Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: Le carnet de Robespierre (septembre-décembre 1793)
Author: Robespierre, Maximilien, 1758-1794
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Le carnet de Robespierre (septembre-décembre 1793)" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



Note: texte établi et annoté par Albert Mathiez, Annales
Révolutionnaires janvier 1918

Note: Le carnet de Robespierre est formé de quarante-deux feuillets
d'un papier non margé ni réglé, dont les dix-sept premiers seulement
ont été utilisés. Il est conservé dans les archives de la Commission
des douze, que la Convention chargea de l'examen des papiers de
Robespierre (Archives nationales, F7 4436). Deux pages seulement sont
datées, la page 16, qui est du 17 frimaire, et la dernière, du 7 nivôse
(27 décembre 1793).



LE CARNET DE ROBESPIERRE

(septembre-décembre 1793)


Maximilien Robespierre

(1758-1794)



1° Nomination des membres du Tribunal révolutionnaire (1). 2° Formation
des Comités et premièrement du Comité des marchés (2). 3° Terminer
l'envoi des commissaires à Brest, à Cherbourg et dans les ports en
général (3). 4° Le rapport du décret qui rapporte la loi sur les biens
des étrangers (4). 5° Le décret qui ordonne que les émigrés seront
jugés par tous les tribunaux criminels (5). 6° Ordonner aux ministres
de donner la liste de leurs commis et de leurs agents (6). 7° Assurer
les secours des veuves et des enfans des défenseurs (7). 8° Ecrire sur
Declaie (8). 9° Demander à Laurent ses renseignemens (9). Les sermens
de Pio (10). Aff. particulières. Goutier (11). Crachet (12). Dimanche,
rapp. de J. B. Lacoste (13). L'Alsace vendue. Hesse à Orléans, à
destituer (14). Conspiration de la réquisition. Disposer avec
précaution de celle des grandes villes, surtout à Paris; n'emploier
avec confiance que celle des campagnes et des pays où le patriotisme
domine (15). Tenir l'armée révolutionnaire prête, en rappeler les
détachemens à Paris pour déjouer la conspiration (16). La commission de
Lyon (17). Envoier Bô. Montaut, rappeler les autres, excepté Couthon et
Maignet (18). Dentzel, Belin, traîtres à dénoncer enfin (19).
Ajournement indéfini du décret sur le calendrier (20). Organisation des
Comités (21). Rapport sur la Vendée (22). Démasquer la faction (23).
Bordeaux, Lyon, Toulon. Courriers (24). Tribunal révolutionnaire va mal
(25). Déclarer que la section (26) réquisitionée n'aura pas l'honneur
de servir la patrie. Avoir deux plans dont l'un livré par les commis.
Organisation du Comité. Entendre tous les jours à heures fixes les
ministres, la police, le commandant, l'accusateur public ou un
président du tribunal criminel. Ne recevoir aucun étranger dans le sein
du Comité. Les renvoier aux ministres, ou nommer un commissaire, ou un
secrétaire pour les entendre. Annoncer à l'Assemblée la nouvelle
organisation du Comité (27). La taxe du tabac rompt nos relations
commerciales avec l'Amérique (28). Taxer les gros marchands en gros de
manière que les débitants puissent vendre (29). Besoins pressans de
l'armée de la Moselle et du Rhin. Jubinal de Lure (30). Ier... (31).
Organisation du Comité (32). Infâme violation des secrets du Comité,
soit de la part des commis, soit de la part d'autres personnages (33).
1° Placez-vous dans un local convenable (34). 2° Renouvellez vos
commis. Chassez surtout le traître qui siégeroit dans votre sein. 3°
Punissez le commis qui vous présenta à signer une lettre dont l'objet
étoit d'engager (35) les détenteurs des pièces de conspiration
relatives à l'ancien régime à les brûler. Casser l'arrêté de la
municipalité qui interdit la messe et les vêpres. Il n'en a pas le
droit. C'est un moyen de trouble (36). Appeler l'accusateur public.
Ordonner que chaque jour la municipalité surveillera les prisons, sans
pouvoir relaxer personne, et qu'elle sera responsable de l'évasion des
prisonniers. Lui ordonner de tenir la main à l'exécution du décret qui
défend aux prévenus de conspiration toute communication entr'eux ou
avec toute autre personne. Dissolution des f. r. r. (37). Révocation
du décret qui établit partout des tribunaux révolutionnaires (38), du
décret qui assujettit ceux qui arrêtent à envoyer les procès-verbaux
d'arrestation (39). Demander que Thomas Payne soit décrété d'accusation
pour les intérêts de l'Amérique autant que de la France (40). Les
pièces de Houchard et autres (41). Organisation du tribunal
révolutionnaire. Rabaut est à Durfort, près de Saint-Jean de
Gardonnenck, à quatre lieues d'Anduse et à huit lieues de Nismes (42).
Blanval, finances, Rome, Rafron, Merlin, Jagot, Laloi, Bouquier, Isoré,
Gentil, du Mont-Blanc, Lombart-Lachaux, Forestier, Enlard, Deville
(43), Dumas, chef de brigade du bataillon des Vosges à la Vendée (44).
Rappeler tous les commissaires du Rhin et de la Mozelle (45). Rappeler
les mauvais commissaires aux chevaux et surtout Boursault (46). Affaire
de Lyon (47). Tribunal révolutionnaire (48). Départ de Carnot pour
l'armée (49). Conspiration de Proli, Leclerc (50). Forcer les villes
ci-devant rebelles par la terreur à retrouver les armes qu'elles ont
cachées. Marchand (51). Guerre. Nord. Le général Cordelier (52).
Affaire de Péronne (53). Rhin. Demander à Bouchotte ce qu'il a fait.
Armer les meilleurs bataillons de la réquisition. Inventaire des armes.
Intérieur. Représentans à rappeller: Boursaut, Feraut, Rovère (54).
Représentans à envoier ailleurs. Correspondance avec les représentans.
Conspirateurs. Organisation du tribunal. Proli, etc., etc. Guerre. Plan
pour le Rhin. Plan pour le Nord (55). Départ de Carnot. Toulon, la
Lozère, la Vendée (56). Armer les bons bataillons. Désarmer les pays
suspects. Intérieur. Completter l'armée révolutionnaire et la purger
(57). Organiser le tribunal révolutionnaire (58). Surveiller les clubs,
emprisonner et punir les contre-révolutionnaires hypocrites (59).
Réprimer les journalistes imposteurs. Répandre de bons écrits.
Subsistances, approvisionnemens à l'intérieur, à l'extérieur (60).
Rappel et choix des commissaires de la Convention (61). Demander la
liste des commissaires du Conseil exécutif, purger les bureaux. 4
points essentiels du gouvernement: 1° Subsistances et
approvisionnemens, 2° Guerre, 3° Esprit public et conspirations, 4°
Diplomatie. Tous les jours, il faut se demander dans quelle situation
se trouvent ces quatre choses. _Subsistances et approvisionnemens:_ Ce
chapitre se subdivise en deux parties: 1° moiens de connoître,
conserver et de répartir celles qui sont dans l'intérieur. Le second à
en faire venir de l'extérieur. _Guerre_. Comprend la fabrication des
armes et des poudres, leur répartition, les plans de campagne, les
choix des généraux et l'emploi des nouvelles levées. _Esprit public et
conspirations_. Contient les bons écrits, la répression des rebelles,
l'organisation du tribunal révolutionnaire et toutes les mesures
nécessaires pour punir les conspirateurs; le tableau de la situation
des diverses parties de la République; la correspondance avec les
autorités constituées, avec les sociétés populaires, avec les
représentans du peuple. Il faut surtout ici un travail méthodique, dont
l'une des bases seroit le degré de civisme ou d'incivisme des divers
départemens. _Généraux_. Dugommier, général de brigade à l'armée
d'Italie (62). Il faut 120 commissaires: 2 par chaque armée, 2 par deux
départemens. Il faut en mettre un fort avec un patriote plus faible. Il
faut les renouveler ou les changer assez fréquemment. Il faut à tous
une instruction générale. Il faut une correspondance active dirigée par
le même principe et adaptée aux localités. Demander à Jarri (63) son
projet d'organisation des courriers et les noms des courriers sûrs,
soit à la guerre, soit au Comité de Salut public. Demander la
correspondance de Bordeaux. Boisguion et Girey (64). Envoier au Rhin un
nouveau courrier porteur des dépêches de Saint-Just, avec une lettre à
celui-ci: "Comme nous avons quelqu'inquiétude sur le courrier bavard
que vous nous avez envoié et qui est reparti avec nos dépêches, nous
vous envoions la lettre ci-jointe par un second courrier, afin qu'elle
vous parvienne plus sûrement. Gardez-vous de l'impatience et de la
défiance (65), nous sommes pleins de l'énergie et de la sollicitude qui
vous anime et nous vous seconderons de toutes nos facultés." Ecrire à
Hentz de se rendre à l'année du Nord pour prévenir la division entre
les généraux (66). Organisation nécessaire des courriers. Deux venant
de Strasbourg ont été rencontrés voiageant tranquillement en cabriolet.
Point de courriers en avant. Désorganisation efïraïante des postes.
Nommer des inspecteurs patriotes pour les courriers. Tout courrier
rapportera au Comité un reçu de ses dépêches. Il sera tenu de se
présenter au Comité au moment de son arrivée. Pyrénées occidentales.
Faire réintégrer Dumas et les autres officiers nommés par le
gouvernement. Rappeller les représentans à leur devoir (67). Pyrénées
orientales. Exécuter les arrêtés déjà pris. Armes de Bordeaux, de
Marseille, de Lyon, à distribuer aux meilleures levées, faire passer
ceux du Nord au Midi, ceux du Midi au Nord. Le bronser est une manière
de cacher les défauts des armes, les ouvriers patriotes dénoncent cet
abus contre les intrigans. Envoier Duplay près de Calendini (68).
Principale mesure de Salut public. Il sera nécessaire d'envoier dans
toute la République un petit nombre de commissaires forts, munis de
bonnes instructions et surtout de bons principes, pour ramener tous les
esprits à l'unité et au républicanisme, seul moïen de terminer bientôt
la Révolution au profit du peuple. Ces commissaires s'appliqueront
surtout à découvrir et à inventorier les hommes dignes de servir la
cause de la liberté. Pour épurer les Comités révolutionnaires, il faut
se procurer la liste de tous ceux qui les composent, leurs noms,
qualités et demeures. Il faut celle du Comité dit Central (69). Il faut
connoître surtout les président et secrétaires de chaque Comité et
faire un rapport à ce sujet. -- 2° Il faut revoir la liste des meneurs
de la contre-révolution, dans chaque pays, indiqués par celles des
commissions populaires, directoire, etc., etc., et sévir contre tous
ces hommes. 3° II faut poursuivre tous les députés chefs de la
conspiration (70) et les atteindre à quelque prix que ce soit. Il faut
que tous les individus connus soient promptement punis. II faut avoir
la liste circonstanciée de tous les prisonniers, décréter que ceux qui
auront donné azile aux conspirateurs, aux hors la loi, seront punis des
mêmes peines (71). Ecrire à Lalande (72) qu'il envoie les pièces et les
notes relatives à Perrochel (73), faire arrêter Fournier, s'assurer si
Perrochel est à l'abbaye, conférer avec le Comité de Sûreté générale,
arrêter le chirurgien Lefebvre et les correspondans de Perrochel.
Parler à Bouchotte pour un commis. Parler à Dumont pour Sainte-Foi
(74). Ecrire à Brune (75) pour Girey. Appeller l'accusateur public pour
Bernard (76) et pour Perrochel. Liberté de Julien, administrateur des
armes (77). Appeller l'accusateur public pour Lamarlière (78). Parler
sur le rapport du Comité de Sûreté générale, demander qu'il soit plus
complet. Sauver l'honneur de la Convention et de la Montagne,
distinguer la nuance entre les chefs de la corruption et les foibles
égarés (79). 17 frimaire. Guerre. Nord. Jourdan et Ernouf suspects par
leur inaction et leur correspondance. On annonce une nouvelle tentative
sur Dunkerque. D faut se défier de la contre-révolution religieuse dans
ce pays. Dufresse (80) et l'armée révolutionnaire sont inquiétans.
Toulon. Dugommier excite la défiance par la manière dont il s'est
conduit avec le général anglois (81). La Vendée, tout est à changer. La
Mozelle. Victoire manquée parce que cette armée, qui a un bon général
en chef, n'a point de généraux de division (82). Intérieur. Troubles
religieux à appaiser dans le département de la Somme. Y envoier un
représentant sage et patriote (83). Tribunal révolutionnaire à
surveiller, organisation à réformer. Représentans à changer. 7 nivôse.
Dévoiler la double intrigue (84). Statuer sur Girard (85). Rapport sur
le tribunal révolutionnaire (86). Accusateur public à m. (87). Affaire
de l'Orient (88). Panthéon pour le jeune hussard (89), pour Gasparin et
Bayle (90). Rapport du décret en faveur des femmes des conspirateurs
(91).



Notes:


(1) Par décret du 5 septembre 1793, le tribunal révolutionnaire avait
été divisé en quatre sections. C'est le 26 septembre que la Convention
arrêta, sur la présentation des Comités de Salut public et de Sûreté
générale, la liste des citoyens destinés à compléter les quatre
sections du tribunal réorganisé. (2) Le 13 septembre, un membre de la
Convention avait accusé le Comité des marchés de tout paralyser et
d'être cause du dénuement des soldats. Danton avait demandé le
renouvellement de tous les comités, celui de Salut public excepté. La
Convention avait décrété que le Comité de Salut public lui présenterait
la liste des membres qui composeraient les comités renouvelés. Le 16
septembre, Saint-André fit adopter la liste des nouveaux membres du
Comité des marchés. C'est entre ces deux dates du 13 et du 16 septembre
que Robespierre a écrit ces phrases au début de son carnet. (3) Le 15
septembre, la Convention décréta que le député Gillet en mission à
l'armée des côtes de Brest, continuerait d'y exercer les fonctions qui
lui avaient été confiées, malgré le congé qui lui avait été accordé. Le
22 septembre, le Comité envoya Prieur de la Marne et Saint-André à
l'escadre de l'amiral Morard de Galles, qui croisait à Quiberon. (4) Le
7 septembre, la Convention avait voté, à la demande du département de
Paris, le séquestre des biens appartenant aux sujets ennemis, mais elle
avait suspendu le décret dès le lendemain, à la grande indignation des
jacobins, qui protestèrent à la barre le 13 septembre. On voit que les
jacobins étaient d'accord avec Robespierre. Le 30 septembre, Delaunay
d'Angers fit un rapport sur la question au nom des Comités réunis du
commerce, de Salut public, des finances et de la Commission dite des
Cinq. Il conclut contre le séquestre. Mais le 9 octobre, Robespierre et
Billaud-Varenne obtinrent de la Convention la remise en vigueur du
décret du 7 septembre. (Pour plus de détails, voir notre livre _La
Révolution et les Etrangers_.) (5) Le 13 septembre, le ministre de la
Justice Garat consulta la Convention sur la question de savoir si les
tribunaux criminels pouvaient juger les émigrés arrêtés dans leur
département. Sur la proposition de Merlin (de Douai), la Convention
décréta sur-le-champ que les émigrés rentrés, qui ne seraient pas
justiciables des tribunaux militaires, seraient jugés par le tribunal
criminel du département dans lequel ils auraient été arrêtés. Il est
probable que Robespierre voyait des inconvénients à ce décret. (6) Le
13 septembre, le Comité de Salut public avait ordonné la destitution
d'un certain nombre de fonctionnaires employés dans les administrations
militaires. Robespierre en prit sans doute prétexte pour réclamer
l'épuration du personnel des autres services. (7) Il s'agit de
l'application des décrets des 4 mai et 6 juin 1793, entravés par la
mauvaise volonté des autorités locales. (Voir dans ma _Victoire en l'an
II_, p. 203, le chapitre sur les Allocations). Le 5 nivôse, Robespierre
fera voter un nouveau décret augmentant d'un tiers le chiffre des
secours et pensions, et abrégeant les formalités pour les toucher. (8)
Le général Declaye (ou Declaie), commandant la place de Cambrai, avait
été accusé de trahison par Lacoste et Peyssard, après une sortie
malheureuse qu'il avait ordonnée entre Apres et Avesnes-le-Sec. (Voir
leur lettre dans les _Archives parlementaires_, séance du 15
septembre). On voit que la réponse que leur fit le Comité (recueil
Aulard, t. VI, p. 463) fut inspirée par Robespierre. Declaye fut
d'ailleurs déclaré irréprochable après enquête (arrêté du Comité de
Salut public, du 29 octobre 1793) (9) Laurent (du Bas-Rhin) avait
dénoncé, le 12 septembre, un acte arbitraire commis par Xavier Audoin,
adjoint du ministre de la Guerre, qui avait nommé le fils de
Fouquier-Tinville à une sous-lieutenance dans le 4e régiment de
chasseurs à cheval, alors que les représentants à l'armée du Rhin
avaient déjà pourvu à cette place. La Convention avait fait droit à la
réclamation de Laurent. On voit que Robespierre désire se documenter
auprès de ce dernier, qui était de passage à Paris. (10) Cette phrase,
écrite au crayon léger, manque dans l'héliographie Motteroz. Le
chevalier Pio, ancien attaché à l'ambassade de Naples à Paris, révoqué
en 1790, avait joué un rôle important dans les milieux jacobins de la
capitale. Il avait collaboré au journal de Marat et dénoncé
furieusement le ministre des Affaires étrangères Lebrun, ainsi que
Proly. On trouvera sur lui des renseignements dans un article des
_Annales révolutionnaires_ (janvier 1919). (11) On lit dans les papiers
du Comité de Sûreté générale, à la date du 27 septembre 1793 (Archives
nationales, DXLIV), la dénonciation suivante: "Le citoyen Goutier a
déclaré au Comité qu'il est à sa connoissance le nommé Audille, employé
dans les bureaux de la Convention où il a été placé par les Brissotins.
Il tient les propos les plus contre-révolutionnaires contre les
patriotes de la Montagne, notamment Danton, Marat, Panis et
Robespierre, et dit que ce dernier a présidé au massacre des prisons,
vomit toutes les horreurs contre les jacobins de toutes les sociétés
populaires, en disant que ce sont des brigands, des anarchistes et des
désorganisateurs. Il est de toute justice de purger les bureaux d'un
tel contre-révolutionnaire. Le déclarant demande que son nom ne soit
point connu. Goutier. Pour copie conforme: Boucher Saint-Sauveur." Un
certain André Goutier, délégué de l'Assemblée primaire de Mondragon
(Vaucluse) à la Fédération du 10 août, avait réclamé et obtenu
l'indemnité de déplacement allouée à tous les fédérés. (Voir aux
_Archives parlementaires_ la séance du 15 août 1793). Est-ce de lui
qu'il est question? Robespierre était en relations assez étroites avec
Agricole Moureau, l'oncle du jeune Viala, qui jouissait en Vaucluse
d'une influence considérable dans le parti montagnard. (12) Crachet,
homme de loi à Saint-Omer et administrateur du district de cette ville,
était artésien comme Robespierre. Un arrêté du Comité de Salut public,
en date du 17 octobre 1793, nomma son fils "inspecteur général des
chevaux pour la maladie de la morve". On voit que cette nomination fut
due à Robespierre, selon toute apparence. (13) Il faut lire: rapport de
J.-B. Lacoste (député du Cantal). Une lettre des représentants à
l'armée du Rhin, J.-B. Lacoste, Guyardin et J.-B. Milhaud, datée de
Kemps, le 18 septembre, et lue à la Convention le 25 septembre, avait
annoncé un échec des Français qui n'avaient pas réussi à franchir le
Rhin, en nombre, près de Huningue, par suite de la trahison des
bateliers. C'est probablement après la lecture de cette lettre que
Robespierre écrit sur son carnet: "L'Alsace vendue". Le Comité destitua
le général Landremont, commandant de l'armée. Le 25 septembre, il
écrivit aux représentants pour les inviter à surveiller les officiers
suspects et à prévenir les trahisons (Le général d'Arlande avait passé
à l'ennemi peu de temps auparavant). Lacoste et Mallarmé vinrent à
Paris. La Convention les renvoya à l'armée par décret du 6 octobre. Le
6 octobre était un dimanche. C'est sans doute ce jour-là que J.-B.
Lacoste fit son rapport au Comité, te 13 octobre, Robespierre lui
envoya des pièces concernant un complot qui avait pour but de livrer
Strasbourg. (14) Le ci-devant prince allemand Charles de Hesse fut
relevé de son commandement à Orléans, le 13 octobre 1793. Robespierre
se défiait des étrangers et surtout de ceux qui affectaient un
patriotisme exagéré, comme c'était le cas de Hesse. Voir sur celui-ci
le livre de M. A. Chuquet. (15) Le 15 octobre, le Comité de Salut
public ordonna au ministre de la Guerre de former promptement et de
discipliner les bataillons de réquisition. Les jeunes bourgeois des
villes, enrôlés dans la levée en masse, n'étaient partis qu'à regret,
et on les soupçonnait d'intentions contre-révolutionnaires. (16)
Courtois a publié cette phrase en la détachant dé celle qui précède, de
manière à faire croire que "la conspiration" que Robespierre voulait
déjouer était une conspiration de députés, et qu'il avait eu
l'intention d'attenter à la représentation nationale. Le 15 octobre, à
la demande de Jourdeuil, adjoint au ministre de la guerre, un décret
autorisa le transfert à Versailles des escadrons de l'armée
révolutionnaire en garnison à Beauvais. Il fallut un décret parce que
Versailles était situé à l'intérieur du périmètre constitutionnel de 30
000 toises, dans lequel aucune troupe ne pouvait pénétrer sans une
autorisation législative. (17) Le 5 octobre, Barère donna lecture à la
Convention d'une lettre de Dubois-Crancé et Gauthier, en mission devant
Lyon. Le Comité estima que leur conduite dans les opérations du siège
était empreinte de faiblesse et décida leur rappel, qui fut décrété le
lendemain par la Convention. (18) Bô ne fut pas envoyé à Lyon, mais à
l'armée des Ardennes, par décret du 19 octobre. Montaut fut envoyé à
Lyon avec Collot d'Herbois et Fouché, par décret du 9 brumaire (30
octobre 1793). Laporte et Châteauneuf-Randon ne furent pas rappelés.
(19) Le 4 octobre, on avait lu à la Convention une lettre de Dentzel,
représentant, enfermé dans Landau assiégé. Dentzel se plaignait du
général Delmas, dont il demandait la destitution. Après la lecture de
cette lettre, Duroy déclara que Dentzel lui était suspect, et la
Convention vota le renvoi au Comité de Salut public. -- Un Belin était
député de l'Aisne à la Convention. Il est peu probable que ce soit lui
que Robespierre ait visé dans cette note. (20) Le calendrier
républicain avait été décrété le 5 octobre 1793, sur la proposition de
Romme. On voit que Robespierre eut l'intention de s'opposer à
l'exécution du décret qui fut le signal de la déchristianisation. (21)
Le 6 octobre, le Comité de Salut public proposa la liste des membres
qui devaient être adjoints au Comité des marchés et de ceux qui
devaient former le Comité d'instruction publique. (22) Le 11 octobre,
la Convention chargera le Comité de Salut public de lui faire un
rapport sur la mésintelligence qui régnait en Vendée entre certains
généraux et certains représentants du peuple. (23) Quelle faction
Robespierre avait-il en vue? Est-ce la faction qui avait persécuté
Rossignol? la faction de Philippeaux et de Bourdon (de l'Oise)? (24) Le
13 octobre 1793, le Comité de Salut public adopta un règlement relatif
aux trente courriers qui lui étaient attachés. (25) A la séance du 5
octobre 1793, le président de la Convention avait fait lire deux
lettres par lesquelles Fouquier-Tinville réclamait des pièces pour
commencer le procès des girondins et celui de Marie-Antoinette. Est-ce
à cet incident que fait allusion la réflexion de Robespierre? (26) Ce
mot est barré dans le texte. Cette phrase obscure doit répondre aux
préoccupations que causait à Robespierre le mauvais esprit de la
réquisition des villes. (27) Je ne vois pas que cette communication ait
été faite à la Convention. Le Comité arrêta, dans sa séance du 22
octobre, plusieurs des mesures réglementaires proposées par
Robespierre. (28) Robespierre était très désireux de ne pas jeter les
Etats-Unis et la Suisse dans le conflit à côté de nos ennemis. Il
ménageait le gouvernement de Washington et écoutait volontiers les
suggestions de son représentant à Paris, l'ambassadeur Gouverneur
Morris. (29) Le 27 octobre 1793, les Comités réunis de Salut public, du
commerce et d'agriculture arrêtèrent que le tableau du maximum
accorderait 5 p. 100 de bénéfice au marchand en gros et 10 p. 100 au
marchand détaillant. (30) Cette phrase au crayon léger n'est pas
apparue dans la phototypie Motteroz. Je n'ai pas réussi à me renseigner
sur ce personnage. (31) Un mot illisible, peut-être "soin"? (32) Le 16
octobre 1793, le Comité de Salut public décida de diviser son nouveau
local en bureaux. Le 9 brumaire (30 octobre), il invita le ministre de
l'Intérieur à procéder à leur ameublement. (33) Le 26 octobre 1793 (5
brumaire), le Comité éloigna Hérault de Séchelles de ses délibérations,
en le chargeant d'une mission pour le Haut-Rhin. Voir sur cet épisode
nos articles: L'histoire secrète du Comité de Salut public, et Hérault
de Séchelles était-il dantoniste? dans la seconde série de nos _Etudes
robespierristes_. (34) Courtois a vu dans cette phrase la preuve que
Robespierre avait le projet de dissoudre la Convention. _Rapport_, p.
36. (35) Ici quatre mots rayés: le Comité à faire. (36) Le 3 frimaire,
la Commune, en l'absence de Chaumette, avait pris un arrêté qui
ordonnait la fermeture immédiate de toutes les églises de Paris encore
ouvertes. L'arrêté fut rapporté, le 8 frimaire, à la demande de
Chaumette. (Sur ces faits, voir mon livre _La Révolution et l'Eglise_,
p. 133 et suiv.). (37) Il faut sans doute lire: des femmes
républicaines révolutionnaires dont le club fut fermé à cette époque
par un décret de la Convention qui interdit tous les clubs de femmes.
(38) Le 22 brumaire (12 novembre), à la demande du département
d'Eure-et-Loir, la Convention avait chargé le Comité de Salut public
d'examiner la question de savoir s'il ne conviendrait pas d'établir
dans chaque département un tribunal révolutionnaire. Déjà certains
représentants en mission avaient donné aux tribunaux criminels
ordinaires la mission de juger révolutionnairement. (Ainsi Barras et
Fréron. Voir E. Poupé, _Le tribunal révolutionnaire du Var_.) (39) Le
27 du premier mois (18 octobre 1793), Lecointre, préludant à la
campagne des Indulgents contre la Terreur, avait fait décréter que les
comités révolutionnaires ne pourraient faire arrêter personne sans
motiver leurs décisions, qu'ils seraient tenus de communiquer sous
trois jours au Comité de Sûreté générale de la Convention. Le troisième
jour du deuxième mois (24 octobre), Louis, du Bas-Rhin, proposa, au nom
du Comité de Sûreté générale, de rapporter ce décret. Il fut soutenu
par Robespierre et le décret fut rapporté. (40) Le 5 nivôse, Barère fit
décréter qu'aucun étranger ne serait admis à représenter le peuple
français. Thomas Payne, Anacharsis Cloots et Dentzel furent ainsi
expulsés de la Convention et bientôt mis en arrestation. Gouverneur
Morris avait desservi Payne auprès de Robespierre. (Voir notre livre:
_La Révolution et les Etrangers_.) Payne s'était compromis dans la
politique défaitiste des Dantonistes. (41) Houchard fut traduit devant
le tribunal révolutionnaire par décret en date du 24 octobre 1793. (42)
Robespierre était mal informé. Le 15 frimaire, Amar annonça à la
Convention que les deux Rabaut venaient d'être arrêtés au faubourg
Poissonnière, à Paris. (43) Le 10 octobre 1793, sur le rapport de
Saint-Just, la Convention avait décrété que le gouvernement de la
France était révolutionnaire jusqu'à la paix. L'art. 14 du décret
stipulait qu'il serait créé "un tribunal et un juré (sic) de
comptabilité", dont les membres nommés par la Convention auraient pour
mission de poursuivre tous ceux qui avaient manié des deniers publics
depuis la Révolution. On peut se demander si la liste inscrite ici
n'était pas celle des députés qui, dans la pensée de Robespierre,
devaient composer la chambre ardente révolutionnaire imaginée par
Saint-Just. La présence de Raffron, qui avait demandé à plusieurs
reprises l'institution d'un tribunal censorial, le laisserait croire.
Rétablir dans cette liste plusieurs noms mal orthographiés: Romme,
Raffron. (44) Il s'agit sans doute de Dumas (Jean-Louis) qui figure à
l'_Etat militaire_ de 1793, comme lieutenant-colonel du 3e bataillon de
volontaires du département des Vosges. (45) Le 19 octobre, par un
arrêté de la main de Robespierre, le Comité de Salut public avait
chargé le député Hentz d'une mission d'enquête à l'armée de la Moselle.
Peu après, le 22 octobre, le Comité nommait Hoche au commandement de
l'armée de la Moselle. Le 28 octobre, il décidait d'envoyer de nouveaux
représentants à l'armée du Rhin, pour remplacer Ruamps, Milhaud,
Lacoste, Mallarmé, Borie et Niou. Lacoste fut maintenu dans sa mission
par le décret du 13 brumaire (3 novembre) et il eut pour collègues
Lémane, Baudot, Ehrmann. (46) Les commissaires à la levée
extraordinaire de chevaux avaient été nommés à la séance du 8 octobre
1793. Le député Boursault, ancien directeur de spectacle, y était
désigné pour la Bretagne. Le 25 brumaire (15 novembre 1793), le Comité
adressa, aux commissaires à la levée des chevaux, une circulaire pour
les inviter à agir avec zèle et célérité. Boursault fut dénoncé à la
Convention, le 27 novembre, par l'assemblée électorale du département
de Paris, qui lui reprocha de vivre avec opulence, alors qu'il était en
état de faillite. Le Comité de Sûreté générale fut chargé d'enquêter
sur son cas. (47) Le 9 brumaire (30 octobre), la Convention approuva,
sur le rapport du Comité, les actes des représentants à Lyon, qui
avaient établi une commission pour juger les rebelles. Le même jour, le
Comité ordonna au ministre de la Guerre de faire passer à Lyon un
détachement de l'armée révolutionnaire, et délégua Collot d'Herbois en
mission extraordinaire dans la ville. (48) Par décret du 8 brumaire (29
octobre), le tribunal criminel extraordinaire fut appelé
révolutionnaire. (49) Carnot partit pour l'armée du Nord après la
séance du 5 octobre. Il ne fut de retour que le 20 octobre. Dans
l'intervalle il avait assisté, aux côtés de Jourdan, à la bataille de
Wattignies (15 et 16 octobre). (50) Le belge Proli, qu'on disait bâtard
du prince de Kaunitz, avait été dénoncé par Fabre d'Eglantine comme
agent de l'étranger. Il fut arrêté le 12 octobre, mais remis en liberté
aussitôt par l'intervention de ses protecteurs Hérault de Séchelles et
Collot d'Herbois. Théophile Leclerc (de Lyon ou d'Oze), un des chefs du
parti des Enragés, rédigeait le journal _L'Ami du peuple_, qui cessa de
paraître à la fin de septembre. (51) Le Comité de Salut public prit, le
10 octobre, un arrêté pour rappeler un de ses commissaires en mission à
Senlis. Le recueil Aulard, où les fautes de ce genre sont habituelles,
appelle ce commissaire Murhard. Il s'agit de Marchand, qui avait été
chargé, avec Clémence, de comprimer un soulèvement révolutionnaire qui
avait éclaté dans cette région (arrêté du Comité en date du 21
septembre 1793). Marchand fut rappelé parce qu'il avait commis un abus
de pouvoir en arrêtant un citoyen Le Meignan. (52) Le général Cordelier
avait commandé une division à Wattignies. (53) II s'agissait
d'eau-de-vie destinée aux troupes, qu'on disait empoisonnée. Le 11
octobre, Barère, Hérault et Robespierre écrivirent aux représentants à
l'armée du Nord, pour leur demander de faire une enquête. (54) Féraud,
en mission à l'armée des Pyrénées occidentales, avait été attaqué aux
Jacobins. Le département des Hautes-Pyrénées prit sa défense. (Voir aux
_Archives parlementaires_ la séance du 7 octobre). Rovère était en
mission en Vaucluse. Il fut accusé avec vraisemblance de spéculer sur
les biens nationaux et de s'enrichir à l'abri de ses fonctions. (55)
Voir la séance du Comité de Salut public du 22 octobre. (56) Le 12
octobre, le Comité écrivit à Chateauneuf-Randon, alors en mission à
Lyon, de se rendre dans la Lozère pour réprimer les troubles causés par
la levée de la première réquisition. (57) Le 9 brumaire (30 octobre),
Barère fit voter un décret assujettissant l'armée révolutionnaire aux
lois militaires ordinaires. "Quelques malveillans, dit-il, ont insinué
aux citoyens qui la composent que cette force était instituée pour
donner des places, des récompenses à des patriotes, et qu'elle ne
devait pas être tenue sur un pied aussi strict que les autres
armées.....". Le 13 brumaire, le Comité prit un important arrêté sur
l'organisation de l'armée révolutionnaire. (58) Le 10 brumaire (31
octobre), la municipalité parisienne renouvela la demande qu'elle avait
déjà faite à la Convention, le 6 octobre, d'un tribunal révolutionnaire
qui suivrait l'armée de ce nom et qui punirait les accapareurs. Un
membre du Comité de législation posa diverses questions à ce sujet,
dans la séance du 20 brumaire (10 novembre). (59) Les
contre-révolutionnaires hypocrites désignent, dans l'esprit de
Robespierre, les faux patriotes qui poussaient aux mesures extrêmes,
autrement dit l'avant-garde hébertiste dirigée par Proli. (60) Le 4
octobre, le Comité ordonna au Conseil exécutif de lui présenter les
moyens les plus sûrs et les plus prompts de se procurer des grains à
l'étranger. Voir les séances du Conseil exécutif des 6 et 8 octobre. Le
maximum général avait été voté le 29 septembre. (61) Le 8 brumaire (29
octobre), un décret rappela les représentants dont la mission dans les
départements était terminée. Le même jour, Barère fit décréter que les
représentants rappelés, qui ne seraient pas de retour dans le délai de
quinze jours, seraient considérés comme démissionnaires. Le 13 brumaire
(3 novembre), un nouveau décret, proposé par Barère, rappela tous les
représentants chargés de la levée de la première réquisition: "Quand
les commissaires, dit Barère, restent trop longtemps dans un
département, les administrations s'engourdissent, parce qu'ils les
rendent inactives." (62) Robespierre jeune, en mission à l'armée
d'Italie, avait fait un vif éloge de Dugommier, dans sa lettre du 23
octobre. Peu après, le 3 novembre, Dugommier fut chargé, par le Comité,
de diriger le siège de Toulon. Robespierre aîné chanta ses louanges aux
Jacobins, le 3 frimaire (28 novembre), et déclara qu'il avait été nommé
général de brigade à la recommandation de Marat. (63) Jarri ou Jarry,
courrier du Comité, est souvent nommé dans la correspondance de Le Bas,
qui l'employa dans sa mission d'Alsace. (Voir _Le Conventionnel Le
Bas_, par Stéfane-Pol). (64) Girey-Dupré, ami de Brissot et rédacteur
au _Patriote français_, et Bois-Guyon, ci-devant adjudant-général du
général Beysser, avaient été arrêtés à Bordeaux, le 2 brumaire, par
ordre des représentants Ysabeau et Tallien. (Voir la lettre de ceux-ci
au Comité, en date du 3 brumaire). (65) Ces mots "et de la défiance"
ont été barrés après coup par Robespierre. Saint-Just et Le Bas avaient
été délégués en mission extraordinaire à l'armée du Rhin, au lendemain
de la perte des lignes de Wissembourg, par arrêté du Comité, en date du
17 octobre 1793. (66) Le 13 brumaire, Robespierre écrivit à Hentz, en
mission à l'armée des Ardennes, pour l'inviter à se rendre à l'armée du
Nord, afin d'aplanir la rivalité qui s'était élevée entre Dnquesnoy et
Jourdan, au sujet de leur mérite respectif dans le gain de la bataille
de Wattignies. La lettre de Robespierre est analysée dans le catalogue
de la vente d'autographes Victorien Sardou, n° 128. (67) Le 10 brumaire
(31 octobre), les représentants à l'armée des Pyrénées occidentales
avaient écrit au Comité qu'ils avaient maintenu au commandement en chef
le général Muller, nommé par eux, et qu'ils n'avaient pas installé le
général Dumas, nommé à cette fonction par le Conseil exécutif. Le 12
brumaire (2 novembre), le Comité arrêta que les états-majors des armées
des Pyrénées orientales et occidentales seraient épurés. Le 10 frimaire
(30 novembre), le Comité nomma Dumas au commandement d'une division de
10 000 hommes, envoyée de l'armée des Pyrénées occidentales en Vendée.
(68) Un Calendini, officier sous les ordres de Lavalette, commandant à
Lille, avait été persécuté par le général Lamarlière. J'ignore de
quelle mission il avait été chargé. Le Duplay, qui est ici nommé, doit
être le célèbre menuisier chez qui logeait Robespierre. (69) Il s'agit
sans doute de Comité de surveillance (ou de Salut public) du
département de Paris, qui comprenait la plupart des membres de l'ancien
Comité révolutionnaire central, qui avait préparé l'insurrection des 31
mai et 2 juin. (70) Courtois a reproduit cette phrase pour prouver que
Robespierre voulait détruire la Convention. Le contexte montre qu'il
s'agit des députés compromis dans l'insurrection fédéraliste. On sait
que Robespierre a sauvé les 73 députés girondins qui s'étaient bornés à
protester contre le 31 mai. (71) La Convention avait mis hors la loi
les députés girondins qui étaient allés soulever les départements
(décrets des 8, 28 juillet et 30 octobre 1793). Dans son rapport du 23
ventôse, sur les factions de l'étranger, Saint-Just donnera
satisfaction à Robespierre, en faisant voter les deux articles
suivants: "Art. 8. Les prévenus de conspiration contre la République,
qui se seront soustraits à l'examen de la justice, sont mis hors la
loi. -- Art. 9. Quiconque les recèlera chez lui ou ailleurs sera
regardé et puni comme leur complice." (72) Un Lalande figure dans la
liste de patriotes écrite de la main de Robespierre et publiée dans les
_Papiers inédits_, t. II, p. 8. Il écrivit à Robespierre, de Coutances,
le 7e jour de la 3e décade du Ier mois (29 octobre 1793), une longue
lettre qui figure aux _Papiers inédits_, I, p. 159 sq., pour dénoncer
la femme La Chapelle, nièce de l'évêque de Bayeux, De Cheylus. Cette
femme habitait à Paris, rue Turenne, n° 156, et elle correspondait,
sous le couvert du député de l'Ardèche, Saint-Martin, qui habitait dans
la même maison, ainsi que Perrochel. D'après Lalande, Perrochel, homme
de beaucoup de talent, aurait été un des chefs du fédéralisme dans le
Calvados. La femme La Chapelle aurait été la maîtresse du député
Saint-Martin. (73) Le nommé Perrochel, ancien membre des Jacobins,
avait été arrêté et emprisonné à l'abbaye, comme compromis dans le
mouvement fédéraliste. (Tuetey, _Répertoire_, t. X, n° 707. M. Tuetey a
imprimé Perrochet par une faute de lecture). Le chirurgien Lefèvre
avait été dénoncé au Comité de Salut public du département de Paris,
comme prêchant le fédéralisme. Il fut envoyé à Sainte-Pélagie. Une des
correspondantes de Perrochel, la veuve Fournier, née de La
Chapelle-Caylus, fut arrêtée également et conduite à la Petite-Force.
(74) Sainte-Foy, ancien surintendant des finances du comte d'Artois et
agioteur notoire, avait été traduit au Comité de Sûreté générale par
ordre des représentants Lejeune et Roux. Un arrêté du Comité de Sûreté
générale, en date du 4 frimaire, l'écroua à la Conciergerie. (Tuetey,
_Répertoire_, t. X, n° 981). (75) Brune, le futur maréchal, commandait
le détachement de l'armée révolutionnaire dans la Gironde. (76) Ce mot
est barré. (77) Le 16 frimaire (6 décembre), le Comité de Salut public
invita le Comité de Sûreté générale à rendre la liberté au citoyen
Julien, administrateur de la fabrication des armes, détenu depuis
longtemps à la maison d'arrêt de la section de Popincourt. L'arrêté est
de la main de Robespierre. (78) Lamarlière avait été décrété
d'accusation par la Convention, le 31 juillet 1793, à la suite d'un
rapport de J.-B. Saint-André. Le 13 brumaire, Barète avait annoncé à là
Convention que Fouquier-Tinville avait écrit au Comité que le général
Favart, commandant à Lille, était cité pour déposer dans le procès de
Lamarlière. Barère fit décréter que Favart resterait à Lille et
enverrait sa déposition par écrit. Lamarlière fut condamné à mort le 6
frimaire. (79) Le 28 brumaire, Amar, au nom du Comité de Sûreté
générale, avait présenté un rapport succinct sur la conspiration
dénoncée par Chabot et Basire, quelques jours auparavant. Amar avait
été chargé du rapport définitif. Robespierre prépara de son côté un
rapport sur la question où il accablait "les chefs de la conspiration",
Julien de Toulouse, Delaunay, le baron de Batz, et où il s'efforçait de
représenter Chabot et Basire comme "des faibles égarés". Ce rapport,
qui ne fut pas adopté par les Comités, a été imprimé dans les pièces
trouvées dans les papiers de Robespierre et imprimées en exécution du
décret du 3 vendémiaire an III, pièce n° XVIII. (80) Dufresse, ancien
acteur, ami de Danton, devenu général à Lille sous Lavalette, avait été
déjà arrêté par ordre de Lamarlière, à la fin de juillet, puis remis
en liberté. Le 19 frimaire, Bourdon (de l'Oise) l'accusa d'être sans
m½urs, d'avoir été l'agent de Dumouriez et de pousser aux mesures
extrêmes pour lasser le peuple de la Révolution. (81) Les représentants
à Toulon venaient d'écrire au Comité que le général Dugommier avait
traité, avec trop de prévenance, le général anglais O'Hara fait
prisonnier. Voir Chuquet, _Dugommier_, p. 119-120 (82) Le 16 frimaire
(6 décembre), avait été donné lecture à la Convention d'une lettre des
représentants à l'armée de la Moselle, racontant les efforts
infructueux de Hoche contre Kaiserslautem, les 8, 9 et 10 frimaire. On
voit que Robespierre continue à penser beaucoup de bien de Hoche et
qu'il attribue son insuccès à la médiocrité de ses lieutenants. (83) Le
16 frimaire (6 décembre), on donna lecture à la Convention d'une lettre
d'André Dumont, représentant dans la Somme, qui racontait une tentative
insurrectionnelle provoquée par les prêtres à Amiens. Déjà Robespierre
avait blâmé les violences d'André Dumont contre le culte. (Voir E.
Hamel, _Histoire de Robespierre_, t. III, p. 213). On voit qu'ici il
songe à le faire rappeler. Il n'y réussit pas d'ailleurs. (84) La
double intrigue était celle des ultra-révolutionnaires ou hébertistes,
d'un côté, et celle des citra-révolutionnaires ou indulgents, de
l'autre, tous ligués contre le Comité de Salut public. Robespierre la
dénonça dans un rapport au Comité, qui ne fut publié qu'après sa mort.
(_Papiers inédits_, t. II, p. 21.) (85) Il existe dans les _Papiers
inédits trouvés chez Robespierre_ t. III, p. 133), une lettre du
conventionnel Girard, député de l'Aude, qui demande à Robespierre son
appui pour obtenir un congé d'un mois. (86) Le 5 nivôse, Robespierre
avait fait décréter que le Comité de Salut public présenterait, dans le
plus bref délai, un rapport sur les moyens de perfectionner
l'organisation du tribunal. (87) Il faut lire sans doute "à mander".
(88) Le 7 nivôse, le Comité approuva les mesures prises par Julien
fils, son agent dans le Morbihan. Julien avait dénoncé l'équipage de
l'_Orion_, qui avait crié: Vive le roi! (Voir la correspondance de
Julien, publiée par son petit-fils Edouard Lockroy, sous le titre: _Une
mission en Vendée_, p. 156.) (89) Le 8 nivôse, Robespierre prononça
l'éloge de Bara et demanda pour lui les honneurs du Panthéon, ce qui
fut décrété. (90) Le 10 frimaire, une députation des sociétés
populaires de Vaucluse était venue apporter à la Convention le c½ur du
représentant Gasparin, mort à Orange dans sa mission. Un membre avait
demandé pour Gasparin les honneurs du Panthéon. La Convention renvoya
la proposition au Comité d'instruction publique. -- Pierre Baille, en
mission à Toulon, était tombé aux mains des rebelles. Le bruit courut
qu'il avait été supplicié, et le 5 frimaire (25 novembre), le jour même
où la Convention expulsait les restes de Mirabeau du Panthéon, Merlin
de Thionville faisait décréter que le Comité d'instruction publique
présenterait un rapport sur la mort de Baille et de son collègue
Beauvais, "afin de présenter leur mémoire à la reconnaissance
publique". (91) Le 22 frimaire (12 décembre 1793), une députation de
femmes des suspects détenus était venue demander à la Convention la
liberté de leurs maris. La pétition, inspirée par les indulgents, avait
été renvoyée au Comité de Sûreté générale. Le 6 nivôse, Barère avait
proposé, au nom des deux Comités, la formation d'une commission de cinq
membres chargés d'examiner les motifs d'arrestation des suspects et de
prononcer sur leur cas. Robespierre combattit la proposition qui fut
ajournée.





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Le carnet de Robespierre (septembre-décembre 1793)" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home