai; et j'eus ainsi le mot de
l'énigme: cet objet long et dur n'était ni plus ni moins que le couteau
dont Waters m'avait fait présent. Je l'avais fourré dans ma culotte par
un mouvement irréfléchi, et l'avais ensuite oublié.

Cette découverte me parut d'abord insignifiante, elle me rappela tout
simplement la bonté du matelot, bonté qui contrastait avec la rudesse du
lieutenant; c'était la seule pensée que j'avais eue au moment où cette
lame précieuse m'avait été donnée. Tout en faisant cette réflexion,
j'ôtai le couteau de ma poche, et l'ayant jeté au loin pour qu'il ne me
gênât plus, je me recouchai sur les planches.

Mais à peine venais-je de m'y étendre, qu'une idée subite me traversa
l'esprit et me fit relever avec autant de promptitude que si je m'étais
appuyé sur du fer rouge. Toutefois ce n'était pas la douleur qui
m'inspirait ce mouvement rapide, au contraire, c'était une joyeuse
espérance. Je me disais qu'avec cette lame j'avais le moyen de percer la
futaille et de me procurer de l'eau.

Cela me paraissait tellement facile, que je ne doutai pas un instant de
la possibilité du fait, et que mon désespoir s'évanouit pour faire place
à la joie la plus vive.

Je cherchai mon couteau, je le retrouvai, et m'en emparai avec ardeur;
c'est tout au plus si je l'avais regardé quand je l'avais reçu des mains
de Waters, maintenant je l'examinais avec soin, je le palpais dans tous
les sens, j'en calculais la force autant qu'il m'était permis de le
faire, et je me demandais quelle était la meilleure manière de m'en
servir pour arriver au but que je me proposais.

C'était un bon couteau, avec un manche en bois de cerf, une lame aiguë,
solide et bien trempée, un de ces couteaux qui, lorsqu'ils sont ouverts,
n'ont pas moins de vingt-cinq centimètres de longueur, et qu'en général
les matelots portent suspendus à une ficelle passée autour du cou. Je
fus enchanté de mon examen, de l'épaisseur et du fil de l'acier; car il
me fallait un bon instrument pour forer cette douelle de chêne.

Si je vous décris avec autant de détails les mérites de mon couteau,
c'est que je ne saurais trop vous en faire l'éloge, puisque sans lui je
n'aurais pas survécu à mes misères, et ne vous raconterais pas les hauts
faits qu'il m'a permis d'accomplir.

Ayant donc passé le doigt à plusieurs reprises sur ma bonne lame, afin
de me familiariser avec elle; l'ayant ouverte et fermée dix ou douze
fois, pour en essayer le ressort, je m'approchai de la barrique, afin
d'en attaquer le chêne.

Vous êtes surpris de me voir agir avec cette lenteur quand la soif me
torturait; vous ne comprenez pas que j'aie pris toutes ces précautions;
vous pensiez que j'allais me mettre aussitôt à faire un trou, n'importe
comment, pourvu que je pusse me désaltérer. Toute ma patience fut
soumise à une rude épreuve; mais j'ai toujours été d'un caractère
réfléchi, même quand j'étais enfant, et je sentais, à l'heure dont je
vous parle, que tout le succès de mon entreprise pouvait dépendre du
soin que j'y apporterais. J'avais en perspective la mort la plus
affreuse; une seule chose devait me sauver, c'était d'ouvrir la
barrique, pour cela mon couteau m'était indispensable. Supposez qu'en
agissant avec précipitation, je vinsse à en briser la lame, seulement à
en casser la pointe, c'était fini, ma mort était certaine.

Ne soyez donc plus étonnés du soin que je prenais de ne rien
compromettre. Il est vrai de dire que si j'avais réfléchi davantage, je
ne me serais pas donné tant de peine. Quand j'aurais eu la certitude de
me désaltérer, à quoi cela devait-il me servir? J'aurais apaisé ma soif;
mais la faim? comment la satisfaire? On ne se nourrit pas avec de l'eau;
où trouver des aliments?

C'est une chose bizarre, mais cette idée ne me vint pas. Je n'étais
point encore affamé, et la crainte de mourir de soif était jusqu'alors
ma seule préoccupation. Plus tard, je devais, hélas! éprouver les mêmes
terreurs au sujet du manque de nourriture; mais n'anticipons pas.

Je choisis, sur le côté de la barrique, un endroit où la douelle
paraissait être endommagée. Précisément cela se trouvait un peu
au-dessous de la moitié de la futaille, et c'était une condition qui me
semblait indispensable. La barrique pouvait n'être qu'à moitié pleine,
et il fallait absolument la mettre en perce au-dessous du niveau de
l'eau, sans quoi j'aurais travaillé en pure perte.

Me voilà donc à l'ouvrage; malgré mon impatience, j'étais satisfait de
la rapidité de ma besogne. Mon couteau se comportait à merveille, et si
épais que fût le chêne de la futaille, il avait affaire à de l'acier
plus dur que lui. Peu à peu les esquilles de bois se détachèrent, et ma
bonne lame s'enfonça dans la douelle.

J'avais fini par si bien me familiariser avec les ténèbres, que je ne
ressentais plus cette impuissance dont chacun est frappé en tombant dans
une nuit profonde. Mes doigts avaient acquis une délicatesse de toucher
singulière, ainsi qu'on le remarque chez les aveugles. Je travaillais
avec autant de facilité que si j'avais été en plein jour, et je ne
pensais même pas à la lumière qui me manquait.

Sans aucun doute, un charpentier, avec son ciseau à mortaise, ou un
tonnelier, avec son vilebrequin, aurait été plus vite que moi; mais
j'avais la certitude que j'avançais dans mon oeuvre, et je n'en
demandais pas davantage.

La crainte de briser mon couteau, crainte que j'avais toujours présente
à l'esprit, m'empêchait de me hâter; je me souvenais du proverbe: «Plus
on se presse, moins on arrive,» et je maniais mon outil avec un
redoublement de prudence.

Il y avait une heure que je travaillais, quand j'approchai de la surface
intérieure de la douelle; je le voyais à la profondeur de l'excavation
que j'avais faite.

Ma main trembla, mon coeur battit avec violence, ce fut un moment
d'incroyable émotion, une inquiétude affreuse s'emparait de mon esprit:
était-ce bien de l'eau que j'allais trouver? Ce doute m'était déjà venu
plusieurs fois, mais jamais avec cette vivacité.

Oh! mon Dieu! si, au lieu d'eau, cette futaille contenait de rhum ou de
l'eau-de-vie, seulement du vin! Je savais que pas un de ces liquides
n'éteindrait ma soif; peut-être la calmeraient-ils un instant, mais elle
reviendrait ensuite plus dévorante que jamais; et, perdant mon seul
espoir, je mourrais, tué par l'ivresse, comme tant d'autres malheureux.

Le fluide perlait déjà entre la douelle et mon couteau; j'hésitais à
faire la dernière entaille, j'avais peur de ce qui allait en sortir!

Mais la soif triompha de mes inquiétudes; je poussai mon outil, et les
dernières fibres du chêne cédèrent. Au même instant, un jet rapide et
froid s'échappa de la barrique, me mouilla les mains et se répandit sur
ma manche.

Un dernier tour de lame agrandit l'ouverture. Je retirai mon couteau, le
jet sortit avec force, et mes lèvres s'y appliquèrent avec délices. Ce
n'était ni de la liqueur, ni du vin, mais une eau fraîche et pure comme
celle qui jaillit du rocher.



CHAPITRE XXV.

Le fausset.


Comme je bus de cette eau délicieuse! je ne croyais pas pouvoir m'en
rassasier. À la fin cependant la quantité d'eau absorbée fut suffisante,
et je ne sentis plus la soif.

[Illustration: Comme je bus cette eau délicieuse.]

Toutefois ce résultat ne fut pas immédiat; la première libation ne me
désaltéra qu'un instant; mes lèvres se rapprochèrent bientôt de la
barrique, et j'y revins à plusieurs reprises avant d'être complétement
soulagé.

Il est impossible, même à l'imagination la plus puissante, de se figurer
les tortures de la soif; il faut les avoir ressenties pour s'en faire
une idée; qu'on juge de leur violence par les expédients auxquels ont eu
recours ceux qui les ont subies. Et pourtant, malgré cette angoisse
indicible, aussitôt qu'on a bu largement, la douleur s'évanouit avec la
rapidité d'un songe; il n'est pas de souffrance comparable qui soit
aussi vite guérie.

Ma soif était dissipée, et le bien-être succédait à mon supplice.
Toutefois, je n'en perdis pas ma prudence habituelle; durant les
intervalles que j'avais mis entre mes libations, j'avais eu bien soin de
fermer l'ouverture de la barrique, en y fourrant le bout de mon index en
guise de fausset. Quelque chose me disait de ne pas gaspiller le
précieux liquide, et je résolus d'obéir à cette pensée pleine de
prudence.

Mais à la longue je me fatiguai de rester ainsi, le doigt passé dans la
douelle, et je cherchai un objet qui pût me servir de bouchon.
Impossible de rien trouver, pas la moindre baguette, le plus petit
morceau de bois dont on pût faire une cheville, J'avais toujours mon
index à la futaille, je n'osais pas l'en ôter, et cela paralysait mes
recherches.

Comment faire? Je pensai au fromage qui me restait, et je le tirai de ma
poche; il s'émietta dès que je voulus m'en servir; du biscuit n'eût pas
été meilleur; c'était fort embarrassant.

Tout à coup je songeai à ma veste. Elle était de gros molleton, et en en
déchirant un morceau, je pouvais boucher l'ouverture de la futaille.

À peine avais-je eu cette pensée, que mon couteau enlevait une pièce de
mon habit, et que fourrant ce chiffon de laine dans la susdite
ouverture, le poussant, le serrant avec la pointe de ma lame, je parvins
à arrêter le liquide, bien qu'il suât légèrement à travers mon tampon;
mais c'était peu de chose, et je m'en inquiétai d'autant moins, que cet
expédient n'était que provisoire; pourvu qu'il me permît de trouver
mieux, c'était tout ce que je demandais.

J'avais maintenant tout le loisir de la réflexion, et je n'ai pas besoin
d'ajouter que le désespoir en fut bientôt la conséquence. À quoi me
servirait d'avoir de l'eau? à me faire vivre quelques heures de plus,
c'est-à-dire à prolonger mon agonie, car j'avais la certitude de mourir
de faim, mes provisions étaient presque épuisées: deux biscuits et
quelques miettes de fromage étaient tout ce qui me restait. À la rigueur
cela pouvait suffire pour un repas; mais après?... viendrait la faim,
puis la faiblesse, le vertige, l'épuisement complet et la mort.

Chose étrange! cette pensée ne m'était pas venue tant que la soif
m'avait dominé. À différents intervalles j'en avais bien eu le soupçon;
mais les tortures présentes me faisaient oublier celles de l'avenir.

Une fois que les premières avaient été calmées, je compris que la faim
ne serait pas moins impitoyable que la soif, et le sentiment de
bien-être que j'éprouvais disparut devant le sort qui m'attendait. Ce
n'était pas même, de l'anxiété, qui laisse toujours un peu de place à
l'espérance, c'était l'affreuse certitude de ne plus avoir que deux ou
trois jours à vivre, et de les passer dans une agonie trop facile à
imaginer.

Pas d'alternative: il fallait mourir d'inanition, à moins que je n'eusse
recours au suicide. Je pouvais me tuer; je possédais une arme plus que
suffisante pour exécuter ce projet; mais l'espèce de délire qui, dans
les premiers instants de désespoir, m'aurait poussé immédiatement à cet
acte de démence, était dissipé, et j'envisageais la situation avec une
tranquillité d'esprit qui m'étonnait.

Trois genres de mort se présentaient d'eux-mêmes: la faim, la soif et un
coup de couteau pouvaient également terminer ma vie; la première était
inévitable, mais je pouvais choisir entre les trois supplices, et
j'examinai quel était celui qui devait me faire le moins souffrir.

Ne soyez pas surpris de me voir livré à cet étrange calcul; songez à la
position où je me trouvais, et qui ne me permettait pas d'avoir d'autre
idée que celle de la mort.

Le premier résultat de mes réflexions fut d'éliminer la soif; je venais
d'en subir les tortures, et je savais par expérience que de toutes les
manières de quitter ce monde, c'est l'une des plus affreuses. Restaient
la faim et le poignard. Je les pesai longtemps, en les comparant l'une à
l'autre, sans savoir auquel des deux accorder la préférence.
Malheureusement j'étais dépourvu de tout principe religieux; à cette
époque, je ne savais même pas que ce fût un crime d'attenter à ses
jours, et cette considération n'entrait pour rien dans mes pensées; la
seule chose qui me préoccupait était, comme je l'ai dit plus haut, de
choisir le genre de mort qui devait être le moins pénible.

Il faut cependant que le bien et le mal soient instinctifs; malgré mon
ignorance de païen, une voix intérieure me disait qu'il était coupable
de se détruire, alors même que le supplice vous sauvait du supplice.

Cette pensée triompha dans mon âme, et rappelant tout mon courage, je
pris la résolution d'attendre les événements, quelle que pût être la
date que Dieu eût fixée pour mettre un terme à mes souffrances.



CHAPITRE XXVI

Une caisse de biscuits.


Je pris non-seulement la résolution de ne pas me suicider, mais celle de
vivre le plus longtemps possible. Bien que mes deux biscuits fussent
insuffisants pour me faire faire un bon repas, je les partageai en
quatre, et me promis de laisser entre chacune de mes collations autant
d'intervalles que la faim me le permettrait.

Le désir de prolonger mon existence devenait de plus en plus vif depuis
que j'avais ouvert la futaille; j'avais le pressentiment que ce n'était
pas la faim qui me tuerait, tout au moins que je ne mourrais pas par
inanition; et si léger, si fugitif que fût cet espoir, il soutint mon
courage et me rendit un peu de force.

Je ne saurais dire où je puisais cette confiance; mais quelques heures
auparavant je ne croyais pas trouver d'eau, et maintenant j'en avais
assez pour me noyer; n'était-ce pas la Providence qui m'avait été
favorable? Pourquoi me laisserait-elle mourir de faim, après m'avoir
sauvé de la soif? Je ne voyais pas comment elle me délivrerait; mais la
première chose était de vivre, et, je le répète, j'avais le
pressentiment que j'échapperais à la faim.

Je mangeai la moitié d'un biscuit, j'avalai un peu d'eau, car la soif
était revenue; puis ayant rebouché la futaille, je m'assis à côté
d'elle. Je ne songeais pas à faire d'efforts; à quoi bon? Tout mon
espoir reposait sur le hasard, ou plutôt sur la bonté divine, et
j'attendis qu'elle voulût bien se manifester.

Néanmoins le silence et les ténèbres avaient quelque chose de si affreux
que le murmure intérieur dans lequel résidait ma force devint de plus en
plus faible, et fut bientôt étouffé par le découragement. Il y avait à
peu près douze heures que j'avais mangé ma première part de biscuit;
j'essayai d'attendre plus longtemps, ce fut impossible. Je dévorai le
second morceau; bien loin de me rassasier, il m'affama davantage, et la
quantité d'eau que je bus remplit mon estomac sans satisfaire mon
appétit.

Six heures après, la troisième portion avait disparu, et ma faim
croissait toujours; à peine attendis-je vingt minutes pour finir mon
biscuit. C'était ma dernière bouchée; j'avais résolu de la faire durer
jusqu'au quatrième jour; le premier n'était pas passé qu'il ne me
restait plus rien. Que devenir? Je pensai à mes chaussures j'avais lu
quelque part que des hommes s'étaient soutenus pendant quelque temps en
mâchant leurs bottes, leurs guêtres ou leurs selles. Le cuir, étant un
produit animal, conserve quelques propriétés nutritives, même après
avoir été travaillé; et je songeai à mes bottines.

Comme je me baissais pour en défaire les cordons, je fus saisi par
quelque chose de froid qui me tombait sur la tête; c'était un filet
d'eau. Le chiffon que j'avais mis à la futaille en avait été repoussé,
et l'eau s'échappait par l'ouverture que j'avais faite. Mon étonnement
cessa dès que j'en connus la cause. Je bouchai le trou avec mon doigt,
je cherchai ma futaine de l'autre main, et l'ayant retrouvée à tâtons,
je la replaçai le mieux que je pus.

L'accident se renouvela, il se perdit beaucoup d'eau, et je pensai avec
terreur que si la chose se répétait pendant que je serais endormi, la
futaille serait vide à mon réveil; il fallait aviser. Par quel moyen?
Cette question me tira de mon abattement; je cherchai autour de moi une
bûchette, un copeau; je n'en trouvai pas. Je songeai aux douelles de la
futaille dont l'extrémité dépassait le fond: c'était du coeur de chêne,
recouvert de peinture, et sa dureté défia tous mes efforts. Avec de la
persévérance j'y serais peut-être parvenu, mais il me vint à l'esprit
qu'il me serait plus facile d'entamer le bois de la caisse; cela devait
être du sapin, et non-seulement j'aurais moins de peine, mais la
cheville que j'en tirerais vaudrait mieux comme bouchon.

Me retournant aussitôt vers le colis de bois blanc, j'en tâtai la
surface pour l'attaquer au bon endroit. L'une des planches de côté
faisait saillie; j'enfonçai mon couteau entre cette planche et la
voisine, puis employant toute ma force, j'attirai mon outil vers le bas,
en m'en servant comme d'un ciseau, pour détacher les pointes. Je n'avais
pas renouvelé mon premier effort que la planche s'écartait déjà de celle
où elle était clouée. Probablement que, dans l'arrimage, une secousse
violente avait préparé la besogne. Toujours est-il que le haut de cette
planche ne tenait plus à la paroi où il avait été fixé; j'enlevai mon
couteau, je saisis la planche à deux mains et la tirai tant que je pus.
Les planches grincèrent en s'arrachant, le bois éclata où elles me
résistèrent; et je redoublai d'efforts, quand un bruit tout diffèrent
éveilla mon attention: diverses choses, d'une certaine consistance,
s'échappaient de la caisse et tombaient avec fracas sur le plancher.

Curieux de savoir ce que cela pouvait être, je suspendis mon travail, et
cherchant à mes pieds, j'y trouvai deux objets d'égal volume, dont le
contact me fit pousser un cri de joie.

On se rappelle que j'avais acquis au toucher la délicatesse d'un
aveugle; mais alors même que ce sens eût été chez moi plus obtus que
chez un autre, je n'en aurais pas moins reconnu ce que j'avais ramassé.
Pas moyen de m'y méprendre: c'étaient bien deux biscuits.



CHAPITRE XXVII.

Une pipe d'eau-de-vie.


Deux biscuits! chacun d'eux aussi large que le fond d'une assiette,
d'une épaisseur d'un centimètre et demi; ronds et lisses, agréables au
toucher et d'une belle couleur brune. J'en connaissais la nuance, car je
le sentais avec les doigts, c'étaient de vrais biscuits de mer, biscuits
de matelots, comme on les nomme pour les distinguer des biscuits blancs
du capitaine qui sont à mon avis bien moins bons et bien moins
nourrissants.

Qu'ils étaient savoureux! Jamais je n'avais rien mangé qui me fît autant
de plaisir. Un second, un troisième, un quatrième furent engloutis;
peut-être le cinquième et le sixième y passèrent-ils; j'avais trop faim
pour les compter. Je les arrosai d'une eau copieuse, et c'est le repas
dont j'ai gardé le meilleur souvenir.

À la jouissance qu'on éprouve à manger quand on a faim, et Dieu sait
comme elle est grande, se joignait le bonheur que me causait ma
découverte; plus d'inquiétude, la mort qui me menaçait tout à l'heure
m'était bien et dûment épargnée; la Providence m'avait sauvé la vie.
Toutefois sans l'effort que j'avais fait pour me procurer une cheville
qui pût boucher ma futaille, elle m'aurait laissé périr.

Peu importe, me disais-je, avec ma provision d'eau et ma caisse de
biscuits, je peux supporter ma captivité jusqu'au bout du voyage, quand
même il durerait plusieurs mois. Je me confirmai dans cette idée par
l'inspection de ma caisse: les biscuits roulaient sous ma main en
claquant les uns contre les autres, ainsi que des castagnettes.

Quel son plein de charme! Quelle musique pour mes oreilles! J'enfonçai
les bras dans ce monceau de biscuits avec autant de délices qu'un avare
plonge les siens dans un tas d'or. Je ne me lassais pas de les palper,
d'en saisir la dimension, l'épaisseur, de les tirer de la caisse, de les
y remettre, de les placer avec ordre pour les déranger de nouveau et les
replacer encore. Je m'en servais comme d'un tambour, d'une balle ou
d'une toupie, et le plaisir que j'y trouvais fut longtemps à se calmer.

Il est difficile de décrire ce qu'on éprouve lorsqu'on échappe à la
mort. Un danger vous laisse toujours de l'espoir, il y a de ces chances
imprévues, de ces périls qui, en dépit de leur gravité, n'ont point de
dénoûment tragique; on ne sait jamais si l'on n'en reviendra pas. Mais
quand on a eu la certitude qu'il n'y avait plus qu'à mourir, et que par
impossible on est sauvé, la réaction qui s'opère en nous est
inexprimable. On a vu des hommes en perdre la tête, ou bien être
foudroyés par la joie.

Je n'en perdis ni la vie ni la raison; mais quiconque m'aurait vu après
l'ouverture de la caisse, aurait pu supposer que j'étais fou.

Je ne sais pas combien de temps auraient duré mes transports sans un
fait qui les calma tout à coup en me forçant à réfléchir: l'eau
s'échappait de la futaille. Le bruit des vagues m'avait empêché de
l'entendre à mesure qu'elle tombait; elle glissait entre les planches,
et sans doute elle coulait depuis la dernière fois que j'avais bu, car
je ne me rappelais pas avoir remis le tampon. Il était possible que je
l'eusse oublié dans mon ivresse, et la perte devait être considérable.

Une heure avant je m'en serais moins inquiété; j'aurais toujours eu plus
d'eau qu'il m'en fallait pour le peu que j'avais à vivre; mais à présent
c'était une chose bien différente. Je pouvais rester plusieurs mois
enfermé près de cette futaille; chacune de ses gouttes d'eau m'était
indispensable. Que deviendrais-je si elle tarissait avant qu'on fût au
port? Je retomberais dans l'affreuse position d'où je m'étais cru sorti,
et ne serais préservé de la faim que pour subir une mort plus
douloureuse.

J'arrêtai l'eau immédiatement, d'abord avec mes doigts, puis avec le
chiffon; et dès que celui-ci fut à sa place je me mis en devoir de le
remplacer par une cheville, comme d'abord j'en avais eu le projet.

Il me fut facile de couper un morceau du couvercle de la caisse, de lui
donner une forme conique, et d'en faire un bouchon exactement adapté à
l'ouverture qu'il devait clore.

Brave matelot! que je le bénissais pour le couteau qu'il m'avait donné.

Mais combien du précieux liquide avais-je perdu?

Je me reprochais amèrement ma négligence, et je regrettais d'avoir percé
la futaille aussi bas. C'était cependant une mesure de précaution;
d'ailleurs à l'époque où je l'avais prise, je n'avais d'autre pensée que
de boire le plus tôt possible.

Il était encore bien heureux que je me fusse aperçu de la fuite de
l'eau; si j'avais attendu qu'elle s'arrêtât d'elle-même, il ne m'en
serait pas resté pour une semaine.

Je cherchai à connaître l'étendue de la perte que l'avais faite. Il me
fut impossible d'y arriver. Je frappai bien le tonneau à différents
endroits; mais les craquements du navire et le bruissement de la mer ne
me permirent pas déjuger avec exactitude de la différence des sons. Je
crus entendre que la futaille sonnait le creux, ce qui annonçait un vide
énorme, et j'abandonnai ces recherches qui, sans rien m'apprendre, me
causaient une anxiété pénible. Heureusement que l'ouverture de la
futaille n'était pas grande; mon petit doigt suffisait pour la fermer,
et à cette époque il n'était guère plus gros qu'une plume de cygne. Il
fallait beaucoup de temps pour qu'une masse d'eau considérable s'écoulât
par un trou de cette dimension; je tâchai de me rappeler quand j'avais
bu la dernière fois. Il ne me semblait pas qu'il y eût longtemps; mais
dans l'état d'excitation ou plutôt d'ivresse où je me trouvais alors je
n'étais pas à même d'apprécier la durée des heures, et j'échouai dans
mes calculs.

Je me rappelais avoir entendu dire que les brasseurs, les tonneliers,
tous les préposés aux caves des docks savent reconnaître la quantité de
liquide renfermée dans un tonneau, sans avoir recours à la jauge;
seulement j'ignorais leur procédé.

Il me venait bien à l'esprit un moyen de m'assurer de ce que je voulais
apprendre: j'avais assez de connaissances hydrauliques pour savoir,
qu'enfermée dans un tube, l'eau remonte toujours à une hauteur égale à
celle d'où elle est partie. Si j'avais eu un siphon, je l'aurais attaché
à l'ouverture de la futaille et découvert de la sorte jusqu'où cette
dernière était pleine.

Mais je ne possédais ni siphon ni tube d'aucune espèce, et ne m'arrêta
pas davantage à ce procédé.

Comme je venais de renoncer à cette idée, il m'en vint une autre d'une
exécution tellement simple que je fus surpris de ne pas l'avoir eue tout
d'abord. C'était de mettre la futaille en perce un peu plus haut qu'elle
ne l'était déjà, puis successivement jusqu'à l'endroit où l'eau
cesserait de couler. Je saurais alors à quoi m'en tenir. Si je
commençais trop bas j'en serais quitte pour boucher ce premier trou avec
une cheville, et ainsi des autres.

Cela devait, il est vrai, me donner beaucoup d'ouvrage; mais je n'en
étais pas fâché; le travail fait passer le temps, et une fois occupé, je
songerais moins à ce qu'il y avait d'affreux dans ma situation.

Je pensai, toutefois, que d'abord il fallait mettre en perce la futaille
qui se trouvait au bout de ma cabine. Si par hasard elle était remplie
d'eau, je n'avais plus besoin de m'inquiéter; j'en aurais suffisamment
pour faire le tour du monde.

Sans plus tarder, je m'approchai de la tonne en question et me mis à
l'oeuvre. J'étais moins surexcité que la première fois, le résultat
n'ayant pas la même importance, et pourtant la déception que j'éprouvai
fut bien vive lorsque la douelle, percée d'outre en outre, laissa
échapper un jet d'eau-de-vie à la place de l'eau pure que j'avais
espérée.

Il fallut revenir à mon premier dessein, reconnaître où en était ma
provision d'eau, maintenant ma seule ressource.

Attaquant le chêne près du milieu de la futaille, je procédai comme je
l'avais fait pour l'ouverture précédente, et après un travail d'une
heure je sentis la mince pellicule de bois céder sous la pointe de mon
couteau. Mon coeur battit bien fort: si le danger de mourir de soif
n'était plus immédiat comme il l'avait été, il n'en existait pas moins,
et je poussai un cri joyeux lorsque je sentis un filet humide me couler
sur les doigts. Je m'empressai de clore cette ouverture et d'en
pratiquer une autre à la douelle supérieure.

Le bois ne fut ni moins résistant, ni moins épais, mais j'eus la
récompense de mes efforts en me sentant mouillé par l'eau qui sortait de
la futaille.

Une troisième douelle fut traversée, j'obtins le même résultat. Une
quatrième, et cette fois l'eau ne vint pas; cela n'avait rien de
surprenant; j'étais presqu'à l'extrémité de la barrique; mais j'avais
trouvé le liquide à l'avant dernière ouverture, et la futaille était
encore pleine aux trois quarts. Dieu soit loué! j'en avais pour
plusieurs mois avant de souffrir de la soif.

Enchanté de ma découverte, j'allai m'asseoir et dégustai un nouveau
biscuit avec autant de délices que si j'avais mangé de la soupe à la
tortue et de la venaison à la table du lord maire.



CHAPITRE XXVIII.

Rations.


Rien ne me causait plus d'inquiétude; j'étais d'une tranquillité
parfaite. L'expectative d'être enfermé pendant six mois aurait été fort
pénible en toute autre circonstance; mais après la crainte de la mort,
crainte bien plus effroyable, dont j'étais délivré, mon emprisonnement
ne me paraissait plus rien, et je résolus de le supporter avec une
entière résignation.

J'avais six mois à passer dans mon cachot; il n'était pas probable que
j'en sortisse avant la fin de ce terme. Six mois! c'est bien long pour
un captif, bien long à passer, même dans une chambre où pénètre la
lumière, où l'on trouve un lit, un bon feu, où l'on mange des repas bien
préparés, où l'on voit chaque jour quelque figure humaine, où l'on
entend sans cesse le bruit des pas, le son des paroles, où soi-même on a
l'occasion d'échanger quelques mots avec l'individu qui vous garde.

Mais six mois dans un espace où je ne pouvais ni me redresser ni
m'allonger entièrement, sans feu, sans matelas ni hamac, dans
l'obscurité la plus profonde, respirant un air fétide, couché sur la
planche, ne vivant que de pain sec et d'eau claire, triste régime,
suffisant bien juste à l'homme pour l'empêcher de mourir; six mois sans
la plus légère distraction, n'entendant rien que les craquements
continuels du vaisseau et la plainte monotone des vagues, ou leurs
grondements furieux, six mois d'une pareille existence n'offraient
certes point une perspective agréable.

Cependant, je n'en fus pas attristé. Je me sentais trop heureux de ne
pas mourir pour me préoccuper du genre de vie qui m'attendait. Ce n'est
que plus tard que je devais me fatiguer de cette odieuse réclusion.

J'étais maintenant tout à ma joie et à la confiance qu'elle m'inspirait.
Non pas que cette quiétude allât jusqu'à me faire oublier d'être
prévoyant; j'en revenais toujours à la question des vivres: il était
nécessaire de connaître ce que j'avais en magasin; j'en savais la
nature, mais non la quantité, et je repris mes calculs, afin d'être
certain que mes provisions dureraient jusqu'au bout du voyage.

Il m'avait semblé d'abord qu'une pareille caisse de biscuits était
inépuisable, et que ma futaille ne pouvait pas tarir; mais après un
instant de réflexion, j'eus des doutes à cet égard. Il suffit d'une
quantité d'eau imperceptible pour emplir une citerne, lorsque cette eau
coule sans cesse. Le contraire n'est pas moins vrai: la citerne se vide
par une perte continue, quelque légère que soit cette déperdition
constante. Et six mois, c'est bien long! cela fait presque deux cents
jours.

Plus j'y pensais, plus je sentais s'ébranler ma confiance. Pourquoi ne
pas mettre un terme à mon incertitude? me dis-je: mieux vaut savoir à
quoi s'en tenir. Si j'ai assez, plus de tourment; si, au contraire, je
suis menacé de la disette, je prendrai la seule mesure que la prudence
indique, et me rationnerai dès aujourd'hui pour ne pas être pris plus
tard au dépourvu.

Quand je me rappelle le passé, je suis surpris de la raison que j'avais
alors pour mon âge. On ne sait pas jusqu'où peut arriver la prévoyance
d'un enfant, lorsqu'il est en face d'un péril qui éveille l'instinct de
conservation, et qui fait appel à toutes ses facultés.

Je pris six mois pour base de mes calculs, c'est-à-dire une période de
cent quatre-vingt-trois jours; je ne fis pas même abstraction du temps
qui s'était écoulé (à peu près une semaine) depuis que le navire était
sorti du port. Cela devait suffire, et au delà, pour que le vaisseau fût
arrivé au Pérou; mais en étais-je bien sûr?

On compte six mois pour faire la route que nous avions à franchir;
était-ce la durée moyenne du voyage ou le terme le plus long qui lui fût
assigné? Cela pouvait être celui d'une traversée rapide. J'étais, à cet
égard, d'une ignorance complète.

Nous pouvions avoir un calme plat dans la région des tropiques, des
tempêtes dans le voisinage du cap Horn, où les vents sont pleins de
violence et de caprices; une foule d'obstacles pouvaient retarder la
marche du navire et prolonger le voyage bien au delà des six mois.

C'est avec cette appréhension que je procédai à mon enquête. Il était
bien simple de savoir quelles étaient mes ressources nutritives; je
n'avais qu'à compter mes biscuits. J'en connaissais le volume, et deux
par jours pouvaient me suffire, bien qu'il n'y eût pas de quoi
engraisser sous ce régime. À la rigueur, un par jour m'aurait soutenu,
et je me promis de les épargner le plus possible. Je n'aurais pas même
eu besoin de les sortir pour les compter: la caisse, autant que je
pouvais en juger, était de quatre-vingt-dix centimètres de long,
soixante de large, et en avait trente de profondeur. Chacun des
biscuits, épais d'environ deux centimètres, en avait quinze en diamètre,
ce qui aurait donné trente-deux douzaines de ces biscuits pour faire le
contenu de la caisse.

Mais ce n'était pas une peine, au contraire, c'était un jeu que de les
compter un à un. Je les tirai de la boîte pour les y ranger de nouveau,
et je trouvai en fin de compte les trente-deux douzaines, moins huit,
dont je connaissais l'emploi.

Ces trente-deux douzaines me donnaient trois cent quatre-vingt-quatre
biscuits; ôtez les huit que j'avais mangés, il en restait encore trois
cent soixante-seize, qui, divisés par deux pour chaque ration
quotidienne, ne dureraient pas moins de cent quatre-vingt-huit jours.
C'était un peu plus de six mois; mais dans la crainte où j'étais que le
voyage ne durât plus longtemps, il me parut nécessaire de diminuer la
ration que je m'étais allouée d'abord.

Toutefois s'il y avait une autre caisse de biscuits derrière celle que
j'avais ouverte, cela m'assurerait contre toutes les chances de disette;
je me ferais des rations plus copieuses, et serais plus tranquille pour
l'avenir. Qu'y avait-il à cela d'impossible? Au contraire, la chose
était probable. Je savais que, dans l'arrimage d'un navire, on ne se
préoccupe pas de la nature des objets qu'on place, mais de leur forme et
de leur volume; d'où il résulte que les choses les plus disparates sont
juxtaposées, d'après la dimension de la caisse, de la barrique ou du
ballot qui les renferme. Il était donc possible de rencontrer deux
caisses de biscuits à côté l'une de l'autre.

Mais comment le savoir? Je ne pouvais pas faire le tour de celle que je
venais de vider; j'ai dit plus haut qu'elle fermait complétement
l'ouverture par laquelle je m'étais introduit. Me faufiler par-dessus
était impraticable, et je ne pouvais pas davantage me glisser
par-dessous.

«Ah! m'écriai-je, sous l'inspiration d'une idée subite, je vais passer à
travers.»

Ce n'était pas extrêmement difficile: la planche que j'avais arrachée,
et qui appartenait au couvercle, laissait une ouverture assez grande
pour y fourrer mon corps. Je pouvais donc gagner l'intérieur de la
caisse, en percer le fond avec mon couteau, et, par ce nouveau trou,
m'assurer de ce qu'il y avait derrière.

Immédiatement je fus à la besogne: j'élargis un peu l'entrée du colis,
de manière à y travailler plus à l'aise, et j'attaquai la planche qui
était en face de moi. Le sapin dont elle était composée m'offrait peu de
résistance; toutefois, je n'avançai pas, et j'eus une autre idée. Je
venais de découvrir que le fond était simplement fixé aux parois avec
des pointes, et qu'avec un marteau, ou un maillet, il serait facile de
l'en déclouer. Je n'avais ni marteau ni mailloche, mais des talons qui
pouvaient m'en servir. Je me plaçai horizontalement, saisis de chaque
main l'un des montants de la caisse, et donnai de si vigoureux coups de
pied, que bientôt l'une des planches du fond se détacha et alla se
heurter contre un objet pesant qui l'empêcha d'aller plus loin.

Je me retournai bien vite pour examiner mon succès. Les pointes étaient
arrachées, mais la planche se tenait toujours debout, et ne permettait
pas de sentir ce qui se trouvait derrière elle.

Après beaucoup d'efforts, je réussis néanmoins à la pousser un peu de
côté, puis à la faire descendre, et j'obtins un vide assez grand pour y
passer la main.

C'était une caisse que rencontrèrent mes doigts, une caisse d'emballage
pareille à celle que j'avais brisée; mais rien ne m'en faisait
pressentir le contenu. Je renouvelai mes efforts, et finis par mettre le
fond détaché dans une position horizontale, de manière qu'il ne me fît
plus obstacle. Il y avait à peine cinq centimètres d'une caisse à
l'autre, et, reprenant mon couteau, j'attaquai le nouveau colis avec une
ardeur qui ne tarda pas à y pratiquer une brèche.

Hélas! quelle déception! Je trouvai une matière laineuse, des
couvertures ou du drap tellement comprimé, qu'il offrait à la main la
résistance d'un morceau de bois; mais de biscuits, pas un atome. Je
n'avais plus qu'à me contenter de la première caisse, et à diminuer mes
rations pour conserver la chance de ne pas mourir de faim.



CHAPITRE XXIX.

Jaugeage du tonneau.


Je rangeai d'abord tous les biscuits, opération indispensable, car
j'étais si à l'étroit qu'ils occupaient la moitié de ma cabine et
m'empêchaient de me retourner. Pour les faire tenir dans la caisse, je
fus obligé d'en faire des piles régulières, et de les remettre avec
soin, tels que le fournisseur les y avait placés; lorsque j'eus compté
mes trente et une douzaines, plus quatre biscuits, il ne resta d'autre
vide que l'espace où avaient été les huit que j'avais fait disparaître.

J'avais maintenant le compte exact de mes provisions de bouche, du moins
quant au solide. Je résolus de ne jamais dépasser ma ration (deux
biscuits par jour), et de la rogner toutes les fois que, par une cause
ou par une autre, je me sentirais plus capable de supporter la faim.
Cette disposition économique, si toutefois je l'observais avec fidélité,
rejetterait l'époque du dénûment absolu bien au delà des six mois du
voyage ordinaire.

Il n'était pas moins indispensable de régler ma portion d'eau
quotidienne; mais il restait toujours à établir la quantité contenue
dans la futaille, afin de la diviser en autant de rations que j'avais de
parts de biscuit. Comment arriver là? C'était une ancienne tonne de vin
ou d'eau-de-vie, du moins, je le présumais, car, sur les navires de
cette espèce, c'est en général ce qui sert à embarquer la provision
d'eau pour l'équipage. Si j'avais pu savoir quelle sorte de liquide elle
avait contenu jadis, il m'aurait été facile de faire mon calcul, et
d'une façon exacte: je possédais sur le bout du doigt ma table des
liquides, la plus difficile de toutes. Elle m'avait valu tant de coups
de férule, que j'avais fini par la répéter d'un bout à l'autre sans me
tromper d'un gallon[11]. Pipes, tonneaux, pièces et futailles, barils de
liqueurs, tonnes de vin, je savais distinguer tous ces termes, et j'en
pouvais dire la capacité, pourvu toutefois qu'ils fussent qualifiés par
leur contenu. Était-ce du rhum, de l'eau-de-vie, du gin, ou du porto, du
malaga, du ténériffe, du madère, qu'il y avait eu dans ma tonne? Je
m'imaginais reconnaître le parfum du xérès; c'eût été alors une belle et
bonne pipe de cent huit gallons. Mais ce pouvait être le bouquet du
madère, du vin du Cap, ou de Marsala, et ma pipe ne serait plus alors
que de quatre-vingt-douze gallons et si c'était du porto, mieux encore
du whisky d'Écosse, j'aurais en cent vingt gallons. Quant à cela, je ne
m'y serais pas trompé; j'aurais reconnu tout de suite, en buvant, cette
saveur particulière que le whisky donne à l'eau, quelle que soit sa dose
infinitésimale.

  [11] 4 litres et demi.

Après tout, il était possible que je ne m'en fusse pas aperçu; j'avais
tellement soif, que je n'avais pensé qu'à boire et à me désaltérer.
J'ôtai le fausset et goûtai l'eau avec réflexion: elle avait un zeste
liquoreux, cela ne faisait pas le moindre doute; restait à dire lequel;
et du madère au xérès, la différence (je parle de la dimension de la
pipe) était trop grande pour baser mon calcul sur un soupçon que rien ne
venait justifier. Il fallait chercher autre chose.

Heureusement qu'à l'école de mon village, notre bon magister avait joint
quelques principes de géométrie à nos leçons d'arithmétique.

Je me suis demandé bien des fois comment il se fait qu'on néglige
d'enseigner les éléments scientifiques les plus indispensables, tandis
qu'on a grand soin de faire entrer dans la tête de nos malheureux
enfants tant de vers irrationnels, pour ne rien dire de plus. J'ai la
persuasion, et je le déclare sans hésiter, que la connaissance d'une
simple loi mathématique, apprise en huit jours, est plus utile à
l'humanité que l'étude complète de toutes les langues mortes de la
terre. Le grec et le latin! que d'obstacles n'ont-ils pas mis au progrès
scientifique.

Je vous disais donc que mon vieux maître d'école m'avait donné quelques
notions de géométrie: je connaissais le cube, la pyramide, le cylindre,
le sphéroïde et les sections coniques; je savais qu'un baril est formé
de deux cônes tronqués, se rencontrant par la base.

Pour m'assurer de la capacité de mon tonneau, il me suffisait dès lors
d'en connaître la longueur, ou même la moitié de cette dernière, plus la
circonférence de l'un des bouts, et celle du milieu, ou de la partie la
plus grosse. Avec ces trois dimensions, je pouvais dire; à peu de chose
près, combien la futaille renfermait de pouces cubes d'eau; je n'aurais
ensuite qu'à diviser mon total par la capacité de la mesure que je
voulais employer comme étalon.

Il ne me restait plus qu'à prendre les trois dimensions dont j'ai parlé;
mais c'était là toute la difficulté: comment faire pour obtenir ces
mesures?

La longueur était facile à connaître, puisqu'elle se déployait devant
moi; mais les deux circonférences m'échappaient totalement: j'étais trop
petit pour atteindre le sommet de la futaille, et les ballots qui le
bloquaient de chaque coté m'empêchaient d'en mesurer le bout.

Autre obstacle: je n'avais pas de mètre, pas de ficelle, rien qui pût
servir de base à mon opération; comment savoir le chiffre des mesures
que j'aurais prises si rien ne me l'indiquait?

J'étais cependant résolu à ne pas abandonner mon problème, avant d'y
avoir bien réfléchi. Ce travail de tête me distrairait, chose importante
dans ma triste position. Mon vieux maître d'école m'avait encore appris
cette vérité précieuse, qu'avec de la persévérance on mène à bien ce qui
paraît impossible. Je me rappelais ses conseils à cet égard, et je me
promis de ne renoncer à mon entreprise qu'après avoir épuisé toutes les
ressources de mon imagination; et en y consacrant moins de temps que je
n'en ai mis à vous expliquer tout cela, je trouvai le moyen d'arriver à
mon but.



CHAPITRE XXX.

Ma règle métrique.


C'est en examinant la futaille avec la ferme résolution de la mesurer
que je fis précisément la découverte que je cherchais. Ce qu'il me
fallait, c'était une broche, une baguette de longueur suffisante pour
traverser la barrique dans sa partie la plus épaisse. Il était évident
que si j'introduisais cette broche dans le tonneau, et que je le fisse
toucher les douelles de la paroi opposée, je connaîtrais la mesure
exacte du diamètre, puisque la broche serait le diamètre même. Je
n'aurais plus qu'à multiplier celui-ci par trois pour avoir la
circonférence, qui, du reste, ne m'était pas nécessaire, l'un ou l'autre
de ces deux termes ayant absolument les mêmes propriétés arithmétiques:
divisez l'un, ou multipliez l'autre par trois, et vous aurez toujours le
même chiffre. Rappelons-nous cependant que ce résultat n'est pas d'une
exactitude mathématique; mais il suffit pour toutes les opérations
usuelles.

Il arrivait justement que l'une des ouvertures que j'avais faites à mon
tonneau se trouvait dans la partie la plus convexe de la douelle. En y
introduisant un bâton, j'aurais donc mon diamètre, comme je le disais
tout à l'heure.

«Vous pouviez, direz-vous, arriver au même résultat en plantant votre
baguette à côté de la futaille, et en lui faisant une marque au niveau
du point culminant de cette dernière.» J'en conviens; mais il fallait
pour cela que mon tonneau reposât sur une surface unie, que rien ne
dérangeât ma baguette de sa position verticale, et qu'il y eût assez de
lumière pour que je pusse voir l'endroit où elle atteignait le niveau
qu'il s'agissait d'y marquer. Mais il n'y fallait pas songer: le bas de
la futaille s'enfonçait entre les planches de la cale, et ma règle ne
m'aurait plus donné qu'une section du diamètre.

Je fus donc obligé de m'en tenir au moyen que je vous indiquais d'abord,
et j'en revins à l'introduction de ma baguette par l'ouverture centrale
que j'avais pratiquée à la futaille.

«Mais où trouver cette baguette?» La chose était facile. Le couvercle de
la caisse où étaient mes biscuits m'en fournissait la matière, et je me
mis à l'oeuvre aussitôt que j'y eus pensé.

La planche en question n'avait guère, il est vrai, qu'une longueur de
soixante centimètres, et la futaille paraissait bien avoir le double
d'épaisseur; mais avec un peu de ressources dans l'esprit, on pouvait y
remédier: il ne fallait pour cela que faire trois baguettes, les amincir
par le bout et les réunir ensuite, pour former un bâton d'une longueur
suffisante.

C'est à quoi je m'appliquai. Il était facile de couper la planche en
suivant les fibres du sapin; et avec de l'attention, grâce au peu de
dureté du bois blanc, je parvins à entailler mes baguettes sans diminuer
plus que de raison l'épaisseur que je devais laisser à la portion
amincie.

Une fois mes trois bâtons bien arrondis, bien lisses, et la pointe en
biseau, je n'avais qu'à me procurer de la corde pour les attacher.
C'était pour moi ce qu'il y avait de plus facile: j'avais des brodequins
lacés avec deux petites courroies en veau, ayant un mètre chacune;
c'était précisément l'affaire. Je pris mes lacets, je complétai mon
ajustage, et me trouvai possesseur d'une jauge d'un mètre et demi,
dimension plus que suffisante pour traverser mon tonneau dans sa plus
grande largeur.

«Enfin, m'écriai-je, en me levant pour procéder à mon opération, je vais
savoir à quoi m'en tenir!» Je m'approchai de la futaille, et je renonce
à dépeindre mon désappointement, lorsque tout d'abord je fus arrêté par
un obstacle imprévu. Impossible d'introduire ma baguette dans la
barrique; non pas que l'ouverture que j'avais pratiquée fût trop
étroite, mais l'espace me manquait pour manoeuvrer ma jauge. Si ma
cabine avait deux mètres de longueur, elle avait tout au plus soixante
centimètres de large, et c'était dans le sens de son petit diamètre que
je devais fourrer mon bâton dans la futaille. Il n'y avait pas moyen d'y
songer. Courber cette baguette inflexible, c'eût été la rompre
immédiatement.

J'étais vexé de ne pas m'en être aperçu; j'aurais dû le voir avant de
rien entreprendre; mais j'avais encore plus de chagrin que de dépit, en
songeant qu'il fallait renoncer à mon entreprise. Toutefois un nouveau
plan se dessina bientôt dans ma tête, et vint m'apprendre qu'il ne faut
jamais s'arrêter à des conclusions irréfléchies. Je venais de découvrir
le moyen de faire entrer ma jauge sans la courber le moins du monde, et
sans la raccourcir.

Je n'avais qu'à en démonter les trois morceaux, à passer d'abord le
premier dans l'ouverture de la barrique, à y attacher la seconde pièce,
que je pousserais ensuite, et à procéder de la même façon pour compléter
la jauge, en y ajoutant la dernière partie.

Quand j'eus posé ma dernière courroie, je dirigeai ma baguette de
manière à toucher la douelle opposée, bien en face de l'ouverture où je
l'avais introduite, et, l'assujettissant d'une main ferme, je lui fis
une entaille au niveau de la douelle; je défalquai ensuite l'épaisseur
que celle-ci pouvait avoir, et j'eus la mesure exacte dont j'avais
besoin pour établir mon calcul.

J'avais retiré ma broche pièce à pièce, comme je l'avais introduite, en
ayant soin de marquer l'endroit où se trouvaient les jointures, afin de
pouvoir lui rendre absolument la même dimension qu'elle avait dans le
tonneau; car une erreur d'un centimètre aurait produit dans mon total
une différence considérable, et il était important d'avoir une donnée
avant de rien commencer.

Je possédais le diamètre de la base de mon cône, il me fallait
maintenant celui du bout de la futaille, qui en faisait le sommet
tronqué. Rien n'était plus facile. Je n'aurais pas pu mettre le bras
entre le tonneau et les caisses dont il était environné, mais je pouvais
y passer ma jauge, l'appuyer contre le rebord du côté opposé, y marquer
le petit diamètre, ainsi que j'avais fait précédemment; et ce fut
l'affaire d'une minute.

Restait à m'assurer de la longueur de la futaille, et cette opération,
très-simple en apparence, ne m'en donna pas moins beaucoup de peine.
«Cela se bornait, direz-vous, à placer la baguette parallèlement à la
tonne, et à y faire aux deux bouts une entaille qui en indiquât la
longueur.» Rien n'est plus vrai; mais il aurait fallu, comme je l'ai dit
plus haut, que ma cabine fût assez éclairée pour me permettre de voir à
quel endroit de ma baguette correspondait l'extrémité de la barrique,
dont je ne distinguais pas même l'ensemble. Dans la nuit profonde où je
me trouvais alors, il ne m'était possible de découvrir les objets qu'au
moyen de l'attouchement; c'était avec les doigts que je pouvais dire où
commençait la futaille, et il n'y avait pas moyen d'en sentir
l'extrémité en même temps que celle de la baguette, puisqu'il y avait
entre les deux un espace beaucoup plus grand que ma main. Autre
difficulté, la jauge pivotait sur le ventre du tonneau, et pouvait, en
décrivant une diagonale, me causer une erreur qui annulerait tous mes
calculs. Impossible d'opérer sur une base aussi incertaine, et je fus
pendant quelques instants fort embarrassé pour résoudre mon problème.

J'étais d'autant plus contrarié de ce nouvel empêchement, que je ne
l'avais pas soupçonné. J'avais regardé comme beaucoup plus difficile
d'obtenir la base et le sommet que la hauteur de mon cône, et je
m'irritais de cet obstacle inattendu.

Mais la réflexion vint encore à mon aide, et je finis par trouver le
moyen de vaincre la difficulté. Je n'avais qu'à me fabriquer une autre
baguette, en coupant deux longueurs à ma planche de sapin, et en les
réunissant comme j'avais déjà fait.

Cette besogne terminée, j'appliquai ma première jauge à l'extrémité de
la futaille, de la même manière que si j'avais voulu de nouveau en
prendre le diamètre. Elle en dépassa le dernier cercle de trente ou
quarante centimètres. Je pris alors ma seconde règle, en appuyai le bout
contre la partie saillante de la première, de façon à former un angle
droit dont le grand côté se prolongeât parallèlement à la longueur du
tonneau; je fis une marque à l'endroit le plus renflé de celui-ci, par
conséquent au milieu, et, déduction faite de l'épaisseur du rebord et de
celle du fond, j'eus la demi-longueur de la capacité de la futaille, ce
qui me suffisait parfaitement, puisque deux demies font un entier.

Je possédais enfin les éléments du problème et n'avais plus qu'à en
chercher la solution.



CHAPITRE XXXI.

Quod erat faciendum.


Trouver le contenu de la futaille en pieds ou en pouces, et le réduire
ensuite par gallons ou par quarts, n'était qu'une opération arithmétique
devant laquelle je ne me serais pas arrêté. Je n'avais pour la faire ni
crayon, ni ardoise, ni plume, ni encre; j'en aurais eu, d'ailleurs,
qu'il faisait trop noir dans ma cabine pour qu'ils pussent me servir;
mais je n'en avais pas besoin. Il m'était souvent arrivé de faire des
calculs de tête, et d'additionner, de soustraire, de multiplier ou de
diviser des sommes importantes, sans avoir recours au papier; le
problème qu'il s'agissait de résoudre aurait employé peu de chiffres, et
aurait été pour moi d'une solution facile.

Remarquez-le bien, je parle au conditionnel, ce qui suppose une
difficulté quelconque. Effectivement, je rencontrais un nouvel obstacle.
Avant de chercher quel pouvait être le contenu de ma barrique, une
opération préliminaire était indispensable. J'avais pris trois mesures:
la hauteur et les deux diamètres de l'un de mes cônes: mais quelles
étaient ces mesures? Il fallait d'abord les ramener à des chiffres, afin
de savoir ce qu'elles représentaient. Je les supputais bien d'une
manière approximative; mais à quoi bon? les calculs ne se font pas avec
des à peu près. Toute la peine que je m'étais donnée resterait donc
inutile jusqu'au moment où j'aurais le chiffre exact des mesures que
j'avais prises.

Cette difficulté me parut insurmontable. Si l'on considère que je
n'avais pas de pied, pas de mètre, pas d'échelle graduée, on en conclura
que je devais renoncer à mon problème. Je ne pouvais pas m'établir de
règle métrique sans avoir un étalon connu, en rapport avec la solution
demandée.

Dans ma position n'était-ce pas s'évertuer à la recherche de
l'impossible?

Je l'avais cru d'abord, et maintenant je savais le contraire. Tout le
travail que j'avais fait, mes baguettes si bien polies, si soigneusement
ajustées, mes trois mesures relevées avec tant d'exactitude, allaient
enfin me servir. Au fond, croyez bien que je l'avais su avant de me
donner tant de peine. Si j'ai eu l'air d'avoir été inquiet au moment de
jouir de mes efforts, c'était simplement pour vous intriguer à cet
égard, et parce que, dans le premier instant, j'avais bien eu la crainte
de ne pas triompher de cet obstacle.

Vous demandez comment j'ai fait?

La chose était bien simple.

Quand j'ai dit plus haut que je ne possédais pas de mètre, j'exprimais
littéralement la vérité; mais j'en étais un moi-même. Vous rappelez-vous
que je m'étais mesuré sur le port, et que j'avais quatre pieds juste? De
quelle valeur cette connaissance n'était-elle pas dans le cas dont il
est question?

Dès que j'étais sûr d'avoir quatre pieds[12] je pouvais marquer cette
longueur sur l'une de mes baguettes, et en faire la base de mes calculs.

  [12] Le pied anglais équivaut à 30 centimètres et demi.

Pour en arriver là, je m'étendis bien par terre, la plante des pieds
posée verticalement contre l'une des côtes du vaisseau; après avoir
placé la baguette sur moi, je l'appuyai d'un bout à la planche où
s'appliquaient mes pieds, de l'autre sur mon front: et de la main qui
était libre, indiquant le sommet de ma tête, je marquai avec mon couteau
l'endroit qui correspondait sur la baguette avec le dessus de mon crâne.

Mais il se présentait de nouvelles difficultés; ma règle de quatre
pieds, ou de cent vingt centimètres, ne me servait pas encore à
grand'chose. Il aurait fallu, pour qu'elle me fût utile, que les parties
mesurées se fussent trouvées précisément de cette longueur, sans quoi
elle ne pouvait m'en indiquer la dimension. Or, en supposant que l'une
d'elles fût précisément de quatre pieds, comme elles différaient toutes
les trois, il y en avait au moins deux qui me seraient restées
inconnues; d'où le besoin de diviser en pouces, et même en fraction de
pouces, l'échelle que je venais d'obtenir. Grande affaire que de diviser
quatre pieds en quarante-huit pouces et d'en marquer la division sur la
baguette qui les représentait!

Cela vous semble facile. La moitié de mes quatre pieds m'en donnaient
deux, qui, partagés en deux, m'en donnaient un; la moitié de celui-ci
marquait six pouces, que je pouvais diviser encore en deux, puis en
trois, pour avoir l'unité, qui devait me suffire, et qu'à la rigueur je
pouvais réduire en deux moitiés de quatre lignes[13].

  [13] Le pouce anglais se compose de huit lignes.

En théorie, cela paraît très-simple; mais il est difficile de le mettre
en pratique sur une baguette unie, et dans les ténèbres les plus
profondes.

Comment trouver le milieu de cette baguette de quatre pieds, le milieu
exact? car il fallait que ce fût juste. Comment ensuite diviser et
subdiviser mes deux pieds avec assez de précision pour trouver dans
chacun les douze pouces de rigueur, tous égaux, cela va sans dire, ou
pas de calcul possible?

J'avoue que cette difficulté m'embarrassa vivement, et que j'eus besoin
d'y réfléchir.

Néanmoins, au bout de quelques minutes, voici le moyen que je mis en
oeuvre.

Je commençai par couper un troisième bâton ayant un peu plus de deux
pieds, ce qui m'était facile d'une manière approximative; je l'appliquai
sur la baguette de quatre pieds, ainsi qu'on fait pour mesurer quelque
chose dont la dimension outrepasse le mètre dont on se sort. La première
fois, deux longueurs de ce bâton avaient dépassé l'entaille qui marquait
la première mesure. Je raccourcis ma nouvelle baguette, et recommençant
l'opération, je m'éloignai moins de l'entaille. Je répétai le procédé,
si bien qu'à la cinquième épreuve mes deux longueurs correspondirent
exactement avec les quatre pieds de la mesure primitive, et je pus la
diviser avec certitude par une coche exactement faite au milieu.

Si le moyen était bon, il faut convenir qu'il exigeait beaucoup de
patience; mais le temps ne me manquait pas; j'étais heureux de
l'employer, et j'avais trop d'intérêt à ce que mon opération fût précise
pour regarder au soin qu'elle demandait.

Cependant, malgré le peu de valeur que le temps avait pour moi, j'en
vins à simplifier la besogne, en substituant à la baguette d'essai un
cordon qui, une fois à la longueur voulue, n'avait plus besoin que
d'être plié en deux pour me fournir la division cherchée.

Rien n'était meilleur pour cet objet que les lacets de cuir de mes
bottines, dont le grain serré ne permettait pas qu'on les allongeât. Un
pied en ivoire ou en buis n'aurait pas fait une règle plus exacte.

Je les réunis par un noeud solide, afin de contrôler les premières
mesures que j'avais prises, et je recommençai mon examen jusqu'à
certitude complète. J'ai dit quel préjudice une erreur pouvait porter à
mes calculs; toutefois elle était bien moins dangereuse en divisant les
quatre pieds qu'en partant de la multiplication des pouces: dans le
premier cas l'erreur s'amoindrissait à chaque subdivision, tandis
qu'elle se serait doublée à chaque partie de l'opération inverse.

J'étais facilement arrivé à couper ma lanière à la longueur d'un pied;
il m'avait suffi de la diviser deux fois en deux parties égales; mais
arrivé là, je pliai mon lacet en trois, et ce ne fut pas sans peine: il
est beaucoup plus difficile de prendre le tiers que la moitié; cependant
j'y parvins à ma satisfaction. J'avais pour but d'obtenir trois morceaux
de quatre pouces chacun, afin de n'avoir plus qu'à les plier en deux,
puis à les diviser une seconde fois, pour arriver à la mesure exacte du
pouce, très-difficile à se procurer, à cause de sa petitesse.

Pour être plus certain de l'exactitude de mon opération, j'en fis la
preuve en divisant la moitié de la courroie à laquelle je n'avais pas
touché, et ce fut avec une joie bien vive que j'obtins le même résultat,
sans qu'il y eût la différence de l'épaisseur d'un cheveu entre les
points correspondants.

J'avais donc tout ce qu'il fallait pour compléter la graduation de ma
baguette, et, au moyen des morceaux de cuir exactement taillés, je
marquai sur ma jauge les quarante-huit divisions de mes quatre pieds,
représentant quarante-huit pouces. Cette dernière besogne fut longue et
délicate, mais je fus récompensé de mon travail par la possession d'une
règle métrique sur laquelle je pouvais enfin compter, chose importante,
puisque cela devait me permettre de résoudre un problème qui, pour moi,
pouvait être une question de vie ou de mort.

Je fis immédiatement mes calculs, et sus bientôt à quoi m'en tenir.
J'avais mesuré mes deux diamètres, pris la moyenne de leur longueur
totale, et, de cette moyenne, fait une mesure de surface, en multipliant
par huit et divisant par dix. J'eus alors la base d'un cylindre égal à
la troncature d'un cône de même altitude; et en multipliant ce résultat
par la longueur, j'obtins la masse cubique dont je voulais connaître le
volume.

Je divisai cette masse par soixante-neuf, et j'eus le contenu de ma
futaille.

Quand celle-ci était pleine, elle renfermait un peu plus de cent
gallons, près de cent huit. Je ne m'étais pas trompé, ce devait être une
ancienne pipe de xérès.



CHAPITRE XXXII.

Horreur des ténèbres


Le résultat de mon calcul était des plus satisfaisants: déduction faite
de l'eau qui s'était répandue, et de celle que j'avais consommée, il en
restait encore plus de quatre-vingts gallons, soit une ration
quotidienne d'un demi-gallon pendant cent soixante jours, ou d'une
quarte pendant trois cent vingt, presque une année entière! Une
demi-quarte par repas devait certainement me suffire, et la traversée
durerait moins de trois cents jours; c'est plus qu'on ne met pour faire
le tour du monde. Ainsi, quelle que fût la durée du voyage, il était
certain que je ne souffrirais pas de la soif.

J'avais plus à craindre la disette, mon biscuit me paraissait un peu
court; cependant, avec mes projets d'économie, je devais avoir assez
pour vivre, et je n'éprouvai plus d'inquiétude à cet égard.

Je restai plusieurs jours sous l'influence de cette heureuse impression;
et malgré ce qu'il y avait de pénible dans ma captivité, où chaque heure
en paraissait vingt-quatre, je supportais assez bien mon nouveau genre
de vie. Je passais une partie de mon temps à compter non-seulement les
minutes, mais les secondes. Par bonheur, j'avais ma montre, qui me
permettait de me livrer à cette occupation, et me tenait compagnie avec
son joyeux tic tac. «Jamais elle n'a battu d'aussi bon coeur; sa voix
n'a jamais été si forte,» me disais-je avec surprise. J'avais raison; ma
cellule était sonore, et le bruit du mouvement de la petite machine
était doublé par les murailles de bois qui entouraient ma case. Avec
quelle sollicitude je la remontais avant qu'elle eût dévidé toute sa
chaîne, de peur qu'en s'arrêtant elle ne dérangeât mes comptes? Ce n'est
pas qu'il me fût important de savoir quelle heure il pouvait être. Que
le soleil brillât dans toute sa gloire, ou qu'il se fût effacé à
l'horizon, je ne m'en apercevais nullement; la plus mince partie de sa
lumière ne pénétrait pas dans mon cachot. Et cependant je savais
distinguer la nuit du jour. Cela vous étonne; vous ne comprenez pas
comment j'y arrivais après avoir passé les premiers instants de ma
réclusion sans m'occuper des heures. Mais depuis des années, j'avais
l'habitude de me coucher à dix heures du soir, et de me lever à six
heures du matin. C'était la règle dans la maison de mon père, aussi bien
que chez mon oncle, et j'y avais été soumis avec une exactitude
rigoureuse. Il en résultait qu'aux environs de dix heures j'avais envie
de dormir; et l'habitude en était si bien prise, qu'elle persista malgré
le changement de situation. Je ne fus pas longtemps à m'en apercevoir:
le besoin de sommeil se faisait régulièrement sentir; et j'en conclus
qu'il était près de dix heures du soir lorsque j'éprouvais ce besoin
irrésistible. J'avais également observé que je me réveillais au bout de
huit heures, et qu'alors je n'avais plus la moindre envie de dormir. À
mon réveil, il devait être six heures du matin; et je réglai ma montre
d'après cette donnée.

Il y avait pour moi, sinon de l'importance à mesurer les jours, du moins
une satisfaction réelle à savoir au bout de vingt-quatre heures qu'il y
en avait un d'écoulé; c'était le seul moyen de me rendre compte de la
marche du navire; et quand l'aiguille avait accompli deux fois le tour
du cadran, je le marquais sur une taille que j'avais faite à cette
intention. Je n'ai pas besoin de dire avec quel intérêt je tenais ce
calendrier, auquel j'avais fait quatre incisions pour marquer les jours
qui avaient précédé l'époque où je m'en étais occupé, laps de temps dont
plus tard je reconnus l'exactitude.

C'est ainsi que pendant près d'une semaine passèrent les heures; ces
heures si longues, si ténébreuses et si lourdes, qui m'accablaient
parfois d'un immense ennui, mais que je supportais avec résignation.

Chose singulière, c'était l'obscurité qui m'était le plus pénible;
j'avais d'abord souffert de ne pas pouvoir me tenir debout, et de la
dureté des planches lorsque j'étais couché; mais j'avais fini par en
prendre l'habitude; il m'avait été d'ailleurs facile de remédier au
second de ces deux inconvénients. La caisse, vous vous le rappelez, qui
se trouvait derrière mes biscuits, était remplie d'une grosse étoffe de
laine, formant des rouleaux serrés comme on les fait dans les
manufactures. Pourquoi ne m'en serais-je pas servi pour rendre ma couche
un peu plus confortable? Aussitôt pensé, aussitôt fait. J'ôtai les
biscuits de la première caisse, j'élargis l'ouverture que j'avais
pratiquée dans le couvercle de la suivante, et j'arrachai, non sans
peine, l'un des rouleaux d'étoffe qui s'y trouvaient contenus. J'en
tirai un second, puis un troisième, qui vinrent plus facilement, et qui
devaient suffire à ce que j'en voulais faire. Il me fallut deux heures
pour en arriver là: mais aussi je fus en possession d'un tapis, moelleux
et d'un matelas, peut-être non moins chers que ceux d'un roi, car je
sentais, à la main, un tissu d'une qualité superfine.

Après avoir remis les biscuits à leur place, j'étendis sur le plancher
plusieurs doubles de cette étoffe, aussi épaisse que douce, et me
reposai avec bonheur sur cette couche élastique.

Mais je n'en étais pas moins malheureux de la privation de lumière. Il
est impossible d'exprimer combien on souffre au milieu d'une obscurité
absolue; et je comprenais pourquoi on avait toujours considéré la mise
au cachot comme la peine la plus grave qu'on pût infliger aux captifs.
Il n'est pas étonnant que ces infortunés aient blanchi, et perdu l'usage
de leurs sens, au fond des caves où ils étaient détenus; car au supplice
que vous font endurer les ténèbres, on reconnaît que la lumière est
indispensable à la vie.

Il me semblait que si j'avais pu avoir une lampe, quelque faible qu'eût
été sa clarté, les heures m'auraient paru moitié moins longues. Cette
nuit perpétuelle me faisait l'effet de s'enrouler autour des rouages de
ma montre, d'en arrêter la marche, et de suspendre le cours du temps.
Cette obscurité, où la forme des objets avait disparu, me causait un mal
physique, une souffrance que la lumière eût guéri tout à coup.
J'éprouvais ce que ressentent les malades pendant ces nuits fièvreuses,
où ils comptent péniblement les heures, en soupirant après l'aurore.



CHAPITRE XXXIII.

Tempête.


Il y avait plus de huit jours que je menais cette existence d'une
odieuse monotonie. La seule voix qui frappât mon oreille était la
plainte des vagues qui gémissaient au-dessus de ma tête; oui, au-dessus
de ma tête, car je plongeais dans l'abîme, à une grande distance de la
surface de la mer. De loin en loin je distinguais un bruit sourd, causé
par un objet pesant qui tombait sur l'un des ponts. Lorsque le temps
était calme, je me figurais entendre le son de la cloche qui appelait
les hommes de quart, mais je n'en étais pas sûr; le bruit était si
faible et si lointain, que je n'aurais même pas affirmé que ce fût le
tintement d'une cloche, encore ne l'entendais-je que pendant une
accalmie.

Par contre je saisissais les moindres changements de temps; j'aurais pu
dire quand fraîchissait la brise, tout aussi bien que si j'avais été sur
le grand mât. Le roulis du vaisseau, les craquements de sa membrure
m'indiquaient la force du vent, et si la mer était grosse ou paisible.
Le sixième jour de mon calendrier, ce qui faisait le dixième depuis
notre départ, il y eut tempête dans toute l'acception du mot. Elle dura
quarante heures et me fit croire bien des fois que la bâtiment allait
s'ouvrir. Tout craquait autour de moi; les caisses, les tonneaux qui
remplissaient la cale se heurtaient avec un bruit terrible contre les
murs de ma prison, et de grosses lames, _des coups de mer_, comme les
appellent les matelots, se ruaient avec furie sur les flancs du navire,
qu'elles semblaient vouloir mettre en pièces.

J'étais convaincu que nous allions faire naufrage, et il est plus facile
de concevoir que de dépeindre quelle était ma situation; je n'ai pas
besoin de vous dire que j'étais plein de frayeur. Pouvais-je ne pas
trembler quand je pensais que le vaisseau coulerait à fond, et
qu'enfermé de toute part dans mon étroit cercueil, je ne pourrais pas
faire le moindre effort pour me sauver. Je suis sûr que j'aurais eu
moitié moins d'effroi si j'avais été libre.

Pour comble de malheur, je fus repris du mal de mer, ce qui arrive
toujours en pareil cas, lors d'une première traversée. Le grand vent
ramène l'odieuse maladie, et parfois avec autant de force qu'au moment
du départ. Il est facile de le comprendre; c'est la conséquence des
mouvements désordonnés du vaisseau, fouetté par la tempête.

Après deux jours et une nuit de péril, le vent tomba, et le calme
succéda aux colères de l'ouragan; je n'entendais pas même le murmure que
produit la course du navire qui fend les vagues. Mais le roulis n'avait
pas cessé, et les caisses et les futailles se heurtaient avec le même
fracas. C'était le soulèvement des flots qui persiste après une tempête
violente, et qui parfois est aussi dangereux pour le navire que la
fureur du vent. On a vu se rompre les mâts en pareille circonstance, et
le vaisseau être engagé, catastrophe redoutée des marins.

Cependant la mer s'apaisa graduellement, et au bout de vingt-quatre
heures, le navire glissa sur l'onde avec plus de facilité que jamais.
Les nausées disparurent, et la réaction qui en résulta me rendit un peu
de courage. Il m'avait été impossible de dormir pendant tout le temps de
la crise: le bruit du vent, le fracas du vaisseau, et par-dessus tout la
frayeur, m'avaient empêché de fermer l'oeil; j'étais de plus épuisé par
le mal de mer, et sitôt que les choses furent rentrées dans leur état
normal, je tombai dans un profond sommeil.

Les rêves que j'eus alors furent presque aussi affreux que le péril
auquel je venais d'échapper. C'était la réalisation de ce que m'avait
fait craindre la tempête: je rêvais que j'étais en train de me noyer,
sans la moindre chance de salut. Mieux que cela, je me trouvais au fond
de la mer, j'étais mort, et j'en avais conscience. Je distinguais tout
ce dont j'étais environné; je voyais entre autres choses, d'horribles
monstres, des homards et des crabes gigantesques, s'approcher de moi en
rampant, comme pour me déchirer de leurs tenailles aiguës et se repaître
de ma chair. L'un d'eux surtout captivait mon attention: il était plus
grand que les autres, avait l'air plus féroce, et me menaçait de plus
près. Chaque seconde le rapprochait encore; il atteignit ma main, je
sentis sa carapace se traîner sur mes doigts, et je ne pus faire aucun
mouvement.

Il me gagna le poignet, et me monta sur le bras gauche, qui était
éloigné de mon corps. Son dessein était de me sauter à la gorge ou à la
figure; je le voyais au regard avide qu'il lançait tour à tour sur mon
cou et sur ma face, et malgré l'horreur que je ressentais, il m'était
impossible de le repousser. Aucun de mes muscles ne voulait m'obéir;
c'était tout naturel puisque j'étais noyé. «Ah! le voilà sur ma
poitrine... à ma gorge... il va m'étrangler!...»

Je m'éveillai en poussant un cri, et en me dressant avec force; je me
serais trouvé debout s'il y avait eu assez d'élévation pour le
permettre; j'allai donner de la tête contre les douelles de mon tonneau,
et je retombai sur ma couche, où il me fallut quelques instants pour
rappeler mes esprits.



CHAPITRE XXXIV.

La coupe.


Ce n'était qu'un rêve, il était matériellement impossible qu'un crabe me
fût monté sur le bras; j'en avais la certitude, et cependant je ne
pouvais m'empêcher de croire que je l'avais bien réellement senti.
J'éprouvais encore à ma main, et sur ma poitrine qui était nue, cette
sensation particulière que vous produit un animal dont les griffes se
traînent sur vous; et je pensais, en dépit de moi-même, qu'il y avait
dans mon rêve quelque chose de réel.

L'impression avait été si vive, qu'en m'éveillant, J'avais étendu les
bras, et tâtonné sur ma couverture, pour y saisir le monstre qui avait
failli m'étrangler.

Encore tout endormi, j'avais cru que c'était un crabe; à mesure que
j'avais repris mes sens, je m'étais prouvé que la chose n'était pas
possible. Et pourquoi cela? un crabe pouvait très-bien se loger dans la
cale d'un vaisseau; il avait pu être apporté avec le lest, ou par un
matelot, comme objet de curiosité; avoir échappé à celui qui l'avait
pris, et s'être réfugié dans les fentes du bois, dans les trous, dans
les coins nombreux que présente un navire. Il pouvait trouver sa
nourriture dans l'eau qui s'accumule sous la cale; ou peut-être les
crabes ont-ils la faculté de vivre simplement d'air comme les caméléons?

Toutefois en y réfléchissant je repoussai de nouveau cette idée, que je
qualifiai d'absurde; c'était mon rêve qui me l'avait mise dans la tête;
sans lui je n'aurais jamais songé qu'il y eût des crabes autour de moi,
et s'il s'en était trouvé, j'aurais mis la main dessus. Il y avait, il
est vrai, dans ma cabine, deux crevasses assez larges pour qu'il pût y
passer un crabe de n'importe quelle taille; mais j'y avais couru tout de
suite, et un animal d'une pareille lenteur n'avait pas eu le temps de
s'échapper. C'était impossible, il n'y avait pas de bête dans ma
cellule, et pourtant quoique chose avait rampé sur moi, j'en étais
moralement sûr.

Quant à mon rêve, il n'y avait là rien d'étonnant: c'était la suite des
impressions que j'avais ressenties pendant la tempête; et plus j'y
pensais, plus je le trouvais naturel.

En consultant ma montre, je m'aperçus qu'au lieu de dormir huit heures,
comme je le faisais d'habitude, mon sommeil en avait duré seize, et je
ne m'étonnai plus d'avoir tant d'appétit. Impossible de me contenter de
la ration que je m'étais prescrite; c'était au-dessus de mes forces, et
je ne cessai de manger qu'après avoir fait disparaître quatre biscuits
bien comptés. J'avais entendu dire que rien n'aiguise la faim comme le
mal de mer, et j'en avais la preuve; mes quatre biscuits empêchaient à
peine mon estomac de crier, et si je n'avais pas redouté la famine, j'en
aurais mangé trois fois plus.

J'avais également soif, et bus deux ou trois rations; mais cette petite
débauche n'avait rien d'inquiétant; j'avais plus d'eau qu'il n'en
fallait pour terminer le voyage. Toutefois à condition de ne pas la
gaspiller; et si j'en buvais peu, il s'en perdait beaucoup. Je n'avais
rien pour la recevoir, ni verre, ni tasse; quand j'ôtais mon fausset, le
liquide jaillissait avec force, bien plus vite que je n'y mettais les
lèvres, bien plus vite que je ne pouvais l'avaler; il m'étranglait,
j'étais forcé de reprendre haleine, je m'inondais le visage, et trempais
mes habits, à mon grand déplaisir et au grand préjudice de mes rations.

Il me fallait un vase quelconque. J'avais bien pensé à l'une de mes
bottines, dont je n'avais pas besoin; mais il me répugnait de m'en
servir pour cet usage.

Pressé par la soif, comme je l'avais été, j'y aurais bu sans scrupule;
mais à présent que j'avais de l'eau, je pouvais boire à mon aise, et
faire le délicat. Cependant j'en vins à me dire qu'on peut nettoyer une
chose quand elle est sale, et qu'il valait mieux sacrifier un peu d'eau
pour laver ma bottine, que d'en perdre une quantité chaque fois qu'il
fallait boire.

J'allais mettre ce projet à exécution, lorsqu'une idée bien meilleure me
passa par la tête; pourquoi ne pas faire une tasse avec le drap qui me
servait de couverture? Il était imperméable, je l'avais déjà remarqué;
l'eau qui jaillissait de ma futaille restait sur ma couche sans en
pénétrer l'étoffe; et j'étais obligé de l'en ôter comme j'aurais fait
d'un vase. Je pouvais en tailler un morceau, lui donner une forme
quelconque, et m'en servir au besoin.

Je coupai donc une bande assez large de mon drap, j'en fis un cornet
auquel je donnai plusieurs tours pour en augmenter l'épaisseur, et dont
je fermai la pointe en l'attachant avec un reste de mes lacets de
bottines. J'eus alors une coupe d'un nouveau genre, qui me rendit autant
de service qu'un verre de Bohême ou qu'une tasse du Japon; désormais je
bus tranquillement, sans avaler de travers, sans m'inonder, et sans
perdre une goutte du précieux liquide dont ma vie dépendait.



CHAPITRE XXXV.

Disparition mystérieuse.


J'avais déjeuné si copieusement, que je résolus de ne pas dîner ce
jour-là; mais la faim m'empêcha d'accomplir cette bonne résolution.
Trois heures ne s'étaient pas écoulées, que je me surpris tâtonnant aux
environs de ma caisse, et me trouvai bientôt un biscuit à la main.
Toutefois, je m'imposai l'obligation de n'en manger qu'une partie et de
garder le reste pour mon souper.

Je fis deux parts de mon biscuit; j'en mis une de côté, et je mangeai la
seconde, que j'arrosai d'un peu d'eau.

Vous trouvez peut-être singulier que je ne prisse pas une goutte
d'eau-de-vie, ce qui m'aurait été facile, puisque j'en avais une tonne à
ma disposition. Mais elle aurait pu contenir tout aussi bien du vitriol
sans que je m'en fusse moins inquiété; généralement je n'aimais pas les
liqueurs; et celle-ci en particulier m'avait paru si mauvaise, que je
n'avais pas envie d'y revenir; c'était sans doute une pipe de cette
eau-de-vie de qualité inférieure que l'on embarque pour les matelots.
J'en avais pris une fois; et non-seulement elle m'avait donné des
nausées, mais tellement enflammé la bouche et l'estomac, que j'avais bu
deux quartes d'eau sans apaiser ma soif. Cette épreuve m'avait suffi
pour me mettre en garde contre les spiritueux, et je n'avais nulle envie
de recommencer.

Lorsque vint le soir, ce que m'annoncèrent ma montre et mon envie de
dormir, je voulus naturellement souper avant de me mettre au lit.

Ce dernier acte de ma journée consistait à changer de position, et à
tirer sur moi deux plis du drap qui me servait de couverture, afin de me
préserver du froid.

J'avais été gelé pendant la première semaine, car nous étions partis en
hiver, et la découverte de cette bonne grosse étoffe m'avait été fort
précieuse; toutefois au bout de quelque temps, elle me devint moins
utile; l'air de la cale s'atiédissait de jour en jour; et le lendemain
de la tempête j'eus à peine besoin de me couvrir.

Ce brusque changement de température me surprit tout d'abord; mais avec
un peu de réflexion, je me l'expliquai d'une manière satisfaisante. Sans
aucun doute, pensai-je, nous nous dirigeons vers le Sud, et nous
approchons de la zone torride.

Je ne comprenais pas bien ce que signifiait cette expression; mais
j'avais entendu dire que la zone torride, ou les tropiques, se trouvait
au midi de l'Angleterre, et qu'il y faisait plus chaud qu'aux heures les
plus brûlantes de nos plus beaux étés. On m'avait dit également que le
Pérou était une contrée méridionale; et pour y arriver il fallait sans
aucun doute franchir cette zone ardente.

Cela m'expliquait la chaleur qu'il faisait maintenant dans la cale; il y
avait à peu près une quinzaine que nous étions sortis du port; en
supposant que nous eussions fait deux cents milles par jour, et il n'est
pas rare qu'un navire fasse davantage, nous devions être bien loin des
côtes de la Grande-Bretagne, et par conséquent avoir changé de climat.

Ce raisonnement, et toutes les pensées qu'il avait fait naître,
m'avaient occupé toute la soirée; j'étais enfin arrivé à la conclusion
que je viens de dire, lorsque les aiguilles de ma montre annonçant qu'il
était dix heures, je me disposai à souper.

Je tirai d'abord ma ration d'eau pour ne pas manger mon pain sec, et
j'étendis la main pour saisir la part de biscuit que j'avais mise de
côté. Il y avait parallèlement à la grande poutre qui soutenait la cale,
et qui passait au-dessus de ma tête, une sorte de tablette où je plaçais
mon couteau, ma tasse et le bâton qui me servait d'almanach. Je
connaissais tellement bien cette planchette que je n'avais pas besoin de
lumière pour y trouver ce que j'y mettais.

Vous comprenez dès lors quelle dut être ma surprise lorsqu'en étendant
la main, je ne trouvai pas le biscuit que j'étais sûr d'avoir gardé.

J'avais ma tasse; mon couteau était à sa place; mon calendrier s'y
trouvait également, ainsi que les bouts de cuir dont je m'étais servi
pour diviser ma jauge; mais pas vestige du précieux morceau que je
conservais pour ma collation du soir.

L'aurais-je mis autre part? je ne croyais pas. Afin d'en être sûr,
j'explorai tous les coins de ma cellule, je secouai l'étoffe qui me
servait de matelas, je fouillai dans mes poches, dans mes bottines que
je ne portais plus et qui gisaient à côté de mon lit; je ne laissai pas
un pouce de ma cellule sans l'avoir tâté soigneusement; et je ne trouvai
de biscuit nulle part.

C'était moins la valeur de l'objet que l'étrangeté de sa disparition,
qui me faisait mettre tant d'activité dans mes recherches. Qu'avait pu
devenir ce biscuit?

Est-ce que je l'avais mangé? Il y avait des instants où je commençais à
le croire. Peut-être, dans un moment de distraction, l'avais-je avalé
sans y penser. Dans ce cas-là j'en avais totalement perdu le souvenir;
et la chose ne m'avait pas profité; car mon estomac n'était pas moins
vide que si je n'avais rien mangé depuis le matin.

Je me souvenais parfaitement d'avoir rompu mon biscuit, d'en avoir
réservé pour le soir une moitié que j'avais mise entre ma tasse et mon
couteau. Il fallait bien que je l'en eusse ôtée, puisqu'elle n'y était
plus. Je ne l'avais pas fait tomber par accident, car je ne me rappelais
pas avoir fouillé sur la tablette, jusqu'au moment où j'avais voulu
prendre l'objet dont la disparition m'avait frappé. En outre, s'il fût
tombé de sa place, je l'aurais trouvé en cherchant sur mon tapis. Il
n'avait pu rouler sous le tonneau; car j'avais rempli tous les vides de
ce côté-là, en y fourrant des morceaux de drap pour que ma couche fût
plus unie.

Toujours est-il que mon biscuit avait disparu, soit par ma faute, soit
autrement. Si je l'avais mangé, il était dommage de l'avoir fait avec si
peu de réflexion; car ce moment d'absence m'avait privé de tout le
bénéfice du repas.

Je fus longtemps à me demander si je tirerais un autre biscuit de la
caisse, ou si je me coucherais sans souper. La faim était vive, la
tentation bien forte; mais la crainte de l'avenir décida la question,
et, appelant toute ma fermeté à mon aide, j'avalai mon eau claire,
replaçai ma tasse sur la tablette, et m'étendis sur ma couche.



CHAPITRE XXXVI.

Un odieux intrus.


Je fus longtemps sans pouvoir m'endormir, j'étais préoccupé de la
disparition mystérieuse de mon biscuit. Je dis mystérieuse, parce que
j'étais convaincu de ne l'avoir pas mangé; il fallait s'expliquer le
fait d'une autre manière. Je n'y pouvais rien comprendre; j'étais seul
dans la cale; personne n'y pénétrait; qui donc aurait pu toucher à mon
biscuit? Mais j'y pensais maintenant: et le crabe de mon rêve? peut-être
avait-il existé. Je n'étais pas allé au fond de la mer, pas plus que je
n'étais mort, je l'avais rêvé, c'était incontestable; mais ce n'était
pas une raison pour que le reste de mon cauchemar fût un mensonge, et le
crabe qui avait rampé sur moi, avait pu manger mon souper.

Ce n'était pas sa nourriture habituelle, je le savais bien; mais à fond
de cale, et n'ayant pas de choix, il avait pu se nourrir de biscuit à
défaut d'autre chose.

Ces réflexions, et la faim qui me dévorait, me tinrent éveillé pendant
longtemps; je finis toutefois par m'endormir, mais d'un mauvais sommeil,
d'où je me réveillais en sursaut toutes les quatre ou cinq minutes.

Dans l'un des intervalles où j'étais éveillé, il me sembla percevoir un
bruit qui n'avait rien de commun avec tous ceux que j'entendais
ordinairement. La mer était paisible, et ce bruit inaccoutumé,
non-seulement résonnait au-dessus du murmure des vagues, mais se
distinguait à merveille du tic tac de ma montre, qui n'avait jamais été
plus sonore.

C'était un léger grattement, il était facile de s'en rendre compte, et
il provenait du coin où gisaient mes bottines; quelque chose en
grignotait le cuir; était-ce le crabe?

Cette pensée me réveilla tout à fait; je me mis sur mon séant; et
l'oreille au guet, je me préparai à tomber sur le voleur; car j'avais
maintenant la certitude que la créature que j'entendais, que ce fût un
crabe ou non, était celle qui m'avait pris mon souper.

Le grignotement cessa, puis il revint plus fort; et certes il partait de
mes bottines.

Je me levai tout doucement afin de saisir le coupable, dès que le bruit
allait reprendre, car il avait cessé.

Mais j'eus beau retenir mon haleine, y mettre de la patience, rien ne se
fit plus entendre. Je passai la main sur mes bottines, elles étaient à
leur place; je cherchai dans le voisinage, tout s'y trouvait comme à
l'ordinaire; je tâtonnai sur mon tapis, je fouillai dans tous les coins:
pas le moindre vestige d'un animal quelconque.

Fort intrigué, comme on peut croire, je prêtai l'oreille pendant
longtemps; mais le bruit mystérieux ne se renouvela pas, et je me
rendormis pour me réveiller sans cesse, comme j'avais fait d'abord.

On gratta, on grignota de plus belle, et j'écoutai de nouveau. Plus que
jamais j'étais certain que le bruit avait lieu dans mes bottines; mais,
au moindre mouvement que j'essayais de faire, le bruit s'arrêtait, et je
ne rencontrais que le vide.

«Ah! m'y voilà, me dis-je à moi-même; ce n'est pas un crabe; celui-ci a
des allures trop lentes pour m'échapper aussi vite; cela ne peut être
qu'une souris. Il est bizarre que je ne l'aie pas deviné plus tôt; c'est
mon rêve qui m'a fourré le crabe dans la tête; sans cela j'aurais su
tout de suite à quoi m'en tenir, et me serais épargné bien de
l'inquiétude.»

Là-dessus je me recouchai, avec l'intention de me rendormir, et de ne
plus me préoccuper de mon petit rongeur.

Mais à peine avais-je posé la tête sur le rouleau d'étoffe qui me
servait de traversin, que les grignotements redoublèrent; la souris
dévorait mon brodequin, et à l'ardeur qu'elle y mettait, le dommage ne
tarderait pas à être sérieux. Bien que mes chaussures me fussent
inutiles pour le moment, je ne pouvais pas permettre qu'on les rongeât
de la sorte, et me levant tout à coup, je me précipitai sur la bête.

Je n'en touchai pas même la queue, mais je crus entendre que la fine
créature s'esquivait en passant derrière la pipe d'eau-de-vie, qui
laissait un vide entre sa paroi extérieure et les flancs du vaisseau.

Je tenais mes bottines, et je découvris avec chagrin que presque toute
la tige en avait été rongée. Il fallait que la souris eût été bien
active pour avoir fait tant de dégât en aussi peu de temps; car au
moment où j'avais cherché mon biscuit, les bottines étaient encore
intactes; et cela ne remontait pas à plus de quatre ou cinq heures.
Peut-être plusieurs souris s'en étaient-elles mêlées; la chose était
probable.

Autant pour n'être plus troublé dans mon sommeil que pour préserver mes
chaussures d'une entière destruction, j'ôtai ces dernières de l'endroit
où elles étaient, et, les plaçant auprès de ma tête, je les couvris d'un
pan de l'étoffe sur laquelle j'étais couché; puis, cette opération
faite, je me retournai pour dormir à mon aise.

Cette fois, j'étais plongé dans un profond sommeil, lorsque je fus
réveillé par une singulière sensation: il me semblait que de petites
pattes me couraient sur les jambes avec rapidité.

Réveillé complétement par cette impression désagréable, je n'en restai
pas moins immobile, pour savoir si la chose se renouvellerait.

Je pensais bien que c'était ma souris qui cherchait mes bottines; et,
sans en être plus content, je résolus de la laisser venir jusqu'à portée
de mes doigts, sachant bien qu'il était inutile de courir après elle.
Mon intention n'était pas même de la tuer; je voulais seulement lui
pincer l'oreille ou la serrer un peu fort, de manière à lui ôter l'envie
de venir m'importuner.

Il se passa longtemps sans que rien se fît sentir; mais à la fin
j'espérai que ma patience allait être récompensée: un léger mouvement de
la couverture annonçait que l'animal avait repris sa course, et je crus
même entendre le frôlement de ses griffettes. La couverture s'ébranla
davantage, quelque chose se trouva sur mes chevilles et bientôt sur ma
cuisse. Il me sembla que c'était plus lourd qu'une souris; mais je ne
pris pas le temps d'y penser, car c'était le moment, ou jamais, de
s'emparer de l'animal. Mes mains s'abattirent, et mes doigts se
refermèrent.... quelle méprise, et quelle horreur!

Au lieu d'une petite souris, je rencontrai une bête de la grosseur d'un
chaton; il n'y avait pas à s'y tromper, c'était un énorme rat.

[Illustration: C'était un énorme rat.]



CHAPITRE XXXVII.

Réflexions.


Oui, c'était bien un rat; le monstre ne me permit pas d'en douter; je
l'avais reconnu à son poil fin et soyeux, dès que mes doigts l'avaient
saisi, et l'affreuse créature s'empressa de confirmer ce témoignage; je
n'avais pas eu le temps de rouvrir la main, que ses dents aiguës
m'avaient traversé le pouce de part en part, et que son cri perçant
m'avait rempli d'effroi.

Je lançai l'horrible bête à l'autre bout de ma cellule, je me blottis
dans le coin opposé, afin de m'éloigner le plus possible de cet odieux
visiteur, et j'écoutai, tout palpitant, s'il avait pris la fuite. Je
l'entendis rien, d'où je conclus qu'il s'était caché dans son trou; il
était sans doute aussi effrayé que moi, bien que ce fut difficile, et je
crois même que de nous deux, c'était lui qui avait éprouvé le moins de
terreur; la preuve, c'est qu'il avait pensé à me mordre, tandis que
j'avais perdu toute ma présence d'esprit.

Dans ce combat rapide, c'était mon adversaire qui avait eu la victoire.
À l'effroi qu'il m'avait causé, se joignait une blessure qui devenait de
plus en plus douloureuse, et par où coulait mon sang.

J'aurais encore supporté ma défaite avec calme, en dépit de la douleur;
mais ce qui me préoccupait, c'était de savoir si l'affreuse bête avait
fui pour toujours, ou si, restant dans le voisinage, elle reviendrait à
l'assaut.

L'idée qu'elle allait reparaître, furieuse qu'on l'eût arrêtée dans sa
course, et enhardie par le succès, me causait un malaise indicible.

Cela vous étonne mais rien n'était plus vrai. Les rats m'ont toujours
inspiré une profonde antipathie, je pourrais dire une peur instinctive.
Ce sentiment était alors dans toute sa force; et bien que, depuis cette
époque, je me sois trouvé en face d'animaux beaucoup plus redoutables,
je ne me souviens pas d'avoir éprouvé une terreur pareille à celle que
j'ai ressentie au contact du rat. Dans cette occasion, la crainte est
mêlée de dégoût; cette crainte elle-même n'est pas dépourvue de sens: je
connais bon nombre de cas authentiques où les rats ont attaqué des
enfants, voire des hommes; et il est avéré que des blessés, des infirmes
ou des vieillards ont été dévorés par ces hideux _omnivores_.

J'avais entendu raconter beaucoup de ces histoires dans mon enfance, et
il était naturel qu'elles me revinssent à l'esprit au moment dont nous
nous occupons. Je me souvenais de tous leurs détails, et ce n'était pas
de la crainte, mais de la terreur que j'éprouvais. Il faut dire que
celui dont je parle était l'un des rats les plus énormes qu'on pût
trouver; je suis certain qu'il était aussi gros qu'un chat parvenu à
moitié de sa croissance.

Dès que je fus un peu revenu de ma première émotion, je déchirai une
petite bande de ma chemise pour en envelopper mon pouce. Il avait suffi
de quelques minutes pour que la blessure me fît énormément souffrir; car
la dent du rat n'est guère moins venimeuse que la queue du scorpion.

Je n'ai pas besoin d'ajouter qu'après cet épisode, il ne fut plus
question de sommeil. Vers le matin je m'assoupis un instant, mais pour
retomber dans le plus affreux cauchemar, où j'étais saisi à la gorge
tantôt par un rat, tantôt par un crabe, dont les dents ou les pinces me
réveillaient en sursaut.

Pendant tout le temps que je ne dormais pas, j'écoutais si l'ignoble
bête faisait mine de revenir; mais elle ne donna aucun signe de sa
présence pendant tout le reste de la nuit. Peut-être l'avais-je serrée
plus fort que je ne croyais, et il était possible que cet empoignement
héroïque suffît à l'éloigner de ma personne. J'en acceptai l'augure; et
ce fut bien heureux pour moi que cet espoir me soutint, car, sans lui,
j'aurais été longtemps sans dormir.

Il n'était plus besoin de chercher ce qu'était devenu mon biscuit; la
présence du rongeur l'expliquait à merveille, ainsi que les ravages
causés à ma bottine, et dont j'avais accusé la souris avec tant
d'injustice. Le rat, pendant quelque temps, s'était donc repu autour de
moi sans que j'en eusse connaissance.

Je n'avais plus qu'une seule et unique pensée: comment faire pour
empêcher l'ennemi de revenir? Comment s'emparer de lui, ou tout au moins
l'éloigner? J'aurais donné deux ans de mon existence pour avoir une
ratière, un piége quelconque; mais puisque personne ne pouvait me
fournir ce précieux engin, c'était à moi d'inventer quelque chose qui
pût me délivrer de mon odieux voisinage. J'emploie ce mot à dessein, car
j'étais persuadé que le rat n'était pas loin de ma cabine; peut-être
avait-il son repaire à un mètre de ma couche; il logeait probablement
sous la caisse de biscuit.

Toutefois, j'avais beau me mettre l'esprit à la torture, je ne trouvais
pas le moyen de m'emparer de l'animal. Certes il était possible de le
saisir de nouveau, en supposant qu'il revînt grimper sur moi; mais je
n'étais pas d'humeur à le retrouver sous ma main. Je savais qu'en
s'enfuyant il avait passé entre les deux tonneaux; je supposai que s'il
devait revenir, ce serait par la même route; et il me sembla qu'en
bouchant tous les autres passages, ce qui m'était facile avec mon étoffe
de laine, il repasserait nécessairement par l'unique ouverture que je
lui aurais ménagée. Une fois qu'il serait entré, je fermerais cette
dernière issue, et mon rat se trouverait pris comme dans une souricière.
Mais quelle sotte position pour moi! Je serais dans le même piége que le
rat, et ne pourrais en finir avec lui que par un combat corps à corps.
Le résultat de la lutte ne faisait pas l'ombre d'un doute; j'étais bien
assez vigoureux pour étouffer la bête; mais au prix de combien de
morsures? et celle que j'avais déjà me dégoûtait de l'entreprise.

Comment alors se passer de piége? telle était la question que je
m'adressais au lieu de dormir; car la peur du rat m'empêchait de fermer
l'oeil.

J'y avais pensé toute la nuit, lorsque, n'en pouvant plus, je retombai
dans cet assoupissement qui tient le milieu entre la veille et le
sommeil; et je refis les plus mauvais rêves, sans que rien me suggérât
une idée quelconque pour me débarrasser de l'ignoble bête qui me causait
tant d'effroi.



CHAPITRE XXXVIII.

Tout pour une ratière.


Je ne tardai pas à me réveiller en pensant au rat, et sans pouvoir me
rendormir. Il est vrai que la souffrance qui provenait de ma blessure
était suffisante pour cela; non-seulement le pouce, mais toute la main
était enflée, et me causait une douleur aiguë. Je n'avais pas autre
chose à faire que de la supporter patiemment; et sachant que
l'inflammation disparaîtrait peu à peu je fis un effort pour la subir
avec courage. Parfois de grands maux s'endurent plus facilement qu'un
ennui; c'était là mon histoire: la peur que le rat ne me fît une
nouvelle visite me tourmentait d'une bien autre manière que ma blessure;
et comme en absorbant mon attention, elle la détournait de celle-ci,
j'avais presque oublié que mon pouce me faisait mal.

Dès mon réveil, je me remis à chercher le moyen de frapper mon
persécuteur; j'étais sûr qu'il reviendrait me tourmenter, car j'avais de
nouveaux indices de sa présence. La mer était toujours calme, et
j'entendais de temps en temps des sons caractéristiques: un bruit de
pattes légères trottinant sur le couvercle d'une caisse, et parfois un
cri bref, strident, pareil à ceux que les rats ont l'habitude de
pousser. Je ne connais pas de voix plus désagréable que celle du rat;
dans la position où je me trouvais alors, cette voix me paraissait
doublement déplaisante. Vous souriez de mes terreurs; mais je ne pouvais
pas m'en délivrer; je pressentais que d'une manière ou d'une autre la
présence de ce maudit rat mettait ma vie en danger; et vous verrez que
cette crainte n'était pas chimérique.

Ce que je redoutais alors, c'était que le monstre ne m'attaquât pendant
que je dormirais; tant que j'étais éveillé, je n'en avais pas
grand'peur; il pouvait me mordre, voilà tout; je me défendrais, et il
était impossible que dans la lutte je ne finisse pas par le tuer; mais
penser que dans mon sommeil l'horrible bête pouvait me sauter à la
gorge, c'était pour moi une torture incessante. Je ne pouvais pas
toujours être sur le qui-vive; plus j'aurais veillé longtemps plus mon
sommeil serait profond, et plus le danger serait grave. Pour m'endormir
avec sécurité, il fallait avoir détruit mon rat; et c'est à en trouver
le moyen que j'occupais toutes mes pensées.

Mais j'avais beau réfléchir, je ne voyais d'autre expédient que de
tomber sur l'ennemi, et de l'étouffer entre mes mains. Si j'avais été
sûr de le saisir à la gorge, de façon qu'il ne pût pas me mordre, je me
serais décidé à l'étrangler. Mais c'était là le difficile; je ne
pouvais, dans les ténèbres, que l'attaquer à l'aventure; et il en
profiterait pour me déchirer à belles dents. Et puis j'avais le pouce
dans un tel état que j'étais loin d'avoir la certitude de prendre ma
bête, encore moins de l'écraser.

Je pensai au moyen de me protéger les doigts avec une paire de gants
solides; je n'en avais pas: c'était inutile d'y songer.

Mais non; j'en eus bientôt la preuve: l'idée de la paire de gants m'en
suggéra une autre; elle me rappela mes chaussures que j'avais oubliées.
En me fourrant les mains dans mes bottines je serais à l'abri des dents
tranchantes de mon rat, et quand je tiendrais ma bête sous la semelle,
j'étais bien sûr de ne pas la lâcher qu'elle ne fût morte. Une fameuse
idée que j'avais là, et je me disposai à la mettre à exécution.

Plaçant mes bottines à côté de moi, je me blottis auprès de l'issue par
laquelle devait arriver l'animal; vous vous rappelez que j'avais eu soin
de boucher tous les autres passages; au moment où le rat se présenterait
dans ma cellule, je fermerais avec ma jaquette l'ouverture qu'il
laisserait derrière lui; et me hâtant d'enfiler mes bottines, je
frapperais comme un sourd jusqu'à ce que la besogne fût terminée.

On aurait dit que le rat, voulant me braver, s'empressait d'accepter le
défi. Était-ce hardiesse de sa part, ou la fatalité qui l'entraînait à
sa perte?

Toujours est-il que j'étais à peine en mesure de le recevoir, qu'un
léger piétinement sur mon tapis, accompagné d'un petit éclat de voix
bien reconnaissable, m'annonça que le rongeur avait quitté sa retraite,
et qu'il était dans ma cellule. Je l'entendais courir; deux fois il me
passa sur les jambes. Mais avant de faire attention à lui, je commençai
par calfeutrer la seule issue qui lui restât pour fuir; et plantant mes
bras dans les bottines, je me mis avec activité à la recherche de
l'ennemi.

Comme je connaissais parfaitement la forme de ma cellule, et que les
moindres anfractuosités m'en étaient familières, je ne tardai pas à
rencontrer mon antagoniste. Je m'étais dit qu'une fois que je serais
tombé sur une partie de son corps, j'aurais bientôt fait d'appliquer sur
lui ma seconde semelle, et qu'il ne me resterait plus qu'à peser de
toutes mes forces pour l'écraser. Tel était mon plan; mais si bon qu'il
pût être, il ne me donna pas le résultat que j'espérais.

Je réussis bien à poser l'une de mes bottines sur le rat; mais l'étoffe
moelleuse dont les plis nombreux tapissaient mon plancher céda sous la
pression, et le monstre s'esquiva en poussant un cri que j'entends
encore.

La première fois que je le sentis de nouveau il grimpait le long de ma
jambe; et, ce que vous ne croirez pas, en dedans de mon pantalon!

Un frisson d'horreur me courut dans les veines; cependant, exaspéré de
tant d'audace, je me débarrassai de mes bottines, qui ne pouvaient plus
me servir, et je saisis le monstre à deux mains, juste au moment où il
arrivait au genou. Je l'empêchai de monter plus haut, bien qu'il mît à
se débattre une force qui m'étonna, et que ses cris perçants me
causassent une impression des plus désagréables.

L'épaisseur de mon pantalon protégeait mes doigts contre de nouvelles
morsures; mais le rat tourna ses dents contre ma jambe et m'en laboura
les chairs tant qu'il lui resta la faculté de se mouvoir. Ce n'est que
lorsque je fus parvenu à lui saisir la gorge, et à l'étrangler tout à
fait, que je sentis la mâchoire de l'animai se détacher peu à peu, et
que je compris que mon adversaire était mort.

Je lâchai bien vite le cadavre, et secouai la jambe pour le faire sortir
de ma culotte; j'enlevai ma vareuse de l'ouverture où je l'avais mise,
et je poussai le rat dans la direction qu'il avait prise pour venir.

Soulagé d'un poids énorme, depuis que j'avais la certitude de n'être
plus troublé dans mon sommeil, je me disposai à dormir avec l'intention
bien formelle de réparer la nuit précédente.



CHAPITRE XXXIX.

Légion d'intrus.


C'était une fausse sécurité que la mienne; je ne dormais pas depuis un
quart d'heure, lorsque je fus réveillé brusquement par quelque chose qui
me courait sur la poitrine. Était-ce un nouveau rat? Si ce n'en était
pas un, l'animal en question avait les mêmes allures.

Je restai immobile et prêtai une oreille attentive; pas le moindre bruit
ne se fit entendre. Avais-je rêvé? Non pas; car au moment où je me
faisais cette question, je crus sentir de petites pattes sur la
couverture, et bientôt sur ma cuisse.

Je me levai tout à coup, portai la main à la place où remuait la
bête.--Nouvelle horreur! Je touchai un énorme rat, qui fit un bond, et
que j'entendis s'enfuir entre les deux tonneaux.

Serait-ce le même par hasard? On m'avait raconté des histoires où
certains rats avaient reparu après qu'on les avait enterrés. Mais il
aurait fallu que le mien eût la vie terriblement dure; j'avais serré de
manière à en étrangler dix comme lui; il était bien mort quand je
l'avais rejeté dans son trou, et ce ne pouvait pas être le même.

Pourtant, si absurde que cela paraisse, je ne pouvais pas m'empêcher de
croire, dans l'état d'assoupissement où je retombais malgré moi, que
c'était bien mon rat qui était revenu. Une fois complétement réveillé,
je compris que cela devait être impossible; il était plus probable que
j'avais affaire au mâle ou à la femelle du précédent, car ils étaient
fort bien assortis pour la grosseur.

Il cherche son compagnon, supposai-je; mais puisqu'il a suivi le même
passage, il a trouvé le corps du défunt, et doit savoir à quoi s'en
tenir. Venait-il pour venger celui qui n'est plus?

Cette pensée chassa complétement le sommeil de mes paupières. Pouvais-je
dormir avec ce hideux animal rôdant autour de moi?

Quels que fussent ma fatigue et le besoin de dormir que m'eût donnés la
veillée précédente, je ne pouvais avoir de repos qu'après m'être délivré
de ce nouvel ennemi.

J'étais persuadé qu'il ne tarderait pas à reparaître, mes doigts
n'avaient fait que lui toucher le poil, et comme il n'en avait ressenti
aucun mal, il était presque certain qu'il reviendrait sans crainte.

Dans cette conviction je repris mon poste à l'entrée du passage, ma
jaquette à la main, et l'oreille attentive, pour entendre le bruit des
pas de l'animal, et pour lui couper la retraite dès qu'il serait arrivé.

Quelques minutes après, je distinguai la voix d'un rat qui murmurait au
dehors, et des craquements particuliers, que j'avais déjà entendus.
J'imaginai qu'ils étaient produits par le frottement d'une planche sur
une caisse vide, ne supposant pas qu'une aussi petite bête pût faire un
pareil vacarme. En outre il me semblait que l'animal parcourait ma
cellule, et comme les bruits en question continuaient au dehors, il
était impossible que mon rat en fût l'auteur, puisqu'il ne pouvait pas
être à deux places à la fois.

Tout à coup il passa sur ma jambe, tandis que sa voix m'arrivait de
l'extérieur; j'étais bien sûr de l'avoir senti; et cependant je ne
bouchai pas l'ouverture, dans la crainte de lui fermer le passage.

À la fin j'entendis nettement pousser un cri à ma droite; il n'y avait
pas à s'y tromper, l'animal était dans ma cabine, et sans plus attendre
je calfeutrai l'issue près de laquelle j'étais à genoux.

Cette besogne accomplie, je me retournai pour frapper mon nouvel
adversaire, après avoir ganté mes bottines, ainsi que j'avais fait la
première fois. De plus j'avais pris soin de lier chacune des jambières
de mon pantalon, afin d'empêcher le rat de s'y introduire, comme son
prédécesseur.

Je ne trouvais aucun plaisir à ce genre de chasse; mais j'étais bien
résolu à me délivrer de cette engeance, afin de me reposer sans
inquiétude et de goûter le sommeil qui m'était si nécessaire.

À l'oeuvre donc! et j'y fus bientôt avec courage. Mais horreur des
horreurs! Figurez-vous mon effroi quand, au lieu d'un rat, je m'aperçus
qu'il y en avait une légion dans ma cabine; mes mains ne retombaient pas
sans en toucher plusieurs. Ils foisonnaient littéralement; je les
sentais me courir sur les jambes, sur les bras, sur le dos, partout, en
poussant des cris affreux qui semblaient me menacer.

Ma frayeur devint si vive que je faillis en perdre la tête. Je ne pensai
plus à combattre, je ne savais plus ce que je faisais; toutefois j'eus
l'instinct de déboucher l'ouverture qu'obstruait ma jaquette, et de
frapper avec celle-ci dans toutes les directions, tandis que je criais
de toute la puissance de ma voix.

La violence de mes coups et de mes clameurs produisit l'effet que j'en
attendais: tous les rats prirent la fuite. Au bout de quelques instants,
le bruit de leurs pas ayant cessé, je me hasardai à faire l'exploration
des lieux, et je reconnus avec joie qu'il ne restait plus aucun de ces
affreux animaux.



CHAPITRE XL.

La rat scandinave ou rat normand.


Si la présence d'un seul rat avait suffi pour me priver de repos, jugez
un peu de ce que je devais ressentir après avoir acquis la certitude
qu'il y avait dans mon voisinage une bande entière de ces rongeurs. Il y
en avait beaucoup plus que je n'en avais chassé de ma cellule, car je me
rappelais qu'en fermant l'issue par laquelle une partie de la légion
était entrée, j'avais distingué bien d'autres cris et bien d'autres
grattements. Quel pouvait être leur nombre? J'avais entendu dire que,
dans certains vaisseaux, la quantité de rats qui se réfugient à fond de
cale est surprenante. On m'avait dit également que ces rats de navire
sont de l'espèce la plus féroce, et que poussés par la faim, ce qui leur
arrive souvent, ils n'hésitent pas à se jeter sur des créatures
vivantes, et ne redoutent ni les chats ni les chiens.

Ils commettent de grands dégâts parmi les objets de la cargaison, et
constituent pour l'armateur un véritable fléau, surtout quand on n'a pas
eu soin de bien nettoyer le navire avant d'en faire l'arrimage.

Cette espèce est désignée en Angleterre sous le nom de _rat de Norvége_,
parce qu'elle y a été introduite par les vaisseaux norvégiens. Mais
qu'elle soit originaire de la Scandinavie ou d'ailleurs, peu importe,
car elle est maintenant répandue sur toute la surface de la terre. Je ne
crois pas qu'il y ait un point du globe où un vaisseau quelconque ayant
touché, ce rongeur ne s'y rencontre en abondance. S'il est vraiment
sorti du Nord, il faut que tous les climats lui soient également
favorables, puisqu'il pullule dans les régions les plus chaudes de
l'Amérique, où il prospère d'une façon toute spéciale. Dans les Indes
occidentales, aussi bien que dans les autres parties du nouveau monde,
tous les ports en sont tellement infestés, qu'en certains endroits leur
destruction est l'objet d'une lutte constante; et malgré la prime qui
est offerte par les municipalités, malgré le carnage qui s'en fait
quotidiennement, ces rats n'existent pas moins par légions innombrables
dans les ports d'Amérique, dont les quais en bois paraissent être leur
asile ordinaire.

En général cette espèce n'est pas très-grosse; on y trouve d'énormes
individus, mais ce n'est jamais qu'un fait exceptionnel. C'est moins par
la taille que par l'audace qu'elle se distingue; et son appétit féroce
joint à sa fécondité, la rend, comme je le disais tout à l'heure, un
véritable fléau. Chose remarquable: dès que le rat normand apparaît dans
un endroit, il n'en reste plus d'autres au bout de quelques années; d'où
l'on a conclu avec raison qu'il détruit ses congénères[14]. Il ne craint
ni les belettes ni les fouines; s'il est moins fort que ces derniers
animaux, il compense cette infériorité par le nombre, qui est chez lui
de cent contre un, relativement à celui de ses adversaires. Les chats
eux-mêmes en ont peur, et choisissent une victime de meilleure
composition; jusqu'aux chiens qui s'éloignent du rat de Norvége, à moins
d'avoir été dressés d'une manière spéciale à son attaque.

  [14] Le rat normand, qui a détruit en France, comme partout, les races
    qui ont pu l'y précéder, et qui dévore les individus de sa propre
    famille, est à son tour exterminé par le rat tartare ou
    surmulot.--Voir _l'Esprit des bêtes_, Toussenel, pages 272 et
    suivantes, t. I, deuxième édition. (_Note du traducteur._)

Un fait particulier au rat normand est la science innée de ses intérêts,
qui l'empêche de se commettre chaque fois qu'il n'est pas sûr d'un
avantage. Est-il peu nombreux dans un endroit, ce rapace effronté
devient timide; se croit-il en danger, il se claquemure dans son trou et
se tient sur la réserve. Mais dans les pays neufs, où il a ses coudées
franches, il pousse la hardiesse jusqu'à braver la présence de l'homme.
Sous les tropiques il agit à ciel ouvert, et ne prend pas la peine de se
cacher. À la vive clarté de la lune équatoriale, on voit ces rats
normands se diriger par cohortes nombreuses vers l'endroit de leurs
rapines, sans s'inquiéter des passants. Ils se dérangent un peu à votre
approche, et reforment leurs colonies derrière vos talons, avec la même
tranquillité que s'ils exerçaient une industrie légale.

J'ignorais tous ces détails à l'époque de ma lutte avec les rats de
l'_Inca_; mais j'en savais assez pour être fort inquiet de cet odieux
voisinage; et lorsque j'eus renvoyé de ma cabine cette légion de bêtes
maudites, je fus très-loin de me sentir l'esprit léger. «Ils
reviendront, me disais-je, peut-être en plus grand nombre; et si le
malheur veut qu'ils aient faim, ils seront peut-être assez féroces pour
m'attaquer. Je n'ai pas vu tout à l'heure que ma personne les effrayât;
ils montaient sur moi avec une audace qui n'est pas rassurante.» Malgré
la violence avec laquelle je les avais éconduits, je les entendais
trotter près de ma cellule et crier avec rage. On aurait dit qu'ils se
battaient. Que deviendrais-je si dans leur fureur ils allaient
m'assaillir? D'après ce qu'on m'avait raconté, la chose était possible;
je vous laisse à penser quelle était mon impression. L'idée que je
pouvais servir de pâture à cette bande vorace me causait une frayeur
bien plus grande que celle que j'avais eue d'être noyé au moment de la
tempête. Il n'est pas de genre de mort que je n'eusse préféré à
celui-là; rien que d'y songer, mon sang se figeait dans mes veines, et
mes cheveux se hérissaient.

Je restai à genoux, dans la position que j'avais prise pour chasser les
rats en frappant avec ma jaquette; et je me demandais vainement ce qu'il
me restait à faire. La première chose était de combattre le sommeil, qui
aurait été ma perte. Mais comment faire pour rester éveillé? Je sentais
déjà les dents de cette légion infernale pénétrer dans mes chairs;
l'agonie était affreuse, et cependant j'avais de la peine à m'empêcher
de dormir.

L'excès de fatigue, l'émotion elle-même, qui épuisait mes forces,
m'empêchaient de prolonger la lutte. Mes yeux se fermaient déjà; et si
je m'endormais, ce serait d'un sommeil de plomb. Je pourrais être
victime d'un cauchemar qui paralyserait mes membres, et ne me réveiller
que lorsqu'il ne serait plus temps.

J'en étais là, souffrant mille tortures de cette effroyable inquiétude,
quand une idée bien simple me traversa l'esprit: c'était de replacer ma
jaquette à l'entrée du vide par où pénétraient les rats, ce qui
fermerait le passage.

Il n'y avait plus à combattre l'ennemi, plus à espérer de le détruire;
j'avais pu y compter lorsque je pensais n'avoir à faire qu'à un ou deux
antagonistes; mais à présent qu'il s'agissait d'une légion il fallait y
renoncer. Le meilleur parti à prendre était de visiter ma cabine avec
soin, et d'en boucher les fissures qui pourraient permettre à un rat de
s'y introduire; de cette manière je serais à l'abri d'une invasion, et
je pourrais céder au sommeil qui m'accablait.

Sans plus tarder, j'enfonçai ma veste dans l'ouverture que laissaient
entre elles les deux futailles; je bouchai les fentes du plancher, en y
fourrant mon étoffe de laine; et tout surpris de n'avoir pas eu plus tôt
cette bonne idée, je m'étendis sur ma couche, cette fois avec
l'assurance de pouvoir dormir sans crainte.



CHAPITRE XLI.

Rêve et réalité.


À peine avais-je posé la joue sur mon traversin, que je me trouvai dans
la terre des songes; quand je dis la terre, c'était de la mer que je
rêvais. Ainsi qu'à mon premier cauchemar, j'étais au fond de l'Océan, et
d'horribles monstres crabiformes se disposaient à me dévorer.

De temps en temps ces crabes fantastiques étaient changés en rats, et je
me croyais en pleine réalité; il me semblait qu'une multitude de ces
ignobles créatures se pressait autour de moi dans une attitude
belliqueuse; je n'avais que ma jaquette pour me défendre, et j'en usais
pour éloigner l'ennemi, en frappant de tous côtés; mes coups tombaient
comme grêle, et cependant sans atteindre les rats. Ceux-ci, voyant que
tous mes efforts ne leur faisaient aucun mal, en devenaient plus hardis;
et l'un d'eux, beaucoup plus gros que les autres, encourageait ses
compagnons et commandait l'attaque. Ce n'était pas même un rat, c'était
le spectre de celui que j'avais tué, qui excitait ses camarades en leur
criant vengeance.

Pendant quelque temps, je réussis à éloigner mes adversaires (je parle
toujours de mon rêve); mais je sentais mes forces défaillir, et si l'on
ne venait pas m'assister, j'allais être vaincu. Je regardai autour de
moi, en appelant au secours de toutes mes forces; mais j'étais seul,
personne ne pouvait m'entendre.

Mes assaillants s'aperçurent que mes coups se ralentissaient, qu'ils
étaient moins nombreux et moins forts; et, à un signal donné par le
spectre de ma victime, la légion sauta sur ma couverture: j'avais des
rats en face de moi, à gauche, à droite, par derrière; ils me serraient
de tous côtés. Je fis un nouvel effort pour me servir de ma jaquette,
mais sans aucun avantage; la place des rats que j'avais repoussés était
reprise immédiatement, et par un plus grand nombre, qui surgissaient des
ténèbres.

Je laissai retomber mon bras; toute résistance était vaine. Je sentis
les odieuses créatures me ramper sur les jambes et sur le corps; elles
se groupèrent sur moi comme un essaim d'abeilles qui s'attache à une
branche; et leur pesanteur, après m'avoir fait chanceler, m'entraîna
lourdement. Toutefois cette chute parut devoir me sauver. Aussitôt que
je fus par terre, les rats s'enfuirent, tout effrayés de l'effet qu'ils
avaient produit.

Enchanté de ce dénoûment, je fus quelques minutes sans pouvoir me
l'expliquer; mais bientôt mes idées s'éclaircirent, et je vis avec
bonheur que toute la scène précédente n'avait été qu'un rêve. Il s'était
dissipé sous l'impression de la chute qu'il me semblait avoir faite, et
qui m'avait réveillé si à propos.

Cependant ma joie fut de très-courte durée: tout dans mon rêve n'était
pas illusion; des rats s'étaient promenés sur moi; il y en avait encore
dans ma cellule; je les entendais courir, et avant que je pusse me
lever, l'un d'eux me passa sur la figure.

Comment avaient-ils fait pour entrer? Le mystère de leur apparition
était une nouvelle cause de terreur. Avaient-ils repoussé la veste pour
s'ouvrir un passage? Non; celle-ci était à sa place, telle que je l'y
avais mise. Je la retirai pour en frapper autour de moi et chasser
l'horrible engeance. À force de cris et de coups, j'y parvins comme la
première fois; mais je restai plus abattu que jamais, car je ne
m'expliquais pas comment ils avaient pu entrer dans ma cellule, malgré
mes précautions.

Je fus d'abord très-intrigué; puis je finis par trouver le mot de
l'énigme. Ce n'était pas par l'ouverture que fermait l'habit qu'ils
avaient pénétré, c'était par une autre dont ils avaient rongé le tampon,
sans doute insuffisant.

Ma curiosité pouvait être satisfaite; mais mes alarmes n'en étaient pas
moins grandes; au contraire, elles n'en devenaient que plus vives.
Quelle obstination chez ces rats! Qu'est-ce qui pouvait les attirer dans
ma cabine, où ils ne recevaient que des coups, et où l'un d'eux avait
trouvé la mort? Cela ne pouvait être que l'envie de me dévorer.

J'avais beau me creuser l'esprit, je ne voyais pas d'autre motif à leur
entêtement.

Cette conviction réveilla tout mon courage; je n'avais dormi qu'une
heure; mais il fallait avant tout réparer ma forteresse et augmenter mes
moyens de défense. J'enlevai l'un après l'autre tous les morceaux
d'étoffe qui bouchaient les fentes, les ouvertures de ma cabine, et je
les remis avec plus de solidité; j'allai même jusqu'à tirer de la
caisse, où elles étaient renfermées, deux pièces de drap, pour augmenter
l'épaisseur de mes tampons. Il y avait précisément à côté de cette
caisse une multitude de crevasses qui me donnèrent beaucoup de peine, et
qu'après avoir remplies du mieux possible, je fortifiai d'un rouleau
d'étoffe, posé debout et violemment enfoncé dans une encoignure qui se
trouvait là: celle qui résultait du vide par où je m'étais introduit
dans ma triste cachette. Une fois ma nouvelle redoute érigée, il n'y
avait plus moyen, même pour un rat, de pénétrer dans ma cellule; je
pouvais dormir tranquille. Le seul désavantage de ce bastion, était de
me masquer la boîte où j'avais mon biscuit, et de m'empêcher d'y arriver
facilement. Toutefois je m'en étais aperçu avant la complète érection du
fort, et j'avais sorti de la caisse une quantité de biscuits suffisante
pour vivre pendant quinze jours. Lorsqu'elle serait épuisée, je
dérangerais ma pièce d'étoffe, et avant que les rats aient pu venir, je
serais approvisionné pour la quinzaine suivante.

Il s'écoula deux heures avant que j'eusse terminé ces nouvelles
dispositions; car je mettais le plus grand soin à réparer mes murailles;
c'était une affaire sérieuse, non pas un jeu, que de se défendre contre
un pareil ennemi.

Lorsque ma clôture fut aussi rassurante que possible, je me disposai à
dormir, bien certain cette fois que ce serait pour un long somme.



CHAPITRE XLII.

Profond sommeil.


Mon espoir ne fut pas trompé; je dormis pendant douze heures, non pas
toutefois sans faire d'horribles rêves; je me battis avec les rats, avec
les crabes, et mon sommeil fut bien loin de me donner le repos que j'en
attendais. J'aurais à cet égard aussi bien fait de ne pas dormir, je ne
crois pas que ma fatigue en eût été plus grande; mais j'eus à mon réveil
une satisfaction bien vive, en ne trouvant dans ma cellule aucun des
intrus qui avaient rempli mes rêves, et en m'assurant que mes
fortifications n'avaient souffert aucune atteinte.

Les jours suivants se passèrent dans la même quiétude; sous le rapport
de mes dangereux voisins, et j'en éprouvai une sorte de bien-être qui ne
fut pas sans douceur.

Quand la mer était calme, j'entendais mes rats courir au dehors en
créatures affairées, trottiner sur les caisses, grignoter les
marchandises et pousser de temps en temps des cris de rage, comme s'ils
s'étaient dévorés entre eux. Mais leur voix et leurs pas ne me causaient
plus de terreur, depuis que j'avais le certitude qu'ils ne viendraient
plus dans ma cabine.

Lorsque par hasard j'étais forcé de déranger mes tampons, j'avais bien
soin de les replacer au plus vite, pour que les fines créatures ne
pussent pas même se douter qu'une issue avait été libre. Mais s'il me
rassurait contre l'invasion étrangère, ce calfeutrage était, d'autre
part, une cause de grande souffrance. La chaleur était excessive, et
comme pas un souffle d'air ne pénétrait dans ma cellule, j'étais comme
dans un four. Nous étions probablement sous l'équateur, tout au moins
dans la région des tropiques, et c'est à cela que nous devions notre
atmosphère paisible; car sous cette latitude le vent est bien plus calme
que dans la zone tempérée. Une fois cependant nous y éprouvâmes une
tempête qui dura vingt-quatre heures; elle fut suivie comme à
l'ordinaire du soulèvement des flots, et je crus encore que nous allions
faire naufrage.

Cette fois je n'eus pas le mal de mer; j'étais habitué au mouvement des
vagues, mais je fus horriblement bousculé par le roulis, poussé contre
la futaille, rejeté contre le flanc du navire, et meurtri comme si
j'avais reçu la bastonnade. Les secousses du bâtiment faisaient jouer
les caisses et les barriques; mes tampons se dérangeaient et finissaient
par tomber; la peur de l'invasion me reprenait aussitôt, et je passais
tout mon temps à me relever de mes chutes, pour boucher les crevasses
qui se renouvelaient sans cesse.

Mieux valait, après tout, s'occuper à cela que de n'avoir rien à faire;
la nécessité d'entretenir mes remparts m'aida à passer le temps; et les
deux jours que dura la tempête, y compris le soulèvement des flots qui
en est la suite, me parurent beaucoup moins longs que les autres. Je
souffrais bien davantage quand il me fallait rester oisif, en proie aux
tortures que l'isolement et les ténèbres me causaient alors, et qui
devenaient si vives que je craignais d'en perdre la raison.

Vingt jours s'étaient écoulés depuis que j'avais établi mon bilan; je le
voyais à la taille qui me servait d'almanach. Sans cette indication,
j'aurais pensé qu'ils y avait bien trois mois, pour ne pas dire trois
ans, tant les journées m'avaient paru longues.

Pendant ce temps-là, j'avais strictement observé la loi que je m'étais
faite à l'égard de ma nourriture. Malgré la faim que j'avais eue, et qui
souvent m'aurait permis d'absorber en une fois la part de toute la
semaine, je n'avais jamais excédé ma ration. Que d'efforts cette
observance rigoureuse m'avait coûtés! Combien chaque jour il me fallait
de courage pour diviser mon biscuit, et pour mettre à part la moitié qui
s'attachait à mes doigts, et que réclamait mon estomac! Mais j'avais
triomphé de moi-même, à l'exception du lendemain de la première tempête,
où, il vous en souvient, j'avais mangé quatre biscuits en un seul repas;
et je me félicitais d'avoir bravé les exigences d'un appétit dévorant.

Quant à la soif, je n'en avais pas souffert; ma ration d'eau était
suffisante, et plus d'une fois je ne l'avais pas même absorbée
complétement.

J'en étais là, quand la provision de biscuits que j'avais faite, se
trouva enfin épuisée. «Tant mieux, pensais-je, c'est une preuve que le
vaisseau marche, puisqu'il y en avait pour quinze jours, autant de moins
à passer dans mon cachot.» Il fallait retourner au magasin, reprendre
des biscuits pour une nouvelle quinzaine, et tout d'abord retirer la
pièce de drap qui me fortifiait de ce côté.

Chose bizarre! tandis que je procédais à cette opération, une anxiété
singulière s'empara de mon esprit, ma poitrine se serra: c'était le
pressentiment d'un grand malheur, ou plutôt l'effroi causé par un bruit
que je ne pouvais attribuer qu'à mes odieux voisins. Bien souvent, et
même près qui toujours, des bruits semblables avaient résonné autour de
ma cabine; mais aucun ne m'avait fait cette impression, et vous allez le
comprendre: les grignotements que j'entendais alors m'arrivaient de la
caisse où étaient mes biscuits.

C'est en tremblant que je retirai l'étoffe qui masquait mon
garde-manger; en tremblant de plus en plus que j'étendis les mains pour
les plonger dans la boîte.

Miséricorde!... elle était vide!

Pas tout à fait cependant, mes doigts en y fouillant s'étaient posés sur
un objet lisse et moelleux qui avait fui tout à coup: c'était un rat; je
retirai ma main prestement. À côté de lui, j'en avais senti un autre,
puis un troisième, une tablée tout entière.

Ils s'échappèrent dans toutes les directions; quelques-uns rebondirent
contre ma poitrine, tandis que les autres, se heurtant aux parois de la
caisse, poussaient des cris aigus.

Ils furent bientôt dispersés; mais, hélas! de toute ma réserve de
biscuits, je ne trouvai plus qu'un tas de miettes que les rats étaient
en train de faire disparaître lors de mon arrivée.

Cette découverte me foudroya, et je restai quelque temps sans avoir
conscience de moi-même.

Les conséquences d'un pareil événement étaient faciles à prévoir: la
faim, avec toutes ses horreurs, était en face de moi. Les débris
qu'avaient laissés les hideux convives, et qui auraient été dévorés
comme le reste, si j'étais venu seulement une heure plus tard, ne
suffiraient pas pour me soutenir pendant huit jours; qu'arriverait-il
ensuite?

Plus d'espoir! la mort était certaine, et quelle mort!

Terrifié par cette horrible perspective, je ne pris pas même les
précautions nécessaires pour empêcher les rats de remonter dans la
caisse. J'étais condamné à mourir de faim, j'en avais la certitude, à
quoi bon différer l'exécution de l'arrêt? Autant mourir tout de suite
que d'attendre la fin de la semaine. Vivre quelques jours en pensant à
un supplice inévitable, était plus affreux que la mort; et la pensée du
suicide me vint de nouveau à l'esprit.

Néanmoins elle ne me troubla qu'un instant; je me rappelais qu'à
l'époque où je l'avais eue pour la première fois, ma position était
encore plus affreuse, la mort plus imminente; que j'y avais cependant
échappé comme par miracle; et je me disais que le salut était encore
possible. Je n'en voyais pas le moyen, mais la Providence me
l'indiquerait, et en appelant toutes mes forces à mon aide je pourrais
peut-être sortir de cette épreuve. Toujours est-il que le souvenir du
passé, et les réflexions qui en découlaient, me rendirent un peu
d'espoir; c'était une lueur bien vague, bien faible assurément, mais qui
suffit à réveiller mon courage et à me tirer de mon état de prostration.
Les rats commençaient à se rapprocher de la caisse pour y continuer leur
repas, et la nécessité de leur en défendre l'accès me rendit mon
énergie.

Ils n'avaient pas touché à mes fortifications; c'était par derrière
qu'ils avaient pénétré dans le magasin, en passant sur la caisse
d'étoffe que je leur avais ouverte. Il était fort heureux qu'ils eussent
rencontré la planche que j'avais mise au fond de la boîte pour empêcher
mes vivres de tomber, car sans cela je n'aurais pas retrouvé une miette
de biscuits; mais ce n'était qu'une question de temps: dès que les rats
savaient que derrière cette planche il y avait à faire bombance, ils
n'avaient pas hésité à la ronger pour en venir aux biscuits, et nul
doute que ce ne fût avec la connaissance du contenu de la caisse et
l'intention d'en profiter, qu'ils avaient mis tant d'ardeur à pénétrer
dans ma cellule, d'où ils pouvaient d'un bond s'installer dans la boîte.

Combien je regrettais de n'avoir pas mieux protégé mon magasin! J'en
avais eu la pensée; mais je ne me figurais pas que ces maudits rongeurs
s'y introduiraient par derrière; et tant qu'ils n'entraient pas dans ma
cabine, je croyais n'avoir rien à craindre de leur voracité.

Il était trop tard pour y songer; comme tous les regrets, les miens
étaient inutiles; et poussé par l'instinct qui vous porte à prolonger
votre existence, en dépit des idées de suicide que vous avez pu
concevoir, je rangeai sur la tablette qui était dans ma cabine les
débris que les rats avaient laissés dans la caisse. Je me calfeutrai de
nouveau, et me couchai pour réfléchir à ma situation, que ce nouveau
malheur rendait plus sombre que jamais.



CHAPITRE XLIII.

À la recherche d'une autre caisse de biscuit.


Je réfléchis pendant quelques heures au déplorable état de mes affaires,
sans qu'il se présentât une idée consolante. Je tombai dans le désespoir
où m'avait plongé au début la perspective d'une mort certaine; je
calculai, sans pouvoir en détourner ma pensée, qu'il me restait tout au
plus de quoi vivre pendant dix ou douze jours, et cela, en usant de mes
débris avec une extrême avarice. J'avais déjà souffert de la faim; j'en
connaissais les tortures; et l'avenir m'effrayait d'autant plus que je
ne voyais pas comment y échapper.

L'ébranlement que produisaient chez moi ces tristes réflexions
paralysait mon esprit; je me sentais pusillanime; toutes mes idées me
fuyaient, et quand je parvenais à les réunir, c'était pour les
concentrer sur l'horrible sort, qui m'attendait, et qu'elles étaient
impuissantes à conjurer.

À la fin cependant, la réaction s'opéra; et je fis ce raisonnement bien
simple: «J'ai déjà trouvé une caisse de biscuit, on peut en découvrir
une seconde. S'il n'y en a pas à côté de la première, il est possible
qu'il y en ait dans le voisinage.» Comme je l'ai dit plus haut, c'est
d'après leur dimension, et non suivant les articles qu'ils renferment,
que les colis sont rangés dans un navire. J'en avais la preuve dans la
diversité des objets qui entouraient ma cellule; n'y avais-je pas
rencontré côte à côte, du drap, de l'eau, de biscuit et de la liqueur?
Pourquoi n'y aurait-il pas une autre caisse de biscuit derrière celle où
j'avais pris l'étoffe? Ce n'était pas impossible; et dans ma position,
la moindre chance de succès devait être accueillie avec empressement.

Aussitôt que j'eus cette pensée je retrouvai mon énergie, et ne songeai
plus qu'au moyen de découvrir ce que je cherchais.

Mon plan de campagne fut bientôt établi. Quant à la manière d'y
procéder, je n'avais pas à choisir; pour instrument je ne possédais que
mon couteau, et je n'avais d'autre parti à prendre que de m'ouvrir un
passage à travers les caisses et les balles qui me séparaient du
biscuit. Plus j'y réfléchissais, plus cette entreprise me semblait
praticable; il est bien différent d'envisager un fait au milieu des
circonstances ordinaires, ou sous l'empire d'un danger qui vous menace
de mort, quand surtout le fait en question est le seul moyen de vous
sauver. Les essais les plus téméraires paraissent alors tout naturels.

C'est de ce point de vue que j'examinais l'opération que j'allais tenter
et les efforts qu'elle exigerait. La peine, la fatigue disparaissent
d'un côté devant la perspective de mourir de faim, et de l'autre en face
de l'espoir de trouver des vivres.

«Si j'allais réussir!» me disais-je; et mon coeur bondissait. Dans tous
les cas, mieux valait employer mon temps à cette recherche libératrice,
que de me livrer au désespoir. Si mes efforts n'étaient pas récompensés,
la lutte m'épargnerait toujours les terreurs de l'agonie; du moins elle
en raccourcirait la durée, en me distrayant d'une part, et en me
laissant espérer jusqu'au dernier moment.

J'étais à genoux, mon couteau à la main, bien résolu à m'en servir avec
courage. Lame précieuse! combien j'en estimais la valeur? Je ne l'aurais
pas échangée pour tous les lingots du Pérou.

J'étais donc agenouillé; j'aurais voulu être debout que les proportions
de ma case ne me l'auraient pas permis; vous vous rappelez que le
plafond en était trop bas.

Est-ce l'attitude que j'avais alors qui m'en suggéra l'idée, je ne
saurais pas vous le dire, mais je me rappelle qu'avant de me mettre à la
besogne, j'élevai mon coeur vers Dieu, et que je lui adressai une prière
fervente; je le suppliai d'être mon guide, de soutenir mes forces, et de
me permettre le succès.

Je n'ai pas besoin d'ajouter que ma supplique fut exaucée. Comment vous
raconterais-je cette épreuve si je n'y avais pas survécu?

Mon intention était de voir d'abord ce qu'il y avait derrière la caisse
où était l'étoffe de laine. Celle qui avait contenu les biscuits étant
vide, il m'était facile de pénétrer jusque-là; on se rappelle que c'est
en passant par celle-ci que j'étais arrivé aux pièces de drap qui me
rendaient tant de services. Pour franchir la seconde caisse, il fallait
tout bonnement en enlever quelques rouleaux d'étoffe, puisqu'elle était
ouverte. Je n'avais pas besoin de mon couteau pour cette opération, je
le mis de côté, afin d'avoir les mains libres; je fourrai ma tête dans
l'ancienne caisse à biscuit, et ne tardai pas à m'y trouver tout entier.

L'instant d'après je tirais à moi les rouleaux de drap, et je
m'efforçais de les arracher de la boîte.



CHAPITRE XLIV.

Conservation des miettes.


Cette besogne me donna beaucoup plus de peine et me prit beaucoup plus
de temps que vous ne pourriez l'imaginer. Le drap avait été emballé de
manière à tenir le moins de place possible, et les rouleaux qu'il
formait se trouvaient pressés dans la boîte comme si on les y eût serrés
à la mécanique. Ceux que j'avais tirés d'abord, et qui se trouvaient en
face de l'ouverture de la caisse, étaient venus sans me donner trop de
fatigue; mais il n'en fut pas de même pour les autres, il fallut toute
ma force, et en user longtemps pour en arracher quelques-uns. Tout à
coup j'eus affaire à des pièces trop volumineuses pour passer par
l'ouverture que j'avais faite. J'en fus vivement contrarié; je ne
pouvais agrandir cette ouverture qu'avec beaucoup de travail: la
situation des deux caisses m'empêchait de faire sauter une nouvelle
planche; il fallait, pour élargir le trou, faire usage de mon couteau,
et le même motif rendait la coupe du bois extrêmement difficile.

J'eus alors une idée qui me parut excellente, mais dont les conséquences
devaient être désastreuses; ce fut de couper les liens qui attachaient
la pièce, de prendre l'étoffe par un bout, et de la faire sortir en la
déroulant. Je réussis, comme je m'y attendais, à déblayer le passage;
mais il avait fallu consacrer plus de deux heures à cette opération,
encore n'avais-je pas terminé, lorsqu'un événement des plus sérieux me
força d'interrompre mon travail. Comme je rentrais dans ma cabine, les
deux bras chargés d'étoffe, j'y trouvai quinze ou vingt rats qui avaient
profité de mon absence pour en prendre possession.

Je laissai tomber le drap que je portais, et me mis à chasser les
intrus, que je parvins à renvoyer; mais, ainsi que je l'avais auguré de
leur présence, mes quelques miettes de biscuit avaient encore diminué.
Si je n'avais pas été contraint d'apporter l'étoffe dans ma cellule, et
que j'eusse continué ma besogne jusqu'à la dernière pièce de drap, je
n'aurais plus rien trouvé.

La nouvelle part que les rats avaient prise, était peu considérable;
toutefois, dans ma position, la chose était fort grave, et je déplorai
ma négligence à l'égard de ces reliefs qui m'étaient si précieux; il
fallait au moins sauver les derniers débris qui me restaient; et les
mettant dans un morceau d'étoffe, je roulai celui-ci comme un
porte-manteau que j'attachai avec un fragment de lisière; je le plaçai
dans un coin; puis le croyant en sûreté, j'allai me remettre à
l'ouvrage.

Me traînant sur les genoux, tantôt les mains vides, tantôt chargé
d'étoffe, je ne ressemblais pas mal à une fourmi qui fait ses
provisions; et pendant quelques heures je ne fus ni moins actif ni moins
courageux que cette laborieuse créature. La chaleur était toujours
excessive, l'air ne circulait pas plus qu'autrefois dans ma cabine; la
sueur me jaillissait de tous les pores. Je m'essuyais le visage avec un
morceau de drap, et il y avait des instants où j'étais presque suffoqué.
Mais le puissant mobile qui me poussait au travail m'éperonnait
vigoureusement, et je continuai ma besogne, sans même songer à me
reposer.

Mes voisins, pendant ce temps-là, me rappelaient sans cesse leur
présence; il y avait des rats partout; dans les interstices que les
futailles laissent entre les caisses, dans les encoignures formées par
la charpente de la cale, dans toutes les crevasses, dans tous les vides.
Je les rencontrais sur ma route, et plus d'une fois je les sentis courir
sur mes jambes. Chose singulière, ils m'effrayèrent beaucoup moins
depuis que je savais que c'était pour mon biscuit, non pour moi, qu'ils
venaient dans ma cabine; cependant je ne me serais pas endormi sans
m'être d'abord protégé contre leurs attaques.

Il y avait encore un autre motif à l'indifférence relative qu'ils
m'inspiraient: la nécessité d'agir était si impérieuse, que je n'avais
pas le temps de m'abandonner à des plaintes plus ou moins chimériques;
et le danger qui me menaçait d'une mort presque certaine faisait pâlir
tous les autres.

Lorsque j'eus vidé la caisse, je me décidai à prendre un peu de repos et
à faire un léger repas. J'avais tellement soif, que je me sentais de
force à boire un demi-gallon; et comme j'étais sûr que l'eau ne me
manquerait pas, je me désaltérai complétement; le précieux liquide me
semblait avoir une douceur inaccoutumée, il surpassait l'ambroisie,
jamais nectar ne fut préférable, et quand j'eus avalé mon dernier verre,
je me sentis allègre et fort depuis la racine des cheveux jusqu'à la
plante des pieds.

«Je vais maintenant, pensais-je, m'affermir dans cet état de bien-être
en mangeant un morceau.» Mes mains s'avancèrent dans la direction du
chiffon de drap qui me servait de garde-manger, trésor d'une valeur....
Mais un cri d'effroi sortit de ma bouche: «Encore les rats!» Ces bandits
infatigables étaient revenus, avaient percé l'étoffe et dévoré une
nouvelle part de ma réserve; il avait disparu de mon reliquat au moins
une livre de biscuit, et cela en quelques minutes. J'étais venu dans ce
coin-là un instant auparavant; j'avais touché le précieux ballot, et ne
m'étais aperçu de rien.

Cette découverte fut accablante; je ne pouvais pas m'éloigner de mes
provisions sans m'attendre à ne plus rien trouver ensuite.

Depuis que je les avais retirés de la caisse, mes reliefs de biscuits
étaient diminués de moitié; j'en avais alors pour dix jours, douze au
plus, en comptant la chapelure que j'avais soigneusement recueillie; il
n'y en avait pas assez maintenant pour aller au bout de la semaine.

Ma position devenait de plus en plus critique; néanmoins, je ne cédai
pas au désespoir; plus le terme fatal se rapprochait, plus il fallait se
hâter de découvrir d'autres vivres; et je me remis à travailler avec un
redoublement d'ardeur.

Quant au moyen de conserver le peu de débris que j'avais encore, il n'y
en avait pas d'autre que de les prendre avec moi, et de ne pas les
quitter d'un instant. J'aurais pu augmenter l'épaisseur de l'enveloppe,
en multipliant les tours d'étoffe; à quoi bon? les rats seraient
toujours parvenus à la ronger, ils y auraient mis plus de temps; mais en
fin de compte le résultat aurait été le même.

Je fermai le trou qu'ils venaient de faire, et je déposai mon ballot de
miettes dans la caisse ou je travaillais, avec la détermination de le
défendre envers et contre tous. Je le plaçai entre mes genoux, et bien
certain que les rats n'y toucheraient plus, je me disposai à défoncer la
boîte aux étoffes, à ouvrir celle qui se trouvait derrière, et à en
examiner le contenu.



CHAPITRE XLV.

Nouvelle mesure.


Je voulus d'abord détacher les planches, en les repoussant avec la main,
je n'y parvins pas. Je me couchai sur le dos, et me servant de mes
talons en guise de maillet, je frappai à coups redoublés, mais sans être
plus heureux. J'avais mis mes bottines pour avoir plus de force; et
cependant après avoir cogné longtemps il fallut y renoncer. J'attribuai
cette résistance à la solidité des clous; mais je vis plus tard qu'on ne
s'en était pas rapporté à la longueur des pointes, et que le fond de la
caisse était protégé par des bandes de fer dont tous mes efforts ne
pouvaient triompher. Coups de poing et coups de pied devaient donc être
inutiles. Lorsque j'en eus la certitude, je me décidai à reprendre mon
couteau.

J'avais l'intention de couper l'une des planches à l'un de ses bouts, de
manière à la détacher en cognant dessus, et à n'avoir pas besoin de la
trancher en deux endroits.

Le bois n'était pas dur, c'était simplement du sapin; et je l'aurais
facilement coupé, même en travers, si j'avais été dans une meilleure
position. Mais j'étais pressé de toutes parts, gêné dans tous mes
mouvements; outre la fatigue et le peu de force que j'avais dans une
pareille attitude, le pouce de ma main droite, que le rat avait mordu,
me faisait toujours beaucoup de mal. L'inquiétude la frayeur et
l'insomnie m'avaient donné la fièvre, et ma blessure, au lieu de guérir,
s'était vivement enflammée: d'autant plus que j'avais été condamné à un
travail perpétuel pour me défendre, et que ne sachant pas me servir de
la main gauche, il avait fallu employer la main malade, en dépit de la
douleur.

Il en résulta que je mis un temps énorme à couper une planche de
vingt-cinq centimètres de largeur sur deux et demi d'épaisseur. Je finis
cependant par réussir, et j'eus la satisfaction, en m'appuyant contre
cette planche, de sentir qu'elle cédait sous mes efforts.

Il ne faut pas croire cependant que mon succès fut décisif. Comme cela
m'était arrivé en défonçant la caisse de biscuit, je me heurtai cette
fois contre un obstacle qui ne me permettait de donner à mon ouverture
qu'un écartement de deux ou trois pouces. Était-ce une barrique, ou une
autre caisse? je ne pouvais pas le savoir; toujours est-il que je
m'attendais à cette déconvenue, et que je poursuivis mon oeuvre sans m'y
arrêter. On s'imagine combien il fallut pousser, tirer, secouer dans
tous les sens pour détacher cette planche des liens de fer qui la
retenaient à ses voisines.

Avant de venir à bout, je savais quel était l'objet contre lequel mes
efforts allaient se briser. J'avais passé la main dans l'ouverture que
j'obtenais en appuyant sur ma planche, et mes doigts, hélas! avaient
rencontré une nouvelle caisse, pareille à celle où je m'escrimais;
c'était le même bois, la même taille, sans doute la même épaisseur, les
mêmes liens de fer et le même contenu.

Cette découverte me désolait: Qu'avais-je besoin d'ouvrir cette caisse
d'étoffe? Mais était-ce bien du drap? il fallait s'en assurer. Je
recommençai le même travail, qui me donna bien plus de peine que la fois
précédente: les difficultés se compliquaient, la position était plus
mauvaise; et je travaillais avec moins d'ardeur, n'ayant plus guère
d'espoir. Dès que mon couteau fut entré dans le sapin, et l'eut
traversé, dans toute son épaisseur, je sentis quelque chose de moelleux
qui fuyait devant l'acier, et dont la souplesse indiquait la nature.
C'était perdre son temps que d'aller plus loin; mais j'obéissais malgré
moi au besoin d'acquérir une preuve matérielle de ce que mon esprit ne
révoquait pas en doute, et je poursuivis ma tâche sous l'influence d'une
curiosité pour ainsi dire physique.

Le résultat fut celui que j'attendais: c'était bien du lainage qui se
trouvait dans la caisse.

Mon couteau m'échappa; et vaincu par la fatigue, accablé par le chagrin,
je tombai à la renverse, dans un état d'insensibilité presque absolue.

Cette léthargie se prolongea quelque temps; je ne sais pas au juste
quelle en fut la durée; mais j'en fus tiré tout à coup par une douleur
subite, pareille à celle que m'aurait causée une aiguille rougie, ou le
tranchant d'un canif qui se serait enfoncé dans l'un de mes doigts.

Je me levai en secouant brusquement la main, persuadé que j'avais saisi
mon couteau par la lame, car je me rappelai qu'il était resté ouvert en
tombant.

Mais quand je fus réveillé tout à fait, je compris que ce n'était pas le
tranchant de l'acier qui m'avait causé cette douleur; à la sensation
toute particulière qui accompagnait ma blessure, je reconnaissais qu'un
rat m'avait mordu.

Mon engourdissement léthargique fut bientôt dissipé, et je retrouvai
toutes mes terreurs; cette fois l'attaque m'était bien personnelle, et
avait eu lieu _sans provocation aucune_. Au brusque mouvement que
j'avais fait, l'agresseur s'était sauvé; mais il reviendrait, cela ne
faisait pas le moindre doute.

Plus de sommeil; il fallait se mettre sur ses gardes, et recommencer la
lutte. Bien que l'espoir de sortir de mon cachot fût bien faible à
présent, je me révoltais à la seule pensée d'être dévoré tout vif; je
devais mourir de faim, c'était affreux; mais cela m'effrayait moins que
d'être mangé par les rats.

La caisse où je me trouvais alors était assez grande pour que je pusse y
dormir, et j'avais un tel besoin de repos que je fus obligé de faire un
grand effort pour la quitter. Mais l'intérieur de ma cabine était plus
sûr, je pouvais m'y barricader plus aisément, et j'y avais moins à
craindre mes odieux adversaires. Je ramassai mon couteau, le paquet où
était mon biscuit, et je retournai dans ma cellule.

Elle était devenue bien étroite, j'avais été contraint d'y placer
l'étoffe qui se trouvait dans la caisse, et j'eus de la peine à m'y
loger avec mes miettes. Ce n'était plus une cabine, c'était un nid.

Les pièces de drap, empilées contre les tonnes d'eau et de liqueur, me
défendaient parfaitement de ce côté; il ne restait plus qu'à fortifier
l'autre bout comme il l'était auparavant. La chose faite, je mangeai
l'une de mes parcelles de biscuit, je l'arrosai de libations copieuses,
et je cherchai le repos d'esprit et de corps qui m'était si nécessaire.



CHAPITRE XLVI.

Une balle de linge.


Mon sommeil ne fut ni profond ni agréable; aux terreurs de l'avenir se
joignaient les souffrances du présent; j'étouffais dans ma cabine, et
l'oppression, causée par le manque d'air, augmentait les atrocités de
mon cauchemar. Il fallut néanmoins se contenter de cet assoupissement, à
la fois court et pénible.

À mon réveil, je fis l'ombre d'un repas, qui ne méritait guère de
s'appeler déjeuner, car le jeûne n'en persista pas moins. Mais si la
chère était rare, j'avais l'eau à discrétion, et j'en profitai
largement; le feu était dans mes veines, et ma tête me semblait
embrasée.

Tout cela ne m'empêcha pas de retourner à l'ouvrage. Si deux caisses ne
renfermaient que du drap, il ne s'ensuivait pas que toute la cargaison
fût de même nature, et je résolus de persévérer dans mes recherches.
Toutefois, il me parut prudent de suivre une autre direction: les deux
caisses d'étoffe se trouvaient exactement l'une devant l'autre, il était
possible qu'une troisième fût placée derrière la seconde. Mais il
n'était pas nécessaire de continuer en ligne droite; je pouvais
traverser l'une des parois latérales, et me frayer un passage de côté,
au lieu de sortir par le fond même de la caisse.

Emportant donc mon pain, comme j'avais fait la veille, je me remis à la
besogne avec un nouvel espoir; et après un rude labeur, que le peu
d'emplacement, la fatigue précédente, les blessures de ma pauvre main
rendaient excessivement pénible, je parvins à détacher le bout du colis.

Quelque chose se trouvait derrière; c'était tout naturel, mais cela ne
résonnait pas sous le choc. Ce fait me rendit un peu de courage: ce
n'était pas une caisse de drap. Lorsque la planche fut assez écartée
pour y passer la main, je fourrai mes doigts par l'ouverture; ils
rencontrèrent de la grosse toile d'emballage; que pouvait-elle
recouvrir?

Je n'en sus rien, tant que je n'eus pas ouvert un coin de ce ballot, et
mis à nu ce qu'il renfermait. Je le fis avec ardeur, et ce fut une
nouvelle déception. Le ballot contenait de la toile fine, roulée comme
le drap, mais tellement serrée, que, malgré tous mes efforts, il me fut
impossible d'en arracher une seule pièce.

Je regrettais maintenant que ce ne fût pas une caisse de drap; avec de
la patience, j'aurais pu la vider et la franchir; mais je ne pouvais
rien contre ce bloc de toile, aussi dur que le marbre, qui ne se
laissait ni entamer ni mouvoir; la trancher avec mon couteau, c'était le
travail de plus de huit jours, et mes provisions ne dureraient pas
jusque-là.

Je restai quelque temps inactif, me demandant ce que j'allais faire.
Mais les minutes étaient trop précieuses pour les employer à réfléchir;
l'action seule pouvait me sauver, et je fus bientôt remis à l'oeuvre.

J'avais résolu de vider la seconde caisse de draperie, de la défoncer,
et de voir ce qu'il y avait derrière elle.

La boîte était ouverte, il ne fallait qu'en retirer l'étoffe. Par
malheur c'était le bout des pièces qui était tourné vers moi, et je crus
un instant que j'échouerais dans mon entreprise. Néanmoins, à force de
tirer, d'ébranler, de secouer ces rouleaux qui se présentaient de
profil, je parvins à en arracher deux, et les autres suivirent plus
facilement.

Comme dans la caisse précédente, je trouvai au fond de celle-ci des
pièces plus volumineuses que les premières, et qui ne pouvaient plus
sortir par le trou du couvercle. Pour m'éviter la peine d'agrandir
l'ouverture, j'adoptai le moyen qui m'avait déjà servi: je déroulai mon
étoffe comme j'avais fait la première fois.

Cela me parut d'abord facile. Je me félicitai de mon expédient; mais il
fut bientôt la cause d'un embarras que j'aurais dû prévoir, et qui vint
singulièrement compliquer mes ennuis.

Mon travail se ralentissait peu à peu; il devenait pénible, et cependant
l'étoffe se déroulait avec d'autant plus de facilité que la caisse était
moins pleine. Il fallut enfin m'arrêter; je fus quelque temps sans
deviner à quel obstacle j'avais affaire; un instant de réflexion me fit
tout comprendre.

Il était évident que je ne pouvais plus rien retirer de la caisse avant
d'avoir ôté l'étoffe que j'avais accumulée derrière moi.

Comment faire pour me désencombrer? Je ne pouvais pas détruire cette
masse de drap, y mettre le feu, ni la diminuer; je l'avais déjà foulée
de toutes mes forces, et il n'y avait pas moyen de la presser davantage.

Je m'apercevais maintenant de l'imprudence que j'avais commise en
déployant l'étoffe, j'en avais augmenté le volume, et il n'était pas
moins impossible de la replacer dans la caisse que de la retirer de
l'endroit qu'elle occupait. Elle gisait en flots serrés jusque dans ma
cabine, qu'elle remplissait tout entière; je n'aurais pas même pu la
replier, car l'espace me manquait pour me mouvoir; et je me sentis
gagner par l'abattement.

«Oh! non, pensai-je, il ne sera pas dit que je me serai découragé, tant
qu'il me restera à faire un dernier effort. En gagnant seulement assez
de place pour sortir une dernière pièce, je pourrai traverser la
caisse.» L'espérance était encore au fond de la botte. Si après cela je
ne rencontrais que de la toile ou du lainage, il serait temps de
m'abandonner à mon sort.

Tant qu'il y a de la vie, on ne doit pas désespérer; et soutenu par
cette idée consolante, je me remis à la tache avec une nouvelle ardeur.

Je trouvai le moyen déplacer deux autres pièces de drap; la caisse était
à peu près vide; je finis par m'y introduire, et, prenant mon couteau,
je me disposai à m'ouvrir un passage.

Il me fallait, cette fois, couper la planche au milieu, car l'étoffe
m'en cachait les deux extrémités. Cela faisait peu de différence;
l'ouverture que je pratiquai ne m'en suffit pas moins pour atteindre mon
but: c'est-à-dire qu'elle me permit d'y fourrer la main, et de
reconnaître ce dont la planche me séparait. Triste résultat de mes
efforts: c'était un second ballot de toile.

Je serais tombé si le fait avait été possible; mais j'étais pressé de
toute part, et ne pus que m'affaisser sur moi-même, n'ayant plus ni
force ni courage.



CHAPITRE XLVII.

Excelsior!


Ce fut encore la faim qui me tira de ma torpeur; l'estomac réclamait sa
nourriture quotidienne, il fallait lui obéir. J'aurais pu manger sans
bouger de place, ayant mon biscuit avec moi; mais la soif m'obligeait à
retourner dans ma cabine. C'était là que se trouvait ma cave, s'il
importait peu que je fusse ailleurs, soit pour manger, soit pour dormir,
j'étais contraint pour boire d'aller retrouver mon tonneau.

Ce n'était pas une chose facile que de rentrer dans ma case; il fallait
déranger cette masse d'étoffe qui s'élevait comme un mur entre elle et
moi. Je devais le faire avec soin pour ménager la place; autrement je
refoulais cette masse de laine dans la cabine, et je ne pouvais pas
pénétrer jusqu'au fond.

Il me fallut beaucoup de temps pour gagner la futaille. Enfin j'y
arrivai; et lorsque ma soif fut apaisée, ma tête s'inclina, puis je
m'endormis, soutenu par le monceau d'étoffe qui se trouvait derrière
moi.

J'avais eu soin de fermer la porte aux rats; et cette fois rien ne
troubla mon sommeil.

Le matin, c'est-à-dire quand je m'éveillai; cela pouvait être le soir
aussi bien que le milieu du jour, car je n'avais pas remonté ma montre;
mes habitudes étaient détruites, et je ne savais plus rien des heures.
Enfin, à mon réveil, je mangeai quelques miettes et bus énormément;
j'étais désaltéré, mais l'estomac criait famine; j'aurais avalé sans
peine ce qui me restait de biscuit, et j'eus besoin d'un courage extrême
pour m'arrêter au début; il fallut me dire que ce serait mon dernier
repas; sans la crainte de la mort je n'aurais pas eu la force de
supporter cette abstinence.

Après avoir fait ce très-maigre déjeuner, l'estomac rempli d'eau, et le
découragement au coeur, je retournai dans ma caisse avec l'intention de
faire de nouvelles recherches. Ma faiblesse était grande, les côtes me
perçaient la peau, et c'est tout ce que je pus faire que de remuer les
pièces de drap pour me frayer un passage.

L'un des bouts de la caisse s'appuyait aux flancs du navire, je n'avais
donc pas à m'en occuper; mais celui qui était en face regardait
l'intérieur de la cale, et ce fut de ce côté-là que je poussai mes
travaux.

Il est inutile de vous les raconter; l'opération fut la même que les
trois précédentes; elle dura plus longtemps et me conduisit au même
résultat. Je ne pouvais plus avancer, ni dans un sens, ni dans l'autre;
le drap et la toile me bloquaient de toute part, nul moyen de me
soustraire à mon sort, et cette conclusion me replongea dans la stupeur.

Mais ce nouvel accès de désespoir fut bientôt dissipé. J'avais lu un
récit palpitant où était racontée la lutte héroïque d'un petit garçon
qui, enseveli sous des ruines, avait fini par triompher de tous les
obstacles, et littéralement vaincu la mort. Je me rappelais qu'il avait
pris pour devise un mot latin qui voulait dire: «Plus haut, toujours
plus haut!»

Ce fut un trait de lumière: «Plus haut! pensai-je; mais c'est là que je
dois aller.» En suivant cette direction, je pouvais trouver un aliment
quelconque; d'ailleurs je n'avais pas à choisir: c'était la seule voie
qui me fût ouverte.

Une minute après j'étais couché sur un échafaudage de drap, et cherchant
l'un des interstices que les planches laissaient entre elles, j'y
fourrais mon couteau. Dès que l'entaille me parut assez grande, je
saisis la planche à deux mains et l'attirai vers moi; elle céda....
Juste ciel! ne devais-je rencontrer que déception sur déception?

Hélas! j'en acquérais la preuve; ces balles de toile, ces monceaux
d'étoffe qui m'opposaient leur masse impénétrable, ou leurs plis
moelleux, me répondaient affirmativement.

Il me restait la première caisse, où j'avais trouvé du drap, et celle où
avaient été les biscuits. La partie supérieure en était encore intacte;
je ne savais pas ce qu'il y avait au dessus d'elles; et cette ignorance
me permettait d'espérer.

Je m'ouvris ces deux issues avec courage, mais sans être plus heureux:
la première me fit trouver une caisse de drap, la seconde un ballot de
toile.

«Seigneur! m'avez-vous abandonné?» m'écriai-je avec désespoir.



CHAPITRE XLVIII.

Un torrent d'eau-de-vie.


L'excès de fatigue avait amené le sommeil, je dormis longtemps, et me
réveillai beaucoup plus fort que je ne l'avais été depuis quelques
jours. Singulière chose! maintenant qu'il n'y avait plus d'espoir, le
courage m'était revenu. Il semblait qu'une influence surnaturelle eût
rendu à mon esprit toute sa vigueur. Était-ce une inspiration divine qui
m'engageait à persévérer? Malgré l'amertume de mes déceptions, j'avais
supporté le malheur sans murmurer, et ne m'étais pas révolté contre
Dieu.

Je priai de nouveau le Seigneur de bénir mes efforts, et me confiai en
sa miséricorde. Je suis persuadé que c'est à ce sentiment que je dois ma
délivrance; car c'est lui qui m'empêcha de me livrer au désespoir, et
qui me donna la force de poursuivre ma tâche. J'avais donc l'esprit plus
léger, sans pouvoir l'attribuer à autre chose qu'à une influence
céleste. Rien n'était changé autour de moi, si ce n'est que ma faim
était plus vive, et mon espérance moins fondée.

Je ne pouvais pas pénétrer au delà de cette nouvelle caisse d'étoffe,
puisque je n'avais pas de place pour en loger le contenu. Il y avait
bien encore deux directions que je n'avais pas tenté de prendre: l'une
était fermée par la futaille d'eau douce, l'autre conduisait aux flancs
du navire. Pouvais-je traverser ma barrique sans perdre l'eau qu'elle
renfermait? J'eus un instant la pensée d'y faire un trou dans la partie
supérieure, de me hisser par ce trou, et d'en faire un second de l'autre
côté; mais j'abandonnai ce projet avant de l'avoir terminé: une
ouverture assez grande pour que je pusse m'y introduire causerait la
perte du liquide; un coup de mer, une brise un peu plus forte, qui
augmenterait le roulis, répandrait toute ma boisson.

Je renonçai d'autant plus vite à cette folle idée, qu'elle m'en suggéra
une autre beaucoup plus avantageuse: c'était de traverser la pipe
d'eau-de-vie; elle était placée de manière à rendre l'opération moins
difficile, et je me souciais fort peu de la perte de sa liqueur.
Peut-être y avait-il derrière elle une provision de biscuit; rien ne le
prouvait; mais ce n'était pas impossible, et le doute c'est encore de
l'espoir.

Couper en travers les douelles de chêne qui formaient le fond de la
barrique, c'était bien autre chose que de trancher le sapin d'un
emballage; et mon couteau n'avançait guère. Toutefois, j'y avais déjà
fait une incision, lorsque j'étais à la recherche d'une seconde pipe
d'eau douce, et passant ma lame dans cette première entaille, je
continuai celle-ci jusqu'à ce que la planche fût entièrement coupée; je
me mis alors sur le dos, je m'arc-boutai contre l'étoffe qui remplissait
ma cellule, en appliquant le talon de ma bottine à la douelle, je m'en
servis comme d'un bélier pour enfoncer le tonneau. La besogne était
rude, et la planche de chêne fit une longue résistance; à force de
cogner, je parvins cependant à briser l'un de ses joints; elle céda, et,
redoublant de vigueur, je finis par la repousser dans la futaille.

Le résultat immédiat de cette prouesse fut un jet d'eau-de-vie qui
m'inonda. La nappe était si volumineuse qu'avant que je fusse debout, la
liqueur ruisselait autour de moi, et je craignis d'être noyé. Il m'était
sauté de l'eau-de-vie dans la gorge et dans les yeux; j'en étais
aveuglé, je fus pris d'une toux convulsive, et d'éternuments qui
menaçaient de ne pas finir.

Je ne me sentais pas d'humeur à plaisanter; et cependant je pensai
malgré moi au duc de Clarence, et au singulier genre de mort qu'il avait
été choisir, en demandant qu'on le noyât dans un tonneau de Malvoisie.

Quant à moi, le flot qui me menaçait disparut presque aussi vite qu'il
avait monté; il y avait plus d'espace qu'il ne lui en fallait sous la
cale, et au bout de quinze à vingt secondes il avait été rejoindre l'eau
de mer qui gargouillait sous mes pieds. Sans l'état de mes habits, qui
étaient trempés, et l'odeur qui remplissait ma case, on ne se serait pas
douté de l'inondation; mais cette odeur était si forte qu'elle
m'empêchait de respirer.

Le mouvement du navire, en secouant la futaille, eut bientôt vidé cette
dernière, et dix minutes après l'irruption du spiritueux, il n'en
restait pas une pinte dans la barrique.

Mais je n'avais pas attendu jusque-là; l'ouverture que j'avais pratiquée
suffisait pour que je pusse m'y introduire,--il n'y avait pas besoin
qu'elle fût bien grande pour cela,--et aussitôt que mon accès de toux
avait été calmé, je m'étais glissé dans la barrique.

Je cherchai la bonde, afin d'y passer mon couteau; quelle que fût sa
dimension, c'était autant de besogne faite, et il est plus facile de
continuer à couper une planche que d'y faire la première entaille. Je
trouvai l'ouverture que je cherchais, non pas à l'endroit que je
supposais qu'elle devait être, mais sur le côté de la barrique, et juste
à un point convenable.

J'avais fait sauter le bondon, et je travaillais avec ardeur. Mes forces
me paraissaient décuplées, c'était merveilleux; quelques minutes avant
j'étais fatigué, et maintenant je me sentais capable de défoncer le
tonneau, sans en couper les douelles.

Était-ce le bien-être que j'éprouvais de cette vigueur, ou la
satisfaction qu'elle me donnait? Mais j'étais plein de gaieté, moi qui
ne la connaissais plus; on aurait dit qu'au lieu de faire une besogne
pénible, je me livrais au plaisir; et je ne me souciais pas mal du
succès de l'entreprise.

Je me rappelle que je sifflais en travaillant, et que je me mis à
chanter comme un pinson. Plus d'idées noires; celle de la mort était à
cent lieues; tout ce que j'avais souffert me paraissait un rêve; je ne
savais plus que j'avais besoin de manger; la faim était partie avec le
souvenir de mes douleurs.

Tout à coup je fus pris d'une soif violente; je me souviens d'avoir fait
un effort pour aller boire. Je parvins à sortir de la futaille, j'en ai
la certitude; mais je ne sais pas si j'ai bu; à compter du moment où
j'ai quitté mon travail, je ne me rappelle plus rien, si ce n'est que je
tombai dans un état d'insensibilité voisin de la mort.



CHAPITRE XLIX

Nouveau danger.


Pas un rêve ne troubla cette profonde léthargie qui dura quelques
heures. Mais quand je revins à moi, je me trouvai sous l'influence d'une
crainte indéfinissable; j'éprouvais une sensation étrange; comme si,
lancé dans l'espace, j'avais flotté dans l'atmosphère, ou que je fusse
tombé d'une étoile, et que, ne pouvant trouver un point d'appui, ma
chute se continuât toujours. Cette hallucination, des plus désagréables,
me causait le vertige et me saisissait d'épouvante.

Elle devint moins pénible à mesure que je repris mes sens, et finit par
se dissiper tout à fait dès que je fus complétement réveillé. Mais il me
resta une affreuse douleur de tête, et des nausées qui menaçaient de me
faire vomir. Ce n'était pas la mer qui me faisait mal; j'y étais
maintenant habitué; je supportais, sans m'en apercevoir, le roulis
ordinaire du vaisseau.

Était-ce la fièvre qui m'avait saisi brusquement, ou m'étais-je évanoui
par défaillance? Mais j'avais éprouvé l'un et l'autre, et cela ne
ressemblait en rien à la sensation qui me dominait.

Je me demandais, sans pouvoir me répondre, ce qui avait pu me mettre
dans un pareil état, lorsque la vérité se révéla tout à coup.

N'allez pas croire que j'avais bu de l'eau-de-vie; je n'y avais même pas
goûté. Il était possible qu'il m'en fût entré dans la bouche au moment
où elle avait jailli de la futaille; mais cette quantité n'aurait pas
suffi pour m'enivrer, quand même il se fut agi d'une liqueur beaucoup
plus pure que celle dont il est question. Ce n'était pas cela qui
m'avait grisé; qu'est-ce que cela pouvait être? Je n'avais jamais
ressenti de pareils symptômes; mais je les avais remarqués chez les
autres, et j'étais bien certain d'avoir éprouvé tous les phénomènes de
l'ivresse.

J'y réfléchis quelque temps, et le mystère se dévoila: ce n'était pas
l'eau-de-vie elle-même qui m'avait enivré, c'en était l'émanation.

Avant de me mettre à la besogne, je me rappelais avoir non-seulement
beaucoup éternué, mais senti quelque chose d'inexprimable, un revirement
subit dans toutes mes pensées, une transformation de tout mon être, qui
fut bien autrement sensible quand j'entrai dans la futaille.

Je crus d'abord que j'allais suffoquer; puis je m'y accoutumai
graduellement, et cette sensation nouvelle me parut agréable. Je ne
m'étonnais plus d'avoir été si fort et si joyeux.

En me rappelant tous les détails de ce singulier épisode, je compris le
service que la soif m'avait rendu, et je me félicitai de lui avoir obéi.
Ainsi que je l'ai dit plus haut, je ne savais pas si je m'étais
désaltéré; je n'avais aucun souvenir de m'être approché de ma fontaine,
surtout d'y avoir puisé. Je ne crois pas avoir été jusque-là; si j'avais
ôté le fausset, il est probable que je n'aurais pas su le remettre, et
la futaille se serait vidée, tout au moins jusqu'au niveau de
l'ouverture, ce qui, grâces à Dieu, n'était pas arrivé. Je n'avais donc
point à regretter d'avoir eu soif; bien au contraire, sans cela je
serais resté dans la pipe d'eau-de-vie; mon ivresse eût été d'autant
plus grande; et selon toute probabilité, la mort en aurait été la
conséquence.

Était-ce à un effet du hasard que je devais mon salut? J'y voulus voir
un fait providentiel; et si la prière peut exprimer la gratitude, la
mienne porta au Seigneur l'élan de ma reconnaissance.

J'ignorais donc si j'avais été boire. Dans tous les cas ma soif était
ardente, et l'eau que j'avais prise m'avait peu profité; je cherchai
bien vite ma tasse, et ne la remis sur la tablette qu'après avoir bu au
moins deux quartes.

Le mal de coeur disparut, et les fumées, qui obscurcissaient mon esprit,
s'évanouirent sous l'influence de cette libation copieuse. Mais avec la
possession de moi-même revint le sentiment des périls dont j'étais
environné.

Mon premier mouvement fut de reprendre ma besogne au point où je l'avais
interrompue; mais aurais-je la force de la poursuivre? Qu'arriverait-il
si je retombais dans le même état, si la torpeur me gagnait avant que je
pusse sortir de la futaille, si je manquais de présence d'esprit, ou de
courage pour le faire?

Peut-être pourrais-je travailler quelque temps sans éprouver d'ivresse,
et m'éloigner aussitôt que j'en ressentirais l'effet. Peut-être; mais
s'il en était autrement? si j'étais foudroyé par ces effluves
alcooliques? Savais-je combien de temps je leur avais résisté? je le
cherchai dans ma mémoire, et ne pus pas m'en souvenir.

Je me rappelais comment l'étrange influence s'était emparée de moi, la
douceur que je lui avais trouvée, la force qu'elle m'avait prêtée un
instant, l'agréable vertige où elle m'avait plongé, la gaieté qu'elle
m'avait rendue, en face de la plus horrible des situations; mais je ne
savais pas la durée de ce moment d'oubli, qui me paraissait un songe.

Que tout cela vint à se renouveler, moins la circonstance favorable à
laquelle je devais mon salut; qu'au lieu de sortir pour aller boire, je
m'évanouisse dans la futaille, et le dénoûment était facile à prédire.
Je pouvais cette fois ne pas avoir soif, ou ne pas l'éprouver d'une
manière assez violente pour triompher de l'engourdissement qui m'aurait
saisi. Bref, l'entreprise était si chanceuse que je n'osai pas
m'aventurer.

Cependant il le fallait, sous peine de m'éteindre à la place où j'étais
alors. Mourir pour mourir, il valait cent fois mieux ne pas se réveiller
de son ivresse, que d'avoir à supporter les horreurs de la faim.

Cette réflexion me rendit toute mon audace. Il n'y avait pas à hésiter;
je fis une nouvelle prière, et me glissai dans la pipe où avait été
l'eau-de-vie.



CHAPITRE L.

Où est mon couteau?


En entrant dans le futaille, j'y cherchai mon couteau; je ne savais plus
quand je l'avais quitté, ni à quel endroit je l'avais mis. Avant de
m'introduire dans la barrique, je l'avais cherché dans ma cabine; et ne
l'ayant pas trouvé, je pensai qu'il était resté dans le tonneau; mais
j'avais beau tâter partout, mes doigts ne rencontraient rien.

Cela commençait à m'alarmer; si j'avais perdu mon outil, il ne me
restait aucun espoir. Où mon couteau pouvait-il être? Est-ce que les
rats l'avaient emporté?

Je sortis de la futaille, et fis de nouvelles recherches; elles ne
furent pas plus fructueuses. Je rentrai dans la barrique, et en explorai
de nouveau toutes les parties, du moins celle où mon couteau pouvait se
trouver, c'est-à-dire le fond de la pipe.

J'allais sortir une seconde fois, quand l'idée me vint d'examiner la
bonde; c'était là que je travaillais, lorsque j'avais eu soif, et il
était possible que j'y eusse laissé mon couteau; il s'y trouvait
effectivement, la lame enfoncée dans la douelle que j'étais en train de
couper.

Il vous est plus facile de vous figurer ma joie qu'à moi de vous la
dépeindre; mes forces et mon courage s'augmentèrent de cet incident; et
sans perdre une minute je me remis à la besogne. Mais, à force de
servir, mon couteau s'était émoussé; il avait plus d'une brèche, et mes
progrès étaient bien lents à travers cette planche de chêne, qui me
semblait dure comme la pierre. Il y avait un quart d'heure que je
travaillais de toutes mes forces; à peine avais-je prolongé mon entaille
de trois millimètres, et je commençais à me dire que je ne couperais pas
toute la douelle.

L'étrange influence se faisait de nouveau sentir; je m'en aperçus alors.
J'en connaissais le péril, et cependant je m'y serais abandonné sans
peur, car l'insouciance est l'un des effets de l'ivresse. Néanmoins, je
m'étais promis de sortir du tonneau dès les premiers symptômes de
vertige, quelque pénible que cela pût être, et j'en eus heureusement la
force. Quelques minutes de plus, je perdais connaissance dans la
futaille, ce qui aurait été le prélude de mon dernier sommeil.

Toutefois, lorsque les premières atteintes de l'ivresse se dissipèrent,
j'en vins presque à regretter de leur survivre: à quoi bon prolonger la
lutte? Je ne pouvais séjourner dans la futaille qu'un instant, n'y
rentrer qu'après un long intervalle; le bois était dur, mon outil ne
coupait plus; combien de jours me faudrait-il pour pratiquer une
ouverture suffisante? et les heures m'étaient comptées?

Si j'avais pu m'ouvrir cette futaille, espérer de la franchir, le
courage ne m'aurait pas abandonné; mais c'était impossible; et quand j'y
serais parvenu, j'avais dix chances contre une d'arriver à autre chose
qu'à un aliment quelconque.

Le seul bénéfice que m'eût donné la peine que j'avais prise à l'égard de
cette futaille, c'est qu'en la défonçant j'avais gagné de l'espace. Quel
dommage de ne pas pouvoir la traverser! En supposant qu'il y eût
au-dessus d'elle une caisse d'étoffe, j'aurais pu vider celle ci comme
j'avais fait la première, et m'avancer d'un degré.

Cette réflexion, qui me paraissait oiseuse, et que je faisais en
désespoir de cause, me fit envisager la situation sous un nouvel aspect:
m'avancer d'un degré; c'est à cela que tous mes efforts devaient tendre.
Au lieu de m'escrimer inutilement contre ces douelles de chêne, pourquoi
ne pas traverser les caisses de sapin, dont le bois ne m'opposait qu'un
faible obstacle, les déblayer successivement, gravir de l'une à l'autre,
et arriver sur le pont?

L'idée était neuve. Si étrange que cela paraisse, elle ne m'avait point
encore frappé; je ne puis expliquer le fait que par le trouble où
j'étais depuis longtemps.

Il devait y avoir au-dessus de ma tête bien des colis entassés les uns
sur les autres; la cale en était pleine, et je me trouvais presque au
fond. L'arrimage avait continué pendant deux jours, à dater du moment où
je m'étais glissé dans le vaisseau; toute la cargaison était donc
au-dessus du vide qui m'avait permis de descendre. Peut-être y avait-il
dix ou douze caisses à franchir avant d'arriver à la dernière? «Eh bien!
me dis-je, il suffirait d'en traverser une par vingt-quatre heures pour
gagner le faîte en dix jours.

«Quelle bonne idée, si elle m'était venue plus tôt! j'aurais eu le temps
de la mettre à exécution; mais il est trop tard. Si je l'avais eue tout
d'abord, quand la caisse était pleine de biscuit, je serais sauvé
actuellement.» Et des regrets amers se joignaient à mon désespoir.

Impossible néanmoins de renoncer à cette idée: c'était la vie, la
liberté, la lumière. J'y songeais malgré moi; et n'écoutant pas mes
regrets, j'envisageai le nouveau plan qui s'offrait à mon esprit.

Des vivres pour quelques jours, et le succès était certain! mais ils me
manquaient d'une manière absolue; je n'aurais pas escaladé le premier
échelon qu'il faudrait mourir sur la brèche, faute d'un peu de
nourriture.

Les idées s'enchaînent, et cette dernière pensée en fit naître une
excellente, bien qu'elle puisse paraître odieuse à ceux qui ne meurent
pas d'inanition. Mais la faim simplifie énormément le menu d'un repas,
et triomphe de toutes les répugnances. Quand il a bien jeûné, l'estomac
n'a plus de délicatesse; et le mien avait perdu tous ses scrupules. Je
le sentais capable de tout; pourvu qu'il mangeât, peu lui importait
l'aliment; et je vous assure qu'il trouva parfaite l'idée que je vais
vous dire.



CHAPITRE LI.

Souricière.


Il y a longtemps que je ne vous ai parlé de mes rats; mais il ne faut
pas croire qu'ils m'eussent abandonné. Ils rôdaient toujours dans mon
voisinage, et ne se montraient ni moins actifs ni moins bruyants; j'ai
la certitude qu'ils seraient tombés sur moi s'ils en avaient eu le
moyen.

Je ne bougeais pas, sans d'abord me fortifier contre leurs attaques, en
fermant avec soin les moindres issues de l'endroit où je me trouvais.
Malgré cela je les entendais continuellement; et deux ou trois fois, en
réparant mes murailles, j'avais été de nouveau mordu par cette maudite
engeance.

Cette parenthèse vous fait deviner quel était mon projet. N'était-il pas
bien simple? je m'étais dit qu'au lieu de me laisser dévorer par les
rats, je ferais bien mieux de les manger.

«Quelle horreur!» vous écrierez-vous.

Quant à moi, je n'éprouvais aucune répugnance pour ce genre de
nourriture, et à ma place vous n'en auriez pas eu davantage. De la
répugnance? Au contraire, j'accueillis cette idée avec empressement, et
la saluai avec bonheur. Elle me permettait d'exécuter mon dessein,
d'arriver sur le pont; en d'autres termes, elle me sauvait la vie.
Depuis qu'elle m'était venue, je me sentais hors de danger; il ne
restait plus qu'à le mettre à exécution.

Jadis les rats m'avaient paru trop nombreux; peu m'importait maintenant
qu'il y en eût des centaines. Je ne m'occupais que d'une chose, c'était
de savoir comment les prendre.

Vous vous rappelez celui que j'avais tué en gantant mes bottines, et en
l'assommant à coups de semelle; je pouvais employer le même procédé,
mais à l'étude il me parut mauvais. En supposant qu'il me réussît la
première et la seconde fois, quand j'aurais tué deux rats, les autres
s'éloigneraient de ma cabine; je n'avais plus de biscuit pour les y
attirer; les fines bêtes s'en seraient bientôt aperçues, et n'auraient
pas remis la patte dans un endroit où il n'y avait que des coups à
recevoir. Il valait mieux tout de suite s'approvisionner pour dix jours,
et n'avoir plus qu'à m'occuper de mon travail. Peut-être la chair en
deviendrait-elle meilleure; le gibier gagne à être attendu. C'était du
reste le parti le plus sage, puisque c'était le plus sûr; je m'y arrêtai
et cherchai le moyen de prendre mes rats en masse.

Nécessité est mère de l'industrie; c'est à elle, bien plus qu'à ma
propre imagination, que je dus le plan de ma ratière. Celle-ci n'avait
rien de très-ingénieux, mais elle me permettrait d'arriver à mon but, et
c'était l'important. Il s'agissait de faire un grand sac; la chose était
facile, puisque j'avais de l'étoffe: un morceau de drap plié en deux,
cousu avec de la ficelle, ferait parfaitement l'affaire. La corde ne me
manquait pas; j'avais tous les liens qui avaient attaché les pièces de
drap; mon couteau me servirait d'aiguille, je terminerais le sac par une
coulisse, et mes rats seraient pris au piége.

Ce ne fut pas seulement un projet; en moins d'une heure mon sac était
cousu, la ficelle passée dans les trous qui en formaient la coulisse, et
le piége tout prêt à fonctionner.



CHAPITRE LII.

À l'affût.


Tout en passant ma ficelle j'avais mûri mon plan. Avant que le piége fût
terminé, la manière de m'en servir était arrêtée dans mon esprit.

Je débarrassai d'abord ma cabine de toute l'étoffe qui l'encombrait; la
chose était praticable, depuis qu'en vidant la pipe d'eau-de-vie je m'en
étais fait une armoire. J'examinai ensuite avec soin toutes les issues
de ma case; je remis des tampons neufs où les anciens me parurent
mauvais, j'augmentai l'épaisseur de ceux qui étaient insuffisants, et ne
laissai d'autre ouverture que celle du passage qui se trouvait entre les
deux futailles, passage que les rats avaient l'habitude de suivre pour
arriver chez moi.

Ce fut à l'entrée de ce défilé que je posai la bouche de mon sac, dont
l'écartement fut maintenu au moyen de petits bâtons, coupés de la
longueur nécessaire.

M'agenouillant alors à côté de mon piége, et tenant à la main les
cordons qui devaient le fermer aussitôt qu'il serait rempli, j'attendis
mes rats avec confiance.

[Illustration: J'attendis mes rats avec confiance.]

J'étais bien sûr qu'ils allaient accourir, j'avais placé dans mon sac de
quoi les attirer; mon appât consistait en quelques miettes de biscuit,
la dernière bouchée qui me restât; j'avais tout risqué sur cette chance
suprême. Que les rats vinssent à m'échapper, il ne me restait plus rien,
absolument rien pour vivre.

Les rats viendraient, j'en avais la certitude; mais seraient-ils assez
nombreux pour que la chasse fût bonne? S'ils allaient venir l'un après
l'autre, si le premier se sauvait en emportant l'appât! Dans cette
crainte j'avais écrasé mon biscuit, afin que les mangeurs fussent
obligés de rester dans le sac, et ne pussent pas s'enfuir avec le
morceau qu'ils auraient pris.

Le sort me favorisa; je n'étais pas à genoux depuis cinq minutes, que
j'entendis le piétinement des rats et le _quic-quic_ de leur voix aiguë.

L'instant d'après, je sentis le piége s'ébranler entre mes doigts, ce
qui annonçait l'arrivée des victimes; les secousses devinrent plus
violentes; la foule se pressait dans mon sac pour partager le festin;
les convives se heurtaient, se bousculaient pour passer l'un devant
l'autre, et se querellaient bruyamment.

C'était le moment d'agir; le sac était plein; j'en serrai la coulisse et
rebouchai bien le passage.

Aucun des rats qui étaient dans le piége n'avait pu s'échapper. Sans
perdre de temps, j'écartai l'étoffe qui tapissait ma cabine, je posai
mon sac par terre, à un endroit où le chêne était parfaitement uni,
puis, appliquant sur le sac un morceau de l'une des caisses défoncées,
je me mis à genou sur cette planche, et y pesai de tout mon poids et de
toute ma force.

Pendant quelques minutes le sac m'opposa une vive résistance; les rats,
mordant, criant et se débattant, se démenaient avec furie et vigueur. Je
ne m'arrêtai pas à ces démonstrations, et continuai de frapper et de
presser jusqu'à ce que toute cette masse grouillante fût immobile et
silencieuse.

Je me hasardai alors à prendre le sac et à en examiner le contenu.
J'avais lieu d'être satisfait; la prise était bonne; le nombre des rats
paraissait considérable, et chacun d'eux était mort; je le pensai du
moins, car le piége ne tressaillait même pas.

Malgré cela je n'y fourrai la main qu'avec une extrême précaution, et ne
retirai mes rats que l'un après l'autre, ayant soin de refermer le sac à
chaque fois. J'en avais dix.

«Ah! ah! m'écriai-je en apostrophant les morts, Je vous tiens donc,
odieuses bêtes! Vous expiez les tourments que vous m'avez fait souffrir;
c'est de bonne guerre; si tous n'aviez pas engagé la lutte, vous seriez
encore sains et saufs dans vos galeries; je n'aurais pas songé à vous
détruire; mais en me réduisant à la famine, vous m'avez contraint d'en
venir à cette extrémité.»

Tout en faisant ce discours, je dépouillais l'un de mes rats, avec
l'intention de le manger immédiatement.

Bien loin de ressentir du dégoût pour le repas que j'allais faire,
j'éprouvais la satisfaction que vous avez eue cent fois en face d'un bon
dîner, qui chatouillait votre appétit.

J'avais tellement faim, que je pris à peine le temps d'écorcher la bête;
et cinq minutes après j'avais avalé mon rat: la chair et les os, tout y
avait passé.

Si vous êtes curieux d'en savoir le goût, je vous dirai qu'il n'a rien
de désagréable; et que ce mets primitif me parut aussi bon qu'une aile
de volaille ou qu'une tranche de gigot. C'était mon premier plat de
viande depuis que je me trouvais à bord, c'est-à-dire depuis un mois; et
cette circonstance, jointe au jeûne prolongé qu'il m'avait fallu subir,
ajoutait certainement à la qualité du gibier. Toujours est-il qu'au
moment en question, il me sembla qu'il n'existait rien d'aussi parfait;
et je n'étais plus étonné d'avoir lu quelque part que les Lapons et
d'autres peuples mangeaient des rats.



CHAPITRE LIII.

Changement de direction.


Mes affaires avaient totalement changé d'aspect; j'avais des vivres pour
une dizaine de jours; et que ne peut-on pas faire en dix jours bien
employés? Il ne m'en faudrait pas davantage pour arriver sur le pont.
Cette entreprise, que je regardais comme impraticable, lorsque j'en
étais à ma dernière bouchée, devenait possible depuis que mon
garde-manger était plein.

Un rat par jour, me disais-je, aura non-seulement pour effet de me
nourrir, mais de me rendre des forces; et en y mettant du zèle, mes dix
journées de travail suffiront bien pour me faire traverser la cargaison;
il faudrait même qu'il y eût dix rangées de caisses à franchir pour que
ces dix journées fussent nécessaires, et je suis persuadé qu'il n'y en a
pas plus de sept ou huit.

J'avais retrouvé l'espérance et le courage; il n'est rien de tel qu'un
estomac satisfait pour mettre l'esprit dans une heureuse disposition;
vous envisagez les choses tout autrement que vous ne les considériez à
jour.

Un seul point m'inquiétait: pourrais-je triompher des effluves qui deux
fois m'avaient fait perdre connaissance? finirais-je par m'y habituer de
manière à m'ouvrir la futaille? L'avenir me l'apprendrait. Bien que je
n'en fusse pas à compter les minutes, comme une heure auparavant, je
n'avais pas de temps à perdre; et, précipitant mon dîner par une
libation d'eau claire, je me dirigeai vers l'ancienne pipe d'eau-de-vie,
avec l'intention d'en élargir la bonde.

Mais elle était pleine comme un oeuf, j'y avais serré l'étoffe qui
encombrait ma cabine: circonstance que j'avais complétement oubliée.

Après tout, rien n'était plus facile que de vider la barrique; et posant
mon couteau, je me mis à la débarrasser.

Tandis que je tirais mon étoffe, une idée me vint tout à coup, et je me
fis les questions suivantes:

«Pourquoi sortir ces pièces de drap? À quoi bon me donner tant de peine?
Pourquoi m'obstiner à passer par cette futaille?»

En effet, il n'y avait aucun motif pour que je prisse cette direction
plutôt qu'une autre; c'était bien quand je cherchais seulement à me
procurer des vivres; mais, depuis que mon intention était de sortir de
la cale, je n'avais pas d'intérêt à franchir ce tonneau; c'était même un
tort que d'y penser, puisqu'il n'était pas dans la direction de
l'écoutille, et que je devais suivre la voie qui me conduirait à
celle-ci. Je me rappelais qu'en entrant dans la cale, c'était près de la
futaille d'eau douce qu'il m'avait fallu passer; j'avais ensuite pris à
droite, puis tourné la barrique, et je m'étais trouvé dans le vide qui
formait ma cellule. Tous ces détails, que j'avais présents à la mémoire,
prouvaient que j'étais presque au-dessous de la grande écoutille, dont
s'éloignait la pipe d'eau-de-vie; sans compter que le chêne, dont
celle-ci était faite, ne se tranchait pas comme le sapin d'une caisse
ordinaire; et que cette difficulté se compliquait singulièrement de
l'émanation enivrante que renfermait la barrique.

Pourquoi ne pas me retourner vers les caisses? Le drap ne me gênait
plus, et une partie de la route m'était déjà ouverte du côté qu'il
fallait prendre.

La question fut bien vite résolue; je replaçai dans la barrique le drap
que j'en avais ôté, j'en fourrai de nouveau, que je pliai avec soin pour
en faire tenir davantage; et, ramassant les neuf rats qui me restaient,
je les remis dans mon sac, dont je serrai les cordons. Je n'avais pas
pris tous les rats du navire, il s'en fallait de beaucoup; et je
craignais que les camarades de mes défunts ne vinssent m'aider à les
manger. D'après ce que j'avais entendu dire, la _ratophagie_ est dans
les habitudes de cette hideuse engeance, ce qui au fond est très-heureux
pour nous, et je me mis en garde contre la voracité de mes voisins.

Après avoir terminé tous ces arrangements, j'avalai une nouvelle ration
d'eau claire, et me glissai de nouveau dans l'ancienne caisse au drap.



CHAPITRE LIV.

Conjectures.


La caisse où je venais de rentrer pour la quatrième fois, contiguë à
celle qui avait renfermé les biscuits, devait me servir de point de
départ pour l'ascension que je méditais; il y avait à cela deux motifs:

1º Je le supposais directement au-dessous de l'écoutille (la boîte aux
biscuits s'y trouvait bien, mais elle était plus petite, et cela
m'aurait gêné dans mon travail).

2º Je savais, et c'était ma raison déterminante, qu'au-dessus de la
caisse au drap il se trouvait une autre caisse, tandis que sur la caisse
aux biscuits était un ballot de toile. Or il était bien moins difficile
de défaire les pièces de drap que d'arracher la toile du ballot; vous
vous rappelez qu'il m'avait été impossible d'en mouvoir une seule pièce.

Peut-être supposez-vous qu'une fois dans le caisse je me mis
immédiatement à l'oeuvre; vous vous trompez; je restai longtemps sans
faire usage ni de mon couteau ni de mes bras; mais mon esprit
travaillait, et toutes les forces de mon intelligence étaient activement
employées.

Jamais, depuis la première heure de ma réclusion, je n'avais eu autant
de courage que je m'en sentais alors: plus je réfléchissais à
l'entreprise que j'allais tenter, plus je sentais grandir mes espérances
et plus j'étais heureux. Jamais, il est vrai, la perspective n'avait été
aussi brillante. Après la découverte de la futaille d'eau douce et la
caisse de biscuits, j'avais éprouvé une joie bien vive; mais c'était
toujours la prison, les ténèbres, le silence, toutes les tortures de
l'isolement; tandis qu'à l'heure dont je vous parle, la perspective
était bien plus attrayante.

Dans quelques jours, s'il n'arrivait pas d'obstacle, je reverrais le
ciel, je respirerais un air pur, j'entendrais le son le plus doux qu'il
y ait au monde: celui de la voix de ses semblables.

J'étais comme un voyageur qui, perdu depuis longtemps dans le désert,
entrevoit à l'horizon quelque indice d'un endroit habité: un bouquet
d'arbres, une colonne de fumée que le vent agite, une lumière lointaine,
quelque chose enfin qui lui donne l'espoir de rentrer dans la société
des hommes.

Peut-être était-ce la douceur de cette vision qui m'empêchait de
procéder à la hâte. L'oeuvre que j'allais entreprendre avait trop
d'importance pour qu'on s'y livrât sans réfléchir. Quelque difficulté
imprévue pouvait s'opposer au succès, un accident pouvait tout perdre au
moment de recueillir le prix de tant d'efforts.

Il fallait tout prévoir, s'orienter avec soin, et n'agir qu'avec
certitude. Une seule chose paraissait évidente: c'était la grandeur de
la tâche que je m'étais imposée; je me trouvais au fond du navire, et je
n'ignorais pas la profondeur de la cale; je me rappelais combien j'avais
eu de peine à tenir jusqu'au bout, tant elle était longue, la corde à
laquelle j'avais glissé pour descendre; et l'écoutille m'avait paru bien
loin quand, au moment de quitter cette corde, j'avais relevé les yeux.
Si tout cet espace était plein de marchandises, et cela devait être, que
de peine j'aurais à me frayer un chemin à travers toutes ces caisses! Je
ne pourrais pas aller en ligne droite, je rencontrerais des obstacles,
il faudrait les tourner, le travail s'en augmenterait d'autant. J'étais
cependant moins inquiet de la distance que de la nature des objets qui
se trouvaient sur ma route. Si, par exemple, une fois désemballés, ils
acquéraient un volume considérable, qu'il me fût impossible de réduire,
comme cela m'était arrivé pour le drap, je ne pourrais plus communiquer
avec la futaille, je n'aurais plus d'eau; et c'était l'une de mes
appréhensions les plus vives.

J'ai dit combien je redoutais la toile; les quelques ballots que je
savais rencontrer m'obligeraient à de longs détours; que deviendrais-je
si toute la cargaison en était composée; il fallait espérer que cet
article y était rare.

Je pensais à toutes les choses qui devaient se trouver dans le navire;
je me demandais ce que pouvait être le Pérou, et quel était le genre
d'exportation que pût y faire la Grande-Bretagne; mais, pour me
répondre, j'étais trop ignorant en géographie commerciale.

Toutefois la cargaison de notre vaisseau devait être ce qu'on appelle un
assortiment, ainsi qu'il arrive en général pour tous les navires que
l'on envoie dans la mer du Sud; je devais m'attendre à rencontrer un peu
de tous les produits qui se fabriquent dans nos grandes villes.

Après y avoir réfléchi pendant une demi-heure, je finis par me dire que
cela n'aboutissait à rien; il était évident que je ne devinerais pas la
composition d'une mine avant de l'avoir sondée. Le travail seul pouvait
m'apprendre ce que je me demandais en vain; et le moment de l'action
étant arrivé, je me mis à la tâche avec ardeur.



CHAPITRE LV.

Joie de pouvoir se tenir debout.


On se rappelle que, lors de ma première expédition dans les caisses
d'étoffe, je m'étais assuré de la nature des ballots qui les
entouraient; on se rappelle également que s'il y avait de la toile à
côté de la première caisse, c'était un autre colis d'étoffe qui se
trouvait au-dessus d'elle. Je l'avais ouvert, il ne me restait plus qu'à
en ôter le drap pour avoir un étage de franchi; et si l'on considère le
temps et la peine que m'évitait cette avance, on comprendra que j'avais
lieu de m'en féliciter.

Me voilà donc à tirer l'étoffe, ainsi que j'avais fait la première fois;
j'y allais de tout mon coeur, mais la besogne était rude; ces maudites
pièces de drap n'étaient pas moins serrées que les autres, et il était
bien difficile de les arracher de leur place. Je finis cependant par y
réussir, et, les poussant devant moi, je les conduisis dans ma cabine,
où je les plaçai au fond de l'ancienne pipe de liqueur. Ne croyez pas
que je les y jetai négligemment; je les rangeai au contraire avec la
plus grande précision; je remplis tous les coins, toutes les fissures,
tous les trous, si bien que les rats n'auraient pas pu s'y loger.

Toutefois, ce n'est pas contre eux que je prenais ces précautions; ils
pouvaient aller où bon leur semblerait, je n'avais plus à les craindre.
J'en entendais bien encore quelques-uns rôder dans le voisinage; mais la
razzia que j'avais faite leur avait inspiré une terreur salutaire. Les
cris effroyables des dix que j'avais étouffés avaient retenti dans toute
la cale, et averti les survivants de ne plus s'aventurer dans l'endroit
périlleux où leurs camarades trouvaient la mort.

Ce n'était donc pas avec la pensée de me fortifier contre l'ennemi que
je me calfeutrais si bien, c'était simplement pour économiser l'espace;
car, ainsi que je vous le disais, la crainte d'en manquer était
maintenant ma plus vive inquiétude.

Grâce à ma patience, jointe à l'activité que j'avais mise dans cette
opération, la caisse était vide, et toute l'étoffe qu'elle avait
renfermée se trouvait maintenant logée dans ma case, où elle tenait le
moins de place possible.

Ce résultat satisfaisant augmentait mon courage, et me donnait une bonne
humeur que je n'avais pas eue depuis un mois. L'esprit léger, le corps
alerte, je grimpai dans la nouvelle caisse vide. Plaçant en travers
l'une des planches qu'il m'avait fallu déclouer, j'en fis un banc, et
m'y reposai, les jambes pendantes, les bras à l'aise. J'avais assez de
place pour me redresser, et je ne puis vous dire la satisfaction que je
ressentais à me tenir droit et à relever la tête. Confiné depuis bientôt
cinq semaines dans une cellule d'un mètre d'élévation, moi qui avais
trente centimètres de plus, j'étais resté accroupi, les genoux à la
hauteur du menton; et, pour aller d'un endroit à l'autre, il avait fallu
me courber, malgré la fatigue que j'en éprouvais.

Tout cela est peu de chose dans les premiers instants; mais à la longue
c'est excessivement pénible; aussi était-ce pour moi un grand luxe de
pouvoir étendre les jambes et de ne plus avoir à me baisser. Mieux que
cela, je pouvais me tenir debout: les deux caisses communiquaient entre
elles et présentaient une élévation d'au moins deux mètres; j'avais donc
au-dessus de la tête un espace considérable; mon plafond était même si
élevé que je ne parvenais pas à le toucher du bout du doigt.

J'en profitai aussitôt pour mettre pied à terre, et la jouissance que
j'éprouvai à me redresser me fit sentir immédiatement que c'était
l'attitude que je devais prendre. Contrairement à l'usage, elle me
donnait le repos, tandis qu'en m'asseyant je ressentais une fatigue qui
allait jusqu'à la douleur. Cela vous paraît singulier; mais cette
bizarrerie apparente n'avait rien que de naturel; j'étais resté si
longtemps assis, j'avais passé tant d'heures replié sur moi-même, que
j'aspirais à reprendre cette fière attitude qui est particulière à
l'homme, et qui le distingue du reste de la création. En un mot, je me
trouvais si bien d'être debout que j'y restai pendant une demi-heure,
peut-être davantage, sans penser à faire le moindre mouvement.

Pendant ce temps-là, je réfléchissais de nouveau à la direction que
j'allais prendre; fallait-il percer le couvercle de la caisse que je
venais de désemplir, ou la paroi qui était rapprochée de l'écoutille? En
d'autres termes, laquelle devais-je suivre de la ligne horizontale ou de
la ligne verticale? Il y avait des avantages et des inconvénients des
deux côtés; restait à peser les motifs qui militaient en faveur de ces
voies différentes, et à choisir entre elles; mais ce choix était
difficile, et d'une telle importance que je fus longtemps à me décider
pour l'une ou pour l'autre de ces deux directions.



CHAPITRE LVI.

Forme des navires.


En suivant la verticale, j'aurais moins de besogne à faire, puisque la
ligne droite est la plus courte. Une fois arrivé au sommet de la
cargaison, je trouverais probablement un vide, je m'y introduirais et je
gagnerais l'écoutille. C'était le chemin direct, le seul qui parût
indiqué; en effet, tout ce que me ferait gagner la voie horizontale
serait entièrement perdu; je franchirais ainsi toute l'épaisseur du
navire, sans me rapprocher du pont qui se trouvait au-dessus de ma tête.
Il fallait donc ne prendre cette direction que lorsque j'y serais forcé
par un obstacle qui m'imposerait de faire un détour.

Malgré cette conclusion toute rationnelle, ce fut horizontalement que je
me dirigeai tout d'abord; j'y étais déterminé par trois motifs: le
premier, c'est que le bout des planches qui formaient la paroi de la
caisse était presque décloué, et n'exigeait qu'un faible effort pour se
détacher complétement. Le second, c'est qu'en passant mon couteau dans
les fentes du couvercle, je rencontrais un de ces ballot impénétrables
qui m'avaient arrêté deux fois, et que j'avais tant maudits.

Ce motif aurait suffi pour me décider à prendre l'autre direction, mais
il y en avait un troisième qui n'était pas sans importance.

Pour le bien comprendre, il faut connaître l'intérieur des navires,
particulièrement de ceux que l'on construisait à l'époque dont je vous
parle, et qui remonte à quelque soixante ans. Dans les vaisseaux d'une
forme convenable, tels que les Américains nous ont appris à les faire,
l'obstacle dont j'ai à vous entretenir n'aurait pas existé.

Permettez-moi, à cette occasion, d'entrer dans quelques détails
indispensables à l'intelligence de mon histoire; ils couperont un
instant le fil du récit, mais j'espère que la leçon qu'ils renferment ne
sera pas perdue pour vous, et qu'elle profitera un jour à votre pays,
lorsque vous serez en âge de la mettre en pratique.

J'ai toujours pensé, ou pour mieux dire je suis depuis longtemps
convaincu de ce fait, car ce n'est pas une simple théorie; je suis
convaincu, dis-je, que l'étude de la _science politique_, ainsi que
l'appellent les hommes d'État, est la plus importante qui puisse occuper
les hommes. Elle embrasse tout ce qui a rapport à l'ordre social et
influe sur toutes les existences. Tous les arts, tous les progrès
scientifiques ou industriels en dépendent; la morale elle-même n'est que
le corollaire de l'état politique d'un pays, et le crime, la conséquence
de sa mauvaise organisation, car cet état est la principale cause de sa
prospérité ou de sa misère.

Comme je le disais tout à l'heure, les lois d'un pays, en d'autres
termes son organisation politique, influent sur les moindres détails de
l'existence, sur le navire et la voiture qui nous transportent, sur nos
instruments de travail, nos ustensiles de ménage, le confort de notre
intérieur, et chose bien autrement grave, sur la forme de notre corps et
la disposition de notre âme.

Le trait de plume d'un despote, l'acte insensé d'une chambre
législative, qui ne paraissent s'appliquer personnellement à aucun des
membres de la société, exercent néanmoins sur chaque individu une
influence secrète qui, en une seule génération, corrompt l'esprit de
tout un peuple et rend ses traits ignobles.

Je pourrais établir ce fait avec la certitude d'une vérité mathématique,
mais je n'ai pas le temps de le faire aujourd'hui; il me suffira de vous
en citer un exemple.

À une époque déjà ancienne, le parlement britannique surimposa les
navires, car ceux-ci, comme tout le reste, doivent payer leur existence.
Ce qu'il y a de plus difficile en pareille occasion c'est toujours la
proportionnalité de l'impôt. Il serait injuste d'exiger du propriétaire
d'une barque la somme énorme que l'on demande à celui d'un vaisseau de
deux mille tonnes. Ce serait absorber tout le bénéfice du premier, et
faire échouer son embarcation avant de sortir du port. Comment faire
pour résoudre le problème? La solution paraît toute naturelle: il
suffit, pour y arriver, de taxer chaque navire proportionnellement à son
tonnage.

C'est ce que fit le parlement anglais. Mais une autre difficulté se
présenta: comment établir la proportion voulue? Après en avoir délibéré,
on décréta que les navires seraient taxés d'après leurs dimensions. Mais
le tonnage exprime le poids et non la masse des objets; comment résoudre
cette nouvelle difficulté? En établissant le rapport du volume à la
pesanteur, et en cherchant combien chaque navire contient de ces unités
de volume représentant le poids du tonneau. C'était toujours, en fin de
compte, substituer la mesure au poids, et prendre la capacité du navire
pour base de la taxe, au lieu de la pesanteur du chargement.

Autre question découlant de la première: Par quel moyen établir les
proportions relatives des navires à taxer? En prenant la longueur de la
quille, la largeur des baux[15] et la profondeur de la cale; multipliez
ces trois termes l'un par l'autre, et le total vous donnera la capacité
des navires, _si toutefois les proportions de ces navire sont exactes_.

  [15] On appelle baux les solives qui traversent le navire d'un flanc à
    l'autre, et qui servent à soutenir les tillacs et à rendre le
    bordage plus ferme.

L'impôt fut établi sur ces bases, la loi fut votée, et si vous avez
l'esprit superficiel, vous pensez qu'elle était juste, et ne pouvait
être fâcheuse que pour la bourse des gens qui devaient payer la taxe.

Détrompez-vous; cette loi si simple et si juste en apparence a causé
plus de perte de temps et d'hommes, gaspillé plus de richesses qu'il
n'en faudrait aujourd'hui pour racheter tous les esclaves de la terre.

«Comment cela?» demandez-vous avec surprise.

Non-seulement cette loi innocente retarda les progrès de la construction
navale, l'un des arts les plus importants qui existent, mais elle le fit
rétrograder de plusieurs siècles. Le propriétaire d'un bâtiment, ou
celui qui voulait le devenir, ne pouvant pas éviter la taxe, chercha par
tous les moyens à la réduire le plus possible; car la fraude est le
premier résultat des charges trop lourdes, et n'en est pas le moins
triste. Il alla trouver le constructeur, lui commanda un vaisseau de
telle longueur, de telle profondeur, c'est-à-dire de tel tonnage, et
qui, par cela même, devait payer un certain impôt. Mais il ne se borna
pas à ces indications; il demanda qu'on lui fît un navire dont la cale
renfermât un chargement d'un tiers plus fort que ne le ferait supposer
le tonnage, d'après la mesure adoptée pour établir celui-ci. De cette
façon-là, il ne payerait en réalité que les deux tiers de la taxe, et
_frauderait ainsi le gouvernement_ dont la loi entravait ses
entreprises.

Était-il possible de construire un vaisseau dans ces conditions
frauduleuses? Parfaitement; il suffisait pour cela d'en augmenter
l'étendue, d'en faire saillir les côtés, d'en élargir l'avant, en un mot
de lui donner une forme absurde qui en ralentît la marche, et en fît la
tombe d'une foule de marins et de passagers.

Le constructeur avait donc le moyen de satisfaire l'armateur; il obéit
aux ordres qui lui étaient donnés, et s'y conforma pendant si longtemps,
que finissant pas croire que cette structure ridicule était la véritable
forme du navire, il ne voulut plus en changer. Cette conviction
déplorable s'était tellement emparée de son esprit, qu'après
l'abrogation de la loi qui l'avait fait naître, il fallut de bien
longues années pour déraciner cette erreur. Ce n'est que la génération
suivante qui put s'apercevoir de la faute de ses devanciers, et rendra
aux navires une forme raisonnable. Encore n'est-ce pas en Angleterre, où
l'erreur avait pris racine, mais de l'autre côté de l'Océan, que cette
nouvelle génération vint au monde, fort heureusement pour nous, qu'elle
fit sortir de l'ornière où nous aurions langui pendant un siècle.

Il n'a pas fallu moins de cinquante ans pour arriver où nous en sommes,
c'est-à-dire bien loin de la perfection. Mais, délivrés du cauchemar de
la taxe, les constructeurs se sont mis à regarder les poissons; et,
s'inspirant de leur mécanisme, ils font chaque jour de nouveaux progrès.

Vous comprenez maintenant ce que je voulais dire en affirmant _que la
science politique est la plus importante que puisse étudier l'homme_.



CHAPITRE LVII.

Un grand obstacle.


_L'Inca_, ce bon navire dont j'habitais la cale, était construit comme
la plupart des bâtiments de son époque. Afin d'éluder une partie de la
taxe, il avait la poitrine d'un pigeon, d'énormes flancs qui dépassaient
de beaucoup les baux, et qui, vus d'en bas, se refermaient au-dessus de
vous comme une toiture. C'était d'ailleurs la forme de tous les navires
marchands qui fréquentaient nos parages.

Vous vous rappelez qu'au-dessus de la caisse où j'étais parvenu, il se
trouvait un ballot que je supposais rempli de toile; en explorant avec
soin toutes les fentes de ma boîte, je découvris que ce ballot, que
j'avais cru plus considérable, n'occupait pas tout le dessus du
couvercle; il s'en fallait à peu près de trente centimètres, et à
l'endroit où il cessait, je ne rencontrais plus rien; c'était le côté de
la caisse qui touchait à la membrure du navire, et j'en conclus que cet
espace était vide.

La chose est facile à comprendre: le ballot se trouvait à l'endroit où
les côtes du bâtiment commençaient à se courber, il les touchait par son
extrémité supérieure, et laissait nécessairement un vide de forme
triangulaire entre le couvercle qui lui servait de base et le point où
il rencontrait la charpente.

Ce fut pour moi un trait de lumière; il est certain que si j'avais
continué mon ascension en ligne directe, je serais arrivé, comme le
sommet du ballot, à me trouver en contact avec les flancs du navire,
dont la courbe se prononçait de plus en plus à mesure qu'ils
approchaient du pont. Avant de les rencontrer, j'aurais eu affaire à
tous les petits objets qu'on avait dû placer dans les angles formés par
la carcasse du navire, et qui m'auraient donné bien plus de peine que
les grandes caisses de sapin, ou les ballots plus importants. Cette
raison, jointe à celles dont j'ai déjà parlé, me déterminait à quitter
la ligne droite pour suivre la diagonale.

Vous êtes peut-être surpris de me voir employer un temps précieux à
faire tous ces calculs; mais si vous réfléchissez au travail que
j'allais entreprendre, à la difficulté de me frayer un passage à travers
les parois de la caisse, de m'ouvrir la voisine, et tous les colis
suivants, quand vous songerez qu'il me fallait tout un jour pour avancer
d'un échelon, vous comprendrez qu'il était indispensable de ne pas agir
à la légère, et de s'orienter avec soin pour ne pas faire fausse route.

Ensuite je fus bien moins long à choisir la direction que je voulais
prendre, qu'à vous expliquer les motifs qui m'y déterminèrent; cela ne
demanda pas plus de quelques minutes; et si je restai une demi-heure
sans travailler, c'est que j'avais besoin de repos, et que je jouissais
avec délices de me sentir sur mes jambes et de redresser la tête.

Quand je fus suffisamment reposé, je me hissai dans la caisse
supérieure, et me disposai à reprendre ma besogne.

Je tressaillis de joie en me trouvant dans cette caisse; j'avais gagné
le second étage de la cargaison, j'étais à plus de deux mètres du fond
de la cale, et à un mètre plus haut que je n'avais encore atteint,
c'est-à-dire plus près des hommes, du jour et de la liberté.

Comme je l'ai déjà dit, les planches que j'avais en face de moi étaient
presque détachées, par suite des efforts que j'avais faits pour ôter les
pièces d'étoffe; je sentais en outre que l'objet qui était de l'autre
côté de la caisse en était éloigné de sept ou huit centimètres, car
c'est tout au plus si je parvenais à le toucher avec la pointe de mon
couteau. L'avantage était évident, cela me donnait plus de jeu, partant
plus de force, pour démolir la paroi que j'avais à renverser.

Effectivement, botté à cette intention, je me couchai sur le dos et
donnai du pied contre la planche.

Des craquements successifs m'annoncèrent que les clous avaient cédé; je
continuai mes efforts, la planche se détacha tout à fait et glissa entre
les deux caisses.

Aussitôt je passai la main par la brèche qui s'ensuivit, afin de
reconnaître ce qui venait ensuite; je ne sentis que le bois rugueux
d'une autre caisse d'emballage, et ne pus deviner ce que renfermait ce
nouveau colis.

Le reste des planches, qui complétaient la paroi que j'étais en train
d'abattre, suivit la précédente; et je pus continuer mon examen: la
surface dont j'avais exploré une partie, s'étendait, à ma grande
surprise, beaucoup plus loin que mes bras ne pouvaient atteindre, et
cela dans tous les sens; elle se dressait comme un mur, bien au delà des
limites de la boîte où je me trouvais alors, et il m'était impossible de
deviner où elle s'arrêtait.

Que ce fût un colis d'une dimension démesurée, j'en avais la certitude;
mais que pouvait-il contenir? Je ne m'en doutais même pas. Était-ce du
drap? la caisse aurait été pareille aux autres: néanmoins ce n'était pas
de la toile, et j'en étais bien aise.

J'introduisis mon couteau dans les fentes du sapin, et je sentis quelque
chose qui ressemblait à du papier; mais ce n'était qu'une enveloppe, car
après avoir traversé l'emballage, la pointe de mon couteau s'arrêta sur
un objet aussi poli que du marbre. J'appuyai avec force, et je compris
que ce n'était pas de la pierre, mais un bois dur et très-lisse. Je
donnai un coup violent pour y enfoncer ma lame: un bruit singulier me
répondit, un son prolongé qui, cependant, ne m'apprenait pas quel objet
cela pouvait être.

La seule chose à faire pour le savoir était d'ouvrir la caisse et d'en
examiner le contenu.

Je suivis le procédé qui m'avait déjà servi, et coupai en travers l'une
des planches dont cette énorme caisse était faite. J'eus infiniment de
peine et fus au moins quatre ou cinq heures à pratiquer cette ouverture;
mon couteau ne coupait plus et ma tâche en devenait plus difficile.

Je finis pourtant par compléter la section, et par détacher la partie
inférieure de la planche que je fis tomber entre les deux caisses; la
seconde moitié suivit la première, et j'eus une ouverture assez grande
pour fouiller dans l'intérieur de cette boîte gigantesque.

De monstrueuses feuilles de papier recouvraient la surface d'un corps
volumineux et résistant; j'arrachai cette enveloppe, et mes doigts
glissèrent le long d'un objet poli comme un miroir; mais ce n'était pas
une glace, car ayant frappé cet objet d'un revers de main, il résonna
comme il avait fait une première fois; je donnai un coup plus fort et
j'entendis une vibration harmonieuse, qui me fit penser à une harpe
éolienne.

C'était un piano qui se trouvait dans la grande caisse, cela ne faisait
pas l'ombre d'un doute. Il y en avait un dans notre petit parloir; ma
mère en tirait des sons mélodieux; c'est encore aujourd'hui l'un de mes
plus doux souvenirs, et je reconnaissais les vibrations qui m'avaient
ému jadis. Cette grande table unie, où coulaient mes doigts comme sur du
verre, n'était ni plus ni moins que la caisse de l'instrument.



CHAPITRE LVIII.

Détour.


La certitude que je venais d'acquérir était loin d'être encourageante:
ce piano m'opposait une barrière peut-être insurmontable; je ne pouvais
pas le traverser comme une planche de sapin. C'était assurément le plus
grand de tous les pianos; quelle différence avec celui que je vois
encore dans notre petit parloir, et sur lequel ma mère exécutait cette
bonne musique! Il était posé de champ, et me présentait son couvercle de
palissandre, où je ne découvrais pas le moindre petit trou, la plus
légère fissure.

Jamais la lame de mon couteau ne parviendrait à mordre sur cette boîte
glissante, dont le poli augmentait la dureté.

Quand, d'ailleurs, je serais parvenu à faire une trouée dans le
couvercle, soit en le coupant, soit en le défonçant, ce qui, avec de la
persévérance, n'eût pas été impraticable, où cela m'aurait-il conduit?
Je ne connaissais pas la disposition intérieure d'un piano; tout ce que
je me rappelais, c'était d'y avoir remarqué beaucoup de petits morceaux
d'ivoire et d'ébène, un grand nombre de cordes en acier, des planches,
des pédales, une foule de choses qui devaient être bien difficiles à
défaire. Puis il y avait un fond solide; et après le fond du piano,
restait la caisse d'emballage.

En supposant que je parvinsse à démonter, ou à briser toutes ces pièces,
à les retirer de leur étui, à les ranger derrière moi pour déblayer la
place, aurais-je assez de terrain pour agir et pour me permettre de
faire une entaille qui me permît d'y passer? La chose était douteuse; je
me trompe, j'avais la certitude qu'elle était impraticable.

Plus j'y pensais, plus je voyais l'impossibilité de l'entreprise, et,
après l'avoir envisagée sous toutes ses faces, j'y renonçai
complétement; il était beaucoup plus sage de me détourner que de
chercher à m'ouvrir une brèche dans cette muraille de palissandre ou
d'acajou.

Ce n'est pas, toutefois, sans chagrin que je pris cette résolution;
j'avais eu tant de peine à ouvrir la caisse du piano! Il m'avait fallu
une demi-journée de travail pour défoncer la boîte au drap et pour scier
la planche voisine; tout cela en pure perte. Mais qu'y faire, sinon
réparer le temps perdu? Comme un général qui assiége une ville, et qui
voit ses attaques repoussées, je fis une nouvelle reconnaissance des
lieux, afin de découvrir la meilleure route à suivre pour tourner la
forteresse qui me défendait le passage.

J'étais toujours persuadé que c'était un ballot de toile qui se trouvait
au-dessus de ma tête, et cette conviction m'empêchait de me diriger de
ce côté-là; il ne me restait plus qu'à choisir entre la droite et la
gauche.

Cela ne m'avancerait pas d'un centimètre; je n'en serais jamais qu'au
même étage, et par conséquent tout aussi loin du but; mais j'avais si
peur de cet affreux ballot de toile!

Mon travail du jour n'était cependant pas tout à fait perdu; en faisant
sauter la paroi latérale de la caisse d'étoffe, j'avais trouvé, ainsi
que je l'ai dit, un vide entre elle et cette grande boîte qui renfermait
le piano, je pouvais y introduire le bras jusqu'au-dessus du coude, et
cela me permettait de palper les colis qui se trouvaient dans les
environs.

À droite et à gauche étaient deux caisses entièrement pareilles à celles
que j'occupais, et qui devaient être remplies d'étoffes de laine, ce qui
m'allait assez bien. J'étais habitué à l'effraction de ces sortes de
colis; j'avais trouvé la manière de les débarrasser de leur contenu, et
cette besogne n'était pour moi qu'une bagatelle. Plût à Dieu que toute
la cargaison eût été formée de cet article, pour lequel étaient renommés
les comtés de l'ouest de l'Angleterre.

Comme je faisais cette réflexion, tout en explorant la surface de ces
colis, je levai le bras pour voir de combien le ballot de toile
dépassait le dessus de la caisse vide; à ma grande surprise, il ne
débordait pas. J'avais pourtant observé que ces ballots étaient à peu
près de la même dimension que les caisses d'étoffe; et comme celui dont
il s'agissait n'allait pas jusqu'au bout de l'autre côté, où la courbure
de la charpente l'empêchait de se caser, j'en avais conclu qu'il devait
déborder à droite de toute la largeur qu'il laissait vide à gauche; mais
il n'en était rien, c'était la preuve qu'il était moins grand que les
autres.

Cette remarque toute naturelle changea le cours de mes idées: si le
ballot en question différait de ceux que j'avais trouvés, sous le
rapport du volume, ne pouvait-il pas renfermer autre chose que de la
toile? Je l'examinai avec soin, et fus agréablement surpris en
découvrant que ce n'était pas du tout un ballot, mais bel et bien une
caisse; elle était seulement entourée d'une matière épaisse et molle,
d'une sorte de paillasson ou de natte, et c'était là ce qui avait causé
mon erreur.

Dès lors il était possible de revenir à mon plan primitif, et de
continuer ma route en ligne directe; je viendrais facilement à bout de
ce paillasson, la boîte qu'il enveloppait ne serait pas plus dure que
les autres, et je l'aurais bientôt défoncée.

Avant d'arriver au paillasson, il fallait découvrir la caisse ou je me
trouvais; vous connaissez les détails de cette besogne, et je ne vous
les rappellerai pas; il me suffira de vous dire qu'elle fut moins
difficile que je ne m'y attendais, en raison du vide qui se trouvait à
ma droite; et je fus bientôt en face du paillasson, qui m'offrit peu de
résistance.

La boîte qu'il entourait et que j'allais attaquer était bien en sapin;
elle me parut moins épaisse que les autres, elle n'était pas bardée de
fer comme les grandes caisses d'étoffe, les clous en étaient peu
nombreux, toutes circonstances favorables dont je me félicitai. Au lieu
de prendre la peine de couper les planches, ce qui était long et
difficile, je pourrais les détacher tout d'abord, en me servant d'un
objet quelconque pour en arracher les pointes. J'avais vu souvent ouvrir
ainsi les caisses, au moyen d'un ciseau qui fait l'office de levier.

Je pensais bien peu, en me félicitant de ces heureuses circonstances,
qu'elles seraient pour moi la cause d'un grand malheur, et que la joie
qu'elles me donnaient allait se changer en désespoir.

Vous allez le comprendre en quelques mots.

J'avais inséré mon couteau sous l'une des planches, avec l'intention
d'éprouver la résistance que celle-ci m'opposerait; j'appuyai trop sans
doute, car un craquement sec, plus douloureux pour moi que n'eût été la
détonation d'un pistolet, dont le coup m'aurait frappé, m'annonça que je
venais de briser la lame de mon couteau.



CHAPITRE LIX.

La lame brisée.


La lame s'était rompue complétement, et restait fixée entre les deux
côtés de la caisse; le manche seul me restait à la main; en passant le
doigt sur l'extrémité de celui-ci, je ne trouvais plus qu'un tronçon
imperceptible, deux ou trois millimètres au-dessus de la charnière.

Je ne puis pas vous dire le chagrin que j'en éprouvai; toutes les
conséquences de cet accident m'apparurent: que pouvais-je faire sans
instrument?

Plus moyen de gagner l'écoutille, d'arriver sur le pont; il me fallait
renoncer à mon entreprise, et je me retrouvais face à face avec la mort.

Il y avait quelque chose de terrifiant dans la réaction que je
subissais: la douleur effroyable qu'elle me causait était rendue plus
vive par la soudaineté du choc. Une minute avant, j'étais plein de
confiance, tout semblait seconder mes voeux, et ce malheur imprévu me
replongeait dans l'abîme.

J'étais foudroyé, je ne pensais plus. À quoi bon réfléchir? je ne
pouvais plus rien faire, puisque je n'avais plus d'outil.

Mon esprit s'égarait; je passai machinalement les doigts sur le manche
de mon couteau, et restai le pouce appuyé sur le tronçon de la lame; je
ne pouvais pas croire qu'elle fût brisée; cela me paraissait un rêve; je
doutais de mes sens, je ne me possédais plus.

Peu à peu la réalité se fit jour dans mon esprit: c'était bien vrai;
j'avais perdu tout moyen de me sauver. Mais lorsque j'avais compris
toute l'étendue de mon malheur, je cherchai instinctivement à lui
échapper.

Les paroles d'un grand poëte, que j'avais entendu lire à l'école, me
revinrent à la mémoire:

_Mieux vaut se servir de ses armes brisées, que de faire usage de ses
mains nues._

Personne plus que moi ne devait mettre à profit la sagesse de ces
paroles. Je songeais à reprendre ma lame; elle gisait toujours entre les
planches, à l'endroit où elle s'était cassée.

Je l'en retirai avec soin pour qu'elle ne tombât pas: elle restait tout
entière; mais, hélas! à quoi pouvait-elle me servir, maintenant qu'elle
était séparée du manche?

Par bonheur, elle était forte et longue; j'essayai d'en faire usage, et
vis avec joie qu'elle coupait encore un peu; en l'entourant d'un
chiffon, qui en envelopperait la base, elle pouvait me rendre du
nouveaux services; mais il ne fallait pas compter sur elle pour ouvrir
des caisses, comme elle l'avait fait jusqu'ici.

Il ne pouvait pas être question de la remmancher, bien que l'idée m'en
fût déjà venue; l'impossibilité de faire sortir de la charnière la
partie qui s'y trouvait engagée ne permettait pas qu'on y songeât.

Certes, si j'avais pu enlever ce tronçon de la place qu'il occupait, le
manche aurait pu me resservir; j'aurais introduit la partie brisée de la
lame entre les deux lèvres qui le terminaient, et, comme je ne manquais
pas de ficelle, j'aurais lié solidement les deux parties du couteau, de
manière à rétablir celui-ci. Mais comment arracher ce tronçon, maintenu
par un clou rivé?

Le manche ne m'était pas plus utile qu'un simple morceau de bois:
beaucoup moins, pensai-je; avec un morceau de bois pur et simple, je
ferais à ma lame une poignée qui me permettrait de m'en servir.

Il n'en fallut pas davantage pour rendre à mon esprit toute son
activité, et je ne pensai plus qu'à remmancher mon couteau.

Sous l'empire des circonstances qui tenaient toutes mes facultés en
éveil, j'eus bientôt une idée; l'exécution en fut rapide, et, quelques
heures après l'incident qui m'avait mis au désespoir, j'étais en
possession d'un couteau complet, dont le manche était grossier, je
l'avoue, mais qui n'en était pas moins commode; et j'avais retrouvé
toute ma confiance.

Comment aviez-vous fait? direz-vous. Ce fut bien simple: toutes ces
caisses que j'avais démolies, et dont les planches avaient deux ou trois
centimètres d'épaisseur, me fournissaient les matériaux nécessaires. Je
pris l'un des éclats de bois qui m'entouraient, et lui donnai la
dimension, et à peu près la forme que devait avoir mon manche; la lame,
garnie d'étoffe à la base, comme je l'ai dit plus haut, avait suffi à ce
léger ouvrage; une fois le manche terminé, j'avais pratiqué une fente à
l'extrémité supérieure, et j'y avais enfoncé ma lame. Il ne restait plus
qu'à l'attacher solidement; je pensais d'abord à la ficelle que vous
savez, mais je changeai bientôt d'avis. Cette ficelle pouvait se
desserrer, se trancher ou se défaire, la lame sortir du manche, et
tomber entre les colis, où elle serait perdue sans retour; c'était un
accident trop grave pour que je ne prisse pas le moyen de l'éviter.

Avec quoi, cependant, attacher cette lame et la fixer au manche, si ce
n'est avec de la ficelle, quand on n'a pas autre chose? Je me le
demandais comme vous. Un bout de fil d'archal aurait bien fait mon
affaire; mais il fallait en avoir, et je n'en possédais pas. Quelle
sottise! et les cordes du piano!

Je me retournai vers l'instrument, qui absorba de nouveau mon attention.
S'il avait été ouvert, j'y aurais pris, sans retard, le fil de métal
dont j'avais besoin; mais il fallait l'ouvrir, et c'était là le
difficile; je n'y avais pas songé. Même avec un bon couteau parfaitement
emmanché, il n'est pas sûr que j'y fusse parvenu; avec une lame pure et
simple, il ne fallait pas y penser, et j'abandonnai mon expédient.

Il fut bientôt remplacé par un autre; les bandes de fer, qui reliaient
entre elles les différentes parties des caisses, pouvaient parfaitement
me servir; elles étaient souples et minces, et deux ou trois tours de
ces bandelettes feraient une excellente virole; je maintiendrais
celle-ci au moyen d'une ficelle, qui, cette fois, se trouverait bien
suffisante.

La chose se fit comme je viens de vous le dire, et mon couteau fut
restauré. La lame en était un peu plus courte, mais ce n'était pas un
inconvénient pour ce que j'en voulais faire, et cette pensée mit le
comble à ma satisfaction.

Il y avait alors près de vingt heures que j'étais éveillé. Je songeais à
quitter l'ouvrage au moment où j'avais cassé mon couteau; après ce
malheur, il m'aurait été impossible de fermer l'oeil; et je n'avais pas
dormi.

Une fois que j'eus retrouvé mes espérances, je me dirigeai vers ma
cabine avec l'intention de me reposer de corps et d'esprit. Il est
inutile d'ajouter que la faim me poussa vers le buffet; j'en sortis un
rat que je mangeai avec un plaisir dont vous vous étonnez, et qui
aujourd'hui ne me surprend pas moins que vous.



CHAPITRE LX.

Espace triangulaire.


Je passai la nuit dans mon ancienne cabine; il serait plus juste de dire
que j'y restai pendant mon sommeil, car il pouvait être grand jour; mais
peu importe, je n'en dormis pas moins bien, et me réveillai plein de
vigueur. C'était mon nouveau régime qui, sans aucun doute, produisait
cet heureux effet; car, en dépit de la répugnance qu'il vous inspire, il
faut reconnaître qu'il était nourrissant.

Je n'hésitai pas à déjeuner de la même chère; et après avoir bu ma
ration d'eau je retournai dans la caisse où j'avais passé la journée
précédente et une partie de la nuit.

En me retrouvant à la même place que la veille, je ne pus pas me
dissimuler que j'avais fait peu de chemin pendant cette longue séance;
mais quelque chose me faisait pressentir que j'allais être plus heureux.

Vous vous rappelez qu'au moment où la rupture de ma lame était venue me
plonger dans la douleur, j'étais placé dans les circonstances les plus
favorables où je me fusse encore trouvé: la caisse à laquelle j'avais
affaire semblait facile à ouvrir; et je me revis dans la même situation
en reprenant mon travail.

Cette fois, comme vous pensez, je n'eus pas la témérité de me servir de
mon couteau pour soulever les planches et les enlever de leur point
d'attache. Je connaissais trop la valeur de cet instrument, qui était
celui de ma délivrance, et je cherchai un autre levier.

«Il me faudrait un morceau de bois très-dur,» pensai-je.

Je me souvins tout à coup des douelles de la barrique d'eau-de-vie.

Je fus aussitôt dans ma cabine; où je me rappelais les avoir laissées.
Effectivement, après avoir dérangé quelques pièces de drap, et tâtonné
pendant quelques minutes, je me trouvai possesseur d'une planche étroite
et solide qui me sembla remplir toutes les conditions voulues.

De nouveau à la besogne, j'amincis le bout de ma planchette, et
l'introduisant avec un peu de peine, il est vrai, sous les planches qui
formaient l'un des côtés de la caisse, je l'y enfonçai le plus possible
en frappant dessus avec un morceau de bois.

Lorsqu'elle fut solidement ancrée, je pesai de toutes mes forces sur le
bout qui était libre, et après de nombreuses secousses, j'eus la
satisfaction d'entendre craquer les pointes qui se détachaient. Mes
doigts prirent alors la place du levier, j'attirai la planche vers moi,
et la brèche fut ouverte.

La planche voisine se détacha plus facilement; il en résulta une
ouverture bien assez large pour me permettre de vider la boîte de ce
qu'elle pouvait contenir.

C'étaient des paquets oblongs, ayant la forme des pièces de toile ou de
drap, mais bien plus légers, surtout plus élastiques, ils n'en
sortiraient que plus facilement, et je n'aurais pas besoin de les
défaire pour les ôter de la caisse.

Quant à m'assurer de leur nature, je n'en eus pas même la curiosité; et
il me serait impossible de vous dire ce qu'il y avait dans ces paquets,
si en tirant l'un d'eux, qui était plus serré que les autres,
l'enveloppe ne s'en était déchirée: au moelleux du tissu que mes doigts
rencontrèrent, ils reconnurent que c'était du velours.

La caisse fut bientôt vide, son contenu rangé avec soin derrière moi; et
le coeur palpitant, je me hissai dans l'espace que je venais de
m'ouvrir: j'étais d'un étage plus près de la liberté.

Il ne m'avait fallu que deux heures pour faire ce pas énorme; c'était
d'un bon augure; la journée commençait bien, et je résolus de ne pas
perdre une minute, puisque le sort se montrait si favorable.

Après avoir été me rafraîchir à mon tonneau, je remontai dans la caisse
au velours, et je commençai une nouvelle série d'explorations. Comme il
était arrivé pour la caisse au drap, la partie supérieure, également
appuyée contre le piano, pouvait se détacher avec un peu d'effort; et
sans pousser au delà mon examen, j'appuyai mes talons contre les
planches et les frappai vigoureusement.

Je n'avais pas beaucoup de force, en raison de la gêne que j'éprouvais
dans ma nouvelle boîte, dont la dimension était beaucoup moindre que
celle de la caisse aux étoffes. À la fin, cependant, les planches se
détachèrent, et tombèrent les unes après les autres dans le vide que
j'ai signalé.

Je pus, dès lors, continuer mon examen des lieux, et je me penchai pour
sentir ce qu'il y avait autour de moi; je m'attendais à trouver le grand
piano, se dressant toujours comme un mur, et j'avais bien peur qu'il ne
fermât tout l'espace. Il est certain que l'énorme caisse n'avait pas
changé de position, c'est elle que je rencontrai tout de suite; mais je
ne pus retenir un cri de joie en m'apercevant qu'elle ne bouchait pas la
moitié de l'ouverture; et, chose qui me rendait encore plus heureux,
c'est qu'en suivant le bord avec la main, je découvris que dans
l'endroit où elle n'arrivait pas, il se trouvait un vide, presque aussi
large que la caisse au velours.

Quelle agréable surprise! autant d'avance pour mon tunnel. J'étendis le
bras, et ma joie devint de plus en plus grande: le vide existait
non-seulement en largeur, mais il montait jusqu'à l'extrémité du piano,
et formait une cellule triangulaire dont la pointe était précisément
tournée vers le bas. Cela tenait à la forme du piano qui, au lieu d'être
carré, allait en diminuant de largeur; il était placé de champ, et comme
il reposait sur le côté le plus large, il y avait nécessairement un vide
à partir de son échancrure.

Apparemment qu'il n'y avait pas eu de caisse ou de ballot qui pût se
caser dans cet espace triangulaire, puisqu'il était inoccupé. «Tant
mieux,» pensai-je en m'introduisant dans cette logette, avec l'intention
de l'examiner.



CHAPITRE LXI.

Nouvelle caisse.


L'examen ne fut pas long; j'eus bientôt découvert que le fond de ce vide
était formé par une grande caisse. À droite il y en avait une pareille;
à gauche se trouvait l'obliquité du piano, qui, par son écartement,
donnait à la base du triangle une largeur de cinquante centimètres.

Mais je me souciais fort peu de ce qu'il y avait au fond, à droite et à
gauche de cet espace vide; c'était le dessus de la logette qui
m'intéressait, puisque c'était perpendiculairement que je voulais percer
mon tunnel. L'obliquité du piano avait encore pour moi l'avantage de me
faire arriver diamétralement au-dessous de la grande écoutille. Je
n'avais plus à m'occuper de ce qui était sur les parties latérales, à
moins de rencontrer un obstacle imprévu. Quant à présent, je ne pensais
qu'à monter. «Excelsior! excelsior!» me répétais-je avec ivresse. Deux
ou trois étages à franchir, peut-être moins, et je serais libre! Cette
pensée me faisait battre le coeur.

Ce fut avec une vive anxiété que je portai la main au plafond de la
logette; mes doigts tremblèrent tout à coup et reculèrent
involontairement. Bonté divine! encore un ballot de toile.

En étais-je bien sûr? Je m'y étais déjà trompé lors de la caisse de
velours. Avant de se désoler il fallait examiner de plus près.

Je fermai le poing et frappai la base du prétendu ballot. Quel son
agréable me répondit! c'était une caisse recouverte de son emballage. Un
bloc de toile ou d'étoffe m'aurait donné un son mat, à peine sensible,
tandis que cette nouvelle caisse résonnait comme si elle eût été vide.

Il devait cependant se trouver quelque chose; elle n'aurait pas été là
si elle n'avait rien contenu; mais que pouvait-elle renfermer?

Je la frappai plusieurs fois avec le manche de mon couteau, elle rendit
toujours le même bruit: un son creux annonçant le vide.

«On aura peut-être oublié de la remplir; de mieux en mieux: pensai-je.
Dans tous les cas, c'est quelque chose de léger dont je me débarrasserai
facilement.»

Mais à quoi bon ces conjectures? Il valait mieux défoncer la boîte que
de perdre son temps à deviner une énigme; et en deux tours de main j'eus
arraché la toile.

Je n'ai pas besoin de vous dire au moyen de quel procédé j'ouvris cette
caisse; vous le connaissez aussi bien que moi: une planche fut coupée en
travers, puis arrachée, ainsi qu'une seconde, et le passage fut libre.

Ma surprise fut extrême; je ne comprenais pas ce qu'il y avait dans
cette boîte. Cependant, lorsque je fus parvenu à détacher l'un des
objets bizarres qui m'intriguaient, je finis par découvrir que c'étaient
des chapeaux.

Mon Dieu oui! des chapeaux de femme tout garnis de rubans, de fleurs et
de panaches.

Si j'avais connu, à cette époque, le costume péruvien, j'aurais encore
été bien plus surpris. J'aurais su qu'on ne voit jamais pareille
coiffure charger la tête d'une Péruvienne. Mais je l'ignorais
complétement, et n'étais étonné que de voir un article aussi futile
faire partie de la cargaison d'un vaisseau.

On me donna plus tard l'explication de cette bizarrerie, en me disant
qu'il y avait beaucoup de Françaises et d'Anglaises dans l'Amérique du
Sud: les femmes et les filles des négociants établis dans cette partie
du monde, celles des consuls, etc., et que malgré la distance qui les
séparait de l'Europe ces dames n'en persistaient pas moins à suivre les
modes de Paris ou de Londres, en dépit du mauvais effet que leur
coiffure absurde produit aux yeux des indigènes.

C'était donc à ces élégantes qu'était destinée la caisse de modes où je
venais de m'introduire.

Il faut avouer que ces dames furent trompées dans leur espoir; les
chapeaux n'arrivèrent pas à leur destination, ou plutôt ils y parvinrent
dans un état qui ne permettait plus d'en faire un objet de parure. Je
les saisis tous d'une main impitoyable, et dans la nécessité où je me
trouvais de les réduire au moindre volume possible, on comprend ce qui
advint de la grâce et de la fraîcheur de ces objets délicats.

Par suite de cette manoeuvre, une foule de malédictions a dû retomber
sur ma tête; et la seule chose que je puisse répondre, c'est qu'il
s'agissait pour moi d'une question de vie ou de mort devant laquelle
s'effaçait l'importance des chapeaux. Il n'est pas probable que cette
excuse fut trouvée bonne à l'endroit où on les attendait. Je n'en ai
jamais rien su. Tout ce que je puis dire, c'est que plus tard j'eus la
satisfaction de décharger ma conscience en payant l'indemnité que
réclamait la marchande de modes.



CHAPITRE LXII.

À demi suffoqué.


Une fois débarrassé des chapeaux, et installé à leur place, j'avais
l'intention de faire sauter le couvercle de la caisse, si la chose était
possible, ou d'y pratiquer l'ouverture de rigueur. Mais d'abord il
fallait procéder à mon examen habituel pour savoir à quoi j'aurais
affaire ensuite, afin de ne pas m'exposer à prendre une peine inutile.

Je passai donc la pointe de mon couteau entre les fentes du couvercle,
pour tâter l'objet qui se trouvait au-dessus de moi. C'était un ballot,
car je sentais de la toile; mais un ballot qui me parut élastique; du
moins il ne m'offrait pas grande résistance, la lame de mon couteau s'y
enfonça jusqu'à la garde, et je ne sentis pas de caisse intérieure.

Ce n'était pas de la toile, pas même du drap; mon couteau y entrait
comme dans du beurre; et la moindre étoffe m'aurait toujours un peu
résisté. Mais ce pouvait être un vide; je sondai à plusieurs endroits,
et partout je pénétrais sans effort; c'était une matière molle, une
substance inconnue dont je ne me faisais pas la moindre idée.

Il était à peu près sûr qu'elle ne m'opposerait pas d'obstacle sérieux;
je n'en demandais pas davantage, et sous l'impression agréable que me
donnait cette probabilité, je me mis en devoir d'enlever les planches
qui me séparaient de ce singulier ballot, afin de le miner à son tour.

Je me livrai de nouveau à cette fastidieuse besogne de couper en travers
l'une des planches qui s'opposaient à mon passage; je n'avais pas
d'autre moyen de procéder perpendiculairement: le poids des objets qui
se trouvaient sur les caisses m'empêchait d'en ébranler le couvercle,
dont la section devenait indispensable.

Toutefois, le dessus de la boîte à chapeaux fut moins difficile à couper
que les autres, le bois en était plus mince, et en moins d'une heure
j'eus achevé mon opération.

Je coupai la toile qui enveloppait cette caisse de modes précieuses, et
je pus avec la main sentir le mystérieux ballot: c'était un sac à blé;
je le reconnus immédiatement, j'en avais assez palpé à la ferme.

Mais qu'est-ce qui le remplissait? était-ce de l'orge, du froment ou de
l'avoine? Non, c'était quelque chose de plus doux.

Il était facile de s'en assurer; au moyen de mon couteau je fis au sac
une ouverture suffisante pour y passer la main. Ce ne fut pas
nécessaire: à peine avais-je fendu la toile, qu'une substance poudreuse
s'en échappa, et que mes doigts, en se refermant, saisirent une poignée
de farine. Je la portai à ma bouche: c'était de la farine de froment,
j'en avais l'assurance.

Quelle heureuse découverte! je n'avais plus peur de mourir de faim, plus
besoin de manger des rats. Avec de la farine et de l'eau je pouvais
vivre comme un prince. Elle était crue, direz-vous? Qu'importe, elle
n'en était pas moins agréable et saine.

«Dieu soit loué!» m'écriai-je en pensant à la valeur de cette
découverte.

Je travaillais depuis longtemps, j'étais fatigué, j'avais grand'faim, et
ne pus résister au désir de faire immédiatement un bon repas. Je remplis
mes poches de farine et me disposai à retourner près de mon tonneau.
Avant de partir j'eus toutefois la précaution de fermer la plaie que
j'avais faite à mon sac, en y fourrant des morceaux de toile, et
j'opérai ma descente.

Les rats, y compris le sac de laine qui me servait de garde-manger,
furent placés dans un coin; j'espérais bien n'avoir plus à les en
sortir; et faisant une pâte avec ma farine, je la mangeai d'aussi bon
coeur que s'il se fût agi d'un tôt-fait ou d'un pouding à la minute.

Quelques heures d'un profond sommeil réparèrent mes forces; un nouveau
plat de bouillie fut avalé prestement, et je revins à mon tunnel.

En arrivant au second étage, c'est-à-dire à la seconde caisse, je fus
surpris de trouver sur toutes les planches une couche épaisse de
poussière. Dans la logette, à côté du piano, cette couche était si forte
que j'y enfonçais jusqu'à la cheville; quelque chose me tombait sur les
épaules; je levai la tête, un nuage de poudre m'entra dans la bouche,
dans les yeux et me fit tousser, éternuer, pleurer de la façon la plus
violente. Mon premier mouvement fut de battre en retraite, pour me
réfugier au fond de ma cellule; mais je n'eus pas besoin d'aller
jusque-là; une fois dans l'ancienne boîte aux biscuits, je fus à l'abri
de cette ondée pulvérulente, et je respirai librement.

[Illustration: Un nuage de poudre m'entra dans la bouche.]

Il était facile de s'expliquer ce phénomène: le mouvement du vaisseau
avait fait tomber les chiffons qui bouchaient l'ouverture du sac; et
c'était ma farine que j'avais prise pour de la poussière.

La perte pouvait être considérable; dans tous les cas il fallait
refermer le sac. Malgré la peur que j'avais d'une nouvelle suffocation,
je n'hésitai pas à escalader mon tunnel; et fermant la bouche et les
yeux, je fus bientôt dans l'ancienne caisse de modes.

Mais il me sembla qu'il ne tombait plus de farine. Je levai d'abord la
main, puis la figure, et me convainquis du fait: la pluie de farine
avait complétement cessé, et par une bonne raison, c'est que le sac
était vide.

J'aurais regardé cet événement comme un malheur, si je n'avais compris
tout de suite qu'on pouvait y remédier. Certes une grande partie de la
farine avait glissé entre les caisses, et de là s'était perdue à fond de
cale; mais il en restait une quantité plus que suffisante dans tous les
coins où il y avait un bout de planche; principalement dans la logette
triangulaire, que j'avais tapissée d'étoffe.

Cela importait peu du reste; car une nouvelle découverte, que je fis
presque aussitôt, absorba toutes mes pensées, et je ne m'inquiétai plus
de farine ni de provisions quelconques.

J'avais allongé le bras pour voir si vraiment la poche était vide; elle
l'était complétement; dès lors je n'avais plus qu'à tirer le sac pour
profiter de la place qu'il occupait, et la prendre à mon tour. «Encore
un étage de gagné,» me dis-je, en saisissant la toile et en la jetant
derrière moi.

Je passai la tête dans la caisse pour me hisser à la place du sac:

Ô mon Dieu, je revoyais la lumière!



CHAPITRE LXIII.

Vie et clarté.


Je ne peux pas vous décrire mon bonheur. Toute appréhension m'abandonna:
j'étais sauvé, j'oubliais que j'avais souffert.

La clarté qui me réjouissait ainsi n'était qu'un faible rayon qui
passait entre deux planches. Elle m'arrivait en ligne oblique, et me
paraissait à peine à deux ou trois mètres de distance.

[Illustration: C'était un faible rayon qui passait entre deux planches.]

Elle ne pouvait pas venir du pont; il n'existe pas la moindre fissure au
plancher d'un navire; et la fente qui laissait pénétrer cette lueur ne
pouvait être qu'au volet de l'écoutille, dont le prélart était sans
doute enlevé, ou déchiré à cet endroit.

J'avais les yeux rivés sur cette lueur imperceptible, qui me semblait
rayonner comme une étoile brillante. Jamais rien ne me parut si doux à
contempler; c'était comme le regard d'un ange qui me souriait, et me
félicitait de me voir revenir à la vie.

Je m'arrachai cependant à mon extase; j'étais à la fin de mon travail,
j'allais recueillir le prix de mes efforts, et ne pouvais m'arrêter au
seuil de la délivrance. Plus on est près du but, plus on est impatient
de l'atteindre; et je me hâtai d'arracher le reste du dessus de la
caisse de modes, où je me trouvais encore.

Puisque cette clarté m'arrivait, j'étais donc au dernier étage de la
cargaison; puisqu'elle me venait obliquement, c'est qu'il n'y avait rien
entre elle et moi. L'espace qu'elle traversait ne pouvait être
qu'au-dessus des caisses et des ballots; rien ne devait le remplir.

Cette conjecture fut bientôt vérifiée. Je sortis de ma case, j'étendis
les bras dans tous les sens et ne rencontrai que le vide. Assis au bord
de la caisse, j'y restai quelque temps, n'osant pas m'aventurer dans
l'espace qui était devant moi, de peur de trouver sous mes pas quelque
abîme, et de ne m'en apercevoir qu'en y tombant.

Je regardais la clarté qui me servait de phare, et dont je m'étais
rapproché. Mes yeux s'habituaient à la lumière, et malgré la faiblesse
du rayon qui m'éclairait, je finis par distinguer tous les objets qu'il
y avait autour de moi. Je vis bientôt que le vide au lieu de régner sur
toute la cargaison, ainsi que je l'avais cru, ne s'étendait qu'à peu de
distance de ma caisse. C'était un creux circulaire, une sorte
d'amphithéâtre fermé de tous côtés par les marchandises empilées dans la
cale, un espace laissé au-dessous de l'écoutille, et où gisaient des
barils et des sacs, destinés sans doute à l'approvisionnement de
l'équipage, et placés de manière qu'on pût les prendre facilement, à
mesure que le besoin s'en ferait sentir.

C'était sur l'un des côtés de cette espèce d'entonnoir que j'étais sorti
de ma galerie. Sans aucun doute j'étais sur le pont. Je n'avais plus
qu'à faire quelque pas, à frapper aux planches qui se trouvaient
au-dessus de ma tête; et l'on venait à mon secours.

Mais, bien qu'il ne me fallût qu'un simple effort, un seul cri pour
recouvrer la liberté, je fus longtemps sans avoir le courage de faire
cet effort libérateur.

Je n'ai pas besoin de vous dire pourquoi. Rappelez-vous tous mes
ravages. Les dégâts s'élevaient peut-être à des centaines de livres.
Songez à l'impossibilité où je me trouvais de faire la plus légère
restitution, de dédommager qui que ce fût de la perte dont j'étais
cause, et vous comprendrez pourquoi je restais immobile sur la caisse
aux chapeaux. Une inquiétude affreuse s'était emparée de mon esprit. Le
dénoûment que pouvait avoir ce drame me remplissait de terreur, et
j'hésitais à le faire naître.

Comment regarder en face le capitaine, affronter la colère du
lieutenant? Je frissonnais rien que d'y penser. Quel châtiment allais-je
avoir à subir? Peut-être me jetterait-on à la mer.

Un tressaillement d'horreur parcourut toutes mes veines; la disposition
de mon âme avait brusquement changé; cette lumière tremblante, qui
l'instant d'avant m'inondait de joie, ne m'inspirait plus qu'une
horrible crainte; et ma poitrine se serrait tandis que mes yeux la
regardaient avec stupeur.



CHAPITRE LXIV.

Un équipage surpris.


Je cherchai un moyen de réparer le mal que j'avais fait; mais ces
réflexions ne firent qu'augmenter mon amertume. Je ne possédais pas une
obole: tout mon avoir consistait dans ma vieille montre. Si je l'offrais
à ceux.... Quelle dérision! Elle ne payerait pas le biscuit que j'avais
mangé.

Il me restait bien autre chose, et je l'ai toujours, car je l'ai
conservé jusqu'à présent; mais cet objet, qui pour moi avait tant de
prix, ne valait pas six pence. Vous devinez que je parle de mon vieux
couteau.

Mon oncle n'interviendrait pas dans cette affaire; il s'intéressait fort
peu à moi, et n'était pas responsable de mes actes, il ne fallait donc
pas compter sur lui pour payer mes dégâts.

Une seule pensée me donnait de l'espoir; je pouvais m'engager au service
du capitaine pour un nombre d'années considérable; je pouvais travailler
en qualité de mousse, de garçon de cabine, de domestique; je ferais tout
ce qu'il lui plairait de m'imposer pour éteindre ma dette.

S'il acceptait ma proposition, et je ne voyais pas qu'il eût autre chose
à faire, à moins de me jeter par-dessus le bord, tout s'arrangerait pour
le mieux.

Cette idée me rendit un peu de courage, et, après l'avoir envisagée sous
toutes ses faces, je résolus de m'offrir au capitaine, aussitôt que je
pourrais le voir.

Comme je venais de prendre cette décision, et d'en fixer les termes,
j'entendis faire un grand bruit au-dessus de ma tête; c'étaient les pas
pesants des matelots qui allaient et venaient sur le pont; ils se
dirigeaient des deux extrémités du navire, et s'arrêtèrent précisément
autour de l'écoutille.

Au bruit des pas succéda celui des voix;--qu'il fut doux à mon
oreille!--Deux ou trois acclamations retentirent, quelques paroles
brèves furent prononcées, puis des chants s'élevèrent en choeur. Les
voix étaient rudes; mais je n'ai jamais rien entendu qui pour moi fût
aussi harmonieux que ce chant de matelots.

Il m'inspira de la confiance; je retrouvai toute mon énergie; la
captivité n'était plus possible. Dès que les chants cessèrent, je
m'élançai vers l'écoutille, et frappai vivement les planches qui étaient
au-dessus de ma tête.

Je prêtai l'oreille: on m'avait entendu. Les voix parlementaient, elles
semblaient exprimer l'étonnement. Les paroles continuèrent, le nombre
des voix s'accrut, et cependant on ne m'ouvrait pas.

Je frappai de nouveau, en m'efforçant de crier; mais je fus surpris de
la faiblesse de ma voix, et je supposai que personne ne pourrait
l'entendre.

Je me trompais: une volée d'exclamations me répondit, et à leur
multitude il me fut aisé de comprendre que tout l'équipage entourait
l'écoutille.

Je frappai une troisième fois, et me mis un peu à l'écart, en attendant
avec émotion ce qui allait arriver.

Quelque chose frotta sur le pont; c'était le prélart qu'on écartait, et
la lumière pénétra aussitôt par toutes les fentes du plancher.

L'instant d'après le ciel s'entr'ouvrit à mes regards, un flot lumineux
s'en échappa et m'éblouit complétement; je chancelai, pris de vertige,
et tombai sur une caisse, où je ne tardai pas à m'évanouir.

Au moment où l'écoutille s'était ouverte, j'avais entrevu un cercle de
têtes penchées au-dessus du couloir, et qui s'étaient reculées tout à
coup avec une expression de terreur. Les cris que j'avais entendus
témoignaient du même effroi; puis ils s'étaient dissipés peu à peu, en
même temps que la lumière s'effaçait à mes regards, c'est-à-dire à
mesure que je perdais connaissance.

Complétement étranger à tout ce qui se passait autour de moi, je ne vis
pas le cercle de têtes se reformer au-dessus de l'écoutille, et me
considérer de nouveau; je ne vis pas l'un des hommes s'élancer sur les
caisses, où il fut suivi de quelques autres; je n'entendis pas leurs
conjectures; je ne m'aperçus pas de la douceur avec laquelle ils me
relevèrent, me soutinrent dans leurs bras, me posèrent leurs mains
calleuses sur la poitrine, pour voir si mon coeur battait encore; je ne
vis pas le bon matelot me prendre comme un enfant, monter avec
précaution l'échelle qu'on lui tendait, et me déposer tout doucement sur
le pont. Je ne vis et ne sentis rien, jusqu'au moment où le choc violent
d'un seau d'eau me tira de ma torpeur, et vint m'apprendre que je
respirais encore.



CHAPITRE LXV.

Dénoûment.


Lorsque j'eus repris connaissance, je me trouvais sur le pont; la foule
se pressait autour de moi, et dans quelque direction que je pusse
regarder, mes yeux ne rencontraient que des figures humaines! des traits
rudes, mais où je ne voyais pas de sévérité: au contraire, je n'y
trouvais qu'attendrissement et sympathie.

Tous les matelots m'entouraient; l'un d'eux, penché au-dessus de mon
visage, m'humectait les lèvres, et me bassinait les tempes avec un linge
mouillé. Je le reconnus immédiatement: c'était Waters, celui qui m'avait
donné son couteau; il ne se doutait guère alors du service qu'il me
rendait; moi-même je n'en avais pas l'idée.

«Waters, me reconnaissez-vous? lui dis-je.

--Mille sabords! s'écria-t-il, je veux être pendu si ce n'est pas le
petit qui est venu nous trouver la surveille d'embarquer!

--Ce petit épissoir qui voulait être marin? cria la foule avec ensemble.

--Lui-même, pour le sûr.

--Oui, répliquai-je: c'est bien moi.»

Une autre volée de phrases exclamatives suivit cette déclaration, puis
il y eut un instant de silence.

«Où est le capitaine? demandai-je.

--Tu veux lui parler? me dit Waters, à qui je m'étais adressé; le voilà
justement,» ajouta le bon matelot en étendant le bras pour écarter la
foule.

Je jetai les yeux du côté où le cercle s'était ouvert, et j'aperçus le
monsieur, dont le costume m'avait déjà fait reconnaître le grade. Il
était devant la porte de sa cabine à peu de distance de l'endroit où je
me trouvais moi-même. Sa figure était sérieuse, mais elle ne m'effraya
pas, il me sembla qu'il se laisserait toucher.

J'eus encore un instant d'hésitation; puis, appelant tout mon courage à
mon aide, je me dirigeai vers le capitaine en chancelant, et
m'agenouillai devant lui.

«Oh! monsieur! m'écriai-je, vous ne pourrez jamais me pardonner.»

Il me fut impossible de trouver autre chose à dire, et, les yeux
baissés, j'attendis ma sentence.

«Allons, mon enfant, dit une voix pleine de douceur, relève-toi, et
viens dans ma cabine.»

Une main avait pris la mienne et soutenait mes pas chancelants; celui
qui me donnait cet appui, c'était le capitaine en personne. Il n'était
pas probable qu'il voulût ensuite me faire jeter aux requins; était-il
possible que tout cela finit par un entier pardon? Mais il ne savait pas
les dégâts que j'avais commis.

En entrant dans la chambre mes regards tombèrent sur un miroir; je ne me
serais pas reconnu; j'étais tout blanc, comme si on m'eût passé à la
chaux; toutefois je me rappelai la farine; quant à ma figure, elle était
aussi blanche que mes habits, et décharnée comme la face d'un squelette.
L'absence de lumière et d'espace, les privations et les tortures morales
avaient fait de grands ravages dans ma chair.

Le capitaine me fit asseoir, appela son intendant, et dit à celui-ci de
me donner un verre de porto. Il garda le silence tant que je n'eus pas
fini de boire; lorsque j'eus avalé ma dernière goutte, il prit la
parole, en tournant vers moi une figure qui n'avait rien de sévère, et
me dit qu'il fallait tout lui raconter.

C'était une longue histoire; cependant je ne lui cachai ni les motifs
qui m'avaient poussé à fuir de chez mon oncle, ni les dommages que
j'avais causés à la cargaison. Il en connaissait une partie, car plus
d'un matelot avait déjà visité ma cellule, et fait le rapport de ce
qu'il avait trouvé.

Lorsque j'eus terminé mon récit, avec tous ses détails, je fis au
capitaine la proposition de le servir pour acquitter ma dette, et
j'attendis sa réponse avec un serrement de coeur; mais mon inquiétude
fut bientôt dissipée.

«Bravo garçon! dit le capitaine en se levant, tu es digne d'entrer dans
la marine; et par la mémoire de ton noble père, que j'ai connu, tu seras
marin, je te le promets. Waters: ajouta-t-il en s'adressant au matelot
qui attendait à la porte, emmène ce garçon-là, fais-lui donner un
gréement neuf; dès qu'il aura recouvré toute sa force, veille à ce qu'on
lui apprenne le nom et le maniement des cordages.»

Waters veilla soigneusement à mon éducation maritime, et je demeurai
sous ses ordres jusqu'au jour où, de simple apprenti, je fus couché sur
le livre de bord en qualité de marin.

Mais je ne devais pas en rester là: «Excelsior» était toujours ma
devise, et avec l'assistance du généreux capitaine, je ne tardai pas à
devenir contre-maître, puis second, puis premier lieutenant, et je finis
par commander à mon tour.

Avec les années, ma position devenant toujours meilleure, je fus
capitaine de mon propre navire.

C'était l'ambition de toute ma vie; dès lors, j'avais la liberté de
choisir ma route, de labourer l'Océan dans tous les sens, et de
commercer avec la partie du monde qui m'attirait vers ses côtes.

L'un des premiers voyages que je fis à cette époque fut celui du Pérou;
et je n'oubliai pas d'emporter une caisse de modes pour les Européennes
de Callao et de Lima. Elle arriva saine et sauve, et nul doute que son
contenu n'ait enchanté les belles créoles qu'il était destiné à ravir.

Les chapeaux écrasés étaient payés depuis longtemps, ainsi que
l'eau-de-vie répandue, et les dommages causés aux pièces de drap et de
velours. Après tout, la somme que j'eus à débourser ne fut pas
très-considérable; les propriétaires des marchandises, qui tous étaient
des hommes généreux, prenant en considération les circonstances où les
dégâts avaient été commis, se montrèrent faciles avec le capitaine, qui
à son tour me fit des conditions très-douces. Quelques années suffirent
pour régler tous mes comptes, ou, dans la langue des matelots, pour
brasser carrément les vergues.

J'ai longtemps navigué depuis lors; mais quand après quelques opérations
fructueuses, et beaucoup d'ordre, je me suis trouvé de quoi vivre pour
le reste de mes jours, j'ai commencé à me fatiguer de la tempête et à
soupirer après une existence plus calme. Ce désir devint de plus en plus
fort; et finissant par ne pas pouvoir lui résister, je résolus de
terminer la lutte, et de jeter l'ancre une dernière fois à la côte.

Pour réaliser ce dessein, je vendis mon brick, tout ce qui concernait la
mer; et je revins me fixer dans ce village; c'est ici que je suis né,
c'est ici que je veux mourir.

Au revoir, enfants; et que Dieu vous garde et vous protége.


FIN



TABLE DES MATIÈRES


    Chapitres.                                            Pages.

    I.       Mon auditoire                                     1
    II.      Sauvé par des cygnes                              7
    III.     Nouveau péril                                    16
    IV.      En mer.                                          24
    V.       Le récif                                         30
    VI.      Les mouettes                                     41
    VII.     À la recherche d'un oursin                       47
    VIII.    Perte du petit canot                             55
    IX.      Sur l'écueil                                     59
    X.       Escalade                                         64
    XI.      Marée montante                                   70
    XII.     Le poteau                                        75
    XIII.    Suspension                                       81
    XIV.     En partance pour le Pérou                        87
    XV.      Fuite                                            97
    XVI.     _L'Inca_ et son équipage                        104
    XVII.    Pas assez grand!                                113
    XVIII.   Entrée furtive                                  118
    XIX.     Hourra! nous sommes partis!                     126
    XX.      Mal de mer                                      131
    XXI.     Enseveli tout vivant!                           137
    XXII.    Soif                                            142
    XXIII.   Son plein de charme                             146
    XXIV.    La barrique est mise en perce                   150
    XXV.     Le fausset                                      159
    XXVI.    Une caisse de biscuit                           163
    XXVII.   Une pipe d'eau-de-vie                           167
    XXVIII.  Rations                                         174
    XXIX.    Jaugeage du tonneau                             181
    XXX.     Ma règle métrique                               183
    XXXI.    Quod erat faciendum                             192
    XXXII.   Horreur des ténèbres                            199
    XXXIII.  Tempête                                         204
    XXXIV.   La coupe                                        208
    XXXV.    Disparition mystérieuse                         212
    XXXVI.   Un odieux Intrus                                217
    XXXVII.  Réflexions                                      224
    XXXVIII. Tout pour une ratière                           229
    XXXIX.   Légion d'intrus                                 234
    XL.      Le rat scandinave ou rat normand                238
    XLI.     Rêve et réalité                                 244
    XLII.    Profond sommeil                                 249
    XLIII.   À la recherche d'une autre caisse de biscuit    258
    XLIV.    Conservation des miettes                        260
    XLV.     Nouvelle morsure                                265
    XLVI.    Une balle de linge                              270
    XLVII.   Excelsior!                                      275
    XLVIII.  Un torrent d'eau-de-vie                         278
    XLIX.    Nouveau danger                                  283
    L.       Où est mon couteau?                             288
    LI.      Souricière                                      292
    LII.     À l'affût                                       295
    LIII.    Changement de direction                         301
    LIV.     Conjectures                                     304
    LV.      Joie de pouvoir se tenir debout                 308
    LVI.     Forme des navires                               312
    LVII.    Un grand obstacle                               318
    LVIII.   Détour                                          323
    LIX.     La lame brisée                                  329
    LX.      Espace triangulaire                             334
    LXI.     Nouvelle caisse                                 339
    LXII.    À demi suffoqué                                 343
    LXIII.   Vie et clarté                                   350
    LXIV.    Un équipage surpris                             355
    LXV.     Dénoûment                                       359


FIN DE LA TABLE DES MATIÈRES.





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Boy tar. French - A fond de cale" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home