Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: Discours par Maximilien Robespierre — 17 Avril 1792-27 Juillet 1794
Author: Robespierre, Maximilien, 1758-1794
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Discours par Maximilien Robespierre — 17 Avril 1792-27 Juillet 1794" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



Discours par Maximilien Robespierre -- 17 Avril 1792-27 Juillet 1794

(1758-1794)



Note: texte en français moderne établi par Charles Vellay



_Réponse de M. Robespierre aux discours de MM. Brissot et Guadet du
23 avril 1792, prononcée à la Société des Amis de la Constitution le
27 du même mois, et imprimée par ordre de la Société_ (27 avril 1792)

_Réponse de Maximilien Robespierre à l'accusation de J.-B. Louvet
[imprimé par ordre de la Convention nationale]_ (5 novembre 1792)

_Opinion de Maximilien Robespierre, député du département de Paris,
sur le jugement de Louis XVI; imprimé par ordre de la Convention
nationale_ (3 décembre 1792)

_Second discours de Maximilien Robespierre, sur le jugement de Louis
Capet;  prononcé à la Convention nationale, le 28 décembre, l'an
premier de la République [imprimé sur ordre de la Société des Amis
de la Liberté et de l'Egalité]_ (28 décembre 1792)

_Déclaration des droits de l'homme et du citoyen, présentée par
Maximilien Robespierre [imprimé par ordre de la Société des Amis de
la Liberté et de l'Egalité]_ (24 avril 1793)

_Discours de Maximilien Robespierre sur la Constitution [discours
imprimé par ordre de la Société des Jacobins]_ (10 mai 1793)

_Rapport fait à la Convention nationale au nom du Comité de salut
public par le citoyen Robespierre, membre de ce comité, sur la
situation politique de la République; le 27 brumaire, l'an 2 de la
République; imprimé par ordre de la Convention nationale_ (27 brumaire
an II - 18 novembre 1793)

_Rapport par Maximilien Robespierre à la Convention, fait au nom du
Comité de salut public, le quintidi 15 frimaire, l'an second de la
République une et indivisible; imprimé par ordre de la Convention -
Réponse de la Convention nationale aux manifestes des rois ligués
contre la République; proposée par Robespierre, au nom du Comité de
salut public, et décrétée par la Convention_ (15 frimaire an II -
5 décembre 1793)

_Rapport sur les principes du gouvernement révolutionnaire, fait au nom
du Comité de salut public par Maximilien Robespierre; imprimé par ordre
de la Convention; le 5 nivôse de l'an second de la République une et
indivisible_ (5 nivôse an II - 25 décembre 1793)

_Rapport sur les principes de morale politique qui doivent guider la
Convention nationale dans l'administration intérieure de la République,
fait au nom du Comité de salut public, le 18 pluviôse, l'an 2e de la
République, par Maximilien Robespierre; imprimé par ordre de la
Convention nationale_ (18 pluviôse an II - 5 février 1794)

_Rapport fait au nom du Comité de salut public, par Maximilien
Robespierre, sur les rapports des idées religieuses et morales avec
les principes républicains, et sur les fêtes nationales. Séance du
18 floréal, l'an second de la République française une et indivisible.
Imprimé par ordre de la Convention nationale_ (18 floréal an II - 7
mai 1794)

_Discours du 8 Thermidor_ (27 juillet 1794)



      *      *      *      *      *      *      *      *      *



_Réponse de M. Robespierre aux discours de MM. Brissot et Guadet du
23 avril 1792, prononcée à la Société des Amis de la Constitution le
27 du même mois, et imprimée par ordre de la Société_ (27 avril 1792)



Je ne viens pas vous occuper ici, quoi qu'on en puisse dire, de
l'intérêt de quelques individus ni du mien; c'est la cause publique qui
est l'unique objet de toute cette contestation: gardez-vous de penser
que les destinées du peuple soient attachées à quelques hommes;
gardez-vous de redouter le choc des opinions, et les orages des
discussions politiques, qui ne sont que les douleurs de l'enfantement
de la Liberté. Cette pusillanimité, reste honteux de nos anciennes
moeurs, serait l'écueil de l'esprit public et la sauvegarde de tous les
crimes. Elevons-nous une fois pour toute à la hauteur des âmes
antiques; et songeons que le courage et la vérité peuvent seuls achever
cette grande révolution.

Au reste, vous ne me verrez pas abuser des avantages que me donne Ici
manière dont j'ai été personnellement attaqué; et, si je parle avec
énergie, je n'en contribuerai que plus puissamment à la véritable paix
et à la seule union qui convienne aux amis de la Patrie.

Ce n'est pas moi qui ai provoqué la dernière scène qui a eu lieu dans
cette Société; elle avait été précédée d'une diffamation révoltante
dont tous les journaux étaient les instruments et répandue surtout par
ceux qui sont entre les mains de mes adversaires. Deux députés à
l'Assemblée nationale connus par leur civisme intrépide et le défenseur
de Château-Vieux avaient articulé des faits contre plusieurs membres de
cette Société. Sans m'expliquer sur cet objet, et même sans y mettre
autant d'importance que beaucoup d'autres, sans attaquer nommément qui
que ce soit, j'ai cru devoir éclairer la Société sur les manoeuvres
qui, dans ces derniers temps, avaient été employées pour la perdre ou
la paralyser; j'ai demandé la permission de les dévoiler à cette
séance; j'avais annoncé en même temps que je développerais dans un
autre temps des vérités importantes au salut public; le lendemain
toutes les espèces de journaux possibles, sans en excepter _La
Chronique_ ni _Le Patriote Français_, s'accordent à diriger contre moi
et contre tous ceux qui avaient déplu à mes adversaires les plus
absurdes et les plus atroces calomnies. Le lendemain, M. Brissot,
prévenant le jour où je devais porter la parole, vient dans cette
tribune, armé du volumineux discours que vous avez entendu.

Il ne dit presque rien sur les faits allégués par les trois citoyens
que j'ai nommés; il nous assure que nous ne devons pas craindre de voir
une autorité trop grande entre les mains des patriciens; se livre à une
longue dissertation sur le tribunat, qu'il présente comme la seule
calamité qui menace la nation; nous garantit que le patriotisme règne
partout, sans en excepter le lieu qui fut jusqu'ici le foyer de toutes
les intrigues et de toutes les conspirations; loue la dénonciation en
général, mais prétend que cette arme sacrée doit rester oisive par la
raison que nous sommes en guerre avec les ennemis du dehors: il va
jusqu'à nous reprocher de crier contre la guerre, tandis qu'il n'est
pas question de cela, et que nous n'en avons jamais parlé que pour
proposer les moyens ou de prévenir en même temps la guerre étrangère et
la guerre civile ou au moins de tourner la première au profit de la
liberté. Enfin au panégyrique le plus pompeux de ses amis, il oppose
les portraits hideux de tous les citoyens qui n'ont point suivi ses
étendards; il présente tous les dénonciateurs comme des hommes
exagérés, comme des factieux et des agitateurs du peuple; et, dans ses
éternelles et vagues déclamations, il m'impute l'ambition la plus
extravagante et la plus profonde perversité. M. Guadet,  que je n'avais
jamais attaqué en aucune manière, trouva le moyen d'enchérir sur M.
Brissot dans un discours dicté par le même esprit.

Le même jour, un autre membre de cette Société, pour s'être expliqué
librement sur la conduite tenue par le procureur-syndic du Département,
dans la fête de la Liberté, reçoit de la part de ce dernier l'assurance
qu'il va le traduire devant les Tribunaux: et devant quels juges!
Sera-ce devant les jurés que le procureur-syndic a lui-même choisis? Et
ce procureur-syndic est membre de cette Société, et, après l'avoir
prise pour arbitre d'une discussion élevée dans son sein, il décline
son jugement, pour la soumettre à celui des Juges! Il récuse le
tribunal de l'opinion publique pour adopter le tribunal de quelques
hommes.

Je n'ai eu aucune espèce de part, ni directement ni indirectement, aux
dénonciations faites ici par MM. Collot, Merlin et Chabot: je les en
atteste eux-mêmes; j'en atteste tous ceux qui me connaissent; et je le
jure par la Patrie et par la Liberté; mon opinion sur tout ce qui tient
à cet objet est indépendante, isolée; ma cause ni mes principes n'ont
jamais tenu, ni ne tiennent à ceux de personne. Mais j'ai cru que dans
ce moment la justice, les principes de la liberté publique et
individuelle m'imposaient la loi de faire ces légères observations sur
le procédé de M. Roederer, avant de parler de ce qui me regarde
personnellement.

Avant d'avoir expliqué le véritable objet de mes griefs, avant d'avoir
nommé personne, c'est moi qui me trouve accusé par des adversaires qui
usent contre moi de l'avantage qu'ils ont de parler tous les jours à la
France entière dans des feuilles périodiques, de tout le crédit, de
tout le pouvoir qu'ils exercent dans le moment actuel. Je suis calomnié
à l'envi par les journaux de tous les partis ligués contre moi: je ne
m'en plains pas; je ne cabale point contre mes accusateurs; j'aime bien
que l'on m'accuse; je regarde la liberté des dénonciations, dans tous
les temps, comme la sauvegarde du peuple, comme le droit sacré de tout
citoyen; et je prends ici l'engagement formel de ne jamais porter mes
plaintes à d'autre tribunal qu'à celui de l'opinion publique: mais il
est juste au moins que je rende un hommage à ce tribunal vraiment
souverain, en répondant devant lui à mes adversaires. Je le dois
d'autant plus que, dans les temps où nous sommes, ces sortes d'attaques
sont moins dirigées contre les personnes que contre la cause et les
principes qu'elles défendent. _Chef de parti, agitateur du peuple,
agent du Comité Autrichien, payé ou tout au moins égaré_, si
l'absurdité de ces inculpations me défend de les réfuter, leur nature,
l'influence et le caractère de leurs auteurs méritent au moins une
réponse. Je ne ferai point celle de Scipion ou de Lafayette qui, accusé
dans cette même tribune de plusieurs crimes de lèse-nation, ne répondit
rien. Je répondrai sérieusement à cette question de M. Brissot:
qu'avez-vous fait pour avoir le droit de censurer ma conduite et celle
de mes amis? Il est vrai que, tout en m'interrogeant, il semble
lui-même m'avoir fermé la bouche en répétant éternellement, avec tous
mes ennemis, que je sacrifiais la chose publique à mon orgueil, que je
ne cessais de vanter mes services, quoiqu'il sache bien que je n'ai
jamais parlé de moi que lorsqu'on m'a forcé de repousser la calomnie et
de défendre mes principes. Mais enfin, comme le droit d'interroger et
de calomnier suppose celui de répondre, je vais lui dire franchement et
sans orgueil ce que j'ai fait. Jamais personne ne m'accusa d'avoir
exercé un métier lâche ou flétri mon nom par des liaisons honteuses et
par des procès scandaleux; mais on m'accusa constamment de défendre
avec trop de chaleur la cause des faibles opprimés contre les
oppresseurs puissants; on m'accusa, avec raison, d'avoir violé le
respect dû aux tribunaux tyranniques de l'ancien régime, pour les
forcer à être justes par pudeur, d'avoir immolé à l'innocence outragée
l'orgueil de l'aristocratie bourgeoise, municipale, nobiliaire,
ecclésiastique. J'ai fait, dès la première aurore de la Révolution, au
delà de laquelle vous vous plaisez à remonter pour y chercher à vos
amis des titres de confiance, ce que je n'ai jamais daigné dire, mais
ce que tous mes compatriotes s'empresseraient de vous rappeler à ma
place, dans ce moment où l'on met en question si je suis un ennemi de
la patrie, et s'il est utile à sa cause de me sacrifier; ils vous
diraient que, membre d'un très petit tribunal, je repoussai par les
principes de la souveraineté du peuple ces édits de Lamoignon auxquels
les tribunaux supérieurs n'opposaient que des formes; ils vous diraient
qu'à l'époque des premières Assemblées, je les déterminai moi seul, non
pas à réclamer, mais à exercer les droits du souverain; ils vous
diraient qu'ils ne voulurent pas être présidés par ceux que le
despotisme avait désignés pour exercer cette fonction, mais par les
citoyens qu'ils choisirent librement; ils vous diraient que, tandis
qu'ailleurs le Tiers-Etat remerciait humblement les nobles de leur
prétendue renonciation à des privilèges pécuniaires, je les engageais à
déclarer pour toute réponse à la Noblesse artésienne que nul n'avait le
droit de faire don au peuple de ce qui lui appartenait; ils vous
rappelleraient avec quelle hauteur ils repoussèrent le lendemain un
courtisan fameux, gouverneur de la province et président des trois
Ordres, qui les honora de sa visite pour les ramènera des procédés plus
polis; ils vous diraient que je déterminai l'assemblée électorale
représentative d'une province importante à annuler des actes illégaux
et concussionnaires que les Etats de la province et l'intendant avaient
osé se permettre; ils vous diraient qu'alors comme aujourd'hui en butte
à la rage de toutes les puissances conjurées contre moi, menacé d'un
procès criminel, le peuple m'arracha à la persécution pour me porter
dans le sein de l'Assemblée nationale, tant la nature m'avait fait pour
jouer le rôle d'un _tribun ambitieux et d'un dangereux agitateur du
peuple!_ Et moi j'ajouterai que le spectacle de ces grandes assemblées
éveilla dans mon coeur un sentiment sublime et tendre qui me lia pour
jamais à la cause du peuple par des liens bien plus forts que toutes
les froides formules de serments inventées par les lois; je vous dirai
que je compris dès lors cette grande vérité morale et politique
annoncée par Jean-Jacques, que les hommes n'aiment jamais sincèrement
que ceux qui les aiment; que le peuple seul est bon, juste, magnanime,
et que la corruption et la tyrannie sont l'apanage exclusif de tous
ceux qui le dédaignent. Je compris encore combien il eût été facile à
des représentants vertueux d'élever tout d'un coup la nation française
à toute la hauteur de la liberté. Si vous me demandez ce que j'ai fait
à l'Assemblée nationale, je vous répondrai que je n'ai point fait tout
le bien que je désirais, que je n'ai pas même fait tout le bien que je
pouvais. Dès ce moment je n'ai plus eu à faire au peuple, à des hommes
simples et purs, mais à une assemblée particulière, agitée par mille
passions diverses, à des courtisans ambitieux, habiles dans l'art de
tromper, qui, cachés sous le masque du patriotisme, se réunissaient
souvent aux phalanges aristocratiques pour étouffer ma voix. Je ne
pouvais prétendre qu'aux succès qu'obtiennent le courage et la fidélité
à des devoirs rigoureux; il n'était point en moi de rechercher ceux de
l'intrigue et de la corruption. J'aurais rougi de sacrifier des
principes sacrés au frivole honneur d'attacher mon nom à un grand
nombre de lois. Ne pouvant faire adopter beaucoup de décrets favorables
à la liberté, j'en ai repoussé beaucoup de désastreux; j'ai forcé du
moins la tyrannie à parcourir un long circuit pour approcher du but
fatal où elle tendait. J'ai mieux aimé souvent exciter des murmures
honorables que d'obtenir de honteux applaudissements; j'ai regardé
comme un succès de faire retentir la voix de la vérité, lors même que
j'étais sûr de la voir repoussée; portant toujours mes regards au delà
de l'étroite enceinte du sanctuaire de la législation, quand j'adressai
la parole au Corps représentatif, mon but était surtout de me faire
entendre de la nation et de l'humanité; je voulais réveiller sans cesse
dans le coeur des citoyens ce sentiment de la dignité de l'homme et ces
principes éternels qui défendent les droits des peuples contre les
erreurs ou contre les caprices du législateur même. Si c'est un sujet
de reproche, comme vous le dites, de paraître souvent à la tribune; si
Phocion et Aristide, que vous citez, ne servaient leur patrie que dans
les camps et dans les tribunaux, je conviens que leur exemple me
condamne; mais voilà mon excuse. Mais, quoi qu'il en soit d'Aristide et
de Phocion, j'avoue encore que cet orgueil intraitable que vous me
reprochez éternellement a constamment méprisé la cour et ses faveurs,
que toujours il s'est révolté contre toutes les factions avec
lesquelles j'ai pu partager la puissance et les dépouilles de la
nation, que, souvent redoutable aux tyrans et aux traîtres, il ne
respecta jamais que la vérité, la faiblesse et l'infortune.

Vous demandez ce que j'ai fait. Oh! une grande chose, sans doute. J'ai
donné Brissot et Condorcet à la France. J'ai dit un jour à l'Assemblée
constituante que, pour imprimer à son ouvrage un auguste caractère,
elle devait donner au peuple un grand exemple de désintéressement et de
magnanimité; que les vertus des législateurs devaient être la première
leçon des citoyens; et je lui ai proposé de décréter qu'aucun de ses
membres ne pourrait être réélu à la seconde législature; cette
proposition fut accueillie avec enthousiasme. Sans cela peut-être
beaucoup d'entre eux seraient restés dans la carrière; et qui peut
répondre que le choix du peuple de Paris ne m'eût pas moi-même appelé à
la place qu'occupent aujourd'hui Brissot ou Condorcet? Cette action ne
peut être comptée pour rien par M. Brissot, qui, dans le panégyrique de
son ami, rappelant ses liaisons avec d'Alembert et sa gloire
académique, nous a reproché la témérité avec laquelle nous jugeons des
hommes qu'il a appelés _nos maîtres en patriotisme et en liberté_.
J'aurais cru, moi, que dans cet art nous n'avions d'autre maître que la
nature.

Je pourrais observer que la Révolution a rapetissé bien des grands
hommes de l'ancien régime; que, si les académiciens et les géomètres
que M. Brissot nous propose pour modèles, ont combattu et ridiculisé
les prêtres, ils n'en ont pas moins courtisé les grands et adoré les
rois, dont ils ont tiré un assez bon parti; et qui ne sait avec quel
acharnement ils ont persécuté la vertu et le génie de la Liberté dans
la personne de ce Jean-Jacques dont j'aperçois ici l'image sacrée, de
ce vrai philosophe qui seul, à mon avis, entre tous les hommes célèbres
de ce temps-là, mérita ces honneurs publics prostitués depuis par
l'intrigue à des charlatans politiques et à de méprisables héros.

Quoi qu'il en soit, il n'en est pas moins vrai que, dans le système de
M. Brissot, il doit paraître étonnant que celui de mes services que je
viens de rappeler ne m'ait pas mérité quelque indulgence de la part de
mes adversaires.

J'ai cru encore que, pour conserver la vertu des membres de l'Assemblée
nationale pure de toute intrigue et de toute espérance corruptrice, il
fallait élever une barrière entre eux et le ministère, que leur devoir
était de surveiller les ministres, et non de s'identifier avec eux ou
de le devenir eux-mêmes; et l'Assemblée constituante, consacrant ces
principes, a décrété que les membres des législatures ne pourraient
parvenir au ministère ni accepter aucun emploi du pouvoir exécutif
pendant quatre ans après la fin de leur mission. Après avoir élevé
cette double digue contre l'ambition des représentants, il fallut la
défendre encore longtemps contre les efforts incroyables de tous les
intrigants qu'elle mettait au désespoir; et l'on peut facilement
conjecturer qu'il m'eût été facile de composer avec eux sur ce point au
profit de mon intérêt personnel. Eh bien! je l'ai constamment défendue;
et je l'ai sauvée du naufrage de la revision. Comment le délire de la
haine a-t-il donc pu vous aveugler au point d'imprimer dans vos petites
feuilles et de répandre partout dans vos petites coteries, et même dans
les lieux publics, que celui qui provoqua ces deux décrets aspire au
ministère pour lui et pour ses amis, que je veux renverser les nouveaux
ministres pour m'élever sur leurs ruines? Je n'ai pas encore dit un
seul mot contre les nouveaux ministres; il en est même parmi eux que je
préférerais, quant à présent, à tout autre et que je pourrais défendre
dans l'occasion: je veux seulement qu'on les surveille et qu'on les
éclaire, comme les autres; que l'on ne substitue pas les hommes aux
principes, et la personne des ministres au caractère des peuples: je
veux surtout qu'on démasque tous les factieux. Vous demandez ce que
j'ai fait: et vous m'avez adressé cette question, dans cette tribune,
dans cette Société dont l'existence même est un monument de ce que j'ai
fait! Vous n'étiez pas ici, lorsque, sous le glaive de la proscription,
environné de pièges et de baïonnettes, je la défendais et contre toutes
les fureurs de nos modernes Syllas, et même contre toute la puissance
de l'Assemblée constituante. Interrogez donc ceux qui m'entendirent;
interrogez tous les amis de la Constitution répandus sur toute la
surface de l'empire; demandez-leur quels sont les noms auxquels ils se
sont ralliés, dans ces temps orageux. Sans ce que j'ai fait, vous ne
m'auriez point outragé dans cette tribune, car elle n'existerait plus;
et ce n'est pas vous qui l'auriez sauvée. Demandez-leur qui a conseillé
les patriotes persécutés, ranimé l'esprit public, dénoncé à la France
entière une coalition perfide et toute-puissante, arrêté le cours de
ses sinistres projets, et converti ses jours de triomphe en des jours
d'angoisse et d'ignominie. J'ai fait tout ce qu'a fait le magistrat
intègre que vous louez dans les mêmes feuilles où vous me déchirez.
C'est en vain que vous vous efforcez de séparer des hommes que
l'opinion publique et l'amour de la patrie ont unis. Les outrages que
vous me prodiguez sont dirigés contre lui-même, et les calomniateurs
sont les fléaux de tous les bons citoyens. Vous jetez un nuage sur la
conduite et sur les principes de mon compagnon d'armes, vous
enchérissez sur les calomnies de nos ennemis communs, quand vous osez
m'accuser de vouloir égarer et flatter le peuple! Et comment le
pourrais-je! Je ne suis ni le courtisan, ni le modérateur, ni le
tribun, ni le défenseur du peuple; je suis peuple moi-même!

Mais par quelle fatalité tous les reproches que vous me faites sont-ils
précisément les chefs d'accusation intentés contre moi et contre Petion
au mois de juillet dernier par les d'André, les Bamave, les Duport, les
Lafayette! Comment se fait-il que, pour répondre à vos inculpations, je
n'aie rien autre chose à faire que de vous renvoyer à l'adresse que
nous fîmes à nos commettants, pour confondre leurs impostures et
dévoiler leurs intrigues? Alors, ils nous appelaient factieux; et vous
n'avez sur eux d'autre avantage que d'avoir inventé le terme
d'_agitateur_, apparemment parce que l'autre est usé. Suivant les gens
que je viens de nommer, c'était nous qui _semions la division parmi les
patriotes;_ c'était nous qui soulevions le peuple contre les lois,
contre l'Assemblée nationale, c'est-à-dire l'opinion publique contre
l'intrigue et la trahison. Au reste, je ne me suis jamais étonné que
mes ennemis n'aient point conçu qu'on pouvait être aimé du peuple sans
intrigue, ou le servir sans intérêt. Comment l'aveugle-né peut-il avoir
l'idée des couleurs, et les âmes viles deviner le sentiment de
l'humanité et les passions vertueuses? Comment croiraient-ils aussi que
le peuple peut lui-même dispenser justement son estime ou son mépris?
Ils le jugent par eux-mêmes; ils le méprisent et le craignent; ils ne
savent que le calomnier pour l'asservir et pour l'opprimer.

On me fait aujourd'hui un reproche d'un nouveau genre. Les personnages
dont j'ai parlé, dans le temps où je fus nommé accusateur public du
Département de Paris, firent éclater hautement leur dépit et leur
fureur; l'un d'eux abandonna même brusquement la place de président du
Tribunal criminel; aujourd'hui ils me font un crime d'avoir abdiqué ces
mêmes fonctions qu'ils s'indignaient de voir entre mes mains! C'est une
chose digne d'attention de voir ce concert de tous les calomniateurs à
gages de l'aristocratie et de la cour, pour chercher dans une démarche
de cette nature des motifs lâches ou criminels! Ce qui n'est pas moins
remarquable, c'est de voir MM. Brissot et Guadet en faire un des
principaux chefs de l'accusation qu'ils ont dirigée contre moi. Ainsi,
quand on reproche aux autres de briguer les places avec bassesse, on ne
peut m'imputer que mon empressement à les fuir ou à les quitter. Au
reste, je dois sur ce point à mes concitoyens une explication; et je
remercie mes adversaires de m'avoir eux-mêmes présenté cette occasion
de la donner publiquement. Ils feignent d'ignorer les motifs de ma
démission; mais le grand bruit qu'ils en ont fait me prouverait qu'ils
les connaissent trop bien; quand je ne les aurais pas d'avance annoncés
très clairement à cette Société et au public, il y a trois mois, le
jour même de l'installation du Tribunal criminel; je vais les rappeler.
Après avoir donné une idée exacte des fonctions qui m'étaient confiées;
après avoir observé que les crimes de lèse-nation n'étaient pas de la
compétence de l'accusateur public; qu'il ne lui était pas permis de
dénoncer directement les délits ordinaires, et que son ministère se
bornait à donner son avis sur les affaires envoyées au Tribunal
criminel en vertu des décisions du juré d'accusation; qu'il renfermait
encore la surveillance sur les officiers de police, le droit de
dénoncer directement leurs prévarications au Tribunal criminel, je suis
convenu que, renfermée dans ces limites, cette place était peut-être la
plus intéressante de la magistrature nouvelle. Mais j'ai déclaré que,
dans la crise orageuse qui doit décider de la liberté de la France et
de l'univers, je connaissais un devoir encore plus sacré que d'accuser
le crime ou de défendre l'innocence et la liberté individuelle, avec un
titre public, dans des causes particulières, devant un Tribunal
judiciaire; ce devoir est celui de plaider la cause de l'humanité et de
la liberté, comme homme et comme citoyen, au tribunal de l'univers et
de la postérité; j'ai déclaré que je ferais tout ce qui serait en moi
pour remplir à la fois ces deux lâches: mais que, si je m'apercevais
qu'elles étaient au-dessus de mes forces, je préférerais la plus utile
et la plus périlleuse; que nulle puissance ne pouvait me détacher de
cette grande cause des nations que j'avais défendue, que les devoirs de
chaque homme étaient écrits dans son coeur et dans son caractère, et
que, s'il le fallait, je saurais sacrifier ma place à mes principes et
mon intérêt particulier à l'intérêt général. J'ai conservé cette place
jusqu'au moment où je me suis assuré qu'elle ne me permettait pas de
donner aucun moment au soin général de la chose publique; alors je me
suis déterminé à l'abdiquer. Je l'ai abdiquée, comme on jette son
bouclier pour combattre plus facilement les ennemis du bien public; je
l'ai abandonnée, je l'ai _désertée_, comme on déserte ses
retranchements, pour monter à la brèche. J'aurais pu me livrer sans
danger au soin paisible de poursuivre les auteurs des délits privés, et
me faire pardonner peut-être par les ennemis de la Révolution une
inflexibilité de principes qui subjuguait leur estime. J'aime mieux
conserver la liberté de déjouer les complots tramés contre le salut
public; et je dévoue ma tête aux fureurs des Syllas et des Clodius.
J'ai usé du droit qui appartient à tout citoyen, et dont l'exercice est
laissé à sa conscience. Je n'ai vu là qu'un acte de dévouement, qu'un
nouvel hommage rendu par un magistrat aux principes de l'égalité et à
la dignité du citoyen; si c'est un crime, je fais des voeux pour que
l'opinion publique n'en ait jamais de plus dangereux à punir.

Ainsi donc, les actions les plus honnêtes ne sont que de nouveaux
aliments de calomnie! Cependant, par quelle étrange contradiction
feignez-vous de me croire nécessaire à une place importante, lorsque
vous me refusez toutes les qualités d'un bon citoyen? Que dis-je? Vous
me faites un crime d'avoir abandonné des fonctions publiques; et vous
prétendez que, pour me soustraire à ce que vous appelez l'idolâtrie du
peuple, je devrais me condamner moi-même à l'ostracisme! Qu'est-ce donc
que cette idolâtrie prétendue, si ce n'est pas une nouvelle injure que
vous faites au peuple? N'est-ce pas être aussi trop méfiant et trop
soupçonneux à la fois, de paraître tant redouter un simple citoyen qui
a toujours servi la cause de l'égalité avec désintéressement, et de
craindre si peu les chefs de factions entourés de la force publique,
qui lui ont déjà porté tant de coups mortels?

Mais quelle est donc cette espèce d'ostracisme dont vous parlez? Est-ce
la renonciation à toute espèce d'emplois publics, même pour l'avenir?
Si elle est nécessaire pour vous rassurer contre moi, parlez, je
m'engage à en déposer dans vos mains l'acte authentique et solennel.
Est-ce la défense d'élever désormais la voix pour défendre les
principes de la Constitution et les droits du peuple? De quel front
oseriez-vous me la proposer? Est-ce un exil volontaire, comme M. Guadet
l'a annoncé en propres termes? Ah! ce sont les ambitieux et les tyrans
qu'il faudrait bannir. Pour moi, où voulez-vous que je me retire? Quel
est le peuple où je trouverai la liberté établie? Et quel despote
voudra me donner un asile? Ah! on peut abandonner sa patrie heureuse et
triomphante; mais menacée, mais déchirée, mais opprimée, on ne la fuit
pas, on la sauve, ou on meurt pour elle. Le ciel qui me donna une âme
passionnée pour la liberté et qui me fit naître sous la domination des
tyrans, le ciel qui prolongea mon existence jusqu'au règne des factions
et des crimes, m'appelle peut-être à tracer de mon sang la route qui
doit conduire mon pays au bonheur et à la liberté; j'accepte avec
transport cette douce et glorieuse destinée. Exigez-vous de moi un
autre sacrifice? Oui, il en est un que vous pouvez demander encore; je
l'offre à ma patrie, c'est celui de ma réputation. Je vous la livre,
réunissez-vous tous pour la déchirer, joignez-vous à la foule
innombrable de tous les ennemis de la liberté, unissez, multipliez vos
libelles périodiques, je ne voulais de réputation que pour le bien de
mon pays: si, pour la conserver, il faut trahir, par un coupable
silence, la cause de la vérité et du peuple, je vous l'abandonne; je
l'abandonne à tous les esprits faibles et versatiles que l'imposture
peut égarer, à tous les méchants qui la répandent. J'aurai l'orgueil
encore de préférer à leurs frivoles applaudissements le suffrage de ma
conscience et l'estime de tous les hommes vertueux et éclairés; appuyé
sur elle et sur la vérité, j'attendrai le secours tardif du temps, qui
doit venger l'humanité trahie et les peuples opprimés.

Voilà mon apologie; c'est vous dire assez, sans doute, que je n'en
avais pas besoin. Maintenant il me serait facile de vous prouver que je
pourrais faire la guerre offensive avec autant d'avantages que la
guerre défensive. Je ne veux que vous donner une preuve de modération.
Je vous offre la paix, aux seules conditions que les amis de la patrie
puissent accepter. A ces conditions, je vous pardonne volontiers toutes
vos calomnies; j'oublierai même cette affectation cruelle avec laquelle
vous ne cessez de défigurer ce que j'ai dit pour m'accuser d'avoir fait
contre l'Assemblée nationale les réflexions qui s'adressaient à vous,
cette artificieuse politique avec laquelle vous vous êtes toujours
efforcés de vous identifier avec elle, d'inspirer de sinistres
préventions contre moi à ceux de ses membres pour qui j'ai toujours
marqué le plus d'égards et d'estime. Ces conditions, les voici.

Je ne transige point sur les principes de la justice et sur les droits
de l'humanité. Vous me parlerez tant que vous voudrez du Comité
autrichien; vous ajouterez même que je suis son agent involontaire,
suivant l'expression familière de quelques-uns de vos papiers. Moi qui
ne suis point initié dans les secrets de la cour, et qui ne puis
l'être, moi qui ignore jusqu'où s'étendent l'influence et les relations
de ce Comité, je ne connais qu'une seule règle de conduite, c'est la
Déclaration des Droits de l'homme et les principes de notre
Constitution. Partout où je vois un système qui les viole constamment;
partout où j'aperçois l'ambition, l'intrigue, la ruse et le
machiavélisme, je reconnais une faction; et toute faction tend de sa
nature à immoler l'intérêt général à l'intérêt particulier. Que l'on
s'appelle Condé, Cazalès, Lafayette, Duport, Lameth ou autrement, peu
m'importe: je crois que sur les ruines de toutes les factions doivent
s'élever la prospérité publique et la souveraineté nationale; et dans
ce labyrinthe d'intrigues, de perfidies et de conspirations, je cherche
la route qui conduit à ce but; voilà ma politique, voilà le seul fil
qui puisse guider les pas des amis de la raison et de la liberté. Or,
quels que soient le nombre et les nuances des différents partis, je les
vois tous ligués contre l'égalité et contre la Constitution; ce n'est
qu'après les avoir anéanties qu'ils se disputeront la puissance
publique et la substance du peuple. De tous ces partis, le plus
dangereux, à mon avis, est celui qui a pour chef le héros qui, après
avoir assisté à la révolution du nouveau monde, ne s'est appliqué
jusqu'ici qu'à arrêter les progrès de la liberté dans l'ancien, en
opprimant ses concitoyens. Voilà, à mon avis, le plus grand des dangers
qui menacent la liberté. Unissez-vous à nous pour le prévenir.
Dévoilez, comme députés et comme écrivains, et cette faction et ce
chef! Vous, Brissot, vous êtes convenu avec moi, et vous ne pouvez le
nier, que Lafayette était le plus dangereux ennemi de notre liberté;
qu'il était le bourreau et l'assassin du peuple; je vous ai entendu
dire, en présence de témoins, que la journée du Champ-de-Mars avait
fait rétrograder la Révolution de vingt années. Cet homme est-il moins
redoutable parce qu'il est à la tête d'une armée? Non.

Hâtez-vous donc, vous et vos amis, d'éclairer la partie de la nation
qu'il a abusée; déployez le caractère d'un véritable représentant;
n'épargnez pas Narbonne plus que Lessart. Faites mouvoir
horizontalement le glaive des lois pour frapper toutes les têtes des
grands conspirateurs; si vous désirez de nouvelles preuves de leurs
crimes, venez plus souvent dans nos séances, je m'engage à vous les
fournir. Défendez la liberté individuelle, attaquée sans cesse par
cette faction; protégez les citoyens les plus éprouvés contre ses
attentats journaliers; ne les calomniez pas; ne les persécutez pas
vous-même; le costume des prêtres a été supprimé; effacez toutes ces
distinctions impolitiques et funestes par lesquelles Lafayette a voulu
élever une barrière entre les gardes nationales et la généralité des
citoyens; faites réformer cet état-major ouvertement voué à Lafayette,
et auquel on impute tous les désordres, toutes les violences qui
oppriment le patriotisme. Il est temps de montrer un caractère décidé
de civisme et d'énergie véritable; il est temps de prendre les mesures
nécessaires pour rendre la guerre utile à la liberté; déjà les troubles
du Midi et de divers départements se réveillent; déjà on nous écrit de
Metz que depuis cette époque tout s'incline dans cette ville devant le
général; déjà le sang a coulé dans le département du Bas-Rhin. A
Strasbourg, on vient d'emprisonner les meilleurs citoyens; Diétrich,
l'ami de Lafayette, est dénoncé comme l'auteur de ces vexations; il
faut que je vous le dise: vous êtes accusé de protéger ce Diétrich et
sa faction; non par moi, mais par la Société des Amis de la
Constitution de Strasbourg. Effacez tous ces soupçons, venez discuter
avec nous les grands objets qui intéressent le salut de la patrie;
prenez toutes les mesures que la prudence exige pour éteindre la guerre
civile et terminer heureusement la guerre étrangère; c'est à la manière
dont vous accueillerez cette proposition que les patriotes vous
jugeront; mais, si vous la rejetez, rappelez-vous que nulle
considération, que nulle puissance ne peut empêcher les amis de la
patrie de remplir leurs devoirs.



      *      *      *      *      *      *      *      *      *



_Réponse de Maximilien Robespierre à l'accusation de J.-B. Louvet
[imprimé par ordre de la Convention nationale]_ (5 novembre 1792)



Citoyens, délégués du peuple,


Une accusation, sinon très redoutable, au moins très grave et très
solennelle, a été intentée contre moi, devant la Convention nationale;
j'y répondrai, parce que je ne dois pas consulter ce qui me convient le
mieux à moi-même, mais ce que tout mandataire du peuple doit à
l'intérêt public. J'y répondrai, parce qu'il faut qu'en un moment
disparaisse le monstrueux ouvrage de la calomnie, si laborieusement
élevé pendant plusieurs années, peut-être; parce qu'il faut bannir du
sanctuaire des lois la haine et la vengeance, pour y rappeler les
principes de la concorde. Citoyens, vous avez entendu l'immense
plaidoyer de mon adversaire; vous l'avez même rendu public par la voie
de l'impression; vous trouverez sans doute équitable d'accorder à la
défense la même attention que vous avez donnée à l'accusation.

De quoi suis-je accusé? D'avoir conspiré pour parvenir à la dictature,
ou au triumvirat, ou au tribunat. L'opinion de mes adversaires ne
paraît pas bien fixée sur ces points. Traduisons toutes ces idées
romaines un peu disparates par le mot de pouvoir suprême, que mon
accusateur a employé ailleurs.

Or, on conviendra d'abord que si un pareil projet était criminel, il
était encore plus hardi; car, pour l'exécuter, il fallait non seulement
renverser le trône, mais anéantir la législature, et surtout empêcher
encore qu'elle ne fût remplacée par une Convention nationale; mais
alors comment se fait-il que j'aie le premier, dans mes discours
publics et dans mes écrits, appelé la Convention nationale, comme le
seul remède des maux de la patrie? Il est vrai que cette proposition
même fut dénoncée comme incendiaire, par mes adversaires actuels; mais
bientôt la révolution du 10 fit plus que la légitimer, elle la réalisa.
Dirai-je que, pour arriver à la dictature, il ne suffisait pas de
maîtriser Paris; qu'il fallait asservir les 82 autres départements? Où
étaient mes trésors, où étaient mes armées? Où étaient les grandes
places dont j'étais pourvu? Toute la puissance résidait précisément
dans les mains de mes adversaires. La moindre conséquence que je puisse
tirer de tout ce que je viens de dire, c'est qu'avant que l'accusation
pût acquérir un caractère de vraisemblance, il faudrait au moins qu'il
fût préalablement démontré que j'étais complètement fou: encore ne
vois-je pas ce que mes adversaires pourraient gagner à cette
supposition; car alors il resterait à expliquer comment des hommes
sensés auraient pu se donner la peine de composer tant de beaux
discours, tant de belles affiches, de déployer tant de moyens, pour me
présenter à la Convention nationale et à la France entière comme le
plus redoutable de tous les conspirateurs.

Mais venons aux preuves positives. L'un des reproches les plus
terribles que l'on m'ait faits, je ne le dissimule point, c'est le nom
de Marat. Je vais donc commencer par vous dire quels ont été mes
rapports avec lui. Je pourrai même faire ma profession de foi sur son
compte, mais sans en dire ni plus de bien, ni plus de mal que j'en
pense. Car je ne sais point trahir ma pensée, pour caresser l'opinion
générale.

Au mois de janvier 1792, Marat vint me trouver; jusque-là, je n'avais
eu avec lui aucune espèce de relations directes, ni indirectes. La
conversation roula sur les affaires publiques, dont il me parla avec
désespoir; je lui dis, moi, tout ce que les patriotes, même les plus
ardents, pensaient de lui; à savoir qu'il avait mis lui-même un
obstacle au bien que pouvaient produire les vérités utiles développées
dans ses écrits, en s'obstinant à revenir éternellement sur certaines
propositions absurdes et violentes, qui révoltaient les amis de la
liberté autant que les partisans de l'aristocratie. Il défendit son
opinion; je persistai dans la mienne, et je dois avouer qu'il trouva
mes vues politiques tellement étroites, que, quelque temps après,
lorsqu'il eut repris son journal, alors abandonné par lui depuis
quelque temps, en rendant compte lui-même de la conversation dont je
viens de parler, il écrivit en toutes lettres qu'il m'avait quitté
parfaitement convaincu que je n'avais _ni les vues ni l'audace d'un
homme d'Etat;_ et, si les critiques de Marat pouvaient être des titres
de faveur, je pourrais remettre encore sous vos yeux quelques-unes de
ses feuilles publiées six semaines avant la dernière révolution, où il
m'accusait de feuillantisme, parce que, dans un ouvrage périodique, je
ne disais pas hautement qu'il fallait renverser la Constitution.

Depuis cette première et unique visite de Marat, je l'ai retrouvé à
l'assemblée électorale; ici je retrouve aussi M. Louvet, qui m'accuse
d'avoir désigné Marat pour député, d'avoir mal parlé de Priestley,
enfin d'avoir dominé le corps électoral par l'intrigue et par l'effroi.
Aux déclamations les plus absurdes et les plus atroces, comme aux
suppositions les plus romanesques et les plus hautement démenties par
la notoriété publique, je ne réponds que par les faits: les voici.

L'assemblée électorale avait arrêté unanimement que tous les choix
qu'elle ferait seraient soumis à la ratification des assemblées
primaires, et ils furent, en effet, examinés et ratifiés par les
sections. A cette grande mesure, elle en avait ajouté une autre, non
moins propre à tuer l'intrigue, non moins digne des principes d'un
peuple libre, celle de statuer que les élections seraient faites à
haute voix et précédées de la discussion publique des candidats. Chacun
usa librement du droit de les proposer. Je n'en présentai aucun.
Seulement, à l'exemple de quelques-uns de mes collègues, je crus faire
une chose utile en proposant des observations générales sur les règles
qui pouvaient guider les corps électoraux dans l'exercice de leurs
fonctions. Je ne dis point de mal de Priestley; je ne pouvais en dire
d'un homme qui ne m'était connu que par sa réputation de savant et par
une disgrâce qui le rendait intéressant aux yeux des amis de la
révolution française. Je ne désignai pas Marat plus particulièrement
que les écrivains courageux qui avaient combattu ou souffert pour la
cause de la révolution; tels que l'auteur des _Crimes des rois_, et
quelques autres qui fixèrent les suffrages de l'assemblée. Voulez-vous
savoir la véritable cause qui les a réunis en faveur de Marat en
particulier? C'est que, dans celte crise, où la chaleur du patriotisme
était montée au plus haut degré, et où Paris était menacé par l'armée
des tyrans qui s'avançait, on était moins frappé de certaines idées
exagérées ou extravagantes qu'on lui reprochait que des attentats de
tous les perfides ennemis qu'il avait dénoncés et de la présence des
maux qu'il avait prédits. Personne ne songeait alors que bientôt son
nom seul servirait de prétexte pour calomnier et la députation de Paris
et l'assemblée électorale et les assemblées primaires elles-mêmes. Pour
moi, je laisserai à ceux qui me connaissent le soin d'apprécier ce beau
projet formé par certaines gens, de m'identifier, à quelque prix que ce
soit, avec un homme qui n'est pas moi. Et n'avais-je donc pas assez de
torts personnels, et mon amour, mes combats pour la liberté, ne
m'avaient-ils pas suscité assez d'ennemis depuis le commencement de la
révolution, sans qu'il soit besoin de m'imputer encore un excès que
j'ai évité, et des opinions que j'ai moi-même condamnées le premier?

M. Louvet a fait découler les autres preuves dont il appuie son
système, de deux autres sources principales: de ma conduite dans la
Société des Jacobins, et de ma conduite dans le conseil général de la
commune.

Aux Jacobins, j'exerçais, si on l'en croit, un despotisme d'opinion,
qui ne pouvait être regardé que comme l'avant-coureur de la dictature.
D'abord, je ne sais pas ce que c'est que le despotisme de l'opinion,
surtout dans une société d'hommes libres, composée, comme vous le dites
vous-mêmes, de 1.500 citoyens, réputés les plus ardents patriotes, à
moins que ce ne soit l'empire naturel des principes. Or, cet empire
n'est point personnel à tel homme qui les énonce; il appartient à la
raison universelle et à tous les hommes qui veulent écouter sa voix. Il
appartenait à mes collègues de l'Assemblée constituante, aux patriotes
de l'Assemblée législative, à tous les citoyens qui défendirent
invariablement la cause de la liberté.

L'expérience a prouvé, en dépit de Louis XVI et de ses alliés, que
l'opinion des Jacobins et des sociétés populaires était celle de la
nation française; aucun citoyen ne l'a créée, ni dominée; et je n'ai
fait que la partager. A quelle époque rapportez-vous les torts que vous
me reprochez? Est-ce aux temps postérieurs à la journée du 10? Depuis
cette époque, jusqu'au moment où je parle, je n'ai pas assisté plus de
six fois peut-être à la Société. C'est depuis le mois de janvier,
dites-vous, qu'elle a été entièrement dominée par _une faction très peu
nombreuse, mais chargée de crimes et d'immoralités dont j'étais le
chef_, tandis que tous les _hommes sages et vertueux_, tels que vous,
_gémissaient dans le silence et dans l'oppression_, de manière,
ajoutez-vous, avec le ton de la pitié, que cette _société, célèbre par
tant de services rendus à la patrie, est maintenant tout à fait
méconnaissable_.

Mais si, depuis le mois de janvier, les Jacobins n'ont pas perdu la
confiance et l'estime de la nation, et n'ont pas cessé de servir la
liberté; si c'est depuis cette époque qu'ils ont déployé un plus grand
courage contre la cour et Lafayette; si c'est depuis cette époque que
l'Autriche et la Prusse leur ont déclaré la guerre; si c'est depuis
cette époque qu'ils ont recueilli dans leur sein les fédérés rassemblés
pour combattre la tyrannie, et préparé avec eux la sainte insurrection
du mois d'août 1792, que faut-il conclure de ce que vous venez de dire,
sinon que c'est cette poignée de scélérats dont vous parlez qui ont
abattu le despotisme, et que vous et les vôtres étiez trop sages et
trop amis du bon ordre pour tremper dans de telles conspirations; et
s'il était vrai que j'eusse, en effet, obtenu aux Jacobins cette
influence que vous me supposez gratuitement, et que je suis loin
d'avouer, que pourriez-vous en induire contre moi?

Vous avez adopté une méthode bien sûre et bien commode pour assurer
votre domination, c'est de prodiguer les noms de scélérats et de
monstres à vos adversaires, et de donner vos partisans pour les modèles
du patriotisme; c'est de nous accabler à chaque instant du poids de nos
vices et de celui de vos vertus; cependant à quoi se réduisent, au
fond, tous vos griefs? La majorité des Jacobins rejetait vos opinions;
elle avait tort sans doute. Le public ne vous était pas plus favorable;
qu'en pouvez-vous conclure en votre faveur? Direz-vous que je lui
prodiguais les trésors que je n'avais pas, pour faire triompher des
principes gravés dans tous les coeurs? Je ne vous rappellerai pas
qu'alors le seul objet de dissentiment qui nous divisait, c'était que
vous défendiez indistinctement tous les actes des nouveaux ministres,
et nous les principes; que vous paraissiez préférer le pouvoir, et nous
l'égalité. Je me contenterai de vous observer qu'il résulte de vos
plaintes mêmes que nous étions divisés d'opinion dès ce temps-là. Or,
de quel droit voulez-vous faire servir la Convention nationale
elle-même à venger les disgrâces de votre amour-propre ou de votre
système? Je ne chercherai point à vous rappeler aux sentiments des âmes
républicaines, mais soyez au moins aussi généreux qu'un roi: imitez
Louis XII, et que le législateur oublie les injures de M. Louvet. Mais
non, ce n'est point l'intérêt personnel qui vous guide, c'est l'intérêt
de la liberté; c'est l'intérêt des moeurs qui vous arme contre cette
Société qui _n'est plus qu'un repaire de factieux et de brigands qui
retiennent au milieu d'eux un petit nombre d'honnêtes gens trompés_.
Cette question est trop importante pour être traitée incidemment.
J'attendrai le moment où votre zèle vous portera à demander à la
Convention nationale un décret qui proscrive les Jacobins: nous verrons
alors si vous serez plus persuasifs ou plus heureux que Lafayette.
Avant de terminer cet article, dites-nous seulement ce que vous
entendez par ces deux portions du peuple que vous distinguez dans tous
vos discours, dans tous vos rapports, dont l'une est flagornée, adulée,
égarée par nous, dont l'autre est paisible, mais intimidée; dont l'une
vous chérit et l'autre semble incliner à nos principes? Votre intention
serait-elle de désigner ici, et ceux que Lafayette appelait les
honnêtes gens, et ceux qu'il nommait les sans-culottes et la canaille?

Il reste maintenant le plus fécond et le plus intéressant des trois
chapitres qui composent votre plaidoyer diffamatoire, celui qui
concerne ma conduite au conseil général de la commune.

On me demande d'abord pourquoi, après avoir abdiqué la place
d'accusateur public, j'ai accepté le titre d'officier municipal?

Je réponds que j'ai abdiqué, au mois de janvier 1791, la place
lucrative et nullement périlleuse, quoi qu'on dise, d'accusateur
public, et que j'ai accepté les fonctions de membre du conseil de la
commune, le 10 août 1792. On m'a fait un crime de la manière même dont
je suis entré dans la salle où siégeait la nouvelle municipalité. Notre
dénonciateur m'a reproché très sérieusement d'avoir dirigé mes pas vers
le bureau. Dans ces conjectures, où d'autres soins nous occupaient,
j'étais loin de prévoir que je serais obligé d'informer un jour la
Convention nationale que je n'avais été au bureau que pour faire
vérifier mes pouvoirs. M. Louvet n'en a pas moins conclu de tous ces
faits, à ce qu'il assure, que ce conseil général, ou du moins plusieurs
de ses membres, étaient réservés à de hautes destinées. Pouviez-vous en
douter? N'était-ce pas une assez haute destinée que celle de se dévouer
pour la patrie? Pour moi, je m'honore d'avoir ici à défendre et la
cause de la commune et la mienne. Mais, non... je n'ai qu'à me réjouir
de ce qu'un grand nombre de citoyens ont mieux servi la chose publique
que moi. Je ne veux point prétendre à une gloire qui ne m'appartient
pas. Je ne fus nommé que dans la journée du 10: mais ceux qui, plus tôt
choisis, étaient déjà réunis à la maison commune dans la nuit
redoutable, au moment où la conspiration de la cour était prés
d'éclater, ceux-là sont véritablement les héros de la liberté; ce sont
ceux-là qui, servant de point de ralliement aux patriotes, armant les
citoyens, dirigeant les mouvements d'une insurrection tumultueuse d'où
dépendait le salut public, déconcertèrent la trahison en faisant
arrêter le commandant de la garde nationale vendu à la cour, après
l'avoir convaincu, par un écrit de sa main, d'avoir donné aux
commandants de bataillons des ordres de laisser passer le peuple
insurgent, pour le foudroyer ensuite par derrière... Citoyens
représentants, si la plupart de vous ignoraient ces faits, qui se sont
passés loin de vos yeux, il vous importe de les connaître, ne fût-ce
que pour ne pas souiller les mandataires du peuple français par une
ingratitude fatale à la cause de la liberté; vous devez les entendre
avec intérêt, du moins pour qu'il ne soit pas dit qu'ici les
dénonciations seules ont droit d'être accueillies. Est-ce donc si
difficile de comprendre que, dans de telles circonstances, celte
municipalité tant calomniée dut renfermer les plus généreux citoyens?
Là étaient ces hommes que la bassesse monarchique dédaigne, parce
qu'ils n'ont que des âmes fortes et sublimes; là nous avons vu, et chez
les citoyens, et chez les magistrats nouveaux, des traits d'héroïsme,
que l'incivisme et l'imposture s'efforceront en vain de ravir à
l'histoire.

Les intrigues disparaissent avec les passions qui les ont enfantées.
Les grandes actions et les grands caractères restent seuls. Nous
ignorons les noms des vils factieux qui assaillaient de pierres Caton
dans la tribune du peuple romain, et les regards de la postérité ne se
reposent que sur l'image sacrée de ce grand homme.

Voulez-vous juger le conseil général révolutionnaire de la commune de
Paris? Placez-vous au sein de cette immortelle révolution qui l'a créé,
et dont vous êtes vous-mêmes l'ouvrage.

On vous entretient sans cesse, depuis votre réunion, d'intrigants qui
s'étaient introduits dans ce corps. Je sais qu'il en existait, en
effet, quelques-uns; et qui, plus que moi, a le droit de s'en plaindre?
Ils sont au nombre de mes ennemis; et d'ailleurs quel corps si pur et
si peu nombreux fut absolument exempt de ce fléau?

On vous dénonce éternellement quelques actes répréhensibles imputés à
des individus. J'ignore ces faits; je ne les nie, ni ne les crois; car
j'ai entendu trop de calomnies pour croire aux dénonciations qui
partent de la même source et qui toutes portent l'empreinte de
l'affectation ou de la fureur.

Je ne vous observerai pas même que l'homme de ce conseil général, qu'on
est le plus jaloux de compromettre, échappe nécessairement à ces
traits; je ne m'abaisserai pas jusqu'à observer que je n'ai jamais été
chargé d'aucune espèce de commission, ni ne me suis mêlé en aucune
manière d'aucune opération particulière, que je n'ai jamais présidé un
seul instant la commune, que jamais je n'ai eu la moindre relation avec
le Comité de surveillance tant calomnié; car, tout compensé, je
consentirais volontiers à me charger de tout le bien et de tout le mal
attribué à ce corps, que l'on a si souvent attaqué dans la vue de
m'inculper personnellement.

On lui reproche des arrestations qu'on appelle arbitraires, quoique
aucune n'ait été faite sans un interrogatoire.

Quand le consul de Rome eut étouffé la conspiration de Catilina,
Clodius l'accusa d'avoir violé les lois. Quand le consul rendit compte
au peuple de son administration, il jura qu'il avait sauvé la patrie,
et le peuple applaudit. J'ai vu à cette barre tels citoyens qui ne sont
pas des Clodius, mais qui, quelque temps avant la révolution du 10
août, avaient eu la prudence de se réfugier à Rouen, dénoncer
emphatiquement la conduite du conseil de la commune de Paris. Des
arrestations illégales? Est-ce donc le code criminel à la main qu'il
faut apprécier les précautions salutaires qu'exige le salut public,
dans les temps de crise amenés par l'impuissance même des lois? Que ne
nous reprochez-vous aussi d'avoir brisé illégalement les plumes
mercenaires, dont le métier était de propager l'imposture et de
blasphémer contre la liberté? Que n'instituez-vous une commission pour
recueillir les plaintes des écrivains aristocratiques et royalistes?
Que ne nous reprochez-vous d'avoir consigné tous les conspirateurs aux
portes de cette grande cité? Que ne nous reprochez-vous d'avoir désarmé
les citoyens suspects? d'avoir écarté de nos assemblées, où nous
délibérions sur le salut public, les ennemis reconnus de la Révolution?
Que ne faites-vous le procès à la fois, et à la municipalité, et à
l'assemblée électorale, et aux sections de Paris, et aux assemblées
primaires même des cantons, et à tous ceux qui nous ont imités? Car
toutes ces choses-là étaient illégales, aussi illégales que la
révolution, que la chute du trône et de la Bastille, aussi illégales
que la liberté elle-même?

Mais que dis-je? Ce que je présentais comme une hypothèse absurde n'est
qu'une réalité très certaine. On nous a accusés, en effet, de tout
cela, et de bien d'autres choses encore. Ne nous a-t-on pas accusés
d'avoir envoyé, de concert avec le conseil exécutif, des commissaires
dans plusieurs départements, pour propager nos principes, et les
déterminer à s'unir aux Parisiens contre l'ennemi commun?

Quelle idée s'est-on donc formée de la dernière révolution? La chute du
trône paraissait-elle si facile avant le succès? Ne s'agissait-il que
de faire un coup de main aux Tuileries? Ne fallait-il pas anéantir dans
toute la France le parti des tyrans, et par conséquent communiquer à
tous les départements la commotion salutaire qui venait d'électriser
Paris? Et comment ce soin pouvait-il ne pas regarder ces mêmes
magistrats qui avaient appelé le peuple à l'insurrection? Il s'agissait
du salut public; il y allait de leurs tètes, et on leur a fait un crime
d'avoir envoyé des commissaires aux autres communes, pour les engager à
avouer, à consolider leur ouvrage! Que dis-je? La calomnie a poursuivi
ces commissaires eux-mêmes! Quelques-uns ont été jetés dans les fers.
Le feuillantisme et l'ignorance ont calculé le degré de chaleur de leur
style; ils ont mesuré toutes leurs démarches avec le compas
constitutionnel, pour trouver le prétexte de travestir les
missionnaires de la révolution en incendiaires, en ennemis de l'ordre
public. A peine les circonstances qui avaient enchaîné les ennemis du
peuple ont-elles cessé, les mêmes corps administratifs, tous les hommes
qui conspiraient contre lui, sont venus les calomnier devant la
Convention nationale elle-même. Citoyens, vouliez-vous une révolution
sans révolution? Quel est cet esprit de persécution qui est venu
reviser, pour ainsi dire, celle qui a brisé nos fers? Mais comment
peut-on soumettre à un jugement certain les effets que peuvent
entraîner ces grandes commotions? Qui peut, après coup, marquer le
point précis où devaient se briser les flots de l'insurrection
populaire? A ce prix, quel peuple pourrait jamais secouer le joug du
despotisme? Car s'il est vrai qu'une grande nation ne peut se lever par
un mouvement simultané, et que la tyrannie ne peut être frappée que par
la portion des citoyens qui est plus près d'elle, comment ceux-ci
oseront-ils l'attaquer, si, après la victoire, les délégués, venant des
parties éloignées de l'Etat, peuvent les rendre responsables de la
durée ou de la violence de la tourmente politique qui a sauvé la
patrie? Ils doivent être regardés comme fondés de procuration tacite
pour la société tout entière. Les Français amis de la liberté, réunis à
Paris au mois d'août dernier, ont agi à ce titre au nom de tous les
départements; il faut les approuver ou les désavouer tout à fait. Leur
faire un crime de quelques désordres apparents ou réels, inséparables
d'une grande secousse, ce serait les punir de leur dévouement. Ils
auraient droit de dire à leurs juges: Si vous désavouez les moyens que
nous avons employés pour vaincre, laissez-nous les fruits de la
victoire; reprenez votre constitution et toutes vos lois anciennes,
mais restituez-nous le prix de nos sacrifices et de nos combats;
rendez-nous nos concitoyens, nos frères, nos enfants qui sont morts
pour la cause commune. Citoyens, le peuple qui vous a envoyés a tout
ratifié. Votre présence ici en est la preuve; il ne vous a pas chargés
de porter l'oeil sévère de l'inquisition sur les faits qui tiennent à
l'insurrection, mais de cimenter par les lois justes la liberté qu'elle
lui a rendue. L'univers, la postérité ne verra dans ces événements que
leur cause sacrée et leur sublime résultat; vous devez les voir comme
elle. Vous devez les juger, non en juges de paix, mais en hommes d'Etat
et en législateurs du monde. Et ne pensez pas que j'aie invoqué ces
principes éternels parce que nous avons besoin de couvrir d'un voile
quelques actions répréhensibles. Non, nous n'avons point failli, j'en
jure par le trône renversé, et par la république qui s'élève.

On vous a parlé bien souvent des événements du 2 septembre; c'est le
sujet auquel j'étais le plus impatient d'arriver, et je le traiterai
d'une manière absolument désintéressée.

J'ai observé qu'arrivé à cette partie de son discours, M. Louvet
lui-même a généralisé d'une manière très vague l'accusation dirigée
auparavant contre moi personnellement; il n'en est pas moins certain
que la calomnie a travaillé dans l'ombre. Ceux qui ont dit que j'avais
eu la moindre part aux événements dont je parle sont des hommes ou
excessivement crédules, ou excessivement pervers. Quant à l'homme qui,
comptant sur le succès de la diffamation dont il avait d'avance arrangé
tout le plan, a cru pouvoir alors imprimer impunément que je les avais
dirigés, je me contenterai de l'abandonner au remords, si le remords ne
supposait une âme. Je dirai, pour ceux que l'imposture a pu égarer,
qu'avant l'époque où ces événements sont arrivés, j'avais cessé de
fréquenter le conseil général de la commune; l'assemblée électorale
dont j'étais membre avait commencé ses séances; que je n'ai appris ce
qui se passait dans les prisons que par le bruit public, et plus tard
que la plus grande partie des citoyens, car j'étais habituellement chez
moi ou dans les lieux où mes fonctions publiques m'appelaient. Quant au
conseil général de la commune, il est certain, aux yeux de tout homme
impartial, que, loin de provoquer les événements du 2 septembre, il a
fait ce qui était en son pouvoir pour les empêcher. Si vous demandez
pourquoi il ne les a point empêchés, je vais vous le dire. Pour se
former une idée juste de ces faits, il faut chercher la vérité, non
dans les écrits ou dans les discours calomnieux qui les ont dénaturés,
mais dans l'histoire de la dernière révolution.

Si vous avez pensé que le mouvement imprimé aux esprits par
l'insurrection du mois d'août était entièrement expiré au commencement
de septembre, vous vous êtes trompés; et ceux qui ont cherché à vous
persuader qu'il n'y avait aucune analogie entre l'une et l'autre de ces
deux époques ont feint de ne connaître ni les faits, ni le coeur humain.

La journée du 10 août avait été signalée par un grand combat, dont
beaucoup de patriotes et beaucoup de soldats suisses avaient été les
victimes. Les plus grands conspirateurs furent dérobés à la colère du
peuple victorieux, qui avait consenti à les remettre entre les mains
d'un nouveau tribunal. Mais le peuple était déterminé à exiger leur
punition. Cependant, après avoir condamné trois ou quatre coupables
subalternes, le tribunal criminel se reposa. Montmorin avait été
absous; Depoix, et plusieurs conspirateurs de cette importance, avaient
été frauduleusement remis en liberté; de grandes prévarications, en ce
genre, avaient transpiré; et de nouvelles preuves de la conspiration de
la cour se développaient chaque jour; presque tous les patriotes qui
avaient été blessés au château des Tuileries mouraient dans les bras de
leurs frères parisiens; on déposa sur le bureau de la commune des
balles mâchées, extraites du corps de plusieurs Marseillais et
plusieurs autres fédérés; l'indignation était dans tous les coeurs.

Cependant une cause nouvelle, et beaucoup plus importante, acheva de
porter la fermentation à son comble. Un grand nombre de citoyens
avaient pensé que la journée du 10 rompait les fils des conspirations
royales; ils regardaient la guerre comme terminée, quand tout à coup la
nouvelle se répand dans Paris que Longwy a été livré, que Verdun a été
livré, et qu'à la tête d'une armée de 100.000 hommes, Brunswick
s'avance vers Paris: aucune place forte ne nous séparait des ennemis.
Notre armée divisée, presque détruite par les trahisons de Lafayette,
manquait de tout. Il fallait songer à la fois à trouver des armes, des
effets de campement, des vivres et des hommes. Le danger était grand,
il paraissait plus grand encore. Danton se présente à l'Assemblée
législative, lui peint vivement les périls et les ressources, la porte
à prendre quelques mesures vigoureuses, et donne une grande impulsion à
l'opinion publique; il se rend à la maison commune, et invite la
municipalité à faire sonner le tocsin; le conseil général de la commune
sent que la patrie ne peut être sauvée que par les prodiges que
l'enthousiasme de la liberté peut seul enfanter, et qu'il faut que
Paris tout entier s'ébranle pour courir au-devant des Prussiens; il
fait sonner le tocsin, pour avertir tous les citoyens de courir aux
armes; il leur en procure par tous les moyens qui sont en son pouvoir;
le canon d'alarme tonnait on même temps; en un instant 40.000 hommes
sont armés, équipés, rassemblés, et marchent vers Châlons... Au milieu
de ce mouvement universel, l'approche des ennemis étrangers réveille le
sentiment d'indignation et de vengeance qui couvait dans les coeurs
contre tes traîtres qui les avaient appelés. Avant d'abandonner leurs
foyers, leurs femmes et leurs enfants, les citoyens, les vainqueurs des
Tuileries veulent la punition des conspirateurs, qui leur avait été
souvent promise; on court aux prisons... Les magistrats pouvaient-ils
arrêter le peuple? Car c'était un mouvement populaire, et non, comme on
l'a ridiculement supposé, la sédition partielle de quelques scélérats
payés pour assassiner leurs semblables; et s'il n'en eût pas été ainsi,
comment le peuple ne l'aurait-il pas empêché? Comment la garde
nationale, comment les fédérés n'auraient-ils fait aucun mouvement pour
s'y opposer? Les fédérés eux-mêmes étaient là en grand nombre. On
connaît les vaines réquisitions du commandant de la garde nationale; on
connaît les vains efforts des commissaires de l'Assemblée législative
qui furent envoyés aux prisons.

J'ai entendu quelques personnes me dire froidement que la municipalité
devait proclamer la loi martiale. La loi martiale à l'approche de
l'ennemi! La loi martiale, après la journée du 10! La loi martiale pour
les complices du tyran détrôné contre le peuple! Que pouvaient les
magistrats contre la volonté déterminée d'un peuple indigné, qui
opposait à leurs discours, et le souvenir de sa victoire, et le
dévouement avec lequel il allait se précipiter au devant des Prussiens,
et qui reprochait aux lois mêmes la longue impunité des traîtres qui
déchiraient le sein de leur patrie; ne pouvant les déterminer à se
reposer sur les tribunaux du soin de leur punition, les officiers
municipaux les engagèrent à suivre des formes nécessaires, dont le but
était de ne pas confondre, avec les coupables qu'ils voulaient punir,
les citoyens détenus pour des causes étrangères à la conspiration du 10
août; et ce sont les officiers municipaux qui ont exercé ce ministère,
le seul service que les circonstances permettaient de rendre à
l'humanité, qu'on vous a présentés comme des brigands sanguinaires.

Le zèle le plus ardent pour l'exécution des lois ne peut justifier ni
l'exagération, ni la calomnie; or, je pourrais citer ici, contre les
déclamations de M. Louvet, un témoignage non suspect: c'est celui du
ministre de l'Intérieur, qui, en blâmant les exécutions populaires en
général, n'a pas craint de parler de l'esprit de prudence et de justice
que le peuple (c'est son expression) avait montré dans cette conduite
illégale; que dis-je? je pourrais citer, on faveur du conseil général
de la commune, M. Louvet lui-même, qui commençait l'une de ses affiches
de _La Sentinelle_ par ces mots: "Honneur au conseil général de la
commune, il a fait sonner le tocsin, il a sauvé la patrie..." C'était
alors le temps des élections.

On assure qu'un innocent a péri; on s'est plu à en exagérer le nombre:
mais un seul c'est beaucoup trop sans doute; citoyens, pleurez cette
méprise cruelle, nous l'avons pleurée dès longtemps; c'était un bon
citoyen; c'était donc l'un de nos amis. Pleurez même les victimes
coupables réservées à la vengeance des lois, qui ont tombé sous le
glaive de la justice populaire; mais que votre douleur ait un terme
comme toutes les choses humaines.

Gardons quelques larmes pour des calamités plus touchantes. Pleurez
cent mille patriotes immolés par la tyrannie; pleurez nos citoyens
expirants sous leurs toits embrasés, et les fils des citoyens massacrés
au berceau ou dans les bras de leurs mères. N'avez-vous pas aussi des
frères, des enfants, des épouses à venger? La famille des législateurs
français, c'est la patrie; c'est le genre humain tout entier, moins les
tyrans et leurs complices. Pleurez donc, pleurez l'humanité abattue
sous leur joug odieux. Mais consolez-vous, si, imposant silence à
toutes les viles passions, vous voulez assurer le bonheur de votre
pays, et préparer celui du monde. Consolez-vous, si vous voulez
rappeler sur la terre l'égalité et la justice exilées, et tarir, par
des lois justes, la source des crimes et des malheurs de vos semblables.

La sensibilité qui gémit presque exclusivement pour les ennemis de la
liberté m'est suspecte. Cessez d'agiter sous mes yeux la robe sanglante
du tyran, ou je croirai que vous voulez remettre Rome dans ses fers. En
voyant ces peintures pathétiques des Lamballe, des Montmorin, de la
consternation des mauvais citoyens, et ces déclamations furieuses
contre des hommes connus sous des rapports tout à fait opposés,
n'avez-vous pas cru lire un manifeste de Brunswick ou de Condé?
Calomniateurs éternels, voulez-vous donc venger le despotisme?
Voulez-vous flétrir le berceau de la république? Voulez-vous déshonorer
aux yeux de l'Europe la révolution qui l'a enfantée, et fournir des
armes à tous les ennemis de la liberté? Amour de l'humanité, vraiment
admirable, qui tend à cimenter la misère et la servitude des peuples,
et qui cache le désir barbare de se baigner dans le sang des patriotes!

A ces terribles tableaux, mon accusateur a lié le projet qu'il me
supposait d'avilir le corps législatif, qui, disait-il, _était
continuellement tourmenté, méconnu, outragé par un insolent démagogue
qui venait à sa barre lui ordonner des décrets_.

Espèce de figure oratoire, par laquelle M. Louvet a travesti deux
pétitions que je fus chargé de présenter à l'Assemblée législative, au
nom du conseil général de la commune, relativement à la création du
nouveau département de Paris. Avilir le corps législatif! Quelle
chétive idée vous étiez-vous donc formée de sa dignité? Apprenez qu'une
assemblée où réside la majesté du peuple français ne peut être avilie,
même par ses propres oeuvres. Quand elle s'élève à la hauteur de sa
mission sublime, comment concevez-vous qu'elle puisse être avilie par
les discours insensés d'un insolent démagogue? Elle ne peut pas plus
l'être que la divinité ne peut être dégradée par les blasphèmes de
l'impie; pas plus que l'éclat de l'astre qui anime la nature ne peut
être terni par les clameurs des hordes sauvages de l'Asie.

Si des membres d'une assemblée auguste, oubliant leur existence comme
représentants d'un grand peuple, pour ne se souvenir que de leur mince
existence comme individus, sacrifiaient les grands intérêts de
l'humanité à leur méprisable orgueil ou à leur lâche ambition, ils ne
parviendraient pas même, par cet excès de bassesse, à avilir la
représentation nationale; ils ne réussiraient qu'à s'avilir eux-mêmes.

Mais, puisqu'il faut qu'au mois de novembre 1792, je rende compte à la
Convention nationale de ce que j'ai dit le 12 ou 13 août, je vais le
faire. Pour apprécier ce chef d'accusation, il faut connaître quel
était le motif de la démarche de la commune auprès du corps législatif.

La révolution du 10 août avait nécessairement fait disparaître
l'autorité du département, avec la puissance de la cour, dont il
s'était déclaré l'éternel champion; et le conseil général de la commune
en exerçait le pouvoir. Il était fermement convaincu, comme tous les
citoyens, qu'il lui serait impossible de soutenir le poids de la
révolution commencée, si on se hâtait de le paralyser par la
résurrection du département, dont le nom seul était devenu odieux.
Cependant, dès le lendemain du premier jour de la révolution, des
membres de la commission des 21, qui dirigeaient les travaux de
l'assemblée, avaient préparé un projet de décret, dont l'objet était
d'annuler l'influence de la commune, en la renfermant dans les limites
qu'exerçait le conseil général qui l'avait précédée. Le même jour, des
affiches, où elle était diffamée de la manière la plus indécente,
couvrirent les murs de Paris; et nous connaissons les auteurs de ces
affiches; ils ont beaucoup de rapports avec les auteurs de l'accusation
à laquelle je réponds. Ce premier objet ayant échoué, on imagina de
créer un nouveau département, et le 12 ou le 13 on surprit à
l'Assemblée un décret qui en déterminait l'organisation. Le soir, je
fus chargé par la commune, avec plusieurs autres députés, de venir
présenter à l'Assemblée législative des observations puisées dans le
principe que j'ai indiqué. Elles furent appuyées par plusieurs membres,
notamment par Lacroix, qui alla même jusqu'à censurer la commission des
Vingt-et-Un, à qui il attribuait le décret; et, sur sa rédaction même,
rassemblée décréta que les fonctions du nouveau corps administratif se
borneraient aux matières d'impositions, et que. relativement aux
mesures de salut public et de police, le conseil général ne
correspondrait directement qu'avec le corps législatif. Deux jours
après, une circonstance singulière nous ramena à la barre pour le même
objet. La lettre de convocation, expédiée par le ministre Roland pour
nommer les membres de l'administration provisoire du département, était
motivée non sur le dernier décret qui en circonscrivait les fonctions,
mais sur le premier décret, que l'Assemblée législative avait changé.
Le conseil général crut devoir réclamer contre cette conduite, et il
crut que le seul moyen de prévenir toutes ces divisions et tous les
conflits d'autorité, si dangereux dans ces circonstances critiques,
était que l'administration provisoire ne prît que le titre de
commission administrative, qui déterminait clairement l'objet des
fonctions qui lui étaient attribuées par le dernier décret. Tandis
qu'on discutait cette question à la commune, les membres nommés pour
remplacer le directoire viennent lui jurer fraternité, et lui déclarer
qu'ils ne voulaient prendre d'autre titre que celui de commission
administrative. Ce trait de civisme, digne des jours qui ont vu
renaître la liberté, produisit une scène touchante. On arrête que les
membres du directoire et des députés de la commune se rendront
sur-le-champ à l'Assemblée législative pour lui en rendre compte et la
prier de consacrer la mesure salutaire dont je viens de parler. Je
portai la parole: c'est cette pétition que M. Louvet a qualifié
d'insolente. Voulez-vous apprécier ce reproche? Interrogez Hérault,
qui, dans cette séance, présidait le corps législatif; il nous adressa
une réponse véritablement républicaine, qui exprimait une opinion aussi
favorable à l'objet de la pétition qu'à ceux qui la présentaient. Nous
fûmes invités à la séance. Quelques orateurs ne pensèrent pas comme
lui, et un membre, qui m'a vivement inculpé le jour de l'accusation de
M. Louvet, s'éleva très durement et contre notre demande et contre la
commune elle-même, et l'Assemblée passa à l'ordre du jour. Lacroix vous
a dit que, dans le coin du côté gauche, je l'avais menacé du tocsin.
Lacroix sans doute s'est trompé. Et il était possible de confondre ou
d'oublier les circonstances, dont j'ai aussi des témoins, même dans
cette Assemblée et parmi les membres du corps législatif. Je vais les
rappeler. Je me souviens très bien que, dans ce coin dont on a parlé,
j'entendis certains propos qui me parurent assez feuillantins, assez
peu dignes des circonstances où nous étions, entre autres celui-ci, qui
s'adressait à la commune: "Que ne faites-vous resonner le tocsin?"
C'est à ce propos, ou à un autre pareil, que je répondis: "Les sonneurs
de tocsin sont ceux qui cherchent à aigrir les esprits par
l'injustice." Je me rappelle encore qu'alors un de mes collègues, moins
patient que moi, dans un mouvement d'humeur, tint en effet un propos
semblable à celui qu'on m'a attribué, et d'autres m'ont entendu
moi-même le lui reprocher*. [* La vérité de ce récit a été attestée
sur-le-champ par plusieurs membres de l'Assemblée législative, députés
à la Convention nationale. (_Note de Robespierre_.)] Quant à la
répétition du même propos que l'on me fait tenir au comité des
Vingt-et-Un, la fausseté de ce fait est encore plus notoire. Je ne
retournais au conseil général que pour dénoncer l'Assemblée
législative, dit M. Louvet. Ce jour-là, retourné au conseil général
pour rendre compte de ma mission, je parlai avec décence de l'Assemblée
nationale, avec franchise de quelques membres de la commission des
Vingt-et-Un, à qui j'imputais le projet de faire rétrograder la
liberté. On a osé, par un rapprochement atroce, insinuer que j'avais
voulu compromettre la sûreté de quelques députés, en les dénonçant à la
commune durant les exécutions des conspirateurs. J'ai déjà répondu à
cette infamie, en rappelant que j'avais cessé d'aller à la commune
avant ces événements, qu'il ne m'était pas plus donné de prévoir que
les circonstances subites et extraordinaires qui les ont amenés.
Faut-il vous dire que plusieurs de mes collègues, avant moi avaient
déjà dénoncé la persécution tramée contre la commune par les deux ou
trois personnes dont on parle, et ce plan de calomnier les défenseurs
de la liberté et de diviser les citoyens au moment où il fallait réunir
ses efforts pour étouffer les conspirations du dedans et repousser les
ennemis étrangers. Quelle est donc cette affreuse doctrine, que
dénoncer un homme et le tuer c'est la même chose? Dans quelle
république vivons-nous, si le magistrat qui, dans une assemblée
municipale, s'explique librement sur les auteurs d'une trame
dangereuse, n'est plus regardé que comme un provocateur au meurtre? Le
peuple, dans la journée même du 10 août, s'était fait une loi de
respecter les membres les plus décriés du corps législatif; il a vu
paisiblement Louis XVI et sa famille traverser Paris, de l'Assemblée au
Temple; et tout Paris sait que personne n'avait prêché ce principe de
conduite plus souvent ni avec plus de zèle que moi, soit avant, soit
depuis la révolution du 10 août. Citoyens, si jamais, à l'exemple des
Lacédémoniens, nous élevons un temple à la peur, je suis d'avis qu'on
choisisse les ministres de son culte parmi ceux-là mêmes qui nous
entretiennent sans cesse de leur courage et de leurs dangers.

Mais comment parlerai-je de cette lettre prétendue, timidement, et
j'ose dire très gauchement présentée à votre curiosité? Une lettre
énigmatique adressée à un tiers! Des brigands anonymes! Des assassins
anonymes!... et, au milieu de ces nuages, ce mot, jeté comme au hasard:
ils ne veulent entendre parler que de Robespierre... Des réticences,
des mystères dans des affaires si graves, et en s'adressant à la
Convention nationale! Le tout attaché à un rapport bien astucieux,
après tant de libelles, tant d'affiches, tant de pamphlets, tant de
journaux de toutes les espèces, distribués à si grands frais et de
toutes les manières, dans tous les coins de la république... O homme
vertueux, homme exclusivement, éternellement vertueux, où vouliez-vous
donc aller par ces routes ténébreuses? Vous avez essayé l'opinion...
Vous vous êtes arrêté, épouvanté vous-même de votre propre démarche...
Vous avez bien fait; la nature ne vous a pas moulé, ni pour de grandes
actions, ni pour de grands attentats.... Je m'arrête ici moi-même, par
égards pour vous... Mais une autre fois examinez mieux les instruments
qu'on met entre vos mains... Vous ne connaissez pas l'abominable
histoire de l'homme à la missive énigmatique; cherchez-la, si vous en
avez le courage, dans les monuments de la police... Vous saurez un jour
quel prix vous élevez attacher à la modération de l'ennemi que vous
vouliez perdre. Et croyez-vous que, si je voulais m'abaisser à de
pareilles plaintes, il me serait difficile de vous présenter des
dénonciations un peu plus précises et mieux appuyées? Je les ai
dédaignées jusqu'ici. Je sais qu'il y a loin du dessein profondément
conçu de commettre un grand crime à certaines velléités, à certaines
menaces de mes ennemis, dont j'aurais pu faire beaucoup de bruit.
D'ailleurs, je n'ai jamais cru au courage des méchants. Mais
réfléchissez sur vous-même; et voyez avec quelle maladresse vous vous
embarrassez vous-même dans vos propres pièges... Vous vous tourmentez,
depuis longtemps, pour arracher à l'Assemblée une loi contre les
provocateurs au meurtre: qu'elle soit portée; quelle est la première
victime qu'elle doit frapper? N'est-ce pas vous qui avez dit
calomnieusement, ridiculement, que j'aspirais à la tyrannie?
N'avez-vous pas juré par Brutus d'assassiner les tyrans? Vous voilà
donc convaincu, par votre propre aveu, d'avoir provoqué tous les
citoyens à m'assassiner. N'ai-je pas déjà entendu, de cette tribune
même, des cris de fureur répondre à vos exhortations? Et ces promenades
de gens armés, qui bravent, au milieu de nous, l'autorité des lois et
des magistrats! Et ces cris qui demandent les têtes de quelques
représentants du peuple, qui mêlent à des imprécations contre moi vos
louanges et l'apologie de Louis XVI! Qui les a appelés? qui les égare?
qui les excite? Et vous parlez de lois, de vertu, d'agitateurs...

Mais sortons de ce cercle d'infamie que vous nous avez fait parcourir,
et arrivons à la conclusion de votre libelle.

Indépendamment de ce décret sur la force armée, que vous cherchez à
extorquer par tant de moyens; indépendamment de cette loi tyrannique
contre la liberté individuelle et contre celle de la presse, que vous
déguisez sous le spécieux prétexte de la provocation au meurtre, vous
demandez pour le ministre une espèce de dictature militaire, vous
demandez une loi de proscription contre les citoyens qui vous
déplaisent, sous le nom d'ostracisme. Ainsi vous ne rougissez plus
d'avouer ouvertement le motif honteux de tant d'impostures et de
machinations; ainsi vous ne parlez de dictature que pour l'exercer
vous-même sans aucun frein; ainsi vous ne parlez de proscriptions et de
tyrannie que pour proscrire et pour tyranniser; ainsi vous avez pensé
que, pour faire de la Convention nationale l'aveugle instrument de vos
coupables desseins, il vous suffirait de prononcer devant elle un roman
bien astucieux, et de lui proposer de décréter, sans désemparer, la
perte de la liberté et son propre déshonneur! Que me reste-t-il à dire
contre des accusateurs qui s'accusent eux-mêmes?... Ensevelissons, s'il
est possible, ces misérables manoeuvres dans un éternel oubli.
Puissions-nous dérober aux regards de la postérité ces jours peu
glorieux de notre histoire, où les représentants du peuple, égarés par
de lâches intrigues, ont paru oublier les grandes destinées auxquelles
ils étaient appelés. Pour moi, je ne prendrai aucunes conclusions qui
me soient personnelles; j'ai renoncé au facile avantage de répondre aux
calomnies de mes adversaires par des dénonciations plus redoutables.
J'ai voulu supprimer la partie offensive de ma justification. Je
renonce à la juste vengeance que j'aurais le droit de poursuivre contre
mes calomniateurs. Je n'en demande point d'autre que le retour de la
paix et le triomphe de la liberté. Citoyens, parcourez, d'un pas ferme
et rapide, votre superbe carrière. Et puissé-je, aux dépens de ma vie
et de ma réputation même, concourir avec vous à la gloire et au bonheur
de notre commune patrie!



      *      *      *      *      *      *      *      *      *



_Opinion de Maximilien Robespierre, député du département de Paris,
sur le jugement de Louis XVI; imprimé par ordre de la Convention
nationale_ (3 décembre 1792)



Citoyens,


L'Assemblée a été entraînée, à son insu, loin de la véritable question.
Il n'y a point ici de procès à faire. Louis n'est point un accusé. Vous
n'êtes point des juges. Vous n'êtes, vous ne pouvez être que des hommes
d'Etat, et les représentants de la nation. Vous n'avez point une
sentence à rendre pour ou contre un homme, mais une mesure de salut
public à prendre, un acte de providence nationale à exercer. Un roi
détrôné, dans la république, n'est bon qu'à deux usages: ou à troubler
la tranquillité de l'Etat et à ébranler la liberté, ou à affermir l'une
et l'autre à la fois. Or, je soutiens que le caractère qu'a pris
jusqu'ici votre délibération va directement contre ce but. En effet,
quel est le parti que la saine politique prescrit pour cimenter la
république naissante? C'est de graver profondément dans les coeurs le
mépris de la royauté, et de frapper de stupeur tous les partisans du
roi. Donc, présenter à l'univers son crime comme un problème, sa cause
comme l'objet de la discussion la plus imposante, la plus religieuse,
la plus difficile qui puisse occuper les représentants du peuple
français; mettre une distance incommensurable entre le seul souvenir de
ce qu'il fut, et la dignité d'un citoyen, c'est précisément avoir
trouvé le secret de le rendre encore dangereux à la liberté.

Louis fut roi, et la république est fondée: la question fameuse qui
vous occupe est décidée par ces seuls mots. Louis a été détrôné par ses
crimes; Louis dénonçait le peuple français comme rebelle; il a appelé,
pour le châtier, les armes des tyrans ses confrères; la victoire et le
peuple ont décidé que lui seul était rebelle: Louis ne peut donc être
jugé; il est déjà condamné, ou la république n'est point absoute.
Proposer de faire le procès à Louis XVI, de quelque manière que ce
puisse être, c'est rétrograder vers le despotisme royal et
constitutionnel; c'est une idée contre-révolutionnaire, car c'est
mettre la révolution elle-même en litige. En effet, si Louis peut être
encore l'objet d'un procès, il peut être absous; il peut être innocent:
que dis-je! il est présumé l'être jusqu'à ce qu'il soit jugé: mais si
Louis est absous, si Louis peut être présumé innocent, que devient la
révolution? Si Louis est innocent, tous les défenseurs de la liberté
deviennent des calomniateurs; les rebelles étaient les amis de la
vérité et les défenseurs de l'innocence opprimée; tous les manifestes
des cours étrangères ne sont que des réclamations légitimes contre une
faction dominatrice. La détention même que Louis a subie jusqu'à ce
moment est une vexation injuste; les fédérés, le peuple de Paris, tous
les patriotes de l'empire français sont coupables: et ce grand procès
pendant au tribunal de la nature, entre le crime et la vertu, entre la
liberté et la tyrannie, est enfin décidé en faveur du crime et de la
tyrannie.

Citoyens, prenez-y garde; vous êtes ici trompés par de fausses notions.
Vous confondez les règles du droit civil et positif avec les principes
du droit des gens; vous confondez les rapports des citoyens entre eux,
avec ceux des nations à un ennemi qui conspire contre elles. Vous
confondez aussi la situation d'un peuple en révolution avec celle d'un
peuple dont le gouvernement est affermi.

Vous confondez une nation qui punit un fonctionnaire public, en
conservant la forme du gouvernement, et celle qui détruit le
gouvernement lui-même. Nous rapportons à des idées qui nous sont
familières un cas extraordinaire, qui dépend de principes que nous
n'avons jamais appliqués: ainsi, parce que nous sommes accoutumés à
voir les délits dont nous sommes les témoins jugés selon des règles
uniformes, nous sommes naturellement portés à croire que dans aucune
circonstance les nations ne peuvent avec équité sévir autrement contre
un homme qui a violé leurs droits; et où nous ne voyons point un juré,
un tribunal, une procédure, nous ne trouvons point la justice. Ces
termes mêmes, que nous appliquons à des idées différentes de celles
qu'elles expriment dans l'usage ordinaire, achèvent de nous tromper.
Tel est l'empire naturel de l'habitude, que nous regardons les
conventions les plus arbitraires, quelquefois même les institutions les
plus défectueuses, comme la règle absolue du vrai ou du faux, du juste
ou de l'injuste. Nous ne songeons pas même que la plupart tiennent
encore nécessairement aux préjugés dont le despotisme nous a nourris.
Nous avons été tellement courbés sous son joug que nous nous relevons
difficilement jusqu'aux éternels principes de la raison; que tout ce
qui remonte à la source sacrée de toutes les lois semble prendre à nos
yeux un caractère illégal, et que Tordre même de la nature nous paraît
un désordre. Les mouvements majestueux d'un grand peuple, les sublimes
élans de la vertu, se présentent souvent à nos yeux timides comme les
éruptions d'un volcan ou le renversement de la société politique; et
certes ce n'est pas la moindre cause des troubles qui nous agitent que
cette contradiction entre la faiblesse de nos moeurs, la dépravation de
nos esprits, et la pureté des principes, l'énergie des caractères que
suppose le gouvernement libre auquel nous osons prétendre.

Lorsqu'une nation a été forcée de recourir au droit de l'insurrection,
elle rentre dans l'état de la nature à l'égard du tyran. Comment
celui-ci pourrait-il invoquer le pacte social? il l'a anéanti: la
nation peut le conserver encore, si elle le juge à propos, pour ce qui
concerne les rapports des citoyens entre eux; mais l'effet de la
tyrannie et de l'insurrection, c'est de le rompre entièrement par
rapport au tyran; c'est de les constituer réciproquement en état de
guerre. Les tribunaux, les procédures judiciaires ne sont faites que
pour les membres de la cité.

C'est une contradiction trop grossière de supposer que la Constitution
puisse présider à ce nouvel ordre de choses: ce serait supposer qu'elle
survit à elle-même. Quelles sont les lois qui la remplacent? celles de
la nature; celle qui est la base de la société même, le salut du
peuple: le droit de punir le tyran et celui de le détrôner, c'est la
même chose; l'un ne comporte pas d'autres formes que l'autre. Le procès
du tyran, c'est l'insurrection; son jugement, c'est la chute de sa
puissance; sa peine, celle qu'exige la liberté du peuple.

Les peuples ne jugent pas comme les cours judiciaires; ils ne rendent
point de sentences, ils lancent la foudre; ils ne condamnent pas les
rois, ils les replongent dans le néant: et cette justice vaut bien
celle des tribunaux. Si c'est pour leur salut qu'ils s'arment contre
leurs oppresseurs, comment seraient-ils tenus d'adopter un mode de les
punir qui serait pour eux-mêmes un nouveau danger?

Nous nous sommes laissé induire en erreur par des exemples étrangers
qui n'ont rien de commun avec nous. Que Cromwell ait fait juger Charles
Ier par une commission judiciaire dont il disposait; qu'Elisabeth ait
fait condamner Marie d'Ecosse de la même manière, il est naturel que
des tyrans qui immolent leurs pareils, non au peuple, mais à leur
ambition, cherchent à tromper l'opinion du vulgaire par des formes
illusoires: il n'est question là ni de principes, ni de liberté, mais
de fourberie et d'intrigue. Mais le peuple, quelle autre loi peut-il
suivre que la justice et la raison appuyées de sa toute-puissance?

Dans quelle république la nécessité de punir le tyran fut-elle
litigieuse? Tarquin fut-il appelé en jugement? Qu'aurait-on dit à Rome
si des Romains avaient osé se déclarer ses défenseurs? Que
faisons-nous? Nous appelons de toutes parts des avocats pour plaider la
cause de Louis XVI; nous consacrons comme des actes légitimes ce qui,
chez tout peuple libre, eût été regardé comme le plus grand des crimes;
nous invitons nous-mêmes les citoyens à la bassesse et à la corruption:
nous pourrons bien un jour décerner aux défenseurs de Louis des
couronnes civiques, car, s'ils défendent sa cause, ils peuvent espérer
de la faire triompher; autrement vous ne donneriez à l'univers qu'une
ridicule comédie; et nous osons parler de république! Nous invoquons
des formes, parce que nous n'avons pas de principes; nous nous piquons
de délicatesse, parce que nous manquons d'énergie; nous étalons une
fausse humanité, parce que le sentiment de la véritable humanité nous
est étranger; nous révérons l'ombre d'un roi, parce que nous ne savons
pas respecter le peuple; nous sommes tendres pour les oppresseurs,
parce que nous sommes sans entrailles pour les opprimés.

Le procès à Louis XVI! Mais qu'est-ce que ce procès, si ce n'est
l'appel de l'insurrection à un tribunal ou à une assemblée quelconque?
Quand un roi a été anéanti par le peuple, qui a le droit de le
ressusciter pour en faire un nouveau prétexte de trouble et de
rébellion, et quels autres effets peut produire ce système? En ouvrant
une arène aux champions de Louis XVI, vous renouvelez les querelles du
despotisme contre la liberté, vous consacrez le droit de blasphémer
contre la république et contre le peuple; car le droit de défendre
l'ancien despote emporte le droit de dire tout ce qui tient à sa cause.
Vous réveillez toutes les factions, vous ranimez, vous encouragez le
royalisme assoupi: on pourra librement prendre parti pour ou contre.
Quoi de plus légitime, quoi de plus naturel que de répéter partout les
maximes que ses défenseurs pourront professer hautement à votre barre
et dans votre tribune même! Quelle république que celle dont les
fondateurs lui suscitent de toutes parts des adversaires pour
l'attaquer dans son berceau! Voyez quels progrès rapides a déjà faits
ce système.

A l'époque du mois d'août dernier, tous les partisans de la royauté se
cachaient: quiconque eût osé entreprendre l'apologie de Louis XVI eût
été puni comme un traître. Aujourd'hui ils relèvent impunément un front
audacieux; aujourd'hui les écrivains les plus décriés de l'aristocratie
reprennent avec confiance leurs plumes empoisonnées ou trouvent des
successeurs qui les surpassent en impudeur; aujourd'hui des écrits
précurseurs de tous les attentats inondent la cité où vous résidez, les
quatre-vingt-trois départements, et jusqu'au portique de ce sanctuaire
de la liberté; aujourd'hui des hommes armés, arrivés à votre insu et
contre les lois, ont fait retentir les rues de cette cité de cris
séditieux, qui demandent l'impunité de Louis XVI; aujourd'hui Paris
renferme dans son sein des hommes rassemblés, vous a-t-on dit, pour
l'arracher à la justice de la nation. Il ne vous reste plus qu'à ouvrir
cette enceinte aux athlètes qui se pressent déjà pour briguer l'honneur
de rompre des lances en faveur de la royauté. Que dis-je? Aujourd'hui
Louis partage les mandataires du peuple; on parle pour, on parle contre
lui. Il y a deux mois, qui eût pu soupçonner que ce serait une question
s'il était inviolable ou non? Mais depuis qu'un membre de la Convention
nationale a présenté cette idée comme l'objet dune délibération
sérieuse, préliminaire à toute autre question, l'inviolabilité, dont
les conspirateurs de l'Assemblée constituante ont couvert ses premiers
parjures, a été invoquée pour protéger ses derniers attentats. O crime!
ô honte! La tribune du peuple français a retenti du panégyrique de
Louis XVI; nous avons entendu vanter les vertus et les bienfaits du
tyran! A peine avons-nous pu arracher à l'injustice d'une décision
précipitée l'honneur ou la liberté des meilleurs citoyens. Que dis-je?
Nous avons vu accueillir avec une joie scandaleuse les plus atroces
calomnies contre des représentants du peuple connus par leur zèle pour
la liberté. Nous avons vu une partie de cette assemblée proscrite par
l'autre, presque aussitôt que dénoncée par la sottise et par la
perversité combinées. La cause du tyran seul est tellement sacrée
qu'elle ne peut être ni assez longuement ni assez librement discutée:
et pourquoi nous en étonner? ce double phénomène tient à la même cause.
Ceux qui s'intéressent à Louis ou à ses pareils doivent avoir soif du
sang des députés patriotes qui demandent, pour la seconde fois, sa
punition; ils ne peuvent faire grâce qu'à ceux qui se sont adoucis en
sa faveur. Le projet d'enchaîner le peuple, en égorgeant ses
défenseurs, a-t-il été un seul moment abandonné? et tous ceux qui les
proscrivent aujourd'hui, sous le nom d'anarchistes et d'agitateurs, ne
doivent-ils pas exciter eux-mêmes les troubles que nous présage leur
perfide système? Si nous les en croyons, le procès durera au moins
plusieurs mois; il atteindra l'époque du printemps prochain, où les
despotes doivent nous livrer une attaque générale. Et quelle carrière
ouverte aux conspirateurs! Quel aliment donné à l'intrigue et à
l'aristocratie! Ainsi, tous les partisans de la tyrannie pourront
espérer encore dans les secours de leurs alliés; et les armées
étrangères pourront encourager l'audace des contre-révolutionnaires, en
même temps que leur or tentera la fidélité du tribunal qui doit
prononcer sur son sort. Juste ciel! toutes les hordes féroces du
despotisme s'apprêtent à déchirer de nouveau le sein de notre patrie,
au nom de Louis XVI! Louis combat encore contre nous du fond de son
cachot; et l'on doute s'il est coupable, si on peut le traiter en
ennemi! Je veux bien croire encore que la République n'est point un
vain nom dont on nous amuse: mais quels autres moyens pourrait-on
employer, si l'on voulait rétablir la royauté?

On invoque en sa faveur la Constitution. Je me garderai bien de répéter
ici tous les arguments sans réplique développés par ceux qui ont daigné
combattre cette espèce d'objection.

Je ne dirai là-dessus qu'un mot pour ceux qu'ils n'auraient pu
convaincre. La Constitution vous défendait tout ce que vous avez fait.
S'il ne pouvait être puni que de la déchéance, vous ne pouviez la
prononcer sans avoir instruit son procès. Vous n'aviez point le droit
de le retenir en prison. Il a celui de vous .demander sou élargissement
et des dommages et intérêts. La Constitution vous condamne: allez aux
pieds de Louis XVI invoquer sa clémence.

Pour moi, je rougirais de discuter plus sérieusement ces arguties
constitutionnelles; je les relègue sur les bancs de l'école ou du
palais, ou plutôt dans les cabinets de Londres, de Vienne et de Berlin.
Je ne sais point discuter longuement où je suis convaincu que c'est un
scandale de délibérer.

C'est une grande cause, a-t-on dit, et qu'il faut juger avec une sage
et lente circonspection. C'est vous qui en faites une grande cause: que
dis-je! c'est vous qui en faites une cause. Que trouvez-vous là de
grand? Est-ce la difficulté? Non. Est-ce le personnage? Aux yeux de la
liberté, il n'en est pas de plus vil; aux yeux de l'humanité, il n'en
est pas de plus coupable. Il ne peut en imposer encore qu'à ceux qui
sont plus lâches que lui. Est-ce l'utilité du résultat? C'est une
raison de plus de le hâter. Une grande cause, c'est un projet de loi
populaire; une grande cause, c'est celle d'un malheureux opprimé par le
despotisme. Quel est le motif de ces délais éternels que vous nous
recommandez? Craignez-vous de blesser l'opinion du peuple? Comme si le
peuple lui-même craignait autre chose que la faiblesse ou l'ambition de
ses mandataires; comme si le peuple était un vil troupeau d'esclaves
stupidement attaché au stupide tyran qu'il a proscrit, voulant, à
quelque prix que ce soit, se vautrer dans la bassesse et dans la
servitude. Vous parlez de l'opinion; n'est-ce point à vous de la
diriger, de la fortifier? Si elle s'égare, si elle se déprave, à qui
faudrait-il s'en prendre, si ce n'est à vous-mêmes? Craignez-vous les
rois étrangers ligués contre vous? Oh! sans doute, le moyen de les
vaincre, c'est de paraître les craindre! Le moyen de confondre les
despotes, c'est de respecter leur complice! Craignez-vous les peuples
étrangers? Vous croyez donc encore à l'amour inné de la tyrannie.
Pourquoi donc aspirez-vous à la gloire d'affranchir le genre humain?
Par quelle contradiction supposez-vous que les nations, qui n'ont point
été étonnées de la proclamation des droits de l'humanité, seront
épouvantées du châtiment de l'un de ses plus cruels oppresseurs? Enfin,
vous redoutez, dit-on, les regards de la postérité. Oui, la postérité
s'étonnera, en effet, de notre inconséquence et de notre faiblesse, et
nos descendants riront à la fois de la présomption et des préjugés de
leurs pères.

On a dit qu'il fallait du génie pour approfondir cette question. Je
soutiens qu'il ne faut que de la bonne foi. Il s'agit bien moins de
s'éclairer que de ne pas s'aveugler volontairement. Pourquoi ce qui
nous paraît clair dans un temps nous semble-t-il obscur dans un autre?
Pourquoi ce que le bon sens du peuple décide aisément se change-t-il,
pour ses délégués, en problème presque insoluble? Avons-nous le droit
d'avoir une volonté contraire à la volonté générale, et une sagesse
différente de la raison universelle?

J'ai entendu les défenseurs de l'inviolabilité avancer un principe
hardi, que j'aurais presque hésité moi-même à énoncer. Ils ont dit que
ceux qui, le 10 août, auraient immolé Louis XVI, auraient fait une
action vertueuse; mais la seule base de cette opinion ne pouvait être
que les crimes de Louis XVI et les droits du peuple. Or, trois mois
d'intervalle ont-ils changé ses crimes ou les droits du peuple? Si
alors on l'arracha à l'indignation publique, ce fut sans doute
uniquement pour que sa punition, ordonnée solennellement par la
Convention nationale au nom de la nation, en devînt plus imposante pour
les ennemis de l'humanité: mais remettre en question s'il est coupable
ou s'il peut être puni, c'est trahir la foi donnée au peuple français.
Il est peut-être des gens qui, soit pour empêcher que l'Assemblée ne
prenne un caractère digne d'elle, soit pour ravir aux nations un
exemple qui élèverait les âmes à la hauteur des principes républicains,
soit par des motifs encore plus honteux, ne seraient pas fâchés qu'une
main privée remplît les fonctions de la justice nationale. Citoyens,
défiez-vous de ce piège: quiconque oserait donner un tel conseil ne
servirait que les ennemis du peuple. Quoi qu'il arrive, la punition de
Louis n'est bonne désormais qu'autant qu'elle portera le caractère
solennel d'une vengeance publique. Qu'importe au peuple le méprisable
individu du dernier roi?

Représentants, ce qui lui importe, ce qui vous importe à vous-mêmes,
c'est que vous remplissiez les devoirs qu'il vous a imposés. La
république est proclamée; mais nous l'avez-vous donnée? Vous n'avez pas
encore fait une seule loi qui justifie ce nom; vous n'avez pas encore
réformé un seul abus du despotisme: ôtez les noms, nous avons encore la
tyrannie tout entière, et, de plus, des factions plus viles, et des
charlatans plus immoraux, avec de nouveaux ferments de troubles et de
guerre civile. La république! et Louis vit encore! et vous placez
encore la personne du roi entre nous et la liberté! A force de
scrupules, craignons de nous rendre criminels; craignons qu'en montrant
trop d'indulgence pour le coupable, nous ne nous mettions nous-mêmes à
sa place.

Nouvelle difficulté. A quelle peine condamnerons-nous Louis? La peine
de mort est trop cruelle. Non, dit un autre, la vie est plus cruelle
encore; je demande qu'il vive. Avocats du roi, est-ce par pitié ou par
cruauté que vous voulez le soustraire à la peine de ses crimes? Pour
moi, j'abhorre la peine de mort prodiguée par vos lois; et je n'ai pour
Louis ni amour ni haine; je ne hais que ses forfaits. J'ai demandé
l'abolition de la peine de mort à l'assemblée que vous nommez encore
constituante; et ce n'est pas ma faute si les premiers principes de la
raison lui ont paru des hérésies morales et politiques. Mais vous, qui
ne vous avisâtes jamais de les réclamer en faveur de tant de malheureux
dont les délits sont moins les leurs que ceux du gouvernement, par
quelle fatalité vous en souvenez-vous seulement pour plaider la cause
du plus grand de tous les criminels? Vous demandez une exception à la
peine de mort pour celui-là seul qui peut la légitimer. Oui, la peine
de mort, en général, est un crime, et par cette raison seule que,
d'après les principes indestructibles de la nature, elle ne peut être
justifiée que dans les cas où elle est nécessaire à la sûreté des
individus ou du corps social. Or, jamais la sûreté publique ne la
provoque contre les délits ordinaires, parce que la société peut
toujours les prévenir par d'autres moyens, et mettre le coupable dans
l'impuissance de lui nuire. Mais un roi détrôné, au sein d'une
révolution qui n'est rien moins que cimentée par des lois justes; un
roi dont le nom seul attire le fléau de la guerre sur la nation agitée;
ni la prison, ni l'exil ne peut rendre son existence indifférente au
bonheur public; et cette cruelle exception aux lois ordinaires que la
justice avoue ne peut être imputée qu'à la nature de ses crimes. Je
prononce à regret celte fatale vérité... mais Louis doit mourir, parce
qu'il faut que la patrie vive. Chez un peuple paisible, libre et
respecté au dedans comme au dehors, on pourrait écouter les conseils
qu'on vous donne d'être généreux: mais un peuple à qui l'on dispute
encore sa liberté, après tant de sacrifices et de combats, un peuple
chez qui les lois ne sont encore inexorables que pour les malheureux,
un peuple chez qui les crimes de la tyrannie sont des sujets de
dispute, un tel peuple doit vouloir qu'on le venge; et la générosité
dont on vous flatte ressemblerait trop à celle d'une société de
brigands qui se partagent des dépouilles.

Je vous propose de statuer dès ce moment sur le sort de Louis. Quant à
sa femme, vous la renverrez aux tribunaux, ainsi que toutes les
personnes prévenues des mêmes attentats. Son fils sera gardé au Temple,
jusqu'à ce que la paix et la liberté publique soient affermies. Quant à
Louis, je demande que la Convention nationale le déclare dès ce moment
traître à la nation française, criminel envers l'humanité; je demande
qu'à ce titre il donne un grand exemple au monde, dans le lieu même où
sont morts, le 10 août, les généreux martyrs de la liberté, et que cet
événement mémorable soit consacré par un monument destiné à nourrir
dans le coeur des peuples le sentiment de leurs droits et l'horreur des
tyrans; et, dans l'âme des tyrans, la terreur salutaire de la justice
du peuple.



      *      *      *      *      *      *      *      *      *



_Second discours de Maximilien Robespierre, sur le jugement de Louis
Capet;  prononcé à la Convention nationale, le 28 décembre, l'an
premier de la République [imprimé sur ordre de la Société des Amis de
la Liberté et de l'Egalité]_ (28 décembre 1792)



Citoyens.


Par quelle fatalité la question qui devrait réunir le plus facilement
tous les suffrages et tous les intérêts des représentants du peuple ne
paraît-elle que le signal des dissensions et des tempêtes? Pourquoi les
fondateurs de la république sont-ils divisés sur la punition du tyran?
Je n'en suis pas moins convaincu que nous sommes tous pénétrés d'une
égale horreur pour le despotisme, enflammés du même zèle pour la sainte
égalité; et j'en conclus que nous devons nous rallier aisément aux
principes de l'intérêt public et de l'éternelle justice.

Je ne répéterai point qu'il est des formes sacrées qui ne sont pas
celles du barreau; qu'il est des principes indestructibles, supérieurs
aux rubriques consacrées par l'habitude et par les préjugés; que le
véritable jugement d'un roi, c'est le mouvement spontané et universel
d'un peuple fatigué de la tyrannie, qui brise le sceptre entre les
mains du tyran qui l'opprime; que c'est là le plus sûr, le plus
équitable et le plus pur de tous les jugements. Je ne vous répéterai
pas que Louis était déjà condamné, avant le décret par lequel vous avez
prononcé qu'il serait jugé par vous; je ne veux raisonner ici que dans
le système qui a prévalu. Je pourrais même ajouter que je partage, avec
le plus faible d'entre vous, toutes les affections particulières qui
peuvent l'intéresser au sort de l'accusé. Inexorable, quand il s'agit
de calculer, d'une manière abstraite, le degré de sévérité que la
justice des lois doit déployer contre les ennemis de l'humanité, j'ai
senti chanceler dans mon coeur la vertu républicaine, en présence du
coupable humilié devant la puissance souveraine. La haine des tyrans et
l'amour de l'humanité ont une source commune dans le coeur de l'homme
juste, qui aime son pays. Mais, citoyens, la dernière preuve de
dévouement que les représentants du peuple doivent à la patrie, c'est
d'immoler ces premiers mouvements de la sensibilité naturelle au salut
d'un grand peuple et de l'humanité opprimée. Citoyens, la sensibilité
qui sacrifie l'innocence au crime est une sensibilité cruelle; la
clémence qui compose avec la tyrannie est barbare.

Citoyens, c'est à l'intérêt suprême du salut public que je vous
rappelle. Quel est le motif qui vous force à vous occuper de Louis? Ce
n'est pas le désir d'une vengeance indigne de la nation; c'est la
nécessité de cimenter la liberté et la tranquillité publique par la
punition du tyran. Tout mode de le juger, tout système de lenteur qui
compromet la tranquillité publique, contrarie donc directement votre
but; il vaudrait mieux que vous eussiez absolument oublié le soin de le
punir que de faire de son procès une source de troubles et un
commencement de guerre civile. Chaque instant de retard amène pour nous
un nouveau danger; tous les délais réveillent les espérances coupables,
encouragent l'audace des ennemis de la liberté, nourrissent au sein de
cette assemblée la sombre défiance, les soupçons cruels; citoyens,
c'est la voix de la patrie alarmée qui vous presse de hâter la décision
qui doit la rassurer. Quel scrupule enchaîne encore votre zèle? Je n'en
trouve le motif, ni dans les principes des amis de l'humanité, ni dans
ceux des philosophes, ni dans ceux des hommes d'Etat, ni même dans ceux
des praticiens les plus subtils et les plus épineux. La procédure est
arrivée à son dernier terme. Avant-hier, l'accusé vous a déclaré qu'il
n'avait rien de plus à dire pour sa défense; il a reconnu que toutes
les formes qu'il désirait étaient remplies; il a déclaré qu'il n'en
exigeait point d'autres. Le moment même où il vient de faire entendre
sa justification est le plus favorable à sa cause. Il n'est pas de
tribunal au monde qui n'adoptât, en sûreté de conscience, un pareil
système. Un malheureux, pris en flagrant délit, ou prévenu seulement
d'un crime ordinaire, sur des preuves mille fois moins éclatantes, eût
été condamné dans vingt-quatre heures. Fondateurs de la république,
selon ces principes, vous pouviez juger, il y a longtemps, avec
sécurité, le tyran du peuple français. Quel était le motif d'un nouveau
délai? Vouliez-vous acquérir de nouvelles preuves écrites contre
l'accusé? Non. Vouliez-vous faire entendre des témoins? Cette idée
n'est encore entrée dans la tête d'aucun de nous. Doutiez-vous du
crime? Non. Vous auriez douté de la légitimité ou de la nécessité de
l'insurrection; vous douteriez de ce que la nation croit fermement;
vous seriez étrangers à notre révolution; et, loin de punir le tyran,
c'est à la nation elle-même que vous auriez fait le procès. Avant-hier,
le seul motif que l'on ait allégué pour prolonger la décision de cette
affaire a été la nécessité de mettre à l'aise la conscience des membres
que l'on a supposés n'être point encore convaincus des attentats de
Louis. Cette supposition gratuite, injurieuse et absurde a été démentie
par la discussion même.

Citoyens, il importe ici de jeter un regard sur le passé et de vous
retracer à vous-mêmes vos propres principes et même vos propres
engagements. Déjà, frappés des grands intérêts que je viens de vous
représenter, vous aviez fixé deux fois, par deux décrets solennels,
l'époque où vous deviez juger Louis irrévocablement; avant-hier était
la seconde de ces deux époques. Lorsque vous rendîtes chacun de ces
deux décrets, vous vous promettiez bien que ce serait là le dernier
terme; et, loin de croire que vous violiez en cela la justice et la
sagesse, vous étiez plutôt tentés de vous reprocher à vous-mêmes trop
de facilité. Vous trompiez-vous alors? Non, citoyens, c'est dans les
premiers moments que vos vues étaient plus saines, et vos principes
plus sûrs; plus vous vous laisserez engager dans ce système, plus vous
perdrez de votre énergie et de votre sagesse; plus la volonté des
représentants du peuple, égarée, même à leur insu peut-être,
s'éloignera de la volonté générale, qui doit être leur suprême
régulatrice. Il faut le dire, tel est le cours naturel des choses,
telle est la pente malheureuse du coeur humain. Je ne puis me dispenser
de vous rappeler ici un exemple frappant, analogue aux circonstances où
nous sommes, et qui doit nous instruire. Quand Louis, au retour de
Varennes, fut soumis au jugement des premiers représentants du peuple,
un cri général d'indignation s'élevait contre lui dans l'Assemblée
constituante; il n'y avait qu'une voix pour le condamner. Peu de temps
après, toutes les idées changèrent, les sophismes et les intrigues
prévalurent sur la liberté et sur la justice; c'était un crime de
réclamer contre lui la sévérité des lois à la tribune de l'Assemblée
nationale; et ceux qui vous demandent aujourd'hui, pour la seconde
fois, la punition de ses attentats, furent alors persécutés, proscrits,
calomniés dans toute l'étendue de la France, précisément parce qu'ils
étaient restés en trop petit nombre fidèles à la cause publique et aux
principes sévères de la liberté; Louis seul était sacré; les
représentants du peuple, qui l'accusaient, n'étaient que des factieux,
des désorganisateurs, et, qui pis est, des républicains. Que dis-je? Le
sang des meilleurs citoyens, le sang des femmes et des enfants coula
pour lui sur l'autel de la patrie. Citoyens, nous sommes des hommes
aussi, sachons mettre à profit l'expérience de nos devanciers.

Je n'ai pas cru cependant à la nécessité du décret qui vous fut proposé
de juger sans désemparer. Ce n'est pas que je me détermine par le motif
de ceux qui ont cru que cette mesure accuserait la justice ou les
principes de la Convention nationale. Non, même à ne vous considérer
que comme des juges, il était une raison très morale qui pouvait
facilement la justifier en elle-même: c'est de soustraire les juges à
toute influence étrangère; c'est de garantir leur impartialité et leur
incorruptibilité, en les renfermant seuls avec leur conscience et les
preuves, jusqu'au moment où ils auront prononcé leur sentence. Tel est
le motif de la loi anglaise, qui soumet les jurés à la gêne qu'on
voulait vous imposer; telle était la loi adoptée chez plusieurs peuples
célèbres par leur sagesse; une pareille conduite ne vous eût pas
déshonorés plus qu'elle ne déshonore l'Angleterre et les autres nations
qui ont suivi les mêmes maximes; mais, moi, je la juge encore
superflue, parce que je suis convaincu que la décision de cette affaire
ne sera pas reculée au delà du terme où vous serez suffisamment
éclairés, et que votre zèle pour le bien public est pour vous une loi
plus impérieuse que vos décrets.

Au reste, il était difficile de répondre aux raisons que je viens de
développer; mais, pour retarder votre jugement, on vous a parlé de
l'honneur de la nation, de la dignité de l'Assemblée. L'honneur des
nations, c'est de foudroyer les tyrans et de venger l'humanité avilie!
La gloire de la Convention nationale consiste à déployer un grand
caractère et à immoler les préjugés serviles aux principes salutaires
de la raison et de la philosophie; il consiste à sauver la patrie et à
cimenter la liberté par un grand exemple donné à l'univers. Je vois sa
dignité s'éclipser à mesure que nous oublions cette énergie des maximes
républicaines pour nous égarer dans un dédale de chicanes inutiles, et
que nos orateurs, à celte tribune, font faire à la nation un nouveau
cours de monarchie. La postérité vous admirera ou vous méprisera selon
le degré de vigueur que vous montrerez dans cette occasion; et cette
vigueur sera la mesure aussi de l'audace ou de la souplesse des
despotes étrangers avec vous, elle sera le gage de notre servitude ou
de notre liberté, de notre prospérité ou de notre misère. Citoyens, la
victoire décidera si vous êtes des rebelles ou les bienfaiteurs de
l'humanité; et c'est la hauteur de votre caractère qui décidera la
victoire. Citoyens, trahir la cause du peuple et notre propre
conscience, livrer la patrie à tous les désordres que les lenteurs d'un
tel procès doivent exciter, voilà le seul danger que nous devions
craindre. Il est temps de franchir l'obstacle fatal qui nous arrête
depuis si longtemps à l'entrée de notre carrière; alors, sans doute,
nous marcherons ensemble d'un pas ferme vers le but commun de la
félicité publique; alors les passions haineuses qui mugissent trop
souvent dans ce sanctuaire de la liberté feront place à l'amour du bien
public, à la sainte émulation des amis de la patrie, et tous les
projets des ennemis de l'ordre public seront confondus. Mais que nous
sommes encore loin de ce but, si elle peut prévaloir ici, cette étrange
opinion, que d'abord on eût à peine osé imaginer, qui ensuite a été
soupçonnée, qui, enfin, a été hautement proposée!

Pour moi, dès ce moment, j'ai vu confirmer toutes mes craintes et mes
soupçons. Nous avions tout d'abord paru inquiets sur les suites des
délais que la marche de cette affaire pouvait entraîner, et il ne
s'agit rien moins que de la rendre interminable; nous redoutions les
troubles que chaque moment de retard pouvait amener, et voilà qu'on
nous garantit en quelque sorte le bouleversement inévitable de la
république. Eh! que nous importe que l'on cache un dessein funeste sous
le voile de la prudence, et même sous le prétexte du respect pour la
souveraineté du peuple! Ce fut là l'art perfide de tous les tyrans
déguisés sous les dehors du patriotisme, qui ont, jusques ici,
assassiné la liberté et causé tous nos maux. Ce ne sont point les
déclamations sophistiques, mais le résultat, qu'il faut peser.

Oui, je le déclare hautement, je ne vois plus désormais, dans le procès
du tyran, qu'un moyen de nous ramener au despotisme, par l'anarchie.
C'est vous que j'en atteste, citoyens; au premier moment où il fut
question du procès de Louis le dernier, de la Convention nationale,
convoquée alors expressément pour le juger; lorsque vous partiez de vos
départements, enflammés de l'amour de la liberté, pleins de ce généreux
enthousiasme que vous inspiraient les preuves récentes de la confiance
d'un peuple magnanime, que nulle influence étrangère n'avait encore
altéré; que dis-je? au premier moment où il fut ici question d'entamer
cette affaire, si quelqu'un vous eût dit: "Vous croyez que vous aurez
terminé le procès du tyran dans huit jours, dans quinze jours, dans
trois mois; vous vous trompez: ce ne sera pas même vous qui prononcerez
la peine qui lui est due, qui le jugerez définitivement; je vous
propose de renvoyer cette affaire aux 44.000 sections qui partagent la
nation française, afin qu'elles prononcent toutes sur ce point; et vous
adopterez cette proposition." Vous auriez ri de la confiance du
motionnaire, vous auriez repoussé la motion, comme incendiaire, et
faite pour allumer la guerre civile. Le dirai-je? On assure que la
disposition des esprits est changée; telle est, sur plusieurs,
l'influence d'une atmosphère pestiférée, que les idées les plus simples
et les plus naturelles sont souvent étouffées par les plus dangereux
sophismes. Imposez silence à tous les préjugés, à toutes les
suggestions; examinons de sang-froid cette singulière question.

Vous allez donc convoquer les assemblées primaires, pour les occuper
chacune séparément de la destinée de leur ci-devant roi; c'est-à-dire
que vous allez changer toutes les assemblées de canton, toutes les
sections des villes, en autant de lices orageuses, où l'on combattra
pour ou contre la personne de Louis, pour ou contre la royauté; car il
existe bien des gens pour qui il est peu de distance entre le despote
et le despotisme. Vous me garantissez que ces discussions seront
parfaitement paisibles, et exemptes de toute influence dangereuse: mais
garantissez-moi donc auparavant que les mauvais citoyens, que les
modérés, que les feuillants, que les aristocrates n'y trouveront aucun
accès, qu'aucun avocat bavard et astucieux ne viendra surprendre les
gens de bonne foi et apitoyer sur le sort du tyran des hommes simples
qui ne pourront prévoir les conséquences politiques d'une funeste
indulgence ou d'une délibération irréfléchie. Mais que dis-je? Cette
faiblesse même de l'Assemblée, pour ne point employer une expression
plus forte, ne sera-t-elle pas le moyen le plus sûr de rallier tous les
royalistes, tous les ennemis de la liberté, quels qu'ils soient, de les
rappeler dans les assemblées du peuple qu'ils avaient fui, au moment où
il vous nomma, dans ces temps heureux de la crise révolutionnaire, qui
rendit quelque vigueur à la liberté expirante? Pourquoi ne
viendraient-ils pas défendre leur chef, puisque la loi appellera
elle-même tous les citoyens, pour venir discuter cette grande question
avec une entière liberté? Or, qui est plus discret, plus adroit, plus
fécond en ressources, que les intrigants, que les honnêtes gens,
c'est-à-dire que les fripons de l'ancien et même du nouveau régime?
Avec quel art ils déclameront d'abord contre le roi, pour conclure
ensuite en sa faveur! Avec quelle éloquence ils proclameront la
souveraineté du peuple, les droits de l'humanité, pour ramener le
royalisme et l'aristocratie! Mais, citoyens, sera-ce bien le peuple qui
se trouvera à ces assemblées primaires? Le cultivateur abandonnera-t-il
son champ? L'artisan quittera-t-il le travail auquel est attachée son
existence journalière, pour feuilleter le Code pénal, et délibérer dans
une assemblée tumultueuse sur le genre de peine que Louis Capet a
encouru, et sur bien d'autres questions peut-être qui ne seront pas
moins étrangères à ses méditations. J'ai entendu déjà distinguer le
peuple et la nation, précisément à l'occasion de cette motion même.
Pour moi, qui croyais ces mots synonymes, je me suis aperçu qu'on
renouvelait l'antique distinction que j'ai entendu faire par une partie
de l'Assemblée constituante; et je sens qu'il faut entendre par le
peuple, la nation, moins les ci-devant privilégiés et les honnêtes
gens; or, je conçois que tous les honnêtes gens, que tous les
intrigants de la république, pourront bien se réunir en force dans les
assemblées primaires, abandonnées par la majorité de la nation, qu'on
appelle ignoblement le peuple, et entraîner les bonnes gens, peut-être
même traiter les amis fidèles de la liberté de _cannibales_, _de
désorganisateurs_, _de factieux_. Je ne vois, moi, dans ce prétendu
appel au peuple, qu'un appel de ce que le peuple a voulu, de ce que le
peuple a fait, au moment où il déployait sa force, dans le seul temps
où il exprimait sa propre volonté, c'est-à-dire dans le temps de
l'insurrection du 10 août, à tous les ennemis secrets de l'égalité,
dont la corruption et la lâcheté avaient nécessité l'insurrection
elle-même. Car ceux qui redoutent le plus les mouvements salutaires qui
enfantent la liberté sont précisément ceux qui cherchent à exciter tous
les troubles qui peuvent ramener le despotisme ou l'aristocratie. Mais
quelle idée, grand Dieu! de vouloir faire juger la cause d'un homme,
que dis-je? la moitié de sa cause, par un tribunal composé de 44.000
tribunaux particuliers. Si l'on voulait persuader au monde qu'un roi
est un être au-dessus de l'humanité, si l'on voulait rendre incurable
la maladie honteuse du royalisme, quel moyen plus ingénieux pourrait-on
imaginer que de convoquer une nation de 25 millions d'hommes pour le
juger, que dis-je? pour appliquer la peine qu'il peut avoir encourue;
et cette idée de réduire les fonctions du souverain à la faculté de
déterminer la peine n'est pas, sans doute, le trait le moins adroit que
présente ce système.

On a voulu, sans doute, éluder par là quelques-unes des objections
qu'il pouvait rencontrer. On a senti que l'idée d'une procédure à
instruire par toutes les assemblées primaires de l'Empire français
était trop ridicule; et on a pris le parti de leur soumettre uniquement
la question de savoir quel est le degré de sévérité que le crime de
Louis XVI pouvait provoquer; mais on n'a fait que multiplier les
absurdités, sans diminuer les inconvénients. En effet, si une partie de
la cause de Louis est portée au souverain, qui peut empêcher qu'il ne
l'examine tout entière? Qui peut lui contester le droit de revoir le
procès, de recevoir les mémoires, d'entendre la justification de
l'accusé, de l'admettre à demander grâce à la nation assemblée, et dès
lors de plaider la cause tout entière? Croit-on que les partisans
hypocrites du système contraire à l'égalité négligeront de faire valoir
ces motifs, et de réclamer le plein exercice des droits de la
souveraineté? Voilà donc nécessairement une procédure commencée dans
chaque assemblée primaire. Mais fût-elle réduite à la question de la
peine, encore faudra-t-il qu'elle soit discutée? Et qui ne croira pas
avoir le droit de la discuter éternellement, quand l'assemblée
conventionnelle n'aura pas osé la décider elle-même? Qui peut indiquer
le terme où cette grande affaire serait terminée? La célérité du
dénouement dépendra des intrigues qui agiteront chaque section des
diverses sections de la France; ensuite de l'activité ou de la lenteur
avec lesquelles les suffrages seront recueillis par les assemblées
primaires; ensuite de la négligence ou du zèle, de la fidélité ou de la
partialité avec laquelle ils seront recensés par les directoires, et
transmis à la Convention nationale, qui en fera le relevé? Cependant,
la guerre étrangère n'est point terminée; la saison approche, où tous
les despotes alliés ou complices de Louis XVI doivent déployer toutes
leurs forces contre la république naissante; et ils trouveront la
nation délibérante sur Louis XVI! Ils la trouveront occupée à décider
s'il a mérité la mort, interrogeant le Code pénal, ou pesant les motifs
de le traiter avec indulgence ou avec sévérité. Ils la surprendront
épuisée, fatiguée par ces scandaleuses dissensions. Alors, si les amis
intrépides de la liberté, aujourd'hui persécutés avec tant de fureur,
ne sont point encore immolés, ils auront quelque chose de mieux à faire
que de disputer sur un point de procédure; il faudra qu'ils volent à la
défense de la patrie; il faudra qu'ils laissent la tribune et le
théâtre des assemblées, converties en arènes de chicaneurs, aux amis
naturels de la royauté, aux riches, aux égoïstes, aux hommes lâches et
faibles, à tous les champions du feuillantisme et de l'aristocratie.
Mais quoi! les citoyens qui combattent aujourd'hui pour la liberté,
tous nos frères qui ont abandonné leurs femmes et leurs enfants pour
voler à son secours, pourront-ils délibérer dans vos villes et dans vos
assemblées, lorsqu'ils seront dans nos camps ou sur le champ de
bataille? Et qui, plus qu'eux, aurait droit de voter dans la cause de
la tyrannie et de la liberté? Les paisibles citadins auront-ils le
privilège de la décider en leur absence? Que dis-je, cette cause
n'est-elle pas particulièrement la leur? Ne sont-ce pas nos généreux
soldats des troupes de ligne qui, dès les premiers jours de la
révolution, ont méprisé les ordres sanguinaires de Louis, commandant le
massacre de leurs concitoyens? Ne sont-ce pas eux qui, depuis ce temps,
ont été persécutés par la cour, par Lafayette, par tous les ennemis du
peuple? Ne sont-ce pas nos braves volontaires qui, dans les derniers
temps, ont sauvé la patrie avec eux, par leur sublime dévouement, en
repoussant les satellites du despotisme, que Louis a ligués contre
nous? Absoudre le tyran ou ses pareils, ce serait les condamner
eux-mêmes; ce serait les vouer à la vengeance du despotisme et de
l'aristocratie, qui n'a jamais cessé de les poursuivre; car de tout
temps il y aura un combat à mort entre les vrais patriotes et les
oppresseurs de l'humanité: ainsi, tandis que tous les citoyens les plus
courageux répandraient le reste de leur sang pour la patrie, la lie de
la nation, les hommes les plus lâches et les plus corrompus, tous ces
reptiles de la chicane, tous les bourgeois orgueilleux et aristocrates,
tous les ci-devant privilégiés, cachés sous le masque du civisme, tous
les hommes nés pour ramper et pour opprimer sous un roi, maîtres des
assemblées désertées par la vertu simple et indigente, détruiraient
impunément l'ouvrage des héros de la liberté, livreraient leurs femmes
et leurs enfants à la servitude, et, seuls, décideraient insolemment
des destinées de l'Etat! Voilà donc le plan affreux que l'hypocrisie la
plus profonde, disons le mot, que la friponnerie la plus éhontée ose
cacher sous le nom de la souveraineté du peuple, qu'elle veut anéantir.
Mais ne voyez-vous pas que ce projet ne tend qu'à détruire la
Convention elle-même; que, les assemblées primaires une fois
convoquées, l'intrigue et le feuillantisme les détermineront à
délibérer sur toutes les propositions qui pourront servir leurs vues
perfides; qu'elles remettront en question jusqu'à la proclamation de la
république, dont la cause se lie naturellement aux questions qui
concernent le roi détrôné? Ne voyez-vous pas que la tournure insidieuse
donnée au jugement de Louis ne fait que reproduire, sous une autre
forme, la proposition qui vous fut faite dernièrement par Guadet de
convoquer les assemblées primaires pour réviser le choix des députés,
et que vous avez alors repoussée avec horreur? Ne voyez-vous point,
dans tous les cas, qu'il est impossible qu'une si grande multitude
d'assemblées soient entièrement d'accord, et que cette seule division,
au moment de l'approche des ennemis, est la plus grande de toutes les
calamités? Ainsi la guerre civile unira ses fureurs au fléau de la
guerre étrangère; et les intrigants ambitieux transigeront avec les
ennemis du peuple, sur les ruines de la patrie, et sur les cadavres
sanglants de ses défenseurs.

Et c'est au nom de la paix publique, c'est sous le prétexte d'éviter la
guerre civile qu'on vous propose cette motion insensée! On craint la
guerre civile, on craint le retour de la royauté, si vous punissez
promptement le roi qui a conspiré contre la liberté; le moyen de
détruire la tyrannie, c'est de conserver le tyran; le moyen de prévenir
la guerre civile, c'est d'en allumer sur-le-champ le flambeau. Cruels
sophistes; c'est ainsi qu'on a raisonné de tout temps pour nous
tromper. N'est-ce pas au nom de la paix et de la liberté même que
Louis, Lafayette, et tous ses complices, dans l'Assemblée constituante
et ailleurs, troublaient l'Etat, calomniaient et assassinaient le
patriotisme?

Pour vous déterminer à accueillir cet étrange système, on vous a fait
un dilemme non moins étrange, selon moi: "ou bien le peuple veut la
mort du tyran, ou il ne la veut pas; s'il la veut, quel inconvénient de
recourir à lui? s'il ne la veut pas, de quel droit pouvez-vous
l'ordonner?"

Voici ma réponse: d'abord je ne doute pas, moi, que le peuple la
veuille, si vous entendez par ce mot la majorité de la nation, sans en
exclure la portion la plus nombreuse, la plus infortunée et la plus
pure de la société, celle sur qui pèsent tous les crimes de l'égoïsme
et de la tyrannie. Cette majorité a exprimé son voeu au moment où elle
secoua le joug de votre ci-devant roi; elle a commencé, elle a soutenu
la révolution; elle a des moeurs, cette majorité, elle a du courage;
mais elle n'a ni finesse, ni éloquence; elle foudroie les tyrans, mais
elle est souvent la dupe des fripons. Cette majorité ne doit point être
fatiguée par des assemblées continuelles, où une minorité intrigante
domine trop souvent. Elle ne peut être dans vos assemblées politiques,
quand elle est dans ses ateliers; elle ne peut juger Louis XVI, quand
elle nourrit à la sueur de son front les robustes citoyens qu'elle
donne à la patrie. Je me fie à la volonté générale, surtout dans les
moments où elle est éveillée par l'intérêt pressant du salut public; je
redoute l'intrigue, surtout dans les troubles qu'elle amène, et au
milieu des pièges qu'elle a longtemps préparés. Je redoute l'intrigue,
quand les aristocrates encouragés relèvent une tête altière; quand les
émigrés reviennent, au mépris des lois; quand l'opinion publique est
travaillée par les libelles, dont une faction toute-puissante inonde la
France, qui ne disent jamais un mot de république, qui n'éclairent
jamais les esprits sur le procès de Louis le dernier, qui ne propagent
que les opinions favorables à sa cause, qui calomnient tous ceux qui
poursuivent sa condamnation avec le plus de zèle. Je ne vois donc dans
votre système que le projet de détruire l'ouvrage du peuple et de
rallier les ennemis qu'il a vaincus. Si vous avez un respect si
scrupuleux pour sa volonté souveraine, sachez la respecter; remplissez
la mission qu'il vous a confiée. C'est se jouer de la majesté du
souverain que de lui renvoyer une affaire qu'il vous a chargés de
terminer promptement. Si le peuple avait le temps de s'assembler pour
juger des procès ou pour décider des questions d'Etat, il ne vous eût
point confié le soin de ses intérêts. La seule manière de lui témoigner
notre fidélité, c'est de faire des lois justes, et non de lui donner la
guerre civile. Et de quel droit faites-vous l'injure au peuple de
douter de son amour pour la liberté? Affecter un pareil doute,
qu'est-ce autre chose que le faire naître et favoriser l'audace de tous
les partisans de la royauté?

Répondez vous-mêmes à cet autre dilemme: ou vous croyez que l'intrigue
dominera dans les délibérations que vous provoquez, ou vous pensez que
ce sera l'amour de la liberté et la raison. Au premier cas, j'avoue que
vos mesures sont parfaitement bien entendues pour bouleverser la
république et ressusciter la tyrannie; au second cas, les Français
assemblés verront avec indignation la démarche que vous proposez: ils
mépriseront des représentants qui n'auront point osé remplir le devoir
sacré qui leur était imposé. Ils détesteront la lâche politique de ceux
qui ne se souviennent de la souveraineté du peuple que lorsqu'il s'agit
de ménager l'ombre de la royauté. Ils s'indigneront de voir que leurs
représentants feignent d'ignorer le mandat qu'il leur a donné. Ils vous
diront: "Pourquoi nous consultez-vous sur la punition du plus grand des
criminels, lorsque le coupable le plus digne d'indulgence tombe sous le
glaive des lois sans notre intervention? Pourquoi faut-il que les
représentants de la nation prononcent sur le crime, et la nation
elle-même sur la peine? Si vous êtes compétents pour l'une de ces
questions, pourquoi ne l'êtes-vous pas pour l'autre? Si vous êtes assez
hardis pour résoudre l'une, pourquoi êtes-vous assez timides pour
n'oser aborder l'autre? Connaissez-vous les lois moins bien que les
citoyens qui vous ont choisis pour les faire? Le Code pénal est-il
fermé pour vous? Ne pouvez-vous point y lire la peine décernée contre
les conspirateurs? Or, quand vous aurez jugé que Louis a conspiré
contre la liberté ou contre la sûreté de l'Etat, quelle difficulté
trouvez-vous à déclarer qu'il l'a encourue? Cette conséquence est-elle
si obscure, qu'il faille des milliers d'assemblées pour la tirer?"

Par quel motif a-t-on voulu vous conduire à cet excès d'absurdité? On a
voulu vous faire peur, en vous présentant le peuple vous demandant
compte du sang du tyran que vous auriez fait couler? Peuple français,
écoute, on te suppose prêt à demander compte à tes représentants du
sang de ton assassin, pour dispenser tes représentants de demander
compte à l'assassin de ton sang qu'il a versé! Et vous, représentants,
on vous méprise assez pour prétendre vous conduire par la terreur à
l'oubli de la vertu. Si ceux qui vous méprisent sont ceux qui vous
persuadent, je n'ai plus rien à vous dire, puisqu'il est vrai que la
peur ne raisonne pas; et dans ce cas, ce n'est pas l'affaire de Louis
XVI qu'il faut renvoyer au peuple, c'est la révolution tout entière;
car, pour fonder la liberté, pour soutenir la guerre contre tous les
despotes et contre tous les vices, il faut au moins prouver son courage
autrement que par de vaines formules.

Citoyens, je connais le zèle qui vous anime pour le bien public: vous
étiez le dernier espoir de la patrie; vous pouvez la sauver encore.
Pourquoi faut-il que nous soyons quelquefois obligés de croire que nous
avons commencé notre carrière sous d'affreux auspices? C'est par la
terreur et par la calomnie que l'intrigue égara l'Assemblée
constituante, dont la majorité était bien intentionnée, et qui avait
fait d'abord de si grandes choses. Je suis effrayé de la ressemblance
que j'aperçois entre deux périodes de notre révolution, que le même roi
a rendues mémorables.

Quand Louis fugitif fut ramené à Paris, l'Assemblée constituante
craignait aussi l'opinion publique; elle avait peur de tout ce qui
l'environnait. Elle ne craignait point la royauté; elle ne craignait
point la cour et l'aristocratie; elle craignait le peuple; alors elle
croyait qu'aucune force armée ne serait jamais assez considérable pour
la défendre contre lui. Le peuple osait faire éclater le désir de la
punition de Louis; les partisans de Louis accusaient sans cesse le
peuple; le sang du peuple fut versé.

Aujourd'hui, j'en conviens, il n'est pas question d'absoudre Louis;
nous sommes encore trop voisins du 10 août et du jour où la royauté fut
abolie; mais il est question d'ajourner la fin de son procès au temps
de l'irruption des puissances étrangères sur notre territoire, et de
lui ménager la ressource de la guerre civile; on ne veut point le
déclarer inviolable, mais seulement faire qu'il reste impuni; il ne
s'agit pas de le rétablir sur le trône, mais d'attendre les événements.
Aujourd'hui, Louis a encore cet avantage sur les défenseurs de la
liberté, que ceux-ci sont poursuivis avec plus de fureur que lui-même.
Personne ne peut douter, sans doute, qu'ils ne soient diffamés avec
plus de soin, et à plus grands frais, qu'au mois de juillet 1791; et
certes les jacobins n'étaient pas plus décriés, à cette époque, dans
l'Assemblée constituante qu'ils ne le sont aujourd'hui parmi vous.
Alors, nous étions des factieux; aujourd'hui, nous sommes des
agitateurs et des anarchistes. Alors, Lafayette et ses complices
oublièrent de nous faire égorger; il faut espérer que ses successeurs
auront la même clémence. Ces grands amis de la paix, ces illustres
défenseurs des lois ont été depuis déclarés traîtres à la patrie; mais
nous n'avons rien gagné à cela; car leurs anciens amis, plusieurs
membres de la majorité de ce temps-là, cherchent ici même à les venger,
en nous persécutant. Mais ce que personne de vous n'a remarqué, sans
doute, et qui mérite bien cependant de piquer votre curiosité, c'est
que l'orateur qui, après un libelle préparatoire, distribué, selon
l'usage, à tous les membres, a proposé et développé, avec tant de
véhémence, le système de renvoyer l'affaire de Louis au tribunal des
assemblées primaires, en parsemant son discours des déclamations
ordinaires contre le patriotisme, est précisément le même qui, dans
l'Assemblée constituante, prêta sa voix à la cabale dominante, pour
défendre la doctrine de l'inviolabilité absolue, et qui nous dévouait à
la proscription, pour avoir osé défendre les principes de la liberté;
c'est le même, en un mot, car il faut tout dire, qui, deux jours après
le massacre du Champ-de-Mars, osa proposer un projet de décret portant
établissement d'une commission pour juger souverainement, dans le plus
bref délai, les patriotes échappés au fer des assassins. J'ignore si,
depuis ce temps-là, les amis ardents de la liberté, qui pressent encore
aujourd'hui la condamnation de Louis, sont devenus des royalistes; mais
je doute fort que les hommes dont je parle aient changé de caractère et
de principes. Mais ce qui m'est bien démontré, c'est que, sous des
nuances différentes, les mêmes passions et les mêmes vices nous
conduisent par une pente presque irrésistible vers le même but. Alors
l'intrigue nous donna une constitution éphémère et vicieuse;
aujourd'hui elle nous empêche d'en faire une nouvelle, et nous entraîne
à la dissolution de l'Etat.

S'il était un moyen de prévenir ce malheur, ce serait de dire la vérité
tout entière; ce serait de vous développer le plan désastreux des
ennemis du bien public. Mais quel moyen de remplir même ce devoir avec
succès? Quel est l'homme sensé, ayant quelque expérience de notre
révolution, qui pourrait espérer de détruire, en un moment, le
monstrueux ouvrage de la calomnie? Comment l'austère vérité
pourrait-elle dissiper les prestiges par lesquels la lâche hypocrisie a
séduit la crédulité et peut-être le civisme lui-même? J'ai observé ce
qui se passe autour de nous, j'ai observé les véritables causes de nos
dissensions; je vois clairement que le système dont j'ai démontré les
dangers perdra la patrie, et je ne sais quel triste pressentiment
m'avertit qu'il prévaudra. Je pourrais prédire, d'une manière certaine,
les événements qui vont suivre cette résolution, d'après la
connaissance que j'ai des personnages qui les dirigent.

Ce qui est constant, c'est que, quel que soit le résultat de cette
fatale mesure, elle doit tourner au profit de leurs vues particulières.
Pour obtenir la guerre civile, il ne sera pas même nécessaire qu'elle
soit complètement exécutée. Ils comptent sur la fermentation que cette
orageuse et éternelle délibération excite dans les esprits. Ceux qui ne
veulent pas que Louis tombe sous le glaive des lois ne seraient pas
fâchés de le voir immolé par un mouvement populaire; ils ne négligeront
rien pour le provoquer.

Peuple malheureux! On se sert de tes vertus mêmes pour le perdre. Le
chef-d'oeuvre de la tyrannie, c'est de provoquer la juste indignation,
pour te faire un crime ensuite, non seulement des démarches indiscrètes
auxquelles elle peut te porter, mais même des signes de mécontentement
qui t'échappent. C'est ainsi qu'une cour perfide, aidée de Lafayette,
t'attira sur l'autel de la patrie, comme dans le piège où elle devait
t'assassiner. Que dis-je? hélas! si les nombreux étrangers qui affluent
dans tes murs, à l'insu même des autorités constituées; si les
émissaires même de nos ennemis attentaient à l'existence du fatal objet
de nos divisions, cet acte même te serait imputé; alors, ils
soulèveront contre toi les citoyens des autres parties de la
république; ils armeront contre toi, s'il est possible, la France
entière, pour te récompenser de l'avoir sauvée! Peuple malheureux! tu
as trop bien servi la cause de l'humanité pour être innocent aux yeux
de la tyrannie; ils voudront bientôt nous arracher à tes regards, pour
consommer en paix leurs exécrables projets; en partant, nous te
laisserons pour adieux la ruine, la misère, la guerre et la perte de la
république! Doutez-vous de ce projet? Vous n'avez donc jamais réfléchi
sur tout ce système de diffamation, développé dans votre sein et à
votre tribune; vous ne connaissez donc pas l'histoire de nos tristes et
orageuses séances? Il vous a dit une grande vérité, celui qui vous
disait hier que l'on marchait à la dissolution de l'Assemblée nationale
par la calomnie. Vous en faut-il d'autres preuves que celte discussion?
Quel autre objet semble-t-elle avoir maintenant, que de fortifier, par
des insinuations perfides, toutes les préventions sinistres dont la
calomnie a empoisonné tous les esprits; que d'attiser le feu de la
haine et de la discorde? N'est-il pas évident que c'est moins à Louis
XVI qu'on fait le procès, qu'aux plus chauds défenseurs de la liberté?
Est-ce contre la tyrannie de Louis XVI qu'on s'élève? Non, c'est contre
la tyrannie d'un petit nombre de patriotes opprimés. Sont-ce les
complots de l'aristocratie qu'on redoute? Non, c'est la dictature de je
ne sais quels députés du peuple, qui sont là tous prêts à le remplacer.
On veut conserver le tyran pour l'opposer à des patriotes sans pouvoir.
Les perfides! ils disposent de toute la puissance publique et de tous
les trésors de l'Etat, et ils nous accusent de despotisme; il n'est pas
un hameau dans la république où ils ne nous aient diffamés; ils
épuisent le trésor public, pour multiplier leurs calomnies; ils osent,
au mépris de la foi publique, violer le secret de la poste, pour
arrêter toutes les dépêches patriotiques, pour étouffer la voix de
l'innocence et de la vérité! Et ils crient à la calomnie! Ils nous
ravissent jusqu'au droit de suffrage, et ils nous dénoncent comme des
tyrans! Ils présentent comme des actes de révolte les cris douloureux
du patriotisme outragé par l'excès de la perfidie; et ils remplissent
ce sanctuaire des cris de la vengeance et de la fureur!

Oui, sans doute, il existe un projet d'avilir la Convention, et de la
dissoudre peut-être à l'occasion de cette interminable affaire; il
existe, non dans ceux qui réclament avec énergie les principes de la
liberté, non dans le peuple qui lui a tout immolé, non dans la
Convention nationale qui cherche le bien et la vérité, non pas même
dans ceux qui ne sont que les dupes d'une intrigue fatale et les
aveugles instruments de passions étrangères, mais dans une vingtaine de
fripons qui font mouvoir tous ces ressorts, dans ceux qui gardent le
silence sur les plus grands intérêts de la patrie, qui s'abstiennent
surtout de prononcer leur opinion sur la question qui intéresse le
dernier roi, mais dont la sourde et pernicieuse activité produit tous
les troubles qui nous agitent et prépare tous les maux qui nous
attendent.

Comment sortirons-nous de cet abîme, si nous ne revenons point aux
principes, et si nous ne remontons pas à la source de nos maux? Quelle
paix peut exister entre l'oppresseur et l'opprimé? Quelle concorde peut
régner où la liberté des suffrages n'est pas même respectée? Toute
manière de la violer est un attentat contre la nation. Un représentant
du peuple ne peut se laisser dépouiller du droit de défendre les
intérêts du peuple; nulle puissance ne peut le lui enlever qu'en lui
arrachant la vie.

Déjà, pour éterniser la discorde et pour se rendre maîtres des
délibérations, on a imaginé de distinguer l'Assemblée en majorité et en
minorité, nouveau moyen d'outrager et de réduire au silence ceux qu'on
désigne sous cette dernière dénomination. Je ne connais point ici ni
minorité, ni majorité. La majorité est celle des bons citoyens; la
majorité n'est point permanente, parce qu'elle n'appartient à aucun
parti; elle se renouvelle à chaque délibération libre, parce qu'elle
appartient à la cause publique et à l'éternelle raison; et quand
l'Assemblée reconnaît une erreur, comme il arrive quelquefois, la
minorité devient alors la majorité. La volonté générale ne se forme
point dans les conciliabules ténébreux, ni autour des tables
ministérielles. La minorité a partout un droit éternel, c'est celui de
faire entendre la voix de la vérité, ou de ce qu'elle regarde comme
telle.

La vertu fut toujours en minorité sur la terre. Sans cela, la terre
serait-elle peuplée de tyrans et d'esclaves? Hamden et Sydney étaient
de la minorité, car ils expirèrent sur un échafaud; les Critias, les
Anitus, les César, les Clodius, étaient de la majorité; mais Socrate
était de la minorité, car il avala la ciguë; Caton était de la
minorité, car il déchira ses entrailles. Je connais ici beaucoup
d'hommes qui serviront, s'il le faut, la liberté, à la manière de
Sydney et d'Hamden; et n'y en eût-il que cinquante, cette seule pensée
doit faire frémir tous ces lâches intrigants qui veulent égarer la
majorité. En attendant cette époque, je demande au moins la priorité
pour le tyran. Unissons-nous pour sauver la patrie, et que cette
délibération prenne enfin un caractère plus digne de nous et de la
cause que nous défendons. Bannissons du moins tous ces déplorables
incidents qui la déshonorent; ne mettons pas à nous persécuter plus de
temps qu'il n'en faut pour juger Louis; et sachons apprécier le sujet
de nos inquiétudes. Tout semble conspirer contre le bonheur public...
La nature de nos débats agite et aigrit l'opinion publique, et cette
opinion réagit douloureusement contre nous; la défiance des
représentants du peuple semble croître avec les alarmes des citoyens.
Un propos, le plus petit événement, que nous devrions entendre avec
plus de sang-froid, nous irrite; la malveillance exagère, ou imagine,
ou fait naître chaque jour des anecdotes dont le but est de fortifier
les préventions, et les plus petites causes peuvent nous entraîner aux
plus terribles résultats. La seule expression un peu vive des
sentiments du public, qu'il est si facile de réprimer, devient le
prétexte des mesures les plus dangereuses et des propositions les plus
attentatoires aux principes... Peuple, épargne-nous au moins cette
espèce de disgrâce; garde tes applaudissements pour le jour où nous
aurons fait une loi utile à l'humanité. Ne vois-tu pas que tu leur
donnes des prétextes de calomnier la cause sacrée que nous défendons?
Plutôt que de violer ces règles sévères, suis plutôt le spectacle de
nos débats; loin de tes yeux, nous n'en combattrons pas moins; c'est à
nous seuls maintenant de défendre ta cause; quand le dernier de tes
défenseurs aura péri, alors venge-les, si tu veux, et charge-toi de
faire triompher la liberté. Souviens-toi de ce ruban, que ta main
étendit naguère, comme une barrière insurmontable, autour de la demeure
funeste de nos tyrans encore sur le trône. Souviens-toi de la police
maintenue jusques ici, sans baïonnettes, par la seule vertu populaire.

Citoyens, qui que vous soyez, veillez autour du Temple; arrêtez, s'il
est nécessaire, la malveillance perfide, même le patriotisme trompé; et
confondez les complots de nos ennemis. Fatal dépôt! N'était-ce pas
assez que le despotisme du tyran eût si longtemps pesé sur cette
immortelle cité? Faut-il que sa garde même soit pour elle une nouvelle
calamité? Ne veut-on éterniser ce procès que pour perpétuer les moyens
de calomnier le peuple qui l'a renversé du trôné?

J'ai prouvé que la proposition de soumettre aux assemblées primaires
l'affaire de Louis Capet tendait à la guerre civile; s'il ne m'est pas
donné de contribuer à sauver mon pays, je prends acte du moins, dans ce
moment, des efforts que j'ai faits pour prévenir les calamités qui le
menacent. Je demande que la Convention nationale déclare Louis coupable
et digne de mort.



      *      *      *      *      *      *      *      *      *



_Déclaration des droits de l'homme et du citoyen, présentée par
Maximilien Robespierre [imprimé par ordre de la Société des Amis de
la Liberté et de l'Egalité]_ (24 avril 1793)



Note: l'article 13 ("Les citoyens dont le revenu n'excède pas, etc."),
qui figure dans l'édition de la Société des Jacobins, ne figure plus
dans le texte donné par Robespierre lui-même dans le dernier numéro des
"Lettres à ses commettans". Dans l'intervalle, Robespierre avait
modifié son opinion sur ce point.



J'ai demandé la parole, dans la dernière séance, pour proposer quelques
articles additionnels importants qui tiennent à la Déclaration des
Droits de l'Homme et du Citoyen. Je vous proposerai d'abord quelques
articles nécessaires pour compléter votre théorie sur la propriété; que
ce mot n'alarme personne. Ames de boue! qui n'estimez que l'or, je ne
veux point toucher à vos trésors, quelque impure qu'en soit la source.
Vous devez savoir que cette loi agraire, dont vous avez tant parlé,
n'est qu'un fantôme créé par les fripons pour épouvanter les imbéciles;
il ne fallait pas une révolution sans doute pour apprendre à l'univers
que l'extrême disproportion des fortunes est la source de bien des maux
et de bien des crimes, mais nous n'en sommes pas moins convaincus que
l'égalité des biens est une chimère. Pour moi, je la crois moins
nécessaire encore au bonheur privé qu'à la félicité publique. Il s'agit
bien plus de rendre la pauvreté honorable que de proscrire l'opulence.
La chaumière de Fabricius n'a rien à envier au palais de Crassus.
J'aimerai bien autant pour mon compte être l'un des fils d'Aristide,
élevé dans le Prytanée aux dépens de la République, que l'héritier
présomptif de Xerxès, né dans la fange des cours pour occuper un trône
décoré de l'avilissement des peuples et brillant de la misère publique.

Posons donc de bonne foi les principes du droit de propriété; il le
faut d'autant plus, qu'il n'en est point que les préjugés et les vices
des hommes aient cherché à envelopper de nuages plus épais.

Demandez à ce marchand de chair humaine ce que c'est que la propriété;
il vous dira, en vous montrant cette longue bière, qu'il appelle un
navire, où il a encaissé et ferré des hommes qui paraissent vivants:
Voilà mes propriétés, je les ai achetés tant par tête. Interrogez ce
gentilhomme, qui a des terres et des vassaux, ou qui croit l'univers
bouleversé depuis qu'il n'en a plus; il vous donnera de la propriété
des idées à peu près semblables.

Interrogez les augustes membres de la dynastie capétienne; ils vous
diront que la plus sacrée de toutes les propriétés est, sans contredit,
le droit héréditaire, dont ils ont joui de toute antiquité, d'opprimer,
d'avilir et de pressurer légalement et monarchiquement les 25 millions
d'hommes qui habitaient le territoire de la France sous leur bon
plaisir.

Aux yeux de tous ces gens-là, la propriété ne porte sur aucun principe
de morale. Pourquoi votre Déclaration des Droits semble-t-elle
présenter la même erreur? En définissant la liberté, le premier des
biens de l'homme, le plus sacré des droits qu'il tient de la nature,
vous avez dit avec raison qu'elle avait pour borne les droits d'autrui;
pourquoi n'avez-vous pas appliqué ce principe à la propriété, qui est
une institution sociale; comme si les lois éternelles de la nature
étaient moins inviolables que les conventions des hommes? Vous avez
multiplié les articles pour assurer la plus grande liberté à l'exercice
de la propriété, et vous n'avez pas dit un seul mot pour en déterminer
le caractère légitime; de manière que votre Déclaration paraît faite,
non pour les hommes, mais pour les riches, pour les accapareurs, pour
les agioteurs et pour les tyrans. Je vous propose de réformer ces vices
en consacrant les vérités suivantes:


"Art. 1er. La propriété est le droit qu'a chaque citoyen de jouir et de
disposer de la portion des biens qui lui est garantie par la loi.

"Art. 2. Le droit de propriété est borné, comme tous les autres, par
l'obligation de respecter les droits d'autrui.

"Art. 3. Il ne peut préjudicier ni à la sûreté, ni à la liberté, ni à
l'existence, ni à la propriété de nos semblables.

"Art. 4. Toute possession, tout trafic qui viole ce principe est
illicite et immoral."


Vous parlez aussi de l'impôt pour établir le principe incontestable
qu'il ne peut émaner que de la volonté du peuple ou de ses
représentants; mais vous oubliez une disposition que l'intérêt de
l'humanité réclame. Vous oubliez de consacrer la base de l'impôt
progressif. Or, en matière de contributions publiques, est-il un
principe plus évidemment puisé dans la nature des choses et dans
l'éternelle justice que celui qui impose aux citoyens l'obligation de
contribuer aux dépenses publiques progressivement selon l'étendue de
leur fortune, c'est-à-dire selon les avantages qu'ils retirent de la
société. Je vous propose de le consigner dans un article conçu en ces
termes:


"Les citoyens dont les revenus n'excèdent point ce qui est nécessaire à
leur subsistance doivent être dispensés de contribuer aux dépenses
publiques; les autres doivent les supporter progressivement, selon
l'étendue de leur fortune."


Le comité a encore absolument oublié de rappeler les devoirs de
fraternité qui unissent tous les hommes et toutes les nations, et leur
droit à une mutuelle assistance. Il parait avoir ignoré les bases de
l'éternelle alliance des peuples contre les tyrans. On dirait que votre
Déclaration a été faite par un troupeau de créatures humaines parqué
sur un coin du globe, et non pour l'immense famille à laquelle la
nature a donné la terre pour domaine et pour séjour.

Je vous propose de remplir cette grande lacune par les articles
suivants. Ils ne peuvent que vous concilier l'estime des peuples; il
est vrai qu'ils peuvent avoir l'inconvénient de vous brouiller sans
retour avec les rois. J'avoue que cet inconvénient ne m'effraie pas; il
n'effraiera point ceux qui ne veulent pas se réconcilier avec eux.
Voici mes quatre articles:


"Art. 1er. Les hommes de tous les pays sont frères, et les différents
peuples doivent s'entr'aider selon leur pouvoir, comme les citoyens du
même Etat.

"Art. 2. Celui qui opprime une nation, se déclare l'ennemi de toutes.

"Art. 3. Ceux qui font la guerre à un peuple pour arrêter les progrès
de la liberté, et anéantir les droits de l'homme, doivent être
poursuivis par tous, non comme des ennemis ordinaires, mais comme des
assassins et des brigands rebelles.

"Art. 4. Les rois, les aristocrates, les tyrans, quels qu'ils soient,
sont des esclaves révoltés contre le souverain de la terre, qui est le
genre humain, et contre le législateur de l'univers, qui est la nature."


Citoyens, j'aurais d'autres articles à vous proposer, si vous aviez la
patience de m'entendre plus longtemps, mais ils se trouvent dans la
série des autres articles énoncés dans le projet de Déclaration des
Droits de l'Homme; et, pour que je jouisse de l'étendue de mon
suffrage, il serait nécessaire que vous me permissiez de lire ce
projet. J'ai cru devoir placer à la tête de cette Déclaration un
préambule:


"Les représentants du peuple français, réunis en Convention nationale;
reconnaissant que les lois humaines qui ne découlent point des lois
éternelles de la justice et de la raison ne sont que des attentats de
l'ignorance et du despotisme contre l'humanité; convaincus que l'oubli
et le mépris des droits naturels de l'homme sont les seules causes des
crimes et des malheurs du monde, ont résolu d'exposer dans une
Déclaration solennelle ces droits sacrés et inaliénables, afin que tous
les citoyens, pouvant comparer sans cesse les actes du gouvernement
avec le but de toute institution sociale, ne se laissent jamais
opprimer et avilir par la tyrannie; afin que le peuple ait toujours
devant les yeux les bases de sa liberté et de son bonheur; le
magistrat, la règle de ses devoirs; le législateur, l'objet de sa
mission.

"En conséquence, la Convention nationale proclame à la face de
l'univers, et sous les yeux du Législateur immortel, la Déclaration
suivante des droits de l'homme et du citoyen:


"Art. 1er. Le but de toute association politique est le maintien des
droits naturels et imprescriptibles de l'homme, et le développement de
toutes ses facultés.

"Art. 2. Les principaux droits de l'homme sont celui de pourvoir à la
conservation de son existence, et la liberté.

"Art. 3. Ces droits appartiennent également à tous les hommes, quelle
que soit la différence de leurs forces physiques et morales. "L'égalité
des droits est établie par la nature: la société, loin d'y porter
atteinte, ne fait que la garantir contre l'abus de la force qui la rend
illusoire.

"Art. 4. La liberté est le pouvoir qui appartient à l'homme d'exercer,
à son gré, toutes ses facultés. Elle a la justice pour règle, les
droits d'autrui pour bornes, la nature pour principe, et la loi pour
sauvegarde.

"Le droit de s'assembler paisiblement, le droit de manifester ses
opinions, soit par la voie de l'impression, soit de toute autre
manière, sont des conséquences si évidentes de la liberté de l'homme,
que la nécessité de les énoncer suppose ou la présence ou le souvenir
récent du despotisme.

"Art. 5. La loi ne peut défendre que ce qui est nuisible à la société;
elle ne peut ordonner que ce qui lui est utile.

"Art. 6. Toute loi qui viole les droits imprescriptibles de l'homme est
essentiellement injuste et tyrannique: elle n'est point une loi.

"Art. 7. La propriété est le droit qu'a chaque citoyen de jouir et de
disposer de la portion de biens qui lui est garantie par la loi.

"Art. 8. Le droit de propriété est borné, comme tous les autres, par
l'obligation de respecter les droits d'autrui.

"Art. 9. Il ne peut préjudicier ni à la sûreté, ni à la liberté, ni à
l'existence, ni à la propriété de nos semblables.

"Art. 10. Toute possession, tout trafic qui viole ce principe, est
essentiellement illicite et immoral.

"Art. 11. La société est obligée de pourvoir à la subsistance de tous
ses membres, soit en leur procurant du travail, soit en assurant les
moyens d'exister à ceux qui sont hors d'état de travailler.

"Art. 12. Les secours nécessaires à l'indigence sont une dette du riche
envers le pauvre; il appartient à la loi de déterminer la manière dont
cette dette doit être acquittée.

"Art. 13. Les citoyens dont le revenu n'excède pas ce qui est
nécessaire à leur substance sont dispensés de contribuer aux dépenses
publiques. Les autres doivent les supporter progressivement, selon
l'étendue de leur fortune.

"Art. 14. La société doit favoriser de tout son pouvoir les progrès de
la raison publique, et mettre l'instruction à la portée de tous les
citoyens.

"Art. 15. La loi est l'expression libre et solennelle de la volonté du
peuple.

"Art. 16. Le peuple est le souverain: le gouvernement est son ouvrage
et sa propriété, les fonctionnaires publics sont ses commis.

"Art. 17. Aucune portion du peuple ne peut exercer la puissance du
peuple entier; mais le voeu qu'elle exprime doit être respecté, comme
le voeu d'une portion du peuple, qui doit concourir à former la volonté
générale.

"Chaque section du souverain assemblée doit jouir du droit d'exprimer
sa volonté avec une entière liberté; elle est essentiellement
indépendante de toutes les autorités constituées, et maîtresse de
régler sa police et ses délibérations.

"Le peuple peut, quand il lui plaît, changer son gouvernement et
révoquer ses mandataires.

"Art. 18. La loi doit être égale pour tous.

"Art. 19. Tous les citoyens sont admissibles à toutes les fonctions
publiques, sans aucune autre distinction que celle des vertus et des
talents, sans aucun autre titre que la confiance du peuple.

"Art. 20. Tous les citoyens ont un droit égal de concourir à la
nomination des mandataires du peuple, et à la formation de la loi.

"Art. 21. Pour que ces droits ne soient point illusoires, et l'égalité
chimérique, la société doit salarier les fonctionnaires publics, et
faire en sorte que les citoyens qui vivent de leur travail puissent
assister aux assemblées publiques où la loi les appelle, sans
compromettre leur existence ni celle de leurs familles.

"Art. 22. Tout citoyen doit obéir religieusement aux magistrats et aux
agents du gouvernement, lorsqu'ils sont les organes ou les exécuteurs
de la loi.

"Art. 23. Mais tout acte contre la liberté, contre la sûreté, ou contre
la propriété d'un homme, exercé par qui que ce soit, même au nom de la
loi, hors des cas déterminés par elle et des formes qu'elle prescrit,
est arbitraire et nul; le respect même de la loi défend de s'y
soumettre; et si on veut l'exécuter par violence, il est permis de le
repousser par la force.

"Art. 24. Le droit de présenter des pétitions aux dépositaires de
l'autorité publique appartient à tout individu. Ceux à qui elles sont
adressées doivent statuer sur les points qui en sont l'objet; mais ils
ne peuvent jamais ni en interdire, ni en restreindre, ni en condamner
l'exercice.

"Art. 25. La résistance à l'oppression est la conséquence des autres
droits de l'homme et du citoyen.

"Art. 26. Il y a oppression contre le corps social, lorsqu'un seul de
ses membres est opprimé.

"Il y a oppression contre chaque membre, lorsque le corps social est
opprimé.

"Art. 27. Quand le gouvernement viole les droits du peuple,
l'insurrection du peuple entier et de chaque portion du peuple est le
plus saint des devoirs.

"Art. 28. Quand la garantie sociale manque à un citoyen, il rentre dans
le droit naturel de défendre lui-même tous ses droits.

"Art. 29. Dans l'un et l'autre cas, assujettir à des formes légales la
résistance à l'oppression est le dernier raffinement de la tyrannie.

"Art. 30. Dans tout Etat libre, la loi doit surtout défendre la liberté
publique et individuelle contre l'abus de l'autorité de ceux qui
gouvernent. "Toute institution qui ne suppose pas le peuple bon et le
magistrat corruptible, est vicieuse.

"Art. 31. Les fonctions publiques ne peuvent être considérées comme des
distinctions ni comme des récompenses, mais comme des devoirs publics.

"Art. 32. Les délits des mandataires du peuple doivent être sévèrement
et _facilement_ punis. Nul n'a le droit de se prétendre plus inviolable
que les autres citoyens.

"Art. 33. Le peuple a le droit de connaître toutes les opérations de
ses mandataires; ils doivent lui rendre un compte fidèle de leur
gestion, et subir son jugement avec respect.

"Art. 34. Les hommes de tous les pays sont frères, et les différents
peuples doivent s'entr'aider selon leur pouvoir, comme les citoyens du
même Etat.

"Art. 35. Celui qui opprime une seule nation, se déclare l'ennemi de
toutes.

"Art. 36. Ceux qui font la guerre à un peuple, pour arrêter les progrès
de la liberté et anéantir les droits de l'homme, doivent être
poursuivis par tous, non comme des ennemis ordinaires, mais comme des
assassins et des brigands rebelles.

"Art. 37. Les rois, les aristocrates, les tyrans quels qu'ils soient,
sont des esclaves révoltés contre le souverain de la terre, qui est le
_genre humain_, et contre le législateur de l'univers, qui est la
_nature_."



Maximilien Robespierre (1758-1794), _Déclaration des Droits de l'Homme
et du Citoyen, proposée par Maximilien Robespierre, 24 avril 1793,
imprimée par ordre de la Convention nationale_ (24 avril 1793)



Je vous proposerai d'abord quelques articles nécessaires pour compléter
votre théorie sur la propriété. Que ce mot n'alarme personne: âmes de
boue, qui n'estimez que l'or, je ne veux point toucher à vos trésors,
quelqu'impure qu'en soit la source. Vous devez savoir que cette loi
agraire dont vous avez tant parlé, n'est qu'un fantôme créé par les
fripons pour épouvanter les imbéciles.

Il ne fallait pas une révolution sans doute, pour apprendre à l'univers
que l'extrême disproportion des fortunes est la source de bien des maux
et de bien des crimes; mais nous n'en sommes pas moins convaincus que
l'égalité des biens est une chimère. Pour moi, je la crois moins
nécessaire encore au bonheur privé qu'à la félicité publique: il s'agit
bien plus de rendre la pauvreté honorable, que de proscrire l'opulence;
la chaumière de Fabricius n'a rien à envier au palais de Crassus.
J'aimerai bien autant, pour mon compte, être l'un des fils d'Aristide,
élevé dans le Prytanée aux dépens de la République, que l'héritier
présomptif de Xerxès, né dans la fange des cours pour occuper un trône
décoré de l'avilissement des peuples, et brillant de la misère publique.

Posons donc de bonne foi les principes du droit de propriété; il le
faut d'autant plus qu'il n'en est point que les préjugés et les vices
des hommes aient cherché à envelopper de nuages plus épais.

Demandez à ce marchand de chair humaine ce que c'est que la propriété;
il vous dira, en vous montrant cette longue bière qu'il appelle un
navire, où il a encaissé et ferré des hommes qui paraissent vivants:
"Voilà mes propriétés, je les ai achetés tant par tête."

Interrogez les augustes membres de la dynastie capétienne; ils vous
diront que la plus sacrée de toutes les propriétés est sans contredit
le droit héréditaire dont ils ont joui de toute antiquité, d'opprimer,
d'avilir et de pressurer légalement et monarchiquement les vingt-cinq
millions d'hommes qui habitaient le territoire de la France sous leur
bon plaisir.

Aux yeux de tous ces gens-là, la propriété ne porte sur aucun principe
de morale. Pourquoi votre Déclaration des Droits semble-t-elle
présenter la même erreur? En définissant la liberté, le premier des
biens de l'homme, le plus sacré des droits qu'il tient de la nature,
vous avez dit avec raison qu'elle avait pour borne les droits d'autrui:
pourquoi n'avez-vous pas appliqué ce principe à la propriété, qui est
une institution sociale? comme si les lois éternelles de la nature
étaient moins inviolables que les conventions des hommes. Vous avez
multiplié les articles pour assurer la plus grande liberté à l'exercice
de la propriété, et vous n'avez pas dit un seul mot pour en déterminer
le caractère légitime; de manière que votre déclaration paraît faite,
non pour les hommes, mais pour les riches, pour les accapareurs, pour
les agioteurs et pour les tyrans. Je vous propose de réformer ces vices
en consacrant les vérités suivantes:


Art. I. La propriété est le droit qu'a chaque citoyen de jouir et de
disposer de la portion des biens qui lui est garantie par la loi.

II. Le droit de propriété est borné, comme tous les autres, par
l'obligation de respecter les droits d'autrui.

III. Il ne peut préjudicier ni à la sûreté, ni à la liberté, ni à
l'existence, ni à la propriété de nos semblables.

IV. Toute possession, tout trafic qui viole ce principe est illicite et
immoral.


Vous parlez aussi de l'impôt pour établir le principe incontestable
qu'il ne peut émaner que de la volonté du peuple ou de ses
représentants; mais vous oubliez une disposition que l'intérêt de
l'humanité réclame; vous oubliez de consacrer la base de l'impôt
progressif. Or, en matière de contributions publiques, est-il un
principe plus évidemment puisé dans la nature des choses et dans
l'éternelle justice, que celui qui impose aux citoyens l'obligation de
contribuer aux dépenses publiques, progressivement, selon l'étendue de
leur fortune, c'est-à-dire, selon les avantages qu'ils retirent de la
société?

Je vous propose de le consigner dans un article conçu en ces termes:


"Les citoyens dont les revenus n'excèdent point ce qui est nécessaire à
leur subsistance, doivent être dispensés de contribuer aux dépenses
publiques; les autres doivent les supporter progressivement selon
l'étendue de leur fortune."


Le comité a encore absolument oublié de rappeler les devoirs de
fraternité qui unissent tous les hommes et toutes les nations, et leurs
droits à une mutuelle assistance; il parait avoir ignoré les bases de
l'éternelle alliance des peuples contre les tyrans; on dirait que votre
déclaration a été faite par un troupeau de créatures humaines parquées
sur un coin du globe, et non pour l'immense famille à laquelle la
nature a donné la terre pour domaine et pour séjour. Je vous propose de
remplir cette grande lacune par les articles suivants: ils ne peuvent
que vous concilier l'estime des peuples: il est vrai qu'ils peuvent
avoir l'inconvénient de vous brouiller sans retour avec les rois.
J'avoue que cet inconvénient ne m'effraie pas; il n'effraiera point
ceux qui ne veulent pas se réconcilier avec eux.


Art. I. Les hommes de tous les pays sont frères, et les différents
peuples doivent s'entr'aider selon leur pouvoir, comme les citoyens du
même Etat.

II. Celui qui opprime une nation, se déclare l'ennemi de toutes.

III. Ceux qui font la guerre à un peuple pour arrêter les progrès de la
liberté et anéantir les droits de l'homme, doivent être poursuivis par
tous, non comme des ennemis ordinaires, mais comme des assassins et des
brigands rebelles.

IV. Les rois, les aristocrates, les tyrans, quels qu'ils soient, sont
des esclaves révoltés contre le souverain de la terre, qui est le genre
humain, et contre le législateur de l'univers, qui est la nature.


DECLARATION

DES DROITS DE L'HOMME ET DU CITOYEN

proposée par Maximilien Robespierre

Imprimée par ordre de la Convention nationale


Les Représentants du Peuple Français réunis en Convention nationale;
reconnaissant que les lois humaines qui ne découlent point des lois
éternelles de la justice et de la raison ne sont que des attentats de
l'ignorance et du despotisme contre l'humanité; convaincus que l'oubli
et le mépris des droits naturels de l'homme sont les seules causes des
crimes et des malheurs du monde, ont résolu d'exposer, afin que tous
les citoyens, pouvant comparer sans cesse les actes du gouvernement
avec le but de toute institution sociale, ne se laissent jamais
opprimer et avilir par la tyrannie; afin que le peuple ait toujours
devant les yeux les bases de sa liberté et de son bonheur; le
magistrat, la règle de ses devoirs; le législateur, l'objet de sa
mission.

En conséquence, la Convention nationale proclame à la face de
l'univers, et sous les yeux du législateur immortel, la déclaration
suivante des droits de l'homme et du citoyen:


ARTICLE PREMIER

Le but de toute association politique est le maintien des droits
naturels et imprescriptibles de l'homme, et le développement de toutes
ses facultés.


II

Les principaux droits de l'homme sont celui de pourvoir à la
conservation de son existence, et la liberté.


III

Ces droits appartiennent également à tous les hommes, quelle que soit
la différence de leurs forces physiques et morales. L'égalité des
droits est établie par la nature: la société, loin d'y porter atteinte,
ne fait que la garantir contre l'abus de la force qui la rend illusoire.


IV

La liberté est le pouvoir qui appartient à l'homme d'exercer, à son
gré, toutes ses facultés. Elle a la justice pour règle, les droits
d'autrui pour bornes, la nature pour principe, et la loi pour
sauvegarde.


V

Le droit de s'assembler paisiblement, le droit de manifester ses
opinions, soit par la voie de l'impression, soit de toute autre
manière, sont des conséquences si nécessaires du principe de la liberté
de l'homme que la nécessité de les énoncer suppose ou la présence ou le
souvenir récent du despotisme.


VI

La propriété est le droit qu'a chaque citoyen de jouir et de disposer
de la portion de biens qui lui est garantie par la loi.


VII

Le droit de propriété est borné, comme tous les autres, par
l'obligation de respecter les droits d'autrui.


VIII

Il ne peut préjudicier ni à la sûreté, ni à la liberté, ni à
l'existence, ni à la propriété de nos semblables.


IX

Tout trafic qui viole ce principe, est essentiellement illicite et
immoral.


X

La société est obligée de pourvoir à la subsistance de tous ses
membres, soit en leur procurant du travail, soit en assurant les moyens
d'exister à ceux qui sont hors d'état de travailler.


XI

Les secours nécessaires à celui qui manque du nécessaire sont une dette
de celui qui possède le superflu: il appartient à la loi de déterminer
la manière dont cette dette doit être acquittée.


XII

Les citoyens dont les revenus n'excèdent pas ce qui est nécessaire à
leur substance, sont dispensés de contribuer aux dépenses publiques.
Les autres doivent les supporter progressivement, selon l'étendue de
leur fortune.


XIII

La société doit favoriser de tout son pouvoir les progrès de la raison
publique, et mettre l'instruction à la portée de tous les citoyens.


XIV

Le peuple est souverain: le gouvernement est son ouvrage et sa
propriété, les fonctionnaires publics sont ses commis.

Le peuple peut, quand il lui plaît, changer son gouvernement et
révoquer ses mandataires.


XV

La loi est l'expression libre et solennelle de la volonté du peuple.


XVI

La loi est égale pour tous.


XVII

La loi ne peut défendre que ce qui est nuisible à la société: elle ne
peut ordonner que ce qui lui est utile.


XVIII

Toute loi qui viole les droits imprescriptibles de l'homme, est
essentiellement injuste et tyrannique: elle n'est point une loi.


XIX Dans tout état libre, la loi doit surtout défendre la liberté
publique et individuelle contre l'abus de l'autorité de ceux qui
gouvernent.

Toute institution qui ne suppose pas le peuple bon, et le magistrat
corruptible, est vicieuse.


XX

Aucune portion du peuple ne peut exercer la puissance du peuple entier;
mais le voeu qu'elle exprime doit être respecté, comme le voeu d'une
portion du peuple, qui doit concourir à former la volonté générale.

Chaque section du souverain assemblée, doit jouir du droit d'exprimer
sa volonté, avec une entière liberté: elle est essentiellement
indépendante de toutes les autorités constituées, et maîtresse de
régler sa police et ses délibérations.


XXI

Tous les citoyens sont admissibles à toutes les fonctions publiques,
sans aucune autre distinction que celle des vertus et des talents, sans
aucun autre titre que la confiance du peuple.


XXII

Tous les citoyens ont un droit égal de concourir à la nomination des
mandataires du peuple, et à la formation de la loi.


XXIII

Pour que ces droits ne soient point illusoires, et l'égalité
chimérique, la société doit salarier les fonctionnaires publics, et
faire en sorte que les citoyens qui vivent de leur travail puissent
assister aux assemblées publiques où la loi les appelle, sans
compromettre leur existence ni celle de leur famille.


XXIV

Tout citoyen doit obéir religieusement aux magistrats et aux agents du
gouvernement, lorsqu'ils sont les organes ou les exécuteurs de la loi.


XXV

Mais tout acte contre la liberté, contre la sûreté ou contre la
propriété d'un homme, exercé par qui que ce soit, même au nom de la
loi, hors des cas déterminés par elle, et des formes qu'elle prescrit,
est arbitraire et nul; le respect même de la loi défend de s'y
soumettre, et si on veut l'exécuter par violence, il est permis de le
repousser par la force.


XXVI

Le droit de présenter des pétitions aux dépositaires de l'autorité
publique appartient à tout individu. Ceux à qui elles sont adressées
doivent statuer sur les points qui en sont l'objet, mais ils ne peuvent
jamais ni en interdire, ni en restreindre, ni en condamner l'exercice.


XXVII

La résistance à l'oppression est la conséquence des autres droits de
l'homme et du citoyen.


XXVIII

Il y a oppression contre le corps social, lorsqu'un seul de ses membres
est opprimé.

Il y a oppression contre chaque membre, lorsque le corps social est
opprimé.


XXIX

Lorsque le gouvernement viole les droits du peuple, l'insurrection est,
pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des
droits et le plus indispensable des devoirs.


XXX

Quand la garantie sociale manque à un citoyen, il rentre dans le droit
naturel de défendre lui-même tous ses droits.


XXXI

Dans l'un et l'autre cas, assujettir à des formes légales la résistance
à l'oppression, est le dernier raffinement de la tyrannie.


XXXII

Les fonctions publiques ne peuvent être considérées comme des
distinctions ni comme des récompenses, mais comme des devoirs publics.


XXXIII

Les délits des mandataires du peuple doivent être sévèrement et
facilement punis. Nul n'a le droit de se prétendre plus inviolable que
les autres citoyens.


XXXIV

Le peuple a le droit de connaître toutes les opérations de ses
mandataires; ils doivent lui rendre un compte fidèle de leur gestion,
et subir son jugement avec respect.


XXXV

Les hommes de tous les pays sont frères, et les différents peuples
doivent s'entr-aider selon leur pouvoir, comme les citoyens du même
Etat.


XXXVI

Celui qui opprime une seule nation, se déclare l'ennemi de toutes.


XXXVII

Ceux qui font la guerre à un peuple, pour arrêter les progrès de la
liberté et anéantir les droits de l'homme, doivent être poursuivis par
tous, non comme des ennemis ordinaires, mais comme des assassins et des
brigands rebelles.


XXXVIII

Les rois, les aristocrates, les tyrans quels qu'ils soient, sont des
esclaves révoltés contre le souverain de la terre, qui est le genre
humain, et contre le législateur de l'univers, qui est la nature.



Maximilien Robespierre (1758-1794), _Déclaration des droits de l'homme
et du citoyen_ ("Lettres à ses commettans" n° 10)



Art. I. Le but de toute association politique est le maintien des
droits naturels et imprescriptibles de l'homme, et le développement de
toutes ses facultés.


Art. II. Les principaux droits de l'homme sont celui de pourvoir à la
conservation de son existence, et la liberté.


Art. III. Ces droits appartiennent également à tous les hommes, quelle
que soit la différence de leurs forces physiques et morales. L'égalité
des droits est établie par la nature: la société, loin d'y porter
atteinte, ne fait que la garantir contre l'abus de la force qui la rend
illusoire.


Art. IV. La liberté est le pouvoir qui appartient à l'homme d'exercer,
à son gré, toutes ses facultés. Elle a la justice pour règle, les
droits d'autrui pour bornes, la nature pour principe, et la loi pour
sauvegarde. Le droit de s'assembler paisiblement, le droit de
manifester ses opinions, soit par la voie de l'impression, soit de
toute autre manière, sont des conséquences si évidentes de la liberté
de l'homme, que la nécessité de les énoncer suppose ou la présence ou
le souvenir récent du despotisme.


Art. V. La loi ne peut défendre que ce qui est nuisible à la société;
elle ne peut ordonner que ce qui lui est utile.


Art. VI. Toute loi qui viole les droits imprescriptibles de l'homme est
essentiellement injuste et tyrannique: elle n'est point une loi.


Art. VII. La propriété est le droit qu'a chaque citoyen de jouir et de
disposer de la portion de biens qui lui est garantie par la loi.


Art. VIII. Le droit de propriété est borné, comme tous les autres, par
l'obligation de respecter les droits d'autrui.


Art. IX. Il ne peut préjudicier ni à la sûreté, ni à la liberté, ni à
l'existence, ni à la propriété de nos semblables.


Art. X. Toute possession, tout trafic qui viole ce principe, est
essentiellement illicite et immoral.


Art. XI. La société est obligée de pourvoir à la subsistance de tous
ses membres, soit en leur procurant du travail, soit en assurant les
moyens d'exister à ceux qui sont hors d'état de travailler.


Art. XII. Les secours nécessaires à l'indigence sont une dette du riche
envers le pauvre; il appartient à la loi de déterminer la manière dont
cette dette doit être acquittée.


Art. XIII. La société doit favoriser de tout son pouvoir les progrès de
la raison publique, et mettre l'instruction à la portée de tous les
citoyens.


Art. XIV. La loi est l'expression libre et solennelle de la volonté du
peuple.


Art. XV. Le peuple est le souverain: le gouvernement est son ouvrage et
sa propriété, les fonctionnaires publics sont ses commis.


Art. XVI. Aucune portion du peuple ne peut exercer la puissance du
peuple entier; mais le voeu qu'elle exprime doit être respecté, comme
le voeu d'une portion du peuple, qui doit concourir à former la volonté
générale.

Chaque section du souverain assemblée doit jouir du droit d'exprimer sa
volonté avec une entière liberté; elle est essentiellement indépendante
de toutes les autorités constituées, et maîtresse de régler sa police
et ses délibérations.

Le peuple peut, quand il lui plaît, changer son gouvernement et
révoquer ses mandataires.


Art. XVII. La loi doit être égale pour tous.


Art. XVIII. Tous les citoyens sont admissibles à toutes les fonctions
publiques, sans aucune autre distinction que celle des vertus et des
talents, sans aucun autre titre que la confiance du peuple.


Art. XIX. Tous les citoyens ont un droit égal de concourir à la
nomination des mandataires du peuple, et à la formation de la loi.


[pas d'Art. XX.]


Art. XXI. Pour que ces droits ne soient point illusoires, et l'égalité
chimérique, la société doit salarier les fonctionnaires publics, et
faire en sorte que les citoyens qui vivent de leur travail puissent
assister aux assemblées publiques où la loi les appelle, sans
compromettre leur existence ni celle de leurs familles.


Art. XXII. Tout citoyen doit obéir religieusement aux magistrats et aux
agents du gouvernement, lorsqu'ils sont les organes ou les exécuteurs
de la loi.


Art. XXIII. Mais tout acte contre la liberté, contre la sûreté, ou
contre la propriété d'un homme, exercé par qui que ce soit, même au nom
de la loi, hors des cas déterminés par elle et des formes qu'elle
prescrit, est arbitraire et nul; le respect même de la loi défend de
s'y soumettre; et si on veut l'exécuter par violence, il est permis de
le repousser par la force.


Art. XXIV. Le droit de présenter des pétitions aux dépositaires de
l'autorité publique appartient à tout individu. Ceux à qui elles sont
adressées doivent statuer sur les points qui en sont l'objet; mais ils
ne peuvent jamais ni en interdire, ni en restreindre, ni en condamner
l'exercice.


Art. XXV. La résistance à l'oppression est la conséquence des autres
droits de l'homme et du citoyen.

Il y a oppression contre le corps social, lorsqu'un seul de ses membres
est opprimé.

Il y a oppression contre chaque membre, lorsque le corps social est
opprimé.

Quand le gouvernement viole les droits du peuple, l'insurrection du
peuple entier et de chaque portion du peuple est le plus saint des
devoirs.

Quand la garantie sociale manque à un citoyen, il rentre dans le droit
naturel de défendre lui-même tous ses droits.

Dans l'un et l'autre cas, assujettir à des formes légales la résistance
à l'oppression est le dernier raffinement de la tyrannie.


Art. XXIX. Dans tout Etat libre, la loi doit surtout défendre la
liberté publique et individuelle contre l'abus de l'autorité de ceux
qui gouvernent.

Toute institution qui ne suppose pas le peuple bon et le magistrat
corruptible, est vicieuse.


Art. XXX. Les fonctions publiques ne peuvent être considérées comme des
distinctions ni comme des récompenses, mais comme des devoirs publics.
Les délits des mandataires du peuple doivent être sévèrement et
facilement punis. Nul n'a le droit de se prétendre plus inviolable que
les autres citoyens. Le peuple a le droit de connaître toutes les
opérations de ses mandataires; ils doivent lui rendre un compte fidèle
de leur gestion, et subir son jugement avec respect. Les hommes de tous
les pays sont frères, et les différents peuples doivent s'entr'aider
selon leur pouvoir, comme les citoyens du même Etat.

Celui qui opprime une seule nation, se déclare l'ennemi de toutes. Ceux
qui font la guerre à un peuple, pour arrêter les progrès de la liberté
et anéantir les droits de l'homme, doivent être poursuivis par tous,
non comme des ennemis ordinaires, mais comme des assassins et des
brigands rebelles. Les rois, les aristocrates, les tyrans quels qu'ils
soient, sont des esclaves révoltés contre le souverain de la terre, qui
est le genre humain, et contre le législateur de l'univers, qui est la
nature.



      *      *      *      *      *      *      *      *      *



_Discours de Maximilien Robespierre sur la Constitution [discours
imprimé par ordre de la Société des Jacobins]_ (10 mai 1793)



Note: texte en français moderne par Charles Vellay, corrigé d'après la
réimpression de 1831.



L'homme est né pour le bonheur et pour la liberté, et partout il est
esclave et malheureux. La société a pour but la conservation de ses
droits et la perfection de son être; et partout la société le dégrade
et l'opprime. Le temps est arrivé de le rappeler à ses véritables
destinées; les progrès de la raison humaine ont préparé cette grande
révolution, et c'est à vous qu'est spécialement imposé le devoir de
l'accélérer.

Pour remplir votre mission, il faut faire précisément tout le contraire
de ce qui a existé avant vous.

Jusqu'ici, l'art de gouverner n'a été que l'art de dépouiller et
d'asservir le grand nombre au profit du petit nombre; et la
législation, le moyen de réduire ces attentats en système. Les rois et
les aristocrates ont très bien fait leur métier: c'est à vous
maintenant de faire le vôtre, c'est-à-dire de rendre les hommes heureux
et libres par les lois.

Donner au gouvernement la force nécessaire pour que les citoyens
respectent toujours les droits des citoyens, et faire en sorte que le
gouvernement ne puisse jamais les violer lui-même: voilà, à mon avis,
le double problème que le législateur doit chercher à résoudre. Le
premier me paraît très facile. Quant au second, on serait tenté de le
regarder comme insoluble, si on ne consultait que les événements passés
et présents, sans remonter à leurs causes.

Parcourez l'histoire, vous verrez partout les magistrats opprimer les
citoyens, et le gouvernement dévorer la souveraineté. Les tyrans
parlent de séditions, le peuple se plaint de la tyrannie, quand le
peuple ose se plaindre, ce qui arrive lorsque l'excès de l'oppression
lui rend son énergie et son indépendance. Plût à Dieu qu'il pût les
conserver toujours! Mais le règne du peuple est d'un jour: celui des
tyrans embrasse la durée des siècles.

J'ai beaucoup entendu parler d'anarchie depuis la révolution du 14
juillet 1789, et surtout depuis la révolution du 10 août 1792; mais
j'affirme que ce n'est point l'anarchie qui est la maladie des corps
politiques, mais le despotisme et l'aristocratie. Je trouve, quoi
qu'ils en aient dit, que ce n'est qu'à compter de cette époque tant
calomniée que nous avons eu un commencement de lois et de gouvernement,
malgré les troubles qui ne sont autre chose que les dernières
convulsions de la royauté expirante, et la lutte d'un gouvernement
infidèle contre l'égalité.

L'anarchie a régné en France depuis Clovis jusqu'au dernier des Capet.
Qu'est-ce que l'anarchie, si ce n'est la tyrannie qui fait descendre du
trône la nature et la loi, pour y placer des hommes?

Jamais les maux de la société ne viennent du peuple, mais du
gouvernement. Comment n'en serait-il pas ainsi?

L'intérêt du peuple, c'est le bien public; l'intérêt de l'homme en
place est un intérêt privé. Pour être bon, le peuple n'a besoin que de
se préférer lui-même à ce qui n'est pas lui; pour être bon, il faut que
le magistrat s'immole lui-même au peuple.

Si je daignais répondre à des préjugés absurdes et barbares,
j'observerais que ce sont le pouvoir et l'opulence qui enfantent
l'orgueil et tous les vices; que c'est le travail, la médiocrité, la
pauvreté qui est la gardienne de la vertu; que les voeux du faible
n'ont pour objet que la justice et la protection des lois
bienfaisantes; qu'il n'estime que les passions de l'honnêteté; que les
passions de l'homme puissant tendent s'élever au-dessus des lois
justes, ou à en créer de tyranniques; je dirais enfin que la misère des
citoyens n'est autre chose que le crime des gouvernements. Mais
j'établis la base de mon système par un seul raisonnement.

Le gouvernement est institué pour faire respecter la volonté générale;
mais les hommes qui gouvernent ont une volonté individuelle, et toute
volonté cherche à dominer. S'ils emploient à cet usage la force
publique dont ils sont armés, le gouvernement n'est que le fléau de la
liberté. Concluez donc que le premier objet de toute constitution doit
être de défendre la liberté publique et individuelle contre le
gouvernement lui-même.

C'est précisément cet objet que les législateurs ont oublié; ils se
sont tous occupés de la puissance du gouvernement; aucun n'a songé aux
moyens de le ramener à son institution. Ils ont pris des précautions
infinies contre l'insurrection du peuple, et ils ont encouragé de tout
leur pouvoir la révolte de ses délégués. J'en ai déjà indiqué les
raisons. L'ambition, la force et la perfidie ont été les législateurs
du monde. Ils ont asservi jusqu'à la raison humaine, en la dépravant,
et l'ont rendue complice de la misère de l'homme. Le despotisme a
produit la corruption des moeurs, et la corruption des moeurs a soutenu
le despotisme. Dans cet état de choses, c'est à qui vendra son âme au
plus fort pour légitimer l'injustice et diviser la tyrannie. Alors la
raison n'est plus que folie; l'égalité, anarchie; la liberté, désordre;
la nature, chimère; le souvenir des droits de l'humanité, révolte.
Alors on a des bastilles et des échafauds pour la vertu, des palais
pour la débauche, des tyrans et des chars de triomphe pour le crime.
Alors on a des rois, des prêtres, des nobles, des bourgeois, de la
canaille; mais point de peuple et point d'hommes.

Voyez ceux même d'entre les législateurs que le progrès des lumières
publiques semble avoir forcés à rendre quelques hommages aux principes;
voyez s'ils n'ont pas employé leur habileté à les éluder, lorsqu'ils ne
pouvaient plus les raccorder à leurs vues personnelles. Voyez s'ils ont
fait autre chose que varier les formes du despotisme et les nuances de
l'aristocratie. Ils ont fastueusement proclamé la souveraineté du
peuple, et l'ont enchaîné; tout en reconnaissant que les magistrats
sont ses mandataires, ils les ont traités comme ses dominateurs et
comme ses idoles. Tous se sont accordés à supposer le peuple insensé et
mutin, et les fonctionnaires publics essentiellement sages et vertueux.
Sans chercher les exemples chez les nations étrangères, nous pourrions
en trouver de bien frappants au sein de notre révolution et dans la
conduite même des législatures qui nous ont précédés. Voyez avec quelle
lâcheté elles encensaient la royauté; avec quelle imprudence elles
prêchaient la confiance aveugle pour les fonctionnaires publics
corrompus; avec quelle insolence elles avilissaient le peuple; avec
quelle barbarie elles l'assassinaient. Cependant, voyez de quel côté
étaient les vertus civiques. Rappelez-vous les sacrifices généreux de
l'indigence, et la honteuse avarice des riches; rappelez-vous le
sublime dévouement des soldats, et les infâmes trahisons des généraux;
le courage invincible, la patience magnanime du peuple, et le lâche
égoïsme, la perfidie odieuse de ses mandataires.

Mais ne nous étonnons pas trop de tant d'injustices. Au sortir d'une si
profonde éruption, comment pourraient-ils respecter l'humanité, chérir
l'égalité, croire à la vertu? Nous, malheureux! nous élevons le temple
de la liberté avec des mains encore flétries des fers de la servitude.
Qu'était notre ancienne éducation, sinon une leçon continuelle
d'égoïsme et de sotte vanité? Qu'étaient nos usages et nos prétendues
lois, sinon le code de l'impertinence et de la bassesse, où le mépris
des hommes était soumis à une espèce de tarif et gradué suivant des
règles aussi bizarres que multipliées? Mépriser et être méprisé; ramper
pour dominer; esclaves et tyrans tour à tour; tantôt à genoux devant un
maître, tantôt foulant aux pieds le peuple, telle était notre destinée,
telle était notre ambition, nous tous tant que nous étions, _hommes
bien nés ou hommes bien élevés, honnêtes gens et gens comme il faut,
hommes de loi et financiers, robins ou hommes d'épée_. Faut-il donc
s'étonner, si tant de marchands stupides, si tant de bourgeois égoïstes
conservent encore pour les artisans ce dédain insolent que les nobles
prodiguaient aux bourgeois et aux marchands eux-mêmes? Oh! le noble
orgueil! oh! la belle éducation! Voilà cependant pourquoi les grandes
destinées du monde sont arrêtées! Voilà pourquoi le sein de la patrie
est déchiré par des traîtres! Voilà pourquoi les satellites féroces des
despotes de l'Europe ont ravagé nos moissons, incendié nos cités,
massacré nos femmes et nos enfants; le sang de trois cent mille
Français a déjà coulé; le sang de trois cent mille autres va peut-être
couler encore, afin que le simple laboureur ne puisse siéger au Sénat,
à côté du riche marchand de grains; afin que l'artisan ne puisse voter
dans les assemblées du peuple, à côté de l'illustre négociant ou du
présomptueux avocat, et que le pauvre, intelligent et vertueux, ne
puisse garder l'attitude d'un homme, en présence du riche, imbécile et
corrompu! Insensés! qui appelez des maîtres pour ne point avoir
d'égaux, croyez-vous donc que les tyrans adopteront tous les calculs de
votre triste vanité et de votre lâche cupidité? Croyez-vous que le
peuple, qui a conquis la liberté, qui versait son sang pour la patrie
quand vous dormiez dans la mollesse ou que vous conspiriez dans les
ténèbres, se laissera enchaîner, affamer, égorger par vous? Non. Si
vous ne respectez ni l'humanité, ni la justice, ni l'honneur, conservez
du moins quelque soin de vos trésors, qui n'ont d'autre ennemi que la
misère publique, que vous aggravez avec tant d'imprudence. Mais quel
motif peut toucher des esclaves orgueilleux? La loi de la vérité, qui
tonne dans les coeurs corrompus, ressemble aux sons qui retentissent
dans les tombeaux, et qui ne réveillent point les cadavres.

Vous donc à qui la liberté, à qui la patrie est chère, chargez-vous
seuls du soin de la sauver; et puisque le moment où l'intérêt pressant
de sa défense semblait exiger toute votre attention est celui où l'on
veut élever précipitamment l'édifice de la Constitution d'un grand
peuple, fondez-la du moins sur la base éternelle de la vérité. Posez
d'abord celte maxime incontestable: _que le peuple est bon et que ses
délégués sont corruptibles; que c'est dans la vertu et dans la
souveraineté du peuple qu'il faut chercher un préservatif contre les
vices et le despotisme du gouvernement_.

De ce principe incontestable, tirons maintenant des conséquences
pratiques, qui sont autant de bases de toute constitution libre.

La corruption des gouvernements a sa source dans l'excès de leur
pouvoir, et dans leur indépendance du souverain. Remédiez à ce double
abus.

Commencez par modérer la puissance des magistrats.

Jusqu'ici, les politiques qui ont semblé vouloir faire quelque effort,
moins pour défendre la liberté que pour modifier la tyrannie, n'ont pu
imaginer que deux moyens de parvenir à ce but. L'un est l'équilibre des
pouvoirs, et l'autre le tribunat.

Quant à l'équilibre des pouvoirs, nous avons pu être les dupes de ce
prestige, dans un temps où la mode semblait exiger de nous cet hommage
à nos voisins, dans un temps où l'excès de notre propre dégradation
nous permettait d'admirer toutes les institutions étrangères qui nous
offraient quelque faible image de la liberté. Mais, pour peu qu'on
réfléchisse, on s'aperçoit aisément que cet équilibre ne peut être
qu'une chimère ou un fléau, qu'il supposerait la nullité absolue du
gouvernement, s'il n'amenait nécessairement une ligue des pouvoirs
rivaux contre le peuple; car on sent aisément qu'ils aiment beaucoup
mieux s'accorder, que d'appeler le souverain pour juger sa propre
cause. Témoin l'Angleterre, où l'or et le pouvoir du monarque font
constamment pencher la balance du même côté; où le parti de
l'opposition même ne paraît solliciter, de temps en temps, la réforme
de la représentation nationale, que pour l'éloigner, de concert avec la
majorité qu'elle semble combattre; espèce de gouvernement monstrueux,
où les vertus publiques ne sont qu'une scandaleuse parade, où le
fantôme de la liberté anéantit la liberté même, où la loi consacre le
despotisme, où les droits du peuple sont l'objet d'un trafic avoué, où
la corruption est dégagée du frein même de la pudeur.

Eh! que nous importent les combinaisons qui balancent l'autorité des
tyrans? C'est la tyrannie qu'il faut extirper; ce n'est pas dans les
querelles de leurs maîtres que les peuples doivent chercher l'avantage
de respirer quelques instants; c'est dans leur propre force qu'il faut
placer la garantie de leurs droits.

C'est par la même raison que je ne suis pas plus partisan de
l'institution du tribunat; l'histoire ne m'a pas appris à la respecter.
Je ne confie point la défense d'une si grande cause à ces hommes
faibles ou corruptibles. La protection des tribuns suppose l'esclavage
du peuple. Je n'aime point que le peuple romain se retire sur le mont
sacré, pour demander des protecteurs à un sénat despotique et à des
patriciens insolents: je veux qu'il reste dans Rome, et qu'il en chasse
tous ses tyrans. Je hais, autant que les patriciens eux-mêmes, et je
méprise beaucoup plus ces tribuns ambitieux, ces vils mandataires du
peuple, qui vendent aux grands de Rome leurs discours et leur silence,
et qui ne l'ont quelquefois défendu que pour marchander sa liberté avec
ses oppresseurs.

Il n'y a qu'un seul tribun du peuple que je puisse avouer: c'est le
peuple lui-même. C'est à chaque section de la République française que
je renvoie la puissance tribunicienne; et il est facile de l'organiser
d'une manière également éloignée des tempêtes de la démocratie absolue
et de la perfide tranquillité du despotisme représentatif.

Mais avant de poser les digues qui doivent défendre la liberté publique
contre les débordements de la puissance des magistrats, commençons par
la réduire à de justes bornes.

Une première règle pour parvenir à ce but, c'est que la durée de leurs
pouvoirs doit être courte, en appliquant surtout ce principe à ceux
dont l'autorité est plus étendue.

2° Que nul ne puisse exercer en même temps plusieurs magistratures.

3° Que le pouvoir soit divisé: il vaut mieux multiplier les
fonctionnaires publics que de confier à quelques-uns une autorité trop
redoutable.

4° Que la législation et l'exécution soient séparées soigneusement.

5° Que les diverses branches de l'exécution soient elles-mêmes
distinguées le plus qu'il est possible, selon la nature même des
affaires, et confiées à des mains différentes.

L'un des plus grands vices de l'organisation actuelle, c'est la trop
grande étendue de chacun des départements ministériels, où sont
entassées diverses branches d'administration très distinctes parleur
nature.

Le ministre de l'intérieur surtout, tel qu'on s'est obstiné à le
conserver jusqu'ici provisoirement, est un monstre .politique, qui
aurait provisoirement dévoré la république naissante, si la force de
l'esprit public, animé par le mouvement de la révolution, ne l'avait
défendue jusqu'ici, et contre les vices de l'institution, et contre
ceux des individus.

Au reste, vous ne pourrez jamais empêcher que les dépositaires du
pouvoir exécutif ne soient des magistrats très puissants; ôtez-leur
donc toute autorité et toute influence étrangère à leurs fonctions.

Ne permettez pas qu'ils assistent et qu'ils votent dans les assemblées
du peuple, pendant la durée de leur agence. Appliquez la même règle aux
fonctionnaires publics en général.

Eloignez de leurs mains le trésor publie; confiez-le à des dépositaires
et à des surveillants qui ne puissent participer eux-mêmes à aucune
autre espèce d'autorité.

Laissez dans les départements, et sous la main du peuple, la portion
des tributs publics qu'il ne sera pas nécessaire de verser dans la
caisse générale; et que les dépenses soient acquittées sur les lieux,
autant qu'il sera possible.

Vous vous garderez bien de remettre à ceux qui gouvernent des sommes
extraordinaires, sous quelque prétexte que ce soit, surtout sous le
prétexte de former l'opinion.

Toutes les manufactures d'esprit public ne fournissent que des poisons;
nous en avons fait récemment une cruelle expérience, et le premier
essai de cet étrange système ne doit pas nous inspirer beaucoup de
confiance dans ses inventeurs. Ne perdez jamais de vue que c'est à
l'opinion publique de juger les hommes qui gouvernent, et non à ceux-ci
de maîtriser et de créer l'opinion publique.

Mais il est un moyen général et non moins salutaire de diminuer la
puissance des gouvernements au profit de la liberté et du bonheur des
peuples.

Il consiste dans l'application de cette maxime, énoncée dans la
Déclaration des Droits, que je vous ai proposée: "La loi ne peut
défendre que ce qui est nuisible à la société; elle ne peut ordonner
que ce qui lui est utile."

Fuyez la manie ancienne des gouvernements de vouloir trop gouverner;
laissez aux individus, laissez aux familles le droit de faire ce qui ne
nuit point à autrui; laissez aux communes le pouvoir de régler
elles-mêmes leurs propres affaires, en tout ce qui ne tient point
essentiellement à l'administration générale de la république. En un
mot, rendez à la liberté individuelle tout ce qui n'appartient pas
naturellement à l'autorité publique, et vous aurez laissé d'autant
moins de prise à l'ambition et à l'arbitraire.

Respectez surtout la liberté du souverain dans les assemblées
primaires. Par exemple, en supprimant ce code énorme qui entrave et qui
anéantit le droit de voter, sous le prétexte de le régler, vous ôterez
des armes infiniment dangereuses à l'intrigue et au despotisme des
directoires ou des législatures; de même qu'en simplifiant le Code
civil, en abattant la féodalité, dîmes et tout le gothique édifice du
droit canonique, rétrécit singulièrement le domaine du despotisme
judiciaire. Quelque utiles que soient toutes ces précautions, vous
n'aurez rien fait encore, si vous ne prévenez la seconde espèce d'abus
que j'ai indiquée, qui est l'indépendance du gouvernement.

La Constitution doit s'appliquer surtout à soumettre les fonctionnaires
publics à une responsabilité imposante, en les mettant dans la
dépendance réelle, non des individus, mais du souverain.

Celui qui est indépendant des hommes se rend bientôt indépendant de ses
devoirs; et l'impunité est la mère comme la sauvegarde du crime, et le
peuple est toujours asservi, dès qu'il est craint.

Il est deux espèces de responsabilités, l'une qu'on peut appeler
morale, et l'autre physique.

La première consiste principalement dans la publicité; mais suffit-il
que la Constitution assure la publicité des opérations ou des
délibérations du gouvernement? Non; il faut encore lui donner toute
l'étendue dont elle est susceptible.

La nation entière a le droit de connaître la conduite de ses
mandataires. Il faudrait, s'il était possible, que l'assemblée des
mandataires délibérât en présence de tous les Français. Un édifice
fastueux et majestueux, ouvert à 12.000 spectateurs, devrait être le
lieu des séances du corps législatif. Sous les yeux d'un si grand
nombre de témoins, ni la corruption, ni l'intrigue, ni la perfidie
n'oseraient se montrer; la volonté générale serait seule consultée, la
voix de la raison et de l'intérêt public serait seule entendue. Mais
l'admission de quelques centaines de spectateurs, encaissés dans un
local étroit et incommode, offre-t-elle une publicité proportionnée à
l'immensité de la nation? surtout lorsqu'une foule d'ouvriers
mercenaires effraient le corps législatif, pour intercepter ou pour
altérer la vérité par les récits infidèles qu'ils répandent dans toute
la république. Que serait-ce donc, si les mandataires eux-mêmes
méprisaient cette petite portion du public qui les voit; s'ils
voulaient faire regarder comme deux espèces d'hommes différentes les
habitants du lieu où ils résident et ceux qui sont éloignés d'eux;
s'ils dénonçaient perpétuellement ceux qui sont les témoins de leurs
actions à ceux qui lisent leurs pamphlets, pour rendre la publicité non
seulement inutile, mais funeste à la liberté?

Les hommes superficiels ne devineront jamais quelle a été sur la
Révolution l'influence du local qui a recélé le corps législatif, et
les fripons n'en conviendront pas; mais les amis éclairés du bien
public n'ont pas vu sans indignation qu'après avoir appelé les regards
publics autour d'elle, pour résister à la cour, la première législature
les ait fuis autant qu'il était en son pouvoir, lorsqu'elle a voulu se
liguer avec la cour contre le peuple; qu'après s'être en quelque sorte
cachée à l'archevêché, où elle porta la loi martiale, elle se soit
renfermée dans le Manège, où elle s'environna de baïonnettes, pour
ordonner le massacre des meilleurs citoyens au Champ-de-Mars, sauver le
parjure Louis et miner les fondements de la liberté. Ses successeurs se
sont bien gardés d'en sortir; les rois ou les magistrats de l'ancienne
police faisaient bâtir, en quelques jours, une magnifique salle
d'Opéra, et, à la honte de la raison humaine, quatre ans se sont
écoulés avant qu'on eût préparé une nouvelle demeure à la
représentation nationale! Que dis-je ? celle même où elle vient
d'entrer est-elle plus favorable à la publicité et plus digne de la
nation? Non; tous les observateurs se sont aperçus qu'elle a été
disposée, avec beaucoup d'intelligence, par le même esprit d'intrigue,
sous les auspices d'un ministre pervers, pour retrancher les
mandataires contre les regards du peuple. On a même fait des prodiges
en ce genre; on a enfin trouvé le secret, recherché depuis si
longtemps, d'exclure le public, en l'admettant; qu'il puisse assister
aux séances, mais qu'il ne puisse entendre, si ce n'est dans le petit
espace réservé aux honnêtes gens et aux journalistes; qu'il soit absent
et présent tout à la fois. La postérité s'étonnera de l'insouciance
avec laquelle une grande nation a souffert si longtemps les lâches et
grossières manoeuvres qui compromettaient à la fois sa dignité, sa
liberté et son salut.

Pour moi, je pense que la Constitution ne doit pas se borner à ordonner
que les séances du corps législatif et des autorités constituées seront
publiques, mais encore qu'elle ne doit pas dédaigner de s'occuper des
moyens de leur assurer la plus grande publicité; qu'elle doit interdire
aux mandataires le pouvoir d'influer, en aucune manière, sur la
composition de l'auditoire, et de retracer arbitrairement l'étendue du
lieu qui doit recevoir le peuple. Elle doit pourvoir à ce que la
législature réside au sein d'une immense population, et délibère sous
les yeux d'une multitude de citoyens infinie.

Le principe de la responsabilité morale veut encore que les agents du
gouvernement rendent à des époques déterminées et assez rapprochées des
comptes exacts et circonstanciés de leur gestion; que ces comptes
soient rendus publics par la voie de l'impression, et soumis à la
censure de tous les citoyens; qu'ils soient envoyés, en conséquence, à
tous les départements, à toutes les administrations et à toutes les
communes.

A l'appui de la responsabilité morale, il faut déployer la
responsabilité physique, qui est, en dernière analyse, la plus sûre
gardienne de la liberté: elle consiste dans la punition des
fonctionnaires publics prévaricateurs.

Un peuple dont les mandataires ne doivent compte à personne de leur
gestion, n'a point de Constitution: un peuple dont les mandataires ne
rendent compte qu'à d'autres mandataires inviolables, n'a point de
Constitution, puisqu'il dépend de ceux-ci de le trahir impunément, et
de le laisser trahir par les autres. Si c'est là le sens qu'on attache
au gouvernement représentatif, j'avoue que j'adopte tous les anathèmes
prononcés contre lui par Jean-Jacques Rousseau. Au reste, ce mot a
besoin d'être expliqué, comme beaucoup d'autres; ou plutôt il s'agit
bien moins de définir le gouvernement français, que de le constituer.

Dans tout Etat libre, les crimes publics des magistrats doivent être
punis aussi sévèrement et aussi facilement que les crimes privés des
citoyens; et le pouvoir de réprimer les attentats du gouvernement doit
retourner au souverain.

Je sais que le peuple ne peut pas être un juge toujours en activité.
Aussi, n'est-ce pas là ce que je veux; mais je veux encore moins que
ses délégués soient des despotes au-dessus des lois. On peut remplir
l'objet que je propose, par des mesures simples, dont je vais
développer la théorie.

1° Je veux que tous les fonctionnaires publics, nommés par le peuple,
puissent être révoqués par lui, selon les formes qui seront établies,
sans autre motif que le droit imprescriptible qui lui appartient de
révoquer ses mandataires.

2° Il est naturel que le corps chargé de faire les lois surveille ceux
qui sont commis pour les faire exécuter. Les membres de l'agence
exécutive seront donc tenus de rendre compte de leur gestion au corps
législatif. En cas de prévarication, il ne pourra pas les punir, parce
qu'il ne faut pas lui laisser ce moyen de s'emparer de la puissance
exécutive, mais il les accusera devant un tribunal populaire, dont
l'unique fonction sera de connaître des prévarications des
fonctionnaires publics. Les membres du corps législatif ne pourront
être poursuivis par ce tribunal pour raison des opinions qu'ils auront
manifestées dans les assemblées, mais seulement pour les faits positifs
de corruption ou de trahison dont ils pourraient être prévenus. Les
délits ordinaires qu'ils pourraient commettre sont du ressort des
tribunaux ordinaires.

A l'expiration de leurs fonctions, les membres de la législature et les
agents de l'exécution, ou ministres, pourront être déférés au jugement
solennel de leurs commettants. Le peuple prononcera seulement s'ils ont
conservé ou perdu sa confiance. Le jugement qui déclarera qu'ils ont
perdu sa confiance, emportera l'incapacité de remplir aucunes
fonctions. Le peuple ne décernera pas de peine plus forte, et si les
mandataires sont coupables de quelques crimes particuliers et formels,
il pourra les renvoyer au tribunal établi pour les punir.

Ces dispositions s'appliqueront également aux membres du tribunal
populaire.

Quelque nécessité qu'il soit de contenir les magistrats, il ne l'est
pas moins de les bien choisir. C'est sur cette double base que la
liberté doit être fondée. Ne perdez pas de vue que, dans le
gouvernement représentatif, il n'est pas de lois constitutives aussi
importantes que celles qui garantissent la pureté des élections.

Ici, je vois répandre de dangereuses erreurs; ici je m'aperçois qu'on
abandonne les premiers principes du bon sens et de la liberté pour
poursuivre de vaines abstractions métaphysiques. Par exemple, on veut
que, dans tous les points de la république, les citoyens votent pour la
nomination de chaque fonctionnaire public, de manière que l'homme de
mérite et de vertu, qui n'est connu que dans la contrée qu'il habite,
ne puisse jamais être appelé à représenter ses compatriotes; et que les
charlatans fameux, qui ne sont pas toujours les meilleurs citoyens ni
les hommes les plus éclairés, ou les intrigants portés par un parti
puissant, qui dominera dans toute la république, soient à perpétuité et
exclusivement les représentants nécessaires du peuple français.

Mais, en même temps, on enchaîne le souverain par des règlements
tyranniques; partout on dégoûte le peuple, on éloigne les sans-culottes
par des formalités. Que dis-je? on les chasse par la famine; car on ne
songe pas même à les indemniser du temps qu'ils dérobent à la
subsistance de leurs familles, pour le consacrer aux affaires publiques.

Voilà cependant les principes conservateurs de la liberté que la
Constitution doit maintenir. Tout le reste n'est que charlatanisme,
intrigue et despotisme.

Faites en sorte que le peuple puisse assister aux assemblées publiques,
car lui seul est l'appui de la liberté et de la justice: les
aristocrates, les intrigants en sont les fléaux.

Qu'importe que la loi rende un hommage hypocrite à l'égalité des
droits, si la plus impérieuse de toutes les lois, la nécessité, force
la partie la plus saine et la plus nombreuse du peuple à y renoncer!
Que la patrie indemnise l'homme qui vit de son travail, lorsqu'il
assiste aux assemblées publiques; qu'elle salarie, par la même raison,
d'une manière comparable, tous les fonctionnaires publics; que les
règles des élections, que les formes des délibérations soient aussi
simples, aussi abrégées qu'il est possible; que tous les jours des
assemblées soient fixés aux époques les plus commodes pour la partie
laborieuse de la nation.

Que l'on délibère à haute voix: la publicité est l'appui de la vertu,
la sauvegarde de la vérité, la terreur du crime, le fléau de
l'intrigue. Laissez les ténèbres et le scrutin secret aux criminels et
aux esclaves. Les hommes libres veulent avoir le peuple pour témoin de
leurs pensées. Cette méthode forme les citoyens et les vertus
républicaines. Elle convient à un peuple qui vient de conquérir sa
liberté et qui combat pour la défendre. Quand elle cesse de lui
convenir, la république n'est déjà plus.

Au surplus, que le peuple, je le répète, soit parfaitement libre dans
les assemblées: la Constitution ne peut établir que ces règles
générales, nécessaires pour bannir l'intrigue et maintenir la liberté
même; toute autre gêne n'est qu'un attentat à sa souveraineté.

Qu'aucune autorité constituée surtout ne se mêle jamais ni de sa
police, ni de ses délibérations.

Par là vous aurez résolu le problème encore indécis de l'économie
politique populaire: de placer dans la vertu du peuple et dans
l'autorité du souverain le contrepoids nécessaire des passions du
magistrat et de la tendance du gouvernement à la tyrannie.

Au reste, n'oubliez pas que la solidité de la Constitution elle-même
s'appuie sur toutes les institutions, sur toutes les lois particulières
d'un peuple, quelque nom qu'on leur donne: elle s'appuie sur la bonté
des moeurs, sur la connaissance et sur le sentiment des droits sacrés
de l'homme. La Déclaration des Droits est la Constitution de tous les
peuples; les autres lois sont muables par leur nature, et sont
subordonnées à celle-là. Qu'elle soit sans cesse présente à tous les
esprits; qu'elle brille à la tôle de votre Code public; que le premier
article de ce code soit la garantie formelle de tous les droits de
l'homme; que le second porte que toute loi qui les blesse est
tyrannique et nulle; qu'elle soit portée en pompe dans vos cérémonies
publiques; qu'elle frappe les regards du peuple dans toutes ses
assemblées, dans tous les lieux où résident ses mandataires; qu'elle
soit écrite sur les murs de nos maisons; qu'elle soit la première leçon
que les pères donneront à leurs enfants.

On me demandera peut-être comment, avec des précautions si sûres contre
les magistrats, je puis assurer l'obéissance aux lois et au
gouvernement. Je réponds que je l'assure davantage précisément par ces
précautions-là mêmes. Je rends aux lois et au gouvernement toute la
force que j'ôte aux vices des hommes qui gouvernent et qui font des
lois.

Le respect qu'inspire le magistrat dépend beaucoup pins du respect
qu'il porte lui-même aux lois que du pouvoir qu'il usurpe; et la
puissance des lois est bien moins dans la force militaire qui les
entoure que dans leur concordance avec les principes de la justice et
avec la volonté générale.

Quand la loi a pour principe l'intérêt public, elle a le peuple
lui-même pour appui, et sa force est la force de tous les citoyens,
dont elle est l'ouvrage et la propriété. La volonté générale et la
force publique ont une origine commune. La force publique est au corps
politique ce qu'est au corps le bras qui exécute spontanément ce que la
volonté commande et repousse tous les objets qui peuvent menacer le
coeur ou la tête.

Quand la force publique ne fait que seconder la volonté générale,
l'Etat est libre et paisible; lorsqu'elle la contrarie, l'Etat est
asservi ou agité.

La force publique est en contradiction avec la volonté générale dans
deux cas: ou lorsque la loi n'est pas la volonté générale; ou lorsque
le magistrat l'emploie pour violer la loi. Telle est l'horrible
anarchie que les tyrans ont établie de tout temps, sous le nom de
tranquillité, d'ordre public, de législation et de gouvernement: tout
leur art est d'isoler et de comprimer chaque citoyen par la force, pour
les asservir tous à leurs odieux caprices, qu'ils décorent du nom de
lois. Législateurs, faites des lois justes; magistrats, faites-les
religieusement exécuter; que ce soit là toute votre politique, et vous
donnerez au monde un spectacle inconnu, celui d'un grand peuple libre
et vertueux.


ARTICLE PREMIER. La Constitution garantit à tout Français les droits
imprescriptibles de l'homme et du citoyen énoncés dans la déclaration
précédente.

II. Elle déclare tyrannique et nul tout acte de législation ou de
gouvernement qui les viole.

III. La Constitution Française ne reconnaît d'autre gouvernement
légitime que le gouvernement républicain, ni d'autre république que
celle qui est fondée sur la liberté et sur l'égalité.

IV. La République Française est une et indivisible.

V. La souveraineté réside essentiellement dans le Peuple Français; tous
les fonctionnaires publics sont ses mandataires, il peut les révoquer
de la même manière qu'il les a choisis.

VI. La Constitution ne reconnaît d'autre pouvoir que celui du
souverain; les diverses portions d'autorité exercées par les différents
magistrats ne sont que des fonctions publiques, qu'il leur délègue pour
l'avantage commun.

VII. La population et l'étendue de la République obligent le peuple
français à se diviser en sections pour exercer sa souveraineté; mais
ses droits ne sont ni moins réels ni moins sacrés que s'il délibérait
tout entier, dans une assemblée unique. En conséquence, chaque section
du souverain ne peut être soumise ni à l'influence, ni aux ordres
d'aucune autorité constituée, et les mandataires qui attentent soit à
la liberté, soit à la sûreté, soit à la dignité d'une portion du
peuple, sont coupables de rébellion envers le peuple entier.

VIII. Afin que l'inégalité des biens ne détruise point l'égalité des
droits, la Constitution veut que les citoyens qui vivent de leur
travail soient indemnisés du temps qu'ils consacrent aux affaires
publiques dans les assemblées du peuple où la loi les appelle.

IX. La durée des fonctions des mandataires du peuple ne peut excéder
deux années.

X. Nul ne peut exercer à la fois deux emplois publics.

XI. Les fonctions exécutives, les fonctions législatives et les
fonctions judiciaires sont séparées.

XII. La Constitution ne veut pas que la loi même puisse garantir la
liberté individuelle sans aucun profit pour le bien public; elle laisse
aux communes le droit de régler leurs propres affaires, en ce qui ne
tient point à l'administration générale de la République.

XIII. Les délibérations de la législature et de toutes les autorités
constituées seront publiques: la publicité qu'exige la Constitution est
la plus grande publicité possible. La législature doit tenir ses
séances dans un lieu qui puisse admettre douze mille spectateurs.

XIV. Tout fonctionnaire public est responsable au peuple.

XV. Il sera établi un tribunal dont l'unique fonction sera de connaître
de leurs prévarications.

XVI. Les membres de la législature ne pourront être poursuivis, par
aucun tribunal constitué, pour raison des opinions qu'ils auront
manifestées dans l'Assemblée; mais, à l'expiration de leurs fonctions,
leur conduite sera solennellement jugée par le peuple qui les aura
choisis. Le peuple prononcera sur cette question: tel citoyen a-t-il
répondu ou non à la confiance dont le peuple l'a honoré?

XVII. Les faits positifs de corruption et de trahison qui pourraient
être imputés aux fonctionnaires publics dont il est parlé aux deux
articles précédents seront jugés par le tribunal populaire, et leurs
délits privés par les tribunaux ordinaires.

XVIII. Tous les membres de la législature et tous les membres de
l'agence exécutive seront tenus de rendre compte de leur fortune, deux
ans après l'expiration de leur autorité.

XIX. Lorsque les droits du peuple seront violés par un acte de la
législature ou du gouvernement, chaque département pourra le déférer à
l'examen du reste de la République; et, dans le délai qui sera
déterminé, les assemblées primaires s'assembleront pour manifester leur
voeu sur ce point.

XX. La Déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen sera placée dans
l'endroit le plus apparent des lieux où autorités constituées tiendront
leurs séances: elle s portée, en pompe, dans toutes les cérémonies
publiques;  elle sera le premier objet de l'instruction publique.



      *      *      *      *      *      *      *      *      *



_Rapport fait à la Convention nationale au nom du Comité de salut
public par le citoyen Robespierre, membre de ce comité, sur la
situation politique de la République; le 27 brumaire, l'an 2 de
la République; imprimé par ordre de la Convention nationale_
(27 brumaire an II - 18 novembre 1793)



Citoyens Représentants du Peuple,


Nous appelons aujourd'hui l'attention de la Convention nationale sur
les plus grands intérêts de la patrie. Nous venons remettre sous vos
yeux la situation de la République à regard des diverses puissances de
la terre, et surtout des peuples que la nature et la raison attachent à
notre cause, mais que l'intrigue et la perfidie cherchent à ranger au
nombre de nos ennemis.

Au sortir du chaos où les trahisons d'une cour criminelle et le règne
des factions avaient plongé le gouvernement, il faut que les
législateurs du peuple français fixent les principes de leur politique
envers les amis et les ennemis de la République; il faut qu'ils
déploient aux yeux de l'univers le véritable caractère de la nation
qu'ils ont la gloire de représenter. Il est temps d'apprendre aux
imbéciles qui l'ignorent, ou aux pervers qui feignent d'en douter, que
la République française existe; qu'il n'y a de précaire dans le monde
que le triomphe du crime et la durée du despotisme; il est temps que
nos alliés se confient à notre sagesse et à notre fortune, autant que
les tyrans armés contre nous redoutent notre courage et notre puissance.

La Révolution française a donné une secousse au monde. Les élans d'un
grand peuple vers la liberté devaient déplaire aux rois qui
l'entouraient. Mais il y avait loin de cette disposition secrète à la
résolution périlleuse de déclarer la guerre au peuple français, et
surtout à la ligue monstrueuse de tant de puissances essentiellement
divisées d'intérêts.

Pour les réunir, il fallait la politique de deux cours dont l'influence
dominait toutes les autres; pour les enhardir, il fallait l'alliance du
roi même des Français, et les trahisons de toutes les factions qui le
caressèrent et le menacèrent tour à tour pour régner sous son nom ou
pour élever un autre tyran sur les débris de sa puissance.

Les temps qui devaient enfanter le plus grand des prodiges de la
raison, devaient aussi être souillés par les derniers excès de la
corruption humaine. Les crimes de la tyrannie accélérèrent les progrès
de la liberté, et les progrès de la liberté multiplièrent les crimes de
la tyrannie, en redoublant ses alarmes et ses fureurs. Il y a eu, entre
le peuple et ses ennemis, une réaction continuelle, dont la violence
progressive a opéré en peu d'années l'ouvrage de plusieurs siècles.

Il est connu aujourd'hui de tout le monde que la politique du cabinet
de Londres contribua beaucoup à donner le premier branle à notre
révolution. Ses projets étaient vastes; il voulait, au milieu des
orages politiques, conduire la France épuisée et démembrée à un
changement de dynastie, et placer le duc d'York sur le trône de Louis
XVI. Ce projet devait être favorisé par les intrigues et par la
puissance de la maison d'Orléans, dont le chef, ennemi de la cour de
France, était depuis longtemps étroitement lié avec celle d'Angleterre.
Content des honneurs do la vengeance et du titre de beau-père du roi,
l'insouciant Philippe aurait facilement consenti à finir sa carrière au
sein du repos et de la volupté. L'exécution de ce plan devait assurer à
l'Angleterre les trois grands objets de son ambition ou de sa jalousie:
Toulon, Dunkerque et nos colonies. Maître à la fois de ces importantes
possessions, maître de la mer et de la France, le gouvernement anglais
aurait bientôt forcé l'Amérique à rentrer sous la domination de George.
Il est à remarquer que ce cabinet a conduit de front, en France et dans
les Etats-Unis, deux intrigues parallèles, qui tendaient au même but.
Tandis qu'il cherchait à séparer le Midi de la France du Nord, il
conspirait pour détacher les provinces septentrionales de l'Amérique
des provinces méridionales; et, comme on s'efforce encore aujourd'hui
de fédéraliser notre République, on travaille à Philadelphie à rompre
les liens de la confédération qui unissent les différentes portions de
la République américaine.

Ce plan était hardi. Mais le génie consiste moins à former des plans
hardis qu'à calculer les moyens qu'on a de les exécuter. L'homme le
moins propre à deviner le caractère et les ressources d'un grand peuple
est peut-être celui qui est habile dans l'art de corrompre un
parlement. Qui peut moins apprécier les prodiges qu'enfante l'amour de
la liberté que l'homme vil dont le métier est de mettre en jeu tous les
vices des esclaves? Semblable à un enfant dont la main débile est
blessée par une arme terrible qu'elle a l'imprudence de toucher, Pitt
voulut jouer avec le peuple français, et il en a été foudroyé.

Pitt s'est grossièrement trompé sur notre révolution, comme Louis XVI
et les aristocrates français, abusés par leur mépris pour le peuple,
mépris fondé uniquement sur la conscience de leur propre bassesse. Trop
immoral pour croire aux vertus républicaines, trop peu philosophe pour
faire un pas vers l'avenir, le ministre de George était au-dessous de
son siècle; le siècle s'élançait vers la liberté, et Pitt voulait le
faire rétrograder vers la barbarie et vers le despotisme. Aussi
l'ensemble des événements a trahi jusqu'ici ses rêves ambitieux; il a
vu briser tour à tour par la force populaire les divers instruments
dont il s'est servi; il a vu disparaître Necker, d'Orléans, Lafayette,
Lameth, Dumouriez, Custine, Brissot, et tous les pygmées de la Gironde.
Le peuple français s'est dégagé jusqu'ici des fils de ses intrigues,
comme Hercule d'une toile d'araignée.

Voyez comme chaque crise de notre révolution l'entraîne toujours au
delà du point où il voulait l'arrêter; voyez avec quels pénibles
efforts il cherche à faire reculer la raison publique et à entraver la
marche de la liberté; voyez ensuite quels crimes prodigués pour la
détruire. A la fin de 1792, il croyait préparer insensiblement la chute
du roi Capet, en conservant le trône pour le fils de son maître; mais
le 10 août a lui, et la République est fondée. C'est en vain que, pour
l'étouffer dans son berceau, la faction girondine et tous les lâches
émissaires des tyrans étrangers appellent de toutes parts les serpents
de la calomnie, le démon de la guerre civile, l'hydre du fédéralisme,
le monstre de l'aristocratie: le 31 mai, le peuple s'éveille, et les
traîtres ne sont plus. La Convention se montre aussi juste que le
peuple, aussi grande que sa mission. Un nouveau pacte social est
proclamé, cimenté, par le voeu unanime des Français; le génie de la
liberté plane d'une aile rapide sur la surface de cet empire, en
rapproche toutes les parties prêtes à se dissoudre et le raffermit sur
ses vastes fondements.

Mais ce qui prouve à quel point le principal ministre de George III
manque de génie, en dépit de l'attention dont nous l'avons honoré,
c'est le système entier de son administration. Il a voulu sans cesse
allier deux choses évidemment contradictoires, l'extension sans bornes
de la prérogative royale, c'est-à-dire le despotisme, avec
l'accroissement de la prospérité commerciale de l'Angleterre: comme si
le despotisme n'était pas le fléau du commerce; comme si un peuple qui
a eu quelque idée de la liberté pouvait descendre à la servitude, sans
perdre l'énergie qui seule peut être la source de ses succès. Pitt
n'est pas moins coupable envers l'Angleterre, dont il a mille fois
violé la Constitution, qu'envers la France. Le projet même de placer un
prince anglais sur le trône des Bourbons était un attentat contre la
liberté de son pays, puisqu'un roi d'Angleterre dont la famille
régnerait en France et en Hanovre tiendrait dans ses mains tous les
moyens de l'asservir. Comment une nation qui a craint de remettre une
armée entre les mains du roi, chez qui on a souvent agité la question,
si le peuple anglais devait souffrir qu'il réunît à ce titre la
puissance et le titre de duc de Hanovre; comment cette nation
rampe-t-elle sous le joug d'un esclave, qui ruine sa patrie pour donner
des couronnes à son maître? Au reste, je n'ai pas besoin d'observer que
le cours des événements imprévus de notre révolution a dû
nécessairement forcer le ministère anglais à faire, selon les
circonstances, beaucoup d'amendements à ses premiers plans, multiplier
ses embarras et par conséquent ses noirceurs. Il ne serait pas même
étonnant que celui qui voulut donner un roi à la France fût réduit
aujourd'hui à épuiser ses dernières ressources pour conserver le sien
ou pour se conserver lui-même.

Dès l'année 1791, la faction anglaise et tous les ennemis de la liberté
s'étaient aperçus qu'il existait en France un parti républicain qui ne
transigerait pas avec la tyrannie, et que ce parti était le peuple. Les
assassinats partiels, tels que ceux du Champ-de-Mars et de Nancy, leur
paraissaient insuffisants pour le détruire; ils résolurent de lui
donner la guerre: de là la monstrueuse alliance de l'Autriche et de la
Prusse, et ensuite la ligue de toutes les puissances armées contre
nous. Il serait absurde d'attribuer principalement ce phénomène à
l'influence des émigrés, qui fatiguèrent longtemps toutes les cours de
leurs clameurs impuissantes, et au crédit de la cour de France; il fut
l'ouvrage de la politique étrangère soutenue du pouvoir des factieux
qui gouvernaient la France.

Pour engager les rois dans cette téméraire entreprise, il ne suffisait
pas d'avoir cherché à leur persuader que, hors un petit nombre de
républicains, toute la nation haïssait en secret le nouveau régime et
les attendait comme des libérateurs; il ne suffisait pas de leur avoir
garanti la trahison de tous les chefs de notre gouvernement et de nos
armées: pour justifier cette odieuse entreprise aux yeux de leurs
sujets épuisés, il fallait leur épargner jusqu'à l'embarras de nous
déclarer la guerre. Quand ils furent prêts, la faction dominante la
leur déclara à eux-mêmes. Vous vous rappelez avec quelle astuce
profonde elle sut intéresser au succès de ses perfides projets le
courage naturel des Français et l'enthousiasme civique des sociétés
populaires. Vous savez avec quelle impudence machiavélique ceux qui
laissaient nos gardes nationales sans armes, nos places fortes sans
munitions, nos armées entre les mains des traîtres, nous excitaient à
aller planter l'étendard tricolore jusque sur les bornes du monde.
Déclamateurs perfides, ils insultaient aux tyrans, pour les servir;
d'un seul trait de plume, ils renversaient tous les trônes, et
ajoutaient l'Europe à l'Empire français: moyen sûr de hâter le succès
des intrigues de nos ennemis, dans le moment où ils pressaient tous les
gouvernements de se déclarer contre nous.

Les partisans sincères de la République avaient d'autres pensées. Avant
de briser les chaînes de l'univers, ils voulaient assurer la liberté de
leur pays; avant de porter la guerre chez les despotes étrangers, ils
voulaient la faire au tyran qui les trahissait; convaincus d'ailleurs
qu'un roi était un mauvais guide pour conduire un peuple à la conquête
de la liberté universelle, et que c'est à la puissance de la raison,
non à la force des armes, de propager les principes de notre glorieuse
révolution.

Les amis de la liberté cherchèrent de tout temps les moyens les plus
sûrs de la faire triompher: les agents de nos ennemis ne l'embrassent
que pour l'assassiner, tour à tour extravagants ou modérés, prêchant la
faiblesse et le sommeil où il faut de la vigilance et du courage, la
témérité et l'exagération où il s'agit de prudence et de
circonspection. Ceux qui, à la fin de 1791, voulaient briser tous les
sceptres du monde, sont les mêmes qui, au mois d'août 1792,
s'efforcèrent de parer le coup qui fit tomber celui du tyran. Le char
de la Révolution roule sur un terrain inégal: ils ont voulu l'enrayer
dans les chemins faciles; ils le précipitent avec violence dans les
routes périlleuses; ils cherchent à le briser contre le but.

Tel est le caractère des faux patriotes, telle est la mission des
émissaires stipendiés par les cours étrangères. Peuple, tu pourras les
distinguer à ces traits.

Voilà les hommes qui naguère encore réglaient les relations de la
France avec les autres nations. Reprenons le fil de leurs machinations.

Le moment était arrivé où le gouvernement britannique, après nous avoir
suscité tant d'ennemis, avait résolu d'entrer lui-même ouvertement dans
la ligue; mais le voeu national et le parti de l'opposition
contrariaient ce projet du ministère. Brissot lui fit déclarer la
guerre; on la déclara en même temps à la Hollande; on la déclara à
l'Espagne, parce que nous n'étions nullement préparés à combattre ces
nouveaux ennemis, et que la flotte espagnole était prête à se joindre à
la flotte anglaise.

Avec quelle lâche hypocrisie les traîtres faisaient valoir de
prétendues insultes à nos envoyés, concertées d'avance entre eux et les
puissances étrangères! Avec quelle audace ils invoquaient la dignité de
la nation dont ils se jouaient insolemment!

Les lâches! ils avaient sauvé le despote prussien et son armée; ils
avaient engraissé la Belgique du plus pur sang des Français; ils
parlaient naguère de municipaliser l'Europe, et ils repoussaient les
malheureux Belges dans les bras de leurs tyrans; ils avaient livré à
nos ennemis nos trésors, nos magasins, nos armes, nos défenseurs: sûr
de leur appui, et fier de tant de crimes, le vil Dumouriez avait osé
menacer la liberté jusque dans son sanctuaire... O patrie! quelle
divinité tutélaire a donc pu t'arracher de l'abîme immense creusé pour
t'engloutir, dans ces jours de crimes et de calamités où, ligués avec
tes innombrables ennemis, tes enfants ingrats plongeaient dans ton sein
leurs mains parricides, et semblaient se disputer tes membres épars,
pour les livrer tout sanglants aux tyrans féroces conjurés contre toi;
dans ces jours affreux où la vertu était proscrite, la perfidie
couronnée, la calomnie triomphante, où tes ports, tes flottes, tes
armées, tes forteresses, tes administrateurs, tes mandataires, tout
était vendu à tes ennemis! Ce n'était point assez d'avoir armé les
tyrans contre nous: on voulait nous vouer à la haine des nations, et
rendre la Révolution hideuse aux yeux de l'univers. Nos journalistes
étaient à la solde des cours étrangères, comme nos ministres et une
partie de nos législateurs. Le despotisme et la trahison présentaient
le peuple français à tous les peuples comme une faction éphémère et
méprisable, le berceau de la république comme le repaire du crime;
l'auguste liberté était travestie en une vile prostituée. Pour comble
de perfidie, les traîtres cherchaient à pousser le patriotisme même à
des démarches inconsidérées, et préparaient eux-mêmes la matière de
leurs calomnies: couverts de tous les crimes, ils en accusaient la
vertu qu'ils plongeaient dans les cachots, et chargeaient de leur
propre extravagance les amis de la patrie qui en étaient les vengeurs
ou les victimes. Grâce à la coalition de tous les hommes puissants et
corrompus, qui remettaient à la fois dans des mains perfides tous les
ressorts du gouvernement, toutes les richesses, toutes les trompettes
de la renommée, tous les canaux de l'opinion, la république française
ne trouvait plus un seul défenseur dans l'Europe; et la vérité captive
ne pouvait trouver une issue pour franchir les limites de la France ou
les murs de Paris.

Ils se sont attachés particulièrement à mettre en opposition l'opinion
de Paris avec celle du reste de la république, et celle de la
république entière avec les préjugés des nations étrangères. Il est
deux moyens de tout perdre: l'un de faire des choses mauvaises par leur
nature, l'autre de faire mal ou à contre-temps les choses mêmes qui
sont bonnes en soi. Ils les ont employés tour à tour. Ils ont surtout
manié les poignards du fanatisme avec un art nouveau. On a cru
quelquefois qu'ils voulaient le détruire; ils ne voulaient que l'armer
et repousser par les préjugés religieux ceux qui étaient attirés à
notre révolution par les principes de la morale et du bonheur public.

Dumouriez, dans la Belgique, excitait nos volontaires nationaux à
dépouiller les églises et à jouer avec les saints d'argent; et le
traître publiait en même temps des manifestes religieux dignes du
pontife de Rome, qui vouaient les Français à l'horreur des Belges et du
genre humain. Brissot aussi déclamait contre les prêtres, et il
favorisait la rébellion des prêtres du Midi et de l'Ouest.

Combien de choses le bon esprit du peuple a tournées au profit de la
liberté, que les perfides émissaires de nos ennemis avaient imaginées
pour la perdre!

Cependant le peuple français, seul dans l'univers, combattait pour la
cause commune. Peuples alliés de la France, qu'êtes-vous devenus?
N'étiez-vous que les alliés du roi, et non ceux de la nation?
Américains, est-ce l'automate couronné, nommé Louis XVI, qui vous aida
à secouer le joug de vos oppresseurs, ou bien nos bras et nos armées?
Est-ce le patrimoine d'une cour méprisable qui vous alimentait, ou bien
les tributs du peuple français, et les productions de notre sol
favorisé des cieux? Non, citoyens, nos alliés n'ont point abjuré les
sentiments qu'ils nous doivent: mais s'ils ne se sont point détachés de
notre cause, s'ils ne se sont pas rangés même au nombre de nos ennemis,
ce n'est point la faute de la faction qui nous tyrannisait.

Par une fatalité bizarre, la république se trouve encore représentée
auprès d'eux par les agents des traîtres qu'elle a punis. Le beau-frère
de Brissot est le consul général de la France près les Etats-Unis. Un
autre homme, nommé Genest, envoyé par Lebrun et par Brissot à
Philadelphie en qualité d'agent plénipotentiaire, a rempli fidèlement
les vues et les instructions de la faction qui l'a choisi. Il a employé
les moyens les plus extraordinaires pour irriter le gouvernement
américain contre nous; il a affecté de lui parler, sans aucun prétexte,
avec le ton de la menace, et de lui faire des propositions également
contraires aux intérêts des deux nations; il s'est efforcé de rendre
nos principes suspects ou redoutables, en les outrant par des
applications ridicules. Par un contraste bien remarquable, tandis qu'à
Paris ceux qui l'avaient envoyé persécutaient les sociétés populaires,
dénonçaient comme des anarchistes les républicains luttant avec courage
contre la tyrannie, Genest, à Philadelphie, se faisait chef de club, ne
cessait de faire et de provoquer des motions aussi injurieuses
qu'inquiétantes pour le gouvernement. C'est ainsi que la même faction
qui en France voulait réduire tous les pauvres à la condition d'ilotes
et soumettre le peuple à l'aristocratie des riches, voulait en un
instant affranchir et armer tous les nègres pour détruire nos colonies.

Les mêmes manoeuvres furent employées à la Porte par Choiseul-Gouffier
et par son successeur. Qui croirait que l'on a établi des clubs
français à Constantinople, que l'on y a tenu des assemblées primaires?
On sent que cette opération ne pouvait être utile ni à notre cause, ni
à nos principes; mais elle était faite pour alarmer ou pour irriter la
cour ottomane. Le Turc, l'ennemi nécessaire de nos ennemis, l'utile et
fidèle allié de la France, négligé par le gouvernement français,
circonvenu par les intrigues du cabinet britannique, a gardé jusqu'ici
une neutralité plus funeste à ses propres intérêts qu'à ceux de la
République française. Il paraît néanmoins qu'il est prêt à se
réveiller; mais si, comme on l'a dit, le Divan est dirigé par le
cabinet de Saint-James, il ne portera point ses forces contre
l'Autriche, notre commun ennemi, qu'il lui serait si facile d'accabler,
mais contre la Russie, dont la puissance intacte peut devenir encore
une fois l'écueil des années ottomanes.

Il est un autre peuple uni à notre cause par des liens non moins
puissants, un peuple dont la gloire est d'avoir brisé les fers des
mêmes tyrans qui nous font la guerre, un peuple dont l'alliance avec
nos rois offrait quelque chose de bizarre, mais dont l'union avec la
France républicaine est aussi naturelle qu'imposante; un peuple enfin
que les Français libres peuvent estimer: je veux parler des Suisses. La
politique de nos ennemis a jusqu'ici épuisé toutes ses ressources pour
les armer contre nous. L'imprudence, l'insouciance, la perfidie ont
concouru à les seconder. Quelques petites violations de territoire, des
chicanes inutiles et minutieuses, des injures gratuites insérées dans
les journaux, une intrigue très active, dont les principaux foyers sont
Genève, le Mont-Terrible, et certains comités ténébreux qui se tiennent
à Paris, composés de banquiers, d'étrangers et d'intrigants couverts
d'un masque de patriotisme; tout a été mis en usage pour les déterminer
à grossir la ligue de nos ennemis.

Voulez-vous connaître par un seul trait toute l'importance que ceux-ci
mettent au succès de ces machinations, et en même temps toute la
lâcheté de leurs moyens? Il suffira de vous faire part du bizarre
stratagème que les Autrichiens viennent d'employer. Au moment où
j'avais terminé ce rapport, le Comité de salut public a reçu la note
suivante, remise à la chancellerie de Bâle:

"C'est le 18 du mois d'octobre que l'on a agité au Comité de salut
public la question de l'invasion de Neuchâtel. La discussion a été fort
animée: elle a duré jusqu'à deux heures après minuit. Un membre de la
minorité s'y est seul opposé. L'affaire n'a été suspendue que parce que
Saint-Just, qui en est le rapporteur, est parti pour l'Alsace: mais on
sait de bonne part actuellement que l'invasion de Neuchâtel est résolue
par le Comité."

Il est bon de vous faire observer que jamais il n'a été question de
Neuchâtel au Comité de salut public.

Cependant il paraît qu'à Neufchâtel on a été alarmé par ces impostures
grossières de nos ennemis, comme le prouve une lettre, en date du 6
novembre (vieux style), adressée à notre ambassadeur en Suisse, au nom
de l'Etat de Zurich, par le bourgmestre de cette ville. Cette lettre,
en communiquant à l'agent de la république les inquiétudes qu'a
montrées la principauté de Neuchâtel, contient les témoignages les plus
énergiques de l'amitié du canton de Zurich pour la nation française, et
de sa confiance dans les intentions du gouvernement.

Croiriez-vous que vos ennemis ont encore trouvé le moyen de pousser
plus loin l'impudence ou la stupidité? Eh bien! il faut vous dire qu'au
moment où je parle, les gazettes allemandes ont répandu partout la
nouvelle que le Comité de salut public avait résolu de faire déclarer
la guerre aux Suisses, et que je suis chargé, moi, de vous faire un
rapport pour remplir cet objet.

Mais, afin que vous puissiez apprécier encore mieux la loi anglaise et
autrichienne, nous vous apprendrons qu'il y a plus d'un mois il avait
été fait, au Comité de salut public, une proposition qui offrait à la
France un avantage infiniment précieux dans les circonstances où nous
étions: pour l'obtenir, il ne s'agissait que de faire une invasion dans
un petit Etat enclavé dans notre territoire et allié de la Suisse; mais
cette proposition était injuste et contraire à la foi des traités; nous
la rejetâmes avec indignation.

Au reste, les Suisses ont su éviter les pièges que leur tendaient nos
ennemis communs; ils ont facilement senti que les griefs qui pouvaient
s'être élevés étaient en partie l'effet des mouvements orageux,
inséparables d'une grande révolution, en partie celui d'une
malveillance également dirigée contre la France et contre les cantons.
La sagesse helvétique a résisté à la fois aux sollicitations des
Français fugitifs, aux caresses perfides de l'Autriche, et aux
intrigues de toutes les cours confédérées. Quelques cantons se sont
bornés à présenter amicalement leurs réclamations au gouvernement
français; le Comité de salut public s'en était occupé d'avance. Il a
résolu non seulement de faire cesser les causes des justes griefs que
ce peuple estimable peut avoir, mais de lui prouver, par tous les
moyens qui peuvent se concilier avec la défense de notre liberté, les
sentiments de bienveillance et de fraternité dont la nation française
est animée envers les autres peuples, et surtout envers ceux que leur
caractère rend dignes de son alliance. Il suivra les mêmes principes
envers toutes les nations amies. Il vous proposera des mesures fondées
sur cette base. Au reste, la seule exposition que je viens de faire de
vos principes, la garantie des maximes raisonnables qui dirigent notre
gouvernement, déconcertera les trames ourdies dans l'ombre depuis
longtemps. Tel est l'avantage d'une république puissante; sa diplomatie
est dans sa bonne foi; et, comme un honnête homme peut ouvrir
impunément à ses concitoyens son coeur et sa maison, un peuple libre
peut dévoiler aux nations toutes les bases de sa politique.

Quel que soit le résultat de ce plan de conduite, il ne peut être que
favorable à notre cause; et s'il arrivait qu'un génie ennemi de
l'humanité poussât le gouvernement de quelques nations neutres dans le
parti de nos ennemis communs, il trahirait le peuple qu'il régit, sans
servir les tyrans. Du moins nous serions plus forts contre lui de sa
propre bassesse et de notre loyauté; car la justice est une grande
partie de la puissance.

Mais il importe dès ce moment d'embrasser d'une seule vue le tableau de
l'Europe; il faut nous donner ici le spectacle du monde politique qui
s'agite autour de nous et à cause de nous.

Dès le moment où on forma le projet d'une ligue contre la France, on
songea à intéresser les diverses puissances par un projet de partage de
cette belle contrée. Ce projet est aujourd'hui prouvé, non seulement
par les événements, mais par des pièces authentiques. A l'époque où le
Comité de salut public fut formé, un plan d'attaque et de démembrement
de la France, projeté par le cabinet britannique, fut communiqué aux
membres qui le composaient alors. On y fit peu d'attention dans ce
temps-là, parce qu'il paraissait peu vraisemblable, et que la défiance
pour ces sortes de confidences est assez naturelle. Les faits, depuis
cette époque, les vérifièrent chaque jour.

L'Angleterre ne s'était pas oublié dans ce partage: Dunkerque, Toulon,
les colonies, sans compter la chance de la couronne pour le duc d'York,
à laquelle on ne renonçait pas, mais dont on sacrifiait les portions
qui devaient former le lot des autres puissances. Il n'était pas
difficile de faire entrer dans la ligue le Stathouder de Hollande, qui,
comme on sait, est moins le prince des Bataves que le sujet de sa
femme, et par conséquent de la cour de Berlin.

Quant au phénomène politique de l'alliance du roi de Prusse lui-même
avec le chef de la maison d'Autriche, nous l'avons déjà expliqué. Comme
deux brigands qui se battaient pour partager les dépouilles d'un
voyageur qu'ils ont assassiné, oublient leur querelle pour courir
ensemble à une nouvelle proie, ainsi le monarque de Vienne et celui de
Berlin suspendirent leurs anciens différents pour tomber sur la France,
et pour dévorer la république naissante. Cependant le concert apparent
de ces deux puissances cache une division réelle.

L'Autriche pourrait bien être ici la dupe du cabinet prussien et de ses
autres alliés.

La maison d'Autriche, épuisée par les extravagances de Joseph II et de
Léopold, jetée depuis longtemps hors des règles de la politique de
Charles-Quint, de Philippe II et des vieux ministres de Marie-Thérèse;
l'Autriche, gouvernée aujourd'hui par les caprices et par l'ignorance
d'une cour d'enfants, expire dans le Hainaut français et dans la
Belgique. Si nous ne la secondons pas nous-mêmes par notre imprudence,
ses derniers efforts contre la France peuvent être regardés comme les
convulsions de son agonie. Déjà l'impératrice de Russie et le roi de
Prusse viennent de partager la Pologne sans elle, et lui ont présenté,
pour tout dédommagement, les conquêtes qu'elle ferait en France avec
leur secours, c'est-à-dire la Lorraine, l'Alsace et la Flandre
française. L'Angleterre encourage sa folie, pour nous ruiner, en la
perdant elle-même. Elle cherche à ménager ses forces aux dépens de son
allié, et marche à son but particulier, en lui laissant, autant qu'il
est possible, tout le poids de la guerre. D'un autre côté, le
Roussillon, la Navarre française et les départements limitrophes de
l'Espagne ont été promis à sa majesté catholique.

Il n'y a pas jusqu'au petit roi sarde que l'on n'ait bercé de l'espoir
de devenir un jour le roi du Dauphiné, de la Provence et des pays
voisins de ses anciens Etats.

Que pouvait-on offrir aux puissances d'Italie, qui ne peuvent survivre
à la perte de la France? Rien. Elles ont longtemps résisté aux
sollicitations de la ligue; mais elles ont cédé à l'intrigue, ou plutôt
aux ordres du ministère anglais, qui les menaçait des flottes de
l'Angleterre. Le territoire de Gênes a été le théâtre d'un crime dont
l'histoire de l'Angleterre peut seule offrir un exemple. Des vaisseaux
de cette nation, joints à des vaisseaux français livrés par les
traîtres de Toulon, sont entrés dans le port de Gênes; aussitôt les
scélérats qui les montaient, Anglais et Français rebelles, se sont
emparés des bâtiments de la République qui étaient dans ce port sous la
sauvegarde du droit des gens, et tous les Français qui s'y trouvaient
ont été égorgés. Qu'il est lâche, ce sénat de Gênes, qui n'est pas mort
tout entier pour prévenir ou pour venger cet outrage, qui a pu trahir à
la fois l'honneur, le peuple génois et l'humanité entière!

Venise, plus puissante et en même temps plus politique, a conservé une
neutralité utile à ses intérêts. Florence, celui de tous les Etats
d'Italie à qui le triomphe de nos ennemis serait le plus fatal, a été
enfin subjuguée par eux, et entraînée malgré elle à sa ruine. Ainsi le
despotisme pèse jusque sur ses complices, et les tyrans armés contre la
République sont les ennemis de leurs propres alliés. En général, les
puissances italiennes sont peut-être plus dignes de la pitié que de la
colère de la France: l'Angleterre les a recrutées comme ses matelots;
elle a exercé la presse contre les peuples d'Italie. Le plus coupable
des princes de cette contrée est ce roi de Naples, qui s'est montré
digne du sang des Bourbons en embrassant leur cause. Nous pourrons un
jour vous lire à ce sujet une lettre écrite de sa main à son cousin le
catholique, qui servira du moins à vous prouver que la terreur n'est
point étrangère au coeur des rois ligués contre nous. Le pape ne vaut
pas l'honneur d'être nommé.

L'Angleterre a aussi osé menacer le Danemark par ses escadres, pour le
forcer à accéder à la ligue; mais le Danemark, régi par un ministre
habile, a repoussé avec dignité ses insolentes sommations.

On ne peut lier qu'à la folie la résolution qu'avait prise le roi de
Suède, Gustave III, de devenir le généralissime des rois coalisés.
L'histoire des sottises humaines n'offre rien de comparable au délire
de ce moderne Agamemnon, qui épuisait ses Etats, qui abandonnait sa
couronne à la merci de ses ennemis, pour venir à Paris affermir celle
du roi de France.

Le régent, plus sage, a mieux consulté les intérêts de son pays et les
siens; il s'est renfermé dans les termes de la neutralité.

De tous les fripons décorés du nom de roi, d'empereur, de ministres, de
politiques, on assure, et nous ne sommes pas éloignés de le croire, que
le plus adroit est Catherine de Russie, ou plutôt ses ministres; car il
faut se défier du charlatanisme de ces réputations lointaines et
impériales, prestige créé par la politique. La vérité est que sous la
vieille impératrice, comme sous toutes les femmes qui tiennent le
sceptre, ce sont les hommes qui gouvernent. Au reste, la politique de
la Russie est impérieusement déterminée par la nature même des choses.
Cette contrée présente l'union de la férocité des hordes sauvages avec
les vices des peuples civilisés. Les dominateurs de la Russie ont un
grand pouvoir et de grandes richesses: ils ont le goût, l'idée,
l'ambition du luxe et des arts de l'Europe, et ils règnent dans un
climat de fer; ils éprouvent le besoin d'être servis et flattés par des
Athéniens, et ils ont pour sujet des Tartares: ces contrastes de leur
situation ont nécessairement tourné leur ambition vers le commerce,
aliment du luxe et des arts, et vers la conquête des contrées fertiles
qui les avoisinent à l'ouest et au midi. La cour de Pétersbourg cherche
à émigrer des tristes pays qu'elle habite, dans la Turquie européenne
et dans la Pologne, comme nos jésuites et nos aristocrates ont émigré
des doux climats de la France dans la Russie.

Elle a beaucoup contribué à former la ligue des rois qui nous font la
guerre, et elle en profite seule. Tandis que les puissances rivales de
la sienne viennent se briser contre le rocher de la République
française, l'impératrice de Russie ménage ses forces et accroît ses
moyens; elle promène ses regards avec une secrète joie, d'un côté sur
les vastes contrées soumises à la domination ottomane, de l'autre sur
la Pologne et sur l'Allemagne; partout elle envisage des usurpations
faciles ou des conquêtes rapides; elle croit toucher au moment de
donner la loi à l'Europe, du moins pourra-t-elle la faire à la Prusse
et à l'Autriche; et, dans les partages de peuples où elle admettait les
deux compagnons de ses augustes brigandages, qui l'empêchera de prendre
impunément la part du lion?

Vous avez sous les yeux le bilan de l'Europe et le vôtre, et vous
pouvez déjà en tirer un grand résultat: c'est que l'univers est
intéressé à notre conservation. Supposons la France anéantie ou
démembrée, le monde politique s'écroule. Otez cet allié puissant et
nécessaire, qui garantissait l'indépendance des médiocres Etats contre
les grands despotes, l'Europe entière est asservie. Les petits princes
germaniques, les villes réputées libres de l'Allemagne sont englouties
par les maisons ambitieuses d'Autriche et de Brandebourg; la Suède et
le Danemark deviennent tôt ou tard la proie de leurs puissants voisins;
le Turc est repoussé au delà du Bosphore et rayé de la liste des
puissances européennes; Venise perd ses richesses, son commerce et sa
considération; la Toscane, son existence; Gênes est effacée; l'Italie
n'est plus que le jouet des despotes qui l'entourent; la Suisse est
réduite à la misère, et ne recouvre plus l'énergie que son antique
pauvreté lui avait donnée; les descendants de Guillaume Tell
succomberaient sous les efforts des tyrans humiliés et vaincus par
leurs aïeux. Comment oseraient-ils invoquer seulement les vertus de
leurs pères et le nom sacré de la liberté, si la République française
avait été détruite sous leurs yeux? Que serait-ce s'ils avaient
contribué à sa ruine? Et vous, braves Américains, dont la liberté,
cimentée par notre sang, fut encore garantie par notre alliance, quelle
serait votre destinée, si nous n'existions plus? Vous retomberiez sous
le joug honteux de vos anciens maîtres: la gloire de nos communs
exploits serait flétrie; les titres de liberté, la déclaration des
droits de l'humanité serait anéantie dans les deux mondes.

Que dis-je? Que deviendrait l'Angleterre elle-même. L'éclat éblouissant
d'un triomphe criminel couvrirait-il longtemps sa détresse réelle et
ses plaies invétérées? Il est un terme aux prestiges qui soutiennent
l'existence précaire d'une puissance artificielle. Quoi qu'on puisse
dire, les véritables puissances sont celles qui possèdent la terre.
Qu'un jour elles veuillent franchir l'intervalle qui les sépare d'un
peuple purement maritime, le lendemain il ne sera plus. C'est en vain
qu'une île commerçante croit s'appuyer sur le trident des mers, si ses
rivages ne sont défendus par la justice et par l'intérêt des nations.
Bientôt peut-être nous donnerons au monde la démonstration de cette
vérité politique. A notre défaut, l'Angleterre la donnerait elle-même.
Déjà odieuse à tous les peuples, enorgueillie du succès de ses crimes,
elle forcerait bientôt ses rivaux à la punir.

Mais, avant de perdre son existence physique et commerciale, elle
perdrait son existence morale et politique. Comment conserverait-elle
les restes de sa liberté, quand la France aurait perdu la sienne, quand
le dernier espoir des amis de l'humanité serait évanoui? Comment les
hommes attachés aux maximes de sa constitution telle quelle, ou qui en
désirent la réforme, pourraient-ils lutter contre un ministère
tyrannique, devenu plus insolent par le succès de ses intrigues, et qui
abuserait de sa prospérité pour étouffer la raison, pour enchaîner la
pensée, pour opprimer la nation?

Si un pays qui semble être le domaine de l'intrigue et de la corruption
peut produire quelques philosophes politiques capables de connaître et
de défendre ses véritables intérêts; s'il est vrai que les adversaires
d'un ministère pervers sont autre chose que des intrigants qui
disputent avec lui d'habileté à tromper le peuple, il faut convenir que
les ministres anglais ne sauraient reculer trop loin la tenue de ce
parlement dont le fantôme semble troubler leur sommeil.

Ainsi la politique même des gouvernements doit redouter la chute de la
République française; que sera-ce donc de la philosophie et de
l'humanité? Que la liberté périsse en France; la nature entière se
couvre d'un voile funèbre, et la raison humaine recule jusqu'aux abîmes
de l'ignorance et de la barbarie. L'Europe serait la proie de deux ou
trois brigands, qui ne vengeraient l'humanité qu'en se faisant la
guerre, et dont le plus féroce, en écrasant ses rivaux, nous ramènerait
au règne des Huns et des Tartares. Après un si grand exemple, et tant
de prodiges inutiles, qui oserait jamais déclarer la guerre à la
tyrannie? Le despotisme, comme une mer sans rivage, se déborderait sur
la surface du globe; il couvrirait bientôt les hauteurs du monde
politique, où est déposée l'arche qui renferme les chartes de
l'humanité; la terre ne serait plus que le patrimoine du crime; et ce
blasphème reproché au second des Brutus, trop justifié par
l'impuissance de nos généreux efforts, serait le cri de tous les coeurs
magnanimes: _O vertu!_ pourraient-ils s'écrier, _tu n'es donc qu'un
vain nom!_

Oh! qui de nous ne sent pas agrandir toutes ses facultés, qui de nous
ne croit s'élever au-dessus de l'humanité même, en songeant que ce
n'est pas pour un peuple que nous combattons, mais pour l'univers, pour
les hommes qui vivent aujourd'hui, mais pour tous ceux qui existeront?
Plût au ciel que ces vérités salutaires, au lieu d'être renfermées dans
cette étroite enceinte, pussent retentir en même temps à l'oreille de
tous les peuples! Au même instant les flambeaux de la guerre seraient
étouffés, les prestiges de l'imposture disparaîtraient, les chaînes de
l'univers seraient brisées, les sources des calamités publiques taries,
tous les peuples ne formeraient plus qu'un peuple de frères, et vous
auriez autant d'amis qu'il existe d'hommes sur la terre. Vous pouvez au
moins les publier d'une manière plus lente à la vérité. Ce manifeste de
la raison, cette proclamation solennelle de vos principes, vaudra bien
ces lâches et stupides diatribes que l'insolence des plus vils tyrans
ose publier contre vous.

Au reste, dût l'Europe entière se déclarer contre vous, vous êtes plus
forts que l'Europe. La République française est invincible comme la
raison; elle est immortelle comme la vérité. Quand la liberté a fait
une conquête telle que la France, nulle puissance humaine ne peut l'en
chasser. Tyrans, prodiguez vos trésors, rassemblez vos satellites, et
vous hâterez votre ruine. J'en atteste vos revers; j'en atteste surtout
vos succès. Un port et deux ou trois forteresses achetées par votre or;
voilà donc le digne prix des efforts de tant de rois, aidés pendant
cinq années par les chefs de nos armées et par notre gouvernement même!
Apprenez qu'un peuple que vous n'avez pu vaincre avec de tels moyens
est un peuple invincible. Despotes généreux, sensibles tyrans: vous ne
prodiguez, dites-vous, tant d'hommes et tant de trésors, que pour
rendre à la France le bonheur et la paix!

Vous avez si bien réussi à faire le bonheur de vos sujets, que vos âmes
royales n'ont plus maintenant à ne s'occuper que du nôtre. Prenez
garde, tout change dans l'univers: les rois ont assez longtemps châtié
les peuples; les peuples, à leur tour, pourraient bien aussi châtier
les rois.

Pour mieux assurer notre bonheur, vous voulez, dit-on, nous affamer, et
vous avez entrepris le blocus de la France avec une centaine de
vaisseaux: heureusement la nature est moins cruelle pour nous que les
tyrans qui l'outragent. Le blocus de la France pourrait bien n'être pas
plus heureux que celui de Maubeuge et de Dunkerque. Au reste, un grand
peuple qu'on ose menacer de la famine est un ennemi terrible; quand il
lui reste du fer, il ne reçoit point de ses oppresseurs du pain et des
chaînes; il leur donne la mort.

Et vous, représentants de ce peuple magnanime; vous qui êtes appelés à
fonder, au sein de tous les orages, la première république du monde,
songez que, dans quelques mois, elle doit être sauvée et affermie par
vous.

Vos ennemis savent bien que s'ils pouvaient désormais vous perdre, ce
ne serait que par vous-mêmes. Faites, en tout, le contraire de ce
qu'ils veulent que vous fassiez. Suivez toujours un plan invariable de
gouvernement fondé sur les principes d'une sage et vigoureuse politique.

Vos ennemis voudraient donner à la cause sublime que vous défendez un
air de légèreté et de folie; soutenez-la avec toute la dignité de la
raison. On veut vous diviser; restez toujours unis. On veut réveiller
au milieu de vous l'orgueil, la jalousie, la défiance: ordonnez à
toutes les petites passions de se taire. Le plus beau de tous les
titres est celui que vous portez tous. Nous serons tous assez grands,
quand tous nous aurons sauvé la Patrie. On veut annuler et avilir le
gouvernement républicain dans sa naissance; donnez-lui l'activité, le
ressort et la considération dont il a besoin. Ils veulent que le
vaisseau de la République flotte au gré des tempêtes, sans pilote et
sans but; saisissez le gouvernail d'une main ferme, et conduisez-le, à
travers les écueils, au port de la paix et du bonheur.

La force peut renverser un trône; la sagesse seule peut fonder une
république. Démêlez les pièges continuels de nos ennemis; soyez
révolutionnaires et politiques; soyez terribles aux méchants et
secourables aux malheureux; fuyez à la fois le cruel modérantisme et
l'exagération systématique des faux patriotes: soyez dignes du peuple
que vous représentez; le peuple hait tous les excès: il ne veut être ni
trompé, ni protégé, il veut qu'on le défende en l'honorant.

Portez la lumière dans l'antre de ces modernes Cacus, où l'on partage
les dépouilles du peuple en conspirant contre sa liberté. Etouffez-les
dans leurs repaires, et punissez enfin le plus odieux de tous les
forfaits, celui de revêtir la contre-révolution des emblèmes sacrés du
patriotisme, et d'assassiner la liberté avec ses propres armes.

Le période où vous êtes est celui qui est destiné à éprouver le plus
fortement la vertu républicaine. A la fin de cette campagne, l'infâme
ministère de Londres voit d'un côté la ligue presque ruinée par ses
efforts insensés, les armes de l'Angleterre déshonorées, sa fortune
ébranlée, et la liberté assurée par le caractère de vigueur que vous
avez montré: au dedans, il entend les cris des Anglais mêmes, prêts à
lui demander compte de ses crimes. Dans sa frayeur, il a reculé
jusqu'au mois de janvier la tenue de ce parlement, dont l'approche
l'épouvante. Il va employer ce temps à commettre parmi vous les
derniers attentats qu'il médite, pour suppléer à l'impuissance de vous
vaincre. Tous les indices, toutes les nouvelles, toutes les pièces
saisies depuis quelque temps se rapportent à ce projet. Corrompre les
représentants du peuple susceptibles de l'être, calomnier ou égorger
ceux qu'ils n'ont pu corrompre, enfin arriver à la dissolution de la
représentation nationale, voilà le but auquel tendent toutes les
manoeuvres dont nous sommes les témoins, tous les moyens
patriotiquement contre-révolutionnaires, que la perfidie prodigue pour
exciter une émeute dans Paris et bouleverser la République entière.

Représentants du peuple français, connaissez votre force et votre
dignité. Vous pouvez concevoir un orgueil légitime. Applaudissez-vous
non seulement d'avoir anéanti la royauté et puni les rois, abattu les
coupables idoles devant qui le monde était prosterné; mais surtout de
l'avoir étonné par un acte de justice dont il n'avait jamais vu
l'exemple, en promenant le glaive de la loi sur les têtes criminelles
qui s'élevaient au milieu de vous, mais d'avoir écrasé jusqu'ici les
factions sous le poids du niveau national.

Quel que soit le sort personnel qui vous attend, votre triomphe est
certain. La mort même des fondateurs de la liberté n'est-elle pas un
triomphe? Tout meurt, et les héros de l'humanité et les tyrans qui
l'oppriment; mais à des conditions différentes.

Jusque sous le règne des lâches empereurs de Rome, la vénération
publique couronnait les images sacrées des héros qui étaient morts en
combattant contre eux. On les appelait les derniers Romains. Rome
dégradée semblait dire chaque jour au tyran: "Tu n'es point un homme;
nous-mêmes, nous avons perdu ce titre en tombant dans tes fers. Les
seuls hommes, les seuls Romains sont ceux qui ont eu le courage de se
dévouer pour délivrer la terre de toi ou de tes pareils."

Pleins de ces idées, pénétrés de ces principes, nous seconderons votre
énergie de tout notre pouvoir. En butte aux attaques de toutes les
passions, obligés de lutter à la fois contre les puissances ennemies de
la République et contre les hommes corrompus qui déchirent son sein,
placés entre la lâcheté hypocrite et la fougue imprudente du zèle,
comment aurions-nous osé nous charger d'un tel fardeau sans les ordres
sacrés de la patrie? Comment pourrions-nous le porter, si nous n'étions
pas élevés au-dessus de notre faiblesse par la grandeur même de notre
mission, si nous ne nous reposions avec confiance et sur votre vertu et
sur le caractère sublime du peuple que vous représentez?

L'un de nos devoirs les plus sacrés était de vous faire respecter au
dedans et au dehors. Nous avons voulu aujourd'hui vous présenter un
tableau fidèle de votre situation politique, et donner à l'Europe une
haute idée de vos principes. Cette discussion a aussi pour objet
particulier de déjouer les intrigues de vos ennemis pour armer contre
vous vos alliés, et surtout les cantons suisses et les Etats-Unis
d'Amérique. Nous vous proposons à cet égard le décret suivant:


La Convention nationale, voulant manifester aux yeux de l'univers les
principes qui la dirigent et qui doivent présider aux relations de
toutes les sociétés politiques; voulant en même temps déconcerter les
manoeuvres perfides employées par ses ennemis pour alarmer sur ses
intentions les fidèles alliés de la nation française, les cantons
suisses et les Etats-Unis d'Amérique;

Décrète ce qui suit:


ARTICLE PREMIER


La Convention nationale déclare, au nom du peuple français, que la
résolution constante de la République est de se montrer terrible envers
ses ennemis, généreuse envers ses alliés, juste envers tous les peuples.


II


Les traités qui lient le peuple français aux Etats-Unis d'Amérique et
aux cantons suisses seront fidèlement exécutés.


III


Quant aux modifications qui auraient pu être nécessitées par la
révolution qui a changé le gouvernement français, ou par les mesures
générales et extraordinaires que la République a été obligée de prendre
momentanément pour la défense de son indépendance et de sa liberté, la
Convention nationale se repose sur la loyauté réciproque et sur
l'intérêt commun de la République et de ses alliés.


IV


La Convention nationale enjoint aux citoyens et à tous les
fonctionnaires civils et militaires de la République de respecter et
faire respecter les territoires de toutes les nations neutres ou
alliées.


V


Le Comité de salut public est chargé de s'occuper des moyens de
resserrer de plus en plus les liens de l'union et de l'amitié entre la
République et ses alliés, et notamment les cantons suisses et les
Etats-Unis d'Amérique.


VI


Dans toutes les discussions sur les objets particuliers des
réclamations respectives, il manifestera aux nations amies, et
notamment aux cantons suisses et aux Etats-Unis d'Amérique, par tous
les moyens compatibles avec les circonstances impérieuses où se trouve
la République, les sentiments d'équité, de bienveillance et d'estime,
dont la nation française est animée envers eux.


VII


Le présent décret et le rapport du Comité de salut public seront
imprimés et traduits dans toutes les langues, répandus dans toute la
République et dans tous les pays étrangers, pour attester à l'univers
les principes de la République française et les attentats de ses
ennemis contre la sûreté générale de tous les peuples.



      *      *      *      *      *      *      *      *      *



_Rapport par Maximilien Robespierre à la Convention, fait au nom du
Comité de salut public, le quintidi 15 frimaire, l'an second de la
République une et indivisible; imprimé par ordre de la Convention -
Réponse de la Convention nationale aux manifestes des rois ligués
contre la République; proposée par Robespierre, au nom du Comité
de salut public, et décrétée par la Convention_ (15 frimaire an
II - 5 décembre 1793)



Citoyens représentants du Peuple,


Les rois coalisés contre la République nous font la guerre avec des
armées, avec des intrigues et avec des libelles. Nous opposerons à
leurs armées des armées plus braves; à leurs intrigues, la vigilance et
la terreur de la justice nationale; à leurs libelles, la vérité.

Toujours attentifs à renouer les fils de leurs trames funestes, à
mesure qu'ils sont rompus par la main du patriotisme; toujours habiles
à tourner les armes de la liberté contre la liberté même, les
émissaires des ennemis de la France travaillent aujourd'hui à renverser
la République par républicanisme, et à rallumer la guerre civile par
philosophie. Avec ce grand système de subversion et d'hypocrisie,
coïncide merveilleusement un plan perfide de diffamation contre la
Convention nationale et contre la nation elle-même. Tandis que la
perfidie ou l'imprudence, tantôt énervait l'énergie des mesures
révolutionnaires commandées par le salut de la patrie, tantôt les
laissait sans exécution, tantôt les exagérait avec malice ou les
appliquait à contre-sens; tandis que, au milieu de ces embarras, les
agents des puissances étrangères, mettant en oeuvre tous les mobiles,
détournaient notre attention des véritables dangers et des besoins
pressants de la République, pour la tourner tout entière vers les idées
religieuses; tandis qu'à une révolution politique, ils cherchaient à
substituer une révolution nouvelle, pour donner le change à la raison
publique et à l'énergie du patriotisme; tandis que les mêmes hommes
attaquaient ouvertement tous les cultes, et encourageaient secrètement
le fanatisme; tandis qu'au même instant ils faisaient retentir la
France entière de leurs déclamations insensées, et osaient abuser du
nom de la Convention nationale pour justifier les extravagances
réfléchies de l'aristocratie déguisée sous le manteau de la folie; les
ennemis de la France marchandaient de nouveau vos ports, vos généraux,
vos armées, rassuraient le fédéralisme épouvanté, intriguaient chez
tous les peuples étrangers pour multiplier vos ennemis; ils armaient
contre vous les prêtres de toutes les nations; ils opposaient l'empire
des opinions religieuses à l'ascendant naturel de vos principes moraux
et politiques; et les manifestes de tous les gouvernements nous
dénonçaient à l'univers comme un peuple de fous et d'athées. C'est à la
Convention nationale d'intervenir entre le fanatisme qu'on réveille et
le patriotisme qu'on veut égarer, et de rallier tous les citoyens aux
principes de la liberté, de la raison et de la justice. Les
législateurs qui aiment la patrie, et qui ont le courage de la sauver,
ne doivent pas ressembler à des roseaux sans cesse agités par le
souffle des factions étrangères. Il est du devoir du Comité de salut
public de vous les dévoiler, et de vous proposer les mesures
nécessaires pour les étouffer; il le remplira sans doute. En attendant,
il m'a chargé de vous présenter un projet d'adresse, dont le but est de
confondre les lâches impostures des tyrans ligués contre la République,
et de dévoiler aux yeux de l'univers leur hideuse hypocrisie. Dans ce
combat de la tyrannie contre la liberté, nous avons tant d'avantages
qu'il y aurait de la folie de notre part à l'éviter; et puisque les
oppresseurs du genre humain ont la témérité de vouloir plaider leur
cause devant lui, hâtons-nous de les suivre à ce tribunal redoutable,
pour accélérer l'inévitable arrêt qui les attend.


Réponse

de la Convention nationale aux manifestes des rois ligués contre la
République; proposée par Robespierre, au nom du Comité de salut public,
et décrétée par la Convention


La Convention nationale répondra-t-elle aux manifestes des tyrans
ligués contre la République française? Il est naturel de les mépriser;
mais il est utile de les confondre; il est juste de les punir.

Un manifeste du despotisme contre la liberté! Quel bizarre phénomène!
Comment les ennemis de la France ont-ils osé prendre des hommes pour
arbitres entre eux et nous? comment n'ont-ils pas craint que le sujet
de la querelle ne réveillât le souvenir de leurs crimes et ne hâtât
leur ruine?

De quoi nous accusent-ils? de leurs propres forfaits.

Ils nous accusent de rébellion. Esclaves révoltés contre la
souveraineté des peuples, ignorez-vous que ce blasphème ne peut être
justifié que par la victoire? Mais voyez donc l'échafaud du dernier de
nos tyrans; voyez le peuple français armé pour punir ses pareils: voilà
notre réponse.

Les rois accusent le peuple français d'immoralité! Peuples, prêtez une
oreille attentive aux leçons de ces respectables précepteurs du genre
humain. La morale des rois, juste ciel! Peuples, célébrez la bonne foi
de Tibère, et la candeur de Louis XVI; admirez le bon sens de Claude et
la sagesse de George; vantez la tempérance et la justice de Guillaume
et de Léopold; exaltez la chasteté de Messaline, la fidélité conjugale
de Catherine et la modestie d'Antoinette; louez l'invincible horreur de
tous les despotes passés, présents et futurs, pour les usurpations et
la tyrannie, leurs tendres égards pour l'innocence opprimée, leur
respect religieux pour les droits de l'humanité.

Ils nous accusent d'irréligion; ils publient que nous avons déclaré la
guerre à la Divinité même. Qu'elle est édifiante, la piété des tyrans!
et combien doivent être agréables au ciel les vertus qui brillent dans
les cours, et les bienfaits qu'ils répandent sur la terre! De quel dieu
nous parlent-ils? en connaissent-ils d'autre que l'orgueil, que la
débauche et tous les vices? Ils se disent les images de la Divinité...
Est-ce pour la faire haïr? Ils disent que leur autorité est son
ouvrage. Non: Dieu créa les tigres; mais les rois sont le chef-d'oeuvre
de la corruption humaine. S'ils invoquent le ciel, c'est pour usurper
la terre; s'ils nous parlent de la Divinité, c'est pour se mettre à sa
place: ils lui renvoient les prières du pauvre et les gémissements du
malheureux; mais ils sont eux-mêmes les dieux des riches, des
oppresseurs et des assassins du peuple. Honorer la Divinité et punir
les rois, c'est la même chose. Et quel peuple rendit jamais un culte
plus pur que le nôtre au grand Etre sous les auspices duquel nous avons
proclamé les principes immuables de toute société humaine? Les lois de
la justice éternelle étaient appelées dédaigneusement les rêves des
gens de bien; nous en avons fait d'imposantes réalités. La morale était
dans les livres des philosophes; nous l'avons mise dans le gouvernement
des nations. L'arrêt de mort prononcé par la nature contre les tyrans
dormait oublié dans les coeurs abattus des timides mortels; nous
l'avons mis à exécution. Le monde appartenait à quelques races de
tyrans, comme les déserts de l'Afrique aux tigres et aux serpents; nous
l'avons restitué au genre humain.

Peuples, si vous n'avez pas la force de reprendre votre part de ce
commun héritage, s'il ne vous est pas donné de faire valoir les titres
que nous vous avons rendus, gardez-vous du moins de violer nos droits
ou de calomnier notre courage.

Les Français ne sont point atteints de la manie de rendre aucune nation
heureuse et libre malgré elle. Tous les rois auraient pu végéter ou
mourir impunis sur leurs trônes ensanglantés, s'ils avaient su
respecter l'indépendance du peuple français: nous ne voulons que vous
éclairer sur leurs impudentes calomnies.

Vos maîtres vous disent que la nation française a proscrit toutes les
religions, qu'elle a substitué le culte de quelques hommes à celui de
la Divinité; ils nous peignent à vos yeux comme un peuple idolâtre ou
insensé. Ils mentent: le peuple français et ses représentants
respectent la liberté de tous les cultes, et n'en proscrivent aucun.
Ils honorent la vertu des martyrs de l'humanité sans engouement et sans
idolâtrie; ils abhorrent l'intolérance et la persécution, de quelque
prétexte qu'elles se couvrent. Ils condamnent les extravagances du
philosophisme, comme les folies de la superstition, et comme les crimes
du fanatisme. Vos tyrans nous imputent quelques irrégularités,
inséparables des mouvements orageux d'une grande révolution; ils nous
imputent les effets de leurs propres intrigues, et les attentats de
leurs émissaires. Tout ce que la Révolution française a produit de sage
et de sublime est l'ouvrage du peuple; tout ce qui porte un caractère
différent appartient à nos ennemis.

Tous les hommes raisonnables et magnanimes sont du parti de la
République; tous les êtres perfides et corrompus sont de la faction de
vos tyrans. Calomnie-t-on l'astre qui anime la nature, pour des nuages
légers qui glissent sur son disque éclatant? L'auguste Liberté
perd-elle ses charmes divins, parce que les vils agents de la tyrannie
cherchent à la profaner? Vos malheurs et les nôtres sont les crimes des
ennemis communs de l'humanité. Est-ce pour vous une raison de nous
haïr? Non: c'est une raison de les punir.

Les lâches osent vous dénoncer les fondateurs de la République
française. Les Tarquins modernes ont osé dire que le sénat de Rome
était une assemblée de brigands; les valets même de Porsenna
traiteraient Scévola d'insensé. Suivant les manifestes de Xerxès,
Aristide a pillé le trésor de la Grèce. Les mains pleines de rapines et
teintes du sang des Romains, Octave et Antoine ordonnent à toute la
terre de les croire seuls cléments, seuls justes et seuls vertueux.

Tibère et Séjan ne voient dans Brutus et Cassius que des hommes de
sang, et même des fripons.

Français, hommes de tous les pays, c'est vous qu'on outrage, en
insultant à la liberté, dans la personne de vos représentants ou de vos
défenseurs. On a reproché à plusieurs membres de la Convention des
faiblesses; à d'autres des crimes.

Eh! qu'a de commun avec tout cela le peuple français? qu'a de commun la
représentation nationale, si ce n'est la force qu'elle imprime aux
faibles, et la peine qu'elle inflige aux coupables? Toutes les armées
des tyrans de l'Europe repoussées, malgré cinq années de trahisons, de
conspirations et de discordes intestines; l'échafaud des représentants
infidèles élevé à côté de celui du dernier de nos tyrans; les tables
immortelles où la main des représentants du peuple grava, au milieu des
orages, le pacte social des Français; tous les hommes égaux devant la
loi; tous les grands coupables tremblants devant la justice;
l'innocence sans appui étonnée de trouver enfin un asile dans les
tribunaux; l'amour de la patrie triomphant malgré tous les vices des
esclaves, malgré toute la perfidie de nos ennemis; le peuple énergique
et sage, redoutable et juste, se ralliant à la voix de la raison, et
apprenant à distinguer ses ennemis sous le masque même du patriotisme;
le peuple français courant aux armes pour défendre le magnifique
ouvrage de son courage et de sa vertu: voilà l'expiation que nous
offrons au monde, et pour nos propres erreurs et pour les crimes de nos
ennemis.

S'il le faut, nous pouvons encore lui présenter d'autres titres: notre
sang aussi a coulé pour la patrie. La Convention nationale peut montrer
aux amis et aux ennemis de la France d'honorables cicatrices et de
glorieuses mutilations. Ici deux illustres adversaires de la tyrannie
sont tombés à ses yeux sous les coups d'une faction parricide: là, un
digne émule de leur vertu républicaine, renfermé dans une ville
assiégée, a osé former la résolution généreuse de se faire, avec
quelques compagnons, un passage au travers des phalanges ennemies;
noble victime d'une odieuse trahison, il tombe entre les mains des
satellites de l'Autriche, et il expie, dans de longs tourments, son
dévouement sublime à la cause de la liberté. D'autres représentants
pénètrent au travers des contrées rebelles du Midi, échappent avec
peine à la fureur des traîtres, sauvent l'armée française livrée par
des chefs perfides, et reportent la terreur et la fuite aux satellites
des tyrans de l'Autriche, de l'Espagne et du Piémont: dans cette ville
exécrable, l'opprobre du nom français, Baille et Beauvais, rassasiés
des outrages de la tyrannie, sont morts pour la patrie et pour ses
saintes lois. Devant les murs de cette cité sacrilège, Gasparin,
dirigeant la foudre qui devait la punir, Gasparin, enflammant la valeur
républicaine de nos guerriers, a péri victime de son courage et de la
scélératesse du plus lâche de tous nos ennemis. Le Nord et le Midi, les
Alpes et les Pyrénées, le Rhône et l'Escaut, le Rhin et la Loire, la
Moselle et la Sambre, ont vu nos bataillons républicains se rallier, à
la voix des représentants du peuple, sous les drapeaux de la liberté et
de la victoire: les uns ont péri, les autres ont triomphé.

La Convention tout entière a affronté la mort et bravé la fureur de
tous les tyrans.

Illustres défenseurs de la cause des rois, princes, ministres,
généraux, courtisans, citez-nous vos vertus civiques; racontez-nous les
importants services que vous avez rendus à l'humanité: parlez-nous des
forteresses conquises par la force de vos guinées; vantez-nous le
talent de vos émissaires et la promptitude de vos soldats à fuir devant
les défenseurs de la République; vantez-nous votre noble mépris pour le
droit des gens et pour l'humanité; nos prisonniers égorgés de
sang-froid, nos femmes mutilées par vos janissaires, les enfants
massacrés sur le sein de leurs mères... et la dent meurtrière des
tigres autrichiens déchirant leurs membres palpitants: vantez-nous vos
exploits d'Amérique, de Gênes et de Toulon; vantez-nous surtout votre
suprême habileté dans l'art des empoisonnements et des assassinats.
Tyrans, voilà vos vertus!

Sublime parlement de la Grande-Bretagne, citez-nous vos héros. Vous
avez un parti de l'opposition. Chez vous le patriotisme _s'oppose_;
donc le despotisme triomphe: la minorité s'oppose; la majorité est donc
corrompue. Peuple insolent et vil, ta prétendue représentation est
vénale sous tes yeux et de ton aveu. Tu adoptes toi-même leur maxime
favorite: que les talents de tes députés sont un objet d'industrie,
comme la laine de tes moutons et l'acier de tes fabriques... Et tu
oserais parler de morale et de liberté!

Quel est donc cet étrange privilège, de déraisonner sans mesure et sans
pudeur, que la patience stupide des peuples semble accorder aux tyrans!
Quoi! ces petits hommes, dont le principal mérite consiste à connaître
le tarif des consciences britanniques; qui s'efforcent de transplanter
en France les vices et la corruption de leur pays; qui font la guerre,
non avec les armes, mais avec des crimes, osent accuser la Convention
nationale de corruption, et insulter aux vertus du peuple français!

Peuple généreux, nous jurons par toi-même que tu seras vengé. Avant de
nous faire la guerre, nous exterminerons tous nos ennemis; la maison
d'Autriche périra plutôt que la France; Londres sera libre, avant que
Paris redevienne esclave. Les destinées de la République et celles des
tyrans de la terre ont été pesées dans les balances éternelles: les
tyrans ont été trouvés plus légers. Français, oublions nos querelles,
et marchons aux tyrans; domptons-les, vous par vos armes, et nous par
nos lois.

Que les traîtres tremblent! que le dernier des lâches émissaires de nos
ennemis disparaisse! que le patriotisme triomphe, et que l'innocence se
rassure! Français, combattez: votre cause est sainte, vos courages sont
invincibles; vos représentants savent mourir; ils peuvent faire plus:
ils savent vaincre.



      *      *      *      *      *      *      *      *      *



_Rapport sur les principes du gouvernement révolutionnaire, fait au
nom du Comité de salut public par Maximilien Robespierre; imprimé
par ordre de la Convention; le 5 nivôse de l'an second de la
République une et indivisible_ (5 nivôse an II - 25 décembre 1793)



Citoyens représentants du Peuple,


Les succès endorment les âmes faibles; ils aiguillonnent les âmes
fortes.

Laissons l'Europe et l'histoire vanter les miracles de Toulon, et
préparons de nouveaux triomphes à la liberté.

Les défenseurs de la République adoptent la maxime de César; ils
croient _qu'on n'a rien fait tant qu'il reste quelque chose à faire_.
Il nous reste encore assez de dangers pour occuper tout notre zèle.

Vaincre des Anglais et des traîtres est une chose facile à la valeur de
nos soldats républicains; il est une entreprise non moins importante et
plus difficile: c'est de confondre par une énergie constante les
intrigues éternelles de tous les ennemis de notre liberté, et de faire
triompher les principes sur lesquels doit s'asseoir la prospérité
publique.

Tels sont les premiers devoirs que vous avez imposés à votre Comité de
salut public.

Nous allons développer d'abord les principes et la nécessité du
gouvernement révolutionnaire; nous montrerons ensuite la cause qui tend
à le paralyser dans sa naissance.

La théorie du gouvernement révolutionnaire est aussi neuve que la
révolution qui l'a amené. Il ne faut pas la chercher dans les livres
des écrivains politiques, qui n'ont point prévu cette révolution, ni
dans les lois des tyrans, qui, contents d'abuser de leur puissance,
s'occupent peu d'en rechercher la légitimité; aussi ce mot n'est-il
pour l'aristocratie qu'un sujet de terreur ou un texte de calomnie;
pour les tyrans, qu'un scandale; pour bien des gens, qu'une énigme; il
faut l'expliquer à tous, pour rallier au moins les bons citoyens aux
principes de l'intérêt public.

La fonction du gouvernement est de diriger les forces morales et
physiques de la nation vers le but de son institution.

Le but du gouvernement constitutionnel est de conserver la République;
celui du gouvernement révolutionnaire est de la fonder.

La révolution est la guerre de la liberté contre ses ennemis; la
constitution est le régime de la liberté victorieuse et paisible.

Le gouvernement révolutionnaire a besoin d'une activité extraordinaire,
précisément parce qu'il est en guerre. Il est soumis à des règles moins
uniformes et moins rigoureuses, parce que les circonstances où il se
trouve sont orageuses et mobiles, et surtout parce qu'il est forcé à
déployer sans cesse des ressources nouvelles et rapides pour des
dangers nouveaux et pressants.

Le gouvernement constitutionnel s'occupe principalement de la liberté
civile; et le gouvernement révolutionnaire, de la liberté publique.
Sous le régime constitutionnel, il suffit presque de protéger les
individus contre l'abus de la puissance publique; sous le régime
révolutionnaire, la puissance publique elle-même est obligée de se
défendre contre toutes les factions qui l'attaquent.

Le gouvernement révolutionnaire doit aux bons citoyens toute la
protection nationale; il ne doit aux ennemis du peuple que la mort.

Ces notions suffisent pour expliquer l'origine et la nature des lois
que nous appelons révolutionnaires. Ceux qui les nomment arbitraires ou
tyranniques sont des sophistes stupides ou pervers qui cherchent à
confondre les contraires; ils veulent soumettre au même régime la paix
et la guerre, la santé et la maladie, ou plutôt ils ne veulent que la
résurrection de la tyrannie et la mort de la patrie. S'ils invoquent
l'exécution littérale des adages constitutionnels, ce n'est que pour
les violer impunément. Ce sont de lâches assassins qui, pour égorger
sans péril la République au berceau, s'efforcent de la garrotter avec
des maximes vagues, dont ils savent bien se dégager eux-mêmes.

Le vaisseau constitutionnel n'a point été construit pour rester
toujours dans le chantier; mais fallait-il le lancer à la mer au fort
de la tempête, et sous l'influence des vents contraires? C'est ce que
voulaient les tyrans et les esclaves qui s'étaient opposés à sa
construction; mais le peuple français vous a ordonné d'attendre le
retour du calme. Ses voeux unanimes, couvrant tout à coup les clameurs
de l'aristocratie et du fédéralisme, vous ont commandé de le délivrer
d'abord de tous ses ennemis.

Les temples des dieux ne sont pas faits pour servir d'asile aux
sacrilèges qui viennent les profaner, ni la Constitution pour protéger
les complots des tyrans qui cherchent à la détruire.

Si le gouvernement révolutionnaire doit être plus actif dans sa marche
et plus libre dans ses mouvements que le gouvernement ordinaire, en
est-il moins juste et moins légitime? Non. Il est appuyé sur la plus
sainte de toutes les lois, le salut du peuple; sur le plus irréfragable
de tous les titres, la nécessité.

Il a aussi ses règles, toutes puisées dans la justice et dans l'ordre
public. Il n'a rien de commun avec l'anarchie, ni avec le désordre; son
but, au contraire, est de les réprimer, pour amener et pour affermir le
règne des lois. Il n'a rien de commun avec l'arbitraire; ce ne sont
point les passions particulières qui doivent le diriger, mais l'intérêt
public.

Il doit se rapprocher des principes ordinaires et généraux, dans tous
les cas où ils peuvent être rigoureusement appliqués sans compromettre
la liberté publique. La mesure de sa force doit être l'audace ou la
perfidie des conspirateurs. Plus il est terrible aux méchants, plus il
doit être favorable aux bons. Plus les circonstances lui imposent des
rigueurs nécessaires, plus il doit s'abstenir des mesures qui gênent
inutilement la liberté et qui froissent les intérêts privés, sans aucun
avantage public.

Il doit voguer entre deux écueils, la faiblesse et la témérité, le
modérantisme et l'excès: le modérantisme, qui est à la modération ce
que l'impuissance est à la chasteté; et l'excès, qui ressemble à
l'énergie comme l'hydropisie à la santé.

Les tyrans ont constamment cherché à nous faire reculer vers la
servitude, par les routes du modérantisme; quelquefois aussi, ils ont
voulu nous jeter dans l'extrémité opposée. Les deux extrêmes
aboutissent au même point. Que l'on soit en deçà ou au delà du but, le
but est également manqué. Rien ne ressemble plus à l'apôtre du
fédéralisme que le prédicateur _intempestif_ de la République une et
universelle. L'ami des rois et le procureur général du genre humain
s'entendent assez bien. Le fanatique couvert de scapulaires et le
fanatique qui prêche l'athéisme ont entre eux beaucoup de rapports. Les
barons démocrates sont les frères des marquis de Coblentz; et
quelquefois les bonnets rouges sont plus voisins des talons rouges
qu'on ne pourrait le penser.

Mais c'est ici que le gouvernement a besoin d'une extrême
circonspection; car tous les ennemis de la liberté veillent pour
tourner contre lui, non seulement ses fautes, mais même ses mesures les
plus sages. Frappe-t-il sur ce qu'on appelle l'exagération? Ils
cherchent à relever le modérantisme et l'aristocratie. S'il poursuit
ces deux monstres, ils poussent de tout leur pouvoir à l'exagération.
Il est dangereux de leur laisser les moyens d'égarer le zèle des bons
citoyens; il est plus dangereux encore de décourager et de persécuter
les bons citoyens qu'ils ont trompés. Par l'un de ces abus, la
République risquerait d'expirer dans un mouvement convulsif; par
l'autre, elle périrait infailliblement de langueur.

Que faut-il donc faire? Poursuivre les inventeurs coupables des
systèmes perfides, protéger le patriotisme, même dans ses erreurs,
éclairer les patriotes, et élever sans cesse le peuple à la hauteur de
ses droits et de ses destinées.

Si vous n'adoptez cette règle, vous perdez tout.

S'il fallait choisir entre un excès de ferveur patriotique et le néant
de l'incivisme, ou le marasme du modérantisme, il n'y aurait pas à
balancer. Un corps vigoureux, tourmenté par une surabondance de sève,
laisse plus de ressources qu'un cadavre.

Gardons-nous surtout de tuer le patriotisme, en voulant le guérir.

Le patriotisme est ardent par sa nature. Qui peut aimer froidement la
patrie? Il est particulièrement le partage des hommes simples, peu
capables de calculer les conséquences politiques d'une démarche civique
par son motif. Quel est le patriote, même éclairé, qui ne se soit
jamais trompé? Eh! si l'on admet qu'il existe des modérés et des lâches
de bonne foi, pourquoi n'existerait-il pas des patriotes de bonne foi,
qu'un sentiment louable emporte quelquefois trop loin? Si donc on
regardait comme criminels tous ceux qui, dans le mouvement
révolutionnaire, auraient dépassé la ligne exacte tracée par la
prudence, on envelopperait dans une proscription commune, avec les
mauvais citoyens, tous les amis naturels de la liberté, vos propres
amis, et tous les appuis de la République. Les émissaires adroits de la
tyrannie, après les avoir trompés, deviendraient eux-mêmes leurs
accusateurs, et peut-être leurs juges.

Qui donc démêlera toutes ces nuances? Qui tracera la ligne de
démarcation entre tous les excès contraires? L'amour de la patrie et de
la vérité. Les rois et les fripons chercheront toujours à l'effacer;
ils ne veulent point avoir affaire avec la raison ni avec la vérité.

En indiquant les devoirs du gouvernement révolutionnaire, nous avons
marqué ses écueils. Plus son pouvoir est grand, plus son action est
libre et rapide; plus il doit être dirigé par la bonne foi. Le jour où
il tombera dans des mains impures ou perfides, la liberté sera perdue;
son nom deviendra le prétexte et l'excuse de la contre-révolution même.
Son énergie sera celle d'un poison violent.

Aussi la confiance du peuple français est-elle attachée au caractère
que la Convention nationale a montré, plus qu'à l'institution même.

En plaçant toute sa puissance dans vos mains, il a attendu de vous que
votre gouvernement serait bienfaisant pour les patriotes autant que
redoutable aux ennemis de la patrie. Il vous a imposé le devoir de
déployer en même temps tout le courage et la politique nécessaires pour
les écraser, et surtout d'entretenir parmi vous l'union dont vous avez
besoin pour remplir vos grandes destinées.

La fondation de la République française n'est point un jeu d'enfant.
Elle ne peut être l'ouvrage du caprice ou de l'insouciance, ni le
résultat fortuit du choc de toutes les prétentions particulières et de
tous les éléments révolutionnaires. La sagesse, autant que la
puissance, présida à la création de l'univers. En imposant à des
membres tirés de votre sein la tâche redoutable de veiller sans cesse
sur les destinées de la patrie, vous vous êtes donc imposé vous-mêmes
la loi de leur prêter l'appui de votre force et de votre confiance. Si
le gouvernement révolutionnaire n'est secondé par l'énergie, par les
lumières, par le patriotisme et par la bienveillance de tous les
représentants du peuple, comment aura-t-il une force de réaction
proportionnée aux efforts de l'Europe qui l'attaque, et de tous les
ennemis de la liberté qui pressent sur lui de toutes parts?

Malheur à nous, si nous ouvrons nos âmes aux perfides insinuations de
nos ennemis, qui ne peuvent nous vaincre qu'en nous divisant! Malheur à
nous, si nous brisons le faisceau au lieu de le resserrer, si les
intérêts privés, si la vanité offensée se fait entendre à la place de
la patrie et de la vérité!

Elevons nos âmes à la hauteur des vertus républicaines et des exemples
antiques. Thémistocle avait plus de génie que le général lacédémonien
qui commandait la flotte des Grecs: cependant, quand celui-ci, pour
réponse à un avis nécessaire qui devait sauver la patrie, leva son
bâton pour le frapper, Thémistocle se contenta de lui répliquer:
"Frappe, mais écoute", et la Grèce triompha du tyran de l'Asie. Scipion
valait bien un autre général romain: Scipion, après avoir vaincu
Annibal et Carthage, se fit une gloire de servir sous les ordres de son
ennemi. O vertu des grands coeurs! que sont devant toi toutes les
agitations et toutes les prétentions des petites âmes? O vertu, es-tu
moins nécessaire pour fonder une République que pour la gouverner dans
la paix? O patrie, as-tu moins de droits sur les représentants du
peuple français que la Grèce et Rome sur leurs généraux? Que dis-je? Si
parmi nous les fonctions de l'administration révolutionnaire ne sont
plus des devoirs pénibles, mais des objets d'ambition, la République
est déjà perdue.

Il faut que l'autorité de la Convention nationale soit respectée de
toute l'Europe; c'est pour la dégrader, c'est pour l'annuler que les
tyrans épuisent toutes les ressources de leur politique et prodiguent
leurs trésors. Il faut que la Convention prenne la ferme résolution de
préférer son propre gouvernement à celui du cabinet de Londres et des
cours de l'Europe; car si elle ne gouverne pas, les tyrans régneront.

Quels avantages n'auraient-ils pas dans cette guerre de ruse et de
corruption qu'ils font à la République? Tous les vices combattent pour
eux; la République n'a pour elle que les vertus. Les vertus sont
simples, modestes, pauvres, souvent ignorantes, quelquefois grossières;
elles sont l'apanage des malheureux et le patrimoine du peuple. Les
vices sont entourés de tous les trésors, armés de tous les charmes de
la volupté et de toutes les amorces de la perfidie; ils sont escortés
de tous les talents dangereux exercés pour le crime.

Avec quel art profond les tyrans tournent contre nous, je ne dis pas
nos passions et nos faiblesses, mais jusqu'à notre patriotisme!

Avec quelle rapidité pourraient se développer les germes de division
qu'ils jettent au milieu de nous, si nous ne nous hâtons de les
étouffer!

Grâce à cinq années de trahison et de tyrannie, grâce à trop
d'imprévoyance et de crédulité, à quelques traits de vigueur trop tôt
démentis par un repentir pusillanime, l'Autriche, l'Angleterre, la
Russie, la Prusse, l'Italie ont eu le temps d'établir en France un
gouvernement secret, rival du gouvernement français. Elles ont aussi
leurs comités, leur trésorerie, leurs agents; ce gouvernement acquiert
la force que nous ôtons au nôtre; il a l'unité qui nous a longtemps
manqué, la politique dont nous croyons trop pouvoir nous passer,
l'esprit de suite et le concert dont nous n'avons pas toujours assez
senti la nécessité.

Aussi les cours étrangères ont-elles dès longtemps vomi sur la France
tous les scélérats habiles qu'elles tiennent à leur solde. Leurs agents
infestent encore nos armées; la victoire même de Toulon en est la
preuve; il a fallu toute la bravoure des soldats, toute la fidélité des
généraux, tout l'héroïsme des représentants du peuple, pour triompher
de la trahison. Ils délibèrent dans nos administrations, dans nos
assemblées sectionnaires; ils s'introduisent dans nos clubs; ils ont
siégé jusque dans le sanctuaire de la représentation nationale; ils
dirigent et dirigeront éternellement la contre-révolution sur le même
plan.

Ils rôdent autour de nous; ils surprennent nos secrets; ils caressent
nos passions; ils cherchent à nous inspirer jusqu'à nos opinions; ils
tournent contre nous nos résolutions. Etes-vous faibles? ils louent
votre prudence. Etes-vous prudents? ils vous accusent de faiblesse; ils
appellent votre courage, témérité; votre justice, cruauté. Ménagez-les,
ils conspirent publiquement; menacez-les, ils conspirent dans les
ténèbres, et sous le masque du patriotisme. Hier, ils assassinaient les
défenseurs de la liberté; aujourd'hui, ils se mêlent à leur pompe
funèbre, et demandent pour eux des honneurs divins, épiant l'occasion
d'égorger leurs pareils. Faut-il allumer la guerre civile? ils prêchent
toutes les folies de la superstition. La guerre civile est-elle près de
s'éteindre par les flots du sang français? ils abjurent et leur
sacerdoce et leurs dieux pour la rallumer.

On a vu des Anglais, des Prussiens, se répandre dans nos villes et dans
nos campagnes, annonçant, au nom de la Convention nationale, une
doctrine insensée; on a vu des prêtres déprêtrisés à la tête des
rassemblements séditieux dont la religion était le motif ou le
prétexte. Déjà des patriotes, entraînés à des actes imprudents par la
seule haine du fanatisme, ont été assassinés; le sang a déjà coulé dans
plusieurs contrées pour ces déplorables querelles, comme si nous avions
trop de sang pour combattre les tyrans de l'Europe. O honte! ô
faiblesse de la raison humaine! une grande nation a paru le jouet des
plus méprisables valets de la tyrannie!

Les étrangers ont paru quelque temps les arbitres de la tranquillité
publique. L'argent circulait ou disparaissait à leur gré. Quand ils
voulaient, le peuple trouvait du pain; quand ils voulaient, le peuple
en était privé; des attroupements aux portes des boulangers se
formaient et se dissipaient à leur signal. Ils nous environnent de
leurs sicaires, de leurs espions: nous le savons, nous le voyons, et
ils vivent! Ils semblent inaccessibles au glaive des lois. Et il est
plus difficile, même aujourd'hui, de punir un conspirateur important,
que d'arracher un ami de la liberté des mains de la calomnie.

A peine avons-nous dénoncé les excès faussement philosophiques
provoqués par les ennemis de la France; à peine le patriotisme a-t-il
prononcé dans cette tribune le mot _ultra-révolutionnaire_ qui les
désignait; aussitôt les traîtres de Lyon, tous les partisans de la
tyrannie, se sont hâtés de l'appliquer aux patriotes chauds et généreux
qui avaient vengé le peuple et les lois. D'un côté, ils renouvellent
l'ancien système de persécution contre les amis de la république; de
l'autre, ils invoquent l'indulgence en faveur des scélérats couverts du
sang de la patrie.

Cependant leurs crimes s'amoncellent; les cohortes impies des
émissaires étrangers se recrutent chaque jour; la France en est
inondée; ils attendent, et ils attendront éternellement un moment
favorable à leurs desseins sinistres. Ils se retranchent, ils se
cantonnent au milieu de nous; ils élèvent de nouvelles redoutes, de
nouvelles batteries contre-révolutionnaires, tandis que les tyrans qui
les soudoient rassemblent de nouvelles armées.

Oui, ces perfides émissaires qui nous parlent, qui nous caressent, ce
sont les frères, ce sont les complices des satellites féroces qui
ravagent nos moissons, qui ont pris possession de nos cités et de nos
vaisseaux achetés par leurs maîtres, qui ont massacré nos frères,
égorgé sans pitié nos prisonniers, nos femmes, nos enfants, et les
représentants du peuple français. Que dis-je? les monstres qui ont
commis ces forfaits sont mille fois moins atroces que les misérables
qui déchirent secrètement nos entrailles: et ils respirent, et ils
conspirent impunément!

Ils n'attendent que des chefs pour se rallier; ils les cherchent au
milieu de vous. Leur principal objet est de nous mettre aux prises les
uns avec les autres. Cette lutte funeste relèverait les espérances de
l'aristocratie, renouerait les trames du fédéralisme; elle vengerait la
faction girondine de la loi qui a puni ses forfaits; elle punirait la
Montagne de son dévouement sublime; car c'est la Montagne ou plutôt la
Convention, qu'on attaque en la divisant et en détruisant son ouvrage.

Pour nous, nous ne ferons la guerre qu'aux Anglais, aux Prussiens, aux
Autrichiens et à leurs complices. C'est en les exterminant que nous
répondrons aux libelles: nous ne savons haïr que les ennemis de la
patrie.

Ce n'est point dans le coeur des patriotes ou des malheureux qu'il faut
porter la terreur, c'est dans les repaires des brigands étrangers, où
l'on partage les dépouilles et où l'on boit le sang du peuple français.

Le Comité a remarqué que la loi n'est point assez prompte pour punir
les grands coupables. Des étrangers, agents connus des rois coalisés,
des généraux teints du sang des Français, d'anciens complices de
Dumouriez, de Custine et de Lamarlière, sont depuis longtemps en état
d'arrestation et ne sont point jugés.

Les conspirateurs sont nombreux; ils semblent se multiplier, et les
exemples de ce genre sont rares. La punition de cent coupables obscurs
et subalternes est moins utile à la liberté que le supplice d'un chef
de conspiration.

Les membres du tribunal révolutionnaire, dont en général on peut louer
le patriotisme et l'équité, ont eux-mêmes indiqué au Comité de salut
public les causes qui, quelquefois, entravent sa marche sans la rendre
plus sûre, et nous ont demandé la réforme d'une loi qui se ressent des
temps malheureux où elle a été portée. Nous vous proposerons
d'autoriser le Comité à vous présenter quelques changements à cet
égard, qui tendront également à rendre l'action de la justice plus
propice encore à l'innocence, et en même temps plus inévitable pour le
crime et pour l'intrigue. Vous l'avez même déjà chargé de ce soin par
un décret précédent.

Nous vous proposerons, dès ce moment, de faire hâter le jugement des
étrangers et des généraux prévenus de conspiration avec les tyrans qui
nous font la guerre.

Ce n'est point assez d'épouvanter les ennemis de la patrie; il faut
secourir ses défenseurs. Nous solliciterons donc de votre justice
quelques dispositions en faveur des soldats qui combattent et qui
souffrent pour la liberté.

L'armée française n'est pas seulement l'effroi des tyrans; elle est la
gloire de la nation et de l'humanité. En marchant à la victoire, nos
vertueux guerriers crient: "Vive la République!" En tombant sous le fer
ennemi, leur cri est: "Vive la République!" Leurs dernières paroles
sont des hymnes à la liberté; leurs derniers soupirs sont des voeux
pour la patrie. Si tous les chefs avaient valu les soldats, l'Europe
serait vaincue depuis longtemps. Tout acte de bienfaisance envers
l'armée est un acte de reconnaissance nationale.

Les secours accordés aux défenseurs de la patrie et à leurs familles
nous ont paru trop modiques. Nous croyons qu'ils peuvent être, sans
inconvénient, augmentés d'un tiers. Les immenses ressources de la
République, en finances, permettent cette mesure: la patrie la réclame.

Il nous a paru aussi que les soldats estropiés, les veuves et les
enfants de ceux qui sont morts pour la patrie, trouvaient dans les
formalités exigées par la loi, dans la multiplicité des demandes,
quelquefois dans la froideur ou dans la malveillance de quelques
administrateurs subalternes, des difficultés qui retardaient la
jouissance des avantages que la loi leur assure. Nous avons cru que le
remède à cet inconvénient était de leur donner des défenseurs officieux
établis par elle, pour leur faciliter les moyens de faire valoir leurs
droits.

D'après tous ces motifs, nous vous proposons le décret suivant:


La Convention nationale décrète:


ARTICLE PREMIER


L'accusateur public du tribunal révolutionnaire fera juger incessamment
Diétrich, Custine, fils du général puni par la loi, Desbrullis, Biron,
Barthélémy et tous les généraux prévenus de complicité avec Dumouriez,
Custine, Lamarlière, Houchard. Il fera juger pareillement les
étrangers, banquiers et autres individus prévenus de trahison et de
connivence avec les rois ligués contre la République.


II


Le Comité de salut public fera, dans le plus court délai, son rapport
sur les moyens de perfectionner l'organisation du tribunal
révolutionnaire.


III


Les secours et récompenses accordas par les décrets précédents aux
défenseurs de la patrie blessés en combattant pour elle, ou à leurs
veuves et à leurs enfants, sont augmentés d'un tiers.


IV


Il sera créé une commission chargée de leur faciliter la jouissance des
droits que la loi leur donne.


V


Les membres de cette commission seront nommés par la Convention
nationale, sur la proposition du Comité de salut Public.



      *      *      *      *      *      *      *      *      *



_Rapport sur les principes de morale politique qui doivent guider la
Convention nationale dans l'administration intérieure de la République,
fait au nom du Comité de salut public, le 18 pluviôse, l'an 2e de la
République, par Maximilien Robespierre; imprimé par ordre de la
Convention nationale_ (18 pluviôse an II - 5 février 1794)



Citoyens représentants du Peuple.


Nous avons exposé, il y a quelque temps, les principes de notre
politique extérieure: nous venons développer aujourd'hui les principes
de notre politique intérieure.

Après avoir marché longtemps au hasard, et comme emportés par le
mouvement des factions contraires, les représentants du Peuple français
ont enfin montré un caractère et un gouvernement. Un changement subit
dans la fortune de la nation annonça à l'Europe la régénération qui
s'était opérée dans la représentation nationale. Mais jusqu'au moment
même où je parle, il faut convenir que nous avons été plutôt guidés,
dans des circonstances si orageuses, par l'amour du bien et par le
sentiment des besoins de la patrie que par une théorie exacte et des
règles précises de conduite, que nous n'avions pas même le loisir de
tracer.

Il est temps de marquer nettement le but de la révolution, et le terme
où nous voulons arriver; il est temps de nous rendre compte à
nous-mêmes, et des obstacles qui nous en éloignent encore, et des
moyens que nous devons adopter pour l'atteindre: idée simple et
importante qui semble n'avoir jamais été aperçue. Eh! comment un
gouvernement lâche et corrompu aurait-il osé la réaliser? Un roi, un
sénat orgueilleux, un César, un Cromwell, doivent avant tout couvrir
leurs projets d'un voile religieux, transiger avec tous les vices,
caresser tous les partis, écraser celui des gens de bien, opprimer ou
tromper le peuple, pour arriver au but de leur perfide ambition. Si
nous n'avions pas eu une plus grande tâche à remplir, s'il ne
s'agissait ici que des intérêts d'une faction ou d'une aristocratie
nouvelle, nous aurions pu croire, comme certains écrivains plus
ignorants encore que pervers, que le plan de la Révolution française
était écrit en toutes lettres dans les livres de Tacite et de
Machiavel, et chercher les devoirs des représentants du peuple dans
l'histoire d'Auguste, de Tibère ou de Vespasien, ou même dans celle de
certains législateurs français; car, à quelques nuances près de
perfidie ou de cruauté, tous les tyrans se ressemblent. Pour nous, nous
venons aujourd'hui mettre l'univers dans la confidence de vos secrets
politiques, afin que tous les amis de la patrie puissent se rallier à
la voix de la raison et de l'intérêt public; afin que la nation
française et ses représentants soient respectés dans tous les pays de
l'univers où la connaissance de leurs véritables principes pourra
parvenir; afin que les intrigants qui cherchent toujours à remplacer
d'autres intrigants soient jugés par l'opinion publique sur des règles
sûres et faciles.

Il faut prendre de loin ses précautions pour remettre les destinées de
la liberté dans les mains de la vérité qui est éternelle, plus que dans
celles des hommes qui passent, de manière que si le gouvernement oublie
les intérêts du peuple, ou qu'il retombe entre les mains des hommes
corrompus, selon le cours naturel des choses, la lumière des principes
reconnus éclaire ses trahisons, et que toute faction nouvelle trouve la
mort dans la seule pensée du crime.

Heureux le peuple qui peut arriver à ce point! car, quelques nouveaux
outrages qu'on lui prépare, quelles ressources ne présente pas un ordre
de choses où la raison publique est la garantie de la liberté!

Quel est le but où nous tendons? la jouissance paisible de la liberté
et de l'égalité; le règne de cette justice éternelle, dont les lois ont
été gravées, non sur le marbre et sur la pierre, mais dans les coeurs de
tous les hommes, même dans celui de l'esclave qui les oublie et du
tyran qui les nie.

Nous voulons un ordre de choses où toutes les passions basses et
cruelles soient enchaînées, toutes les passions bienfaisantes et
généreuses éveillées par les lois; où l'ambition soit le désir de
mériter la gloire et de servir la patrie; où les distinctions ne
naissent que de l'égalité même; où le citoyen soit soumis au magistral,
le magistrat au peuple, et le peuple à la justice; où la patrie assure
le bien-être de chaque individu, et où chaque individu jouisse avec
orgueil de la prospérité et de la gloire de la patrie; où toutes les
âmes s'agrandissent par la communication continuelle des sentiments
républicains, et par le besoin de mériter l'estime d'un grand peuple;
où les arts soient les décorations de la liberté qui les ennoblit, le
commerce la source de la richesse publique et non seulement de
l'opulence monstrueuse de quelques maisons.

Nous voulons substituer dans notre pays la morale à l'égoïsme, la
probité à l'honneur, les principes aux usages, les devoirs aux
bienséances, l'empire de la raison à la tyrannie de la mode, le mépris
du vice au mépris du malheur, la fierté à l'insolence, la grandeur
d'âme à la vanité, l'amour de la gloire à l'amour de l'argent, les
bonnes gens à la bonne compagnie, le mérite à l'intrigue, le génie au
bel esprit, la vérité à l'éclat, le charme du bonheur aux ennuis de la
volupté, la grandeur de l'homme à la petitesse des grands, un peuple
magnanime, puissant, heureux, à un peuple aimable, frivole et
misérable, c'est-à-dire toutes les vertus et tous les miracles de la
république à tous les vices et à tous les ridicules de la monarchie.

Nous voulons, en un mot, remplir les voeux de la nature, accomplir les
destins de l'humanité, tenir les promesses de la philosophie, absoudre
la providence du long règne du crime et de la tyrannie. Que la France,
jadis illustre parmi les pays esclaves, éclipsant la gloire de tous les
peuples libres qui ont existé, devienne le modèle des nations, l'effroi
des oppresseurs, la consolation des opprimés, l'ornement de l'univers,
et qu'en scellant notre ouvrage de notre sang, nous puissions voir au
moins briller l'aurore de la félicité universelle... Voilà notre
ambition, voilà notre but.

Quelle nature de gouvernement peut réaliser ces prodiges? Le seul
gouvernement démocratique ou républicain: ces deux mots sont synonymes,
malgré les abus du langage vulgaire; car l'aristocratie n'est pas plus
la république que la monarchie. La démocratie n'est pas un état où le
peuple, continuellement assemblé, règle par lui-même toutes les
affaires publiques, encore moins celui où cent mille fractions du
peuple, par des mesures isolées, précipitées et contradictoires,
décideraient du sort de la société entière: un tel gouvernement n'a
jamais existé, et il ne pourrait exister que pour ramener le peuple au
despotisme.

La démocratie est un état où le peuple souverain, guidé par des lois
qui sont son ouvrage, fait par lui-même tout ce qu'il peut bien faire,
et par des délégués tout ce qu'il ne peut faire lui-même.

C'est donc dans les principes du gouvernement démocratique que vous
devez chercher les règles de votre conduite politique.

Mais, pour fonder et pour consolider parmi nous la démocratie, pour
arriver au règne paisible des lois constitutionnelles, il faut terminer
la guerre de la liberté contre la tyrannie, et traverser heureusement
les orages de la révolution: tel est le but du système révolutionnaire
que vous avez régularisé. Vous devez donc encore régler votre conduite
sur les circonstances orageuses où se trouve la république; et le plan
de votre administration doit être le résultat de l'esprit du
gouvernement révolutionnaire, combiné avec les principes généraux de la
démocratie.

Or, quel est le principe fondamental du gouvernement démocratique ou
populaire, c'est-à-dire le ressort essentiel qui le soutient et qui le
fait mouvoir? C'est la vertu; je parle de la vertu publique qui opéra
tant de prodiges dans la Grèce et dans Rome, et qui doit en produire de
bien plus étonnants dans la France républicaine; de cette vertu qui
n'est autre chose que l'amour de la patrie et de ses lois.

Mais comme l'essence de la république ou de la démocratie est
l'égalité, il s'ensuit que l'amour de la patrie embrasse nécessairement
l'amour de l'égalité.

Il est vrai encore que ce sentiment sublime suppose la préférence de
l'intérêt public à tous les intérêts particuliers; d'où il résulte que
l'amour de la patrie suppose encore ou produit toutes les vertus: car
que sont-elles autre chose que la force de l'âme qui rend capable de
ces sacrifices? et comment l'esclave de l'avarice ou de l'ambition, par
exemple, pourrait-il immoler son idole à la patrie?

Non seulement la vertu est l'âme de la démocratie; mais elle ne peut
exister que dans ce gouvernement. Dans la monarchie, je ne connais
qu'un individu qui peut aimer la patrie, et qui, pour cela, n'a pas
même besoin de vertu; c'est le monarque. La raison en est que de tous
les habitants de ses Etats, le monarque est le seul qui ait une patrie.
N'est-il pas le souverain, au moins de fait? n'est-il pas à la place du
peuple? Et qu'est-ce que la patrie, si ce n'est le pays où l'on est
citoyen et membre du souverain?

Par une conséquence du même principe, dans les Etats aristocratiques,
le mot _patrie_ ne signifie quelque chose que pour les familles
patriciennes qui ont envahi la souveraineté.

Il n'est que la démocratie où l'Etat est véritablement la patrie de
tous les individus qui le composent, et peut compter autant de
défenseurs intéressés à sa cause qu'il renferme de citoyens. Voilà la
source de la supériorité des peuples libres sur tous les autres. Si
Athènes et Sparte ont triomphé des tyrans de l'Asie, et les Suisses des
tyrans de l'Espagne et de l'Autriche, il n'en faut point chercher
d'autre cause.

Mais les Français sont le premier peuple du monde qui ait établi la
véritable démocratie, en appelant tous les hommes à l'égalité, et à la
plénitude des droits du citoyen; et c'est là, à mon avis, la véritable
raison pour laquelle tous les tyrans ligués contre la République seront
vaincus.

Il est dès ce moment de grandes conséquences à tirer des principes que
nous venons d'exposer.

Puisque l'âme de la République est la vertu, l'égalité, et que votre
but est de fonder, de consolider la République, il s'ensuit que la
première règle de votre conduite politique doit être de rapporter
toutes vos opérations au maintien de l'égalité et au développement de
la vertu; car le premier soin du législateur doit être de fortifier le
principe du gouvernement. Ainsi tout ce qui tend à exciter l'amour de
la patrie, à purifier les moeurs, à élever les âmes, à diriger les
passions du coeur humain vers l'intérêt public, doit être adopté ou
établi par vous. Tout ce qui tend à les concentrer dans l'abjection du
moi personnel, à réveiller l'engouement pour les petites choses et le
mépris des grandes, doit être rejeté ou réprimé par vous. Dans le
système de la Révolution française, ce qui est immoral est impolitique,
ce qui est corrupteur est contre-révolutionnaire. La faiblesse, les
vices, les préjugés, sont le chemin de la royauté. Entraînés trop
souvent peut-être par le poids de nos anciennes habitudes, autant que
par la pente insensible de la faiblesse humaine, vers les idées fausses
et vers les sentiments pusillanimes, nous avons bien moins à nous
défendre des excès d'énergie que des excès de faiblesse. Le plus grand
écueil peut-être que nous ayons à éviter n'est pas la ferveur du zèle,
mais plutôt la lassitude du bien et la peur de notre propre courage.
Remontez donc sans cesse le ressort sacré du gouvernement républicain,
au lieu de le laisser tomber. Je n'ai pas besoin de dire que je ne veux
ici justifier aucun excès. On abuse des principes les plus sacrés;
c'est à la sagesse du gouvernement à consulter les circonstances, à
saisir les moments, à choisir les moyens; car la manière de préparer
les grandes choses est une partie essentielle du talent de les faire,
comme la sagesse est elle-même une partie de la vertu.

Nous ne prétendons pas jeter la République française dans le moule de
celle de Sparte; nous ne voulons lui donner ni l'austérité, ni la
corruption des cloîtres. Nous venons de vous présenter, dans toute sa
pureté, le principe moral et politique du gouvernement populaire. Vous
avez donc une boussole qui peut vous diriger au milieu des orages de
toutes les passions, et du tourbillon des intrigues qui vous
environnent. Vous avez la pierre de touche par laquelle vous pouvez
essayer toutes vos lois, toutes les propositions qui vous sont faites.
En les comparant sans cesse avec ce principe, vous pouvez désormais
éviter l'écueil ordinaire des grandes assemblées, le danger des
surprises et des mesures précipitées, incohérentes et contradictoires.
Vous pouvez donner à toutes vos opérations l'ensemble, l'unité, la
sagesse et la dignité qui doivent annoncer les représentants du premier
peuple du monde.

Ce ne sont pas les conséquences faciles du principe de la démocratie
qu'il faut détailler, c'est ce principe simple et fécond qui mérite
d'être lui-même développé.

La vertu républicaine peut être considérée par rapport au peuple et par
rapport au gouvernement: elle est nécessaire dans l'un et dans l'autre.
Quand le gouvernement seul en est privé, il reste une ressource dans
celle du peuple; mais quand le peuple lui-même est corrompu, la liberté
est déjà perdue.

Heureusement la vertu est naturelle au peuple, en dépit des préjugés
aristocratiques. Une nation est vraiment corrompue, lorsqu'après avoir
perdu, par degrés, son caractère et sa liberté, elle passe de la
démocratie à l'aristocratie ou à la monarchie; c'est la mort du corps
politique par la décrépitude. Lorsque après quatre cents ans de gloire
l'avarice a enfin chassé de Sparte les moeurs avec les lois de Lycurgue,
Agis meurt en vain pour les rappeler! Démosthène a beau tonner contre
Philippe, Philippe trouve dans les vices d'Athènes dégénérée des
avocats plus éloquents que Démosthène. Il y a bien encore dans Athènes
une population aussi nombreuse que du temps de Miltiade et d'Aristide;
mais il n'y a plus d'Athéniens. Qu'importe que Brutus ait tué le tyran?
la tyrannie vit encore dans les coeurs, et Rome n'existe plus que dans
Brutus.

Mais lorsque, par des efforts prodigieux de courage et de raison, un
peuple brise les chaînes du despotisme pour en faire des trophées à la
liberté; lorsque, par la force de son tempérament moral, il sort, en
quelque sorte, des bras de la mort pour reprendre toute la vigueur de
la jeunesse; lorsque, tour à tour sensible et fier, intrépide et
docile, il ne peut être arrêté ni par les remparts inexpugnables, ni
par les armées innombrables des tyrans armés contre lui, et qu'il
s'arrête lui-même devant l'image de la loi; s'il ne s'élance pas
rapidement à la hauteur de ses destinées, ce ne pourrait être que la
faute de ceux qui le gouvernent.

D'ailleurs on peut dire, en un sens, que pour aimer la justice et
l'égalité, le peuple n'a pas besoin d'une grande vertu; il lui suffit
de s'aimer lui-même.

Mais le magistrat est obligé d'immoler son intérêt à l'intérêt du
peuple, et l'orgueil du pouvoir à l'égalité. Il faut que la loi parle
surtout avec empire à celui qui en est l'organe. Il faut que le
gouvernement pèse sur lui-même, pour tenir toutes ses parties en
harmonie avec elle. S'il existe un corps représentatif, une autorité
première constituée par le peuple, c'est à elle de surveiller et de
réprimer sans cesse tous les fonctionnaires publics. Mais qui la
réprimera elle-même, sinon sa propre vertu? Plus cette source de
l'ordre public est élevée, plus elle doit être pure; il faut donc que
le corps représentatif commence par soumettre dans son sein toutes les
passions privées à la passion générale du bien public. Heureux les
représentants, lorsque leur gloire et leur intérêt même les attachent,
autant que leurs devoirs, à la cause de la liberté!

Déduisons de tout ceci une grande vérité; c'est que le caractère du
gouvernement populaire est d'être confiant dans le peuple, et sévère
envers lui-même.

Ici se bornerait tout le développement de noire théorie. si vous
n'aviez qu'à gouverner dans le calme le vaisseau de la République: mais
la tempête gronde; et l'état de révolution où vous êtes vous impose une
autre tâche.

Cette grande pureté des bases de la Révolution française, la sublimité
même de son objet est précisément ce qui fait notre force et notre
faiblesse: notre force, parce qu'il nous donne l'ascendant de la vérité
sur l'imposture, et les droits de l'intérêt public sur les intérêts
privés; notre faiblesse, parce qu'il rallie contre nous tous les hommes
vicieux, tous ceux qui dans leurs coeurs méditaient de dépouiller le
peuple, et tous ceux qui veulent l'avoir dépouillé impunément, et ceux
qui ont repoussé la liberté comme une calamité personnelle, et ceux qui
ont embrassé la révolution comme un métier et la république comme une
proie: de là la défection de tant d'hommes ambitieux ou cupides, qui,
depuis le point du départ, nous ont abandonnés sur la route, parce
qu'ils n'avaient pas commencé le voyage pour arriver au même but. On
dirait que les deux génies contraires que Ton a représentés se
disputant l'empire de la nature combattent dans cette grande époque de
l'histoire humaine pour fixer sans retour les destinées du monde, et
que la France est le théâtre de cette lutte redoutable. Au dehors, tous
les tyrans vous cernent; au dedans, tous les amis de la tyrannie
conspirent: ils conspirent jusqu'à ce que l'espérance ait été ravie au
crime. Il faut étouffer les ennemis intérieurs et extérieurs de la
République, ou périr avec elle; or, dans cette situation, la première
maxime de votre politique doit être qu'on conduit le peuple par la
raison, et les ennemis du peuple par la terreur.

Si le ressort du gouvernement populaire dans la paix est la vertu, le
ressort du gouvernement populaire en révolution est à la fois _la vertu
et la terreur_: la vertu, sans laquelle la terreur est funeste; la
terreur, sans laquelle la vertu est impuissante. La terreur n'est autre
chose que la justice prompte, sévère, inflexible; elle est donc une
émanation de la vertu; elle est moins un principe particulier qu'une
conséquence du principe général de la démocratie appliqué aux plus
pressants besoins de la patrie.

On a dit que la terreur était le ressort du gouvernement despotique. Le
vôtre ressemble-t-il donc au despotisme? Oui, comme le glaive qui
brille dans les mains des héros de la liberté ressemble à celui dont
les satellites de la tyrannie sont armés. Que le despote gouverne par
la terreur ses sujets abrutis; il a raison, comme despote: domptez par
la terreur les ennemis de la liberté; et vous aurez raison, comme
fondateurs de la République. Le gouvernement de la Révolution est le
despotisme de la liberté contre la tyrannie. La force n'est-elle faite
que pour protéger le crime? et n'est-ce pas pour frapper les tètes
orgueilleuses que la foudre est destinée?

La nature impose à tout être physique et moral la loi de pourvoir à sa
conservation; le crime égorge l'innocence pour régner, et l'innocence
se débat de toutes ses forces dans les mains du crime.

Que la tyrannie règne un seul jour, le lendemain il ne restera plus un
patriote. Jusqu'à quand la fureur des despotes sera-t-elle appelée
justice, et la justice du peuple barbarie ou rébellion? Comme on est
tendre pour les oppresseurs et inexorable pour les opprimés! Rien de
plus naturel: quiconque ne hait point le crime ne peut aimer la vertu.

Il faut cependant que l'un ou l'autre succombe. Indulgence pour les
royalistes, s'écrient certaines gens. Grâce pour les scélérats! Non:
grâce pour l'innocence, grâce pour les faibles, grâce pour les
malheureux, grâce pour l'humanité!

La protection sociale n'est due qu'aux citoyens paisibles; il n'y a de
citoyens dans la République que les républicains. Les royalistes, les
conspirateurs ne sont, pour elle, que des étrangers, ou plutôt des
ennemis. Cette guerre terrible que soutient la liberté contre la
tyrannie n'est-elle pas indivisible? les ennemis du dedans ne sont-ils
pas les alliés des ennemis du dehors? les assassins qui déchirent la
patrie dans l'intérieur; les intrigants qui achètent les consciences
des mandataires du peuple; les traîtres qui les vendent; les
libellistes mercenaires soudoyés pour déshonorer la cause du peuple,
pour tuer la vertu publique, pour attiser le feu des discordes civiles,
et pour préparer la contre-révolution politique par la
contre-révolution morale; tous ces gens-là sont-ils moins coupables ou
moins dangereux que les tyrans qui les servent? Tous ceux qui
interposent leur douceur parricide entre ces scélérats et le glaive
vengeur de la justice nationale ressemblent à ceux qui se jetteraient
entre les satellites des tyrans et les baïonnettes de nos soldats; tous
les élans de leur fausse sensibilité ne me paraissent que des soupirs
échappés vers l'Angleterre et vers l'Autriche.

Eh! pour qui donc s'attendriraient-ils? Serait-ce pour deux cent mille
héros, l'élite de la nation, moissonnés par le fer des ennemis de la
liberté ou par les poignards des assassins royaux ou fédéralistes? Non,
ce n'étaient que des plébéiens, des patriotes; pour avoir droit à leur
tendre intérêt, il faut être au moins la veuve d'un général qui a trahi
vingt fois la patrie; pour obtenir leur indulgence, il faut presque
prouver qu'on a fait immoler dix mille Français, comme un général
romain, pour obtenir le triomphe, devait avoir tué, je crois, dix mille
ennemis. On entend de sang-froid le récit des horreurs commises par les
tyrans contre les défenseurs de la liberté; nos femmes horriblement
mutilées; nos enfants massacrés sur le sein de leurs mères; nos
prisonniers expiant dans d'horribles tourments leur héroïsme touchant
et sublime: on appelle une horrible boucherie la punition trop lente de
quelques monstres engraissés du plus pur sang de la patrie.

On souffre, avec patience, la misère des citoyennes généreuses qui ont
sacrifié à la plus belle des causes leurs frères, leurs enfants, leurs
époux: mais on prodigue les plus généreuses consolations aux femmes des
conspirateurs; il est reçu qu'elles peuvent impunément séduire la
justice, plaider contre la liberté la cause de leurs proches et de
leurs complices; on en a fait presque une corporation privilégiée,
créancière et pensionnaire du peuple.

Avec quelle bonhomie nous sommes encore la dupe des mots! Comme
l'aristocratie et le modérantisme nous gouvernent encore par les
maximes meurtrières qu'ils nous ont données!

L'aristocratie se défend mieux par ses intrigues que le patriotisme par
ses services. On veut gouverner les révolutions par les arguties du
palais; on traite les conspirations contre la République comme les
procès des particuliers. La tyrannie tue, et la liberté plaide; et le
code fait par les conspirateurs eux-mêmes est la loi par laquelle on
les juge.

Quand il s'agit du salut de la patrie, le témoignage de l'univers ne
peut suppléer à la preuve testimoniale, ni l'évidence même à la preuve
littérale.

La lenteur des jugements équivaut à l'impunité; l'incertitude de la
peine encourage tous les coupables; et cependant on se plaint de la
sévérité de la justice; on se plaint de la détention des ennemis de la
République. On cherche ses exemples dans l'histoire des tyrans, parce
qu'on ne veut pas les choisir dans celle des peuples, ni les puiser
dans le génie de la liberté menacée. A Rome, quand le consul* [*
Cicéron.] découvrit la conjuration, et l'étouffa au même instant par la
mort des complices de Catilina, il fut accusé d'avoir violé les formes.
Par qui? par l'ambitieux César, qui voulait grossir son parti de la
horde des conjurés, par les Pison, les Clodius et tous les mauvais
citoyens qui redoutaient pour eux-mêmes la vertu d'un vrai Romain et la
sévérité des lois.

Punir les oppresseurs de l'humanité, c'est clémence; leur pardonner,
c'est barbarie. La rigueur des tyrans n'a pour principe que la rigueur:
celle du gouvernement républicain part de la bienfaisance.

Aussi, malheur à celui qui oserait diriger vers le peuple la terreur
qui ne doit approcher que de ses ennemis! Malheur à celui qui,
confondant les erreurs inévitables du civisme avec les erreurs
calculées de la perfidie ou avec les attentats des conspirateurs,
abandonne l'intrigant dangereux pour poursuivre le citoyen paisible!
Périsse le scélérat qui ose abuser du nom sacré de la liberté, ou des
armes redoutables qu'elle lui a confiées, pour porter le deuil ou la
mort dans le coeur des patriotes! Cet abus a existé, on ne peut en
douter. Il a été exagéré, sans doute, par l'aristocratie: mais
n'existât-il, dans toute la République, qu'un seul homme vertueux
persécuté par les ennemis de la liberté, le devoir du gouvernement
serait de le rechercher avec inquiétude, et de le venger avec éclat.

Mais faut-il conclure de ces persécutions suscitées aux patriotes par
le zèle hypocrite des contre-révolutionnaires, et renoncer à la
sévérité? Ces nouveaux crimes de l'aristocratie ne font qu'en démontrer
la nécessité. Que prouve l'audace de nos ennemis, sinon la faiblesse
avec laquelle ils ont été poursuivis? Elle est due, en grande partie, à
la doctrine relâchée qu'on a prêchée dans ces derniers temps pour les
rassurer. Si vous pouviez écouter ces conseils, vos ennemis
parviendraient à leur but et recevraient de vos propres mains le prix
du dernier de leurs forfaits.

Qu'il y aurait de légèreté à regarder quelques victoires remportées par
le patriotisme comme la fin de tous nos dangers! Jetez un coup d'oeil
sur notre véritable situation: vous sentirez que la vigilance et
l'énergie vous sont plus nécessaires que jamais. Une sourde
malveillance contrarie partout les opérations du gouvernement: la
fatale influence des cours étrangères, pour être plus cachée, n'en est
ni moins active, ni moins funeste. On sent que le crime intimidé n'a
fait que couvrir sa marche avec plus d'adresse.

Les ennemis intérieurs du peuple français se sont divisés en deux
factions, comme en deux corps d'armée. Elles marchent sous des
bannières de différentes couleurs et par des routes diverses; mais
elles marchent au même but: ce but est la désorganisation du
gouvernement populaire, la ruine de la Convention, c'est-à-dire le
triomphe de la tyrannie. L'une de ces deux factions nous pousse à la
faiblesse, l'autre aux excès. L'une veut changer la liberté en
bacchante, l'autre en prostituée.

Des intrigants subalternes, souvent même de bons citoyens abusés, se
rangent de l'un ou de l'autre parti: mais les chefs appartiennent à la
cause des rois ou de l'aristocratie, et se réunissent toujours contre
les patriotes. Les fripons, lors même qu'ils se font la guerre, se
haïssent bien moins qu'ils ne détestent les gens de bien. La patrie est
leur proie; ils se battent pour la partager: mais ils se liguent contre
ceux qui la défendent.

On a donné aux uns le nom de modérés; il y a peut-être plus d'esprit
que de justesse dans la dénomination d'_ultra-révolutionnaires_ par
laquelle on a désigné les autres. Cette dénomination, qui ne peut
s'appliquer dans aucun cas aux hommes de bonne foi que le zèle et
l'ignorance peuvent emporter au delà de la saine politique de la
révolution, ne caractérise pas exactement les hommes perfides que la
tyrannie soudoie pour compromettre, par des applications fausses et
funestes, les principes sacrés de notre révolution.

Le faux révolutionnaire est peut-être plus souvent encore en deçà qu'au
delà de la révolution: il est modéré, il est fou de patriotisme, selon
les circonstances. On arrête dans les comités prussiens, anglais,
autrichiens, moscovites même, ce qu'il pensera le lendemain. Il
s'oppose aux mesures énergiques, et les exagère quand il n'a pu les
empêcher: sévère pour l'innocence, mais indulgent pour le crime;
accusant même les coupables qui ne sont point assez riches pour acheter
son silence, ni assez importants pour mériter son zèle, mais se gardant
bien de jamais se compromettre au point de défendre la vertu calomniée;
découvrant quelquefois des complots découverts, arrachant le masque à
des traîtres démasqués et même décapités, mais prônant les traîtres
vivants et encore accrédités; toujours empressé à caresser l'opinion du
moment, et non moins attentif à ne jamais l'éclairer, et surtout à ne
jamais la heurter; toujours prêt à adopter les mesures hardies, pourvu
qu'elles aient beaucoup d'inconvénients; calomniant celles qui ne
présentent que des avantages, ou bien y ajoutant tous les amendements
qui peuvent les rendre nuisibles; disant la vérité avec économie, et
tout autant qu'il le faut pour acquérir le droit de mentir impunément;
distillant le bien goutte à goutte, et versant le mal par torrents;
plein de feu pour les grandes résolutions qui ne signifient rien; plus
qu'indifférent pour celles qui peuvent honorer la cause du peuple et
sauver la patrie; donnant beaucoup aux formes du patriotisme; très
attaché, comme les dévots dont il se déclare l'ennemi, aux pratiques
extérieures, il aimerait mieux user cent bonnets rouges que de faire
une bonne action.

Quelle différence trouvez-vous entre ces gens-là et vos modérés? Ce
sont des serviteurs employés par le même maître, ou, si vous voulez,
des complices qui feignent de se brouiller pour mieux cacher leurs
crimes. Jugez-les, non par la différence du langage, mais par
l'identité des résultats. Celui qui attaque la Convention nationale par
des discours insensés, et celui qui la trompe pour la compromettre, ne
sont-ils pas d'accord? Celui qui, par d'injustes rigueurs, force le
patriotisme à trembler pour lui-même, invoque l'amnistie en faveur de
l'aristocratie et de la trahison. Tel appelait la France à la conquête
du monde, qui n'avait d'autre but que d'appeler les tyrans à la
conquête de la France. L'étranger hypocrite qui, depuis cinq années,
proclame Paris la capitale du globe, ne faisait que traduire, dans un
autre jargon, les anathèmes des vils fédéralistes qui vouaient Paris à
la destruction. Prêcher l'athéisme n'est qu'une manière d'absoudre la
superstition et d'accuser la philosophie; et la guerre déclarée à la
divinité n'est qu'une diversion en faveur de la royauté.

Quelle autre méthode reste-t-il de combattre la liberté?

Ira-t-on, à l'exemple des premiers champions de l'aristocratie, vanter
les douceurs de la servitude et les bienfaits de la monarchie, le génie
surnaturel et les vertus incomparables des rois?

Ira-t-on proclamer la vanité des droits de l'homme et des principes de
la justice éternelle?

Ira-t-on exhumer la noblesse et le clergé, ou réclamer les droits
imprescriptibles de la haute bourgeoisie à leur double succession?

Non. Il est bien plus commode de prendre le masque du patriotisme pour
défigurer, par d'insolentes parodies, le drame sublime de la
révolution, pour compromettre la cause de la liberté par une modération
hypocrite ou par des extravagances étudiées.

Aussi l'aristocratie se constitue en sociétés populaires; l'orgueil
contre-révolutionnaire cache sous des haillons ses complots et ses
poignards; le fanatisme brise ses propres autels; le royalisme chante
les victoires de la République; la noblesse, accablée de souvenirs,
embrasse tendrement l'égalité pour l'étouffer; la tyrannie, teinte du
sang des défenseurs de la liberté, répand des fleurs sur leur tombeau.
Si tous les coeurs ne sont pas changés, combien de visages sont masqués!
combien de traîtres ne se mêlent de nos affaires que pour les ruiner!

Voulez-vous les mettre à l'épreuve? Demandez-leur, au lieu de serment
et de déclamation, des services réels.

Faut-il agir? Ils pérorent. Faut-il délibérer? Ils veulent commencer
par agir. Les temps sont-ils paisibles? Ils s'opposeront à tout
changement utile. Sont-ils orageux? Ils parleront de tout réformer,
pour bouleverser tout. Voulez-vous contenir les séditieux? Ils vous
rappellent la clémence de César. Voulez-vous arracher les patriotes à
la persécution? Ils vous proposent pour modèle la fermeté de Brutus.
Ils découvrent qu'un tel a été noble, lorsqu'il sert la République; ils
ne s'en souviennent plus dès qu'il la trahit. La paix est-elle utile?
Ils vous étalent les palmes de la victoire. La guerre est-elle
nécessaire? Ils vantent les douceurs de la paix. Faut-il défendre le
territoire? Ils veulent aller châtier les tyrans au delà des monts et
des mers. Faut-il reprendre nos forteresses? Ils veulent prendre
d'assaut les églises et escalader le ciel. Ils oublient les Autrichiens
pour faire la guerre aux dévotes. Faut-il appuyer notre cause de la
fidélité de nos alliés? Ils déclament contre tous les gouvernements du
monde, et vous proposeront de mettre en état d'accusation le grand
Mogol lui-même. Le peuple va-t-il au Capitole rendre grâces aux dieux
de ses victoires? Ils entonnent des chants lugubres sur nos revers
passés. S'agit-il d'en remporter de nouvelles? Ils sèment, au milieu de
nous, les haines, les divisions, les persécutions et le découragement.
Faut-il réaliser la souveraineté du peuple et concentrer sa force par
un gouvernement ferme et respecté? Ils trouvent que les principes du
gouvernement blessent la souveraineté du peuple. Faut-il réclamer les
droits du peuple opprimé par le gouvernement? Ils ne parlent que du
respect pour les lois et de l'obéissance due aux autorités constituées.

Ils ont trouvé un expédient admirable pour seconder les efforts du
gouvernement républicain: c'est de le désorganiser, de le dégrader
complètement, de faire la guerre aux patriotes qui ont concouru à nos
succès.

Cherchez-vous les moyens d'approvisionner vos armées? vous occupez-vous
d'arracher à l'avarice et à la peur les subsistances qu'elles
resserrent? Ils gémissent patriotiquement sur la misère publique et
annoncent la famine. Le désir de prévenir le mal est toujours pour eux
un motif de l'augmenter. Dans le Nord, on a tué les poules, et on nous
a privé des oeufs, sous le prétexte que les poules mangent du grain.
Dans le Midi, il a été question de détruire les mûriers et les
orangers, sous le prétexte que la soie est un objet de luxe, et les
oranges une superfluité.

Vous ne pourriez jamais imaginer certains excès commis par des
contre-révolutionnaires hypocrites pour flétrir la cause de la
Révolution. Croiriez-vous que dans les pays où la superstition a exercé
le plus d'empire, non contents de surcharger les opérations relatives
au culte de toutes les formes qui pouvaient les rendre odieuses, on a
répandu la terreur parmi le peuple, en semant le bruit qu'on allait
tuer tous les enfants au-dessous de dix ans et tous les vieillards
au-dessus de soixante-dix ans? que ce bruit a été répandu
particulièrement dans la ci-devant Bretagne, et dans les départements
du Rhin et de la Moselle? C'est un des crimes imputés au ci-devant
accusateur public du tribunal criminel de Strasbourg*. [* Schneider.]
Les folies tyranniques de cet homme rendent vraisemblable tout ce que
l'on raconte de Caligula et d'Héliogabale; mais on ne peut y ajouter
foi, même à la vue des preuves. Il poussait le délire jusqu'à mettre
les femmes en réquisition pour son usage: on assure même qu'il a
employé cette méthode pour se marier. D'où est sorti tout à coup cet
essaim d'étrangers, de prêtres, de nobles, d'intrigants de toute
espèce, qui au même instant s'est répandu sur la surface de la
République, pour exécuter, au nom de la philosophie, un plan de
contre-révolution qui n'a pu être arrêté que par la force de la raison
publique? Exécrable conception, digne du génie des cours étrangères
liguées contre la liberté, et de la corruption de tous les ennemis
intérieurs de la République!

C'est ainsi qu'aux miracles continuels, opérés par la vertu d'un grand
peuple, l'intrigue mêle toujours la bassesse de ses trames criminelles,
bassesse commandée par les tyrans, et dont ils font ensuite la matière
de leurs ridicules manifestes, pour retenir les peuples ignorants dans
la fange de l'opprobre et dans les chaînes de la servitude.

Eh! que font à la liberté les forfaits de ses ennemis? Le soleil, voilé
par un nuage passager, en est-il moins l'astre qui anime la nature?
L'écume impure que l'Océan repousse sur ses rivages le rend-elle moins
imposant?

Dans des mains perfides tous les remèdes à nos maux deviennent des
poisons; tout ce que vous pouvez faire, tout ce que vous pouvez dire,
ils le tourneront contre vous, même les vérités que nous venons de
développer.

Ainsi, par exemple, après avoir disséminé partout les germes de la
guerre civile, par l'attaque violente contre les préjugés religieux,
ils chercheront à armer le fanatisme et l'aristocratie des mesures
mêmes que la saine politique vous a prescrites en faveur de la liberté
des cultes. Si vous aviez laissé un libre cours à la conspiration, elle
aurait produit, tôt ou tard, une réaction terrible et universelle; si
vous l'arrêtez, ils chercheront encore à en tirer parti, en persuadant
que vous. protégez les prêtres et les modérés.

Il ne faudra pas même vous étonner si les auteurs de ce système sont
les prêtres qui auront le plus hardiment confessé leur charlatanisme.

Si les patriotes, emportés par un zèle pur, mais irréfléchi, ont été
quelque part les dupes de leurs intrigues, ils rejetteront tout le
blâme sur les patriotes; car le premier point de leur doctrine
machiavélique est de perdre la République, en perdant les républicains,
comme on subjugue un pays en détruisant l'armée qui le défend. On peut
apprécier par là un de leurs principes favoris, qui est qu'il faut
compter pour rien les hommes; maxime d'origine royale, qui veut dire
qu'il faut leur abandonner tous les amis de la liberté.

Il est à remarquer que la destinée des hommes qui ne cherchent que le
bien public est d'être les victimes de ceux qui se cherchent eux-mêmes,
ce qui vient de deux causes: la première, que les intrigants attaquent
avec les vices de l'ancien régime; la seconde, que les patriotes ne se
défendent qu'avec les vertus du nouveau.

Une telle situation intérieure doit vous paraître digne de toute votre
attention, surtout si vous réfléchissez que vous avez en même temps les
tyrans de l'Europe à combattre, douze cent mille hommes sous les armes
à entretenir, et que le gouvernement est obligé de réparer
continuellement, à force d'énergie et de vigilance, tous les maux que
la multitude innombrable de nos ennemis nous a préparés pendant le
cours de cinq ans.

Quel est le remède de tous ces maux? Nous n'en connaissons point
d'autre que le développement de ce ressort général de la république, la
vertu.

La démocratie périt par deux excès, l'aristocratie de ceux qui
gouvernent, ou le mépris du peuple pour les autorités qu'il a lui-même
établies, mépris qui fait que chaque coterie, que chaque individu
attire à lui la puissance publique, et ramène le peuple, par l'excès du
désordre, à l'anéantissement, ou au pouvoir d'un seul.

La double tâche des modérés et des faux révolutionnaires est de nous
ballotter perpétuellement entre ces deux écueils.

Mais les représentants du peuple peuvent les éviter tous deux; car le
gouvernement est toujours le maître d'être juste et sage; et, quand il
a ce caractère, il est sûr de la confiance du peuple.

Il est bien vrai que le but de tous nos ennemis est de dissoudre la
Convention; il est vrai que le tyran de la Grande-Bretagne et ses
alliés promettent à leur parlement et à leurs sujets de vous ôter votre
énergie et la confiance publique qu'elle vous a méritée; que c'est là
la première instruction de tous leurs commissaires.

Mais c'est une vérité qui doit être regardée comme triviale en
politique, qu'un grand corps investi de la confiance d'un grand peuple
ne peut se perdre que par lui-même; vos ennemis ne l'ignorent pas,
ainsi vous ne doutez pas qu'ils s'appliquent surtout à réveiller au
milieu de vous toutes les passions qui peuvent seconder leurs sinistres
desseins.

Que peuvent-ils contre la représentation nationale, s'ils ne
parviennent à lui surprendre des actes impolitiques qui puissent
fournir des prétextes à leurs criminelles déclamations? Ils doivent
donc désirer nécessairement d'avoir deux espèces d'agents, les uns qui
chercheront à la dégrader par leurs discours, les autres, dans son sein
même, qui s'efforceront de la tromper, pour compromettre sa gloire et
les intérêts de la république.

Pour l'attaquer avec succès, il était utile de commencer la guerre
civile contre les représentants dans les départements qui avaient
justifié votre confiance, et contre le Comité de salut public; aussi
ont-ils été attaqués par des hommes qui semblaient se combattre entre
eux.

Que pouvaient-ils faire de mieux que de paralyser le gouvernement de la
Convention, et d'en briser tous les ressorts, dans le moment qui doit
décider du sort de la république et des tyrans?

Loin de nous l'idée qu'il existe encore au milieu de nous un seul homme
assez lâche pour vouloir servir la cause des tyrans! mais plus loin de
nous encore le crime, qui ne nous serait point pardonné, de tromper la
Convention nationale, et de trahir le peuple français par un coupable
silence! Car il y a cela d'heureux pour un peuple libre, que la vérité,
qui est le fléau des despotes, est toujours sa force et son salut. Or,
il est vrai qu'il existe encore pour notre liberté un danger, le seul
danger sérieux peut-être qui lui reste à courir: ce danger est un plan,
qui a existé, de rallier tous les ennemis de la République, en
ressuscitant l'esprit de parti; de persécuter les patriotes, de
décourager, de perdre les agents fidèles du gouvernement républicain,
de faire manquer les parties les plus essentielles du service public.
On a voulu tromper la Convention sur les hommes et sur les choses; on a
voulu lui donner le change sur les causes des abus qu'on exagère, afin
de les rendre irrémédiables; on s'est étudié à la remplir de fausses
terreurs, pour l'égarer ou pour la paralyser; on cherche à la diviser;
on a cherché à diviser surtout les représentants envoyés dans les
départements, et le Comité de salut public; on a voulu induire les
premiers à contrarier les mesures de l'autorité centrale, pour amener
le désordre et la confusion; on a voulu les aigrir à leur retour, pour
les rendre, à leur insu, les instruments d'une cabale. Les étrangers
mettent à profit toutes les passions particulières, et jusqu'au
patriotisme abusé.

On avait d'abord pris le parti d'aller droit au but, en calomniant le
Comité de salut public; on se flattait alors hautement qu'il
succomberait sous le poids de ses pénibles fonctions. La victoire et la
fortune du peuple français l'ont défendu. Depuis cette époque, on a
pris le parti de le louer en le paralysant et en détruisant le fruit de
ses travaux. Toutes ces déclamations vagues contre des agents
nécessaires du Comité; tous les projets de désorganisation, déguisés
sous le nom de réformes, déjà rejetés par la Convention, et reproduits
aujourd'hui avec une affectation étrange; cet empressement à prôner des
intrigants que le Comité de salut public a dû éloigner; cette terreur
inspirée aux bons citoyens; cette indulgence dont on flatte les
conspirateurs; tout ce système d'imposture et d'intrigue, dont le
principal auteur est un homme que vous avez repoussé de votre sein, est
dirigé contre la Convention nationale, et tend à réaliser les voeux de
tous les ennemis de la France.

C'est depuis l'époque où ce système a été annoncé dans des libelles, et
réalisé par des actes publics, que l'aristocratie et le royalisme ont
commencé à relever une tête insolente, que le patriotisme a été de
nouveau persécuté dans une partie de la République, que l'autorité
nationale a éprouvé une résistance dont les intrigants commençaient à
perdre l'habitude. Au reste, ces attaques indirectes n'eussent-elles
d'autre inconvénient que de partager l'attention et l'énergie de ceux
qui ont à porter le fardeau immense dont vous les avez chargés, et de
les distraire trop souvent des grandes mesures de salut public, pour
s'occuper de déjouer des intrigues dangereuses; elles pourraient encore
être considérées comme une diversion utile à nos ennemis.

Mais rassurons-nous; c'est ici le sanctuaire de la vérité; c'est ici
que résident les fondateurs de la République, les vengeurs de
l'humanité et les destructeurs des tyrans.

Ici, pour détruire un abus, il suffit de l'indiquer. Il nous suffit
d'appeler, au nom de la patrie, des conseils de l'amour-propre ou de la
faiblesse des individus, à la vertu et à la gloire de la Convention
nationale.

Nous provoquons, sur tous les objets de ses inquiétudes, et sur tout ce
qui peut influer sur la marche de la révolution, une discussion
solennelle; nous la conjurons de ne pas permettre qu'aucun intérêt
particulier et caché puisse usurper ici l'ascendant de la volonté
générale de l'assemblée et la puissance indestructible de la raison.

Nous nous bornerons aujourd'hui à vous proposer de consacrer par votre
approbation formelle les vérités morales et politiques sur lesquelles
doit être fondée votre administration intérieure et la stabilité de la
République, comme vous avez déjà consacré les principes de votre
conduite envers les peuples étrangers: par là vous rallierez tous les
bons citoyens, vous ôterez l'espérance aux conspirateurs; vous
assurerez votre marche, et vous confondrez les intrigues et les
calomnies des rois; vous honorerez votre cause et votre caractère aux
yeux de tous les peuples.

Donnez au peuple français ce nouveau gage de votre zèle pour protéger
le patriotisme, de votre justice inflexible pour les coupables, et de
votre dévouement à la cause du peuple. Ordonnez que les principes de
morale politique que nous venons de développer seront proclamés, en
votre nom, au dedans et au dehors de la République.



      *      *      *      *      *      *      *      *      *



_Rapport fait au nom du Comité de salut public, par Maximilien
Robespierre, sur les rapports des idées religieuses et morales avec
les principes républicains, et sur les fêtes nationales. Séance du
18 floréal, l'an second de la République française une et indivisible.
Imprimé par ordre de la Convention nationale_ (18 floréal an II -
7 mai 1794)



Citoyens,


C'est dans la prospérité que les peuples, ainsi que les particuliers,
doivent, pour ainsi dire, se recueillir pour écouter, dans le silence
des passions, la voix de la sagesse. Le moment où le bruit de nos
victoires retentit dans l'univers est donc celui où les législateurs de
la République française doivent veiller, avec une nouvelle sollicitude,
sur eux-mêmes et sur la patrie, et affermir les principes sur lesquels
doivent reposer la stabilité et la félicité de la République. Nous
venons aujourd'hui soumettre à votre méditation des vérités profondes
qui importent au bonheur des hommes, et vous proposer des mesures qui
en découlent naturellement.

Le monde moral, beaucoup plus encore que le monde physique, semble
plein de contrastes et d'énigmes. La nature nous dit que l'homme est né
pour la liberté, et l'expérience des siècles nous montre l'homme
esclave. Ses droits sont écrits dans son coeur, et son humiliation dans
l'histoire. Le genre humain respecte Caton, et se courbe sous le joug
de César. La postérité honore la vertu de Brutus; mais elle ne la
permet que dans l'histoire ancienne. Les siècles et la terre sont le
partage du crime et de la tyrannie; la liberté et la vertu se sont à
peine reposées un instant sur quelques points du globe. Sparte brille
comme un éclair dans des ténèbres immenses.....

Ne dis pas cependant, ô Brutus, que la vertu est un fantôme! Et vous,
fondateurs de la République française, gardez-vous de désespérer de
l'humanité, ou de douter un moment du succès de votre grande entreprise!

Le monde a changé, il doit changer encore. Qu'y a-t-il de commun entre
ce qui est et ce qui fut? Les nations civilisées ont succédé aux
sauvages errants dans les déserts; les moissons fertiles ont pris la
place des forêts antiques qui couvraient le globe. Un monde a paru au
delà des bornes du monde; les habitants de la terre ont ajouté les mers
à leur domaine immense; l'homme a conquis la foudre et conjuré celle du
ciel. Comparez le langage imparfait des hiéroglyphes avec les miracles
de l'imprimerie; rapprochez le voyage des Argonautes de celui de La
Pérouse; mesurez la distance entre les observations astronomiques des
mages de l'Asie et les découvertes de Newton, ou bien entre l'ébauche
tracée par la main de Dibutade et les tableaux de David.

Tout a changé dans l'ordre physique; tout doit changer dans l'ordre
moral et politique. La moitié de la révolution du monde est déjà faite;
l'autre moitié doit s'accomplir.

La raison de l'homme ressemble encore au globe qu'il habite; la moitié
en est plongée dans les ténèbres, quand l'autre est éclairée. Les
peuples de l'Europe ont fait des progrès étonnants dans ce qu'on
appelle les arts et les sciences, et ils semblent dans l'ignorance des
premières notions de la morale publique. Ils connaissent tout, excepté
leurs droits et leurs devoirs. D'où vient ce mélange de génie et de
stupidité? De ce que, pour chercher à se rendre habile dans les arts,
il ne faut que suivre ses passions, tandis que, pour défendre ses
droits et respecter ceux d'autrui, il faut les vaincre. Il en est une
autre raison: c'est que les rois qui font le destin de la terre ne
craignent ni les grands géomètres, ni les grands peintres, ni les
grands poètes, et qu'ils redoutent les philosophes rigides et les
défenseurs de l'humanité.

Cependant le genre humain est dans un état violent qui ne peut être
durable. La raison humaine marche depuis longtemps contre les trônes, à
pas lents, et par des routes détournées, mais sûres. Le génie menace le
despotisme alors même qu'il semble le caresser; il n'est plus guère
défendu que par l'habitude et par la terreur, et surtout par l'appui
que lui prête la ligue des riches et de tous les oppresseurs
subalternes qu'épouvante le caractère imposant de la révolution
française.

Le peuple français semble avoir devancé de deux mille ans le reste de
l'espèce humaine; on serait tenté même de le regarder, au milieu
d'elle, comme une espèce différente. L'Europe est à genoux devant les
ombres des tyrans que nous punissons.

En Europe, un laboureur, un artisan est un animal dressé pour les
plaisirs d'un noble; en France, les nobles cherchent à se transformer
en laboureurs et en artisans, et ne peuvent pas même obtenir cet
honneur.

L'Europe ne conçoit pas qu'on puisse vivre sans rois, sans nobles; et
nous, que l'on puisse vivre avec eux.

L'Europe prodigue son sang pour river les chaînes de l'humanité, et
nous pour les briser.

Nos sublimes voisins entretiennent gravement l'univers de la santé du
roi, de ses divertissements, de ses voyages; ils veulent absolument
apprendre à la postérité à quelle heure il a dîné, à quel moment il est
revenu de la chasse, quelle est la terre heureuse qui, à chaque instant
du jour, eut l'honneur d'être foulée par ses pieds augustes, quels sont
les noms des esclaves privilégiés qui ont paru en sa présence, au
lever, au coucher du soleil.

Nous lui apprendrons, nous, les noms et les vertus des héros morts en
combattant pour la liberté; nous loi apprendrons dans quelle terre les
derniers satellites des tyrans ont mordu la poussière; nous lui
apprendrons à quelle heure a sonné le trépas des oppresseurs du monde.

Oui, cette terre délicieuse que nous habitons, et que la nature caresse
avec prédilection, est faite pour être le domaine de la liberté et du
bonheur; ce peuple sensible et fier est vraiment né pour la gloire et
pour la vertu. O ma patrie! si le destin m'avait fait naître dans une
contrée étrangère et lointaine, j'aurais adressé au ciel des voeux
continuels pour ta prospérité; j'aurais versé des larmes
d'attendrissement au récit de tes combats et de tes vertus; mon âme
attentive aurait suivi avec une inquiète ardeur tous les mouvements de
ta glorieuse révolution; j'aurais envié le sort de tes citoyens,
j'aurais envié celui de tes représentants. Je suis Français, je suis
l'un de tes représentants... O peuple sublime! reçois le sacrifice de
tout mon être; heureux celui qui est né au milieu de toi! plus heureux
celui qui peut mourir pour ton bonheur!

O vous, à qui il a confié ses intérêts et sa puissance, que ne
pouvez-vous pas avec lui et pour lui! Oui, vous pouvez montrer au monde
le spectacle nouveau de la démocratie affermie dans un vaste empire.
Ceux qui, dans l'enfance du droit public, et du sein de la servitude,
ont balbutié des maximes contraires, prévoyaient-ils les prodiges
opérés depuis un an? Ce qui vous reste à faire est-il plus difficile
que ce que vous avez fait? Quels sont les politiques qui peuvent vous
servir de précepteurs ou de modèles? Ne faut-il pas que vous fassiez
précisément tout le contraire de ce qui a été fait avant vous? L'art de
gouverner a été jusqu'à nos jours l'art de tromper et de corrompre les
hommes: il ne doit être que celui de les éclairer et de les rendre
meilleurs.

Il y a deux sortes d'égoïsme: l'un, vil, cruel, qui isole l'homme de
ses semblables, qui cherche un bien-être exclusif acheté par la misère
d'autrui; l'autre, généreux, bienfaisant, qui confond notre bonheur
dans le bonheur de tous, qui attache notre gloire à celle de la patrie.
Le premier fait les oppresseurs et les tyrans; le second, les
défenseurs de l'humanité. Suivons son impulsion salutaire: chérissons
le repos acheté par de glorieux travaux; ne craignons point la mort qui
les couronne, et nous consoliderons le bonheur de notre patrie et même
le nôtre.

Le vice et la vertu font les destins de la terre: ce sont les deux
génies opposés qui se la disputent. La source de l'un et de l'autre est
dans les passions de l'homme. Selon la direction qui est donnée à ses
passions, l'homme s'élève jusqu'aux cieux ou s'enfonce dans des abîmes
fangeux. Or, le but de toutes les institutions sociales, c'est de les
diriger vers la justice, qui est à la fois le bonheur public et le
bonheur privé.

Le fondement unique de la société civile, c'est la morale! Toutes les
associations qui nous font la guerre reposent sur le crime: ce ne sont
aux yeux de la vérité que des hordes de sauvages policés et de brigands
disciplinés. A quoi se réduit donc cette science mystérieuse de la
politique et de la législation? A mettre dans les lois et dans
l'administration les vérités morales reléguées dans les livres des
philosophes, et à appliquer à la conduite des peuples les notions
triviales de probité que chacun est forcé d'adopter pour sa conduite
privée, c'est-à-dire à employer autant d'habileté à faire régner la
justice que les gouvernements en ont mis jusqu'ici à être injustes
impunément ou avec bienséance.

Aussi, voyez combien d'art les rois et leurs complices ont épuisé pour
échapper à l'application de ces principes, et pour obscurcir toutes les
notions du juste et de l'injuste! Qu'il était exquis, le bon sens de ce
pirate qui répondit à Alexandre: "On m'appelle brigand, parce que je
n'ai qu'un navire; et toi, parce que tu as une flotte, on t'appelle
conquérant!" Avec quelle impudeur ils font des lois contre le vol,
lorsqu'ils envahissent la fortune publique! On condamne en leur nom les
assassins, et ils assassinent des millions d'hommes par la guerre et
par la misère. Sous la monarchie, les vertus domestiques ne sont que
des ridicules: mais les vertus publiques sont des crimes; la seule
vertu est d'être l'instrument docile des crimes du prince, le seul
honneur est d'être aussi méchant que lui. Sous la monarchie, il est
permis d'aimer sa famille, mais non la patrie. Il est honorable de
défendre ses amis, mais non les opprimés. La probité de la monarchie
respecte toutes les propriétés, excepté celle du pauvre; elle protège
tous les droits, excepté ceux du peuple.

Voici un article du code de la monarchie:

"Tu ne voleras pas, à moins que tu ne sois le roi, ou que tu n'aies
obtenu un privilège du roi; tu n'assassineras pas, à moins que tu ne
fasses périr, d'un seul coup, plusieurs milliers d'hommes."

Vous connaissez ce mot ingénu du cardinal de Richelieu, écrit dans son
testament politique, que les rois doivent s'abstenir avec grand soin de
se servir des gens de probité, parce qu'ils ne peuvent en tirer parti.
Plus de deux mille ans auparavant, il y avait sur les bords du
Pont-Euxin un petit roi qui professait la même doctrine d'une manière
encore plus énergique. Ses favoris avaient fait mourir quelques-uns de
ses amis par de fausses accusations. Il s'en aperçut; un jour que l'un
d'eux portait devant lui une nouvelle délation: "Je te ferais mourir,
lui dit-il, si des scélérats tels que toi n'étaient pas nécessaires aux
despotes." On assure que ce prince était un des meilleurs qui aient
existé.

Mais c'est en Angleterre que le machiavélisme a poussé cette doctrine
royale au plus haut degré de perfection.

Je ne doute pas qu'il y ait beaucoup de marchands à Londres qui se
piquent de quelque bonne foi dans les affaires de leur négoce; mais il
y a à parier que ces honnêtes gens trouvent tout naturel que les
membres du parlement britannique vendent publiquement au roi George
leur conscience et les droits du peuple, comme ils vendent eux-mêmes
les productions de leurs manufactures.

Pitt déroule aux yeux de ce parlement la liste de ses bassesses et de
ses forfaits: "tant pour la trahison, tant pour les assassinats des
représentants du peuple et des patriotes, tant pour la calomnie, tant
pour la famine, tant pour la corruption, tant pour la fabrication de la
fausse monnaie"; le sénat écoute avec un sang-froid admirable, et
approuve le tout avec soumission.

En vain, la voix d'un seul homme s'élève avec l'indignation de la vertu
contre tant d'infamies; le ministre avoue ingénument qu'il ne comprend
rien à des maximes si nouvelles pour lui, et le sénat rejette la motion.

Stanhope, ne demande point acte à tes indignes collègues de ton
opposition à leurs crimes; la postérité te le donnera, et leur censure
est pour toi le plus beau titre à l'estime de ton siècle même.

Que conclure de tout ce que je viens de dire? Que l'immoralité est la
base du despotisme, comme la vertu est l'essence de la République.

La révolution, qui tend à l'établir, n'est que le passage du règne du
crime à celui de la justice; de là les efforts continuels des rois
ligués contre nous et de tous les conspirateurs pour perpétuer chez
nous les préjugés et les vices de la monarchie.

Tout ce qui regrettait l'ancien régime, tout ce qui ne s'était lancé
dans la carrière de la révolution que pour arriver à un changement de
dynastie, s'est appliqué, dès le commencement, à arrêter les progrès de
la morale publique; car quelle différence y avait-il entre les amis de
d'Orléans ou d'York et ceux de Louis XVI, si ce n'est, de la part des
premiers, peut-être un plus haut degré de lâcheté et d'hypocrisie?

Les chefs des factions qui partagèrent les deux premières législatures,
trop lâches pour croire à la République, trop corrompus pour la
vouloir, ne cessèrent de conspirer pour effacer du coeur des hommes les
principes éternels que leur propre politique les avait d'abord obligés
de proclamer. La conjuration se déguisait alors sous la couleur de ce
perfide modérantisme qui, protégeant le crime et tuant la vertu, nous
ramenait par un chemin oblique et sûr à la tyrannie.

Quand l'énergie républicaine eut confondu ce lâche système et fondé la
démocratie, l'aristocratie et l'étranger formèrent le plan de tout
outrer et de tout corrompre. Ils se cachèrent sous les formes de la
démocratie, pour la déshonorer par des travers aussi funestes que
ridicules, et pour l'étouffer dans son berceau.

On attaqua la liberté en même temps par le modérantisme et par la
fureur. Dans ce choc de deux factions opposées en apparence, mais dont
les chefs étaient unis par des noeuds secrets, l'opinion publique était
dissoute, la représentation avilie, le peuple nul; et la révolution ne
semblait être qu'un combat ridicule pour décider à quels fripons
resterait le pouvoir de déchirer et de vendre la patrie.

La marche des chefs de parti qui semblaient les plus divisés fut
toujours à peu près la même. Leur principal caractère fut une profonde
hypocrisie.

Lafayette invoquait la Constitution pour relever la puissance royale.
Dumouriez invoquait la Constitution pour protéger la faction girondine
contre la Convention nationale. Au mois d'août 1792, Brissot et les
Girondins voulaient faire de la Constitution un bouclier, pour parer le
coup qui menaçait le trône. Au mois de janvier suivant, les mêmes
conspirateurs réclamaient la souveraineté du peuple pour arracher la
royauté à l'opprobre de l'échafaud, et pour allumer la guerre civile
dans les assemblées sectionnaires. Hébert et ses complices réclamaient
la souveraineté du peuple pour égorger la Convention nationale et
anéantir le gouvernement républicain.

Brissot et les Girondins avaient voulu armer les riches contre le
peuple; la faction d'Hébert, en protégeant l'aristocratie, caressait le
peuple pour l'opprimer par lui-même.

Danton, le plus dangereux des ennemis de la patrie, s'il n'en avait été
le plus lâche; Danton, ménageant tous les crimes, lié à tous les
complots, promettant aux scélérats sa protection, aux patriotes sa
fidélité, habile à expliquer ses trahisons par des prétextes de bien
public, à justifier ses vices par ses défauts prétendus, faisait
inculper par ses amis, d'une manière insignifiante ou favorable, les
conspirateurs près de consommer la ruine de la République, pour avoir
occasion de les défendre lui-même, transigeait avec Brissot,
correspondait avec Ronsin, encourageait Hébert, et s'arrangeait à tout
événement pour profiter également de leur chute ou de leur succès, et
pour rallier tous les ennemis de la liberté contre le gouvernement
républicain.

C'est surtout dans ces derniers temps que l'on vit se développer dans
toute son étendue l'affreux système, ourdi par nos ennemis, de
corrompre la morale publique. Pour mieux y réussir, ils s'en étaient
eux-mêmes établis les professeurs; ils allaient tout flétrir, tout
confondre, par un mélange odieux de la pureté de nos principes avec la
corruption de leurs coeurs.

Tous les fripons avaient usurpé une espèce de sacerdoce politique, et
rangeaient dans la classe des profanes les fidèles représentants du
peuple et tous les patriotes. On tremblait alors de proposer une idée
juste; ils avaient interdit au patriotisme l'usage du bon sens: il y
eut un moment où il était défendu de s'opposer à la ruine de la patrie,
sous peine de passer pour mauvais citoyen: le patriotisme n'était plus
qu'un travestissement ridicule ou l'audace de déclamer contre la
Convention. Grâce à cette subversion des idées révolutionnaires,
l'aristocratie, absoute de tous ses crimes, tramait très
patriotiquement le massacre des représentants du peuple et la
résurrection de la royauté; gorgés des trésors de la tyrannie, les
conjurés prêchaient la pauvreté; affamés d'or et de domination, ils
prêchaient l'égalité avec insolence pour la faire haïr; la liberté
était pour eux l'indépendance du crime; la révolution, un trafic; le
peuple, un instrument; la patrie, une proie. Le peu de bien même qu'ils
s'efforçaient de faire était un stratagème perfide pour nous faire plus
aisément des maux irréparables. S'ils se montraient quelquefois
sévères, c'était pour acquérir le droit de favoriser les ennemis de la
liberté, et de proscrire ses amis. Couverts de tous les crimes, ils
exigeaient des patriotes, non seulement l'infaillibilité, mais la
garantie de tous les caprices de la fortune, afin que personne n'osât
plus servir la patrie. Ils tonnaient contre l'agiotage et partageaient
avec les agioteurs la fortune publique; ils parlaient contre la
tyrannie, pour mieux servir les tyrans. Les tyrans de l'Europe
accusaient, par leur organe, la Convention nationale de tyrannie. On ne
pouvait pas proposer au peuple de rétablir la royauté, ils voulaient le
pousser à détruire son propre gouvernement; on ne pouvait pas lui dire
qu'il devait appeler ses ennemis, on lui disait qu'il fallait chasser
ses défenseurs; on ne pouvait pas lui dire de poser les armes, on le
décourageait par de fausses nouvelles; on comptait pour rien ses
succès, et on exagérait ses échecs avec une coupable malignité.

On ne pouvait pas lui dire: Le fils du tyran, ou un autre Bourbon, ou
bien l'un des fils du roi George, te rendrait heureux; mais on lui
disait: Tu es malheureux. On lui traçait le tableau de la disette
qu'ils cherchaient eux-mêmes à amener; on lui disait que les oeufs, que
le sucre n'étaient pas abondants. On ne lui disait pas que sa liberté
valait quelque chose; que l'humiliation de ses oppresseurs et tous les
autres effets de la révolution n'étaient pas des biens méprisables;
qu'il combattait encore; que la ruine de ses ennemis pouvait seule
assurer son bonheur...; mais il sentait tout cela. Enfin, ils ne
pouvaient pas asservir le peuple français par la force ni par son
propre consentement; ils cherchaient à l'enchaîner par la subversion,
par la révolte, par la corruption des moeurs.

Ils ont érigé l'immoralité, non seulement en système, mais en religion;
ils ont cherché à éteindre tous les sentiments religieux de la nature
par leurs exemples, autant que par leurs préceptes. Le méchant voudrait
dans son coeur qu'il ne restât pas sur la terre un seul homme de bien,
afin de n'y plus rencontrer un seul accusateur, et de pouvoir y
respirer en paix. Ceux-ci allèrent chercher dans les esprits et dans
les coeurs tout ce qui sert d'appui à la morale, pour l'en arracher, et
pour y étouffer l'accusateur invisible que la nature y a caché.

Les tyrans, satisfaits de l'audace de leurs émissaires, s'empressèrent
d'étaler aux yeux de leurs sujets les extravagances qu'ils avaient
achetées; et, feignant de croire que c'était là le peuple français, ils
semblèrent leur dire: "Que gagneriez-vous à secouer notre joug? vous le
voyez, les républicains ne valent pas mieux que nous." Les tyrans
ennemis de la France avaient ordonné un plan qui devait, si leurs
espérances avaient été parfaitement remplies, embraser tout à coup
notre République et élever une barrière insurmontable entre elle et les
autres peuples; les conjurés l'exécutèrent. Les mêmes fourbes qui
avaient invoqué la souveraineté du peuple pour égorger la Convention
nationale, alléguèrent la haine de la superstition pour nous donner la
guerre civile et l'athéisme.

Que voulaient-ils, ceux qui, au sein des conspirations dont nous étions
environnés, au milieu des embarras d'une telle guerre, au moment où les
torches de la discorde civile fumaient encore, attaquèrent tout à coup
tous les cultes par la violence, pour s'ériger eux-mêmes en apôtres
fougueux du néant et en missionnaires fanatiques de l'athéisme? Quel
était le motif de cette grande opération tramée dans les ténèbres de la
nuit, à l'insu de la Convention nationale, par des prêtres, par des
étrangers et par des conspirateurs? Etait-ce l'amour de la patrie? La
patrie leur a déjà infligé le supplice des traîtres. Etait-ce la haine
des prêtres? Les prêtres étaient leurs amis. Etait-ce l'horreur du
fanatisme? C'était le seul moyen de lui offrir des armes. Etait-ce le
désir de hâter le triomphe de la Raison? Mais on ne cessait de
l'outrager par des violences absurdes et par des extravagances
concertées pour la rendre odieuse: on ne semblait la reléguer dans les
temples que pour la bannir de la République.

On servait la cause des rois ligués contre nous, des rois qui avaient
eux-mêmes annoncé d'avance ces événements, et qui s'en prévalaient avec
succès pour exciter contre nous le fanatisme des peuples par des
manifestes et par des prières publiques. Il faut voir avec quelle
sainte colère M. Pitt nous oppose ces faits, et avec quel soin le petit
nombre d'hommes intègres qui existe au parlement d'Angleterre les
rejette sur quelques hommes méprisables, désavoués et punis par vous.

Cependant, tandis que ceux-ci remplissaient leur mission, le peuple
anglais jeûnait pour expier les péchés payés par M. Pitt, et les
bourgeois de Londres portaient le deuil du culte catholique, comme ils
avaient porté celui du roi Capet et de la reine Antoinette.

Admirable politique du ministre de George, qui faisait insulter l'Etre
suprême par ses émissaires, et voulait le venger par les baïonnettes
anglaises et autrichiennes! J'aime beaucoup la piété des rois, et je
crois fermement à la religion de M. Pitt. Il est certain du moins qu'il
a trouvé de bons amis en France; car, suivant tous les calculs de la
prudence humaine, l'intrigue dont je parle devait allumer un incendie
rapide dans toute la République, et lui susciter de nouveaux ennemis au
dehors.

Heureusement, le génie du peuple français, sa passion inaltérable pour
la liberté, la sagesse avec laquelle vous avez averti les patriotes de
bonne foi qui pouvaient être entraînés par l'exemple dangereux des
inventeurs hypocrites de cette machination, enfin le soin qu'ont pris
les prêtres eux-mêmes de désabuser le peuple sur leur propre compte,
toutes ces causes ont prévenu la plus grande partie des inconvénients
que les conspirateurs en attendaient. C'est à vous de faire cesser les
autres, et de mettre à profit, s'il est possible, la perversité même de
nos ennemis, pour assurer le triomphe des principes et de la liberté.

Ne consultez que le bien de la patrie et les intérêts de l'humanité.
Toute institution, toute doctrine qui console et qui élève les âmes
doit être accueillie; rejetez toutes celles qui tendent à les dégrader
et à les corrompre. Ranimez, exaltez tous les sentiments généreux et
toutes les grandes idées morales qu'on a voulu éteindre; rapprochez par
le charme de l'amitié et par le lien de la vertu les hommes qu'on a
voulu diviser. Qui donc t'a donné la mission d'annoncer au peuple que
la Divinité n'existe pas, ô toi qui te passionnes pour cette aride
doctrine, et qui ne te passionnas jamais pour la patrie? Quel avantage
trouves-tu à persuader à l'homme qu'une force aveugle préside à ses
destinées et frappe au hasard le crime et la vertu, que son âme n'est
qu'un souffle léger qui s'éteint aux portes du tombeau?

L'idée de son néant lui inspirera-t-elle des sentiments plus purs et
plus élevés que celle de son immortalité? Lui inspirera-t-elle plus de
respect pour ses semblables et pour lui-même, plus de dévouement pour
la patrie, plus d'audace à braver la tyrannie, plus de mépris pour la
mort ou pour la volupté? Vous qui regrettez un ami vertueux, vous aimez
à penser que la plus belle partie de lui-même a échappé au trépas! Vous
qui pleurez sur le cercueil d'un fils ou d'une épouse, êtes-vous
consolé par celui qui vous dit qu'il ne reste plus d'eux qu'une vile
poussière? Malheureux qui expirez sous les coups d'un assassin, votre
dernier soupir est un appel à la justice éternelle! L'innocence sur
l'échafaud fait pâlir le tyran sur son char de triomphe: aurait-elle
cet ascendant, si le tombeau égalait l'oppresseur et l'opprimé?
Malheureux sophiste! de quel droit viens-tu arracher à l'innocence le
sceptre de la raison, pour le remettre dans les mains du crime, jeter
un voile funèbre sur la nature, désespérer le malheur, réjouir le vice,
attrister la vertu, dégrader l'humanité? Plus un homme est doué de
sensibilité et de génie, plus il s'attache aux idées qui agrandissent
son être et qui élèvent son coeur; et la doctrine des hommes de cette
trempe devient celle de l'univers. Eh! comment ces idées ne
seraient-elles point des vérités? Je ne conçois pas du moins comment la
nature aurait pu suggérer à l'homme des fictions plus utiles que toutes
les réalités; et si l'existence de Dieu, si l'immortalité de l'âme
n'étaient que des songes, elles seraient encore la plus belle de toutes
les conceptions de l'esprit humain.

Je n'ai pas besoin d'observer qu'il ne s'agit pas ici de faire le
procès à aucune opinion philosophique en particulier, ni de contester
que tel philosophe peut être vertueux, quelles que soient ses opinions,
et même en dépit d'elles, par la force d'un naturel heureux ou d'une
raison supérieure. Il s'agit de considérer seulement l'athéisme comme
national, et lié à un système de conspiration contre la République.

Eh! que vous importent à vous, législateurs, les hypothèses diverses
par lesquelles certains philosophes expliquent les phénomènes de la
nature? Vous pouvez abandonner tous ces objets à leurs disputes
éternelles: ce n'est ni comme métaphysiciens, ni comme théologiens, que
vous devez les envisager. Aux yeux du législateur, tout ce qui est
utile au monde et bon dans la pratique, est la vérité.

L'idée de l'Etre suprême et de l'immortalité de l'âme est un rappel
continuel à la justice; elle est donc sociale et républicaine. La
Nature a mis dans l'homme le sentiment du plaisir et de la douleur qui
le force à fuir les objets physiques qui lui sont nuisibles, et à
chercher ceux qui lui conviennent. Le chef-d'oeuvre de la société
serait de créer en lui, pour les choses morales, un instinct rapide
qui, sans le secours tardif du raisonnement, le portât à faire le bien
et à éviter le mal; car la raison particulière de chaque homme, égarée
par ses passions, n'est souvent qu'un sophiste qui plaide leur cause,
et l'autorité de l'homme peut toujours être attaquée par l'amour-propre
de l'homme. Or, ce qui produit ou remplace cet instinct précieux, ce
qui supplée à l'insuffisance de l'autorité humaine, c'est le sentiment
religieux qu'imprime dans les âmes l'idée d'une sanction donnée aux
préceptes de la morale par une puissance supérieure à l'homme. Aussi je
ne sache pas qu'aucun législateur se soit jamais avisé de nationaliser
l'athéisme; je sais que les plus sages mêmes d'entre eux se sont permis
de mêler à la vérité quelques fictions, soit pour frapper l'imagination
des peuples ignorants, soit pour les attacher plus fortement à leurs
institutions. Lycurgue et Solon eurent recours à l'autorité des
oracles; et Socrate lui-même, pour accréditer la vérité parmi ses
concitoyens, se crut obligé de leur persuader qu'elle lui était
inspirée par un génie familier.

Vous ne conclurez pas de là sans doute qu'il faille tromper les hommes
pour les instruire, mais seulement que vous êtes heureux de vivre dans
un siècle et dans un pays dont les lumières ne vous laissent d'autre
tâche à remplir que de rappeler les hommes à la nature et à la vérité.

Vous vous garderez bien de briser le lien sacré qui les unit à l'auteur
de leur être. Il suffit même que cette opinion ait régné chez un
peuple, pour qu'il soit dangereux de la détruire. Car les motifs des
devoirs et les bases de la moralité s'étant nécessairement liés à celte
idée, l'effacer, c'est démoraliser le peuple. Il résulte du même
principe qu'on ne doit jamais attaquer un culte établi qu'avec prudence
et avec une certaine délicatesse, de peur qu'un changement subit et
violent ne paraisse une atteinte portée à la morale, et une dispense de
la probité même. Au reste, celui qui peut remplacer la Divinité dans le
système de la vie sociale est à mes yeux un prodige de génie; celui
qui, sans l'avoir remplacée, ne songe qu'à la bannir de l'esprit des
hommes, me paraît un prodige de stupidité ou de perversité.

Qu'est-ce que les conjurés avaient mis à la place de ce qu'ils
détruisaient? Rien, si ce n'est le chaos, le vide et la violence. Ils
méprisaient trop le peuple pour prendre la peine de le persuader; au
lieu de l'éclairer, ils ne voulaient que l'irriter, l'effaroucher ou le
dépraver.

Si les principes que j'ai développés jusqu'ici sont des erreurs, je me
trompe du moins avec tout ce que le monde révère: prenons ici les
leçons de l'histoire. Remarquez, je vous prie, comment les hommes qui
ont influé sur la destinée des Etats furent déterminés vers l'un ou
l'autre des deux systèmes opposés par leur caractère personnel et par
la nature même de leurs vues politiques. Voyez-vous avec quel art
profond César, plaidant dans le sénat romain en faveur des complices de
Catilina, s'égare dans une digression contre le dogme de l'immortalité
de l'âme, tant ces idées lui paraissent propres à éteindre dans le
coeur des juges l'énergie de la vertu, tant la cause du crime lui
paraît liée à celle de l'athéisme. Cicéron, au contraire, invoquait
contre les traîtres et le glaive des lois et la foudre des dieux.
Socrate mourant entretient ses amis de l'immortalité de l'âme. Léonidas
aux Thermopyles, soupant avec ses compagnons d'armes, au moment
d'exécuter le dessein le plus héroïque que la vertu humaine ait jamais
conçu, les invite pour le lendemain à un autre banquet dans une vie
nouvelle. Il y a loin de Socrate à Chaumette, et de Léonidas au Père
Duchesne. Un grand homme, un véritable héros s'estime trop lui-même
pour se complaire dans l'idée de son anéantissement. Un scélérat,
méprisable à ses propres yeux, horrible à ceux d'autrui, sent que la
nature ne peut lui faire de plus beau présent que le néant.

Caton ne balança point entre Epicure et Zénon. Brutus et les illustres
conjurés qui partagèrent ses périls et sa gloire appartenaient aussi à
cette secte sublime de stoïciens, qui eut des idées si hautes de la
dignité de l'homme, qui poussa si loin l'enthousiasme de la vertu, et
qui n'outra que l'héroïsme. Le stoïcisme enfanta des émules de Brutus
et de Caton jusque dans les siècles affreux qui suivirent la perte de
la liberté romaine. Le stoïcisme sauva l'honneur de la nature humaine
dégradée par les vices des successeurs de César et surtout par la
patience des peuples. La secte épicurienne revendiquait sans doute tous
les scélérats qui opprimèrent leur patrie, et tous les lâches qui la
laissèrent opprimer. Aussi, quoique le philosophe dont elle portait le
nom ne fût pas personnellement un homme méprisable, les principes de
son système, interprétés par la corruption, amenèrent des conséquences
si funestes que l'antiquité elle-même la flétrit par la dénomination de
_troupeau d'Epicure_; et comme dans tous les temps le coeur humain est
au fond le même, et que le même instinct ou le même système politique a
commandé aux hommes la même marche, il sera facile d'appliquer les
observations que je viens de faire, au moment actuel, et même au temps
qui a précédé immédiatement notre révolution. Il est bon de jeter un
coup d'oeil sur ce temps, ne fût-ce que pour pouvoir expliquer une
partie des phénomènes qui ont éclaté depuis.

Dès longtemps les observateurs éclairés pouvaient apercevoir quelques
symptômes de la révolution actuelle. Tous les événements importants y
tendaient; les causes mêmes des particuliers susceptibles de quelque
éclat s'attachaient à une intrigue politique. Les hommes de lettres
renommés, en vertu de leur influence sur l'opinion, commençaient à en
obtenir quelqu'une dans les affaires. Les plus ambitieux avaient formé
dès lors une espèce de coalition qui augmentait leur importance; ils
semblaient s'être partagés en deux sectes, dont l'une défendait
bêtement le clergé et le despotisme. La plus puissante et la plus
illustre était celle qui fut connue sous le nom d'encyclopédistes. Elle
renfermait quelques hommes estimables et un plus grand nombre de
charlatans ambitieux. Plusieurs de ses chefs étaient devenus des
personnages considérables dans l'Etat: quiconque ignorerait son
influence et sa politique n'aurait pas une idée complète de la préface
de notre révolution. Cette secte, en matière de politique, resta
toujours au-dessous des droits du peuple; en matière de morale, elle
alla beaucoup au delà de la destruction des préjugés religieux. Ses
coryphées déclamaient quelquefois contre le despotisme, et ils étaient
pensionnés par les despotes; ils faisaient tantôt des livres contre la
cour, et tantôt des dédicaces aux rois, des discours pour les
courtisans, et des madrigaux pour les courtisanes; ils étaient fiers
dans leurs écrits, et rampants dans les antichambres. Cette secte
propagea avec beaucoup de zèle l'opinion du matérialisme, qui prévalut
parmi les grands et parmi les beaux esprits. On lui doit en grande
partie cette espèce de philosophie pratique qui, réduisant l'égoïsme en
système, regarde la société humaine comme une guerre de ruse, le succès
comme la règle du juste et de l'injuste, la probité comme une affaire
de goût ou de bienséance, le monde comme le patrimoine des fripons
adroits. J'ai dit que ses coryphées étaient ambitieux; les agitations
gui annonçaient un grand changement dans l'ordre politique des choses
avaient pu étendre leurs vues. On a remarqué que plusieurs d'entre eux
avaient des liaisons intimes avec la maison d'Orléans, et la
Constitution anglaise était, suivant eux, le chef-d'oeuvre de la
politique et le maximum du bonheur social.

Parmi ceux qui, du temps dont je parle, se signalèrent dans la carrière
des lettres et de la philosophie, un homme* [* Jean-Jacques Rousseau.],
par l'élévation de son âme et par la grandeur de son caractère, se
montra digne du ministère de précepteur du genre humain. Il attaqua la
tyrannie avec franchise; il parla avec enthousiasme de la divinité; son
éloquence mâle et probe peignit en traits de flamme les charmes de la
vertu; elle défendit ces dogmes consolateurs que la raison donne pour
appui au coeur humain; la pureté de sa doctrine, puisée dans la nature
et dans la haine profonde du vice, autant que son mépris invincible
pour les sophistes intrigants qui usurpaient le nom de philosophes, lui
attira la haine et la persécution de ses rivaux et de ses faux amis.
Ah! s'il avait été témoin de cette révolution dont il fut le précurseur
et qui l'a porté au Panthéon, qui peut douter que son âme généreuse eût
embrassé avec transport la cause de la justice et de l'égalité? Mais
qu'ont fait pour elle ses lâches adversaires? Ils ont combattu la
révolution, dès le moment qu'ils ont craint qu'elle n'élevât le peuple
au-dessus de toutes les vanités particulières; les uns ont employé leur
esprit à frelater les principes républicains et à corrompre l'opinion
publique; ils se sont prostitués aux factions, et surtout au parti
d'Orléans; les autres se sont renfermés dans une lâche neutralité. Les
hommes de lettres en général se sont déshonorés dans cette révolution;
et, à la honte éternelle de l'esprit, la raison du peuple en a fait
seule tous les frais.

Hommes petits et vains, rougissez, s'il est possible. Les prodiges qui
ont immortalisé cette époque de l'histoire humaine ont été opérés sans
vous et malgré vous; le bon sens sans intrigue, et le génie sans
instruction, ont porté la France à ce degré d'élévation qui épouvante
votre bassesse et qui écrase votre nullité. Tel artisan s'est montré
habile dans la connaissance des droits de l'homme, quand tel faiseur de
livres, presque républicain en 1788, défendait stupidement la cause des
rois en 1793. Tel laboureur répandait la lumière de la philosophie dans
les campagnes, quand l'académicien Condorcet, jadis grand géomètre,
dit-on, au jugement des littérateurs, et grand littérateur au dire des
géomètres, depuis conspirateur timide, méprisé de tous les partis,
travaillait sans cesse à l'obscurcir par le perfide fatras de ses
rapsodies mercenaires.

Vous avez déjà été frappés, sans doute, de la tendresse avec laquelle
tant d'hommes qui ont trahi leur patrie ont caressé les opinions
sinistres que je combats. Que de rapprochements curieux peuvent
s'offrir encore à vos esprits! Nous avons entendu, qui croirait à cet
excès d'impudeur? nous avons entendu dans une société populaire le
traître Guadet dénoncer un citoyen pour avoir prononcé le nom de la
Providence. Nous avons entendu, quelque temps après, Hébert en accuser
un autre pour avoir écrit contre l'athéisme. N'est-ce pas Vergniaud et
Gensonné qui, en votre présence même, et à votre tribune, pérorèrent
avec chaleur pour bannir du préambule de la Constitution le nom de
l'Etre suprême que vous y avez placé? Danton, qui souriait de pitié aux
mots de vertu, de gloire, de postérité; Danton, dont le système était
d'avilir ce qui peut élever l'âme; Danton, qui était froid et muet dans
les plus grands dangers de la liberté, parla après eux avec beaucoup de
véhémence en faveur de la même opinion. D'où vient ce singulier accord
de principe entre tant d'hommes qui paraissaient divisés? Faut-il
l'attribuer simplement au soin que prenaient les déserteurs de la cause
du peuple, de chercher à couvrir leur défection par une affectation de
zèle contre ce qu'ils appelaient les préjugés religieux, comme s'ils
avaient voulu compenser leur indulgence pour l'aristocratie et la
tyrannie par la guerre qu'ils déclaraient à la Divinité?

Non, la conduite de ces personnages artificieux tenait sans doute à des
vues politiques plus profondes; ils sentaient que, pour détruire la
liberté, il fallait favoriser par tous les moyens tout ce qui tend à
justifier l'égoïsme, à dessécher le coeur et à effacer l'idée de ce
beau moral, qui est la seule règle sur laquelle la raison publique juge
les défenseurs et les ennemis de l'humanité. Ils embrassaient avec
transport un système qui, confondant la destinée des bons et des
méchants, ne laisse entre eux d'autre différence que les faveurs
incertaines de la fortune, ni d'autre arbitre que le droit du plus fort
ou du plus rusé.

Vous tendez à un but bien différent; vous suivrez donc une politique
contraire. Mais ne craignons-nous pas de réveiller le fanatisme et de
donner un avantage à l'aristocratie? Non: si nous adoptons le parti que
la sagesse indique, il nous sera facile d'éviter cet écueil.

Ennemis du peuple, qui que vous soyez, jamais la Convention nationale
ne favorisera votre perversité. Aristocrates, de quelques dehors
spécieux que vous vouliez vous couvrir aujourd'hui, en vain
chercheriez-vous à vous prévaloir de notre censure contre les auteurs
d'une trame criminelle, pour accuser les patriotes sincères que la
seule haine du fanatisme peut avoir entraînés à des démarches
indiscrètes. Vous n'avez pas le droit d'accuser; et la justice
nationale, dans ces orages excités par les factions, sait discerner les
erreurs des conspirations: elle saisira, d'une main sûre, tous les
intrigants pervers, et ne frappera pas un seul homme de bien.

Fanatiques, n'espérez rien de nous. Rappeler les hommes au culte pur de
l'Etre suprême, c'est porter un coup mortel au fanatisme. Toutes les
fictions disparaissent devant la Vérité et toutes les folies tombent
devant la Raison. Sans contrainte, sans persécution, toutes les sectes
doivent se confondre d'elles-mêmes dans la religion universelle de la
Nature. Nous vous conseillerons donc de maintenir les principes que
vous avez manifestés jusqu'ici. Que la liberté des cultes soit
respectée, pour le triomphe même de la raison; mais qu'elle ne trouble
point l'ordre public, et qu'elle ne devienne point un moyen de
conspiration. Si la malveillance contre-révolutionnaire se cachait sous
ce prétexte, réprimez-la; et reposez-vous du reste sur la puissance des
principes et sur la force même des choses.

Prêtres ambitieux, n'attendez donc pas que nous travaillions à rétablir
votre empire; une telle entreprise serait même au-dessus de notre
puissance. Vous vous êtes tués vous-mêmes, et on ne revient pas plus à
la vie morale qu'à l'existence physique.

Et, d'ailleurs, qu'y a-t-il entre les prêtres et Dieu? Les prêtres sont
à la morale ce que les charlatans sont à la médecine. Combien le Dieu
de la nature est différent du Dieu des prêtres! Il ne connaît rien de
si ressemblant à l'athéisme que les religions qu'ils ont faites. A
force de défigurer l'Etre suprême, ils l'ont anéanti autant qu'il était
en eux; ils en ont fait tantôt un globe de feu, tantôt un boeuf, tantôt
un arbre, tantôt un homme, tantôt un roi. Les prêtres ont créé Dieu à
leur image: ils l'ont fait jaloux, capricieux, avide, cruel,
implacable. Ils l'ont traité comme jadis les maires du palais
traitèrent les descendants de Clovis, pour régner sous son nom et se
mettre à sa place. Ils l'ont relégué dans le ciel comme dans un palais,
et ne l'ont appelé sur la terre que pour demander à leur profit des
dîmes, des richesses, des honneurs, des plaisirs et de la puissance. Le
véritable prêtre de l'Etre suprême, c'est la Nature; son temple,
l'univers; son culte, la vertu; ses fêtes, la joie d'un grand peuple
rassemblé sous ses yeux pour resserrer les doux noeuds de la fraternité
universelle, et pour lui présenter l'hommage des coeurs sensibles et
purs.

Prêtres, par quel titre avez-vous prouvé votre mission? Avez-vous été
plus justes, plus modestes, plus amis de la vérité que les autres
hommes? Avez-vous chéri l'égalité, défendu les droits des peuples,
abhorré le despotisme et abattu la tyrannie? C'est vous qui avez dit
aux rois: _Vous êtes les images de Dieu sur la terre; c'est de lui seul
que vous tenez votre puissance_. Et les rois vous ont répondu: _Oui,
vous êtes vraiment les envoyés de Dieu; unissons-nous pour partager les
dépouilles et les adorations des mortels_. Le sceptre et l'encensoir
ont conspiré pour déshonorer le ciel et pour usurper la terre.

Laissons les prêtres, et retournons à la divinité. Attachons la morale
à des bases éternelles et sacrées; inspirons à l'homme ce respect
religieux pour l'homme, ce sentiment profond de ses devoirs, qui est la
seule garantie du bonheur social; nourrissons-le par toutes nos
institutions; que l'éducation publique soit surtout dirigée vers ce
but. Vous lui imprimerez sans doute un grand caractère, analogue à la
nature de notre gouvernement et à la sublimité des destinées de la
République. Vous sentirez la nécessité de la rendre commune et égale
pour tous les Français. Il ne s'agit plus de former des _messieurs_,
mais des citoyens: la patrie a seule droit d'élever ses enfants; elle
ne peut confier ce dépôt à l'orgueil des familles, ni aux préjugés des
particuliers, aliments éternels de l'aristocratie et d'un fédéralisme
domestique, qui rétrécit les âmes en les isolant, et détruit, avec
l'égalité, tous les fondements de l'ordre social. Mais ce grand objet
est étranger à la discussion actuelle.

Il est cependant une sorte d'institution qui doit être considérée comme
une partie essentielle de l'éducation publique, et qui appartient
nécessairement au sujet de ce rapport: je veux parler des fêtes
nationales.

Rassemblez les hommes, vous les rendrez meilleurs; car les hommes
rassemblés chercheront à se plaire, et ils ne pourront se plaire que
par les choses qui les rendent estimables. Donnez à leur réunion un
grand motif moral et politique, et l'amour des choses honnêtes entrera
avec le plaisir dans tous les coeurs; car les hommes ne se voient pas
sans plaisir.

L'homme est le plus grand objet qui soit dans la nature; et le plus
magnifique de tous les spectacles, c'est celui d'un grand peuple
assemblé. On ne parle jamais sans enthousiasme des fêtes nationales de
la Grèce: cependant elles n'avaient guère pour objet que des jeux où
brillaient la force du corps, l'adresse, ou tout au plus le talent des
poètes et des orateurs. Mais la Grèce était là; on voyait un spectacle
plus grand que les jeux: c'étaient les spectateurs eux-mêmes; c'était
le peuple vainqueur de l'Asie, que les vertus républicaines avaient
élevé quelquefois au-dessus de l'humanité; on voyait les grands hommes
qui avaient sauvé et illustré la patrie: les pères montraient à leurs
fils Miltiade, Aristide, Epaminondas, Timoléon, dont la seule présence
était une leçon vivante de magnanimité, de justice et de patriotisme.

Combien il serait facile au peuple français de donner à ces assemblées
un objet plus étendu et un plus grand caractère! Un système de fêtes
nationales bien entendu serait à la fois le plus doux lien de
fraternité et le plus puissant moyen de régénération.

Ayez des fêtes générales et plus solennelles pour toute la République;
ayez des fêtes particulières et pour chaque lieu, qui soient des jours
de repos, et qui remplacent ce que les circonstances ont détruit.

Que toutes tendent à réveiller les sentiments généreux qui font le
charme et l'ornement de la vie humaine, l'enthousiasme de la liberté,
l'amour de la patrie, le respect des lois. Que la mémoire des tyrans et
des traîtres y soit vouée à l'exécration; que celle des héros de la
liberté et des bienfaiteurs de l'humanité y reçoive le juste tribut de
la reconnaissance publique; qu'elles puisent leur intérêt et leurs noms
même dans les événements immortels de notre révolution, et dans les
objets les plus sacrés et les plus chers au coeur de l'homme; qu'elles
soient embellies et distinguées par les emblèmes analogues à leur objet
particulier. Invitons à nos fêtes, et la nature, et toutes les vertus;
que toutes soient célébrées sous les auspices de l'Etre suprême;
qu'elles lui soient consacrées; qu'elles s'ouvrent et qu'elles
finissent par un hommage à sa puissance et à sa bonté.

Tu donneras ton nom sacré à l'une de nos plus belles fêtes, ô toi,
fille de la Nature, mère du bonheur et de la gloire, toi seule légitime
souveraine du monde, détrônée par le crime, toi à qui le peuple
français a rendu ton empire, et qui lui donnes en échange une patrie et
des moeurs, auguste Liberté! tu partageras nos sacrifices avec ta
compagne immortelle, la douce et sainte Egalité. Nous fêterons
l'Humanité, l'Humanité avilie et foulée aux pieds par les ennemis de la
République française. Ce sera un beau jour que celui où nous
célébrerons la fête du genre humain; c'est le banquet fraternel et
sacré, où, du sein de la victoire, le peuple français invitera la
famille immense dont seul il défend l'honneur et les imprescriptibles
droits. Nous célébrerons aussi tous les grands hommes, de quelque temps
et de quelque pays que ce soit, qui ont affranchi leur patrie du joug
des tyrans, et qui ont fondé la liberté par de sages lois. Vous ne
serez point oubliés, illustres martyrs de la République française! Vous
ne serez point oubliés, héros morts en combattant pour elle! Qui
pourrait oublier les héros de ma patrie? La France leur doit la
liberté, l'univers leur devra la sienne. Que l'univers célèbre bientôt
leur gloire en jouissant de leurs bienfaits! Combien de traits
héroïques confondus dans la foule des grandes actions que la liberté a
comme prodiguées parmi nous! Combien de noms dignes d'être inscrits
dans les fastes de l'histoire demeurent ensevelis dans l'obscurité!
Mânes inconnus et révérés, si vous échappez à la célébrité, vous
n'échapperez point à notre tendre reconnaissance.

Qu'ils tremblent, tous les tyrans armés contre la liberté, s'il en
existe encore alors! Qu'ils tremblent le jour où les Français viendront
sur vos tombeaux jurer de vous imiter! Jeunes Français, entendez-vous
l'immortel Bara qui, du sein du Panthéon, vous appelle à la gloire?
Venez répandre des fleurs sur sa tombe sacrée. Bara, enfant héroïque,
tu nourrissais ta mère et tu mourus pour ta patrie! Bara, tu as déjà
reçu le prix de ton héroïsme; la patrie a adopté ta mère; la patrie,
étouffant les factions criminelles, va s'élever triomphante sur les
ruines des vices et des trônes. O Bara, tu n'as pas trouvé de modèle
dans l'antiquité, mais tu as trouvé parmi nous des émules de ta vertu.

Par quelle fatalité ou par quelle ingratitude a-t-on laissé dans
l'oubli un héros plus jeune encore et digne des hommages de la
postérité? Les Marseillais rebelles, rassemblés sur les bords de la
Durance, se préparaient à passer cette rivière pour aller égorger les
patriotes faibles et désarmés de ces malheureuses contrées; une troupe
peu nombreuse de républicains, réunis de l'autre côté, ne voyait
d'autre ressource que de couper les câbles des pontons qui étaient au
pouvoir de leurs ennemis: mais tenter une telle entreprise en présence
des bataillons nombreux qui couvraient l'autre rive, et à la portée de
leurs fusils, paraissait une entreprise chimérique aux plus hardis.
Tout à coup un enfant de treize ans s'élance sur une hache; il vole au
bord du fleuve, et frappe le câble de toute sa force. Plusieurs
décharges de mousqueterie sont dirigées contre lui; il continue de
frapper à coups redoublés; enfin, il est atteint d'un coup mortel; il
s'écrie: _Je meurs, cela m'est égal; c'est pour la liberté_. Il tombe;
il est mort... Respectable enfant, que la patrie s'enorgueillisse de
t'avoir donné le jour! Avec quel orgueil la Grèce et Rome auraient
honoré ta mémoire, si elles avaient produit un héros tel que toi!

Citoyens, portons en pompe ses cendres au temple de la gloire; que la
République en deuil les arrose de larmes amères! Non, ne le pleurons
pas; imitons-le, vengeons-le par la ruine de tous les ennemis de notre
République*. [*Le nom de ce héros est Agricol Viala. Il faut apprendre
ici à la République entière deux traits d'une nature bien différente.
Quand la mère du jeune Viala apprit la mort de son fils, sa douleur fut
aussi profonde qu'elle était juste. Mais, lui dit-on, il est mort pour
la patrie! _Ah! c'est vrai_, dit-elle, _il est mort pour la patrie_. Et
ses larmes se séchèrent. L'autre fait, c'est que les Marseillais
rebelles, ayant passé la Durance, eurent la lâcheté d'insulter aux
restes du jeune héros, et jetèrent son corps dans les flots. (_Note de
Robespierre_.)]

Toutes les vertus se disputent le droit de présider à nos fêtes.
Instituons la fête de la Gloire, non de celle qui ravage et opprime le
monde, mais de celle qui l'affranchit, qui l'éclaire et qui le console;
de celle qui, après la patrie, est la première idole des coeurs
généreux. Instituons une fête plus touchante: la fête du Malheur. Les
esclaves adorent la fortune et le pouvoir; nous, honorons le malheur,
le malheur que l'humanité ne peut entièrement bannir de la terre, mais
qu'elle console et soulage avec respect. Tu obtiendras aussi cet
hommage, ô toi qui jadis unissais les héros et les sages, toi qui
multiplies les forces des amis de la patrie, et dont les méchants, liés
par le crime, ne connurent jamais que le simulacre imposteur, divine
Amitié, tu retrouveras chez les Français républicains ta puissance et
tes autels.

Pourquoi ne rendrions-nous pas le même honneur au pudique et généreux
amour, à la foi conjugale, à la tendresse paternelle, à la piété
filiale? Nos fêtes, sans doute, ne seront ni sans intérêt, ni sans
éclat. Vous y serez, braves défenseurs de la patrie, que décorent de
glorieuses cicatrices. Vous y serez, vénérables vieillards, que le
bonheur préparé à votre postérité doit consoler d'une longue vie passée
sous le despotisme. Vous y serez, tendres élèves de la Patrie, qui
croissez pour étendre sa gloire et pour recueillir le fruit de ses
travaux.

Vous y serez, jeunes citoyennes, à qui la victoire doit ramener bientôt
des frères et des amants dignes de vous. Vous y serez, mères de
famille, dont les époux et les fils élèvent des trophées à la
République avec les débris des trônes. O femmes françaises, chérissez
la liberté achetée au prix de leur sang; servez-vous de votre empire
pour étendre celui de la vertu républicaine! O femmes françaises, vous
êtes dignes de l'amour et du respect de la terre! Qu'avez-vous à envier
aux femmes de Sparte? Comme elles, vous avez donné le jour à des héros;
comme elles, vous les avez dévoués, avec un abandon sublime, à la
Patrie.

Malheur à celui qui cherche à éteindre ce sublime enthousiasme, et à
étouffer, par de désolantes doctrines, cet instinct moral du peuple,
qui est le principe de toutes les grandes actions! C'est à vous,
représentants du peuple, qu'il appartient de faire triompher les
vérités que nous venons de développer. Bravez les clameurs insensées de
l'ignorance présomptueuse ou de la perversité hypocrite. Quelle est
donc la dépravation dont nous étions environnés, s'il nous a fallu du
courage pour les proclamer? La postérité pourra-t-elle croire que les
factions vaincues avaient porté l'audace jusqu'à nous accuser de
modérantisme et d'aristocratie, pour avoir rappelé l'idée de la
divinité et de la morale? Croira-t-elle qu'on ait osé dire, jusque dans
cette enceinte, que nous avions par là reculé la raison humaine de
plusieurs siècles? Ils invoquaient la raison, les monstres qui
aiguisaient contre vous leurs poignards sacrilèges!

Tous ceux qui défendaient vos principes et votre dignité devaient être
aussi sans doute les objets de leur fureur. Ne nous étonnons pas si
tous les scélérats ligués contre vous semblent vouloir nous préparer la
ciguë. Mais, avant de la boire, nous sauverons la patrie. Le vaisseau
qui porte la fortune de la République n'est pas destiné à faire
naufrage; il vogue sous vos auspices, et les tempêtes seront forcées à
le respecter.

Asseyez-vous donc tranquillement sur les bases immuables de la justice,
et ravivez la morale publique. Tonnez sur la tête des coupables, et
lancez la foudre sur tous vos ennemis. Quel est l'insolent qui, après
avoir rampé aux pieds d'un roi, ose insulter à la majesté du peuple
français dans la personne de ses représentants? Commandez à la
victoire, mais replongez surtout le vice dans le néant. Les ennemis de
la République sont tous les hommes corrompus.

Le patriote n'est autre chose qu'un homme probe et magnanime dans toute
la force de ce terme. C'est peu d'anéantir les rois, il faut faire
respecter à tous les peuples le caractère du peuple français. C'est en
vain que nous porterions au bout de l'univers la renommée de nos armes,
si toutes les passions déchirent impunément le sein de la patrie.
Défions-nous de l'ivresse même des succès. Soyons terribles dans les
revers, modestes dans nos triomphes, et fixons au milieu de nous la
paix et le bonheur par la sagesse et par la morale. Voilà le véritable
but de nos travaux; voilà la tâche la plus héroïque et la plus
difficile. Nous croyons concourir à ce but, en vous proposant le décret
suivant:


DECRET


_Article Premier_.


Le Peuple français reconnaît l'existence de l'Etre suprême, et
l'immortalité de l'âme.


II.


Il reconnaît que le culte digne de l'Etre suprême est la pratique des
devoirs de l'homme.


III.


Il met au premier rang de ces devoirs de détester la mauvaise foi et la
tyrannie, de punir les tyrans et les traîtres, de secourir les
malheureux, de respecter les faibles, de défendre les opprimés, de
faire aux autres tout le bien qu'on peut, et de n'être injuste envers
personne.


IV.


Il sera institué des fêtes pour rappeler l'homme à la pensée de la
Divinité et à la dignité de son être.


V.


Elles emprunteront leurs noms des événements glorieux de notre
Révolution, des vertus les plus chères et les plus utiles à l'homme,
des plus grands bienfaits de la nature.


VI.


La République française célébrera tous les ans les fêtes du 14 juillet
1789, du 10 août 1792, du 21 janvier 1793, du 31 mai 1793.


VII.


Elle célébrera, aux jours de décadi, les fêtes dont l'énumération suit:


A l'Etre suprême et à la Nature. Au Genre humain. Au Peuple français.
Aux bienfaiteurs de l'humanité. Aux Martyrs de la liberté. A la Liberté
et à l'Egalité. A la République. A la liberté du monde. A l'amour de la
patrie. A la haine des tyrans et des traîtres. A la Vérité. A la
Justice. A la Pudeur. A la Gloire et à l'Immortalité. A l'Amitié. A la
Frugalité. Au Courage. A la Bonne Foi. A l'Héroïsme. Au
Désintéressement. Au Stoïcisme. A l'Amour. A la Foi conjugale. A
l'Amour paternel. A la Tendresse maternelle. A la Piété filiale. A
l'Enfance. A la Jeunesse. A l'Age viril. A la Vieillesse. Au Malheur. A
l'Agriculture. A l'Industrie. A nos Aïeux. A la Postérité. Au Bonheur.


VIII.


Les Comités de salut public et d'instruction publique sont chargés de
présenter un plan d'organisation de ces fêtes.


IX.


La Convention nationale appelle tous les talents dignes de servir la
cause de l'humanité à l'honneur de concourir à leur établissement par
des hymnes et des chants civiques, et par tous les moyens qui peuvent
contribuer à leur embellissement et à leur utilité.


X.


Le Comité de salut public distinguera les ouvrages qui lui paraîtront
les plus propres à remplir cet objet, et récompensera leurs auteurs.


XI.


La liberté des cultes est maintenue conformément au décret du 18
frimaire.


XII.


Tout rassemblement aristocratique et contraire à l'ordre public sera
réprimé.


XIII.


En cas de troubles, dont un culte quelconque serait l'occasion ou le
motif, ceux qui les exciteraient par des prédications fanatiques ou par
des insinuations contre-révolutionnaires, ceux qui les provoqueraient
par des violences injustes et gratuites, seront également punis selon
la rigueur des lois.


XIV.


Il sera fait un rapport particulier sur les dispositions de détail
relatives au présent décret.


XV.


Il sera célébré, le 20 prairial prochain, une fête nationale en
l'honneur de l'Etre suprême.



      *      *      *      *      *      *      *      *      *



_Discours du 8 Thermidor_ (27 juillet 1794)



Note: transcrit en français moderne


Note: On ne connaît pas le discours tel que Robespierre l'a prononcé à
la Convention, puis aux Jacobins. A cause des événements du 9
Thermidor, les journaux ne purent ou ne voulurent pas le publier in
extenso, et le manuscrit lu à la Convention et aux Jacobins a disparu
dans la tourmente. Le discours a été imprimé, par ordre de la
Convention le 30 Thermidor, à partir d'un brouillon manuscrit saisi
dans les papiers de Robespierre. Certaines parties du texte ont été
omises par les Thermidoriens; Ernest Hamel, qui a pu lire ce manuscrit
(aujourd'hui introuvable), a signalé ces omissions. Le brouillon
manuscrit présente de nombreuses ratures et répétitions.



Discours du 8 Thermidor (27 juillet 1794)



Citoyens,


Que d'autres vous tracent des tableaux flatteurs; je viens vous dire
des vérités utiles. Je ne viens point réaliser des terreurs ridicules
répandues par la perfidie; mais je veux étouffer, s'il est possible,
les flambeaux de la discorde par la seule force de la vérité. Je vais
dévoiler des abus qui tendent à la ruine de la patrie et que votre
probité seule peut réprimer (1). Je vais défendre devant vous votre
autorité outragée et la liberté violée. Si je vous dis aussi quelque
chose des persécutions dont je suis l'objet, vous ne men ferez point un
crime; vous n'avez rien de commun avec les tyrans que vous combattez
(2). Les cris de l'innocence outragée n'importunent point votre
oreille, et vous n'ignorez pas que cette cause ne vous est point
étrangère.

Les révolutions qui, jusqu'à nous, ont changé la face des empires,
n'ont eu pour objet qu'un changement de dynastie, ou le passage du
pouvoir d'un seul à celui de plusieurs (3). La révolution française est
la première qui ait été fondée sur la théorie des droits de l'humanité,
et sur les principes de la justice (4). Les autres révolutions
n'exigeaient que de l'ambition: la nôtre impose des vertus. L'ignorance
et la force les ont absorbées dans un despotisme nouveau: la nôtre,
émanée de la justice, ne peut se reposer que dans son sein. La
République, amenée insensiblement par la force des choses et par la
lutte des amis de la liberté contre les conspirations toujours
renaissantes, s'est glissée, pour ainsi dire, à travers toutes les
factions; mais elle a trouvé leur puissance organisée autour d'elle, et
tous les moyens d'influence dans leurs mains; aussi n'a-t-elle cessé
d'être persécutée dès sa naissance, dans la personne de tous les hommes
de bonne foi qui combattaient pour elle; c'est que, pour conserver
l'avantage de leur position, les chefs des factions et leurs agents ont
été forcés de se cacher sous la forme de la République. Précy à Lyon,
et Brissot à Paris, criaient _Vive la République!_ Tous les conjurés
ont même adopté, arec plus d'empressement qu'aucun autre, toutes les
formules, tous les mots de ralliement du patriotisme. L'Autrichien,
dont le métier était de combattre la révolution; l'Orléanais, dont le
rôle était de jouer le patriotisme, se trouvèrent sur la même ligne; et
l'un et l'autre ne pouvaient plus être distingués du républicain. Ils
ne combattirent pas nos principes, ils les corrompirent; ils ne
blasphémèrent point contre la révolution, ils tâchèrent de la
déshonorer, sous le prétexte de la servir; ils déclamèrent contre les
tyrans, et conspirèrent pour la tyrannie; ils louèrent la République,
et calomnièrent les républicains (5). Les amis de la liberté cherchent
à renverser la puissance des tyrans par la force de la vérité: les
tyrans cherchent à détruire les défenseurs de la liberté par la
calomnie; ils donnent le nom de tyrannie à l'ascendant même des
principes de la vérité. Quand ce système a pu prévaloir, la liberté est
perdue; il n'y a de légitime que la perfidie, et de criminel que la
vertu; car il est dans la nature même des choses qu'il existe une
influence partout où il y a des hommes rassemblés, celle de la tyrannie
ou celle de la raison. Lorsque celle-ci est proscrite comme un crime,
la tyrannie règne; quand les bons citoyens sont condamnés au silence,
il faut bien que les scélérats dominent.

Ici j'ai besoin d'épancher mon coeur; vous avez besoin aussi d'entendre
la vérité. Ne croyez pas que je vienne ici intenter aucune accusation;
un soin plus pressant m'occupe, et je ne me charge pas des devoirs
d'autrui: il est tant de dangers imminents, que cet objet n'a plus
qu'une importance secondaire. Je viens, s'il est possible, dissiper de
cruelles erreurs; je viens étouffer les horribles ferments de discorde
dont on veut embraser ce temple de la liberté et la République entière;
je viens dévoiler des abus qui tendent à la ruine de la patrie, et que
votre probité seule peut réprimer. Si je vous dis aussi quelque chose
des persécutions dont je suis l'objet, vous ne m'en ferez point un
crime; vous n'avez rien de commun avec les tyrans qui me poursuivent;
les cris de l'innocence opprimée ne sont point étrangers à vos coeurs;
vous ne méprisez point la justice et l'humanité, et vous n'ignorez pas
que ces trames ne sont point étrangères à votre cause et à celle de la
patrie (6).

Eh! quel est donc le fondement de cet odieux système de terreur et de
calomnies? A qui devons-nous être redoutables, ou des ennemis ou des
amis de la République? Est-ce aux tyrans et aux fripons qu'il
appartient de nous craindre, ou bien aux gens de bien et aux patriotes?
Nous, redoutables aux patriotes! nous qui les avons arrachés des mains
de toutes les factions conjurées contre eux! nous qui tous les jours
les disputons, pour ainsi dire, aux intrigants hypocrites qui osent les
opprimer encore! nous qui poursuivons les scélérats qui cherchent à
prolonger leurs malheurs en nous trompant par d'inextricables
impostures! Nous, redoutables à la Convention nationale! Et que
sommes-nous sans elle? et qui a défendu la Convention nationale au
péril de sa vie? qui s'est dévoué pour sa conservation, quand des
factions exécrables conspiraient sa ruine à la face de la France? qui
s'est dévoué pour sa gloire, quand les vils suppôts de la tyrannie
prêchaient en son nom l'athéisme et l'immoralité; quand tant d'autres
gardaient un silence criminel sur les forfaits de leurs complices, et
semblaient attendre le signal du carnage pour se baigner dans le sang
des représentants du peuple; quand la vertu même se taisait, épouvantée
de l'horrible ascendant qu'avait pris le crime audacieux? Et à qui
étaient destinés les premiers coups des conjurés? contre qui Simon
conspirait-il au Luxembourg? Quelles étaient les victimes désignées par
Chaumette et par Ronsin? Dans quels lieux la bande des assassins
devait-elle marcher d'abord en ouvrant les prisons? Quels sont les
objets des calomnies et des attentais des tyrans armés contre la
République? N'y a-t-il aucun poignard pour nous dans les cargaisons que
l'Angleterre envoie à ses complices en France et à Paris? C'est nous
qu'on assassine, et c'est nous que l'on peint redoutables! Et quels
sont donc ces grands actes de sévérité que l'on nous reproche? quelles
ont été les victimes? Hébert, Ronsin, Chabot, Danton, Lacroix, Fabre
d'Églantine, et quelques autres complices. Est-ce leur punition qu'on
nous reproche? aucun n'oserait les défendre. Mais si nous n'avons fait
que dénoncer des monstres dont la mort a sauvé la Convention nationale
et la République, qui peut craindre nos principes, qui peut nous
accuser d'avance d'injustice et de tyrannie, si ce n'est ceux qui leur
ressemblent? Non, nous n'avons pas été trop sévères; j'en atteste la
République qui respire; j'en atteste la représentation nationale,
environnée du respect dû à la représentation d'un grand peuple; j'en
atteste les patriotes qui gémissent encore dans les cachots que les
scélérats leur ont ouverts; j'en atteste les nouveaux crimes des
ennemis de notre liberté, et la coupable persévérance des tyrans ligués
contre nous. On parle de notre rigueur, et la patrie nous reproche
notre faiblesse.

Est-ce nous qui avons plongé dans les cachots les patriotes, et porté
la terreur dans toutes les conditions? Ce sont les monstres que nous
avons accusés. Est-ce nous qui, oubliant les crimes de l'aristocratie,
et protégeant les traîtres, avons déclaré la guerre aux citoyens
paisibles, érigé en crimes ou des préjugés incurables, ou des choses
indifférentes, pour trouver partout des coupables et rendre la
révolution redoutable au Peuple même? Ce sont les monstres, que nous
avons accusés. Est-ce nous qui, recherchant des opinions anciennes,
fruit de l'obsession des traîtres, avons promené le glaive sur la plus
grande partie de la Convention nationale, demandions dans les sociétés
populaires la tête de six cents représentants du Peuple? Ce sont les
monstres que nous avons accusés. Aurait-on déjà oublié que nous nous
sommes jetés entre eux et leurs perfides adversaires, dans un temps où
on... [lacune dans le manuscrit]?

Vous connaissez la marche de vos ennemis. Ils ont attaqué la Convention
nationale en masse; ce projet a échoué. Ils ont attaqué le comité de
salut public; ce projet a échoué. Depuis quelque temps, ils déclarèrent
la guerre à certains membres du comité de salut public; ils semblent ne
prétendre qu'à accabler un seul homme; ils marchent toujours au même
but. Que les tyrans de l'Europe osent proscrire un représentant du
Peuple français, c'est sans doute l'excès de l'insolence: mais que des
Français qui se disent républicains travaillent à exécuter l'arrêt de
mort prononcé par les tyrans, c'est l'excès du scandale et de
l'opprobre (7). Est-il vrai que l'on ait colporté des listes odieuses
où l'on désignait pour victimes un certain nombre de membres de la
Convention, et qu'on prétendait être l'ouvrage du comité de salut
public et ensuite le mien? Est-il vrai qu'on ait osé supposer des
séances du comité, des arrêtés rigoureux qui n'ont jamais existé, des
arrestations non moins chimériques? Est-il vrai qu'on ait cherché à
persuader à un certain nombre de représentants irréprochables que leur
perte était résolue; à tous ceux qui, par quelque erreur, avaient payé
un tribut inévitable à la fatalité des circonstances et à la faiblesse
humaine, qu'ils étaient voués au sort des conjurés? Est-il vrai que
l'imposture ait été répandue avec tant d'art et d'audace, qu'un grand
nombre de membres n'osaient plus habiter la nuit leur domicile? Oui,
les faits sont constants, et les preuves de ces deux manoeuvres sont au
Comité de salut public. Vous pourriez nous en révéler beaucoup
d'autres, vous, députés revenus d'une mission dans les départements;
vous, suppléants appelés aux fonctions de représentants du Peuple, vous
pourriez nous dire ce que l'intrigue a fait pour vous tromper, pour
vous aigrir, pour vous entraîner dans une coalition funeste (8). Que
disait-on, que faisait-on dans ces coteries suspectes, dans ces
rassemblements nocturnes, dans ces repas où la perfidie distribuait aux
convives les poisons de la haine et de la calomnie? Que voulaient-ils,
les auteurs de ces machinations? était-ce le salut de la patrie, la
dignité et l'union de la Convention nationale? Qui étaient-ils (9)?
Quels faits justifient l'horrible idée qu'on a voulu donner de nous?
quels hommes avaient été accusés par les comités, si ce n'est les
Chaumetle, les Hébert, les Danton, les Chabot, les Lacroix? est-ce donc
la mémoire des conjurés qu'on veut défendre? Est-ce la mort des
conjurés qu'on veut venger (10)? Si on nous accuse d'avoir dénoncé
quelques traîtres, qu'on accuse donc la Convention qui les a accusés;
qu'on accuse la justice qui les a frappés; qu'on accuse le peuple qui a
applaudi à leur châtiment. Quel est celui qui attente à la
représentation nationale, de celui qui poursuit ses ennemis, ou de
celui qui les protège? Et depuis quand la punition du crime
épouvante-t-elle la vertu?

Telle est cependant la base de ces projets de dictature et d'attentats
contre la représentation nationale imputés d'abord au comité de salut
public en général. Par quelle fatalité cette grande accusation a-t-elle
été transportée tout à coup sur la tête d'un seul de ses membres?
Etrange projet d'un homme, d'engager la Convention nationale à
s'égorger elle-même en détail de ses propres mains, pour lui frayer le
chemin du pouvoir absolu! Que d'autres aperçoivent le côté ridicule de
ces inculpations; c'est à moi de n'en voir que l'atrocité. Vous rendrez
au moins [mot manquant dans le manuscrit: compte] à l'opinion publique,
de votre affreuse persévérance à poursuivre le projet d'égorger tous
les amis de la patrie, monstres qui cherchez à me ravir l'estime de la
Convention nationale, le prix le plus glorieux des travaux d'un mortel,
que je n'ai ni usurpé et surpris, mais que j'ai été forcé de conquérir.
Paraître un objet de terreur aux yeux de ce qu'on révère et de ce qu'on
aime, c'est pour un homme sensible et probe le plus affreux des
supplices; le lui faire subir, c'est le plus grand des forfaits. Mais
j'appelle toute votre indignation sur les manoeuvres atroces employées
pour étayer ces extravagantes calomnies.

Partout, les actes d'oppression avaient été multipliés pour étendre le
système de terreur et de calomnie. Des agents impurs prodiguaient les
arrestations injustes: des projets de finances destructeurs menaçaient
toutes les fortunes modiques, et portaient le désespoir dans une
multitude innombrable de familles attachées à la révolution; on
épouvantait les nobles et les prêtres par des motions concertées; les
paiements des créanciers de l'Etat et des fonctionnaires publics
étaient suspendus; on surprenait au comité de salut public un arrêté
qui renouvelait les poursuites contre les membres de la commune du 10
août, sous le prétexte d'une reddition des comptes. Au sein de la
Convention, on prétendait que la Montagne était menacée, parce que
quelques membres siégeant en cette partie de la salle se croyaient en
danger; et pour intéresser à la même cause la Convention nationale tout
entière, on réveillait subitement l'affaire de cent soixante-treize
députés détenus, et on m'imputait tous ces événements qui m'étaient
absolument étrangers; on disait que je voulais immoler la Montagne; on
disait que je voulais perdre l'autre portion de la Convention
nationale; on me peignait ici comme le persécuteur des soixante-deux
députés détenus. Là, on m'accusait de les défendre; on disait que je
soutenais le _Marais_ (c'était l'expression de mes calomniateurs). Il
est à remarquer que le plus puissant argument qu'ait employé la faction
hébertiste pour prouver que j'étais modéré, était l'opposition que
j'avais apportée à la proscription d'une grande partie de la Convention
nationale, et particulièrement mon opinion sur la proposition de
décréter d'accusation les soixante-deux détenus, sans un rapport
préalable.

Ah! certes, lorsqu'au risque de blesser l'opinion publique, ne
consultant que les intérêts sacrés de la patrie, j'arrachais seul à une
décision précipitée ceux dont les opinions m'auraient conduit à
l'échafaud, si elles avaient triomphé; quand, dans d'autres occasions,
je m'exposais à toutes les fureurs d'une faction hypocrite, pour
réclamer les principes de la stricte équité envers ceux qui m'avaient
jugé avec plus de précipitation, j'étais loin, sans doute, de penser
que l'on dût me tenir compte d'une pareille conduite; j'aurais trop mal
présumé d'un pays où elle aurait été remarquée, et où l'on aurait donné
des noms pompeux aux devoirs les plus indispensables de la probité;
mais j'étais encore plus loin de penser qu'un jour on m'accuserait
d'être le bourreau de ceux envers qui je les ai remplis, et l'ennemi de
la représentation nationale que j'avais servie avec dévouement; je
m'attendais bien moins encore qu'on m'accuserait à la fois de vouloir
la défendre et de vouloir l'égorger. Quoi qu'il en soit, rien ne pourra
jamais changer ni mes sentiments ni mes principes. A l'égard des
députés détenus, je déclare que, loin d'avoir eu aucune part au dernier
décret qui les concerne, je l'ai trouvé au moins très extraordinaire
dans les circonstances; que je ne me suis occupé d'eux en aucune
manière depuis le moment où j'ai fait envers eux tout ce que ma
conscience m'a dicté. A l'égard des autres, je me suis expliqué sur
quelques-uns avec franchise; j'ai cru remplir mon devoir. Le reste est
un tissu d'impostures atroces. Quant à la Convention nationale, mon
premier devoir, comme mon premier penchant, est un respect sans bornes
pour elle. Sans vouloir absoudre le crime; sans vouloir justifier en
elles-mêmes les erreurs funestes de plusieurs; sans vouloir ternir la
gloire des défenseurs énergiques de la liberté, ni affaiblir l'illusion
d'un nom sacré dans les annales de la révolution, je dis que tous les
représentants du peuple, dont le coeur est pur, doivent reprendre la
confiance et la dignité qui leur convient. Je ne connais que deux
partis, celui des bons et des mauvais citoyens; que le patriotisme
n'est point une affaire de parti, mais une affaire de coeur; qu'il ne
consiste ni dans l'insolence, ni dans une fougue passagère qui ne
respecte ni les principes, ni le bon sens, ni la morale, encore moins
dans le dévouement aux intérêts d'une faction. Le coeur flétri par
l'expérience de tant de trahisons, je crois à la nécessité d'appeler
surtout la probité et tous les sentiments généreux au secours de la
République. Je sens que partout où on rencontre un homme de bien, en
quelque lieu qu'il soit assis, il faut lui tendre la main, et le serrer
contre son coeur. Je crois à des circonstances fatales dans la
révolution, qui n'ont rien de commun avec les desseins criminels; je
crois à la détestable influence de l'intrigue, et surtout à la
puissance sinistre de la calomnie. Je vois le monde peuplé de dupes et
de fripons; mais le nombre des fripons est le plus petit: ce sont eux
qu'il faut punir des crimes et des malheurs du monde. Je n'imputerai
donc point les forfaits de Brissot et de la Gironde aux hommes de bonne
foi qu'ils ont trompés quelquefois (11); je n'imputerai point à tous
ceux qui crurent à Danton les crimes de ce conspirateur; je n'imputerai
point ceux d'Hébert aux citoyens dont le patriotisme sincère fut
entraîné quelquefois au-delà des exactes limites de la raison. Les
conspirateurs ne seraient point des conspirateurs, s'ils n'avaient
l'art de dissimuler assez habilement pour usurper pendant quelque temps
la confiance des gens de bien: mais il est des signes certains auxquels
on peut discerner les dupes des complices, et l'erreur du crime. Qui
fera donc cette distinction? Le bon sens et la justice. Ah! combien le
bon sens et la justice sont nécessaires dans les affaires humaines! Les
hommes pervers nous appellent des hommes de sang, parce que nous avons
fait la guerre aux oppresseurs du monde. Nous serions donc humains, si
nous étions réunis à leur ligue sacrilège pour égorger le peuple et
pour perdre la patrie.

Au reste, s'il est des conspirateurs privilégiés, s'il est des ennemis
inviolables de la République, je consens à m'imposer sur leur compte un
éternel silence. J'ai rempli ma tâche; (je ne me charge point de
remplir les devoirs d'autrui; un soin plus pressant m'agite en ce
moment); il s'agit de sauver la morale publique et les principes
conservateurs de la liberté; il s'agit d'arracher à l'oppression tous
les amis généreux de la patrie.

Ce sont eux qu'on accuse d'attenter à la représentation nationale! Et
où donc chercheraient-ils un autre appui? Après avoir combattu tous vos
ennemis, après s'être dévoués à la fureur de toutes les factions pour
défendre et votre existence et votre dignité, où chercheraient-ils un
asile s'ils ne le trouvaient pas dans votre sein?

Ils aspirent, dit-on, au pouvoir suprême; ils l'exercent déjà. La
Convention nationale n'existe donc pas! Le peuple français est donc
anéanti! Stupides calomniateurs! vous êtes-vous aperçus que vos
ridicules déclamations ne sont pas une injure faite à un individu, mais
à une nation invincible, qui dompte et qui punit les rois? Pour moi,
j'aurais une répugnance extrême à me défendre personnellement devant
vous contre la plus lâche des tyrannies (12), si vous n'étiez pas
convaincus que vous êtes les véritables objets des attaques de tous les
ennemis de la République. Eh! que suis-je pour mériter leurs
persécutions, si elles n'entraient dans le système général de
conspiration (13) contre la Convention nationale? N'avez-vous pas
remarqué que, pour vous isoler de la nation, ils ont publié à la face
de l'univers que vous étiez des dictateurs régnant par la terreur, et
désavoués par le voeu tacite des Français? N'ont-ils pas appelé nos
armées _les hordes conventionnelles;_ la révolution française, _le
jacobinisme?_ Et lorsqu'ils affectent de donner à un faible individu en
butte aux outrages de toutes les factions, une importance gigantesque
et ridicule, quel peut être leur but, si ce n'est de vous diviser, de
vous avilir, en niant votre existence même, semblables à l'impie qui
nie l'existence de la divinité qu'il redoute?

Cependant ce mot de _dictature_ a des effets magiques; il flétrit la
liberté; il avilit le gouvernement; il détruit la République; il
dégrade toutes les institutions révolutionnaires, qu'on présente comme
l'ouvrage d'un seul homme; il rend odieuse la justice nationale, qu'il
présente comme instituée pour l'ambition d'un seul homme; il dirige sur
un point toutes les haines et tous les poignards du fanatisme et de
l'aristocratie.

Quel terrible usage les ennemis de la République ont fait du seul nom
d'une magistrature romaine? Et si leur érudition nous est si fatale,
que sera-ce de leurs trésors et de leurs intrigues? Je ne parle point
de leurs armées: mais qu'il me soit permis de renvoyer au duc d'York,
et à tous les écrivains royaux, les patentes de cette dignité ridicule
qu'ils m'ont expédiées les premiers. Il y a trop d'insolence à des
rois, qui ne sont pas sûrs de conserver leur couronne, de s'arroger le
droit d'en distribuer à d'autres. Je conçois qu'un prince ridicule, que
celte espèce d'animaux immondes et sacrés qu'on appelle encore rois,
puissent se complaire dans leur bassesse et s'honorer de leur
ignominie; je conçois que le fils de Georges, par exemple, puisse avoir
regret à ce sceptre français qu'on le soupçonne violemment d'avoir
convoité, et je plains sincèrement ce moderne Tantale. J'avouerai même,
à la honte, non de ma patrie, mais des traîtres qu'elle a punis, que
j'ai vu d'indignes mandataires du peuple qui auraient échangé ce titre
glorieux pour celui de valet de chambre de Georges ou de d'Orléans.
Mais qu'un représentant du peuple qui sent la dignité de ce caractère
sacré; qu'un citoyen français, digne de ce nom, puisse abaisser ses
voeux jusqu'aux grandeurs coupables et ridicules qu'il a contribué à
foudroyer; qu'il se soumette à la dégradation civique pour descendre à
l'infamie du trône, c'est ce qui ne paraîtra vraisemblable qu'à ces
êtres pervers qui n'ont pas même le droit de croire à la vertu. Que
dis-je, vertu? c'est une passion naturelle, sans doute: mais comment la
connaîtraient-ils, ces âmes vénales, qui ne s'ouvrirent jamais qu'à des
passions lâches et féroces; ces misérables intrigants, qui ne lièrent
jamais le patriotisme à aucune idée morale, qui marchèrent dans la
révolution à la suite de quelque personnage important et ambitieux, de
je ne sais quel prince méprisé, comme jadis nos laquais sur les pas de
leurs maîtres? Mais elle existe, je vous en atteste, âmes sensibles et
pures; elle existe, cette passion tendre, impérieuse, irrésistible,
tourment et délices des coeurs magnanimes; cette horreur profonde de la
tyrannie, ce zèle compatissant pour les opprimés, cet amour sacré de la
patrie, cet amour plus sublime et plus saint de l'humanité, sans lequel
une grande révolution n'est qu'un crime éclatant qui détruit un autre
crime: elle existe, cette ambition généreuse de fonder sur la terre la
première République du monde; cet égoïsme des hommes non dégradés, qui
trouve une volupté céleste dans le calme d'une conscience pure et dans
le spectacle ravissant du bonheur public. Vous le sentez, en ce moment,
qui brûle dans vos âmes; je le sens dans la mienne. Mais comment nos
vils calomniateurs la devineraient-ils? Comment l'aveugle-né aurait-il
l'idée de la lumière? La nature leur a refusé une âme; ils ont quelque
droit de douter, non seulement de l'immortalité de l'âme, mais de son
existence (14).

Ils m'appellent tyran. Si je l'étais, ils ramperaient à mes pieds, je
les gorgerais d'or, je leur assurerais le droit de commettre tous les
crimes, et ils seraient reconnaissants. Si je l'étais, les rois que
nous avons vaincus, loin de me dénoncer, (quel tendre intérêt ils
prennent à notre liberté!) me prêteraient leur coupable appui; je
transigerais avec eux. Dans leur détresse, qu'attendent-ils, si ce
n'est le secours d'une faction protégée par eux, qui leur vende la
gloire et la liberté de notre pays (15)? On arrive à la tyrannie par le
secours des fripons; où courent ceux qui les combattent? Au tombeau et
à l'immortalité. Quel est le tyran qui me protège? Quelle est la
faction à qui j'appartiens? C'est vous-mêmes. Quelle est cette faction
qui, depuis le commencement de la révolution, a terrassé les factions,
a fait disparaître tant de traîtres accrédités? C'est vous, c'est le
peuple, ce sont les principes. Voilà la faction à laquelle je suis
voué, et contre laquelle tous les crimes sont ligués.

C'est vous qu'on persécute; c'est la patrie, ce sont tous les amis de
la patrie. Je me défends encore. Combien d'autres ont été opprimés dans
les ténèbres? Qui osera jamais servir la patrie, quand je suis obligé
encore ici de répondre à de telles calomnies? Ils citent comme la
preuve d'un dessein ambitieux les effets les plus naturels du civisme
et de la liberté; l'influence morale des anciens athlètes de la
révolution est aujourd'hui assimilée par eux à la tyrannie. Vous êtes,
vous-mêmes, les plus lâches de tous les tyrans, vous qui calomniez la
puissance de la vérité. Que prétendez-vous, vous qui voulez que la
vérité soit sans force dans la bouche des représentants du peuple
français? La vérité, sans doute, a sa puissance; elle a sa colère, son
despotisme; elle a des accents touchants, terribles, qui retentissent
avec force dans les coeurs purs, comme dans les consciences coupables,
et qu'il n'est pas plus donné au mensonge d'imiter qu'à Salmonée
d'imiter les foudres du ciel; mais accusez-en la nature, accusez-en le
peuple la sent et qui l'aime (16). Il y a deux puissances sur la terre;
celle de la raison et celle de la tyrannie; partout où l'une domine,
l'autre en est bannie. Ceux qui dénoncent comme un crime la force
morale de la raison, cherchent donc à rappeler la tyrannie. Si vous ne
voulez pas que les défenseurs des principes obtiennent quelque
influence dans celte lutte difficile de la liberté contre l'intrigue,
vous voulez donc que la victoire demeure à l'intrigue (17). Si les
représentants du peuple, qui défendent sa cause, ne peuvent pas obtenir
impunément son estime, quelle sera la conséquence de ce système, si ce
n'est qu'il n'est plus permis de servir le peuple, que la République
est proscrite et la tyrannie rétablie? Et quelle tyrannie plus odieuse
que celle qui punit le peuple dans la personne de ses défenseurs? Car
la chose la plus libre qui soit dans le monde, même sous le règne du
despotisme, n'est-ce pas l'amitié? Mais vous qui nous en faites un
crime, en êtes-vous jaloux? Non; vous ne prisez que l'or et les biens
périssables que les tyrans prodiguent à ceux qui les servent. Vous les
servez, vous qui corrompez la morale publique et protégez tous les
crimes: la garantie des conspirateurs est dans l'oubli des principes et
dans la corruption; celle des défenseurs de la liberté est toute dans
la conscience publique. Vous les servez, vous qui, toujours en deçà ou
au-delà de la vérité, prêchez tour à tour la perfide modération de
l'aristocratie, et tantôt la fureur des faux démocrates. Vous la
servez, prédicateurs obstinés de l'athéisme et du vice. Vous voulez
détruire la représentation, vous qui la dégradez par votre conduite, ou
qui la troublez par vos intrigues. Lequel est plus coupable, de celui
qui attente à sa sûreté par la violence, ou de celui qui attente à sa
justice par la séduction et par la perfidie? La tromper, c'est la
trahir; la pousser à des actes contraires à ses intentions et à ses
principes, c'est tendre à sa destruction; car sa puissance est fondée
sur la vertu même et sur la confiance nationale. Nous la chérissons,
nous qui, après avoir combattu pour sa sûreté physique, défendons
aujourd'hui sa gloire et ses principes: est-ce ainsi que l'on marche au
despotisme? Mais quelle dérision cruelle d'ériger en despotes des
citoyens toujours proscrits? Et que sont autre chose ceux qui ont
constamment défendu les intérêts de leur pays? La République a
triomphé, jamais ses défenseurs. Que suis-je, moi qu'on accuse? un
esclave de la liberté, un martyr vivant de la République, la victime
autant que l'ennemi du crime. Tous les fripons m'outragent; les actions
les plus indifférentes, les plus légitimes de la part des autres sont
des crimes pour moi. Un homme est calomnié dès qu'il me connaît: on
pardonne à d'autres leurs forfaits; on me fait un crime de mon zèle.
Otez-moi ma conscience, je suis le plus malheureux de tous les hommes;
je ne jouis pas même des droits du citoyen: que dis-je? il ne m'est pas
même permis de remplir les devoirs d'un représentant du peuple.

C'est ici que je dois laisser échapper la vérité et dévoiler les
véritables plaies de la République. Les affaires publiques reprennent
une marche perfide et alarmante; le système combiné des Hébert et des
Fabre d'Eglantine est poursuivi maintenant avec une audace inouïe. Les
contre-révolutionnaires sont protégés; ceux qui déshonorent la
révolution avec les formes de l'Hébertisme, le sont ouvertement; les
autres avec plus de réserve. Le patriotisme et la probité sont
proscrits par les uns et par les autres. On veut détruire le
gouvernement révolutionnaire, pour immoler la patrie aux scélérats qui
la déchirent, et on marche à ce but odieux par deux routes différentes.
Ici on calomnie ouvertement les institutions révolutionnaires, là on
cherche à les rendre odieuses par des excès; on tourmente les hommes
nuls ou paisibles; on plonge chaque jour les patriotes dans les
cachots, et on favorise l'aristocratie de tout son pouvoir; c'est là ce
qu'on appelle indulgence, humanité. Est-ce là le gouvernement
révolutionnaire que nous avons institué et défendu? non, ce
gouvernement est la marche rapide et sûre de la justice; c'est la
foudre lancée par la main de la liberté contre le crime; ce n'est pas
le despotisme des fripons et de l'aristocratie; ce n'est pas
l'indépendance du crime, de toutes les lois divines et humaines. Sans
le gouvernement révolutionnaire, la République ne peut s'affermir, et
les factions l'étoufferont dans son berceau; mais s'il tombe en des
mains perfides, il devient lui-même l'instrument de la
contre-révolution. Or, on cherche à le dénaturer pour le détruire. Ceux
qui le calomnient, et ceux qui le compromettent par des actes
d'oppression sont les mêmes hommes. Je ne développerai point toutes les
causes de ces abus, mais je vous en indiquerai une seule qui suffira
pour vous expliquer tous ces funestes effets: elle existe dans
l'excessive perversité des agents subalternes d'une autorité
respectable constituée dans votre sein. Il est dans ce comité des
hommes dont il est impossible de ne pas chérir et respecter les vertus
civiques; c'est une raison de plus de détruire un abus qui s'est commis
à leur insu, et qu'ils seront les premiers à combattre. En vain une
funeste politique prétendrait-elle environner les agents dont je parle
d'un certain prestige superstitieux. Je ne sais pas respecter des
fripons: j'adopte bien moins encore cette maxime royale, qu'il est
utile de les employer. Les armes de la liberté ne doivent être touchées
que par des mains pures. Epurons la surveillance nationale, au lieu
d'empailler les vices. La vérité n'est un écueil que pour les
gouvernements corrompus; elle est l'appui du nôtre. Pour moi, je frémis
quand je songe que des ennemis de la révolution, que d'anciens
professeurs de royalisme, que des ex-nobles, des émigrés peut-être se
sont tout à coup faits révolutionnaires, et transformés en commis du
comité de sûreté générale, pour se venger sur les amis de la patrie, de
la naissance et des succès de la République. II serait assez étrange
que nous eussions la bonté de payer des espions de Londres ou de
Vienne, pour nous aider à faire la police de la République. Or, je ne
doute pas que ce cas-là ne soit souvent arrivé; ce n'est pas que ces
gens-là ne se soient fait des titres de patriotisme en arrêtant des
aristocrates prononcés. Qu'importe à l'étranger de sacrifier quelques
Français coupables envers leur patrie, pourvu qu'ils immolent les
patriotes et détruisent la République?

A ces puissants motifs qui m'avaient déjà déterminé à dénoncer ces
hommes, mais inutilement, j'en joins un autre qui tient à la trame que
j'avais commencé à développer; nous sommes instruits qu'ils sont payés
par les ennemis de la révolution, pour déshonorer le gouvernement
révolutionnaire en lui-même, et pour calomnier les représentants du
peuple dont les tyrans ont ordonné la perte. Par exemple, quand les
victimes de leur perversité se plaignent, ils s'excusent en leur
disant: _c'est Robespierre qui le veut: nous ne pouvons pas nous en
dispenser_. Les infâmes disciples d'Hébert tenaient jadis le même
langage dans le temps où je les dénonçais; ils se disaient mes amis;
ensuite ils m'ont déclaré convaincu de modérantisme; c'est encore la
même espèce de contre-révolutionnaires qui persécute le patriotisme.
Jusqu'à quand l'honneur des citoyens et la dignité de la Convention
nationale seront-ils à la merci de ces hommes-là? Mais le trait que je
viens de citer n'est qu'une branche du système de persécution plus
vaste dont je suis l'objet. En développant cette accusation de
dictature mise à l'ordre du jour par les tyrans, on s'est attaché à me
charger de toutes leurs iniquités, de tous les torts de la fortune, ou
de toutes les rigueurs commandées par le salut de la patrie (18). On
disait aux nobles: _c'est lui seul_ qui vous a proscrits; on disait en
même temps aux patriotes: _il veut sauver les nobles;_ on disait aux
prêtres: _c'est lui seul qui vous poursuit; sans lui vous seriez
paisibles et triomphants;_ on disait aux fanatiques: _c'est lui seul
qui détruit la religion;_ on disait aux patriotes persécutés: _c'est
lui qui l'a ordonné ou qui ne veut pas l'empêcher_. On me renvoyait
toutes les plaintes dont je ne pouvais faire cesser les causes, en
disant: _votre sort dépend de lui seul_. Des hommes apostés dans les
lieux publics propageaient chaque jour ce système; il y en avait dans
le lieu des séances du tribunal révolutionnaire; dans les lieux où les
ennemis de la patrie expient leurs forfaits: ils disaient: _voilà des
malheureux condamnés; qui est-ce qui en est la cause? Robespierre_. On
s'est attaché particulièrement à prouver que le tribunal
révolutionnaire était un _tribunal de sang_, créé par moi seul, et que
je maîtrisais absolument pour faire égorger tous les gens de bien, et
même tous les fripons; car on voulait me susciter des ennemis de tous
les genres. Ce cri retentissait dans toutes les prisons; ce plan de
proscription était exécuté à la fois dans tous les départements par les
émissaires de la tyrannie. Ce n'est pas tout: on a proposé dans ces
derniers temps des projets de finance qui m'ont paru calculés pour
désoler les citoyens peu fortunés, et pour multiplier les mécontents.
J'avais souvent appelé inutilement l'attention du comité de salut
public sur cet objet. Eh bien! croirait-on qu'on a répandu le bruit
qu'ils étaient encore mon ouvrage, et que, pour l'accréditer, on a
imaginé de dire qu'il existait au comité de salut public une commission
des finances, et que j'en étais le président? Mais comme on voulait me
perdre, surtout dans l'opinion de la Convention nationale, on prétendit
que moi seul avais osé croire qu'elle pouvait renfermer dans son sein
quelques hommes indignes d'elle. On dit à chaque député revenu d'une
mission dans les départements, que moi seul avais provoqué son rappel;
je fus accusé par des hommes très officieux et très insinuants de tout
le bien et de tout le mal qui avait été fait. On rapportait fidèlement
à mes collègues, et tout ce que j'avais dit, et surtout ce que je
n'avais pas dit. On écartait avec soin le soupçon qu'on eût contribué à
un acte qui pût déplaire à quelqu'un; j'avais tout fait, tout exigé,
tout commandé; car il ne faut pas oublier mon titre de dictateur. Quand
on eut formé cet orage de haines, de vengeances, de terreur,
d'amours-propres irrités, on crut qu'il était temps d'éclater. Ceux qui
croyaient avoir des raisons de me redouter se flattaient hautement que
ma perte certaine allait assurer leur salut et leur triomphe; tandis
que les papiers anglais et allemands annonçaient mon arrestation, des
colporteurs de journaux la criaient à Paris. Mes collègues devant qui
je parle savent le reste beaucoup mieux que moi; ils connaissent toutes
les tentatives qu'on a faites auprès d'eux pour préparer le succès d'un
roman qui paraissait une nouvelle édition de celui de Louvet. Plusieurs
pourraient rendre compte des visites imprévues qui leur ont été rendues
pour les disposer à me proscrire. Enfin, on assure que l'on était
prévenu généralement dans la Convention nationale, qu'un acte
d'accusation allait être porté contre moi (19); on a sondé les esprits
à ce sujet, et tout prouve que la probité de la Convention nationale a
forcé les calomniateurs à abandonner, ou du moins à ajourner leur
crime. Mais qui étaient-ils ces calomniateurs? ce que je puis répondre
d'abord, c'est que dans un manifeste royaliste, trouvé dans les papiers
d'un conspirateur connu qui a déjà subi la peine due à ses forfaits, et
qui paraît être le texte de toutes les calomnies renouvelées en ce
moment, on lit en propres termes cette conclusion adressée à toutes les
espèces d'ennemis publics: _si cet astucieux démagogue n'existait plus,
s'il eût payé de sa tête ses manoeuvres ambitieuses, la nation serait
libre; chacun pourrait publier ses pensées; Paris n'aurait jamais vu
dans son sein cette multitude d'assassinats vulgairement connus sous le
faux nom de jugements du tribunal révolutionnaire_. Je puis ajouter que
ce passage est l'analyse des proclamations faites par les princes
coalisés et des journaux étrangers à la solde des rois, qui, par cette
voie, semblent donner tous les jours le mot d'ordre à tous les conjurés
de l'intérieur. Je ne citerai que ce passage de l'un des plus
accrédités de ces écrivains [La commission a cherché inutilement dans
les papiers de Robespierre le journal dont il cite un passage.].

Je puis donc répondre que les auteurs de ce plan de calomnies sont
d'abord le duc d'York, M. Pitt, et tous les tyrans armés contre nous.
Qui ensuite?... Ah! Je n'ose les nommer dans ce moment et dans ce lieu;
je ne puis me résoudre à déchirer entièrement le voile qui couvre ce
profond mystère d'iniquités; mais ce que je puis affirmer positivement,
c'est que, parmi les auteurs de cette trame, sont les agents de ce
système de corruption et d'extravagance, le plus puissant de tous les
moyens inventés par l'étranger pour perdre la République, sont les
apôtres impurs de l'athéisme et de l'immoralité dont il est la base.

C'est une circonstance bien remarquable que votre décret du... [lacune
dans le manuscrit; il s'agit sans aucun doute du décret du 18 floréal]
qui raffermit les bases ébranlées de la morale publique, fut le signal
d'un accès de fureur des ennemis de la République. C'est de cette
époque que datent les assassinats et les nouvelles calomnies, plus
criminelles que les assassinats. Les tyrans sentaient qu'ils avaient
une défaite décisive à réparer. La proclamation solennelle de vos
véritables principes détruisit en un jour les fruits de plusieurs
années d'intrigues; les tyrans triomphaient, le Peuple français était
placé entre la famine et l'athéisme plus odieux que la famine. Le
Peuple peut supporter la faim, mais non le crime; le Peuple sait tout
sacrifier, excepté ses vertus. La tyrannie n'avait pas encore fait cet
outrage à la nature humaine, de lui faire une honte de la morale et un
devoir de la dépravation; les plus vils des conspirateurs l'avaient
réservé au Peuple français dans sa gloire et dans sa puissance. La
tyrannie n'avait demandé aux hommes que leurs biens et leur vie;
ceux-ci nous demandaient jusqu'à nos consciences; d'une main ils nous
présentaient tous les maux, et de l'autre ils nous arrachaient
l'espérance. L'athéisme, escorté de tous les crimes, versait sur le
peuple le deuil et le désespoir, et sur la représentation nationale,
les soupçons, le mépris et l'opprobre. Une juste indignation comprimée
par la terreur fermentait sourdement dans tous les coeurs. Une éruption
terrible, inévitable, bouillonnait dans les entrailles du volcan,
tandis que de petits philosophes jouaient stupidement sur sa cime, avec
de grands scélérats. Telle était la situation de la République, que,
soit que le Peuple consentît à souffrir la tyrannie, soit qu'il en
secouât violemment le joug, la liberté était également perdue; car par
sa réaction, il eût blessé à mort la République, et par sa patience il
s'en serait rendu indigne. Aussi de tous les prodiges de notre
révolution, celui que la postérité concevra le moins, c'est que nous
ayons pu échapper à ce danger. Grâces immortelles vous soient rendues;
vous avez sauvé la Patrie, votre décret du... [lacune dans le
manuscrit; même décret du 18 floréal] est lui seul une révolution; vous
avez frappé du même coup l'athéisme et le despotisme sacerdotal; vous
avez avancé d'un demi-siècle l'heure fatale des tyrans; vous avez
rattaché à la cause de la révolution tous les coeurs purs et généreux;
vous l'avez montrée au monde dans tout l'éclat de sa beauté céleste. O
jour à jamais fortuné, où le Peuple français tout entier s'éleva pour
rendre à l'auteur de la Nature le seul hommage digne de lui! Quel
touchant assemblage de tous les objets qui peuvent enchanter les
regards et le coeur des hommes! O vieillesse honorée! ô généreuse ardeur
des enfants de la patrie! ô joie naïve et pure des jeunes citoyens! ô
larmes délicieuses des mères attendries! ô charme divin de l'innocence
et de la beauté! ô majesté d'un grand peuple heureux par le seul
sentiment de sa force, de sa gloire et de sa vertu! Etre des êtres! Le
jour où l'univers sortit de tes mains toutes-puissantes, brilla-t-il
d'une lumière plus agréable à tes yeux, que ce jour où brisant le joug
du crime et de l'erreur, il parut devant toi, digne de tes regards et
de ses destinées?

Ce jour avait laissé sur la France une impression profonde de calme, de
bonheur, de sagesse et de bonté. A la vue de celte réunion sublime du
premier Peuple du Monde, qui aurait cru que le crime existait encore
sur la terre (20)? Mais quand le Peuple, en présence duquel tous les
vices privés disparaissent, est rentré dans ses foyers domestiques; les
intrigants reparaissent, et le rôle des charlatans recommence. C'est
depuis cette époque qu'on les a vus s'agiter avec une nouvelle audace,
et chercher à punir tous ceux qui avaient déconcerté le plus dangereux
de tous les complots. Croirait-on qu'au sein de l'allégresse publique,
des hommes aient répondu par des signes de fureur aux touchantes
acclamations du Peuple? Croira-t-on que le président de la Convention
nationale, parlant au peuple assemblé, fut insulté par eux, et que ces
hommes étaient des représentants du Peuple? Ce seul trait explique tout
ce qui s'est passé depuis (21). La première tentative que firent les
malveillants fut de chercher à avilir les grands principes que vous
aviez proclamés, et à effacer le souvenir touchant de la fête
nationale. Tel fut le but du caractère et de la solennité qu'on donna à
ce qu'on appelait l'affaire de Catherine Théot. La malveillance a bien
su tirer parti de la conspiration politique cachée sous le nom de
quelques dévotes imbéciles, et on ne présenta à l'attention publique
qu'une farce mystique et un sujet inépuisable de sarcasmes indécents ou
puérils. Les véritables conjurés les échappèrent, et on faisait
retentir Paris et toute la France du nom de la mère de Dieu. Au même
instant, on vit éclore une multitude de pamphlets dégoûtants, dignes du
père Duchesne, dont le but était d'avilir la Convention nationale, le
tribunal révolutionnaire; de renouveler les querelles religieuses,
d'ouvrir une persécution aussi atroce qu'impolitique contre les esprits
faibles ou crédules imbus de quelque ressouvenir superstitieux (22). En
effet, une multitude de citoyens paisibles et même de patriotes ont été
arrêtés à l'occasion de cette affaire; et les coupables conspirent
encore en liberté; car le plan est de les sauver, de tourmenter le
peuple et de multiplier les mécontents (23). Que n'a-t-on pas fait pour
parvenir à ce but? Prédication ouverte de l'athéisme, violences
inopinées contre le culte, exactions commises sous les formes les plus
indécentes, persécutions dirigées contre le peuple, sous prétexte de
superstition; système de famine; d'abord par les accaparements, ensuite
par la guerre suscitée à tout commerce licite, sous prétexte
d'accaparement; incarcérations des patriotes: tout tendait à ce but.
Dans le même temps la trésorerie nationale suspendait les paiements; on
réduisait au désespoir, par des projets machiavéliques, les petits
créanciers de l'Etat; on employait la violence et la ruse pour leur
faire souscrire des engagements funestes à leurs intérêts, au nom de la
loi même qui désavoue cette manoeuvre. Toute occasion de vexer un
citoyen était saisie avec avidité, et toutes vexations étaient
déguisées, selon l'usage, sous des prétextes de bien public. On servait
l'aristocratie, mais on l'inquiétait; on l'épouvantait à dessein pour
grossir le nombre des mécontents et la pousser à quelque acte de
désespoir contre le gouvernement révolutionnaire (24). On publiait
qu'Hérault, Danton, Hébert étaient des victimes du comité de salut
public, et qu'il fallait les venger par la perte de ce Comité. On
voulait ménager les chefs de la force armée; on persécutait les
magistrats de la commune, et on parlait de rappeler Pache aux fonctions
de maire. Tandis que des représentants du peuple tenaient hautement ce
langage, tandis qu'ils s'efforçaient de persuader à leurs collègues
qu'ils ne pouvaient trouver de salut que dans la perle des membres du
Comité; tandis que des jurés du tribunal révolutionnaire, qui avaient
cabale scandaleusement en faveur des conjurés accusés par la
Convention, disaient partout qu'il fallait résister à l'oppression, et
qu'il y avait vingt-neuf mille patriotes déterminés à renverser le
gouvernement actuel; voici le langage que tenaient les journaux
étrangers qui, dans tous les moments de crises, ont toujours annoncé
fidèlement les complots prêts de s'exécuter au milieu de nous, et dont
les auteurs semblent avoir des relations avec les conjurés. Il faut une
émeute aux criminels. En conséquence, ils ont rassemblé à Paris en ce
moment, de toutes les parties de la République, les scélérats qui la
désolaient au temps de Chaumette et d'Hébert, ceux que vous avez
ordonné par votre décret de faire traduire au tribunal révolutionnaire.

On rendait odieux le gouvernement révolutionnaire pour préparer sa
destruction. Après en avoir accumulé tous les ordres et en avoir dirigé
tout le blâme sur ceux qu'on voulait perdre par un système sourd et
universel de calomnie, on devait détruire le tribunal révolutionnaire
ou le composer de conjurés, appeler à soi l'aristocratie, présenter à
tous les ennemis de la patrie l'impunité, et montrer au peuple ses plus
zélés défenseurs comme les auteurs de tous les maux passés. Si nous
réussissons, disaient les conjurés, il faudra contraster par une
extrême indulgence avec l'état présent des choses. Ce mot renferme
toute la conspiration. Quels étaient les crimes reprochés à Danton, à
Fabre, à Desmoulins? de prêcher la clémence pour les ennemis de la
patrie, et de conspirer pour leur assurer une amnistie fatale à la
liberté. Que dirait-on si les auteurs du complot dont je viens de
parler étaient du nombre de ceux qui ont conduit Danton, Fabre et
Desmoulins à l'échafaud? Que faisaient les premiers conjurés? Hébert,
Chaumette et Ronsin, s'appliquaient à rendre le gouvernement
révolutionnaire insupportable et ridicule, tandis que Camille
Desmoulins l'attaquait dans des écrits satiriques, et que Fabre et
Danton intriguaient pour le défendre. Les uns calomniaient, les autres
préparaient les prétextes de la calomnie. Le même système est
aujourd'hui continué ouvertement. Par quelle fatalité ceux qui
déclamaient jadis contre Hébert, défendent-ils ses complices? Comment
ceux qui se déclaraient les ennemis de Danton sont-ils devenus ses
imitateurs? Comment ceux qui jadis accusaient hautement certains
membres de la Convention, se trouvent-ils ligués avec eux contre les
patriotes qu'on veut perdre? Les lâches! ils voulaient donc me faire
descendre au tombeau avec ignominie! Et je n'aurais laissé sur la terre
que la mémoire d'un tyran! Avec quelle perfidie ils abusaient de ma
bonne foi! Comme ils semblaient adopter les principes de tous les bons
citoyens! Comme leur feinte amitié était naïve et caressante! Tout à
coup leurs visages se sont couverts des plus sombres nuages; une joie
féroce brillait dans leurs yeux; c'était le moment où ils croyaient
toutes leurs mesures bien prises pour m'accabler. Aujourd'hui ils me
caressent de nouveau; leur langage est plus affectueux que jamais. Il y
a trois jours, ils étaient prêts à me dénoncer comme un Catilina;
aujourd'hui ils me prêtent les vertus de Caton. Il leur faut du temps
pour renouer leurs trames criminelles. Que leur but est atroce! mais
que leurs moyens sont méprisables! Jugez-en par un seul trait. J'ai été
chargé momentanément, en l'absence d'un de mes collègues, de surveiller
un bureau de police générale récemment et faiblement organisé au comité
de salut public. Ma courte gestion s'est bornée à provoquer une
trentaine d'arrêtés, soit pour mettre en liberté des patriotes
persécutés, soit pour s'assurer de quelques ennemis de la révolution.
Eh bien! croira-t-on que ce seul mot de police générale a servi de
prétexte pour mettre sur ma tête la responsabilité de toutes les
opérations du comité de sûreté générale, des erreurs de toutes les
autorités constituées, des crimes de tous mes ennemis? Il n'y a
peut-être pas un individu arrêté, pas un citoyen vexé à qui l'on n'ait
dit de moi: "Voilà l'auteur de tes maux; tu serais heureux et libre
s'il n'existait plus". Comment pourrais-je ou raconter ou deviner
toutes les espèces d'impostures qui ont été clandestinement insinuées,
soit dans la Convention nationale, soit ailleurs, pour me rendre odieux
ou redoutable? Je me bornerai à dire que depuis plus de six semaines,
la nature et la force de la calomnie, l'impuissance de faire le bien et
d'arrêter le mal, m'a forcé à abandonner absolument mes fonctions de
membre du comité de salut public, et je jure qu'en cela même, je n'ai
consulté que ma raison et la patrie. Je préfère ma qualité de
représentant du peuple à celle de membre du comité du salut public, et
je mets ma qualité d'homme et de citoyen français avant tout.

Quoi qu'il en soit, voilà au moins six semaines que ma dictature est
expirée, et que je n'ai aucune espèce d'influence sur le gouvernement;
le patriotisme a-t-il été plus protégé? les factions plus timides? la
patrie plus heureuse? Je le souhaite. Mais cette influence s'est bornée
dans tous les temps à plaider la cause de la patrie devant la
représentation nationale, et au tribunal de la raison publique. Il m'a
été permis de combattre les factions qui vous menaçaient: j'ai voulu
déraciner le système de corruption et de désordre qu'elles avaient
établi, et que je regarde comme le seul obstacle à l'affermissement de
la République. J'ai pensé qu'elle ne pouvait s'asseoir que sur les
bases éternelles de la morale. Tout s'est ligué contre moi et contre
ceux qui avaient les mêmes principes. Après avoir vaincu les dédains et
les contradictions de plusieurs, je vous ai proposé les grands
principes gravés dans vos coeurs, et qui ont foudroyé les complots des
athées contre-révolutionnaires. Vous les avez consacrés; mais c'est le
sort des principes d'être proclamés par les gens de bien, et appliqués,
ou contrariés par les méchants. La veille même de la fête de l'Etre
suprême, on voulait la faire reculer, sous un prétexte frivole. Depuis
on n'a cessé de jeter du ridicule surtout ce qui tient à ces idées;
depuis on n'a cessé de favoriser tout ce qui pouvait réveiller la
doctrine des conjurés que vous avez punis. Tout récemment, on vient de
faire disparaître les traces de tous les monuments qui ont consacré de
grandes époques de la Révolution. Ceux qui rappelaient la révolution
morale qui vous vengeait de la calomnie et qui fondait la République,
sont les seuls qui aient été détruits. Je n'ai vu chez plusieurs aucun
penchant à suivre des principes fixes, à tenir la route de la justice
tracée entre les deux écueils que les ennemis, [sic] de la patrie ont
placés sur notre carrière. S'il faut que je dissimule ces vérités,
qu'on m'apporte la ciguë. Ma raison, non mon coeur, est sur le point de
douter de cette République vertueuse dont je m'étais tracé le plan.
J'ai cru deviner le véritable but de cette bizarre imputation de la
dictature; je me suis rappelé que Brissot et Roland en avaient déjà
rempli l'Europe dans le temps où ils exerçaient une puissance presque
sans bornes. Dans quelles mains sont aujourd'hui les armées, les
finances et l'administration intérieure de la République? Dans celles
de la coalition qui me poursuit. Tous les amis des principes sont sans
influence (25); mais ce n'est pas assez pour eux d'avoir éloigné par le
désespoir du bien un surveillant incommode; son existence seule est
pour eux un objet d'épouvante, et ils avaient médité dans les ténèbres,
à l'insu de leurs collègues, le projet de lui arracher le droit de
défendre le peuple, avec la vie. Oh! je la leur abandonnerai sans
regret: j'ai l'expérience du passé, et je vois l'avenir. Quel ami de la
patrie peut vouloir survivre au moment où il n'est plus permis de la
servir et de défendre l'innocence opprimée? Pourquoi demeurer dans un
ordre de choses où l'intrigue triomphe éternellement de la vérité, où
la justice est un mensonge, où les plus viles passions, où les craintes
les plus ridicules occupent dans les coeurs la place des intérêts
sacrés de l'humanité? Comment supporter le supplice de voir cette
horrible succession de traîtres plus ou moins habiles à cacher leurs
âmes hideuses sous le voile de la vertu, et même de l'amitié, mais qui
tous laisseront à la postérité l'embarras de décider lequel des ennemis
de mon pays fut le plus lâche et le plus atroce? En voyant la multitude
des vices que le torrent de la révolution a roulés pêle-mêle avec les
vertus civiques, j'ai craint quelquefois, je l'avoue, d'être souillé
aux yeux de la postérité par le voisinage impur des hommes pervers qui
s'introduisaient parmi les sincères amis de l'humanité, et je
m'applaudis de voir la fureur des Verrès et des Catilina de mon pays
tracer une ligne profonde de démarcation entre eux et tous les gens de
bien (26). J'ai vu dans l'histoire tous les défenseurs de la liberté
accablés par la calomnie; mais leurs oppresseurs sont morts aussi. Les
bons et les méchants disparaissent de la terre, mais à des conditions
différentes. Français, ne souffrez pas que vos ennemis osent abaisser
vos âmes et énerver vos vertus par leur désolante doctrine; Non,
Chaumette, non, la mort n'est pas un sommeil éternel. Citoyens, effacez
des tombeaux cette maxime gravée par des mains sacrilèges, qui jette un
crêpe funèbre sur la nature, qui décourage l'innocence opprimée, et qui
insulte à la mort; gravez-y plutôt celle-ci: _La mort est le
commencement de l'immortalité_.

J'ai promis, il y a quelque temps, de laisser un testament redoutable
aux oppresseurs du peuple. Je vais le publier dès ce moment avec
l'indépendance qui convient à la situation où je me suis placé: je leur
lègue la vérité terrible et la mort.

Représentants du Peuple français, il est temps de reprendre la fierté
et la hauteur du caractère qui vous conviennent. Vous n'êtes point
faits pour être régis, mais pour régir les dépositaires de votre
confiance. Les hommages qu'ils vous doivent ne consistent pas dans ces
vaines flagorneries, dans ces récits flatteurs, prodigués aux rois par
des ministres ambitieux, mais dans la vérité, et surtout dans le
respect profond pour vos principes. On vous a dit que tout est bien
dans la République: je le nie. Pourquoi ceux qui, avant-hier, vous
prédisaient tant d'affreux orages, ne voyaient-ils plus hier que des
nuages légers? Pourquoi ceux qui vous disaient naguère, je vous déclare
que nous marchons sur des volcans, croient-ils ne marcher aujourd'hui
que sur des roses? Hier ils croyaient aux conspirations: je déclare que
j'y crois dans ce moment. Ceux qui vous disent que la fondation de la
République est une entreprise si facile, vous trompent, ou plutôt ils
ne peuvent tromper personne. Où sont les institutions sages, où est le
plan de régénération qui justifient cet ambitieux langage? S'est-on
seulement occupé de ce grand objet? Que dis-je? ne voulait-on pas
proscrire ceux qui les avaient préparées? On les loue aujourd'hui,
parce qu'on se croit plus faible; donc on les proscrira encore demain
si on devient plus fort. Dans, quatre jours, dit-on, les injustices
seront réparées: pourquoi ont-elles été commises impunément depuis
quatre mois? Et comment, dans quatre jours, tous les auteurs de nos
maux seront-ils corrigés ou chassés? On vous parle beaucoup de vos
victoires (27) avec une légèreté académique, qui ferait croire qu'elles
n'ont coûté à nos héros ni sang, ni travaux: racontées avec moins de
pompe, elles paraîtraient plus grandes. Ce n'est ni par des phrases de
rhéteur, ni même par des exploits guerriers, que nous subjuguerons
l'Europe, mais par la sagesse de nos lois, par la majesté de nos
délibérations, et par la grandeur de nos caractères. Qu'a-t-on fait
pour tourner nos succès militaires au profit de nos principes, pour
prévenir les dangers de la victoire, ou pour nous en assurer les
fruits? Surveillez la victoire; surveillez la Belgique. Je vous avertis
que votre décret contre les Anglais a été éternellement violé; que
l'Angleterre, tant maltraitée par nos discours, est ménagée par nos
armes. Je vous avertis que les comédies philanthropiques, jouées par
Dumouriez dans la Belgique, sont répétées aujourd'hui; que l'on s'amuse
à planter des arbres stériles de la liberté dans un sol ennemi, au lieu
de cueillir les fruits de la victoire, et que les esclaves vaincus sont
favorisés aux dépens de la République victorieuse. Nos ennemis se
retirent, et nous laissent à nos divisions intestines. Songez à la fin
de la campagne; craignez les factions intérieures; craignez les
intrigues favorisées par l'éloignement dans une terre étrangère. On a
semé la division parmi les généraux; l'aristocratie militaire est
protégée; les généraux fidèles sont persécutés; l'administration
militaire s'enveloppe d'une autorité suspecte; on a violé vos décrets
pour secouer le joug d'une surveillance nécessaire. Ces vérités valent
bien des épigrammes.

Notre situation intérieure est beaucoup plus critique. Un système
raisonnable de finances est à créer; celui qui règne aujourd'hui est
mesquin, prodigue, tracassier, dévorant, et, dans le fait, absolument
indépendant de votre surveillance suprême. Les relations extérieures
sont absolument négligées. Presque tous les agents employés chez les
puissances étrangères, décriés par leur incivisme, ont trahi
ouvertement la République, avec une audace impunie jusqu'à ce jour.

Le gouvernement révolutionnaire mérite toute votre attention: qu'il
soit détruit aujourd'hui, demain la liberté n'est plus. Il ne faut pas
le calomnier, mais le rappeler à son principe, le simplifier, diminuer
la foule innombrable de ses agents, les épurer surtout: il faut rendre
la sécurité au peuple, mais non à ses ennemis. Il ne s'agit point
d'entraver la justice du peuple par des formes nouvelles; la loi pénale
doit nécessairement avoir quelque chose de vague, parce que le
caractère actuel des conspirateurs étant la dissimulation et
l'hypocrisie, il faut que la justice puisse les saisir sous toutes les
formes. Une seule manière de conspirer laissée impunie, rendrait
illusoire et compromettrait le salut de la patrie. La garantie du
patriotisme n'est donc pas dans la lenteur ni dans la faiblesse de la
justice nationale, mais dans les principes et dans l'intégrité de ceux
à qui elle est confiée, dans la bonne foi du gouvernement, dans la
protection franche qu'il accorde aux patriotes, et dans l'énergie avec
laquelle il comprime l'aristocratie; dans l'esprit public, dans
certaines institutions morales et politiques qui, sans entraver la
marche de la justice, offrent une sauvegarde aux bons citoyens, et
compriment par leur influence sur l'opinion publique et sur la
direction de la marche révolutionnaire (28) et qui vous seront
proposées quand les conspirations les plus voisines permettront aux
amis de la liberté de respirer.

Guidons l'action révolutionnaire par des maximes sages et constamment
maintenues; punissons sévèrement ceux qui abusent des principes
révolutionnaires pour vexer les citoyens; qu'on soit bien convaincu que
tous ceux qui sont chargés de la surveillance nationale, dégagés de
tout esprit de parti, veulent fortement le triomphe du patriotisme, et
la punition des coupables. Tout rentre dans l'ordre(29); mais si l'on
devine que des hommes trop influents désirent en secret la destruction
du gouvernement révolutionnaire, qu'ils inclinent à l'indulgence plutôt
qu'à la justice; s'ils emploient des agents corrompus, s'ils calomnient
aujourd'hui la seule autorité qui en impose aux ennemis de la liberté,
et se rétractent le lendemain pour intriguer de nouveau; si, au lieu de
rendre la liberté aux patriotes, ils la rendent indistinctement aux
cultivateurs, alors tous les intrigants se liguent pour calomnier les
patriotes, et les oppriment (30). C'est à toutes ces causes qu'il faut
imputer les abus, et non au gouvernement révolutionnaire; car il n'y en
a pas un qui ne fût insupportable aux mêmes conditions.

Le gouvernement révolutionnaire a sauvé la patrie; il faut le sauver
lui-même de tous les écueils: ce serait mal conclure de croire qu'il
faut le détruire, par cela seul que les ennemis du bien public l'ont
d'abord paralysé, et s'efforcent maintenant de le corrompre. C'est une
étrange manière de protéger les patriotes, de mettre en liberté les
contre-révolutionnaires et de faire triompher les fripons! c'est la
terreur du crime qui fait la sécurité de l'innocence.

Au reste, je suis loin d'imputer les abus à la majorité de ceux à qui
vous avez donné votre confiance; la majorité est elle-même paralysée et
trahie; l'intrigue et l'étranger triomphent. On se cache, on dissimule,
on trompe: donc on conspire. On était audacieux; on méditait un grand
acte d'oppression; on s'entourait de la force pour comprimer l'opinion
publique après l'avoir irritée (31); on cherche à séduire des
fonctionnaires publics dont on redoute la fidélité; on persécute les
amis de la liberté: on conspire donc. On devient tout à coup souple et
même flatteur; on sème sourdement des insinuations dangereuses contre
Paris; on cherche à endormir l'opinion publique; on calomnie le peuple;
on érige en crime la sollicitude civique; on ne renvoie point les
déserteurs, les prisonniers ennemis, les contre-révolutionnaires de
toute espèce qui se rassemblent à Paris, et on éloigne les canonniers;
on désarme les citoyens; on intrigue dans l'armée; on cherche à
s'emparer de tout: donc on conspire. Ces jours derniers, on chercha à
vous donner le change sur la conspiration; aujourd'hui on la nie: c'est
même un crime d'y croire; on vous effraie, on vous rassure tour à tour:
la véritable conspiration, la voilà.

La contre-révolution est dans l'administration des finances.

Elle porte toute sur un système d'innovation contre-révolutionnaire,
déguisée sous le dehors du patriotisme. Elle a pour but de fomenter
l'agiotage, d'ébranler le crédit public en déshonorant la loyauté
française, de favoriser les riches créanciers, de ruiner et de
désespérer les pauvres, de multiplier les mécontents, de dépouiller le
peuple des biens nationaux, et d'amener insensiblement la ruine de la
fortune publique.

Quels sont les administrateurs suprêmes de nos finances? Des
Brissotins, des Feuillants, des aristocrates et des fripons connus: ce
sont les Cambon, les Mallarmé, les Ramel; ce sont les compagnons et les
successeurs de Chabot, de Fabre, et de Julien (de Toulouse).

Pour pallier leurs pernicieux desseins, il se sont avisés, dans les
derniers temps, de prendre l'attache du comité de salut public, parce
qu'on ne doutait pas que ce comité, distrait par tant et de si grands
travaux, adopterait de confiance, comme il est arrivé quelquefois, tous
les projets de Cambon. C'est un nouveau stratagème imaginé pour
multiplier les ennemis du comité, dont la perte est le principal but de
toutes les conspirations.

La trésorerie nationale, dirigée par un contre-révolutionnaire
hypocrite, nommé L'Hermina, seconde parfaitement leurs vues par le plan
qu'elle a adopté, de mettre des entraves à toutes les dépenses
urgentes, sous le prétexte d'un attachement scrupuleux aux formes, de
ne payer personne, excepté les aristocrates, et de vexer les citoyens
malaisés par des refus, par des retards, et souvent par des
provocations odieuses.

La contre-révolution est dans toutes les parties de l'économie
politique. Les conspirateurs nous ont précipités, malgré nous, dans des
mesures violentes, que leurs crimes seuls ont rendues nécessaires, et
réduit la République à la plus affreuse disette, et qui l'aurait
affamée, sans le concours des événements les plus inattendus. Ce
système était l'ouvrage de l'étranger, qui l'a proposé par l'organe
vénal des Chabot, des l'Huilier, des Hébert et tant d'autres scélérats:
il faut tous les efforts du génie pour ramener la République à un
régime naturel et doux qui seul peut entretenir l'abondance; et cet
ouvrage n'est pas encore commencé.

On se rappelle tous les crimes prodigués pour réaliser le pacte de
famine enfanté par le génie infernal de l'Angleterre. Pour nous
arracher à ce fléau, il a fallu deux miracles également inespérés: le
premier est la rentrée de notre convoi vendu à l'Angleterre avant son
départ de l'Amérique, et sur lequel le cabinet de Londres comptait, et
la récolte abondante et prématurée que la nature nous a présentée;
l'autre est la patience sublime du peuple qui a souffert la faim même,
pour conserver sa liberté. Il nous reste encore à surmonter le défaut
de bras, de voitures, de chevaux, qui est un obstacle à la moisson et à
la culture des terres, et toutes les manoeuvres tramées, l'année
dernière, par nos ennemis, et qu'ils ne manqueront pas de renouveler.

Les contre-révolutionnaires sont accourus ici pour se joindre à leurs
complices et défendre leurs patrons, à force d'intrigues et de crimes.
Ils comptent sur les contre-révolutionnaires détenus, sur les gens de
la Vendée et sur les déserteurs et prisonniers ennemis, qui, selon tous
les avis, s'échappent depuis quelque temps en foule pour se rendre à
Paris, comme je l'ai déjà dénoncé inutilement plusieurs fois au comité
de salut public; enfin sur l'aristocratie, qui conspire en secret
autour de nous. On excitera dans la Convention nationale de violentes
discussions; les traîtres, cachés jusqu'ici sous des dehors hypocrites,
jetteront le masque; les conspirateurs accuseront leurs accusateurs, et
prodigueront tous les stratagèmes jadis mis en usage par Brissot, pour
étouffer la voix de la vérité. S'ils ne peuvent maîtriser la Convention
par ce moyen, ils la diviseront en deux partis; et un vaste champ est
ouvert à la calomnie et à l'intrigue. S'ils la maîtrisent un moment,
ils accuseront de despotisme et de résistance à l'autorité nationale
ceux qui combattront avec énergie leur ligue criminelle; les cris de
l'innocence opprimée, les accents mâles de la liberté outragée seront
dénoncés comme les indices d'une influence dangereuse ou d'une ambition
personnelle. Vous croirez être retournés sous le couteau des anciens
conspirateurs; le Peuple s'indignera; on l'appellera une faction; la
faction criminelle continuera de l'exaspérer; elle cherchera à diviser
la Convention nationale du Peuple; enfin, à force d'attentats, on
espère parvenir à des troubles dans lesquels les conjurés feront
intervenir l'aristocratie et tous leurs complices, pour égorger les
patriotes et rétablir la tyrannie. Voilà une partie du plan de la
conspiration. Et à qui faut-il imputer ces maux? A nous-mêmes, à notre
lâche faiblesse pour le crime, et à notre coupable abandon des
principes proclamés par nous-mêmes. Ne nous y trompons pas: fonder une
immense république sur les bases de la raison et de l'égalité;
resserrer par un lien vigoureux toutes les parties de cet empire
immense, n'est pas une entreprise que la légèreté puisse consommer;
c'est le chef-d'oeuvre de la vertu et de la raison humaine. Toutes les
factions naissent en foule du sein d'une grande révolution. Comment les
réprimer, si vous ne soumettez sans cesse toutes les passions à la
justice? Vous n'avez pas d'autre garant de la liberté, que
l'observation rigoureuse des principes et de la morale universelle, que
vous avez proclamés. Si la raison ne règne pas, il faut que le crime et
l'ambition règnent; sans elle, la victoire n'est qu'un moyen d'ambition
et un danger pour la liberté même; un prétexte fatal dont l'intrigue
abuse pour endormir le patriotisme sur les bords du précipice; sans
elle, qu'importe la victoire même? La victoire ne fait qu'armer
l'ambition, endormir le patriotisme, éveiller l'orgueil et creuser de
ses mains brillantes le tombeau de la République. Qu'importe que nos
armées chassent devant elles les satellites armés des rois, si nous
reculons devant les vices destructeurs de la liberté publique? Que nous
importe de vaincre les rois, si nous sommes vaincus par les vices qui
amènent la tyrannie? Or, qu'avons-nous fait depuis quelque temps contre
eux? Nous avons proclamé de grands prix.

Que n'a-t-on pas fait pour les protéger parmi nous? Qu'avons-nous fait
depuis quelque temps pour les détruire? Rien, car ils lèvent une tête
insolente, et menacent impunément la vertu; rien, car le gouvernement a
reculé devant les factions, et elles trouvent des protecteurs parmi les
dépositaires de l'autorité publique: attendons-nous donc à tous les
maux, puisque nous leur abandonnons l'empire. Dans la carrière où nous
sommes, s'arrêter avant le terme, c'est périr; et nous avons
honteusement rétrogradé. Vous avez ordonné la punition de quelques
scélérats, auteurs de tous nos maux; ils osent résister à la justice
nationale, et on leur sacrifie les destinées de la patrie et de
l'humanité. Attendons-nous donc à tous les fléaux que peuvent entraîner
les factions qui s'agitent impunément. Au milieu de tant de passions
ardentes, et dans un si vaste empire, les tyrans dont je vois les
armées fugitives, mais non enveloppées, mais non exterminées, se
retirent pour vous laisser en proie à vos dissensions intestines qu'ils
allument eux-mêmes, et à une armée d'agents criminels que vous ne savez
pas même apercevoir. Laissez flotter un moment les rênes de la
révolution, vous verrez le despotisme militaire s'en emparer, et le
chef des factions renverser la représentation nationale avilie. Un
siècle de guerre civile et de calamités désolera notre patrie, et nous
périrons pour n'avoir pas voulu saisir un moment marqué dans l'histoire
des hommes pour fonder la liberté; nous livrons notre patrie à un
siècle de calamités (32), et les malédictions du peuple s'attacheront à
notre mémoire qui devait être chère au genre humain. Nous n'aurons pas
même le mérite d'avoir entrepris de grandes choses par des motifs
vertueux. On nous confondra avec les indignes mandataires du peuple qui
ont déshonoré la représentation nationale, et nous partagerons leurs
forfaits en les laissant impunis. L'immortalité s'ouvrait devant nous:
nous périrons avec ignominie. Les bons citoyens périront; les méchants
périront aussi. Le peuple outragé et victorieux les laisserait-il jouir
en paix du fruit de leurs crimes? Les tyrans eux-mêmes ne
briseraient-ils pas ces vils instruments? Quelle justice avons-nous
faite envers les oppresseurs du peuple? quels sont les patriotes
opprimés par les plus odieux abus de l'autorité nationale qui ont été
vengés? Que dis-je? quels sont tous ceux qui ont pu faire entendre
impunément la voix de l'innocence opprimée? Les coupables n'ont-ils pas
établi cet affreux principe, que dénoncer un représentant infidèle,
c'est conspirer contre la représentation nationale? L'oppresseur répond
aux opprimés par l'incarcération et de nouveaux outrages. Cependant les
départements où ces crimes ont été commis, les ignorent-ils parce que
nous les oublions? et les plaintes que nous repoussons ne
retentissent-elles pas avec plus de force dans les coeurs comprimés des
citoyens malheureux? Il est si facile et si doux d'être juste! pourquoi
nous dévouer à l'opprobre des coupables en les tolérant? Mais quoi! les
abus tolérés n'iront-ils pas en croissant? les coupables impunis ne
voleront-ils pas de crimes en crimes? Voulons-nous partager tant
d'infamie et nous vouer au sort affreux des oppresseurs du peuple?
Quels titres ont-ils pour en opposer même aux plus vils tyrans? Une
faction pardonnerait à une autre faction. Bientôt les scélérats
vengeraient le monde en s'entr'égorgeant eux-mêmes; et s'ils
échappaient à la justice des hommes, ou à leur propre fureur,
échapperaient-ils à la justice éternelle qu'ils ont outragée par le
plus horrible de tous les forfaits?

Pour moi, dont l'existence paraît aux ennemis de mon pays un obstacle à
leurs projets odieux, je consens volontiers à leur en faire le
sacrifice, si leur affreux empire doit durer encore. Eh! qui pourrait
désirer de voir plus longtemps cette horrible succession de traîtres
plus ou moins habiles à cacher leurs âmes hideuses sous un masque de
vertu, jusqu'au moment où leur crime paraît mûr; qui tous laisseront à
la postérité l'embarras de décider lequel des ennemis de ma patrie fut
le plus lâche et le plus atroce.

Si l'on proposait ici de prononcer une amnistie en faveur des députés
perfides, et de mettre les crimes de tout représentant sous la
sauvegarde d'un décret, la rougeur couvrirait le front de chacun de
nous: mais laisser sur la tête des représentants fidèles le devoir de
dénoncer les crimes, et cependant d'un autre côté les livrer à la rage
d'une ligue insolente, s'ils osent le remplir, n'est-ce pas un désordre
encore plus révoltant? c'est plus que protéger le crime, c'est lui
immoler la vertu.

En voyant la multitude des vices que le torrent de la révolution a
roulés pêle-mêle avec les vertus civiques, j'ai tremblé quelquefois
d'être souillé aux yeux de la postérité par le voisinage impur de ces
hommes pervers qui se mêlaient dans les rangs des défenseurs sincères
de l'humanité; mais la défaite des factions rivales a comme émancipé
tous les vices; ils ont cru qu'il ne s'agissait plus pour eux que de
partager la patrie comme un butin, au lieu de la rendre libre et
prospère; et je les remercie de ce que la fureur dont ils sont animés
contre tout ce qui s'oppose à leurs projets, a tracé la ligne de
démarcation entre eux et tous les gens de bien; mais si les Verrès et
les Catilina de la France se croient déjà assez avancés dans la
carrière du crime pour exposer sur la tribune aux harangues la tète de
leur accusateur, j'ai promis aussi naguère de laisser à mes concitoyens
un testament redoutable aux oppresseurs du peuple, et je leur lègue dès
ce moment l'opprobre et la mort. Je conçois qu'il est facile à la ligue
des tyrans du monde d'accabler un seul homme; mais je sais aussi quels
sont les devoirs d'un homme qui peut mourir en défendant la cause du
genre humain. J'ai vu dans l'histoire tous les défenseurs de la liberté
accablés par la fortune ou par la calomnie; mais bientôt après, leurs
oppresseurs et leurs assassins sont morts aussi. Les bons et les
méchants, les tyrans et les amis de la liberté disparaissent de la
terre, mais à des conditions différentes. Français, ne souffrez pas que
vos ennemis cherchent à abaisser vos âmes et à énerver vos vertus par
une funeste doctrine. Non, Chaumette, non Fouché, la mort n'est point
un sommeil éternel. Citoyens, effacez des tombeaux cette maxime impie
qui jette un crêpe funèbre sur la nature et qui insulte à la mort:
gravez-y plutôt celle-ci: _La mort est le commencement de
l'immortalité_.

Peuple, souviens-toi que si, dans la République, la justice ne règne
pas avec un empire absolu, et si ce mot ne signifie pas l'amour de
l'égalité et de la patrie, la liberté n'est qu'un vain nom. Peuple, toi
que l'on craint, que l'on flatte et que l'on méprise; toi, souverain
reconnu, qu'on traite toujours en esclave, souviens-toi que partout où
la justice ne règne pas, ce sont les passions des magistrats, et que le
peuple a changé de chaînes et non de destinées.

Souviens-toi qu'il existe dans ton sein une ligue de fripons qui lutte
contre la vertu publique, qui a plus d'influence que toi-même sur tes
propres affaires, qui te redoute et te flatte en masse, mais te
proscrit en détail dans la personne de tous les bons citoyens.

Rappelle-toi que, loin de sacrifier cette poignée de fripons à ton
bonheur, tes ennemis veulent te sacrifier à cette poignée de fripons,
auteurs de tous nos maux, et seuls obstacles à la prospérité publique.

Sache que tout homme qui s'élèvera pour défendre la cause et la morale
publique, sera accablé d'avanies et proscrit par les fripons; sache que
tout ami de la liberté sera toujours placé entre un devoir et une
calomnie; que ceux qui ne pourront être accusés d'avoir trahi, seront
accusés d'ambition; que l'influence de la probité et des principes sera
comparée à la force de la tyrannie et à la violence des factions; que
ta confiance et ton estime seront des titres de proscription pour tous
tes amis; que les cris du patriotisme opprimé seront appelés des cris
de sédition, et que n'osant t'attaquer toi-même en masse, on te
proscrira en détail dans la personne de tous les bons citoyens, jusqu'à
ce que les ambitieux aient organisé leur tyrannie. Tel est l'empire des
tyrans armés contre nous; telle est l'influence de leur ligue avec tous
les hommes corrompus, toujours portés à les servir. Ainsi donc, les
scélérats nous imposent la loi de trahir le peuple, à peine d'être
appelés dictateurs. Souscrirons-nous à cette loi? Non: défendons le
peuple, au risque d'en être estimé; qu'ils courent à l'échafaud par la
route du crime, et nous par celle de la vertu.

Dirons-nous que tout est bien? continuerons-nous de louer par habitude
ou par pratique ce qui est mal? nous perdrions la patrie.
Révélerons-nous les abus cachés? dénoncerons-nous les traîtres? on nous
dira que nous ébranlons les autorités constituées; que nous voulons
acquérir à leurs dépens une influence personnelle. Que ferons-nous
donc? notre devoir. Que peut-on objecter à celui qui veut dire la
vérité, et qui consent à mourir pour elle? Disons donc qu'il existe une
conspiration contre la liberté publique; qu'elle doit sa force à une
coalition criminelle qui intrigue au sein même de la Convention; que
cette coalition a des complices dans le comité de sûreté générale et
dans les bureaux de ce comité qu'ils dominent; que les ennemis de la
République ont opposé ce Comité au comité de salut public, et constitué
ainsi deux gouvernements; que des membres du comité de salut public
entrent dans ce complot; que la coalition ainsi formée cherche à perdre
les patriotes et la patrie. Quel est le remède à ce mal? Punir les
traîtres, renouveler les bureaux du comité de sûreté générale, épurer
ce comité lui-même, et le subordonner au comité de salut public; épurer
le comité de salut public lui-même, constituer l'unité du gouvernement
sous l'autorité suprême de la Convention nationale, qui est le centre
et le juge, et écraser ainsi toutes les factions du poids de l'autorité
nationale, pour élever sur leurs ruines la puissance de la justice et
de la liberté: tels sont les principes. S'il est impossible de les
réclamer sans passer pour un ambitieux, j'en conclurai que les
principes sont proscrits, et que la tyrannie règne parmi nous, mais non
que je doive le taire: car, que peut-on objecter à un homme qui a
raison, et qui sait mourir pour son pays? Je suis fait pour combattre
le crime, non pour le gouverner. Le temps n'est point arrivé où les
hommes de bien peuvent servir impunément la patrie: les défenseurs de
la liberté ne seront que des proscrits, tant que la horde des fripons
dominera.



Notes


(1) Texte rétabli par E. Hamel. Omis dans le texte imprimé.

(2) Texte rétabli par E. Hamel. Texte imprimé: Je me défendrai aussi
moi-même; vous n'en serez point surpris; vous ne ressemblez point aux
tyrans que vous combattez

(3) Deux lignes effacées: Elles ont pris leur source, ou dans
l'ambition, ou dans la lassitude d'une espèce particulière de tyrannie.

(4) Suivent deux pages effacées: Si des ambitions particulières lui ont
donné le branle ou hâté son mouvement, elle n'a dû son origine et sa
direction qu'à l'amour éclairé et profond de la justice et de la
liberté. Ce caractère a déterminé à la fois ses moyens et les attaques
de ses ennemis. Pour atteindre le but des autres, il ne fallait que
courir à la fortune sous les auspices d'une puissance nouvelle: la
nôtre, au contraire, exige le sacrifice des intérêts privés à l'intérêt
général; elle seule impose la vertu. Les autres étaient terminées par
le triomphe d'une faction: la nôtre ne peut l'être que par la victoire
de la justice sur toutes les factions; émanée de la justice, elle ne
peut se reposer que dans son sein; elle a pour ennemis tous les vices.
Les factions sont la coalition des intérêts privés contre le bien
général. Le concert des amis de la liberté, les plaintes des opprimés,
l'ascendant naturel de la raison, la force de l'opinion publique, ne
constituent point une faction; ce n'est que le rappel du pouvoir aux
principes de la liberté, et les effets naturels du développement de
l'esprit public chez un peuple éclairé. Ailleurs, l'ignorance et la
force ont absorbé les révolutions dans un despotisme nouveau: la nôtre,
émanée de la justice, ne peut se reposer que dans son sein; tous les
efforts des intérêts privés contre les droits du peuple ne peuvent
qu'agiter la nation entre deux écueils, les abus de l'ancienne
tyrannie, et les systèmes monstrueux qui dénaturaient l'égalité même,
pour ramener sous son nom la tyrannie. La cause de tous nos maux a été
dans cette lutte perpétuelle des factions contre l'intérêt public.
Celle d'Autriche et celle d'Orléans, toutes deux puissantes, l'une
parce qu'elle régnait au commencement de la révolution, l'autre parce
qu'elle avait puissamment contribué à la préparer pour régner à son
tour, ont arrêté jusqu'ici les destinées de la République. Ajoutez à
cela les intrigues de l'Angleterre coalisée avec la faction d'Orléans,
et l'influence des cours étrangères, et vous vous ferez quelque idée
des germes de discorde, de corruption et de dissolution, que les
ennemis de la liberté ont jetés au milieu de nous. La faction d'Orléans
surtout avait acquis une influence d'autant plus grande, qu'elle avait
arboré la première l'étendard du patriotisme pour renverser la cour, et
que ses partisans, cachés sous ce masque, avaient usurpé la confiance
des patriotes, et s'étaient introduits dans toutes les fonctions
publiques.

(5) Lignes raturées: Chaque crise nouvelle, excitée par leurs intrigues
ténébreuses, ne fit que les forcer à adapter leurs moyens de nuire aux
circonstances nouvelles el à décrire un nouveau circuit pour arriver au
même but. Voulez-vous savoir si les factions existent encore?
demandez-vous si cette multitude d'intrigants dangereux, qui naguère
désolaient la République avec autant d'audace que de perfidie, a
disparu du sol de la liberté; demandez-vous si une foule de chefs et
d'agents fameux des factions diverses ne vivent point encore impunis et
même protégés; demandez-vous si le système de contre-révolution,
organisé au milieu de nous pendant plusieurs années par une politique
profonde, a pu être détruit, et quel plan sage est constamment suivi
pour le déraciner; demandez-vous si on a cessé un seul instant
d'entraver, de corrompre ou de calomnier les mesures que le salut
public a commandées; si les patriotes ne sont plus proscrits,
calomniés, les fripons ouvertement protégés, les conspirateurs
défendus, les principes de la morale publique proclamés seulement pour
la forme, éludés dans la pratique, faussés dans l'application, et
tournés contre ceux-là seuls qui les professent de bonne foi:
demandez-vous enfin si les factions ont fait autre chose que nuancer,
suivant les circonstances du moment, leurs principaux moyens de
conspiration, la corruption, la division; et surtout la calomnie.

(6) Lignes raturées: Ils cherchent à détruire la liberté en calomniant
ses défenseurs, c'est-à-dire, les hommes qui veulent fonder l'ordre
social sur les principes de la morale publique et de l'égalité dans le
sens raisonnable attaché à ce mot. Ils savent quel est l'empire des
principes et de la vérité; ils cherchent à détruire son influence sur
le coeur des hommes, en la présentant comme l'influence personnelle de
ceux qui ont le courage de la dire; ils donnent à cette influence le
nom de tyrannie. Ils placent toujours les amis de la patrie entre leur
devoir et la calomnie; ils accusent d'ambition ceux qu'ils ne peuvent
accuser d'aucun crime: s'ils réclament contre l'oppression, on leur
répond par de nouveaux outrages; s'ils opposent l'énergie des principes
à la persécution, on donne à cette énergie le nom de sédition;
l'impression de l'opinion publique indignée est citée comme la preuve
de leur ambition. Quand on en est arrivera ce point, la liberté est
perdue.

(7) Lignes raturées: Naguère on accusait le comité de salut public de
vouloir usurper l'autorité de la Convention; on l'accusait de vouloir
anéantir la représentation nationale: rappelez-vous quels moyens
odieux, quels lâches artifices furent épuisés pour accréditer cette
funeste idée.

(8) Lignes raturées: Vous pourriez nous le dire, vous tous, hommes
probes, à qui on a fait la proposition formelle de vous liguer contre
le comité de salut public.

(9) Lignes raturées: Etait-ce ceux dont la conscience était paisible?
Etait-ce les hommes dont la France estime le plus la probité, la
franchise et le dévouement? Quels crimes faisaient jadis les conjurés
que vous avez frappés? Ils s'agitaient, ils calomniaient, ils
caressaient bassement tous leurs collègues en qui ils ne voyaient déjà
plus que des juges; ils prophétisaient eux-mêmes leur punition, et
faisaient retentir les voûtes sacrées de leurs sinistres prédictions.

(10) Lignes raturées: Il est bon de remarquer que, depuis leur
punition, les comités qui les ont dénoncés, loin d'être agresseurs, ont
toujours été sur la défensive. Depuis quand est-ce donc la punition du
crime qui épouvante la vertu? Est-ce attenter à la représentation
nationale, que de lui nommer les ennemis de la patrie et les siens?

(11) Lignes raturées: Je les imputerai à ces personnages dangereux, et
même à d'autres fripons qui, en combattant quelquefois contre eux avec
les ennemis de la liberté, rendaient quelquefois la bonne cause
douteuse aux yeux des hommes moins placés dans un point de vue
avantageux pour la discerner. -- (Les tirades suivantes, jusqu'à ces
mots inclusivement, _la corruption qu'ils avaient établie_, sont
extraites d'un livret de Robespierre, écrit au crayon, et qui n'ont pas
été lues à la tribune; nous avons cru devoir les adapter à cet endroit
de lignes raturées.) -- J'en accuse la faiblesse humaine et ce fatal
ascendant de l'intrigue contre la vérité, lorsqu'elle plaide contre
elle dans les ténèbres et au tribunal de l'amour-propre; j'en accuse
des hommes pervers que je démasquerai; j'en accuse une horde de fripons
qui ont usurpé une confiance funeste, sous le nom de commis du comité
de sûreté générale. Les commis de sûreté générale sont une puissance et
une puissance supérieure, par ses funestes influences, au comité même.
Je les ai dénoncés depuis longtemps au comité de salut public et à
celui qui les emploie, qui est convenu du mal, sans oser y appliquer le
remède: je les dénonce aujourd'hui à la Convention, ces funestes
artisans de discorde, qui trahissent à la fois le comité qui les
emploie, et la patrie; qui déshonorent la révolution, compromettent la
gloire de la Convention nationale; protecteurs impudents du crime et
oppresseurs hypocrites de la vertu. C'est en vain qu'on voudrait
environner des fripons d'un prestige religieux; je ne partage pas cette
superstition, et je veux briser les ressorts d'une surveillance
corrompue qui va contre son but, pour la rattacher à des principes purs
et salutaires. J'ai un double titre pour oser remplir ce devoir,
puisqu'il faut aujourd'hui de l'audace pour attaquer des scélérats
subalternes, l'intérêt de la patrie et mon propre honneur. Ce sont ces
hommes qui réalisent cet affreux système de calomnier et de poursuivre
tous les patriotes suspects de probité, en même temps qu'ils protègent
leurs pareils et qu'ils justifient leurs crimes par ce mot, qui est le
cri de ralliement de tous les ennemis de la patrie, _c'est Robespierre
qui l'a ordonné_. C'était aussi le langage de tous les complices
d'Hébert, dont je demande en vain la punition. Et qu'importe, comme on
l'a dit, qu'ils aient quelquefois dénoncé et arrêté des aristocrates
prononcés, s'ils vendent aux autres l'impunité, et s'ils se font de ces
services faciles un titre pour trahir et pour opprimer? Que m'importe
qu'ils poursuivent l'aristocratie, s'ils assassinent le patriotisme et
la vertu, afin qu'il ne reste plus sur la terre que des fripons et
leurs protecteurs? Que dis-je? les fripons ne sont-ils pas une espèce
d'aristocratie? Tout aristocrate est corrompu, et tout homme corrompu
est aristocrate: mais cherchez sous ce masque du patriotisme; vous y
trouverez des nobles, des émigrés, peut-être des hommes qui, après
avoir professé ouvertement le royalisme pendant plusieurs années, se
sont fait attacher au comité de sûreté générale, comme jadis les
prostituées à l'Opéra, pour exercer leur métier impunément, et se
venger patriotiquement sur les patriotes de la puissance et des succès
de la République. Amar et Jagot, s'étant emparés de la police, ont plus
d'influence seuls que tous les membres du comité de sûreté générale;
leur puissance s'appuie encore sur cette armée de commis dont ils sont
les patrons et les généraux. Ce sont eux qui sont les principaux
artisans du système de division et de calomnie; il existe une
correspondance d'intrigues entre eux et certains membres du comité de
salut public, et les autres ennemis du gouvernement républicain ou de
la morale publique, car c'est la même chose; aussi ceux qui nous font
la guerre sont-ils les apôtres de l'athéisme et de l'immoralité. Une
circonstance remarquable et décisive, c'est que les persécutions ont
été renouvelées avec une nouvelle chaleur après la célébration de la
fête à l'Etre suprême. Nos ennemis ont senti la nécessité de réparer
cette défaite décisive à force de crimes, et de ressusciter, à quelque
prix que ce fût, la corruption qu'ils avaient établie.

(12) Texte d'E. Hamel. Texte imprimé: de toutes les tyrannies

(13) Texte d'E. Hamel. Texte imprimé : de leur conspiration

(14) Lignes raturées: Quant à l'existence de la divinité, ils en
fournissent eux-mêmes un argument irrésistible; ce sont leurs propres
crimes.

(15) Lignes raturées: Que suis-je? Un esclave de la patrie, un martyr
vivant de la République, la victime et le fléau du crime. Tous les
fripons m'outragent; les actions les plus indifférentes et les plus
légitimes sont pour moi des crimes. Il suffit de me connaître pour être
calomnié: on pardonne aux autres leurs forfaits, on me fait un crime de
mon zèle pour la patrie. Otez-moi ma conscience, je serais le plus
malheureux de tous les hommes.

(16) Lignes raturées: Sans elle, quel obstacle s'opposerait au triomphe
de l'imposture et de l'intrigue?

(17) Lignes raturées: Plus le peuple est éclairé et juste, plus la
justice et les principes ont d'empire sur lui, et plus ceux qui les
défendent obtiennent cette sorte de confiance attachée à la probité;
ceux qui s'indignent de cette confiance, veulent la donner.

(18) Lignes raturées: La liberté publique est violée, quand les ennemis
du peuple français peuvent réduire ses représentants à l'impuissance de
défendre ses intérêts; or, je déclare en votre présence que je me suis
vu réduit à celte impuissance; je déclare que je me suis cru forcé
depuis quelque temps à abandonner les fonctions que la Convention
nationale m'avait confiées. Je demande que chacun de mes collègues se
rende compte à lui-même de la manière dont il serait affecté si le
gouvernement se liguait avec tous les ennemis de la révolution, pour le
rendre seul responsable de tous les crimes et de toutes les erreurs qui
se commentent dans la République, et de tous les maux qui affligent les
individus.

(19) Lignes raturées: Je ne suis point assez éclairé sur les manoeuvres
ténébreuses, pour affirmer si cette nouvelle est vraie ou fausse; mais,
si elle n'était pas dénuée de fondement, j'aurais droit d'en conclure
que la probité de la majorité de la Convention nationale a repoussé,
etc.

(20) Lignes raturées: Quel homme n'a pas été pénétré du charme touchant
qu'il portait dans tous les coeurs? Quel est le représentant du peuple
qui, dans ce moment, n'a pas cru recueillir la plus douce récompense de
son dévouement à la patrie? Quiconque aurait vu ce spectacle avec des
yeux secs ou avec une âme indifférente, est un monstre. Le silence du
sentiment imprimait plus éloquemment que les discours les émotions
douces et profondes dont les coeurs étaient remplis, et ce cri échappait
de tous les coeurs: que quiconque avait vu ce grand spectacle pouvait
quitter la vie sans regret.

(21) Lignes raturées: A considérer la nature de leur colère, les moyens
et l'objet de la ligue, on eût cru voir les pygmées renouveler la
conspiration des Titans. C'est depuis cette époque que les manoeuvres
dont j'ai parlé se sont développées. Si le trait dont j'ai à parler
n'était pas propre à répandre la plus vive lumière sur les vues de la
coalition, je me garderais bien de rappeler certains faits scandaleux
arrivés au sein même de la fête de l'Etre suprême; car un sentiment
impérieux de pudeur ne me permettrait pas d'avouer que des
représentants du peuple ont répondu par les cris de la fureur aux
touchantes acclamations du peuple; que le président de la Convention
nationale, parlant au peuple, fut insulté par des injures grossières et
les grossiers sarcasmes de quelques autres, et les courses de ceux qui,
cherchant des crimes à celui qu'ils voulaient perdre, dans les signes
de l'allégresse publique, allaient répandre le poison de la terreur et
les soupçons, en disant: Voyez-vous comme on l'applaudit? On n'oublia
rien pour effacer les impressions salutaires qu'avait produites la fête
de l'Etre suprême. La première tentative fut le rapport de Vadier,
rapport où une conspiration politique, profonde, a été déguisée sous le
récit d'une farce mystique et sous des plaisanteries assez déplacées.

(22) Lignes raturées: Enfin, de multiplier les chances des assassins,
en réveillant le fanatisme, tandis que l'on détournait l'attention
publique des véritables conspirateurs qui conduisaient eux-mêmes toute
cette trame.

(23) Lignes raturées: L'affectation insolente avec laquelle
l'aristocratie cherchait à précipiter le jugement de ce procès, et à en
faire l'objet d'un scandale public ou d'une comédie ridicule, eût suffi
seule pour dévoiler ce projet; mais il est encore prouvé par les faits
les plus positifs et les plus multipliés. Cependant l'agent national de
la commune, pour avoir fait arrêter, d'après le voeu du comité de salut
public, quelques agents de ces manoeuvres, a été réprimandé et menacé
par le comité de sûreté générale. Ce dernier comité a encore dénoncé
l'accusateur public, pour avoir remis les pièces de cette affaire au
comité de salut public, qui avait senti la nécessité de l'approfondir
avec plus de sagacité. On a voulu surtout dans ces derniers temps
multiplier les mécontents, et toujours les vexations ont été déguisées
sous le prétexte du bien public; les persécutions suscitées au peuple,
sous le prétexte du fanatisme; les apôtres de l'athéisme et de
l'immoralité étaient sans doute le plus fécond et le plus sûr moyen de
parvenir à ce but.

(24) Lignes raturées: On incarcérait, on persécutait les patriotes; on
prodiguait les attentats, pour en accuser le comité de salut public.
Ceux qui déclament contre le gouvernement, et ceux qui commettent les
excès qu'on lui impute, sont les mêmes hommes. La conjuration contre le
gouvernement a commencé au moment de sa naissance, et elle continue
actuellement avec une nouvelle activité. Les conjurés l'avaient d'abord
attaqué collectivement; ils le poursuivent maintenant en détail dans
les membres qui le composent, et ils appellent sur une seule tête cette
masse de mécontentement et de haine qu'ils s'efforcent de grossir, pour
en écraser ensuite tous les autres. Qui peut leur contester qu'il y a
de l'habileté dans cette tactique? Ils savent qu'il est plus facile de
perdre un homme que de détruire une puissance, et ils croient bien plus
à l'empire des petites passions qu'à celui de la raison et des
sentiments généreux. On disait, il y a peu de jours dans les prisons,
il est temps de se montrer, le comité de sûreté générale s'est déclaré
contre le comité de salut public; on le disait dans la nuit même où se
passa la fameuse séance des deux Comités, dont j'ai rendu compte, et il
fallait des précautions actives et extraordinaires pour maintenir
l'ordre. On arrêta, peu de jours auparavant, des colporteurs de
journaux qui criaient à perte d'haleine: Grande arrestation de
Robespierre; on répandait le bruit que Saint-Just était noble et qu'il
voulait sauver les nobles; on répandait en même temps que je voulais
les proscrire. Des fripons, apostés au lieu où les conspirateurs
expient leurs forfaits, cherchaient à apitoyer le peuple, et disaient:
C'est Robespierre qui égorge ces innocents. C'était le cri de
ralliement des contre-révolutionnaires détenus; c'était celui de tous
mes ennemis, qui me renvoyaient les plaintes de tous les citoyens,
comme à l'arbitre de toutes les destinées. C'était le moment où on
attaquait le tribunal révolutionnaire, où on m'identifiait avec cette
institution et avec tout le gouvernement révolutionnaire; c'était le
temps où le comité de sûreté générale prêtait lui-même son nom et son
appui à toutes ces manoeuvres: des libelles insidieux, de véritables
manifestes étaient prêts d'éclore; on devait invoquer la déclaration
des droits, demander l'exécution actuelle et littérale de la
constitution, la liberté indéfinie de la presse, l'anéantissement da
tribunal révolutionnaire et la liberté des détenus.

(25) Lignes raturées: S'il existe dans le monde une espèce de tyrannie,
n'est-ce pas celle dont je suis la victime?

(26) Lignes raturées: Qu'ils me préparent la ciguë, je l'attendrai sur
ces sièges sacrés; je léguerai du moins à ma patrie l'exemple d'un
constant amour pour elle, et aux ennemis de l'humanité l'opprobre et la
mort.

(27) Ligne raturée: Avec des récits moins pompeux, elles paraîtraient
plus grandes.

(28) Ligne raturée: Ce sont ces institutions qui nous manquent encore.

(29) Lignes raturées: Tout marchera vers le véritable but des
institutions révolutionnaires; et la terreur imprimée au crime sera la
meilleure garantie de l'innocence.

(30) Lignes raturées: C'est une mauvaise manière de protéger les
patriotes, de donner la liberté aux coupables; car la terreur des
criminels de la révolution est la meilleure garantie de l'innocence.

(31) Ligne raturée: On calomniait d'avance l'indignation publique qu'on
se préparait à exciter.

(32) Lignes raturées: Et notre mémoire, qui devait être chère au monde,
sera l'objet des malédictions du genre humain.



      *      *      *      *      *      *      *      *      *





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Discours par Maximilien Robespierre — 17 Avril 1792-27 Juillet 1794" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home