Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: Discours par Maximilien Robespierre — 21 octobre 1789-1er juillet 1794
Author: Robespierre, Maximilien, 1758-1794
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Discours par Maximilien Robespierre — 21 octobre 1789-1er juillet 1794" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



Maximilien Robespierre (1758-1794),


Discours prononcé à l'Assemblée constituante
le 21 octobre 1789 (21 octobre 1789)



Texte en français moderne par Albert Laponneraye



(Un boulanger avait été mis à mort par le peuple; la commune de Paris
envoya à l'assemblée nationale une députation pour lui rendre compte de
cet événement et pour demander qu'elle rendît une loi martiale et
qu'elle s'occupât de pourvoir aux subsistances de la capitale. Barnave
fit observer qu'une loi martiale ne serait pas suffisante, et proposa
de créer un tribunal ad hoc pour juger les crimes de lèse-nation. La
motion de Barnave fut appuyée par plusieurs députés. Robespierre prit
la parole en ces termes:)


Ne serait-il donc question dans cette discussion que d'un fait isolé,
que d'une seule loi?... Si nous n'embrassons pas à la fois toutes les
mesures, c'en est fait de la liberté. Les députés de la commune vous
ont fait un récit affligeant; ils ont demandé du pain et des soldats.
Ceux qui ont suivi la révolution, ont prévu le point où vous êtes: ils
ont prévu que les subsistances manqueraient; qu'on vous montrerait au
peuple comme sa seule ressource: ils ont prévu que des situations
terribles engageraient à vous demander des mesures violentes, afin
d'immoler à la fois et vous et sa liberté. On demande du pain et des
soldats; c'est dire: le peuple attroupé veut du pain; donnez-nous des
soldats pour immoler le peuple. On vous dit que les soldais refusent
démarcher... Eh! peuvent-ils se jeter sur un peuple malheureux dont ils
partagent le malheur? Ce ne sont donc pas des mesures violentes qu'il
faut prendre, mais des décrets sages pour découvrir la source de nos
maux, pour déconcerter la conspiration qui peut-être, dans le moment où
je parle, ne nous laisse plus d'autres ressources qu'un dévouement
illustre. Il faut nommer un tribunal vraiment national.

Nous sommes tombés dans une grande erreur, en croyant que les
représentants de la nation ne peuvent juger les crimes commis envers la
nation. Ces crimes, au contraire, ne peuvent être jugés que par la
nation, ou par ses représentants, ou par des membres pris dans votre
sein. Qu'on ne parle pas de constitution quand tout se réunit pour
l'écraser dans son berceau. Des mandements incendiaires sont publiés,
les provinces s'agitent, les gouverneurs favorisent l'exportation sur
les frontières... Il faut entendre le comité des rapports; il faut
entendre le comité des recherches, découvrir la conspiration, étouffer
la conspiration Alors nous ferons une constitution digne de nous et de
la nation qui l'attend.



      *      *      *      *      *      *      *      *      *



Maximilien Robespierre (1758-1794), Discours prononcé à l'Assemblée
constituante le 25 janvier 1790 (25 janvier 1790)



(Le commencement de la séance avait été consacré à divers travaux,
entre autres à la lecture d'un rapport sur un secours demandé par la
ville de Valenciennes. Lorsque la tribune fut libre, Robespierre y
monta et s'exprima ainsi:)


Nous venons soumettre à votre délibération un objet infiniment plus
intéressant pour plusieurs provinces du royaume... Il tient à la
liberté générale... Il est d'une telle nature, que vous nous accuseriez
d'une malversation odieuse, si nous ne soutenions pas avec force la
cause qui nous est en ce moment confiée. Parmi les décrets qui fixent
la quotité d'impositions nécessaires pour exercer les droits de citoyen
actif, et pour être électeur et éligible, il en est qui ont donné lieu
à une demande d'explication...

Des contributions directes, personnelles et réelles, sont établies dans
une grande partie du royaume. Dans l'Artois et dans les provinces qui
l'avoisinent, on paie peu de contributions directes; la corvée n'y
existe pas; la taille et la capitation y sont converties en impositions
indirectes. Il en est de même des contributions par les propriétaires
de fonds: les centièmes établis depuis deux siècles étaient bien loin
de produire une imposition proportionnée à la valeur des fonds: ils ont
été abolis par les soins des Etats d'Artois. Ainsi, cette province ne
contiendrait qu'un très petit nombre de citoyens actifs; ainsi, une
partie considérable des habitants de la France seraient frappés de
l'exhérédation politique...

Si vous considérez maintenant que presque la totalité du territoire des
provinces belgiqnes est possédée par des ecclésiastiques, par des
nobles et par quelques bourgeois aisés, que dans une communauté de
1,000 âmes, il y a à peine quatre citoyens actifs...

(M. de Montlausier interrompt et demande la preuve de ces assertions.)

J'ai l'honneur d'observer que la cause que je défends touche de si près
aux intérêts du peuple, que j'ai droit à toute votre attention.

Dans l'état actuel, l'égalité politique est détruite... Prononcez sur
cette importante réclamation. Nous la soumettons à votre justice, à la
raison qui vous a dicté la déclaration des droits de l'homme. Jetez vos
yeux sur cette classe intéressante, qu'on désigne avec mépris par le
nom sacré de peuple Voulez-vous qu'un citoyen soit parmi nous un être
rare, par cela seul que les propriétés appartiennent à des moines, à
des bénéficiers, et que les contributions directes ne sont pas en usage
dans nos provinces? Voulez-vous que nous portions à ceux qui nous ont
confié leurs droits, des droits moindres que ceux dont ils jouissaient?
Que répondre quand ils nous diront: vous parlez de liberté et de
constitution, il n'en existe plus pour nous. La liberté consiste,
dites-vous, dans la volonté générale, et notre voix ne sera pas comptée
dans le recensement général des voix de la nation. La liberté consiste
dans la nomination libre des magistrats auxquels on doit obéir, et nous
ne choisissons plus nos magistrats. Autrefois, nous les nommions, nous
pouvions parvenir aux fonctions publiques; nous ne le pourrons plus,
tant que les anciennes contributions subsisteront... Dans la France
esclave, nous étions distingués par quelques restes de liberté; dans la
France devenue libre, nous serons distingués par l'esclavage.

Si nous pouvons vous proposer un parti qui, loin de compromettre vos
décrets et vos principes, les cimente et les consacre; s'il n'y a
d'autre effet que de fortifier vos décrets, et de vous assurer de plus
en plus la confiance et l'amour de la nation, quelle objection
pourrez-vous faire?

L'assemblée nationale considérant que les contributions maintenant
établies dans diverses parties du royaume, ne sont ni assez uniformes,
ni assez sagement combinées pour permettre une application juste et
universelle des décrets relatifs aux conditions d éligibilité, voulant
maintenir l'égalité politique entre toutes les parties du royaume,
déclare l'exécution des dispositions concernant la nature et la quotité
des contributions nécessaires pour être citoyen actif, électeur et
éligible, différée jusqu'à l'époque où un nouveau mode d'imposition
sera établi; que jusqu'à cette époque, tous les Français, c'est-à-dire,
tous les citoyens domiciliés, nés Français ou naturalisés Français,
seront admissibles à tous les emplois publics, sans autre distinction
que celle des vertus et des talons; sans qu'il soit dérogé toutefois
aux motifs d'incompatibilité décrétés par l'assemblée nationale.



      *      *      *      *      *      *      *      *      *



Maximilien Robespierre (1758-1794), Discours prononcé à l'Assemblée
constituante le 22 février 1790 (22 février 1790)



(Des troubles ayant éclaté sur différons points de la France, le garde
des sceaux donna lecture à l'assemblée constituante d'un mémoire pour
l'inviter à prendre des mesures de répression. L'assemblée décida que
son comité de constitution lui présenterait un projet de décret tendant
au rétablissement de la tranquillité publique. Ce projet de décret
armait les officiers municipaux d'une sorte de dictature en leur
permettant de faire usage contre les attroupements de la loi martiale,
qui ordonnait de faire feu sur le peuple après trois sommations.
Lafayette, Barnave, Caza- lès, Mirabeau et d'autres députés encore
furent successivement entendus sur cette question; tous furent d'avis
de mettre la loi martiale en vigueur avec quelques modifications plus
ou moins restrictives. Chapetier et Malouet proposèrent deux nouveaux
projets de décret. Robespierre prononça à ce sujet le discours suivant:)


Avant d'examiner les différens décrets, je dois vous exposer dans
quelles circonstances et sous quels auspices ils vous sont présentés.
Il y a peu de jours, sur le simple récit des événements du Quercy,
l'Assemblée, par un décret, a ordonné la réunion des troupes soldées et
des maréchaussées aux gardes nationales, pour réprimer les désordres.
Ce décret a paru insuffisant aux ministres, qui ont demandé, dans leur
mémoire, que le pouvoir exécutif soit autorisé à déployer la terreur
des armes. Ce mémoire a été renvoyé au comité, et, samedi, des membres
de cette Assemblée vous ont fait des propositions conformes à celles
des ministres. Qu'on me pardonne de n'avoir pu concevoir comment les
moyens du despotisme pouvaient assurer la liberté; qu'on me pardonne de
demander comment une révolution faite par le peuple peut être protégée
par le déploiement ministériel de la force des armes. Il faudrait me
démontrer que le royaume est à la veille d'une subversion totale: cette
démonstration a paru nécessaire à ceux-là mêmes qui se joignent à la
demande des ministres, puisqu'ils assurent qu'elle est acquise. Voyons
si cela est vrai.

Nous ne connaissons la situation du royaume que par ce qui a été dit
par quelques membres sur les troubles du Quercy, et vous avez vu que
ces troubles ne consistent qu'en quelques châteaux brûlés. Des châteaux
ont le même sort dans l'Agénois. Nous nous rappelons avec plaisir que
deux députés nobles* [* MM. d'Aiguillon et Chartes de Lameth.], ont
préféré à ce vain titre celui de défenseurs du peuple: ils vous ont
conjuré de ne pas vous effrayer de ces événements, et ils ont présenté
les principes que je développe aujourd'hui. Il y a encore quelques
voies de fait en Auvergne et quelques-unes en Bretagne. Il est notoire
que les Bretons ont calmé des émotions plus violentes: il est notoire
que, dans cette province, ces accidents ne sont tombés que sur ces
magistrats qui ont refusé la justice au peuple, qui ont été rebelles à
vos décrets, et qui s'obstinent à les mépriser* [*  La chambre des
vacations du parlement de Rennes avait refusé d'enregistrer les décrets
de l'Assemblée. Ses membres furent mandés à la barre, et déclarés
inhabiles à remplir aucune fonction de citoyen actif. (Séances du 11 et
16 janvier 1790.)]. Les députés des contrées agitées m'ont assuré que
les troubles se calment. Vous avez dû être rassurés à un certain point
par le mémoire du garde des sceaux, plus effrayant par la force et
l'exagération des expressions que par les faits: il en articule un
seul: les malheurs arrivés à Béziers. Vous avez blâmé le peuple; vous
avez donné une preuve touchante d'intérêt à ses malheurs: vous avez vu
qu'ils ne tiennent pas à une cause générale, mais qu'ils prennent leur
source dans les contraintes exercées sur la perception d'un impôt
odieux, que le peuple croit détruit, et que, depuis le commencement de
la révolution, il refuse de payer. Que ces faits ne nous inspirent donc
aucune terreur. Rapportons maintenant les événements qui peuvent
dissiper nos craintes

Vous savez quels moyens on a employés en Normandie pour soulever le
peuple, pour égarer les habitants des campagnes; vous avez vu avec
quelle candeur ils ont désavoué les signatures surprises et apposées à
une adresse, ouvrage de sédition et de délire, rédigée par les auteurs
et les partisans de l'aristocratie. Qui est-ce qui ignore qu'on a
répandu avec profusion, dans les provinces belgiques, des libelles
incendiaires, que les principes de l'insurrection ont été prêchés dans
la chaire du Dieu de paix; que les décrets sur la loi martiale, sur les
contributions, sur la suppression du clergé ont été publiés avec soin;
qu'on a caché tous ceux de vos décrets qui, non moins utiles,
présentaient aux peuples des objets de bienfaisance faciles à saisir?
Qu'on ne vienne donc pas calomnier le peuple! J'appelle le témoignage
de la France entière: je laisse ses ennemis exagérer les voies de fait,
s'écrier que la révolution a été signalée par des barbaries: moi
j'atteste tous les bons citoyens, tous les amis de la raison, que
jamais révolution n'a coûté si peu de sang et de cruautés. Vous avez vu
un peuple immense, maître de sa destinée, rentrer dans l'ordre au
milieu de tous les pouvoirs abattus, de ces pouvoirs qui l'ont opprimé
pendant tant de siècles; sa douceur, sa modération inaltérables ont
seules déconcerté les manoeuvres de ses ennemis, et on l'accuse devant
ses représentants!

A quoi tendent ces accusations? Ne voyez-vous pas le royaume divisé? ne
voyez-vous pas deux partis, celui du peuple et celui de l'aristocratie
et du despotisme? Espérons que la constitution sera solidement
affermie; mais reconnaissons qu'il reste encore à faire: grâce au zèle
avec lequel on a égaré le peuple par des libelles, et déguisé les
décrets, l'esprit public n'a pas encore pris l'ascendant si nécessaire.
Ne voyez vous pas qu'on cherche à énerver les sentiments généreux du
peuple, pour le porter à préférer un paisible esclavage à une liberté
achetée au prix de quelques agitations et de quelques sacrifices? Ce
qui formera l'esprit public, ce qui déterminera s'il doit pencher vers
la liberté ou se reporter vers le despotisme, ce sera l'établissement
des assemblées administratives. Mais si l'intrigue s'introduisait dans
les élections, si la législature suivante pouvait ainsi se trouver
composée des ennemis de la révolution, la liberté ne serait plus qu'une
vaine espérance que nous aurions présentée à l'Europe. Les nations
n'ont qu'un moment pour devenir libres; c'est celui où l'excès de la
tyrannie doit faire rougir de défendre le despotisme. Ce moment passé,
les cris de bons citoyens sont dénoncés comme des actes de sédition; la
servitude reste, la liberté disparait. En Angleterre, une loi sage ne
permet pas aux troupes d'approcher des lieux où se font chaque année
les élections; et dans les agitations incertaines d'une révolution, on
nous propose de dire au pouvoir exécutif: Envoyez des troupes où vous
voudrez, effrayez les peuples, gênez les suffrages, faites pencher la
balance dans les élections!

Dans ce moment même des villes ont reçu des garnisons extraordinaires,
qui ont par la terreur servi à violer la liberté du peuple, à élever
aux places municipales des ennemis caches de la révolution. Ce malheur
est certain; je le prouverai, et je demande pour cet objet une séance
extraordinaire. Prévenons ce malheur; réparons-le par une loi que la
liberté et la raison commandent à tout peuple qui veut être libre,
qu'elles ont commandée à une nation qui s'en sert avec une respectueuse
constance pour maintenir une constitution à laquelle elle reconnaît des
vices; mais ne proclamons pas une nouvelle loi martiale contre un
peuple qui défend ses droits, qui recouvre sa liberté. Devons-nous
déshonorer le patriotisme en l'appelant esprit de sédition, et honorer
l'esclavage par le nom d'amour de l'ordre et de la paix? Non; il faut
prévenir les troubles par des moyens plus analogues à la liberté. Si
l'on aime véritablement la paix, ce ne sont pas des lois martiales
qu'il faut présenter au peuple; elles donneraient de nouveaux moyens
d'amener des troubles: lorsqu'il sera porté quelque cause à votre
tribunal, protégez la cause, protégez les principes populaires.

Tout cet empire est couvert de citoyens armés par la liberté; ils
repousseront les brigands pour défendre leurs foyers. Rendons au peuple
ses véritables droits; protégeons, je le répète, protégeons les
principes patriotiques, attaqués dans tant d'endroits divers; ne
souffrons pas que des soldats armés aillent opprimer les bons citoyens,
sous le prétexte de les défendre; ne remettons pas le sort de la
révolution dans les mains de chefs militaires; faisons sortir des
villes ces soldats armés qui effraient le patriotisme pour détruire la
liberté.



      *      *      *      *      *      *      *      *      *



Maximilien Robespierre (1758-1794), Discours prononcé à l'Assemblée
constituante le 13 mars 1790 (13 mars 1790)



(II y avait près d'un an que la régénération de la France avait
commencé, et l'Assemblée nationale, absorbée par une multitude d'autres
soins, ne s'était pas encore occupée du sort des détenus par lettres de
cachet. Dans la séance du 13 mars au soir, le député Castellane
présenta un projet de loi en plusieurs articles sur ce sujet. Le
premier article ordonnait la mise en liberté dans le délai de six
semaines de toutes les personnes détenues sans jugement préalable.
L'abbé Maury se hâta de prendre la parole et de combattre cet article
du projet de loi, demandant le maintien des lettres de cachet.
Robespierre lui répliqua ainsi:)


En me bornant au premier article soumis à votre discussion, j'observe
que c'est sur le sort des personnes qui ne sont accusées d'aucun crime
que nous avons à prononcer. Nous ne favoriserons pas, sans doute, ces
actes de despotisme; des législateurs n'ont autre chose à faire que
d'anéantir ces abus. Comment les anéantir s'ils laissent gémir ceux qui
sont dans l'oppression? En vertu de quoi ont-ils été privés de leur
liberté? En vertu d'un acte illégal. Ne serait-ce pas consacrer cet
acte illégal que d'ordonner des délais? Si quelque chose peut nous
affecter, c'est le regret de siéger depuis dix mois, sans avoir encore
prononcé la liberté de ces malheureux, victimes d'un pouvoir
arbitraire. L'assemblée sera, sans doute, étonnée de voir que,
lorsqu'il est question de la cause de l'innocence, on lui parle sans
cesse, non pas de ces infortunés détenus, souvent pour leurs vertus,
pour avoir laissé échapper quelques preuves d'énergie et de
patriotisme; mais qu'on fixe son attention sur des hommes emprisonnés à
la sollicitation des familles. Vous n'avez pas, sans doute, oublié
cette maxime: _Il vaut mieux faire grâce à cent coupables, que punir un
seul innocent_. Je propose pour amendement au premier article que tous
ceux qui seront détenus seront mis en liberté le jour même de la
publication du présent décret, et que dans huit jours votre décret sera
publié.



      *      *      *      *      *      *      *      *      *



Maximilien Robespierre (1758-1794), Discours prononcé à l'Assemblée
constituante le 7 avril 1790 (7 avril 1790)



(L'Assemblée Constituante s'occupait de l'organisation du pouvoir
judiciaire. Trois projets de décret lui étaient soumis sur cette
matière importante. Les avis étant partagés sur la question de savoir
auquel des trois projets on accorderait la priorité; il fut décrété que
plusieurs questions fondamentales seraient discutées et décidées
préalablement. Au nombre de ces questions étaient les deux suivantes:
1° Etablira-t-on des jurés? 2° Les établira-t-on en matière civile et
en matière criminelle? La discussion s'engagea La majorité de
l'assemblée penchait en faveur du jury, mais parmi ceux qui
reconnaissaient l'utilité de cette institution admirable, il en était
qui ne la croyaient applicable qu'au criminel, d'autres qui renvoyaient
a l'année 1792 l'application du Jury au civil. Un député ayant dit:
"Avant de discuter, qu'on me définisse donc ce que c'est que des
jurés," Robespierre se leva et répondit ainsi à cette question.)


D'après tout ce qui a été dit, il semble que pour fixer l'opinion il
suffit de répondre à la question du préopinant eu définissant l'essence
et en déterminant le principal caractère de la procédure par juré.
Supposez donc, à la place de ces tribunaux permanents auxquels nous
sommes accoutumés, et qui prononcent à la fois sur le fait et sur le
droit, des citoyens jugeant le fait et des juges appliquant ensuite la
loi. D'après cette seule définition, on saisira aisément la grande
différence qui se trouve entre les jurés et les différentes
institutions qu'on voudrait vous proposer. Les juges des tribunaux
permanents, investis pour un temps du pouvoir terrible de juger,
adopteront nécessairement un esprit de corps d'autant plus redoutable
que, s'alliant avec l'orgueil, il devient le despotisme. Il est trop
souvent impossible d'obtenir justice contre des magistrats en les
attaquant soit comme citoyens soit comme juges. Quand ma fortune
dépendra d'un juré je me rassurerai en pensant qu'il rentrera dans la
société; je ne craindrai plus le juge qui, réduit à appliquer la loi,
ne pourra jamais s'écarter de la loi: je regarde donc comme un point
incontestable que les jurés sont la base la plus essentielle de la
liberté; sans cette institution je ne puis croire que je sois libre,
quelque belle que soit votre constitution.

Tous les opinants adoptent l'établissement des jurés au criminel. Eh!
quelle différence peut-on trouver entre les deux parties distinctes de
notre procédure? Dans l'une, il s'agit de l'honneur et de la vie; dans
l'autre, de l'honneur et de la fortune. Si l'ordre judiciaire au
criminel sans jurés est insuffisant pour garantir ma vie et mon
honneur, il l'est également au civil, et je réclame les jurés pour mon
honneur et pour ma fortune. On dit que cette institution au civil est
impossible: des hommes qui veulent être libres et qui en ont senti le
besoin sont capables de surmonter toutes les difficultés; et s'il est
une preuve de la possibilité d'exécuter l'institution qu'on attaque, je
la trouve dans cette observation que beaucoup d'hommes instruits ont
parlé dans cette affaire sans présenter une objection soutenable!
Peut-on prouver qu'il est impossible de faire ce que l'on fait
ailleurs, qu'il est impossible de trouver des juges assez éclairés pour
juger des faits? Mais partout, malgré la complication de nos lois,
malgré tous nos commentaires, les faits sont toujours des faits; toute
question de fait sur une vente se réduira toujours à ce point: La vente
a-t-elle été faite? (Murmures.) J'éprouve en ce moment même que l'on
confond encore le fait et le droit. Quelle est la nature de la vente?
Voilà ce qui appartient à la loi et aux juges. N'avez vous pas vendu?
Cette question appartient aux jurés... Quoi! vous voulez donc que le
bon sens, que la raison soit exclusivement affectée aux hommes qui
portent une certaine robe? On a dit que notre situation politique ne
permettait pas l'établissement des jurés: quelle est donc notre
situation politique? Les Français, timides esclaves du despotisme, sont
changés par la révolution en un peuple libre qui ne connaît pas
d'obstacles quand il s'agit d'assurer la liberté; nous sommes au moment
où toutes les vérités peuvent paraître, où toutes seront accueillies
parle patriotisme. On dit que nous ne connaissons pas les jurés: j'en
atteste tous les gens éclairés; la plupart des citoyens connaissent les
jurés et en désirent l'établissement. On veut vous faire redouter les
obstacles des gens de loi: c'est une injure qui leur est faite; ceux
qui n'ont porté au barreau que le désir d'être utiles à leurs
concitoyens saisiront avec enthousiasme l'occasion de sacrifier leur
état si l'utilité publique l'exige... Suffit-il donc de se borner à
apposer des convenances aux principes? rappelez-vous ce que vous avez
fait; souvenez-vous que quand vous avez changé ce mot servile et
gothique: Etats généraux, en cette expression: Assemblée nationale, qui
a consacré tout à la fois vos droits et vos principes les plus sacrés
de la constitution, les mêmes convenances ont été opposées par les
mêmes personnes.

Je conclus, et je dis que différer jusqu'à 1792 l'établissement des
jurés au civil, c'est peut-être y renoncer pour toujours, c'est aider à
la renaissance de cet esprit aristocratique qui se montre chaque jour
avec une assurance qu'il avait perdue depuis plusieurs mois. Le moment
le plus favorable pour cette belle institution était venu: vous
différez! Qui vous a dit que ce moment reviendra? Et si vous n'êtes pas
sûrs de son retour, de quel droit hasarderez-vous le bonheur du peuple.



      *      *      *      *      *      *      *      *      *



Maximilien Robespierre (1758-1794), Discours prononcé à l'Assemblée
constituante le 28 avril 1790 (28 avril 1790)



(L'assemblée avait chargé son comité de jurisprudence criminelle de lui
présenter un travail sur les conseils de guerre. Le député Beaumetz
donna lecture d'un projet de décret dont les principales dispositions
consistaient à rendre la procédure publique et à donner un conseil à
l'accusé. Robespierre l'apprécia en ces termes:)



Le décret qu'on vous propose est si important, qu'il est difficile de
se déterminer après une seule lecture: cependant il est impossible de
n'être pas frappé de son insuffisance; il ne fallait pas se borner à
réformer quelques détails; mais on devait toucher à la composition des
conseils de guerre. Vainement vous auriez donné un conseil à l'accusé,
si, comme les autres citoyens, les soldats ne tenaient de vous le droit
d'être jugé par ses pairs. Je ne prétends rien dire de désobligeant à
l'armée française, en exposant avec force un sentiment que vous
trouverez sans doute plein de justice. Il est impossible de décréter,
dans les circonstances actuelles, que les soldats n'auront pas d'autres
juges que les officiers... (Il s'élève quelques murmures). J'en
conviens, il faut du courage pour dire, dans cette tribune, où une
expression d'un membre patriote a été interprétée d'une manière
défavorable, qu'il y a entre les soldats et les officiers des intérêts
absolument opposés. Si cette réflexion est juste, serez-vous
suffisamment rassurés sur le sort des soldats qui pour, raient être
accusés? Ne craindrez-vous pas que quelquefois cette différence de
sentiments sur la révolution se fasse naître des préjugés contre
l'innocence des soldats? ne craindrez-vous pas que, sous prétexte de
discipline, on ne punisse le patriotisme et l'attachement à la
révolution? Mes observations sont conformes aux principes de
l'Assemblée nationale: elle ne les violera pas, quand il s'agit de la
sûreté des braves soldats auxquels nous devons une reconnaissance si
sincère et si méritée.


Je demande que désormais le conseil de guerre soit composé d'un nombre
égal d'officiers et de soldats.



      *      *      *      *      *      *      *      *      *



Maximilien Robespierre (1758-1794), Discours prononcé à l'Assemblée
constituante le 15 mai 1790 (15 mai 1790)



(Un grand différend s'était élevé entre l'Espagne et l'Angleterre; les
deux puissances faisaient des armements considérables et Louis XVI, par
l'organe de M. de Montmorin, avait donné communication à l'assemblée
des mesures qu'il avait cru devoir prendre pour assurer la tranquillité
générale et pour la sûreté du commerce. Une discussion s'éleva à ce
sujet sur la question de savoir à qui appartenait, du roi ou de
l'assemblée, le droit de faire la paix ou la guerre. Voici quelle fut
l'opinion de Robespierre:)


S'il est un moment où il soit indispensable de juger la question de
savoir à qui appartiendra le droit de faire la paix ou la guerre, c'est
à l'époque où vous avez à délibérer sur l'exercice de ce droit. Comment
prendrez-vous des mesures si vous ne connaissez pas votre droit. Vous
déciderez provisoirement, au moins, que le droit de disposer du bonheur
de l'empire appartient au ministre. Pouvez-vous ne pas croire, comme on
vous l'a dit, que la guerre est un moyen de défendre le pouvoir
arbitraire contre les nations? Il peut se présenter différents partis à
prendre. Je suppose qu'au lieu de vous engager dans une guerre dont
vous ne connaissez pas les motifs, vous vouliez maintenir la paix;
qu'au lieu d'accorder des subsides, d'autoriser des armements, vous
croyez devoir faire une grande démarche et montrer une grande loyauté.
Par exemple, si vous manifestiez aux nations que, suivant des principes
bien différents de ceux qui ont fait les malheurs des peuples, la
nation française, contente d'être libre, ne veut s'engager dans aucune
guerre, et veut vivre avec toutes les nations, dans cette fraternité
qu'avait commandée la nature. Il est de l'intérêt des nations de
protéger la nation française, parce que c'est de la France que doivent
partir la liberté et le bonheur du monde. Si l'on reconnaissait qu'il
est utile de prendre ces mesures ou toutes autres semblables, il
faudrait décider si c'est la nation qui a le droit de les prendre. II
faut donc, avant d'examiner les mesures nécessaires, juger si le roi a
le droit de faire la paix ou la guerre.



      *      *      *      *      *      *      *      *      *



Maximilien Robespierre (1758-1794), Discours prononcé à l'Assemblée
constituante le 18 mai 1790 (18 mai 1790)



(Continuation de la séance du 15 mai sur le droit de guerre.)


Après les vérités importantes qui vous ont été présentées sur la
question, il reste encore à répondre à un très-petit nombre
d'objections, à résumer les points principaux, à réduire la question à
ses termes les plus simples, et à fixer vos regards sur notre situation
actuelle. En me rappelant ce qu'ont dit les deux préopinants, je ne
vois qu'une seule objection: la nation étant obligée de déléguer tout
le pouvoir, autant vaut et mieux vaut de léguer au roi, qui est
représentant de la nation, le droit de déclarer la guerre. Il est
inexact de dire _représentant de la nation_. Le roi est le _commis_ et
le délégué de la nation pour exécuter les volontés nationales... (MM.
Destourmel, de Murinais, etc., demandent que l'opinant soit rappelé à
l'ordre.) Certainement le murmure qui s'élève n'aurait pas eu lieu, si
l'on avait compris ma pensée; on ne m'aurait pas soupçonné de manquer
de respect à la majesté royale, puisqu'elle n'est autre chose que la
majesté nationale. J'ai voulu donner une magnifique idée de....
(Murmures) Si mes expressions ont affligé quelqu'un, je dois les
rétracter: par _commis_, je n'ai voulu entendre que l'emploi suprême,
que la charge sublime d'exécuter la volonté générale; j'ai dit qu'on ne
représente la nation que quand on est spécialement chargé par elle
d'exprimer sa volonté, toute autre puissance, quelque auguste qu'elle
soit, n'a pas le caractère de représentant du peuple. Je dis donc que
la nation doit confier à ses représentants le droit de la guerre et de
la paix. A toutes ces réflexions, j'ajoute qu'il faut déléguer ce
pouvoir à celui qui a le moins d'intérêt à en abuser; le corps
législatif n'en peut abuser jamais. Mais c'est le roi armé d'une
puissante dictature qui peut le rendre formidable, qui peut attenter à
la liberté, à la constitution. Le roi sera toujours tenté de déclarer
la guerre pour augmenter sa prérogative; les représentants de la nation
auront toujours un intérêt direct et même personnel à empêcher la
guerre. Dans un instant, ils vont rentrer dans la classe de citoyens,
et la guerre frappe sur tous les citoyens. Pour éviter ces
inconvénients sans nombre qui se présentent à nos regards, je propose à
l'assemblée de fixer son opinion sur le projet de décret de M. de
Pétion; c'est ici le moment de commencer cette grande révolution, qui
s'étendra sur toutes les parties du monde. Je ne crois pas qu'il soit
facile de supporter l'idée de la guerre qui l'annonce. C'est l'Espagne
qui a fait les premiers préparatifs; c'est l'Espagne qui a réclamé des
possessions éloignées. On nous parle d'un traité: quel traité? un pacte
de famille est un pacte national? Comme si les querelles des rois
pouvaient encore être celles des peuples.... (On observe que ce n'est
pas l'ordre du jour.) Il est impossible que des événements qui amènent
cette discussion, soient étrangers à cette discussion. Il est important
d'avertir l'assemblée nationale que cette question traitée, elle en
aura une autre à traiter. Pourquoi voulez-vous m'empêcher de vous dire
que vous êtes exposés aux plus grands des dangers, si vous ne prenez
pas un décret sage. Je conclus à ce que l'assemblée délibère, d'abord
sur le projet de décret de M. Pétion de Villeneuve, et ensuite sur les
circonstances présentes.



      *      *      *      *      *      *      *      *      *



Maximilien Robespierre (1758-1794), Discours prononcé à l'Assemblée
constituante le 25 mai 1790 (25 mai 1790)



(Opinion de Robespierre sur l'organisation de la Cour de cassation:)


Pour découvrir les règles de l'organisation de la Cour de cassation, il
faut se former une idée juste de ses fonctions et de son objet. Elle ne
jugera pas sur le fond des procès. Uniquement établie pour défendre la
loi et la constitution, nous devons la considérer, non comme une partie
de l'ordre judiciaire, mais comme placée entre le législateur et la loi
rendue, pour réparer les atteintes qu'on pourrait lui porter. Il est
dans la nature que tout individu, que tout corps qui a du pouvoir, se
serve de ce pouvoir pour augmenter ses prérogatives; il est certain que
le tribunal de cassation pourra se faire une volonté indépendante du
corps législatif, et s'élever contre la constitution. Ces idées m'ont
conduit à adopter une maxime romaine qui pourrait paraître paradoxale,
et dont vous reconnaîtrez sans doute la vérité: "Aux législateurs
appartient le pouvoir de veiller au maintien des lois." Cette maxime
était rigoureusement observée. Quand il y avait quelque obscurité, les
lois romaines ne voulaient pas que les juges se permissent aucune
interprétation, dans la crainte qu'ils n'élevassent leur volonté
au-dessus de la volonté des législateurs. D'après ces réflexions, j'ai
pensé que vous ne trouveriez pas étrange qu'on vous proposât de ne pas
former de tribunal de cassation distinct du corps législatif, mais de
le placer dans ce corps même. On objectera que vous avez distingué les
pouvoirs, et que vous confondriez le pouvoir judiciaire et le pouvoir
législatif; mais un tribunal de cassation n'est point un tribunal
judiciaire. On objectera encore la durée des sessions; mais vous n'avez
pas encore décrété cette durée; mais on le pourrait, sans
inconvénients, si les affaires publiques, si la liberté, l'exigeaient.
Mon avis est donc que le tribunal de cassation soit établi dans le sein
du corps législatif, et qu'un comité soit chargé de l'instruction et de
faire le rapport à l'assemblée qui décidera.



      *      *      *      *      *      *      *      *      *



Maximilien Robespierre (1758-1794), Discours prononcé à l'Assemblée
constituante le 20 juin 1790 (20 juin 1790)



(L'abbé Jaquemard, membre de l'assemblée constituante, voutait que
l'élection des prélats fût faite par le bas clergé et que le peuple ne
participât point à cette élection. Robespierre combattit cette doctrine
qui ne tendait à rien moins qu'à maintenir le clergé à l'état de caste
et à perpétuer son omnipotence.)


M. l'abbé Jaquemard propose de faire nommer les évêques par les
ecclésiastiques, concurremment avec les membres de l'assemblée
administrative; ceci est directement opposé aux principes de la
constitution. Le droit d'élire ne peut appartenir au corps
administratif; celui en qui réside la souveraineté, a seul le droit
d'élire, et ce droit ne peut être exercé que par lui ou par ceux
auxquels il l'a délégué. On vous propose de faire intervenir le clergé
dans l'élection de cette portion d'officiers publics, appelés les
évêques: c'est bien là l'exercice d'un droit politique. Vous l'appelez
à l'exercice de ce droit, non comme citoyen, mais comme clergé, mais
comme corps particulier, dès lors vous dérogez aux premiers principes;
non seulement vous rompez l'égalité des droits politiques; vous faites
du clergé un corps isolé; vous consacrez vous-mêmes le retour des abus;
vous vous exposez à l'influence dangereuse d'un corps qui a opposé tant
d'obstacles à vos travaux. Ni les assemblées administratives ni le
clergé ne peuvent concourir à l'élection des évêques. La seule élection
constitutionnelle, c'est celle qui vous a été proposée par le comité.
Quand on dit que cet article contrevient à l'esprit de piété; qu'il est
contraire aux principes du bon sens; que le peuple est trop corrompu
pour faire de bonnes élections, ne s'aperçoit-on pas que cet
inconvénient est relatif à toutes les élections possibles; que le
clergé n'est pas plus pur que le peuple lui-même? Je conclus pour le
peuple.



      *      *      *      *      *      *      *      *      *



Maximilien Robespierre (1758-1794), Discours prononcé à l'Assemblée
constituante le 27 septembre 1790 (27 septembre 1790)



(Lors de la discussion sur l'institution du jury, l'Assemblée
Constituante rejeta les jurés en matière civile et décréta leur
établissement en matière criminelle. Elle chargea en même temps ses
comités de constitution et de jurisprudence de lui présenter une loi
qui réglât l'exécution de son décret. Ce travail lui fut soumis
quelques mois après par Duport au nom des comités de constitution et de
jurisprudence réunis. L'assemblée ordonna l'impression du projet de loi
et du rapport dont il était précédé. Robespierre prit la parole pour le
combattre dans une de ses dispositions seulement, celle qui était
relative à la gendarmerie et à la police de sûreté.)



Je m'élève contre la disposition du plan des comités qui associe les
officiers de la maréchaussée aux fonctions de juge de paix, et qui les
érige en magistrats de police. Je soutiens qu'ils ne peuvent être que
les exécuteurs des ordonnances de la police, mais qu'ils ne peuvent
eux-mêmes occuper son tribunal et rendre des décisions sur la liberté
des citoyens. Je fonde mon opinion sur les premières notions de toute
constitution libre: vos comités ont fondé leur système sur une nuance
qu'ils ont remarquée entre la justice et la police. Cette nuance peut
être exprimée avec assez de justesse, sous le rapport de la question
actuelle, en définissant la police de sûreté une justice provisoire.

Le juge absout ou condamne; le magistrat de police décide si un citoyen
est assez suspect pour perdre provisoirement sa liberté et pour être
remis sous la main de la justice: l'une et l'autre ont un objet commun,
la sûreté publique; leurs moyens diffèrent en ce que la marche de la
police est soumise à des formes moins scrupuleuses, en ce que ses
décisions ont quelque chose de plus expéditif et de plus arbitraire.
Mais remarquez que l'une et l'autre doivent concilier, autant qu'il est
possible, la nécessité de réprimer le crime avec les droits de
l'innocence et de la liberté civile, et que la police même ne peut,
sans crime, outrepasser le degré de rigueur ou de précipitation qui
peut être absolument indispensable pour remplir son objet; remarquez
surtout que de cela même que la loi est obligée de laisser plus de
latitude à la volonté et à la conscience de l'homme qu'elle charge de
veiller au maintien de la police, plus elle doit mettre de soin et de
sollicitude dans le choix de ce magistrat, plus elle doit chercher
toutes les présomptions morales et politiques qui garantissent
l'impartialité, le respect pour les droits du citoyen, l'éloignement de
toute espèce d'injustice, de violence et de despotisme. "Ce danger, ce
malheur de perdre la liberté avant d'être convaincu, et quoique l'on
soit innocent, dit le rapporteur des deux comités, est un droit que
tout citoyen a remis à la société; c'est un sacrifice qu'il lui doit."
Mais c'est précisément par cette raison qu'il faut prendre toutes les
précautions possibles pour s'assurer que ce sera l'intérêt général, que
ce sera le v½u et le besoin public, et non les passions particulières
qui commanderont ces sacrifices et qui réclameront ce droit;
c'est-à-dire, pour ne pas faire d'une institution faite pour maintenir
la sûreté des citoyens le plus terrible fléau qui puisse la menacer. Si
ces principes sont incontestables, mon opinion est déjà justifiée.

J'en tire déjà la conséquence que des officiers militaires ne doivent
pas être magistrats de police: ce n'est que sous le despotisme que des
fonctions aussi disparates, que des pouvoirs aussi incompatibles
peuvent être réunis, ou plutôt, cette réunion monstrueuse serait
elle-même le despotisme le plus violent, c'est-à dire le despotisme
militaire. Or, qu'est-ce que les officiers de maréchaussée, si ce ne
sont des officiers militaires? Vous vous rappelez sans doute la
constitution que vous avez donnée à ce corps; vous savez que vous avez
déclaré qu'il faisait partie de l'armée de ligne, qu'il serait soumis
au même régime, vous avez décrété que, pour y être admis, il fallait
avoir servi dans les troupes de ligne pendant un certain nombre
d'années déterminé; vous avez décrété que les trois quarts des
lieutenants seraient des officiers de troupes de ligne; il faut passer
par ce grade pour arriver aux grades supérieurs, qui sont tous
assimilés à ceux de l'armée de ligne: le législateur ne peut donc
confier des fonctions civiles si importantes et si délicates aux
officiers de la maréchaussée, sans oublier ce principe sacré qu'il doit
trouver dans ceux qu'il investit d'une telle magistrature la garantie
la plus sûre possible de l'usage humain et modéré qu'ils en feront.

Il est surtout une garantie qu'il n'est pas permis de négliger; c'est
celle que vous avez vous-même cherchée en décrétant que les
fonctionnaires publics qui doivent décider des intérêts des citoyens
soient nommés par le peuple. Quand les citoyens soumettent leur liberté
aux soupçons, à la volonté d'un homme, la moindre condition qu'ils
puissent mettre à ce sacrifice, c'est sans doute qu'ils choisiront
eux-mêmes cet homme-là; or, les officiers de la maréchaussée ne sont
pas choisis par le peuple; les colonels, les chefs de ce corps, sont
choisis par le directoire, et ils choisissent à leur tour les autres
officiers. Observons encore que vous avez vous-mêmes consacré le
principe que j'invoque, dans la matière même dont je parle, en confiant
l'autorité de la police à des juges de paix nommés par le peuple; or,
comment vos comités peuvent-ils vous proposer de la partager entre eux
et les officiers de maréchaussée, et même de donner à ceux-ci un
pouvoir plus étendu; de fonder cette institution si intimement liée aux
droits les plus sacrés des citoyens, sur deux principes si opposés, ou
plutôt sur des contradictions si révoltantes?

Mais il est un troisième rapport qui marque d'une manière plus sensible
encore l'opposition de ce système avec les maximes de justice et de
prudence que j'ai exposées. Pourquoi n'aurais-je pas le courage de le
dire, ou plutôt pourquoi faut-il que les représentants de la nation
aient besoin de courage pour dire les vérités qui importent le plus à
son bonheur? S'il est vrai que tous les abus de l'autorité viennent des
intérêts et des passions des hommes qui les exercent, ne devez-vous pas
calculer les intérêts, les passions qui, dans les circonstances où nous
sommes, c'est-à-dire à l'époque la plus importante de notre
gouvernement, pourraient diriger l'autorité entre les mains des
officiers de police? Pouvons-nous oublier que longtemps encore la
différence des sentiments et des opinions sera marquée par celle des
conditions et des anciennes habitudes? Pouvez-vous croire que le moyen
de donner au peuple les juges, les magistrats de police les plus
impartiaux, les plus dévoués à ses intérêts, les plus religieusement
pénétrés des respects qui lui sont dus, serait de les choisir
précisément dans la classe des ci-devant privilégiés, des officiers
militaires chez qui l'amour de la révolution est combattu par tant de
causes différentes? Or, les officiers de maréchaussée ne seront-ils pas
composés de cette manière par les dispositions qui destinent la plupart
des places importantes à des officiers de troupes de ligne, et qui font
dépendre l'avancement des autres du suffrage de ces derniers? Vous ne
pouvez donc leur abandonner l'autorité de la police sans exposer les
patriotes les plus zélés, sans livrer le peuple à ces persécutions
secrètes, à ces vexations arbitraires, dont votre comité avoue que
l'exercice de la police peut être facilement le prétexte; vous ne le
pouvez pas sans démentir à la fois et votre humanité, et votre sagesse,
et votre justice.

Vous seriez effrayés, si vous examiniez en détail les fondions qu'on
leur attribue. Quoi! un officier militaire pourra faire amener devant
lui, par la maréchaussée, tout citoyen qu'il lui plaira de suspecter, à
quelque distance qu'il se trouve! Il pourra le relâcher s'il se trouve
satisfait de ses réponses, ou l'envoyer dans une prison! Il pourra le
faire arrêter dans sa propre maison! Il pourra recevoir des plaintes,
dresser des procès-verbaux., entendre des témoins, et former les
premiers titres qui compromettront l'honneur et la vie d'un citoyen! Un
officier militaire pourra susciter un procès criminel à tout citoyen,
le flétrir d'abord d'un jugement qui le déclarera prévenu du crime, et
le retenir provisoirement dans une prison jusqu'à ce que le directeur
du juré ait rendu un second jugement provisoire sur sa liberté!

Je cherche en vain, je l'avoue, en quoi l'ancien régime était plus
vicieux que celui-là; je ne sais pas même s'il ne pourrait pas nous
faire regretter jusqu'à la juridiction prévotale, moins odieuse sous
beaucoup de rapports, et qui parut un monstre politique, précisément
parce qu'elle remettait dans les mêmes mains une magistrature civile et
le pouvoir militaire.



      *      *      *      *      *      *      *      *      *



Maximilien Robespierre (1758-1794), Discours prononcé à l'Assemblée
constituante le 23 octobre 1790 (23 octobre 1790)



(Opinion de Robespierre sur la Haute Cour nationale.)



J'ai quelques observations à vous soumettre sur l'organisation de la
haute cour nationale. Les crimes de lèse-nation sont des attentats
commis directement contre les droits du corps social. Il en est de deux
espèces; ceux qui attaquent son existence physique, et ceux qui
cherchent à vicier son existence morale. Ces derniers sont aussi
coupables que les premiers. Celui qui attente à la liberté d'une
nation, est autant son ennemi que celui qui voudrait la faire périr par
le fer. Dans ce cas, ce n'est plus une nation, ce n'est plus un roi; il
n'y a que des esclaves et un tyran. Les crimes de lèse-nation sont
rares quand la constitution de l'Etat est affermie, parce qu'elle
comprime de toutes parts, avec la force générale, les individus qui
seraient tentés d'être factieux. Il n'y a alors que les hommes publics
armés de grands pouvoirs qui puissent ruiner l'édifice de la liberté
publique. Ce n'est donc que sur eux qu'il est utile de fixer alors la
défiance d'un tribunal. Mais dans un temps de révolution, lorsqu'un
peuple secoue le joug, que le despotisme fait des efforts pour se
relever, alors le tribunal de surveillance doit scruter plus
particulièrement les factions particulières. Il faut que ce tribunal
soit composé de personnes amies de la révolution. Il ne doit ressembler
en rien à ce siège anticonstitutionnel à qui vous avez remis le soin de
punir les forfaits des nombreux ennemis qui ont entouré le berceau de
la liberté; il faut que le tribunal que vous avez formé soit investi de
courage, de force armée, puisqu'il aura à combattre les grands, qui
sont ennemis du peuple. De là découle cette vérité incontestable, que
le peuple seul a droit de nommer ses protecteurs. Conférer au roi une
partie de ce droit d'élection, ce serait faire un écueil de ce qui doit
être un rempart pour la liberté.

Le comité a donc commis une erreur, en vous proposant de faire nommer
les juges par le roi. Ce n'est pas même assez, il faut que, pour
éloigner de ce tribunal l'illusion des promesses et la séduction des
grâces, ceux qui seront membres de ce tribunal ne puissent accepter
aucune grâce ou commission du pouvoir exécutif, avant deux ans; et
même, s'il est possible, il faut fixer une époque plus reculée. Où
peut-on mieux placer ce tribunal que dans Paris, cette ville qui a tant
rendu de services à la révolution, et qui fut de tout temps le centre
des lumières? Je me borne à ces réflexions; je n'ai point eu le temps
de rédiger un projet de décret; une discussion plus mûre, et vos
lumières y suppléeront.



      *      *      *      *      *      *      *      *      *



Maximilien Robespierre (1758-1794), Discours prononcé à l'Assemblée
constituante le 9 novembre 1790 (9 novembre 1790)



(Opinion de Robespierre sur le tribunal de cassation.)



Quel est l'objet de l'institution d'un tribunal de cassation. Voilà la
première question et peut-être la seule que vous ayez à juger. Les
tribunaux sont établis pour décider les contestations entre citoyens cl
citoyens: là finit le pouvoir judiciaire; là commence l'autorité de la
Cour de cassation. C'est sur l'intérêt général, c'est sur le maintien
de la loi et de l'autorité législative que la Cour de cassation doit
prononcer. Le pouvoir législatif n'établissant que la loi générale,
dont la force dépend de l'exacte observation, si les magistrats
pouvaient y substituer leur volonté propre, ils seraient législateurs.
Il est donc nécessaire d'avoir une surveillance qui ramène les
tribunaux aux principes de la législation. Ce pouvoir de surveillance
fera-t-il partie du pouvoir judiciaire? Non, puisque c'est le pouvoir
judiciaire qu'on surveille. Sera-ce le pouvoir exécutif? Non, il
deviendrait maître de la loi. Sera-ce enfin un pouvoir différent des
pouvoirs législatif, exécutif et judiciaire? Non; je n'en connais pas
quatre dans la constitution. Ce droit de surveillance est donc une
dépendance du pouvoir législatif. En effet, selon les principes
authentiquement reconnus, c'est au législateur à interpréter la loi
qu'il a faite: dans l'ancien régime même, ce principe était consacré.

Je passe à l'examen rapide des bases et de l'esprit du plan du comité.
Tout projet, dont le résultat livre une institution à l'influence
ministérielle, doit être rejeté. Tout le système qu'on vous propose se
réduit à une cascade d'élections, qui se termine par le choix du
ministre et par le jeu toujours désastreux des intrigues de cour.

Comment peut-on vous proposer de donner au pouvoir exécutif, sur les
membres du tribunal de cassation, cette fatale influence que vous leur
avez ôtée sur les juges? Quel étrange système! On veut épurer le choix
du peuple par ses représentants; et le choix des représentants par les
ministres. Ce n'est qu'ouvrir un plus vaste champ à la cabale, à la
corruption et au despotisme. Que resterait-il à faire pour livrer le
tribunal aux ministres? Etablir que le garde des sceaux présidera ce
tribunal? Eh bien! tel est l'article XXI. Dans l'article IV, le comité
veut que, sans plaintes, le tribunal juge la conduite et les fautes
d'un autre tribunal, de quelques-uns des juges qui le composent ou du
commissaire du roi. Il veut que ce même tribunal prononce sur les
prises à partie des tribunaux et des commissaires du roi. Il fait plus:
ne donne-t-il pas au garde des sceaux le droit d'humilier des juges ou
des commissaires du roi pour des choses qui ne sont pas des délits,
mais des négligences dans l'exercice de leurs fonctions, mais une
conduite contraire à la dignité des tribunaux? Il veut que sur la
dénonciation du garde des sceaux et l'avis du directoire du district,
le tribunal de cassation prononce des injonctions, des amendes, des
suspensions de fonctions. Nul système ne fut jamais mieux imaginé pour
avilir l'autorité judiciaire, pour la ramener entre les mains du
despotisme. Rien ne m'étonne autant que ce système, si ce n'est qu'on
vous l'ait présenté. Je ne puis en ce moment proposer aucun détail; je
demande seulement que l'assemblée, en consacrant le principe, déclare
qu'au corps législatif seul appartient le droit de maintenir la
législation et sa propre autorité, soit par cassation, soit autrement.
Quant au plan proposé, je pense qu'il n'y a pas lieu à délibérer, et
que les membres qui composent le comité doivent être rappelés au
respect pour les principes constitutionnels.



      *      *      *      *      *      *      *      *      *



Maximilien Robespierre (1758-1794), Discours prononcé à l'Assemblée
constituante le 14 décembre 1790 (14 décembre 1790)



   (Opinion de Robespierre sur l'organisation judiciaire.)



La partie de la législation que l'on vous propose en ce moment tient
aux premiers principes de la liberté et du bien public. Dans les
circonstances où nous sommes, elle intéresse essentiellement
l'existence d'une multitude innombrable de citoyens: c'en est assez
pour éveiller toute votre attention. Cherchons les premiers principes
de cette matière importante; ils nous conduiront peut-être facilement
au parti que nous devons adopter... Dès que la société a établi et
déterminé l'autorité publique qui doit prononcer sur les différends des
citoyens, dès qu'elle a créé les juges destinés à leur rendre en son
nom la justice qu'ils avaient droit de se faire par eux-mêmes avant
l'association civile; pour mettre le dernier sceau, et pour donner le
mouvement à cette institution, il ne reste plus qu'à instruire les
juges des différends qui doivent être soumis à leurs décisions. A qui
appartient le droit de défendre les intérêts des citoyens? Aux citoyens
eux-mêmes, ou à ceux en qui ils ont mis leur confiance. Ce droit est
fondé sur les premiers principes de la raison et de la justice; il
n'est autre chose que le droit essentiel et imprescriptible de la
défense naturelle. S'il ne m'est pas permis de défendre mon honneur, ma
vie, ma liberté, ma fortune par moi-même, quand je le veux et quand je
le puis, et, dans le cas où je n'en ai pas les moyens, par l'organe de
celui que je regarde comme le plus éclairé, le plus vertueux, le plus
humain, le plus attache à mes intérêts; si vous me forcez à les livrer
à une certaine classe d'individus que d'autres auront désignés, alors
vous violez à la fois et cette loi sacrée de la nature et de la
justice, et toutes les notions de l'ordre social, qui, en dernière
analyse, ne peuvent reposer que sur elles... Ces principes sont
incontestables; il ne s'agit plus que de l'application.

Je me permettrai cependant d'observer avant tout qu'il ne faut pas se
porter trop aisément à opposer sans cesse des inconvénients à des
droits inviolables, et des circonstances à des vérités éternelles. Ce
serait imiter les tyrans, à qui il ne coule rien de reconnaître les
droits des hommes, à condition de pouvoir les violer toujours sous de
nouveaux prétextes, à condition de les reléguer, dans la pratique,
parmi ces théories vagues qui doivent céder à des maximes politiques et
à des _considérations particulières;_ ce serait abandonner le guide
fidèle que nous avons promis de suivre, pour embrasser des combinaisons
arbitraires, qui ne seraient que le résultat de nos anciennes habitudes
et de nos préjugés. Quoi qu'il en soit, pour déterminer l'application
des principes que j'ai posés, il ne s'agit que d'éclaircir la question,
en définissant et en distinguant d'une manière précise les diverses
fonctions qui font l'objet du rapport de nos comités de constitution et
de judicature.

Le législateur a vu qu'il fallait d'abord que la demande du citoyen qui
veut traduire un autre citoyen devant les tribunaux, fût formée et
constatée d'une manière certaine et authentique, afin qu'aucun jugement
ne pût être surpris, et l'on institua les officiers chargés de ce soin
sous le nom d'huissiers. Le législateur a voulu établir ensuite un
ordre de procédure dont l'objet était de donner au défenseur le loisir
de préparer sa défense; ensuite au demandeur, le temps de répliquer,
jusqu'au moment où la cause devait être discutée devant le juge, et
recevoir sa décision: de là des délais fixés, des formules, des actes
de procédure déterminés par la loi; et cette partie mécanique de
l'instruction des affaires, cette routine de la procédure, furent
confiées à d'antres officiers connus sous le nom de _procureurs_.

Il restait la partie la plus importante, la partie principale et
essentielle de la défense des citoyens, qui demeure séparée des
fonctions dont nous venons de parler, la fonction de présenter les
faits aux yeux des magistrats, de développer les motifs des
réclamations des parties, de faire entendre la voix de la justice, de
l'humanité, et les cris de l'innocence opprimée. Cette fonction seule
échappa à la fiscalité et au pouvoir absolu du monarque. La loi tint
toujours cette carrière libre à tous les citoyens; du moins
n'exigea-t-elle d'eux que la condition de parcourir un cours d'études
faciles, ouvert à tout le monde, tant le droit de la défense naturelle
paraissait sacré dans ce temps-là? Aussi, en déclarant, sans aucune
peine, que cette profession même n'était pas exempte des abus qui
désoleront toujours les peuples qui ne vivront point sous le régime de
la liberté, suis-je du moins forcé de convenir que le barreau semblait
montrer encore les dernières traces de la liberté exilée du reste de la
société; que c'était là où se trouvait encore le courage de la vérité,
qui osait réclamer les droits du faible opprimé contre les crimes de
l'oppresseur puissant; enfin, ces sentiments généreux qui n'ont pas peu
contribué à une révolution, qui ne s'est faite dans le gouvernement que
parce qu'elle était préparée dans les esprits. Si la loi avait mis au
droit de défendre la cause de ceux qui veulent nous la confier, une
certaine restriction, en exigeant un cours d'études dégénéré presque
entièrement en formalité, elle semblait s'être absoute elle-même de
cette erreur par la frivolité évidente du motif... En dépit des maximes
qui jusqu'à ce moment avaient paru le résultat d'une profonde sagesse,
vous convenez tous que, sous aucun prétexte, pas même sous le prétexte
d'ignorance, d'impéritie, la loi ne peut interdire aux citoyens la
liberté de défendre eux-mêmes leur propre cause. Quoi qu'il en soit,
l'ancien régime était à cet égard infiniment plus près de la raison, du
bien public et de la constitution nouvelle, que le système proposé par
vos comités de constitution et de judicature. Réunir et confondre le
ministère des procureurs, les fonctions des avocats, pour soumettre
l'un et l'autre à un privilège exclusif qui deviendra le patrimoine
d'un petit nombre d'individus, tel est le fond de ce plan.

Ainsi voilà les privilèges que vous avez proscrits, rétablis sur la
ruine du droit le plus sacré de l'homme et du citoyen; voilà, en dépit
du décret qui proscrit jusqu'au costume des gens de loi, par la raison
qu'ils ne doivent point former une classe particulière, voilà le corps
des gens de loi recréé sous une forme beaucoup plus vicieuse que
l'ancienne! En effet, ce pouvoir exclusif de défendre les citoyens sera
conféré par trois juges et par deux hommes de loi, et pour être
éligible, pour être l'objet de leur suffrage ou de leur faveur, il
faudra non-seulement avoir travaillé cinq ans chez un homme de loi,
mais avoir encore été inscrit sur un tableau dressé par le directoire
de l'administration du district, dont les membres pourront exclure qui
ils jugeront à propos, puisqu'ils seront constitués juges de la probité
des candidats. Je ne dirai pas que ce système est contraire à la
constitution, que c'est donner à des fonctionnaires publics un pouvoir
étranger à leurs fonctions, que c'est un attentat à la souveraineté du
peuple, puisqu'il n'appartient qu'au souverain d'ôter ou d'accorder un
droit à un citoyen; je m'attache particulièrement aux inconvénients de
l'institution qu'on vous propose: elle tend à former un corps d'hommes
de loi, vil et indigne de ses fonctions; elle présente un petit nombre
de places à une multitude de candidats. L'intrigue assurera le succès,
et la probité inflexible ne connaît pas l'intrigue, et le génie
n'attend rien que de lui-même.

Jusqu'à ce que nos moeurs soient changées, il y aura de l'intrigue, de
la faveur partout où un corps, ou quelques hommes seront les
dispensateurs de quelques avantages que ce soit. La formalité du
concours laissera subsister ces inconvénients. Trois membres du
tribunal et deux hommes de loi décideront, à la pluralité de trois voix
données secrètement et au scrutin. Les deux hommes de loi jalouseront,
craindront le mérite éclatant. Si un juge se range de leur parti,
toutes les chances sont nécessairement contre le plus digne: alors vous
ne verrez plus dans le sanctuaire de la justice ces hommes sensibles,
capables de se passionner pour la cause des malheureux, et par
conséquent seuls dignes de la défendre; ces hommes intrépides et
éloquents, appuis de l'innocence et fléaux du crime; la faiblesse, la
médiocrité, l'injustice et la prévarication les redouteront; ils en
seront toujours repoussés; mais vous verrez accueillir des gens de loi
sans délicatesse, sans enthousiasme pour leurs devoirs, et poussés
seulement dans une noble carrière par un vil intérêt. Ainsi vous
dénaturez, vous dégradez des fonctions précieuses à l'humanité,
essentiellement liées au progrès de l'esprit public, au triomphe de la
liberté; ainsi vous fermez cette école de vertus civiques où les
talents et le mérite apprendraient, en plaidant la cause du citoyen
devant les juges, à défendre un jour celle du peuple parmi les
législateurs. Chez quel peuple libre a-t-on jamais conçu l'idée d'une
pareille institution? Ces citoyens illustres qui, en sortant des
premières magistratures, où ils avaient sauvé l'Etat, venaient devant
les tribunaux sauver un citoyen opprimé, avaient-ils pris l'attache des
édiles, ou des juges qu'ils venaient éclairer? Les Romains avaient-ils
des tableaux, des concours et des privilèges? Quand Cicéron foudroyait
Verrès, avait-il été obligé de postuler un certificat auprès d'un
directoire et de faire un cours de pratique chez un homme de loi? Oh!
les Verrès de nos jours peuvent être assez tranquilles; car le système
du comité n'enfantera pas des Cicérons. Ne vous y trompez pas, on ne va
point à la liberté par des routes diamétralement opposées. Si le
législateur ne se défend pas de la manie qu'on a reprochée au
gouvernement, de vouloir tout régler, s'il veut donner à l'autorité ce
qui appartient à la confiance individuelle, s'il veut faire lui-même
les affaires des particuliers, et mettre pour ainsi dire les citoyens
en curatelle, s'il veut se mettre à ma place pour choisir mon défenseur
et mon homme de confiance, sous le prétexte qu'il sera plus éclairé que
moi sur mes propres intérêts, alors, loin d'établir la liberté
politique, il anéantit la liberté individuelle et appesantit à chaque
instant sur nos têtes le plus ridicule et le plus insupportable de tous
les jougs.

On voudra peut-être défendre le plan du comité, eu observant qu'il
admet des _défenseurs officieux;_ mais cette disposition ne justifie
pas l'institution d'un corps d'hommes de loi privilégiés; elle en fait
mieux ressortir les vices et l'inutilité. Le comité lui-même rend cette
disposition illusoire: il exige que, pour avoir communication des
pièces de la partie adverse, le défenseur officieux se rende chez
l'homme de loi qui défendra cette partie. Il donne aux juges le droit
d'exclure du tribunal les officieux, après deux injonctions successives
_pour n'avoir pas observé la décence et le respect envers ce tribunal_,
termes vagues qui s'interpréteront suivant les intérêts, les caprices,
les degrés de morgue, de faiblesse ou d'ignorance; _pour avoir manqué
de modération à l'égard de la partie adverse_, ce qui n'est pas plus
déterminé; _pour avoir manqué d'exactitude dans l'exposition des faits
et des moyens de la cause_. Or, comme un procès suppose des faits
litigieux ou des moyens susceptibles de discussion, il s'ensuit que nul
défenseur officieux ne sera à l'abri de l'interdiction déshonorante,
puisqu'il suffit qu'il ne soit pas infaillible, ou même simplement que
les juges aient, sur les faits et les moyens de la cause, une opinion
différente de la sienne, c'est-à-dire qu'il faudra qu'il gagne sa cause
à peine d'interdiction... Mais quoi! donner à des juges le droit de
dépouiller ignominieusement les citoyens sans aucune forme de procès,
du plus touchant, du plus sacré de leurs droits, celui de défendre
leurs semblables! Quels principes! Occupons-nous moins de décence, de
morgue, de la dignité du tribunal, de modération, d'exactitude. La
justice, l'humanité, l'égalité, la liberté, la loi, voilà les premiers
intérêts du législateur, voilà les objets du culte des hommes libres...

Je conclus et je me borne à établir ce principe, qui me paraît devoir
être l'objet actuel de votre délibération et de votre premier décret:
"Tout citoyen a le droit de défendre ses intérêts eu justice, soit par
lui-même, soit par celui à qui il voudra donner sa confiance."



      *      *      *      *      *      *      *      *      *



Maximilien Robespierre (1758-1794), Discours non prononcé mais publié
en décembre 1790 sur l'organisation des gardes nationales, par
Maximilien Robespierre, membre de l'Assemblée nationale (décembre 1790)



Texte en français moderne par Albert Laponneraye (principaux extraits
du discours)


Note : Robespierre exposa finalement ses vues à l'Assemblée
constituante les 27 et 28 avril 1791


(...)


Les gardes nationales ne seront jamais ce qu'elles doivent être si
elles sont une classe de citoyens, une portion quelconque de la nation,
quelque considérable que vous la supposiez.

Les gardes nationales ne peuvent être que la nation entière armée pour
défendre au besoin ses droits; il faut que tous les citoyens en âge de
porter les armes y soient admis sans aucune distinction: sans cela,
loin d'être les appuis de la liberté, elles en seront les fléaux
nécessaires; il faudra leur appliquer le principe que nous avons
rappelé au commencement de cette discussion en parlant des troupes de
ligne: dans tout état où une partie de la nation est armée et l'autre
ne l'est pas, la première est maîtresse des destinées de la .seconde;
tout pouvoir s'anéantit devant le sien; d'autant plus redoutable
qu'elle sera plus nombreuse, cette portion privilégiée sera soûle libre
et souveraine; le reste sera esclave.

Etre armé pour sa défense personnelle est le droit de tout homme: être
armé pour défendre la liberté et l'existence de la commune patrie, est
le droit de tout citoyen. Ce droit est aussi sacré que celui de la
défense naturelle et individuelle, dont il est la conséquence, puisque
l'intérêt et l'existence de la société sont composés des intérêts et
des existences individuelles de ses membres: dépouiller une portion
quelconque des citoyens du droit de s'armer pour la patrie et en
investir exclusivement l'autre, c'est donc violer à la fois et cette
sainte égalité qui fait la base du pacte social, et les lois les plus
irréfragables et les plus sacrées de la nature.

Mais remarquez, je vous prie, que ce principe ne souffre aucune
distinction entre ce que vous appelez citoyens actifs, et les autres.
Que les représentants du peuple français aient cru pendant quelque
temps* [* Je dis pendant _quelque temps_, parce que le décret du marc
d'argent et ceux qui tiennent au même principe, sont jugés depuis
longtemps par l'Assemblée nationale, qui ne se séparera pas sans avoir
exaucé à cet égard le voeu de la nation. (Note de Robespierre.) qu'il
fallait interdire à tant de millions de Français, qui ne sont point
assez riches pour payer une quantité d'impositions déterminée, le droit
de paraître aux assemblées où le peuple délibère sur ses intérêts ou
sur le choix de ses représentants et de ses magistrats, je ne puis en
ce moment que me prescrire sur ces faits un silence religieux, tout ce
que je dois dire, c'est qu'il est impossible d'ajouter à la privation
de ces droits la prohibition d'être armé pour sa défense personnelle on
pour celle de sa patrie; c'est que ce droit est indépendant de tous les
systèmes politiques qui classent les citoyens, parce qu'il tient
essentiellement au droit inaltérable, au devoir immortel de veiller à
sa propre conservation.

Si quelqu'un m'objectait qu'il faut avoir ou une telle espèce ou une
telle étendue de propriété pour exercer ce droit, je ne daignerais pas
lui répondre. Eh! que répondrais-je à un esclave assez vil ou à un
tyran assez corrompu pour croire que la vie, que la liberté, que tous
les biens sacrés que la nature a départis aux plus pauvres de tous les
hommes, ne sont pas des objets qui vaillent la peine d'être défendus!
Que répondrais-je à un sophiste assez absurde pour ne pas comprendre
que ces superbes domaines, que ces fastueuses jouissances des riches,
qui seules lui paraissent d'un grand prix, sont moins sacrées aux yeux
des lois et de l'humanité que la plus chétive propriété mobilière, que
le plus modique salaire auquel est attachée la subsistance de l'homme
modeste et laborieux. Quelqu'un osera-t-il me dire que ces gens-là ne
doivent par être admis au nombre des défenseurs des lois et de la
Constitution, parce qu'ils n'ont point d'intérêt au maintien des lois
et de la Constitution? Je le prierai à mon tour de répondre à ce
dilemme: Si ces hommes ont intérêt au maintien des lois et de la
Constitution, ils ont droit, suivant vos principes mêmes, d'être
inscrits parmi les gardes nationales: s'ils n'y ont aucun intérêt,
dites-moi donc ce que cela signifie, si ce n'est que les lois, que la
Constitution n'auraient pas été établies pour l'intérêt général, mais
pour l'avantage particulier d'une certaine classe d'hommes; qu'elles ne
seraient point la propriété commune de tous les membres de la société,
mais le patrimoine des riches, ce qui serait, vous en conviendrez sans
doute, une supposition trop révoltante et trop absurde. Allons plus
loin. Ces mêmes hommes dont nous parlons sont-ils, suivant vous, des
esclaves, des étrangers, ou sont-ils citoyens? Si ce sont des esclaves,
des étrangers, il faut le déclarer avec franchise, et ne point chercher
à déguiser cette idée sous des expressions nouvelles et assez obscures:
mais, non; ils sont en effet citoyens; les représentants du peuple
français n'ont pas dépouillé de ce titre la très grande majorité de
leurs commettants; car on sait que tous les Français, sans aucune
distinction de fortune ni de cotisation, ont concouru à l'élection des
députés à l'Assemblée nationale; ceux-ci n'ont pas pu tourner contre
eux le même pouvoir qu'ils en avaient reçu, leur ravir les droits
qu'ils étaient chargés de maintenir et d'affermir, et par cela même
anéantir leur propre autorité, qui n'est autre que celle de leurs
commettants; ils ne l'ont pas pu, ils ne l'ont pas voulu, ils ne l'ont
pas fait. Mais si ceux dont nous parlons sont en effet citoyens, il
leur reste donc des droits de cité, à moins que cette qualité ne soit
un vain titre et une dérision: or, parmi tous les droits dont elle
rappelle l'idée, trouvez m'en, si vous le pouvez, un seul qui y soit
plus essentiellement attaché, qui soit plus nécessairement fondé sur
les principes les plus inviolables de toute société humaine que
celui-ci. Si vous le leur ôtez, trouvez moi une seule raison de leur en
conserver aucun autre: il n'en est aucune. Reconnaissez donc comme le
principe fondamental de l'organisation des gardes nationales, que _tous
les citoyens domiciliés ont le droit d'être admis au nombre des gardes
nationales_, et décrétez _qu'ils pourront se faire inscrire comme tels
dans les registres de la commune où ils demeurent_.

C'est en vain qu'à ces droits inviolables on voudrait opposer de
prétendus inconvénients et de chimériques terreurs; non, non; l'ordre
social ne peut être fondé sur la violation des droits imprescriptibles
de l'homme, qui en sont les bases essentielles: après avoir annoncé
d'une manière si franche et si imposante dans cette déclaration
immortelle où nous les avons retracés, qu'elle était mise à la tête de
notre code constitutionnel, afin que les peuples fussent à portée de la
comparer à chaque instant avec les principes inaltérables qu'elle
renferme, nous n'affecterons pas sans cesse d'en détourner nos regards
sous de nouveaux prétextes, lorsqu'il s'agit de les appliquer aux
droits de nos commettants et au bonheur de notre patrie. L'humanité, la
justice, la morale, voilà la politique, voilà la sagesse des
législateurs; tout le reste n'est que préjugés, ignorance, intrigues,
mauvaise foi. Partisans de ces funestes systèmes, cessez de calomnier
le peuple et de blasphémer contre votre souverain, en le représentant
sans cesse indigne de jouir de ses droits, méchant, barbare, corrompu!
C'est vous qui êtes injustes et corrompus, ce sont les castes fortunées
auxquelles vous voulez transférer sa puissance: c'est le peuple qui est
bon, patient, généreux; notre révolution, les crimes de ses ennemis
l'attestent; mille traits récents et héroïques qui ne sont chez lui que
naturels en déposent; le peuple ne demande que tranquillité, justice,
que le droit de vivre, les hommes puissants, les riches sont affamés de
distinctions, de trésors, de voluptés; l'intérêt, le voeu du peuple est
celui de la nature, de l'humanité; c'est l'intérêt général; l'intérêt,
le voeu des riches et des hommes puissants, est celui de l'ambition, de
l'orgueil, de la cupidité, des fantaisies les plus extravagantes, des
passions les plus funestes au bonheur de la société; les abus qui l'ont
désolée furent toujours leur ouvrage; ils furent toujours les fléaux du
peuple. Aussi qui a fait notre glorieuse révolution? Sont-ce les
riches, sont-ce les hommes puissants? Le peuple seul pouvait la désirer
et la faire; le peuple seul peut la soutenir par la même raison... Et
l'on ose nous propose de lui ravir les droits qu'il a reconquis! On
veut diviser la nation en deux classes, dont l'une ne semblerait armée
que pour contenir l'autre, comme un ramas d'esclaves toujours prêts à
se mutiner! Et la première renfermerait tous les tyrans, tous les
oppresseurs, toutes les sangsues publiques, et l'autre le peuple! Vous
direz après cela que le peuple est dangereux à la liberté! Ah! il en
sera le plus ferme appui si vous la lui laissez! Cruels et ambitieux
sophistes, c'est vous qui à force d'injustices voudriez le contraindre
en quelque sorte à trahir sa propre cause par son désespoir! Cessez
donc de vouloir accuser ceux qui ne cesseront jamais de réclamer les
droits sacrés de l'humanité? Qui êtes-vous pour dire à la raison et à
la liberté: Vous irez jusque-là; vous arrêterez vos progrès au point où
ils ne s'accorderaient plus avec les calculs de notre ambition ou de
notre intérêt personnel? Pensez-vous que l'univers sera assez aveugle
pour préférer à ces lois éternelles de la justice, qui l'appellent au
bonheur, ces déplorables subtilités d'un esprit étroit et dépravé, qui
n'ont produit jusqu'ici que la puissance, les crimes de quelques
tyrans, et les malheurs des nations! C'est en vain que vous prétendez
diriger par les petits manèges du charlatanisme et des intrigues de
cour une révolution dont vous n'êtes pas dignes; vous serez entraînés
comme de faibles insectes dans son cours irrésistible; vos succès
seront passagers comme le mensonge, et votre honte immortelle comme la
vérité! Mais, au contraire, supposons qu'à la place de cet injuste
système, on adopte les principes que nous avons établis, et nous voyons
d'abord l'organisation des gardes nationales en sortir pour ainsi dire
naturellement avec tous ses avantages, sans aucune espèce
d'inconvénient.

D'un côté, il est impossible que le pouvoir exécutif et la force
militaire dont il est armé puissent renverser la Constitution,
puisqu'il n'est point de puissance capable de balancer celle de la
nation armée.

D'un autre côté, il est impossible que les gardes nationales deviennent
elles-mêmes dangereuses à la liberté, puisqu'il est contradictoire que
la nation veuille s'opprimer elle-même. Voyez comme partout à la place
de l'esprit de domination ou de servitude naissent les sentiments de
l'égalité, de la fraternité, de la confiance, et toutes les vertus
douces et généreuses qu'ils doivent nécessairement enfanter!

Voyez encore combien, dans ce système, les moyens d'exécution sont
simples et faciles!

On sent assez que pour être en état d'en imposer aux ennemis du dedans,
tant de millions de citoyens armés répandus sur toute la surface de
l'empire, n'ont pas besoin d'être soumis au service assidu, à la
discipline savante d'un corps d'armée destiné à porter au loin la
guerre; qu'ils aient toujours à leur disposition des provisions et des
armes, qu'ils se rassemblent et s'exercent à certains intervalles, et
qu'ils volent à la défense de la liberté lorsqu'elle sera menacée,
voilà tout ce qu'exigé l'objet de leur institution.

Les cantons libres de la Suisse nous offrent des exemples de ce genre,
quoique leur milice ait une destination plus étendue que nos gardes
nationales, et qu'ils n'aient point d'autre force pour combattre les
ennemis du dehors.

Là tout habitant est soldat, mais seulement quand il faut l'être, pour
me servir de l'expression de J.-J. Rousseau; les jours de dimanche et
de fête, on exerce ces milices selon l'ordre de leur rôle; tant qu'ils
ne sortent point de leurs demeures, peu ou point détournés de leurs
travaux, ils n'ont aucune paie; mais sitôt qu'ils marchent en campagne,
ils sont à la solde de l'Etat. Quelles qu'aient été nos moeurs et nos
idées avant la révolution, il est peu de Français, même parmi les moins
fortunés, qui ne pussent ou qui ne voulussent se prêter à un service de
cette espèce, qu'on pourrait rendre parmi nous encore moins onéreux
qu'en Suisse. Le maniement des armes a pour les hommes un attrait
nature! qui redouble lorsque l'idée de cet exercice se lie à celle de
la liberté et à l'intérêt de défendre ce qu'on a de plus cher et de
plus sacré.

Il me semble que ce que j'ai dit jusqu'ici a dû prévenir une difficulté
rebattue qu'on sera peut-être tenté d'opposer à mon système; elle
consiste à objecter qu'un très grand nombre de citoyens n'a pas les
moyens d'acheter des armes ni de suffire aux dépenses que le service
peut exiger. Que concluez-vous de là? que tous ceux que vous appelez
citoyens non actifs, qui ne paient point une certaine quotité
d'imposition, sont déchus de ce droit essentiel du citoyen? Non; en
général l'obstacle particulier qui empêcherait ou qui dispenserait tels
individus de l'exercer, ne peut empêcher qu'il appartienne à tous sans
aucune distinction de fortune, et, quelle que soit sa cotisation, tout
citoyen qui a pu se procurer les moyens, ou qui veut faire tous les
sacrifices nécessaires pour en user, ne peut jamais être repoussé...
Cet homme n'est pas assez riche pour donner quelques jours de son temps
aux assemblées publiques; je lui défendrai d'y paraître!... Cet homme
n'est point assez riche pour faire le service des citoyens soldats; je
le lui interdis! Ce n'est pas là le langage de la raison et de la
liberté; au lieu de condamner ainsi la plus grande partie des citoyens
à une espèce d'esclavage, il faudrait au contraire écarter les
obstacles qui pourraient les éloigner des fonctions publiques: payez
ceux qui les remplissent; indemnisez ceux que l'intérêt public appelle
aux assemblées; équipez, armez les citoyens soldats: pour établir la
liberté, ce n'est pas même assez que les citoyens aient la faculté
oisive de s'occuper de la chose publique, il faut encore qu'ils
puissent l'exercer en effet.

Pour moi, je l'avoue, mes idées sur ce point sont bien éloignées de
celle de beaucoup d'autres: loin de regarder la disproportion énorme
des fortunes qui place la plus grande partie des richesses dans
quelques mains comme un motif de dépouiller le reste de la nation de sa
souveraineté inaliénable, je ne vois là pour le législateur et pour la
société qu'un devoir sacré de lui fournir les moyens de recouvrer
l'égalité essentielle des droits au milieu de l'inégalité inévitable
des biens. Hé quoi! ce petit nombre d'hommes excessivement opulents,
cette multitude infinie d'indigents n'est-elle pas en grande partie le
crime des lois tyranniques et des gouvernements corrompus! Quelle
manière de l'expier que d'ajouter à la privation des avantages de la
fortune l'opprobre de l'exhérédation politique, afin d'accumuler sur
quelques têtes privilégiées toutes les richesses et tout le pouvoir, et
sur le reste des hommes toutes les humiliations et toute la misère!
Certes il faut ou soutenir que l'humanité, la justice, les droits du
peuple sont de vains noms, ou convenir que ce système n'est point si
absurde.

Au reste, pour me renfermer dans l'objet de cette discussion, je
conclus de ce que j'ai dit que l'Etat doit faire les dépenses
nécessaires pour mettre les citoyens en état de remplir les fonctions
de gardes nationales, qu'il doit les armer., qu'il doit, comme en
Suisse, les salarier lorsqu'ils abandonnent leurs foyers pour le
défendre! Eh! quelle dépense publique fut jamais plus nécessaire et
plus sacrée! Quelle serait cette étrange économie qui, prodiguant tout
au luxe funeste et corrupteur des cours ou au faste des suppôts du
despotisme, refuserait tout au besoin des fonctionnaires publics et aux
défenseurs de la liberté! Que pourrait-elle annoncer, si ce n'est qu'on
préfère le despotisme à l'argent, et l'argent à la vertu et à la
liberté!



      *      *      *      *      *      *      *      *      *



Maximilien Robespierre (1758-1794), Discours prononcé à l'Assemblée
constituante le 27 mars 1791 (27 mars 1791)



(Opinion de Robespierre sur les troubles de Douai.)


Les lieux où se sont élevés les troubles de Douai, sont voisins de
celui qui m'a député à cette assemblée. A l'intérêt général qui
m'attache à tout ce qui peut contribuer à la liberté publique, se joint
celui qui me lie à mon pays. Ce double sentiment m'engage à examiner
avec scrupule les faits qui sont la base du rapport que vous venez
d'entendre; et je dois avouer que je suis forcé de regretter que
l'assemblée soit exposée à prendre une délibération subite sur une
affaire aussi grave, d'après un rapport fait avec autant de
précipitation (II s'élève des murmures.) Voici sur quoi porte mon
observation. M. le rapporteur a lu un projet de décret dans lequel il
propose de mander la municipalité de Douai à la barre. A ces mots, il
s'est élevé de violents murmures qui voulaient dire que ce décret ne
disait pas assez, et qu'il fallait sans doute la condamner
sur-le-champ. (Il s'élève des murmures. Plusieurs voix: On n'a pas dit
cela.) J'ai entendu crier à la fois par un très grand nombre de voix
qu'il fallait l'envoyer dans les prisons d'Orléans; et moi, au
contraire, je suis d'avis qu'il faut se contenter de la mander à la
barre; car avant de juger, il faut commencer par entendre toutes les
parties. (Nouveaux murmures. Un député: Il ne s'agit pas déjuger la
municipalité, ni de l'envoyer en prison sans l'entendre. Ce projet
absurde n'existe que dans la tête de l'opinant.) J'ai cependant, à la
lecture du projet de décret, entendu dire, et crier unanimement qu'il
fallait l'envoyer à Orléans. (Murmures). Il m'est impossible de
résister à la force tumultueuse des interruptions... S'il fallait une
profession de foi pour se faire entendre dans cette assemblée... Je
déclare que je suis moins que tout autre, porté à approuver, ou à
excuser la municipalité; je discute les principes généraux qui doivent
déterminer une assemblée sage et impartiale. Je pense que dans une
affaire aussi importante, le corps législatif doit s'imposer la loi
d'examiner, je ne dis pas avec scrupule, mais avec cette attention
réfléchie que s'impose tout juge Ce n'est point l'ajournement que je
propose, c'est au contraire le premier article du projet de décret.
J'ai entendu dire qu'il fallait déterminer les peines à infliger aux
ecclésiastiques qui, par leur discours ou leurs écrits, excitent le
peuple à la révolte. Un pareil décret serait du plus grand danger pour
la liberté publique; il serait contraire à tous les principes. On ne
peut exercer de rigueur contre personne pour des discours, on ne peut
infliger aucune peine pour des écrits... (Il s'élève dos murmures.)
Rien n'est si vague que les mots de _discours, écrits excitant à la
révolte_. Il est impossible que l'assemblée décrète que des discours,
tenus par un citoyen quelconque, puissent être l'objet d'une procédure
criminelle. Il n'y a point ici de distinction à faire entre un
ecclésiastique et un autre citoyen. Il est absurde de vouloir porter
contre les ecclésiastiques une loi qu'on n'a pas encore osé porter
contre tous les citoyens. Des considérations particulières ne doivent
jamais l'emporter sur les principes de la justice et de la liberté. Un
ecclésiastique est un citoyen; et aucun citoyen ne peut être soumis à
des peines pour ses discours; et il est absurde de faire une loi
uniquement dirigée contre les discours des ecclésiastiques... J'entends
des murmures, et je ne fais qu'exposer l'opinion des membres qui sont
les plus zélés partisans de la liberté, et ils appuieraient eux-mêmes
mes observations, s'il n'était pas question des affaires
ecclésiastiques (Applaudissements du côté droit. Murmures de la gauche.
M. Dumetz: Je demande que l'opinant soit rappelé à l'ordre, comme ayant
outragé l'assemblée. Ce n'est pas la liberté qu'il défend: il semble
qu'il ait formé le dessein d'insulter le corps-législatif.) Je demande,
comme je l'ai déjà souvent proposé, et comme l'assemblée l'a décrété,
qu'une loi qui tient à la liberté des écrits et des opinions, ne soit
portée qu'après une discussion générale et approfondie des principes et
qu'elle ne porte pas sur une classe particulière. Je demande ensuite
qu'il n'y ait point de jugement sur le fond, avant que la municipalité
de Douai ait été entendue.



      *      *      *      *      *      *      *      *      *



Maximilien Robespierre (1758-1794), Discours prononcé à l'Assemblée
constituante le 6 avril 1791 (6 avril 1791)



(Opinion de Robespierre sur l'organisation ministérielle.)


Il est impossible d'être assez préparé pour examiner ce projet, qu'on
présente à l'improviste. (Plusieurs voix: Il est presenté depuis deux
mois.) Je suis effrayé de ce projet, et plus encore de la précipitation
avec laquelle... (On murmure.) Je le dis avec l'effroi que m'inspire
l'esprit qui, depuis quelque temps, préside à vos délibérations. (Les
murmures augmentent; on crie: A l'ordre.) Mais je ne m'effraie pas de
cette manière d'étouffer la voix de ceux qui veulent dire la vérité.
Pourquoi vient-on nous présenter ici des projets à l'improviste? On
compte bien s'appuyer sur un motif qui produira toujours un très grand
effet; on vous dira qu'il faut accélérer vos travaux. (Un très grand
nombre de voix: Oui, oui.) Autant il est vrai qu'il faut accélérer vos
travaux, autant il est criminel de présenter à l'improviste, et sur ce
prétexte, un projet de décret qui tend à détruire les bases de la
liberté. Le caractère de ce projet, caractère imprimé dans chaque
ligne, est d'anéantir la liberté et les principes constitutionnels
établis par les précédents décrets, eu donnant aux ministres un pouvoir
immense. Voilà l'instruction essentielle que je présente à l'assemblée
nationale.



      *      *      *      *      *      *      *      *      *



Maximilien Robespierre (1758-1794), Discours prononcé à l'Assemblée
constituante le 7 avril 1791 (7 avril 1791)



(Robespierre prit une seconde fois la parole sur la même matière que la
séance du 6 avril.)


J'ai à faire une proposition simple, qui ne peut être adoptée que dans
ce moment. Un philosophe dont vous honorez les principes, disait que
pour inspirer plus de respect et de confiance, le législateur devait
s'isoler de son ouvrage. C'est l'application de cette maxime que je
veux vous proposer, et je fais la motion qu'aucun membre de cette
assemblée ne puisse être porté au ministère pendant les quatre années
qui suivront cette session.



      *      *      *      *      *      *      *      *      *



Maximilien Robespierre (1758-1794), Discours prononcé à l'Assemblée
constituante les 27 et 28 avril 1791 (27 avril 1791)



(La garde nationale avait été improvisée au 14 juillet 1789 sous le nom
de garde bourgeoise. Son organisation première était très-imparfaite.
Plusieurs décrets provisoires, rendus par l'Assemblée constituante, ne
statuaient qu'incomplètement sur la formation et sur le service de la
garde nationale, et laissaient désirer une organisation définitive.
L'Assemblée ayant ordonné à ses comités de lui présenter un projet
d'organisation, Rabaut-Saint-Etienne, rapporteur, donna lecture d'un
projet, qui n'admettait dans les gardes nationales que les citoyens
actifs. Robespierre prit la parole pour combattre le projet des
comités.)


Une constitution militaire et nationale est la plus difficile de toutes
les entreprises; car si elle n'est pas le plus ferme appui de la
liberté, elle devient le plus dangereux instrument du despotisme. Avant
tout il faut rechercher le véritable objet de l'organisation de la
garde nationale: est-elle établie pour repousser les ennemis du dehors?
Non; vous avez pour cela une armée formidable... Il est certain que
partout où la puissance du chef d'une force militaire considérable
existe sans contrepoids, le peuple n'est pas libre. Ce contrepoids quel
est-il? Les gardes nationales. D'après ce principe fondamental, il faut
organiser la garde nationale de manière que le pouvoir exécutif ne
puisse abuser de la force immense qui lui est confiée, ni la garde
nationale opprimer la liberté publique et le pouvoir exécutif. Ces deux
points de vue doivent nous servir de guide dans la question qui nous
occupe. Sous ce premier point de vue il faut organiser la garde
nationale de sorte qu'aucune de ses parties ne puisse dépendre du
pouvoir exécutif. Le prince et ses agents ne doivent donc pas nommer
les chefs. Les chefs des troupes de ligne ne doivent donc pas devenir
chefs des gardes nationales; le roi ne doit donc ni récompenser ni
punir les gardes nationales.

Sous le second point de vue, il faut reconnaître comme principe général
la nécessité d'empêcher que les gardes nationales ne forment un corps,
et n'adoptent un esprit particulier qui serait un esprit de corps, et
qui menacerait bientôt, soit la liberté publique, soit les autorités
constitutionnelles. Pour y parvenir, on doit adopter toutes les mesures
qui tendront à confondre la fonction de soldat avec celle de citoyen,
diminuer autant qu'il sera possible le nombre des officiers, ne les
nommer que pour un temps très-limité, ne pas étendre le commandement à
plus d'un district, et établir que la marque extérieure des grades ne
sera portée que pendant le temps du service. Ces décorations ne sont
accordées que pour le service public, et non pour satisfaire un
ridicule orgueil. Ces distinctions extérieures, qui autrefois
poursuivaient partout les fonctionnaires publics, excitaient la vanité
des uns, produisaient l'humiliation des autres, avilissaient le peuple,
enhardissaient ses tyrans, détruisaient ainsi l'énergie publique, et
corrompaient le caractère national. Défenseurs de la liberté! vous ne
regrettez pas ces hochets du despotisme; votre dévoûment, votre
courage, vos succès, la cause sacrée pour laquelle vous êtes armés,
voilà votre gloire, voilà vos ornements. (On applaudit.) Pour parvenir
à confondre le citoyen et le soldat, il reste encore une disposition à
prendre. Elle est une obligation réelle, l'équité, l'égalité la
réclament.... (Ou entend un peu de bruit dans quelques parties de la
salle. Montlausier: Ce que dit M. Robespierre, vaut sans doute la peine
d'être écouté: ainsi, Messieurs qui causez, silence. On applaudit.)
Tous les citoyens doivent être admis à remplir les fonctions de garde
nationale. Ceux qui n'ont pas de facultés déterminées; ceux qui ne
paient pas de certaines contributions, sont-ils esclaves? sont-ils
étrangers aux autres citoyens? sont-ils sans intérêts dans la chose
publique? Tous ils ont contribué à l'élection des membres de
l'Assemblée nationale; ils vous ont donné des droits à exercer pour
eux; vous en ont-ils donné contre eux? Ils ne l'ont pas voulu; ils ne
l'ont pas pu; ils ne l'ont pas fait. Sont-ils citoyens? Je rougis
d'avoir à faire cette question. Ils jouissent du droit de cité.
Voulez-vous jouir seuls du droit de vous défendre et de les défendre.
Reconnaissez donc et décrétez que tous les citoyens domiciliés ont le
droit d'être inscrits sur le registre des gardes nationales. Ne
calomniez pas le peuple en élevant contre lui d'injustes craintes. Le
peuple est bon, il est courageux. Vous connaissez les vertus du peuple
par ce qu'il a fait pour la liberté, après avoir travaillé avec tant de
courage à la conquérir. Il demande le droit de remplir les devoirs qui
seront imposés à tous les citoyens pour la conserver... (Lucas.
J'entends par _peuple_ tous les citoyens.) J'entends par _peuple_ la
généralité des individus qui composent la société; et si je me suis un
moment servi de cette expression dans un sens moins étendu, c'est que
je croyais avoir besoin de parler le langage de ceux que j'avais à
combattre. Répondrai-je à une observation bien futile? On a dit que la
partie du peuple qui ne jouit pas de l'activité, ne pourra supporter ni
les dépenses, ni la perte de temps qu'entraînerait le service; mais
l'Etat doit fournir aux frais nécessaires pour mettre les citoyens à
même de servir; il doit les armer, et les solder, comme on fait en
Suisse, quand ils quittent leurs foyers.... Après avoir établi ces
principes constitutionnels, il resterait à déterminer les fonctions des
gardes nationales... (Plusieurs personnes demandent que la suite du
discours de Robespierre soit renvoyée à demain.)


(Séance du 28.)


J'ai établi hier les principes fondamentaux de l'organisation de la
garde nationale; j'ai prouvé que tous les citoyens devaient y être
admis, si l'on ne voulait diviser la nation en deux classes dont l'une
serait à la discrétion de l'autre. J'ai prouvé qu'il fallait soustraire
la garde nationale à l'influence du pouvoir exécutif, puisqu'elle doit
servir au besoin pour nous défendre contre la force militaire dont ce
pouvoir exécutif est armé. Maintenant j'applique ces principes au
projet qui nous est présenté par les deux comités, et je trouve qu'il
les viole entièrement; il fait de la garde nationale un corps qui peut
devenir l'instrument du pouvoir exécutif. Il est vrai que pour cela le
comité suppose le cas d'une invasion subite par une troupe étrangère.
C'est ainsi que toutes les lois dangereuses ont été justifiées par des
motifs honnêtes. C'est le fond du projet qu'il faut examiner. Ne
voit-on pas que le gouvernement pourra faire naître facilement
l'événement qu'a prévu le comité, avec l'influence qu'a le pouvoir
exécutif sur la paix et la guerre. On dirait que les gardes nationales
ne doivent être employées que pour faire la guerre aux ennemis du
dehors, tandis que les principes veulent qu'elles ne soient employées
que dans les cas extrêmes. Serait-ce un projet de circonstance qu'on a
voulu nous présenter, ou bien un projet qui embrasse tous les temps!

Le comité a méconnu l'objet unique et véritable de l'institution des
gardes nationales. Il place sans cesse la garde nationale dans les
circonstances où elle doit faire la guerre sous les ordres du roi; mais
n'est-elle pas faite aussi pour défendre la liberté contre les attaques
du despotisme. Ce mot _liberté_ n'a pas été proféré une seule fois dans
tout le projet. Repousser les brigands, livrer à la justice les
séditieux, voilà les seules idées que présente la partie du projet qui
lise les fonctions de la garde nationale. Il semble qu'elle ne sera
instituée dans les campagnes que pour soutenir la gendarmerie nationale
et les troupes de ligne. Faire ainsi une armée subsidiaire pour
combattre les citoyens, n'est-ce pas là l'oubli de tous les principes?
Pourrons-nous soutenir l'idée de voir les paisibles habitants des
campagnes présentés comme la partie de la nation qui a le plus besoin
d'être contenue. Cette distinction est insultante. Ces détails sont
inutiles. Il suffit bien d'avoir prouvé que la composition des gardes
nationales présentée par le comité, est le renversement des principes
de la liberté. Il interdit jusqu'au port d'armes aux citoyens non
actifs. N'est-ce pas là créer un vaste corps armé pour asservir le
reste de la nation? n'est-ce pas remettre le pouvoir politique et la
force armée dans les mains d'une seule classe, et cette force armée à
la disposition du pouvoir exécutif par des voies indirectes? Tous les
citoyens ne sont-ils pas également enfants de la patrie? quels sont
ceux que vous jugez incapables de porter les armes? Teniez-vous ce
langage, lorsqu'ils se sont armés pour vous défendre, lorsqu'enfin ils
ont fait la révolution? Mais, dira-t-on, le comité propose de maintenir
dans la fonction de gardes nationales, ceux qui ont pris les armes
depuis l'époque de la révolution, s'ils en sont jugés dignes. Et
pourquoi leur faudrait-il subir un jugement nécessairement arbitraire?
Est-ce parce qu'ils ne seraient pas favorisés par la fortune? Où
étaient donc les comités au 14 juillet! S'ils avaient vu cette journée,
ils n'auraient pas fait cette insulte à une partie respectable de leurs
concitoyens. Je conclus à ce que l'assemblée décrète que tout citoyen
domicilié a droit d'être inscrit sur le registre des gardes nationales.



      *      *      *      *      *      *      *      *      *



Maximilien Robespierre (1758-1794), Discours prononcé à l'Assemblée
constituante le 9 mai 1791 (9 mai 1791)



(Opinion de Robespierre sur le droit de pétition.)


Le droit de pétition est le étroit imprescriptible de tout homme en
société. Les Français en jouissaient avant que vous fussiez assemblés;
les despotes les plus absolus n'ont jamais osé contester formellement
ce droit à ce qu'ils appelaient leurs sujets. Plusieurs se sont fait
une gloire d'être accessibles et de rendre justice à tous. C'est ainsi
que Frédéric II écoutait les plaintes de tous les citoyens. Et vous,
législateurs d'un peuple libre, vous ne voudrez pas que des Français
vous adressent des observations, des demandes, des prières, comme vous
voudrez les appeler! Non, ce n'est point pour exciter les citoyens à la
révolte que je parle à cette tribune, c'est pour défendre les droits
des citoyens; et si quelqu'un voulait m'accuser, je voudrais qu'il mît
toutes ses actions en parallèles avec les miennes, et je ne craindrais
pas le parallèle. Je défends les droits les plus sacrés de mes
commettants; car mes commettants sont tous Français, et je ne ferai
sous ce rapport aucune distinction entre eux: je défendrai surtout les
plus pauvres. Plus un homme est faible et malheureux, plus il a besoin
du droit de pétition; et c'est parce qu'il est faible et malheureux que
vous le lui ôteriez! Dieu accueille les demandes non-seulement des plus
malheureux des hommes, mais des plus coupables. Or, il n'y a de lois
sages et justes que celles qui dérivent des lois simples de la nature.
Si vos sentiments n'étaient point conformes à ces lois, vous ne seriez
plus les législateurs, vous seriez plutôt les oppresseurs des peuples.
Je crois donc qu'à titre de législateurs et de représentants de la
nation, vous êtes incompétents pour ôter à une partie des citoyens les
droits imprescriptibles qu'ils tiennent de la nature.

Je passe au titre II, à celui qui met des entraves de toutes espèces à
l'exercice du droit de pétition. Tout être collectif ou non qui peut
former un voeu, a le droit de l'exprimer; c'est le droit
imprescriptible de tout être intelligent et sensible. Il suffit qu'une
société ait une existence légitime pour qu'elle ait le droit de
pétition; car si elle a le droit d'exister reconnu par la loi, elle a
le droit d'agir comme une collection d'êtres raisonnables, qui peuvent
publier leur opinion commune et manifester leurs voeux. L'on voit
toutes les sociétés des Amis de la constitution vous présenter des
adresses propres à éclairer votre sagesse, vous exposer des faits de la
plus grande importance; et c'est dans ce moment qu'on veut paralyser
ces sociétés, leur ôter le droit d'éclairer les législateurs! Je le
demande à tout homme de bonne foi qui veut sincèrement le bien, mais
qui ne cache pas sous un langage spécieux le dessein de miner la
liberté; je demande si ce n'est pas chercher à troubler l'ordre public
par des lois oppressives, et porter le coup le plus funeste à la
liberté Je réclame l'ajournement de cette question jusqu'après
l'impression du rapport.



      *      *      *      *      *      *      *      *      *



Maximilien Robespierre (1758-1794), Discours prononcé au Club des
Jacobins le 8 juin 1791 (8 juin 1791)



(Opinion de Robespierre sur le licenciement de l'armée.)


Je ne viens pas ici vous proposer des mesures sur le licenciement, ni
approfondir les inconvénients dont on prétend qu'il peut être suivi. Je
viens épancher dans votre sein quelques-uns de ces sentiments
qu'inspirent à tout bon citoyen et l'amour de la patrie, et la vue des
dangers dont elle est menacée. (Ici Robespierre peint l'état de
l'armée, et puis il ajoute:) Pour achever ce tableau, il faudrait
parler des malheurs de Nanci, vous montrer les citoyens plongeant leurs
bras dans le sang de leurs concitoyens, pour procurer à quelques chefs
le plaisir d'assouvir leur haine; vous rappeler les supplices qui
suivirent ces jours de malheurs, supplices qui présentèrent pendant
plusieurs jours le spectacle le plus satisfaisant pour des ennemis de
la liberté. Il faudrait les voir se réjouir de leurs crimes, forcer la
patrie en deuil d'applaudir au supplice de ses défenseurs. Les
intrigues des officiers de ces corps, furent la seule cause de toutes
ces horreurs. Vous doutez que le licenciement soit nécessaire:
avez-vous oublié que des officiers ont arboré la cocarde blanche? Ne
font-ils pas profession ouverte de mépriser le peuple; et
n'affectent-ils pas, au contraire, le plus profond respect pour la
cour, à laquelle seule ils veulent tenir? El vous croyez qu'il vous
soit possible de les conserver!... Vous voulez, dites-vous, prendre des
mesures pour assurer le maintien de notre constitution. N'est-il pas
trop ridicule de mettre au nombre de ces mesures, celle de confier vos
troupes aux ennemis de la constitution? Les despotes en agissent-ils
ainsi? Confient-ils à des personnes dont ils ne sont pas sûrs, la garde
de leurs places, la défense de leurs frontières? La France n'est-elle
plus digne d'être conservée, depuis qu'elle est devenue le séjour de la
liberté? Je le dis avec franchise, peut-être même avec rudesse:
quiconque ne veut pas, ne conseille pas le licenciement, est un traître.

Rien ne doit vous dispenser de le prononcer ce licenciement, pas même
les craintes qu'on cherche de toutes parts à vous inspirer.

Avec quelle docilité les soldats n'obéiront-ils pas à des officiers
patriotes, à des officiers qu'ils estimeront? Si c'est vraiment
l'intérêt de la discipline qui vous touche, donnez-leur des officiers
qui, par leur exemple, leur conduite, ne cherchent pas à leur inspirer
le mépris de notre constitution, qui leur donne des ordres auxquels ils
puissent obéir sans répugner à leur patriotisme.

Pourquoi leur en laisser qui ne peuvent mériter leur confiance?
Pourquoi attacher des cadavres à des corps vivants?...

Quel étrange projet que celui de vouloir changer des soldats en
automates? El cela, afin qu'ils soient plus propres à défendre notre
constitution! Un jour peut-être, ces questions seront éclaircies à la
honte de nos charlatans politiques. Après tout, il faut que la nation
soit sauvée, et, si elle ne l'est pas par ses représentants, elle le
sera par ses mandataires... Prenez-y garde, le trouble ou le
despotisme, ou peut-être tous les deux, voilà le but où tendent les
ennemis du licenciement. Il n'y a que les seuls amis de la liberté qui
puissent le désirer...

Craignez ces chefs de parti qui, dans des moments de troubles et
d'inquiétudes, cherchent toujours par quelques fausses démarches à vous
faire violer quelques uns de vos principes.

Craignez ces serpents qui s'insinuent près de vous, et par des
conversations insidieuses, des assertions jetées comme par hasard, se
flattent à l'avance d'avoir préparé vos décisions. Toujours ils ont
cherché à vous faire renoncer à vos principes, pour l'amour de la paix
et de la liberté.

Craignez ces hommes qui, ne se sentant pas assez de force pour être
sûrs de trouver les places qu'ils ambitionnent dans le nouvel ordre de
choses, seraient tentés de regretter l'ancien, qui n'ont pas assez de
talent pour faire le bien, mais assez pour faire le mal, et qui n'ont
vu dans la révolution, que des moyens d'avancer leur fortune.

Craignez ces hommes dont la fausse modération, plus atroce que la plus
affreuse vengeance, vous tend continuellement des pièges.

Craignez enfin votre propre bonne foi, votre facilité; car je ne
redoute pour notre constitution que deux ennemis: la faiblesse des
honnêtes gens et la duplicité des malveillants.



      *      *      *      *      *      *      *      *      *



Maximilien Robespierre (1758-1794), Discours prononcé au Club des
Jacobins le 19 juin 1791 (19 juin 1791)



(Instruction rédigée par Robespierre pour les élections de 1791.)


Je n'ai reçu que ce matin, en rentrant de l'Assemblée nationale, la
lettre par laquelle le comité me chargeait de cette rédaction; je n'ai
pu y donner d'autre temps que le court intervalle qui se trouve entre
ce moment et notre séance; il m'a donc été impossible de la porter au
comité. Obligé de faire un petit voyage demain soir, il m'eût été
impossible de vous la lire demain. Je vous prie d'excuser les fautes de
rédaction qui pourront s'y trouver, en faveur de la précipitation avec
laquelle elle a été faite.

Citoyens, ce serait perdre un temps précieux que de vous parler de
l'importance des élections dont vous allez vous occuper. Vous savez que
les électeurs que vous allez choisir, nommeront à leur tour les députés
dont dépend ou votre bonheur ou votre misère. Vous vous rendrez donc
exactement aux assemblées primaires, vous surtout qui, par vos faibles
moyens, pourriez craindre l'oppression; songez que c'est à vous qu'il
importe d'être éclairés sur ces choix, puisqu'il est question de
discuter vos plus chers intérêts. Si vous êtes obligés par là à des
sacrifices, la raison, la justice et l'intérêt public vous assurent des
indemnités.

Dans les choix que vous ferez, songez que la vertu et les talents sont
nécessaires, mais que, des deux, la vertu est la plus nécessaire
encore. La vertu sans talent peut être encore utile; les talents sans
vertu ne peuvent être qu'un fléau. (On applaudit.) Et, en effet, la
vertu suppose ou donne assez souvent les talents nécessaires aux
représentants du peuple. Quand on aime la justice et la vérité, on aime
les droits des citoyens, et on les défend avec chaleur. Tenez-vous en
garde contre les apparences trompeuses: les amis et les ennemis de la
liberté se présenteront à vous avec les mêmes dehors et le même
langage. Si vous voulez vous assurer des sentiments de quelques
citoyens, remontez au-delà de l'époque où vous êtes aujourd'hui.
L'homme ne se détache pas tout à coup de tous les préjugés qui ont
formé ses sentiments. Si, une fois dans sa vie, un homme s'est montré
vil ou impitoyable, rejetez-le; rejetez ces hommes qu'on a vus ramper
honteusement aux pieds d'un ministre ou d'une femme. Leur manière est
changée: leur coeur est resté le même. (On applaudit.) Ils flattent
aujourd'hui leurs concitoyens, comme ils flattaient les tyrans
subalternes. On ne devient pas subitement d'un vil adulateur, d'un
lâche courtisan, un héros de la liberté.

Mais si vous connaissez des hommes qui aient consacré leur vie à venger
l'innocence; si vous connaissez quelqu'un d'un caractère ferme et
prompt, dont les entrailles se soient toujours émues au récit des
malheurs de quelques-uns de ses concitoyens, allez le chercher au fond
de sa retraite, priez-le d'accepter la charge honorable et pénible de
défendre la cause du peuple contre les ennemis déclarés de la liberté,
contre ces ennemis bien plus perfides encore qui se couvrent du voile
de l'ordre et de la paix. Ils appellent ordre tout système qui convient
à leurs arrangements; ils décorent du nom de paix la tranquillité des
cadavres et le silence des tombeaux.

Ce sont ces personnages, cruellement modérés, dont il faut vous défier
le plus. Les ennemis déclarés de la révolution sont bien moins
dangereux. Ce sont ceux-là qui assiègent les assemblées primaires, pour
obtenir du peuple, qu'ils flattent, le droit de l'opprimer
constitutionnellement. Evitez leurs pièges, et la patrie est sauvée.
S'ils viennent à vous tromper, il ne nous reste plus qu'à réaliser la
devise qui nous rallie sous les drapeaux de la liberté: _Vivre libre ou
mourir_.

(On demande l'impression sur-le-champ, et l'envoi aux sections
assemblées. Roederer. Je demande que M. Robespierre veuille bien relire
l'article concernant les électeurs, parce que, quelque fondé que soit
son principe, l'application pourrait en être dangereuse pour cette
année; car il n'y a pas de fonds faits pour les électeurs.)

Robespierre. L'observation de M. Roederer porte sur un fait qui n'est
pas exact. Il a supposé qu'il était décidé que les électeurs ne
seraient pas payés cette année, et cela n'est pas décidé. La motion en
fut faite, il y a quelques jours, à l'Assemblée nationale. M.
Desmeuniers, rapporteur, n'a pas du tout été éloigné de cette idée, et
l'avis des membres de l'assemblé m'a paru y être favorable. J'ai donc
cru pouvoir annoncer cet avis dans un moment où il s'agit de porter un
plus grand nombre de citoyens dans les assemblées primaires, qui, en
général, sont peu nombreuses.



      *      *      *      *      *      *      *      *      *



Maximilien Robespierre (1758-1794), Discours prononcé à l'Assemblée
constituante le 22 juin 1791 (22 juin 1791)



(De la délégation de la souveraineté.)

(Les diverses parties de la constitution, avant d'être coordonnées les
unes avec les autres et de former un tout complet, furent soumises à la
révision. Quand on en vint à discuter sur les pouvoirs publics et les
assemblées électorales, Roederer prononça un discours dans lequel il
exprima son opinion sur l'essence du pouvoir exécutif et sur les bases
du système administratif. Puis Robespierre parla ainsi:)


II y a dans l'opinion de M. Roederer beaucoup de principes vrais, et
auxquels il serait difficile de répliquer d'après vos principes...
Cependant, ce n'est pas sur cet objet principalement que je me propose
d'insister; je crois qu'il y a dans le titre soumis à votre
délibération beaucoup d'expressions équivoques et de mots qui altèrent
le véritable sens et l'esprit de votre Constitution: c'est pour
rectifier ces mots et pour rendre d'une manière claire les principes de
votre Constitution, que je vous supplie d'écouter avec patience
quelques principes dont le développement ne sera pas long.

Je commence par le premier article du projet: "La souveraineté est une,
indivisible, et appartient à la nation; aucune section du peuple ne
peut s'en attribuer l'exercice." J'ajoute que la souveraineté du peuple
est _inaliénable_. Il est dit ensuite que la nation ne peut exercer ses
pouvoirs que par délégation... Les _pouvoirs_ doivent être bien
distingués des _fonctions:_ les pouvoirs ne peuvent être ni aliénés ni
délégués. Si l'on pouvait déléguer les pouvoirs en détail, il
s'ensuivrait que la souveraineté pourrait être déléguée, puisque ces
pouvoirs ne sont autre chose que des diverses parties essentielles et
constitutives de la souveraineté; et alors remarquez que, contre vos
propres intentions, vous décréteriez que la nation a aliéné sa
souveraineté; remarquez bien, .surtout, que la délégation proposée par
les comités est une délégation perpétuelle, et que les comités ne
laissent à la nation aucun moyen constitutionnel d'exprimer une seule
fois sa volonté sur ce que ses mandataires et ses délégués auront fait
en son nom. Il n'est pas même question de convention dans tout le
projet; de manière que la délégation des trois pouvoirs constitutifs
serait, d'après le projet des comités, l'aliénation de la souveraineté
elle-même. J'observe, en particulier, que rien n'est plus contraire aux
droits de la nation que l'article 3, qui concerne le pouvoir
législatif. Lisez cet article 3 dans la Constitution, où il est
conforme au projet.

Permettez-moi de vous citer ici l'autorité d'un bomme dont vous adoptez
les principes, puisque vous lui avez décerné une statue à cause de ces
principes-là et pour le livre que je vais citer. Jean-Jacques Rousseau
a dit que le pouvoir législatif constituait l'essence de la
souveraineté, parce qu'il était la volonté générale, qui est la source
de tous les pouvoirs délégués; et c'est dans ce sens que Rousseau a dit
que, lorsqu'une nation déléguait ses pouvoirs à ses représentons, cette
nation n'était plus libre, et qu'elle n'existait plus. Et remarquez
comment on vous fait déléguer le pouvoir législatif; à qui? Non pas à
des représentants élus périodiquement et à de courts intervalles, mais
à un fonctionnaire public héréditaire, au roi! D'après l'article des
comités, le roi partage véritablement le pouvoir législatif, et
j'observe qu'il a dans le pouvoir législatif une portion plus grande
que celle des représentants de la nation, puisque sa volonté peut seule
paralyser pendant quatre ans la volonté de deux législatures. Votre
Constitution, vos premiers décrets ne portaient pas, et vous n'avez pas
entendu que le roi faisait partie du pouvoir législatif. Le veto
suspensif, accordé au roi, ne fut jamais regardé que comme un moyen de
prévenir les funestes effets des délibérations précipitées du corps
législatif, et ne fut considéré que comme un appel au peuple; mais il a
toujours été reconnu que l'exercice du pouvoir législatif résidait
essentiellement et uniquement dans l'Assemblée nationale. Le roi ne fut
jamais regardé comme partie intégrante du pouvoir législatif, et l'on
ne peut supposer ceci dans la rédaction des comités sans anéantir les
premiers principes de la Constitution.

Qu'il me soit permis de lier cette idée aux principes développés par M.
Roederer.

M. Roederer vous a dit une vérité qui n'a pas même besoin de preuve;
c'est que le roi n'est pas _le représentant_ de la nation, et que
l'idée de représentant suppose nécessairement un choix par le peuple;
et vous avez déclaré la couronne héréditaire: le roi n'est donc pas
représentant du peuple; le hasard seul vous le donne, et non votre
choix. M. Roederer vous a dit avec raison qu'il ne fallait pas donner
au roi seul cette prérogative, ou qu'il fallait la donner à tous les
fonctionnaires publics. Si l'on entend par _représentant_ celui qui
exerce une fonction publique au nom de la nation, si le titre de
représentant a quelque chose de relatif à la nomination du peuple,
certes, le roi n'a pas ce caractère, ou les autres ne l'ont pas. Il est
évident qu'on ne peut lui appliquer la qualité de représentant; mais,
ce qu'il est important de remarquer, c'est la conséquence immédiate de
cette idée de représentant: pourquoi veut-on investir le roi du titre
de représentant héréditaire de la nation? Voilà, messieurs, une partie
des atteintes que porte à la Constitution la rédaction des comités.

Il est dit dans deux articles de la Constitution: "Aucune section du
peuple ne peut s'attribuer l'exercice de la souveraineté." 'J'adopte
bien le véritable sens qu'on veut exprimer par ces mots, mais je dis
qu'il faut éclaircir les mots équivoques. On ne peut pas dire d'une
manière absolue et illimitée qu'aucune _section du peuple ne peut
s'attribuer l'exercice de la souveraineté_. Il est bien vrai qu'il sera
établi un ordre pour la souveraineté; il est bien vrai encore qu'aucune
section du peuple, en aucun temps, ne pourra prétendre qu'elle exerce
les droits du peuple tout entier; mais il n'est pas vrai que, dans
aucun cas et pour toujours, aucune section du peuple, ne pourra
exercer, pour ce qui la concerne, un acte de la souveraineté...
(Interruptions: Ah! ah! ah!) Je m'explique; c'est d'après vos décrets
que je parle: n'est-il pas vrai que le choix des représentants du
peuple est un acte de la souveraineté! N'est-il pas vrai même que les
députés, élus pour une contrée, sont les députés de la nation entière?
Ne résulte-t-il pas de ces deux faits incontestables que, des sections
exercent, pour ce qui les concerne partiellement, un acte de la
souveraineté? Il est impossible de prétendre, comme on l'a fait, que la
nation soit obligée de déléguer toutes les autorités, toutes les
fonctions publiques; qu'elle n'ait aucune manière d'en retenir aucune
partie sans aucune modification que ce soit.

Je n'examine pas un système que l'Assemblée a décrété; mais je dis que,
dans le système de la Constitution, on ne peut point rédiger l'article
de cette manière; on ne peut pas dire que la nation ne peut exercer ses
pouvoirs que par délégation; on ne peut point dire qu'il y ait un droit
que la nation n'ait pas: on peut bien régler qu'elle n'en usera point;
mais on ne peut pas dire qu'il existe un droit dont la nation ne peut
pas user si elle veut.

Je reviens au principe de toutes les observations que je viens de vous
faire. Je dis qu'il résulte de l'article des comités que la nation
déléguerait ses pouvoirs, le pouvoir souverain, qui est unique et
indivisible, en déléguant à perpétuité chaque partie du pouvoir. Je dis
que ce titre blesse encore les premiers principes de la Constitution en
présentant le roi comme un représentant héréditaire qui exerce le
pouvoir législatif, conjointement avec les véritables représentants du
peuple. Je demande, en conséquence, qu'au mot _pouvoirs_ soit substitué
celui _fonctions;_ je demande que le roi soit appelé le _premier
fonctionnaire public, le chef du pouvoir exécutif_, mais point du tout
le _représentant de la nation;_ je demande qu'il soit exprimé d'une
manière bien claire que le droit de faire les actes de la législation
appartient uniquement aux représentants élus par le peuple.



      *      *      *      *      *      *      *      *      *



Maximilien Robespierre (1758-1794), Discours prononcé à l'Assemblée
constituante le 11 août 1791 (11 août 1791)



(Opinion de Robespierre sur la rédaction définitive de la constitution.)


Les comités vous proposent de substituer à une condition mauvaise une
condition plus injuste et plus onéreuse encore. Les inconvénients
s'appliquent d'une manière plus forte au nouveau système. Le peuple
est-il libre de choisir ses représentants, s'il ne l'est pas dans le
choix de ses intermédiaires? Les comités me paraissent dans une
contravention continuelle. Vous avez reconnu, sur leur proposition, que
tous les citoyens étaient admissibles à toutes les fonctions, sans
autre distinction que celle des vertus et des talents. A quoi nous sert
cette promesse, puisqu'elle a été violée sur-le-champ? Que nous importe
qu'il n'y ait plus de noblesse féodale, si vous y substituez une
distinction plus réelle, à laquelle vous attachez un droit politique?
Et que m'importe à moi qu'il n'y ait plus d'armoiries, s'il faut que je
voie naître une nouvelle classe d'hommes à laquelle je serai
exclusivement obligé de donner ma confiance? Cette contradiction
permettrait de douter de votre bonne foi et de votre loyauté. Je
conviens cependant qu'il faut une garantie qui rassure contre les
électeurs; mais est-ce la richesse? L'indépendance et la probité se
mesurent-elles sur la fortune? Un artisan, un laboureur, qui paient dix
journées de travail, voilà des hommes plus indépendants que le riche,
parce que leurs besoins sont encore plus bornés que leurs fortunes.
Quoique ces idées soient morales, elles n'en sont pas moins dignes
d'être présentées à l'assemblée. Ce ne sont pas là des lignes sans
largeur. On nous a cité l'exemple des Anglais et des Américains: ils
ont eu tort, sans doute, d'admettre des lois contraires aux principes
de la justice; mais, chez eux, ces inconvénients sont compensés par
d'autres bonnes lois. Quelle était la garantie d'Aristide lorsqu'il
subjugua les suffrages de la Grèce entière? Ce grand homme qui, après
avoir administré les deniers publics de son pays, ne laissa pas de quoi
se faire enterrer, n'aurait pas trouvé entrée dans vos assemblées
électorales. D'après les principes de vos comités, nous devrions rougir
d'avoir élevé une statue à J. J. Rousseau, parce qu'il ne payait pas le
marc d'argent. Apprenez à reconnaître la dignité d'homme dans tout être
qui n'est pas noté d'infamie. Il n'est pas vrai qu'il faille être riche
pour tenir à son pays; la loi est faite pour protéger les plus faibles;
et n'est-il pas injuste qu'on leur ôte toute influence dans sa
confection? Pour vous décider, réfléchissez quels sont ceux qui vous
ont envoyés? Etaient-ils calculés sur un marc, sur un demi-marc
d'argent? Je vous rappelle au titre de votre convocation: "Tout
Français ou naturalisé Français, payant une imposition quelconque,
devra être admis à choisir les électeurs." Nous ne sommes donc pas
purs, puisque nous avons clé choisis par des électeurs qui ne payaient
rien.



      *      *      *      *      *      *      *      *      *



Maximilien Robespierre (1758-1794), Discours prononcé à l'Assemblée
constituante le 23 août 1791 (23 août 1791)



(Opinion de Robespierre sur la liberté de la presse.)


M. Dandré et les autres partisans du comité semblent quelquefois se
rapprocher des principes pour s'en éloigner sur-le-champ. M. Dandré
paraît dans la dernière partie de son opinion déterminé à nous
accorder... (Il s'élève des murmures. Regnault de Saint-Jean-d'Angely:
Je demande que le préopinant veuille bien indiquer la corporation dont
il est le chef.) Je m'en vais satisfaire à l'interpellation du
préopinant. Quand j'ai dit _nous_, je parlais de ceux que la question
intéresse, c'est-à-dire de la généralité des citoyens: ce sont les
droits de la nation que je réclame contre un article qui me paraît les
attaquer. Je dis donc que M. Dandré paraissait accorder le droit d'une
censure salutaire et libre sur les actes d'administration; si l'article
remplissait cet objet, alors on pourrait dire que nous sommes d'accord;
mais il ne le remplit pas.

Qu'est-ce que la liberté d'exercer la censure? (On murmure.) La
puissance des comités s'étend-elle jusqu'à parler aussi longtemps
qu'ils veulent et à ne laisser parler personne? Je dis que cette
censure sur les actes d'administration ne pourra pas s'exercer sans
que, en vertu de l'article qui vous est proposé, on puisse poursuivre
le censeur comme calomniateur. Par exemple, un ministre parlant
toujours de patriotisme et d'ordre public, peut mettre une négligence
coupable dans l'exécution des lois relatives à la défense du royaume,
entretenir des intelligences secrètes avec les ennemis du dehors. Je
demande si le droit du citoyen se réduira à dire très modestement, très
respectueusement: M. le ministre a négligé de porter tel corps de
troupes sur les frontières; ou n'aura-t-il pas le droit de dire s'il en
a le courage: j'aperçois dans sa conduite un plan de conspiration
contre le salut public; j'invite mes concitoyens à le surveiller.

Voici un autre exemple. Un général préposé à la défense de nos
frontières a exécuté un plan dont le résultat devait être de livrer la
nation à tous les fléaux de la guerre domestique et extérieure. Je
suppose que j'aie eu des indices certains de ce crime, comme tout homme
de bonne foi et clairvoyant a pu en avoir, je ne pourrai donc pas
provoquer la surveillance publique sur un tel homme sans être puni
comme calomniateur? Je dis que par la nature des choses l'intention de
faire le mal touche de si près à l'action même, qu'il y a une connexité
si évidente entre le crime consommé et l'intention du crime, qu'on ne
pourra dénoncer un délit d'administration, sans risquer d'être
poursuivi comme calomniateur des intentions.

A quoi sert cette distinction qu'il est si facile d'éluder dans son
usage entre un délit commis et l'intention, si ce n'est à gêner la
censure sur tous les points?

Consultons l'expérience: sur cent accusations intentées par l'Assemblée
nationale elle-même contre des citoyens, 99 sont restées sans preuves.
Si M. Bouillé eût été dénoncé comme un homme méditant des projets
contre la patrie, le citoyen clairvoyant et zélé, qui en eût découvert
les indices sans en découvrir encore les preuves juridiques, n'eût-il
pas passé pour calomniateur? Pour appuyer la vérité de cette
observation, je rappellerai l'engouement général excité en faveur du
patriotisme et du zèle de cet officier, les éloges qui lui ont été
prodigués par l'intrigue et les remercîments même surpris à la sagesse
de l'Assemblée nationale. Lorsque les chances de l'équité sont
tellement incertaines en faveur de l'un et de l'autre système, je
demande s'il faut priver la société de l'avantage suprême d'une censure
illimitée sur les fonctionnaires publics. Je demande que la rédaction
plus précise de M. Larochefoucault soit préférée à celle du comité.



      *      *      *      *      *      *      *      *      *



Maximilien Robespierre (1758-1794), Discours prononcé à l'Assemblée
constituante le 23 août 1791 (23 août 1791)



(Opinion de Robespierre sur les hommes libres de couleurs dans les
colonies françaises.).


Lorsqu'on se présente à votre tribunal pour défendre celui de vos
décrets qui, au jugement de la nation, a le plus honoré cette
Assemblée; pour empêcher que dans un moment, et presque sans
discussion, d'après des faits recueillis par des parties qui ne sont
pas entièrement désintéressées dans cette affaire, d'après des
déclamations plusieurs fois répétées, et toujours repoussées par vous
dans cette affaire, on n'élève contre ce système, conforme aux droits
de la justice, de la raison, de l'intérêt national, un système nouveau,
fondé sur des principes absolument différents; alors le premier
sentiment qu'on éprouve, c'est l'étonnement de discuter devant vous une
pareille question: on est bien éloigné surtout de penser que cette
question soit déjà préjugée avant d'avoir été discutée avec la
profondeur qu'elle exige. Eh! fût-il vrai qu'on dût faire encore des
efforts impuissants pour réclamer les droits de l'humanité, ce serait
encore un devoir de les réclamer: c'est ce qui m'encouragera à vous
parler encore, et de l'intérêt national, qui paraît si méconnu par les
sentiments de ceux que je combats, et même de justice et de philosophie,

La première question que l'on doit se faire, ce me semble, dans ce
moment, c'est de demander si, pour attaquer les décrets que vous avez
rendus, l'on vous présente des raisons qui n'aient été ni prévues ni
discutées lorsque vous les avez portés. Or, je vois ici les mêmes
moyens employés: d'une part, des maux infinis qu'on nous pronostique
pour vous faire peur; de l'autre, des raisonnements qui ne pouvaient
souffrir le plus léger examen, raisonnements démentis à la fois et par
la raison et par les faits.

Je commence par examiner, en très peu de mots, les raisonnements moraux
et politiques, allégués par le rapporteur du comité colonial. Il vous a
exposé sa théorie sur l'unique moyen, suivant lui, de conserver la
tranquillité et la subordination des esclaves dans les colonies. Or, il
nous a dit que cet ordre de chose tenait essentiellement et
exclusivement à l'extrême distance que ces esclaves a percevaient entre
les blancs et eux; que cette distance disparaîtrait à leurs yeux, si
les hommes de couleur jouissaient des mêmes droits que les blancs.

Voilà un raisonnement qui est absolument démenti par les faits et par
les raisons d'analogie. Il ne faut pas perdre de vue qu'avant votre
décret les hommes libres de couleur jouissaient des droits de citoyen,
qu'ils ne jouissaient pas des droits politiques, parce qu'alors nul
citoyen n'avait des droits politiques; mais ils étaient dans la classe
des blancs sous le rapport des droits civils dont les citoyens
jouissaient seuls alors; ainsi, alors, les esclaves voyaient des hommes
de couleur à une distance infinie d'eux, et cette distance était celle
de l'esclavage à la liberté, du néant à l'existence civile: or, je
demande si ces nouveaux droits que vous avez accordés aux hommes libres
de couleur, mettraient entre eux et les autres une distance plus grande
que ne mettait entre eux et les esclaves l'acquisition de la liberté et
de l'existence civile. Or, si cette distance n'a rien diminué de la
subordination des esclaves, s'il est faux que ces idées parviennent
jusqu'à leur esprit, n'est-il pas évident que le raisonnement qu'on
vous fait pour égarer votre justice, est une pure illusion, et le
résultat de l'imagination des partisans du projet que je combats. On
n'a pas manqué d'appuyer ce système extravagant d'un fait très
extraordinaire: on vous a dit que la déclaration des droits que vous
avez reconnus dans les hommes libres de couleur, avait excité une
insurrection parmi les esclaves; on vous a cité la Croix des Bouquets;
j'affirme que ce fait est faux, et j'atteste tout homme raisonnable qui
voudra réfléchir et sur les faits et sur la nature même de la chose,
que quelques lettres que l'on peut se faire écrire, n'auront jamais
autant de poids sur les personnes raisonnables que ce fait connu de
tout le monde, que dans les colonies nulle lettre, depuis l'origine des
contestations que la révolution a fait naître entre les blancs et les
hommes libres de couleur, ne peut parvenir aux hommes de couleur sans
avoir été décachetée; c'est un fait notoire connu de tout le monde, et
qui est beaucoup plus certain que les fables que l'on nous débite pour
appuyer le système du comité. On ne persuadera jamais à personne, je ne
dis pas seulement que les décrets de l'Assemblée nationale, mais même
les relations de ces décrets avec les droits de citoyens, puissent
donner des idées assez nettes à des hommes abrutis par l'esclavage, qui
ont très peu d'idées ou qui n'ont que des idées absolument étrangères à
celles dont il s'agit en ce moment pour les engager à rompre tout à la
fois, et leurs anciennes habitudes et leurs chaînes.

Les colons sont indignés, dit-on, de ce que vous avez violé la foi que
vous leur aviez donnée!... Mais quel homme de bonne foi peut soutenir
ici que, par aucun de vos décrets, vous ayez pris avec les colons
blancs l'engagement de dépouiller les hommes libres de couleur de la
qualité de citoyens actifs; que vous ayez promis de ne rien décréter à
cet égard sans le consentement et l'initiative des colons blancs? Qu'on
me le cite ce décret: est ce celui du 28 mars? Eh! c'est celui que
j'invoque pour réclamer la foi qui avait été donnée à tous les membres
de celle Assemblée.

Je rappelle à l'Assemblée qu'alors en effet quelques personnes eurent
des inquiétudes, non pas sur le fond de la chose, qui ne pouvait
présenter aucune difficulté, mais sur les intentions de ceux qui
auraient pu désirer favoriser les colons blancs aux dépens des hommes
libres de couleur. Ils manifestèrent ces inquiétudes, et demandèrent
que l'Assemblée déclarât que ces mots ne renfermaient point les
esclaves; on répondit: cela n'est point nécessaire; il est bien entendu
que les hommes libres de couleur sont seuls compris: et c'est sur la
foi de cette explication, qui n'était pas même nécessaire, que tous les
membres acquiescèrent au décret qui vous fut présenté par le même
rapporteur qui vous présente celui-ci.

(Barnave: Ce fait est absolument faux. Grégoire: Je demande la parole.
Je ne conçois pas comment M. Barnave ose nier ce fait. Le 28 mars, ce
fut moi qui demandai que nominativement les gens de couleur fussent
dénommés dans ce décret. Il est de fait que M. Barnave me dit-lui-même
qu'il ne les avait pas exclus; et il est de fait qu'au mois de mai
dernier, après bien des interpellations, M. Barnave a été obligé d'en
faire l'aveu lui- même. Barnave: Quoique le fait dont il s'agit
n'intéresse pas la délibération actuelle, attendu que c'est un fait
purement particulier, et qui n'intéresse pas l'Assemblée, je dois dire
ce qui est véritable, et ce pour quoi j'ai interrompu l'opinant. Il est
deux circonstances qu'il faut absolument distinguer. Il est vrai que
sur l'interpellation de M. Grégoire, qui me demanda si l'article
excluait les hommes de couleur, je lai dis en particulier, comme je le
dirais encore, que l'article n'entendait établir aucune espèce de
préjugé pour ou contre. En effet, nous n'avions envoyé un mode de
convocation, déclaré provisoire par notre décret, que dans le cas où
les Assemblées coloniales actuellement existantes ne seraient pas
maintenues. Par le même décret, nous avons dit que le mode de
convocation, pris de celui de la Martinique, n'était que provisoire,
et, pour cette première fois, dans le cas où l'Assemblée ne serait pas
maintenue; et que, pour le définitif et pour l'avenir, ces mêmes
Assemblées feraient leurs propositions sur la totalité de la
constitution, et notamment sur les droits de citoyen actif et
d'éligibilité. Lucas: Je conclus au moins de là qu'on ne viole pas,
comme on le prétend, le décret du 8 mars.)

Ce qui vient d'être dit prouve la vérité de ce que j'ai avancé; car dès
qu'une fois ces mots _toute personne_ ne préjugent rien contre les
bommes libres de couleur, il s'ensuit que vous n'avez fait aucune
promesse aux colons blancs, relativement aux gens de couleur. C'est à
tort, par conséquent, qu'on vous objecte la prétendue foi donnée aux
colons blancs, comme une raison de leur sacrifier les droits des hommes
de couleur libres, et comme un motif qui peut les exciter à la révolté
contre vos décrets; et si j'avais besoin de restituer dans toute son
intégrité le fait que j'avais posé, je vous rappellerais un autre fait
certain qui vous a été rappelé par M. Tracy, savoir: qu'à l'époque de
ces décrets, toutes les prétentions que les colons blancs annonçaient
n'étaient que celle de garantir leurs propriétés de la crainte de voir
toujours les esclaves parvenir à la liberté; c'est que ces mots _toute
personne_, c'est que les clauses qu'ils renferment ne leur furent
données que pour calmer leurs inquiétudes. Elles leur furent même alors
vivement disputées, parce que nous avions une extrême répugnance à
consacrer formellement l'esclavage. Ces temps devaient-ils changer?

Je passe maintenant à l'examen des faits préparés, présentés avec
beaucoup de chaleur et de véhémence pour exciter dans vos âmes des
alarmes capables de l'emporter sur votre justice et sur votre sagesse.
Quels sont donc ces faits? Qui oserait donc ici invoquer l'expérience?
A-t-on fait quelque tentative pour exécuter vos décrets? A-t-on employé
un seul moyen pour aplanir les difficultés qui pouvaient se rencontrer
dans leur exécution? A-t-on exigé l'obéissance comme on devait le
faire? A-t-on manifesté que l'on voulait réellement que ce décret fût
exécuté? Ce décret n'a pas même été envoyé! mais à sa place des
libelles séditieux ont été envoyés, des manoeuvres coupables ont été
employées pour exciter la révolte. De tous les faits que l'on vous
présente, ou que l'on aurait dû vous présenter, celui-là seul est vrai.
Que nos adversaires démentent cet écrit incendiaire, envoyé dû sein du
comité colonial dans les colonies, pour empêcher l'exécution de votre
décret.

Des intrigues sont-elles des raisons péremptoires contré une loi sage,
et faut-il que vous vous hâtiez d'anéantir la vôtre pour conserver des
intrigues? Après tout, qu'y a-t-il donc dans tous ces événements que
vous n'ayez prévu; lorsque vous rendîtes votre décret; alors aussi on
voulut vous épouvanter par des menaces; alors on osa vous faire
entendre qu'on provoquerait l'insurrection des blancs contre votre
autorité, vous sentîtes que vous ne deviez point céder à ces lâches
terreurs, vous eûtes la sagesse de ne point encourager l'audace, et de
dédaigner les pièges de l'intrigue; vous ne pensiez pas que la volonté
et les passions d'une classe quelconque osassent lutter sérieusement
contre la fermeté de l'Assemblée nationale, armée de la justice, et
contre la puissance de la nation française. Abjurerez-vous aujourd'hui
ces grands principes, pour ne montrer que faiblesse, légèreté,
inconséquence? Oublierez-vous que c'est la faiblesse et la lâcheté qui
perdent les Etats et les gouvernements, et que c'est le courage et la
constance qui les conservent? Mais, d'abord jusqu'à quel point faut-il
y croire? n'est-ce pas une chose étonnante que lorsqu'on délibère sur
un objet aussi important, aussi intimement lié et à la propriété
nationale, et à la gloire des représentants de la nation, on ne se
donne pas seulement la peine d'examiner les faits dont on parle si
souvent sans en prouver aucun, et dont personne ne s'est donné la peine
d'apprécier, ni la nature, ni les circonstances, ni les auteurs? Qui
sont ceux qui les ont produits? Qui sont ceux qui les attestent? Ne
sont-ce pas les parties intéressées? Ne sont-ce pas ceux qui, après
avoir extraordinairement redouté le décret avant qu'il fût porté, n'ont
cessé depuis de le calomnier et de l'enfreindre? Ne sont-ce pas ceux
qui, après avoir prédit de sinistres événements, se seraient appliqués
à les faire naître, et qui voudraient ensuite les supposer ou les
exagérer.

Ah! donnez-nous au moins le temps d'examiner: on a bien pris le temps
nécessaire pour préparer, pour recueillir ces adresses présentées dans
le moment qui a paru le plus convenable. Qu'il nous soit au moins
permis aussi de recueillir tous les faits qui les démentent, et de nous
munir de toutes les preuves que le hasard et l'amour de l'humanité
peuvent avoir jetées au milieu de nous. Défions-nous au moins du
tumulte et des cabales qui ont trop souvent présidé à nos délibérations
sur cet important objet. Opposez aux adresses de plusieurs chambres de
commerce les pétitions des citoyens moins intéressés des mêmes villes,
qui en prouvent toute l'exagération et même quelque chose de plus,
telles que celles des citoyens de Rennes, de Brest, de Bordeaux.
L'arrêté du département de cette dernière ville, vous instruit de ce
que l'intrigue peut faire pour opprimer la liberté et la justice.
Faites-vous représenter toutes ces lettres qui prouvent que la
situation des colonies ne présente rien qui puisse faire craindre une
résistance décidée à l'exécution du décret, quand l'autorité de la
nation a parlé; ou plutôt réduisez à leur juste valeur les faits même
que nos adversaires nous attestent. Alors, loin d'être effrayés, vous
verrez que tout se réduit à des signes de mécontentement plus ou moins
prononcés par une partie des citoyens de quelques parties de nos
colonies.

Certes, il n'était pas difficile de prévoir qu'une loi qui blessait
l'égoïsme d'une classe de colons, occasionnerait des mécontentements;
et vous l'aviez prévu au mois de mai dernier. Il n'est pas plus
difficile de concevoir que les chefs d'une insurrection apparente aient
tenu des propos insensés et séditieux, qu'ils aient affecté même de les
tenir, pour fournir aux chefs de leur faction en Europe un prétexte de
faire craindre la chimérique scission des colonies; mais, en vérité,
aux yeux des hommes raisonnables, n'y a-t-il pas une distance infinie
entre le mécontentement, entre les menaces de quelques malintentionnés,
et le dessein formé de lever l'étendard de la révolte contre la nation,
de briser violemment les liens de l'habitude, de l'honneur, du devoir
et surtout de l'intérêt, seul lien durable qui les attache à nous.
Aussi, fixez votre attention sur toutes les pièces relatives aux
colonies, qui ne paraissent point avoir été fabriquées par l'esprit de
parti; vous y verrez qu'au milieu de quelques insurrections partielles,
la disposition général des esprits est d'obéir à la loi, si la
soumission est exigée avec fermeté; vous y verrez que les colons blancs
eux-mêmes vous avertissent des pièges que l'on vous tend en Europe, et
qu'ils vous conjurent de déployer la fermeté qui vous convient, en vous
donnant la garantie que la résistance de l'orgueil, de l'intérêt
particulier céderont à l'intérêt général et à la justice.

Qu'il me soit permis de vous le dire, quelque haine qui puisse exister
contre moi, le courage gratuit que j'ai montré à défendre la justice,
l'humanité et les intérêts sacrés d'une partie des citoyens que nous
devons protéger en Amérique, puisque nous nous occupons de leur sort,
ne m'abandonnera pas; qu'il me soit permis de remettre sons vos yeux
quel spectacle nous a présenté l'affaire des colonies depuis qu'il en a
été question parmi nous. Rappelez-vous les dispositions particulières
toujours présentées à l'improviste. Jamais aucun plan général qui vous
permit d'embrasser d'un coup d'oeil et le but où l'on voulait vous
conduire, et les chemins par lesquels on voulait vous faire parvenir.
Rappelez-vous toutes ces délibérations où, après avoir remporté
l'avantage auquel on semblait d'abord borner tous ses voeux, on s'en
faisait un titre pour en obtenir de nouveaux; où, en vous conduisant
toujours de récits en récits, d'épisodes en épisodes, de terreurs en
terreurs, ou gagnait toujours quelque chose sur vos principes et sur
l'intérêt national, jusqu'à ce qu'enfin, échouant contre un écueil, on
s'est bien promis de réparer son naufrage.

Mais, je ne puis me dispenser de répondre à une certaine observation
que l'on vous a présentée pour affaiblir l'intérêt des hommes libres de
couleur. Remarquez qu'il n'est pas question de leur accorder leurs
droits, remarquez qu'il n'est pas question de les leur reconnaître,
remarquez qu'il est question de les leur arracher, après que vous les
leur avez reconnus. Et quel est l'homme qui, avec quelque sentiment de
justice, puisse se porter légèrement à dire à plusieurs milliers
d'hommes: nous avions reconnu que vous aviez des droits, nous vous
ayons regardés comme citoyens actifs; mais nous allons vous replonger
dans la misère et dans l'avilissement; nous allons vous remettre aux
pieds de ces maîtres impérieux dont nous vous avions aidés à secouer le
joug?

Qu'est-ce donc, surtout dans les colonies, que les droits civils qu'on
leur laisse, sans les droits politiques? Qu'est-ce qu'un homme privé
des droits de citoyen actif dans les colonies, sous la domination des
blancs? C'est un homme qui ne peut influer ni directement, ni
indirectement sur lès intérêts les plus touchants, les plus sacrés de.
la société dont il fait partie; c'est un homme qui est gouverné par des
magistrats au choix desquels il ne peut concourir en aucune manière,
par des lois, par des règlements, par des actes d'administration pesant
sans cesse sur lui, sans avoir usé du droit qui appartient à tout
citoyen d'influer pour sa part dans les conventions sociales, en ce qui
concerne son intérêt particulier. C'est un homme avili dont la destinée
est abandonnée aux caprices, aux passions, aux intérêts d'une caste
supérieure. Voilà les biens auxquels on attache une médiocre
importance! Que l'on pense ainsi, lorsqu'on regarde la liberté comme le
superflu dont le peuple français peut se passer, pourvu qu'on lui
laisse la tranquillité et du pain; que l'on raisonne ainsi avec de tels
principes, je ne m'en étonne pas. Mais moi. dont la liberté sera
l'idole, moi, qui ne connais ni bonheur, ni prospérité, ni moralité
pour les hommes, ni pour les nations, sans liberté, je déclare que
j'abhorre de pareils systèmes, et que je réclame votre justice,
l'humanité, la justice et l'intérêt national en faveur des hommes
libres de couleur.



      *      *      *      *      *      *      *      *      *



Maximilien Robespierre (1758-1794), Discours prononcé au Club des
Jacobins le 19 mars 1792 (19 mars 1792)



(Intervention de Robespierre au sujet d'un discours de Dumouriez, alors
ministre des affaires étrangères et membre de la société des jacobins.)


S'il n'avait été question que de la première demande à laquelle a donné
lieu le discours de M. Dumouriez et la réponse de M. le président, je
n'aurais point élevé la voix. Maintenant ce sont les principes de la
société qui se trouvent en cause. Je ne suis point de ceux qui croient
qu'il est absolument impossible qu'un ministre soit patriote et même
j'accepte avec plaisir les présages heureux que nous offre M.
Dumouriez. Quand il aura rempli ces présages, quand il aura dissipé les
ennemis armés contre nous par ses prédécesseurs, et les conjurés qui
dirigent notre gouvernement, malgré l'expulsion de quelques ministres,
alors, seulement alors, je serai disposé à lui décerner tous les éloges
dont il sera digne; alors néanmoins je ne penserai point qu'un bon
citoyen de cette société ne soit pas son égal, et que tout membre qui
montera à cette tribune pour s'élever contre l'impression du discours
d'un ministre quel qu'il soit, puisse être réduit à la quitter par des
cris et des clameurs confuses. C'est par amour pour la liberté, c'est
par respect pour les droits du peuple, qui seul est grand, qui seul est
respectable à mes yeux, et devant lequel s'évanouissent les hochets des
puissances ministérielles, que je rappelle la société à ses principes.
C'est pour la société, c'est pour le ministre même, que je demande que
l'on n'annonce pas à son arrivée la décadence de l'esprit public. Que
des ministres viennent ici pour unir leurs efforts à ceux de tous les
bons citoyens qui composent cette société, qu'ils viennent demander des
conseils, qu'ils en reçoivent et qu'ils les pratiquent, qu'ils méritent
l'amour de la nation; c'est à ces conditions seulement que leur
présence peut être utile dans cette société, et s'il faut des conseils
aux ministres, je promets pour ma part de leur en donner qui seront
avantageux et pour eux et pour la chose publique.

J'ai rempli mon objet, puisque ces principes sont gravés dans les
coeurs de tous les membres de cette société, puisque rien ne pourra
jamais en altérer la pureté. Aussi longtemps que M. Dumouriez par des
preuves éclatantes de patriotisme et surtout par des services réels
rendus à la patrie, prouvera qu'il est le frère des bons citoyens et le
zélé défenseur du peuple, il ne trouvera parmi nous que des appuis.

Je ne redoute pour cette société la présence d'aucun ministre, mais je
déclare qu'à l'instant où un fonctionnaire semblable y aurait plus
d'influence qu'un bon citoyen qui s'est constamment distingué par son
patriotisme, il nuirait à la société, et je jure au nom de la liberté
qu'il n'en sera jamais ainsi. Cette société sera toujours l'effroi de
la tyrannie et l'appui de la liberté.



      *      *      *      *      *      *      *      *      *



Maximilien Robespierre (1758-1794), Discours prononcé au Club des
Jacobins le 19 mars 1792 (19 mars 1792)



(Opinion de Robespierre sur le bonnet rouge.)


(Pétion, maire de Paris, avait écrit à la Société pour l'engager à
s'abstenir de tous signes extérieurs qui pourraient lui donner le
caractère d'un parti, d'une faction. Il voulait parler du bonnet rouge
que portait chaque membre des Jacobins. Robespierre prit ta parole en
cette occasion et s'exprima ainsi:)


Je respecte, comme le maire de Paris, tout ce qui est l'image de la
liberté; mais nous avons un signe qui nous rappelle sans cesse le
serment de vivre libres ou de mourir, et ce signe, le voilà! (Il montre
sa cocarde.) En déposant le bonnet rouge, les citoyens qui l'avaient
pris par un patriotisme louable, ne perdront rien. Les amis de la
liberté continueront à se reconnaître sans peine au même langage, au
signe de la raison et de la vertu, tandis que tous les autres emblèmes
peuvent être adoptés par les aristocrates et les traîtres.

II faut, dit-on, employer de nouveaux moyens pour ranimer le peuple.
Non, car il a conservé le sentiment le plus profond de la patrie. C'est
lui qui attend constamment le jour du bonheur commun, retardé par les
perfides intrigues de ceux qui ont voulu le mettre dans les fers. Le
peuple n'a pas besoin d'être excité, il faut seulement qu'il soit bien
défendu. C'est le dégrader que de croire qu'il est sensible à des
marques extérieures. Elles ne pourraient que le détourner de
l'attention qu'il donne aux principes de liberté et aux actes des
mandataires auquel» il a confié sa destinée.

Je vous rappelle, au nom de la France, à l'étendard qui seul en impose
à ses ennemis, le seul qui puisse rallier à vous tous ceux que
l'intrigue a trompés. Ils voudraient, vos ennemis, vous faire oublier
votre dignité, pour vous montrer comme des hommes frivoles et livrés à
un esprit de faction. Vous devez donc vous décider à ne conserver que
la cocarde et le drapeau, sous les auspices desquels est née la
Constitution.

J'appuie les propositions de M. Pétion, et je demande que la société
ordonne l'impression et l'envoi de sa lettre à toutes les sociétés
affiliées, comme exprimant nos vrais principes.



      *      *      *      *      *      *      *      *      *



Maximilien Robespierre (1758-1794), Discours prononcé à la société des
Amis de la Constitution le 26 mars 1792 (26 mars 1792)



Note: ce discours fut ensuite publié dans le Défenseur de la
Constitution n° 8 de début juillet 1792



(Discours de Robespierre sur les circonstances actuelles.)


Une conspiration formidable, tramée dès longtemps contre notre liberté,
était près d'éclater. La guerre civile s'allumait au moment où la
guerre étrangère nous menaçait; les prêtres secouaient les torches du
fanatisme et de la discorde; des administrateurs infidèles secondaient
leurs fureurs et favorisaient les complots de tous les ennemis de la
révolution; une coalition, fameuse par ses attentats contre la liberté
naissante, dominait à la cour; elle occupait les premiers emplois dans
nos armées; le gouvernement nous trahissait; nul ne s'occupait du salut
de l'état. Au milieu de tous ces désordres, des cris de guerre se
faisaient entendre; on ne songeait ni à étouffer les troubles du
dedans, ni à soulager le peuple, ni à protéger les soldats patriotes,
persécutés par un ministère odieux, ni à le forcer à donner des armes
aux gardes nationales, ni à pourvoir à la défense de nos frontières.
D'un côté l'indolence, la faiblesse; de l'autre, la tyrannie,
l'aristocratie, le machiavélisme semblaient présider aux destins de la
France; et sans le courage inébranlable des bons citoyens, sans la
patience invincible et le sublime caractère du peuple, il eût été
permis à l'homme le plus ferme de douter du salut public; lorsque la
providence, qui veilla toujours sur nous, beaucoup mieux que notre
propre sagesse, en frappant Léopold, parût déconcerter les projets de
nos ennemis, au moins pour quelque temps. Ce délai suffit pour donner à
l'humanité le temps de respirer. Il remet entre nos mains notre
destinée et celle du monde.

Saurons-nous mettre à profit cette grande occasion qui nous est
offerte, de réduire tous les tyrans à l'impuissance de nous nuire et de
nous opprimer? C'est en avoir triomphé que de connaître et de dévoiler
les secrets de leur ténébreuse politique. Quelle soit donc longtemps
présente à tous les esprits, cette fameuse correspondance concertée
entre le cabinet de Vienne et le comité des Tuileries.

Exciter, entretenir les troubles du dedans, et nous susciter en même
temps la guerre au dehors, pallier ce double projet, en l'imputant aux
amis les plus zélés de la constitution, détruire les sociétés
patriotiques, et pour cela les décréditer dans l'opinion publique, par
l'imputation vague et insignifiante de républicanisme, les accuser de
et l'intervention des puissances étrangères qu'ils appelaient
travaillait à détruire la liberté; tel est tout le plan de conjuration
qu'elle vient de révéler aux yeux de l'univers.

Ainsi donc tous les sophismes, toutes les calomnies par lesquelles les
ennemis hypocrites de la constitution s'efforcent de dégrader l'esprit
public et d'énerver le caractère national, nous les avons retrouvées
dans la bouche de Léopold. Il est curieux de voir les agents,
interprètes des volontés du cabinet des Tuileries, parler de la dignité
nationale, et annoncer le désir de maintenir la paix, lorsque de
concert avec eux, Léopold nous menaçait de la guerre; il est curieux de
les voir défendre les patriotes de France, et prêcher contre eux la
croisade, par l'organe de l'empereur des Allemands. Mais, voyez comme
celui-ci nous développe lui-même le projet de nos ennemis intérieurs;
voyez avec quelle affectation il rappelle le passage de la lettre de
Louis XVI, du mois de septembre 1791, où, en acceptant la constitution,
il annonce d'avance des obstacles à son exécution qui pourraient un
jour en exiger le changement; rappelez-vous qui a dicté cette lettre;
je veux dire la coalition qui, depuis le départ du roi, dirigea toutes
ses démarches, en même temps qu'elle cherchait à maîtriser l'Assemblée
constituante; écoutez ce même Léopold reprocher aux sociétés
patriotiques le dessein de vouloir troubler l'Etat, en se refusant à
toute espèce de conciliation, sur ce qu'il appelle les accessoires de
la constitution. Est-il clair que le but de la faction qui dirigeait la
cour était d'établir ce système des deux chambres, annoncé dès long
temps, et d'élever la puissance d'un parti sur les ruines de la liberté
publique? Est-il clair qu'il faut rapporter à ce projet à leur secours,
et les désordres qu'ils excitaient au dedans? Les perfides! et ils ont
osé nous imputer ces troubles? Ils ont osé nous charger de leurs
propres crimes? Que dis-je? Ils ont réussi à tromper une foule de
citoyens de bonne foi! Ils ont ligué contre la liberté tous les hommes
ignorants, faibles ou timides, ils ont formé, dans la nation, un
troisième parti, sous la dénomination de _modérés_, dont ils se sont
déclarés les chefs et les protecteurs; ils n'ont rien négligé pour
présenter aux yeux des Français et des étrangers, tous les amis de la
constitution et de la patrie, comme une secte particulière, aussi
opposée à l'intérêt général que le parti connu sous le nom
_d'aristocrates_. Réunis à ces derniers, ils auraient bientôt accablé
les patriotes et ramené, sous des formes nouvelles, l'empire du
despotisme et de l'aristocratie, ou plutôt le règne des crimes et des
factions. Pour mieux cacher leurs desseins, ils avaient créé des
sociétés séduisantes pour les hommes froids et pusillanimes; ils
avaient fait arborer à leurs partisans et à leurs créatures, une devise
qui annonçait le rigorisme le plus scrupuleux en fait de constitution;
mais depuis qu'ils ont choisi Léopold pour interprète, depuis que, de
concert avec eux, le despote autrichien a daigné emprunter leur langage
et revêtir le costume des feuillants, depuis qu'ils se sont déclarés
patriotes et français à la manière du chef de nos ennemis étrangers,
l'homme le plus crédule a pu apprécier leur système, et tous les
prosélytes qu'ils avaient égarés, peuvent, sans scrupule, abjurer leur
doctrine pour professer avec nous les principes de la véritable
religion politique, c'est-à-dire, ceux de l'égalité, de la liberté, de
l'humanité et de la constitution.

Telle était cependant la trame qu'ils avaient ourdie contre le salut
public, lorsque Léopold mourut. Presque au même instant, un ministre
fut frappé d'un décret d'accusation; les autres disparurent
successivement.

Le nouveau ministère s'annonce avec des circonstances qui peuvent être
regardées comme d'heureux présages, et qui semblent permettre aux amis
de la liberté et de se livrer aux charmes de l'espérance.

Au reste, louer les ministres nouveaux, serait un trait de flagornerie
d'autant plus servile et d'autant plus gratuit que bientôt leurs
oeuvres mêmes peuvent les louer et les mettre même au-dessus des
éloges. Bientôt une preuve décisive nous apprendra si la conversion de
la cour est sincère, si l'esprit du ministère est changé avec les
ministres. Qu'ils tiennent en tout une conduite opposée à celle de
leurs prédécesseurs; que la franchise et la probité du gouvernement
écartent tous les maux que sa perfidie nous attirait; que les vrais
patriotes soient protégés; que le peuple soit honoré et respecté, non
par de vains discours, mais par des actes de justice et de fidélité
soutenus; que l'ordre et la prospérité renaissent, et nous aurons, pour
le pouvoir exécutif, autant de vénération qu'il nous a inspiré
jusqu'ici d'inquiétude et de défiance.

Avec un ministère patriote et éclairé, à quelles douces espérances ne
pouvons-nous pas nous livrer? Quel obstacle pourrait résister à son
union sincère avec tous les bons citoyens? Quel est en France l'ennemi
assez audacieux et assez puissant pour lutter à la fois contre le
peuple et contre le gouvernement? Quel autre motif a pu enhardir les
prêtres séditieux à troubler l'ordre public; les directoires perfides
et les tribunaux aristocratiques, à persécuter le patriotisme et à
opprimer la liberté, si ce n'est la protection du ministère précédent?
Au dehors, quelle puissance osera nous menacer, quand la paix
intérieure et une administration loyale nous mettront en état de
déployer toutes les forces de ce superbe empire? Quelle puissance eût
osé en concevoir l'idée, sans cette coupable trahison? Les cours
étrangères sont-elles plus redoutables ou plus entreprenantes
aujourd'hui que la mort du chef de l'empire et de la maison d'Autriche
doit les occuper de soins plus pressants, pendant un temps plus que
suffisant, pour donner à un gouvernement fidèle le temps d'affermir, au
sein de l'Etat, le règne des lois et la souveraineté nationale.

Hâtons-nous d'éclairer les nations de l'Europe sur les sinistres
projets des traîtres qui avaient formé cette lâche conjuration contre
l'humanité entière; que le nouveau ministre rappelle tous ces dangereux
intrigants, que nous avons payés trop chèrement et trop stupidement
jusqu'ici, près des cours étrangères, pour nous calomnier aux yeux de
l'univers, et pour troubler le cours d'une révolution qui, tôt ou tard,
doit changer ses destinées. Dissipons tous les nuages que la perfidie
avait répandus sur la situation et sur les dispositions de la France.
Proclamons solennellement, dans toutes les langues, les principes
sacrés sur lesquels reposent notre constitution, la garantie de la
fraternité que nous avons jurée à toutes les nations. Que le peuple
français parle avec la majesté qui lui convient; qu'il trace, autour
des despotes, le cercle de Popilius; et, si ces démarches sont faites
avec la franchise et la solennité qu'elles exigent, vous verrez les
despotes vous demander humblement la paix, et vous donner une
satisfaction entière. S'ils la refusent, alors nous ferons la guerre:
mais malheur aux tyrans et aux traîtres? Alors, portons nos coups dans
les endroits où le despotisme peut être frappé à mort. Que la nation se
lève toute entière; faisons la guerre du peuple et non celle des rois;
marchons sous des chefs dignes de le guider, dont les mains ne soient
souillées, ni des dons corrupteurs des cours, ni du sang des citoyens,
célèbres par leurs vertus civiques, et non par le massacre des plus
zélés défenseurs de la patrie. Combattons, non pour procurer des pompes
triomphales et une puissance dangereuse à ces patriciens intrigants qui
ont jusqu'ici fomenté nos divisions et causé tous nos maux: mais pour
rétablir le règne de l'égalité et de la justice. Les Romains refusèrent
de vaincre sous les drapeaux des décemvirs, mais ils citèrent, au
tribunal des lois, l'infâme assassin de Virginie et de la liberté, et
ils triomphèrent ensuite des ennemis de l'Etat. Ce n'est pas à ces
conditions que les factieux, les tyrans, les vampires de l'Etat veulent
la guerre; mais ce n'est qu'à ces conditions qu'une nation, digne de la
liberté, peut la faire. C'est à ces conditions seules que des ministres
et des représentants, amis du peuple, peuvent la proposer. Il faut
enfin que cette guerre ne ressemble en rien à celles que provoquent les
caprices des rois, les intrigues des cours ou l'intérêt des factions.
Il faut que les drapeaux même qui brilleront à la tête de nos armées,
en rappellent le sacré caractère; qu'ils présentent aux regards des
Français et des étrangers cette inscription nouvelle: _Paix, liberté
universelle, guerre seulement aux despotes_. Marchons à nos ennemis,
non comme des hommes légers ou injustes, qui veulent punir les peuples
des crimes de leurs tyrans, mais comme des amis de l'humanité qui
veulent châtier l'insolence des tyrans, et venger les outrages des
peuples. Marchons, après avoir prouvé à l'univers que notre modération
et notre justice égalent notre courage.

Si nous suivons ces principes, si nous déployons ce caractère énergique
et sage, nous serons libres, malgré la guerre; et, si les puissances
étrangères la préviennent, nous serons libres plus sûrement encore sans
la guerre. Une révolution, amenée par la raison, doit s'achever
naturellement par la raison, par les progrès de l'esprit public; et à
quoi tient-il que nous soyons heureux et libres, si un gouvernement
juste s'unit à des représentons fidèles, pour ramener, au milieu de
nous, le règne de l'égalité, des lois et de la justice?

C'est au sein d'une telle paix, que se développeront les vertus
civiques qui font la gloire et le bonheur de la société, que
s'anéantiront toutes les coupables espérances de l'ambition du
fanatisme ou de la tyrannie. Une fois établie en France la liberté, par
le cours naturel des choses, étendra d'elle-même ses paisibles
conquêtes dans le reste du monde. Quand les peuples sont assez éclairés
et assez malheureux pour vouloir être libres, ils le sont. Les tyrans
tombent d'eux mêmes, quand ils sont mûrs. L'heureuse contagion de nos
principes, et le spectacle de notre gloire et de notre bonheur,
amèneront insensiblement cette époque; et alors l'Allemagne n'aura pas
plus besoin de nos armes, pour secouer le joug du despotisme, que nous
n'avons eu besoin du secours de l'Allemagne pour renverser la Bastille
et conquérir une constitution. Mais, quoi que nous fassions, si notre
gouvernement n'a point changé de système et de principes, ou si nous
n'avons pas assez d'énergie pour forcer notre gouvernement à respecter
les droits de la nation, la guerre et la paix nous conduisent également
à la servitude.

Que nous reste-t il donc à faire dans ces moments décisifs, pour le
salut de l'Etat et de la liberté? Préparons-nous à la guerre; veillons
sur nos ennemis intérieurs, et surtout éclairons l'opinion publique qui
seule fait la destinée des peuples et des gouvernements, qui règne sur
les despotes eux-mêmes, et qui les anéantit, lorsqu'ils n'ont point
fait alliance avec elle. Après avoir combattu le despotisme, déclarons
la guerre à toutes les factions. Prévenons ce système de
désorganisation et de troubles, qui est la dernière ressource des
ennemis de la liberté. Rallions-nous sous l'étendard de la
constitution, la constitution, qu'ils n'invoquaient jadis que pour
l'anéantir. Ne soyons pas trop blessés de ses vices, et croyons qu'elle
a un assez grand prix, puisque le but des ennemis de la liberté est de
la détruire. Songeons qu'elle a, en elle-même, le principe immortel de
sa perfection. Ses vices appartiennent aux hommes, ses bases sont
l'ouvrage du ciel. Réconcilions, avec la liberté, tous les hommes
honnêtes, mais faibles ou ignorants, que l'intrigue ou la calomnie en
ont éloignés. Forçons-les à connaître et à chérir le véritable
patriotisme.

Le patriotisme n'est ni inconséquent, ni léger, ni turbulent, comme les
enfants des préjugés et des passions; il est doux, fier, calme,
intrépide, comme la raison et comme la vérité dont il tire son origine.
Le patriotisme n'est que la vertu dans tout son éclat, et la nature
humaine dans toute sa dignité. Il parait exagéré, mais seulement aux
hommes lâches et dégradés; à peu prés comme la fleur des champs paraît
un colosse monstrueux à l'insecte qui rampe à ses pieds, ou comme la
lumière semble trop vive aux yeux des oiseaux de la nuit. Le
patriotisme ne court point après les frivoles distinctions et les
honneurs créés par l'orgueil ou par les préjugés. Il peut aimer la
gloire, mais il ne la courtise jamais avec inquiétude; il compte trop
sur elle pour en être jaloux. S'il accepte les charges publiques sans
répugnance, ce n'est que dans .les temps où Phocion boit la ciguë, où
Caton, dans la tribune du peuple romain, est assailli par les pierres
de Claudius, où les Graches expirent sous le poignard des patriciens.
Jamais il n'habita un seul instant dans une âme où fut conçu un
sentiment vil, où fut formée la pensée d'une action lâche ou injuste.
Il est au-dessus de tous les succès comme de tous les revers. Si la
liberté triomphe, il s'occupe, non de sa gloire, mais des moyens
d'accroître le bonheur de son pays, si elle succombe, il cherche quel
dernier service son désespoir peut lui rendre encore. S'il ne peut lui
être utile, il perce lui-même son sein généreux, plutôt que de voir le
visage odieux du tyran. Alors même, il ne blasphème point contre la
vertu: le héros de la liberté expirant, et plus grand, plus heureux que
le tyran élevé sur un char de triomphe; sa mémoire sera respectable et
chère à la dernière postérité; le lieu où reposera sa cendre sera un
temple sacré pour tous les hommes qui naîtront après lui; et, s'il
existe quelque chose après la vie, si l'éternel auteur de la nature,
dont l'idée éleva et consola les âmes de tous ses pareils, au milieu
dés plus redoutables épreuves, n'est point une douce illusion, il ne
sera point étranger à ce grand être qui mit dans son sein cette force
divine et cette flamme céleste qui l'animait. Citoyens, qui osez vous
dire les défenseurs de la liberté, c'est à vous de justifier ce titre
auguste. Réalisez le voeu de Platon, lorsqu'il s'écriait. "Oh! si la
vertu pouvait se montrer toute nue aux regards des mortels, de quel
brûlant amour elle embraserait tous les coeurs!" C'est à vous de la
faire briller aux yeux de tous vos concitoyens dans tout son éclat et
dans toute sa majesté; faites retentir, dans tous les coeurs, sa voix
puissante et irrésistible. Pour relever l'éclat de ses charmes, placez,
s'il le faut, à côté d'elle, le spectre hideux de l'hypocrisie, le
squelette dégoûtant de l'envie, la horde impure de tous les vices, et
surtout la tyrannie entourée de victimes, toujours abreuvée et toujours
altérée de sang humain. Citoyens, voilà les armes invincibles avec
lesquelles vous devez les combattre; voilà la véritable puissance dont
vous êtes investis. Français, si vous versez des larmes au récit des
actions vertueuses, si vous frémissez au nom des tyrans, aux-cris de
leurs victimes; si vous regardez comme une injure personnelle, tout
acte d'oppression exercée contre vos semblables, vous êtes libres. Non,
Français, vous n'êtes point corrompus; ne croyez point à ceux qui vous
adressent cette injure, pour vous forcer à la mériter; ne regardez
point leurs moeurs, ne regardez point les intrigants qui paraissent,
dans les révolutions, comme l'écume s'élève sur la surface d'une
liqueur qui fermente: regardez le peuple, comptez tous les traits
héroïques que la révolution a produits, et croyez à la vertu. Amis de
la constitution, répandez ces saintes maximes, et montrez-en le modèle;
c'est ainsi que vous graverez la liberté, non sur nos murailles, et sur
de froids monuments, mais dans tous les coeurs; c'est ainsi que vous
l'affermirez sur ses rentables bases, les moeurs, l'amour de la patrie
et de l'humanité.



      *      *      *      *      *      *      *      *      *



Maximilien Robespierre (1758-1794), Discours prononcé au Club des
Jacobins le 26 mars 1792 (26 mars 1792)



(Robespierre lit un projet d'adresse, la discussion s'engage.)


Frères et amis, une conspiration formidable se tramait dès longtemps
contre notre liberté et était prête à éclater. La guerre civile
s'allumait, la guerre étrangère menaçait l'empire. Les prêtres
secouaient les torches du fanatisme et de la discorde; des directoires
perfides soutenaient les complots de tous les ennemis de la révolution;
des traîtres occupaient dans l'armée les grades les plus considérables;
la cour nous trahissait. Des cris de guerre se faisaient entendre, mais
on n'avait pris aucune mesure certaine, soit pour la faire avec succès,
soit pour la prévenir. On ne songeait, ni à soulager le peuple, ni à
protéger les soldats patriotes, chassés, persécutés par le ministre de
Narbonne, ni à forcer ce ministre audacieux à donner des armes aux
gardes nationales, ni à pourvoir à la sûreté des frontières. D'un côté
la faiblesse et l'ignorance, de l'autre, le despotisme, l'hypocrisie et
la haine de la vérité, semblaient obscurcir le génie de la France.

Sans le courage inébranlable des citoyens, sans la patience invincible
du sublime caractère du peuple, il était permis à l'homme le plus ferme
de désespérer du salut public, lorsque la Providence, qui veille
toujours sur nous beaucoup mieux que notre propre sagesse, en frappant
Léopold, paraît déconcerter pour quelque temps les projets de nos
ennemis. Ce délai suffit pour que la liberté puisse écarter à jamais
les fléaux dont elle est menacée.

Nous tenons dans la main la paix ou la guerre; nous sommes les maîtres
de notre destinée et de celle du monde, pourvu que nous ne retombions
pas encore une fois dans notre léthargie ordinaire; pourvu que nous ne
nous lassions pas d'entendre la voix de la prudence et de la raison;
que, mettant à profit l'occasion unique qui nous est offerte, nous
forcions les choses à prendre une tournure franche et plus sincère que
la politique de nos tyrans; que nous mettions dans l'impuissance de
nous insulter à l'avenir ceux qui nous trompent. Craignons, sans cela,
de lasser la bonté céleste, qui jusqu'ici s'est obstinée à nous sauver
malgré nous.

...On répète que les nouveaux ministres sont Jacobins. A Dieu ne plaise
que j'attende de quelques hommes la destinée de la nation, qui est
immortelle. La liberté repose sur des bases plus fermes et plus
élevées: elle repose sur la justice et la sagesse des lois, sur
l'opinion publique, la force souveraine parce qu'elle est la lumière du
peuple; sur la défiance même des amis de la Constitution, justifiée dès
longtemps par ce qui s'est passé; sur la défiance, seule égide de la
liberté jusqu'à ce que la révolution soit terminée, jusqu'à ce que tous
vos ennemis soient confondus. Au reste, louer le nouveau ministère
serait une flagornerie d'autant plus maladroite, que bientôt leurs
actions pourront les mettre au-dessus de tout éloge. Nous verrons si ce
changement est, de la part de la cour, l'effet de la peur ou de la
vertu; s'il est le triomphe de l'intrigue ou celui de la liberté!...

(L'impression et l'envoi de cette adresse sont demandés par certains,
repoussés par d'autres Guadet demande le renvoi de l'impression à trois
commissaires: Premièrement, dire, comme l'a fait M. Robespierre, que
l'on demande la guerre sans but et sans préparatifs, me paraît être une
critique amère de toutes les sociétés patriotiques qui ont été de
l'avis de la guerre, et de celle-ci en particulier. Comment pourrait-on
douter que le voeu général de la nation soit pour la guerre, lorsque,
en dépouillant les registres des départements, on trouve plus de six
cent mille citoyens inscrits pour marcher à l'ennemi. Secondement, j'ai
entendu souvent, dans cette adresse, répéter le mot Providence, je
crois même qu'il y est dit que la Providence nous a sauvés malgré nous.
J'avoue que, ne voyant aucun sens à cette idée, je n'aurais jamais
pensé qu'un homme qui a travaillé avec tant de courage, pendant trois
ans, pour tirer le peuple de l'esclavage du despotisme, pût concourir à
le remettre ensuite sous l'esclavage de la superstition. En troisième
lieu, il me semble que dire, comme l'a fait M. Robespierre, que nous
sommes maîtres de la paix et de la guerre, c'est en quelque sorte
donner d'avance un tort au ministère, dans le cas où nous serions
forcés à faire la guerre, et cependant il serait possible que nous
fussions dans cette position. N'est-ce point élever la défiance des
sociétés contre un ministère patriote, et semer le découragement parmi
elles en leur montrant la paix comme le seul moyen de salut; enfin,
j'avoue que je n'attendais rien de pareil de M. Robespierre.)

Je ne viens pas combattre un législateur distingué (Plusieurs voix: Il
n'y en a pas) Je veux dire un législateur distingué par ses talents;
mais je viens prouver à M. Guadet qu'il m'a mal compris. Je viens
combattre pour des principes communs à M. Guadet et à moi; car je
soutiens que tous les patriotes ont mes principes: il est impossible
qu'ils n'admettent les principes éternels que j'ai énoncés. Quand
j'aurai terminé ma courte réponse, je suis sûr que M. Guadet se rendra
lui-même à mon opinion; j'en atteste et son patriotisme et sa gloire,
choses vaines et sans fondement si elles ne s'appuyaient sur les
vérités immuables que je viens de proposer.

L'objection qu'il m'a faite tient trop à mon honneur, à mes sentiments
et aux principes reconnus par tous les peuples du monde, et par les
assemblées de tous les peuples et de tous les temps, pour que je ne
croie mon honneur engagé à les soutenir de toutes mes forces.

La première objection sur ce que j'aurais commis la faute d'induire les
citoyens dans la superstition après avoir combattu le despotisme. La
superstition, il est vrai, est un des appuis du despotisme, niais ce
n'est pas induire les citoyens dans la superstition que de prononcer le
nom de la Divinité. J'abhorre, autant que personne, toutes ces sectes
impies qui se sont répandues dans l'univers pour favoriser l'ambition,
le fanatisme et toutes les passions, en se couvrant du pouvoir sacré de
l'Eternel qui a créé la nature et l'humanité; mais je suis bien loin de
la confondre avec ces imbéciles dont le despotisme s'est armé.

Je soutiens, moi, ces éternels principes sur lesquels s'étaie la
faiblesse humaine pour s'élancer à la vertu. Ce n'est point un vain
langage dans ma bouche, pas plus que dans celle de tous les hommes
illustres qui n'en avaient pas moins de morale, pour croire à
l'existence de Dieu. (Plusieurs voix: A l'ordre du jour! Brouhahas)
Non, messieurs, vous n'étoufferez pas ma voix, il n'y a pas d'ordre du
jour qui puisse étouffer cette vérité: je vais continuer de développer
un des principes puisés dans mon coeur, et avoués par tous les
défenseurs de la liberté; je ne crois pas qu'il puisse jamais déplaire
à aucun membre de l'Assemblée nationale d'entendre ces principes, et
ceux qui ont défendu la liberté à l'Assemblée constituante ne doivent
pas trouver d'oppositions au sein des amis de la constitution. Loin de
moi d'entamer ici aucune discussion religieuse qui pourrait jeter de la
division parmi ceux qui aiment le bien public, mais je dois justifier
tout ce qui est attaché sous ce rapport à l'adresse présentée à la
Société.

Oui, invoquer la Providence et omettre l'idée de l'Etre éternel qui
influe essentiellement sur les destins des nations, qui me parait à moi
veiller d'une manière toute particulière sur la révolution française,
n'est point une idée trop hasardée, mais un sentiment de mon coeur, un
sentiment qui m'est nécessaire à moi, qui, livré dans l'Assemblée
constituante à toutes les passions et à toutes les viles intrigues, et
environné de si nombreux ennemis, me suis toujours soutenu. Seul avec
mon âme, comment aurais-je pu suffire à des luttes qui sont au-dessus
de la force humaine, si je n'avais point élevé mon âme à Dieu. Sans
trop approfondir cette idée encourageante, ce sentiment divin m'a bien
dédommagé de tous les avantages offerts à ceux qui voulaient trahir le
peuple.

Qu'y a-t-il dans cette adresse, une réflexion noble et touchante,
adoptée par ceux qui ont écrit avec l'inspiration de ce sentiment
sublime: je nomme Providence ce que d'autres aimeront peut-être mieux
appeler hasard, mais ce mot Providence convient mieux à mes sentiments.

On a dit que j'avais fait une injure aux sociétés populaires. Ah!
certes, messieurs, je vous en atteste tous, s'il est un reproche auquel
je sois inaccessible, c'est celui qui me prête des injures au peuple,
et cette injure consiste en ce que j'ai cité aux sociétés la Providence
et la Divinité. Certes, je l'avoue, le peuple français est bien pour
quelque chose dans la révolution: sans lui nous serions encore sous le
joug du despotisme. J'avoue que tous ceux qui étaient au-dessus du
peuple auraient volontiers renoncé pour cet avantage à toute idée de la
Divinité, mais est-ce faire injure au peuple et aux sociétés affiliées
que de leur parler de la protection de Dieu, qui, selon mon sentiment,
nous sert si heureusement.

Oui, j'en demande pardon à tous ceux qui sont plus éclairés que moi,
quand j'ai vu tant d'ennemis avancer contre le peuple, tant d'hommes
perfides employés pour renverser l'ouvrage du peuple, quand j'ai vu que
le peuple lui-même ne pouvait agir et qu'il était obligé de
s'abandonner à des traîtres, alors plus que jamais j'ai cru à la
Providence, et je n'ai pu insulter ni le peuple, ni les sociétés
populaires, soit en parlant, comme je l'ai fait, des mesures qu'il faut
prendre pour la guerre ou pour la paix; soit dans le retour que j'ai
fait sur ce qui s'est passé.

En disant que la demande de la guerre ne me semblait avoir ni place, ni
objet déterminé, je n'ai point insulté les sociétés populaires, car on
n'a pas recueilli leur voeu: Celle-ci même n'a pas émis une opinion
positive. Je n'ai point insulté le peuple. J'ai demandé la guerre, s'il
faut avoir la guerre; et la paix, si on peut l'avoir, et je crois qu'il
est possible d'avoir la paix. Je n'ai insulté personne quand j'ai dit
que l'on parlait plus de guerre que des moyens de la faire avec succès.
Serait-ce les patriotes de l'Assemblée nationale, serait-ce les
législateurs patriotes! en est-il un qui puisse nier qu'avant la mort
de Léopold, Narbonne et La Fayette étaient présentés comme les héros
qui devaient sauver la nation? en est-il un qui puisse nier que de
toutes les parties de la France, s'adressaient ici des plaintes que les
gardes nationales n'étaient point armées, que les officiers
aristocrates commandaient, qu'on demandait en vain leur expulsion? En
est-il un qui puisse dire qu'un général qui, les mains teintes de sang
de ses concitoyens, devait les mener au combat, pût inspirer la
confiance? En est-il un qui puisse dire qu'ils avaient pris des mesures
nécessaires pour déjouer les conspirations ourdies par nos ennemis
communs. Oui, c'est la providence qui a fait tomber leurs
correspondances en nos mains; j'applaudis à ce qu'a fait l'Assemblée
nationale, à condition que sa démarche sera soutenue, et que la paix et
le bonheur du peuple en seront les résultats. Est-il quelqu'un qui
puisse me reprocher d'avoir offensé les patriotes et les députés, qui
ont la preuve personnelle que je les estime; et quand j'étais investi
du caractère sacré de représentant du peuple, m'a-t-on vu trouver
mauvais que des citoyens courageux présentassent à l'Assemblée
constituante des observations rigoureuses sur les fautes ou elle était
tombée?

J'atteste que je n'ai pas trouvé de plaisir plus doux que lorsque au
milieu de ces plates flagorneries qui inondaient la salle, je voyais
percer quelques pétitions qui montraient le véritable voeu du peuple
français, trop longtemps outragé, trop longtemps oublié. Comment y
aurait-il un citoyen qui pût adopter d'autres sentiments que ceux que
je viens d'exprimer?

Je passe à la troisième objection. Je n'ai point loué d'avance le
ministère nouveau; je n'estime que ce que je connais, et je n'applaudis
qu'au bien qui est fait. Parmi les ministres, il en est tel que je ne
nomme pas, qui a les intentions les plus droites: je souhaite qu'il ne
soit contredit par aucun obstacle. Mais comme il leur est très facile
de prouver tout cela, je ne veux point les louer. Les circonstances et
le bien public les mettront au-dessus de tout éloge. Sur les intrigues
de la cour, rien ne nous permet de jeter des idées anticipées. Je ne
veux en parler ni en bien ni en mal. J'ai dit que les ministres étaient
jacobins, et que cela ne nous en imposait aucunement; j'ai dit que le
ministère s'annonçait avec des circonstances heureuses; voilà ce que
j'ai dit. Je ne pourrais rien dire de plus; ma conscience s'y répugne.

Rien de ce que j'ai dit ne peut décourager le peuple; le peuple a
triomphé jusqu'ici des plus grands dangers, et il triompherait encore
des plus grands obstacles, s'il s'en présentait. Est-ce décourager les
sociétés que de présenter le tableau civique des vertus; n'est-ce pas
du patriotisme que dépend le succès des révolutions? Le patriotisme
n'est point une convenance, ce n'est point un sentiment qui se ploie
aux intérêts, mais c'est un sentiment aussi pur que la nature, aussi
inaltérable que la vérité.

Je conclus et je dis que c'était pour rétablissement de la morale de la
politique que j'avais écrit l'adresse que j'ai lue à la Société. Je
demande qu'elle décide si les principes que j'annonce sont les siens.



      *      *      *      *      *      *      *      *      *



Maximilien Robespierre (1758-1794), Discours prononcé au Club des
Jacobins le 26 avril 1792 (26 avril 1792)



(Opinion de Robespierre sur La Fayette.)


Dans tous les événements, c'est aux causes précises qu'il faut
s'attacher, et dans la question qui s'élève savez-vous quelle est la
cause qui s'oppose au triomphe de la liberté du peuple et du
patriotisme opprimé? Contre qui croyez-vous avoir à lutter? Contre
l'aristocratie? non. Contre la cour? non: c'est contre un général
destiné depuis longtemps par la cour à de grands desseins, qui après
avoir trompé le peuple, trompe encore la cour elle-même; qui ne connaît
ni les principes de la liberté, ni ceux de l'égalité dont il est le
plus grand ennemi. Or, messieurs, à des hommes exercés dans toutes les
manoeuvres de l'intrigue pour renverser les plus utiles projets et pour
semer la discorde, il faut opposer la célérité.

Il suffit de rapprocher les circonstances présentes de tout ce qui
s'est passé, des menées que nous avons reprochées au même agent dans
d'autres circonstances, pour se convaincre que c'est sa seule
résistance que nous avons à combattre. Ce n'est pas la garde nationale
qui voit les préparatifs de cette fête avec inquiétude, c'est dans
l'état-major que le génie de La Fayette conspire contre la liberté et
les soldats de Château-Vieux. C'est le génie de La Fayette qui égare
dans la capitale et dans les départements une foule de bons citoyens,
qui, si cet hypocrite n'eût point existé, seraient avec nous les amis
de la liberté. C'est La Fayette qui, dans le moment où les amis de la
Constitution se réunissent contre les ennemis, forma un parti
redoutable contre la Constitution, et qui divise les amis de la
Constitution eux-mêmes. Partout où il y a des ennemis de la liberté, La
Fayette est le plus dangereux de tous, parce qu'il conserve encore un
masque de patriotisme suffisant pour retenir sous ses drapeaux un
nombre considérable de citoyens peu éclairés. C'est lui qui, joint à
tous les ennemis de la liberté, soit aristocrates, soit feuillants, se
met en état, dans les moments de troubles ou de crise, de renverser la
liberté ou de nous la faire acheter par des torrents de sang et par des
calamités incalculables.

C'est La Fayette que nous avons ici à combattre; c'est La Fayette qui,
après avoir fait, dans l'Assemblée constituante tout le mal que le plus
grand ennemi pouvait faire à la patrie, c'est lui qui, après avoir
feint de se retirer dans ses terres, est revenu briguer la place de
maire, non pour l'accepter, mais pour la refuser, afin de se donner par
là un air de patriotisme; c'est lui qui a été promu au généralat de
l'armée française pour que les complots ourdis depuis trois ans
atteignissent enfin le but. Oui, c'est La Fayette que nous avons à
combattre.

Il faut ici faire une observation bien importante sur le projet
présenté par le comité central des sociétés patriotiques: c'est sans le
savoir et sans son intention qu'il a proposé une devise équivoque,
qu'il a entendue certainement dans un bon sens, mais que l'on doit
rejeter par cela seul qu'elle est équivoque, par cela seul qu'il faut
porter devant le peuple des inscriptions simples et claires. La devise:
_Bouillé seul est coupable_, n'a été sans doute appliquée qu'aux bons
citoyens trompés, mais elle pourrait paraître une absolution de La
Fayette. Bouillé seul est-il en effet coupable? N»n certes; ils sont
innocents, tous ceux qui ont agi pour la loi, qui ont cru l'exécuter et
défendre la liberté. C'est toujours sous ce point de vue que j'ai
présenté cette affaire à l'Assemblée constituante; j'ai toujours
soutenu que les tyrans et leurs chefs seuls étaient coupables. Bouillé
n'était que l'instrument de ceux qui le dirigeaient; l'agent de la cour
et surtout l'agent de La Fayette. Les gardes nationales de Metz étaient
innocentes; comme celles de Paris, elles ne peuvent être que patriotes;
l'une et l'autre a été trompée par La Fayette. Et comment
pourrions-nous dire à la face de la nation, dans la fête de la liberté,
que Bouillé seul est coupable? A-t-il osé agir sans ordres? N'a-t-il
pas toujours marché avec un décret à la main? Et qui sont ceux qui ont
sollicité ce décret? Sur quels rapports a-t-il été rendu? D'abord sur
le rapport des officiers en garnison à Nanci, qui avaient intention de
jeter de la défaveur sur les soldats; sur le rapport du ministre de la
guerre M. Latour-Dupin. Quels étaient les intermédiaires de La Fayette?
ceux qui circulaient dans le sein de l'Assemblée constituante, la
veille du décret fatal. Qui répandait le fiel de la calomnie? La
Fayette. Quels étaient ceux qui excitaient les clameurs, qui ne
permettaient pas une seule réflexion dans une discussion dont on
voulait que le résultat fût d'égorger nos frères? Qui m'a empêché
moi-même de parler? La Fayette. Qui sont ceux qui me lançaient des
regards foudroyants? La Fayette et ses complices. Qui sont ceux qui ne
voulurent pas donner un seul moment à l'Assemblée nationale? Qui est-ce
qui précipita le fatal décret qui immola les plus chers amis du peuple?
La Fayette et ses complices. Qui voulut étouffer ce grand attentat en
le couvrant d'un voile impénétrable, et qui demanda une couronne pour
les assassins des soldats de Château-Vieux? La Fayette. Enfin, quel est
celui qui pour mieux insulter à la mémoire des infortunés que notre
zèle et nos regrets ne ressusciteront pas, fit donner des fêtes dans
tous le royaume aux infâmes qui les avaient égorgés! Quel est celui qui
excitait ces fêtes? La Fayette. Et dans un triomphe populaire consacré
à la liberté et à ses soutiens, on verrait une inscription qui
absoudrait La Fayette; qui ferait tomber le coup sur un ennemi
impuissant, pour sauver celui qui tient encore, dans ses mains
ensanglantées, les moyens d'assassiner notre liberté. Non.

Cette fête qu'on prépare peut être vraiment utile à la liberté, et
devenir le triomphe du peuple longtemps outragé, parce qu'elle terrasse
les oppresseurs de la vertu et fait luire le jour de la vérité sur les
attentats des tyrans. Il faut donc que cette fête remplisse cet objet;
or, ce n'est point par des devises brillantes, c'est par l'esprit
patriotique que ce but sera rempli; c'est pour cela que je demande
l'exécution de l'arrêté de la société, par lequel elle ordonne qu'il
sera fait une pétition individuelle à la municipalité pour demander que
les bustes de La Fayette et de Bailly disparaissent de la maison
commune.

Je demande aussi que la devise, _Bouillé seul est coupable_, soit
changée en celle-ci: _Les tyrans seuls sont coupables_. Quand les bons
citoyens verront que La Fayette est seul moteur de ces intrigues, tout
se ralliera.


(Ces propositions furent adoptées.)



      *      *      *      *      *      *      *      *      *



Maximilien Robespierre (1758-1794), Discours prononcé au Club des
Jacobins le 2 mai 1792 (2 mai 1792)



(Réponse de Robespierre à Sillery au sujet de la guerre.)


(Sillery: J'ai appris qu'hier on disait à la tribune: Où sont-ils donc
ceux qui soutenaient le parti de la guerre? Hé bien, me voici: je vous
déclare que j'ai cru et que je crois encore la guerre nécessaire,
indispensable. Robespierre demande à parler. Tumulte. Robespierre
parvient enfin à se faire entendre.)

Voici l'ordre que vous auriez dû suivre, monsieur le président: quand
un membre demande la parole, fût-ce moi, que l'on accuse d'assiéger
cette tribune, si la majorité veut l'entendre, ce n'est pas à un petit
nombre d'intrigants et de perturbateurs à étouffer sa voix. Alors ce
que doit faire le président, c'est d'imposer silence à ceux qui sèment
le trouble et la discorde, pour l'imputer ensuite aux véritables amis
de la liberté. C'est assez que partout ailleurs la patrie soit trahie;
il faut qu'ici la liberté triomphe, et que la vérité soit entendue.

Maintenant je viens à l'objet dont vous a parlé M. Sillery. Je ne puis
approuver ce qu'il a dit contre ceux qui ne voulaient pas la guerre,
telle qu'on la demandait, et qui pensent encore qu'elle est funeste. Je
déclare que cette affectation à présenter notre opinion sous un point
de vue désavantageux, est une insigne calomnie.

Je ne prononce pas sur les faits qui nous ont été annoncés: mon opinion
ne manquerait pas d'être défigurée par le _Patriote français_, la
_Chronique_, etc. S'il faut le dire: Non, je ne me fie point aux
généraux; et, faisant quelques exceptions honorables, je dis que
presque tous regrettent l'ancien ordre de choses, les faveurs dont
dispose la cour. Je ne me repose donc que sur le peuple, sur le peuple
seul. Mais, je vous prie, pourquoi saisit-on la moindre occasion de
tourner en ridicule et même de calomnier ceux qui pensent d'une manière
différente des partisans de la guerre? Cette animosité est-elle bien
naturelle? Au reste, je pense comme M. Sillery, qu'il est bon de se
défier de toutes les nouvelles qui nous seront données. Qui doit en
être plus convaincu que lui? car il a été trompé dans une affaire bien
importante. Faut-il lui rappeler l'affaire de Nanci?



      *      *      *      *      *      *      *      *      *



Maximilien Robespierre (1758-1794), Discours prononcé au Club des
Jacobins le 5 mai 1792 (5 mai 1792)



(Quelques observations de Robespierre sur la correspondance de la
société des jacobins avec les sociétés affiliées.)


Il n'est rien de si important dans les circonstances que la
correspondance avec les sociétés affiliées. C'est pour cela que je vais
faire quelques observations. Quoiqu'il semble qu'on veuille imposer
silence aux défenseurs du peuple... (Plusieurs voix. Non, non! à
l'ordre du jour!) Je déclare que, pour mettre un frein à l'ambition de
ceux qui nous agitent, je déclare que je. n'abandonnerai jamais cette
société. (Bravo, bravo, applaudissements redoublés, etc.) Je déclare
que, nonobstant toute motion d'ordre du jour, que nonobstant toutes
calomnies que l'on se plaît à répandre contre moi; je déclare, dis-je,
que je ne cesserai de combattre les intrigants jusqu'à ce que la
société les ait ignominieusement chassés de son sein.
(Applaudissement.) Je vais donc me permettre quelques observations sur
les abus qui se sont glissés dans la correspondance.

Pour qu'elle devienne plus utile, il ne faut pas seulement de ces
détails piquants, de ces bons mots qui ne prêtent qu'à rire; mais il
faut que ceux qui s'y livrent s'attachent à dévoiler les manoeuvres des
fripons et les complots des traîtres. Il m'est parvenu quelques
nouvelles intéressantes de ce genre: je m'étonne qu'on n'ait que des
choses stériles à soumettre à notre attention.

Je n'ai en vue personne de cette société; je déclare que je n'inculpe
ici aucun individu, ni aucun comité; mais je dis qu'il est de graves
objets dans la correspondance auxquels on pourrait donner le pas sur la
lettre de Cambrai, par exemple. Quoiqu'on semble vouloir m'imputer les
divisions qui règnent dans cette société, et que ceux qui paraissent me
désigner par leurs murmures veuillent me donner à penser que je me suis
rendu coupable de perfides manoeuvres; cependant je ne me lasserai pas
de faire mon devoir, et de dévoiler les trames ourdies pour perdre
cette société et ses plus fermes soutiens. Vous ne savez pas,
messieurs, tous les moyens dirigés contre nous.

Il faut donc vous avertir que c'est eu entretenant les sociétés
affiliées des détails sur les scènes que les menées des intrigants ont
rendues nécessaires; que c'est en faisant passer, sous le couvert des
ministres, par la voie de M. Lanthenas, les discours de MM. Guadet et
Brissot, que l'on obtient des adresses concertées. En ne présentant les
choses que sous une face, il est facile de donner le change aux
esprits. Au surplus, il n'est pas besoin de dire que les promoteurs de
lettres de cette espèce sont ceux qui me provoquent actuellement par
leurs murmures. Que ne parlent-ils à nos correspondants des grands
intérêts qui doivent nous occuper, au lieu de circonscrire leurs
pensées aux débats qui ont agité plusieurs de nos séances? Pourquoi
leur dire ce qu'il faudrait pouvoir nous cacher à nous-mêmes? Qu'ils
aient plutôt le courage de leur apprendre que ce sont des gens couverts
du manteau patriotisme qui donnent lieu à ces discussions. Il faut que
nos sociétés affiliées soient instruites que c'est en attaquant
sourdement les principes les plus sacrés, que ces mêmes hommes espèrent
parvenir aux places. Voilà le moyen d'empêcher des citoyens mal
informés de tomber dans les pièges qui leur sont tendus. Voilà ce qui
devrait faire l'objet d'une correspondance utile.



      *      *      *      *      *      *      *      *      *



Maximilien Robespierre (1758-1794), Discours prononcé au Club des
Jacobins le 10 mai 1792 (10 mai 1792)



(Réponse de Robespierre à Méchin, secrétaire de Brissot, qui proposait
d'une part d'écrire aux sociétés affiliées une circulaire pour hâter le
paiement des contributions; d'autre part qu'aucun membre ne pût, au
prochain trimestre, recevoir sa carte sans exhiber la quittance du
percepteur. Robespierre demanda la parole et ne l'obtint qu'après la
plus vive opposition de la part des membres girondins.)


Ce n'est pas s'écarter de l'ordre du jour que de dire qu'il a fallu
combattre pendant trois quarts d'heure pour obtenir la parole; pourquoi
se fait-il que, pour monter à celte tribune, il faille autant de
courage que pour monter à la brèche? Ces hommes manquent à toutes les
règles d'honnêteté, aux premiers principes de sociabilité, qui ne
veulent souffrir aucune contradiction, qui cherchent à étouffer toutes
les réclamations suggérées par la vérité et l'amour du bien public. Je
suis obligé de m'élever contre la proposition qui a été faite, avec
d'autant plus de force qu'elle se présente sous une apparence de
patriotisme; je m'attends bien que je serai dénoncé par ses auteurs,
par tous les ennemis de la liberté, comme le défenseur de l'anarchie,
des sans-culottes, des perturbateurs; mais rien ne m'effraie.

Les propositions qui portent avec elles leur réfutation n'ont pas
besoin d'être combattues; mais celles qui sont décorées des vains
dehors de patriotisme, doivent attirer toute la sagacité d'un zélé
patriote. A-t-on espéré donner à entendre que je veuille attenter aux
lois constitutionnelles, que je ne cesserai de soutenir? a-t-on espéré
faire croire que je prétende m'opposer à la perception des impôts? On
dira tout ce qu'on voudra, qu'importe? ma conscience, la vérité que je
défends, me suffisent.

Je vais vous prouver que les propositions qui vous ont été faites sont
dangereuses, inutiles, fallacieuses et attentatoires aux principes de
l'égalité: inutiles, en ce que les contribuables n'ont jamais attendu
que la main du receveur public. (Bravo! Bravo!) Il n'est pas vrai que,
actuellement, on manque de zèle pour l'acquittement des contributions:
j'ai par devers moi des preuves de ce que j'avance: et quand je vois
qu'on vient nous embarrasser de choses inutiles, tandis qu'il est si
important de s'occuper des grands intérêts de la liberté; quand je vois
qu'on détourne l'attention des véritables citoyens des dangers que
court la patrie, pour la porter sur des objets qui n'en ont nul besoin
(Ah! ah! applaudissements.), quoi qu'en dise les calomniateurs, je
m'indigne.

On sait bien, messieurs, que les contributions sont nécessaires; en
cela on ne peut me prêter de mauvaises intentions, et les risées qui
viennent de s'élever sont aussi déplacées qu'elles décèlent de
méchanceté. Je le répète: cet objet est en ce moment inutile. S'occuper
de ce qu'on a, et négliger ce qu'on n'a pas, c'est laisser aux maux
politiques le temps de pousser de profondes racines; je ne vois
d'ailleurs, dans la proposition de M. Méchin, que l'intention du
ministre d'avoir une lettre qui fasse l'éloge de son zèle (Ah! ah!);
j'y vois une affectation, qui des pamphlets se communique aux journaux
prétendus patriotiques, d'avilir les citoyens: voilà ma première
proposition. La seconde est beaucoup plus importante.

Que signifie donc ce zèle de vouloir des quittances d'impositions pour
assister à nos séances? Ce titre suffit-il pour être garant du
patriotisme? (Ah! ah! Applaudissements.) Vous voyez combien on redoute
l'examen de cette question qui paraissait si facile. Il serait commode
sans doute de substituer cette espèce de scrutin épuratoire à celui qui
demande des certificats de patriotisme. Certes, Messieurs, un homme
gorgé du sang de la nation viendrait apporter sa quittance; et le
premier qui l'aurait donnée serait en droit d'assister à vos séances.
(Ce n'est pas cela. Tumulte.) Je regarderai cette motion comme puisée
dans l'esprit public, lorsqu'on m'aura prouvé que tout homme qui aura
payé ses impositions, ne sera pas un perturbateur; lorsqu'on m'aura
prouvé que ceux qui ont payé les impôts n'ont jamais vendu leurs
poumons, leur plume, soit à la cour des Tuileries, soit aux ennemis de
la révolution. (Bravo! bravo! Murmures.) Je regarderai cette motion
comme faite pour obtenir la priorité, lorsqu'il me sera prouvé que ceux
qui nous montreront ici leur quittance, ne doivent pas être chassés
pour d'autres motifs; lorsqu'il me sera prouvé que ceux qui combattent
mon opinion sont les plus ardents soutiens de l'indigence, les plus
fermes défenseurs de la liberté de la presse; lorsqu'il me sera prouvé
qu'ils sont évidemment les meilleurs citoyens. Jusque-là, je dirai
qu'il n'y a aucun mérite à payer les contributions; c'est un acte de
nécessité; il est absurde de s'en faire un mérite. (Bravo! bravo!) Je
dirai que c'est anéantir tous les principes, et dénaturer l'opinion
publique, que de vouloir substituer un sacrifice apparent à tous ceux
qu'exige la liberté. Je dis que propager de pareilles idées serait
mettre à la place des actes de patriotisme, des actions forcées par la
loi. J'ajouterai qu'il me paraîtrait un meilleur citoyen, celui qui
pauvre, mais honnête homme, gagnerait sa vie, sans pouvoir payer ses
contributions, que celui-là qui, gorgé peut-être de richesses, ferait
des présents puisés à une source corrompue; qui, engraissé de la
substance du peuple, viendrait se faire un mérite des actions dont une
société fondée sur la justice, aurait peut-être à rechercher les moyens
pour les punir comme des crimes.

Observez combien un pareil système tend à la subversion de tous les
principes de l'égalité. Que veulent ses auteurs? Ecarter des sociétés
patriotiques quiconque ne paierait pas de contributions.

Or, je soutiens que c'est faire un nouvel outrage à l'humanité; car, si
les citoyens qui ne paient pas d'impôts sont exclus des sociétés
politiques, ils doivent être accueillis dans celles qui ont pour objet
de relever la nature humaine; je dis que cette motion, civique en
apparence, ne l'est point en effet; je dis qu'elle est flagorneuse,
puisqu'elle contiendrait nécessairement un éloge des ministres, et les
ministres qui font le bien ne méritent point d'éloges, ils ne font que
leur devoir.

Elle est attentatoire aux principes de l'égalité, en ce qu'elle
écarterait des sociétés patriotiques, les citoyens qui n'auraient pas
payé de contributions; elle est attentatoire aux droits de l'humanité,
en ce qu'elle élève les riches et abaisse les indigents; elle est
fallacieuse, en ce qu'elle érige en titre de patriotisme ce qui n'est
qu'an devoir et une exécution de la loi; et en ce qu'elle tend à donner
le change à l'opinion publique et à la détourner de choses plus
intéressantes, ainsi que beaucoup d'autres motions aristocratiques
qu'on renouvelle tous les jours. (Ah! Ah! Oui! Oui!) C'est par elle
qu'on s'efforce d'étouffer la voix des bons patriotes. En me résumant,
je dis que cette motion a été faite, surtout dans l'intention de
calomnier ceux qui l'auraient combattue; et certes on n'y manquera pas.
(Ah! Ah! Bravo! Bravo!)

On dira qu'elle a été combattue par ces hommes à principes exagérés,
qui ne veulent point de constitution; par des chefs de factieux; par
des tribuns, par des agitateurs du peuple, qui se coalisent pour
calomnier ses plus zélés défenseurs. (Murmures. Applaudissements.) On
dira que la société des amis de la constitution est tellement composée
de sans-culottes, qu'elle a manifesté le désir de ne pas payer les
contributions malgré les touchantes exhortations du patriote Clavière.
Je suis exposé à toutes ces calomnies; c'est pour cela que je suis venu
à cette tribune énoncer hautement mon opinion, c'est pour cela que je
viens défendre les droits les plus sacrés du peuple.

Je dirai que plus le zèle à soutenir sa cause deviendra dangereux, que
plus il confondra les factieux, et plus je défendrai les principes de
la liberté, de l'égalité, de l'humanité. Perfides intrigants, vous vous
acharnez à ma perte; mais je vous déclare que plus vous m'avez isolé
des hommes... (Tallien, vice-président: Réduisez-vous, monsieur
l'orateur, dans le véritable état de la question. Plusieurs voix: II y
est.) Oui, plus vous m'aurez isolé des hommes, plus vous m'aurez privé
de toute communication avec eux, plus je trouverai de consolation dans
ma conscience et dans la justice de ma cause.

Je conclus à ce qu'attendu que la société veut le paiement des
contributions, mais qu'elle veut en même temps le maintien de la
constitution; attendu que pour y parvenir, il n'est pas utile d'avilir
l'indigence, d'ouvrir une large porte à l'intrigue, à la calomnie, au
privilège de l'opulence, de dénaturer toutes les idées, je conclus à
l'ordre du jour.



      *      *      *      *      *      *      *      *      *



Maximilien Robespierre (1758-1794), Discours prononcé au Club des
Jacobins le 10 juillet 1792 (10 juillet 1792)



(Sur les dangers de la patrie.)


Le moment est arrivé d'écarter tous les intérêts personnels, pour ne
s'occuper que de l'intérêt public. Ce sentiment était gravé dans tous
les coeurs; un décret solennel vient de nous en faire une obligation.

Qu'est-ce que ce décret? Est-ce une vaine formule vide de sens? Est-ce
une arme dont le despotisme compte pouvoir faire usage pour écraser la
liberté, pour opprimer ses vrais adorateurs? Non! Et ce n'est point en
vain que les citoyens des départements seront venus se rallier aux cris
de la patrie en danger.

La patrie est en danger! Ces mots disent tout pour des coeurs ardents,
vraiment épris de l'amour de la patrie et de la liberté. Cette formule
ne nous apprend pas de nouveaux faits. Avant cette déclaration, nous
savions qu'un général conspirateur était à la tête de nos armées; nous
savions qu'une cour corrompue machinait sans relâche contre notre
liberté et notre Constitution. Ce n'est donc pas pour nous instruire,
que l'Assemblée nationale a prononcé cette formule imposante. Ces mots
la patrie est en danger sont une exhortation à toute la nation, de
déployer toute l'énergie dont elle est capable pour prévenir ces
dangers.

La nation connaissait bien ses dangers; mais elle semblait engourdie
sur le bord de l'abîme, et l'Assemblée nationale a voulu la réveiller
de sa léthargie. Lorsque l'Assemblée nationale a prononcé sa formule,
elle a voulu dire: En vain, nous faisons de bonnes lois, si le pouvoir
exécutif ne les fait pas exécuter, s'il les entrave par des veto
perfides, si des administrateurs corrompus conspirent avec la cour pour
tuer la Constitution par la Constitution; en vain des armées de soldats
patriotes et valeureux exposent leurs vies en combattant, si l'on
arrête leur marche victorieuse, ou si on ne les envoie au combat que
pour les faire succomber sous un nombre d'ennemis double du leur. Dans
des circonstances aussi critiques, les moyens ordinaires ne suffisent
pas: Français, sauvez-vous.

Ou bien cette déclaration solennelle signifie ce que je viens de dire,
ou bien elle ne serait qu'une trahison, en montrant à la nation les
dangers auxquels elle est exposée, sans lui laisser la faculté de
prendre les moyens qu'elle croira propres à la sauver. Déjà même, les
ennemis de la liberté espèrent en faire un usage meurtrier, et, quand
j'ai vu à la suite de cette déclaration, un Vaublanc proposer une
adresse à l'armée, je me suis dit: puisque cette formule n'effraie pas
certaines gens, il faut qu'ils espèrent en tirer parti.

Ces hommes vous diront: "La patrie est en danger, il est vrai; mais,
d'où viennent les dangers de la patrie? Est-ce de la part de la cour?
Non, car elle veut la Constitution et l'obéissance aux lois. Est-ce de
la part des prêtres qui fomentent le feu de la guerre civile? Non? car
que peuvent des êtres isolés privés de tout moyen de séduction. Est-ce
de la part de la noblesse qui voudrait recouvrer ses privilèges? Non,
car ces nobles sont à la tête de vos armées pour soutenir la cause de
l'égalité. Si la patrie est en danger, c'est de la part des citoyens
réunis en sociétés pour surveiller la conduite des fonctionnaires
qu'ils se sont choisis; c'est de la part du peuple, qui ne veut pas
qu'on le mène en aveugle; c'est de la part des magistrats du peuple,
qui n'ont pas voulu vendre ou leurs talents, ou leur silence aux
conspirateurs." Ainsi, ces hommes ne seront pas gênés par cette
formule, ils l'interpréteront comme ils interprètent la Constitution,
dans laquelle ils trouvent les moyens de la détruire.

Pour nous, qui ne voulons que le bien général de l'humanité, la patrie
est en danger, parce qu'il existe une cour scélérate et
inconvertissable; la patrie est en danger, parce que l'idolâtrie et la
séduction ont procuré à cette cour des administrateurs assez vils pour
se prosterner devant elle, et qui, à peine sortis de ces assemblées où
ils flattaient le peuple pour obtenir des places, sont assez vils,
comme les administrateurs de la Somme, du Pas-de-Calais et autres, pour
entrer dans une fédération coupable avec la cour contre la liberté. La
patrie est en danger, parce que, sur la base de la liberté, s'est
élevée une classe aristocratique d'hommes qui n'ont cherché qu'à
convertir leurs frères en cannibales; parce qu'il existe un état-major
qui, quoique licencié par l'Assemblée nationale, subsiste encore pour
conspirer.

Comment la patrie ne serait-elle pas en danger, quand un général, qu'on
a cru le général des Français, et qui n'est que celui de la cour de
Vienne, dont il épouse les intérêts et emprunte le langage, foule aux
pieds la nation française en insultant ses représentants? Comment la
patrie ne serait-elle pas en danger, quand un tel homme circonvient de
ses émissaires et de ses complices, un autre général, lorsque les
flammes de Courtrai sont les seuls gages que nous donnons de notre
attachement aux Brabançons, lorsque ce Jarry reste impuni, que nous
abandonnons nos conquêtes, et que nous donnons le temps aux puissances
ennemies de rassembler leurs forces?

Voilà, de l'avis de la nation, la cause de nos dangers. Nos dangers ne
cesseront donc que lorsque cette cause sera extirpée. Si l'on avait
frappé ce général, auteur de tous nos maux, la guerre serait terminée;
le Brabant serait libre, il y aurait longtemps que tous ces petits
électeurs seraient sans trône et sans sujets; la liberté serait
fermement établie sur les bords du Rhin et de l'Escaut, et formerait
une barrière impénétrable d'hommes libres autour de nos frontières.

La liberté sera en danger tant que La Fayette sera à la tête de nos
armées, tant que l'administration des départements sera confiée à des
hommes assez impudents pour oser honorer de leur persécution les
magistrats que seuls le peuple honore de son estime.

J'espère qu'avant trois jours nous seront délivrés de notre plus
dangereux ennemi, qu'un décret nous aura fait justice de La Fayette,
car, sans ce décret, comment pourrions-nous entreprendre de combattre
pour la liberté? Osons nous flatter encore que ces directoires
rebelles, sinon contre l'autorité de la cour, au moins contre la
souveraineté du peuple, n'existeront pas. Espérons qu'au sein même de
l'Assemblée nationale, des hommes qui doivent au peuple toute leur
existence, n'oseront pas diviser la nation en côté autrichien et en
côté français.

Si, dans un mois, la patrie est encore en danger, si l'état des choses
n'est pas entièrement changé, il ne faudra pas dire alors la nation est
en danger, il faudra dire la nation est perdue. J'ai toujours été
l'apôtre de la Constitution, le défenseur des lois; mais la première
des lois est celle sur laquelle repose la Constitution, l'égalité, la
liberté. Il faut donc la Constitution décrétée; mais il la faut toute
entière, religieusement observée pour le salut du peuple, sans quoi le
mot Constitution ne devient plus qu'un mot de ralliement pour les
factieux qui voudraient s'en emparer pour combattre la liberté. C'est
dans ces principes que j'ai rédigé une adresse aux fédérés, dont je
fais faire lecture à la société, si elle le trouve bon.



      *      *      *      *      *      *      *      *      *



Maximilien Robespierre (1758-1794), Discours prononcé au Club des
Jacobins le 6 août 1792 (6 août 1792)



(Proposition de Robespierre tendant à empêcher la fuite du roi et à ce
qu'il ne lui soit fait aucun mal.)


L'attention que nous donnons ici à la discussion des mesures générales
propres à sauver l'Etat, ne doit pas empêcher qu'on ne prenne les
précautions nécessaires pour déjouer les conspirations les plus
prochaines. Il en est une qui, depuis quelque temps, ne paraît
qu'ajournée, c'est le départ du roi. Des témoins qui sont autour de moi
attestent qu'ils ont vu dans la cour des Tuileries une armée de
Suisses, qu'on les a fait boire largement, qu'on leur a distribué à
chacun quinze cartouches, en leur disant que ce n'était que pour
repousser ceux qui pourraient les attaquer.

Toutes ces mesures annoncent une conspiration prochaine, contre
laquelle il faut employer autant d'énergie que de prudence.

II est quelques bons citoyens qui regardent ce départ, s'il avait lieu,
comme une chose assez indifférente: je crains même que cette opinion ne
soit celle de plusieurs députés. Quant à moi, je noe puis partager
cette opinion et je crois qu'il est important, sinon au salut public,
au moins à la conservation de beaucoup d'individus.

Le fait du départ du roi me paraît certain; si ce n'est pas pour
aujourd'hui, ce sera pour demain. Je conclus donc à ce que deux choses
étant indispensablement nécessaires; l'une d'empêcher que le roi ne
parte, l'autre de veiller à ce qu'il ne lui arrive aucun mal, ni à
aucun individu de sa famille. Il est du devoir de tout bon citoyen, de
tout vrai patriote, de toutes les autorités constituées de veiller et
de surveiller le château.



      *      *      *      *      *      *      *      *      *



Maximilien Robespierre (1758-1794), Discours prononcé à la barre de
l'Assemblée législative au nom des citoyens de la place Vendôme le 13
août 1792 (13 août 1792)



Les citoyens de la section de la place Vendôme nous envoient vers vous
pour présenter à vos délibérations un objet digne de vous. Nous avons
vu tomber la statue d'un despote, et notre première idée a été d'ériger
à sa place un monument à la liberté. Les citoyens qui meurent en
défendant la patrie sont au second rang. Ceux-là sont au premier, qui
meurent pour l'affranchir. Les héros dont je parle ne valent-ils pas
ceux d'Athènes et de Rome? Sachons nous estimer ce que nous valons.
Hâtez-vous d'honorer les vertus dont nous avons besoin, en
immortalisant les martyrs de la liberté. Ce ne sont pas des honneurs
seulement, c'est une apothéose que nous leur devons. Peuple, quand la
tyrannie est couchée par terre, gardez-vous de lui laisser le temps de
se relever.

Nous vous proposons de décréter qu'au lieu où était la statue de Louis
XIV à la place Vendôme, il sera élevé une pyramide aux citoyens morts
le 10 en combattant pour la liberté. Les citoyens de la section
voulaient élever, à leurs frais, ce monument, mais ils ont pensé qu'à
la nation seule il appartenait de la consacrer.

(Les pétitionnaires obtinrent les honneurs de la séance, et
traversèrent la salle au milieu des applaudissements. Cette pétition
fut renvoyée au comité d'instruction publique.)



      *      *      *      *      *      *      *      *      *



Maximilien Robespierre (1758-1794), Deuxième discours prononcé à la
barre de l'Assemblée au nom d'une députation de la commune le 15 août
1792 (15 août 1792)



Si la tranquillité publique, et surtout la liberté, tient à la punition
des coupables, vous devez en désirer la promptitude, vous devez en
assurer les moyens. Depuis le 10, la juste vengeance du peuple n'a pas
encore été satisfaite. Je ne sais quels obstacles invincibles semblent
s'y opposer. Le décret que vous avez rendu nous semble insuffisant; et,
m'arrêtant au préambule, je trouve qu'il ne contient point, qu'il
n'explique point la nature, l'étendue des crimes commis dans la journée
du 10 août, et c'est trop restreindre la vengeance du peuple; car ces
crimes remontent bien au-delà. Les plus coupables des conspirateurs
n'ont point paru dans la journée du 10, et d'après la loi il serait
impossible de les punir. Ces hommes qui se sont couverts du masque du
patriotisme pour tuer le patriotisme; ces hommes qui affectaient le
langage des lois pour renverser toutes les lois; ce La Fayette, qui
n'était peut-être pas à Paris, mais qui pouvait y être; ils
échapperaient donc à la vengeance nationale! Ne confondons plus les
temps. Voyons les principes, voyons la nécessité publique, voyons les
efforts que le peuple a faits pour être libre. 1l faut au peuple un
gouvernement digne de lui; il lui faut de nouveaux juges, créés pour
les circonstances; car si vous redonniez les juges anciens, vous
rétabliriez des juges prévaricateurs, et nous rentrerions dans ce
chaos qui a failli perdre la nation. Le peuple vous environne de sa
confiance, Conservez-la cette confiance, et ne repoussez point la
gloire de sauver la liberté pour prolonger, sans fruit pour
vous-mêmes, aux dépens de l'égalité, au mépris de la justice, un
état d'orgueil et d'iniquité. Le peuple se repose, mais il ne dort
pas. Il veut la punition des coupables, il a raison. Vous ne devez
pas lui donner des lois contraires à son voeu unanime. Nous vous
prions de nous débarrasser des autorités constituées en qui nous
n'avons point confiance, d'effacer ce double degré de juridiction,
qui, en établissant des lenteurs, assure l'impunité; nous demandons
que les coupables soient jugés par des commissaires pris dans chaque
section, souverainement et en dernier ressort.



      *      *      *      *      *      *      *      *      *



Maximilien Robespierre (1758-1794), Troisième discours prononcé à la
barre de l'Assemblée au nom d'une nouvelle députation de la commune le
22 août 1792 (22 août 1792)



Vous voyez une députation composée d'une partie des membres de la
commune, et d'une partie des membres nommés par les sections pour
remplacer ce qu'on appelait le département. Déjà nous avions déposé
dans votre sein nos inquiétudes sur la formation d'un nouveau
département; déjà nous croyions voir renaître les germes de division et
d'aristocratie. Nous avons éclairé nos commettons, ces nuages se sont
dissipés d'eux-mêmes. Les membres nommés par les sections se sont
présentés à la commune; ils ont juré de n'accepter d'autre titre que
celui de commission des contributions. Nous vous prions de consacrer
par un décret ce grand acte de fraternité et d'union.



      *      *      *      *      *      *      *      *      *



Maximilien Robespierre (1758-1794), Discours sur l'institution d'une
nouvelle garde pour la Convention nationale, prononcé au Club des
Jacobins le 15 octobre 1792 (15 octobre 1792)



(Les Girondins demandèrent la formation d'un corps de troupes
spécialement chargé de garder la convention nationale. Robespierre
s'éleva contre cette proposition.)



Une question aussi bizarre par son objet qu'importante par ses
conséquences, agite, depuis quelque temps, les esprits.

Ceux qui se sont formé une juste idée des devoirs, de la puissance et
de la majesté de la convention nationale, ne s'attendaient guère à la
voir mettre au rang de ses plus sérieuses occupations, celle de se
donner une garde imposante et extraordinaire. Les haines connues de la
coalition qui semble la dominer actuellement contre les citoyens de
Paris et contre plusieurs députés de ce département; toutes les fureurs
de l'orgueil offensé ne suffiraient pas pour expliquer ce phénomène
politique. Il faut nécessairement le lier à des vues plus profondes et
plus importantes.

Les observateurs les moins attentifs ont dû apercevoir avec quelle
activité et avec quel art les inventeurs de ce projet en ont d'avance
préparé le succès. Dénonciations journalières du ministre de
l'intérieur, combinées avec les déclamations éternelles de quelques
députés, contre tout ce qui porte le nom parisien; toutes les
ressources de la calomnie, tous les petits manèges de l'intrigue furent
prodigués pour remplir l'Assemblée de préventions sinistres et de
ridicules alarmes sur sa propre sûreté. On se rappelle que ce fut à la
suite d'un discours insidieux du ministre Rolland, et d'une diatribe
véhémente de Buzot, contre ce qu'il appelle _les flatteurs et les
agitateurs du peuple_, que fut rendu le décret qui suit:

1° Il sera nommé six commissaires pour rendre compte, à la convention,
de la situation de la république et de Paris; 2° il sera fait un projet
de loi contre les provocateurs au meurtre et à l'assassinat; 3° il sera
proposé un mode, pour que la convention nationale puisse s'environner
d'une armée choisie dans les quatre-vingt trois départements.

On n'oublia point d'introduire, dans la nouvelle commission, les
détracteurs les plus infatigables de la ville de Paris. Cependant, la
moitié des membres qui la composaient s'opposa à l'institution de la
force armée. On fit décréter que trois autres membres seraient adjoints
au comité. Trois députés, dont le zèle pour le projet n'était point
douteux, furent choisis par le président, et Buzot fut chargé de le
rédiger et de le présenter à l'Assemblée. Ce projet a alarmé tous les
bons citoyens. Je vais en développer l'esprit et les dangers dans les
observations adressées à la convention nationale, que je crois devoir
remettre sous les yeux de mes concitoyens.

La discussion du projet qui vous est présenté ne peut être ni longue,
ni difficile, si vous voulez remonter au principe de la question.

Dans tout état bien constitué, la force publique est une, comme la
volonté générale qu'elle est destinée à faire respecter. Elle a un
objet unique, celui de maintenir l'exécution des lois, en protégeant
les personnes et les droits de tous les citoyens.

Elle ne peut être dirigée qu'au nom de la loi, et par l'ordre du
magistrat qui en est l'organe. Les personnes, l'autorité de tous les
délégués du peuple reposent, comme les droits et les personnes des
citoyens, sous la sauvegarde de cette force publique unique et toute
puissante; car elle est la force de la société entière.

Toute force particulière armée, affectée à un homme, à une assemblée,
quelque constituée qu'elle soit en puissance, est un monstre dans
l'ordre social. Elle est toujours sans objet, puisqu'on ne peut jamais
supposer que la force publique, dont je viens de parler, soit
insuffisante pour les défendre. Elle est dangereuse, car elle n'est
plus dirigée par la volonté générale, mais par la volonté particulière
du corps ou de l'individu auquel elle appartient. Elle n'est plus un
moyen de protection universelle pour la société; ce n'est qu'un
instrument de violence et de tyrannie pour ceux qui l'ont usurpée;
c'est, tout au moins un absurde et dangereux privilège. C'est pour
cela, sans doute, qu'aux yeux des hommes éclairés, la garde armée, qui
environnait les monarques, parut toujours une absurdité tyrannique,
même dans le système de la monarchie. C'est pour cela que, dans la
première législature, les députés, fidèles au principe, réclamèrent
contre l'institution d'une garde pour le roi des Français. Or, si la
raison, si le civisme ne pardonne point à la maison militaire des rois,
de quel oeil verra-t-il la maison militaire des mandataires du peuple,
et le nouveau capitaine des gardes que l'on veut vous donner? Une
pareille question est décidée par ce simple dilemme. Ou bien les
délégués du peuple ont sa confiance, ou ils ne l'ont pas. Au premier
cas, ils n'ont pas besoin de force armée; dans le second, ils ne
l'appellent que pour opprimer le peuple. Craignent-ils les entreprises
de quelques malveillants? Le peuple et la loi les garantissent contre
ce danger. Craignent-ils le peuple lui-même? Ils ne sont plus que des
tyrans. Ces principes suffisent pour écarter le projet du comité. Mais
combien vous paraîtra-t-il ridicule et funeste à la fois, si vous
l'examinez sous le rapport des considérations politiques!

D'abord par quelle fatalité, une assemblée qui commence avec le règne
de la république, sous les auspices de l'estime universelle,
semble-t-elle écarter cette multitude d'objets d'intérêt public qui la
presse de toutes parts pour s'occuper de sa garde particulière? Par
quelle fatalité ne se-repose-t-elle pas, soit de sa dignité, soit de sa
sûreté, sur celle qui avait environné les deux assemblées précédentes,
et qui jusqu'ici lui avait rendu les mêmes services? Ces questions,
quoiqu'on puisse dire, ne sont point faciles à résoudre, à moins qu'on
ne suppose, à cette conduite, quelques motifs cachés et
extraordinaires. .

Eh bien! ces motifs, quels sont ils? Il faut les approfondir. Est-ce la
sûreté de la convention nationale? Si ce motif a quelque fondement, il
est le plus impérieux de tous; et, dans ce cas, je vote pour le projet.
Mais, dans le cas contraire, il faut dissiper de vaines alarmes qui ont
été jetées au milieu de vous. Or, quel est l'insensé qui a espéré de
vous persuader que les représentants du peuple n'étaient point en
sûreté dans cette grande cité qui fut à la fois le berceau, le foyer,
le boulevard de la révolution, au milieu de ce même peuple qui a gardé,
défendu les deux premières législatures, malgré toutes leurs trahisons?
Eh quoi! vos prédécesseurs de l'une et l'autre assemblée avaient
lâchement abandonné la cause publique; et ils ont fourni paisiblement
leur carrière, en dépit de toute la puissance et de toutes les
conspirations de la cour; et vous, les fondateurs de la république,
vous, dont tous les actes seront des titres à la reconnaissance de
l'humanité, on pourrait vous faire croire à quelques dangers, dans ces
mêmes lieux où la liberté vient de remporter un dernier triomphe sur la
tyrannie. On vous parle sans cesse de factions conjurées contre vous;
où sont-elles? En avez-vous découvert quelque trace? Et s'il s'en
élevait, seraient-elles plus puissantes que celles qui environnaient
vos devanciers? Les ennemis de la liberté sont-ils plus forts
aujourd'hui, depuis la chute des rois? ou bien auriez-vous d'autres
ennemis que ceux de la liberté? Sont-ils plus imposants que les
représentants de la. nation française, investis de la suprême
puissance? Sont-ils plus forts que le peuple immense qui vous entoure?
ou bien doutez-vous de ce peuple lui-même? Ah! fussiez-vous despotes,
prévaricateurs, il vous respecterait. Les plus ardents amis de la
liberté savent mieux que personne, qu'aujourd'hui l'insurrection même
la plus légitime ne ferait que hâter la perte de l'Etat et de la
liberté. Le peuple français souffrirait avec patience les erreurs, les
crimes même de ses mandataires, et il attendrait le moment de juger
leur ouvrage. Quelle prétexte d'inquiétude peut donc rester à des
hommes qui veulent remplir, avec gloire, les devoirs sublimes qui leur
sont imposés? Depuis quand la vertu partage-t-elle les terreurs du
crime? Depuis quand le courage raisonne-t-il comme la lâcheté, et la
liberté comme la tyrannie?

Mais ce motif, aussi absurde que honteux, il semble que personne ne
veuille plus l'avouer aujourd'hui; examinons donc ceux que le rapport
des comités nous présente.

La nation entière, dit-on, doit être appelée à couvrir ses
représentants de son égide; elle doit concourir de la même manière à la
garde de tous les dépôts et de tous les établissements publics qui sont
la propriété commune.

La nation, sans doute, doit beaucoup de reconnaissance au zèle de ceux
qui réclament, pour elle, ce droit qu'elle avait oublié jusqu'ici; sans
doute parce qu'elle croyait en avoir de plus sacrés à conquérir ou à
cimenter. C'est à eux qu'il était réservé de découvrir ce principe
inconnu, d'où il résulte que la souveraineté du peuple français est
compromise, si les quatre-vingt-trois départements ne nomment point des
représentons particuliers pour concourir à la garde des ministres, du
tribunal de cassation; que dis-je? pour garder nos ports, nos arsenaux,
nos forteresses, qui sont aussi des dépôts et des établissements
nationaux. Et pourquoi aussi les commis, les huissiers de la convention
nationale, ne seraient ils pas pris, aussi bien que ses gardes, dans
les quatre-vingt-trois départements de la république. Car toutes ces
conséquences dérivent évidemment du même principe; et si elles sont
absurdes, ce n'est peut être que la faute du principe.

Mais d'où vient donc ce bizarre scrupule? Partout où l'Assemblée
nationale résidera, ne sera-t-elle pas gardée par des Français? à
Bordeaux, à Marseille, à Paris, peut importe; elle ne doit point voir
des Bordelais, des Marseillais, des Parisiens; mais des citoyens placés
sur différons points, d'un état unique et d'une patrie commune à tous.
N'est-ce pas la nature même des choses qui veut que, dès que son séjour
est fixé à Paris, elle soit gardée par la portion du peuple français
qui habite Paris? Et comment peut-on présenter, comme un privilège
odieux, ce qui n'est que l'effet de la nature des choses; et que les
mêmes circonstances transporteraient indifféremment à d'autres.

Cependant on nous présente la force armée, qu'on veut appeler des
départements, comme un _lien moral que l'on ne peut méconnaître sans
compromettre l'unité, la force et la paix intérieure de l'Etat_. Qui
l'eût jamais soupçonné, que le salut de l'Etat tenait à un corps de
4000 hommes réunis pour faire le service militaire auprès de
l'assemblée représentative? Et ne pensez-vous pas vous-mêmes, citoyens,
que le véritable lien de l'unité, de l'indivisibilité de la république
française, c'est celle du gouvernement et de la représentation
nationale; c'est le système entier de nos lois constitutionnelles?

Mais comment veut-on nous faire voir la consolidation de l'unité
politique dans un projet qui tend évidemment à l'altérer? Eh! qu'y
a-t-il donc de plus naturellement lié aux idées fédératives que ce
système d'opposer sans cesse Paris aux départements, de donner à chaque
département une représentation armée particulière; enfin, de tracer de
nouvelles lignes de démarcation entre les diverses sections de la
république, dans les choses les plus indifférentes et sous les plus
frivoles prétextes?

Que dis-je? qui peut songer aux circonstances qui ont accompagné et
précédé le projet que je combats, sans voir qu'il ne fait que préparer
celui de morceler l'état en républiques fédérées? Eh! que signifient
donc ces déclamations intarissables contre l'esprit qui anime les
citoyens de Paris contre tous les mandataires que cette ville a
choisis? Que signifient ces suppositions éternelles de complots, dont
on prétend qu'elle est le foyer; ces dénonciations prodiguées à tous
propos par un ministre, commentées avec tant de perfidie, soutenues
avec tant de fureur, et que l'on a donné pour motifs à la proposition
d'appeler autour de vous une force armée extraordinaire? Que signifie
ce ton menaçant avec lequel on annonce sans cesse les bataillons qui
arrivent pour nous contenir? Hier encore, l'auteur du projet que nous
discutons, n'invitait-t-il pas formellement les quatre-vingt-deux
autres départements à s'élever contre celui de Paris? Quel peut être le
but de ce système de calomnie et de persécution, si ce n'est de semer
l'alarme dans les départements et dans votre sein, pour diviser l'Etat
et détruire Paris? Dans ces circonstances, est-il difficile de prévoir
les conséquences du décret que l'on vous propose? Ne le regardez-vous
pas comme une semence de discorde jetée entre les citoyens de Paris qui
ne verront, dans les motifs et dans la nature de cette constitution,
qu'une injure et des dangers et ces surveillants armés, qui arriveront
pleins de ces préventions sinistres, fruits amères de tant de libelles
et de tant d'intrigues? Déjà je crois voir renouveler ces actes
arbitraires contre la liberté individuelle, provoqués par les haines
personnelles et par l'esprit de parti. Je vois d'un côté l'oppression,
de l'autre la résistance; partout l'animosité et les défiances, c'est
à-dire, la guerre civile commençant dans Paris. Et dès-lors, quel vaste
champ ouvert aux intrigues et aux factions! Quels prétextes de
persuader aux départements qu'ils doivent accourir au secours de leurs
compatriotes; de crier aux conspirations, aux agitateurs, de grossir la
garde de 4000, qu'on avait d'abord proposé de porter à 24000! Et qui
peut répondre que l'intrigue et l'esprit de parti ne présideront point
à sa composition, ou ne la circonviendront pas; que l'aristocratie
déguisée, que les royalistes devenus républicains ne s'y introduiront
pas?

De tous les résultats sinistres que ce projet peut produire, qui peut
prédire, avec précision, ceux que le temps ferait éclore? Mais aussi,
qui peut ne pas les redouter? qui ne doit point les prévenir autant
qu'il est en son pouvoir?

Cependant on nous présente la garde nouvelle comme un bienfait pour la
ville de Paris, et comme un moyen nécessaire pour resserrer les liens
de la confiance et de l'affection entre elle et les départements. Eh!
ne les relâchez pas, ces liens, ils seront immortels. Ne vous appliquez
point à attiser contre elle une haine ingrate, une absurde jalousie, et
elle comptera toujours sur l'attachement des Français. Nous ne
craignons pas qu'ils perdent le souvenir des événements immortels de la
révolution, ni de la sainte alliance que nous avons jurée tant de fois,
et que nous venons de cimenter par notre sang et par la mort des
tyrans. Que nous importe, au surplus, cet éloge de Paris, démenti un
moment après par des reproches amers, et balancé par le tableau des
avantages qu'on semble lui envier! Non, Paris, quoi qu'en dise le
rapporteur du comité, _ne s'enorgueillit point de cette opulence_ qu'il
a immolée sans regret à la liberté, _des monuments dont les arts l'ont
embelli_; il a renversé tous ceux qui nous rappelaient l'idée du
despotisme. Nous avons oublié tous les arts, pour ne connaître que
celui de combattre la tyrannie; _nous ne sommes pas fiers des vertus
d'un petit nombre d'hommes qui viennent les cultiver au milieu de
nous_. Cette corruption, enfantée par l'opulence que vous nous
reprochez, ne nous appartient pas. Elle est le partage de ceux qui
possèdent ces richesses; et ces gens là sont bien plus près des
principes de nos calomniateurs que des nôtres. Au reste, nous croyons
aussi que le peuple magnanime, qui a renversé la Bastille et le trône,
qui a souffert les proscriptions et la misère pour conquérir la
liberté, n'est pas tout à fait corrompu; et nous pensons que la vertu
de nos sans-culottes vaut bien celle des rhéteurs feuillantins, et des
républicains-royalistes _qui daignent venir cultiver leurs talents
sublimes au milieu de nous_.

Ne dites donc plus que cette _garde est nécessaire, parce qu'on
pourrait un jour faire oublier aux habitant de Paris_ (ce sont les
termes du rapport), _que leur existence est attachée à l'indépendance
des représentants, qu'il doivent s'honorer de posséder dans leurs murs;
mais qu'ils ne peuvent jamais influencer impunément!_

Représentants du peuple, l'entendez vous? Le voilà donc découvert ce
motif caché de l'institution qu'on vous propose! C'est contre les
citoyens de Paris qu'elle est invoquée. N'était-ce pas là l'esprit et
le langage de ces fougueux défenseurs de l'aristocratie qui, depuis,
ont tourné un fer parricide contre le sein de leur patrie, lorsqu'ils
déploraient la perte de leurs odieux privilèges anéantis par la volonté
souveraine? N'était-ce pas celui de La Fayette, lorsqu'il se baignait
dans le sang des plus vertueux citoyens; lorsqu'il environnait cette
salle même de satellites égarés, pour enhardir l'assemblée constituante
à assassiner la liberté? Eh! pour quel autre raison voudrait on mettre
des gens armés entre le peuple et soi, si ce n'est pour le trahir? La
vertu n'appelle-t-elle pas toute la force de l'opinion publique, comme
le crime la repousse?

Le texte ordinaire des déclamations de tous ces ennemis de la liberté,
c'était la tyrannie du peuple de Paris; comme si les Français de Paris
étaient d'une autre nature que ceux qui habitaient les autres contrées
de la France. Ils savaient bien que s'élever contre l'influence des
Français de Paris, c'était un moyen adroit d'attaquer l'opinion
générale; qu'attaquer le peuple.de Paris, c'était attaquer
indirectement le peuple français; car ce n'était point les citoyens de
Perpignan ou de Quimper, qui pouvaient exercer l'heureux ascendant des
regards publics sur les opérations dont Paris est le théâtre. Paris
avait un tort irréparable aux yeux de tous les fripons politiques;
c'était de renfermer une immense population, qui était à chaque instant
témoin de tous les événements qui intéressent la liberté publique. Pour
affermir la liberté, il faut à ce vaste empire un foyer de lumières et
d'énergie, d'où l'esprit public put se communiquer à la multitude
infinie de toutes les petites sections qui composent l'universalité du
peuple français. Paris fut à ce titre l'écueil du despotisme royal; il
est destiné à être celui de toutes les tyrannies nouvelles. Aussi, tant
qu'il existera en France des ambitieux qui méditeront des projets
contraires à la cause publique, ils chercheront à calomnier, à détruire
Paris; ils voudront au moins dérober leurs crimes aux regards du peuple
magnanime et éclairé qu'il renferme dans son sein. Citoyens
représentants, voilà toute la politique de ceux qui veulent vous égarer
et vous maîtriser. Qu'ajouterai-je à tout cela? Vous dirai-je que le
corps particulier qu'on veut vous attacher n'est pas plus digne de
vous, que la masse des citoyens qui vous entourera partout où vous
porterez vos pas; que cette maison militaire choisie par les
administrations; que cet équipement, que ces uniformes dont vos comités
ont daigné s'occuper, ne valent pas, aux yeux des amis de la liberté,
les habits grossiers et variés, ces épaulettes de laine et ces piques
de nos sans-culottes que vous allez éloigner de vous? Je ne vous dirai
plus qu'un mot. La nation française vous regarde. L'Europe vous
observe, et elle vous voit délibérer sur les moyens de vous garder
contre le peuple qui vous entoure; le dirai-je? elle vous voit, depuis
longtemps, servir, à votre insu, de petites passions qui ne doivent
jamais approcher de vous. Il est temps de vous délivrer de ces honteux
débats. Hâtez-vous de déclarer qu'il n'y a pas lieu de délibérer sur le
projet qu'on vous propose.



      *      *      *      *      *      *      *      *      *



Maximilien Robespierre (1758-1794), Discours sur l'influence de la
calomnie sur la révolution, prononcé au Club des Jacobins le 28 octobre
1792 (28 octobre 1792)



Citoyens,

Je veux vous entretenir aujourd'hui d'un sujet qui n'a point encore été
traité, que je sache, par aucun écrivain politique. Je parle du pouvoir
de la calomnie. Il fallait une révolution telle que la nôtre pour le
déployer dans toute son étendue. Je vais vous révéler les prodiges qui
l'ont signalé; et vous conviendrez que ce sera puissamment contribuer
aux progrès de l'esprit public et de la vérité.

Sous le régime despotique, tout est petit, tout est mesquin; la sphère
des vices, comme celle des vertus, est étroite. Sous l'ancien
gouvernement, la puissance de la calomnie se bornait à diviser les
frères, à brouiller les époux, à élever la fortune d'un intrigant sur
la ruine d'un honnête homme; elle n'opérait de révolutions que dans les
antichambres et dans le cabinet des rois; le plus noble de ses exploits
consistait à déplacer des ministres ou à chasser des courtisans. Notre
révolution lui a ouvert une immense carrière. Ce ne sont plus des
individus, c'est l'humanité elle-même qui est devenue l'objet de ses
trames perfides. Compagne inséparable de l'intrigue, elle a embrassé,
comme elle, l'univers dans ses complots. Toutes les factions qui se
sont élevées, l'ont invoquée tour à tour pour combattre la liberté.

L'opinion avait donné le branle à la révolution; l'opinion pouvait
seule l'arrêter; chaque parti devait donc naturellement faire tous ses
efforts pour s'en emparer. Les intrigants savaient bien que la
multitude ignorante est portée à lier les principes politiques avec les
noms de ceux qui les défendent; ils se sont appliqués surtout à
diffamer les plus zélés partisans de la cause populaire. Ils ont fait
plus, ils ont calomnié la liberté elle-même. Mais comment déshonorer la
liberté? Comment diffamer même ceux qui défendent publiquement sa
cause? Il n'était qu'un seul moyen d'y réussir, c'était de peindre
chaque vertu sous les couleurs du vice opposé, en l'exagérant jusqu'au
dernier excès. C'était d'appeler les maximes de la philosophie
appliquées à l'organisation des sociétés politiques, une théorie
désorganisatrice de l'ordre public; de nommer le renversement de la
tyrannie, anarchie, le mouvement de la révolution, troubles, désordres,
factions; la réclamation énergique des droits du peuple, flagorneries
séditieuses; l'opposition aux décrets tyranniques qui réduisaient la
plus grande partie des citoyens à la condition d'ilotes, déclamations
extravagantes ou ambitieuses; c'était, en un mot, de flétrir les choses
honnêtes et louables, par des mots odieux, et de déguiser tous les
systèmes de l'intrigue et de l'aristocratie, sous des dénominations
honorables; car on connaît l'empire des mots sur l'esprit des hommes.
Or, les hommes de la révolution étaient les hommes de l'ancien régime;
et partout où il y a un sot, un homme faible ou pervers, la calomnie et
l'intrigue trouvent à coup sûr une dupe ou un agent. Par là on trouvait
le moyen de ressusciter les préjugés et les habitudes faibles ou
vicieuses de l'ancien régime, pour les opposer aux sentiments généreux,
aux idées saines et pures que suppose le règne de la liberté. Ainsi, on
faisait passer l'opinion publique par une route oblique tracée entre
les excès monstrueux de l'ancien régime et les principes du
gouvernement juste qui devait les remplacer, pour la conduire au but
des intrigants ambitieux qui voulaient la maîtriser.

Suivez les progrès de la calomnie, depuis l'origine de la révolution,
et vous verrez que c'est à elle que sont dus tous les événements
malheureux qui en ont troublé ou ensanglanté le cours. Vous verrez que
c'est elle seule qui s'oppose encore au règne de la liberté et de la
paix publique.

N'est-ce pas la calomnie qui, par la bouche des prêtres, peignant les
travaux de l'Assemblée constituante, comme autant d'attentats contre la
morale et contre la divinité, arma la superstition contre la liberté,
qui fit couler le sang dés citoyens à Nîmes, à Montauban, et dans
plusieurs contrées de l'empire français?

N'est-ce pas la calomnie qui arrêta longtemps les progrès de l'esprit
public, tantôt en flétrissant du nom de régicides les premiers
représentants de la nation, qui n'osaient pas même toucher à la
royauté, tantôt en présentant les défenseurs des droits de l'humanité
comme les perturbateurs de la société, et comme les apôtres insensés de
la loi agraire?

N'est-ce pas la calomnie qui, déliant toutes les langues
aristocratiques, prêchait dès-lors la guerre civile, en excitant la
haine et la jalousie des provinces contre les Parisiens? N'est-ce pas
elle qui voulait flétrir le berceau de la liberté par ces déclamations
éternelles contre les premiers actes de la justice du peuple exercés
sur quelques scélérats qui avaient conspiré sa ruine? N'est-ce pas elle
qui éleva une barrière entre la révolution et les autres peuples de
l'Europe, en leur montrant sans cesse la nation française comme une
horde de cannibales, et le tombeau de la tyrannie comme le théâtre de
tous les crimes?

Je viens de vous développer le système des champions déclarés du
despotisme et de l'aristocratie. La Fayette vint, et le perfectionna.
Personne, avant lui, n'avait aussi bien connu la puissance de la
calomnie, ni l'art de la mettre en oeuvre. La cour avait cultivé les
heureux talents qu'il avait reçus de la nature.

Tout le monde connaît maintenant quel était l'objet de ses vues
politiques. Ce petit émule de Monk ou de Cromwell, qui n'était pas plus
le chef que l'instrument de la faction qu'il avait embrassée, voulait
créer un parti mitoyen entre l'aristocratie hideuse de l'ancien régime
et le peuple, et l'appuyer de toute la puissance royale, en faisant
entrer Louis XVI dans ce projet. Or, pour le réaliser, il fallait
encore commencer par présenter le parti du peuple lui-même, comme une
faction. Il fallait travestir la morale de l'égalité et de la justice
sociale, en système de destruction et d'anarchie, peindre les plus
zélés défenseurs de la liberté, soit dans l'Assemblée constituante,
soit dans Paris, soit dans tout l'empire, sous des traits effrayants
pour l'ignorance et pour les préjuges. On les montrait aux grands
propriétaires comme les flatteurs des artisans et des pauvres; aux
marchands, comme les fléaux du commerce; aux hommes pusillanimes, comme
les auteurs de tous les mouvements de la révolution, et comme les
perturbateurs de la paix publique; à tous, comme des extravagants ou
comme des séditieux. Le chef-d'oeuvre de la politique de ce parti fut
de faire servir à ses projets le nom des lois et le prestige de la
constitution même. Tandis qu'il mettait tout en oeuvre pour la
modifier, selon leurs vues ambitieuses et les intérêts de la cour, il
s'attachait à persuader que les amis de la liberté, dont le seul voeu
était alors de la voir exécuter d'une manière loyale et populaire,
n'avaient d'autre but que de la détruire. Cette constitution, dont tous
les vices étaient son ouvrage, devint bientôt, entre ses mains, un
instrument de tyrannie et de proscription. Toujours nulle pour protéger
les patriotes persécutés, elle était toujours active pour justifier
tous les attentats contre la liberté, pour pallier tous les complots de
la cour et de l'aristocratie,

Par ce système de calomnie, on fournit à tous les mauvais citoyens,
trop prudents ou trop lâches pour arborer ouvertement les livrées de
l'aristocratie, le moyen de combattre la liberté sans paraître déserter
ses drapeaux. On détacha de la cause populaire tous les hommes timides,
faibles ou prévenus. Les riches, les fonctionnaires publics, les
égoïstes, les intrigants ambitieux, les hommes constitués en autorité,
se rangèrent en foule sous la bannière de cette faction hypocrite,
connue sous le nom de _modérés_, qui seule a mis la révolution en péril.

Ainsi on voit que la calomnie est encore la mère du feuillantisme, ce
monstre doucereux qui dévore en caressant, et qui a pensé tuer la
liberté naissante, en secouant sur son berceau tous les serpents de la
haine et de la discorde. C'est la calomnie qui fonda ces clubs
anti-populaires, destinés à assurer l'empire de la faction, en
dégradant l'opinion publique; c'est elle qui poursuivit, avec un si
long et si ridicule acharnement, les jacobins et les sociétés
populaires pour anéantir, avec eux, le patriotisme et le peuple.

N'est-ce pas la calomnie qui avait prépare ces forfaits, plus
abominables encore, lorsque La Fayette et ses complices égorgèrent, sur
l'autel de la patrie, cette multitude de patriotes, paisiblement
assemblés, pour provoquer, par une pétition, le jugement de Louis XVI?
Comme en un moment elle couvrit toute la France d'un voile funèbre!
Avec quelle facilité elle rendit tous les défenseurs de la liberté, les
objets de la prévention et de la haine publique, sous les noms _de
factieux, de républicains, etc., etc., etc_.

C'est la calomnie seule qui fit absoudre la tyrannie et la trahison,
dans la personne du dernier de nos rois. Quel est donc son fatal
ascendant, puisqu'alors réclamer, dans la tribune de l'Assemblée
constituante, la juste sévérité des lois et des droits de la nation
outragée, ne paraissait, aux représentants de la nation, qu'un langage
séditieux, qu'un projet coupable de renverser toutes les lois et de
dissoudre l'état? Quel est ce pouvoir magique de changer la vertu en
vice, et le vice en vertu! de donner à la sottise, à la corruption et à
la lâcheté, le droit d'accuser hautement le courage, l'intégrité et la
raison! J'ai vu ce scandale. J'ai vu les délégués d'un grand peuple,
vils jouets de perfides charlatans qui trahissaient la patrie,
redouter, calomnier le peuple, déclarer la guerre à ceux de ses
mandataires qui voulaient rester fidèles à sa cause; leur imputer à
crime, et l'estime de leur concitoyens, et les moments spontanés de
l'indignation publique, provoqués par la tyrannie; croire stupidement à
tous ses fantômes de complots, de brigandage, de dictature, dont on les
épouvantait; je les ai vus applaudir eux-mêmes à leur sagesse, à leur
modération, à leur civisme, lorsqu'ils renversaient, de leurs propres
mains, les bases sacrées de la liberté qu'ils avaient fondée. Je m'en
souviens encore, le lendemain de ce jour cruel, qui éclaira le massacre
des meilleurs citoyens, dont la démarche légitime nous était aussi
étrangère que le crime de leurs bourreaux, j'ai vu Pétion, qui alors
luttait aussi contre les intrigants, accueilli par les sénateurs
français, à peu près comme Catilina le fut un jour par le sénat romain.
Moi-même j'éprouvai le même sort; et de plus, la coalition coupable qui
maîtrisait l'Assemblée constituante, ces mêmes hommes, que la
république a proscrits, comme des traîtres, agitèrent sérieusement,
avec nos collègues, dans leur club anti-révolutionnaire, la question de
faire rendre contre moi un décret d'accusation; et, s'il eût été
proposé, ce n'eût peut-être pas été la justice qui aurait arrêté
l'Assemblée nationale, mais quelque reste de pudeur.

C'est la calomnie qui, alors, éleva le monstrueux ouvrage de la
révision de l'acte constitutionnel.

C'est elle qui, avant cette époque, avait assassiné, à Nancy, les plus
zélés défenseurs de la liberté; c'est elle qui immola ou chassa de nos
armées, avec des cartouches infamantes, par les jugements iniques et
par les ordres .arbitraires de l'aristocratie, les soldats les plus
dévoués pour la cause publique. C'était elle, qui, dans toutes ces
occasions, dictait les lettres des officiers de l'armée, les rapports
des ministres, des corps administratifs, les discours des législateurs
qui prostituaient leur organe à l'intrigue. C'est elle qui remplit nos
cachots des citoyen» dont les tyrans redoutaient l'énergie, c'est elle
qui, depuis le commencement de la révolution, à fait couler cent fois
le sang du peuple, au nom d'une loi barbare dont le nom seul déshonore
les législateurs français.

Dieux! à quelles méprisables causes tiennent les malheurs des nations!
et comme le philosophe doit sourire de pitié, lorsqu'il voit de près
les vils ressorts des grands événements, qui changent quelquefois la
face du globe! La Fayette fut deux ans, au moins, un grand homme et le
héros des deux mondes. Le mérite de bien payer, ou de caresser des
faiseurs de journaux, lui tint lieu de talents et de vertus; et peu
s'en fallut que ce petit homme s'élevât à la dictature, sur des tas de
pamphlets. Les folliculaires tiennent dans leurs mains la destinée des
peuples. Ils font ou défont les héros, comme un certain Warwic faisait
et défaisait les rois. Aussi, comme les princes calculent leurs forces
par la multitude de leurs soldats et par les ressources de leurs
finances, les chefs des factions rivales, parmi nous, calculent les
leurs par le nombre de leurs écrivains et par les moyens pécuniaires
qu'ils ont de les alimenter. La Fayette était pénétré de ces grands
principes; il sut s'environner d'une armée de journalistes; _la Gazette
Universelle_, _l'Ami des Patriotes_, _le Journal de Paris_, _la
Chronique_, _Monsieur Perlet lui-même_, et tant d'autres firent à son
parti plus de conquêtes, dans l'espace de quelques mois, qu'il n'en eût
pu faire lui-même à la révolution, durant un demi-siècle, même à la
tête d'une armée française.

Indépendamment de ces grands moyens, il avait fondé les plus belles
fabriques, et les plus magnifiques arsenaux que l'on eût encore vus, de
libelles, soit laudatifs, soit vitupératifs, soit éphémères, soit
périodiques, qu'il pouvait transporter, à chaque instant, aux
extrémités de l'empire, soit par le ministère de ses aides de camp,
soit par celui du gouvernement, Je n'ai pas besoin d'observer qu'il
n'oubliait pas de tirer parti de son crédit à la cour et de ses
rapports avec la liste civile, pour étendre chaque jour ces utiles
établissements.

Cependant, comme la vérité a aussi sa puissance et ses soldats, la
petite phalange des jacobins et des défenseurs de la liberté le
harcelait dans sa marche avec assez de succès. ll ne put jamais
l'entamer, aussi longtemps qu'il demeura séparé d'une autre faction,
qui combattait quelquefois avec les patriotes pour arriver à la
domination par une autre route.

Je parle de celle qui avait pour chefs les Lameth, Barnave et Duport.
Mais, lorsque quelque temps avant la fuite de Louis XVI, elles se
confédérèrent pour accabler le parti du peuple, les Lameth renforcèrent
le corps d'armée des libellistes de La Fayette, par la jonction de ceux
qui étaient à leur solde, et surtout du _Logographe_, journaliste très
fidèle, car il remplissait scrupuleusement l'engagement qu'il avait
contracté avec le maître de la liste civile, de défigurer les opinions
des députés patriotes et d'embellir celles des orateurs vendus à la
cour* [* On trouve la preuve authentique et littérale de ce fait dans
les papiers dont la nation doit la découverte à la fermeté inébranlable
et à l'infatigable vigilance du comité de surveillance de la commune de
Paris.].

Ce fut alors que les deux factions combinées, retranchées sous le
château des Tuileries, et à l'abri de la partie de la constitution qui
protégeait le despotisme royal, tombèrent sur les patriotes avec toutes
leurs forces, et remportèrent les victoires du Champ-de-Mars, de
l'inviolabilité absolue et de la révision. Ce fut alors que la France
entière fut désolée par l'épidémie du feuillantisme.

Durant cette période, La Fayette et ses alliés régnèrent en effet sur
la France. Il était le héros, le libérateur de la nation Il parut au
milieu du corps législatif; le président lui dit: "la nation montrera,
avec fierté, à ses amis et à ses ennemis la constitution et La
Fayette;" et le corps législatif applaudit avec transport. Il vint une
autre fois traiter les représentants du peuple beaucoup plus durement
que Louis XIV ne harangua le parlement de Paris, le jour où il vint le
visiter, le fouet à la main; et les représentants du peuple se
prosternèrent devant lui un peu plus bas que le parlement de Paris
devant Louis XIV. Pendant toute la durée de son empire, toute parole,
tout écrit qui attaquait La Fayette, était un crime. Tous les
patriotes, dont les cachots regorgeaient, le savent bien. Médire de La
Fayette, c'était _détruire la discipline militaire_, c'était _favoriser
Coblentz et l'Autriche_, c'était _prêcher l'anarchie et bouleverser
l'Etat_. Aujourd'hui encore, il ne resterait à ceux qui avaient le
courage de dénoncer ses crimes passés, et de prédire ceux qu'il
méditait, que le nom de fous ou de factieux, s'il n'avait pris le soin
de se dénoncer lui-même, et s'il n'avait voulu abuser trop brusquement
de la crédulité, j'ai presque dit de la stupidité publique. Le peuple
de Paris, qui le détestait depuis longtemps, quand on l'adorait
ailleurs, et les fédérés des autres départements, aidés par La Fayette
lui- même, renversèrent le monstrueux édifice de sa réputation et de sa
fortune, qui ne tomba qu'avec le trône.

Toutes les factions ont-elles été ensevelies sous ses ruines?
L'égoïsme, l'ambition, l'ignorance, tous les préjugés et toutes les
passions ennemies de l'égalité, ont elles disparu avec La Fayette? Non,
son esprit vit encore au milieu de nous; il a laissé des héritiers de
son ambition et de ses intrigues. Et quels succès ne peuvent-ils pas se
promettre encore, avec un peuple aussi confiant, aussi léger que
généreux, qui a longtemps encensé de si ridicules idoles? Que dis-je?
Otez le mot de république, je ne vois rien de changé. Je vois partout
les mêmes vices, les mêmes cabales, les mêmes moyens, et surtout la
calomnie. Vous qui vous dis posez à me démentir, si vous êtes de bonne
foi, apprenez à vous défier de vous mêmes; songez que votre usage est
d'apercevoir la vérité deux ans trop tard; songez qu'il est bien des
intrigues funestes dont vous favorisiez le succès par voire nonchalante
incrédulité, et que j'ai dévoilées. Si vous êtes de mauvaise foi, je
vous récuse; ce que je vais dire vous intéresse. Qui que vous soyez,
qu'aurez-vous à répondre à des faits? Que direz vous, quand je vous
aurai démontré qu'il existe une coalition _de patriotes vertueux, de
républicains austères_, qui perfectionne la criminelle politique de La
Fayette et de ses alliés, comme ceux-ci avaient perfectionné celle des
aristocrates déclarés. Je n'aurai pas même besoin de vous les nommer,
vous les reconnaîtrez à leurs oeuvres.

Que dis-je? Dans tout ce que je viens de dire jusqu'ici, n'avez-vous
pas cru lire l'histoire des intrigants du jour? N'avez-vous pas reconnu
leur tactique et leur langage?

Après la révolution du 14 juillet, vous avez entendu les aristocrates
crier à l'anarchie, parler de démagogues incendiaires; déplorer
éternellement le brûlement de quelques châteaux et la punition de
quelques scélérats. Vous avez vu La Fayette et ses complices commenter
ensuite ce texte à leur manière et dans le même esprit.

Que fait la faction nouvelle depuis la révolution du 10 août? Elle crie
à l'anarchie, parle sans cesse d'un parti désorganisateur, de
démagogues forcenés, qui égarent et qui flattent le peuple. Brigandage,
assassinats, conspirations, voilà toutes les idées dont elle entretient
sans cesse les quatre-vingt trois départements. Seulement, au mot de
factieux, usé par ses prédécesseurs, elle a substitué celui
d'agitateurs, un peu moins trivial; car, elle sait, comme eux, que
c'est avec des mots qu'on conduit les sots et les ignorants, Et à qui
adresse-t-elle ces reproches? Aux aristocrates, aux émigrés, aux
royalistes? Non. Aux feuillants; aux modérés hypocrites, aux patriotes
dont le zèle républicain remonte jusqu'au dix août? Non. Aux patriotes
qui, depuis le commencement de la révolution, étrangers à toutes les
factions, imperturbablement attachés à la cause publique, ont marché
par la même route au but unique de toute constitution libre, le règne
de la justice et de l'égalité; à ceux qui se sont montrés dans la
révolution du 10 août, et qui veulent qu'elle ait été faite pour le
peuple, et non pour une faction; enfin à ceux-là même qui furent les
objets éternels des persécutions de La Fayette, de la cour et de tous
leurs complices.

Les aristocrates et les feuillants trouvaient toujours quelques motifs
pour méconnaître les droits du peuple, ou pour avilir son caractère.

Les intrigants de la république les copient, en cela, avec une
exactitude servile. Comme leurs devanciers, ils déclament contre le
public qui assiste aux séances de l'assemblée nationale. Ils n'ont pas
dédaigné d'adopter les bons mots dos plus insolents détracteurs du
peuple. Comme eux, ils s'égaient sur _le souverain des tribunes_, sur
_le souverain de la terrasse des feuillants_. D'André et Mauri auraient
le droit de poursuivre, comme plagiaires, tels journalistes, prétendus
patriotes, que leurs lecteurs peuvent reconnaître à ce trait.

Les aristocrates et les feuillants osaient imputer aux amis de la
liberté l'absurde projet de la loi agraire. Mais c'était en rougissant,
et dans les ténèbres, qu'ils faisaient circuler cette calomnie. Les
intrigants de la république l'ont affichée sur les murs de Paris; ils
l'ont fait débiter à l'assemblée législative où ils dominaient, par un
ministre qui est leur créature, et c'est contre l'assemblée électorale
même du département de Paris qu'ils ont osé diriger cette absurde
inculpation, démentie par la notoriété publique et par l'indignation
universelle. Il y a plus, lorsqu'immédiatement avant le décret de
l'abolition de la royauté, provoqué par un député de Paris, un autre
député du même département, connu par les grands services qu'il a
rendus à la révolution, eut fait décréter que toutes les propriétés
étaient sous la sauvegarde de la nation, n'a-t-on pas vu l'un des
journalistes et des coryphées de la coalition dont je parle, membre
aussi de la convention nationale, imprimer le lendemain que cette
motion n'avait point été faite de bonne foi.

Vous avez vu les aristocrates et les feuillants déclamer éternellement
contre Paris. Les intrigants de la république déclament éternellement
contre Paris, avec cette différence que, de la part des premiers, ce
n'était que des déclamations, et que, de la part des autres, c'est une
conspiration contre Paris et contre la république entière.

Voyez avec quel acharnement ils accusent cette cité du projet insensé
de vouloir subjuguer la liberté du peuple français, au moment où elle
vient de l'enfanter. Voyez comme ils lui reprochent son opulence, quand
elle s'est ruinée pour la défense de la cause commune. Voyez comme ils
érigent en privilège odieux le séjour fortuit de l'assemblée
représentative dans son sein, lorsque c'est à cette circonstance que
sont dus, eu partie, et la naissance et les progrès de la révolution.
Voyez comme ils vont jusqu'à lui faire un crime même de rappeler ses
services et ses sacrifices pour répondre à leurs calomnies.
Prennent-ils même le soin de dissimuler que c'est en haine de la
liberté qu'ils lui déclarent la guerre? Et pourquoi donc ne cessent-ils
d'outrager le conseil général de la commune, qui s'est dévoué à toutes
les fureurs de la cour dans la nuit du 9 au 10 août; qui a donné à
cette immortelle révolution le mouvement nécessaire pour foudroyer le
despotisme? Pourquoi ne cessent-ils d'outrager les sections qui l'ont
choisi; les sections qui ont choisi ces mêmes électeurs qu'ils ont
diffamé avec tant d'audace; qui ont ratifié solennellement, par
elles-mêmes, le choix de ces mêmes députés qu'ils ne rougissent pas de
proscrire; ces sections enfin qui ont mérité la reconnaissance, non du
peuple français, mais de l'humanité, par la profonde sagesse avec
laquelle elles ont préparé, pendant plus de quinze jours, la dernière
révolution; par le courage sublime avec lequel elles ont donné
solennellement à toute la France le signal de la sainte insurrection
qui a sauvé la patrie? Tandis que les Parisiens, unis avec les fédérés,
terrassaient le despotisme; tandis qu'ils envoyaient quarante mille
défenseurs intrépides pour combattre les ennemis de l'Etat, de lâches
libellistes soulevaient contre eux les Français des autres
départements, remplissaient de ridicules terreurs et de fatales
préventions les députés qui devaient composer la convention nationale,
et jetaient partout le germe de la discorde et de tous les maux qui la
suivent. Si la convention nationale n'a rien fait encore qui réponde ni
à la hauteur de la nouvelle révolution, ni à l'attente du peuple
français, il n'en faut pas chercher la cause ailleurs que dans la
confiance avec laquelle un grand nombre de ses membres s'est abandonné
aux guides infidèles qui les avaient trompés d'avance. Comment
s'occuper du bonheur de la nation et de la liberté du monde? lorsqu'on
n'est occupé qu'à faire le procès au patriotisme parisien; lorsqu'au
milieu du calme profond dont on est environné, on attend sans cesse les
orages dont on a tant entendu parler, et ces terribles agitateurs dont
une coalition intrigante nous entretient tous les jours; lorsqu'on
semble regretter de ne les rencontrer nulle part? Arrive t-il dans le
fond de quelque département un de ces mouvemens inséparables de la
révolution qui, dans tout autre moment, ne serait pas même aperçu? un
ministre ne manque pas d'en faire à l'assemblée un récit épouvantable,
et les intrigants de la république de pérorer contre les agitateurs de
Paris? Un bateau de blé est il arrêté par un peuple alarmé pour sa
subsistance? ce sont les agitateurs de Paris? Des soldats sont-ils
accusés d'insubordination justement ou injustement? ce sont les
agitateurs de Paris? Cent mille Français infortunés sont-ils à la
veille de manquer de pain par la faillite des directeurs d'une
banqueroute publique, croyez-vous que les intrigants s'occuperont des
moyens de les secourir? Ils ne songeront qu'à déclamer contre la
commune de Paris, qui n'en est aucunement coupable. Une pétition qui,
dans la bouche de tout autre, eût obtenu des-éloges, est-elle présentée
par des citoyens de Paris? le président la calomnie par une réponse
insidieuse et préparée, et la faction la dénonce à la France entière.
Des citoyens, des magistrats ont-ils mérité l'estime de la république,
par la vigilance courageuse avec laquelle ils ont découvert et étouffé
les conspirations de la cour dont ils apportent les preuves
authentiques? il n'est question que de leur faire le procès; c'est le
comité de surveillance de la commune de Paris. Des ouvriers du camp,
qui manquent notoirement de travail, viennent-ils spontanément et
paisiblement présenter à l'assemblée une pétition légitime? c'est une
émeute excitée par les députés de Paris. Un membre apprend que quatre
mille ouvriers sont en insurrection sur la place Vendôme, l'assemblée
s'alarme. Il n'y a pas un seul ouvrier. Une autre fois, un autre membre
vient annoncer que le peuple s'est révolté au Palais-Royal. Le
Palais-Royal est calme et désert.

Que serait-ce donc, s'il arrivait, en effet, quelque mouvement partiel
qu'il serait impossible de prévoir ou d'empêcher? C'est alors qu'il
serait prouvé, aux yeux de tous les départements, que rien n'est
exagéré dans le portrait hideux qu'ils ont tracé des horreurs dont
Paris est le théâtre, et que les représentants de la république doivent
le fuir, en secouant la poussière de leurs pieds. Voilà l'événement que
les intrigants de la république attendent avec impatience. Heureusement
jusqu'ici les citoyens semblent avoir deviné leur intention. Ce peuple
si féroce a lutté contre la misère; il a imposé silence à l'indignation
que pouvaient exciter toutes ces lâches persécutions; et ce n'est pas
le moindre prodige de la révolution, que ce calme profond qui règne
dans une ville immense, malgré tous les moyens qu'ils emploient chaque
jour pour exciter eux- mêmes quelque mouvement favorable à leurs vues
perfides. C'était là encore un des principaux points de la politique de
La Fayette, de provoquer lui-même quelques troubles pour effrayer
l'Assemblée nationale et tous les gens paisibles, et pour les imputer
ensuite aux patriotes. Or, ils savent encore imiter en cela ce
conspirateur, leur ancien ami, et peut-être plus près de l'être encore
qu'on ne le pense.

Mais la tranquillité publique les irrite; ils n'en sont que plus
ardents à calomnier les Français de Paris; et ce cri séditieux, par
lequel l'un des leurs dans la tribune de l'assemblée nationale osa
formellement inviter tous les départements à se liguer contre Paris,
est tous les jours répété de mille manières différentes dans toute
l'étendue de la république,

Ah! du moins les aristocrates, même les plus décriés de l'assemblée
constituante, convenaient qu'on pouvait vivre paisiblement à Paris,
même en insultant à la révolution. J'ai vu l'abbé Mauri et ses pareils,
après avoir blasphémé contre le peuple, s'étonner de la sécurité avec
laquelle il traversait tous les jours une multitude immense de citoyens
qui savaient les apprécier. Et lorsqu'il s'avisait, par hasard, de
menacer le peuple assemblé, en lui montrant les pistolets dont il était
muni, je l'ai vu rendre hautement justice aux citoyens armés de Paris,
qui l'avaient soustrait facilement à la juste indignation qu'il venait
de provoquer.

Les intrigants de la république n'ont pu parvenir encore à exciter ces
marques du mépris public, dont ils paraissent assez jaloux. Le zèle
inquiet du patriotisme ne forme même plus, dans les lieux voisins de la
salle, ces groupes nombreux tant calomniés par les ennemis de la
révolution; et ils n'ont pas le désagrément insigne de rencontrer des
citoyens assemblés sur leur passage. N'importe, ils ne cessent
d'entretenir la France entière des périls épouvantables auxquels leurs
personnes sacrées sont exposées. Combien l'abbé Mauri doit paraître
aimable aux parisiens, auprès de tels républicains qui occupent chaque
jour la tribune nationale!

La Fayette et ses amis avaient bien imaginé de s'environner quelquefois
d'un plus épais bataillon de gardes nationales parisiennes, sous le
prétexte de garder les représentants de la nation. Mais ils ne
s'avisèrent jamais de créer pour eux une maison militaire, et des
gardes du corps attachés au service des députés. Jamais ils ne
songèrent à appeler à eux les départements, pour les défendre contre
Paris. Tous ces tyrans constitutionnels étaient des princes débonnaires
en comparaison des petits tyrans de la république. Sans doute, les
personnes de ces derniers sont d'une bien autre importance que celles
des législateurs précédents, et ce serait manquer à l'espèce humaine
toute entière de confier ce dépôt sacré à une seule cité: il faut que
tous les départements français partagent l'honneur de leur
conservation; ils se trompent, il faut que ce soit toutes les nations
du monde.

Encore s'ils n'étaient que ridicules! mais quelle profonde perversité!
Quel mépris de la pudeur et des lois les plus saintes! Voyez comme ils
se jouent de la majesté des représentants de la nation française! Comme
ils leur présentent aujourd'hui brusquement à sanctionner leur honteux
projet; comme ils lui en interdisent ensuite la discussion au moment où
ils s'aperçoivent que l'opinion publique en éclaire toute la turpitude,
ou que le seul instinct de la probité le rejette. Comptez, si vous le
pouvez, tous les petits moyens qu'ils ont en vain tentés pour
l'extorquer à la convention nationale. Mais ils savent bien se passer
de son aveu, et, tandis qu'ils soumettaient cette question à ses
lumières, ils la méprisaient assez pour appeler autour d'elle, à son
insu, et contre toutes les lois, des corps d'armée considérables. Ne
les craignons pas, ils sont composés de citoyens; mais hâtons-nous de
les détromper. Jugez par certaines démarches, jugez, par les discours
de certains individus, de l'astuce avec laquelle quelques intrigants
cherchent à les égarer. A chaque instant, ils versent dans leurs coeurs
tous les poisons de la haine et de la défiance; que ne font-ils pas
déjà pour engager des rixes funestes, et souffler le feu de la guerre
civile? Ah! Français, qui que vous soyez, embrassez-vous comme des
frères, et que cette sainte union soit le supplice de ceux qui
cherchent à vous diviser.

Ils veulent qu'on les garde. Quel crime veulent-ils donc commettre?

Ils veulent quitter Paris; ils ne dissimulent plus ce projet; ils ont
raison. C'est à eux de réaliser le voeu secret que formaient sans doute
ces premiers ennemis de la révolution, que je crois quelquefois avoir
outragés en les comparant à eux. Dans le fait, ce n'est point au milieu
d'un peuple immense, éclairé, accoutumé à démêler le fil des intrigues,
et dont ils sont déjà connus; ce n'est point dans une cité, qui est,
pour ainsi dire, le rendez-vous de tous les Français; ce n'est point
sous les regards les plus perçants et les plus vastes de l'opinion
publique qu'il faut rester, lorsqu'on a quelque trame ténébreuse à
ourdir. Paris fut tour à tour l'accueil de l'aristocratie ancienne, du
despotisme royal et de la tyrannie constitutionnelle; il serait encore
celui de toutes les tyrannies nouvelles. Qu'ils partent donc. Qu'ils
cessent de fatiguer la nation par de vaines terreurs, par les
misérables artifices qu'ils emploient chaque jour pour parvenir à ce
but. Qu'ils partent. Où vont-ils? Dans quelle contrée bien froide, bien
inaccessible aux ardeurs du patriotisme ou à la lumière de la
philosophie; dans quelle ville bien ignorante ou bien travaillée par
leurs manoeuvres, vont-ils exercer leur heureux talent pour la
calomnie, pour la fraude et pour l'intrigue? Où vont-ils se cacher pour
démembrer l'Etat et pour conspirer contre la liberté du monde?

Plus criminels dans leurs moyens que toutes les factions qui les ont
précédés, auraient-ils des vues funestes? Mais quelle différence y
a-t-il entre les factions? Les autres se disputaient le fantôme du
monarque pour exercer l'autorité sous son nom, ceux-ci veulent régner
sous un autre titre; et si, pour conserver la puissance, il leur
fallait rétablir un roi, pourraient-ils hésiter? A quoi sert en effet
l'empire de la justice et de l'égalité! Il n'est bon que pour le
peuple, et quand le peuple est ce qu'il doit être, les ambitieux, les
hommes cupides et corrompus ne sont rien.

Aussi les voyez-vous former un parti mitoyen entre l'aristocratie
rebelle et le peuple, ou les francs républicains. Observez s'ils ne
caressent pas toujours les personnages les plus puissants de la
république, si ce ne sont pas ceux-là qu'ils fréquentent, qu'ils
favorisent eu toute occasion. Observez si ce n'est pas à eux que se
rallient les riches, les corps administratifs, les fonctionnaires
publics et les citoyens qui inclinent aux idées aristocratiques, tous
ceux même qui jadis suivaient le parti des intrigants auxquels ils ont
succédé. Enfin, ils sont les honnêtes gens, les gens comme il faut de
la république; nous sommes les sang-culottes et la canaille.

Sont-ils moins puissants que leurs prédécesseurs? Ils le sont beaucoup
plus. Ils nous accusent de marcher à la dictature, nous, qui n'avons ni
armée, ni trésor, ni places, ni parti; nous, qui sommes intraitables
comme la vérité, inflexibles, uniformes, j'ai presque dit
insupportables, comme les principes. Mais voyez en quelles mains sont
passés tout le pouvoir et toutes les richesses. Le trésor public, toute
l'autorité du gouvernement, la disposition de toutes les places qu'il
dispense leur a été dévolue; voilà leur liste civile. Ils exercent la
puissance royale sous un autre nom. Ils dominent au conseil exécutif;
ils dominent au sein de la convention: le bureau, le fauteuil, les
comités, la tribune même semblent être devenus leur patrimoine. Parler
dans l'Assemblée nationale est moins un droit des représentais du
peuple qu'un privilège réservé à leurs amis. Etre soupçonné de vouloir
contredire leurs vues, équivaut à la privation du droit de suffrage. La
loi, si on n'y prend garde, ne sera plus que leur volonté; et pour lui
donner le caractère d'un décret, et l'autorité de la volonté générale,
il leur suffira d'entretenir, dans l'assemblée des législateurs du
peuple français, un tumulte scandaleux qui favorise toutes les
intrigues; de prolonger ou de précipiter avec art la fin des
délibérations, et de déployer toutes les ressources que présentent au
génie la science sublime de poser la question, et surtout l'art de
faire mourir subitement la discussion.

Malheur aux patriotes sans appui, qui oseront encore défendre la
liberté! ils seront encore écrasés comme de vils insectes. Malheur au
peuple, s'il ose montrer quelque énergie ou quelque signe d'existence!
Ile savent le diviser pour l'égorger par ses propres mains, et ils ont
soif de son sang. Lorsqu'ils luttaient contre une autre faction, et
qu'ils cherchaient à transiger avec la cour, ils étaient forcés à
caresser le peuple et à ménager jusqu'à un certain point les patriotes
pour intimider leurs adversaires ou pour les combattre; et cette lutte
même des ennemis de l'égalité laissait respirer les bons citoyens. Mais
aujourd'hui qu'ils sont les maîtres, leur unique affaire est de se
défaire des plus intrépides amis de la patrie, et de les accabler du
poids de leur toute-puissance. Il est vrai que leur empire, comme celui
de leurs devanciers, est fondé sur l'erreur et doit être passager comme
elle. J'ajouterai même qu'ils sont déjà connus à Paris, Mais ne vous
rassurez pas trop vite. Voyez quelle barrière ils ont élevé entre Paris
et les autres parties de la république, et ne perdez pas de vue que
leur système est précisément de fuir, d'annuler Paris pour éteindre ce
grand fanal qui devait éclairer toute la France, de manière qu'ils
semblent s'être ménagés le moyen d'échapper à l'opinion, en se
réfugiant dans la confusion qu'ils amènent et dans le chaos de la
république bouleversée. Est-il temps d'éclairer encore les citoyens des
82 départements, et d'étouffer les dissensions funestes qu'ils
cherchent à exciter? En avez-vous les moyens? Car, ne vous y trompez
pas, ce qui semble leur garantir la durée de leur puissance, ce sont
les facilités immenses qu'ils se sont ménagées dès longtemps pour
propager l'erreur et pour intercepter la vérité. Toutes les trompettes
de la Renommée, tous les canaux de l'esprit public sont entre leurs
mains; et cette confédération de tant d'écrivains perfides, soutenue
par toutes les ressources de la puissance publique, est peut- être la
plus redoutable à la liberté que toutes les conspirations de la cour.

Quels moyens nous reste-t-il donc aujourd'hui pour déconcerter leurs
funestes projets? Je n'en connais point d'autre, en ce moment, que
l'union des amis de la liberté, la sagesse et la patience. Citoyens,
ils veulent vous agiter pour vous affaiblir, pour vous déchirer par vos
propres mains, et vous rendre ensuite responsables de l'ouvrage même de
leur perversité: restez calmes et immobiles. Observez, en silence,
leurs coupables manoeuvres; laissez-les se démasquer et se perdre
eux-mêmes par leurs propres excès. Un peuple magnanime et éclairé est
toujours à temps de réclamer ses droits et de venger ses injures.
Eclairez-vous, éclairez vos citoyens autant qu'il est en votre pouvoir;
dissipez l'illusion sur laquelle se fonde l'empire de l'intrigue, et il
ne sera plus.

Passer la vérité, en contrebande, à travers tous les obstacles que ses
ennemis lui opposent; multiplier, répandre, par tous les moyens
possibles, les instructions qui peuvent la faire triompher: balancer,
par le zèle et par l'activité du civisme, l'influence des trésors et
des machinations prodiguées pour propager l'imposture, voilà, à mon
avis, la plus utile occupation et le devoir le plus sacré du
patriotisme épuré; des aimes contre les tyrans, des livres contre les
intrigants; la force pour repousser les brigands étrangers, la lumière
pour reconnaître les filous domestiques, voilà le secret de triompher à
la fois de tous vos ennemis



      *      *      *      *      *      *      *      *      *



Maximilien Robespierre (1758-1794), Discours pour s'opposer à la
permanence des débats de la Convention sur la mise en jugement de Louis
XVI, prononcé à la Convention nationale le 4 décembre 1792 (4 décembre
1792)



(Petion ayant demandé que la Convention nationale restai en permanence
tous les jours, depuis dix heures du matin jusqu'à six heures du soir,
pour terminer et le jugement de Louis XVI, el la loi sur les émigrés,
et celles sur les subsistances, Robespierre paraît à la tribune. Une
partie de l'assemblée se lève, et réclame la clôture de la discussion.)

Je demande enfin la parole en vertu de mon droit de représentant du
peuple. Vous ne pouvez me la ravir....

(Plusieurs voix: Nous pouvons fermer la discussion.)

Il faut que vous m'entendiez, puisque je vous annonce que j'ai une
proposition nouvelle à énoncer: car s'il était décidé qu'il faut venir
d'un certain côté, et parler le langage convenu, pour avoir la parole...

(Les murmures continuent dans une partie de l'assemblée; l'autre
réclame la parole pour Robespierre.)

Je demande, président, que la dignité de l'assemblée soit maintenue par
vous. Je dénonce à la nation ces atteintes continuelles portées à k
liberté des suffrages.

(Une voix: Je dénonce le despotisme.de Robespierre.)

Robespierre. Je réclame contre cette intrigue abominable.

(Le tumulte redouble. Des cris s'élèvent: A bas de la tribune! à
l'Abbaye!)

Duquesnoy, s'avançant an milieu de la salle. Je demande, président, que
vous réprimiez les clameurs de ce côté droit, car il est ressuscité
parmi nous.

Plusieurs voix: Et les vôtres.

Thuriot. Je demande que tous les membres qui se permettront des
personnalités soient rappelés à l'ordre. Il est temps que toutes les
personnalités disparaissent devant l'intérêt général.

(Le président se dispose à consulter l'assemblée sur le point de savoir
si Robespierre sera entendu. Robespierre quitte la tribune.
Réclamations bruyantes d'une partie de l'assemblée. Murmures des
tribunes. Quelques membres demandent la parole contre le président;
d'autres: Il faut qu'on entende Robespierre, ou nous n'entendrons
personne. L'agitation se fait sentir dans l'assemblée et dans les
tribunes.)

Le Président. Si l'on veut faire silence, je maintiendrai la liberté
des opinions. Robespierre, vous avez la parole.

(Robespierre traverse la salle au milieu des applaudissements
tumultueux des spectateurs et d'une partie de l'assemblée. Il remonte à
la tribune. Les applaudissements continuent.)

Robespierre. Citoyens, je vous prie de vouloir me permettre d'exprimer
librement ma pensée.

Une voix. Non.

(II s'élève un murmure général.)

Birotteau, Lindon, Rebecqui, plusieurs autres membres, tons ensemble.
Consultez donc l'assemblée pour savoir si nous serons obligés
d'entendre Robespierre.

Le Président. Je maintiendrai la liberté des opinions.

Robespierre. Je demande à exprimer ma pensée aussi librement...

(Plusieurs voix: Au fait, à la question.)

Robespierre. On me rappelle aux bornes de la question; je dis que ces
bornes ne peuvent être que celles que me tracent l'intérêt du salut
public et le danger de prolonger le désordre où nous nous trouvons. Je
vous dénonce un projet formé de perdre la Convention nationale, en
mettant le trouble dans son sein.

(Des applaudissements s'élèvent de tous les côtés.)

Robespierre. Pour que vous jugiez le ci-devant roi, il faut que vous
soyez dans un état de délibération calme et digne de vous. Avant de
juger le dernier des hommes, il faut être justement pénétré des
principes de la justice et de l'intérêt publie. Rien n'est plus
contraire à cet intérêt suprême que l'habitude où l'on est d'empêcher
sans cesse certains membres d'exprimer librement leurs pensées,
desquelles cependant peut dépendre quelquefois la sagesse de vos
délibérations. C'est pour vous rappeler ces principes que je suis monté
à cette tribune, et ai l'on m'eu conteste le droit, on porte par là
même une atteinte à la souveraineté du peuple, en privant du droit de
suffrage un seul de ses représentants. Croyez-vous qu'il ne soit pas
plus satisfaisant pour vous, et d'un meilleur augure pour le salut
public, qu'on vous voie délibérer avec calme, que si l'on voit des
orateurs, contre lesquels des préventions perfides ont été suscitées
par l'ignorance et la calomnie, être arrêtés à chaque instant par des
chicanes plus dignes du palais que des fonctions augustes que vous êtes
appelés à remplir?

(Applaudissements d'une partie des membres et des spectateurs.)

Robespierre. Mon devoir est donc de me plaindre de la violation
plusieurs fois répétée, qui a été faite en ma personne, du droit de
représentant, par des manoeuvres multipliées, et je dénonce l'intention
où l'on paraît être de mettre le trouble dans l'assemblée, en faisant
opprimer une partie par l'autre.

(Mêmes applaudissements des tribunes. Le président leur ordonne le
silence.)

Robespierre. Aujourd'hui plusieurs mesures fatales au bien public sont
sorties de ce tumulte. Si on avait écouté des explications nécessaires,
qui auraient en même temps contribué à diminuer les préventions et les
méfiances, on aurait peut-être adopté une mesure grande, qui aurait
honoré la Convention: c'était de réparer l'outrage fait à la
souveraineté nationale par une proposition qui supposait qu'une nation
avait le droit de s'asservira la royauté. Non. C'est un crime pour une
nation de se donner un roi.

(On applaudit. Quelques voix: Ce n'est plus la question.)

Robespierre. Ce qu'il m'a été impossible de proposer dans le tumulte,
je le propose dans le calme de l'assemblée nationale, réfléchie et
pensant aux intérêts de la patrie. Je demande que d'abord il soit
décrété en principe que nulle nation ne peut se donner un roi.

(II s'élève quelques murmures. Une voix: Le renvoi au congrès général
des nations!)

Robespierre. Je dis que l'assemblée a perdu la plus belle occasion de
poser, sinon par un décret au moins par une déclaration solennelle, la
seule borne qui convienne au principe trop illimité, et souvent mal
entendu, de la souveraineté des peuples. Vous voyez que la sagesse des
délibérations tient plus que vous ne pensez au calme des discussions.

C'est ainsi que tout-à-l'heure vous alliez, dans le tumulte et sans
m'entendre, porter un décret qui aurait l'influence la plus funeste sur
le jugement du ci-devant roi. En effet, la question ne peut plus être
pour des Français libres, pour des hommes sincèrement, profondément
pénétrés de l'horreur de la tyrannie; elle ne peut plus être de savoir
si nous nous tiendrons en séance permanente pour juger Louis Capet; car
cette permanence pourrait produire de funestes longueurs; la lassitude
amènerait une décision fatale. Quelle est donc la mesure que vous devez
prendre? C'est de juger sur-le-champ, sans désemparer. Remarquez bien
que cette question, qui ne vous paraît qu'une question minutieuse de
forme, aura cependant une influence nécessaire sur le sort de Louis
XVI; car votre décision sur ce point entraînera la question de savoir
si Louis XVI doit être jugé en vertu de l'insurrection, ou s'il faut
lui faire un procès d'après les règles ordinaires.

(On observe qu'il a été décidé que Louis XVI serait jugé.)

Robespierre. Il ne faut pas s'envelopper d'une équivoque. L'assemblée
n'a pas décrété qu'il y aurait un procès en forme; seulement elle a
décidé qu'elle prononcerait elle-même le jugement ou la sentence du
ci-devant roi. Je soutiens que, d'après les principes, il faut le
condamner sur-le-champ à mort, en vertu d'une insurrection.

(Un mouvement d'approbation se manifeste dans les tribunes. Des
murmures se font entendre dans une grande partie de l'assemblée.)



      *      *      *      *      *      *      *      *      *



Maximilien Robespierre (1758-1794), Discours pour appuyer la projet de
décret du bannissement des tous les Bourbons de la république, prononcé
au Club des Jacobins le 16 décembre 1792 (16 décembre 1792)



(La proposition de bannir tous les Bourbons, faite à la Convention par
Buzot et appuyée par Louvet, fut vivement combattue aux Jacobins par
Camille Desmoulins. Robespierre monta à la tribune ensuite.)



Camille Desmoulins vous a entretenus de l'astuce des ennemis de la
liberté; mais je crois qu'il ne les a pas pénétrés dans toute leur
profondeur. Il m'a été impossible de me trouver à la Convention
aujourd'hui; mais je déclare que si je m'y étais trouvé, j'aurais voté
pour la motion de Louvet. Elle est conforme aux principes, et la
conduite de Brutus est applicable à notre position actuelle. J'avoue
que la maison d'Orléans a montré beaucoup de patriotisme. Je ne
m'oppose aucunement à la reconnaissance que l'on doit à cette famille;
mais quels que soient les membres de la ci-devant famille royale, ils
doivent être immolés à la vérité des principes. La nation peut-elle
s'assurer que tous les membres de cette famille seront invariablement
attachés aux principes? Je suis loin d'accuser ceux de ses membres qui
semblent avoir été accusés ce matin par le parti aristocratique; je ne
les crois d'aucune faction: mais nous devons tenir aux principes. Or,
tels sont les nuages répandus sur les caractères, que nous ne pouvons
pas connaître le but direct de la maison d'Orléans. Les patriotes ont
paru défendre le citoyen Egalité, parce qu'ils ont cru la cause des
principes attachée à la cause d'Egalité. Et une chose bien certaine,
c'est que les patriotes n'ont jamais eu de liaisons avec la maison
d'Orléans, et que ceux qui ont provoqué ce décret ont les plus grandes
liaisons avec cette maison. Comment se fait-il que Pétion, qui est de
la faction Brissotine, qui est évidemment l'ami d'Egalité, se soit
déclaré contre lui? Voilà matière à réflexions. Comment se fait-il que
Sillery, confident de la maison d'Orléans n'abandonne pas la société de
Brissot et de Pétion? Comment se fait-il que les patriotes qui ont
défendu d'Orléans n'ont jamais eu aucune liaison avec la maison
d'Orléans? Comment se fait-il que d'Orléans ait été nommé député à la
Convention par ceux qui ont des liaisons avec Brissot? Comment se
fait-il que Louvet ait cherché à accréditer le bruit que nous voulions
élever d'Orléans à la royauté? Comment se fait-il que Louvet, qui sait
fort bien que, dans l'assemblée électorale, j'ai voté contre Egalité,
ait répandu dans ses libelles que je veux donner la couronne à
d'Orléans?

Voici les conséquences que je tire de tout cela: c'est que la motion
faite ce matin n'a été qu'une comédie, comme beaucoup d'autres: c'est
que cette motion cache un piège où l'on voulait entraîner les
patriotes. Le but de cette faction est de se donner un air républicain;
et, pour arriver à ce but, elle veut nous imputer tous les projets
qu'elle médite elle-même. Le but de cette faction, c'est de jeter dans
les esprits un peu crédules les alarmes que répandent quelques mots
dont elle se sert. On a parlé de dictature; on a vu que cette calomnie
ne faisait pas fortune; en conséquence, on veut faire mouvoir un autre
ressort: on veut nous appeler la faction orléaniste. Le but des
Brissotins est d'anéantir le peuple en faisant alliance avec un tyran,
quel qu'il soit. Cette observation peut répandre quelques lumières.
Quant à moi, j'avais depuis longtemps le projet de demander l'exil
d'Egalité et de tous les Bourbons; et cette demande n'est point
inhumaine comme on vous l'a dit, car ils peuvent se réfugier à Londres,
et la nation peut pourvoir d'une manière honorable à la subsistance de
la famille exilée. Ils n'ont point démérité de la patrie; leur
exclusion n'est point une peine, mais une mesure de sûreté, et si les
membres de cette famille aiment, non pas les Brissotins, mais les
véritables principes, ils s'honoreront de cet exil, car il est toujours
honorable de servir la cause de la liberté; car son exil ne durerait
sûrement que pendant les dangers de la patrie, et elle serait rappelée
lorsque la liberté aurait été raffermie.

Actuellement voici les dangers de la motion de Louvet. Le but de cette
motion est de chasser de la .Convention les meilleurs patriotes; car
après avoir chassé Egalité, on voudra encore en chasser d'autres; et
lorsqu'ils auront empoisonné l'opinion publique, ils leur sera facile
de faire renvoyer les vrais patriotes et les vrais amis du peuple,
jusqu'à ce qu'ils restent seuls maîtres du champ de bataille. Déjà ils
ont posé en principe que dès qu'une fois le nom d'un homme pouvait
alarmer ses concitoyens, on pouvait le chasser par la voie de
l'ostracisme. Bois-Guyon a soutenu ces principes dans la _Chronique de
Paris_, Louvet les a développés dans ses libelles contre moi; mais, je
le déclare, toutes ces raisons ne doivent point nous empêcher de voter
pour les principes de Buzot; je déclare que si les conséquences de ces
principes pouvaient s'appliquer un jour contre les amis de la liberté,
contre moi-même, je m'y soumettrais avec joie, et je consentirais
volontiers à un exil pour le bien de ma patrie; je vivrais heureux dans
cet honorable exil, pourvu que je pusse y trouver un asile obscur
contre les: persécutions des Brissotins.

J'invite donc mes collègues à voter pour le projet de décret présenté
par Buzot; je les invite en même temps à s'opposer aux conséquences que
les Brissotins veulent en tirer contre les meilleurs amis du peuple.



      *      *      *      *      *      *      *      *      *



Maximilien Robespierre (1758-1794), Discours sur la nécessité
d'instituer un pouvoir plus unitaire et plus actif que celui du conseil
exécutif, prononcé à la Convention nationale le 30 mars 1793 (30 mars
1793)



Je demande à parler sur les nouvelles des armées. Citoyens, les
nouveaux événements dont vous venez de recevoir la nouvelle ne doivent
pas nous étonner. Pour moi, je suis loin de me décourager de la marche
rétrograde de notre armée. Quelque affligeant qu'il soit de voir les
courageux Liégeois abandonnés à la merci des tyrans dont nous les avons
délivrés, il n'est pas pour des hommes de revers réels. Nous irons à
l'ennemi, nous terrasserons encore une fois les tyrans qui veulent
attenter à notre liberté. Mais il faut que l'ardeur guerrière des
défenseurs de la patrie soit secondée par la sagesse et le courage des
représentants de la nation. Pour moi, j'avoue que mes notions en
politique ne ressemblent en rien à celles de beaucoup d'hommes. On
croit avoir tout fait en ordonnant qu'il serait fait un recrutement
dans toutes les parties de la république, et moi je pense qu'il faut
encore un régulateur fidèle et uniforme de tous les mouvements de la
révolution. Je ne doute pas du courage de nos soldats, personne ne doit
en douter; mais comment veut-on que cette ardeur se soutienne, si les
soldats voient à leur tête des chefs coupables et impunis? Je ne vois
pas que l'on se soit encore occupé de tel officier, dont la trahison
n'a été justifiée par personne. Vous avez entendu vos commissaires vous
dire que, lors de la dernière action, la plupart des officiers avaient
abandonné leur poste. Vous avez entendu vous dénoncer celui qui a dit à
Dumouriez: "Je n'aime pas la république, mais je combattrai pour vous."
Vous avez entendu vous dénoncer celui qui disait: "Si la neutralité
venait à être rompue entre la France et l'électeur palatin, il ne
faudrait pas me laisser dans cette armée, car, sujet de l'électeur, je
ne pourrais répondre de moi." Stengel, enfin, est convaincu de
trahison, et le décret d'accusation n'est pas encore porté contre lui!
Quels succès pouvons-nous attendre, si nous pardonnons de pareils
attentats? Quant à Dumouriez, j'ai confiance en lui, par cette raison
qu'il y a trois mois il voulut entrer dans la Hollande, et que, s'il
eût exécuté ce plan, la révolution était faite en Angleterre, la nation
serait sauvée et la liberté établie.

Dumouriez n'a eu jusqu'ici que des succès brillants, et qui ne me sont
pas à moi une caution suffisante pour prononcer sur lui. Mais j'ai
confiance en lui, parce que son intérêt personnel, l'intérêt de sa
gloire même est attaché au succès de nos armes; mais n'est-il pas
prouvé que, dans l'affaire d'Aix-la-Chapelle, la république a été
trahie par des officiers qui n'étaient pas à leur poste, par ceux
surtout qui se font rendus coupables de faits dénoncés par vos
commissaires? Je demande enfin que Stengel soit mis en état
d'accusation; s'il a fui, que ses biens soient confisqués, et que la
conduite des autres officiers soit examinée.

Ce n'est pas assez d'attacher ses regards sur un fait isolé, sur un
individu. En examinant l'ensemble, la marche de la révolution, ou
trouve que la même cause enfante tous nos maux; je veux dire
l'indulgence coupable que l'on a toujours eue pour les ennemis du bien
public. Il est difficile de concevoir comment des hommes à qui
l'honneur de réformer le monde semble être réservé tremblent devant un
ancien aristocrate; je ne sais par quelle fatalité la loi ne peut
atteindre encore un ci-devant noble, un riche même; mais je dis que
tant que les traîtres seront impunis, la nation sera toujours trahie.
Il ne suffit pas de remporter des victoires éclatantes, il faut faire
la guerre avec vigueur, avec audace même; il faut la finir bientôt. La
guerre ne peut pas être longue; il est un terme aux dépenses énormes
d'une nation généreuse, et ce terme ne peut pas être éloigné. Il faut
que cette campagne finisse la guerre, il faut que tous les despotes
soient renversés, et la liberté établie sur les débris de toutes les
aristocraties; pour cela, il faut des représentants du peuple fermes et
plein d'énergie: sans cela, nous ne verrons que troubles dans
l'intérieur, et nous n'aurons au dehors que des succès brillants. Nous
verrons peut-être même s'établir le système de nous donner
alternativement des revers et des succès, jusqu'à ce que l'épuisement
de nos forces et de nos richesses nous entraîne dans l'abîme. Tout vous
commande donc de jeter un oeil vigilant sur l'armée; voyez ce qui se
passe autour de nous: déjà à Lyon l'aristocratie relève une tête
insolente, et à Montpellier les patriotes sont opprimés et désarmés par
l'ordre despotique d'un directoire oppresseur. Les exemples des
persécutions se multiplient contre les plus chauds amis de la liberté.

Tandis que le patriotisme de nos braves frères d'armes porte la terreur
au dehors, au dedans il est abattu per les coups de l'aristocratie. Je
vous conjure, au nom de la patrie, de changer le système actuel de
notre gouvernement; et, pour cela, il faut que l'exécution des lois
soit confiée à une commission fidèle, d'un patriotisme épuré; une
commission si sûre, que l'on ne puisse plus vous cacher ni le nom des
traîtres ni la trame des trahisons. Eh quoi! citoyens, si Lacroix et
Danton n'étaient pas venus vous instruire, vous seriez encore dans
l'ignorance profonde des circonstances qui ont accompagné l'affaire
d'Aix-la-Chapelle! Rappelez-vous le contraste de ce que Lacroix vous a
dit avec les lettres que les généraux ont écrites au ministre de la
guerre.


La veille de l'arrivée des commissaires, nous étions enivrés de la
conquête de la Hollande; nous ne rêvions que succès: un mot de vos
commissaires dissipa ce prestige, et fit connaître l'austère vérité. Ce
mélange de bonnes et de mauvaises nouvelles ressemble parfaitement à ce
qui arrivait dans l'ancien régime, et quand Lafayette commandait nos
armées. Il importe donc de nous défier de tout ce qui ne porte pas un
caractère de patriotisme marqué.

Il nous faut un gouvernement dont toutes les parties soient
rapprochées. Il existe entre la Convention et le conseil exécutif une
barrière qu'il faut rompre, parce qu'elle empêche cette unité d'action
qui fait la force du gouvernement. Voyez ce qui se passe à Londres;
voyez avec quelle promptitude s'exécutent toutes les résolutions du
gouvernement britannique. C'est que toutes les autorités, divisées en
apparence, se réunissent en effet contre la liberté française.

Chez nous, au contraire, le conseil exécutif, presque isolé, ne
communique avec vous non pas seulement par les moyens des comités, mais
par celui de tel ou tel individu plus intimement lié à telle ou telle
partie du ministère. Les comités se saisissent d'une affaire; sur leur
rapport, vous prenez des décisions précipitées. Ainsi, vous avez
déclaré la guerre tantôt à un peuple, tantôt à un autre, sans avoir
consulté quels étaient vos moyens de soutenir vos résolutions: ainsi,
la Convention marche sans se rendre compte de ce qu'elle a fait et de
ce qu'elle a à faire. Et c'est ici, citoyens, que j'appelle toute votre
attention. Ne conviendrez-vous pas que, placés par votre organisation
même au centre de l'Europe politique, au centre de tous les peuples qui
veulent être libres, vous deviez vous assurer les moyens de communiquer
avec eux et d'exciter ces mouvements que le despotisme a su employer si
habilement? Ne conviendrez-vous pas que vous devez employer quelque
chose de cet art dont il se sert pour diviser ses ennemis? Qu'est-il
résulté des opérations politiques de votre cabinet? quels ennemis
a-t-il écartés? quels alliés vous a-t-il faits, même parmi les peuples
qui paraissaient être portés pour vous?...

Ce qu'il en est résulté, c'est que tous les gouvernement» vous ont tour
à tour déclaré la guerre; que tour à tour ils ont fait des démarches
que vous avez réputées hostiles; que, dans aucun pays étranger, il ne
s'est fait un mouvement en votre faveur. Quels sont donc les résultats
visibles des opérations invisibles d'un ministre dont vous n'avez
jamais envisagé la conduite? Une calomnie perpétuelle contre la
révolution, l'envoi avec profusion, dans tous les pays, de libelles où
les principaux événements de notre révolution étaient dénaturés, et
dont l'effet était d'aliéner l'opinion des peuples et de dénigrer les
hommes qui ont le plus combattu pour la liberté. Voyez ce qui se dit,
ce qui se fait chez l'étranger; voyez ce qui se dit, ce qui se fait
parmi nous: le même esprit anime et nos ennemis et nos agents; ils
suivent tous le même système. Ici, j'articule un fait qui ne pourra
être nié: c'est qu'il a existé parmi les agents français auprès des
puissances étrangères une opposition constante à la réunion des peuples
à notre république, et que ceux qui l'ont opérée ont eu à lutter contre
la volonté de ceux qui étaient chargés de la protéger. J'affirme que
Dumouriez proposa, il y a trois mois, l'invasion de la Hollande, et
qu'elle fut toujours repoussée par le comité diplomatique; interrogez
là-dessus les patriotes bataves, ils vous diront que, pendant ce délai,
on a donné le temps à l'intrigue de se développer, et aux despotes de
se rassembler. Et comment auriez-vous pu prendre des mesures justes à
cet égard, lorsque vous ignoriez les faits?

J'ai été amené à développer ces idées par cette conviction intime, que
tout le mal vient de ce que nous n'avons pas un gouvernement assez
actif. Je conclus à ce que beaucoup de réformes soient faites dans
cette partie, parce que c'est la plus grande mesure de salut public que
vous puissiez prendre, et que sans elle vous irez toujours de
révolution en révolution, et vous conduirez enfin la république à sa
perte.



      *      *      *      *      *      *      *      *      *



Maximilien Robespierre (1758-1794), Discours contre le comité de sûreté
générale, et en particulier contre Brissot, prononcé à la Convention
nationale le 3 avril 1793 (3 avril 1793)



Citoyens, dans ce moment-ci je me dois à moi-même, je dois à la patrie
une profession de foi. Nommé membre du comité de défense générale, mais
convaincu que les principes qui doivent sauver la patrie ne peuvent pas
y être adoptés, je déclare que je ne me regarde plus comme faisant
partie de ce comité. Je ne suis pas bien convaincu qu'un système où la
royauté serait combinée avec une sorte de constitution aristocratique
déplairait à certains membres de ce comité; je ne suis pas bien
convaincu qu'un pareil système ne conviendrait pas à certaines gens
qui, quelquefois, parlent de patriotisme, mais qui nourrissent et
conservent dans leur âme une haine profonde pour l'égalité. Je ne veux
pas délibérer avec ceux qui ont parlé le langage de Dumouriez, avec
ceux qui ont calomnié les hommes à qui maintenant Dumouriez déclare une
guerre implacable, avec ceux qui, à l'exemple de Dumouriez, ont
calomnié Paris et la portion de l'assemblée vraiment amante de la
liberté.

S'il ne m'est pas donné de sauver la liberté, je ne veux pas du moins
être le complice de ceux qui veulent la perdre; je ne veux pas être
membre d'un comité qui ressemble plutôt à un conseil de Dumouriez qu'à
un comité de la Convention nationale.

(Murmures à la droite de la tribune.)

Robespierre. J'invoque à l'appui de ce que je dis le témoignage de
Dumouriez lui-même, car, dans une de ses lettres, il a dit que le
comité dont je parle était excellent, à l'exception de six membres: or,
ces six membres, dont je m'honore de faire partie, ne peuvent obtenir
la majorité; enfin, je ne veux pas être d'un comité dont la plupart des
membres poursuivent avec acharnement les patriotes, tandis qu'ils
gardent le silence sur les crimes de nos généraux.

Je ne puis vous dissimuler ma surprise de voir que ceux qui, depuis le
commencement de la dernière révolution, n'ont cessé de calomnier ce
_côté_ (désignant le côté gauche) qui fut et qui sera toujours la
patrie de la liberté, soient restés muets sur les crimes de Dumouriez,
et qu'il n'y ait que nous, tant calomniés, qui ayons élevé la voix sur
les perfidies de ce traître.

Brissot. Je demande la parole après Robespierre.

Robespierre. Pour étouffer la voix de la vérité dans les moments
critiques pour le salut public, on a coutume d'amollir le courage des
patriotes par certaines idées de réunion qu'on a l'adresse de jeter en
avant; mais moi, je fais profession de croire que l'amour seul de la
liberté doit réunir les hommes, et je me défie de ces protestations
brusques faites dans des moments critiques où l'on croit avoir besoin
de feindre un rapprochement que l'on est bien loin de désirer: je me
défie de ceux qui, dans des moments critiques, m'ont tendu la main, et
qui, le lendemain, m'ont calomnié. Et, puisque Brissot demande la
parole pour me foudroyer, je vais faire sur Brissot l'application de ce
que je viens de dire. Je ne veux point sacrifier la patrie à Brissot,
et, Brissot eût-il la confiance de cette assemblée, je déclare que si
j'avais des faits certains à alléguer contre lui, je ne balancerais pas
un moment à le démasquer.

J'applique à Brissot le principe que j'ai avancé.

J'ai dit que je ne voulais point délibérer avec les amis de Dumouriez:
eh bien! Brissot a été et est encore l'intime ami de Dumouriez; c'est
l'histoire de Dumouriez à la main que je veux le juger. Brissot est lié
à tous les fils de la conspiration de Dumouriez. Je déclare qu'il n'y a
pas un homme de bonne foi, qui ait suivi la vie politique de Brissot,
qui puisse ne pas être convaincu de ce que j'avance.

Je déclare qu'il n'y a pas une seule circonstance où Brissot n'ait pris
la défense de Dumouriez. Le système de Dumouriez a été de nous engager
dans une guerre funeste et périlleuse, afin de la faire tourner contre
la liberté. Dumouriez et Brissot furent les premiers à proposer la
guerre contre l'Autriche. Et remarquez que nous leur disions: Avant de
déclarer la guerre à l'Europe, abattez la cour et remplacez vos
généraux. Que nous répondait-on? On excusait la cour; on nous disait
que dire du mal de Lafayette et des généraux, c'était troubler la
discipline militaire, c'était se déclarer les ennemis de la patrie; on
nous montrait tous les peuples, et principalement la Belgique, disposés
à venir au devant des Français, et on nous faisait voir l'étendard de
la liberté flottant sur le palais des rois.

Cependant cette guerre commença par des revers, et, malgré cela, on
protégeait les généraux, et on les investissait d'un pouvoir
dictatorial sur la motion des chefs de parti, ennemis jurés des
patriotes.

Après l'époque du 10 août, nous étions cernés de despotes qui avaient
juré la perte de la liberté, et qui avaient combiné leurs projets avec
les ennemis de l'intérieur; au mois de septembre, nous apprîmes la
prise de Verdun et que l'ennemi se portait sur Paris: personne
jusqu'alors n'avait donné avis de son approche. Cependant quels étaient
les ministres? C'étaient ceux qu'avait fait nommer Brissot. Quels
étaient les membres qui composaient la commission des Vingt-et-Un?
Brissot et ses partisans. Et ces ministres, nommés par Brissot, vinrent
proposer à l'assemblée d'abandonner Paris avec le roi et sa famille,
qui étaient alors au Temple! Et si un autre ministre, qui n'est pas du
parti Brissot, n'était venu apprendre au peuple ce que lui cachaient
les hommes qui le dirigeaient; si la France ne s'était pas levée en
masse, les ennemis seraient venus à Paris, et la république serait
anéantie!

Dumouriez fut alors nommé pour commander l'armée qu'avait abandonnée
Lafayette, et ce furent Brissot et ses partisans qui le portèrent à
cette place. Je ne sais ce qu'eut fait Dumouriez, si la France ne
s'était levée tout entière; mais ce que je sais, c'est que Dumouriez
conduisit poliment le roi de Prusse aux frontières; ce que je sais,
c'est que l'armée française était furieuse de voir échapper les
ennemis, quand elle eut pu les écraser; ce que je sais, c'est que
Dumouriez se montra aussi respectueux envers le monarque prussien,
qu'il se montre maintenant insolent envers les représentants du peuple
français; enfin, ce que je sais, c'est qu'il ravitailla l'armée ennemie
lorsqu'elle était prête à périr de misère et de faim.

Dumouriez, au lieu d'exterminer les Prussiens, qui s'étaient si
imprudemment engagés dans le coeur même de la France, vient à Paris.
Après avoir passé quelques jours avec les détracteurs des amis de la
liberté, dans des festins scandaleux, il va dans la Belgique, où il
débute par des succès éclatants pour ceux qui ne l'avaient pas apprécié.

Dumouriez, après avoir établi son empire dans cette partie de la
Belgique, part pour la Hollande: s'il fût parti trois mois plus tôt, le
succès de cette expédition était assuré. J'ai cru un moment que la
gloire retiendrait pendant quelque temps Dumouriez dans les bornes de
ses devoirs, et qu'il n'attenterait à la liberté de son pays qu'après
avoir abattu les despotes conjurés contre elle; alors Dumouriez, dont
les projets auraient été à découvert, me paraissait facile à renverser.

Dumouriez, après s'être emparé de quelques places de la Gueldre, se
découvre tout à fait, et, tandis que tout était arrangé pour évacuer la
Belgique, les généraux allemands, en partie donnés par Brissot, qui
commandaient l'armée devant Maëstricht, nous trahissent. Si l'on ose
nier ces faits, j'en donnerai des preuves plus authentiques.

A son retour de la Gueldre, Dumouriez se plaint-il d'avoir été trahi?
Non. Il jette au contraire un voile sur tous les faits: il fait l'éloge
des généraux; il loue Miranda et Lanoue, généraux très connus par leur
incivisme; il impute tous nos malheurs aux soldats; il veut persuader à
la France que ses armées ne sont composées que de lâches et de voleurs.
Nos revers se succèdent. Il donne une bataille, il la perd; il en
accuse l'aile gauche de son armée, qui, dit-il, a plié; mais cette aile
gauche était commandée par Miranda, par son ami, et l'on doit se
rappeler que Dumouriez disait à son armée: "Ne vous découragez pas;
surtout ayez confiance en vos généraux: ils sont mes élèves, ils sont
mes amis."

Dumouriez avait établi l'aristocratie dans la Belgique, eu réintégrant
les officiers municipaux destitués par vos commissaires; Dumouriez
avait fait des emprunts énormes; Dumouriez s'était emparé du trésor
public, après en avoir fait emprisonner les gardiens: Dumouriez avait
assuré sa fortune et sa trahison; ensuite il déclare la guerre à la
Convention nationale; il distingue deux partis qui la composent: l'un
qui est subjugué (et Brissot doit se ranger dans ce parti ) et l'autre
qui domine.

Dumouriez dit qu'il vient protéger ce parti, qu'il dit être opprimé; il
dit que Paris donne la loi à la nation, et qu'il faut anéantir Paris,
et c'est dans ce moment que nous délibérons, et que l'on me fait un
crime de penser que Dumouriez a ici des partisans, et que ces partisans
sont les hommes qu'il veut protéger! On m'en fait un crime, lorsqu'ils
tinrent toujours un langage qui devrait les faire reconnaître! on m'en
fait un crime, lorsqu'ils firent tout pour se partager la puissance! on
m'en fait un crime, lorsque les Anglais, accusés d'avoir des partisans
dans cette enceinte, menacent nos côtes! enfin, l'on m'en fait un
crime, lorsque Dumouriez s'efforce de décourager la nation, en lui
disant que les troubles qui nous agitent nous mettent dans
l'impossibilité de résister aux ennemis extérieurs, en même temps que
nous réduirons les révoltés de l'intérieur; lorsque Dumouriez méprise
la nation au point de dire qu'elle n'a plus d'autre parti à prendre que
de transiger avec les ennemis! Et il se propose pour médiateur,
lorsqu'il propose de diviser son armée et de marcher avec une partie
sur Paris....

Voilà une partie de mes doutes; voilà la source dans laquelle nous
devons puiser les moyens de sauver la liberté. Sauver la liberté!...
Mais la liberté peut-elle se sauver, lorsque les amis du roi, lorsque
ceux qui ont pleuré la perte du tyran, et qui ont cherché à réveiller
le royalisme, paraissent nos protecteurs, paraissent les ennemis de
Dumouriez, lorsqu'il est évident à mes yeux qu'ils "ont ses complices.

Voilà mes faits: ils ne convaincront que les hommes de bonne foi, mais
je déclare que lorsque Dumouriez est d'intelligence avec l'homme que
j'ai nommé, et avec tous ceux.....

(Quelques voix: Nommez-les donc!)

Robespierre. Je ne veux point convaincre les conspirateurs ni les
ennemis de la France; je ne veux que dire la vérité, et, quand les
hommes que j'ai désignés auront assassiné la liberté et ses défenseurs,
on dira qu'au moment où ils allaient exécuter leur complot liberticide,
je disais la vérité, et que je démasquais les traîtres.

Je déclare que la première mesure de salut à prendre, c'est de décréter
d'accusation tous ceux qui sont prévenus de complicité arec Dumouriez,
et notamment Brissot.

(Applaudissements des tribunes.)



      *      *      *      *      *      *      *      *      *



Maximilien Robespierre (1758-1794), Discours contre Dumouriez et
Brissot, prononcé au Club des Jacobins le 3 avril 1793 (3 avril 1793)



Le préopinant vous a annoncé des faits; cela suppose que la société
n'est pas instruite des dangers qui nous menacent: il faut savoir que
Dumouriez est le général de tous les contre-révolutionnaires de France,
de tous le royalistes, de tous les feuillants; il faut savoir qu'il est
d'intelligence avec les puissances étrangères; il faut savoir qu'il
veut nous forcer de transiger sur notre liberté, et qu'il s'offre pour
médiateur; il faut savoir qu'on veut rétablir le despotisme. A qui
persuadera-t-on que Beurnonville ait été sérieusement arrêté par
Dumouriez? Beurnonville est le premier complice de Dumouriez.

Dumouriez n'a pas sérieusement blâmé Brissot, et ce passage du rapport
où il reproche à Brissot de nous avoir suscité la guerre est un piège
qu'il a tendu aux commissaires. Dumouriez feint d'être l'ennemi de
Brissot, pour faire croire qu'il n'est pas d'intelligence avec la
faction Brissot; mais il y a dans ce rapport plusieurs passages qui
sont faits pour détourner l'attention des vrais complices de Dumouriez.

On a proposé d'envoyer des courriers. Qui les enverra? La Convention?
Alors ces courriers seront dévoués à nos ennemis. On nous propose
d'écrire aux sociétés affiliées; croyez-vous que cette mesure puisse
être exécutée? Je vous ai dit que le premier plan de contre-révolution
était dans le directoire de la poste: tant que la poste sera dans la
main de nos ennemis, il est impossible que nous ayons aucune
correspondance.

Tandis que nous délibérons, nos ennemis correspondent sans cesse; il
faut voir si la Convention n'a pas un bandeau sur les yeux, et si les
mesures proposées pour arrêter Dumonriez ne sont pas un piège de la
cabale qui veut endormir le peuplé sur le bord de l'abîme. C'est contre
les députés patriotes, contre les députés énergiques, contre les
Jacobins, contre le peuple de Paris. Quant aux royalistes, aux
feuillants, c'est de concert avec eux que Dumouriez vient pour écraser
la liberté.

Je suis fondé à croire que je suis un de ceux contre lesquels marche
Dumouriez. Que m'importe que Paris ait été calomnié; Paris est le
boulevard de la liberté. Comme député de Paris, mon devoir est de
l'avertir du complot. Toutes les autorités constituées doivent veiller
à la conservation de Paris, ïl faut que les sections, que la
municipalité, que le département, soient dans la plus active
surveillance.

Il faut lever une armée révolutionnaire; il faut que cette armée soit
composée de tous les patriotes, de tous les sans-culottes; il faut que
les faubourgs fassent la force et le noyau de cette armée. Je ne dirai
pas qu'il faut aiguiser nos sabres pour tuer les calotins; ce sont des
ennemis trop méprisables, et les fanatiques ne demanderaient pas mieux
pour avoir un prétexte de crier.

Il faut chasser impitoyablement de nos sections tous ceux qui se sont
signalés par un caractère de modérantisme; il faut désarmer, non pas
les nobles et les calotins, mais tous les citoyens douteux, tous les
intrigants, tous ceux qui ont donné des preuves d'incivisme; on a pris
ces mesures à Marseille. Dumouriez doit arriver à Paris avant les
bataillons de Marseille; voilà pourquoi il précipite ses pas. Paris
menacé doit se défendre. Il n'y a personne qui puisse s'opposer à ces
mesures sans se déclarer mauvais citoyen.

Le moment est venu de transiger avec les despotes ou de mourir pour la
liberté, .l'ai pris mon parti: que tous les citoyens m'imitent. Que
tout Paris s'arme, que les sections et le peuple veillent, que la
Convention se déclare peuple. Je déclare que tant que la poste restera
entre les mains des contre-révolutionnaires, que tant que des journaux
perfides, qui font l'éloge de Dumouriez, corrompront l'opinion
publique, il n'y aura aucun espoir de salut. Mais le génie de la
liberté triomphera; le patriotisme et le peuple doivent dominer et
dominer partout!



      *      *      *      *      *      *      *      *      *



Maximilien Robespierre (1758-1794), Discours sur la conspiration tramée
contre la liberté, prononcé à la Convention nationale le 10 avril 1793
(10 avril 1793)



(Les sections de Paris venaient journellement dénoncer les Girondins à
la barre de la Convention. A l'occasion d'une de ces adresses,
Robespierre s'exprima ainsi:)


Une faction puissante conspire avec les tyrans de l'Europe, pour nous
donner un roi avec une espèce de constitution aristocratique; elle
espère nous amener à cette transaction honteuse par la force des armes
étrangères et par les troubles du dedans. Ce système convient au
gouvernement anglais, il convient à Pitt, l'âme de toute cette ligne;
il convient à tous les ambitieux; il plaît à tous les aristocrates
bourgeois, qui ont horreur de l'égalité, à qui l'on a fait peur, même
pour leurs propriétés; il plaît même aux nobles, trop heureux de
trouver, dans la représentation aristocratique et dans la cour d'un
nouveau roi, les distinctions orgueilleuses qui leur échappaient. La
république ne convient qu'au peuple; aux hommes de toutes les
conditions qui ont une âme pure et élevée, aux philosophes amis de
l'humanité, aux sans-culottes, qui se sont on France parés avec fierté
de ce titre, dont Lafayette et l'ancienne cour voulaient les flétrir,
comme les républicains de Hollande s'emparèrent de celui de _gueux_,
que le duc d'Albe leur avait donné.

Le système aristocratique dont je parle était celui de Lafayette et de
tous ses pareils, connus sous les noms de _feuillants_ et de _modérés;_
il a été continué par ceux qui ont succédé à sa puissance. Quelques
personnages ont changé, mais le but est semblable, les moyens sont les
mêmes, avec cette différence que les continuateurs ont augmenté leurs
ressources et accru le nombre de leurs partisans.

Tous les ambitieux qui ont paru jusqu'ici sur le théâtre de la
révolution ont eu cela de commun, qu'ils ont défendu les droits du
peuple aussi longtemps qu'ils ont cru en avoir besoin. Tous l'ont
regardé comme un stupide troupeau, destiné à être conduit par le plus
habile ou par le plus fort. Tous ont regardé les assemblées
représentatives comme des corps composés d'hommes ou cupides ou
crédules, qu'il fallait corrompre ou tromper, pour les faire servir à
leurs projets criminels. Tous se sont servis des sociétés populaires
contre la cour, et, dès le moment où ils eurent fait leur pacte avec
elle ou qu'ils l'eurent remplacée, ils ont travaillé à les détruire.
Tous ont successivement combattu pour ou contre les jacobins, selon les
temps et les circonstances.

Comme leurs devanciers, les dominateurs actuels ont caché leur ambition
sous le masque de la modération et de l'amour de l'ordre; comme leurs
devanciers, ils ont cherché à décréditer les principes de la liberté.

Pour mieux y réussir, ils ont même cherché à en faire quelquefois de
ridicules applications. Ils ont appelé tous les amis de la patrie des
agitateurs, des anarchistes, quelquefois même ils en ont suscité de
véritables, pour réaliser cette calomnie. Ils se sont montrés habiles
dans l'art de couvrir leurs forfaits, en les imputant au peuple. Ils
ont, de bonne heure, épouvanté les citoyens du fantôme d'une loi
agraire; ils ont séparé les intérêts des riches de ceux des pauvres;
ils se sont présentés aux premiers comme leurs protecteurs contre les
sans-culottes; ils ont attiré à leur parti tous les ennemis de
l'égalité. Maîtres du gouvernement et de toutes les places, dominant
dans les tribunaux et dans les corps administratifs, dépositaires du
trésor public, ils ont employé toute leur puissance à arrêter les
progrès de l'esprit public, à réveiller le royalisme, et à ressusciter
l'aristocratie; ils ont opprimé les patriotes énergiques, protégé les
modérés hypocrites; ils ont corrompu successivement les défenseurs du
peuple, attaché à leur cause ceux qui montraient quelque talent, et
persécuté ceux qu'ils ne pouvaient séduire. Comment la république
pouvait-elle subsister, quand toute la puissance publique s'épuisait
pour décourager la vertu et pour récompenser l'incivisme et la perfidie?

La faction dominante aujourd'hui était formée longtemps avant la
Convention nationale. A la fin de juillet dernier, ils négociaient avec
la cour, pour obtenir le rappel des ministres qu'ils avaient fait
nommer au mois de janvier précédent. L'une des conditions du traité
était la nomination d'un gouverneur au prince royal (il n'est pas
nécessaire de dire que le choix devait tomber sur l'un d'entre eux). A
la même époque, ils s'opposaient de tout leur pouvoir à la déchéance de
Louis, demandée par le peuple et par les fédérés; ils firent décréter
un message et des représentations au roi. Ils n'ont rien négligé pour
empêcher la révolution du 10 août; dès le lendemain, ils travaillèrent
efficacement à en arrêter le cours. Le jour même du 10, ils firent tout
ce qui était en eux pour que le ci-devant roi ne fût pas renfermé au
Temple; ils tâchèrent de nous rattacher à la royauté, en faisant
décréter par l'assemblée Législative qu'il serait nommé un gouverneur
au prince royal. A ces faits, consignés dans les actes publics et dans
l'histoire de notre révolution, vous reconnaissez déjà les Brissot, les
Guadet, les Vergniaud, les Gensonné, et d'autres agents hypocrites de
la même coalition.

En même temps, ils n'oublièrent rien pour déshonorer la révolution qui
venait d'enfanter la république. Dès le lendemain du 10 août, ils
calomniaient le conseil de la commune, qui, dans la nuit précédente,
venait de se dévouer pour la liberté, en même temps qu'ils entravaient
toutes ses opérations par leurs intrigues et par les décrets qu'ils
dictaient à l'assemblée Législative.

Eux seuls recueillirent les fruits de la victoire du peuple; ils s'en
attribuèrent même tout l'honneur. Leur premier soin, après l'acte
conservatoire du prince royal et de la royauté, fut de rappeler au
ministère leurs créatures, Servan, Clavière et Roland. Ils
s'appliquèrent surtout à s'emparer de l'opinion publique, ils avaient
eu soin de faire remettre entre les mains de Roland des sommes énormes
pour la façonner à leur gré. Auteurs ou payeurs des journaux les plus
répandus, ils ne cessèrent de tromper la France et l'Europe sur la
révolution qui venait de renverser le trône. Ils dénoncèrent chaque
jour le peuple de Paris et tous les citoyens généreux qui y avaient le
plus puissamment concouru.

Il fallait détruire ce vaste foyer du républicanisme et des lumières
publiques; ils s'accordèrent tous à peindre cette immortelle cité comme
le séjour du crime et le théâtre du carnage, et à travestir en
assassins ou en brigands les citoyens et les représentants dont ils
redoutaient l'énergie. Ils cherchèrent à armer contre Paris la défiance
et la jalousie des autres parties de la république, et cependant les
Prussiens se préparaient à envahir notre territoire (c'était l'époque
du mois de septembre 1792). Les dominateurs étaient membres du comité
diplomatique, du comité de défense générale; ils dirigeaient le
ministère, ils avaient eu d'étroites relations avec la cour, et ils
laissaient ignorer à la France entière, au corps Législatif même, les
dangers qui nous menaçaient. Les ennemis s'étaient rendus maîtres de
Longwi, de Verdun; ils s'avançaient vers Paris, et les dominateurs
avaient gardé le silence; ils ne s'occupaient que d'afficher, que
d'écrire contre Paris. Notre armée était faible, divisée, mal
approvisionnée, et si Paris ne s'était levé tout à coup, si, à son
exemple, la France ne s'était pas ébranlée, Brunswick pénétrait sans
résistance jusqu'au coeur de l'Etat. Mais ce n'est pas tout, la faction
voulait livrer Paris et la France; elle voulait fuir avec l'assemblée
Législative, avec le trésor public, avec le conseil exécutif, avec le
roi prisonnier et sa famille. Les ministres qu'ils avaient nommés,
Roland, Servan, Clavière, Lebrun, parlaient de ce projet aux députés;
il fut proposé dans le conseil, et il était adopté, si le ministre de
la justice n'en eût empêché l'exécution, en menaçant ses collègues de
les dénoncer au peuple, et si Paris ne l'eût fait avorter, en se levant
pour écraser les ennemis de la France. Ce projet de fuite est connu des
membres de l'assemblée Législative et de plusieurs citoyens; il a été
dénoncé à la Convention nationale, et Roland lui-même a été forcé de
l'avouer dans sa lettre à la Convention nationale, du [30 septembre
1792].

La Convention nationale était convoquée.

La majorité était pure; mais un grand nombre de représentants, trompés
d'avance par les papiers imposteurs dont la faction disposait,
apportèrent à Paris des préventions sinistres, qui devaient causer bien
des maux, et d'ailleurs ce fut toujours le sort des hommes qui ont des
lumières sans probité, ou de la probité sans lumières, d'être les
complices ou les jouets de l'intrigue.

Le décret qui déclare la royauté abolie, proposé à la fin de la
première séance par un des députés de Paris calomniés, fut rendu avec
enthousiasme. Si le lendemain on eût agité l'affaire du tyran, il eût
été condamné; et si la Convention, libre de leur dangereuse influence,
s'était ensuite occupée du bonheur public, la liberté et la paix
seraient maintenant affermies; mais les intrigants, qui n'avaient pu
s'opposer à la proclamation de la république, s'appliquèrent à
l'étouffer dans sa naissance. En possession des comités les plus
importants de l'assemblée Législative, qu'ils firent conserver
provisoirement, ils composèrent bientôt les nouveaux à leur gré; ils
s'emparèrent du bureau, du fauteuil et même de la tribune. Ils tenaient
toujours dans leurs mains le ministère et le sort de la nation. Ils
occupèrent sans cesse la Convention nationale de dénonciations contre
la municipalité de Paris, contre le peuple de Paris, contre la majorité
des députés de Paris. Ils inventèrent, ils répétèrent cette ridicule
fable de la dictature, qu'ils imputaient à un citoyen sans pouvoir
comme sans ambition, pour faire oublier, et l'affreuse oligarchie
qu'ils exerçaient eux-mêmes, et le projet de la tyrannie nouvelle
qu'ils voulaient ressusciter. Par là, ils cherchaient encore à dégoûter
le peuple français de la république naissante, à arrêter les progrès de
notre révolution dans les contrées voisines, en leur présentant la
chute du trône comme l'ouvrage d'une ambition criminelle, et le
changement de gouvernement comme un changement de maître.

De là ces éternelles déclamations contre la justice révolutionnaire qui
immola les Montmorin, les Lessart et d'autres conspirateurs, au moment
où le peuple et les fédérés s'ébranlaient pour repousser les Prussiens.
Dès ce moment, ils ne cessèrent de remplir les âmes des députés de
défiance, de jalousie, de haine et de terreurs, et de faire entendre
dans le sanctuaire de la liberté, les clameurs des plus vils préjugés,
et les rugissements des plus furieuses passions. Dès lors ils ne
cessèrent de souffler le feu de la guerre civile, et dans la Convention
même, et dans les départements, soit par leurs journaux, soit par leurs
harangues à la tribune, soit par leur correspondance.

Ils étaient venus à bout de reculer par là, pendant quatre mois, le
procès du tyran. Quelles chicanes! quelles entraves! quelles manoeuvres
employées durant la discussion de cette affaire! Qui peut calculer sans
frémir les moyens employés par Roland, les sommes prodiguées par le
ministère pour dépraver l'esprit public, pour apitoyer le peuple sur le
sort du dernier roi? Avec quelle lâche cruauté les avocats du tyran
appelaient des corps armés contre Paris et contre les députés
patriotes, dénoncés par eux des assassins et comme des traîtres! Avec
quel insolent mépris des lois des corps administratifs, dignes de ces
députés, les levaient de leur autorité privée aux dépens du trésor
public! Avec quelle perfide audace cette même faction protégeait de
toutes parts la rentrée des émigrés, et ce rassemblement de tous les
assassins et de tous les scélérats de l'Europe à Paris! Avec quel
odieux machiavélisme on emploie tous les moyens de troubler la
tranquillité de cette ville et de commencer la guerre civile, sans même
dédaigner celui de faire ordonner, par un décret, la représentation
d'une pièce aristocratique (l'_Ami des Lois_), qui avait déjà fait
couler le sang, et que la sagesse des magistrats du peuple avait
interdite!

A quoi a tenu le salut de la patrie et la punition du tyran? Au courage
invincible des patriotes, à l'énergie calme du peuple, éclairé sur ses
véritables intérêts, et surtout à la réunion imprévue des fédérés.
S'ils avaient conservé les fatales préventions que leur avaient
inspirées ceux qui les avaient Appelés, si le bandeau était resté deux
jours de plus sur leurs yeux, c'en était fait de la liberté: le tyran
était absous, les patriotes égorgés, le fer même des défenseurs de la
patrie, égarés, se serait combiné avec celui des assassins royaux;
Paris était en proie à toutes lès horreurs, et la Convention nationale,
escortée des satellites qu'ils avaient rassemblés, fuyait an milieu de
la confusion et de la consternation universelle.

Mais, ô force toute-puissante de la vérité et de la vertu! ces généreux
citoyens ont abjuré leurs erreurs; ils ont reconnu avec une sainte
indignation les trames perfides de ceux qui les avaient trompés; ils
les ont voués au mépris public, ils ont serré dans leurs bras les
Parisiens calomniés; réunis tous aux jacobins, ils ont juré avec le
peuple une haine éternelle aux tyrans et un dévouaient sans bornes à la
liberté. Ils ont cimenté cette sainte alliance, sur la place du
Carrousel, par des fêtes civiques où assistèrent tous les magistrats de
cette grande cité, avec un peuple généreux que l'enthousiasme du
patriotisme élevait au dessus de lui- même. Quel spectacle! comme il
console des noirceurs, de la perfidie et des crimes de l'ambition! Ce
grand événement fit pencher la balance dans la Convention nationale en
faveur des défenseurs de la liberté; il déconcerta les intrigants et
enchaîna les factieux. Lepelletier seul fut la victime de son courage à
défendre la cause de là liberté, quoique plusieurs patriotes aient été
poursuivis par des assassins. Heureux martyr de la liberté, tu ne
verras pas les maux que nos ennemis communs ont préparés à là patrie!

Au reste, quelques efforts qu'ils aient faits pour sauver Louis XVI, je
ne crois pas que ce soit lui qu'ils voulussent placer sur le trône;
mais il fallait lui conserver la vie, pour sauver l'honneur de la
royauté qu'on voulait rétablir, pour remplir un des articles du traité
fait avec Londres et là promesse donnée à Pitt, comme le prouvent les
discours de ce ministre au parlement d'Angleterre. Il fallait surtout
allumer la guerre civile par l'appel au peuple, afin que les ennemis
qui devaient bientôt nous attaquer nous trouvassent occupés à nous
battre pour la querelle du roi détrôné.

La punition éclatante de ce tyran, la seule victoire que les
républicains aient remportée à la Convention nationale, n'a fait que
reculer le moment où la conspiration devait éclater; les députés
patriotes, désunis, isolés, sans politique et sans plan, se sont
rendormis dans une fausse sécurité, et les ennemis de la patrie ont
continué de veiller pour la perdre.

Déjà ils recueillent les fruits des semences de guerre civile qu'ils
ont jetées depuis si longtemps, et la ligue des traîtres de l'intérieur
avec les tyrans du dehors se déclare.

On se rappellera ici que ce sont les chefs de cette faction qui, en
1791, prêtèrent à la cour le secours de leur fausse popularité, pour
engager la nation dans cette guerre provoquée par la perfidie, déclarée
par l'intrigue et conduite par la trahison. Je leur disais alors, aux
Jacobins, où ils venaient prêcher leur funeste croisade, où Dumouriez
lui-même, coiffé d'un bonnet rouge, venait étaler tout le charlatanisme
dont il est doué: "Avant de déclarer la guerre aux étrangers, détruisez
les ennemis du dedans; punissez les attentats d'une cour parjure, qui
cherche elle-même à armer l'Europe contre vous; changez les
états-majors qu'elle a composés de ses complices et de ses satellites;
destituez les généraux perfides qu'elle a nommés, et surtout Lafayette,
déjà souillé tant de fois du sang du peuple. Forcez le gouvernement à
armer les défenseurs de la patrie, qui demandent en vain des armes
depuis deux ans; fortifiez et approvisionnez nos places frontières, qui
sont dans un dénûment absolu. Faites triompher la liberté au dedans, et
nul ennemi étranger n'osera vous attaquer; c'est par les progrès de la
philosophie et par le spectacle du bonheur de la France! que vous
étendrez l'empire de notre révolution, et non par la force des armes et
par les calamités de la guerre. En vous portant agresseurs, vous
irritez les peuples étrangers contre vous, vous favorisez les vues des
despotes et celles de la cour, qui a besoin de faire déclarer la guerre
par les représentants de la nation, pour échapper à la défiance et à la
colère du peuple."

Les chefs de la faction répondaient par des lieux communs, pour allumer
l'enthousiasme des ignorants; ils nous montraient l'Europe entière
volant au devant de la constitution française, les armées des despotes
se débandant partout pour accourir sous nos drapeaux, et l'étendard
tricolore flottant sur les palais des électeurs, des rois, des papes et
des empereurs. Ils excusaient la cour, ils louaient les ministres, et
surtout Narbonne; ils prétendaient que quiconque cherchait à inspirer
la défiance contre les ministres, contre Lafayette et contre les
généraux, était un désorganisateur, un factieux qui compromettait la
sûreté de l'Etat.

En dépit de toutes leurs intrigues, les jacobins résistèrent
constamment à la proposition qu'ils leur firent de prononcer leur
opinion en faveur de la guerre; mais tel était le prix qu'ils
attachaient à consacrer les projets de la cour par la sanction des
sociétés populaires, que le comité de correspondance de cette société,
composé de leurs émissaires, osa envoyer, à son insu, une lettre
circulaire à toutes les sociétés affiliées, pour leur annoncer que le
voeu des jacobins était pour la guerre; ils portèrent même l'imprudence
jusqu'à dire que ceux qui avaient combattu ou embrassé l'opinion
contraire l'avaient solennellement abjurée. Ce fut par ces manoeuvres
que l'on détermina les patriotes même de l'assemblée Législative à
voter comme le côté droit et comme la cour

Le prix de cette intrigue fut l'élévation de la faction au ministère,
dans la personne de Clavière, Roland, Servan et Dumouriez.

Nos prédictions ne tardèrent pas à s'accomplir. La première campagne
fut marquée par des trahisons et par des revers, qui ne furent, pour la
cour et pour Lafayette, que de nouveaux prétextes pour demander des
lois de sang contre les plus zélés défenseurs de la patrie, et un
pouvoir absolu, qui leur fût accordé sur la motion des chefs de la
faction, et particulièrement des Guadet, des Gensonné. Dès ce temps-là,
tous ceux qui osaient soupçonner les généraux et la cour furent
dénoncés comme des agitateurs et des factieux. On se rappellera avec
quel zèle les mêmes hommes défendaient, divinisaient le ministre
Narbonne, avec quelle insolence ils outrageaient l'armée et les
patriotes.

Bientôt tous nos généraux nous trahirent à l'envi. Une invasion dans la
Belgique ne produisit d'autre effet que de livrer ensuite nos alliés à
la vengeance de leur tyran, et d'irriter les étrangers contre nous, par
l'infâme attentat du traître Jarri, qui n'a pas même été puni. Nos
places fortes étaient dégarnies; notre armée divisée par les intrigues
des états-majors, et presque nulle; tous les chefs s'efforçaient à
l'envi de la royaliser, la ligue des tyrans étrangers se fortifiait;
l'époque du mois d'août ou de septembre était destinée pour leur
invasion, combinée avec la conspiration de la cour des Tuileries contre
Paris et contre la liberté. C'en était fait de l'une et de l'autre,
sans la victoire remportée par le peuple et les fédérés, le 10 août
1792; et lorsqu'au commencement du mois de septembre suivant,
Brunswick, encouragé sans doute par la faction, osa envahir le
territoire français, vous avez vu qu'ils ne songeaient qu'à abandonner
et qu'à perdre Paris.

Mais, en dépit de tous les factieux hypocrites qui s'opposaient à cette
insurrection nécessaire, Paris se sauva lui-même. Dumouriez était à la
tête de l'armée. Auparavant Brissot avait écrit de lui, qu'après
Bonne-Carrère, Dumouriez était le plus vil des hommes. Dumouriez avait
répondu, par écrit, que Brissot était le plus grand des fripons, sans
aucune espèce de réserve. Il avait affiché que la cause du courroux que
la faction affectait contre lui était le refus qu'il avait fait de
partager avec elle les six millions qu'elfe lui avait fait accorder
pour dépenses secrètes, dans le temps de son ministère et de leur
amitié. Ils annoncèrent des dénonciations réciproques, qui n'eurent
point lieu. C'est encore un problème à quel point cette brouillerie
était sérieuse; mais ce qui est certain, c'est qu'au moment où il prit
le commandement de l'armée de Châlons, il était très bien avec la
faction et avec Brissot, qui le pria d'employer Miranda dans une
commission importante, s'if en faut croire ce que Brissot a dit
lui-même au comité de défense générale. J'ignore ce qu'aurait fait
Dumouriez, si Paris et les autres départements ne s'étaient levés au
mois de septembre pour écraser les ennemis intérieurs et extérieurs;
mais ce qui est certain, c'est que ce mouvement général de la nation
n'était pas favorable au roi de Prusse pour pénétrer au coeur de la
France. Dumouriez l'éconduisit avec beaucoup de politesse pendant une
longue retraite assez paisible, en dépit de nos soldats, dont on
enchaînait constamment l'impétuosité, et qui mordaient leurs sabres en
frémissant de voir que leur proie leur échappait. L'armée prussienne,
ravagée par la maladie et par la disette, a été sauvée; elle a été
ravitaillée, traitée avec une générosité qui contraste avec les
cruautés dont nos braves défenseurs ont été les victimes. Dumouriez a
parlementé, a traité avec le roi de Prusse, dans le moment où la France
et l'armée s'attendaient à voir la puissance et l'armée de ce despote
ensevelies à la fois dans les plaines de la Champagne ou de la
Lorraine, où Dumouriez lui-même avait annoncé, dans ses lettres à
l'assemblée nationale, que les ennemis ne pouvaient lui échapper. Il se
montra aussi complaisant et aussi respectueux pour le roi de Prusse,
qu'il fut depuis insolent avec la Convention nationale. Il est au moins
douteux s'il a rendu plus de services à la république qu'aux Prussiens
et aux émigrés. Au lieu de terminer la guerre et d'affermir la
révolution en exterminant cette armée, dont nos ennemis n'auraient
jamais pu réparer la perte; au lieu de se joindre aux autres généraux
pour pousser nos conquêtes jusqu'au Rhin, il revient à Paris; et, après
avoir vécu quelque temps dans une étroite intimité avec les coryphées
de la faction, il part pour la Belgique.

Il débute par un succès brillant, nécessaire pour lui donner la
confiance que sa conduite avec les Prussiens était loin de lui avoir
assurée; et quiconque rapprochera de ce qui se passe aujourd'hui la
brusque témérité qui acheta la victoire de Jemmapes, par le sacrifice
de tant de Français républicains, concevra facilement que ce succès
même était plus favorable au despotisme qu'à la liberté, Dumouriez
était maître de la Belgique; si, dès ce moment, il avait aussitôt
envahi la Hollande, la conquête de ce pays était certaine; nous étions
maîtres de la flotte hollandaise; les richesses de ce pays se
confondaient avec les nôtres, et sa puissance était ajoutée à celle de
la France: le gouvernement anglais était perdu, et la révolution de
l'Europe était assurée. On a dit, et je l'ai cru moi-même un instant
sur ces ouï-dire, que tel était le projet de Dumouriez, qu'il avait été
arrêté par le conseil exécutif; mais il est démontré que ce bruit
n'était qu'une nouvelle imposture répandue par la faction. En effet,
si, comme on l'a dit, Dumouriez avait conçu ce grand dessein, s'il y
attachait sa gloire et sa fortune, pourquoi n'a-t-il pas réclamé
l'appui de l'opinion publique contre les oppositions perfides du
conseil exécutif? pourquoi n'a-t-il pas invoqué la nation elle-même
contre des intrigues qui compromettaient son salut? Il est bien plus
naturel de penser que ce bruit n'avait été répandu par les ennemis de
Dumouriez que pour lui concilier la confiance. On sait assez que les
chefs de cette faction ont l'art de paraître quelquefois divisés pour
cacher leur criminelle intelligence. Au surplus, que Dumouriez ait eu
part ou non au retard funeste qu'a éprouvé l'expédition de la Hollande,
il doit au moins être imputé à la malveillance de la majorité du
conseil exécutif et des coryphées de la faction, qui dominaient dans
les comités diplomatique et de défense générale. Les députés bataves se
sont plaints eux-mêmes hautement, dans un mémoire qu'ils ont rendu
public, et qui est entre nos mains, de l'opiniâtreté avec laquelle
leurs offres et leurs instances ont été repoussées depuis trois mois
par le ministre des affaires étrangères. On ne peut nier au moins que
Dumouriez et les chefs de la faction ne fussent parfaitement d'accord
sur le projet de ravir la Belgique à la France. On connaît les efforts
de Dumouriez pour empêcher l'exécution des décrets des 15 et des 25 de
décembre. On connaît toutes ses perfidies. D'un autre côté, on sait
comment le comité diplomatique a repoussé tous les peuples qui
voulaient s'incorporer à nous. Roland disait des députés de la Savoie:
"On doit m'envoyer des Savoisiens pour solliciter la réunion de ce
pays; je les recevrai à cheval."--"Comment est-il possible que vous
vouliez vous réunir à notre anarchie, disait Brissot aux Belges et aux
Liégeois?" Tel était le langage des Guadet, des Gensonné. Ils sont
venus à bout de retarder toutes ces réunions jusqu'au moment où le
parti ennemi de la révolution eut tout disposé pour les troubler, et
que les despotes eurent rassemblé des forces suffisantes contre nous.

Dumouriez et ses partisans portèrent un coup mortel à la fortune
publique en empêchant la circulation des assignats dans la Belgique.
Après avoir fatigué cette contrée par ses intrigues, après avoir levé,
de son autorité privée, des sommes énormes qu'il chargeait la nation de
rembourser, il part enfin pour la Hollande, et s'empare de quelques
places dans la Gueldre. Mais, tandis qu'on ne nous parlait que de
succès et de prodiges, tout était disposé pour nous enlever en un
moment la Belgique. Stengel et Miranda, le premier, aristocrate
allemand, l'autre, aventurier espagnol, chassé du Pérou, ensuite
employé par Pitt et donné par l'Angleterre à la France, enfin adoptés
particulièrement par Dumouriez, Brissot, Pétion, nous trahissaient en
même temps à Aix-la-Chapelle et à Maëstricht. Une partie de l'armée,
exposée dans un poste désavantageux, appelée improprement l'avant-garde
puisqu'elle n'avait rien derrière elle, disséminée sur un si grand
espace de terrain qu'en cas d'attaque les corps qui la composaient ne
pouvaient se rallier ni se soutenir, est livrée à une armée ennemie
dont notre général avait l'air de ne pas soupçonner l'existence: il
avait repoussé tous les avis qu'on lui avait donné? de son approche; le
corps les plus distingués par leur patriotisme sont spécialement trahis
et égorgés par les ennemis, le reste est obligé de fuir. En même temps,
le siège de Maëstricht, entrepris sans aucuns moyens, avec des boulets
qui n'étaient pas de calibre, dirigé par une perfidie profonde, pour se
défaire de nos plus braves défenseurs en les exposant sans défense à
l'artillerie supérieure de nos ennemis; le siège de Maëstricht est levé
avec précipitation; nos conquêtes sont abandonnées, les braves
Liégeois, nos fidèles alliés, devenus nos frères, sont remis sous la
hache des tyrans pour expier encore une fois leur généreux attachement
à la cause de la France et de la liberté.

Dumouriez laisse son armée dans la Gueldre et se rend dans la Belgique,
pour se mettre à la tête de celle qui a été trahie. Va-t-il se plaindre
d'avoir été lui-même trahi par les généraux? va-t-il les dénoncer à la
Convention? Non: il jette un voile sur la trahison, parle seulement de
quelque imprudence de la part du général de l'avant-garde, montre la
plus grande confiance en l'armée, et promet de la conduire à la
victoire. Il donne une bataille; elle est perdue. Cependant le centre
et l'aile droite, suivant lui, ont eu l'avantage; l'aile gauche a plié,
or, l'aile gauche était commandée précisément par ce même Miranda, qui
avait trahi à Maëstricht. La suite de ce nouvel échec est la perte de
la Belgique. Alors Dumouriez se découvre tout entier; il se déclare
ouvertement pour les généraux perfides: il se plaint du décret qui
mande à la barre Stengel et Lanoue; il fait le plus pompeux éloge de ce
dernier, convaincu d'avoir conspiré en faveur du tyran avant la
révolution du mois d'août. Il veut que la Convention imite le sénat
romain, et qu'elle remercie les traîtres de n'avoir pas désespéré de la
patrie; il menace de l'abandonner, si on contrarie aucune de ses vues.
Il loue le civisme et le courage de Miranda, et de tous les autres
généraux et officiers, sans distinction. Il impute tous nos maux aux
soldats; il oublie que lui-même les avait attribués à celui qui
commandait à Aix-la-Chapelle; il oublie qu'il avait vanté lui-même le
courage et la conduite de l'armée, et surtout la patience héroïque avec
laquelle elle avait supporté la disette et des fatigues au dessus des
forces humaines, dans tous les temps, et récemment encore au siège de
Maëstricht. Il prétend que l'armée n'est qu'un ramas de lâches et de
pillards: ce sont ses propres expressions. Il fait plus, il déclame
avec la même insolence contre les nouveaux défenseurs qui volent dans
la Belgique de toutes les parties de la république, pour réparer ces
revers: il les appelle des brigands.

Tandis qu'il écrivait tout cela, il abandonnait la Belgique aux
despotes; il leur abandonnait nos immenses provisions qu'il y avait
ramassées: il avait ordonné aux commissaires de compter quatre millions
aux Belges; mais, auparavant, il avait eu soin en partant d'y éteindre,
autant qu'il était en lui, une espèce d'affection pour les principes de
notre révolution, et d'allumer la haine du nom français; il avait été
jusqu'à publier hautement, dans une lettre adressée à la Convention,
que la Providence punissait le peuple français de ses injustices. Il
avait peint Paris comme un théâtre de sang et de carnage; la France
comme le séjour du crime et de l'anarchie; les députés patriotes de la
Convention, comme des fous ou comme des scélérats. Il avait fait des
proclamations qui, sous le prétexte de réprimer certains actes
impolitiques, tendaient à réveiller tous les préjugés du fanatisme et
de l'aristocratie. Il avait rétabli dans leurs fonctions les
administrateurs destitués pour cause d'incivisme par les commissaires
de la Convention nationale; il avait détruit les sociétés populaires
attachées à notre cause. Il a voulu excuser tous ses forfaits, en
disant que l'on avait irrité les Belges par quelques actes de cupidité
et d'irréligion. Sans doute c'était le comble de l'étourderie et
peut-être de la perfidie de faire la guerre à des saints d'argent.
Mais, qui pouvait prévenir ces désordres, si ce n'était un général
tout-puissant? Quant aux commissaires du conseil exécutif, contre
lesquels il a paru sévir, qui les avait nommés, si ce n'est son propre
parti? N'étaient-ils pas l'ouvrage de Roland et des ministres coalisés
avec le généralissime Dumouriez?

Ni les déclamations, ni les ordres sévères de ce général intrigant
contre un Cheppi et contre d'autres créatures de la même faction ne
prouveront jamais qu'il n'était point d'intelligence avec eux. Pour
exécuter le projet d'empêcher la réunion de la Belgique à la France, il
fallait que la faction employât à la fois des agents qui
s'appliquassent à mécontenter les Belges et un général qui profitât de
ce mécontentement pour les éloigner à jamais de notre révolution. On
parle des désorganisateurs commis pour semer le trouble dans l'armée;
mais quoi de plus facile aux généraux que de les réprimer, que de
maintenir une discipline sévère; si tous les généraux perfides
n'avaient besoin de ces moyens pour exécuter et pour pallier leurs
trahisons. Lafayette aussi entretenait, autant qu'il était eu lui, des
désordres dans son armée, pour la calomnier, la dissoudre, et pour
perdre la liberté; il n'avait oublié qu'une chose; c'était de débuter,
comme Dumouriez, par un succès.

Enfin Dumouriez a levé l'étendard de la révolte; il menace de marcher
vers Paris, pour ensevelir la liberté sous ses ruines; il déclare qu'il
veut protéger les ennemis de la liberté que la Convention renferme dans
son sein contre les députés attachés à la cause du peuple, qu'il
appelle aussi des anarchistes et des agitateurs: il ne dissimule pas le
projet de rétablir la royauté. Après avoir fait égorger une partie de
l'armée, il trompe l'autre, et s'efforce de la débaucher, après l'avoir
calomniée à son insu. Fier du succès de ses trahisons, gorgé des
trésors qu'il a puisés dans la Hollande, dans la Belgique et dans les
caisses nationales, dont il s'est emparé; fort de son alliance avec nos
ennemis, à qui il a livré nos magasins; fort de l'appui des Belges,
qu'il a armés contre nous, il cherche à jeter le découragement dans la
nation; il s'efforce de déshonorer le peuple français et nos braves
défenseurs aux yeux des peuples étrangers; il nous annonce hautement
qu'il ne nous reste plus aucune ressource. Dans ses lettres officielles
à Beurnonville, il parle avec une joie insolente des troubles qui
allaient éclater au milieu de nous; il en présage de nouveaux; il nous
montre déjà les départements du Nord, du Pas-de-Calais, de la Somme en
état de contre-révolution; il déclare en propres termes que nous ne
pourrons tenir tête à nos ennemis étrangers, parce que nous serons
obligés d'employer nos forces à réprimer ceux du dedans. Il nous montre
en même temps toutes nos places sans défense; et il ose nous déclarer
que nous n'avons d'autre parti à prendre que de demander la paix, et de
transiger avec les despotes; que dis-je, il ose se montrer lui-même
comme médiateur!

Tel était le coupable secret de la conspiration tramée depuis longtemps
contre notre liberté. Le chef de la faction l'a dévoilé, au moment où
il croyait pouvoir l'exécuter avec succès. En effet, tout semblait
disposé pour la favoriser. Un ministre de la guerre audacieux et
hypocrite avait été nommé tout exprès par la faction, pour les grands
événements qui devaient arriver. En peu de temps, il avait purgé les
bureaux de la guerre, les garnisons et l'armée de tous les agents et de
tous les chefs patriotes; il les avait remplacés par des hommes plus
que suspects; il avait laissé nos places fortes sans garnisons et sans
munitions. On se rappelle avec quelle hardiesse il trompait la
Convention nationale sur l'état de nos affaires dans la Belgique, au
moment où les trahisons des généraux les avaient déjà perdues, et
comment les fausses nouvelles qu'il débitait furent démenties par les
commissaires de l'assemblée. Les autres généraux étaient entrés dans ce
plan de conspiration; et, pour mieux en assurer le succès, le ministre
avait mis le comble à ses attentats, en faisant suspendre la
fabrication des armes dans toutes nos manufactures. Dans le même temps,
on excitait des troubles dans une grande partie de la France, et
surtout dans nos départements maritimes. Les aristocrates révoltés
avaient levé de grandes armées bien approvisionnées; ils avaient
saccagé des villes, égorgé une multitude de patriotes; et personne
n'avait songé à réprimer cette conspiration tramée depuis quatre mois,
et ni le ministre, ni le comité de défense générale, composé en grande
partie de la faction que je dénonce, n'en avait donné avis à
l'assemblée ni à la nation. Enfin le ministre de la guerre nomme un
général pour commander les patriotes, et ce général (Marcé) est un
traître qui livre notre artillerie aux révoltés, et qui mène les
défenseurs de la liberté à la boucherie. Partout il nomme des officiers
également perfides, des Witencok, des d'Hermigies, des Ligonier. Il
montre surtout, dans ses choix, une prédilection singulière pour les
étrangers, pour les sujets des despotes, nos ennemis, et quelquefois
même pour les parents de nos tyrans. Grâces à ces criminelles
machinations, les troubles se prolongent, et la victoire coûte beaucoup
de sang aux républicains; on vient de nous dire que _le calme pourra
être rétabli dans six semaines ou deux mois_. Deux mois de guerre
civile et de massacres des plus zélés patriotes, quand l'infâme
Dumouriez conspirait contre nous dans la Belgique, avec les despotes de
l'Europe et tous les ennemis de l'intérieur! Dumouriez, qui nous
annonçait, avec une insolente satisfaction, que, dès le moment où
l'équinoxe serait passé, nos départements maritimes seraient envahis
par les Anglais. Encouragés par tant d'attentats, les royalistes
relevaient partout une tête audacieuse, et osaient menacer les amis de
la liberté.

Eh! pourquoi non? Ne pouvaient-ils pas compter sur l'ascendant que la
faction exerçait au sein de la Convention nationale? N'était-ce pas
elle qui depuis longtemps dépravait l'esprit public dans les
départements révoltés? Et les massacres de la Bretagne, et le fanatisme
royal et religieux qui égarait les habitants des campagnes,
n'étaient-ils pas les dignes fruits des écrits empoisonnés qu'elle
avait semés sur la surface de cette importante contrée, de la
correspondance perfide des députés qui suivaient sa bannière; enfin,
des persécutions suscitées à tous les vrais républicains? N'était-ce
pas elle qui, chaque jour, cherchait à dégoûter le peuple de la
révolution en aggravant sa misère; qui repoussait toutes les mesures
nécessaires pour réprimer la fureur de l'agiotage, pour assurer la
subsistance publique, pour mettre un freina l'excès des accaparements?
N'était-ce pas elle qui faisait, défaisait les ministres, protégeait
tous leurs crimes, et multipliait les conspirateurs par l'impunité?
N'était-ce pas elle qui, à la place des lois bienfaisantes que
sollicitaient les besoins pressants de la patrie, ne nous donnait que
des déclamations, des libelles et des crimes?

Mais son audace redoublait surtout au moment où la conspiration était
près d'éclater. Avec quelle perfidie ils désorganisaient tout en criant
aux désorganisateurs! avec quelle lâche cruauté ils cherchaient à
exciter dans Paris quelques petits mouvements aristocratiques pour
préparer au traître Dumouriez le prétexte de marcher contre cette cité,
et à les imputer ensuite aux patriotes dont le zèle les avait
constamment écartés! Voyez quel affreux parti ils ont voulu tirer d'un
attroupement excité par eux, qui s'était porté chez quelques épiciers!
Voyez comme l'exécrable Dumouriez, dans sa lettre du 12 mars à la
Convention, travestit la vente illégale et forcée des marchandises de
quelques marchands et de quelques accapareurs, en scènes de sang et de
carnage, et comme il en conclut qu'il doit faire la guerre à Paris et
aux patriotes!

Ils avaient dénoncé les députés patriotes qui avaient pressé la
condamnation du tyran comme des agitateurs, et il déclare qu'il veut
employer la moitié de son armée à les subjuguer. Ils avaient déclamé
contre les tribunes, c'est-à-dire contre la portion du peuple qui
pouvait assister aux séances de l'assemblée représentative; ils avaient
protesté solennellement qu'ils n'étaient pas libres, lorsque le tyran
avait été condamné; et il menace les tribunes, et il promet d'aller
bientôt affranchir de leur influence la faction qui avait voulu sauver
le tyran, qu'il appelle _la saine partie de la Convention nationale_.
Il proclame leurs principes; il consacre leurs calomnies, il déclare la
guerre à leurs adversaires, il rédige en forme de manifeste contre la
république, les journaux des chroniqueurs, des Brissot, des Gorsas, des
Rabaud, des Gensonné, Vergniaud et Guadet, etc. Comme eux, il veut
être, dit-il, le restaurateur de l'ordre publique, le fléau de
l'anarchie, le libérateur de son pays; enfin, il déclare hautement
qu'il veut redonner un roi à la France. Quel était le roi qu'il voulait
nous donner? Peu importe sans doute aux républicains qui les détestent
tous également; mais c'était apparemment quelque rejeton de la famille
de nos tyrans. Or, parmi les généraux de l'armée de Belgique, je vois
Valence l'ami de Dumouriez; Valence, le gendre de Sillery, le confident
intime du ci-devant duc d'Orléans; Sillery, ci-devant comte de Genlis:
ce seul nom dit tout. Je vois le ci-devant duc de Chartres promu au
commandement des armées dans un âge ou les citoyens sont à peine dignes
d'être soldats. Je vois dans le camp de Dumouriez la soeur de ce jeune
général avec la ci- devant comtesse de Genlis, la plus intrigante des
femmes de l'ancienne cour, malgré ses livres sur l'éducation; je vois
le victorieux Dumouriez aux pieds de la soeur, et dans une attitude
respectueuse en présence du frère.

Je vois ensuite le fils de d'Orléans écrire comme Dumouriez; je le vois
fuir précipitamment avec Dumouriez, avec Valence, et je n'ai pas besoin
d'en savoir davantage pour connaître la faction toute entière. Je
devine la perfidie profonde des conspirateurs qui, pour couvrir leurs
complots d'un voile impénétrable, avaient feint de vouloir expulser les
individus de la ci-devant famille royale, dans un temps où la France
entière ne voyait aucun motif à cette proposition imprévue, dans un
temps où des patriotes de bonne foi croyaient défendre, en les
repoussant, les principes et l'intégrité delà représentation nationale.
Je conçois pourquoi ils demandaient l'expulsion des Bourbons en
général, pour éloigner la condamnation de la royauté dans la personne
de Louis XVI, et pourquoi, depuis la punition du tyran, ils ont oublié
et même rejeté cette mesure, dans le moment où l'aristocratie levait
l'étendard de la révolte pour rétablir la royauté.

Les amis et les complices de Dumouriez, membres du comité de défense
générale, connaissaient sans doute ces secrets mieux que personne; mais
ils comptaient sur le succès de sa criminelle entreprise. Aussi, nous
les avons vus d'abord excuser la lettre insolente du 12 mars à la
Convention, sous le prétexte que ce général devait être irrité par les
dénonciations faites contre lui dans les sociétés populaires. Nous les
avons vus cherchant à écarter les accusations qu'ils redoutaient, en se
hâtant de répéter leurs déclamations ordinaires contre les députés
patriotes, contre les jacobins, etc., etc. Là, nous avons entendu
Vergniaud prétendre que les _opinions politiques_ de Dumouriez étaient
indifférentes, et qu'il était intéressé à la cause de la révolution;
là, nous avons vu Gensonné s'indigner de ce que l'on donnait à
Dumouriez les qualifications qu'il méritait, et vanter impudemment son
civisme, ses services et son génie. Il est prouvé que Gensonné
entretenait une correspondance habituelle avec Dumouriez, courrier par
courrier; et Gensonné voulait se charger, vis-à-vis des membres de la
Convention, présents au comité, du rôle de médiateur auprès de son
correspondant et de son ami Dumouriez. Là, nous avons vu Pétion
embrasser avec chaleur la défense de Miranda; et, après que j'eus
dénoncé ce général, et Stengel et Lanoue, se lever en courroux en
s'écriant que l'on dénonçait toujours sans preuves; et le siège de
Maëstricht était levé, et l'armée trahie à Aix-la-Chapelle, et la
Belgique livrée à nos ennemis: et c'était le moment où on délibérait
sur la révolte déclarée de Dumouriez!

Là, nous avons vu, le même jour, Brissot, pour toute mesure de salut
public, déclarer que la Convention nationale avait perdu la confiance
publique; que son unique devoir était de faire bien vite la
constitution et de partir. Je l'ai entendu proposer de s'arranger, dans
le comité de défense générale, sur les divers articles de la
constitution qui pouvaient partager les avis, et de la faire ensuite
adopter d'emblée par la Convention, pour éviter, disait-il, des débats
scandaleux. Là, nous avons vu les chefs de la faction refuser ensuite
de discuter la conduite de Dumouriez, pour proposer un rapprochement
entre ses amis et ses adversaires; et, sous le prétexte de s'expliquer,
renouveler toutes les calomnies dont ils avaient tant de fois souillé
la tribune et les papiers publics. Nous avons entendu les ministres
apporter à ce comité des nouvelles et des projets illusoires, concertés
d'avance avec eux; nous avons vu le ministre de la guerre déclamer
contre l'insubordination des soldats, sans vouloir convenir de la
perfidie des généraux; provoquer des mesures rigoureuses contre ceux
qui médisaient des généraux; citer pour preuve de leur républicanisme
la fameuse blessure de Valence: nous l'avons entendu faire l'éloge du
système défensif, nous garantir la neutralité de la Savoie et du comté
de Nice, comme si ces deux départements français étaient pour nous des
contrées étrangères. Nous l'avons entendu préparer une trahison
ultérieure, et nous annoncer d'avance la retraite de Custines. Nous
l'avons entendu répéter tous les lieux communs de Dumouriez sur
l'éloignement des Belges pour la révolution française, et le comité
approuver beaucoup toutes ces vues. Nous avons entendu surtout Brissot,
à ce propos-là même, déclarer que nous étions trop heureux que l'esprit
public des Belges ne fût pas plus français, par la raison qu'en
renonçant à la Belgique, nous pourrions, avec plus de facilité, obtenir
la paix des puissances ennemies. Brissot fut toujours le plus hardi de
tous les conspirateurs à jeter en avant les idées de transaction
ouvertement proposées par Dumouriez. Dans la discussion de l'affaire de
Louis XVI, il osa demander qu'il fût sursis à l'exécution du décret qui
le condamnait, jusqu'à ce que l'opinion des puissances étrangères sur
ce jugement nous fût manifestée. C'est lui qui nous avait menacés de la
colère des rois de l'Europe, si nous osions prononcer la peine de mort
contre le tyran. Brissot! combien de faits n'aurais-je pas à rappeler
sur lui et sur la faction dont il est le chef!

Enfin, nous avons vu le comité de sûreté générale s'appliquer
constamment à retarder toute mesure nécessaire au salut public, pour
donner le temps à Dumouriez d'exécuter sans obstacle ses détestables
projets. Ensuite on le recomposa de vingt-cinq membres qui lui
appartenaient tous, excepté cinq à six patriotes qu'elle y avait
introduits par une sorte de transaction, pour endormir les amis de la
liberté, et faire servir des noms qui inspiraient la confiance A
couvrir leurs perfidies. Aussi Dumouriez écrivait-il que ce _comité
était bien composé, à l'exception de sept à huit membres_. Indigné de
tant de perfidies, et reconnaissant le motif qui avait engagé les
intrigants à me choisir, je déclarai hautement à la Convention
nationale que ce comité n'était que le conseil de Dumouriez, et que, ne
pouvant lutter contre la majorité, je donnais publiquement ma
démission. Nous avons vu avec douleur, qu'égarée par la même influence,
la Convention avait envoyé à Dumouriez cinq commissaires dont
l'arrestation était concertée d'avance, et surtout ce Beurnonville, qui
fut arrêté par son complice! Que dirons-nous de la comédie grossière de
cet aide-de-camp qui vint deux jours après raconter à la barre de
l'assemblée nationale qu'il avait reçu un coup de sabre d'un satellite
de Dumouriez, et de cette pasquinade plus grossière encore de
Dumouriez, qui se plaignait de ce que son confident Beurnonville était
venu pour l'assassiner au milieu de son armée, et qui ensuite disait
hautement qu'il répondait de lui, parce qu'il était son ami?

Qu'avons-nous vu depuis ce temps jusqu'au moment où je parle? Aucune
mesure décisive pour le salut de la patrie; parce que l'influence de la
faction les a toutes dirigées. Quelques individus ont été mis en état
d'arrestation; le scellé a été apposé sur leurs papiers, mais après
qu'ils ont été bien et dûment avertis, et que plusieurs d'entre eux,
tels que Sillery et d'Orléans, ont eux-mêmes invoqué cette formalité.
Bonne-Carrère, Laclos, Sauvin, et d'autres également suspects, ont été
relâchés aussitôt qu'arrêtés. On a mis en otage tous les Bourbons; mais
il fallait remettre les prévenus entre les mains de la justice. Les
constituer en otage et les envoyer aux extrémités de la république,
qu'était-ce autre chose que les soustraire à l'empire de la loi et à
l'autorité du tribunal révolutionnaire, que les conspirateurs
redoutent? Qu'était-ce autre chose que les réserver, en quelque sorte,
comme des objets d'échange avec nos commissaires arrêtés par la
connivence de Dumouriez avec les chefs de la faction, et comme des
moyens de transaction avec les tyrans?

Je demande que les individus de la famille d'Orléans dite Egalité,
soient traduits devant le tribunal révolutionnaire, ainsi que Sillery,
sa femme, Valence, et tous les hommes spécialement attachés à cette
maison; que ce tribunal soit également chargé d'instruire le procès de
tous les autres complices de Dumouriez. Oserai-je nommer ici des
patriotes tels que Brissot, Vergniaud, Gensonné, Guadet?--Je renouvelle
en ce moment la même proposition que j'ai déjà faite à l'égard de
Marie-Antoinette d'Autriche. Je demande que la Convention nationale
s'occupe ensuite sans relâche des moyens tant de fois annoncés de
sauver la patrie, et de soulager la misère du peuple.



      *      *      *      *      *      *      *      *      *



Maximilien Robespierre (1758-1794), Discours sur les moyens à prendre
pour sauver la république, prononcé au Club des Jacobins le 17 avril
1793 (17 avril 1793)



Il est très vrai que l'objet de nos ennemis extérieurs et intérieurs
est de nous amener à une transaction avec les despotes, et, pour y
parvenir, ils répandent de fausses alarmes. Ne négligeons aucune
nouvelle. La vérité ne saurait être trop terrible pour nous. Ceux qui
veulent nous forcer à transiger ne connaissent ni l'esprit des
républiques, ni le génie de la liberté; mais nous ne pouvons compter
sur la punition de nos ennemis qu'autant que nous adopterons des
mesures sages et décisives. . .

La conjuration de Dumouriez a fait de grands maux à la France; mais
elle n'est point arrivée à son terme. Pour la première fois nous avons
un comité patriote. Le comité de salut public n'a pas encore pris
toutes les mesures pour sauver la patrie; mais il a fait des choses
très utiles, et il n'est question que d'éveiller le patriotisme des
citoyens qui composent ce comité.

(Bruit.)

Tout ce qui ne porte pas le caractère d'emportement est écouté avec
défaveur, et cependant jamais nous n'avons eu un plus grand besoin du
sang-froid de la réflexion.

Ce comité a déjà fait destituer plusieurs officiers aristocrates. Le
ministère de la guerre va bien actuellement, je ne réponds pas de
l'avenir; mais ce ministère, composé de vrais patriotes, se concerte
avec le comité de salut public et travaille avec autant de zèle que de
civisme.

Notre armée s'est ralliée et a remporté déjà quelques avantages sur les
Autrichiens, et c'est un miracle que notre armée ait survécu aux
trahisons de Dumouriez. Si cette trahison était arrivée à son terme,
nos places fortes auraient été livrées à l'ennemi, et c'en était fait
de la liberté.

Pour assurer le salut de la république, il faut que tous les officiers
suspects, placés par Beurnonville et ses complices, soient chassés; il
faut ensuite, pour purger l'intérieur, chasser tous les agents du
pouvoir exécutif; il faut renouveler le directoire des postes; il faut
chasser Clavière, l'artisan de tous nos maux, le protecteur de
l'agiotage. Toute la France le proscrit, et le comité de salut public
ne tardera pas à le chasser.

Un fléau non moins redoutable, ce sont les papiers publics soudoyés par
nos ennemis étrangers. Il est bien singulier qu'ils soient les
défenseurs de Dumouriez, les interprètes de Cobourg, et qu'ils
s'unissent à nos ennemis pour égarer l'opinion publique et étouffer la
liberté.

Une mesure révolutionnaire et indispensable, c'est de créer des papiers
patriotes et de proscrire tous ceux que l'aristocratie enfante et
protège.

C'est sur la Convention nationale que nous devons fixer nos regards.
Dans son sein, il existe un parti qui veut la perte de la république;
ce parti a été déconcerté par la découverte de la trahison de
Dumouriez; mais il conserve encore une grande force, et il la puise
dans son système de calomnie, et dans les journaux qui lui sont dévoués
et qui corrompent l'esprit public. Je vous ai dit que les ennemis que
la république a au sein de la Convention veulent favoriser la
contre-révolution par la convocation des assemblées primaires. Cette
vérité est sensible. Plusieurs départements sont déjà, en quelque
sorte, en état de contre-révolution. Les choix seraient influencés par
les riches, par les égoïstes: le plan de nos ennemis est de ressusciter
l'aristocratie. Les assemblées primaires seraient un instrument de
guerre civile: parce que le peuple est égaré, il faut s'attacher à
l'instruire.

Les chefs de la faction profitent de l'indignation qu'ils allument dans
le coeur des citoyens, pour les forcer à convoquer les assemblées
primaires; il faut éviter ce piège. Notre objet doit être de
déconcerter la manoeuvre de nos ennemis, qui ont voulu profiter de la
pétition pour calomnier les patriotes. Ils ont imaginé des moyens pris
dans la source même du patriotisme. On vous a parlé d'un courrier
arrêté à Bordeaux. J'ignore de quelles dépêches était porteur ce
courrier. Le projet de nos ennemis est de dénoncer encore une fois les
Jacobins, de remplir la république de calomnies, d'horreurs et
d'intrigues, pour opérer un mouvement favorable aux armées étrangères.
Je suis instruit qu'il est faux que six mille Marseillais soient en
marche pour se rendre à Paris. Si vous avez ordonné l'impression et
l'affiche de la lettre de Marseille, c'est un arrêté sur lequel vous
pouvez revenir, parce qu'il pourrait fournir à nos ennemis un nouveau
prétexte de renouer leurs intrigues.

Je propose donc à la société: 1° de rapporter l'arrêté par lequel elle
a ordonné la publicité et l'affiche de la lettre de Marseille, et
d'attendre de nouveaux renseignements à ce sujet; 2° de prendre
connaissance du contenu des dépêches du courrier arrêté à Bordeaux



      *      *      *      *      *      *      *      *      *



Maximilien Robespierre (1758-1794), Discours sur les moyens propres à
arrêter les progrès des Vendéens, prononcé à la Convention nationale le
8 mai 1793 (8 mai 1793)



La nécessité de s'armer pour repousser les ennemis de la liberté est
sentie par tous les citoyens. Le besoin de venger nos frères massacrés
est dans le coeur des concitoyens de cette grande cité, qui a si bien
mérité de la patrie. Une seule raison doit frapper la Convention, c'est
d'empêcher que les efforts du patriotisme ne tournent au profit de la
trahison et de l'aristocratie. La guerre étrangère et la guerre civile
ont été jusqu'ici des gouffres qui ont dévoré les meilleurs citoyens.
Paris a fourni plus de cinquante mille hommes, soit contre les despotes
coalisés, soit contre les ennemis intérieurs. Ce n'est point assez que
nous arrêtions la marche des contre-révolutionnaires; prenons des
mesures contre les complices des rebelles et de l'ennemi extérieur, qui
cherchent à faire la contre-révolution dans Paris. Paris est le centre
de la révolution; Paris fut le berceau de la liberté, Paris en sera le
plus ferme rempart. A ce titre, Paris mérite d'être attaqué par tous
les ennemis; c'est contre lui que Brunswick, Cobourg et les rebelles
dirigent tous leurs efforts. S'il y a une armée de
contre-révolutionnaires dans la Vendée, il y en à une autre dans Paris;
il faut contenir l'une et l'autre, et quand nous envoyons les patriotes
de Paris à la Vendée contre les rebelles, il faut que nous n'ayons rien
à craindre ici de leurs complices.

Si l'aristocratie, dans ces derniers jours, a osé lever la tête; si des
citoyens que leur incivisme condamnait au silence se sont répandus dans
les sections, que sera-ce lorsqu'il sera parti une armée de patriotes?
Il faut que les ennemis de la liberté, sous quelque nom qu'ils se
présentent, robins, nobles, financiers, banquiers ou prêtres, ne
puissent lui nuire. Je demande, en conséquence, que tous les gens
suspects soient gardés en otage et mis en état d'arrestation.

(Une grande partie de l'assemblée et les citoyens des galeries
applaudissent. Des rumeurs s'élèvent dans la partie opposée.)

Je dis que, sans cette précaution, les efforts des patriotes
tourneraient au profit de l'aristocratie. Il ne faut pas non plus
déclarer la guerre aux autorités constituées; il faut encourager les
efforts de la commune de Paris, du maire, qui, en mettant en état
d'arrestation les coupables, est loin encore d'avoir rempli la tâche
que lui impose le salut public. Il faut que les bons citoyens veillent
sur les intrigants qui affluent dans les sections, et que nos femmes et
nos enfants respirent en sécurité. Il faut que les citoyens qui vivent
de leur travail, et qui peuvent à peine pourvoir à la subsistance de
leurs familles, reçoivent une indemnité le jour où ils monteront leur
garde.

Il faut veiller à ce que l'on fabrique des armes de toute espèce, afin
de mettre Paris dans un état respectable de défense; car le but des
ennemis est de détruire cette ville. Il faut que des forges soient
établies dans toutes les places publiques, afin de ranimer l'énergie
des citoyens par la vue de nouveaux moyens de défense. Voilà les
mesures que je propose; je prie la Convention de les prendre en très
grande considération.



      *      *      *      *      *      *      *      *      *



Maximilien Robespierre (1758-1794), Discours insurrectionnel contre les
Girondins, prononcé au Club des Jacobins le 26 mai 1793 (26 mai 1793)



Que le triomphe momentané de l'aristocratie ne vous effraie pas plus
que le succès des intrigants dans quelques sections corrompues! Le
faubourg Saint-Antoine écrasera la section du Mail, comme les
sans-culottes de Bordeaux écraseront les aristocrates. Songez que le
peuple de Paris existe encore, que les aristocrates sont innombrables.
Vous devez vous prémunir contre les tours du brissotisme. Les
brissotins sont adroits; mais le peuple est encore plus adroit qu'eux.
Je vous dirais que le peuple doit se reposer sur sa force; mais, quand
le peuple est opprimé, quand il ne lui reste plus que lui-même,
celui-là serait un lâche qui ne lui dirait pas de se lever! C'est quand
toutes les lois sont violées, c'est quand le despotisme est à son
comble, c'est quand on foule aux pieds la bonne foi et la pudeur, que
le peuple doit s'insurger! Ce moment est arrivé: nos ennemis oppriment
ouvertement les patriotes; ils veulent, au nom de la loi, replonger le
peuple dans la misère et dans l'esclavage. Je ne serai jamais l'ami de
ces hommes corrompus, quelques trésors qu'ils m'offrent. J'aime mieux
mourir avec les républicains que de triompher avec ces scélérats.

Je ne connais pour un peuple que deux, manières d'exister: ou bien
qu'il se gouverne lui-même, ou bien qu'il confie ce soin à des
mandataires. Nous, députés républicains, nous voulons établir le
gouvernement du peuple par ses mandataires, avec la responsabilité;
c'est à ces principes que nous rapportons nos opinions, mais le plus
souvent on ne veut pas nous entendre. Un signal rapide, donné par le
président, nous dépouille du droit de suffrage. Je crois que la
souveraineté du peuple est violée, lorsque ses mandataires donnent à
leurs créatures les places qui appartiennent au peuple. D'après ces
principes, je suis douloureusement affecté....

(L'orateur est interrompu par l'annonce d'une députation Tumulte).

Je vais (s'écrie Robespierre) continuer de parler, non pas pour ceux
qui m'interrompent, mais pour les républicains.

J'exhorte chaque citoyen à conserver le sentiment de ses droits; je
l'invite à compter sur sa force et sur celle de toute la nation;
j'invite le peuple à se mettre, dans la Convention nationale, en
insurrection contre tous les députés corrompus. Je déclare qu'ayant
reçu du peuple le droit de défendre ses droits, je regarde comme mon
oppresseur celui qui m'interrompt ou qui me refuse la parole, et je
déclare que, moi seul, je me mets en insurrection contre le président
et contre tous les membres qui siègent dans la Convention. Lorsqu'on
affectera un mépris coupable pour les sans-culottes, je déclare que je
me mets en insurrection contre les députés corrompus. J'invite tous les
députés montagnards à se rallier et à combattre l'aristocratie, et je
dis qu'il n'y a pour eux qu'une alternative: ou de résister de toutes
leurs forces, de tout leur pouvoir aux efforts de l'intrigue, ou de
donner leur démission.

Il faut en même temps que le peuple français connaisse ses droits, car
les députés fidèles ne peuvent rien sans le peuple.

Si la trahison appelle les ennemis étrangers dans le sein de la France;
si, lorsque nos canonniers tiennent dans leurs mains la foudre qui doit
exterminer les tyrans et leurs satellites, nous voyons l'ennemi
approcher de nos murs, alors je déclare que je punirai moi-même les
traîtres, et je promets de regarder tout conspirateur comme mon ennemi,
et de le traiter comme tel.



      *      *      *      *      *      *      *      *      *



Maximilien Robespierre (1758-1794), Deuxième discours contre les
Girondins, prononcé à la Convention nationale le 28 mai 1793 (28 mai
1793)



Je réclame votre attention et votre indulgence, parce que je suis dans
l'impossibilité physique de dire tout ce que m'inspire ma sensibilité
pour les dangers de la patrie, indignement trahie. Pour sonder toute la
profondeur de l'abîme, il suffit de parcourir cette enceinte, de se
rappeler ce qui s'est fait hier, alors on concevra qu'il est à craindre
que le triomphe de la vertu soit passager, et le triomphe du vice
éternel. J'ai promis de ne dire que deux mots. Voici mon opinion. Vous
êtes menacés d'une conspiration que des hommes stupides ont pu seuls ne
pas apercevoir. Vous avez vu depuis quelques jours une ligue forcenée
s'armer contre le patriotisme. Se présentait-on à l'assemblée avec les
livrées de l'aristocratie, on était accueilli, embrassé. Les malheureux
patriotes paraissaient-ils à leur tour, on les écrasait. On ne
respectait pas même les bienséances dont les tyrans s'environnaient. On
n'a pas rougi de nommer une commission inquisitoriale; on l'a composée
des hommes évidemment connus pour les ennemis des patriotes. La
conspiration a été déjouée hier; mais la perfidie a renoué ses trames
cette nuit.

Voulez-vous en saisir les fils? rapprochez la conjuration de Dumouriez;
rappelez-vous qu'il mettait pour première base de ses propositions la
perte des vrais républicains, la perte des patriotes, la perte de
Paris. Eh bien! tout ce que vous avez vu depuis quelques jours n'est
que la suite de cet infernal système.

Puisqu'il ne m'est pas possible de m'étendre davantage, permettez-moi
de vous montrer la véritable cause de nos dangers. Tout ce qui se passe
n'a d'autre objet que de rétablir le despotisme. (Il lit.) "On nous
parle d'une troisième faction, d'une faction de régicides, qui veut
créer un dictateur et établir une république. Si ce parti du régicide
existe, s'il existe des hommes qui tendent à établir actuellement la
république sur les débris de la constitution, le glaive de la loi doit
frapper sur eux comme sur les partisans des deux chambres et sur les
rebelles de Coblentz."

Plusieurs voix: La date!

Robespierre. Ne m'interrompez pas!

Biroteau. Tu défendais la constitution.

Robespierre. Voulez-vous comprendre le véritable sens de cette
doctrine? Il suffit de rapprocher l'époque où le discours dont je viens
de lire un passage a été tenu. C'était le 21 juillet, à la tribune de
l'assemblée Législative, à l'époque où les fédérés étaient rassemblés à
Paris pour punir un tyran parjure et conspirateur, et demandaient à
grands cris la république.

Barbaroux. A cette époque, ne faisais-tu pas le _Défenseur de la
Constitution?_

Robespierre. Vous voyez qu'on profite de la faiblesse de mon organe
pour m'empêcher de faire entendre des vérités. Vous voyez par ce
passage d'un ouvrage d'un homme dont ceux qui veulent nous subjuguer
proclament l'ardent civisme, le républicanisme imperturbable, et qui
cependant disait à la tribune que ceux qui pouvaient attaquer le roi
étaient des ennemis de la patrie; vous voyez qu'on cherchait à
déshonorer la sainte entreprise des fédérés, en les accusant de vouloir
faire un dictateur. Vous voyez que l'orateur disait que ceux qui
concevaient ces idées républicaines devaient être frappés du glaive de
la loi, comme les contre-révolutionnaires de Coblentz et les partisans
des deux chambres. D'après cette doctrine, ouvertement professée par
Brissot, à cette époque critique de notre révolution, ne vous étonnez
pas que depuis on ait poursuivi les républicains. Ne vous étonnez pas
si, dans le moment où je vous parle, on nomme des commissaires
perfides, on répand des libelles pour faire égorger les républicains
échappés au glaive de ces ardents amis des rois; ne vous étonnez pas
qu'au moment où nos troupes éprouvent quelques revers, où l'on apprend
que Valenciennes était bloquée, on ait ourdi la conspiration qui s'est
hier dévoilée à nos yeux d'une manière si éclatante, et que, tandis que
par de subtiles chicanes on tient la Convention dans l'inaction, vous
assuriez le triomphe des royalistes. Ils ne cessent de conspirer avec
les ennemis intérieurs et extérieurs de la république. Voilà la
déclaration que je voulais faire avant de voir la faction détestable
consommer la ruine de la patrie, si toutefois la patrie pouvait périr
sous les coups des plus vils mortels.

Maintenant, je laisse ces hommes criminels finir leur odieuse carrière.
Je leur abandonne cette tribune; qu'ils viennent y distiller leurs
poisons; qu'ils viennent y secouer les brandons de la guerre civile;
qu'ils entretiennent des correspondances avec les ennemis de la patrie;
qu'ils finissent leur carrière: la nation les jugera. Que ce qu'il y a
de plus lâche, de plus vil et de plus impur sur la terre triomphe et
ramène à l'esclavage une nation de vingt-cinq millions d'hommes qui
voulaient être libres! Je regrette que la faiblesse de mes organes ne
me permette pas de développer toutes leurs trames. C'est aux
républicains à les replonger dans l'abîme de la honte.



      *      *      *      *      *      *      *      *      *



Maximilien Robespierre (1758-1794), Troisième discours contre les
Girondins, prononcé à la Convention nationale le 31 mai 1793 (31 mai
1793)



Citoyens, ne perdons pas ce jour en vaines clameurs et en mesures
insignifiantes. Ce jour est peut-être le dernier où le patriotisme
combattra la tyrannie. Que les fidèles représentants du peuple se
réunissent pour assurer son bonheur!

(Vergniaud rentre dans l'assemblée. Il s'élève quelques rumeurs. )

Robespierre. Je n'occuperai point l'assemblée de la fuite ou du retour
de ceux qui ont déserté ses séances.

(Vergniaud. Je demande la parole.)

Robespierre. Je vous ai déjà dit que ce n'était pas par des mesures
insignifiantes qu'on sauvait la patrie. Votre comité de salut public
vous a fait plusieurs propositions. Il en est une que j'adopte, c'est
celle de la suppression de la commission des Douze; mais croyez-vous
que cette mesure ait assez d'importance pour contenter les amis
inquiets de la patrie? Non; déjà cette commission a été supprimée, et
le cours des trahisons n'a pas été interrompu; car le lendemain on a
osé faire rapporter ce décret salutaire, et l'oppression a pesé sur la
tète des patriotes. Supprimez donc cette commission; mais prenez des
mesures vigoureuses contre les membres qui la composent; et à cet
égard, les pétitionnaires qui viennent d'être entendus vous ont indiqué
la marche que vous devez suivre.

Quant à la force armée qu'on propose de mettre à la disposition de
l'assemblée, en rendant justice aux motifs patriotiques qui ont dicté
cette mesure au comité de salut public, je dois la combattre. En effet,
qu'est-ce que la force armée qu'on veut mettre à la disposition de la
Convention? Ce sont des citoyens armés pour défendre leur liberté
contre les scélérats qui les trahissent, et il y en a dans l'assemblée.
De quoi se composent les délibérations de la Convention? N'est-ce pas
des individus dénoncés par Paris? et nous avons trop d'exemples que nos
délibérations ont été dirigées par ces mêmes hommes; mais n'ai-je pas
aujourd'hui même entendu faire la proposition de poursuivre les auteurs
de l'insurrection qui vient d'éclater? Il est donc ici des hommes qui
voudraient punir cette insurrection? Ce serait donc une absurdité de
remettre entre leurs mains la force armée. Mais les mesures proposées
par le comité sont-elles les seules que vous deviez adopter? Les
pétitionnaires ne vous en ont-ils pas proposé de capables de sauver la
chose publique? Les propositions que j'ai combattues peuvent-elles
empêcher l'armée d'être trahie? Non. Il faut purger l'armée; il faut....

(Vergniaud. Concluez donc.)

Robespierre. Oui, je vais conclure, et contre vous! contre vous qui,
après la révolution du 10 août, avez voulu conduire à l'échafaud ceux
qui l'ont faite! contre vous, qui n'avez cessé de provoquer la
destruction de Paris! contre vous, qui avez voulu sauver le tyran!
contre vous, qui avez conspiré avec Dumouriez! contre vous, qui avez
poursuivi avec acharnement les mêmes patriotes dont Dumouriez demandait
la tête! contre vous, dont les vengeances criminelles ont provoqué ces
mêmes cris d'indignation dont vous voulez faire un crime à ceux qui
sont vos victimes! Eh bien! ma conclusion, c'est le décret d'accusation
contre tous les complices de Dumouriez et contre tous ceux qui ont été
désignés par les pétitionnaires.



      *      *      *      *      *      *      *      *      *



Maximilien Robespierre (1758-1794), Discours au sujet d'une adresse lue
à la Convention par le citoyen Royer, curé de Chalons-sur-Saône,
prononcé au Club des Jacobins le 7 août 1793 (7 août 1793)



Les envoyés de la république française viennent de sauver la patrie;
l'acte qu'ils viennent de faire est le garant immortel de la liberté;
il est la réponse à quatre ans de calomnies, qui ont manqué de perdre
sans retour la république.

C'est le quatrième démenti qu'ils donnent aux espérances coupables des
coupables ennemis du peuple.

Le premier est lorsqu'on 89 ils se rangèrent, malgré les intrigues des
ordres privilégiés et la volonté impérieuse d'un despote, sous
l'étendard de la liberté naissante.

Le second est lorsqu'au 10 août, malgré le soin des traîtres qui
croyaient avoir séduit la majorité des sans-culottes, ils surent
déjouer leurs combinaisons astucieuses, en marchant en masse pour
écraser le tyran.

Le troisième est lorsqu'à la voix des législateurs ils surent repousser
le fédéralisme, que leur insinuaient adroitement les plus perfides et
les plus scélérats des hommes.

Le quatrième est en venant aujourd'hui confondre avec nous leurs voeux
pour la patrie, et ajouter leurs efforts à ceux que nous déployons sans
cesse pour le maintien de la république et l'anéantissement des
conspirateurs.

J'applaudis à l'adresse présentée par Royer; j'invite les envoyés de la
république à venir en faire hommage à la Convention, et leur promets
qu'elle en ordonnera l'insertion dans son bulletin, et l'envoi dans
tous les départements de la république.

(Ici un envoyé des départements demande qu'on n'accorde la parole
qu'aux envoyés, et qu'on en prive les Parisiens. Après un long murmure,
on la réclame pour Robespierre.)

C'est avec regret que je me vois forcé de prendre aujourd'hui la
parole: mon devoir était de me taire et de laisser parler les citoyens
qui, avec moins d'habitude de le parole, ont apporté ici l'intention et
les moyens de sauver la chose publique; mais j'atteste les citoyens qui
me connaissent, que la nécessité seule de vous entretenir du salut
public a pu m'y engager en cet instant.

Les ennemis du peuple n'ont jamais pris de mesure plus adroite pour
perdre la patrie, que d'attribuer aux plus chauds amis de la liberté
leurs propres crimes.

Le cabinet de Saint-James, qui a des agents dans la république, et
spécialement dans tous les ports de mer, a la plus grande part dans
tous ces complots.

J'annonce des nouvelles désastreuses qui ne doivent pas effrayer les
républicains, parce qu'ils ne doivent s'effrayer de rien, parce qu'un
malheur de plus n'est que l'assurance réitérée d'un succès plus
constant.

A Huningue, dans quelques autres villes, des magasins ont été
incendiés, et l'on ignore encore, peut-être parce qu'on veut l'ignorer,
si ce malheur .est dû au hasard ou à la malveillance.

Tous les moyens ont été employés pour occasionner un mouvement, en
amenant une disette factice. Depuis une quinzaine de jours, il est
sorti de Paris, en subsistance seulement, au moins de quoi nourrir cent
mille hommes; on fomente encore des troubles, et c'est particulièrement
vers trois objets que paraissent se diriger les mouvements qu'on
provoque.

Faire piller les magasins par le peuple, ou plutôt par des scélérats
déguisés sous l'habit que porte le peuple, sous l'habit respectable de
la pauvreté.

Le second, de porter le peuple vers les prisons, et d'y renouveler les
horreurs de septembre.

Le troisième est de se porter sur l'Arsenal, et de s'y emparer des
munitions de toute espèce..

J'engage nos frères des départements à inviter le peuple au courage, à
la persévérance, par l'aspect du bonheur que lui procureraient son
obéissance aux lois, sa confiance dans ses législateurs, son union et
son dévoûment au maintien de la république.

Ces complots auront la même destinée que tous les autres, si tous les
citoyens secondent le zèle du maire et du commandant général de la
garde nationale parisienne, qui ont pris, dans ces circonstances,
toutes les mesures que doivent prendre deux véritables amis du peuple,
pour le mettre à l'abri de l'attaque des ennemis.



      *      *      *      *      *      *      *      *      *



Maximilien Robespierre (1758-1794), Discours sur les lenteurs perfides
et calculées du tribunal révolutionnaire avant sa réorganisation,
prononcé au Club des Jacobins le 25 août 1793 (25 août 1793)



Il faut faire une guerre éternelle aux agents de Pitt et de Cobourg qui
infectent nos villes et nos départements. Du sommet de la Montagne, je
donnerai le signal au peuple, et lui dirai: _Voilà tes ennemis; frappe_.

J'ai suivi les formes avocatoires dont s'est entortillé le tribunal
révolutionnaire. Il lui faut des mois entiers pour juger un Custine,
l'assassin du peuple français! Dans vingt-quatre heures, ses
antagonistes seraient écrasés, si la tyrannie pouvait renaître pour ce
temps-là seulement. La liberté doit aujourd'hui user des mêmes moyens;
elle tient le glaive vengeur qui doit enfin délivrer le peuple de ses
plus acharnés ennemis: ceux qui le laisseraient reposer seraient
coupables.

Il ne faut pas qu'un tribunal établi pour faire marcher la révolution
la fasse rétrograder par sa lenteur criminelle; il faut qu'il soit
actif autant que le crime; il faut qu'il soit toujours au niveau des
délits. Il faut que ce tribunal soit composé de dix personnes qui
s'occupent seulement à rechercher le délit et à appliquer la peine; il
est inutile d'accumuler des jurés et des juges, puisqu'il n'existe
qu'une seule sorte de délit à ce tribunal, celui de haute-trahison, et
qu'il n'y a qu'une seule peine, qui est la mort; il est ridicule que
des hommes soient occupés à chercher la peine qu'il faut appliquer à
tel délit, puisqu'il n'en est qu'une, et qu'elle est applicable _ipso
facto_.

Le comité de sûreté générale a bien des torts à se reprocher; mais la
police de Paris en a de même, et il faut la réformer comme lui. Le
comité de sûreté générale a, comme le tribunal révolutionnaire, des
vices de forme et d'organisation. D'abord, il est trop nombreux, et
cela seul doit entraver ses opérations, outre que cela rend plus
difficile la certitude du patriotisme des membres qui le composent.

Il est un autre inconvénient qui souvent fait un grand tort à la marche
des affaires. Le comité de salut public, chargé de déjouer les
complots, de quelque nature qu'ils soient, fait souvent arrêter telle
personne que le comité de sûreté générale, dont les fonctions sont à
peu près les mêmes, avait fait rechercher aussi; il en résulte un
conflit de juridiction, qui devient souvent nuisible au salut de
l'Etat. Le comité de sûreté générale fait mettre en liberté ou absout
celui que le comité de salut public avait incarcéré et condamné, parce
que tous deux ne jugent pas sur les mêmes pièces, et qu'on supprime
avec l'un ce qui a servi de base aux jugements de l'autre, ce qui
laisse toujours une porte à l'intrigue.

Je me résume: réforme du tribunal révolutionnaire, et sa prompte
réorganisation sur de nouvelles formes; il condamnera, dans une époque
déterminée et toujours très prochaine, les coupables ou élargira les
innocents;--Création de plusieurs comités révolutionnaires, qui
jugeront conjointement les nombreux délits qui se forment tous les
jours contre la liberté;--Surveillance générale de la
police;--Renouvellement du comité de sûreté générale, et sa composition
de dix membres seulement, dont les fonctions seront déterminées;--On
tirera une ligne de démarcation entre ses fonctions et celles du comité
de salut public.



      *      *      *      *      *      *      *      *      *



Maximilien Robespierre (1758-1794), Discours sur diverses questions
d'administration, prononcé au Club des Jacobins le 4 septembre 1793 (4
septembre 1793)



(Robespierre commence par démontrer la nécessité de renouveler
promptement l'administration des postes, puis il ajoute:)

On a voulu empêcher dans la Convention la destitution de ces employés
rolandistes, et on s'est servi pour cela du prétexte qu'un homme
suspect (Duplain) se trouvait sur la liste des remplaçants. Je conviens
que la conduite qu'a tenue Duplain dans l'affaire de Custine lui a fait
perdre l'estime des patriotes, et qu'ils ne le verront pas sans peine
occuper une place quelconque, que lorsqu'il aura réparé ses torts; mais
on a affecté de le confondre avec Duplain, auteur de l'_Echo_. Il est,
sur la liste qu'on a présentée, des hommes sûrs et qui monteront cette
machine d'une manière vraiment républicaine. Il faut renouveler, à
quelque prix que ce soit, cette administration gangrenée, et, quand il
s'y glisserait un homme faible, il n'en résulterait pas d'aussi grands
maux que d'y laisser plus longtemps des conspirateurs et des hommes
infiniment suspects: tout délai est donc dangereux.

(Mais c'est sur un complot d'affamer Paris et de le plonger dans le
sang, complot dont le comité de salut public a des preuves, que
Robespierre veut fixer l'attention de la société. L'orateur développe
les mesures perfides qu'emploient les ennemis du peuple pour amener la
famine, et présente les remèdes qu'on peut y apporter.)

Toulon (ajoute-t-il) est peut-être pris; déjà le bruit s'en est
répandu. Je dois dire pourtant que la nouvelle n'est pas absolument
certaine, et qu'on peut encore élever quelques doutes à cet égard: mais
supposons qu'il le soit, assurément ce serait un grand malheur pour la
république; faudrait-il en désespérer pour cela? Nous vaincrons sans
Toulon, et nos succès ailleurs nous en sont de sûrs garants. Déjà
Marseille est au pouvoir des patriotes; Bordeaux est venu à
résipiscence, et Lyon va s'écrouler sous les efforts des soldats
républicains. Les armées du Nord, du Rhin et de la Moselle sont dans
une situation brillante, et Dunkerque a juré de se défendre jusqu'à la
mort. Le peuple n'a qu'un voeu unanime, c'est de sauver la patrie.
Croyons donc que les succès de nos ennemis seront éphémères, et que la
liberté triomphera....

Quant aux subsistances, nous ferons des lois sages, mais en même temps
terribles, qui, en assurant tous les moyens d'existence, détruiront à
jamais les accapareurs, pourvoiront à tous les besoins du peuple,
préviendront tous les complots, les trames perfides ourdies par les
ennemis du peuple pour l'insurger par la faim, l'affaiblir par les
divisions, l'exterminer par la misère. Si les fermiers opulents ne
veulent être que les sangsues du peuple, nous les livrerons au peuple
lui-même. Si nous trouvions trop d'obstacles à faire justice des
traîtres, des conspirateurs, des accapareurs, nous dirions au peuple de
s'en faire lui-même justice. Réunissons donc ce faisceau redoutable
contre lequel tous les efforts des ennemis du bien public se sont
brisés jusqu'à ce jour. Ne perdons pas de vue qu'ils ne désirent autre
chose que de nous rendre suspects les uns aux autres, et
particulièrement de nous faire haïr et méconnaître toutes les autorités
constituées. Des malveillants, des scélérats, se joignent aux groupes
qu'on voit à la porte des boulangers, et les irritent par des propos
perfides. On alarme le peuple, en lui persuadant que les subsistances
vont lui manquer. On a voulu armer le peuple contre lui-même, le porter
sur les prisons pour y égorger les prisonniers, bien sûr qu'on
trouverait moyen de faire échapper les scélérats qui y sont détenus, et
d'y faire périr l'innocent, le patriote que l'erreur a pu y conduire.

Ces scélérats ont voulu égorger la Convention nationale, les jacobins,
les patriotes. Ils ont cherché à leur aliéner le peuple, en leur
attribuant tous les maux dont ils l'ont rendu victime. On assure que
dans ce moment Pache est assiégé, non pas par le peuple, mais par
quelques intrigants qui l'injurient, l'insultent, le menacent....



      *      *      *      *      *      *      *      *      *



Maximilien Robespierre (1758-1794), Discours en réponse à une pétition
qui demandait la permanence des sections, prononcé à la Convention
nationale le 17 septembre 1793 (17 septembre 1793)



Le peuple n'a pas dicté la pétition qui vient de vous être présentée;
il avait au contraire provoqué le décret contre lequel on réclame, et,
lorsqu'il fut rendu, il vous témoigna sa reconnaissance par ses
nombreux applaudissements. Vous le savez, citoyens, et vous en avez
acquis la triste expérience, c'est pour anéantir les droits du peuple
que quelques intrigants ont l'air de réclamer pour lui une étendue
illimitée. Et, pour faire l'application de ce principe, n'est-il pas
vrai que pendant la permanence des sections, le peuple ne délibérait
pas sur ses intérêts? En effet, quels étaient ceux qui pouvaient
sacrifier leur temps pour assister aux assemblées: était-ce la classe
industrieuse et estimable des artisans? était-ce les citoyens vivant du
produit de leur travail? Non; c'était les riches, les intrigants, les
muscadins. Le peuple dérobait au plus deux jours par semaine, qu'il
aurait employé à soulager ses besoins, pour exercer son droit de
souveraineté, et pour assurer sa liberté; et, quand il paraissait dans
les assemblées politiques, alors les muscadins étaient muets et
l'aristocratie impuissante.... Je crois me connaître en morale et en
principes aussi bien que l'orateur des pétitionnaires, et j'avoue
hautement que je professe une opinion contraire à la sienne sur
l'indemnité; il n'y a que l'aristocratie qui puisse entreprendre de
faire croire au peuple qu'il est avili, parce que la patrie vient au
devant de ses besoins, et qu'elle tâche de rapprocher la pauvreté de
l'insolente richesse.

Pourquoi donc cet avilissement qu'on prétend jeter sur l'homme qui
reçoit une indemnité de la justice nationale? Sommes-nous donc avilis,
nous, représentants du peuple, en recevant l'indemnité qu'il nous
accorde pour subvenir à nos besoins? Non, sans doute; je m'honore de
l'indemnité que je reçois, parce qu'elle m'est nécessaire, et je
déclare que le jour où, par l'effet d'une motion aristocratique, je me
trouverais privé de cette indemnité, il ne me serait plus possible de
rester au poste où la confiance du peuple m'a appelé, pour la
conservation de ses droits, et que, dès ce moment, la liberté serait
perdue par l'assemblée nationale.

Citoyens, rappelez-vous que le premier moyen qu'employa l'aristocratie
à l'assemblée Constituante, pour la dissoudre, fut de tâcher d'avilir
cette indemnité, parce qu'elle savait bien qu'un grand nombre de
membres ne pourraient supporter les dépenses qu'occasionnait leur
déplacement; mais nous, représentants du peuple, incorruptibles, nous
avons combattu pour conserver cette indemnité qui nous rappelait sans
cesse et nos devoirs et nos engagements. Je demande, au nom de
l'honorable indigence, de la vertu laborieuse et des droits sacrés de
l'homme, l'ordre du jour sur la pétition qui vient de vous être
présentée, et sur laquelle peut-être le peuple fera plus que de passer
à l'ordre du jour.



      *      *      *      *      *      *      *      *      *



Maximilien Robespierre (1758-1794), Discours sur l'opposition dont le
comité de salut public était l'objet au sein de la Convention, prononcé
à la Convention nationale le 25 septembre 1793 (25 septembre 1793)



Texte en français moderne par Albert Laponneraye, d'après le rapport de
Courtois qui reproduit le manuscrit



Si ma qualité de membre du comité de salut public doit m'empêcher de
m'expliquer sur ce qui s'est passé avec une indépendance entière, je
dois l'abdiquer à l'instant, et après m'être séparé de mes collègues,
que j'estime et que j'honore (et l'on sait que je ne suis pas prodigue
de ce sentiment), je vais dire à mon pays des vérités nécessaires. La
vérité est la seule arme qui reste entre les mains des intrépides
défenseurs de la liberté pour terrasser les perfides agents de
l'aristocratie. Celui qui cherche à avilir, à diviser, à paralyser la
Convention, est un ennemi de la patrie, soit qu'il siège dans cette
enceinte, soit qu'il y soit étranger; qu'il agisse par sottise ou par
perversité, il est du parti des tyrans qui nous font la guerre. Or, il
existe ce projet d'avilissement, il existe dans les lieux même où le
patriotisme devrait régner, dans des clubs qui prétendent être plus que
patriotes. On fait la guerre à la Convention dans la personne de tous
les défenseurs de la liberté. Mais, ce qu'il y aurait de plus
déplorable, ce serait que ce lâche système eût des partisans. Depuis
longtemps le comité de salut public soutient la guerre que lui font
quelques membres, plus envieux et plus prévenus que justes. Quand il
s'occupe jour et nuit des grands intérêts de la patrie, on vient vous
apporter ici des dénonciations écrites, présentées avec astuce.
Serait-ce donc que les citoyens que vous avez voués aux plus pénibles
fonctions auraient perdu le titre de défenseurs imperturbables de la
liberté, parce qu'ils ont accepté ce fardeau? Ceux qui les attaquent
sont-ils plus patriotes, parce qu'ils n'ont pas reçu cette marque de
confiance? Prétendez-vous que ceux qui ont ici défendu la liberté et
les droits du peuple au péril de leur vie, au milieu des poignards,
doivent être traités comme de vils protecteurs de l'aristocratie.

Nous braverons la calomnie et les intrigues. Mais la Convention est
attachée au comité de salut public; votre gloire est liée au succès des
travaux de ceux que vous avez revêtus de la confiance nationale.

On nous accuse de ne rien faire; mais a-t-on donc réfléchi à notre
position? Onze armées à diriger le poids de l'Europe entière à porter,
partout des traîtres à démasquer, des émissaires soudoyés par l'or des
puissances étrangères à déjouer, des administrateurs infidèles à
surveiller, à poursuivre; partout à aplanir des obstacles et des
entraves à l'exécution des plus sages mesures; tous les tyrans à
combattre, tous les conspirateurs à intimider, eux qui se trouvent
presque tous dans une caste si puissante autrefois par ses richesses,
et encore par ses intrigues: telles sont nos fonctions. Croyez-vous que
sans unité d'action, sans secret dans les opérations, sans la certitude
de trouver un appui dans la Convention, le gouvernement puisse
triompher de tant d'obstacles et de tant d'ennemis? Non, il n'y a que
la plus extrême ignorance, ou la plus profonde perversité qui puisse
prétendre que, dans de pareilles circonstances, on ne soit pas un
ennemi de la patrie, alors qu'on se fait un jeu cruel d'avilir ceux qui
tiennent le timon des affaires, d'entraver leurs opérations, de
calomnier leur conduite. Ce n'est pas impunément que vous lasseriez la
force d'opinion nécessaire. Je n'en veux d'autre preuve que les
discussions qui viennent d'avoir lieu.

Le comité de salut public voit des trahisons au milieu d'une victoire;
il destitue un général encore investi de la confiance, et revêtu de
l'éclat d'un triomphe apparent: et on lui fait un crime de son courage
même! Il expulse les traîtres, et jette les yeux sur les officiers qui
ont montré le plus de civisme; il les choisit après avoir consulté les
représentants du peuple qui avaient des connaissances particulières sur
le caractère de chacun d'eux: cette opération demandait du secret pour
avoir son plein succès; le salut de la patrie l'exigeait; on avait pris
toutes les mesures nécessaires pour que ce secret fût gardé, ne fût-ce
que par rapport aux autres armées. Eh bien! au moment où nous sommes
impatients de connaître le résultat de ces mesures, on nous dénonce à
la Convention nationale; on critique notre travail sans en connaître
les motifs. On veut que nous divulguions le secret de la république,
que nous donnions aux traîtres le temps de s'échapper; on cherche à
frapper de défaveur les nouveaux choix, sans doute pour que la
confiance ne puisse se rétablir,

On déclame sans cesse contre les nobles, on dit qu'il les faut
destituer; et, par une étrange contradiction, quand nous exécutons
cette grande mesure de révolution, et que même nous y apportons tous
les ménagements possibles, on nous dénonce. Nous venons de destituer
deux nobles, savoir l'un des hommes de cette caste proscrite les plus
suspects par leurs antiques relations avec la cour, et un autre, connu
par ses liaisons et ses affinités avec les nobles étrangers; l'un et
l'autre d'une aristocratie prononcée: eh bien! on nous accuse de tout
désorganiser. On nous disait qu'on ne voulait voir que de vrais
sans-culottes à la tête des armées, nous avons choisi ceux que des
exploits nouveaux à l'affaire de Bergues et de Dunkerque désignaient à
la reconnaissance nationale, qui ont vaincu malgré Houchard, qui ont
déployé le plus grand talent; car l'attaque de Hondschoote devait faire
périr l'armée française; c'est principalement à Jourdan qu'est dû le
succès étonnant qui a honoré cette armée, qui a forcé la levée du siège
de Dunkerque; c'est cet officier qui, au moment où l'armée ne
s'attendait pas à trouver 18,000 hommes bien retranchés, et où elle
était surprise par la décharge d'une artillerie effrayante, c'est
Jourdan qui s'élança à la tête d'un bataillon dans le camp ennemi, qui
fit passer son courage au reste de l'armée, et la prise de Hondschoote
fut l'effet de ses habiles dispositions et de l'ardeur qu'il sut
inspirer!

Le chef de l'état-major étant justement suspect, nous l'avons remplacé
par un homme dont les talents et le patriotisme ont été attestés par
tous vos commissaires, un homme connu par des exploits qui l'ont
signalé du temps même où les plus odieuses trahisons sacrifiaient cette
armée. Il s'appelle Ernould, il s'est distingué dans la dernière
affaire, et a même reçu des blessures. Et l'on nous dénonce!

Nous avons fait les mêmes changements dans les armées de la Moselle et
du Rhin; tous les choix ont porté sur des hommes du caractère de celui
que je viens de vous dépeindre. Et l'on nous accuse encore!

S'il est quelques présomptions morales qui puissent diriger le
gouvernement et servir de règles aux législateurs, ce sont celles que
nous avons suivies dans ces opérations.

Quelle est donc la cause de ces dénonciations?

Ah! cette journée a valu à Pitt, j'ose le dire, plus de trois
victoires. A quel succès, en effet, peut-il prétendre, si ce n'est à
anéantir le gouvernement national que la Convention a établi, à nous
diviser, à nous faire déchirer de nos propres mains? et si nous passons
dans l'Europe pour des imbéciles ou des traîtres, croyez-vous qu'on
respectera davantage la Convention, qui nous a choisis, qu'on sera même
disposé à respecter les autorités que vous établirez par la suite?

Il est donc important que le gouvernement prenne de la consistance et
que vous remplaciez un comité qui vient d'être dénoncé avec succès dans
votre sein

Il ne s'agit pas ici des individus, il s'agit de la patrie et des
principes. Je le déclare, il est impossible que dans cet état de
choses, le comité puisse sauver la chose publique; et si on me le
conteste, je rappellerai combien est perfide, combien est étendu le
système de nous avilir et de nous dissoudre, combien les étrangers et
les ennemis de l'intérieur ont d'agents payés à cet effet; je
rappellerai que la faction n'est point morte, qu'elle conspire du fond
de ses cachots, que les serpents du Marais ne sont point encore écrasés.

Les hommes qui déclament perpétuellement, soit ici, soit ailleurs,
contre les hommes qui sont à la tête du gouvernement, ont eux-mêmes
donné des preuves d'incivisme ou de bassesse. Pourquoi donc veut-on
nous avilir? quel est celui de nos actes qui nous a mérité cette
ignominie?

Je sais que nous ne pouvons nous flatter d'avoir atteint la perfection;
mais lorsqu'il faut soutenir une république environnée d'ennemis, armer
la raison en faveur de la liberté, détruire les préjugés, rendre nuls
les efforts particuliers contre l'intérêt public; il faut alors des
forces morales et physiques que la nature a peut-être refusées, et à
ceux qui nous dénoncent, et à ceux que nous combattons.

Le comité a des droits à la haine des rois et des fripons; si vous ne
croyez pas à son zèle, aux services qu'il a rendus à la chose publique,
brisez cet instrument; mais auparavant, examinez dans quelles
circonstances vous êtes. Ceux qui nous dénoncent sont dénoncés
eux-mêmes au comité, d'accusateurs qu'ils sont aujourd'hui, ils vont
devenir accusés. Mais, quels sont les hommes qui s'élèvent contre la
conduite du comité, et qui, dans cette séance, ont aggravé vos revers,
pour aggraver leurs dénonciations?

Le premier se déclara le partisan de Custine et de Lamarlière; il fut
le persécuteur des patriotes dans une forteresse importante, et
dernièrement encore, il a osé ouvrir l'avis d'abandonner un territoire
réuni à la république, dont les habitants, dénoncés par lui, se
défendent aujourd'hui avec énergie contre les fanatiques et les Anglais.

Le second n'a pas encore réparé la honte dont il s'est couvert en
revenant d'une place confiée à sa défense après l'avoir rendue aux
Autrichiens. Sans doute, si de tels hommes parviennent à prouver que le
comité n'est pas composé de bons citoyens, la liberté est perdue; car
sans doute ce ne sera pas à eux que l'opinion éclairée donnera sa
confiance, et remettra les rênes du gouvernement. Qu'on ne pense pas
que mon intention est de rendre ici imputation pour imputation. Je
prends l'engagement de ne jamais diviser les patriotes; mais je ne
comprends pas, parmi les patriotes, ceux qui n'en ont que le masque, et
je dévoilerai la conduite de deux ou trois traîtres qui sont ici les
artisans de la discorde et de la dissension.

Je pense donc que la patrie est perdue, si le gouvernement ne jouit
d'une confiance illimitée, et s'il n'est composé d'hommes qui la
méritent. Je demande que le comité de salut public soit renouvelé.
(Non, non! s'écrie-t-on de nouveau dans l'assemblée entière.)



      *      *      *      *      *      *      *      *      *



Maximilien Robespierre (1758-1794), Discours en réponse à quelques
calomnies qui avaient pour but de diviser les jacobins, prononcé au
Club des Jacobins le 9 novembre 1793 (9 novembre 1793)



Je profite des éclaircissements qu'on vient de vous donner pour vous
soumettre des questions importantes.

Enfin, nous avons purgé les armées de la république des traîtres qui
compromettaient le succès de ses armes.

Enfin, nous avons découvert un petit nombre de guerriers républicains,
auxquels nous avons confié le sort de l'Etat. Nous avons cru pouvoir
nous reposer sur des sans-culottes du soin d'exterminer les satellites
des tyrans.

Le but de nos ennemis a donc dû être de nous faire traiter les généraux
républicains comme nous traiterions des traîtres qui auraient vendu la
république; de là les calomnies que vous avez vu se reproduire sur le
compte des généraux.

Deux espèces d'hommes s'attachent particulièrement à servir nos ennemis
et à perdre la république. Ce sont, d'une part, des patriotes faibles,
égarés, qui ne sont que l'écho des fripons.

De l'autre, des émissaires de nos ennemis, cachés parmi nous.Doute-t-on
qu'il n'y en ait qu'ils entretiennent, avec de grandes dépenses, pour
deviner nos secrets et rendre nul l'effet de nos plus heureuses
résolutions.

D'abord, je vous dirai que nous sommes parvenus à réunir dans l'armée
du Nord trois républicains, qu'il serait peut-être fort difficile de
rencontrer ailleurs. C'est Beauregard, général sans-culotte, dont vous
connaissez les talents;

C'est Renoud, chef de l'état-major, ami de Jourdan; c'est Duquesnoy,
aussi ami de Jourdan. Tous trois s'entendent parfaitement, et l'amitié
de ces trois hommes peut sauver la chose publique.

Un homme que je suppose peu instruit ou trompé est venu vous dire que
Duquesnoy, député, et Duquesnoy, général, étaient des ambitieux qui
voulaient perdre Jourdan. Il m'a dit, à moi, cet homme, qu'il le tenait
de Renoud lui-même; ainsi Renoud devait regarder Duquesnoy comme un
coquin; et j'avais une lettre de Renoud, qui faisait l'éloge de
Duquesnoy, en rendant hommage à ses talents.

Je l'observe ici, l'homme qui me parlait, frappé de ce raisonnement, se
hâta de me quitter et vint vous débiter les mêmes mensonges.

On a reproché à Duquesnoy d'être dur; d'abord ce n'est pas avec les
soldats, mais au contraire avec les généraux; reproche bien rare. Je
n'ai vu dans sa conduite qu'un patriotisme ardent qui a pu quelquefois
le pousser un peu loin.

Je lui ai dit à lui-même qu'il ne fallait pas dégoûter les généraux
quand ils étaient bons, mais cela ne lui est jamais arrivé.

On lui a reproché d'avoir promu son frère au grade de général. Il s'est
lavé de ce reproche par ce qu'il nous a dit; il aurait pu y ajouter
encore que Duquesnoy lui-même refusa le grade qui lui était offert;

Que le ministre de la guerre écrivit au député: "Vous ne connaissez pas
assez votre frère; il a plus de talent que vous ne lui en supposez."

Si un député avait un frère qui pût sauver la patrie, pourquoi ne
voudrait-on pas qu'il pût le proposer?

Il fallait, au contraire, qu'il le nommât devant le peuple, comme
l'homme dont il pouvait attendre des services éminents, qu'il fît tout
pour lui obtenir le poste où il était nécessaire.

Je n'ai rien vu de plus admirable dans toute la révolution que cet
amour qui unit deux frères à la tête d'une armée; dont l'un la guide
aux combats par le chemin de la victoire, et l'autre combattant dans le
rang, fait passer dans l'âme des soldats son amour, son enthousiasme,
son dévoûment pour la patrie.

La plus grande vérité qu'on puisse vous dire à cette tribune, c'est que
l'on cherche à vous perdre par vous-mêmes.

C'était le but et le moyen des fédéralistes, des aristocrates, des
puissances étrangères..... Divisez les Jacobins, disaient-ils, en
suscitant au milieu d'eux des hommes qui les égarent et répandent le
soupçon sur le plus ferme appui de la révolution.

Je voudrais les voir, ces hommes qui nous calomnient et se prétendent
plus patriotes que nous. Ils veulent nos places... Eh bien! qu'ils les
prennent...

Je voudrais les voir, sondant nuit et jour les plaies de l'Etat, sans
cesse occupés du peuple, consacrant leur existence entière à son salut.
Veut-on seulement détruire la liberté, en calomniant ses défenseurs?
Qu'on ne s'imagine plus y réussir, ce n'est pas seulement le
patriotisme, cet amour inné de la liberté, l'enthousiasme qui nous
soutient; c'est la raison qui doit éterniser la république: c'est par
son empire que le peuple doit régner, son règne est donc impérissable.



      *      *      *      *      *      *      *      *      *



Maximilien Robespierre (1758-1794), Discours dans lequel il attaque le
philosophisme et répond aux déclamations des athées par une profession
de foi, prononcé au Club des Jacobins le 1er frimaire an II de la
république française (21 novembre 1793)



J'avais cru que le préopinant traiterait l'objet important soumis par
Hébert à l'attention de l'assemblée; il ne l'a pas même abordé, et il
nous reste à chercher les véritables causes des maux qui affligent
encore notre patrie.

Est-il vrai que nos plus dangereux ennemis soient les restes impurs de
la race de nos tyrans, les odieux captifs dont les noms servent encore
de prétexte à la politique criminelle de quelques rebelles, et surtout
des puissances étrangères? Je vote en mon coeur pour que la race des
tyrans disparaisse de la terre; mais puis-je m'aveugler sur la
situation de mon pays, au point de croire que cet événement suffirait
pour éteindre le foyer des conspirations qui nous déchirent? A qui
persuadera-t-on que la punition de la méprisable soeur de Capet en
imposerait plus à nos ennemis que celle de Capet lui-même et de sa
criminelle compagne?

Est-il vrai encore que la principale cause de nos maux soit le
fanatisme? Le fanatisme! il expire; je pourrais même dire qu'il est
mort. En dirigeant depuis quelques jours toute notre attention contre
lui, ne la détourne-t-on pas de nos véritables dangers?

Vous craignez, dites-vous, les prêtres! les prêtres craignent bien
davantage les progrès de la lumière. Vous avez peur des prêtres! et ils
s'empressent d'abdiquer leurs titres, pour les échanger contre ceux de
municipaux, d'administrateurs, et même de présidents de sociétés
populaires. Croyez seulement à leur amour pour la patrie, sur la foi de
leur abjuration subite, et ils seront très contents de vous.... Vous ne
le serez peut-être pas également d'eux. Avez-vous peur de ces évêques
qui naguère étaient très attachés à leur bénéfice constitutionnel, qui
leur rapportait soixante-dix mille livres de rentes, et qui en ont fait
le sacrifice dès qu'il a été réduit à six mille livres; de ces évêques
qui, aujourd'hui, en sollicitent et en ont peut-être obtenu
l'indemnité? Oui, craignez, non pas leur fanatisme, mais leur ambition;
non pas l'habit qu'ils portaient, mais la peau nouvelle dont ils se
sont revêtus. Au reste, ceci ne s'applique point à tous les prêtres; je
respecte les exceptions, mais je m'obstine à croire qu'elles sont rares.

Non, ce n'est point le fanatisme qui doit être aujourd'hui le principal
objet de nos inquiétudes. Cinq ans d'une révolution qui a frappé sur
les prêtres déposent de son impuissance; la Vendée même, son dernier
asile, ne prouve point du tout son pouvoir. C'est la politique, c'est
l'ambition, ce sont les trahisons de ceux qui gouvernaient jadis qui
ont créé la Vendée; c'étaient des hommes sans honneur, comme sans
religion, qui traînaient des brigands étrangers ou français au pillage,
et non au pied des autels. Encore, la force de la république et le zèle
du gouvernement actuel les ont-ils frappés à mort, malgré tant
d'obstacles et de crimes; car ils ont perdu leur place d'armes, leurs
magasins, la plus grande partie de leur force; il ne leur reste qu'une
horde fugitive, dont l'existence ne pourrait être prolongée que par la
malveillance et par l'ineptie. Je ne vois plus qu'un seul moyen de
réveiller parmi nous le fanatisme, c'est d'affecter de croire à sa
puissance. Le fanatisme est un animal féroce et capricieux; il fuyait
devant la raison: poursuivez-le avec de grands cris, il retournera sur
ses pas.

Et quels autres effets peut produire cette chaleur extraordinaire et
subite, ce zèle exagéré et fastueux avec lequel on semble lui faire la
guerre depuis quelque temps. Je l'ai dit à la Convention, et je le
répète ici, il est une infinité de choses que le bon esprit du peuple a
tournées au profit de la liberté, et que nos ennemis n'avaient
imaginées que pour la perdre.

Que des citoyens animés par un zèle pur viennent déposer sur l'autel de
la patrie les monuments inutiles et pompeux de la superstition, pour
les faire servir à son triomphe, la patrie et la raison sourient à ces
offrandes. Que d'autres renoncent à telles ou telles cérémonies, et
adoptent sur toutes ces choses l'opinion qui leur paraît la plus
conforme à la vérité, la raison et la philosophie peuvent applaudir à
leur conduite; mais de quel droit l'aristocratie et l'hypocrisie
viendraient-elles ici mêler leur influence à celle du civisme et de la
vertu? De quel droit des hommes inconnus jusqu'ici dans la carrière de
la révolution viendraient-ils chercher au milieu de tous ces événements
les moyens d'usurper une fausse popularité, d'entraîner les patriotes
même à de fausses mesures, et de jeter parmi nous le trouble et la
discorde? De quel droit viendraient-ils troubler la liberté des cultes,
au nom de la liberté, et attaquer le fanatisme par un fanatisme
nouveau? De quel droit feraient-ils dégénérer les hommages solennels
rendus à la vérité pure, en des farces éternelles et ridicules?
Pourquoi leur permettrait-on de se jouer ainsi de la dignité du peuple,
et d'attacher les grelots de la folie au sceptre même de la philosophie?

On a supposé qu'en accueillant des offrandes civiques, la Convention
avait proscrit le culte catholique.

Non, la Convention n'a point fait cette démarche téméraire: la
Convention ne la fera jamais. Son intention est de maintenir la liberté
des cuites, qu'elle a proclamée, et de réprimer en même temps tous ceux
qui en abuseraient pour troubler l'ordre public; elle ne permettra pas
qu'on persécute les ministres paisibles du culte, et elle les punira
avec sévérité toutes les fois qu'ils oseront se prévaloir de leurs
fonctions pour tromper les citoyens et pour armer les préjugés ou le
royalisme contre la république. On a dénoncé des prêtres pour avoir dit
la messe: ils la diront plus longtemps, si on les empêche de la dire.
Celui qui veut les empêcher est plus fanatique que celui qui dit la
messe.

Il est des hommes qui veulent aller plus loin; qui, sous le prétexte de
détruire la superstition, veulent faire une sorte de religion de
l'athéisme lui-même. Tout philosophe, tout individu peut adopter
là-dessus l'opinion qu'il lui plaira. Quiconque voudrait lui en faire
un crime est un insensé; mais l'homme public, mais le législateur
serait cent fois plus insensé qui adopterait un pareil système. La
Convention nationale l'abhorre. La Convention n'est point un faiseur de
livres, un auteur de systèmes métaphysiques, c'est un corps politique
et populaire, chargé de faire respecter, non seulement les droits, mais
le caractère du peuple français. Ce n'est point en vain qu'elle a
proclamé la déclaration des droits de l'homme en présence de l'Etre
suprême!"

On dira peut-être que je suis un esprit étroit, un homme à préjugés;
que sais-je, un fanatique.

J'ai déjà dit que je ne parlais, ni comme un individu, ni comme un
philosophe systématique, mais comme un représentant du peuple.
L'athéisme est aristocratique; l'idée d'un grand être, qui veille sur
l'innocence opprimée, et .qui punit le crime triomphant, est toute
populaire. Le peuple, les malheureux m'applaudissent; si je trouvais
des censeurs, ce serait parmi les riches et parmi les coupables. J'ai
été, dès le collège, un assez mauvais catholique; je n'ai jamais été ni
un ami froid, ni un défenseur infidèle de l'humanité. Je n'en suis que
plus attaché aux idées morales et politiques que je viens de vous
exposer: "Si Dieu n'existait pas, il faudrait |'inventer."

Je parle dans une tribune où! impudent Guadet osa me faire un crime
d'avoir prononcé le mot de _providence_. Et dans quel temps! lorsque le
coeur ulcéré de tous les crimes dont nous étions les témoins et les
victimes; lorsque versant des larmes amères et impuissantes sur la
misère du peuple éternellement trahi, éternellement opprimé, je
cherchais à m'élever au dessus de la tourbe impure des conspirateurs
dont j'étais environné, en invoquant contre eux la vengeance céleste,
au défaut de la foudre populaire. Ce sentiment est gravé dans tous les
coeurs sensibles et purs; il anime dans tous les temps les plus
magnanimes défenseurs de la liberté. Aussi longtemps qu'il existera des
tyrans, il sera une consolation douce au coeur des opprimés; et si
jamais la tyrannie pouvait renaître parmi nous, quelle est l'âme
énergique et vertueuse qui n'appellerait point en secret, de son
triomphe sacrilège, à cette éternelle justice, qui semble avoir écrit
dans tous les coeurs l'arrêt de mort de tous les tyrans. Il me semble
du moins que le dernier martyr de la liberté exhalerait son âme avec un
sentiment plus doux, en se reposant sur cette idée consolatrice. Ce
sentiment est celui de l'Europe et de l'univers, c'est celui du peuple
français. Ce peuple n'est attaché ni aux prêtres, ni à la superstition,
ni aux cérémonies religieuses; il ne l'est qu'au culte en lui-même,
c'est-à-dire à l'idée d'une puissance incompréhensible, l'effroi du
crime et le soutien de la vertu, à qui il se plaît à rendre des
hommages qui sont autant d'anathèmes contre l'injustice et contre le
crime triomphant.

Si le philosophe peut attacher sa moralité à d'autres bases,
gardons-nous néanmoins de blesser cet instinct sacré et ce sentiment
universel des peuples. Quel est le génie qui puisse en un instant
remplacer, par ses inventions, cette grande idée protectrice de l'ordre
social et de toutes les vertus privées?

Ne voyez-vous pas le piège que nous tendent les ennemis de la
république et les lâches émissaires des tyrans étrangers? En présentant
comme l'opinion générale les travers de quelques individus, et leur
propre extravagance, ils voudraient nous rendre odieux à tous les
peuples, pour affermir les trônes chancelants des scélérats qui les
oppriment. Quel est le temps qu'ils ont choisi pour ces machinations?
Celui où les armées combinées ont été vaincues ou repoussées par le
génie républicain; celui où ils veulent étouffer les murmures des
peuples fatigués ou indignés de leur tyrannie; celui où ils pressent
les nations neutres et alliées de la France de se déclarer contre nous.
Les lâches ne veulent que réaliser toutes les calomnies grossières dont
l'Europe entière reconnaissait l'impudence, et repousser de vous, par
les préjugés ou par les opinions religieuses, ceux que la morale et
l'intérêt commun attiraient vers la cause sublime et sainte que nous
défendons.

Je le répète: nous n'avons plus d'autre fanatisme à craindre que celui
des hommes immoraux, soudoyés par les cours étrangères pour réveiller
le fanatisme, et pour donner à notre révolution le vernis de
l'immoralité, qui est le caractère de nos lâches et féroces ennemis.

J'ai parlé des cours étrangères. Oui, voilà les véritables auteurs de
nos maux et de nos discordes intestines.

Leur but est d'avilir, s'il était possible, la nation française, de
déshonorer les représentants qu'elfe a choisis, et de persuader aux
peuples que les fondateurs de la république n'ont rien qui les
distingue des valets de la tyrannie.

Ils ont deux espèces d'armées; l'une, sur nos frontières, impuissantes,
plus près de sa ruine, à mesure que le gouvernement républicain prendra
de la vigueur, et que la trahison cesse de rendre inutiles les efforts
héroïques des soldats de la patrie; l'autre, plus dangereuse, est au
milieu de nous: c'est une armée d'espions, de fripons stipendiés, qui
s'introduisent partout, même au sein des sociétés populaires. Depuis
que les chefs d'une faction exécrable, le plus ferme appui des trônes
étrangers, ont péri; depuis que la journée du 31 mai a régénéré la
Convention nationale qu'ils voulaient anéantir, ils redoublent
d'activité, pour séduire, pour calomnier, pour diviser tous les
défenseurs de la république, pour avilir et pour dissoudre la
Convention nationale.

Bientôt cet odieux mystère sera entièrement dévoilé. Je me bornerai
dans ce moment à vous offrir quelques traits de lumière, qui sortent de
1a discussion même qui vous occupait.

Hébert vous a révélé deux ou trois mensonges impudents dictés par la
faction dont je parle.

Un homme, vous a-t-il dit, un homme très connu, a voulu lui persuader
qu'après l'arrestation de la Montansier, je devais dénoncer cette
mesure, dénoncer à cette occasion Pache, Hébert et toute la Commune. Je
devais apparemment prendre un vif intérêt à cette héroïne de la
république, moi qui ai provoqué l'arrestation de tout le Théâtre
Français, sans respect pour les augustes princesses qui en faisaient
l'ornement; moi qui n'ai vu dans tant de solliciteuses enchanteresses,
que les amantes de l'aristocratie, et _les comédiennes ordinaires du
roi_. Je devais dénoncer Pache, moi qui l'ai défendu dans un temps où
une portion du peuple, trompée par les ennemis de notre liberté, vint
lui imputer à la barre de la Convention la disette qui était leur
ouvrage; moi qui, alors, président de la Convention, opposais l'éloge
de sa vertu pure et modeste, qui m'est connue, à un orage passager
excité par la malveillance! Peut-être ai-je montré alors une fermeté
que n'auraient point eue ceux qui, lâches calomniateurs du peuple
opprimé n'auraient jamais osé dire la vérité au peuple triomphant; je
me confiais alors, et je me confie encore dans ce moment au caractère
du peuple, qui, étranger à tous les excès, est toujours du parti de la
morale, de la justice et de la raison.

Enfin j'aurais dénoncé en faveur de la Montansier, la municipalité et
les braves défenseurs de la liberté, moi qui, défenseur de tous les
patriotes, et martyr de la même cause, ai toujours eu pour principe
qu'il fallait autant d'indulgence pour les erreurs mêmes du
patriotisme, que de sévérité pour les crimes de l'aristocratie, et pour
les perfidies des fripons accrédités.

Hébert vous a dit encore que je l'avais accusé d'être payé par Pitt et
par Cobourg. Dans la dernière séance, vous m'avez entendu, vous avez vu
que je n'ai attribué qu'à une erreur patriotique des inculpations qui
pouvaient perdre cinq ou six défenseurs de la liberté, et que j'en ai
trouvé la source dans le plan de calomnie inventé par les ennemis de la
république. Vous pouvez apprécier ce nouveau trait d'impudence qui
tendait à diviser les patriotes; je le dénonce avec Hébert, et comme il
est émané d'un prétendu patriote membre de cette société qu'Hébert nous
nommera, j'en conclus qu'il faut soulever le masque du patriotisme qui
cache certains visages, et purger cette société des traîtres qu'elle
renferme dans son sein.

.le vous ai promis de vous indiquer quelques-uns des agents soudoyés
par les tyrans pour nous diviser, pour déshonorer la cause du peuple
français, en avilissant la représentation nationale. Je citerai d'abord
un homme qu'Hébert a nommé comme l'auteur de la première des deux
calomnies. Quel est cet homme? Est-ce un aristocrate? Il n'a porté ce
titre que jusqu'au trois quarts à peu près du chemin de la révolution.

Depuis cette époque, c'est un patriote, c'est un Jacobin très ardent.
Il est membre de vos comités, il les dirige. Un jour il sortit tout à
coup de son obscurité. Lebrun l'avait envoyé en qualité de commissaire
dans la Belgique au temps des trahisons de Dumouriez. Dumouriez avait
déjà menacé la Convention par ses manifestes séditieux; la Convention
avait déjà fulminé contre ce traître. Dubuisson (c'est son nom) parut
tout à coup à cette tribune, le coeur comme oppressé des grands secrets
qu'il avait à nous révéler, avec l'air d'un homme accablé du poids des
destinées de la France qu'il portait. Il vous découvrit la trahison de
Dumouriez, qui était découverte; à la place des pièces authentiques qui
la constataient, il vous substitua une prétendue conservation de lui et
de ses deux compagnons avec Dumouriez, bien louche, bien bizarre, et où
les intérêts de J.-P. Brissot étaient ménagés. Il vous annonça en même
temps que s'il n'était pas assassiné dans la nuit, il ferait le
lendemain son rapport à la Convention nationale, et que la patrie
serait sauvée. Il ne fut point assassiné; il parla à la Convention, où
il se fit escorter par des députés de la société des Jacobins; il
obtint les honneurs de la mention honorable et de l'impression, votés
par la faction girondine et par le côté droit, avec un empressement qui
dut beaucoup édifier les patriotes.

Mais il est un autre personnage, plus important encore, et le véritable
chef de la clique, le compagnon de Dubuisson dans la fameuse mission
dont je viens de parler.

Que la république est heureuse! Si elle a été trahie par une multitude
d'enfants ingrats, elle est servie avec un désintéressement admirable
par des seigneurs étrangers, et même par les fils des princes
allemands. De ce nombre est le fils du principal ministre de la maison
d'Autriche, du fameux prince de Kaunitz. Il se nomme Proli. Vous savez
que renonçant à son père, à sa patrie, il s'est dévoué tout entier à la
cause de l'humanité. Il prétend diriger les Jacobins, dont il n'a pas
voulu être membre par discrétion. Il tient chez lui des directoires
secrets, où l'on règle les affaires de la société, où on lit la
correspondance, où on prépare les motions, les dénonciations; où l'on
organise un système patriotique de contre-révolution qui n'a pu être
déjoué que par le génie de la liberté, qui éclaire la majorité de vos
membres, et la masse du peuple qui vous entend. Le même seigneur a
fondé une cinquantaine de clubs populaires pour tout bouleverser et
pour perdre les Jacobins. Il s'occupe aussi des sections, et surtout
des femmes révolutionnaires, dont il fait nommer les présidentes. C'est
le sylphe invisible qui les inspire; il a sous ses ordres plusieurs
autres sylphes visibles qui appellent le mépris public et le carnage
sur la Convention nationale, depuis la journée du 3l mai. Proli est
connu, et cependant Proli est libre: il est imprenable comme ses
principaux complices, qui sont des aristocrates déguisés sous le masque
du sans-culotisme, et surtout des banquiers prussiens, anglais,
autrichiens, et même français.

Souffrirons-nous que le» plus vils scélérats de l'Europe détruisent
impunément sous nos yeux les fruits de nos glorieux et pénibles
travaux? Ferons-nous alliance avec les complices, avec les valets de
ces mêmes tyrans, dont les satellites égorgent sans pitié nos femmes,
nos enfants, nos frères, nos représentants? Je demande que cette
société se purge enfin de cette horde criminelle; je demande que
Dubuisson soit chassé de cette société, ainsi que deux autres
intrigants dont un vit avec Proli, sous le même toit, et qui tous sont
connus de vous comme ses affiliés; je parle de Desfieux et de Pereyra.

Je demande qu'il soit fait un scrutin épuratoire à la tribune, pour
reconnaître et chasser tout les agents des puissances étrangères, qui,
sous leurs auspices, se seraient introduits dans cette société.

Je demande qu'on renouvelle de la même manière les comités de la
société qui renferment sans doute d'excellents patriotes, mais où ils
ont, sans doute aussi glissé plusieurs de leurs affidés.



      *      *      *      *      *      *      *      *      *



Maximilien Robespierre (1758-1794), Discours sur les partis qui agitent
la France, prononcé au Club des Jacobins le 8 frimaire an II de la
république française (28 novembre 1793)



Je demande la parole, non pour faire un discours, mais pour faire
connaître des faits propres à répandre un grand jour sur les
machinations des ennemis de la liberté. Je vais commencer par lire une
lettre saisie sur un émigré, qu'a fait passer au comité du salut public
le général Pichegru, et que le comité m'a autorisé à vous communiquer.
Elle est adressée à madame Larive, à Fribourg. Elle est remplie
d'écritures différentes, dont une composée par des moyens chimiques. La
voici.



Lyon, le 26 mai.

"La faction maratiste est tombée dans le plus grand discrédit, le parti
contraire réussit dans presque toute la France, et ce parti est _le
républicanisme voilé dont se sont couverts tous les honnêtes gens_. Une
chose qui a été nécessaire pour faire tomber le parti de Marat, qui
n'avait pas moins que le projet de faire égorger tous les honnêtes
gens, ç'a été de se dire vraiment républicain; et ce qui me paraît
encore plus fâcheux, c'est qu'il a fallu dire hautement que cette
faction abominable de Jacobins s'entendait avec les puissances
étrangères et les émigrés, chose que je n'ai jamais sue. On assure que
des lettres prouvent évidemment cette connivence. Je crois que ceci
peut être très défavorable aux émigrés; car le peuple est toujours
avide de nouvelles choses. Et aujourd'hui qu'on lui fait ouvrir les
yeux sur ses véritables intérêts, tous ceux qui pensent comme moi
voient avec peine qu'il faut se servir de ce prétexte pour mériter sa
confiance. Nous croyons donc qu'il serait très à propos que tous les
émigrés fissent une adresse aux Français, pour leur annoncer que jamais
leurs sentiments n'ont été ceux d'une faction abominable et
désorganisatrice; que jamais les chevaliers français n'ont pris part à
toutes les horreurs qui, depuis si longtemps, ravagent nos misérables
contrées. Un exposé court de leurs sentiments, et surtout de leur amour
pour le peuple serait, je crois, absolument nécessaire dans la
circonstance où nous nous trouvons."

Vous voyez ici tout le plan des conspirations: l'aristocratie, dirigée
par la faction brissotine, avait donné au parti républicain le nom de
maratiste. Pour le combattre, on avait pris le parti de se dire
républicain, et même de publier que les Jacobins étaient coalisés avec
les puissances étrangères et avec les émigrés; mais l'aristocrate qui
développe ce système à son ami ne lui dissimule pas qu'il est triste
que les _honnêtes gens_ soient obligés de prendre ce parti; car il
craint qu'à force de parler république, on ne finisse par fortifier
l'attachement du peuple à la liberté.

Un autre fait pourra jeter quelque lumière sur les manoeuvres
actuelles. On vous a dit que le système des agents de nos ennemis était
de calomnier et de perdre les plus zélés défenseurs de la liberté, pour
amener la dissolution de la Convention nationale. Vous allez voir quels
sont les moyens qu'ils emploient pour parvenir à ce but.

Voici une lettre adressée à _M. Brissot, dans sa maison, rue Grétry_;
elle n'a été mise à la poste que pour qu'elle y fût arrêtée.



De Londres, le 9 novembre 1793.

"Cher ami et frère, j'adresse à votre maison, pour que ma lettre ne
soit pas interceptée, parce que j'espère que vous y avez des gens de
confiance qui vous la feront tenir. Je vous apprendrai que je suis
arrivé d'hier dans cette ville: que ma tournée d'Irlande et d'Ecosse a
été des plus heureuses, pour moi personnellement, bien au dessus de mes
espérances. Je n'ai été troublé dans ma course que par la nouvelle de
votre arrestation: je me suis flatté qu'elle était sans fondement; il
m'a semblé qu'il était impossible que vos amis vous abandonnassent, vu
que vous étiez un des meilleurs amis de la patrie; que les bruits qui
couraient étaient pour amuser les aristocrates; mais quelle a été ma
surprise et mon chagrin , quand nos amis m'ont confirmé que cette
malheureuse nouvelle n'était que trop vraie ? Hélas! c'est donc le prix
de votre zèle, non seulement à les servir, mais encore à leur donner
les moyens de saisir l'occasion que les circonstances leur procuraient
de faire leur fortune et celle de la mettre à couvert. Nos amis et moi
sommes confondus et outrés de l'ingratitude des hommes; j'en avais
quelque expérience, mais jamais je n'aurais imaginé qu'elle pourrait
être poussée ace point, mais au moins, cher ami, si c'est une
consolation pour les malheureux d'espérer d'être vengés, vous pouvez en
jouir d'avance; car, s'ils vous abandonnent réellement, leur triomphe
passera comme une fumée, même leur fortune, excepté ce qu'ils ont dans
les banques.

"Je vous préviens que je viens d'expédier à nos correspondants
d'Amsterdam, de Gênes et de Genève, enfin à tous nos associés, de se
tenir prêts d'un commun accord; et que s'il vous arrive la moindre
chose, qu'il ne soit plus question de leurs dix-sept millions. Tous nos
amis ici sont très décidés à cela, ainsi que la convenance pour le bien
des émigrants rompue; prévenez-en, s'il en est encore temps, comme je
l'espère, Danton, Robespierre et Lecointre; j'espère que tout sentiment
n'est pas encore éteint en eus, et surtout leur position étant la plus
considérable, ça sera sur eux que nous tomberons les premiers. Pour
Pétion, il n'est plus à craindre, vous êtes déjà vengé de lui-même pour
sa fortune; les agents de l'égalité s'en sont emparé. Pour Bazire,
Legendre, Buzot et Collot-d'Herbois, qu'ils tremblent de pousser trop
loin leurs criaillements, nous les tenons: ainsi, qu'ils vous ménagent,
s'ils ne veulent point se perdre.

"Pour votre fortune, cher infortuné ami, tel malheur qu'il vous arrive,
elle est à l'abri, soyez tranquille; même proposez-la à vos ennemis,
vous pouvez leur promettre en foi d'honnête homme, et la leur donner eu
sûreté, je m'en rends garant; si cela peut les engager à vous servir,
faites-le-moi savoir au plus vite, alors j'enverrai tout de suite un
exprès à Gènes, et vous pouvez prendre sur M. K. F. tout ce qui vous
sera nécessaire pour leur prouver que vous êtes de bonne foi; prenez
tout de suite cinquante ou soixante mille livres. Ne soyez pas inquiet,
je vous en prie, sur l'avenir; que ça ne vous occupe en rien: pensez à
gagner vos ennemis, persuadez-vous que vous avez de bons amis ici, et
surtout moi; que je me trouve bien malheureux d'avoir douté jusqu'à
présent de la vérité, je crains d'être en partie la cause de votre
malheur. Si ma lettre, qui est mon seul espoir, arrive trop tard, je ne
m'en consolerai jamais. Adieu, trop infortuné ami, de grâce
répondez-moi tout de suite pour dissiper mes craintes qui sont
extrêmes, ou faites-le-moi faire si vous êtes privé de cette liberté.
Adieu; au moins ne doutez pas un moment de l'amitié lit ph« Sincère de
votre ami pour la vie.

A. C. D.

"_P S_. Nos amis me chargent de vous assurer que vos malheurs
resserrent encore, s'il est possible, l'amitié qu'ils vous ont toujours
vouée. M. L. écrira demain à M.K.F. Adieu."



Je ne ferai point de commentaire sur cette lettre; je vais vous en
communiquer une autre qui n'est ni moins curieuse, ni moins
instructive. Celle-ci m'est adressée; je l'ai reçue hier par la poste.
Le cachet porte l'empreinte d'un gros évêque; sur l'enveloppe est écrit
au crayon, Soleure.--Plus bas, à la main: _Très pressée_. De l'autre
côté: _On prie les personnes par les mains desquelles passera cette
lettre de ne pas l'ouvrir_. Cette lettre ne fut pas ouverte,
quoiqu'elle dût l'être comme on voit; elle me fut remise, et voici ce
qu'on y lit:

_Ce 16 novembre_. "Je connais trop bien, citoyen, ta façon de penser
aristocrate, pour que je te puisse laisser dans l'incertitude sur
l'état de nos affaires, et cela est d'autant plus important, que la
place que tu occupes est plus éminente. Je sais que tu veux la
république, mais tu veux aussi les nobles et les prêtres, selon que tu
l'as mainte et mainte fois déclaré à Paris lorsque j'y séjournais. Je
te parle à coeur ouvert, parce que je sais que, persuadé de ton
civisme, on ne te fera pas de mal. Les patriotes, ces f..... sacrés
coquins, pour me servir de tes expressions, sont battus de toutes
parts. J'espère que bientôt le temps viendra de te manifester. Il est
très adroit à toi d'avoir fait mourir le duc d'Orléans, ce vilain, et
en même temps de t'être emparé de l'autorité, afin de pouvoir la
remettre entre les mains des princes, qui, comme je l'espère, ainsi que
toi, ne tarderont pas à venir. Tu me mandes, dans ta dernière lettre,
que tu es dans une situation affreuse; je me le persuade facilement,
étant obligé d'approuver toutes les horreurs qui se commettent sous tes
yeux. J'ai écrit au comte d'Artois pour ce que tu sais bien: il m'a dit
que tu devais te tenir tranquille jusqu'à ce que le prince de Cobourg
soit proche de Paris. Il accepte la proposition de livrer Paris à ce
général autrichien; j'ai fort bien fait tes affaires auprès de lui.
Adieu, cher citoyen; je t'aime et t'embrasse de tout mon coeur, et suis
à la vie ton ami."

Et sur un chiffon inclus dans la lettre est écrit, par _P.S_.: "Comme
ma lettre est déjà cachetée, je veux l'ouvrir pour te dire que, depuis
ma dernière lettre, je n'ai pas changé de demeure; je suis toujours où
tu sais bien, chez le citoyen N. Il n'est pas étonnant que tu aies été
affligé de la mort de la reine, c'est un événement fait pour cela, et
tous les gens de bien en sont là. Fais graver le cachet dont je me suis
servi pour cacheter ma lettre; c'est Pie VI, il est très ressemblant.
Tout le monde que tu m'as chargé de saluer te fait bien des
remercîments et te salue bien."

Ces coups sont dirigés par les agents des cours étrangères, qui ont
juré la perte des vrais patriotes, comme le seul moyen de faire
triompher la cause des tyrans. Je ne craindrai pas de dire que cette
lettre a été faite à Paris, malgré les apparences contraires.

Voyez quels rapports on peut saisir: comme ceci s'adapte aux dernières
réflexions que je fis à cette tribune. Parce que je me suis opposé au
torrent des extravagances contre-révolutionnaires imaginées par nos
ennemis pour réveiller le fanatisme, on a prétendu pouvoir en conclure
que j'étayais les prêtres, que je soutenais le fanatisme, et la lettre
que je viens de vous lire porte principalement sur cette idée. S'il
n'était question que de conjectures. je croirais pouvoir affirmer que
j'ai reconnu la main qui a composé ce tissu d'horreurs. Elles sont
vraisemblablement l'ouvrage de ce vil Proli et de ses complices, de ce
criminel étranger qui prétend diriger les Jacobins pour les
compromettre.

Réfléchissez avec quelle perfidie on attaque chaque jour les membres de
la Convention nationale en détail, surtout ceux qui jouissent d'une
longue réputation de civisme et d'énergie; voyez comme on commence à
répandre sur la Montagne tout entière les plus sombres nuages; voyez
comme on cherche à décréditer le comité de salut public, trop redouté
des ennemis de la France pour n'être pas le principal objet des
attaques de leurs lâches émissaires.

Une longue diatribe écrite par un Gascon, et venue dit-on de Bayonne,
vient d'être lue à cette tribune; croyez-vous que ce soit l'homme qui a
été faible jadis qu'on poursuit aujourd'hui; non, c'est l'homme qui,
détrompé sur le compte de quelques hypocrites dangereux, leur a porté
des coups mortels, et sert très utilement la république; ce n'est point
l'individu qu'on attaque: c'est le représentant du peuple, membre du
comité de salut public, et tout ce qu'on veut en conclure, c'est ce que
dit formellement l'auteur même de la lettre, "Que le peuple doit se
défier des hommes habiles qui composent le comité de salut public."

Au reste, je vous l'ai déjà dit, vous à qui notre vigilance déplaît,
venez prendre nos places.

Venez résister à tous les tyrans venez étouffer les conspirations,
déjouer les intrigues, punir les traîtres, stimuler les lâches; venez
d'une main repousser la calomnie; de l'autre, tous les efforts des
innombrables ennemis de la liberté! Nous, alors, nous serons dans les
tribunes; si vous commettez des erreurs, ne trouvez pas mauvais que
nous ayons pour vous un peu plus d'indulgence que vous ne nous en
témoignez, mais si vous commettez des crimes, si vous ne voulez
gouverner que pour livrer la république aux tyrans que nous combattons,
alors nous vous dénoncerons; nous périrons, s'il le faut, pour
conserver le plus grand ouvrage que la raison humaine ait élevé.

Croient-ils donc que nous laisserons la patrie en proie à leur
extravagance incivique, et que nous souffrirons au sein de la
république le règne des valets de Georges et de l'Autriche? Croient-ils
que, dupes de leurs déclamations philosophiques, nous n'étoufferons pas
dans leurs mains les flambeaux de la guerre civile, qu'ils jettent au
milieu de nous! Oui, dans le mouvement subit et extraordinaire qui
vient d'être excité, nous prendrons tout ce que ce peuple peut avouer,
et nous rejetterons tous les excès par lesquels nos ennemis veulent
déshonorer notre cause; nous tirerons de ces moments les ressources
dont la patrie a besoin pour foudroyer ses ennemis; nous en tirerons un
hommage rendu à la morale et à la liberté; mais nous ne souffrirons pas
qu'on lève l'étendard de la persécution contre aucun culte; que l'on
cherche à substituer des querelles religieuses à la grande cause de la
liberté, que nous défendons. Nous ne souffrirons pas que l'on confonde
l'aristocratie avec le culte, et le patriotisme avec l'opinion qui les
proscrit. A ce compte, les perfides ennemis de la liberté acquerraient
des titres de civisme, et le peuple serait proscrit par le peuple
lui-même. Un Canisi, un évêque fanatique qui .prêchait naguère la
guerre civile au nom du Néant, deviendrait un héros de la république en
se déprêtrisant!

La Convention nationale maintiendra. la liberté des cultes, en
proscrivant le fanatisme et en punissant la rébellion: elle protégera
les patriotes mêmes contre leurs erreurs; elle fera justice des
contre-révolutionnaires, malgré le masque dont ils se couvrent; elle
imposera silence à toutes les disputes religieuses, et elle ralliera
tous les citoyens contre les ennemis de l'humanité. Il est des prêtres
philosophes, que des intentions pures ont déterminés, ils ont droit à
|'estime de leurs concitoyens et à la protection du gouvernement
républicain; quant à ceux qui n'ont pris qu'une nouvelle forme pour
intrigu.er et pour conspirer, on ne leur tiendra pas compte d'une
comédie nouvelle; on doit distinguer les citoyens paisibles et
patriotes, qui apportent sur l'autel de la patrie les monuments
inutiles de la superstition, des aristocrates déguisés qui affectent
d'insulter aux choses que le peuple a révérées, pour irriter les
esprits; qui prêchent l'athéisme, avec un fanatisme outré, dans la
seule vue d'imputer cette conduite à la Convention nationale et aux
amis de la patrie.

On a vu des aristocrates décriés se mettre à la tête de certaines
processions, et aller ensuite en d'autres lieux exciter le peuple par
le récit de certaines farces très ridicules, qu'ils avaient eux-mêmes
jouées; on en a vu d'autres se signaler par leur zèle à honorer la
mémoire de ce même Marat, qu'ils ont fait assassiner, et répandre le
bruit que Paris adorait Marat, et qu'il ne reconnaissait plus d'autre
dieu. On en a vu d'autres employer la violence, ou l'autorité, pour
interdire aux citoyens l'exercice de leur culte accoutumé, et cela dans
les lieux où la superstition régnait, et voisins des armées rebelles.
Plusieurs espèces de causes ont concouru à ces abus: les uns, couverts
d'une tache originelle en révolution, ont voulu l'effacer par les
démonstrations d'un zèle outré, beaucoup de prêtres et de nobles sont
de ce genre; les autres ont été guidés par une sorte de manie
philosophique et par l'ambition du bel esprit; semblables à ce Manuel,
qui, pendant sa magistrature, sua sang et eau pour faire des épigrammes
contre les prêtres. Emportés par la juste indignation que l'hypocrite
perfidie des prêtres a allumée dans les coeurs, les patriotes ont
applaudi à ces mesures excessives.

Une quatrième classe a calculé, avec un sang-froid atroce, le parti que
les ennemis de la liberté pouvaient tirer de ces événements pour
troubler l'Etat et élever une nouvelle barrière entre le peuple
français et les autres nations, et ils ont poussé aux excès; ils ont
mis en oeuvre les différents mobiles que je viens de développer pour
arriver à leur but.

A la tête de ce complot sont les agents détestables des cours
étrangères, que j'ai déjà désignés plusieurs fois, et qui sont les
véritables auteurs de nos maux.

Ce sont ces misérables qui sèment au milieu de nous la division,
l'imposture, la calomnie, la corruption, qui cherchent à immoler les
fondateurs de la république et les représentants du peuple français aux
vils tyrans qui les soudoient.

Les rois de l'Europe ont vu partout leurs armées repoussées ou
arrêtées, leurs sujets fatigués, le peuple français déterminé à
défendre sa liberté, et assez puissant pour exterminer tous ses
ennemis; la république, s'affermissant par l'énergie de la Convention
nationale, ils ont tenté un dernier effort pour nous diviser: ils ont
imaginé de faire déclarer cette guerre étrange et subite au culte en
vigueur, et à tous les cultes; et, tandis que leurs complices exécutent
ce projet en France, ils nous dénoncent à tous les peuples comme une
nation athée et immorale. Tous les peuples sont attachés à un culte
quelconque, et ils abusent de cet empire que la religion ou la
superstition ont acquis sur les hommes pour recruter leurs armées,
raffermir leurs trônes, prévenir les insurrections qu'ils redoutaient,
refroidir nos alliés et multiplier nos ennemis.

Et de quoi s'avisent ceux qui les secondent, soit par imprudence, soit
par malveillance? D'où vient qu'on nous occupe uniquement,
éternellement, de prêtres et de religion? N'avez-vous plus d'ennemis à
vaincre, de traîtres à punir, de conspirations à étouffer, de lois
salutaires à exécuter?

N'est-il plus rien à faire ou à imaginer pour assurer l'abondance et la
paix? Les pleurs de tous les malheureux sont-ils séchés? Les veuves de
nos défenseurs sont-elles assez promptement secourues? Les décrets qui
assurent leur subsistance sont-ils toujours respectés? Que ne vous
occupez-vous à aplanir les obstacles que la froideur, que
l'aristocratie souvent oppose à leurs justes réclamations. Au lieu de
nous harceler sans cesse par de vaines déclamations, que ne
travaillez-vous à faciliter l'exécution des lois populaires? Que ne
surveillez-vous des détails intéressants, auxquels nous ne pouvons
suffire dans des temps orageux? Des républicains doivent-ils avilir le
gouvernement do leur pays, lorsqu'il lutte avec courage contre tous les
ennemis du peuple français, ou bien l'aider, le faire respecter autant
qu'il est en leur pouvoir? Se dispute-t-on les places de la république
avant qu'elle soit sauvée? Est-ce au fort de la tempête que l'équipage
dispute le gouvernail aux pilotes ?

An reste, nous protestons ici, à la face de l'univers, que jamais ni la
calomnie, ni les dangers ne nous forceront à dévier un moment de la
carrière que nous parcourons sous les auspices sacrés de la patrie, et
s'il faut qu'un combat s'élève entre la vérité et l'intrigue, entre les
représentants fidèles du peuple et ses ennemis, nous déclarons que nous
comptons sur la raison publique et sur la victoire.



      *      *      *      *      *      *      *      *      *



Maximilien Robespierre (1758-1794), Discours pour déterminer la
Convention à protéger la liberté des cultes, prononcé à la Convention
nationale le 15 frimaire an II de la république française (5 décembre
1793)



Citoyens, les projets des intrigants qui veulent renverser fa liberté
semblent déjà s'exécuter. C'est une chose remarquable que l'émigration
qui se fait du Midi en Suisse, depuis qu'on a imprimé le mouvement
extraordinaire contre le culte. Il existe des communes qui ne sont pas
fanatiques, mais où cependant on trouve mauvais que des autorités, que
la force armée, ordonnent de déserter les églises et mettent en
arrestation des ministres du culte, à cause de leur qualité seule: des
hommes qui les premiers ont apporté les dépouilles du culte ont aussi
réclamé; ils ont cédé dans les premiers moments à l'impulsion, par
amour pour la paix. Je ne dis pas que ces communes soient moins
attachées à la liberté qu'à leur culte, mais enfin elles réclament.

Nos ennemis se sont proposé un double but en imprimant ce mouvement
violent contre le culte catholique: le premier de recruter la Vendée,
d'aliéner les peuples de la nation française, et de se servir de la
philosophie pour détruire la liberté; le second.de troubler la
tranquillité de l'intérieur, et de donner ainsi plus de force à la
coalition de nos ennemis.

Je pourrais démontrer jusqu'à l'évidence la conspiration dont je viens
de vous montrer les principales bases, si je voulais mettre à nu ceux
qui en ont été les premiers agents. Je me contenterai de vous dire qu'à
la tête il y a des émissaires de toutes les puissances qui nous font la
guerre; qu'il y a des ministres protestants. (Rabaut Saint-Etienne
venait d'être arrêté à Paris.) Qu'avez-vous à faire dans de pareilles
circonstances? parler en philosophes? Non, mais en législateurs
politiques, en hommes sages et éclairés. Vous devez protéger les
patriotes contre leurs ennemis, leur indiquer les pièges qu'on leur
tend, et vous garder d'inquiéter ceux qui auraient été trompés par des
insinuations perfides; protéger enfin ceux qui veulent un culte qui ne
trouble pas la société. Vous devez encore empêcher les extravagances,
les folies qui coïncident avec les plans de conspiration: il faut
corriger les écarts du patriotisme, mais faites-le avec le ménagement
qui est dû à des amis de la liberté qui ont été un instant égarés.

Je demande que vous défendiez aux autorités particulières de servir nos
ennemis par des mesures irréfléchies, et qu'aucune force armée ne
puisse s'immiscer dans ce qui appartient aux opinions religieuses, sauf
dans le cas où elle serait requise pour des mesures de police.

Enfin, je vous propose une mesure digne de la Convention; c'est de
rappeler solennellement tous les citoyens à l'intérêt public, de les
éclairer par vos principes, comme vous les animez par votre exemple, et
de les engager à mettre de côté toutes les disputes dangereuses, pour
ne s'occuper que du salut de la patrie.

Le projet du comité de salut public présente les mêmes vues. En y
réfléchissant, vous sentirez la nécessité d'adopter les mesures que
nous vous proposons: si vous ne le faites pas, comptez que les
émissaires des cours étrangères profiteront de votre silence pour
exécuter leurs projets criminels.



      *      *      *      *      *      *      *      *      *



Maximilien Robespierre (1758-1794), Discours sur les sourdes menées de
l'étranger pour égarer et pour perdre les patriotes, prononcé au Club
des Jacobins le 6 nivôse an II de la république française (26 décembre
1793)



On vous a dit à cette tribune des vérités qui seront toujours un
préservatif contre le poison de l'intrigue, vous venez d'entendre la
voix de patriotes dont l'énergie est connue de toute la France; vous
venez d'entendre une adresse de la part d'une partie intéressante de
cette commune où naquit la liberté, qui fut toujours la terreur de
l'intrigue et de la tyrannie. C'est là, c'est parmi les vertueux
sans-culottes du faubourg Saint-Antoine que les ennemis de la liberté
cherchent à se glisser pour égarer le patriotisme sans défiance.

Je suis plus en état que qui que ce soit de juger et de prononcer sur
les personnes; je crois connaître les véritables causes de cet
imbroglio politique. Je connais toutes le» intrigues, et je vois que si
les citoyens sont suspects les uns aux autres, s'ils craignent d'être
trompés les uns par les autres, c'est parce qu'il se trouve des
politiques adroits qui font naître des inimitiés entre des hommes qui
devraient naturellement agir ensemble d'une manière amicale. Lorsque
nous devrions nous réjouir de nos victoires, toute notre attention est
absorbée dans des querelles particulières. A Londres, à Vienne et à
Berlin, on s'imagine que la société des Jacobins s'occupe de préparer
des triomphes à nos guerriers vainqueurs de la tyrannie sous les murs
de Toulon, et, pendant ce temps, elle s'occupe à des altercations qui
se sont élevées entre quelques-uns de ses membres. Les papiers publics
vont apprendre à l'Europe que les grands succès qui devraient vous
enivrer, ont fait si peu d'impression sur vous, que vous n'avez fait
que continuer les vils débats des séances précédentes. Pitt, dans sa
frayeur, a pensé que c'en était fait de la ligue abominable des rois,
que les Jacobins allaient triompher, et mettre à profit leurs
victoires, en achevant d'exterminer tous les tyrans échappés à la
vengeance du peuple français; il devra se réjouir, quand il apprendra
que s'il est un lieu où les succès de nos armes n'ont produit aucun
effet, c'est dans la société des Jacobins.

Il s'en faut bien que je sois un modéré, un feuillant, comme on le
débite dans les cafés; mais voilà mes sentiments, et puisque mon âme
est tout entière absorbée dans |es grands événements qui se passent, je
ne puis m'empêcher de dire que cette séance fera un grand plaisir à M.
Pitt. S'il était à craindre qu'un patriote fût opprimé, si je ne savais
pas que la Convention défend tous les patriotes, alors .je quitterais
ces grands objets pour vous entretenir des opprimés, parce que je sais
que la cause d'un opprimé intéresse le peuple entier.

Une dénonciation avait été faite contre Ronsin. La Convention avait
décrété que le rapport lui en serait fait: pourquoi le lendemain de ce
décret vient-on présenter une pétition pour demander ce qu'elle avait
décrété? Ne voyez-vous pas que cette conduite a été dictée par les
agents de nos ennemis. Pitt, l'infâme Pitt, dont nous devons faire et
dont nous avons fait justice, a l'insolence de se jouer de notre
patriotisme! Il doit bien s'applaudir des petites trames qui engagent
les patriotes faits pour porter la foudre contre les tyrans, et dont le
c½ur brûlant de patriotisme est le foyer d'où doivent partir les traits
destinés à frapper tous les ennemis de l'humanité; il doit, dis-je,
s'applaudir des trames qui engagent les patriotes à oublier les grands
objets de salut public, pour nous entretenir des principes qui sont
déjà gravés dans nos c½urs.

Je suis convaincu qu'il y a des hommes qui se regardent mutuellement
comme des conspirateurs et des contre-révolutionnaires, et qui ont pris
cette idée des coquins qui les environnent, et qui cherchent à exciter
des défiances entre nous. Ce sont les étrangers qui entraînent les
patriotes dans des malheurs inconsidérés et qui les poussent dans des
excès contraires. C'est de cette source que viennent ces accusations
précipitées, ces pétitions imprudentes, ces querelles où l'on prend le
ton de là menace. Dans ce système, suivi par les puissances étrangères,
on veut faire croire à l'Europe que la représentation nationale n'est
pas respectée, que pas un patriote n'est en sûreté, et que tous sont
exposés aux mêmes dangers que les contre-révolutionnaires. Qu'est-ce
qu'il nous importe de faire, à nous patriotes et républicains? C'est
d'être au but que nous nous sommes proposé, c'est d'écraser les
factions, les étrangers, les modérés, mais non de perdre des patriotes,
et bien moins de nous égarer dans les routes où les passions les ont
jetés. Pour cela, il faut éloigner l'aigreur et les passions, en
écoutant les réflexions de chacun; il faut que ceux qui les feront en
agissent de même. N'oublions pas les grands principes qui ont toujours
germé dans nos c½urs: l'amour de la patrie, l'enthousiasme des grandes
mesures, le respect de la représentation nationale. S'il est des crises
où le peuple soit obligé de s'armer contre quelqu'un de ses mandataires
infidèles, la représentation nationale n'en est pas moins sacrée
lorsqu'elle marche d'un pas ferme et assuré; elle a droit d'exiger le
respect et l'amour de tous les individus.

Si je voulais entrer dans des détails, je vous prouverais que la
pétition faite pour Ronsin, ou qui parait avoir été faite pour lui, l'a
été au contraire pour le perdre. Le but de nos ennemis est de rendre
Ronsin suspect, en faisant croire que le faubourg Saint-Antoine est
disposé à le défendre et à s'armer pour lui. A-t-on oublié que des
patriotes ont été incarcérés, mais qu'ils n'ont excité aucun trouble
pour se procurer la liberté? Pourquoi ne serait-on pas calme? pourquoi
ne se reposerait-on pas comme eux sur leur innocence? La Convention
veut attendre que la vérité soit connue tout entière; elle le sera,
n'en doutez pas, et alors on distinguera le crime de la vertu; et les
patriotes qui se trouveront purs pourront se réunir contre les ennemis
communs.



      *      *      *      *      *      *      *      *      *



Maximilien Robespierre (1758-1794), Discours sur Camille Desmoulins,
accusé de modérantisme, prononcé au Club des Jacobins le 18 nivôse an
II de la république française (7 janvier 1794)



Il est inutile de lire le cinquième numéro du _Vieux Cordelier;_
l'opinion doit être déjà fixée sur Camille. Vous voyez dans ses
ouvrages les principes les plus révolutionnaires à côté des maximes du
plus pernicieux modérantisme. Ici il rehausse le courage du
patriotisme, là il alimente l'espoir de l'aristocratie. Desmoulins
tient tantôt un langage qu'on applaudirait à la tribune des Jacobins;
une phrase commence par une hérésie politique; à l'aide de sa massue
redoutable, il porte le coup le plus terrible à nos ennemis; à l'aide
du sarcasme le plus piquant, il déchire les meilleurs patriotes.
Desmoulins est un composé bizarre de vérités et de mensonges, de
politique et d'absurdités, de vues saines et de projets chimériques et
particuliers.

D'après tout cela, que les Jacobins chassent ou conservent Desmoulins,
peu importe, ce n'est qu'un individu: mais ce qui importe d'avantage,
c'est que la liberté triomphe et que la vérité soit reconnue. Dans
toute cette discussion, il a beaucoup été question d'individus, et pas
assez de la chose publique. Je n'épouse ici la querelle de personne;
Camille et Hébert ont également des torts à mes yeux. Hébert s'occupe
trop de lui-même, il veut que tout le monde ait les yeux sur lui, il ne
pense pas assez à l'intérêt national.

Ce n'est donc pas Camille Desmoulins qu'il importe de discuter, mais la
chose publique, la Convention elle-même, qui est en butte aux intrigues
du parti de l'étranger, qui cause tous les maux dont nous sommes
victimes, qui dicte la plus grande partie des erreurs, des exagérations
dont nous sommes environnés.

Ce sont ces petits ambitieux, qui, pour avoir occupé une place dans
l'ancien régime, se croient faits pour régler les destinées d'un
pussant empire; ce sont eux qu'il faut surveiller, puisque leurs
passions nous sont devenues si funestes.

Citoyens, vous seriez bien aveugles si, dans tout ce conflit, et les
opinions qui se heurtent avec tant de violence, vous ne voyiez que la
querelle de quelques particuliers et des haines privés. L'½il
observateur d'un patriote éclairé soulève cette enveloppe légère,
écarte tous les moyens, et considère la chose sous son véritable point
de vue. Il existe une nouvelle faction qui s'est ralliée sous les
bannières déchirées du brissotisme. Quelques meneurs adroits font
mouvoir la machine, et se tiennent cachés dans les coulisses. Au fond,
c'est la même faction que celle de la Gironde, seulement les rôles sont
changés, mais ce sont toujours les mêmes acteurs avec un masque
différent. La même scène, la même action théâtrale subsistent toujours.
Pitt et Cobourg, désolés de voir les trônes s'écrouler, et la cause de
la raison triompher, n'ont plus d'autres moyens que de dissoudre la
Convention nationale. Aussi tous les efforts des factieux sont-ils
dirigés vers ce seul et unique but. Mais deux espèces de factions sont
dirigées par le parti étranger.

Voici comment ils raisonnent. Tous moyens sont bons, pourvu que nous
parvenions à nos fins; ainsi, pour mieux tromper le public et la
surveillance du patriotisme, ils s'entendent comme des brigands dans
une forêt. Ceux qui sont d'un génie ardent et d'un caractère exagéré
proposent des mesures ultra-révolutionnaires; ceux qui sont d'un esprit
plus doux et plus modéré, proposent des moyens citra-révolutionnaires.
Ils se combattent entre eux; mais que l'un ou l'autre parti soit
victorieux, peut leur importe; comme l'un ou l'autre système doit
également perdre la république, ils obtiennent un résultat également
certain, la dissolution de la Convention nationale.

On n'ose pas encore heurter de front le pouvoir des représentants du
peuple réunis; mais on fait de fausses attaques; on tâte, pour ainsi
dire, son ennemi.

On a une certaine phalange de contre-révolutionnaires masqués, qui
viennent, à certains temps, exiger de la Convention au delà de ce que
le salut public commande.

On a des hypocrites et de scélérats à gages; on propose aujourd'hui un
décret impolitique, et le soir même, dans certains cafés, dans certains
groupes, on crie contre la Convention, on veut établir un nouveau parti
girondin: on dit que la Montagne ne vaut pas mieux que le Marais. On ne
dira pas au peuple: Portons-nous contre la Convention; mais,
portons-nous contre la faction qui est dans la Convention, sur les
fripons qui s'y sont introduits.

Les étrangers seront de cet avis; les patriotes seront égorgés, et
l'autorité restera aux fripons. Les deux partis ont un certain nombre
de meneurs, et, sous leurs bannières, se rangent des citoyens de bonne
foi, suivant la diversité de leur caractère.


Un meneur étranger, qui se dit raisonnable, s'entretient avec des
patriotes de la Montagne, et leur dit: Vous voyez que l'on enferme des
patriotes (or c'est lui qui a contribué à les faire arrêter); vous
voyez bien que la Convention va trop loin, et qu'au lieu de déployer
l'énergie nationale contre les tyrans, elle la détourne sur les prêtres
et sur les dévots. Et ce même étranger est un de ceux qui ont tourné
contre les dévots la foudre destinée aux tyrans.

On sait que les représentants du peuple ont trouvé dans les
départements des envoyés du comité de salut public, du conseil
exécutif, et que ces mêmes envoyés ont semblé, par leur imprudence,
manquer de respect au caractère de représentant.

L'étranger ou le factieux dit aux patriotes: Vous voyez bien que la
représentation nationale est méprisée; vous voyez que les envoyés du
pouvoir exécutif (car on n'a pas osé encore mettre le comité de salut
public en scène), vous voyez que les envoyés du conseil exécutif sont
les ennemis de la représentation: donc le conseil exécutif est le foyer
de la contre-révolution, donc tel secrétaire de Bouchotte est le chef
du parti contre-révolutionnaire.

Vous voyez que le foyer de la contre-révolution est dans les bureaux de
la guerre; il est nécessaire de l'assiéger. (On n'ose pas dire: Allez
assiéger le comité de salut public.)

Je sens que ces vérités sont dures. Il est certaines gens qui ne
s'attendaient pas si tôt à les entendre, mais la conjuration est mûre,
et je crois qu'il est temps de prononcer.

Vous apercevez d'un seul coup d'½il tout le système de conspiration qui
se développe; vous distinguez les étrangers cherchant, par le moyen de
certains fripons, à ressusciter le girondinisme.

Peu leur importe que ce soit Brissot ou un autre qui en soit le chef.
Les fautes apparentes des patriotes sont converties en torts réels; les
torts réels sont transformés en un système de contre-révolution. Les
fripons cherchent à faire croire que la liberté n'a plus d'autres
ennemis que ceux que les agents étrangers ont désignés comme tels, afin
de trouver un moyen de s'en défaire. On se permet de proposer à la
Convention des mesures qui tendent à étouffer l'énergie nationale; et,
d'un autre côté, on excite des inquiétudes, on dit que la Convention
n'est pas à sa véritable hauteur. Il en est qui vont jusqu'à dire
confidentiellement qu'il faut la changer. Dans le même moment, on fait
à la Convention des propositions modérées, auxquelles les patriotes ne
peuvent répondre, à cause des occupations qui les obligent de
s'absenter; alors on fait colporter dans les groupes des motions
dangereuses et des calomnies.

Je vous l'ai déjà dit, les moyens ne sont que changés, afin qu'il soit
plus difficile de les reconnaître. C'est une trentaine de scélérats qui
ont corrompu le côté droit, en s'emparant dans les départements de
l'opinion de ceux que le peuple appelait à la Convention: on avait eu
soin de leur représenter Paris comme un fantôme épouvantable; chaque
jour on augmentait leur terreur par des motions exagérées, que des gens
affidés proposaient dans les sections, et par des affiches rédigées par
des libellistes contre- révolutionnaires.

On était enfin parvenu à persuader à une foule d'hommes faibles que
leurs ennemis étaient dans la Commune de Paris, dans le corps
électoral, dans les sections, en un mot, dans tous les républicains de
Paris: voilà le système qui est encore suivi actuellement.

(Fabre-d'Eglantine se lève et descend de sa place. Robespierre invite
la société à prier Fabre de rester à la séance. Fabre monte à la
tribune et veut parler.)

Robespierre. Si Fabre-d'Eglantine a son thème tout prêt, le mien n'est
pas encore fini. Je le prie d'attendre.

Il y a deux complots, dont l'un a pour objet d'effrayer la Convention,
et l'autre d'inquiéter le peuple. Les conspirateurs qui sont attachés à
ces trames odieuses semblent se combattre mutuellement, et cependant
ils concourent à défendre la cause des tyrans. C'est la seule source de
nos malheurs passés: ce serait celle de nos malheurs à venir, si le
peuple entier ne se ralliait autour de la Convention, et n'imposait
silence aux intrigants de toute espèce.

Si les tyrans paraissent si opiniâtres à la dissolution de la
Convention actuelle, c'est parce qu'ils savent parfaitement qu'ils
seraient alors les maîtres de créer une Convention scélérate et
traîtresse, qui leur vendrait le bonheur et la liberté du peuple. A cet
effet, ils croient que le plus sûr moyen de réussir est de détacher peu
à peu beaucoup de patriotes de la Montagne, de tromper et d'égarer le
peuple par la bouche des imposteurs.

Notre devoir, amis de la vérité, est de faire voir au peuple le jeu de
toutes les intrigues, et de lui montrer au doigt les fourbes qui
veulent l'égarer.

Je finis en rappelant aux membres de la Convention ici présents, et au
peuple français, les conjurations que je viens de dénoncer. Je déclare
aux vrais Montagnards que la victoire est dans leurs mains, qu'il n'y a
plus que quelques serpents à écraser.

Ne nous occupons d'aucun individu, mais seulement de la patrie.
J'invite la société à ne s'attacher qu'à la conjuration, sans discuter
plus longtemps les numéros de Camille Desmoulins, et je demande que cet
homme, qu'on ne voit jamais qu'une lorgnette à la main, et qui sait si
bien exposer des intrigues au théâtre, veuille bien s'expliquer ici;
nous verrons comment il sortira de celle-ci. Quand je l'ai vu descendre
de sa place, je ne savais s'il prenait le chemin de la porte ou de la
tribune, et c'est pour s'expliquer que je l'ai prié de rester.



      *      *      *      *      *      *      *      *      *



Maximilien Robespierre (1758-1794), Discours sur le gouvernement
anglais, prononcé au Club des Jacobins le 1er pluviôse an II de la
république française (28 janvier 1794)



Tous les orateurs qui ont parlé sur cet objet ont manqué le véritable
but pour lequel ils devaient parler. Ce but consiste à éclairer le
peuple anglais, et à imprimer dans l'âme des Français une indignation
profonde contre le gouvernement anglais.

Il ne fallait pas parler au peuple anglais, il fallait que ce peuple
fût simplement le témoin attentif de nos discussions, de nos vertus
républicaines et de notre gloire. Il fallait que le peuple pût prendre,
lui seul, dans notre constitution ce qui lui convient; on a pris une
mauvaise marche en la lui présentant et en la lui jetant pour ainsi
dire à la figure.

C'est une vengeance éclatante que nous avons à tirer du gouvernement
anglais, et non des leçons à donner. Il ne fallait donc pas s'adresser
au peuple anglais, mais discuter en sa présence et devant toute
l'Europe les crimes de Pitt et les droits imprescriptibles de l'homme.

Il est plusieurs orateurs qui ont fait, par rapport aux Anglais, ce que
ceux-ci ont fait pour une partie de la France; c'est cet effort
liberticide qui tend à faire rétrograder l'opinion publique en la
devançant. Quiconque a des idées de la situation politique de l'Europe,
et surtout de l'Angleterre, doit savoir que les tyrans ont élevé entre
les peuples et nous une barrière morale, qui est la calomnie, et des
nuages épais, qui sont les préjugés et les passions.

D'après cela, vous sentez que pour être goûté des peuples, il faut se
prêter à leurs faiblesses, et s'accommoder de leur langage. Vous vous
trompez, si vous croyez que la moralité et les lumières du peuple
anglais soient égales aux vôtres: non, il est à deux siècles loin de
vous; il vous hait, parce qu'il ne vous connaît pas, parce que la
politique de son gouvernement a toujours intercepté la vérité; il vous
hait, parce que depuis plusieurs siècles la politique du ministre a été
d'armer les Anglais contre les Français, et que la guerre a toujours
été un moyen pour se soutenir contre le parti de l'opposition.

Il ne suit pas de là que le peuple anglais ne fera pas une révolution;
il la fera, parce qu'il est opprimé, parce qu'il est ruiné. Ce sont vos
vaisseaux qui feront cette révolution: elle aura lieu, parce que le
ministre est corrompu; Pitt sera renversé, parce qu'il est un imbécile,
quoi qu'en dise une réputation qui a été beaucoup trop enflée.

Ceci pourrait être un blasphème aux oreilles de quelques Anglais, mais
c'est une vérité aux oreilles des personnes raisonnables.

Pour le prouver, je n'ai besoin que de nos armées, de nos flottes, de
notre situation sublime et grande, et des cris élevés contre Pitt dans
toute l'Angleterre. Le ministre d'un roi fou est un imbécile, parce
qu'à moins d'être un imbécile, on ne peut pas préférer l'emploi de
ministre d'un roi fou à l'honorable titre de citoyen vertueux.

Un homme qui, placé à la tête des affaires d'un peuple chez qui la
liberté poussa autrefois des racines, veut faire rétrograder vers le
despotisme et l'ignorance une nation qui a conquis ses droits, est à
coup sûr un imbécile. Un homme qui, abusant de l'influence qu'il a
acquise dans une île jetée par hasard dans l'Océan, veut lutter contre
le peuple français; celui qui ne devine pas l'explosion que la liberté
doit faire dans son pays; celui qui prétend servir longtemps la ligue
des rois aussi lâches et aussi bêtes que lui; celui qui croit qu'avec
des vaisseaux il va bientôt affamer la France, qu'il va dicter des lois
aux alliés de la France; celui-là, dis-je, ne peut avoir conçu un plan
aussi absurde que dans la retraite des Petites-Maisons, et il est
étonnant qu'il se trouve au dix-huitième siècle un homme assez dépourvu
de bon sens pour penser à de pareilles folies.



      *      *      *      *      *      *      *      *      *



Maximilien Robespierre (1758-1794), Discours non prononcé sur la
faction Fabre-d'Eglantine (c. février 1794)



Texte en français moderne par Albert Laponneraye, d'après le rapport de
Courtois qui reproduit le manuscrit



Deux coalitions rivales luttent depuis quelque temps avec scandale,
l'une tend au modérantisme, et l'autre aux excès patriotiquement
contre-révolutionnaires. L'une déclare la guerre à tous les patriotes
énergiques, prêche l'indulgence pour les conspirateurs; l'autre
calomnie sourdement les défenseurs de la liberté, veut accabler en
détail tout patriote qui s'est une fois égaré, en même temps qu'elle
ferme les yeux sur les trames criminelles de nos plus dangereux
ennemis. Toutes deux professent le patriotisme le plus brûlant, quand
il s'agit d'attaquer leurs adversaires; toutes deux font preuve d'une
profonde indifférence, lorsqu'il est question de défendre les intérêts
de la patrie et de la vérité: toutes deux cherchent à sacrifier la
république à leur intérêt particulier. Le patriotisme dont elles se
vantent n'est point absolu ni universel; il n'éclate que dans certaines
circonstances, et se renferme dans la sphère des intérêts de la secte.
Il n'a rien de commun avec la vertu publique. Il ressemble à la haine,
à la vengeance, à l'intrigue et à l'ambition. Toutes deux ont raison,
lorsqu'elles se dénoncent réciproquement; elles ont tort, dès qu'elles
prétendent conclure quelque chose en leur faveur des vices de leurs
adversaires. Toutes deux prouvent tout contre leurs adversaires, et
rien en leur faveur.

L'une cherche à abuser de son crédit ou de sa présence dans la
Convention nationale; l'autre, de son influence dans les sociétés
populaires. L'une veut surprendre à la Convention des décrets
dangereux, ou des mesures oppressives contre ses adversaires; l'autre
fait entendre des cris douloureux dans les assemblées publiques. L'une
cherche à alarmer la Convention, l'autre à inquiéter le peuple; et le
résultat de cette lutte indécente, si l'on n'y prend garde, serait de
mettre la Convention nationale en opposition avec le peuple, et de
fournir aux ennemis de la république l'occasion qu'ils attendent
d'exécuter quelque sinistre dessein; car les agents des cours
étrangères sont là qui soufflent le feu de la discorde, qui font
concourir à leur but funeste l'orgueil, l'ignorance, les préjugés des
deux partis, et tiennent tous les fils de cette double intrigue, et en
dirigent tous les résultats vers leur but.

Le triomphe de l'un ou de l'autre parti serait également fatal à la
liberté et à l'autorité nationale. Si le premier écrasait l'autre, le
patriotisme serait proscrit, la Convention nationale perdrait l'énergie
qui seule peut sauver la république, et la chose publique retomberait
entre les mains de l'intrigue, de l'aristocratie et de la trahison: si
le second l'emportait, la confusion et l'anarchie, l'avilissement de la
représentation nationale, la persécution de tous les patriotes
courageux et sages, seraient les fruits de sa victoire.

Dissoudre la Convention nationale, renverser le gouvernement
républicain, proscrire les patriotes énergiques et remettre à la fois
le commandement des armées et les rênes de l'administration
révolutionnaire dans les mains des fripons et des traîtres: tel est,
tel sera l'intérêt, le but de tous les tyrans coalisés contre la
république, jusqu'à ce que le dernier d'entre eux ait expiré sous les
coups du peuple français. Tel est aussi le véritable but de l'intrigue
que je vais développer.

Un système d'attaque se développa contre le comité de salut public, dès
le moment où il commença à montrer un caractère vraiment inquiétant
pour les ennemis de la république.

Peu de temps après l'époque où il fut renouvelé, et que Lacroix et
quelques autres en sortirent, on se flattait hautement qu'il ne
pourrait jamais porter le poids des fonctions qui lui étaient imposées.
Pour le paralyser tout à coup, ou proposa à la Convention de détruire
le conseil exécutif, et de le charger seul de tout le fardeau de
l'administration, sous le nom de comité du gouvernement. Le comité de
salut public, à qui cette question fut renvoyée, prouva facilement que
cette proposition, soutenue avec beaucoup d'opiniâtreté, tendait à
détruire le gouvernement, sous le prétexte de le perfectionner, et à
annuler le comité de salut public, sous le prétexte d'augmenter sa
puissance; et la Convention eut la sagesse de laisser les choses dans
l'état où elles étalent. Cependant le gouvernement, quel qu'il fût,
comprimait vigoureusement les ennemis du dedans, et combattait avec
avantage les ennemis du dehors. On continua de le harceler d'une autre
manière. Non content de contrarier indirectement par des motions
insidieuses ses mesures les plus sages, on employa contre lui l'arme la
plus puissante et la plus familière des ennemis de la liberté, la
calomnie (on peut se rappeler l'époque). Un représentant du peuple qui
était sorti vivant de Valenciennes, tombée sous le joug autrichien
(Briez, séance du 25 septembre 1793) osa, dans un libelle qu'il
qualifiait rapport, rejeter sur le comité de salut publie l'ignominie
d'une trahison, que la patrie indignée reprochait en grande partie à sa
lâcheté, et cette calomnie impudente fut accueillie avec transport par
les ennemis secrets de la république, que la punition récente des
conspirateurs avait condamnés an silence. Elle fut même récompensée par
un décret qui adjoignait son auteur au comité de salut public, mais
cette erreur fut à l'instant même reconnue et réparée.

On n'en continua pas moins de calomnier et d'intriguer dans J'ombre.
Les meneurs cherchaient un champion assez déhonté pour le lancer le
premier dans l'arène. Il se présenta un homme (Philippeaux), qui avait
joué dans la Vendée un rôle aussi honteux que le premier délateur dans
Valenciennes. Un représentant du peuple, naguère avocat du tyran, et
lâche flagorneur de Roland et de la faction brissotine dans un journal
ignoré, un homme dont l'existence équivoque était à peine aperçue des
amis et des ennemis de la liberté, un homme dont le rappel de la Vendée
avait été l'un des remèdes nécessaires pour mettre fin à nos désastres,
et l'époque de nos succès, cet homme répandit tout à coup un libelle,
où l'effronterie supplée en même temps à la vérité et à la
vraisemblance, où il se constitue le panégyriste des généraux perfides
et diffamés avec lesquels il a vécu; un dénonciateur des représentants
fidèles qui l'avaient dénoncé, des patriotes qu'il a constamment
persécutés, enfin, du comité de salut public, qui n'avait à se
reprocher qu'un excès d'indulgence à son égard.

Le comité de salut public, qu'on voulait distraire des travaux immenses
sous lesquels on le croyait près de succomber, pour le forcer à
répondre aux pamphlets, se reposa sur le mépris que devaient inspirer
et l'ouvrage et l'auteur. Il se trompa.

L'atrocité de la calomnie fut précisément ce qui en fit la fortune:
tous les ridicules mêmes de l'auteur ne purent nuire à ses succès. Tous
les hommes faciles à tromper, tous les intrigants à qui un gouvernement
patriote était redoutable se rallièrent sous les bannières d'un homme
qu'ils méprisaient. Il n'était question que de trouver quelqu'un pour
ouvrir la tranchée. La sottise et la perversité lui prodiguèrent les
encouragements les plus flatteurs, et il enfanta de nouveaux libelles,
tous imprimés et distribués avec une profusion scandaleuse. Chaque
jour, la tribune retentit de ses insolentes déclamations. Il fut
secondé par tous ceux qui avaient partagé ses torts dans la Vendée.
Bientôt parurent les numéros de Camille Desmoulins, égaré par une
impulsion étrangère, mais qui développa, par des motifs personnels, la
doctrine liberticide de la nouvelle coalition.

Dès le mois de..... elle était déjà si forte, que le comité de salut
public était fortement ébranlé dans l'opinion d'une partie de la
Convention nationale. On avait déjà fait passer en principe qu'il était
responsable de tous les événements fâcheux qui pouvaient arriver,
c'est-à-dire des torts de la fortune, et même des crimes de ses
ennemis; et le triomphe de la calomnie était d'autant plus certain, que
l'on ne doutait pas qu'il ne succombât nécessairement sous le poids de
la tâche qui lui était imposée.


Au moment de la plus grande tourmente du gouvernement naissant, on en
provoqua brusquement le renouvellement, motivé par des diatribes
violentes contre ses membres; mais cette hostilité subite heurtait,
choquait trop violemment l'opinion publique; et, le lendemain, le
décret qui changeait l'existence du comité fut rapporté, au moment où
les listes des meneurs étaient suspendues au scrutin. Parmi les noms
inscrits sur ces listes, on distinguait celui de Dubois-Crancé et ceux
de quelques autres membres intéressés particulièrement à la ruine du
comité.

Les intrigants poursuivirent l'exécution de leur plan avec une activité
nouvelle. Calomnié au dehors par tous les tyrans et par tous les
traîtres, le comité de salut public l'était d'une manière beaucoup plus
dangereuse, au sein de la Convention même, par tous ses ennemis. Déjà
ceux-ci avaient fait passer en principe qu'il était responsable de tous
les événements malheureux qui pouvaient arriver, c'est-à-dire des torts
de la fortune et des crimes mêmes de ses ennemis. C'en était fait, si
le génie de la liberté n'avait opéré tout à coup les prodiges étonnants
qui ont sauvé la république. Déjà on avait répandu dans tout le Midi
que le comité de salut public avait pris la résolution de livrer
Toulon, et d'abandonner tous les pays méridionaux au delà de la
Durance, tandis qu'au sein de la Convention on l'accusait sourdement de
ne pas prendre les mesures nécessaires pour réduire Toulon. La victoire
prodigieuse qui remit cette cité au pouvoir de la république fit taire
pour un moment la calomnie; mais si cet heureux événement avait été
seulement reculé, le gouvernement républicain était accablé sous le
poids de la calomnie. Alors les ennemis de la révolution auraient
proscrit à leur gré les défenseurs de la liberté, qu'ils avaient
renfermés dans le comité de salut public, comme dans un défilé, pour
les immoler. Le sort de la liberté retombait entre les mains des
fripons et des traîtres; la Convention nationale perdait la confiance
publique, et la cause de la tyrannie triomphait. Aussi, quand le comité
de salut public apporta à la Convention cette heureuse. nouvelle, tous
les amis purs de la liberté qui siègent à la Montagne, dans les
transports de leur joie civique, nous témoignèrent à l'envi leur
satisfaction, sous le rapport même de la persécution suscitée aux plus
zélés défenseurs de la patrie.--Vous avez bien fait de réussir, nous
disaient-ils, car si Toulon n'avait pas été pris si tôt, vous étiez
perd.us; je crois qu'ils nous auraient fait décréter d'accusation. D'un
autre côté, il était facile de lire sur les visages des calomniateurs
que cet heureux événement n'était pour eux qu'un revers personnel, et
que le triomphe de la république déconcertait leurs projets.

Mais ni Toulon enlevé, ni la Vendée détruite, ni Landau délivré, rien
ne put arrêter le cours des libelles: il semblait qu'on voulût se
venger de tant de succès en outrageant ceux qui y avaient coopéré.
Cependant, comme on n'osait plus attaquer directement le comité de
salut public, on revint au premier système, de le paralyser, en
désorganisant le gouvernement et en minant tous ses appuis. On déguisa,
selon l'usage, ce projet sous des prétextes très patriotiques. On
commença par répéter, contre les agents nécessaires du gouvernement
républicain, choisis par les patriotes et nommés par la Convention,
tous les reproches qui s'appliquaient aux ministres de la cour. On
enchérit sur les injures prodiguées naguère par la faction brissotine
aux patriotes qui secondaient les vues du comité de salut public, et
qui étaient investis de sa confiance. On renouvela la motion insensée
de changer le gouvernement actuel, et d'en organiser un nouveau. Des
commis du département de la guerre, accusés d'impertinence ou
d'intrigue, des rixes survenues entre eux et certains membres de la
Convention, les torts plus ou moins graves de plusieurs agents du
conseil exécutif, et surtout les discours ou les procédés peu
respectueux de quelques-uns d'entre eux à l'égard de quelques
représentants du peuple: tels étaient les prétextes dont on se servait
pour tout entraver, pour tout bouleverser, pour arrêter le cours de nos
succès, pour rassurer les ennemis de la république, pour encourager
tous les anciens complices des Dumouriez et des Custine, en avilissant
le ministère actuel, et en portant le découragement dans le coeur de
tous les patriotes appelés à concourir au salut de la patrie.

Quel était leur but? De porter le découragement dans le coeur de tous
les patriotes appelés à concourir au salut de la patrie, de les
remplacer par de nouveaux Dumouriez et par de nouveaux Beurnonville,
afin d'arrêter le cours de nos succès, et de rassurer les ennemis de la
France par le spectacle de nos divisions et de notre folie.

En effet, quel temps choisissait-on pour déclamer contre le
gouvernement, et particulièrement contre l'administration de la guerre?
Celui où nos armées victorieuses faisaient oublier les époques de
l'histoire les plus fécondes en exploits militaires. Pouvait-on avouer
plus clairement avec quel chagrin on avait vu le succès de nos armes,
victorieuses de l'Europe? La Convention, trompée par ces tristes
déclamateurs, semblait regarder comme un triomphe d'écraser un commis
de la guerre ou un officier de l'armée révolutionnaire. Non contente de
venger l'humanité outragée, elle vengeait encore les querelles de
Philippeaux. Avec quelle perfidie ils la faisaient descendre à ces
débats scandaleux et à de honteuses divisions, dans le moment où elle
devait se montrer si imposante à toute l'Europe!

Et quels sont les auteurs de ce système de désorganisation? Ce sont des
hommes qui tous ont un intérêt particulier et coupable à renverser le
gouvernement républicain, de manière qu'on ne trouve guère, parmi les
ennemis du comité de salut public et de ses coopérateurs, que des
fripons démasqués, dont la sévérité contraste ridiculement avec les
rapines que la voix publique leur reproche:

C'est un Dubois-Crancé, accusé d'avoir trahi les intérêts de la
république devant Lyon;

C'est Merlin, fameux par la capitulation de Mayence, plus que soupçonné
d'en avoir reçu le prix:

C'est Bourdon, dit de l'Oise; c'est Philippeaux; ce sont les deux
Goupilleau, tous deux citoyens de la Vendée; tous ayant besoin de
rejeter sur les patriotes qui tiennent les rênes du gouvernement, les
prévarications multipliées dont ils se sont rendus coupables durant
leur mission de la Vendée;

C'est Maribon, dit Montaut, naguère créature et partisan déclaré du
ci-devant duc d'Orléans; le seul de la famille qui ne soit point
émigré, jadis aussi enorgueilli de son titre de marquis et de sa
noblesse financière qu'il est maintenant hardi à les nier; servant de
son mieux ses amis de Coblentz dans les sociétés populaires, où il
vouait dernièrement à la guillotine cinq cents membres de la Convention
nationale; cherchant à venger sa caste humiliée par ses dénonciations
éternelles contre le comité de salut public et contre tous les
patriotes.

(lacune dans le manuscrit)

[C'est Fabre-d'Eglantine].....Des principes, et point de vertus; des
talents, et point d'âme; habile dans l'art de peindre les hommes,
beaucoup plus habile dans l'art de les tromper, il ne les avait
peut-être observés que pour les exposer avec succès sur la scène
dramatique; il voulait les mettre en jeu, pour son profit particulier,
sur le théâtre de la révolution: connaissant assez bien les personnages
qui marquaient dans tous les partis, parce qu'il les avait tous servis
ou trompés, mais affectant de se tenir à côté des plus zélés défenseurs
de la liberté; se tenant à l'écart avec un soin extrême, tandis qu'il
faisait agir les autres à leur insu, moins encore pour cacher ses
intrigues que pour les soustraire à la défaveur de sa mauvaise
réputation, seul préservatif contre son caractère artificieux; mais
compromettant le succès de ses intrigues politiques par le scandale de
ses intrigues privées, et nuisant à son ambition par sa sordide
avarice. Placé au centre des opinions diverses et des factions
opposées, il travaillait avec assez d'habileté à en diriger les
résultats vers son but particulier: des intérêts de plus d'un genre
l'attachaient au projet de renverser le gouvernement actuel. Fabre a un
frère digne de lui, dont il voulait absolument faire un général; c'est
pour cela qu'à diverses époques il avait courtisé Beurnonville, ensuite
intrigué pour faire nommer Alexandre et perdre Bouchotte. Un motif plus
puissant encore le portait à cabaler contre le comité de salut public
et contre le ministre de la guerre: sans compter le désir ambitieux de
placer à la tête des affaires ses amis et lui-même, il était tourmenté
par la crainte de voir la main sévère des patriotes déchirer le voile
qui couvrait ses criminelles intrigues et sa complicité dans la
conspiration dénoncée par Chabot et Bazire.

De là, le plan conçu par cette tête féconde en artifices d'éteindre
l'énergie révolutionnaire, trop redoutable aux conspirateurs et aux
fripons; de remettre le sort de la liberté entre les mains du
modérantisme: de proscrire les vrais amis de la liberté, pour provoquer
une amnistie, en forçant les patriotes même à la désirer, et, par
conséquent, de changer le gouvernement, dont les principes connus
étaient de réprimer les excès du faux patriotisme, sans détendre le
ressort des lois vigoureuses, nécessaires pour comprimer les ennemis de
la liberté.

Telle fut la source principale des dissensions et des troubles qui,
dans les derniers temps, agitèrent tout à coup la Convention nationale.
Fabre et ses pareils avaient jeté un oeil observateur sur cette auguste
assemblée, et ils avaient cru y trouver les éléments nécessaires pour
composer une majorité conforme à leurs vues perfides.

Fabre ne doutait pas d'abord que les anciens partisans de la faction
girondine ne fussent prêts à saisir l'occasion de se rallier à toute
secte anti-civique, et d'accabler les patriotes que leurs chefs avaient
proscrits. Il comptait sur tous les hommes faibles; il comptait sur
ceux des représentants du peuple qui étaient assez petits pour regarder
la fin de leur mission comme une injure, ou qui ne pouvaient pardonner
au comité de salut public les fautes dont ils s'étaient rendus
coupables. Il comptait sur l'ambition des uns, sur la vanité des
autres, sur les ressentiments personnels de ceux-ci, sur la jalousie de
ceux-là. Il comptait particulièrement sur les terreurs de ceux qui
avaient partagé ses crimes; il se flattait même d'intéresser au succès
de son plan la vertu des bons citoyens, offensés de certains abus, et
alarmés de certaines intrigues dont ils n'avaient point approfondi les
véritables causes.

Le moment sans doute était favorable pour prêcher une doctrine lâche et
pusillanime, même à des hommes bien intentionnés, lorsque tous les
ennemis de fa liberté poussaient de toutes leurs forces à un excès
contraire; lorsqu'une philosophie vénale et prostituée à la tyrannie
oubliait les trônes pour renverser les autels, opposait la religion au
patriotisme, mettait la morale en contradiction avec elle-même,
confondait la cause du culte avec celle du despotisme, les catholiques
avec les conspirateurs, et voulait forcer le peuple à voir dans la
révolution, non le triomphe de la vertu, mais celui de l'athéisme; non
la source de son bonheur, mais la destruction de toutes ses idées
morales et religieuses; dans ces jours où l'aristocratie, affectant de
délirer de sang-froid, croyait forcer le peuple à partager sa haine
pour l'égalité, en attaquant les objets de sa vénération et de ses
habitudes; où le crime de conspirer contre l'Etat se réduisait au crime
d'aller à la messe, et où dire la messe était la même chose que
conspirer contre la république.

La république était alors déchirée entre deux factions, dont une
paraissait incliner à un excès d'énergie, l'autre à la faiblesse;
factions opposées en apparence, mais unies en effet par un pacte
tacite, et dont les chefs avaient le secret de les diriger par
l'influence des tyrans étrangers; factions qui, par leurs crimes
mutuels, se servaient réciproquement d'excuse et de point d'appui, et
qui, par des routes opposées, tendaient au même but, le déchirement de
la république et la ruine de la liberté.

Fabre prétendait faire la guerre à celle qui fut appelée, assez
légèrement, ultra-révolutionnaire. Voulait-il la détruire? Non; il ne
voulait qu'en faire le prétexte de ses propres machinations et le point
d'appui de son système perfide. Le vit-on jamais dénoncer les grands
conspirateurs qui ont tour à tour déchiré la république? quelle
résistance a-t-il opposée à ce dernier complot où il était initié, dont
le but était de mettre la liberté aux prises avec la religion? ne
l'eût-il pas favorisé, même pour son compte? Il a dénoncé
clandestinement le nommé Proli, et il dînait avec lui.

Comment un coupable tremblant devant son crime peut-il poursuivre
d'autres coupables? Les fripons de tous les partis se connaissent, se
craignent et se ménagent mutuellement; ils laissent combattre les
hommes purs, et cherchent ensuite à usurper les fruits de la victoire.

Que voulait-il? Gagner la confiance des patriotes, en leur dénonçant
des abus véritables et quelques intrigues subalternes; confondre
ensuite, avec ces intrigants, les vrais patriotes, dont il voulait se
défaire; répandre des nuages épais sur les trames
contre-révolutionnaires, dont il était un des principaux artisans;
donner le change à l'opinion publique, et surtout à la Convention
nationale, sur le but des conspirations et sur leurs chefs; frapper les
imaginations d'un grand danger, et détourner ensuite les soupçons et la
sévérité de la Convention contre des personnages insignifiants, et
contre les patriotes qu'il voulait perdre.

Quel est le résultat de tontes ces confidences mystérieuses, de toutes
.ces dénonciations sourdes? quels sont ces ennemis redoutables qui
conspirent depuis si longtemps contre la république? C'est un adjoint
de Bouchotte; c'est le commandant d'un escadron de l'armée
révolutionnaire; c'est le commandant de l'armée révolutionnaire, nommé
par le comité de salut public, sur la proposition de Bouchotte, revêtu
de la confiance des représentants du peuple à Ville-Affranchie. Voilà
la première et la dernière dénonciation de Fabre-d'Eglantine, voilà le
fruit de toutes les recherches précieuses de ce défenseur inquiet de la
liberté, et de cet espionnage civique qu'il a exercé si longtemps parmi
les contre-révolutionnaires, et chez les amis de la république.

Mais est-ce Ronsin, est-ce Mazuel, est-ce Vincent qui sont le véritable
but des attaques de Fabre et de ses adhérents? Non, ce n'est là qu'une
fausse attaque; c'est contre le gouvernement qu'il dirige toutes ses
forces; c'est le comité de salut public, c'est le ministre de la guerre
et tous les agents fidèles du gouvernement qu'il veut atteindre.

Au moment où ce personnage si discret hasardait, pour la première fois,
une dénonciation publique, il croyait avoir rempli les esprits d'assez
de terreur; il croyait avoir assez artistement rassemblé les
circonstances dont il voulait composer son système de calomnie.

Aussi, parcourons les débats de la Convention, à commencer par ceux où
ce discret personnage se détermina à cette explosion, si contraire à
son tempérament politique; voyez si tout ne se rapporte pas à ce but.

S'il dénonce Vincent, c'est pour affirmer que le foyer des
conspirations est dans les bureaux de la guerre. Avec quel art il avait
saisi le moment d'apprendre à la Convention qu'il existait, au comité
de salut public, une lettre du représentant Isabeau à Bouchotte, où
celui-ci était accusé de lui avoir écrit en termes despectueux! Un
politique si réservé ne se serait pas permis une dénonciation publique,
la première qu'il ait hasardée de sa vie, s'il n'avait compté sur les
alliés qu'il s'était déjà assurés d'avance, et s'il n'avait pas regardé
cette démarche comme un coup décisif.

Mais il avait endoctriné Philippeaux, il avait inspiré Desmoulins, il
s'était associé Bourdon (de l'Oise). Aussi, quels étaient les
conspirateurs auxquels Philippeaux imputait les maux de la république,
et même la guerre de la Vendée? Etait-ce Biron, Brissot, Dumouriez,
Beurnonville, et tous les conjurés accusés par le peuple français? Non;
mais Bouchotte, Rossignol, Ronsin et le comité de salut public. Quels
sont ceux que Desmoulins accuse de l'ordre de chose actuel, qui lui
paraît si déplorable? Bouchotte, Vincent, Ronsin, les ministres et le
comité de salut public. Que faut-il à Fabre et à ses pareils?
Indulgence, amnistie. Que demande Desmoulins? Indulgence, amnistie,
cessation des lois révolutionnaires, l'impunité de l'aristocratie et le
sommeil du patriotisme.

Que dit Bourdon (de l'Oise) à la Convention? Il faut détruire
Bouchotte, et le conseil exécutif, et le comité de salut public.

Il faut voir, dans la fameuse séance de frimaire (27 frimaire--17
décembre 1793), le concert de quelques fripons pour tromper la
Convention. C'est Laurent Lecointre qui ouvre la tranchée, en lui
annonçant, avec horreur, un grand attentat commis par un agent du
conseil exécutif, qui a arrêté un courrier venant de Givet.

Boursaut, l'honnête Boursaut, ajoute que le même agent a exigé, à
Saint-Germain, la représentation de son passeport, et n'a pas voulu le
laisser passer outre, sans l'avoir visé.

"Avais-je raison, s'écrie Bourdon, de vous dire que le conseil exécutif
est une puissance monstrueuse et abominable, qui vêtit rivaliser avec
la Convention nationale?" II est vrai que c'était la quatrième fois,
depuis quatre jours, que Bourdon répétait cet anathème, et qu'il
demandait formellement la suppression des ministres.

Charlier demande qu'on les frappe d'une manière terrible. Philippeaux
dénonce un autre agent, qui, dit-il, a arrêté un paquet. Il invoque
Fabre-d'Eglantine, qui, à la suite d'une terrible diatribe contre les
bureaux de la guerre, fait décréter que Ronsin, Vincent et Maillard
sont des contre-révolutionnaires, et mis, comme tels, en arrestation.

Pressavin veut immoler Héron, patriote connu, qui est défendu par
Vadier. On décrète aussi que les membres du conseil exécutif seront
mandés à la barre, pour recevoir les témoignages de l'indignation de
l'assemblée. Ils paraissent, ils se justifient d'une manière aussi
simple que péremptoire: Bourdon, ne pouvant les accuser, les insulte
avec grossièreté.

Chaque jour cette lâche intrigue se reproduit sous des formes aussi
ridicules. Tantôt on fait paraître à la barre un soldat qui se plaint
de n'avoir pas été secouru, tantôt un général qui se plaint d'avoir été
suspendu.

Bourdon (de l'Oise) avait dénoncé, du même coup, la commune, l'armée
révolutionnaire, Bouchotte et tous les bureaux de la guerre, qu'il
déclare être le véritable foyer de la contre-révolution.

Tantôt on lui fait un crime des obstacles insurmontables qui ont été
apportés par d'autres à l'arrivée des secours destinés aux prisonniers
de Mayence; et Bourdon lui fait un nouveau crime de s'être trop bien
justifié sur ce point. Bourdon lui fait un crime, tantôt de ce que l'un
de ses commis l'a dénoncé aux Cordeliers; tantôt de ce que lui,
Bourdon, s'est pris de querelle avec ce commis, dans une taverne;
tantôt de ce qu'il a mal dîné.

Le....., paraît une brochure où d'Aubigny révèle quelques-uns des
délits reprochés à Bourdon; et le lendemain, sur la motion de Bourdon,
d'Aubigny est traduit au tribunal révolutionnaire par un décret, sur un
prétexte si frivole, qu'un instant après, la Convention, éclairée,
s'empresse de le rapporter.

Philippeaux prétend que Vincent lui a manqué de respect dans un repas,
et veut que la nation entière soit insultée dans sa personne, et
demande qu'on fasse le siège des bureaux de la guerre, comme Junon,
pour une pareille offense, provoqua jadis le siège de Troie.

Au milieu de tous ces incidents, le comité de salut public, qui, malgré
tous les efforts de la malveillance, avait proposé, établi, organisé la
plus belle manufacture d'armes de l'Europe, est dénoncé par Bourdon,
par Montant, par Philippeaux, sous le prétexte qu'elle n'était point
encore en pleine activité; et on confie la surveillance de cette
manufacture à un nouveau comité.

C'était toujours le comité de salut public qu'on attaquait, quoiqu'on
se crût obligé de protester du contraire, soit en attaquant les agents
qu'il employait, en divinisant ceux qu'il destituait par
l'intermédiaire du ministre, en critiquant toutes ses opérations, et
surtout en les contrariant sans cesse.

Fabre, Bourdon et leurs pareils, dénonçaient à la fois, comme le foyer
de la contre-révolution, la commune de Paris, l'armée révolutionnaire,
le conseil exécutif, le ministre de la guerre, l'assemblée électorale
et le comité de salut public. On aurait cru que Brissot et ses
complices étaient ressuscités; du moins, on retrouvait dans la bouche
de leurs héritiers, leur langage, leur esprit, leur système: il n'y
avait de changé que quelques dénominations et quelques formes.

Dans ce temps-là, en effet, les patriotes étaient partout persécutés,
incarcérés; les fédéralistes, les brissotins, les aristocrates avaient
arboré l'étendard de la Montagne et de la république, pour égorger
impunément les Montagnards et les amis de la république. Les
Philippeaux, les Bourdon étaient leurs patrons; les libelles de
Desmoulins, leur évangile; Fabre-d'Eglantine et ses complices étaient
leurs oracles.

Qui pouvait méconnaître leurs intentions contre-révolutionnaires, en
voyant les mêmes hommes qui poursuivaient avec tant d'acharnement les
anciens défenseurs de la liberté montrer tant d'indulgence pour les
conspirateurs, tant de prédilection et de faiblesse pour les traîtres?
Quels étaient leurs héros? un Tunck, misérable escroc, dont le nom même
ne peut pas être prononcé sans pudeur; un homme décrié parmi les
escrocs eux-mêmes; couvert des blessures que lui a faites, non le fer
des ennemis, mais le glaive de la justice; digne compagnon d'armes et
de table du procureur Bourdon; Westerman, digne messager de Dumouriez,
qui, destitué, a été, au mépris des lois, reprendre le commandement
d'une brigade en Vendée; qui dernièrement, contre les ordres du comité
de salut public a osé distribuer aux habitants de la Vendée trente
mille fusils, pour ressusciter la rébellion. Venu ensuite à Paris, sans
congé, pour cabaler contre le gouvernement, avec les Bourdon, les
Fabre-d'Eglantine et les Philippeaux; Westerman, absous de tous les
crimes aux yeux de ces derniers par quelques succès partiels dans la
Vendée, exagérés par lui-même avec une impudence rare; mais destitué
par le comité de salut public, comme un intrigant dangereux et
coupable; voilà l'homme que ces sévères républicains ont fait venir à
la barre, comme un nouveau Dumouriez, pour le couronner des mains de la
Convention nationale. Ce que la Convention n'a pas fait, depuis le
règne des principes, pour les généraux qui ont vaincu à Toulon, sur les
bords du Rhin et de la Moselle; pour ceux qui ont commandé les armées
victorieuses des brigands de la Vendée, ils n'ont pas rougi de le faire
pour ce ridicule fanfaron, pour ce coupable et lâche intrigant.
Quelqu'un a eu l'impudeur de demander que la Convention nationale
rendît un décret pour déclarer que Westerman a bien mérité de la
patrie; on a fait taire la loi en sa faveur; on a fait décréter que,
quoique destitué, il fût défendu au gouvernement de le priver de sa
liberté.

Ce sont les mêmes hommes qui accueillaient avec un intérêt si tendre
les femmes insolentes des conspirateurs de Lyon, qui venaient à la
barre outrager, menacer les patriotes de la Montagne, les vainqueurs du
fédéralisme et de la royauté; ce sont les mêmes hommes qui, non
contents de proscrire l'armée révolutionnaire et ses chefs envoyés à
Lyon pour comprimer cette ville rebelle, calomniaient les intrépides
représentants du peuple qui exécutaient contre elle les salutaires
décrets de la Convention nationale. Ce sont ces mêmes hommes qui
encourageaient sourdement l'aristocratie bourgeoise à reprendre cette
audace contre-révolutionnaire que la faction girondine lui avait
inspirée; ce sont les mêmes qui, pour faire rétrograder la révolution
et flétrir toutes les mesures vigoureuses qui ont arraché la république
des mains de la trahison, excitèrent la pitié de la Convention sur les
parents des conjurés, constituaient les veuves et les enfants des
traîtres créanciers de la république, et les rangeaient, par cet
insolent privilège, dans la même classe que les veuves et les enfants
des généreux défenseurs de la patrie. Que dis-je! ils les traitaient
avec beaucoup plus de faveur et de générosité.

Ce signal de persécution, élevé par des traîtres jusque sur le sommet
de la Montagne, fut bientôt entendu dans toute la république: dans le
même temps, les patriotes étaient partout persécutés.

Déjà les conspirateurs croyaient avoir atteint le but. Il semblait
prouvé que nul homme de bien ne pouvait servir impunément la liberté,
et il ne restait plus aux patriotes énergiques, qui avaient triomphé un
instant, que de céder pour toujours le champ de bataille aux
aristocrates et aux fripons.

Mais le grand objet était la désorganisation du gouvernement.

Bourdon se surpassa lui-même dans un discours révolutionnaire à toute
outrance, où il prouva que le gouvernement ne devait plus faire aucune
dépense sans un décret formel de la Convention.

Rien n'était plus patriotique que ce discours. On commençait par des
sorties contre la royauté et contre la défunte cour, et on y
développait les grands principes de la liberté: rien de plus adroit. On
y faisait l'éloge du peuple, de la Convention, de la révolution du 10
août et de celle du 31 mai, et on y déployait tous les moyens qui
pouvaient chatouiller l'amour-propre des auditeurs.

Mais on concluait à une nouvelle organisation du gouvernement, et
provisoirement à ce qu'il ne pût tirer aucun fonds du trésor public
sans un décret préalable. Ces dispositions furent adoptées avec
enthousiasme, car les esprits étaient préparés: aussi, dès ce moment,
le service se trouva arrêté d'une manière si évidente, que les
réclamations se firent entendre aussitôt de toutes parts, et que le
service des armées allait manquer absolument, si le comité de salut
public n'avait pris le parti de violer le décret pour conserver la
république. Cette manoeuvre était assez savante: aussi était-elle
l'ouvrage de Fabre-d'Eglantine. Ce grand maître s'était même donné la
peine de composer lui-même le beau discours que Bourdon avait lu à la
tribune, tant le sujet lui semblait important; car tel est le genre de
sa politique, qu'il aime beaucoup mieux mettre les autres en action que
d'agir lui-même. Fabre est peut-être l'homme de la république qui
connaît le mieux le ressort qu'il faut toucher pour imprimer tel
mouvement aux différentes machines politiques dont l'intrigue peut
disposer. Le mécanicien ne dispose pas plus habilement les rouages de
la machine qu'il veut organiser, que cet artisan d'intrigues ne dispose
les passions et les caractères, pour concourir à l'exécution de ses
intrigues.

Personne ne connaît mieux l'art de faire concourir à l'exécution de son
plan d'intrigue la force et la faiblesse, l'activité et la paresse,
l'apathie et l'inquiétude, le courage et la peur, le vice et la vertu.

Personne ne connut mieux l'art de donner aux autres ses propres idées
et ses propres sentiments, à leur insu; de jeter d'avance, dans les
esprits, et comme sans dessein, des idées dont il réservait
l'application à un autre temps, et qui semblaient se lier d'elles-mêmes
à d'autres circonstances qu'il avait préparées, de manière que
c'étaient les faits, la raison, et non lui, qui semblaient persuader
ceux qu'il voulait tromper, le patriote faible et fier de ses talent?.

Par lui le patriote indolent et fier, amoureux à la fois du repos et de
la célébrité, était enchaîné dans une lâche inaction, ou égaré dans les
dédales d'une politique fausse et pusillanime; par lui, le patriote
ardent et inquiet était poussé à des démarches inconsidérées; par lui,
le patriote inconséquent et timide devenait téméraire par peur, et
contre-révolutionnaire par faiblesse. Le sot orgueilleux courait à la
vengeance ou à la célébrité par le chemin de la trahison ou de la
folie. Le fripon, agité de remords, cherchait un asile contre son crime
dans les ruines de la république. Il avait pour principe que la peur
est l'un des plus grands mobiles des actions des hommes; il savait
qu'elle avait souvent dicté les décrets coupables des assemblées
précédentes; il savait avec quel succès les chefs de la faction
girondine l'avaient souvent invoquée: il voulut lui élever un temple
jusque sur la Montagne. Il entreprit de persuader aux représentants du
peuple français, aux vainqueurs de la royauté et du fédéralisme, qu'ils
avaient à redouter la puissance d'un commis; il voulut faire peur à la
Montagne de Bouchotte, de Henrion, de Ronsin, comme Brissot avait fait
peur de la Montagne au reste de la Convention. L'existence de quelques
intrigants était pour lui un prétexte de donner ce titre à tous les
martyrs de la liberté. Par lui des propos indiscrets, des opinions
dictées par l'ignorance ou par la vanité se changeaient en conspiration
profonde; il rapportait à ce système les circonstances les plus
indifférentes et les faits les plus isolés. Il avait sans cesse l'air
d'un homme effrayé devant le fantôme qu'il avait formé pour en
épouvanter la Convention entière, et pour la rendre faible par orgueil
et injuste par faiblesse.

Quel était le résultat de ces sourdes manoeuvres? La division des
défenseurs de la république, la dégradation de la représentation
nationale, la dissolution morale de la Convention, l'avilissement du
gouvernement républicain, le découragement de tous les patriotes qui en
portent le poids, le triomphe de la friponnerie, de l'intrigue et de la
tyrannie.

Ainsi, tel qu'un fruit de superbe apparence qu'un insecte invisible
dévore en secret, la république, minée sourdement parle ver rongeur de
l'intrigue, dépérissait, malgré ses succès brillants, et mourait, pour
ainsi dire, dans le sein de la victoire.

Il est sans doute des intrigues, il est des factions; ce sont celles de
l'étranger et des fripons: en se combattant, elles sont d'accord sur
les points essentiels, qui sont la ruine de la république et la
proscription des vrais patriotes; elles marchent quelquefois sous des
bannières de diverses couleurs, et par des routes différentes; mais
elles marchent au même but.

Des hommes que l'on a vus se battre dans les tribunes comme des
champions en champ clos se sont accordés sur les deux points
essentiels, la fin de la Convention et la dissolution du gouvernement
actuel.

Hébert et Desmoulins, Fabre et Proli, Clootz et Bourdon, Lacroix et
Montaut, Philippeaux et ont tour à tour calomnié et caressé le comité
de salut public.

Des intrigants subalternes, souvent même des patriotes trompés, se
rangent sous l'étendard de différents chefs de conspiration, qui sont
unis par un intérêt commun, et qui sacrifient tous les partis à leur
ambition ou aux tyrans. Des fripons, lors même qu'ils se font la
guerre, se haïssent bien moins qu'ils ne détestent les gens de bien,
ils sont toujours à se rallier contre l'ennemi commun, qui est pour eux
la vertu et la vérité. Des brigands se disputent pour le partage d'un
butin sanglant, mais ils étaient unis pour égorger leur proie. Qu'une
nouvelle victime se présente à leurs yeux, ils courront ensemble
l'égorger. La proie de tous les tyrans et de tous les fripons, c'est la
patrie.

Vous semblez placés aujourd'hui entre deux factions: l'une prêche la
fureur, et l'autre la clémence; l'une conseille la faiblesse, et
l'autre la folie; l'une veut miner le temple de la liberté, l'autre
veut le renverser d'un seul coup; l'une veut faire de la liberté une
bacchante, et l'autre une prostituée; l'une veut nous transporter dans
la zone torride, et l'autre dans la zone glaciale, mais remarquez bien
qu'aucune d'elles ne veut avoir rien à démêler avec le courage, avec la
grandeur d'âme, avec la raison, avec la justice. Il est assez difficile
de démêler les individus qui appartiennent à l'une et à l'autre; ils ne
valent pas même la peine d'être distingués. Ce qui importe, c'est de
les apprécier par leur but et par leur résultat: or, sous ce rapport,
vous trouverez que les deux factions se rapprochent et se confondent.
Les modérés et les faux révolutionnaires sont des complices qui
feignent de se brouiller pour exécuter plus facilement leur crime. Il y
a plus d'esprit que de justesse dans la qualification
d'ultra-révolutionnaire donnée à ces vils scélérats, que la tyrannie
soudoie pour parodier notre sublime révolution, et pour la surcharger
d'excès, ou funestes ou ridicules. Il importe de la réformer pour
rectifier les fausses idées qu'elle peut répandre. Le faux
révolutionnaire est encore plus souvent en deçà qu'au delà de la
révolution; modéré ou frénétique, selon l'intérêt de la contre-
révolution, et selon les ordres de la tyrannie: outrant les mesures
révolutionnaires, quand il n'a pas pu les empêcher; terrible à
l'innocence, mais.... [le reste du discours n'a pas été retrouvé.]



      *      *      *      *      *      *      *      *      *



Maximilien Robespierre (1758-1794), Discours au sujet du rapport d'Amar
sur l'affaire Chabot, prononcé à la Convention nationale le 28 ventôse
an II de la république française (16 mars 1794)



Comme Billaud-Varennes, je dois manifester ma surprise de ce que le
rapporteur n'a pas mieux saisi l'esprit dans lequel il devait faire son
rapport; de ce qu'il a oublié l'objet le plus important, celui de
dénoncer à l'univers le système de diffamation adopté par la tyrannie
contre la liberté, par le crime contre la vertu.

Oui, il le faut dire hautement ici: les crimes de quelques-uns de nos
collègues sont l'ouvrage de l'étranger; et le principal fruit qu'il se
proposait d'en recueillir n'était pas la perte de ces individus, mais
celle de la république française, qui devait s'opérer en ôtant au
peuple la confiance dont il investit ses représentants.

Il y a, sur tout ce qui vient de se passer, une observation péremptoire
à faire, et je vais vous la soumettre.

J'appelle les tyrans de la terre à se mesurer avec les représentants du
peuple français; j'appelle à ce rapprochement un homme dont le nom a
trop souvent souillé cette enceinte, et que je m'abstiendrai de nommer;
j'y appelle ce parlement d'Angleterre, associé aux crimes liberticides
du ministre que je viens de vous indiquer, et qui a, dans ce moment,
avec tous nos ennemis, les yeux ouverts sur la France, pour voir quels
seront les résultats du système affreux que l'on dirige contre nous.

Savez-vous quelle différence il y a entre eux et les représentants du
peuple français? C'est que cet illustre parlement est entièrement
corrompu, et que nous comptons dans la Convention nationale quelques
individus atteints de corruption; c'est qu'à la face de la nation
britannique, les membres du parlement se vantent du trafic de leur
opinion et la donnent au plus offrant; et que, parmi nous, quand nous
découvrons un traître ou un homme corrompu, nous l'envoyons à
l'échafaud.

Je soutiens, moi, et tout homme raisonnable et juste le soutiendra de
même, quelque pays qu'il habite, eût-il le malheur de vivre sous le
joug des tyrans coalisés contre nous, que cette affaire même est un
nouveau titre de gloire pour la Convention nationale. Oui, elle prouve
qu'à notre existence est attachée la destinée des peuples, puisque les
tyrans réunissent tous leurs efforts pour nous accabler; puisque nous
les soutenons avec la dignité qui convient aux mandataires d'un grand
peuple; puisqu'enfin notre existence est le prix du courage héroïque
avec lequel nous les repoussons. La corruption de quelques individus
fait ressortir, par un contraste glorieux, la vertu publique de cette
auguste assemblée.

Peuple, dans quel pays a-t-on vu encore celui qui était investi de la
souveraine puissance tourner contre lui-même le glaive de la loi? Dans
quel pays a-t-on vu encore un sénat puissant chercher dans son sein
ceux qui auraient trahi la cause commune, et les envoyer sous le glaive
de la loi? Qui donc encore a donné ce spectacle au monde? Vous,
citoyens!

Voilà citoyens, la réponse que je fais en votre nom à tous les tyrans
de la terre: voilà celle que vous ferez au manifeste de vos ennemis, à
ces hommes couverts de crimes, qui oseraient chercher la destruction de
la Convention nationale dans l'avilissement de quelques hommes pervers.

Je suis obligé de le dire avec douleur, le rapport que l'on vous a fait
aurait dû renfermer les observations que je viens de vous présenter; et
peut-être sa rédaction, dans ce système, eût-elle été mieux conçue.
Comme nous devons faire, dans toutes les circonstances, le sacrifice de
ce qui est personnel à la chose publique, je demande, en appuyant
l'amendement de Billaud-Varennes, que le rapport d'Amar ne soit pas
livré à l'impression avant d'avoir été revu.



      *      *      *      *      *      *      *      *      *



Maximilien Robespierre (1758-1794), Discours en réponse aux attaques
calomnieuses dont les agents du comité de salut public étaient l'objet,
prononcé à la Convention nationale le 30 ventôse an II de la république
française (20 mars 1794)



Je ne vous parlerai pas de Héron personnellement. Vous venez de voir
que ce qui avait été allégué contre lui a été démenti par des
témoignages imposants et des faits certains. Je me contenterai
d'ajouter à ce qui en a été dit, que les comités de salut public et de
sûreté générale s'étant informés auprès de l'accusateur public pour
savoir s'il y avait quelque renseignement contre Héron, il a répondu
qu'il ne lui était rien parvenu contre lui.

Vous voyez donc dans ce qui vient de se passer un exemple déplorable
des efforts que la malveillance ne cesse de faire pour induire la
Convention en erreur, el c'est sur cela principalement que je me
propose de fixer votre attention.

Quand les comités découvrirent, dénoncèrent et confondirent, avec
l'appui de votre puissance, la faction qui menaçait la liberté, ils ne
se dissimulèrent point que les formes dont la faction s'était couverte
exposaient la liberté à de grands dangers. Ils avaient bien prévu que
l'aristocratie et les autres factions, car il serait absurde de croire
qu'il n'y en eût qu'une dans une république en temps de révolution, ils
avaient prévu, dis-je, qu'elles se prévaudraient des coups que nous
portions sur une d'elles pour exterminer les patriotes qui refusaient
de se ranger sous leur bannière, pour suivre l'étendard de la
république et de la Convention. Ils ont promis, en votre nom, au
peuple, de frapper tous.les conspirateurs; ils ne souffriront pas que
le glaive de la tyrannie effleure un seul patriote. Ils ont promis de
conserver le" amis de la liberté, ils ont promis que nul ne serait
alarmé, excepté ceux dont les desseins criminels auraient servi les
factions, quelque nom qu'ils portent, de quelque forme qu'ils
s'enveloppent. On a apporté mille obstacles au zèle des comités; on a
voulu donner au cours de la justice une impulsion fausse et précipitée;
on a osé former le coupable projet d'envelopper dans la procédure tous
les patriotes, dont une faction, maintenant bien connue du peuple et de
nous tous, redoute la pureté et l'énergie.

Pour consommer ce crime, il fallait dépouiller peu à peu les comités et
le tribunal révolutionnaire de la connaissance de la conspiration. Pour
cela, il fallait répandre dans la Convention nationale des insinuations
perfides et de fausses idées, pour lui donner le change sur la nature
et les auteurs de la conspiration. On a voulu établir deux espèces de
puissances, pour suivre un plan dont les succès tiennent à l'unité de
conduite. Pour cela, on s'est flatté qu'on calomnierait les hommes les
plus purs, qu'on les rendrait suspects à la confiance publique, qu'on
surprendrait à la Convention des décrets, parce que, ne pouvant pas
elle-même connaître les faits, elle les adopterait sur-le-champ, sur la
motion d'un membre qui l'alarmerait sur des dangers chimériques. Par
là, la procédure ne devait pas avoir le cours certain et uniforme qui
lui appartient. Comme les conspirateurs s'étaient cachés sous le masque
du patriotisme, on croyait facile de perdre ainsi les sincères amis de
la liberté, en les rangeant dans la classe de ces faux patriotes. Hier
encore, un membre fit une irruption au Comité de salut public, et, avec
une fureur qu'il est impossible de rendre, demanda trois têtes.

Ce système de calomnie est suivi d'une manière effrayante et porté
jusqu'à l'atrocité; il est vrai que nous sommes, comme on l'a dit,
pressés entre deux crimes; il est vrai qu'une faction qui voulait
déchirer la patrie est près d'expirer; mais l'autre n'est point
abattue, elle veut trouver dans la chute de la première une espèce de
triomphe, et dans tout cela, on compte pour rien la république. Il
semblerait que le sang du peuple ne coule que pour quelques
conspirateurs; que les prodiges de sa vertu n'éclatent que pour le
triomphe de quelques fripons. Non, ce n'est ni pour assurer l'impunité
aux coupables, ni pour servir les projets de quelques ambitieux
soudoyés par l'étranger, ni pour laisser au crime le patrimoine de la
vertu, que nous nous sommes dévoués à la fureur des factions les plus
dangereuses, que nous avons bravé les périls qui nous étaient offerts.
En combattant la folie armée du glaive du patriotisme, nous avons
consenti à mourir, s'il le fallait, pour la patrie, pourvu que nous
eussions soulevé un coin du voile qui couvrait l'abîme où l'on voulait
l'entraîner. Eh bien! ce courage, nous l'avons montré contre toutes les
factions de la république, et nous ne prendrons point de repos qu'elle
ne soit affermie.

Si l'influence de l'amour de la patrie, si les droits du peuple
français ne triomphaient pas en ce moment de toutes les factions, vous
manqueriez la plus belle occasion que la Providence vous ait présentée
pour consolider la liberté. La faction qui survivrait rallierait tous
ceux de l'autre qui auraient échappé au glaive de la loi. Pressés comme
vous entre deux crimes, je ne sais si nous serons étouffés; mais si
cela arrive, si la vertu de la Convention n'est pas assez forte pour
triompher de ses ennemis, ce qui sera le plus heureux pour nous, c'est
de mourir, c'est d'être enfin délivrés du spectacle trop long et trop
douloureux de la bassesse et du crime qui ont passé depuis trois ans
sur la scène de la révolution, et qui se sont efforcés de ternir
l'éclat des vertus républicaines; mais si la Convention est demain et
après-demain ce qu'elle est depuis quelques mois; si elle est décidée à
faire triompher le peuple, la justice et la raison....; si telle est la
disposition constante de la Convention; si elle veut atteindre la palme
de la gloire qui lui est offerte; si nous voulons tous, au sortir de
notre mission, goûter le bonheur des âmes sensibles, qui consiste dans
la jouissance du bien qu'on a fait, à voir un peuple grand s'élever à
ses hautes destinées et jouir du bonheur que nous lui aurons préparé,
je dis que si la Convention, exempte de prévention et de faiblesse,
veut terrasser d'un bras vigoureux une faction après avoir écrasé
l'autre, la patrie est sauvée!

Le résultat de ce que je viens de dire est le rapport du décret
illégalement surpris à la Convention.



      *      *      *      *      *      *      *      *      *



Maximilien Robespierre (1758-1794), Discours sur la situation des
partis, prononcé au Club des Jacobins le 1er germinal an II de la
république française (21 mars 1794)



La république est placée entre les muscadins, les aristocrates, et la
faction dont Hébert et complices peuvent vous donner une idée. Les
muscadins ne veulent pas la punition des traîtres; ceux qui sont
patriotes à la manière de Proly attaquent bien les aristocrates; mais
ils veulent perdre avec eux les patriotes pour régner sur leur ruine
totale; et les patriotes sont à la veille d'en être les victimes, si
nous ne déployons une énergie capable d'effrayer et de terrasser nos
ennemis.

A Commune-Affranchie, les amis de Chalier et de Gaillard, de ce
patriote malheureux qui s'est poignardé par un mouvement de désespoir,
parce qu'au moment où tout semblait être tranquille il prévoyait les
maux qui devaient fondre sur la patrie; les amis dis-je de ces deux
amis de la liberté sont proscrits dans le moment actuel. J'ai vu des
lettres de quelques-uns d'entre eux, de ceux qui, échappés des prisons,
étaient venus implorer le secours de la Convention. Ils expriment le
même désespoir que Gaillard, et si l'on n'apporte le remède le plus
prompt à leurs maux, ils ne trouveront de soulagement que dans la
recette de Caton et de Gaillard.

L'étranger soudoie parmi nous la faction des modérés et celle des
hommes perfides qui, sous le masque d'un patriotisme extravagant,
voulaient égorger les patriotes. Il est indifférent pour l'étranger que
l'une ou l'autre de ces deux factions triomphe. Si c'est Hébert, la
Convention est renversée, les patriotes sont massacrés, la France
retombe dans le chaos, et la tyrannie est satisfaite. Si se sont les
modérés, la Convention perd son énergie, les crimes de l'aristocratie
sont impunis, et les tyrans triomphent. L'étranger doit protéger toutes
ces factions, sans s'attacher à aucune. Que lui importe qu'Hébert expie
ses trahisons sur l'échafaud, s'il se trouve après lui d'autres
scélérats qui veulent perdre la république et égorger tous ceux qui ont
combattu constamment contre les traîtres et les tyrans!

Tous ces scélérats, ligués avec l'étranger, comptent pour rien la
république; ce n'est pour eux qu'un objet de rapine. Le peuple n'est à
leur yeux qu'un vil troupeau qu'ils croient fait pour s'attacher à leur
char et les traîner à l'opulence et à la fortune. A chaque révolution
le peuple triomphe, parce qu'il est debout, et qu'alors ils se cachent.
Mais à peine est-il rentré dans ses foyers, que les factieux
reparaissent, et aussitôt le peuple est replongé dans le même état de
détresse d'où il était sorti. Vous avez vu Lafayette, Pétion, Dumouriez
concevoir te projet affreux de l'affamer et de l'asservir. Ces monstres
sont tombés. Après eux, on a vu s'élever une faction nouvelle qui
voulait exécuter le même complot. Après elle, il en paraîtra une autre
qui aura le même but, si la Convention diffère de foudroyer toutes les
factions. Il faut enfin tout rapporter au peuple et à l'intérêt
général. Que ceux qui se groupent pour arrêter la marche de la
révolution tombent sous le glaive de la loi. Si tous ceux qui ont formé
des projets contre la liberté; si les successeurs de Brissot ne
subissent pas le même sort que lui, attendez-vous aux plus grands
malheurs. Vous verrez les fripons s'introduire dans les armées,
certains fonctionnaires publics se liguer avec eux, comme autrefois ils
se sont ligués avec les autres: la paix d'aujourd'hui ne sera que
passagère, les armées seront battues, les femmes et les enfants
égorgés... Je défie qui que ce soit de démentir ces vérités terribles.
Si la dernière faction ne périt pas demain, ne périt pas aujourd'hui,
les armées seront battues, vos femmes et vos enfants égorgés, la
république sera déchirée par lambeaux, Paris sera affamé, vous tomberez
vous-mêmes sous les coups de vos ennemis, et vous laisserez une
postérité sous le joug de la tyrannie. Mais je déclare que la
Convention est déterminée à sauver le peuple, en écrasant à la fois
toutes les factions qui menacent la liberté.



      *      *      *      *      *      *      *      *      *



Maximilien Robespierre (1758-1794), Discours au sujet de l'arrestation
de Danton et de ses complices, prononcé à la Convention nationale le 11
germinal an II de la république française (31 mars 1794)



A ce trouble, depuis longtemps inconnu, qui règne dans cette assemblée;
aux agitations qu'ont produites les premières paroles de celui qui a
parlé avant le dernier opinant, il est aisé de s'apercevoir, en effet,
qu'il s'agit ici d'un grand intérêt; qu'il s'agit de savoir si quelques
hommes aujourd'hui doivent l'emporter sur la patrie. Quel est donc ce
changement qui paraît se manifester dans les principes des membres de
cette assemblée, de ceux surtout qui siègent d»ns un côté qui s'honore
d'avoir été l'asile des plus intrépides défenseurs de la liberté?
Pourquoi une doctrine qui paraissait naguère criminelle et méprisable
est-elle reproduite aujourd'hui? Pourquoi cette motion, rejetée quand
elle fut proposée par Danton, pour Bazire, Chabot et Fabre-d'Eglantine,
a-t-elle été accueillie tout à l'heure par une portion des membres de
cette assemblée? Pourquoi? Parce qu'il s'agit aujourd'hui de savoir si
l'intérêt de quelques hypocrites ambitieux doit l'emporter sur
l'intérêt du peuple français.

Et quoi! nous n'avons donc fait tant de sacrifices héroïques, au nombre
desquels il faut compter ces actes d'une sévérité douloureuse,
n'avons-nous fait ces sacrifices que pour retourner sous le joug de
quelques intrigants qui prétendent dominer?

Que m'importent à moi les beaux discours, les éloges qu'on se donne à
soi-même et à ses amis! Une trop longue et trop pénible expérience nous
a appris le cas que nous devions faire de semblables formules
oratoires. On ne demande plus ce qu'un homme et ses amis se vantent
d'avoir fait dans telle époque, dans telle circonstance particulière de
la révolution; on demande ce qu'ils ont fait dans tout le cours de leur
carrière politique.

Legendre paraît ignorer les noms de ceux qui sont arrêtés: toute la
Convention les sait. Son ami Lacroix est du nombre de ces détenus.
Pourquoi feint-il de l'ignorer? Parce qu'il sait bien qu'on ne peut
sans impudeur défendre Lacroix. Il a parlé de Danton, parce qu'il croit
sans doute qu'à ce nom est attaché un privilège: non, nous n'en voulons
point de privilège: non, nous n'en voulons point d'idoles!

Nous verrons dans ce jour si la Convention saura briser une prétendue
idole pourrie depuis longtemps, ou si, dans sa chute, elle écrasera la
Convention et le peuple français. Ce qu'on a dit de Danton ne
pouvait-il pas t'appliquer à Brissot, à Pétion, à Chabot, à Hébert
même, et à tant d'autres qui ont rempli.la France du bruit fastueux de
leur patriotisme trompeur? Quel privilège aurait-il donc? En quoi
Danton est-il supérieur à ses collègues, à Chabot, à Fabre-d'Eglantine,
son ami et son confident, dont il a été l'ardent défenseur? En quoi
est-il supérieur à ses concitoyens? Est-ce parce que quelques individus
trompés, et d'autres qui ne l'étaient pas, se sont groupés autour de
lui pour marcher à sa suite à la fortune et au pouvoir? Plus il a
trompé les patriotes qui avaient en confiance en lui, plus il doit
éprouver la sévérité des amis de la liberté.

Citoyens, c'est ici le moment de dire la vérité. Je ne reconnais à tout
ce qu'on a dit que le présage sinistre de la ruine de liberté et de la
décadence des principes. Quels sont en effet ces hommes qui sacrifient
à des liaisons personnelles, à la crainte peut-être, les intérêts de la
patrie? qui, au moment où l'égalité triomphe, osent tenter de
l'anéantir dans cette enceinte? On veut vous faire craindre les abus du
pouvoir, de ce pouvoir national que vous avez exercé, et qui ne réside
pas dans quelques hommes seulement. Qu'avez-vous fait que vous n'ayez
fait librement, qui n'ait sauvé la république, qui n'ait été approuvé
par la France entière? On veut nous faire craindre que le peuple
périsse victime des comités qui ont obtenu la confiance publique, qui
sont émanés de la Convention nationale, et qu'on veut en séparer; car
tout ceux qui défendent sa dignité sont voués à la calomnie. On craint
que les détenus ne soient opprimés; on se défie donc de la justice
nationale, des hommes qui ont obtenu la confiance de la Convention
nationale: on se défie de la Convention qui leur a donné cette
confiance, de l'opinion publique qui l'a sanctionnée. Je dis que
quiconque tremble en ce moment est coupable; car jamais l'innocence ne
redoute la surveillance publique.

Je dois ajouter ici qu'un devoir particulier m'est imposé de défendre
toute la pureté des principes contre les efforts de l'intrigue. Et à
moi aussi, on a voulu inspirer des terreurs; on a voulu me faire croire
qu'en approchant de Danton, le danger pourrait arriver jusqu'à moi; on
me l'a présenté comme un homme auquel je devais m'accoler comme un
bouclier qui pourrait me défendre, comme un rempart, qui, une fois
renversé, me laisserait exposé aux traits de mes ennemis. On m'a écrit,
les amis de Danton m'ont fait parvenir des lettres, m'ont obsédé de
leurs discours. Ils ont cru que le souvenir d'une ancienne liaison,
qu'une foi antique dans de fausses vertus me détermineraient à ralentir
mon zèle et ma passion pour la liberté. Eh bien! je déclare qu'aucun de
ces motifs n'a effleuré mon âme de la plus légère passion. Je déclare
que s'il était vrai que les dangers de Danton dussent devenir les
miens, que s'ils avaient fait faire à l'aristocratie un pas de plus
pour m'atteindre, je ne regarderais pas cette circonstance comme une
calamité publique. Que m'importent les dangers. Ma vie est à la patrie;
mon coeur est exempt de crainte; et si je mourrais, ce serait sans
reproche et sans ignominie.

Je n'ai vu dans les flatteries qui m'ont été faites, dans les caresses
de ceux qui environnaient Danton, que des signes certains de la terreur
qu'ils avaient conçue, avant même qu'ils fussent menacés.

Et moi aussi, j'ai été ami de Pétion; dès qu'il s'est démasqué, je l'ai
abandonné: j'ai eu aussi des liaisons avec Roland; il a trahi, et je
l'ai dénoncé. Danton veut prendre leur place, et il n'est plus à mes
yeux qu'un ennemi de la patrie.

C'est ici sans doute qu'il nous faut quelque courage et quelque
grandeur d'âme. Les âmes vulgaires ou les hommes coupables craignent
toujours de voir tomber leurs semblables, parce que, n'ayant plus
devant eux une barrière de coupables, ils restent plus exposés au jour
de la vérité; mais, s'il existe des âmes vulgaires, il en est
d'héroïques dans cette assemblée, puisqu'elle dirige les destinées de
la terre, et qu'elle anéantit toutes les factions.

Le nombre des coupables n'est pas si grand; le patriotisme, la
Convention nationale ont su distinguer l'erreur du crime, et la
faiblesse des conspirations. On voit bien que l'opinion publique, que
la Convention nationale marchent droit aux chefs de partis, et qu'elles
ne frappent pas sans discernement.

Il n'est pas si nombreux le nombre des coupables; j'en atteste
l'unanimité, la presque unanimité avec laquelle vous avez voté depuis
plusieurs mois pour les principes. Ceux qu'on méprise le plus ne sont
pas les plus coupables, ce sont ceux qu'on prône et dont on fait des
idoles pour en faire des dominateurs. Quelques membres de
cette-assemblée, nous le savons, ont reçu des prisonniers des
instructions portant qu'il fallait demander à la Convention quand
finirait la tyrannie des comités de salut public et de sûreté générale;
qu'il fallait demander à ces comités s'ils voulaient anéantir
successivement la représentation nationale. Les comités ne tiennent que
de la patrie leurs pouvoirs, qui sont un immense fardeau, dont
d'autres, peut-être, n'auraient pas voulu se charger. Oui,
demandez-nous compte de notre administration, nous répondrons par des
faits: nous vous montrerons les factions abattues; nous vous prouverons
que nous n'en avons flatté aucune, que nous les avons écrasées toutes,
pour établir sur leurs ruines la représentation nationale.

Quoi! on voudrait faire croire que nous voulons écraser la
représentation, nous qui lui avons fait un rempart de nos corps! nous
qui avons étouffé ses plus dangereux ennemis! on voudrait que nous
laissassions exister une faction aussi dangereuse que celle qui vient
d'être anéantie, et qui a le même but, celui d'avilir la représentation
nationale et de la dissoudre.

Au reste, la discussion qui vient de s'engager est un danger pour la
patrie, déjà elle est une atteinte coupable portée à la liberté; car
c'est avoir outragé la liberté que d'avoir mis en question s'il fallait
donner plus de faveur à un citoyen qu'à un autre: tenter du rompre ici
cette égalité, c'est censurer indirectement les décrets salutaires que
vous avez portés dans plusieurs circonstances, les jugements que vous
avez rendus contre les conspirateurs; c'est défendre aussi
indirectement ces conspirateurs, qu'on veut soustraire au glaive de la
justice, parce qu'on a avec eux un intérêt commun: c'est rompre
l'égalité. Il est donc de la dignité de la représentation nationale de
maintenir les principes. Je demande la question préalable sur la
proposition de Legendre.



      *      *      *      *      *      *      *      *      *



Maximilien Robespierre (1758-1794), Discours non prononcé sur l'affaire
Chabot (c. mars 1794)



(Il en fut de ce projet comme de celui sur la faction
Fabre-d'Eglantine; il ne fut point accepté par les collègues de
Robespierre. Nous le reproduisons tel qu'il a été publié par Courtois.)


Citoyens représentants du peuple, vous attendez de nous la révélation
d'une grande conspiration; nous allons vous la donner; nous allons
surtout en fixer le véritable caractère; nous allons remonter à ses
véritables chefs, et saisir la main invisible qui en a ourdi les fils
dans d'affreuses ténèbres. Quel autre guide peut nous diriger, dans de
telles recherches, que les grands principes de la liberté publique?
Quel autre motif peut nous y forcer, sinon la nécessité de sauver la
patrie? Les représentants du peuple sont-ils des inquisiteurs
minutieux, chargés de fouiller dans la vie privée des hommes, et de
porter la terreur dans toutes les âmes faibles? Sont-ils des hommes
avides de sang, comme la plus lâche hypocrisie a osé nous en accuser?
Non; s'ils demandent, au nom des lois, le sang des tyrans, c'est pour
épargner celui du peuple; s'ils foudroient les palais, c'est pour
protéger les chaumières; s'ils frappent les méchants, s'ils punissent
les coupables puissants, c'est pour sauver les bons et soulager les
malheureux: ils sont sévères par sensibilité, et inexorables par
humanité.

Sommes-nous appelés à respecter le crime, parce qu'il est entouré d'un
grand titre et de devoirs plus grands encore? Non.

Sommes-nous appelés aussi à persécuter gratuitement les représentants
du peuple français, à verser le mépris sur ceux qui défendirent
courageusement la cause de la liberté; à exagérer leurs crimes, à nous
réjouir de leurs faiblesses ou de leurs humiliations; à préparer le
triomphe des tyrans par une espèce de suicide national? Non. En
poursuivant les traîtres, nous saurons venger l'honneur du patriotisme,
sauver la majesté du peuple. En dépit des espérances de Londres et de
Vienne, cette grande affaire ne sera point le procès de la
représentation nationale, mais celui des tyrans qui ont conspiré sa
ruine. Loin de nous attacher à une faible ramification du complot, nous
en embrasserons, nous en déracinerons le tronc tout entier.

Nous ne voulons point immoler les victimes à la place des oppresseurs,
et frapper le peuple lui-même du glaive qui doit exterminer ses
ennemis. Nous sommes moins jaloux de briser l'instrument que la main
coupable qui le dirigea, et de trouver des conspirateurs que d'étouffer
la conspiration. A travers les passions et les intérêts individuels de
tous les partis, à travers les préventions, les erreurs et les
intrigues, nous irons au but, la justice: à cette justice nationale, la
seule que nous devions exercer; à cette justice, qui n'est autre chose
que le salut du peuple et la mort des tyrans.

Quelle est la première époque de cette conspiration? L'origine même de
la révolution.--Quels en sont les premiers moteurs? Toutes les cours
liguées contre nous.--Le but? La ruine de la France.--Les victimes? Le
peuple et vous.--Les moyens? Tous les crimes.

Les moyens ont varié suivant les différentes circonstances: l'esprit et
la main qui la dirigeaient furent toujours les mêmes.

Nous ne vous retracerons pas ici les innombrables forfaits d'une cour
impie, et surtout les manoeuvres ourdies par tous les ennemis de notre
liberté, depuis les premiers jours de la révolution, pour corrompre,
avilir et détruire la représentation nationale dès sa naissance

Je n'ai pas besoin de vous dire que c'est principalement contre vous
qu'elles furent dirigées. Vous avez décrété la république, nulle trêve
n'était possible entre vous et la tyrannie.

La Convention nationale naquit au milieu des conspirations, et c'est
dans son berceau qu'étaient placés les serpents qui devaient
l'étouffer, semblable à ce dieu qui devait purger la terre des monstres
qui l'infestaient.

Vous rappellerai-je les moyens odieux et multipliés qu'elle employait
pour perdre toute la portion de la représentation nationale qui ne
voulait être ni sa dupe ni sa complice? On se plaignait de votre
inaction, et on vous paralysait; on disait que vous n'étiez pas libres,
et on vous tyrannisait; on invoquait votre dignité, et on vous
outrageait avec insolence; on réclamait votre sûreté, et on ne
cherchait qu'à vous anéantir: tantôt on appelait contre vous, sous le
nom de garde, les phalanges exterminatrices; tantôt on voulait vous
traîner à Versailles; tantôt on vous proposait Bourges, tantôt on
voulait convoquer une autre assemblée nationale dans une autre lieu;
tantôt on voulait réunir les assemblées primaires pour vous renouveler;
enfin, on tenta plusieurs fois d'exterminer la Montagne. Deux de vos
collègues ont péri martyrs de la cause que nous défendons: nous étions
tous voués au même couteau; ne pouvant vous égorger par leurs
satellites, les scélérats avaient agité la république entière, comme
pour vous ensevelir sous ses ruines.

Enfin, le temps était arrivé où les tyrans, fatigués de la résistance,
et le peuple, de la tyrannie, provoquaient à l'envi une crise qui
devait perdre ou sauver la patrie. Les jours qui viennent de luire sont
gros des destinées de l'univers; les deux génies qui s'en disputaient
l'empire sont en présence: la servitude ou la liberté du genre humain
sont le prix du combat. La faction criminelle croit toucher au moment
de se baigner dans le sang des fidèles représentants du peuple; tous
les agents et tous les sicaires des rois étrangers veillent et
s'agitent pour les seconder ou pour anéantir du même coup la
représentation nationale tout entière; mais le peuple est présent; il
entoure la Convention de son bras puissant, il protège même ses lâches
ennemis. La Convention, d'une main, remet les traîtres entre les mains
de la loi; de l'autre, elle montre à l'univers le pacte social des
Français; et, pure, libre enfin, elle s'avance majestueusement dans son
immense carrière.

Mais les ennemis de la patrie lui permettront-ils de la parcourir en
paix? Non! les fondateurs de la république ne peuvent trouver le repos
que dans le tombeau: les traîtres meurent, mais la trahison survit à
leur châtiment. Les tyrans coalisés vivent encore, et, tant qu'ils
vivront, ils conspireront contre l'existence du peuple français; ils
verseront sur nous tous les maux dont la corruption des coeurs est la
source inépuisable. Ils ont à leur solde des armées subsidiaires
d'espions et de traîtres qui se succèdent sans cesse; ils ont à leur
solde toutes les passions et tous les vices, et ils poursuivent avec
une activité nouvelle le projet savant de détruire la Convention
nationale. Et quelle autre ressource peut leur rester? Sont-ce leurs
armées? Elles fuient devant les défenseurs de la république, dès qu'ils
cessent un moment d'être guidés par la perfidie. Est-ce la perfidie de
vos généraux! Vous en avez cherché, vous en avez trouvé de fidèles:
vous punissez les traîtres, vous les arrachez de votre propre sein pour
les livrer au glaive des lois; il ne leur reste que de vous détruire
vous-mêmes, pour anéantir le point central auquel se rallient toutes
les portions de cette immense république, et partager entre eux les
lambeaux épars de ce vaste empire. Si vous étiez des traîtres et des
lâches, tous les ennemis de la liberté, tous les hommes corrompus se
seraient ligués avec vous contre le peuple: vous vous êtes montrés
fidèles, ils se sont réunis pour vous déclarer la guerre.

Ce qui prouve que ce n'était point la faction criminelle que certaines
gens voulaient détruire, mais les représentants républicains, c'est que
les premiers jours qui suivirent le triomphe de la Montagne; vous fûtes
insultés dans cette enceinte par un prêtre méprisable* [*Jacques
Roux.], qui vint vous dénoncer à vous-mêmes comme auteurs de la disette
publique. Ce fut à cette époque que l'on provoqua les rassemblements
qui s'étaient formés dans toutes les grandes crises de la révolution;
c'est alors que, sous le nom de Marat, des écrivains mercenaires
cherchaient sans cesse à exciter le peuple et blasphémaient contre
vous; c'est alors que vous fûtes sans cesse assaillis par des pétitions
qui tendaient à vous rendre responsables de la disette factice causée
par les conspirateurs. Ces manoeuvres perfides ne furent déconcertées
que par la vertu de ce même peuple qui vous avait fait triompher le 31
mai.

Dans le même temps, des écrivains mercenaires, osant usurper le nom de
Marat, pour le profaner, cherchaient à exciter le peuple aux mêmes
désordres que la faction girondine lui avait imputés lâchement: elle
cherchait à avilir la Convention nationale. On distinguait parmi ces
libellistes le prêtre sacrilège, auteur de la pétition dont je vous ai
déjà parlé, émigré, qui avait conduit les patriotes de Lyon sous le
couteau de leurs assassins, et ouvert la contre-révolution qui a livré
cette ville au pouvoir des rebelles. Ces misérables, et d'autres agents
des puissances étrangères, agitaient les clubs populaires et les
assemblées sectionnaires, dont les intrigants s'étaient emparés à la
faveur de la permanence qui en bannissait le peuple et les patriotes.
Plus le peuple vous prodiguait de preuves de sa confiance, plus on
s'efforçait de la détruire: tandis que de toutes les parties delà
république, on vous conjurait de ne point abandonner le gouvernail de
l'Etat au milieu de la tempête, de prétendus patriotes vous sommaient
ici de leur céder vos places; des intrigants faisaient adopter cette
motion par un club célèbre, l'affichaient sur les murs de Paris, et le
publiaient.

Les lâches! ils se mêlent avec les défenseurs de la patrie; ils imitent
notre langage; ils flattent notre amour pour la liberté; ils ont l'air
quelquefois de le surpasser: ils se parent de tous les signes
extérieurs de la révolution, ils en imaginent même de nouveaux; ils ne
siègent pas dans les sociétés populaires, ils les président, ils les
dirigent. Une fois munis de ces brevets de patriotisme qui les
associent à notre cause, ils s'efforcent de la rendre ridicule à force
d'exagération et d'extravagances; ils la chargent de toute leur
infamie; ils entraînent le zèle ardent et irréfléchi dans leurs
perfides systèmes. Les Français applaudissent quelquefois à des motions
arrêtées dans les cabinets de Londres ou de Vienne: quelque temps
après, on découvre tous les maux qu'elles ont entraînés, et le sang de
cent mille Français coule pour expier l'erreur d'un moment. Malheur à
quiconque oserait parler alors le langage de la raison! Ils le
proscrivent comme un lâche modéré ou comme un ennemi de la liberté. A
quels dangers la république ne sera-t-elle pas exposée, si le
législateur n'est pas assez éclairé pour les démasquer!

(Ici manque quelque chose. )

A la tête de ce complot était le baron de Batz.

Nous allons vous dire ce que nous pensons sur les chefs de cette
conspiration; nous les jugerons, non pas précisément par ce qu'en ont
dit ou connu les dénonciateurs, mais par tout ce que nous en
connaissons nous-mêmes, et par l'ensemble des preuves qui nous sont
parvenues d'autres parts.

D'abord, l'existence du complot de diffamer et de dissoudre la
Convention; il est impossible d'en douter. Nous l'avons déjà prouvé par
des faits indépendants de la dénonciation; il est attesté par la
conduite et par les écrits de tous les ennemis de la France, il est
aussi certain que l'existence des rebelles et des rois conjurés contre
la république.

Les hommes dénoncés par Bazire et Chabot en sont-ils coupables? Nous
allons le discuter.

Le premier qui se présente est Delaunai. Le caractère et la conduite de
ce citoyen démentent-ils ou confirment-ils le double témoignage porté
contre lui? Delaunai est du nombre de ceux qui semblent avoir joué un
rôle équivoque aux yeux du public; mais tous les membres de l'assemblée
Législative et de la Convention qui l'ont connu, tous les citoyens
initiés dans les événements de la révolution, savent que Delaunai était
un agent hypocrite de la faction girondine, le confident et le valet de
ce lâche Caritat, qui à l'exemple de son ami Brissot, a fui la justice
nationale, et qui ne l'a pas moins méritée. En continuant de conspirer
contre l'honneur de la Convention nationale, aurait-il fait autre chose
que de continuer son ancien métier? Delaunai était un des faiseurs de
cet exécrable libelle nommé _la Chronique_, où la faction girondine
déposait ses poisons les plus subtils. Pendant plus d'un an, il appela
à ce titre l'opprobre et les poignards sur les républicains et sur la
Montagne; lorsqu'à l'approche de la lumière, le lâche Condorcet
commença à redouter la responsabilité de ses impostures liberticides,
Delaunai les signa conjointement avec lui; et ces deux hommes donnèrent
alors la mesure de leur courage et de leur bonne foi. Quand les
patriotes indignés leur demandaient compte de leurs calomnies,
Condorcet rejetait la faute sur Delaunai, et Delaunai renvoyait les
plaignants à Condorcet.

Delaunai était, comme Ducos et Fonfrède, un émissaire de la faction
fédéraliste, siégeant à la Montagne pour la profaner et pour la trahir;
il était au chef de la faction ce qu'est un espion aux généraux ennemis
qui le soudoient. Son silence et ses discours, ses intrigues sourdes et
ses actes publics le décèlent également. Ce député n'était point sans
talent, et ne rompit le silence que lorsqu'il fut question de finances.
Muet sur les crimes des traîtres et des tyrans, il s'échauffa tout à
coup contre les manoeuvres de l'agiotage; il épouvantait les agioteurs
pour partager leur proie, comme les Condorcet, les Brissot, et tous les
fripons girondins, menaçaient quelquefois la cour, pour partager ses
brigandages et son pouvoir.

Le second personnage est Julien. Julien était déjà jugé par l'opinion
publique, par des faits antérieurs devenus trop publics; Julien,
flottant sans cesse entre tous les partis, avait paru se fixer sur la
Montagne, pour cacher ses vues cupides et ambitieuses sous le masque du
patriotisme; mais il s'était trahi dès le moment où il était entré au
comité de sûreté générale; il ne s'était emparé du soin de faire les
rapports des administrations coupables que pour trahir la cause de la
liberté, du peuple et de la vérité. Là, les crimes des conspirateurs
furent palliés, les vertus des républicains furent calomniées, la
mémoire même des martyrs de la liberté fut outragée: la municipalité de
Lyon, assassinée par ce royaliste, et son digne chef, le magnanime
Chalier, furent lâchement outragés. Cet ouvrage excita les réclamations
de tous les amis de la patrie. Son auteur, redoutant la censure de la
Convention nationale, s'efforça de la prévenir, en le mettant sous la
sauvegarde des Jacobins, qui le rejetèrent, et en le présentant à la
municipalité de Paris, qui rétracta, sur la pétition des Jacobins,
l'acceptation qu'on lui avait surprise. Enfin Julien, qui s'était
obstiné à faire ce rapport après le renouvellement du comité de sûreté
générale, déconcerté par la force de l'opinion publique, avoua lui-même
l'infidélité de son rapport, demanda que le nouveau comité de sûreté en
présentât un nouveau à la Convention nationale.

La résolution vigoureuse et sage que prirent les membres du nouveau
comité de sûreté générale, en commençant leur carrière, de mettre les
scellés sur ses papiers lui procura de nouvelles preuves de ses
prévarications.

Julien entretenait la correspondance la plus intime et même la plus
tendre avec l'abbé d'Espagnac.

Cette horde impure était payée pour blasphémer contre la Convention
nationale du peuple français. Les tyrans étrangers regardaient comme
une victoire de faire tomber du haut de la Montagne un des
représentants du peuple, célèbres par leur zèle pour la cause
populaire. S'ils pouvaient en égarer un seul, ils auraient conclu que
tous étaient capables de la même faiblesse, et qu'il ne restait plus au
peuple que de briser le gouvernement républicain, comme il avait
renversé le trône, et de se reposer ensuite sous le joug des monarques
incorruptibles de l'Autriche, de la Prusse et de Berlin.

Plusieurs représentants du peuple étaient devenus leurs complices et
s'étaient ligués avec eux pour étendre sur tous leurs collègues
l'ignominie dont ils étaient couverts. Ce n'étaient que des lâches,
dont la probité et le civisme avaient toujours été plus qu'équivoques,
il fallait tenter des conquêtes plus difficiles et plus intéressantes.
On chercha d'abord ou à séduire ou à compromettre des patriotes, ceux
qu'un penchant dangereux à la confiance, et peut-être un penchant au
plaisir, plus dangereux encore, rendaient plus accessibles à ces
attaques: on leur lança deux des plus habiles scélérats que l'Autriche
ait vomis parmi nous. Il existe à Paris, depuis les premier" temps de
la révolution, deux monstres dignes de servir la cause des tyrans par
la profonde hypocrisie qui les caractérise. Ils avaient perdu à Paris
les titres et le nom qu'ils portaient à la cour de Vienne; l'un d'eux
avait associé à celui qu'il a adopté le nom du fondateur de la liberté
romaine; il était entouré de titres patriotiques; il avait composé des
ouvrages éloquents pour la défense des droits de l'homme et de la
révolution française; il avait même des brevets de persécution; il
avait été banni de l'Allemagne par l'empereur Joseph II. Aucun des
patriotes qu'il attirait chez lui n'y entrait sans le surprendre, la
plume à la main, rêvant sur les droits de l'humanité, ou courbé sur les
oeuvres de Plutarque ou de Jean-Jacques. L'extérieur austère et le
costume révolutionnaire de Junius répondaient parfaitement à l'idée
d'un si grand caractère; la coupe philosophique de sa chevelure, le
bonnet rouge qui ornait sa tête philosophique garantissaient à toute la
terre la pureté de son patriotisme. Junius Frey avait acquis l'estime
de toute sa section; il s'était lié avec des patriotes qui s'honoraient
de l'amitié de ce vertueux ami de l'humanité.

Junius chercha particulièrement la société, ensuite l'amitié de
François Chabot. Il ne trouvait pas d'expression assez forte pour
peindre l'estime, l'admiration, la tendresse que lui inspiraient le
caractère et les principes de ce représentant du peuple. Cet estimable
étranger, cet ami, ce martyr de la liberté avait une soeur, le modèle
de toutes les vertus de son sexe: modestie, naïveté même, patriotisme,
talents.

Le généreux cosmopolite se garda bien d'offrir à Chabot cette femme
intéressante.

(Lacune.)

Je n'ai pas besoin de peindre la joie que ce triomphe remporté sur la
conduite d'un patriote tel que Chabot dut répandre dans les cavernes
des brigands autrichiens. L'Autriche crut, dès ce moment, tenir entre
ses mains l'honneur de la Convention nationale. Le monstre qui avait
trompé Chabot osa se vanter alors que les représentants les plus purs
n'échapperaient pas aux filets qui étaient tendus autour d'eux: vous ne
serez pas étonnés que, dès ce moment, la calomnie ait tiré parti d'un
prétexte si favorable, vous ne le serez pas même d'apprendre que le
premier artisan de la diffamation de Chabot ait été le prétendu
beau-frère qui en avait préparé le prétexte. Dès ce moment, cette
victime de la perfidie fut l'objet de l'attention de toutes les
sociétés populaires; le patriotisme inquiet et ardent se réunit en
pareil cas pour l'accabler. Je n'ai pas besoin de dire que cet
événement fut présenté sous les couleurs les plus défavorables à
Chabot, et chargé de toutes les circonstances que la malveillance et
l'intrigue pouvaient inventer.

On a raisonné diversement sur la dot de 200,000 livres donnée par Frey
à la femme de Chabot. Les uns ont prétendu que cette dot était fournie
par Chabot lui-même, et que le contrat de mariage n'était qu'un moyen
de déguiser les richesses que Chabot avait déjà amassées précédemment.

Les autres ont trouvé aussi naturelle l'hypothèse contraire; ils ont
prétendu qu'un législateur corrompu n'aurait pas cherché à cacher le
prix de sa corruption sous un manteau autrichien, qui n'aurait pu que
l'afficher.

Ils ont observé qu'un législateur célèbre qui veut se vendre peut se
faire acheter, sans se marier à une étrangère, et déguiser sa bassesse
sous un voile moins transparent; ils ont conclu au contraire du mariage
et de la dot, que les ennemis de la révolution, qui n'auraient pas osé
proposer à Chabot de se vendre, avaient été obligés de le tromper, pour
le couvrir des apparences de la corruption, parce qu'ils n'espéraient
pas le corrompre, et lui ont caché leur présent perfide sous des
apparences légitimes.

Les uns ont adopté les interprétations les plus favorables aux vues de
l'aristocratie; les autres ont préféré celles qui flattaient le plus le
voeu des patriotes.

Mais ce sont les premières qui ont dû naturellement prévaloir dans le
public: dans un tel événement, il faut nécessairement que la malignité
et l'aristocratie prennent chacune sa part. Malheur à l'homme qui a
longtemps défendu la cause du peuple! S'il commet ou une faute, ou une
erreur ou une indiscrétion, il est perdu; car le patriotisme, sévère et
soupçonneux, et la vengeance des ennemis du peuple se réunissent contre
lui: il faut qu'il porte à la fois la peine, et de sa faiblesse
actuelle, et de ses services passés.

Au reste, ce n'était ni la personne de Chabot, ni celle de Bazire, que
poursuivaient les agents des cours étrangères: nous allons nous-mêmes
les laisser à l'écart, pour suivre le système étranger dans son
ensemble et dans ses conséquences.

Il existait, en effet, parmi les représentants du peuple français des
hommes pervers, initiés dans les mystères de la conspiration étrangère,
des hommes qui n'étaient point faibles, mais pervers; qui n'étaient
point corrompus, mais corrupteurs; qui n'étaient ni dupes, ni
complices, mais chefs des conspirations tramées contre la liberté du
peuple.

Or, ces gens-là je ne les ai jamais vus dénoncés; mais prônés, mais
défendus par les écrivains plus que patriotes, qui ont sans cesse
dénoncé la Convention nationale, et tous les vrais patriotes, depuis le
triomphe des principes et de la Montagne.

Cependant ces représentants étaient coalisés avec les banquiers des
puissances étrangères et avec leurs principaux agents; ils siégeaient
avec la Montagne, comme d'Orléans, pour obscurcir sa gloire, et pour
cacher leur bassesse et leurs crimes; ils conspiraient avec les tyrans
de l'Angleterre, de l'Autriche et de la Prusse: les uns, par leur
patriotisme hypocrite; les autres, par leur or, conspiraient contre
l'honneur de la représentation nationale et contre le salut de la
république. Plusieurs patriotes furent tentés par eux; Bazire et Chabot
furent attirés dans leur société. Le caractère de ceux qui la
composaient était plus qu'équivoque. La sollicitude des patriotes
cherchait à deviner quelle était cette puissance invisible, qui
continuait de porter des coups funestes à la liberté, quand tous ses
ennemis étaient dans le silence et dans la terreur. On connaissait leur
but, mais non leurs moyens: on devinait le crime, on cherchait le nom
des coupables: Bazire et Chabot nous les ont dénoncés. Sont-ils
coupables eux-mêmes? A quel point le sont-ils? Les dénonciateurs et
ceux qu'ils ont dénoncés doivent-ils être confondus dans la même
classe? C'est un des objets que nous soumettons à votre justice
impartiale. Pour nous, c'est la conspiration que nous avons voulu
atteindre, sans respect des personnes; c'est au salut public que nous
avons marché. Nous avons été jusqu'ici plus sévères envers les
accusateurs qu'envers les accusés; car les dénonciateurs ont été
arrêtés les premiers, presque tous les dénoncés ont fui, ou sont en
liberté: ils parlent, ils écrivent tout ce qu'ils jugent à propos sur
cette affaire, non seulement contre les dénonciateurs, mais contre la
Convention nationale. Vous pouvez, en cela, nous accuser de partialité,
ou d'une excessive rigueur envers nos collègues. Si nous méritons ce
reproche, nous ne voulons pas y échapper; mais nos intentions sont
pures, et nous allons continuer de vous développer les faits qui
peuvent éclairer votre sa gesse et votre justice.

Le...... Chabot vint trouver un des membres du comité de salut public,
et lui dit: "Je viens te réveiller; mais c'est pour sauver la patrie;
je tiens le fil de la conspiration la plus dangereuse qui ait été
tramée contre la liberté--Eh bien! il faut la dévoiler.--Mais, pour
cela, il faut que je continue de fréquenter les conjurés; car j'ai été
admis dans leur société. Ils m'ont conduit par degrés à des
propositions, ils m'ont tenté par l'appât de partager le fruit de leur
brigandage: le jour est pris où ils doivent se réunir; je dois m'y
trouver aussi. Ils croient que je ne devine pas le reste de leur
projet; mais ils vont à la contre-révolution ouverte. Si l'on veut, je
ferai prendre, en flagrant délit, les conspirateurs.--On ne peut pas
rendre un plus grand service à la patrie; tu ne dois pas balancer. Mais
quelles seront tes preuves? (Chabot tenait un paquet dans sa
main.)--Voilà dit-il, un paquet que l'on m'a remis, pour que je
tâchasse de déterminer un membre de la Montagne à se désister des
oppositions qu'il a apportées au projet financier de la clique; je n'ai
pas voulu rejeter cette commission, pour ne pas me mettre dans
l'impossibilité de découvrir et de dévoiler le fond de la conspiration;
mais mon intention est d'aller de ce pas déposer ce paquet au comité de
sûreté générale, et de dénoncer les traîtres. Au reste, j'offre de
donner au comité le moyen de les prendre tous, rassemblés dans un lieu
où je me trouverai.--Hâte-toi donc de te rendre au comité de sûreté
générale; il accueillera, sans doute, cette offre-là avec
empressement.--Oui; mais je ne veux pas que l'on puisse induire de ma
présence au milieu des conjurés que je le suis moi-même. Je demande une
sûreté. Je veux bien mourir pour ma patrie, mais je ne veux pas mourir
en coupable. Ma mère et ma soeur sont ici; je ne veux pas qu'elles
expirent de douleur. Ma soeur me disait dernièrement: Si tu as trahi la
cause du peuple, je serai la première à te poignarder.--Tu ne dois pas
douter que le comité de sûreté générale ne prenne avec toi les moyens
nécessaires pour découvrir la conspiration. Tes intentions et l'avis
que tu lui auras donné seront ta garantie. Au surplus, tu peux en
parler au comité de salut public; il saisira tous les moyens qui lui
sont offerts de sauver la patrie." Chabot partit, en annonçant qu'il
ferait sa dénonciation au comité de sûreté générale; il la fit le même
jour. Bazire en fit une autre relative au même complot.

Il résulte de l'une et de l'autre qu'il existait une conspiration dont
le but était de corrompre les représentants du peuple, de diffamer tous
les autres, et surtout les patriotes, pour arriver à la
contre-révolution par l'anéantissement de la représentation nationale,
celui de ruiner les finances, en entraînant la Convention dans des
mesures impolitiques, déguisées sous les apparences du bien public.



      *      *      *      *      *      *      *      *      *



Maximilien Robespierre (1758-1794), Discours sur le décret qui oblige
les membres de la Convention de mettre au jour leur conduite morale et
politique, prononcé au Club des Jacobins le 16 germinal an II de la
république française (15 avril 1794)



Puisque l'on convient qu'il s'est passé un événement intéressant pour
la liberté, que les opérations sublimes de la Convention viennent
encore de sauver la patrie, si elle persévère dans ces opérations, si
elle continue de distinguer l'innocence de l'aristocratie, si enfin
elle se montre aussi soigneuse de protéger l'une que de frapper
l'autre; puisque l'on convient de tous ces faits, je demande que la
conjuration soit à l'ordre du jour; que si quelque bon citoyen peut
développer les circonstances affreuses qui dérivent du principe de
cette conspiration, s'il peut vous faire part des détails importants
qui n'ont pas été connus jusqu'à présent, il monte à la tribune, et
qu'il fasse connaître toute la scélératesse des conspirateurs qui
voulaient nous entraîner dans le précipice où seuls ils sont tombés.

C'est ce cette manière que nous porterons des coups terribles; c'est
ainsi que nous écraserons les ennemis de la liberté, et non par des
mesures partielles et inconsidérées; c'est en allant droit à eux; c'est
en les attaquant en face et avec acharnement; c'est en plongeant dans
leur coeur le poignard de la justice, que nous pourrons délivrer la
liberté de tous les scélérats qui veulent la détruire.

Cet ordre du jour doit sans contredit l'emporter sur celui que vous a
proposé Chasles. Eh! qu'importe que la Convention oblige chacun de ses
membres à rendre compte de leur fortune! N'est-il pas évident que les
fripons seuls pourront échapper à la rigueur de cette mesure? Les
fripons ont leur fortune en portefeuille ou chez l'étranger: Brissot se
disait pauvre, et l'on sait qu'il avait des maisons à Londres. Chabot
disait qu'il n'avait pas touché la dot de sa femme: tous les coupables
qui ont péri par la main de la justice se disaient pauvres. Les
scélérats diront toujours au peuple: Nous sommes pauvres et
incorruptibles; vous ne pouvez pas prouver que nous sommes riches.

Citoyens, regardons comme un principe invariable de ne jamais présenter
aux mauvais citoyens le moyen de se ranger parmi les patriotes;
exigeons d'eux des preuves qui appartiennent exclusivement aux
patriotes, et rejetons tout ce qui peut être commun aux patriotes et
aux aristocrates; les patriotes sont purs; s'il en est à qui la fortune
ait accordé des dons que la vertu méprise et que la cupidité seule
estime, ils sont bien loin de vouloir les cacher; ils n'ont pas de plus
grand désir que d'en faire un noble usage; il n'y a que les
conspirateurs qui mettent leur intérêt à les soustraire à la vue du
peuple.

Les preuves que nous devons exiger, c'est une vie dont les moments
soient tous marqués par des actions vertueuses, une vie remplie de
sacrifices faits à la patrie. Qu'importe que l'on ait monté ses gardes
et payé régulièrement ses impositions! Qu'importe que l'on me dise: Tu
ne prouveras pas que ma fortune est augmentée depuis la révolution! Il
faut renvoyer au temps de Lafayette ces moyens, qui n'étaient mis en
usage que par ses amis et ses partisans. C'est avec de telles preuves
qu'ils prétendaient être les seuls patriotes: eux seuls possédaient au
suprême degré le patriotisme, parce qu'eux seuls pouvaient remplir les
formalités qu'ils exigeaient eux-mêmes pour être patriotes. Ce n'est
donc pas par le nombre des gardes qu'ils ont montées, ou qu'ils ont
fait monter pour eux qu'il faut juger les hommes, mais par le sacrifice
continuel de leur ambition et de leur orgueil à la cause de la patrie.
Il résulte de là, que la proposition faite à la Convention d'obliger
tous les membres à rendre compte de leur fortune n'est pas aussi
importante qu'elle le paraît au premier coup d'oeil. Je sais qu'elle
part d'une âme honnête et juste, mais elle ne présente pas de résultats
heureux.

En déjouant les conspirations, nous n'avons pas .encore atteint le but
auquel nous tendons; tant qu'il y aura une ligue de tyrans conjurés
contre la France, la liberté sera exposée à de grands dangers. Cette
réflexion doit soutenir votre justice et notre vigilance, et nous
engager à ne pas abandonner les grandes mesures que nous devons
prendre. Frapper l'aristocratie dès qu'elle paraît vouloir devenir
insolente, lui arracher le masque dont elle se couvre: voilà l'ordre du
jour. Epouvantons l'aristocratie, de manière non seulement qu'elle ne
puisse plus nous attaquer, mais qu'elle n'ose pas même essayer de nous
tromper. D'un autre côté, protégeons l'innocence, et ravissons à la
tyrannie l'affreux espoir de détruire les patriotes.

(La proposition de Robespierre fut adoptée.)



      *      *      *      *      *      *      *      *      *



Maximilien Robespierre (1758-1794), Discours sur les menées
contre-révolutionnaires de Dufourny, prononcé au Club des Jacobins le
16 germinal an II de la république française (15 avril 1794)



Je suis loin de vouloir faire un crime de l'opinion que l'on peut avoir
sur un individu. Je ne veux pas douter de la probité d'un homme, quand
elle est aussi bien attestée que celle de Dufourny, attestée par
lui-même. Je laisse de côté toutes ces choses, pour ne vous parler que
de l'ensemble de la conduite de Dufourny.

Il fréquentait, il n'y a pas longtemps, le comité de sûreté générale,
jadis c'était le comité de salât public. Il assistait à toutes les
délibérations; il ne pouvait pas manquer à une séance: c'est une preuve
de son zèle excessif pour le bien public! Il avait pour prétexte la
qualité de président au département de Paris. Il y avait une telle
affectation dans ses assiduités, que je lui dis: Vous assistez trop
régulièrement à nos délibérations; il me semble que votre premier
devoir serait de faire mettre en arrestation tous les aristocrates qui
nous entourent.

Il n'y avait pas alors d'autorité qui pût les arrêter autre que le
département de Paris. Toujours ils furent tranquilles; toujours Paris
fut cerné par eux; ils affluaient dans tous les lieux voisins de cette
commune. Le président du département, malgré son patriotisme et sa
probité, a donc alors oublié le premier de ses devoirs, celui de
dissiper les rassemblements.

Fabre-d'Eglantine jouait une comédie auprès des comités; le métier de
cet habile fourbe était de faire de petites dénonciations contre de
petits conspirateurs avec lesquels il s'entendait, mais qu'il dénonçait
pour faire ignorer ses sentiments. Il trouvait ensuite, par ses
fourberies, le moyen d'embrouiller les faits, de manière que la
dénonciation était nulle. Je suis fâché qu'un homme probe comme
Dufourny ait été le second d'un pareil intrigant.

Le jour où je dénonçai ici Fabre-d'Eglantine, où je traçai ici
l'esquisse de son caractère odieux, Dufourny ne put pas s'empêcher de
dire que j'avais été engagé par quelque intrigant à faire cette
dénonciation; cependant, il était reconnu dès lors que
Fabre-d'Eglantine était un fripon.

Le même esprit qui portait Dufourny à repousser les premiers traits de
lumière jetés sur Fabre-d'Eglantine lui dicta la conduite qu'il a tenue
quand cet intrigant a été conduit au tribunal; je ne dirai pas que ce
fut ce même esprit qui engagea Dufourny à mendier la faculté de déposer
dans cette affaire; je ne dirai pas que c'était cet esprit qui le
rendait si assidu aux séances du tribunal, et qui provoquait de sa part
des mouvements en faveur des prévenus; je ne rappellerai pas qu'au club
électoral, il dirigea des calomnies obliques contre les Jacobins et
contre la Convention elle-même. Croit-il nous donner le change en
disant que la Convention ne veut pas que ceux qu'elle envoie au
tribunal ne puissent pas se faire reconnaître innocents? N'est-ce pas
assez d'avoir dit an milieu du peuple, en parlant des prévenus: Il faut
des preuves. C'est-à-dire que c'est sans preuves que la Convention
envoie des hommes au tribunal révolutionnaire!

(Dufourny interrompt par quelques paroles.)

Robespierre. Rappelle-toi que Chabot, que Ronsin furent impudents comme
toi, et que l'impudence est le caractère hideux que l'on voit imprimé
sur le front du crime.

(Dufourny. Le mien, c'est le calme...)

Robespierre. Ah! le calme n'est pas dans ton âme: je prendrai toutes
tes paroles pour te dévoiler aux yeux du peuple; je lui ferai voir que
chacune d'elles est dite à contre sens, et que, par conséquent, elles
ne peuvent pas venir d'une âme pure.

Le calme! les conjurés ne font que l'invoquer: ils voudraient jeter
dans nos coeurs un calme et un assoupissement profonds; mais ils
n'obtiendront pas ce calme qu'ils désirent; ils ne parviendront pas non
plus à troubler la paix de nos âmes.

Quoi! tandis que le peuple demande justice de ses ennemis et de ses
assassins; quand les représentants ont la consolation de le sauver du
péril, un homme ose prendre leur défense! Quand les crimes des
conspirateurs sont écrits avec le sang du peuple; quand la Belgique,
encore fumante de carnage, atteste la trahison; quand les coeurs
indignés sont convaincus de tant de scélératesse, dont les stupides
seuls peuvent douter, un homme ose demander où sont les preuves!
c'est-à-dire que les républicains ne savent pas rendre justice, que la
Convention et le tribunal révolutionnaire égorgent les innocents!

Tu crois nous donner le change par un lieu commun: Perfide! tu oses
nous observer que la Convention n'accuse pas pour interdire à l'accusé
la faculté de se justifier. Tous les ennemis de la liberté ont fait ces
observations; je crois que tout le monde est convaincu de tes
intentions en les faisant.

Tu as été l'ami de Fabre-d'Eglantine; tu t'es agité pour le sauver,
pour égarer les citoyens qui devaient le juger, pour diviser l'opinion
publique sur le compte de cet intrigant.

Tu as fait souvent des motions malignes, tu as brigué toutes les
places, et il était impossible de t'en arracher aucune; et quand celle
de président te fut enlevée, tu te déclaras l'ennemi des comités.

Tu as cru en imposer en te donnant un air d'opiniâtreté; tu as défendu
ton opinion avec indécence, et tu croyais être assez excusé par cette
même opiniâtreté. Tu t'es supposé une maladie, afin d'excuser tes
démarches nocturnes. Fabre-d'Eglantine et Danton faisaient de même:
tous deux ils croyaient nous fermer les yeux en nous parlant de leur
mauvais tempérament. Il n'est pas un homme mal intentionné qui ne se
soit prêté quelque défaut physique et moral pour servir d'excuse contre
ses torts; voilà ton portrait.

Quelle est cette correspondance dont tu as fait part à la société?
Qu'on se rappelle que tu voulais lui faire adopter une opinion
contre-révolutionnaire, une opinion qui tendait à exclure du sein de la
société les fonctionnaires publics et les membres des sociétés
affiliées. Il était évident que les sociétés étant isolées, elles
devenaient impuissantes, et que celle-ci était paralysée. Il n'y avait
plus alors de barrière contre le fédéralisme. Il résultait aussi de
cette opinion que les fonctionnaires publics perdaient le droit le plus
cher aux citoyens, celui de contribuer de leurs lumières au salut de la
patrie, et qu'un patriote délicat n'aurait jamais voulu recevoir une
fonction publique, pour ne pas perdre le droit de citoyen: voilà tes
principes. Autant tu fus indulgent envers les ennemis de la liberté,
autant tu fus actif à calomnier ses amis.

La journée du 31 mai a sans contredit sauvé la patrie, c'est pour cela
que Danton voulut se venger d'Henriot, qui avait écarté les dangers qui
environnaient la Convention; c'est pour cela que Danton, Hérault,
Lacroix voulurent le faire arrêter, afin de faire tourner
l'insurrection contre le peuple: toi, tu as fait la même chose. A la
réunion du 10 août, époque critique à laquelle nous étions environnés
d'ennemis, il était question de rallier tous les départements autour de
la Convention. Le commandant de Paris donnait alors des repas
fraternels à nos frères qui étaient venus de toutes les parties de la
république, pour resserrer les liens d'amitié qui unissent les bons
Français; dans la maison qui avait été donnée à Henriot pour faire ces
repas, il se trouva quelques bouteilles de vin appartenant à des
émigrés, et les fédérés en burent. Dufourny voulut flétrir cette époque
de la révolution et faire de cette action un chef d'accusation contre
le commandant, afin de faire dire aux aristocrates qu'Henriot était un
voleur.

Au 31 mai, Dufourny s'était introduit dans le comité d'insurrection:
quand il vit que son mouvement populaire réussissait, il se retira du
comité et chercha les moyens de le rendre impuissant. Dufourny a été le
colporteur et l'avocat des calomnies de nos ennemis; on l'a vu assiéger
le tribunal révolutionnaire et demander à être entendu, afin de donner
à la conjuration une tournure favorable.

Je demande que la société prenne une mesure à l'égard de cet individu.

(Un membre fait la motion de chasser Dufourny et. de le traduire au
comité de sûreté générale. Cette proposition est adoptée.)



      *      *      *      *      *      *      *      *      *



Maximilien Robespierre (1758-1794), Discours sur les deux tentatives
d'assassinat dont il avait été l'objet de la part de L'Admiral et de
Cécile Renault, prononcé à la Convention nationale le 7 prairial an II
de la république française (26 mai 1794)



Ce sera un beau sujet d'entretien pour la postérité, c'est déjà un
spectacle digne de la terre et du ciel, de voir l'assemblée des
représentants du peuple français, placée sur un volcan inépuisable de
conjurations, d'une main apporter aux pieds de l'éternel auteur des
choses les hommages d'un grand peuple, de l'autre, lancer la foudre sur
les tyrans conjurés contre lui, fonder la première république du monde,
et rappeler parmi les mortels la liberté, la justice et les vertus
exilées!

Ils périront, tous les tyrans armés contre le peuple français! elles
périront, toutes les factions qui s'appuient sur leur puissance pour
détruire notre liberté! Vous ne ferez pas la paix, mais vous la
donnerez au monde, et vous l'ôterez au crime. Cette perspective
prochaine s'offrait aux regards des tyrans épouvantés, et ils ont
délibéré avec leurs complices que le temps était arrivé de nous
assassiner, nous, c'est-à-dire la Convention nationale: car, s'ils nous
attaquent, tantôt en masse, et tantôt en détail, vous reconnaîtrez
toujours le même plan et les mêmes ennemis. Sans doute ils ne sont pas
assez insensés pour croire que la mort de quelques représentants
pourrait assurer leur triomphe; s'ils ont cru, en effet, que pour
anéantir votre énergie ou pour changer vos principes, il suffit
d'assassiner ceux à qui vous avez spécialement confié le soin de
veiller pour le salut de la république; s'ils ont cru qu'en nous
faisant descendre au tombeau le génie des Brissot, des Hébert et des
Danton en sortirait triomphant pour nous livrer une seconde fois à la
discorde, à l'empire des factions et à la merci des traîtres: ils se
sont trompés! Quand nous serons tombés sous leurs coups, vous voudrez
achever notre sublime entreprise, ou partager notre sort; ou plutôt il
n'y a pas un Français qui ne voulût alors venir sur nos corps sanglants
jurer d'exterminer le dernier des ennemis du peuple!

Cependant, leur délire impie atteste à la fois leurs espérances et leur
désespoir.

Ils espéraient jadis réussir à affamer le peuple français; le peuple
français vit encore, et il survivra à tous ses ennemis, sa subsistance
a été assurée, et la nature, fidèle à la liberté, lui présente déjà
l'abondance. Quelle ressource leur reste-t-il donc? l'assassinat!

Ils espéraient exterminer la représentation nationale par la révolte
soudoyée, et ils comptaient tellement sur le succès de cet attentat,
qu'ils ne rougirent point de l'annoncer d'avance à la face de l'Europe,
et de l'avouer dans le parlement d'Angleterre; ce projet a échoué. Que
leur reste-t-il? l'assassinat!

Ils ont cru nous accabler sous les efforts de leur ligue sacrilège, et
surtout par la trahison: les traîtres tremblent ou périssent, leur
artillerie tombe en notre pouvoir, leurs satellites fuient devant nous;
mais il leur reste l'assassinat!

Ils ont cherché à dissoudre la Convention nationale par l'avilissement
et par la corruption; la Convention a puni leurs complices, et s'est
relevée triomphante sur la ruine des factions, et sous l'égide du
peuple français: mais il leur reste l'assassinat!


Ils ont essayé de dépraver la morale publique, et d'éteindre les
sentiments généreux dont se compose l'amour de la liberté et de la
patrie, en bannissant de la république le bon sens, la vertu et
l'humanité. Nous avons proclamé la divinité de l'immortalité de l'âme:
nous avons commandé la vertu au nom de la république. Il leur reste
l'assassinat!

Enfin, calomnies, trahisons, incendies, empoisonnements, athéisme,
corruption, famine, assassinats: ils ont prodigué tous les crimes! Il
leur reste encore l'assassinat, ensuite l'assassinat, et puis encore
l'assassinat!

Réjouissons-nous donc, et rendons grâces au ciel, puisque nous avons
assez bien servi notre patrie, pour avoir été jugés dignes des
poignards de la tyrannie!

Il est donc pour nous de glorieux dangers à courir! Le séjour de la
cité en offre au moins autant que le champ de bataille. Nous n'avons
rien à enviera nos braves frères d'armes: nous payons de plus d'une
manière notre dette à la patrie.

O rois et valets des rois, ce n'est point nous qui nous plaindrons du
genre de guerre que vous nous faites, et nous reconnaissons d'ailleurs
qu'il est digne de votre prudence auguste! Il est plus facile, en
effet, de nous ôter la vie que de triompher de nos principes et de nos
armées: l'Angleterre, l'Italie, l'Allemagne, la France elle-même nous
fourniront des soldats pour exécuter ces nobles exploits. Quand les
puissances de la terre se lignent pour tuer un faible individu, sans
doute il ne doit point s'obstiner à vivre; aussi n'avons-nous pas fait
entrer dans nos calculs l'avantage de vivre longuement. Ce n'est point
pour vivre que l'on déclare la guerre à tous les tyrans, et, ce qui est
beaucoup plus dangereux encore, à tous les crimes. Quel homme sur la
terre a jamais défendu impunément les droits de l'humanité? Il y a
quelques mois, je disais à mes collègues du comité de salut public: "Si
les armées de la république sont victorieuses, si nous démasquons les
traîtres, si nous étouffons les factions, ils nous assassineront, et je
n'ai point du tout été étonné de voir réaliser m» prophétie; je trouve
même pour mon compte que la situation où les ennemis de la république
m'ont placé n'est pas sans avantage, car plus la vie des défendeurs de
la patrie est incertaine et précaire, plus ils sont indépendants de la
méchanceté des hommes. Entouré de leurs assassins, je me suis déjà
placé moi-même dans le nouvel ordre de choses où ils veulent m'envoyer;
je ne tiens plus à une vie passagère que par l'amour de la patrie et la
soif de la justice; et, dégagé plus que jamais de toute considération
personnelle, je me sens mieux disposé à attaquer avec énergie tous les
scélérats qui conspirent contre mon pays et contre le genre humain!
Plus ils se dépêchent de terminer ma vie ici-bas, plus je veux me hâter
de le remplir d'actions utiles au bonheur de mes semblables. Je leur
laisserai du moins un testament, dont la lecture fera frémir les tyrans
et tous leurs complices; je révélerai peut-être des secrets redoutables
qu'une sorte de prudence pusillanime aurait pu me déterminer à voiler;
je dirai à quoi tiennent encore le salut de la patrie et le triomphe de
la liberté; si les mains perfides qui dirigent la rage des assassins ne
sont pas encore visibles pour tous les yeux, je laisserai au temps le
soin de lever le voile qui les couvre, et je me bornerai à rappeler les
vérités qui peuvent seules sauver cette république!

Oui, quoi que puisse penser l'imprévoyante légèreté, quoi que puisse
dire la perfidie contre-révolutionnaire, |es destinées de la république
ne sont pas encore entièrement affermies, et la vigilance des
représentants du peuple français est plus que jamais nécessaire!

Ce qui constitue la république, ce n'est ni la pompe des
démonstrations, ni la victoire, ni la richesse, ni l'enthousiasme
passager; c'est là sagesse des lois, et surtout la bonté des moeurs;
c'est la pureté et la stabilité des maximes du gouvernement. Les lois
sont à faire, les maximes du gouvernement à assurer, les moeurs à
régénérer. Si l'une de ces choses manque, il n'y a dans un état
qu'erreurs, orgueil, passions, factions, ambition, cupidité: la
république alors, loin de réprimer les vices, ne fait que leur donner
un plus libre essor, et les vices ramènent naturellement à la tyrannie.
Quiconque n'est pas maître de soi est fait pour être l'esclave des
autres; voulez-vous savoir quels sont les ambitieux? examinez quels
sont ceux qui protègent les fripons, qui encouragent les
contre-révolutionnaires, qui excusent tous les attentats, qui méprisent
la vertu, qui corrompent la morale publique: c'était la marche des
conspirateurs qui sont tombés sous le glaive de la loi. Faire la guerre
au crime, c'est le chemin du tombeau et de l'immortalité; favoriser le
crime, c'est le chemin du trône et de l'échafaud!

Les êtres pervers étaient parvenus à jeter la république et la raison
humaine dans le chaos; il s'agit de les en retirer, et de créer
l'harmonie du monde moral et politique. Le peuple français a deux
garants de la possibilité d'exécuter cette héroïque entreprise: les
principes de sa représentation actuelle et ses propres vertus. Le
moment où nous sommes est favorable, mais il est peut-être unique. Dans
l'état d'équilibre où sont les choses, il est facile de consolider la
liberté; il est facile de la perdre. Si la France était gouvernée
pendant quelques mois par une législature corrompue, la liberté serait
perdue: la victoire resterait aux factions et à l'immoralité. Votre
concert et votre énergie ont étonné l'Europe et l'ont vaincue. Si vous
savez cela aussi bien que vos ennemis, vous en triompherez facilement?

J'ai parlé de la vertu du peuple, et cette vertu, attestée par toute la
révolution, ne suffirait pas seule pour nous rassurer contre les
factions, qui tendent sans cesse à corrompre et à déchirer la
république. Pourquoi cela? C'est qu'il y a deux peuples en France: l'un
est la masse des citoyens, pure, simple, altérée de la justice et amie
de la liberté; c'est ce peuple vertueux qui verse son sang pour fonder
la république, qui impose aux ennemis du dedans et ébranle les trônes
des tyrans;--l'autre est ce ramas d'ambitieux et d'intrigants; c'est ce
peuple babillard et charlatan, artificieux, qui se montre partout, qui
persécute le patriotisme, qui s'empare des tribunes et souvent des
fonctions publiques, qui abuse de l'instruction que les avantages de
l'ancien régime lui ont donnée, pour tromper l'opinion publique; c'est
ce peuple de fripons, d'étrangers, de contre-révolutionnaires,
d'hypocrites, qui se place entre le peuple français et ses
représentants, pour tromper l'un et pour calomnier les autres, pour
entraver leurs opérations, pour tourner contre le bien public les lois
les plus utiles et les vérités les plus salutaires. Tant que cette race
impure existera, la république sera malheureuse et précaire. C'est à
vous de l'en délivrer par une énergie imposante et par un concert
inaltérable. Ceux qui cherchent à nous diviser, ceux qui arrêtent la
marche du gouvernement, ceux qui le calomnient tous les jours près de
vous par des insinuations perfides, ceux qui cherchent à former contre
lui une coalition dangereuse de toutes les passions funestes, de tous
les amours-propres irascibles, de tous les intérêts opposés à l'intérêt
public, sont vos ennemis et ceux de la patrie, ce sont les agents de
l'étranger, ce sont les successeurs des Brissot, des Hébert, des
Danton: qu'ils règnent un seul jour, et la patrie est perdue! En disant
ces choses, j'aiguise contre moi des poignards, et c'est pour cela même
que je les dis. Vous persévérerez dans vos principes et dans votre
marche triomphante; vous étoufferez les crimes et vous sauverez la
patrie... J'ai assez vécu..., j'ai vu le peuple français s'élancer du
sein de l'avilissement de la servitude au faîte de la gloire et de la
liberté; j'ai vu ses fers brisés, et les trônes coupables qui pèsent
sur la terre près d'être renversés sous ses mains triomphantes; j'ai vu
un prodige plus étonnant encore, un prodige que |a corruption
monarchique et l'expérience des premiers temps de notre révolution
permettent à peine de regarder comme possible, une assemblée investie
de la puissance de la nation française, marchant d'un pas rapide et
ferme vers le bonheur public, dévouée à la cause du peuple et au
triomphe de l'égalité, digue de donner au monde le signal de la liberté
et l'exemple de toutes les vertus!

Achevez, citoyens, achevez vos sublimes destinées! vous nous avez
placés à l'avant-garde pour soutenir le premier effort des ennemis de
l'humanité; nous méritons cet honneur, et nous vous tracerons de notre
sang la route de l'immortalité. Puissiez-vous déployer constamment
cette énergie inaltérable dont vous avez besoin pour étouffer tous les
monstres de l'univers conjurés contre vous, et jouir ensuite en paix
des bénédictions du peuple et du fruit de vos vertus!

(Décret voté par acclamation. "La Convention nationale décrète que le
discours du citoyen Robespierre sera inséré dans le Bulletin; il sera
imprimé aussi sous la forme ordinaire et traduit dans toutes les
langues. Il en sera donné six exemplaires à chaque membre de la
Convention.")



      *      *      *      *      *      *      *      *      *



Maximilien Robespierre (1758-1794), Premier discours de Robespierre,
président de la convention nationale, au peuple réuni pour la fête à
l'Etre-Suprême, le 20 prairial an II de la république française (8 juin
1794)



Français républicains, il est enfin arrivé ce jour à jamais fortuné que
le peuple français consacre à l'Etre-Suprême! Jamais le monde qu'il a
créé ne lui offrit un spectacle aussi digne de ses regards. Il a vu
régner sur la terre la tyrannie, le crime et l'imposture: il voit dans
ce moment une nation entière aux prises avec tous les oppresseurs du
genre humain, suspendre le cours de ses travaux héroïques pour élever
sa pensée et ses voeux vers le grand Etre qui lui donna la mission de
les entreprendre et la force de les exécuter!

N'est-ce pas lui dont la main immortelle, en gravant dans le coeur de
l'homme le code de la justice et de l'égalité, y traça la sentence de
mort des tyrans? N'est-ce pas lui qui, dès le commencement des temps,
décréta la république, et mit à l'ordre du jour, pour tous les siècles
et pour tous les peuples, la liberté, la bonne foi et la justice?

Il n'a point créé les rois pour dévorer l'espèce humaine; il n'a point
créé les prêtres pour nous atteler comme de vils animaux au char des
rois, et pour donner au monde l'exemple de la bassesse, de l'orgueil,
de la perfidie, de l'avarice, de la débauche et du mensonge; mais il a
créé l'univers pour publier sa puissance; il a créé les hommes pour
s'aider, pour s'aimer mutuellement, et pour arriver au bonheur par la
route de la vertu.

C'est lui qui plaça dans le sein de l'oppresseur triomphant le remords
et l'épouvante, et dans le coeur de l'innocent opprimé le calme et la
fierté; c'est lui qui force l'homme juste à haïr le méchant, et le
méchant à respecter l'homme juste, c'est lui qui orna de pudeur le
front de la beauté pour l'embellir encore; c'est lui qui fait palpiter
les entrailles maternelles de tendresse et de joie; c'est lai qui
baigne de larmes délicieuses les yeux du fils pressé contre le sein de
sa mère; c'est lui qui fait taire les passions les plus impérieuses et
les plus tendres devant l'amour sublime de la patrie; c'est lui qui a
couvert la nature de charmes, de richesses et de majesté. Tout ce qui
est bon est son ouvrage, ou c'est lui-même: le mal appartient à l'homme
dépravé qui opprime ou qui laisse opprimer ses semblables.

L'auteur de la nature avait lié tous les mortels par une chaîne immense
d'amour et de félicité: périssent les tyrans qui ont osé la briser!

Français républicains, c'est à vous de purifier la terre qu'ils ont
souillée, et d'y rappeler la justice qu'ils en ont bannie! La liberté
et la vertu sont sorties ensemble du sein de la Divinité: l'une ne peut
séjourner sans l'autre parmi les hommes. Peuple généreux, veux-tu
triompher de tous tes ennemis? Pratique la justice, et rends à la
Divinité le seul culte digne d'elle. Peuple, livrons-nous aujourd'hui
sous ses auspices aux transports d'une pure allégresse! Demain, nous
combattrons encore les vices et les tyrans; nous donnerons au monde
l'exemple des vertus républicaines, et ce sera l'honorer encore!



      *      *      *      *      *      *      *      *      *



Maximilien Robespierre (1758-1794), Second discours du président de la
convention, au moment où l'Athéisme, consumé par les flammes, a
disparu, et que la Sagesse apparaît à sa place aux regards du peuple,
le 20 prairial an II de la république française (8 juin 1794)



Il est rentré dans le néant, ce monstre que le génie des rois avait
vomi sur la France! Qu'avec lui disparaissent tous les crimes et tous
les malheurs du monde! Armés tour à tour des poignards du fanatisme et
des poisons de l'athéisme, les rois conspirent toujours pour assassiner
l'humanité: s'ils ne peuvent plus défigurer la Divinité par la
superstition, pour l'associer à leurs forfaits, ifs s'efforcent de la
bannir de la terre pour y régner seuls avec le crime.

Peuple, ne crains plus leurs complots sacrilèges; ils ne peuvent pas
plus arracher le monde du sein de son auteur que le remords de leurs
propres c½urs! Infortunés, redressez vos fronts abattus; vous pouvez
encore impunément lever tes yeux vers le Ciel! Héros de la patrie,
votre généreux dévoûment n'est point une brillante folie; si les
satellites de la tyrannie peuvent vous assassiner, il n'est pas en leur
pouvoir de vous anéantir tout entiers! Homme, qui que tu sois, tu peux
concevoir encore de hautes pensées de toi-même; tu peux lier fa vie
passagère à Dieu même et à l'immortalité! Que la nature reprenne donc
tout son éclat, et la sagesse tout son empire! L'Etre-Suprême n'est
point anéanti.

C'est surtout la sagesse que nos coupables ennemis voulaient chasser de
la république: c'est à la sagesse seule qu'il appartient d'affermir la
prospérité des empires; c'est à elle de nous garantir les fruits de
notre courage. Associons-la donc à toutes nos entreprises! Soyons
graves et discrets dans nos délibérations, comme des hommes qui
stipulent les intérêts du monde; soyons ardents et opiniâtres dans
notre colère contre les tyrans conjurés, imperturbables dans les
dangers, patients dans les travaux, terribles dans les revers, modestes
et vigilants dans les succès; soyons généreux envers les bons,
compatissants envers les malheureux, inexorables envers les méchants,
justes envers tout le monde; ne comptons point sur une prospérité sans
mélange et sur des triomphes sans obstacles, ni sur tout ce qui dépend
de la fortune ou de la perversité d'autrui; ne nous reposons que sur
notre constance et sur notre vertu, seuls, mais infaillibles garants de
notre indépendance; écrasons la ligue impie des rois par la grandeur de
notre caractère, plus encore que par la force de nos armes.

Français, vous combattez les rois; vous êtes donc dignes d'honorer la
Divinité! Etre des êtres, auteur de la nature, l'esclave abruti, le vil
suppôt du despotisme, l'aristocrate perfide et cruel t'outragent en
t'invoquant; mais les défenseurs de la liberté peuvent s'abandonner
avec confiance dans ton sein paternel!

Etre des êtres, nous n'avons point à t'adresser d'injustes prières: tu
connais les créatures sorties de tes mains; leurs besoins n'échappent
pas plus à tes regards que leurs plus secrètes pensées. La haine de la
mauvaise foi et de là tyrannie brûle dans nos c½urs avec l'amour de la
justice et de la patrie; notre sang coule pour la cause de l'humanité:
voilà notre prière, voilà nos sacrifices, voilà le culte que nous
t'offrons!



      *      *      *      *      *      *      *      *      *



Maximilien Robespierre (1758-1794), Discours pour combattre
l'ajournement demandé au sujet de la loi du 22 Prairial proposée par
Couthon au nom du comité de salut public, prononcé à la Convention
nationale dans la séance du 22 prairial an II de la république
française (10 juin 1794).



Il n'est pas de circonstance si délicate, il n'est pas de situation si
embarrassante où l'on veuille mettre les défenseurs de la liberté, qui
puissent les condamner à dissimuler la vérité. Je dirai donc que
quoique la liberté de demander un ajournement soit incontestable,
quoiqu'on le couvre de motifs spécieux peut-être, cependant il n'en
compromettrait pas moins évidemment le salut de la patrie.

Deux opinions fortement prononcées se manifestent dans la république,
citoyens; l'une est celle qui tend à punir d'une manière sévère et
inévitable les crimes commis contre la liberté; c'est l'opinion de ceux
qui sont effrayés de l'obstination coupable avec laquelle on cherche à
ranimer les anciens complots, et à en inventer de nouveaux en raison
des efforts que font les représentants du peuple pour les étouffer.

L'autre, est cette opinion lâche et criminelle de l'aristocratie, qui,
depuis le commencement de la révolution, n'a cessé de demander, soit
directement, soit indirectement, une amnistie pour les conspirateurs et
les ennemis de la patrie.

Depuis deux mois, vous avez demandé au comité de salut public une loi
plus étendue que celle qu'il vous présente aujourd'hui. Depuis deux
mois, la Convention nationale est sous le glaive des assassins, et le
moment où la liberté paraît obtenir un triomphe éclatant est celui où
les ennemis de la patrie conspirent avec plus d'audace. Depuis plus de
deux mois, le tribunal révolutionnaire vous dénonce les entraves qui
arrêtent la marche de la justice nationale. La république entière vous
dénonce de nouvelles conspirations et cette multitude innombrable
d'agents étrangers qui abondent sur la surface: c'est dans cette
circonstance que le comité de salut public vous présente le projet de
loi dont vous venez d'entendre la lecture. Qu'on l'examine cette loi,
et au premier aspect on verra qu'elle ne renferme aucune disposition
qui ne soit adoptée d'avance par tous les amis de la liberté; qu'il n'y
en a pas un article qui ne soit fondé sur la justice et sur la raison;
qu'il n'est aucune de ses parties qui ne soit rédigée pour le salut des
patriotes et pour la terreur de l'aristocratie conjurée contre la
liberté.

De plus, il n'est personne qui ne sache qu'à chaque séance le tribunal
révolutionnaire passe quelques heures sans pouvoir remplir ses
fonctions, parce que le nombre des jurés n'est pas complet. Nous venons
vous proposer de compléter ce nombre: nous venons vous proposer de
réformer deux ou trois abus reconnus dans l'institution de ce tribunal,
et dénoncés de toutes parts; et on nous arrête par un ajournement! Je
soutiens qu'il n'est personne ici qui ne soit en état de prononcer sur
cette loi aussi facilement que sur tant d'autres de la plus grande
importance, qui ont été adoptées avec enthousiasme par la Convention
nationale. Pourquoi fais-je ces réflexions?

Est-ce pour empêcher l'ajournement? Non. J'ai uniquement voulu rendre
hommage à la vérité, avertir la Convention des dangers qu'elle court.
Car, soyez-en sûrs, citoyens, partout où il s'établit une ligne de
démarcation, partout où il se prononce une division, là, il y a quelque
chose qui tient au salut de la patrie. Il n'est pas naturel qu'il y ait
une séparation entre des hommes également épris de l'amour du bien
public. Il n'est pas naturel qu'il s'élève une sorte de coalition
contre le gouvernement qui se dévoue pour le salut de la patrie.
Citoyens, on veut vous diviser. Citoyens, on veut vous épouvanter. Eh
bien! qu'on se rappelle que c'est nous qui avons défendu une partie de
cette assemblée contre les poignards que la scélératesse et un faux
zèle voulaient aiguiser contre vous. Nous nous exposons aux assassins
particuliers, pour poursuivre les assassins publics. Nous voulons bien
mourir, mais que la Convention et la patrie soient sauvées. Nous
braverons les insinuions perfides par lesquelles on voudrait taxer de
sévérité outrée les mesures que prescrit l'intérêt public. Cette
sévérité n'est redoutable que pour les conspirateurs, que pour les
ennemis de la liberté et de l'humanité.

(Bourdon de l'Oise. Il y a dans la discussion qui vient de s'élever un
point autour duquel tous les esprits se rallieront. Dans son discours,
Robespierre nous a dit qu'il manquait de jurés. Eh bien! comme aucun de
nous ne veut ralentir la marche de la justice nationale, ni exposer la
liberté publique, divisons la proposition, adoptons lé liste que nous
présente le comité pour compléter le nombre des juges et des jurés, et
ajournons le reste.)

Robespierre. Je demande que le projet soit discuté article par article
et séance tenante. Je motive ma demande par un seul mot: d'abord cette
loi n'est ni plus obscure ni plus compliquée que celles que le comité
vous a déjà soumises pour le salut de la patrie. J'observe d'ailleurs
que depuis longtemps la Convention nationale discute et décrète
sur-le-champ, parce que depuis longtemps il y a dans sa très grande
majorité un assentiment prononcé pour le bien public. Je dirai donc que
des demandes d'attermoiement de la fortune de la république sont
affectées dans ce moment; que quand on est bien pénétré des dangers de
la patrie et de ceux que courent ses défenseurs, dans quelque lieu
qu'ils se trouvent, quelque poste qu'ils occupent, on est plus enclin à
porter des coups rapides contre ses ennemis qu'à provoquer des lenteurs
qui ne sont que des délais pour l'aristocratie, qui Ies emploie à
corrompre l'opinion et à former de nouvelles conspirations.

On se trompe, si l'on croit que la bonne foi des patriotes a trop de
force contre les efforts des tyrans de l'Europe. et de leurs vils
agents, dont la rage se manifeste par les calomnies et les crimes
qu'ils ne cessent de vomir sur cette enceinte, qui ne vous laisseront
aucun repos, et qui ne vous épargneront ni artifices ni conspirations
impies que quand ils n'existeront plus. Quiconque est embrasé de
l'amour de la patrie accueillera avec transport les moyens d'atteindre
et de frapper ses ennemis.

Je demande que, sans s'arrêter à la proposition de l'ajournement, la
Convention discute, jusqu'à neuf heures du soir, s'il le faut, le
projet de loi qui lui est soumis.

(La proposition de Robespierre est décrétée.)



      *      *      *      *      *      *      *      *      *



Maximilien Robespierre (1758-1794), Discours en réponse à diverses
motions qui avaient pour objet d'atténuer la loi du 22 Prairial,
prononcé à la Convention nationale dans la séance du 25 prairial an II
de la république française (11 juin 1794).



Le discours que vous venez d'entendre prouve la nécessité de donner à
ce qu'a dit Couthon des explications plus étendues et plus claires. Si
nous avons acquis le droit de ne pas nous dévouer inutilement pour la
patrie, le moment est arrivé de l'exercer.

Ce n'est pas par des rétractations éternelles et peut-être concertées;
ce n'est pas par des discours qui, sous les apparences de l'accord et
du patriotisme concourent toujours au système, si souvent interrompu et
si souvent repris, de diviser la représentation nationale, que l'on
peut justifier ces démarches. Ce qu'a dit Couthon est resté dans toute
sa force, et il est bien démontré qu'il n'y avait pas lieu aux plaintes
qui ont été faites.

Citoyens, était-ce bien le moment de demander ce qu'on entendait par
dépraver les moeurs publiques, quand les plaies faites à la morale
publique par les Chabot, les Hébert, les Danton, les Lacroix saignent
encore? Et qui donc a sitôt oublié leurs crimes? Qui ne voit pas que
leur système est resté organisé? Qui ne sait pas que la Convention a
besoin de toute sa sagesse, de toute son énergie pour extirper les trop
profondes racines que la corruption a jetées, pour réparer les maux
qu'elle a causés, et pour discerner et frapper ceux qui les répandent,
qui trop longtemps ont été impunis.

Quant à l'autre proposition, celle qui fut faite hier; sans doute en
l'isolant, elle ne peut paraître qu'absurde; mais il faut la rapprocher
de tout ce qui se dit et de tout ce qui se fait chaque jour; son but
était de faire croire que le projet présenté par le comité attentait
aux droits de la représentation nationale, ce qui est évidemment faux.

Le préopinant a cherché dans la discussion à séparer le comité de la
Montagne. La Convention, la Montagne, le comité, c'est la même chose.
Tout représentant du peuple qui aime sincèrement la liberté, tout
représentant du peuple qui est déterminé à mourir pour la patrie, est
de la Montagne.

Citoyens, lorsque les chefs d'une faction sacrilège, lorsque les
Brissot, les Vergniaud, les Gensonné, les Guadet, et les autres
scélérats dont le peuple français ne prononcera jamais le nom qu'avec
horreur, s'étaient mis à la tète d'une portion de cette auguste
assemblée; quand ils parvinrent, à force d'intrigues, à la tromper sur
les hommes, et, par une conséquence naturelle, sur les choses, c'était
sans doute le moment où la partie de la Convention qui était éclairée
sur ces manoeuvres liberticides devait faire des efforts pour les
combattre et les déjouer. Alors le nom de la Montagne, qui leur servait
comme d'asile au milieu de cette tempête, devint sacré, parce qu'il
désignait la portion des représentants du peuple qui luttaient contre
l'erreur. Mais du moment que les intrigues furent dévoilées, du moment
que les scélérats qui les tramaient sont tombés sous le glaive de la
loi; du moment que la probité, la justice, les moeurs sont mises à
l'ordre du jour; du moment que chaque membre de cette assemblée veut se
dévouer pour la patrie, il ne peut y avoir que deux partis dans la
Convention, les bons et les méchants, les patriotes et les
contre-révolutionnaires hypocrites.

Il me convient d'autant plus de proclamer cette vérité, que personne ne
me soupçonnera ici de partialité; car qui fut le premier objet de
l'erreur dont je parle? et qui eût été la première victime des
calomnies et des proscriptions, sans une chance heureuse de la
révolution? J'ose dire que c'était moi. Non, je me trompe, ce n'était
pas moi; c'était le fantôme imposteur que l'on présentait, à ma place,
à une partie de nos collègues égarés, à la France, à l'univers.

Si j'ai le droit de tenir ce langage à la Convention en général, je
crois avoir aussi celui de l'adresser à cette Montagne célèbre, à qui
je ne suis pas sans doute étranger. Je crois que cet hommage, parti de
mon coeur, vaut celui qui sort de la bouche d'un autre.

Oui, Montagnards, vous serez toujours le boulevard de la liberté
publique; mais vous n'avez rien de commun avec les intrigants et les
pervers, quels qu'ils soient. S'ils s'efforcent de vous tromper, s'ils
prétendent s'identifier avec vous, ils n'en sont pas moins étrangers à
vos principes. La Montagne n'est autre chose que les hauteurs du
patriotisme; un Montagnard n'est autre chose qu'un patriote pur,
raisonnable et sublime: ce serait outrager la patrie, ce serait
assassiner le peuple, que de souffrir que quelques intrigants, plus
méprisables que les autres, parce qu'ils sont plus hypocrites,
s'efforçassent d'entraîner une portion de cette Montagne et de s'y
faire les chefs d'un parti.

(Bourdon de l'Oise. Jamais il n'est entré dans mon intention de vouloir
me faire chef d'un parti.)

Robespierre. Ce serait l'excès de l'opprobre que quelques-uns de nos
collègues, égarés par la calomnie sur nos intentions et sur le but de
nos travaux...

(Bourdon de l'Oise. Je demande qu'on prouve ce qu'on avance; on vient
de dire assez clairement que j'étais un scélérat....)

Robespierre. Je demande, au nom de la patrie, que la parole me soit
conservée. Je n'ai pas nommé Bourdon: malheur à qui se nomme lui-même!

(Bourdon de l'Oise. Je défie Robespierre de prouver...)

Robespierre. Mais s'il veut se reconnaître au portrait général que le
devoir m'a forcé de tracer, il n'est pas en mon pouvoir de l'en
empêcher. Oui, la Montagne est pure, elle est sublime, et les
intrigants ne sont pas de la. Montagne.

(Une voix: Nommez-les.)

Robespierre. Je les nommerai quand il le faudra. A chaque instant du
jour, à chaque instant de la nuit même, il est des intrigants qui
s'appliquent à insinuer dans l'esprit des hommes de bonne foi qui
siègent sur la Montagne les idées les plus fausses, les calomnies les
plus atroces; il est des membres purs et respectables auprès desquels
des intrigants épuisent à chaque instant les mêmes artifices par
lesquels les Brissot, les Chabot, les Danton et tous les autres chefs
adroits de la faction de l'étranger voulaient enlacer la Convention
nationale tout entière.

Par exemple, lorsqu'il arrive des départements des représentants du
peuple qui étaient en mission, et dont le rappel a été déterminé par
des vues générales d'ordre public, qui n'avaient rien d'injurieux pour
eux, on s'en empare, on verse à longs traits dans leur coeur le poison
de la calomnie, on excite leur amour-propre; et s'il s'en trouve de
faibles, d'accessibles à quelqu'un des moyens qui sont mis en usage, on
les transforme en ennemis du gouvernement créé par la Convention
nationale. S'il en était quelques-uns qui se ressouvinssent encore des
anciennes mesures prises contre la liberté, qui tinssent à quelque
parti abattu, ce serait ceux-là qu'on chercherait surtout à accaparer.
Le parti une fois formé, vous verriez s'y réunir infailliblement tous
les intrigants de la république, tout ce qu'il y a de fripons et
d'hommes perdus; car, il faut vous le dire encore, il suffirait qu'un
seul homme manifestât des principes opposés à ceux de la Convention,
pour que tous les ennemis de la liberté se ralliassent à lui.

Au reste, ces intrigants cherchent à dissimuler leurs projets; ils se
rétractent quand leurs tentatives n'ont pas réussi, et cherchent à
dissimuler leurs démarches par des protestations hypocrites d'estime et
de dévoûment pour la Convention nationale et pour le comité de salut
public; aussitôt après, ils suivent constamment leur plan, et n'en
cherchent pas moins à grossir la boule de neige qu'ils forment, et qui,
si elle descendait du sommet de la Montagne, ne grossirait que plus
rapidement encore.

Il faut rapporter ici un trait qui prouve que tout ce que nous avons
dit n'est point chimérique et imaginaire: avant-hier, après que vous
eûtes porté la loi que l'on avait eu soin de rendre suspecte à quelques
membres, et contre laquelle voulaient conspirer ceux qui s'opposent à
tout ce qui affermit la liberté, il en est qui ne purent dissimuler
leur mécontentement: on voulait faire une esclandre, exciter un
mouvement pour briser les ressorts du gouvernement en lui ôtant la
confiance publique. Au sortir de cette enceinte, on rencontra des
patriotes, parmi lesquels étaient deux courriers du gouvernement; on
crut que l'occasion était favorable, on les insulta: Que faites-vous
là, coquins? leur dit-on.--Représentant, je ne vous insulte pas, je
suis patriote.--Tu es un coquin, un espion des comités de salut
publique et de sûreté générale; ils en ont vingt mille à leurs ordres
autour de nous.--Représentant, je ne puis employer la défense contre
vous, mais je suis patriote autant que vous.--On répondit par des
coups. Trois cents témoins en peuvent rendre témoignage.

Il est donc prouvé que l'on cherche encore à avilir la Convention
nationale; qu'on veut, à quelque prix que ce soit, la troubler. Si les
patriotes attaqués s'étaient défendus, vous sentez bien qu'on n'aurait
pas manqué d'envenimer cette affaire; on serait venu dire le lendemain
que des représentants du peuple avaient été insultés par des hommes
attachés au comité de salut public, et peut-être ces inculpations,
appuyées par des clameurs, n'auraient-elles pas laissé les moyens de se
faire entendre. Voilà ce qui s'est passé. Et vous n'en serez pas
étonnés, si vous ous rappelez ces étranges discours tenus par quelques
membres qui, au sortir de cette enceinte, annonçaient publiquement, à
l'exemple de Lacroix, la peur que leur inspirait la seule idée de la
justice nationale.

Qui donc a dit à ceux que je désigne que le comité de saint public
avait intention de les attaquer? Qui leur a dit qu'il existait des
preuves contre eux? Le comité les a-t-il seulement menacés?

A-t-il manqué d'égards dans aucune circonstance envers les membres de
la Convention nationale? Si vous connaissiez tout, citoyens, vous
sauriez que l'on aurait plutôt le droit de nous accuser de faiblesse.
Quand les moeurs seront plus pures, l'amour de la patrie plus ardent,
des accusateurs généreux s'élèveront contre nous, et nous reprocheront
de n'avoir pas montré assez de fermeté contre les ennemis de la patrie.

C'est à vous de soutenir notre courage et d'animer notre zèle par votre
énergie. Ceux qui cherchent à nous distraire de nos pénibles travaux
par des trames continuelles, dirigées contre le gouvernement même, font
une diversion utile aux tyrans ligués contre nous.

Quant au système de calomnie que l'on a dirigé contre tout ce qui est
patriote de bonne foi, il tombera bientôt; car c'est une propriété
inséparable du temps que de découvrir toujours la vérité; et si
quelques membres purs, dupes du patriotisme hypocrite des quelques gens
que je vous ai désignés, avaient pu se livrer aux idées sinistres qu'on
leur a suggérées, ils seront bientôt éclairés; et il en sera d'eux
comme des hommes purs qui avaient été égarés par les scélérats que la
justice nationale a frappés.

La patrie ne court qu'un seul danger, et c'est à vous de l'en garantir.
Seulement, ne souffrez pas que des intrigues ténébreuses troublent la
tranquillité publique et la vôtre, par quelque explosion subite. S'il
n'y a pas eu de mouvement en effet, ce n'est pas qu'on ne l'ait tenté;
mais le peuple, invariablement attaché à la cause de la liberté, a été
sourd aux instigations de ses ennemis; il a su les juger. Aussi leur
désespoir est-il porté à son comble Ils paraissent déterminés à tout
hasarder.

A l'égard de dangers qui ne regardent que nous, reposez-vous sur nous
du soin de les braver; mais veillez sur la patrie, et ne souffrez pas
qu'on porte atteinte à vos principes. Quand la confiance que vous avez
mise en nous sera altérée, évitez à la patrie des déchirements. Il
vaudrait mieux peut-être encore que les ennemis de la patrie, que les
amis de d'Orléans siégeassent momentanément au timon des affaires
publiques, que de voir la Convention avilie et divisée.

Si les vérités que je viens de proférer ont été entendues, nous
continuerons nos travaux avec courage. Observez toutefois que nous
avons besoin d'encouragements, qu'on a tout fait pour rendre notre
carrière pénible. C'est assez d'avoir à lutter contre les rois conjurés
et contre tous les monstres de la terre, sans trouver à nos côtés des
ennemis. Venez donc à notre secours; ne permettez pas que l'on nous
sépare de vous, puisque nous ne sommes qu'une partie de vous-mêmes, et
que nous ne sommes rien sans vous. Donnez-nous la force de porter le
fardeau immense, et presque au dessus des efforts humains, que vous
nous avez imposé. Soyons toujours justes et unis, en dépit de nos
ennemis communs.



      *      *      *      *      *      *      *      *      *



Maximilien Robespierre (1758-1794), Notes écrites de la main de
Robespierre sur différents députés à la convention (c. juin 1794)



Tous les chefs de la coalition sont déjà notés par des traits
d'immoralité et d'incivisme.

1° _Dubois de Crancé_. Il est dans le cas de la loi du 27 germinal, qui
bannit de Paris ceux qui ont fait valoir de faux titres pour usurper la
noblesse. La preuve doit en être dans |es archives du ci-devant
Parlement; elle est écrite dans Denisard.

Cette circonstance n'a pas empêché qu'il ne restât en misssion dans
l'armée de Cherbourg, où il| s'est fait envoyer par une intrigue, et
s'est conduit en contre-révolutionnaire. Il a dit dernièrement, pour
révolter toute la Bretagne, qu'il y aurait des chouans tant qu'il
existerait un Breton. Cette menace a causé beaucoup de fermentation à
Rennes. Elle a été dénoncée par |es officiers municipaux de cette
ville, et par Sévestre et Duval, députés à la Convention nationale.
Dubois, qui n'avait été envoyé là que pour l'embrigadement, après avoir
fait adopter ce mode d'organisation, lié à une profonde machination,
par le comité militaire, n'en a pas moins usurpé toute la plénitude des
pouvoirs nationaux. Il a fait, entre autres, des arrêtés pour exclure,
des sociétés populaires tous les fonctionnaires publics; il les a
envoyés à Dufourny, son ami, l'ami de Danton et de l'étranger, duquel
Dufourny il ignorait la détention, pour l'engager à communiquer ces
arrêtés aux Jacobins, et les faire approuver dans un moment opportun.
I| n'y a plus de doute aujourd'hui sur la trahison de Lyon, que _Dubois
de Crancé_ ne voulait pas prendre, et d'où il a laissé échapper Précy
et ses complices. _Dubois_ ne figura jamais dans les deux assemblées
que comme partisan de d'Orléans, avec qui il était étroitement lié.

2° _Delmas_. C'est un ci-devant noble, intrigant taré. Il a joué un
rôle plus qu'équivoque à l'armée du Nord, au temps des trahisons. Il
était coalisé avec la Gironde et intimement lié avec Lacroix. Ce ne
peut être que par un revirement d'intrigue qu'il a paru se déclarer
pour la Montagne, ainsi que Lacroix dans l'affaire de Marat, dont il
avait été le persécuteur. Il annonçait qu'il avait des secrets
importants à révéler concernant la faction brissotine; il n'en fit
jamais rien. Il n'en laissa échapper tout au plus, ainsi que Lacroix,
que des demi-confidences dont le but était de donner le change sur les
crimes des conjurés. On l'a connu dans le premier comité de salut
public. Il s'est depuis intimement coalisé avec Danton, pour renverser
celui qui existe aujourd'hui. C'est lui qui, au temps de l'accusation
portée contre Danton et ses complices, ouvrit la scène scandaleuse
donnée par la coalition, en demandant avec appareil l'appel de tous les
membres des différents comités de la Convention, pour les opposer aux
comités de salut public et de sûreté générale. Depuis cette époque, il
se signala par quelques petites motions perfides dans le sens de la
faction. Comme membre du comité militaire, il communique souvent avec
Carnot.

3° _Thuriot_ ne fut jamais qu'un partisan de d'Orléans. Son silence,
depuis la chute de Danton et depuis son expulsion les Jacobins,
contraste avec son bavardage éternel avant cette époque. Il se borne à
intriguer sourdement et à s'agiter beaucoup à la Montagne, lorsque le
comité de salut public propose une mesure fatale aux factions. Il était
des dîners de Lacroix, de Danton, chez Guzman et dans d'autres lieux de
la même espèce. C'est lui qui, le premier, fit une tentative pour
arrêter le mouvement révolutionnaire, en prêchant l'indulgence sous le
nom de morale, lorsqu'on porta les premiers coups à l'aristocratie. Il
cabala d'une manière visible pour armer la Convention nationale contre
le comité de salut public, lorsque ce comité fit le rapport contre
Chabot, Danton et autres.

4° _Bourdon_ (de l'Oise) s'est couvert de crimes dans la Vendée, où il
s'est donné le plaisir, dans ses orgies avec le traître Tunk, de tuer
des volontaires de sa main. Il joint la perfidie à la fureur. Depuis
quelque temps il s'est introduit au comité de salut public sous
différents prétextes. Il lui a présenté un commis que Carnot a placé
dans ses bureaux, et qui en a été renvoyé sur la proposition réitérée
de Robespierre. Il a fait la motion de ne plus payer d'impôts directs,
celle de dessécher les étangs dans le moment où l'on manquait de
viande, pour nous enlever la ressource du poisson. Il a déclamé
dernièrement contre le décret sur le tribunal révolutionnaire. Il a été
le plus fougueux défenseur du système d'athéisme. Il n'a cessé de faire
du décret qui proclame l'existence de l'Etre-Suprême un moyen de
susciter dans la Montagne des ennemis au gouvernement, et il y a
réussi. Le jour de la fête à l'Etre-Suprême, en présence du peuple, il
s'est permis sur ce sujet les plus grossiers sarcasmes et les
déclamations tes plus indécentes. Il faisait remarquer avec méchanceté
aux membres de la convention les marques d'intérêt que le public
donnait au président, pour tirer contre lui des inductions atroces dans
le sens des ennemis de la république.

Il y a à peu près dix jours, il se transporta chez Boulanger, et trouva
chez ce dernier une jeune fille, qui est la nièce de ce citoyen. Il
s'informa des liaisons de son oncle, de ses moyens d'existence. La
fille lui répondit vaguement. Il prit deux pistolets sur la cheminée.
La fille lui observa qu'ils étaient chargés. "Eh bien! répondit-il, si
je me tue, on dira que c'est toi, et tu seras guillotinée." Il continua
de manier les pistolets, et les tira sur la jeune fille; ils ne
partirent pas, parce que l'amorce était ôtée.

Il y avait de Bourdon une lettre qui avait été déposée à la police,
écrite à un contre-révolutionnaire, où il lui dit que les détenus
seront bientôt mis en liberté, et qu'on mettra à leur place ceux qui
les auront fait incarcérer.

Cet homme se promène sans cesse avec l'air d'un assassin qui médite un
crime; il semble poursuivi par l'image de l'échafaud et par les Furies.

_ Léonard Boudon_. Intrigant méprisé de tous les temps, l'un des
principaux complices d'Hébert, ami inséparable de Clootz; il était
initié dans la conjuration tramée chez Gobel. Il avait composé une
pièce contre-révolutionnaire, dans le sens hébertiste, qui devait être
jouée à l'Opéra, et que le comité de salut public arrêta. Rien n'égale
la bassesse des intrigues qu'il met en oeuvre pour grossir le nombre de
ses pensionnaires, et ensuite pour s'emparer de l'éducation des élèves
de la patrie, institution qu'il dénature et qu'il déshonore. Il était
aux Jacobins l'un des orateurs les plus intarissables pour propager la
doctrine d'Hébert. A la Convention, il fut l'un des premiers qui
introduisirent l'usage de l'avilir par des formes indécentes, comme d'y
parler le chapeau sur la tête et d'y siéger avec un costume ridicule.
Il vint un jour avec Clootz solliciter la liberté des banquiers
hollandais Vandenyver. Je les ai vus et entendus tous deux plusieurs
fois, et Bourdon a eu le courage de me le nier impudemment aux Jacobins.



      *      *      *      *      *      *      *      *      *



Maximilien Robespierre (1758-1794), Discours sur la fausse marche
imprimée au gouvernement révolutionnaire prononcé au Club des Jacobins
le 13 messidor an II de la république française (1er juillet 1794)



(Ce fut dans cette séance que Robespierre signala pour la première fois
la fausse marche imprimée au gouvernement révolutionnaire. Il réclama
pour les patriotes opprimés, répondit aux calomnies auxquelles il était
lui-même en butte, et qui pèsent encore sur sa mémoire. Il termina par
des insinuations contre ses collègues des comités qui n'échappèrent à
personne, et qui furent pour ceux-ci un avis de se tenir prêts. Son
discours fit une grande sensation. En voici le texte)


Il est temps peut-être que la vérité fasse entendre dans cette enceinte
des accents aussi mâles et aussi libres, que ceux dont cette salle a
retenti dans toutes les circonstances où il s'est agi de sauver la
patrie.

Quand le crime conspire dans l'ombre la ruine de la liberté, est-il,
pour des hommes libres, des moyens plus forts que la vérité et la
publicité? Irons-nous, comme les conspirateurs, concerter dans des
repaires obscurs les moyens de nous défendre contre leurs efforts
perfides?

Irons-nous répandre l'or et semer la corruption? En un mot, nous
servirons-nous contre nos ennemis des mêmes armes qu'ils emploient pour
nous combattre? Non. Les armes de la liberté et de la tyrannie sont
aussi différentes que la liberté et la tyrannie sont opposées. Contre
les scélératesses des tyrans et de leurs amis, il ne nous reste d'autre
ressource que la vérité et le tribunal de l'opinion publique, et
d'autre appui que les gens de bien.

On juge de la prospérité d'un état, moins par les succès de l'extérieur
que par l'heureuse situation de l'intérieur. Quand les factions sont
audacieuses, quand l'innocence tremble pour elle-même, la république
n'est pas fondée sur des bases durables.

Je dénonce ici aux gens de bien un système odieux qui tend à soustraire
l'aristocratie à la justice nationale, et à perdre la patrie en perdant
les patriotes; car la cause de la patrie et celle des patriotes, c'est
la même chose.

De tout temps les ennemis de la patrie ont voulu assassiner les
patriotes au physique et au moral. Aujourd'hui, comme dans tous les
temps, on s'efforce de jeter sur les défenseurs de la république un
vernis d'injustice et de cruauté: on dénonce comme des attentats contre
l'humanité la sévérité employée contre les conspirateurs. Celui qui
protège et favorise ainsi les aristocrates combat par là même les
patriotes: il faut que la révolution se décide par la ruine des uns ou
des autres.

L'homme humain est celui qui se dévoue pour la causé de l'humanité, et
qui poursuit avec rigueur et avec justice celui qui s'en montre
l'ennemi; on le verra toujours tendre une main secourable à la vertu
outragée et à l'innocence opprimée.

Le barbare est celui qui, sensible pour les conspirateurs, est sans
entrailles pour les patriotes vertueux; les mêmes hommes qui se
laissent attendrir pour l'aristocratie sont implacables pour les
patriotes. _La faction des indulgents_, sont des termes par lesquels on
a cherché à caractériser les anthropophages, dont l'humanité consiste à
parer les coups portés aux ennemis de l'humanité, pour leur donner la
facilité d'en porter de nouveaux aux patriotes. Ce système ne doit
avoir d'autre nom que celui de _contre-révolutionnaire_, parce qu'il
tend à égorger les défenseurs de la patrie, et à jeter sur eux une
teinte affreuse de cruauté. La faction des indulgents est confondue
avec les autres; elle en est l'appui et le soutien. Le premier devoir
d'un bon citoyen est donc de la dénoncer en public. Je ne prendrais pas
aujourd'hui la parole contre elle, si elle n'était pas devenue assez
puissante pour essayer de mettre des entraves à la marche du
gouvernement.

Tandis qu'un petit nombre d'hommes s'occupe avec un zèle infatigable
aux travaux qui leur sont imposés par le peuple, une multitude de
fripons et d'agents de l'étranger ourdit dans le silence une
combinaison de calomnies et de persécutions contre les gens de bien.
Déjà sans doute on s'est aperçu que tel patriote qui veut venger la
liberté et l'affermir est sans cesse arrêté dans ses opérations par la
calomnie, qui le présente aux yeux du .peuple comme un homme redoutable
et dangereux. Elle fait donner à la vertu l'apparence du crime, et à la
bassesse du crime la gloire due à la vertu.

Chaque jour elle invente de nouveaux forfaits pour réussir dans ses
affreux complots; ce sont les _indulgents_ qui ne cessent de s'en
servir comme d'une arme terrible. Cette faction, grossie des débris de
toutes les autres, réunit par le même lien tout ce qui a conspiré
depuis la révolution; elle a profité de l'expérience pour renouer ses
trames avec plus de perfidie: aujourd'hui, elle met en oeuvre les mêmes
moyens employés jadis par les Brissot, les Danton, les Hébert, les
Chabot, et tant d'autres scélérats.

Plusieurs fois on a vu les comités de salut public et de sûreté
générale attaqués eu masse; aujourd'hui, on aime mieux attaquer les
membres en particulier, pour parvenir à briser le faisceau. Autrefois,
on n'osait pas diriger ses coups contre la justice nationale;
aujourd'hui, on se croit assez fort pour calomnier le tribunal
révolutionnaire et le décret de la Convention concernant son
organisation; l'on va même jusqu'à révoquer en doute sa légitimité.
Vous sentez toute l'importance de cette machination; car détruisez la
confiance accordée aux patriotes, et alors le gouvernement
révolutionnaire est nul, ou il est la victime des ennemis du bien
public, et alors l'aristocratie triomphe. Détruisez le tribunal
révolutionnaire, ou composez-le de membres agréables aux factieux;
comment pourrez-vous espérer de rompre les fils des conspirations, si
la justice est exercée par les conjurés eux-mêmes?

Les despotes et leurs satellites savent bien que lors, qu'un patriote
succombe, d'autres patriotes succombent aussi, et la cause du
patriotisme éprouve le même sort. Ils croient pouvoir nous amener à
nous détruire les uns les autres, par la défiance qu'ils veulent
exciter parmi nous. Ils affectent de présenter aux citoyens les travaux
de la Convention nationale comme ceux de quelque individu. On a osé
répandre dans la Convention que le tribunal révolutionnaire n'avait été
organisé que pour égorger la Convention elle-même; malheureusement,
cette idée a obtenu trop de consistance. En un mot, je le répète,
aujourd'hui les premières tentatives faites pour détruire la liberté
sont renouvelées avec des formes plus respectables. Le plus haut degré
du courage républicain est de s'élever au dessus des considérations
personnelles, et de faire connaître, au péril de sa vie et même de sa
réputation, les perfidies de nos ennemis. Quant à moi, quelque effort
que l'on fasse pour me fermer la bouche, je crois avoir autant de droit
de parler que du temps des Hébert, des Danton, etc. Si la Providence a
bien voulu m'arracher des mains des assassins, c'est pour m'engager à
employer utilement les moments qui me restent encore.

Les défenseurs de la patrie ont à combattre ordinairement les assassins
et les calomniateurs; mais il est affreux d'avoir en même temps à
répondre aux uns et aux autres. Qu'un homme arrange dans un cercle des
actes d'accusation contre les patriotes, c'est un phénomène qui se
réalise aujourd'hui. Les assassins et les calomniateurs sont les mêmes
hommes envoyés ici par le tyran de Londres. On lit dans les papiers
payés par l'Angleterre les mêmes choses que disent chaque jour des
Français que je dénonce comme agents de l'Angleterre et de la tyrannie.

Qu'il me soit permis de parler de moi, dans une affaire qui n'est pas
bien importante pour moi, du côté de l'intérêt personnel. A Londres, on
me dénonce à l'armée française comme un dictateur; les mêmes calomnies
ont été répétées à Paris: vous frémiriez si je vous disais dans quel
lieu. A Londres, on a dit qu'en France la calomnie avait réussi, et que
les patriotes étaient divisés; à Londres on fait des caricatures, on me
dépeint comme l'assassin des honnêtes gens, des libelles imprimés dans
les presses fournies par la nation elle-même me dépeignent sous les
même traits. A Paris, on dit que c'est moi qui ai organisé le tribunal
révolutionnaire, que ce tribunal a été organisé pour égorger les
patriotes et les membres de la Convention nationale; je suis dépeint
comme un tyran et un oppresseur de la représentation nationale. A
Londres, on dit qu'en France on imagine de prétendus assassinats pour
me faire entourer d'une garde militaire. Ici l'on me dit, en parlant de
la _Renault_, que c'est sûrement une affaire d'amourette, et qu'il faut
bien croire que j'ai fait guillotiner son amant. C'est ainsi que l'on
absout les tyrans, en attaquant un patriote isolé, qui n'a pour lui que
son courage et sa vertu.

La vérité est mon seul asile contre le crime; je ne veux ni de
partisans ni d'éloges: ma défense est dans ma conscience. Je prie les
citoyens qui m'entendant de se rappeler que les démarches les plus
innocentes et les plus pures sont exposées à la calomnie, et qu'ils ne
peuvent rien faire que les tyrans ne cherchent à le tourner contre eux.

Quelle doit être la conduite des amis de la liberté, lorsqu'ils se
trouvent dans la misérable alternative ou de trahir la patrie, ou
d'être traités de tyrans, d'oppresseurs, d'hommes injustes et avides de
sang, s'ils ont le courage de remplir leurs devoirs et la tâche que
leur impose la Convention, et de préférer l'innocence opprimée à la
horde exécrable des scélérats qui conspirent contre la liberté?
Trahissez ta patrie d'une manière adroite, bientôt les ennemis du
peuple sont à votre secours. Défendez la cause de la justice, vous ne
pourrez pas dire une parole sans être appelé tyran et despote; vous ne
pourrez pas invoquer l'opinion publique, sans être désigné comme un
dictateur. Ceux qui défendent courageusement la patrie sont exposés
comme ils l'étaient du temps de Brissot; mais je préférerais encore au
moment actuel celui où je fus dénoncé par Louvet, sous le rapport de ma
satisfaction personnelle: les ennemis d«s patriotes étaient alors moins
perfides et moins atroces qu'aujourd'hui.

L'accusation de Louvet est renouvelée dans un acte trouvé parmi les
papiers du secrétaire de Camille Desmoulins, ami du conspirateur
Danton; cet acte était près de paraître, lorsque le comité de sûreté
générale l'a découvert et l'a renvoyé au comité de salut public. Les
conjurés y citent tout ce qui s'est passé dans la révolution, à l'appui
de leur dénonciation contre un prétendu système de dictature. A
examiner l'absurdité de la dénonciation, il serait inutile d'en parler,
des calomnies aussi grossières ne sont pas faites pour séduite les
citoyens, mais on verra qu'elles n'étaient préparées que comme un
manifeste qui devait précéder un coup de main contre les patriotes. Que
direz-vous, si je vous apprends que ces atrocités n'ont pas semblé
révoltantes à des hommes revêtus d'un caractère sacré, si parmi nos
collègues eux-mêmes, il s'en est trouvé qui les ont colportées!

(Robespierre, après avoir fait observer que toutes les calomnies des
tyrans et de leurs stipendies peuvent jeter une sorte de découragement
dans l'âme des patriotes, invoque pour appui la vertu de la Convention
nationale, vertu qui donne la force de résistance et l'obligation de
mettre sous ses pieds les intérêts de l'amour-propre, et de ne pas se
laisser ébranler par les efforts redoublés des calomniateurs; il
invoque aussi le patriotisme et la fermeté des membres des comités de
salut public et de sûreté générale, ainsi que la vertu des citoyens
zélés pour les intérêts de la république; il représente que ce ne sont
pas des applaudissements et des éloges qui sauveront la liberté, mais
une vigilance infatigable; il invite donc les bons citoyens à dénoncer
les actes d'oppression, à observer et à dévoiler les intrigues
étrangères.)

Quand les circonstances se développeront (continue-t-il), je
m'expliquerai plus au long; aujourd'hui, j'en ai dit assez pour ceux
qui sentent. Il ne sera jamais au pouvoir de personne de m'empêcher de
déposer la vérité dans le sein de la représentation nationale et des
républicains. Il n'est pas au pouvoir des tyrans et de leurs valets de
faire échouer mon courage.

Qu'on répande des libelles contre moi, je n'en serai pas moins toujours
le même, et je défendrai la liberté et l'égalité avec la même ardeur.
Si l'on me forçait de renoncer à une partie des fonctions dont je suis
chargé, il me resterait encore ma qualité de représentant du peuple, et
je ferais une guerre à mort aux tyrans et aux conspirateurs.



      *      *      *      *      *      *      *      *      *



Maximilien Robespierre (1758-1794), Discours de Robespierre sur les
persécutions dont les patriotes étaient victimes de la part des
aristocrates, Club des Jacobins, Séance du 24 messidor an II de la
république française (5 juillet 1794)



Toutes les injustices particulières qui vous sont dénoncées méritent de
votre part une sérieuse attention. Le premier devoir d'un patriote est
de secourir les opprimés; quiconque manque à ce devoir n'a pas même le
sentiment du patriotisme: de toutes les vertus qui ont servi de base à
la révolution, la plus belle et la plus véritable est la plus négligée.
Rien de si commun que les beaux discours insignifiants; rien de plus
rare que la défense généreuse des opprimés, quand on n'en attend aucun
profit; rien de si commun que le ménagement pour les aristocrates; rien
de si rare qu'une humanité envers les bons citoyens dans le malheur.

De tous les décrets qui ont sauvé la république, le plus sublime, le
seul qui l'ait arrachée à la corruption et qui ait affranchi les
peuples de la tyrannie, c'est celui qui met la probité et la vertu à
l'ordre du jour. Si ce décret était exécuté, la liberté serait
parfaitement établie, et nous n'aurions plus besoin de faire retentir
les tribunes populaires de notre voix; mais des hommes qui n'ont que le
masque de la vertu mettent les plus grandes entraves à l'exécution des
lois de la vertu même; ils veulent se faire de ce masque un moyen de
parvenir au pouvoir.

Il est peu d'hommes généreux qui aiment la vertu pour elle-même, et qui
désirent avec ardeur le bonheur du peuple. Tous les scélérats ont abusé
de la loi qui a sauvé la liberté et le peuple français. Ils ont feint
d'ignorer que c'était la justice suprême que la Convention avait mise à
l'ordre du jour, c'est-à-dire le devoir de confondre les hypocrites, de
soulager les malheureux et les opprimés, et de combattre les tyrans;
ils ont laissé à l'écart ces grands devoirs, et s'en sont fait un
instrument pour tourmenter le peuple et perdre les patriotes.

Il existe un comité révolutionnaire dans la république; vous allez
croire peut-être qu'il s'est imaginé qu'il fallait anéantir
l'aristocratie. Point du tout, il a cru qu'il fallait arrêter tous les
citoyens qui, dans un jour de fête, se seraient trouvés ivres. Grâce à
cette _heureuse_ application de la loi, tous les
contre-révolutionnaires sont restés tranquilles et en pleine sécurité,
tandis que les artisans et les bons citoyens, qui s'étaient par hasard
livrés à un mouvement de gaîté, ont été impitoyablement incarcérés.

Sans doute nous sommes plus ennemis de toute espèce de vices que ces
inquisiteurs méchants et hypocrites; nous savons que l'ivresse est une
maladie dont il faut guérir les hommes, mais nous savons aussi
distinguer les faux patriotes qui persécutent le peuple, tandis qu'ils
sont indulgents pour les aristocrates.

La ligue de toutes les factions a partout le même système. S'il est
parmi elles quelque apparence de vertu, ce n'est qu'un masque
imposteur; les scélérats qui se l'adaptent n'exigent jamais une
soumission réelle aux lois de la république; ils ne voient dans les
nobles que des cultivateurs paisibles, de bons maris, et ils ne
s'informent pas s'ils sont amis de la justice ou du peuple.

Le décret qui met la vertu à l'ordre du jour est fécond en grandes
conséquences. Nous avions prévu qu'on en abuserait; mais en même temps
nous avions pensé que ce décret, porté contre les oppresseurs,
imposerait aux fonctionnaires publics le devoir d'exercer la vertu, et
de ne jamais s'écarter des obligations qui les lient à la patrie; mais
ces obligations ne les forcent point à s'appesantir, avec une
inquisition sévère, sur les actions des bons citoyens, pour détourner
les yeux de dessus les crimes des fripons: ces fripons, qui ont cessé
d'attirer leur attention, sont ceux-là même qui oppriment l'humanité,
et sont de vrais tyrans. Si les fonctionnaires publics avaient fait ces
réflexions, ils auraient trouvé peu de coupables à punir, car le peuple
est bon, et la classe des méchants est la plus petite.

C'est en vain que Roland me vante ses vertus et me présente le tableau
de sa vie privée; sans examiner ni cette apologie fastidieuse, ni
l'histoire scandaleuse de la vie privée d'un Barbaroux, je demande à un
homme: Qu'as-tu fait pour la prospérité de ton pays? Quels travaux
as-tu entrepris pour arracher le peuple français au joug odieux de la
servitude? S'il me répond à cette question d'une manière satisfaisante,
alors je le crois vertueux.

Necker fut dans le sein de sa famille un véritable tyran: n'en soyez
pas étonnés; un homme qui manque des vertus publiques ne peut avoir les
vertus privées. Cette vertu de Necker et de Roland, q«e des intrigants
ont voulu faire résulter du décret dont je vous parlais il n'y a qu'un
instant, est diamétralement opposée à l'héroïsme et à l'humanité. Si je
voulais suivre le système perfide de ces hommes qui ne connaissent
point la vertu, vous verriez les hommes de bien opprimés, et les
intrigants relevant leur tête altière. Nos ennemis disent dans leurs
assemblées secrètes:

"Faisons en sorte qu'il n'y ait que des fripons; persécutons les
patriotes, et ne cessons d'appuyer ceux qui, comme Hébert, veulent
détruire sourdement la liberté de la France, ainsi que ceux qui, par
leur modérantisme, veulent la ramener à l'esclavage; poursuivons tous
ceux qui aspirent à la liberté du genre humain."

Ces monstres dévouent, en conséquence, à l'opprobre et aux tourments
tout homme dont ils redoutent l'austérité de m½urs et la sévère probité.

Le devoir du gouvernement est de remédier à cet abus. Pour remplir cet
objet, il faut qu'il ait beaucoup d'unité, de sagesse et d'action.
Quiconque veut cabaler contre le gouvernement est un traître, et je
dénonce ici tous ceux qui se sont rendus coupables de ce crime. On veut
calomnier le gouvernement révolutionnaire pour le dissoudre; on veut
flétrir le tribunal révolutionnaire, pour que les conspirateurs
respirent en paix; les artifices les plus infâmes sont inventés pour
persécuter les patriotes énergiques et sauver leurs mortels ennemis.

Il n'est qu'an seul remède à tant de maux, et il consiste dans
l'exécution des lois de la nature, qui veulent que tout homme soit
juste, et dans la vertu, qui est la base fondamentale de toute société.
Autant vaudrait retourner dans les bois que de nous disputer les
honneurs, la réputation, les richesses; il ne résulterait de cette
lutte que des tyrans et des esclaves. Après cinquante ans d'agitations,
de troubles et de carnage, le résultat serait l'établissement d'un
nouveau despote.

Il est naturel de s'endormir après la victoire; nos ennemis, qui le
savent bien, ne manquent pas de faire des efforts pour détourner notre
attention de dessus leurs crimes. La véritable victoire est celle que
les amis de la liberté remportent sur les factions: c'est cette
victoire qui appelle chez les peuples la paix, la justice et le
bonheur. Une nation n'est pas illustrée pour avoir abattu des tyrans ou
enchaîné des peuples; ce fut le sort des Romains et de quelques autres
nations: notre destinée, beaucoup plus sublime, est de fonder sur la
terre l'empire de la sagesse, de la justice et de la vertu.

Nous ne pourrons atteindre ce but que par des institutions sages, qui
ne peuvent être fondées que sur la ruine des ennemis incorrigibles de
la liberté. Voyez ce qui arrive à chaque effort du crime contre la
vertu; les factions redoublent d'artifices, à mesure que nous déployons
notre énergie; et si cette même énergie vient à se ralentir, elles en
profiteront pour prendre de nouvelles forces; elles disputeront le
terrain, et donneront aux conspirateurs le temps de se rallier; à tout
moment elles cherchent à diviser et à se faire des partisans; si l'on
n'y prenait garde, il se formerait bientôt des factions en assez grand
nombre pour lutter contre la liberté et égorger ses amis.

En vous présentant ces réflexions, je dénonce les efforts de nos
ennemis sans prédire leurs succès; je sais que tout ce qui est criminel
sur la terre doit disparaître; mais il n'est pas moins vrai que le
crime fit de tout temps, jusqu'à nous, le malheur du monde.

Il faut une excessive légèreté pour s'endormir sur les conjurations, et
pour perdre un instant ce courage ardent qui nous porte à dénoncer les
conspirateurs: ce n'est pas pour provoquer aucune mesure sévère contre
les coupables, que j'ai pris ici la parole, que m'importe leur vie ou
leur mort, pourvu que le peuple et la Convention soient éclairés!

Mon but est de prémunir tous les citoyens contre les pièges qui leur
sont tendus, et d'éteindre la nouvelle torche de discorde qu'on cherche
à allumer dans la Convention. Ce qu'on voit tous les jours, ce qu'on ne
peut se cacher, c'est qu'on veut avilir et anéantir la Convention par
un système de terreur; il existe des rassemblements qui ont pour but de
répandre ces funestes idées; on cherche à persuader à chaque membre que
le comité de salut public l'a proscrit.

Ce complot existe; mais, puisqu'on le connaît, tous les bons citoyens
doivent se rallier pour l'étouffer. C'est ici que dans tous les temps
les députés patriotes se sont réunis pour faire triompher la vertu: si
la tribune des Jacobins devient muette depuis quelque temps, ce n'est
pas qu'il ne leur reste rien à dire; mais le profond silence qui y
règne est l'effet d'un sommeil léthargique, qui ne permet pas d'ouvrir
les yeux sur les dangers de la patrie. On veut donc forcer la
Convention à trembler; on veut la prévenir contre le tribunal
révolutionnaire, et rétablir le système des Danton, des Camille
Desmoulins; on a semé partout des germes de division; on a substitué la
défiance à la franchise, le calcul des âmes faibles au sentiment
généreux des fondateurs de la république: il faut toujours en revenir à
ces principes, la vertu publique et la justice suprême sont les deux
lois souveraines sous lesquelles doivent ployer tous ceux qui sont
chargés des intérêts de la patrie.

Il n'y a qu'un moyen pour un peuple qui ne peut pénétrer par lui-même à
chaque instant dans les replis de l'intrigue; c'est de conserver ses
droits et de faire en sorte que son courage ne puisse échouer contre la
perfidie; c'est de comparer avec la justice tout ce qui n'en a que
l'apparence; tout ce qui tend à un résultat dangereux est dicté par la
perfidie.

Il est un sentiment gravé dans le c½ur de tous les patriotes, et qui
est la pierre de touche pour reconnaître leurs amis; quand un homme se
tait au moment où il faut parler, il est suspect; quand il s'enveloppe
de ténèbres, ou qu'il montre pendant quelques instants une énergie qui
disparaît aussitôt; quand il se borne à de vaines tirades contre les
tyrans, sans s'occuper des m½urs publiques et du bonheur de tous ses
concitoyens, il est suspect.

Quand ont voit des hommes ne sacrifier des aristocrates que pour la
forme, il faut porter un examen sévère sur leurs personnes.

Quand on entend citer des lieux communs contre Pitt et les ennemis du
genre humain, et que l'on voit les mêmes hommes attaquer sourdement le
gouvernement révolutionnaire; quand on voit des hommes, tantôt modérés,
tantôt hors de toute mesure, déclamant toujours, et toujours s'opposant
aux moyens utiles qu'on propose, il est temps de se mettre en garde
contre les complots.

La révolution se terminerait d'une manière bien simple, et sans être
inquiétée par les factieux, si tous les hommes étaient également amis
de la patrie et des lois.

Mais nous sommes bien éloignés d'en être arrivés à ce point; j'en
atteste les hommes probes, qu'ils déclarent si, lorsqu'ils veulent
défendre un patriote tout criblé des blessures de l'aristocratie, et
qu'un aristocrate doucereux se présente, il ne se groupe pas aussitôt
autour de ce dernier beaucoup d'hommes qui cherchent à le soutenir.

Mais les gémissements d'un patriote opprimé ont-ils donc plus de peine
à se faire entendre dans de certaines âmes, que les plaintes hypocrites
de l'aristocratie?

Concluons de là que le gouvernement républicain n'est pas encore bien
assis, et qu'il y a des factions qui contrarient ses effets. Le
gouvernement révolutionnaire a deux objets, la protection du
patriotisme, et l'anéantissement de l'aristocratie. Jamais il ne pourra
parvenir à ce but, tant qu'il sera combattu par les factions. Assurer
la liberté sur des bases inébranlables sera pour lui une chose
impossible, tant que chaque individu pourra se dire: Si aujourd'hui
l'aristocratie triomphe,, je suis perdu. Il y aura toujours dans le
sein du peuple une grande réaction contre les intrigues, et il en
résultera peut-être beaucoup de déchirements.

Mais les scélérats ne triompheront pas, car il est impossible que les
hommes qui ont épousé le système profond de la justice et de la liberté
consentent jamais à laisser à de si vils ennemis un triomphe qui serait
à la fois la honte et la perte de l'humanité entière. Il faut que ces
lâches conspirateurs, ou renoncent à leurs complots infâmes, ou qu'ils
nous arrachent la vie. Je sais qu'ils le tenteront, ils le tentent même
tous les jours, niais le génie de la patrie veille sur les patriotes.

J'aurais voulu donner plus d'ordre et de précision à ces réflexions,
mais j'ai suivi le sentiment de mon âme. Je cherche à étouffer les
germes de division et à empêcher qu'il ne se forme deux partis dans la
Convention: j'invite tous les membres à se mettre en garde contre les
insinuations perfides de certains personnages qui, craignant pour
eux-mêmes, veulent faire partager leurs craintes. Tant que la terreur
durera parmi les représentants, ils seront incapables de remplir leur
mission glorieuse. Qu'ils se rallient à la justice éternelle, qu'ils
déjouent les complots par leur surveillance; que le bruit de nos
victoires soit la liberté, la paix, le bonheur et la vertu, et que nos
frères, après avoir versé leur sang pour nous assurer tant d'avantages,
soient eux-mêmes assurés que leurs familles jouiront du fait immortel
que doit leur garantir leur généreux dévoûment!





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Discours par Maximilien Robespierre — 21 octobre 1789-1er juillet 1794" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home