Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: Histoire du véritable Gribouille
Author: Sand, George, 1804-1876
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Histoire du véritable Gribouille" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



file was produced from images available at the Bibliothèque
nationale de France (BnF/Gallica) at http://gallica.bnf.fr)



HISTOIRE

DU

VÉRITABLE GRIBOUILLE


PARIS.--IMPRIMERIE SCHNEIDER,

1, rue d'Erfurth.

[image]



HISTOIRE
DU VÉRITABLE
GRIBOUILLE

PAR
GEORGE SAND


VIGNETTES PAR MAURICE SAND

GRAVURES DE DELAVILLE

[image]

PARIS
PUBLIÉ PAR E. BLANCHARD
ANCIENNE LIBRAIRIE HETZEL,
RUE RICHELIEU, 78.

1851


A MADEMOISELLE VALENTINE FLEURY.


Ma chère mignonne, je te présente ce petit conte et souhaite qu'il
t'amuse pendant quelques heures de ton heureuse convalescence.

En gribouillant ce Gribouille, j'ai songé à toi. Je ne te l'offre pas
pour modèle, puisque, en fait de bon cœur et de bon esprit, c'est toi
qui m'en as servi.

GEORGE SAND.

Nohant, 26 juillet 1850

[image]



PREMIÈRE PARTIE.

COMMENT GRIBOUILLE SE JETA DANS LA RIVIÈRE PAR CRAINTE DE SE MOUILLER.


Il y avait une fois un père et une mère qui avaient un fils. Le fils
s'appelait Gribouille, la mère s'appelait Brigoule et le père
Bredouille. Le père et la mère avaient six autres enfants, trois garçons
et trois filles, ce qui faisait sept, en comptant Gribouille qui était
le plus petit.

Le père Bredouille était garde-chasse du roi de ce pays-là, ce qui le
mettait bien à son aise. Il avait une jolie maison au beau milieu de la
forêt, avec un joli jardin dans une jolie clairière, au bord d'un joli
ruisseau qui passait tout au travers du bois. Il avait le droit de
chasser, de pêcher, de couper des arbres pour se chauffer, de cultiver
un bon morceau de terre, et encore avait-il de l'argent du roi, tous les
ans, pour garder sa chasse et soigner sa faisanderie; mais le méchant
homme ne se trouvait pas encore assez riche, et il ne faisait que voler
et rançonner les voyageurs, vendre le gibier du roi, et envoyer en
prison les pauvres gens qui venaient ramasser trois brins de bois mort,
tandis qu'il laissait les riches, qui le payaient bien, chasser dans les
forêts royales tout leur soûl. Le roi, qui était vieux et qui ne
chassait plus guère, n'y voyait que du feu.

[image]

La mère Brigoule n'était pas tout à fait aussi mauvaise que son mari, et
elle n'était pas non plus beaucoup meilleure: elle aimait l'argent, et,
quand son mari avait fait quelque chose de mal pour en avoir, elle ne le
grondait point, tandis qu'elle l'eût volontiers battu quand il faisait
des coquineries en pure perte.

Les six enfants aînés de Bredouille et de Brigoule, élevés dans des
habitudes de pillage et de dureté, étaient d'assez mauvais garnements.
Leurs parents les aimaient beaucoup et leur trouvaient beaucoup
d'esprit, parce qu'ils étaient devenus chipeurs et menteurs aussitôt
qu'ils avaient su marcher et parler. Il n'y avait que le petit
Gribouille qui fût maltraité et rebuté, parce qu'il était trop simple et
trop poltron, à ce qu'on disait, pour faire comme les autres.

Il avait pourtant une petite figure fort gentille, et il aimait à se
tenir proprement. Il ne déchirait point ses habits, il ne salissait
point ses mains, et il ne faisait jamais de mal, ni aux autres ni à
lui-même. Il avait même toutes sortes de petites inventions qui le
faisaient passer pour simple, et qui, dans le fait, étaient d'un enfant
bien avisé. Par exemple, s'il avait grand chaud, il se retenait de
boire, parce qu'il avait expérimenté que plus on boit, plus on a soif.
S'il avait grand'faim et qu'un pauvre lui vînt demander son pain, il le
lui donnait vitement, se disant à part soi: Je sens ce qu'on souffre
quand on a faim, et ne dois point le laisser endurer aux autres.

C'est Gribouille qui, des premiers, imagina de se frotter les pieds et
les mains avec de la neige pour n'avoir point d'engelures. C'est lui qui
donnait les jouets qu'il aimait le plus aux enfants qu'il aimait le
moins, et, quand on lui demandait pourquoi il agissait ainsi, il
répondait que c'était pour venir à bout d'aimer ces mauvais camarades,
parce qu'il avait découvert qu'on s'attache à ceux qu'on a obligés.

Avait-il envie de dormir dans le jour, il se secouait pour se réveiller,
afin de mieux dormir la nuit suivante. Avait-il peur, il chantait pour
donner la peur à ceux qui la lui avaient donnée. Avait-il envie de
s'amuser, il retardait jusqu'à ce qu'il eût fini son travail, afin de
s'amuser d'un meilleur cœur après avoir fait sa tâche. Enfin il
entendait à sa manière le moyen d'être sage et content; mais, comme ses
parents l'entendaient tout autrement, il était moqué et rebuté pour ses
meilleures idées. Sa mère le fouettait souvent, et son père le
repoussait chaque fois que l'enfant venait pour le caresser.

--Va-t'en de là, imbécile, lui disait ce brutal de père, tu ne seras
jamais bon à rien.

Ses frères et sœurs, le voyant haï, se mirent à le mépriser, et ils le
faisaient enrager, ce que Gribouille supportait avec beaucoup de
douceur, mais non pas sans chagrin: car bien souvent il s'en allait seul
par la forêt pour pleurer sans être vu et pour demander au ciel le moyen
d'être aimé de ses parents autant qu'il les aimait lui-même.

[image]

Il y avait dans cette forêt un certain chêne que Gribouille aimait
particulièrement: c'était un grand arbre très-vieux, creux en dedans, et
tout entouré de belles feuilles de lierre et de petites mousses les plus
fraîches du monde. L'endroit était assez éloigné de la maison de
Bredouille et s'appelait le carrefour Bourdon. On ne se souvenait plus
dans le pays pourquoi on avait donné ce nom à cet endroit-là. On pensait
que c'était un riche seigneur, nommé Bourdon, qui avait planté le chêne,
et on n'en savait pas davantage. On n'y allait presque jamais, parce
qu'il était tout entouré de pierres et de ronces qu'on avait de la peine
à traverser. Mais il y avait là du gazon superbe, tout rempli de
fleurs, et une petite fontaine qui s'en allait, en courant et en
sautillant sur la mousse, se perdre dans les rochers environnants.

Un jour que Gribouille, plus maltraité et plus triste que de coutume,
était allé gémir tout seul au pied du chêne, il se sentit piqué au bras,
et, regardant, il vit un gros bourdon qui ne bougeait et qui avait l'air
de le narguer. Gribouille le prit par les ailes, et le posant sur sa
main:

[image]

--Pourquoi me fais-tu du mal, à moi qui ne t'en faisais point? lui
dit-il. Les bêtes sont donc aussi méchantes que les hommes? Au reste,
c'est tout naturel, puisqu'elles sont bêtes, et ce serait aux hommes de
leur donner un meilleur exemple. Allons, va-t'en, et sois heureux; je ne
te tuerai point, car tu m'as pris pour ton ennemi, et je ne le suis pas.
Ta mort ne guérirait pas la piqûre que tu m'as faite.

Le bourdon, au lieu de répondre, se mit à faire le gros dos dans la
petite main de Gribouille et à passer ses pattes sur son nez et sur ses
ailes, comme un bourdon qui se trouve bien et qui oublie les sottises
qu'il vient de faire.--Tu n'as guère de repentir, lui dit Gribouille, et
encore moins de reconnaissance. Je suis fâché pour toi de ton mauvais
cœur, car tu es un beau bourdon, je n'en saurais disconvenir: tu es le
plus gros que j'aie jamais vu, et tu as une robe noire tirant sur le
violet qui n'est pas gaie, mais qui ressemble au manteau du roi.
Peut-être que tu es quelque grand personnage parmi les bourdons, c'est
pour cela que tu piques si fort.

Ce compliment, que Gribouille fit en souriant, quoique le pauvre enfant
eût encore la larme à l'œil, parut agréable au bourdon, car il se mit à
frétiller des ailes. Il se releva sur ses pattes, et tout d'un coup,
faisant entendre un chant sourd et grave, comme celui d'une
contre-basse, il prit sa volée et disparut.

Gribouille, qui souffrait de sa piqûre, mais qui n'était pas si simple
qu'il ne connût les propriétés des herbes de la forêt, cueillit diverses
feuilles, et, après avoir bien lavé son bras dans le ruisseau, y
appliqua ce baume et puis s'endormit.

Pendant son premier sommeil, il lui sembla entendre une musique
singulière: c'était comme des grosses voix de chantres de cathédrale,
qui sortaient de dessous terre et qui disaient en chœur:

    Bourdonnons, bourdonnons,
      Notre roi s'avance.

Et le ruisselet, qui fuyait sur les rochers, semblait dire d'une voix
claire aux fleurettes de ses rives:

    Frissonnons, frissonnons,
      L'ennemi s'avance.

Et les grosses souches du chêne avaient l'air de se tordre et de ramper
sur l'herbe comme des couleuvres. Les pervenches et les marguerites,
comme si le vent les eût secouées, tournoyaient sur leurs tiges comme
des folles; les grandes fourmis noires, qui aiment à butiner dans
l'écorce, descendaient le long du chêne et se dressaient tout étonnées
sur leur derrière; les grillons sortaient du fond de leurs trous et
mettaient le nez à la fenêtre. Enfin, le feuillage et les roseaux
tremblaient et sifflaient si fort, que le pauvre Gribouille fut réveillé
en sursaut par tout ce tapage.

[image]

Mais qui fut bien étonné? ce fut Gribouille, quand il vit devant lui un
grand et gros monsieur tout habillé de noir, à l'ancienne mode, qui le
regardait avec des yeux tout ronds, et qui lui parla ainsi d'une grosse
voix ronflante et en grasseyant beaucoup:

--Tu m'as rendu un service que je n'oublierai jamais. Va, petit enfant,
demande-moi ce que tu voudras, je veux te l'accorder.

--Hélas! monsieur, répondit Gribouille tout transi de peur, ce que
j'aurais à vous demander, vous ne pourrez pas faire que cela soit. Je ne
suis pas aimé de mes parents et je voudrais l'être.

--Il est vrai que la chose n'est point facile, répondit le monsieur
habillé de noir; mais je ferai toujours quelque chose pour toi. Tu as
beaucoup de bonté, je le sais, je veux que tu aies beaucoup d'esprit.

--Ah! monsieur, s'écria Gribouille, si, pour avoir de l'esprit, il faut
que je devienne méchant, ne m'en donnez point. J'aime mieux rester bête
et conserver ma bonté.

--Et que veux-tu faire de ta bonté parmi les méchants? reprit le gros
monsieur d'une voix plus sombre encore et en roulant ses yeux, ardents
comme braise.

--Hélas! monsieur, je ne sais que vous répondre, dit Gribouille de plus
en plus effrayé; je n'ai point d'esprit pour vous parler, mais je n'ai
jamais fait de mal à personne: ne me donnez pas l'envie et le pouvoir
d'en faire.

--Allons, vous êtes un sot, repartit le monsieur noir. Je vous laisse,
je n'ai pas le temps de vous persuader; mais nous nous reverrons, et, si
vous avez quelque chose à me demander, souvenez-vous que je n'ai rien à
vous refuser.

--Vous êtes bien bon, monsieur, répondit Gribouille, dont les dents
claquaient de peur. Mais aussitôt le monsieur se retourna, et son grand
habit de velours noir, étant frappé par le soleil, devint gros bleu
d'abord et puis d'un violet magnifique; sa barbe se hérissa, son manteau
s'enfla; il fit entendre un rugissement sourd plus affreux que celui
d'un lion, et, s'élevant lourdement de terre, il disparut à travers les
branches du chêne.

[image]

Gribouille alors se frotta les yeux et se demanda si tout ce qu'il avait
vu et entendu était un rêve. Il lui sembla que c'en était un en effet,
et que, du moment seulement où le monsieur s'était envolé, il s'était
senti tout de bon éveillé. Il ramassa son bâton et sa gibecière et s'en
retourna à la maison, car il craignait d'être encore battu pour s'être
absenté trop longtemps.

A peine fut-il entré que sa mère lui dit:

--Ah! vous voilà? Il est bien temps de revenir. Voyez un peu l'imbécile,
à qui le plus grand bonheur du monde arrive et qui ne s'en doute
seulement pas!

[image]

Quand elle eut bien grondé, elle prit la peine de lui dire que M.
Bourdon était venu dans la forêt, qu'il s'était arrêté dans la maison du
garde-chasse, qu'il y avait mangé un grand pot de miel, qu'il avait pour
cela payé un beau louis de vrai or, enfin, qu'après avoir regardé l'un
après l'autre tous les enfants, frères et sœurs de Gribouille, il avait
dit à la mère Brigoule: «Ça, madame, n'avez-vous point un enfant plus
jeune que ceux-ci?» Et ayant appris qu'il y en avait un septième, âgé
seulement de douze ans et qu'on appelait Gribouille, il s'était écrié:
«Oh! le beau nom! voilà l'enfant que je cherche. Envoyez-le-moi, car je
veux faire sa fortune.» Là-dessus il était sorti, sans s'expliquer
autrement.

--Mais, dit Gribouille tout stupéfait, qu'est-ce donc que M. Bourdon?
car je ne le connais pas.

--M. Bourdon, répondit la mère, est un riche seigneur qui vient
d'arriver dans le pays et qui va acheter une grande terre et un beau
château tout près d'ici. Personne ne le connaît, mais tout le monde
s'accorde à dire qu'il est généreux et jette l'or et l'argent à pleines
mains. Peut-être bien qu'il est un peu fou, mais, puisqu'il a de la
fantaisie pour votre nom de Gribouille, allez-vous-en vite le trouver,
car, pour sûr, il veut vous faire un riche présent.

--Et où irai-je le trouver? dit Gribouille.

--Dame! je n'en sais rien, répondit Brigoule; j'étais si interloquée que
je n'ai pas pensé à le lui demander; mais sûrement qu'il demeure déjà
dans le château qu'il est en train d'acheter. C'est à la lisière de la
forêt; vous connaissez tout le pays, et il faudrait que vous fussiez
bien sot pour ne pas trouver un homme que tout le monde connaît déjà et
dont on parle comme d'une merveille. Allez, partez, dépêchez-vous, et
ce qu'il vous donnera, ayez bien soin de le rapporter ici: si c'est de
l'argent, n'en prenez rien pour vous; si c'est quelque chose à manger,
ne le flairez seulement point; remettez-le tel que vous l'aurez reçu à
votre père ou à moi. Sinon, gare à votre peau!

--Je ne sais pas pourquoi vous me dites tout cela, ma chère mère,
répondit Gribouille; vous savez bien que je ne vous ai jamais rien
dérobé, et que je mourrais plutôt que de vous tromper.

--C'est vrai que vous êtes trop bête pour cela, reprit sa mère; allons,
ne raisonnez point, et partez.

Quand Gribouille fut sur le chemin du château que sa mère lui avait
indiqué, il se sentit bien fatigué, car il n'avait rien mangé depuis le
matin, et la journée finissait. Il fut obligé de s'asseoir sous un
figuier qui n'avait encore que des feuilles, car ce n'était point la
saison des fruits, et il allait se trouver mal de faiblesse quand il
entendit bourdonner un essaim au-dessus de sa tête. Il se dressa sur la
pointe des pieds, et vit un beau rayon de miel dans un creux de l'arbre.
Il remercia le ciel de ce secours, et mangea un peu de miel le plus
proprement qu'il put. Il allait continuer sa route, lorsque, du creux de
l'arbre, sortit une voix perçante qui disait: «Arrêtez ce méchant! à
moi, mes filles, mes servantes, mes esclaves; mettons en pièces ce
voleur qui nous prive de nos richesses!»

Qui eut grand'peur? ce fut Gribouille.

--Hélas! mesdames les abeilles, fit-il en tremblant, pardonnez-moi. Je
mourais de faim, et vous êtes si riches, que je ne croyais pas vous
faire grand tort en goûtant un peu à votre miel; il est si bon, si
jaune, si parfumé, votre miel! vrai, j'ai cru d'abord que c'était de
l'or, et c'est quand j'y ai goûté que j'ai compris que c'était encore
meilleur et plus agréable à trouver que de l'or fin.

--Il n'est pas trop sot, reprit alors une petite voix douce, et, pour
ses jolis compliments, je vous prie, chère Majesté, ma mère, de lui
faire grâce et de le laisser continuer son chemin.

Là-dessus il se fit dans l'arbre un grand bourdonnement, comme si tout
le monde parlait à la fois et se disputait; mais personne ne sortit, et
Gribouille se sauva sans être poursuivi. Quand il se trouva un peu loin,
il eut la curiosité de se retourner, et il vit l'endroit qu'il avait
quitté si brillant, qu'il s'arrêta pour regarder. Le soleil, qui se
couchait, envoyait une grande lumière dans les branches du figuier, et
dans ce rayon, qui, à force d'être vif, faisait mal aux yeux, il y avait
une quantité innombrable de petites figures transparentes qui dansaient
et tourbillonnaient en faisant une fort jolie musique. Gribouille
regarda tant qu'il put; mais, soit qu'il fût trop loin, soit que le
soleil lui donnât dans les yeux, il ne put jamais comprendre ce qu'il
voyait. Tantôt c'était comme des dames et des demoiselles qui avaient
des robes dorées et des corsages bruns: tantôt c'était tout simplement
une ruche d'abeilles qui reluisait dans le ciel en feu.

[image]

Mais, comme la nuit venait toujours et que le soleil descendait
derrière les buissons, Gribouille ne vit bientôt plus rien, et il se
remit en marche pour le château de M. Bourdon.

Il marcha longtemps, longtemps, se croyant toujours près de la lisière
du bois, et enfin il s'aperçut qu'il ne savait où il était et qu'il
s'était perdu. Il s'assit encore une fois pour se reposer, et il avait
grande envie de dormir: mais, pour ce qu'il avait peur des loups, il sut
se tenir éveillé, et marcher encore le plus longtemps qu'il put. Enfin
il allait se laisser tomber de fatigue, lorsqu'il vit beaucoup de
lumières qui brillaient à travers les arbres, et, quand il se fut avancé
de ce côté-là, il se trouva en face d'une grande belle maison tout
illuminée et où l'on faisait, du haut en bas, grand bruit de bal, de
musique et de cuisine.

Gribouille, tout honteux de se présenter si tard, alla pourtant frapper
à la grande porte et demanda à parler au maître de la maison, si le
maître de la maison s'appelait M. Bourdon.

--Et vous, lui répondit le portier, entrez, si vous vous appelez
Gribouille, car nous avons commandement de bien recevoir celui qui porte
ce nom-là. Monseigneur achète ce château et donne une grande fête. Vous
lui parlerez demain.

--A la bonne heure, répondit Gribouille, car je m'appelle Gribouille, en
effet.

--En ce cas, venez souper et vous reposer.

Et là-dessus on l'emmena dans une belle chambre que Gribouille prit pour
celle du maître de la maison, et qui n'était cependant que celle de son
premier valet de chambre. On lui servit un beau souper de fruits et de
confitures. Il aurait mieux aimé une bonne soupe et un bon morceau de
pain, mais il n'osa en demander, et, quand il eut apaisé sa faim le
mieux qu'il put, on lui dit qu'il pouvait se jeter sur le lit et faire
un somme.

[image]

Il profita de la permission, mais le bruit qui se faisait dans toute la
maison l'empêcha de dormir de bon cœur. A chaque instant on ouvrait les
portes, et il entendait la musique des grosses contre-basses qui
ronflaient comme le tonnerre. On refermait les portes, la musique
paraissait finie; mais alors on entendait le cliquetis des casseroles
dans la cuisine et des flacons dans l'office, et le chuchotement des
valets qui avaient l'air de comploter je ne sais quoi, si bien que
Gribouille, tantôt écoutant, tantôt rêvant, ne savait point au juste
s'il était éveillé ou endormi.

[image]

Tout d'un coup, il lui sembla que le valet de chambre de monseigneur,
qui l'avait si bien traité, entrait et s'approchait de son lit, et qu'il
le regardait dormir, encore qu'il parût n'avoir point d'yeux dans sa
vilaine grosse tête. Gribouille eut peur et voulut lui parler, mais le
valet de chambre se mit à faire _tic, tac,_ et à remuer les bras et les
jambes, et puis à monter au plafond, à redescendre, à remonter encore, à
croiser des fils sur d'autres fils, avec beaucoup d'adresse et de
promptitude, toujours faisant _tic, tac_, comme une pendule. D'abord ce
jeu amusa Gribouille; mais, quand il se vit tout enveloppé dans un grand
filet, il eut peur encore une fois et voulut parler: ce lui fut
impossible, car, au lieu de sa voix ordinaire, il ne sortit de son
gosier qu'un petit sifflement aigu et faible comme celui d'un cousin. Il
essaya de sortir ses bras du lit, et, au lieu de bras, il se vit des
petites pattes si menues qu'il craignit, en les remuant, de les casser.
Enfin il s'aperçut qu'il était devenu un pauvre petit moucheron, et que
ce qu'il avait pris pour le valet de chambre de monseigneur Bourdon
n'était qu'une affreuse araignée d'une grandeur démesurée, toute velue,
et tout occupée de le prendre dans sa toile pour le dévorer. Pour le
coup, Gribouille fut si effrayé qu'il réussit à s'éveiller, et il ne vit
dans la chambre que le domestique, sous sa forme naturelle, qui était
occupé à fourrer dans son buffet des bouteilles pleines, des couverts
d'argent, des vases précieux et des bijoux qu'il volait pendant la fête,
se promettant de mettre ses larcins sur le compte de quelque pauvre
diable moins avancé que lui dans les bonnes grâces de monseigneur.

D'abord Gribouille ne comprit pas ce qu'il faisait, mais il le devina
lorsque le valet se tourna vers lui d'un air effrayé et menaçant, et
qu'il lui dit d'une voix sèche et cassée qui ressemblait au mouvement
d'une vieille horloge usée:

--Pourquoi me regardez-vous, et pourquoi ne dormez-vous pas?

Gribouille, qui n'était pas du tout si simple que l'on croyait, ne fit
semblant de rien, et, se levant, il demanda la permission d'aller voir
la fête, puisqu'aussi bien le bruit l'empêchait de dormir.

--Allez, allez, vous êtes libre, lui dit le valet qui aimait bien autant
être débarrassé de lui.

Gribouille s'en alla donc droit devant lui, monta des escaliers, en
descendit, traversa plusieurs chambres, et vit quantité de choses
auxquelles il ne comprit rien du tout, mais qui ne laissèrent pas de le
divertir. Dans une de ces chambres il y avait beaucoup de messieurs
habillés de noir et de dames très-parées qui jouaient aux cartes et aux
dés en se disputant des monceaux d'or.

Dans une autre salle, d'autres hommes noirs et d'autres femmes parées et
bariolées dansaient au son des instruments. Ceux qui ne dansaient pas
avaient l'air de regarder, mais ils bourdonnaient si bruyamment qu'on
n'entendait plus la musique.

[image]

Ailleurs on mangeait debout, d'un air affamé et pas moitié aussi
proprement que Gribouille avait coutume de le faire. On allait d'une
chambre à l'autre, on se poussait, on mourait de chaud, et tout ce monde
agité paraissait triste ou en colère. Enfin le jour parut, et on ouvrit
les fenêtres. Gribouille, qui s'était assoupi sur une banquette, crut
voir s'envoler, par ces fenêtres ouvertes, de grands essaims de
bourdons, de frelons et de guêpes, et quand il ouvrit les yeux il se
trouva seul dans la poussière. Les lustres s'éteignaient, les valets,
harassés, se jetaient en travers sur les canapés et sur les tables.
D'autres faisaient main basse sur les restes des buffets. Gribouille
s'en fut achever paisiblement son somme sous les arbres du jardin,
lequel était fort beau et tout rempli de fleurs magnifiques.

[image]

Quand il s'éveilla, bien rafraichi et bien reposé, il vit devant lui un
gros et grand monsieur tout habillé de velours noir tirant sur le
violet, et ressemblant si fort à celui qu'il avait vu en rêve, sous le
chêne du carrefour Bourdon, qu'il pensa que ce fut le même. Il ne put
s'empêcher de lui dire...

--Hé bonjour, monsieur le Bourdon, comment vous portez-vous, depuis hier
matin?

--Gribouille, répondit le riche seigneur avec la même voix ronflante et
le même grasseyement que Gribouille avait entendus dans son rêve, je
suis bien aise de vous voir; mais je suis étonné de ce que vous me
demandez, car c'est la première fois que nous nous rencontrons. Je sais
que vous êtes arrivé cette nuit, mais j'étais couché, et je ne vous ai
point vu.

Gribouille, pensant qu'il avait dit une sottise en parlant de son rêve
comme d'une chose que M. Bourdon devait se rappeler, chercha à réparer
ses paroles imprudentes en lui demandant s'il n'était point malade.

--Moi, point du tout, je me porte au mieux, répondit M. Bourdon;
pourquoi me demandez-vous cela?

--C'est à cause, reprit Gribouille de plus en plus interdit, que vous
donniez un grand bal et que je pensais que vous y seriez.

--Non, cela m'aurait beaucoup ennuyé, répondit M. Bourdon. J'ai donné
une fête pour montrer que je suis riche, mais je me dispense d'en faire
les honneurs. Ça, parlons de vous, mon cher Gribouille; vous avez bien
fait de venir me voir, car je vous veux du bien.

--C'est donc à cause que je m'appelle Gribouille? demanda Gribouille qui
n'osait faire de questions raisonnables dans la crainte de faire encore
quelque bévue.

--C'est à cause que vous vous appelez Gribouille, répondit M. Bourdon;
cela vous étonne, mais apprenez, mon enfant, que, dans ce monde, il ne
s'agit pas de comprendre ce qui nous arrive, mais d'en profiter.

--Eh bien, monsieur, dit Gribouille, quel bien est-ce que vous voulez me
faire?

--C'est à vous de parler, répondit le seigneur.

Gribouille fut bien embarrassé, car, de tout ce qu'il avait vu, rien ne
lui faisait envie, et d'ailleurs tout lui semblait trop beau et trop
riche pour qu'il fût honnête de le désirer. Quand il eut un peu
réfléchi, il dit:

--Si vous pouviez me faire un don qui me fît aimer de mes parents, je
vous serais fort obligé.

--Dites-moi d'abord, fit M. Bourdon, pourquoi vos parents ne vous aiment
point, car vous me semblez un fort gentil garçon.

--Hélas! monsieur, reprit Gribouille, ils disent comme ça que je suis
trop bête.

--En ce cas, dit M. Bourdon, il faut vous donner de l'esprit.

Gribouille, qui, dans son rêve, avait déjà refusé l'esprit, n'osa pas
cette fois montrer de la défiance.

--Et que faut-il faire, dit-il, pour avoir de l'esprit?

--Il faut apprendre les sciences, mon petit ami. Sachez que je suis un
habile homme et que je puis vous enseigner la magie et la nécromancie.

--Mais comment, dit Gribouille, apprendrai-je ces choses-là, dont je ne
connais même pas le nom, si je suis trop simple pour apprendre quoi que
ce soit?

--Ces choses-là ne sont point difficiles, répondit M. Bourdon, je me
charge de vous les montrer; mais, pour cela, il faut que vous veniez
demeurer avec moi et que vous soyez mon fils.

--Vous êtes bien honnête, monsieur, dit Gribouille, mais j'ai des
parents, je les aime et ne les veux point quitter. Quoiqu'ils aient
d'autres enfants qu'ils aiment mieux que moi, je puis leur être
nécessaire, et il me semble que ce serait mal de ne plus vouloir être
leur fils.

--C'est comme vous voudrez, dit M. Bourdon, je ne force personne.
Bonjour, mon cher Gribouille, je n'ai pas le temps de causer davantage
avec vous, puisque vous ne voulez pas rester avec moi. Si vous changez
d'avis, ou si vous souhaitez quelque autre chose, venez me trouver. Vous
serez toujours bien reçu.

Et là-dessus M. Bourdon entra dans une charmille, et Gribouille se
trouva tout seul.

Quand Gribouille revint à la maison de son père et qu'il se vit près
d'arriver, il se sentit tout joyeux, car il se dit en lui-même: Sans le
savoir, M. Bourdon m'a donné le moyen de me faire aimer de mes parents;
car, lorsqu'ils sauront qu'on m'a proposé de les quitter pour devenir le
fils d'un homme si riche, et que j'ai refusé d'avoir d'autres parents
que ceux que le bon Dieu m'a donnés, on verra bien que je ne suis pas un
mauvais cœur. Mon père et ma mère m'embrasseront, et ils commanderont à
mes frères et sœurs de m'embrasser aussi.

[image]

Du plus loin qu'il aperçut la mère Brigoule, qui l'attendait avec
impatience au bout de son verger, il se mit à courir et voulut, d'un air
riant, se jeter dans ses bras, mais elle, sans lui en donner le temps:

--Qu'apportes-tu? lui dit-elle, où est le cadeau qu'on t'a fait?

[image]

Et quand elle vit qu'il n'apportait rien, elle voulut le battre, pensant
qu'il avait perdu en chemin ce qu'on lui avait donné; mais Gribouille la
pria de l'écouter, lui disant qu'après elle le pourrait gronder et punir
s'il avait manqué à son devoir. Alors il rapporta mot pour mot
l'entretien qu'il avait eu avec M. Bourdon, mais, au lieu de l'embrasser
et de le remercier, sa mère prit une branche de saule et commença à le
fouailler, en criant après lui. Le père Bredouille arriva et demanda ce
que c'était.

--Voyez ce coquin, ce mauvais cœur, cet âne, dit la mère tout enragée,
il n'a pas voulu être le fils et l'héritier d'un homme qui est plus
riche que le roi. Il est si sot, qu'il n'a même pas songé, en le
quittant, à lui demander un beau sac d'écus ou une bonne place pour nous
dans sa maison, ou un joli morceau de terre pour augmenter notre avoir.

[image]

Le père Bredouille battit Gribouille à son tour, et si fort, que la
mère, qui craignait qu'il ne le fît mourir, le lui retira des mains en
disant:

--En voilà assez pour une fois.

Gribouille, désolé, demanda à ses parents ce qu'il devait faire pour
leur plaire, disant que, s'il lui fallait aller demeurer avec M.
Bourdon, il s'y soumettait. Mais tandis que sa mère, qui l'aimait encore
un peu pour lui-même, et qui eût été flattée de le voir riche et bien
vêtu, disait oui; son père, qui ne croyait pas à sa bonté et qui ne
jugeait pas possible l'oubli de tant d'outrages qu'on avait faits à
Gribouille, disait non. Il aimait mieux l'envoyer de temps en temps chez
M. Bourdon, espérant que celui-ci lui donnerait de l'argent qu'il
rapporterait à la maison, par crainte d'être battu.

Or donc, au bout de deux ou trois jours, on l'habilla misérablement, on
lui mit une veste toute déchirée, de gros sabots aux pieds, un sarrau
bien malpropre, et on l'envoya ainsi chez M. Bourdon pour faire croire
que ses parents n'avaient pas le moyen de l'habiller, et pour faire
pitié à ce riche seigneur. En même temps on lui commanda de demander une
grosse somme.

Gribouille, qui aimait tant la propreté, fut bien humilié de se
présenter sous ces méchantes guenilles, et il en avait les larmes aux
yeux. Mais M. Bourdon ne l'en reçut pas plus mal; car, malgré sa
brusquerie et sa grosse voix, il avait l'air d'un bon homme et surtout
paraissait aimer Gribouille sans que Gribouille pût deviner pourquoi.

--Gribouille, lui dit-il, je ne suis pas fâché de voir que vous songiez
à vous-même. Prenez tout ce qu'il vous plaira.

Il le conduisit alors dans une grande cave qui était si pleine d'or, de
diamants, de perles et de pierreries, qu'on marchait dessus, et encore y
en avait-il plus de sept grands puits très-profonds qui étaient remplis
jusqu'aux bords.

Gribouille, pour obéir à ses parents, prit seulement de l'or, car il ne
savait pas que les diamants sont encore plus précieux. On lui avait dit
d'en prendre le plus possible, il en mit donc dans toutes ses poches,
mais avec aussi peu de plaisir que si ce fussent des cailloux; car il ne
voyait pas à quoi tout cela lui pourrait servir.

Il remercia M. Bourdon avec plus d'honnêteté que de contentement, et
s'en retourna, disant: Cette fois, je ferai voir à mes parents que j'ai
obéi, et peut-être qu'ils m'embrasseront.

Comme il se trouvait fatigué de porter tant d'or et qu'il se trouvait à
passer non loin du carrefour Bourdon, il se détourna un peu du chemin
pour aller s'y reposer. Il mangea quelques glands du vieux chêne, qu'il
connaissait pour meilleurs que ceux des autres chênes de la forêt, étant
doux comme sucre et tendres comme beurre. Puis il but au ruisseau et se
disposait à faire un somme, lorsqu'il vit ses trois frères et ses trois
sœurs se jeter sur lui, le pincer, le mordre, l'égratigner, et lui
enlever tout son trésor.

[image]

Gribouille défendait son or comme il pouvait, disant: Laissez-le-moi
porter à la maison pour que mon père et ma mère voient que j'ai fait
leur volonté, et après cela vous me le prendrez si vous voulez. Mais ils
ne l'écoutaient point et continuaient à le voler et à le maltraiter,
lorsque tout à coup il se fit un grand bruit dans le chêne, comme si dix
mille grosses contre-basses y donnaient un concert, et aussitôt un
essaim de gros frelons, guêpes et bourdons de différentes espèces
s'abattit sur les frères et sœurs de Gribouille, et se mirent à les
piquer si fort en les poursuivant, qu'ils arrivèrent à la maison tout
enflés, les uns presque aveugles, les autres ayant des mains grosses
comme la tête, tous quasi défigures et criant comme des damnés.
Cependant Gribouille, qui s'était trouvé au milieu de l'essaim, n'avait
pas une seule piqûre, et il avait pu ramasser son or et l'apporter à la
maison.

Tandis que Brigoule lavait et pansait ses autres enfants, Bredouille,
qui ne songeait qu'à l'argent, s'occupait d'interroger et de fouiller
Gribouille, et, cette fois, il le complimentait et lui reprochait
seulement d'être un paresseux et un douillet qui aurait eu la force d'en
apporter le double.

On mit les autres enfants au lit, car ils étaient fort malades, et
plusieurs pensèrent en crever.

Mais, dès le lendemain, Bredouille ayant voulu compter l'or avec sa
femme, il fut bien étonné de le voir se fondre dans ses doigts et se
répandre sur la table en liqueur jaune et poissante, qui n'était autre
chose que du miel, et encore du miel très-mauvais et plus amer que
sucré.

--Pour le coup, dit Brigoule en lavant sa table avec beaucoup de colère,
M. Bourdon est sorcier, et il nous sera difficile de l'affiner. Il ne
nous faut point mettre mal avec lui, et, au lieu de lui demander de
l'argent, il faut lui faire des présents. Il m'a semblé qu'il aimait le
miel plus qu'il ne convient à un homme raisonnable, et c'est sans doute
pour nous en demander qu'il nous fait cette malice.--Cela me paraît
clair, répondit Bredouille, envoyons-lui du meilleur de nos ruches, et
je pense que pour cela il nous payera bien.

Le jour suivant, on mit sur un âne un beau baril de miel superbe, et on
envoya Gribouille chez M. Bourdon.

Mais Gribouille ne fut pas plutôt arrivé auprès du figuier où il avait
entendu et vu des choses si surprenantes, qu'une grande clameur
d'abeilles sortit de l'arbre, se jeta sur l'âne, qui prit le galop et
s'enfuit, laissant là son baril, et criant comme un âne qu'il était.

[image]

Alors Gribouille, à qui tout cela donnait bien à penser, vit paraître
devant lui deux dames d'une beauté merveilleuse, escortées de tant
d'autres dames et damoiselles, qu'il était impossible de les compter. La
plus grande de toutes était habillée richement et comme portée en l'air
par une quantité d'autres. A ses côtés, une jeune princesse fort belle
voltigeait gracieusement.

--Imprudent, dit la reine (car, à son manteau royal et à sa manière de
se faire porter sur le dos des autres, Gribouille vit bien que c'était
une tête couronnée), tu as deux fois mérité la mort, car tu t'es fait le
libérateur et le complaisant du roi des bourdons, notre ennemi mortel.
Mais la princesse ma fille, que tu vois ici présente, m'a deux fois
demandé ta grâce. Elle prétend que tu peux nous rendre service, et nous
allons voir si l'on peut compter sur toi.

--Ordonnez-moi ce que vous voudrez, madame la reine, répondit
Gribouille, je n'ai jamais eu dessein de vous offenser, et je vous
trouve si belle, que j'aurais du plaisir à vous servir.

--Petit enfant, dit alors la reine d'un ton radouci, car elle aimait les
compliments, écoute bien ce que je vais te dire. Laisse là ce pauvre
chiffon de miel que tu portais au roi des bourdons, et porte-lui ces
paroles qui lui plairont davantage. Dis-lui que la reine des abeilles
est lasse de la guerre, qu'elle reconnaît que les frelons et les
bourdons sont maintenant trop nombreux et trop forts pour être défaits
en bataille rangée. Les industrieux sont contraints de faire part aux
conquérants des richesses qu'ils ont amassées et de signer un traité de
paix. Je sais bien que le roi des bourdons se croit si fort qu'il
prétend nous imposer des conditions humiliantes, mais je sais aussi
qu'il ambitionne la main de ma fille et qu'il n'espère pas l'obtenir. Va
lui dire que je la lui donne en mariage, à condition qu'il laissera nos
ruches en paix, et qu'il se contentera d'une forte part de nos trésors
que ma fille lui apportera en dot.

Ayant ainsi parlé, la reine disparut ainsi que sa fille et toute sa
cour, et Gribouille ne vit plus qu'un grand amas d'abeilles qui se
pendaient en grappes aux branches du figuier.

[image]

Il reprit sa course et alla raconter à M. Bourdon comme quoi ses parents
l'ayant chargé d'un baril de beau miel, la reine des abeilles le lui
avait ôté, et le discours qu'elle l'avait chargé de faire au roi des
bourdons.

--Comme vous êtes très-savant, ajouta Gribouille, peut-être pourrez-vous
m'enseigner où je trouverai ce roi-là, à moins que vous ne le soyez
vous-même, ce que j'ai toujours soupçonné, sans avoir pour cela mauvaise
opinion de vous.

--Fantaisies, rêveries que tout cela, dit M. Bourdon en riant. C'est
bien, c'est bien, Gribouille, vous avez fait votre commission. Parlons
de vous, mon enfant, vous voyez que vous n'aurez jamais raison avec vos
parents, ils sont trop fins et vous ne l'êtes pas assez. Voulez-vous
rester avec moi? vous n'aurez plus jamais rien à craindre de leur part,
et vous deviendrez un si habile homme, que vous commanderez à toute la
terre.

Gribouille soupira et ne répondit point. Et là-dessus M. Bourdon lui
tourna le dos, car il ne s'arrêtait jamais longtemps à la même place,
et, bien qu'on ne lui vit jamais rien faire, il avait l'air d'être
toujours très-occupé et grandement pressé.

Toutes les fois que M. Bourdon lui parlait de le garder et de
l'instruire, Gribouille se sentait comme transi de peur sans savoir
pourquoi. Il retourna chez ses parents et leur raconta tout ce qui lui
était arrivé. Il avait bien peur d'avouer que la reine des abeilles
avait repris le miel et mis l'âne en fuite, mais il le fallait bien, et,
pour s'excuser, il fut forcé de dire qu'il n'avait pas eu affaire à de
simples abeilles, mais à une reine, à toute sa cour et à toute son
armée.

Il s'attendait à être traité de menteur et de visionnaire; mais
Bredouille, qui croyait aux sorciers parce qu'il avait essayé de l'être,
se gratta l'oreille et dit à sa femme:--Il y a de la magie dans tout
cela. Gribouille est en passe de devenir plus riche qu'un roi, puisqu'il
est à même de devenir sorcier. Il est bien simple pour cela, mais il
dépend de M. Bourdon de lui ouvrir l'esprit. Laissons-le faire, car, si
nous nous y opposons, il nous ruinera et fera périr nos enfants. J'ai
dans l'idée que ces frelons qui les ont si bien mordus n'étaient pas des
insectes de petite volée. Envoyons-lui donc Gribouille, car, si
Gribouille devient aussi riche qu'un roi, par amour-propre il élèvera sa
famille aux plus hautes dignités.

Alors, s'adressant à Gribouille: Petit, lui dit-il, retournez de ce pas
chez M. Bourdon. Dites-lui que votre père vous donne à lui, et
gardez-vous d'en marquer le moindre déplaisir. Restez avec lui, je vous
le commande, et, si vous ne le faites, soyez assuré que je vous ferai
mourir sous le bâton.

Gribouille, ainsi congédié, partit en pleurant. Sa mère eut un petit
moment de chagrin et sortit pour le reconduire un bout de chemin, puis
elle le quitta après l'avoir embrassé, ce qui fit tant de plaisir au
pauvre Gribouille, qu'il accepta son sort dans l'espérance d'être aimé
et caressé par ses parents lorsqu'il viendrait les voir.

[image]

M. Bourdon reçut fort bien Gribouille. Il le fit richement habiller, lui
donna une belle chambre, le fit manger à sa table, et envoya quérir
trois pages pour le servir. Puis il commença à le faire instruire dans
l'art de la magie.

Mais Gribouille ne fit pas grand progrès. On lui faisait faire des
chiffres, des chiffres, des calculs, des calculs, et cela ne l'amusait
guère, d'autant plus qu'il ne comprenait guère à quoi cela pourrait lui
servir. Sa richesse ne le rendait point heureux. Il était content d'être
propre, et c'est tout. Il voyait fort peu M. Bourdon, qui paraissait
toujours grandement affairé et qui lui disait en lui tapant sur la
joue: Apprends les chiffres, apprends les calculs avec le maître que je
t'ai donné; quand tu sauras cela, je serai ton maître moi-même, et je
t'apprendrai les grands secrets.

[image]

Gribouille aurait bien voulu aimer M. Bourdon, qui lui faisait tant de
bien; mais il n'en pouvait venir à bout. M. Bourdon était railleur sans
être plaisant, bruyant sans être gai, prodigue sans être généreux. On ne
savait jamais à quoi il pensait, si toutefois il pensait à quelque
chose. Il était quelquefois brutal, et le plus souvent indifférent. Il
avait une manie qui répugnait à Gribouille, c'était de ne vivre que de
miel, de sirops et de confitures, ce qui ne l'empêchait pas d'être gros
et gras, mais ce dont il usait avec tant de voracité qu'il en était
malpropre. Gribouille n'aimait point à l'embrasser parce qu'il avait
toujours la barbe poissée.

[image]

Cependant, malgré la dépense que faisait M. Bourdon, il devenait chaque
jour plus riche, et, comme le royaume de ce pays-là était gouverné par
un monarque très-faible et très-ruiné, M. Bourdon achetait toutes ses
terres, toutes ses métairies, toutes ses forêts; bientôt il lui acheta
ses courtisans, ses serviteurs, ses troupeaux et ses armées. Le roi
devint si pauvre, si pauvre, que, sans l'aide de quelques domestiques
fidèles qui le nourrissaient, il serait mort de faim. Il conservait le
titre de roi, mais il n'était plus que le premier ministre de M.
Bourdon, qui lui faisait faire toutes ses volontés et qui était le roi
véritable.

A quelque temps de là, on vit arriver dans la contrée une très-belle et
très-riche princesse, avec une grande reine qui était sa mère et qui
venait traiter du mariage de cette demoiselle avec M. Bourdon. L'affaire
fut bientôt conclue. Il y eut des fêtes à en crever; on invita le roi
qui fut bien content d'être du repas de noces, et quand M. Bourdon fut
marié, il parut plus riche de moitié qu'auparavant.

Sa femme était fort jolie et fort spirituelle, elle traitait Gribouille
avec beaucoup d'amitié, mais Gribouille ne réussissait pas à l'aimer
autant qu'il l'eût souhaité. Elle lui faisait toujours peur, parce
qu'elle lui rappelait la princesse des abeilles qu'il avait cru voir
sous le figuier, le jour où l'essaim avait mis son âne en fuite, et,
lorsqu'elle l'embrassait, il s'imaginait toujours qu'elle allait le
piquer. Elle avait la même manie de manger du miel et des sirops, qui
déplaisait tant à Gribouille dans M. Bourdon. Et puis elle parlait
toujours d'économie, et tandis que l'on apprenait à Gribouille l'art de
compter, elle le tourmentait en lui disant sans cesse qu'il lui fallait
aussi l'art de produire.

[image]

A tout prendre, la maison de M. Bourdon devint plus tranquille après son
mariage; mais elle n'en fut pas plus gaie. Madame Bourdon était avare,
elle faisait durement travailler tout le monde. Le royaume s'en
ressentait et devenait très-riche. On faisait toutes sortes de travaux,
on bâtissait des villes, des ports de mer, des palais, des théâtres; on
fabriquait des meubles et des étoffes magnifiques; on donnait des fêtes
où l'on ne voyait que diamants, dentelles et brocarts d'or. Tout cela
était si beau, si beau, que les étrangers en étaient éblouis. Mais les
pauvres n'en étaient pas plus heureux, parce que, pour gagner de
l'argent dans ce pays-là, il fallait être très-savant, très-fort ou
très-adroit, et ceux qui n'avaient ni esprit, ni savoir, ni santé,
étaient oubliés, méprisés et forcés de voler, de demander l'aumône, ou
de mourir de faim comme le vieux roi. On s'aperçut même que tout le
monde devenait méchant: les uns parce qu'ils étaient trop heureux, les
autres parce qu'ils ne l'étaient pas assez. On se disputait, on se
haïssait. Les pères reprochaient aux enfants de ne pas grandir assez
vite pour gagner de l'argent; les enfants reprochaient aux pères de ne
pas mourir assez tôt pour leur en laisser. Les maris et les femmes ne
s'aimaient point, parce que M. et madame Bourdon, qui donnaient le ton,
ne pouvaient pas se supporter; s'étant mariés par intérêt, ils se
reprochaient sans cesse leur origine, madame Bourdon disant à son mari
qu'il était un roturier, et M. Bourdon disant à sa femme qu'elle était
une bécasse entichée de noblesse. Ils en venaient parfois aux gros mots.
Monsieur accusait madame d'être avare; madame traitait monsieur de
voleur.

Gribouille n'assistait pas à ces querelles de ménage et ne comprenait
pas pourquoi, dans un pays devenu si beau et si riche, il y avait tant
de gens chagrins et mécontents. Pour son compte, il eût pu être heureux,
car ses parents, devenus riches, ne le tourmentaient plus guère, et M.
Bourdon, tout occupé de ses affaires, ne le contrariait en rien.

Mais Gribouille avait le cœur triste sans savoir pourquoi et s'ennuyait
de vivre toujours seul; il n'avait point d'amis de son âge, tous les
autres enfants étaient instruits par leurs parents à être jaloux de sa
richesse; on ne lui faisait point apprendre les choses qu'il eût aimées;
M. Bourdon, tout en le comblant de présents et de plaisirs fort coûteux,
ne paraissait pas se soucier de lui plus que du premier venu. Il ne
marquait d'estime ni de mépris pour personne, et un jour que Gribouille
avait voulu l'avertir que son premier valet de chambre le volait, il
avait répondu: Bon, bon! il fait son métier.

Enfin, quand Gribouille eut quinze ans, M. Bourdon le prit par le bras
et lui dit: Mon jeune ami, vous serez mon héritier, parce que les
destins ont décrété que je n'aurais point d'enfants de mon dernier
mariage. Je le savais, et c'est pourquoi je me suis marié sans crainte
de vous faire du tort; vous serez donc très-riche, et vous l'êtes déjà,
puisque tout ce que j'ai vous appartient. Mais, après moi, il vous
faudra prendre beaucoup de peine et soutenir beaucoup de combats pour
conserver vos biens, car la famille de ma femme me hait et n'est retenue
de me faire la guerre que par la crainte que j'inspire. La race des
abeilles tout entière conspire contre moi, et n'attend que le moment
favorable pour fondre sur mes terres et reprendre tout ce qu'elle
prétend lui appartenir.

Il est donc temps que je vous instruise de mes secrets, afin que
l'habileté vous sauve de la force quand vous ne m'aurez plus. Venez avec
moi.

[image]

Là-dessus M. Bourdon monta dans son carrosse avec Gribouille et fit
prendre le chemin du carrefour Bourdon. Quand ils furent auprès du
chêne, M. Bourdon renvoya son équipage et, prenant Gribouille par la
main, il le fit asseoir sur les racines de l'arbre et lui dit:

--Avez-vous quelquefois mangé de ces glands?

--Oui, répondit Gribouille, car je sais qu'ils sont bons, tandis que les
autres glands de la forêt sont amers et bons pour les pourceaux.

--En ce cas, vous êtes plus avancé que vous ne pensez. Eh bien, puisque
ces fruits vous plaisent, mangez-en.

Gribouille en mangea avec plaisir, parce que cela lui rappelait son
enfance; mais tout aussitôt il se sentit accablé d'un grand sommeil, et
il ne lui sembla plus voir ni entendre M. Bourdon que dans un rêve.

D'abord il lui sembla que M. Bourdon frappait sur l'écorce du chêne et
que le chêne s'entr'ouvrait; alors Gribouille vit dans l'intérieur de
l'arbre une belle ruche d'abeilles avec tous ses gâteaux blonds et
dorés, et toutes les abeilles, dans leurs cellules propres et
succulentes, bien renfermées chacune chez soi. On entendait pourtant des
voix mignardes qui babillaient dans toutes les chambres, et qui
disaient: _Amassons, amassons; gardons, gardons; refusons, refusons;
mordons, mordons._ Mais une voix plus haute fit faire silence, en criant
du fond de la ruche: _Taisez-vous, taisez-vous, l'ennemi s'avance._

[image]

[image]

Alors M. Bourdon commença à bourdonner et à grimper le long de l'arbre,
et à frapper de l'aile et de la patte à la cellule de la reine qui se
barricadait et tirait ses verrous. M. Bourdon fit entendre une voix
retentissante comme une trompe de chasse, et des milliers, des millions,
des milliards de bourdons, de frelons et de guêpes parurent, d'abord
comme un nuage dans le ciel, et bientôt comme une armée terrible qui se
précipita sur la ruche. Les abeilles se décidèrent à sortir pour se
défendre, et Gribouille assista à un combat furieux où chacun cherchait
à percer un ennemi de son dard ou à lui manger la tête. La mêlée devint
plus horrible lorsque des branches du chêne descendit une nouvelle armée
qui, sans prendre parti dans la querelle, ne parut songer qu'à tuer au
hasard pour emporter et manger les cadavres. C'était toute une
république de grosses fourmis qui avait sa capitale non loin de là, et
qui avait été prendre le frais sur les feuilles, et tâcher en même temps
de lécher un peu de miel qui coulait de la ruche, et dont les fourmis
sont aussi friandes que les bourdons. Chaque fois qu'un insecte blessé
tombait sur le dos, ou se roulait dans les convulsions de la colère et
de l'agonie, vingt fourmis s'acharnaient à le pincer, à le mordre, à le
tirailler, et, après l'avoir fait mourir à petit feu, appelaient vingt
autres des leurs qui emportaient le mort vers la fourmilière. Dans ce
désordre, le miel, ruisselant par les portes brisées des cellules,
empiégea si bien les combattants et les voleurs, que grand nombre
périrent étouffés, noyés ou percés par leurs ennemis, dont ils ne
pouvaient plus se défendre. Enfin les frelons restèrent maîtres du
champ de bataille; et alors commença une orgie repoussante. Les
vainqueurs se gorgeant de miel au milieu des victimes, et, marchant sur
les cadavres des mères et des enfants, s'enivrèrent d'une façon si
indécente, que beaucoup crevèrent d'indigestion en se roulant pêle-mêle
avec les morts et les mourants.

[image]

Quant à M. Bourdon, à qui l'on avait apporté les clefs de la ruche sur
un plat d'argent, il se mit à rire d'une manière odieuse, et prenant
Gribouille par la peau du cou:--Allez donc, poltron, lui dit-il,
profitez donc de la curée, car c'est pour vous qu'on a fait tout ce
massacre. Profitez-en, mangez, prenez, pillez, tuez, allez donc!

[image]

Et il le lança au fond de la ruche, qui était devenue un lac de sang.
Gribouille s'agita pour en sortir, et, roulant le long du chêne, il alla
tomber dans la capitale des fourmis, où à l'instant même il fut saisi
par trente millions de paires de pinces qui le tenaillèrent si
horriblement, qu'il fit un grand cri et s'éveilla.

Mais, en ouvrant les yeux, il ne vit plus rien que de
très-vraisemblable: le chêne s'était refermé, la fourmilière avait
disparu, quelques abeilles voltigeaient discrètement sur le serpolet,
quelques frelons buvaient les gouttelettes d'eau que le ruisseau faisait
jaillir sur les feuilles de ses rives, et M. Bourdon, aussi tranquille
qu'à l'ordinaire, regardait Gribouille en ricanant.

--Eh bien, monsieur l'endormi, lui dit-il, voilà comme vous prenez votre
première leçon? vous vous abandonnez au sommeil pendant que je vous
explique les lois de la nature?

--Je vous en demande bien pardon, répondit Gribouille encore tout saisi
d'horreur. Ce n'est pas pour mon plaisir que j'ai dormi de la sorte,
car j'ai fait des rêves abominables.

--C'est bon, c'est bon, reprit M. Bourdon, il faut s'habituer à tout.
Mais où en étions-nous?

--Vraiment, monsieur, dit Gribouille, je n'en sais rien. Il me semblait
que vous me disiez de tuer, de piller, de manger.

--C'est quelque chose comme cela, reprit M. Bourdon; je vous expliquais
l'histoire naturelle des frelons et des abeilles. Celles-ci travaillent
pour leur usage, vous disais-je; elles sont fort habiles, fort actives,
fort riches et fort avares. Ceux-là ne travaillent pas si bien et ne
savent pas faire le miel; mais ils ont un grand talent, celui de savoir
prendre. Les fourmis ne sont pas sottes non plus, elles bâtissent des
cités admirables, mais elles les remplissent de cadavres pour se nourrir
pendant l'hiver, et il n'est point de nation plus pillarde et mieux unie
pour faire du mal aux autres. Vous voyez donc bien que, dans ce monde,
il faut être voleur ou volé, meurtrier ou meurtri, tyran ou esclave.
C'est à vous de choisir; voulez-vous conserver comme les abeilles,
amasser comme les fourmis, ou piller comme les frelons? Le plus sûr,
selon moi, est de laisser travailler les autres, et de prendre, prendre,
prendre! mon garçon, par force ou par adresse, c'est le seul moyen
d'être toujours heureux. Les avares amassent lentement et jouissent peu
de ce qu'ils possèdent; les pillards sont toujours riches quand même ils
dépensent, car, quand ils ont bien mangé, ils recommencent à prendre, et
comme il y a toujours des travailleurs économes, il y a toujours moyen
de s'enrichir à leurs dépens. Ça, mon ami, je vous ai dit le dernier mot
de la science, choisissez, et, si vous voulez être bourdon, je vous
ferai recevoir magicien comme je le suis.

--Et quand je serai magicien, dit Gribouille, que m'arrivera-t-il?

--Vous saurez prendre, répondit M. Bourdon.

--Et pour le devenir, que faut-il faire?

--Faire serment de renoncer à la pitié et à cette sotte vertu qu'on
appelle la probité.

--Tous les magiciens font-ils ce serment-là? dit Gribouille.

--Il y en a, répondit M. Bourdon, qui font le serment contraire, et qui
font métier de servir, de protéger et d'aimer tout ce qui respire; mais
ce sont des imbéciles qui prennent, par vanité, le titre de bons génies
et qui n'ont aucun pouvoir sur la terre. Ils vivent dans les fleurs,
dans les ruisseaux, dans les déserts, dans les rochers, et les hommes ne
leur obéissent pas; ils ne les connaissent même point; aussi ce sont de
pauvres génies qui vivent d'air et de rosée et dont le cerveau est
aussi creux que l'estomac.

[image]

--Eh bien, monsieur Bourdon, répondit Gribouille, vous n'avez pas réussi
à me donner de l'esprit, car je préfère ces génies-là au vôtre, et je ne
veux en aucune façon apprendre la science de piller et de tuer. Je vous
souhaite le bonjour, je vous remercie de vos bonnes intentions, et je
vous demande la permission de retourner chez mes parents.

--Imbécile, répondit M. Bourdon, tes parents sont des frelons qui ont
oublié leur origine, mais qui n'en ont pas moins tous les instincts et
toutes les habitudes de leur race. Ils t'ont battu parce que tu ne
savais pas voler, ils te tueront à présent que tu peux le savoir et que
tu refuses de l'apprendre.

--Eh bien, dit Gribouille, je m'en irai dans ces déserts dont vous
m'avez parlé et où vous dites que demeurent les bons génies.

--Mon petit ami, vous n'irez point, repartit M. Bourdon d'une voix
terrible et en roulant ses gros yeux comme deux charbons ardents; j'ai
mes raisons pour que vous ne me quittiez pas, et je vais vous faire tant
de piqûres, que vous resterez là pour mort si vous me résistez.

[image]

En parlant ainsi, M. Bourdon étendit ses ailes et, reprenant la figure
d'un affreux insecte, il se mit à poursuivre avec rage le pauvre
Gribouille qui s'enfuyait à toutes jambes. Quelque temps il réussit à se
préserver en l'écartant avec son chapeau; mais enfin, se voyant sur le
point d'être dévoré, il perdit la tête et se précipita dans le ruisseau
dont il descendit le courant à la nage avec beaucoup de vitesse; mais à
tout instant le bourdon s'élançait sur ses yeux pour l'éborgner, et il
était forcé d'enfoncer sa tête dans l'eau, au risque d'être suffoqué.
Alors Gribouille, se voyant perdu, s'écria:

--A mon secours, les bons génies, ne souffrez pas que ce méchant
s'empare de moi!

Au même instant une jolie demoiselle aux ailes bleues sortit d'une
touffe d'iris sauvages, et s'approchant de Gribouille:--Suis-moi, lui
dit-elle, nage toujours et n'aie pas peur. Et puis elle se mit à voler
devant lui, et, en un instant, une grande pluie d'averse commença à
tomber et à contrarier fort M. Bourdon, qui ne savait pas voler pendant
la pluie. La demoiselle s'en moquait et allait toujours. Le ruisseau se
gonflait et emportait Gribouille, qui n'avait plus la force de nager. M.
Bourdon essaya de s'acharner après sa proie, mais la pluie, qui tombait
en gouttes aussi larges que la main, le culbuta dans l'eau. Il se sauva
comme il put, à la nage, et gagna les herbes de la rive, où Gribouille
le perdit de vue.

Cependant Gribouille avançait toujours, conduit par la demoiselle, et
il se trouva à passer devant la porte de la maison de son père. Il vit
ses frères et sœurs qui le regardaient par la fenêtre et qui riaient
bien fort, pensant qu'il se noyait. Gribouille voulait s'arrêter pour
leur dire bonjour, mais la demoiselle le lui défendit.

[image]

--Suis-moi, Gribouille, lui dit-elle, si tu me quittes, tu es perdu.

--Merci, madame la demoiselle, répondit Gribouille, je veux vous obéir.

Et, lâchant un arbre auquel il s'était retenu, il recommença à nager
aussi vite que le ruisseau, qui était devenu un torrent et qui roulait
aussi vite qu'une flèche. Quand il eut dépassé la maison et le jardin de
ses parents, Gribouille entendit ses frères et ses sœurs qui le
raillaient en criant de toutes leurs forces: «_Fin comme Gribouille, qui
se jette dans l'eau par crainte de la pluie._»

[image]

[image]



SECONDE PARTIE.

COMMENT GRIBOUILLE SE JETA DANS LE FEU PAR CRAINTE D'ÊTRE BRÛLÉ.


Lorsque Gribouille eut fait environ deux cents lieues à la nage, il se
sentit un peu fatigué et il eut faim, quoiqu'il eût fait tout ce chemin
en moins de deux heures. Il y avait longtemps qu'il ne descendait plus
le cours du ruisseau et qu'il naviguait en pleine mer sans s'en
apercevoir, car il lui semblait rêver et ne pas bien savoir ce qui se
passait autour de lui. Il ne voyait plus la demoiselle bleue; il est à
croire qu'elle l'avait quitté lorsque le ruisseau s'était jeté dans une
rivière, laquelle rivière s'était jetée dans un fleuve, lequel fleuve
avait conduit Gribouille jusqu'à la mer.

Gribouille, revenant à lui-même, fit un effort pour se reconnaître et ne
se trouva plus figure humaine: il n'avait plus, en guise de pieds et de
mains, que des feuilles vertes toutes mouillées; son corps était en bois
couvert de mousse, sa tête était un gros gland d'Espagne sucré, du moins
Gribouille le pensait, car il sentait comme un goût de sucre dans la
bouche qu'il n'avait plus. Il fut étonné de se voir dans cet état et de
reconnaître que son voyage l'avait changé en une branche de chêne qui
flottait sur l'eau. Les gros poissons qu'il rencontrait par milliers le
flairaient en passant, puis détournaient la tête d'un air de dégoût. Les
oiseaux de mer s'abattaient jusque sur lui pour l'avaler, mais, dès
qu'ils l'avaient regardé de près, ils s'en allaient plus loin, pensant
que ce n'était point un plat de leur cuisine. Enfin il vint un grand
aigle qui le prit assez délicatement dans son bec et qui l'emporta à
travers les airs.

Gribouille eut un peu peur de se voir si haut, mais il sentit bientôt
qu'en le séchant l'air lui donnait de la force et de la nourriture, car
sa faim le quitta, et il se fût trouvé fort à l'aise si les projets de
l'aigle à son égard ne lui eussent donné quelque inquiétude.

Cependant, comme il continuait à penser et à raisonner sous sa forme de
branche, il se dit bientôt: Je suis près de terre, puisque l'aigle, qui
n'est pas un oiseau marin, est venu me chercher dans les eaux; il
m'emporte, et ce n'est pas pour me manger, car il aime la chair et non
pas les glands; il veut donc faire de moi une broussaille pour son nid,
et bientôt sans doute je vais me trouver sur le faîte d'un arbre ou d'un
rocher.

Gribouille raisonnait fort bien. Il vit bientôt le rivage et une grande
île déserte où il n'y avait que des arbres, de l'herbe et des fleurs qui
brillaient au soleil et embaumaient l'air à vingt lieues à la ronde.

[image]

L'aigle le déposa dans son aire et partit pour aller chercher
quelqu'autre broussaille. Gribouille, se voyant seul, avait bien envie
de s'en aller; mais comment faire, puisqu'il n'avait plus ni pieds ni
jambes? Au moins, disait-il, quand j'étais sur l'eau, l'eau me poussait
et me faisait avancer; à présent, que deviendrai-je? je m'en vais
certainement me faner, me dessécher et mourir, puisque je suis une
branche coupée et jetée aux vents.

[image]

Gribouille versa quelques larmes, mais il reprit courage en songeant que
les fées ou les bons génies l'avaient protégé contre les assauts de
l'affreux bourdon, et que, sans doute, ils lui avaient fait subir cette
métamorphose pour le préserver de ses poursuites. Il aurait bien voulu
les invoquer encore, et surtout revoir près de lui la demoiselle bleue
qui lui avait parlé sur le ruisseau; mais il était aussi muet qu'une
souche, et il ne pouvait pas faire de lui-même le plus petit mouvement.

Mais voilà que tout d'un coup s'éleva un furieux coup de vent qui
bouleversa le nid de l'aigle et transporta Gribouille au beau milieu de
l'île.

[image]

Il n'eut pas plutôt touché la terre qu'il vit s'agiter autour de lui
toutes les herbes et toutes les fleurs; et un beau narcisse blanc, au
pied duquel il s'était trouvé retenu, se pencha, l'embrassa sur la joue,
et lui dit:--Te voilà donc enfin, mon cher Gribouille? il y a bien
longtemps que nous t'attendons. Une marguerite se prit à rire et dit:

--Vraiment, nous allons bien nous amuser, à présent que le bon
Gribouille sera des nôtres; et une folle avoine s'écria:--Je suis d'avis
que nous donnions un grand bal pour fêter l'arrivée de
Gribouille.--Patience! reprit le narcisse, qui avait l'air plus
raisonnable que les autres, vous ne pourrez rien pour Gribouille tant
que la reine ne l'aura pas embrassé.

--C'est juste, répondirent les autres plantes; faisons un somme en
attendant; mais prenons garde que le vent, qui est en belle humeur
aujourd'hui, ne nous enlève Gribouille. Enlaçons-nous autour de notre
ami.

Alors le narcisse étendit sur la tête de Gribouille une de ses grandes
feuilles, en lui disant:--Dors, Gribouille, voilà un parasol que je te
prête. Cinq ou six primevères se couchèrent sur ses pieds, une troupe de
jeunes muguets vint s'asseoir sur sa poitrine, et une douzaine
d'aimables pervenches se roulèrent autour de lui et l'enlacèrent si
adroitement, que le plus méchant vent du monde n'eût pu l'emporter.

Gribouille, ranimé par la bonne odeur de ces plantes affables, par la
fraîcheur de l'herbe et le doux ombrage du narcisse, goûta un sommeil
délicieux, tandis que les muguets lui faisaient tout doucement cent
petits contes à dormir debout, et que les pâquerettes chantonnaient des
chansonnettes qui n'avaient ni rime ni raison, mais qui procuraient des
rêves fort agréables.

Enfin Gribouille fut réveillé par des voix plus hautes. On chantait et
on dansait autour de lui: tout le monde paraissait ivre de joie; les
liserons s'agitaient comme des cloches à toute volée, les graminées
jouaient des castagnettes, les muguets faisaient mille courbettes et
révérences, et le grave narcisse lui-même chantait à tue-tête, tandis
que les pâquerettes riaient à gorge déployée.

[image]

--Enfants sans cervelle, dit alors d'un ton maternel une très-douce
voix, n'avez-vous pas une bonne nouvelle à m'apprendre, ce matin?

Aussitôt des millions de voix crièrent ensemble: _Gribouille!
Gribouille! Gribouille!_ Et, s'écartant comme un rideau, toutes les
plantes découvrirent aux yeux charmés de Gribouille le doux visage de la
reine.

[image]

C'était la Reine des prés, cette belle fleur élégante, menue et embaumée
qui vient au printemps et qui aime les endroits frais.

--Lève-toi, mon cher Gribouille, dit-elle, viens embrasser ta marraine.

Aussitôt Gribouille sentit qu'il retrouvait ses pieds, ses bras, ses
mains, son visage et toute sa personne. Il se leva bien lestement, et
toute la prairie fit un cri de joie à l'apparition du véritable
Gribouille. La reine daigna dépouiller son déguisement et elle se montra
sous sa figure naturelle, qui était celle d'une fée plus belle que le
jour, plus fraîche que le mois de mai, et plus blanche que la neige;
seulement elle conservait sa couronne de fleurs de reine des prés, qui,
en se mêlant à ses cheveux blonds, semblait plus belle qu'une couronne
de grappes de perles fines.

--Allons, mes enfants, dit-elle, levez-vous aussi, et que les yeux
dessillés de Gribouille vous voient tels que vous êtes.

Il y eut un moment d'hésitation, et le Narcisse prenant la
parole:--Chère reine, dit-il, tu sais bien que, pour nous faire paraître
dans toute notre beauté, il nous faut un de tes divins sourires, et tu
es si occupée de l'arrivée de Gribouille, que tu ne songes pas à nous
l'adresser.

La reine sourit tout naturellement à ce reproche, et Gribouille, sur qui
ce sourire passa aussi comme un éclair, éprouva un mouvement de joie
mystérieuse si subit, qu'il en pensa mourir de joie. Toute la prairie en
ressentit l'effet; on eût dit que le rayon d'un soleil mille fois plus
clair et plus doux que celui qui éclaire les hommes avait ranimé et
transformé toutes les choses vivantes. Toutes les fleurs, toutes les
herbes, tous les arbustes de l'île devinrent autant de sylphes, de
petites fées, de beaux génies qui parurent, les uns sous les traits
d'enfants beaux comme les amours, de filles charmantes, de jeunes gens
enjoués et raisonnables, les autres sous la figure de superbes dames, de
nobles vieillards et d'hommes d'un aspect franc, libre, aimant et fort.
Enfin tout ce monde-là était beau et agréable à voir, les vieux comme
les jeunes, les petits comme les grands. Tous étaient vêtus des tissus
les plus fins, les uns éclatants, les autres aussi doux à regarder que
les couleurs des plantes dont ils avaient adopté le nom et les emblèmes.
Les enfants faisaient mille charmantes folies, les gens graves les
regardaient avec tendresse et protégeaient leurs ébats. Les jeunes
personnes dansaient et chantaient, et charmaient par leur grâce et leur
modestie. Tous et toutes s'appelaient frères et sœurs et se chérissaient
comme les enfants de la même mère, et cette mère était la reine des
prés, éternellement jeune et belle, qui ne commandait que par ses
sourires et ne gouvernait que par sa tendresse.

[image]

Elle prit Gribouille par la main et le promena au milieu des groupes
nombreux qui s'étaient formés dans la prairie, puis, quand tout le
monde l'eut choyé et caressé, elle lui dit:

--Va et sois libre; amuse-toi, sois heureux: cette fête ne sera pas
longue: car j'ai beaucoup d'affaires. Elle ne durera que cent ans,
profites-en pour t'instruire de notre science magique. Ici l'on fait les
choses vite et bien. Après la fête, je causerai avec toi et je te dirai
ce que tu dois savoir pour être un magicien parfait.

--Soit, ma chère marraine, puisque vous l'êtes, dit Gribouille, je me
sens en vous une telle confiance que je veux tout ce que vous voudrez.
Mais qui fera mon éducation, ici?

--Tout le monde, dit la reine, tout le monde est aussi savant que moi,
puisque j'ai donné à tous mes enfants ma sagesse et ma science.

--Est-ce donc que vous allez nous quitter pendant ces cent ans? dit
Gribouille, j'en mourrais de regret, car je vous aime de tout l'amour
que j'aurais eu pour ma mère si elle l'eût permis.

--Je ne te quitterai pas, pour un si court moment que j'ai à passer près
de toi et de mes autres enfants, dit la reine. Je reste au milieu de
vous; tu me verras toujours, tu pourras toujours venir près de moi pour
me parler et me questionner; mais tu vois, tes frères et tes sœurs sont
impatients de te réjouir et de te fêter. N'y sois pas insensible, car
toute cette joie, tout ce bonheur dont tu les vois enivrés, se
changeraient en tristesse et en larmes si tu ne les aimais pas comme ils
t'aiment.

--A Dieu ne plaise! s'écria Gribouille. Et il s'élança au milieu de la
fête.

Gribouille ne se demanda pas pourquoi tout ce monde si bon, si beau et
si heureux avait tant d'amitié pour un pauvre petit étranger comme lui,
sorti du monde des méchants. Il ne se permit pas de douter que la chose
fût vraie et certaine. Il sentit tout d'un coup que c'est si doux d'être
aimé, qu'il faut vite en faire autant et ne point se tourmenter d'autre
chose au monde.

[image]

La fête fut belle et le temps ne cessa pas d'être magnifique. Il y eut
pourtant quelquefois de la pluie, mais une pluie tiède qui sentait l'eau
de rose, l'eau de violette, de tubéreuse, de réséda, enfin toutes les
meilleures senteurs du monde, et on avait autant de plaisir à sentir
tomber cette pluie qu'à la sentir sécher dans les cheveux aux rayons
d'un bon soleil qui se dépêchait de la boire. Il y eut aussi de l'orage,
du vent et du tonnerre, et c'était un bien beau spectacle auquel on
assistait sans rien payer. Il y avait des grottes immenses où l'on se
mettait à l'abri pour regarder la mer en fureur, le ciel en feu, et pour
entendre les chants extraordinaires et sublimes que le vent faisait dans
les arbres et dans les rochers. Personne n'avait peur, pas même les
petits sylphes et les jeunes farfadets. Ils savaient qu'aucun mal ne
pouvait les atteindre. Quelquefois les ruisseaux gonflés par l'orage
devenaient des torrents; c'était une joie, un tumulte parmi les enfants
et les jeunes filles à qui les franchirait: et quand on tombait dedans,
on riait plus fort, car rien ne faisait mourir dans ce pays-là, on n'y
était même jamais malade. Il arrivait pourtant quelquefois des
accidents. Les sylphes étourdis tombaient du haut des arbres, ou les
jeunes filles se piquaient les doigts aux rosiers et aux acacias. Les
jeunes gens, en exerçant leurs forces, faisaient quelquefois, par
mégarde, rouler un rocher sur de graves vieillards qui causaient sans
méfiance à quelques pas de là. Mais aussitôt qu'on voyait une blessure,
qu'elle fût grande ou petite, la moindre goutte de sang faisait
accourir tout le monde; on s'empressait à qui verserait la première
larme sur cette plaie, et aussitôt elle était guérie par enchantement.
Mais cela causait un moment de douleur générale, car tout le monde
souffrait à la fois du mal que ressentait le blessé. La reine alors
arrivait bien vite, bien vite; elle souriait, et, comme le blessé était
déjà guéri, tout le monde était consolé et transporté d'une joie
nouvelle à cause du sourire de la reine.

[image]

On ne vivait, dans ce pays-là, que de fruits, de graines et du suc des
fleurs; mais on les apprêtait si merveilleusement, leurs mélanges
étaient si bien diversifiés, qu'on ne savait lequel de ces plats exquis
préférer aux autres. Tout le monde préparait, servait et mangeait le
repas. On ne choisissait point les convives; qu'ils fussent jeunes ou
vieux, gais ou sérieux, ils étaient tous parfaitement agréables. On
riait avec les uns à en mourir, on admirait la sagesse ou l'esprit des
autres. Quand même on devenait grave avec les sages, on ne s'ennuyait
jamais, parce qu'ils disaient gracieusement toutes choses, et c'était
toujours par amitié pour les autres qu'ils parlaient. Les nuits étaient
aussi belles que les jours; on dormait où l'on se trouvait, sur la
mousse, sur le gazon, dans les grottes qui étaient illuminées par plus
de cent milliards de vers luisants. Si on ne voulait pas dormir, à
cause de la beauté de la lune, on se promenait sur l'eau, dans les
forêts, sur les montagnes, et on trouvait toujours à qui causer, car
partout on pouvait rejoindre des groupes qui faisaient de la musique ou
qui célébraient la beauté de la nature et le bonheur de s'aimer.

[image]

Enfin les cent ans s'écoulèrent comme un jour, et quand, à la fin de la
centième journée, la reine vint prendre Gribouille par la main, il fut
fort étonné, car il croyait être à la fin de la première.

--Mon cher enfant, lui dit-elle, j'ai à te parler; la fête va finir,
viens avec moi.

Elle monta avec Gribouille sur le sommet le plus élevé de l'île et lui
fit admirer la beauté de la contrée des fleurs, où dansait et chantait
encore, aux premiers rayons des étoiles, cette race heureuse et
charmante dont elle était la mère.

[image]

--Hélas! dit Gribouille, saisi pour la première fois depuis cent ans
d'une profonde tristesse, vais-je donc quitter tous ces amis? vais-je
redevenir branche de chêne? vais-je donc retourner dans le pays où
règnent les abeilles avares et les bourdons voleurs? Ma chère marraine,
ne m'abandonnez pas, ne me renvoyez pas; je ne puis vivre ailleurs
qu'ici, et je mourrai de chagrin loin de vous.

--Je ne t'abandonnerai jamais, Gribouille, dit la reine, et tu resteras
avec nous si tu veux; mais écoute ce que j'ai à te dire, et tu verras ce
que tu as à faire:

«Le pays où tu es né, et qui aujourd'hui a pris définitivement le nom de
royaume des bourdons, parce que M. Bourdon y a été nommé roi, était,
avant ta naissance, un pays comme les autres, mêlé de bien et de mal, de
bonnes et de mauvaises gens. Tes parents n'étaient pas des meilleurs,
leurs enfants leur ressemblaient. Tu vins le dernier, et, par un bonheur
extraordinaire, je vins à passer au moment de ta naissance dans la forêt
où demeurait ton père. Ta mère était au lit, ton père t'examinait et te
trouvait plus chétif que ses autres enfants:--Ma foi, disait-il d'une
voix grondeuse sur le seuil de sa porte, voilà un marmot qui me coûtera
plus qu'il ne me rapportera. Je ne sais à quoi a pensé ma femme de me
donner un fils si petit et si vilain; si je ne craignais de la fâcher,
je le ferais noyer comme un petit chat.

«Je passais alors sur le ruisseau, sous la forme d'une demoiselle bleue,
déguisement que je suis forcée de prendre quand je crains la rencontre
du roi des bourdons. Je savais bien que ton père ne te ferait pas
mourir, mais je compris qu'il n'était point bon et qu'il ne t'aimerait
guère. Je ne pouvais empêcher ce malheur, mais le besoin que j'ai de
faire toujours du bien là où je passe, me donna l'idée de t'adopter pour
mon filleul et de te douer de douceur et de bonté, ce qui, à mes yeux,
était le plus beau présent que je pusse te faire.

[image]

«T'ayant donné un baiser en passant et en t'effleurant de mon aile, je
poursuivis mon voyage, car j'étais en mission auprès de la reine des
fées, et mon premier soin, en arrivant auprès d'elle, fut de lui
demander la permission de te rendre heureux. Elle me l'accorda tout
d'abord; mais bientôt nous vîmes arriver le roi des bourdons, qui se
fâcha contre elle, contre moi, et fit beaucoup de menaces, disant que
ton pays lui avait été promis, et que nul que lui n'avait droit et
pouvoir sur le moindre de ses habitants.

«Il faut que tu saches que, d'après nos lois, une partie grande ou
petite de la terre est assignée pour demeure à chacune des races
d'esprits supérieurs, bons ou méchants, qui peuplent le monde des fées
et des génies; mais ce droit est limité à un certain nombre de siècles
ou d'années, et ensuite nous changeons de résidence, afin que la même
portion de la terre ne reste pas éternellement méchante et malheureuse.
De là vient qu'on voit des nations florissantes tomber dans la barbarie,
et des nations barbares devenir florissantes, selon que nos bonnes ou
mauvaises influences règnent sur elles.

«La reine des fées est aussi juste qu'elle peut l'être, ayant affaire à
tant de méchants esprits contre lesquels les bons sont forcés d'être en
guerre depuis le commencement du monde; mais il est écrit dans le grand
livre des fées que les méchants esprits, enfants des ténèbres, finiront
par se corriger, et que la reine ne doit ni les exterminer, ni les
priver des moyens de s'amender. Elle est donc forcée d'écouter leurs
promesses, de croire quelquefois à leur repentir, et de leur permettre
de recommencer de nouvelles épreuves. Quand ils ont abusé de sa patience
et de sa bonté, elle les châtie en les forçant de vivre, des années ou
des centaines d'années, sous la forme de certaines plantes et de
certains animaux. C'est une faculté que nous avons tous de nous
transformer ainsi à volonté; mais, quand nous subissons cette
métamorphose par punition, nous ne sommes plus libres de quitter la
forme que l'on nous impose, tant que la reine ne révoque point son
arrêt.

--Je suis bien sûr, dit Gribouille, que jamais vous n'avez été punie de
la sorte.

--Il est vrai, répondit modestement la reine des prés; mais, pour en
revenir à ton histoire, tu sauras qu'à cette époque le roi des bourdons,
qui avait gouverné ton pays environ quatre cents ans auparavant, et qui
l'avait affreusement dévasté et maltraité, subissait depuis ce temps-là
un châtiment infâme. Il était simple bourdon, une vraie bête brute,
condamnée à ramper, à dérober, à bourdonner sur un vieux chêne de la
forêt qu'il avait jadis planté de sa propre main, lorsqu'il était le
maître et le tyran de la contrée.

--Comment, dit Gribouille, un génie peut-il exister sous cette forme
vile, et vivre pendant des siècles de la vie des bêtes?

--Cela arrive tous les jours, répondit la fée. Rien ne le distingue des
autres bêtes, si ce n'est le sentiment de sa misère, de sa honte et de
sa déplorable immortalité. Le roi des bourdons était ainsi transformé
depuis trois cent quatre-vingt-huit ans, lorsque tu vins au monde. Ces
trois cent quatre-vingt-huit ans te paraissent bien longs; mais, dans la
vie des êtres immortels, c'est peu de chose, et la punition n'était pas
bien dure.

--Comment se fait-il donc, demanda Gribouille, qui s'avisait de tout,
que le roi des bourdons, devenu simple et stupide bourdon, se trouvait
dans le palais de la reine des fées lorsque vous vîntes demander la
permission de me rendre heureux?

[image]

--C'est, répondit la reine des prés, que tous les cent ans, c'est comme
qui dirait chez vous toutes les heures, la reine assemble son conseil et
permet à tous ses subordonnés, même à ceux qui subissent une
transformation honteuse sur sa terre, de comparaître devant son tribunal
pour demander quelque grâce, rendre compte de quelque mission, ou
manifester quelque repentir. Mais les mauvais génies sont orgueilleux,
et ils viennent rarement faire sincèrement leur soumission. Le roi
Bourdon venait plutôt là pour narguer la reine. Il le fit bien voir, car
il lui rappela qu'elle-même avait prononcé que sa peine expirerait la
quatre centième année, et qu'il reprendrait l'empire de ton pays à ce
moment-là: Par conséquent, disait-il, ce Gribouille m'appartient, et la
reine des prés (je passe les épithètes grossières dont il m'honora) n'a
pas le droit de me l'enlever pour le douer et l'instruire à sa
fantaisie.

«La reine des fées, ayant réfléchi, prononça cette sentence:

«La reine des prés, ma fille, a doué cet enfant des hommes de douceur et
de bonté; nul ne peut détruire le don d'une fée, quand il est prononcé
par elle sur un berceau. Gribouille sera donc doux et bon; mais il est
bien vrai que Gribouille vous appartient. En bien, je vais prendre une
mesure qui, si vous êtes raisonnable, vous empêchera de le tourmenter et
de le faire souffrir. Vous ne serez délivré que de sa main. Le jour où
il vous dira:--Va, et sois heureux, vous cesserez d'être un simple
bourdon; vous pourrez quitter votre vieux chêne et régner sur le pays.
Mais souvenez-vous de rendre Gribouille très-heureux; car, le jour où
il voudra vous quitter, je permettrai à sa marraine de le protéger
contre vous, et s'il revient ensuite pour vous punir de votre
ingratitude, je ne vous prêterai aucun secours contre lui.»

«Là-dessus la reine prononça la clôture de son conseil: je revins à mon
île, et le roi des bourdons retourna à son vieux chêne, où, douze ans
après, jour pour jour, ta bonté te fit prononcer ces mots fatals: _Va,
et sois heureux_.

«Aussitôt le méchant insecte qui t'avait piqué redevint le roi des
bourdons et prit tout de suite le nom de M. Bourdon; car il lui avait
été interdit par la reine de se présenter les armes à la main, et il ne
pouvait ni déposséder le vieux roi, ni se rendre puissant par la force.

«Tu as vu, Gribouille, ce qu'a fait ce méchant génie. Il a séduit et
corrompu les hommes de ton pays par ses richesses. Il a augmenté son
pouvoir en épousant la princesse des abeilles qui est, en réalité, la
princesse des thésauriseurs. Il a rendu beaucoup de gens très-riches et
le pays florissant en apparence; mais, sans persécuter les pauvres, il
s'est arrangé de manière à les laisser mourir de faim, parce qu'il a su
rendre les riches égoïstes et durs. Les pauvres sont devenus de plus en
plus ignorants et méchants à force de colère et de souffrance; si bien
que tout le monde se déteste dans ce malheureux pays, et qu'on voit des
personnes mourir de chagrin et d'ennui, quelquefois même se tuer par
dégoût de la vie, bien qu'elles soient assez riches pour ne rien désirer
sur la terre.

[image]

«Or donc, Gribouille, continua la reine, voilà cent ans que tu as quitté
ton pays, de la manière que l'avait prévu la reine des fées. Ton bon
cœur n'a pu supporter l'horreur naturelle que t'inspirait le roi des
bourdons. Il a voulu te retenir de force, je t'ai sauvé de ses griffes;
il règne à présent et il vit toujours puisqu'il est immortel, quoiqu'il
fasse le vieux et parle toujours de sa fin prochaine pour ne pas
inquiéter ses sujets. Tes parents ne sont plus. De toutes les personnes
que tu as connues, il n'en existe pas une seule. La richesse n'a fait
qu'augmenter avec la méchanceté dans ce pays-là; les hommes en sont
venus à s'égorger les uns les autres. Ils se volent, ils se ruinent, ils
se haïssent, ils se tuent. Les pauvres font comme les riches, ils se
tuent entre eux et ils pillent les riches tant qu'ils peuvent; c'est une
guerre continuelle. Les abeilles, les frelons et les fourmis sont dans
un travail effroyable pour s'entre-nuire et s'entre-dévorer. Tout cela
est venu de ce que l'esprit d'avarice et de pillarderie a étouffé
l'esprit de bonté et de complaisance dans tous les cœurs, et de ce qu'on
a oublié une grande science dont, seul de tous les hommes nés sur cette
terre malheureuse, tu es aujourd'hui possesseur.

[image]

Gribouille commença par pleurer la mort de ses parents comme s'ils
eussent été bien regrettables, et il les eût pleurés longtemps, si la
reine des prés, qui voulait le rendre attentif à ses discours, ne l'eût
forcé, par un de ses sourires magiques, à redevenir tranquille et
satisfait. Alors, se sentant réveillé comme d'un rêve, il ne vit plus le
passé et ne songea qu'à l'avenir.

--Ma chère marraine, dit-il, vous dites que seul, parmi les hommes de
mon pays, je possède une grande science. On m'a toujours dit autrefois
que j'étais né fort simple. Le roi des bourdons a essayé de me rendre
habile. J'ai étudié pendant trois ans, chez lui, la science des nombres,
et cela ne m'a rien appris dont je sache me servir. Vous m'avez amené
ici et vous m'y avez donné cent ans d'un plaisir et d'un bonheur dont je
n'avais pas l'idée; mais on n'a songé qu'à me divertir, à me caresser, à
me rendre content, et véritablement j'ai été si content, si heureux, si
gai, si fou peut-être, que je n'ai pas songé à faire la plus petite
question, et que je ne me sens pas plus magicien que le premier jour.
Vous voyez donc que je suis un grand niais ou un grand étourdi, et
vraiment j'en suis tout honteux, car il me semble que, dans l'espace de
cent ans, j'aurais pu et j'aurais dû apprendre tout ce qu'un mortel peut
savoir, lorsqu'il vit au milieu des fées et des génies.

--Gribouille, dit la reine, tu t'accuses à tort et tu te trompes si tu
crois ne rien avoir appris. Voyons, interroge ton propre cœur, et
dis-moi s'il n'est pas en possession du secret le plus merveilleux qu'un
mortel ait jamais pressenti?

--Hélas! ma marraine, répondit Gribouille, je n'ai appris qu'une chose
chez vous, c'est à aimer de tout mon cœur.

--Fort bien, reprit la reine des prés, et quelle autre chose est-ce que
mes autres enfants t'ont fait connaître?

--Ils m'ont fait connaître le bonheur d'être aimé, dit Gribouille,
bonheur que j'avais toujours rêvé et que je ne connaissais point.

--Eh bien, dit la reine, que veux-tu donc savoir de plus beau et de plus
vrai? Tu sais ce que les hommes de ton pays ne savent pas, ce qu'ils ont
absolument oublié, ce dont ils ne se doutent même plus. Tu es magicien,
Gribouille, tu es un bon génie, tu as plus de science et plus d'esprit
que tous les docteurs du royaume des bourdons.

--Ainsi, dit Gribouille, qui commençait à voir clair en lui-même et à ne
plus se croire trop bête, c'est la science que vous m'avez donnée qui
guérirait les habitants de mon pays de leur malice et de leurs
souffrances?

--Sans doute, répondit la reine, mais que t'importe, mon cher enfant? Tu
n'as plus rien à craindre des méchants; tu es ici à l'abri de la rancune
du roi des bourdons. Tu seras immortel tant que tu habiteras mon île,
aucun chagrin ne viendra te visiter, tes jours se passeront en siècles
de fêtes. Oublie la malice des hommes, abandonne-les à leurs
souffrances. Viens, retournons au concert et au bal. Je veux bien les
prolonger encore pour toi d'une journée de cent ans.

[image]

Gribouille interrogea son cœur avant de répondre, et, tout d'un coup, il
y trouva ce raisonnement-ci:--Ma marraine ne me dit cela que pour
m'éprouver; si j'acceptais, elle ne m'estimerait plus et je ne
m'estimerais plus moi-même. Alors il se jeta au cou de sa marraine et
lui dit:--Faites-moi un beau sourire, ma marraine, afin que je ne meure
pas de chagrin en vous quittant, car il faut que je vous quitte. J'ai
beau n'avoir ni parents ni amis dans mon pays à l'heure qu'il est, je
sens que je suis l'enfant de ce pays et que je lui dois mes services.
Puisque me voilà riche du plus beau secret du monde, il faut que j'en
fasse profiter ces pauvres gens qui se détestent et qui sont pour cela
si à plaindre. J'ai beau être heureux comme un génie, grâce à vos
bontés, je n'en suis pas moins un simple mortel, et je veux faire part
de ma science aux autres mortels. Vous m'avez appris à aimer; eh bien,
je sens que j'aime ces méchants et ces fous qui vont me haïr peut-être,
et je vous demande de me reconduire parmi eux.

La reine embrassa Gribouille, mais elle ne put sourire malgré toute son
envie.--Va, mon fils, dit-elle, mon cœur se déchire en te quittant; mais
je t'en aime davantage, parce que tu as compris ton devoir, et que ma
science a porté ses fruits dans ton âme. Je ne te donne ni talisman, ni
baguette pour protéger tes jours contre les entreprises des méchants
bourdons, car il est écrit au livre du destin que tout mortel qui se
dévoue doit risquer tout, jusqu'à sa vie. Seulement je veux t'aider à
rendre les hommes de ton pays meilleurs; je te permets donc de cueillir
dans mes prés autant de fleurs que tu en voudras emporter, et chaque
fois que tu feras respirer la moindre de ces fleurs à un mortel, tu le
verras s'adoucir et devenir plus traitable: c'est à ton esprit de faire
le reste. Quant au roi des bourdons et à ceux de sa famille, il y a
longtemps qu'ils seraient corrigés, si cela dépendait de mes fleurs;
car, depuis le commencement du monde, ils se nourrissent de leurs sucs
les plus doux; mais cela n'a rien changé à leur caractère brutal, cruel
et avide. Préserve-toi donc tant que tu pourras de ces tyrans; je
tâcherai de te secourir; mais je ne te cache pas que ce sera une lutte
bien terrible et bien dangereuse, et que je n'en connais pas l'issue.

[image]

Gribouille alla cueillir un gros bouquet tout en pleurant et soupirant.
Tous les habitants de l'île heureuse avaient disparu. La fête était
finie; seulement, chaque fois que Gribouille se baissait pour ramasser
une plante, il entendait une petite voix gémissante qui lui disait:

--Prends, prends, mon cher Gribouille, prends mes feuilles, prends mes
fleurs, prends mes branches; puissent-elles te porter bonheur!
puisses-tu revenir bientôt!

Gribouille avait le cœur bien gros; il eût voulu embrasser toutes les
herbes, tous les arbres, toutes les fleurs de la prairie; enfin il se
rendit au rivage où l'attendait sa marraine. Elle tenait à la main une
rose dont elle détacha une feuille qu'elle laissa tomber dans l'eau,
puis elle dit à Gribouille:

--Voilà ton navire; pars, et sois heureux dans la traversée.

[image]

Elle l'embrassa tendrement, et Gribouille, sautant dans la feuille de
rose, arriva en moins de deux heures dans son pays.

[image]

A peine eut-il touché le rivage, qu'une foule de marins accourut,
émerveillée de voir aborder un enfant dans une feuille de rose; car il
faut vous dire que Gribouille n'avait pas vieilli d'un jour pendant les
cent années qu'il avait passées dans l'île des Fleurs; il n'avait
toujours que quinze ans, et, comme il était petit et menu pour son âge,
on ne lui en eût pas donné plus de douze. Mais les mariniers ne
s'amusèrent pas longtemps à admirer Gribouille et sa manière de voyager:
ils ne songèrent qu'à avoir la feuille des rose, qui véritablement était
une chose fort belle, étant grande comme un batelet, et si solide
qu'elle ne laissait pas pénétrer dans son creux la plus petite goutte
d'eau.

--Voilà, disaient les mariniers, une nouvelle invention qui se vendrait
bien cher. Combien, petit garçon, veux-tu vendre ton invention?

Car ces mariniers étaient riches, et ils s'empressaient tous d'offrir
leur bourse à Gribouille, enchérissant les uns sur les autres, et se
menaçant les uns les autres.

--Si ma barque vous fait plaisir, dit Gribouille, prenez-la, messieurs.

Il n'eut pas plutôt dit cette parole, que les mariniers se jetèrent
comme des furieux sur la barque, se donnant des coups à qui l'aurait,
s'arrachant des poignées de cheveux et se jetant dans la mer à force de
se battre. Mais, comme la barque était une feuille de rose de l'île
enchantée, à peine l'eurent-ils touchée qu'ils en éprouvèrent la vertu:
ils se sentirent tout calmés par la bonne odeur qu'elle avait, et, au
lieu de continuer leur bataille, ils convinrent de garder la barque pour
eux tous et de la montrer comme une rareté au profit de toute leur
bande.

Cette convention faite, ils vinrent remercier Gribouille de son généreux
présent, et, quoiqu'ils fussent encore assez grossiers dans leurs
manières, ils l'invitèrent de bon cœur à venir dîner avec eux et à
demeurer dans celle de leurs maisons qu'il lui plairait de choisir.

Gribouille accepta le repas, et, comme il portait les habits avec
lesquels il avait quitté la contrée cent ans auparavant, il fut bientôt
un objet de curiosité pour toute la ville, qui était un port de mer. On
vint à la porte du cabaret où il dînait avec les marins, et la nouvelle
de son arrivée en feuille de rose s'étant répandue, la foule s'ameuta et
commença à crier qu'il fallait prendre l'enfant, le renfermer dans une
cage, et le montrer dans tout le pays pour de l'argent.

[image]

Les mariniers qui régalaient Gribouille essayèrent de repousser cette
foule; mais quand ils virent qu'elle augmentait toujours, ils lui
conseillèrent de se sauver par une porte de derrière et de se bien
cacher:--Car vous avez affaire à de méchantes gens, lui dirent-ils, et
ils sont capables de vous tuer en se battant à qui vous aura.

--J'irai au-devant d'eux, répondit Gribouille en se levant, et je
tâcherai de les apaiser.

--Ne le faites point, dit une vieille femme qui servait le repas, vous
feriez comme défunt Gribouille, qui, à ce que m'a conté ma grand'mère,
se noya dans la rivière pour se sauver de la pluie.

[image]

Gribouille eut bien envie de rire: il quitta la table et, ouvrant la
porte, il alla au milieu de la foule, tenant devant lui son bouquet
qu'il fourrait vitement dans le nez de ceux qui venaient se jeter sur
lui. Il n'eût pas plutôt fait cette expérience sur une centaine de
personnes, qu'elles l'entourèrent pour le protéger contre les autres; et
peu à peu, comme les fleurs de l'île enchantée ne se flétrissaient point
et qu'elles répandaient un parfum que n'eût pas épuisé la respiration de
cent mille personnes, toute la population de cet endroit-là se trouva
calmée comme par miracle. Alors, au lieu de vouloir enfermer Gribouille,
chacun voulut lui faire fête, ou tout au moins l'interroger sur son
pays, sur ses voyages, sur l'âge qu'il avait, et sur sa fantaisie de
naviguer en feuille de rose.

Gribouille raconta à tout le monde qu'il arrivait d'une île où tout le
monde pouvait aller, à la seule condition d'être bon et capable d'aimer;
il raconta le bonheur dont on y jouissait, la beauté, la tranquillité,
la liberté et la bonté des habitants; enfin, sans rien dire qui pût le
faire reconnaître pour ce Gribouille dont le nom était passé en
proverbe, et sans compromettre la reine des prés dans le royaume des
bourdons, il apprit à ces gens-là la chose merveilleuse qu'on lui avait
enseignée, la science d'aimer et d'être aimé.

D'abord on l'écouta en riant et en le traitant de fou; car les sujets du
roi Bourdon étaient fort railleurs et ne croyaient plus à rien, ni à
personne; cependant les récits de Gribouille les divertirent: sa
simplicité, son vieux langage et son habillement qui, à force d'être
vieux, leur paraissaient nouveaux, sa manière gentille et claire de dire
les choses, et une quantité de jolies chansons, fables, contes et
apologues que les sylphes lui avaient appris en jouant et en riant dans
l'île des Fleurs, tout plaisait en lui. Les dames et les beaux esprits
de la ville se l'arrachaient et prisaient d'autant plus sa naïveté que
leur langage était devenu prétentieux et quintessencié; il ne tint pas à
eux que Gribouille ne passât pour un prodige d'esprit, pour un savant
précoce qui avait étudié les vieux auteurs, pour un poëte qui allait
bouleverser la république des lettres. Les ignorants n'en cherchaient
pas si long: ces pauvres gens l'écoutaient sans se lasser, ne comprenant
pas encore où il en voulait venir avec ses contes et ses chansons, mais
se sentant devenir plus heureux ou meilleurs quand il avait parlé ou
chanté.

Quand Gribouille eut passé huit jours dans cette ville, il alla dans une
autre. Partout, grâce à ses fleurs et à son doux parler, il fut bien
reçu, et en peu de temps il devint si célèbre, que tout le monde parlait
de lui et que les gens riches faisaient de grands voyages pour le voir.
On s'étonnait de son caractère confiant, et qu'il courût au-devant de
tous les dangers; aussi, sans le connaître pour le véritable Gribouille,
lui donna-t-on pour sobriquet son véritable nom: chacun disant qu'il
justifiait le proverbe, mais chacun remarquant aussi que le danger
semblait le fuir à mesure qu'il s'y jetait.

[image]

Le roi des bourdons apprit enfin la nouvelle de l'arrivée de Gribouille
et les miracles qu'il faisait; car Gribouille avait déjà parcouru la
moitié du royaume et s'était fait un gros parti de gens qui prétendaient
que le moyen d'être heureux, ce n'est pas d'être riche, mais d'être bon.
Et on voyait des riches qui donnaient tout leur argent et même qui se
ruinaient pour les autres, afin, disaient-ils, de se procurer la
véritable félicité. Ceux qui n'avaient pas encore vu Gribouille se
moquaient de cette nouvelle mode; mais, aussitôt qu'ils le voyaient, ils
commençaient à dire et à faire comme les autres.

Tout cela fit ouvrir l'oreille au roi Bourdon. Il se dit que ce surnommé
Gribouille pourrait bien être le même qu'il avait essayé en vain de
retenir à sa cour, et il reconnaissait bien que, depuis le départ de
Gribouille, il avait toujours été malheureux au milieu de sa richesse et
de sa puissance, parce qu'il s'était toujours senti devenir plus avide,
plus méchant, plus redouté et plus haï. L'idée lui vint donc de rappeler
Gribouille auprès de lui, de l'amadouer, et, au besoin, de l'enfermer
dans une tour, afin de le garder comme un talisman contre le malheur.

[image]

Il lui envoya donc une ambassade pour le prier de venir résider à sa
cour.

Gribouille accepta et partit pour Bourdonopolis, en dépit des prières de
ses nouveaux amis qui craignaient les méchants desseins du roi. Mais
Gribouille voulait donner son secret à la capitale du royaume, et il se
disait: Pourvu que je fasse du bien, qu'importe le mal qui pourra
m'arriver!

[image]

Il fut très-bien reçu par le roi qui fit semblant de ne pas le
reconnaître et qui parut avoir oublié le passé. Mais Gribouille vit bien
qu'il n'avait pas changé et qu'il ne songeait guère à s'amender. Il ne
songea lui-même qu'à se dépêcher de plaire aux habitants de la capitale
et de leur donner sa science.

Quand le roi vit que cette science s'apprenait si vite et plaisait si
fort que l'on commençait à ouvrir les yeux sur son compte, à lui
désobéir, et même à le menacer de prendre Gribouille pour roi à sa
place, il entra en fureur, mais il se contint encore, et, poussant la
ruse jusqu'au bout, il manda Gribouille dans son cabinet et lui dit:

--On m'assure, mon cher Gribouille, que vous avez un bouquet de fleurs
souveraines pour toutes sortes de maux; or, comme j'ai un grand mal de
tête, je vous prie de me le faire sentir; peut-être que cela me
soulagera.

[image]

En ce moment, Gribouille oublia que sa marraine lui avait dit: Tu ne
pourras rien sur le roi des bourdons ni sur ceux de sa famille; mes
fleurs elles-mêmes sont sans vertu sur ces méchants esprits. Le pauvre
enfant pensa, au contraire, que des plantes si rares auraient le don
d'adoucir la méchante humeur du roi. Il tira de son sein le précieux
bouquet qui était toujours aussi frais que le jour où il l'avait
cueilli, et que nul pouvoir humain n'eût pu lui arracher, puisque tous
ceux qui le respiraient en subissaient le charme. Il le présenta au roi,
et aussitôt celui-ci enfonça son dard empoisonné dans le cœur de la plus
belle rose. Un cri perçant et une grosse larme s'échappèrent du sein de
la rose, et Gribouille, saisi d'horreur et de désespoir, laissa tomber
le bouquet.

Le roi des bourdons s'en empara, le mit en pièces, le foula aux pieds,
puis, éclatant de rire:

--Mon mignon, dit-il à Gribouille, voilà le cas que je fais de votre
talisman; à présent nous allons voir lequel est le plus fort de nous
deux, et si vous resterez libre d'exciter des séditions contre moi.

--Hélas! dit Gribouille, vous savez bien que je n'ai jamais dit un seul
mot contre vous; que je ne suis pas jaloux de votre couronne, et que si
j'ai enseigné la douceur et la patience, cela ne vous met point en
danger; vous n'avez qu'à faire de même et à donner le bon exemple, on
vous aimera et on ne songera pas à être gouverné par un autre que par
vous.

--Bien, bien, dit le roi, j'aime vos jolis vers et vos joyeuses
chansons, et comme je n'en veux rien perdre, vous irez en un lieu où
tout cela sera fort bien gardé.

Là-dessus il appela ses gardes, et, comme Gribouille n'avait plus son
bouquet, il fut pris, garrotté et jeté au fond d'un cachot noir comme un
four, où il y avait des crapauds, des salamandres, des lézards, des
chauves-souris, des araignées et toutes sortes de vilaines bêtes; mais
elles ne firent aucun mal à Gribouille, qui en peu de temps les
apprivoisa et conquit même l'amitié des araignées, en leur chantant de
jolis airs auxquels elles parurent fort sensibles.

Mais Gribouille n'en était pas moins malheureux: on le faisait mourir de
faim, et de soif, il n'avait pas un brin de paille pour se coucher; il
était couvert de chaînes si lourdes, qu'il ne pouvait pas faire un
mouvement, et, quoiqu'il ne fît entendre aucune plainte, ses geôliers
l'accablaient d'injures grossières et de coups.

[image]

Cependant la disparition de Gribouille fut bientôt remarquée. Le roi fit
croire, pendant quelque temps, qu'il l'avait envoyé en ambassade chez un
de ses voisins; mais on vint à découvrir qu'il était prisonnier. Les
méchants, qui étaient encore en grand nombre, dirent que le roi avait
bien fait, et qu'il ferait sagement de traiter de même tous ceux qui
osaient mépriser la richesse et vanter la bonté.

Ceux qui étaient devenus bons pleurèrent Gribouille et souffrirent
pendant quelque temps les menaces et les injures; mais Gribouille
n'étant plus là pour les retenir et pour leur prêcher le pardon, ils se
révoltèrent, et l'on vit commencer une guerre terrible qui mit bientôt
tout le pays à feu et à sang.

[image]

Le roi fit des prodiges de cruauté: tous les jours on pendait, on
brûlait et on écorchait les révoltés par centaines. De leur côté, les
révoltés, poussés à bout, ne traitaient pas beaucoup mieux les ennemis
qui tombaient dans leurs mains. Du fond de sa prison, Gribouille, navré
de douleur, entendait les cris et les plaintes, et ses geôliers, qui
commençaient à craindre pour le gouvernement, lui disaient:

--Voilà ton ouvrage, Gribouille; tu prétendais enseigner le secret
d'être heureux, et, à présent, vois comme on l'est, vois comme on
s'aime, vois comme vont les choses!

Peu s'en fallait que Gribouille ne perdît courage et qu'il ne doutât de
la reine des prés; mais il se défendait de son mieux contre le
désespoir, et il se disait toujours: Ma marraine viendra au secours de
ce pauvre pays, et si j'ai fait du mal, elle le réparera.

Une nuit que Gribouille ne dormait pas, car il ne dormait guère, et
qu'il regardait un rayon de la lune qui perçait à travers une petite
fente de la muraille, il vit quelque chose s'agiter dans ce rayon, et il
reconnut sa chère marraine sous la forme de la demoiselle bleue:

--Gribouille, lui dit-elle, voici le moment d'être décidé à tout; j'ai
enfin obtenu de la reine des fées la permission de vaincre le roi des
bourdons et de le chasser de ce pays; mais c'est à une condition
épouvantable et que je n'ose pas te dire.

--Parlez, ma chère marraine, s'écria Gribouille; pour vous assurer la
victoire et pour sauver ce malheureux pays, il n'y a rien que je ne sois
capable de souffrir.

--Et si c'était la mort? dit la reine des prés d'une voix si triste que
les chauves-souris, les lézards et les araignées du cachot de Gribouille
en furent réveillés tout en sueur.

--Si c'est la mort, répondit Gribouille, que la volonté des puissances
célestes soit faite! Pourvu que vous vous souveniez de moi avec
affection, ma chère marraine, et que, dans l'île des Fleurs, on chante
quelquefois un petit couplet à la mémoire du pauvre Gribouille, je serai
content.

--Eh bien, dit la fée, apprête-toi à mourir, Gribouille, car demain
éclatera une nouvelle guerre plus terrible que celle qui existe
aujourd'hui. Demain tu périras dans les tourments, sans un seul ami
auprès de toi, et sans avoir même la consolation de voir le triomphe de
mes armes, car tu seras une des premières victimes de la fureur du roi
des bourdons. T'en sens-tu le courage?

--Oui, ma marraine, dit Gribouille.

La fée l'embrassa et disparut. Jusqu'au jour, qui fut bien long à venir,
le pauvre Gribouille, pour combattre l'effroi de la mort, chanta, dans
son cachot, d'une voix suave et touchante, les belles chansons qu'il
avait apprises dans l'île des Fleurs. Les lézards, les salamandres, les
araignées et les rats qui lui tenaient compagnie, en furent si
attendris, qu'ils vinrent tous se mettre en rond autour de Gribouille et
à chanter à leur tour son chant de mort dans leur langue, en répandant
des pleurs et en se frappant la tête contre les murs.

[image]

--Mes amis, leur dit Gribouille bien que je ne comprenne pas beaucoup
votre langage, je vois que vous me regrettez et que vous me plaignez.
J'y suis sensible; car, loin de vous mépriser pour votre laideur et la
tristesse de votre condition, je vous estime autant que si vous étiez
des papillons couverts de pierreries ou des oiseaux superbes. Il me
suffit de voir que vous avez un bon cœur pour faire grand cas de vous.
Je vous prie, quand je ne serai plus, s'il vient à ma place quelque
pauvre prisonnier, soyez aussi doux et aussi affectueux pour lui que
vous l'avez été pour moi.

--Cher Gribouille, répondit en bon français un gros rat à barbe blanche,
nous sommes des hommes comme toi. Tu vois en nous les derniers mortels
qui, après ton départ de ce pays, il y a cent ans et plus, conservèrent
l'amour du bien et le respect de la justice. L'affreux roi des bourdons,
ne pouvant nous faire périr, nous jeta dans ce cachot et nous condamna à
ces hideuses métamorphoses; mais nous avons entendu les paroles de la
fée et nous voyons que l'heure de notre délivrance est venue. C'est à ta
mort que nous la devrons: voilà pourquoi, au lieu de nous réjouir, nous
versons des larmes.

En ce moment, le jour parut et l'on entendit un son de cloches funèbres,
et puis un vacarme épouvantable: des cris, des rires, des menaces, des
chants, des injures; et puis les trompettes, les tambours, les fifres,
la fusillade, la canonnade, enfin l'enfer déchaîné. C'était la grande
bataille qui commençait. La reine des prés, à la tête d'une innombrable
armée d'oiseaux qu'elle avait amenés de son île, parut dans les airs,
d'abord comme un gros nuage noir, et puis bientôt comme une multitude de
guerriers ailés et emplumés qui s'abattaient sur le royaume des frelons
et des abeilles.

[image]

A la vue de ce renfort, les habitants révoltés du pays reprirent les
armes; ceux qui tenaient pour le roi en firent autant, et l'on se rangea
en bataille dans une grande plaine qui entourait le palais.

Le roi des bourdons, qui n'avait pas l'habitude de regarder en l'air, et
qui voyait toujours à ras de terre, ne s'inquiéta pas d'abord de la
sédition. Il mit sur pied son armée, qui était composée, en grande
partie, de membres de sa famille; car il avait équipé plus de quarante
millions de jeunes bourdons qui étaient les enfants de son premier
mariage, et, de son côté, la princesse des abeilles, sa femme, avait
tout autant de sœurs dont elle s'était fait un régiment d'amazones fort
redoutables.

Mais quelqu'un de la cour ayant levé les yeux et voyant l'armée de la
reine des prés dans les airs, avertit le roi qui, tout aussitôt, devint
sombre et commença à bourdonner d'une manière épouvantable.

--Or donc, dit-il, le danger est fort grand. Que ces misérables mortels
se battent entre eux, laissons-les faire: nous ne sommes pas trop pour
nous défendre contre l'armée des oiseaux qui nous menace.

La princesse des abeilles, sa femme, lui dit alors:

--Sire, vous perdez la tête; jamais nous ne pourrons nous défendre des
oiseaux; ils sont aussi agiles et mieux armés que nous. Nous en
blesserons quelques-uns et ils nous dévoreront par centaines. Nous
n'avons qu'un moyen de transiger, c'est de tirer de prison ce
Gribouille, le filleul bien-aimé de la reine des prés. Nous le mettrons
sur un bûcher tout rempli de soufre et d'amadou, et nous menacerons
cette reine ennemie d'y mettre le feu si elle ne se retire aussitôt.

[image]

--Cette fois, ma femme, vous avez raison, dit le roi; et, aussitôt fait
que dit, Gribouille fut placé sur le bûcher, au beau milieu de l'armée
des bourdons. Un cerf-volant fort éloquent fut envoyé en parlementaire à
la reine des prés pour l'avertir de la résolution où était le roi de
faire brûler vif le pauvre Gribouille si elle livrait la bataille.

A la vue de Gribouille sur son bûcher, la reine des prés sentit son cœur
se fendre, et, le courage lui manquant, elle allait donner le signal de
la retraite, lorsque Gribouille, voyant et comprenant ce qui se passait
dans le cœur et dans l'armée de la reine, arracha la torche des mains du
bourreau, la lança au milieu du bûcher, et se précipita lui-même à
travers les flammes où, en moins d'un instant, il fut consumé.

[image]

Les partisans du roi se mirent à rire en disant:--Ce Gribouille-là est
aussi fin que l'ancien, qui se jeta dans l'eau par crainte de la pluie,
puisqu'il se jette dans le feu par crainte d'être brûlé. Vous voyez bien
que cet enseigneur de félicités suprêmes est un imbécile et un maniaque.

Mais ces gens-là ne purent pas rire bien longtemps, car la mort de
Gribouille fut le signal du combat général. Les deux partis se ruèrent
l'un sur l'autre; mais quand les partisans du roi virent que les troupes
royales ne venaient pas les appuyer, ils se débandèrent et perdirent la
bataille.

[image]

Pendant ce temps-là, l'armée des bourdons et celle des abeilles
combattaient l'armée des oiseaux. Tous avaient repris leurs formes
magiques, et les hommes virent avec horreur une bataille dont ils
n'avaient jamais eu l'idée. Des insectes aussi grands que des hommes
luttaient avec rage contre des oiseaux dont le moindre était aussi gros
qu'un éléphant. Les terribles dards des bêtes piquantes atteignaient
parfois les flancs sensibles des alouettes, des fauvettes et des
colombes; mais les mésanges adroites dévoraient les abeilles par
milliers, les aigles en abattaient cent d'un coup d'aile, les casoars
présentaient leurs casques impénétrables à leurs traits empoisonnés, et
l'_oiseau armé_, qui a un grand éperon acéré à chaque épaule, embrochait
vingt ennemis à la minute.

Enfin, après une heure de mêlée confuse et d'effroyables clameurs, on
vit l'armée des bourdons et de leurs alliés joncher la terre. Les
oiseaux blessés se perchèrent sur les arbres, où, grâce au sourire de la
reine des prés, ils furent d'abord guéris. Cette reine victorieuse, qui
avait repris la figure d'une femme de la plus merveilleuse beauté, avec
quatre grandes ailes de gaze bleue, vint s'abattre avec sa cour sur le
bûcher de Gribouille.

--Mortels, dit-elle aux habitants du royaume, déposez vos armes et
dépouillez vos haines. Embrassez-vous, aimez-vous, pardonnez-vous, et
soyez heureux. C'est la reine des fées qui, par ma bouche, vous le
commande.

En parlant ainsi, la reine des prés sourit, et, à l'instant même, la
paix fut faite de meilleur cœur et de meilleure foi que si un congrès de
souverains l'eût jurée et signée.

[image]

--Ne craignez plus ces frelons et ces abeilles qui vous ont gouvernés,
dit alors la reine. Leurs méchants esprits vont comparaître devant le
conseil souverain des fées, qui ordonnera de leur sort. Quant à leur
dépouille, voyez ce qu'elle va devenir.

Aussitôt l'on vit sortir de terre une armée effroyable de fourmis noires
et monstrueuses qui ramassèrent avec empressement les cadavres des
insectes morts et mourants, et qui les emportèrent dans leurs cavernes
avec des démonstrations de joie et de gourmandise qui soulevaient le
cœur de dégoût et d'horreur.

[image]

Après avoir contemplé ce hideux spectacle, la foule se retourna vers le
bûcher de Gribouille, qui n'offrait plus qu'une montagne de cendres;
mais, au faîte de cette montagne, on vit s'épanouir une belle fleur que
l'on nomme _souvenez-vous de moi_. La reine des prés cueillit cette
fleur et la mit dans son sein; puis elle et son armée, prenant les
cendres du bûcher, s'envolèrent vers les cieux, et, en partant, ils
semaient les cendres de ce bûcher sur toute la contrée. Aussitôt
poussaient des fleurs, des moissons, des arbres chargés de fruits, mille
richesses qui réparèrent au centuple les pertes occasionnées par la
guerre.

[image]

Depuis ce jour-là, les habitants du pays de Gribouille vécurent fort
heureux sous la protection de la reine des prés, et un temple fut élevé
à la mémoire de Gribouille. Tous les ans, à l'anniversaire de sa mort,
tous les habitants de la contrée venaient avec des bouquets de fleurs de
_souvenez-vous de moi_ chanter les chansons que Gribouille leur avait
enseignées. Ce jour-là, il était ordonné, par les lois du royaume, de
terminer tous les différends et de pardonner toutes les fautes et
toutes les injures. Cela fit du tort aux procureurs et aux avocats qui
avaient pullulé dans le pays au temps du roi Bourdon. Mais ils prirent
d'autres métiers, puisqu'aussi bien un temps arriva où il n'y eut plus
de procès, et où sur toutes choses tout le monde fut d'accord.

Quant à Gribouille, devenu petite fleur bleue, son sort ne fut point
regrettable. Sa marraine l'emporta dans son île, où, pour tout le reste
de l'existence des fées, existence dont personne ne connaît le terme, il
fut alternativement pendant cent ans petite fleur bleue, bien tranquille
et bien heureuse au bord d'un ruisseau, dans la prairie enchantée, et
pendant cent ans jeune et beau sylphe, dansant, chantant, riant, aimant
et faisant fête à sa marraine.

[image]

       *       *       *       *       *


MAISON BLANCHARD ET C^{IE},

ANCIENNE LIBRAIRIE HETZEL,

RUE RICHELIEU, 78.


M. BLANCHARD ayant acheté ce qui restait de la collection in-8º anglais
sur vélin superfin du =MAGASIN DES ENFANTS= de J. HETZEL, on trouve à la
même librairie, brochés et reliés, tous les ouvrages de la collection
dont les noms suivent:

=Les Aventures de Tom Pouce=, par P-J. STAHL (J. Hetzel); 150 vignettes
par BERTALL; 1 vol.

=La Bouillie de la comtesse Berthe=, par ALEXANDRE DUMAS; 150 vignettes
par BERTALL; 1 vol.

=Trésor des Fèves et Fleur de Pois=, par CHARLES NODIER; 100 vignettes par
TONY JOHANNOT; 1 vol.

=Histoire d'un Casse-Noisette=, par ALEXANDRE DUMAS; 220 vignettes par
BERTALL; 2 vol.

=La Mythologie de la Jeunesse=, par L. BAUDET; 120 vignettes par GÉRARD
SÉGUIN; 1 vol.

=Aventures du prince Chènevis=, par LÉON GOZLAN; 100 vignettes par
BERTALL; 1 vol.

=Monsieur le Vent et madame la Pluie=, par PAUL DE MUSSET; 120 vignettes
par GÉRARD SÉGUIN; 1 vol.

=Vie de Polichinelle et ses nombreuses Aventures=, par OCTAVE FEUILLET;
100 vignettes par BERTALL; 1 vol.

=Histoire de la mère Michel et de son Chat=, par E. DE LABÉDOLLIÈRE; 100
vignettes par LORENTZ; 1 vol.

=Le prince Coqueluche=, par ÉDOUARD OURLIAC; 100 vignettes par GÉRARD
SÉGUIN; 1 vol.

Le premier volume de cette charmante collection--_=le Livre des petits
Enfants=_, ALPHABET ILLUSTRÉ--est épuisé; nous donnons avis qu'il sera
réimprimé en février 1831, avec les améliorations qui seront jugées
nécessaires, afin qu'il soit toujours le meilleur comme il a toujours
été le plus beau livre de ce genre.


NOUVELLES PUBLICATIONS.

TROIS NOUVEAUX LIVRES D'ENFANTS,

Pour faire suite à la collection J. HETZEL, et publiés sous sa
direction.

--In 8 anglais.--Chaque volume, broché, 3 fr.; relié 4 fr. 50 c.--

=Le Royaume des Roses=, par ARSÈNE HOUSSAYE; vignettes par GÉRARD SÉGUIN;
1 vol.

=Les Fées de la Mer=, par ALPHONSE KARR; vignettes par LORENTZ; 1 vol.

=Histoire du véritable Gribouille=, par GEORGE SAND; illustré par MAURICE
SAND; gravure de H. DELAVILLE; 1 vol.

=Les Beautés de la France=, Vues des principales Villes, Monuments,
Châteaux, Cathédrales et Sites pittoresques de la France; 33 gravures
anglaises, gravées par SKELTON et D'OHERTI; avec un texte historique et
archéologique par GIRAULT DE SAINT-FARGEAU, auteur du _Dictionnaire des
Communes de France_ et du _Guide du Voyageur en France_.

Ce livre, qui formera un splendide et utile volume, est une véritable
bonne fortune pour les personnes qui ont un cadeau à faire.

Il paraît une livraison tous les samedis: 30 cent.--Le volume complet,
33 livraisons, 33 gravures: 10 fr.--On aura des volumes reliés pour le
premier de l'an.


Incessamment la première livraison

De l'=Histoire de Paris=, par THÉOPHILE LAVALLÉE; ouvrage illustré de 300
vues des principaux monuments et aspects de Paris, par CHAMPIN.--33
livraisons à 30 cent. Le vol., 10 fr.


              _SPÉCIALITÉ._

      LIVRES D'ÉGLISE ET DE MARIAGE

               EN TOUS GENRES.

   PAROISSIENS, HEURES DE MONSEIGNEUR AFFRE

             --édition HETZEL--

  MISSELS, JOURNÉES DU CHRÉTIEN, IMITATIONS, MOIS DE MARIE, ETC.

         Reliés en velours, soie moire, chagrin.

Fermoirs, Garnitures de volumes, Chiffres et Armoiries; or, vermeil,
         argent, bronze, ivoire, bois, etc., etc.

        --_Confection de_ HOUSSES _en moire blanche._--





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Histoire du véritable Gribouille" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home